First Session Première session de la Forty-first Parliament, 2011-12

First Session Première session de la Forty-first Parliament, 2011-12
First Session
Forty-first Parliament, 2011-12
Première session de la
quarante et unième législature, 2011-2012
Proceedings of the Standing
Senate Committee on
Délibérations du Comité
sénatorial permanent des
ABORIGINAL PEOPLES
PEUPLES AUTOCHTONES
Chair:
The Honourable GERRY ST. GERMAIN, P.C.
Président :
L’honorable GERRY ST. GERMAIN, C.P.
Tuesday, June 12, 2012 (in camera)
Wednesday, June 13, 2012
Le mardi 12 juin 2012 (à huis clos)
Le mercredi 13 juin 2012
Issue No. 21
Fascicule no 21
Eighth meeting on:
Huitième réunion concernant :
Legal and political recognition of
Métis identity in Canada
La reconnaissance juridique et politique de
l’identité des Métis au Canada
and
et
Twenty-eighth and twenty-ninth meetings on:
Vingt-huitième et vingt-neuvième réunions concernant :
The federal government’s constitutional,
treaty, political and legal responsibilities
to First Nations, Inuit and Metis peoples
and other matters generally relating
to the Aboriginal Peoples of Canada
(Additions to Reserves)
Les responsabilités constitutionnelles, conventionnelles,
politiques et juridiques du gouvernement fédéral à l’égard
des Premières nations, des Inuits et des Métis et
d’autres questions générales relatives aux
peuples autochtones du Canada
(Ajouts aux réserves)
WITNESSES:
(See back cover)
TÉMOINS :
(Voir à l’endos)
49627-49631
STANDING SENATE COMMITTEE ON
ABORIGINAL PEOPLES
COMITÉ SÉNATORIAL PERMANENT DES
PEUPLES AUTOCHTONES
The Honourable Gerry St. Germain, P.C., Chair
Président : L’honorable Gerry St. Germain, C.P.
The Honourable Lillian Eva Dyck, Deputy Chair
Vice-présidente : L’honorable Lillian Eva Dyck
and
et
The Honourable Senators:
Les honorables sénateurs :
Ataullahjan
Campbell
* Cowan
(or Tardif)
* LeBreton, P.C.
(or Carignan)
Lovelace Nicholas
Meredith
Munson
Patterson
Raine
Sibbeston
Watt
White
Ataullahjan
Campbell
* Cowan
(ou Tardif)
* LeBreton, C.P.
(ou Carignan)
Lovelace Nicholas
Meredith
Munson
Patterson
Raine
Sibbeston
Watt
White
*Ex officio members
(Quorum 4)
* Membres d’office
(Quorum 4)
Changes in membership of the committee:
Modifications de la composition du comité :
Pursuant to rule 85(4), membership of the committee was
amended as follows:
Conformément à l’article 85(4) du Règlement, la liste des
membres du comité est modifiée, ainsi qu’il suit :
The Honourable Senator White replaced the Honourable Senator
Demers (June 13, 2012).
L’honorable sénateur White a remplacé l’honorable sénateur
Demers (le 13 juin 2012).
The Honourable Senator Watt replaced the Honourable Senator
Campbell (June 12, 2012).
L’honorable sénateur Watt a remplacé l’honorable sénateur
Brazeau (le 12 juin 2012).
The Honourable Senator Brazeau replaced the Honourable
Senator Martin (June 7, 2012).
L’honorable sénateur Brazeau a remplacé l’honorable sénateur
Martin (le 7 juin 2012).
The Honourable Senator Demers replaced the Honourable
Senator Seidman (June 7, 2012).
L’honorable sénateur Demers a remplacé l’honorable sénateur
Seidman (le 7 juin 2012).
Published by the Senate of Canada
Available on the Internet: http://www.parl.gc.ca
Publié par le Sénat du Canada
Disponible sur internet: http://www.parl.gc.ca
13-6-2012
Peuples autochtones
MINUTES OF PROCEEDINGS
PROCÈS-VERBAUX
OTTAWA, Tuesday, June 12, 2012
(45)
OTTAWA, le mardi 12 juin 2012
(45)
[English]
21:3
[Traduction]
The Standing Senate Committee on Aboriginal Peoples met in
camera this day, at 9:32 a.m., in room 160-S, Centre Block, the
chair, the Honourable Gerry St. Germain, P.C., presiding.
Le Comité sénatorial permanent des peuples autochtones se
réunit aujourd’hui à huis clos, à 9 h 32, dans la salle 160-S de
l’édifice du Centre, sous la présidence de l’honorable Gerry
St. Germain, C.P.
Members of the committee present: The Honourable Senators
Ataullahjan, Dyck, Lovelace Nicholas, Meredith, Munson,
Patterson, Raine, Sibbeston and St. Germain, P.C. (9).
Membres du comité présents : Les honorables sénateurs
Ataullahjan, Dyck, Lovelace Nicholas, Meredith, Munson,
Patterson, Raine, Sibbeston et St. Germain, C.P. (9).
In attendance: Shauna Troniak and James Gauthier, Analysts,
Parliamentary Information and Research Service, Library of
Parliament.
Également présents : Shauna Troniak et James Gauthier,
analystes, Service d’information et de recherche parlementaires,
Bibliothèque du Parlement.
Pursuant to the order of reference adopted by the Senate on
Thursday, June 16, 2011, the committee continued its
consideration of the federal government’s constitutional, treaty,
political and legal responsibilities to First Nations, Inuit and
Metis peoples and other matters generally relating to the
Aboriginal Peoples of Canada. (For complete text of the order
of reference, see proceedings of the committee, Issue No. 2.)
(Additions to Reserve)
Conformément à l’ordre de renvoi adopté par le Sénat,
le jeudi 16 juin 2011, le comité poursuit son étude des
responsabilités constitutionnelles, conventionnelles, politiques et
juridiques du gouvernement fédéral à l’égard des
Premières nations, des Inuits et des Métis et d’autres questions
générales relatives aux peuples autochtones du Canada (Ajouts
aux réserves). (Le texte intégral de l’ordre de renvoi figure au
fascicule no 2 des délibérations du comité.)
Pursuant to rule 92(2)(f), the committee considered a
draft report.
Conformément à l’article 92(2)f) du Règlement, le comité
examine un projet de rapport.
It was agreed that senator’s staff be permitted to remain in the
room during the in camera portion of the meeting.
Il est convenu d’autoriser le personnel des sénateurs à rester
dans la salle pendant le huis clos.
It was agreed that the report be adopted in principle, subject to
clarification on recommendations 3 and 5, with further
consideration of requested changes to take place at the next
meeting of the committee.
Il est convenu d’adopter en principe le rapport, sous réserve de
précisions sur les recommandations 3 et 5, et d’examiner en
profondeur les changements demandés à la prochaine réunion du
comité.
It was agreed that the Subcommittee on Agenda and Procedure
be authorized to choose the title of the report on the British
Columbia Treaty process.
Il est convenu d’autoriser le Sous-comité du programme et de
la procédure à choisir le titre du rapport sur le processus des
Traités de la Colombie-Britannique.
At 11:10 a.m., it was agreed that the committee adjourn to the
call of the chair.
À 11 h 10, le comité s’ajourne jusqu’à nouvelle convocation de
la présidence.
ATTEST:
OTTAWA, Wednesday, June 13, 2012
(46)
[English]
ATTESTÉ :
OTTAWA, le mercredi 13 juin 2012
(46)
[Traduction]
The Standing Senate Committee on Aboriginal Peoples met
this day, at 6:50 p.m., in room 160-S, Centre Block.
Le Comité sénatorial permanent des peuples autochtones se
réunit aujourd’hui, à 18 h 50, dans la salle 160-S de l’édifice du
Centre.
Members of the committee present: The Honourable Senators
Ataullahjan, Lovelace Nicholas, Meredith, Patterson, Raine,
Sibbeston, Watt and White (8).
Membres du comité présents : Les honorables sénateurs
Ataullahjan, Lovelace Nicholas, Meredith, Patterson, Raine,
Sibbeston, Watt et White (8).
21:4
Aboriginal Peoples
In attendance: Tonina Simeone, Shauna Troniak and James
Gauthier, Analysts, Parliamentary Information and Research
Service, Library of Parliament.
13-6-2012
Également présents : Tonina Simeone, Shauna Troniak et
James Gauthier, analystes, Service d’information et de recherche
parlementaires, Bibliothèque du Parlement.
Aussi présents : Les sténographes officiels du Sénat.
Also in attendance: The official reporters of the Senate.
The clerk informed the committee of the unavoidable absences
of the chair and deputy chair and presided over the election of an
acting chair.
La greffière informe le comité de l’absence inévitable du
président et de la vice-présidente et procède à l’élection du
président suppléant.
L’honorable sénateur Ataullahjan propose :
The Honourable Senator Ataullahjan moved:
That the Honourable Senator Patterson be the acting
chair.
Que l’honorable sénateur Patterson soit élu président
suppléant.
The question being put on the motion, it was adopted.
La motion, mise aux voix, est adoptée.
The acting chair took the chair.
Le président suppléant occupe le fauteuil.
Pursuant to the order of reference adopted by the Senate on
Wednesday, March 28, 2012, the committee continued its
consideration on the evolving legal and political recognition of
the collective identity and rights of the Métis in Canada.
(For complete text of the order of reference, see proceedings of
the committee, Issue No. 14.)
Conformément à l’ordre de renvoi adopté par le Sénat,
le mercredi 28 mars 2012, le comité poursuit son étude de la
reconnaissance juridique et politique de l’identité et des droits des
Métis du Canada. (Le texte intégral de l’ordre de renvoi figure au
fascicule no 14 des délibérations du comité.)
WITNESS:
TÉMOIN :
Historic Saugeen Métis:
Historic Saugeen Métis :
Patsy L. McArthur, Secretary-Treasurer.
Patsy L. McArthur, secrétaire-trésorière.
Ms. McArthur made a statement and answered questions.
Mme McArthur fait une déclaration et répond aux questions.
At 7:58 p.m., the committee suspended.
À 19 h 58, la séance est suspendue.
At 8:05 p.m., the committee resumed in camera.
À 20 h 5, la séance reprend à huis clos.
Pursuant to the order of reference adopted by the Senate on
Thursday, June 16, 2011, the committee continued its
consideration of the federal government’s constitutional, treaty,
political and legal responsibilities to First Nations, Inuit and
Metis peoples and other matters generally relating to the
Aboriginal Peoples of Canada. (For complete text of the order
of reference, see proceedings of the committee, Issue No. 2.)
(Additions to Reserve)
Conformément à l’ordre de renvoi adopté par le Sénat,
le jeudi 16 juin 2011, le comité poursuit son étude des
responsabilités constitutionnelles, conventionnelles, politiques et
juridiques du gouvernement fédéral à l’égard des Premières
nations, des Inuits et des Métis et d’autres questions générales
relatives aux peuples autochtones du Canada (Ajouts aux
réserves). (Le texte intégral de l’ordre de renvoi figure au
fascicule no 2 des délibérations du comité.)
Pursuant to rule 92(2)(f), the committee considered a
draft report.
Conformément à l’article 92(2)f) du Règlement, le comité
examine un projet de rapport.
It was agreed that senators’ staff be permitted to remain in the
room during the in camera portion of the meeting.
Il est convenu d’autoriser le personnel des sénateurs à rester
dans la salle pendant le huis clos.
At 8:54 p.m., it was agreed that the committee adjourn to the
call of the chair.
À 20 h 54, le comité s’ajourne jusqu’à nouvelle convocation de
la présidence.
ATTEST:
ATTESTÉ :
La greffière du comité,
Marcy Zlotnick
Clerk of the Committee
13-6-2012
Peuples autochtones
21:5
EVIDENCE
TÉMOIGNAGES
OTTAWA, Wednesday, June 13, 2012
OTTAWA, le mercredi 13 juin 2012
The Standing Senate Committee on Aboriginal Peoples met
this day at 6:50 p.m. to examine and report on the legal and
political recognition of Métis identity in Canada, the federal
government’s constitutional, treaty, political and legal
responsibilities to First Nations, Inuit and Métis peoples and on
other matters generally relating to the Aboriginal peoples of
Canada.
Le Comité sénatorial permanent des peuples autochtones se
réunit aujourd’hui, à 18 h 50 pour examiner, pour en faire
rapport, la reconnaissance juridique et politique de l’identité des
Métis au Canada, les responsabilités constitutionnelles,
conventionnelles, politiques et juridiques du gouvernement
fédéral à l’égard des Premières nations, des Inuits et des Métis
et d’autres questions générales relatives aux peuples autochtones
du Canada.
Topic: additions to reserves
[Translation]
Marcy Zlotnick, Clerk of the Committee: Honourable senators,
as the clerk of your committee, it is my duty to inform you of the
unavoidable absence of the chair and the deputy chair, and to
preside over the election of an acting chair.
[English]
I am ready to receive a motion for the acting chair. Are there
any motions to that effect?
Sujet : ajouts aux réserves.
[Français]
Marcy Zlotnick, greffière du comité : Honorables sénateurs, en
tant que greffière de votre comité, il est de mon devoir de vous
informer de l’absence inévitable du président et de la
vice-présidente, et de présider à l’élection d’un
président suppléant.
[Traduction]
Je suis maintenant prête à recevoir des motions pour l’élection
du président suppléant. Y a-t-il des motions à cet effet?
Senator Ataullahjan: I suggest Senator Patterson.
Le sénateur Ataullahjan : Je propose le sénateur Patterson.
Senator Watt: I second it.
Le sénateur Watt : J’appuie la motion.
Ms. Zlotnick: It is moved by the Honourable Senator
Ataullahjan that the Honourable Senator Patterson do take the
chair of this committee. Are there any other nominations?
Senator Watt: Nominations are closed.
Ms. Zlotnick: Is it your pleasure, honourable senators, to
adopt the motion that Senator Patterson take the position of
acting chair?
Hon. Senators: Agreed.
Mme Zlotnick : L’honorable sénateur Ataullahjan propose que
le sénateur Patterson soit élu président suppléant du comité.
Y a-t-il d’autres nominations?
Le sénateur Watt : La période de mise en candidature est close.
Mme Zlotnick : Plaît-il aux sénateurs d’adopter la motion?
Des voix : D’accord.
Ms. Zlotnick: I declare the motion carried. I invite the
Honourable Senator Patterson to take the chair.
Mme Zlotnick : La motion est adoptée. J’invite le sénateur
Patterson à prendre le fauteuil.
Senator Dennis Glen Patterson (Acting Chair) in the chair.
Le sénateur Dennis Glen Patterson (président suppléant) occupe
le fauteuil.
The Acting Chair: Thank you, fellow senators. I am humbled
by your confidence in me.
Le président suppléant : Merci, chers collègues. C’est avec
humilité que j’accepte et vous remercie pour ce vote de confiance.
Senator White: Wait until the meeting is over.
Le sénateur White : Attendez que la séance soit terminée pour
dire cela.
The Acting Chair: Good evening. I would like to welcome all
honourable senators and members of the public who are watching
this meeting of the Standing Senate Committee on Aboriginal
Peoples on CPAC or the World Wide Web.
Le président suppléant : Bonsoir. J’aimerais souhaiter la
bienvenue aux sénateurs ainsi qu’aux membres du public qui
regardent cette séance du Comité sénatorial permanent des
peuples autochtones sur CPAC ou sur le web.
I am Dennis Patterson from Nunavut, and I am happy to serve
as acting chair in the absence of the chair and deputy chair. The
mandate of the committee is to examine legislation and matters
relating to the Aboriginal peoples of Canada generally. In
addition, we have a specific order of reference authorizing us
Mon nom est Dennis Patterson, du Nunavut. Je suis heureux
d’agir en tant que président suppléant en l’absence du président et
de la vice-présidente. Le comité a pour mandat d’examiner les lois
et les questions relatives à l’ensemble des peuples autochtones du
Canada. De plus, nous avons un ordre de renvoi qui nous autorise
21:6
Aboriginal Peoples
13-6-2012
explore Metis issues, particularly those relating to the evolving
legal and political recognition of the collective identity and rights
of the Metis in Canada.
à examiner des questions liées aux Métis, notamment celles
concernant la reconnaissance juridique et politique de l’identité et
des droits des Métis au Canada.
The early meetings on this study have consisted of briefings
from various government departments, which have provided us
with information, including facts on current federal programs and
services, the status of Crown-Metis relations, general statistical
information, and current legal issues, among other things.
Lors des premières séances relatives à cette étude, nous avons
entendu le témoignage de représentants de divers ministères.
Ceux-ci nous ont permis de recueillir des informations, dont
certains faits concernant les programmes et services fédéraux
actuels, l’état des relations entre le gouvernement et les Métis et
les problèmes juridiques actuels, ainsi que des données statistiques
générales.
We then heard from two lawyers who concentrate on Metis
issues. We have also heard from national organizations that
represent a Metis constituency. Tonight we will hear from the
Historic Saugeen Métis. Welcome.
Nous avons également entendu le témoignage de deux avocats
spécialistes des questions métisses et d’organisations représentant
un groupe métis. Ce soir, nous accueillons une représentante de la
collectivité métisse historique de Saugeen. Bienvenue.
[Translation]
Before we hear from witnesses, I would like to introduce the
members of the committee here this evening.
[English]
[Français]
Avant d’entendre les témoignages, j’aimerais présenter les
membres du comité présents ici ce soir.
[Traduction]
On my far left is Senator Nick Sibbeston from the Northwest
Territories, Senator Charlie Watt from Nunavik and Senator
Sandra Lovelace Nicholas from New Brunswick. On my far right
is Senator Vern White from Ontario and Senator Salma
Ataullahjan from Ontario.
À mon extrême gauche, on retrouve le sénateur
Nick Sibbeston, des Territoires du Nord-Ouest, le sénateur
Charlie Watt, du Nunavik, et le sénateur Sandra Lovelace
Nicholas, du Nouveau-Brunswick. À mon extrême droite, on
retrouve les sénateurs Vern White et Salma Ataullahjan, de
l’Ontario.
Members of the committee, please help me in welcoming our
witness. Representing the Historic Saugeen Métis we have Patsy
L. McArthur, Secretary-Treasurer.
Sénateurs, veuillez accueillir avec moi notre témoin, Patsy L.
McArthur, secrétaire-trésorière, Historic Saugeen Métis.
Ms. McArthur, please proceed with your presentation.
Questions from the senators will follow.
Madame McArthur, vous pouvez nous faire votre exposé.
Nous passerons ensuite à la période des questions.
Patsy L. McArthur, Secretary-Treasurer, Historic Saugeen
Métis: Honourable senators, thank you for the invitation to
attend here. I am a Metis woman, born at Saugeen, Southampton,
Ontario, a descendent of North West Company voyageurs and
their Cree Metis country wives. I am pleased to represent the
Historic Saugeen Métis perspective on some of the issues you
have discussed already.
Patsy L. McArthur, secrétaire-trésoriere, Historic Saugeen
Métis : Honorables sénateurs, merci de m’avoir invitée. Je suis
Métisse, descendante des voyageurs de la Compagnie du NordOuest et de leurs femmes cries et métisses, née à Saugeen, à
Southampton, Ontario. Je suis heureuse de pouvoir vous exposer
le point de vue de la collectivité métisse historique de Saugeen sur
certaines des questions que le comité a déjà abordées.
I want to give some background information about our
community. The Historic Saugeen Métis people are a distinctive
historic Metis community residing along the eastern shores of
Lake Huron proper and the inland lakes and rivers. As our
ancestors before, we reside in, fish, hunt, trap and harvest the
lands and waters of the Bruce Peninsula and Luke Huron, our
traditional Metis Saugeen territory.
J’aimerais d’abord vous parler un peu de notre collectivité. Les
Métis de Saugeen, une collectivité distincte, habitent le long de la
rive est du lac Huron et des rives des lacs et des cours d’eau
intérieurs de la région. Comme nos ancêtres, nous habitons la
péninsule Bruce et la rive du lac Huron. C’est également sur ce
territoire traditionnel métis que nous pêchons, chassons, piégeons
et cultivons la terre.
This territory, given our Metis traditional water and land use
activities, is a very large area in the present-day counties of Grey,
Bruce, Huron, part of northern Lambton, and parts of Dufferin
and Wellington counties. It includes lakes and waters and
Ce territoire, sur lequel nous pratiquons nos activités métisses
traditionnelles de pêche et de chasse, englobe les comtés actuels de
Grey, de Bruce et d’Huron, ainsi qu’une partie des comtés de
Lambton Nord, de Dufferin et de Wellington. On y retrouve des
13-6-2012
Peuples autochtones
21:7
specifically Lake Huron and adjoining rivers, most notably the
Saugeen, the Menesetung, known as the Red River and now the
Maitland River, and inland lakes.
lacs et des cours d’eau, plus particulièrement le lac Huron et les
rivières avoisinantes, notamment la Saugeen et la Menesetung,
connue également sous le nom de rivière Rouge ou Maitland, et
des lacs intérieurs.
Our community, distinctive and diverse, emerged over time
from the fur trade. Uniquely, our early Goderich and Saugeen
Metis families were carriers of the ‘‘dish with one spoon’’
wampum exchanged in 1818 by the Saugeen Ojibway with
Pierre Piché, Saugeen’s first recorded trader. The dish wampum
between the Metis and Ojibway was a reminder of peace and
sharing agreed upon in the Ojibway territory at the time the two
met.
Notre collectivité, distincte et diversifiée, trouve ses racines
dans la traite des fourrures. Fait particulier, les familles métisses
de Goderich et de Saugeen portaient la ceinture wampum, qui fait
référence au concept du « bol à une seule cuillère », échangée en
1818 par le peuple Ojibway de Saugeen à Pierre Piché, le premier
commerçant de fourrures dont le nom figure dans les archives. Ce
wampum qu’ont échangé les peuples Métis et Ojibway était un
symbole de paix et confirmait un accord de partage du territoire
Ojibway entre les deux peuples.
When Saugeen’s North West Metis families first came to the
Saugeen Metis territory, prior to the treaties and settlement,
already there were the old Metis trading families from Michigan.
Together the Metis resided and traded in a north-south cohesive
regional trading network that reached as far as the Killarney area
of Lake Huron’s north shore. Within the traditional territory,
Goderich and Saugeen were the two visible trading posts, then
settlements, that developed early in the trading era. The Historic
Saugeen Métis community has been here with continuity since
that time.
Lorsque les familles métisses du nord-ouest de la rivière
Saugeen sont arrivées sur le territoire métis de la Saugeen, avant
la conclusion de traités et l’établissement de colonies, de vieilles
familles commerçantes métisses du Michigan s’y trouvaient déjà.
Ensemble, les familles ont créé un réseau régional cohérent de
traite de fourrure s’étendant sur un axe nord-sud de la région de
Killarney jusqu’à la rive nord du lac Huron. Goderich et Saugeen
sont devenus les premiers postes de traite, puis les premières
colonies, de l’époque de la traite de fourrure sur ce territoire
traditionnel. La collectivité métisse historique de Saugeen existe
depuis ce temps.
In 2001, Historic Saugeen Métis reorganized and asserted
section 35 Aboriginal rights and then identified according to the
Powley decision of 2003. In 2008, regretfully, Historic Saugeen
Métis had to leave the Ontario collective, the MNO, to protect
our historic Metis community and our Metis identity of almost
200 years at Saugeen. We declined to sign a protocol giving
jurisdiction to the collective to alter our identity based on a new
regional definition that would have transferred jurisdiction for
consultation on lands and resource use to the collective. We did
violate their policies in that respect.
En 2001, notre collectivité s’est restructurée et a réclamé ses
droits ancestraux en vertu de l’article 35 de la Constitution, droits
confirmés par la Cour suprême dans l’affaire Powley, en 2003.
Malheureusement, en 2008, la collectivité a dû se dissocier de
l’organisme Métis Nation of Ontario, la MNO, afin de protéger
son histoire et son identité vieilles de près de 200 ans. Nous avons
refusé de signer un protocole donnant à la MNO le pouvoir de
modifier notre identité selon une nouvelle définition régionale qui
aurait transféré à l’organisme toutes les compétences en matière
de consultation sur les terres et l’utilisation des ressources. À cet
égard, nous n’avons pas respecté leurs politiques.
After suspensions of our rights by the collective, Historic
Saugeen Métis resigned and became an independent Metis
community.
Après avoir vu la MNO suspendre ses droits, la collectivité
métisse historique de Saugeen a quitté l’organisme et est devenue
une collectivité métisse indépendante.
The Historic Saugeen Métis message to the Senate committee is
that identity is important to each Metis person in Canada, as is
respect for our historic Metis communities. We are attached to
our lands and waters, and Aboriginal rights are not portable, in
our opinion. Modern political identities of rights-bearing Metis
communities, wide and expansive as in the Prairies, are not
supported by fact in the Great Lakes. For this reason, we ask that
honourable senators consider in their deliberations the diversity
of the Metis experience in Canada and how it is important to
include diversity in your recommendations on Metis
identification.
Le message que nous voulons transmettre au comité, c’est que
les Métis du Canada considèrent qu’il est important de respecter
l’identité des Métis et les collectivités historiques métisses. Nous
sommes attachés à nos terres, lacs et rivières. À notre avis, les
droits autochtones ne sont pas transférables. L’identité politique
moderne des collectivités métisses titulaires de droits, aussi vastes
et étendues que les Prairies, ne s’appuie pas sur des faits dans la
région des Grands Lacs. C’est la raison pour laquelle nous
demandons aux honorables sénateurs de tenir compte, dans leurs
délibérations, de l’expérience diversifiée des Métis et de
l’importance d’inclure la diversité lorsqu’ils formuleront leurs
recommandations sur l’identité des Métis.
Further, Historic Saugeen Métis see the following identityrelated issues and ask that you consider them. We believe, first,
that Metis must have the right to identify themselves; second,
De plus, la collectivité métisse historique de Saugeen soulève
les problèmes suivants relativement à l’identité des Métis et
demande au comité d’en tenir compte. Premièrement, nous
21:8
Aboriginal Peoples
13-6-2012
independent rights-bearing historic Metis communities across
Canada have the right to identify their own citizens and maintain
their own registries; third, governments must be encouraged to
provide resources to independent Metis communities to identify
their rights-bearing members, as provided to similar others; and,
last, a definition of rights-bearing Metis communities must
respect diversity of Metis communities right across Canada and
not reflect political agendas.
croyons que les Métis devraient avoir le droit de se déclarer Métis.
Deuxièmement, les collectivités historiques métisses
indépendantes titulaires de droits ont le pouvoir de définir qui
sont leurs citoyens et de maintenir leurs propres registres.
Troisièmement, il faut encourager les gouvernements à fournir
des ressources aux collectivités métisses indépendantes, comme ils
le font avec d’autres collectivités autochtones indépendantes, afin
qu’elles puissent identifier qui, parmi leurs membres, sont
titulaires de droits. Quatrièmement, une définition de ce qui
constitue une collectivité métisse titulaire de droits doit respecter
la diversité des collectivités métisses du pays et non tenir compte
des divers programmes politiques.
The Historic Saugeen Métis appreciates the opportunity to
provide input into the process. I am pleased tonight to answer
your questions. Thank you.
La collectivité métisse historique de Saugeen vous est
reconnaissante de l’occasion qui lui est donnée de participer à
ce processus. Je serai heureuse maintenant de répondre à vos
questions. Merci.
The Acting Chair: Thank you very much, Ms. McArthur. We
will begin, then.
Le président suppléant : Merci beaucoup, madame McArthur.
Nous allons donc amorcer la première série de questions.
Senator Ataullahjan: Thank you for being here this evening and
thank you for your presentation. I love the uniform look of — I
do not know what you call that sash.
Le sénateur Ataullahjan : Merci de votre présence et pour cet
exposé. J’aime ce que vous portez — j’ignore comment vous
appelez cette écharpe.
Ms. McArthur: We are very proud of it.
Mme McArthur : Nous en sommes très fiers.
Senator Ataullahjan: It looks wonderful.
Le sénateur Ataullahjan : C’est très joli.
With regard to the Supreme Court legal test, to be considered
Metis within the meaning of section 35 an individual claimant
must self-identify as a member of the Metis community, show an
ancestral relationship with the Metis community, and be accepted
by a contemporary community that exists in continuity with a
historic rights-bearing community. What determines inclusion in
the Historic Saugeen Métis community? Since you are a distinct
community, is it solely based on ancestral connection or lineage?
Eu égard au critère juridique adopté par la Cour suprême, pour
être considéré Métis en vertu de l’article 35 de la Constitution,
une personne doit s’identifier comme étant membre d’une
collectivité métisse, démontrer un lien ancestral avec celle-ci et
être acceptée au sein d’une collectivité métisse contemporaine
ayant un lien avec une collectivité historique titulaire de droits.
Quels sont les critères utilisés pour déterminer si quelqu’un fait
partie de la collectivité métisse historique de Saugeen? Puisqu’il
s’agit d’une collectivité distincte, vous appuyez-vous uniquement
sur le lien ancestral?
Ms. McArthur: Yes, at this time it is. We represent the
descendants of the historic families who are identified as having
been in the regional territory that we have identified as being used
by the Metis. They have continued until today. At this time, we
are in the process of considering — we are now in our fourth year
— the policy we will have for either a citizenship or a Metis
membership, and we will be exploring that. The citizens will
decide on who will be included.
Mme McArthur : Pour le moment, oui. Nous représentons les
descendants de familles métisses ayant habité ce territoire régional
jusqu’à aujourd’hui. Depuis maintenant quatre ans, nous
travaillons à une politique visant à définir les critères de
citoyenneté métisse. Ce sont les citoyens qui décideront de ces
critères.
The one message I could say is that we know it will be an
inclusive policy.
Tout ce que je peux dire pour l’instant, c’est qu’il s’agira d’une
politique inclusive.
Senator Ataullahjan: I am asking because we have previously
discussed whether simply growing up in a certain community and
feeling a sense of belonging makes one a part of that community,
even if you have one grandparent or parent who is partly Metis.
Le sénateur Ataullahjan : Je pose la question, car on s’est déjà
demandé si le simple fait d’avoir grandi dans une collectivité
métisse et d’avoir un sentiment d’appartenance à celle-ci était
suffisant pour qu’une personne soit acceptée au sein de cette
collectivité, même si un de ses grands-parents ou un de ses parents
n’était pas un Métis pure laine.
13-6-2012
Peuples autochtones
21:9
Ms. McArthur: If the ancestor was there prior to settlement
and was one of the historic families that were using the territory at
that time, in exercising the right, then the descendants must prove
genealogical connection to that ancestor.
Mme McArthur : Si l’ancêtre de la personne habitait sur le
territoire avant l’établissement des colonies et s’il faisait partie
d’une des familles historiques, le descendant doit prouver son lien
généalogique avec ledit ancêtre s’il veut exercer ses droits
ancestraux.
Senator Sibbeston: It is interesting talking to a Metis from
another part of the country. I come from the Northwest
Territories. I came from a Metis family that had its origin in
the Red River area. There has never been any doubt about our
identity and existence. We received scrip, and my grandfather
received scrip for his family. We come from that kind of
background.
Le sénateur Sibbeston : Je trouve intéressant de discuter avec
une Métisse d’une autre région du Canada. Je suis originaire des
Territoires du Nord-Ouest. Je suis descendant d’une famille
métisse de la région de la rivière Rouge. Notre identité n’a jamais
été mise en doute. Nous avons reçu un certificat de Métis pour
notre famille, tout comme mon grand-père pour la sienne. Voilà
mes antécédents.
I think generally in the West there is a consciousness about the
Metis. They have played a significant role in the development of
the country in terms of being the guides, the river boat pilots, the
interpreters and so forth — very much a go-between for the White
people and First Nations people.
Je crois que, de façon générale, les habitants de l’Ouest étaient
plus conscients de la présence des Métis. Ces derniers ont joué un
rôle considérable dans le développement du pays — ils ont
notamment été guides, pilotes sur les bateaux de rivière ou
interprètes — et servaient en quelque sorte d’intermédiaires entre
les Blancs et les Premières nations.
It is interesting to hear from you that you have Metis so far
east. You mention that you come from the voyageurs and
coureurs de bois, people who were in the trading business. Is that
it in terms of your origins? You mentioned some of the families
coming from the States, but they would have been similar, all with
trading backgrounds and a distinct people.
Je trouve intéressant que vos ancêtres remontent à si loin dans
l’est du pays. Vous dites que vous descendez de voyageurs et de
coureurs des bois, des gens qui faisaient la traite de fourrures.
Vous faites référence à vos origines? Vous dites que des familles
venaient des États-Unis. Elles étaient comparables aux familles du
Canada, c’est-à-dire qu’elles étaient distinctes et qu’elles avaient
de l’expérience dans la traite de fourrures.
Ms. McArthur: Yes. I would say by the late 1700s there had
started to emerge an identifiable mixed-blood community that
had a group awareness. There has been a lot of discussion about
whether the group awareness that existed in the West, for
example, in those places did translate to smaller subgroups. We
precede the Red River. Part of our descendants or ancestors came
from ancient trading families that were in the lakes for a century
or more.
Mme McArthur : En effet. Je dirais que, vers la fin des
années 1700, une collectivité métisse identifiable a commencé à
voir le jour et à afficher un sentiment d’appartenance. On s’est
beaucoup demandé si ce sentiment d’appartenance s’était
manifesté aussi dans l’Ouest du pays, par exemple au sein de
sous-groupes. Nous occupions ce territoire avant même que la
rivière Rouge ne porte ce nom. Certains de nos ancêtres
proviennent de familles ayant fait la traite de fourrures dans
cette région pendant au moins un siècle.
The Northwest Territories’ families who did come to our
community — half a dozen or more — were in the West as
voyagers with the North West Company for some 20 years before
coming down. We do say that we have that identification and
group awareness. They were exercising the Metis lifestyle. We
really do feel we have that awareness.
Les familles des Territoires du Nord-Ouest qui se sont jointes à
notre collectivité — elles étaient au moins une demi-douzaine —
avaient d’abord voyagé avec la Compagnie du Nord-Ouest
pendant une vingtaine d’années. Ce que nous disons, c’est que
nos familles partageaient cette identité, et ce sentiment
d’appartenance et qu’elles affectionnaient un style de vie métis.
Nous en sommes convaincus.
The ancestors of old trading families in Michigan were born in
Mackinac. There were two hubs where fur-trading posts emerged.
One was Mackinac and one was Detroit. At the turn of the 19th
century, in 1800 or so, they were very much being pressured by a
loss of territory and so on within the Michigan territory. Of
course, 1821 was the merger of the Hudson’s Bay Company and
the North West Company, and that left a lot of French out.
Les ancêtres de ces familles qui faisaient la traite de fourrures
au Michigan sont nés à Mackinac. Il y avait à l’époque
deux centres d’activité où des postes de traite ont été établis :
un à Mackinac et l’autre à Detroit. Au début des années 1800, il y
avait beaucoup de tensions au Michigan concernant la perte de
territoire, entre autres. On sait qu’en 1821, la Compagnie du
Nord-Ouest et la Compagnie de la Baie d’Hudson ont fusionné.
Dans tout cela, beaucoup de Français ont été laissés pour compte.
As people flowed and tried to find some location where they
could continue their lifestyle and practise their practices, they
came down into the basin of Lake Huron. Yes, we do believe we
had a group identity there.
Les gens se sont mis à chercher un endroit où ils pouvaient
mener le même style de vie et conserver leurs traditions. Ils ont
découvert le bassin du lac Huron. Oui, nous croyons que nos
ancêtres partageaient ce sentiment d’appartenance.
21:10
Aboriginal Peoples
Senator Sibbeston: How many are there of you?
13-6-2012
Le sénateur Sibbeston : Combien de membres votre collectivité
compte-t-elle?
Ms. McArthur: Currently we have less than 200 registered,
because we register only adults. If you multiply that by the
children that would be in families, we calculate it would be
somewhere around 500.
Mme McArthur : Nous avons moins de 200 membres inscrits,
puisque nous n’inscrivons que les adultes. En tenant compte des
enfants, nous serions environ 500.
Senator Sibbeston: I know amongst the Metis we always kind
of laugh at ourselves a little bit because we are distinct in the sense
that we are independent, we drink, and we chase the opposite sex
— things of that sort. Do you have any of those characteristics in
your men or in your women at all — things that are uniquely
different from other people? Let us say the British. They are
different. They are kind of prim and proper and even if they go
into the Arctic, they wear their own uniforms, swords and stuff
like that.
Le sénateur Sibbeston : Je sais que les Métis ont toujours eu la
capacité de rire d’eux-mêmes en raison de leur unicité : nous
sommes indépendants, et nous aimons boire et flirter, entre
autres. Les hommes et les femmes de votre collectivité présententils ce genre de caractéristiques — des choses qui les distinguent des
autres peuples? Prenons, par exemple, les Anglais. Ils sont
différents. Ils se présentent toujours bien, avec leurs uniformes
et leurs épées, même lorsqu’ils voyagent dans l’Arctique.
People are different in some respects. I am curious to know
whether you have that Metis distinctiveness that we know in the
North and West?
Les peuples sont tous différents. J’aimerais savoir si les
membres de votre collectivité partagent la même unicité métisse
que l’on retrouve dans l’Ouest et dans le Nord?
Ms. McArthur: Senator, we have never used those criteria to
identify our community, so it is difficult for me to say. Definitely
we have criteria that can be used to describe Metis. With the
decision our community had to make, with pressure on us to reidentify our community as being something other than we had
been asserting for so long and that was our experience, you could
say we are very free, independent and willing to stand for the
rights that we believe our ancestors passed on to us because of the
contributions they made prior to the treaties.
Mme McArthur : Monsieur le sénateur, nous n’avons jamais
utilisé ce genre de caractéristiques pour nous définir. C’est donc
difficile pour moi de vous répondre. Bien entendu, nous
présentons des caractéristiques utilisées pour décrire les Métis.
Compte tenu de la décision que nous avons dû prendre et de la
pression que nous avons subie pour nous redéfinir selon des
critères qui ne correspondaient ni à notre identité, ni à notre
expérience, je dirais que nous sommes un peuple libre et
indépendant prêt à défendre les droits acquis par nos ancêtres
en raison de leur contribution avant la conclusion des différents
traités.
Senator Sibbeston: I do not know whether you have ever read
the book Buffalo Days and Nights. It is a book about Peter
Erasmus. It is a terrific story. He was a Metis in the late 1800s
residing in the Fort Edmonton area. He was a typical Metis. He
was on the road all the time, guiding or chasing buffalo. He
apparently went to the little community of Lac St. Anne and fell
in love with this girl he wanted to marry, but she would not marry
him because she said he was really unsettled. He was all around
the country, never home, so she would not marry him then. When
he settled down, she asked him to come back. The guy left, and
eventually when he came back a number of years later, she was
married to someone else.
Le sénateur Sibbeston : J’ignore si vous avez déjà entendu
parler du livre Buffalo Days and Nights. Cet excellent livre raconte
l’histoire de Peter Erasmus, un Métis ayant vécu dans la région de
Fort Edmonton vers la fin des années 1800. C’était un Métis
type : il était toujours parti pour chasser le bison ou servir de
guide. Il s’est rendu dans la petite collectivité du Lac Ste. Anne où
il est tombé amoureux d’une jeune fille. Il a voulu l’épouser, mais
elle a refusé, parce qu’il n’avait pas une vie stable. Elle lui a dit de
revenir une fois qu’il était prêt à s’installer pour de bon. Il est
donc parti. Mais lorsqu’il est revenu, plusieurs années plus tard, la
jeune fille avait épousé un autre homme.
It is a good story about the life of a Metis person. He was not a
settle-down type of guy. He reminds me of my uncle, too, who fell
in love with a girl up in the Fort Nelson area. He was engaged to
marry her the following summer, and he left. Next summer, when
he came back to marry her, she was married to someone else. His
synopsis or his statement about that is to never try to marry a
good-looking girl because you never have all of her because she is
so attractive that other men like her.
C’est un bon exemple du style de vie d’un Métis. Il n’était pas
du genre à rester au même endroit. Il me rappelle mon oncle. Lui
aussi était tombé amoureux d’une jeune fille dans la région de
Fort Nelson. Ils se sont fiancés et devaient se marier l’été suivant,
puis il est parti. L’été en question, il est revenu pour épouser sa
fiancée, mais celle-ci avait épousé quelqu’un d’autre. La leçon
qu’il a retenue de cette aventure, c’est qu’il ne faut jamais tenter
d’épouser une belle femme, car elle ne sera jamais entièrement
vôtre.
13-6-2012
Peuples autochtones
21:11
Eventually, Mr. Erasmus ended up going to another little
community, and again he went into somebody’s house and saw a
beautiful girl, a younger girl. That night, in the course of just
being there for a few hours, he ended up proposing to her and
eventually married her. Such was the life of Metis people.
Un jour, M. Erasmus s’est rendu dans une autre petite
collectivité où, chez une connaissance, il a rencontré une jolie
jeune fille, plus jeune. Ce soir-là, après seulement quelques heures,
il l’a demandé en mariage et l’a finalement épousée. C’était le
genre de vie que menaient les Métis.
Ms. McArthur: Certainly, our families traded in the northsouth trading network, settled along the shoreline of Lake Huron,
and some did go down to Detroit and marry into some of the very
old families. Some married into very old families from Michigan.
Because the traders were trading as far north as the north shore,
we had two daughters who married into the Wikwemikong
reserve and remained there.
Mme McArthur : Certainement. Nos familles faisaient partie
du réseau nord-sud de la traite. Elles se sont établies sur les rives
du lac Huron, et certains de leurs membres se sont mariés dans
certaines des très anciennes familles de Detroit. D’autres se sont
mariés dans d’anciennes familles du Michigan. Comme la traite se
pratiquait vers le nord jusqu’à la rive nord, deux de nos filles se
sont mariées dans la réserve de Wikwemikong et y sont restées.
We had other Metis from our families marry into other Metis
families, the old trading families from Michigan. We had one of
our daughters marry at Wikwemikong and become embroiled in
the only recorded Ontario Metis/First Nation dispute over fishing
on Lonely Island. She was married to a Proulx, a nephew of the
very first priest there, and she went to the Killarney community
and raised a very large Metis family. They, of course, married into
other Metis families, and there is a very large connection there.
D’autres Métis de nos familles se sont mariés dans d’autres
familles de Métis, les anciennes familles de traiteurs du Michigan.
Une de nos filles s’est mariée à Wikwemikong et elle a été
impliquée dans la seule dispute attestée entre des Métis et une
Première nation de l’Ontario au sujet de la pêche sur l’île Lonely.
Elle était mariée à un Proulx, neveu du premier prêtre arrivé dans
la région, et elle s’est établie dans la communauté de Killarney où
elle a élevé une famille de Métis très nombreuse. Ses enfants, bien
sûr, se sont mariés dans d’autres familles de Métis et ils ont tissé
des liens très nombreux dans la région.
We did have that travelling lifestyle for the communities. Metis
people in the community became fishermen after the trade ended,
and they did travel for trade. This is recorded by Professor Shute
who interviewed some of our elders in the 1930s. He told about
the Metis lifestyle they led, loading everything into their canoes
and boats — chickens and all — and going away for months at a
time at particular times during the seasons. The families had
fishing shanties at the fishing islands and were very much a part of
the fishery because Metis did become fishery oriented in the first
days, and then went into boat building. They went into being
mariners, captains, on schooners, on boats, and they were the
very first mariners.
Les communautés nomadisaient. Après la fin de la traite, les
Métis sont devenus pêcheurs, ce qui exigeait de fréquents
déplacements. M. Shute, qui a interrogé certains de nos anciens
dans les années 1930, en parle. Il a décrit leur mode de vie, le
chargement de leurs canots et de leurs embarcations avec toutes
leurs possessions — la volaille et tout — et leur départ pour des
mois, à dates fixes, au cours des saisons. Les familles possédaient
des cabanes de pêcheurs dans les îles et elles pratiquaient
beaucoup la pêche, dans laquelle les Métis se sont orientés, dans
les premiers temps, pour ensuite se convertir à la construction
d’embarcations. Ils sont devenus les tout premiers mariniers, puis
capitaines de goélettes et d’autres bateaux.
We had that lifestyle that you described and going around
intermarrying. I am sure they had some of the qualities or traits
that you have mentioned. We were a typical community that was
outside the other two communities.
Nous avions le mode de vie que vous avez décrit, toujours en
déplacement, et nous nous mariions entre nous. Je suis sûre qu’ils
possédaient certaines des qualités ou certains des attributs que
vous avez mentionnés. Nous étions une communauté typique
séparée des deux autres communautés.
The French Catholics loved their church when they came out
of the bush, and the Metis signed the very first petition at
Goderich to establish St. Peter’s before any other church, other
than the church at Sault Ste. Marie, before St. Ann’s at Penetang,
before the one at Wikwemikong. The very first church was
established at Goderich by petition, which the Metis signed
separately showing the group awareness of who they were.
Les catholiques francophones, quand ils sont sortis de la forêt,
ont aimé leur église, et les Métis ont signé la toute première
pétition, à Goderich, pour la construction de l’église St. Peter, qui
a précédé celle de toutes les autres, sauf de l’église de Sault Ste.
Marie. Elle a précédé celle de St. Ann, à Penetang et celle de
Wikwemikong. Cette pétition a été signée séparément par les
Métis, ce qui montre qu’ils étaient conscients de leur identité.
At Southampton, the very first confirmations in the church
there, when it did get established, were all Metis, except one, and
from this group of families trading along the shoreline.
Les premiers confirmés à l’église de Southampton étaient tous
Métis, sauf un, et ils provenaient tous de ce groupe de familles qui
pratiquaient la traite sur les rives.
Yes, I understand now that you are talking about the
traditional Metis lifestyle, and as I said, our people drank a bit,
just like everybody else, and they loved the fiddle and they loved a
good time.
Oui, je comprends maintenant que vous parlez du mode de vie
traditionnel des Métis et, comme je l’ai dit, ils buvaient un peu,
comme tout le monde, ils adoraient le violon et ils aimaient
s’amuser.
21:12
Aboriginal Peoples
Senator Sibbeston: Thank you.
The Acting Chair: That was a very good answer to a
challenging question.
Ms. McArthur: Thank you.
13-6-2012
Le sénateur Sibbeston : Merci.
Le président suppléant : Vous avez très bien répondu à une
question difficile.
Mme McArthur : Merci.
The Acting Chair: Ms. McArthur, you referenced a Professor
Shute. Is there any written material you could pass along?
Le président suppléant : Madame McArthur, vous avez parlé de
M. Shute. Avez-vous des documents écrits à nous communiquer?
Ms. McArthur: The papers he left are in the Bruce County
archives and museum. I can have them prepare a copy and present
them to the committee. We had been documenting our
community for 40 years, and we are very pleased and thankful
for all the activism and those who came before us, like
Dr. Belcourt and the old Native Council of Canada, the first
group that started to activate for Metis rights. We are very
thankful for all those people. We cooperated with the heritage
foundation in Ontario, and they put up a fur trade plaque at
Saugeen. That is the very first thing we did as far as documenting
and providing information.
Mme McArthur : Les documents se trouvent dans les archives
et au musée du comté de Bruce. Je peux les faire copier et les
communiquer au comité. Nous rassemblons des documents sur
notre communauté depuis 40 ans et nous sommes très heureux et
très reconnaissants de l’activisme de nos prédécesseurs, comme
M. Belcourt et le Congrès des peuples autochtones, comme on
l’appelait alors, le premier groupe à se mobiliser pour les droits
des Métis. Nous avons collaboré avec la fondation du patrimoine,
en Ontario, qui a dévoilé une plaque, à Saugeen, sur la traite des
fourrures. Ç’a été notre toute première réalisation pour la
documentation et l’information sur notre communauté.
We did write a book in 2005, which I was the editor of, and
that has been very popular. We have sold over a thousand copies.
We have produced one land use study with a Canadian arm of an
American firm that interviewed our people and recorded all that.
We have completed another more expansive land use study by
Dr. McNab, a Metis historian out of York University.
En 2005, nous avons rédigé un livre, publié sous ma direction,
qui s’est très bien vendu, à plus de 1 000 exemplaires. Nous avons
produit une étude sur l’utilisation des terres avec le concours de la
filiale canadienne d’une firme américaine qui a interrogé nos gens
et qui a enregistré toutes leurs réponses. Nous avons fait faire une
autre étude, de plus grande envergure, sur l’utilisation des terres,
par M. McNab, historien métis de l’Université York.
Currently, we will have published in October an historical atlas
that is partly written by Dr. McNab to write our history into the
context of Ontario’s history. The community, and I am doing a
large part of it, is writing the biographies of the families that we
have identified were in the community historically, bringing them
down three or four generations. That part will be published. The
other documents were not.
Dans l’immédiat, nous publierons, en octobre, un atlas
historique dont l’un des auteurs est M. McNab. Il décrira notre
histoire dans le contexte de celle de l’Ontario. La communauté
rédige les biographies de ses familles anciennes reconnues. Je me
suis chargée d’une grande partie de ce travail qui concernera trois
ou quatre générations. Cette partie sera publiée. Les autres
documents ne l’ont pas été.
The Acting Chair: What is the book called?
Ms. McArthur: It is called Historic Saugeen & Its Metis
Peoples.
Le président suppléant : Quel est le titre?
Mme McArthur : C’est Historic Saugeen & Its Metis Peoples.
The Acting Chair: Thank you very much.
Le président suppléant : Merci beaucoup.
Senator Ataullahjan, did you have a supplementary?
Sénateur Ataullahjan, avez-vous une question supplémentaire?
Senator Ataullahjan: I did, but I do not know if I remember it
now after all that talk of romance.
Le sénateur Ataullahjan : J’en avais une, mais j’ai comme perdu
le fil après toutes ces histoires d’amour.
You mentioned the numbers. I just wanted to know the
breakdown. What is the percentage of youth, elderly and male
and females? Do you have those numbers?
Vous avez cité des chiffres. Je désire connaître la ventilation.
Quel est le pourcentage de jeunes, de personnes âgées, d’hommes
et de femmes? Avez-vous ces chiffres?
Ms. McArthur: I do not have those, and I probably could not
give you the children because they are not all recorded because we
do not record or register the children until they are 16 years of
age. However, we do have very close connection with the families
and know who they are.
Mme McArthur : Non, mais je ne pourrais probablement pas
vous renseigner sur les enfants, parce qu’ils ne sont pas tous
inscrits avant l’âge de 16 ans. Cependant, nos liens avec les
familles sont très étroits, et nous savons qui ils sont.
Senator White: Thank you very much for your presentation. I
actually wanted to question Senator Sibbeston after that.
Le sénateur White : Merci beaucoup de votre exposé. En fait, je
voulais ensuite questionner le sénateur Sibbeston.
13-6-2012
Peuples autochtones
I had a question as to whether or not there are people within
your community who would disagree with their status as Metis
and instead would identify as First Nations.
Je voulais savoir si, dans votre communauté, certains ne sont
pas d’accord sur le statut de Métis et préféreraient être reconnus
comme membres des Premières nations.
Ms. McArthur: There would not be.
Mme McArthur : Personne ne voudrait cela.
Senator White: There is not?
Le sénateur White : Personne?
Ms. McArthur: There are not. As I said, we have been very
careful about who we register, and because we have been doing
genealogy for such a long time, I can say there are not any.
However, we do have people who come into our office, whose
children or grandchildren are losing status, asking if those people
could be registered.
Senator White: Losing status as First Nations?
21:13
Mme McArthur : Personne. Comme j’ai dit, nous n’inscrivons
pas n’importe qui, et nos longues études généalogiques me
permettent d’affirmer que personne n’est de cet avis. Cependant,
des gens viennent nous consulter à notre bureau, pour inscrire
leurs enfants ou petits enfants dépouillés de leur statut.
Le sénateur White : Leur statut de membres d’une Première
nation?
Ms. McArthur: Yes, and who have been raised on the reserves,
as I understand it. If that person could prove Metis ancestry in the
community — because it is all tied to land, water, place and time
— what land and water was your ancestor using at what time; it
has to be before effective control.
Mme McArthur : Oui, et qui, si j’ai bien compris, ont grandi
dans les réserves. S’ils peuvent prouver une ascendance métisse
dans la communauté — parce que tout est lié au sol, à l’eau, à
l’espace et au temps : quel territoire et quelles eaux tel ancêtre
utilisait-il à tel moment? — elle doit remonter avant la prise de
contrôle de la région par la Couronne.
If those persons who had taken status at some point, but
through the Indian Act had lost their status, came into our office
and said they would like to register, they would have to prove
back to a Metis that had been in our asserted territory.
Si ces personnes, à un moment donné, ont acquis un statut,
pour le perdre à cause de la Loi sur les Indiens, elles doivent, pour
être inscrites, prouver qu’elles descendent d’un Métis qui s’est
trouvé dans le territoire que nous revendiquons.
Senator White: They could not have status under First Nation
and as well be members of Metis?
Le sénateur White : Elles ne pourraient pas avoir le statut de
membres d’une Première nation et tout en étant métisses?
Ms. McArthur: No, definitely not, because you have to be one
of the three.
Mme McArthur : Non, absolument pas, parce qu’il faut
appartenir à l’une des trois communautés.
Senator White: You have to give up one to accept the other.
Le sénateur White : Pour obtenir le statut d’appartenance à un
groupe, il faut abandonner ses prétentions à l’autre.
Ms. McArthur: You have to be Inuit, First Nation or Metis.
You cannot register several times in different places.
Mme McArthur : Il faut être Inuit, Métis ou Autochtone. On
ne peut pas s’inscrire plusieurs fois dans des groupes différents.
Senator White: Thank you very much for that. I appreciate it.
Le sénateur White : Merci beaucoup de votre réponse. Elle
m’éclaire beaucoup.
Senator Meredith: One of the things that we have heard several
times is around identification. Your race is one of your points in
that Metis need to identify themselves. You have been around in
terms of documentation since the 1820s. One of the questions I
would raise is around the language, culture and the preservation
of it. I know it is very near and dear to your community, so my
question would be around language. Is that still practised? In part
of the self-identification, does someone have to prove that they
can actually speak the language or practise in the culture?
Le sénateur Meredith : L’identification est l’une des notions qui
revient souvent sur le tapis. La race est l’un des éléments auxquels
les Métis doivent s’identifier. Vous existez, d’après la
documentation, depuis les années 1820. Je m’interroge
notamment sur la langue, la culture et leur préservation. Je sais
que votre communauté y tient. Je vais donc vous interroger sur la
langue. Continuez-vous de la parler? Pour les besoins de l’autoidentification, faut-il prouver qu’on parle la langue ou qu’on vit
dans la culture?
Ms. McArthur: Unfortunately, as many Metis communities in
Canada, we have almost lost our culture as far as the language
goes. I remember my grandfather could speak the native language
and he spoke French, but currently I would say that we have lost
our language.
Mme McArthur : Malheureusement, comme beaucoup de
communautés métisses du Canada, nous avons presque perdu, à
l’intérieur de notre culture, l’usage de notre langue. Je me
souviens que mon grand-père pouvait parler sa langue maternelle
et il parlait français, mais, actuellement, je dirais que nous avons
perdu l’usage de notre langue.
21:14
Aboriginal Peoples
13-6-2012
Senator Meredith: As you look at identifying the next
generation of Metis, or those who come and self-identify, look
at claims to their ancestral lands and right to those lands, is there
an effort through organizations that are helping to bring back this
culture and the language? I know that as part of First Nations —
and again you do not identify as First Nation — you look at how
to make sure that linguistics, cultural, and all those things are
brought back.
Le sénateur Meredith : En vue de l’identification de la
prochaine génération de Métis ou chez ceux qui s’adressent à
vous, s’auto-identifient et étudient les revendications des terres
ancestrales et le droit d’usage de ces terres, est-ce qu’on essaie,
avec le concours de certaines organisations, de ressusciter cette
culture et la langue? Je sais que, dans les Premières nations —
encore une fois, vous ne vous identifiez pas à une Première nation
— on cherche à ressusciter la langue, la culture et tout ce qui entre
dans cette catégorie.
Ms. McArthur: Certainly we would try to introduce the
language at some point. What we are currently doing is with
our elders. We hold luncheon meetings and workshops with them,
and we have had people in to start to talk about the culture and
reintroduce them to it. It has been very successful in that way.
Mme McArthur : Il est certain que nous aimerions, à un certain
moment, réintroduire la langue. Actuellement, nous travaillons
avec nos anciens. Nous organisons des déjeuners de travail et des
ateliers avec eux et nous avons invité des conférenciers à venir
parler de culture et à les remettre en contact avec elle. Cette
méthode a eu beaucoup de succès.
Language is a whole different thing because few communities
have anybody left speaking it, especially in Ontario. Perhaps very
far north, and I know that the collective is making an effort in
that area. Certainly at some point we will do such a thing too, but
being just four years old, there have been an awful lot of things to
do. However, the culture is very important to us.
La langue, c’est différent, parce que peu de communautés
comptent encore des locuteurs, particulièrement en Ontario. Dans
l’extrême Nord, peut-être, et je sais que la collectivité y consacre
des efforts. Il est certain que, à un certain moment, nous nous
attaquerons également à cet aspect. Nous n’existons que depuis
quatre ans, et nous avons été très occupés. Toutefois, la culture
représente beaucoup pour nous.
Senator Meredith: Along those lines of you talking about the
elders, what are some of the challenges facing the youth within
your community? Are they similar to what the other First Nation
youth are facing?
Le sénateur Meredith : Parlant d’anciens, quels sont les défis
qu’affrontent vos jeunes? Est-ce qu’ils ressemblent à ceux qui se
posent dans les autres Premières nations?
Ms. McArthur: Yes and no. We have particular families who
are not as fortunate as others and are disadvantaged for various
reasons, but we live in a fairly rich area with the nuclear industry
and other large industries. We do not have the employment
problems that they have, say, in other communities farther north.
However, the challenges for us are to ensure that our students are
given every opportunity to become educated, and we run an
education program. The first year we were independent. The
community itself funded six students for an amount, and it was
without a means test. We want to help and encourage everybody,
because we understand with the makeup of the family today there
can be many blended families and so on.
Mme McArthur : Oui et non. Certaines de nos familles ne sont
pas aussi riches que les autres et sont désavantagées pour diverses
raisons. Mais nous vivons dans une région assez riche, grâce à
l’industrie nucléaire et à d’autres grosses industries. Nous ne
souffrons pas du chômage comme, par exemple, les autres
communautés plus au nord. Cependant, nous devons nous
assurer de donner à nos élèves toutes les chances nécessaires
pour s’instruire et nous avons mis sur pied un programme
d’éducation. La première année, nous étions indépendants. C’est
la communauté qui a accordé une bourse à six étudiants, sans les
soumettre à une enquête sur leurs revenus. Nous voulons aider et
encourager tout le monde, parce que nous comprenons que,
aujourd’hui, beaucoup de familles peuvent être recomposées, et
cetera.
In the last two years we have funded 10 students going to
university and college each year. This year, as well as the students
we fund, we are assisting one single mother to go back to college.
Education is one of our main goals and we have to look after the
youth and ensure that everyone has the maximum opportunity
that is possible.
Ces deux dernières années, nous avons financé les études
universitaires et collégiales de 10 étudiants. Cette année, en plus
des étudiants, nous aidons une mère seule à retourner au collège.
L’éducation est l’un de nos quatre principaux objectifs, et nous
devons prendre soin des jeunes et veiller à ce que tous profitent du
maximum de chances possible.
The other is to look after our elders and address their needs. I
would say in that respect we have similar goals that all Metis have
across Canada. We are no different than any other Metis
community. We identify so strongly and have so much history
with Saugeen — our home, our territory and our people. Some
Un autre de nos objectifs est de nous occuper des personnes
âgées et de répondre à leurs besoins. Je dirais que, à cet égard, nos
objectifs sont semblables à ceux de tous les Métis du Canada.
Nous ne différons pas des autres communautés métisses. Nous
nous identifions si fortement à Saugeen et nous partageons avec
13-6-2012
Peuples autochtones
21:15
may say that our community must be blended into this region, or
that our contributions really were not in that territory and that we
were just nomads wandering around, but we were not.
elle tant d’histoire — notre foyer, notre territoire et notre peuple.
Certains préconisent la fusion de notre communauté dans la
région ou ils prétendent que notre apport ne s’est pas vraiment
fait dans ce territoire, que nous sommes seulement des nomades
toujours en mouvement, mais c’est faux.
I believe we have, in Ontario, one of the few communities that
can satisfy the criteria of Powley. We developed over time out of
the fur trade. We operated a regional trading network where the
people were identifiable. It was cohesive. It was economic, and we
have a continuity of people today from that time until now. We
maintain an elected council that represents the communal rights
that they have passed on to us.
Je crois que nous sommes, en Ontario, l’une des rares
communautés qui peut satisfaire au critère Powley. Nous nous
sommes développés grâce à la traite des fourrures. Nous avons
exploité un réseau régional de traite dont les acteurs étaient
identifiables. Nous étions unis. Nos liens étaient économiques, et,
entre les gens d’aujourd’hui et ceux de l’époque, la continuité est
ininterrompue. Nous élisons un conseil qui représente les droits
collectifs que les anciens nous ont transmis.
Senator Meredith: I have a quick question on the challenges of
sending your young people off to colleges and universities. We
have read and seen the reports of some young people who are not
coping as well. What kind of mechanism do you have in place to
support these young people as they go off?
Le sénateur Meredith : J’ai une petite question sur les difficultés
que présentent, pour les jeunes, les études collégiales et
universitaires. D’après certains rapports, des jeunes ne se
débrouillent pas si bien. De quels mécanismes disposez-vous
pour soutenir ceux qui entreprennent ces études?
Ms. McArthur: We ensure that they try to get into a college
that has an Aboriginal program, and we try to stay connected to
them. They come back and volunteer at the Saugeen Rendezvous
and so on. We have a storefront office right in Southampton,
Ontario, which has been the best thing that we did, and we tell our
Metis that it is not our office, it is their office. We have started to
make a real connection with people who drop in for different
things, come with their families and so on. We support them if
they come in and say they have a problem, and we are able to do
that because we have the personal connection.
Mme McArthur : Nous veillons à ce qu’ils s’inscrivent dans un
collège doté d’un programme de soutien et nous essayons de rester
en contact avec eux. Ils reviennent et font du bénévolat au
Saugeen Rendezvous, et cetera. À Southampton, nous avons un
bureau qui a pignon sur rue. C’est la meilleure idée que nous
ayons eue. Nous disons à nos Métis que c’est leur bureau. Nous
avons commencé à tisser des liens véritables avec les gens qui s’y
arrêtent pour diverses raisons, certains avec leurs familles, et
cetera. Nous appuyons ceux qui nous confient leurs problèmes.
Nous sommes en mesure de le faire parce que nous établissons des
liens personnels.
Senator Meredith: Thank you so much.
Le sénateur Meredith : Merci beaucoup.
The Acting Chair: You mentioned that the Historic Saugeen
Métis had violated the policies of the Métis Nation of Ontario
with respect to lands and resources. Could you give us a little
more detail on how that occurred and why?
Le président suppléant : Vous avez mentionné que les Historic
Saugeen Métis avaient enfreint des politiques de la Métis Nation
of Ontario relatives aux terres et aux ressources. Pouvez-vous
nous éclairer un peu?
Ms. McArthur: Thank you very much for the question. I was
hoping someone would ask that.
Mme McArthur : Je vous remercie de la question. Je l’espérais.
The policy of the Métis Nation of Ontario is that it is limited to
people who agree to follow their policies. We agreed with that.
They have a process called the chartered community process, and
in 2001 we were very happy to join the Métis Nation of Ontario.
We are totally into our history and have a strong sense of identity.
We had a very good relationship with the people and still do.
La politique de la Métis Nation of Ontario, la MNO, est de
n’inclure que les personnes qui acceptent de se plier à ses
politiques. Nous étions d’accord. Un de ses processus est le
processus des communautés à charte, et, en 2001, nous étions très
heureux de nous joindre à elle. Nous sommes férus de notre
histoire et nous possédons un sens aigu de notre identité. Nous
avions et nous avons toujours de très bons rapports avec les gens.
I say we have already violated the policy because they changed
the definition of rights-bearing community from what we
considered was Powley’s definition of being within a regional
trading network. We considered that we fit Powley, but Powley
did not say how big the region was. That has created some
problems.
J’ai dit que nous avons déjà enfreint la politique parce que
l’organisation a modifié la définition de « communauté titulaire
de droits » par rapport à ce que nous considérions être la
définition de Powley de l’appartenance à un réseau régional de
traite. Nous considérions que nous correspondions à la définition
de Powley, mais cette définition ne précisait pas la grandeur de la
région. Cela a suscité des problèmes.
21:16
Aboriginal Peoples
13-6-2012
In the beginning of 2008, MNO changed its definition of rightsbearing community to become a much larger area that would
stretch from Goderich to over near Peterborough and to south of
the French River. In doing that, it changed our identity. We were
identifying according to Powley, as the Historic Saugeen Métis
community that had been here, and we had the history to prove it.
We believe we fit Powley. Then, for whatever reason, MNO
adopted this idea that all rights-bearing communities are large
and expansive as in the West. That was not our experience.
Au début de 2008, la MNO a modifié la définition de
« communauté titulaire de droits » pour en faire une région
beaucoup plus grande, qui s’étendait de Goderich jusqu’à
proximité de Peterborough et jusqu’au sud de la rivière des
Français. Cela changeait notre identité. D’après Powley, nous
nous identifiions à la communauté des Historic Saugeen Métis qui
y avait vécu, et nous possédions les documents historiques pour le
prouver. Nous croyons que nous répondons au critère Powley.
Pour une raison que nous ignorons, la MNO a adopté l’idée selon
laquelle toutes les communautés titulaires de droits sont étendues
et expansives, comme dans l’Ouest. Cela contredisait notre vécu.
The rights-bearing community then would have been regional.
It would have been managed by a committee for the lands and
resources. It was all about lands and resources consultation. The
proposal was that they have the regional policy; we now have to
go over to Penetang and we were not significant in the history that
we had or anything because now it is that Metis are all over the
region and they are the rights-bearers, all these Metis, but we still
claim according to Powley.
En conséquence, la communauté titulaire de droits aurait été
régionale. Elle aurait été gérée par un comité des terres et des
ressources. Tout cela touchait les consultations sur les terres et les
ressources. Il était question de lui confier la politique régionale;
désormais, nous devons nous rendre à Penetang. Notre histoire
est quantité négligeable, parce que, désormais, c’est cette nation
métisse qui occupe toute la région et c’est elle la titulaire des
droits, mais nous continuons de nous réclamer de Powley.
It was all about land consultation. Our consultation and
relationships that we would have had with the Crown, the
government, would then be transferred and taken out of our
hands and taken to the regional committee. The lands and
resources department was then developed in Toronto, where they
would run all the lands and resources consultations from the
regional committee, of which we would have only one voice in
Penetang. It changed our identity, and it also changed the
relationships we could have directly with the Crown and with the
community, because lands and resources consultation is about
municipal consultation, everything from a bed and breakfast to a
huge sewer project or something like that, and the Crown owes
consultation to the rights-bearing community in the area. It is
consultation with your Ontario province over projects they have
in the area. It is consultation on federal nuclear projects in the
area, and we have two large ones. We had relationships with some
of those municipalities. After that, it would have been taken over
to a regional committee, and it is not that we would not have had
a voice, but it changed totally our relationships that we wanted to
develop with our community, with our Crown and so on, because
it regionalized it. That is what we rejected.
Tout cela concernait les consultations sur les terres. Les
consultations et les rapports que nous aurions eus avec la
Couronne, le gouvernement, tout cela nous aurait été retiré et
confié au comité régional. Un service des terres et des ressources a
ensuite été créé à Toronto. C’est lui qui ferait toutes les
consultations sur les terres et les ressources pour le comité
régional, où nous n’avions qu’une seule voix, à Penetang. Cela
changeait notre identité et, aussi, la nature des rapports directs
que nous aurions eus avec la Couronne et la communauté, parce
que la consultation sur les terres et les ressources concerne la
consultation municipale, tout ce qui va des gîtes touristiques
jusqu’aux projets de collecteur d’égouts ou ce genre de choses,
tandis que la Couronne est tenue de consulter la communauté
titulaire de droits dans ce domaine. C’est la consultation avec
l’Ontario sur les projets de la province dans la région; la
consultation sur les projets nucléaires fédéraux dans la région, il
y en a deux importants. Nous avions des rapports avec des
municipalités. Tout cela, désormais, aurait été confié à un comité
régional, et la nouvelle formule, sans nous priver de la voix au
chapitre, changeait radicalement les rapports que nous voulions
établir avec notre communauté, avec la Couronne, et ainsi de
suite, parce qu’elle les régionalisait. C’est ce que nous avons rejeté.
Since becoming independent, we decided that we would do
things differently, that we would go into the community, reach
out to the municipalities, to the province, and still we wanted to
maintain our relationships and any agreements we had with the
nuclear proponents, because the benefits from those come to our
community. We had to put our foot down. What we had to do to
let it happen was to sign a new protocol in addition to our
chartered community council protocol. We had to sign a protocol
that would give our rights for consultation to the MNO. That is
what we rejected.
Lorsque nous sommes devenus indépendants, nous avons
décidé de faire les choses différemment; nous allions nous rendre
dans la collectivité et communiquer avec les municipalités et la
province, tout en continuant d’entretenir nos relations et les
ententes conclues avec les promoteurs d’installations nucléaires,
car notre communauté profite de ces projets. Nous avons dû être
fermes. Si nous voulions perdre tout cela, nous n’avions qu’à
signer un nouveau protocole — en plus de notre protocole
d’entente de collectivité à charte — par lequel nous aurions cédé
nos droits de consultation à la MNO. C’est ce que nous avons
rejeté.
13-6-2012
Peuples autochtones
21:17
We started in February or May — I think it was May. The
regional concept was introduced in our territory on February 9,
2008. We wanted to work within the system if we could, but we
were very uneasy about it. We tried to get a protocol. We did six
drafts of a protocol, trying to get a protocol that would let us
remain and maintain some independence and have some say over
our affairs, but it did not work out. It finally came down to the
framework that came out. We were a little bit concerned just at
the way things were going there.
Nous avons commencé en février ou en mai — je pense que
c’était en mai. On a introduit le concept régional sur notre
territoire le 9 février 2008. Nous voulions participer au système si
nous le pouvions, mais nous étions très inquiets à ce sujet. Nous
avons essayé d’obtenir un protocole. Nous avons rédigé six
ébauches, en tentant d’obtenir un protocole qui nous permettrait
de conserver une certaine indépendance et d’avoir notre mot à
dire sur nos affaires, mais cela n’a pas fonctionné. Au bout du
compte, c’est l’entente-cadre qui a prévalu. Nous étions un peu
préoccupés par la façon dont les choses se déroulaient.
Finally, I guess they got fed up with us and they suspended us,
which is the way to get rid of someone who is causing a problem.
They suspended us, thinking that we would go away but keep the
charter and move other people in. We were the people. We just
stepped aside and said no. We had to resign. We had to give up
harvesting, which we have not got back yet. We knew we had to
get an office, because we had been working for all those years on
someone’s dining room table. We just stepped aside, got our office
and carried on.
Enfin, je présume qu’ils en ont eu assez et qu’ils nous ont
exclus, car c’est la façon de se débarrasser de quelqu’un qui pose
un problème. Ils nous ont exclus, en pensant que nous allions
nous éloigner, mais qu’ils allaient garder la charte et inclure
d’autres gens. Nous étions ces gens. Nous avons seulement pris du
recul et dit non. Nous avons dû démissionner. Nous avons dû
renoncer à nos droits d’exploitation, et on ne nous les a pas encore
rendus. Nous savions que nous devions avoir un bureau, car
pendant toutes ces années, nous avions travaillé chez nos
membres. Nous sommes simplement partis, nous avons ouvert
notre propre bureau et nous avons poursuivi nos activités.
We were fortunate that some of the proponents with whom we
had relationships stuck with us, and the federal government stuck
with us. We were getting participation funding for a nuclear
project. It was a year before we were lucky enough to get new
relationship funding from the province, and we are now enjoying
the new relationship funding. We are in the third year of having a
lands and resources person.
Nous avons été chanceux, car certains des promoteurs avec
lesquels nous entretenions des liens nous ont appuyés, ainsi que le
gouvernement fédéral. Nous obtenions du financement de
participation à un projet nucléaire. Un an auparavant, nous
avions eu la chance d’obtenir un nouveau financement de la
province, et nous profitons maintenant d’une nouvelle relation de
financement. Depuis trois ans, un employé s’occupe des terres et
des ressources.
We wanted to transform our relationship. We deliberately tried
for a transformative relationship with the municipalities and we
had a consultant. We went out to the municipalities. We met the
planning departments and everything. I must say, with the
assistance we have with our lands and resources department, the
person we were able to hire, that we have been able to carry on
successfully. We do a lot of business out of an office that has 4
people. It would probably take 15 or 20 people to look after
things in the MNO office in Toronto or in a First Nations
community.
Nous voulions transformer notre relation. Nous avons
délibérément tenté de transformer notre relation avec les
municipalités et nous avons fait appel à un consultant. Nous
avons communiqué avec les municipalités. Nous avons rencontré
les responsables de la planification, et cetera. Je dois dire qu’avec
l’aide que nous recevons de notre service des terres et des
ressources, c’est-à-dire de la personne que nous avons été en
mesure d’embaucher, nous avons réussi. Notre bureau compte
quatre employés, mais nous arrivons à accomplir beaucoup de
choses. Il faudrait probablement à la MNO de Toronto 15 ou
20 employés pour s’occuper des affaires des collectivités des
Premières nations de notre territoire.
Now the proponents in the territory have to consult with two
Metis communities. They consult with us and with the MNO.
Maintenant, les promoteurs souhaitant exercer leurs activités
sur le territoire doivent consulter deux communautés métisses : la
nôtre et la MNO.
The Acting Chair: Thank you for the very thorough answer. To
quickly make sure I understand, members of your Saugeen Metis
are not able to get Metis harvester certificates.
Le président suppléant : Merci beaucoup de votre réponse très
complète. Si je comprends bien, les membres des Métis de
Saugeen ne sont pas en mesure d’obtenir des certificats
d’exploitant métis.
Ms. McArthur: Metis harvest is negotiated with the MNR and
it is a separate protocol. We have had meetings and hope to
regain our harvest, but that is the sacrifice we had to make
temporarily to maintain our community identity. Having the local
Mme McArthur : Les droits d’exploitation des Métis sont
négociés avec le MRN, et il s’agit d’un protocole distinct. Nous
avons tenu des réunions et nous espérons récupérer nos droits
d’exploitation, mais c’est par ce sacrifice temporaire que nous
21:18
Aboriginal Peoples
13-6-2012
community interact with the municipalities and reach out into the
community, it does help make a safer community. It is just
natural.
avons réussi à conserver notre identité. Lorsque la collectivité
communique avec les municipalités et vice-versa, cela crée
naturellement une collectivité plus sécuritaire.
Senator Ataullahjan: In May 2012, you announced your
participation in a three-year research project on the rights of
Aboriginal people with disabilities. Could you describe your role
in that and the reasons why you became involved? Are you aware
of the percentage of individuals with disabilities in your
community?
Le sénateur Ataullahjan : En mai 2012, vous avez annoncé
votre participation à un projet de recherche de trois ans sur les
droits des Autochtones handicapés. Pourriez-vous décrire votre
rôle dans ce projet et les raisons qui vous ont poussés à y
participer? Connaissez-vous le pourcentage de personnes
handicapées dans votre collectivité?
Ms. McArthur: We became involved because of our
connections to York University, which was looking for
partners. Some of the people we work with, the historians are
professors there. We became aware of that. It is the second time
we have done something like that — we did something with a
community college — and they are looking for Aboriginal
support for their projects. We have not had any meetings, since
it was just awarded and so on. The role of our community will be
determined at some time in the future. It is up to York. We
certainly want to participate.
Mme McArthur : Nous avons participé à ce projet en raison de
nos liens avec l’Université York, qui cherchait des partenaires.
Certains des gens avec qui nous travaillons — c’est-à-dire des
historiens — sont professeurs dans cette université. Nous en
avons donc entendu parler. C’est la deuxième fois que nous
participons à un projet de ce genre — nous avons déjà collaboré
avec un collège communautaire — et ces établissements cherchent
à obtenir l’appui des Autochtones pour leurs projets. Nous
n’avons pas tenu de réunion, étant donné que les projets étaient
seulement attribués, et cetera. Le rôle de notre collectivité sera
déterminé plus tard. Cela dépend de l’Université York. Nous
voulons certainement participer à ce projet.
We do have some disabilities in our community, yes.
Nous avons quelques personnes handicapées dans notre
collectivité.
Senator Sibbeston: I was going to ask Ms. McArthur about the
matter of hunting and fishing. You mentioned it in your
statement. How significant is it to you nowadays? In the North,
hunting and fishing was a way of life in the past. There was no
other way to live except to hunt and fish. Through time, things
have changed, so hunting and fishing are not as significant and
not as much a necessity. One can live without hunting and fishing,
if you have a job.
Le sénateur Sibbeston : J’allais poser une question à
Mme McArthur au sujet de la chasse et de la pêche. Vous en
avez parlé dans votre exposé. À quel point ces activités sont-elles
importantes pour votre collectivité aujourd’hui? Dans le Nord, la
chasse et la pêche étaient un mode de vie; il était impossible de
vivre autrement. Avec le temps, les choses ont changé, et ces
activités ne sont plus aussi importantes ou nécessaires. Par
exemple, si une personne a un emploi, elle peut vivre sans chasser
ou pêcher.
How significant is this matter of hunting and fishing to your
people?
À quel point la chasse et la pêche sont-elles des activités
importantes pour votre peuple?
Ms. McArthur: Connection to the land is the most important
thing to a Metis person. Our families traditionally were hunters
and fishermen. Just like the broader community, there are fewer
people who hunt and fish. However, we do have particular people
who have been avid hunters — their parents were avid hunters —
and avid fishermen, and they continue to hunt and fish.
Mme McArthur : Le plus important, pour un Métis, ce sont les
liens avec la terre. Traditionnellement, nos familles étaient
composées de chasseurs et de pêcheurs. Tout comme c’est le cas
dans la communauté en général, il y a moins de gens qui chassent
et qui pêchent. Toutefois, on trouve toujours, dans notre peuple,
des chasseurs et des pêcheurs passionnés — leurs parents l’étaient
aussi — et ils continuent de se livrer à ces activités.
When we were with the MNO, we did hold two community
harvests because whitefish fishing is a big thing. We had a
member go out with a fish boat who was an MNO member. There
were no charges from the MNR or anything, but that was under
the MNO harvesting policy.
Lorsque nous faisions partie de la MNO, nous avions deux
droits d’exploitation communautaire, car la pêche au corégone est
importante. Nous avions un membre de notre collectivité qui
pêchait avec un bateau de pêche et il était membre de la MNO. Le
MRN n’a porté aucune accusation, mais c’était en vertu de la
politique en matière d’exploitation des ressources de la MNO.
It is important. You go in the fall and get your fish. Deer
hunting is very important in our area, as is fishing. A lot of the
men moose hunt, which they did not do traditionally in our area,
C’est important. Nous pêchons à l’automne. La chasse au
chevreuil est très importante dans notre région, tout comme la
pêche. Un grand nombre d’hommes chassent l’orignal, ce qui
13-6-2012
Peuples autochtones
21:19
but they do hunt. They exchange their fish for moose or moose
for venison.
n’est pas une activité traditionnelle de notre région, mais ils
chassent. Ils échangent leurs poissons contre des orignaux ou
leurs orignaux contre du gibier.
I have been fishing since I was a kid. I go out to the islands and
pick berries in the summer. We had our traditional harvesting
that other people did. Many of the Metis families did have fishing
stations.
Je pêche depuis que je suis enfant. Je vais dans les îles et je
cueille des baies pendant l’été. Traditionnellement, nous
exploitions la même chose que d’autres peuples. Un grand
nombre de familles métisses avaient des campements de pêche.
In all local history and in all the writings of the county and the
historical books of the three counties that are on the Lake Huron
shoreline, the Metis people — our people — are identified in the
books as being the earliest there, and very connected to the land.
Dans l’histoire locale, c’est-à-dire dans tous les écrits du comté
et dans les livres d’histoire des trois comtés qui bordent le lac
Huron, on dit que le peuple métis — notre peuple — est le premier
arrivé dans la région, et que ses membres ont des liens très étroits
avec la terre.
Senator Meredith: A couple of my questions were answered
already with respect to harvesting and the economic impact.
When you look at the community and building, you look at the
young people possibly going into harvesting just to survive and
feed their families. My question was around that, but it has been
answered.
Le sénateur Meredith : Vous avez déjà répondu à mes questions
sur les droits d’exploitation et les retombées économiques.
Lorsqu’on parle de la collectivité et des activités qui la
bâtissent, on envisage que les jeunes entreprendront peut-être
seulement des activités d’exploitation pour survivre et nourrir leur
famille. Ma question concernait ce sujet, mais vous y avez déjà
répondu.
One of the particular things you mentioned was with respect to
the MNO wanting do this regionalized approach. You felt that
your identity would be lost in all of this. What was their reasoning
for wanting to go into this regional approach and take away your
identity? Did your membership feel that this broader approach —
expanding your territory, expanding the region — would cause
that distinctness you have to be lost? Did your membership feel
that way, or is it that the MNO wanted to impose something on
you?
L’une des choses que vous avez mentionnées concernait le fait
que la MNO veut adopter une approche à l’échelle régionale.
Vous avez l’impression que ce projet vous ferait perdre votre
identité. Comment la MNO justifiait-elle l’adoption de cette
approche régionale qui vous privait de votre identité? Selon vos
membres, cette approche élargie — c’est-à-dire l’agrandissement
de votre territoire et de la région — vous ferait-elle perdre votre
caractère distinctif? Était-ce l’avis de vos membres, ou est-ce parce
que la MNO voulait vous imposer quelque chose?
Ms. McArthur: The distinctiveness would be lost. We knew
who we were. A lot of Metis communities do not have the history
we have, or they are searching for their community because rights
are tied to community. We knew who we were.
Mme McArthur : Notre caractère distinctif serait perdu. Nous
savions qui nous étions. Un grand nombre de communautés
métisses n’ont pas les connaissances historiques que nous avons,
ou elles cherchent leur collectivité, car les droits y sont liés. Nous
savions qui nous étions.
When we got our status from the collective, it was not a matter
that we had to search around for a community. We had an
established community; we knew who we were. Immediately,
when Powley came out — because I am the local historian — we
matched ourselves up with Powley and we fit it. We knew who we
were and we were just getting our feet under us.
Lorsque le collectif nous a accordé notre statut, nous n’avons
pas eu à chercher une collectivité. En effet, notre collectivité était
déjà établie; nous savions qui nous étions. Aussitôt que la décision
Powley a été rendue — je suis l’historienne locale —, nous avons
constaté que notre situation répondait à ses critères. Nous savions
qui nous étions et nous commencions à retomber sur nos pieds.
The area is very historical. There are so many marine societies,
historical societies, et cetera. Traditional history, when it was
starting to be written in the 1960s and 1970s, should have
reflected who was in the older centennial books and so on.
La région est très historique. Il y a tellement de sociétés
maritimes, historiques, et cetera. Lorsqu’on a commencé à écrire
l’histoire traditionnelle, dans les années 1960 et 1970, on aurait dû
parler de ceux qui étaient mentionnés dans les anciens livres
centenaires, et cetera.
Oral history was left there about who the earliest traders were
and they were verified with the Piché wampum, which ended up in
the Royal Ontario Museum. The Piché wampum for peace in the
territory was passed down to my great grandmother and from her
to her daughter. From her daughter, it went to Fred
Lamorandiere, who became the clerk at Cape Croker and she
married him.
La tradition orale décrivant les premiers négociants n’a pas été
reprise et on a vérifié les premiers négociants par l’histoire du
wampum Piché, qui s’est retrouvée au Musée royal de l’Ontario.
Le wampum Piché pour la paix sur le territoire a été donné à mon
arrière-grand-mère, qui l’a donné à sa fille. Sa fille l’a donné à
Fred Lamorandiere, qui est devenu commis à Cape Croker. Elle
s’est ensuite mariée avec lui.
21:20
Aboriginal Peoples
13-6-2012
When she died she left the bead wampum. He went to Owen
Sound and notarized the story of the wampum and it ended up in
the ROM. The ROM has it in their records. They are looking for
it but unfortunately cannot find it.
À sa mort, elle lui a laissé le wampum perlé. Il est allé à Owen
Sound et il a authentifié l’histoire du wampum, et sa version s’est
retrouvée au Musée royal de l’Ontario, où on la cherche;
malheureusement, on ne peut pas la retrouver.
That ties us to the earliest trade as far as taking you back and
being distinctive within Canada.
Si on remonte aussi loin que possible, cela nous lie aux
premiers échanges commerciaux et nous donne notre caractère
distinctif au sein du Canada.
I believe there is diversity. There is one Metis people, but many
Metis peoples. We want to preserve the distinctiveness of our
community because it is a historic one. Ontario has principles of
diversity, and large organizations should have diversity. We did
not go to Peterborough. If I go over to Penetang, which is the
other large community, and say, ‘‘I am home; I am here for your
homecoming,’’ they do not have me on their list. If I go to
Peterborough, wherever the line is, I am not on their list.
Je crois qu’il y a de la diversité. Il y a un peuple métis, mais
plusieurs Métis. Nous voulons préserver ce caractère distinctif de
nos communautés, car notre communauté est historique.
L’Ontario a des principes en matière de diversité, et les grands
organismes devraient être diversifiés. Nous ne sommes pas allés à
Peterborough. Si je vais à Penetang, l’autre grande collectivité, et
que je dis à ses membres que je suis à la maison et que je suis là
pour le grand retour, ils me diront que je ne suis pas sur la liste. Si
je vais à Peterborough, peu importe où est la frontière, je ne suis
pas sur la liste.
I am certain that our ancestors did not use that territory,
because I have recorded where the families in our community
were throughout 200 years. I know who is in the community from
all the research we have done. The peninsula was a big barrier.
You did not cross the peninsula. There were very few
intermarriages with the Metis on the far side who collected
there after 1828. We preceded all of that.
Je suis certaine que nos ancêtres n’ont pas utilisé ce territoire,
car j’ai documenté les endroits où sont allées les familles de notre
communauté pendant 200 ans. Toutes les recherches que nous
avons effectuées me permettent de savoir qui faisait partie de la
communauté. La péninsule constituait un obstacle de taille; on ne
la traversait pas. Il y a eu très peu de mariages avec les Métis du
côté éloigné qui se sont rassemblés là-bas après 1828. Nous avons
précédé tout cela.
Communities should be allowed their diversity, in our opinion,
and their history. That is a big thing. The Ontario Historical
Society recognized our people with a plaque and wrote a
background paper.
À notre avis, on devrait permettre aux communautés d’établir
leur diversité et leur histoire. C’est important. La Société
historique de l’Ontario a reconnu notre peuple avec une plaque
et elle a écrit un document d’information.
The heart would be gone. Where is the heart to write your
history, do all this stuff, if it is a control from over here? It does
not make sense.
Le cœur n’y serait plus. Comment peut-on avoir le goût d’écrire
son histoire, et de faire toutes ces choses, si le contrôle est exercé
ailleurs? Ce n’est pas logique.
Senator Meredith: Ms. McArthur, you have a lot of heart and
passion for this in terms of where you are building and how you
are moving forward. I commend you and hope for your continued
success. Thank you.
Le sénateur Meredith : Madame McArthur, vous parlez avec
beaucoup de passion et de cœur de ce que vous bâtissez et de la
façon dont vous allez progresser. Je vous félicite et je vous
souhaite de réussir. Merci.
The Acting Chair: Ms. McArthur, I wonder if you might
introduce the members of your community who are with us here
tonight.
Le président suppléant : Madame McArthur, j’aimerais que
vous nous présentiez les membres de votre communauté qui vous
accompagnent aujourd’hui.
Ms. McArthur: I will. This is a family thing here. I would like
introduce my daughter, Krista Lewis, who lives in Thornhill. This
is my niece, Cindy Zarzycki. My other niece is Cathy Zarzycki.
My sister is Goldie Mielhausen.
Mme McArthur : Certainement. C’est une affaire de famille.
J’aimerais vous présenter ma fille, Krista Lewis, qui habite à
Thornhill. Voici ma nièce, Cindy Zarzycki et mon autre nièce,
Cathy Zarzycki. Et voici ma sœur, Goldie Mielhausen.
Senator Meredith: Welcome.
Le sénateur Meredith : Bienvenue.
Ms. McArthur: Thank you very much.
Mme McArthur : Merci beaucoup.
Senator Watt: My question is more of a clarification along the
line that the chair questioned you. First of all, welcome to the
committee. In times in the past I have worked with your people,
like Harry Daniels, for example, and Tony Belcourt, leading up to
1982 and entrenchment in the Constitution.
Le sénateur Watt : Ma question vise surtout à clarifier vos
réponses aux questions du président. Tout d’abord, bienvenue à
cette réunion du comité. J’ai déjà collaboré avec des membres de
votre communauté, par exemple, Harry Daniels et Tony Belcourt,
lors des travaux qui ont mené au rapatriement de la Constitution
en 1982.
13-6-2012
Peuples autochtones
21:21
Ms. McArthur: I as well worked for Tony Belcourt. I worked
as the acting registrar for the Métis Nation of Ontario in 1999 and
2000, and I very much respect that he has given his life to the
Metis.
Mme McArthur : J’ai aussi travaillé pour Tony Belcourt. En
effet, j’ai été registraire suppléante pour la Métis Nation of
Ontario en 1999 et 2000, et je respecte beaucoup le fait qu’il a
consacré sa vie aux Métis.
Senator Watt: The item that I tend to feel I need some clarity
on is the point of the Métis Nation of Ontario, what you call
MNO, I believe.
Le sénateur Watt : Le point sur lequel j’aimerais obtenir des
éclaircissements concerne la Métis Nation of Ontario, que vous
appelez la MNO, je crois.
Ms. McArthur: Right.
Mme McArthur : Oui.
Senator Watt: Your group works under Powley in relation to
the court ruling that was handed down with regard to three men
who were prosecuted for hunting in the past. I can remember
when it went to the Supreme Court of Canada.
Le sénateur Watt : Votre groupe se fonde sur la décision
Powley; elle concernait trois hommes poursuivis pour une affaire
de chasse. Je me souviens lorsque l’affaire s’est retrouvée devant la
Cour suprême du Canada.
I see a bit of tension between the two groups — if there is a
tension that exists, I do not know. That is for you to tell me.
Je constate qu’il y a un peu de tension entre les deux groupes —
s’il existe bien une tension. Je ne sais pas; c’est à vous de me le
dire.
I guess what you are saying is that this is something we know
best as a community. It should be our responsibility, and it should
not be taken away by the regional organizations, to have the
responsibility of dealing with the other regions. Therefore, you
would like to have your relationship with the government, if there
is development that has to take place, keeping in mind also that
there seems to be a project in your community with regard to
uranium. Do I understand you correctly?
Je présume que ce que vous dites, c’est qu’une communauté est
mieux placée pour savoir cela. Cela devrait être votre
responsabilité, et les organismes régionaux ne devraient pas
traiter avec les autres régions à votre place. Ainsi, vous aimeriez
établir vos propres relations avec le gouvernement, si des projets
de mise en valeur sont prévus, en tenant compte qu’il pourrait y
avoir un projet concernant l’uranium dans votre collectivité.
Est-ce que j’ai bien compris?
Ms. McArthur: We do have nuclear —
Mme McArthur : Nous avons le nucléaire...
Senator Watt: Nuclear power?
Le sénateur Watt : L’énergie nucléaire?
Ms. McArthur: Nuclear plants, yes.
Mme McArthur : Des centrales nucléaires, oui.
Senator Watt: If I understood you correctly, you are in the
midst of negotiations with the municipality on that, or is your
regional organization dealing with it? What is happening there?
Le sénateur Watt : Si je vous comprends bien, vous avez
entrepris des négociations avec la municipalité à ce sujet, ou est-ce
votre organisme régional qui s’en occupe? Qu’est-ce qui se passe?
Ms. McArthur: I think all Aboriginal communities in the area
have relationships with the proponents.
Mme McArthur : Je pense que toutes les collectivités
autochtones de la région ont des relations avec les promoteurs.
Senator Watt: Relationships with whom?
Ms. McArthur: With companies that have activities in the area.
I am sure that all Aboriginal communities in the area have
relationships with the —
Senator Watt: Your particular community?
Le sénateur Watt : Des relations avec qui?
Mme McArthur : Avec les entreprises qui exercent leurs
activités dans la région. Je suis certaine que toutes les
collectivités autochtones de la région ont des relations avec...
Le sénateur Watt : Vous parlez de votre collectivité?
Ms. McArthur: Yes, we are a separate community. We are
consulted now by municipalities and by others similar to the
MNO. The MNO is a collective; we are individual.
Mme McArthur : Oui, nous sommes une communauté
distincte. Les municipalités et d’autres organismes semblables à
la MNO nous consultent. La MNO est un collectif, et nous
sommes une entité distincte.
Senator Watt: Are you saying to the committee that you do not
want the regional body to interfere in your dealings?
Le sénateur Watt : Êtes-vous en train de nous dire que vous ne
voulez pas que l’organisme régional s’ingère dans vos affaires?
Ms. McArthur: We did not accept their policy.
Mme McArthur : Nous n’avons pas accepté sa politique.
Senator Watt: Who established the policy?
Le sénateur Watt : Qui a élaboré cette politique?
Ms. McArthur: The Métis Nation of Ontario. We did not
accept their policies, and that is the way they admit communities.
However, communities can reject their charters within 30 days, if
they wish. You are not married to the terms. There is an
Mme McArthur : La Métis Nation of Ontario. Nous n’avons
pas accepté ses politiques, et c’est la façon dont l’organisme
recrute les collectivités. Toutefois, les collectivités ont 30 jours
pour rejeter ses chartes. Nous ne sommes pas liés aux conditions.
21:22
Aboriginal Peoples
agreement that either party could get out within 30 days, but it
seems that once you join, it is difficult to get out. You just have to
say no, but we did not want them to take the consultation that
was owed our community and that we were able to do ourselves.
We wanted to keep that. We had enjoyed being with the
collective. There are a lot of benefits to being with the
collective, but we went into it thinking that we would be
supported.
Senator Watt: You wanted to be what?
13-6-2012
Il existe une entente selon laquelle les parties peuvent se retirer
dans un délai de 30 jours, mais il semble qu’une fois qu’on se joint
à l’organisme, il est très difficile d’en sortir. Il faut seulement dire
non, mais nous ne voulions pas qu’on nous enlève notre droit de
consultation, car nous sommes en mesure de mener nos propres
négociations. Nous voulions le conserver. Nous avons aimé faire
partie du collectif, car il y a de nombreux avantages à en faire
partie, mais lorsque nous avons joint l’organisme, nous pensions
qu’on nous appuierait.
Le sénateur Watt : Vous pensiez quoi?
Ms. McArthur: To be supported, to make our community the
very best it could be and to reclaim our culture. This is the idea.
There was no help in those days. If you want to reclaim your
culture, we say we have a historic community here. How will we
do it? If we can get a charter, then we have the support of a larger
group to help us reclaim our heritage.
Mme McArthur : Nous pensions qu’on nous appuierait, afin
que notre collectivité atteigne son plein potentiel et que nous
puissions nous réapproprier notre culture. C’était l’idée.
À l’époque, il n’existait aucune aide dans ce domaine. Nous
voulons nous réapproprier notre culture et nous affirmons que
nous avons une collectivité historique. Comment allons-nous
y arriver? Si nous pouvons obtenir une charte, nous aurons alors
l’appui d’un plus grand groupe pour nous réapproprier notre
héritage.
It came to a point where we felt that the definition of regional
communities was that they were historic and could prove that
they were operating in a certain geographic area. When that
changed, then who are we? Who are our people? This is what they
did. Historic Saugeen Métis fits Powley, so why would you change
that?
Les choses en sont venues au point où nous avions l’impression
que la définition des collectivités régionales était qu’elles étaient
historiques et qu’elles pouvaient prouver qu’elles exerçaient leurs
activités dans une certaine région géographique. Lorsque cela
change, qui sommes-nous? Qui est notre peuple? C’est ce qu’on a
fait. Cette définition correspond à la décision Powley, alors
pourquoi la modifier?
The main reason for changing it was to facilitate, I suppose,
lands and resources, but who would be facilitating lands and
resources consultation? The group. We rejected that if we today
had the right to consult the Crown ourselves, according to
Powley, we had a right. Until someone challenges that, I suppose,
we have a right, according to Powley, and we have credible
asserted rights, so that is accepted. Why would we give that up?
Je présume qu’on l’a modifiée surtout pour faciliter la gestion
des terres et des ressources, mais qui faciliterait la consultation au
sujet des terres et des ressources? Le groupe. Nous avons rejeté
cela, car si nous avions le droit de consulter la Couronne,
conformément à la décision Powley, nous avions un droit. Je
présume que jusqu’à ce qu’il soit contesté, nous avons donc un
droit en vertu de la décision Powley, et nos droits sont établis et
crédibles, et ils sont donc acceptés. Pourquoi renoncerions-nous à
cela?
Senator Watt: Then your interpretation of the Powley decision
is that it goes beyond having harvesting activities. Is that correct?
Le sénateur Watt : Selon votre interprétation, la décision
Powley s’applique donc au-delà des activités d’exploitation. Est-ce
exact?
Ms. McArthur: No, the Metis communal right is about food,
about harvesting. It is a communal right for sustenance. You are
consulted on projects that may affect your traditional territory;
that must be maintained to pass the right on.
Mme McArthur : Non, le droit communautaire métis concerne
la nourriture, donc l’exploitation des ressources. Il s’agit d’un
droit communautaire de subsistance. On nous consulte au sujet de
projets qui pourraient avoir des répercussions sur notre territoire
traditionnel, car il doit être conservé pour que nous puissions
transmettre ce droit.
Senator Meredith: You mentioned several times,
Ms. McArthur, that you have ties with businesses in the area.
What does that mean? Can you explain sort of what that means in
terms of economic development? How does your group benefit
from businesses that move in the area? Is there negotiation with
respect to where they can situate? Or is it just about ensuring that
your people can get access to those jobs?
Le sénateur Meredith : Madame McArthur, vous avez
mentionné à plusieurs reprises que vous aviez des liens avec des
entreprises de la région. Qu’est-ce que cela signifie? Pouvez-vous
expliquer ce que cela signifie sur le plan du développement
économique? Qu’apportent à votre groupe les entreprises qui
s’installent dans la région? Y a-t-il des négociations au sujet de
l’endroit où elles peuvent s’établir? Ou s’agit-il seulement de
veiller à ce que votre peuple puisse avoir accès à ces emplois?
13-6-2012
Peuples autochtones
Ms. McArthur: That is part of it. There are benefits, but the
way consultation works is you get notification that there is an
activity in your area.
Senator Meredith: What is that activity exactly?
21:23
Mme McArthur : En partie. Il y a des avantages, mais les
consultations servent à nous informer qu’il y a une activité dans
notre région.
Le sénateur Meredith : Quelle est cette activité?
Ms. McArthur: For example, it could be a sewer; it could be
someone is going to mine a quarry; it could be someone is going
to dig a hole in the ground and put nuclear waste in it. It is
everything from bed and breakfast activities because you have
been identified by the Province of Ontario as having a need to be
contacted when these activities take place in your traditional
territory. You are then contacted and notified that this activity is
taking place. Then, normally, you have an interaction with the
proponent, the person who is doing the activity.
Mme McArthur : Il pourrait s’agir, par exemple, d’un égout, de
l’exploitation d’une carrière ou de l’enfouissement des déchets
nucléaires. Il s’agit de toutes les activités, même celles concernant
l’hébergement, car la province de l’Ontario a décidé qu’on devait
nous avertir lorsque ces activités s’exerçaient sur notre territoire
traditionnel. On communique donc avec nous et on nous informe
qu’une activité sera entreprise. Ensuite, nous rencontrons
habituellement le promoteur, c’est-à-dire la personne qui exerce
l’activité.
Usually, if it is nothing that will affect your rights, you believe,
then that is the end of it. However, if it is something that has the
potential to impact your rights and you need some assistance or
expertise to look at their studies and their documents, then
sometimes the proponent is mandated to provide a capacity
budget to allow you the capacity to go ahead and study it and give
a comment. You comment on all of these things. That is the
process.
En général, s’il s’agit de quelque chose qui ne va pas avoir de
répercussions sur nos droits, nous croyons que c’est la fin de
l’histoire. Toutefois, s’il s’agit de quelque chose qui pourrait
entraîner des répercussions sur nos droits et que nous avons
besoin d’aide ou d’expertise pour examiner les études et les
documents présentés, le promoteur doit parfois fournir le budget
qui nous permettra d’étudier le projet et de formuler des
commentaires. Nous commentons toutes ces choses; c’est le
processus.
When you do a capacity budget, you perhaps get a little bit to
support your office. There are other benefits that proponents in
the area are willing to donate to, such as a scholarship fund, so
there are benefits that could come to your community as a result.
Lorsqu’un budget est établi, une partie est parfois affectée à
l’appui de notre bureau. Les promoteurs de la région acceptent
également de financer d’autres choses, par exemple, un fonds de
bourses d’études; la collectivité peut donc ainsi profiter de ces
activités.
Senator Meredith: I just wanted clarification as how that would
roll out.
Le sénateur Meredith : Je voulais seulement obtenir des
éclaircissements sur la façon dont cela fonctionnerait.
Ms. McArthur: It is a consultation process. It is quite common.
Mme McArthur : Il s’agit d’un processus de consultation. C’est
très fréquent.
Senator Meredith: Direct compensation is not given, such as
here is $3 million or what have you?
Le sénateur Meredith : Vous ne recevez pas de compensation
directe, par exemple, on vous donne 3 millions de dollars ou
quelque chose de ce genre?
Ms. McArthur: No. You are always commenting on things and
you have your relationship. It is good to have a relationship with
the proponents because sometimes these projects take 20 years to
develop, such as a wind project or something like that, and you
have to have a tie to them.
Mme McArthur : Non. Nous commentons toujours les projets
et nous avons cette relation avec les promoteurs, ce qui est une
bonne chose, car parfois, ces projets s’échelonnent sur 20 ans —
par exemple, un projet éolien — et il est alors nécessaire d’avoir
un lien avec les promoteurs.
The Acting Chair: Ms. McArthur, I thank you very much on
behalf of the committee for your very informative testimony.
Certainly it is not difficult to tell that you are an historian.
Thank you very much as well to those who accompanied you.
Le président suppléant : Madame McArthur, au nom du
comité, je vous remercie de votre témoignage très instructif.
Il est facile de deviner que vous êtes historienne. Merci également
à tous ceux qui vous ont accompagnée.
(The committee continued in camera.)
(La séance se poursuit à huis clos.)
WITNESS
TÉMOIN
Wednesday, June 13, 2012
Le mercredi 13 juin 2012
Historic Saugeen Métis:
Historic Saugeen Métis :
Patsy L. McArthur, Secretary-Treasurer.
Patsy L. McArthur, secrétaire-trésorière.
Available on the Internet: http://www.parl.gc.ca
Disponible sur internet: http://www.parl.gc.ca
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising