First Session Première session de la Forty-first Parliament, 2011-12

First Session Première session de la Forty-first Parliament, 2011-12
First Session
Forty-first Parliament, 2011-12
Première session de la
quarante et unième législature, 2011-2012
Proceedings of the Standing
Senate Committee on
Délibérations du Comité
sénatorial permanent des
ABORIGINAL PEOPLES
PEUPLES AUTOCHTONES
Chair:
The Honourable GERRY ST. GERMAIN, P.C.
Président :
L’honorable GERRY ST. GERMAIN, C.P.
Tuesday, May 8, 2012
Wednesday, May 9, 2012
Le mardi 8 mai 2012
Le mercredi 9 mai 2012
Issue No. 17
Fascicule no 17
Second and third meetings on:
Deuxième et troisième réunions concernant :
Bill S-8, An Act respecting the safety of drinking water
on First Nation lands
Le projet de loi S-8, Loi concernant la salubrité de
l’eau potable sur les terres des Premières Nations
WITNESSES:
(See back cover)
TÉMOINS :
(Voir à l’endos)
495o21-49527
STANDING SENATE COMMITTEE ON
ABORIGINAL PEOPLES
COMITÉ SÉNATORIAL PERMANENT DES
PEUPLES AUTOCHTONES
The Honourable Gerry St. Germain, P.C., Chair
Président : L’honorable Gerry St. Germain, C.P.
The Honourable Lillian Eva Dyck, Deputy Chair
Vice-présidente : L’honorable Lillian Eva Dyck
and
et
The Honourable Senators:
Les honorables sénateurs :
Ataullahjan
* Cowan
(or Tardif)
Demers
Hubley
* LeBreton, P.C.
(or Carignan)
Lovelace Nicholas
Meredith
Mockler
Munson
Raine
Sibbeston
Tkachuk
Ataullahjan
* Cowan
(ou Tardif)
Demers
Hubley
* LeBreton, C.P.
(ou Carignan)
Lovelace Nicholas
Meredith
Mockler
Munson
Raine
Sibbeston
Tkachuk
*Ex officio members
(Quorum 4)
* Membres d’office
(Quorum 4)
Changes in membership of the committee:
Modifications de la composition du comité :
Pursuant to rule 85(4), membership of the committee was
amended as follows:
Conformément à l’article 85(4) du Règlement, la liste des
membres du comité est modifiée, ainsi qu’il suit :
The Honourable Senator Hubley replaced the Honourable
Senator Campbell (May 9, 2012).
L’honorable sénateur Hubley a remplacé l’honorable sénateur
Campbell (le 9 mai 2012).
The Honourable Senator Mockler replaced the Honourable
Senator Brazeau (May 9, 2012).
L’honorable sénateur Mockler a remplacé l’honorable sénateur
Brazeau (le 9 mai 2012).
The Honourable Senator Tkachuk replaced the Honourable
Senator Patterson (May 9, 2012).
L’honorable sénateur Tkachuk a remplacé l’honorable sénateur
Patterson (le 9 mai 2012).
The Honourable Senator Campbell replaced the Honourable
Senator Harb (May 8, 2012).
L’honorable sénateur Campbell a remplacé l’honorable sénateur
Harb (le 8 mai 2012).
The Honourable Senator Harb replaced the Honourable Senator
Campbell (May 3, 2012).
L’honorable sénateur Harb a remplacé l’honorable sénateur
Campbell (le 3 mai 2012).
Published by the Senate of Canada
Available on the Internet: http://www.parl.gc.ca
Publié par le Sénat du Canada
Disponible sur internet: http://www.parl.gc.ca
9-5-2012
Peuples autochtones
MINUTES OF PROCEEDINGS
PROCÈS-VERBAUX
OTTAWA, Tuesday, May 8, 2012
(37)
OTTAWA, le mardi 8 mai 2012
(37)
[English]
17:3
[Traduction]
The Standing Senate Committee on Aboriginal Peoples met
this day, at 9:30 a.m., in room 160-S, Centre Block,
the chair, the Honourable Gerry St. Germain, P.C., presiding.
Le Comité sénatorial permanent des peuples autochtones se
réunit aujourd’hui, à 9 h 30, dans la pièce 160-S de l’édifice du
Centre, sous la présidence de l’honorable Gerry St. Germain, C.P.
(président).
Members of the committee present: The Honourable Senators
Ataullahjan, Brazeau, Demers, Dyck, Harb, Lovelace Nicholas,
Meredith, Munson, Patterson, Raine, St. Germain, P.C., and
Sibbeston (12).
Membres du comité présents : Les honorables sénateurs
Ataullahjan, Brazeau, Demers, Dyck, Harb, Lovelace Nicholas,
Meredith, Munson, Patterson, Raine, St. Germain, C.P., et
Sibbeston (12).
In attendance: Shauna Troniak, Analyst, Parliamentary
Information and Research Service, Library of Parliament.
Également présente : Shauna Troniak, analyste, Service
d’information et de recherche parlementaires, Bibliothèque du
Parlement.
Also in attendance: The official reporters of the Senate.
Aussi présents : Les sténographes officiels du Sénat.
Pursuant to the order of reference adopted by the Senate on
Wednesday, April 25, 2012, the committee continued its
consideration of Bill S-8, An Act respecting the safety of
drinking water on First Nation lands. (For complete text of the
order of reference, see proceedings of the committee, Issue No. 15.)
Conformément à l’ordre de renvoi adopté par le Sénat
le mercredi 25 avril 2012, le comité poursuit son examen du
projet de loi S-8, Loi concernant la salubrité de l’eau potable sur
les terres des Premières Nations. (Le texte intégral de l’ordre de
renvoi figure au fascicule no 15 des délibérations du comité.)
WITNESSES:
TÉMOINS :
Council of Yukon First Nations:
Conseil des Premières nations du Yukon :
Eric Morris, Regional Chief.
Atlantic Policy Congress of First Nations Chiefs Secretariat:
Chief Candice Paul, Co-Chair;
John Paul, Executive Director.
Federation of Saskatchewan Indian Nations:
Roger Redman, Representative.
Assembly of First Nations of Quebec and Labrador:
Eric Morris, chef régional.
Congrès des chefs des Premières nations de l’Atlantique :
Chef Candice Paul, coprésidente;
John Paul, directeur général.
Federation of Saskatchewan Indian Nations :
Roger Redman, représentant.
Assemblée des Premières nations du Québec et du Labrador :
Guy Latouche, Consultant;
Guy Latouche, consultant;
Madeleine Paul, Chief, Eagle Village First Nation, Kipawa.
Madeleine Paul, chef, Eagle Village First Nation, Kipawa.
Mr. Morris, Ms. Candice Paul, Mr. John Paul, Mr. Redman,
Ms. Madeleine Paul and Mr. Latouche each made a statement
and answered questions.
M. Morris, Mme Candice Paul, M. John Paul, M. Redman,
Mme Madeleine Paul et M. Latouche font un exposé et
répondent aux questions.
At 11:30 a.m., it was agreed that the committee adjourn to the
call of the chair.
À 11 h 30, il est convenu de suspendre les travaux jusqu’à
nouvelle convocation de la présidence.
ATTEST:
ATTESTÉ :
17:4
Aboriginal Peoples
9-5-2012
OTTAWA, le mercredi 9 mai 2012
(38)
OTTAWA, Wednesday, May 9, 2012
(38)
[Traduction]
[English]
The Standing Senate Committee on Aboriginal Peoples met
this day, at 6:45 p.m., in room 160-S, Centre Block,
the chair, the Honourable Gerry St. Germain, P.C., presiding.
Le Comité sénatorial permanent des peuples autochtones se
réunit aujourd’hui, à 18 h 45, dans la pièce 160-S de l’édifice du
Centre, sous la présidence de l’honorable Gerry St Germain, C.P.
(président).
Members of the committee present: The Honourable Senators
Ataullahjan, Demers, Dyck, Hubley, Lovelace Nicholas,
Meredith, Mockler, Raine, St. Germain, P.C., Sibbeston and
Tkachuk (11).
Membres du comité présents : Les honorables sénateurs
Ataullahjan, Demers, Dyck, Hubley, Lovelace Nicholas,
Meredith, Mockler, Raine, St Germain, C.P., Sibbeston et
Tkachuk (11).
In attendance: Shauna Troniak, Analyst, Parliamentary
Information and Research Service, Library of Parliament.
Également présente : Shauna Troniak, analyste, Service
d’information et de recherche parlementaires, Bibliothèque du
Parlement.
Aussi présents : Les sténographes officiels du Sénat.
Also in attendance: The official reporters of the Senate.
Pursuant to the order of reference adopted by the Senate on
Wednesday, April 25, 2012, the committee continued its
consideration of Bill S-8, An Act respecting the safety of
drinking water on First Nation lands. (For complete text of the
order of reference, see proceedings of the committee, Issue No. 15.)
Conformément à l’ordre de renvoi adopté par le Sénat
le mercredi 25 avril 2012, le comité poursuit son examen du
projet de loi S-8, Loi concernant la salubrité de l’eau potable sur
les terres des Premières Nations. (Le texte intégral de l’ordre de
renvoi figure au fascicule no 15 des délibérations du comité.)
WITNESSES:
TÉMOINS :
Union of British Columbia Indian Chiefs:
Union of British Columbia Indian Chiefs :
Chief Robert Chamberlin, Vice-President.
Chef Robert Chamberlin, vice-président.
Mohawk Council of Akwesasne:
Conseil des Mohawks d’Akwesasne :
Michael Mitchell, Grand Chief;
Michael Mitchell, grand chef;
John Adams, Chief;
John Adams, chef;
James Ransom, Director.
James Ransom, directeur.
Mr. Chamberlin, Mr. Mitchell, Mr. Adams and Mr. Ransom
each made a statement and answered questions.
At 8:40 p.m., it was agreed that the committee suspend.
At 8:45 p.m., the committee resumed and it was agreed that the
committee adjourn to the call of the chair.
ATTEST:
M. Chamberlin, M. Mitchell, M. Adams et M. Ransom font
un exposé et répondent aux questions.
À 20 h 40, il est convenu que la séance soit suspendue.
À 20 h 45, la séance reprend et il est convenu de suspendre les
travaux jusqu’à nouvelle convocation de la présidence.
ATTESTÉ :
La greffière du comité,
Marcy Zlotnick
Clerk of the Committee
9-5-2012
Peuples autochtones
17:5
EVIDENCE
TÉMOIGNAGES
OTTAWA, Tuesday, May 8, 2012
OTTAWA, le mardi 8 mai 2012
The Standing Senate Committee on Aboriginal Peoples, to
which was referred Bill S-8, An Act respecting the safety of
drinking water on First Nation lands, met this day at 9:30 a.m. to
give consideration to the bill.
Le Comité sénatorial permanent des peuples autochtones,
auquel a été déféré le projet de loi S-8, Loi concernant la salubrité
de l’eau potable sur les terres des Premières Nations, se réunit
aujourd’hui, à 9 h 30, pour examiner le projet de loi.
Senator Gerry St. Germain (Chair) in the chair.
[English]
The Chair: I call the meeting to order.
Le sénateur Gerry St. Germain (président) occupe le fauteuil.
[Traduction]
Le président : La séance est ouverte.
Good morning. I would like to welcome all honourable
senators and members of the public who are watching this
meeting of the Standing Senate Committee on Aboriginal Peoples
either on the web or on CPAC.
Bonjour. J’aimerais souhaiter la bienvenue aux honorables
sénateurs ainsi qu’aux membres du public qui assistent à la
réunion du Comité sénatorial permanent des peuples autochtones
sur Internet ou sur CPAC.
I am Gerry St. Germain from British Columbia, and I have the
honour and privilege of chairing this wonderful committee.
Je m’appelle Gerry St. Germain, je viens de la ColombieBritannique et j’ai l’honneur et le privilège de présider cet
excellent comité.
The mandate of this committee is to examine legislation and
matters relating to the Aboriginal peoples of Canada generally.
Today we will be continuing our hearings on Bill S-8, An Act
respecting the safety of drinking water on First Nation lands.
Le mandat du comité est d’examiner des projets de loi ainsi que
toute autre question concernant les peuples autochtones du
Canada. Aujourd’hui, nous poursuivons nos audiences sur le
projet de loi S-8, Loi concernant la salubrité de l’eau potable sur
les terres des Premières nations.
Although water and waste water operations and systems are
generally the responsibility of provincial and territorial
governments, responsibility for drinking water on reserves is
shared between the federal government and First Nations.
Federally, three departments are primarily responsible for
delivering safe drinking water on reserve: Aboriginal Affairs
and Northern Development Canada, Health Canada and
Environment Canada. First Nation communities, through their
chief and council, are responsible for the design, operation and
maintenance of their water systems, for which they assume
20 per cent of the costs.
Bien que les activités et les réseaux d’approvisionnement en eau
et de traitement des eaux usées relèvent généralement de la
compétence des gouvernements provinciaux et territoriaux, l’eau
potable dans les réserves fait l’objet d’une responsabilité partagée
entre le gouvernement fédéral et les Premières nations. À l’échelon
fédéral, trois ministères sont principalement responsables de
l’approvisionnement d’une eau potable salubre dans les réserves :
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada, Santé
Canada et Environnement Canada. Les communautés des
Premières nations, par l’intermédiaire de leur chef en conseil, sont
responsables de la conception, de l’exploitation et de l’entretien de
leurs réseaux d’approvisionnement en eau, dont ils assument
20 p. 100 des coûts.
This morning we will hear from witnesses from four
organizations: the Council of Yukon First Nations, the Atlantic
Policy Congress of First Nations Chiefs Secretariat, the
Federation of Saskatchewan Indian Nations, and the Assembly
of First Nations of Quebec and Labrador.
Ce matin nous allons entendre des témoins de quatre
organisations : le Conseil des Premières nations du Yukon, le
Congrès des chefs des Premières nations de l’Atlantique, la
Federation of Saskatchewan Indian Nations et l’Assemblée des
Premières nations du Québec et du Labrador.
[Translation]
Before hearing from our witnesses, I would like to introduce
the committee members who are with us today.
[English]
Present are Senator Lovelace Nicholas from New Brunswick;
Senator Dyck from Saskatchewan, the vice-chair of this
committee; Senator Munson from Ontario; Senator Harb from
Ontario; Senator Ataullahjan from Ontario; Senator Brazeau
[Français]
Avant d’entendre nos témoins, j’aimerais vous présenter les
membres du comité qui sont présents.
[Traduction]
Sont ici présents le sénateur Lovelace Nicholas, du NouveauBrunswick; le sénateur Dyck, de la Saskatchewan, vice-présidente
du comité; le sénateur Munson, de l’Ontario; le sénateur Harb, de
l’Ontario; le sénateur Ataullahjan, de l’Ontario; le sénateur
17:6
Aboriginal Peoples
9-5-2012
from Quebec; Senator Raine from British Columbia; Senator
Demers from Quebec; and Senator Don Meredith from the
province of Ontario.
Brazeau, du Québec; le sénateur Raine, de la ColombieBritannique; le sénateur Demers, du Québec; et le sénateur
Don Meredith, de l’Ontario.
Senators, help me in welcoming our witnesses: from the
Council of Yukon First Nations, Regional Chief Eric Morris;
from the Atlantic Policy Congress of First Nations Chiefs
Secretariat, Chief Candice Paul, Co-Chair. and John Paul,
Executive Director; Roger Redman, representing the Federation
of Saskatchewan Indian Nations; and from the Assembly of First
Nations of Quebec and Labrador, Guy Latouche, Consultant,
and Madeleine Paul, Chief, Eagle Village First Nation.
Sénateurs, veuillez vous joindre à moi pour accueillir nos
témoins : du Conseil des Premières nations du Yukon, le chef
régional Eric Morris; du Congrès des chefs des Premières nations
de l’Atlantique, la chef Candice Paul, coprésidente, et John Paul,
directeur général; Roger Redman, représentant de la Federation
of Saskatchewan Indian Nations; et de l’Assemblée des Premières
nations du Québec et du Labrador, Guy Latouche, consultant et
Madeleine Paul, chef, Premières nations d’Eagle Village.
We look forward to your presentations, which will be followed
by questions from senators.
Nous avons bien hâte d’entendre vos exposés, qui seront suivis
de questions de la part des sénateurs.
Eric Morris, Regional Chief, Council of Yukon First Nations:
Good morning, senators. Thank you for inviting the Council of
Yukon First Nations to address you on Bill S-8, the safe drinking
water for First Nations bill.
Eric Morris, chef régional, Conseil des Premières nations du
Yukon : Bonjour honorables sénateurs. Merci d’avoir invité le
Conseil des Premières nations du Yukon à venir s’exprimer
devant vous au sujet du projet de loi S-8, Loi sur la salubrité de
l’eau potable pour les Premières nations.
I want to give you a bit of background on the Yukon
First Nations. Eleven of the fourteen Yukon First Nations have
entered into land claim and self-government agreements with the
Government of Canada and the Yukon government. The White
River First Nation, the Liard First Nation and the Ross River
Dene Council remain bands under the Indian Act and the federal
and territorial governments have not engaged with them in any
land claim negotiation process over the past decade.
Je vais vous donner un peu de contexte sur les Premières
nations du Yukon. Onze des quatorze premières nations du
Yukon ont signé des accords de revendication territoriale et
d’autonomies gouvernementales avec le gouvernement du Canada
et le gouvernement du Yukon. La Première nation White River, la
Première nation Liard et le Conseil des Déné demeurent des
bandes en vertu de la Loi sur les Indiens et ni le gouvernement
fédéral ni le gouvernement territorial n’ont entamé de
négociations de revendications territoriales avec celle-ci au cours
de la dernière décennie.
The Yukon First Nations are diverse. We have rural and urban
First Nations, some quite remote. One has only fly-in access.
Some have more than 1,000 citizens and others have only a
few hundred.
Les Premières nations du Yukon sont très diverses. Nous avons
des Premières nations rurales et urbaines, parfois relativement
éloignées. L’une d’entre elles n’est accessible que par avion.
Certaines comptent plus de 1 000 membres alors que d’autres ne
comptent que quelques centaines de membres.
We all need fresh water and we want to ensure that we have
access to safe and healthy water. The provisions of our land claim
agreements, which are protected under section 35 of the
Constitution Act, 1982, relate to water and water management.
They cover quality, quantity and rate of flow; traditional uses;
and law making powers. I can expand on any of those areas later
if time allows.
Nous avons tous besoin d’eau potable et souhaitons nous
assurer d’avoir accès à une eau potable salubre. Les dispositions
de notre accord de revendications territoriales, protégées en vertu
de l’article 35 de la Loi constitutionnelle de 1982, ont trait à l’eau
et à la gestion de celle-ci. Elles englobent la qualité, la quantité et
le débit; les utilisations traditionnelles de celles-ci; et les pouvoirs
législatifs. Je pourrais aller davantage en détail dans ces domaines
plus tard si le temps nous le permet.
The health of our Yukon First Nation citizens is of the utmost
importance to us as leaders in the Yukon. We recognize the
importance of safe, clean drinking water and the environmentally
responsible storage and treatment of waste water. The importance
of water is underscored in our Yukon Umbrella Final Agreement
and the 11 individual self-government agreements, with chapter
14 of these agreements dealing with water management.
La santé de nos citoyens des Premières nations du Yukon est de
la plus haute importance pour nous, les chefs du Yukon. Nous
reconnaissons l’importance d’une eau salubre et potable ainsi que
du stockage et du traitement des eaux usées effectués de façon
responsable d’un point de vue environnemental. L’importance de
l’eau est mise en lumière dans l’Accord-cadre définitif du Yukon
ainsi que les 11 accords d’autonomie gouvernementale, au
chapitre 14 de ces accords, qui traite de la gestion de l’eau.
The objective of the chapter is to maintain the water of the
Yukon in a natural condition while providing for its sustainable
use into the future. Many Yukon First Nations are members of
L’objectif de ce chapitre est de maintenir l’eau du Yukon dans
son état naturel tout en assurant son utilisation durable à l’avenir.
Bon nombre des Premières nations du Yukon sont membres du
9-5-2012
Peuples autochtones
17:7
the Yukon River Inter-Tribal Watershed Council, an
organization of about 70 First Nations and tribes along the
entire length of the Yukon River, which is approximately
2,500 miles long. It goes from the head waters of the Yukon
southern lakes to its mouth in Alaska. The vision of the
organization is to be able to drink water directly from the
Yukon River, which cannot be done safely right now.
Yukon River Inter-Tribal Watershed Council, une organisation
d’environ 70 Premières nations et tribus situées tout le long de la
rivière Yukon, dont la longueur est d’environ 2 500 milles. Elle
part des eaux d’amont des lacs méridionaux du Yukon jusqu’à
son embouchure, en Alaska. La vision de l’organisation est de
permettre aux gens de boire directement l’eau de la rivière Yukon,
ce qui ne peut être fait de façon sécuritaire à l’heure actuelle.
The responsibilities regarding potable and waste water vary
among Yukon First Nations. In some cases they are provided for
by the municipality or the territorial government. In other cases,
the First Nations deliver water from the municipality or from the
Yukon government in water trucks and haul sewage to storage
and treatment facilities operated by another level of government.
At least one Yukon First Nation has water licences from the
Yukon Water Board to operate a piped water system and a
sewage storage system and treatment facility.
Les responsabilités concernant l’eau potable et les eaux usées
varient chez les Premières nations du Yukon. Dans certains cas
ces services sont fournis par la municipalité ou le gouvernement
territorial. Dans d’autres cas, les Premières nations distribuent
l’eau de la municipalité ou du gouvernement du Yukon au moyen
de camions-citernes et évacuent les eaux usées vers des
installations de stockage et de traitement exploitées par un autre
ordre de gouvernement. Au moins une Première nation du Yukon
détient un permis de l’Office des eaux du Yukon pour exploiter un
réseau d’alimentation en eau par canalisation, un réseau de
stockage des eaux usées, et une usine de traitement.
The Yukon government’s health and environmental
departments provide oversight with regard to drinking water
and waste water disposal for the entire Yukon region. Constant
training is essential for safe operation of these systems and Yukon
College, one of the major educational institutions in the Yukon,
has developed and is delivering a water and waste water operator
program which offers a range of courses designed to meet the
needs of water and waste water operators working within the
municipal, territorial, federal or First Nation governments. This
program offers 23 courses, some covering background material
and system basics, other dealing specifically with individual
treatment plants. Small communities face many challenges with
continual training, retaining trained staff and maintaining
infrastructure; but they realize it is vital to do so.
Les ministères de la Santé et de l’Environnement du
gouvernement du Yukon supervisent l’approvisionnement en eau
potable et l’élimination des eaux usées pour l’ensemble de la région
du Yukon. Une formation permanente est essentielle pour assurer
l’exploitation sécuritaire de ces réseaux et le Yukon College, l’un des
principaux établissements d’enseignement du Yukon, a conçu et
dispense un programme de formation d’opérateurs de réseaux
d’alimentation en eau et de systèmes de traitement des eaux usées
qui offre un large éventail de cours conçus pour répondre aux
besoins des opérateurs de réseaux d’alimentation en eau et de
systèmes de traitement des eaux usées qui travaillent au sein des
gouvernements municipaux, territorial, fédéral ou des Premières
nations. Ce programme offre 23 cours, dont certains traitent du
contexte et des principes élémentaires des réseaux d’eau, et d’autres
traitent spécifiquement de chaque type d’usine de traitement. Les
communautés de petite taille sont confrontées à de nombreux défis
en matière de formation continue, de maintien en poste du
personnel formé et d’entretien des infrastructures; mais elles sont
conscientes qu’il est essentiel d’y parvenir.
I will move to our concerns and recommendations with regard
to Bill S-8, the Safe Drinking Water for First Nations Act,
introduced in the Senate on February 29, 2012. The Council of
Yukon First Nations has a number of concerns.
Je vais maintenant passer à nos préoccupations et
recommandations en ce qui a trait au projet de loi S-8, Loi sur
la salubrité de l’eau potable pour les Premières nations, présenté
au Sénat le 29 février 2012, le Conseil des Premières nations du
Yukon a un certain nombre de préoccupations.
First, does the act apply to Yukon self-governing
First Nations? This appears to depend on whether the
First Nation is listed in column one on the bill schedule.
Clause 14 of the bill applies to Aboriginal bodies that are party
to a land claims agreement or self-government agreement with
Canada given effect by an act of Parliament and the disposition of
whose lands is not subject to the Indian Act or the First Nations
Land Management Act.
Tout d’abord, cette loi s’appliquerait-elle aux Premières
nations autonomes du Yukon? Cela semble dépendre du fait
que la Première nation soit énumérée ou non dans la colonne 1 de
l’annexe du projet de loi. L’article 14 du projet de loi s’applique
aux entités autochtones signataires d’un accord de revendication
territoriale ou d’autonomie gouvernementale avec le Canada
rendu exécutoire par une loi du Parlement et dont les terres ne
sont pas sujettes à la Loi sur les Indiens ou la Loi sur la gestion
des terres des premières nations.
This is the case for many of our Yukon First Nations. Clause
14 allows an Aboriginal body to request that the Governor-inCouncil add the name of that Aboriginal body to or remove it
Cela est le cas d’un grand nombre de Premières nations du
Yukon. L’article 14 permet à une entité autochtone de demander
que le gouverneur en conseil ajoute le nom de l’entité en question
17:8
Aboriginal Peoples
9-5-2012
from its schedule of the parties that the act applies to. However,
there is discretion as to whether that request is granted. The word
used is ‘‘may’’ rather than ‘‘shall.’’ It is not clear whether selfgoverning Yukon First Nations will be asked if they want to be
listed as the schedule is developed. There are also questions
regarding whether future programs and funding associated with
water treatment and protection will be made available only to
First Nations listed in the schedule.
ou le retire de son annexe qui indique les parties visées par la loi.
Cependant, il existe un pouvoir discrétionnaire de consentir ou
non à cette demande. Le terme employé est « peut » plutôt que
« doit ». On ne sait pas clairement si on va demander aux
Premières nations autonomes du Yukon si elles souhaitent être
indiquées dans la liste au moment d’élaborer l’annexe. Il y a aussi
des questions qui consistent à savoir si les programmes et le
financement futur associé au traitement de l’eau et à la protection
de celle-ci seront rendus disponibles seulement aux Premières
nations énumérées dans l’annexe.
The second concern deals with consultation. In its preamble, the
bill states that the Government of Canada has committed to
working with First Nations to develop proposals for regulations to
be made under the proposed act. The Crown has a legal obligation
for consultation with First Nations. The commitment to consult on
the development of regulations should be contained within the body
of the bill. Given the fact that 11 of the 14 Yukon First Nations
have ratified self-government agreements, there should have been
direct consultation in the development of this bill.
Notre deuxième préoccupation porte sur la consultation. Au
préambule, le projet de loi énonce que le gouvernement du Canada
s’est engagé à travailler avec les Premières nations afin d’élaborer
des propositions en vue de la prise de règlements en vertu de la
présente loi. La Couronne a donc une obligation légale de consulter
les Premières nations. L’engagement de consulter au sujet de
L’élaboration des règlements devrait être inscrit dans le projet de
loi. Étant donné que 11 des 14 Premières nations du Yukon ont
ratifié des ententes d’autodétermination, elles auraient dû être
consultées directement lors de l’élaboration du projet de loi.
The third concern is the abrogation of treaty rights. The
Yukon Final Settlement Agreement states in section 2.6.2.2:
Notre troisième préoccupation porte sur l’abrogation des
droits issus d’un traité. L’Accord-cadre définitif du Yukon
énonce à l’article 2.6.2.2 :
where there is any inconsistency or conflict between any
federal, territorial or municipal law in a Settlement
Agreement, the Settlement Agreement shall prevail to the
extent of the inconsistency or conflict;
Les dispositions d’une entente portant règlement
l’emportent sur les dispositions incompatibles d’une règle
de droit fédérale, territoriale ou municipale;
Section 2.6.2.4 states:
L’article 2.6.2.4 énonce :
where there is any inconsistency or conflict between
Settlement Legislation and any other Legislation, the
Settlement Legislation shall prevail to the extent of the
inconsistency or conflict;
Les dispositions de la loi de mise en œuvre l’emportent sur
les dispositions incompatibles de toute autre mesure
législative;
Clauses of Bill S-8 abrogate these provisions. Clause 3 states:
Les articles du projet de loi S-8 abrogent ces dispositions.
L’article 3 énonce :
For greater certainty, nothing in this Act or the
regulations is to be construed so as to abrogate or
derogate from any existing Aboriginal or treaty rights of
the Aboriginal peoples of Canada under section 35 of the
Constitution Act, 1982, except to the extent necessary to
ensure the safety of drinking water on First Nation lands.
Il est entendu que la présente loi et les règlements ne
portent pas atteinte aux droits existants — ancestraux ou
issus de traités — des peuples autochtones du Canada visés à
l’article 35 de la Loi constitutionnelle de 1982, sauf dans la
mesure nécessaire pour assurer la salubrité de l’eau potable
sur les terres des Premières nations.
Clause 7 states:
Regulations made under this Act prevail over any laws or
by-laws made by a First Nation to the extent of any conflict
or inconsistency between them, unless those regulations
provide otherwise.
Clause 14(2) states:
If an Aboriginal body is named in column 1 of the
schedule, this Act and the regulations prevail over the land
claims agreement or self-government agreement to which the
L’article 7 indique :
Les règlements pris en vertu de la présente loi
l’emportent, sauf dispositions contraires de ceux-ci, sur
tout texte législatif ou règlement administratif incompatible
pris par une première nation.
Le paragraphe 14(2) dit :
La présente loi et les règlements l’emportent, en cas
d’incompatibilité, sur tout accord sur des revendications
territoriales ou tout accord sur l’autonomie gouvernementale
9-5-2012
Peuples autochtones
17:9
Aboriginal body is a party, and over any Act of Parliament
giving effect to that agreement, to the extent of any conflict
or inconsistency between them.
auquel un groupe autochtone dont le nom figure à la colonne
1 de l’annexe est partie ainsi que sur toute loi fédérale les
mettant en œuvre.
The bill must not abrogate or derogate Aboriginal and
treaty rights.
Le projet de loi ne doit pas abroger ou réduire les droits issus
des traités et les droits autochtones.
The fourth concern is liability. The bill may require that
Aboriginal governments and their officials carry out certain duties
imposed on them under the proposed act and regulations. Despite
the fact that these duties were imposed by the federal government,
the bill removes any liability from the Crown. For example, under
clause 4 of the bill, the Governor-in-Council may make
regulations respecting the location, design, construction,
modification, maintenance, operation and decommissioning of
waste water systems. If questions of liability arose from the
carrying out of the work required under these regulations by First
Nations government or staff, clause 11(3)(a) states that no person
has a right to receive any compensation, damages, indemnity or
other relief from Her Majesty in right of Canada.
Notre quatrième préoccupation porte sur la responsabilité. Le
projet de loi peut exiger aux gouvernements autochtones et à leurs
agents d’accomplir certains devoirs qui leur ont été imposés en vertu
de ladite loi et de ses règlements. Malgré le fait que ces tâches aient
été imposées par le gouvernement fédéral, le projet de loi retire toute
responsabilité de la part de la Couronne. Par exemple, dans
l’article 4, le gouverneur en conseil peut prendre des règlements
régissant l’emplacement, la conception, la construction, la
modification, l’entretien, l’exploitation et la désaffectation des
systèmes de traitement des eaux usées. Si des problèmes de
responsabilité surviennent lorsque le gouvernement des Premières
nations ou ses agents accomplissent le travail exigé par ces
règlements, l’alinéa 11(3)a) indique que nul ne peut recevoir
d’indemnité ou autre réparation de Sa Majesté du chef du Canada.
On funding and cost, the bill may require First Nations to install
or upgrade equipment or increase staff and training levels. These
obligations have costs associated with them. The bill does not
identify where the funding required to meet these requirements will
come from. Many First Nations are already struggling to provide
existing levels of service to their citizens. Funding must be provided
to meet the standards contained in the bill.
En ce qui concerne le financement et le coût, le projet de loi
peut exiger des Premières nations d’installer ou moderniser des
équipements ou encore d’augmenter le nombre de personnel ou
leur niveau de formation. Ces obligations sont assorties de coûts.
Le projet de loi n’indique pas d’où proviendra le financement
pour respecter ces exigences. Bon nombre de collectivités des
Premières nations sont déjà aux prises avec la difficulté de fournir
des services à leurs citoyens. Il faut leur donner un financement si
l’on veut qu’elles puissent respecter les normes établies dans le
projet de loi.
I want to take this opportunity to thank you for allowing me
this time to outline some of our concerns. While we fully endorse
the goals of the bill, we believe that further changes need to be
incorporated in the current version. We would be pleased to
participate in the process of revising Bill S-8 to address our
concerns.
J’aimerais vous remercier de m’avoir permis de prendre la
parole aujourd’hui pour évoquer nos préoccupations. Nous
appuyons pleinement les objectifs du projet de loi. Mais, nous
estimons qu’il faut y apporter des modifications. Nous serions
ravis de prendre part au processus d’examen du projet de loi S-8
afin de vous faire part de nos préoccupations.
On behalf of Grand Chief Massie, whom I represent this
morning, and all the chiefs that she and I represent as part of the
Yukon, I thank honourable senators for giving us this
opportunity. I believe that we have a unique situation in the
Yukon with our land claim agreements in place that essentially
outline our relationship with the government in terms of the
development of regulations, policies and laws that could possibly
impact our settlement lands or traditional territories.
Au nom du grand chef Massie, que je représente ce matin, et de
tous les chefs qu’elle et moi représentons au Yukon, j’aimerais
remercier les honorables sénateurs de nous donner l’occasion de
prendre la parole ce matin. Nous avons une situation unique au
Yukon car nos revendications territoriales permettent de
circonscrire notre relation avec le gouvernement en ce qui
concerne l’élaboration des règlements, des politiques et des lois
qui peuvent toucher nos terres octroyées par l’entente ou nos
territoires traditionnels.
As I mentioned earlier in my presentation, I have some
background that I could provide if you want me to expand on
those points. Thank you very much for this opportunity.
I recognize our leadership that is here this morning and give
thanks to our creator for being able to bring us together today. I
give thanks for our land and for our water. The Council of Yukon
First Nations statement is that we are gathered together today for
Comme j’ai mentionné tout à l’heure, et j’ai des informations
additionnelles que je pourrais vous fournir si vous voulez obtenir
plusieurs renseignements sur les points que j’ai soulevés. Merci
beaucoup de m’avoir fourni cette occasion. Je reconnais les chefs
qui sont ici ce matin et j’aimerais remercier notre Créateur de
nous avoir rassemblés aujourd’hui. Je suis reconnaissant pour nos
terres et notre eau. Le Conseil des Premières nations du Yukon
17:10
Aboriginal Peoples
our children tomorrow. We see ourselves as being a part of the
land and a part of the water. With that, I give you great thanks
and recognition for all the work that you do on behalf of Canada.
The Chair: Thank you, Chief Morris.
9-5-2012
déclare que nous nous rassemblons aujourd’hui pour le bien de
nos enfants à venir. Nous nous percevons comme faisant partie
intégrante de la terre et de l’eau. Sur ce, je vous remercie de
nouveau et je reconnais tout le bon travail que vous faites pour
le Canada.
Le président : Merci, chef Morris.
I invite Chief Candice Paul and John Paul of the Atlantic
Policy Congress of First Nations Chiefs Secretariat to proceed.
J’aimerais maintenant enjoindre la chef Candice Paul et John
Paul, du Congrès des chefs des Premières nations de l’Atlantique,
à prendre la parole.
Chief Candice Paul, Co-Chair, Atlantic Policy Congress of First
Nations Chiefs Secretariat: Good morning. My name is Chief
Candice Paul, and I am the Co-Chair of the Atlantic Policy
Congress of First Nations Chiefs Secretariat and Chief of the
St. Mary’s First Nation. My fellow co-chair, Chief Deborah
Robinson, Chief of Acadia First Nation, sends her regrets. I am
here today to speak on behalf of the Atlantic chiefs regarding our
concerns with Bill S-8. I am also here with our Executive
Director, John G. Paul.
Chef Candice Paul, coprésidente, Congrès des chefs des
Premières nations de l’Atlantique : Bonjour. Je suis la chef
Candice Paul, coprésidente du Congrès des chefs des Premières
nations de l’Atlantique et chef de la Première nation de
St. Mary’s. La chef Deborah Robinson, chef des Premières
nations d’Acadia, et coprésidente du congrès, regrette de ne
pouvoir être des nôtres aujourd’hui. J’aimerais parler au nom des
chefs de l’Atlantique et vous soulevez nos préoccupations au sujet
du projet de loi S-8. John G. Paul, directeur général du congrès,
nous accompagne aujourd’hui.
Our organization represents 38 Mi’kmaq, Maliseet, Innu and
Passamaquoddy First Nations communities in the Atlantic region
and the eastern part of the Gaspé Peninsula in Quebec. It shares a
mandate as an advocate and to research, analyze and develop
alternatives to federal policies affecting its member communities
and peoples. Our member chiefs support the concept of Bill S-8
but, like many other First Nations and organizations, have
serious concerns with the commitment of adequate financial
resources to properly implement Bill S-8 and any proposed
regulations.
Notre organisation représente 38 collectivités de Micmacs,
Maliseet, Innus et Passamaquoddy dans la région de l’Atlantique
et de l’Est de la péninsule de la Gaspésie au Québec. Nous avons
pour mandat de défendre nos droits et de faire des recherches et
analyses afin d’élaborer des solutions de rechange aux initiatives
politiques fédérales qui touchent les collectivités du congrès. Nos
chefs appuient la notion même du projet de loi S-8, mais, tout
comme bon nombre d’autres organisations autochtones, nous
avons des préoccupations importantes au sujet du financement
des ressources nécessaires pour véritablement mettre en œuvre le
projet de loi S-8 et ses règlements.
Many First Nations in Canada often have small and remote
systems with respect to the provision of water and waste water
facilities. As with other small and remote communities in Canada,
there are major issues with both human resources and financial
capacity. First Nations communities are further challenged by the
lack of a central regulatory body and clear standards to follow.
Considerable current liability lies with the First Nations
leadership and staff. Unlike other Canadian small and remote
systems, First Nations are not regulated by the provinces and the
standards for compliance are vague and variable based rules
connected to various types of funding agreements from
Aboriginal and Northern Affairs.
Bon nombre des collectivités autochtones au Canada ont des
petites installations isolées et éloignées lorsqu’il s’agit
d’approvisionnement d’eau salubre et de traitement d’eaux usées.
Tout comme dans d’autres petites collectivités éloignées au Canada,
l’on a du mal à trouver les ressources financières et humaines
nécessaires. Nous avons également pour défi de composer avec le
fait que nous n’avons pas un corps réglementaire central et n’avons
pas des normes claires à suivre. Le fardeau de responsabilités qui
reposent sur les Premières nations est très lourd. Contrairement aux
autres petits systèmes éloignés au Canada, les Premières nations ne
sont pas réglementées par les provinces. Les normes de conformité
sont vagues et varient en fonction des accords de financement avec
le ministère des Affaires autochtones et du Nord.
The state of water and waste water in First Nation
communities in Canada has come under scrutiny in the past few
years. In 2006, Indian and Northern Affairs Canada, now
Aboriginal Affairs and Northern Development Canada,
produced the protocols for safe drinking water in First Nations.
They were updated in 2010 as a protocol for centralized drinking
water systems in First Nations communities. Also in 2006, an
independent expert panel for safe drinking water for First Nations
L’état de l’eau et des eaux usées dans les collectivités des
Premières nations canadiennes a été examiné au cours des
dernières années. En 2006, le ministère des Affaires indiennes et
du Nord Canada, qui s’appelle maintenant Affaires autochtones
et Développement du Nord Canada, a élaboré des protocoles sur
l’eau potable salubre dans les Premières nations. Ils ont été mis à
jour en 2010 sous la forme d’un protocole pour les systèmes d’eau
potable centralisés dans les collectivités des Premières nations.
9-5-2012
Peuples autochtones
17:11
provided recommendations to INAC on water treatment and
management for First Nations communities. They identified
16 key elements of a proposed regulatory system.
Aussi, en 2006, un groupe de spécialistes indépendants s’est
penché sur l’eau potable dans les collectivités des Premières
nations. Ils ont fourni des recommandations à l’AINC quant à la
gestion et le traitement de l’eau pour les collectivités des Premières
nations. Ils ont identifié seize composantes clés dans le système
réglementaire proposé.
Finally, the Institute on Governance produced the Summary
Report of the Impact Analyses of the Proposed Federal Legislative
Framework for Drinking Water and Wastewater in First Nations
Communities in 2009 in an effort to identify a path forward for the
establishment of regulations for First Nations water and waste
water.
Enfin, en 2009, l’Institut sur la gouvernance a créé le Summary
Report of the Impact Analyses of the Proposed Federal Legislative
Framework for Drinking Water and Wastewater in First Nations
Communities afin de trouver une solution pour mettre en œuvre
des règlements régissant l’eau et les eaux usées pour les Premières
nations.
In 2011, Aboriginal Affairs and Northern Development
Canada released an Atlantic Regional Roll-Up Report for the
national assessment in First Nations water and waste water
systems. The goal of the assessment was to define the current
deficiencies and the operational needs of water and waste water
systems and to identify the long-term water and waste water needs
of each community and recommend sustainable, long-term
infrastructure development strategies.
En 2011, Affaires autochtones et Développement du Nord
Canada a publié une évaluation nationale des réseaux
d’alimentation en eau potable et des systèmes de traitement des
eaux usées dans les collectivités des Premières nations. Il s’agissait
du rapport de synthèse régional de l’Atlantique. L’objectif de cette
évaluation était de cibler les lacunes et les besoins actuels et à long
terme des réseaux d’alimentation en eau potable et des systèmes
de traitement des eaux usées dans toutes les collectivités. Le
rapport visait également à recommander des stratégies de
développement d’infrastructure à long terme.
During this time our organization, with assistance and support
from the Dalhousie University researchers, led by Dr. Graham
Gagnon at the Centre for Water Resources Studies, have
conducted several research projects for Atlantic Policy Congress
of First Nations Chiefs Secretariat in relation to water and waste
water systems in Atlantic Canadian First Nations communities.
Au cours de cette période, notre organisation, grâce à l’aide et
au soutien des chercheurs de l’Université de Dalhousie dirigés par
le professeur Graham Gagnon, du Centre for Water Resources
Studies, a mené plusieurs projets de recherche pour le Congrès des
chefs des Premières nations de l’Atlantique. Ces projets portaient
sur les réseaux d’alimentation en eau potable et les systèmes de
traitement des eaux usées dans les collectivités des Premières
nations du Canada atlantique.
In 2009, Dalhousie experts reviewed the 16 elements for safe
water and developed a detailed document and approach for
addressing these elements in First Nations communities in
Atlantic Canada. In 2011, Dalhousie also conducted a
regulatory review of current Atlantic Canada drinking water
and waste water regulation and conducted a gap analysis based
on a draft Aboriginal Affairs and Northern Development Canada
national assessment report for First Nations communities in
Atlantic Canada.
En 2009, les spécialistes de Dalhousie ont examiné les
16 critères nécessaires à la salubrité de l’eau. Ils ont créé un
document détaillé et une approche qui permettraient de respecter
ces critères dans les collectivités de Premières nations du Canada
atlantique. En 2011, l’Université Dalhousie a également effectué
un examen réglementaire des règlements actuels du Canada
atlantique en matière d’eau potable et d’eaux usées. Ils ont
effectué une analyse des lacunes basée sur l’ébauche d’un rapport
d’évaluation nationale du ministère des Affaires autochtones et
Développement du Nord Canada au sujet des collectivités de
Premières nations du Canada atlantique.
In 2010, Dalhousie University developed a proposal for a
drinking water regulatory and operational framework for
First Nations communities in Atlantic Canada that would see a
pooling of resources and the development of a regional-based
water authority that would manage and operate all water and
waste water infrastructure in First Nations communities in
Atlantic Canada.
En 2010, l’Université Dalhousie a élaboré une proposition de
cadre opérationnel et réglementaire pour l’eau salubre pour les
collectivités de Premières nations du Canada atlantique. Le projet
mettait l’accent sur la mise en commun des ressources et la
création d’une autorité régionale qui gérerait et s’occuperait des
réseaux de distribution d’eau et de l’infrastructure des eaux usées
dans les collectivités de Premières nations du Canada atlantique.
In 2012, the federal government again introduced Bill S-8, an
act respecting the safety of drinking water on First Nations lands.
The act states that a regulatory regime is required to ensure
En 2012, le gouvernement fédéral a réintroduit le projet de
loi S-8, Loi concernant la salubrité de l’eau potable sur les terres
des Premières nations. Cette loi indique qu’un régime
17:12
Aboriginal Peoples
9-5-2012
residents of First Nations lands have access to safe drinking water
and that the Government of Canada is committed to improving
the health and safety of residents in First Nations lands.
réglementaire est nécessaire afin de garantir que les gens qui
habitent sur les terres des Premières nations aient accès à une eau
potable salubre. L’on y stipule que le gouvernement du Canada
s’engage à améliorer la santé et la sécurité des résidants des terres
des Premières nations.
The Government of Canada further commits to working
directly with First Nations to develop proposals for regulations to
be made under the act. Within this context, APCFNC contracted
Dalhousie University Centre Water Resources Studies to develop
a sample regulatory benchmark for water and waste water in the
Atlantic Canadian First Nations communities.
Le gouvernement du Canada s’est également engagé à
travailler directement avec les Premières nations afin d’élaborer
des propositions de règlement. Dans ce contexte, l’APCFNC a
engagé le Centre for Water Resources Studies de l’Université de
Dalhousie pour qu’il élabore un point de repère réglementaire
pour l’évaluation des réseaux d’alimentation en eau potable et des
systèmes de traitement des eaux usées dans les collectivités des
Premières nations du Canada atlantique.
In anticipation of upcoming legislation and possible regulatory
changes, the Atlantic Policy Congress of First Nations Chiefs
Secretariat contacted Dr. Graham Gagnon of Dalhousie
University to conduct a regulatory review and gap analysis for
First Nations water and waste water. The objectives were to
identify potential benchmarks based on provincial regimes for
various regulatory components such as operator certification,
source water protection, waste water that would ensure public
and environmental health, to review the current state of systems
in Atlantic Canada and to help clearly identify the gap between
existing conditions and anticipated regulatory benchmarks.
Comme elle anticipait la législation à venir et les changements
réglementaires qui risquaient de s’accompagner, le Congrès des
chefs des Premières nations de l’Atlantique a contacté le
professeur Graham Gagnon, de l’Université Dalhousie, afin
qu’il fasse un examen réglementaire et une analyse des lacunes
pour les réseaux d’alimentation en eau potable et les systèmes de
traitement des eaux usées des Premières nations. Il devait trouver
des points de repère basés sur les systèmes provinciaux qui
comporteraient plusieurs composantes réglementaires, telles que
l’accréditation des exploitants, la protection de l’eau de source et
un système de traitement des eaux usées qui protégeraient la santé
des personnes et l’environnement. Il devait également examiner
l’état actuel de ce système d’eau au Canada atlantique et cibler
clairement l’écart entre les conditions actuelles et celles que l’on
connaîtrait si l’on suivait les points de repère réglementaires.
Dr. Gagnon has also reviewed the draft national engineering
assessments and based his analysis on what would be acceptable
by provincial regulations and standards. Upon close examination
and through case studies of systems within the three risk levels, it
became clear that systems designated as medium risk should also
be considered high risk as they often had clear issues that pose a
serious human or environmental health risk.
Le professeur Gagnon a également examiné les ébauches
d’évaluation nationale en matière d’ingénierie et a basé son
analyse sur ce qui serait acceptable selon les normes et règlements
provinciaux. Suite à un examen attentif et par le biais d’études de cas
de systèmes qui se trouvaient dans les trois niveaux de risque, il est
devenu évident que les systèmes désignés sous la catégorie de risque
moyen devraient être également considérés comme comportant un
risque élevé. En effet, ils comportaient des problèmes et pouvaient
mettre en péril la santé des gens et l’environnement.
The majority of the low-risk systems were First Nations under
municipal transfer agreements, which mean treatment and often
distribution, and is provided and managed by a neighbouring
municipality according to provincial regulations. First Nations of
Atlantic Canada managed only two of the low-risk systems. Out
of the 23 communal systems, 21 are high risk, from Dr. Gagnon’s
conclusion of this study.
La plupart des systèmes à risques peu élevés se trouvaient dans
les accords de transferts municipaux des Premières nations, soit le
traitement et la distribution de l’eau qui sont assurés et gérés par
des municipalités avoisinantes conformément aux règlements
provinciaux. Les Premières nations du Canada atlantique ne
géraient que deux des systèmes à risque peu élevé. Le professeur
Gagnon a conclu, dans ses études, que, sur 23 systèmes d’eau
communautaires, 21 comportaient un risque élevé.
Further review of the study revealed that approximately
50 per cent of the systems have an operator with adequate
certification. Only 11 per cent of First Nations systems have a
source water protection plan, and 15 per cent have access to a
hydrogeological assessment. It is therefore not surprising that
58 per cent of the systems do not know whether their
groundwater is under the direct influence of surface water.
Un examen plus approfondi de l’étude a permis de voir
qu’environ 50 p. 100 des réseaux sont dotés d’un exploitant qui
possède une accréditation adéquate. Seulement 11 p. 100 des
réseaux des Premières nations ont un plan de protection de l’eau
de source. Ils ne sont que 15 p. 100 à avoir accès à une évaluation
hydrogéologique. Il n’est donc pas surprenant que pour 58 p. 100
des réseaux, on ne sait pas si leur eau souterraine est influencée
9-5-2012
Peuples autochtones
17:13
Wells that are considered GUDI should be treated as surface
water systems and thus require further treatment than
groundwater sources.
directement par l’eau de surface. Les puits dont l’eau souterraine
est influencée directement par l’eau de surface devraient être
traités comme des réseaux d’eau de surface et ont donc besoin
davantage de traitement que les sources d’eau souterraine.
The vast majority of drinking water systems failed the
Guidelines for Canadian Drinking Water Quality, mainly due to
low disinfection residual and the presence of coliform or increased
turbidity, which indicate the potential for public health impacts
and unsafe water.
La plupart des réseaux d’alimentation en eau potable n’ont pas
respecté les Recommandations pour la qualité de l’eau potable au
Canada. En effet, les concentrations résiduelles de désinfectant
étaient faibles, il y avait une présence de coliformes et une
turbidité accrue. Ces facteurs mettaient en péril la salubrité de
l’eau et pourraient avoir des conséquences sur la santé publique.
Monitoring and reporting within both water and waste water
systems were far below the guidelines established within the
protocol for safe drinking water for First Nations, with less than
50 per cent of systems monitoring for microbial quality and
disinfection residual in the distribution system. Without
monitoring these parameters, a community cannot ensure safety
of their drinking water.
L’évaluation et le suivi des réseaux d’alimentation en eau
potable et des systèmes de traitement des eaux usées ne
respectaient pas les lignes directrices établies dans le protocole
pour une eau potable salubre pour les Premières nations. En effet,
moins de 50 p. 100 des systèmes évaluaient la qualité microbienne
et les concentrations résiduelles de désinfectant dans le réseau de
distribution. Sans suivre ces paramètres de près, une collectivité
ne peut pas garantir la salubrité de son eau potable.
Mr. Paul will continue to detail some of the additional work
that the APC has undertaken to determine the viability of any
proposed regulation and what is needed to ensure it will not fail.
M. Paul vous fournira des détails additionnels quant à ce que
le Congrès des chefs des Premières nations a fait afin d’examiner
la viabilité de tout règlement suggéré et garantir qu’il ne se soldera
pas en échec.
John Paul, Executive Director, Atlantic Policy Congress of First
Nations Chiefs Secretariat: I am here to speak on behalf of the
chiefs regarding our concerns with Bill S-8. Based on the review
and analysis of the draft national engineering assessments done by
INAC, it has become apparent there is a large gap between the
current state of existing systems and what would be required to
meet any sort of legislation and regulation or even achieve
compliance. The very large capital cost required to bring both
water and waste water systems into compliance with any
proposed legislation regulation will be great, but it will be
overshadowed by the difficulty and clear costs of proper
operations and maintenance. It is the management and decision
making for these systems that often causes the highest risk.
John Paul, directeur général, Congrès des chefs des Premières
nations de l’Atlantique : Je prends la parole aujourd’hui au nom
des chefs et nous voulons parler de nos préoccupations au sujet du
projet de loi S-8. L’évaluation et l’analyse des ébauches
d’évaluations techniques nationales effectuées par l’AINC nous
a permis de voir qu’il existe un écart important entre l’état actuel
des systèmes existants et ce qu’il faudrait faire afin de respecter les
lois ou règlements à cet effet. Rendre des systèmes d’eau et d’eaux
usées conformes sera très coûteux, mais il sera encore plus difficile
et onéreux de les exploiter ensuite adéquatement et de les
entretenir. Le plus grand risque provient souvent de la gestion
même de ces systèmes.
The provision of safe drinking water and the effective
treatment of waste water are critical in terms of ensuring the
health and safety of First Nations people and lands. Legislation
for drinking water and waste water has been developed for
provinces and territories but it has not yet been developed for
First Nation communities.
L’approvisionnement en eau potable salubre et le traitement
efficace des eaux usées sont essentiels pour garantir la santé et la
sécurité des terres et peuples autochtones. Des lois sur l’eau
potable et les eaux usées ont déjà été élaborées pour les provinces
et les territoires, mais ne l’ont pas encore été pour les collectivités
des Premières nations.
Although the establishment and implementation of both
legislation and regulations for First Nations community needs
must be addressed, the challenges will still remain the same
regardless of the approach. Financial and key human resource
capacities are limited. Also, liability and responsibility for the
system by First Nations are of great concern.
Bien qu’il faille répondre aux besoins des collectivités de
Premières nations par une loi et des règlements, il ne faut pas
perdre de vue que, peu importe l’approche que l’on prônera, les
défis auxquels nous serons aux prises resteront les mêmes. Les
ressources humaines et financières sont limitées. En plus la
responsabilité que devra assumer les Premières nations pour le
système nous préoccupe considérablement.
If approached provincially, the legislation or regulations would
lead to different levels of service and health and safety risks for
communities based on their geography and provincial residence.
To address this inequality, it is recommended that the
implementation of new regulations be conducted through a
Si l’on prône une approche provinciale, alors les lois et
règlements mèneraient à des niveaux de service variés en ce qui
concerne la santé et la sécurité des collectivités. En effet, cela
dépendrait de leur emplacement géographique. Cela créerait une
inégalité. Celle-ci est accrue par la recommandation voulant que
17:14
Aboriginal Peoples
9-5-2012
regional or First Nations entity, rather than on a community by
community basis. This possible entity could then set standards
that would meet and in some cases exceed provincial standards
for each community, just like the large utilities for water in
Nova Scotia within the Cape Breton Regional Municipality or
the Halifax Regional Municipality.
la mise en œuvre des règlements soit effectuée par une entité
régionale ou autochtone plutôt que par la collectivité. Cette entité
pourrait créer des normes qui respecteraient ou pourraient même
excéder les normes provinciales des collectivités. C’était
notamment le cas des grandes installations d’eau en NouvelleÉcosse dans les municipalités de Cap-Breton et de Halifax.
Based on the extensive review of Atlantic First Nations water
and waste water systems, it is clear the gap between current practice
and future legislation and regulation is very large. Issues exist in all
aspects of design, operation and maintenance of the systems
therefore it is not a one-size-fits-all approach that can be taken. The
capital cost of compliance with proposed legislation and regulations
can be determined based on required upgrades, but without the
proper management structure, training and support the systems will
continue to be vulnerable regardless of the capital expenditures. The
majority of challenges and uncertainty rely on the management
component of plant operations, which is currently non-existent in
the communities studied.
Un examen approfondi des réseaux d’alimentation en eau
potable et de traitement des eaux usées a permis de voir que l’écart
entre la pratique actuelle et ce qui adviendra avec les nouvelles lois
et règlements est très large. Il existe des problèmes à tous les
niveaux de la conception, de l’exploitation et de l’entretien de ces
réseaux. On ne peut donc pas prôner une approche unique. Le
coût de la conformité avec les nouvelles lois et règlements peut
être déterminé en vertu des mises à jour nécessaires. En revanche,
sans une structure de gestion adéquate, une formation et un
soutien, les réseaux demeureront vulnérables peu importe les
dépenses. La plupart de l’incertitude et des défis à relever se
trouvent dans la gestion de ces réseaux, qui, à l’heure actuelle,
n’existe tout simplement pas dans les collectivités étudiées.
Again, the comparability between the national engineering
settlements and what would be acceptable within provincial
regulations and standards is clear. Municipalities within these
provinces would not tolerate such outstanding issues or concerns
with both water and waste water systems.
Le lien entre les règlements techniques nationaux et ce qui
serait acceptable en vertu des réglementations et des normes
provinciales est clair. Les municipalités de ces provinces ne
toléreraient pas que des préoccupations ou des problèmes relatifs
aux réseaux d’alimentation en eau potable et de systèmes de
traitement des eaux usées demeurent en suspens.
The current conditions in First Nations communities have been
an ongoing issue for the past decades and we are no further ahead.
If these issues and concerns with First Nations water and waste
water systems are not addressed we could see another First Nations
Walkerton waiting to happen, while the federal government waits to
develop legislation and regulations. The liability to manage such
risk is too great to place on First Nations alone.
Les conditions actuelles dans des communautés des Premières
nations constituent un problème depuis des décennies, et il n’y a
eu aucune amélioration. Si on n’aborde pas les inquiétudes et
problèmes relatifs aux réseaux d’alimentation en eau potable et
aux systèmes de traitement des eaux usées des Premières nations,
un épisode semblable à ce qu’a connu la Première nation
Walkerton pourrait survenir alors même que le gouvernement
fédéral repousse l’élaboration de lois et de réglementations.
Comme les risques sont trop élevés, on ne peut demander aux
Premières nations de s’en saisir seules.
For 2012, we have undertaken a series of projects to look
forward with respect to managing water and waste water in First
Nations communities in Atlantic Canada. Although the current
status quo is a possibility for future management, it was
concluded by research done for consideration of our leadership
that a regional-based entity, a water authority, may be the most
preferred option for moving forward.
En 2012, nous avons entrepris un éventail de projets pour gérer
les réseaux d’alimentation en eau potable et les systèmes de
traitement des eaux usées dans les communautés des Premières
nations du Canada atlantique. Bien que le système actuel pourrait
être retenu pour l’avenir, une recherche menée pour la gouverne
de nos leaders a conclu que la meilleure solution serait de créer
une entité régionale responsable des questions entourant la
gestion de l’eau.
I want to share a brief overview of some of the report’s
objectives, possible paths forward for consideration and the final
decision of our leadership and all our communities.
J’aimerais vous donner un bref aperçu de certains objectifs du
rapport, de solutions possibles pour l’avenir et de la décision
finale prise par nos chefs et toutes nos communautés.
The first report we did was the development of an
organizational structure of a water authority to look beyond
what is going on in a community to identify what kind of
structure, entity, body or person would be a water authority and
to look at development of the structure and the responsibilities of
the board and an entity. Based on the work we have done, a water
authority would need to be created by a federal act like the Safe
Le premier rapport que nous avons rédigé visait à créer une
structure organisationnelle ou une entité responsable de la gestion
de l’eau pour surveiller la situation dans les communautés afin
d’identifier la structure, l’entité, l’organe ou la personne qui
pourrait être responsable des questions relatives à l’eau ainsi que
pour identifier la structure et les responsabilités de cette entité.
Nos recherches ont indiqué qu’une entité responsable de la
9-5-2012
Peuples autochtones
17:15
Water Act. The act would clearly establish the roles and
responsibilities with regard to water and waste water ownership
and operations for the water authority in a transparent manner.
gestion de l’eau devrait être créée en vertu d’une loi fédérale
comme la Loi sur la salubrité de l’eau. La loi établirait de façon
claire et transparente les rôles et responsabilités de cette entité en
ce qui a trait à l’exploitation et à la propriété des réseaux
d’alimentation en eau potable et des systèmes de traitement des
eaux usées.
Our chiefs are looking at trying to figure out what is the best
way to service all our communities across the region equally.
Nos chefs tentent de déterminer la meilleure façon de desservir
toutes les communautés de la région de façon uniforme.
The second area that we looked at is the whole idea of P3,
which is the new discussion in terms of how to deal with
infrastructure and where all these things are going.
Les PPP constituaient le deuxième volet étudié; les PPP sont au
centre des discussions afin de déterminer l’avenir des
infrastructures et la façon de les gérer.
We did a study that basically looked at a governance model
and governance structure options that would support a regional
utility model. We developed a detailed risks registry and identified
most appropriate risks to transfer from First Nations to the
private sector. We have also conducted a market performance
sounding exercise for the bundling of a First Nations water and
waste water project.
Nous avons fait une étude sur le modèle de gouvernance et les
options de structure de gouvernance qui pourraient appuyer un
modèle régional de services publics. Nous avons conçu un registre
de risques détaillé et avons identifié les risques les plus potentiels que
comportera le transfert des responsabilités des Premières nations au
secteur privé. Nous avons aussi évalué le rendement du marché
quant à la mise en commun d’un projet d’alimentation en eau
potable et de traitement des eaux usées pour les Premières nations.
In terms of the path forward, we are looking to develop a
business case that would further define the preferred delivery
model and subject it to a quantitative assessment against
alternatives. Anticipated time frames for a business case could
be up to a year. That will be subject for review and approval of
our leadership and communities.
Nous envisageons de faire une analyse de rentabilité pour
préciser le modèle de prestation approprié et pour faire une
évaluation quantitative de ce modèle et des autres options. On
pourrait prévoir jusqu’à un an pour une telle analyse de
rentabilité. Ce projet ferait l’objet d’un examen et d’une
approbation de la part des chefs et des communautés.
The last bit of work we have done with Dalhousie is about
regulatory benchmarks. We developed regulatory benchmarks for
First Nations water and waste water operations based on the
16 elements identified in the expert panel. Out of that study and
out of what I mentioned before, the implementation required for
recommended regulatory benchmarks need to be piloted in
several communities to help identify the gaps and requirements
before full-scale implementation of a regime in all our
communities.
Finalement, de concert avec l’Université Dalhousie, nous
avons étudié les balises réglementaires. Nous avons élaboré de
telles balises pour l’exploitation des réseaux d’alimentation en eau
potable et des systèmes de traitement des eaux usées des Premières
nations en nous fondant sur les 16 éléments identifiés par le
groupe d’experts. Cette étude ainsi que les autres projets que j’ai
mentionnés nous ont indiqué que la mise en œuvre nécessaire pour
les balises réglementaires recommandées devra être mise à l’essai
dans quelques communautés afin d’identifier les lacunes et les
besoins avant d’implanter complètement ce régime dans toutes les
communautés.
The last bit of work we did for our chiefs and our communities
was to look at water rate studies in Atlantic Canada to determine
the best path forward in terms of a water pricing model. In terms
of the possible path forward, a variable rate model should be used
by First Nations. Moving ahead, legislation or regulation should
be a three-pronged approach involving clarity in language used in
the legislation, including limitations or clarity around Aboriginal
treaty rights and consultation; the development of a clear
management plan and First Nations by First Nations action
plan to remediate issues and all the concerns identified in the
national assessment report; and the creation of education and
awareness about First Nations leaders and the community on
what it means related to safe drinking water.
En dernier lieu, pour la gouverne de nos chefs et de nos
communautés, nous avons examiné les études portant sur les taux
relatifs à l’eau au Canada atlantique afin d’identifier le meilleur
modèle de fixation des prix pour l’eau. Les Premières nations
pourraient opter pour un modèle de taux variable. La loi ou la
réglementation retenue devrait être une approche à trois volets
comprenant une loi clairement libellée et faisant mention de toute
limite ou clarté entourant les droits autochtones issus de traités et
la consultation; l’élaboration d’un plan de gestion clair et un plan
d’action par et pour les Premières nations pour aborder les
problèmes et toutes les préoccupations identifiés dans le rapport
d’évaluation nationale; et des mesures d’information et de
sensibilisation portant sur l’eau potable salubre à l’intention des
chefs et des communautés des Premières nations.
In closing, we believe that while the Government of Canada
continues to work on Bill S-8, it also should ensure that First
Nations like our organization, the Atlantic Policy Congress of
En conclusion, nous croyons que le gouvernement du Canada
devrait poursuivre son étude du projet de loi S-8 tout en
s’assurant que les Premières nations comme notre organisme, le
17:16
Aboriginal Peoples
9-5-2012
First Nations Chiefs, have also conducted the necessary
homework in 2010 and 2011 to help prepare all our
communities fully for this water issue. Again, our member
chiefs support the concept of Bill S-8, but like many other
communities and organizations, we have serious concerns with
the commitment of adequate financial resources to properly
implement Bill S-8 and any proposed regulations.
Congrès des chefs des Premières nations de l’Atlantique, ait fait le
travail nécessaire en 2010 et en 2011 pour que nos communautés
soient bien préparées sur cette question entourant l’eau. Je répète
que nos chefs membres appuient l’objectif du projet de loi S-8,
mais, comme de nombreuses autres communautés et
organisations, nous avons d’importantes craintes quant au
versement de ressources financières appropriées pour bien
mettre en œuvre le projet de loi S-8 et toute autre réglementation.
We wish to thank you, the committee, for giving us this
opportunity to express our concerns and issues related to Bill S-8.
Nous aimerions remercier le comité de nous avoir donné
l’occasion d’exprimer notre opinion et nos préoccupations
relatives au projet de loi S-8.
The Chair: Thank you.
Le président : Merci.
Now we will hear from the representative of the FSIN.
La parole est maintenant aux représentants de la FSIN.
Roger Redman, Representative, Federation of Saskatchewan
Indian Nations: Good morning, senators. I will try to be as quick
as possible, keeping in mind the time frame.
Roger Redman, représentant, Federation of Saskatchewan
Indian Nations : Bonjour honorables sénateurs. Je vais essayer
d’être aussi concis que possible puisque le temps est limité.
Going to my notes, I wanted to start with some of the
description. Before the newcomers, the land, air and water were
viewed as gifts from the creator by the First Nations people —
gifts that would ensure our continued livelihood. It is from this
perspective that the First Nations people believed they had a
responsibility to preserve and keep clean these gifts for the benefit
of the future generations. We therefore, through creator’s laws,
became stewards of these gifts of the land, air and water.
J’aimerais me référer à mes notes et commencer par vous
donner une description. Avant l’arrivée des colons, la terre, l’air et
l’eau étaient perçus par les Premières nations comme étant des
dons du Créateur, soit des dons qui garantiraient notre
subsistance. C’est dans cette perspective que les Premières
nations croyaient qu’ils avaient le devoir de conserver ces dons
et d’en assurer la pureté pour les futures générations. De par les
lois du Créateur, nous sommes ainsi devenus les gardiens de la
terre, de l’air et de l’eau.
When the treaties were entered into in the 19th century, the
First Nations agreed to share these gifts with the newcomers. It
was never in the understanding of the First Nations at this time
that they were ceding or surrendering these gifts to the
newcomers. Water rights are extremely important to First
Nations people. Not only did we not give up our water rights
to treaty but we have inherent rights to manage, conserve and
protect our water resources.
Quand les traités sont entrés en vigueur au XIXe siècle, les
Premières nations ont accepté de partager ces dons avec les
nouveaux arrivants. Les Premières nations n’ont jamais eu
l’intention de céder ces dons aux nouveaux arrivants ou d’y
renoncer. Les droits relatifs à l’eau sont extrêmement importants
pour les Premières nations. En vertu de ces traités, nous n’avons
non seulement pas renoncé à nos droits relatifs à l’eau, mais nous
avons aussi des droits inhérents pour la gestion, la conservation et
la protection de nos ressources aquatiques.
I will go way from my notes here because I want to speak on
my history and from the heart. I have been involved with a lot of
impacts in Saskatchewan. Saskatchewan is made up of
74 First Nations. Four of the First Nations are non-treaty in
Saskatchewan. As a chief leader in our community — and I have
been around; I live in the Qu’Appelle Valley, Fort Qu’Appelle,
where we have a lake system throughout our area — I have
witnessed and have been involved in a number of aspects. My
belief on Bill S-8 — and I am speaking from the heart — is that
this is an attempt by industry to streamline. To me the term
‘‘results based’’ is to help a system and generate revenue for
government and for industry. I believe that this industry is leading
these recommended changes. That is my view. I have seen it.
I have been part of it. Right now, in the system, we have some
operations. Potash is big in southern Saskatchewan. We have
experts such as Peter Lévesque, who has graduated from
Je vais maintenant me défaire de mes notes d’allocution parce
que j’aimerais parler de mon histoire du plus profond de mon
cœur. De nombreuses répercussions m’ont touché en
Saskatchewan. La Saskatchewan est composée de 74 Premières
nations. Dans la province, quatre Premières nations ne sont pas
soumises à un traité. À titre de chef de ma communauté — j’ai
l’habitude depuis longtemps, j’habite Fort-Qu’Appelle, dans la
vallée Qu’Appelle, qui est entourée de lacs — j’ai été témoin de
bien des choses et je suis souvent intervenu dans plusieurs
circonstances. Selon moi, et je parle avec mon cœur, l’industrie
essaie de se servir du projet de loi S-8 pour simplifier le processus.
Je crois que l’expression « axé sur les résultat » se traduit par le
fait de favoriser un système et de générer des recettes pour le
gouvernement et l’industrie. Je crois que l’industrie a proposé ces
recommandations. C’est mon opinion. J’en ai déjà été témoin. J’ai
déjà été impliqué dans ce genre de processus. Présentement, le
9-5-2012
Peuples autochtones
17:17
university. We have educated people who are giving us supporting
testimony and giving us their concerns on environmental impacts
on the work that is being done.
système comporte des exploitations. Le Sud de la Saskatchewan
est riche en potasse. Nous travaillons avec des experts comme
Peter Lévesque, qui est diplômé universitaire. Des gens informés
nous font des témoignages et nous expriment leurs préoccupations
quant aux répercussions environnementales des mesures prises.
I believe that the concept of transferring responsibility to
NRTA to handle resources, which Canada is currently looking at,
will falter. A lot of federal legislation will be affected. The
migratory birds that come through the North and go to the South
will be all impacted. There are a lot of international concerns
there on legislation that will be impacted. I will talk about the
waste management plan. There is no proper waste management
plan in Saskatchewan right now. When permits are being given to
dump millions of litres of sewage into the system, this is not a
waste management plan. This is being done by the provincial
government. When you are going to transfer responsibility to the
provincial government, you have to make sure that they are
adequately prepared to take over that responsibility. As First
Nations people, we believe that anything that impacts the animals
and the fish will impact us. If they are dying off, that will happen
to us, too. We have had numerous things happen.
Je crois que l’idée de déléguer la gestion des ressources à la
Convention sur le transfert des ressources naturelles, comme le
Canada veut le faire présentement, ne fonctionnera pas. De
nombreuses lois fédérales seront touchées. Les oiseaux migrateurs
qui voyagent du nord au sud en écoperont. Ce transfert de
responsabilité donnera lieu à des préoccupations internationales
quant aux lois touchées. J’aimerais parler du plan de gestion des
eaux usées. Présentement, il n’existe pas de plan de gestion des
eaux usées approprié en Saskatchewan. Le fait d’émettre des
permis pour déverser des millions de litres d’eaux usées dans le
système ne constitue pas un plan de gestion des eaux usées. C’est
ce que fait le gouvernement provincial. Quand vous déléguerez la
responsabilité au gouvernement provincial, assurez-vous que
celui-ci soit bien préparé pour accepter cette responsabilité.
Nous, les Premières nations, croyons que tout ce qui touche les
animaux et les poissons a aussi des répercussions sur nous. S’ils se
mettent à mourir, c’est aussi ce qui nous attend. Nous avons
traversé bien des épreuves.
I want to talk now about some of the requirements. You talk
about safe drinking water. Right now I have a current litigation
case against a company that is using oil-based sealants in the
cistern tanks. There is no legislation right now to rectify that. I go
to Health Canada and to different departments. We need to
legislate and regulate that to ensure there is proper adequacy on
preservation. It is an oil-based sealant that is being brought in
from the United States. These things concern me. The person who
is putting these into the communities is not concerned; his attitude
is, ‘‘I don’t care; take me to court.’’
Je voudrais maintenant parler de certaines des exigences. Vous
parlez d’eau potable salubre. À l’heure actuelle, nous avons intenté
une poursuite à l’endroit d’une société qui se sert d’agent d’étanchéité
à base d’huile dans les citernes. Il n’y a aucune loi à l’heure actuelle
nous permettant d’empêcher l’utilisation de ce produit. Je me
présente devant Santé Canada et divers ministères. Il faut adopter
des lois et des règlements qui garantiront de bonnes conditions de
conservation. C’est un agent d’étanchéité à base d’huile importé des
États-Unis. Ce sont des choses qui me préoccupent. La personne qui
fait entrer ces produits dans les collectivités n’est pas préoccupée; son
attitude est la suivante « je m’en moque carrément; entamer des
poursuites judiciaires contre moi. »
Under the current legislation the perception is that NRT is a
transfer of authority to the provinces. I know that because I am
currently involved in litigation on other water issues. There are
not currently adequate resources. A handful of people to take
over that responsibility is not adequate. That is not justice for the
general public.
Aux termes de la loi actuelle, il y a une perception selon laquelle
le transfert des ressources naturelles est un transfert de pouvoir aux
provinces. Je le sais, parce que je fais actuellement partie d’une
poursuite sur d’autres questions portant sur l’eau. Nous ne
disposons pas à l’heure actuelle de ressources adéquates. Une
poignée de personnes pour assumer cette responsabilité, ce n’est pas
adéquat. Cela ne constitue pas la justice pour le grand public.
I was given notice only on Friday of this appearance, but I felt
that I needed to be here because my area has been impacted by
different perspectives on water. The transfer of responsibility and
liability is critical.
J’ai reçu un avis de convocation seulement vendredi pour
comparaître aujourd’hui, mais j’estimais que je devais
comparaître parce que mon secteur a été touché par différentes
possibilités concernant l’eau. Le transfert de la responsabilité et
des obligations est un élément crucial.
The federation has opposed this bill due to lack of
consultation. We oppose Bill S-8, and we requested adequate
representation and discussions with our First Nations.
La fédération s’est opposée au projet de loi en raison du
manque de consultation. Nous nous opposons au projet de
loi S-8, et nous avons exigé qu’il y ait suffisamment de
représentation et de discussions avec notre Première nation.
17:18
Aboriginal Peoples
9-5-2012
These kind of things need to be looked at. Industry is currently
running our province and our country and we have an obligation
to speak up and oppose that.
Il faut examiner ce genre de choses. C’est l’industrie qui gère
actuellement notre province et notre pays, et nous avons une
obligation de prendre la parole et de nous y opposer.
Permits are being issued and academics are saying that there is
not enough water to meet the requirements of those permits. Our
elders are concerned. We must preserve and protect our aquifers.
Will we allow industry to access those aquifers? Will we be like the
United States, where they are piping water in from other areas
because they have exhausted that resource? These kinds of things
need to be assessed.
Des permis sont délivrés, et des universitaires disent qu’il n’y a
pas suffisamment d’eau pour répondre à la demande liée à ces
permis. Nos anciens sont préoccupés. Nous devons préserver et
protéger nos aquifères. Permettrons-nous également à l’industrie
d’accéder à ces aquifères? Ferons-nous comme aux États-Unis, où
ils pompent l’eau à partir de régions éloignées parce qu’ils ont
épuisé cette ressource? Voilà le genre de choses qu’il faut évaluer.
Under existing provincial legislation, environmental and
heritage assessments are being waived for existing projects.
There is no due diligence there. We have to fix that and ensure
that proper due diligence is conducted, and if adequate resources
are not provided, that will not happen.
Aux termes des lois provinciales existantes, les évaluations
environnementales et en matière de patrimoine n’ont pas lieu pour
des projets existants. Ainsi, on ne fait pas preuve de diligence
raisonnable. Il faut changer les choses et s’assurer du respect du
principe de diligence raisonnable, et si l’on ne dispose pas de
ressources suffisantes, cela ne peut pas avoir lieu.
It is the responsibility of all mankind to preserve and protect.
We are exhausting our water source with the potash industry to
provide fertilizer for countries that are overpopulated. It is ironic
to use up your water resource, which we need to survive, to
provide food for other countries.
Il incombe à tous les humains de veiller à la préservation et à la
protection des ressources. Nous épuisons nos sources d’eau parce
que l’industrie de la potasse exploite ce minerai pour fertiliser les
terres des pays qui sont surpeuplés. Il est ironique d’épuiser nos
ressources en eau, dont nous avons besoin pour survivre, pour
fournir des produits alimentaires à d’autres pays.
We have to keep in mind that we live in this country and have
treaty people with inherent rights as Canadians, and that at the
end of the day, when the resources are exhausted, we will still have
to live here. We will have to deal with the contamination, the
contamination caused by the oil sands and the contamination that
will be caused by potash mining. One tonne of potash creates two
tonnes of by-product, which will contaminate much land and
existing water sources.
Il faut se rappeler que nous vivons au Canada et que certains
peuples disposent de droits inhérents découlant de traités en tant
que Canadiens, et qu’au bout du compte, lorsque les ressources
seront épuisées, nous devrons continuer de vivre ici. Nous devrons
faire face à contamination, la contamination causée par les sables
bitumineux et la contamination résultant de l’exploitation des
mines de potasse. Une tonne de potasse crée deux tonnes de sousproduit, qui contamineront d’immenses territoires et de
nombreuses ressources hydriques existantes.
Currently they are going so far as to allow industry to
self-assess for environmental protection. That tells me who is
driving the ship.
À l’heure actuelle, on va jusqu’à permettre à l’industrie de
s’auto-évaluer en matière de protection environnementale. Cela
m’indique qui est à la barre du navire.
I wanted to speak from the heart because I believe in that. Our
elders support this concept. As First Nations people we want to
assist with proper waste and water management plans.
Preservation and protection should be our main concern, not
the dollar. You cannot eat money to survive.
Je veux parler du fond de mon cœur parce que je crois à ce que
j’ai dit. Nos anciens appuient ce concept. En tant que peuple des
Premières nations, nous voulons contribuer à l’établissement de
plans de gestion des déchets et de l’eau adéquats. La préservation
et la protection devraient être notre principale préoccupation, et
non pas le dollar. On ne peut pas manger d’argent pour survivre.
I want to thank the Senate for allowing me to speak, and for
your patience.
Je veux remercier le Sénat de m’avoir permis de m’exprimer et
pour votre patience.
The Chair: Thank you, sir.
Madeleine Paul, Chief, Eagle Village First Nation, Kipawa,
Assembly of First Nations of Quebec and Labrador: Good
morning. I am Madeleine Paul, Chief of Eagle Village
First Nation from the Algonquin Nation in Quebec. Our
presentation will be given by me and Mr. Guy Latouche.
Le président : Merci, monsieur.
Madeleine Paul, chef, Eagle Village First Nation, Kipawa,
Assemblée des Premières nations du Québec et du Labrador :
Bonjour. Je m’appelle Madeleine Paul. Je suis la chef de la Eagle
Village First Nation, qui est une nation algonquine du Québec.
M. Guy Latouche et moi ferons notre exposé aujourd’hui.
9-5-2012
Peuples autochtones
[Translation]
17:19
[Français]
I would like to thank you for giving us the opportunity to
present the position of Quebec’s chiefs to the Standing Senate
Committee on Aboriginal Peoples with regard to its study on
Bill S-8.
J’aimerais vous remercier pour cette occasion de présenter la
position des chefs du Québec devant le Comité sénatorial
permanent des peuples autochtones à l’occasion de l’étude du
projet de loi S-8.
The chiefs recognize that the current legal void goes against the
principle of a clean and safe water supply. It also goes against the
United Nations’ resolution which recognized the right to clean
and safe drinking water as a fundamental right within every
person’s right to life, essential to that right and all other human
rights.
Les chefs reconnaissent que l’actuel vide juridique va à
l’encontre du principe d’un approvisionnement en eau
sécuritaire et de qualité. Cela va également à l’encontre de la
résolution des Nations Unies qui a reconnu le droit à une eau
potable, salubre et propre comme un droit fondamental essentiel
au plein exercice du droit à la vie et de tous les droits de l’homme.
The chiefs support the principle of legislation and a regulatory
framework on drinking water and waste water to bridge the gap
in first nations communities. However, the chiefs remain deeply
concerned by the fact that there is no business plan or investment
plan in parallel to Bill S-8. That being said, the results of the
national evaluation on drinking water systems, waste water
systems and related operational practices in first nations
communities, which came out in 2001, indicate that $28 million
must be invested to bring up to standard Quebec’s first nations
communities. The chiefs believe that first nations must receive the
infrastructure and sufficient capacity to enable them to operate
under a regulatory framework governing drinking water and
waste water.
Les chefs appuient le principe d’une loi et d’un cadre
réglementaire sur l’eau potable et les eaux usées pour combler
cet écart dans les collectivités des Premières nations. Les chefs
demeurent toutefois fortement préoccupés du fait qu’il n’y a pas
de plan d’affaires et de programme d’investissements attachés au
projet de loi S-8. Pourtant, les résultats de l’évaluation nationale
des systèmes d’eau potable, d’eaux usées et des pratiques
opérationnelles connexes dans les communautés des Premières
nations, en 2011, indiquent que 28 millions doivent être investis
pour que les installations des communautés des Premières nations
du Québec respectent les normes. Les chefs sont d’avis qu’il faut
donner aux Premières nations les installations et les capacités
suffisantes pour qu’elles puissent évoluer adéquatement dans un
régime réglementaire sur l’eau potable et les eaux usées.
Moving forward within a regulatory framework is something
which cannot be taken lightly. Canada’s Minister of Aboriginal
Affairs and Northern Development must provide first nations
communities with guarantees to that effect. This means providing
them with adequate installations and expertise, as well as an
appropriate level of funding so they can properly maintain and
operate the installations.
Évoluer à l’intérieur d’un cadre réglementaire est quelque chose
qui ne peut être pris à la légère. Le ministère des Affaires
autochtones et du Développement du Nord canadien doit donner
aux communautés des Premières nations des garanties à cet égard.
Cela signifie des installations et une expertise adéquates, de même
que des moyens financiers suffisants pour assurer un
fonctionnement et un entretien appropriés des installations.
In June 2010, following the introduction of Bill S-11, the chiefs
took an official position, by way of a resolution, on the matter of
working together on creating a regional model for the
development of regulations on drinking water and waste water.
This regional position will be maintained under Bill S-8.
En juin 2010, suite à l’introduction du projet de loi S-11, les
chefs ont pris position officiellement, par résolution, sur la
question de collaborer au développement d’un modèle régional
d’élaboration de règlements sur l’eau potable et les eaux usées.
Cette position régionale est maintenue avec le projet de loi S-8.
Guy Latouche, Consultant, Assembly of First Nations of Quebec
and Labrador: Good morning to all of you and thank you. My
name is Guy Latouche and I am with Chief Madeleine Paul.
Guy Latouche, consultant, Assemblée des Premières nations du
Québec et du Labrador : Bonjour à tous et merci. Mon nom est
Guy Latouche et j’accompagne la chef Madeleine Paul.
Mr. Chair, the secretariat of the AFNQL, which is the
Assembly of the First Nations of Quebec and Labrador, is
currently preparing a draft work plan to collaborate with the
government on the development of a regulatory framework on
safe water and waste water in Quebec first nations communities.
Monsieur le président, le secrétariat de l’APNQL, qui est
l’Assemblée des Premières nations du Québec et du Labrador,
prépare actuellement une proposition de plan de travail pour
collaborer avec le gouvernement au développement d’un cadre
réglementaire sur l’eau potable et les eaux usées dans les
collectivités des Premières nations du Québec.
Towards that end, the chiefs believe that two conditions must
be met if this collaboration is to work. The first condition is that
first nations be fully involved in crafting the regulatory
framework which will flow from Bill S-8. This means that there
should be a strategy to inform and consult with first nations. The
second condition, if this process is to succeed, revolves around the
À cette fin, les chefs sont d’avis que deux conditions doivent
être remplies pour que cette collaboration soit fructueuse. La
première condition, que les Premières nations soient au cœur de
l’exercice d’élaboration du cadre réglementaire qui va découler du
projet de loi S-8. Cela signifie une stratégie d’information et de
consultations des Premières nations. La deuxième condition, pour
17:20
Aboriginal Peoples
9-5-2012
government giving first nations sufficient capacity to clearly move
forward under a regulatory regime governing clean water and
waste water.
qu’on obtienne du succès avec ce processus, le gouvernement doit
donner aux Premières nations les capacités suffisantes pour
évoluer sainement dans un régime réglementaire sur l’eau potable
et les eaux usées.
This means three things: pre-emptively upgrading drinking
water and waste water treatment plants, providing early training
to the people who will operate these plants, that is, those who will
be on site every day, and an early review of the budget to make
sure that there is enough money to properly operate and maintain
the plants.
Cela signifie trois choses : une mise à niveau préalable des
installations d’eau potable et d’eaux usées, une mise à niveau
préalable de la formation du personnel qui opère les installations,
ceux qui sont quotidiennement sur le terrain, et une révision
préalable des budgets afin d’assurer un fonctionnement et un
entretien adéquats des installations.
We need to not only fill the legal void, but we have to make
sure that first nations are informed and consulted, and also that
they have the appropriate capacity, that they have the means to
contribute to reaching the goals that underpin the act and the
entire process that arises out of it. These conditions are contained
in the work plan which will be adopted by Quebec’s chiefs at a
gathering in June of this year, and which will then be presented to
the federal government.
Il ne faut pas seulement combler le vide juridique, mais aussi
s’assurer que les Premières nations soient informées, consultées et
surtout que leurs capacités soient à niveau, qu’elles aient les
moyens de contribuer à l’atteinte des objectifs à la base du projet
de loi et de tout le processus qui en découle. Ces conditions se
trouvent dans le plan de travail qui sera adopté par les chefs du
Québec lors d’une assemblée en juin de cette année et qui sera
ensuite présenté au gouvernement fédéral.
In conclusion, we reiterate that Quebec’s chiefs are willing to
work with the government to develop a regulatory framework
pursuant to Bill S-8 on drinking water and waste water, and that it
will seize this opportunity to find solutions to the challenges facing
first nations regarding drinking water and waste water treatment.
En terminant, nous réitérons que les chefs du Québec sont prêts
à travailler avec le gouvernement au développement d’un cadre
réglementaire consécutif au projet de loi S-8 sur l’eau potable et
les eaux usées, et qu’il compte saisir cette opportunité pour
solutionner des enjeux auxquels sont confrontées les Premières
nations en matière d’approvisionnement en eau potable et de
traitement des eaux usées.
Thank you for your time. We would be pleased to answer any
questions you may have.
Nous vous remercions pour votre temps et il nous fera plaisir
de répondre à toutes vos questions.
The Chair: Thank you for your presentations. There are
senators who would like to ask you some questions.
Le président : Merci de vos présentations. Des sénateurs
veulent poser des questions.
[English]
[Traduction]
Senator Meredith: Thank you so much for your presentations
this morning. We are always enlightened when presenters come
before us who are passionate about their cause. I am a little
concerned, Mr. Paul, Ms. Paul and Mr. Morris, with respect to
the process of engagement. The government held 13 one-day
sessions in 2009, October 2010 and October 2011. They also had
consultations with respect to proposed changes to the bill. In your
presentations, you indicated that you were not consulted on this.
Le sénateur Meredith : Merci beaucoup pour vos exposés.
Lorsque les témoins tiennent des propos aussi passionnés, nous
sommes toujours fort intéressés par le sujet. Monsieur Paul,
Madame Paul et Monsieur Morris, je suis un peu préoccupé quant
au processus de l’engagement. Le gouvernement a eu 13 séances
d’une durée d’un jour en 2009, en octobre 2010 et en
octobre 2011. Ils ont également eu des consultations en ce qui
concerne les modifications proposées au projet de loi. Lors de vos
exposés, vous avez indiqué ne pas avoir été consultés à cet effet.
Can you explain what transpired? How is it that you were not
aware of this process to ensure that your organizations or chiefs
were given an opportunity to put forth their recommendations or
be part of this important process for drinking water on First
Nations. Can you elaborate?
Pouvez-vous nous expliquer ce qui est arrivé? Comment se fait-il
que vous n’étiez pas au courant de ce processus qui visait à garantir
que vos organisations ou chefs avaient l’occasion de formuler des
recommandations et faire partie du processus visant à améliorer la
qualité de l’eau potable des Autochtones. Qu’en est-il?
Mr. Morris: I can speak only from the perspective of
understanding the significance of the land claim agreements in
the Yukon. One of the things about the agreements is looking at
how they are being implemented. Under other law-making
M. Morris : Je peux vous parler du point de vue de
l’importance des revendications territoriales du Yukon. Il faut
voir comment ces revendications ont été mises en œuvre. D’après
un accord effectué entre les gouvernements, ces derniers doivent
9-5-2012
Peuples autochtones
17:21
authority agreed to between governments is the need to serve
notice when they are going to propose new legislation or
regulations. That definitely needs to be followed in terms of its
implementation. I think that is one of the reasons.
donner un avis lorsqu’ils souhaitent proposer une nouvelle loi ou
de nouveaux règlements. Il faut suivre ce protocole lors de sa mise
en œuvre. Je pense que c’est une des explications.
I understand from an AFN perspective that there was a
concern about safe drinking water and being in a position to do
something to correct that situation was the objective. As well,
being in a position as a government to go ahead and move on that
was done. Outside all of that is being able to look at the
perspective of understanding that we deal with these systems
every day in our communities across the country. In the Yukon
we have a good collaboration between municipalities and the
Yukon government. We are able to work closely with them to
ensure that our communities have safe drinking water and that
our waste water management systems are being maintained.
L’APN était préoccupée quant à la qualité de l’eau potable et
voulait être en mesure de faire quelque chose pour remédier à ce
problème. On voulait pouvoir comme gouvernement aller de
l’avant et donner suite. Cela a été fait. Il faut savoir que nous
sommes aux prises avec ces systèmes au quotidien dans nos
collectivités partout au pays. Au Yukon, les municipalités et le
gouvernement du Yukon collaborent bien ensemble. Nous avons
pu travailler de près avec eux afin de veiller à ce que nos
collectivités soient munies d’une eau potable salubre et que nos
systèmes de traitement des eaux usées étaient entretenus.
However, it is not the same across the country, as you have
heard, and is substantially different in other areas. The
importance of being able to sit down and talk with First
Nations at the outset was a priority, but it was not followed.
Cependant, comme vous l’avez entendu, cela ne s’applique pas
partout au pays. Cela peut varier de manière considérable d’une
région à une autre. On avait fixé pour priorité l’importance de
s’asseoir d’emblée autour de la table de discussion avec les
Premières nations. Mais l’on n’a pas donné suite à cela.
Senator Meredith: Let me clarify. You are saying that your
organization was not part of this process from the get-go.
Le sénateur Meredith : J’aimerais un point d’éclaircissement.
Vous avez indiqué que votre organisation n’a pas fait partie de ce
processus dès le départ.
Mr. Morris: Not from what I understand, yes.
M. Morris : Non, pas d’après ce que j’ai compris.
Senator Meredith: The government did not advise you in any
way that we are doing this process or bringing forth this bill and
that we need your input.
Le sénateur Meredith : Le gouvernement ne vous a d’aucune
manière indiqué qu’ils étaient en train de faire un processus, qu’ils
allaient proposer un projet de loi et qu’ils avaient besoin de votre
rétroaction?
Mr. Morris: The process was started without our involvement
from the very beginning, yes.
M. Morris : Le processus a été entamé sans notre implication
dès le départ.
Senator Meredith: There was no opportunity for you to come
into the process once it was started?
Le sénateur Meredith : Il n’y a pas eu d’occasion pour vous de
participer au processus une fois qu’il était commencé?
Mr. Morris: Over the course of time, there were opportunities
created.
M. Morris : Au fil du temps, des occasions ont été créées.
Senator Meredith: They were not taken advantage of.
Le sénateur Meredith : Mais vous ne vous en êtes pas prévalu.
Mr. Morris: When you start something, you have to be involved
from the beginning so that you have an idea of the intention with
regard to developing the regulations. If we are not in a position to
have a sense of why these things are coming forward, then we are
not sure. We need to be on the same page. That is the objective of it
all. If you come to us with a plan in hand that is being developed
already, prior to our involvement, then it is not going to be
acceptable. That is our objective. Overall, the Assembly of First
Nations has been all about being able to look at how we establish
and build partnerships. Building partnerships is about having a
dialogue based on how you implement legislation, how you develop
legislation and how you develop regulations — the whole gamut
going forward from what you are speaking about.
M. Morris : Quand on commence quelque chose, il faut y
prendre part dès le départ, afin de pouvoir comprendre l’intention
sous-jacente à l’élaboration des règlements. Si l’on ne sait pas
pourquoi on propose telle chose, il est difficile de s’avancer. Il faut
être sur la même page. C’est là l’objectif de tout cela. Si vous
venez nous voir avec un plan déjà tout fait qui a déjà été élaboré,
sans que nous ayons pris part, alors cela n’est tout simplement pas
acceptable. Notre objectif, à l’Assemblée des Premières Nations,
est de voir comment on peut créer des partenariats. Un
partenariat signifie avoir un dialogue sur le processus de mise
en œuvre de la législation, comment on l’élabore et comment on
crée des règlements — il s’agit de parler de tout l’éventail de ce qui
surviendra.
It is all about being involved. When we are not involved, that is
when trouble happens; and we do not like it at all. It is not
something we want to see. We are about cooperation, being able
C’est une question de participation. Si nous ne participons pas,
les difficultés commencent; ce qui ne nous plaît pas du tout. Ce
n’est pas ce que nous voulons. Nous sommes en faveur de la
17:22
Aboriginal Peoples
9-5-2012
to work together and looking at doing what is in the best interests
of not only our people but also other people that we coexist with.
Ultimately, that is a long response to a short question.
collaboration, du travail en équipe et des mesures qui sont dans le
meilleur intérêt non pas seulement de notre peuple, mais de tous
les peuples avec lesquels nous coexistons. Au bout du compte, il
s’agit d’une réponse longue à une question courte.
Mr. Paul: One thing that we have done is be a part of the
discussion and dialogue with the government since 2006. The
issues around consultation are the degree, complexity and
coverage of the issue. We have tried to focus with our chiefs on
what is required in terms of our due diligence to ensure that
whatever gets done, legislation or regulatory regime, it is in the
best interests of our community. Our research and work are
evidence-based to look at logical choices based on the evidence
that is in front of us. We give our chiefs and communities the
evidence and the support to make those choices based on what is
happening both in the provincial regime, the existing protocol
regime and whatever regime that may exist in the future to ensure
that whatever happens in the future works for the benefit of all
our communities, fundamentally.
M. Paul : Nous avons notamment participé aux discussions et
au dialogue avec le gouvernement depuis 2006. La question de la
consultation touche le niveau, la complexité et l’étendue de la
question. Avec nos chefs, nous avons tenté de nous concentrer sur
la diligence raisonnable nécessaire pour veiller à ce qui soit fait,
projet de loi ou régime réglementaire, soit dans le meilleur intérêt
de notre communauté. Notre recherche et notre travail sont
fondés sur la preuve; nous examinons des choix logiques en
fonction de la preuve dont nous disposons. Nous donnons aux
chefs et aux communautés la preuve et le soutien pour faire des
choix fondés sur ce qui se passe à la fois dans le système
provincial, le système protocolaire en place et tout système qui
pourrait exister à l’avenir pour faire en sorte que, peu importe ce
qui se passe à l’avenir, l’intérêt de nos communautés sera
fondamentalement respecté.
Senator Meredith: With respect to resources, Health Canada
officials have appeared before us and indicated that there will be
ongoing funding to ensure that infrastructure is in place. That is
of concern to you, Ms. Paul, in that you feel there will not be
sufficient infrastructure dollars to ensure that the water treatment
and quality are kept up. Clause 5(1)(f) addresses penalties with
respect to non-compliance. Outside of penalties and
imprisonment, what would you recommend to ensure
compliance once this proposed legislation goes forward?
Le sénateur Meredith : Pour ce qui est des ressources, des
fonctionnaires de Santé Canada ont comparu au comité et dit
qu’il y aura du financement continu pour faire en sorte que des
infrastructures soient en place. Il s’agit d’une préoccupation pour
vous, madame Paul, en ce sens que vous estimez que ce
financement en matière d’infrastructure sera insuffisant pour
assurer le maintien du traitement et de la qualité de l’eau.
L’alinéa 5(1)f) porte sur les pénalités en matière de nonconformité. Outre les pénalités et l’emprisonnement, que
recommandez-vous pour assurer la conformité une fois que le
projet de loi proposé sera adopté?
Mr. Paul: You need to understand the role that Health Canada
currently plays in the equation. It is more of a water monitoring
role. They are after-the-fact people, I call them, in terms of the
process, basically. They are not involved directly in the planning,
design, financing and delivery of infrastructure in communities.
They are involved after the fact in monitoring and testing. They can
continue testing but in terms of compliance, creating the
management and expertise regime in advance will predicate
against the compliance regime. One of the biggest discussions that
we have had about compliance and penalties that come with this is
the Fisheries Act. There is a $1-million per day fine that currently
exists under the Fisheries Act related to the dead fish rule in the
Fisheries Act. No community, including any of our communities or
any community in the country, could withstand that type of fine. I
believe the goal should be to mitigate and develop the right capacity
of management and governance so we do not get to that stage. You
deal with these issues in advance as much as you can and you work
with a financial plan that is based on logical evidence, logical
planning and actual standards that you know what will be in
place 5, 10, 20, 30, 50 years into the future.
M. Paul : Vous devez comprendre que le rôle de Santé Canada
joue actuellement un rôle dans l’équation. Il s’agit davantage d’un
rôle de surveillance de l’eau. Cette responsabilité entre en jeu plus
tard dans le processus. Santé Canada ne participe pas directement
à la planification, à la conception, au financement et à la livraison
des infrastructures dans les communautés. Santé Canada a un rôle
à jouer plus tard, en matière de surveillance et d’essai. Santé
Canada peut continuer de faire des essais, mais pour ce qui est de
la conformité, la création à l’avance d’un système de gestion et
d’expertise aura une incidence sur le système de conformité. L’une
des discussions les plus importantes que nous ayons tenues sur la
conformité et les pénalités relatives à cette mesure portait sur la
Loi sur les pêches. La Loi sur les pêches prévoit actuellement une
amende de un million de dollars par jour relativement aux
poissons morts. Aucune communauté, qu’il s’agisse d’une de nos
communautés ou de toute autre communauté au pays, n’a les
moyens de payer ce genre d’amende. Je crois que l’objectif devrait
en être un d’atténuation et de développement de la bonne capacité
de gestion et de gouvernance afin de ne pas se rendre à cette étape.
Il faut composer avec ces enjeux à l’avance autant que possible et
travailler dans le cadre d’un plan financier fondé sur une preuve
logique, une planification logique et de vraies normes qui seront
encore en place à l’avenir, dans 5, 10, 20, 30, 50 ans.
9-5-2012
Peuples autochtones
17:23
Senator Ataullahjan: Senator Meredith asked part of my
question. I was going to ask whether you felt there was
sufficient consultation with your communities and, if any of
you spoke to anyone, what forums you took part in and if there
were any challenges remaining.
Le sénateur Ataullahjan : Le sénateur Meredith a posé ma
question en partie. J’allais demander si vous estimiez qu’il y avait
eu suffisamment de consultations avec vos communautés et, si
vous avez parlé à qui que ce soit, à quelles tribunes vous avez
participé et s’il y a toujours des défis à surmonter.
The next thing I can ask is whether there is much support for
this bill from First Nations and are there any issues that are still
unresolved?
J’aimerais ensuite savoir quel est le niveau de soutien que les
Premières nations accordent au projet de loi et s’il y a des enjeux
qui ne sont toujours pas réglés?
Mr. Paul: The issue of consultation, like you said, is a very
sensitive issue with communities. People look at it as a
fundamental legal issue and really try to ensure 100 per cent
coverage of all our people in any type of consultation activity
related to a law or regulatory regime that has an effect. There
have been discussions that have gone on over the course of years
which have engaged chiefs, but not communities so much, in
terms of the actual discussion. The legislation is really about
creating a regime. You are talking in the absence of a regime.
M. Paul : La question de la consultation, comme vous l’avez
dit, en est une qui est très délicate pour les communautés. Les gens
la perçoivent comme un enjeu juridique fondamental et tentent
vraiment de tenir compte de 100 p. 100 de la population dans
cette activité de consultation liée au régime législatif ou
réglementaire en vigueur. Certaines discussions, qui ont duré
pendant des années, ont donné lieu à la participation de chefs,
mais pas tellement des communautés. Le projet de loi vise en fait
la création d’un régime. On parle ici de l’absence d’un régime.
The only regime that exists today is the protocols that exist in
the context of the funding agreements which are signed every year
with Aboriginal Affairs. The protocols that exist are dictated in
the context of the funding agreements which exist with the
government. Therein lies the connection that exists between
communities and water and waste water. It is the protocols, which
are not law, that have been developed for years and has been the
standard that has existed.
Le seul régime qui existe aujourd’hui prend la forme de
protocoles qui existent dans le contexte des ententes de
financement signées chaque année avec Affaires autochtones.
Les protocoles en place sont dictés dans le contexte des ententes
de financement conclues avec le gouvernement. Voilà le lien qui
existe entre les communautés, l’eau et les eaux usées. Ce sont des
protocoles, et non des lois, qui ont été élaborés pendant des
années et qui ont fait la norme.
A reading of the protocols that were developed tells the tale of
exactly how complicated the currently existing protocols are that
exist within the funding regime. Making things clearer for
everyone to understand will go a long way in terms of ensuring
safe water for our communities.
Une lecture des protocoles élaborée illustre exactement à quel
point les protocoles actuels du régime actuel de financement sont
compliqués. Le fait de tout rendre plus clair et plus facile à
comprendre pour tous contribuera énormément à la salubrité de
l’eau potable dans nos communautés.
Senator Patterson: My first question is directed to the Atlantic
Policy Congress of First Nations Chiefs Secretariat. I believe it
has probably been a leader in the country in supporting the need
for a regulatory regime. I was impressed with the work it has done
with Dalhousie and Dr. Gagnon.
Le sénateur Patterson : Ma première question s’adresse au
Congrès des chefs des Premières nations de l’Atlantique, qui, il me
semble, est probablement un leader au pays en matière de soutien
à la nécessité d’un régime réglementaire. J’ai été impressionné par
le travail fait avec Dalhousie et le professeur Gagnon.
You have advocated strongly that new regulations be
developed through a regional entity. You know that the
preamble of Bill S-8 calls for the department to work with
First Nations to develop regulations.
Vous avez fortement recommandé qu’une nouvelle
réglementation soit élaborée par l’intermédiaire d’une entité
régionale. Vous savez que le préambule du projet de loi S-8
demande que le ministère travaille avec les Premières nations à
l’élaboration de la réglementation.
Do I understand correctly that you have already started
discussions with the department? Can you say whether Bill S-8 is
an improvement over Bill S-11, over which you have expressed
concerns?
Si j’ai bien compris, vous avez déjà entamé les discussions avec
le ministère? Pouvez-vous nous dire si le projet de loi S-8 est
meilleur que le projet de loi S-11, au sujet duquel vous aviez
exprimé des préoccupations?
Mr. Paul: We, like other groups in the country, have had offthe-record discussions with the department over the other bill and
with the new bill that currently exists. There are a number of
changes that have occurred with this legislation.
M. Paul : Comme d’autres groupes au pays, nous avons tenu
des discussions officieuses avec le ministère concernant l’ancien
projet de loi et le nouveau projet de loi. De nombreux
changements ont été apportés dans la version actuelle.
The big issue is how we work in a collaborative manner to
come up with a regime that works for both. The issue about the
financing of the regime is a big issue. Based on the evidence we
have looked at in terms of the national assessment and looking at
La grande question est de savoir comment on travaille en
collaboration pour en venir à un régime qui fonctionne pour les
deux parties. La question du financement du régime est
importante. Compte tenu de la preuve que nous avons examinée
17:24
Aboriginal Peoples
9-5-2012
what is going on in communities, the gap is quite significant. We
are worried that if you set up a regime and everybody is below it,
just to bring them up to the regime will require a significant
investment. That is why we are looking at all possible options for
consideration of our leadership and the community so they, at the
end of the day, can make the right logical decision for our
communities.
par rapport à l’évaluation nationale et compte tenu de ce qui se
passe dans les communautés, l’écart est assez considérable. Nous
craignons que le nouveau régime établisse des normes élevées dont
le respect nécessitera des investissements considérables. C’est
pourquoi nous examinons toutes les autres options possibles qui
pourraient être soumises à nos leaders et à la communauté afin
qu’au bout du compte, ils puissent faire le bon choix logique pour
nos communautés.
Senator Patterson: Since this bill was introduced in the Senate,
we do not have the power to introduce a money bill. I am sure you
understand that.
Le sénateur Patterson : Puisque le projet de loi a été présenté au
Sénat, il ne peut pas s’agir d’un projet de loi qui donne lieu à des
dépenses. Je suis certain que vous comprenez.
I would like to turn to Yukon and ask Regional Chief
Eric Morris a couple of questions.
J’aimerais passer à Eric Morris, du Conseil des Premières
nations du Yukon, et lui poser quelques questions.
First, you talked about the addition of a body like Yukon First
Nation to the schedule of the bill. I believe the bill allows for
application to bands whose lands are not subject to the Indian Act
or the First Nations Land Management Act, such as the non-selfgoverning bands in the Yukon. Do you want to be brought under
the bill?
D’abord, vous avez parlé de l’ajout d’un organe comme les
Premières nations du Yukon à l’annexe du projet de loi. Je crois
que le projet de loi peut s’appliquer aux bandes dont les terres ne
sont pas assujetties à la Loi sur les Indiens ou à la Loi sur la
gestion des terres des premières nations comme les bandes non
autonomes au Yukon. Voulez-vous être assujetti à la loi?
My second question is a sensitive one. You talked about the
abrogation of Aboriginal and treaty rights and Bill S-8
threatening those rights. As I understand it, the clause in the
bill only allows for the abrogation of treaty rights or Aboriginal
rights where the safety of water for your people is involved or
required. Would you not want to put the safety of your people’s
health and the safety of the water quality as a first priority?
Ma deuxième question est délicate. Vous avez parlé de
l’abrogation des droits ancestraux et issus de traités et avez
ajouté que le projet de loi S-8 venait menacer ces droits. D’après
ce que j’ai compris, l’article, dans le projet de loi, ne prévoit
l’abrogation des droits ancestraux ou des droits issus de traités
que lorsque la salubrité de l’eau pour votre peuple est en jeu ou
nécessaire. Ne voudriez-vous pas accorder la priorité à la santé de
votre peuple et à la qualité et à la salubrité de l’eau?
Mr. Morris: One of the things unique to the Yukon is that we
have a good working relationship among the municipality, the
Yukon government and ourselves. We are able to maintain our
systems where we would consider them to be safe.
M. Morris : Une des choses qui nous distingue au Yukon, c’est
que nous avons une bonne relation de travail entre la
municipalité, le gouvernement du Yukon et nous-mêmes. Nous
sommes capables de maintenir nos systèmes pour faire en sorte
qu’ils soient sécuritaires.
One thing that is important in terms of looking at what is
currently being proposed is that in the Yukon we have, as I
mentioned, 11 land claim agreements which took approximately
35 years to negotiate. Part of the negotiations that took place
spoke to water and how water was to be discussed and looked
after and how it was to be utilized. I actually spoke to how the
quantity, quality and rate of flow was not to be impacted when it
comes to looking at outside sources and it also looked at the
reverse of our being able to maintain that as well.
Une chose est importante si l’on regarde ce qui est proposé, à
savoir qu’au Yukon, nous avons, comme je l’ai mentionné,
11 ententes sur les revendications territoriales qui ont pris environ
35 ans à négocier. Dans le cadre de ces négociations, on a abordé
la question de l’eau pour savoir comment cette question allait être
discutée et voir comment l’eau serait gérée et utilisée. En réalité,
j’ai pris la parole pour expliquer que la quantité, la qualité et le
débit ne devaient pas être affectés quand il s’agit de regarder des
sources externes et on a également examiné le contraire, à savoir
le fait de ne pas être capable de maintenir tout cela.
Apart from that, in looking at how beginning a dialogue
around discussions of a safe drinking water act in the Yukon, we
have to talk about that and how it will all look. I do not think we
totally disagree on how we can move forward. I believe a way
forward is looking at what is contained within the agreements and
the implementation of those agreements sets out a path forward
on how to begin to have dialogue about developing regulations
and acts that affect us and impact us when it comes to our
settlement lands in the Yukon.
À part cela, pour ce qui est d’entamer un dialogue et de
discuter d’une loi sur la salubrité de l’eau potable au Yukon, il
faut parler de cela et voir à quoi cela va ressembler. Je ne pense
pas que nous soyons complètement en désaccord sur la manière
de procéder. Je crois qu’une des manières de procéder serait
d’examiner ce que contiennent les ententes et la mise en œuvre de
ces ententes servirait à tracer la voie pour commencer un dialogue
sur la façon d’élaborer des règlements et des projets de loi qui
nous affectent et qui ont une incidence sur nous et nos terres
visées par les traités au Yukon.
9-5-2012
Peuples autochtones
17:25
As I mentioned, we have three First Nations that are still under
the Indian Act. We have that same working relationship with
them in regard to looking at some of the work we are doing in the
Yukon. I believe it is very significant from that perspective.
Comme je l’ai dit, nous avons trois Premières nations qui sont
toujours régies par la Loi sur les Indiens. Nous avons la même
relation de travail avec eux pour ce qui est d’examiner le travail
que nous faisons au Yukon. Je crois que c’est très important de ce
point de vue.
When it comes to looking at impacts, it also speaks to how we
are to be compensated if we are affected. As mentioned by my
colleagues here, a development is being proposed where it is
anticipated there will not be enough water to move forward with
it. I then look at what is contained in the Yukon that speaks to
this in terms of how the rate of flow is considered when looking at
those aspects. Within that 30 or 35 years of negotiations, it cost
millions and millions of dollars to negotiate those agreements,
which the First Nations had to pay back to the Government of
Canada. We have had a huge investment in that and that is
something that is significant to us in the territory.
En ce qui concerne les retombées, il s’agit également de voir
comment nous allons être dédommagés si nous étions affectés.
Comme l’ont mentionné mes collègues ici, un projet a été proposé
et on s’attend à ce qu’il n’y ait pas suffisamment d’eau pour le
mener à bien. Je regarde ensuite ce qui se trouve au Yukon et qui
porte sur la manière dont on tient compte du débit lorsqu’on
examine ces aspects. Pendant ces 30 ou 35 années de négociations,
cela a coûté des millions et des millions de dollars pour négocier
ces ententes, somme que les Premières nations ont dû rembourser
au gouvernement du Canada. Nous avons énormément investi làdedans et c’est quelque chose qui est très important pour nous
dans le territoire.
Senator Lovelace Nicholas: Welcome. My question also deals
with consultation but I will skip to another question. I have
noticed that there have been Senate bills introduced about
Aboriginal legislation and there is never any money. I thought I
would say that first.
Le sénateur Lovelace Nicholas : Bienvenue. Ma question porte
également sur les consultations, mais je vais passer à une autre
question. J’ai remarqué qu’au Sénat il y a eu des projets de loi
déposés sur la Loi concernant les Autochtones et qu’il n’y a
jamais eu d’argent. J’ai pensé préciser cela dès le départ.
It was mentioned that there were three governments involved
in the sector of delivering programs for water and waste water
management. Do you feel that these sectors deliver these
programs on the butt or do you have to wait for your allotment
for money? Do you have problems getting the programs delivered
into the communities?
On a dit qu’il y avait eu trois gouvernements impliqués dans le
secteur de la prestation des programmes pour la gestion de l’eau et
des eaux usées. Pensez-vous que ces secteurs livrent ces
programmes comme il faut ou avez-vous à attendre à ce que
l’argent vous soit attribué? Avez-vous du mal à faire exécuter les
programmes dans les communautés?
Mr. Paul: It really is about the mechanics of the roles of the
different departments. I think that Environment Canada has a
very specific role that is involved in the communities but not to
the extent that probably we would like in terms of the level of
involvement. They are more after the fact, when something
occurs, as is Health Canada.
M. Paul : Il s’agit vraiment de la mécanique des rôles des
différents ministères. Je crois qu’Environnement Canada a un rôle
très précis à jouer dans les communautés, mais ce rôle n’est pas à
la hauteur du niveau d’implication que nous souhaiterions. Ils
interviennent davantage après coup, lorsque quelque chose arrive,
tout comme Santé Canada.
The one that is most heavily involved in terms of what goes on
with communities is Aboriginal affairs, basically, because it has a
fundamental funding relationship with the community and it is,
by hook or by whatever means, involved in what goes on with
water, waste water and infrastructure in the communities. It has
that direct relationship with the leadership and subsequently with
the people in the community. I do not think people think about
calling Health Canada or Environment Canada or even
Aboriginal affairs about that. In the community they would
probably call the First Nation leadership if there is a problem
with the water. That is probably where they would call first, or the
director of water operation for the community would be the
first point of contact in terms of what is going on in the
community. I think that they play different roles, and I think the
most critical role that does exist is the one that creates the regime
about what you build, how you manage it, how you deliver it and
how you carry out compliance in terms of the water and waste
water infrastructure in communities. It has been primarily INAC
Le ministère qui est le plus profondément impliqué par rapport
à ce qui se passe dans les communautés, c’est Affaires autochtones
car en fait il a une relation de financement fondamental avec la
communauté et il est donc, d’une façon ou d’une autre, impliqué
dans le dossier de l’eau, des eaux usées et de l’infrastructure dans
les communautés. Il a une relation directe avec les dirigeants et
ultérieurement avec les gens de la communauté. Je ne pense pas
que les gens pensent à appeler Santé Canada ou Environnement
Canada ou même Affaires autochtones à ce sujet. Dans la
communauté, ils appelleraient probablement les dirigeants de leur
Première nation s’il y avait un problème avec l’eau. C’est
probablement là qu’ils appelleraient en premier, ou le directeur
des services d’eau pour la communauté qui serait le premier point
de contact pour savoir ce qui se passe dans la communauté. Je
crois qu’ils jouent des rôles différents et je crois que le rôle le plus
crucial est celui qui crée le régime relatif à la construction, la
gestion, la prestation et la conformité aux normes en ce qui a trait
à l’eau et à l’infrastructure des eaux usées dans les communautés.
17:26
Aboriginal Peoples
9-5-2012
or Aboriginal affairs that has been involved in that activity with
communities to the greatest extent that I would see in terms of
what is going on.
Ce fut principalement le MAINC ou Affaires autochtones qui a
été impliqué dans cette activité auprès des communautés, dans
toute la mesure du possible, d’après ce que j’ai pu voir.
For the last couple of years, Environment Canada has been
working with municipalities and provinces on the waste water
regulatory regime. Discussions have gone on over the last couple
of years with Environment Canada where the voice of Aboriginal
people in what was going on in the Canadian council of
municipalities, or whatever, regarding the development of the
waste water regimes with all the municipalities in the country was
insignificant. The First Nations’ voice was very insignificant in
that discussion because they were too busy worrying about cities
like Toronto or Calgary, or the big municipalities, or the big
entities, and not necessarily worried about a community of
50 people in northern Saskatchewan or northern Alberta. The
focus of the discussions from Environment Canada focused on
working with provinces and working with the municipalities that
had the capacity and expertise between themselves that advocated
their interest in terms of what regime would be created for them.
That regime still leaves it open for some municipalities. I figure
that maybe in 50 years it will meet the rules that have been
developed under that regime.
Depuis deux ans environ, Environnement Canada travaille
avec les municipalités et les provinces sur le régime réglementaire
concernant les eaux usées. Cela fait deux ans que les discussions se
poursuivent avec Environnement Canada et la voix du peuple
autochtone n’a pas été entendue au conseil canadien des
municipalités, ou ailleurs, en ce qui a trait à l’élaboration de
régimes concernant les eaux usées avec toutes les municipalités du
pays. La voix des Premières nations a été très secondaire dans
cette discussion parce qu’ils étaient trop occupés à se soucier de
villes comme Toronto ou Calgary, ou d’autres grandes
municipalités, ou d’autres grosses entités, et ne souciaient pas
nécessairement d’une communauté de 50 personnes dans le Nord
de la Saskatchewan ou le Nord de l’Alberta. Le gros des
discussions avec Environnement Canada se sont concentrées sur
le travail avec les provinces et les municipalités qui avaient la
capacité et l’expertise pour faire valoir leurs intérêts par rapport
au régime qui serait créé pour elles. Ce régime laisse encore la
porte ouverte pour certaines municipalités. J’imagine que, d’ici
50 ans peut-être, on respectera les règles qui ont été élaborées en
vertu de ce régime.
Senator Lovelace Nicholas: What happens if the money runs
out, the resources? That has to do with water and waste water
management. Do they stop checking on the water or what?
Le sénateur Lovelace Nicholas : Qu’arrivera-t-il s’il n’y a plus
d’argent, de ressources? Il s’agit d’eau et de gestion des eaux usées.
Arrêteront-ils de vérifier l’eau ou quoi?
Mr. Paul: Under the current regime that exists, under the
INAC regime, basically the government takes over, which is
Aboriginal affairs basically. If the money ran out or something
drastic happened in a community, Indian affairs staff or
Aboriginal affairs staff would take over, basically. That is kind
of what would happen right now.
M. Paul : En vertu du régime actuel, en vertu du régime du
MAINC, en fait le gouvernement prend les choses en main,
c’est-à-dire à toutes fins pratiques Affaires autochtones. S’il n’y a
plus d’argent ou si quelque chose de terrible se produisait dans
une communauté, le personnel d’Affaires indiennes ou d’Affaires
autochtones prendrait le relais, à toutes fins utiles. C’est ce qui se
produirait aujourd’hui.
Senator Dyck: Thank you for your presentations this morning.
I think there is a common theme amongst all the presenters this
morning about serious concerns with regard to funding,
consultation, abrogation of rights and downloading of liability.
Le sénateur Dyck : Merci pour vos exposés ce matin. Je crois
qu’il y a un thème commun chez les présentateurs ce matin, à
savoir de graves inquiétudes par rapport au financement, à la
consultation, à l’abrogation de droits et au transfert de
responsabilité.
My question is probably mostly to the Atlantic Policy
Congress of First Nations Chiefs Secretariat because you have
done a lot of your own homework and have worked with
professors and researchers from Dalhousie University. What
would your recommendation be with regard to the bill? You were
saying that we should have legislation for the creation of a
regional water authority. Should we be proceeding with a bill that
is looking at regulations or should we be proceeding in another
fashion? If we had a bill to create a water authority, would that
not allow for regulations to be developed and for adequate
consultation within regions in order to develop the benchmarks
and the regulations? Is Bill S-8 the right approach or should we
backtrack and start again?
Ma question s’adresse principalement au Congrès des chefs des
Premières nations de l’Atlantique car vous avez fait une bonne
partie de votre travail et avez collaboré avec des professeurs et des
chercheurs de l’Université Dalhousie. Quelle serait votre
recommandation en ce qui a trait au projet de loi? Vous disiez
qu’on devrait mettre en place une loi visant la création d’une
autorité régionale en matière d’eau. Devrait-on continuer à aller
de l’avant avec un projet de loi qui envisage des réglementations
ou devrions-nous procéder de façon différente? Si on adoptait un
projet de loi visant à créer une autorité en matière d’eau, cela ne
permettrait-il pas d’élaborer une réglementation et de consulter
adéquatement les régions afin d’élaborer des normes et des
règlements? Le projet de loi S-8 constitue-t-il une bonne approche
ou devrions-nous reculer et recommencer?
9-5-2012
Peuples autochtones
17:27
Mr. Paul: At the end of the day, it is really up to the leadership
in our area and in other areas to decide and to advocate for that.
As I said, once we have had extensive discussions with our own
leadership and communities, I think we will have a clearer opinion
in terms of what we will end up with. At the end of the day, I
know that our interests and the interests of our leadership, and
other leaderships across the country, are to provide safe water to
our citizens. That is the fundamental goal we all share in terms of
what we are trying to do. To have the tools to get there — like you
said and as we said earlier — whether it is legislation or
regulation, you need the management, infrastructure and
processes built in so that they mitigate these great risks that occur.
M Paul : Au final, il revient véritablement aux dirigeants de
notre région et d’autres régions de décider ce qu’il en est et de faire
valoir leurs intérêts. Comme je l’ai dit, lorsque nous aurons eu des
discussions approfondies avec nos dirigeants et nos
communautés, je pense que nous aurons une idée plus claire de
ce que nous voulons. Au final, je sais que votre intérêt et celui de
nos dirigeants, ainsi que d’autres dirigeants dans l’ensemble du
pays, est de fournir une eau de qualité à nos citoyens. Il s’agit de
l’objectif fondamental que nous partageons tous et que nous
tentons d’atteindre. Nous avons les outils pour y parvenir —
comme vous l’avez dit et comme on l’a mentionné plus tôt — qu’il
s’agisse d’une loi ou d’un règlement, il faut qu’il y soit prévu la
gestion, l’infrastructure et les processus adéquats pour limiter ces
énormes risques.
When I talk about the model in the Atlantic, like the Halifax
regional municipality and those types of models, they are not
flawless. I always go back to the example in Halifax, when they
built that waste water treatment plant and it was a total kibosh
and it cost them almost three times as much to fix the problem.
You need to build in all of these things to deal with risk, create
structure, create process, build capacity and build education as
part of the process to ensure that everyone understands and takes
on responsibility for safe water for our people in the communities,
by whatever means it is delivered. The current system, through
these protocols, does not have great clarity, so we believe that
another regime is required to create clarity.
Lorsque je parlais du modèle de l’Atlantique, comme la
municipalité régionale d’Halifax, et ce type de modèles, ils ne sont
pas parfaits. Je fais toujours référence à l’exemple d’Halifax,
lorsqu’on a décidé d’y construire une usine de traitement des eaux
usées qui s’est avéré un véritable fiasco et cela a coûté trois fois plus
cher de régler le problème. On doit y intégrer tous ces éléments afin
de limiter le risque, créer la structure, les processus, renforcer les
capacités et développer la formation comme partie intégrante du
processus pour s’assurer que tout le monde comprend et assure sa
part de sa responsabilité pour approvisionner les membres de nos
communautés en eau potable salubre, quel que soit le moyen
employé. Le système actuel, en raison de ces protocoles, n’est pas
clair, et nous pensons donc qu’un autre régime est nécessaire afin de
rendre les choses plus transparentes.
As I said, we have looked at the different types of regimes
across Atlantic Canada in an attempt to choose the best of what
exists that will work for our communities. We need to figure out
how to make it work for our communities, because at the end of
the day we are trying to ensure safety for our citizens and
communities and create effective management and governance
structures that are owned by our communities and will be
sustainable for the next 25 to 30 years. We do not want to be
trying to come up with a logical solution to this very important
issue for the next 20 years.
Comme je l’ai dit, nous avons examiné les différents types de
régimes dans l’ensemble du Canada Atlantique afin de choisir,
parmi ceux qui existent, le système qui fonctionnerait le mieux pour
nos communautés. Nous devons trouver une solution qui
fonctionne pour nos communautés, car au final, nous tentons
d’offrir une certaine sécurité à nos citoyens et à nos communautés,
et de créer des structures de gestion et de gouvernance efficaces
appartenant à nos communautés et qui seront viables pour les 25 à
30 prochaines années. On ne veut pas tenter de trouver une solution
logique à ce problème très important pour les 20 prochaines années.
Mr. Morris: It is more than only about looking at what comes
out of the tap. It is about source protection. From the Yukon
perspective, the land claim agreements speak a lot about how we
will protect our water. We have various systems in place. We have
the Yukon Water Board and a Yukon environmental assessment
program. We have various interlinked processes. The land claims
agreements provide an overlay of infrastructure to ensure that we
have safe drinking water and that our water will always be
protected. It goes beyond just what comes from the tap; it goes to
overall source protection. Our agreements are made in the spirit
of collaboration, the spirit of working together to ensure that we
maintain the land as it is as opposed to creating disruptions to it.
M. Morris : Cela ne se résume pas à se concentrer uniquement
sur ce qui sort du robinet. Il faut aussi tenir compte de la
protection des sources. Du point de vue du Yukon, les accords de
revendications territoriales en disent long sur la façon dont nous
allons assurer la protection de notre eau. Nous avons différents
systèmes en place. Il y a l’Office des eaux du Yukon et le
programme d’évaluation environnementale du Yukon. Il y a
différents processus liés entre eux. Les accords de revendications
territoriales fournissent des niveaux d’infrastructure afin de
s’assurer que nous avons accès à une eau potable salubre et que
notre eau sera toujours protégée. Cela va bien au-delà de ce qui
sort du robinet; il faut assurer la protection des sources dans leur
ensemble. Nous parvenons à nos ententes dans un esprit de
collaboration afin de s’assurer de maintenir notre territoire dans
son état plutôt que de le modifier.
17:28
Aboriginal Peoples
9-5-2012
Senator Dyck: What would you recommend that the committee
do with regard to Bill S-8? Should we recommend that it go
forward as is; should it be amended; should it be withdrawn?
Could you each say briefly whether you think we should support
Bill S-8?
Le sénateur Dyck : Que recommanderiez-vous que le comité
fasse en ce qui a trait au projet de loi S-8? Recommanderiez-vous
que nous allions de l’avant avec le projet de loi tel qu’il est;
devrait-il être modifié; devrait-on le retirer? Chacun d’entre vous
peut-il nous dire si vous pensez que nous devrions appuyer le
projet de loi S-8?
Mr. Morris: We support it ultimately, but it is important that
we have more dialogue about it. As the previous speaker said, it is
interesting that many no-money bills land here. That is almost
disrespectful. I believe that all of you here this morning have a
tremendous amount of knowledge and experience to offer about
what we are doing in this country. We must continue to maintain
the prestige that we have, which was recognized here yesterday by
the Prime Minister of Israel.
M. Morris : Nous l’appuyons en général, mais il est important
que l’on en discute davantage. Comme l’intervenant précédent l’a
dit, il est intéressant de constater qu’un grand nombre de projets
de loi qui n’ont pas d’incidence financière atterrissent ici. Cela est
presque irrespectueux. Je pense que chacun d’entre vous ici
présent a d’immenses connaissances et une très grande expérience
à offrir pour déterminer ce que nous faisons dans ce pays. Nous
devons continuer à entretenir notre prestige, qui a été reconnu
hier, ici même, par le premier ministre d’Israël.
We always utilize our elders respectfully in our communities.
We use them as points of reference for ourselves in terms of the
work that we are doing. We do not use them in a disrespectful
way.
Nous avons toujours recours à nos aînés de façon respectueuse
dans nos communautés. Nous nous en servons comme points de
référence pour orienter notre travail. Nous ne nous en servons pas
de façon irrespectueuse.
I believe that we need to have dialogue about this. There are
many things that we need to talk about in relation to jurisdiction,
implementation and capacity. A whole range of issues have been
mentioned and we need more dialogue.
Je pense que nous devons avoir un dialogue à ce sujet. Il y a un
grand nombre de sujets dont nous devons discuter en ce qui a trait
au domaine de compétence, à la mise en œuvre et à la capacité.
Tout un éventail de questions a été mentionné et nous devons
avoir davantage de discussions.
Ms. M. Paul: We in Quebec support the bill. We plan to work
with the government in implementing it, which is why we
developed the plan that we will present to the chiefs at the
upcoming assembly in Quebec.
Mme M. Paul : Nous, au Québec, appuyons le projet de loi.
Nous prévoyons collaborer avec le gouvernement afin de le mettre
en œuvre, ce qui est la raison pour laquelle nous avons élaboré le
plan que nous allons présenter aux chefs à l’occasion de la
prochaine assemblée du Québec.
Mr. Paul: As I said earlier, we do need a law, we do need a
regulatory regime and we do need the money. I recognize the
changes in this bill from the other bill, and I believe that we have
to go forward. We have to address the issue of water for our
communities.
M. Paul : Comme je l’ai dit plus tôt, il nous faut une loi, il nous
faut un régime réglementaire et il nous faut des fonds. Je reconnais
les changements qui ont été apportés dans le précédent projet de loi,
et je pense qu’il nous faut aller de l’avant. Nous devons résoudre la
problématique de l’eau pour nos communautés.
Mr. Redman: We officially oppose this bill because it was
developed unilaterally without First Nations input or analysis.
We have requested an exemption from the regulations proposed
by Canada until meaningful consultation has occurred. I say this
on behalf of the 74 First Nations of Saskatchewan.
M. Redman : Nous nous opposons officiellement au projet de
loi car il a été élaboré unilatéralement sans que les Premières
nations aient eu leur mot à dire ou aient pu effectuer d’analyse.
Nous avons demandé une exemption des règlements proposés par
le gouvernement fédéral dans l’attente d’un véritable processus de
consultation. Je dis cela au nom des 74 Premières nations de la
Saskatchewan.
Senator Munson: In the movie Jerry Maguire they used the
expression, ‘‘Show me the money.’’ We have been talking about
the money. We say that money bills are not introduced here, but
in two budgets there was $330 million, and I have heard that
$1 billion will be required to facilitate this sort of thing. That
means that there is a gap and also speaks to me about user fees. I
do not know how many of these nations can afford expensive user
fees. I would like that to be addressed briefly.
Le sénateur Munson : Dans le film Jerry Maguire, un
personnage dit : « Où est l’argent? » On a parlé de financement.
On dit que les projets de loi qui prévoient l’octroi de financement
ne sont pas présentés ici, mais deux budgets prévoyaient
330 millions de dollars, et on m’a dit qu’un milliard de dollars
sera nécessaire pour faciliter ce genre de chose. Cela signifie qu’il y
a un fossé et cela évoque chez moi les frais d’utilisation. Je ne sais
pas combien de ces nations peuvent se permettre d’assumer des
frais d’utilisation élevés. J’aimerais qu’on en parle rapidement.
Also, Mr. Redman, without being mean, why are you so
suspicious of industry?
En outre, monsieur Redman, sans vouloir vous offenser,
pourquoi êtes-vous si méfiant à l’égard de l’industrie?
9-5-2012
Peuples autochtones
17:29
Mr. Redman: Do you really want my truthful answer to that?
M. Redman : Vous voulez la vraie réponse à cette question?
Senator Munson: Yes, I want the truthful answer.
Le sénateur Munson : Absolument, je veux la vraie réponse.
The Chair: To add to that, you mentioned potash. Could you
elaborate in regard to potash?
Senator Munson: Can we not all get along?
Le président : De plus, vous avez parlé de la potasse. Pouvezvous nous en dire davantage à ce sujet?
Le sénateur Munson : N’est-il pas possible que tout le monde
s’entende?
Mr. Redman: Industry is concerned about one thing, and that
is money. There is legislation for self-assessment. The current
perception is that we are duplicating environmental and other
assessments for federal and provincial project proposals and that
we need to streamline. To me, there are gaps there. I have looked
at the project proposals that are coming in. Offshore investors are
coming to this country and making billions of dollars, and they
should at least conduct due diligence on environmental impacts
and impacts on preservation and protection when spills happen.
M. Redman : L’industrie ne se préoccupe que d’une chose :
l’argent. Il y a une loi qui prévoit des autoévaluations. L’impression
que l’on a actuellement, c’est qu’on dédouble les évaluations
environnementales ainsi que d’autres évaluations pour les
propositions de projets fédéraux et provinciaux et que cela doit
être rationnalisé. Selon moi, il y a des lacunes. J’ai examiné les
propositions de projets en voie de réalisation. Les investisseurs
étrangers viennent dans notre pays pour y faire des profits de
milliards de dollars, et qui devraient au moins exercer la diligence
raisonnable en matière de répercussions environnementales, de
préservation et de protection lorsqu’il y a des déversements.
There are spills from oil pipelines all the time. It is the
responsibility of all mankind to conduct due diligence. We must
ensure that adequate funding is set aside for proper administer,
and we must work in collaboration on this.
Il y a constamment des déversements d’oléoduc. Il est de la
responsabilité de l’espèce humaine de faire preuve de diligence
raisonnable. Nous devons nous assurer qu’un financement
adéquat est mis de côté pour assurer une administration efficace
et cela doit être fait en collaboration.
Meaningful consultation is when First Nations can sit together
with industry and government to develop guiding principles on
generalities and commonalities. We have specific issues, of course.
The purpose of industry is to make money. The concern of First
Nations is preservation and protection of the environment.
Une véritable consultation a lieu lorsque les Premières nations
s’assoient avec l’industrie et le gouvernement pour élaborer des
principes directeurs sur des généralités et des objectifs communs.
Bien sûr, nous avons des questions précises. L’objectif de l’industrie
est de réaliser des profits. Les préoccupations des Premières nations
sont de préserver et de protéger l’environnement.
First Nations look seven generations into the future. We have
to think ahead and do our job. I see us as First Nations people.
Under our governance system, our peoples are up here and we are
their servants. We do not develop laws to push them down. We
develop laws to support and enhance our people. That is why
sometimes in First Nations governance we say that the
Eurocentric government does not work for us. We are not top
down; we are from the bottom up.
Les Premières nations pensent aux sept générations qui vont
suivre. Il nous faut penser à l’avenir et faire ce que nous avons à
faire. Je nous vois comme des peuples des Premières nations. En
vertu de notre système de gouvernance, nous sommes les
serviteurs de notre peuple. Nous n’élaborons pas des lois pour
les leur imposer. Nous élaborons des lois pour les appuyer et
favoriser leur développement. C’est la raison pour laquelle on dit
souvent qu’en matière de gouvernance des Premières nations, les
modes de gouvernement euro-centriques ne fonctionnent pas pour
nous. Chez nous, les dirigeants sont là pour servir les citoyens
qu’ils représentent, et non l’inverse.
I see myself as a servant of my people in all aspects. As a public
servant, I guess in your terminology, I serve the people to improve
their lives and to improve the future. We have to start thinking
like that. I do not think it is justifiable to say that industry is in the
best interests of our people. Like I said before, they do not have to
live here when the damage is done. They rape and pillage this
land, and then they are gone. Their money is made and they are
gone; but we still have to live in that environment. That is a
long-winded answer.
Je me vois comme un serviteur de mon peuple dans tous les
domaines. En tant que fonctionnaire, selon votre terminologie,
j’œuvre à améliorer la qualité de vie et l’avenir de mon peuple. Il
nous faut commencer à penser comme ça. Je ne pense pas qu’il
soit justifié de dire que l’industrie vise le meilleur intérêt de notre
peuple. Comme je l’ai dit auparavant, l’industrie n’a pas à vivre
sur place une fois que l’environnement est endommagé.
L’industrie profane et pille notre terre avant de s’en aller. Elle
réalise ses profits et s’en va; mais nous, nous devons toujours vivre
dans cet environnement. C’est une réponse un peu longue.
We oppose the position. I believe that the meaningful
consultation was not there, and the due diligence is not there.
The transfer of responsibility of title to the NRTA was a legal
Nous nous opposons au projet de loi. Je pense qu’il n’y a pas
eu de véritable consultation et qu’on n’a pas exercé la diligence
requise. Le transfert de responsabilité de titre à la Convention sur
17:30
Aboriginal Peoples
9-5-2012
position I got from a lawyer representing Canada. That is where I
get my information and my perception on how the responsibility
of transfer was tied to the provinces to do away with federal
legislation and the extinction of species. That has an impact.
Right now, industry is getting the green light and they are saying
that you do not have to do those environmental assessments on
federal lands. That should not happen.
le transfert des ressources naturelles est un avis juridique que j’ai
reçu d’un juriste représentant le gouvernement fédéral. C’est de là
que proviennent mes renseignements et ce sur quoi se fonde mon
impression de la façon dont la responsabilité du transfert était liée
aux provinces en vue de se débarrasser de lois fédérales et de la
disparition des espèces. Cela a des répercussions. À l’heure
actuelle, l’industrie a le feu vert et on nous dit qu’il n’est pas
nécessaire de faire des évaluations environnementales sur des
terres fédérales. Cela ne devrait pas être permis.
Senator Munson: I would like to get the answer on user fees and
the gap between the funding that is happening now and the
funding that it is believed has to take place.
Le sénateur Munson : J’aimerais obtenir une réponse
concernant les frais d’utilisation et le fossé qui existe entre le
financement accordé en ce moment et celui qui devrait l’être.
Mr. Paul: The analogy I would use into the future is that you
would not buy a new car based on the brochure. We feel that
doing due diligence and getting what the real costs are in terms of
the management, operation and governance and so on will have
to be addressed, including what you are talking about in terms of
the real cost. Right now the regime is the so-called 80-20 split; but
communities are paying it now. What is the difference in the
future? You need a regime that works for the community for the
governance to work, the management to work, the delivery to
work, and the financing to work.
M. Paul : Pour faire une analogie, je dirais qu’on n’achète pas
une auto en se fiant uniquement à la brochure. Nous pensons qu’il
est nécessaire d’exercer la diligence requise afin de déterminer le
coût réel de la gestion, de l’exploitation et de la gouvernance, et
cetera, ce qui comprend ce dont vous avez parlé pour ce qui est du
coût réel. Le régime actuel est celui du 80-20; mais les
communautés en paient actuellement les frais. Quelle est la
différence à l’avenir? Il vous faut un régime qui fonctionne pour la
communauté, en matière de gouvernance, de gestion, de
prestation et de financement.
Financing is an important part but the issue that we keep
running up against is wondering how accurate it is. The national
assessment, although I would not say we were unhappy with it, is
a class D level estimate. I would not build a house, a car, a bridge
or anything else based on that level of estimate because the
institutions or the structures that you are building or providing
for the services are all about the safety of the people in the
community. They do not squander public safety in terms of the
space shuttle program. It would have dire consequences if they
missed something. In the case of our communities, the long-term
accuracy of costing operations and governance will help us to
determine the best course so that we end up with safe water
in 2050, basically.
Le financement est un élément important, mais le problème
auquel on se heurte constamment est de savoir s’il est adéquat.
L’évaluation nationale, bien que je ne puisse pas dire que nous en
soyons insatisfaits, est une estimation de classe D. Je ne
construirais jamais de maisons, de ponts, ou n’achèterais de
voitures ou quoi que ce soit en me fondant sur ce type
d’estimation, car les institutions ou les structures que vous
mettez en place pour la prestation des services visent à assurer la
sécurité des membres de la communauté. Ils ne négligent pas la
sécurité publique quand il s’agit du programme de navettes
spatiales. Le fait d’omettre quelque chose pourrait avoir de graves
conséquences. Dans le cas de nos communautés, la précision à
long terme des activités de détermination des coûts et de
gouvernance nous permettra de déterminer la meilleure marche
à suivre afin de nous doter d’une eau potable salubre d’ici 2050.
[Translation]
[Français]
Mr. Latouche: You know that currently, 20 per cent of the
money for maintenance comes from user fees. In Quebec, this
system works fairly well.
M. Latouche : Vous savez que présentement, 20 p. 100 du
financement de l’entretien vient des frais d’utilisation. Pour le
Québec, cela fonctionne assez bien de cette façon.
As for the regulatory framework, we want to be sure that under
the new legislation and regulations, there will be enough money to
operate the system based on the real operational costs. This bill is
about safe water and waste water, clean drinking water, and it
also includes incorporation by reference of provincial regulations.
I have to say that in Quebec, generally speaking, first nations are
already aligned with provincial regulations. You cannot get
funding from the Quebec regional office to install a treatment
plant for either drinking water or waste water, if you are not in
compliance with provincial regulations 95 per cent of the time.
That is why Quebec’s position on this bill is that it will work on
Quant au cadre réglementaire, on veut s’assurer que, en
fonction de la nouvelle loi et des nouveaux règlements, les budgets
soient suffisants pour bien opérer, en se basant sur les vrais coûts
d’opérations qui vont en découler. Ce projet de loi concerne l’eau
potable et les eaux usées, une eau potable salubre, et vise aussi
l’incorporation par référence des règlements provinciaux. Je dois
dire qu’au Québec, en général, les Premières nations sont déjà
enlignées sur les règlements provinciaux. Vous ne pouvez pas
obtenir du financement du bureau régional de Québec pour une
installation d’eau potable ou d’eaux usées si, 95 p. 100 du temps,
vous n’êtes pas en conformité avec les règlements provinciaux.
9-5-2012
Peuples autochtones
the regulatory framework and consider every aspect of the issue,
one by one. We will potentially get there because the objective of
the Safe Drinking Water Act is ultimately a good one.
[English]
17:31
C’est pour cette raison que la position du Québec sur ce projet de
loi est de dire qu’on va travailler sur le cadre réglementaire et
qu’on va considérer tous les enjeux, un par un. Il y a des
possibilités d’y arriver parce que l’objectif du projet de loi sur la
salubrité de l’eau, en bout de ligne, est un bon objectif.
[Traduction]
Mr. Morris: I will comment on your question about industry.
One thing is how we develop a relationship with industry in terms
of development. In the Yukon, we have the Farrow mine. We are
in the process of reclamation in that area. It will cost millions of
dollars to do that, and it is costing the Government of Canada a
lot of money. How do you build a relationship with industry?
How do you put a reclamation process in place before you begin
any sort of development? How do you put money aside? Our old
people always say that you always have to put a little bit aside
because you do not know when you are going to need it for
something. One thing I look at in terms of resource development
is that long after industry is done, we are the ones still living there,
as was mentioned. We need to be in a position to look at how we
will reclaim that land. The other thing our elders speak about is
that when we go anywhere out on our land, we are always
expected to leave it as we found it; and then I look at what
industry does. If industry could look at working towards those
principles, then we would have something to talk about. That is
just a comment I wanted to make.
M. Morris : Quelques observations concernant votre question
sur l’industrie. Il y a tout d’abord la manière dont nous tissons des
liens avec l’industrie en termes de développement. Au Yukon,
nous avons la mine Farrow. Nous sommes en train de remettre
des terrains en état dans cette région. Cela va coûter des millions
de dollars et cela coûte très cher au gouvernement du Canada.
Comment tissez-vous des liens avec l’industrie? Comment mettezvous en place un système de remise en état des terres avant
d’entamer la mise en valeur des ressources? Comment met-on des
fonds de côté? Nos aînés nous disent toujours qu’il faut toujours
avoir des réserves, car on ne sait jamais quand on pourrait en
avoir besoin. Une chose qu’il faut comprendre en matière de mise
en valeur des ressources, c’est qu’une fois que l’industrie cesse ses
activités, nous sommes ceux qui doivent vivre sur ces terres,
comme on l’a mentionné. Il faut qu’on soit en mesure de voir
comment on va remettre ces terres en état. Ce que nous disent
aussi nos aînés, c’est que lorsqu’on va quelque part sur nos terres,
on s’attend toujours à ce qu’on les laisse dans l’état où on les a
trouvées. Et je regarde ce que fait l’industrie. Si l’industrie pouvait
envisager de tendre vers ces principes, ce serait un bon point de
départ. C’était une observation que je voulais faire.
Senator Raine: I thank all of you for being here, especially
Chief Redman. You have done a great job on such short notice. I
was dismayed to hear your comments about the situation in
Saskatchewan and that you are not finding industry to be
compliant. Certainly, that should not be happening. My
understanding of the changes in our environmental regulations
and the so-called streamlining is not to go to a lower standard but
to have the standard very clear so that there are no gaps so that
some do this and some do that. It should be better, not worse.
Le sénateur Raine : Je vous remercie de votre présence, plus
particulièrement le chef Redman. Vous avez fait un excellent travail,
et ce, à court préavis. J’ai été troublée par vos observations
concernant la situation en Saskatchewan et le fait que, selon vous,
l’industrie ne se conforme pas aux règlements. De toute évidence,
cela ne devrait pas se produire. La façon dont j’envisage les
changements apportés aux règlements environnementaux, ce que
l’on appelle la rationalisation, c’est qu’on ne vise pas à abaisser la
norme, mais plutôt de la rendre très claire afin d’éviter qu’il y ait des
lacunes qui permettent à certains d’agir de différentes façons. Cela
vise à améliorer les choses, et non à les empirer.
In this bill, specifically under clause 4(b), there is protection of
sources of drinking water from contamination. I would hope that
Saskatchewan, especially, would get involved in writing the
regulations to make sure that they are strong enough to serve
your purposes. That is not a question I have for you but just a
hope that I have. I respect that you are very concerned with the
situation.
Ce projet de loi, plus particulièrement à l’article 4b), prévoit la
protection des sources d’eau potable contre la pollution. J’espère
que la Saskatchewan, en particulier, participera à l’élaboration
des règlements afin de s’assurer qu’ils sont suffisamment solides
pour répondre à vos objectifs. Ce n’est pas une question que j’ai,
mais plutôt un espoir. Je respecte le fait que vous soyez très
préoccupé de la situation.
My question backtracks a bit. I would like to get your various
perspectives on how the capacity is being built in terms of the
operation of drinking water treatments. You can design a Lincoln
continental when you really need a model T Ford because you
have a very small community without the capacity to do fancy
electronic maintenance. Is there an ability to make sure that the
operators live in the community and understand the needs of the
community; are caring and intelligent enough to be properly
Ma question porte sur un point qui a été discuté
précédemment. J’aimerais connaître vos différentes opinions sur
la manière dont on développe les capacités en matière
d’exploitation des installations de traitement de l’eau potable.
Vous pouvez concevoir une Lincoln continental alors que vous
n’avez besoin que d’une Ford modèle T parce que vous n’avez
qu’une communauté de petite taille qui n’a pas la capacité
d’assurer un entretien électronique hautement perfectionné.
17:32
Aboriginal Peoples
9-5-2012
trained; and will not up and move elsewhere because they have the
training? How do you see that unfolding? I fully believe that
providing the nuts and bolts of the infrastructure is one thing, but
operating and maintaining it is probably more critical to having a
good system going forward. That is what we all want.
Y a-t-il un moyen de s’assurer que les opérateurs habitent dans la
collectivité et qu’ils comprennent les besoins de la communauté;
qu’ils sont assez intelligents et bien intentionnés pour être formés
adéquatement; et qu’ils n’iront pas travailler ailleurs en raison de
leur formation? Comment voyez-vous les choses? Je crois
sincèrement que de fournir les infrastructures est une chose,
mais que l’exploitation et l’entretien de celles-ci sont
probablement plus essentiels pour assurer la qualité du système
à l’avenir. C’est ce que nous voulons tous.
Perhaps each of the regions can briefly comment. Are you
worried? Are we on the right track or do you see that change is
needed?
Peut-être que les représentants de chacune des régions
pourraient nous faire part brièvement de leurs observations.
Êtes-vous préoccupés? Êtes-vous sur la bonne voie ou
pensez-vous que des changements sont nécessaires?
Mr. Morris: To respond generally, when we were looking at
the implementation of our agreements in our home community,
where I served as chief for eight years, my sister Bev said we have
to think about the kind of government we want to put in place.
Do we want to put a government in place that is a ‘‘do for’’
government or do you want a government where we are the ones
responsible for the government. We are not necessarily structured
in the same way as this government, where there is a hierarchy
with someone at the top.
M. Morris : Pour donner une réponse générale, lorsque l’on
parle de mise en œuvre de nos ententes dans notre communauté,
où je suis chef depuis huit ans, ma sœur Bev dit qu’il faut réfléchir
au type de gouvernement que l’on veut mettre en place. Souhaitet-on mettre en place un gouvernement qui donne des ordres ou
souhaite-t-on plutôt un gouvernement dont nous sommes
responsables. Nous ne sommes pas nécessairement structurés de
la même façon que votre gouvernement, qui est hiérarchique et
dirigé par une personne.
My other point is in relation to understanding one of your
comments. In the Yukon some have the view that when we
negotiated our agreements we negotiated a Cadillac but we ended
up with a Volkswagen engine. When you begin to think about
that and understand the significance of what kind of structures we
want to put in place, it is almost like looking at the way we live
our lives daily. We base our lives on self-reliance, being able to be
self-sufficient and being able to do things for ourselves.
Essentially that is what we would hope. Whatever it is we do in
terms of developing any kind of regulations, we hope it instills
within our citizens that when there is a gap we fill it and we have
the capacity to do that. That is a significant part of what we are
working towards putting into place. That will sometimes come at
a cost and we have to be able to absorb that somehow, but aside
from that we need to look at how to create that longevity of
service we strive for.
L’autre élément de ma question a trait à ma compréhension de
l’une de vos observations. Au Yukon, certains sont d’avis que
lorsque l’on a négocié nos ententes, on a négocié une Cadillac,
pour se retrouver au final avec un moteur Volkswagen. Lorsqu’on
commence à y réfléchir et à comprendre l’importance du type de
structure que l’on veut mettre en place, cela représente en quelque
sorte notre façon de vivre au quotidien. Notre vie quotidienne se
fonde sur l’autosuffisance, notre capacité à être autosuffisants et
de faire des choses nous-mêmes. Essentiellement, c’est ce que l’on
espère. Quoi que l’on fasse pour ce qui est d’élaborer quelque type
que ce soit de règlements, nous espérons que cela inspire à nos
citoyens le fait que nous comblons les lacunes et que nous avons la
capacité de le faire. C’est un élément important de ce que nous
tentons de mettre en place. Cela a parfois un coût que nous
devons être en mesure d’absorber, mais à part cela, nous devons
voir comment créer des services à long terme, ce que nous nous
efforçons d’obtenir.
Mr. Latouche: In our region there was huge work done to
make sure all the operators were certified and there were
replacement operators. We also have a good training program,
but there is still a challenge. You ask if we can make sure they
remain in the community. As of now, we are dealing with the
challenge that those people can be targeted by other bodies and
we can lose them. There is still the challenge to find others to take
over. Even if there is a plan on that specific issue, it remains the
challenge that you can miss those people who are in the field who
are doing a very important job.
M. Latouche : Dans notre région, un travail considérable a été
effectué afin de s’assurer que les opérateurs sont certifiés et que
des remplaçants sont disponibles. Nous avons aussi un bon
programme de formation, mais c’est toujours un défi. Vous avez
demandé s’il était possible de s’assurer qu’il reste dans la
communauté. À l’heure actuelle, nous devons faire face au fait
que ces gens peuvent être ciblés par d’autres organisations et que
nous sommes susceptibles de les perdre. Nous sommes toujours
faire face au défi d’avoir à en trouver d’autres pour reprendre le
flambeau. Même s’il existe un plan pour répondre à ce besoin
précis, il n’en reste pas moins que l’on peut manquer de gens dans
ce domaine, dont le travail est très important.
Mr. Paul: I would say that the key is building capacity. The
water operators we have dealt with are very committed to their
jobs in spite of very low wages in some cases and sometimes great
M Paul : Je dirais que la clé, c’est le développement des
capacités. Les opérateurs de réseaux d’adduction d’eau que nous
connaissons sont déterminés à faire leur travail malgré les salaires
9-5-2012
Peuples autochtones
17:33
uncertainty in terms of their employment year over year. In many
communities these are dedicated people in the community who
will stick it out for the long haul. The way forward is to really
develop our capacity in terms of the development of this job as a
real career for people, provide quality training, education and
ongoing long-term career educational development as things
change over time.
relativement bas, dans certains cas, et une grande incertitude
quant à la stabilité de leur emploi année après année. Dans un
grand nombre de communautés, il s’agit de gens dévoués de la
communauté qui souhaitent y rester à long terme. La solution
d’avenir, c’est de développer véritablement notre capacité pour
faire de ce travail une véritable carrière, fournir une formation de
qualité, et offrir de la formation permanente à long terme afin de
refléter l’évolution des choses.
In terms of retention, if we look at creating these different
oversight and management structures it will pull everyone’s
standard up in terms of trying to do a fantastic job, whether they
are in a community of 100 or 3,000. Creating that pride in a career
as a water operator weighs against going to work in the tar sands
in Alberta. All the water operators are currently being sucked into
the vortex in Fort McMurray. From the Atlantic region, we have
enough people who go to Fort McMurray in Alberta already.
Pour ce qui est du maintien en poste, envisager de mettre en
place ces structures de contrôle et de gestion permettra d’élever la
barre pour permettre à tout le monde de faire un excellent travail,
que l’on soit dans une communauté de 100 membres ou de
3 000 membres. Il faut que le métier d’opérateur de réseaux
d’adduction d’eau soit source de fierté pour pouvoir concurrencer
des carrières dans les sables bitumineux en Alberta. Tous les
opérateurs sont actuellement aspirés par le vortex de Fort
McMurray. Dans la région de l’Atlantique, nous avons déjà
trop de gens qui s’en vont à Fort McMurray, en Alberta.
We are working on strategies to keep our people back in the
eastern part of Canada. The focus should be on core training,
development, certification, and extra pools for backup operators.
Another component that we are working on is in relation to the
communities around us, which are some of the municipalities or
some of the other larger entities that exist, to also give career
opportunities to Aboriginal people. I sometimes wonder why an
Aboriginal person is not working at the Halifax Water
Commission, which has hundreds of employees.
Nous élaborons actuellement des stratégies afin d’inciter nos
membres à rester dans l’Est du Canada. On devrait accorder la
priorité à la formation de base, au perfectionnement, à la
certification et à la création de bassins supplémentaires comme
renfort. Un autre élément auquel nous travaillons a trait aux
communautés qui nous entourent, à savoir les municipalités ou
entités plus larges qui existent, pour offrir des possibilités de
carrière aux peuples autochtones. Je me demande parfois
pourquoi aucun Autochtone ne travaille à la Commission de
l’eau de Halifax, qui compte des centaines d’employés.
The water operator position should be a career where someone
will stick it out for not just a year, not just 3 or 5, but 10 or
20 years, and really develop the job. As unrecognized as some of
the water operators believe they are, they want a fair wage and
they want recognition for the important job that they do in the
community.
Le métier d’opérateur de réseaux d’adduction d’eau devrait
être une carrière que l’on adopte non pour un an, trois ans, ou
cinq ans, mais pour 10 ou 20 ans, et il nous faut développer ce
métier. Malgré le fait que certains opérateurs pensent que leur
métier n’est pas reconnu, ils demandent un bon salaire et veulent
être reconnus pour l’importance du travail qu’ils font dans la
communauté.
Mr. Redman: In Saskatchewan, through the process of
recognition of meaningful consultation, we could probably
work on the concerns, address the issues and highlight areas on
which we need to focus, such as more training. Of course, we need
adequate funding to provide the resourcing and we need to
identify the source of the resourcing, but ultimately we can also
talk about the whole issue of the recognition of riparian rights for
First Nations. That has to be addressed. It cannot be given up
through legislation. The position for First Nations riparian rights
for the bands that have not signed treaties with Canada still exists
through the declaration of indigenous rights legislation, which is
recognized throughout the world.
M. Redman : En Saskatchewan, au moyen du processus de
reconnaissance de consultation significative, on pourrait
probablement travailler à répondre aux préoccupations, à traiter
des questions et des domaines clés auxquels on doit porter une
attention particulière, comme la nécessité d’offrir davantage de
formation. Bien entendu, il nous faut des fonds adéquats pour
fournir les ressources nécessaires et nous devons établir la source
de ces ressources, mais on peut aussi au final parler de toute la
question de la reconnaissance des droits de riverains pour les
Premières nations. Il faut traiter de cette question. On ne peut y
renoncer au moyen de lois. La position pour les droits de riverain
des Premières nations pour les bandes qui n’ont pas signé de
traités avec le Canada existe toujours par l’intermédiaire de la
Déclaration des droits des peuples autochtones, qui est reconnue
partout dans le monde.
If you consider the United States and how much control they
have with the First Nations in relation to their water sources,
there is international recognition of those laws. We need to be
more inclusive in relation to the initial consultations instead of
Si l’on prend l’exemple des États-Unis et du degré de contrôle
que les Premières nations exercent en ce qui a trait à leurs sources
d’eau, ces lois sont reconnues sur le plan international. Nous devons
être davantage englobants en ce qui a trait aux consultations
17:34
Aboriginal Peoples
9-5-2012
having a top-down approach. Through that meaningful
consultation, the issues will come out and the recommendations
will come forward on how we can better source the lack of
funding we have right now. Through meaningful consultation
there could be potential for adequate funding. We just need to sit
with the First Nations and discuss that. A lot of our First Nations
have not been involved in the discussion on this bill. That is one of
the other reasons for our strong opposition to the bill.
initiales plutôt que d’avoir une approche descendante. Grâce à une
véritable consultation, ces questions seront soulevées et des
recommandations seront formulées sur la manière dont on peut
résoudre le problème du manque de financement que nous
connaissons à l’heure actuelle. Une véritable consultation offrirait
la possibilité d’obtenir un financement adéquat. Il faut simplement
s’asseoir avec les Premières nations pour en discuter. Un grand
nombre de nos Premières nations n’ont pas participé au débat de ce
projet de loi. C’est là une autre raison pour laquelle nous nous y
opposons fermement.
Senator Brazeau: I must say we have been at this for quite some
time and I have to admit that I am a bit surprised and confused
this morning. We have heard a lot of talk about lack of
consultation, or perhaps it is a perceived lack of consultation.
We have also heard many of you say ‘‘Show me the money.’’
Where are the resources that are going to be able to afford waste
water systems and whatnot?
Le sénateur Brazeau : Je dois dire que nous travaillons sur ce
projet de loi depuis un certain temps et je dois bien admettre que
je suis quelque peu surpris et perplexe par ce que j’entends ce
matin. On a beaucoup entendu parler du manque de consultation,
ou plutôt de l’impression qu’il y a eu un manque de consultation.
Par ailleurs, un grand nombre d’entre vous nous ont dit : « Où est
l’argent? » Où sont les ressources qui vont nous permettre de nous
doter de réseaux de traitement des eaux usées, et cetera?
I do not wish to go back and give a history lesson, but it was in
2006 when this all began under the former minister, Mr. Prentice.
We are now in 2012. Six years have gone by and there is still no
clean water in most of Canada’s First Nations communities. Yet,
at the end of this year, close to $2.5 billion will have been spent on
this. I am a bit surprised when I hear there was no consultation
when the fact remains that for six years there have been ongoing
discussions between departments and willing First Nations
communities. As a First Nations person, I am a bit taken aback
when I hear that there has been no consultation and we did not
participate, but the offer was always there on the table and money
was always there on the table. I think that is doing a disservice to
First Nations citizens because all we want at the end is clean and
safe drinking water.
Je ne veux pas vous donner de leçon d’histoire, mais tout a
commencé en 2006 sous l’ancien ministre, M. Prentice. Nous
sommes à présent en 2012. Six années se sont écoulées et il n’y a
toujours pas d’eau potable dans la plupart des communautés des
Premières nations du Canada. Pourtant, à la fin de cette année,
près de 2,5 milliards de dollars auront été dépensés dans ce
dossier. Je suis quelque peu surpris d’entendre qu’il n’y a pas eu
de consultation alors qu’en fait, pendant six ans, il y a eu des
discussions continues entre les ministères et les communautés des
Premières nations désireuses de participer au processus. En tant
que membre des Premières nations, je suis quelque peu surpris
d’entendre dire qu’il n’y a pas eu de consultation et que nous
n’avons pas participé, alors que l’offre a toujours été disponible,
de même que les fonds nécessaires. Je pense que cela va à
l’encontre de l’intérêt des citoyens des Premières nations, car ce
que nous voulons tous, au bout du compte, c’est d’avoir accès à
une eau potable de qualité.
We have also heard commentary about ‘‘there is no money
attached to this bill.’’ I would like to know, because usually it is
through the development of regulations where the negotiation
takes place with the department so that, First Nations
communities will be able to pan out what their needs will be
and attach a dollar sign to that. That is where the negotiation
takes place.
On a aussi souvent entendu dire que ce projet de loi ne prévoyait
pas de financement. J’aimerais savoir, car habituellement c’est
pendant l’élaboration des règlements que les négociations ont lieu
avec le ministère, afin que les communautés des Premières nations
soient en mesure de faire connaître leurs besoins et indiquer le
montant des fonds nécessaires. C’est là que se produisent les
négociations.
Having said that, I do not think it is because bills are being
introduced here, but if anyone knows of any piece of legislation
with the First Nations people with an attached budget to it I
would like to hear it.
Cela étant dit, je ne pense pas que cela ait trait au fait que les
projets de loi sont présentés ici, mais si quelqu’un a connaissance
d’une loi concernant les Premières nations qui soit associée à un
budget, j’aimerais bien en entendre parler.
The Chair: I am going to recommend Mr. Paul because he has
been in negotiations with the government, as Quebec. Maybe you
would like to respond to that, sir.
Le président : M. Paul a participé aux négociations avec le
gouvernement au Québec et serait le mieux en mesure de
répondre. Peut-être voudriez-vous répondre, monsieur.
Mr. Paul: I guess there has been a lot of discussion over this
past time. I think that part of the work that we have been focused
on in the last couple of years is doing our own due diligence to
M. Paul : Il y a eu beaucoup de discussion ces derniers temps.
Ces deux ou trois dernières années, nous nous sommes concentrés
sur la diligence raisonnable pour acquérir l’expertise et les
9-5-2012
Peuples autochtones
17:35
create the expertise and the evidence for our community to make
an informed decision on where the future will be and have
accurate data in terms of what the governance should be, how
operators should operate, as well as the most accurate
information about costing that we can develop.
données probantes dont notre collectivité a besoin pour prendre
des décisions éclairées sur son avenir, ainsi que sur la
gouvernance, l’exploitation et les coûts.
As you said, looking at the regulatory regime is dollars, at the
end of the day, in terms of those actual details of what the regime
will cost, depending on where they fit. It will have a price tag
attached to it. We have undertaken to try to get more clarity on
exactly what that will be. At the end of the day, communities are
committed to provide safe drinking water for their citizens.
Whatever it is, at the end of the day, it will have to be paid. It does
not matter who ends up paying in some cases. The community
ends up having to provide that basic service, which it has provided
to date and I believe will provide for as long as I can think.
Comme vous l’avez indiqué, le régime réglementaire, ce sont les
coûts. C’est en prenant connaissance des détails de la
réglementation qu’on peut en établir les coûts. Les règlements
entraînent des dépenses. Nous avons entrepris d’obtenir plus de
précisions sur les coûts. Ce sont les localités qui doivent fournir de
l’eau potable à leurs citoyens. En dernière analyse, quelqu’un
devra assumer les coûts. Dans certains cas, peu importe qui finit
par payer. La localité est celle qui doit fournir ce service de base,
comme elle l’a fait jusqu’à ce jour et continuera de le faire.
The greater accuracy of the process, the regulation and the
financial costing will help both First Nations governments and
the federal government to really figure out, at the end of the day,
what will be the number to fix it and to operate it so that it works
for the next 20 or 30 years. I think that has always been our focus,
namely, to look at it for 20 or 30 years into the future and what
you need to do to make sure that people get safe water.
Si le processus, la réglementation et l’établissement des coûts sont
précis, cela aidera autant les gouvernements des Premières nations
que le gouvernement fédéral à déterminer combien il en coûtera
pour la réfection des installations et leur fonctionnement sur 20 ou
30 ans. Nous nous sommes concentrés sur ce qu’il faut faire pour
que tous aient de l’eau potable pour les 20 ou 30 prochaines années.
Senator Brazeau: I totally agree with you but my point is that
we will not get to that point in terms of starting to negotiate the
dollar figures of what is actually needed until this legislation is
passed and the drafting of the regulations start.
Le sénateur Brazeau : Je suis entièrement d’accord avec vous,
mais on ne pourra commencer à négocier les sommes qui seront
versées tant que la loi n’aura pas été adoptée et que la rédaction
des règlements n’aura pas commencé.
Ms. C. Paul: You said you were — and I cannot remember the
exact word — discouraged about what you are hearing today on
saying show us the money.
Mme C. Paul : Vous avez dit être « découragé » — j’ai oublié
le mot que vous avez employé — de nous entendre demander où
est l’argent?.
Senator Brazeau: Confused.
Le sénateur Brazeau : Perplexe.
Ms. C. Paul: Sorry, confused. History has shown that we go to
the table and act in good faith. We are where we are today
because of that. We have been to every engagement. We are going
in good faith but we also have to have good faith from the
government and not just say let us do this regime and then find
out there is not money. We have to go back to our First Nations
citizens as leaders to say that we have failed. This has happened
over and over in the history.
Mme C. Paul : Désolée, perplexe. L’histoire a prouvé que nous
négocions de bonne foi. Si nous sommes là où nous en sommes
aujourd’hui, c’est grâce à cela. Nous avons participé à toutes les
discussions. Nous sommes de bonne foi, mais nous devons aussi
avoir foi dans le gouvernement; nous ne pouvons accepter qu’il
nous impose un régime réglementaire sans nous accorder des
ressources financières. Nous, les dirigeants autochtones, devrons
dire à nos citoyens que nous avons échoué. Cela s’est produit trop
souvent dans le passé.
You are an Aboriginal person, you said, and this has
happened; this is our history. We need to have a change. A true
partnership is working together and not being held to say, ‘‘You
have to accept this and maybe money will come.’’ We cannot keep
working like that.
Vous êtes Autochtone et vous savez que cela s’est produit dans
le passé : cela fait partie de notre histoire. Il faut que ça change.
Dans un véritable partenariat, on travaille ensemble et on ne se
fait pas dire : « Vous devez accepter ça, peut-être qu’un peu plus
tard, nous vous donnerons de l’argent. » Nous ne pouvons plus
travailler ainsi.
Senator Brazeau: I have to respond to that very quickly. I
cannot disagree with you. However, my point is again — and I
guess my comments were not necessarily directed at the APC
because I know you have participated for quite a number of years
— for those who said there was no consultation. In the previous
iteration of this bill there were three main recommendations that
came from Aboriginal witnesses, three of which have been
Le sénateur Brazeau : Je me sens tenu de vous répondre, très
rapidement. Je suis plutôt d’accord avec vous. Mes remarques ne
s’adressaient pas directement à l’APC, car je sais que vous participez
aux discussions depuis déjà plusieurs années, mais plutôt à ceux qui
ont affirmé qu’il n’y avait pas eu de consultation. Dans le cadre des
consultations sur les versions précédentes de ce projet de loi, des
témoins autochtones ont formulé trois grandes recommandations
17:36
Aboriginal Peoples
9-5-2012
addressed in this bill. However, we still see some opposition and
lack of consultation. I would argue that the fact that amendments
have been brought to this piece of legislation demonstrates that
there has been consultation because we listened to a lot of the
recommendations that came in.
qui ont été incluses dans cette version-ci, mais certains s’y opposent
et prétendent qu’il n’y a pas eu de consultation. Selon moi, le fait
que des amendements ont été apportés à cette mesure législative
prouve qu’il y a eu des consultations et que nous avons donné suite
aux recommandations découlant de ces consultations.
We can talk about money; we can talk about dollar figures all we
want. However, until this bill is passed and the commencement of
the drafting of regulations takes place, we will not get anywhere. If
people still oppose this piece of legislation, for whatever reason —
lack of consultation, there is no money attached, there is no
guarantee — all I can say, and as you very well know, the minister
has committed that there will be ongoing funding for this. I do not
think that any government that wants to bring clean and safe
drinking water, regardless of political stripe or colour, would initiate
a system to fail. All I am suggesting is that we need to get to the
drafting of the regulations to get to the point where we all want to
be. That, I am sure, you can agree with.
Nous pouvons parler d’argent, lancer toutes sortes de chiffres,
cela ne change rien au fait que, tant que ce projet de loi n’est pas
adopté et que la rédaction du règlement n’aura pas commencé, ces
discussions sont inutiles. À ceux qui s’opposent encore au projet
de loi pour quelques raisons — il n’y a pas eu de consultation,
aucune somme n’est prévue pour l’application de la loi, il n’y a
pas de garantie — tout ce que je peux dire, c’est que, comme vous
le savez pertinemment, le ministre s’est engagé à prévoir un
financement continu pour cette mesure. Je ne crois qu’il y ait un
gouvernement, quel que soit le parti qui le constitue, qui, voulant
garantir l’approvisionnement en eau potable, mettrait en place un
système voué à l’échec. Je dis simplement qu’il faut que le
règlement soit en voie d’élaboration pour que nous puissions
régler ces questions. Je suis sûr que vous en conviendrez.
Mr. Latouche: Senator Brazeau, basically what you said is our
position. Yes, there was consultation. We do not fully agree about
the way that consultation was done; there are some issues about
that. There was investment as well. We know that there is a gap,
but we feel that all this can be addressed at the next step. We want
to be involved in the regulations work that has to be done. We
want to be consulted and we think that all those issues can be
addressed at this step.
M. Latouche : Sénateur, vous venez essentiellement de décrire
notre position. Oui, il y a eu des consultations. Nous ne sommes
pas entièrement satisfaits de la façon dont les consultations ont
été menées; cela soulève quelques questions. Il y a aussi eu des
investissements. Nous savons qu’il y a un écart, mais nous
estimons que cela peut être réglé à la prochaine étape. Nous
voulons participer à l’élaboration de la réglementation. Nous
voulons être consultés et nous estimons que toutes ces questions
pourraient être réglées à ce moment-là.
The Chair: I have on the second round Senator Patterson who
had a short question. We have to clear this room in three minutes.
Le président : J’ai sur ma liste d’intervenants le sénateur
Patterson qui a une courte question à poser. Nous devons quitter
la salle dans trois minutes.
Senator Patterson: I must say that I was dismayed by the
comments of Chief Redman, and the lack of trust that this bill
was produced at the request of First Nations in any consultations
with them. I am not aware of any consultations with industry
whatsoever, although you may believe that is taking place behind
the scenes.
Le sénateur Patterson : J’ai été consterné par les remarques du
chef Redman, et la méfiance que suscite ce projet de loi qui,
pourtant, a été présenté à la demande des Premières nations et en
collaboration avec elles. Pour autant que je sache, il n’y a pas eu
de consultations de l’industrie, mais peut-être pensez-vous qu’il y
en a eu en coulisse.
You talked about the problem of oil-based sealants in holding
tanks and you said that we need to regulate that. This bill will
allow for the development of regulations in consultation with
First Nations. That is now in the preamble. It was not there
before. Since you have made a clear case for improved standards,
regulation and protection of source water is not the best way to
move forward to create a statute that will allow you to participate
in the development of these regulations?
Vous avez évoqué le problème des scellants à l’huile dans les
réservoirs, problème qui doit être réglementé, selon vous. Le
projet de loi prévoit l’élaboration de règlements en collaboration
avec les Premières nations. Cela figure maintenant dans le
préambule, ce qui n’était pas le cas auparavant. Vous avez
réclamé de meilleures normes, réglementation et protection des
sources d’approvisionnement en eau. La meilleure façon
d’atteindre cet objectif n’est-elle pas d’adopter une loi qui vous
permettrait de participer à l’élaboration de ces règlements?
Mr. Redman: That is a good point. I agree with that. However,
that is one point. Look at the existing policies right now in the
provincial government. They are still grandfathering clauses
where they waive heritage impact assessments and they are
waiving environmental impact assessments on expansion projects.
M. Redman : Oui, en effet. Vous avez raison. Toutefois, ce
n’est qu’un élément. Il suffit de penser aux politiques actuelles du
gouvernement provincial. Certaines dispositions reconnaissent les
droits acquis, ce qui permet d’éviter l’évaluation des incidences
sur le patrimoine et l’évaluation environnementale des projets
d’agrandissement.
9-5-2012
Peuples autochtones
17:37
There are no assurances right now that the First Nations will
be included in monitoring or recommending any legislative
changes. There is no commitment there. I may be a little biased;
I kind of lean toward guiding principles because it gives me
assurance that there are points with which I am comfortable and
we can have dialogue with our First Nations and communities.
Rien ne garantit à l’heure actuelle que les Premières nations
seront incluses dans la surveillance ou dans la modification des
dispositions législatives. Il n’y a aucun engagement. Je manque
peut-être un peu d’objectivité, mais je préfère qu’il y ait des
principes directeurs, car cela me garantit un certain niveau de
confort et un dialogue avec nos Premières nations et collectivités.
Research is currently being done that proves the negative effect
of waste on humans. In the valley, permits are being issued to dump
millions of litres of waste into the system. That is impacting the
biological structure and jeopardizing animals on the protected list.
Our community is between two lakes, and the impacts are great.
Des études sont en cours qui prouvent les effets néfastes des
eaux usées sur les humains. Dans la vallée, on accorde des permis
pour le rejet de millions de litres d’eaux usées dans le système.
Cela a une incidence sur la structure biologique et met en péril des
animaux figurant sur la liste des espèces protégées. Notre
collectivité vit entre deux lacs et est très touchée.
All First Nations are looking out for their best interests, but we
need to have a say in what affects those interests and how that is
implemented. There must be recognition of our riparian rights.
There must be recognition that the Dakota nation has not signed
a treaty and that we helped to create and defend this country.
Les Premières nations ne font que défendre leurs intérêts; nous
devons avoir voix au chapitre concernant tout ce qui touche nos
intérêts. Nous exigeons qu’on reconnaisse nos droits de riverains.
Nous demandons qu’on reconnaisse que la nation Dakota n’a pas
signé de traité et que nous avons contribué à créer et à défendre
ce pays.
The Chair: Thank you, Mr. Redman.
I want to thank all of you for your presentations and your
answers.
Before you leave, Mr. Redman, I want to ask you if potash is
affecting the aquifers.
Le président : Merci, monsieur Redman.
Je vous remercie tous de vos exposés et de vos réponses.
Avant que ne partiez, monsieur Redman, je voudrais vous
parler de la potasse et de ses effets sur les aquifères.
The committee is adjourned until tomorrow evening.
La prochaine réunion aura lieu demain soir. La séance est levée.
(The committee adjourned.)
(La séance est levée.)
OTTAWA, Wednesday, May 9, 2012
OTTAWA, le mercredi 9 mai 2012
The Standing Senate Committee on Aboriginal Peoples, to
which was referred Bill S-8, An Act respecting the safety of
drinking water on First Nation lands, met this day at 6:45 p.m. to
give consideration to the bill.
Le Comité sénatorial permanent des peuples autochtones se
réunit aujourd’hui, à 18 h 45, pour poursuivre son examen du
projet de loi S-8, Loi concernant la salubrité de l’eau potable sur
les terres des Premières Nations.
Senator Gerry St. Germain (Chair) in the chair.
[English]
Le sénateur Gerry St. Germain (président) occupe le fauteuil.
[Traduction]
The Chair: Good evening and welcome honourable senators
and members of the public who are watching this meeting of the
Standing Senate Committee on Aboriginal Peoples on CPAC or
on the web. I am Senator St. Germain, from British Columbia,
and I have the honour of chairing this committee.
Le président : Bonsoir. Bienvenue à tous les honorables sénateurs
et aux membres du public qui suivent cette séance du Comité
sénatorial permanent des peuples autochtones sur la chaîne CPAC
ou sur le web. Je suis le sénateur Gerry St. Germain, je viens de la
Colombie-Britannique, et j’ai l’honneur de présider le comité.
The mandate of this committee is to examine proposed
legislation and matters relating to the Aboriginal people of
Canada generally. Today, we will continue to hear testimony
relating to Bill S-8, An Act respecting the safety of drinking water
on First Nation lands.
Notre mandat consiste à étudier les mesures législatives et
d’autres questions qui se rapportent aux peuples autochtones du
Canada en général. Nous poursuivons aujourd’hui notre étude en
écoutant des témoignages sur le sujet du projet de loi S-8,
Loi concernant la salubrité de l’eau potable sur les terres des
Premières nations.
Although water and waste water operations and systems are
generally the responsibility of provincial and territorial
governments, responsibility for drinking water on reserve is
shared between the federal government and the First Nations.
Federally, three departments are primarily responsible for delivering
Bien que les réseaux d’eau et d’eaux usées ainsi que leur gestion
relèvent généralement des gouvernements provinciaux et
territoriaux, l’approvisionnement des réserves en eau potable
relève du gouvernement fédéral et des Premières nations. Au
gouvernement fédéral, l’approvisionnement des réserves en eau
17:38
Aboriginal Peoples
9-5-2012
safe drinking water on reserve: Aboriginal Affairs and Northern
Development Canada, Health Canada and Environment Canada.
First Nations communities, through their chief and council, are
responsible for the design, operation and maintenance of their water
systems, for which they assume 20 per cent of the costs.
potable salubre relève principalement de trois ministères : Affaires
autochtones et Développement du Nord Canada, Santé Canada
et Environnement Canada. Les collectivités des Premières
nations, par l’intermédiaire de leurs chefs et leurs conseils, sont
chargées de concevoir, de construire, d’exploiter et d’entretenir
leurs réseaux d’alimentation en eau, dont elles assument 20 p. 100
des coûts.
This evening, we will hear from witnesses from the Union of
British Columbia Indian Chiefs and the Mohawk Council of
Akwesasne.
Ce soir, nous entendrons des témoins de l’Union of British
Columbia Indian Chiefs et du Conseil des Mohawks d’Akwesasne.
[Translation]
Before we hear from our witnesses, I would like to introduce
the members of the committee here this evening.
[English]
[Français]
Avant d’entendre nos témoins, j’aimerais présenter les
membres du comité présents ce soir.
[Traduction]
On my left is Senator Lillian Dyck, deputy chair of the
committee, from the province of Saskatchewan. Next to
Senator Dyck is Senator Lovelace Nicholas from the province of
New Brunswick. Next to her is Senator Hubley from the province
of Prince Edward Island. On my right is Senator Tkachuk from the
province of Saskatchewan. Next to him is Senator Percy Mockler
from the province of New Brunswick. Next to Senator Mockler is
Senator Raine from British Columbia. Next to her is Senator
Demers. Last, but definitely not least, from the province of Ontario,
we have Senator Don Meredith.
À ma gauche, le sénateur Lillian Dyck, de la Saskatchewan,
vice-présidente du comité. À côté du sénateur Dyck se trouve le
sénateur Lovelace Nicholas, du Nouveau-Brunswick. À côté
d’elle se trouve le sénateur Hubley, de l’Île-du-Prince-Édouard.
À ma droite se trouvent le sénateur Tkachuk, de la Saskatchewan,
le sénateur Percy Mockler, du Nouveau-Brunswick, le sénateur
Raine, de la Colombie-Britannique, le sénateur Demers, puis, le
dernier, mais certainement pas le moindre, le sénateur
Don Meredith, de l’Ontario.
Members of the committee, would you please join me in
welcoming our witnesses: Chief Robert Chamberlin, Vice-President
of the Union of British Columbia Indian Chiefs; and from the
Mohawk Council of Akwesasne, Grand Chief Michael Mitchell,
Chief John Adams, and James Ransom, Director.
Chers collègues, veuillez vous joindre à moi pour accueillir nos
témoins : le chef Robert Chamberlin, vice-président de l’Union of
British Columbia Indian Chiefs, et, du Conseil des Mohawks
d’Akwesasne, le grand chef Michael Mitchell, le chef John Adams
et James Ransom, directeur.
Witnesses we look forward to your presentations. We would
like you to keep them as concise and as precise as possible to
allow time for honourable senators to put questions to you in
relation to your presentations and to the issue generally before us.
Je souhaite la bienvenue à nos témoins. Nous sommes
impatients d’entendre vos exposés. Nous vous demandons d’être
aussi concis et précis que possible, de sorte que les sénateurs
puissent avoir le temps de vous poser des questions se rapportant
à vos exposés et au sujet que nous examinons aujourd’hui.
Without further ado, I am sort of partial to the West, as much
as I have always liked you, Grand Chief Mitchell. Have you
decided between you who should go first? He goes first? Robert
Chamberlin, go ahead sir.
Commençons sans plus tarder. J’ai un certain penchant vers
l’Ouest, même si je vous ai toujours apprécié, grand chef Mitchell.
Avez-vous décidé entre vous qui commence? C’est Robert
Chamberlin qui commence? Eh bien, allez-y, monsieur.
Chief Robert Chamberlin, Vice-President, Union of British
Columbia Indian Chiefs: I would like to open my participation
with a prayer song. It talks of reaching to the other side, to the
spirit world, for assistance so that our lives are of greater purpose
and so that we see a better future for our children. I think, in all
the work that we do in leadership for First Nations and in your
role as senators, this is the essence of what we try to do and work
towards — to see what is best for the future.
Chef Robert Chamberlin, vice-président, Union of British
Columbia Indian Chiefs : J’aimerais commencer par une prière
chantée. Avec cette prière, on implore l’autre côté, le monde
spirituel, de nous venir en aide afin que nos vies aient un meilleur
sens et que nos enfants aient un meilleur avenir. Je crois que, dans
tous nos efforts de leadership pour les Premières nations et dans
votre rôle de sénateurs, c’est l’essence même de ce que nous
tentons de faire, ce que nous visons : voir ce qu’il y a de mieux
pour l’avenir.
I will magically turn this into a drum.
Je vais, par magie, transformer ceci en un tambour.
[The witness sang in his native language.]
[Le témoin chante dans une langue autochtone.]
9-5-2012
Peuples autochtones
17:39
I am the elected chief of the Kwicksutaineuk-ah-kwaw-ah-mish
First Nation of Gilford Island. I am here in my capacity as
Vice-President of the Union of British Columbia Indian Chiefs. I
have asked you all to hear the words that I am speaking from my
heart on behalf of our people and on behalf of the all the
First Nations in British Columbia. The Union of British Columbia
Indian Chiefs was created in 1969. We have been at the forefront of
a charge for a fair and just settlement of the land question in British
Columbia.
Je suis le chef élu de la Première nation Kwicksutaineuk-ahkwaw-ah-mish de l’île Gilford. Je suis ici en ma qualité de
vice-président de l’Union of British Columbia Indian Chiefs. J’ai
demandé à ce que vous entendiez tous les mots qui me viennent du
coeur et que je prononce au nom de mon peuple, et de toutes les
Premières nations de la Colombie-Britannique. L’Union of
British Columbia Indian Chiefs a été créée en 1969. Nous avons
été au premier rang de la lutte pour le règlement juste et équitable
de la question des terres en Colombie-Britannique.
Today, we have 104 First Nations as members. I think this is a
significant number in British Columbia and a significant number
nationally as well. We have previously presented. I have been here
before, and I will speak largely on the same topics. I want to advise
you that we will speak of the Constitution of Canada. We are also
going to speak about the Supreme Court of Canada and its rulings.
We will also make reference to the UN Declaration on the Rights of
Indigenous People. I outline these at the outset so that we can see
the seriousness of what we are basing our discussions on as First
Nations. These are not simple policies; they are things that define
this country and, within that context, define your role as senators
within the democracy that we find in Canada. I implore you to
reach inside yourselves to ensure that you step up and fulfil your
role in the broadest possible sense and hear what it is that First
Nations are bringing to your attention today.
Aujourd’hui, nous avons 104 Premières nations membres.
Je crois que ce nombre est appréciable pour la ColombieBritannique et appréciable aussi pour l’ensemble du pays. Nous
avons témoigné auparavant. J’ai déjà été ici, et je parlerai
essentiellement des mêmes sujets. Je vous préviens que nous
parlerons de la Constitution du Canada. Nous parlerons de la
Cour suprême du Canada et de ses décisions. Nous ferons
également allusion à la Déclaration des Nations Unies sur les
droits des peuples autochtones. Je le précise dès le départ pour que
nous puissions établir le caractère sérieux de ce sur quoi nous, les
Premières nations, fondons nos discussions. Ce ne sont pas de
simples politiques; ce sont des choses qui définissent notre pays et,
dans ce contexte, définissent votre rôle de sénateurs au sein d’un
Canada démocratique. Je vous supplie d’aller au plus profond de
vous pour vous assurer que vous vous acquittez de votre rôle dans
son sens le plus large, et entendez ce que les Premières nations
vous disent aujourd’hui.
I will also make reference to the expert panel that toured
Canada a number of years ago, a well-resourced effort by the
federal government to gather information relating to the
conditions of water and to gather First Nations input on a way
forward. I will talk of the pre-conditions. I will also speak of the
Assembly of First Nations’ First Nations Water Technical
Advisory Group, which I participated in for about three years,
on behalf of the BCAFN. I will also speak of the experience of the
Kwicksutaineuk-ah-kwaw-ah-mish people of Gilford Island and
the challenges we faced in securing safe drinking water. We
enjoyed a do-not-consume order for 10 years. That is a shame, in
this day and age, within Canada. The Union of British Columbia
Indian Chiefs has a resolution that causes me to be in front of you
today. Resolution 2010-36 called for abandonment of Bill S-11 in
its current form. I know that we are here today to speak of
Bill S-8, but, with such minute changes in the bill, the issues are
largely the same. It must be severely amended, as the Union has
pointed out a number of times, so that it does not infringe on the
Aboriginal title and rights of First Nations of British Columbia
and of Canada at large. It is so flawed that we feel it needs to be
scrapped, and we need to go back to the drawing board. With the
majority that Prime Minister Stephen Harper enjoys, it is within
his grasp to do what is right, and I implore all of you to assist him
in striking down this bill.
Je parlerai aussi du groupe d’experts qui a fait le tour du
Canada il y a un certain nombre d’années, un effort auquel le
gouvernement fédéral a consacré bien des ressources pour
recueillir des renseignements sur la qualité de l’eau et obtenir le
point de vue des Premières nations sur la voie à suivre. Je parlerai
des conditions préalables. Je parlerai aussi du Groupe consultatif
technique sur l’eau, de l’Assemblée des Premières Nations, auquel
j’ai participé pendant à peu près trois ans au nom de l’APN de la
Colombie-Britannique. Je parlerai aussi de ce qu’a vécu le peuple
Kwicksutaineuk-ah-kwaw-ah-mish de l’île de Gilford et des
difficultés que nous avons eues à obtenir de l’eau potable. Nous
avons vécu 10 ans d’ordonnance de non-consommation. Au
Canada, de nos jours, c’est une honte. L’Union of British
Columbia Indian Chiefs a une résolution qui m’amène devant
vous aujourd’hui, la résolution 2010-36 qui réclame l’abandon du
projet de loi S-11 sous sa forme actuelle. Je sais que nous sommes
ici pour parler du projet de loi S-8, mais, à de très petites
différences près, les questions abordées dans ces deux textes de loi
sont essentiellement les mêmes. Comme l’union l’a déclaré à
plusieurs reprises, le projet de loi doit être considérablement
modifié de sorte qu’il n’empiète pas sur les titres et les droits
ancestraux des Premières nations de la Colombie-Britannique et
du Canada dans son ensemble. Il laisse tellement à désirer qu’à
notre avis, il doit être annulé et réécrit entièrement. Avec son
gouvernement majoritaire, le premier ministre Stephen Harper a
la possibilité de faire ce qui est juste, et je vous implore de l’aider à
invalider ce projet de loi.
17:40
Aboriginal Peoples
9-5-2012
We understand that this bill was introduced on February 29, and
we had hoped that it would have incorporated the recommendations
that came out of Bill S-11. Sadly, they are missing.
Le projet de loi a été déposé le 29 février, et nous espérions qu’il
incorporerait les recommandations qui ont découlé du projet de
loi S-11. Hélas, elles ne s’y trouvent pas.
I want to deliver a clear message to the Senate committee that
we are not headed in the right direction with Bill S-8, and we
absolutely need to start over. You must realize that there are zero
guarantees that First Nations could meet regulations that would
be developed under the bill without adequate guaranteed
capacity. This is an item clearly found in the report that the
expert panel delivered to Canada. Further, the bill infringes upon
constitutionally protected Aboriginal title rights and treaty rights,
fails to recognize First Nation authority or jurisdiction and does
not provide for accountability to First Nations, the very people
the bill is supposed to help. The problems that we find with
drinking water in Canada are not due to a lack of legislation but
to a lack of adequate resourcing from the federal government to
make the necessary changes to deliver safe drinking water.
In 2012, safe drinking water for First Nations in Canada should
not be an issue.
Je veux vous signifier clairement que nous n’allons pas du tout
dans le bon sens avec le projet de loi S-8, et que nous devons
absolument tout recommencer. Vous devez vous rendre compte
qu’il n’est pas du tout garanti que les Premières nations puissent
respecter des règlements élaborés en vertu du projet de loi sans
une garantie de capacités adéquates. Cela est clairement dit dans
le rapport du groupe d’experts. De plus, le projet de loi empiète
sur les titres et les droits ancestraux, et les droits issus de traités,
qui sont protégés par la Constitution; il ne reconnaît pas l’autorité
et la compétence des Premières nations et ne prévoit pas
l’obligation de rendre des comptes aux Premières nations,
justement les personnes que ce projet de loi est censé aider. Les
problèmes d’eau potable au Canada ne sont pas causés par
l’absence de lois; ils sont dus au fait que le gouvernement fédéral
ne consacre pas les ressources nécessaires aux changements que
requiert l’approvisionnement en eau potable salubre. En 2012,
l’approvisionnement des Premières nations en eau potable salubre
ne devrait pas être un problème.
We are concerned that if this bill does pass, it will set up us for
failure. The current funding model of 80/20 does not give us the
resources that we need. It is far too well known that many
First Nations that are living in poverty and so forth will not be
able to adequately come up with the balance of the money. It
must be fully resourced. We need the resources to ensure that the
infrastructure is up to speed. We need resources to ensure that the
capacity needs are met, that we look to invest in our people for a
long-term solution and that we look to include First Nations in a
meaningful, clear way, guided by the Supreme Court of Canada’s
rulings about the consultation requirements that the federal
government is meant to defend the honour of the Crown with.
Nous avons bien peur que si ce projet de loi est adopté, nous
serons voués à l’échec. La formule actuelle de financement 80-20 ne
nous procure pas les ressources nécessaires. On sait trop bien que de
nombreuses Premières nations qui vivent dans la pauvreté ne seront
pas en mesure de produire le reste de l’argent. Le financement doit
être entier. Nous devons avoir les ressources qui nous permettent de
veiller à ce que l’infrastructure soit adéquate. Nous avons besoin des
ressources qui nous permettent de répondre aux besoins en capacité
et de nous assurer que nous établissons pour nos gens une solution à
long terme, et que nous incluons efficacement et sans équivoque les
Premières nations, en nous fondant sur les décisions de la Cour
Suprême du Canada au sujet des consultations par lesquelles le
gouvernement fédéral est censé défendre l’honneur de la Couronne.
The expert panel was very clear in the fact that Canada needed
to close the resource gap, and we have not seen anything to that
measure. Some monies came out of stimulus package a number of
years back that were tagged along for First Nations. I understand
some money has been identified in this last budget to assist.
However, it is nowhere near what the expert panel has described
as what kind of resourcing would be necessary. When it
recommended several billion dollars to meet the need, it showed
the Canadian government’s contribution in excess of $100 million
is still woefully inadequate. To off-load the responsibility to First
Nations without having proper equipment and capacity is not in
the best interests of Canada.
Le groupe d’experts a indiqué clairement que le Canada doit
combler l’écart de ressources; or, nous n’avons vu aucune mesure
prise à cet effet. On a attribué, il y a plusieurs années, quelques
montants d’argent dans le cadre de mesures de relance dont un
certain aspect visait les Premières nations. Si j’ai bien compris, le
dernier budget prévoyait certains montants d’aide. Cependant, ils
sont très loin du niveau de ressources que le groupe d’experts a
qualifié de nécessaire. Par comparaison aux milliards de dollars que
ce groupe a recommandés, la contribution de plus de 100 millions
de dollars du gouvernement fédéral est encore nettement
insuffisante. Se décharger de la responsabilité sur le dos des
Premières nations sans voir à ce que celles-ci disposent de
l’équipement et de la capacité nécessaires est loin d’être dans
l’intérêt du Canada.
We respect the fact that there are some First Nations in
Canada that have been working with the federal government in
developing this. We are by no means calling into question their
authority or their opinion or offering judgment upon it. I am here
to tell you that in British Columbia we reject Bill S-8, just as we
rejected Bill S-11. The Union of British Columbia Indian Chiefs
Nous respectons le fait que certaines Premières nations du
Canada ont collaboré avec le gouvernement fédéral à
l’élaboration de ceci. Nous ne mettons pas en doute leur
autorité ou leur opinion, ni ne jugeons celles-ci. Je viens ici vous
déclarer qu’en Colombie-Britannique, nous rejetons le projet de
loi S-8, tout comme nous avons rejeté le projet de loi S-11.
9-5-2012
Peuples autochtones
17:41
as a resolution has submitted a number of letters to the
government clearly and categorically explaining the issues we
have. When Bill S-8 comes out without having any kind of
meaningful change encompassing our recommendations and
direction, it flies in the face of the UN Declaration on the
Rights of Indigenous People.
L’Union of British Columbia Indian Chiefs a adressé au
gouvernement de nombreuses lettres qui présentent clairement
et catégoriquement nos objections. En n’incorporant aucune
modification importante qui tienne compte de nos
recommandations et demandes, le projet de loi S-8 déposé va à
l’encontre de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des
peuples autochtones.
The UN declaration is something that Canada purports to the
UN that they uphold and support. The actions that the government
is taking do not match the words. To me, it underlines the hollow
gestures that Canada continues to enjoy by recognizing the UN
declaration without bringing it to the ground in a meaningful way in
which First Nations can engage and look after our citizens, our
children and our generations to come. These are not lofty goals but
things that each and every one of us has deep in our hearts for our
children and our grandchildren. We as leaders of First Nations must
stand up at every opportunity and explain that the government’s
words, if they are hollow, need to be exposed to Canadians and to
the world.
Le Canada a déclaré à l’ONU qu’il appuyait cette déclaration.
Cependant, les mesures que prend le gouvernement n’appuient
pas son propos. À mon sens, cela souligne la vacuité des gestes
que le Canada continue de poser en approuvant la déclaration des
Nations Unies tout en s’abstenant d’en appliquer l’esprit de sorte
que les Premières nations puissent agir, prendre soin de leurs gens,
de leurs enfants et des générations futures. Ce ne sont pas de
grandes idées, mais des choses que nous souhaitons tous
ardemment pour nos enfants et nos petits-enfants. En notre
qualité de dirigeants de Premières nations, nous devons nous
dresser chaque fois que nous le pouvons et expliquer que les
propos du gouvernement, s’ils sont vides, doivent être exposés aux
Canadiens et au reste du monde.
Bill S-8 was written without consultation and a combination of
all First Nations in Canada. It does not recognize the existing
authority and jurisdiction of First Nations over their lands. It
does not guarantee that First Nations will have access to safe
drinking water. There is no commitment in the bill to provide
certainty of adequate engagement and involvement of First
Nations in the development of regulations. Bill S-8 states
regulation will supersede existing First Nation laws except
where there is a self-government agreement recognized by
federal statute. Given that many First Nations do not have
such an agreement, Bill S-8 represents and undermining of
First Nation self-determination and authority.
Le projet de loi S-8 a été rédigé sans consultation de l’ensemble
des Premières nations du Canada. Il ne reconnaît pas l’autorité et
la compétence des Premières nations sur leurs terres. Il ne garantit
pas l’approvisionnement des Premières nations en eau potable
salubre. Il n’avance aucune certitude que les Premières nations
participeront à l’élaboration des règlements. Le projet de loi S-8
stipule que les règlements l’emporteront sur les textes législatifs
des Premières nations, sauf quand il y a une entente d’autonomie
gouvernementale au titre d’une loi fédérale. Étant donné que de
nombreuses Premières nations n’ont pas une telle entente, le
projet de loi S-8 sape l’autodétermination et l’autorité des
Premières nations.
Although the bill includes a loose commitment in the preamble
of the First Nation input to the development of the regulations,
there is still no capacity provided for this development. Further,
this commitment is top down and does not actively coordinate
authority. Bill S-8 included an extremely weak and unacceptable
non-derogation/abrogation clause that still permits infringement
on constitutionally protected rights. This is unacceptable. The
Constitution of this country is the foundation of the democracy.
For us to enact a bill that will clearly be in defiance of that is
unacceptable. It should be unacceptable to every Canadian and to
everyone in this room as a senator, in my humble opinion.
Bien qu’il y ait dans le préambule du projet de loi un vague
engagement à l’endroit de la participation des Premières nations
dans l’élaboration des règlements, aucune capacité n’est encore
offerte à cet effet. Qui plus est, cet engagement va du haut vers le
bas et ne coordonne pas activement l’autorité. Le projet de loi S-8
comprend une clause de non-dérogation ou d’abrogation
extrêmement faible et inacceptable qui permet encore l’atteinte
aux droits des Autochtones protégés par la Constitution. C’est
inacceptable. Dans notre pays, la Constitution est le fondement
de la démocratie, et adopter un projet de loi qui y contrevient est
clairement inacceptable. À mon humble avis, c’est une chose que
tous les Canadiens et tous les sénateurs présents ici aujourd’hui
devraient trouver inacceptable.
I want to talk about Gilford Island and our 10 years of a donot-consume order. Once we were granted access to federal media
and your feet were in the fire, then we got some action for our
village. Along the way, there was a pilot project where we ran
three reverse osmosis plants in concert, which were never designed
to work together. There were software collisions and control
issues and it drained the one well that we had. It added additional
costs of drilling two new wells and the need for broadband
Internet. We turned to the government to live up to its word
J’aimerais parler maintenant de l’île Gilford et de nos 10 ans
d’ordonnance de non-consommation. Cependant, dès que nous
avons eu accès aux médias nationaux et que le feu a touché vos
pieds, les choses ont commencé à bouger pour notre village. En
cours de route, il y a eu un projet pilote au cours duquel nous
avons exploité de front trois installations d’osmose inverse qui
n’avaient pas été conçues pour fonctionner ensemble. Il y a eu des
conflits de logiciels et des problèmes de commandes, et le seul
puits que nous avions s’est vidé. Il a fallu assumer le coût
17:42
Aboriginal Peoples
9-5-2012
because it said that after one year of testing they would move it to
a final phase. We are here three years later and our submission, by
the good graces of AANDC, might get funded. We have taken
what was supposed to be a pilot test and turned it into an interim
solution, which was never intended.
additionnel de creuser deux autres puits et d’installer une
connexion Internet à large bande. Nous avons demandé au
gouvernement de tenir sa parole, car on nous avait dit qu’après un
an d’essai le projet passerait à sa phase finale. Trois ans plus tard,
nous entrevoyons maintenant la possibilité d’obtenir le
financement de notre proposition, grâce à la bonne volonté
d’AADNC. Nous avons transformé un essai pilote en une
solution intérimaire, ce qui n’était pas l’intention initiale.
If this is the experience of a small First Nation in British
Columbia in an isolated community, then this is most likely what
many First Nations in similar locations and isolated places will
also face; and to me it is unacceptable. I think of communities like
Kashechewan, Gilford Island and Attawapiskat. This clearly
show the shortcomings in the Canadian government’s approach
to meeting the needs of First Nations and living up to its fiduciary
obligations as defined by the Supreme Court and by the
Constitution of Canada and what is included in the
UN Declaration on the Rights of Indigenous People.
Voilà ce qu’une petite Première nation dans une collectivité
isolée de Colombie-Britannique a vécu, et c’est ce à quoi de
nombreuses Premières nations dans des endroits isolés semblables
devront très probablement s’attendre; je trouve ça inacceptable. Je
pense aux collectivités comme Kashechewan, l’île Gilford et
Attawapiskat. Elles démontrent clairement les lacunes que
présente la démarche du gouvernement canadien quand il s’agit
de répondre aux besoins des Premières nations et de s’acquitter de
ses obligations fiduciaires selon la Cour suprême du Canada, la
Constitution du Canada et la Déclaration des Nations Unies sur
les droits des peuples autochtones.
It is unacceptable that Canada continues to move forward top
down and trying to do what is best for our First Nations people
with the absence of our input. The days of colonialism are long
gone, but it is still quite alive and well in many of the behaviors of
the federal government. We have to recognize this for what it is: a
further denial of First Nations as peoples and a perpetuation of
the doctrine of discovery. The behaviours of the government in
the court show that we still must demonstrate to the court that we
are actually people. Canadians and this great country of Canada
deserve much better from the federal government. It must live up
to the human rights standards that it supports internationally and
to bring that home and make sure our backyards are taken care of
as we wonder around the word and point fingers at other
countries and their human rights infringements.
Il est inacceptable que le Canada continue de suivre une
démarche de haut en bas et de tenter d’agir dans l’intérêt des
Premières nations sans notre apport. L’époque du colonialisme
est passée depuis longtemps; pourtant, il est encore très évident
dans bien des comportements du gouvernement fédéral. Il faut
dire les choses comme elles sont : c’est encore un déni des droits
des Premières nations en tant que peuple, et une perpétuation de
la doctrine de la découverte. La façon dont le gouvernement agit à
la cour démontre que nous devons encore prouver à la cour que
nous sommes un peuple. Les Canadiens et le merveilleux pays
qu’est le Canada méritent mieux de la part du gouvernement
fédéral. Ce gouvernement doit respecter les normes applicables
aux droits de la personne qu’il préconise sur la scène
internationale, les appliquer dans son propre pays et s’assurer
que tout est beau dans sa cour avant de montrer du doigt les
autres pays et de dénoncer leur violation des droits de la personne.
I want to talk about the source to tap notion from AANDC.
Source water protection: I think the federal government would do
much better in devoting some resources, which are now being
directed to Bill S-8 and Bill S-11, and directing that energy into
resources to develop some sort of meaningful arrangement — a
mechanism — to engage with the provincial governments across
Canada. The federal government purports to look after the source
water protection but has no authority in the watersheds or the
water tables that we find in British Columbia. That falls under
provincial jurisdiction. Right away, we have a government that
cannot even live up to the commitment it makes and purports to
be seen as some measure of progress for itself.
Je voudrais parler de ce qu’AADNC appelle la démarche « de la
source au robinet »; la protection des sources d’eau. À mon avis, le
gouvernement fédéral ferait mieux de prendre les ressources qui sont
actuellement consacrées aux projets de loi S-8 et S-11 et de les
rediriger vers la conception d’un dispositif quelconque, un moyen
utile de collaborer avec les gouvernements provinciaux. Le
gouvernement fédéral prétend s’occuper de la protection des
sources d’eau, mais les bassins hydrographiques ou les nappes que
nous avons en Colombie-Britannique ne relèvent pas de sa
compétence. Ils relèvent de la compétence provinciale. Rien que
là, on peut voir que le gouvernement n’est même pas capable de
respecter son engagement et de se conformer à l’image progressiste
qu’il cherche à projeter.
How is it that the federal government can guarantee any First
Nation source water protection when it has no authority in our
territories, which the Crown has generously taken from our
people?
Comment donc le gouvernement fédéral peut-il garantir une
protection quelconque de l’eau des Premières nations quand nos
territoires, que la Couronne a si généreusement pris de notre
peuple, ne relèvent pas de sa compétence?
9-5-2012
Peuples autochtones
17:43
In conclusion, I would like to reiterate that the UBCIC
opposes Bill S-8 in its current form for the reasons given today.
Once again, we recommend that the current bill be scrapped and
that a new process begin, one that involves appropriate
consultations and accommodation with all First Nations, one
that addresses the capacity gap, and one that works toward a
regulatory regime that reflects Aboriginal title, Aboriginal rights,
treaty rights, our jurisdiction and guaranteed access to safe
drinking water. The government needs to identify for Canadians
so that they can have comfort and some confidence in this
government to meet the needs of First Nations. It needs to be
adequate resourcing and a long-term commitment for capacity;
and it needs to be a regulatory regime that will not handcuff First
Nations or pull one leg out from under us so we can stumble
along. That is not a solution. It is time we brought the UN
declaration to the ground.
En conclusion, je répète que l’UBCIC s’oppose au projet de
loi S-8 sous sa forme actuelle pour les raisons que j’ai présentées
aujourd’hui. Une fois de plus, nous recommandons que le projet
de loi actuel soit annulé et qu’on entreprenne une nouvelle
démarche qui comprend les étapes appropriées de consultation et
d’accommodement de toutes les Premières nations, qui comble
l’écart de capacité, qui progresse vers un régime de réglementation
qui respecte les titres et les droits ancestraux des Autochtones, les
droits issus de traités et notre compétence, et qui garantit
l’approvisionnement en eau potable salubre. Le gouvernement
se doit de définir ce régime aux Canadiens de sorte que ceux-ci
puissent avoir confiance en sa capacité de combler les besoins des
Premières nations. Le régime réglementaire doit prévoir des
ressources adéquates et un engagement à long terme à l’endroit de
la capacité; il ne doit pas menotter les Premières nations ni leur
tirer dans les pattes. Ce n’est pas une solution. Il est temps que
nous suivions l’esprit de la déclaration des Nations Unies.
In addition to being the elected chief of the Kwicksutaineukah-kwaw-ah-mish people, I am a Canadian citizen. That tells me
that each and every one of you senators is my senator. I implore
you to do what is right. I implore you to put a stop to this
foolishness of Bill S-8 and that you stand and hold the ground
that you are charged to do with your responsibilities and capacity
and push back on this bill and let the majority government know
that it is unacceptable. You are hearing the words from
First Nations across Canada that you accept the breadth and
width of the responsibilities bequeathed upon you as senators and
that you stand tall. I will be standing beside you to cheer you on
when you do that, Senator St. Germain; I know it is in your heart.
Je suis le chef élu du peuple Kwicksutaineuk-ah-kwaw-ah-mish
et je suis aussi citoyen canadien, ce qui me dit que chacun d’entre
vous est mon sénateur. Je vous supplie de faire ce qui est juste. Je
vous supplie de mettre fin à la mauvaise plaisanterie qu’est le
projet de loi S-8 et de vous acquitter de vos responsabilités de
sénateurs en refusant ce projet de loi et en signifiant au
gouvernement majoritaire qu’il est inacceptable. Vous entendez
les Premières nations vous demander d’accepter l’ampleur des
responsabilités qui vous sont conférées en votre qualité de
sénateurs, et d’être fermes. Je serai debout à vos côtés pour
vous encourager quand vous le ferez, sénateur St. Germain; je sais
que vous en êtes capable.
[The witness spoke in his native language.]
[Le témoin s’exprime dans une langue autochtone.]
Michael Mitchell, Grand Chief, Mohawk Council of Akwesasne:
Michael Mitchell, grand chef, Conseil des Mohawks d’Akwesasne :
[The witness spoke in his native language.]
[Le témoin s’exprime dans une langue autochtone.]
We want to thank you for allowing us to speak in your house.
We bring greetings from our people in Akwesasne, from the eldest
to the youngest in our community.
Nous vous remercions de nous donner l’occasion de vous
parler dans votre demeure. Nous vous transmettons les
salutations de notre peuple à Akwesasne, des plus âgés aux plus
jeunes de notre collectivité.
We are here to talk about an issue that concerns our people
greatly, for we live in the St. Lawrence Valley. We live along the
river called the St. Lawrence. Water is very much part of our
lives. We live on the river, we breathe, we pay respect to Mother
Earth, to the water, the land, the air that we breathe. Those
traditions are still very much with us. It is for those reasons that
people have asked us to speak out.
Nous sommes ici pour parler d’une question qui préoccupe
grandement notre peuple, car nous vivons dans la vallée du
Saint-Laurent. Nous vivons le long du fleuve Saint-Laurent.
L’eau fait partie intégrante de notre vie. Nous vivons sur les rives
du fleuve, nous respirons, nous rendons hommage à la Terre
mère, à l’eau, aux terres et à l’air que nous respirons. Ces
traditions sont encore très fortes chez nous. Voilà pourquoi nos
peuples nous ont demandé de nous faire entendre.
We have brought a paper that we will leave with you at the
conclusion of our presentation as a way for you to remember our
words. I want to quote a bit of it to let you know what is on our
minds.
Nous avons apporté avec nous un document que nous vous
laisserons à la fin de notre exposé pour que vous vous rappeliez
nos paroles. Je voudrais vous en citer quelques passages pour que
vous sachiez ce que nous avons à l’esprit.
The Mohawk Council of Akwesasne supports safe drinking
water and the need to develop regulations governing drinking
water, water quality and waste water disposal on First Nation
reserves. However, we are greatly concerned with Bill S-8, the safe
Le Conseil des Mohawks d’Akwesasne appuie l’eau potable et la
nécessité d’élaborer des règlements régissant l’eau potable, la qualité
de l’eau et l’élimination des eaux usées sur les réserves des Premières
nations. Cependant, nous sommes grandement préoccupés par le
17:44
Aboriginal Peoples
9-5-2012
drinking water for First Nations act. It does not reflect the
discussion that has been had in support of it. We believe that
substantial improvements are required so that it can best meet the
needs of all First Nations. The single best issue with the proposed
legislation is the opportunity that is being missed to help First
Nations and Aboriginal people grow and assume greater
responsibilities to efficiently and effectively regulate their
drinking and waste water systems.
projet de loi S-8, Loi concernant la salubrité de l’eau potable sur les
terres des Premières nations. Il ne reflète pas la discussion qui s’est
déroulée à son appui, et nous croyons que des améliorations
substantielles sont nécessaires afin qu’il réponde aux besoins de
toutes les Premières nations. Le plus gros problème que présente le
projet de loi est la possibilité manquée d’aider les Premières nations
et les peuples autochtones à grandir et à gérer plus efficacement leur
eau potable et leurs eaux usées.
Despite its steady intent, the proposed legislation, as presently
worded, does not allow for growth in First Nations, does not
allow for a maturing of their ability to manage their own affairs,
and does not promote capacity development at the community
level. We will always be subject to someone else’s control —
provinces and/or unnamed third parties.
Malgré son intention déclarée, tel qu’il est actuellement
formulé, le projet de loi ne permet pas la croissance chez les
Premières nations, ne permet pas une maturation de leur capacité
à gérer leurs propres affaires et ne promeut pas le développement
des capacités à l’échelle de la collectivité. Nous serons toujours
assujettis au contrôle de quelqu’un d’autre, les gouvernements
provinciaux ou des tiers.
In the years since the 1950s, when industrialization of the
St. Lawrence River Valley occurred, Akwesasne became one of
the most polluted reserves in Canada. Industrial pollution has
impacted the water we drink and the air we breathe for the past
60 years. We are located in one of 43 areas of concern identified in
the Great Lakes Basin. Out of necessity, we have developed the
skills of our environmental staff in Akwesasne to effectively
respond to these environmental issues. Over time, we have
successfully integrated our traditional ecological knowledge with
Western science in order to best protect our community’s
environment. As a result, we have one of the most qualified and
experienced environmental staffs on a reserve in Canada.
Depuis les années 1950, le début de l’industrialisation de la
vallée du Saint-Laurent, Akwesasne est devenue une des réserves
du Canada les plus polluées. La pollution industrielle a touché
l’eau que nous buvons et l’air que nous respirons depuis 60 ans.
Nous sommes situés dans l’un des 43 secteurs problèmes identifiés
dans le bassin des Grands Lacs. Par nécessité, nous avons
développé les compétences de notre personnel responsable de
l’environnement pour répondre efficacement à ces questions
environnementales. Au fil du temps, nous avons réussi à
intégrer nos connaissances écologiques traditionnelles à la
science occidentale afin de mieux protéger l’environnement de
notre collectivité. En conséquence, notre personnel est l’un des
plus qualifiés et expérimentés qui soit en matière d’environnement
dans une réserve au Canada.
Akwesasne is one of the largest First Nations in Canada, with a
membership population of over 11,000. It is an international
community located in Canada and in the United States.
An additional 6,000 to 7,000 Mohawks reside on the American
side in one community. We have one state, two provinces, two
countries. Our unique geographic locate has compelled us to
develop our ability to deal with multiple jurisdictions on a daily
basis.
Akwesasne est l’une des plus grandes Premières nations au
Canada avec une population de plus de 11 000 habitants. C’est
une collectivité internationale qui se trouve au Canada et aux
États-Unis. Du côté américain, il y a une collectivité de 6 000 à
7 000 Mohawks. Nous avons un État, deux provinces et
deux pays. Notre situation géographique unique nous a
contraints à développer notre capacité à traiter quotidiennement
avec plusieurs compétences.
We strongly support development and enforcement of
community laws. We have a justice department and a court
system. We have had a drinking water bylaw in place since 1964
that provides rules for the construction and maintenance of a
waterworks system and regulates water supplies. We also have a
wildlife conservation law that is needed to serve the areas we live
in, which includes water, islands, wildlife and fish. Those are our
brothers and sisters and we have an obligation to look after them.
Nous appuyons fortement le développement et l’exécution des
lois de la collectivité. Nous avons un système de cours et un
département de la justice. Nous avons un règlement sur l’eau
potable, depuis 1964, qui prévoit des règles pour la construction et
l’entretien d’un réseau d’aqueducs et régule l’approvisionnement
en eau. Nous avons également une loi sur la conservation de la
faune; c’est indispensable pour les régions dans lesquelles nous
vivons, car on y trouve de l’eau, des îles, des animaux sauvages et
des poissons. Ce sont nos frères et soeurs, et nous avons
l’obligation d’en prendre soin.
We have assembled all the staff necessary to properly regulate
drinking water safety. Our health department is one of the largest
in our government. We have a health director, the equivalent of a
health minister at a First Nations level. We have trained
professionals; an environmental health officer and community
nurses to collect water samples. We have a department of
technical services that supervises the operation of our two
Nous avons assemblé tout le personnel nécessaire pour gérer
correctement la sécurité de l’eau potable. Notre département de
santé est l’un des plus grands dans notre gouvernement, et nous
avons un directeur de la santé, l’équivalent d’un ministre de la
santé au niveau des Premières nations. Nous avons formé des
professionnels, un agent de la santé environnementale et des
infirmières communautaires chargés de prélever des échantillons
9-5-2012
Peuples autochtones
17:45
Class III water treatment plants, our one Class I water treatment
plant and two Class II plants. We also have one Class II waste
water treatment facility and four Class I plants. We have nine
provincially certified water and waste water plant operators.
d’eau. Nous avons un département des services techniques qui
supervise le fonctionnement de nos deux usines de traitement de
l’eau de classe 3, notre usine de traitement de l’eau de classe 1 et
deux usines de classe 2. Nous avons également une usine de
traitement des eaux usées de classe 2 et quatre usines de traitement
de l’eau de classe 1. Nous avons neuf opérateurs d’usines de
traitement de l’eau et de traitement des eaux usées qui détiennent
une accréditation provinciale.
Over time our people have gone to school and become certified
in order to protect the health interests of our people, our
community. We bring to you our experience. You do not have to
entice us to be concerned about health and water in our
community, because we have done those things. Sometimes you
have to create laws in spite of federal and provincial laws and
regulations. Over time, we have gained acceptance in partnerships
with the provinces, the federal government and Indian Affairs
when they saw the objectives and goals that we have set. We want
to bring to you our experience from what we have learned and the
capacity-building that our people have developed over time.
Graduellement, nos gens ont été à l’école et ont obtenu les
accréditations nécessaires pour protéger la santé de notre peuple
et de notre collectivité. Nous mettons notre expérience à votre
disposition. Vous n’avez pas besoin de nous convaincre de nous
préoccuper de la santé et de l’eau dans nos collectivités parce que
nous le faisons déjà. Parfois, nous devons créer des lois en dépit
des lois et règlements fédéraux et provinciaux. Graduellement,
nous sommes arrivés à nous faire accepter dans des partenariats
avec les provinces, le gouvernement fédéral et les Affaires
autochtones quand ils ont vu les buts et objectifs que nous
avons fixés. Nous souhaitons vous faire bénéficier de l’expérience
que nous avons acquise et des moyens de renforcer les capacités
que nos peuples ont apprises avec le temps.
Aboriginal rights and treaties are constitutionally protected
and they must be upheld. Aboriginal rights arise from our
longstanding relationship with our lands, and the waters of the
world are an integral part of this relationship. We refer to them as
the bloodlines of our Mother Earth. We acknowledge the
responsibility to quench the thirst of all life in our thanksgiving
address. Our Aboriginal rights give us inherent responsibilities to
protect the waters.
Les droits ancestraux et les droits issus des traités sont protégés
par la Constitution et doivent être maintenus. Les droits ancestraux
découlent de notre relation de longue date avec nos terres, et les
eaux du monde font partie intégrante de cette relation. C’est ce que
nous appelons les lignées de notre mère, la Terre. Dans notre action
de grâce, nous reconnaissons la responsabilité d’étancher la soif de
toute vie. Nos droits ancestraux nous attribuent la responsabilité
inhérente de protéger les eaux.
Treaties are an important part of our history. The Two-Row
Wampum and Silver Covenant Chain are two of our oldest
treaties and were used to establish our relationship with the
Europeans hundreds of years ago. They are based on principles of
peace, good mind and strength by making sure our words and
actions match.
Les traités ont été une partie importante de notre histoire. Le
traité du wampum à deux rangs et le pacte d’amitié de la chaîne
d’argent sont deux de nos plus anciens traités et ont servi à établir
notre relation avec les Européens, il y a des centaines d’années. Ils
reposent sur les principes de paix, de sagesse et de force, et
encouragent à s’assurer que nos paroles et nos actions concordent.
In the 17th century, in the St. Lawrence Valley our people
made the Oswegatchie Treaty, the Treaty of Kahnawake. Those
treaties secured our Aboriginal rights in the St. Lawrence Valley
where we live. From the earliest times until today our people have
built our nationhood status.
Au XVIIe siècle, dans la vallée du Saint-Laurent, notre peuple
a conclu le traité d’Oswegatchie et le traité de Kahnawake. Ces
traités nous ont garanti nos droits autochtones dans la vallée du
Saint-Laurent, où nous vivons. Depuis la nuit des temps, notre
peuple a établi notre statut de nation.
We are presently involved in the last leg of self-government
negotiations with Canada, and we have outlined and articulated
our position. That process of negotiations has been going on since
1988 and more so in the last five years.
Nous sommes actuellement à la dernière étape de négociations
avec le Canada pour l’autonomie gouvernementale, et nous avons
établi et articulé notre position. Ces négociations durent depuis
1988, et se sont intensifiées au cours des cinq dernières années.
Going forward, our mission is to protect our people, our lands
and waters. Aboriginal and treaty rights are inherently protective
of the natural world, including the waters. They are
constitutionally protected rights of First Nations that are
recognized in section 35 of the Constitution Act, 1982. We
cannot imagine federal First Nation safe drinking water
legislation being enacted that would take away our
constitutionally protected Aboriginal or treaty rights and that
such an action would somehow be viewed as a positive step.
Dans l’avenir, nous avons pour mission de protéger notre
peuple, nos terres et nos eaux. Nos droits ancestraux et nos droits
issus des traités protègent le monde naturel, y compris les eaux. Il
s’agit de droits des Premières nations qui sont reconnus à
l’article 35 de la Loi constitutionnelle de 1982. Nous ne
pouvons pas imaginer l’adoption d’une loi fédérale sur l’eau
potable des Premières nations qui nous retirerait nos droits
ancestraux ou issus de traités, protégés par la Constitution, et
qu’une telle action serait considérée comme une étape positive.
17:46
Aboriginal Peoples
9-5-2012
Instead, proposed federal legislation must contain a nonderogation clause indicating that the legislation should not be
interpreted to abrogate or derogate from Aboriginal or treaty
rights.
Au lieu de cela, la loi fédérale proposée doit contenir une clause
de non-dérogation indiquant que la législation ne devrait pas être
interprétée comme une abrogation des droits ancestraux ou issus
de traités, ou une dérogation à ceux-ci.
The last part of clause 3 of Bill S-8 infringes on the
constitutionally protected rights of First Nations. While some
believe this is an improvement over the language in Bill S-11, it is
not enough to limit the likelihood that the legislation will interfere
with our Aboriginal or treaty rights. The intent to protect
Aboriginal and treaty rights must be clearly stated and
Akwesasne strongly recommends the deletion of this last part.
Section 3 should read:
La dernière partie de l’article 3 du projet de loi S-8 porte atteinte
à des droits des Premières nations qui sont garantis par la
Constitution. Bien que certains pensent que ce projet de loi est une
amélioration par rapport à la formulation du projet de loi S-11, il
ne suffit pas à limiter les probabilités que la loi portera atteinte à
nos droits ancestraux ou issus de traités. L’intention de protéger les
droits autochtones doit être clairement déclarée, et Akwesasne
recommande fortement la suppression de la dernière partie.
L’article 3 doit se lire comme suit :
For greater certainty, nothing in this act or the
regulations is to be construed so as to abrogate or
derogate from any existing Aboriginal or treaty rights of
the Aboriginal peoples of Canada under section 35 of the
Constitution Act, 1982.
Pour plus de certitude, rien dans la présente loi ou son
règlement ne doit être interprété comme une abrogation des
droits ancestraux ou des droits issus des traités, dont
jouissent actuellement les peuples autochtones du Canada
en vertu de l’article 35 de la Loi constitutionnelle de 1982.
I will now ask Chief John Adams to talk about the need to
incorporate First Nations-driven approaches.
Je demanderais maintenant au chef John Adams de parler de la
nécessité d’adopter des démarches axées sur les Premières nations.
John Adams, Chief, Mohawk Council of Akwesasne: Thank you
for letting me speak. Akwesasne currently cannot support Bill S-8
at all. We do feel the need for a water legislation bill, but the
actual way it is going is a one-size-fits-all. For Akwesasne
specifically, the grand chief has said we have the capability. We
have been doing this since 1964, but in dropping Bill S-8 onto
Akwesasne, I feel you will only hinder us. Instead of helping us,
you are forcing it upon us.
John Adams, chef, Conseil des Mohawks d’Akwesasne : Merci de
me céder la parole. À l’heure actuelle, Akwesasne ne peut pas du
tout appuyer le projet de loi S-8. Nous reconnaissons la nécessité
d’une loi qui régisse l’eau, mais sa forme actuelle est une « taille
unique ». Pour Akwesasne particulièrement, le grand chef a dit que
nous avons la capacité. Nous le faisons depuis 1964, mais en forçant
Akwesasne à accepter le projet de loi S-8, à mon avis, vous ne nous
causerez que du tort. Au lieu de nous aider, vous nous contraignez.
Like my grand chief said, we are the second largest on-reserve
First Nation. We are 40 minutes away from Ottawa. We have not
been consulted. I have no idea why.
Comme l’a dit mon grand chef, nous sommes la deuxième plus
grande Première nation vivant dans des réserves. Nous sommes à
40 minutes d’Ottawa. Nous n’avons pas été consultés. Je ne sais
pas pourquoi.
When you talk about the Indian Act, it allows us to make
bylaws. We currently have a bylaw. Bill S-8 will supersede our
bylaw. We can make our own bylaw, which we did, and if we have
anything that goes against the legislation, the legislation will
supersede it. How does that let us grow if you are implementing
legislation over us?
En ce qui concerne la Loi sur les Indiens, elle nous permet de
prendre des règlements administratifs. Nous avons actuellement
un règlement. Le projet de loi S-8 l’emportera sur notre propre
règlement. Nous pouvons prendre nos propres règlements, ce que
nous avons fait, mais s’il y a quelque chose qui contrevient à la loi,
la loi l’emportera. Comment pouvons-nous grandir si vous nous
imposez des lois?
Like the grand chief said, we are in agreement on principle on
the federal lands nation building, sectoral agreement. We are
currently in agreement in principle. However, currently, as the
legislation reads, that does not matter; you have to be in one. We
are going through it right now, so there is no leeway.
Comme le grand chef l’a dit, nous sommes d’accord en principe
en ce qui concerne l’accord sectoriel sur les terres fédérales et
l’édification d’une nation. Nous sommes d’accord, en principe.
Cependant, selon la formulation actuelle de la loi, cela n’a aucune
importance; il faut faire partie d’un accord. Nous passons par ce
processus maintenant, il n’y a donc aucune marge de manoeuvre.
In the matrimonial legislation, Bill S-2, there is a clause for a
transition period from First Nations communities that are in selfgovernment agreements. Since we have not officially signed off on
an agreement but have one in principle, Bill S-8 will fall on top of
us and take control. How does that let us grow?
Dans la loi qui porte sur les biens matrimoniaux, le projet de
loi S-2, il y a une disposition qui prévoit une période de transition
pour les collectivités de Premières nations qui ont une entente
d’autonomie gouvernementale. Comme nous n’avons pas encore
signé officiellement l’entente, mais avons une entente de principe,
le projet de loi S-8 nous tombera sur la tête et contrôlera tout.
Comment cela nous permet-il de grandir?
9-5-2012
Peuples autochtones
17:47
We have started talking to the provincial government about
taking on the responsibility of water and waste water. We have
favourable responses to that effect. Currently in Bill S-8 the
minister may assign it to provincial regimes. How does that work
for Akwesasne? You tell us. We have two provinces within one
reserve. We are at a loss. Akwesasne has always maintained we
will do it for ourselves.
Nous avons entrepris des pourparlers avec le gouvernement
provincial sur la possibilité que nous assumions la responsabilité
de l’eau potable et des eaux usées. Les réactions à cet égard sont
favorables. À l’heure actuelle, dans le projet de loi S-8, le ministre
peut attribuer cette responsabilité à des régimes provinciaux.
Comment cela fonctionnera-t-il pour Akwesasne? Dites-nous
comment. Nous avons deux provinces à l’intérieur d’une réserve.
Nous ne savons pas quoi faire. Akwesasne a toujours dit que nous
assumerions nous-mêmes cette responsabilité.
If we cannot stop Bill S-8, we are looking for an exemption.
We have the thoughts of our Iroquois communities across the
St. Lawrence Valley up to Six Nations. We call it Iroquois
Caucus. We look out for them; they look out for us. That is a
significant amount of on-reserve people with water and waste
water treatment plants.
Si nous ne pouvons pas arrêter le projet de loi S-8, nous
demandons une exemption. Nous avons l’appui de nos
collectivités iroquoises tout le long de la vallée du SaintLaurent, et ce, jusqu’aux Six-Nations. C’est ce que nous
appelons le caucus iroquois. Nous prenons soin d’eux et ils
prennent soin de nous. Cela représente un nombre important de
gens dans des réserves qui ont des installations d’alimentation en
eau potable et des usines de traitement des eaux usées.
Currently, Bill S-8 will not allow us to move forward at a
community level or even at an Iroquois Caucus level. I beg of you,
senators, do not move Bill S-8 through. You are only hindering
the progressive communities.
À l’heure actuelle, le projet de loi S-8 ne nous permettra pas
d’aller de l’avant à l’échelle de la collectivité ni même à celle du
caucus iroquois. Je vous en supplie, mesdames et messieurs,
n’adoptez pas le projet de loi S-8. Vous ne faites qu’entraver le
progrès des collectivités.
With respect to Chief Chamberlin, we do feel that some people
need help with waste water treatment plants. Akwesasne currently
has a thousand homes on its systems with 27 kilometres of clean,
safe, potable water. With the help of AANDC, we were able to do
it. We still have 20 per cent more to go to continue this safe water
project. If you want to see a difficult project, come to Akwesasne.
It is 40 minutes away. We will show you that we had to cross
waterways, the St. Lawrence, to get clean, safe, potable water
from one house to another. We did that in collaboration with
AANDC. We, as Akwesasne, have been doing stuff like this,
collaboration, thinking outside the box, partnerships. Bill S-8 will
no longer allow us to do that with water legislation.
En ce qui concerne le chef Chamberlin, il est vrai que certaines
collectivités peuvent avoir besoin d’aide pour ce qui est des usines
de traitement des eaux usées. Akwesasne a présentement
1 000 logements dans son réseau et 27 kilomètres d’eau potable
propre et salubre. C’est avec l’aide d’AADNC que nous avons
réussi à faire cela. Il nous reste encore 20 p. 100 de ce projet d’eau
salubre à réaliser. Si vous voulez voir un projet difficile, venez à
Akwesasne. Nous ne sommes qu’à 40 minutes d’ici. Vous verrez que
nous avons dû traverser des voies navigables, le Saint-Laurent, pour
amener de l’eau propre, salubre et potable d’une maison à l’autre.
Nous l’avons fait avec l’aide d’AADNC. À Akwesasne, nous
faisons ce genre de choses, des partenariats en collaboration, des
initiatives novatrices. Avec le projet de loi S-8, la loi sur l’eau, nous
ne pourrons plus le faire.
With that, I will turn it over to our technician, Mr. Ransom,
who has more information on the environment.
Sur ce, je cède la parole à notre technicien, M. Ransom, qui a
davantage de renseignements sur l’environnement.
James Ransom, Director, Mohawk Council of Akwesasne:
Thank you, senators. I wanted to address a couple of issues for
you. The first one is with regard to section 5(1)(q) of Bill S-8, and
that section deems First Nations the owner of drinking water or
waste water systems in their communities. What it does not do,
though, is recognize our ability as owners of those systems to
effectively regulate them. Akwesasne and First Nations have a
history of finding solutions to water issues, and the bill does not
recognize that.
James Ransom, directeur, Conseil des Mohawks d’Akwesasne :
Merci, mesdames et messieurs. J’aimerais vous parler de deux ou
trois choses. La première concerne l’alinéa 5(1)q) du projet de loi S-8,
selon lequel les Premières nations sont les propriétaires de l’eau
potable et des systèmes de traitement des eaux usées dans leurs
collectivités. Cet alinéa, cependant, ne reconnaît pas notre capacité, à
titre de propriétaires, de les gérer efficacement. Akwesasne et les
Premières nations ont de tout temps trouvé des solutions aux
problèmes de l’eau, et le projet de loi ne le reconnaît pas.
I wanted to share an example with you. In the 1990s, I was
working at the Assembly of First Nations in their environment
unit. We came across an issue regarding on-reserve water and
waste water treatment plant operators. We found that provincial
training programs for these operators were not working. The
problem was that we were taking operators out of their
J’aimerais vous citer un exemple. Au cours des années 1990, je
travaillais à l’Assemblée des Premières Nations, dans leur service
de l’environnement. Un problème est survenu au niveau des
opérateurs des systèmes d’alimentation en eau potable et des
systèmes de traitement des eaux usées dans la réserve. Nous avons
constaté que les programmes de formation provinciaux ne
17:48
Aboriginal Peoples
9-5-2012
communities and bringing them, in Ontario, to Toronto for
training on equipment and processes that they would never see in
their lifetime. As a result, the systems they were operating and
maintaining were breaking down much before their lifespan.
fonctionnaient pas pour ces opérateurs. En effet, on sortait ces
opérateurs de leur collectivité et on les parachutait, en Ontario, à
Toronto, pour qu’ils soient formés à l’emploi d’un équipement et
de procédés qu’ils ne reverraient jamais plus. En conséquence, les
systèmes qu’ils faisaient fonctionner et qu’ils entretenaient
tombaient en panne bien avant la fin de leur cycle de vie.
We piloted, in Ontario and in Manitoba, a circuit rider training
program, wherein we took seasoned operators and they became
the trainers. Instead of taking the person out of the community,
we took the trainer into the community, and they did hands-on
training on the equipment they were going to use and that they
knew, and it made all the difference.
Nous avons mis à l’essai, en Ontario et au Manitoba, un
programme de formation itinérante dans le cadre duquel des
opérateurs d’expérience étaient les formateurs. Au lieu de faire
sortir les opérateurs de la collectivité, nous avons amené le
formateur dans la collectivité; ils ont pu alors être formés sur le
tas au fonctionnement de l’équipement qu’ils connaissaient et
allaient utiliser, et cela a fait toute la différence.
The pilot project would eventually become Indian and
Northern Affairs national Circuit Rider Training Program.
It came about not from the provinces but directly from
First Nations themselves. I think it demonstrates that we can be
part of the solution if we are given a fair chance to contribute.
En fin de compte, ce projet pilote est devenu le Programme de
formation itinérante d’Affaires autochtones et Développement du
Nord. Ce sont les Premières nations elles-mêmes qui l’ont inventé,
et non pas les provinces. À mon avis, c’est la preuve que nous
pouvons faire partie de la solution si on nous en donne l’occasion.
The issue for us is also that the language in Bill S-8, as Chief
Adams said, relegates our bylaws to a secondary position while at
the same time giving carte blanche approval to all provincial
water laws and acknowledges them. That is just wrong. We
cannot see any reason why laws that we develop that provide the
same protection as provinces should not be recognized by this
legislation.
Par ailleurs, il y a le problème de la formulation du projet de
loi S-8 qui, comme l’a mentionné le chef Adams, relègue nos
règlements administratifs au second plan tout en donnant carte
blanche à toutes les lois provinciales concernant l’eau, et en les
reconnaissant. C’est tout à fait injuste. Il n’y a aucune raison que
nos règlements qui assurent la même protection que ceux des
provinces ne soient pas reconnus par cette loi.
We know that the provinces are not all consistent in that we are
in both Quebec and Ontario and Quebec does not have the same
standards as Ontario. Ontario is actually better. Because we
follow best practices, even though we have water treatment plants
in Quebec, they operate to Ontario standards. It just makes good
sense, and so we implement solutions like that.
Nous savons que toutes les provinces ne font pas les choses de
la même façon; nous sommes au Québec et en Ontario, et le
Québec n’a pas les mêmes normes que l’Ontario. De fait, celles de
l’Ontario sont meilleures. Comme nous suivons les pratiques
exemplaires, nous exploitons les usines de traitement des eaux que
nous avons au Québec selon les normes de l’Ontario. C’est tout
simplement logique. C’est là le genre de solutions que nous
mettons en oeuvre.
My last point is with regard to this legislation and that it needs to
be responsive to the budgetary constraints that are occurring.
Currently, the federal government is going through a cost-cutting
exercise to help reduce the federal deficit. One of the government
agencies taking the biggest hit is Environment Canada and for First
Nations, Environment Canada has a role in waste water treatment
systems. Under CEPA, and given the cuts the department is
experiencing, it will be very difficult for them to maintain a
substantial role in the implementation of this legislation.
Le dernier point que je voudrais soulever est le suivant : la loi
proposée doit tenir compte des restrictions budgétaires qui existent.
À l’heure actuelle, le gouvernement fédéral réduit les coûts dans un
effort de réduction du déficit fédéral. Environnement Canada est un
des organismes qui est le plus touché; or, Environnement Canada
réglemente l’évacuation des eaux usées dans les collectivités des
Premières nations. En plus de la LCPE, et compte tenu des
coupures qu’il subit, il sera très difficile à ce ministère d’avoir un
rôle appréciable dans l’exécution de cette loi.
Likewise, clause 5(3) of Bill S-8 fails to consider the political
reality that exists in the provinces. The provinces, Ontario in
particular, is looking to reduce costs, reduce the size of government,
improve regulatory outcomes and improve efficiencies.
Aussi, le paragraphe 5(3) du projet de loi S-8 ne tient pas
compte de la réalité politique qui existe dans les provinces. Cellesci, l’Ontario en particulier, cherchent à diminuer les coûts, à
réduire la taille de la fonction publique, à améliorer les résultats
en matière réglementaire et à augmenter les efficiences.
Section 5(3) flies in the face of the cost saving exercises that are
taking place within the provinces. In Ontario alone, clause 5(3)
would add regulatory responsibilities to the province. They are
Le paragraphe 5(3) va contre les mesures d’économie que
prennent actuellement les provinces. Rien que dans le cas de
l’Ontario, le paragraphe 5(3) augmentera les responsabilités de
9-5-2012
Peuples autochtones
17:49
going to suddenly find themselves responsible for 133 First
Nations’ water and waste water treatment systems and they do
not have the capacity to do that.
réglementation de la province. Celle-ci se trouvera brusquement
responsable des systèmes d’alimentation en eau potable et des
systèmes de traitement des eaux usées de 133 Premières nations; elle
n’a tout simplement pas la capacité de s’acquitter de cette
responsabilité.
It is going to increase the provincial regulatory costs in a time
of cost cutting and fiscal restraint. We think the solution is to let
us take a more active role in regulating our drinking water
systems. Akwesasne already has experience building relationships.
As Chief Mitchell said, we have experience in building
relationship with others; other governments and agencies
around common interests. We have already taken the initiative.
We have met with Ontario Minister of the Environment Jim
Bradley and started discussing how we can form a partnership in
which the province recognizes our ability to make our own
regulations and we enter into a relationship where we exchange
information, technical assistance and training when needed, in a
cooperative fashion. That is coming from us to them and nobody
is dictating that to us. There is an important difference.
Les coûts de réglementation provinciaux augmenteront en une
période de réduction des coûts et de compressions budgétaires.
À notre avis, nous laisser assumer un rôle plus actif dans la
réglementation de nos systèmes d’alimentation en eau potable est la
solution. Akwesasne a l’expérience de l’établissement de relations.
Comme l’a dit le chef Mitchell, nous savons comment établir des
relations avec d’autres — d’autres gouvernements et organismes —
en ce qui concerne des intérêts communs. Nous en avons déjà pris
l’initiative. Nous avons rencontré le ministre de l’Environnement de
l’Ontario, Jim Bradley, et entrepris une discussion sur la façon dont
nous pourrions établir un partenariat dans le cadre duquel la
province reconnaîtrait notre capacité de produire nos propres
règlements; nous parlons également de la façon dont nous pourrions
établir une relation d’échange d’information, d’aide technique et de
formation, selon les besoins, dans un esprit de collaboration.
L’initiative vient de nous, et personne ne nous l’impose. C’est une
distinction importante.
We believe that Bill S-8 needs to encourage, promote and
advocate for partnerships between the federal government,
provinces and First Nations around common interests of safe
drinking water for all people, such as what we are trying to do.
We think a new clause should be added that goes something like
this: The minister will exempt from this legislation First Nations
that enter into agreements with respective provinces for the
administration and enforcement of regulations made under
subclause 4(1), so we become part of the process.
À notre avis, le projet de loi S-8 doit encourager, promouvoir et
favoriser les partenariats entre le gouvernement fédéral, les
provinces et les Premières nations sur le plan de l’intérêt commun
qu’est l’alimentation en eau potable salubre pour tous, comme nous
essayons de le faire. Nous croyons qu’il faudrait ajouter une
disposition qui dirait, essentiellement : Le ministre doit exempter
des mesures de cette loi les Premières nations qui signent une entente
avec leurs provinces respectives au sujet de l’administration et de
l’exécution des règlements pris au titre du paragraphe 4(1). Ainsi,
nous faisons partie du processus.
Those are the points I wanted to make and I want to turn it
back over to Chief Mitchell.
Voilà ce que j’avais à dire. Je passe la parole de nouveau au
chef Mitchell.
Mr. Mitchell: Thank you.
In the last few minutes that I wanted to convey my thoughts to
you as a conclusion and ask you this question: What does selfgovernment mean to the Government of Canada? In what ways
would you recognize self governance for First Nations that have
expressed a desire to go in that direction? At some point in time,
Canada has to say to us, self-government means this. At some
point in time you have to say the law making powers go with it,
the responsibility of self-government goes with it. When we talk
about governance, jurisdiction and authority in Akwesasne with
the government in Canada, it took us a long time to show them
that we could do it. Now, they acknowledge that we are one the
most progressive First Nations that has shown ability to get
things done.
M. Mitchell : Merci.
En ces quelques dernières minutes pendant lesquelles je vous
communique mes pensées, j’aimerais vous poser la question
suivante en guise de conclusion : Dans l’optique du gouvernement
fédéral, que signifie autonomie gouvernementale? De quelles façons
accorderiez-vous l’autonomie gouvernementale aux Premières
Nations qui ont manifesté le désir d’aller dans cette direction? À
un moment donné, il va bien falloir que le Canada nous dise ce que
l’autonomie gouvernementale signifie. Il va falloir que vous
admettiez, à un moment donné, qu’elle s’accompagne de la
compétence législative; c’est une responsabilité qui fait partie
intégrante de l’autonomie gouvernementale. À Akwesasne, dans
nos échanges avec le gouvernement du Canada au sujet de la
gouvernance, de la compétence et des pouvoirs, il nous a fallu
beaucoup de temps pour les convaincre que nous en sommes
capables. Maintenant, il reconnaît que nous sommes une des
Premières nations les plus progressives, et que nous avons démontré
notre capacité de faire ce qu’il faut.
17:50
Aboriginal Peoples
9-5-2012
We talk about a partnership here: ways to fix it, mend it and
make it strong. We appeal to you to listen to some of these
thoughts that we bring to you. Now, the exemption part:
Nous parlons ici de partenariat, de moyens de réparer les
choses et de les renforcer. Nous vous implorons de nous entendre.
Maintenant, voici la partie qui concerne l’exemption :
If an Aboriginal body in the final stages of negotiating a
self-government agreement with the Government of Canada
consistent with the intent expressed in 14(1) the Governor in
Council may make regulations exempting this Aboriginal
body from the regulations for a period not to exceed three
years.
Si un organisme autochtone est aux dernières étapes de la
négociation d’une entente d’autonomie gouvernementale
avec le gouvernement du Canada, conforme à l’intention
exprimée dans 14(1), le gouverneur en conseil peut, par
règlement, soustraire ce corps autochtone de règlement pour
une période n’excédant pas trois ans.
That was a precedent in the MRP. We are not asking to
reinvent anything. We are asking for the same consideration
because if we are handcuffed, that will send a signal to our
community. The direction we are headed is to maintain this path
we are on and developing the pride and accomplishments of
people, not just our community. Many First Nations across
Canada come to Akwesasne and ask how we did it. How did you
develop this system? How did you train your people? How did
you get them interested in this and stay on it? The contribution we
can make is reinforcement of confidence.
Il y a un précédent dans le cas de la Loi des Premières nations
sur les biens matrimoniaux. Nous ne vous demandons pas de
réinventer quoi que ce soit. Nous vous demandons de nous
accorder la même considération parce que, si nous sommes
menottés, notre collectivité y verra un message. Nous cherchons à
maintenir notre élan sur cette voie et à encourager la fierté et le
sens des réalisations dans notre peuple, et pas seulement dans
notre collectivité. De nombreuses Premières nations du Canada
viennent à Akwesasne et nous demandent comment nous avons
fait : « Comment avez-vous mis au point ce système? Comment
avez-vous formé vos gens? Comment les avez-vous amenés à
s’intéresser à ça et à persister? » Le renforcement de la confiance;
voilà quelle peut être notre contribution.
Thank you.
Merci.
The Chair: Thank you, chiefs.
Le président : Merci, chefs.
Not to be argumentative Chief Chamberlin, but how do we
handle this? We had the Atlantic Policy Congress here the other
day and they are in favour of the legislation. We asked them
specifically. Then we had the Assembly of the First Nations of
Quebec and Labrador. Chief Madeleine Paul was here with a
consultant and they accept the legislation. I know you qualified
what you said before you disagreed with the legislation. You said
clearly that you were not speaking for anybody else but yourself
as the Union of British Columbia Indian Chiefs. Somewhere
along the line, to use a term, we have to square the cycle. My
understanding is we have great approval as well from treaties 6
and 8 in Alberta. They have not yet appeared before us so I do
not want to speak on their behalf until we hear from them.
Sans vouloir argumenter, chef Chamberlin, je vous demande
comment réglons-nous cela? Nous avons eu ici, l’autre jour, le
Congrès des chefs des Premières nations de l’Atlantique, et il est
en faveur du projet de loi. Nous leur avons posé la question
spécifiquement. Puis, nous avons eu l’Assemblée des Premières
nations du Québec et du Labrador. La chef Madeleine Paul était
ici avec un conseiller, et ils acceptent le projet de loi. Je sais que
vous avez exprimé une réserve avant de déclarer que vous êtes
contre le projet de loi. Vous avez clairement dit que vous ne
parliez qu’au nom de l’Union of British Columbia Indian Chiefs.
À un moment donné, on se trouve à essayer de faire l’impossible.
Si je comprends bien, nous avons aussi une approbation
catégorique des traités 6 et 8 en Alberta. Nous n’avons pas
encore entendu leurs témoignages, et je ne voudrais pas leur
mettre des mots dans la bouche.
I hear your concerns, but can you understand the dilemma we
are in? I believe it was Chief Mitchell or Chief Adams who made
reference to the fact that one size does not fit all. We are listening
to people from across the country. I am not sitting here saying
that by any stretch of the imagination we are absolutely correct,
but in the same breath this is the dilemma. There are those that
want it as it is — they have said they before us — and now there is
tremendous opposition to others. I am not questioning the
legitimacy of your arguments. I am asking you to respond to a
situation that has arrived before us as a committee.
Je note vos préoccupations, mais pouvez-vous comprendre
notre dilemme? Je crois que le chef Mitchell, ou le chef Adams, a
fait allusion au fait que la taille unique ne convient pas à tous.
Nous écoutons les gens qui viennent des quatre coins du pays. Je
ne suis pas là à vous dire que nous avons absolument raison.
Cependant, voici le dilemme. Il y a ceux qui le veulent tel quel —
ils nous l’ont clairement dit ici —, et maintenant, il y en a d’autres
qui s’y opposent fortement. Je ne doute nullement de la légitimité
de vos arguments. Je vous demande de réagir à la situation qui se
présente au comité.
I would also like to try to answer your question, Chief Mitchell.
What is self-government? I think we have 22 modern-day treaties —
and I am not speaking for the federal government — and I have
been part of those for 19 years, starting with Nisga’a and with the
Je voudrais aussi répondre à votre question, chef Mitchell.
Qu’est-ce que l’autonomie gouvernementale? Je crois que nous
avons 22 traités modernes — je ne parle pas au nom du
gouvernement fédéral — et j’ai participé à ceux-ci pendant
9-5-2012
Peuples autochtones
17:51
Sechelt when I was in the House of Commons. We have modern
day treaties that provide self-government. I am advocate of it and I
put forward a piece of self-government legislation which I plan to
reintroduce before I leave office here in November. To get back to
Chief Chamberlin, would you mind commenting on that for us?
19 ans, en commençant par celui des Nisga’a et des Sechelt quand
j’étais à la Chambre des Communes. Nous avons des traités
modernes qui accordent l’autonomie gouvernementale. Je suis
partisan de l’autonomie gouvernementale et j’ai déjà présenté un
projet de loi sur le sujet, et j’ai l’intention de le présenter à
nouveau avant de quitter mon poste ici en novembre. Pour en
revenir au chef Chamberlin, puis-je vous demander votre opinion
sur le sujet?
Mr. Chamberlin: When you reference the First Nations and
groupings that have participated to date as you just have, my
immediate response is then why was that same effort not provided
all First Nations in Canada? If every First Nation as Canadian
citizens we are equal to one another — where one Aboriginal right
is no greater or no less than our neighbour’s — there must be a
process where we as the First Nations of British Columbia could
engage with the federal government as deeply and as widely as
perhaps you have in the Atlantic or other areas of Canada.
However, I can tell you it is not so.
M. Chamberlin : Quand vous parlez, comme vous venez de le
faire, des Premières nations et des groupes qui ont participé
jusqu’à présent, ma première réaction est de vous demander
pourquoi on n’a pas fait la même chose pour toutes les Premières
nations du Canada? Si toutes les Premières nations, en leur qualité
de citoyens canadiens, sont égales les unes aux autres — si aucun
droit autochtone n’est plus grand ni moins grand que celui du
voisin —, il doit y avoir un processus selon lequel les Premières
nations de la Colombie-Britannique peuvent interagir avec le
gouvernement fédéral autant et aussi intensément, peut-être, que
celles de l’Atlantique ou d’autres régions du Canada. Pourtant, je
peux vous affirmer qu’il n’en est rien.
The Chair: Were you consulted at all?
Le président : Avez-vous fait l’objet d’une consultation
quelconque?
Mr. Chamberlin: No, not in a meaningful way.
M. Chamberlin : Non, pas vraiment.
The Chair: Neither the summit or the union?
Le président : Ni le sommet ni l’union?
Mr. Chamberlin: The summit and the union do not consult on
behalf of our member tribes. It must be one which respects the
community-based, nation-driven approaches from our
First Nations.
M. Chamberlin : Le sommet et l’union ne représentent pas les
tribus membres pour la consultation. Il faut respecter les
démarches de nos Premières nations propres aux collectivités et
axées sur la nation.
With my distant family, I think the difference in the scenarios
we present to you shows the diversity of the issues we face in
Canada, where the urban population or the ones with a large
population base around them have a different set of
circumstances and opportunities.
Si j’en juge d’après ma famille étendue, les différences que nous
vous présentons reflètent la diversité des problèmes auxquels nous
sommes confrontés au Canada, les populations urbaines, ou celles
qui sont entourées d’une zone largement peuplée, ont des
circonstances et des possibilités différentes.
When you come to Gilford Island and jump on the plane and
fly into our community you will not find a municipality that we
can make an arrangement with. Therefore we wind up becoming
quite independent and demand a different approach from what
other First Nations may enjoy.
Quand vous venez à l’île Gilford, sautez dans l’avion et venez
dans notre collectivité, vous ne trouverez pas une municipalité
avec laquelle prendre des dispositions. Par conséquent, nous
sommes devenus très indépendants, et avec nous, il faut une autre
démarche que celles adoptées avec les autres Premières nations.
I can appreciate the challenge that Canada has, but I can also
say that if you listen to the expert panel’s recommendations we
would not be here talking about this problem. The
recommendations were clear and good money was invested on
behalf of Canadians to arrive at what was meant to be direction
for the government to embrace. By walking away from the very
basis of those recommendations, the preconditions especially, you
have just wasted millions of dollars. Those are valuable resources
that could have been directed to helping a First Nation that does
not have potable water or waste water management.
J’apprécie le défi auquel le Canada est confronté, mais je peux
dire aussi que si vous aviez écouté les recommandations du
groupe d’experts, nous ne serions pas ici en train de débattre du
problème. Les recommandations étaient claires, et des fonds
importants ont été investis au nom des Canadiens en vue d’en
arriver à ce qui était censé être une orientation que le
gouvernement suivrait. En vous éloignant du fondement de ces
recommandations, et en particulier des conditions préalables,
vous venez de gaspiller des millions de dollars. C’est un capital
précieux qui aurait pu être utilisé pour aider une Première nation
qui n’a pas d’eau potable ou d’usine de traitement des eaux usées.
17:52
Aboriginal Peoples
9-5-2012
Senator Tkachuk: Just so I am clear, because I got a little
confused in the questions with Chief Chamberlin, does Chief
Chamberlin speak on behalf of all 104 or just his own reserve, or
is he saying that the federal government should have consulted
with all 104 reserves?
Le sénateur Tkachuk : J’essaie de bien comprendre, parce que
la question soulevée par le chef Chamberlin n’est pas claire pour
moi. Est-ce que le chef Chamberlin parle au nom de toutes les
104 réserves, ou simplement de la sienne? Ou encore, dit-il que le
gouvernement fédéral aurait dû consulter toutes les 104 réserves?
I am not quite sure exactly what process you are talking about,
chief.
Je ne vois pas exactement de quel processus vous parlez, chef.
Mr. Chamberlin: I am fortunate enough to be able to speak
from two hats today. I am here on the behalf of the Union of
British Columbia Indian Chiefs. We have resolutions passed by
the chiefs and assembly of our 104 First Nation members that
have given direction to the union executive, which I am part of, to
come and explain the flaws that we see with this bill.
M. Chamberlin : J’ai l’honneur aujourd’hui de porter deux
chapeaux. Je représente l’Union of British Columbia Indian
Chiefs. Nous avons des résolutions adoptées par les chefs et
l’assemblée de nos 104 Premières nations qui ont demandé au
conseil exécutif de l’union, dont je fais partie, de venir exposer les
failles que nous trouvons dans ce projet de loi.
When I speak on behalf of our tribe, I do that on behalf of the
Kwikwasut’inuxw Haxwa’mis. I do that to try and illustrate for you
all the challenges in front of us, both in terms of capacity but also in
terms of infrastructure and the resources that are necessary, and
also the meandering approach that the government has taken to
meet the needs of our isolated community.
Je représente aussi ma tribu, celle des Kwikwasut’inuxw
Haxwa’mis. En son nom, je vous présente tous les défis que
nous avons sur le plan de la capacité, ainsi que de l’infrastructure
et des ressources requises, et je vous expose la démarche décousue
que le gouvernement a adoptée pour répondre aux besoins de
notre collectivité isolée.
Where we are fortunate, in comparison to some other
communities, is that we have a measure of progress, but it is
still halfway across the fence and left.
Nous sommes chanceux par rapport à d’autres collectivités,
parce que nous avons fait un certain progrès, mais il est encore
très faible.
Senator Tkachuk: Just so I am clear again, the consultation
process, did it take place with anybody in B.C. or with any
reserves in B.C. or just not your reserve?
Le sénateur Tkachuk : Afin de mieux comprendre, une fois de
plus, la question du processus de consultation : y a-t-il quelqu’un ou
une réserve quelconque qui a été consultée en ColombieBritannique? Ou bien est-ce seulement votre réserve qui n’a pas
été consultée?
Mr. Chamberlin: I know that the expert panel had a number of
regional sessions for First Nations to —
M. Chamberlin : Je sais que le groupe d’experts a tenu un certain
nombre de séances régionales pour que les Premières nations...
Senator Tkachuk: I am not talking about the consultation
process.
Le sénateur Tkachuk : Je ne parle pas du processus de
consultation.
Mr. Chamberlin: Not that I am aware of.
M. Chamberlin : Pas à ma connaissance.
Senator Tkachuk: They spoke to no one?
Le sénateur Tkachuk : Ils n’ont parlé à personne?
Mr. Chamberlin: No. What I have also heard from other
provinces is that there has been an absence of due diligence and
adequate consultation.
M. Chamberlin : Non. J’ai entendu dire aussi par les autres
provinces qu’il n’y a pas eu de diligence raisonnable, ni de
consultation adéquate.
The Chair: I think we should determine that. I am not
challenging what you are saying at all, but it would be interesting
to know if there was no consultation at all in British Columbia.
Le président : Je crois que c’est une chose à confirmer. Je ne mets
pas en doute ce que vous dites, mais il serait intéressant de savoir s’il
n’y a pas eu du tout de consultation en Colombie-Britannique.
Mr. Chamberlin: I can tell you, when it came down to
Environment Canada’s waste water regulations, I assisted in
developing the consultation model for the province of B.C. At
that time they wanted to have one session for 203 First Nations of
British Columbia. I pointed to a different province and said they
have a different number of bands or First Nations, but they also
enjoyed one session. Because of the difference in number we
demanded to have more sessions. We wound up having three
regional sessions, and that is not consultation. That is
M. Chamberlin : Je peux vous dire que, quand il a été question
du règlement d’Environnement Canada sur les eaux usées, j’ai
contribué à l’établissement du modèle de consultation pour la
Colombie-Britannique. À cette époque, ils voulaient tenir une seule
séance pour 203 Premières nations de la Colombie-Britannique. J’ai
demandé ce qu’il en était d’une autre province, et on m’a répondu
qu’elle avait un nombre différent de bandes ou de Premières
nations, et qu’elle aussi n’aurait droit qu’à une seule séance. Compte
tenu de la différence des nombres, nous avons demandé d’avoir plus
9-5-2012
Peuples autochtones
17:53
information sharing and gathering, but when it comes down to
the development of First Nations perspectives it has to be deep
and thorough consultation.
de séances. Nous avons fini par avoir trois séances régionales, et ce
n’est pas de la consultation. C’est un rassemblement et un échange
de renseignements, mais lorsqu’il est question de l’élaboration de
perspectives pour les Premières nations, il doit y avoir une
consultation approfondie et exhaustive.
Senator Hubley: Thank you for your presentations this evening.
What role did the expert panel play in British Columbia? You have
mentioned that and that their findings were important to you. What
role did they play in British Columbia and did you have an
opportunity to provide input?
Le sénateur Hubley : Je vous remercie de vos exposés ce soir.
Quel a été le rôle du groupe d’experts en Colombie-Britannique?
Vous avez mentionné que leurs constatations ont été importantes
pour vous. Quel a été son rôle en Colombie-Britannique, et avezvous eu l’occasion d’avoir un apport?
Mr. Chamberlin: Thank you for your question. The expert
panel did come to British Columbia on a number of locations.
I cannot remember the exact number. I know I stood in front of
them and shared the thoughts and wishes from our First Nation.
M. Chamberlin : Merci de votre question. Le groupe d’experts
est effectivement venu en Colombie-Britannique à plusieurs
endroits. Je ne me souviens pas du nombre exact. Je sais que j’ai
été devant lui et j’ai exposé les pensées et les désirs de notre Première
nation.
I draw your attention to page 49 of the expert panel report. At
the bottom of the page you will find there are preconditions to
provide resources to discuss and deal with high risks, as an
example. It clearly says that the first and most critically to be
addressed is that resource gap for the infrastructure.
J’attire votre attention sur la page 49 du rapport du groupe
d’experts. Au bas de la page, il faut préalablement fournir des
ressources, discuter et tenir compte des risques élevés, par
exemple. Il est clairement dit que le premier élément, et le plus
critique, est de combler les lacunes en matière de ressources en ce
qui concerne l’infrastructure.
We participated in understanding and sharing our wisdom and
traditional ecological knowledge, as my friends have also spoken
of, but that roll-up report is what I am referencing in terms of
Canada forgetting that it is even there and charting a course
independent of the recommendations.
Nous avons participé en comprenant, et en partageant notre
sagesse et notre savoir écologique traditionnel, comme l’ont
mentionné mes amis, mais ce rapport récapitulatif est ce dont je
parle quand je dis que le Canada en a même oublié l’existence et
trace un parcours qui fait fi de ses recommandations.
Senator Meredith: Thank you so much for your presentations. I
always enjoy the passion that comes to this committee with the
various witnesses who have come and spoken to us.
Le sénateur Meredith : Merci de vos exposés. J’ai toujours
plaisir à entendre la passion qu’apportent à ce comité les divers
témoins qui viennent nous parler.
I am clearly a little bit confused, similar to Senator Tkachuk,
with respect to the consultation process. The department has
appeared before us, and in 2009 they had 13 one-day sessions.
In 2010-11 they also had further sessions. Mr. Chamberlin, I am a
little concerned that we are getting conflicting information as to
whether information was available and parties chose not to
participate because they thought maybe the process was flawed.
Je suis un peu confus, comme le sénateur Tkachuk, en ce qui
concerne le processus de consultation. Nous avons eu des témoins
du ministère et, en 2009, ils ont eu 13 séances d’une journée.
En 2010-2011, ils ont eu d’autres séances encore. Monsieur
Chamberlin, je m’inquiète un peu que nous semblions recevoir des
renseignements contradictoires, à savoir si les renseignements
étaient disponibles ou pas, ou si les parties ont choisi de ne pas
participer parce qu’elles pensaient que le processus était défectueux.
Can you clarify for us as to whether somehow information got
to your membership and they chose not to participate or there
was strictly no communication whatsoever of the process of
Bill S-8?
Pouvez-vous nous dire si l’information a atteint d’une façon
quelconque vos membres et ceux-ci ont choisi de ne pas participer,
ou s’il n’y a eu strictement aucune communication du processus
au sujet du projet de loi S-8?
Mr. Chamberlin: In terms of Bill S-8, I have not known of any
consultation. I know Bill S-8 evolved from Bill S-11 and the
modifications, I guess the government is saying they have had,
this is consultation. This is how the government will characterize
it, but we are not talking to the Kwikwasut’inuxw Haxwa’mis
First Nations or the Squamish First Nation here. We are talking
about a collective.
M. Chamberlin : Je n’ai entendu parler d’aucune consultation
sur le projet de loi S-8. Je sais qu’il est dérivé du projet de loi S-11
et les modifications qu’on y a apportées, je suppose que le
gouvernement dit qu’elles sont le fruit de consultations. C’est ainsi
que le gouvernement le décrira, mais nous ne parlons pas de la
Première nation Kwikwasut’inuxw Haxwa’mis ou de la Première
nation Squamish, nous parlons d’un ensemble.
The government is characterizing what is consultation to meet
its needs rather than actually having meaningful consultation at
the community level. If you have a First Nation that is able to
enter into a municipal-type agreement with the municipality for
Le gouvernement définit ce qui constitue une consultation pour
satisfaire à ses besoins au lieu de consulter vraiment les
collectivités. Si vous avez une Première nation qui peut conclure
un accord avec la municipalité aux fins de la distribution d’eau
17:54
Aboriginal Peoples
9-5-2012
the provision of safe water, the consultation with them will look
quite different than if you come to Gilford Island and talk to us
about the challenges we have.
potable, la consultation entre les parties ne sera pas du même
ordre que si vous venez à l’île Gilford pour nous parler des défis
auxquels nous faisons face.
A regional session is where we group a number of First Nations
together so we sign in and we can count it off as consultation, is
what the federal government chooses to do. It is inadequate. That
does not give respect to the honour of the Crown as described in
Supreme Court of Canada rulings.
Une séance régionale, c’est lorsqu’on réunit plusieurs Premières
nations afin qu’on inscrive le nom de leurs représentants sur la
fiche de présence et qu’on puisse dire qu’il s’agit d’une
consultation. C’est ce que le gouvernement fédéral choisit de
faire. C’est insuffisant. Cette façon de faire ne respecte pas
l’honneur de la Couronne comme la Cour suprême du Canada l’a
dit dans une de ses décisions.
Senator Meredith: Chief Mitchell, I applaud the efforts your
community has made. You have said that clearly this legislation
here will almost do away with any progress that you have made in
terms of your approach to ensuring that there is safe drinking
water and proper management of your waste water.
Le sénateur Meredith : Chef Mitchell, j’applaudis aux efforts de
votre collectivité. Vous avez dit que le projet de loi à l’étude ici va
sans nul doute anéantir presque tous les progrès que vous avez
accomplis dans votre démarche visant à assurer un
approvisionnement sûr d’eau potable et la saine gestion de vos
eaux usées.
Can you go on a little bit further as to why you feel that this
legislation, as is, will do away with the progress that you have
made and the fact that you have taken on the process of training
your own people? As a businessman I applaud an individual
taking initiative and doing things to better their communities and
the training of our young people, especially that, and within the
community. I applaud you for that.
Pouvez-vous élaborer un peu plus sur les raisons pour
lesquelles vous estimez que ce projet de loi, dans sa forme
actuelle, anéantira les progrès que vous avez accomplis et le fait
que vous ayez pris en charge la formation de votre personnel? En
tant qu’homme d’affaires, j’aime voir quelqu’un prendre
l’initiative et agir pour améliorer sa collectivité et, en particulier,
la formation de nos jeunes dans la collectivité. Je vous applaudis.
Could you elaborate for me on the fact that you feel that this
will push you back? Chief Adams, you indicated that this is not
like a one-glove-fits-all scenario here. Would you elaborate for
me, please, if you could?
Pourriez-vous m’expliquer pourquoi vous estimez que ce projet
de loi sera un recul pour vous? Chef Adams, vous avez dit que ce
scénario n’est pas une panacée. Voudriez-vous élaborer pour moi,
s’il vous plaît?
Mr. Mitchell: Sure. In 1964, when they first introduced to the
community the desire of the committee to have regulations the
committee could have, it was not something at the time that
Indian Affairs would consider. However, they did it, and it was
very basic. It was called a bylaw, and it seemed innocent enough
for the minister to say let us see what they can do with that. What
I am talking about is thereafter. The ability to see things through
builds confidence in a community, from leadership to families in
the community. That is what happened in Akwesasne when I said
that, at one time, we were the most polluted First Nation in
Canada. Little by little, people began to learn more. We went to
the elders and said, ‘‘We need your knowledge of the natural
world, of your thoughts on science, from a traditional
perspective.’’ We said to people who had graduated and were
coming home, ‘‘We need you to help us with this.’’ Little by little,
the combining of the two provided that confidence, and then we
started making regulations, codes and laws.
M. Mitchell : Bien sûr. En 1964, lorsqu’ils ont présenté pour la
première fois à la collectivité le désir du comité d’établir des règles
que le comité pourrait élaborer, à l’époque, ce n’était pas une
façon de faire que le ministère des Affaires indiennes voulait
envisager. Néanmoins, ils l’ont fait et c’était très rudimentaire. On
parlait d’un règlement administratif et cela semblait suffisamment
innocent au ministre de l’époque pour qu’il dise : voyons ce qu’ils
peuvent faire avec cela. Ce dont je parle est arrivé plus tard. La
possibilité de mener un projet de bout en bout a renforcé la
confiance au sein de la collectivité, en commençant par ses
dirigeants jusqu’aux familles qui en font partie. C’est ce qui est
arrivé à Akwesasne quand je disais qu’à une époque, nous étions
la Première nation la plus polluée au Canada. Petit à petit, les
gens ont commencé à apprendre. Nous nous sommes adressés aux
Anciens et nous leur avons dit : « Nous avons besoin de votre
connaissance de la nature, de vos réflexions sur la science, dans
une perspective traditionnelle. » Nous avons dit à ceux qui
avaient terminé leurs études et qui revenaient à la maison :
« Nous avons besoin de votre aide dans ce dossier. » Petit à petit,
la combinaison des deux nous a donné confiance et nous avons
commencé à faire des règlements, des codes et des lois.
The training part was the same thing. You have to build that
confidence. All of a sudden, you are giving this authority to the
province, but you are not recognizing any of the authority of the
First Nations. That is the basic premise, and our basic objection is
that you need to have the law making power, as a First Nation, to
Pour la formation, le processus a été le même. Il faut renforcer
la confiance. Sans crier gare, vous transférez les pouvoirs à la
province, mais vous ne reconnaissez aucun pouvoir des Premières
nations. C’est le principe fondamental et notre objection
fondamentale, c’est que comme Première nation, vous devez
9-5-2012
Peuples autochtones
17:55
build that capacity, to keep on building and developing. Instead
of Indian Affairs, we are now looking at the province. The
conflict for us is that we are looking at two provinces that have
differing laws, codes and policies. We have learned from our
experience in health and every aspect of that that they do not
always have the same level.
jouir de ce pouvoir de faire des lois afin de renforcer les capacités,
de continuer à bâtir et à développer. Nous devons désormais
traiter avec la province plutôt qu’avec le ministère des Affaires
autochtones. Notre problème, c’est que nous devons le faire avec
deux provinces dont les lois, les codes et les politiques ne sont pas
les mêmes. Nous avons appris de notre expérience dans le
domaine de la santé et de tout ce qui s’y rattache que les provinces
ne sont pas toujours au même niveau.
The St. Lawrence River runs through the middle, but it does
not run in a straight line. It runs in zigzags around islands. When
you going down the St. Lawrence, one minute you are in Canada,
and the next minute you are in the U.S. You are in New York
State. You are in Quebec. You are in Ontario as you go down.
That is probably a good example of the geographic situation, and
I really wanted to have the opportunity to invite this Senate
committee to come and visit Akwesasne because you will see what
the community has done in spite of all of the obstacles.
Le fleuve Saint-Laurent coule entre les deux, mais il ne coule pas
en ligne droite. Il zigzague autour des îles. Lorsque vous descendez
le Saint-Laurent, un instant vous êtes au Canada, l’instant d’après
vous êtes aux États-Unis. Vous êtes dans l’état de New York. Vous
êtes au Québec. Vous êtes en Ontario un peu plus loin. C’est
probablement une bonne illustration de la situation géographique et
je voulais vraiment profiter de l’occasion pour vous inviter à venir
visiter Akwesasne pour que vous puissiez voir ce que la collectivité a
fait en dépit de tous les obstacles.
Today, as I said last year, we have an issue with CBSA. They
are now in Cornwall, and, every time I come home from work, I
have to go across and report and then come back. We tie up the
bridge, 80 per cent of our population. Even though it was two
years ago and they thought they would break our spirit, the
Mohawk people said, ‘‘In spite of that, we will continue to live
and abide by laws that this community will make.’’ When I said
that we have our own courts, our own justice, it is a thing that
people will follow and acknowledge, and it is consistent with the
laws in Canada and its provinces.
Aujourd’hui, comme je l’ai dit l’an dernier, nous avons un
problème avec l’ASFC. Ils sont maintenant à Cornwall et toutes
les fois que je rentre du travail, je dois traverser, faire une
déclaration puis revenir. Nous engorgeons le pont, 80 p. 100 de
notre population. Même si ça dure depuis deux ans et ils croyaient
qu’ils étoufferaient notre esprit de combativité, le peuple mohawk
a dit : « Malgré tout, nous continuerons de vivre et de respecter
les lois que notre collectivité édictera. » Quand j’ai dit que nous
avons nos propres tribunaux, notre propre justice, c’est une chose
que les gens respecteront et reconnaîtront et c’est conforme aux
lois du Canada et de ses provinces.
What I am talking about is that if you take that away from
them — you take away the confidence — we will regress to the level
that other people find themselves in, not having the opportunity. It
was not so much that money was there. It is that we have to develop
the confidence of the people to return home and bring their skills
back. Then, we will have the leadership and the confidence to make
those laws that are good for the community and probably good for
the provinces and the country.
Ce que je veux dire, c’est que si vous leur enlevez cela — si vous
enlevez la confiance —, nous régresserons au niveau où d’autres
peuples se situent, faute de possibilités. Ce n’est pas tant à cause de
l’argent investi, c’est que nous devons développer la confiance des
membres de la nation pour qu’ils rentrent à la maison et qu’ils
mettent leurs compétences à contribution. Nous aurons alors le
leadership et la confiance nécessaires pour faire des lois bonnes pour
la collectivité, et probablement bonnes pour les provinces et le pays.
That is our contribution. I will defer the other question you
had to Chief Adams.
C’est notre contribution. Je vais laisser le chef Adams répondre
à l’autre question que vous avez posée.
The Chair: Colleagues, we have to get through this, so I would
like you to tighten the answers a bit. Would you please be so
generous as to do that?
Le président : Chers collègues, comme nous devons passer au
travers de notre série de questions, je vous demanderai donc de
resserrer un peu vos réponses. Auriez-vous la générosité de le faire?
Mr. Mitchell: No problem.
Mr. Adams: Will do. Since 2004, we have opened up our
class II water treatment plant. OFNTSC remains vigilant that it is
impeccable, but you have needs up north — Kashechewan. One
size does not fit all. We are fortunate enough to not be in
Kashechewan’s dire need. We have resources, so, when I say one
size fits all, we would like you not to group us in that same way.
We are fortunate enough to be progressive, and that is what I
mean when I say that one size does not fit all. That is it.
M. Mitchell : Sans problème.
M. Adams : D’accord. En 2004, nous avons ouvert notre usine
d’épuration de catégorie 2. L’OFNTSC demeure vigilante pour
vérifier que tout est impeccable, mais il ya des besoins dans le
Nord — à Kashechewan. Il n’y a pas de solution universelle.
Nous sommes assez chanceux de ne pas avoir des besoins aussi
aigus qu’à Kashechewan. Nous avons des ressources, donc, quand
je dis qu’il n’y a pas de solution universelle, nous aimerions que
vous ne nous mettiez pas tous dans le même panier. Nous avons la
chance d’être progressifs, et c’est ce que je veux dire quand je dis
qu’il n’y a pas de solution universelle. C’est tout.
17:56
Aboriginal Peoples
Mr. Mitchell: What we are really saying is this: Do not make a
bill in that mode of one size fits all. There should be provisions in
the bill that acknowledge that there are large, medium and small
First Nations. Somewhere in there, there is the opportunity for First
Nations to fill in those blanks. That is what we are trying to say.
Senator Meredith: Thank you, chiefs.
Chair, I have a few more questions, but I will ask them on
second round.
The Chair: All right, that is great. Thank you.
9-5-2012
M. Mitchell : Concrètement, nous disons : « Ne faites pas un
projet de loi comme s’il s’agissait d’une panacée. Le projet de loi
devrait renfermer des dispositions qui reconnaissent qu’il y a des
Premières nations de toutes les tailles, grandes, moyennes et
petites. Quelque part là-dedans se trouve la possibilité pour les
Premières nations de remplir les espaces vierges. C’est ce que nous
essayons de dire.
Le sénateur Meredith : Merci messieurs.
Monsieur le président, j’ai quelques autres questions, mais je
les poserai dans la deuxième série.
Le président : Bien, c’est excellent. Je vous remercie.
Senator Tkachuk: Welcome. We all agree on one thing. We all
agree we need safe drinking water. The principle of the bill is
agreed to, but, obviously, you have some disagreements with the
substance.
Le sénateur Tkachuk : Bienvenue. Nous sommes unanimes sur
un point : nous convenons tous que nous avons besoin d’eau
potable. Le principe du projet de loi fait l’unanimité mais,
manifestement, vous avez certains problèmes avec le contenu.
Chief Chamberlin, just so I am clear because I want to continue
the queries that I made earlier, my understanding from you is that
there are 203 First Nations in British Columbia, of which
104 belong to the association that you claim to represent here.
Chef Chamberlin, pour que je comprenne bien, parce que je
veux fouiller encore les pistes d’investigation précédentes, si je
comprends bien ce que vous avez dit, il y a 203 Premières nations
en Colombie-Britannique, dont 104 appartiennent à l’association
que vous prétendez représenter.
Mr. Chamberlin: I do not claim to. I am here representing the
Union of British Columbia Indian Chiefs, and we have 104 members.
M. Chamberlin : Je ne le prétends pas. Je représente l’Union of
British Columbia Indian Chiefs et nous avons 104 membres.
Senator Tkachuk: I understand that. Because you spoke about
your own reserve and the problems of the bill representing your
organization, I just want to make clear which is which. Is the
organization that you represent opposed to bill or opposed to
certain parts of the bill?
Le sénateur Tkachuk : Je comprends. Parce que vous avez parlé
de votre réserve et des problèmes que le projet de loi crée pour
votre organisation, je voulais simplement départager les choses.
L’organisation que vous représentez s’oppose-t-elle au projet de
loi ou à certains éléments du projet de loi?
Mr. Chamberlin: I believe I was pretty clear that we reject the
bill in its present form, that it needs to be abandoned and that it
needs to be redone with adequate and thorough consultations
with the First Nations in British Columbia, as well as First
Nations across Canada. That was passed by resolution by the
chiefs and assembly.
M. Chamberlin : Je crois avoir dit assez clairement que nous
rejetons le projet de loi dans sa forme actuelle, parce qu’il faut
l’abandonner et le refaire au terme de consultations convenables
et approfondies avec les Premières nations de la ColombieBritannique et les Premières nations du Canada. C’est la
résolution que les chefs et l’assemblée ont adoptée.
Senator Tkachuk: Of the 104 members?
Le sénateur Tkachuk : Les 104 membres?
Mr. Chamberlin: Of the 104.
M. Chamberlin : Les 104.
Senator Tkachuk: Do you know if the other 100 were consulted?
Le sénateur Tkachuk : Savez-vous si les 100 autres ont été
consultées?
Mr. Chamberlin: Not that I am aware of. This is something
that has landed under the radar, and I think —
M. Chamberlin : Pas à ma connaissance. Ce dossier est passé
un peu inaperçu et je crois...
Senator Tkachuk: Was there consultation on the previous bill?
Le sénateur Tkachuk : Y a-t-il eu des consultations sur le projet
de loi précédent?
Mr. Chamberlin: No. I believe that you need to take from the
discussion here today that the Union of British Columbia Indian
Chiefs’ position on Bill S-11 and Bill S-8 is consistent. It has not
changed, and it is the voice of 104 First Nations in British
Columbia. That would inform your question about the level of
consultation and the comfort level in British Columbia in relation
to the efforts of the federal government.
M. Chamberlin : Non. Je crois que ce que vous devez retenir de
notre discussion, c’est que la position de l’Union of British
Columbia Indian Chiefs sur le projet de loi S-11 et sur le projet de
loi S-8 est cohérente. Elle n’a pas changé et c’est la voix de
104 Premières nations de la Colombie-Britannique. Cela répond à
votre question sur le degré de consultation et le degré de
satisfaction en Colombie-Britannique à l’égard des efforts
déployés par le gouvernement fédéral.
9-5-2012
Peuples autochtones
Senator Tkachuk: Of the 104 First Nations, how many of them
have a drinking water problem?
Mr. Chamberlin: I do not have those figures off the top of my
head.
Senator Tkachuk: Do you have an idea?
17:57
Le sénateur Tkachuk : Sur les 104 Premières nations, combien
ont un problème d’eau potable?
M. Chamberlin : Je n’ai pas ces chiffres de mémoire.
Le sénateur Tkachuk : Avez-vous une idée?
Mr. Chamberlin: I would have to find out. I do not have an
answer for you, senator.
M. Chamberlin : Il faudrait que je me renseigne. Je n’ai pas de
réponse pour vous, monsieur le sénateur.
Senator Tkachuk: There must be some that do not have a
drinking water problem.
Le sénateur Tkachuk : Il doit y avoir des Premières nations qui
n’ont pas de problème d’eau potable.
Mr. Chamberlin: I know that up in the Fraser canyon, where
we have a number of our member tribes of the Nlaka’pamux
Tribal Council, you will find that, by and large, the infrastructure
in place to meet their needs has aged. It needs replacement. It may
be providing some measure of water, but on its last legs.
M. Chamberlin : Je sais que dans le canyon du Fraser, où nous
avons plusieurs de nos tribus membres du Conseil tribal de la
nation Nlaka’pamux, vous constaterez qu’en général,
l’infrastructure disponible pour satisfaire à leurs besoins a
vieilli. Elle doit être remplacée. Elle peut fournir une certaine
quantité d’eau, mais elle est sur ses derniers milles.
Senator Tkachuk: It has infrastructure problems, much like
many communities outside of the reserves, and they are upgrading
their sewage and water systems and all the rest of it.
Le sénateur Tkachuk : Cette collectivité a des problèmes
d’infrastructure, comme beaucoup d’autres en dehors des
réserves et elles modernisent leurs systèmes d’épuration de l’eau
et de traitement des eaux usées et tout le reste.
Mr. Chamberlin: I would agree, but I also understand that the
federal government has a different relationship with First Nations
than it does with other Canadians. That fiduciary obligation is
well defined, and, with that, comes a certain level of
responsibility. What we are seeing now is that the federal
government is not living up to the broad description of that
fiduciary responsibility, whether it is budgetary cutbacks or the
lack of resources.
M. Chamberlin : J’en conviens, mais je sais aussi que le
gouvernement fédéral a une relation différente avec les
Premières nations qu’avec d’autres Canadiens. Cette obligation
fiduciaire est bien définie et elle engendre une certaine mesure de
responsabilité. Nous constatons que le gouvernement fédéral ne se
montre pas à la hauteur de la description globale de cette
responsabilité fiduciaire, que cela soit dû à des compressions
budgétaires ou à un manque de ressources.
Senator Tkachuk: Let us talk about that for a moment. What is
your responsibility?
Le sénateur Tkachuk : Parlons-en un moment. Quelle est votre
responsabilité?
Mr. Chamberlin: Our responsibility is to ensure that the
machinery or the equipment that we do receive is kept in good
working order and that when we can, if we are in position to
contribute to our own needs, we do so. I can report to you that
when our village on Gilford Island set out to rebuild all of the
26 homes, we contributed over $1 million toward our housing
project. We are one of those First Nations that has severe challenges
in terms of economic development, and yet we paid our part. We
participated, and we owned what we felt we needed to in terms of
rebuilding our village. It took a lot of effort from our First Nation
to do that, and not all First Nations are in a position where they can
do that. If you are in a larger, more urban setting, you could
possibly be in a different financial bracket or have a different means
to approach your capital and infrastructure needs.
M. Chamberlin : Notre responsabilité consiste à faire en sorte
que la machinerie ou l’équipement que nous recevons demeure en
bon état de marche et que lorsque nous le pouvons, si nous
sommes à même de contribuer à la satisfaction de nos propres
besoins, nous le faisons. Je peux vous dire que lorsque notre
village sur l’île Gilford s’est mis en frais de rebâtir les 26 maisons,
nous avons versé plus de 1 million de dollars à notre projet de
logement. Nous sommes l’une de ces Premières nations qui font
face à d’énormes défis en matière de développement économique
et, pourtant, nous avons payé notre part. Nous avons participé et
nous avons assumé la part de responsabilité que nous jugeons
devoir assumer par rapport à la reconstruction de notre village.
Notre Première nation a dû faire beaucoup de sacrifices pour y
parvenir et les Premières nations ne sont pas toutes à même de le
faire. Si vous êtes dans un contexte plus gros, plus urbain, vous
êtes peut-être dans une fourchette financière différente ou vous
avez peut-être différents moyens de combler vos besoins
d’immobilisations et d’infrastructure.
Senator Dyck: Thank you, gentlemen, for your presentations
tonight. You were very clear in your assessment of the bill. I think
it is quite interesting. Not only do you come from different parts
of the country, but it sounds as though the water infrastructure
Le sénateur Dyck : Merci, messieurs, de vos déclarations. Votre
évaluation du projet de loi était très claire. Je crois qu’il est assez
intéressant de voir que non seulement vous venez de régions
différentes du pays, mais on dirait que l’infrastructure
17:58
Aboriginal Peoples
9-5-2012
you have in your areas is at very different levels. In British
Columbia, you were talking about having an interim solution,
and it sounds like at Akwesasne you have probably good
infrastructure, yet you both oppose the bill.
d’approvisionnement en eau que vous avez dans vos régions sont
à des niveaux très différents. En Colombie-Britannique, vous
parliez d’une solution provisoire et on dirait qu’à Akwesasne,
vous avez probablement une bonne infrastructure et pourtant
vous vous opposez tous deux au projet de loi.
As I recall, Bill S-11 was withdrawn and there were press
releases that went out that said the department was going to
rework the bill in active consultation with First Nations. So far, I
do not think that has happened to any extent that would satisfy
the people that have appeared before us. Consultation is definitely
a big part of what should have happened, but if the bill gets
passed, it will be very important in terms of the development of
the regulations.
Si je me souviens bien, le projet de loi S-11 a été retiré et des
communiqués de presse disaient que le ministère allait retravailler le
projet de loi en consultant activement les Premières nations.
À ce jour, je ne crois pas que cela se soit produit dans une
mesure qui satisferait les témoins que nous avons entendus.
La consultation est de toute évidence une grande part de ce qui
aurait dû se produire, mais si le projet de loi devait être adopté, elle
sera très importante en vue de l’élaboration des règlements
d’application.
My first question is: If the bill is passed and regulations are
developed, what is your expectation? How will you go about
ensuring that First Nations are really accommodated, consulted
and your input actually listened to? I think you used that term,
Chief Chamberlin. Will the government actually listen to
First Nations when the regulations are being developed? How
will you ensure that happens?
Ma première question est celle-ci : si le projet de loi est adopté
et que des règlements sont élaborés, à quoi vous attendez-vous?
Comment ferez-vous pour garantir que les Premières nations sont
vraiment considérées, consultées et que votre contribution est
vraiment prise en compte? Je crois que c’est l’expression que vous
avez utilisée, chef Chamberlin. Le gouvernement va-t-il vraiment
écouter les Premières nations lors de l’élaboration des règlements?
Qu’allez-vous faire pour garantir que ce sera le cas?
Mr. Chamberlin: For the record, we at the Union of British
Columbia Indian Chiefs will be extremely disappointed if this bill
goes through. We have been very clear and detailed in our
submissions and responses to Canada that the comfort level is not
there with the consultation that has gone on. I, as the chief of a
small First Nation, know of no consultation opportunities for
Bill S-8, period.
M. Chamberlin : Pour que ce soit clair, je dirai que nous,
l’Union of British Columbia Indian Chiefs, serons extrêmement
déçus si ce projet de loi devait être adopté. Nous avons été très
clairs et détaillés dans les mémoires et les réponses que nous avons
présentés au gouvernement du Canada : le degré de satisfaction
par rapport à la consultation qui a eu lieu n’est pas là. Je suis le
chef d’une petite Première nation, à ma connaissance, il n’y a pas
eu de possibilité de consultation sur le projet de loi S-8.
I saw those press releases. We probably viewed them perhaps a
little differently, but through the work we have done at the union
assessing and analyzing the differences between Bill S-8 and
Bill S-11, there is not much difference at all. There are very small
changes, and they were not the changes put forward by the Union
of British Columbia Indian Chiefs.
J’ai vu les communiqués de presse dont vous parlez. Nous les
avons probablement interprétés un peu différemment, mais au
terme des travaux que nous avons faits à l’union pour évaluer et
analyser les différences entre les projets de loi S-8 et S-11, nous
avons conclu qu’il n’y a pas beaucoup de différences. Les
changements sont très mineurs et ce ne sont pas ceux que
l’Union of British Columbia Indian Chiefs avait proposés.
That does not set the table well for comfort in further
consultation and the notion of being accommodated adequately.
Il n’y a là rien de rassurant en vue de consultations ultérieures
et des chances que nos besoins soient bien pris en compte.
Mr. Adams: If I may, I would like to explain something. There
was no consultation. Consultation needs to be defined. That is
what First Nations across Canada want to know. Is having coffee
with an INAC or AANDC official consultation? I have seen
where you call in or there is a webinar or you have to make your
way to AFN. Which one is the consultation? If you clearly define
what consultation is, then you will get true consultation.
M. Adams : Si vous me le permettez, j’aimerais expliquer un
point. Il n’y a pas eu de consultation. Il faut définir ce qu’est une
consultation. C’est ce que les Premières nations à la grandeur du
Canada veulent savoir. Est-ce que prendre un café avec un
représentant d’AINC ou d’AADNC constitue une consultation?
J’ai vu des situations où nous avions un numéro à composer pour
participer à une téléconférence, ou il y avait une webconférence,
ou nous devions nous rendre à l’Assemblée des Premières
Nations. Laquelle est une consultation? Si vous définissez
clairement ce qu’est une consultation, vous aurez alors une
véritable consultation.
We had a meeting about Bill S-8, but AANDC did not seek us
out; we sought them out. I went to Alberta to look for them. I
turned around and went to Niagara Falls the next day. I was
Nous avons eu une réunion sur le projet de loi S-8, mais pas à
la demande d’AADNC; nous l’avons demandée. Je me suis rendu
en Alberta à leur recherche. J’ai rebroussé chemin et je suis allé à
9-5-2012
Peuples autochtones
17:59
following them. You tell me, do I have to chase for consultation
or is AANDC, who is supposed to be the overseer, supposed to
look for us? You tell me.
Niagara Falls le lendemain. Je les suivais. Dites-moi, est-ce que je
dois me mettre en chasse pour avoir une consultation ou AADNC
n’est-il pas censé être le maître d’oeuvre, n’est-il pas censé nous
inviter? C’est à vous de me le dire.
Senator Dyck: Thank you. You have made some good points.
I think it is clear we need to define what that term means.
Le sénateur Dyck : Merci. Vous avez soulevé de bons points. Je
crois qu’il est clair que nous devons définir ce que le mot veut dire.
Second, the expert panel I believe recommended that there
should be a water commission that is part of the regulatory
process. We had witnesses from the Atlantic Policy Congress of
First Nations Chiefs, and they also recommended that there be a
regional water authority. It sounds like, for them, working across
their region in this fashion was a way of ensuring that all the
individual First Nations within the region were active partners in
developing whatever it is they needed for their region.
Deuxièmement, je crois que le comité d’experts a recommandé
qu’une commission de l’eau fasse partie du processus de
réglementation. Nous avons eu des témoins de l’Atlantic Policy
Congress of First Nations Chiefs et ils ont aussi recommandé la
création d’une autorité régionale de l’eau. On dirait qu’à leur avis,
une collaboration de cette nature dans leur région était une façon de
garantir que toutes les Premières nations de la région participent
activement à l’élaboration d’une solution pour leur région.
If something like a regional water authority was incorporated
into the bill, would that help make it more acceptable?
Si quelque chose comme une autorité régionale de l’eau était
incorporée dans le projet de loi, cela aiderait-il à le rendre plus
acceptable?
The Chair: Would you like to answer that, Grand Chief
Mitchell?
Le président : Aimeriez-vous répondre, grand chef Mitchell?
Mr. Mitchell: Yes. First, the Great Lakes Commission is in
place. First Nations, Native Americans on both the U.S. and
Canadian sides play an integral part in it. Dr. Henry Lickers,
among others, holds a prestigious position there, as well as other
Native Americans, and I want to use it as an example. On the U.S.
side, the recognition given to First Nations in terms of authority
and jurisdiction is equal to that of the state. It is placed upon
them, and then partnerships are formed from there. The wish of
Akwesasne on the Canadian side is to be given that opportunity
and to have that as a goal and objective.
M. Mitchell : Je vais répondre. Premièrement, la Commission
des Grands Lacs est en place. Les Premières nations, les
Amérindiens du côté des États-Unis et du côté canadien en font
partie intégrante. Henry Lickers, entre autres, y occupe un poste
prestigieux, ainsi que d’autres Amérindiens et la commission me
servira d’exemple. Du côté américain, la reconnaissance accordée
aux Premières nations en fait de pouvoirs et de compétences est
égale à celle accordée à l’état. Ces pouvoirs leur sont conférés et
des partenariats sont formés à partir de là. Du côté canadien,
Akwesasne souhaite qu’on lui accorde cette possibilité et elle veut
en faire un but et un objectif.
Senator Dyck: If that sort of arrangement were part of this bill,
it would make it more acceptable, if I could sum it up that way?
Le sénateur Dyck : En bref, si un arrangement de cette nature
devait faire partie du projet de loi, cela le rendrait plus acceptable?
Mr. Mitchell: Definitely.
M. Mitchell : Sans aucun doute.
Senator Dyck: Chief Chamberlin?
Le sénateur Dyck : Chef Chamberlin?
Mr. Chamberlin: When it comes to a regional water authority,
I cannot comment on what the Atlantic provinces have chosen as
a route forward, but my first assumption would be that it was
based on the realities found in Atlantic Canada, whether it is
geographical, whether it is proximity to urban settings or what
have you.
M. Chamberlin : En ce qui concerne une autorité de l’eau
régionale, je ne peux me prononcer sur la marche à suivre que les
provinces de l’Atlantique ont retenue, mais ma première hypothèse
serait qu’elle était fondée sur la situation qui existe dans le Canada
atlantique, qu’elle soit déterminée par des facteurs géographiques,
par la proximité à des milieux urbains ou peu importe.
In British Columbia, there is a vast difference between areas in
the province of B.C. from northeastern B.C. over to the northern
coastal areas to northern Vancouver Island where I am from. As
much as I would like to give you an answer, that is the kind of
dialogue and consultation that we need to endeavour to arrive at
a proper answer for that.
En Colombie-Britannique, il y a une énorme différence entre
les régions de la province, du nord-est de la Colombie-Britannique
aux régions côtières du Nord ou dans la partie nord de l’île de
Vancouver d’où je viens. J’aimerais bien vous répondre, mais c’est
le genre de dialogue et de consultation que nous devons
entreprendre pour en arriver à une réponse convenable.
The Chair: Given the urgency of the situation — fresh drinking
water must be one of the most urgent things in the country; if you
have not got safe drinking water, you are in trouble — how would
you provide an amalgamation process? You cannot consult with
630 First Nations, to be realistic, even 203, such as in B.C. To say
Le président : Compte tenu de l’urgence de la situation — l’eau
potable doit être l’un des dossiers les plus urgents au pays; si vous
n’avez pas d’eau potable, vous êtes mal pris —, comment
établiriez-vous un processus de regroupement? Si nous sommes
réalistes, nous devons admettre qu’il est impossible de consulter
17:60
Aboriginal Peoples
9-5-2012
you would have to consult with each and every one of them is a
difficulty. I have been sitting here for 19 years and hearing about
accommodation and consultation not taking place properly
concerns me.
630 Premières nations, voire 203 comme en ColombieBritannique. De dire qu’il faudrait consulter chacune d’entre
elles pose problème. Je siège ici depuis 19 ans et le fait d’entendre
dire qu’il n’y a pas d’accommodement ni de consultation me
préoccupe.
You are the vice-president of the union. Do you not agree that
it would be impractical to expect the government to consult with
all 630 some bands? There must be an amalgamation process or
something that would facilitate consultation but not necessarily
with every living, breathing band.
Vous êtes le vice-président de l’union. Convenez-vous qu’il
serait illusoire de s’attendre que le gouvernement consulte les
quelque 630 bandes? Il doit y avoir un processus de regroupement
ou quelque chose qui faciliterait la consultation, mais pas
forcément avec chaque bande.
I am not trying to minimize the importance of anyone, but I
am trying to look at the practical aspect of it.
Je n’essaie pas de minimiser l’importance de qui que ce soit,
mais j’essaie de prendre en compte l’aspect pratique.
Mr. Chamberlin: Thank you for the question, Senator
St. Germain.
M. Chamberlin : Merci de votre question, sénateur St. Germain.
If I could be so bold as to describe to you perhaps a grouping
effort of consultation, I would encourage the Government of
Canada to perhaps approach various tribal councils found in
British Columbia. Whether it is the Kwakiutl District Council,
which has a larger group of nations that are part of it; whether it
is the Nlaka’pamux tribal council; or whether it is the Stl’atl’imx
or Tsawataineuk tribal council, you will find there are groups of
First Nations that self-identify with one another and are found
within geographical similarities. That may be one way to
approach it if there is no appetite to meaningfully consult with
all First Nations.
Si j’osais vous décrire un regroupement possible aux fins de la
consultation, j’encouragerais le gouvernement du Canada à
s’adresser peut-être aux différents conseils tribaux en ColombieBritannique. Que ce soit le conseil de district Kwakiutl, constitué
d’un grand nombre de nations, que ce soit le Conseil tribal de la
nation Nlaka’pamux ou le Conseil tribal Stl’atl’imx ou
Tsawataineuk, vous constaterez que des groupes de Premières
nations s’identifient à l’un et à l’autre et se trouvent dans une
situation géographique similaire. Ce serait peut-être une façon de
fonctionner s’il n’y a aucune envie de consulter vraiment toutes les
Premières nations.
Senator Sibbeston: I was very concerned about the statements
made by the Akwesasne representative who said they are
concerned about whether this bill can in any way take away
from what they have.
Le sénateur Sibbeston : Les affirmations du représentant
d’Akwesasne m’ont beaucoup préoccupé, lorsqu’il a dit qu’ils
craignent que ce projet de loi, d’une quelconque façon, leur enlève
des acquis.
I was just looking through the regulations to see whether that is
the case. I see that while the minister can make regulations with
respect to the operations of waters and disposal of sewage, under
clause 5 it can also confer on any person or body the power to
regulate drinking water. They can confer on any person or body
any legislative, administrative, judicial or other power that the
Governor-in-Council considers necessary to effectively regulate.
Je viens de parcourir le règlement pour voir si c’est le cas. Je
constate que le ministre peut prendre des règlements par rapport
aux systèmes d’alimentation en eau potable et de traitement des
eaux usées, mais aux termes de l’article 5, les règlements peuvent
aussi conférer à toute personne ou à tout organisme le pouvoir de
réglementer l’eau potable. Les règlements peuvent conférer à
toute personne ou à tout organisme les pouvoirs législatifs,
administratifs ou judiciaires que le gouverneur en conseil juge
nécessaires afin de régir efficacement ces systèmes.
I get the impression from this that it is possible that the
government can give power, as it were, to a First Nation to
operate its own system. I am wondering if this might be the way to
have an exception or special recognition of the advancements that
the Akwesasne people have made so that they will not be held
back or diminished in any way by this bill.
J’ai donc l’impression que le gouvernement peut très bien
conférer le pouvoir, pour ainsi dire, à une Première nation pour
qu’elle exploite son propre système. Je me demande si ce ne serait
pas là une façon de prévoir une exception ou une reconnaissance
spéciale pour les progrès que le peuple akwesasne a faits de sorte
que ce projet de loi ne retarde ou ne diminue d’aucune façon son
développement.
Have the representatives seen this? Do you think this might be
a way in which the government can recognize the work you have
done and the system you have in place and not take away from
what you presently have?
Est-ce que les représentants ont vu cette disposition? Croyezvous que le gouvernement pourrait reconnaître de cette façon le
travail que vous avez fait et le système que vous avez mis en
oeuvre et ne rien vous enlever de ce que vous avez déjà?
9-5-2012
Peuples autochtones
17:61
Mr. Adams: The bill also contains clause 7 with regard to
First Nations laws. Since 1964 we have taken the initiative.
Through the Indian Act they allowed us to make bylaws with
ministerial approval.
M. Adams : Le projet de loi renferme aussi l’article 7 par
rapport aux lois édictées par les Premières nations. Depuis 1964,
nous avons pris l’initiative. En adoptant la Loi sur les Indiens, ils
nous ont permis d’établir des règlements administratifs avec
l’approbation du ministre.
Clause 7 says that if our bylaw does not accord with federal
regulations, the federal regulations will supersede our laws. What
sense is there in us making bylaws if Bill S-8 will trump them?
L’article 7 dit que si notre règlement administratif est
incompatible avec le règlement fédéral, ce dernier a préséance
sur nos lois. Quelle est l’utilité pour nous de prendre des
règlements si le projet de loi S-8 sera plus fort qu’eux?
Clause 5 should include ‘‘may incorporate by reference laws of
a province.’’ Why not laws of a First Nation as well? We have
customary laws. How can we advance ourselves if Aboriginal
Affairs and Northern Development Canada does not recognize
that either?
L’article 5 dit « les règlements peuvent incorporer par renvoi
tout texte législatif d’une province ». Pourquoi pas aussi les lois
d’une Première nation? Nous avons notre droit coutumier.
Comment pouvons-nous voir à notre développement si Affaires
autochtones et Développement du Nord Canada ne reconnaît pas
non plus notre droit coutumier?
We are trying to move ahead in Akwesasne, but it seems to me
that Bill S-8 will hold us back. That is why we cannot support this
bill in its current form. We would like an exemption. I do not
know if that answers your question.
Nous essayons de faire des progrès à Akwesasne, mais il me
semble que le projet de loi S-8 mettra un frein à notre
développement et c’est pourquoi nous ne pouvons appuyer ce
projet de loi dans sa forme actuelle. Nous aimerions une exemption.
Je ne sais pas si cela répond à votre question.
Senator Sibbeston: Mr. Chair, we obviously need to study this
area. It is a serious contention of the representatives to say that
they are concerned that this bill will in some ways hold them back
and not recognize the advancements they have made. That is a
significant point. Perhaps we should have our researchers and
legal advisers look at this to see whether that is the case. If we
think it is important enough, we can consider an amendment, as
they have suggested, to provide for exemptions or to provide for
the recognition of First Nation laws that govern this area.
Le sénateur Sibbeston : Monsieur le président, nous devons
manifestement nous pencher sur le sujet. C’est un point de
désaccord sérieux si les représentants disent qu’ils craignent que ce
projet de loi freine d’une quelconque façon leur développement et
ne reconnaisse pas les progrès qu’ils ont accomplis. C’est un point
important. Nous devrions peut-être demander à nos recherchistes
et à nos conseillers juridiques d’étudier la question pour
déterminer si c’est le cas. Si nous croyons que le problème est
suffisamment important, nous pouvons envisager de proposer un
amendement, comme ils l’ont suggéré, pour prévoir des
exemptions ou la reconnaissance des lois des Premières nations
qui régissent ce domaine.
The Chair: In other words, you are concerned that this bill
could possibly override any of the bylaws that surround the
infrastructure that they have in place?
Le président : Autrement dit, vous craignez que ce projet de loi
supplante les règlements administratifs entourant l’infrastructure
qu’ils ont déjà?
Senator Sibbeston: Yes. Let us respond to their concern in a
very real way. If it is the case, let us, as the Senate, do something
about it and amend the bill to deal with situations such as that in
Akwesasne. They are probably at the forefront of water and
sewage systems in our country. We should ensure that this bill
does not take anything away from what they have accomplished.
That is just an idea. I suggest we pursue that and get a legal
opinion on it. If it is the case, we should seek to amend the bill in
order to satisfy them.
Le sénateur Sibbeston : Oui. Réagissons à leur préoccupation
d’une façon très concrète. Si c’est le cas, dans notre rôle au Sénat,
agissons et modifions le projet de loi pour prendre en compte des
situations comme celle d’Akwesasne. Ils sont probablement à
l’avant-plan des systèmes d’approvisionnement en eau et de
traitement des eaux usées au pays. Nous devrions nous assurer que
ce projet de loi n’enlève rien à ce qu’ils ont accompli. Ce n’est qu’une
idée. Je propose que nous poussions plus loin l’analyse et que nous
obtenions une opinion juridique sur ce point. Si c’est le cas, nous
devrions tenter de modifier le projet de loi de façon à les satisfaire.
The Chair: We will seek a legal opinion.
Senator Sibbeston: The representatives of Akwesasne have
invited us to go to their nation to see their system. I would be very
interested in doing that, particularly since it is only 40 minutes
away. Where I live, we get water from the Mackenzie River,
which is a very big river that has very clear water, as yet. The
water is pumped into a big tank. I imagine that after the water
Le président : Nous demanderons une opinion juridique.
Le sénateur Sibbeston : Les représentants d’Akwesasne nous
ont invités à visiter leur nation pour voir leur système. Je serais
très intéressé à le faire, surtout que ce n’est qu’à 40 minutes d’ici.
Où je vis, nous puisons notre eau dans le fleuve Mackenzie, un
très grand cours d’eau dont l’eau est encore très pure. L’eau est
pompée dans un gros réservoir. Je suppose qu’après avoir laissé
17:62
Aboriginal Peoples
9-5-2012
settles someone sprinkles chlorine or fluoride or whatever so that
the water is good. That is my understanding of a water system,
but I am sure it is more sophisticated and complicated than that.
l’eau reposer, on saupoudre du chlore ou du fluor ou peu importe
afin de rendre l’eau salubre. C’est l’image que j’ai d’un système
d’approvisionnement en eau, mais je suis sûr que c’est plus
sophistiqué et plus compliqué.
We are talking about systems like this. Why not take
advantage of the opportunity given to us and see what a water
and sewage system is? We could visit their reserve sometime in the
next few weeks and see for ourselves. If senators are willing, I am
sure that can be arranged.
Nous parlons de ce genre de systèmes. Pourquoi ne pas profiter
de la possibilité qui nous est offerte de voir à quoi ressemble un
système d’approvisionnement en eau et de traitement des eaux
usées? Nous pourrions visiter la réserve au cours des prochaines
semaines et le voir de nos propres yeux. Si les sénateurs sont
d’accord, je suis sûr que la chose peut se faire.
Is that right, Mr. Chair?
N’est-ce pas vrai, monsieur le président?
The Chair: We can discuss that, yes.
Le président : Nous pouvons en discuter.
Mr. Chamberlin: I would like to extend a similar invitation to
you to come to Gilford Island.
Senator Meredith: We do not want to leave you out.
Mr. Chamberlin: We would love to host you. We would love
for you to fly in and see that there are no roads that will bring you
to our village, that there are no municipalities to work out
creative agreements with. You can stand in the little trailer there
that has three reverse osmosis water purification systems that are
in conflict with one other and not operating in the way INAC
wanted them to. You can see for yourselves exactly what an
isolated community faces with the half measure that we have.
The Chair: Thank you, panel.
M. Chamberlin : J’aimerais vous lancer une invitation similaire
de venir à l’île Gilford.
Le sénateur Meredith : Nous ne voulons pas vous négliger!
M. Chamberlin : Nous serions heureux de vous accueillir. Nous
serions heureux que vous preniez l’avion pour venir nous voir et
constater qu’il n’y a pas de route pour vous rendre à notre village,
qu’il n’y a pas de municipalité avec laquelle nous pourrions conclure
des accords créatifs. Vous pouvez vous tenir dans la petite remorque
où il y a trois systèmes de purification d’eau à osmose inversée qui
sont en conflit les uns avec les autres et qui ne fonctionnent pas
comme AINC l’avait prévu. Vous pouvez constater vous-mêmes
concrètement la situation avec laquelle une collectivité isolée doit
composer avec la demi-mesure que nous avons.
Le président : Merci à nos experts.
Senator Meredith: Grand Chief Mitchell, I am hearing that you
would like an amendment to clause 5 to protect treaty and other
rights. What recommendations would you make that would
enable you to support the bill?
Le sénateur Meredith : Grand chef Mitchell, je note que vous
aimeriez que l’article 5 soit modifié de façon à protéger les droits
issus de traités et d’autres droits. Quelles recommandations
feriez-vous qui vous permettraient d’appuyer le projet de loi?
Mr. Mitchell: I will read to you the proposed clause 5(3) that
we drafted for your consideration:
M. Mitchell : Je vais vous lire le paragraphe 5(3) proposé que
nous avons rédigé à votre attention :
Regulations made under Section 4 may incorporate by
reference laws of a province or a First Nation, as amended
from time to time, with any adaptations that the Governor
in Council may consider necessary.
Le règlement pris en vertu de l’article 4 peut incorporer
les lois d’une province ou d’une Première nation, telles que
modifiées de temps à autre, avec les adaptations que le
gouverneur en conseil estime nécessaires.
When you recognize that a First Nations can be proactive and
has the ability to achieve the required objective, give them that
opportunity. Put those provisions in the bill.
Lorsque vous reconnaissez qu’une Première nation peut être
dynamique et posséder la capacité de réaliser l’objectif visé,
donnez-lui cette possibilité. Incorporez ces dispositions dans le
projet de loi.
Senator Meredith: Thank you.
Le sénateur Meredith : Merci.
Senator Lovelace Nicholas: Grand Chief Mitchell, you said that
big industries are polluting your lands and water. Would this
legislation not at some point stop the pollution?
Le sénateur Lovelace Nicholas : Grand chef Mitchell, vous dites
que les grandes industries polluent vos terres et votre eau. Ce texte
législatif n’aurait-il pas pour effet de mettre fin un jour à la pollution?
Mr. Mitchell: In recent years, it is not the legislation that has
stopped the pollution. For one reason or another, both in the U.S.
and in Canada, those industries have ceased to operate. There was
a major pulp and paper mill just west of Akwesasne, on the
Canadian side. There was a Reynolds aluminum plant and a
Chevy plant. They were all around us, and for economic reasons,
M. Mitchell : Ces dernières années, ce ne sont pas les lois qui
ont freiné la pollution. Pour une raison ou pour une autre, tant
aux États-Unis qu’au Canada, ces industries ont cessé leurs
activités. Il y avait une grosse usine de pâte et papier juste à l’ouest
d’Akwesasne, du côté canadien. Il y avait une usine d’aluminium
Reynolds et une usine Chevrolet. Elles étaient tout autour de nous
9-5-2012
Peuples autochtones
17:63
they no longer exist. It is the same situation further up the river.
Things have changed. Because of that, they have allowed our
voice through the Great Lakes water commission and other
opportunities to lead to keeping the St. Lawrence River clean.
et pour des raisons économiques, elles ne sont plus là. C’est la
même situation en amont. Les choses ont changé. À cause de cela,
ils nous ont permis de faire entendre notre voix, à la Commission
de l’eau des Grands Lacs et à d’autres occasions, en vue de garder
le fleuve Saint-Laurent propre.
With respect to on-reserve water, there has been more
involvement of First Nations in implementing many of the
concepts of law-making and authority.
En ce qui concerne l’eau dans la réserve, les Premières nations
ont participé davantage à la mise en oeuvre de bon nombre des
concepts liés à l’élaboration de lois et à l’exercice de pouvoirs.
Mr. Adams: Supplemental to that, one of the senators said the
Mackenzie River has clean water. Our water comes from the
St. Lawrence River, and our water intake is less than a kilometre
away from two or three environmental protection agency
contaminant sites.
M. Adams : J’ai une question supplémentaire. Un des
sénateurs a dit que l’eau du fleuve Mackenzie est propre. Notre
eau vient du fleuve Saint-Laurent et notre prise d’eau est à moins
d’un kilomètre de deux ou trois sites déclarés contaminés par
l’Agence de protection de l’environnement.
I would like to know, under source water protection, how will
AANDC allow us to go international as source water protection?
That is a question we would like to pose to senators.
Par rapport à la protection de l’eau à la source, j’aimerais
savoir comment AADNC nous permettra de mettre en oeuvre un
processus international de protection de l’eau à la source? C’est
une question que nous aimerions poser aux sénateurs.
Mr. Mitchell: That is the reality we live in.
M. Mitchell : C’est la situation que nous vivons.
Mr. Chamberlin: I would like to add supplemental dialogue to
this as well.
M. Chamberlin : J’aimerais ajouter un mot sur le sujet également.
When I think of industry impacts in British Columbia, I think
of the Okanagan nation; they have gone to court to shut down a
logging operation happening in pristine valley, where they gather
their drinking water from. Then I think of different mining
operations going on in British Columbia and the impacts they
have on source water.
Quand je pense aux répercussions des activités industrielles en
Colombie-Britannique, je pense à la nation Okanagan. Elle s’est
adressée à la cour pour faire cesser les activités d’une exploitation
forestière dans une vallée intacte où elle puisait son eau potable.
Puis je pense aux différentes exploitations minières en cours en
Colombie-Britannique et à leurs répercussions sur les sources
d’approvisionnement en eau.
I mentioned this earlier, that when the government talks about
source water protection, it needs to focus on developing
infrastructure or an agreement with the province working with
First Nations as to how to actually go about protecting source
water. When you talk about altering the industry of logging and
mining, you strike at the heart of the provincial government,
which are the resource revenues they enjoy from those activities.
Je l’ai mentionné plus tôt : lorsque le gouvernement parle de
protection des sources d’approvisionnement en eau, il doit donner
la priorité au développement d’infrastructure ou s’entendre avec
la province qui collabore avec les Premières nations afin de
déterminer la marche à suivre pour protéger les sources
d’approvisionnement en eau. Quand vous parlez de modifier
l’industrie forestière et l’exploitation minière, vous frappez au
coeur de l’administration publique provinciale, c’est-à-dire les
revenus qu’elle tire de l’exploitation des ressources premières.
Senator Lovelace Nicholas: Many First Nations are rejecting
this legislation. In reality, what if the bill passes and First Nations
reject it? What would be the consequences, if any?
Le sénateur Lovelace Nicholas : De nombreuses Premières
nations rejettent ce texte législatif. Concrètement, qu’arrive-t-il si
le projet de loi est adopté et les Premières nations le rejettent?
Quelles en seraient les conséquences, si conséquences il y a?
Mr. Mitchell: We will continue to advocate safe drinking
water, as we always have. Laws that affect us will come and go.
With some of them, we know the intent.
M. Mitchell : Nous continuerions de faire des revendications
pour l’eau potable, comme nous l’avons toujours fait. Les lois qui
nous touchent sont éphémères. Nous connaissons l’objet de
certaines d’entre elles.
The reason we are here is to say, you have time to make it a
good law, an even better law. That is why we are here. We cannot
force you to say, ‘‘Do it this way.’’ We are hoping that when you
Nous sommes ici pour vous dire : vous avez le temps d’en faire
une bonne loi, une loi encore meilleure. C’est pourquoi nous
sommes ici. Nous ne pouvons pas vous forcer à dire : « Faites-le de
17:64
Aboriginal Peoples
9-5-2012
hear our thoughts and ideas of what provides for that and how we
have done it, it might convince you to determine things should be
changed. That is our objective of being here.
cette façon. » Nous espérons que lorsque vous entendez nos
réflexions et nos idées sur ce qui permet de réaliser cet objectif et
sur la façon dont nous nous y sommes pris, cela pourra vous
convaincre de déterminer les points qui devraient être modifiés.
C’est notre objectif.
Mr. Chamberlin: Your question sounds to me like a question of
risk management. How can we honestly answer that on behalf of
all First Nations in Canada? I am curious to see what will happen
within First Nations across Canada in the coming years, when we
look at what this government is doing in terms of the Fisheries
Act, in terms of environmental assessment, in terms of water and
in terms of how they are moving away from the words and the
rhetoric of supporting First Nations in recognizing ourselves.
M. Chamberlin : Votre question me semble être une question
de gestion du risque. Comment pouvons-nous honnêtement y
répondre au nom de toutes les Premières nations au Canada? Je
suis curieux de voir ce qui arrivera au sein des Premières nations à
la grandeur du Canada dans les années à venir, quand nous
voyons ce que ce gouvernement fait par rapport à la Loi sur les
pêches, par rapport à l’évaluation environnementale et à l’eau,
quand nous voyons comment la volonté d’aider les Premières
nations à se reconnaître disparaît graduellement de son discours.
Senator Lovelace Nicholas: Thank you very much.
Le sénateur Lovelace Nicholas : Merci beaucoup.
Senator Ataullahjan: Thank you for being here this evening.
My question is to Grand Chief Mitchell and Chief Adams.
Le sénateur Ataullahjan : Merci d’être ici ce soir. Ma question
s’adresse au grand chef Mitchell et au chef Adams.
What can be done to develop capacity development at the
community level, as you mentioned? What exact steps need to be
taken to become a progressive nation such as yours?
Que pouvons-nous faire pour renforcer les capacités de
développement à l’échelon local, comme vous l’avez mentionné?
Quelles mesures concrètes faut-il prendre pour devenir une nation
progressiste comme la vôtre?
Mr. Mitchell: In the last so many years, we have received a lot
of visitations from other First Nations, and sometimes they
merely ask, ‘‘How did you do it? What gave you the confidence to
take this on?’’ The way we see it, they could do so as well if they
had the opportunity and the confidence to go ahead and build
something and they had some idea they could implement
something people would accept, knowing it is good for them.
M. Mitchell : Au cours des dernières années, nous avons reçu
de nombreuses visites d’autres Premières nations et, parfois, on
nous demande simplement : « Comment avez-vous fait? Qu’est-ce
qui vous a donné la confiance de prendre ce dossier en charge? »
Nous pensons que ces Premières nations pourraient faire la même
chose elles aussi si elles avaient la possibilité et la confiance d’aller
de l’avant et de construire quelque chose et si elles avaient l’idée
qu’elles pourraient mettre en oeuvre quelque chose que les gens
accepteraient, sachant que c’est bon pour eux.
We do a lot of consulting. We share any success we have had
with other First Nations when asked. We are in contact with the
Chiefs of Ontario, which serves 133 First Nation communities, as
well as the chiefs of Quebec, even at the national level when we send
people out from Akwesasne to help develop law-making, concepts
and how to address clean drinking water in their communities. We
supply our input and try to be as helpful as we can.
Nous donnons beaucoup de conseils. Nous communiquons les
succès que nous avons eus à d’autres Premières nations qui nous le
demandent. Nous sommes en communication avec l’association des
chefs de l’Ontario qui sert 133 collectivités des Premières nations et
avec les chefs du Québec, et même à l’échelon national quand nous
déléguons des gens d’Akwesasne pour aider à élaborer des lois, des
concepts et des moyens d’assurer l’approvisionnement en eau
potable dans d’autres collectivités. Nous apportons notre
contribution et nous essayons d’être aussi utiles que nous le pouvons.
I can only tell you from that experience that people are willing
to try, and that determination reflects on our ability to share that
knowledge.
Je ne peux que vous dire, d’après mon expérience, que les gens
sont prêts à essayer et que notre capacité à diffuser ces
connaissances témoigne de notre détermination.
Mr. Adams: Capacity for development does not come free. We
are using some of our own source revenue. When AANDC says
they will do 80 per cent of waste water operation and the First
Nation must do 20 per cent, we can stand here and tell you it is
not an 80/20 split; it is a 50/50 split. To operate our water
treatment and waste water treatment plants, our budget is
underfunded by 30 per cent. We have the numbers to prove it.
Do not be misled that funding is there; it is not. We are fortunate
M. Adams : La capacité de développement n’est pas gratuite.
Nous utilisons une partie de nos propres revenus autonomes.
Lorsqu’AADNC dit qu’il s’occupera de 80 p. 100 du traitement des
eaux usées et que la Première nation doit en faire 20 p. 100, nous
sommes ici pour vous dire que ce n’est pas 80/20; c’est un partage à
50/50. Notre budget d’exploitation de nos usines d’épuration de
l’eau et de traitement des eaux usées est sous-financé de 30 p. 100.
Nous avons les chiffres pour le prouver. Ne vous laissez pas induire
9-5-2012
Peuples autochtones
17:65
enough, however, that we have the experience and the education
in that we are able to do foresight into what we need for the next
25 years. It all comes down to capital.
en erreur : le financement n’est pas là. Nous sommes toutefois assez
chanceux d’avoir l’expérience et l’éducation nécessaires, en ce sens
que nous pouvons prévoir ce dont nous avons besoin pour les
25 prochaines années. Cela se ramène toujours à une question
de capital.
You have to support Chief Chamberlin’s northern community
in order to do that capacity development, to help them. We can
do what we can to share our ideas, but it is AANDC that is
ultimately responsible for capacity development.
Nous devons appuyer la collectivité nordique du chef
Chamberlin pour renforcer ses capacités, pour l’aider. Nous
pouvons faire le maximum pour échanger nos idées, mais c’est à
AADNC qu’incombe au bout du compte la responsabilité de
renforcer les capacités.
Senator Ataullahjan: Thank you.
Le sénateur Ataullahjan : Je vous remercie.
Mr. Chamberlin: When you talk about the need for capacity,
you also have to talk about the need for retention. With the way
funding goes now, there is not full-time work for someone in our
community. Yet if we really want to be meaningful and sincere
about developing capacity, we are talking about someone that
must get up to a Level 3, which will take six to seven years, then
offer them a part-time job in an isolated community where
industry can then pluck them away somewhere else, and we are
starting all over again in terms of capacity development.
M. Chamberlin : Quand on parle de la nécessité de renforcer les
capacités, on doit aussi parler de la nécessité de garder des gens en
poste. À cause du mode de financement actuel, il n’y a pas de travail
à temps plein pour un membre de notre collectivité. Pourtant, si
nous voulons vraiment être sincères au sujet du renforcement des
capacités, nous parlons de quelqu’un qui doit atteindre un niveau 3,
ce qui prendra six ou sept ans, puis de lui offrir un emploi à temps
partiel dans une collectivité isolée où l’industrie peut venir le cueillir
et lui proposer un emploi ailleurs et nous recommençons le tout en
fait de renforcement des capacités.
There have been several studies across Canada that show the
poaching of our capacity to various industries in Canada. We
have to be cognizant of that. We need to ensure that when you
build a water treatment plant in an isolated community, just as
you do when you build a school in an isolated community, that
there are resources included in the project to build a place for the
water operator to reside. I think that is a piece that has been
missing in terms of any formula the government has. It is a stark
reality that there is a need for accommodation, and that
accommodation will be one of the things that needs to be in
place to retain the persons you develop capacity with.
Plusieurs études à la grandeur du Canada ont montré que
différentes industries convoitent nos talents. Nous devons en être
conscients. Nous devons faire en sorte que lorsque nous
construisons une usine de traitement de l’eau dans une
collectivité isolée, tout comme lorsque vous construisez une
école dans une collectivité isolée, le projet prévoit des ressources
afin de construire un logement destiné au technicien qui veillera
au fonctionnement de l’usine. Je crois que cet élément n’apparaît
pas dans les formules que le gouvernement utilise. Le besoin de
logement est une dure réalité et ce logement sera l’une des choses
qu’il faudra mettre en place pour garder les personnes qui vous
permettent de renforcer vos capacités.
Senator Demers: At the beginning, Chief Chamberlin, you
talked about the money and that there is not enough. I know it is
not all about the money, but it seems to be a strong point.
Le sénateur Demers : Chef Chamberlin, vous avez dit au début
qu’il n’y avait pas assez d’argent. Je sais que ce n’est pas entièrement
une question d’argent, mais cela semble un point important.
In 2003 there was $600 million, and as of today, there is
$1.9 billion. Is there something I do not understand? Because there
are so many tribes and groups, is there a lack of communication, or
is the money not being channeled in the right direction?
En 2003, il y avait 600 millions de dollars et aujourd’hui, il y en
a 1,9 milliard. Est-ce que quelque chose m’échappe? Y a-t-il un
manque de communication, à cause du nombre de tribus et de
groupes, ou est-ce que l’argent n’est pas investi au bon endroit?
I am not saying that is enough. Do not get me wrong. I respect
what was said tonight, but there seems to be a lack of
accountability towards all the money that has been given.
Je ne dis pas qu’il y en a assez, comprenez-moi bien. Je respecte
ce qui a été dit ce soir, mais il semble y avoir un manque de
comptes à rendre par rapport à tout l’argent qui a été octroyé.
Does what I am saying make sense?
Mr. Chamberlin: Yes, it does. I would agree with you. The
government is the one who is not being completely accountable
with the amount of money you have just reported. I would love to
see a breakdown of how much money made it out of this valley to
the communities. I say that knowing all too well that with the
bureaucracy and the amount of money allocated to First Nations,
we can focus on the beginning figure all we want. If we are going
Est-ce que ce que je dis se défend?
M. Chamberlin : Oui, cela se défend. Je serais d’accord avec
vous. C’est le gouvernement qui ne rend pas entièrement compte
de la somme d’argent que vous venez de mentionner. J’aimerais
voir une ventilation du montant d’argent qui est sorti de cette
vallée et qui s’est rendu aux collectivités. Je le dis, sachant trop
bien qu’avec la bureaucratie et les sommes allouées aux Premières
nations, nous pouvons bien parler du chiffre de départ autant que
17:66
Aboriginal Peoples
9-5-2012
to do that, we must acknowledge what it takes to manage that
money within the confines of AANDC or any other department
and look at what is actually getting out to the communities.
nous le voudrons. Si nous voulons nous livrer à cet exercice, nous
devons reconnaître ce qu’il faut pour gérer cet argent au sein
d’AADNC ou de tout autre ministère et voir ce que touchent
vraiment les collectivités.
Of that money you described, I can only relate to the
experience of our community. It was a $5.5 million project
because the needs kept getting bigger to make sure it was
operational. In the end, the plan approved by AANDC was
flawed. I think about what was going on in and around our
community when the water went bad: There was blasting on a
logging road up top of the mountain just behind our village. Are
the two related? I do not know, but it went on. I am curious to see
just how much of that $1.9 billion makes it out of Ottawa. I think
we would all be slightly disappointed.
De la somme que vous avez mentionnée, je ne peux que relater
l’expérience de notre collectivité. Il s’agissait d’un projet de
5,5 millions de dollars parce que les exigences ne cessaient
d’augmenter pour garantir qu’il était opérationnel. Au bout du
compte, le plan qu’AADNC a approuvé était vicié. Je pense à ce
qui se passait dans notre collectivité et aux environs lorsque l’eau
est devenue insalubre : il y avait du dynamitage sur une route
forestière au sommet de la montagne juste derrière notre village.
Les deux événements sont-ils liés? Je ne sais pas, mais c’est ce qui
s’est passé. Je suis curieux de savoir quelle part de ce 1,9 milliard
de dollars a réussi à sortir d’Ottawa. Je crois que nous serions tous
un peu déçus.
Senator Raine: It is good to hear from all of you. I congratulate
Akwesasne on the job you are doing and the suggestions you have
given for possible amendments. Certainly, we will take a good look.
Le sénateur Raine : C’est intéressant d’entendre vos témoignages.
Je félicite Akwesasne pour le travail que vous faites et les
suggestions d’amendements que vous avez formulées. Nous allons
assurément les étudier avec attention.
I understand that the bill is proposed framework legislation and
that it is not designed to be a one-size-fits-all. It says in the summary
that regulations could be made on a province-by-province basis to
mirror existing provincial regulatory regimes with adaptations to
address the circumstances of First Nations living on those lands.
Even within a province, which has regulations, there would be a
need to discuss it within the province at the local First Nation level.
I understand that we need the framework to move forward but the
devil is in the detail, and the detail will be developed in close — we
hate to use the word — consultation, but you cannot regulate
people who do not accept the regulations. All of us are here to try to
make it better in delivering clean and safe drinking water and
protecting the land on First Nations.
Je crois que le projet de loi est une proposition de loi-cadre et
qu’il ne se veut pas une panacée. On indique dans le résumé que les
règlements pourraient être pris province par province pour se
calquer sur les régimes réglementaires provinciaux en vigueur en les
adaptant aux situations des Premières nations qui vivent sur ces
terres. Même à l’intérieur d’une province qui a sa réglementation, il
faudrait en discuter au niveau local de la Première nation. Je
conçois que nous avons besoin de la loi-cadre pour aller plus loin,
mais vous ne pouvez pas réglementer des gens qui n’acceptent pas
les règlements. Nous sommes tous ici pour essayer d’améliorer la
situation afin d’assurer un approvisionnement d’eau potable salubre
et propre et protéger les terres des Premières nations.
The sad thing for me is that there seems to be a total lack of
trust and confidence. When trust breaks down, people have to
come together and reach out to each other.
Cela m’attriste de voir l’absence en apparence totale de
confiance. Quand la confiance disparaît, les gens doivent s’unir
et se tendre la main.
Mr. Chamberlin, are you, in your First Nation and in the
Union of B.C. Indian Chiefs, ready to reach out to the federal
government to try to make something work, even if this bill goes
through, at the regulatory level? Can we not work together?
Chef Chamberlin, dans votre Première nation et à l’Union of
B.C. Indian Chiefs, êtes-vous prêts à tendre la main au
gouvernement du Canada pour essayer de trouver une solution,
même si ce projet de loi devait être adopté, au plan réglementaire?
Ne pouvons-nous pas travailler ensemble?
Senator Meredith: Can we all get along?
Mr. Chamberlin: Our First Nation would be willing to
participate in developing something prior to the bill getting
through — a real opportunity. You characterized that trust is the
major issue. I think back to one of the media that asked me
whether I was hoping that the Liberals won in British Columbia
or the NDP. I said neither had done a great job for First Nations
people, period. I can say, and I think it is shared across Canada,
that we are still waiting for the government to live up to what its
courts described that it must do in terms of its behaviour.
Le sénateur Meredith : Ne pouvons-nous pas nous entendre?
M. Chamberlin : Notre Première nation serait disposée à
participer à l’élaboration d’une solution avant l’adoption du
projet de loi — si c’est une véritable possibilité. Vous avez dit que
la confiance est le problème principal. Je repense à ce journaliste
qui m’a demandé qui, du parti libéral ou le NPD, j’espérais voir
remporter les élections en Colombie-Britannique. J’ai dit que ni
l’un ni l’autre n’avait fait un bon travail pour les Premières
nations, point à la ligne. Je peux dire, et je crois que le sentiment
est partagé à la grandeur du Canada, que nous attendons toujours
que le gouvernement respecte ce que ses tribunaux ont dit au sujet
de la conduite qu’il doit tenir.
9-5-2012
Peuples autochtones
17:67
We just received a judicial ruling where the Government of
Canada characterized regional sessions that I participated in with
the fisheries council in consultation with our First Nations. That
was just yesterday. That is what you are up against. The
behaviour of the federal government is the albatross around our
necks because it has not been honourable. If it had been, there
would not have been so many Supreme Court of Canada rulings
to the contrary.
Nous venons d’obtenir une décision judiciaire dans une affaire
où le gouvernement du Canada a caractérisé les séances régionales
auxquelles j’ai participé avec le conseil des pêches de consultation
avec nos Premières nations. C’était hier. C’est avec ça que nous
devons composer. La conduite du gouvernement du Canada est le
boulet à notre pied parce qu’elle n’a pas été honorable. Si elle
l’avait été, il n’y aurait pas eu autant de décisions de la Cour
suprême du Canada qui disent le contraire.
I would like to see the government come forward and do
something meaningful. I would like to see the government describe,
as my friends from Akwesasne talked about earlier, what a
consultation is. We need to have an agreed upon definition. I
believe the next step after that would be the required resources to
actively participate. The Government of Canada will have a much
tilted table with the resources they enjoy versus a First Nation like
ours having to travel and then trying to present our case. The reality
of a small band is that we have just cut our office staff back by two
days every pay period across the board because the resources we get
from the government is not adequate. Then, you want to add to
that our participation in the development of regulations. It will take
a lot of expertise, time and energy; and we do not have the resources
to do it. It is not something we can do at the side of our desk
amongst everything else.
J’aimerais que le gouvernement bouge et fasse quelque chose
d’utile. J’aimerais que le gouvernement définisse ce qu’est une
consultation, comme mes amis d’Akwesasne l’ont dit plus tôt. Nous
avons besoin d’une définition acceptée. Je crois que l’étape suivante
serait de fournir les ressources nécessaires pour que nous puissions
participer de façon active. Le gouvernement du Canada aura un
terrain de jeu qui penche beaucoup en sa faveur face à une Première
nation comme la nôtre qui devra se déplacer puis essayer de
présenter sa cause. La réalité d’une petite bande comme la nôtre,
c’est que nous venons tout juste de réduire de deux jours par période
de paie le temps de travail de notre personnel de bureau au grand
complet parce que les ressources que nous obtenons du
gouvernement ne sont pas suffisantes. Il faudrait ensuite ajouter à
cela notre participation à l’élaboration de règlements. Cela prendra
beaucoup d’expertise, de temps et d’énergie et nous n’avons pas les
ressources pour le faire. Ce n’est pas une tâche que nous pouvons
accomplir sur le coin de notre bureau parmi tout le reste.
Senator Raine: I understand. You asked the question: What is
consultation? Who do you think should answer that question?
Le sénateur Raine : Je comprends. Vous avez demandé : qu’est-ce
qu’une consultation? Qui, à votre avis, devrait répondre à cette
question?
Mr. Adams: A senator had said that it was worthwhile looking
into what Akwesasne had said. I found it funny that he was
looking at you guys and not at us when we were the ones doing it.
What kind of consultation is it when you do not recognize that we
are sitting here and you do not say, ‘‘Let us work with you?’’ No,
he turned around and said, ‘‘Let us look to Justice to do what we
need to do, not the First Nation.’’
M. Adams : Le sénateur a dit qu’il valait la peine d’examiner ce
que les représentants d’Akwesasne avaient dit. J’ai trouvé curieux
qu’il vous regarde, et pas nous, alors que nous sommes en cause. De
quel genre de consultation s’agit-il quand vous ne reconnaissez pas
que nous sommes assis ici et que vous ne dites pas : « Permetteznous de travailler avec vous »? Non, il s’est retourné et il a dit :
« Adressons-nous au ministère de la Justice pour voir ce que nous
devons faire, pas aux Premières nations. »
The Chair: I think he was reacting to your request and wanting
us to respond as a committee.
Le président : Je pense qu’il réagissait à votre demande et qu’il
voulait que nous réagissions à titre de comité.
Mr. Adams: I understand.
M. Adams : Je comprends.
The Chair: He may have been looking the wrong way, and I do
not know why. To be fair, I know Senator Sibbeston really well; I
have worked with him for 19 years on this committee. He was
trying, I can only surmise, to get us onside to get a legal opinion
on what you had brought up so adeptly.
Le président : Il regardait peut-être du mauvais côté, et je ne
sais pas pourquoi. Pour être juste, je connais très bien le sénateur
Sibbeston, j’ai travaillé avec lui ici pendant 19 ans. Je ne peux que
supposer qu’il essayait de nous convaincre d’obtenir une opinion
juridique sur le point que vous aviez si bien soulevé.
Mr. Adams: A legal opinion through your legal department
and our First Nation. That would be consultation to work on a
clause.
M. Adams : Une opinion juridique élaborée par votre service
juridique et notre Première nation, voilà qui serait une consultation
en vue de travailler sur une disposition législative.
Senator Tkachuk: Why do we not do 600 of those?
Le sénateur Tkachuk : Pourquoi n’en ferions-nous pas 600?
Mr. Adams: We are here for Akwesasne.
M. Adams : Nous sommes ici pour représenter Akwesasne.
17:68
Aboriginal Peoples
9-5-2012
Senator Tkachuk: Exactly, but I am trying to ask you seriously:
How would we do 600 of those?
Le sénateur Tkachuk : Exactement, mais j’essaie de vous
demander sérieusement : comment pourrions-nous faire
600 consultations de cette nature?
Mr. Adams: I understand your frustration. I would like to refer
to your framework and liken it to a house. It is just like a house.
You have to build a frame for the house, and we have to live
under the framework. It is not outside Canada that lives under the
framework, we have to live under it and deal with the
workmanship. We would rather make it better now before we
start adding the walls.
M. Adams : Je comprends votre frustration. Je vais évoquer
votre cadre et le comparer à une maison. C’est exactement comme
une maison. Vous devez bâtir une structure pour la maison, et
nous devons vivre dans la structure. Le reste du Canada ne vivra
pas dans la structure, nous devons vivre dans la structure et
composer avec la qualité de la construction. Nous préférerions
nous assurer aujourd’hui que la structure est de meilleure qualité
avant que nous commencions à y ajouter les murs.
Senator Dyck: I believe it was Mr. Chamberlin who said
something about risk management. One concern the committee
and everyone has is safe drinking water. In your opinion, if we
delay this bill, would we be increasing the risk to individual First
Nations people? Will this bill do anything to make the water safe?
If we delay it, are we increasing the risk? We are being told by
some people that if we delay it, people will die or get sick.
Le sénateur Dyck : Je crois que c’est M. Chamberlin qui a parlé
de la gestion du risque. L’eau potable est l’une de nos
préoccupations, et la préoccupation de tous. À votre avis, si
nous retardions l’adoption de ce projet de loi, aggraverions-nous
le risque pour les différentes Premières nations? Ce projet de loi
aurait-il une quelconque utilité pour assurer la salubrité de l’eau?
Si nous le retardons, augmentons-nous le risque? On nous dit que
si nous retardons son adoption, des gens vont mourir ou
tomberont malades.
Mr. Chamberlin: I would suggest going back to the expert
panel’s recommendations. It talked about the need to have
adequate resources to bring everybody up to the same level. If we
do not do that, then people’s lives will be at risk.
M. Chamberlin : Je suggérerais de nous en remettre à la
recommandation du comité d’experts. Il a parlé de la nécessité de
prévoir des ressources suffisantes pour mettre tout le monde au
même niveau. Si nous ne le faisons pas, la vie de certaines
personnes sera menacée.
This proposed legislation does not provide for that, so we can
pass this legislation tomorrow, but we will still need a lot of
resources to provide safe drinking water. Do the regulations
actually help on the ground? I would suggest that the government
really take a look at its commitment to First Nation peoples and
that it live up to what the courts have defined for it in terms of
consultation and get the water systems up to snuff before anything
else. That would be my first step. To capture a comment on the
consultation, recent history shows that Canada developing
consultation without the role of First Nations has not been
received well, so let us learn from that. Let us develop and define a
consultation process in which we equally participate, in definition.
Without deviation from the norm progress is not possible.
Ce projet de loi ne donne pas suite à cette recommandation,
donc nous pouvons adopter le projet de loi demain mais nous
aurons encore besoin de beaucoup de ressources pour assurer un
approvisionnement en eau potable salubre. Les règlements sontils vraiment utiles sur le terrain? Je suggérerais au gouvernement
qu’il examine sérieusement son engagement envers les peuples des
Premières nations et qu’il respecte ce que les tribunaux ont dit sur
la consultation et la nécessité absolue de mettre à niveau les
systèmes d’approvisionnement en eau. Ce serait ma première
étape. Je veux rappeler une remarque formulée au cours de la
consultation : l’histoire récente montre que lorsque le Canada
tient des consultations sans la participation des Premières nations,
les résultats ne sont pas bien accueillis. Tirons-en une leçon.
Élaborons et définissons un processus de consultation auquel
nous pouvons participer sur un pied d’égalité, par définition. Sans
écart de la norme, le progrès est impossible.
The Chair: Did you want to respond to that Chief Mitchell or
Chief Adams?
Le président : Voulez-vous réagir, chef Mitchell ou chef Adams?
Mr. Adams: We look at it as yes. I would like to say ditto. We
could sit here and talk for two more years, but will that fix the
water problem? No. You need to fix the water problems first and
at the same time, you make the bill stronger.
M. Adams : Pour notre part, nous sommes d’accord. J’aimerais
dire : idem. Nous pourrions être assis ici et discuter pendant deux
ans de plus, mais est-ce que cela va régler le problème de l’eau?
Non. Il faut régler d’abord les problèmes de l’eau et en même
temps, travailler à renforcer le projet de loi.
Senator Dyck: Thank you. That is clear.
The Chair: I wish everybody had a modern day treaty and I
think you brought that up. That is why, in my home province of
British Columbia, I am concerned. I am concerned about the fact
Le sénateur Dyck : Je vous remercie. C’est clair.
Le président : Je souhaiterais à tous un traité moderne et je
crois que vous avez soulevé ce point. C’est pourquoi je suis
inquiet, dans ma province d’origine, la Colombie-Britannique. Je
9-5-2012
Peuples autochtones
17:69
that we are making some progress, but not quick enough. I look
at problems from the government side and I see challenges on the
First Nations side as well.
suis inquiet parce que nos progrès sont trop lents. Je vois les
problèmes du point de vue de l’État et je vois aussi les difficultés
du point de vue des Premières nations.
I want to thank you all for appearing before us and being as
candid and as straightforward as you have been in your
responses. We may not agree on everything, but at least if we
agree on something we have made some progress.
Je veux vous remercier tous d’être venus témoigner et d’avoir
été aussi francs et directs que vous l’avez été dans vos réponses.
Nous ne nous entendons peut-être pas sur tout, mais si nous nous
entendons au moins sur quelques points, nous avons fait des
progrès.
(The committee adjourned.)
(La séance est levée.)
WITNESSES
TÉMOINS
Tuesday, May 8, 2012
Le mardi 8 mai 2012
Council of Yukon First Nations:
Conseil des Premières nations du Yukon :
Eric Morris, Regional Chief.
Atlantic Policy Congress of First Nations Chiefs Secretariat:
Chief Candice Paul, Co-Chair;
John Paul, Executive Director.
Federation of Saskatchewan Indian Nations:
Roger Redman, Representative.
Assembly of First Nations of Quebec and Labrador:
Eric Morris, chef régional.
Congrès des chefs des Premières nations de l’Atlantique :
Chef Candice Paul, coprésidente;
John Paul, directeur général.
Federation of Saskatchewan Indian Nations :
Roger Redman, représentant.
Assemblée des Premières nations du Québec et du Labrador :
Guy Latouche, Consultant;
Guy Latouche, consultant;
Madeleine Paul, Chief, Eagle Village First Nation, Kipawa.
Madeleine Paul, chef, Eagle Village First Nation, Kipawa.
Wednesday, May 9, 2012
Le mercredi 9 mai 2012
Union of British Columbia Indian Chiefs:
Union of British Columbia Indian Chiefs :
Chief Robert Chamberlin, Vice-President.
Mohawk Council of Akwesasne:
Chief Robert Chamberlin, vice-président.
Conseil des Mohawks d’Akwesasne :
Michael Mitchell, Grand Chief;
Michael Mitchell, grand chef;
John Adams, Chief;
John Adams, chef;
James Ransom, Director.
James Ransom, directeur.
Available on the Internet: http://www.parl.gc.ca
Disponible sur internet: http://www.parl.gc.ca
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising