Canada Gazette du Part II

Canada Gazette du Part II
Vol. 134, no 26
Vol. 134, No. 26
Canada
Gazette
Gazette
du Canada
Part II
OTTAWA, WEDNESDAY, DECEMBER 20, 2000
Partie II
OTTAWA, LE MERCREDI 20 DÉCEMBRE 2000
Statutory Instruments 2000
SOR/2000-410 to 418 and SI/2000-110 to 111
Textes réglementaires 2000
DORS/2000-410 à 418 et TR/2000-110 à 111
Pages 2496 to 2590
Pages 2496 à 2590
NOTICE TO READERS
AVIS AU LECTEUR
The Canada Gazette Part II is published under authority of the Statutory
Instruments Act on January 5, 2000 and at least every second Wednesday
thereafter.
La Gazette du Canada Partie II est publiée en vertu de la Loi sur les textes
réglementaires le 5 janvier 2000 et au moins tous les deux mercredis par la
suite.
Part II of the Canada Gazette contains all ‘‘regulations’’ as defined in the
Statutory Instruments Act and certain other classes of statutory instruments
and documents required to be published therein. However, certain regulations
and classes of regulations are exempted from publication by section 15 of the
Statutory Instruments Regulations made pursuant to section 20 of the
Statutory Instruments Act.
La Partie II de la Gazette du Canada est le recueil des « règlements »
définis comme tels dans la loi précitée et de certaines autres catégories de
textes réglementaires et de documents qu’il est prescrit d’y publier.
Cependant, certains règlements et catégories de règlements sont soustraits à la
publication par l’article 15 du Règlement sur les textes réglementaires, établi
en vertu de l’article 20 de la Loi sur les textes réglementaires.
Each regulation or statutory instrument published in this number may
be obtained as a separate reprint from Canadian Government Publishing,
Public Works and Government Services Canada. Rates will be quoted on
request.
Il est possible d’obtenir un tiré à part de tout règlement ou de tout texte
réglementaire publié dans le présent numéro en s’adressant aux Éditions du
gouvernement du Canada, Travaux publics et Services gouvernementaux
Canada. Le tarif sera indiqué sur demande.
The Canada Gazette Part II is available in most libraries for consultation.
On peut consulter la Gazette du Canada Partie II dans la plupart des
bibliothèques.
For residents of Canada, the cost of an annual subscription to the Canada
Gazette Part II is $67.50, and single issues, $3.50. For residents of other
countries, the cost of a subscription is US$67.50 and single issues, US$3.50.
Orders should be addressed to: Canadian Government Publishing, Public
Works and Government Services Canada, Ottawa, Canada K1A 0S9.
Pour les résidents du Canada, le prix de l’abonnement annuel à la Gazette
du Canada Partie II est de 67,50 $ et le prix d’un exemplaire, de 3,50 $. Pour
les résidents d’autres pays, le prix de l’abonnement est de 67,50 $US et
le prix d’un exemplaire, de 3,50 $US. Veuillez adresser les commandes à :
Les Éditions du gouvernement du Canada, Travaux publics et Services
gouvernementaux Canada, Ottawa, Canada K1A 0S9.
Copies of Statutory Instruments that have been registered with the Clerk of
the Privy Council are available, in both official languages, for inspection and
sale at Room 418, Blackburn Building, 85 Sparks Street, Ottawa, Canada.
Des exemplaires des textes réglementaires enregistrés par le greffier du
Conseil privé sont à la disposition du public, dans les deux langues
officielles, pour examen et vente à la pièce 418, édifice Blackburn, 85, rue
Sparks, Ottawa, Canada.
© Her Majesty the Queen in Right of Canada, represented by the
Minister of Public Works and Government Services, 2000
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2000
© Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, représentée par le
ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, 2000
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2000
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-410
Registration
SOR/2000-410 30 November, 2000
Enregistrement
DORS/2000-410 30 novembre 2000
FOOD AND DRUGS ACT
LOI SUR LES ALIMENTS ET DROGUES
Regulations Amending the Processing and
Distribution of Semen for Assisted Conception
Regulations (1238 — Special Access)
Règlement modifiant le Règlement sur le
traitement et la distribution du sperme destiné à la
reproduction assistée (1238 — accès spécial)
P.C. 2000-1708 30 November, 2000
C.P. 2000-1708 30 novembre 2000
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Health, pursuant to section 30a of
the Food and Drugs Act, hereby makes the annexed Regulations
Amending the Processing and Distribution of Semen for Assisted
Conception Regulations (1238 — Special Access).
Sur recommandation du ministre de la Santé et en vertu de
l’article 30a de la Loi sur les aliments et drogues, Son Excellence
la Gouverneure générale en conseil prend le Règlement modifiant
le Règlement sur le traitement et la distribution du sperme destiné
à la reproduction assistée (1238 — accès spécial), ci-après.
REGULATIONS AMENDING THE PROCESSING
AND DISTRIBUTION OF SEMEN FOR
ASSISTED CONCEPTION REGULATIONS
(1238 — SPECIAL ACCESS)
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT
SUR LE TRAITEMENT ET LA DISTRIBUTION
DU SPERME DESTINÉ À LA REPRODUCTION
ASSISTÉE (1238 — ACCÈS SPÉCIAL)
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. (1) The definition “Director” in section 1 of the Processing and Distribution of Semen for Assisted Conception Regulations1 is repealed.
(2) Section 1 of the Regulations is amended by adding the
following in alphabetical order:
“health care facility” means a facility that provides diagnostic or
therapeutic services to patients. It includes a group of such facilities that report to one common management that has common responsibility for the activities carried out in those facilities. (établissement de santé)
2. The Regulations are amended by adding the following after section 3:
1. (1) La définition de « directeur », à l’article 1 du Règlement sur le traitement et la distribution du sperme destiné à la
reproduction assistée1, est abrogée.
(2) L’article 1 du même règlement est modifié par adjonction, selon l’ordre alphabétique, de ce qui suit :
« établissement de santé » Établissement qui fournit des services
diagnostiques ou thérapeutiques à des patients. Est également
visé tout groupement d’établissements de ce type dont les activités relèvent d’une même entité administrative. (health care
facility)
2. Le même règlement est modifié par adjonction, après
l’article 3, de ce qui suit :
PART 1
PARTIE 1
GENERAL
GÉNÉRAL
3. Subsection 4(2) of the Regulations is replaced by the following:
(2) No person shall distribute semen that is required to be quarantined or destroyed under paragraph 9(1)(b), 15(1)(a), 16(2)(c)
or (d) or subsection 17(1) or (3).
(3) Subject to section 5.1, no person shall distribute semen that
is required under paragraph 16(3)(c) or (d) or 17(4)(a) to be quarantined, destroyed or reserved for special access distribution.
4. The Regulations are amended by adding the following after section 5:
3. Le paragraphe 4(2) du même règlement est remplacé par
ce qui suit :
(2) Il est interdit de distribuer du sperme qui doit être mis en
quarantaine ou détruit conformément aux alinéas 9(1)b), 15(1)a)
ou 16(2)c) ou d), ou aux paragraphes 17(1) ou (3).
(3) Il est également interdit de distribuer, sous réserve de
l’article 5.1, du sperme qui, aux termes des alinéas 16(3)c) ou d)
ou 17(4)a), doit être mis en quarantaine, détruit ou réservé pour
distribution dans le cadre d’un accès spécial.
4. Le même règlement est modifié par adjonction, après
l’article 5, de ce qui suit :
EXCEPTION
EXCEPTION
5.1 Despite subsection 4(1) and section 5, a person may distribute or import for distribution semen that has not been
5.1 Malgré le paragraphe 4(1) et l’article 5, le sperme qui n’a
pas été traité conformément aux alinéas 4(1)b) et 9(1)a) et à
———
a
1
S.C. 1999, c. 33, s. 347
SOR/96-254
2496
———
a
1
L.C. 1999, ch. 33, art. 347
DORS/96-254
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-410
processed in accordance with the requirements of paragraphs 4(1)(b) and 9(1)(a) and section 10 or that has been reserved for special access distribution if the person does so in accordance with a special access authorization issued under section 20.
5. (1) Subsection 6(1) of the Regulations is replaced by the
following:
6. (1) Every person who processes or imports, or intends to
process or import, semen for distribution shall give written notice
to the Minister of the processing or importing at least 10 days
before the date on which they begin processing or importing semen.
(2) Paragraph 6(2)(c) of the English version of the Regulations is replaced by the following:
(c) the date of beginning to process or import semen.
6. Section 7 of the Regulations is replaced by the following:
7. A processor or importer of semen shall provide any additional information that the Minister may in writing request, on or
before the date set out in the request, in order to establish that the
semen has been processed in accordance with these Regulations.
7. Subsection 8(1) of the Regulations is replaced by the following:
8. (1) Every person shall, within 90 days after they have
stopped processing or importing semen, give written notice to the
Minister indicating that they have stopped processing or importing semen.
8. Subsection 9(1) of the Regulations is amended by adding
the word “and” at the end of paragraph (a), by deleting the
word “and” at the end of paragraph (b) and by repealing
paragraph (c).
9. (1) The portion of subsection 12(1) of the French version
of the Regulations before paragraph (a) is replaced by the
following:
12. (1) La personne qui effectue le traitement en vue de la distribution tient, à l’égard de chaque donneur qu’elle évalue, un
dossier contenant les renseignements et documents suivants :
(2) Paragraph 12(1)(a) of the Regulations is replaced by the
following:
(a) the date of each donation and the tests, screening and
monitoring performed in respect of the donor, the dates and results of those measures and, if necessary, an interpretation of
the results;
(3) Paragraph 12(1)(c) of the Regulations is replaced by the
following:
(c) if the processor is a physician who uses the donor’s semen
in the performance of assisted conception,
(i) the identification code marked on each container of semen and a means to identify the patient on whom the assisted conception was performed, and
(ii) in the case of semen that is distributed in accordance
with a special access authorization, the patient’s written consent to the use of the semen;
(4) Subsection 12(1) of the Regulations is amended by
striking out the word “and” at the end of paragraph (d) and
by adding the following after paragraph (d):
l’article 10 ou qui a été réservé pour distribution dans le cadre
d’un accès spécial peut être distribué, ou importé en vue d’être
distribué, par toute personne à qui est délivrée l’autorisation
d’accès spécial visée à l’article 20.
5. (1) Le paragraphe 6(1) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
6. (1) La personne qui traite ou importe du sperme en vue de le
distribuer, ou qui a l’intention de le faire, en avise le ministre par
écrit au moins dix jours avant la date du début du traitement ou de
l’importation.
(2) L’alinéa 6(2)c) de la version anglaise du même règlement est remplacé par ce qui suit :
(c) the date of beginning to process or import semen.
6. L’article 7 du même règlement est remplacé par ce qui
suit :
7. La personne qui effectue le traitement ou l’importateur doit,
sur demande écrite du ministre, fournir à ce dernier, au plus tard à
la date indiquée dans la demande, tout renseignement supplémentaire permettant d’établir que le sperme a été traité conformément aux exigences du présent règlement.
7. Le paragraphe 8(1) du même règlement est remplacé par
ce qui suit :
8. (1) La personne qui cesse de traiter ou d’importer du sperme
en avise le ministre par écrit dans les quatre-vingt-dix jours suivant la date de cessation.
8. L’alinéa 9(1)c) du même règlement est abrogé.
9. (1) Le passage du paragraphe 12(1) de la version française du même règlement précédant l’alinéa a) est remplacé
par ce qui suit :
12. (1) La personne qui effectue le traitement en vue de la distribution tient, à l’égard de chaque donneur qu’elle évalue, un
dossier contenant les renseignements et documents suivants :
(2) L’alinéa 12(1)a) du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
a) la date de chaque don et les tests, l’évaluation et le suivi effectués à l’égard du donneur ainsi que les dates et les résultats
de ces mesures et, au besoin, l’interprétation de ces résultats;
(3) L’alinéa 12(1)c) du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
c) si elle est le médecin qui utilise le sperme du donneur pour la
reproduction assistée :
(i) le code d’identification inscrit sur chaque récipient de
sperme et un moyen d’identifier la patiente à l’égard de
laquelle la reproduction assistée a été pratiquée,
(ii) dans le cas de sperme distribué en vertu d’une autorisation d’accès spécial, le consentement écrit de la patiente à
l’utilisation de ce sperme;
(4) Le paragraphe 12(1) du même règlement est modifié par
adjonction, après l’alinéa d), de ce qui suit :
2497
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-410
(d.1) if a container of the donor’s semen is distributed in accordance with a special access authorization, a copy of the
authorization; and
10. (1) The portion of section 13 of the French version of the
Regulations before paragraph (a) is replaced by the following:
13. Tout distributeur, autre que la personne qui effectue le
traitement, tient à l’égard de chaque récipient de sperme un dossier contenant les renseignements et documents suivants :
(2) Paragraphs 13(c) and (d) of the Regulations are replaced by the following:
(c) in the case of a container of semen that is in the person’s
possession, other than one for which a special access authorization has been issued, the following evidence that the semen
was processed in accordance with the requirements of these
Regulations in force at the time the semen was distributed to
the person, namely, the date that the semen was donated, the
tests performed in respect of the donor, the dates and results of
the tests and, if necessary, an interpretation of the results;
(c.1) in the case of a container of semen that the person distributed before December 1, 2000, evidence that the semen was
processed in accordance with the requirements of these Regulations in force at the time the person distributed the semen;
(c.2) in the case of a container of semen that the person distributes on or after December 1, 2000, other than one for which a
special access authorization has been issued, the following evidence that the semen was processed in accordance with the requirements of these Regulations in force at the time the person
distributes the semen, namely, the date that the semen was donated, the tests performed in respect of the donor, the dates and
results of the tests and, if necessary, an interpretation of the results;
(c.3) in the case of a container of semen for which a special access authorization has been issued,
(i) a copy of the authorization,
(ii) a copy of the declaration referred to in paragraph 19(2)(i), and
(iii) the date that the semen was donated, the tests performed
in respect of the donor, the dates and results of the tests and,
if necessary, an interpretation of the results;
(d) if the distributor is a physician who uses the semen in the
performance of assisted conception,
(i) a means to identify the patient on whom the assisted conception was performed, and
(ii) in the case of semen that is distributed in accordance
with a special access authorization, the patient’s written consent to the use of the semen;
(3) Paragraph 13(g) of the Regulations is replaced by the
following:
(g) in respect of each container of semen that the processor
collects under paragraph 16(2)(c) or (3)(c), the date of its collection.
11. (1) The portion of subsection 15(1) of the French version
of the Regulations before paragraph (a) is replaced by the
following:
15. (1) Lorsqu’une personne reçoit le rapport visé à l’alinéa 14b) ou qu’elle a des motifs raisonnables de croire que du
sperme qu’elle a traité et distribué peut être contaminé par un
agent infectieux, elle prend sans délai les mesures suivantes :
2498
d.1) à l’égard de chaque récipient de sperme du donneur qui est
distribué en vertu d’une autorisation d’accès spécial, une copie
de cette autorisation;
10. (1) Le passage de l’article 13 de la version française du
même règlement précédant l’alinéa a) est remplacé par ce qui
suit :
13. Tout distributeur, autre que la personne qui effectue le
traitement, tient à l’égard de chaque récipient de sperme un dossier contenant les renseignements et documents suivants :
(2) Les alinéas 13c) et d) du même règlement sont remplacés par ce qui suit :
c) à l’égard de chaque récipient en sa possession pour lequel
aucune autorisation d’accès spécial n’est délivrée, la preuve
que ce sperme a été traité conformément au présent règlement
dans sa version à la date où il lui est distribué, à savoir la date
du don, les tests effectués à l’égard du donneur ainsi que les
dates et les résultats de ces tests et, au besoin, l’interprétation
de ces résultats;
c.1) à l’égard de chaque récipient qu’il a distribué avant le
1er décembre 2000, la preuve que ce sperme a été traité conformément au présent règlement dans sa version à la date de
cette distribution;
c.2) à l’égard de chaque récipient qu’il distribue à partir du
1er décembre 2000 et pour lequel aucune autorisation d’accès
spécial n’est délivrée, la preuve que ce sperme a été traité conformément au présent règlement dans sa version à la date de
cette distribution, à savoir la date du don, les tests effectués à
l’égard du donneur ainsi que les dates et les résultats de ces
tests et, au besoin, l’interprétation de ces résultats;
c.3) à l’égard de chaque récipient pour lequel une autorisation
d’accès spécial est délivrée :
(i) une copie de cette autorisation,
(ii) une copie de la déclaration visée à l’alinéa 19(2)i),
(iii) la date du don, les tests effectués à l’égard du donneur,
les dates et résultats de ces tests et, au besoin, l’interprétation
de ces résultats;
d) s’il est le médecin qui utilise le sperme pour la reproduction
assistée :
(i) un moyen d’identifier la patiente à l’égard de laquelle la
reproduction assistée a été pratiquée,
(ii) dans le cas de sperme distribué en vertu d’une autorisation d’accès spécial, le consentement écrit de la patiente à
l’utilisation de ce sperme;
(3) L’alinéa 13g) du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
g) à l’égard de chaque récipient que la personne qui effectue le
traitement collecte aux termes des alinéas 16(2)c) ou (3)c), la
date de la collecte.
11. (1) Le passage du paragraphe 15(1) de la version française du même règlement précédant l’alinéa a) est remplacé
par ce qui suit :
15. (1) Lorsqu’une personne reçoit le rapport visé à l’alinéa 14b) ou qu’elle a des motifs raisonnables de croire que du
sperme qu’elle a traité et distribué peut être contaminé par un
agent infectieux, elle prend sans délai les mesures suivantes :
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-410
(2) Section 15 of the Regulations is amended by adding the
following after subsection (1):
(1.1) Despite subsection (1), the processor of semen that has
been distributed in accordance with a special access authorization
is not required to take the measures specified in that subsection by
reason only that
(a) a particular infectious agent, other than one referred to in
column 1 of the table to subsection 20(1), was not tested for in
accordance with the requirements of paragraphs 4(1)(b) and
9(1)(a) during the processing of the semen; or
(b) the semen was not processed in accordance with section 10.
(3) The portion of subsection 15(3) of the Regulations before paragraph (a) is replaced by the following:
(3) Every processor who conducts an investigation shall provide the Minister with the following information at the following
times:
12. (1) The portion of subsection 16(2) of the Regulations
before paragraph (b) is replaced by the following:
(2) Where the results of the investigation demonstrate that all
or some of the semen is contaminated by an infectious agent, the
processor shall
(a) prepare a list specifying the identification codes marked on
the containers of the semen that is contaminated;
(2) Section 16 of the Regulations is amended by adding the
following after subsection (2):
(3) Where the results of the investigation are inconclusive as to
whether all or some of the semen is contaminated by an infectious
agent, the processor shall
(a) prepare a list specifying the identification codes marked on
the containers of that semen;
(b) notify each person referred to in paragraph 15(1)(c), in
writing, either
(i) that all quarantined containers having the identification
codes specified in the list must be destroyed or reserved for
special access distribution, or
(ii) that all quarantined containers having the identification
codes specified in the list must be destroyed, reserved for
special access distribution or kept in quarantine until collected by the processor;
(c) if the person to whom the processor gave a notice under
subparagraph (b)(ii) informs the processor that the person has
chosen to have the processor collect the containers as proposed
in the notice, collect those containers and destroy them or reserve them for special access distribution; and
(d) destroy the containers of semen in the processor’s possession having the identification codes specified in the list or reserve them for special access distribution.
13. Section 17 of the Regulations is amended by adding the
following after subsection (3):
(4) Where the person receives a notice referred to in paragraph 16(3)(b), the person shall
(a) take one of the following actions, namely,
(i) destroy all the containers of the semen in the person’s
possession having the identification codes referred to in the
notice,
(ii) reserve those containers for special access distribution, or
(2) L’article 15 du même règlement est modifié par adjonction, après le paragraphe (1), de ce qui suit :
(1.1) Malgré le paragraphe (1), la personne ayant traité du
sperme qui a été distribué en vertu d’une autorisation d’accès
spécial n’est pas tenue de prendre les mesures visées à ce paragraphe du seul fait, selon le cas :
a) qu’un test pour détecter un agent infectieux — autre que
ceux visés à la colonne 1 du tableau du paragraphe 20(1) — n’a
pas été effectué conformément aux exigences des alinéas 4(1)b) et 9(1)a) pendant le traitement du sperme;
b) que le sperme n’a pas été traité conformément à l’article 10.
(3) Le passage du paragraphe 15(3) du même règlement
précédant l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
(3) La personne qui procède à l’enquête fournit au ministre les
renseignements ci-après dans les délais précisés :
12. (1) Le passage du paragraphe 16(2) du même règlement
précédant l’alinéa b) est remplacé par ce qui suit :
(2) Si les résultats de l’enquête montrent que le sperme est
contaminé, en tout ou en partie, par un agent infectieux, la personne qui a effectué le traitement :
a) dresse une liste des codes d’identification inscrits sur les récipients du sperme contaminé;
(2) L’article 16 du même règlement est modifié par adjonction, après le paragraphe (2), de ce qui suit :
(3) Si les résultats de l’enquête ne permettent pas de déterminer
si le sperme est contaminé, en tout ou en partie, par un agent infectieux, la personne qui a effectué le traitement :
a) dresse une liste des codes d’identification inscrits sur les récipients contenant ce sperme;
b) envoie aux personnes visées à l’alinéa 15(1)c) un avis précisant, selon le cas :
(i) que les récipients mis en quarantaine et portant les codes
d’identification indiqués dans la liste doivent être détruits ou
réservés pour distribution dans le cadre d’un accès spécial,
(ii) que les récipients mis en quarantaine et portant les codes
d’identification indiqués dans la liste doivent être détruits,
réservés pour distribution dans le cadre d’un accès spécial ou
mis en quarantaine pour être collectés par elle;
c) dans le cas où le destinataire de l’avis prévu au sous-alinéa b)(ii) l’informe qu’il opte pour la collecte des récipients visés dans l’avis, elle procède à celle-ci et détruit les récipients
ou les réserve pour distribution dans le cadre d’un accès spécial;
d) détruit les récipients de sperme qu’elle a en sa possession et
qui portent les codes d’identification indiqués dans la liste ou
les réserve pour distribution dans le cadre d’un accès spécial.
13. L’article 17 du même règlement est modifié par adjonction, après le paragraphe (3), de ce qui suit :
(4) La personne qui reçoit l’avis visé à l’alinéa 16(3)b) doit :
a) prendre l’une des mesures suivantes :
(i) détruire les récipients de sperme qu’elle a en sa possession et qui portent les codes d’identification indiqués dans
l’avis,
(ii) réserver ces récipients pour distribution dans le cadre
d’un accès spécial,
2499
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-410
(iii) dans les cas où l’avis propose la collecte de ces récipients et où elle opte pour cette solution, informer de son
choix la personne qui a effectué le traitement et mettre ces
récipients en quarantaine jusqu’à leur collecte;
b) présenter le plus tôt possible à la personne qui a effectué le
traitement un rapport écrit précisant, pour chaque code d’identification indiqué dans l’avis, le nombre de récipients qu’elle a
reçus et le nombre de récipients qu’elle a distribués, détruits,
réservés pour distribution dans le cadre d’un accès spécial ou
mis en quarantaine jusqu’à leur collecte.
(iii) in the case of a notice that proposes the collection of
those containers, if the person chooses this option, inform
the processor in writing of this decision and keep those containers in quarantine until they are collected by the processor; and
(b) provide a written report to the processor as soon as possible
indicating, for each identification code referred to in the notice,
the number of containers received by the person and the number of containers that were distributed, destroyed, reserved for
special access distribution or kept in quarantine for collection
by the processor.
14. Paragraph 18(a) of the Regulations is replaced by the
following:
(a) provide the Minister with a detailed report setting out the
results of the investigation, including, where the semen is required to be collected, destroyed or reserved for special access
distribution, the disposition of all containers of that semen; and
15. Section 19 of the Regulations and the heading before it
are replaced by the following:
14. L’alinéa 18a) du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
a) au ministre un rapport détaillé des résultats qui précise, lorsque des récipients de sperme doivent être collectés, détruits ou
réservés pour distribution dans le cadre d’un accès spécial, la
disposition de ces récipients;
15. L’article 19 du même règlement et l’intertitre le précédant sont remplacés par ce qui suit :
PART 2
PARTIE 2
SPECIAL ACCESS
ACCÈS SPÉCIAL
APPLICATION
DEMANDE
19. (1) If a physician wishes to obtain access to semen that has
not been processed in accordance with the requirements of paragraphs 4(1)(b) and 9(1)(a) and section 10 or that has been reserved for special access distribution for use in performing assisted conception on a patient whose needs can not be met using
semen that has been processed in accordance with those requirements, the physician shall apply in writing to the Minister for a
special access authorization that permits the processor, distributor
or importer of the semen or several of those persons to distribute
or import for distribution the semen for that purpose.
(2) The application shall contain the following:
(a) the name, business address and business telephone number
of the physician;
(b) the name and business address of the processor of the requested semen;
(c) the name and business address of the distributor from whom
the physician obtained or will obtain the semen;
(d) the name and business address of the person who is in possession of the semen;
(e) in the case of semen that is to be imported, the name and
business address of the importer of the semen;
(f) the name and address of the health care facility to which the
semen is to be shipped;
(g) the initials and date of birth of the patient;
(h) the number of containers of semen requested and the identification code of each requested container;
(i) a declaration signed by the processor or an authorized agent
of the processor
(i) certifying that the requested semen has been processed in
accordance with section 11,
(ii) certifying that the tests referred to in paragraph 20(1)(b)
have been performed in respect of the donor of the requested
semen and that the results of the tests were negative, and
19. (1) Lorsque, en vue d’une reproduction assistée qui, compte
tenu des besoins de la patiente, ne peut être pratiquée au moyen
de sperme traité conformément aux alinéas 4(1)b) et 9(1)a) et à
l’article 10, le médecin souhaite avoir accès à du sperme qui n’a
pas été ainsi traité ou qui a été réservé pour distribution dans le
cadre d’un accès spécial, il présente au ministre une demande
d’autorisation d’accès spécial visant à permettre à la personne
ayant effectué le traitement de ce sperme, au distributeur ou à
l’importateur — ou à telles de ces personnes — de distribuer ce
sperme, ou de l’importer en vue de le distribuer, à cette fin.
(2) La demande d’autorisation contient les renseignements et
documents suivants :
a) le nom du médecin et ses adresse et numéro de téléphone à
son lieu de travail;
b) les nom et adresse du lieu de travail de la personne qui a
traité le sperme demandé;
c) les nom et adresse du lieu de travail du distributeur auprès de
qui le médecin s’est procuré ou se procurera ce sperme;
d) les nom et adresse du lieu de travail de la personne en possession du sperme;
e) dans le cas du sperme devant être importé, les nom et
adresse du lieu de travail de l’importateur;
f) les nom et adresse de l’établissement de santé où sera livré le
sperme;
g) les initiales et la date de naissance de la patiente;
h) le nombre demandé de récipients de sperme et le code
d’identification attribué à chacun d’eux;
i) une déclaration signée par la personne qui a effectué le traitement ou son mandataire :
(i) attestant que le sperme demandé a été traité conformément à l’article 11,
(ii) attestant que les tests visés à l’alinéa 20(1)b) ont été effectués à l’égard du donneur du sperme demandé et ont donné des résultats négatifs,
2500
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-410
(iii) indicating which measures required under paragraphs 4(1)(b) and 9(1)(a) have not been taken and the reasons why they have not been taken;
(j) the date that the requested semen was donated and the tests,
screening and monitoring performed in respect of the donor of
the semen and the dates and results of those measures, including, if necessary, an interpretation of the results;
(k) a statement by the physician that he or she has obtained information from the processor as to whether the requested semen was processed in accordance with section 10;
(l) a statement by the physician indicating that he or she does
not have reasonable grounds to believe that an infectious agent
may have been transmitted to a woman as a result of assisted
conception having been performed on the woman using semen
from the same donor as that of the requested semen;
(m) a rationale by the physician that outlines
(i) the reasons that justify the use of the requested semen,
having regard to the available information on the safety of
the semen and the needs of the patient, and
(ii) the reasons why the needs of the patient cannot be met
using semen that has been processed in accordance with the
requirements of paragraphs 4(1)(b) and 9(1)(a) and section 10;
(n) a statement by the physician that, in his or her opinion, the
use of the requested semen would not pose
(i) a serious risk to the health of the patient, having regard to
the available information on the safety of the semen and the
health of the patient, or
(ii) a serious risk of transmitting an infectious agent to a
child to be conceived from the semen, having regard to the
available information on the safety of the semen; and
(o) a statement by the physician that he or she has informed the
patient of the risks that the use of the requested semen could
pose to the patient and to a child to be conceived from the use
of the semen and has obtained the patient’s written consent to
its use.
(3) The application shall be signed and dated by the physician.
(iii) indiquant lesquelles des mesures visées aux alinéas 4(1)b) et 9(1)a) n’ont pas été prises et les raisons pour
lesquelles elles ne l’ont pas été;
j) la date de chaque don du sperme demandé et les tests, l’évaluation et le suivi effectués à l’égard du donneur de ce sperme
ainsi que les dates et les résultats de ces mesures et, au besoin,
l’interprétation de ces résultats;
k) une déclaration du médecin attestant qu’il s’est renseigné
auprès de la personne qui a effectué le traitement pour savoir si
le sperme demandé a été traité conformément à l’article 10;
l) une déclaration du médecin indiquant qu’il n’a aucun motif
raisonnable de croire qu’un agent infectieux a pu être transmis
à une femme par suite d’une reproduction assistée pratiquée au
moyen de sperme provenant du même donneur que le sperme
demandé;
m) une explication du médecin :
(i) justifiant l’utilisation du sperme demandé, compte tenu
des renseignements disponibles sur l’innocuité de ce sperme
et des besoins de la patiente,
(ii) indiquant les raisons pour lesquelles la reproduction assistée ne peut, compte tenu des besoins de la patiente, être
pratiquée au moyen de sperme traité conformément aux alinéas 4(1)b) et 9(1)a) et à l’article 10;
n) une déclaration du médecin attestant que, suivant son opinion, l’utilisation du sperme demandé ne présenterait pas :
(i) de risque grave pour la santé de la patiente, compte tenu
des renseignements disponibles sur l’innocuité de ce sperme
et de l’état de santé de la patiente,
(ii) de risque grave de transmission d’agents infectieux à
l’enfant qui serait conçu au moyen de ce sperme, compte tenu des renseignements disponibles sur l’innocuité de ce
sperme;
o) une déclaration du médecin attestant qu’il a informé la patiente des risques que l’utilisation du sperme demandé pouvait
présenter pour cette dernière et l’enfant conçu au moyen de ce
sperme et qu’il a obtenu de celle-ci un consentement écrit à
l’utilisation.
(3) La demande est signée et datée par le médecin.
AUTHORIZATION
AUTORISATION
20. (1) The Minister shall issue a special access authorization
to the processor, distributor or importer referred to in the application made under subsection 19(1), or several of those persons, if
(a) the information and documents required under subsection 19(2) have been provided to the Minister;
(b) testing for each infectious agent set out in column 1 of the
table to this subsection was done using one of the following
tests and the result of each test was negative, namely,
(i) a serological test for the applicable marker set out in column 2 of that table performed on a specimen obtained from
the donor of the requested semen at least six months after the
date that the requested semen was donated,
(ii) another test that is at least as effective as the test specified in subparagraph (i) in detecting that infectious agent, or
(iii) in the case of testing for the Hepatitis B Virus (HBV) in
respect of semen that was processed before March 14, 2000,
a serological test for the Hepatitis B surface antigen
(HBsAg) performed on two specimens obtained from the
donor of the requested semen within six months of each
other, one of which was obtained on or before the date that
20. (1) Le ministre délivre l’autorisation d’accès spécial à la
personne ayant effectué le traitement, au distributeur ou à l’importateur — ou à telles de ces personnes — qui sont visés par la
demande prévue au paragraphe 19(1), si les conditions suivantes
sont remplies :
a) les renseignements et documents mentionnés au paragraphe 19(2) lui ont été fournis;
b) l’analyse visant à détecter chacun des agents infectieux prévus à la colonne 1 du tableau du présent paragraphe a été effectuée au moyen de l’un des tests ci-après, lequel a donné un
résultat négatif :
(i) un test sérologique de dépistage de chacun des marqueurs
visés à la colonne 2, effectué sur un échantillon obtenu du
donneur de sperme demandé au moins six mois après le don
de sperme,
(ii) tout autre test au moins aussi efficace que celui visé au
sous-alinéa (i) pour détecter la présence de cet agent infectieux,
(iii) pour détecter la présence du virus de l’hépatite B (VHB)
à l’égard de sperme traité avant le 14 mars 2000, un test
2501
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-410
sérologique de dépistage de l’antigène de surface de l’hépatite B (AgHBs) effectué sur deux échantillons obtenus, à au
plus six mois d’intervalle, du donneur du sperme demandé,
le premier ayant été obtenu au plus tard à la date du don de
sperme demandé et l’autre, après cette date;
c) les résultats des autres tests mentionnés dans la demande
conformément à l’alinéa 19(2)j) ne révèlent pas de contamination par un agent infectieux;
d) dans le cas où un test requis aux sous-alinéas 4(1)b)(ii)
ou 9(1)a)(ii) n’a pas été effectué à l’égard du donneur en conformité avec cette disposition, il ne peut être remédié à l’irrégularité;
e) l’autorisation n’est pas demandée en vue de contourner les
exigences de traitement de la partie 1.
the requested semen was donated and one of which was obtained after that date;
(c) the results of any other tests set out in the application pursuant to paragraph 19(2)(j) do not indicate that the semen is
contaminated by an infectious agent;
(d) in a case in which a test required under subparagraph 4(1)(b)(ii) or 9(1)(a)(ii) has not been performed in respect of the donor in accordance with the requirements of that
provision, it is not possible to correct the irregularity; and
(e) the authorization is not being sought for the purpose of circumventing the processing requirements of Part 1.
TABLE
Column 1
TABLEAU
Column 2
Colonne 1
Colonne 2
Item
Infectious agent
Infectious agent marker
Article
Agent infectieux
Marqueur d’agent infectieux
1.
2.
3.
HIV-1 and HIV-2
Hepatitis C Virus (HCV)
Hepatitis B Virus (HBV)
Antibody to HIV-1 and HIV-2
Antibody to HCV
Antibody to Hepatitis B core antigen
(IgG anti-HBcAg)
1.
2.
3.
VIH-1 et VIH-2
Virus de l’hépatite C (VHC)
Virus de l’hépatite B (VHB)
Anticorps anti-VIH-1 et anti-VIH-2
Anticorps anti-VHC
Anticorps de l’antigène de nucléocapside
de l’hépatite B (IgG anti-AgHBc)
(2) The authorization shall clearly indicate
(a) the number of containers of semen in respect of which the
authorization is issued and the identification code of each container;
(b) the name and business address of every person who is
authorized to distribute the semen;
(c) in the case of semen that is to be imported for distribution,
the name and business address of the person who is authorized
to import the semen;
(d) the name and business address of the physician to whom the
semen may be distributed;
(e) the name and address of the health care facility to which the
semen may be shipped;
(f) the initials and date of birth of the patient in respect of
whom the semen may be used in the performance of assisted
conception; and
(g) the fact that the semen may only be distributed in accordance with the authorization.
(2) L’autorisation précise clairement :
a) le nombre de récipients de sperme à l’égard desquels elle est
délivrée et le code d’identification inscrit sur chacun d’eux;
b) les nom et adresse du lieu de travail de toute personne qui
est autorisée à distribuer le sperme;
c) dans le cas du sperme devant être importé en vue de sa distribution, les nom et adresse du lieu de travail de toute personne qui est autorisée à importer le sperme;
d) les nom et adresse du lieu de travail du médecin auquel le
sperme peut être distribué;
e) les nom et adresse de l’établissement de santé où peut être
livré le sperme;
f) les initiales et la date de naissance de la patiente à l’égard de
laquelle le sperme peut être utilisé pour la reproduction assistée;
g) le fait que ce sperme ne peut être distribué que conformément à l’autorisation.
DOCUMENTATION
DOCUMENTATION
21. (1) Every person who distributes semen for further distribution in accordance with a special access authorization shall
ensure that the container of the semen is accompanied by a copy
of the authorization.
(2) Every person who imports semen for distribution in accordance with a special access authorization shall ensure that the
outer shipping container in which the semen is transported
(a) displays clearly, on the outside surface of that container,
(i) an indication that the semen may only be distributed in
accordance with the authorization, and
(ii) the name and business address of the processor; and
(b) is accompanied by a copy of the authorization.
21. (1) La personne qui, en vertu d’une autorisation d’accès
spécial, distribue du sperme en vue d’une distribution ultérieure
veille à ce que chaque récipient de sperme qu’elle distribue soit
accompagné d’une copie de cette autorisation.
(2) La personne qui, en vertu d’une autorisation d’accès spécial, importe du sperme en vue de sa distribution veille à ce que le
contenant d’expédition extérieur du sperme qu’elle importe :
a) porte clairement sur sa surface extérieure :
(i) la mention que ce sperme ne peut être distribué que conformément à l’autorisation,
(ii) les nom et adresse du lieu de travail de la personne qui a
effectué le traitement de ce sperme;
b) soit accompagné d’une copie de l’autorisation.
2502
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-410
COMING INTO FORCE
16. These Regulations come into force on December 1, 2000.
ENTRÉE EN VIGUEUR
16. Le présent règlement entre en vigueur le 1er décembre
2000.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du règlement.)
Description
Description
The main purpose of this regulatory amendment to the Processing and Distribution of Semen for Assisted Conceptions Regulations (Semen Regulations) is to establish a Donor Semen Special Access Programme (DSSAP). Additionaly, this amendment
defines more precisely the minimum information that a person,
who distributes semen processed by another person, will be required to keep in their records as evidence that the semen was
processed in accordance with the Semen Regulations. It also revokes the regulatory requirement to destroy semen donations
where the white blood cells are greater than 1 × 106/ml.
Cette modification au Règlement sur le traitement et la distribution du sperme destiné à la reproduction assistée (règlement
sur le sperme) vise principalement à créer un Programme d’accès
spécial au sperme de donneur (PASSD). En outre, cette initiative
précise davantage le minimum d’information qu’une personne qui
distribue du sperme traité par un tiers devra tenir en dossier pour
prouver que le sperme a été traité conformément au règlement sur
le sperme. Elle abroge également l’obligation de détruire les dons
de sperme lorsque le dénombrement des globules blancs dépasse
1 × 106 par millilitre.
Background
Contexte
The Semen Regulations prohibit the distribution and importation for distribution of donor semen that has not been processed in
accordance with prescribed safety standards for donor screening
(including testing), laboratory controls, labelling and quarantine.
The purpose is to minimize the risk of infectious disease transmission through donor semen used in assisted conception.
Le règlement sur le sperme interdit la distribution et l’importation en vue de la distribution de sperme de donneur qui n’a pas
été traité conformément aux normes de sûreté prescrites pour
l’évaluation des donneurs (y compris les tests), les contrôles en
laboratoire, l’étiquetage et la mise en quarantaine. Ceci vise à
minimiser le risque de transmission de maladies infectieuses par
le sperme de donneur utilisé pour la reproduction assistée.
Avant le 27 juillet 2000, le règlement sur le sperme intégrait
par le biais d’un renvoi dynamique des sections particulières du
document intitulé Insémination thérapeutique avec sperme de
donneur (ITSD) - Lignes directrices de l’an 2000, ci-après appelé
Lignes directrices, publié par la Société canadienne de fertilité et
d’andrologie (SCFA). Au mois de mars 2000, la SCFA publiait
une version révisée de ses Lignes directrices, qui remplace l’ancienne version de 1996. Les Lignes directrices révisées renferment plusieurs changements, y compris l’ajout de critères pour
l’évaluation des donneurs et une mise à jour des méthodes
d’analyse afin de tenir compte des progrès technologiques dans le
domaine de la reproduction assistée. La SCFA indiquait également dans ses Lignes directrices révisées son intention d’abroger
les Lignes directrices le 1er août 2000.
Pour remédier à cette situation, le Programme des produits thérapeutiques (PPT) de Santé Canada a transformé le texte des sections des Lignes directrices visées par un renvoi dans le règlement
sur le sperme, en une directive ministérielle intitulée Exigences
techniques en matière d’insémination thérapeutique avec sperme
de donneur, Juillet 2000 (ci-après appelée la Directive). Celle-ci
contient essentiellement les mêmes exigences que les sections des
Lignes directrices visées par le renvoi. Le 27 juillet 2000, le règlement sur le sperme était modifié pour incorporer par renvoi les
sections de la Directive au lieu de celles des Lignes directrices.
L’un des changements dans la Directive qui influent le plus sur
l’admissibilité du sperme du donneur est l’inclusion de l’amplification des acides nucléiques (TAN) comme seule méthode acceptable de détection de Chlamydia trachomatis. C’est aussi la
méthode de choix indiquée dans les Lignes directrices canadiennes pour les MTS, édition de 1998 pour le diagnostic des
infections chlamydiennes. Comme il s’agit d’un test relativement
Prior to July 27, 2000, the Semen Regulations incorporated, by
reference, specific sections of the Canadian Fertility and Andrology Society (CFAS) 2000 Guidelines for Therapeutic Donor Insemination (the Guidelines). In March 2000, the CFAS issued a
revised year 2000 version of its Guidelines which superseded the
previous 1996 version. The revised Guidelines contained several
changes, including expanded criteria for donor screening and
updated testing procedures to reflect technological advances in
the area of assisted conception. The CFAS also indicated in its
revised Guidelines their intention to withdraw the Guidelines on
August 1, 2000.
To address this challenge, Health Canada’s Therapeutic Products Programme (TPP) converted the text of the sections of the
Guidelines that were referenced in the Semen Regulations into a
Departmental Directive entitled Technical Requirements for
Therapeutic Donor Insemination, July 2000 (the Directive). The
Directive contains essentially the same requirements as those that
were included in the referenced sections of the Guidelines. On
July 27, 2000, the Semen Regulations were amended to incorporate by reference sections of the Directive in lieu of those of the
Guidelines.
One of the requirements in the Directive which most significantly affects the qualification of donor semen is the inclusion of
the Nucleic Acid Amplification Test (NAT) as the sole acceptable
method for detecting Chlamydia trachomatis. It is also the
method of choice specified in the Canadian STD Guidelines,
1998 Edition for the diagnosis of chlamydial infections. As it is a
relatively new test, NAT was not required in the past, and
2503
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-410
consequently was not used by most semen banks. As a result,
most of the donor semen processed prior to March, 2000 was not
tested using NAT and cannot be distributed because it does not
meet the updated regulatory requirements. It may only be requalified and acceptable for distribution if it can be brought into
compliance with the requirements of the Semen Regulations by,
for instance, using a validated NAT for testing the semen itself.
nouveau, le TAN n’était pas exigé dans le passé et, partant, n’a
pas été utilisé par la plupart des banques de sperme. Par conséquent, la majeure partie du sperme de donneur traité avant le mois
de mars 2000 n’a pas fait l’objet d’un TAN et ne peut être distribué parce qu’il ne respecte pas les nouvelles exigences réglementaires. Il ne pourra être réévalué et jugé acceptable pour la
distribution que si on peut le déclarer conforme aux exigences du
règlement sur le sperme par l’utilisation, par exemple, d’un TAN
validé pour l’analyse du sperme lui-même.
However, re-qualification may not always be possible. For example, a test may be required to be performed on a urine sample
at the time of donation and there may be no test available to test
the semen directly. In addition, in many instances, the original
donor may no longer be available to provide further donations.
Toutefois, une réévaluation n’est pas toujours possible. Par
exemple, un test peut devoir être effectué sur un échantillon
d’urine au moment du don et il se peut qu’il n’existe aucun test
pour l’analyse directe du sperme. En outre, dans plusieurs cas, le
donneur peut ne pas être disponible pour fournir un autre don.
This situation is problematic to some Canadians who wish, for
various reasons, to have access to donor semen that is no longer
available for distribution because it does not meet the current
requirements of the Semen Regulations. For example, a woman or
a couple who have had a child through therapeutic donor insemination may wish to have another child using semen from the same
donor so that the children would be genetic siblings. However, if
the requested donor semen was processed prior to the implementation of the updated regulatory requirements and does not meet
these updated requirements, the donor semen will be prohibited
from being distributed unless it is re-qualified. If re-qualification
is not possible, then the requested donor semen would not be
available for use in assisted conception.
La situation pose un problème pour les Canadiennes et les Canadiens qui souhaitent, pour diverses raisons, avoir accès à du
sperme qui ne peut plus être distribué parce qu’il ne rencontre pas
les exigences actuelles du règlement sur le sperme. Par exemple,
il est possible qu’une femme ou un couple ayant eu un enfant par
insémination thérapeutique souhaite recourir au même donneur
pour que leurs enfants soient des frères et des soeurs génétiques.
Toutefois, si le sperme du donneur demandé a été traité avant
l’entrée en vigueur des nouvelles exigences réglementaires et ne
satisfait pas à ces nouvelles exigences, il ne pourra plus être distribué à moins d’être requalifié. Si une requalification du sperme
demandé n’est pas possible, il ne pourra pas être utilisé pour la
reproduction assistée.
To address this problem, and to respond to the desire of Canadians to make informed choices with respect to the formation of
their families, this amendment establishes a DSSAP.
Pour remédier à cette situation et respecter la volonté des Canadiennes et des Canadiens de faire des choix éclairés en ce qui
concerne la formation de leur famille, cette modification réglementaire instaure un Programme d’accès spécial au sperme de
donneur (PASSD).
Donor Semen Special Access Programme (DSSAP)
Programme d’accès spécial au sperme de donneur (PASSD)
The purpose of the DSSAP is to provide physicians with a
mechanism to access donor semen, that does not meet the normal
safety requirements of the Semen Regulations, for use in performing assisted conception on a patient whose needs can not be
met using semen processed in accordance with the requirements.
Le but du PASSD est de permettre aux médecins d’avoir accès
au sperme de donneur qui ne respecte pas les exigences normales
en matière d’innocuité du règlement sur le sperme, et de s’en
servir lorsqu’ils appliquent une technique de reproduction assistée
sur une patiente dont les besoins ne peuvent être comblés au
moyen du sperme traité conformément à ces exigences.
The DSSAP is not intended to be used as a mechanism to circumvent the requirements of the Semen Regulations, but rather to
provide access to donor semen in exceptional circumstances.
Consequently, the general principle is that all donor semen must
be processed in accordance with the requirements of the Semen
Regulations respecting screening (including testing), laboratory
controls, labelling and quarantine.
Le PASSD ne se veut pas un mécanisme pour contourner les
exigences du règlement sur le sperme, mais plutôt vise à permettre l’accès au sperme de donneur dans des circonstances exceptionnelles. Le principe général demeure donc le suivant : tout le
sperme de donneur doit être traité conformément aux exigences
du règlement sur le sperme en ce qui a trait à l’évaluation des
donneurs, aux contrôles en laboratoire, à l’étiquetage et à la quarantaine.
However, in the course of its activities, a processor, distributor
or importer of semen may discover deviations from the normal
processing requirements. Deviations may, for instance, be due to
the unintentional omission of a test or, as is presently the case
with the recent implementation of the NAT, to changes in testing
requirements.
Dans le cours de ses activités, une personne qui traite, distribue
ou importe du sperme peut détecter des écarts par rapport aux
exigences normales de traitement. Il peut s’agir, par exemple, de
l’omission involontaire d’un test ou, comme c’est présentement le
cas pour l’utilisation du TAN requis récemment, de changements
dans les exigences relatives aux tests.
This regulatory amendment will allow donor semen that have
not been processed with the normal requirements of the Semen
Regulations to be reserved for special access where the results of
an investigation are inconclusive in determining whether or not
the semen are contaminated. In addition, it will allow the
En vertu de la présente modification, le sperme de donneur qui
n’a pas été traité conformément aux exigences normales du règlement sur le sperme pourra être réservé pour accès spécial dans
les cas où les résultats d’une enquête ne sont pas concluants quant
à la contamination du sperme. La présente modification
2504
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-410
distribution or importation for distribution of donor semen reserved for special access if it is done in accordance with a special
access authorization.
autorisera également la distribution ou l’importation en vue de la
distribution de sperme de donneurs réservé pour accès spécial si
un accès spécial a été autorisé.
The distribution of donor semen reserved for special access
will require the issuance of an authorization by Health Canada.
To obtain a donor semen special access authorization the patient’s
treating physician will need to submit an application for special
access. The information that will be required in the application
will include the following:
— the number of containers of semen requested and the identification code of each requested container;
— the date that the requested semen was donated and the tests,
screening and monitoring performed in respect of the donor of
the semen and the dates and results of those measures, including, if necessary, an interpretation of the results;
— a declaration signed by the processor or an authorized agent of
the processor indicating which safety requirements have not
been met and the reasons why they have not been met;
— a rationale by the physician that outlines:
- the reasons that justify the use of the requested semen,
having regard to the available information on the safety of the
semen and the needs of the patient; and
- the reasons why the needs of the patient cannot be met using
donor semen that has been processed in accordance with the
normal requirements of the Semen Regulations;
— statements by the physician:
- indicating that he or she does not have reasonable grounds to
believe that an infectious agent may have been transmitted to
a woman as a result of assisted conception having been performed on the woman using semen from the donor of the requested semen;
- that in his or her opinion, the use of the requested semen
would not pose a serious risk to the health of the patient,
having regard to the available information on the safety of the
semen and the health of the patient; and
- that he or she has informed the patient of the risks that the
use of the requested semen could pose to the patient and to a
child to be conceived from the use of the semen and has obtained the patient’s written consent for its use.
Pour que le sperme puisse être distribué dans le cadre du programme d’accès spécial, il faudra que Santé Canada donne son
autorisation. Pour obtenir cette autorisation, le médecin traitant de
la patiente devra présenter une demande d’accès spécial. La demande devra inclure les renseignements suivants :
— le nombre de récipients de sperme demandés et le code
d’identité de chaque récipient demandé;
— la date à laquelle le sperme demandé a été donné et les tests et
activités d’évaluation et de suivi exécutés à l’égard du donneur du sperme et les dates et résultats de ces mesures, y
compris, au besoin, une interprétation des résultats;
— une déclaration signée par la personne qui a effectué le traitement du sperme ou son mandataire indiquant lesquelles des
exigences de sûreté n’ont pas été respectées et les raisons pour
lesquelles elles ne l’ont pas été;
— un exposé justificatif par le médecin indiquant :
- les raisons pour lesquelles le sperme demandé devrait être
utilisé eu égard aux renseignements disponibles sur l’innocuité du sperme et les besoins de la patiente; et
- les raisons pour lesquelles les besoins de la patiente ne
peuvent être comblés à l’aide du sperme de donneur qui a été
traité conformément aux exigences normales du règlement sur
le sperme;
— des déclarations par le médecin indiquant :
- qu’il n’a aucun motif raisonnable de croire qu’un agent infectieux ait été transmis à une patiente par suite de l’exécution
d’une technique de reproduction assistée à l’aide du sperme
de donneur demandé;
- que, à son avis, l’utilisation du sperme demandé ne présenterait pas de risque sérieux pour la santé de la patiente, eu
égard aux renseignements disponibles sur l’innocuité du
sperme et l’état de santé de la patiente; et
- qu’il a informé la patiente des risques que l’utilisation du
sperme demandé peut présenter pour elle et pour un enfant
destiné à être conçu à partir de ce sperme et qu’il a obtenu son
consentement écrit pour l’utilisation du sperme en question.
A donor semen special access authorization will be issued provided all the required information has been submitted as part of
the application and that the following proposed conditions are
met:
— the results of the tests do not indicate that the requested donor
semen is contaminated by an infectious agent;
— testing for HIV-1 and HIV-2, Hepatitis C virus (HCV), and
Hepatitis B Virus (HBV) was performed in accordance with
the requirements of the special access (i.e. Part 2 of the Semen
Regulations) and the results are negative;
— it is not possible to bring the requested semen into compliance
with the normal safety requirements of the Semen Regulations; and
— the authorization is not being used to circumvent the normal
safety requirements of the Semen Regulations.
The ultimate decision to use donor semen obtained through
DSSAP would remain with the patient and her attending
physician.
L’accès spécial au sperme de donneur sera autorisé si tous les
renseignements exigés ont été présentés dans la demande et si les
conditions proposées suivantes sont satisfaites :
— les résultats des épreuves n’indiquent pas que le sperme de
donneur demandé est contaminé par un agent infectieux;
— la recherche du VIH-I et II, du virus de l’hépatite C (VHC) et
du virus de l’hépatite B (VHB) a été réalisée conformément
aux exigences d’accès spécial (c.-à-d. à la Partie 2 du règlement sur le sperme) et les résultats sont négatifs;
— il n’est pas possible de rendre le sperme demandé conforme
aux exigences normales de sûreté du règlement sur le sperme;
et
— l’autorisation ne sert pas à contourner les exigences normales
de sûreté du règlement sur le sperme.
La décision définitive d’utiliser ou non du sperme de donneur
obtenu dans le cadre du PASSD appartiendra à la patiente et à son
médecin traitant.
2505
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-410
Information about the DSSAP may be obtained at:
Blood and Tissues Division
Bureau of Biologics and Radiopharmaceuticals
3rd Floor, LCDC Building # 6
AL: 0603C3
Tunney’s Pasture
Ottawa, Ontario
K1A 0L2
Telephone: (613) 952-8318
FAX: (613) 941-5841
Des renseignements additionnels sur le PASSD sont disponibles à :
La Division du sang et des tissus
Bureau des produits biologiques et radiopharmaceutiques
3e étage, Immeuble LLCM #6
Parc Tunney
Indice d’adresse : 0603C3
Ottawa (Ontario)
K1A 0L2
Téléphone : (613) 952-8318
TÉLÉCOPIEUR : (613) 941-5841
Records of Evidence
Preuve documentaire
Prior to the coming into force of this regulatory amendment,
every person who distributed semen processed by another person
was required to keep in its records, evidence that the semen was
processed in accordance with the Semen Regulations. In the
course of compliance activities, it was noted that the amount of
information kept by distributors as evidence of compliance was
sometimes very limited. In some cases, it consisted only in a letter
in which the processor of the semen confirmed that the semen
was processed in accordance with the Semen Regulations.
Avant l’entrée en vigueur de cette modification réglementaire,
toute personne qui distribuait du sperme traité par quelqu’un
d’autre était tenue de consigner dans ses dossiers des données
attestant que le sperme avait été traité conformément au Règlement sur le sperme. Au cours des activités d’application de la loi,
il est ressorti que la somme des renseignements conservés par les
distributeurs comme preuves de conformité était parfois très limitée. Dans certains cas, il ne s’agissait que d’une lettre où le
responsable du traitement du sperme confirmait que le sperme
avait été traité conformément au règlement sur le sperme.
Cette information n’a pas été jugée suffisante. Le règlement a
donc été modifié de façon à exiger la consignation des données
minimales suivantes :
— la date à laquelle le sperme a été donné;
— les tests effectués sur le donneur;
— la date et les résultats des tests; et
— au besoin, une interprétation des résultats.
Ces nouvelles exigences de tenue de dossiers s’appliqueront
aux distributeurs de sperme de donneur qui, au moment de
l’entrée en vigueur de la présente modification, ont en leur possession du sperme de donneur ou en font la distribution. Les distributeurs n’auront donc pas à mettre à jour leurs dossiers relativement au sperme de donneur qu’ils ont distribué avant la date
d’entrée en vigueur de la modification.
This level of information was not considered to be sufficient.
Therefore, the Semen Regulations has been amended to require
that the evidence at least include the following information:
— the date that the semen was donated;
— the tests performed in respect of the donor;
— the dates and results of the tests; and
— if necessary, an interpretation of the results.
This amendment to the record keeping requirements will apply
to donor semen distributors who are, at the time of the coming
into force of this amendment, in possession of donor semen or
who distribute it. Therefore, distributors would not need to update
their records in respect of donor semen which they distributed
prior to the date of implementation of this amendment.
White Blood Cells (WBC)
Globules blancs
Paragraph 9(1)(c) of the Semen Regulations stated that where
the results of a WBC count of a semen donation was greater than
1 × 106/ml, the donation was required to be destroyed.
L’alinéa 9(1)c) du règlement sur le sperme énonçait que lorsque le dénombrement des globules blancs d’un don de sperme
était supérieur à 1 × 106 par millilitre, le don de sperme devait être
détruit.
Quoique l’augmentation du niveau des globules blancs peut indiquer la présence d’infections du tractus génital, une analyse
récente, effectuée par le PPT, a révélé que la pertinence du seuil
de concentration de 1 × 106 par millilitre n’avait pas été établie.
Ainsi, selon l’alinéa 9(1)c), des dons de sperme pourraient être
détruit sans qu’une évidence d’infection actuelle n’ait été établie.
De plus, la présente Directive recommande de meilleures méthodes pour la détection des microorganismes dans le sperme
(p. ex. la culture générale de sperme pour la détection d’infections
séminales). Conséquemment, l’alinéa 9(1)c) a été retiré du règlement sur le sperme.
Although increased WBC levels may indicate the existence of
genital tract infections, a recent analysis, performed by the TPP,
revealed that the relevance of the threshold concentration of
1 × 106/ml has not been clearly established. Thus, paragraph 9(1)(c) could result in the destruction of semen donations
without evidence of an actual infection.
In addition, the Directive now prescribes better methods of detecting microorganisms in semen (e.g. semen general culture, for
the detection of seminal infections). Consequently, paragraph 9(1)(c) has been deleted from the Semen Regulations.
Alternatives
Solutions envisagées
The status quo was considered unacceptable because it impeded women and couples in making important personal choices
in an area as fundamental as that of building a family. Some
women and couples were denied access to the donor semen of
Le maintien du statu quo n’était pas considéré comme une solution acceptable, car il empêchait les femmes et les couples de
faire des choix personnels importants dans un domaine aussi fondamental que la fondation d’une famille. Certaines femmes et
2506
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-410
their choice because the donor semen was processed in accordance with requirements that are now outdated. As a consequence, they were deprived of the opportunity to conceive children that would have been genetic siblings of their existing children. Prompt access to donor semen was also of a particular concern to women for whom the likelihood of getting pregnant is
declining with biological aging.
The DSSAP is the only acceptable alternative that could provide access to donor semen within a regulatory framework that
will allow an appropriate management of the risks. The DSSAP
will enable women to make informed decisions in their own best
interests in situations where the donor semen they selected has
not been processed in accordance with the normal requirements of
the Semen Regulations and where no other suitable donor semen
is available. The special access scheme will ensure that in making
their decisions women are fully informed, by their attending physician, about the potential risks associated with the requested donor semen. It will also ensure that minimum testing requirements
have been met and that special access is only authorized where it
is not possible to bring the requested donor semen into compliance with the normal testing requirements of the Regulations.
certains couples se voyaient refuser l’accès au sperme de donneur
de leur choix. Ils n’avaient pas ainsi la chance de concevoir des
enfants qui seraient des frères ou soeurs génétiques des enfants
qu’ils avaient déjà. L’accès rapide au sperme de donneur constituait également une question particulièrement importante pour les
femmes dont les chances de tomber enceintes diminuent avec
l’âge.
Le PASSD est la seule solution de rechange acceptable qui
pourra donner accès au sperme de donneur à l’intérieur d’un cadre réglementaire permettant une gestion appropriée des risques.
Le PASSD permettra aux femmes de prendre des décisions éclairées dans leur propre intérêt lorsque le sperme de donneur
qu’elles ont choisi n’a pas été traité conformément aux exigences
normales du règlement sur le sperme et qu’il n’existe aucun autre
sperme de donneur qui leur convient. Le mécanisme d’accès spécial fera en sorte qu’au moment de prendre leur décision, les
femmes auront été pleinement informées par leur médecin traitant
des risques potentiels associés au sperme de donneur demandé. Il
garantira aussi le respect d’exigences minimales en matière
d’analyses et un accès spécial seulement lorsqu’il est impossible
de rendre le sperme de donneur demandé conforme aux exigences
normales du règlement.
Benefits and Costs
Avantages et coûts
The DSSAP will have a direct positive impact on the lives of
numerous Canadian women and their families. It will allow them
to pursue their desire to build a family in accordance with their
respective choices while ensuring that they are provided with the
information and support to enable them to make an informed decision. Women will benefit from the partnership in treatment decisions that the DSSAP will foster between them and their physician. This partnership should contribute to a better understanding
of the various possible options and their implications, leading to
an appropriate management of the risks.
Le PASSD aura un retentissement positif direct sur la vie de
nombreuses femmes canadiennes et leur famille. Il leur permettra
de réaliser leur désir de fonder une famille qui correspond à leur
choix personnel tout en veillant à ce qu’elles reçoivent l’information et le soutien nécessaires pour prendre une décision éclairée. Le partenariat entre les femmes et leur médecin que favorisera le PASSD aidera ces dernières à prendre des décisions thérapeutiques judicieuses. Ce partenariat devrait promouvoir une
meilleure compréhension des diverses solutions possibles et de
leurs répercussions, ce qui devrait permettre une gestion adéquate
des risques.
Les avantages découlant du PASSD l’emportent sur les coûts et
le fardeau additionnel imposé aux patientes ainsi qu’aux cliniques
de fertilité, qui devront présenter des demandes, et au gouvernement fédéral, qui devra examiner les demandes et délivrer des
autorisations.
The benefits to be derived from the DSSAP outweigh the costs
and added burden that would be borne by the patients and the
fertility clinics in submitting applications and by the federal government in reviewing applications and issuing authorizations.
Records of Evidence
Preuve documentaire
Distributors who are in possession or who distribute donor semen would be granted a six month period, from the date of coming into force of this amendment, to bring their records of evidence of compliance into line with the proposed additional record
keeping requirements.
Les distributeurs qui sont en possession ou qui distribuent du
sperme de donneur se verront octroyer une période de six mois, à
partir de la date d’entrée en vigueur de la présente modification,
pour recueillir les données de conformité à verser dans leurs dossiers pour que ceux-ci satisfassent aux nouvelles exigences de
tenue de dossiers.
White Blood Cells
Globules blancs
The revocation of paragraph 9(1)(c) will have no negative impact on the health of recipients because the Directive now contains more reliable tests for the detection of seminal infections.
This revocation does not prevent semen processors from performing the WBC count, and it allows them to take other factors
into consideration in deciding how to evaluate the semen donation.
L’abrogation de l’alinéa 9(1)c) n’aura aucun impact négatif sur
la santé des patientes puisque la Directive inclut maintenant de
meilleures méthodes pour la détection des infections séminales.
L’abrogation de ce paragraphe n’empêche d’aucune façon ceux
qui traitent le sperme d’effectuer le compte des globules blancs et
permet de prendre en considération d’autres facteurs afin de décider comment effectuer l’évaluation des dons de sperme.
Consultation
Consultations
Stakeholders were informed, in March 2000, of Health
Canada’s intention to bring forward a regulatory amendment to
the Semen Regulations to establish a DSSAP through
Les personnes et groupes intéressés ont été informés en mars
2000 de l’intention de Santé Canada de modifier le règlement sur
le sperme en vue de créer un PASSD, par le biais de documents
2507
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-410
communication documents issued in conjunction with the release
of the CFAS 2000 Guidelines. These communication documents,
which included a news release and questions and answers, were
sent directly to patients’ associations, physicians, provincial and
territorial Ministries of Health, establishments that process and
distribute donor semen and foreign exporters. All these documents were also posted on Health Canada Web site. Further to
this announcement, the Department of Health received numerous
letters and telephone calls from citizens and semen distributors
supporting the establishment of a DSSAP.
A Notice of Intent (NOI) was published in the Canada Gazette,
Part I, on April 15, 2000. Interested persons were provided with a
30-day comment period. A copy of the NOI was posted on Health
Canada’s Therapeutic Products Programme Web site and was
also sent directly to the following organizations:
72 Canadian fertility clinics
Canadian Fertility and Andrology Society
Society of Obstetricians and Gynaecologists of Canada
Provincial Registrars of Medicine
Provincial and Territorial Ministries of Health
11 foreign semen banks
25 interested associations
Seventeen (17) responses were received from: 12 citizens,
4 Canadian fertility clinics and 1 foreign sperm bank. All responses were very supportive of the DSSAP.
The proposed regulatory amendment was then published in the
Canada Gazette, Part I, on July 8, 2000, with a 30-day comment
period. A copy of the regulatory proposal and of the Regulatory
Impact Analysis Statement was sent directly to the above mentioned organizations. Nine responses were received from eight
citizens and one fertility clinic. The TPP also received numerous
telephone calls related to this issue from citizens and fertility
clinics.
All respondents were in favour of the proposed regulatory
amendment and urged the TPP to implement the DSSAP as soon
as possible. One respondent was, however, concerned that there
would be a limit on the number of semen containers that could be
requested in a special access application. No such limit has been
set under the DSSAP. It is therefore possible to submit an application for special access in respect of all available semen containers from a given donor, provided the applicant submits the number of containers of semen requested and the identification code
of each requested container.
de communication rendus publics en même temps que les Lignes
directrices de 2000 de la SCFA. Ces documents de communication, dont un communiqué de presse et des questions et réponses,
ont été envoyés directement aux associations de patients, aux
médecins, aux ministères provinciaux et territoriaux de la Santé,
aux établissements qui traitent et distribuent le sperme de donneur
et aux exportateurs étrangers. Tous ces documents ont également
été affichés sur le site Web de Santé Canada. Après cette annonce, le ministère de la Santé a reçu de nombreuses lettres et
appels téléphoniques de citoyens et de distributeurs de sperme qui
appuyaient la création d’un PASSD.
Un avis d’intention (AI) a été publié dans la Gazette du
Canada Partie I le 15 avril 2000. Les personnes intéressées ont eu
30 jours pour faire connaître leurs commentaires. Une copie de
l’AI a été affichée sur le site Web du Programme des produits
thérapeutiques de Santé Canada et a également été distribuée directement aux organisations suivantes :
72 cliniques canadiennes de fertilité
Société canadienne de fertilité et d’andrologie
Société des obstétriciens et gynécologues du Canada
Secrétaires généraux d’associations provinciales de
réglementation professionnelle de médecine
Ministères provinciaux et territoriaux de la Santé
11 banques de sperme étrangères
25 associations intéressées
Dix-sept réponses ont été envoyées par 12 citoyens, 4 cliniques
canadiennes de fertilité et 1 banque de sperme étrangère. Toutes
les réponses étaient en faveur de la création du PASSD.
Le projet de modification réglementaire a ensuite été publié
dans la Gazette du Canada Partie I le 8 juillet 2000. Les personnes intéressées ont eu une période de 30 jours pour faire connaître
leur opinion. Neuf réponses ont été reçues de huit particuliers et
d’une clinique de fertilité. Le PPT a aussi reçu un grand nombre
d’appels téléphoniques sur le sujet en provenance de particuliers
et de cliniques de fertilité.
Tous les répondants étaient favorables au projet de modification du règlement et recommandaient instamment que le PASSD
soit mis en oeuvre aussitôt que possible. Un répondant craignait
qu’une limite soit imposée quant au nombre de récipients de
sperme d’un donneur qui pourraient être demandés en vertu du
Programme d’accès spécial. Aucune limite de ce genre n’a été
fixée dans le cadre du PASSD. Il est donc possible de soumettre
une demande d’accès spécial pour tous les récipients de sperme
d’un donneur déterminé, à condition que le demandeur soumette
le nombre de récipients de sperme demandés et le code d’identité
de chaque récipient demandé.
Compliance and Enforcement
Respect et exécution
This amendment does not alter existing compliance mechanisms under the provisions of the Food and Drugs Act. The TPP
will continue to enforce a high standard for the TDI industry with
regular on-site inspections.
La présente modification ne change en rien les mécanismes
d’application existants prévus dans la Loi sur les aliments et drogues. Le PPT continuera de veiller au respect de normes élevées
de qualité par l’industrie de l’ITSD en effectuant des inspections
régulières sur place.
2508
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Contact
Chantal Trépanier
Policy Division
Bureau of Policy and Coordination
Therapeutic Products Programme
Health Products and Food Branch
Health Canada
Tunney’s Pasture
Address Locator: 3102C5
1600 Scott Street, Tower B
Ottawa, Ontario
K1A 1B6
Telephone: (613) 957-1487
FAX: (613) 941-6458
E-mail: chantal_trepanier@hc-sc.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2000
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-410
Personne-ressource
Chantal Trépanier
Division de la politique
Bureau de politiques et de la coordination
Programme des produits thérapeutiques
Direction générale des produits de santé et des aliments
Santé Canada
Parc Tunney
Indice d’adresse : 3102C5
1600, rue Scott, Tour B
Ottawa (Ontario)
K1A 1B6
Téléphone : (613) 957-1487
TÉLÉCOPIEUR : (613) 941-6458
Courriel : chantal_trepanier@hc-sc.gc.ca
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2000
2509
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-411
Registration
SOR/2000-411 30 November, 2000
Enregistrement
DORS/2000-411 30 novembre 2000
CANADA PENSION PLAN
RÉGIME DE PENSIONS DU CANADA
Regulations Amending the Canada Pension Plan
Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur le Régime
de pensions du Canada
P.C. 2000-1710 30 November, 2000
C.P. 2000-1710 30 novembre 2000
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Human Resources Development,
pursuant to paragraph 7(1)(a), subsections 42(1)a, 55(8)b and (9),
55.1(1)c, (3)c and (4)c and 55.2(7)d, (10)d and (11)e, section 65.1f,
subsection 71(2)g, sections 87h and 89i and paragraph 101(1)(e) of
the Canada Pension Plan, hereby makes the annexed Regulations
Amending the Canada Pension Plan Regulations.
Sur recommandation de la ministre du Développement des ressources humaines et en vertu de l’alinéa 7(1)a), des paragraphes 42(1)a, 55(8)b et (9), 55.1(1)c, (3)c et (4)c et 55.2(7)d, (10)d
et (11)e, de l’article 65.1f, du paragraphe 71(2)g, des articles 87h
et 89i et de l’alinéa 101(1)e) du Régime de pensions du Canada,
Son Excellence la Gouverneure générale en conseil prend le Règlement modifiant le Règlement sur le Régime de pensions du
Canada, ci-après.
REGULATIONS AMENDING THE
CANADA PENSION PLAN REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT
SUR LE RÉGIME DE PENSIONS DU CANADA
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. The portion of paragraph 16(1)(e) of the Canada Pension
Plan Regulations1 before subparagraph (i) is replaced by the
following:
(e) is the spouse or common-law partner of a person described
in paragraph (c) or (d) or of a person described in paragraph 250(1)(b) of the Income Tax Act and
2. The definition “personal representative”2 in subsection 37(1) of the Regulations is replaced by the following:
“personal representative” means the executor, administrator, heir
or other person having the ownership or control of property
comprised in the estate of a deceased person or, where there is
no estate, the survivor of the deceased person or, where there is
no such survivor, the next of kin of the deceased person.
(représentant personnel)
3. Subsection 44(2)3 of the Regulations is replaced by the
following:
(2) Where either or both spouses, former spouses or former
common-law partners are deceased, an application for a division
of unadjusted pensionable earnings under section 55 or paragraph 55.1(1)(b) or (c) of the Act may be made by the personal
representative or by or on behalf of a child of any of those deceased persons.
4. Subsection 45(5)4 of the Regulations is replaced by the
following:
1. Le passage de l’alinéa 16(1)e) du Règlement sur le Régime
de pensions du Canada1 précédant le sous-alinéa (i) est remplacé par ce qui suit :
e) est l’époux ou le conjoint de fait d’une personne visée à
l’alinéa c) ou d) ou d’une personne visée à l’alinéa 250(1)b) de
la Loi de l’impôt sur le revenu et
2. La définition de « représentant personnel »2, au paragraphe 37(1) du même règlement, est remplacée par ce qui suit :
« représentant personnel » L’exécuteur testamentaire, l’administrateur, l’héritier ou toute autre personne ayant la propriété ou
le contrôle de la succession d’une personne décédée ou, à défaut de succession, le survivant de la personne décédée ou, à
défaut de survivant, le plus proche parent de celle-ci. (personal
representative)
3. Le paragraphe 44(2)3 du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
(2) Si les deux époux, ex-époux ou anciens conjoints de fait
sont décédés — ou si l’un d’eux est décédé —, la demande de
partage des gains non ajustés ouvrant droit à pension au titre de
l’article 55 ou des alinéas 55.1(1)b) ou c) de la Loi peut être présentée par leur représentant personnel, ou par l’enfant de l’une de
ces personnes ou en son nom.
4. Le paragraphe 45(5)4 du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
———
———
a
a
b
c
d
e
f
g
h
i
1
2
3
4
S.C. 2000, c. 12, s. 44
S.C. 2000, c. 12, s. 46(3)
S.C. 2000, c. 12, s. 47
S.C. 2000, c. 12, s. 48(3)
S.C. 1991, c. 44, s. 8(4)
S.C. 2000, c. 12, s. 52
R.S., c. 30 (2nd Supp.), s. 40
S.C. 2000, c. 12, s. 62
S.C. 1995, c. 33, s. 39
C.R.C., c. 385
SOR/86-1133
SOR/90-829
SOR/96-522
2510
b
c
d
e
f
g
h
i
1
2
3
4
L.C. 2000, ch. 12, art. 44
L.C. 2000, ch. 12, par. 46(3)
L.C. 2000, ch. 12, art. 47
L.C. 2000, ch. 12, par. 48(3)
L.C. 1991, ch. 44, par. 8(4)
L.C. 2000, ch. 12, art. 52
L.R., ch. 30 (2e suppl.), art. 40
L.C. 2000, ch. 12, art. 62
L.C. 1995, ch. 33, art. 39
C.R.C., ch. 385
DORS/86-1133
DORS/90-829
DORS/96-522
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-411
(5) In the case of spouses or common-law partners, where an
application for a division of unadjusted pensionable earnings under section 55 or paragraph 55.1(1)(b) or (c) of the Act has been
approved and subsequently withdrawn, notice in writing of the
withdrawal shall be given by the Minister to the other spouse,
former spouse or former common-law partner or to their respective estates, as the case may be.
5. (1) Paragraph 46(2)(a)2 of the Regulations is replaced by
the following:
(a) the dates of marriage and dissolution of marriage of the persons subject to the division;
(2) Paragraphs 46(2)(c) to (e)2 of the Regulations are replaced by the following:
(c) the amount of unadjusted pensionable earnings, prior to the
division, of the persons subject to the division;
(d) the amount of unadjusted pensionable earnings of the persons subject to the division as a result of the division;
(e) the effect of the division on any benefit that is payable to or
in respect of the persons subject to the division;
6. (1) The portion of section 513 of the Regulations before
paragraph (a) is replaced by the following:
51. For the purposes of section 87 of the Act, the following are
prescribed as the conditions subject to which any information
specified in that section respecting the age of any applicant or
beneficiary or the applicant’s or beneficiary’s spouse, former
spouse, common-law partner or former common-law partner is
obtainable from Statistics Canada on request and for the purpose
specified in that section:
(2) Subparagraph 51(a)(ii) of the Regulations is replaced by
the following:
(ii) bear the signed consent of the applicant, beneficiary,
spouse, former spouse, common-law partner or former
common-law partner or of the person or agency that made
the application on their behalf or, where there is no such person or agency, any other person or agency who would have
been entitled to make the application on their behalf, and
7. (1) Subparagraph 52(a)(iii) of the Regulations is replaced
by the following:
(iii) the spouse or common-law partner of the disabled contributor or the survivor of the deceased contributor,
(2) Subparagraph 52(a)(v)2 of the Regulations is replaced
by the following:
(v) any former spouse or former common-law partner, where
known to the applicant;
8. (1) Paragraphs 54(1)(a) to (c)2 of the Regulations are replaced by the following:
(a) the name at birth and present name, the sex, address and
Social Insurance Number of each spouse, former spouse or
former common-law partner;
(b) the date and place of birth of each spouse, former spouse or
former common-law partner;
(c) whether the spouse, former spouse or former common-law
partner is or was in receipt of or has applied for a benefit under
the Act or under a provincial pension plan;
(2) Paragraphs 54(1)(d)2 and (e)2 of the French version of
the Regulations are replaced by the following:
(5) Dans le cas d’époux ou de conjoints de fait, si la demande
de partage — au titre de l’article 55 ou des alinéas 55.1(1)b) ou c)
de la Loi — des gains non ajustés ouvrant droit à pension a été
approuvée et par la suite retirée, le ministre fait parvenir un avis
écrit du retrait à l’autre époux ou ex-époux ou ancien conjoint de
fait ou à ses ayants droit, selon le cas.
5. (1) L’alinéa 46(2)a)2 du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
a) la date du mariage et celle de la dissolution du mariage des
personnes visées par le partage;
(2) Les alinéas 46(2)c) à e)2 du même règlement sont remplacés par ce qui suit :
c) le montant, avant le partage, des gains non ajustés ouvrant
droit à pension des personnes visées par le partage;
d) le montant, après le partage, des gains non ajustés ouvrant
droit à pension des personnes visées par le partage;
e) les conséquences du partage sur les prestations qui sont
payables aux personnes visées par le partage ou à leur égard;
6. (1) Le passage de l’article 513 du même règlement précédant l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
51. Pour l’application de l’article 87 de la Loi, les conditions
auxquelles le ministre peut, sur demande et aux fins précisées
dans cet article, obtenir de Statistique Canada tout renseignement
qui y est mentionné au sujet de l’âge d’un requérant ou d’un bénéficiaire, ou de son époux ou de son conjoint de fait ou de son
ex-époux ou de son ancien conjoint de fait, sont les suivantes :
(2) Le sous-alinéa 51a)(ii) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
(ii) porter le consentement signé du requérant, du bénéficiaire, de l’époux ou du conjoint de fait ou de l’ex-époux ou
de l’ancien conjoint de fait, ou de la personne ou de
l’organisme qui a présenté la demande en leur nom ou, à défaut, de la personne ou de l’organisme qui aurait été fondé à
le faire,
7. (1) Le sous-alinéa 52a)(iii) du même règlement est remplacé par ce qui suit :
(iii) de l’époux ou du conjoint de fait du cotisant invalide ou
du survivant du cotisant décédé,
(2) Le sous-alinéa 52a)(v)2 du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
(v) de tout ex-époux ou ancien conjoint de fait, si le requérant connaît ces renseignements;
8. (1) Les alinéas 54(1)a) à c)2 du même règlement sont
remplacés par ce qui suit :
a) le nom à la naissance et le nom actuel, le sexe, l’adresse et le
numéro d’assurance sociale de chaque époux ou ex-époux ou
ancien conjoint de fait;
b) la date et le lieu de naissance de chaque époux ou ex-époux
ou ancien conjoint de fait;
c) l’indication si l’époux ou l’ex-époux ou l’ancien conjoint de
fait reçoit ou a reçu des prestations en vertu de la Loi ou d’un
régime provincial de pensions, ou s’il en a fait la demande;
(2) Les alinéas 54(1)d)2 et e)2 de la version française du
même règlement sont remplacés par ce qui suit :
2511
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-411
d) la date et le lieu du mariage des époux ou ex-époux et leur
certificat de mariage;
e) la date et le lieu de la dissolution du mariage des ex-époux;
(3) Paragraphs 54(1)(g) to (k)2 of the Regulations are replaced by the following:
(g) the address of all residences where the spouses, former
spouses or former common-law partners lived together;
(h) the dates of any periods when the spouses, former spouses
or former common-law partners did not live together and
whether the separations or any of them were for any reason set
out in paragraph 78(2)(a) or subsection 78.1(3);
(i) the date that the spouses, former spouses or former
common-law partners commenced to live separate and apart;
(j) the dates of all periods when the spouses, former spouses or
former common-law partners lived together in a conjugal relationship;
(k) a copy of any written agreement between persons subject to
a division that was entered into before June 4, 1986 or any
written agreement between such persons that was entered into
on or after that date and contains a provision that is binding on
the Minister under subsection 55.2(3) of the Act; and
(4) Paragraphs 54(2)(a) to (c)2 of the French version of the
Regulations are replaced by the following:
a) le nom à la naissance et le nom actuel, le sexe, l’adresse et le
numéro d’assurance sociale de chacun des ex-époux;
b) la date et le lieu du mariage des ex-époux et leur certificat de
mariage;
c) la date et le lieu de la dissolution du mariage des ex-époux;
(5) Paragraph 54(2)(e)2 of the French version of the Regulations is replaced by the following:
e) toutes les adresses où les ex-époux ont cohabité;
(6) Paragraph 54(2)(f)2 of the Regulations is replaced by the
following:
(f) the dates of any periods when the former spouses did not
live together and whether the separations or any of them were
for any reason set out in paragraph 78(2)(a) or subsection 78.1(3);
(7) Paragraphs 54(2)(g)2 and (h)2 of the French version of
the Regulations are replaced by the following:
g) la date à laquelle les ex-époux ont commencé à vivre séparément;
h) les dates des périodes durant lesquelles les ex-époux vivaient
ensemble dans une relation conjugale;
(8) Paragraph 54(2)(i)2 of the Regulations is replaced by the
following:
(i) a copy of any written agreement between persons subject to
a division that was entered into before June 4, 1986 or any
written agreement between such persons that was entered into
on or after that date and contains a provision that is binding on
the Minister under subsection 55.2(3) of the Act.
9. (1) Paragraphs 54.1(a) to (c)2 of the Regulations are replaced by the following:
(a) the name at birth and present name, the sex, address and
Social Insurance Number of the applicant’s spouse or commonlaw partner;
(b) the date and place of birth of the applicant’s spouse or
common-law partner;
2512
d) la date et le lieu du mariage des époux ou ex-époux et leur
certificat de mariage;
e) la date et le lieu de la dissolution du mariage des ex-époux;
(3) Les alinéas 54(1)g) à k)2 du même règlement sont remplacés par ce qui suit :
g) toutes les adresses où les époux ou ex-époux ou anciens
conjoints de fait ont cohabité;
h) les dates des périodes durant lesquelles les époux ou exépoux ou anciens conjoints de fait n’ont pas cohabité, et
l’indication si la raison de la séparation est celle visée à l’alinéa 78(2)a) ou au paragraphe 78.1(3);
i) la date à laquelle les époux ou ex-époux ou anciens conjoints
de fait ont commencé à vivre séparément;
j) les dates des périodes durant lesquelles les époux ou exépoux ou anciens conjoints de fait vivaient ensemble dans une
relation conjugale;
k) une copie de tout contrat écrit conclu avant le 4 juin 1986
entre les personnes visées par le partage ou de tout contrat écrit
conclu entre celles-ci le 4 juin 1986 ou après cette date s’il
contient une disposition qui lie le ministre aux termes du paragraphe 55.2(3) de la Loi;
(4) Les alinéas 54(2)a) à c)2 de la version française du même
règlement sont remplacés par ce qui suit :
a) le nom à la naissance et le nom actuel, le sexe, l’adresse et le
numéro d’assurance sociale de chacun des ex-époux;
b) la date et le lieu du mariage des ex-époux et leur certificat de
mariage;
c) la date et le lieu de la dissolution du mariage des ex-époux;
(5) L’alinéa 54(2)e)2 de la version française du même règlement est remplacé par ce qui suit :
e) toutes les adresses où les ex-époux ont cohabité;
(6) L’alinéa 54(2)f)2 du même règlement est remplacé par
ce qui suit :
f) les dates des périodes durant lesquelles les ex-époux n’ont
pas cohabité, et l’indication si la raison de la séparation est
celle visée à l’alinéa 78(2)a) ou au paragraphe 78.1(3);
(7) Les alinéas 54(2)g)2 et h)2 de la version française du
même règlement sont remplacés par ce qui suit :
g) la date à laquelle les ex-époux ont commencé à vivre séparément;
h) les dates des périodes durant lesquelles les ex-époux vivaient
ensemble dans une relation conjugale;
(8) L’alinéa 54(2)i)2 du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
i) une copie de tout contrat écrit conclu avant le 4 juin 1986
entre les personnes visées par le partage ou de tout contrat écrit
conclu entre celles-ci le 4 juin 1986 ou après cette date s’il
contient une disposition qui lie le ministre aux termes du paragraphe 55.2(3) de la Loi.
9. (1) Les alinéas 54.1a) à c)2 du même règlement sont remplacés par ce qui suit :
a) le nom à la naissance et le nom actuel, le sexe, l’adresse et le
numéro d’assurance sociale de l’époux ou du conjoint de fait
du requérant;
b) la date et le lieu de naissance de l’époux ou du conjoint de
fait du requérant;
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-411
(c) whether the applicant’s spouse or common-law partner is or
was in receipt of or has applied for a benefit under the Act or
under a provincial pension plan;
(2) Paragraph 54.1(d)2 of the French version of the Regulations is replaced by the following:
d) la date et le lieu du mariage des époux et leur certificat de
mariage;
(3) Paragraphs 54.1(e)2 and (f)2 of the Regulations are replaced by the following:
(e) the month in which the spouses or common-law partners
commenced to live together in a conjugal relationship;
(f) the dates of any periods when the spouses or common-law
partners did not live together and whether the separations or
any of them were for any reason set out in paragraph 78(2)(a)
or subsection 78.l(3);
10. Section 634 of the Regulations and the heading before it
are replaced by the following:
c) l’indication si l’époux ou le conjoint de fait du requérant reçoit ou a reçu des prestations en vertu de la Loi ou d’un régime
provincial de pensions, ou s’il en a fait la demande;
(2) L’alinéa 54.1d)2 de la version française du même règlement est remplacé par ce qui suit :
d) la date et le lieu du mariage des époux et leur certificat de
mariage;
(3) Les alinéas 54.1e)2 et f)2 du même règlement sont remplacés par ce qui suit :
e) le mois au cours duquel les époux ou conjoints de fait ont
commencé à vivre ensemble dans une relation conjugale;
f) les dates des périodes durant lesquelles les époux ou conjoints de fait n’ont pas cohabité, et l’indication si la raison de la
séparation est celle visée à l’alinéa 78(2)a) ou au paragraphe 78.1(3);
10. L’article 634 du même règlement et l’intertitre le précédant sont remplacés par ce qui suit :
Determination by the Minister
Décision du ministre
63. (1) Where a determination is made by the Minister as to
whether a person is the spouse, common-law partner, child or
parent of an applicant, a contributor or another person subject to a
division or whether a person is deceased, the determination shall
be made by the Minister on the basis of the information provided
to the Minister pursuant to subsection (2) or (3), as the case may
be, and any other information that the Minister may obtain.
(2) The applicant or beneficiary shall provide to the Minister
any certificate of marriage, birth, baptism or death, as the case
may be, that may enable the Minister to make a determination
referred to in subsection (1).
(3) If a certificate referred to in subsection (2) is not available
or is not adequate for the purpose of making the determination,
the applicant or beneficiary shall provide to the Minister, at the
Minister’s request, any documentary or other information that is
available with respect to the subject of the determination.
11. Paragraph 64(1)(c)2 of the Regulations is replaced by
the following:
(c) in the absence of an individual or institution referred to in
paragraph (a) and a survivor referred to in paragraph (b), to the
next of kin of the deceased contributor.
12. Section 77 of the Regulations is renumbered as subsection 77(1) and is amended by adding the following:
(2) For the purposes of paragraphs (1)(a) and (b), “spouse” has
the same meaning as it had immediately before the repeal of the
definition “spouse” in subsection 2(1) of the Act by the Modernization of Benefits and Obligations Act.
63. (1) Pour établir qu’une personne est l’époux, le conjoint de
fait, l’enfant ou le père ou la mère du cotisant, du requérant ou de
telle autre personne visée par le partage ou si qu’une personne est
décédée, le ministre se fonde sur les renseignements qu’il a obtenus ou qui lui ont été fournis au titre des paragraphes (2) ou (3) et
sur tout autre renseignement qu’il peut obtenir.
13. (1) The portion of subsection 78(1)3 of the French version of the Regulations before paragraph (b) is replaced by
the following:
78. (1) Pour l’application de l’article 55 de la Loi, les mois
pendant lesquels les ex-époux ont cohabité comprennent :
a) tous les mois consécutifs, durant le mariage, au cours
desquels les ex-époux ont cohabité comme mari et femme sans
interruption pendant plus de 90 jours;
(2) The portion of subsection 78(2)2 of the Regulations before paragraph (b) is replaced by the following:
(2) Pour l’application du paragraphe (1), le requérant ou le bénéficiaire fournit au ministre tout certificat de mariage, de naissance, de baptême ou de décès, selon le cas, utile au ministre.
(3) Pour l’application du paragraphe (1), si le certificat mentionné au paragraphe (2) ne peut être obtenu ou ne suffit pas dans
les circonstances, le requérant ou le bénéficiaire fournit au ministre, à la demande de celui-ci, tout document ou renseignement
disponible qui peut lui être utile.
11. L’alinéa 64(1)c)2 du même règlement est remplacé par
ce qui suit :
c) à défaut de personne ou d’établissement visé à l’alinéa a) ou
de survivant visé à l’alinéa b), au plus proche parent du cotisant
décédé.
12. L’article 77 du même règlement devient le paragraphe 77(1) et est modifié par adjonction de ce qui suit :
(2) Pour l’application des alinéas (1)a) et b), « conjoint »
s’entend au sens qu’on lui donnait avant l’abrogation de la définition de « conjoint », au paragraphe 2(1) de la Loi, par la Loi sur
la modernisation de certains régimes d’avantages et d’obligations.
13. (1) Le passage du paragraphe 78(1)3 de la version française du même règlement précédant l’alinéa b) est remplacé
par ce qui suit :
78. (1) Pour l’application de l’article 55 de la Loi, les mois
pendant lesquels les ex-époux ont cohabité comprennent :
a) tous les mois consécutifs, durant le mariage, au cours desquels les ex-époux ont cohabité comme mari et femme sans
interruption pendant plus de 90 jours;
(2) Le passage du paragraphe 78(2)2 du même règlement
précédant l’alinéa b) est remplacé par ce qui suit :
2513
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-411
(2) For the purpose of paragraph (1)(a),
(a) where the former spouses did not have the intention to live
separate and apart but were separated by reason of the occupation, employment or illness of either spouse, the separation
does not constitute interruption of cohabitation; and
(3) Paragraph 78(2)(b)3 of the French version of the Regulations is replaced by the following:
b) si, après avoir complété la période minimale de 36 mois
consécutifs de cohabitation requise par l’alinéa 55(2)a) de la
Loi, les ex-époux ont été séparés, quelle qu’en soit la raison,
pour une période de plus de 90 jours et que, par la suite, ils ont
repris la vie commune pour une période de plus de 90 jours,
leur cohabitation est réputée ne pas avoir été interrompue.
(4) Subsection 78(3)3 of the French version of the Regulations is replaced by the following:
(3) Pour l’application de l’article 55 de la Loi, si la cohabitation des époux est interrompue pendant plus de 90 jours, tel qu’il
est mentionné à l’alinéa (1)a), leur cohabitation est réputée avoir
cessé immédiatement avant l’année au cours de laquelle
l’interruption a commencé.
14. Section 78.15 of the Regulations is replaced by the following:
78.1 (1) In determining, for the purposes of subsections 55.1(4)
and 55.2(7) of the Act, the months during which the spouses,
former spouses or former common-law partners cohabited,
(a) those months shall, subject to paragraphs (b) and (c), be
reckoned as beginning with the first month of the year in which
the marriage of the persons subject to the division was solemnized or in which they commenced to cohabit in a conjugal relationship, whichever is applicable;
(b) the persons subject to the division shall be considered not to
have cohabited at any time during the year in which they were
divorced or their marriage annulled or in which they commenced to live separate and apart; and
(c) where, after having lived separate and apart for one year or
more, the persons subject to the division resumed cohabitation
for at least one year, the period of that separation shall be considered to have begun with the first month of the year in which
they commenced to live separate and apart and to have ended
with the last month of the year immediately preceding the year
in which they resumed cohabitation.
(2) In determining a continuous period of at least one year for
the purposes of subsection 55.1(3) of the Act, such a period shall
be considered to be constituted by any period of cohabitation by
the persons subject to the division for twelve or more consecutive
months, reckoned as beginning with the month in which the marriage was solemnized or in which they commenced to cohabit in a
conjugal relationship and ending with the month immediately
preceding the month in which they commenced to live separate
and apart.
(3) For the purposes of this section, where the persons subject
to the division did not have the intention to live separate and apart
but were separated by reason of the occupation, employment or
illness of either person, the separation does not constitute interruption of cohabitation.
15. Section 78.23 of the Regulations is replaced by the following:
(2) Pour l’application de l’alinéa (1)a) :
a) si les ex-époux n’avaient pas l’intention de vivre séparément, mais qu’ils ont été séparés en raison de l’emploi, de
l’occupation ou de la maladie de l’un ou de l’autre, la séparation ne constitue pas une interruption de la cohabitation;
(3) L’alinéa 78(2)b)3 de la version française du même règlement est remplacé par ce qui suit :
b) si, après avoir complété la période minimale de 36 mois
consécutifs de cohabitation requise par l’alinéa 55(2)a) de la
Loi, les ex-époux ont été séparés, quelle qu’en soit la raison,
pour une période de plus de 90 jours et que, par la suite, ils ont
repris la vie commune pour une période de plus de 90 jours,
leur cohabitation est réputée ne pas avoir été interrompue.
(4) Le paragraphe 78(3)3 de la version française du même
règlement est remplacé par ce qui suit :
(3) Pour l’application de l’article 55 de la Loi, si la cohabitation des époux est interrompue pendant plus de 90 jours, tel qu’il
est mentionné à l’alinéa (1)a), leur cohabitation est réputée avoir
cessé immédiatement avant l’année au cours de laquelle
l’interruption a commencé.
14. L’article 78.15 du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
78.1 (1) Pour l’application des paragraphes 55.1(4) et 55.2(7)
de la Loi, les mois où les époux ou ex-époux ou anciens conjoints
de fait ont cohabité sont déterminés de la manière suivante :
a) sous réserve des alinéas b) et c), ces mois commencent par le
premier mois de l’année où le mariage des personnes visées par
le partage a été célébré ou de l’année où elles ont commencé à
vivre ensemble dans une relation conjugale, selon le cas;
b) les personnes visées par le partage sont réputées ne pas avoir
cohabité pendant l’année du divorce ou de l’annulation du mariage ou pendant l’année où elles ont commencé à vivre séparément, selon le cas;
c) si, après avoir vécu séparément pendant un an ou plus, les
personnes visées par le partage ont recommencé à cohabiter
pour une période d’au moins un an, la période de la séparation
est réputée avoir commencé le premier mois de l’année où elles
ont commencé à vivre séparément et avoir pris fin le dernier
mois de l’année précédant celle où elles ont repris la cohabitation.
(2) Pour l’application du paragraphe 55.1(3) de la Loi, la période continue d’au moins un an est réputée être toute période
d’au moins 12 mois consécutifs durant laquelle les personnes
visées par le partage ont cohabité, dont le premier mois est soit
celui où leur mariage a été célébré, soit celui où elles ont commencé à vivre ensemble dans une relation conjugale, et le dernier
est le mois précédant celui où elles ont commencé à vivre séparément.
(3) Pour l’application du présent article, si les personnes visées
par le partage n’avaient pas l’intention de vivre séparément, mais
qu’elles ont été séparées en raison de l’emploi, de l’occupation ou
de la maladie de l’un ou de l’autre, la séparation ne constitue pas
une interruption de la cohabitation.
15. L’article 78.23 du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
———
———
5
5
SOR/93-290
2514
DORS/93-290
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-411
78.2 For the purposes of subsection 65.1(8) of the Act, “period
of cohabitation” means the period comprising all months during
which the contributor and spouse or common-law partner referred
to in subsection 65.1(9) of the Act cohabited, and includes the
month in which their marriage was solemnized or in which they
commenced to cohabit in a conjugal relationship, whichever is
applicable, but does not include any months that are not within
their joint contributory period as defined in subsection 65.1(8) of
the Act.
16. The Regulations are amended by adding the following
after section 85:
16. Le même règlement est modifié par adjonction, après
l’article 85, de ce qui suit :
APPLICATION OF INTERNATIONAL AGREEMENTS
APPLICATION DES ACCORDS INTERNATIONAUX
86. The agreements referred to in Schedule IX, which were
entered into under subsection 107(1) of the Act for the making of
reciprocal arrangements relating to the administration or operation of the Act, shall, in order to give full effect to the Act, be
applied in Canada in a manner that extends to common-law partners the treatment afforded to spouses.
86. Pour donner effet à la Loi, tout accord visé à l’annexe IX,
conclu en vertu du paragraphe 107(1) de la Loi pour prévoir
l’établissement d’arrangements réciproques relatifs à l’application
ou à l’effet de la Loi, s’applique au Canada de manière à accorder
aux conjoints de fait les mêmes avantages qu’il prévoit pour les
époux ou conjoints, selon la terminologie utilisée dans sa version
française.
78.2 Pour l’application du paragraphe 65.1(8) de la Loi, « période de cohabitation » s’entend de l’ensemble des mois de cohabitation du cotisant et de l’époux ou du conjoint de fait visés au
paragraphe 65.1(9) de la Loi, y compris le mois où leur mariage a
été célébré ou celui où ils ont commencé à vivre ensemble dans
une relation conjugale, selon le cas. Sont exclus de la période de
cohabitation les mois qui ne font pas partie de leur période cotisable conjointe, au sens du paragraphe 65.1(8) de la Loi.
17. The Regulations are amended by adding the following after Schedule VIII:
SCHEDULE IX
(Section 86)
Country
Antigua and Barbuda
Antigua-et-Barbuda
Australia
Australie
Agreement
greement on Social Security between Canada and Antigua and Barbuda, signed at Ottawa on September 2, 1992
Austria (Republic of)
Autriche (République d’)
Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of the Republic of Austria, signed at
Vienna on February 24, 1987
Supplementary Agreement to the Agreement on Social Security between Canada and the Republic of Austria, signed at
Vienna on September 12, 1995
Barbados
Barbade
Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of Barbados, signed at Bridgetown
on February 11, 1985
Belgium
Belgique
Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of Belgium, signed at Brussels on
May 10, 1984
Chile (Republic of)
Chili (République du)
Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of the Republic of Chile, signed on
November 18, 1996
Croatia (Republic of)
Croatie (République de)
Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of the Republic of Croatia, signed
on April 22, 1998
Cyprus (Republic of)
Chypre (République de)
Agreement on Social Security between Canada and the Republic of Cyprus, signed at Ottawa on January 24, 1990
Denmark
Danemark
Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of Denmark, signed at Copenhagen
on April 12, 1985
Dominica (Commonwealth of)
Dominique (Commonwealth de la)
Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of the Commonwealth of Dominica,
signed at Roseau on January 14, 1988
Finland (Republic of)
Finlande (République de)
Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of the Republic of Finland, signed at
Ottawa on October 28, 1986
France
France
Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of France, signed at Ottawa on
February 9, 1979
Germany (Federal Republic of)
Allemagne (République fédérale d’)
Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of the Federal Republic of
Germany, signed at Bonn on November 14, 1985
Greece (Hellenic Republic)
Grèce (République hellénique)
Grenada
Grenade
Agreement on Social Security between Canada and the Hellenic Republic, signed at Toronto on November 10, 1995
Reciprocal Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of Australia, signed at
Canberra on July 4, 1988
Protocol amending the Reciprocal Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government
of Australia, signed at Ottawa, on October 11, 1990
Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of Grenada, signed on
January 8, 1998
2515
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-411
SCHEDULE IX—Continued
Country
Agreement
Guernsey
Guernesey
Iceland
Islande
Agreement on Social Security between Jersey, Guernsey and Canada, in force in Canada as of January 1, 1994
Ireland
Irlande
Israel
Israël
Agreement on Social Security between Canada and Ireland, signed at Ottawa on November 29, 1990
Italy (Italian Republic)
Italie (République italienne)
Agreement on Social Security between Canada and Italy, signed at Toronto on November 17, 1977
Jamaica
Jamaïque
Agreement between the Government of Canada and the Government of Jamaica with respect to Social Security, signed at
Kingston, Jamaica on January 10, 1983
Jersey
Jersey
Korea (Republic of)
Corée (République de)
Luxembourg
Luxembourg
Agreement on Social Security between Jersey, Guernsey and Canada, in force in Canada as of January 1, 1994
Malta (Republic of)
Malte (République de)
Mexico (United Mexican States)
Mexique (États-Unis du)
Morocco (Kingdom of)
Maroc (Royaume du)
Agreement on Social Security between Canada and the Republic of Malta, signed at Toronto on April 4, 1991
Netherlands (Kingdom of the)
Pays-Bas (Royaume des)
Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of the Kingdom of the Netherlands,
signed at The Hague on February 26, 1987
New Zealand
Nouvelle-Zélande
Norway (Kingdom of)
Norvège (Royaume de)
Agreement on Social Security between Canada and New Zealand, signed on April 9, 1996
Philippines (Republic of the)
Philippines (République des)
Agreement on Social Security between Canada and the Republic of the Philippines, signed at Winnipeg on September 9,
1994
Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of Iceland, signed at Gimli on
June 25, 1988
Interim Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of Israel, signed at
Jerusalem on April 9, 2000
Agreement on Social Security between Canada and the Italian Republic, signed at Rome on May 22, 1995
Agreement on Social Security between Canada and the Republic of Korea, signed at Seoul on January 10, 1997
Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of Luxembourg, signed at Ottawa
on May 22, 1986
Agreement on Social Security between Canada and the United Mexican States, signed at Ottawa on April 25, 1995
Convention on Social Security between the Government of Canada and the Government of the Kingdom of Morocco, signed
on July 1, 1998
Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of the Kingdom of Norway, signed
at Oslo on November 12, 1985
Supplementary Agreement to the Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of
the Republic of the Philippines, signed at Winnipeg on November 13, 1999
Portugal
Portugal
Saint Lucia
Sainte-Lucie
Agreement between Canada and Portugal with respect to Social Security, signed at Toronto on December 15, 1980
Saint-Vincent and the Grenadines
Saint-Vincent-et-les-Grenadines
Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of Saint-Vincent and the
Grenadines, signed on January 6, 1998
Slovenia (Republic of)
Slovénie (République de)
Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of the Republic of Slovenia, signed
on May 17, 1998
Spain
Espagne
St. Kitts and Nevis (Federation of)
Saint-Kitts-et-Nevis (Fédération de)
Protocol to the Convention on Social Security between Canada and Spain, signed at Ottawa on October 19, 1995
Sweden
Suède
Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of Sweden, signed at Stockholm
on April 10, 1985
Switzerland (Swiss Confederation)
Suisse (Confédération suisse)
Trinidad and Tobago (Republic of)
Trinité-et-Tobago (République de)
Convention on Social Security between Canada and the Swiss Confederation, signed at Ottawa on February 24, 1994
Turkey (Republic of)
Turquie (République turque)
Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of the Republic of Turkey, signed
on June 19, 1998
United Kingdom of Great Britain and
Northern Ireland
Royaume-Uni de Grande-Bretagne et
d’Irlande du Nord
Memorandum of Understanding between the Government of Canada and the Government of the United Kingdom of Great
Britain and Northern Ireland concerning Co-operation and Mutual Assistance in the Administration of Social Security
Programmes, signed on January 16, 1997
2516
Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of Saint Lucia, signed at Castries on
January 5, 1987
Agreement on Social Security between Canada and the Federation of St. Kitts and Nevis, signed at Ottawa on
August 17, 1992
Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of the Republic of Trinidad and
Tobago, signed on April 9, 1997
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-411
SCHEDULE IX—Continued
Country
Agreement
United States of America
États-Unis d’Amérique
Agreement between the Government of Canada and the Government of the United States of America with respect to Social
Security, signed at Ottawa on March 11, 1981
Supplementary Agreement between the Government of Canada and the Government of the United States of America with
respect to Social Security, signed at Ottawa on May 10, 1983
Second Supplementary Agreement amending the Agreement between the Government of Canada and the Government of the
United States of America with respect to Social Security, signed on May 28, 1996
Administrative Understanding on Mutual Assistance, concluded pursuant to the Agreement between the Government
of Canada and the Government of the United States of America with respect to Social Security and signed on
December 4, 1996
Uruguay (Eastern Republic of)
Uruguay (République orientale de l’)
Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of the Eastern Republic of Uruguay,
signed at Ottawa on June 2, 1999
17. Le même règlement est modifié par adjonction, après l’annexe VIII, de ce qui suit :
ANNEXE IX
(article 86)
Pays
Allemagne (République fédérale d’)
Germany (Federal Republic of)
Antigua-et-Barbuda
Antigua and Barbuda
Australie
Australia
Autriche (République d’)
Austria (Republic of)
Barbade
Barbados
Belgique
Belgium
Chili (République du)
Chile (Republic of)
Chypre (République de)
Cyprus (Republic of)
Corée (République de)
Korea (Republic of)
Croatie (République de la)
Croatia (Republic of)
Danemark
Denmark
Dominique (Commonwealth de la)
Dominica (Commonwealth of)
Espagne
Spain
États-Unis d’Amérique
United States of America
Accord
Accord entre le gouvernement du Canada et le gouvernement de la République fédérale d’Allemagne, signé à Bonn le
14 novembre 1985
Accord sur la sécurité sociale entre le Canada et Antigua et Barbuda, signé à Ottawa le 2 septembre 1992
Accord réciproque de sécurité sociale entre le Gouvernement du Canada et le Gouvernement de l’Australie, signé à Canberra
le 4 juillet 1988
Protocole modifiant l’Accord réciproque de sécurité sociale entre le Gouvernement du Canada et le Gouvernement de
l’Australie, signé à Ottawa le 11 octobre 1990
Accord sur la sécurité sociale entre le gouvernement du Canada et le gouvernement de la République d’Autriche, signé à
Vienne le 24 février 1987
Accord supplémentaire à l’Accord de sécurité sociale entre le Canada et la République d’Autriche, signé à Vienne le
12 septembre 1995
Accord sur la sécurité sociale entre le gouvernement du Canada et le gouvernement de la Barbade, signé à Bridgetown le
11 février 1985
Accord entre le Gouvernement du Canada et le Gouvernement de la Belgique, signé à Bruxelles le 10 mai 1984
Accord sur la sécurité sociale entre le gouvernement du Canada et le gouvernement de la République du Chili, signé le
18 novembre 1996
Accord sur la sécurité sociale entre le Canada et la République de Chypre, signé à Ottawa le 24 janvier 1990
Accord sur la sécurité sociale entre le Canada et la République de Corée, signé à Séoul le 10 janvier 1997
Accord sur la sécurité sociale entre le gouvernement du Canada et le gouvernement de la République de Croatie, signé le
22 avril 1998
Accord sur la sécurité sociale entre le gouvernement du Canada et le gouvernement du Danemark, signé à Copenhague le
12 avril 1985
Accord sur la sécurité sociale entre le gouvernement du Canada et le gouvernement du Commonwealth de la Dominique, signé
à Roseau le 14 janvier 1988
Protocole de la Convention sur la sécurité sociale entre le Canada et l’Espagne, signé à Ottawa le 19 octobre 1995
Accord entre le Gouvernement du Canada et le Gouvernement des États-Unis d’Amérique en matière de sécurité sociale, signé
à Ottawa le 11 mars 1981
Accord supplémentaire entre le gouvernement du Canada et le gouvernement des États-Unis d’Amérique en matière de
sécurité sociale, signé à Ottawa le 10 mai 1983
Deuxième Accord supplémentaire modifiant l’Accord entre le Gouvernement du Canada et le Gouvernement des États-Unis
d’Amérique en matière de sécurité sociale, signé le 28 mai 1996
Finlande (République de)
Finland (Republic of)
Entente administrative sur l’assistance mutuelle, conclue en vertu de l’Accord entre le Gouvernement du Canada et le
Gouvernement des États-Unis d’Amérique en matière de sécurité sociale et signée le 4 décembre 1996
Accord sur la sécurité sociale entre le gouvernement du Canada et le gouvernement de la République de Finlande, signé à
Ottawa le 28 octobre 1986
2517
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-411
ANNEXE IX (suite)
Pays
France
France
Grèce (République hellénique)
Greece (Hellenic Republic)
Grenade
Grenada
Guernesey
Guernsey
Irlande
Ireland
Islande
Iceland
Israël
Israel
Italie (République italienne)
Italy (Italian Republic)
Jamaïque
Jamaica
Jersey
Jersey
Luxembourg
Luxembourg
Malte (République de)
Malta (Republic of)
Maroc (Royaume du)
Morocco (Kingdom of)
Mexique (États-Unis du)
Mexico (United Mexican States)
Norvège (Royaume de)
Norway (Kingdom of)
Nouvelle-Zélande
New Zealand
Pays-Bas (Royaume des)
Netherlands (Kingdom of the)
Philippines (République des)
Philippines (Republic of the)
Portugal
Portugal
Royaume-Uni de Grande-Bretagne et
d’Irlande du Nord
United Kingdom of Great Britain and
Northern Ireland
Sainte-Lucie
Saint Lucia
Saint-Kitts-et-Nevis (Fédération de)
St. Kitts and Nevis (Federation of)
Saint-Vincent-et-les-Grenadines
Saint-Vincent and the Grenadines
Slovénie (République de)
Slovenia (Republic of)
Suède
Sweden
Suisse (Confédération suisse)
Switzerland (Swiss Confederation)
Trinité-et-Tobago (République de)
Trinidad and Tobago (Republic of)
Turquie (République turque)
Turkey (Republic of)
Uruguay (République orientale de l’)
Uruguay (Eastern Republic of)
2518
Accord
Accord sur la sécurité sociale entre le gouvernement du Canada et le gouvernement de la France, signé à Ottawa le
9 février 1979
Accord sur la sécurité sociale entre le Canada et la République hellénique, signé à Toronto le 10 novembre 1995
Accord sur la sécurité sociale entre le gouvernement du Canada et le gouvernement de la Grenade, signé le 8 janvier 1998
Accord sur la sécurité sociale entre Jersey, Guernesey et le Canada, en vigueur au Canada à compter du 1er janvier 1994
Accord sur la sécurité sociale entre le Canada et l’Irlande, signé à Ottawa le 29 novembre 1990
Accord entre le gouvernement du Canada et le gouvernement de l’Islande, signé à Gimli le 25 juin 1988
Accord intérimaire sur la sécurité sociale entre le gouvernement du Canada et le gouvernement d’Israël, signé à Jérusalem le
9 avril 2000
Accord sur la sécurité sociale entre le Canada et l’Italie, signé à Toronto le 17 novembre 1977
Accord sur la sécurité sociale entre le Canada et la République italienne, signé à Rome le 22 mai 1995
Accord en matière de sécurité sociale entre le gouvernement du Canada et le gouvernement de la Jamaïque, signé à Kingston,
Jamaïque, le 10 janvier 1983
Accord sur la sécurité sociale entre Jersey, Guernesey et le Canada, en vigueur au Canada à compter du 1er janvier 1994
Accord entre le gouvernement du Canada et le gouvernement du Luxembourg, signé à Ottawa le 22 mai 1986
Accord sur la sécurité sociale entre le Canada et la République de Malte, signé à Toronto le 4 avril 1991
Convention sur la sécurité sociale entre le gouvernement du Canada et le gouvernement du Royaume du Maroc, signée le
1er juillet 1998
Convention de sécurité sociale entre le Canada et les États-Unis du Mexique, signée à Ottawa le 25 avril 1995
Accord entre le gouvernement du Canada et le gouvernement du royaume de Norvège, signé à Oslo le 12 novembre 1985
Accord sur la sécurité sociale entre le Canada et la Nouvelle-Zélande, signé le 9 avril 1996
Accord sur la sécurité sociale entre le gouvernement du Canada et le gouvernement du Royaume des Pays-Bas, signé à
La Haye le 26 février 1987
Accord sur la sécurité sociale entre le Canada et la République des Philippines, signé à Winnipeg le 9 septembre 1994
Accord supplémentaire à l’Accord sur la sécurité sociale entre le gouvernement du Canada et le gouvernement de la
République des Philippines, signé à Winnipeg le 13 novembre 1999
Accord entre le Canada et le Portugal en matière de sécurité sociale, signé à Toronto le 15 décembre 1980
Protocole d’entente entre le gouvernement du Canada et le gouvernement du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande
du Nord concernant la coopération et l’assistance mutuelle en vue de l’administration des programmes de sécurité sociale,
signé le 16 janvier 1997
Accord sur la sécurité sociale entre le gouvernement du Canada et le gouvernement de Sainte-Lucie, signé à Castries le
5 janvier 1987
Accord sur la sécurité sociale entre le Canada et la Fédération de Saint-Kitts-et-Nevis, signé à Ottawa le 17 août 1992
Accord sur la sécurité sociale entre le gouvernement du Canada et le gouvernement de Saint-Vincent et les Grenadines, signé
le 6 janvier 1998
Accord sur la sécurité sociale entre le gouvernement du Canada et le gouvernement de la République de Slovénie, signé le
17 mai 1998
Accord sur la sécurité sociale entre le gouvernement du Canada et le gouvernement de la Suède, signé à Stockholm le
10 avril 1985
Convention de sécurité sociale entre le Canada et la Confédération suisse, signée à Ottawa le 24 février 1994
Accord sur la sécurité sociale entre le gouvernement du Canada et le gouvernement de la République de Trinité et Tobago,
signé le 9 avril 1997
Accord sur la sécurité sociale entre le gouvernement du Canada et le gouvernement de la République de la Turquie, signé le
19 juin 1998
Accord sur la sécurité sociale entre le gouvernement du Canada et le gouvernement de la République orientale de l’Uruguay,
signé à Ottawa le 2 juin 1999
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-411
18. The Regulations are amended by replacing the expression “surviving spouse” with the word “survivor” in the following provisions:
(a) subparagraph 52(b)(iii);
(b) subparagraphs 52(i)(iv) and (v);
(c) paragraph 52(k);
(d) paragraph 64(1)(b); and
(e) section 65.
18. Dans les passages suivants du même règlement, « conjoint survivant » est remplacé par « survivant » :
a) le sous-alinéa 52b)(iii);
b) les sous-alinéas 52i)(iv) et (v);
c) l’alinéa 52k);
d) l’alinéa 64(1)b);
e) l’article 65.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
19. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
19. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du règlement.)
Description
Description
Human Resources Development Canada (HRDC) is responsible for the Canada Pension Plan (CPP) and the Old Age Security
Act (OAS). The CPP is administered in conjunction with the
Canada Customs and Revenue Agency Canada (CCRA). CCRA
is responsible for Part I (Contributions) while HRDC is responsible for Part II (Pensions and Supplementary Benefits). The CPP
and OAS (the Acts) confer benefits on individuals. The Regulations relate primarily to access to benefits provided under both
Acts.
The changes to the Canada Pension Plan Regulations and Old
Age Security Regulations are required in light of amendments
made to the CPP and OAS under Bill C-23, An Act to modernize
the Statutes of Canada in relation to benefits and obligations.
Bill C-23 received Royal Assent on June 29, 2000, Chapter 12, of
the Statutes of Canada, 2000.
Développement des ressources humaines Canada (DRHC) est
responsable du Régime de pensions du Canada (RPC) et de la Loi
sur la sécurité de la vieillesse (SV). Le RPC est administré de
concert avec l’Agence des douanes et du revenu du Canada
(ADRC). L’ADRC est responsable de la partie I du Régime (cotisations) tandis que DRHC est responsable de la partie II (pensions
et prestations supplémentaires). Le RPC et la SV (les lois) attribuent des prestations aux particuliers. Le règlement se rattache
principalement à obtenir des prestations en vertu des deux lois.
Les changements au Règlement sur le Régime de pensions du
Canada et au Règlement sur la sécurité de la vieillesse sont exigés à la lumière des modifications apportées au RPC et à la SV
dans le cadre du projet de loi C-23, Loi visant à moderniser le
régime d’avantages et d’obligations dans les Lois du Canada. Le
projet de loi C-23 a reçu la sanction royale le 29 juin 2000, chapitre 12, des Lois du Canada de 2000.
On a abrogé la définition de « conjoint » dans les lois et on a
ajouté une nouvelle définition de « conjoint de fait ».
L’expression « époux » est maintenant utilisée tout au long des
deux lois pour faire mention à sa signification légale c’est-à-dire
aux personnes mariées légalement. L’expression « conjoint de
fait » est définie et s’entend des personnes qui vivent dans une
relation conjugale d’une période d’au moins un an et inclue les
couples de l’un ou l’autre sexe. On a ajouté le terme générique
« survivant » pour qu’il s’applique à l’époux ou au conjoint de
fait d’une personne décédée. Ces changements sont les plus importants apportés aux deux lois et aux règlements ci-annexés.
D’autres changements mineurs sont requis avec les adaptations
nécessaires. Par exemple, les expressions « allocation au conjoint
ou allocation au titre du conjoint » sont remplacées par « allocation ».
The definition “spouse” has been repealed in the Acts and a
new definition of “common-law partner” has been added. The
term “spouse” has been retained throughout the Acts to refer to its
legal meaning i.e. legally married persons. The term “commonlaw partner” is defined to mean persons living in a conjugal relationship of one year which includes couples of either sex. The
generic term “survivor” is added and is used to cover the spouse
or common-law partner of a deceased person. These are the main
changes made in both Acts and in the attached Regulations. Other
minor changes were necessary as circumstances required. For
example, the expression “Spouse’s Allowance” under the Old Age
Security Act has been replaced with “Allowance”.
Purpose of the Amendments
Objet des modifications
The purpose of the amendments is twofold: first, it is to ensure
consistency with the revised CPP and OAS, and second, to ensure
equal treatment under the law for common-law opposite-sex and
common-law same-sex partners, resulting in the addition of the
term “common-law partner”.
L’objet des modifications est double : d’abord, d’assurer
l’uniformité avec les lois révisées du RPC et de la SV et ensuite,
garantir, grâce à l’adjonction de l’expression « conjoint de fait »,
l’égalité de traitement aux termes de la loi aux conjoints de fait de
sexe opposé et de même sexe.
2519
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-411
Bill C-23 amended 68 federal statutes, including the Canada
Pension Plan and the Old Age Security Act, to extend benefits and
obligations to common-law same-sex partners on the same basis
as opposite-sex partners. In the case of CPP, it provides for survivor’s benefits, provided other eligibility criteria are met and the
death of the same-sex common-law partner occurred on or after
January 1, 1998. It also provides for pension assignment which is
the sharing of CPP retirement pensions in continuous relationships and provides for credit-splitting provisions which is the
division of pension credits after separation. As for the OAS Act, it
extends the Allowance and the Allowance for the survivor which
are income-tested benefits to same-sex common-law partners.
Like the CPP, the Allowance for the survivor is provided given
the other eligibility criteria are met and that the death of the samesex common-law partner occurred on or after January 1, 1998.
The changes will have little impact on most Canadians. Those
affected will be individuals in common-law same-sex partnerships, defined as two persons who are cohabiting in a conjugal
relationship, having so cohabited for a period of one year. The
relevant CPP and OAS provisions of Bill C-23 came into force on
July 31, 2000.
Le projet de loi C-23 a modifié 68 lois fédérales y compris le
Régime de pensions du Canada et la Loi sur la sécurité de la
vieillesse, en vue d’attribuer des avantages et des obligations aux
conjoints de fait de même sexe de la même façon qu’aux conjoints de fait de sexe opposé. Dans le cas du RPC, on prévoit des
prestations de survivant à la condition que les autres critères
d’admissibilité soient satisfaits et que le décès du conjoint de fait
de même sexe soit survenu le 1er janvier 1998 ou après cette date.
On prévoit également la cession des pensions, soit la cession des
pensions de retraite du RPC pour les relations qui restent intactes.
De même, on prévoit le partage des crédits de pension, soit le
partage de ces crédits à la suite d’une séparation. Pour ce qui est
de la SV, on octroie aux conjoints de fait de même sexe
l’allocation ou l’allocation au survivant. Cette allocation est une
prestation assujettie au revenu. Tout comme le RPC, l’allocation
au survivant sera offerte moyennant que les critères
d’admissibilité soient satisfaits et que le décès du conjoint de fait
de même sexe soit survenu le 1er janvier 1998 ou après cette date.
Les modifications n’auront que peu d’incidence sur la plupart
des Canadiens. Elles vont surtout concerner les personnes en
union de fait de même sexe, c’est-à-dire deux personnes qui vivent dans une relation conjugale et qui cohabitent depuis au
moins un an. Les dispositions pertinentes du RPC et de la SV
contenues dans le projet de loi C-23 sont entrées en vigueur le
31 juillet 2000.
Alternatives
Solutions envisagées
Not including common-law same-sex partners would be inconsistent with the federal approach in Bill C-23.
Le fait de ne pas inclure les conjoints de fait serait incompatible avec la démarche fédérale du projet de loi C-23.
Benefits and Costs
Avantages et coûts
Extending equal treatment under the law to common-law samesex partners is not expected to add significantly to the costs of the
programs.
On ne prévoit pas que le fait de traiter avec égalité les conjoints
de fait de même sexe aux termes de la loi entraîne des coûts importants aux programmes.
Consultation
Consultations
As these Regulations are administrative in nature, consultations
were undertaken only with the Department of Justice and CCRA
where relevant. The Regulations were pre-published in the
Canada Gazette, Part I on September 2, 2000, and no comments
were received.
Étant donné que ce règlement est de nature administrative, on a
entrepris des consultations uniquement avec le ministère de la
Justice et l’ADRC, le cas échéant. Le règlement a été publié au
préalable dans la Gazette du Canada Partie I le 2 septembre 2000
et aucune observation n’a été reçue.
Contact
Heather Bordeleau
Director
Legislation Division
Program Policy and Planning Directorate
Income Security Programs
Human Resources Development
Place Vanier, Tower B, 8th Floor
Vanier, Ontario
K1A 0L1
Telephone: (613) 957-1626
FAX: (613) 991-9119
Personne-ressource
Heather Bordeleau
Directrice
Division de la législation
Direction de la politique des programmes et de la planification
Programmes de la sécurité du revenu
Développement des ressources humaines Canada
Place Vanier, Tour B, 8e étage
Vanier (Ontario)
K1A 0L1
Tél. : (613) 957-1626
TÉLÉCOPIEUR : (613) 991-9119
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2000
2520
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2000
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-412
Registration
SOR/2000-412 30 November, 2000
Enregistrement
DORS/2000-412 30 novembre 2000
OLD AGE SECURITY ACT
LOI SUR LA SÉCURITÉ DE LA VIEILLESSE
Regulations Amending the Old Age Security
Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur la sécurité
de la vieillesse
P.C. 2000-1711 30 November, 2000
C.P. 2000-1711 30 novembre 2000
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Human Resources Development,
pursuant to subsection 11(8)a, sections 14b, 19c and 21d, subsections 23(1)e and (2)f, section 34g and subsection 40(2) of the Old
Age Security Act, hereby makes the annexed Regulations
Amending the Old Age Security Regulations.
Sur recommandation de la ministre du Développement des ressources humaines et en vertu du paragraphe 11(8)a, des articles 14b, 19c et 21d, des paragraphes 23(1)e et (2)f, de l’article 34g
et du paragraphe 40(2) de la Loi sur la sécurité de la vieillesse,
Son Excellence la Gouverneure générale en conseil prend le Règlement modifiant le Règlement sur la sécurité de la vieillesse, ciaprès.
REGULATIONS AMENDING THE
OLD AGE SECURITY REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT
SUR LA SÉCURITÉ DE LA VIEILLESSE
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. Section 6 of the Old Age Security Regulations and the
heading before it are replaced by the following:
1. L’article 6 du Règlement sur la sécurité de la vieillesse2 et
l’intertitre le précédant sont remplacés par ce qui suit :
Payment of an Allowance Under Two Dollars
Versement d’une allocation inférieure à deux dollars
6. Where a spouse, common-law partner or survivor is entitled
under Part III of the Act to an allowance in an amount that does
not exceed $2 monthly, an allowance of $2 is payable monthly to
that spouse, common-law partner or survivor.
2. The heading3 before section 11 of the English version of
the Regulations is replaced by the following:
6. Dans le cas où un époux, un conjoint de fait ou un survivant
est admissible, en vertu de la partie III de la Loi, à une allocation
dont le montant ne dépasse pas 2 $ par mois, une allocation de 2 $
est payable mensuellement à l’époux, au conjoint de fait ou au
survivant.
2. L’intertitre3 précédant l’article 11 de la version anglaise
du même règlement est remplacé par ce qui suit :
Approval of Application for an Allowance
Approval of Application for an Allowance
1
2
3
3. Section 11 of the Regulations is replaced by the following:
11. The Minister shall approve an application for an allowance
for the spouse or common-law partner of a pensioner or for a
survivor where the spouse, common-law partner or survivor is
entitled to an allowance under section 19 or 21 of the Act.
4. (1) The portion of subsection 12(1)3 of the Regulations
before paragraph (a) is replaced by the following:
12. (1) Subject to subsections (2) and (3), where the Minister
approves an application for an allowance after the last day of the
month in which the application was received, the Minister’s approval shall be effective as of the later of
———
a
S.C. 1996, c. 18, s. 51(2)
b
S.C. 2000, c. 12, par. 207(1)(c) and (d)
c
S.C. 2000, c. 12, s. 196 and par. 207(1)(f) and 209(d) to (g)
d
S.C. 2000, c. 12, s. 197, par. 207(1)(g) and 208(1)(a) to (d), s. 208(2)
and par. 209(i) to (m)
e
S.C. 2000, c. 12, par. 209(p)
f
S.C. 2000, c. 12, s. 199 and par. 209(p)
g
S.C. 2000, c. 12, s. 204 and par. 207(1)(m) and (n) and 209(r)
1
SOR/89-269
2
C.R.C., c. 1246
3
SOR/96-521
1
3. L’article 113 du même règlement est remplacé par ce qui
suit :
11. Le ministre agrée la demande d’allocation à l’époux ou au
conjoint de fait d’un pensionné ou au survivant si l’époux, le
conjoint de fait ou le survivant est admissible à l’allocation en
vertu des articles 19 ou 21 de la Loi.
4. (1) Le passage du paragraphe 12(1)3 du même règlement
précédant l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
12. (1) Sous réserve des paragraphes (2) et (3), si le ministre
agrée une demande d’allocation après le dernier jour du mois au
cours duquel la demande a été reçue, l’agrément prend effet à
celle des dates suivantes qui est postérieure à l’autre :
———
a
b
c
d
e
f
g
1
2
3
L.C. 1996, ch. 18, par. 51(2)
L.C. 2000, ch. 12, al. 207(1)c) et d)
L.C. 2000, ch. 12, art. 196 et al. 207(1)f) et 209d) à g)
L.C. 2000, ch. 12, art. 197, al. 207(1)g) et 208(1)a) à d), par. 208(2) et al. 209i)
à m)
L.C. 2000, ch. 12, al. 209p)
L.C. 2000, ch. 12, art. 199 et al. 209p)
L.C. 2000, ch. 12, art. 204 et al. 207(1)m) et n) et 209r)
DORS/89-269
C.R.C., ch. 1246
DORS/96-521
2521
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-412
(2) Paragraph 12(1)(b)3 of the Regulations is replaced by
the following:
(b) the day on which the spouse, common-law partner or survivor became entitled to an allowance under section 19 or 21 of
the Act.
(3) The portion of subsection 12(2)3 of the Regulations before paragraph (a) is replaced by the following:
(2) Where the spouse or common-law partner of a pensioner
attains the age of 60 years before the day on which the application
for an allowance in respect of the spouse or common-law partner
is received, the approval of the application by the Minister shall
be effective as of the latest of
(4) Paragraphs 12(2)(b)3 and (c)3 of the Regulations are replaced by the following:
(b) the day on which the spouse or common-law partner attained the age of 60 years, and
(c) the day on which the spouse or common-law partner became entitled to an allowance under section 19 of the Act.
(5) The portion of subsection 12(3)3 of the Regulations before paragraph (a) is replaced by the following:
(3) Where a survivor is entitled to an allowance under section 21 of the Act before the day on which an application in respect of the survivor is received, the approval of the application
by the Minister shall be effective as of the later of
(6) Paragraph 12(3)(b)3 of the Regulations is replaced by
the following:
(b) the day on which the survivor became entitled to an allowance under section 21 of the Act.
5. (1) The portion of paragraph 13(a)3 of the Regulations
before subparagraph (i) is replaced by the following:
(a) the month in which an applicant or an applicant’s spouse or
common-law partner
(2) Paragraph 13(b)3 of the Regulations is replaced by the
following:
(b) the month in which an applicant or an applicant’s spouse or
common-law partner suffers a loss of income due to termination or reduction of pension income shall be the month in
which that termination or reduction actually occurs.
(2) L’alinéa 12(1)b)3 du même règlement est remplacé par
ce qui suit :
b) la date à laquelle l’époux, le conjoint de fait ou le survivant
est devenu admissible à une allocation en vertu des articles 19
ou 21 de la Loi.
(3) Le passage du paragraphe 12(2)3 du même règlement
précédant l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
(2) Si l’époux ou le conjoint de fait d’un pensionné atteint l’âge
de 60 ans avant la date de réception d’une demande d’allocation à
son égard, l’agrément de la demande par le ministre prend effet à
celle des dates suivantes qui est postérieure aux autres :
6. Section 153 of the Regulations and the heading3 before it
are replaced by the following:
(4) Les alinéas 12(2)b)3 et c)3 du même règlement sont remplacés par ce qui suit :
b) la date à laquelle l’époux ou le conjoint de fait a atteint l’âge
de 60 ans;
c) la date à laquelle l’époux ou le conjoint de fait est devenu
admissible à une allocation en vertu de l’article 19 de la Loi.
(5) Le passage du paragraphe 12(3)3 du même règlement
précédant l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
(3) Si un survivant est admissible à une allocation en vertu de
l’article 21 de la Loi avant la date de réception de la demande
d’allocation à son égard, l’agrément de la demande par le ministre
prend effet à celle des dates suivantes qui est postérieure à l’autre :
(6) L’alinéa 12(3)b)3 du même règlement est remplacé par
ce qui suit :
b) la date à laquelle le survivant est devenu admissible à une
allocation en vertu de l’article 21 de la Loi.
5. (1) Le passage de l’alinéa 13a)3 du même règlement précédant le sous-alinéa (i) est remplacé par ce qui suit :
a) le mois au cours duquel le demandeur ou l’époux ou le conjoint de fait du demandeur :
(2) L’alinéa 13b)3 du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
b) le mois au cours duquel le demandeur ou l’époux ou le conjoint de fait du demandeur subit une perte de revenu par suite
de la suppression ou de la réduction du revenu provenant d’un
régime de pensions est le mois au cours duquel ce revenu est
effectivement supprimé ou réduit.
6. L’article 153 du même règlement et l’intertitre3 le précédant sont remplacés par ce qui suit :
Assignment of Social Insurance Numbers to Applicants,
Beneficiaries, Spouses or Common-law Partners
Attribution de numéros d’assurance sociale aux demandeurs, aux
prestataires ou aux époux ou aux conjoints de fait
15. Where a Social Insurance Number has not been assigned to
an applicant or beneficiary or to the spouse or common-law partner of an applicant or beneficiary, the Minister may assign or
cause to be assigned a Social Insurance Number to the applicant
or beneficiary or to the spouse or common-law partner of the applicant or beneficiary.
7. Section 163 of the Regulations and the heading before it
are replaced by the following:
15. Si un numéro d’assurance sociale n’a pas été attribué au
demandeur, au prestataire, ou à l’époux ou au conjoint de fait du
demandeur ou du prestataire, le ministre peut attribuer ou faire
attribuer un numéro d’assurance sociale au demandeur, au prestataire, ou à l’époux ou au conjoint de fait du demandeur ou du
prestataire.
7. L’article 163 du même règlement et l’intertitre le précédant sont remplacés par ce qui suit :
2522
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-412
Evidence
Preuve
16. If the Minister did not receive sufficient evidence or information of the relationship between the applicant and their spouse
or common-law partner in support of a prior application for a
supplement or an allowance,
(a) in the case of spouses, an applicant for a supplement or
joint applicants for an allowance shall provide the Minister
with
(i) an official copy or extract of the record of marriage issued
by a competent authority, or
(ii) if the applicant or joint applicants are not able to obtain
an official copy or extract of the record of marriage
(A) a statutory declaration setting out information as to the
marriage, and
(B) other evidence of the marriage; and
(b) in the case of common-law partners, an applicant for a supplement or joint applicants for an allowance shall provide the
Minister with
(i) a statutory declaration setting out information as to the
relationship of the common-law partners, and
(ii) other evidence of the relationship of the common-law
partners.
16. Si le ministre considère que, en ce qui a trait aux relations
entre le demandeur et son époux ou son conjoint de fait, il n’a pas
reçu de preuve ou de renseignement suffisant à l’appui d’une
demande antérieure de supplément ou d’allocation :
a) dans le cas d’époux, le demandeur qui demande un supplément ou les demandeurs qui demandent une allocation doivent
fournir au ministre :
(i) soit une copie officielle ou un extrait du registre de mariage délivré par une autorité compétente,
(ii) soit, si le demandeur ou les demandeurs ne sont pas en
mesure d’obtenir une copie officielle ou un extrait du registre de mariage, l’une ou l’ensemble des preuves suivantes :
(A) une déclaration solennelle contenant des renseignements relativement au mariage,
(B) toute autre preuve du mariage;
b) dans le cas de conjoints de fait, le demandeur qui demande
un supplément ou les demandeurs qui demandent une allocation doivent fournir au ministre l’une ou l’ensemble des preuves suivantes :
(i) une déclaration solennelle contenant des renseignements
relativement à la relation entre les conjoints de fait,
(ii) toute autre preuve de la relation entre les conjoints de
fait.
8. L’article 173 du même règlement et l’intertitre le précédant sont abrogés.
9. (1) L’alinéa 21(2.1)c)4 du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
c) à titre d’époux ou de conjoint de fait ou de personne à charge
d’une personne visée aux alinéas a) ou b) ou de personne à
charge de l’époux ou du conjoint de fait d’une telle personne;
(2) Le paragraphe 21(3) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
(3) Pour l’application de la Loi et du présent règlement, dans le
cas où quelqu’un devient l’époux ou le conjoint de fait d’une
personne qui réside au Canada alors que cette dernière en est absente dans n’importe laquelle des circonstances décrites aux alinéas (5)a) ou b), la période passée hors du Canada par l’époux
après le mariage ou par le conjoint de fait après qu’il l’est devenu
compte comme période de résidence et de présence au Canada si :
a) l’époux ou le conjoint de fait revient au Canada avant le retour de la personne résidant au Canada ou dans un délai de six
mois après soit le retour de cette dernière, soit la mort de la
personne si celle-ci meurt au cours de son absence du Canada;
b) l’époux ou le conjoint de fait atteint, pendant la période passée hors du Canada, un âge qui le rend admissible à une pension en vertu de la Loi.
8. Section 173 of the Regulations and the heading before it
are repealed.
9. (1) Paragraph 21(2.1)(c)4 of the Regulations is replaced
by the following:
(c) as the spouse, common-law partner or dependant of a person referred to in paragraph (a) or (b) or the dependant of that
person’s spouse or common-law partner; or
(2) Subsection 21(3) of the Regulations is replaced by the
following:
(3) For the purposes of the Act and these Regulations, where a
person becomes the spouse or common-law partner of a person
residing in Canada while the person residing in Canada is absent
from Canada in any of the circumstances specified in paragraph (5)(a) or (b), the period outside Canada of the spouse after
their marriage or of the common-law partner after becoming such
a partner is considered a period of residence and presence in
Canada, if
(a) the spouse or common-law partner returns to Canada either
before or within six months after the return of the person residing in Canada or within six months after that person’s death
if that person dies while so absent from Canada; or
(b) the spouse or common-law partner attains, during that period outside Canada, an age at which the spouse or commonlaw partner is eligible to be paid a pension under the Act.
(3) The portion of paragraph 21(5)(c) of the Regulations before subparagraph (ii) is replaced by the following:
(c) while that person was accompanying their spouse or common-law partner who was absent from Canada in any of the
circumstances specified in paragraph (a) or (b) or for the purpose of attending school or university, if that person
(i) returned to Canada either before or within six months after the return of their spouse or common-law partner or
———
4
SOR/83-84
(3) Le passage de l’alinéa 21(5)c) du même règlement précédant le sous-alinéa (ii) est remplacé par ce qui suit :
c) lorsque cette personne accompagnait son époux ou son conjoint de fait dont l’absence du Canada est motivée par l’une des
circonstances prévues aux alinéas a) ou b) ou a pour motif la
fréquentation d’une école ou d’une université, si elle :
(i) est revenue au Canada avant le retour de son époux ou de
son conjoint de fait ou dans un délai de six mois après soit le
———
4
DORS/83-84
2523
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-412
within six months after the death of their spouse or commonlaw partner, if their spouse or common-law partner died
while so absent from Canada, or
(4) Subsections 21(5.1)3 and (5.2)3 of the Regulations are
replaced by the following:
(5.1) Where, by virtue of an agreement entered into under subsection 40(1) of the Act, a person is subject to the Act while residing in a country other than Canada, the absence from Canada
of that person, the person’s spouse or common-law partner and
the dependants of the person or of the person’s spouse or common-law partner, if the spouse, common-law partner or dependants, as the case may be, reside with the person in that country,
shall, for the purposes of an allowance, not be considered to have
interrupted the residence or presence in Canada of the person,
spouse, common-law partner or dependants.
(5.2) Where a person who is resident in Canada is subject to the
legislation of a country other than Canada by virtue of an agreement entered into under subsection 40(1) of the Act, and the person’s spouse or common-law partner or the dependant of the person or of the person’s spouse or common-law partner engages in
pensionable employment as defined in the Canada Pension Plan
or in the plan of a province providing a comprehensive pension
plan, any period in such pensionable employment shall, for the
purposes of the Act and these Regulations, be considered to be a
period of residence in Canada.
(5) Subsection 21(6) of the Regulations is replaced by the
following:
(6) For the purposes of paragraph (5)(f), “dependent person”
means, with respect to a person who was absent from Canada in
any of the circumstances specified in paragraph (5)(a) or (b), that
person’s father, mother, brother, sister, child or foster child or the
father, mother, child or foster child of the person’s spouse or
common-law partner.
(6) The portion of subsection 21(7)4 of the Regulations after
paragraph (c) is replaced by the following:
that person’s father, mother, brother, sister, child or foster child or
the father, mother, child or foster child of the person’s spouse or
common-law partner.
10. The Regulations are amended by adding the following
after section 22:
retour de cet époux ou de ce conjoint de fait, soit la mort de
son époux ou de son conjoint de fait, si son époux ou son
conjoint de fait est mort durant son absence du Canada,
(4) Les paragraphes 21(5.1)3 et (5.2)3 du même règlement
sont remplacés par ce qui suit :
(5.1) Si, aux termes d’un accord conclu en vertu du paragraphe 40(1) de la Loi, une personne résidant dans un pays étranger
est assujettie à la Loi, l’absence du Canada de cette personne —
ou celle de son époux ou de son conjoint de fait et des personnes
à sa charge ou à celle de son époux ou conjoint de fait, s’ils résident avec elle — est réputée, en ce qui concerne l’allocation, ne
pas avoir interrompu la résidence ou la présence de l’intéressé au
Canada.
(5.2) Si une personne résidant au Canada est assujettie aux lois
d’un pays étranger aux termes d’un accord conclu en vertu du
paragraphe 40(1) de la Loi, son époux ou son conjoint de fait ou
les personnes à sa charge ou à celle de son époux ou conjoint de
fait qui occupent un emploi ouvrant droit à pension au sens du
Régime de pensions du Canada ou aux termes d’un régime d’une
province instituant un régime général de pensions sont réputés,
pour l’application de la Loi et du présent règlement, être des résidents du Canada pendant la durée de leur emploi.
(5) Le paragraphe 21(6) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
(6) Pour l’application de l’alinéa (5)f), « personne à charge »
s’entend, en ce qui concerne la personne dont l’absence du
Canada est motivée par l’une des circonstances prévues aux alinéas (5)a) ou b), de son père, de sa mère, de son frère, de sa
soeur, de son enfant ou de l’enfant dont elle a la garde à titre de
parent nourricier, de même que du père, de la mère ou de l’enfant
de son époux ou son conjoint de fait, selon le cas, ou encore de
l’enfant dont son époux ou son conjoint de fait a la garde à titre
de parent nourricier.
(6) Le passage du paragraphe 21(7)4 qui suit l’alinéa c) est
remplacé par ce qui suit :
s’entend de son père, de sa mère, de son frère, de sa soeur, de son
enfant ou de l’enfant dont elle a la garde à titre de parent nourricier, de même que du père, de la mère ou de l’enfant de son
époux ou son conjoint de fait, selon le cas, ou encore de l’enfant
dont son époux ou son conjoint de fait a la garde à titre de parent
nourricier.
10. Le même règlement est modifié par adjonction, après
l’article 22, de ce qui suit :
APPLICATION OF INTERNATIONAL AGREEMENTS
APPLICATION DES ACCORDS INTERNATIONAUX
22.01 The agreements referred to in the schedule, which were
entered into under subsection 40(1) of the Act for the making of
reciprocal arrangements relating to the administration or operation of the Act, shall, in order to give full effect to the Act, be
applied in Canada in a manner that extends to common-law partners the treatment afforded to spouses.
11. (1) The portion of subsection 22.1(1)5 of the Regulations
before paragraph (a) is replaced by the following:
22.01 Pour donner effet à la Loi, tout accord visé à l’annexe,
conclu en vertu du paragraphe 40(1) de la Loi pour prévoir la
signature d’arrangements réciproques relatifs à l’application de la
Loi, s’applique au Canada de manière à accorder aux conjoints de
fait les mêmes avantages qu’il prévoit pour les époux ou conjoints, selon la terminologie utilisée dans sa version française.
11. (1) Le passage du paragraphe 22.1(1)5 du même règlement précédant l’alinéa a) est remplacé par ce qui suit :
———
5
SOR/97-530
2524
———
5
DORS/97-530
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-412
22.1 (1) For the purposes of subsections 11(8), 19(6.2) and
21(9.1) of the Act, the following are events in relation to a sponsor referred to in those subsections:
(2) Paragraph 22.1(2)(a)5 of the Regulations is replaced by
the following:
(a) whose undertaking in respect of a pensioner, the spouse or
common-law partner of a pensioner, or a survivor, as the case
may be, was in effect on or after March 7, 1996; and
12. In subsections 25(3) and (4) of the Regulations, the expression “a spouse’s allowance” is replaced by the expression
“an allowance”.
13. The Regulations are amended by adding the following
after section 47:
22.1 (1) Pour l’application des paragraphes 11(8), 19(6.2) et
21(9.1) de la Loi, les faits suivants constituent des événements
relativement au répondant mentionné dans ces paragraphes :
(2) L’alinéa 22.1(2)a)5 du même règlement est remplacé par
ce qui suit :
a) dont l’engagement relatif à un pensionné ou à l’époux ou au
conjoint de fait d’un pensionné, ou au survivant, selon le cas,
était en vigueur le 7 mars 1996 ou après cette date;
12. Aux paragraphes 25(3) et (4) du même règlement, « allocation au titre du conjoint » est remplacé par « allocation ».
13. Le même règlement est modifié par adjonction, après
l’article 47, de ce qui suit :
SCHEDULE
(Section 22.01)
Country
Antigua and Barbuda
Antigua-et-Barbuda
Australia
Australie
Austria (Republic of)
Autriche (République d’)
Barbados
Barbade
Belgium
Belgique
Chile (Republic of)
Chili (République du)
Croatia (Republic of)
Croatie (République de)
Cyprus (Republic of)
Chypre (République de)
Denmark
Danemark
Dominica (Commonwealth of)
Dominique (Commonwealth de la)
Finland (Republic of)
Finlande (République de)
France
France
Germany (Federal Republic of)
Allemagne (République fédérale d’)
Greece (Hellenic Republic)
Grèce (République hellénique)
Grenada
Grenade
Guernsey
Guernesey
Iceland
Islande
Ireland
Irlande
Israel
Israël
Italy (Italian Republic)
Italie (République italienne)
Agreement
Agreement on Social Security between Canada and Antigua and Barbuda, signed at Ottawa on September 2, 1992
Reciprocal Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of Australia, signed at
Canberra on July 4, 1988
Protocol amending the Reciprocal Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of
Australia, signed at Ottawa, on October 11, 1990
Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of the Republic of Austria, signed at
Vienna on February 24, 1987
Supplementary Agreement to the Agreement on Social Security between Canada and the Republic of Austria, signed at
Vienna on September 12, 1995
Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of Barbados, signed at Bridgetown on
February 11, 1985
Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of Belgium, signed at Brussels on
May 10, 1984
Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of the Republic of Chile, signed on
November 18, 1996
Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of the Republic of Croatia, signed on
April 22, 1998
Agreement on Social Security between Canada and the Republic of Cyprus, signed at Ottawa on January 24, 1990
Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of Denmark, signed at Copenhagen on
April 12, 1985
Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of the Commonwealth of Dominica,
signed at Roseau on January 14, 1988
Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of the Republic of Finland, signed at
Ottawa on October 28, 1986
Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of France, signed at Ottawa on
February 9, 1979
Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of the Federal Republic of Germany,
signed at Bonn on November 14, 1985
Agreement on Social Security between Canada and the Hellenic Republic, signed at Toronto on November 10, 1995
Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of Grenada, signed on January 8, 1998
Agreement on Social Security between Jersey, Guernsey and Canada, in force in Canada as of January 1, 1994
Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of Iceland, signed at Gimli on
June 25, 1988
Agreement on Social Security between Canada and Ireland, signed at Ottawa on November 29, 1990
Interim Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of Israel, signed at Jerusalem
on April 9, 2000
Agreement on Social Security between Canada and Italy, signed at Toronto on November 17, 1977
Agreement on Social Security between Canada and the Italian Republic, signed at Rome on May 22, 1995
2525
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-412
SCHEDULE—Continued
Country
Jamaica
Jamaïque
Jersey
Jersey
Korea (Republic of)
Corée (République de)
Luxembourg
Luxembourg
Malta (Republic of)
Malte (République de)
Mexico (United Mexican States)
Mexique (États-Unis du)
Morocco (Kingdom of)
Maroc (Royaume du)
Netherlands (Kingdom of the)
Pays-Bas (Royaume des)
New Zealand
Nouvelle-Zélande
Norway (Kingdom of)
Norvège (Royaume de)
Philippines (Republic of the)
Philippines (République des)
Portugal
Portugal
Saint Lucia
Sainte-Lucie
Saint-Vincent and the Grenadines
Saint-Vincent-et-les-Grenadines
Slovenia (Republic of)
Slovénie (République de)
Spain
Espagne
St. Kitts and Nevis (Federation of)
Saint-Kitts-et-Nevis (Fédération de)
Sweden
Suède
Switzerland (Swiss Confederation)
Suisse (Confédération suisse)
Trinidad and Tobago (Republic of)
Trinité-et-Tobago (République de)
Turkey (Republic of)
Turquie (République turque)
United Kingdom of Great Britain and
Northern Ireland
Royaume-Uni de Grande-Bretagne et
d’Irlande du Nord
United States of America
États-Unis d’Amérique
Agreement
Agreement between the Government of Canada and the Government of Jamaica with respect to Social Security, signed at
Kingston, Jamaica on January 10, 1983
Agreement on Social Security between Jersey, Guernsey and Canada, in force in Canada as of January 1, 1994
Agreement on Social Security between Canada and the Republic of Korea, signed at Seoul on January 10, 1997
Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of Luxembourg, signed at Ottawa on
May 22, 1986
Agreement on Social Security between Canada and the Republic of Malta, signed at Toronto on April 4, 1991
Agreement on Social Security between Canada and the United Mexican States, signed at Ottawa on April 25, 1995
Convention on Social Security between the Government of Canada and the Government of the Kingdom of Morocco, signed
on July 1, 1998
Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of the Kingdom of the Netherlands,
signed at The Hague on February 26, 1987
Agreement on Social Security between Canada and New Zealand, signed on April 9, 1996
Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of the Kingdom of Norway, signed at
Oslo on November 12, 1985
Agreement on Social Security between Canada and the Republic of the Philippines, signed at Winnipeg on September 9, 1994
Supplementary Agreement to the Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of
the Republic of the Philippines, signed at Winnipeg on November 13, 1999
Agreement between Canada and Portugal with respect to Social Security, signed at Toronto on December 15, 1980
Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of Saint Lucia, signed at Castries on
January 5, 1987
Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of Saint-Vincent and the Grenadines,
signed on January 6, 1998
Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of the Republic of Slovenia, signed on
May 17, 1998
Protocol to the Convention on Social Security between Canada and Spain, signed at Ottawa on October 19, 1995
Agreement on Social Security between Canada and the Federation of St. Kitts and Nevis, signed at Ottawa on August 17, 1992
Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of Sweden, signed at Stockholm on
April 10, 1985
Convention on Social Security between Canada and the Swiss Confederation, signed at Ottawa on February 24, 1994
Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of the Republic of Trinidad and
Tobago, signed on April 9, 1997
Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of the Republic of Turkey, signed on
June 19, 1998
Memorandum of Understanding between the Government of Canada and the Government of the United Kingdom of Great
Britain and Northern Ireland concerning Co-operation and Mutual Assistance in the Administration of Social Security
Programmes, signed on January 16, 1997
Agreement between the Government of Canada and the Government of the United States of America with respect to Social
Security, signed at Ottawa on March 11, 1981
Supplementary Agreement between the Government of Canada and the Government of the United States of America with
respect to Social Security, signed at Ottawa on May 10, 1983
Second Supplementary Agreement amending the Agreement between the Government of Canada and the Government of the
United States of America with respect to Social Security, signed on May 28, 1996
Uruguay (Eastern Republic of)
Uruguay (République orientale de l’)
2526
Administrative Understanding on Mutual Assistance, concluded pursuant to the Agreement between the Government of
Canada and the Government of the United States of America with respect to Social Security and signed on December 4, 1996
Agreement on Social Security between the Government of Canada and the Government of the Eastern Republic of Uruguay,
signed at Ottawa on June 2, 1999
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-412
ANNEXE
(article 22.01)
Pays
Allemagne (République fédérale d’)
Germany (Federal Republic of)
Antigua-et-Barbuda
Antigua and Barbuda
Australie
Australia
Autriche (République d’)
Austria (Republic of)
Barbade
Barbados
Belgique
Belgium
Chili (République du)
Chile (Republic of)
Chypre (République de)
Cyprus (Republic of)
Corée (République de)
Korea (Republic of)
Croatie (République de la)
Croatia (Republic of)
Danemark
Denmark
Dominique (Commonwealth de la)
Dominica (Commonwealth of)
Espagne
Spain
États-Unis d’Amérique
United States of America
Accord
Accord entre le gouvernement du Canada et le gouvernement de la République fédérale d’Allemagne, signé à Bonn le
14 novembre 1985
Accord sur la sécurité sociale entre le Canada et Antigua et Barbuda, signé à Ottawa le 2 septembre 1992
Accord réciproque de sécurité sociale entre le Gouvernement du Canada et le Gouvernement de l’Australie, signé à Canberra
le 4 juillet 1988
Protocole modifiant l’Accord réciproque de sécurité sociale entre le Gouvernement du Canada et le Gouvernement de
l’Australie, signé à Ottawa le 11 octobre 1990
Accord sur la sécurité sociale entre le gouvernement du Canada et le gouvernement de la République d’Autriche, signé à
Vienne le 24 février 1987
Accord supplémentaire à l’Accord de sécurité sociale entre le Canada et la République d’Autriche, signé à Vienne le
12 septembre 1995
Accord sur la sécurité sociale entre le gouvernement du Canada et le gouvernement de la Barbade, signé à Bridgetown le
11 février 1985
Accord entre le Gouvernement du Canada et le Gouvernement de la Belgique, signé à Bruxelles le 10 mai 1984
Accord sur la sécurité sociale entre le gouvernement du Canada et le gouvernement de la République du Chili, signé le
18 novembre 1996
Accord sur la sécurité sociale entre le Canada et la République de Chypre, signé à Ottawa le 24 janvier 1990
Accord sur la sécurité sociale entre le Canada et la République de Corée, signé à Séoul le 10 janvier 1997
Accord sur la sécurité sociale entre le gouvernement du Canada et le gouvernement de la République de Croatie, signé le
22 avril 1998
Accord sur la sécurité sociale entre le gouvernement du Canada et le gouvernement du Danemark, signé à Copenhague le
12 avril 1985
Accord sur la sécurité sociale entre le gouvernement du Canada et le gouvernement du Commonwealth de la Dominique, signé
à Roseau le 14 janvier 1988
Protocole de la Convention sur la sécurité sociale entre le Canada et l’Espagne, signé à Ottawa le 19 octobre 1995
Accord entre le Gouvernement du Canada et le Gouvernement des États-Unis d’Amérique en matière de sécurité sociale, signé
à Ottawa le 11 mars 1981
Accord supplémentaire entre le gouvernement du Canada et le gouvernement des États-Unis d’Amérique en matière de
sécurité sociale, signé à Ottawa le 10 mai 1983
Deuxième Accord supplémentaire modifiant l’Accord entre le Gouvernement du Canada et le Gouvernement des États-Unis
d’Amérique en matière de sécurité sociale, signé le 28 mai 1996
Finlande (République de)
Finland (Republic of)
France
France
Grèce (République hellénique)
Greece (Hellenic Republic)
Grenade
Grenada
Guernesey
Guernsey
Irlande
Ireland
Islande
Iceland
Israël
Israel
Italie (République italienne)
Italy (Italian Republic)
Jamaïque
Jamaica
Jersey
Jersey
Entente administrative sur l’assistance mutuelle, conclue en vertu de l’Accord entre le Gouvernement du Canada et le
Gouvernement des États-Unis d’Amérique en matière de sécurité sociale et signée le 4 décembre 1996
Accord sur la sécurité sociale entre le gouvernement du Canada et le gouvernement de la République de Finlande, signé à
Ottawa le 28 octobre 1986
Accord sur la sécurité sociale entre le gouvernement du Canada et le gouvernement de la France, signé à Ottawa le
9 février 1979
Accord sur la sécurité sociale entre le Canada et la République hellénique, signé à Toronto le 10 novembre 1995
Accord sur la sécurité sociale entre le gouvernement du Canada et le gouvernement de la Grenade, signé le 8 janvier 1998
Accord sur la sécurité sociale entre Jersey, Guernesey et le Canada, en vigueur au Canada à compter du 1er janvier 1994
Accord sur la sécurité sociale entre le Canada et l’Irlande, signé à Ottawa le 29 novembre 1990
Accord entre le gouvernement du Canada et le gouvernement de l’Islande, signé à Gimli le 25 juin 1988
Accord intérimaire sur la sécurité sociale entre le gouvernement du Canada et le gouvernement d’Israël, signé à Jérusalem le
9 avril 2000
Accord sur la sécurité sociale entre le Canada et l’Italie, signé à Toronto le 17 novembre 1977
Accord sur la sécurité sociale entre le Canada et la République italienne, signé à Rome le 22 mai 1995
Accord en matière de sécurité sociale entre le gouvernement du Canada et le gouvernement de la Jamaïque, signé à Kingston,
Jamaïque, le 10 janvier 1983
Accord sur la sécurité sociale entre Jersey, Guernesey et le Canada, en vigueur au Canada à compter du 1er janvier 1994
2527
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-412
ANNEXE (suite)
Pays
Luxembourg
Luxembourg
Accord
Accord entre le gouvernement du Canada et le gouvernement du Luxembourg, signé à Ottawa le 22 mai 1986
Malte (République de)
Malta (Republic of)
Maroc (Royaume du)
Morocco (Kingdom of)
Mexique (États-Unis du)
Mexico (United Mexican States)
Norvège (Royaume de)
Norway (Kingdom of)
Nouvelle-Zélande
New Zealand
Pays-Bas (Royaume des)
Netherlands (Kingdom of the)
Philippines (République des)
Philippines (Republic of the)
Accord sur la sécurité sociale entre le Canada et la République de Malte, signé à Toronto le 4 avril 1991
Portugal
Portugal
Royaume-Uni de Grande-Bretagne et
d’Irlande du Nord
United Kingdom of Great Britain and
Northern Ireland
Sainte-Lucie
Saint Lucia
Saint-Kitts-et-Nevis (Fédération de)
St. Kitts and Nevis (Federation of)
Saint-Vincent-et-les-Grenadines
Saint-Vincent and the Grenadines
Slovénie (République de)
Slovenia (Republic of)
Suède
Sweden
Suisse (Confédération suisse)
Switzerland (Swiss Confederation)
Trinité-et-Tobago (République de)
Trinidad and Tobago (Republic of)
Turquie (République turque)
Turkey (Republic of)
Uruguay (République orientale de l’)
Uruguay (Eastern Republic of)
Convention sur la sécurité sociale entre le gouvernement du Canada et le gouvernement du Royaume du Maroc, signée le
1er juillet 1998
Convention de sécurité sociale entre le Canada et les États-Unis du Mexique, signée à Ottawa le 25 avril 1995
Accord entre le gouvernement du Canada et le gouvernement du royaume de Norvège, signé à Oslo le 12 novembre 1985
Accord sur la sécurité sociale entre le Canada et la Nouvelle-Zélande, signé le 9 avril 1996
Accord sur la sécurité sociale entre le gouvernement du Canada et le gouvernement du Royaume des Pays-Bas, signé à La
Haye le 26 février 1987
Accord sur la sécurité sociale entre le Canada et la République des Philippines, signé à Winnipeg le 9 septembre 1994
Accord supplémentaire à l’Accord sur la sécurité sociale entre le gouvernement du Canada et le gouvernement de la
République des Philippines, signé à Winnipeg le 13 novembre 1999
Accord entre le Canada et le Portugal en matière de sécurité sociale, signé à Toronto le 15 décembre 1980
Protocole d’entente entre le gouvernement du Canada et le gouvernement du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande
du Nord concernant la coopération et l’assistance mutuelle en vue de l’administration des programmes de sécurité sociale,
signé le 16 janvier 1997
Accord sur la sécurité sociale entre le gouvernement du Canada et le gouvernement de Sainte-Lucie, signé à Castries le
5 janvier 1987
Accord sur la sécurité sociale entre le Canada et la Fédération de Saint-Kitts-et-Nevis, signé à Ottawa le 17 août 1992
Accord sur la sécurité sociale entre le gouvernement du Canada et le gouvernement de Saint-Vincent et les Grenadines, signé
le 6 janvier 1998
Accord sur la sécurité sociale entre le gouvernement du Canada et le gouvernement de la République de Slovénie, signé le
17 mai 1998
Accord sur la sécurité sociale entre le gouvernement du Canada et le gouvernement de la Suède, signé à Stockholm le
10 avril 1985
Convention de sécurité sociale entre le Canada et la Confédération suisse, signée à Ottawa le 24 février 1994
Accord sur la sécurité sociale entre le gouvernement du Canada et le gouvernement de la République de Trinité et Tobago,
signé le 9 avril 1997
Accord sur la sécurité sociale entre le gouvernement du Canada et le gouvernement de la République de la Turquie, signé le
19 juin 1998
Accord sur la sécurité sociale entre le gouvernement du Canada et le gouvernement de la République orientale de l’Uruguay,
signé à Ottawa le 2 juin 1999
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
14. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
14. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
N.B. The Regulatory Impact Analysis Statement for
these Regulations appears at page 2519, following
SOR/2000-411.
N.B. Le Résumé de l’étude d’impact de la réglementation de
ce règlement se trouve à la page 2519, suite au
DORS/2000-411.
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2000
2528
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2000
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-413
Registration
SOR/2000-413 30 November, 2000
Enregistrement
DORS/2000-413 30 novembre 2000
INCOME TAX ACT
LOI DE L’IMPÔT SUR LE REVENU
Regulations Amending the Income Tax
Regulations (Taxation of Insurers)
Règlement modifiant le Règlement de l’impôt sur
le revenu (imposition des assureurs)
P.C. 2000-1714 30 November, 2000
C.P. 2000-1714 30 novembre 2000
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Finance, pursuant to section 221a
of the Income Tax Actb, hereby makes the annexed Regulations
Amending the Income Tax Regulations (Taxation of Insurers).
Sur recommandation du ministre des Finances et en vertu de
l’article 221a de la Loi de l’impôt sur le revenub, Son Excellence
la Gouverneure générale en conseil prend le Règlement modifiant
le Règlement de l’impôt sur le revenu (imposition des assureurs),
ci-après.
REGULATIONS AMENDING THE INCOME TAX
REGULATIONS (TAXATION OF INSURERS)
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT DE
L’IMPÔT SUR LE REVENU (IMPOSITION DES
ASSUREURS)
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1
1. Section 804 of the Income Tax Regulations is replaced by
the following:
804. In this Part, “registered non-resident insurer” means a
non-resident corporation approved to carry on business in Canada
under the Insurance Companies Act.
2. (1) Paragraph 2400(3)(a) of the Regulations is replaced
by the following:
(a) a transaction to which any of sections 51, 51.1, 85.1 or 86
of the Act applies,
(2) The heading “Property Used in Insurance Businesses in
Canada” before section 2400 and sections 2400, as that section
is amended by subsection (1), and 2401 of the Regulations are
replaced by the following:
1. L’article 804 du Règlement de l’impôt sur le revenu1 est
remplacé par ce qui suit :
804. Dans la présente partie, « assureur non-résident enregistré » s’entend d’une société non-résidente qui est autorisée à exploiter une entreprise au Canada sous le régime de la Loi sur les
sociétés d’assurances.
2. (1) L’alinéa 2400(3)a) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
a) l’opération à laquelle s’applique l’un des articles 51, 51.1,
85.1 ou 86 de la Loi;
(2) L’intertitre « Biens utilisés dans les entreprises
d’assurance au Canada » précédant l’article 2400 du même
règlement et les articles 2400, dans sa version modifiée par le
paragraphe (1), et 2401 du même règlement sont remplacés
par ce qui suit :
Definitions
Définitions
2400. (1) The definitions in this subsection apply in this Part.
“attributed surplus” of a non-resident insurer for a taxation year is
the total of
(a) the insurer’s property and casualty surplus for the year,
and
(b) either,
(i) if the insurer elects for the year in prescribed form and
manner, 50 of the total of
(A) the amount that would have been determined at the
end of the year in respect of the insurer under subparagraph (a)(ii) of the definition “Canadian investment
fund”, and
(B) the amount that would have been determined at the
end of the preceding taxation year in respect of the insurer under subparagraph (a)(ii) of the definition “Canadian investment fund”,
each amount being calculated as if throughout the year
and the preceding taxation year the insurer had been a life
2400. (1) Les définitions qui suivent s’appliquent à la présente
partie.
« avance sur police étrangère » Avance qu’un assureur consent à
un titulaire de police conformément aux modalités d’une police
d’assurance-vie qui n’est pas une police d’assurance-vie au
Canada. (foreign policy loan)
« avoir » Bien d’une personne ou d’une société de personnes (appelées « contribuable » dans la présente définition) à un moment donné qui constitue, selon le cas :
a) une action du capital-actions d’une autre personne (sauf
une société affiliée au contribuable) ou société de personnes,
ou une obligation à intérêt conditionnel, une obligation pour
le développement de la petite entreprise ou une obligation
pour la petite entreprise qu’elle émet;
b) la proportion d’un bien — actions du capital-actions d’une
société affiliée au contribuable ou participation dans une société de personnes ou une fiducie — représentée par le rapport entre :
———
———
a
a
b
1
S.C. 2000, c. 12, s. 142 (Sch. 2, par. 1z.34))
R.S., c. 1 (5th Supp.)
C.R.C., c. 945
b
1
L.C. 2000, ch. 12, art. 142, ann. 2, al. 1z.34)
L.R., ch. 1 (5e suppl.)
C.R.C., ch. 945
2529
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-413
insurer resident in Canada and had not carried on any insurance business other than a life insurance business or an
accident and sickness insurance business, or
(ii) if the insurer does not elect under subparagraph (i) for
the year, 120 of the total of all amounts each of which is
50 of the amount determined in accordance with regulations or guidelines made under Part XIII of the Insurance Companies Act to be the margin of assets in Canada
over liabilities in Canada required to be maintained by the
insurer as at the end of the year or as at the end of the preceding taxation year in respect of an insurance business
carried on in Canada (other than a property and casualty
insurance business). (surplus attribué)
“Canadian business property” of an insurer for a taxation year in
respect of an insurance business means
(a) if the insurer was resident in Canada throughout the year
and did not carry on an insurance business outside Canada in
the year, property used or held by it in the year in the course
of carrying on the business in Canada; and
(b) in any other case, designated insurance property of the
insurer for the year in respect of the business. (bien d’entreprise canadien)
“Canadian equity property” of a person or partnership (in this
definition referred to as the “taxpayer”) at any time means
property of the taxpayer that is
(a) a share of the capital stock of, or an income bond, income debenture, small business development bond or small
business bond issued by, a person (other than a corporation
affiliated with the taxpayer) resident in Canada or a Canadian partnership; or
(b) that proportion of property that is shares of the capital
stock of an entity that is a corporation affiliated with the taxpayer or an interest in an entity that is a partnership or trust
that
(i) the total value for the taxation year or fiscal period of
the entity that includes that time of Canadian equity property of the entity
is of
(ii) the total value for the year or period of all property of
the entity. (avoir canadien)
“Canadian investment fund” of an insurer at the end of a taxation
year means
(a) in the case of a life insurer resident in Canada, the total
of
(i) the amount determined by the formula
A–B
where
A is the amount of the insurer’s Canadian reserve liabilities as at the end of the year (to the extent that the
amount exceeds the amount of surplus appropriations
included in that amount), and
B is the amount of the insurer’s Canadian outstanding
premiums and policy loans as at the end of the year (to
the extent that the amount of the premiums and loans
are in respect of policies referred to in paragraphs (a)
to (c) of the definition “Canadian reserve liabilities”
and were not otherwise deducted in computing the
amount of the insurer’s Canadian reserve liabilities as
at the end of the year), and
2530
(i) d’une part, la valeur globale, pour l’année d’imposition
ou l’exercice de la société, de la société de personnes ou
de la fiducie qui comprend ce moment, des avoirs de la
société, de la société de personnes ou de la fiducie, selon
le cas,
(ii) d’autre part, la valeur globale, pour l’année ou l’exercice, de l’ensemble des biens de la société, de la société
de personnes ou de la fiducie, selon le cas. (equity property)
« avoir canadien » Bien d’une personne ou d’une société de personnes (appelées « contribuable » dans la présente définition) à
un moment donné qui constitue, selon le cas :
a) une action du capital-actions d’une personne résidant au
Canada (sauf une société affiliée au contribuable) ou d’une
société de personnes canadienne, ou une obligation à intérêt
conditionnel, une obligation pour le développement de la
petite entreprise ou une obligation pour la petite entreprise
qu’elle émet;
b) la proportion d’un bien — actions du capital-actions d’une
société affiliée au contribuable ou participation dans une société de personnes ou une fiducie — représentée par le rapport entre :
(i) d’une part, la valeur globale, pour l’année d’imposition
ou l’exercice de la société, de la société de personnes ou
de la fiducie qui comprend ce moment, des avoirs canadiens de la société, de la société de personnes ou de la fiducie, selon le cas,
(ii) d’autre part, la valeur globale, pour l’année ou l’exercice, de l’ensemble des biens de la société, de la société de
personnes ou de la fiducie, selon le cas. (Canadian equity
property)
« bien d’entreprise canadien » Quant à un assureur pour une année d’imposition relativement à une entreprise d’assurance :
a) bien qu’il utilise ou détient pendant l’année dans le cadre
de l’exploitation de l’entreprise au Canada, dans le cas où il
a résidé au Canada tout au long de l’année sans exploiter
d’entreprise d’assurance à l’étranger au cours de l’année;
b) bien qui compte parmi ses biens d’assurance désignés
pour l’année relativement à l’entreprise, dans les autres cas.
(Canadian business property)
« bien de placement » Quant à un assureur pour une année d’imposition, bien non réservé dont il est propriétaire au cours de
l’année (sauf une avance sur police qui doit lui être payée) et
qui est, selon le cas :
a) un bien qu’il acquiert en vue de gagner des revenus bruts
de placements au cours de l’année, à l’exclusion des biens
suivants :
(i) bien dont une partie compte parmi ses biens de placement pour l’année par l’effet de l’alinéa b),
(ii) action du capital-actions d’une société qui lui est affiliée ou créance dont une telle société est débitrice envers
lui,
(iii) participation dans une société de personnes ou une fiducie;
b) la proportion d’un de ses biens — fonds de terre, bien
amortissable ou bien qui serait un bien amortissable s’il était
situé au Canada et était utilisé ou détenu par lui pendant l’année dans le cadre de l’exploitation d’une entreprise d’assurance au Canada — représentée par le rapport entre :
(i) d’une part, l’utilisation qu’il fait du bien pendant
l’année en vue de gagner des revenus bruts de placements
au cours de l’année,
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-413
(ii) the greater of
(A) the amount determined by the formula
C + ((D – E + F) x (G/H))
where
C is 8 of the amount determined under subparagraph (i),
D is the total of all amounts each of which is the
amount of a deferred realized net gain or an amount
expressed as a negative number of a deferred realized net loss of the insurer as at the end of the year,
E is the total of all amounts each of which is the
amount of an item reported as an asset that is owned
by the insurer at the end of the year and is a share of
the capital stock of, or a debt owing to the insurer
by, a financial institution affiliated with the insurer,
F is the total of all amounts each of which is the
amount as at the end of the year of a debt assumed
or incurred by the insurer in respect of the acquisition of an asset described in E (or another property
for which an asset described in E is a substituted
property),
G is the amount of the insurer’s weighted Canadian liabilities as at the end of the year, and
H is the amount of the insurer’s weighted total liabilities as at the end of the year, and
(B) the amount determined by the formula
(I – J + K + L) x (M/N)
where
I
is the total of all amounts each of which is the
amount of an item reported as an asset of the insurer
as at the end of the year (other than an item that at
no time in the year was used or held by the insurer
in the course of carrying on an insurance business),
J is the total of all amounts each of which is the
amount of an item reported as a liability of the insurer (other than a liability that was at any time in
the year connected with an asset that was not used
or held by the insurer in the course of carrying on an
insurance business at any time in the year) as at the
end of the year in respect of an insurance business
carried on by the insurer in the year,
K is the total of all amounts each of which is an
amount of an item reported by the insurer as at the
end of the year as a general provision or allowance
for impairment in respect of investment property of
the insurer for the year,
L is the total of all amounts each of which is an
amount of a deferred realized net gain or an amount
expressed as a negative number of a deferred realized net loss of the insurer as at the end of the year,
M is the amount of the insurer’s weighted Canadian liabilities as at the end of the year, and
N is the amount of the insurer’s weighted total liabilities as at the end of the year; and
(ii) d’autre part, l’utilisation totale qu’il fait du bien pendant l’année;
c) s’il est un assureur sur la vie, un bien visé à l’un des alinéas 138(4.4)a) à d) de la Loi;
d) l’un des biens suivants :
(i) une action du capital-actions d’une société qui lui est
affiliée (sauf une société qui est une institution financière)
ou une créance dont une telle société est débitrice envers
lui, si la valeur globale pour l’année des biens de placement de la société pour l’année représente au moins 75
de la valeur globale pour l’année de l’ensemble de ses
biens,
(ii) une participation dans une société de personnes ou une
fiducie, si la valeur globale pour l’année des biens de placement de la société de personnes ou de la fiducie pour
l’année représente au moins 75 de la valeur globale
pour l’année de l’ensemble de ses biens;
pour l’application du présent alinéa (sauf lorsqu’il s’agit de
déterminer si une société est une institution financière), chaque société, société de personnes et fiducie est réputée être
un assureur;
e) un montant qui lui est dû ou lui revient au titre d’un revenu qui, à la fois :
(i) provient d’un bien d’assurance désigné pour l’année
qui compte parmi ses biens de placement pour l’année par
l’effet des alinéas a) à d),
(ii) a été présumé gagné aux fins de calcul de son passif de
réserve canadienne pour l’année. (investment property)
« bien de placement canadien » Quant à un assureur pour une
année d’imposition, bien de placement de l’assureur pour l’année (sauf, dans le cas d’un assureur non-résident, le bien qui,
selon ce qu’il établit, n’est pas réellement rattaché à ses entreprises d’assurance exploitées au Canada pendant l’année) qui
est, au cours de l’année :
a) un bien immeuble situé au Canada;
b) un bien amortissable situé au Canada ou loué à bail à une
personne résidant au Canada pour utilisation au Canada et à
l’étranger;
c) une hypothèque, un contrat de vente ou une autre forme
de dette afférent à un bien visé aux alinéas a) ou b);
d) un avoir canadien;
e) un avoir minier canadien;
f) un solde de dépôt de l’assureur, en monnaie canadienne;
g) une obligation ou une autre forme de dette, en monnaie
canadienne, émise par :
(i) une personne résidant au Canada ou une société de personnes canadienne,
(ii) le gouvernement du Canada ou d’une province ou
d’une autre subdivision politique de ceux-ci;
h) selon le cas :
(i) une action du capital-actions d’une société résidant au
Canada qui est affiliée à l’assureur, si au moins 75 de la
valeur globale pour l’année des biens de la société est attribuable à des biens qui seraient des biens de placement
canadiens s’ils appartenaient à un assureur,
(ii) une participation dans une société de personnes canadienne ou dans une fiducie résidant au Canada, si au
moins 75 de la valeur globale pour l’année des biens de
la société de personnes ou de la fiducie est attribuable à
2531
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-413
(b) in the case of a non-resident insurer, the total of
(i) the amount, if any, by which the amount of the insurer’s Canadian reserve liabilities as at the end of the
year exceeds the total of
(A) the amount of the insurer’s Canadian outstanding
premiums, policy loans and reinsurance recoverables as
at the end of the year (to the extent that the amount of
the premiums, loans or recoverables are in respect of
policies referred to in paragraphs (a) to (c) of the definition “Canadian reserve liabilities” and were not otherwise deducted in computing the amount of the insurer’s Canadian reserve liabilities as at the end of the
year), and
(B) the amount of the insurer’s deferred acquisition expenses as at the end of the year in respect of its property
and casualty insurance business carried on in Canada,
and
(ii) the greatest of
(A) the total of
(I) 8 of the amount determined under subparagraph (i), and
(II) the total of all amounts each of which is an
amount of a deferred realized net gain or an amount
expressed as a negative number of a deferred realized
net loss of the insurer as at the end of the year in respect of an insurance business carried on by the insurer in Canada,
(B) the amount, if any, by which the total of
(I) the amount of the insurer’s surplus funds derived
from operations as at the end of its preceding taxation
year,
(II) the total determined under subclause (A)(II) to
the extent not included in subclause (I), and
(III) the total of all amounts in respect of which the
insurer made an election under subsection 219(4)
or (5.2) of the Act, each of which is an amount included in the total determined in respect of the insurer under subparagraph 219(4)(a)(i.1) of the Act as
at the end of its preceding taxation year
exceeds
(IV) the total of amounts determined in respect of the
insurer under subparagraphs 219(4)(a)(ii), (iii), (iv)
and (v) of the Act, as at the end of the year, and
(C) the total of
(I) the amount of the insurer’s attributed surplus for
the year, and
(II) if the amount under subclause (I) was determined
without the taxpayer electing under subparagraph (b)(i) of the definition “attributed surplus”, the
amount determined under subclause (A)(II). (fonds
de placement canadien)
“Canadian investment property” of an insurer for a taxation year
means an investment property of the insurer for the year (other
than, if the insurer is non-resident, property established by the
insurer as not being effectively connected with its insurance
businesses carried on in Canada in the year) that is, at any time
in the year,
(a) real property situated in Canada;
(b) depreciable property situated in Canada or leased to a
person resident in Canada for use inside and outside of
Canada;
2532
des biens qui seraient des biens de placement canadiens
s’ils appartenaient à un assureur;
i) un montant qui est dû ou qui revient à l’assureur au titre
d’un revenu qui, à la fois :
(i) provient d’un bien d’assurance désigné pour l’année
qui compte parmi ses biens de placement canadiens pour
l’année par l’effet des alinéas a) à h),
(ii) a été présumé gagné aux fins de calcul de son passif de
réserve canadienne pour l’année. (Canadian investment
property)
« excédent provenant de l’assurance de dommages » Quant à un
assureur pour une année d’imposition, la somme des montants
suivants :
a) le montant représentant 7,5 de la somme des montants
suivants relativement à son entreprise d’assurance de dommages :
(i) sa provision pour primes non acquises à la fin de
l’année (déduction faite des montants à recouvrer au titre
de la réassurance relatifs à la provision),
(ii) sa provision pour primes non acquises à la fin de son
année d’imposition précédente (déduction faite des montants à recouvrer au titre de la réassurance relatifs à la
provision),
(iii) sa provision pour sinistres non réglés et frais de règlement à la fin de l’année (déduction faite des montants à
recouvrer au titre de la réassurance relatifs à la provision),
(iv) sa provision pour sinistres non réglés et frais de règlement à la fin de son année d’imposition précédente
(déduction faite des montants à recouvrer au titre de la réassurance relatifs à la provision);
b) le montant représentant 50 de la somme des montants
suivants relativement à son entreprise d’assurance de
dommages :
(i) sa provision pour fluctuation des placements à la fin de
l’année,
(ii) sa provision pour fluctuation des placements à la fin
de son année d’imposition précédente. (property and casualty surplus)
« fonds de placement canadien » Quant à un assureur à la fin
d’une année d’imposition :
a) dans le cas d’un assureur sur la vie résidant au Canada, la
somme des montants suivants :
(i) le montant obtenu par la formule suivante :
A−B
où :
A représente le passif de réserve canadienne de
l’assureur à la fin de l’année, dans la mesure où il dépasse le montant des affectations de surplus qui y est
compris,
B les primes impayées au Canada et les avances sur police de l’assureur à la fin de l’année, dans la mesure où
le montant de ces primes et avances se rapporte à des
polices visées aux alinéas a) à c) de la définition de
« passif de réserve canadienne » et n’a pas été déduit
par ailleurs dans le calcul du passif de réserve canadienne de l’assureur à la fin de l’année,
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-413
(c) a mortgage, a hypothec, an agreement of sale or any other
form of indebtedness in respect of property described in
paragraph (a) or (b);
(d) a Canadian equity property;
(e) a Canadian resource property;
(f) a deposit balance of the insurer that is in Canadian currency;
(g) a bond, debenture or other form of indebtedness, in Canadian currency, issued by
(i) a person resident in Canada or a Canadian partnership,
or
(ii) the government of Canada, a province or any of their
political subdivisions;
(h) a property that is
(i) a share of the capital stock of a corporation resident in
Canada that is affiliated with the insurer, if at least 75 of
the total value for the year of all property of the corporation is attributable to property that would be Canadian investment property if it were owned by an insurer, or
(ii) an interest in a Canadian partnership, or a trust resident in Canada, if at least 75 of the total value for the
year of all property of the partnership or trust, as the case
may be, is attributable to property that would be Canadian
investment property if it were owned by an insurer; or
(i) an amount due or an amount accrued to the insurer on account of income that
(i) is from designated insurance property for the year that
is Canadian investment property of the insurer for the year
because of any of paragraphs (a) to (h), and
(ii) was assumed in computing the insurer’s Canadian reserve liabilities for the year. (bien de placement canadien)
“Canadian outstanding premiums” of an insurer at any time
means the total of all amounts each of which is the amount of
an outstanding premium of the insurer with respect to an insurance policy at that time, to the extent that the amount of the
premium has been assumed to have been paid in computing the
insurer’s Canadian reserve liabilities as at that time. (primes
impayées au Canada)
“Canadian reserve liabilities” of an insurer as at the end of a
taxation year means the total amount of the insurer’s liabilities
and reserves (other than liabilities and reserves in respect of a
segregated fund) in respect of
(a) life insurance policies in Canada;
(b) fire insurance policies issued or effected in respect of
property situated in Canada; or
(c) insurance policies of any other class covering risks ordinarily within Canada at the time the policy was issued or effected. (passif de réserve canadienne)
“deposit balance” of an insurer means an amount standing to the
insurer’s credit as or on account of amounts deposited with a
corporation authorized to accept deposits or to carry on the
business of offering to the public its services as a trustee. (solde
de dépôt)
“equity limit” of an insurer for a taxation year means
(a) in respect of a life insurer resident in Canada, that proportion of the total of all amounts each of which is the value
for the year of an equity property of the insurer that
(i) the insurer’s weighted Canadian liabilities as at the end
of the year
(ii) le plus élevé des montants suivants :
(A) le montant obtenu par la formule suivante :
C + ((D - E + F) x (G/H))
où :
C représente 8 du montant déterminé selon le sousalinéa (i),
D le total des montants représentant chacun le montant
reporté d’un gain net réalisé par l’assureur à la fin de
l’année ou le montant reporté, exprimé par un nombre
négatif, d’une perte nette subie par l’assureur à la fin
de l’année,
E le total des montants représentant chacun un élément
déclaré au titre d’un actif appartenant à l’assureur à la
fin de l’année qui est une action du capital-actions
d’une institution financière affiliée à l’assureur ou une
créance de celui-ci dont cette institution est débitrice,
F le total des montants représentant chacun le montant, à
la fin de l’année, d’une dette assumée ou contractée
par l’assureur relativement à l’acquisition d’un actif
visé à l’élément E (ou d’un autre bien pour lequel cet
actif est un bien de remplacement),
G le passif canadien pondéré de l’assureur à la fin de
l’année,
H le passif total pondéré de l’assureur à la fin de l’année,
(B) le montant obtenu par la formule suivante :
(I - J + K + L) x (M/N)
où :
I représente le total des montants représentant chacun
un élément déclaré à titre d’actif de l’assureur à la fin
de l’année (sauf un élément qui, à aucun moment de
l’année, n’a été utilisé ou détenu par l’assureur dans le
cadre de l’exploitation d’une entreprise d’assurance),
J le total des montants représentant chacun un élément
déclaré à titre de passif de l’assureur (sauf un passif
qui, à un moment de l’année, était lié à un actif qui, à
aucun moment de l’année, n’a été utilisé ou détenu par
l’assureur dans le cadre de l’exploitation d’une entreprise d’assurance) à la fin de l’année relativement à
une entreprise d’assurance exploitée par l’assureur au
cours de l’année,
K le total des montants représentant chacun un élément
déclaré par l’assureur à la fin de l’année à titre de provision générale ou de provision pour moins-value relativement à des biens de placement de l’assureur pour
l’année,
L le total des montants représentant chacun le montant
reporté d’un gain net réalisé par l’assureur à la fin de
l’année ou le montant reporté, exprimé par un nombre
négatif, d’une perte nette subie par l’assureur à la fin
de l’année,
M le passif canadien pondéré de l’assureur à la fin de
l’année,
N le passif total pondéré de l’assureur à la fin de l’année;
b) dans le cas d’un assureur non-résident, la somme des montants suivants :
(i) l’excédent éventuel du passif de réserve canadienne de
l’assureur à la fin de l’année sur la somme des montants suivants :
2533
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-413
is of
(ii) the insurer’s weighted total liabilities as at the end of the
year;
(b) in respect of a non-resident insurer (other than a life insurer), 25 of the total of
(i) the amount, if any, by which the insurer’s mean Canadian
reserve liabilities for the year exceeds the total of
(A) 50 of the total of its premiums receivable and deferred acquisition expenses as at the end of the year and its
premiums receivable and deferred acquisition expenses as
at the end of its preceding taxation year to the extent that
those amounts were included in the insurer’s Canadian reserve liabilities for the year or the preceding taxation year,
as the case may be, in respect of the insurer’s business in
Canada, and
(B) 50 of the total of its reinsurance recoverables as at
the end of the year and its reinsurance recoverables as at
the end of the preceding taxation year that are in respect of
policies referred to in paragraphs (b) and (c) of the definition “Canadian reserve liabilities”, and
(ii) the insurer’s property and casualty surplus for the year;
and
(c) in respect of a non-resident life insurer, the total of
(i) either,
(A) if the insurer makes an election referred to in subparagraph (b)(i) of the definition “attributed surplus” for the
year, the greater of
(I) that proportion of the total of all amounts each of
which is the value for the year of an equity property of
the insurer that
1. the insurer’s weighted Canadian liabilities as at the
end of the year
is of
2. the insurer’s weighted total liabilities as at the end
of year, and
(II) 8 of the insurer’s mean Canadian investment fund
for the year, or
(B) if the insurer does not make this election for the year,
of the insurer’s mean Canadian investment fund for
the year,
(ii) of the amount, if any, by which
(A) the insurer’s mean Canadian reserve liabilities for the
year (determined on the assumption that the insurer’s
property and casualty insurance business carried on in
Canada during the year was its only insurance business
carried on in Canada that year)
exceeds
(B) 50 of the total of its premiums receivable and deferred acquisition expenses as at the end of the year and its
premiums receivable and deferred acquisition expenses as
at the end of its preceding taxation year, to the extent that
those amounts were included in the insurer’s Canadian reserve liabilities as at the end of the year or the preceding
taxation year, as the case may be, (determined on the assumption that the insurer’s property and casualty insurance business carried on in Canada during the year was its
only insurance business carried on in Canada that year),
and
(iii) 25 of the insurer’s property and casualty surplus for
the year. (plafond des avoirs)
2534
(A) les primes impayées au Canada, les avances sur police
et les montants à recouvrer au titre de la réassurance à la
fin de l’année, dans la mesure où ces primes, avances et
montants à recouvrer se rapportent à des polices visées
aux alinéas a) à c) de la définition de « passif de réserve
canadienne » et n’ont pas été déduits par ailleurs dans le
calcul du passif de réserve canadienne de l’assureur à la
fin de l’année,
(B) les frais d’acquisition reportés de l’assureur à la fin de
l’année relativement à son entreprise d’assurance de
dommages exploitée au Canada,
(ii) le plus élevé des montants suivants :
(A) la somme des montants suivants :
(I) le montant représentant 8 du montant déterminé
selon le sous-alinéa (i),
(II) le total des montants représentant chacun le montant reporté d’un gain net réalisé par l’assureur à la fin
de l’année relativement à son entreprise d’assurance
exploitée au Canada ou le montant reporté, exprimé par
un nombre négatif, d’une perte nette subie par l’assureur à la fin de l’année relativement à cette entreprise,
(B) l’excédent éventuel de la somme des montants suivants :
(I) les fonds excédentaires de l’assureur résultant d’activités à la fin de son année d’imposition précédente,
(II) le total déterminé selon la subdivision (A)(II), dans
la mesure où il n’est pas compris dans le montant visé à
la subdivision (I),
(III) le total des montants relativement auxquels l’assureur a fait le choix prévu aux paragraphes 219(4)
ou (5.2) de la Loi, représentant chacun un montant inclus dans le total déterminé à son égard selon le sousalinéa 219(4)a)(i.1) de la Loi à la fin de son année
d’imposition précédente,
sur :
(IV) le total des montants déterminés à l’égard de
l’assureur selon les sous-alinéas 219(4)a)(ii), (iii), (iv)
et (v) de la Loi à la fin de l’année,
(C) la somme des montants suivants :
(I) le surplus attribué de l’assureur pour l’année,
(II) si le montant visé à la subdivision (I) a été déterminé sans que le contribuable ne fasse le choix prévu au
sous-alinéa b)(i) de la définition de « surplus attribué »,
le montant déterminé selon la subdivision (A)(II).
(Canadian investment fund)
« institution financière »
a) Société visée à l’un des alinéas a) à e) de la définition de
« institution financière véritable » au paragraphe 248(1) de la
Loi;
b) société dont la totalité ou la presque totalité de la valeur
des actifs est imputable à des actions ou des dettes d’une ou
de plusieurs sociétés visées à l’alinéa a) auxquelles elle est
affiliée. (financial institution)
« montant à recouvrer au titre de la réassurance »
a) Dans le cas de l’entreprise d’assurance (sauf une entreprise d’assurance-vie) d’un assureur non-résident, le total
des montants représentant chacun un élément déclaré à titre
d’actif de l’assureur à la fin d’une année d’imposition au
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-413
“equity property” of a person or partnership (in this definition
referred to as the “taxpayer”) at any time means property of the
taxpayer that is
(a) a share of the capital stock of, or an income bond, income debenture, small business development bond or small
business bond issued by, another person (other than a corporation affiliated with the taxpayer) or partnership; or
(b) that proportion of property that is shares of the capital
stock of a corporation affiliated with the taxpayer or an interest in a partnership or trust that
(i) the total value for the taxation year or fiscal period of
the corporation, partnership or trust that includes that time
of equity property of the corporation, partnership or trust,
as the case may be,
is of
(ii) the total value for the year or period of all property of
the corporation, partnership or trust, as the case may be.
(avoir)
“financial institution” means a corporation that is
(a) a corporation described in any of paragraphs (a) to (e) of
the definition “restricted financial institution” in subsection 248(1) of the Act; or
(b) a particular corporation all or substantially all of the
value of the assets of which is attributable to shares or indebtedness of one or more corporations described in paragraph (a) to which the particular corporation is affiliated.
(institution financière)
“foreign policy loan” means an amount advanced by an insurer to
a policyholder in accordance with the terms and conditions of a
life insurance policy, other than a life insurance policy in
Canada. (avance sur police étrangère)
“gross Canadian life investment income” of a life insurer for a
taxation year means the amount, if any, by which
(a) the total of all amounts each of which is
(i) the insurer’s gross investment revenue for the year, to
the extent that the revenue is from Canadian business
property of the insurer for the year in respect of the insurer’s life insurance business,
(ii) the amount included in computing the insurer’s income for the year under paragraph 138(9)(b) of the Act,
(iii) the portion of the amount deducted under paragraph 20(1)(l) of the Act in computing the insurer’s income for its preceding taxation year that was in respect of
Canadian business property of the insurer for that year in
respect of the insurer’s life insurance business,
(iv) the amount included under section 142.4 of the Act in
computing the insurer’s income for the year in respect of
property disposed of by the insurer that was, in the taxation year of disposition, Canadian business property of the
insurer for that year in respect of the insurer’s life insurance business,
(v) the insurer’s gain for the year from the disposition of a
Canadian business property of the insurer for the year in
respect of the insurer’s life insurance business, other than
a capital property or a property in respect of the disposition of which section 142.4 of the Act applies, or
(vi) the insurer’s taxable capital gain for the year from the
disposition of a Canadian business property of the insurer for
the year in respect of the insurer’s life insurance business
titre d’un montant à recouvrer d’un réassureur pour des primes non acquises ou des sinistres non réglés et frais de règlement afférents à la réassurance d’une police établie dans
le cadre de l’exploitation de l’entreprise d’assurance, dans la
mesure où le montant est inclus dans le passif de réserve canadienne de l’assureur à ce moment et où le montant n’est
pas une prime impayée, une avance sur police ou un bien de
placement;
b) dans les autres cas, zéro. (reinsurance recoverable)
« moyenne des avances sur police » Quant à un assureur pour une
année d’imposition, le montant représentant 50 de la somme
des montants suivants :
a) ses avances sur police à la fin de l’année;
b) ses avances sur police à la fin de son année d’imposition
précédente. (mean policy loans)
« moyenne des primes impayées au Canada » Quant à un assureur
pour une année d’imposition, le montant représentant 50 de
la somme des montants suivants :
a) ses primes impayées au Canada à la fin de l’année;
b) ses primes impayées au Canada à la fin de son année
d’imposition précédente. (mean Canadian outstanding premiums)
« moyenne du passif de réserve canadienne » Quant à un assureur
pour une année d’imposition, le montant représentant 50 de
la somme des montants suivants :
a) son passif de réserve canadienne à la fin de l’année;
b) son passif de réserve canadienne à la fin de son année
d’imposition précédente. (mean Canadian reserve liabilities)
« passif canadien pondéré » Quant à un assureur à la fin d’une
année d’imposition, la somme des montants suivants :
a) le montant représentant 300 de l’excédent éventuel du
total visé au sous-alinéa (i) sur le total visé au sousalinéa (ii) :
(i) le total des montants dont chacun est un montant qui
est relatif à une entreprise d’assurance exploitée par
l’assureur au Canada et est déclaré au titre de son passif
(sauf un passif relatif à un montant payable sur un fonds
réservé) relatif à une police d’assurance-vie au Canada
(sauf une rente) ou à une police d’assurance accidents et
maladie à la fin de l’année,
(ii) le total de ses avances sur police (sauf celles se rapportant à des rentes) à la fin de l’année;
b) l’excédent éventuel du total visé au sous-alinéa (i) sur le
total visé au sous-alinéa (ii) :
(i) le total des montants représentant chacun un montant
qui est relatif à une entreprise d’assurance exploitée par
l’assureur au Canada et est déclaré au titre de son passif à
la fin de l’année, sauf dans la mesure où le montant, selon
le cas :
(A) se rapporte à une police d’assurance (sauf une
rente) visée au sous-alinéa a)(i),
(B) est un passif relatif à un montant payable sur un
fonds réservé,
(C) est une dette contractée ou assumée par l’assureur
en vue d’acquérir un de ses biens,
(ii) le total des avances sur police de l’assureur relativement à des rentes à la fin de l’année. (weighted Canadian
liabilities)
2535
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-413
exceeds
(b) the total of all amounts each of which is
(i) the portion of the amount deducted under paragraph 20(1)(l) of the Act in computing the insurer’s income for the year that is in respect of Canadian business
property of the insurer for the year in respect of the insurer’s life insurance business,
(ii) the amount deductible under section 142.4 of the Act
in computing the insurer’s income for the year in respect
of a property disposed of by the insurer that was, in the
taxation year of disposition, a Canadian business property
of the insurer for that year in respect of the insurer’s life
insurance business,
(iii) the insurer’s loss for the year from the disposition of a
Canadian business property of the insurer for the year in
respect of the insurer’s life insurance business, other than
a capital property or a property in respect of the disposition of which section 142.4 of the Act applies, or
(iv) the insurer’s allowable capital loss for the year from
the disposition of a Canadian business property of the insurer for the year in respect of the insurer’s life insurance
business. (revenus bruts de placements en assurance-vie
au Canada)
“investment property” of an insurer for a taxation year means
non-segregated property owned by the insurer, other than a
policy loan payable to the insurer, at any time in the year that is
(a) property acquired by the insurer for the purpose of earning gross investment revenue in the year, other than property
that is
(i) property, a proportion of which is investment property
of the insurer for the year because of paragraph (b),
(ii) a share of the capital stock of, or a debt owing to the
insurer by, a corporation affiliated with the insurer, or
(iii) an interest in a partnership or trust;
(b) that proportion, if any, of property of the insurer that is
land, depreciable property or property that would have been
depreciable property if it had been situated in Canada and
used or held by the insurer in the year in the course of carrying on an insurance business in Canada that
(i) the use made of the property by the insurer in the year
for the purpose of earning gross investment revenue in the
year
is of
(ii) the whole use made of the property by the insurer in
the year;
(c) if the insurer is a life insurer, property described in any of
paragraphs 138(4.4)(a) to (d) of the Act;
(d) either
(i) a share of the capital stock of, or a debt owing to the
insurer by, a corporation (other than a corporation that is a
financial institution) affiliated with the insurer, if the total
value for the year of all investment property of the corporation for the year is not less than 75 of the total value
for the year of all its property, or
(ii) an interest in a partnership or trust, if the total value
for the year of all investment property of the partnership
or trust, as the case may be, for the year is not less than
75 of the total value for the year of all its property,
2536
« passif de réserve canadienne » Quant à un assureur à la fin
d’une année d’imposition, le total de son passif et de ses provisions (sauf le passif et les provisions relatifs à un fonds réservé)
relatifs à l’une des catégories de police suivantes :
a) les polices d’assurance-vie au Canada;
b) les polices d’assurance-incendie établies ou prises sur des
biens situés au Canada;
c) les polices d’assurance de toute autre catégorie couvrant,
au moment de leur établissement ou de leur prise, des risques
existant habituellement au Canada. (Canadian reserve liabilities)
« passif total pondéré » Quant à un assureur à la fin d’une année
d’imposition, la somme des montants suivants :
a) le montant représentant 300 de l’excédent éventuel
du total visé au sous-alinéa (i) sur le total visé au sousalinéa (ii) :
(i) le total des montants dont chacun est un montant qui
est relatif à une entreprise d’assurance exploitée par
l’assureur et est déclaré au titre de son passif (sauf un passif relatif à un montant payable sur un fonds réservé) relatif à une police d’assurance-vie (sauf une rente) ou à une
police d’assurance accidents et maladie,
(ii) le total de ses avances sur police et avances sur police
étrangère (sauf celles qui se rapportent à des rentes) à la
fin de l’année;
b) l’excédent éventuel du total visé au sous-alinéa (i) sur le
total visé au sous-alinéa (ii) :
(i) le total des montants représentant chacun un montant qui est relatif à une entreprise d’assurance exploitée
par l’assureur et est déclaré au titre de son passif à la fin
de l’année, sauf dans la mesure où le montant, selon le
cas :
(A) se rapporte à une police d’assurance (sauf une
rente) visée au sous-alinéa a)(i),
(B) est un passif relatif à un montant payable sur un
fonds réservé,
(C) est une dette contractée ou assumée par l’assureur
en vue d’acquérir un de ses biens,
(ii) le total des avances sur police et avances sur police
étrangère de l’assureur relativement à des rentes à la fin de
l’année. (weighted total liabilities)
« plafond des avoirs » Quant à un assureur pour une année
d’imposition, le montant applicable suivant :
a) quant à un assureur sur la vie résidant au Canada, le
produit de la multiplication du total des montants représentant chacun la valeur pour l’année d’un de ses avoirs
par le rapport entre :
(i) d’une part, son passif canadien pondéré à la fin de
l’année,
(ii) d’autre part, son passif total pondéré à la fin de
l’année;
b) quant à un assureur non-résident, à l’exception d’un assureur sur la vie, le montant représentant 25 de la somme des
montants suivants :
(i) l’excédent éventuel de la moyenne de son passif de réserve canadienne pour l’année sur la somme des montants
suivants :
(A) le montant représentant 50 du total de ses frais
d’acquisition reportés et primes à recevoir à la fin de
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-413
and for the purpose of this paragraph (other than for the purpose of determining whether a corporation is a financial institution) every corporation, partnership and trust is deemed
to be an insurer; or
(e) an amount due or an amount accrued to the insurer on account of income that
(i) is from designated insurance property for the year that
is investment property of the insurer for the year because
of any of paragraphs (a) to (d), and
(ii) was assumed in computing the insurer’s Canadian reserve liabilities for the year. (bien de placement)
“mean Canadian outstanding premiums” of an insurer for a taxation year means 50 of the total of
(a) its Canadian outstanding premiums as at the end of the
year, and
(b) its Canadian outstanding premiums as at the end of its
preceding taxation year. (moyenne des primes impayées au
Canada)
“mean Canadian reserve liabilities” of an insurer for a taxation
year means 50 of the total of
(a) its Canadian reserve liabilities as at the end of the year,
and
(b) its Canadian reserve liabilities as at the end of its preceding taxation year. (moyenne du passif de réserve canadienne)
“mean maximum tax actuarial reserve” in respect of a particular
class of life insurance policies of an insurer for a taxation year
means 50 of the total of
(a) its maximum tax actuarial reserve for that class of policies for the year, and
(b) its maximum tax actuarial reserve for that class of policies for its preceding taxation year. (provision actuarielle
maximale moyenne aux fins d’impôt)
“mean policy loans” of an insurer for a taxation year means 50
of the total of
(a) its policy loans as at the end of the year, and
(b) its policy loans as at the end of its preceding taxation
year. (moyenne des avances sur police)
“outstanding premiums” of an insurer with respect to an insurance
policy at any time means premiums due to the insurer under the
policy at that time but unpaid. (primes impayées)
“property and casualty surplus” of an insurer for a taxation year
means the total of
(a) 7.5 of the total of
(i) its unearned premium reserve as at the end of the year
(net of reinsurance recoverables in respect of the reserve)
in respect of its property and casualty insurance business,
(ii) its unearned premium reserve as at the end of its preceding taxation year (net of reinsurance recoverables in
respect of the reserve) in respect of its property and casualty insurance business,
(iii) its provision for unpaid claims and adjustment expenses as at the end of the year (net of reinsurance recoverables in respect of the provision) in respect of its property and casualty insurance business, and
(iv) its provision for unpaid claims and adjustment expenses as at the end of its preceding taxation year (net of
reinsurance recoverables in respect of the provision) in
l’année et de ses frais d’acquisition reportés et primes à
recevoir à la fin de son année d’imposition précédente,
dans la mesure où ces frais et primes sont inclus dans
son passif de réserve canadienne pour l’année ou pour
l’année d’imposition précédente, selon le cas, au titre de
son entreprise au Canada,
(B) le montant représentant 50 du total de ses montants à recouvrer au titre de la réassurance à la fin
de l’année et de ses montants à recouvrer au titre de
la réassurance à la fin de l’année d’imposition précédente qui se rapportent à des polices visées aux alinéas b) et c) de la définition de « passif de réserve canadienne »,
(ii) son excédent provenant de l’assurance de dommages
pour l’année;
c) quant à un assureur sur la vie non-résident, la somme des
montants suivants :
(i) selon le cas :
(A) s’il fait, pour l’année, le choix prévu au sousalinéa b)(i) de la définition de « surplus attribué », le
plus élevé des montants suivants :
(I) le produit de la multiplication du total des montants représentant chacun la valeur pour l’année d’un
de ses avoirs par le rapport entre :
1. d’une part, son passif canadien pondéré à la fin
de l’année,
2. d’autre part, son passif total pondéré à la fin de
l’année,
(II) le montant représentant 8 de la moyenne de
son fonds de placement canadien pour l’année,
(B) s’il ne fait pas ce choix pour l’année, le montant représentant 8 de la moyenne de son fonds de placement canadien pour l’année,
(ii) le montant représentant 25 de l’excédent éventuel
du montant visé à la division (A) sur le montant visé à la
division (B) :
(A) la moyenne de son passif de réserve canadienne
pour l’année (à supposer que la seule entreprise d’assurance qu’il exploite au Canada au cours de l’année est
une entreprise d’assurance de dommages),
(B) le montant représentant 50 du total de ses frais
d’acquisition reportés et primes à recevoir à la fin de
l’année et de ses frais d’acquisition reportés et primes à
recevoir à la fin de son année d’imposition précédente,
dans la mesure où ces frais et primes sont inclus dans
son passif de réserve canadienne à la fin de l’année ou
de l’année d’imposition précédente, selon le cas (à supposer que la seule entreprise d’assurance qu’il exploite
au Canada au cours de l’année est une entreprise
d’assurance de dommages),
(iii) le montant représentant 25 de son excédent
d’assurance de dommages pour l’année. (equity limit)
« primes impayées » Les primes qui sont dues à un assureur dans
le cadre d’une police d’assurance à un moment donné, mais qui
demeurent impayées à ce moment. (outstanding premiums)
« primes impayées au Canada » Quant à un assureur à un moment
donné, le total des montants représentant chacun le montant
d’une prime impayée de l’assureur relativement à une police
d’assurance à ce moment, dans la mesure où le montant de la
2537
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-413
respect of its property and casualty insurance business,
and
(b) 50 of the total of
(i) its investment valuation reserve as at the end of the
year in respect of its property and casualty insurance business, and
(ii) its investment valuation reserve as at the end of its
preceding taxation year in respect of its property and
casualty insurance business. (excédent provenant de
l’assurance de dommages)
“reinsurance recoverable” means
(a) in respect of an insurance business (other than a life insurance business) of a non-resident insurer, the total of all
amounts each of which is an item reported as an asset of the
insurer as at the end of a taxation year in respect of an
amount recoverable from a reinsurer for unearned premiums
or unpaid claims and adjustment expenses in respect of the
reinsurance of a policy that was issued in the course of carrying on the insurance business to the extent that the amount
is included in the insurer’s Canadian reserve liabilities at that
time and the amount is not an outstanding premium, policy
loan or investment property; and
(b) in any other case, nil. (montant à recouvrer au titre de la
réassurance)
“value” for a taxation year of a property of a person or partnership (in this definition referred to as the “owner”) means
(a) in the case of a property that is a mortgage, hypothec, an
agreement of sale or an investment property that is a deposit
balance, the amount, if any, by which
(i) the amount obtained when the gross investment revenue of the owner for the year from the property is divided
by the average rate of interest earned by the owner (expressed as an annual rate) on the amortized cost of the
property during the year
exceeds
(ii) the amount obtained when the interest payable by the
owner, for the period in the year during which the property was held by the owner, on debt assumed or incurred
by the owner in respect of the acquisition of the property
(or another property for which the property is a substituted
property) is divided by the average rate of interest payable
by the owner (expressed as an annual rate) on the debt for
the year;
(b) in the case of a property that is an amount due or an
amount accrued to the owner, the total of the amounts due or
accrued at the end of each day in the year divided by the
number of days in the year;
(c) in the case of a property (other than a property referred to
in paragraph (a) or (b)) that was not owned by the owner
throughout the year, the amount, if any, by which
(i) that proportion of
(A) the carrying value of the property as at the end of
the preceding taxation year, if the property was owned
by the owner at that time,
(B) the carrying value of the property as at the end of
the year, if the property was owned by the owner at that
time and not at the end of the preceding taxation year,
and
(C) in any other case, the cost of the property to the
owner when it was acquired,
2538
prime a été présumé payé aux fins de calcul de son passif de réserve canadienne à ce moment. (Canadian outstanding premiums)
« provision actuarielle maximale moyenne aux fins d’impôt »
Quant à une catégorie donnée de polices d’assurance-vie d’un
assureur pour une année d’imposition, le montant représentant 50 de la somme des montants suivants :
a) la provision actuarielle maximale aux fins d’impôt de
l’assureur quant à cette catégorie de polices pour l’année;
b) la provision actuarielle maximale aux fins d’impôt de
l’assureur quant à cette catégorie de polices pour son année
d’imposition précédente. (mean maximum tax actuarial reserve)
« revenus bruts de placements en assurance-vie au Canada »
Quant à un assureur sur la vie pour une année d’imposition,
l’excédent éventuel du total visé à l’alinéa a) sur le total visé à
l’alinéa b) :
a) le total des montants représentant chacun :
(i) ses revenus bruts de placements pour l’année, dans la
mesure où ils proviennent de ses biens d’entreprise canadiens pour l’année relativement à son entreprise
d’assurance-vie,
(ii) le montant inclus en application de l’alinéa 138(9)b)
de la Loi dans le calcul de son revenu pour l’année,
(iii) la partie du montant déduit en application de l’alinéa 20(1)l) de la Loi dans le calcul de son revenu pour son
année d’imposition précédente au titre de ses biens d’entreprise canadiens pour cette année relativement à son entreprise d’assurance-vie,
(iv) le montant inclus en application de l’article 142.4 de
la Loi dans le calcul de son revenu pour l’année au titre
d’un bien dont il a disposé et qui, au cours de l’année
d’imposition de la disposition, comptait parmi ses biens
d’entreprise canadiens pour cette année relativement à son
entreprise d’assurance-vie,
(v) son gain pour l’année provenant de la disposition d’un
de ses biens d’entreprise canadiens pour l’année relativement à son entreprise d’assurance-vie, à l’exception d’une
immobilisation ou d’un bien à la disposition duquel
l’article 142.4 de la Loi s’applique,
(vi) son gain en capital imposable pour l’année provenant
de la disposition d’un de ses biens d’entreprise canadiens
pour l’année relativement à son entreprise d’assurancevie;
b) le total des montants représentant chacun :
(i) la partie du montant déduit en application de l’alinéa 20(1)l) de la Loi dans le calcul de son revenu pour
l’année au titre de ses biens d’entreprise canadiens pour
cette année relativement à son entreprise d’assurance-vie,
(ii) le montant déductible en application de l’article 142.4
de la Loi dans le calcul de son revenu pour l’année au titre
d’un bien dont il a disposé et qui, au cours de l’année
d’imposition de la disposition, comptait parmi ses biens
d’entreprise canadiens pour cette année relativement à son
entreprise d’assurance-vie,
(iii) sa perte pour l’année résultant de la disposition d’un
de ses biens d’entreprise canadiens pour l’année relativement à son entreprise d’assurance-vie, à l’exception d’une
immobilisation ou d’un bien à la disposition duquel
l’article 142.4 de la Loi s’applique,
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-413
that the number of days that are in the year and at the end
of which the owner owned the property is of the number
of days in the year,
exceeds
(ii) the amount obtained when the interest payable by the
owner, for the period in the year during which the property was held by the owner, on debt assumed or incurred
by the owner in respect of the acquisition of the property
(or another property for which the property is a substituted
property) is divided by the average rate of interest payable
by the owner (expressed as an annual rate) on the debt for
the year; and
(d) in the case of any other property, the amount, if any, by
which
(i) 50 of the total of
(A) the carrying value of the property as at the end of
the year, and
(B) the carrying value of the property as at the end of
the preceding taxation year
exceeds
(ii) the amount obtained when the interest payable by the
owner, for the period in the year during which the property was held by the owner, on debt assumed or incurred
by the owner in respect of the acquisition of the property
(or another property for which the property is a substituted
property) is divided by the average rate of interest payable
by the owner (expressed as an annual rate) on the debt for
the year. (valeur)
“weighted Canadian liabilities” of an insurer as at the end of a
taxation year means the total of
(a) 300 of the amount, if any, by which
(i) the total of all amounts each of which is an amount that
is in respect of an insurance business carried on by the insurer in Canada and that is reported as a liability (other
than a liability in respect of an amount payable out of a
segregated fund) of the insurer in respect of a life insurance policy in Canada (other than an annuity) or an accident and sickness insurance policy as at the end of the
year
exceeds
(ii) the total of the insurer’s policy loans (other than policy
loans in respect of annuities) as at the end of the year, and
(b) the amount, if any, by which
(i) the total of all amounts each of which is an amount in
respect of an insurance business carried on by the insurer
in Canada that is reported as a liability of the insurer as at
the end of the year, except to the extent that the amount is
(A) in respect of an insurance policy (other than an annuity) described in subparagraph (a)(i),
(B) a liability in respect of an amount payable out of a
segregated fund, or
(C) a debt incurred or assumed by the insurer to acquire
a property of the insurer,
exceeds
(ii) the total of the insurer’s policy loans in respect of annuities as at the end of the year. (passif canadien pondéré)
“weighted total liabilities” of an insurer as at the end of a taxation
year means the total of
(iv) sa perte en capital déductible pour l’année résultant de
la disposition d’un de ses biens d’entreprise canadiens
pour l’année relativement à son entreprise d’assurancevie. (gross Canadian life investment income)
« solde de dépôt » Solde créditeur d’un assureur au titre des
montants déposés auprès d’une société autorisée à accepter des
dépôts ou à exploiter une entreprise d’offre au public de ses
services de fiduciaire. (deposit balance)
« surplus attribué » Quant à un assureur non-résident pour une
année d’imposition, la somme des montants suivants :
a) l’excédent provenant de l’assurance de dommages de
l’assureur pour l’année;
b) selon le cas :
(i) si l’assureur en fait le choix pour l’année sur le formulaire prescrit et selon les modalités prescrites, le montant
représentant 50 de la somme des montants suivants :
(A) le montant qui aurait été déterminé à son égard à la
fin de l’année selon le sous-alinéa a)(ii) de la définition
de « fonds de placement canadien » si, tout au long de
l’année, il avait été un assureur sur la vie résidant au
Canada et n’avait pas exploité d’entreprise d’assurance
autre qu’une entreprise d’assurance-vie ou une entreprise d’assurance accidents et maladie,
(B) le montant qui aurait été déterminé à son égard à la
fin de l’année d’imposition précédente selon le sousalinéa a)(ii) de la définition de « fonds de placement
canadien » si, tout au long de l’année, il avait été un assureur sur la vie résidant au Canada et n’avait pas exploité d’entreprise d’assurance autre qu’une entreprise
d’assurance-vie ou une entreprise d’assurance accidents
et maladie,
(ii) si l’assureur ne fait pas, pour l’année, le choix prévu
au sous-alinéa (i), le montant représentant 120 du total
des montants dont chacun correspond à 50 du montant
qui, selon les règlements ou les lignes directrices pris sous
le régime de la partie XIII de la Loi sur les sociétés
d’assurances, représente l’excédent de l’actif au Canada
sur le passif au Canada que l’assureur est tenu de maintenir à la fin de l’année ou à la fin de l’année d’imposition
précédente relativement à une entreprise d’assurance exploitée au Canada (sauf une entreprise d’assurance de
dommages). (attributed surplus)
« valeur » S’agissant de la valeur, pour une année d’imposition,
du bien d’une personne ou d’une société de personnes (appelées « propriétaire » dans la présente définition) :
a) dans le cas d’une hypothèque, d’un contrat de vente ou
d’un bien de placement qui constitue un solde de dépôt,
l’excédent éventuel du quotient visé au sous-alinéa (i) sur le
quotient visé au sous-alinéa (ii) :
(i) le quotient de la division des revenus bruts de placements du propriétaire pour l’année provenant du bien par
le taux annuel moyen des intérêts qu’il a gagnés sur le
coût amorti du bien au cours de l’année,
(ii) le quotient de la division des intérêts payables par le
propriétaire, pour la période de l’année au cours de
laquelle il a détenu le bien, sur une dette qu’il a assumée
ou contractée relativement à l’acquisition du bien (ou d’un
autre bien pour lequel ce bien est un bien de remplacement) par le taux annuel moyen des intérêts payables par
lui sur la dette pour l’année;
2539
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-413
(a) 300 of the amount, if any, by which
(i) the total of all amounts each of which is an amount that
is in respect of an insurance business carried on by the insurer and that is reported as a liability (other than a liability in respect of an amount payable out of a segregated
fund) of the insurer in respect of a life insurance policy
(other than an annuity) or an accident and sickness insurance policy
exceeds
(ii) the total of the insurer’s policy loans and foreign policy loans (other than policy loans and foreign policy loans
in respect of annuities) as at the end of the year, and
(b) the amount, if any, by which
(i) the total of all amounts each of which is an amount that
is in respect of an insurance business carried on by the insurer and that is reported as a liability of the insurer as at
the end of the year, except to the extent that the amount is
(A) in respect of an insurance policy (other than an annuity) described in subparagraph (a)(i),
(B) a liability in respect of an amount payable out of a
segregated fund, or
(C) a debt incurred or assumed by the insurer to acquire
a property of the insurer,
exceeds
(ii) the total of the insurer’s policy loans and foreign policy loans in respect of annuities as at the end of the year.
(passif total pondéré)
b) dans le cas d’un bien qui est un montant dû ou un montant
revenant à l’assureur, le quotient de la division du total des
montants qui lui sont dus ou qui lui reviennent à la fin de
chaque jour de l’année par le nombre de jours de l’année;
c) dans le cas d’un bien, sauf ceux visés aux alinéas a) ou b),
qui n’a pas appartenu au propriétaire tout au long de l’année,
l’excédent éventuel du produit visé au sous-alinéa (i) sur le
quotient visé au sous-alinéa (ii) :
(i) le produit de la multiplication de celui des montants
suivants qui est applicable par le rapport entre le nombre
de jours de l’année à la fin desquels le bien appartenait au
propriétaire et le nombre total de jours de l’année :
(A) la valeur comptable du bien à la fin de l’année
d’imposition précédente, si le bien appartenait au propriétaire à ce moment,
(B) la valeur comptable du bien à la fin de l’année, si le
bien appartenait au propriétaire à ce moment et non à la
fin de l’année d’imposition précédente,
(C) le coût du bien pour le propriétaire au moment de
son acquisition, dans les autres cas,
(ii) le quotient de la division des intérêts payables par le
propriétaire, pour la période de l’année au cours de
laquelle il a détenu le bien, sur une dette qu’il a assumée
ou contractée relativement à l’acquisition du bien (ou d’un
autre bien pour lequel ce bien est un bien de remplacement) par le taux annuel moyen des intérêts payables par
lui sur la dette pour l’année;
d) dans le cas d’un autre bien, l’excédent éventuel du montant visé au sous-alinéa (i) sur le quotient visé au sousalinéa (ii) :
(i) le montant représentant 50 de la somme des montants suivants :
(A) la valeur comptable du bien à la fin de l’année,
(B) la valeur comptable du bien à la fin de l’année
d’imposition précédente,
(ii) le quotient de la division des intérêts payables par le
propriétaire, pour la période de l’année au cours de
laquelle il a détenu le bien, sur une dette qu’il a assumée
ou contractée relativement à l’acquisition du bien (ou d’un
autre bien pour lequel ce bien est un bien de remplacement) par le taux annuel moyen des intérêts à payer par lui
sur la dette pour l’année. (value)
Carrying Value
Valeur comptable
(2) For the purposes of this Part, the carrying value of a taxpayer’s property for a taxation year, except as otherwise provided
in this Part, means
(a) if the taxpayer is an insurer, the amounts reflected in the
taxpayer’s non-consolidated balance sheet as at the end of the
taxation year accepted (or, if that non-consolidated balance
sheet was not prepared, the taxpayer’s non-consolidated balance sheet as at the end of the year that would have been accepted) by the Superintendent of Financial Institutions, in the
case of an insurer that is required under the Insurance Companies Act to report to that Superintendent, or by the superintendent of insurance or other similar officer or authority of the
province under the laws of which the insurer is incorporated or
otherwise formed, in the case of an insurer that is required by
law to report to that officer or authority; and
(2) Pour l’application de la présente partie, la valeur comptable
du bien d’un contribuable pour une année d’imposition s’entend
des montants suivants, sauf disposition contraire prévue dans la
présente partie :
a) si le contribuable est un assureur, les montants figurant à son
bilan non consolidé à la fin de l’année qui est accepté par le
surintendant des institutions financières, si l’assureur est tenu
par la Loi sur les sociétés d’assurances de faire rapport à ce
surintendant, ou par le surintendant des assurances ou un autre
agent ou autorité semblable de la province sous le régime des
lois de laquelle l’assureur est constitué ou autrement formé, s’il
est tenu par la loi de faire rapport à cet agent ou cette autorité;
si un tel bilan n’est pas dressé, les montants figurant au bilan
non consolidé du contribuable à la fin de l’année qui aurait été
ainsi accepté;
2540
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-413
(b) in any other case, the amounts that would be reflected in the
taxpayer’s non-consolidated balance sheet as at the end of the
taxation year if that balance sheet were prepared in accordance
with generally accepted accounting principles.
b) sinon, les montants qui figureraient à son bilan non consolidé à la fin de l’année si celui-ci était dressé conformément aux
principes comptables généralement reconnus.
Amount or Item Reported
Montants et éléments déclarés
(3) A reference in this Part to an amount or item reported as an
asset or a liability of a taxpayer as at the end of a taxation year
means an amount or item that is reported as an asset or a liability
in the taxpayer’s non-consolidated balance sheet as at the end of
the year accepted (or, if that non-consolidated balance sheet was
not prepared, the taxpayer’s non-consolidated balance sheet as at
the end of the year that would have been accepted) by the Superintendent of Financial Institutions, in the case of an insurer that is
required under the Insurance Companies Act to report to that Superintendent, or by the superintendent of insurance or other similar officer or authority of the province under the laws of which
the insurer is incorporated or otherwise formed, in the case of an
insurer that is required by law to report to that officer or authority.
(3) La mention dans la présente partie d’un montant ou d’un
élément déclaré au titre de l’actif ou du passif d’un contribuable à
la fin d’une année d’imposition vaut mention d’un montant ou
d’un élément déclaré à ce titre dans le bilan non consolidé du
contribuable à la fin de l’année qui est accepté par le surintendant
des institutions financières, si le contribuable est tenu par la Loi
sur les sociétés d’assurances de faire rapport à ce surintendant, ou
par le surintendant des assurances ou un autre agent ou autorité
semblable de la province sous le régime des lois de laquelle le
contribuable est constitué ou autrement formé, s’il est tenu par la
loi de faire rapport à cet agent ou cette autorité. Si un tel bilan
n’est pas dressé, cette mention vaut mention d’un montant ou
d’un élément déclaré au titre de l’actif ou du passif du contribuable dans son bilan non consolidé à la fin de l’année qui aurait été
ainsi accepté.
Application of Certain Definitions
Champ d’application de certaines définitions
(4) For the purposes
(a) of subsection 138(14) of the Act, the expressions “Canadian
investment fund for a taxation year”, “specified Canadian assets” and “value for the taxation year” have the meanings prescribed for them by subsection 2404(1) as it read in its application to the 1977 taxation year; and
(b) of subsection 219(7) of the Act, the expressions “attributed
surplus” and “Canadian investment fund” have the meaning
prescribed for them by subsection (1).
(4) Pour l’application :
a) du paragraphe 138(14) de la Loi, les expressions « actifs canadiens déterminés », « fonds de placement canadien pour une
année d’imposition » et « valeur pour l’année d’imposition »
s’entendent respectivement au sens des expressions « actif canadien spécifié », « fonds de placement canadien pour une année d’imposition » et « valeur pour l’année d’imposition » au
paragraphe 2404(1), dans sa version applicable à l’année d’imposition 1977;
b) du paragraphe 219(7) de la Loi, les expressions « fonds de
placement canadien » et « surplus attribué » s’entendent au
sens du paragraphe (1).
Deeming Rules for Certain Assets
Présomptions concernant certains actifs
(5) For the purposes of this Part, other than subsection 2401(6),
an asset of an insurer is deemed not to have been used or held by
the insurer in a taxation year in the course of carrying on an insurance business if the asset
(a) is owned by the insurer at the end of the year; and
(b) is a share of the capital stock of, or a debt owing to the insurer by, a financial institution affiliated with the insurer during
each of the days in the year during which the insurer owned the
asset.
(5) Pour l’application de la présente partie, sauf le paragraphe 2401(6), un actif d’un assureur est réputé ne pas avoir été
utilisé ou détenu par lui pendant une année d’imposition dans le
cadre de l’exploitation d’une entreprise d’assurance si, à la fois :
a) l’assureur est propriétaire de l’actif à la fin de l’année;
b) l’actif est soit une action du capital-actions d’une institution
financière affiliée à l’assureur au cours de chacun des jours de
l’année pendant lesquels celui-ci était propriétaire de l’actif,
soit une créance de l’assureur dont une telle institution est débitrice.
(6) Pour l’application de la division a)(ii)(B) de la définition de
« fonds de placement canadien » au paragraphe (1), un actif d’un
assureur est réputé ne pas avoir été utilisé ou détenu par lui pendant une année d’imposition dans le cadre de l’exploitation d’une
entreprise d’assurance si, à la fois :
a) l’assureur est propriétaire de l’actif à la fin de l’année;
b) l’actif est, selon le cas :
(i) un fonds commercial découlant d’une fusion, de la liquidation d’une institution financière affiliée ou de la prise en
charge par l’assureur des obligations d’un autre assureur
avec lequel il n’a aucun lien de dépendance si une provision
au titre des obligations :
(6) For the purposes of clause (a)(ii)(B) of the definition “Canadian investment fund” in subsection (1), an asset of an insurer
is deemed not to have been used or held by the insurer in a taxation year in the course of carrying on an insurance business if the
asset
(a) is owned by the insurer at the end of the year; and
(b) is
(i) goodwill which arose as a result of an amalgamation, a
winding-up of an affiliated financial institution, or the assumption by the insurer of any obligation of another insurer
with which the insurer deals at arm’s length if a reserve in
respect of the obligation
2541
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-413
(A) may be claimed by the insurer under paragraph 20(7)(c) or subparagraph 138(3)(a)(i) or (ii) of the
Act, or
(B) could be claimed by the insurer under paragraph 20(7)(c) or subparagraph 138(3)(a)(i) or (ii) of the
Act if the obligations were insurance policies in Canada, or
(ii) real property (or the portion of real property) owned by
the insurer and occupied by the insurer for the purposes of
carrying on an insurance business.
(A) soit peut être déduite par l’assureur en application de
l’alinéa 20(7)c) ou des sous-alinéas 138(3)a)(i) ou (ii) de
la Loi,
(B) soit pourrait être déduite par l’assureur en application
de ces dispositions si les obligations étaient des polices
d’assurance au Canada,
(ii) un bien immeuble ou une partie d’un bien immeuble dont
l’assureur est propriétaire et qu’il occupe en vue d’exploiter
une entreprise d’assurance.
No Double Counting
Double compte
(7) For greater certainty, a particular property or a particular
proportion of a property shall not, directly or indirectly, be used
or included more than once in determining, for a particular taxation year, the Canadian equity property or the equity property of a
person or partnership.
(7) Il est entendu qu’un bien donné ou une partie donnée d’un
bien ne peut, ni directement ni indirectement, être pris en compte
plus d’une fois lorsqu’il s’agit de déterminer, pour une année
d’imposition, les avoirs canadiens ou les avoirs d’une personne
ou d’une société de personnes.
Designated Insurance Property
Bien d’assurance désigné
2401. (1) For the purposes of the definition “designated insurance property” in subsection 138(12) of the Act, “designated insurance property” of an insurer for a taxation year means property
that is designated in accordance with subsections (2) to (7) for the
year
(a) by the insurer in its return of income under Part I of the Act
for the year; or
(b) if the Minister determines that the insurer has not made a
designation that is in accordance with the prescribed rules
found in this section, by the Minister.
2401. (1) Pour l’application de la définition de « bien d’assurance désigné » au paragraphe 138(12) de la Loi, est un bien
d’assurance désigné d’un assureur pour une année d’imposition le
bien que désigne pour l’année, conformément aux paragraphes (2)
à (7) :
a) l’assureur dans la déclaration de revenu qu’il produit pour
l’année en vertu de la partie I de la Loi;
b) le ministre, s’il détermine que l’assureur n’a pas fait la désignation conformément aux règles énoncées au présent article.
Designation Rules
Règles de désignation
(2) For the purposes of subsection (1), an insurer, or the Minister if paragraph (1)(b) applies,
(a) shall designate for a taxation year investment property of
the insurer for the year with a total value for the year equal to
the amount, if any, by which the insurer’s mean Canadian reserve liabilities for the year in respect of its life insurance business in Canada exceeds the total of the insurer’s mean Canadian outstanding premiums and mean policy loans for the year
in respect of that business (to the extent that the amount of the
mean policy loans was not otherwise deducted in computing
the insurer’s mean Canadian reserve liabilities for the year);
(b) shall designate for a taxation year investment property of
the insurer for the year with a total value for the year equal to
the amount, if any, by which the insurer’s mean Canadian reserve liabilities for the year in respect of its accident and sickness insurance business in Canada exceeds the total of
(i) the insurer’s mean Canadian outstanding premiums for
the year in respect of that business, and
(ii) 50 of the total of all amounts, each of which is its total
reinsurance recoverables, as at the end of the year or as at the
end of the preceding taxation year, that are in respect of that
business;
(c) shall designate for a taxation year in respect of the insurer’s
insurance business in Canada (other than a life insurance business or an accident and sickness insurance business) investment property of the insurer for the year with a total value for
the year equal to the amount, if any, by which the insurer’s
mean Canadian reserve liabilities for the year in respect of that
business exceeds the total of
(i) 50 of the total of all amounts each of which is the
amount, as at the end of the year or as at the end of its preceding taxation year, of a premium receivable or a deferred
(2) Les règles suivantes s’appliquent dans le cadre du paragraphe (1) :
a) l’assureur ou, en cas d’application de l’alinéa (1)b), le ministre doit désigner pour une année d’imposition des biens de
placement de l’assureur pour l’année dont la valeur globale
pour l’année correspond à l’excédent éventuel de la moyenne
du passif de réserve canadienne de l’assureur pour l’année relativement à son entreprise d’assurance-vie au Canada sur la
somme de la moyenne de ses primes impayées au Canada et de
la moyenne de ses avances sur police pour l’année relativement
à cette entreprise (dans la mesure où la moyenne des avances
sur police n’a pas été déduite par ailleurs dans le calcul de la
moyenne de son passif de réserve canadienne pour l’année);
b) l’assureur ou, en cas d’application de l’alinéa (1)b), le ministre doit désigner pour une année d’imposition des biens de
placement de l’assureur pour l’année dont la valeur globale
pour l’année correspond à l’excédent éventuel de la moyenne
du passif de réserve canadienne de l’assureur pour l’année relativement à son entreprise d’assurance accidents et maladie au
Canada sur la somme des montants suivants :
(i) la moyenne de ses primes impayées au Canada pour
l’année relativement à cette entreprise,
(ii) le montant représentant 50 du total des montants, représentant chacun le total de ses montants à recouvrer au titre de la réassurance à la fin de l’année ou à la fin de l’année
d’imposition précédente, qui se rapportent à cette entreprise;
c) l’assureur ou, en cas d’application de l’alinéa (1)b), le ministre doit désigner pour une année d’imposition relativement à
l’entreprise d’assurance au Canada de l’assureur (sauf une entreprise d’assurance-vie ou une entreprise d’assurance accidents et maladie) des biens de placement de l’assureur pour
2542
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-413
acquisition expense (to the extent that it is included in the insurer’s Canadian reserve liabilities as at the end of the year
or preceding taxation year, as the case may be) of the insurer
in respect of that business, and
(ii) 50 of the total of all amounts, each of which is its total
reinsurance recoverables, as at the end of the year or as at the
end of the preceding taxation year, that are in respect of that
business;
(d) if
(i) the insurer’s mean Canadian investment fund for a taxation year
exceeds
(ii) the total value for the year of all property required to be
designated under paragraph (a), (b) or (c) for the year,
shall designate for the year, in respect of a particular insurance
business that the insurer carries on in Canada, investment property of the insurer for the year with a total value for the year
equal to that excess;
(e) for greater certainty, under each of paragraphs (a), (b), (c)
and (d), shall designate for the taxation year investment property with a total value for the year equal to the amount, if any,
determined under each of those paragraphs, and no investment
property, or portion of investment property, designated for the
year under any of paragraphs (a) to (d) may be designated for
the year under any other paragraph; and
(f) may designate for a taxation year a portion of a particular
investment property if the designation of the entire property
would result in a designation of property with a total value for
the year exceeding that required to be designated under paragraphs (a) to (d) for the year.
Order of Designation of Properties
(3) For the purpose of subsection (2), investment property of an
insurer for a taxation year shall be designated for the year in respect of the insurer’s insurance businesses carried on by it in
Canada in the following order:
(a) Canadian investment property of the insurer for the year
owned by the insurer at the beginning of the year that was
designated insurance property of the insurer for its preceding
taxation year, except that such property shall be designated in
the following order:
(i) real and depreciable property,
(ii) mortgages, hypothecs, agreements of sale and other
forms of indebtedness in respect of real property situated in
Canada or depreciable property situated in Canada or depreciable property leased to a person resident in Canada for use
inside and outside of Canada, and
(iii) other property;
(b) investment property (other than Canadian investment property of the insurer for the year) owned by the insurer at the beginning of the year that was designated insurance property of
the insurer for its preceding taxation year;
l’année dont la valeur globale pour l’année correspond à
l’excédent éventuel de la moyenne du passif de réserve canadienne de l’assureur pour l’année relativement à l’entreprise
sur la somme des montants suivants :
(i) le montant représentant 50 du total des montants dont
chacun est le montant, à la fin de l’année ou à la fin de
l’année d’imposition précédente, d’une prime à recevoir ou
de frais d’acquisition reportés de l’assureur au titre de
l’entreprise, dans la mesure où cette prime et ces frais sont
inclus dans son passif de réserve canadienne à la fin de
l’année ou à la fin de l’année d’imposition précédente, selon
le cas,
(ii) le montant représentant 50 du total des montants, représentant chacun le total de ses montants à recouvrer au titre de la réassurance à la fin de l’année ou à la fin de l’année
d’imposition précédente, qui se rapportent à l’entreprise;
d) dans le cas où le montant visé au sous-alinéa (i) excède le
montant visé au sous-alinéa (ii), l’assureur ou, en cas
d’application de l’alinéa (1)b), le ministre doit désigner pour
une année d’imposition, relativement à une entreprise
d’assurance que l’assureur exploite au Canada, des biens de
placement de l’assureur pour l’année dont la valeur globale
pour l’année correspond à cet excédent :
(i) la moyenne du fonds de placement canadien de l’assureur
pour l’année,
(ii) la valeur globale pour l’année des biens à désigner aux
termes des alinéas a), b) ou c) pour l’année;
e) il est entendu que, pour l’application de chacun des alinéas a), b), c) et d), l’assureur ou, en cas d’application de
l’alinéa (1)b), le ministre doit désigner pour une année
d’imposition des biens de placement dont la valeur globale
pour l’année correspond au montant déterminé selon chacun de
ces alinéas et qu’aucun bien de placement ou partie d’un bien
de placement désigné pour l’année selon l’un de ces alinéas ne
peut être désigné pour l’année selon un autre alinéa;
f) l’assureur ou, en cas d’application de l’alinéa (1)b), le ministre peut désigner une partie des biens de placement pour une
année d’imposition dans le cas où la valeur globale des biens
pour l’année dépasserait celle prévue aux alinéas a) à d) pour
l’année si la totalité des biens était désignée.
Ordre de désignation des biens
(3) Pour l’application du paragraphe (2), les biens de placement
d’un assureur pour une année d’imposition sont désignés pour
l’année relativement aux entreprises d’assurance qu’il exploite au
Canada dans l’ordre suivant :
a) ses biens de placement canadiens pour l’année lui appartenant au début de l’année et qui comptaient parmi ses biens
d’assurance désignés pour son année d’imposition précédente;
ces biens sont désignés dans l’ordre suivant :
(i) biens immeubles et biens amortissables,
(ii) hypothèques, contrats de vente et autres formes de dettes
afférentes à des biens immeubles ou amortissables situés au
Canada ou à des biens amortissables loués à bail à une personne résidant au Canada pour utilisation au Canada et à
l’étranger,
(iii) autres biens;
b) les biens de placement (sauf les biens de placement canadiens de l’assureur pour l’année) dont il est propriétaire au début de l’année et qui comptaient parmi ses biens d’assurance
désignés pour son année d’imposition précédente;
2543
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-413
(c) Canadian investment property of the insurer for the year
(other than property included in paragraph (a)) in the order set
out in subparagraphs (a)(i) to (iii); and
(d) other investment property.
Equity Limit for the Year
(4) Notwithstanding subsections (2) and (3),
(a) the total value for the year of Canadian equity property of
an insurer that may be designated in respect of the insurer’s insurance businesses for a taxation year shall not exceed the insurer’s equity limit for the year; and
(b) for a taxation year a portion of a particular Canadian equity
property of an insurer may be designated if the designation of
the entire property would result in a designation of Canadian
equity property of the insurer for the year with a total value for
the year exceeding the insurer’s equity limit for the year.
c) ses biens de placement canadiens pour l’année (sauf les
biens visés à l’alinéa a)) dans l’ordre indiqué aux sous-alinéas a)(i) à (iii);
d) les autres biens de placement.
Plafond des avoirs pour l’année
(4) Malgré les paragraphes (2) et (3) :
a) la valeur globale pour l’année des avoirs canadiens d’un assureur qui peuvent être désignés relativement à ses entreprises
d’assurance pour une année d’imposition ne peut dépasser le
plafond des avoirs de l’assureur pour l’année;
b) une partie d’un avoir canadien d’un assureur peut être désignée pour une année d’imposition dans le cas où la désignation
de la totalité de l’avoir ferait en sorte que la valeur globale pour
l’année des avoirs canadiens désignés par l’assureur pour
l’année dépasse son plafond des avoirs pour l’année.
Exchanged Property
Échange de biens
(5) For the purposes of subsection (3), property acquired by an
insurer in a particular taxation year is deemed to be designated
insurance property of the insurer in respect of a particular business of the insurer for its preceding taxation year and to have
been owned by the insurer at the beginning of the particular taxation year if the property was acquired
(a) by reason of
(i) a transaction to which any of sections 51, 51.1, 85.1 and
86 of the Act applies,
(ii) a transaction in respect of which an election is made under subsection 85(1) or (2) of the Act,
(iii) an amalgamation (within the meaning assigned by subsection 87(1) of the Act), or
(iv) a winding-up of a corporation to which subsection 88(1)
of the Act applies, and
(b) as consideration for or in exchange for property of the insurer that was designated insurance property of the insurer in
respect of the particular insurance business for its preceding
taxation year.
(5) Pour l’application du paragraphe (3), le bien qu’un assureur
acquiert au cours d’une année d’imposition donnée dans les circonstances ci-après est réputé être son bien d’assurance désigné
relativement à une entreprise d’assurance pour son année
d’imposition précédente et lui avoir appartenu au début de l’année
donnée :
a) le bien est acquis dans le cadre d’une des opérations suivantes :
(i) une opération à laquelle s’applique l’un des articles 51,
51.1, 85.1 ou 86 de la Loi,
(ii) une opération visée par le choix prévu aux paragraphes 85(1) ou (2) de la Loi,
(iii) une fusion au sens du paragraphe 87(1) de la Loi,
(iv) la liquidation d’une société à laquelle s’applique le paragraphe 88(1) de la Loi;
b) le bien est acquis en contrepartie ou en échange d’un bien de
l’assureur qui comptait parmi ses biens d’assurance désignés
relativement à l’entreprise pour l’année précédente.
Non-investment Property
Biens autres que des biens de placement
(6) Non-segregated property owned by an insurer at any time in
a taxation year (other than investment property of the insurer for
the year) that is used or held by the insurer in the year in the
course of carrying on an insurance business in Canada is deemed
to be designated insurance property of the insurer for the year in
respect of the business.
(6) Le bien non réservé dont un assureur est propriétaire au
cours d’une année d’imposition (sauf un bien qui compte parmi
ses biens de placement pour l’année) et qu’il utilise ou détient
pendant l’année dans le cadre de l’exploitation d’une entreprise
d’assurance au Canada est réputé compter parmi ses biens
d’assurance désignés pour l’année relativement à l’entreprise.
Policy Loan Excluded from Designated Property
Exclusion des avances sur police
(7) Notwithstanding any other provision in this Part, a policy
loan payable to an insurer is not designated insurance property of
the insurer.
3. Paragraph 2403(2)(a) of the Regulations is replaced by
the following:
(a) whether paragraphs 219(5.2)(a) and (b) of the Act apply;
and
4. Section 2406 of the Regulations is replaced by the following:
2406. Sections 2404 and 2405 do not apply to the 1999 and
subsequent taxation years.
(7) Malgré les autres dispositions de la présente partie, l’avance
sur police payable à un assureur ne compte pas parmi ses biens
d’assurance désignés.
3. L’alinéa 2403(2)a) du même règlement est remplacé par
ce qui suit :
a) si les alinéas 219(5.2)a) et b) de la Loi s’appliquent;
2544
4. L’article 2406 du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
2406. Les articles 2404 et 2405 ne s’appliquent pas aux années
d’imposition 1999 et suivantes.
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-413
5. (1) The portion of subsection 2410(1) of the Regulations
before A is replaced by the following:
2410. (1) For the purpose of subsection 138(4.4) of the Act, the
amount prescribed in respect of an insurer’s cost or capital cost,
as the case may be, of a property for a period in a taxation year is
the amount determined by the formula
5. (1) Le passage du paragraphe 2410(1) du même règlement précédant l’élément A est remplacé par ce qui suit :
2410. (1) Pour l’application du paragraphe 138(4.4) de la Loi,
le montant prescrit au titre du coût ou du coût en capital d’un bien
pour un assureur pour une période comprise dans une année
d’imposition correspond au montant obtenu par la formule suivante :
[ (A x B) x C/365] - D
6. (1) The formula “A - (B + C)” in subsection 2411(1) of
the Regulations is replaced by the following formula:
[ (A x B) x C/365] - D
où :
(2) Le passage du paragraphe 2410(1) du même règlement
suivant l’élément B est remplacé par ce qui suit :
C représente le nombre de jours de la période;
D représente le revenu tiré du bien au cours de la période par la
personne ou la société de personnes propriétaire du bien.
(3) Le paragraphe 2410(1) du même règlement, dans sa
version modifiée par les paragraphes (1) et (2), devient
l’article 2410 et le paragraphe 2410(2) du même règlement est
abrogé.
6. (1) La formule « A - (B + C) » figurant au paragraphe 2411(1) du même règlement est remplacée par ce qui suit :
A - (B + B.1 + C)
A - (B + B.1 + C)
(2) The description of B in subsection 2411(1) of the Regulations is replaced by the following:
B is the positive or negative amount, as the case may be, determined in respect of the insurer for the year under subsection (4) in respect of the insurer’s investment property for the
year that is designated insurance property of the insurer for the
year;
(3) Subsection 2411(1) of the Regulations is amended by
adding the following after the description of B:
B.1 is the positive or negative amount, as the case may be, determined in respect of the insurer for the year under subsection (4.1) in respect of property disposed of by the insurer
that was, in the taxation year of disposition, investment property designated by the insurer under subsection 2400(1) as
property used by it in the year in, or held by it in the year in
the course of, carrying on an insurance business in Canada;
and
(4) The description of B.1 in subsection 2411(1) of the
Regulations, as enacted by subsection (3), is replaced by the
following:
B.1 is the positive or negative amount, as the case may be, determined in respect of the insurer for the year under subsection (4.1) in respect of property disposed of by the insurer in
a taxation year for which it was designated insurance property of the insurer; and
(5) The portion of subsection 2411(3) of the Regulations before A is replaced by the following:
(3) The positive or negative amount, as the case may be, determined under this subsection in respect of an insurer for a taxation year shall be
(a) if the value for the year of the insurer’s foreign investment
property designated by the insurer for the year pursuant to subsection 2400(1) as investment property used by it in the year in,
or held by it in the year in the course of, carrying on an insurance business in Canada is not greater than 5 of the amount of
(2) L’élément B du paragraphe 2411(1) du même règlement
est remplacé par ce qui suit :
B le montant positif ou négatif, selon le cas, déterminé au titre de
l’assureur pour l’année en application du paragraphe (4) relativement à ses biens de placement pour l’année qui comptent
parmi ses biens d’assurance désignés pour l’année;
Where
(2) The portion of subsection 2410(1) of the Regulations after the description of B is replaced by the following:
C is the number of days in the period; and
D is the income derived from the property in the period by the
person or partnership that owned the property.
(3) Subsection 2410(1) of the Regulations, as amended by
subsections (1) and (2), is renumbered as section 2410 and
subsection 2410(2) of the Regulations is repealed.
(3) Le paragraphe 2411(1) du même règlement est modifié
par adjonction, après l’élément B, de ce qui suit :
B.1 le montant positif ou négatif, selon le cas, déterminé au titre
de l’assureur pour l’année en application du paragraphe (4.1)
relativement aux biens dont il a disposé et qui étaient, au
cours de l’année d’imposition de la disposition, des biens de
placement qu’il avait désignés, conformément au paragraphe 2400(1), à titre de biens utilisés par lui pendant l’année
ou détenus par lui pendant l’année dans le cadre de
l’exploitation d’une entreprise d’assurance au Canada;
(4) L’élément B.1 du paragraphe 2411(1) du même règlement, édicté par le paragraphe (3), est remplacé par ce qui
suit :
B.1 le montant positif ou négatif, selon le cas, déterminé au titre
de l’assureur pour l’année en application du paragraphe (4.1)
relativement aux biens dont il a disposé au cours d’une année
d’imposition pour laquelle ils comptaient parmi ses biens
d’assurance désignés;
(5) Le passage du paragraphe 2411(3) du même règlement
précédant l’élément A est remplacé par ce qui suit :
(3) Le montant positif ou négatif, selon le cas, déterminé au titre d’un assureur pour une année d’imposition en application du
présent paragraphe correspond au montant suivant :
a) si la valeur pour l’année des biens de placement étrangers de
l’assureur qu’il a désignés pour l’année, conformément au paragraphe 2400(1), à titre de biens de placement qu’il utilise ou
détient pendant l’année dans le cadre de l’exploitation d’une
entreprise d’assurance au Canada est égale ou inférieure au
2545
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-413
the insurer’s mean Canadian investment fund for the year and
the insurer so elects, the amount determined by the formula
{ [ ( (A + A.1) /B) x (C + J) ] + [ (D x F) /E] }
or
(b) in any other case, the amount determined by the formula
montant représentant 5 de la moyenne de son fonds de placement canadien pour l’année et s’il fait un choix en ce sens, le
montant obtenu par la formule suivante :
{ [ ( (A + A.1) /B) x (C + J) ] + [ (D x F) /E] }
b) dans les autres cas, le montant obtenu par la formule suivante :
{ [ ( (A + A.1) /B) x C] + [ (D x F) /E] + [ ( (G + G.1) /H) x J] }
{ [ ( (A + A.1) /B) x C] + [ (D x F) /E] + [ ( (G + G.1) /H) x J] }
where
(6) The portion of paragraph 2411(3)(a) of the Regulations
before the formula, as enacted by subsection (5), is replaced
by the following:
(a) if the value for the year of the insurer’s foreign investment
property that is designated insurance property for the year is
not greater than 5 of the amount of the insurer’s mean Canadian investment fund for the year and the insurer so elects in its
return of income under Part I of the Act for the year, the
amount determined by the formula
où :
(6) Le passage de l’alinéa 2411(3)a) du même règlement
précédant la formule, édicté par le paragraphe (5), est remplacé par ce qui suit :
a) si la valeur pour l’année des biens de placement étrangers de
l’assureur qui constituent des biens d’assurance désignés pour
l’année est égale ou inférieure au montant représentant 5 de
la moyenne de son fonds de placement canadien pour l’année
et s’il fait un choix en ce sens dans la déclaration de revenu
qu’il produit pour l’année en vertu de la partie I de la Loi, le
montant obtenu par la formule suivante :
(6.1) Le paragraphe 2411(3) du même règlement est modifié
par adjonction, après l’élément A, de ce qui suit :
A.1 le montant positif ou négatif, selon le cas, calculé au titre de
l’assureur pour l’année en application du paragraphe (4.1)
relativement aux biens de placement canadiens, sauf les
avoirs canadiens, dont il a disposé au cours de l’année ou
d’une année d’imposition antérieure;
(7) L’élément C du paragraphe 2411(3) du même règlement
est remplacé par ce qui suit :
C la valeur globale pour l’année des biens de placement canadiens de l’assureur pour l’année (sauf des avoirs canadiens et
des biens visés à l’alinéa i) de la définition de « bien de placement canadien » au paragraphe 2400(1)) qui comptent parmi
ses biens d’assurance désignés pour l’année;
(6.1) Subsection 2411(3) of the Regulations is amending by
adding the following after the description of A:
A.1 is the positive or negative amount, as the case may be, determined in respect of the insurer for the year under subsection (4.1) in respect of Canadian investment property (other
than Canadian equity property) disposed of by the insurer in
the year or preceding year;
(7) The description of C in subsection 2411(3) of the Regulations is replaced by the following:
C is the total value for the year of the insurer’s Canadian investment property for the year (other than Canadian equity property and any property described in paragraph (i) of the definition “Canadian investment property” in subsection 2400(1))
that is designated insurance property of the insurer for the
year;
(8) The description of F in subsection 2411(3) of the Regulations is replaced by the following:
F is the total value for the year of the insurer’s Canadian investment property (other than any property described in paragraph (i) of the definition “Canadian investment property” in
subsection 2400(1)) for the year that is Canadian equity property that is designated insurance property of the insurer for the
year;
(8.1) Subsection 2411(3) of the Regulations is amending by
adding the following after the description of G:
G.1 is the positive or negative amount, as the case may be, determined in respect of the insurer for the year under subsection (4.1) in respect of foreign investment property disposed
of by the insurer in the year or a preceding taxation year;
(9) The description of J in subsection 2411(3) of the Regulations is replaced by the following:
J is the total value for the year of the insurer’s foreign investment
property (other than any property described in paragraph (e) of
the definition “investment property” in subsection 2400(1)) that
is designated insurance property of the insurer for the year.
(10) The portion of the description of A in subsection 2411(4) of the Regulations before paragraph (a) is replaced by the following:
2546
(8) L’élément F du paragraphe 2411(3) du même règlement
est remplacé par ce qui suit :
F la valeur globale pour l’année des biens de placement canadiens de l’assureur (sauf des biens visés à l’alinéa i) de la définition de « bien de placement canadien » au paragraphe 2400(1)) qui constituent des avoirs canadiens comptant
parmi ses biens d’assurance désignés pour l’année;
(8.1) Le paragraphe 2411(3) du même règlement est modifié
par adjonction, après l’élément G, de ce qui suit :
G.1 le montant positif ou négatif, selon le cas, calculé au titre de
l’assureur pour l’année en application du paragraphe (4.1)
relativement aux biens de placement étrangers dont il a disposé au cours de l’année ou d’une année d’imposition antérieure;
(9) L’élément J du paragraphe 2411(3) du même règlement
est remplacé par ce qui suit :
J la valeur globale pour l’année des biens de placement étrangers
de l’assureur (sauf des biens visés à l’alinéa e) de la définition
de « bien de placement » au paragraphe 2400(1)) qui comptent
parmi ses biens d’assurance désignés pour l’année.
(10) Le passage de l’élément A du paragraphe 2411(4) du
même règlement précédant l’alinéa a) est remplacé par ce qui
suit :
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-413
A représente le total des montants suivants qui sont déterminés
relativement au bien pour l’année, ou qui le seraient si le bien
était un bien d’assurance de l’assureur pour l’année
relativement à une entreprise d’assurance au Canada et s’il
avait été un tel bien pour chaque année d’imposition antérieure
pendant laquelle l’assureur l’a détenu :
A is the total of the following amounts determined in respect of
the property for the year, or that would be determined in respect of the property for the year if it were insurance property
of the insurer for the year in respect of an insurance business
in Canada and if it had been insurance property of the insurer
in respect of an insurance business in Canada for each preceding taxation year in which it was held by the insurer:
(11) The portion of the description of A in subsection 2411(4) of the Regulations before paragraph (a), as enacted by subsection (10), is replaced by the following:
A is the total of the following amounts determined in respect of
the property for the year, or that would be determined in respect of the property for the year if the property were designated insurance property of the insurer in respect of an insurance business in Canada for each taxation year in which the
property was held by the insurer:
(12) Section 2411 of the Regulations is amended by adding
the following after subsection (4):
(4.1) The positive or negative amount, as the case may be, determined under this subsection in respect of an insurer for a taxation year in respect of property disposed of by the insurer in the
year or a preceding taxation year is the amount determined by the
formula
(12) L’article 2411 du même règlement est modifié par adjonction, après le paragraphe (4), de ce qui suit :
(4.1) Le montant positif ou négatif, selon le cas, déterminé au
titre d’un assureur pour une année d’imposition en application du
présent paragraphe, relativement à un bien dont il a disposé au
cours de l’année ou d’une année d’imposition antérieure, correspond au montant obtenu par la formule suivante :
A-B
A-B
where
A is the total of the amounts included under paragraphs 142.4(4)(a) and (c) of the Act in the insurer’s income
for the year in respect of the property, or that would be so included if the property had been insurance property of the insurer in respect of an insurance business in Canada for each
taxation year in which it was held by the insurer; and
B is the total of the amounts deductible under paragraphs 142.4(4)(b) and (d) of the Act in respect of the property
in computing the insurer’s income for the year, or that would
be so deductible if the property had been insurance property of
the insurer in respect of an insurance business in Canada for
each taxation year in which it was held by the insurer.
(13) The descriptions of A and B in subsection 2411(4.1) of
the Regulations, as enacted by subsection (12), are replaced
by the following:
A is the total of the amounts included under paragraphs 142.4(4)(a) and (c) of the Act in the insurer’s income
for the year in respect of the property, or that would be so included if the property were designated insurance property of
the insurer in respect of an insurance business in Canada for
each taxation year in which it was held by the insurer; and
B is the total of the amounts deductible under paragraphs 142.4(4)(b) and (d) of the Act in respect of the property
in computing the insurer’s income for the year, or that would
be so deductible if the property were designated insurance
property of the insurer in respect of an insurance business in
Canada for each taxation year in which it was held by the
insurer.
(14) Subsection 2411(7) of the Regulations is repealed.
7. Section 2412 of the Regulations is replaced by the following:
où :
A représente le total des montants qui sont inclus en application
des alinéas 142.4(4)a) et c) de la Loi relativement au bien dans
le revenu de l’assureur pour l’année, ou qui le seraient si le
bien avait été un bien d’assurance de l’assureur relativement à
une entreprise d’assurance au Canada pour chaque année
d’imposition pendant laquelle il l’a détenu;
B le total des montants qui sont déductibles en application des
alinéas 142.4(4)b) et d) de la Loi relativement au bien dans le
calcul du revenu de l’assureur pour l’année, ou qui le seraient
si le bien avait été un bien d’assurance de l’assureur relativement à une entreprise d’assurance au Canada pour chaque année d’imposition pendant laquelle il l’a détenu.
(13) Les éléments A et B du paragraphe 2411(4.1) du même
règlement, édicté par le paragraphe (12), sont remplacés par
ce qui suit :
A représente le total des montants qui sont inclus en application
des alinéas 142.4(4)a) et c) de la Loi relativement au bien dans
le revenu de l’assureur pour l’année, ou qui le seraient si le
bien était un bien d’assurance désigné de l’assureur relativement à une entreprise d’assurance au Canada pour chaque année d’imposition pendant laquelle il l’a détenu;
B le total des montants qui sont déductibles en application des
alinéas 142.4(4)b) et d) de la Loi relativement au bien dans le
calcul du revenu de l’assureur pour l’année, ou qui le seraient
si le bien était un bien d’assurance désigné de l’assureur relativement à une entreprise d’assurance au Canada pour chaque
année d’imposition pendant laquelle il l’a détenu.
(11) Le passage de l’élément A du paragraphe 2411(4) du
même règlement précédant l’alinéa a), édicté par le paragraphe (10), est remplacé par ce qui suit :
A représente le total des montants suivants qui sont déterminés
relativement au bien pour l’année, ou qui le seraient si le bien
était un bien d’assurance désigné de l’assureur relativement à
une entreprise d’assurance au Canada pour chaque année
d’imposition pendant laquelle il l’a détenu :
(14) Le paragraphe 2411(7) du même règlement est abrogé.
7. L’article 2412 du même règlement est remplacé par ce
qui suit :
2547
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-413
Mean Canadian Investment Fund
Moyenne du fonds de placement canadien
2412. (1) For the purposes of this Part, the mean Canadian investment fund of an insurer for a particular taxation year is the
total of
(a) 50 of the total of
(i) its Canadian investment fund at the end of the particular
year, and
(ii) either,
(A) if the insurer is resident in Canada, its Canadian investment fund at the end of its preceding taxation year, or
(B) if the insurer is non-resident, its Canadian investment
fund at the end of its preceding taxation year determined
as if its attributed surplus for that preceding taxation year
were its attributed surplus for the particular year, and
(b) the insurer’s cash-flow adjustment for the particular year.
2412. (1) Pour l’application de la présente partie, la moyenne
du fonds de placement canadien d’un assureur pour une année
d’imposition donnée correspond à la somme des montants suivants :
a) le montant représentant 50 de la somme des montants suivants :
(i) son fonds de placement canadien à la fin de l’année donnée,
(ii) selon le cas :
(A) s’il réside au Canada, son fonds de placement canadien à la fin de son année d’imposition précédente,
(B) sinon, son fonds de placement canadien à la fin de son
année d’imposition précédente, déterminé comme si son
surplus attribué pour cette année était celui de l’année
donnée;
b) le montant de rajustement du flux de trésorerie qui lui est
applicable pour l’année donnée.
Cash-flow Adjustment
Montant de rajustement du flux de trésorerie
(2) An insurer’s cash-flow adjustment for a taxation year is the
amount equal to
(a) if the year ended two months or more after it began, the
positive or negative amount determined by the formula
(2) Le montant de rajustement du flux de trésorerie applicable à
un assureur pour une année d’imposition correspond, selon le
cas :
a) si l’année s’est terminée au moins deux mois après avoir débuté, au montant positif ou négatif obtenu par la formule suivante :
50 x (A - B/C)
where
A is the total of all amounts each of which is the amount determined under subsection (3) in respect of a full month in
the year (or in respect of the part of the month that ends after the last full month in the year, if that part is greater than
15 days),
B is the total of all amounts each of which is the amount determined in respect of a full month in the year (or in respect
of the part of the month that ends after the last full month in
the year, if that part is greater than 15 days) by the formula
50 x (A - B/C)
où :
A représente le total des montants représentant chacun le
montant déterminé selon le paragraphe (3) pour un mois
complet de l’année (ou pour la partie du mois, comptant
plus de 15 jours, qui se termine après le dernier mois complet de l’année),
B le total des montants représentant chacun le montant, déterminé pour un mois complet de l’année (ou pour la partie du
mois, comptant plus de 15 jours, qui se termine après le
dernier mois complet de l’année), obtenu par la formule
suivante :
D x (1 + 2E)
where
D is the amount determined under subsection (3) in respect
of the month or part of the month, and
E is the number of months in the year that ended before the
beginning of the month or part of the month, and
C is the number of full months in the year (plus 1, if the year
ends more than 15 days after the end of the last full month
in the year); and
(b) if the year ended less than two months after it began, nil.
D x (1 + 2E)
où :
D représente le montant déterminé selon le paragraphe (3)
pour le mois ou la partie de mois,
E le nombre de mois de l’année s’étant terminés avant le
début du mois ou de la partie de mois,
C le nombre de mois complets de l’année (plus 1, si l’année se
termine plus de 15 jours après la fin du dernier mois complet
de l’année);
b) si l’année s’est terminée moins de deux mois après avoir débuté, à zéro.
Amounts Paid and Received
Montants payés et reçus
(3) The amount determined in respect of an insurer for a particular month or part of a month (in this subsection referred to as
a “month”) in a taxation year is the positive or negative amount
determined by the formula
(3) Le montant déterminé relativement à un assureur pour un
mois ou une partie de mois (appelée « mois » au présent paragraphe) d’une année d’imposition correspond au montant positif ou
négatif obtenu par la formule suivante :
2548
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-413
G-H
G-H
where
G is the total of all amounts each of which is
(a) the amount of a premium or consideration received by
the insurer in the month in respect of a contract of insurance
(including a settlement annuity) entered into in the course of
carrying on its insurance businesses in Canada,
(b) an amount received by the insurer in the month in respect
of interest on or a repayment in respect of a policy loan
made under a life insurance policy in Canada, or
(c) an amount received by the insurer in the month in respect
of reinsurance (other than reinsurance undertaken to effect a
transfer of a business in respect of which subsection 138(11.5), (11.92) or (11.94) of the Act applies) arising
in the course of carrying on its insurance businesses in
Canada; and
H is the total of all amounts each of which is
(a) the amount of a claim or benefit (including a payment
under an annuity or settlement annuity, a payment of a policy dividend and an amount paid on a lapsed or terminated
policy), a refund of premiums, a premium or a commission
paid by the insurer in the month under a contract of insurance in the course of carrying on its insurance businesses in
Canada,
(b) the amount of a policy loan made by the insurer in the
month under a life insurance policy in Canada, or
(c) an amount paid by the insurer in the month in respect of
reinsurance (other than reinsurance undertaken to effect a
transfer of a business in respect of which subsection 138(11.5), (11.92) or (11.94) of the Act applies) in the
course of carrying on its insurance businesses in Canada.
où :
G représente le total des montants représentant chacun :
a) une prime ou une contrepartie que l’assureur a reçue au
cours du mois au titre d’un contrat d’assurance (y compris
une rente en règlement) conclu dans le cadre de
l’exploitation de ses entreprises d’assurance au Canada,
b) un montant qu’il a reçu au cours du mois au titre des intérêts sur une avance sur police consentie dans le cadre d’une
police d’assurance-vie au Canada, ou d’un remboursement y
afférent,
c) un montant qu’il a reçu au cours du mois au titre de la réassurance (sauf celle qui est acceptée en vue du transfert
d’une entreprise à laquelle s’appliquent les paragraphes 138(11.5), (11.92) ou (11.94) de la Loi) acceptée dans
le cadre de l’exploitation de ses entreprises d’assurance au
Canada;
H le total des montants représentant chacun :
a) une réclamation ou un avantage (y compris un paiement
de rente ou de rente en règlement, un paiement de participation de police et un montant payé sur une police échue ou
ayant pris fin), un remboursement de primes, une prime ou
une commission qu’il a payé au cours du mois aux termes
d’un contrat d’assurance dans le cadre de l’exploitation de
ses entreprises d’assurance au Canada,
b) une avance sur police qu’il a consentie au cours du mois
dans le cadre d’une police d’assurance-vie au Canada,
c) un montant qu’il a payé au cours du mois au titre de la réassurance (sauf celle qui est acceptée en vue du transfert
d’une entreprise à laquelle s’appliquent les paragraphes 138(11.5), (11.92) ou (11.94) de la Loi) acceptée dans
le cadre de l’exploitation de ses entreprises d’assurance au
Canada.
(4) Au présent article, « mois » s’entend de la période
suivante :
a) si l’année d’imposition d’un assureur ne débute pas le premier jour d’un mois civil et si l’assureur choisit de se prévaloir
du présent alinéa pour l’année, la période commençant le jour
d’un mois civil qui porte le même quantième que le jour du début de l’année d’imposition et se terminant :
(i) la veille du jour du mois civil suivant qui porte le même
quantième que le jour du début de l’année d’imposition,
(ii) si le mois civil suivant n’a pas de jour qui porte le même
quantième que le jour du début de l’année d’imposition, le
dernier jour de ce mois;
b) dans les autres cas, un mois civil.
(4) A reference to a “month” in this section means
(a) if an insurer’s taxation year does not begin on the first day
of a calendar month and the insurer elects to have this paragraph apply for the year, the period beginning on the day in a
calendar month that has the same calendar number as the particular day on which the taxation year began and ending
(i) on the day immediately before the day in the next calendar month that has the same calendar number as the particular day, or
(ii) if the next calendar month does not have a day that has
the same calendar number as the particular day, the last day
of that next calendar month; and
(b) in any other case, a calendar month.
8. The definitions “attributed surplus”, “Canadian reserve
liabilities” and “total reserve liabilities” in section 8600 of the
Regulations are replaced by the following:
“attributed surplus” of a non-resident insurer for a taxation year
has the meaning assigned by subsection 2400(1); (surplus attribué)
“Canadian reserve liabilities” of an insurer as at the end of a
taxation year has the meaning assigned by subsection 2400(1);
(passif de réserve canadienne)
“total reserve liabilities” of an insurer as at the end of a taxation
year means the total amount as at the end of the year of the insurer’s liabilities and reserves (other than liabilities and
8. Les définitions de « passif de réserve canadienne », « passif total de réserve » et « surplus attribué », à l’article 8600 du
même règlement, sont respectivement remplacées par ce qui
suit :
« passif de réserve canadienne » Quant à un assureur à la fin
d’une année d’imposition, s’entend au sens du paragraphe 2400(1). (Canadian reserve liabilities)
« passif total de réserve » Quant à un assureur à la fin d’une année d’imposition, le total à la fin de l’année de ses passifs et
provisions (sauf ceux relatifs à un fonds réservé) afférents à ses
polices d’assurance, déterminé pour les besoins du surintendant
des institutions financières, dans le cas où l’assureur est tenu
2549
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-413
9. Subsection 8605(3) of the Regulations is replaced by the
following:
(3) For the purposes of subclause 181.3(1)(c)(ii)(A)(V) and
clause 190.11(b)(i)(E) of the Act, the amount prescribed in respect of a particular corporation for a taxation year ending at a
particular time means the total of all amounts each of which
would be the total reserve liabilities of a foreign insurance subsidiary of the particular corporation as at the end of the subsidiary’s last taxation year ending at or before the particular time if
the subsidiary were required by law to report to the Superintendent of Financial Institutions for that year.
par la loi de faire rapport à ce surintendant, ou pour les besoins
du surintendant des assurances ou d’un agent ou autorité semblable de la province sous le régime des lois de laquelle
l’assureur est constitué, dans les autres cas. (total reserve liabilities)
« surplus attribué » Quant à un assureur non-résident pour une
année d’imposition, s’entend au sens du paragraphe 2400(1).
(attributed surplus)
9. Le paragraphe 8605(3) du même règlement est remplacé
par ce qui suit :
(3) Pour l’application de la subdivision 181.3(1)c)(ii)(A)(V) et
de la division 190.11b)(i)(E) de la Loi, le montant prescrit à
l’égard d’une société pour une année d’imposition se terminant à
un moment donné correspond au total des montants dont chacun
représenterait le passif total de réserve d’une filiale d’assurance
étrangère de la société à la fin de la dernière année d’imposition
de la filiale se terminant au moment donné ou antérieurement si la
filiale était tenue par la loi de faire rapport au surintendant des
institutions financières pour cette année.
APPLICATION
APPLICATION
10. (1) Section 1 applies after May 1992.
(2) Subsection 2(1) applies to transactions occurring after
October 1994.
(3) Subsection 2(2), sections 3 to 5, subsections 6(2), (4), (6),
(7), (8), (9), (11), (13) and (14) and sections 7 to 9 apply to the
1999 and subsequent taxation years.
(4) Subsections 6(1), (3), (5), (6.1), (8.1) and (12) apply to
the 1995 and subsequent taxation years.
(5) Subsection 6(10) applies to taxation years ending after
June 1, 1995.
10. (1) L’article 1 s’applique après mai 1992.
(2) Le paragraphe 2(1) s’applique aux opérations effectuées
après octobre 1994.
(3) Le paragraphe 2(2), les articles 3 à 5, les paragraphes 6(2), (4), (6), (7), (8), (9), (11), (13) et (14) et les articles 7
à 9 s’appliquent aux années d’imposition 1999 et suivantes.
(4) Les paragraphes 6(1), (3), (5), (6.1), (8.1) et (12)
s’appliquent aux années d’imposition 1995 et suivantes.
(5) Le paragraphe 6(10) s’applique aux années d’imposition
se terminant après le 1er juin 1995.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du règlement.)
reserves in respect of a segregated fund) in respect of all its insurance policies, as determined for the purposes of the Superintendent of Financial Institutions, if the insurer is required by
law to report to the Superintendent of Financial Institutions, or,
in any other case, the superintendent of insurance or other
similar officer or authority of the province under the laws of
which the insurer is incorporated. (passif total de réserve)
Description
Description
Part XXIV of the Income Tax Regulations provides rules for
determining the property of an insurer that is used or held by it in
the year in the course of carrying on an insurance business in
Canada. They give effect to the government’s commitment made
in the 1992 budget to ensure that insurers pay their fair share of
tax.
La partie XXIV du Règlement de l’impôt sur le revenu (le règlement) prévoit des règles qui permettent de déterminer les biens
qu’un assureur utilise ou détient pendant une année dans le cadre
de l’exploitation d’une entreprise d’assurance au Canada. Ces
règles font suite à l’engagement pris par le gouvernement dans le
budget de 1992 de faire en sorte que les assureurs paient leur juste
part d’impôt.
Les assureurs-vie résidants au Canada et les assureurs nonrésidents (appelés « assureurs » ci-après) sont assujettis à l’impôt
sur les bénéfices qu’ils tirent des entreprises d’assurance qu’ils
exploitent au Canada. Le revenu provenant d’entreprises
d’assurance à l’étranger n’est pas assujetti à l’impôt au Canada.
Ce régime est en place depuis que le revenu des assureurs-vie est
imposable. Les difficultés liées au calcul de la partie du revenu et
des biens de placement des assureurs qui se rapporte en fait à leur
entreprise d’assurance au Canada ont entraîné la mise au point
d’un mécanisme d’approximation de leurs biens et revenus de
placement provenant d’entreprises d’assurance au Canada. Ce
mécanisme est exposé à la partie XXIV du règlement.
De façon générale, les règles de la partie XXIV (qui sont énoncées aux articles 2400 à 2412) s’appliquent en trois temps.
Canadian resident life insurers and all non-resident insurers (in
this document referred to as “insurers”) are taxable on their profits derived from insurance businesses carried on in Canada. Income from foreign insurance businesses is not subject to tax in
Canada. This system has been in place since life insurers were
first made taxable on their income. The difficulties associated
with a factual determination of the Canadian insurance business
component of insurer’s investment income and assets have led to
the development of a proxy for measuring their Canadian insurance business investment assets and income. This proxy is set out
in Part XXIV of the Regulations.
In general, the rules of Part XXIV (sections 2400 to 2412) operate as follows. First, the prescribed rules are applied to calculate
2550
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-413
the value of an insurer’s investment assets used in support of its
Canadian operations (this amount being termed the “Canadian
investment fund”). Second, the insurer must designate particular
investment property out of its investment portfolio having a total
value equal to its Canadian investment fund. Third, the gross investment revenue, gains and losses from those designated investment properties is reported by the insurer as Canadian insurance
business income.
The amendments to Part XXIV do not alter the basic structure
of the system as described above. However, the changes to the
rules are designed to ensure that the quantum of the Canadian
investment fund produced under the rules reflects the amount of
capital, liabilities and cash flow of the insurer applicable to the
Canadian business. They are also designed to ensure that assets
that do not produce income, like shares in affiliated financial institutions, can not be treated as Canadian business investment
properties. These changes will ensure that the income of the insurer for income tax purposes more closely reflects the income
generated by the Canadian insurance businesses and that an appropriate amount of income tax will be paid.
These amendments are based on the draft Regulations for insurance corporations announced in September 1997 and generally
apply to the 1999 and subsequent taxation years. Some minor
amendments included in this package apply before 1999 but are
consequential to earlier legislative changes and are required to
properly introduce the amendments that apply to 1999 and subsequent taxation years.
Premièrement, la valeur des biens de placement de l’assureur
utilisés dans le cadre de ses opérations canadiennes (le « fonds de
placement canadien ») est déterminée selon les dispositions réglementaires. Deuxièmement, l’assureur doit désigner, sur son
portefeuille de placement, des biens de placement d’une valeur
globale égale à son fonds de placement canadien. Enfin, il doit
déclarer, à titre de revenu provenant d’une entreprise d’assurance
au Canada, les revenus bruts de placements, les gains et les pertes
provenant des biens de placement ainsi désignés.
Les modifications apportées à la partie XXIV ne changent pas
la structure fondamentale du régime tel qu’il est exposé ci-dessus.
Elles visent toutefois à assurer que le montant du fonds de placement canadien qui découle de l’application des règles reflète le
capital, le passif et le flux de trésorerie de l’assureur relatifs à son
entreprise au Canada. Elles visent également à assurer que les
actifs ne produisent pas un revenu, comme des actions
d’institutions financières affiliées, qui ne peut être considéré
comme des biens de placement d’une entreprise au Canada. Ces
modifications ont pour effet d’assurer que le revenu de l’assureur
aux fins de l’impôt sur le revenu reflète mieux le revenu tiré de
ses entreprises d’assurance au Canada et qu’un juste montant
d’impôt sur le revenu soit payé.
Les modifications s’inspirent de l’avant-projet de règlement visant les compagnies d’assurance qui a été rendu public en septembre 1997 et s’appliquent, de façon générale, aux années
d’imposition 1999 et suivantes. Certaines modifications mineures
comprises dans le projet s’appliquent avant 1999, mais elles font
suite à des changements législatifs antérieurs et sont nécessaires à
la bonne application des modifications visant les années
d’imposition 1999 et suivantes.
Alternatives
Solutions envisagées
No alternatives were considered. These Regulations were mandated by amendments that have been made to the Income Tax Act.
Aucune autre solution n’a été envisagée. Les dispositions réglementaires font suite à des modifications apportées à la Loi de
l’impôt sur le revenu.
Benefits and Costs
Avantages et coûts
The Canadian investment fund rules for insurers will improve
the income tax rules so that the Government’s dependence on
capital taxes for this sector will be reduced and more revenues
will be raised through income taxes. It is expected that increased
revenues will be raised through income taxes since the new Canadian investment fund rules will better ensure that the income of
insurers reported for tax purposes is more closely aligned with
their real business profits. Consequently, less reliance on capital
taxes is anticipated since income taxes payable by insurers is
creditable against the capital taxes that would be otherwise payable. From a policy perspective, it is desirable to increase reliance
on income taxes since income normally provides a better measure
of a taxpayer’s ability to pay tax.
Les règles sur le fonds de placement canadien qui s’appliquent
aux assureurs améliorent les règles d’impôt sur le revenu de façon
à réduire la dépendance de l’État à l’égard des impôts sur le capital provenant de ce secteur et à accroître les recettes tirées des
impôts sur le revenu. Ces recettes devraient s’accroître du fait que
les nouvelles règles sur le fonds de placement canadien font en
sorte que le revenu des assureurs déclaré aux fins de l’impôt soit
mieux aligné sur leurs bénéfices commerciaux réels. Une moins
grande dépendance sur les impôts sur le capital est donc prévue
étant donné que les impôts sur le revenu payables par les assureurs sont appliqués en réduction des impôts sur le capital qui
seraient payables par ailleurs. Sur le plan de la politique, il est
souhaitable d’accroître la dépendance sur les impôts sur le revenu
puisque le revenu permet habituellement de mesurer plus facilement la capacité de payer des contribuables.
Consultation
Consultations
A draft version of these amendments was released for consultation in September 1997. A number of changes to the draft were
made as a result of the consultations that followed, including delaying the application of the amendments from the 1997 to the
1999 taxation years. These amendments were made in consultation with the Canada Customs and Revenue Agency, the Office of
the Superintendent of Financial Institutions, the Canadian Life
and Health Insurance Association Inc. and representatives of its
Les modifications ont été rendues publiques pour consultation
en septembre 1997. Certains changements leur ont été apportés
par suite des consultations, y compris le report de leur application, qui est passée des années d’imposition 1997 et suivantes aux
années d’imposition 1999 et suivantes. Les modifications ont été
mises au point en consultation avec l’Agence des douanes et du
revenu du Canada, le Bureau du surintendant des institutions financières, l’Association canadienne des compagnies d’assurances
2551
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-413
members, the “Regroupement des assureurs de personnes à charte
du Québec” and the Insurance Bureau of Canada.
A further draft was published, for a 30-day consultation period,
on September 2, 2000, in the Canada Gazette, Part I, Vol. 134,
No. 36, at pages 2814 to 2836. Two changes were made after the
consultation period consisting in the removal of superfluous
words. First, the words “of Part XIII” were removed from the text
of proposed section 804 of the Regulations. Second, the word
“corporation” was removed from subparagraph (h)(ii) of the English version of the definition “Canadian Investment Property” in
proposed subsection 2400(1) of the Regulations. These two
changes are editorial in nature and do not change the meaning of
the proposed Regulations.
de personnes et des représentants de ses membres, le Regroupement des assureurs de personnes à charte du Québec et le Bureau
d’assurance du Canada.
Une nouvelle ébauche des modifications a été publiée le
2 septembre 2000, aux pages 2814 à 2836 du volume 134, no 36,
de la Gazette du Canada Partie I, pour une période de consultation de 30 jours. Deux modifications ont été apportées au texte
après la période de consultation afin d’enlever des mots superflus
du règlement. Premièrement, les mots « de la partie XIII » ont été
enlevés du texte proposé de l’article 804 du règlement. Deuxièmement, dans la version anglaise proposée du paragraphe 2400(1)
du règlement, le mot « corporation » a été enlevé du sous-alinéa (h)(ii) de la définition « bien de placement canadien » (Canadian Investment Property). Ces deux modifications d’ordre rédactionnel n’affectent pas le sens du règlement tel que proposé.
Compliance and Enforcement
Respect et exécution
The Income Tax Act provides the necessary compliance
mechanisms for the Income Tax Regulations. The Act allows the
Minister of National Revenue to assess and reassess tax payable,
conduct audits and seize relevant records and documents.
Les modalités nécessaires sont prévues par la Loi de l’impôt
sur le revenu. Elles permettent au ministre du Revenu national
d’établir des cotisations et des nouvelles cotisations concernant
l’impôt payable, de faire des vérifications et de saisir les documents utiles.
Contact
Blair Hammond
Tax Legislation Division
Department of Finance
L’Esplanade Laurier, 17th Floor
140 O’Connor Street
Ottawa, Ontario
K1A 0G5
Tel.: (613) 992-6737
Personne-ressource
Blair Hammond
Division de la législation de l’impôt
Ministère des Finances
140, rue O’Connor
L’Esplanade Laurier, 17e étage
Ottawa (Ontario)
K1A 0G5
Tél. : (613) 992-6737
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2000
2552
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2000
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-414
Registration
SOR/2000-414 30 November, 2000
Enregistrement
DORS/2000-414 30 novembre 2000
FINANCIAL ADMINISTRATION ACT
LOI SUR LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES
Regulations Amending the Softwood Lumber
Products Export Permits Fees Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur le prix des
licences d’exportation (Produits de bois d’oeuvre)
P.C. 2000-1725 30 November, 2000
C.P. 2000-1725 30 novembre 2000
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Foreign Affairs and the Treasury
Board, pursuant to paragraphs 19(1)(a)a and 19.1(a)a of the Financial Administration Act, hereby makes the annexed Regulations Amending the Softwood Lumber Products Export Permits
Fees Regulations.
Sur recommandation du ministre des Affaires étrangères et du
Conseil du Trésor et en vertu des alinéas 19(1)a)a et 19.1a)a de la
Loi sur la gestion des finances publiques, Son Excellence la Gouverneure générale en conseil prend le Règlement modifiant le
Règlement sur le prix des licences d’exportation (Produits de bois
d’oeuvre), ci-après.
REGULATIONS AMENDING
THE SOFTWOOD LUMBER PRODUCTS
EXPORT PERMITS FEES REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT
SUR LE PRIX DES LICENCES D’EXPORTATION
(PRODUITS DE BOIS D’OEUVRE)
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1. (1) Subsection 8(1) of the Softwood Lumber Products Export Permits Fees Regulations1 is amended by adding the following in alphabetical order:
“second additional quantity” means a quantity of 72.5 million
board feet of softwood lumber products that, in addition to the
additional quantity, may be exported to the United States up to
and including March 31, 2001. (deuxième quantité additionnelle)
(2) Section 8 of the Regulations is amended by adding the
following after subsection (2):
(3) The fees referred to in sections 4, 6 and 7 are not payable in
respect of the second additional quantity.
1. (1) Le paragraphe 8(1) du Règlement sur le prix des licences d’exportation (Produits de bois d’oeuvre)1 est modifié par
adjonction, selon l’ordre alphabétique, de ce qui suit :
« deuxième quantité additionnelle » Quantité de 72,5 millions de
pieds-planche de produits de bois d’oeuvre pouvant être exportée aux États-Unis, en plus de la quantité additionnelle, jusqu’au 31 mars 2001 inclusivement. (second additional quantity)
(2) L’article 8 du même règlement est modifié par adjonction, après le paragraphe (2), de ce qui suit :
(3) Les prix visés aux articles 4, 6 et 7 ne sont pas payables à
l’égard de la deuxième quantité additionnelle.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
2. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du règlement.)
Description
Description
The Regulations Amending the Softwood Lumber Products Export Permits Fees Regulations have been approved to allow for
an additional quantity of 72.5 million board feet of softwood
lumber products that may be exported to the United States feefree prior to March 31, 2001.
This initiative follows an agreement reached between the Government of Canada and the Government of the United States of
America in order to settle a dispute in which Canada opposed
the U.S. Customs Service reclassification of rougher headed lumber (RHL). RHL boards are roughed on one or more sides to
Ce Règlement modifiant le Règlement sur les prix des licences
d’exportation (Produits du bois d’oeuvre) permet l’exportation en
franchise aux États-Unis, jusqu’au 31 mars 2001, d’une quantité
supplémentaire de 72,5 millions de pieds-planche de produits de
bois résineux.
Cette mesure fait suite à une entente intervenue entre le gouvernement du Canada et celui des États-Unis visant à mettre fin
au différend qui oppose ces deux pays, le Canada s’objectant à la
décision prise par le Service des Douanes américaines de reclasser le bois texturé au planage. Ce bois, qui a un aspect brut ou
———
a
1
S.C. 1991, c. 24, s. 6
SOR/96-317
———
a
1
L.C. 1991, ch. 24, art. 6
DORS/96-317
2553
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-414
appear rough-sawn or rustic and is primarily used for fascia and
trim applications.
In reclassifying RHL, effective August 1999, the United States
unilaterally placed this product under the scope of the 1996
Canada-United States Softwood Lumber Agreement (the
“Agreement”). As a result, RHL shippers were required to obtain
export permits and pay export fees where necessary to ship these
products to the United States.
Canada opposed this reclassification and invoked the dispute
settlement provisions under the Agreement. When consultations
failed to resolve the dispute, Canada initiated arbitral proceedings
pursuant to the Agreement.
After careful consideration of the advice and comments from
Canadian lumber producers and provincial governments on the
proposed settlement, the Government of Canada determined that,
the acceptance of the settlement would be in the country’s best
interest.
The existing Agreement permit fee structure remains unchanged since this modification only provides for an additional
quantity which would not be subject to the Agreement permit
fees.
rustique sur une ou plusieurs faces, est utilisé surtout pour les
bordures de toit et les ouvrages de menuiserie légère.
En reclassifiant le bois texturé au planage, les États-Unis ont
placé unilatéralement ce produit sous la portée de l’Accord canado-américain sur le bois d’oeuvre résineux (l’Accord) de 1996, de
sorte que les expéditeurs doivent se procurer une licence et acquitter des frais, le cas échéant, pour exporter ce produit aux
États-Unis.
Le Canada s’est objecté à cette décision et a invoqué les dispositions de règlement des différends de l’Accord. Les négociations
n’ayant pas abouti, le Canada a entamé les procédures d’arbitrage
en vertu de l’Accord.
Après avoir soigneusement étudié les avis et les observations
des producteurs canadiens de bois d’oeuvre et des gouvernements
provinciaux sur l’entente proposée, le gouvernement du Canada a
déterminé que l’acceptation de l’entente servirait au mieux les
intérêts du pays.
La structure des prix prévue à l’Accord demeure inchangée
puisque cette modification ne prévoit qu’une quantité additionnelle pour laquelle il n’y aurait pas de montant à acquitter en
vertu de l’Accord lors de l’obtention de la licence.
Benefits and Costs
Avantages et coûts
The major tangible benefit of this settlement is that Canada
would be permitted an additional 72.5 million board feet of feefree lumber shipments to the United States before March 31,
2001. This much-needed quota can then be allocated to qualified
Canadian RHL producers who have been adversely affected by
the U.S. Customs Service reclassification action. In return,
Canada has notified the Arbitral Panel that a mutually satisfactory
resolution has been reached and request that proceedings be terminated. Without this settlement, the lengthy arbitration process
and ongoing dispute could drag on beyond the end of the Agreement. At that time, an arbitration decision in Canada’s favour
would be of little or no benefit to Canadian RHL producers.
Le principal avantage tangible de cette entente est que le
Canada est autorisé à exporter aux États-Unis, en franchise, avant
le 31 mars 2001, 72,5 millions de pieds-planche additionnels. Ces
parts de contingent dont le Canada a bien besoin pourront être
attribuées aux producteurs canadiens admissibles, qui ont souffert
de la reclassification du bois texturé au planage émise par le Service des douanes américaines. En contrepartie, le Canada a informé le comité d’arbitrage que les deux parties en sont venues à
une entente mutuelle satisfaisante et lui a demandé de mettre fin
immédiatement à la procédure en cours. Sans cette entente, le
long processus d’arbitrage ainsi que la poursuite du différend
auraient pu traîner en longueur et se poursuivre bien au-delà de la
date d’expiration de l’Accord. À ce moment, une décision arbitrale rendue en faveur du Canada aurait été de peu sinon d’aucun
avantage pour les producteurs canadiens de bois d’oeuvre.
Consultation
Consultations
This decision to accept the proposed settlement has been made
after extensive consultations with representatives of the softwood
lumber industry and governments in each of the four affected
provinces (British Columbia, Ontario, Quebec and Alberta). Differing views were expressed by stakeholders during these consultations and these views were considered prior to the Canadian
Government accepting this proposed settlement.
Cette décision, celle d’accepter le règlement proposé, a été
prise suite à de vastes consultations avec les représentants de
l’industrie canadienne du bois d’oeuvre et les gouvernements des
quatre provinces intéressées (Colombie-Britannique, Ontario,
Québec et Alberta). Ces consultations ont fait apparaître des
points de divergence entre les parties, points qui ont été pris en
considération par le Gouvernement canadien lors de sa prise de
décision.
Compliance and Enforcement
Respect et exécution
As per its mandate, the Department of Foreign Affairs and International Trade is responsible for allocating quota and issuing
export permits.
The exportation or attempted exportation of goods on the Export Control List without a permit issued by the Minister of Foreign Affairs is an offence and may lead to prosecution under the
Export and Import Permits Act.
Le ministère des Affaires étrangères et du Commerce international est responsable dans le cadre de son mandat de la délivrance des licences d’exportation.
L’exportation de biens figurant sur la Liste des marchandises
d’exportation contrôlée ou toute tentative de les exporter sans
détenir une licence délivrée par le ministre des Affaires étrangères
est une infraction pouvant donner lieu à des poursuites en vertu de
la Loi sur les licences d’exportation et d’importation.
2554
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Contact
Mr. Wayne Lee
Trade Policy Officer
Softwood Lumber Division
Export and Import Controls Bureau
125 Sussex Drive
Ottawa, Ontario
K1A 0G2
Tel.: (613) 944-9124
FAX: (613) 944-1452
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2000
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-414
Personne-ressource
M. Wayne Lee
Agent de la politique commerciale
Direction du bois d’oeuvre
Direction générale des contrôles à l’exportation et à
l’importation
125, promenade Sussex
Ottawa (Ontario)
K1A 0G2
Tél. : (613) 944-9124
TÉLÉCOPIEUR : (613) 944-1452
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2000
2555
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-415
Registration
SOR/2000-415 30 November, 2000
Enregistrement
DORS/2000-415 30 novembre 2000
MEAT INSPECTION ACT
LOI SUR L’INSPECTION DES VIANDES
Regulations Amending the Meat Inspection
Regulations, 1990
Règlement modifiant le Règlement de 1990 sur
l’inspection des viandes
P.C. 2000-1726 30 November, 2000
C.P. 2000-1726 30 novembre 2000
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Agriculture and Agri-food, pursuant to section 20a of the Meat Inspection Actb, hereby makes the
annexed Regulations Amending the Meat Inspection Regulations,
1990.
Sur recommandation du ministre de l’Agriculture et de
l’Agroalimentaire et en vertu de l’article 20a de la Loi sur
l’inspection des viandesb, Son Excellence la Gouverneure générale en conseil prend le Règlement modifiant le Règlement de
1990 sur l’inspection des viandes, ci-après.
REGULATIONS AMENDING THE MEAT
INSPECTION REGULATIONS, 1990
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT
DE 1990 SUR L’INSPECTION DES VIANDES
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1
1. Section 91 of the Meat Inspection Regulations, 1990 is
amended by striking out the word “or” at the end of paragraph (a), by adding the word “or” at the end of paragraph (b) and by adding the following after paragraph (b):
(c) prepackaged at weights over 1 kg.
2. Schedule II2 to the Regulations is replaced by the following:
1. L’article 91 du Règlement de 1990 sur l’inspection des
viandes1 est modifié par adjonction, après l’alinéa b), de ce qui
suit :
c) les produits de viande préemballés dont le poids est supérieur à 1 kg.
2. L’annexe II2 du même règlement est remplacée par ce
qui suit :
SCHEDULE II
(Section 90)
ANNEXE II
(article 90)
PERMITTED WEIGHTS FOR PREPACKAGED
MEAT PRODUCTS
POIDS AUTORISÉS POUR LES PRODUITS
DE VIANDE PRÉEMBALLÉS
Column I
Column II
Item
1.
Meat Product
Sliced bacon
2.
Sliced ready-to-eat
meat products
and potted meat
products
Sausages and sausage
meat
Permitted Weights
From 1 to 100 g in increments of 1 g, 250 g,
375 g, 500 g, 1 kg
From 1 to 100 g in increments of 1 g, 125 g,
150 g, 175 g, 200 g, 250 g, 300 g, 375 g,
400 g, 500 g, 600 g, 700 g, 900 g, 1 kg
3.
From 1 to 100 g in increments of 1 g, 125 g,
175 g, 225 g, 250 g, 300 g, 375 g, 450 g,
500 g, 600 g, 675 g, 750 g, 900 g, 1 kg
Colonne I
Colonne II
Article
Produit de viande
Poids autorisés
1.
Bacon tranché
2.
3.
De 1 g à 100 g (par tranche de 1 g), 250 g,
375 g, 500 g et 1 kg
Produits de viande
De 1 g à 100 g (par tranche de 1 g), 125 g,
tranchés prêts-à-manger 150 g, 175 g, 200 g, 250 g, 300 g, 375 g,
et terrines de produit de 400 g, 500 g, 600 g, 700 g, 900 g et 1 kg
viande
Saucisses, saucissons
De 1 g à 100 g (par tranche de 1 g), 125 g,
175 g, 225 g, 250 g, 300 g, 375 g, 450 g,
et chair à saucisse
500 g, 600 g, 675 g, 750 g, 900 g et 1 kg
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
3. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
3. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
———
———
a
a
b
1
2
S.C. 1993, c. 44, s. 184
R.S., c. 25 (1st Supp.)
SOR/90-288
SOR/93-160
2556
b
1
2
L.C. 1993, ch. 44, art. 184
L.R., ch. 25 (1er suppl.)
DORS/90-288
DORS/93-160
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-415
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du règlement.)
Description
Description
The Meat Inspection Regulations, 1990 establish standard
weights for a number of packaged meat products offered for sale
directly to consumers (prepackaged meat products). The standard
container sizes apply to meat products that are imported, packaged in registered establishments, or sold interprovincially, but
not to products that are packaged at retail for direct sale to consumers. The list of permitted weights is found in Schedule II of
the Meat Inspection Regulations, 1990.
Le Règlement de 1990 sur l’inspection des viandes établit des
normes relatives au poids pour un certain nombre de produits de
viande emballés vendus directement aux consommateurs (produits de viande préemballés). Les normes relatives au poids
s’appliquent aux produits de viande emballés dans des établissements agréés ou vendus à l’importation ou dans le commerce
interprovincial. Il ne vaut toutefois pas pour les produits emballés
chez le détaillant pour la vente directe aux consommateurs. La
liste des poids d’emballage autorisés figure à l’annexe II du Règlement de 1990 sur l’inspection des viandes.
Les poids de certains produits de viandes préemballés sont normalisés par réglementation afin de rendre la comparaison des prix
des produits plus facile pour le consommateur et de contribuer au
maintien de pratiques commerciales ordonnées.
Les poids normalisés ne s’appliquent pas aux produits de
viande qui sont préemballés en quantités aléatoires. Par conséquent, les exploitants d’établissements agréés et les importateurs
peuvent vendre aux détaillants des produits de viande dans des
emballages aux formats variés; ils offrent aux consommateurs le
même choix de quantités et de prix que leur donne l’emballage en
magasin, tout en les faisant profiter des économies liées à l’emballage centralisé. Les produits de marque nationale peuvent ainsi
être vendus aux consommateurs dans les mêmes formats que les
produits emballés en magasin.
En réponse à la demande de membres de l’industrie, l’Agence
canadienne d’inspection des aliments (ACIA) modifie l’annexe II
du Règlement de 1990 sur l’inspection des viandes en y introduisant un format de 375 g pour la catégorie du bacon en tranches.
De plus, l’ACIA simplifie l’annexe II en éliminant les poids normalisés pour les emballages de plus de 1 kg et en fusionnant la
catégorie des produits de viande tranchés prêts-à-manger et celle
de produits de viande en pot, et en regroupant les trois catégories
existantes de saucisses et de saucissons en une seule.
Standardized weights are regulated to benefit consumers by
making it easier to compare the prices of products and to contribute to the maintenance of orderly marketing practices.
Standardized weights do not apply to meat products that are
prepackaged at random weights. Therefore, importers and operators of registered establishments can offer retailers prepackaged
meat products in random sizes to give consumers the same choice
of quantity and price that is available with in-store packaging,
with the cost savings of central packaging. National brand-name
products can be offered to consumers in the same sizes of containers that are available for store-packaged products.
To address requests from members of the industry, the Canadian Food Inspection Agency (CFIA) is modifying Schedule II of
the Meat Inspection Regulations, 1990 by adding a 375 g weight
for the sliced bacon category. The CFIA is also simplifying
Schedule II by revoking standardized weights for packages over
1 kg and by merging the sliced ready-to-eat meat products category with the potted meat products category, and creating one
category for all sausages and sausage meat.
Alternatives
Solutions envisagées
Several alternatives were considered in the development of this
regulatory amendment:
1. The status quo was not considered acceptable for several
reasons.
Schedule II did not allow 375 g size packages for sliced bacon,
although that size is allowed for sliced poultry bacon-style products. Consumers, are indicating some preference for the 375 g
size of poultry bacon-style products and, as such, it was considered unfair not to allow bacon manufacturers the use of this package size.
Plusieurs solutions de rechange ont été envisagées lors de
l’élaboration de cette modification du règlement :
1. Le statu quo n’était pas jugé acceptable pour les raisons suivantes :
L’annexe II ne permettait pas l’utilisation d’emballages de
375 g pour la catégorie du bacon en tranches même si ce format
était autorisé pour les produits de volaille tranchés de type bacon.
Or les consommateurs montrent, par leurs choix, une préférence
pour l’emballage de 375 g de produits de volaille tranchés de type
bacon. Il serait donc injuste de ne pas permettre aux fabricants de
bacon d’utiliser aussi ce format pratique d’emballage.
La normalisation des formats d’emballages de plus de 1 kg
pour les produits de la viande n’est pas jugée essentielle au maintien de pratiques commerciales ordonnées. Qui plus est, elle empêche la création de nouveaux formats qui correspondraient
mieux aux besoins des consommateurs.
Standardization of prepackaged meat products weighing over
1 kg is not viewed as essential for maintaining orderly marketing
practices, and limits the development of new package sizes and
formats that would meet changing consumer needs.
2557
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-415
Finally, with six categories, including three for sausages and
sausage meat, the previous standard weights for prepackaged
meat products was confusing to some stakeholders and represented administrative and enforcement challenges for the CFIA.
2. Revocation of the weights standard for prepackaged meat
products was discussed during the 1992 Regulatory Review and
again in the recent past. This option was not considered a practical alternative because a number of industry stakeholders rely on
these standards to maintain orderly marketing practices. Furthermore, these standards are still of some benefit to consumers by
making it easier to compare product prices, especially where unit
pricing is not made available at retail.
3. Replacing the sliced bacon category in Schedule II with a
category that would include all sliced bacon and sliced baconstyle products (i.e. sliced poultry bacon-style), while maintaining
the current permitted weights for sliced bacon that do not allow
for a 125 g, a 175 g and a 375 g package, was not considered a
viable option. Under Schedule II, sliced poultry bacon-style products fall under the sliced ready-to-eat meat products category and
can, therefore, be packaged in 125 g, 175 g and 375 g sizes in
addition to the package sizes allowed for sliced bacon. Sliced
poultry bacon-style products are sold principally in the 375 g
package size and are well accepted by consumers. Elimination of
the 125 g, 175 g and 375 g size packages would result in added
cost to the poultry industry and would upset the competitive balance between pork and poultry products. The replacement of the
sliced bacon category with a category that would include all
sliced bacon and bacon-style products would have been acceptable to the poultry industry only if the new category included all
the permitted weights currently allowed for the sliced ready-to-eat
meat products category. This would have meant allowing package
sizes of 125 g and 175 g for sliced bacon, in addition to the 375 g
package size. Considering that the requests to amend Schedule II
were limited to the addition of a 375 g package size for sliced
bacon, this option was not considered acceptable at this time.
4. The better alternative is to modify Schedule II by adding a
375 g weight for sliced bacon and to simplify the schedule by
revoking standardized weights for packages over 1 kg, by merging the sliced ready-to-eat meat products category with the potted
meat products category, and by merging the 3 categories for sausages into one. These changes reduce the number of categories in
Schedule II from six to three.
The following new permitted weights result from the merging
of the sliced ready-to-eat meat products category with the potted
meat products category, and merging the 3 categories for sausages:
• 2 new package sizes for potted meat products (125 g,
175 g);
• 7 new package sizes for sliced ready-to-eat meat products
(150 g, 200 g, 300 g, 400 g, 600 g, 700 g, 900 g);
• 4 new package sizes for smoked or cooked sausages other
than wieners (225 g, 450 g, 675 g, 900 g);
• 5 new package sizes for wieners (125 g, 175 g, 250 g,
600 g, 750 g); and
2558
Enfin, avec ses six catégories, dont trois uniquement pour les
saucisses et la chair à saucisses, la norme précédente relative aux
poids autorisés des produits carnés préemballés était déroutante
pour certains intervenants, sans compter qu’elle représentait un
défi administratif et d’application pour l’ACIA.
2. L’annulation de la norme relative aux poids autorisés des
produits de viande préemballés a fait l’objet de discussions lors
de l’examen de la réglementation de 1992 et encore récemment.
Cette option n’était pas considérée pratique, notamment par un
certain nombre d’intervenants de l’industrie qui s’appuient sur ces
normes pour maintenir l’ordre dans les pratiques commerciales.
Ces normes permettent en outre au consommateur de comparer
plus facilement les prix des produits entre eux, en particulier lorsque le prix à l’unité n’est fourni.
3. On a aussi jugé qu’il ne serait pas viable de remplacer dans
l’annexe II la catégorie du bacon tranché par une autre qui comprendrait tous les produits tranchés tels que le bacon et les produits de type bacon (p. ex. le poulet tranché de type bacon), tout
en maintenant les poids autorisés en cours pour le bacon, qui ne
permettent pas des emballages de 125 g, de 175 g et de 375 g. Au
sens de l’annexe II, les produits de volaille tranchés de type bacon
sont classés dans la catégorie des produits de viande tranchés
prêts-à-manger et, de ce fait, peuvent être emballés dans des formats de 125 g, de 175 g et de 375 g, en plus des autres formats
autorisés pour le bacon tranché. Les produits de volaille tranchés
de type bacon sont surtout vendus dans des emballages de 375 g
et sont bien acceptés par les consommateurs. L’élimination des
emballages de 125 g, de 175 g et de 375 g entraînerait des coûts
supplémentaires pour l’industrie avicole et menacerait l’équilibre
concurrentiel existant entre les produits du porc et de la volaille.
Le remplacement de l’actuelle catégorie du bacon tranché par une
catégorie qui inclurait tous les produits de viande tranchés, dont le
bacon et les produits de type bacon, aurait été bien accueilli par
l’industrie de la volaille, à la condition que la nouvelle catégorie
eût inclus tous les poids présentement autorisés pour l’emballage
des produits de viande tranchés prêts-à-manger. Un tel changement aurait mené à l’autorisation des formats de 125 g et de 175 g
pour le bacon en tranches, en plus du format de 375 g. Toutefois,
étant donné que les demandes de modification de l’annexe II se
limitaient à l’ajout d’un emballage de 375 g pour le bacon tranché, cette option n’est pas jugée acceptable pour l’instant.
4. La meilleure solution consiste à modifier l’annexe II, en
ajoutant un poids de 375 g pour l’emballage du bacon tranché, et
à la simplifier, en retranchant d’une part les poids normalisés pour
les emballages de plus de 1 kg et en fusionnant d’autre part la
catégorie des produits tranchés prêts-à-manger et celle des produits de viande en pot, puis en regroupant les trois catégories des
saucisses et saucissons en une seule. Ces changements ramèneraient de six à trois le nombre de catégories visées par l’annexe II.
La fusion de la catégorie des produits de viande tranchés prêtsà-manger et celle des produits de viande en pot et le regroupement des trois catégories de saucisses résultent en :
• 2 nouveaux formats pour l’emballage des produits de
viande en pot (125 g et 175 g);
• 7 nouveaux formats pour l’emballage des produits de
viande tranchés prêts-à-manger (150 g, 200 g, 300 g, 400 g,
600 g, 700 g et 900 g);
• 4 nouveaux formats pour l’emballage des saucisses et saucissons fumés ou cuits autres que les saucisses fumées
(225 g, 450 g, 675 g et 900 g);
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
•
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-415
8 new package sizes for unpreserved sausages and sausage
meat (125 g, 175 g, 225 g, 300 g, 450 g, 600 g, 675 g,
900 g).
The new category referred to as sausage and sausage meat includes all sausages (fresh, cooked, preserved, fermented, dehydrated, etc.) and sausage meat. As mentioned, standardized
weights prescribed in Schedule II do not apply to products that
are prepackaged in random weights, and this exemption is not
affected by this amendment.
•
5 nouveaux formats pour l’emballage des saucisses fumées
(125 g, 175 g, 250 g, 600 g et 750 g);
• 8 nouveaux formats pour l’emballage des saucisses non
conservées et de la chair à saucisses (125 g, 175 g, 225 g,
300 g, 450 g, 600 g, 675 g et 900 g).
La nouvelle catégorie désignée comme catégorie des saucisses,
saucissons et de la chair à saucisses, inclue toutes les formes de
saucisses et de saucissons (cuits, non cuits, en conserve, fermentés, déshydratés, etc.) ainsi que la chair à saucisses. Comme nous
l’avons souligné plus haut, les poids normalisés établis par l’annexe II ne s’appliquent pas aux produits préemballés en quantités
aléatoires. Par conséquent, cette exemption n’est pas touchée par
la modification.
Benefits and Costs
Avantages et coûts
The creation of a 375 g package for sliced bacon will permit
competition between sliced bacon and sliced poultry bacon-style
products. Sliced bacon manufacturers will now have the opportunity to market their product in this package size.
Manufacturers wishing to market their products in new permitted weights will have to bear the costs usually associated with
the development of new products.
La création d’un emballage de 375 g pour le bacon tranché rétablie l’équilibre entre deux produits en concurrence sur le marché : le bacon tranché et les produits de volaille tranchés de type
bacon. Les fabricants de bacon ont dorénavant la possibilité de
mettre aussi leur produit en marché dans un format pratique.
Ce nouveau format permet aux consommateurs d’acheter ce
produit en une quantité qui convient bien mieux à une famille peu
nombreuse. Cette mesure devrait réduire le gaspillage et, par le
fait même, constituer une épargne pour le consommateur.
La fusion de catégories simplifie l’administration et l’application du règlement. Les exploitants et importateurs peuvent dorénavant augmenter leur gamme de formats pour le préemballage
des saucisses, des saucissons, de la chair à saucisses, des produits
de viande tranchés prêts-à-manger ainsi que des produits de
viande en pot, pour mieux satisfaire aux besoins de la clientèle.
La déréglementation des poids normalisés pour les emballages
de plus de 1 kg aidera l’industrie du traitement de la viande à
mieux satisfaire aux exigences des consommateurs en laissant les
forces du marché établir elles-mêmes les formats d’emballage
appropriés.
Les fabricants désireux de commercialiser leurs produits dans
les formats nouvellement autorisés auront à absorber les coûts
habituels liés à la mise au point de nouveaux produits.
Consultation
Consultations
Discussion documents dated June 25 and July 20, 1999, along
with the proposed amendments, were distributed to the Canadian
Poultry and Egg Processors Council (CPEPC), the Further Poultry Processors Association of Canada (FPPAC), the Canadian
Meat Council (CMC), the Food Institute of Canada (FIC) and the
Consumers Association of Canada (CAC).
Les documents de travail des 25 juin et 20 juillet 1999, ainsi
que les modifications proposées ont été transmis au Conseil canadien des transformateurs d’oeufs et de volailles (CCTOV), à l’Association canadienne des transformateurs de volailles (ACTV), au
Conseil des viandes du Canada (CVC), à l’Institut des aliments du
Canada (IAC) et à l’Association des consommateurs du Canada
(ACC).
Le CCTOV, l’ACTV, l’IAC et l’ACC appuient l’introduction
d’un format de 375 g pour l’emballage du bacon tranché ou ne s’y
opposent pas. Pour sa part, le CVC reste neutre en raison d’un
manque de consensus parmi ses membres. Quelques fabricants de
bacon tranché sont opposés à la création d’un emballage de 375 g
parce qu’ils croient que les consommateurs préféreront ce format
à celui de 500 g et que ceci aura comme conséquence une diminution globale de la consommation de bacon tranché.
Le CCTOV, l’ACTV et le CVC appuient la fusion des catégories de produits de viande tranchés prêts-à-manger et de produits
de viande en pot, de même que celle des trois catégories de saucisses et saucissons. L’IAC et l’ACC ne nous ont pas encore
fourni de commentaires sur cette partie du projet.
The creation of a 375 g package for sliced bacon provides consumers with the choice of purchasing the product in a size format
that may be better suited to the needs of small families. This
should reduce product waste and, therefore, cost to the consumer.
The merging of categories simplifies the administration and enforcement of the Regulations. Operators and importers now have
the opportunity to increase the choice of sizes of containers for
prepackaged sausages, sausage meat, sliced ready-to-eat and potted meat products to better meet consumer needs.
Deregulating standardized weights for packages over 1 kg will
help the meat processing industry better meet consumer demands
by allowing market forces to determine larger package sizes.
The CPEPC, the FPPAC, the FIC and the CAC either support
or do not object to the creation of a 375 g package size for sliced
bacon. The CMC remains neutral as its members have not
reached a consensus. Some manufacturers of sliced bacon are
opposed to the creation of a 375 g package because they believe
consumers will prefer that package size to the existing 500 g
package and that this will result in an overall decrease in consumption of sliced bacon.
The CPEPC, the FPPAC and the CMC support the merging of
the sliced ready-to-eat meat products category with the potted
meat products category, and the merging of the existing three
categories for sausages into one. To date no comments have been
received on this part of the proposal from the FIC or the CAC.
2559
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-415
The CPEPC and the FPPAC agree to the simplification of the
Regulations by revoking standardized weights for packages over
1 kg for all categories of meat products covered by Schedule II.
The CMC supports the revocation of standardized weights for
packages of sliced bacon weighing over 1 kg. While the large
majority of CMC members support the revocation of standardized
weights for packages over 1 kg for all categories of meat products
covered by Schedule II, some members are concerned that this
change could lead to the proliferation of package sizes causing
confusion in the marketplace. As of this date, no comments have
been received on this part of the proposal from the FIC or the
CAC.
The February 12, 2000 publication of the proposed schedule of
amendments, in the Canada Gazette, Part I, resulted in a total of
ten responses.
Seven of these responses came from operators of meat processing establishments registered under the Meat Inspection
Regulations, 1990. Three operators supported the proposed
amendments and three opposed the creation of a 375 g package
size for sliced bacon. One was opposed to the creation of a 375 g
package size for sliced bacon and to the revocation of standardized weights for packages over 1 kg, but supported the other proposed amendments.
The FPPAC, FIC and CMC also provided written comments in
response to the publication in the Canada Gazette, Part I. The
comments received from these associations were essentially the
ones received in response to the June 25 and July 20, 1999 discussion documents.
Le CCTOV et l’ACTV sont d’accord avec une simplification
du règlement qui éliminerait les poids normalisés pour les emballages de plus de 1 kg dans toutes les catégories de produits de
viande visées par l’annexe II. Le CVC appuie le retrait des poids
normalisés pour les emballages de bacon tranché de plus de 1 kg.
Bien que la majorité des membres du CVC soient en faveur de
l’élimination des poids normalisés pour les emballages de plus de
1 kg dans toutes les catégories de produits de viande visées par
l’annexe II, certains craignent qu’une telle mesure n’ouvre la
porte toute grande à une prolifération d’emballages de toutes
tailles, qui entraînerait la confusion dans le marché de consommation. À ce jour, nous n’avons reçu aucun commentaire sur cette
partie du projet de la part de l’IAC et du CVC.
Suite à la publication le 12 février 2000 de la liste des modifications proposées dans la Gazette du Canada Partie I, nous avons
reçu au total dix réponses.
Sept des réponses provenaient d’exploitants d’établissements
de transformation de la viande agréés en vertu du Règlement de
1990 sur l’inspection des viandes. Trois exploitants appuyaient
les modifications proposées, trois s’opposaient à l’introduction
d’un emballage de 375 g pour le bacon tranché. Un dernier
s’opposait à l’emballage de 375 g pour le bacon tranché et au
retrait des poids normalisés pour les emballages de plus de 1 kg,
mais appuyait les autres modifications proposées.
L’ACTV, l’IAC et le CVC ont également formulé des commentaires écrits en réponse à la publication des modifications
dans la Gazette du Canada Partie I. Les commentaires formulés
par ces associations correspondaient essentiellement à ceux qu’elles avaient faits en réponse aux documents de travail des 25 juin
et 20 juillet 1999.
Compliance and Enforcement
Respect et exécution
There are no particular compliance or enforcement issues.
Compliance will be monitored by ongoing domestic and import
inspection programs.
Le règlement ne présente aucun problème particulier en ce qui
a trait à la conformité et à l’application. La conformité sera surveillée par le biais de programmes permanents d’inspection sur le
marché intérieur et à l’importation.
Les mesures courantes de conformité et d’application demeurent inchangées. Les services d’inspection seront assurés par
l’Agence canadienne d’inspection des aliments, et l’application
de la Loi et du Règlement de 1990 sur l’inspection des viandes se
fera de la façon habituelle. Les mesures prévues par le règlement
en cas de non-conformité peuvent aller de l’avertissement, à la
retenue ou la confiscation, voire même jusqu’à l’annulation de
l’agrément d’exploitant.
There are no changes to the current compliance and enforcement measures. Inspection services will be provided by the CFIA
and the Meat Inspection Act and Regulations will be enforced in
the usual manner. In the event of non-compliance, actions could
range from the provision of warnings, product detention or seizure, up to and including the cancellation of a licence to operate.
Contact
Dr. M.F. Baker, Director
Food of Animal Origin Division
Canadian Food Inspection Agency
59 Camelot Drive
Nepean, Ontario
K1A 0Y9
Tel.: (613) 228-6696, ext. 4010
FAX: (613) 228-6636
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2000
2560
Personne-ressource
Dr M.F. Baker, Directeur
Division des aliments d’origine animale
Agence canadienne d’inspection des aliments
59, promenade Camelot
Nepean (Ontario)
K1A 0Y9
Tél. : (613) 228-6696, poste 4010
TÉLÉCOPIEUR : (613) 228-6636
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2000
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-416
Registration
SOR/2000-416 30 November, 2000
Enregistrement
DORS/2000-416 30 novembre 2000
HEALTH OF ANIMALS ACT
LOI SUR LA SANTÉ DES ANIMAUX
Regulations Amending the Health of Animals
Regulations
Règlement modifiant le Règlement sur la santé des
animaux
P.C. 2000-1727 30 November, 2000
C.P. 2000-1727 30 novembre 2000
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Agriculture and Agri-Food, pursuant to subsection 64(1)a of the Health of Animals Actb, hereby
makes the annexed Regulations Amending the Health of Animals
Regulations.
Sur recommandation du ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire et en vertu du paragraphe 64(1)a de la Loi sur la santé
des animauxb, Son Excellence la Gouverneure générale en conseil
prend le Règlement modifiant le Règlement sur la santé des animaux, ci-après.
REGULATIONS AMENDING THE HEALTH
OF ANIMALS REGULATIONS
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT
SUR LA SANTÉ DES ANIMAUX
AMENDMENT
MODIFICATION
1
1. The Health of Animals Regulations are amended by
adding the following after section 171:
1. Le Règlement sur la santé des animaux1 est modifié par
adjonction, après l’article 171, de ce qui suit :
PART XV
PARTIE XV
ANIMAL IDENTIFICATION
IDENTIFICATION DES ANIMAUX
Interpretation
Définitions
172. The definitions in this section apply in this Part.
“administrator” means a person with whom the Minister has entered into an agreement, under section 34 of the Act, under
which the person is to administer a national identification program for animals. (administrateur)
“animal” means an animal, other than an embryo or a fertilized
egg, of the species Bos taurus or Bos indicus or the subspecies
Bison bison bison, Bison bison athabascae or Bison bison
bonasus. (animal)
“approved tag” means a tag, chip or other indicator approved by
the Minister under subsection 173(1). (étiquette approuvée)
“farm of origin” means the farm or ranch where the animal was
born — or the first farm or ranch to which the animal was
moved after its birth if it was born at a place other than a farm
or ranch, — including all areas of land, and buildings and other
structures on those areas, that are used under one management
for breeding or raising animals except any of those areas where
the animal may be commingled with animals that are from another farm or ranch. (ferme d’origine)
“farm or ranch” includes a feed lot, a breeding herd and an artificial insemination unit. (ferme ou ranch)
172. Les définitions qui suivent s’appliquent à la présente partie.
« administrateur » Personne avec qui le ministre conclut un accord, aux termes de l’article 34 de la Loi, pour l’administration
d’un programme national d’identification des animaux. (administrator)
« animal » Animal, autre qu’un embryon ou un oeuf fécondé, des
espèces Bos taurus ou Bos indicus ou des sous-espèces Bison
bison bison, Bison bison athabascae ou Bison bison bonasus.
(animal)
« étiquette approuvée » Étiquette, puce ou autre indicateur approuvé par le ministre aux termes du paragraphe 173(1). (approved tag)
« ferme d’origine » La ferme ou le ranch où est né un animal
ou la première ferme ou le premier ranch qui accueille un animal né hors d’une ferme ou d’un ranch \FRPSULVWRXWWHUUDLQ
et tout bâtiment et autre ouvrage qui y sont érigés et qui servent, sous une seule direction, à la sélection ou à l’élevage des
animaux, sauf ceux où l’animal peut être mêlé à des animaux
provenant d’une autre ferme ou d’un autre ranch. (farm of origin)
« ferme ou ranch » S’entend notamment d’un troupeau d’élevage,
d’un parc d’engraissement et d’un centre d’insémination artificielle. (farm or ranch)
———
———
a
a
b
1
S.C. 1993, c. 34, s. 76
S.C. 1990, c. 21
C.R.C., c. 296; SOR/91-525
b
1
L.C. 1993, ch. 34, art. 76
L.C. 1990, ch. 21
C.R.C., ch. 296; DORS/91-525
2561
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-416
Approval and Issuance of Tags
Approbation et délivrance des étiquettes
173. (1) The Minister may approve a tag, chip or other indicator for the identification of an animal, or the carcass of an animal,
for the purposes of this Part.
(2) In applying subsection (1), the Minister shall take into account whether
(a) the tag, chip or other indicator bears a unique identification
number;
(b) the tag, chip or other indicator may not readily be altered or
otherwise tampered with;
(c) the tag, chip or other indicator is difficult to counterfeit;
(d) the identification number on the tag, chip or other indicator
is easily and reliably readable; and
(e) the tag, chip or other indicator is designed to be retained by
any animal to which it may be applied.
174. (1) At the request of the operator of a farm, ranch or auction barn, the administrator may issue approved tags or cause
them to be issued, for the purpose of identifying animals on that
farm or ranch or in that auction barn.
(2) At the request of an importer of animals, the administrator
may issue approved tags or cause them to be issued, for the purpose of identifying the imported animals.
173. (1) Le ministre peut approuver une étiquette, une puce ou
un autre indicateur servant à l’identification des animaux ou des
carcasses d’animaux pour l’application de la présente partie.
(2) Pour l’application du paragraphe (1), le ministre prend en
considération les critères suivants :
a) l’étiquette, la puce ou l’indicateur porte un numéro d’identification qui lui est unique;
b) l’étiquette, la puce ou l’indicateur ne peut être facilement
modifié ou autrement falsifié;
c) l’étiquette, la puce ou l’indicateur ne peut être facilement
contrefait;
d) le numéro d’identification peut être lu facilement et correctement;
e) l’étiquette, la puce ou l’indicateur est conçu de manière à
rester en place sur l’animal sur lequel il est apposé.
174. (1) À la demande de l’exploitant d’une ferme, d’un ranch
ou d’une salle d’encan, l’administrateur peut délivrer ou faire
délivrer des étiquettes approuvées pour l’identification des animaux qui s’y trouvent.
(2) À la demande d’un importateur d’animaux, l’administrateur
peut délivrer ou faire délivrer des étiquettes approuvées pour les
animaux à être importés.
Identification Requirement
Identification obligatoire
175. (1) Except as otherwise provided in this Part, every person
who owns an animal or has the possession, care or control of it
shall ensure that it is identified by an approved tag applied to it
before it is moved from its farm of origin.
(2) Except as otherwise provided in this Part, the animal shall
bear that approved tag at all times after the animal is removed
from its farm of origin.
175. (1) Sauf disposition contraire de la présente partie, quiconque est propriétaire ou a la garde, la possession ou la charge
des soins d’un animal doit veiller à ce que celui-ci soit identifié
au moyen d’une étiquette approuvée avant qu’il ne quitte sa ferme
d’origine.
(2) Sauf disposition contraire de la présente partie, tout animal
qui a quitté sa ferme d’origine doit porter à tout moment son étiquette approuvée.
Prohibitions
Interdictions
176. (1) Subject to section 183, no person shall remove, or
cause the removal of, an animal from its farm of origin unless the
animal bears an approved tag.
(2) Subject to section 183, no person shall remove, or cause the
removal of, an animal from a farm or ranch other than its farm of
origin unless the animal bears an approved tag.
177. (1) Subject to section 183 and subsection 184(2), no person shall transport, or cause the transportation of, an animal that
does not bear an approved tag.
(2) Subject to section 183 and subsection 184(2), no person
shall receive, or cause the reception of, an animal that does not
bear an approved tag.
178. (1) Subject to section 183, no person shall apply, or cause
the application of, an approved tag issued under subsection 174(1) to an animal or the carcass of an animal that is not on
the farm or ranch, or in the auction barn, for which the approved
tag was issued.
(2) No person shall apply, or cause the application of, an approved tag issued to an importer under subsection 174(2) to an
animal that has not been imported by the importer.
179. Except as authorized under paragraph 186(1)(a), 187(1)(a)
or 188(1)(a), no person shall remove an approved tag, or cause an
approved tag to be removed, from an animal or the carcass of an
animal.
176. (1) Sous réserve de l’article 183, nul ne peut retirer ou
faire retirer un animal de sa ferme d’origine à moins que l’animal
ne porte une étiquette approuvée.
(2) Sous réserve de l’article 183, nul ne peut retirer ou faire retirer un animal de toute ferme ou tout ranch, autre que sa ferme
d’origine, à moins que l’animal ne porte une étiquette approuvée.
177. (1) Sous réserve de l’article 183 et du paragraphe 184(2),
nul ne peut transporter ou faire transporter un animal qui ne porte
pas une étiquette approuvée.
(2) Sous réserve de l’article 183 et du paragraphe 184(2), nul
ne peut réceptionner ou faire réceptionner un animal qui ne porte
pas une étiquette approuvée.
178. (1) Sous réserve de l’article 183, nul ne peut apposer ou
faire apposer une étiquette approuvée délivrée aux termes du paragraphe 174(1) sur un animal ou une carcasse qui ne se trouve
pas à la ferme, au ranch ou à la salle d’encan pour lequel l’étiquette a été délivrée.
(2) Nul ne peut apposer ou faire apposer une étiquette approuvée délivrée à un importateur aux termes du paragraphe 174(2)
sur un animal qui n’a pas été importé par cette personne.
179. Sauf dans les cas prévus aux alinéas 186(1)a), 187(1)a)
et 188(1)a), nul ne peut enlever ou faire enlever l’étiquette
approuvée d’un animal ou d’une carcasse d’animal.
2562
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-416
180. No person shall apply, or cause the application of, an approved tag from an animal or the carcass of an animal to another
animal or the carcass of another animal.
181. No person shall alter an approved tag to change its identification number or to make the identification number unreadable.
182. No person shall make, sell or provide a tag, chip or other
indicator that so closely resembles an approved tag that it is likely
to be mistaken for one.
180. Nul ne peut apposer ou faire apposer sur un animal ou une
carcasse d’animal l’étiquette approuvée d’un autre animal ou
d’une autre carcasse.
181. Nul ne peut modifier une étiquette approuvée de façon à
en changer le numéro d’identification ou à le rendre illisible.
182. Nul ne peut fabriquer, vendre ou fournir une étiquette, une
puce ou un autre indicateur qui ressemble à une étiquette approuvée à s’y méprendre.
Tagging Site, Community Pasture, Exhibition Site,
Test Station or Veterinary Clinic
Station d’étiquetage, pâturage commun, site d’exposition,
station d’épreuves ou clinique vétérinaire
183. (1) Subject to subsection (5), an animal may be moved
from its farm of origin, without having an approved tag applied to
it, to a site for the purpose of having an approved tag applied to
the animal at that site if
(a) the person who manages the site has previously provided
the administrator with a statement containing the name and address of the site and an undertaking that the person will comply
with the requirements of paragraphs (c) to (e);
(b) the animal is accompanied by an approved tag issued to the
operator of the farm of origin for the purpose of subsection 174(1);
(c) the animal is not mixed with any other person’s animals that
do not bear approved tags;
(d) the approved tag referred to in paragraph (b) is applied to
the animal immediately after it is received at the site; and
(e) the person who manages the site keeps records, and makes
them available to the administrator on request, of enough information about the origin of the animals received there to enable their origin to be traced, including
(i) the names and addresses of the owners or persons having
the possession, care or control of the animals when they are
brought to the site,
(ii) the dates when the animals are brought to the site, and
(iii) the numbers of the approved tags that are applied to the
animals and the dates when the approved tags are applied to
the animals.
183. (1) Sous réserve du paragraphe (5), un animal ne portant
pas d’étiquette approuvée peut être déplacé de sa ferme d’origine
à une installation pour qu’une telle étiquette lui soit apposée, si
les conditions suivantes sont réunies :
a) la personne chargée de la gestion de l’installation a préalablement transmis à l’administrateur une déclaration portant les
nom et adresse de l’installation ainsi qu’un engagement de sa
part de se conformer aux alinéas c) à e);
b) l’animal est accompagné d’une étiquette approuvée délivrée
à l’exploitant de la ferme d’origine aux termes du paragraphe 174(1);
c) l’animal n’entre pas en contact avec des animaux appartenant à une autre personne qui ne portent pas d’étiquette approuvée;
d) l’étiquette approuvée visée à l’alinéa b) est apposée à
l’animal immédiatement après sa réception à l’installation;
e) la personne chargée de la gestion de l’installation tient un
registre, qu’elle doit fournir à l’administrateur à sa demande,
contenant suffisamment de renseignements pour que l’origine
de l’animal puisse être établie, notamment les renseignements
suivants :
(i) les nom et adresse du propriétaire de l’animal ou de la
personne qui en a la possession, la garde ou la charge des
soins au moment où il est amené à l’installation,
(ii) la date où l’animal est amené à l’installation,
(iii) le numéro de l’étiquette approuvée apposée sur l’animal
ainsi que la date d’apposition.
(2) Sous réserve du paragraphe (6), un animal peut être déplacé
de sa ferme d’origine à un pâturage commun, à un site
d’exposition, à une station d’épreuves ou à une clinique vétérinaire sans porter d’étiquette approuvée, si les conditions suivantes
sont réunies :
a) la personne chargée de la gestion du pâturage, du site, de la
station ou de la clinique a préalablement transmis à l’administrateur une déclaration portant les nom et adresse du pâturage,
du site, de la station ou de la clinique, ainsi qu’un engagement
de sa part de se conformer à l’alinéa b);
b) la personne tient un registre, qu’elle doit fournir à l’administrateur à sa demande, contenant suffisamment de renseignements pour que l’origine de l’animal puisse être établie, notamment les renseignements suivants :
(i) les nom et adresse du propriétaire de l’animal ou de la
personne qui en a la garde, la possession ou la charge des
soins au moment où il est amené au pâturage, au site, à la
station ou à la clinique,
(ii) la date où l’animal est amené au pâturage, au site, à la
station ou à la clinique,
(2) Subject to subsection (6), an animal may be moved from its
farm of origin, without having an approved tag applied to it, to a
community pasture, exhibition site, test station or veterinary
clinic if
(a) the person who manages the community pasture, exhibition
site, test station or veterinary clinic has previously provided the
administrator with a statement containing the name and address
of the community pasture, exhibition site, test station or veterinary clinic and an undertaking that the person will comply with
the requirements of paragraph (b);
(b) the person who manages the community pasture, exhibition
site, test station or veterinary clinic keeps records, and makes
them available to the administrator on request, of enough information about the origin of the animals received there to enable their origin to be traced, including
(i) the names and addresses of the owners or persons having
the possession, care or control of the animals when they are
brought to the community pasture, exhibition site, test station or veterinary clinic,
(ii) the dates when the animals are brought to the community
pasture, exhibition site, test station or veterinary clinic,
2563
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-416
(iii) the dates when the animals are removed from the community pasture, exhibition site, test station or veterinary
clinic,
(iv) the names and addresses of the owners or persons having the possession, care or control of the animals when they
are removed from the community pasture, exhibition site,
test station or veterinary clinic, and
(v) the numbers of any approved tags that are applied to the
animals at the community pasture, exhibition site, test station
or veterinary clinic and the dates when the approved tags are
applied to the animals; and
(c) the animal is returned to its farm of origin at the end of the
grazing season, exhibition, test or veterinary evaluation, as the
case may be, or an approved tag for the animal’s farm of origin
is applied to the animal before it is removed from the community pasture, exhibition site, test station or veterinary clinic.
(3) Every person who gives an undertaking referred to in paragraph (1)(a) to comply with the requirements of paragraphs (1)(c)
to (e) shall comply with those requirements.
(4) Every person who gives an undertaking referred to in paragraph (2)(a) to comply with the requirements of paragraph (2)(b)
shall comply with those requirements.
(5) If a person fails to comply with subsection (3), the Minister
may order the person not to receive any animals at a site under
subsection (1) for the purpose of applying approved tags to them
at that site.
(6) If a person fails to comply with subsection (4), the Minister
may order the person not to receive any animals at a community
pasture, exhibition site, test station or veterinary clinic unless the
animals have approved tags applied to them.
(7) An order issued under subsection (5) or (6) is effective for
the period specified in the order.
(8) A person who receives an order under subsection (5) or (6)
shall comply with it.
(9) The Minister shall not issue an order to a person under subsection (5) or (6) unless
(a) a notice has been delivered to the person
(i) informing the person that the Minister proposes to issue
the order, and
(ii) identifying the requirement that the person has not complied with; and
(b) the person has been given an opportunity to be heard in respect of the non-compliance within the period specified in the
notice.
(10) The Minister shall have the notice published in a newspaper of general circulation in the community where the site referred to in subsection (1) or the community pasture, exhibition
site, test station or veterinary clinic, as the case may be, is located.
(iii) la date où l’animal quitte le pâturage, le site, la station
ou la clinique,
(iv) les nom et adresse du propriétaire de l’animal ou de la
personne qui en a la garde, la possession ou la charge des
soins au moment où il quitte le pâturage, le site, la station ou
la clinique,
(v) le cas échéant, le numéro de l’étiquette approuvée apposée sur l’animal au pâturage, au site, à la station ou à la clinique, ainsi que la date d’apposition;
c) l’animal est ramené à sa ferme d’origine à la fin de la saison
de pâturage, de l’exposition, de l’épreuve ou de l’évaluation
vétérinaire ou une étiquette approuvée délivrée pour sa ferme
d’origine lui est apposée avant qu’il ne quitte le pâturage, le
site, la station ou la clinique.
(3) Toute personne qui s’engage aux termes de l’alinéa (1)a) à
se conformer aux exigences des alinéas (1)c) à e) doit se conformer à ces exigences.
(4) Toute personne qui s’engage aux termes de l’alinéa (2)a) à
se conformer aux exigences de l’alinéa (2)b) doit se conformer à
ces exigences.
(5) Si une personne ne se conforme pas au paragraphe (3), le
ministre peut lui ordonner de cesser de recevoir des animaux à
son installation en vue de les étiqueter.
(6) Si une personne ne se conforme pas au paragraphe (4), le
ministre peut lui ordonner de cesser de recevoir des animaux au
pâturage commun, au site d’exposition, à la station d’épreuves ou
à la clinique vétérinaire, à moins qu’ils ne portent une étiquette
approuvée.
(7) L’ordre donné en vertu des paragraphes (5) ou (6) est en vigueur durant la période qui y est indiquée.
(8) Toute personne visée par un ordre donné en vertu des paragraphes (5) ou (6) doit s’y conformer.
(9) Le ministre ne donne un ordre aux termes des paragraphes (5) ou (6) que si les conditions suivantes sont réunies :
a) un avis, contenant les renseignements suivants, a été remis à
la personne en cause :
(i) une déclaration portant que le ministre se propose de
donner un ordre,
(ii) l’exigence à laquelle la personne ne s’est pas conformée;
b) la personne a eu la possibilité de se faire entendre au sujet
des faits reprochés avant l’expiration du délai indiqué dans
l’avis.
(10) Le ministre doit faire publier l’avis dans une publication à
grand tirage de la localité où est situé l’installation visée au paragraphe (1) ou le pâturage commun, le site d’exposition, la station
d’épreuves ou la clinique vétérinaire, selon le cas.
Loss of an Approved Tag
Perte de l’étiquette approuvée
184. (1) Subject to subsections (2) and (3), if an animal loses
its approved tag, every person who owns or has the possession,
care or control of the animal, other than as the operator of an auction barn, shall immediately apply a new approved tag to it.
184. (1) Sous réserve des paragraphes (2) et (3), si un animal
perd son étiquette approuvée, toute personne qui en est le propriétaire ou qui en a la garde, la possession ou la charge des soins,
autrement qu’à titre d’exploitant d’une salle d’encan, doit immédiatement lui en apposer une nouvelle.
2564
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-416
(2) Subject to subsection (3), an animal that loses its approved
tag while being transported may continue to be transported until it
reaches the next place at which it is unloaded, and it may be received at that place, if
(a) in the case of any place other than an auction barn, a new
approved tag is applied to the animal immediately after it is received at that place; and
(b) in the case of an auction barn, the operator of the auction
barn keeps a record of enough information about the origin and
subsequent destination of the animal to enable the origin and
subsequent destination to be traced, including, if it is known by
the operator,
(i) the name and address of the owner or person having the
possession, care or control of the animal when it was brought
to the auction barn and the date when it was brought to the
auction barn, and
(ii) the name and address of the owner or person having the
possession, care or control of the animal when it was removed from the auction barn and the date when it was removed from the auction barn.
(3) An animal that loses its approved tag on the way to an abattoir does not have to have a new approved tag applied to it if
(a) it is slaughtered at the abattoir;
(b) the person who operates the abattoir keeps a record of
enough information about the origin of the animal to enable the
origin to be traced, including, if it is known by that person,
(i) the number of the approved tag that was lost and, in the
case of an animal to which more than one approved tag had
been applied since the animal’s birth, the numbers of all of
them,
(ii) the name and address of the owner or person having the
possession, care or control of the animal when it was brought
to the abattoir and the date when it was brought to the abattoir, and
(iii) the identification of the conveyance that brought the
animal to the abattoir; and
(c) the person who operates the abattoir reports to the administrator, within 30 days after the animal is slaughtered, the information that the person is required by paragraph (b) to record
in respect of the animal.
185. (1) Every person who applies, or causes the application of,
a new approved tag to an animal or the carcass of an animal shall
keep a record of
(a) the number of the new approved tag; and
(b) enough information about the origin of the animal or the
carcass to enable the origin to be traced, including, if it is
known by that person,
(i) the number of the approved tag that was previously applied to the animal or carcass and, in the case of an animal or
carcass to which more than one approved tag has been applied since the animal’s birth, the numbers of all of them,
(ii) the name and address of the owner or person having the
possession, care or control of the animal or carcass when it
was brought to the place where the new approved tag was
attached to it and the date when it was brought to the place,
and
(iii) the identification of any conveyance that brought the
animal or carcass to the place where the new approved tag
was attached to it.
(2) Sous réserve du paragraphe (3), l’animal qui perd son étiquette approuvée au cours du transport peut continuer à être transporté jusqu’au point de déchargement suivant et peut être réceptionné à cet endroit, pourvu que :
a) dans le cas où l’animal est réceptionné ailleurs que dans une
salle d’encan, une nouvelle étiquette approuvée lui soit apposée
immédiatement après sa réception;
b) dans le cas où l’animal est réceptionné dans une salle
d’encan, l’exploitant de la salle tienne un registre contenant
suffisamment de renseignements pour que l’origine et la destination suivante de l’animal puissent être établies, notamment
les renseignements suivants, s’il les connaît :
(i) les nom et adresse du propriétaire de l’animal ou de la
personne qui en a la garde, la possession ou la charge des
soins à la date où l’animal est réceptionné dans la salle, ainsi
que cette date,
(ii) les nom et adresse du propriétaire de l’animal ou de la
personne qui en a la garde, la possession ou la charge des
soins à la date où l’animal quitte la salle, ainsi que cette date.
(3) L’animal qui perd son étiquette approuvée au cours du
transport vers un abattoir n’a pas à être réétiqueté si les conditions
suivantes sont réunies :
a) l’animal est abattu à cet abattoir;
b) le responsable de l’abattoir tient un registre contenant suffisamment de renseignements pour que l’origine de l’animal
puisse être établie, notamment les renseignements suivants, s’il
les connaît :
(i) le numéro de l’étiquette approuvée qui est perdue et, dans
le cas où plus d’une étiquette approuvée a été apposée sur
l’animal depuis sa naissance, le numéro de chacune d’entre
elles,
(ii) la date où l’animal est arrivé à l’abattoir ainsi que les
nom et adresse de son propriétaire ou de la personne qui en
avait la garde, la possession ou la charge des soins à cette
date,
(iii) l’identification du véhicule ayant servi au transport de
l’animal jusqu’à l’abattoir;
c) le responsable de l’abattoir communique ces renseignements
à l’administrateur dans les trente jours suivant l’abattage.
185. (1) Quiconque appose ou fait apposer une nouvelle étiquette approuvée sur un animal ou une carcasse d’animal doit
tenir un registre contenant les renseignements suivants :
a) le numéro de la nouvelle étiquette approuvée;
b) suffisamment de renseignements pour que l’origine de
l’animal ou de la carcasse puisse être établie, notamment les
renseignements suivants, s’il les connaît :
(i) le numéro de l’étiquette approuvée qui est perdue et, dans
le cas où plus d’une étiquette approuvée a été apposée sur
l’animal depuis sa naissance ou sur la carcasse, le numéro de
chacune d’entre elles,
(ii) la date où l’animal ou la carcasse a été déchargé à
l’endroit où la nouvelle étiquette a été apposée et les nom et
adresse du propriétaire de l’animal ou de la carcasse ou de la
personne qui en avait la garde, la possession ou la charge des
soins à cette date,
(iii) l’identification du véhicule ayant servi au transport de
l’animal ou de la carcasse jusqu’à l’endroit où la nouvelle
étiquette approuvée a été apposée.
2565
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-416
(2) Subsection (1) does not apply in respect of the application
of an approved tag to
(a) an animal before it leaves its farm of origin; or
(b) the carcass of an animal before the carcass leaves the animal’s farm of origin.
(2) Le paragraphe (1) ne s’applique pas si la nouvelle étiquette
approuvée est apposée :
a) sur un animal avant qu’il ne quitte sa ferme d’origine;
b) sur une carcasse avant qu’elle ne soit déplacée de la ferme
d’origine de l’animal dont elle provient.
Animal Death or Slaughter
Mort ou abattage d’un animal
186. (1) If an animal bearing an approved tag is slaughtered at
an abattoir or otherwise dies at an abattoir, the operator of the
abattoir
(a) may remove the approved tag from the animal or the animal’s carcass; and
(b) shall report the death of the animal and the number of the
approved tag to the administrator within 30 days after the
death.
(2) The operator of an abattoir where an animal bearing an approved tag is slaughtered shall maintain the ability to identify the
animal’s carcass in the abattoir until the carcass is approved for
human consumption or is condemned.
(3) If an animal bearing an approved tag is slaughtered or otherwise dies on a farm or ranch or at an auction barn, the operator
of the farm, ranch or auction barn shall keep a record of the
slaughter or death of the animal and the number of its approved
tag.
187. (1) Every person, including a renderer or dead stock operator, a post-mortem laboratory official or a veterinarian, who
disposes of the carcass of an animal bearing an approved tag
anywhere but on the farm or ranch where the animal died
(a) may remove the approved tag from the carcass; and
(b) shall report the number of the approved tag to the administrator within 30 days after disposing of the carcass.
186. (1) Si un animal portant une étiquette approuvée est abattu
dans un abattoir ou y meurt, le responsable de l’abattoir :
a) peut lui enlever son étiquette approuvée;
b) doit signaler la mort de l’animal et le numéro de l’étiquette
approuvée à l’administrateur dans les trente jours suivant la
mort.
(2) L’exploitant d’un abattoir où un animal portant une étiquette approuvée est abattu doit pouvoir identifier la carcasse de
l’animal dans l’abattoir jusqu’à ce que celle-ci soit désignée
comme étant comestible ou jusqu’à ce qu’elle soit condamnée.
(3) L’exploitant d’une ferme, d’un ranch ou d’une salle
d’encan où un animal portant une étiquette approuvée meurt, par
abattage ou autrement, doit consigner dans un registre la date de
la mort de l’animal et le numéro de l’étiquette approuvée.
(2) Every person, including a renderer or dead stock operator, a
post-mortem laboratory official or a veterinarian, who disposes of
the carcass of an animal not bearing an approved tag anywhere
but on the farm or ranch where the animal died shall
(a) collect enough information about the origin of the animal or
carcass to enable the origin to be traced, including, if it is
known by that person,
(i) the farm, ranch or other place from which the carcass was
removed and the date when the carcass was removed from
that place, and
(ii) the name and address of the owner or person having the
possession, care or control of the carcass when it was removed from that place; and
(b) report that information to the administrator within 30 days
after disposing of the carcass.
187. (1) Quiconque, y compris l’exploitant d’une entreprise
d’équarrissage, le représentant d’un laboratoire d’examen post
mortem et un vétérinaire, dispose d’une carcasse portant une étiquette approuvée ailleurs que dans la ferme ou le ranch où
l’animal est mort :
a) peut lui enlever son étiquette approuvée;
b) doit signaler le numéro de l’étiquette à l’administrateur dans
les trente jours après avoir disposé de la carcasse.
(2) Quiconque, y compris l’exploitant d’une entreprise d’équarrissage, le représentant d’un laboratoire d’examen post mortem et
un vétérinaire, dispose d’une carcasse ne portant pas d’étiquette
approuvée, ailleurs que dans la ferme ou le ranch où l’animal est
mort, doit :
a) recueillir suffisamment de renseignements sur l’animal ou la
carcasse pour que l’origine de l’animal puisse être établie, notamment les renseignements suivants, s’il les connaît :
(i) la ferme, le ranch ou l’autre endroit duquel la carcasse a
été enlevée ainsi que la date d’enlèvement,
(ii) les nom et adresse du propriétaire de la carcasse ou de la
personne qui en avait la possession, la garde ou la charge des
soins au moment de l’enlèvement;
b) communiquer ces renseignements à l’administrateur dans les
trente jours après avoir disposé de la carcasse.
Export
Exportation
188. (1) Every person who exports an animal
(a) may remove the approved tag from the animal if authorized
to do so by the administrator; and
(b) shall ensure that the number of the animal’s approved tag is
reported to the administrator, along with the number of any tag
applied to the animal in place of the approved tag, within
30 days after the exportation.
2566
188. (1) Quiconque exporte un animal :
a) peut enlever l’étiquette approuvée de l’animal s’il y est autorisé par l’administrateur;
b) doit veiller à ce que le numéro de l’étiquette approuvée soit
communiqué à l’administrateur dans les trente jours suivant
l’exportation, accompagné du numéro de l’étiquette apposée en
remplacement de l’étiquette approuvée, le cas échéant.
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-416
(2) The administrator shall authorize an exporter of animals to
remove the approved tags from the animals if
(a) the exporter establishes that it is difficult or impossible, including by reason of the number of animals in a shipment or
the behaviour of the animals, to accurately or reliably read the
numbers of the approved tags without removing them; and
(b) the exporter undertakes to identify each animal for the purpose of the exportation by applying to it, in place of the approved tag, a tag, chip or other indicator that the administrator
considers acceptable based on whether
(i) the tag, chip or other indicator bears a unique identification number,
(ii) the tag, chip or other indicator may not readily be altered
or otherwise tampered with,
(iii) the tag, chip or other indicator is difficult to counterfeit,
(iv) the identification number on the tag, chip or other indicator is easily and reliably readable,
(v) the tag, chip or other indicator is designed to be retained
by any animal to which it may be applied, and
(vi) the tag, chip or other indicator is acceptable to the national authorities of the country to which the animal is being
exported.
(2) L’administrateur autorise un exportateur d’animaux à enlever de ceux-ci leur étiquette approuvée si les conditions suivantes
sont réunies :
a) l’exportateur démontre qu’il est difficile ou impossible, notamment en raison du nombre d’animaux faisant partie de
l’envoi ou du comportement des animaux, de lire correctement
ou avec fiabilité le numéro des étiquettes approuvées sans les
enlever;
b) il s’engage à réétiqueter chaque animal, aux fins d’exportation, au moyen d’une étiquette que l’administrateur juge acceptable d’après les critères suivants :
(i) l’étiquette, la puce ou l’indicateur porte un numéro
d’identification qui lui est unique,
(ii) l’étiquette, la puce ou l’indicateur ne peut être facilement
modifié ou autrement falsifié,
(iii) l’étiquette, la puce ou l’indicateur ne peut être facilement contrefait,
(iv) le numéro d’identification peut être lu facilement et correctement,
(v) l’étiquette, la puce ou l’indicateur est conçu de manière à
rester en place sur l’animal sur lequel il est apposé,
(vi) l’étiquette, la puce ou l’indicateur est conforme aux exigences du pays importateur.
Import
Importation
189. (1) Every person who imports an animal shall
(a) apply or cause the application of an approved tag to the
animal either before importation or as soon as the animal
reaches its initial destination; and
(b) report to the administrator
(i) the number of the approved tag, and
(ii) enough information about the origin of the animal to allow the origin to be traced.
(2) The report referred to in paragraph (1)(b) shall be made
(a) where an animal of the species Bos taurus or Bos indicus is
being imported, within 30 days after importation;
(b) where an animal of the subspecies Bison bison bison, Bison
bison athabascae or Bison bison bonasus is being imported,
within 60 days after importation.
(3) Subsection (1) does not apply to an animal imported for
immediate slaughter.
(4) Paragraph (1)(a) and subparagraph (1)(b)(i) do not apply to
an animal bearing an official tag of the country of origin if the
administrator considers that the tag bears information similar to
the information required on an approved tag.
189. (1) Quiconque importe un animal doit :
a) apposer ou faire apposer une étiquette approuvée sur l’animal soit avant l’importation, soit dès que celui-ci arrive à sa
première destination;
b) communiquer à l’administrateur :
(i) le numéro de l’étiquette approuvée,
(ii) suffisamment de renseignements pour que l’origine de
l’animal puisse être établie.
(2) Les renseignements visés à l’alinéa (1)b) doivent être communiqués :
a) dans les trente jours suivant l’importation, si l’animal importé est de l’espèce Bos taurus ou Bos indicus;
b) dans les soixante jours suivant l’importation, si l’animal importé est de l’espèce Bison bison bison, Bison bison athabascae
ou Bison bison bonasus.
(3) Le présent article ne s’applique pas à un animal importé
pour abattage immédiat.
(4) L’alinéa (1)a) et le sous-alinéa (1)b)(i) ne s’appliquent pas
à un animal portant une étiquette officielle du pays d’origine qui,
selon l’administrateur, contient les mêmes renseignements que
ceux exigés pour une étiquette approuvée.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
2. (1) Subject to subsections (2) and (3), these Regulations
come into force on the day on which they are registered.
(2) Section 175, subsection 176(1) and sections 178 to 183 of
the Health of Animals Regulations, as enacted by section 1,
come into force on January 1, 2001.
(3) Subsection 176(2) and sections 177 and 184 to 189 of the
Health of Animals Regulations, as enacted by section 1, come
into force on July 1, 2001.
2. (1) Sous réserve des paragraphes (2) et (3), le présent règlement entre en vigueur à la date de son enregistrement.
(2) L’article 175, le paragraphe 176(1) et les articles 178
à 183 du Règlement sur la santé des animaux, édictés par
l’article 1, entrent en vigueur le 1er janvier 2001.
(3) Le paragraphe 176(2) et les articles 177 et 184 à 189 du
Règlement sur la santé des animaux, édictés par l’article 1,
entrent en vigueur le 1er juillet 2001.
2567
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-416
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du règlement.)
Description
Description
Cattle identification (ID) has played an important and historical
role in the health and viability of the Canadian industry. For decades, the federal government identified, recorded and monitored
the passage of up to 95 per cent of calves through the national
herd, from farm to slaughter. The effort was a massive and extensive one, required for the eradication of bovine brucellosis and
tuberculosis, the sector’s two historic disease nemeses, as well as
the Foot and Mouth Disease outbreak in 1952. Successful control
of these diseases and the declaration of brucellosis freedom in
1985 removed the apparent need for most federal tagging. In its
absence, producers utilized ID that met only on-farm needs. Today, it is estimated that the level of national, uniform ID for cattle
is less than 10 per cent.
L’identification des bovins a joué un rôle important et historique relativement à la santé et à la viabilité de l’industrie canadienne. Pendant des décennies, le gouvernement fédéral a constaté, enregistré et surveillé le passage de près de 95 pour cent des
veaux dans le cheptel national, de la ferme à l’abattoir. Cet effort
massif et d’envergure était nécessaire pour éradiquer la brucellose
et la tuberculose chez les bovins, deux maladies qui ont opposé
une forte résistance au secteur au cours de l’histoire, ainsi que
l’épidémie de fièvre aphteuse survenue en 1952. Puisque ces maladies ont été circonscrites et que le pays a été déclaré indemne de
brucellose en 1985, le besoin apparent de la plupart des activités
d’étiquetage réalisées par le gouvernement fédéral a été éliminé.
En l’absence de ces activités, les producteurs ont eu recours à une
identification qui répondait seulement à leurs besoins à la ferme.
Aujourd’hui, on estime que moins de 10 pour cent des bovins
sont identifiés suivant un système national et uniforme.
Toutefois, de nouvelles pressions se font maintenant sentir pour
que l’on établisse un programme complet d’identification et de
retraçage des bovins qui identifierait de nouveau le cheptel national. La récente épidémie d’encéphalopathie spongiforme bovine
(ESB) survenue en Europe et celles d’E. coli 0157:H7, qui ont
touché plusieurs pays, ont rogné la confiance accordée par le public à la salubrité des aliments et ont un effet très important sur
les possibilités de commercialisation des produits du boeuf. Il en
est résulté que l’industrie canadienne de l’élevage des bovins a
soudainement été réorientée vers la nécessité d’établir des systèmes d’identification nationale à des fins de retraçage. L’industrie
reconnaît que la « complaisance » est dangereuse et qu’il est essentiel de disposer d’un programme national d’identification pour
fournir à l’industrie et au gouvernement la capacité de réagir immédiatement à un problème de maladie ou de salubrité des aliments dans le but de le circonscrire et de l’éliminer rapidement.
Depuis 1995, trois projets indépendants d’identification ont vu
le jour, soit celui de l’industrie laitière nationale, celui de l’industrie nationale du boeuf et celui de l’industrie québécoise de
l’élevage des veaux de lait et des parcs d’engraissement. Ces
projets traduisent le désir du secteur de réagir aux préoccupations
concernant la santé des animaux, la salubrité des aliments, l’accès
aux marchés et la protection du consommateur en se dotant d’une
capacité de retraçage allant de l’usine de transformation de la
viande au troupeau d’origine. Grâce aux efforts du Groupe de
travail sur l’identification du bétail, un sous-comité industriegouvernement relevant du Comité consultatif canadien sur la
santé des animaux, les trois secteurs ont accepté de coordonner et
de normaliser leurs efforts. Une stratégie nationale pour l’identification des bovins et l’établissement d’un système de retraçage
a été élaborée en 1998.
L’Agence canadienne d’identification du bétail (ACIB) est un
organisme dirigé par l’industrie, constitué en corporation en 1998
et dont le mandat consiste à mettre au point et à appliquer un
système d’identification individuelle et de retraçage des bovins au
Canada. Son existence découle des préoccupations liées au fait
que l’industrie canadienne de la production des bovins ne dispose
pas d’un système approprié pour retracer tout problème éventuel
de santé des animaux et de salubrité des aliments et pour y réagir.
L’Agence est dirigée par un conseil d’administration composé de
Now, however, there are new pressures to establish a comprehensive cattle ID and trace back program by re-identifying the
national herd. The recent BSE (bovine spongiform encephalopathy) outbreak in Europe and the E. coli 0157:H7 outbreaks in
several countries have eroded public confidence in food safety
and are having a dramatic impact on the marketability of bovine
products. This has sharply refocused the Canadian cattle industry
on the need for national ID systems for trace back purposes. The
industry recognizes that “complacency is dangerous” and that a
national ID program is essential to provide industry and government the capability to respond immediately to a disease or food
safety problem for purposes of rapid containment and elimination.
Three independent ID initiatives have emerged since 1995
from the national dairy, national beef and provincial Quebec
milk-fed veal and feedlot industries. They represent the sectors’
desires to answer concerns regarding animal health, food safety,
market access and consumer protection through provision of a
traceback capability from the packing plant to the herd of origin.
Through the efforts of the Livestock Identification Working
Group, an industry-government subcommittee reporting to the
Canadian Animal Health Consultative Committee, the three
groups agreed to coordinate and standardize their efforts. A National Strategy for the Canadian Bovine Identification and Traceback System was developed in 1998.
The Canadian Cattle Identification Agency (CCIA) is an industry-led agency incorporated in 1998 with the mandate to develop and implement a system of individual identification traceback for cattle in Canada. It arose out of a concern that the Canadian cattle industry did not have an adequate system in place to
trace and respond to any animal health or food safety issue that
might arise. The Agency is led by a Board of Directors composed
of representatives from all sectors of the industry - Canadian Cattlemen’s Association, Canadian Dairy Breeds, Quebec Beef
2568
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-416
Producers Federation, Canadian Meat Council, Livestock Marketing Association and Canadian Veterinary Medical Association.
The Canadian Food Inspection Agency, Agriculture and AgriFood Canada and the National Cattlemen’s Beef Association of
the United States have ex-officio status.
Consistent with its mandate, the CCIA has developed an individual identification traceback system for the identification of all
cattle prior to departure from the herd of origin. Cattle producers
will be responsible for tagging animals before they leave the herd
of origin. At the abattoir, the operator will be responsible for
maintaining the identity of the animal through to completion of
the meat inspection process, and reporting the tag number to the
CCIA database. If a serious health or safety issue is detected with
either the live animal or the carcass, the Canadian Food Inspection Agency can use the identification number to start the search
for the suspect animal in order to more rapidly and effectively
contain and eliminate the problem.
This amendment to the Health of Animals Regulations provides
the necessary federal regulatory framework to implement reidentification of the national cattle herd. The effective date established by the CCIA Board of Directors is January 1, 2001 for
cattle leaving the herd of origin, and July 1, 2001 for all other
cattle.
The amendment requires that every bovine animal be identified
with an official tag before leaving the herd of origin or comingling with cattle of other owners. An exception is provided
for cattle sent temporarily to a community pasture, a bull test
station or an agricultural fair, and returning home. An exception
is also provided to allow unidentified cattle to be sent to facilities
approved by the CCIA as an approved tagging site where the
cattle may be identified with the producer’s official tags. The
responsibility of the producer of the herd of origin is limited to
buying the official tag and applying it to the animal prior to departure from the herd, a responsibility sometimes referred to as
“buy and apply”. No time frame for tagging is established as long
as the animal does not leave the herd of origin. Producers will not
be required to maintain their own records for initial tagging, although many producers will likely prefer to use the official
ID number for their own management records. Approved official
ID tags will be available to producers from approved manufacturers directly or through authorized service centres and distributors.
The service centres and distributors will be responsible for reporting to the CCIA database the numbers of the tags purchased
by producers so that producers need not assume the responsibility
of recording or reporting. Official ID tags will bear, as a minimum, a unique ID number, an official logo and a bar-code to facilitate automated reading such as in abattoirs.
No bovine animal can leave the herd of origin, other than under
specific conditions to an approved tagging facility, a community
pasture, a bull test station or an agricultural fair, unless the animal
has been officially tagged. An animal sent unidentified to a community pasture, a bull test station or an agricultural fair would
have to return to the herd of origin at the end of the grazing
représentants de tous les secteurs de l’industrie - la Canadian
Cattlemen’s Association, Les Races laitières canadiennes, la Fédération des producteurs de bovins du Québec, le Conseil des
viandes du Canada, l’Office de commercialisation du bétail et
l’Association canadienne des médecins vétérinaires. L’Agence
canadienne d’inspection des aliments, Agriculture et Agroalimentaire Canada et la National Cattlemen’s Beef Association des
États-Unis ont le statut de membres d’office.
Conformément à son mandat, l’ACIB a mis au point un système de retraçage de l’identité individuelle afin d’identifier tous
les bovins avant leur départ du troupeau d’origine. Les producteurs de bovins seront responsables de marquer les animaux avant
qu’ils ne quittent leur troupeau d’origine. À l’abattoir, l’exploitant
sera chargé de conserver l’identité de l’animal jusqu’à ce que le
processus d’inspection des viandes soit terminé et de signaler le
numéro de l’étiquette aux responsables de la base de données de
l’ACIB. Si un grave problème de santé ou de salubrité est décelé
soit chez l’animal vivant soit dans la carcasse, l’Agence canadienne d’inspection des aliments peut utiliser le numéro d’identification pour commencer la recherche de l’animal suspect afin
de circonscrire le problème et de l’éliminer plus rapidement.
La modification au Règlement sur la santé des animaux fournit
le cadre de réglementation fédéral nécessaire à la mise en oeuvre
de la nouvelle identification du cheptel bovin national. La date
d’entrée en vigueur fixée par le conseil d’administration de
l’ACIB est le 1er janvier 2001 pour les bovins qui quittent le troupeau d’origine et le 1er juillet 2001 pour tous les autres bovins.
Selon la modification, chaque bovin doit être identifié à l’aide
d’une étiquette officielle avant de quitter son troupeau d’origine
ou d’être mêlé aux bovins appartenant à d’autres propriétaires.
Les cas suivants font exception : les bovins envoyés temporairement dans un pâturage communautaire, dans une station d’épreuves des taureaux ou dans une foire agricole et qui reviennent
dans son troupeau d’origine; les bovins non identifiés envoyés
dans des installations reconnues par l’ACIB comme lieu d’étiquetage agréé où les étiquettes officielles de l’éleveur pourront
être apposées sur les animaux. La responsabilité du producteur du
troupeau d’origine se limite à acheter l’étiquette officielle et à la
poser sur l’animal avant qu’il quitte le troupeau, une responsabilité appelée parfois « acheter et poser ». Il n’y a aucun délai pour
l’étiquetage tant que l’animal ne quitte pas le troupeau d’origine.
Les producteurs ne seront pas obligés de tenir un registre pour
l’étiquetage initial, mais un bon nombre d’entre eux préféreront
probablement utiliser le numéro d’identification officiel pour leur
propre registre de gestion. Les producteurs pourront se procurer
des étiquettes d’identification officielles approuvées directement
auprès des fabricants agréés ou par l’entremise de centres de services ou de distributeurs autorisés. Les centres de services et distributeurs seront chargés de signaler aux responsables de la base
de données de l’ACIB les numéros des étiquettes achetées par les
producteurs, de telle sorte que ces derniers n’auront pas besoin de
se charger de l’enregistrement ou du signalement des numéros.
Les étiquettes d’identification officielles porteront au moins un
numéro d’identification unique, un logo officiel et un code à barres afin de faciliter la lecture automatisée, notamment dans les
abattoirs.
Aucun bovin ne peut quitter son troupeau d’origine sauf pour
aller vers une installation d’étiquetage agréée, un pâturage communautaire, une station d’épreuves des taureaux ou une foire
agricole, dans certaines conditions très précises, sans porter une
étiquette officielle. Un animal non identifié envoyé vers un pâturage communautaire, une station d’épreuves des taureaux ou une
2569
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-416
season, the test period or the fair, otherwise it would need to be
identified. The amendment also prohibits the reception of nontagged cattle unless the official identification was lost during
transportation. In this case, the new owner is to apply a new tag
and to keep a record of the original tag number, if known, or sufficient information to provide information on the source of the
animal in the event of a traceback investigation. In the case of an
animal that loses its official identification during transportation to
the abattoir, the animal would not have to be re-identified provided it is slaughtered immediately.
No one may remove an official tag. An official tag may not be
transferred from one animal to another. The manufacture and
marketing of fraudulent tags is also prohibited.
Abattoir operators are required to maintain the official identification of the live animal through to the completion of the meat
inspection process so that any disease detected upon post-mortem
inspection can be traced to the herd of origin. Abattoir operators
are also required to transmit the identification numbers of
slaughtered cattle to the CCIA database. In the vast majority of
cases, no health or safety issue will be associated with the animal
or the carcass, and the number will be ultimately retired from the
database. If a disease or safety issue is associated with the animal
or the carcass, the Canadian Food Inspection Agency will be provided with information on the origin of the animal in order to start
its epidemiological investigation for the containment and elimination of the problem. If an identified animal dies on the farm or
ranch, the producer is required to keep a record of the number but
does not have to report the number to the database. Renderers,
however, will be required to report official tag numbers to the
CCIA database.
Presently, all imported cattle not destined for immediate
slaughter must be identified with an official tag of the country of
origin prior to importation. This requirement does not change. All
imported cattle, other than cattle destined for immediate slaughter, that bear the official tag of the exporting country must be reidentified by the importer with an official Canadian tag upon arrival in Canada and the numbers reported to the CCIA database. If
there is subsequently a disease problem with these cattle, the database will establish that they originated from another country.
The status quo will apply to imported slaughter cattle. They may
be imported without official identification of the country of origin
provided the truck is sealed and is directed towards a slaughter
establishment where they are to be segregated from domestic
cattle. The imported slaughter cattle would not need to be reidentified with an official Canadian tag.
At present, all Canadian feeder cattle/calves and breeding cattle
that are exported must bear an official identification and be accompanied by an export certificate. Such cattle are subject to inspection at the border. Since all Canadian cattle will be tagged
with an official tag prior to leaving the herd of origin, the major
difference in the future on exported cattle will be reading the official tag already in the animal’s ear and recording the number on
the export certificate rather than applying an official tag at the
2570
foire agricole devra revenir dans son troupeau d’origine à la fin de
la saison de pâturage, de la période d’épreuves ou de la foire;
sinon, il devra être identifié. L’amendement interdit en outre la
réception de bovins non marqués sauf s’ils ont perdu leur identification officielle durant le transport. Dans ce cas, le nouveau propriétaire posera une nouvelle étiquette et consignera le numéro de
l’étiquette d’origine, s’il le connaît, ou suffisamment de renseignements pour fournir de l’information sur l’origine de l’animal
en cas d’enquête de retraçage. Lorsqu’un animal perd son identification officielle au cours du transport à l’abattoir, il ne sera pas
nécessaire de l’identifier de nouveau pourvu qu’il soit abattu immédiatement.
Il est interdit d’enlever une étiquette officielle ou de la transférer à un autre animal. La fabrication et la vente d’étiquettes frauduleuses sont également interdites.
Les exploitants d’abattoir sont tenus de conserver l’identification officielle de l’animal vivant jusqu’à la fin du processus
d’inspection des viandes afin que l’on puisse retracer jusqu’au
troupeau d’origine toute maladie décelée au cours de l’inspection
post-mortem. Ils sont également tenus de transmettre les numéros
d’identification des bovins abattus aux responsables de la base de
données de l’ACIB. Dans la vaste majorité des cas, aucun problème de santé ou de salubrité ne sera associé à l’animal ou à la
carcasse, et le numéro sera finalement retiré de la base de données. Si une maladie ou un problème de salubrité est associé à
l’animal ou à la carcasse, on fournira à l’Agence canadienne
d’inspection des aliments les renseignements concernant l’origine
de l’animal afin de déclencher une enquête épidémiologique visant à cerner et à éliminer le problème. Lorsqu’un animal portant
une étiquette officielle meurt dans une exploitation d’élevage, le
producteur doit inscrire le numéro de l’étiquette dans un registre,
mais il ne sera pas tenu de communiquer le numéro pour qu’il soit
versé dans la base de données. Les exploitants d’usines d’équarrissage, toutefois, seront tenus de signaler les numéros des étiquettes officielles aux responsables de la base de données de
l’ACIB.
À l’heure actuelle, tous les bovins importés non destinés à
l’abattage immédiat doivent être identifiés à l’aide d’une étiquette
officielle du pays d’origine avant l’importation. Cette exigence ne
change pas. Tous les bovins importés, sauf les bovins destinés à
l’abattage immédiat, qui portent l’étiquette officielle du pays exportateur doivent être identifiés de nouveau par l’importateur à
l’aide d’une étiquette officielle canadienne au moment de leur
arrivée au Canada, et les numéros doivent être signalés afin qu’ils
soient entrés dans la base de données de l’ACIB. Si un problème
de maladie touche ces bovins par la suite, la base de données établira qu’ils proviennent d’un pays étranger. En ce qui concerne
les bovins de boucherie importés à destination d’un abattoir, les
dispositions actuelles continueront de s’appliquer. Les bovins de
boucherie peuvent être importés sans identification officielle du
pays d’origine pourvu que le camion soit scellé et dirigé vers un
établissement d’abattage où les animaux seront séparés des bovins canadiens. Il ne sera pas nécessaire de les identifier de nouveau à l’aide d’une étiquette officielle canadienne.
Actuellement, tous les bovins/veaux d’engraissement canadiens
et les bovins de reproduction destinés à l’exportation doivent
porter une identification officielle et être accompagnés d’un certificat d’exportation. Ces bovins peuvent être inspectés à la frontière. Puisque tous les bovins canadiens seront étiquetés à l’aide
d’une étiquette officielle avant de quitter leur troupeau d’origine,
la principale différence touchant les bovins exportés à l’avenir
sera qu’il faudra lire l’étiquette officielle qui se trouve déjà dans
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-416
time of exportation and recording the number. Reading and recording the official tag numbers will also apply to all exported
slaughter cattle in order to account for disposition of these cattle
in the database. If an acceptable alternative means to reading the
numbers for export cattle such as in the abattoir of destination can
be established, the possibility exists that the numbers would not
have to be read at the time of exportation.
The national identification program has not been developed to
replace branding. Even though both systems are for identification,
the CCIA program is a national program for the purposes of
health and safety traceback to ensure market access domestically
and internationally, whereas branding is for tracking ownership,
primarily in western Canada, and is provincially administered.
The national ID number is designed to stay with the animal from
the herd of origin through to completion of the meat inspection
process and is compatible with international standards. Brands do
not have this capability.
Although this program is specific to cattle, other species such
as sheep and elk are also assessing their needs for national identification and evaluating their options. It is anticipated that some of
these species will pursue official implementation and that linkages could be established with the cattle initiative to maximize
efficiencies and reduce costs such as through the possible sharing
of the database infrastructure.
l’oreille de l’animal et en enregistrer le numéro sur le certificat
d’exportation plutôt que de poser une étiquette officielle au moment de l’exportation et d’enregistrer le numéro. Le numéro des
étiquettes officielles devra également être enregistré pour tous les
bovins de boucherie exportés afin que la base de données contienne l’information sur ce qu’il est advenu de ces animaux. Si
l’on se trouve un moyen acceptable de procéder autrement pour
les animaux exportés, par exemple, par une lecture à l’abattoir de
destination, il se peut qu’il ne soit plus nécessaire de lire les numéros au moment de l’exportation.
Le programme national d’identification n’a pas été élaboré
pour remplacer le marquage. Bien que ces deux systèmes aient
pour but l’identification, le programme de l’ACIB est un programme national servant aux retraçages en cas de problème de
santé ou de salubrité; il vise à garantir l’accès aux marchés intérieurs et internationaux alors que le marquage est administré par
les provinces, principalement dans l’ouest du Canada, et sert à
retracer la propriété. Le numéro d’identification national est conçu pour suivre l’animal du troupeau d’origine jusqu’à la fin du
processus d’inspection des viandes, et il est compatible avec les
normes internationales. Les marques ne peuvent servir à cette fin.
Ce programme concerne expressément les bovins, mais on est
actuellement à déterminer s’il serait opportun d’instaurer un système d’identification national pour d’autres espèces d’animaux
comme le mouton et l’élan, et, le cas échéant, quelles seraient les
options possibles. On s’attend à ce que l’identification officielle
soit demandée pour certaines de ces espèces, et si c’était le cas,
des liens pourraient être établis avec le système d’identification
des bovins, ce qui permettrait d’atteindre l’efficacité maximum et
de réduire les coûts, par exemple, par l’utilisation de la même
structure pour la base de données.
Pre-publication
Publication préalable
In response to the proposal pre-published in the Canada Gazette, Part I on June 17, 2000, the Canadian Food Inspection
Agency received approximately twenty-five (25) submissions.
This number of submissions is very low for a proposal that has
implications on over 100,000 cattle producers. Although some
might argue that producers are not aware or do not support the
proposal, the Canadian Food Inspection Agency believes that the
low number of submissions reflects the general industry support
for this industry-led initiative and the consultation as well as consensus achieved by the Canadian Cattle Identification Agency and
the dairy industry in the last two years. A more detailed description of the submissions is provided in the Consultation section of
this document.
As a result of the submissions, changes are made to the
amendment but for the most part these changes are of a minor
nature and are intended to further clarify some of the provisions.
The more significant changes include the following:
(i) in addition to the exemptions provided in section 183 for
unidentified cattle to move to approved tagging sites, community pastures, test stations or exhibitions under certain conditions, an exemption is being added to allow unidentified cattle
to be transported from the farm of origin to a veterinary clinic
for emergency treatment;
(ii) the application of an official tag to an imported animal may
occur prior to importation;
(iii) cattle that die at auction barns are no longer exempt from
having the ID number reported to the database;
En réponse à la publication préalable du projet dans la Gazette
du Canada Partie I le 17 juin 2000, l’Agence canadienne d’inspection des aliments a reçu environ vingt-cinq (25) mémoires, ce
qui est peu dans le cas d’un projet qui a des incidences sur plus
de 100 000 producteurs de bovins. Certains pourraient invoquer le
fait que les producteurs ne sont pas au courant du projet ou ne
l’appuient pas, mais l’Agence canadienne d’inspection des aliments est d’avis que le peu de mémoires reçus traduit le soutien
général accordé par l’industrie à cette initiative du secteur, aux
consultations ainsi qu’au consensus obtenu par l’Agence canadienne d’identification du bétail et l’industrie laitière au cours des
deux dernières années. On trouve une description plus détaillée
des mémoires dans la section Consultations du présent document.
Suite à la présentation des mémoires, des modifications ont été
apportées au projet de réglementation, mais, en général, elles sont
mineures et visent à clarifier certaines dispositions. Les modifications les plus importantes sont les suivantes :
(i) en plus des exemptions mentionnées à l’article 183 concernant les bovins non identifiés envoyés dans certaines conditions dans des stations d’étiquetage reconnues, des pâturages
communs, des stations d’épreuves ou des sites d’exposition,
une exemption est ajoutée afin de permettre le déplacement de
bovins non identifiés de la ferme d’origine vers une clinique
vétérinaire en cas d’urgence;
(ii) on peut poser une étiquette officielle sur un animal importé
avant son importation;
2571
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-416
(iv) clarification in subsection 188(2) that if the official tag is
removed from an animal at the time of exportation, not only
must another tag be applied but the numbers of the two tags
must be correlated and reported to the database;
(v) at the request of the Canadian Bison Association and following a bison producer plebiscite, the national ID program is
extended to bison animals with the only difference from the
cattle provisions being that bison producers will have 60 days
rather than 30 to report the ID number on imported bison to the
database in order to correspond with the quarantine period on
imported bison.
(iii) dans le cas des bovins qui meurent dans une salle d’encan,
on doit maintenant communiquer le numéro d’identification
des bovins aux responsables de la base de données;
(iv) aux fins de clarification du paragraphe 188(2), si l’étiquette
officielle est enlevée d’un animal au moment de l’exportation,
on doit non seulement poser une autre étiquette mais on doit
aussi établir une corrélation entre les numéros des deux étiquettes et communiquer l’information aux responsables de la
base de données;
(v) à la demande de l’Association canadienne du bison et à la
suite d’une consultation des producteurs de bison, le programme d’identification nationale est élargi aux bisons, à la
seule différence que les producteurs de bison disposent de
60 jours au lieu de 30 pour transmettre le numéro d’identification des bisons importés aux responsables de la base de
données, ce qui correspond à la période de quarantaine touchant les bisons importés.
Alternatives
Solutions envisagées
In response to similar pressures, several countries have individual animal identification systems in place or in progress. The
following countries have individual cattle identification programs
in place: Holland, France, Austria, Belgium, United Kingdom,
Denmark, Finland, Germany, Greece, Hungary, Luxembourg,
Poland, Portugal, Slovenia, Spain, Sweden, Switzerland, South
Korea, Thailand, Turkey and the Czech Republic. Other countries
such as the United States, Australia, New Zealand, Argentina and
Malaysia are moving towards individual animal identification.
En réaction à des pressions semblables, plusieurs pays ont établi ou sont en train d’établir des systèmes d’identification individuelle des animaux. Les pays suivants disposent de systèmes établis pour l’identification individuelle des bovins : la Hollande, la
France, l’Autriche, la Belgique, le Royaume-Uni, le Danemark, la
Finlande, l’Allemagne, la Grèce, la Hongrie, le Luxembourg, la
Pologne, le Portugal, la Slovénie, l’Espagne, la Suède, la Suisse,
la Corée du Sud, la Thaïlande, la Turquie, et la République
tchèque. D’autres pays comme les États-Unis, l’Australie, la
Nouvelle-Zélande, l’Argentine et la Malaisie sont en train d’établir des systèmes d’identification individuelle des animaux.
En 1997, l’Union européenne a adopté son Règlement 820/97,
qui prescrit les exigences visant l’identification et l’enregistrement des bovins ainsi que l’étiquetage du boeuf et des produits du
boeuf. Le règlement européen impose à l’industrie bovine une
charge plus lourde que le règlement canadien, car il exige deux
étiquettes par animal, l’étiquetage après une courte période suivant la naissance, des registres à la ferme, le signalement et
l’enregistrement de tous les déplacements des animaux de la naissance à l’abattage et des passeports pour les animaux. L’industrie
européenne de l’abattage et de la transformation des bovins sera
également tenue, au plus tard le 1er janvier 2002, de faire figurer
sur l’étiquette de ses produits de boeuf frais et congelés des renseignements qui relieront au moins le produit à l’animal d’origine
ainsi qu’au pays de naissance, de production et d’abattage de
l’animal. Le règlement européen découle directement de la crise
causée par l’ESB et du besoin de restaurer la confiance des consommateurs envers les produits du boeuf. Il est basé sur le principe que les consommateurs européens ont le droit de savoir
l’origine de leurs produits du boeuf et que les producteurs
européens n’ont pas droit à l’anonymat.
Bien que la nouvelle norme canadienne ne soit pas identique à
la norme européenne, le Canada croit qu’il pourra démontrer que
sa façon composite d’envisager la lutte contre les maladies, qui
inclut le nouveau programme national d’identification, est équivalente à la norme appliquée par l’Office international des épizooties en matière de lutte contre les maladies. L’approche canadienne est semblable à celle que de nombreux pays non européens
sont en train d’adopter.
Le statu quo ne représente plus une option. Les épidémies de
maladies ne sont pas des situations hypothétiques. En 1996,
l’ESB a stoppé les exportations de boeuf du Royaume-Uni, et la
The European Union adopted in 1997 its Regulation 820/97
which prescribed the requirements for the identification and registration of bovine animals, and the labelling of beef and beef
products. The European regulation is more onerous on the cattle
industry in that it requires two tags per animal, tagging within a
short time period following birth, farm registers, the reporting and
recording of all animal movements from birth to slaughter, and
animal passports. The European cattle slaughtering and processing industry will also be required, no later than January 1, 2002,
to label their fresh and frozen beef products with information that,
as a minimum, links the product back to the animal and its country of birth, production and slaughter. The European regulation is
a direct result of the BSE crisis and the need to restore consumer
confidence in beef products. It is based on the premise that
European consumers have the right to know the origin of their
beef products, and that European producers do not have the right
to anonymity.
Although the emerging Canadian standard is not identical to
the European standard, Canada believes that it will be able to
demonstrate that its composite approach to disease control, incorporating the new national identification program, is equivalent to
the OIE’s (Office international des épizooties) standard for disease control. The Canadian approach is similar to the one being
adopted by many of the non-European countries.
The status quo is no longer an option. Disease outbreaks are
not hypothetical situations. In 1996, BSE halted the United
Kingdom’s beef exports, and European beef consumption
2572
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-416
decreased by as much as 40 per cent immediately following the
crisis. The ban has now been lifted, however, hundreds of millions of dollars are still being expended to regain market access
and consumer confidence. In 1952, foot-and-mouth disease broke
out in Saskatchewan and Canada’s borders were closed. They
remained closed for only a few months, because the majority of
the cattle had been identified and ear tagged under the federal
Health of Animals program. The identification enabled federal
officials to expeditiously trace and destroy all infected and suspect animals. If this disease or another major one was to occur
today, animal health and industry officials would have much
more difficulty in bringing the situation under control. Individual
animal identification is not a new idea; industry leadership has
merely seen the urgent need to restore and enhance a national
program to assure market access.
consommation européenne de boeuf a diminué jusqu’à 40 pour
cent immédiatement après la crise. L’interdiction a maintenant été
levée, mais on dépense encore des centaines de millions de dollars pour regagner l’accès aux marchés et la confiance des consommateurs. En 1952, une épidémie de fièvre aphteuse s’est déclarée en Saskatchewan, et les frontières du Canada ont été fermées. Elles sont demeurées fermées pendant seulement quelques
mois, parce que la majorité des bovins avaient été identifiés et
étiquetés à l’oreille conformément au programme fédéral sur la
santé des animaux. L’identification a permis aux représentants
fédéraux de retracer avec diligence et de détruire tous les animaux
infectés et suspects. Si cette maladie ou une autre maladie importante devait se déclarer aujourd’hui, les représentants des autorités
en matière de santé des animaux et ceux de l’industrie auraient
beaucoup plus de difficultés à maîtriser la situation. L’identification individuelle des animaux n’est pas un concept nouveau; les
dirigeants de l’industrie ont simplement réalisé qu’il est urgent de
restaurer et d’améliorer le programme national pour garantir
l’accès aux marchés.
Benefits and Costs
Avantages et coûts
The Canadian beef industry has become more and more dependent on export markets. More than 50 per cent of our total
production is exported. If the Canadian border was ever closed to
beef exports by our international trading partners due to an animal
disease or food safety issue, it would mean an immediate loss of
$2 billion in annual beef sales, and a potential $8 billion loss to
the Canadian economy as a result of spin-off from related industries.
L’industrie canadienne du boeuf est devenue de plus en plus
dépendante des marchés d’exportation. Plus de 50 pour cent de
notre production totale est exportée. S’il advenait que la frontière
canadienne soit fermée aux exportations de boeuf par nos partenaires commerciaux internationaux à cause d’un problème de
maladie animale ou de salubrité des aliments, il en résulterait une
diminution immédiate des ventes de boeuf équivalant à une perte
annuelle de 2 milliards de dollars et une perte éventuelle
de 8 milliards de dollars pour l’économie canadienne découlant
des pertes secondaires subies par les industries connexes.
L’ACIB a conçu le programme national d’identification de façon à ce qu’il soit abordable, simple, pratique et fiable. En tenant
la base de données, l’ACIB assure la sécurité et la confidentialité
des données. L’Agence canadienne d’inspection des aliments
n’aura accès à l’information contenue dans la banque de données
qu’en cas de problème de santé animale ou de salubrité des aliments. L’information contenue dans la base de données de
l’ACIB comprendra la date, l’enregistrement du numéro individuel unique et le lien avec le troupeau d’origine et l’usine de
transformation de la viande.
L’ACIB a été établie à l’origine par la Canadian Cattlemen’s
Association grâce à une subvention provenant du Fonds de développement de l’industrie du boeuf. Des fonds supplémentaires
pour les essais et le développement ont été fournis par Agriculture
et Agroalimentaire Canada, l’Agence canadienne d’inspection des
aliments, un certain nombre de gouvernements provinciaux et
plusieurs organismes privés. À long terme, le programme fonctionnera en autonomie grâce à des sources de revenu comme la
vente des étiquettes et les droits de certification des centres de
services ou des distributeurs d’étiquettes.
Durant les deux premières années complètes de fonctionnement
du programme, l’ACIB propose que l’on exige simplement du
producteur qu’il achète et paye ses propres étiquettes. Le plan
d’activité de l’ACIB précise que le programme finira par devenir
autonome et que le moyen d’arriver à l’autonomie sera d’appliquer au prix des étiquettes un supplément suffisant pour défrayer
les coûts du programme. Ces coûts sont encore indéterminés,
mais ils varieront selon le type de l’étiquette choisie par le producteur. D’après l’importance du cheptel bovin national, qui
compte entre 14 et 15 millions de têtes, et les tendances normales
des mouvements par classe de bovins, on estime qu’il faudra
CCIA has designed the national identification program to be affordable, simple, practical and reliable. By maintaining the database, CCIA ensures data security and confidentiality. The Canadian Food Inspection Agency will only have access to the information in the database in the event of an animal health or food
safety issue. The information maintained in the CCIA database
will include date, record of unique individual number, and the
link to the herd of origin and packing plant.
CCIA was initially established by the Canadian Cattlemen’s
Association through a grant from the Beef Industry Development
Fund. Additional funds for trials and developmental purposes
have been provided by Agriculture and Agri-Food Canada, the
Canadian Food Inspection Agency, a number of provincial governments and several private organizations. In the long term, the
program will be self-sustainable through sources such as sale of
tags and certification fees for service centres or tag distributors.
For the first two full years of the program, CCIA is proposing
that the producer be required merely to purchase and pay for
his/her own tags. The CCIA Business Plan specifies that the program will eventually become self-sustaining and the means of that
self support will be a surcharge on the tag price sufficient to cover
the costs of the program. Such costs are as yet undetermined but
will vary according to the type of tag selected by the producer. It
is estimated, on the basis of the national cattle herd ranging from
14 to 15 million head and the normal movement patterns by cattle
class, that it will be necessary to tag approximately 6 million cattle before they leave the herd of origin in year 1, and 4.5 million
2573
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-416
head annually in subsequent years. Most tags are expected to be
in the $1-2 range.
It is easy to imagine additional benefits that will be derived
from an individual animal birth to slaughter identification system.
This system is the “missing link” and will facilitate vertical integration of information and will provide the infrastructure for more
“value-based” programs. Initiatives such as the HACCP (Hazard
Analysis and Critical Control Points) and the beef sector’s
Quality Starts Here√ Program are being implemented in the industry to ensure the safety and quality of Canadian beef products.
National ID will assist in identifying and eliminating potential
sources of contaminants and non-conformities. The ID traceback
program may have the potential to enhance the computerized
grading system being developed for carcass quality and yield
assessment. Through industry alliances and individual animal
ID, quality can be traced back to assist producer decision making
on genetics and management. The assurance of a cattle ID program for traceback purposes will assist industry organizations
such as the Beef Information Centre and the Canada Beef Export
Federation with marketing initiatives aimed at increasing our
competitiveness both domestically and internationally. Although
a national ID program may offer many supplementary benefits for
industry, it must be remembered that the focus of this initiative is
on animal health and food safety.
étiqueter au cours de la première année environ 6 millions de
bovins avant qu’ils quittent le troupeau d’origine, et 4,5 millions
de têtes annuellement au cours des années subséquentes. On prévoit que le prix de la plupart des étiquettes variera entre 1 et 2
dollars.
Il est facile d’imaginer les avantages supplémentaires qui découleront d’un système d’identification individuelle des animaux
de la naissance à l’abattage. Ce sera le « chaînon manquant » qui
facilitera l’intégration verticale de l’information et qui fournira
l’infrastructure pour l’établissement d’autres programmes « fondés sur la valeur». Des projets comme le système HACCP (Analyse des risques et maîtrise des contrôles critiques) et le programme Quality Starts Here√ du secteur du boeuf sont en train
d’être mis en oeuvre dans l’industrie afin d’assurer la salubrité et
la qualité des produits du boeuf canadiens. Le système d’identification national aidera à déterminer et à éliminer les sources potentielles de contaminants et les cas de non-conformité. Il se peut
que le programme de retraçage de l’identité puisse améliorer le
système informatisé de classement que l’on est en train de mettre
au point pour la qualité des carcasses et l’évaluation du rendement. Grâce à des alliances avec l’industrie et au système d’identification individuelle des animaux, il est possible de retracer les
caractéristiques de qualité qui faciliteront aux producteurs la prise
de décisions concernant la génétique et la gestion. L’assurance
fournie par le programme d’identification des bovins à des fins de
retraçage aidera les organismes de l’industrie comme le Centre
d’information sur le boeuf et la Canada Beef Export Federation
relativement aux projets de commercialisation qui visent à accroître notre compétitivité tant à l’échelle nationale qu’internationale. Bien que le programme national d’identification puisse
offrir de nombreux avantages supplémentaires à l’industrie, il faut
se rappeler que le point central de ce projet est la santé des animaux et la salubrité des aliments.
Consultation
Consultations
Re-identification of the Canadian cattle herd is an industry-led
initiative. In 1995, the Canadian Dairy Breeds, representing all
dairy breed associations, launched a program referred to as NLID
(National Livestock Identification). In addition to the individual
tagging of animals at the farm of origin, NLID proposed to identify all premises (farms, auctions, abattoirs) that animals move
through so that the system could trace animal movement as well
as origin.
La réidentification du cheptel bovin canadien est une initiative
dirigée par l’industrie. En 1995, Les Races laitières canadiennes,
qui représente toutes les associations d’éleveurs de bovins laitiers,
a lancé un programme appelé PINB (programme d’identification
national du bétail). En plus de l’étiquetage individuel des animaux à la ferme d’origine, le PINB proposait d’identifier tous les
endroits (fermes, marchés à bestiaux, abattoirs) par où les animaux passent de façon à ce que le système puisse retracer leurs
mouvements ainsi que leur origine.
Le Québec a mis en oeuvre une identification obligatoire applicable à son secteur des veaux de lait en 1996, et à son secteur des
parcs d’engraissement en 1997 en tant que condition d’admissibilité aux programmes provinciaux de stabilisation du revenu. Les
programmes d’identification étaient applicables au point de rassemblement pour la finition plutôt qu’au troupeau d’origine.
En 1997, la Canadian Cattlemen’s Association a adopté un plan
d’activité qui exposait les grandes lignes d’un système d’identification national pour l’industrie des bovins de boucherie.
L’Agence canadienne d’identification du bétail est un organisme
sans but lucratif établi en 1998 dans le but de mettre ce plan en
oeuvre. L’ACIB est dirigée par un conseil d’administration composé de représentants de la Canadian Cattlemen’s Association,
des Races laitières canadiennes, de la Fédération des producteurs
de bovins du Québec, du Conseil des viandes du Canada, de
l’Office de commercialisation du bétail et de l’Association canadienne des médecins vétérinaires. Le Conseil d’administration a
dirigé les prises de décisions en matière de politique, les
Quebec implemented mandatory ID for its milk-fed veal sector
in 1996, and its feedlot sector in 1997, as a condition of eligibility
for provincial income stabilization programs. The ID programs
were applicable at the point of aggregation for finishing rather
than the herd of origin.
In 1997, the Canadian Cattlemen’s Association adopted a business plan outlining a national ID system for the beef cattle industry. The Canadian Cattle Identification Agency is a non-profit
agency established in 1998 to implement the plan. CCIA is led by
a Board of Directors composed of representatives from the Canadian Cattlemen’s Association, the Canadian Dairy Breeds, the
Quebec Beef Producers Federation, the Canadian Meat Council,
the Livestock Marketing Association and the Canadian Veterinary
Medical Association. The Board of Directors has assumed leadership for policy decision making, consultation, communications
and implementation. The Board established an effective date of
January 1, 2001 for program implementation.
2574
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-416
Communications have been a high priority in the development
of the national ID program. To achieve the broadest producer
audience possible, communications vehicles such as producer
meeting presentations, speaking engagements, newsletters, news
releases, toll-free line (1-888-620-BEEF), displays, Web site
(www.cattle.ca/ccia) and media interviews have been employed.
The diffusion of information on the program has been a high priority not only at the national level but also at the provincial cattlemen association level. Resolutions in support of the national
ID program have been expressed by many of the provincial cattlemen associations.
The Canadian Animal Health Consultative Committee
(CAHCC) is the annual CFIA consultative mechanism for dealing
with animal health/corporate issues. Industry stakeholders and the
provinces are Committee participants. The Livestock Identification Working Group (LIDWG) is a subcommittee to CAHCC.
The draft amendment was reviewed at the 1999 LIDWG meeting
and a report made to the general CAHCC plenary session as well
as being made available to anyone interested in a copy. Provinces
have also been kept up to date on the program through the regular
newsletters of the Canadian Animal Health Network and a feature
article in the Canadian Veterinary Journal.
consultations, les communications et la mise en oeuvre. Il a déterminé que la date d’entrée en vigueur du programme sera le 1er
janvier 2001.
Les communications ont représenté jusqu’à présent une grande
priorité dans l’élaboration du programme national d’identification. Afin d’atteindre le plus de producteurs possible, on a eu
recours à des moyens de communication comme des exposés
présentés au cours de réunions de producteurs, des allocutions,
des bulletins de nouvelles, des communiqués, des lignes sans frais
(1-888-620-BEEF), des étalages, un site Web (www.cattle.ca/
ccia) et des entrevues dans les médias. La diffusion d’information
sur le programme a fait l’objet d’une grande priorité non seulement au niveau national, mais aussi au niveau des associations
provinciales d’éleveurs. Les membres de nombreuses associations
provinciales d’éleveurs de bovins ont formulé des résolutions à
l’appui du programme national d’identification.
Le Comité consultatif canadien sur la santé des animaux
(CCCSA) est le mécanisme de consultation annuel de l’ACIA
pour traiter des questions sectorielles relatives à la santé des animaux. Différents groupes d’intérêt de l’industrie et les provinces
participent au Comité. Le Groupe de travail sur l’identification du
bétail (GTIB) est un sous-comité du CCCSA. Le projet de modification a été révisé lors de la réunion du GTIB de 1999 et un
rapport a été déposé lors de la session plénière générale du
CCCSA. Tous ceux intéressés par le projet pouvaient en obtenir
une copie. Les provinces ont également été tenues au courant de
la mise en oeuvre du programme par l’entremise des bulletins
réguliers du Réseau canadien de santé animale et d’un article de
fond publié dans la Revue vétérinaire canadienne.
Pre-publication
Publication préalable
The proposal was pre-published in the Canada Gazette, Part I
on June 17, 2000 with a 60 day public comment period. Twentythree (23) submissions were received during the comment period;
eleven (11) submissions fully supported the proposal with or
without recommended changes; nine (9) submissions were opposed; and three (3) of the submissions simply sought clarification on the proposal without specifically indicating a position.
Submissions in support of the proposal, with or without recommended changes, were received from the Canadian Veterinary
Medical Association; New Brunswick Veterinary Medical Association; Beaverhill Veterinary Services Ltd.; Alberta Agriculture,
Food and Rural Development; Canadian Meat Council; Canadian
Cattle Identification Agency; Saskatchewan Stock Growers Association; Ontario Cattlemen’s Association; Quebec Beef Producers
Federation; Canadian Beef Grading Agency; and a regional office
of the Canadian Food Inspection Agency.
La publication préalable du projet a été faite dans la Gazette du
Canada Partie I le 17 juin 2000 avec une période de 60 jours prévue aux fins de commentaires par le public. On a reçu vingt-trois
(23) mémoires pendant cette période; onze (11) mémoires sont
entièrement en faveur du projet avec ou sans recommandations de
modifications; neuf (9) mémoires s’y opposent, et les trois (3)
autres demandent des clarifications du projet sans prise de position à ce sujet. Les mémoires en faveur du projet, avec ou sans
recommandations de modifications, proviennent de l’Association canadienne des médecins vétérinaires, de l’Association
des médecins vétérinaires du Nouveau-Brunswick, de Beaverhill
Veterinary Services Ltd., du ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et du Développement rural de l’Alberta, du Conseil des
viandes du Canada, de l’Agence canadienne d’identification du
bétail, de la Saskatchewan Stock Growers Association, de
l’Ontario Cattlemen’s Association, de la Fédération des producteurs de bovins du Québec, de l’Agence canadienne de classement du boeuf et d’un bureau régional de l’Agence canadienne
d’inspection des aliments.
Les mémoires qui étaient contre le projet provenaient du Mud
River et Beaverly Farmers’ Institute, et de huit producteurs indépendants - sept producteurs de bovins et un producteur de bovins
laitiers. Quant aux trois mémoires portant sur des demandes de
clarification du projet, ils provenaient de l’Anahim Lake
Cattlemen’s Association et de deux producteurs indépendants de
bovins. On a répondu aux auteurs de ces trois mémoires.
Suite à la présentation de ces mémoires, des modifications ont
été apportées au projet de réglementation, mais, en général, elles
sont mineures et visent à clarifier certaines dispositions. Par
exemple, le ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et du
Submissions opposed to the proposal were received from the
Mud River and Beaverly Farmer’s Institute; and eight individual
producers - seven beef and one dairy. The three submissions received seeking clarification on the proposal were from the
Anahim Lake Cattlemen’s Association and two individual beef
producers. Replies have been provided to these three submissions.
As a result of the submissions, changes are made to the
amendment but for the most part these changes are of a minor
nature and are intended to further clarify some of the provisions.
For example, Alberta Agriculture, Food and Rural Development
2575
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-416
recommended that the definition of “farm of origin” be written in
plainer language. We have attempted to do so and have introduced a separate definition for “farm or ranch”.
Several submissions including those of the Canadian Veterinary Medical Association (CVMA) and Beaverhill Veterinary
Services Ltd. recommended that another exemption be added to
section 183 to allow unidentified cattle to be transported from the
farm of origin to a veterinary clinic for emergency treatment.
Practitioners would be able to fulfill their professional obligations
from a humane and health point of view. We accept this recommendation and the change has been made. The CVMA also noted,
however, that many of their members would prefer to see stricter
control without the exemptions for temporary absences provided
for in section 183. The CVMA recognizes that this Regulation is
an important initial step but also expressed the hope that the national ID program could be eventually applied to other livestock
species, and that a mechanism for tracking animal movement
after the herd of origin could be introduced in the near future.
The Canadian Meat Council recommended that subsection 184(3), which outlines the information that is to be provided
by the abattoir to the database on an animal that has lost its tag, be
rewritten to require the abattoir to report only the animal’s owner
at the time of delivery to the abattoir. Since this recommendation,
however, is not incompatible with the current wording of this
subsection, the provision is not being changed. Additional information such as the number of the lost tag is only requested if the
information is known to the abattoir operator. We agree with the
Canadian Meat Council that in many instances this information
would not be known to the abattoir operator, and in such a case,
there is no requirement to report.
The Quebec Beef Producers Federation indicated their general
support for the proposal but did raise an issue that requires further
study. The Quebec cattle industry is seriously studying the possibility of restricting the approved tag adopted for application to
cattle born in Quebec to an electronic tag rather than a bar-code
tag. Two of the twelve approved tags are electronic tags and meet
the requirements of the national program. The Federation believes
that the electronic tags are easier and faster to read, and the reading may be more accurate. It is expected that initially, in the rest
of the country, the conventional bar-code plastic tags will be more
popular due to their lower costs. In the case of a Quebec feedlot
that brings in calves from another province that are identified
with the conventional bar-code plastic tags, the Federation indicated that the feedlot operator might prefer to add an electronic
tag to the calves at their reception into the feedlot. The Regulation
does not prohibit the addition of a second official tag, but does
prohibit the removal of an official tag. The feedlot operator could
add a second official tag but is certainly not required to do so by
the Regulation. The original official tag, however, could not be
removed. The Canadian Food Inspection Agency would also expect the producer to maintain a record of the numbers of both tags
that are in the calves so that the traceback capability to the herd of
origin is maintained for these cattle as for all other cattle in
Canada. At slaughter, it is anticipated that Quebec packers would
read only the electronic tag similar to the procedure for cattle
born in Quebec and identified in the herd of origin with an electronic tag.
2576
Développement rural a demandé que la définition de l’expression
« ferme d’origine » soit formulée plus clairement. Nous avons
tenté de le faire et avons introduit une définition distincte pour les
expressions « ferme » ou « ranch ».
Plusieurs mémoires, dont ceux de l’Association canadienne des
médecins vétérinaires (ACMV) et de Beaverhill Veterinary Services Ltd., recommandaient l’ajout d’une autre exemption à l’article 183 afin de permettre que des bovins non identifiés puissent
être déplacés de la ferme d’origine vers une clinique vétérinaire
en cas d’urgence. Les médecins vétérinaires seraient alors en mesure de respecter leurs obligations professionnelles d’un point de
vue humain et sanitaire. Nous acceptons cette recommandation et
la modification a été apportée. L’ACMV a également signalé,
cependant, qu’un grand nombre de ses membres préféreraient
l’application de mesures de contrôle plus rigoureuses, sans les
exemptions pour des absences temporaires prévues à l’article 183.
L’ACMV est d’avis que ce règlement représente une première
étape importante, mais espère aussi que le programme national
d’identification sera éventuellement appliqué à d’autres espèces
d’animaux et qu’un mécanisme de retraçage des déplacements
des animaux après leur départ de la ferme d’origine pourra être
introduit dans un proche avenir.
Le Conseil des viandes du Canada a recommandé que le paragraphe 184(3), qui précise les renseignements qui doivent être
fournis par l’abattoir aux responsables de la base de données sur
un animal qui a perdu son étiquette, soit reformulé de manière à
ce que l’abattoir n’ait à communiquer que le nom du propriétaire
de l’animal lors de l’arrivée de l’animal à l’abattoir. Toutefois,
comme cette recommandation est compatible avec la formulation
actuelle du paragraphe, la disposition n’est pas modifiée. D’autres
renseignements comme le numéro de l’étiquette perdue sont exigés seulement si l’exploitant de l’abattoir les connaît. Nous convenons avec le Conseil canadien des viandes que dans bon nombre de cas l’exploitant de l’abattoir ne possède pas ces renseignements, et donc il n’est pas tenu de transmettre ces renseignements.
La Fédération des producteurs de bovins du Québec a indiqué
qu’elle appuyait en général le projet, mais a soulevé un point qui
mérite une étude plus approfondie. Au Québec, le secteur des
bovins de boucherie examine sérieusement la possibilité de limiter la pose de l’étiquette approuvée aux bovins nés au Québec à
une étiquette électronique plutôt qu’à une étiquette avec code à
barres. Deux des douze étiquettes approuvées sont des étiquettes
électroniques et satisfont aux exigences du programme national.
Selon la Fédération, la lecture des étiquettes électroniques est plus
facile et plus rapide et peut être plus précise. On s’attend à ce que,
au départ, dans le reste du pays, les étiquettes en plastique classiques avec codes à barres soient plus recherchées en raison de leur
coût plus faible. Dans le cas d’un parc d’engraissement québécois
qui importe des veaux d’une autre province qui sont identifiés par
une étiquette de plastique classique avec code à barres, la Fédération a fait savoir que l’exploitant du parc pourrait préférer ajouter
une étiquette électronique aux veaux à leur arrivée au parc d’engraissement. La réglementation n’interdit pas l’addition d’une
deuxième étiquette, mais interdit l’enlèvement d’une étiquette
officielle. L’exploitant du parc d’engraissement pourrait ajouter
une deuxième étiquette officielle, mais rien ne l’y oblige en vertu
du règlement. L’étiquette officielle originale, cependant, ne pourrait pas être enlevée. L’Agence canadienne d’inspection des aliments s’attend également à ce que l’exploitant tienne un registre
des numéros figurant sur les deux étiquettes qui sont fixées sur
le veau de manière à ce qu’on ait la possibilité de retracer ces
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-416
Deadstock operators or renderers who dispose of the carcasses
of cattle that die prior to slaughter are required to report the tag
numbers or other information to the database for traceback purposes. An exemption was originally proposed for carcasses disposed of at the farm or auction barn where the animal died. The
Canadian Cattle Identification Agency questioned whether it was
pertinent to have an exemption for cattle that die at an auction
barn since their carcasses would not normally be disposed of at
the auction facility. The Canadian Food Inspection Agency agrees
with this comment and has deleted the exemption that applied to
auction barns.
Considerable discussion has occurred on the proposed requirements in section 188 for exported cattle. The Canadian Food Inspection Agency requires that the official numbers for exported
cattle be read and reported to the database, but recognizes that
flexibility can be provided in when, where and how the numbers
are captured. The regulatory proposal reflected that flexibility.
For Canadian cattle exported to the United States for immediate
slaughter, discussions are underway with American government
and industry officials to determine if the numbers can be read in
the American abattoirs and reported back to the Canadian database. The Regulation would allow for this option, or alternatively
for the reading of numbers in Canadian feedlots at the time of
regular processing prior to exportation. For Canadian calves exported to the United States for further feeding, industry officials
had originally suggested that it should be possible to remove the
official tag at the time of exportation and apply the traditional
sequentially numbered “curl lock” tag rather than read the official
tag. Although industry officials now believe that it would be just
as easy to read the official bar-code tags, the flexibility for this
option is being maintained in the Regulation. However, it is being
clarified in subsection 188(2) that if the official tag is removed
from an animal at the time of exportation, not only must another
tag be applied but the numbers of the two tags must be correlated
and reported to the database.
For imported non-slaughter cattle, the amendment requires that
the animals be identified with official Canadian tags when they
arrive at their initial destination in Canada. The Canadian Cattle
Identification Agency recommended that it be possible to send the
approved Canadian tags to the United States so that the tags are
applied to the animals before they are exported to Canada. The
Canadian Food Inspection Agency accepts this recommendation
and the amendment is changed accordingly.
The proposal pre-published in the Canada Gazette, Part I applied only to cattle. Shortly prior to pre-publication, however, the
Canadian Bison Association (CBA) officially requested that the
regulatory proposal also apply to bison. Although it was too late
to modify the proposal to incorporate bison at the time of prepublication, the CBA requested that the change be made at the
veaux jusqu’à leur troupeau d’origine comme c’est le cas pour
tous les autres bovins au Canada. À l’abattoir, on s’attend à ce
que les transformateurs ne lisent que l’étiquette électronique,
comme pour les bovins nés au Québec et identifiés par une étiquette électronique dans le troupeau d’origine.
Les équarrisseurs qui s’occupent d’éliminer les carcasses d’animaux qui meurent avant d’être abattus doivent transmettre les
numéros d’étiquette ou d’autres renseignements aux responsables
de la base de données aux fins de retraçage. On avait proposé à
l’origine d’en exempter les carcasses éliminées à la ferme ou les
animaux morts dans une salle d’encan. L’Agence canadienne
d’identification du bétail s’est demandé si cette exemption était
pertinente dans le cas des animaux qui meurent dans les salles
d’encan étant donné que leur carcasse n’est pas éliminée en général à cet endroit. L’Agence canadienne d’inspection des aliments
est d’accord avec cette observation et a supprimé l’exemption
visant les salles d’encan.
D’importantes discussions ont eu lieu sur les exigences proposées à l’article 188 visant les bovins exportés. L’Agence canadienne d’inspection des aliments exige que les numéros des étiquettes officielles des bovins exportés soient lus et transmis aux
responsables de la base de données, mais elle reconnaît qu’on
peut faire preuve de souplesse en ce qui concerne le moment et
l’endroit où les numéros sont saisis, ainsi que la méthode utilisée.
Le projet de réglementation traduit cette souplesse. Dans le cas
des bovins canadiens exportés vers les États-Unis pour y être
abattus immédiatement, des discussions sont en cours avec le
gouvernement américain et les représentants de l’industrie afin
d’établir si les numéros des étiquettes pourraient être lus dans les
abattoirs américains et communiqués aux responsables de la base
de données canadienne. Le règlement permettrait cette possibilité,
ou bien la lecture des numéros dans les parcs d’engraissement
canadiens au moment des manipulations habituelles avant
l’exportation des animaux. Dans le cas des veaux canadiens exportés vers les États-Unis aux fins d’engraissement, les représentants de l’industrie avaient proposé au départ que l’on puisse enlever l’étiquette officielle lors de l’exportation et poser une étiquette conjuguée à une pièce de métal classique « curl lock »
portant un numéro séquentiel au lieu de lire l’étiquette officielle.
Ils estiment maintenant qu’il serait tout aussi facile de lire les
étiquettes officielles avec code à barres, mais la réglementation
prévoit les deux possibilités. Toutefois, il est précisé au paragraphe 188(2) que, si l’étiquette officielle est enlevée au moment de
l’exportation, on doit non seulement fixer une autre étiquette mais
établir une corrélation entre les numéros des deux étiquettes et
transmettre l’information aux responsables de la base de données.
En ce qui concerne les bovins importés qui ne sont pas destinés
à l’abattoir, le projet de réglementation stipule que les animaux
doivent être identifiés au moyen d’une étiquette canadienne officielle lorsqu’ils arrivent à leur première destination au Canada.
L’Agence canadienne d’identification du bétail a recommandé
que des étiquettes canadiennes approuvées puissent être envoyées
aux États-Unis de manière à ce qu’elles soient fixées aux animaux
avant leur exportation au Canada. L’Agence canadienne d’inspection des aliments accepte cette recommandation, et le texte est
modifié en conséquence.
Le projet publié dans la Gazette du Canada Partie I ne s’applique qu’aux bovins. Peu avant la publication préalable, toutefois, l’Association canadienne du bison (ACB) a demandé officiellement que le projet de réglementation s’étende aussi aux bisons. Il était trop tard pour modifier le projet en vue d’y inclure le
bison au moment de la publication préalable, mais l’ACB a
2577
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-416
time of final publication. The CBA also agreed to demonstrate
strong bison producer support for mandatory ID. The CBA represents an estimated 95 per cent of Canadian bison producers with a
membership of approximately 1,500 producers. The Canadian
bison population is estimated at 125,000 head.
Unlike the cattle industry, the CBA indicated that bison producers already have a mandatory ID program for all bison at the
time of weaning. Essentially, the Canadian bison industry would
not be adopting mandatory ID due to the CBA request but would
be moving from one mandatory ID method to another. The new
CCIA identification program is considered to offer the bison industry greater consistency, efficiency and simplicity.
To demonstrate bison producer support, the CBA indicated that
the cattle ID proposal has been thoroughly discussed at the producer, regional and national levels. The CBA Board of Directors
voted unanimously in June 1999 to support the CCIA program
that is being implemented by the Canadian cattle industry. The
CBA has made presentations at all the Regional Field Days across
the country and has published a series of articles in their magazine Smoke Signals which is distributed to all bison producers.
The CBA indicated that there has been an overwhelming approval
from the CBA membership in support of the new national
ID program.
In the absence of any reference to bison in the proposal at the
time of pre-publication, the Canadian Food Inspection Agency
recommended to the CBA that they also undertake a producer
plebiscite on the issue, which the CBA immediately agreed to.
During the plebiscite, 280 valid ballots were returned of which
230 producers or 82 per cent supported the proposal.
Consequently, the Health of Animals Regulations are amended
to extend the national ID program to bison animals with the only
difference from the cattle provisions being that bison producers
will have 60 days rather than 30 to report the ID number on imported bison to the database in order to correspond with the quarantine period on imported bison.
In the submissions opposed to the proposal, some recurring
themes emerged. Some producers, particularly cow-calf producers, are worried that they might be subject to greater liability if
cattle identified with their tags are subsequently found elsewhere
to have a disease or food safety problem. The concern is that the
blame will come back to the producer at the herd of origin although the animal may have passed through several other herds or
farms prior to slaughter. Although it is true that recording all
animal movements from herd of origin until slaughter or exportation would further facilitate traceback efforts, liability is no different under the national identification program. Producers will
not be blamed for problems not of their making. Any health or
safety problem discovered in an animal or the animal’s carcass is
not automatically blamed on the herd of origin. In the event of a
problem, the Canadian Food Inspection Agency will be able to
trace forward from the animal’s herd of origin, and backward
from the location where the problem was detected (usually an
abattoir) to determine the true source of the problem. In addition
to permitting more rapid and effective traceback action, it is estimated that the national ID program will reduce by 90 per cent the
2578
demandé que la modification soit faite dans la publication finale.
Elle a aussi convenu de montrer que la plupart des producteurs de
bison appuyaient l’identification obligatoire. L’ACB représente 95 pour cent des producteurs de bison estimés au Canada avec
environ 1 500 producteurs membres. La population canadienne de
bisons est estimée à 125 000 bêtes.
À la différence de l’industrie des bovins de boucherie, l’ACB a
fait savoir que les producteurs de bison adhèrent déjà à un programme d’identification obligatoire pour tous les bisons au moment du sevrage. Dans les faits, le secteur du bison au Canada
n’adopterait pas l’identification obligatoire à la demande de
l’ACB, mais opterait simplement pour une autre méthode d’identification obligatoire. On estime que le nouveau programme
d’identification de l’ACIB offre au secteur du bison une uniformité, une efficacité et une simplicité plus grandes.
Afin de faire état de l’appui du secteur du bison, l’ACB a signalé que le projet d’identification du bétail a fait l’objet de discussions approfondies au niveau des producteurs, au niveau régional et au niveau national. En juin 1999, le conseil d’administration de l’ACB a voté à l’unanimité le soutien au programme de
l’ACIB mis en oeuvre par l’industrie canadienne des bovins de
boucherie. L’ACB a fait des exposés à toutes les journées communautaires régionales à l’échelle du pays et a publié une série
d’articles dans sa revue Smoke Signals qui est distribuée à tous les
producteurs de bison. L’ACB a fait savoir que ses membres
avaient donné de façon massive leur appui au nouveau programme national d’identification.
En l’absence de toute référence au bison dans le projet lors de
sa publication préalable, l’Agence canadienne d’inspection des
aliments a recommandé à l’ACB de consulter également tous les
producteurs à ce sujet, ce dont l’ACB a convenu immédiatement.
Pendant les consultations, 280 votes valides ont été retournés; de
ce nombre, 230 producteurs (ou 82 pour cent) appuyaient le projet.
Par conséquent, le Règlement sur la santé des animaux est
amendé de manière à étendre le programme national d’identification aux bisons, à la seule différence que les producteurs de
bison auront 60 jours au lieu de 30 pour transmettre le numéro
d’identification des bisons importés aux responsables de la base
de données, ce qui correspond à la période de quarantaine visant
les bisons importés.
Dans les mémoires qui étaient contre le projet, certains thèmes
revenaient souvent. Des producteurs, en particulier des éleveursnaisseurs, s’inquiètent du fait qu’on pourrait leur imposer une
plus grande responsabilité si des bovins portant leur étiquette sont
trouvés dans un autre troupeau et présentent un problème de santé
ou d’innocuité. Ils se préoccupent du fait que c’est le producteur
du troupeau d’origine qui sera accusé même si l’animal peut être
passé dans plusieurs autres troupeaux ou exploitations avant
d’être abattu. Même s’il est vrai que l’enregistrement de tous les
déplacements des animaux du troupeau d’origine jusqu’à ce qu’ils
soient abattus ou exportés faciliterait le retraçage, la responsabilité s’applique dans le cadre du programme national d’identification comme dans toute autre chose. Les producteurs ne seront
pas accusés dans le cas de problèmes dont ils ne sont pas responsables. Tout problème en matière de santé ou de sécurité constaté
chez un animal ou au niveau de la carcasse ne sera pas automatiquement imputé au troupeau d’origine. En cas de problème,
l’Agence canadienne d’inspection des aliments pourra procéder
au retraçage en aval à partir du troupeau d’origine et en amont à
partir du dernier point où s’est trouvé l’animal (en général
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-416
number of herds needed to be tested or quarantined in the traceback investigation. In summary, a faster and more effective resolution to the problem and less inconvenience to producers.
Some producers questioned the costs, the fact that cow-calf
producers must pay for the tags, and the fact that costs are not
shared with other industry sectors or government. These are important issues that the CCIA has had to address since the outset.
When the program was being developed, there was much thought
given to how to cover the costs of the tags and the program. It
was obvious that the tags had to be obtained and applied by the
original owner and it was determined that the only practical way
to do this was to have the cow-calf producer purchase the tags.
Some thought was given to having the tags supplied by the federal government for at least the first two years of the program but
no such agreement was reached. The idea of having the tags paid
for out of check-off revenue was discussed but was considered of
little real benefit. Many cow-calf producers pointed out that no
matter what scheme was developed to pay for the tags, the costs
would fall back upon the original producer. That is the reason the
CCIA has tried to keep the program as simple and low cost as
possible. There appears to be no way around the fact that it is the
original producer who must buy and apply the tags. At the same
time, it is evident that the original producer benefits from a
healthy industry that can win consumer confidence at home and
abroad. The price received for feeder cattle reflects the confidence consumers have in Canadian production.
Some questioned the need to identify or read the numbers of
cattle being exported to the United States (US). It was suggested
that there is no similar national ID program in the US and that
there is no intention of using the proposed Canadian tags which
will only be discarded in garbage cans. It was also suggested that
the need to read the numbers on cattle, particularly slaughter cattle, at the time of exportation would be expensive and a waste of
time. It is true that Canada exports a significant number of its
cattle production either as slaughter cattle or feeder cattle. Annual
shipments can be in the order of 1 million head. It is also true that
the US does not have a comparable national cattle ID program;
however, the United States Department of Agriculture (USDA) is
very aware that many countries either have or are implementing
national ID programs, and that the US will be increasingly vulnerable to disease outbreaks and trade actions in the absence of a
program. The USDA Animal and Plant Health Inspection Services informed the US National Cattlemen’s Beef Association at
their annual meeting in August 2000 of USDA’s desire to have a
national ID program for US cattle in place within 3 years.
As previously mentioned, there has been considerable discussion between CCIA and the Canadian Food Inspection Agency,
and with USDA officials on these issues. This Regulation requires that the official numbers for exported cattle be read and
l’abattoir) pour trouver la vraie source du problème. En plus de
permettre un retraçage plus rapide et plus efficace, on estime que
le programme national d’identification réduira de 90 pour cent le
nombre de troupeaux qui devront être testés ou mis en quarantaine dans le cadre d’une enquête de retraçage. En résumé, cela
signifie une résolution plus rapide et plus efficace du problème et
moins d’inconvénients pour les producteurs.
Des producteurs ont contesté les coûts, le fait que les éleveursnaisseurs doivent payer les étiquettes, et le non-partage des coûts
avec d’autres secteurs de l’industrie ou le gouvernement. Il s’agit
de questions importantes sur lesquelles l’ACIB a dû se pencher
dès le début. Pendant l’élaboration du programme, on s’est beaucoup intéressé à la façon de couvrir le coût des étiquettes et du
programme. Il était évident qu’il revenait au propriétaire original
d’obtenir et de poser les étiquettes, et que la seule façon pratique
de le faire était de faire assumer leur coût d’achat par l’éleveurnaisseur. On a pensé à un moment que le gouvernement fédéral
pourrait fournir les étiquettes pendant au moins les deux premières années du programme, mais aucune entente n’a été conclue à
ce sujet. On a envisagé la possibilité que les étiquettes puissent
être payées à même les prélèvements imposés aux agriculteurs,
mais on a jugé que cela présentait peu de vrais avantages. Un
grand nombre d’éleveurs-naisseurs ont signalé que, quel que soit
le scénario élaboré pour payer les étiquettes, le coût en reviendrait
au producteur original. C’est pourquoi l’ACIB a tenté de maintenir le programme le plus simple possible et au plus bas coût. On
ne semble y échapper en aucune façon; il revient au producteur
original d’acheter et de poser les étiquettes. Parallèlement, il est
évident que le producteur original profite d’une industrie en
bonne santé qui peut gagner la confiance des consommateurs, au
pays et à l’étranger. Le prix payé pour les bovins d’engraissement
traduit la confiance des consommateurs à l’égard de la production
canadienne.
Certains ont contesté la nécessité d’identifier les bovins ou de
lire les étiquettes des bovins exportés vers les États-Unis (É.-U.).
On a indiqué qu’il n’y avait aucun programme national d’identification similaire aux États-Unis et qu’il n’est nullement question
d’utiliser là-bas les étiquettes canadiennes, lesquelles seront simplement jetées dans des poubelles. On a également signalé que la
nécessité de lire les numéros figurant sur les étiquettes des bovins,
en particulier les bovins destinés à l’abattoir, au moment de
l’exportation serait une activité coûteuse et occasionnerait une
perte de temps. Il est vrai que le Canada exporte une partie importante de sa production de bovins comme bovins d’abattage ou
bovins d’engraissement. Les expéditions annuelles peuvent être
de l’ordre de 1 million de bêtes. Il est également vrai que les
États-Unis ne disposent pas d’un programme national d’identification comparable; toutefois, le ministère de l’Agriculture des
États-Unis (USDA) est très conscient du fait que de nombreux
pays disposent d’un programme national d’identification ou qu’ils
sont en train de le mettre en oeuvre, et que les É.-U. seront de
plus en plus vulnérables aux épidémies et aux poursuites de nature commerciale en l’absence d’un tel programme. L’APHIS
(Animal and Plant Health Inspection Services) de l’USDA a avisé
la National Cattlemen’s Beef Association des États-Unis, lors de
sa réunion annuelle en août 2000, que l’USDA souhaitait avoir un
programme national d’identification pour les bovins américains
en vigueur d’ici trois ans.
Ainsi qu’on l’a déjà mentionné, il y a eu de nombreuses discussions entre l’ACIB et l’Agence canadienne d’inspection des aliments, ainsi qu’avec les représentants de l’USDA, sur ces sujets.
La présente réglementation exige que les numéros figurant sur les
2579
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-416
reported to the database but allows for flexibility in when, where
and how the numbers are reported. For Canadian cattle exported
to the US for immediate slaughter, discussions are underway with
USDA and industry officials to determine if the numbers can be
read in the American abattoirs and reported back to the Canadian
database. Alternatively, it may be possible to read the numbers in
Canadian feedlots during regular animal processing prior to exportation. Both USDA and Canadian veterinary authorities support the presence of official Canadian tags on exported cattle to
facilitate traceback actions needed. The USDA presently requires
that the tags present on cows and bulls at slaughter be read. It
would be a USDA responsibility to prohibit the removal of official Canadian tags on cattle imported into the US, and would
certainly be in their interests.
Some of the submissions opposed suggested that only mature
breeding stock be identified. Although it is true that the risk of a
disease or food safety problem can be higher in older animals, the
risk is not exclusive to older animals. Disease can be transmitted
between animals regardless of age. For an effective traceback
investigation that is to contain and eliminate a disease problem, it
is important to know with which animals a diseased animal was in
contact. The effectiveness of the ID program would be much
more limited if only mature animals were identified.
Some of the submissions stated that producers had not been
provided with an opportunity for public debate or a vote, and that
the process was undemocratic. Cattlemen in Canada are organized
around local cattlemen associations that are affiliated with provincial associations. Every cattleman who wishes to be involved
in the affairs of the industry has a voice at the local level and has
a voice in sending representatives forward to the provincial association. Resolutions in favour of a national ID program for cattle
have been passed by the Canadian Cattlemen’s Association and
most of the provincial associations. No provincial association has
forwarded any resolution opposed to the program.
In addition to the 23 submissions received during the official
comment period, three additional submissions were received
shortly after the comment period expired: the Western Beef
Development Centre fully supported the initiative; the British
Columbia Cattlemen’s Association indicated their support for the
principles of the program while expressing concern with two specific provisions; and an individual beef producer opposed the
initiative.
The Canadian Food Inspection Agency believes that the
ID program and requirements have been and continue to be given
wide publicity throughout the Canadian cattle industry. We also
believe that the resolutions adopted and the low number of submissions received reflect the general industry support for this
industry-led initiative as well as the consultation and consensus
achieved by the CCIA and the dairy industry in the last 2 years.
2580
étiquettes officielles des bovins exportés soient lus et transmis
aux responsables de la base de données, mais elle est suffisamment souple quant au moment et à l’endroit où les numéros sont
lus et quant à la méthode utilisée pour transmettre l’information.
Dans le cas des bovins canadiens exportés vers les États-Unis aux
fins d’abattage immédiat, des discussions sont en cours entre
l’USDA et les représentants de l’industrie afin d’établir si les
numéros pourraient être lus dans les abattoirs américains et transmis aux responsables de la base de données canadienne. Autre
possibilité, on pourrait lire les étiquettes dans les parcs d’engraissement canadiens pendant les manipulations habituelles des animaux avant leur exportation. Les autorités vétérinaires de
l’USDA et du Canada sont d’accord avec la présence d’étiquettes
officielles canadiennes sur les bovins exportés afin de faciliter le
retraçage le cas échéant. À l’heure actuelle, l’USDA exige que les
étiquettes présentes sur les vaches et les taureaux à l’abattoir
soient lues. Il reviendrait à l’USDA d’interdire l’enlèvement des
étiquettes officielles canadiennes sur les bovins importés aux
États-Unis, et cela serait certainement dans leur intérêt.
Dans les mémoires qui étaient contre le programme, on a indiqué que seuls les reproducteurs adultes devraient être identifiés. Il
est vrai que le risque de maladie ou de problème sanitaire peut
être plus élevé chez les animaux plus vieux, mais cela ne touche
pas exclusivement les animaux âgés. La maladie peut se transmettre d’un animal à un autre quel que soit leur âge. Pour qu’une
enquête de retraçage visant à contenir et à éliminer une maladie
soit efficace, il est important de connaître avec quels animaux
l’animal malade est entré en contact. L’efficacité du programme
d’identification serait beaucoup plus limitée si seuls les animaux
adultes étaient identifiés.
Des mémoires ont mentionné que les producteurs n’avaient pas
eu la possibilité de tenir un débat public ou un vote et que le processus était antidémocratique. Les producteurs de bovins du
Canada sont regroupés en associations locales affiliées à des associations provinciales. Chaque producteur de bovins qui souhaite
prendre part aux affaires de l’industrie a voix au chapitre au niveau local et peut choisir les représentants qu’il envoie à l’association provinciale. Des résolutions en faveur d’un programme
national d’identification ont été adoptées par la Canadian Cattlemen’s Association et par presque toutes les associations provinciales. Aucune association provinciale n’a fait parvenir de résolution pour s’opposer au programme.
En plus des 23 mémoires reçus pendant la période officielle de
commentaires, trois autres mémoires ont été reçus peu après la fin
de cette période : le Western Beef Development Centre appuie
intégralement le projet; la Cattlemen’s Association de la
Colombie-Britannique appuie le projet en principe tout en exprimant une préoccupation au sujet de deux dispositions précises, et
un producteur indépendant est opposé au projet.
L’Agence canadienne d’inspection des aliments est d’avis que
le programme d’identification et ses dispositions ont reçu, et continuent de recevoir, beaucoup de publicité par l’entremise de
l’industrie canadienne des bovins de boucherie. Nous estimons
également que les résolutions qui ont été adoptées et le petit nombre de mémoires que nous avons reçus reflètent en général l’appui
de l’industrie à ce projet du secteur, de même que les consultations et le consensus obtenu par l’ACIB et l’industrie laitière au
cours des deux dernières années.
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-416
Compliance and Enforcement
Respect et exécution
The Canadian Food Inspection Agency and CCIA believe that
information and education are very effective tools in securing
conformity with the law. Accordingly, the diffusion of information on the program through the various communications vehicles
referred to earlier is a high priority both prior and subsequent to
the implementation date.
L’Agence canadienne d’inspection des aliments et l’ACIB estiment que l’information et l’éducation sont des moyens très efficaces pour faire appliquer la loi. Par conséquent, il est prioritaire
de veiller à ce que l’information concernant le programme
d’identification soit diffusée par les divers moyens de communication nommés plus haut et ce, tant avant qu’après la mise en
oeuvre.
L’application des nouvelles dispositions concernant l’identification des bovins est obligatoire. Après la mise en oeuvre,
l’Agence canadienne d’inspection des aliments allouera une période de transition lorsqu’elle déterminera quelles mesures prendre contre les contrevenants; en outre, le contexte de la contravention sera pris en compte. Pendant cette période, l’ACIB recommande que les mesures d’application prennent la forme de
séances d’information, d’activités de vulgarisation et d’avis de
non-conformité, pour parvenir à une application totale, d’ici le
1er juillet 2002.
Partout au Canada, les employés de l’Agence canadienne d’inspection des aliments chargés de veiller à l’application des dispositions du Règlement sur la santé des animaux concernant l’identification des bovins sont censés appliquer la Loi sur la santé des
animaux d’une manière juste, prévisible et uniforme, et pour ce
faire, doivent utiliser les règles, sanctions et processus prévus.
L’article 16 de la Loi sur la santé des animaux exige que l’importateur d’un animal ou de toute autre chose qui pourrait introduire une maladie au Canada présente l’animal à un inspecteur de
l’Agence canadienne d’inspection des aliments ou à un agent des
douanes.
L’article 65 de la Loi sur la santé des animaux, L.C. 1990,
ch. 21, prévoit une amende pour les personnes déclarées coupables d’avoir refusé ou négligé d’accomplir une obligation prévue
par la Loi ou le Règlement.
Compliance with the new cattle ID sections is mandatory. Following implementation, a transitory period will be recognized by
the Canadian Food Inspection Agency when selecting and applying the various enforcement responses possible. During this period, CCIA has recommended that enforcement take the form of
information, extension and notification of non-compliance, moving towards full enforcement by July 1, 2002. The circumstances
involved in incidents of non-compliance shall be considered when
selecting and applying enforcement responses.
Canadian Food Inspection Agency staff throughout Canada
whose duties include enforcement of the cattle ID sections of the
Health of Animals Regulations are expected to apply the provisions of the Health of Animals Act in a manner that is fair, predictable and consistent. They will use rules, sanctions and processes founded in law.
Section 16 of the Health of Animals Act requires that an importer of an animal or any other thing that could introduce disease
into Canada must present the animal to a Canadian Food Inspection Agency inspector or to a Customs officer.
Section 65 of the Health of Animals Act, S.C. 1990, c. 21 provides for punishment upon conviction of refusing or neglecting to
perform a duty imposed by the Act or the Regulations.
Contacts
Richard Robinson, Chief
Livestock Identification and Legislation
Foods of Animal Origin Division
Canadian Food Inspection Agency
59 Camelot Drive
Nepean, Ontario
K1A 0Y9
Tel.: (613) 225-2342
FAX: (613) 228-6636
E-mail: rrobinson@em.agr.ca
Dr. John Kellar
Associate Director
Disease Control
Science Division
Canadian Food Inspection Agency
3851 Fallowfield Road
Nepean, Ontario
K2H 8P9
Tel.: (613) 228-6698
FAX: (613) 228-6675
E-mail: jkellar@em.agr.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2000
Personnes-ressources
Richard Robinson, Chef
Identification du bétail et réglementation
Division des aliments d’origine animale
Agence canadienne d’inspection des aliments
59, promenade Camelot
Nepean (Ontario)
K1A 0Y9
Tél. : (613) 225-2342
TÉLÉCOPIEUR : (613) 228-6636
Courriel : rrobinson@em.agr.ca
Dr John Kellar
Directeur associé
Surveillance des maladies animales
Division des sciences
Agence canadienne d’inspection des aliments
3851, chemin Fallowfield
Nepean (Ontario)
K2H 8P9
Tél. : (613) 228-6698
TÉLÉCOPIEUR : (613) 228-6675
Courriel : jkellar@em.agr.ca
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2000
2581
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-417
Registration
SOR/2000-417 30 November, 2000
Enregistrement
DORS/2000-417 30 novembre 2000
FOOD AND DRUGS ACT
LOI SUR LES ALIMENTS ET DROGUES
Regulations Amending the Food and Drug
Regulations (1122 — Lysozyme)
Règlement modifiant le Règlement sur les aliments
et drogues (1122 — lysozyme)
P.C. 2000-1728 30 November, 2000
C.P. 2000-1728 30 novembre 2000
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Health, pursuant to subsection 30(1)a of the Food and Drugs Act, hereby makes the annexed
Regulations Amending the Food and Drug Regulations (1122
Lysozyme).
Sur recommandation du ministre de la Santé et en vertu du paragraphe 30(1)a de la Loi sur les aliments et drogues, Son Excellence la Gouverneure générale en conseil prend le Règlement
modifiant le Règlement sur les aliments et drogues (1122
lysozyme), ci-après.
REGULATIONS AMENDING THE FOOD
AND DRUG REGULATIONS (1122 /<62=<0(
RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT
SUR LES ALIMENTS ET DROGUES (1122 /<62=<0(
AMENDMENTS
MODIFICATIONS
1
1. Section B.01.009 of the Food and Drug Regulations is
amended by adding the following after subsection (4):
(5) Notwithstanding subsection B.01.008(10) and item 23 of
the table to subsection (1), if lysozyme from egg white is added to
a food described in section B.08.033 or B.08.034, the label of the
food shall show “lysozyme from egg white” in the list of ingredients in the same manner that is required in subsection B.01.008(4)
or (5), as applicable.
2. Subsection B.08.033(3) of the Regulations is amended by
striking out the word “and” at the end of paragraph (d), by
adding the word “and” at the end of paragraph (e) and by
adding the following after paragraph (e):
(f) lysozyme derived from egg white.
3. Subsection B.08.034(2) of the Regulations is amended by
striking out the word “and” at the end of paragraph (a), by
adding the word “and” at the end of paragraph (b) and by
adding the following after paragraph (b):
(c) lysozyme derived from egg white.
4. Table V to section B.16.100 of the Regulations is
amended by adding the following after item L.3:
Column I
Column II
Column III
Column IV
Item No.
Additive
Permitted
Source
Permitted in
or Upon
Maximum
Level of Use
L.4
Lysozyme
Egg white
Cheese
Good
Manufacturing
Practice
1. L’article B.01.009 du Règlement sur les aliments et drogues1 est modifié par adjonction, après le paragraphe (4), de
ce qui suit :
(5) Par dérogation au paragraphe B.01.008(10) et à l’article 23
du tableau du paragraphe (1), si du lysozyme de blanc d’oeuf est
ajouté à un aliment visé aux articles B.08.033 ou B.08.034, la
mention « lysozyme de blanc d’oeuf » doit figurer dans la liste
des ingrédients de l’étiquette de l’aliment, de la même façon que
l’exigent les paragraphes B.01.008(4) et (5), selon le cas.
2. Le paragraphe B.08.033(3) du même règlement est modifié par adjonction, après l’alinéa e), de ce qui suit :
f) le lysozyme provenant de blanc d’oeuf.
3. Le paragraphe B.08.034(2) du même règlement est modifié par adjonction, après l’alinéa b), de ce qui suit :
c) le lysozyme provenant de blanc d’oeuf.
4. Le tableau V de l’article B.16.100 du même règlement est
modifié par adjonction, après l’article L.3, de ce qui suit :
Article
L.4
Colonne I
Colonne II
Colonne III
Colonne IV
Additifs
Lysozyme
Source
permise
Blanc d’oeuf
Permis dans
ou sur
Fromage
Limites de
tolérance
Bonnes
pratiques
industrielles
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
5. These Regulations come into force on the day on which
they are registered.
5. Le présent règlement entre en vigueur à la date de son
enregistrement.
———
a
1
S.C. 1999, c. 33, s. 347
C.R.C., c. 870
2582
———
a
1
L.C. 1999, ch. 33, art. 347
C.R.C., ch. 870
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-417
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Regulations.)
(Ce résumé ne fait pas partie du règlement.)
Description
Description
Health Canada has received a submission to amend the Food
and Drug Regulations to provide for the use of a new enzyme,
lysozyme obtained from egg white, in the production of medium
and long term ripening cheese. The use of lysozyme will prevent
gas formation as a result of butyric acid fermentation due to the
presence of the bacteria of the Clostridium species, particularly
Clostridium tyrobutyricum. The formation of gas produces undesirable effects in texture, unacceptable tastes and smells and
causes breakage of the cheese block.
Extensive studies have determined the safety of the use of
lysozyme from egg white in cheese production. In addition, data
have demonstrated that lysozyme is efficacious in preventing gas
formation during cheese production and provides a better quality
of cheese.
At the present time, there is no provision for the use of this
particular enzyme in the Food Additive Tables under Division 16
of the Food and Drug Regulations. Therefore, the Regulations are
amended to include the use of lysozyme from egg white in cheese
production at a level of use consistent with good manufacturing
practice.
Santé Canada a reçu une demande visant à modifier le Règlement sur les aliments et drogues de manière à permettre l’utilisation d’une nouvelle enzyme, le lysozyme de blanc d’oeuf, dans la
fabrication des fromages affinés à moyen et à long terme. L’utilisation de lysozyme préviendra la formation de gaz résultant de la
fermentation de l’acide butyrique par les souches de bactéries
Clostridium, particulièrement le Clostridium tyrobutyricum. La
formation de gaz entraîne des effets indésirables tels que des défauts de texture, des goûts et des odeurs désagréables et la fragmentation du bloc de fromage.
Des études poussées ont permis de déterminer que l’utilisation
du lysozyme de blanc d’oeuf dans la production de fromage est
sécuritaire. De plus, les données ont démontré que le lysozyme
arrivait à prévenir la formation de gaz au cours de la production
de fromage et assurait une meilleure qualité du produit.
Actuellement, l’utilisation de cette enzyme n’est pas prévue
dans les tableaux des additifs alimentaires en vertu du titre 16 du
Règlement sur les aliments et drogues. Ledit règlement est modifié de manière à inclure l’utilisation du lysozyme de blanc d’oeuf
dans la production de fromage à une limite conforme aux « bonnes pratiques industrielles ».
Alternatives
Solutions envisagées
Under the Food and Drug Regulations, enzymes used in the
production of food products are considered to be food additives.
In the case of lysozyme from egg white, provision for the use of
this enzyme can only be accommodated by a regulatory amendment. Maintaining the status quo was rejected as this would preclude the use of a food additive which has been shown to be both
safe and effective in this application.
En vertu du Règlement sur les aliments et drogues, les enzymes
utilisées dans les produits alimentaires sont considérées comme
des additifs alimentaires. Dans le cas du lysozyme de blanc
d’oeuf, l’utilisation de cette enzyme ne peut être autorisée que par
une modification du règlement. Le maintien du statu quo a été
rejeté étant donné qu’il empêcherait l’utilisation d’un additif alimentaire qui s’est avéré sûr et efficace dans l’application.
Benefits and Costs
Avantages et coûts
This amendment will provide industry with an alternative
means to reduce loss of product related to defects caused by gas
formation during the production of cheese. This amendment
would increase the availability in Canada of better quality premium cheeses. Furthermore, this amendment will provide Canadian cheese manufacturers with an equal competitive status with
manufacturers in other countries who have been using this enzyme for some time.
La modification fournira à l’industrie un autre moyen de réduire les pertes attribuables à des défauts résultant de la formation
de gaz au cours de la production du fromage. La modification
permettra la production et la commercialisation au pays de fromages fins de meilleure qualité, ce qui en augmentera la disponibilité. De plus, la modification permettra aux fabricants de fromage canadiens d’améliorer leur compétitivité par rapport aux
fabricants des autres pays qui utilisent cette enzyme depuis un
certain temps.
Le lysozyme de blanc d’oeuf est présentement utilisé dans la
production de fromage aux États-Unis et dans de nombreux pays
d’Europe. L’harmonisation de la réglementation canadienne avec
celle des autres pays permettra l’importation de ces fromages au
Canada. Enfin, la modification est un autre pas vers l’harmonisation de l’emploi des additifs alimentaires avec nos principaux
partenaires commerciaux tels que les États-Unis et l’Europe.
On ne s’attend pas à ce qu’il en coûte plus cher pour le gouvernement d’appliquer le règlement modifié. Les coûts liés à l’observation n’entrent pas en ligne de compte, étant donné que l’utilisation de lysozyme de blanc d’oeuf dans la production de fromage sera facultative.
Currently, lysozyme from egg white is used in cheese production in the United States and many European countries. This
amendment is an additional step towards harmonization of food
additive usage with major trading partners such as United States
and Europe and will permit importation of the cheeses so treated
into Canada.
There is no anticipated increase in cost to government from the
administration of this amendment to the Regulations. Compliance
costs are not a factor as the use of lysozyme from egg white in the
production of cheese will be optional.
2583
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-417
Because lysozyme is obtained from egg white, concerns have
been raised regarding potential adverse effects to sensitive individuals allergic to eggs. Therefore, this amendment includes a
labelling requirement for manufacturers using lysozyme during
cheese production. In these instances, the presence of this enzyme
will have to be declared in the list of ingredients in order to inform consumers of the presence of egg by-product in these particular cheeses. This labelling requirement will apply to both domestic and imported products. The additional costs of this labelling requirement are expected to be minor for the cheese industry.
Parce que le lysozyme est extrait du blanc d’oeuf, des inquiétudes ont été exprimées concernant des effets adverses potentiels
pour les personnes allergiques aux oeufs. Ainsi, la modification
inclut une exigence pour les fabricants qui utilisent le lysozyme
de le déclarer sur l’étiquette dans la liste d’ingrédients. Dans ces
cas, cette mesure permettra d’indiquer aux consommateurs la
présence d’un sous-produit des oeufs dans les fromages fabriqués
avec du lysozyme. Cette exigence s’appliquera autant aux fromages fabriqués au Canada qu’aux produits importés. Les coûts additionnels reliés à l’exigence de se conformer à cette règle d’étiquetage sont considérés minimes pour l’industrie du fromage.
Consultation
Consultations
The Canadian Food Inspection Agency and the National Dairy
Council have been consulted and expressed support for this proposal.
This schedule of amendment was pre-published in the Canada
Gazette, Part I on April 15, 2000. Interested parties were invited
to provide comments on this amendment. No comments were
received.
L’Agence canadienne d’inspection des aliments et le Conseil
national de l’industrie laitière du Canada ont été consultés et ont
exprimé leur appui à cette proposition.
L’annexe de modification a fait l’objet d’une publication préalable dans la Gazette du Canada Partie I le 15 avril 2000. Les
parties intéressées y étaient invitées à faire des commentaires.
Aucun commentaire n’a été reçu.
Compliance and Enforcement
Respect et exécution
Compliance will be monitored by ongoing domestic and import
inspection programs.
La surveillance de la conformité serait assurée par des programmes continus d’inspection des produits nationaux et importés.
Contact
Ronald Burke
Director
Bureau of Food Regulatory,
International and Interagency Affairs
Health Canada
A.L. 0702C1
Ottawa, Ontario
K1A 0L2
Tel.: (613) 957-1828
FAX: (613) 941-3537
E-mail: sche-ann@hc-sc.gc.ca
Personne-ressource
Ronald Burke
Directeur
Bureau de la Réglementation sur les aliments
et des affaires internationales et interagences
Santé Canada
Indice d’adresse 0702C1
Ottawa (Ontario)
K1A 0L2
Tél. : (613) 957-1828
TÉLÉCOPIEUR : (613) 941-3537
Courriel : sche-ann@hc-sc.gc.ca
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2000
2584
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2000
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-418
Registration
SOR/2000-418 30 November, 2000
Enregistrement
DORS/2000-418 30 novembre 2000
FINANCIAL ADMINISTRATION ACT
LOI SUR LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES
Order Prescribing the Fee to be Paid by Foreign
Nationals to Participate in an International Youth
Exchange Program in Canada
Arrêté fixant le prix à payer par les nationaux
étrangers en vue de participer au Canada à un
programme d’échanges internationaux visant la
jeunesse
The Minister of Foreign Affairs, pursuant to Order in Council
P.C. 2000-1723 of November 30, 2000a, made pursuant to paragraph 19(1)(b)b of the Financial Administration Act, hereby
makes the annexed Order Prescribing the Fee to be Paid by Foreign Nationals to Participate in an International Youth Exchange
Program in Canada.
Ottawa, November 30, 2000
En vertu du décret C.P. 2000-1723 du 30 novembre 2000a, pris
en vertu de l’alinéa 19(1)b)b de la Loi sur la gestion des finances
publiques, le ministre des Affaires étrangères prend l’Arrêté
fixant le prix à payer par les nationaux étrangers en vue de participer au Canada à un programme d’échanges internationaux
visant la jeunesse, ci-après.
Ottawa, le 30 novembre 2000
John Manley
Minister of Foreign Affairs
Le ministre des Affaires étrangères,
John Manley
ORDER PRESCRIBING THE FEE
TO BE PAID BY FOREIGN NATIONALS
TO PARTICIPATE IN AN INTERNATIONAL
YOUTH EXCHANGE PROGRAM IN CANADA
ARRÊTÉ FIXANT LE PRIX À PAYER
PAR LES NATIONAUX ÉTRANGERS
EN VUE DE PARTICIPER AU CANADA
À UN PROGRAMME D’ÉCHANGES
INTERNATIONAUX VISANT LA JEUNESSE
INTERPRETATION
DÉFINITIONS
1. The definitions in this section apply in this Order.
“international youth exchange program” means a reciprocal exchange program established pursuant to an arrangement concluded between Canada and a foreign state that enables nationals of that state to engage in short-term work or study activities
in Canada. (programme d’échanges internationaux visant la
jeunesse)
“national”, in relation to a foreign state, means an individual who
possesses the nationality of that state as determined in accordance with the laws of that state. (national)
1. Les définitions qui suivent s’appliquent au présent arrêté.
« national » À l’égard d’un État étranger, s’entend d’une personne
physique qui, selon le droit de cet État, en a la nationalité. (national)
« programme d’échanges internationaux visant la jeunesse » Programme réciproque d’échanges instauré conformément à un arrangement conclu entre le Canada et un État étranger qui permet aux nationaux de cet État d’entreprendre au Canada des
activités de travail ou d’études de courte durée. (international
youth exchange program)
FEE
PRIX
2. Any national of Australia or New Zealand who applies to
enter Canada under an international youth exchange program
shall, if the application is approved, pay a fee of $150.
2. Le national d’Australie ou de Nouvelle-Zélande qui présente
une demande pour entrer au Canada en vue de participer à un
programme d’échanges internationaux visant la jeunesse paie, si
sa demande est approuvée, un prix de 150 $.
PAYMENT
PAIEMENT
3. The fee referred to in section 2 shall be paid on approval of
the application.
3. Le prix mentionné à l’article 2 est payable au moment de
l’approbation de la demande.
COMING INTO FORCE
ENTRÉE EN VIGUEUR
4. This Order comes into force on the day on which it is registered.
4. Le présent arrêté entre en vigueur à la date de son enregistrement.
———
a
b
SI/2000-111
S.C. 1991, c. 24, s. 6
———
a
b
TR/2000-111
L.C. 1991, ch. 24, art. 6
2585
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-418
REGULATORY IMPACT
ANALYSIS STATEMENT
RÉSUMÉ DE L’ÉTUDE D’IMPACT
DE LA RÉGLEMENTATION
(This statement is not part of the Orders.)
(Ce résumé ne fait pas partie de l’arrêté ni du décret.)
Description
Description
The Department of Foreign Affairs and International Trade
(DFAIT) facilitates over sixty bilateral and multilateral Youth
Exchange Programs in more than twenty countries. These International Youth Exchanges (IYE) are agreed on a reciprocal basis.
One goal of this arrangement is to exclude, or at least reduce, any
adverse effect on local labour markets. Reciprocity of opportunity
is accepted as the basis for agreement, rather than strict numerical
balance.
Le ministère des Affaires étrangères et du Commerce international (MAECI) administre une soixantaine de programmes bilatéraux et multilatéraux d’échanges internationaux visant la jeunesse auxquels participe une vingtaine de pays. Ces échanges sont
convenus de façon réciproque. Entre autres, cet arrangement vise
à exclure, ou du moins à atténuer, les incidences défavorables sur
les marchés du travail locaux. Les accords sont conclus sur la
base de la réciprocité des débouchés, plutôt que d’un strict équilibre numérique.
IYEs are made up of several components, including:
— The Working Holiday Program (WHP), which accounts for
80 of the program participation, provides young people the
opportunity to enter Canada or a foreign country for an extended holiday, and to supplement their travel expenses
through incidental employment;
— the Student Work Abroad Program (S.W.A.P.), is identical
to the WHP but is restricted to full- or part-time students;
— the Young Workers’ Exchange Program (YWEP), provides
university and college graduates who are seeking practical experience in fields related to their formal training with work
opportunities; and
— the Co-op Education Program (Co-Op), which offers university and college students with some practicum experience
abroad as part of their curriculum.
Les échanges internationaux visant la jeunesse comportent plusieurs volets :
— le Programme de vacances-travail (PVT), qui représente
80 de la participation au programme, offre aux jeunes
étrangers la possibilité de venir au Canada pour des vacances
prolongées et de payer leur voyage en travaillant à l’occasion;
— le Programme de vacances-travail pour étudiants (PVTE),
identique au PVT, ne s’adresse qu’aux étudiants à temps plein
ou à temps partiel;
— le Programme d’échanges de jeunes travailleurs (PEJT),
offre d’acquérir une expérience pratique liée à leur domaine
de spécialisation; la possibilité d’occuper un emploi et aux diplômés d’université et de cégep;
— le Programme d’alternance études-travail, offre aux jeunes
qui font des études à l’université ou dans un cégep la possibilité d’acquérir une formation pratique à l’étranger dans le cadre de leur programme d’étude.
DFAIT manages the overall program framework, negotiates reciprocal arrangements with other governments, provides information to potential Canadian participants in the programs, and facilitates working arrangements for the non-government organizations (NGO) and not-for-profit agencies that directly assist program participants. DFAIT will also take on responsibility for
costs incurred at local missions that are required to support the
programs but which are not directly related to processing of work
permits. The Department of Citizenship and Immigration (CIC)
provides work authorizations to foreign nationals entering Canada
under one of the programs. The Department of Human Resources
Development Canada (HRDC) provides the necessary intelligence pertaining to the youth labour market in Canada and offers
needed support to Canadian employers wishing to take advantage
of work opportunities for young individuals from abroad.
Le MAECI gère le cadre global du programme, négocie des accords de réciprocité avec d’autres gouvernements, fournit des
renseignements aux Canadiens désireux de participer aux programmes et facilite la conclusion d’accords de collaboration pour
les organisations non gouvernementales (ONG) et les organismes
sans but lucratif qui viennent en aide directement aux participants. Le MAECI assumera aussi la responsabilité des frais que
les missions doivent engager pour appuyer les programmes mais
qui n’ont pas un lien direct avec le traitement des permis de travail. Le ministère de la Citoyenneté et de l’Immigration délivre
une autorisation de travail aux ressortissants nationaux qui viennent au Canada dans le cadre d’un des programmes. Le ministère
du Développement des ressources humaines fournit aux jeunes
l’information sur le marché du travail canadien dont ils ont besoin
et offre l’appui voulu aux employeurs canadiens désireux d’offrir
un emploi à de jeunes étrangers.
It is proposed to introduce a participant fee payable by participants entering Canada under an IYE program from Australia and
New Zealand, countries which account for about 40 of total
incoming participants. Both countries now charge a fee to Canadians entering their countries. The increasing volume of participants from these countries in particular, have put pressure on the
resources of the departments involved to process the applications
and to promote Canadian participation in the programs. The IYE
programs operate on a reciprocal basis such that the number of
incoming participants to a country should be approximately the
same number of outgoing participants. In this regard, increasing
demand from countries to send more participants to Canada
Il est proposé de commencer à exiger des frais des participants
aux programmes d’EIJ qui viennent d’Australie et de NouvelleZélande, ces pays comptant pour environ 40 de l’ensemble des
participants étrangers. Les deux pays perçoivent à l’heure actuelle
des frais auprès des Canadiens qui s’y rendent. Le nombre croissant de participants en provenance de ces pays en particulier ont
grevé les ressources des ministères touchés, qui traitent les demandes et font de la promotion pour encourager la participation
canadienne aux programmes. Les programmes d’EIJ sont établis
sur une base de réciprocité de sorte que le nombre de participants
en provenance d’un pays donné devrait être à peu près semblable
à celui des participants à destination de ce pays. À cet égard, la
2586
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-418
means that Canada has to be able to send more Canadians out in
order to maintain a relatively stable balance.
Revenues from the fees charged will be used by DFAIT to offset the increasing costs associated with the management of these
programs, particularly in Australia and New Zealand, and to some
extent due to the growing demand from nationals of other countries to enter Canada under one of the programs.
The introduction of a participation fee will allow Canada to
properly process incoming participants and to be able to promote
the program among Canadian youth, and thus to maintain the
reciprocity element of the program. The fees charged under this
Order will apply to participants from Australia and New Zealand.
Alternatives
Possible options include maintaining the current program level,
generating revenues to be able to allocate additional resources to
meet the increasing program demand, or reducing the scope of the
program.
There are insufficient resources now dedicated to the management and administration of these programs to adequately respond
to the demand that has arisen in recent years and that is expected
to increase in coming years. Globalization of trade, cultural exchange and opportunity for personal development is expected to
lead to increased expectations for participation in these programs.
The department is not equipped to pro-actively respond to increasing demand for participants wanting to enter Canada, nor to
promote the program among Canadian youth. Available resources
cannot now handle the current level of demand, let alone the increasing level of demand for increased quotas.
Re-allocating resources from within the department to meet the
demand for the program is not feasible, given the budget reductions faced by the department in recent years. In the absence of
revenues from the participation fee, no resources will be devoted
to promoting the program, thus making it likely that Canadian
participation will decrease. This, in turn, will lead to a need to
reduce the quotas of countries sending participants to Canada, in
order to retain the reciprocity of the program.
It is not feasible to manage the program without a firm resource
commitment. Reliance cannot be placed on the possible reassignment of unused budget resources towards the end of a fiscal
year.
Australia and New Zealand now charge a participation fee to
Canadians who travel to their country under one of these programs. Since a key feature of these programs is reciprocity, it is
reasonable to charge fees to incoming participants.
Within the ambit of the government user fee policy, these participants obtain a distinct benefit under the program and thus
should expect to pay for some of the costs involved. The fee will
not be charged to participants from countries where there is no
equivalent fee charged to Canadians.
demande croissante de pays désireux d’envoyer un plus grand
nombre de participants au Canada signifie que ce dernier doit
pouvoir y envoyer plus de Canadiens pour maintenir un équilibre
assez stable.
Les recettes provenant de la perception des frais par le MAECI
serviront à payer une partie des dépenses croissantes qui sont
engagées pour gérer les programmes, surtout en Australie et en
Nouvelle-Zélande, et qui découlent dans une certaine mesure du
nombre croissant de ressortissants étrangers désireux de venir au
Canada en vertu d’un de ces programmes.
L’instauration de frais de participation permettra au Canada de
traiter efficacement les dossiers des participants étrangers et de
faire la promotion des programmes auprès de la jeunesse canadienne, ce qui permettrait d’en conserver l’aspect réciproque.
Selon cet arrêté, les frais seront perçus auprès des participants
australiens et néo-zélandais.
Solutions envisagées
Il serait aussi possible de maintenir le niveau actuel de participation au programme, de produire des revenus pour pouvoir affecter les ressources additionnelles nécessaires pour répondre au
nombre croissant de demandes ou de réduire la portée du programme.
Les ressources affectées actuellement à la gestion et à l’administration de ces programmes ne permettent pas de réagir adéquatement à la demande des dernières années, demande qui devrait augmenter au cours des années à venir. On s’attend à ce que
la mondialisation du commerce, les échanges culturels et les occasions de perfectionnement personnel mènent les participants à
fonder de plus grands espoirs sur leur participation à ces programmes. Le ministère n’a pas les moyens de réagir de façon proactive à la hausse du nombre de participants désireux de venir au
Canada, ni de faire la promotion du programme auprès de la jeunesse canadienne. Les ressources disponibles en ce moment ne
permettent pas de faire face au nombre actuel de demandes, et
encore moins au niveau croissant de demandes en vue de hausser
les quotas.
Il n’est pas possible de ré-affecter les ressources internes du
ministère pour répondre à la demande en raison des compressions
budgétaires imposées aux ministères ces dernières années. En
l’absence de revenus provenant de frais de participation, aucune
ressource ne sera consacrée à la promotion du programme, ce qui
se traduira probablement par une baisse de la participation canadienne, et partant, exigera une réduction des quotas des pays qui
envoient des participants au Canada, afin de maintenir le caractère réciproque du programme.
Il n’est pas possible de gérer le programme sans un engagement ferme visant les ressources. Nous ne pouvons pas nous fier à
ce que des ressources budgétées inutilisées soient éventuellement
ré-affectées vers la fin d’une année financière.
L’Australie et la Nouvelle-Zélande exigent maintenant que les
participants canadiens versent des frais. Vu qu’une des principales caractéristiques des programmes est la réciprocité, il est raisonnable d’exiger que les participants étrangers faisant un séjour
au Canada paient des frais.
Aux termes de la politique du gouvernement concernant les
frais d’utilisation, ces participants tirent un avantage distinct de
leur participation et doivent donc s’attendre à payer une partie des
coûts engagés. Les participants de certains pays ne seront pas
tenus de payer des frais lorsque le pays d’origine n’exige pas que
les Canadiens paient des frais équivalents.
2587
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SOR/DORS/2000-418
A fee will not be charged to Canadians visiting Australia and
New Zealand under one of these programs, since they already pay
a fee to the other country. Charging a participation fee to an outbound participant would not be fair when they pay a fee to enter
the other country.
Les participants canadiens qui se rendront en Australie ou en
Nouvelle-Zélande dans le cadre d’un des programmes n’auront
pas à acquitter ces frais, puisqu’ils doivent déjà régler les frais
exigés par le pays qui les accueille. Il serait injuste d’exiger des
frais des participants à destination de pays étrangers puisqu’ils
paient des frais d’entrée à l’autre pays.
Benefits and Costs
Avantages et coûts
The key benefit from the use of these resources will be to increase the international awareness of Canada’s future leaders and
to positively influence future leaders of foreign countries about
Canada. In this manner, the program is expected to make a significant impact on the development of Canada’s cultural, trade
and diplomatic relations in the new millennium.
Program participants from Australia and New Zealand coming
to Canada will pay the fee since they benefit from the programs.
Thus, the fees will be fair and equitable. The fees charged ($150)
will be of a similar value to that charged to Canadians by those
countries.
Treasury Board policy requires that funds raised through specific cost recovery initiatives be used specifically in support of
the program services against which the fees are collected. DFAIT
commits itself to this policy and will ensure that the funds are
applied to the costs of delivery of the programs within Canada
and to the costs of supporting the program at missions abroad
(other than the costs directly associated with processing work
permits which fall under CIC responsibility and which will continue to be funded by CIC).
L’utilisation de ces ressources a comme principal avantage de
mieux faire connaître les futurs dirigeants canadiens et de bien
disposer les futurs dirigeants d’autres pays à l’égard du Canada.
Ainsi, le programme devrait avoir une incidence considérable sur
le développement des relations culturelles, commerciales et diplomatiques du Canada pendant le nouveau millénaire.
Les participants australiens et néo-zélandais qui viendront au
Canada paieront les frais puisqu’ils bénéficient des programmes.
La perception des frais sera ainsi juste et équitable. Les frais perçus (150 $) seront à peu près l’équivalent de ceux que ces pays
exigent des participants canadiens.
La politique du Conseil du Trésor exige que les sommes recueillies au moyen de mesures précises de recouvrement des
coûts servent directement à financer les services des programmes
dans le cadre desquels ils sont perçus. Le MAECI s’engage à
respecter cette politique et veillera à ce que les sommes perçues
soient imputées à l’exécution des programmes au Canada et servent à payer les frais engagés par les missions pour appuyer le
programme à l’étranger (autres que les frais ayant un lien direct
avec le traitement des permis de travail, tâche qui appartient à
CIC et que ce ministère continuera de financer).
Consultation
Consultations
Consultations have taken place with non-government organizations involved in assisting and facilitating the participation of
Canadians and nationals of other countries in international youth
exchanges. No significant problems were raised during these discussions, with the exception of the principal NGO involved in the
program from the UK.
Consultations also took place with officials from the governments and embassies of Australia and New Zealand. Since a fee
under the Immigration Act Fee Regulations is now charged to
participants from New Zealand, there is no objection from
New Zealand and Australia to changing the basis for the fee.
Les organisations non gouvernementales qui appuient et facilitent la participation de Canadiens et de ressortissants étrangers ont été consultées, de même que les hauts fonctionnaires
d’autres gouvernements. Sauf les ONG participant au programme
au Royaume-Uni, la proposition ne devrait entraîner aucune incidence négative et elle n’a suscité aucune objection.
Les représentants des gouvernements australien et néozélandais et le personnel des ambassades de ces pays ont aussi été
consultés. Puisque des frais sont actuellement perçus auprès des
participants néo-zélandais aux termes du règlement sur les prix à
payer, adopté en vertu de la Loi sur l’immigration, la NouvelleZélande et l’Australie n’ont soulevé aucune objection.
Compliance and Enforcement
Respect et exécution
The fee is payable upon acceptance of an application to enter
Canada and will be self-enforcing in that participants will be required to pay the fee prior to obtaining their letter of introduction
to Canada.
Les frais devront être réglés dès l’approbation de la demande
d’admission au Canada. Aucune autre mesure d’application ne
sera requise puisque les participants devront avoir acquitté les
frais pour obtenir leur lettre de présentation pour le Canada.
Contact
Michel Gigault
Head, Youth and Personalities Exchanges Section
International Academic Relations Division
Department of Foreign Affairs and International Trade
125 Sussex Drive
Ottawa, Ontario
K1A 0G2
Tel.: (613) 996-4527
FAX: (613) 995-3238
Personne-ressource
Michel Gigault
Chef, Échanges jeunesse et personnalités
Direction des relations académiques internationales
Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international
125, promenade Sussex
Ottawa (Ontario)
K1A 0G2
Tél. : (613) 996-4527
TÉLÉCOPIEUR : (613) 995-3238
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2000
2588
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2000
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SI/TR/2000-110
Registration
SI/2000-110 20 December, 2000
Enregistrement
TR/2000-110 20 décembre 2000
AN ACT TO AMEND THE MUNICIPAL GRANTS ACT
LOI MODIFIANT LA LOI SUR LES SUBVENTIONS AUX
MUNICIPALITÉS
Order Fixing December 2, 2000 as the Date of the
Coming into Force of the Act
Décret fixant au 2 décembre 2000 la date d’entrée
en vigueur de la loi
P.C. 2000-1722 30 November, 2000
C.P. 2000-1722 30 novembre 2000
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Public Works and Government
Services, pursuant to section 19 of An Act to amend the Municipal
Grants Act, assented to on May 31, 2000, being chapter 8 of the
Statutes of Canada, 2000, hereby fixes December 2, 2000 as the
day on which that Act comes into force.
Sur recommandation du ministre des Travaux publics et des
Services gouvernementaux et en vertu de l’article 19 de la Loi
modifiant la Loi sur les subventions aux municipalités, sanctionnée le 31 mai 2000, chapitre 8 des Lois du Canada (2000), Son
Excellence la Gouverneure générale en conseil fixe au 2 décembre 2000 la date d’entrée en vigueur de cette loi.
EXPLANATORY NOTE
NOTE EXPLICATIVE
(This note is not part of the Order.)
(La présente note ne fait pas partie du décret.)
This Order fixes December 2, 2000 as the day on which An Act
to amend the Municipal Grants Act comes into force. The enactment, which changes the name of the Municipal Grants Act to the
Payments in Lieu of Taxes Act, amends that Act to improve the
fairness, equity and predictability of payments made under the
Act. The enactment provides for the establishment of an advisory
panel to advise the Minister on disputes concerning payment
amounts. It addresses the issues of compensation for delayed
payments, defaults on tax obligations by tenants of federal properties and the bijural nature of the Canadian legal system. The
enactment also makes other amendments of an administrative
nature.
Le décret fixe au 2 décembre 2000 la date d’entrée en vigueur
de la Loi modifiant la Loi sur les subventions aux municipalités,
laquelle portera désormais le titre de Loi sur les paiements versés
en remplacement d’impôts, en vue de rendre les paiements versés
en application de celle-ci plus justes, équitables et prévisibles.
Elle comporte une disposition d’objet et prévoit la constitution
d’un comité consultatif dont le mandat est de conseiller le ministre en cas de différends sur le montant des paiements. Elle prévoit
également des dispositions relatives au défaut de paiement
d’impôts de la part des locataires des propriétés fédérales et à la
compensation pour les paiements en retard. Enfin, elle comporte
des modifications liées à la nature bijuridique du droit canadien et
des modifications de nature administrative.
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2000
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2000
2589
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26 SI/TR/2000-111
Registration
SI/2000-111 20 December, 2000
Enregistrement
TR/2000-111 20 décembre 2000
FINANCIAL ADMINISTRATION ACT
LOI SUR LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES
Order Authorizing the Minister of Foreign Affairs
to Prescribe the Fee
Décret autorisant le ministre des Affaires
étrangères à fixer le prix
P.C. 2000-1723 30 November, 2000
C.P. 2000-1723 30 novembre 2000
Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Minister of Foreign Affairs and the Treasury
Board, pursuant to paragraph 19(1)(b)a of the Financial Administration Act, hereby authorizes the Minister of Foreign Affairs to
prescribe, by order, the fee to be paid by foreign nationals to participate in an international youth exchange program in Canada.
Sur recommandation du ministre des Affaires étrangères et du
Conseil du Trésor et en vertu de l’alinéa 19(1)b)a de la Loi sur la
gestion des finances publiques, Son Excellence la Gouverneure
générale en conseil autorise le ministre des Affaires étrangères à
fixer, par arrêté, le prix à payer par les nationaux étrangers en vue
de participer au Canada à un programme d’échanges internationaux visant la jeunesse.
N.B. The Regulatory Impact Analysis Statement for this Order appears at page 2586, following SOR/2000-418.
N.B. Le Résumé de l’étude d’impact de la réglementation
de ce décret se trouve à la page 2586, suite au
DORS/2000-418.
———
———
a
a
S.C. 1991, c. 24, s. 6
Published by the Queen’s Printer for Canada, 2000
2590
L.C. 1991, ch. 24, art. 6
Publié par l’Imprimeur de la Reine pour le Canada, 2000
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
TABLE OF CONTENTS
SOR:
SI:
SOR/2000-410—418
SI/2000-110111
Statutory Instruments (Regulations)
Statutory Instruments and Other Documents (Other than Regulations)
Registration
No.
P.C.
2000
Department
Name of Statutory Instrument or Other Document
SOR/2000-410
1708
Health
Regulations Amending the Processing and Distribution of Semen for
Assisted Conception Regulations (1238  Special Access) ........................
2496
SOR/2000-411
1710
Human Resources
Development
Regulations Amending the Canada Pension Plan Regulations .....................
2510
SOR/2000-412
1711
Human Resources
Development
Regulations Amending the Old Age Security Regulations ...........................
2521
SOR/2000-413
1714
Finance
Regulations Amending the Income Tax Regulations (Taxation of Insurers)
2529
SOR/2000-414
1725
Foreign Affairs
Treasury Board
Regulations Amending the Softwood Lumber Products Export Permits
Fees Regulations ..........................................................................................
2553
Page
SOR/2000-415
1726
Agriculture and Agri-Food
Regulations Amending the Meat Inspection Regulations, 1990 ...................
2556
SOR/2000-416
1727
Agriculture and Agri-Food
Regulations Amending the Health of Animals Regulations .........................
2561
SOR/2000-417
1728
Health
Regulations Amending the Food and Drug Regulations (1122 
Lysozyme)....................................................................................................
2582
Foreign Affairs
Order Prescribing the Fee to be Paid by Foreign Nationals to Participate in
an International Youth Exchange Program in Canada ..................................
2585
Public Works and
Government Services
Order Fixing December 2, 2000 as the Date of the Coming into Force of
An Act to amend the Municipal Grants Act .................................................
2589
Foreign Affairs
Treasury Board
Order Authorizing the Minister of Foreign Affairs to Prescribe the Fee ......
2590
SOR/2000-418
SI/2000-110
SI/2000-111
1722
1723
i
2000-12-20 Canada Gazette Part II, Vol. 134, No. 26
INDEX
SOR:
SI:
SOR/2000-410—418
Abbreviations: e — erratum
n — new
r — revises
x — revokes
Statutory Instruments (Regulations)
Statutory Instruments and Other Documents (Other than Regulations)
Regulations
Statutes
Registration
No.
SI/2000-110—111
Date
Page
Comments
Authorizing the Minister of Foreign Affairs to Prescribe the FeeOrder .................
Financial Administration Act
SI/2000-111
20/12/00
2590
Canada Pension Plan RegulationsRegulations Amending......................................
Canada Pension Plan
SOR/2000-411
30/11/00
2510
Fixing December 2, 2000 as the Date of the Coming into Force of the ActOrder..
Municipal Grants Act (An Act to amend)
SI/2000-110
20/12/00
2589
Food and Drug Regulations (1122  Lysozyme)Regulations Amending .............
Food and Drugs Act
SOR/2000-417
30/11/00
2582
Health of Animals RegulationsRegulations Amending..........................................
Health of Animals Act
SOR/2000-416
30/11/00
2561
Income Tax Regulations (Taxation of Insurers)Regulations Amending ................
Income Tax Act
SOR/2000-413
30/11/00
2529
Meat Inspection Regulations, 1990Regulations Amending....................................
Meat Inspection Act
SOR/2000-415
30/11/00
2556
Old Age Security RegulationsRegulations Amending ...........................................
Old Age Security Act
SOR/2000-412
30/11/00
2521
Prescribing the Fee to be Paid by Foreign Nationals to Participate in an
International Youth Exchange Program in CanadaOrder .................................
Financial Administration Act
SOR/2000-418
30/11/00
2585
Processing and Distribution of Semen for Assisted Conception Regulations (1238
 Special Access)Regulations Amending.............................................................
Food and Drugs Act
SOR/2000-410
30/11/00
2496
Softwood Lumber Products Export Permits Fees RegulationsRegulations
Amending.............................................................................................................
Financial Administration Act
SOR/2000-414
30/11/00
2553
ii
n
n
2000-12-20 Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, no 26
TABLE DES MATIÈRES DORS:
TR:
DORS/2000-410—418
TR/2000-110—111
Textes réglementaires (Règlements)
Textes réglementaires et autres documents (Autres que les Règlements)
No d’enregistrement.
C.P.
2000
Ministère
Titre du texte réglementaire ou autre document
Page
DORS/2000-410
1708
Santé
Règlement modifiant le Règlement sur le traitement et la distribution du
sperme destiné à la reproduction assistée (1238  accès spécial) ...............
2496
DORS/2000-411
1710
Développement des
ressources humaines
Règlement modifiant le Règlement sur le Régime de pensions du Canada ..
2510
DORS/2000-412
1711
Développement des
ressources humaines
Règlement modifiant le Règlement sur la sécurité de la vieillesse ...............
2521
DORS/2000-413
1714
Finances
Règlement modifiant le Règlement de l’impôt sur le revenu (imposition
des assureurs) ...............................................................................................
2529
DORS/2000-414
1725
Affaires étrangères
Conseil du Trésor
Règlement modifiant le Règlement sur le prix des licences d’exportation
(Produits de bois d’œuvre) ...........................................................................
2553
DORS/2000-415
1726
Agriculture et
Agroalimentaire
Règlement modifiant le Règlement de 1990 sur l’inspection des viandes ....
2556
DORS/2000-416
1727
Agriculture et
Agroalimentaire
Règlement modifiant le Règlement sur la santé des animaux.......................
2561
DORS/2000-417
1728
Santé
Règlement modifiant le Règlement sur les aliments et drogues (1122 
lysozyme) .....................................................................................................
2582
Affaires étrangères
Arrêté fixant le prix à payer par les nationaux étrangers en vue de
participer au Canada à un programme d’échanges internationaux visant la
jeunesse ........................................................................................................
2585
Travaux publics et Services
gouvernementaux
Décret fixant au 2 décembre 2000 la date d’entrée en vigueur de la Loi
modifiant la Loi sur les subventions aux municipalités ................................
2589
Affaires étrangères
Conseil du Trésor
Décret autorisant le ministre des Affaires étrangères à fixer le prix .............
2590
DORS/2000-418
TR/2000-110
TR/2000-111
1722
1723
iii
2000-12-20 Gazette du Canada Partie II, Vol. 134, n o 26
INDEX
DORS:
TR:
DORS/2000-410—418
Textes réglementaires (Règlements)
Textes réglementaires et autres documents (Autres que les Règlements)
Règlements
Lois
Enregistrement
no
Aliments et drogues (1122  lysozyme)  Règlement modifiant le Règlement......
Aliments et drogues (Loi)
TR/2000-110—111
Abréviations : e — erratum
n — nouveau
r — revise
a — abroge
Date
Page
DORS/2000-417
30/11/00
2582
Autorisant le ministre des Affaires étrangères à fixer le prix  Décret.....................
Gestion des finances publiques (Loi)
TR/2000-111
20/12/00
2590
Fixant au 2 décembre 2000 la date d’entrée en vigueur de la Loi  Décret..............
Subventions aux municipalités (Loi modifiant la Loi)
TR/2000-110
20/12/00
2589
Fixant le prix à payer par les nationaux étrangers en vue de participer au Canada à
un programme d’échanges internationaux visant la jeunesse  Arrêté ...............
Gestion des finances publiques (Loi)
DORS/2000-418
30/11/00
2585
Impôt sur le revenu (imposition des assureurs)  Règlement modifiant le
Règlement ............................................................................................................
Impôt sur le revenu (Loi)
DORS/2000-413
30/11/00
2529
Inspection des viandes  Règlement modifiant le Règlement de 1990.....................
Inspection des viandes (Loi)
DORS/2000-415
30/11/00
2556
Prix des licences d’exportation (produits de bois d’œuvre)  Règlement modifiant
le Règlement.........................................................................................................
Gestion des finances publiques (Loi)
DORS/2000-414
30/11/00
2553
Régime de pensions du Canada  Règlement modifiant le Règlement ...................
Régime de pensions du Canada
DORS/2000-411
30/11/00
2510
Santé des animaux  Règlement modifiant le Règlement ........................................
Santé des animaux (Loi)
DORS/2000-416
30/11/00
2561
Sécurité de la vieillesse  Règlement modifiant le Règlement.................................
Sécurité de la vieillesse (Loi)
DORS/2000-412
30/11/00
2521
Traitement et la distribution du sperme destiné à la reproduction assistée (1238 
accès spécial)  Règlement modifiant le Règlement...........................................
Aliments et drogues (Loi)
DORS/2000-410
30/11/00
2496
iv
Commentaires
n
n
If undelivered, return COVER ONLY to:
Canadian Government Publishing
Public Works and Government Services
Canada
Ottawa, Canada K1A 0S9
En cas de non-livraison,
retourner cette COUVERTURE SEULEMENT à :
Les Éditions du gouvernement du Canada
Travaux publics et Services gouvernementaux
Canada
Ottawa, Canada K1A 0S9
Available from Canadian Government Publishing
Public Works and Government Services Canada
Ottawa, Canada K1A 0S9
En vente : Les Éditions du gouvernement du Canada
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Ottawa, Canada K1A 0S9
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising