Aboriginal Peoples Peuples autochtones SENATE OF CANADA SÉNAT DU CANADA

Aboriginal Peoples Peuples autochtones SENATE OF CANADA SÉNAT DU CANADA
Third Session
Fortieth Parliament, 2010
Troisième session de la
quarantième législature, 2010
SENATE OF CANADA
SÉNAT DU CANADA
Proceedings of the Standing
Senate Committee on
Délibérations du Comité
sénatorial permanent des
Aboriginal Peoples
Peuples autochtones
Chair:
The Honourable GERRY ST. GERMAIN, P.C.
Président :
L’honorable GERRY ST. GERMAIN, C.P.
Tuesday, November 23, 2010
Wednesday, November 24, 2010
Le mardi 23 novembre 2010
Le mercredi 24 novembre 2010
Issue No. 15
Fascicule no 15
Twenty-sixth and twenty-seventh meetings on:
Vingt-sixième et vingt-septième réunions concernant :
The federal government’s constitutional, treaty, political and
legal responsibilities to First Nations, Inuit and
Metis peoples and other matters generally relating
to the Aboriginal Peoples of Canada
(Issues concerning First Nations Education)
(Specific Claims)
and
Les responsabilités constitutionnelles, conventionnelles,
politiques et juridiques du gouvernement fédéral à l’égard des
Premières nations, des Inuits et des Métis et d’autres questions
générales relatives aux peuples autochtones du Canada
(Questions concernant l’éducation des Premières nations)
(Revendications particulières)
et
Fifth meeting on:
The progress made on commitments endorsed by
Parliamentarians of both Chambers since the
Government’s apology to former students of
Indian Residential Schools
Cinquième réunion concernant :
Les progrès faits relativement aux engagements pris par
les parlementaires des deux Chambres depuis les excuses
présentées par le gouvernement aux anciens élèves
des pensionnats autochtones
WITNESSES:
(See back cover)
TÉMOINS :
(Voir à l’endos)
48470-48473
STANDING SENATE COMMITTEE ON
ABORIGINAL PEOPLES
COMITÉ SÉNATORIAL PERMANENT DES
PEUPLES AUTOCHTONES
The Honourable Gerry St. Germain, P.C., Chair
Président : L’honorable Gerry St. Germain, C.P.
The Honourable Lillian Eva Dyck, Deputy Chair
Vice-présidente : L’honorable Lillian Eva Dyck
and
et
The Honourable Senators:
Les honorables sénateurs :
Brazeau
Campbell
* Cowan
(or Tardif)
Dallaire
Demers
* LeBreton, P.C.
(or Comeau)
Lovelace Nicholas
Patterson
Poirier
Raine
Sibbeston
Stewart Olsen
* Ex officio members
(Quorum 4)
Brazeau
Campbell
* Cowan
(ou Tardif)
Dallaire
Demers
* LeBreton, C.P.
(ou Comeau)
Lovelace Nicholas
Patterson
Poirier
Raine
Sibbeston
Stewart Olsen
* Membres d’office
(Quorum 4)
Published by the Senate of Canada
Publié par le Sénat du Canada
Available from: Public Works and Government Services Canada
Publishing and Depository Services, Ottawa, Ontario K1A 0S5
Disponible auprès des: Travaux publics et Services gouvernementaux Canada –
Les Éditions et Services de dépôt, Ottawa (Ontario) K1A 0S5
Also available on the Internet: http://www.parl.gc.ca
Aussi disponible sur internet: http://www.parl.gc.ca
24-11-2010
Peuples autochtones
MINUTES OF PROCEEDINGS
PROCÈS-VERBAUX
OTTAWA, Tuesday, November 23, 2010
(31)
OTTAWA, le mardi 23 novembre 2010
(31)
[English]
15:3
[Traduction]
The Standing Senate Committee on Aboriginal Peoples met
this day at 9:32 a.m., in room 160-S, Centre Block, the chair,
the Honourable Gerry St. Germain, P.C., presiding.
Le Comité sénatorial permanent des peuples autochtones se
réunit aujourd’hui, à 9 h 32, dans la salle 160-S de l’édifice du
Centre, sous la présidence de l’honorable Gerry St. Germain, C.P.
(président).
Members of the committee present: The Honourable Senators
Brazeau, Campbell, Dallaire, Demers, Patterson, Poirier, Raine,
St. Germain, P.C., Sibbeston and Stewart Olsen (10).
Membres du comité présents : Les honorables sénateurs
Brazeau, Campbell, Dallaire, Demers, Patterson, Poirier, Raine,
St. Germain, C.P., Sibbeston et Stewart Olsen (10).
In attendance: Shauna Troniak, Analyst, Parliamentary
Information and Research Service, Library of Parliament.
Également présente : Shauna Troniak, analyste, Service
d’information et de recherche parlementaires, Bibliothèque
du Parlement.
Also in attendance: The official reporters of the Senate.
Aussi présents : Les sténographes officiels du Sénat.
Pursuant to the order of reference adopted by the Senate on
Tuesday, March 16, 2010, the committee continued its
consideration of the federal government’s constitutional, treaty,
political and legal responsibilities to First Nations, Inuit and
Metis peoples and other matters generally relating to the
Aboriginal Peoples of Canada. (For complete text of the order
of reference, see proceedings of the committee, Issue No. 1.) (Issues
concerning Specific Claims)
Conformément à l’ordre de renvoi adopté par le Sénat
le mardi 16 mars 2010, le comité poursuit son étude des
responsabilités constitutionnelles, conventionnelles, politiques et
juridiques du gouvernement fédéral à l’égard des Premières
nations, des Inuits et des Métis, et d’autres questions générales
relatives aux peuples autochtones du Canada. (Le texte intégral de
l’ordre de renvoi figure au fascicule no 1 des délibérations du
comité.) (Revendications particulières)
WITNESSES:
TÉMOINS :
Indian and Northern Affairs Canada:
Affaires indiennes et du Nord Canada :
Patrick Borbey, Senior Assistant Deputy Minister, Treaties
and Aboriginal Government;
Patrick Borbey, sous-ministre adjoint principal, Traités et
gouvernement autochtone;
Anik Dupont, Director General, Specific Claims.
Anick Dupont, directrice générale, Revendications particulières.
Mr. Borbey made a statement and, together with Ms Dupont,
answered questions.
M. Borbey fait une déclaration, puis, aidé de Mme Dupont,
répond aux questions.
At 10:35 a.m., it was agreed that the committee adjourn to the
call of the chair.
À 10 h 35, il est convenu que le comité suspende ses travaux
jusqu’à nouvelle convocation de la présidence.
ATTEST:
OTTAWA, Wednesday, November 24, 2010
(32)
[English]
ATTESTÉ :
OTTAWA, le mercredi 24 novembre 2010
(32)
[Traduction]
The Standing Senate Committee on Aboriginal Peoples met
this day at 6:47 p.m., in room 160-S, Centre Block, the chair,
the Honourable Gerry St. Germain, P.C., presiding.
Le Comité sénatorial permanent des peuples autochtones se
réunit aujourd’hui, à 18 h 47, dans la salle 160-S de l’édifice du
Centre, sous la présidence de l’honorable Gerry St. Germain, C.P.
(président).
Members of the committee present: The Honourable Senators
Brazeau, Dallaire, Lovelace Nicholas, Patterson, Poirier, Raine,
St. Germain, P.C., and Stewart Olsen (8).
Membres du comité présents : Les honorables sénateurs
Brazeau, Dallaire, Lovelace Nicholas, Patterson, Poirier, Raine,
St. Germain, C.P., et Stewart Olsen (8).
In attendance: Tonina Simeone and Shauna Troniak, Analysts,
Parliamentary Information and Research Service, Library of
Parliament.
Également présentes : Tonina Simeone et Shauna Troniak,
analystes, Service d’information et de recherche parlementaires,
Bibliothèque du Parlement.
Also in attendance: The official reporters of the Senate.
Aussi présents : Les sténographes officiels du Sénat.
15:4
Aboriginal Peoples
24-11-2010
Pursuant to the order of reference adopted by the Senate on
Tuesday, March 16, 2010, the committee continued its
consideration of the federal government’s constitutional, treaty,
political and legal responsibilities to First Nations, Inuit and
Metis peoples and other matters generally relating to the
Aboriginal Peoples of Canada. (For complete text of the order
of reference, see proceedings of the committee, Issue No. 1.)
(Issues concerning First Nations Education)
Conformément à l’ordre de renvoi adopté par le Sénat
le mardi 16 mars 2010, le comité poursuit son examen des
responsabilités constitutionnelles, conventionnelles, politiques et
juridiques du gouvernement fédéral à l’égard des Premières
nations, des Inuits et des Métis, et d’autres questions générales
relatives aux peuples autochtones du Canada. (Le texte intégral de
l’ordre de renvoi figure au fascicule no 1 des délibérations du
comité.) (Questions concernant l’éducation des Premières nations)
WITNESS:
TÉMOIN :
Kitigan Zibi Anishinabeg First Nation:
Première nation Kitigan Zibi Anishinabeg :
Gilbert W. Whiteduck, Chief.
Gilbert W. Whiteduck, chef.
Mr. Whiteduck made a statement and answered questions.
M. Whiteduck fait une déclaration, puis répond aux questions.
At 7:57 p.m., the committee suspended.
À 19 h 57, la séance est suspendue.
At 8:03 p.m., the committee resumed in camera.
À 20 h 3, la séance reprend à huis clos.
Pursuant to the order of reference adopted by the Senate on
Wednesday, June 2, 2010, the committee continued to examine
the progress made on commitments endorsed by Parliamentarians
of both Chambers since the Government’s apology to former
students of Indian Residential Schools. (For complete text of the
order of reference, see proceedings of the committee, Issue No. 10.)
Conformément à l’ordre de renvoi adopté par le Sénat
le mercredi 2 juin 2010, le comité poursuit son examen des
progrès faits relativement aux engagements pris par les
parlementaires des deux Chambres depuis les excuses présentées
par le gouvernement aux anciens élèves des pensionnats
autochtones. (Le texte intégral de l’ordre de renvoi figure au
fascicule no 10 des délibérations du comité.)
In accordance with rule 92(2)(f), the committee considered a
draft report.
Conformément à l’article 92(2)f) du Règlement, le comité
examine un projet de rapport.
It was moved that senators’ staff be permitted to remain in
the room.
Il est proposé que le personnel des sénateurs soit autorisé à
demeurer dans la salle.
The question being put on the motion, it was adopted.
La question, mise aux voix, est adoptée.
It was moved that the draft report be adopted.
Il est proposé que le projet de rapport soit adopté.
The question being put on the motion, it was adopted.
La question, mise aux voix, est adoptée.
It was moved that the chair and deputy chair be empowered to
approve the final text of the report with any grammatical,
editorial, formatting and other changes required.
The question being put on the motion, it was adopted.
La question, mise aux voix, est adoptée.
At 8:43 p.m., it was agreed that the committee adjourn to the
call of the chair.
ATTEST:
Il est proposé que le président et le vice-président soient
autorisés à approuver le texte final du rapport une fois que les
changements grammaticaux, de forme et autres nécessaires y
auront été apportés.
À 20 h 43, il est convenu que le comité suspende ses travaux
jusqu’à nouvelle convocation de la présidence.
ATTESTÉ :
La greffière du comité,
Marcy Zlotnick
Clerk of the Committee
24-11-2010
Peuples autochtones
15:5
EVIDENCE
TÉMOIGNAGES
OTTAWA, Tuesday, November 23, 2010
OTTAWA, le mardi 23 novembre 2010
The Standing Senate Committee on Aboriginal Peoples met
this day at 9:32 a.m. to examine the federal government’s
constitutional, treaty, political and legal responsibilities to
First Nations, Inuit and Metis peoples, and other matters
generally relating to the Aboriginal Peoples of Canada
(topic: specific claims).
Le Comité sénatorial permanent des peuples autochtones se
réunit aujourd’hui à 9 h 32 pour étudier les responsabilités
constitutionnelles, conventionnelles, politiques et juridiques du
gouvernement fédéral à l’égard des Premières nations, des Inuits et
des Métis ainsi que d’autres questions générales relatives aux peuples
autochtones du Canada (sujet : revendications particulières).
Senator Gerry St. Germain (Chair) in the chair.
[English]
Le sénateur Gerry St. Germain (président) occupe le fauteuil.
[Traduction]
The Chair: Colleagues, I see we have quorum. Good morning,
I would like to welcome all honourable senators and members of
the public who are watching this meeting of the Standing Senate
Committee on Aboriginal Peoples. They will either be watching
on CPAC or the web.
Le président : Chers collègues, je vois que nous avons le
quorum. Bonjour et bienvenue aux honorables sénateurs et aux
membres du public qui regardent la présente séance du Comité
sénatorial permanent des peuples autochtones sur les ondes de la
CPAC ou sur le Web.
I am Gerry St. Germain from British Columbia. I have the
honour and the privilege of chairing this committee. The mandate
of the committee is to examine legislation in matters relating to
the Aboriginal peoples of Canada generally.
Je m’appelle Gerry St. Germain et je suis de la ColombieBritannique. J’ai l’honneur et le privilège de présider le comité. Le
mandat du comité consiste à examiner les lois et les questions qui
concernent les peuples autochtones du Canada en général.
In May 2006, the Senate authorized this committee to
undertake a broad study of specific claims policy and processes.
Specific claims arise from alleged breaches in the administration
of lands and monies for First Nations status Indian bands under
the Indian Act and/or in the fulfilment of treaties.
En mai 2006, le Sénat a autorisé notre comité à entreprendre
une vaste étude sur la politique et le mécanisme de règlement des
revendications particulières. Les revendications particulières
découlent de l’administration supposément inadéquate des terres
ou des fonds des Premières nations (bandes indiennes de plein
droit) visés par la Loi sur les Indiens ou du non-respect présumé
des traités.
From June through November 2006, First Nations and other
witnesses from all regions highlighted significant deficiencies of
the existing system. The Senate committee’s December 2006 final
report entitled Negotiation or Confrontation: It’s Canada’s Choice
chronicled their concerns, noting that most witnesses favoured the
establishment of an independent body for resolving specific claims
through a cooperative effort by First Nations and Canada, as well
as improved INAC and Department of Justice processes and
enhanced resources dedicated to the resolution of specific claims.
For clarification, INAC is Indian and Northern Affairs Canada.
De juin à novembre 2006, des membres des Premières nations
et d’autres témoins de toutes les régions ont mis en relief les
importantes lacunes du régime existant. Dans son rapport final de
décembre 2006, intitulé Négociation ou affrontement : Le Canada
a un choix à faire, le comité sénatorial a fait état de leurs
préoccupations, signalant que la plupart des témoins
préconisaient l’établissement d’un organisme indépendant
chargé de régler les revendications particulières au moyen d’un
effort concerté des Premières nations et du Canada, ainsi que
l’amélioration des procédures d’AINC et du ministère de la
Justice et l’augmentation des ressources affectées au règlement des
revendications particulières. Je précise qu’AINC signifie Affaires
indiennes et du Nord Canada.
On June 12, 2007, the Prime Minister announced a plan to
reform the specific claims system. Reflecting the Senate
committee’s recommendations, its key components called for
the creation of a tribunal staffed with impartial judges who would
make final decisions on claims when negotiations fail; dedicated
funding for settlements of $250 million a year for 10 years;
improvements in the processing of claims; and enhancement of
the existing Indian Specific Claims Commission’s dispute
resolution function.
Le 12 juin 2007, le premier ministre a annoncé un plan d’action
visant à réformer le régime de règlement des revendications
particulières. Faisant écho aux recommandations du comité
sénatorial, le plan d’action proposait pour l’essentiel : de créer
un tribunal grâce auquel des juges impartiaux allaient régler les
revendications en cas d’impasse dans les négociations; de mettre
de côté 250 millions de dollars par année pour la prochaine
décennie afin de financer le règlement des revendications;
d’améliorer le traitement des revendications; et d’améliorer le
mécanisme actuel de règlement des différends de la Commission
sur les revendications particulières des Indiens.
15:6
Aboriginal Peoples
24-11-2010
Accordingly, on November 27, 2007, Bill C-30, the Specific
Claims Tribunal Act, was introduced. The bill received Royal
Assent on June 18, 2008 and came into force on October 16, 2008.
We are here this morning to follow up on progress made in the area
of specific claims since the passing of the legislation.
Par conséquent, on a déposé, le 27 novembre 2007, le projet de
loi C-30 : Loi sur le Tribunal des revendications particulières. Le
projet de loi a reçu la sanction royale le 18 juin 2008 et est entré en
vigueur le 16 octobre 2008. Nous sommes ici ce matin pour faire le
point sur les progrès accomplis concernant le règlement des
revendications particulières depuis l’adoption de la loi.
Colleagues, we will hear from two witnesses, both from Indian
and Northern Affairs Canada. Patrick Borbey is Senior Assistant
Deputy Minister, Treaties and Aboriginal Government. Anik
Dupont is Director General, Specific Claims.
Chers collègues, notre comité entendra deux témoins d’Affaires
indiennes et du Nord Canada. Patrick Borbey est sous-ministre
adjoint principal, Traités et gouvernement autochtone. Anik
Dupont est directrice générale, Revendications particulières.
[Translation]
Before hearing from our witnesses, allow me to introduce the
members of the committee here present.
[English]
[Français]
Avant d’entendre nos témoins, permettez-moi de vous
présenter les membres du comité qui sont présents.
[Traduction]
Senator Roméo Dallaire is from the Province of Quebec. Also
present is Senator Larry Campbell from British Columbia;
Senator Nancy Greene Raine, also from British Columbia;
Senator Dennis Patterson from Nunavut; Senator Carolyn
Stewart Olsen from New Brunswick; Senator Rose-May Poirier
from New Brunswick; Senator Patrick Brazeau from Quebec; and
Senator Jacques Demers from Quebec.
Le sénateur Roméo Dallaire est du Québec. Sont aussi présents le
sénateur Larry Campbell, de la Colombie-Britannique; le sénateur
Nancy Greene Raine, également de la Colombie-Britannique; le
sénateur Dennis Patterson, du Nunavut; le sénateur Carolyn
Stewart Olsen, du Nouveau-Brunswick; le sénateur Rose-May
Poirier, du Nouveau-Brunswick; le sénateur Patrick Brazeau, du
Québec; et le sénateur Jacques Demers, du Québec.
Members of the committee, please help me in welcoming our
witnesses, Mr. Borbey and Ms. Dupont. I believe you have a
presentation, Mr. Borbey. We will hear it and hopefully you are
prepared to respond to questions from the senators.
Mesdames et messieurs les membres du comité, veuillez vous
joindre à moi pour accueillir nos témoins, M. Borbey et
Mme Dupont. Je crois savoir, monsieur Borbey, que vous
voulez présenter un exposé au comité. Les sénateurs vous
poseront ensuite des questions, si vous êtes disposé à y répondre.
Patrick Borbey, Senior Assistant Deputy Minister, Treaties and
Aboriginal Government, Indian and Northern Affairs Canada: Yes,
I am.
Patrick Borbey, sous-ministre adjoint principal, Traités et
gouvernement autochtone, Affaires indiennes et du Nord Canada :
Volontiers.
I would like to thank you for your invitation to appear before
the committee today. I am accompanied this morning by Anik
Dupont, Director General of the Specific Claims Branch in the
Treaties and Aboriginal Government sector.
Je vous remercie de m’avoir invité à comparaître devant le
comité aujourd’hui. Ce matin, je suis accompagné par Mme Anik
Dupont, directrice générale, Revendications particulières, Traités
et gouvernement autochtone.
[Translation]
[Français]
Indian and Northern Affairs Canada last appeared before this
committee to discuss specific claims earlier this year in March,
when my predecessor, Michel Roy, was still in his position.
La dernière fois que Affaires indiennes et du Nord Canada a
comparu devant ce comité pour discuter de la question des
revendications particulières, c’était en mars dernier, alors que
mon prédécesseur, Michel Roy, était toujours en poste.
I would like to take the opportunity this morning to update
you on the progress that has been made in respect to
implementing the Justice at Last initiative since then and what
will be accomplished in the coming months.
Ce matin, j’aimerais profiter de ma présence devant le comité
pour vous informer des progrès réalisés depuis la mise en œuvre
de l’initiative, La justice enfin, et de ceux qui seront accomplis au
cours des prochains mois.
[English]
I would like to begin by describing the work we have engaged
in with respect to the Specific Claims Tribunal. As you will recall,
the first appointments to the tribunal were announced in
November 2009. The three current members — Mr. Justice
Harry Slade, who is the chairperson, Mr. Justice Patrick Smith
and Madam Justice Johanne Mainville — have focused their
efforts on assessing the possible nature and scope of proceedings
[Traduction]
Pour débuter, j’aimerais vous décrire le travail auquel nous
nous sommes livrés dans le dossier du Tribunal des revendications
particulières. J’aimerais vous rappeler que les premières
nominations au tribunal ont été annoncées en novembre 2009.
Les trois membres actuels — le juge Harry Siade, qui en est le
président, le juge Patrick Smith et la juge Johanne Mainville — se
sont concentrés sur l’évaluation de la nature et de la portée
24-11-2010
Peuples autochtones
in order to determine demands on tribunal members and on
developing the rules of practice and procedure that will govern the
operations of the tribunal.
[Translation]
In April, Ms. Dumont and the members of her staff met with
tribunal members to provide information in respect to the nature
of specific claims and the occurrence of claims across the country.
Additional written information was provided in June to assist the
tribunal in work planning.
[English]
15:7
possible des instances afin de déterminer ce qu’elles exigeront des
membres du tribunal et d’ainsi établir les règles de pratique et de
procédure qui régiront le mode de fonctionnement du tribunal.
[Français]
En avril, Mme Dumont et les membres de son équipe ont
rencontré les membres du tribunal pour leur fournir de
l’information sur la nature des revendications particulières et le
nombre de revendications déposées dans l’ensemble du pays. Pour
aider le tribunal à planifier le travail, des renseignements
supplémentaires lui ont été fournis par écrit en juin dernier.
[Traduction]
In May, the chairperson posted a first draft of the rules of
practice and procedure on the website of the registry of the
Specific Claims Tribunal and invited comment.
En mai, le président a publié une première version des règles de
pratique et de procédure, accompagnée d’un appel de
commentaires, sur le site Web du greffe du Tribunal des
revendications particulières.
Canada provided detailed comments and subsequently, on
October 5, 2010, we attended a full-day meeting of the rules
advisory committee convened by the chairperson, at which the
draft rules of practice and procedure were discussed.
Le Canada a formulé des commentaires détaillés et,
le 5 octobre 2010, nous avons assisté à une réunion d’une
journée du Comité consultatif sur les règles, convoquée par le
président, afin de discuter des règles provisoires de pratique et de
procédure.
Canada, as represented by the Department of Justice, was one
of 11 stakeholders that attended the rules advisory committee
meeting. Other participants included the Assembly of First
Nations, the Canadian Bar Association, the Indigenous Bar
Association, the Federation of Saskatchewan Indian Nations, the
Anishinabek Nation, le Conseil Tribal Mamuitun, the Union of
British Columbia Indian Chiefs and the Nlaka’pamux Nation
Tribal Council, as well as several law firms that represent First
Nations in specific claims.
Le Canada, représenté par le ministère de la Justice, était l’un
des 11 intervenants qui ont assisté à la réunion du comité. Les
autres participants étaient : l’Assemblée des Premières nations,
l’Association du Barreau canadien, l’Association du Barreau
Autochtone, la Fédération des nations indiennes de la
Saskatchewan, la nation Anishinabek, le Conseil tribal
Mamuitun, l’Union des chefs indiens de la ColombieBritannique et le Conseil tribal de la nation Nlaka’pamux, de
même que plusieurs cabinets d’avocats représentant des Premières
nations dans le cadre de revendications particulières.
Since October, Canada has provided comments on a second
draft of the rules. It is understood that once the rules are
approved and in place, the tribunal will begin operations.
Depuis octobre, le Canada a commenté la deuxième version des
règles. Il est entendu qu’une fois ces règles approuvées et bien
établies, le tribunal entrera en fonction.
[Translation]
The chairperson of the tribunal submitted the first annual
report of the Specific Claims Tribunal to the Minister of Indian
Affairs and Northern Development on September 30, 2010. It is
expected that the annual report will be tabled in both Houses of
Parliament shortly.
[English]
Finally, in respect of the tribunal, the initial appointments will
conclude at the end of November. It is understood that all three
members have indicated a willingness to be reappointed. The
appointment process falls within the mandate of the Minister of
Justice and Attorney General of Canada.
[Translation]
I would now like to speak about the progress that has been
made in respect to addressing the inventory of specific claims. I
will discuss how claims are being addressed in both the assessment
and negotiation phases of the specific claims process. Also, I have
[Français]
Le 30 septembre 2010, le président du tribunal a présenté le
premier rapport annuel du Tribunal des revendications
particulières au ministre des Affaires indiennes et du Nord
canadien. Ce rapport annuel devrait être déposé devant les deux
chambres du Parlement sous peu.
[Traduction]
Finalement, en ce qui concerne le tribunal, le premier mandat
des trois juges se terminera à la fin de novembre. Il est entendu
que les trois membres souhaitent que leur mandat soit renouvelé.
Le processus de nomination relève de la compétence du ministre
de la Justice et du Procureur général du Canada.
[Français]
J’aimerais maintenant parler des progrès réalisés à l’égard du
traitement de l’inventaire des revendications particulières.
J’expliquerai comment nous traitons des revendications pendant
les phases d’évaluation et de négociation relatives au processus
15:8
Aboriginal Peoples
provided you with a number of charts that graphically depict the
progress we have made in respect to processing and resolving
specific claims.
[English]
24-11-2010
des revendications particulières. Aussi, je vous ai remis un certain
nombre de graphiques qui illustrent le progrès que nous avons
accompli à l’égard du traitement et du règlement des
revendications particulières.
[Traduction]
The inventory of claims currently includes 380 claims in the
assessment phase of the process and 177 claims in negotiation, for
a total of 557 claims. The inventory includes claims that were filed
with the minister as of the coming into force of the act — that is,
the backlog claims, as well as claims that have been received since
October 16, 2008.
On compte actuellement 380 revendications à l’étape de
l’évaluation et 177 revendications faisant l’objet de négociations,
pour un total de 557. Ce nombre comprend les revendications
déposées auprès du ministre à l’entrée en vigueur de la loi, et qui
font donc partie de l’inventaire des revendications en souffrance,
et celles reçues depuis le 16 octobre 2008.
Since April, 33 new claims have been submitted. I am pleased
to inform you that we continue to meet public commitments that
the early review of all new claims will be concluded within six
months of their receipt. Of the 33 new claims received, 21 have
been filed with the minister. Six claims have not been filed with
the minister and those claims have been returned to the First
Nation claimants with a detailed explanation as to why the
submission did not meet the minimum standard established by the
minister in accordance with the Specific Claims Tribunal Act.
Depuis avril, nous avons reçu 33 nouvelles revendications. Je
suis heureux de vous annoncer que nous continuons de respecter
nos engagements publics concernant l’achèvement de l’examen
préalable des nouvelles revendications dans les six mois suivant
leur réception. Sur les 33 revendications reçues, 21 ont été
déposées auprès du ministre. Six autres ne l’ont pas été et ont été
renvoyées aux requérants des Premières nations, accompagnées
d’une explication détaillée des raisons pour lesquelles leur
revendication ne respectait pas la norme minimale établie par le
ministre conformément à la Loi sur le Tribunal des revendications
particulières.
[Translation]
Between April 1 and September 3, 2010, the historical and
legal review of 59 claims was completed. Based on these
assessments, the minister has accepted 29 claims for negotiation
and advised First Nations that 30 claims will not be accepted for
negotiation.
[English]
[Français]
Entre le 1er avril et le 3 septembre 2010, nous avons procédé à
l’examen historique et juridique de 59 revendications. En
s’appuyant sur ces évaluations, le ministre a accepté de négocier
29 revendications et a informé les Premières nations que
30 revendications ne seraient pas acceptées pour négociations.
[Traduction]
Solid progress is being made with respect to achieving negotiated
settlements. Since April, six settlement agreements have been signed
for a total compensation value of over $273 million. Three recently
settled claims, the Peguis First Nation 1907 Surrender Specific
Claim at $126 million and the Mississaugas of the New Credit First
Nation’s Brant Tract and Toronto Purchase specific claims, which
were settled for a total value of $145 million, mark the three largest
specific claims ever settled.
De sérieux progrès ont été réalisés à l’égard des règlements
négociés. Depuis avril, six ententes de règlement ont été ratifiées,
pour une indemnisation totale de 273 millions de dollars.
Récemment, nous avons réglé trois revendications, soit la
revendication de la Première nation de Peguis relative à la
cession de 1907, d’une valeur de 126 millions de dollars, et les
revendications particulières de la Première nation des Mississaugas
de New Credit relative à la parcelle de Brant et à l’achat de
Toronto, d’une valeur totale de 145 millions de dollars. Il s’agit des
plus importantes revendications jamais réglées à ce jour.
Last Friday, November 19, the minister was in Fort William to
announce the settlement of the Fort William First Nation
Boundary Claim and the Neebing Surrender Specific Claim.
The settlement agreement provides for over $171 million in
settlement of these claims.
Vendredi dernier, le 19 novembre, le ministre se trouvait à Fort
William pour annoncer le règlement de la revendication relative
aux limites de la réserve de la Première nation de Fort William et
de la revendication particulière de la Première nation de
Fort William relative à la cession de Neebing. La somme prévue
dans l’entente de règlement de ces revendications atteint plus de
171 millions de dollars.
Better access to mediation services will assist in achieving
negotiated settlements. In order to provide better access to
mediation services, a dedicated mediation unit has been created in
our sector. The unit is currently working on developing selection
criteria for independent mediators that will provide services on
consent of the parties during the negotiation of claims. The
selection criteria will be used to create a roster of mediators from
Un meilleur accès à des services de médiation facilitera la
négociation de règlements. Afin d’offrir un meilleur accès aux
services de médiation, une unité spéciale de médiation a été créée
au sein de notre secteur. L’unité s’emploie actuellement à définir
les critères de sélection des médiateurs indépendants qui offriront
leurs services, avec le consentement des parties, pendant la
négociation des revendications. Ces critères de sélection serviront
24-11-2010
Peuples autochtones
which tables can quickly and easily engage services. The Assembly
of First Nations has been invited to participate in the process of
the development of selection criteria and the establishment of
the roster.
[Translation]
In closing, I can briefly tell you about what the year ahead
holds. As you are aware, the Specific Claims Tribunal Act sets out
three-year time frames for the assessment and negotiation,
respectively, of specific claims. Plans have been developed to
meet these deadlines.
[English]
15:9
à créer une liste de médiateurs auxquels les tables de négociation
pourront rapidement et facilement faire appel. L’Assemblée des
Premières nations a été invitée à participer au processus de
définition des critères de sélection et à l’établissement de la liste.
[Français]
En conclusion, je peux vous parler brièvement de ce que nous
réserve la prochaine année. Comme vous le savez, la Loi sur le
Tribunal des revendications particulières prévoit un délai de trois
ans pour l’évaluation et trois ans pour la négociation de
revendications particulières. Des plans ont été élaborés pour
assurer le respect de ces délais.
[Traduction]
There is every expectation that, by October 16, 2011, the
minister will have advised all First Nations of a decision whether
to accept the 319 remaining backlog claims for negotiation. There
are 96 claims that will have been in negotiation for three years as
of October 16, 2011. Plans are also in place to ensure that tables
nearing completion are appropriately mandated to conclude
settlement agreements.
Tout porte à croire que d’ici le 16 octobre 2011, le ministre aura
informé toutes les Premières nations de la décision d’accepter ou
non la négociation des 319 revendications en attente. En date
du 16 octobre 2011, 96 revendications auront fait l’objet de
négociations depuis trois ans. Des plans sont également en place
pour s’assurer que les tables qui touchent à leur fin sont dûment
mandatées pour conclure des conventions de règlement.
The ‘‘Justice At Last’’ initiative launched a fundamental reform
of the specific claims process. Based on available data and
ongoing observation, many of the objectives of the reform,
particularly with respect to more efficient processing of claims,
will be achieved. In addition, in order to confirm the success of
the initiative, a formal evaluation has been initiated. The
formative evaluation is currently underway and will be followed
next fiscal year by a summative evaluation.
L’initiative « La justice, enfin » a amorcé une réforme
fondamentale du processus des revendications particulières.
D’après les données disponibles et une observation continue, de
nombreux objectifs de la réforme, en particulier à l’égard du
traitement plus efficace des revendications, seront atteints. De
plus, afin de confirmer le succès de l’initiative, nous avons entamé
une évaluation officielle. Cette évaluation formative est en cours
et sera suivie, lors du prochain exercice financier, d’une évaluation
sommative.
While significant progress has been made since we were last
before this committee, a good deal of work remains to be done.
The coming year will be very busy. We will continue to strive to
address the backlog of claims and maintain an efficient, effective
and fair process to respond to and resolve all claims.
Quoique des progrès considérables aient été réalisés depuis notre
dernière comparution devant le comité, il reste beaucoup de travail
à accomplir. L’année qui vient sera très chargée. Nous continuerons
de faire tout notre possible pour traiter les revendications en
souffrance et maintenir un processus efficient, efficace et équitable
afin de traiter et de régler toutes les revendications.
[Translation]
Thank you and it will be a pleasure for Ms. Dupont and me to
answer your questions.
[English]
Senator Campbell: Thank you for coming today.
[Français]
Je vous remercie et ce sera un plaisir pour Mme Dupont et moi
de répondre à vos questions.
[Traduction]
Le sénateur Campbell : Merci d’être venu nous rencontrer
aujourd’hui.
The questions I have mainly deal with what has taken place
since 2008. The timeline established by this act really indicates
that nothing happens until 2011 — is that correct? There is a
three-year window before anything actually takes place or anyone
is able to come and make a claim within this act. Is that correct?
Mes questions portent avant tout sur ce qui s’est passé
depuis 2008. Le calendrier fixé par cette loi prévoit en fait que
rien ne se passera avant 2011, n’est-ce pas? Il y a un délai de trois
ans avant qu’on fasse quelque chose ou que quelqu’un puisse
présenter une revendication en vertu de cette loi. C’est bien cela?
Mr. Borbey: No, claims are being assessed and negotiated now.
However, we had a period of three years to be able to achieve the
timelines that were in the act. The tribunal will begin operations
hopefully before that timeline is achieved.
M. Borbey : Non, nous évaluons et nous négocions déjà des
revendications. Toutefois, nous jouissions d’un délai de trois ans
pour respecter le calendrier prescrit par la loi. Nous espérons que
le tribunal entrera en fonction avant l’expiration de ce délai.
Senator Campbell: Will it be 2011 before we actually see any
claims coming through this process?
Le sénateur Campbell : Devrons-nous attendre à 2011 avant
que des revendications aient franchi toutes les étapes?
15:10
Aboriginal Peoples
24-11-2010
Mr. Borbey: No, all the claims are still coming through the
process. The tribunal to adjudicate claims that have not been
successfully negotiated or that have not been accepted for
negotiations — if First Nations want to bring those claims
before the tribunal — has not been set up yet.
M. Borbey : Non, toutes les revendications sont encore à
l’étude. Le tribunal chargé de statuer sur les revendications qui
n’ont pas encore fait l’objet d’un règlement ou qui n’ont pas
encore été acceptées à des fins de négociation — si les Premières
nations désirent adresser ces revendications au tribunal — n’est
pas encore opérationnel.
Senator Campbell: How many are prepared to go before the
tribunal right now?
Le sénateur Campbell : Combien de revendications sont-elles
prêtes à être présentées au tribunal?
Mr. Borbey: We do not have that information because it is up
to First Nations to decide whether they want to go.
M. Borbey : Nous ne possédons pas ces renseignements parce
qu’il revient aux Premières nations de décider de choisir de
s’adresser au tribunal ou non.
Senator Campbell: Has anyone come forward?
Le sénateur Campbell : Certaines l’ont-elles fait?
Mr. Borbey: Not that we know of.
M. Borbey : Pas que nous sachions.
Senator Campbell: Have there been no new claims filed?
Le sénateur Campbell : N’a-t-on pas déposé de nouvelles
revendications?
Mr. Borbey: There have been no claims filed for adjudication
by the tribunal. The claims are being processed now and
negotiated through the regular process.
M. Borbey : Aucune revendication n’a été adressée au tribunal.
Pour l’instant, on traite et on négocie les revendications en
recourant au processus habituel.
Senator Campbell: That is what I am getting at. Even if I
wanted to put forward a claim, there is no tribunal to hear it.
Le sénateur Campbell : C’est là où je veux en venir. Même si je
voulais présenter une revendication, il n’existe aucun tribunal apte
à instruire l’affaire.
Mr. Borbey: The tribunal is a last-instance option for First
Nations. There is still a negotiation process.
M. Borbey : Le tribunal est un dernier recours pour les
Premières nations. Il existe encore un processus de négociation.
Senator Campbell: I have a claim, the minister says it will not
go forward and I want to go to the tribunal. It has been
three years. What happens — can I go to the tribunal now?
Le sénateur Campbell : J’ai une revendication, le ministre dit
qu’elle ne sera pas acceptée et je veux m’adresser au tribunal. Cela
fait trois ans. Qu’arrive-t-il — est-ce que je peux dès maintenant
m’adresser au tribunal?
Mr. Borbey: No, the tribunal is not operational. It is an
independent body that is currently establishing itself. Those
questions will have to be directed at the tribunal in terms of when
they will be able to hear some of those claims.
M. Borbey : Non, le tribunal n’est pas opérationnel. C’est un
organisme indépendant qui est en train de s’organiser. Il faudrait
s’adresser au personnel du tribunal pour savoir quand il sera en
mesure d’instruire certaines des affaires relatives aux revendications.
Senator Campbell: I feel that I am going in a circle here. Let me
go back to this again. In practice, does not the timeline
established by the act mean that no claimants may approach
the tribunal until October 2011 at the earliest?
Le sénateur Campbell : J’ai l’impression que nous tournons en
rond. Permettez-moi de revenir à cette question. En fait, les délais
fixés dans la loi ne signifient-ils pas qu’aucun requérant ne pourra
déposer une revendication auprès du tribunal avant octobre 2011?
Anik Dupont, Director General, Specific Claims, Indian and
Northern Affairs Canada: A First Nation has four different
opportunities to approach the tribunal. The first one would be if
the department, the minister, has made a decision not to accept; if
their claim has not been accepted, they can go to the tribunal.
Anik Dupont, directrice générale, Revendications particulières,
Affaires indiennes et du Nord Canada : Une Première nation
dispose de quatre possibilités pour s’adresser au tribunal. Le
premier cas est celui d’un refus par le ministère, c’est-à-dire le
ministre; si la revendication n’a pas été acceptée, on peut
s’adresser au tribunal.
We do not exercise the full three years of assessment on all the
claims. Even if we have already responded to some of them that
they have a non-acceptance, in theory they could take that and go
to the tribunal now. They do not have to wait the three years in
order to file their claim.
Les évaluations des revendications ne durent pas toutes trois
ans. Même si nous avons déjà opposé un refus à certaines d’entre
elles, il est possible, en théorie, de s’adresser au tribunal dès
maintenant. Il n’est pas nécessaire d’attendre que la période de
trois ans soit écoulée avant de saisir le tribunal d’une
revendication.
Senator Campbell: In how many instances have they been told
that their claim is not being accepted?
Le sénateur Campbell : Combien de revendications a-t-on
refusées?
Ms. Dupont: There are about 100 claims now that have not
been accepted.
Mme Dupont : À ce jour, on a refusé une centaine de
revendications.
24-11-2010
Peuples autochtones
15:11
Senator Campbell: If I am one of those and want it to go before
the tribunal, how do I go before a tribunal that is not even set up?
Le sénateur Campbell : Si on a refusé ma revendication et que je
veux m’adresser au tribunal, comment puis-je le faire si ce tribunal
n’a pas encore été mis sur pied?
Mr. Borbey: Again, the tribunal is an independent body. It is
currently setting its rules and procedures. Once those are in place,
it will be able to open its doors and start hearing cases.
M. Borbey : Comme je l’ai dit précédemment, le tribunal est un
organisme indépendant. Il élabore actuellement ses règles et
procédures. Une fois celles-ci adoptées, il pourra ouvrir ses portes
et commencer à instruire des affaires.
Senator Campbell: Bill 30, November 27, 2007, set up the
Specific Claims Tribunal Act. It is now 2010. What has gone on
for the last three years?
Le sénateur Campbell : Le projet de loi C-30, Loi sur le
Tribunal des revendications particulières, a été déposé
le 27 novembre 2007. Nous sommes en 2010. Que s’est-il passé
au cours des trois dernières années?
Mr. Borbey: We have done our work, which is to process
claims as quickly as possible, meeting those timelines, which
means the assessment and the research, as well as the negotiation
of claims. As I said in my opening remarks, we have negotiated a
number of claims successfully; we have settled a number of claims;
and we have reduced the backlog significantly. When this
committee was looking at the issue, the backlog was over
800 claims and we have reduced that by at least half.
M. Borbey : Nous avons fait notre travail, c’est-à-dire traiter
les revendications aussi rapidement que possible en respectant les
délais; cela comporte l’évaluation et la recherche, ainsi que la
négociation des revendications. Comme je l’ai dit dans ma
déclaration, nous avons réussi à négocier un certain nombre de
revendications; nous en avons réglé certaines; et nous avons réduit
considérablement le nombre de revendications en attente.
Lorsque votre comité étudiait la question, plus de
800 revendications étaient en souffrance; il en reste moins de 400.
Senator Campbell: You have settled 400 claims?
Mr. Borbey: We settled them or sent them back to First
Nations as not meeting the minimum standard under the act.
Senator Campbell: How many did you send back?
Le sénateur Campbell : Vous avez réglé 400 revendications?
M. Borbey : Nous les avons réglées ou nous les avons
retournées aux Premières nations parce qu’elles ne satisfaisaient
pas à la norme minimale fixée par la loi.
Le sénateur Campbell : Combien en avez-vous retournées?
The reason we do not have a tribunal even though the act was
passed in November 2007 is because of the tribunal — nothing to
do with your department, right? The tribunal has been going
through the process of setting up since November of 2007, is
that correct?
Même si la loi a été adoptée en novembre 2007, c’est à cause du
tribunal lui-même que celui-ci ne siège pas encore — cela n’a rien
à voir avec votre ministère, n’est-ce pas? C’est que le tribunal est
en train de se mettre sur pied depuis novembre 2007; est-ce
bien cela?
Mr. Borbey: Yes; they just recently tabled their DPR,
departmental performance report, in Parliament in terms of
progress on their implementation. They have an annual report
that will be tabled in Parliament shortly, where they also will be
reporting on progress.
M. Borbey : Oui, il vient tout juste de déposer au Parlement
son RMR, son rapport ministériel sur le rendement; on y décrit la
démarche de création du tribunal. Son rapport annuel sera déposé
au Parlement sous peu; il y sera aussi question des progrès
accomplis.
Senator Campbell: I will wait for the numbers, Mr. Chair.
Le sénateur Campbell : J’attendrai de prendre connaissance des
chiffres, monsieur le président.
Senator Patterson: I was not on the committee when its report
was done, so I am asking some, perhaps, basic questions. The first
one is about the First Nations’ research and legal costs.
Le sénateur Patterson : Je ne siégeais pas au comité lorsque le
rapport a été rédigé, de sorte que je pose peut-être certaines
questions élémentaires. La première porte sur les frais de
recherche et les frais juridiques des Premières nations.
My understanding is that, when the bill was before Parliament,
there was a plan that the tribunal would have monies to allocate
to claimants, First Nations whose claims were before the tribunal,
for them to do research and cover their legal costs. Can you tell
me if money has been allocated, how much, and how
First Nations whose claims are before the tribunal can access
that money for legal costs and research?
Je crois comprendre que, lorsque le Parlement étudiait le projet
de loi, on prévoyait que le tribunal pourrait verser de l’argent aux
requérants, soit les Premières nations ayant saisi le tribunal d’une
revendication, pour leur permettre de mener des recherches et de
payer leurs frais juridiques. Pouvez-vous me dire si l’on a affecté
des fonds à cette fin et, le cas échéant, combien? Les Premières
nations qui ont saisi le tribunal de leurs revendications peuventelles toucher cet argent pour payer leurs frais juridiques et leurs
frais de recherche?
15:12
Aboriginal Peoples
24-11-2010
Mr. Borbey: First, First Nations have access to funding as part
of the process when we are negotiating a claim. There is a process
that we manage for that to help them support their negotiating
costs. However, when it comes to the tribunal, it is responsible for
providing that support and they have funding within their base to
be able to do that.
M. Borbey : Premièrement, les Premières nations ont accès à
des fonds dans le cadre du processus de négociation d’une
revendication. Nous gérons ce mécanisme pour les aider à
acquitter leurs frais de négociation. Toutefois, en ce qui a trait
au tribunal, c’est lui qui est chargé d’offrir un tel soutien et il
dispose de crédits, dans son financement de base, pour ce faire.
Senator Patterson: Could you give us the details on that, now
or later?
Le sénateur Patterson : Pourriez-vous nous donner des détails à
ce sujet, maintenant ou plus tard?
Mr. Borbey: Again, the tribunal is an independent body and
they are responsible for their budgets. I do not have that
information. Their DPR does provide a certain breakdown of
their budgets and what they have done over the last year.
M. Borbey : Comme je l’ai dit, le tribunal est un organisme
indépendant qui gère son budget. Je ne possède pas ces
renseignements. Son RMR présente une certaine ventilation du
budget selon les activités de l’année écoulée.
Senator Patterson: What is the DPR?
Mr. Borbey: The departmental performance report, which is
tabled every year in Parliament. Sorry, it is the companion piece
to the reports on plans and priorities. As an independent body,
the registrar for the tribunal does table both documents.
Senator Patterson: And that has yet to happen?
Mr. Borbey: Both documents are tabled by the minister as part
of the regular estimates process. The DPR was tabled, I believe,
by the President of the Treasury Board a few weeks ago.
Senator Patterson: Thank you very much.
Le sénateur Patterson : Qu’est-ce que le RMR?
M. Borbey : Il s’agit du Rapport ministériel sur le rendement,
qui est déposé chaque année au Parlement. Pardon, c’est le
document qui accompagne le Rapport sur les plans et les priorités.
Le greffier du tribunal dépose les deux documents puisqu’il s’agit
d’un organisme indépendant.
Le sénateur Patterson : Et cela n’a pas encore été fait?
M. Borbey : Le ministre dépose les deux documents dans le
cadre du processus habituel d’examen des prévisions budgétaires.
Je crois que le président du Conseil du Trésor a déposé le RMR il
y a quelques semaines.
Le sénateur Patterson : Merci beaucoup.
You have described the consultation process with respect to
rules, which is great. I think you indicated that the department
had input into the rules, if I understood comments from Canada.
I am just wondering, was the government input on the rules with
Indian Affairs? Did you have input into the rules that the tribunal
is establishing?
Vous avez décrit le processus de consultation relatif aux règles,
ce qui est très bien. Je crois que vous avez indiqué que le ministère
intervenait dans l’établissement des règles, si j’ai bien compris les
commentaires du Canada. Je me demande simplement si ce sont
les Affaires indiennes qui sont intervenues au nom du
gouvernement dans l’établissement des règles? Avez-vous eu
votre mot à dire sur les règles qu’est en voie d’adopter le tribunal?
Mr. Borbey: We worked with the Department of Justice, which
represents Canada with respect to taking a position or
commenting on the rules. We were involved in those
consultations and have provided our comments. As a
participant in the tribunal process eventually, when it is up and
running, we certainly have an interest in those rules and
procedures.
M. Borbey : Nous avons collaboré avec le ministère de la
Justice, qui défend la position du Canada et formule les
commentaires concernant les règles. Nous avons participé à ces
consultations et nous avons formulé nos commentaires. Puisque
nous participerons, à terme, au processus d’examen par le
tribunal, lorsque celui-ci sera fonctionnel, il est évident que
nous nous intéressons à ces règles et procédures.
Senator Patterson: Are those positions that the department,
through the Department of Justice, took available to us — your
comments on the rules?
Le sénateur Patterson : Peut-on consulter ces positions qu’a
prises votre ministère par l’entremise du ministère de la Justice —
vos commentaires sur les règles?
Mr. Borbey: I do not believe that those are public documents.
M. Borbey : Je ne crois pas qu’il s’agisse de documents publics.
Senator Patterson: Where are we at as far as the finalization of
the rules? That is needed to get the tribunal under way. How close
are we?
Le sénateur Patterson : Où en sommes-nous en ce qui a trait à la
mise au point définitive des règles? Elles sont nécessaires pour que
le tribunal puisse commencer ses activités. Touchons-nous au but?
Mr. Borbey: As I mentioned in my remarks, we recently
provided a second round of comments to the tribunal. It is up to
them now to take all of the comments they received from all the
interested parties. They do have to go through an approval
process. These have to be gazetted properly, so that process will
M. Borbey : Comme je l’ai mentionné dans ma déclaration,
nous avons communiqué au tribunal une deuxième série de
commentaires. Il revient à ses membres de réunir tous les
commentaires reçus des parties intéressées. Il y a un processus
d’approbation à respecter. Les commentaires doivent être publiés
24-11-2010
Peuples autochtones
have to be undertaken by the tribunal once they have completed
their consultations. We are hoping they will be completing them
fairly soon.
Senator Patterson: Who pays the judges’ salaries?
Mr. Borbey: The Department of Justice is responsible for
those salaries.
Senator Patterson: Has that been settled and worked out?
Mr. Borbey: I cannot answer that for the Department
of Justice.
Senator Patterson: One would presume the justices are —
15:13
comme il se doit dans la Gazette du Canada; le tribunal devra
donc le faire une fois les consultations achevées. Nous espérons
qu’elles se termineront bientôt.
Le sénateur Patterson : Qui paie les salaires des juges?
M. Borbey : Cela relève du ministère de la Justice.
Le sénateur Patterson : Cette question a-t-elle été étudiée
et réglée?
M. Borbey : Je ne peux répondre au nom du ministère de
la Justice.
Le sénateur Patterson : On pourrait présumer que les
juges sont...
Mr. Borbey: I would assume. It also depends on how many
judges; there is also that process in terms of how many will be
required to manage the backlog and deal with the workload.
M. Borbey : Je suppose. Cela dépend aussi du nombre de juges;
il faut en outre déterminer combien on devra nommer de juges
pour gérer les revendications en attente et accomplir le travail.
Senator Stewart Olsen: I have looked over your charts and want
to commend you for the headway you have made. That is pretty
impressive. You have gone from 2008 and there is the line-up of
settling; I think that negotiated settlements are the way to go.
Le sénateur Stewart Olsen : J’ai consulté vos graphiques et je
veux vous féliciter pour les progrès accomplis. C’est plutôt
impressionnant. En 2008, le nombre de revendications en attente
était considérable, et vous en avez réglé beaucoup. Je crois que les
règlements négociés sont la meilleure solution.
Because of this example of successes, are you finding that First
Nations trust the process and are choosing negotiation rather
than litigation? What are your findings of the general perception
from the native bands?
Pouvez-vous en conclure que les Premières nations font
confiance au processus et qu’elles optent pour la négociation
plutôt que le recours aux tribunaux? Quelle est, à votre avis, la
perception globale des bandes indiennes?
Mr. Borbey: It is a little bit difficult for me to comment. I am
relatively new on the job, but I have seen some pretty impressive
settlements recently. I would say the First Nations that have settled
are quite satisfied with the negotiating process. However, I cannot
really reflect on what others may view or think of the process.
M. Borbey : J’hésite à faire des commentaires. Je ne suis pas en
poste depuis très longtemps, mais j’ai été témoin de règlements
plutôt impressionnants récemment. Je dirais que les Premières
nations qui ont négocié un règlement sont plutôt satisfaites du
processus de négociation. Toutefois, je ne saurais me prononcer
sur la façon dont les autres perçoivent le processus ou sur ce
qu’elles en pensent.
Ms. Dupont: I think it has been very positive. The First
Nations are seeing the progress being made. We are getting
positive feedback from the First Nations regarding the results.
Mme Dupont : Je crois que la démarche a été très positive. Les
Premières nations constatent les progrès accomplis. Elles
formulent des commentaires favorables concernant les résultats.
They have been very satisfied.
Elles se sont dites très satisfaites.
Senator Stewart Olsen: Thank you for that.
Le sénateur Stewart Olsen : Merci pour ces renseignements.
I know there is still a lot of work to be done but I want to
commend you for the work that has been done. I know it is a
difficult process. It looks very good; we are well on our way to
solving this issue that has been around for eons. Thank you.
Je sais qu’il y a encore beaucoup de travail à accomplir, mais je
tiens à vous féliciter pour ce qui a déjà été fait. Je sais que c’est un
processus difficile. Il semble très bien se dérouler; nous sommes
vraiment en voie de régler ce problème qui perdure. Merci.
Senator Brazeau: I have one question and it is to clarify
something.
Le sénateur Brazeau : J’aimerais obtenir quelques précisions.
Once a claim has been submitted to Indian and Northern
Affairs Canada and has been rejected and then goes to the
tribunal, is it true that no new evidence can be submitted, or that
jurisprudence cannot be cited? Basically, the claim cannot be
amended at all.
Lorsqu’une revendication est rejetée par Affaires indiennes et
du Nord Canada et que le tribunal en est saisi, est-il vrai qu’on ne
peut présenter aucune nouvelle preuve ou qu’on ne peut plus
invoquer la jurisprudence? En gros, il tout à fait impossible de
modifier la revendication.
Mr. Borbey: Until such a time as it leaves our department, yes,
that is true. If a First Nation wants to add new information, it has
to restart the process.
M. Borbey : C’est effectivement le cas pour une revendication
adressée à notre ministère. Si une Première nation veut ajouter de
nouveaux renseignements, elle doit reprendre la démarche.
15:14
Aboriginal Peoples
24-11-2010
In terms of the tribunal’s rules and procedures, they will
determine how they will deal with any new evidence. We cannot
really comment on that.
Dans ses règles et ses procédures, le tribunal déterminera
comment il traitera les nouvelles preuves. Nous ne pouvons
vraiment formuler de commentaires à ce sujet.
Senator Brazeau: If they have to start over again, then what is
the time frame with that and what is the cost to the First Nation
to basically start over again?
Le sénateur Brazeau : Si elle doit tout reprendre depuis le
début, quel est alors le délai et combien en coûte-t-il à la Première
nation pour, essentiellement, tout recommencer?
Mr. Borbey: From our perspective, the clock restarts when a
new submission is made by a First Nation.
M. Borbey : Le ministère remet les pendules à zéro lorsqu’une
Première nation présente une nouvelle demande.
Ms. Dupont: If the First Nation chooses to refile a claim based
on new information, we would not start back from the beginning.
We review the file and how that file has changed since we looked at
it the first time. However, it becomes a new claim and is treated like
a new claim, so it starts again within the three-year time frame.
Mme Dupont : Si la Première nation choisit de déposer une
nouvelle revendication fondée sur de nouveaux renseignements,
nous ne reprenons pas la démarche depuis le début. Nous
examinons le dossier et nous déterminons ce qui a changé par
rapport à la première demande. Toutefois, il s’agit bel et bien
d’une nouvelle demande qui est traitée comme telle, de sorte
qu’on recommence avec un nouveau délai de trois ans.
Senator Brazeau: What would the cost be to the First Nation to
resubmit another claim?
Le sénateur Brazeau : Combien pourrait-il en coûter à une
Première nation pour présenter une nouvelle revendication?
Ms. Dupont: It varies from First Nation to First Nation and
from claim to claim, depending on the type of claim. However,
there are loans provided to the First Nation. Once we get into a
negotiated settlement, their loans are paid on top of their
settlement. Therefore, they incur loans up to the point of
settlement and when the claim is settled, their loans are paid.
Mme Dupont : Cela varie d’une Première nation et d’une
revendication à l’autre, selon le type de revendication. Toutefois,
la Première nation peut obtenir un prêt. Une fois le règlement
négocié, le prêt est remboursé sur la somme octroyée à titre de
règlement. Par conséquent, la Première nation contracte un prêt
jusqu’au moment du règlement et, une fois la revendication réglée,
le prêt est remboursé.
Senator Raine: Thank you for being here.
Le sénateur Raine : Merci d’être venus nous rencontrer.
I would like you to clarify the situation right now with regard
to the justices who have agreed to serve on the tribunal. A certain
amount of time has gone by and I understand they are appointed
for a specific term. If this term is up, have they actually agreed to
continue on?
J’aimerais que vous précisiez la situation actuelle des juges qui
ont accepté de siéger au tribunal. Il s’est écoulé un certain temps
et, que je sache, ils sont nommés pour un mandat précis. Si le
mandat est terminé, ont-ils accepté de le renouveler?
What is the process for appointing these justices? We
understand there is a working committee set up. Is there a
working committee to deal with appointments of justices, who is
on the committee, and how does it all work?
Comment procède-t-on pour nommer ces juges? Nous croyons
comprendre qu’il existe un comité de travail. Un comité de travail
est-il chargé de la nomination des juges? Qui siège à ce comité et
comment fonctionne-t-il?
Mr. Borbey: That process is managed by the Department of
Justice and is under the responsibility of the Minister of Justice.
Therefore, we are not directly involved in the appointment or
selection of the judges. I am aware that we have three judges now
and their terms are coming due. The Minister of Justice is now
considering renewal of those terms.
M. Borbey : Ce processus est géré par le ministère de la Justice
et relève du ministre de la Justice. C’est donc dire que nous ne
participons pas directement au choix ou à la nomination des
juges. Je sais qu’il y a actuellement trois juges et que leur mandat
est sur le point de prendre fin. Le ministre de la Justice étudie le
renouvellement de ce mandat.
Once the tribunal is nearly up and running, we will consider the
appointment of additional judges to fill a roster for the tribunal.
Lorsque le tribunal s’apprêtera à entrer en fonction, nous
envisagerons la nomination d’un plus grand nombre de juges pour
compléter l’effectif du tribunal.
Senator Raine: Do you not see any possibilities of delays in
getting up and running in 2011? There should be no hold-ups,
should there?
Le sénateur Raine : Est-il possible, à votre avis, que le début des
activités du tribunal, prévu pour 2011, soit retardé? On ne prévoit
pas de retards n’est-ce pas?
Mr. Borbey: We are hoping there will not be, and we are doing
what we can to ensure that.
M. Borbey : Nous espérons qu’il n’y en aura pas, et nous
mettons tout en œuvre pour nous en assurer.
Again, the tribunal is an independent body and we cannot
really answer for them in terms of what they are doing to get
ready to hear cases.
Je rappelle que le tribunal est un organisme indépendant et que
nous ne pouvons vraiment répondre au nom des juges en ce qui a
trait aux moyens qu’ils prennent pour être en mesure d’instruire
les revendications.
24-11-2010
Peuples autochtones
Senator Raine: Can I switch to a slightly different topic?
15:15
Le sénateur Raine : Si vous le permettez, j’aimerais aborder un
sujet légèrement différent.
I am looking at the list you have provided us that contains the
number of specific claims that have been assessed, researched and
concluded. I see ‘‘settled through negotiations,’’ 337; ‘‘no lawful
obligation found,’’ 235; and ‘‘file closed,’’ 243.
Je regarde la liste que vous nous avez fournie où l’on présente
le nombre de revendications particulières, sous les rubriques « à
l’étude », « recherche » et « conclues ». Je peux lire « réglée par
négociations », 337; « aucune obligation légale », 235; et « dossier
fermé », 243.
Those last two numbers total 478, and are claims that would be
in a position to go to the tribunal and ask for their cases to be
heard. Am I correct in this?
Le total des deux derniers chiffres est de 478; il s’agit de
revendications qui sont prêtes à être portées devant le tribunal
afin que l’affaire soit entendue. Ai-je bien compris?
Ms. Dupont: No. This is cumulative since the process began.
The act stipulates that, if the claim was not accepted prior to the
coming into force of the act, they do not have access to the
tribunal. Therefore, only the claims that have not been accepted
since the act came into force have access — about 100 of them —
since October 16.
Mme Dupont : Non. Il s’agit du total cumulatif depuis le début
du processus. La loi prévoit que, si la revendication n’a pas été
acceptée avant l’entrée en vigueur de la loi, on ne peut s’adresser
au tribunal. Par conséquent, seules les revendications qui n’ont
pas été acceptées depuis l’entrée en vigueur de la loi y ont accès —
on parle d’une centaine de revendications — depuis le 16 octobre.
Senator Raine: You are saying there are situations where First
Nations have submitted a specific claim and they have been
turned down either because of ‘‘no lawful obligation found’’ or
‘‘file closed.’’ I do not know what ‘‘file closed’’ means.
Le sénateur Raine : Vous dites que, dans certains cas, une
Première nation a présenté une revendication particulière qui a été
refusée soit parce qu’il n’y avait « aucune obligation légale » ou
que c’était un cas de « dossier fermé ». Je ne sais pas ce qu’on
entend par « dossier fermé ».
Ms. Dupont: File closure happens sometimes when the First
Nation does not want to pursue the claim for some reason or
another. It might be that they are going to litigation, so we close
the file in specific claims. It might be that the file is referred to
another process if it falls outside the parameters of the specific
claims policy. That is when a file is closed.
Mme Dupont : On ferme parfois le dossier lorsque la Première
nation ne veut pas poursuivre la revendication pour une
quelconque raison. Il se peut qu’elle intente une action en
justice, de sorte que nous fermons le dossier de la revendication
particulière. Il se peut que le dossier soit renvoyé à un autre
processus s’il ne correspond pas aux paramètres de la politique
sur les revendications particulières. C’est dans des cas semblables
qu’on ferme un dossier.
Senator Raine: We should then really look at the ‘‘no lawful
obligation’’ found, which is when the government’s position is
that they are rejecting the claim, basically.
Le sénateur Raine : Nous devrions donc nous pencher sur la
rubrique « aucune obligation légale »; dans un tel cas, le
gouvernement rejette essentiellement la revendication.
Ms. Dupont: There was no lawful obligation.
Senator Raine: Most First Nations might disagree. You are
saying that because they applied before the tribunal process was
set up, they have no access to the tribunal. Can they start over?
Mme Dupont : Il n’y avait pas d’obligation légale.
Le sénateur Raine : Il se pourrait que la plupart des Premières
nations ne soient pas de cet avis. Vous dites que, parce qu’elles ont
présenté leur revendication avant la création du tribunal, elles ne
peuvent s’adresser au tribunal. Peuvent-elles reprendre la
démarche depuis le début?
Ms. Dupont: Yes.
Mme Dupont : Oui.
Senator Raine: Must they?
Le sénateur Raine : Sont-elles tenues de le faire?
Ms. Dupont: Yes, they can start over.
Mme Dupont : Oui, elles peuvent recommencer.
Senator Raine: My logic says there are 235 cases out there that
might come back.
Le sénateur Raine : Logiquement, selon moi, 235 revendications
pourraient être présentées à nouveau.
Mr. Borbey: When we reject a claim, we provide a detailed
explanation, including jurisprudence, as to why there was no
lawful obligation. In many cases, the decision is accepted at the
end of the day. Regardless, yes, they have the option of coming to
the tribunal or restarting the process.
M. Borbey : Lorsque nous rejetons une revendication, nous
fournissons une explication détaillée, avec jurisprudence à l’appui,
des raisons pour lesquelles il n’y a aucune obligation légale. Dans
de nombreux cas, on finit par accepter la décision. Quoi qu’il en
soit, il est effectivement possible de s’adresser au tribunal ou de
reprendre le processus.
If they restart the process, we have already done the research,
so it would not take as long to come to another decision with
respect to accepting or rejecting the claim.
En cas de reprise du processus, nous avons déjà effectué la
recherche; il est donc possible d’en arriver plus rapidement à la
décision d’accepter ou de rejeter la revendication.
15:16
Aboriginal Peoples
Senator Dallaire: You are working with this $2.5-billion fund
over 10 years, which is new money to the department. Is it correct
that this is added to your baseline?
Ms. Dupont: Yes.
24-11-2010
Le sénateur Dallaire : Vous disposez de ce fonds de
2,5 milliards de dollars sur 10 ans, qui est de l’argent frais pour
le ministère. Cet argent est bel et bien ajouté à votre budget
de référence?
Mme Dupont : Oui.
Mr. Borbey: However, it is in a separate envelope and
dedicated solely to specific claims.
M. Borbey : Toutefois, il s’agit d’une enveloppe distincte
réservée aux revendications particulières.
Senator Dallaire: It did not come out of your budget, then.
Le sénateur Dallaire : Cet argent ne provient donc pas de
votre budget.
Mr. Borbey: No.
M. Borbey : Non.
Senator Dallaire: Once you settle a claim, what is INAC’s
responsibility with that First Nation organization in the follow-up
to the claim?
Le sénateur Dallaire : Lorsque vous réglez une revendication,
quelle est la responsabilité d’AINC à l’égard de l’organisation de la
Première nation concernant les suites à donner à la revendication?
Mr. Borbey: The settlement of the claim includes full releases
for any future responsibility; the claim is settled and we insist on
those releases.
M. Borbey : Le règlement comprend une renonciation
complète à toute responsabilité future; la revendication est
réglée et nous insistons sur cette renonciation.
The First Nation has to establish a trust with the proper
controls to deal with the management of the monies. Normally,
the ratification of the settlement also includes the approval by
First Nation members of the setting up of that trust.
La Première nation doit créer un fonds de fiducie assorti de
mesures de contrôle relatives à la gestion de l’argent.
Normalement, le règlement comprend aussi l’approbation, par
les membres de la Première nation, de la création de ce fonds.
Once that trust is set up, the monies are paid into by the
department. After that, the First Nation manages its monies
completely independently. We do not have a role to play in any
way whatsoever.
Une fois le fonds de fiducie créé, l’argent y est déposé par le
ministère. Par la suite, la Première nation gère son argent de façon
tout à fait autonome. Nous n’avons absolument aucun rôle
à jouer.
Senator Dallaire: Because some claims in the past have
included building infrastructure and things like this, the needs
for continued education, for social programs, for water, housing
and so on, do those responsibilities now disappear from INAC
and fall under the claims settlement?
Le sénateur Dallaire : Étant donné que dans le passé certaines
règlements ont porté sur la construction d’infrastructures et de
choses du même ordre, ainsi que sur les besoins en éducation, en
programmes sociaux, en distribution d’eau, en logements
et cetera, est-ce qu’AINC est relevé de ces responsabilités? Fontelles désormais partie des règlements des revendications?
Mr. Borbey: No, the First Nation continues to be eligible for
all our support programs on reserve. If they want to supplement
some of those funds with some of their own funds, they can
certainly do that. That is their choice, but they are still eligible for
all our programs.
M. Borbey : Non, la Première nation demeure admissible à
tous nos programmes de soutien dans les réserves. Elle peut
toutefois bonifier ces programmes en y ajoutant ses propres
fonds. C’est à elle de choisir, mais elle demeure admissible à tous
nos programmes.
Senator Dallaire: The previous settlements required that the
settlement be reviewed every five years. Is that still part of
the process?
Le sénateur Dallaire : Les règlements antérieurs prévoyaient un
examen quinquennal du règlement. Est-ce toujours le cas?
Mr. Borbey: I think that is the comprehensive claims process,
so it is a different process. The specific claim relates to past error
or past wrong that is being corrected, while comprehensive claim
deals with the settlement of rights over a territory where there is
not an existing treaty.
M. Borbey : Je crois que cela s’applique au processus de
revendications globales. C’est un processus différent. Une
revendication particulière porte sur une erreur ou un préjudice
antérieur qu’on souhaite corriger, tandis qu’une revendication
globale porte sur le règlement des droits relatifs à un territoire qui
n’est pas assujetti à un traité.
Senator Dallaire: This settlement is a one-time resolution on a
financial basis and has no impact on any of the INAC
responsibilities in any of their areas toward these First Nations
that were there and continue, or should continue, to be there post
this, correct?
Le sénateur Dallaire : Ce règlement est un règlement financier
ponctuel qui n’a aucune influence sur les responsabilités d’AINC
à l’égard des Premières nations : elles existaient déjà et
continueront, ou devraient continuer, d’exister par la suite,
n’est-ce pas?
Mr. Borbey: Yes, and there may be some impacts in the future.
For example, if the First Nation gets authority, as part of the
settlement, to add lands to their reserve, there is a process that the
M. Borbey : Oui, et il pourrait y avoir certaines répercussions à
l’avenir. Par exemple, si une Première nation obtenait le droit,
dans le cadre du règlement, d’agrandir sa réserve, le ministère
24-11-2010
Peuples autochtones
15:17
department would be involved in, in terms of managing that
addition to the reserve. Again, the First Nation would be
purchasing land on a willing buyer-willing seller basis. It also
would have to be contingent to existing reserve lands in order to
be eligible to add to the reserve.
participerait à cette démarche en gérant cet agrandissement. Là
encore, l’achat des terres se ferait de gré à gré entre la Première
nation et le vendeur. Ces terres devraient aussi être contiguës à
celles terres de la réserve pour pouvoir y être annexées.
In some cases, where the province may be a party to the
settlement of the claim, the province can transfer Crown lands
they control. Some of those lands could be added to the reserve,
depending on the criteria. Then we would be working with the
First Nation through that process, and those lands would be
subject to all the terms and conditions of the Indian Act.
Dans certains cas, lorsque la province est partie au règlement
de la revendication, elle peut céder des terres de la Couronne qui
relèvent d’elle. Selon les critères, certaines de ces terres pourraient
être ajoutées à la réserve. Le cas échéant, nous collaborerions avec
la Première nation durant cette démarche, et ces terres seraient
assujetties aux dispositions de la Loi sur les Indiens.
Senator Dallaire: Now that you have these settlements coming
to fruition, with the significant amounts of money going into the
band or whatever structure that is there, have you seen the budget
allocation to INAC in regard to any of its responsibilities
previous to that area being modified, particularly reduced?
Le sénateur Dallaire : Maintenant que vous commencez à
conclure des règlements et compte tenu des sommes considérables
qui sont versées à la bande ou à la structure en place, avez-vous
constaté une modification, plus précisément une réduction, des
crédits accordés à AINC concernant n’importe laquelle de ses
responsabilités?
Mr. Borbey: No, there is no relationship between the two.
Senator Dallaire: Whether there is no relationship does not
mean staffing has not happened. I am asking: has there been in
any way, to your knowledge, any reduction of services or funding
going to any of these areas where these settlements have happened
in regard to INAC’s responsibilities that have not been modified
by this?
M. Borbey : Non, il n’y a aucune relation entre les deux.
Le sénateur Dallaire : Qu’il y ait ou non une relation, cela ne
signifie pas qu’il n’y a pas eu de dotation. Je veux savoir si, à votre
connaissance, il y a eu une réduction des services ou du
financement, quelle qu’elle soit, dans les domaines touchés par
ces règlements, en ce qui a trait aux responsabilités d’AINC, qui
n’ont pas subi de modification?
Mr. Borbey: I am not aware of any and there should not be.
M. Borbey : Je n’en connais pas et il ne devrait pas y en avoir.
Senator Dallaire: There should not be. Good.
Le sénateur Dallaire : Il ne devrait pas y en avoir. Bien.
The Chair: For clarification, Mr. Borbey, the $250 million per
year that is allocated for settlement of specific claims by the
tribunal, these funds are strictly for tribunal adjudication, are
they not? You were pointing out that there was a settlement for
$171 million in Ontario and other settlements. Does that come
out of the $2.5 billion?
Le président : Je crois comprendre, monsieur Borbey, que les
250 millions de dollars par année affectés au règlement des
revendications particulières par le tribunal sont réservés
strictement à l’audition des affaires par le tribunal, n’est-ce pas?
Vous avez signalé qu’il y avait eu un règlement de 171 millions de
dollars en Ontario ainsi que d’autres règlements. Cet argent
provient-il des 2,5 milliards de dollars?
Mr. Borbey: Yes, all the settlements — whether they are
current settlements based on the negotiation of claims by the
department or whether they will be adjudicated by the tribunal in
the future — will be funded within that envelope.
M. Borbey : Oui, tous les règlements — qu’ils découlent de la
négociation de revendications par le ministère ou qu’ils soient
imposés par le tribunal à l’avenir — seront financés sur
cette enveloppe.
The Chair: I thought this $250 million was a fund set up strictly
for those claims that would go through the tribunal process, and
that anything over $150 million per claim would have to go to
cabinet for settlement.
Le président : Je croyais que ces 250 millions de dollars
constituaient un fonds destiné exclusivement aux revendications
qui allaient faire l’objet d’un examen par le tribunal et que toute
somme supérieure à 150 millions de dollars allait devoir être
approuvée par le Cabinet.
Mr. Borbey: Yes, in terms of any claims that are over
$150 million, there is a separate process. We have to go to
cabinet for those. However, every settlement, whether it will be a
negotiated settlement or an adjudicated settlement, will be funded
out of the funds that have been set aside, the $2.5 billion over
10 years.
M. Borbey : Oui, il existe un processus distinct pour toute
revendication supérieure à 150 millions de dollars. Il faut
s’adresser au Cabinet dans ces cas-là. Toutefois, chaque
règlement, qu’il s’agisse d’un règlement négocié ou d’un
règlement fixé par le tribunal, sera financé sur des fonds
réservés à cet effet, soit les 2,5 milliards de dollars sur 10 ans.
The Chair: Okay.
Senator Dallaire: It is the same fund, but they have to go to
cabinet to spend that one because it is $250 million.
Le président : D’accord.
Le sénateur Dallaire : C’est le même fonds, mais on doit
s’adresser au Cabinet parce que la somme est supérieure à
250 millions de dollars.
15:18
Aboriginal Peoples
24-11-2010
Mr. Borbey: In the case of Fort William, it is over $150 million
but there are two claims. I mentioned the Neebing and Boundary
claims, so there are two different claims and we announced
settlement of both at the same time. That is why it is over the
$150-million threshold.
M. Borbey : Dans le cas de Fort William, le montant est
supérieur à 150 millions de dollars, mais il y a deux
revendications. J’ai mentionné la revendication relative à
Neebing et celle concernant les limites de la réserve de Fort
William; il existe donc deux revendications différentes et nous
avons annoncé leur règlement en même temps. C’est pourquoi on
dépasse le seuil des 150 millions de dollars.
The Chair: My understanding was that when we went through
this process and established this tribunal, that $250 million per
year up to $2.5 billion would be over and above other settlements
that took place. I am surprised to a degree. In theory,
at $250 million a year, you could settle two big claims and there
are no funds left for the tribunal for any of the settlements that
would come forward.
Le président : J’avais cru comprendre que, lorsqu’on a fait cette
démarche et créé le tribunal, les 250 millions de dollars par année
jusqu’à concurrence de 2,5 milliards de dollars s’ajouteraient aux
règlements antérieurs. Je suis quelque peu étonné. En théorie,
avec 250 millions de dollars par année, vous pourriez régler deux
grosses revendications, et le tribunal n’aurait plus d’argent pour
régler d’autres revendications.
How does that work? Can you explain to us how the funding
works? You have $171 million, then you have $126 million and
$145 million, so in theory, we are out of money. If the tribunal
was up and running, where would the funding come from?
Comment cela fonctionne-t-il? Pouvez-vous nous expliquer les
modalités? Vous avez 171 millions de dollars, ensuite vous avez
126 millions et 145 millions de sorte qu’en théorie, il n’y a plus
d’argent. Si le tribunal était opérationnel, d’où proviendrait le
financement?
Ms. Dupont: We manage the $2.5 billion as a fund, in
conjunction with the Treasury Board and the Department of
Finance. We have the capacity from year to year to roll over the
money that we do not spend.
Mme Dupont : Nous gérons les 2,5 milliards de dollars comme
un fonds, de concert avec le Conseil du Trésor et le ministère des
Finances. Nous pouvons d’une année à l’autre reporter l’argent
que nous ne dépensons pas.
The Chair: I know that. That was one of the recommendations
we made and I believe it was reflected in the legislation.
Le président : Je le sais. C’est l’une des recommandations que
nous avons formulées, et je crois qu’on l’a intégrée à la loi.
Ms. Dupont: Yes, and on top of that, we are also allowed to
draw down from the $2.5 billion coming in for future years. This
year, our department, through the supplementary estimates, will
receive approval to draw down in excess of $200 million of the
$2.5 billion to pay for the settlements. That is the flexibility we
have so that when the tribunal is up and running, and they come
in with amounts that we have to pay, we are able to manage the
settlement fund in a way that we can do that. It will allow us the
flexibility to move money around within that time frame.
Mme Dupont : Oui, et nous pouvons en plus prélever de
l’argent dans les 2,5 milliards de dollars prévus pour les années à
venir. Cette année, notre ministère obtiendra l’approbation, par
l’entremise du Budget supplémentaire des dépenses, de prélever
plus de 200 millions de dollars sur les 2,5 milliards de dollars pour
payer les règlements. Nous avons cette souplesse, de sorte que,
lorsque le tribunal sera opérationnel et qu’il nous présentera les
sommes à verser, nous serons en mesure de gérer le fonds réservé
pour les règlements de manière à payer ces sommes. Nous
disposerons de la souplesse nécessaire pour dépenser l’argent
selon les besoins, en respectant ce délai.
The Chair: Do we have an estimated figure of what the claims
that are out there would cost us — a ballpark figure?
Le président : Avons-nous une estimation de ce que coûteront
les règlements dont nous avons connaissance — un chiffre
approximatif?
Ms. Dupont: We have a contingent liability that is the value of
all the claims. It is over $5 billion.
Mme Dupont : Nous avons un passif éventuel équivalent à la
valeur de toutes les revendications, soit plus de cinq milliards
de dollars.
Senator Sibbeston: I would be interested to know whether there
has been a real change in the attitude and the approach of the
department. With the passing of the Specific Claims Tribunal Act,
I think there were expectations that there would be a renewed
‘‘hurry up’’ type of approach taken by the department to deal with
specific claims.
Le sénateur Sibbeston : J’aimerais savoir si le ministère a
vraiment modifié sa mentalité et son approche. Je crois qu’on
s’attendait que l’adoption de la Loi sur le Tribunal des
revendications particulières incite le ministère à « mettre les
bouchées doubles » pour régler les revendications particulières.
Has there been that change in the attitude and approach from
the department in dealing with these issues? You say in your
report that you have to complete 319 assessments and
96 negotiations in the next 11 months. Is that a marked
improvement and objective from past years? Are you able to
achieve this objective?
Y a-t-il eu un tel changement de mentalité et d’approche de la
part du ministère? Vous dites dans votre rapport que vous devez
achever 319 évaluations et 96 négociations au cours des
11 prochains mois. S’agit-il d’une amélioration marquée par
rapport aux années précédentes, d’un objectif plus ambitieux?
Êtes-vous en mesure d’atteindre cet objectif?
24-11-2010
Peuples autochtones
15:19
Mr. Borbey: My observations are fairly recent, having just
arrived a few weeks ago. There is a very focused and business-like
approach to the settlement of the specific claims.
M. Borbey : Mes observations sont fondées sur une relativement
courte période puisque je ne suis en poste que depuis quelques
semaines. On aborde le règlement des revendications particulières
de manière bien définie et très pratique.
The reports are pretty thorough and they are tabled publicly on
a quarterly basis so that people can see the progress we are
making. I think the charts you have seen demonstrate that we
reduced the backlog by about 50 per cent; it is half of what it was
before the legislation came into effect.
Les rapports sont plutôt exhaustifs et ils sont affichés
publiquement tous les trimestres, de sorte que les gens puissent
constater les progrès accomplis. Je crois que les graphiques dont
vous avez pris connaissance montrent que nous avons réduit de
moitié environ le nombre de revendications en attente d’examen
depuis l’entrée en vigueur de la loi.
Additional resources have been provided to both the
department and the Department of Justice to be able to
accelerate the process.
AINC et le ministère de la Justice ont obtenu des ressources
supplémentaires pour accélérer le processus.
I can tell you it is a very focused and enthusiastic part of our
mandate and we are all very proud when we reach settlements, as
we did recently.
Je peux vous dire qu’il s’agit d’un volet très ciblé et motivant de
notre mandat; nous sommes tous très fiers lorsque nous
concluons des règlements, comme nous l’avons fait récemment.
Our minister is certainly very focused on it as well.
Notre ministre y accorde aussi beaucoup d’importance.
Senator Sibbeston: Mr. Borbey, I do not know what your
background is, what other departments you have worked for or
work you have done, but you are coming new to the job. Can you
tell us if you are adding a new energy and initiative to this whole
undertaking? When we think of ‘‘Indian Affairs,’’ everything is in
terms of 20 or 30 years. Nothing happens very fast in the
department.
Le sénateur Sibbeston : Monsieur Borbey, je ne connais pas vos
antécédents, les autres ministères pour lesquels vous avez travaillé
ni ce que vous avez fait, mais vous venez d’entrer en fonction.
Pouvez-vous nous dire si vous apportez une nouvelle énergie et un
nouvel esprit d’initiative à tout cet exercice? Lorsqu’on pense aux
« Affaires indiennes », il y a toujours un horizon de 20 ou 30 ans.
Rien ne se passe très vite dans ce ministère.
You are a new man on the scene, as it were. Do you think you
will step in line with this 20- to 30-year approach to things or do
you feel you can add some new vigour, energy and life and get
things done faster than maybe other people have?
Vous venez d’entrer en scène, si je peux m’exprimer ainsi.
Croyez-vous que vous allez adopter cet horizon de 20 à 30 années
ou croyez-vous que vous pourrez insuffler une vigueur, une
énergie et une vie nouvelles et peut-être obtenir des résultats plus
rapidement que d’autres personnes?
Mr. Borbey: I feel like I am doing my interview again here.
M. Borbey : J’ai l’impression de passer à nouveau
mon entrevue.
In terms of my background, I have been with Indian and
Northern Affairs Canada for four years. I was the Assistant
Deputy Minister responsible for Northern Affairs. Over those
four years, I certainly made my mark in the North; it has gained a
significant priority for this government and for Canadians. We
have put in place some impressive improvements in programs in
the North.
En ce qui a trait à mes antécédents, il y a quatre ans que je suis
au ministère des Affaires indiennes et du Nord canadien. J’étais le
sous-ministre adjoint responsable des affaires du Nord. Au cours
de ces quatre années, j’ai certainement fait ma marque dans le
Nord; cette région est devenue une priorité d’importance pour le
gouvernement et la population canadienne. Nous avons apporté
des améliorations impressionnantes aux programmes dans
le Nord.
The North also involves significant comprehensive claims and
self-government agreements. We are proud of the fact that the
majority of the North involves settled claims. That creates better
and different conditions for First Nations and Inuit people.
Il y a aussi d’importantes revendications globales et ententes
sur l’autonomie gouvernementale dans le Nord. Nous sommes
fiers d’avoir réglé les revendications dans la plus grande partie du
Nord. Les Premières nations et les Inuits jouissent ainsi de
conditions meilleures et différentes.
Therefore, certainly my role now south of the 60th parallel is to
build on that energy and to help First Nations and Canadians
build a new and different relationship, both in terms of settling
historical grievances through specific claims as well as making
progress on comprehensive claims and self-government.
Par conséquent, mon rôle désormais au sud du 60e parallèle est
de tabler sur cette énergie pour aider les Premières nations et les
Canadiens à forger une relation nouvelle et différente, qu’il s’agisse
de régler les griefs historiques par l’entremise de revendications
particulières ou de réaliser des progrès concernant les
revendications globales et l’autonomie gouvernementale.
15:20
Aboriginal Peoples
24-11-2010
I am also realistic that these things take time. Negotiations are
complex. It is great if we can work with First Nations on a more
accelerated basis. I think the discipline associated with the act by
putting timelines in place is an important change and also
motivates things.
Je suis conscient que tout cela prend du temps. Les
négociations sont complexes. Tant mieux si nous pouvons
accélérer le travail avec les Premières nations. Je crois que la
rigueur qu’impose la loi, en fixant des délais, est un changement
important et motivant.
I was involved in looking at imposing timelines in a regulatory
systems in the North, which is something planned in the current
Nunavut Act before Parliament. I believe that timelines, once they
are well applied and resourced, are good ways to ensure that
energy is there to accelerate the process and not let things drag on
forever. It is in no one’s interest to let things linger: It is not in our
interests, the interests of Canadians or those of First Nations.
That is what I hope I will bring to the job.
J’ai participé à l’étude de l’imposition de calendriers dans le
cadre d’un régime de réglementation dans le Nord, ce qui est prévu
dans la Loi sur le Nunavut qu’étudie le Parlement. Je crois que les
calendriers, une fois mis en place et financés, sont une bonne façon
de s’assurer qu’il existe un dynamisme suffisant pour accélérer la
démarche et ne pas traîner les choses en longueur. Personne n’a
intérêt à ce qu’on prenne trop de temps : ce n’est pas dans notre
intérêt, ni dans celui de la population canadienne ou celui des
Premières nations. C’est ce que j’espère apporter à ce travail.
The Chair: I have a quick question. In the past when we were
studying this particular issue, there was reluctance on the part of
the department to share research information with First Nations.
First Nations were out there having to research information that
the department had readily at hand. Efforts were duplicated and
there were huge costs. The only people making money were
lawyers and consultants.
Le président : J’ai une petite question. Lorsque nous avons
étudié ce sujet précis dans le passé, le ministère se faisait prier
pour communiquer des données de recherche aux Premières
nations. Les Premières nations étaient contraintes de mener ellesmêmes des recherches pour obtenir des renseignements que le
ministère possédait déjà. Il y avait chevauchement, et les coûts
étaient faramineux. Seuls les avocats et les consultants gagnaient
de l’argent.
Has that changed?
La situation a-t-elle changé?
Mr. Borbey: Yes. I can ask my colleague to comment on that.
M. Borbey : Oui, j’invite ma collègue à vous faire part de
ses commentaires.
Ms. Dupont: As you mentioned, Mr. Chair, there was a lot of
duplication in the past. The First Nations would do some research
and we would do some research, and then we would sit down and
compare notes, which contributed to taking so long in the
assessment phase of the negotiations.
Mme Dupont : Comme vous l’avez mentionné, monsieur le
président, il y avait énormément de chevauchement dans le passé.
Les Premières nations effectuaient des recherches et nous en
faisions de notre côté; ensuite, nous nous retrouvions pour
comparer nos notes, ce qui ne faisait que prolonger la phase
d’évaluation des négociations.
Now, First Nations do all their own research and they are
resourced to be able to do that. When verifying the files in the
department when doing the assessment, if we come across
information we have that the First Nation does not, we identify
that to the First Nation. We also ask them what they wish to do
with that information, such as keeping it as the record in the file.
Some First Nations want to see the whole file back with them so
they can have a better analysis.
Aujourd’hui, les Premières nations font leurs propres
recherches et elles reçoivent des fonds à cette fin. À l’étape de la
vérification des dossiers au ministère, durant l’évaluation, si nous
repérons de l’information que la Première nation ne possède pas,
nous la lui signalons. Nous lui demandons aussi ce qu’elle
souhaite faire de l’information. Faut-il par exemple la verser au
dossier. Certaines Premières nations préfèrent qu’on leur
communique l’ensemble du dossier afin qu’elles puissent
procéder à une analyse plus complète.
We do share the information with the First Nation.
Nous communiquons effectivement l’information à la
Première nation.
The Chair: There is no more of ‘‘us and them,’’ then. It is ‘‘we’’
that are working together; is that correct?
Le président : Il n’y a donc plus cet esprit d’antagonisme. Vous
travaillez maintenant de concert, n’est-ce pas?
Ms. Dupont: The First Nation now makes the claim to the
department, so we do not get involved with them anymore in
developing their claim. They do their work.
Mme Dupont : La Première nation présente sa revendication
au ministère, de sorte que nous ne participons plus à son
élaboration. Elle fait son propre travail.
When we review their work and look at historical records and
find information that is not included, we tell the First Nation and
ask them what they wish to do with it. We let the First Nation
decide whether they want to have it as part of the claim or what
they want to do with the file.
Lorsque nous examinons son travail et que nous trouvons,
dans les documents historiques, des renseignements qui ne
figurent pas dans sa revendication, nous en avisons la Première
nation et lui demandons ce qu’elle entend faire de ces
renseignements. Nous la laissons décider si elle veut l’intégrer à
sa revendication ou ce qu’elle veut faire du dossier.
24-11-2010
Peuples autochtones
15:21
Senator Poirier: My first question is a follow up to a question
that Senator Brazeau was asking. When a loan is provided to the
First Nation, he mentioned that the cost of the loan or the
reimbursement of the loan is given back to the First Nation, over
and above the settlement.
Le sénateur Poirier : Ma première question fait suite à celle du
sénateur Brazeau. Il a mentionné que, lorsqu’on accorde un prêt à
une Première nation, celle-ci reçoit la somme prévue par le
règlement et n’a pas à rembourser le prêt ni son coût.
What happens to that loan if there is no settlement, if the claim
is rejected?
Qu’arrive-t-il à ce prêt s’il n’y a pas de règlement, si la
revendication est rejetée?
Ms. Dupont: The loans are provided when they negotiate; they
are provided contribution funding for the research of their claim.
They do not have to repay the monies when they do the research
part of it. When they enter the negotiation, they are provided
loans to be at the negotiation table.
Mme Dupont : Les prêts sont accordés lorsque les Premières
nations négocient; il s’agit d’une contribution aux recherches
relatives aux revendications. Elles n’ont pas à rembourser l’argent
lorsqu’elles se chargent de la recherche. Lorsqu’elles entament la
négociation, on leur verse des prêts pour la démarche de
négociation.
Senator Poirier: Up to that stage, there is no financial
aid offered.
Le sénateur Poirier : Jusqu’à cette étape, on n’offre aucune
aide financière.
Ms. Dupont: There is, but they are contributions; they do not
have to pay it back.
Mme Dupont : Oui, mais il s’agit de contributions qui n’ont pas
à être remboursées.
Senator Poirier: Okay.
Le sénateur Poirier : D’accord.
Of the claims that are rejected, how many on the average come
back, ask to go back, or are waiting to go back to the tribunal?
Dans quelle proportion les revendications rejetées sont-elles
présentées à nouveau, font-elles l’objet d’une demande à cette fin,
ou attendent-elles d’être entendues par le tribunal?
Mr. Borbey: We cannot assess that because the minister has
rendered a decision and it is now in the hands of the First Nation
to decide whether they accept the rejection or whether they want
to put their case before the tribunal. However, the tribunal is not
ready to hear cases yet.
M. Borbey : Nous ne pouvons déterminer ce chiffre parce que
le ministre a rendu une décision et il revient désormais à la
Première nation de décider si elle l’accepte ou si elle veut
s’adresser au tribunal. Toutefois, le tribunal n’est pas encore prêt
à entreprendre ses activités.
Senator Poirier: Therefore, none are coming back because they
are not set up to do it. Once it is set up, what is the time frame the
tribunal has to listen to the case and make a ruling on it?
Le sénateur Poirier : Par conséquent, c’est parce que le tribunal
n’est pas opérationnel. Lorsqu’il le sera, de quel délai disposera-til pour entendre une affaire et rendre sa décision?
Mr. Borbey: No specific timeline has been built into the
legislation but our expectation is that it should be fairly quick,
since all the research has been done and a fair amount of
negotiation work has been invested as well. We are hoping the
tribunal will be able to quickly adjudicate and make binding
decisions.
M. Borbey : La loi ne prévoit aucun calendrier, mais nous
estimons que le tout devrait se faire assez rapidement, puisque
toute la recherche aura été faite et qu’on aura aussi accompli une
bonne partie du travail de négociation. Nous espérons que le
tribunal pourra trancher rapidement et rendre une décision
exécutoire.
Senator Poirier: Do the tribunals start next year?
Le sénateur Poirier : Le tribunal commencera-t-il à siéger
l’année prochaine?
Mr. Borbey: I cannot tell you.
M. Borbey : Je ne saurais dire.
Senator Poirier: You do not even know that yet.
Le sénateur Poirier : Vous ne savez même pas encore cela.
Mr. Borbey: We are hoping it will be up and running within the
next year, but I cannot answer more specifically.
M. Borbey : Nous espérons qu’il commencera à siéger au cours
de l’année qui vient, mais je ne peux être plus précis.
Senator Poirier: Therefore, we have no idea when they will be
up and running and we have no idea how many cases could be
coming in front of them. Is that right?
Le sénateur Poirier : Par conséquent, nous n’avons aucune idée
du moment où le tribunal commencera à fonctionner et nous
n’avons aucune idée du nombre d’affaires qu’il aura à entendre.
Est-ce bien cela?
Mr. Borbey: Yes.
The Chair: On November 25, Justice Slade will be reporting to
the minister, apparently. Then the minister has to report to both
houses. At that time, Justice Slade will most likely enlighten us all
as to where the tribunal stands in developing its rules, procedures
and what have you.
M. Borbey : Oui.
Le président : Il semble que le juge Slade remettra son rapport
au ministre le 25 novembre. Le ministre devra ensuite faire
rapport aux deux chambres. À ce moment-là, il est fort probable
que le juge Slade nous aura indiqué notamment où en est rendu le
tribunal dans l’élaboration de ses règles et procédures.
15:22
Aboriginal Peoples
24-11-2010
Senator Campbell: Since March 2008, there are about
1,483 claims, according to your figures here, both inventoried
and concluded. I have some real difficulty with the ‘‘concluded.’’
I suppose the difficulty is that it is concluded from your point of
view. I would be interested to know if it is concluded from the
other side’s point of view.
Le sénateur Campbell : Selon les chiffres que j’ai sous les yeux,
vous avez un total de 1 483 revendications. Le terme « conclues »
est à mon avis très problématique. Je suppose que la
revendication est réglée de votre point de vue. J’aimerais bien
savoir si elle l’est du point de vue de l’autre partie.
Of the 1,483, the concluded ones, you have 848. However, for
almost 500 of them, you say there is no lawful obligation and the
file has been closed. That may be true; I am not questioning that. I
understand what you are saying. However, they may be concluded
from your point of view, but would you agree that they probably
are not concluded from the other side’s point of view?
Vous avez réglé 848 des 1 483 revendications. Toutefois, dans le
cas de près de 500 d’entre elles, vous indiquez qu’il n’y a aucune
obligation légale ou que le dossier a été fermé. C’est peut-être vrai;
je ne remets pas ces chiffres en question. Je comprends ce que
vous voulez dire. Toutefois, les dossiers sont peut-être réglés de
votre point de vue, mais convenez-vous qu’ils ne Le sont
probablement pas du point de vue de l’autre partie?
Mr. Borbey: Yes, that is up to the First Nation to decide.
Again, some of those were concluded before the tribunal or the
act came into effect.
M. Borbey : Oui, il revient à la Première nation de décider. Là
encore, certaines des revendications ont été réglées avant que le
tribunal soit créé ou que la loi entre en vigueur.
Senator Campbell: So they are toast anyway, right?
Le sénateur Campbell : Elles sont foutues de toute façon,
n’est-ce pas?
Mr. Borbey: They can refile the claim through the new process
and we will review it, based on the previous information that was
already available.
M. Borbey : La Première nation peut déposer la revendication à
nouveau par l’entremise du nouveau processus; nous l’examinerons
à la lumière de l’information dont nous disposons déjà.
Senator Campbell: When the tribunal comes into existence —
and I must tell you that I am really disappointed in the length of
time this process has taken; it is beyond my comprehension why it
would take this long to set up a tribunal — theoretically speaking,
they could find themselves with a docket of 400 cases sitting there
looking at them.
Le sénateur Campbell : Lorsque le tribunal verra le jour — et je
dois dire que je suis très déçu de voir combien de temps il aura
fallu; je n’arrive pas à comprendre pourquoi il faut tant de temps
pour créer un tribunal —, en théorie, les juges pourraient se
trouver face à 400 affaires en attente.
Correct me if I am wrong because I am trying to figure this out.
They could have a docket of, say, 400 cases. They have a
maximum of $250 million dollars a year to spend. Some of these
treaties are in the $150-million range, and these are not just the
end; there could be more coming forward. This will go on forever
before we can possibly settle all of these claims or come to a
conclusion that both parties will accept, correct?
Corrigez-moi si je me trompe parce que j’essaie de comprendre
ce qui se passe. Le tribunal pourrait avoir un rôle de, disons,
400 affaires en attente. Il peut dépenser au plus 250 millions de
dollars par année. Les sommes en cause dans certains de ces
traités sont de l’ordre de 150 millions de dollars, et ce n’est pas
tout; le montant pourrait gonfler avec le temps. Comment peuton espérer régler un jour toutes ces revendications ou en arriver à
une entente que les deux parties accepteront?
Mr. Borbey: The majority of the cases are much smaller than
the cases I pointed out.
M. Borbey : La majorité des affaires sont beaucoup plus petites
que les cas que j’ai mentionnés.
Senator Campbell: It does not take long to blow through
$250 million when you have 400 cases sitting there.
Le sénateur Campbell : Il ne faut pas beaucoup de temps pour
dépenser 250 millions de dollars lorsqu’il y a 400 affaires en attente.
Mr. Borbey: As we explained regarding the $250 million, we
can draw down from future appropriations for that. It was set up
with that flexibility so that if there are more cases adjudicated,
more settlements in a particular year, we can draw down.
M. Borbey : Comme nous l’avons expliqué pour ce qui est des
250 millions de dollars, nous pouvons puiser dans les crédits à
venir. Cette souplesse fait partie intégrante de la démarche, de
sorte que, si l’on entend plus d’affaires, s’il y a plus de règlements
au cours d’une année donnée, nous pouvons faire un prélèvement
sur les crédits à venir.
Senator Campbell: In fact, what you have is $2.5 billion sitting
out there, correct?
Le sénateur Campbell : En fait, vous disposez de 2,5 milliards
de dollars, n’est-ce pas?
Mr. Borbey: We have already spent some of it.
Senator Campbell: When we were looking at this, we were
advised that the cost of settlement for all claims, if they all went
forward, was $6 billion. What will happen to the discrepancy
between these two?
M. Borbey : Nous en avons déjà dépensé une partie.
Le sénateur Campbell : Lorsque nous nous sommes penchés sur
cette question, on nous a informés que le coût du règlement
éventuel de toutes les revendications serait de 6 milliards de
dollars. Que fait-on de la différence entre ces deux chiffres?
24-11-2010
Peuples autochtones
15:23
I want to make this clear that I am not being partisan here.
This has been going on through successive governments —
Liberal, Conservative, it does not matter; we have all been in the
same boat. How will we come to grips with that?
Qu’on me comprenne bien : je ne fais pas preuve de
partisannerie ici. Tous les gouvernements ont agi ainsi —
libéral, conservateur, peu importe; nous sommes tous logés à la
même enseigne. Comment régler ce problème?
Mr. Borbey: We have identified a maximum contingent
liability of about $5 billion associated with claims. That is
a maximum.
M. Borbey : Nous avons calculé un passif éventuel maximum
d’environ cinq milliards de dollars pour les revendications. C’est
un maximum.
Senator Campbell: We saved $1 billion there.
Le sénateur Campbell : Nous venons d’économiser un milliard
de dollars.
Mr. Borbey: We also reduce those contingent liabilities every
time we settle a claim. We also are tasked with going back to
cabinet once we have completed the three-year transition period
originally provided for.
M. Borbey : Nous réduisons aussi ce passif éventuel chaque
fois que nous réglons une revendication. Nous sommes aussi tenus
de nous adresser au Cabinet une fois terminée la période de
transition de trois années prévue à l’origine.
By October next year, we will hopefully have cleared our
backlog and will have a tribunal that is up and running. We will
be able to go back to cabinet following that to advise cabinet on
the current status. If there are issues with respect to funding that
is available to complete the process, that will be flagged with
cabinet at that time.
D’ici octobre prochain, nous espérons avoir réglé les affaires en
attente et le tribunal devrait être opérationnel. Nous pourrons
nous adresser à nouveau au Cabinet par la suite pour faire le
point sur la situation. Si les fonds disponibles pour mener à terme
le processus posent problème, on le signalera alors au Cabinet.
Senator Campbell: For all of the negativity that seems to be
coming from me, I find the settle-through-negotiations
impressive. You have settled one-third. From what we have
heard, that is pretty unbelievable, so I congratulate you on this.
Le sénateur Campbell : Bien que je puisse paraître négatif, il
reste que je trouve le processus de règlement par négociation
impressionnant. Vous avez réglé le tiers des revendications.
D’après ce nous avons entendu, c’est plutôt incroyable; je
vous félicite.
I worry for you for the future of these cases that are out there,
but I congratulate you on that and thank you for your answers to
my questions.
Je suis inquiet pour vous en ce qui a trait aux affaires en
attente, mais je vous félicite pour ce que vous avez fait et vous
remercie pour vos réponses à mes questions.
The Chair: I would like to reinforce what Senator Campbell
said. The whole process was to be expedited and I hope that the
momentum continues and increases.
Le président : J’abonde dans le sens du sénateur Campbell. Le
processus devait être mené rondement; j’espère que vous
continuerez sur votre lancée et que le rythme s’accélérera.
What concerns me, colleagues, is historically — and this is not
partisan in any way, shape or form — the Department of Justice
has always been slow off the mark. We heard this during hearings
when we were studying this issue. Some of the cases were being
held up for years in the Department of Justice.
Ce qui me préoccupe, chers collègues, c’est qu’historiquement —
et il n’y a absolument rien de partisan dans mes propos — le
ministère de la Justice a toujours pris du temps à réagir. C’est ce
qu’on nous a dit au cours des audiences sur cette question. Certaines
affaires ont été bloquées pendant des années au ministère de
la Justice.
There may be good reason for it, but it is consistent for years
and years. Now there appears to be a bit of a struggle in getting
the tribunal up and running and it is under the auspices of Justice.
I would hope that we can get this process up and running as
quickly as possible.
Il y a peut-être de bonnes raisons, mais cette situation dure
depuis des années. Maintenant, il semble qu’on éprouve certains
problèmes à faire démarrer le tribunal; or il relève du ministère de
la Justice. J’espère que tout ce processus pourra démarrer
sans tarder.
Seeing that I have no more questioners, I would like to thank
Ms. Dupont and Mr. Borbey for their presentation here this
morning and the candid, straightforward answers they presented.
Hopefully, this process will evolve the way it was expected and
should, and First Nations will be better served right across
the country.
Puisqu’il n’y a pas d’autres intervenants, je remercie
Mme Dupont et M. Borbey pour leur exposé ce matin ainsi que
pour leurs réponses franches et sans détour. J’espère que ce
processus évoluera comme prévu et comme il le devrait et que les
Premières nations de tout le pays seront mieux servies.
There is a possibility that we may want to call other witnesses,
but we will have discussions about that as a committee in camera.
Il se pourrait que nous souhaitions convoquer d’autres
témoins, mais nous en discuterons à huis clos.
If there are no other questions, the meeting is adjourned.
S’il n’y a pas d’autres questions, je mets fin à la séance.
(The committee adjourned.)
(La séance est levée.)
15:24
Aboriginal Peoples
24-11-2010
OTTAWA, Wednesday, November 24, 2010
OTTAWA, le mercredi 24 novembre 2010
The Standing Senate Committee on Aboriginal Peoples met
this day at 6:47 p.m. to examine the federal government’s
constitutional, treaty, political and legal responsibilities to First
Nations, Inuit and Metis peoples, and other matters generally
relating to the Aboriginal Peoples of Canada (topic: issues
concerning First Nations education).
Le Comité sénatorial permanent des peuples autochtones se
réunit aujourd’hui à 18 h 47 pour étudier les responsabilités
constitutionnelles, conventionnelles, politiques et juridiques du
gouvernement fédéral à l’égard des Premières nations, des Inuits
et des Métis et sur d’autres questions générales relatives aux
peuples autochtones du Canada (sujet : questions concernant
l’éducation des Premières nations).
Senator Gerry St. Germain (Chair) in the chair.
[English]
Le sénateur Gerry St. Germain (président) occupe le fauteuil.
[Traduction]
The Chair: Honourable senators, I will call the meeting
to order.
Le président : Honorables sénateurs, la séance est ouverte.
I would like to welcome all honourable senators and members of
the public who are watching this meeting of the Standing Senate
Committee on Aboriginal Peoples on CPAC or on the web.
J’aimerais souhaiter la bienvenue à tous les honorables
sénateurs et aux membres du public qui regardent la présente
séance du Comité sénatorial permanent des peuples autochtones
sur la CPAC ou sur Internet.
I am Gerry St. Germain, from the province of British
Columbia, originally from Manitoba, and I have the honour of
chairing this committee.
Je m’appelle Gerry St. Germain. Je suis originaire du
Manitoba et je réside maintenant en Colombie-Britannique. J’ai
l’honneur de présider le comité.
Before hearing the testimony of our witnesses this evening, I
would like to take this opportunity to express, on behalf of the
committee, our deep sadness at the passing of Noah Augustine,
former chief of the Metepenagiag First Nation. Chief Augustine
served as President of the Union of New Brunswick Indians and
Co-chair of the Atlantic Policy Congress of First Nations Chiefs.
He appeared before this committee in those capacities and was a
passionate supporter of his people’s cause. Our hearts go out to
his family and friends at this time of loss. We hope that they find
strength and consolation by remembering and honouring who he
was and what he stood for.
Avant d’entendre nos témoins de ce soir, j’aimerais profiter de
l’occasion pour exprimer, au nom du comité, notre profonde
tristesse au décès de Noah Augustine, ancien chef de la Première
nation Metepenagiag. Le chef Augustine a été président de
l’Union of New Brunswick Indians et coprésident de l’Atlantic
Policy Congress of First Nations Chiefs. Il a témoigné devant
notre comité en ces qualités et il a défendu ardemment la cause de
son peuple. Nos condoléances à sa famille et à ses amis. Nous
espérons qu’ils trouveront force et consolation en se rappelant et
en honorant ce qu’il était et ce qu’il représentait.
In our own way, the committee will honour his memory by
carrying on this evening with our important work on behalf of
our constituency, the Aboriginal peoples of Canada. Those who
have been following the work of the committee are aware that we
have undertaken a study to examine possible strategies for reform
concerning First Nations primary and secondary education, with
a view to improving outcomes. Among other things, the study is
focused on the following: Tripartite education agreements and
partnerships; governance and delivery structures; and possible
legislative frameworks.
À notre manière, notre comité lui rendra hommage en
poursuivant ce soir notre important travail au nom du groupe
auquel il s’intéresse, les peuples autochtones du Canada. Ceux qui
ont suivi nos travaux savent que nous avons entrepris une étude
sur les stratégies possibles de réforme de l’enseignement primaire
et secondaire dans les Premières nations en vue d’améliorer les
résultats scolaires. L’étude porte notamment sur les ententes
tripartites sur l’éducation, les structures de gouvernance et de
prestation des services et les cadres législatifs possibles.
To assist the committee in its exploration of this subject this
evening, we welcome Chief Gilbert Whiteduck of Kitigan Zibi
Anishinabeg First Nation. The Kitigan Zibi Anishinabeg First
Nation is located just outside the municipality of Maniwaki,
Quebec, covering approximately 8,437 hectares. The Kitigan Zibi
is the largest Algonquin Nation in Canada, in both area and
population, with almost 2,600 community members.
Afin d’aider le comité dans l’exploration de ce sujet, le chef
Gilbert Whiteduck, de la Première nation Kitigan Zibi
Anishinabeg, témoignera ce soir. Cette Première nation est
située à l’extérieur de la municipalité de Maniwaki, au Québec.
Couvrant environ 8 437 hectares, Kitigan Zibi est la plus grande
nation algonquine au Canada, en superficie et en population. Elle
compte près de 2 600 membres.
The Kitigan Zibi First Nation manages and operates an
elementary school and a high school in the community. The
Kitigan Zibi School was the first on reserve school in Canada to
be constructed and controlled by the community with key
administrative positions, such as the director of education and
principal, filled by qualified First Nations members.
La Première nation de Kitigan Zibi gère et fait fonctionner une
école primaire et secondaire. L’école de Kitigan Zibi est la
première école établie sur une réserve au Canada construite et
contrôlée par la collectivité. Les principaux postes administratifs,
tels que directeur et directeur de l’éducation, sont occupés par des
membres qualifiés de la Première nation.
24-11-2010
Peuples autochtones
15:25
The school opened in 1980 as an elementary school and
by 1985, the program extended to Grade 11, which is the final
year of high school in Quebec. A gymnasium and library were
also later added to the original school building. In these early
years, the majority of the teachers were non-First Nations, with
many First Nations members working as classroom assistants.
Today, the school is a community controlled school, from junior
K to grade 11, and the school offers its own diploma negotiated as
an equivalent to the Quebec diploma.
À son ouverture, en 1980, l’école offrait des cours primaires.
Chaque année, on a ajouté des classes jusqu’à atteindre
la 11e année en 1985. Au Québec, cela équivaut à la dernière
année du niveau secondaire. Un peu plus tard, l’école s’est
agrandie pour y ajouter un gymnase et une bibliothèque. Les
premières années, la majorité des enseignants étaient nonautochtones; plusieurs membres des Premières nations agissaient
à titre d’aides-enseignants. Aujourd’hui, la collectivité contrôle
l’école de la maternelle à la 11e année. L’école offre son propre
diplôme qui équivaut à celui du Québec.
Our witness, Chief Whiteduck, was formerly the education
director of the Kitigan Zibi Educational Council, and president of
the First Nations Confederacy of Cultural Education Centres. He
has been in the field of First Nations education for over 30 years.
During this period he has held many roles, including guidance
counsellor, teacher, principal and director of education. He has
served for over 12 years as an elected councillor on Kitigan Zibi
Anishinabeg Band Council.
Notre témoin, le chef Whiteduck, a été directeur de l’éducation
du conseil d’éducation de Kitigan Zibi et président de la
Confédération des centres éducatifs et culturels des Premières
nations. Il œuvre dans le domaine de l’éducation des Premières
nations depuis plus de 30 ans. Pendant cette période, il a joué
plusieurs rôles, notamment conseiller en orientation, enseignant,
directeur d’école et directeur de l’éducation. Il a siégé pendant
plus de 12 ans comme conseiller élu au conseil de bande de
Kitigan Zibi Anishinabeg.
Mr. Whiteduck sits on many local, regional and national
committee boards. He holds an honours bachelor’s degree in
social science work, a bachelor of education degree, a master’s of
education degree and an honorary doctorate degree in the field
of education.
M. Whiteduck participe à plusieurs comités et conseils à
l’échelle nationale, régionale et locale. Il détient un baccalauréat
spécialisé en sciences sociales, un baccalauréat et une maîtrise en
éducation et un doctorat honorifique en éducation.
[Translation]
Before giving the floor to the witness, I would like to indroduce
those Committee members here today.
[English]
[Français]
Avant de laisser la parole au témoin, permettez-moi de vous
présenter les membres du comité qui sont présents.
[Traduction]
We have Senator Lovelace Nicholas from the province of New
Brunswick; Senator Dallaire from the province of Quebec;
Senator Patrick Brazeau from the province of Quebec; Senator
Nancy Greene Raine from British Columbia; Senator Carolyn
Stewart Olsen from New Brunswick; Senator Rose-May Poirier
from New Brunswick; and last but not least, Senator Patterson
from Nunavut.
Il y a le sénateur Lovelace Nicholas, du New Brunswick; le
sénateur Dallaire, du Québec; le sénateur Patrick Brazeau, du
Québec; le sénateur Nancy Greene Raine, de la ColombieBritannique; le sénateur Carolyn Stewart Olsen, du NouveauBrunswick; le sénateur Rose-May Poirier, du NouveauBrunswick; et enfin, le sénateur Patterson, du Nunavut.
Welcome Chief Whiteduck. You have a presentation. We
would ask you to keep it fairly concise and precise.
Bienvenue, chef Whiteduck. Vous avez un exposé. Nous vous
prions d’être assez concis et précis.
Colleagues, we will hear the witness and immediately after that
we will go in camera to, hopefully, finalize the draft on the report
in regard to the Truth and Reconciliation Commission. We will
allocate one hour for the presentation.
Chers collègues, nous entendrons le témoin et nous
poursuivrons ensuite à huis clos afin de mettre la dernière main,
je l’espère, au rapport sur la Commission de la vérité et de la
réconciliation. Nous avons prévu une heure pour le témoignage.
Sir, you have the floor.
Monsieur, vous avez la parole.
Gilbert W. Whiteduck, Chief, Kitigan Zibi Anishinabeg First
Nation: Good evening to everyone. Thank you for giving me the
opportunity to be here this evening on what I believe to be one of
the most important issues in our First Nations communities, and
that is education.
Gilbert W. Whiteduck, chef, Première nation Kitigan Zibi
Anishinabeg : Bonsoir. Je désire remercier le comité de me
permettre d’être ici ce soir pour témoigner sur ce que je crois
être l’un des enjeux les plus importants dans les communautés
autochtones : l’éducation.
I am accompanied this evening by some young people from our
community who are at the post-secondary level. They are
graduates of our own school. We also have community
members who have come to listen this evening and there are
people from the AFN.
Je suis accompagné ce soir par quelques jeunes de chez nous
qui sont au niveau postsecondaire. Ils sont diplômés de notre
école. Il y a aussi des membres de notre communauté venus
entendre ce qui se dira ce soir et des membres de l’APN.
15:26
Aboriginal Peoples
24-11-2010
I am really proud of these young people, whom I believe to be
the future of the community and will really having an impact in
Canada. For them to be here this evening to see democracy, I
suppose, at work, how the process works and hopefully to see
things move forward, is a great opportunity.
Je suis très fier ce ces jeunes, que je considère comme l’avenir de
notre communauté et qui auront vraiment une incidence au
Canada. Pour eux, être ici ce soir afin de voir la démocratie en
action, je suppose, de voir comment fonctionne le processus et, je
l’espère, le faire avancer, représente une formidable opportunité.
As was mentioned, I have been involved in education at the
community level all my life, literally. I was elected chief of the
community in 2008 and got re-elected in 2010. I have made
education one the priorities in our community because I believe in it.
Comme vous l’avez entendu, j’ai travaillé toute ma vie dans le
secteur de l’éducation, au niveau communautaire. J’ai été élu chef
de la communauté en 2008 et réélu en 2010. J’ai fait de l’éducation
l’une des priorités chez nous, parce que j’y crois.
I often say that with all of my experience and educational
background I think I know a little bit about what I am talking
about. I have lived it, I have seen it, I breathe it and I believe in it.
Je dis souvent qu’avec toute mon expérience et mes antécédents
en éducation, je pense savoir un peu de quoi je parle. Je l’ai vécu,
je l’ai vu, j’en mange et j’y crois.
I want to add also that I am a father of four. All four of my
children graduated from our community school. I now have three
grandchildren, two of whom are in the preschool program, where
the Algonquin language is being taught. That too is a very
important aspect.
J’aimerais aussi ajouter que je suis le père de quatre enfants et
le grand-père de trois. Deux de mes petits-enfants fréquentent
actuellement notre programme préscolaire où ils étudient leur
langue algonquine. C’est un autre aspect très important.
It was mentioned that our school is one of only two or three in
Canada that issued their own high school diploma, which is
unusual in Quebec because normally you would need to go
through the ministry of education. We do not. In 1985, we
negotiated with CEGEPs and community colleges and our
diploma was recognized. Since that time, our young people who
leave our high school are indeed prepared. There is no transition.
As long as they put in the effort they can be successful. For us that
was one small step to assert our autonomy in controlling our
own education.
On a mentionné que notre école fait partie des très rares écoles
au Canada qui décernent leur propre diplôme d’études secondaires.
C’est inhabituel au Québec, parce que, normalement, il faut passer
par le ministère de l’Éducation. Pas nous. En 1985, nous avons
négocié avec les cégeps et les collèges communautaires, et notre
diplôme a été reconnu. Depuis, les jeunes qui quittent notre école
secondaire sont effectivement bien préparés. Il n’y a pas de
transition. S’ils y mettent l’effort, ils peuvent réussir. Pour nous,
c’est un petit bout de chemin dans l’affirmation de notre autonomie
par le contrôle de notre éducation.
I must say we were not reinventing chemistry or physics or
anything like that, but we were able to incorporate in our
curriculum some very important aspects about our culture and
our language. Our elders were brought into the school. All these
aspects, I believe, made our students much stronger.
Je dois dire que nous n’avons pas réinventé les cours de chimie
ou de physique, par exemple, mais que nous avons pu intégrer
dans notre programme des aspects très importants de notre
culture et de notre langue. Nos anciens ont été invités à l’école.
Tous ces aspects ont rendu nos élèves beaucoup plus forts.
As you are probably all aware, and I hope you are, the basis of
all of this discussion around First Nations education really came
out of the Indian Control of Indian Education policy paper. If
you have not read it yet, I encourage you to do so. Back in 1972,
when it was adopted, it became the framework of what was to
come in the future.
Comme vous le savez probablement et, j’espère que vous le
savez, cette discussion sur l’éducation des Premières nations
découle en réalité du document de politique sur le contrôle
autochtone de l’éducation autochtone. Si vous ne l’avez pas encore
lu, je vous encourage à le faire. En 1972, quand il a été adopté, il est
devenu le cadre pour ce qui allait se développer par la suite.
As you probably also know, it emerged from the red paper that
came out because of the white paper. The red paper came out of
Alberta and laid out that education was going to be the key to
assisting First Nations to get out of poverty. The 1969 white
paper, as you probably know, came out of the Hawthorn report
in 1967. These are all steps that led to First Nations saying that we
want to control our own education.
Comme vous le savez probablement aussi, il a émergé du livre
rouge, rédigé à cause du Livre blanc. Le livre rouge est venu de
l’Alberta et il a affirmé que l’éducation serait la clé pour sortir les
Premières nations de la pauvreté. Le Livre blanc de 1969, comme
vous le savez probablement, a découlé du rapport Hawthorn
de 1967. Toutes ces étapes ont mené les Premières nations à
affirmer que nous voulons le contrôle de notre éducation.
Back at the last AFN annual general assembly, the updated
version of Indian Control of Indian Education, now called First
Nations Control of First Nations Education, was tabled and
approved by the chiefs as being a framework. It is not definitive,
but it is a framework to move forward in First Nations control of
our own education.
À la dernière assemblée générale annuelle de l’APN, la version
mise à jour du Contrôle par les Premières nations de l’éducation des
Premières nations a été déposée et approuvée par les chefs, qui l’ont
considérée comme un cadre. Ce n’est pas définitif, mais c’est un
cadre pour faire avancer le contrôle autochtone de notre éducation.
There have been many reports, as we well know, and I brought
some this evening. I could have brought stacks of reports. Very
often these reports were looking at what was not working, and
Il y a eu de nombreux rapports, comme nous le savons tous, et
j’en ai apporté quelques-uns ce soir. J’aurais pu en apporter des
piles. Très souvent, ils examinaient ce qui ne fonctionnait pas.
24-11-2010
Peuples autochtones
15:27
that is fine, but I would argue that there are many things that are
working well in First Nations education. We have a lot of cause to
celebrate and we forget that. Is the glass half empty or half full?
For us, the glass is half full.
C’est bien, mais je crois qu’il y a aussi plein de choses qui
fonctionnent bien dans l’éducation autochtone. Il y a de
nombreuses sources de fierté et nous l’oublions. Le verre est-il à
moitié vide ou à moitié plein? Pour nous, il est à moitié plein.
There are many other things to do and much work to be done.
Some communities are struggling more than others, but there are
indeed great successes and these young people with me here are a
fine example of that, and there have been many others.
Il y a encore beaucoup à faire, beaucoup de pain sur la planche.
Certaines communautés ont plus de mal que d’autres, mais il y a
de grandes réussites, et les jeunes qui sont avec moi en sont un bel
exemple parmi tant d’autres.
We often hear, in the news and from different people making
comments, it appears that the provincial system is superior to
anything First Nations can do. I often say that, yes, we have
things to learn from the provincial ministries of education, but I
have learned often that what we learned from them is what not to
do. Very often they are not as successful as we think they are,
especially when it comes to First Nations students.
On entend souvent les médias et diverses personnes affirmer
que le système provincial est supérieur à tout ce que peuvent faire
les Premières nations. Je dis souvent que, oui, nous avons des
choses à apprendre des ministères de l’Éducation provinciaux,
mais j’ai souvent constaté qu’ils nous ont appris ce qu’il ne faut
pas faire. Très souvent, ils réussissent moins bien que nous,
surtout en ce qui concerne les élèves autochtones.
Since Indian Control in 1973, we have developed expertise. In
our schools in Kitigan Zibi 98 per cent of our staff are First
Nations. They are Anishinabeg. Many of them hold a master’s
degree, and many of them have gone to get additional
qualifications. We have a very highly qualified staff and when
we compare that to what is available in the provincial system we
far surpass it.
Depuis le contrôle autochtone en 1973, nous avons développé
des compétences. Dans notre école à Kitigan Zibi, 98 p. 100 du
personnel est autochtone. Ils sont anishinabeg. Beaucoup ont une
maîtrise et beaucoup ont obtenu des compétences supplémentaires.
Nous avons du personnel très qualifié et, lorsque nous le
comparons à celui du réseau provincial, le nôtre est de
loin supérieur.
Quebec tries to safeguard their language, culture and values.
Why should we be expected to accept anything less than to
safeguard our language, culture and values to ensure that they are
transmitted on the Anishinabe territory, on which this Parliament
is built? We are trying to prepare our young people to go
anywhere in the world feeling good.
Le Québec s’efforce de protéger sa langue, sa culture et ses
valeurs. Pourquoi devrions-nous accepter moins que la protection
de notre langue, de notre culture et de nos valeurs, afin qu’elles se
transmettent sur le territoire anishinabeg, sur lequel se trouve le
Parlement? Nous essayons de préparer nos jeunes à aller
n’importe où dans le monde et à s’y sentir bien.
This evening I will take a few moments to bring some very
concrete recommendations to the table that I believe must be
acted upon.
Ce soir, je prendrai quelques minutes pour présenter quelques
recommandations très concrètes qui, selon moi, doivent être mises
en œuvre.
I believe that the Government of Canada must reconfirm that
First Nations have the right to control their own education
systems.
Je crois que le gouvernement du Canada doit réaffirmer que les
Premières nations ont le droit de contrôler leur système
d’éducation.
The Government of Canada must acknowledge and support
the approach by First Nations to have their education system
delivered in their mother tongue, if they so wish.
Le gouvernement du Canada doit reconnaître et appuyer
l’approche des Premières nations, lorsqu’elles souhaitent que
l’enseignement se fasse dans leur langue maternelle.
The Government of Canada must respectfully and strategically,
with no hidden agendas, collaborate with First Nations to help
improve outcomes while maximizing available dollars.
Le gouvernement du Canada doit collaborer de façon
respectueuse et stratégique, sans intentions cachées, avec les
Premières nations pour améliorer les résultats tout en optimisant
les fonds disponibles.
The Government of Canada, with the full collaboration of
First Nations, must examine the existing funding formulas to
reveal the gaps. Much work has been done in this area and,
therefore, I think there could be a quick resolution. Some would
argue that until we are able to show that the money is indeed
being spent appropriately, nothing should take place. That is a
farce. Everything has to be looked at and considered, but let us
not use that as an excuse not to do anything.
Le gouvernement du Canada, avec l’entière collaboration des
Premières nations, doit examiner les formules de financement
existantes, afin de trouver les lacunes. Beaucoup de travail a été
fait dans ce domaine et je pense donc qu’il pourrait y avoir une
solution rapide. Certains soutiendraient que, tant que nous ne
pouvons pas démontrer que l’argent est effectivement dépensé
correctement, rien ne devrait bouger. C’est grotesque. Il faut tout
examiner et tout considérer, mais que ce ne soit pas un prétexte
pour ne rien faire.
15:28
Aboriginal Peoples
24-11-2010
The Government of Canada must work with First Nations to
ensure that all First Nations children can attend a school that is
safe and comfy. This makes me think of ‘‘Shannon’s Dream.’’
Shannon talked about having a comfy school where young people
could feel safe and happy.
Le gouvernement du Canada doit travailler avec les Premières
nations pour que tous les enfants autochtones puissent aller dans
une école sûre et confortable. Cela me fait penser au rêve de
Shannon. Shannon rêvait d’une école confortable où les enfants se
sentiraient en sécurité et seraient heureux.
The Government of Canada must maintain and enhance the
Post-Secondary Student Support Program. This program must
remain controlled at the community level but should become a
targeted program. A new management regime for transparency
and accountability needs to be established at all levels.
Le gouvernement du Canada doit maintenir et renforcer le
Programme d’aide aux étudiants de niveau postsecondaire. Ce
programme doit resté contrôlé au niveau communautaire, mais il
devrait devenir un programme ciblé. Il faut établir un nouveau
régime de gestion pour assurer la transparence et la reddition des
comptes à tous les niveaux.
The Government of Canada must support efforts to establish
second- and third-level services to support the school systems.
Le gouvernement du Canada doit appuyer les efforts visant à
établir des services de deuxième et troisième niveau à l’appui des
systèmes scolaires.
The Government of Canada must acknowledge and continue
to support the positive work of cultural education centres as the
key piece of the education environment.
Le gouvernement du Canada doit reconnaître et continuer
d’appuyer le travail positif des centres culturels pédagogiques, qui
sont la pierre angulaire de l’environnement pédagogique.
I believe that the Government of Canada, with the full
collaboration and eventual approval of First Nations, should,
over the next two years — not ten years, not five years but within
the next two years — work on the development of a First Nations
education act and make it a model for the world.
Je crois que le gouvernement du Canada, avec l’entière
collaboration et l’approbation éventuelle des Premières nations,
devrait, au cours des deux prochaines années — pas dans dix ans
ni dans cinq ans, mais d’ici deux ans — élaborer une loi sur
l’éducation des Premières nations et en faire un modèle pour le
monde entier.
First Nations, as well as the federal government, should
provide a detailed report of results achieved every year. We need
to be accountable to our citizens, and the government needs to be
accountable to the citizens it represents, so we need to find a way
to produce this accountability on line. There is much work to be
done, but our community, and I believe all First Nations, are
prepared to ensure that, but we need capacity and tools in order
to do that. There needs to be a report card to show whether we are
achieving what we set out to achieve or are stuck the mud.
Hopefully we are not stuck in the mud and we are moving
forward.
Les Premières nations, ainsi que le gouvernement fédéral,
devraient fournir tous les ans un rapport détaillé des résultats
obtenus. Nous devons rendre des comptes à nos citoyens, et le
gouvernement doit rendre des comptes aux citoyens qu’il
représente. Alors nous devons trouver une façon de rendre ces
comptes. Il y a beaucoup à faire, mais notre communauté et
toutes les Premières nations, je crois, sont prêtes à travailler. Nous
avons cependant besoin de la capacité et des outils pour agir. Il
faut un bulletin pour montrer si nous atteignons nos objectifs ou
si nous sommes enlisés. J’espère que nous ne sommes pas enlisés et
que nous avançons.
Finally, I believe that our collective focus must be on the First
Nation learners. This must be the centre of all our efforts.
Bickering over things will not address the learners, that is, the
young people who must be given every opportunity in schools
that are safe and comfy with programs that meet the needs of
the community.
Enfin, je crois que notre centre d’intérêt collectif doit être
l’élève autochtone. Il doit être au cœur de tous nos efforts. Les
chamailleries n’aideront pas les élèves, autrement dit, les jeunes
doivent avoir toutes les chances possibles dans des écoles sûres et
confortables, où les programmes répondent aux besoins de
la communauté.
There is an idea that tripartite agreements between the
provinces and First Nations is the panacea. It is not. Tripartite
agreements will not make that happen. Communities must
develop relationships and partner with school boards. That has
to happen on the ground, not at the upper levels, because
education takes place in the classroom.
On pense que les ententes tripartites entre les provinces et les
Premières nations sont une panacée. C’est faux. Les ententes
tripartites ne feront pas bouger les choses. Les communautés
doivent développer des relations et des partenariats avec les
commissions scolaires. L’initiative doit venir de la base, pas des
échelons supérieurs, parce que l’éducation se fait en classe.
Education also takes place in the home. We believe that
parents have a very important role in the education of their
children. We notice that when parents support their children they
are more successful, but there are many other issues around the
family process that we need to work on.
L’éducation se fait aussi à la maison. Nous croyons que les
parents ont un rôle très important à jouer dans l’éducation de
leurs enfants. Nous constatons que, lorsque les parents appuient
leurs enfants, les enfants réussissent mieux, mais il y a de
nombreux aspects du processus familial qu’il faut améliorer.
In conclusion, education is the key to pull us out of poverty, to
ensure that we can move forward, that young people will know
their language and feel good about themselves anywhere in the
En conclusion, l’éducation est la clé pour nous sortir de la
pauvreté, pour que nous puissions avancer, que les jeunes
connaissent encore leur langue et se sentent bien n’importe où
24-11-2010
Peuples autochtones
15:29
world. We are often asked whether we hope that our young
people will come back to the community. I respond that I would
like them to come back if they so wish, but if they go out into the
world and share their culture, language and knowledge, it will
enrich all of Canada. That is what it is all about. They can decide
where to live and work as the Indian Control of Indian Education
policy paper said. We are not trying to keep them in one spot but
to give them freedom of choice.
dans le monde. On nous demande souvent si nous espérons que
nos jeunes reviennent chez nous. Je réponds que j’aimerais qu’ils
reviennent s’ils le souhaitent, mais que s’ils vont ailleurs et
partagent leur culture, leur langue et leur savoir, ils enrichiront
tout le Canada. Voilà l’essentiel. Ils peuvent décider où ils veulent
vivre et travailler, comme le dit le document de politique sur le
contrôle par les Premières nations de l’éducation des Premières
nations. Nous n’essayons pas de les garder tous au même endroit,
mais de leur donner la liberté de choix.
The Chair: What percentage of students graduate from your
high school?
Le président : Quel est le pourcentage d’élèves qui terminent
leurs études dans votre école secondaire?
Mr. Whiteduck: I will give you some context. Until we took
control of the school in 1980 and eventually had our first
graduates in 1985, the dropout rate at the local high school was in
the neighbourhood of 70 to 90 per cent. When I graduated from
my class, I was the only graduate who was going on to college.
Now 30 to 35 per cent of the students drop out or leave the
system. As occurs in the mainstream, often these are young men
who are looking for other opportunities. Vocational training is
one of those opportunities. There is employment in those areas,
but there is the issue of funding to get that training.
M. Whiteduck : Je vais situer un peu le contexte. Jusqu’à ce
que nous prenions le contrôle de l’école en 1980 et que nous ayons
nos premiers diplômés en 1985, le taux de décrochage à l’école
secondaire locale était de l’ordre de 70 à 90 p. 100. Quand j’ai
terminé mes études secondaires, j’étais le seul diplômé qui
continuait au collège. Maintenant, de 30 à 35 p. 100 des élèves
décrochent ou quittent le système. Comme ailleurs, ces jeunes sont
souvent à la recherche d’autres possibilités, la formation
professionnelle, par exemple. Il y a de l’emploi dans ces
domaines, mais il faut de l’argent pour obtenir cette formation.
[Translation]
[Français]
Senator Dallaire: There is no doubt that your basic argument
of education being absolutely essential for the betterment of your
people should be fully understood in Quebec. In fact, the
nationalist movement was fuelled by schools, teachers and the
education system as a whole.
Le sénateur Dallaire : Il n’y a aucun doute que l’argument de
fond que vous utilisez, à savoir que l’éducation est absolument
essentielle à l’évolution de votre peuple, devrait certainement être
bien compris au Québec. En effet, toute la mouvance nationaliste
a été inculquée par les écoles et les professeurs d’école, ainsi que
par tout le système scolaire.
Do you feel that the arrangements in place since 1985 have
shown that the Quebec government is more attentive than other
provinces to your needs as a nation and a people?
Avez-vous l’impression que vous avez au Québec, dans les
arrangements que vous avez eus depuis 1985, un gouvernement
qui est plus attentif à vos besoins comme nation et comme peuple,
en comparaison avec les Premières nations des autres provinces?
Mr. Whiteduck: You raise a valid point. Indeed, the
Government has shown more openness in some areas, most
significantly at the CEGEP level.
M. Whiteduck : C’est un bon point. Oui, il y a eu des situations
où il y avait davantage d’ouverture de la part du gouvernement,
mais c’était plus important au niveau des cégeps.
[English]
[Traduction]
CEGEPs need to take action to ensure that the system is more
welcoming to the students and that there is more support. It is an
interesting question, because very often it is not at the government
level where these things take place; it is at the local level, the oneon-one relationships. Over the years, our community has
developed that relationship with the CEGEP here in Gatineau.
As a matter of fact, because of my involvement in a number of
things at the CEGEP, I ended up being a president of the college
board. It was the first time that a First Nations person was elected
to a college board in Quebec. That gave me huge insight, as did
my relationship with Algonquin College. Years ago, I was on the
board of governors, and that gave me a new insight into
the machinery.
Les cégeps doivent agir pour que le système soit plus
accueillant pour les étudiants et qu’il y ait un plus grand appui.
C’est une question intéressante parce que, très souvent, ce n’est
pas au niveau gouvernemental que cela se passe, c’est au niveau
local, au niveau des relations interpersonnelles. Au fil des années,
notre communauté a développé cette relation avec le cégep ici à
Gatineau. De fait, à cause de ma participation dans certains
domaines au cégep, j’ai fini par devenir président du conseil du
collège. C’était la première fois qu’un Autochtone était élu à un
conseil de collège au Québec. Cela m’a permis d’apprendre bien
des choses, tout comme ma relation avec le Collège Algonquin. Il
y a des années, j’ai siégé au conseil des gouverneurs, ce qui m’a
permis de mieux comprendre les rouages.
Returning to Quebec, sometimes there is an understanding, but
Quebec is very stingy in wanting to control education. They view
it as belonging in the realm of provincial jurisdiction rather than
the federal jurisdiction. We are arguing that we can have a
Pour en revenir au Québec, il y a parfois une entente, mais le
Québec insiste beaucoup sur le contrôle de l’éducation. Il
considère que cela relève des compétences provinciales plutôt
que fédérales. Nous faisons valoir que nous pouvons avoir une
15:30
Aboriginal Peoples
24-11-2010
working relationship with school boards and the ministry at the
same time as maintaining our autonomy. I call those bilateral
agreements, business agreements, and I believe those can happen.
relation de travail avec les commissions scolaires et le ministère
tout en maintenant notre autonomie. J’appelle ces ententes
bilatérales des ententes d’affaires et je crois qu’elles peuvent
fonctionner.
In various First Nations in Quebec students sometimes end up
in high schools in the provincial system. We need to ensure that
when they are moving in and out of systems they are properly
prepared so that they do not have to repeat a year.
Dans diverses Premières nations au Québec, les élèves font
souvent leurs études secondaires dans le réseau provincial. Nous
devons nous assurer que, lorsqu’ils changent de système, ils sont
bien préparés afin de ne pas devoir redoubler une année.
Senator Dallaire: In the schools in your area the students learn
their native tongue. Do they also learn English and French, or are
they limited to just English or just French?
Le sénateur Dallaire : Dans les écoles de votre région, les élèves
apprennent leur langue autochtone. Apprennent-ils aussi l’anglais
et le français ou sont-ils limités à seulement l’anglais ou le français?
Mr. Whiteduck: In our school system, the four-year-olds and
five-year-olds do half of their day in Algonquin and the other half
in English. When they get to Grade 1, they have French as a
second subject, and everything else is taught in English. They have
a 30-minute-a-day core program in Algonquin. Those students
who want to go into the immersion program can spend afternoons
in an Algonquin environment learning their language. Parents can
make that decision.
M. Whiteduck : Dans notre système scolaire, les enfants de 4 et
5 ans font la moitié de leur journée en algonquin et l’autre moitié en
anglais. Quand ils arrivent en 1ère année, ils ont le français comme
deuxième matière, et tout le reste est enseigné en anglais. Ils ont un
programme de base de 30 minutes par jour en algonquin. Les élèves
qui veulent aller dans le programme d’immersion peuvent passer les
après-midis dans un environnement algonquin où ils apprennent la
langue. Les parents peuvent prendre cette décision.
I want to note something important and unique in our school.
Parents in our community have the choice to decide whether to
send their children to Kitigan Zibi or to the provincial system.
Some still send their kids to town, as we call it; some send them to
the English or to the French school. We believe that is a parental
right. We allow them to do that. It is up to us to provide a better
program. We have allowed parents to decide.
Je veux souligner un aspect important et unique dans notre
école. Les parents peuvent décider d’envoyer leurs enfants étudier
à Kitigan Zibi ou dans le réseau provincial. Certains envoient
encore leurs enfants en ville, comme nous disons; certains les
envoient à l’école anglaise ou française. Nous croyons que c’est un
droit des parents. Nous les laissons choisir. À nous d’offrir un
meilleur programme. Nous avons laissé les parents décider.
Sometimes that has funding implications because when
students go to the town, the tuition dollars go with them and
that reduces what we can do in the school. Again, we leave it up to
the parents because we believe the parents are the ones to
determine what is best for their child.
Il y a parfois des conséquences sur le financement, parce que
lorsque les enfants vont en ville, le financement part avec eux, ce
qui réduit ce que nous pouvons faire à l’école. Encore une fois,
nous laissons les parents décider, parce que nous pensons que les
parents sont ceux qui peuvent déterminer ce qui est mieux pour
leurs enfants.
Senator Dallaire: We have seen examples of treaty
arrangements where the federal government built a school, and
they have never put a cent into maintaining it. The school is 20 or
30 years old and is totally ineffective because there has been no
continuum.
Le sénateur Dallaire : Nous avons vu des exemples d’ententes
où le gouvernement fédéral a bâti une école, mais n’a jamais
donné un sou pour l’entretien. L’école a 20 ou 30 ans et est
complètement désuète, parce qu’il n’y a pas eu de continuité.
You created or built your own school and are maintaining it to
the appropriate standard and are sustaining that effort. How is
your methodology being perceived by the rest of the First Nations
in the province of Quebec, where I know there are some pretty
difficult cases?
Vous avez créé ou bâti votre école, vous vous organisez pour
qu’elle respecte les normes pertinentes et vous maintenez cet
effort. Comment votre méthode est-elle perçue par les autres
Premières nations du Québec, où je sais qu’il y a des situations
assez difficiles?
Mr. Whiteduck: One of the important areas to us was our
financial management — that is, how we managed our dollars and
saved for a rainy day. If there were repairs or we had to buy new
computers we tried to find ways to save money to use it. We did
not spend it all. We knew that sometimes we were making tough
decisions. Good financial management was important, as was
negotiating appropriate dollars and feeling pride about your
school. You want to maintain it. Kids go there every day. You
want it to be comfy. We often invested more money than we were
M. Whiteduck : L’un des aspects importants pour nous était
notre gestion financière — autrement dit, comment gérer nos
fonds et économiser en prévision des jours difficiles. Lorsqu’il y
avait des réparations ou que nous devions acheter des
ordinateurs, nous avons essayé de trouver des façons de réaliser
des économies pour avoir une marge de manœuvre. Nous n’avons
pas tout dépensé. Nous savions que nous prenions parfois des
décisions difficiles. Une bonne gestion financière était importante,
tout comme négocier du financement suffisant et être fiers de
24-11-2010
Peuples autochtones
15:31
getting to maintain it. This year, however, through federal
government initiative, after 30 years, there has been an injection
of $2 million to bring the school system back up to standard.
notre école. On veut l’entretenir. Les enfants y vont tous les jours.
On veut qu’elle soit confortable. Nous avons souvent investi plus
que ce que nous obtenions pour en assurer l’entretien. Cette
année, cependant, grâce à l’initiative du gouvernement fédéral,
après 30 ans, il y a eu une injection de 2 millions de dollars pour
ramener les installations scolaires aux normes.
We worked hard to have a library. We get no money for
libraries. We said that made no sense. We need books to
encourage young people to read and to explore. We do that by
paying our teachers less. They are not paid at the same level. We
have our own pay scales; they are paid less than the Quebec
system. We put that money back into the school system, in
libraries, in having additional support workers and in activities
for young people. The community and the staff have accepted
that. It can be challenging at times to recruit staff that will stay,
but overall people have stayed. It is sound management, or as
good as we can have sound management, a clear vision of where
you want to go and questioning yourself when things are not
working well. The parents and the community question us. In a
way, the parents keep us in check when we are not successful or
they feel not preparing their children for a quality education.
Nous avons travaillé fort pour avoir une bibliothèque. Nous
n’avons pas reçu un sou pour les bibliothèques. Nous avons dit que
cela n’avait pas de sens. Nous avons besoin de livres pour
encourager les jeunes à lire et à explorer. Nous payons nos
professeurs moins cher. Ils ne gagnent pas autant. Nous avons nos
propres échelles salariales. Ils sont payés moins cher que dans le
réseau québécois. Nous réinvestissons ces sommes dans le système
scolaire, dans les bibliothèques, dans des employés de soutien
supplémentaires et dans des activités pour les jeunes. La
communauté et le personnel ont accepté cela. C’est parfois
difficile de recruter du personnel qui reste, mais dans l’ensemble,
les gens sont restés. C’est une saine gestion ou une gestion aussi
saine qu’elle peut l’être, une vision claire de ce que nous voulons et
un questionnement lorsque les choses ne vont pas bien. Les parents
et la communauté nous interrogent. En un sens, les parents
exercent un contrôle lorsque nous ne réussissons pas ou qu’ils
sentent que leurs enfants n’ont pas un enseignement de qualité.
We think we are delivering a quality education. Given
additional resources, we could go beyond what we are doing now.
Nous pensons que nous offrons un enseignement de qualité. Si
nous avions des ressources supplémentaires, nous pourrions aller
plus loin.
Senator Brazeau: First, for the record, I have to give credit
where credit is due. I think you should be commended, Chief
Whiteduck, for the work that you have done in Kitigan Zibi on
the issue of education. I think that what you have done certainly
is a success story. In all my travels, I always use the education
system in Kitigan Zibi as a model for other communities to look
at. The Algonquin language is being taught; the students are being
exposed to many of the cultural activities; there are more
graduation rates and we have more of our citizens in postsecondary schools. You mentioned that sometimes we always
look at the negative but there are some positive things happening.
Le sénateur Brazeau : D’abord, aux fins du compte rendu, je
dois rendre à César ce qui appartient à César. Je pense qu’il faut
vous féliciter, chef Whiteduck, pour votre travail à Kitigan Zibi
dans le domaine de l’éducation. Je pense que ce que vous avez fait
est certainement un bel exemple de réussite. Chaque fois que je
voyage, je prends toujours le système d’éducation de Kitigan Zibi
comme modèle que d’autres communautés devraient examiner.
La langue algonquine est enseignée; les élèves sont exposés à de
nombreuses activités culturelles; les taux de diplomation sont plus
élevés et un plus grand nombre d’élèves vont dans des
établissements postsecondaires. Vous avez indiqué qu’on se
concentre parfois uniquement sur le négatif, mais qu’il y a des
choses positives.
You talked about control of First Nations education. I
certainly do not dispute that. However, we live in the reality —
and I have asked this of other witnesses as well — of section 91.24
of the Constitution Act, which states that the federal government
has jurisdiction for Indians living on reserve. On the other hand,
education is a provincial matter. We can debate and argue until
the cows come home on First Nations control of education, but
we still live within these realities. It is not just on Aboriginal issues
but on every other issue. We do not have to talk just about
constitutional issues.
Vous avez parlé du contrôle de l’éducation des Premières
nations. Je ne le conteste pas du tout. Mais nous vivons la
réalité — et j’ai aussi posé la même question à d’autres témoins —
de l’article 91.24 de la Loi constitutionnelle, qui prévoit que le
gouvernement fédéral exerce la compétence relative aux Indiens
qui vivent dans les réserves. Par contre, l’éducation est une
compétence provinciale. Nous pouvons débattre à perpétuité du
contrôle des Premières nations sur l’éducation, mais nous vivons
encore dans cette réalité. Je ne parle pas simplement des questions
autochtones, mais aussi de toutes les autres questions. Il ne s’agit
pas seulement des questions constitutionnelles.
In your opinion, how do we forge a better relationship to get to
that point? Again, we have the jurisdiction of the federal
government and the provincial jurisdiction of education. How
do we reconcile all of that so that we reach the target?
À votre avis, comment bâtir de meilleures relations pour en
arriver là? Encore une fois, il y a la compétence du gouvernement
fédéral et celle des provinces sur l’éducation. Comment réconcilier
tout cela afin d’atteindre l’objectif?
15:32
Aboriginal Peoples
24-11-2010
Mr. Whiteduck: No doubt we can have a lengthy discussion
and an interesting one about the constitutional division of powers
and whatnot. However, for all of the years that the provincial
education system was receiving our students, and for which they
were receiving millions of dollars because the tuition was being
paid for by the Department of Indian Affairs, they made no effort
whatsoever to make those provincial systems accountable for the
monies that they were receiving. I have proof to back this, because
I was around at the time. I can give concrete examples.
M. Whiteduck : Nous pouvons sans aucun doute avoir une
longue et intéressante discussion sur le partage constitutionnel des
pouvoirs et tout le reste. Mais pendant toutes les années où le
système d’éducation provincial a accueilli nos élèves, et pour
lesquels il a reçu des millions de dollars parce que les frais de
scolarité étaient payés par le ministère des Affaires indiennes, on
n’a fait aucun effort pour que les systèmes provinciaux soient
responsables de l’argent qu’ils recevaient. J’en ai la preuve, parce
que j’étais là à l’époque. Je peux donner des exemples concrets.
Students who were brought into the school in September were
often dismissed or kicked out around October or November for
all kinds of reasons. The school board would still get the full
tuition for the year because September 30 was the cut-off point. If
you were there October 1, you got the money for the whole year.
Take as an example a class of 20 students. Eight of them are
Algonquin. All of a sudden, four, five, depending on the number,
are asked to leave. Who is now getting the bulk of the attention
from that teacher? It is the non-native students. For me, the
provincial system has never given us anything. It has never given
us the tools. No one worried about it. The only time we started to
become more successful was when we gained control.
Des élèves qui arrivaient à l’école en septembre étaient souvent
renvoyés en octobre ou en novembre pour toutes sortes de raisons.
La commission scolaire touchait tous les frais de scolarité pour
l’année parce que la date limite était le 30 septembre.
Le 1er octobre, vous aviez l’argent pour toute l’année. Prenons
l’exemple d’une classe de 20 élèves. Huit d’entre eux sont
Algonquins. Soudainement, on demande à quatre ou cinq d’entre
eux, selon le nombre, de partir. Qui obtient maintenant toute
l’attention de l’enseignant? Les élèves non autochtones. Selon moi,
le système provincial ne nous a jamais rien donné. Ile ne nous a
jamais donné les outils. Personne ne s’en inquiétait. Nous avons
commencé à réussir quand nous avons obtenu le contrôle.
Today we have relationships with boards. We talk to them. We
have a tuition fee agreement with them. The Western Quebec
School Board might have been one of the first in Canada where
we had a mutual agreement that if we have students from the
community going to a provincial school, we pay the tuition. If the
First Nations student is living in Maniwaki and attending our
school, then they will give us the tuition. There is that kind of
respect, and we have an agreement that confirms that
arrangement. Those relationships are more important than
trying to get these older encompassing agreements. It is on the
ground and meaningful, with important outcomes. I realize that
the broader constitutional territorial issues will get resolved at one
point, but probably not in my lifetime. In the meantime, this is
making things happen on a day-to-day basis that will come to
impact on students in a positive manner while these other things
are being discussed.
De nos jours, nous avons des relations avec les commissions
scolaires. Nous leur parlons. Nous avons une entente sur les frais
de scolarité avec elles. La Commission scolaire de l’Ouest du
Québec a peut-être été l’une des premières au Canada avec
laquelle nous avons eu une entente mutuelle prévoyant que
lorsque des élèves de la communauté vont à une école provinciale,
nous payons les frais de scolarité. Si l’élève autochtone vit à
Maniwaki et fréquente notre école, alors elle nous donne les frais
de scolarité. C’est une question de respect, et nous avons une
entente qui confirme cet arrangement. Ces relations sont plus
importantes qu’essayer de conclure des ententes globales, comme
autrefois. Cela se passe sur le terrain et c’est significatif; les
résultats sont importants. Je conviens que les grandes questions
constitutionnelles seront résolues à un moment donné, mais
probablement pas de mon vivant. En attendant, cela fait avancer
les choses au quotidien. Il y a des incidences positives sur les
élèves, pendant qu’on discute du reste.
Senator Brazeau: Thank you for that. I would not say that I
totally agree with you that the provincial schools have never
brought Aboriginal people anything. You went through the
provincial school and have become successful, as have a lot of
other First Nations people. I sort of disagree with you on that.
Le sénateur Brazeau : Merci. Je ne suis pas tout à fait d’accord
avec vous sur le fait que les écoles provinciales n’ont jamais
apporté quoi que ce soit aux Autochtones. Vous êtes allé dans une
école provinciale et vous avez réussi, tout comme de nombreux
autres Autochtones. Je ne suis pas tout à fait d’accord avec vous
sur ce point.
My second question deals with what the government of the day
has been doing on education. For instance, in the last couple of
years, the Conservatives ordered an internal review of INAC to
look at ways and means to ensure that the funding that is there for
education is being spent better in some of the First Nations
communities that are unaccountable and within the department
as well.
Ma deuxième question porte sur ce que fait le gouvernement
actuel dans le domaine de l’éducation. Ainsi, depuis quelques
années, les conservateurs demandent un examen interne d’AINC,
afin d’examiner les voies et moyens pour que le financement
affecté à l’éducation soit mieux dépensé dans certaines
communautés autochtones qui ne rendent pas de comptes et
aussi au sein du ministère.
At the same time, the government of the day has also looked at
the possibility of signing tripartite agreements with provincial
governments and willing First Nations communities on
education. This Senate committee is studying education K to 12
En même temps, le gouvernement a aussi envisagé la possibilité
de signer des ententes tripartites sur l’éducation avec les
gouvernements provinciaux et les communautés autochtones qui
le souhaitent. Notre comité étudie l’éducation de la maternelle à la
24-11-2010
Peuples autochtones
15:33
and another Senate committee is looking at post-secondary
education with a specific and special focus on Aboriginal
students. There has been quite a bit of movement with respect
to education.
12e année et un autre comité sénatorial examine l’enseignement
postsecondaire en mettant l’accent sur les étudiants autochtones.
Il y a un mouvement assez important au sujet de l’éducation.
A couple of weeks ago, I was driving through a community and
saw a billboard.
Il y a quelques semaines, un panneau publicitaire a attiré
mon attention.
The billboard said that Conservative government policies
continue to fail First Nations students.
Il disait que les politiques du gouvernement conservateur sont
un échec pour les étudiants autochtones.
On it there is a picture of the Prime Minister, Lawrence
Cannon, who is the member of Parliament for Pontiac, and the
Minister of Indian Affairs.
On y voit le Premier ministre, Lawrence Cannon, le député de
Pontiac, et le ministre des Affaires indiennes.
I think it would be safe to say that all senators sitting around
this table, whether Conservative or Liberal, would agree that past
governments in some instances did fail or did not do as much as
could have been done on education.
Je ne pense pas me tromper en affirmant que tous les sénateurs
assis autour de cette table, qu’ils soient conservateurs ou libéraux,
conviendront que les gouvernements antérieurs ont parfois
échoué ou n’ont pas fait autant qu’ils l’auraient pu dans le
domaine de l’éducation.
Could you please share one policy of the federal Conservative
government since 2006 that has failed First Nations students?
Pouvez-vous nous indiquer une politique du gouvernement
fédéral conservateur depuis 2006 qui a été un échec pour les
étudiants autochtones?
Mr. Whiteduck: Let me go back to your comments where you
were saying you do not necessarily agree with everything I am
saying and pointing out that I myself am a graduate of the school
system. Let me tell you something: When I was in that school
system, I was being told that there would be no way that Gilbert
Whiteduck, a young teenager in high school, would ever make it
beyond high school. The Indian Affairs bureaucrat used to drop
in four times a year, and I would be pulled out the class — I was
in Grade 9 or 10 — and told, ‘‘You know what, Gilbert, do not
think of going on the post-secondary. At best, your father worked
in the bush all of his life, maybe you could stick around
Maniwaki.’’
M. Whiteduck : Permettez-moi de revenir sur votre remarque
que vous n’êtes pas nécessairement d’accord avec tous mes propos
et que je suis moi-même diplômé du système scolaire. Je vous dirai
ceci : quand j’étais dans le système scolaire, on me disait qu’il
n’était absolument pas question que Gilbert Whiteduck,
adolescent à l’école secondaire, puisse aller plus loin que le
secondaire. Le bureaucrate des Affaires indiennes venait quatre
fois par année et me faisait sortir de la classe — j’étais en 9e ou en
10e année — pour me dire « Tu sais quoi, Gilbert, ne pense pas à
continuer au postsecondaire. Au mieux, ton père a travaillé dans
le bois toute sa vie, tu devrais peut-être rester autour de
Maniwaki ».
I always remembered something: I said, whatever I do in my
life will be in spite of you. I told that individual, some day I will be
sitting in your chair. I was being cocky at the time. I did not know
what I was saying.
Je me suis toujours souvenu d’une chose : peu importe ce que je
ferais dans la vie, ce serait malgré eux. J’ai dit à ce bureaucrate
qu’un jour, je serais assis à sa place. J’étais effronté à l’époque. Je
ne savais pas ce que je disais.
A short time later I was doing student counselling, and it was
in spite of the system. The racism I encountered and my friends
encountered made it difficult. I fought it. What I have achieved is
because I fought. What we have achieved in our community is
because our community has fought.
Peu de temps après, je suis devenu conseiller en orientation,
malgré le système. Le racisme dont mes amis et moi-même avons
souffert n’a pas facilité les choses. Je l’ai combattu. Ce que j’ai
réussi à accomplir, c’est parce que je me suis battu. Ce que nous
avons accompli dans notre communauté, c’est parce que notre
communauté s’est battue.
In regard to the policies or programs, I would say that many of
the programs, the new initiatives that have been brought forward,
which are viewed as targeted funding programs, have had no
impact at the community level. No impact.
En ce qui concerne les politiques ou les programmes, je dirais
qu’un grand nombre des programmes et des nouvelles initiatives,
qui sont considérés comme des programmes de financement ciblé
n’ont eu aucune incidence au niveau communautaire. Aucune.
Getting $30,000 at the community level is not sustainable. You
cannot plan. Strategic planning is very important in the long term.
We have sought clarification and made requests of senior
management at Indian Affairs. As recently as a few months ago
we asked: What are you doing with elementary/secondary
education? What can we do to help? Where are the gaps and
problems? Where are you going? Can you not tell us? Is there a
new policy or an old one that you are planning to apply? No one
Obtenir 30 000 $ au niveau communautaire ne mène pas très
loin. On ne peut pas planifier. La planification stratégique est très
importante à long terme. Nous avons demandé des éclaircissements
à la haute direction des Affaires indiennes. Il y a quelques mois à
peine, nous leur avons demandé ce qu’ils faisaient dans le dossier de
l’enseignement primaire et secondaire. Ce que nous pouvions faire
pour aider. Où étaient les lacunes et les problèmes. Où ils allaient.
S’ils pouvaient nous informer. Si une nouvelle ou une ancienne
15:34
Aboriginal Peoples
24-11-2010
wanted to talk. Here we were, willing to engage, willing to find
solutions, willing to maximize the dollars, fully willing. The
partners on the other side did not have the same willingness.
politique allait s’appliquer. Personne ne voulait parler. Nous étions
prêts à participer, prêts à trouver des solutions, désireux
d’optimiser les fonds, tout à fait disposés à collaborer. Les
partenaires ne l’étaient pas autant que nous.
Targeted programs, announcements of two years of funding,
$10 million for that does not help develop an education system.
We run more than just the school. We are supposed to be running
an education system, which means you have the school level,
secondary and third level services. All of that, in my mind, is
where it has failed. It has failed in the sense that the funding
approvals and the policies tied to it did not support opportunities
for First Nations to be successful in developing a system.
Les programmes ciblés, les annonces de financement sur
deux ans, 10 millions de dollars n’aident pas à développer un
système d’éducation. Nous ne faisons pas que gérer une école.
Nous sommes censés gérer un système d’éducation, ce qui veut
dire les écoles, et les services au deuxième et au troisième niveau.
C’est tout cela, à mon avis, qui a échoué. C’est un échec en ce sens
que les approbations de financement et les politiques connexes
n’ont pas appuyé les possibilités que les Premières nations
réussissent à élaborer un système.
Senator Brazeau: Again, I thank you for that as well. However,
those policies have been in existence for decades, in terms of
funding arrangements.
Le sénateur Brazeau : À nouveau, je vous remercie pour cela
aussi. Mais ces politiques sur les ententes de financement existent
depuis des décennies.
If you have a billboard like this, which says that Conservative
government policies fail students, to me that is fear mongering. If
you look back in history, it was the former Liberal government
in 1997 that imposed the 2 per cent funding cap.
À mon avis, des panneaux comme celui-là, qui disent que les
politiques du gouvernement conservateur sont un échec pour les
étudiants, sont des marchands de peur. Si vous remontez dans le
temps, c’est l’ancien gouvernement libéral qui a imposé en 1997 le
plafond de financement de 2 p. 100.
For the record, I am stating that I have never seen a billboard
that reflected the policies of the former government before 2006.
Given everything that I cited with respect to what we are trying to
do, you still have not told us what specific policy of the
government of the day is failing students.
Aux fins du compte rendu, je déclare n’avoir jamais vu de
panneau portant sur les politiques de l’ancien gouvernement
avant 2006. Étant donné tout ce que j’ai signalé concernant ce que
nous essayons de faire, vous ne nous avez pas encore dit quelle
politique particulière du gouvernement est un échec pour
les étudiants.
Mr. Whiteduck: You can be as partisan as you want,
Senator Brazeau.
M. Whiteduck : Vous pouvez être aussi partisan que vous le
voulez, sénateur Brazeau.
Senator Brazeau: It is a fair question.
Le sénateur Brazeau : La question se pose tout de même.
Mr. Whiteduck: Your focus may be on politics. My focus, and
the focus of the community, is the young people. That is who
comes first for us. If you are worried about the sign, then maybe
you need to do something about it. You obviously do not
understand the message. We are going to be talking frankly. The
kinds of statements that you continue to make are the kind of fear
mongering, misleading statements that are being made to
Canadians.
M. Whiteduck : Vous mettez peut-être l’accent sur la politique.
Ce qui m’intéresse et ce qui intéresse la communauté, ce sont les
jeunes. Ce sont eux qui viennent en premier pour nous. Si le
panneau vous inquiète, vous devriez peut-être vous demander
pourquoi. De toute évidence, vous ne comprenez pas le message.
Parlons franchement. Les déclarations que vous continuez de faire
sont aussi des marchands de peur, des affirmations trompeuses
aux Canadiens.
You have an opportunity, senator, to make a difference. You
have an opportunity at this table and elsewhere, but you have
been failing to take that opportunity. That is unfortunate. You do
what you have to do. We do what we have to do.
Vous avez la possibilité de faire une différence, sénateur. Vous
le pouvez, à cette table et ailleurs, mais vous ne saisissez pas cette
chance. C’est malheureux. Faites ce que vous devez faire. Nous
faisons ce que nous devons faire.
Some Hon. Senators: Hear, hear.
Des voix : Bravo.
The Chair: Colleagues, I do not think this is appropriate. we do
not have applause in committees. I can understand there is an
emotional factor that runs with this issue. I would ask people to
refrain from participating in this manner.
Le président : Chers collègues, cela me paraît déplacé. On
n’applaudit pas dans les réunions des comités. Je peux
comprendre qu’il y a un facteur émotif, mais je demanderais de
ne pas agir ainsi.
If you want to be on the second round, that is fine. We are here
to try to solve a problem. I do not want this committee to get, in
any way, into any personal views from one side or the other. I
want this meeting to be conducted in a manner that is constructive
to the mandate before us.
Si vous voulez participer au deuxième tour, très bien. Nous
sommes ici pour essayer de régler un problème. Je ne veux pas que
le comité se lance dans des opinions personnelles, d’un côté ou de
l’autre. Je veux que cette séance soit constructive par rapport à
notre mandat.
24-11-2010
Peuples autochtones
15:35
I would hope, as the chair, that all in this room will cooperate
with my request.
J’espère, en ma qualité de président, que tout le monde sera
sensible à ma demande.
Senator Patterson: I would like to say that I am a relatively new
senator. I happen to be a Conservative senator. I value
participating in this committee because we do not work on a
partisan basis in this committee. I cherish that, and it is a tradition
we have in Nunavut, which I represent in the Senate.
Le sénateur Patterson : Je suis un sénateur relativement
nouveau, un sénateur conservateur. Je suis content de participer
à ce comité parce que nous ne travaillons pas de manière
partisane. Je l’apprécie, c’est une tradition que nous avons au
Nunavut, que je représente au Sénat.
Chief you have given a very clear, straightforward
presentation. We have heard from many witnesses, and I want
to thank you for your clarity.
Chef, vous avez fait un exposé très clair et simple. Nous avons
entendu de nombreux témoins et je veux vous remercier pour
votre clarté.
You mentioned parents and the importance of support at
home. I wonder if you could tell us a bit about what you have
done to work with parents and to encourage good attendance,
and your successes in the reduction of the dropout rate. That is
something we have to look at.
Vous avez mentionné les parents et l’importance de l’appui à la
maison. Pouvez-vous nous expliquer brièvement ce que vous avez
fait pour travailler avec les parents et encourager la présence à
l’école, et vos succès pour réduire le décrochage. C’est quelque
chose que nous devons examiner.
Mr. Whiteduck: That is an important question, because at the
heart of what goes on in the school are the parents.
M. Whiteduck : C’est une question importante, parce que les
parents sont au cœur de l’école.
Over the years there have been a variety of the activities with
parents or activities within the school that brought the parents
into the school. The idea is to get parents feeling comfortable in
an institution. Many parents who have attended provincial
schools or came out of residential schools did not feel good
about going into institutions, even into our own.
Au fil des années, il y a eu diverses activités avec les parents ou
des activités à l’école qui ont amené les parents à l’école. L’idée,
c’est que les parents se sentent à l’aise dans une école. De
nombreux parents qui sont allés dans les écoles provinciales ou
qui sont sortis des pensionnats n’aimaient pas l’idée d’envoyer
leurs enfants dans ces écoles, même dans notre propre ville.
Having our own Algonquin teachers working in the school, our
own Algonquin administrators overlooking what was going on
developed that sense of feeling fairly comfortable about coming
into the school, even when things are difficult. Again, there were
numerous activities taking place at the school, from report card
nights to flyers going door to door in the community keeping
people informed.
Avoir nos propres enseignants algonquins qui travaillent dans
notre école, nos propres administrateurs algonquins qui
surveillent ce qui se passe, a permis de se sentir assez à l’aise
avec l’idée de venir à l’école, même quand la situation est difficile.
Il y a eu de nombreuses activités à l’école, depuis les soirées de
distribution des bulletins jusqu’à des dépliants distribués à la
maison afin de tenir les gens informés.
That is not to say there are not challenges. There are still
challenges with families who find it difficult to come to the school.
Our teachers are our front-line people. Those are the people who
need to be applauded, because they continue to try to make
contact. When you live in a community, wherever you go you
bump into these parents and share, exchange with them and
encourage them.
Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de difficultés. Il y a encore
des familles qui ont du mal à venir à l’école. Nos enseignants sont
sur la ligne de front. Ce sont eux qu’il faut féliciter, parce qu’ils
continuent d’essayer d’établir un contact. Dans une petite
communauté, chaque fois qu’on sort, on rencontre les parents
et on échange avec eux pour les encourager.
From the get-go, and still today, we try to instil a strong feeling
of how important education is in allowing people to fulfill where
they want to go. Wherever and however we can do it, we talk
about it, we bring it forward, we encourage and we celebrate.
When our graduates are getting ready to go on to post-secondary
we celebrate their successes. That is important too.
Depuis le premier jour et encore aujourd’hui, nous nous
efforçons de faire comprendre à quel point l’éducation est
importante pour pouvoir faire ce qu’on veut dans la vie.
Chaque fois que nous le pouvons et par tous les moyens, nous
en parlons, nous faisons passer le message, nous encourageons et
nous célébrons. Quand nos diplômés se préparent à poursuivre
des études postsecondaires, nous célébrons leur réussite. C’est un
autre aspect important.
I know I am repeating myself. Very often we try to dump on
the negative. I have seen so many graduations since 1985. Many
of those young people now, along with their parents, are coming
back and taking over senior administrative jobs. They are well
trained and feel confident about themselves.
Je sais que je me répète. Très souvent, on insiste sur le négatif.
J’ai vu tellement de diplômés depuis 1985. Un grand nombre de
ces jeunes, ainsi que leurs parents, reviennent maintenant et
occupent des emplois administratifs de haut niveau. Ils sont bien
formés et ont confiance en eux.
What I have noticed is that, collectively, the community as a
whole, has balanced young people.
J’ai remarqué que, collectivement, la communauté dans son
ensemble a des jeunes équilibrés.
15:36
Aboriginal Peoples
24-11-2010
Again, that is not to say there are no problems, but I feel good
when I see young people balanced in their professional lives and
their personal lives and contributing. They are feeling that there is
hope and things can go forward. Again, some parents encounter
more difficulty than others, and that is where the community has
to be there to provide support, when required.
Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de problèmes, mais je suis
content quand je vois des jeunes équilibrés dans leur vie
professionnelle et leur vie personnelle, des jeunes qui contribuent.
Ils sentent qu’il y a de l’espoir et que les choses peuvent avancer.
Certains parents ont plus de difficulté que d’autres, et la
communauté doit alors offrir son appui, au besoin.
Senator Patterson: I presume your teachers are working for less
than the provincial standard, and we know about the funding
formula. We heard this before. Other witnesses have said they
cannot attract their own people because of that. You must be
instilling a great esprit de corps or sense of ownership.
Le sénateur Patterson : Je suppose que vos enseignants gagnent
moins que dans le réseau provincial, et nous connaissons la
formule de financement. Nous avons déjà entendu cela. D’autres
témoins ont déclaré qu’ils ne peuvent pas attirer les membres de
leur communauté à cause de cela. Vous devez inspirer un grand
esprit de corps ou un sentiment d’appartenance.
I want to ask you about the funding formula. One of your
recommendations was full examination of the funding formula to
examine the gaps. You said everything has to show and it cannot
be a farce. Could you elaborate on what we need to do to have a
full examination of that issue?
Je voudrais vous interroger sur la formule de financement.
L’une de vos recommandations est un examen complet de la
formule de financement afin de cerner les lacunes. Vous avez dit
qu’il faut tout montrer et que ce doit être sérieux. Pouvez-vous
expliquer ce qu’il faut pour avoir un examen complet de
cette question?
Mr. Whiteduck: I have a couple of directions in response. The
First Nations Education Council in Quebec and the Assembly of
First Nations have looked at a formula, made a competitive
analysis, compared it region by region and come up with figures.
At the special chief’s assembly last December, when Minister
Strahl came and I was asked to speak on behalf of the chiefs, in
asking him to address this issue, I was saying let us sit down
together, get your best minds, we will get our best minds, look at
it and really get to the nuts and bolts of this so we have a common
understanding and can use the money in the best way. If there is a
shortfall, we can both agree and recognize what it is. We believe
the shortfall is in libraries, technologies, special education and
First Nations languages, but we said let us give ourselves a
six-month timeframe to examine it. We believed we could do it. I
believe that the federal government and First Nations want the
same thing, and that is more positive outcomes, increased
outcomes. How do we better use the dollars? If there is a gap,
let us fill it, and let us do it together. Do not impose it. There are
solutions. The window of opportunity is there. I believe it is there.
However, when we meet with bureaucrats, like I said earlier, who
do not want to engage with us, then what do we do as First
Nations? Sometimes we end up putting up signs because we do
not know what else to do. We do not know what else to do
because we are not moving.
M. Whiteduck : J’ai quelques orientations à proposer. Le
Conseil en éducation des Premières nations au Québec et
l’Assemblée des Premières nations ont examiné une formule,
effectué une analyse concurrentielle, fait une comparaison région
par région et fait des calculs. À l’assemblée spéciale des chefs en
décembre dernier, le ministre Strahl est venu et j’ai été invité à
parler au nom des chefs. À propos de ce dossier, je lui ai dit que
nous pouvions nous asseoir à la même table, avec vos esprits les
plus brillants et les nôtres pour aller vraiment au fond du problème
et avoir une vision commune pour pouvoir utiliser l’argent de la
meilleure façon. S’il y a des lacunes, les deux parties peuvent le
reconnaître et les définir. Nous croyons qu’il y a un manque de
bibliothèques, de technologies, en éducation spécialisée et en
langues autochtones, mais nous avons proposé de nous donner
six mois pour examiner la situation. Nous croyions que nous
pouvions le faire. Je pense que le gouvernement fédéral et les
Premières nations veulent la même chose, soit des résultats positifs,
de meilleurs résultats. Comment mieux utiliser les dollars? S’il y a
des lacunes, comblons-les et faisons-le ensemble. Ne vous imposez
pas. Il y a des solutions. Les possibilités sont là. Je le crois
vraiment. Mais quand nous rencontrons des bureaucrates, comme
je l’ai expliqué plus tôt, qui ne veulent rien savoir de nous, alors,
que faisons-nous en tant que Premières nations? Parfois, nous
finissons par installer des panneaux publicitaires, parce que nous ne
savons plus quoi faire. Nous ne savons plus quoi faire, parce que
nous n’avançons pas.
Senator Patterson: We get frustrated with the bureaucrats
sometimes too, I can tell you, from where we sit.
Le sénateur Patterson : Les bureaucrates nous frustrent aussi
parfois, je vous assure.
Senator Lovelace Nicholas: I would also like to congratulate
you on your success rate. Is your community in a remote area or a
populated area?
Le sénateur Lovelace Nicholas : J’aimerais vous féliciter pour
votre taux de réussite. Votre communauté se trouve-t-elle dans
une région éloignée ou bien peuplée?
Mr. Whiteduck: We are only about an hour and a half from
Ottawa. We are near a town of about 4,000.
M. Whiteduck : Nous ne sommes qu’à une heure et demie
d’Ottawa. Nous sommes près d’une ville d’environ 4 000 habitants.
Senator Lovelace Nicholas: As students graduate in their fields,
can they easily get a job in their field, either in your community or
outside the community?
Le sénateur Lovelace Nicholas : Quand les étudiants terminent
leurs études, peuvent-ils trouver facilement un emploi dans leur
domaine, chez vous ou ailleurs?
24-11-2010
Peuples autochtones
15:37
Mr. Whiteduck: Most can. It is really up to them. Education
gives you the tools, and then it is up to you how you use those
tools. Most people will find employment here in Ottawa, but
others go elsewhere across Canada. The community is limited.
That is a good question, because most of the teaching positions
and the positions at the health centre, the nurses, are our own
people who have graduated and come back. We are kind of
saturated. It is only when there are retirements that certain
positions become available. We are at the limit.
M. Whiteduck : La plupart le peuvent. Cela dépend vraiment
d’eux. L’éducation donne les outils et c’est ensuite à chacun de les
utiliser. La plupart trouvent un emploi ici à Ottawa, mais d’autres
vont ailleurs dans tout le Canada. La communauté est limitée.
C’est une bonne question, parce que la plupart des postes
d’enseignants et des postes au centre de santé, les infirmières, sont
des membres de notre communauté qui ont obtenu leur diplôme
et qui sont revenus chez nous. Nous sommes un peu saturés.
Certains postes ne deviennent libres que lorsqu’il y a des départs à
la retraite. Nos capacités sont limitées.
We also encourage economic development. We are hoping
young people will get that kind of training and come back to the
community to set up businesses, because we believe we would
rather be as independent as possible, and economic development
is one means. Education is one step towards getting you there.
Nous encourageons aussi le développement économique. Nous
espérons que les jeunes obtiendront ce genre de formation et
reviendront chez nous pour créer des entreprises, parce que nous
croyons que nous devrions être le plus autonomes possible, et que
le développement économique est une façon d’y parvenir.
L’éducation est une étape pour y arriver.
Senator Lovelace Nicholas: It is different in New Brunswick,
because we are in a remote area. As a student graduates, of course
they want to come back into the community and do the best they
can for their people. As you said, there are not enough resources,
and there are not enough jobs in the communities. As they
graduate in their field, for example, a doctor, many times they will
not be hired on because of racism, and other times it is because
they have to travel so far just to get a job. Most of the time they
do not get jobs, no matter how educated they are. I feel that is one
gap we have to fill.
Le sénateur Lovelace Nicholas : C’est différent au NouveauBrunswick, parce que nous sommes dans une région éloignée.
Quand les étudiants obtiennent leur diplôme, ils veulent
évidemment revenir dans la communauté et faire de leur mieux
pour aider leur communauté. Comme vous l’avez dit, les
ressources sont insuffisantes, et il n’y a pas assez d’emplois dans
les communautés. Un médecin, par exemple, ne sera pas
embauché, souvent à cause du racisme et parfois parce que
l’emploi est trop éloigné. La plupart du temps, ils ne trouvent pas
de travail, même s’ils sont instruits. Je pense que c’est une lacune
que nous devons combler.
Mr. Whiteduck: In my travels in Quebec in particular to visit
First Nations, I often see the challenges they have in regard to
capacity of management, and other challenges. Most communities
in Quebec have a very high birth rate. We do not. We have kind of
leveled out. We have, like all of society, an aging population. In
other communities, the number of children in the families is really
huge and the schools cannot keep up with the demands and the
infrastructure cannot keep up. Even when I go into some of these
infrastructures, I ask myself how anyone could allow children to
be in these environments. Now, it is up to the community also.
The community has to stand up at one point. You either accept it
or not. However, I believe that when safety and security are
compromised, there are no ifs, ands or buts. You take a stand.
You have to. That is a parental and political responsibility.
M. Whiteduck : Dans mes voyages au Québec, en particulier
pour visiter les Premières nations, je vois souvent les problèmes de
capacité de gestion, par exemple. La plupart des communautés du
Québec ont un taux de natalité très élevé. Pas nous. Nous sommes
assez stables. Comme dans le reste de la société, nous avons une
population vieillissante. Dans d’autres communautés, le nombre
d’enfants dans les familles est très élevé et les écoles ne peuvent
pas répondre à la demande; les infrastructures ne suffisent pas.
Quand je vois certaines de ces infrastructures, je me demande
comment on peut permettre que des enfants se retrouvent dans de
tels environnements. Il est vrai que la communauté a aussi un rôle
à jouer. La communauté doit réagir à un moment donné. On
accepte la situation ou on ne l’accepte pas. Mais je pense que
lorsque la sécurité est compromise, on n’a pas le choix. On réagit.
Il le faut. C’est une responsabilité parentale et politique.
In the communities, because they are so caught up with a
multitude of issues and trying to balance everything, it is
sometimes very challenging to keep the fight, to keep that fire
going in regard to education, while dealing with issues of housing,
health and employment and all these other things.
Dans les communautés, parce qu’elles sont confrontées à une
multitude de problèmes et qu’elles s’efforcent de tout équilibrer,
c’est parfois très difficile de poursuivre la lutte, de garder
l’attention sur l’éducation, tout en s’occupant des problèmes de
logement, de santé et d’emploi, par exemple.
Senator Stewart Olsen: Chief, I welcome you and all the
students you brought with you. We are really glad to see you here.
Le sénateur Stewart Olsen : Chef, je vous souhaite la
bienvenue, ainsi qu’à tous les élèves qui vous accompagnent.
Nous sommes très heureux de vous voir ici.
From the sounds of it, and from my reading of the literature
available on your band, your success rate is perhaps higher than
we are seeing generally. I will ask your advice and perhaps pick
your brain a little.
D’après ce que j’entends et ce que j’ai lu sur votre bande, votre
taux de réussite est peut-être plus élevé que la moyenne. Je vais
vous demander votre avis et peut-être vous faire cogiter un peu.
15:38
Aboriginal Peoples
24-11-2010
Witnesses that we have had and people who have come to
present lead me to believe that there is a big difference between
proximity to larger centres and rural areas. I am not sure that we
could take your model and plunk it into an isolated area. In the
report that we will produce, should we do two streams; a rural
area and a more urban area. I think both groups face
clear difficulties.
Les témoins que nous avons entendus et les gens qui se sont
exprimés me font croire qu’il y a une grande différence selon
qu’on est proche de grands centres ou dans des régions rurales. Je
ne suis pas certain que votre modèle pourrait être implanté tel
quel dans une région isolée. Dans le rapport que nous
présenterons, devrions-nous avoir deux optiques, les régions
rurales et les régions plus urbaines? Je pense que les deux groupes
ont des difficultés très nettes.
Mr. Whiteduck: I would agree. That is a very important
observation. At the same time, I have known of some
communities that were close to urban centres, smaller towns
that were still struggling a whole lot. It is still about trying to
develop capacity at the community level. The management of
education funding is the challenge. It was learn as we go, because
Indian Affairs was not there to help us. Sometimes we made
mistakes, and we also learned from our mistakes, but we were left
on our own. When Indian control came, we just took over from
INAC. We did not have the tools, so we had to develop them, and
the tools had to start with ourselves getting the education and
understanding, and trial and error.
M. Whiteduck : Je suis d’accord. C’est une observation très
importante. En même temps, je connais des communautés
proches de centres urbains, de petites villes, qui ont tout de
même beaucoup de difficultés. C’est encore une question de
développement des capacités au niveau communautaire. La
gestion du financement de l’éducation est le grand problème.
On a appris au fur et à mesure, parce que les Affaires indiennes
n’étaient pas là pour nous aider. Parfois, nous nous sommes
trompés et nous avons aussi tiré des leçons de nos erreurs, mais
nous devions nous débrouiller tout seuls. Quand le contrôle indien
est arrivé, nous avons tout simplement pris le relais d’AINC.
Nous n’avions pas les outils, alors nous avons dû les inventer, et
les outils devaient d’abord nous permettre d’obtenir une
éducation. Nous avons progressé par essai et erreur.
I know in many communities that management capacity and
oversight of programs can be challenging. That being said, it is
still my belief thatwith some additional resources, some of the
needs could be met. You cannot jump from A to Z. You have to
go through the steps, and every community has to progressively
go forward. That is why I believe in this concept of an annual
report card. Both the government and First Nations need to agree
to put it out there. We will put it out there as to number of
graduates and special education needs and how it is going. Then
we sit down around the table, reassess where we are going and
build on the positive, bringing corrective measure where they are
required. I think that can be done.
Je sais que, dans de nombreuses communautés, la capacité de
gestion et la surveillance des programmes peuvent être
problématiques. Cela dit, je suis encore convaincu qu’avec
quelques ressources supplémentaires, certains besoins pourraient
être satisfaits. On ne peut pas sauter de A à Z. Il faut franchir les
étapes, et toutes les communautés doivent avancer graduellement.
C’est pour cette raison que je crois dans le concept d’un bulletin
annuel. Le gouvernement les Premières nations doivent convenir
de le mettre en place. Nous indiquerons le nombre de diplômés et
les besoins spéciaux et où nous en sommes. Ensuite, nous nous
assoirons à la table, nous réévaluerons la situation, nous
appuierons sur le positif et le renforcerons et nous prendrons les
mesures correctives qui s’imposent. Je pense que c’est possible.
Senator Stewart Olsen: I have an observation more so than a
question. I am with you on taking an approach that is closer to
the ground, not highfalutin and not essentially agreements. If you
have the knowledge and the acceptance that it is better to try to
work with people closest to you, I think you have more of a
chance of success.
Le sénateur Stewart Olsen : J’ai davantage une observation
qu’une question. Je suis d’accord avec vous pour adopter une
approche plus terre-à-terre, pas rigide et pas axée uniquement sur
des ententes. Quand on a les connaissances et si l’on accepte qu’il
vaut mieux travailler avec les personnes les plus proches de soi, je
pense qu’on a plus de chance de réussir.
Senator Raine: During our study we have talked to educators
in various places in Canada. There is a common thread through it
all and that is that someone in the community took the bull by the
horns and said we have to put extra money into our schools.
Le sénateur Raine : Durant notre étude, nous avons parlé à des
éducateurs à divers endroits au Canada. Il y a un fil commun, soit
que quelqu’un dans la communauté a pris le taureau par les
cornes et décidé qu’il fallait investir davantage dans les écoles.
When you were faced with that challenge, what resources were
you able to put into the schools to make it work?
Quand vous vous êtes retrouvés dans cette situation, quelles
ressources avez-vous pu investir dans les écoles pour qu’elles
puissent fonctionner?
Mr. Whiteduck: It came down to the budget negotiations we
had with Indian Affairs. We had to be very astute as to how we
were negotiating and really push the envelope when we had to and
come to some understanding within the formulas. There are many
of them. We have to keep in mind many formulas for many
pockets of money that come for education. There had to be astute
negotiating. In the end in our community — and I am very
M. Whiteduck : Nous avons négocié les budgets avec les
Affaires indiennes. Nous avons dû être très astucieux dans nos
négociations, repousser les limites quand il le fallait et nous
entendre à l’intérieur des formules. Elles sont nombreuses. Nous
devions faire attention aux nombreuses formules dans les
nombreuses sources de financement de l’éducation. Il fallait
négocier avec astuce. Finalement, dans notre communauté — et je
24-11-2010
Peuples autochtones
15:39
transparent about this —, for example, when we were negotiating
with Indian Affairs on the full envelope for education program by
program, Indian Affairs said we can no longer give you any
additional resources to run your schools. We then bargained and
argued to get them to make the post-secondary envelope larger.
They knew we would surplus the money there to reinvest it a band
school. For them it was a way around. They could not give it
there but they could do projections. What was important for us
was that education money stay for educational purposes. That
was important.
suis très transparent à ce sujet —, par exemple, quand nous
négociions avec les Affaires indiennes sur l’enveloppe complète
pour l’éducation programme par programme, le ministère nous a
dit qu’il ne pouvait plus nous donner de ressources pour faire
fonctionner nos écoles. Nous avons alors négocié encore plus et
présenté nos arguments pour que l’enveloppe du postsecondaire
soit plus élevée. Ils savaient que nous réinvestirions ces fonds
supplémentaires dans une école de bande. Pour eux, c’était une
façon de contourner le problème. Ils ne pouvaient pas le donner à
un endroit, mais ils pouvaient faire des projections. Ce qui était
important pour nous, c’est que les ressources pour l’éducation
restent en éducation. C’était important.
Had the formula met our needs at the community school we
would not have had to do it. What is occurring now, over all the
years, because we have multi-year agreements, that as more and
more students are going into post-secondary, our post-secondary
envelope is shrinking. There is less money to put into the school,
and our greater challenge is to deliver the kind of programs we
want in the school. We are at that crossroad right now. We are
about to negotiate with Indian Affairs for a new multi-year
funding agreement and we are not sure what will happen.
Si la formule avait répondu à nos besoins pour l’école
communautaire, nous n’aurions pas été obligés d’agir ainsi. Ce
qui se passe maintenant, au fil des années, parce qu’il y a des
ententes pluriannuelles, c’est que de plus en plus d’élèves font des
études postsecondaires et que notre enveloppe du postsecondaire
diminue. Il y a de moins en moins d’argent pour l’école, et notre
défi consiste à offrir les programmes que nous voulons à l’école.
Nous sommes maintenant à une croisée des chemins. Nous
sommes sur le point de négocier avec les Affaires indiennes une
nouvelle entente pluriannuelle et nous ne savons pas ce qui
nous attend.
I am sure that if push came to shove at the community level,
there might be some minor investments in some things that could
be done, but we are limited in what is available to us.
Je suis certain que, s’il le fallait au niveau communautaire, il
pourrait y avoir des investissements mineurs dans certains
domaines, mais nos moyens sont limités.
Senator Raine: That is interesting. I will share a story of a First
Nation band in B.C. that got a special claims settlement and set it
up in a trust where the money could not go to individuals, it could
only go to community infrastructure and education. That has
made all the difference for them because the formulas do not
work to have your own school. Good luck with your negotiations.
Le sénateur Raine : C’est intéressant. Une bande autochtone en
Colombie-Britannique qui a obtenu un règlement de
revendications particulières a placé les fonds dans une fiducie
qui ne peut effectuer de versements à des particuliers. Tous les
fonds doivent être investis dans l’infrastructure et l’éducation.
Cela a fait toute la différence pour eux, parce que les formules ne
vous aident pas à avoir votre propre école. Bonne chance dans
vos négociations.
I have another question. You do work obviously with people in
your community going to the provincial schools and vice versa.
How do you track the students back and forth? Does each student
have a student number so they can track grades from school
to school?
J’ai une autre question. Vous travaillez évidemment avec les
jeunes de votre communauté qui vont dans les écoles provinciales
et vice versa. Comment suivez-vous les mouvements des élèves?
Chaque élève a-t-il un numéro d’étudiant afin de pouvoir suivre
les transferts d’une école à l’autre?
Mr. Whiteduck: Keep in mind that the numbers of students we
are talking about are not in the hundreds. It is a lot easier because
of our low numbers to track. It is tracked through report cards.
When they go into one jurisdiction the file goes into that
jurisdiction. If they transfer back, the file comes back into
our jurisdiction.
M. Whiteduck : Les élèves visés ne se comptent pas par
centaines. C’est beaucoup plus facile parce qu’ils ne sont pas
nombreux. On les suit par leurs bulletins. Lorsqu’ils vont ailleurs,
le dossier est transféré ailleurs. S’ils reviennent, le dossier revient
chez nous.
In our case, the local town of Maniwaki does not have a large
anglophone school. It is about the same size as ours. We tried for
years to sit with them and ask why we are working apart; why we
cannot figure out a way to bring, for example, our high school
students together with yours and try to deliver an even better
program, a more complete program. They have never wanted to
do that. We have tried many times to do that.
Dans notre cas, la ville locale de Maniwaki n’a pas de grande
école anglophone. Elle est à peu près de la même taille que la nôtre.
Nous avons tenté pendant des années de nous asseoir avec eux et de
leur demander pourquoi nous travaillons chacun de notre côté;
pourquoi nous ne pouvons pas trouver une façon, par exemple, de
réunir nos élèves du secondaire avec les leurs et d’offrir un
programme encore meilleur, un programme plus complet. Ils n’ont
jamais voulu. Nous avons essayé à maintes reprises.
15:40
Aboriginal Peoples
Only so much can be done in those kinds of situations to try to
make something work out. We track it that way. Keeping in mind
that in the local town, and this may occur elsewhere, I believe
52 per cent, approximately, of the students are Algonquin, either
from our community or from another Algonquin community
called Barrière Lake. If those students were ever to come back to
their home communities, the anglophone system in Maniwaki
would fall. That is why I always fail to understand why they were
not so open to sitting down with us because to me it made total
sense to bring our efforts and our resources to increase the quality
of the programs.
Senator Raine: You are absolutely right.
24-11-2010
Il y a des limites à ce qu’on peut faire dans ces situations pour
essayer de trouver une solution. Nous les suivons de cette façon. Il
faut se rappeler que, dans la ville locale, et c’est peut-être le cas
ailleurs, environ 52 p. 100 des élèves sont Algonquins, soit de
notre communauté, soit d’une autre communauté algonquine
appelée Lac Barrière. Si ces élèves revenaient chez eux, le système
anglophone à Maniwaki tomberait. C’est pour cette raison que je
ne comprends jamais pourquoi ils étaient réticents à s’asseoir avec
nous. Pour moi, c’est tout à fait logique de mettre en commun nos
ressources et de pousser dans le même sens pour améliorer la
qualité de nos programmes.
Le sénateur Raine : Vous avez tout à fait raison.
On the tracking system, I believe INAC is developing an
education information system to collect data for reporting and
accountability. Are you familiar with that proposal?
En ce qui concerne le suivi, je crois qu’AINC est en train de
mettre au point un système d’information sur l’éducation, afin de
collecter des données pour les rapports et la reddition des
comptes. Êtes-vous au courant de cette proposition?
Mr. Whiteduck: Yes, somewhat. I think it will be an important
management tool, but it must be important to the community.
You want to use data to bring about change and not just for the
sake of collecting it. You want to use it to improve, to understand
where your successes and where your challenges are in order to do
something. I am always trying to ensure that the database or the
management regime that will be used will be a good tool for the
community. Yes, it becomes a good tool for INAC and regional
bodies, but first and foremost for the community.
M. Whiteduck : Oui, plus ou moins. Je pense que ce sera un
important outil de gestion, mais il doit être important pour la
communauté. Il faut utiliser les données pour obtenir un
changement et pas seulement pour s’amuser à les collecter. Il
faut les utiliser pour améliorer la situation, pour comprendre les
réussites et les problèmes, afin de changer. Je m’efforce toujours
de veiller à ce que la base de données ou le régime de gestion qui
seront utilisés soient de bons outils pour la communauté. Oui, cela
devient un bon outil pour AINC et les organismes régionaux,
mais d’abord et avant tout, pour la communauté.
Senator Raine: Are you not concerned it might be duplicating
existing data management?
Le sénateur Raine : Ne craignez-vous pas que cela fasse double
emploi avec la gestion des données existante?
Mr. Whiteduck: It probably is, and I am a firm believer in
working with First Nations to work it out and arrive at a
consensus. Everyone gains from that.
M. Whiteduck : Probablement, et je suis fermement convaincu
qu’il faut travailler avec les Premières nations pour trouver des
solutions et arriver à un consensus. Tout le monde y gagne.
Senator Poirier: In your presentation you mentioned that it was
the parents who had the choice of sending their children either to
the school on your reserve, the Algonquin school, to the
provincial school. Can you give me an idea of what percentage
of students goes to the provincial school compared to the school
on the reserve?
Le sénateur Poirier : Dans votre exposé, vous avez indiqué que
les parents avaient le choix d’envoyer leurs enfants à l’école de la
réserve, l’école algonquine, ou à l’école provinciale. Pouvez-vous
me donner une idée du pourcentage d’élèves qui vont à l’école
provinciale et de ceux qui vont à l’école de la réserve?
Mr. Whiteduck: It has varied from a low of about 10 per cent
to a high of about 18 per cent. There are a variety of issues behind
that. To give an example, some parents do not totally feel secure
about our high school diploma. Even though we have proven that
it is not an issue in going on to a community college. Some
parents want their young people to be more integrated into the
mainstream. They feel that will prepare them more adequately
and will be a fair reflection.
M. Whiteduck : Il a varié d’un creux d’environ 10 p. 100 à un
sommet d’environ 18 p. 100. Cela s’explique de plusieurs façons.
Pour vous donner un exemple, certains parents ne sont pas tout à
fait sûrs de la valeur de notre diplôme d’études secondaires. Même
si nous avons démontré que cela ne pose pas de problème pour
aller dans un collège communautaire. Certains parents veulent
que leurs enfants soient plus intégrés dans la société dominante.
Ils estiment que cela les prépare mieux et c’est leur droit.
Senator Poirier: Is it 10 per cent to 18 per cent that go to the
school on the reserve?
Le sénateur Poirier : De 10 à 18 p. 100 qui vont à l’école de
la réserve?
Mr. Whiteduck: Yes.
Senator Poirier: The level of the students like you have here
graduating and going on to community college or to university or
CEGEP in Quebec, is it a fair balance between the students
coming out from your First Nations school compared to the
provincial schools?
M. Whiteduck : Oui.
Le sénateur Poirier : Le niveau des élèves de votre école qui
obtiennent leur diplôme et continuent au collège communautaire,
à l’université ou au cégep est-il assez comparable à ceux qui
sortent des écoles provinciales?
24-11-2010
Peuples autochtones
15:41
Mr. Whiteduck: We are actually getting more out of Kitigan
Zibi School than from the provincial system. We notice that also
from the community at Barrière Lake, a community north of us,
because they send some of their kids to our school but they also
send to the provincial school. We tend to graduate one or two per
year from the community, which is a huge step for a community
that is really trying to gain control, that they have young people at
least finishing high school. We tend to get more than we used to,
or even now at the provincial level.
M. Whiteduck : En fait, il y a un peu plus de diplômés de
l’école Kitigan Zibi que dans le réseau provincial. Nous le
constatons aussi dans la communauté du Lac Barrière, au nord de
chez nous, parce que certains de leurs enfants viennent à notre
école, mais d’autres vont à l’école provinciale. Nous avons
tendance à diplômer un ou deux élèves par année chez nous, ce
qui est énorme pour une communauté qui s’efforce de prendre le
contrôle de l’éducation. Nous réussissons à ce que des jeunes
finissent au moins leur secondaire. Nous avons tendance à en
diplômer davantage qu’avant ou qu’au niveau provincial.
Senator Poirier: About three or four weeks ago we were on a
fact-finding mission in Saskatchewan and Alberta. We met and
visited many schools. Some were schools on First Nations and
others were provincial schools with students from First Nations
attending. Some of the ones we visited, especially on the
provincial side, made a huge effort to make the First Nations
students feel welcome by having programs on culture and
different things. Is that happening in your provincial school
where your students go?
Le sénateur Poirier : Il y a environ trois ou quatre semaines,
nous sommes allés dans une mission d’information en
Saskatchewan et en Alberta. Nous avons visité de nombreuses
écoles. Certaines étaient des écoles autochtones, d’autres, des
écoles provinciales accueillant des élèves autochtones. Certaines
de celles que nous avons visitées, surtout parmi les écoles
provinciales, faisaient des efforts énormes pour que les élèves
autochtones se sentent bienvenus en offrant des programmes sur
la culture, par exemple. Est-ce la même chose dans l’école
provinciale où vont vos élèves?
Mr. Whiteduck: There is a little bit. They are not necessarily
overly preoccupied in that regard. They feel they have a captive
audience. The teaching of Algonquin language does not take
place. I must really emphasize the importance of teaching our
First Nations language. Really at one point there should be a
discussion around allowing First Nations systems as a whole to be
taught totally in that First Nations language. In our community,
there are only around 150 fluent speakers of our language left,
and there is one here tonight.
M. Whiteduck : Un peu. Ils ne se préoccupent pas
nécessairement beaucoup de cet aspect. Ils estiment avoir un
public captif. On n’y enseigne pas l’algonquin. J’insiste vraiment
sur l’importance d’enseigner notre langue. À un moment donné, il
faudrait vraiment discuter de la possibilité que l’enseignement à
l’intention des Premières nations se fasse entièrement dans la
langue des Premières nations. Chez nous, il ne reste plus
qu’environ 150 personnes qui maîtrisent notre langue et il y en
a une ici ce soir.
We teach it in the school. We have the immersion program, but
we are on life support. We must ask ourselves whether or not to
maintain it. For us it is important, but we need to have the
resources to make it happen. We are struggling. We cannot afford
for the language to disappear at the community level. We know
other First Nations in Canada would like to set up their whole
system, but it is a question of resourcing again to make it happen.
The French immersion school concept that took place in Ontario
and elsewhere across Canada is possible, we can do it. There is no
reason why it should not be happening.
Nous l’enseignons à l’école. Nous avons le programme
d’immersion, mais nous sommes en mode de survie. Nous
devons nous demander s’il faut continuer ou non. Pour nous,
c’est important, mais il nous faut des ressources pour pouvoir le
faire. Nous luttons. Nous ne pouvons pas nous permettre que la
langue disparaisse chez nous. Nous connaissons d’autres
Premières nations au Canada qui aimeraient mettre sur pied
leur propre système, mais c’est une question de ressources pour
pouvoir y arriver. Le concept de l’école d’immersion en français
qui s’est implanté en Ontario et ailleurs au Canada est possible.
Nous pouvons l’appliquer. Rien ne l’empêche.
Senator Poirier: Finally, on a different line completely, you
mentioned that when your students — and we have heard this
from many First Nations — leave and go to a provincial school,
the cost or funding transfer that you have to make is a whole lot
higher and it takes money away from what is left to be distributed
in your school within your community. You also mentioned that
you entered into an agreement with the province where they have
students coming into your school. What is the funding
arrangement there? Is it a fair equivalency?
Le sénateur Poirier : Finalement, dans un tout autre ordre
d’idées, vous avez dit que lorsque vos élèves — et nous avons
entendu la même chose de nombreuses autres Premières nations —
partent et vont dans une école provinciale, le coût ou le transfert de
fonds est beaucoup plus élevé pour vous et cela réduit ce qui reste à
distribuer dans votre école. Vous avez indiqué également que vous
avez conclu avec la province une entente par laquelle des élèves du
réseau provincial vont dans votre école. Quelle est l’entente
financière dans ce cas? Y a-t-il une équivalence équitable?
Mr. Whiteduck: I was referring to Algonquin students who live
in the town. Whenever a family lives outside the community, you
cannot put them on your list for INAC to fund because they are
considered to be off reserve.
M. Whiteduck : Je faisais allusion aux élèves algonquins qui
vivent en ville. Chaque fois qu’une famille vit hors de la
communauté, on ne peut pas la mettre sur notre liste pour
obtenir du financement d’AINC parce qu’on considère qu’elle ne
vit pas sur la réserve.
15:42
Aboriginal Peoples
24-11-2010
To answer that particular question, we get the same tuition as
we would pay the school board. It is the same amount.
Pour répondre précisément à cette question, nous obtenons les
mêmes frais de scolarité que ce que nous verserions à la
commission scolaire. C’est le même montant.
Senator Poirier: Even though they are First Nations students
living off reserve, the amount of money that would come
to you —
Le sénateur Poirier : Même si ce sont des élèves autochtones
qui vivent hors de la réserve, le montant que vous...
Mr. Whiteduck: No. We do not get any money for anyone
living off reserve at the elementary or secondary level. They have
to be living on reserve. If they are living in Ottawa and they are
attending a high school in Ottawa, we do not get any money.
When we prepare the list for INAC, we can only put those who
are residents on the reserve.
M. Whiteduck : Non. Nous ne recevons rien pour des élèves
qui vivent hors de la réserve au niveau primaire ou secondaire. Ils
doivent vivre dans la réserve. S’ils vivent à Ottawa et vont à une
école secondaire à Ottawa, nous ne recevons pas un sou. Quand
nous préparons la liste pour AINC, nous ne pouvons y inscrire
que ceux qui résident dans la réserve.
Senator Poirier: I may be misunderstanding. If you have a child
that lives on the First Nations reserve and the parents decide to
put them in a provincial school system, then the First Nation has
to pay a certain amount to the provincial. Is that right?
Le sénateur Poirier : J’ai peut-être mal compris. Si vous avez un
enfant qui vit dans la réserve et que les parents décident de
l’envoyer à l’école provinciale, alors la Première nation doit payer
un certain montant à la province, n’est-ce pas?
Mr. Whiteduck: That is right because we get funding for tuition
fees to be paid, yes.
M. Whiteduck : Oui, parce que nous obtenons du financement
pour les frais de scolarité à payer.
Senator Poirier: However, if you have a First Nation family
that is not living on reserve, could that First Nation family make
the decision, if they are close by, to send their child to a First
Nations school instead of to the provincial school?
Le sénateur Poirier : Mais dans le cas d’une famille autochtone
qui ne vit pas dans la réserve, cette famille autochtone pourraitelle prendre la décision, si elle vit à proximité, d’envoyer son
enfant à l’école autochtone plutôt qu’à l’école provinciale?
Mr. Whiteduck: Yes.
M. Whiteduck : Oui.
Senator Poirier: If they do, at what level is the transfer
of money?
Le sénateur Poirier : Si elle le fait, quel est le montant
du transfert?
Mr. Whiteduck: At the same level as we would pay to the
provincial school for one of our students.
M. Whiteduck : Le même que ce que nous paierions à l’école
provinciale pour nos élèves.
Senator Poirier: At the same level; okay.
Le sénateur Poirier : Le même montant, d’accord.
Mr. Whiteduck: We worked that out. There are not many cases
like that across Canada. I remember negotiating that arrangement
some 10 years ago. Although we did not have a lot of students in
that situation, the boards did not have a problem with it. The
boards were not prepared to provide transportation, but the
tuition was covered.
M. Whiteduck : C’est ce que nous avons établi. Il n’y a pas
beaucoup de cas semblables au Canada. Je me rappelle avoir
négocié cette entente il y a une dizaine d’années. Même si nous
n’avions pas beaucoup d’élèves dans cette situation, les
commissions scolaires n’y voyaient pas de problème. Les
commissions scolaires ne voulaient pas payer le transport, mais
les frais de scolarité étaient couverts.
Senator Poirier: To your knowledge, would that be similar in
every province across Canada or is that negotiated province
by province?
Le sénateur Poirier : À votre connaissance, est-ce la même
chose dans toutes les provinces ou est-ce négocié province
par province?
Mr. Whiteduck: It is negotiated board by board. I did this at
the board level and someone along the way at the ministry
accepted these payments. Our tuition fee agreement with the
board was fairly unique because the board recognized our
jurisdiction; on our territory, we recognized theirs. It was
mutual recognition.
M. Whiteduck : C’est négocié d’une commission scolaire à
l’autre. Je l’ai fait avec la commission scolaire et quelqu’un au
ministère a accepté ces paiements. Notre entente sur les frais de
scolarité avec la commission scolaire était assez particulière, parce
que la commission scolaire a reconnu notre compétence; sur notre
territoire, nous avons reconnu la leur. Il s’agissait d’une
reconnaissance mutuelle.
Senator Dallaire: Chief Whiteduck, you have been in the
education process, as you said, all your life. You have obviously
demonstrated extraordinary leadership skills in advancing
leadership within your community.
Le sénateur Dallaire : Chef Whiteduck, vous avez été dans le
secteur de l’éducation toute votre vie, comme vous dites. Vous
avez fait preuve d’extraordinaires qualités de leadership pour faire
avancer le leadership dans votre communauté.
If we are seeing less than successful scenarios not only in the
isolated areas but also in the areas that are not as isolated, do you
believe that there is maybe a requirement for a higher
Si nous voyons des scénarios pas très reluisants, non seulement
dans les régions isolées, mais aussi dans des régions qui le sont
moins, pensez-vous qu’il faut peut-être un engagement plus grand
24-11-2010
Peuples autochtones
15:43
commitment or capability of leadership within the First Nations
in order to achieve the levels that you have been able to achieve in
your community?
ou une plus grande capacité de leadership chez les Premières
nations afin d’obtenir les résultats que vous avez pu obtenir
chez vous?
Mr. Whiteduck: My answer would be yes. As I always say, not
everything is rosy at our communities. We have challenges on
many issues, but it takes commitment on the part of people who
believe in people. I, along with the community — it is not only
me, it is all the people involved — believe in the future of those
young people. I know I only have a few years left. I keep looking
around to say, which one of these young people will take on the
role and feel good about it and feel proud and be able to come to
these kinds of tables? That is why I have been so passionate about
education, because it has given me the voice that took us so long
to bring forward without being fearful in an honest,
straightforward fashion.
M. Whiteduck : Je répondrais probablement que oui. Je dis
toujours que tout n’est pas rose chez nous. Nous avons des
difficultés dans de nombreux domaines, mais il faut un
engagement de la part de ceux qui croient dans les gens. Je
crois, mais je ne suis pas seul, toute la communauté et toutes les
personnes intéressées le croient aussi, en l’avenir de ces jeunes. Je
sais qu’il ne me reste plus que quelques années. Je cherche sans
cesse autour de moi pour trouver, par exemple, celui de ces jeunes
qui prendra le relais et qui sera à l’aise dans ce rôle, fier de lui et
capable de venir à des tables comme celle-ci. C’est pour cette
raison que j’ai toujours été aussi passionné par l’éducation, parce
que cela m’a permis enfin de m’exprimer — ce que nous avons mis
tant de temps à faire — sans crainte, et en toute franchise
et simplicité.
Senator Brazeau: We talked about the frustrations with
bureaucrats far too often. With respect to primary and
secondary school, you said there is no funding given to the
community for off-reserve students. Is that a policy within the
department? What steps have you undertaken to try to correct the
wrong and what are you hearing from the officials?
Le sénateur Brazeau : Nous avons parlé des frustrations
beaucoup trop fréquentes avec les bureaucrates. En ce qui
concerne l’école primaire et secondaire, vous dites qu’aucun
financement n’est accordé à la communauté pour les élèves hors
réserve. Est-ce une politique du ministère? Quelles mesures avezvous prises pour tenter de corriger la situation et que vous
répondent les fonctionnaires?
Mr. Whiteduck: That is an important question because it has
been an outstanding question. It is a policy within INAC to fund
only the on reserve for elementary and secondary education. I will
give you one example.
M. Whiteduck : C’est une question importante parce qu’elle
n’est pas résolue. AINC a pour politique de ne financer que
l’éducation primaire et secondaire dans les réserves. Je vous
donnerai un exemple.
If a student is in the community and there is not a program for
them, they have to come to Ottawa because of a special education
program, and funding is allocated to pay room and board while in
Ottawa. However, we do not get funding for our membership
living in Toronto or anywhere else. Every year, we have to send in
a report. We list all our students, their grade levels, birth dates,
and all that kind of information. They have to be on reserve.
INAC could come into the school and say, ‘‘You gave us a list of
20. Show us that these 20 are here today. If they are missing, we
might call to check to ensure they are really on the list. ‘‘
Si un élève habite chez nous et qu’il n’y a pas de programme
pour lui, il doit venir à Ottawa parce qu’il y a un programme
spécial et que du financement est accordé pour le logement à
Ottawa. Mais nous n’obtenons pas ce financement pour nos
membres qui vivent à Toronto ou ailleurs. Tous les ans, nous
devons envoyer un rapport. Nous donnons la liste de tous nos
élèves, leur niveau, leur date de naissance, et d’autres
renseignements de ce genre. Ils doivent vivre dans la réserve.
AINC pourrait venir à l’école et nous dire : « Vous nous avez
donné une liste de 20 élèves. Montrez-nous où ils sont
aujourd’hui. S’ils sont absents, nous ferons peut-être des appels
pour nous assurer qu’ils doivent vraiment figurer sur la liste. »
If you recall, a number of years ago Quebec ran into a major
problem because school boards were putting false or ghost
students on their lists. We have to be accountable for the students
who are there. It must be verified. There is a policy that has
existed. Over the years I have written to ministers and I have
spoken to bureaucrats because we have many families that live
outside the communities. It is not that you need tuition, but
sometimes they need help with school supplies or with book
money. Over the years, we at the community have tried to take
from our education envelope some of the money and we were
providing some funding for off reserve, even though we were not
getting money to do so, for school supplies and books. Lately,
with the money tightening, we have reduced it to $70 for those
who request it, when there is a need, to try to help them with
school supplies. That is from our overall pot of money. We may
Si vous vous souvenez bien, il y a quelques années, le Québec a
eu un grand problème parce que les commissions scolaires
inscrivaient de faux élèves ou des élèves fantômes sur leurs
listes. Nous devons rendre compte des élèves inscrits. Il faut des
vérifications. Il existe une politique. Au fil des années, j’ai écrit
aux ministres et j’ai parlé aux bureaucrates parce qu’un grand
nombre de nos familles vivent hors des réserves. Il n’y a pas de
problème avec les frais de scolarité, mais parfois ils ont besoin
d’aide pour les fournitures et les manuels scolaires. Au fil des ans,
nous nous sommes efforcés dans notre communauté de prendre
une partie de l’argent dans notre enveloppe de l’éducation pour
financer l’éducation hors réserve, même si nous ne recevions rien
pour cela, pour les fournitures et les manuels scolaires.
Récemment, avec les compressions financières, nous avons
réduit ce montant à 70 $ pour ceux qui le demandent, quand il
15:44
Aboriginal Peoples
24-11-2010
have to take it from band funds in the future, we are not sure. We
believe that you belong to KZ, whether you are on the reserve or
outside. We will try, even though we do not get the funding. We
have asked Indian Affairs to at least consider it because many
families who reside on the outside are struggling.
y a un besoin, afin de les aider à payer les fournitures scolaires. Ce
montant vient de notre enveloppe globale. Il faudra peut-être aller
le chercher dans les fonds de la bande, à l’avenir, nous ne sommes
pas certains. Nous croyons qu’on fait partie de KZ, qu’on soit
dans la réserve ou ailleurs. Nous essayons d’aider, même quand
nous ne recevons aucun financement. Nous avons demandé aux
Affaires indiennes d’au moins envisager de nous donner quelque
chose, parce que de nombreuses familles qui vivent hors de la
réserve en arrachent.
The Chair: I would like to thank you, Chief Whiteduck. You
are accomplished in what you do. You are in one of the most
important professions that relates to the study we are doing, the
teaching profession. I am a strong believer that if there is one
profession in the world that can make a difference with our First
Nations, it is the teaching profession. I would be remiss if I did
not thank the people who came with you in support of what you
are doing.
Le président : Je vous remercie, chef Whiteduck. Vous êtes un
as dans votre domaine. Vous travaillez dans l’une des plus
importantes professions touchées par notre étude, l’enseignement.
Je suis fermement convaincu que, s’il existe une profession au
monde qui peut faire une différence pour nos Premières nations,
c’est celle d’enseignant. Je m’en voudrais de ne pas remercier ceux
qui sont venus avec vous et qui appuient ce que vous faites.
You said this issue has been studied to death; it has. Hopefully,
we as a committee will have the wisdom and capacity to make
recommendations that will be productive and supported.
Vous avez déclaré que cette question a été étudiée en long et en
large; c’est vrai. Nous espérons que notre comité aura la sagesse et
la capacité de faire des recommandations qui seront productives
et appuyées.
With that, we will suspend and go in camera to complete the
remainder of our work tonight.
Nous continuerons maintenant à huis clos pour terminer notre
travail de ce soir.
(The committee continued in camera.)
(Le comité se poursuit ses travaux à huis clos.)
MAIL
POSTE
Canada Post Corporation/Société canadienne des postes
Postage paid
Poste-payé
Lettermail
Poste-lettre
1782711
OTTAWA
If undelivered, return COVER ONLY to:
Public Works and Government Services Canada –
Publishing and Depository Services
Ottawa, Ontario K1A 0S5
En cas de non-livraison,
retourner cette COUVERTURE SEULEMENT à :
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada –
Les Éditions et Services de dépôt
Ottawa (Ontario) K1A 0S5
WITNESSES
TÉMOINS
Tuesday, November 23, 2010
Le mardi 23 novembre 2010
Indian and Northern Affairs Canada:
Affaires indiennes et du Nord Canada :
Patrick Borbey, Senior Assistant Deputy Minister, Treaties and
Aboriginal Government;
Anik Dupont, Director General, Specific Claims.
Patrick Borbey, sous-ministre adjoint principal, Traités et
gouvernement autochtone;
Anik Dupont, directrice générale, Revendications particulières.
Wednesday, November 24, 2010
Le mercredi 24 novembre 2010
Kitigan Zibi Anishinabeg First Nation:
Première nation Kitigan Zibi Anishinabeg :
Gilbert W. Whiteduck, Chief.
Available from:
PWGSC – Publishing and Depository Services
Ottawa, Ontario K1A 0S5
Also available on the Internet: http://www.parl.gc.ca
Gilbert W. Whiteduck, chef.
Disponible auprès des:
TPGSC – Les Éditions et Services de dépôt
Ottawa (Ontario) K1A 0S5
Aussi disponible sur internet: http://www.parl.gc.ca
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising