Second Session Deuxième session de la Forty-first Parliament, 2013-14

Second Session Deuxième session de la Forty-first Parliament, 2013-14
Second Session
Forty-first Parliament, 2013-14
Deuxième session de la
quarante et unième législature, 2013-2014
Proceedings of the Standing
Senate Committee on
Délibérations du Comité
sénatorial permanent des
Banking,
Trade and
Commerce
Banques
et du
commerce
Chair:
The Honourable IRVING GERSTEIN
Président :
L’honorable IRVING GERSTEIN
Wednesday, April 30, 2014
Thursday, May 1, 2014
Le mercredi 30 avril 2014
Le jeudi 1er mai 2014
Issue No. 9
Fascicule no 9
Second meeting on:
Deuxième réunion concernant :
The present state of the domestic
and international financial system
La situation actuelle du régime financier
canadien et international
First meeting on:
Première réunion concernant :
The subject-matter of those elements contained in
Parts 2, 3 and 4 and Divisions 2, 3, 4, 8, 13, 14, 19, 22, 24
and 25 of Part 6 of Bill C-31, An Act to implement
certain provisions of the budget tabled in Parliament on
February 11, 2014 and other measures
La teneur des éléments des parties 2, 3, et 4 et
les sections 2, 3, 4, 8, 13, 14, 19, 22, 24 et 25 de la partie 6
du projet de loi C-31, Loi portant exécution de certaines
dispositions du budget déposé au Parlement
le 11 février 2014 et mettant en œuvre d’autres mesures
APPEARING:
The Honourable Joe Oliver, P.C., M.P.,
Minister of Finance
COMPARAÎT :
L’honorable Joe Oliver, C.P., député,
ministre des Finances
WITNESSES:
(See back cover)
TÉMOINS :
(Voir à l’endos)
51363-51373
STANDING SENATE COMMITTEE ON
BANKING, TRADE AND COMMERCE
COMITÉ SÉNATORIAL PERMANENT DES
BANQUES ET DU COMMERCE
The Honourable Irving Gerstein, Chair
Président : L’honorable Irving Gerstein
The Honourable Céline Hervieux-Payette, P.C., Deputy Chair
Vice-présidente : L’honorable Céline Hervieux-Payette, C.P.
and
et
The Honourable Senators:
Les honorables sénateurs :
Bellemare
Black
Campbell
* Carignan, P.C.
(or Martin)
* Cowan
(or Fraser)
Greene
Maltais
Massicotte
Ngo
Ringuette
Tkachuk
Bellemare
Black
Campbell
* Carignan, C.P.
(ou Martin)
* Cowan
(ou Fraser)
Greene
Maltais
Massicotte
Ngo
Ringuette
Tkachuk
* Ex officio members
(Quorum 4)
* Membres d’office
(Quorum 4)
Changes in membership of the committee:
Modifications de la composition du comité :
Pursuant to rule 12-5, membership of the committee was
amended as follows:
Conformément à l’article 12-5 du Règlement, la liste des membres
du comité est modifiée, ainsi qu’il suit :
The Honourable Senator Rivard was removed from the
membership of the committee, replacement pending
(April 28, 2014).
L’honorable sénateur Rivard a été retiré de la liste des membres
du comité, remplacement à venir (le 28 avril 2014).
The Honourable Senator Tkachuk replaced the Honourable
Senator Unger (April 14, 2014).
L’honorable sénateur Tkachuk a remplacé l’honorable
sénatrice Unger (le 14 avril 2014).
The Honourable Senator Rivard replaced the Honourable
Senator Poirier (April 14, 2014).
L’honorable sénateur Rivard a remplacé l’honorable
sénatrice Poirier (le 14 avril 2014).
Published by the Senate of Canada
Available on the Internet: http://www.parl.gc.ca
Publié par le Sénat du Canada
Disponible sur internet: http://www.parl.gc.ca
1-5-2014
Banques et commerce
ORDER OF REFERENCE
Extract from the Journals of the Senate Wednesday,
April 9, 2014:
9:3
ORDRE DE RENVOI
Extrait des Journaux du Sénat du mercredi 9 avril 2014 :
The Honourable Senator Martin moved, seconded by the
Honourable Senator Demers:
L’honorable sénatrice Martin propose, appuyée par
l’honorable sénateur Demers,
That, in accordance with rule 10-11(1), the Standing
Senate Committee on National Finance be authorized to
examine the subject-matter of all of Bill C-31, An Act to
implement certain provisions of the budget tabled in
Parliament on February 11, 2014 and other measures,
introduced in the House of Commons on March 28, 2014,
in advance of the said bill coming before the Senate;
Que, conformément à l’article 10-11(1) du Règlement,
le Comité sénatorial permanent des finances nationales soit
autorisé à examiner la teneur complète du projet de loi C-31,
Loi portant exécution de certaines dispositions du budget
déposé au Parlement le 11 février 2014 et mettant en œuvre
d’autres mesures, déposé à la Chambre des communes
le 28 mars 2014, avant que ce projet de loi soit présenté au
Sénat;
That the Standing Senate Committee on National
Finance be authorized to sit for the purposes of its study
of the subject-matter of Bill C-31 even though the Senate
may then be sitting, with the application of rule 12-18(1)
being suspended in relation thereto; and
Que le Comité sénatorial permanent des finances
nationales soit autorisé à siéger pour les fins de son
examen de la teneur du projet de loi C-31 même si le
Sénat siège à ce moment-là, l’application de l’article 12-18(1)
du Règlement étant suspendue à cet égard;
That, in addition, and notwithstanding any normal
practice:
Que, de plus, et nonobstant toute pratique habituelle :
1. The following committees be separately authorized to
examine the subject-matter of the following elements
contained in Bill C-31 in advance of it coming before
the Senate:
1. Les comités suivants soient individuellement autorisés
à examiner la teneur des éléments suivants du projet
de loi C-31 avant qu’il soit présenté au Sénat :
(a) the Standing Senate Committee on Transport and
Communications: those elements contained in
Divisions 15, 16 and 28 of Part 6;
a) le Comité sénatorial permanent des transports et
des communications : les éléments des sections 15,
16 et 28 de la partie 6;
(b) the Standing Senate Committee on Social Affairs,
Science and Technology: those elements contained
in Divisions 11, 17, 20, 27 and 30 of Part 6;
b) le Comité sénatorial permanent des affaires
sociales, des sciences et de la technologie : les
éléments des sections 11, 17, 20, 27 et 30 de la
partie 6;
(c) the Standing Senate Committee on National
Security and Defence: those elements contained
in Divisions 1 and 7 of Part 6;
c) le Comité sénatorial permanent de la sécurité
nationale et de la défense : les éléments des
sections 1 et 7 de la partie 6;
(d) the Standing Senate Committee on Banking, Trade
and Commerce: those elements contained in
Parts 2, 3 and 4 and Divisions 2, 3, 4, 8, 13, 14,
19, 22, 24 and 25 of Part 6;
d) le Comité sénatorial permanent des banques et du
commerce : les éléments des parties 2, 3, et 4 et les
sections 2, 3, 4, 8, 13, 14, 19, 22, 24 et 25 de la
partie 6;
2. The various committees listed in point one that are
authorized to examine the subject-matter of particular
elements of Bill C-31 submit their final reports to the
Senate no later than June 19, 2014;
2. Chacun des différents comités indiqués au point
numéro un, qui sont autorisés à examiner la teneur
de certains éléments du projet de loi C-31, soumette
son rapport final au Sénat au plus tard le 19 juin 2014;
3. As the reports from the various committees
authorized to examine the subject-matter of
particular elements of Bill C-31 are tabled in the
Senate, they be placed on the Orders of the Day for
consideration at the next sitting; and
3. Au fur et à mesure que les rapports des comités
autorisés à examiner la teneur de certains éléments du
projet de loi C-31 seront déposés au Sénat, l’étude de
ces rapports soit inscrite à l’ordre du jour de la
prochaine séance;
9:4
Banking, Trade and Commerce
1-5-2014
4. The Standing Senate Committee on National Finance
be simultaneously authorized to take any reports
tabled under point three into consideration during its
study of the subject-matter of all of Bill C-31.
4. Le Comité sénatorial permanent des finances
nationales soit simultanément autorisé à prendre en
considération les rapports déposés conformément au
point numéro trois au cours de son examen de la
teneur complète du projet de loi C-31.
After debate,
Après débat,
The Honourable Senator Fraser moved, seconded by the
Honourable Senator Cowan, that further debate on the
motion be adjourned until the next sitting.
L’honorable sénatrice Fraser propose, appuyée par
l’honorable sénateur Cowan, que la suite du débat sur la
motion soit ajournée à la prochaine séance.
The question being put on the motion, it was adopted.
La motion, mise aux voix, est adoptée.
Le greffier du Sénat,
Gary W. O’Brien
Clerk of the Senate
1-5-2014
Banques et commerce
MINUTES OF PROCEEDINGS
PROCÈS-VERBAUX
OTTAWA, Wednesday, April 30, 2014
(22)
OTTAWA, le mercredi 30 avril 2014
(22)
[English]
9:5
[Traduction]
The Standing Senate Committee on Banking, Trade and
Commerce met this day at 4:22 p.m., in room 9, Victoria
Building, the chair, the Honourable Irving Gerstein, presiding.
Le Comité sénatorial permanent des banques et du commerce
se réunit aujourd’hui, à 16 h 22, dans la pièce 9 de l’édifice
Victoria, sous la présidence de l’honorable Irving Gerstein
(président).
Members of the committee present: The Honourable Senators
Bellemare, Black, Gerstein, Greene, Hervieux-Payette, P.C.,
Maltais, Massicotte, Ngo, Ringuette and Tkachuk (10).
Membres du comité présents : Les honorables sénateurs
Bellemare, Black, Gerstein, Greene, Hervieux-Payette, C.P.,
Maltais, Massicotte, Ngo, Ringuette et Tkachuk (10).
In attendance: Adriane Yong and Brett Stuckey, Analysts,
Parliamentary Information and Research Service, Library of
Parliament; Mona Ishack, Communicatons Officer,
Communications Directorate.
Également présents : Adriane Young et Brett Stuckey,
analystes, Service d’information et de recherche parlementaires,
Bibliothèque du Parlement; et Mona Ishack, agente de
communications, Direction des communications.
Also present: The official reporters of the Senate.
Aussi présents : Les sténographes officiels du Sénat.
Pursuant to the order of reference adopted by the Senate on
Thursday, November 7, 2013, the committee continued its
examination of the present state of the domestic and
international financial system. (For complete text of the order of
reference, see proceedings of the committee, Issue No. 1.)
Conformément à l’ordre de renvoi adopté par le Sénat
le jeudi 7 novembre 2013, le comité poursuit son étude sur la
situation actuelle du régime financier canadien et international
(Le texte intégral de l’ordre de renvoi figure au fascicule no 1 des
délibérations du comité.)
WITNESSES:
TÉMOINS :
Bank of Canada:
Banque du Canada :
Stephen S. Poloz, Governor;
Stephen S. Poloz, gouverneur;
Tiff Macklem, Senior Deputy Governor.
Tiff Macklem, premier sous-gouverneur.
The chair made an opening statement.
Le président prend la parole.
Mr. Poloz made a statement and, together with Mr. Macklem,
answered questions.
M. Poloz fait une déclaration puis, avec M. Macklem, répond
aux questions.
At 6:05 p.m., the committee adjourned to the call of the chair.
À 18 h 5, le comité s’ajourne jusqu’à nouvelle convocation de la
présidence.
ATTEST:
OTTAWA, Thursday, May 1, 2014
(23)
[English]
ATTESTÉ :
OTTAWA, le jeudi 1er mai 2014
(23)
[Français]
The Standing Senate Committee on Banking, Trade and
Commerce met this day at 10:30 a.m., in room 2, Victoria
Building, the chair, the Honourable Irving Gerstein, presiding.
Le Comité sénatorial permanent des banques et du commerce
se réunit aujourd’hui, à 10 h 30, dans la pièce 2 de l’édifice
Victoria, sous la présidence de l’honorable Irving Gerstein
(président).
Members of the committee present: The Honourable Senators
Bellemare, Black, Campbell, Gerstein, Greene, Hervieux-Payette,
P.C., Maltais, Massicotte, Ngo and Tkachuk (10).
Membres du comité présents : Les honorables sénateurs
Bellemare, Black, Campbell, Gerstein, Greene, Hervieux-Payette,
C.P., Maltais, Massicotte, Ngo et Tkachuk (10).
In attendance: Adriane Yong and Brett Stuckey, Analysts,
Parliamentary Information and Research Service, Library of
Parliament; Mona Ishack, Communicatons Officer,
Communications Directorate.
Également présents : Adriane Yong et Brett Stuckey, analystes,
Services d’information et de recherche parlementaires,
Bibliothèque du Parlement; Mona Ishack, agente de
communications, Direction des communications.
9:6
Banking, Trade and Commerce
Also present: The official reporters of the Senate.
1-5-2014
Aussi présents : Les sténographes officiels du Sénat.
Pursuant to the order of reference adopted by the Senate on
Wednesday, April 9, 2014, the committee began its examination
of the subject-matter of those elements contained in Parts 2, 3
and 4 and Divisions 2, 3, 4, 8, 13, 14, 19, 22, 24 and 25 of Part 6 of
Bill C-31, An Act to implement certain provisions of the budget
tabled in Parliament on February 11, 2014 and other measures.
Conformément à l’ordre de renvoi adopté par le Sénat le
mercredi 9 avril 2014, le comité entreprend son étude sur la teneur
des éléments des parties 2, 3 et 4 et les sections 2, 3, 4, 8, 13, 14, 19,
22, 24 et 25 de la partie 6, du projet de loi C-31, Loi portant
exécution de certaines dispositions du budget déposé au
Parlement le 11 février 2014 et mettant en œuvre d’autres mesures.
APPEARING:
COMPARAÎT :
The Honourable Joe Oliver, P.C., M.P., Minister of Finance.
L’honorable Joe Oliver, C.P., député, ministre des Finances.
WITNESSES:
TÉMOINS :
Department of Finance Canada:
Ministère des Finances Canada :
Brian Ernewein, General Director, Tax Policy Branch;
Brian Ernewein, directeur général, Direction de la politique de
l’impôt;
Toni Gravelle, General Director, Financial Sector Policy
Branch;
Toni Gravelle, directeur général, Direction de la politique du
secteur financier;
Pierre Mercille, Senior Legislative Chief, GST Legislation;
Pierre Mercille, chef principal de la législation, Législation sur
la TPS;
Gervais Coulombe, Chief, Excise Policy, Sales Tax Division;
Gervais Coulombe, chef, Politique de l’accise, Division de la
taxe vente;
Dean Beyea, Director, International Trade Policy;
Dean Beyea, directeur, Politique commerciale internationale;
Patrick Halley, Chief, Trade and Tariff Policy;
Patrick Halley, chef, Politique commerciale et tarifaire;
Kevin Wright, Chief, Financial Markets Division;
Kevin Wright, chef, Division des marchés financiers;
David Smith, Senior Chief, Capital Markets Policy;
David Smith, chef principal, Politique des marchés financiers;
James Wu, Chief, Financial Institutions Analysis;
James Wu, chef, Analyse des institutions financières;
Michèle Legault, Senior Project Leader, Financial Institutions
Division;
Michèle Legault, économiste principal, Division des
institutions financières;
Michèle Govier, Chief, Trade Remedies and General Trade
Relations.
Michèle Govier, chef, Recours commerciaux et relations
commerciales.
Health Canada:
Santé Canada :
Suzy McDonald, Director General, Workplace Hazardous
Materials Directorate;
Suzy McDonald, directrice générale, Direction des matières
dangereuses utilisées au travail;
Jason Wood, Director, Policy and Program Development,
Workplace Hazardous Materials Directorate;
Jason Wood, directeur, Bureau d’élaboration de politiques et
de programmes, Direction des matières dangereuses utilisées
au travail;
John Morales, Legal Counsel, Legal Services Unit.
John Morales, avocat, Unité des services juridiques.
Canada Revenue Agency:
Brian McCauley, Assistant Commissioner, Legislative Policy
and Regulatory Affairs Branch.
Canada Border Services Agency:
Tammy Branch, General Director.
Foreign Affairs, Trade and Development Canada:
Colin Bird, Director, Softwood Lumber Divisions.
Bank of Canada:
Rob Turnbull, Special Counsel, Financial System.
Agence du revenu du Canada :
Brian McCauley, sous-commissaire, Direction générale de la
politique législative et des affaires réglementaires.
Agence des services frontaliers du Canada :
Tammy Branch, directrice générale.
Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada :
Colin Bird, directeur, Directions du bois-d’œuvre.
Banque du Canada :
Rob Turnbull, conseiller spécial, Système financier.
1-5-2014
Banques et commerce
9:7
Société d’assurance-dépôts du Canada :
Canada Deposit Insurance Corporation:
Mark Maltais, Director, Treasury and Investment
Management.
Mark Maltais, directeur, Trésorerie et gestion de placement.
The chair made an opening statement.
Le président prend la parole.
The Minister made a statement and, together with
Mr. Ernewein and Mr. Gravelle, answered questions.
Le ministre fait une déclaration puis, avec MM. Ernewein et
Gravelle, répond aux questions.
At 11:05 a.m., the committee suspended.
À 11 h 5, la séance est suspendue.
At 11:07 a.m., the committee resumed.
À 11 h 7, la séance reprend.
Mr. Mercille made a statement and answered questions.
M. Mercille fait une déclaration, puis répond aux questions.
Mr. Coulombe made a statement and, together with
Mr. Mercille, answered questions.
M. Coulombe fait une déclaration puis, avec M. Mercille,
répond aux questions.
At 12:09 p.m., the committee suspended.
À 12 h 9, la séance est suspendue.
At 12:23 p.m., the committee resumed.
À 12 h 23, la séance reprend.
Mr. Beyea made a statement and, together with Mr. Halley,
answered questions.
M. Beyea fait une déclaration puis, avec M. Halley, répond
aux questions.
Mr. Wright made a statement and, together with Mr. Turnbull
and Mr. Maltais, answered questions.
M. Wright fait une déclaration, puis, avec MM. Turnbull et
Maltais, répond aux questions.
Ms. McDonald made a statement and, together with
Mr. Wood and Mr. Morales, answered questions.
Mme McDonald fait une déclaration, puis, avec MM. Wood
et Morales, répond aux questions.
Mr. McCauley made a statement and answered questions.
M. McCauley fait une déclaration, puis répond aux questions.
Ms. Branch made a statement and answered questions.
Mme Branch fait une déclaration puis répond aux questions.
Mr. Smith made a statement and answered questions.
M. Smith fait une déclaration puis répond aux questions.
Mr. Wu made a statement and, together with Ms. Legault,
answered questions.
M. Wu fait une déclaration puis, avec Mme Legault, répond
aux questions.
Ms. Govier made a statement and, together with Mr. Bird,
answered questions.
Mme Govier fait une déclaration puis, avec M. Bird, répond
aux questions.
At 1:27 p.m., the committee adjourned to the call of the chair.
À 13 h 27, le comité s’ajourne jusqu’à nouvelle convocation de
la présidence.
ATTEST:
ATTESTÉ :
La greffière du comité,
Barbara Reynolds
Clerk of the Committee
9:8
Banking, Trade and Commerce
1-5-2014
EVIDENCE
TÉMOIGNAGES
OTTAWA, Wednesday, April 30, 2014
OTTAWA, le mercredi 30 avril 2014
The Standing Senate Committee on Banking, Trade and
Commerce met this day at 4:22 p.m. to examine the present
state of the domestic and international financial system.
Le Comité sénatorial permanent des banques et du commerce
se réunit aujourd’hui, à 16 h 22, pour examiner la situation
actuelle du régime financier canadien et international.
Senator Irving Gerstein (Chair) in the chair.
[English]
Le sénateur Irving Gerstein (président) occupe le fauteuil.
[Traduction]
The Chair: Good afternoon, senators. I call this meeting of the
Standing Senate Committee on Banking, Trade and Commerce to
order.
Le président : Bon après-midi, sénateurs. Je déclare la séance
du Comité sénatorial permanent des banques et du commerce
ouverte.
Today, we are pleased to welcome Mr. Stephen Poloz,
Governor of the Bank of Canada, and Mr. Tiff Macklem,
Senior Deputy Governor. They are here to discuss the Bank of
Canada’s economic projections and its most recent Monetary
Policy Report and to give the committee an update on the overall
health of the Canadian economy.
Aujourd’hui, nous avons le plaisir de recevoir M. Stephen
Poloz, gouverneur de la Banque du Canada, et M. Tiff Macklem,
premier sous-gouverneur. Ils sont ici pour nous parler des
prévisions économiques de la Banque du Canada et de son plus
récent rapport sur la politique monétaire, ainsi que pour donner
au comité une mise à jour sur l’état de santé général de l’économie
canadienne.
Before I turn the floor over to the governor, I would like to
bring to the attention of colleagues two important milestones in
the careers of both the governor and Mr. Macklem. The first,
coming this Friday, May 2, marks one year — the first
anniversary — since Mr. Poloz was announced as the next
Governor of the Bank of Canada.
Avant de céder la parole au gouverneur, j’aimerais attirer votre
attention, chers collègues, sur deux jalons importants dans la
carrière du gouverneur et de M. Macklem. Le premier, qui
tombera le vendredi 2 mai, marquera le premier anniversaire de la
nomination de M. Poloz au poste de gouverneur de la Banque du
Canada.
Second, today is Mr. Macklem’s last day as Senior Deputy
Governor. Within the next few months, Mr. Macklem will
become the Dean of the Rotman School of Management at the
University of Toronto.
Le deuxième jalon est qu’aujourd’hui marque la dernière
journée de M. Macklem au poste de premier sous-gouverneur. Au
cours des prochains mois, M. Macklem deviendra doyen de
l’École de gestion Rotman de l’Université de Toronto.
I know that I speak on behalf of all members of the committee
when I thank both of you for your service to the bank.
Au nom de tous les membres du comité, je tiens à vous
remercier tous les deux de votre travail à la banque.
With that, I turn the floor over to the governor for his opening
remarks. Governor, the floor is yours.
Sur ce, je cède maintenant la parole au gouverneur pour ses
remarques liminaires. Gouverneur, la parole est à vous.
Stephen S. Poloz, Governor, Bank of Canada: Thank you very
much, and thank you for the opportunity for Tiff and me to be
here today to share with you the highlights of the recent economic
outlook that we’ve published.
Stephen S. Poloz, gouverneur, Banque du Canada : Merci
beaucoup et merci de votre invitation, à Tiff et à moi, à venir
vous présenter aujourd’hui les faits saillants des plus récentes
prévisions économiques publiées par la Banque du Canada.
The bank aims to communicate openly and effectively so that
Canadians know how we are achieving our mandate to promote
the economic and financial welfare of this country, and I think
one of the best ways we do this is by appearing before this
committee and answering your questions.
La banque s’est engagée à communiquer ouvertement et
efficacement afin que les Canadiens sachent comment elle s’y
prend pour réaliser son mandat, qui consiste à favoriser la
prospérité économique et financière du pays. Je pense qu’un des
meilleurs moyens pour ce faire est de venir témoigner devant votre
comité et de répondre à vos questions.
I’ll discuss the bank’s outlook for inflation and then move on
to our outlook for global and economic growth for Canada. We’ll
touch on some recent bank research and finish with the trends
that we are observing in that respect.
J’exposerai dans un premier temps les perspectives d’évolution
de l’inflation établie par la banque, puis celles concernant la
croissance de l’économie mondiale et de l’économie canadienne.
Nous aborderons ensuite certains travaux de recherche menés
récemment par la banque et nous terminerons par les tendances
observées à l’heure actuelle.
1-5-2014
Banques et commerce
9:9
To begin with inflation, inflation in Canada remains low. We
expect core inflation to stay well below our 2 per cent target this
year, and we’ll return to target over the next two years. In
contrast, total CPI inflation will move closer to the target of
2 per cent in the next few quarters due to some temporary factors.
Commençons par l’inflation. L’inflation demeure faible au
Canada. Nous prévoyons que l’inflation mesurée par l’indice de
référence restera nettement en deçà de notre cible de 2 p. 100 cette
année et qu’elle retournera à la cible d’ici deux ans. En revanche,
l’inflation mesurée par l’IPC globale devrait se rapprocher de la
cible au cours des prochains trimestres en raison de facteurs
temporaires.
Let me explain these two differences. We expect that economic
slack and heightened retail competition will continue to keep core
inflation well below target until early 2016. At the same time,
higher consumer energy prices, primarily gasoline and natural
gas, plus the effects of a lower Canadian dollar will contribute to
pushing up total CPI inflation very close to target. Total CPI
inflation, we expect, will remain pretty close to target throughout
our projection period. This will happen even as the upward
pressure from energy prices will be dissipating because the impact
of retail competition will be fading from underneath and excess
capacity will be absorbed. With those two effects, core inflation
will gradually make its way up to 2 per cent and catch up with
total inflation from below.
Permettez-moi de vous expliquer ces deux différences. Nous
nous attendons à ce que les capacités excédentaires au sein de
l’économie et la concurrence accrue dans le commerce de détail
maintiennent l’inflation mesurée par l’indice de référence sous la
cible jusqu’au premier mois de 2016. En même temps, les prix à la
consommation de l’énergie plus élevés, notamment le pétrole et le
gaz naturel, et le niveau plus faible du dollar canadien
contribueront à faire remonter l’inflation mesurée par l’IPC
globale très près de la cible. L’inflation mesurée par l’IPC globale
demeurera relativement près de la cible tout au long de la période
de projection, alors même que la pression à la hausse exercée par
les prix de l’énergie s’estompera, car les effets de la concurrence
dans le commerce de détail vont s’amenuiser graduellement, et les
capacités inutilisées, se résorber. Avec ces deux effets, l’inflation
mesurée par l’indice de référence remontera graduellement à
2 p. 100 et rattrapera l’inflation mesurée par l’IPC globale.
[Translation]
[Français]
Moving to our economic outlook, global growth should gather
steam in the coming three years as the headwinds that have
dampened growth dissipate.
Passons aux perspectives économiques. La croissance mondiale
devrait se raffermir au cours des trois prochaines années à mesure
que les vents contraires qui ont bridé l’activité se dissiperont.
Overall, we see global economic growth picking up to
3.3 per cent in 2014, moving to 3.7 per cent in 2015 and 2016.
In Canada, real GDP growth is expected to average about
2.5 per cent in 2014 and 2015 before easing to around 2 per cent.
Dans l’ensemble, le taux de croissance de l’économie mondiale
devrait augmenter pour s’établir à 3,3 p. 100 en 2014 et à
3,7 p. 100 en 2015 et 2016. Au Canada, la croissance du PIB
réel devrait avoisiner 2,5 p. 100 en moyenne en 2014 et en 2015,
avant de ralentir pour se situer autour de 2 p. 100.
These numbers are essentially in line with the bank’s
January outlook, but they do not reflect the actual quality of
the outlook, which has changed in meaningful ways, especially for
emerging market economies in Europe.
Ces chiffres concordent pour l’essentiel avec les prévisions de la
banque publiées en janvier, mais ils ne rendent pas compte de
l’aspect qualitatif des perspectives, qui ont changé de façon
notable, surtout en ce qui concerne les pays émergents et l’Europe.
Growth in Europe is modest, but inflation remains too low,
and hopeful signs of recovery might be stalled by the RussiaUkraine situation.
La croissance en Europe est modeste, mais l’inflation demeure
trop faible et la reprise, qui donne des signes encourageants,
pourrait être compromise par la situation concernant la Russie et
l’Ukraine.
[English]
[Traduction]
China and other emerging economies are showing solid
growth, but there are some concerns about financial
vulnerabilities, specifically increased market volatility in
response to political uncertainty.
La Chine et d’autres économies émergentes affichent une
croissance solide, quoique les vulnérabilités financières soient plus
préoccupantes, en particulier l’intensification de la volatilité sur
les marchés en raison de l’incertitude politique.
In the United States, the economic recovery is proceeding as
expected, despite recent softer results largely, we think, due to
unusual weather. In fact, private demand could turn out to be
stronger than we had originally thought.
Cependant, la reprise économique aux États-Unis se déroule
comme prévu, malgré les chiffres peu élevés enregistrés
dernièrement, qui sont en grande partie attribuables aux
conditions météorologiques inhabituelles. De fait, la demande
privée pourrait se révéler plus forte qu’escomptée.
9:10
Banking, Trade and Commerce
1-5-2014
The issues that Canada’s economy faces are not unfamiliar to
you. Competitiveness challenges continue to weigh down our
export sector’s ability to benefit from stronger growth abroad.
Given the importance of the export sector to an open economy
such as ours and given the growing wedge between Canada’s
exports and foreign demand, the bank has deepened its analysis of
the export sector, specifically non-energy exports.
Par ailleurs, les difficultés auxquelles l’économie canadienne est
confrontée ne vous sont pas inconnues. Les défis sur le plan de la
compétitivité pèsent encore sur la capacité des exportateurs
canadiens de profiter du renforcement de la croissance à
l’étranger. Compte tenu de l’importance du secteur des
exportations dans une économie ouverte comme la nôtre, et du
décalage grandissant entre les exportations canadiennes et la
demande étrangère, la banque a approfondi son analyse du
secteur des exportations, et notamment des exportations hors
énergie.
By breaking down the non-energy export sector into a large
number of subsectors — 31, in fact — interesting facts and trends
emerge. To start with, we are discovering that there are some
subsectors, such as machinery and equipment, building materials,
commercial services, aircraft and aircraft parts, that are running
in line with fundamentals, or in some cases doing even better than
their respective U.S. benchmarks. This suggests to us that, as the
U.S. recovery gathers momentum and becomes more broadly
based, many of our exports will indeed benefit. The lower
Canadian dollar will also contribute to the recovery of some of
these subsectors.
Quand on subdivise le secteur des exportations hors énergie en
un grand nombre de sous-secteurs — 31, pour être plus précis —,
des tendances et des faits intéressants se dégagent. Premièrement,
on découvre que certains sous-secteurs, comme les machines et le
matériel, les matériaux de construction, les services commerciaux
et les aéronefs et pièces d’aéronef, évoluent en phase avec les
facteurs fondamentaux, voire font mieux que les sous-secteurs
américains correspondants. Cela donne à penser qu’à mesure que
la reprise aux États-Unis gagnera en vigueur et se généralisera,
beaucoup de nos exportations en bénéficieront. Le niveau plus
faible du dollar canadien contribuera aussi au redressement de ces
sous-secteurs.
Other subsectors, including auto and truck makers, food and
beverage suppliers, chemicals, will also be helped by a lower
dollar, but this will be to a lesser extent since they are experiencing
greater competitive challenges so their recovery will be slower.
D’autres sous-secteurs, dont les constructeurs de camions et de
véhicules automobiles, les fournisseurs d’aliments et de boissons
et les fabricants de produits chimiques, profiteront eux aussi d’un
dollar plus faible, mais dans une moindre mesure, étant donné
qu’ils doivent faire face à de plus grands défis sur le plan de la
compétitivité. Leur reprise sera ainsi plus lente.
The big picture tells us to expect a gradual convergence
between the growth rate of Canada’s exports and that of the U.S.
economy, but this more granular research indicates that the
wedge in the level terms between the exports and foreign demand
will endure. This wedge is on the order of 35 to $40 billion of
exports that have, in effect, gone missing.
Le portrait global de la situation laisse entrevoir une
convergence graduelle entre le taux de croissance des
exportations canadiennes et celui de l’économie américaine.
Mais cette étude plus détaillée indique que le décalage entre les
exportations et la demande étrangère est appelé à persister. Ce
décalage représente de 35 à 40 milliards de dollars en exportations
qui ont, de fait, disparu.
Make no mistake, this wedge is real and it is big. The good
news is that we now know more precisely where it is, and it lies
with about half of our non-energy exports. The bad news is that
these subsectors are doing worse individually than we thought
before. This deeper understanding of our export sector is
valuable, but it doesn’t make us any less concerned about the
challenges that lie ahead.
Ne vous y trompez pas. Ce décalage est réel et important. La
bonne nouvelle, c’est que nous savons maintenant plus
précisément ce qu’il touche : la moitié environ de nos
exportations hors énergie. La mauvaise nouvelle, c’est que la
tenue de ces sous-secteurs est pire qu’on ne le pensait
précédemment. Cette compréhension plus approfondie de ce
secteur est précieuse, mais elle n’atténue pas nos inquiétudes
concernant les défis qui nous attendent.
Looking forward, we continue to believe that the rising global
demand for Canadian goods and services, along with an
assumption that oil prices will remain elevated, will stimulate
business investment in Canada and help shift the economy to a
more sustainable growth track.
Nous croyons encore que la hausse de la demande mondiale de
biens et de services canadiens, conjuguée au niveau élevé postulé
pour les prix du pétrole, stimulera les investissements des
entreprises au Canada et contribuera à réorienter l’économie sur
une trajectoire de croissance plus soutenable.
[Translation]
We continue to expect a soft landing for the housing market
and Canada’s household debt-to-income ratio to stabilize.
Nevertheless, the imbalances in the housing sector remain
[Français]
Nous continuons à nous attendre à un atterrissage en douceur
dans le marché du logement et à une stabilisation du ratio de la
dette au revenu des ménages canadiens. Néanmoins, les
1-5-2014
Banques et commerce
9:11
elevated and would pose a significant risk should economic
conditions deteriorate. We are observing, anecdotally at least, an
increased awareness of this risk. Consumers are showing
responsibility; for example, homebuyers are optint to buy less
house than they qualify for so they do not find themselves
overextended if interest rates rise.
déséquilibres restent élevés dans le secteur du logement et
poseraient un risque important si la situation économique se
détériorait. Nous observons, de manière anecdotique, du moins,
que de plus en plus de gens sont conscients de ce risque. Les
consommateurs se comportent de façon responsable. Par
exemple, les acheteurs optent pour des maisons moins chères
que ce que leur crédit leur permettrait, et ce afin d’éviter de se
retrouver surendetté si les taux d’intérêt montent.
Banks, as well, are underwriting loans more carefully, ensuring
that people can service their debts if rates go up. So, while the risk
could be significant, we are comfortable that it is not outsized.
Les banques se montrent également plus prudentes dans
l’octroi de prêts. Elles veillent à ce que les emprunteurs soient
en mesure d’assurer le service de leurs dettes si les taux
augmentent. Ainsi, même si le risque pourrait être notable, nous
sommes convaincus qu’il n’est pas démesuré.
[English]
[Traduction]
To sum up, the bank continues to see a gradual strengthening
in the fundamental drivers of growth and inflation in Canada, but
this view depends largely on the projected upturn in exports and
investment.
En somme, la banque est encore d’avis que les moteurs
déterminants de la croissance et de l’inflation se raffermissent
graduellement au Canada. Toutefois, ce point de vue est
fortement tributaire du redressement projeté des exportations et
des investissements.
There’s a growing consensus that, when we do get home,
interest rates will still be lower than we became accustomed to in
the past. This is because of our shifting demographics and,
further, after such a long period at such unusually low levels,
interest rates simply won’t need to move as much to have the same
impact on the economy.
Selon un consensus de plus en plus large, quand l’inflation aura
regagné la cible, les taux d’intérêt demeureront plus bas que ce à
quoi nous étions habitués dans le passé — en raison de l’évolution
démographique et parce que, après s’être maintenus à des niveaux
exceptionnellement bas pendant une période aussi longue, les taux
d’intérêt n’auront pas à varier autant pour exercer le même effet
sur l’économie.
With underlying inflation expected to remain below target for
some time, the downside risk to inflation remains important, as
are the risks associated with elevated household imbalances.
L’inflation sous-jacente devant rester sous la cible pendant
quelque temps, les risques à la baisse entourant l’inflation
demeurent importants, de même que les risques associés aux
déséquilibres dans le secteur des ménages.
The bank judges that the balance of these risks remains within
the zone for which the current stance of monetary policy is
appropriate. As you know, we did decide on April 16 to maintain
the target for the overnight rate at 1 per cent. The timing and
direction of the next change to the policy rate will depend on how
new information influences this balance of risk.
La banque estime que la résultante de ces risques reste dans la
zone pour laquelle la politique monétaire actuelle est appropriée
et, comme vous le savez, elle a décidé le 16 avril de maintenir le
taux cible du financement à un jour à 1 p. 100. Le moment et
l’orientation du prochain changement du taux directeur seront
fonction de l’influence des nouvelles informations sur la résultante
des risques.
Just before Tiff and I respond to your questions, I would like
to take a moment to say a few words about the man sitting beside
me. Tiff’s contributions to the bank started a long time ago as a
new recruit with a fresh master’s degree in hand in 1984, and
when I hired him for the first time. His contributions throughout
his career have been significant and we will miss him at the bank
for his intellect and management skills, but we’ll also miss a great
friend to many of us, myself included.
Avant que Tiff et moi répondions à vos questions, j’aimerais
prendre un moment pour dire quelques mots sur l’homme assis à
mes côtés. La relation de Tiff avec la banque remonte à loin, à
1984, à l’époque où, nouvelle recrue, il venait d’obtenir sa
maîtrise, et je venais de l’embaucher. Les contributions qu’il a
apportées tout au long de sa carrière ont été considérables. À la
banque, son intelligence et ses compétences en gestion nous
manqueront. Mais nous regretterons aussi l’excellent ami qu’il
était pour de nombreux collègues, moi y compris.
We can rest assured that Tiff’s contributions to the financial
welfare of Canada will continue as the Dean of the Rotman
School of Business, where he will be busy ensuring that the next
generation of economists and business leaders are prepared to
take Canada into a prosperous future.
Nous savons néanmoins que Tiff continuera à contribuer au
bien-être financier du Canada en tant que doyen de l’École de
gestion Rotman, où il s’attachera à assurer la formation de la
prochaine génération d’économistes et de chefs d’entreprise qui
garantiront au Canada un avenir prospère.
9:12
Banking, Trade and Commerce
1-5-2014
Tiff did such a great job as senior deputy governor that to find
his replacement we’ve had to split the position and look for two
people to fill his shoes. I’m pleased to report that we will be in safe
hands. I look forward to introducing you to Carolyn Wilkins, the
incoming senior deputy governor, in due course. Carolyn will
oversee the bank’s strategy planning and operations and will
share responsibility for the conduct of monetary policy.
Tiff s’est acquitté de ses fonctions de premier sous-gouverneur
avec un tel brio que pour le remplacer, nous avons dû scinder son
poste en deux et trouver deux personnes pour lui succéder. J’ai le
plaisir d’annoncer que nous serons en de bonnes mains. Je me
réjouis à la perspective de vous présenter Carolyn Wilkins, la
prochaine première sous-gouverneur, en temps et lieu. Carolyn
supervisera la planification stratégique et les opérations de la
banque, et partagera la responsabilité de la politique monétaire.
I also look forward to working with our new chief operating
officer, Filipe Dinis. He will be responsible for managing all the
bank’s administrative functions.
Je serai heureux également de collaborer avec notre nouveau
chef de l’exploitation, Filipe Dinis. Il sera chargé de la gestion de
l’ensemble des fonctions administratives de la banque.
With that, Tiff and I are happy to take your questions.
Sur ce, Tiff et moi serons heureux de répondre à vos questions.
The Chair: Thank you, governor, for your opening remarks.
Le président : Merci, monsieur le gouverneur, de vos remarques
liminaires.
Senator Black: Before getting under way with my questions,
Mr. Macklem, I would also like to, on behalf of Albertans, thank
you for the contribution that you have made. You are a model of
public service and contribution to the greater good of Canada,
and we owe you a debt.
Le sénateur Black : Avant de vous poser mes questions,
monsieur Macklem, j’aimerais d’abord, au nom de tous les
Albertains, vous remercier de vos contributions. Vous êtes un
modèle pour la fonction publique et pour votre contribution au
bien commun du Canada, et nous vous en sommes
reconnaissants.
As the governor has pointed out, the University of Toronto is
extraordinarily fortunate to have you. Best of luck to you. You’ll
be missed in Ottawa but, as the governor also pointed out, we’re
looking to you to ensure that the next generation is better than we
are.
Comme le gouverneur l’a dit, l’Université de Toronto est très
chanceuse de vous avoir. Je vous souhaite bonne chance. Vous
allez nous manquer à Ottawa, mais comme le gouverneur l’a aussi
dit, nous comptons sur vous pour que la prochaine génération
nous surpasse.
The first question relates to an interesting article I read this
week in respect of the risk of a bubble bursting in the Chinese
housing market. If that were to happen, what are the
consequences that you might foresee for our economy?
Ma première question concerne un article que j’ai lu cette
semaine au sujet de l’éclatement de la bulle immobilière chinoise.
Si cela se produisait, quelles seraient les conséquences pour notre
économie?
Mr. Poloz: We have highlighted in the Monetary Policy Report
the risks in China as one of our high-level risks that we’re
monitoring carefully. It’s maybe a little less precise than the one
you mentioned, which is particularly related to housing, but it’s
more related to the financial system, which of course would be
catalysed by the kind of risk you raise.
M. Poloz : Dans votre rapport sur la politique monétaire, nous
avons relevé les risques en Chine comme étant importants et à
surveiller de près. Cela est peut-être un peu moins précis que le
risque que vous avez soulevé, celui de l’immobilier, mais c’est
surtout lié au système financier, qui pourrait évidemment être
catalysé par le genre de risque dont vous avez parlé.
China, of course, has seen extraordinary growth for a long
period of time, and we have had bumps before. In the big picture,
they haven’t really had long-lasting effects. They’re the sorts of
bumps that one sees in economies that are developing in that way.
La Chine, bien sûr, a enregistré une croissance extraordinaire
sur une longue période, et elle a déjà connu des ratés. Mais en
gros, ils n’ont pas eu d’effets à long terme. Ils étaient le genre de
ratés que l’on voit dans des économies qui se développent de cette
manière.
The financial system has a number of vulnerabilities, and no
doubt we would be making a mistake if we believe we would be
insulated. We simply would not. I will remind you that back when
the U.S. was going through its first rumblings in 2007 there were
papers predicting that the world would be insulated from that,
too, because the world has two tracks for growth. In fact, it
turned out that we’re more integrated than ever before.
Le système financier présente un certain nombre de
vulnérabilités, et nous aurions certainement peur de croire que
nous serons à l’abri. Ce n’est pas du tout le cas. Rappelez-vous les
États-Unis, au début de la crise en devenir de 2007. Des articles à
l’époque prédisaient que le monde y échapperait aussi parce que le
monde possède deux voies de croissance. Or, nous nous sommes
aperçus que nous sommes plus intégrés que jamais.
We watch this carefully. The way this would work is there
would be a disturbance that actually slows down growth in a
meaningful way in China. Even if China slowed only to 5 per cent
growth, which might still sound like a big number, that would
Nous sommes très attentifs à la situation. Ce qui se passerait,
c’est qu’il y aurait une perturbation qui entraînerait un
ralentissement important de l’économie de la Chine. Même si la
croissance de l’économie ralentissait à seulement 5 p. 100, ce qui
1-5-2014
Banques et commerce
9:13
have a pretty big impact on global commodity markets in
particular. A lot of countries, including ourselves, will see a
deterioration in what we call our terms of trade, which you would
think of as oil prices and coal and a few other major exports.
Resource pricing, relative to other things, would go down. It
wouldn’t just be us, of course. Brazil has terms of trade very much
correlated with ours and Mexico and so on. A lot of countries
would feel this.
peut quand même sembler peu négligeable, cela aurait une
incidence considérable sur les marchés mondiaux des produits de
base en particulier. Bien des pays, y compris le nôtre, verraient
une détérioration de ce qu’on appelle les termes de l’échange,
comme le cours du pétrole et du charbon et de quelques autres
principaux produits exportés. Le prix des ressources, entre autres,
baisserait. Nous ne serions pas, évidemment, les seuls touchés. Il y
a une grande corrélation entre les termes de l’échange du Canada
et ceux du Brésil, du Mexique et d’autres encore. Donc, bien des
pays en ressentiraient les répercussions.
For us the way it would impact immediately would be lower
levels of income coming into the country through our trade, a
significant slowdown in the economy, reduced investment in those
sectors and a lot of uncertainty about how long it might last.
There may also, of course, be consequences for our own banking
system. The system is very strong, but there would be implications
for them. So it’s not a risk we take lightly.
L’incidence immédiate, pour nous, serait une réduction des
recettes de nos échanges commerciaux, un ralentissement
important de l’économie, une diminution de l’investissement
dans ces secteurs et beaucoup d’incertitude sur la durée probable
de cette situation. Elle pourrait aussi, bien entendu, se répercuter
sur notre propre système bancaire. Ce système est très vigoureux,
mais il en souffrirait néanmoins. Donc, il ne faut pas prendre ce
risque à la légère.
When we say inflation is expected to take a couple of years to
get back on target, it assumes that none of these sorts of things
happen. If we were thrown off track meaningfully in that way we
would need to re-evaluate the relative risks around household
imbalances and risk to inflation. Inflation is already well below
target and that would push it even further.
Quand on dit qu’il faudra environ deux ans avant que
l’inflation reprenne la trajectoire souhaitée, on suppose que rien
de tout cela ne se produit. Si une telle situation venait qu’à nous
désarçonner, il faudrait réévaluer les risques relatifs que présente
le déséquilibre dans le secteur des ménages et le risque en matière
d’inflation. Le taux d’inflation est déjà bien inférieur à l’objectif
visé, et il pourrait ainsi être encore plus poussé à la baisse.
Senator Black: Governor, perhaps it was your comments in
Saskatoon last week, which you amplified again today about this
nature of — my words, possibly not yours — uncompetitive
producers continuing to lose market share because of what you
describe as ‘‘the wedge.’’ I understand the bank understands
where those problems occur. I’m interested in why we’ve gotten to
this circumstance. What is the problem here?
Le sénateur Black : Monsieur le gouverneur, peut-être cela
vient-il des commentaires que vous avez faits la semaine dernière à
Saskatoon, sur lesquels vous avez encore insisté aujourd’hui, à
savoir — et ce sont là mes mots, peut-être pas les vôtres — que les
producteurs non compétitifs perdent une part du marché en
raison de ce que vous décrivez comme un écart. Je comprends que
la banque sait où surviennent ces problèmes. Ce qui m’intéresse,
c’est pourquoi nous en sommes arrivés là. Quel est le problème?
Mr. Poloz: That is a complicated question, and it varies a lot
from firm to firm or sector to sector. But let’s start at the basics.
Canada has not had a strong track record in terms of generating
new productivity growth. We’re all aware of that. If we go back a
generation, we have had something like 30 percentage points less
productivity growth than the United States. There are many
possible explanations for that. The economies are not the same,
and there are lots of statistical issues. I won’t go there.
M. Poloz : C’est une question complexe, et cela varie beaucoup
d’une firme à l’autre, d’un secteur à l’autre. Mais partons de la
base. Le Canada n’a pas de solides antécédents pour ce qui est de
la génération de nouvelle croissance de la productivité. Nous en
sommes tous conscients. Si nous remontant une génération en
arrière, nous avions une croissance de la productivité de quelque
30 points de pourcentage de moins que les États-Unis. Il y a
toutes sortes d’explications possibles à cela. Les économies ne
sont pas les mêmes, et il y a beaucoup de facteurs statistiques.
Nous n’entrerons pas dans ce sujet.
The fact is we have, on average, under-invested, in productivity
enhancing equipment, possibly infrastructure, all of the kinds of
things that go into the competitiveness equation. But the more
recent thing that happened is that the competitiveness of a
company depends on their productivity, and fundamentally the
costs at which they produce something. And their competition
may be in Mexico or the United States, it could be somewhere
else. If you’re not keeping up and your exchange rate rises as well,
then that will, in effect, make the situation worse.
Le fait est que nous avons en moyenne sous-investi dans
l’équipement visant à accroître la productivité, dans
l’infrastructure peut-être et dans toutes sortes de facteurs qui
entrent en compte dans l’équation de la compétitivité.
Néanmoins, depuis peu, la compétitivité d’une compagnie
dépend de sa productivité, et au bout du compte, des coûts de
sa production. Ses concurrents peuvent bien être au Mexique, aux
États-Unis ou ailleurs. Si elle ne tient pas la cadence et que le taux
de change augmente, cela ne fera qu’aggraver la situation.
9:14
Banking, Trade and Commerce
1-5-2014
What we have had since roughly around the crisis or a little
before, as I mentioned, is a rise in our terms of trade, which is the
global price of the resources we produce relative to other things.
Ce qui se passe depuis la crise ou peut-être un peu avant,
comme je le disais, c’est qu’il y a eu une augmentation dans les
termes de l’échange, c’est-à-dire le coût global des ressources que
nous produisons comparativement à d’autres choses.
Today our terms of trade, as we call it, is about 25 per cent
above its average from the 1990s. The primary driver is world
energy prices — oil — but it’s not just oil.
De nos jours, les termes de l’échange sont d’environ 25 p. 100
supérieurs en moyenne à ce qu’ils étaient dans les années 1990. Le
principal catalyseur, c’est le cours mondial de l’énergie — le
pétrole —, mais il ne s’agit pas que du pétrole.
Of course that’s a positive thing. This is what my speech was
primarily about in Saskatoon. It means that for everything we’re
doing, somebody out there is willing to pay us even more than
usual on top of everything. And so today, Canada’s average
income is about 7 per cent higher than it would be without that
rise in oil prices. Everyone benefits from this. But one of the
consequences is that over long horizons, the terms of trade and
the exchange rate tend to hang out together, so the Canadian
dollar is above where it was 10 years ago for many reasons, but a
really important one is the higher terms of trade.
Bien sûr, c’est une mesure positive. Voilà sur quoi portait
surtout mon discours à Saskatoon. Donc, pour tout ce que nous
faisons, il y a quelqu’un qui est prêt à nous payer encore plus.
Alors aujourd’hui, le revenu moyen du Canada est d’environ
7 p. 100 plus élevé qu’il le serait sans cette augmentation des prix
du pétrole. Tout le monde en profite. Cependant, une des
conséquences à long terme, c’est que les termes de l’échange et le
taux de change ont tendance à être liés, si bien que le dollar
canadien a une plus grande valeur qu’il y a 10 ans pour de
nombreuses raisons, dont l’amélioration des termes de l’échange,
qui en est une très importante.
That’s partly how the wealth gets spread around. That
increases our purchasing power globally through that
mechanism. However, it means that if you’re one of the
companies that doesn’t sell oil or other resources, your ability
to compete with someone else has deteriorated regardless of what
your underlying productivity is.
Voilà en partie comment la richesse est distribuée. Ce
mécanisme augmente de façon générale notre pouvoir d’achat.
Par contre, cela veut dire que si vous êtes une entreprise qui ne
vend pas de pétrole ou d’autres ressources, votre capacité de livrer
concurrence aux autres s’est détériorée, quelle que soit votre
productivité.
Now, that’s part of the adjustment mechanism that economists
understand. It means that for a period of time, measured in years,
you would have a two-speed economy: the high speed resource
economy, and the slower speed. Let’s call it simply
‘‘manufacturing,’’ but it’s more precise than that.
Cela fait partie du mécanisme d’ajustement que les économistes
comprennent. Cela signifie que pendant une certaine période,
mesurée en années, il y a une économie à deux vitesses :
l’économie des ressources à haute vitesse, et la vitesse plus
basse. Disons le « secteur manufacturier », mais c’est plus précis
que cela.
You would have this slower track, and the average would be
what we get, let’s say 2.5 per cent. Those adjustments take time
and what happens is that more investment, more labour, move
into the hot sector away from the cooler sectors. That’s a process
of adjustment which will continue even as the recovery continues.
We will have these two speeds.
Il y a cette voie plus lente, et disons que nous obtenons en
moyenne 2,5 p. 100. Cet ajustement prend du temps, et plus
d’investissement et plus de main-d’œuvre se déplacent vers les
secteurs en évolution rapide à partir des secteurs au ralenti. C’est
un processus d’ajustement qui se poursuivra pendant la reprise.
Nous aurons ces deux vitesses.
From a company’s standpoint, they will see it as the dollar
went up. I don’t understand that, that’s what did this to me. Of
course, as you can tell, it’s much more complex than that, but it is
a very important factor and, give or take, two thirds of the loss of
competitiveness is due to the currency over the past 10 years.
Les entreprises s’en apercevront avec la montée du dollar. Elles
ne comprendront pas que c’est ce qui s’est produit. Bien sûr,
comme vous pouvez le voir, c’est beaucoup plus compliqué, mais
c’est un facteur très important, et la perte d’environ deux tiers de
la compétitivité des 10 dernières années est due à la valeur du
dollar.
Senator Black: That was very helpful.
[Translation]
Senator Hervieux-Payette: Thank you. Once again I would like
to welcome our colleagues, and, to Mr. Macklem, I would like to
wish him good luck and, especially, much pleasure in his new job,
and I would like to thank him for the excellent work he has done
Le sénateur Black : C’est une réponse très utile.
[Français]
La sénatrice Hervieux-Payette : Merci. Je réitère mes souhaits
de bienvenue à nos collègues, et je souhaite bonne chance, et
surtout, beaucoup de plaisir dans son nouveau travail à
M. Macklem, et je tiens à le remercier pour l’excellent travail
1-5-2014
Banques et commerce
9:15
with us. Mr. Poloz, you have a huge task ahead of you. Your
predecessors did an excellent job; these champions have set the
bar very high for you.
qu’il a fait avec nous. Monsieur Poloz, vous avez une grosse tâche
devant vous. Vos prédécesseurs ont fait un travail fantastique;
vous devez donc partir d’assez haut pour vous mesurer à ces
champions.
There is a myth that I would like to clear up. We are told that
the United States has continued to stimulate the economy,
especially because of the impact of the economic crisis, and that
rather than limit their spending they have continued to spend,
whereas the World Bank, that pays an important role, has
imposed significant restrictions on the recovery in Europe.
Il y a un mythe que j’aimerais éclaircir. On nous dit que les
États-Unis ont continué à stimuler l’économie, surtout à cause de
l’impact de la crise économique, et qu’ils ne se sont pas mis, eux,
en position de restreindre leurs dépenses, mais qu’ils ont continué
à dépenser alors que la Banque mondiale, qui joue un rôle
marquant, a imposé des restrictions importantes à la reprise en
Europe.
There seems to be a dichotomy between the way in which the
United States has dealt with this issue and the role that the World
Bank has played in perhaps slowing down economic growth in
Europe.
Il me semblait y avoir une dichotomie entre la façon dont les
États-Unis abordaient la question et le rôle qu’a joué la Banque
mondiale qui, peut-être, a ralenti la croissance économique en
Europe.
Is it a myth to think that the horrendous restrictions imposed
on Greece, for example, and probably also on Italy, slowed down
the recovery and that in the end, the cure might have been worse
than the disease?
Est-ce un mythe que de penser que le fait que des restrictions
épouvantables aient été imposées en Grèce, par exemple, et
probablement aussi en Italie, a ralenti la reprise et que,
finalement, le remède était peut-être trop fort pour la maladie?
Mr. Poloz: I think one has to look at this from the perspective
of the shock that took place in the United States. This was a
worldwide shock. I look at it as a financial bubble that affected
the global financial market. After the bubble a crater was left that
was the same size as the bubble. It is not a coincidence that the
bubble took almost seven years to build up. I think it will take
approximately seven years to correct this. That gives us two years
for reconstruction and adjustments.
M. Poloz : Je pense qu’il faut aborder cela en ayant une
compréhension du choc qui a eu lieu aux États-Unis. C’était un
choc mondial. Moi, je me le représente comme une bulle
financière qui a affecté le marché financier mondial. Après la
bulle, il reste un cratère qui est de même taille que la bulle. Ce
n’est pas par hasard que la bulle a mis presque sept ans à se
construire. Je pense que ça va prendre approximativement sept
ans pour la corriger. Ça nous laisse deux ans pour reconstruction
et faire les ajustements.
Durant that time, the shock made its appearance in Europe
where the implications were different because the context was that
there were fiscal problems in some European countries.
Therefore, the adjustments, even though they were difficult to
make in the United States, or even less easy to undertake in
Europe because they were complicated by the fact that there was a
risk of default on the part of the government. That is why
austerity measures were taken and that is why I think we
consequently saw examples of policies restricting growth rather
than the opposite.
Durant cette période, le choc est apparu en Europe, où les
implications étaient différentes, parce que, dans ce contexte, il y a
eu des problèmes fiscaux dans quelques pays d’Europe. Donc, les
ajustements, même s’ils ont été difficiles aux États-Unis, étaient
moins faciles à faire en Europe, car la complication était, en fait,
un risque de défaut de la part d’un gouvernement. C’est pourquoi
les ajustements d’austérité ont été mis en place, et par conséquent,
on a vu des exemples où, me semble-t-il, les politiques ont
restreint la croissance au lieu de l’inverse.
Furthermore, it is the mix of policies that is important. We
have zero percent interest rates; that is very stimulative and I
think it is the most important mechanism for correcting the
situation. We can see the recovery beginning in Europe. It is still a
fragile recovery and that is why we are saying that the UkraineRussia situation could undermine confidence, investments,
et cetera, in Europe. So this fragile recovery is now at risk. At
the same time, inflation is very low. This is a very, very difficult
situation from a monetary policy perspective.
D’autre part, c’est le mélange des politiques qui compte. Nous
avons des taux d’intérêt à zéro; c’est très stimulant, et c’est le
mécanisme le plus important, quant à moi, pour corriger la
situation. Et on voit que la reprise s’amorce en Europe. C’est
encore une reprise fragile, et c’est pourquoi on mentionne que les
problèmes entre l’Ukraine et la Russie pourraient peut-être miner
la confiance, les investissements, et cetera, en Europe. Alors cette
reprise fragile est maintenant remise en question. En même temps,
le taux d’inflation est très bas. C’est une situation très, très
difficile du point de vue d’une politique monétaire.
I do not know if that answers your question?
Je ne sais pas si cela répond à votre question.
Senator Hervieux-Payette: It gives me a general idea.
La sénatrice Hervieux-Payette : Ça me donne une idée.
9:16
Banking, Trade and Commerce
1-5-2014
Tiff Macklem, Senior Deputy Governor, Bank of Canada: I
would like to add a few points. In the United States, the shock
was a very big one. It is important to note that even though this
was a very difficult and complex situation during the crisis, when
you look at it now, you can see that they took some very
aggressive measures: a highly accommodative monetary policy
and very aggressive monetary stimulus.
Tiff Macklem, premier sous-gouverneur, Banque du Canada :
J’aimerais ajouter quelques points. Aux États-Unis, le choc a été
très grand. Il est important de souligner que, même si ça a été très
difficile et très complexe durant la crise, quand on regarde la
situation aujourd’hui, ils ont pris des mesures assez agressives :
beaucoup de détente monétaire, un stimulus monétaire très
agressif.
They injected their own funds into their banks in order to
increase the capital and they undertook very strict stress tests in
order to restore confidence in the financial system. These
measures took time, however now we can see that the American
economy is becoming stronger and we see it in our forecasts. This
is a reflection of the fact that they took those measures.
Ils ont injecté des fonds propres dans leurs banques pour
augmenter leur capital; ils ont fait des tests de tension très
rigoureux pour restaurer la confiance dans le système financier.
Ces mesures ont pris du temps, mais on voit maintenant que
l’économie américaine commence à prendre plus de force, on le
voit dans nos prévisions. Cela reflète le fait qu’ils ont pris ces
mesures.
Several countries in Europe are taking measures but the
political system is more complicated and it is taking more time.
Now they have an opportunity because the European Central
Bank is imposing stress tests on their banks. This is an
opportunity to restore confidence in their banks. A recovery is
happening, but it is happening later than that of the United States
and it is more fragile, therefore there are more risks.
En Europe, plusieurs pays prennent des mesures, mais il s’agit
d’un système politique plus compliqué, et ça a pris plus de temps.
Maintenant, ils ont une opportunité, car la Banque centrale
européenne est en train d’effectuer des tests de tension sur leurs
banques. C’est une occasion de rétablir la confiance en leurs
banques. Ils ont une reprise, mais elle est en retard sur celle des
États-Unis et est plus fragile, donc il y a plus de risques.
[English]
[Traduction]
Senator Hervieux-Payette: The last question is: How is Basel
III going? Generally, with all of these players, are we going in the
right direction?
La sénatrice Hervieux-Payette : Comment va Bâle III? En
général, est-ce que l’on va dans la bonne direction, avec tous les
autres acteurs?
Mr. Poloz: Yes. I think there is absolutely no doubt that the
financial system that we’re working in today is a safer financial
system than the one we had before. It has more capital. It has
more liquidity, and it has a greater sensitivity to what’s going on.
At the root of it, we believe, was excessive leverage in the banking
system, so all of this new regulatory architecture has already
moved us into a better place. There are still more threads that are
under way, which will come to a natural conclusion at the leaders’
summit this fall in Australia. That will still leave some issues
unresolved, but they’re the bottom 20 per cent. The first
80 per cent will be largely complete this year.
M. Poloz : Oui. Je pense qu’il n’y a aucun doute que le système
financier d’aujourd’hui est plus sécuritaire que celui que nous
avions avant. Il contient plus de capitaux. Il a plus de liquidités et
s’ajuste mieux à ce qui passe. Nous croyons que la source du
problème était un effet de levier excessif dans le système bancaire,
alors toute cette nouvelle architecture réglementaire nous a placés
dans une meilleure position. Il reste d’autres choses à régler, et
nous en viendrons à une conclusion naturelle au sommet des
dirigeants cet automne en Australie. Il restera 20 p. 100 des
questions à résoudre. Nous aurons réglé 80 p. 100 des questions
cette année.
You might say that that global movement — this is maybe too
general — has mostly moved in what we call a ‘‘Canadian
direction.’’ The characteristics that we point to, a more
conservative type of risk culture, is what is captured in those
new regulations.
On pourrait dire que ce mouvement mondial — c’est peut-être
trop général — est surtout allé dans ce qu’on appelle une
« direction canadienne ». Une culture du risque plus prudente fait
partie des caractéristiques de ces nouveaux règlements.
Mr. Macklem: To give you a number, if you look at banks in
North America and Europe — so largely U.S. and European
banks — they’ve raised something like $660 billion of new capital,
and that is very much a result of the fact that Basel has raised the
capital and increased the quality of capital. There were a lot of
critics saying that this would crush the recovery, this would
prevent lending. In fact, it’s the reverse. It has re-established
confidence in the financial system, and that is a key part of the
recovery.
M. Macklem : Pour vous donner un chiffre, les banques
d’Amérique du Nord et d’Europe — surtout les banques
américaines et européennes — ont attiré environ 660 milliards
de dollars en capitaux frais, et c’est surtout dû au fait que l’accord
de Bâle a attiré des capitaux et en a accru la qualité. Des
détracteurs disaient que l’accord écraserait la reprise et
empêcherait les prêts. En fait, l’inverse s’est produit. On a
rétabli la confiance envers le système financier, et c’est un aspect
clé de la reprise.
1-5-2014
Banques et commerce
9:17
Senator Tkachuk: Welcome, governor and Mr. Macklem. I
wanted to ask a couple of questions. One is about the Canadian
dollar, which has been dropping lately against U.S. currency,
after being almost at par for quite a long period of time. You
referenced the dollar yesterday, governor, as a factor that has
contributed to a decline in the expected level of Canadian exports.
I assume that the drop — I think it’s 90 cents today — will help
reverse that decline, although it’s not the only factor. The decline
will also mask another factor, which you refer to, which is
productivity. This is a bit of a vicious circle. I used to have great
conversations with Governor Dodge about the 65-cent dollar and
what it would do to productivity. I don’t know if that was a
nightmare situation that still has repercussions today on the
question of productivity, but I’m a fan of a strong dollar. I’m not
a fan of a declining dollar, but, nonetheless, I’m not an economist.
I’m just a simple politician from the Prairies who worries about
the cost of imports and the cost of inputs, which, for us, are
almost at all times imported from other countries, and, of course,
this is increasing our input costs in the Prairies. Perhaps you could
just talk about that a little bit, and then I have one more question.
I’ll try to keep it to two, Mr. Chair.
Le sénateur Tkachuk : Bienvenue, monsieur le gouverneur et
monsieur Macklem. Je voudrais poser deux questions. La
première concerne le dollar canadien, dont la valeur diminue ces
derniers temps par rapport au dollar américain, après avoir été au
même niveau pendant une longue période. Hier, monsieur le
gouverneur, vous avez dit que le dollar est un facteur qui a
contribué au déclin du niveau attendu d’exportations
canadiennes. J’imagine que cette baisse — je pense qu’il vaut
90 cents aujourd’hui — contribuera à renverser cette tendance,
bien que ce ne soit pas le seul facteur. Le déclin masquera un autre
facteur, dont vous avez parlé, à savoir la productivité. C’est un
peu un cercle vicieux. J’ai eu d’excellentes conversations avec le
gouverneur Dodge à propos du dollar à 65 ¢ et de l’effet sur la
productivité. Je ne sais pas si c’était un cauchemar qui a toujours
des répercussions aujourd’hui sur la productivité, mais j’aime
quand le dollar est fort. Je n’aime pas quand le dollar est en
baisse, mais, bon, je ne suis pas un économiste. Je suis un simple
politicien des Prairies qui s’inquiète du coût des importations et
des intrants qui, pour nous, sont presque toujours importés
d’autres pays, ce qui fait bien entendu monter le coût des intrants
dans notre région. Peut-être pourriez-vous nous en parler un peu,
et j’aurai ensuite une autre question. J’essaierai de me limiter à
deux, monsieur le président.
Mr. Poloz: Most of what you summarize there is exactly right,
and it shows how complicated this question actually is. First, we
don’t get our choice in where the dollar will be in any way, shape
or form. I mentioned before that the terms of trade has been an
important driver of the dollar. Last week I likened that to walking
the dog through the park. After walking the dog through the park
— and you’re the terms of trade and the dog is the dollar — on
one of those leashes that stretches out and keeps coming back,
what will happen is that the footprints through the park will look
a lot like an economist’s chart, where the dog’s footprints keep
crisscrossing yours. The important thing is that, when you come
out of the park at the other side, you are still together. That’s
roughly the relationship between the terms of trade and the
dollar.
M. Poloz : En gros, votre résumé est exact, et cela démontre à
quel point cette question est complexe. Premièrement, nous ne
pouvons choisir d’aucune façon quelle sera la valeur de notre
dollar. J’ai déjà dit que les termes de l’échange étaient un facteur
important pour donner de la force au dollar. La semaine dernière,
j’ai comparé cela à prendre une marche dans le parc avec son
chien. Après avoir marché dans le parc — vous êtes les termes de
l’échange et le chien est le dollar — avec une de ces laisses qui
s’étirent et qui reviennent s’enrouler, les empreintes laissées
ressembleront beaucoup au tableau d’un économiste, car les
empreintes du chien croiseront les vôtres. Ce qui est important,
c’est que lorsque vous sortirez de l’autre côté du parc, vous soyez
toujours ensemble. Voilà en gros la relation entre les termes de
l’échange et le dollar.
Economists approximate this by putting the price of oil in an
equation that describes how the dollar goes up or down, so there’s
a regularity in that relationship. But the true, fundamental thing is
that it is resource prices, more generally, that cause that. When we
look at the chart — there’s a good chart in the January MPR that
has the terms of trade and the dollar — you can see that, over the
sweep of, say, 30 years, it’s a very good approximation. So the
terms of trade was very weak when the dollar was in the 60s, and
the terms of trade is far higher now than it was. So the dollar is
higher. There’s no choice in this. The relationship is almost
arithmetical, but there are periods where it seems to go a little
further. The dog wanders a little too far to the left or a little too
far to the right, and so those are the sorts of things we can’t really
explain very well. On that basis, it looks like, when it was up
above parity, primarily it was because the U.S. dollar was weak
against everybody. It was because the crisis in the U.S. that had
pushed everything down there made Canada appear as a safe
haven for investors and so on relatively speaking, and that seems
Les économistes évaluent cela en donnant un prix au pétrole
dans une équation qui décrit la montée et la baisse du dollar, afin
que la relation soit régulière. Mais réellement, ce sont les prix des
ressources qui, en général, causent les fluctuations. Lorsque nous
regardons le tableau — il y a un bon tableau dans le rapport sur la
politique monétaire de janvier qui comprend les termes de
l’échange et le dollar —, nous pouvons voir que sur, disons,
30 ans, il y a une très bonne approximation. Les termes de
l’échange étaient très faibles lorsque le dollar valait 60 cents,, et ils
sont maintenant beaucoup plus élevés qu’avant. Donc le dollar
vaut plus. Ce n’est pas un choix. La relation est presque
arithmétique, mais il y a des périodes où il semble y avoir un
plus grand écart. Le chien s’écarte un peu trop vers la gauche ou
la droite, et il y a donc tous ces facteurs qu’on ne peut pas très
bien expliquer. Sur cette base, on a l’impression que lorsque le
dollar était au-dessus de la parité, c’était surtout parce que le
dollar américain était faible par rapport à toutes les autres
monnaies. C’est parce que la crise aux États-Unis qui avait tout
9:18
Banking, Trade and Commerce
1-5-2014
to have pumped the Canadian dollar up a little extra than what
this relationship would say. As the U.S. has regained its
momentum over these last six to nine months, we have seen a
bit of a reset in many currencies, not just our own. The Canadian
dollar has come down approximately 10 cents from those levels,
and it’s as close as anything, I guess, to that long-term
relationship between the dog and the master that I’ve described.
It’s not a very reliable model, if you like, but it’s something that
we can see over long periods of time.
fait baisser là-bas a fait paraître le Canada comme un bon refuge
pour les investisseurs, et relativement, cela a fait monter le dollar
canadien un peu plus haut que cette relation l’aurait indiqué.
Alors que l’économie américaine a repris du dynamisme au cours
des six à neuf derniers mois, de nombreuses monnaies ont
enregistré un léger recul, et pas seulement la nôtre. Le dollar
canadien a perdu environ 10 ¢ par rapport à ces niveaux, et cela
ressemble de près ou de loin, j’imagine, à la relation à long terme
entre le chien et son maître que j’ai décrite. Ce n’est pas un modèle
très fiable, si on veut, mais c’est une relation qui s’exprime sur de
longues périodes.
So that’s to say that I’m not a fan of the dollar one way or the
other. It will be ground out as it is. We’re going to focus on
inflation, and, if we look at that, say, a year ago, we thought that,
by now, exports would be a lot stronger. They have disappointed
us. Based on the fundamentals, the U.S. economy has been
recovering, but our exports have not. That wedge has grown now
from 35 to $40 billion. That’s how much we have not exported
that we otherwise would have. That would have made a big
difference to economic growth if that had happened. That has
disappointed us, and, by us being clear about that revision to our
outlook, markets have seen that. The implication is that that must
mean that getting inflation back to normal is much further down
the road than we thought before, and, as a consequence, markets
have decided that the Canadian dollar should be lower. That’s
what has happened, but we had no idea how far it would go or
what it should be. I hope that helps you appreciate that. It’s a
difficult question to answer.
Bref, je ne suis un adepte ni du dollar fort, ni du dollar faible.
Le dollar est ce qu’il est. Nous allons nous concentrer sur
l’inflation; il y a un an, nous pensions que les exportations
seraient maintenant plus vigoureuses. Nous sommes déçus. Selon
les facteurs économiques fondamentaux, l’économie américaine
récupère, ce qui n’est pas le cas de nos exportations. Le décalage
est maintenant passé de 35 à 40 milliards de dollars. C’est le
montant des exportations que nous aurions autrement réalisées.
Cela aurait eu d’énormes répercussions sur notre croissance
économique. Mais nous avons été déçus, et comme nous avons été
clairs et avons révisé nos perspectives, les marchés l’ont perçu. On
a interprété cette révision comme l’annonce d’un retour à des taux
d’inflation normaux encore plus loin dans l’avenir que prévu et,
par conséquent, les marchés ont décidé que le dollar canadien
devait être plus faible. Voilà ce qui s’est produit, mais nous ne
savions pas jusqu’où cela irait, ou quelle devrait être la valeur du
dollar. J’espère que ma réponse vous aide à comprendre le
phénomène. C’est une question difficile.
Senator Tkachuk: I’ll remember that dog on the leash story for
a long time.
Le sénateur Tkachuk : Je me souviendrai pendant longtemps de
l’histoire du chien en laisse.
Mr. Poloz: It does help. It helps me.
Senator Tkachuk: I had read a couple of articles on this. I’m a
politician, so I think I’m an expert or something. With the
question of productivity, which has always been a concern of
mine, we haven’t been able, in all of our discussions, to put our
finger on what we can do to improve that question, but it seems to
me that, as we rely more and more on natural resources for our
wealth — much like other countries that only have natural
resources, like Saudi Arabia or Venezuela, rely on oil and
everything else goes to hell in a hand basket, basically — it
attracts more capital. It attracts the best and the brightest to the
oil industry, because that’s where the money is. Maybe that’s part
of our problem. We’re not Hong Kong, where all the money is.
There are no resources, so you have to put your brains to work
and manufacture like hell and figure other stuff out to make a lot
of money.
M. Poloz : Oui, c’est fort utile. Ça m’aide.
Le sénateur Tkachuk : J’avais lu quelques articles à ce sujet. Je
suis politicien, donc je me crois expert, ou quelque chose du genre.
En ce qui concerne la productivité, sujet qui m’a toujours
préoccupé, nous n’avons pas réussi, dans le cadre de nos
discussions, à déterminer avec précision ce que nous pourrions
faire pour l’améliorer. Toutefois, il me semble qu’à mesure que
nous comptons de plus en plus sur les ressources naturelles pour
notre richesse — à l’instar d’autres pays qui n’ont que des
ressources naturelles, tels l’Arabie saoudite ou le Venezuela, qui
ne misent que sur le pétrole et, en gros, laissent tout le reste
dégénérer —, cela a pour effet d’attirer davantage de capitaux. Le
secteur pétrolier attire les personnes les plus compétentes et les
plus intelligentes, car c’est là où se trouve l’argent. Voilà peut-être
une partie de notre problème. Nous ne sommes pas Hong Kong,
là où se trouve tout l’argent. Là-bas, il n’y a pas de ressources, si
bien qu’ils n’ont d’autre choix que de se creuser les méninges, de
fabriquer d’énormes quantités de produits et de trouver d’autres
moyens de faire énormément d’argent.
1-5-2014
Banques et commerce
9:19
I think that may have something to do with it. I don’t know if
it does, but I’m wondering if there are any studies around that are
looking at that. Resource prices are really good, so we’re making
lots of money. I think that’s got to be attracting capital and
attracting brains like crazy.
C’est probablement un facteur. Je n’en suis pas certain, mais je
me demande s’il existe des études à ce sujet. Le prix des ressources
est très bon, ce qui nous permet de faire beaucoup d’argent. Je
suis certain que ce secteur attire énormément de capitaux et de
cerveaux.
Mr. Poloz: That’s exactly right. That’s what my speech was
about last week in Saskatoon, just to help people appreciate it.
Those are forces which come from outside. It’s not something we
can choose to do or not to do, but the markets do the work for us,
attracting the capital.
M. Poloz : Vous avez tout à fait raison. C’est ce que j’ai dit
dans le discours que j’ai fait la semaine dernière à Saskatoon pour
aider les gens à bien comprendre. Ces forces sont externes. Ce
n’est pas à nous de choisir de le faire ou non; c’est plutôt les
marchés qui font tout le travail, qui attirent les capitaux.
That part of the Canadian economy is expanding much more
quickly than the rest of it for precisely that reason: because it’s
more profitable, better wages, better everything. Net movement,
net migration, is to Alberta and Saskatchewan for those exact
reasons. Those are natural processes of adjustment that you
would be hard pressed somehow to resist.
C’est justement pour cette raison que ce secteur de l’économie
canadienne prend de l’expansion beaucoup plus rapidement que
les autres : il est plus rentable, les salaires sont supérieurs, tout est
supérieur. L’Alberta et la Saskatchewan affichent un taux net de
migration positif pour ces mêmes raisons. Il s’agit de processus
d’ajustement naturels auxquels il serait difficile de résister.
The fact is that the level of productivity in the resource sector
tends to be lower, on average, than it is in manufacturing. In
manufacturing you can fine-tune your machinery and do your
things higher, better equipment and all that, whereas in the
resource sector you’re drilling holes, and some of them work and
some don’t, so the level of productivity tends to be lower. There
are higher levels of investment up front in order to get things to
work in the end.
En fait, le niveau de productivité du secteur des ressources est
plus faible, en moyenne, que celui du secteur manufacturier. Les
fabricants peuvent perfectionner leurs machines, leur équipement
et ainsi de suite, tandis que dans le secteur des ressources, on
procède à des activités de forage, qui ne sont pas toutes
couronnées de succès, ce qui exerce une pression à la baisse sur
le niveau de productivité. De plus, les investissements de départ,
qui sont nécessaires au bon fonctionnement de l’entreprise, sont
beaucoup plus élevés.
As the economy shifts its proportion of resources in the lower
productivity sector, then the average level of productivity would
appear to be slower than if that change had not occurred. So
that’s an important descriptor of our history, I think.
À mesure que la proportion du secteur à plus faible
productivité prend de l’ampleur au sein de l’économie, le niveau
moyen de productivité paraîtra plus faible que si ce changement
ne s’était pas produit. Je crois que cela décrit bien ce qui nous
arrive.
No doubt my expert to the right has some things to add to that,
but it’s important for us to bear in mind that there’s no extra
benefit to Canada to somehow stop these processes and try to be
really productive in making something that no one really wants to
buy, when in fact we could move into that sector and make it
bigger and make more income for all Canadians. In terms of when
trade shock comes and we get more money for our oil, those folks
need a Tim Hortons, they need a pick-up truck, they need all the
stuff for the kids and they spend it; therefore, the entire economy
benefits. Every province has benefited, not just the ones that have
the energy.
Je suis certain que le collègue assis à ma droite, expert en la
matière, a quelque chose à ajouter, mais il est important de garder
à l’esprit que le Canada ne retirera aucun avantage
supplémentaire en tentant de freiner ces processus et
d’augmenter sa productivité en fabriquant des produits que
personne ne veut vraiment, au moment où nous devrions plutôt
investir dans ce secteur, le faire croître afin de générer plus de
revenus pour tous les Canadiens. Lorsqu’il y a un choc des termes
de l’échange et que la valeur de notre pétrole s’apprécie, ceux qui
en profitent ont besoin d’un Tim Hortons, d’une camionnette, de
toutes sortes de choses pour leurs enfants. Ils dépensent leur
argent; ainsi, c’est toute l’économie qui en bénéficie. Toutes les
provinces en ont bénéficié, pas seulement celles où se trouvent les
ressources énergétiques.
Tiff, would you like to add something to this?
Mr. Macklem: I’ll just add a couple of things. You asked if
there were some studies. There are actually endless studies. What
they show, exactly as the governor said, is that one part of it is
that when you’re extracting resources you’ve got to keep going
deeper, and so it takes more inputs to get the marginal resource
Tiff, auriez-vous quelque chose à ajouter?
M. Macklem : J’aurais simplement quelques points à ajouter.
Vous nous avez demandé s’il existait des études à ce sujet. En fait,
il y en a d’innombrables. Comme l’a dit le gouverneur, ces études
montrent que dans le secteur de l’extraction des ressources, il faut
toujours forer de plus en plus creux; il faut donc plus d’intrants
9:20
Banking, Trade and Commerce
1-5-2014
out, and so the measure of productivity goes down. It’s still a
good idea if the prices are high and still a big benefit to Canada.
pour extraire les ressources accessoires, ce qui fait diminuer
l’indice de productivité. Nous sommes d’avis qu’il est souhaitable
de poursuivre les activités tant et aussi longtemps que les prix sont
élevés; c’est très bénéfique pour le Canada.
Having said that, you can’t explain the whole productivity
puzzle in Canada with resources, because if you look at
productivity in other sectors, like the manufacturing sector, in
the business sector and the service sector, we tend to
underperform relative to our natural comparator, the United
States. That’s not to say that there aren’t some extremely
successful companies in Canada that are competing very
effectively on a global scale: there are. If there were a few more
of them, you’d see better productivity numbers.
Cela dit, le secteur des ressources n’explique pas à lui seul le
casse-tête de la productivité au Canada. En examinant la
productivité d’autres secteurs, comme les secteurs de la
fabrication, des affaires et des services, nous constatons que le
rendement du Canada est inférieur à celui des États-Unis, pays
auquel nous avons naturellement tendance à nous comparer. Il ne
faut évidemment pas oublier les entreprises canadiennes qui
connaissent un énorme succès et qui sont très concurrentielles à
l’échelle internationale; il y en a plusieurs. Mais s’il y en avait
encore davantage, cela aurait une incidence positive sur les
indicateurs de productivité.
[Translation]
Senator Massicotte: Thank you to you both for coming.
[Français]
Le sénateur Massicotte : Merci à vous deux d’être parmi nous.
I would like to take this opportunity to thank you,
Mr. Macklem, on behalf of all Canadians and Quebecers for
your expertise and your commitment. You provide excellent
services to Canada. I am happy that you have remained a good
Canadian. It is very much appreciated.
J’aimerais profiter de l’occasion pour vous remercier, monsieur
Macklem, au nom de tous les Canadiens et Québécois, pour votre
compétence et votre engagement. Vous offrez d’excellents services
au Canada. Je suis heureux que vous demeuriez un bon Canadien.
C’est très apprécié.
I would like to come back to a topic that we have already
discussed, and that is your projections and your model forecasts.
It is all very reassuring. You have provided good explanations in
response to our questions.
J’aimerais revenir sur un sujet dont on a déjà discuté, soit vos
projections, vos prévisions sur le modèle. Tout cela est très
rassurant. Vous avez de bonnes explications aux questions qu’on
vous pose.
However I am not sure if I really feel reassured because even
the governor said a few weeks ago that the model is broken. You
used the words ‘‘uncharted waters.’’ You have already made the
comment in the past that forecasts made four or five years ago
showed steady growth. Yet if we look at the reports from the
Bank of Canada or the European Development Fund, there is
always a reassuring explanation for the past, even though the
forecasts have continuously been wrong.
Mais je ne sais pas si je suis vraiment rassuré, parce que je
remarque que même le gouverneur a dit, il y a quelques semaines,
que le modèle est brisé. Vous avez utilisé les mots « uncharted
waters ». Vous avez déjà fait le commentaire, dans le passé, que
les prévisions faites il y a quatre ou cinq ans annonçaient une
croissance régulière. Mais lorsqu’on regarde les rapports de la
Banque du Canada ou ceux du Fonds européen de développement
(FED), on a toujours une explication rassurante du passé, bien
que l’on se soit continuellement trompé dans les prévisions.
So the unexpected can happen, and as you said, perhaps the
model no longer applies. We have a document of several pages
that could lead us to believe that we know where we are headed
but do we really know? Should we feel reassured?
Il y a donc des imprévus, et comme vous l’avez dit, peut-être
que le modèle ne s’applique plus. On a même un cahier de
plusieurs pages qui nous laisse penser que l’on sait où on s’en va,
mais est-ce qu’on le sait vraiment? Est-ce qu’on devrait être
rassuré?
You do not always seem sure about your forecasts. Perhaps
this is because this is new, perhaps we are going to experience the
same situation that Japan went through. Perhaps something is not
working.
Vous n’avez pas toujours l’air certain de vos prévisions. Peutêtre parce que c’est nouveau, peut-être qu’on va vivre la même
situation que le Japon a vécue. Il y a peut-être quelque chose qui
ne fonctionne pas.
There is mention of exports and billions of dollars. Should we
really feel reassured or should we simply say, thank you for the
good read but who knows?
On parle des exportations, on parle de milliards. Est-ce qu’on
devrait être vraiment rassuré ou est-ce qu’on se dit : merci, bonne
lecture, mais on ne le sait pas?
1-5-2014
Banques et commerce
9:21
Mr. Poloz: I will begin by saying quite frankly that I do not
really trust those forecasts. Forecasts are always a combination of
judgement and models. And certainly the uncertainty is greater
than usual.
M. Poloz : Pour commencer, franchement, je dois dire que je
n’ai pas vraiment confiance en ces prévisions. Ces prévisions sont
toujours une question de jugement en combinaison avec nos
modèles. Et l’incertitude est certainement plus grande que
d’habitude.
It should not be surprising to say that because this was an
extraordinary event, it is something that we had not predicted. It
was not incorporated into our models and models cannot really
explain the effect of these shocks.
Il n’est pas étonnant de dire que parce que nous avons vécu une
expérience extraordinaire, c’est quelque chose qui n’était pas
prévu. Ce n’est pas incorporé dans nos modèles et les modèles ne
peuvent pas vraiment expliquer l’effet de ces chocs.
However there are parts of our models that display some very
fundamental behaviour, intrinsic factors that will not change; that
is the behaviour of consumers and businesses. It is other levels of
these models that were affected by these developments, however.
Mais il y a des parties de nos modèles qui démontrent des
comportements très fondamentaux, des éléments intrinsèques, qui
ne vont pas changer; ce sont les comportements des
consommateurs et des entreprises. Mais ce sont d’autres niveaux
de modèles qui ont été touchés par ces développements.
What happened was that these models were used as a starting
point. They allow us to begin the conversation and to ask
ourselves what is different from the past in what we are seeing.
Can we develop satellite models to better explain developments
since the crisis, for example, and invest in those models?
Ce qu’on a fait, c’est qu’on a utilisé les modèles comme un
point de départ. C’est pour entamer la conversation et se
demander ce qui diffère du passé dans ce que l’on voit. Est-ce
qu’on peut développer des modèles satellites pour mieux expliquer
les développements depuis la crise, par exemple, et investir dans
ces modèles?
Second, we speak to people who manage businesses in Canada
in order to understand what they are seeing and to observe what
their reactions will be.
Et deuxièmement, on parle aux gens qui gèrent les entreprises
au Canada pour comprendre ce qu’ils voient et voir quelles seront
leurs réactions.
What we are hearing is that they feel very uncertain about the
future. Based on their experience, they are hesitating to make
investments and put their money on the table because they have
been burned in the past. Even their boards are not allowing them
to make investments because the situation is too uncertain.
Ce qu’on entend, c’est qu’ils sont très incertains de l’avenir.
D’après leur expérience, ils hésitent à faire des investissements et à
mettre leur argent sur la table, parce qu’ils se sont brûlés durant
les années passées. Même leurs conseils d’administration ne leur
permettent pas de faire les investissements parce que la situation
est trop incertaine.
So what we are waiting for is for confidence to increase. There
has been an impetus to recovery in the United States and exports
will increase. All these factors are present but they are not as
reliable as they were in the past.
Alors ce qu’on attend, c’est que la confiance augmente. La
reprise aux États-Unis a pris une impulsion, et les exportations
vont croître. Tous ces éléments sont présents, mais ils ne sont pas
aussi sûrs que par le passé.
At some point in time all the dominos will be in the right place
but it is difficult to predict exactly when that will happen. All the
ingredients are there to make the cake but the cake has only just
begun to be made.
À un certain point, tous les dominos vont se mettre en place,
mais c’est difficile de prévoir exactement quand. Tous les
ingrédients sont là pour faire le gâteau, mais on vient à peine de
le commencer, ce gâteau.
Senator Massicotte: Two or three weeks ago you said that you
were relying to a greater and greater degree on interviews with
industries in order to make your forecasts because the standard
model was not working well. Personally, I do not find that very
reassuring.
Le sénateur Massicotte : Vous avez déjà dit, il y a deux ou trois
semaines, que vous vous fiiez de plus en plus aux entrevues avec
les industries pour préparer vos prévisions, parce que le modèle
standard ne fonctionne pas bien. Mais personnellement, je ne
trouve pas cela très rassurant.
Anecdotes are being used. I think the Bank of Canada has been
doing this for years. More than 20 years ago I even participated
myself and I asked for a certain number of documents in order to
write up reports on your forecasts, your hiring plans, et cetera.
However, these are far from being reliable or scientific because
you based them on impressions from certain individuals. You
even assess consumer confidence but that is not a good indicator
of economic growth. People are constantly making mistakes.
When you say that for 2014-15 there is a projected growth of
2.5 per cent, that may actually be 1.5 per cent or 3.5 per cent
On se base sur des anecdotes. Je crois que la Banque du
Canada fait cela depuis des années. J’ai même contribué, il y a
plus de 20 ans, et j’ai demandé un certain nombre de documents
pour faire des rapports sur vos prévisions, des planifications
d’embauche, et cetera. Mais c’est loin d’être certain et c’est loin
d’être scientifique parce que vous vous basez sur les impressions
de certaines personnes. Vous évaluez même la confiance des
consommateurs, qui n’est pas un bon indicateur de la croissance
économique. Le monde se trompe continuellement. Lorsque vous
dites qu’on aura, en 2014-2015, une prévision d’une croissance de
9:22
Banking, Trade and Commerce
1-5-2014
because it is based on anecdotal evidence. That is a 40 per cent
margin of error. It is all very well to believe you until we find out
once again that you are wrong.
2,5 p. 100, comme on se base sur des anecdotes, ce sera peut-être
1,5 p. 100 ou 3,5 p. 100. C’est un potentiel d’erreur de 40 p. 100.
On se sent bien preneur jusqu’à ce qu’on découvre qu’on s’est
encore trompé.
Mr. Poloz: First, perhaps it has been your impression in the
past that this is a scientific process, and that is somewhat
exaggerated. Second, it was less scientific than today, but it is not
zero. Some aspects of behaviour are very predictable. There is a
portion that we cannot explain but at the same time there is a part
that is quite predictable.
M. Poloz : Premièrement, vous avez peut-être eu l’impression
dans le passé que c’est un processus scientifique, et cela est un peu
exagéré. Deuxièmement, c’est moins scientifique qu’aujourd’hui,
mais ce n’est pas zéro. Dans le comportement, il y a certains
éléments du comportement qui sont très réguliers. Il y a une partie
qu’on ne peut pas expliquer, mais en même temps, il y a une partie
qui est régulière.
I referred to 31 export sectors, half of which display predictable
behaviour along with the usual variables. It is the other half that
is problematic. We can predict that the part that displays
predictable behaviour will respond to the recovery in the United
States, as usual. Perhaps even more so because the Canadian
dollar has depreciated. We publish a forecast that we can
measure, we present that forecast as well as its margin of
uncertainty, which may boil down to one detail. Then we need to
develop our monetary policy in order to minimize the risk in those
areas of uncertainty. This is not a scientific issue or an engineering
issue but rather a risk management issue. There is a better
categorization of monetary policy than there used to be.
J’ai mentionné les 31 secteurs d’exportations, dont la moitié a
un comportement régulier accompagné des variables habituelles.
C’est dans l’autre partie qu’il y a des problèmes. On peut prévoir
que la partie qui a un comportement régulier va répondre à la
reprise aux États-Unis, comme d’habitude. Peut-être même
davantage, parce que le dollar canadien a déprécié. Nous
émettons une prévision que l’on peut mesurer, nous la
présentons, ainsi que sa zone d’incertitude, qui revient à un
détail. Alors il faut développer notre politique monétaire pour
minimiser les risques dans ces zones. Ce n’est pas une question
scientifique ou d’ingénierie mais une question de gestion de
risque. Il s’agit d’une meilleure catégorisation de la politique
monétaire qu’auparavant.
Senator Massicotte: I am wondering if every 30 or 40 years we
are changing models. For 30 or 40 years now we have been relying
on controlling inflation. If we control inflation, then eventually,
with interest rates and the monetary policy, there will be economic
growth. As you know, history is full of erroneous models; we are
convinced that the model is accurate but perhaps in five years we
will realize once again that we have the wrong model. Is this the
case?
Le sénateur Massicotte : Je me demande si, tous les 30 ou
40 ans, on change de modèle. Depuis 30 ou 40 ans on se fie au
contrôle de l’inflation. Si on contrôle l’inflation, éventuellement,
avec les taux d’intérêt et la politique monétaire, il y aura une
croissance économique. Comme vous le savez, l’histoire est pleine
d’erreurs de modèle; on est convaincu que le modèle est exact,
mais peut-être que dans cinq ans on va dire que c’est encore le
mauvais modèle. Est-ce que c’est le cas?
Mr. Poloz: Quite frankly I do not know. However I will say
that there is something at the heart of these models that we will
keep. When Tiff and myself were young, the bank’s forecasting
model was not based on oil wells. This was not in the model
because historically it was not a very important factor in the
behaviour of the economy. But over the years, the importance of
the oil sector has increased and it is thanks to Tiff and the thesis
he did at Western University that the bank integrated that into its
model. That model is better than the one that used to be used. So
now we are in a position where we have a much better
understanding of the model than we did in the past.
M. Poloz : Je ne le sais pas, franchement. Mais je dirais que
oui, je pense qu’au cœur de ces modèles il y a quelque chose qu’on
va garder. Quand Tiff et moi étions jeunes, le modèle de prévision
à la banque n’était pas fondé sur les puits de pétrole. Ce n’était
pas dans le modèle parce que, historiquement, ce n’était pas très
important comme explication pour le comportement de
l’économie. Mais au fil des ans, l’importance du secteur
pétrolier a augmenté, et c’est grâce à Tiff et à la thèse qu’il a
faite à l’Université Western que la banque l’a incorporé dans le
modèle. Ce modèle est supérieur au modèle qui était utilisé
auparavant. Alors voilà, nous avons une situation où l’on
comprend beaucoup mieux le modèle que dans le passé.
Mr. Macklem: Perhaps it is time to craft a new model. For
example, if you take exports, they now represent approximately
$130, $140 billion dollars less than they would in a typical, or
normal or average recovery. The biggest share of that amount,
approximately $100 billion, can be explained by the fact that the
recovery in the United States is the weakest it has been since the
Second World War. If we integrate that reality into the model, we
can explain approximately 100 billion dollars’ worth of that
weakness. However there is another factor that is more difficult to
explain with our models and that represents approximately $30 or
M. Macklem : Il est peut-être temps d’élaborer un nouveau
modèle. Par exemple, si l’on prend les exportations, elles se
chiffrent maintenant à environ 130, 140 milliards de dollars de
moins que dans le cadre d’une reprise typique ou normale ou
moyenne. La plus grand partie de ce montant, à peu près
100 milliards de dollars, s’explique par le fait que la reprise aux
États-Unis est la plus faible depuis la Deuxième Guerre mondiale.
Si on intègre cette réalité dans le modèle, on explique à peu près
100 milliards de dollars de cette faiblesse. Mais il y a un autre
élément, qu’on a de la difficulté à expliquer avec les modèles, et
1-5-2014
Banques et commerce
$40 billion. So the model is still useful but it does show what can
and cannot be explained. We need more data and more experience
in order to formulate and test other hypotheses that will improve
the models. During that period, the best thing we can do is to
speak to businesses and to decision-makers and get their
perspective. It is not a perfect system.
Senator Massicotte: Thank you, Mr. Chair.
9:23
qui se chiffre à environ 30 ou 40 milliards de dollars. Donc, le
modèle est encore utile, mais il démontre ce qu’on peut et ce qu’on
ne peut pas expliquer. Il faudra plus de données et plus
d’expérience pour formuler et tester d’autres hypothèses pour
améliorer les modèles. Durant cette période, la meilleure chose à
faire c’est de parler à des entreprises, à des personnes qui prennent
des décisions et d’obtenir leur perspective. Ce n’est pas parfait.
Le sénateur Massicotte : Merci, monsieur le président.
Senator Maltais: Welcome, governor. Thank you
Mr. Macklem for the service you gave to Canadians and good
luck for the future.
Le sénateur Maltais : Bienvenue, monsieur le gouverneur.
Merci, monsieur Macklem, pour les services rendus aux
Canadiens et bonne chance dans le futur.
Governor, during your conferences and announcements, you
often speak about improving manufactured products and
manufacturers. Would a Canada-Europe free-trade agreement
accelerate the production of manufactured products?
Monsieur le gouverneur, lors de vos conférences et dans vos
déclarations, vous parlez beaucoup de l’amélioration des produits
manufacturiers et des fabricants. Est-ce qu’un traité de libreéchange Canada-Europe pourrait accélérer la reprise de la
production de produits manufacturiers?
Mr. Poloz: Yes, in theory. That is generally the case. If you
remove trade barriers, you create a wider market for exporters
and manufacturers. At the same time, this increases competition
because there are manufacturers who might be making the same
product in Europe. There is a lot of talk about this competitive
effect between manufacturers in two different countries.
Specifically about who will benefit and who will have to reduce
their production. But the most important aspect of a free-trade
agreement is always that prices go down; consumers in both
countries can buy anything and that increases demand for
everyone. That is the most important thing. But it is difficult
for a specific manufacturer to know what the result will be for
him.
M. Poloz : Oui, en principe. C’est généralement le cas. Si on
enlève les barrières des échanges, on crée un marché plus large
pour les exportateurs et les fabricants. En même temps, on
augmente la compétition parce qu’il y a des fabricants qui, peutêtre, feront la même chose en Europe. On parle beaucoup de cet
effet de compétition entre les fabricants des deux pays, à savoir
lesquels seront les gagnants et lesquels vont réduire la production.
Mais la chose la plus importante dans un accord de libre-échange,
c’est que tous les prix diminuent; les consommateurs des deux
pays peuvent acheter n’importe quoi et cela augmente la demande
pour tous. Cela, c’est le plus important. Mais il est difficile pour
un fabricant spécifique de savoir quel sera le résultat pour lui.
Senator Maltais: You also speak a lot about natural resources,
particularly oil, which is a very important resource. But what do
you think about the Canadian mining industry? For example, you
specifically talk about mines in Quebec and aluminum
manufacturing companies. Do you think that in the future the
Canadian mining sector will take off once again and that
aluminum prices will increase? Could that happen one of these
days?
Le sénateur Maltais : Vous parlez aussi beaucoup des
ressources naturelles, particulièrement du pétrole qui est une
ressource fort importante. Mais que dire de l’industrie minière
canadienne? Par exemple, vous parlez particulièrement des mines
du Québec et les alumineries; est-ce que vous voyez dans l’avenir
une reprise du secteur minier au Canada et une hausse du prix de
l’aluminium? Est-ce que cela peut arriver un jour ou l’autre?
M. Poloz: For the mining sector, yes; I am convinced that the
‘‘super cycle’’ is one factor that will allow natural resource prices
to remain high in the coming years. This is true of all resources:
metals, energy, and so on.
M. Poloz : Pour le secteur minier, oui; je suis convaincu que le
« super cycle » est un facteur qui va permettre aux prix des
ressources de demeurer élevés durant les prochaines années, peu
importe les ressources : les métaux, l’énergie, ainsi de suite.
Over the years, we have been able to monitor cycles in this
area. They are difficult to predict, but we believe that the world
will continue to grow and gain momentum and that prices will
increase.
Au cours des années, nous avons pu examiner des cycles dans
de domaine. C’est difficile à prévoir, mais nous prévoyons que le
monde va gagner en croissance, prendre de l’impulsion et que les
prix vont augmenter.
As far as the price of aluminum is concerned, that is a bit more
complex. The new aluminum producers have a lower production
cost because the cost of energy, in the Middle East for example, is
a very important factor. It is difficult to predict the marginal cost
of aluminum, but generally speaking, I would expect a price
increase.
En ce qui concerne le prix de l’aluminium, c’est une question un
peu plus complexe. Les nouveaux producteurs d’aluminium ont
un coût de production qui est moindre parce que le coût de
l’énergie est un facteur très important, au Moyen-Orient par
exemple. Il est difficile de prédire le coût marginal de l’aluminium,
mais en général, je m’attends à une augmentation des prix.
9:24
Banking, Trade and Commerce
[English]
1-5-2014
[Traduction]
Senator Ringuette: Tiff, I can only reiterate what all my
colleagues have said, and probably they can say it better than I
can.
La sénatrice Ringuette : Monsieur Macklem, je ne puis que
répéter ce que mes collègues ont déjà dit de manière probablement
plus élégante.
Reading up on predictions, a headline here is: ‘‘Canada is
losing foreign market share, missing out on about $40 billion in
export, says the Bank of Canada Governor Tuesday.’’
Lorsque je me suis renseignée au sujet des prévisions, je suis
tombée sur une manchette qui disait : « Le Canada perd des parts
de marché étranger, passant à côté de quelque 40 milliards de
dollars d’exportations, selon les déclarations faites mardi par le
gouverneur de la Banque du Canada. »
Then I read another article: ‘‘Canadian trade forecast rosy,
expert says,’’ and that was a speech given to the Montreal Board
of Trade by Peter Hall, Vice-President and Chief Economist of
Export Development Canada. He predicts that export growth will
be at 6 per cent per year for the next two years.
J’ai ensuite lu un autre article qui disait : « Les prévisions sont
bonnes pour les échanges commerciaux du Canada ». Cet
article faisait état d’une allocution prononcée par Peter Hall,
vice-président et économiste en chef d’Exportation et
développement Canada devant la Chambre de commerce du
Montréal métropolitain. Selon lui, la croissance des exportations
se chiffrera à 6 p. 100 par année pour les deux prochaines années.
Would that only be in the energy sector? Because, on the one
hand, you say that we’re missing out on $40 billion of export. The
bottom line is that it comes down to the question of model that
Senator Massicotte was talking about.
Ne s’agirait-il là que du secteur énergétique? Je me pose la
question, car vous dites que nous passons à côté de 40 milliards de
dollars d’exportations. Au bout du compte, on en revient à la
question du modèle dont a parlé le sénateur Massicotte.
Are Canadian experts looking at different models? You’re
saying we’re lagging by $40 billion, and this guy says we have a
very rosy forecast of 7 per cent growth for the next two years.
Les experts canadiens examinent-ils différents modèles? Vous
évoquez un décalage de 40 milliards de dollars, mais cet autre
expert prédit un avenir prometteur, avec un taux de croissance de
7 p. 100 pour les deux prochaines années.
Mr. Poloz: We actually have a very good, collaborative
relationship with EDC, as you can imagine.
M. Poloz : Vous ne serez pas étonnée d’entendre que nous
entretenons de très bonnes relations de coopération avec EDC.
Senator Ringuette: Yes, I was supposing that.
La sénatrice Ringuette : C’est en effet ce que je m’imaginais.
Mr. Poloz: Those two forecasts are actually very aligned with
each other. Please let me explain. What we’re talking about — our
preoccupation here — is how much exports have not gone up
compared to what we would have expected with our models —
that error term, as Tiff has said. Out of $500 billion of exports,
our error term is about 130 — 100 of which we understand
because the U.S. recovery has been slower to normal. So 30 to $40
billion, out of $500 billion, is the so-called missing exports, which
is significant. I’m not minimizing it, but we need to understand
that we have models that explain most of it, as does EDC.
M. Poloz : Ces deux prévisions ne se contredisent pas. Je
m’explique. Ce dont nous discutons en ce moment — ce qui nous
préoccupe aujourd’hui —, c’est le décalage entre l’augmentation
réelle des exportations et les attentes en fonction de nos modèles
— c’est le terme d’erreur dont a parlé M. Macklem. Sur un total
de 500 milliards de dollars d’exportations, notre terme d’erreur
s’élève à environ 130 milliards de dollars — dont 100 milliards de
dollars que nous expliquons par la lenteur de la reprise
américaine. Il reste donc entre 30 et 40 milliards de dollars,
montant considérable que nous qualifions d’exportations
manquées, en quelque sorte. Je ne cherche pas à minimiser
l’importance de cette somme, mais vous comprendrez que nos
modèles et ceux d’EDC servent à expliquer la majeure partie de ce
montant.
Our forecast is that exports pick up later this year and in the
next year, and the growth rates aren’t different, meaningfully.
What we are concerned about is that that loss remains permanent
despite those growth rates.
Nous prévoyons une reprise des exportations plus tard cette
année et au début de l’année prochaine; d’ailleurs, les taux de
croissance sont assez semblables. Ce qui nous cause du souci, c’est
que ces pertes sont permanentes, malgré les taux de croissance.
Our forecast is that, as things converge, growth in our exports
will be about the same as growth in the United States, but that
means that the loss of 30 to $40 billion remains permanent until
such time as those competitiveness conditions turn around in
those sectors that we’ve highlighted. So it’s not just energy. There
are a lot of other sectors that we’ve highlighted that will see this
Si la situation évolue comme nous le pensons, nous prévoyons
que la croissance de nos exportations sera à peu près la même que
celle des États-Unis, ce qui représente tout de même une perte de
30 à 40 milliards de dollars, une perte sèche, qui durera jusqu’à ce
que la compétitivité soit rétablie dans les secteurs dont nous avons
parlé. Il n’y a pas que l’énergie. De nombreux autres secteurs dont
1-5-2014
Banques et commerce
9:25
growth, and that is important to us because there is just enough
growth in our forecast to close the output gap over the next
couple of years, which will mean that inflation gets back to target.
If, for some reason, that doesn’t happen or happens less than that,
we’ll have to revise when we will get back to our inflation target.
nous avons parlé connaîtront cette croissance, et c’est important à
nos yeux, parce qu’il n’y a pas suffisamment de croissance dans
nos prévisions pour réduire l’écart de production au cours des
deux prochaines années, ce qui signifie que l’inflation sera de
nouveau à surveiller. Si, pour une raison ou une autre, cela ne se
produit pas, ou si cela se produit dans une moindre mesure, il
faudra revoir nos prévisions ainsi que notre cible pour l’inflation.
There simply is no meaningful inconsistency between the two
stories. It sounds a little different the way you summarize it. I
understand that, but our growth in exports is very similar.
Il n’y a pas de contradiction à proprement parler entre ces deux
versions. Votre résumé présente les choses un peu différemment.
Je le comprends, mais la croissance des exportations est très
semblable.
Senator Ringuette: I guess the other major concern and
inconsistency that I find is that Parliament, six years ago,
approved a corporate tax reduction with the caveat that it would
give some cash flow to Canadian corporations for them to
reinvest in their efficiency. A few years after that, we heard that
they were sitting on that cash. They were not investing it.
La sénatrice Ringuette : Il y a pour moi une autre incohérence,
et c’est une grande préoccupation. Il y a six ans, le Parlement a
approuvé une réduction de l’impôt sur les sociétés, à la condition
qu’une telle mesure donne aux sociétés canadiennes certaines
liquidités qu’elles pourraient ensuite réinvestir dans leur
efficience. Quelques années plus tard, on a constaté que cet
argent était resté entre leurs mains et qu’il n’avait pas été réinvesti.
Then Parliament approved — there were a few hundred pages
in an omnibus bill — tariff reduction on necessary manufactured
items. So there was a major reduction and a lot of elimination of
these import tariffs so that they would buy the new, modernized
equipment and gain efficiency. I’m looking at the result, and it
doesn’t seem to have had the impact that was supposed to
happen.
Le Parlement a ensuite approuvé une réduction tarifaire sur des
biens manufacturés essentiels, dans le cadre d’un projet de loi
omnibus qui comptait quelques centaines de pages. On a donc
réduit de beaucoup, voire éliminé, les tarifs à l’importation pour
que les entreprises puissent acheter du nouveau matériel moderne
afin d’améliorer leur efficience. Je regarde les résultats : on ne
semble pas avoir atteint les objectifs souhaités.
What other means can Parliament put forth to foster
efficiencies in our manufacturing sectors that would reduce that
wedge that you’re talking about, not only the current one but also
the future ones? It seems that investment in Canadian
manufacturing is not happening at a time where the cash flow
was available to do so.
De quels autres moyens le Parlement dispose-t-il pour favoriser
l’efficience du secteur manufacturier, pour réduire cet écart dont
vous parliez, non seulement l’écart actuel, mais aussi ceux de
l’avenir? Il semble que le secteur manufacturier canadien n’ait pas
réinvesti les sommes qui ont été dégagées.
Mr. Poloz: It’s a complicated question, which varies a lot from
company to company, sector to sector, but let me try to at least
fill in some of the blanks.
M. Poloz : C’est une question complexe et les réponses varient
d’une entreprise à l’autre, d’un secteur à l’autre, mais j’avais au
moins essayé de vous donner des renseignements.
It is important to think of it from the point of view of a
company. When is it appropriate for a company to invest in
equipment that will add to their efficiency or increase their
productivity? I would say at a time when the economy is in a
severe recession or when the exports are 50 per cent what they
were two years ago. So I’m describing 2009, 2010. It’s not going to
have much impact on that company. If they have no customers,
they simply are not going to take whatever financing or cash flow
that they still have remaining to invest in new efficiency because
they don’t have any customers to buy the product.
Il est important de voir les choses du point de vue de
l’entreprise. Quand convient-il pour une entreprise d’investir dans
du matériel qui la rendrait plus efficiente ou qui augmenterait sa
productivité? Je dirais que c’est lorsque l’économie est en grave
récession ou lorsque les exportations sont 50 p. 100 moins
importantes qu’il y a deux ans. Je parle donc de 2009, 2010.
Cela n’aura pas beaucoup d’effet sur l’entreprise. Si elle n’a plus
de clients, elle ne profitera pas de l’argent supplémentaire pour
l’investir dans son efficience, n’ayant pas de clients pour ses
produits.
I described a company that survived, but we know that there
are 8,000 or 9,000 exporting, manufacturing companies that
simply disappeared during this down-cycle. We can’t expect them
to recover and invest according to our models because they’re
gone. So that’s another complicating factor that we can’t control.
And there’s literally nothing that Parliament could imagine doing
to somehow stop that. We had a major recession driven by
Je décris là une entreprise qui a survécu, mais nous savons que
8 000 ou 9 000 sociétés exportatrices du secteur manufacturier ont
tout simplement disparu pendant le ralentissement économique.
On ne peut pas s’attendre à une reprise, ni à un investissement
correspondant aux modèles énoncés, puisque ces entreprises
n’existent plus. C’est un autre facteur qui complique les choses
et qui échappe à notre contrôle. Et il n’y a vraiment rien que le
9:26
Banking, Trade and Commerce
1-5-2014
circumstances outside of Canada. That’s very important, so it’s
risky to set it aside. But you need to understand the context
during which these observations are created.
Parlement puisse envisager pour y remédier. Nous avons connu
une grave récession causée par des circonstances à l’extérieur du
pays. C’est très important, et il serait risqué de l’oublier. Mais il
faut comprendre le contexte dans lequel ces observations sont
faites.
Let’s ask ourselves: How does a company deal with its
competitiveness, and what goes into its competitiveness? The
answer is: Anything that affects a company’s costs, not just their
equipment. They could be competitive against the company that’s
across the street because they have just the right equipment and so
on, but they might have not as good logistics for delivery to their
customer, for example. They could have higher costs because they
have trouble getting the right workers. You would be competing
across borders. The exchange rate, as we discussed earlier, can
make a big difference to what costs look compared to a company
in the United States or Mexico. What about the cost of the
workers? We have a case study that says a worker in Georgia or
South Carolina, earning a much lower wage rate than somewhere
in Ontario, has yet a better standard of living because it costs less
for housing. How do we take account of these kinds of things?
Il faut se poser la question suivante : comment est-ce qu’une
entreprise compose avec sa compétitivité et qu’est-ce qui permet
de définir cette compétitivité? Je répondrai comme suit : cela
concerne tout ce qui a une incidence sur les coûts de l’entreprise,
bien au-delà de son équipement. Une société pourrait faire
concurrence à sa rivale d’en face du simple fait qu’elle soit dotée
du bon équipement, et cetera. En revanche, elle n’a peut-être pas
un aussi bon système de logistique en ce qui a trait à la livraison
pour les clients. Peut-être que ses coûts sont plus élevés parce
qu’elle a du mal à obtenir de bons travailleurs. Il peut également y
avoir une compétitivité entre les frontières. Comme nous l’avons
mentionné tout à l’heure, le taux de change peut avoir un effet
considérable sur les coûts, selon que l’entreprise se trouve aux
États-Unis ou au Mexique. Qu’en est-il du coût des travailleurs?
Nous avons une étude de cas qui indique qu’un travailleur en
Géorgie ou en Caroline du Sud, dont le taux salarial est beaucoup
plus faible qu’en Ontario, a néanmoins un meilleur niveau de vie,
car le logement est moins coûteux dans ces régions. Comment
peut-on tenir compte de toutes ces données?
When you’re competing, if you have to pay workers so much in
Canada regardless of what their productivity is and your
competitor in the southern United States can pay a lower rate
yet the workers have a better standard of living because of the
cost of living in the area, then it’s very hard to compete against
that. What drives those costs might be things like infrastructure,
the fees that we put on housing when you’re creating a new
neighbourhood, municipal fees, that sort of thing. All kinds of
things go into that competitiveness picture, which of course are
beyond all those macro things we try to pay attention to every
day.
En ce qui a trait à la compétitivité, si vous devez payer
davantage les travailleurs canadiens, peu importe leur
productivité, et que votre concurrent dans le sud des États-Unis
peut payer ses travailleurs à un taux plus faible tout en leur
offrant un meilleur niveau de vie en raison du coût de la vie dans
cette région, alors il sera très difficile de soutenir cette
concurrence. Plusieurs facteurs peuvent faire augmenter ces
coûts : l’infrastructure, les frais de logement lorsqu’on crée un
nouveau quartier, les frais municipaux, et cetera. Il y a toutes
sortes de choses qui font partie de ce tableau de la compétitivité;
bien entendu, cela va plus loin que les questions
macroéconomiques sur lesquelles nous nous penchons
quotidiennement.
From a business point of view, if you ask them, ‘‘Why haven’t
you invested?’’ they have many things that are holding them back.
As I said before, the first one is that they still are just barely
getting more certain that the U.S. recovery is for real. That’s the
most important thing. All these other things are secondary
compared to will there be customers for the things I’m going to
produce? If I know I’ve got them, then it’s time for me to invest,
to add capacity, more efficiency. They’ve waited, and I think I
understand why.
Du point de vue des entreprises, si vous leur demandez
pourquoi elles n’ont pas investi, elles pourraient invoquer plein de
raisons qui les retiennent. Comme je l’ai dit tout à l’heure, tout
d’abord, il faut savoir qu’elles ont encore peine à croire que la
reprise économique américaine est bien réelle. Il s’agit du facteur
le plus important. Tout le reste est secondaire par rapport au fait
de se demander s’il y aura une clientèle pour acheter les produits.
Si l’on est certain d’avoir des clients, alors on investit, on accroît
les capacités et on gagne en efficience. Les entreprises ont attendu,
et je crois comprendre pourquoi.
Senator Ringuette: Maybe we should have invested in
infrastructure with that money so that the modern
infrastructure for them to now invest in would be there.
La sénatrice Ringuette : On aurait peut-être dû utiliser ces
fonds pour investir dans l’infrastructure afin qu’elles soient
désormais dotées d’une infrastructure moderne dans laquelle
elles pourraient investir.
1-5-2014
Banques et commerce
[Translation]
9:27
[Français]
Senator Bellemare: It is a privilege for me to be able to have a
conversation with the Bank of Canada. I have two slightly
different questions. The first follows up on the idea of Senator
Massicotte, and the other concerns monetary policy in Canada.
La sénatrice Bellemare : C’est un privilège de pouvoir avoir une
conversation avec la Banque du Canada. J’ai deux questions un
peu différentes l’une de l’autre. La première est un peu dans le
même ordre d’idées que celle du sénateur Massicotte, et l’autre
concerne la politique monétaire, proprement dite, du Canada.
My first question concerns your report on Canada’s situation,
but first I would like to say that I am thrilled with the way
monetary policy is currently being handled. Recently, I felt
reassured when reading about the position that you have adopted
on exchange rates and budgetary balance, and more generally
about the expansionary monetary policy that you intend to
implement.
Ma première question concerne votre rapport sur l’état de la
situation du Canada, mais je veux dire auparavant que je suis tout
à fait ravie de la conduite de la politique monétaire actuellement.
J’ai été rassurée, dernièrement, en lisant des propos au sujet de la
position que vous avez adoptée par rapport au taux de change et à
la balance, en tout cas quant à l’aspect positif expansionniste de la
politique monétaire que vous entendez suivre.
My question has to do with long-term issues, new problems
that are emerging today. I am basing this on your short term
forecasts, which could possibly teach us lessons concerning longterm forecasts. If you look at your short-term forecasts, you can
see that domestic demand is the largest contributor to economic
growth. But within that idea of domestic demand, there is also
household consumer spending. When it comes to external
demand, in other words exports minus imports, it is much
lower. But it seems that your only choice, in terms of monetary
policy, is to try to increase external demands.
Ma question a trait à des questions à long terme, aux
problèmes nouveaux qui émergent peut-être aujourd’hui. Je fais
la lecture suivante à partir de vos prévisions à court terme, d’un
enseignement qu’on pourrait peut-être en tirer pour les prévisions
à long terme. Quand on examine vos prévisions à court terme, on
voit que c’est la demande intérieure qui contribue le plus à la
croissance de l’économie. Or, au sein de la demande intérieure, il y
a les dépenses de consommation des ménages. Quant à la
demande extérieure, soit les exportations moins les
importations, elle est beaucoup plus faible. Mais on sent que
vous n’avez pas d’autre choix, en termes de politique monétaire,
que d’essayer de faire augmenter la demande extérieure.
Personally, it seems to me that there is a limit to what domestic
demand, and particularly consumer spending, can generate in
terms of economic growth. We remember the lesson learned from
the bank’s coordinated effort with Finance Minister Jim Flaherty,
on the economic action plan 2008, through which we accelerated
and increased public investment projects across Canada. This
allowed us to get through the recession in better shape than other
countries.
Pour ma part, ce que je vois ici, c’est qu’il y a une limite, à un
moment donné, à ce que la demande intérieure, et en particulier
les dépenses de consommation, peut générer comme croissance
économique. Nous tenons compte de l’enseignement tiré de la
coordination que la banque a effectuée avec notre ministre des
Finances, Jim Flaherty, au sujet du plan d’action économique en
2008, dans le cadre duquel on a accéléré et augmenté les projets
d’investissements publics partout au Canada, ce qui nous a permis
de traverser la récession d’une meilleure façon que d’autres pays.
Given that, and given your general observation that it is better
to be cautious rather than optimistic in your forecasts, when we
look at the great crises of the past, and particularly the crisis of
the 1930s, a long and significant period of world-wide stagnation
which was ended by investments intended to respond to political
problems that no one would ever want to experience again — it
was a terrible war — we do not want to head in that direction and
to wait for that kind of shock to get out of the crisis.
En partant de ce constat, et aussi de votre constat général selon
lequel l’optimisme n’y est pas et que vous êtes prudent dans vos
prévisions, on tient compte du fait que, quand on évalue les
grandes crises qu’on a connues dans le passé, et en particulier la
crise des années 1930, qui a été une période de stagnation
internationale très importante, dont on s’est sorti par des
investissements pour répondre à des problèmes politiques qu’on
ne voudrait jamais revoir sur notre planète — c’était une guerre
terrible —, on ne veut pas s’en aller dans cette direction et
attendre des chocs de cette nature pour s’en sortir.
So my question is as follows: I remember that the OECD,
during a G20 conference in 2008 or 2009, said that the best way to
get out of this crisis — which is a unique financial crisis, I won’t
get into the details — was to align social and employment policies
with tax and monetary policies. So in all countries, governments
would intervene through their social and employment policies to
Alors ma question est la suivante : dans ce contexte, je me
rappelle que l’OCDE, lors d’une conférence du G20, je crois,
autour de 2008-2009, disait que la meilleure façon pour se sortir
de cette grande crise — qui est différente des autres, qui est une
crise financière, et cetera, on n’entrera pas dans l’analyse —, c’est
de coordonner les politiques sociales et les politiques de l’emploi
9:28
Banking, Trade and Commerce
1-5-2014
create jobs, to support consumer demand, to have a tax policy of
public investment and a monetary policy that responds to all of
that.
avec les politiques fiscales et monétaires. Il s’agirait donc que dans
tous les pays, dans le cadre de leurs politiques sociales et de leurs
politiques de l’emploi, les gouvernements interviennent pour créer
des emplois et répartir un peu, soutenir la demande de
consommation, avoir une politique fiscale d’investissement
public et une politique monétaire qui répond à tout ça.
What do you think of that? In other words, this was an
argument against austerity measures in various European
countries where it was said that cuts needed to be made because
of public deficits, to avoid debt and defaults.
Qu’est-ce que vous en pensez? En d’autres mots, c’était un
plaidoyer contre les politiques d’austérité des différents pays
d’Europe où on disait devoir faire des coupures en raison des
déficits publics, pour éviter une dette et être en déficit de
paiement.
What do you think of that?
Qu’est-ce que vous pensez de ça?
Mr. Poloz: That is an interesting question, of course. The
conditions during the 1930s were different than those of today,
obviously. But it might be possible that the solution is almost the
same. I would say that the two most important aspects were that
during the 1930s, governments had taken protectionist measures.
There was a lot of protectionism. That is the first aspect.
M. Poloz : C’est une question intéressante, certainement. Les
conditions des années 1930 étaient différentes de celles
d’aujourd’hui, évidemment. Mais il est peut-être possible que la
recette soit presque la même. Je dirais que les deux éléments
différents les plus importants étaient que, durant les années 1930,
les gouvernements avaient pris des mesures protectionnistes. Il y
avait beaucoup de protectionnisme. C’est le premier élément.
The second aspect is that monetary policy was much more
restrictive than it is today. Today, as Ben Bernanke said: ‘‘Not on
my watch’’, and he is an expert on that period. It is true that we
did not make those same bad decisions this time. At the same
time, I suppose it is possible that the alignment was not perfect,
but I think we can say that it was not bad. We largely avoided the
worst. So it was not a perfect success, but it was the preferable
route. We should not forget that; the situation is much better than
it could have been.
Le deuxième élément, c’est que la politique monétaire était
beaucoup plus restrictive qu’elle ne l’est aujourd’hui.
Aujourd’hui, comme Ben Bernanke l’a dit : « Not on my
watch », car il est un expert de cette période. Il est vrai qu’on
n’a pas pris ces mauvaises décisions, cette fois-ci. En même temps,
je suppose qu’il est possible que la coordination n’ait pas été
optimale, mais on pourrait dire que c’était pas mal. Dans une
grande mesure, on a évité le pire. Alors ce n’est pas un succès au
sens de la perfection, mais c’est quelque chose de préférable. Il ne
faut pas oublier cela; cette situation est bien meilleure qu’elle
n’aurait pu l’être.
Was it a perfect policy? That is a big question. I don’t really
know. It is obvious that the cycle is not finished; there is still time
left — as I said, maybe two years, maybe more.
C’était une politique optimale, c’était une grande question. Je
ne sais pas vraiment. Il est évident que le cycle n’est pas terminé, il
y a encore du temps — comme je le disais, peut-être deux ans,
peut-être plus.
We are doing the best we can. I suppose that is not an ideal
response, but —
Nous faisons du mieux que nous pouvons. Je suppose que ce
n’est pas une réponse idéale, mais...
Senator Bellemare: It is a good answer anyhow. My second
question has to do with monetary policy. I am an admirer of the
Governor of the Federal Reserve, Ms. Yellen.
La sénatrice Bellemare : C’est quand même une bonne réponse.
Ma deuxième question a trait à la politique monétaire. Je suis une
admiratrice de la gouverneure de la réserve fédérale, Mme Yellen.
Mr. Poloz: So I am.
Senator Bellemare: She is an economist and a labour expert. In
1976, the United States adopted legislation under which American
monetary policy had to meet two goals: price stability but also
employment, as much as possible. Between the two, there are
arbitrations that take place. Recently, the United States changed
their approach somewhat by setting targets.
M. Poloz : Moi aussi.
La sénatrice Bellemare : C’est une économiste et spécialiste du
marché du travail. Les États-Unis ont adopté en 1976 une loi
selon laquelle la politique monétaire américaine devait viser deux
objectifs : la stabilité des prix mais aussi l’emploi, au maximum.
Entre les deux, il y a des arbitrages à faire. Dernièrement, les
États-Unis ont quand même un peu changé leur orientation en se
fixant des cibles.
1-5-2014
Banques et commerce
9:29
I was wondering whether you agreed with this approach and if
you would agree with the idea of adding job creation to your
mandate. At this time, your mandate only includes price stability,
even if you do take that into consideration. If it was included,
would you agree?
Je me demandais si vous étiez d’accord avec cette approche et si
vous seriez d’accord pour qu’on ajoute à votre mandat
proprement dit la poursuite de la création d’emplois. Car à
l’heure actuelle, votre mandat ne comprend que la stabilité des
prix, même si vous prenez cela en considération. Si c’était inclus,
seriez-vous d’accord?
Mr. Poloz: That is not officially part of our mandate. Our
mandate pertains to price stability and the rate of inflation. In my
opinion, these two are consistent. Our goal of 2 per cent inflation
would be an objective in which the production gap would be
closed and, I hope and I am convinced, would eventually close the
gap in the labour market capacity as well. These things are
therefore consistent. There is no true compromise between the
two. It may seem so to observers but it is not the case. It is a false
compromise in my opinion. In the end, all conditions will be
optimal, with a rate of inflation that is stable, predictable and
consistent with our goal.
M. Poloz : Ce n’est pas officiellement notre mandat. Notre
mandat vise la stabilité des prix et le taux d’inflation. Quant à
moi, les deux sont cohérents. Notre objectif d’inflation à 2 p. 100
serait un objectif dans lequel l’écart de production serait fermé et,
je l’espère et j’en suis convaincu, éventuellement l’écart de la
capacité dans le marché du travail sera fermé aussi. Donc ces
choses sont cohérentes. Ce n’est pas un vrai compromis entre les
deux. Ça semble l’être pour les observateurs mais ce ne l’est pas
vraiment. C’est un faux compromis à mon avis. Dans le fond,
toutes les conditions seront optimales, avec un taux d’inflation
stable, prévisible et conforme à notre objectif.
Senator Bellemare: So, what you are telling me is that we could
combine both objectives within the same mandate without any
problem.
La sénatrice Bellemare : Finalement, ce que vous me dites, c’est
qu’on pourrait combiner les deux objectifs dans le mandat et il n’y
aurait pas de problème.
Mr. Macklem: Since you are an economist, I will tell you that
there is not a Philips curve with long-term stability, so there is no
compromise. Therefore, both are consistent. Even the Federal
Reserve, in explaining its policies, states that its primary goal is to
maintain well-anchored inflation expectations, because if they are
not, there will not be job growth; there will be several problems in
the economy. This is reflected in policies. The frameworks are not
much different. They are explained a bit differently, but
ultimately, they are based on the same objectives.
M. Macklem : Comme vous êtes économiste, je vous dirais
qu’il n’y a pas une courbe de Philips stable à long terme, donc il
n’y a pas de compromis. Donc, les deux sont cohérents. Même la
réserve fédérale, quand elle explique ses politiques, son premier
objectif est de maintenir les anticipations d’inflation bien ancrées,
parce que si elles ne le sont pas, il n’y aura pas de croissance
d’emplois; il y aura plusieurs problèmes dans l’économie. Cela se
reflète dans les politiques. Les cadres ne sont pas tellement
différents. Ils sont expliqués un peu différemment, mais dans le
fond, ils sont fondés sur les mêmes objectifs.
[English]
[Traduction]
Senator Greene: Thank you very much for being here. My
question is a little off topic, but it certainly relates to your work
and the work the committee is doing. Our committee is engaged in
a study of a digital currency, in particular the bitcoin. It’s fair to
say that the bitcoin is probably the first among many digital
currencies. The bitcoin might transform itself into something
more powerful and acceptable or maybe tomorrow there will be
another artificial coin launched.
Le sénateur Greene : Merci beaucoup d’être des nôtres. Ma
question est un peu hors sujet, mais elle porte sur votre travail
ainsi que sur le travail qu’effectue le comité. Notre comité prend
part à une étude sur la devise numérique et nous nous penchons
plus particulièrement sur le bitcoin. Je crois que l’on peut conclure
que le bitcoin est sans doute le premier parmi bon nombre de
devises numériques. Le bitcoin pourrait se transformer en quelque
chose de plus puissant et de plus acceptable. Il se pourrait
également que l’on mette sur pied une autre monnaie artificielle à
l’avenir.
As a central banker, what is the impact of a digital currency on
central bank operations on your forecasting and its effect on the
supply of money?
En tant que banquier central, comment évaluez-vous
l’incidence qu’aura une devise numérique sur les opérations de
la banque centrale et ses effets sur la masse monétaire?
Mr. Poloz: I’m going to preface the answer, and then I’m going
to turn it over to Tiff, who has followed this subject very closely.
It’s a good opportunity for him to show you the stuff he knows
the day before he leaves us.
M. Poloz : Je vais d’abord répondre à la question, puis céder la
parole à Tiff, qui suit cette question de très près. Ce sera pour lui
une occasion en or de nous présenter toutes ses connaissances la
veille de son départ.
As you’ve alluded to in your question, these are early days in
this field. Our responsibilities are to the monetary and payment
systems. So far digital currencies have not made it to what we
would call money. They don’t satisfy all those criteria. It’s maybe
Comme vous l’avez indiqué dans votre question, nous en
sommes encore au tout début de ce nouveau domaine. Nous
sommes chargés de la politique monétaire et des systèmes de
paiement. Jusqu’ à présent, les devises numériques ne
9:30
Banking, Trade and Commerce
1-5-2014
better to think of them now as settlement systems or payment
systems, in which case you compare their deficiencies and the risks
associated with them. We’re following that carefully. We’ve got a
team analyzing those things and collaborating with researchers
outside of the bank. We’ll be launching a new website to share
that with people and to encourage others to participate.
correspondent pas encore à ce que nous appelons de l’argent.
Elles ne satisfont pas encore à tous les critères. Il vaut peut-être
mieux les considérer comme des systèmes de règlement ou de
paiement, auquel cas on peut comparer leurs lacunes et les risques
connexes. Nous suivons ce dossier de près. Nous sommes dotés
d’une équipe qui analyse tout cela et qui collabore avec des
chercheurs à l’extérieur de la banque. Nous allons mettre sur pied
un nouveau site web pour faire part de ces renseignements aux
gens et encourager d’autres personnes à participer.
From my point of view, we’ve got a way to go before we need
to be thinking about the policy implications of it. Anything like
that requires that we be all over it in terms of what’s going on
next.
À mon avis, nous avons encore du chemin à faire avant de
devoir penser aux incidences que cela pourrait avoir sur le plan
des politiques. Pour ce faire, il faut être absolument au courant de
ce qui se passera par la suite.
Maybe you would like to offer some specifics on that.
Peut-être que vous pouvez fournir plus de détails à ce sujet.
Mr. Macklem: It’s a big question. We’re very pleased that your
committee is looking at this. There are potential implications for
monetary policy. The Governor indicated they seem somewhat
speculative and far off, but there are also implications for
consumer protection, anti-money laundering, for a variety of
aspects. It’s a very good topic for you to be looking at. A couple
of our colleagues have appeared, and as our research progresses in
analysis, we would certainly be happy to come back.
M. Macklem : Il s’agit d’une grande question. Nous sommes
ravis que votre comité examine ce sujet. Cela pourrait avoir des
répercussions sur la politique monétaire. Le gouverneur a indiqué
que l’on en est encore à des suppositions et qu’on a encore du
chemin à faire, mais il y a également des répercussions en ce qui a
trait à la protection des consommateurs, au blanchiment d’argent
et à d’autres enjeux. Il s’agit d’un excellent sujet sur lequel se
pencher. Plusieurs de nos collègues ont déjà comparu au comité
et, lorsque nous aurons approfondi notre recherche en la matière,
nous serons ravis de revenir vous voir pour vous en parler.
I’m just on the cusp of leaving the bank. I started at the bank in
1984, 30 years ago, and through my entire career at the bank the
demise of cash has been much predicted. There have been periodic
innovations where people thought that we would be moving to a
cashless society. Cash has been remarkably durable, even with the
increased use of credit and debit cards. Now you have tap-and-go
cards. It’s true we’re all using those more and cash less than we
did 30 years ago. Nonetheless, cash has been remarkably resilient.
If you look at the growth of cash in the economy, it has grown
roughly in line with the growth of nominal income; so on the
balance sheet of the Bank of Canada, which the big block of it is
currency cash, it appears as liability on the Bank of Canada’s
balance sheet. That is matched with our assets, basically
government bonds which we buy with the money, and since we
earn interest on the bonds and we don’t pay interest on the cash,
that’s our source of revenue, and economists call that seigniorage.
Je suis sur le point de quitter la banque. J’ai commencé à y
travailler en 1984, il y a 30 ans. Tout au long de toute ma carrière
à la banque, on a toujours prédit la disparition de l’argent liquide.
Il y a eu des innovations périodiques qui ont amené les gens à
penser qu’on allait passer à une société sans numéraire. Mais
l’argent liquide a été remarquablement durable, et ce, en dépit
d’une utilisation accrue de cartes de crédit et de débit. Nous avons
désormais des cartes qu’il suffit d’agiter devant un récepteur. Il est
vrai que nous utilisons davantage ces cartes et que nous avons
moins recours à l’argent liquide qu’il y a 30 ans. Quoi qu’il en soit,
l’argent liquide a fait preuve d’une résilience remarquable. Si vous
examinez la croissance de l’argent liquide dans l’économie, vous
verrez qu’il a crû à peu près au même rythme que la croissance du
revenu nominal. Ainsi, sur le bilan de la Banque du Canada, dont
l’essentiel est représenté par de la monnaie, on y voit l’argent
liquide à titre de passif. Cela est apparié à nos actifs. En gros, il
s’agit des obligations gouvernementales qui nous permettent
d’acheter l’argent et, puisque nous gagnons un intérêt sur ces
obligations et que nous ne payons pas d’intérêt sur l’argent, il
s’agit de notre source de revenu. Les économistes l’appellent le
revenu de seigneuriage.
Getting to the consequences, if an alternative to cash were to
gain significant traction and become a bigger part of the
economy, our balance sheet would shrink, and the revenue,
most of which we remit to the government because our expenses
are a small part of what we earn in revenue. If you have a licence
to print money, it’s a very good business. Governments get the
profits of that business. If our balance sheet would shrink, there
would be less money going to the government.
Parlons maintenant des conséquences. Si une solution de
rechange à l’argent liquide gagne en popularité et joue un rôle
plus important dans notre économie, notre bilan rétrécirait ainsi
que le revenu, dont nous remettons la plupart au gouvernement,
car nos dépenses ne sont qu’une petite partie de ce que nous
gagnons en revenu. Si vous avez un permis pour imprimer de la
monnaie, alors il s’agit d’une excellente affaire. Les
gouvernements en récoltent les profits. Si notre bilan se rétrécit,
alors le gouvernement recevra moins d’argent.
1-5-2014
Banques et commerce
9:31
Now, on the margin, that’s probably not a big issue. This is
getting very speculative, but at a certain point having a balance
sheet is important for conducting monetary policy. It’s important
for conducting financial stability. During the crisis, for example,
our balance sheet increased by about $40 billion because we set up
various liquidity facilities to ensure that credit could keep flowing
in the economy.
Mais, si nous nous concentrons sur la marge, il ne s’agit peutêtre pas d’un si grand enjeu. Tout cela est fort hypothétique, mais
il importe d’avoir un bilan pour déterminer la politique monétaire
et pour créer une stabilité financière. Durant la crise, par exemple,
notre bilan a crû d’environ 40 milliards de dollars, car nous avions
créé plusieurs concours de trésorerie pour veiller à ce que le crédit
continue à circuler dans l’économie.
This isn’t just the Bank of Canada; any central bank could be
affected. Having said that, that seems pretty far off. The more
pressing issues are around consumer protection, around potential
for illicit uses, and more generally you have to think of electronic
money. There are all kinds e-money, but there are also epayments, person-to-person, business-to-business, and having
innovation and improved efficiency in our payment system is a
good thing. While you do want to make sure there is appropriate
regulation and consumer protection, you don’t want to stifle
innovation.
Cela ne touche pas seulement la Banque du Canada. Toutes les
banques centrales pourraient être concernées. Cela dit, on semble
encore très loin d’une telle éventualité. Les enjeux les plus
pressants concernent plutôt la protection des consommateurs et le
risque d’un usage illicite; de façon plus générale, il faut aussi se
pencher sur la monnaie électronique. Il existe toutes sortes de
devises électroniques, mais il y a également les paiements
électroniques, d’une personne à une autre, et d’une entreprise à
une autre. L’innovation et l’amélioration de l’efficacité dans notre
système de paiement sont une bonne chose. Même si on tient à
établir des règlements adéquats et à protéger les consommateurs,
on ne veut pas toutefois freiner l’innovation.
There are certain applications of some global currencies that
could be quite helpful; for example, payments of remittances
which can be quite expensive. There could be some more efficient
global means of doing that. That could certainly benefit the
workers and their families back home.
Il existe certaines applications de devises mondiales qui
pourraient être fort utiles. Je songe, notamment, à l’envoi de
fonds qui peut coûter très cher. On pourrait peut-être le faire de
manière plus efficace et à l’échelle mondiale. Cela serait à
l’avantage des travailleurs et de leurs familles.
It’s something we need to watch closely. There are some
countries that have started to introduce some regulations, and
we’re certainly looking at other international examples. It
wouldn’t simply be the Bank of Canada; it’s also the
Department of Finance. Much of this legislation would come
under their responsibility.
C’est quelque chose qu’il faudra examiner de près. Il y a des
pays qui ont commencé à mettre sur pied des règlements et nous
examinons ce qui se passe ailleurs dans le monde. Cela ne
toucherait pas seulement la Banque du Canada, mais également le
ministère des Finances, à qui incomberait une grande partie de
cette mesure législative.
You can also look at historical examples. I think you have had
somebody come and talk to you about that in front of your
committee, going back to where banks issued their own currencies
and then eventually governments took over the issuance of that.
There are good reasons for that.
On peut également examiner les exemples historiques. Je pense
qu’un témoin vous a déjà parlé de l’époque où les banques
émettaient leurs propres devises et il vous a expliqué comment, au
fil du temps, les gouvernements se sont attribué cette tâche. Il y a
de bonnes raisons à cela.
It’s an active area of research and analysis, and as I said, we
would be happy to come back.
Il s’agit d’un domaine de recherche et d’analyse sur lequel nous
nous penchons activement et, comme je l’ai mentionné, nous
serons ravis de revenir vous en reparler.
Senator Massicotte: In your report you have an annex or an
addition talking about the effect of shale gas on our economy. As
you know, Canada is proposing many pipelines to get its
predominantly Alberta resources to international waters. We’re
having some difficulties, and who knows what will happen. How
important is that issue? If it does not occur, what is the percentage
effect on your GDP predictions?
Le sénateur Massicotte : Dans votre rapport, vous avez ajouté
une annexe qui porte sur les effets du gaz de schiste sur notre
économie. Comme vous le savez, le Canada propose de construire
un grand nombre de pipelines afin d’acheminer les ressources qui
proviennent surtout de l’Alberta et de les transporter vers les eaux
internationales. Nous nous heurtons à certaines difficultés et nous
ne savons pas encore ce qui arrivera. À quel point cet enjeu est-il
important? Si ce projet n’est pas mené à bien, quel effet cela aurat-il sur les prévisions que vous avez établies relativement au PIB?
Mr. Poloz: I don’t have numbers for you on specific bits of
infrastructure, but what we know is that the economy is already
generating a great deal of GDP from the energy sector. We have
M. Poloz : Je n’ai malheureusement pas de chiffres à vous
fournir en ce qui a trait à une infrastructure bien précise, mais
nous savons que le secteur énergétique génère une bonne partie du
9:32
Banking, Trade and Commerce
1-5-2014
had a relatively good convergence of Western Canada slack with
global prices as delivery constraints have been eased primarily
through the use of rail but also some pipeline developments.
PIB de notre économie. Nous avons connu une convergence
relativement bonne entre l’Ouest canadien et les prix mondiaux,
car les limites d’approvisionnement ont été allégées,
principalement grâce à l’utilisation du chemin de fer, mais aussi
grâce à certains projets de construction de pipelines.
If we have more capacity and there is more demand, having the
ability to deliver will add directly to GDP; the investment related
to it will add to GDP. That’s something we could analyze if it was
in front of us, and if we knew it was happening.
Si nous avons plus de capacités et qu’il y a plus de demande, la
capacité d’approvisionnement se traduira par une augmentation
directe de notre PIB; l’investissement connexe fera également
augmenter le PIB. C’est quelque chose que nous pourrions
analyser si nous disposions de toutes les données et que nous
savions que cela avait lieu.
As you can tell, the economy has a pretty good engine going. In
my mind, it’s not a question of whether the economy goes into the
dark or grows back. It’s not a knife-edged thing, but one that
would enhance our ability to deliver to a growing global economy
over time.
Comme vous pouvez le voir, l’économie va bon train. À mon
avis, il ne s’agit pas de se demander si l’économie va en souffrir ou
si elle va se rétablir. Il ne s’agit pas d’un enjeu qui est sur la corde
raide; c’est plutôt une initiative qui permettrait d’accroître, au fil
du temps, notre capacité d’approvisionner une économie
mondiale croissante en pleine expansion.
Senator Massicotte: It’s always important, but it’s not
materially important to the Canadian economy?
Le sénateur Massicotte : C’est toujours important, mais ce n’est
pas matériellement important pour l’économie canadienne?
Mr. Poloz: I consider it important in the sense that we are
operating in a constrained fashion, and so the economy is finding
ways to adapt to that. It would be better if there were no such
constraints, but it’s a really hard optimization problem.
M. Poloz : J’estime que c’est important dans la mesure où nous
fonctionnons avec des limites et que l’économie est toujours en
train d’essayer de trouver des moyens de s’y adapter. Ce serait
mieux s’il n’y avait pas de limites, mais il s’agit d’un problème
épineux en matière d’optimisation.
Our economy is doing quite well in that sector, so despite the
lack of decisions on certain pipeline issues, would it be better?
Obviously, in some form, and I wouldn’t put a number beside it,
but it’s not as though if we don’t get those decisions the thing
stops. It’s doing pretty well.
Notre économie affiche un très bon bilan dans ce secteur; alors,
malgré l’indécision au sujet des pipelines, est-ce que les choses
iraient mieux? Bien sûr que oui, dans une certaine mesure, mais je
ne pourrais pas chiffrer cela. Toutefois, ce n’est pas comme si le
fait de ne pas avoir de décisions freinait l’économie. Les choses
vont bon train.
Senator Hervieux-Payette: If we want to create jobs, we need to
be more competitive and to have more exports. Our market is
limited. At home I have a German spouse who has family, and I
go there often. I work with the Canadian Germany Chamber of
Commerce in Canada. They have high salaries and social benefits
that match our own. The euro is very expensive so we’re talking
about handicaps supposedly for export.
La sénatrice Hervieux-Payette : Si nous voulons créer des
emplois, il faudra accroître notre compétitivité et nos
exportations. Notre marché est limité. À la maison, j’ai un
époux allemand qui a de la famille dans son pays d’origine et nous
y voyageons fort souvent. D’ailleurs, je travaille avec la Chambre
canadienne allemande du commerce au Canada. Les Allemands
touchent des salaires élevés et ils bénéficient d’avantages sociaux
qui s’apparentent aux nôtres. L’euro coûte très cher, ce qui
devrait poser des obstacles aux exportations.
The only place where they have an advantage over us is
manpower training, and also the partnership between government
and business. Over there they have these chambers of commerce
that they finance generously, but the companies are contributing
to it, around the world, and they have a tradition; for a few years,
they have been number two to China.
Le seul avantage qu’ils ont par rapport à nous, c’est la
formation de la main-d’œuvre ainsi que le partenariat entre le
gouvernement et les entreprises. En Allemagne, on trouve des
chambres de commerce que le gouvernement finance très
généreusement, mais les sociétés y contribuent également,
partout dans le monde. Il y a aussi une tradition. Depuis
plusieurs années, l’Allemagne se classe deuxième après la Chine.
I think our own businessmen — the large ones like
Bombardier, I’m not thinking of that — I am thinking about
the second tier, and they are not necessarily familiar. Governor,
you are more knowledgeable than all of us because you were in
the export business. Do we have that kind of international
network to support, educate and sell? Once we have solved the
En ce qui concerne nos propres entrepreneurs, je ne pense pas
aux grandes entreprises comme Bombardier, mais aux entreprises
de deuxième catégorie, que nous ne connaissons pas
nécessairement. Monsieur le gouverneur, vous en savez plus
que nous tous, ayant travaillé dans le secteur de l’exportation.
Avons-nous un tel réseau international pour le soutien, la
1-5-2014
Banques et commerce
9:33
problem of investing and modernizing our companies, how are we
going to come to grips with being competitive, not just relying on
oil and gas?
formation et la vente? Une fois résolu le problème de
l’investissement et de la modernisation de nos entreprises,
comment veiller à ce qu’elles soient concurrentielles, pour ne
pas uniquement compter sur le pétrole et le gaz?
Mr. Poloz: This goes pretty deep beyond monetary policy. You
have highlighted Germany as an example, which is an economy
that functions very well, and some of the things you’ve put your
finger on are pretty obvious positives.
M. Poloz : C’est une question qui va bien au-delà de la
politique monétaire. Vous avez donné l’exemple de l’Allemagne,
qui jouit d’une économie en pleine forme. Vous avez cerné des
éléments positifs.
You mentioned manpower training. It’s even broader. There is
a very strong matching system. The associations of the
Mittelstadt, the medium-sized companies, have very strong
coordination about what skills are needed, what jobs are
available, who apprentices for what, and it’s all collaborated
with the schools, and it seems to run extraordinarily well. I don’t
have a deep familiarity with it, but from that superficial
observation it seems to work extraordinarily well.
Vous avez fait mention de la formation de la main-d’œuvre. La
question est très large. En Allemagne, il existe un très bon système
d’appariement. Les associations de Mittelstadt, qui regroupent les
entreprises de taille moyenne, se concertent régulièrement. Ainsi,
elles savent quelles sont les compétences recherchées, quels
emplois sont à pourvoir et qui suit une formation d’apprenti.
Les associations travaillent en collaboration avec les écoles, et le
tout semble fonctionner rondement. Je n’en suis pas un expert,
mais de ce point de vue général, il semble que ce système
fonctionne extrêmement bien.
You contrast that to our situation, and it’s not that we have
poor systems, but that we have a bigger issue. We have a much
bigger country, much more diverse both geographically and
sectorally. So the potential for mismatches or the kinds of
adjustments that we need is greater than they have there. I will not
deny your premise, which is that even though they seem to have
high costs and typically a pretty strong currency, they seem able
to deliver. Their level of productivity in that industrial sector is
extraordinarily high. The investments they have made over time
have paid well.
En revanche, nos systèmes ne laissent pas à désirer, mais au
Canada, la question est plus complexe. Notre pays est beaucoup
plus vaste et il se caractérise par des différences géographiques et
sectorielles. Le risque d’inadéquation est plus élevé au Canada,
d’où le besoin de faire des ajustements. Votre prémisse est tout à
fait juste, à savoir que malgré leurs coûts élevés et la force de leur
devise, les Allemands semblent obtenir des résultats. Dans ce
secteur industriel, leur taux de productivité est très élevé. Les
investissements qu’ils ont faits portent leur fruit.
They also have really strong brand value. There are a lot of
things that go into that. I suppose there are lessons for us in it, but
I would remind you that our problem is a much more diverse and
bigger country. The adjustment issues we face are much greater
than theirs.
Leur image de marque est également très forte, et ce, pour bien
des raisons. Je suppose que nous pouvons en tirer des
enseignements, mais je vous rappelle que notre pays est
beaucoup plus vaste et plus diversifié. Nous devons faire des
ajustements qui sont beaucoup plus importants que les leurs.
Senator Hervieux-Payette: You forgot the strong partnership
between government and enterprise. I am thinking of Korea that
has a very strong partnership. France has a very strong
partnership with their businesses. It seems that here, maybe at
the top level, but when it comes to lower levels, I don’t think we
assist our firms to fight the international fight.
La sénatrice Hervieux-Payette : Vous avez oublié le partenariat
étroit entre l’État et les entreprises. Je pense à la Corée, qui jouit
d’un lien très étroit avec ses entreprises; il en va de même pour la
France. Au Canada, c’est peut-être le cas pour les grandes
entreprises, mais pour les moins grandes, je ne crois pas que nous
leur donnions les moyens de réussir à l’échelle internationale.
Mr. Macklem: This is a little speculative, but when you look at
the productivity puzzle in Canada, one thing you can see is that
Canadian firms have tended to invest less in machinery and
equipment than American firms, which is one of the key
underlying drivers of productivity growth because it embeds
new technology.
M. Macklem : C’est peut-être de la conjecture, mais sur le plan
de la productivité, les entreprises canadiennes ont moins
renouvelé leur matériel que leurs homologues américains. Ces
nouvelles technologies sont essentielles pour la croissance de la
productivité.
The other thing you see is that even where they have invested,
we don’t seem to be getting the productivity boost that some other
countries have. One country that does very well in this respect is
Germany. They do invest a lot, but they also get a lot out of their
investments.
Même lorsque nos entreprises y ont investi, le taux de
productivité ne semble pas augmenter comme dans d’autres
pays. L’Allemagne, par exemple, fait figure de proue. Elle investit
beaucoup, mais ses investissements sont rentables.
9:34
Banking, Trade and Commerce
Speaking of these medium-sized firms, one of the things they
seem to do in Germany — and do well — are firms that come into
these firms and help them optimize their new machines, their
processes. You don’t get the machine and put it on the floor,
switch it on and boom you have productivity. It’s how you change
your processes and take full advantage of the machine. There is a
sector in Germany that facilitates this. I think that is something
that is worth looking at.
[Translation]
Senator Bellemare: I was fascinated by table 1 in which the
share of global GDP expressed in percentage is 20 per cent for the
United States and 15 per cent for China. When do you think
China will surpass the United States? Will that happen soon
according to your forecasting and will it change the balance
within economic policy?
Mr. Macklem: It has already changed.
1-5-2014
À propos des entreprises de taille moyenne, l’Allemagne
compte des entreprises qui en aident d’autres à optimiser leur
nouveau matériel et leurs processus. Il ne s’agit pas d’acheter la
machine, de l’installer, de l’allumer et de s’attendre à une
augmentation de productivité. Il faut adapter ses processus et
tirer profit au maximum du nouveau matériel. En Allemagne, il y
a un secteur qui s’y spécialise, et je crois qu’il serait utile de s’en
inspirer.
[Français]
La sénatrice Bellemare : J’ai été fascinée par le tableau 1, où on
voit que la part du PIB mondial en pourcentage est actuellement
pour les États-Unis de 20 p. 100 et pour la Chine de 15 p. 100.
Quand croyez-vous que la Chine surpassera les États-Unis? Est-ce
pour bientôt selon vos prévisions et est-ce que cela changera
l’équilibre dans la politique économique?
M. Macklem : Cela a déjà changé.
Mr. Poloz: Things are changing very rapidly, that is true. We
cannot ignore the importance of that reality. It is increasing. For
example, if we look at China’s rate of growth, it was 8 to
10 per cent five years ago. Everyone thinks this trend will
continue, but we can see that rates of growth are lower than
predicted, that is between 6 to 8 per cent. That seems much lower
than 8 to 10 per cent, but the scope is so huge now that it places
much greater demand on the global economy than previously.
From Canada’s point of view, it is not the rate of growth that
matters, but rather the size of the demand.
M. Poloz : Cela change très rapidement, c’est vrai. On ne peut
pas oublier l’importance de cette réalité. Cela augmente. Par
exemple, si on parle du taux de croissance de la Chine, il y a cinq
ans, il était de 8 à 10 p. 100. Tout le monde pense que cela va
continuer, mais on voit que les taux de croissance sont plus bas
que prévus, soit autour de 6 à 8 p. 100. Cela semble beaucoup
moins que 8 ou 10 p. 100, mais la taille est tellement grande
maintenant que cela ajoute plus de demandes à l’économie
mondiale qu’auparavant. Du point de vue du Canada, ce n’est pas
le taux de croissance qui compte, mais la taille de la demande.
Clearly, it will not take long for China to become the biggest.
At the same time, the process of increasing personal income is
much more important. That will take at least a generation,
perhaps 40 years or something like that.
Il est évident qu’il ne faudra pas beaucoup de temps à la Chine
pour devenir la plus grande. En même temps, ce processus
d’augmentation du revenu par personne est beaucoup plus
important. Cela prendra une génération au minimum, peut-être
même 40 ans ou quelque chose comme cela.
South Korea, for example, took 30 years to do it. It began in
the same way as in Japan. In 1960, Japan was around 25 per cent
when compared with the American standard of living. Thirty
years later, in 1990, Japan has achieved the same standard of
living as the United States. We will probably see practically the
same phenomenon in China.
La Corée du Sud, par exemple, a pris environ 30 ans. Cela a
commencé comme au Japon. En 1960, le Japon était peut-être à
25 p. 100 du niveau de vie des États-Unis. Trente ans plus tard, en
1990, il était arrivé au même niveau que les États-Unis. On verra
presque le même phénomène en Chine probablement.
Senator Bellemare: Thank you very much.
[English]
La sénatrice Bellemare : Merci beaucoup.
[Traduction]
The Chair: That concludes our questions. Governor, senior
deputy governor, we express our appreciation for your being here
today.
Le président : Cela met fin à nos questions. Monsieur le
gouverneur, et monsieur le premier sous-gouverneur, nous vous
remercions de votre présence ici aujourd’hui.
I usually conclude my remarks by saying that I express
appreciation from everyone one around the table — and I’m
speaking particularly to you today, Tiff — but I don’t think I
need to say that because you have heard each member of the
committee express to you personally their appreciation for the
service you have given to Canada and to the enlightenment you
have given to our committee on so many occasions.
D’habitude, je termine la séance en remerciant tout le monde
qui est autour de la table — et aujourd’hui, je m’adresse
particulièrement à vous, Tiff —, mais je ne pense pas avoir
besoin de le faire parce que chacun des membres du comité vous a
déjà exprimé sa reconnaissance pour les services que vous avez
rendus au Canada et les éclaircissements que vous avez maintes
fois fournis à notre comité.
1-5-2014
Banques et commerce
9:35
I must say I will look back on it not only recognizing your
great intellect, but always with the most extreme grace.
Je dois dire que quand j’y repenserai, je ne pourrai que
reconnaître votre grande intelligence, mais aussi la grâce avec
laquelle vous l’affichez.
I want to reiterate to my colleagues and to you, Tiff, that in my
opening remarks I indicated that this is your last day at the Bank
of Canada. I want to emphasize that what I did not say was that
this would be your last appearance before the Banking
Committee, whether it be bitcoin —
J’ai déjà signalé à mes collègues, dans mes observations, que
c’est aujourd’hui votre dernier jour à la Banque du Canada, Tiff.
Je tiens à préciser que je n’ai pas dit que ce serait votre dernière
comparution devant le Comité des banques, que ce soit pour
parler du bitcoin...
Senator Hervieux-Payette: Under his current title.
La sénatrice Hervieux-Payette : Dans ses fonctions actuelles.
The Chair: Under the current title. That’s what I’m saying. This
would not be his last appearance, whether it be bitcoin, as Senator
Greene raised, or other subjects that come up.
Le président : Dans ses fonctions actuelles, c’est bien ce que je
dis. Ce ne sera pas sa dernière comparution devant notre comité,
que ce soit pour parler du bitcoin, comme le disait le sénateur
Greene, ou d’autres sujets qui pourraient être soulevés.
We look forward to seeing you back here at the committee, and
again we express our greatest good wishes for your future. Thank
you.
Nous sommes impatients de vous revoir devant le comité et,
encore une fois, nous vous offrons nos meilleurs vœux pour
l’avenir. Merci.
Senator Massicotte: I thought we should note given the
importance of Tiff’s contribution to Canada that he purposely
chose to retire on a presentation to us. I mean, to his last minute.
Obviously we’re very important in his life, and he’s showing his
appreciation of our services.
Le sénateur Massicotte : Je crois qu’il faut souligner que Tiff a
volontairement choisi de prendre sa retraite après avoir témoigné
devant nous, ce qui met en valeur l’importance de sa contribution
au Canada. Il nous aura donc servis jusqu’à la dernière minute.
De toute évidence, nous comptons beaucoup pour lui, et c’est sa
façon de montrer sa reconnaissance envers nos services.
Mr. Macklem: I will say it has been very much a privilege and
we appreciate your interest in the Bank of Canada. Thank you.
M. Macklem : Je tiens à dire que c’est un immense privilège et
je vous remercie de l’intérêt que vous portez à la Banque du
Canada.
The Chair: Before I terminate the meeting, tomorrow morning
we are commencing at 10:30. The subject matter will be a study of
Bill C-31, certain areas that have been devoted to us. Our opening
comments will be from the Minister of Finance, Minister Oliver,
plus officials. And we have received permission that we may sit
for an extra hour if necessary because there will be a number of
officials here. We will continue with our studies.
Le président : Avant de mettre fin à la réunion, je précise que
nous commençons demain à 10 h 30. Nous allons procéder à
l’étude du projet de loi C-31, puisqu’on nous a chargés
d’examiner certains aspects de ce projet de loi. Nous allons
entendre tout d’abord les observations liminaires du ministre des
Finances, M. Oliver, et il sera accompagné de fonctionnaires.
Nous avons été autorisés à siéger une heure de plus, au besoin,
puisque nous recevrons un grand nombre de fonctionnaires. Nous
allons poursuivre nos études.
(The committee adjourned.)
(La séance est levée.)
OTTAWA, Thursday, May 1, 2014
OTTAWA, le jeudi 1er mai 2014
The Standing Senate Committee on Banking, Trade and
Commerce, met this day at10:30 a.m. to examine the subjectmatter of those elements contained in Parts 2, 3 and 4 and
Divisions 2, 3, 4, 8, 13, 14, 19, 22, 24 and 25 of Part 6 of Bill C-31,
An Act to implement certain provisions of the budget tabled in
Parliament on February 11, 2014 and other measures.
Le Comité sénatorial des banques et du commerce se réunit
aujourd’hui, à 10 h 30, pour examiner la teneur des éléments des
parties 2, 3 et 4 et les sections 2, 3, 4, 8, 13, 14, 19, 22, 24 et 25 de
la partie 6 du projet de loi C-31, Loi portant exécution de
certaines dispositions du budget déposé au Parlement le 11 février
2014 et mettant en œuvre d’autres mesures.
Senator Irving Gerstein (Chair) in the chair.
Le sénateur Irving Gerstein (président) occupe le fauteuil.
9:36
Banking, Trade and Commerce
[English]
1-5-2014
[Traduction]
The Chair: Today we will begin a series of five meetings as part
of the pre-study of Bill C-31, Economic Action Plan 2014, No. 1,
otherwise known as an Act to implement certain provisions of the
budget tabled in Parliament on February 11, 2014 and other
measures on February 11, 2014, and other measures.
Le président : Nous commençons aujourd’hui une série de
cinq réunions au cours desquelles nous ferons notre étude
préalable du projet de loi C-31, Loi no 1 sur le plan d’action
économique de 2014, qu’on appelle aussi Loi portant exécution de
certaines dispositions du budget déposé au Parlement le 11 février
2014 et mettant en œuvre d’autres mesures.
This morning we are pleased to welcome the Minister of
Finance, the Honourable Joe Oliver, who will be with the
committee for approximately 30 minutes.
Nous sommes ravis d’accueillir aujourd’hui le ministre des
Finances, l’honorable Joe Oliver, qui sera parmi nous au cours
des 30 prochaines minutes environ.
He will be followed by a number of government officials, and
that’s an understatement as I look out in front of me, who will
review the various provisions that have been assigned to our
committee.
Il sera suivi d’un certain nombre de représentants du ministère,
c’est le moins qu’on puisse dire, qui passeront en revue les
dispositions qui ont été confiées à notre comité.
First, Minister Oliver, I would like to congratulate you on your
appointment as Minister of Finance. It is indeed a pleasure to
have you here this morning in your first appearance ever before
the Senate Banking Committee. I understand you have two
officials from the Department of Finance joining you; namely,
Mr. Brian Ernewein, General Director of Tax Policy Branch; and
Mr. Toni Gravelle, General Director of Financial Sector Policy
Branch.
Monsieur le ministre, je veux tout d’abord vous féliciter de
votre nomination en tant que ministre des Finances. C’est bien
entendu un plaisir de vous accueillir aujourd’hui à votre première
comparution devant le Comité sénatorial des banques. Je crois
savoir que deux représentants de votre ministère vous
accompagnent : M. Brian Ernewein, directeur général de la
Direction de la politique de l’impôt; et M. Toni Gravelle,
directeur général de la Direction de la politique du secteur
financier.
Minister, the floor is yours.
La parole est à vous, monsieur le ministre.
Hon. Joe Oliver, P.C., M.P., Minister of Finance: Thank you
very much, Senator Gerstein, for your welcome, and honourable
senators. I appreciate the opportunity today to address Bill C-31,
which implements certain provisions of Economic Action Plan
2014, tabled in Parliament on February 11, 2014.
L’honorable Joe Oliver, C.P., député, ministre des Finances :
Sénateur Gerstein, mesdames et messieurs les sénateurs, je vous
remercie beaucoup de votre accueil. Je suis ravi de pouvoir vous
parler aujourd’hui du projet de loi C-31, qui porte exécution de
certaines dispositions du plan d’action économique de 2014
déposé au Parlement le 11 février 2014.
I would like to provide an overview of the finance items of the
bill and in particular Parts 2, 3, and 4 and several divisions of
Part 6.
J’aimerais vous donner un aperçu des dispositions du projet de
loi portant sur les finances, en particulier celles contenues dans les
parties 2, 3 et 4 et plusieurs sections de la partie 6.
First, let me outline the bill’s overall objectives. Our
government’s priorities have been clear — creating jobs and
promoting economic growth and long-term prosperity for
Canadians, while standing up for families and their
communities across Canada.
Permettez-moi tout d’abord de rappeler les objectifs généraux
du projet de loi. Les priorités de notre gouvernement sont claires
— créer des emplois, favoriser la croissance et appuyer la
prospérité à long terme pour les Canadiens, tout en défendant
les intérêts des familles et des collectivités du pays.
Underpinning these objectives is a commitment to return to
balanced budgets in 2015.
L’engagement du gouvernement de rétablir l’équilibre
budgétaire en 2015 est à la base de ces objectifs.
[Translation]
By balancing the budget and reducing the debt, we can invest
more tax revenue in improving Canada’s economic potential,
rather than servicing the debt. That kind of fiscal prudence is
what allows us to deal with unforeseen circumstances, like the
recent global recession. That long-term advantage is why our
government has brought down the deficit by nearly two thirds
since the recession.
[Français]
En retournant à l’équilibre budgétaire et en réduisant la dette,
nous pourrons consacrer plus de dollars issus de l’impôt à
l’amélioration du potentiel économique du Canada au lieu de
payer le service de la dette. C’est cette prudence financière qui
nous permet d’affronter l’imprévu, comme la récente récession
mondiale. Ces avantages à long terme expliquent pourquoi notre
gouvernement a réduit le déficit de près des deux tiers depuis la
récession.
1-5-2014
Banques et commerce
[English]
9:37
[Traduction]
Our goal of balanced budgets is now within sight to realize a
surplus of $6.4 billion in 2015-16, including a $3 billion annual
adjustment for risk. We’re on track and leading the global
economic recovery. We have a rock-solid triple-A credit rating,
the strongest income growth and lowest net debt to GDP in the
G7 by far, and one of the strongest growth records in the G7 with
over 1 million net new jobs created.
Notre objectif est maintenant à notre portée. Nous nous
attendons à enregistrer un surplus de 6,4 milliards de dollars en
2015-2016, après avoir pris en compte l’ajustement annuel en
fonction de 3 milliards de dollars. Nous sommes sur la bonne voie
et le Canada est le meneur dans la reprise économique mondiale.
Nous avons une cote de crédit triple A, de loin la plus forte
croissance des revenus et le ratio de la dette nette au PIB le plus
bas du G7, et l’une des plus fortes croissances de l’emploi
observées parmi les pays du G7 — en effet, plus de 1 million
d’emplois ont été créés.
Allow me now to turn to the specific measures in today’s
legislation. Part 2 of the legislation provides a number of
exemptions from the GST/HST for persons with disabilities and
Canadians accessing the health care system. This includes hospital
patients and visitors, who will no longer have to pay GST/HST to
park at a hospital, as well as persons seeking professional services
of an acupuncturist or naturopath doctor.
Si vous me le permettez, je vais maintenant parler des mesures
contenues dans le projet de loi. La partie 2 inclut un certain
nombre d’exonérations de la TPS et de la TVH visant les
personnes ayant une déficience et les Canadiens qui se tournent
vers le système de soins de santé. Cela comprend les patients et les
visiteurs d’un hôpital, qui n’auront plus à payer la TPS et la TVH
pour les fournitures de stationnement des hôpitaux, de même que
les personnes qui veulent obtenir des services professionnels d’un
acuponcteur ou d’un naturopathe.
Measures in this bill to support persons with disabilities and
their families continue our government’s proud record of being a
champion for people with disabilities.
Les mesures visant à aider les personnes ayant une déficience et
leurs familles enrichissent le bilan de notre gouvernement en
matière de défense des personnes ayant une déficience, un bilan
dont nous sommes fiers.
This is an area in which my predecessor, the late Honourable
Jim Flaherty, was a very strong advocate. I’m pleased to carry on
his wonderful work.
C’est un volet que défendait ardemment mon prédécesseur,
l’honorable Jim Flaherty. Je suis ravi de poursuivre son excellent
travail.
[Translation]
More specifically, Bill C-31 expands the GST/HST exemption
for training that is specially designed to assist individuals with a
disorder or disability. The bill also seeks to add eyewear specially
designed to treat or correct a defect of vision by electronic means
to the list of GST/HST zero-rated medical and assistive devices.
[English]
[Français]
Plus précisément, le projet de loi C-31 élargit l’exemption de la
TPS/TVH à la formation visant précisément à aider les gens à
traiter un trouble ou un handicap. Ce projet de loi prévoit
également l’ajout à la liste des appareils médicaux et appareils
fonctionnels détaxés sous le régime de la TPS/TVH les appareils
d’optique conçus spécialement pour corriger ou traiter un trouble
visuel par voie électronique.
[Traduction]
I would like to turn briefly to Part 3, which deals with
improving the health of Canadians. Our government believes that
reducing tobacco consumption is an important public health
objective, but the general domestic rate of excise duty on
cigarettes has not effectively changed since 2002, meaning that
the real rate of the excise duty has deteriorated by almost
24 per cent.
J’aimerais parler brièvement de la partie 3, qui vise à améliorer
la santé des Canadiens. Notre gouvernement croit que réduire la
consommation de tabac est un objectif de santé publique
important, mais le taux sur le marché intérieur du droit d’accise
sur les cigarettes n’a pas changé depuis 2002, ce qui veut dire que
le taux réel de ce droit s’est dégradé de près de 24 p. 100.
Prior to Budget 2014, cigarettes were subject to an excise duty
of $17 per carton of 200 cigarettes. To restore the effectiveness of
the excise duty in reducing tobacco consumption, today’s
legislation proposes to adjust the rate of excise duty on
cigarettes by roughly $4 per carton effective February 12, 2014,
to account for inflation since 2002.
Avant la présentation du budget de 2014, le droit d’accise qui
s’appliquait était de 17 $ par cartouche de 200 cigarettes. Pour
rétablir l’efficacité du droit d’accise et réduire la consommation de
tabac, le projet de loi propose d’augmenter ce droit d’environ 4 $
par cartouche de cigarettes pour tenir compte de l’inflation depuis
2002; la date d’entrée en vigueur est le 12 février 2014.
9:38
Banking, Trade and Commerce
[Translation]
In addition, we are going to eliminate the preferential excise
duty treatment of tobacco products available through duty free
markets. The government takes the health of Canadians very
seriously and views this measure as a big step towards keeping
Canadians healthy.
[English]
1-5-2014
[Français]
De plus, nous allons abolir le Régime de droits d’accise
préférentiels applicable aux produits du tabac sur les marchés. Le
gouvernement prend la santé des Canadiens très au sérieux et
estime que cette mesure constituera un grand pas vers le maintien
de la santé des Canadiens.
[Traduction]
I would like to mention the elimination of tariffs on mobile
offshore drilling units. This is another way we’re helping
businesses lower costs and increase the potential for valuable
resource discoveries in Canada’s Atlantic and Arctic offshore
areas.
J’aimerais souligner l’élimination de tarifs relatifs à des unités
mobiles de forage au large. Il s’agit pour nous d’un autre moyen
d’aider les entreprises à réduire les coûts et à augmenter les
possibilités de trouver des ressources importantes dans les zones
extracôtières de l’Atlantique et de l’Arctique au Canada.
Honourable senators, I would like to now turn to the final part
of the bill.
Mesdames et messieurs les sénateurs, je souhaite maintenant
parler de la dernière partie du projet de loi.
[Translation]
[Français]
Part 6 makes amendments to bring Canada’s labelling
requirements for hazardous workplace chemicals in line with
international standards. The measure will facilitate the sale and
import of hazardous products used in the workplace.
La partie 6 prévoit les amendements visant à aligner les
exigences canadiennes sur l’étiquetage des produits chimiques
dangereux en milieu de travail sur les normes internationales. Cela
facilitera la vente et l’importation de produits dangereux utilisés
en milieu de travail.
Part 6 also sets out measures to protect consumers purchasing
financial products and services under the Canadian financial
system. Canada’s banking system remains one of the soundest in
the world, according to the World Economic Forum, and the
measures in Bill C-31 will ensure it stays that way.
La partie 6 prévoit également des mesures sur la protection des
consommateurs de produits et services financiers émanant de
notre système financier. Le système bancaire du Canada demeure
l’un des plus solides au monde selon le Forum économique
mondial. Les mesures prévues dans le projet de loi C-31
assureront que cela demeure le cas.
[English]
[Traduction]
These include giving the government regulation-making
powers over a bank’s activities in relation to derivatives and
benchmarks, and strengthening laws governing insured mortgages
and the proceeds of crime and money laundering.
Il s’agit entre autres de donner au gouvernement le pouvoir de
réglementer les activités des banques liées aux instruments dérivés
et aux indices de référence, et de renforcer les lois régissant les
prêts hypothécaires assurés et le recyclage des produits de la
criminalité.
Last, I will draw your attention to the amendments to the
Trade-marks Act, which will streamline national trademark
registration systems, reduce costs, and save valuable time for
Canadian businesses. Our government has repeatedly stood up
for small business and cutting red tape. These amendments will
reduce red tape by simplifying the overall registration system in
Canada.
Enfin, je veux attirer votre attention sur les modifications à la
Loi sur les marques de commerce, qui visent à simplifier les
systèmes nationaux d’enregistrement des marques de commerce, à
réduire les coûts et à permettre aux entreprises canadiennes de
sauver un temps précieux. Notre gouvernement a pris la défense
des petites entreprises à maintes reprises et il réduit les lourdeurs
administratives. Les modifications réduiront les lourdeurs
administratives en simplifiant l’ensemble du système
d’enregistrement au Canada.
In conclusion, honourable senators, today I have only
scratched the surface in describing how Bill C-31 and the
Economic Action Plan 2014 will benefit Canadians. In today’s
uncertain world, Canada’s Economic Action Plan is working. It is
creating jobs, keeping our economy growing and will return us to
balanced budgets in 2015, which bodes well not only for the
current generation of Canadians but also for future generations.
En terminant, mesdames et messieurs les sénateurs, je n’ai
donné qu’un bref aperçu des avantages que le projet de loi C-31 et
le Plan d’action économique de 2014 procureront aux Canadiens.
Dans le contexte mondial incertain d’aujourd’hui, le Plan d’action
économique du Canada donne des résultats : création d’emplois,
maintien de la croissance économique et retour à l’équilibre
budgétaire en 2015. C’est de bon augure non seulement pour les
Canadiens de la génération actuelle, mais également pour les
générations à venir.
1-5-2014
Banques et commerce
9:39
A recent analysis by the New York Times in the Luxembourg
income study shows that Canada’s middle class today is the
richest out of 20 peer countries, including the United States. It
also shows that Canada’s middle class has seen increases of about
20 per cent in their take-home incomes between 2000 and 2010.
Selon une analyse récente publiée par le New York Times et
fondée sur des données fournies par le Luxembourg Income Study
Database, parmi 20 pays comparables, dont les États-Unis, le
Canada compte la classe moyenne la plus riche. L’analyse révèle
également que de 2000 à 2010, le revenu de la classe moyenne
canadienne a progressé de 20 p. 100.
We have seen Canada ranked as one of the best places in the
world to do business. The IMF and OECD are projecting that
Canada will have among the strongest economic growth in the G7
in years ahead. This confirms that our government’s low tax plan
for jobs and growth is working and increasing long prosperity for
all Canadians.
Nous avons constaté que le Canada est l’un des meilleurs
endroits au monde pour faire des affaires. Le FMI et l’OCDE
prévoient que dans les années à venir, le Canada connaîtra la plus
forte croissance des pays du G7. Cela confirme que notre plan de
faible imposition pour favoriser l’emploi et la croissance donne
des résultats et améliore la prospérité à long terme pour tous les
Canadiens.
The federal tax burden is now at the lowest level it has been in
50 years, and more than 1 million low-income Canadians have
been removed from the tax rolls. The share of Canadians living in
low-income families is now at its lowest level in over the past three
decades.
Le fardeau fiscal fédéral n’a jamais été aussi bas en 50 ans, et
plus d’un million de Canadiens à faible revenu n’ont plus à payer
d’impôt. Le nombre de familles canadiennes à faible revenu est
maintenant à son plus bas niveau en 30 ans.
Today’s legislation keeps us on the road to prosperity. I
encourage all members of this committee to give this bill the
support it deserves.
Le projet de loi nous maintient sur la voie de la prospérité.
J’incite tous les membres du comité à lui donner l’appui qu’il
mérite.
The Chair: Thank you, minister, for your opening comments.
We have approximately 20 minutes left with the minister, so I will
ask senators to keep their questions short and snappy.
Le président : Monsieur le ministre, je vous remercie de votre
exposé. Le ministre restera parmi nous encore 20 minutes environ.
Je demande donc aux sénateurs de poser des questions concises.
Senator Black: Minister, welcome, and thank you for that
tremendous report. We are all extraordinarily proud of the results
that you have reported to us this morning.
Le sénateur Black : Monsieur le ministre, je vous souhaite la
bienvenue. Je vous remercie de l’excellent rapport que vous nous
avez présenté. Nous sommes tous très fiers des résultats dont vous
nous avez fait part.
My question doesn’t specifically relate to Bill C-31, minister. If
you will indulge me, I would be appreciative. Would you please
comment on the effect on the federal treasury of the ongoing
delays of Canada obtaining full market access for our oil and gas
exports?
Monsieur le ministre, ma question ne porte pas exactement sur
le projet de loi C-31. Si vous le voulez bien, j’aimerais que vous
nous parliez des effets qu’a sur le trésor fédéral le fait que le
Canada n’ait pas encore pleinement accès au marché
d’exportation de pétrole et de gaz?
Mr. Oliver: This is an issue that was a real concern to me in my
previous portfolio. It remains a concern as Minister of Finance
because of the importance of the natural resource sector, which
represents 18 per cent of the economy and over half our exports.
It employs directly and indirectly 1.8 million Canadians, and it
represents an important future source of jobs, growth and longterm prosperity. It contributes some $30 billion to governments to
support critical social programs like health care, housing and
education. In fact, across Canada, hundreds of projects are in the
works. Over the next 10 years, they will total $650 billion in
required capital.
M. Oliver : C’est un problème qui me préoccupait beaucoup
dans l’exercice de mes fonctions antérieures. En tant que ministre
des Finances, il me préoccupe toujours en raison de l’importance
du secteur des ressources naturelles, qui représente 18 p. 100 de
l’économie et plus de la moitié de nos exportations. Il fournit
directement et indirectement de l’emploi à 1,8 million de
Canadiens, et c’est donc une source d’emplois, de croissance et
de prospérité à long terme. Il contribue à raison d’environ 30
milliards de dollars au chapitre de nos programmes sociaux
importants, comme les soins de santé, le logement et l’éducation.
En fait, au Canada, des centaines de projets sont en cours. Au
cours des 10 années à venir, ils représenteront des besoins en
capital de 650 milliards de dollars.
That is why our government is continuing to support our
strong effort for responsible resource development. We have done
that by introducing a number of critical measures. We are
supporting mineral exploration by extending the 15 per cent
mineral exploration tax credit for flow-through share investors.
We are ensuring comprehensive and timely reviews of pipelines,
C’est pourquoi notre gouvernement continue d’appuyer nos
efforts visant un développement responsable des ressources. Nous
l’avons fait en présentant un certain nombre de mesures
essentielles. Nous appuyons l’exploration minière en
prolongeant le crédit d’impôt pour l’exploration minière de
15 p. 100 pour les détenteurs d’actions accréditives. Nous veillons
9:40
Banking, Trade and Commerce
1-5-2014
such as the TransCanada Energy East project, by investing $28
million in the National Energy Board for such reviews. We are
promoting Canadian-made products by developing a ‘‘made in
Canada’’ campaign to promote high-quality products here and
around the world. We are also working on reducing internal
barriers to trade and eliminating these barriers that have been
prohibiting individuals from moving spirits and beer from one
province to another while it is in their personal use.
à ce que des examens approfondis soient menés en temps
opportun sur les demandes de projets de pipeline, comme le
projet Oléoduc Énergie Est de TransCanada, en affectant 28
millions de dollars à l’Office national de l’énergie. Nous faisons la
promotion des produits canadiens en élaborant une campagne de
promotion de l’image de marque « fabriqué au Canada » pour
promouvoir la grande qualité de nos produits, ici et à l’étranger.
De plus, nous prenons des mesures pour réduire les obstacles au
commerce intérieur et éliminer les barrières qui empêchent les
gens de transporter d’une province à l’autre des spiritueux et de la
bière destinés à leur consommation personnelle.
It is interesting how we, as a government, have done more than
any other government in Canadian history to advance free trade
around the world, and yet we have barriers at home. In fact, we
have signed over 40 agreements with countries around the world,
including, of course, the European Union, which is the biggest
trade agreement in Canadian history, and most recently with
South Korea, the first with an Asian country.
Il est intéressant de constater à quel point notre gouvernement
en a fait plus que tous ses prédécesseurs pour faire progresser le
commerce international, et pourtant, il y a des barrières
commerciales dans notre pays. En fait, nous avons conclu plus
de 40 accords commerciaux, dont, bien sûr, celui que nous avons
signé avec l’Union européenne, qui est le plus important accord
commercial de l’histoire du Canada. Plus récemment, nous en
avons signé un avec la Corée du Sud, et c’est le premier que nous
concluons avec un pays de l’Asie.
As I have traveled, Canada has been praised and envied for its
remarkable economic record. We’re determined to pursue that for
the benefit of Canadians from coast to coast to coast.
Au cours de mes voyages, j’ai constaté que le Canada reçoit des
éloges et suscite l’envie des autres pays pour son bilan économique
remarquable. Nous sommes déterminés à poursuivre dans cette
voie pour tous les Canadiens.
[Translation]
[Français]
Senator Massicotte: Thank you to you and your colleagues for
being here today, minister. We greatly appreciate it. This is an
ideal opportunity to learn more about the state of our economy
and finances.
Le sénateur Massicotte : Merci, monsieur le ministre, merci à
vos collègues d’être parmi nous. C’est très apprécié. C’est une
audience privilégiée afin de mieux connaître notre économie et
nos finances.
A number of the bill’s amendments pertain to the Financial
Transactions and Reports Analysis Centre of Canada to address
money laundering activities and fraudulent transactions. Our
committee conducted a fairly extensive study on the centre’s
performance results. Speaking for myself, I was a bit disappointed
to learn that there had been little in the way of serious
consequences so far, despite the tremendous amount of money
laundering that is still going on in Canada. Do you really think
the proposed amendments will do more in terms of concrete
results, especially in comparison with the United States and the
United Kingdom, which are both seeing real results as far as
transaction oversight is concerned? Do you think these measures
are adequate? Will they allow us to combat money laundering
activities and fraudulent transactions within financial institutions
more effectively?
Dans le projet de loi proposé, plusieurs amendements
concernent le Centre d’analyse des opérations et des
déclarations financières du Canada en ce qui a trait au
blanchiment d’argent et aux transactions frauduleuses. Ce
comité a fait une étude assez approfondie des résultats sur
l’exploitation de ce centre. Nous étions quand même un peu déçus
— je parle personnellement — qu’il y ait eu très peu de
conséquences importantes, jusqu’à maintenant, malgré la
somme importante de blanchiment d’argent qui s’opère toujours
au Canada. Pensez-vous vraiment que les amendements proposés
pourraient donner des résultats plus concrets, surtout lorsqu’on se
compare aux États-Unis et au Royaume-Uni, qui obtiennent de
vrais résultats en ce qui concerne le contrôle de leurs transactions?
Pensez-vous que ces mesures seront satisfaisantes et feront en
sorte que nous soyons plus efficaces contre le blanchiment
d’argent et les transactions frauduleuse au sein des institutions
financières?
Mr. Oliver: What I can tell you is that, overall, the
amendments to the Proceeds of Crime and Terrorist Financing
Act update the legislation and support efforts to tackle money
laundering and terrorist-financing activities. That includes the
way that Canada adheres to international standards set out by the
Financial Action Task Force, which is the international regulating
authority. The amendments contained in Part 1 include
M. Oliver : Je peux dire que, en général, les modifications
apportées à la Loi sur le recyclage des produits de la criminalité et
le financement des activités terroristes mettront à jour et
favoriseront la législation liée à la lutte contre le recyclage des
produits de la criminalité et des activités terroristes, y compris en
ce qui concerne la façon dont le Canada se conforme aux normes
internationales annoncées par le Groupe d’action financière, qui
1-5-2014
Banques et commerce
9:41
documents addressing identity checks, fraudulent transaction
reporting and registration. They clearly state that the legislation
applies to securities dealers and broadens its scope to apply to
individuals and entities that deal in virtual currencies and foreign
money services businesses.
est l’organisme international de réglementation dans ce régime.
Les modifications de la partie 1 comprennent des documents
visant les vérifications d’identité, les déclarations d’opérations
frauduleuses et les inscriptions. Elles précisent que la loi
s’applique aux courtiers en valeurs mobilières et en augmente la
portée de sorte qu’elle s’applique et soit liée aux personnes, aux
entités menant des transactions en monnaie virtuelle, et aux
entreprises étrangères du service monétaire.
Another part of the bill involving FINTRAC applies to the
reporting of currency or monetary instruments: Part 3 makes
specific amendments to the procedures for the exchange of
information between FINTRAC and the Department of Finance.
Furthermore, Part 4 contains provisions that amend the
regulation-making authority over offences and such. Broadly
speaking, this is a very serious issue, and the government wants to
ensure continued follow-up because new activities need periodic
monitoring. This is an area where the technology is everchanging, so terrorists and criminals keep coming up with new
ways to get around the law.
Il y a aussi la partie de la loi qui impose sur la déclaration des
espèces et effets, la partie 3 sur le CANAFE, les modifications
précises relatives à l’échange des renseignements entre le
CANAFE et le ministre des Finances. Il y a également des
règlements à la partie 4 qui portent sur les modifications qui
visent les pouvoirs de prise de réglementation relativement aux
infractions, et ainsi de suite. En général, c’est un problème très
important, et le gouvernement veut continuer son analyse parce
qu’il faut de temps en temps suivre les nouvelles activités. C’est
une matière dont la technologie continue d’évoluer, et les
terroristes et les criminels continuent à trouver de nouvelles
manières de la contourner.
Senator Massicotte: We are indeed in a race against criminals,
who use technology and other means to get around our efforts to
enforce the law. And I get the feeling we are losing the race. Our
most recent examination showed that our forces had recovered
just $15 million despite the fact we are spending millions to gather
information; for the Americans, it is over $1 billion.
Le sénateur Massicotte : Effectivement, c’est vraiment une
compétition entre nous, ceux qui essaient de protéger la loi, et les
criminels qui se servent de la technologie et autres. J’ai
l’impression qu’on perd la course. La dernière analyse qu’on a
faite montrait que nos forces ont récupéré 15 millions de dollars
seulement, malgré le fait qu’on dépense des millions de dollars en
recherche d’information et que pour les Américains, c’est plus
d’un milliard de dollars.
The measures may not be the same, but the overall finding of
the study was that several million dollars a week were being spent
on anti-drug trafficking efforts. We got the sense that we were not
seeing the results we would expect for the money being spent. Of
the five or six recommendations contained in the bill, the only
useful measure is the one requiring FINTRAC to report annually
to the minister on expected results. But I encourage you to go
further. Corruption erodes the integrity of the entire financial
system and a lot more still needs to be done to ensure it runs
smoothly.
Les mesures sont peut-être différentes, mais l’ensemble de
l’étude confirme que plusieurs millions de dollars par semaine
sont consacrés au trafic de la drogue. On a l’impression que l’on
n’atteint pas les résultats escomptés pour l’argent dépensé. Parmi
les cinq ou six recommandations présentées dans ce projet de loi,
la seule qui est utile est celle par laquelle vous demandez au centre
de faire rapport annuellement au ministre en indiquant les
résultats attendus. Toutefois, je vous encourage à aller plus loin.
La corruption porte atteinte à l’intégrité du système financier et il
y a encore beaucoup à faire pour assurer son bon fonctionnement.
[English]
Senator Gerstein: Any further response, minister, or have you
taken the comments as notice?
Mr. Oliver: Yes.
[Traduction]
Le sénateur Gerstein : Avez-vous quelque chose à ajouter,
monsieur le ministre? Avez-vous pris note des observations?
M. Oliver : Oui.
Senator Tkachuk: I have a question on dangerous goods. Was
this an attempt to harmonize regulations and labelling with the
Americans? Were these new regulations and labelling the result of
problems in the workplace that were identified?
Le sénateur Tkachuk : J’ai une question sur les produits
dangereux. La mesure vise-t-elle à harmoniser la réglementation
et les exigences d’étiquetage avec ceux des Américains? Les
nouveaux règlements et les nouvelles exigences en matière
d’étiquetage résultent-ils de problèmes qui se sont produits dans
le milieu de travail?
Mr. Oliver: We always start with what is in the Canadian
interest. Your second point about protecting Canadians is at the
heart of our approach. When we do that, it is often critically
important that we harmonize with the United States. They’re
M. Oliver : Nous nous demandons toujours d’abord ce qui est
dans l’intérêt des Canadiens. Le deuxième point que vous soulevez
sur la protection des Canadiens est l’élément central de notre
démarche. Dans ce contexte, il est souvent essentiel d’harmoniser
9:42
Banking, Trade and Commerce
1-5-2014
facing the same issues and if you don’t have harmonization, there
are two problems. The cost is obvious for manufacturers, who are
often producing goods for both countries — sometimes from
Canada, sometimes from the United States — but there’s also a
potential diminution in the protection.
notre réglementation avec celle des États-Unis. Les deux pays
sont confrontés aux mêmes enjeux, et si nous ne suivons pas cette
voie, il y aura deux problèmes. Les coûts sont évidents pour les
fabricants qui, souvent, produisent des produits pour les deux
pays — parfois au Canada, parfois aux États-Unis —, mais il se
peut que la protection diminue.
Yes, we do harmonize when we can, but we always take a look
ourselves to make sure we’re meeting the appropriate standards of
protection.
Oui, nous harmonisons les normes quand c’est possible, mais
nous faisons toujours notre propre examen pour nous assurer que
nous respectons les normes de protection appropriées.
Senator Tkachuk: On the excise tax on tobacco products, do
you or the people with you know how much it is in dollar figures
per carton increase?
Le sénateur Tkachuk : En ce qui concerne la taxe d’accise sur
les produits du tabac, est-ce que vous ou vos collaborateurs savez
ce que l’augmentation représente en dollars par cartouche?
Brian Ernewein, General Director, Tax Policy Branch,
Department of Finance Canada: The answer is generally it is an
increase from $17 to $21.03, but for the duty-free shops it is
actually a $2 additional increase to standardize it all. I’m talking
about the standard carton of cigarettes from $15 to $21.03.
Brian Ernewein, directeur général, Direction de la politique de
l’impôt, ministère des Finances Canada : En général, le taux passe
de 17 $ à 21,03 $, mais pour les boutiques hors taxes, c’est une
augmentation additionnelle de 2 $. Je parle de la cartouche
régulière de cigarettes; le taux passera de 15 $ à 21,03 $.
Senator Tkachuk: $4 per carton?
Le sénateur Tkachuk : On parle de 4 $ par cartouche?
Mr. Ernewein: It is $4.03 a carton basically and at duty-free
shops $6.03 a carton.
M. Ernewein : C’est essentiellement 4,03 $ par cartouche, et
pour les boutiques hors taxes, on parle de 6,03 $.
Senator Tkachuk: Why do they still call them duty-free shops?
That’s what I would like to know.
Le sénateur Tkachuk : J’aimerais savoir pourquoi on appelle
encore ces boutiques ainsi.
Mr. Ernewein: They don’t charge duty.
[Translation]
M. Ernewein : Parce qu’on y vend des marchandises exemptes
de droits de douane.
[Français]
Senator Hervieux-Payette: Welcome to the committee,
minister. I have been on the committee for nearly 20 years. A
few years ago, demutualization was implemented, and it ruffled
some feathers because not all policyholders were treated the same
way. Your bill does not list any company names as far as
section 237 of the act is concerned. We found out, however, that
Economical Mutual Insurance Company was planning to proceed
with demutualization. That means that those policyholders will
probably make a request as soon as the act is passed and receives
Royal Assent from the Governor General.
La sénatrice Hervieux-Payette : Je vous souhaite la bienvenue,
monsieur le ministre. Je siège à ce comité depuis près de 20 ans et
il y a quelques années, une démutualisation a eu lieu. Cette mesure
a fait des vagues parce que les détenteurs de polices n’ont pas été
traités de manière identique. L’article 237 de votre loi n’indique
aucun nom de compagnie. Par contre, nous avons appris que la
Economical Mutual Insurance Company envisageait une
démutualisation. Donc, dès que la loi sera adoptée et entérinée
par le gouverneur général, ces détenteurs vont probablement faire
une demande.
From a structural standpoint, within the organization, there
are a million policyholders and 943 who have a different status in
relation to the mutual company, which has been around for
125 years. I want to be sure that all of the company’s
policyholders will be able to share in the company’s profits. The
legislation also contains a provision allowing the courts to deal
with the entire matter. I would like you to explain to us why the
courts should be able to intervene. Once the decision has been
made, all policyholders should presumably be treated the same
way. So why should court intervention be an option?
Du point de vue de la structure, il y a des gens à l’interne, soit
un million de détenteurs de polices, et 943 qui ont un statut
différent par rapport à cette mutuelle, qui existent depuis 125 ans.
Je veux d’abord m’assurer que tous les détenteurs de cette
mutuelle pourront se partager les surplus de l’entreprise. Ensuite,
dans la loi, il y a une disposition qui prévoit que l’on peut référer
le tout au tribunal. J’aimerais que vous expliquiez pourquoi le
tribunal devrait intervenir. Une fois la décision rendue, tous les
détenteurs devraient en principe être traités sur un pied d’égalité.
Pourquoi alors devrait-on avoir recours à un tribunal?
Mr. Oliver: As you know, the government has proposed
amendments to the Insurance Companies Act to authorize the
Governor-in-Council to make regulations governing
demutualization. The government will develop a framework and
initiate stakeholder consultations. I do not have any more details
than that.
M. Oliver : Comme vous le savez, le gouvernement propose
des modifications à la Loi sur les sociétés d’assurances afin de
permettre au gouverneur en conseil de faire adopter des
règlements visant un cadre de démutualisation. Le
gouvernement élaborera un cadre et lancera des consultations
auprès des intervenants. Je n’ai pas plus de détails.
1-5-2014
Banques et commerce
9:43
Toni Gravelle, General Director, Financial Sector Policy
Branch, Department of Finance Canada: We were advised to
conduct extensive consultations with numerous key stakeholders
planning to take action in the near future. In addition,
policyholders without voting rights need to be given more
negotiating power. At the moment, some demutualization
processes do not give policyholders enough power to negotiate
more shares at the end of the process. That is one way to ensure
greater fairness to certain types of policyholders. Usually, when
demutualization is implemented, policyholders do not come out
with their fair share.
Toni Gravelle, directeur général, Direction de la politique du
secteur financier, ministère des Finances Canada : On nous a
recommandé de mener des consultations approfondies de concert
avec de nombreux intervenants clés qui ont l’intention
d’intervenir dans un proche avenir. Il faut aussi accorder plus
de pouvoir de négociation aux détenteurs de polices n’ayant pas
droit de vote. À l’heure actuelle, certains procédés de
démutualisation font en sorte que des détenteurs de polices
d’assurance n’ont pas suffisamment de pouvoir de négociation
pour obtenir plus de parts à la fin du processus. C’est une façon
d’assurer plus d’équité entre certains types de détenteurs. En
général, lorsqu’une démutualisation a lieu, les détenteurs
n’obtiennent pas leur juste part.
Senator Hervieux-Payette: Why did you go with that option?
Why does the act not include the million or so policyholders of
mutual insurance companies? Why did you not set out a provision
to ensure those policyholders would be given a fair shake, with
access to redistribution? No doubt your measure allowing for
court intervention has gone over well with the legal community,
and there will be challenges. And in order for those challenges to
be well-founded, the act has to say somewhere that all
policyholders are to be treated fairly. Perhaps I did not read it
carefully enough, but in your view, does it apply to all the
policyholders of that mutual insurance company? Just so we are
clear, there are 134 members and the rest are policyholders. As I
see things, being a member means you belong to a mutual
insurance company. Are you going to leave that question up to
the courts? And if so, why?
La sénatrice Hervieux-Payette : Pourquoi avez-vous choisi
cette option? Pourquoi la loi n’inclut-elle pas les détenteurs de
mutuelles, qui représentent un million de personnes? Pourquoi
n’avez-vous pas prévu un article qui garantirait l’égalité de tous
ces détenteurs de polices en leur donnant accès à une
redistribution? Votre article sur les tribunaux fait sans doute
l’affaire du monde juridique, mais cela soulèvera des
contestations. Pour donner lieu à des contestations solides, il
faudrait qu’un article dans la loi prévoie l’équité de tous les
détenteurs. Peut-être que j’ai mal lu, mais selon vous, est-ce
qu’elle vise tous les détenteurs de cette mutuelle? Sans jouer sur les
mots, il y a 134 membres et les autres sont des détenteurs de
polices. À mon avis, lorsqu’on est membre, c’est qu’on fait partie
d’une mutuelle. Allez-vous laisser les tribunaux trancher? Si oui,
pourquoi?
Mr. Gravelle: The legislation provides for fairer representation
for non-member policyholders, in other words, those without
voting rights. It gives them a voice, if you will, so they can
organize and allows them to be heard loud and clear during the
public consultation process. There will be time later to give you
more details on that. My colleagues will explain the objectives of
the legislation. The reality is it is intended to ensure all
policyholders receive equal treatment.
M. Gravelle : La loi prévoit une représentation plus équitable
pour les détenteurs qui ne sont pas membres, c’est-à-dire ceux qui
n’ont pas droit de vote. Cela leur donne un visage, si vous voulez,
pour qu’ils s’organisent, et cela leur permet de se faire entendre
haut et fort dans le processus de consultations publiques. On aura
du temps tout à l’heure pour vous donner plus de précisions. Mes
collègues vous expliqueront les objectifs de cette loi. En fait, la loi
vise à assurer l’équité de tous les détenteurs.
Senator Hervieux-Payette: If the act is ever amended, I expect
the Minister of Finance to say that all existing Canadian
policyholders will receive equal treatment.
La sénatrice Hervieux-Payette : Si jamais des modifications
étaient apportées à la loi, je m’attends à ce que le ministre des
Finances me dise que tous les Canadiens qui étaient déjà
détenteurs d’une police seront tous traités sur un pied d’égalité.
Mr. Oliver: I understand your point, and we will discuss it at
greater length. Thank you for the advice.
M. Oliver : Je comprends l’objectif et nous en discuterons plus
longuement. Merci pour les conseils.
Senator Bellemare: Thank you, Mr. Chair. We are glad to have
you here. My question pertains to productivity. On the one hand,
it is a fact that a good chunk of the tax measures in last year’s
budget were aimed at revenue neutrality for businesses. It was
argued that a number of the sectors benefiting from tax credits no
longer needed them. On the other hand, Mr. Poloz, the Governor
of the Bank of Canada — who we heard from yesterday — told us
that productivity was a real problem in some sectors of Canada’s
economy. Are any of the budgetary measures aimed specifically at
raising productivity in certain sectors, in particular, or across
Canada, in general?
La sénatrice Bellemare : Je vous remercie, monsieur le
président. Nous sommes heureux que vous soyez des nôtres. Ma
question concerne la productivité. D’une part, on sait que dans le
budget de l’an dernier, bon nombre de mesures fiscales visaient à
assurer la neutralité fiscale pour les entreprises. L’argument était
que plusieurs secteurs qui avaient bénéficié de crédits d’impôt n’en
avaient plus besoin. D’autre part, hier, nous recevions le
gouverneur de la Banque du Canada, M. Poloz, et nous avons
discuté de productivité, ce qui est un réel problème dans certaines
industries canadiennes. Y a-t-il des mesures spécifiques dans le
budget qui concernent l’amélioration de la productivité de
certains secteurs en particulier ou en général pour le Canada?
9:44
Banking, Trade and Commerce
1-5-2014
Mr. Oliver: Our overall approach does not target any specific
sector. Generally speaking, we are trying to help businesses lower
their costs by lightening their tax burden. That will allow
businesses to invest more in labour.
M. Oliver : Notre approche, dans l’ensemble, ne vise pas un
secteur spécifique. De manière générale, notre but est d’aider les
entreprises à diminuer leurs coûts, notamment en réduisant leur
fardeau fiscal. Ainsi, les entreprises auront davantage les moyens
d’investir dans la main-d’œuvre.
One of the factors affecting productivity is obviously science
and technology, and our government has invested billions of
dollars in science to enhance industry productivity. I am familiar
with the efforts made in the gas, mining and forestry sectors,
which have undergone fundamental transformations as a result of
those efforts as well as enhanced expertise. In terms of taxation,
we have not set out any specific measures, just an overall
approach.
L’un des éléments de productivité, évidemment, c’est la
technologie et la science, et notre gouvernement investit des
milliards de dollars dans le domaine de la science pour faire
avancer la productivité de l’industrie. Je connais les efforts qui ont
été faits dans le secteur gazier, le secteur minier et le secteur
forestier, qui sont modifiés de manière fondamentale grâce à ces
efforts et à l’amélioration du niveau de compétence. En ce qui
concerne la taxation, on n’a pas de mesures précises. On a
l’approche générale.
Senator Bellemare: But you have included some measures
pertaining to labour.
La sénatrice Bellemare : En revanche, vous avez certaines
mesures qui touchent la main-d’œuvre.
Mr. Oliver: Yes, as regards training. The fact that our
unemployment rate is lower than that of other industrialized
countries is somewhat at odds with the fact that the
unemployment rate is too high among groups such as youth,
the disabled and seniors. The flip side is that certain regions and
sectors lack workers with the skills and technical knowledge
required. And that means training is paramount, so we are
injecting billions into our training program.
M. Oliver : Oui, pour la formation. Il y a une sorte de conflit
entre le fait que le taux de chômage est plus bas que celui des
autres pays industrialisés mais qu’il est trop élevé en ce qui
concerne certains groupes, comme les jeunes, les handicapés et les
gens plus âgés. D’un autre côté, les régions et certains secteurs
manquent de main-d’œuvre qualifiée ayant la capacité technique
de faire les travaux nécessaires. Alors, la formation est
absolument cruciale et on investit des milliards de dollars dans
notre programme de formation.
Senator Maltais: Welcome, minister, and thanks to both you
and your colleagues for being here. Bill C-31 introduces a
measure to zero-rate eyewear to treat or correct a defect by
electronic means. The measure will help millions of Canadians
and come as a relief to many.
Le sénateur Maltais : Bienvenue, monsieur le ministre, et merci
d’être ici avec vos collègues. Dans le projet de loi C-31, on
présente une façon de détaxer les appareils d’optique électronique.
Cela va toucher des millions de Canadiens et va en soulager
plusieurs.
How many Canadians can buy such products? Since it involves
health, which is provincial turf, were prior agreements put in
place, or do you, as the Minister of Finance, already have the
authority to zero-rate products of that nature?
Combien de Canadiens peuvent acheter ce produit? Étant
donné que cela concerne le ministère de la Santé dans les
provinces, qui est une chasse gardée des provinces, y a-t-il eu des
ententes au préalable ou est-ce compris dans vos pouvoirs en tant
que ministre des Finances de détaxer ces produits?
[English]
[Traduction]
Mr. Ernewein: I don’t have a figure for the number of
Canadians who can benefit from it. I can provide a description
of what it involves. My understanding is that people — and this
may be an example, not the entire field — who suffer, for
example, from macular degeneration of the eye, regular eyeglasses
cannot help them, because this is functionally a blurred vision.
These electronic devices are such that, I don’t know if it’s quite a
computer device but electronically they are able to sort out this
blurring and resolve it into a better image that functionally allows
people to gain back some level of vision.
M. Ernewein : Je n’ai pas de données et je ne sais pas combien
de Canadiens en bénéficieront. Je peux vous décrire ce que cela
comporte. Je crois comprendre — et ce n’est peut-être qu’un
exemple parmi d’autres — que pour les gens qui souffrent d’une
dégénérescence maculaire, des lunettes ordinaires ne peuvent pas
répondre à leurs besoins, car ils ont une vision trouble. Les
appareils électroniques sont conçus — et je ne sais pas s’il s’agit
d’un dispositif informatique — pour rehausser électroniquement
la vision d’une personne ayant un trouble de la vue.
Whoever suffers from that condition and is interested in
acquiring this fairly novel apparatus would be entitled to benefit
from the relief that’s provided, which is zero rating; that is nonapplication of GST or HST to the devices.
Toute personne ayant un tel trouble de la vue qui souhaite
obtenir cet appareil assez récent pourrait profiter du soulagement
qu’il procure, et il est détaxé; c’est un appareil détaxé sous le
régime de la TPS et de la TVH.
1-5-2014
Banques et commerce
[Translation]
Senator Maltais: Will the measure apply to all the provinces,
without any need for negotiations? Is it simply a tax initiative that
is entirely within the federal government’s domain?
Mr. Oliver: That is my understanding, yes.
[English]
9:45
[Français]
Le sénateur Maltais : Est-ce que la mesure va s’appliquer à
l’ensemble des provinces, sans la nécessité de tenir des
négociations? Est-ce simplement une mesure fiscale qui est une
prérogative du gouvernement fédéral?
M. Oliver : C’est ce que je comprends, oui.
[Traduction]
The Chair: To you, minister, and your associates, thank you
very much for appearing before us today. We look forward to
many future visits.
Le président : Monsieur le ministre, je vous remercie beaucoup,
vous et vos collaborateurs, d’avoir comparu devant nous
aujourd’hui. Nous espérons que vous reviendrez souvent.
As I mentioned in my opening remarks, we have five meetings
set aside for the pre-study of BIA. As you know, we’ve been
assigned three whole parts, and 10 divisions of Part 6. I might say
it’s the largest assignment that came from National Finance to
another committee.
Comme je l’ai dit au début, cinq séances sont prévues pour
l’étude préalable du projet de loi d’exécution du budget. Comme
vous le savez, on nous a confié 3 parties complètes et 10 sections
contenues dans la partie 6. Je dois dire que c’est le plus important
ensemble de dispositions que le Comité des finances nationales a
confiées à un autre comité.
Again, I want to emphasize that this is a pre-study. We have
not been referred the bill itself. My suggestion is that rather than
deal with each section or clause, we will be dealing with the bill by
subject matter or topic.
Je répète qu’il s’agit d’une étude préalable. On n’a pas renvoyé
le projet de loi à notre comité. Je propose que nous procédions
par sujet plutôt que de passer une partie ou un article à la fois.
At the conclusion of the hearings, we will be considering a draft
report, which will be a summary of the testimony we have heard.
À la fin des audiences, nous préparerons un rapport provisoire,
qui sera un résumé des témoignages que nous aurons entendus.
Today we have officials to start us moving through the subject
matter of the bill. As for the divisions that we will be dealing with,
the Proceeds of Crime (Money Laundering) and Terrorist
Financing Act and the Trade-marks Act, both areas that we
focused on here in our committee, we have set aside a separate
day for dealing with each of those topics so it won’t be rushed
through in any way. We have permission to go until 1:30 today if
need be, and I do want to encourage all members to ask as many
questions as they feel is necessary to fully understand the subject
at hand. If we need to bring back officials to continue at a later
date, then so be it and we will move in that direction.
Nous accueillons aujourd’hui des fonctionnaires pour
commencer à étudier la teneur du projet de loi. Pour ce qui est
des sections que nous examinerons, celles qui modifient la Loi sur
le recyclage des produits de la criminalité et le financement des
activités terroristes et la Loi sur les marques de commerce, deux
éléments sur lesquels nous nous concentrons, nous avons réservé
un autre jour pour étudier chacun des sujets, de sorte que nous ne
précipiterons pas les choses. Notre séance d’aujourd’hui peut
durer jusqu’à 13 h 30 si c’est nécessaire, et j’encourage tous les
membres à poser toutes les questions qu’ils jugeront nécessaires
pour bien comprendre le sujet à l’étude. S’il s’avère nécessaire de
faire comparaître un témoin de nouveau à une date ultérieure,
nous le ferons.
Is that satisfactory to the committee?
Est-ce que le comité est d’accord?
Hon. Senators: Agreed.
Des voix : Oui.
The Chair: Thank you. With that, we will move immediately to
Part 2, Goods and Services Tax, Harmonized Sales Tax measures,
which is tab B in your briefing binder, page 30 of the bill. It deals
with amendments to the Excise Act and implements certain GST
and HST measures, and for that I welcome Mr. Pierre Mercille,
Senior Legislative Chief, GST Legislation, Department of
Finance Canada.
Mr. Mercille, the floor is yours.
Le président : Merci. Sur ce, nous passons immédiatement à la
partie 2, qui met en oeuvre certaines mesures relatives à la taxe sur
les produits et services et à la taxe de vente harmonisée, que vous
trouverez à l’onglet B dans votre cartable, et à la page 30 du
projet de loi. Elle porte sur les amendements proposés à la Loi sur
la taxe d’accise et la mise en œuvre de certaines mesures relatives à
la TPS/TVH. Pour en parler, accueillons M. Pierre Mercille, chef
principal, législation, Législation sur la TPS, ministère des
Finances Canada.
Monsieur Mercille, la parole est à vous.
9:46
Banking, Trade and Commerce
1-5-2014
Pierre Mercille, Senior Legislative Chief, GST Legislation,
Department of Finance Canada: Honourable senators, Part 2
implements measures in the GST area and they can be found
between clause 40 and 61 of the bill.
Pierre Mercille, chef principal, législation, Législation sur la
TPS, ministère des Finances Canada : Honorables sénateurs, la
partie 2 met en œuvre des mesures relatives à la TPS, que vous
trouverez aux articles 40 à 61 du projet de loi.
First, there are three measures that are included to improve the
application of the GST/HST to the health care sector. The first
health care related measure expands the current GST/HST
exemption for training specially designed to assist individuals in
coping with the effect of a disorder or disability, such as, for
example, autism, and to also exempt the service of designing such
training. Previously, the GST exemption did not cover the service
related to designing a training plan for the actual training.
Premièrement, trois mesures ont pour but d’améliorer
l’application de la TPS/TVH au secteur de la santé. La première
mesure relative au secteur de la santé vise à étendre l’exonération
de TPS/TVH liée à la formation conçue spécialement pour aider
les particuliers ayant un trouble ou une déficience, comme
l’autisme, pour qu’elle s’applique également aux services de
conception d’une telle formation. Auparavant, l’exonération de
TPS ne couvrait pas les services liés à la conception d’un plan
pour la formation en tant que telle.
The second health care measure adds acupuncturists and
naturopathic doctors to the list of health care practitioners whose
professional services rendered to individuals are exempt from the
GST/HST.
La deuxième mesure vise à étendre l’exonération de TPS/TVH
visant les services rendus à des particuliers par certains praticiens
du domaine de la santé aux services professionnels rendus par les
acupuncteurs et les docteurs en naturopathie.
The third health care measure adds eyewear specially designed
to electronically enhance the vision of individuals with vision
impairment that is supplied on the order of a physician or other
specified health care professional to the list of zero-rated GST/
HST medical device. Zero-rated in the GST world means tax at
the rate of zero, essentially tax free. This type of eyewear is not
considered to be eyeglasses or contact lenses, so it was not
previously falling under the GST/HST zero-rating provision and
was taxable.
La troisième mesure vise à ajouter à la liste des appareils
médicaux et appareils fonctionnels détaxés sous le régime de la
TPS/TVH les appareils d’optique conçus spécialement pour
traiter ou corriger un trouble visuel par voie électronique.
Quand on dit que quelque chose est détaxé sous le régime de la
TPS, c’est que le taux de taxation est essentiellement à zéro. Ce
type d’appareil optique ne tombe pas dans la catégorie des
lunettes ni des lentilles de contact, alors il n’était pas couvert par
la disposition de détaxation du régime de TPS/TVH et était donc
taxable.
The next measure is much more technical, but it’s a
simplification measure for businesses, and it extends the existing
election that allows members of a closely related group of
corporations engaged exclusively in commercial activity to not
account for GST/HST on certain transactions between them. For
the purpose of the GST/HST a closely related group is generally a
group of corporations or partnerships with a degree of common
ownership of at least 90 per cent. You can think of a holding
corporation with its subsidiaries.
La prochaine mesure est beaucoup plus technique. Il s’agit en
fait d’une mesure de simplification pour les entreprises. Elle vise à
étendre le choix qui permet aux membres d’un groupe de sociétés
étroitement liées et s’engageant exclusivement dans des activités
commerciales de ne pas tenir compte de la TPS/TVH sur certaines
fournitures effectuées entre elles. Aux fins de la TPS/TVH, un
groupe étroitement lié est généralement un groupe de sociétés ou
de partenariats qui sont à propriété commune à au moins
90 p. 100. On peut penser à une corporation de portefeuille et à
ses filiales.
Currently this group relief may not be available to a new
member of a closely rated group at the time of the initial transfer
of assets from another member of the group. This is due to some
requirement in the legislation such as the requirement to have
some property before making the election. The measure extends
the election to newly created members of a closely related group.
For example, in the case of reorganization they want to create two
corporations to do the work of one.
Actuellement, cet allègement accordé aux groupes n’est peutêtre pas offert aux nouveaux membres d’un groupe étroitement lié
au moment du transfert initial d’éléments d’actif d’un autre
membre du groupe. C’est dû aux exigences législatives, qui
prévoient notamment qu’un membre doit détenir des biens avant
d’avoir ce choix. La mesure vise donc à étendre ce choix aux
nouveaux membres d’un groupe étroitement lié. Pensons par
exemple à une réorganisation dans le but de créer deux sociétés
pour faire le travail d’une seule.
This measure also introduces joint and several liability to the
parties to such an election for any GST/HST liability on supplies
between the parties. Since the election allows transactions to be
done tax free, if the transaction was not supposed to be relieved
by that transaction while the CRA can get the tax from both
Cette mesure fait également en sorte que les parties à ce choix
soient solidairement responsables du paiement de toute TPS/TVH
sur ces fournitures. Puisque ce choix permet d’effectuer des
transactions sans taxe, si une transaction n’aurait pas dû être
détaxée, l’ARC peut réclamer les taxes aux deux parties en cause.
1-5-2014
Banques et commerce
9:47
parties to the election. In addition, this measure adds a
requirement to file such an election with the CRA to facilitate
CRA’s audit activities.
De plus, cette mesure permet d’exiger que le formulaire
concernant ce choix soit présenté à l’ARC afin de faciliter les
vérifications.
The next measure gives the Minister of National Revenue the
discretionary authority to register a person for GST/HST
purposes where the person fails to comply with the requirement
to apply for registration, even after having been notified by CRA
of the obligation to do so.
La prochaine mesure confère au ministre du Revenu national le
pouvoir discrétionnaire d’inscrire sous le régime de la TPS/TVH
toute personne qui omet de se conformer à l’exigence
d’inscription, même après avoir été avisée de cette exigence par
l’ARC.
Under the GST/HST, vendors making $30,000 in taxable
supplies annually are generally required to register, collect and
remit tax on their taxable supplies.
Sous le régime de la TPS/TVH, les marchands qui enregistrent
annuellement 30 000 $ en fournitures taxables sont généralement
tenus de s’inscrire au régime, et de percevoir et de remettre des
taxes sur leurs fournitures taxables.
CRA found that during the course of their enforcement
program they identified vendors who should be registered but are
not, so CRA makes efforts to ensure that the vendor meets their
tax obligation. However, legally, where a business fails to register
as required, CRA currently cannot compel the business to register
and this is what this measure is intended to address.
L’ARC a constaté dans le cadre de son programme
d’application que des marchands qui devraient être inscrits ne le
sont pas, alors elle prend des mesures pour veiller à ce que les
marchands s’acquittent de leurs obligations fiscales. Cependant,
selon la loi, si une entreprise omet de s’inscrire comme elle le
devrait, l’ARC ne peut pas la forcer à le faire. C’est ce que vise
cette mesure.
The next measure, and there are a few in Part 2, is actually
consequential to income tax measures being made in Part 1 of the
bill, and it’s made in Part 2, and actually in Part 3 also you’ll hear
a little bit later, to ensure consistency across the Income Tax Act
in terms of administrative provisions.
La prochaine est une mesure corrélative aux mesures prévues à
la partie 1, ainsi qu’aux parties 2 et 3, dont il sera question un peu
plus tard. Il s’agit d’assurer l’uniformité de l’ensemble des
dispositions administratives de la Loi sur la taxe d’accise.
This amendment allows the CRA to share information with
FINTRAC, which is the Financial Transactions and Reports
Analysis Centre of Canada, but solely for the purpose of enabling
FINTRAC to evaluate the usefulness of information provided by
FINTRAC to the CRA under the Proceeds of Crime (Money
Laundering) and Terrorist Financing Act.
Cet amendement permet à l’ARC d’échanger de l’information
avec le Centre d’analyse des opérations et déclarations financières
du Canada (CANAFE), mais seulement pour permettre à ce
dernier d’évaluer l’utilité des renseignements qu’il fournit à l’ARC
en vertu de la Loi sur le recyclage des produits de la criminalité et
le financement des activités terroristes.
FINTRAC provides information to the CRA, and CRA, to be
able to give feedback that may involve taxpayer information, they
need to have the power to do so and this is what this amendment
is doing.
Le CANAFE fournit des renseignements à l’ARC, et pour que
l’ARC puisse formuler des commentaires qui pourraient contenir
des données confidentielles, la loi doit lui conférer ce pouvoir.
C’est ce qu’on vise avec cette mesure.
The ones I just talked about were all included in Budget 2014.
The other amendments I’m going to talk about are included in
Part 2, but they may have been referenced in the budget or there’s
a few that are Budget 2013 measures that were not implemented
yet, or they have been announced through news releases.
Les amendements que je viens d’énumérer ont tous été
annoncés dans le budget de 2014. Les amendements suivants
sont compris dans la partie 2, mais ils ont pu avoir été présentés
dans le budget de 2014 ou encore dans celui de 2013, mais n’ont
pas encore été mis en oeuvre. D’autres ont été annoncés par
différents communiqués de presse.
The next measure relates to the GST/HST on paid parking.
The measure provides a GST/HST exemption for supply of
hospital parking by public sector bodies for patients and visitors
as announced on January 24, 2014. This exemption will apply in
respect of parking lots that are reserved for or primarily for the
use of individuals accessing a public hospital.
La prochaine mesure porte sur la TPS/TVH sur les frais de
stationnement. Elle prévoit d’exonérer de la TPS/TVH les
fournitures de stationnement des hôpitaux par des entités du
secteur public pour les patients et les visiteurs. Cette mesure a été
annoncée le 24 janvier 2014. Cette exonération s’applique aux
stationnements réservés principalement aux patients et aux
visiteurs des hôpitaux publics.
The amendment in Part 2 also includes the charity parking
related integrity measures that were announced in Economic
Action Plan 2013, such as to clarify that the special GST/HST
exemption for charity parking does not apply to parking provided
by a charity that is set up or used by certain PSB, such as a
L’amendement prévu à la partie 2 vient également clarifier les
mesures d’intégrité concernant le stationnement fournit par des
organismes de charité, telles qu’elles ont été annoncées dans le
Plan d’action économique de 2013. On précise ainsi que
l’exonération spéciale de la TPS/TVH pour les stationnements
9:48
Banking, Trade and Commerce
1-5-2014
university. For example, a university, since the inception of the
GST, cannot directly provide exempt paid parking for students
and staff and will not be able to set up a charity to run the parking
in order to have the same parking treated on an exempt basis.
This is a tax planning scheme that was sold to some entities to
basically avoid the payment of tax for some of those public sector
bodies.
offerts par des organismes de charité qui sont établis ou utilisés
par certains organismes du secteur public, comme les universités.
Par exemple, une université, depuis l’instauration de la TPS, ne
peut pas offrir directement un stationnement payant exonéré, ni
établir un organisme de bienfaisance pour administrer ce même
stationnement afin qu’il soit exonéré. C’est un montage de
planification fiscale qui a été vendu à certaines entités du secteur
public essentiellement pour leur éviter de payer des taxes.
The next measure was announced in Economic Action Plan
2013 also. Budget 2013 announced that certain financial
intermediaries will be required under the Income Tax Act to
report to the CRA international electronic funds transfer of
$10,000 or more. All those rules are not in Part 2. These rules are
all in Part 1 of the bill. The only amendment in Part 2 that is
included only clarifies that those reports provided to the CRA on
the income tax side can also be used for the purpose of the
administration of the GST by the CRA. This may be useful
information for GST audit purposes.
La mesure suivante a aussi été annoncée dans le Plan d’action
économique 2013. Le budget de 2013 indiquait que certains
intermédiaires financiers seraient tenus par la loi de signaler à
l’ARC les télévirements internationaux de 10 000 $ ou plus.
Toutes ces règles ne se trouvent pas dans la partie 2. Elles sont à la
partie 1 du projet de loi. Le seul amendement de la partie 2 précise
seulement que les rapports sur l’impôt sur le revenu fournis à
l’ARC peuvent également servir aux fins de l’administration de la
TPS/TVH par l’ARC. Cela peut être utile pour les vérifications de
la TPS.
The next measure, again, is another measure that is
consequential to income tax amendments that were made in
Part 1 and relates to the offshore tax informant program
announced in Economic Action Plan 2013. Again, it’s made to
ensure consistency across tax administration rules in various tax
acts. Under the Offshore Tax Informant Program, the Canada
Revenue Agency will pay rewards to individuals who provide
information relating to major international tax non-compliance
where that information leads to the collection of tax.
La mesure suivante est elle aussi une mesure corrélative aux
amendements de la partie 1 qui portent sur le Programme de
dénonciateurs de l’inobservation fiscale à l’étranger, un
programme annoncé dans le Plan d’action économique de 2013.
Encore l à , il s’agit d’assurer l’uniformité des règles
d’administration fiscale prévues par les différentes lois fiscales.
Dans le cadre du Programme de dénonciateurs de l’inobservation
fiscale à l’étranger, l’ARC offre des récompenses aux particuliers
qui fournissent de l’information concernant des cas majeurs
d’inobservation fiscale et qui permettent de récupérer les impôts
non perçus.
The measure under Part 2 of this bill permits the sharing of
certain very limited GST/HST information for the purpose of the
administration by the CRA of the program and the first payment
to HST province where assessed tax under this program until
those taxes have been collected by the CRA. However, the
information that can be shared is limited to information to be
provided to a person that has a contract with the CRA under the
program, and only to the extent necessary to inform the person of
any amount they may be entitled to under the contract and of the
status of their claim under the contract. The information that can
be given is very limited.
La mesure prévue à la partie 2 du projet de loi permet l’échange
de données très restreintes concernant la TPS/TVH aux fins de
l’administration du programme par l’ARC et du premier
versement à la province où l’impôt a été évalué conformément
au programme, jusqu’à ce que ces montants aient été récupérés
par l’ARC. Cependant, l’ARC peut uniquement communiquer
certains renseignements confidentiels à une personne ayant conclu
un contrat pour la fourniture de renseignements en vertu du
programme, et seuls pourraient être communiqués les
renseignements ayant pour but d’informer la personne de la
somme qu’elle pourrait recevoir aux termes du contrat et de l’état
de son dossier en vertu du contrat. Les renseignements pouvant
être communiqués sont très restreints.
The next measure relates to serious offences and is
consequential again to income tax amendments made under
Part 1 of the bill. This measure amends the GST/HST confidential
information provision to permit the disclosure of confidential
information to an appropriate police organization where there are
reasonable grounds to suspect that the information would be
relevant to the investigation of serious offences, including money
laundering.
La mesure suivante porte sur les infractions graves et il s’agit
encore une fois d’une mesure corrélative aux amendements prévus
à la partie 1 du projet de loi. Elle consiste à modifier la disposition
sur la confidentialité des renseignements relatifs à la TPS/TVH
afin d’en permettre la divulgation à une organisation de police
compétente, mais seulement si on a des motifs raisonnables de
croire qu’ils sont pertinents aux fins de l’enquête sur des
infractions graves, dont le blanchiment d’argent.
The last measure in Part 2 was announced on January 17,
2014, and is designed to close a loophole. Under the Excise Tax
Act, a business can generally claim input tax credit to recover any
GST that they paid to acquire property or service for use in their
La dernière mesure prévue à la partie 2 a été annoncée le
17 janvier 2014 et vise à éliminer une échappatoire. En vertu de la
Loi sur la taxe d’accise, une entreprise peut généralement réclamer
un crédit de taxe sur les intrants pour récupérer la TPS payée à
1-5-2014
Banques et commerce
commercial activities. However, in a recent court decision, a
business was allowed to claim input tax credit in respect of an
amount of GST that the business had already recovered from
suppliers through credit notes, so there was double-dipping going
on there. This measure clarifies that a person cannot claim input
tax credit in respect of an amount of GST/HST that has already
been recovered by the person from a supplier.
That concludes my description of the amendments in Part 2.
[Translation]
9:49
l’achat de biens ou de services voués à ses activités commerciales.
Par contre, un jugement de la cour a récemment permis à une
entreprise de réclamer un crédit de taxe sur les intrants pour un
montant de TPS qu’elle avait déjà récupéré auprès des
fournisseurs sous forme de notes de crédit. Elle a ainsi profité
de déductions en double. Cette mesure précise qu’une personne ne
peut demander de crédits de taxe sur les intrants au titre de
montants de TPS/TVH qu’elle a déjà recouvrés auprès d’un
fournisseur.
C’est ce qui conclut ma description des amendements de la
partie 2.
[Français]
Senator Maltais: I would like you to clearly explain the
measure on zero-rated eyewear to correct a defect of vision
electronically. Does it allow people with a prescription from a
medical professional to use service providers accredited by the
federal government? Will the consumer have to pay the GST and
HST, or will they have to apply for a reimbursement? Or will the
tax not be applied at the point of sale, meaning the consumer will
not have to pay the tax?
Le sénateur Maltais : J’aimerais avoir une explication claire
concernant les appareils électroniques d’optique détaxés. Les
personnes qui ont une ordonnance émise par des professionnels de
la santé pourront se rendre chez les vendeurs de services qui
seront accrédités auprès du gouvernement fédéral. La personne
qui va acheter l’appareil devra-t-elle payer la TPS et la TVH ou
devra-t-elle demander un remboursement? Ou encore, sera-t-elle
détaxée à l’achat et, ainsi, n’aura pas à payer la taxe?
Mr. Mercille: The federal government is not responsible for the
licensing of physicians, the provinces are. The GST talks about
practitioners. If the individual has a prescription from a health
care professional for this type of eyewear, they will be able to
purchase it without paying the tax. They will not have to ask to be
reimbursed. The measure is removing the tax, not reimbursing
consumers for it.
M. Mercille : Ce n’est pas le gouvernement fédéral qui
accrédite les médecins, c’est de responsabilité provinciale. La
TPS fait référence aux praticiens. Pour ces appareils, la personne,
si elle a une ordonnance de son professionnel de la santé, va
pouvoir acheter l’appareil et ne paiera pas la taxe, n’aura pas
besoin de demander un remboursement; c’est une détaxation et
non pas un remboursement.
Senator Maltais: The consumer will not have to pay the tax.
Le sénateur Maltais : La personne qui achète l’appareil n’a pas
à payer la taxe.
Mr. Mercille: This type of eyewear is fairly new and quite
expensive, costing around $10,000.
M. Mercille : Ce sont des appareils très dispendieux d’environ
10 000 $, et c’est un appareil assez nouveau.
Senator Hervieux-Payette: I am actually surprised that the
services of acupuncturists and naturopaths were not exempted,
similar to those of physicians. What about osteopaths and
physiotherapists?
La sénatrice Hervieux-Payette : En fait, je suis surprise que les
acupuncteurs et les naturopathes n’étaient pas exonérés comme
les médecins. Qu’arrive-t-il dans le cas des ostéopathes et des
physiothérapeutes?
Mr. Mercille: I will explain the principle governing whether
professionals can register for the list of practitioners who are
exempt from charging GST or not.
M. Mercille : Je vais vous expliquer le principe à savoir
comment les professionnels sont inscrits à la liste des praticiens
pour la TPS qui leur permet d’offrir des services exonérés.
A series of administrative requirements is applied. The first is
whether the cost of the service is reimbursed under a provincial
health plan; if so, the service is exempt. The second states that if
the cost of the same service is reimbursed under the health plans
of two provinces, the service will be exempt country-wide. The
third criterion used to determine whether practitioners can
register for the list or not is the one that applies in the case of
acupuncturists and naturopaths: the health care profession must
be regulated by at least five provinces. That is a criterion that the
department has publicized in the past, and when associations find
that they satisfy the requirements to become a regulated health
care body, they contact us to say that practitioners association X
Il y a certains critères administratifs qui sont utilisés. Le
premier critère est le remboursement du service par l’assurancemaladie d’une province; dans ce cas, le service sera exonéré. Le
deuxième critère stipule que, si le même service est remboursé par
l’assurance-maladie de deux provinces, le service sera exonéré
partout au Canada. Quant au troisième critère qui est utilisé pour
décider si on doit inscrire les praticiens à la liste, c’est en fonction
de celui-là que les acupuncteurs et les docteurs en naturopathie
sont qualifiés, car la profession est réglementée comme une
profession du domaine de la santé par au moins cinq provinces.
C’est un critère qui a été rendu public dans le passé par le
ministère, et les associations, lorsqu’elles constatent qu’elles
9:50
Banking, Trade and Commerce
1-5-2014
also wants to be exempted. Their applications are reviewed, and if
the requirements are met, a recommendation is made to the
minister.
répondent aux critères pour être réglementées comme un
organisme de la santé, elles nous approchent et nous indiquent
que telle association de praticiens voudrait aussi recevoir le
traitement exonéré. On analyse la demande des représentations
qui sont faites, et si elles sont conforment, on en fait la
recommandation au ministre.
Senator Hervieux-Payette: It has to be through one approach
or the other; either the service is reimbursed under the provincial
health plan or some other plan, like the one we, as senators, have.
Would you draw the same parallel?
La sénatrice Hervieux-Payette : C’est l’une ou l’autre des
approches; soit il y a remboursement par l’assurance-maladie ou
remboursement par une autre assurance, telle que la nôtre en tant
que sénateur. Est-ce que vous l’assimilez à la même chose?
Mr. Mercille: No. The principle is to recognize the provinces’
jurisdiction over health, and they are the authorities that
determine whether the service constitutes a health service or not.
M. Mercille : Non. Le principe, c’est de reconnaître la
compétence des provinces dans le domaine de santé, et c’est leur
expertise qui détermine si elles considèrent cela comme un service
de santé.
Senator Hervieux-Payette: That does not answer my question
about osteopaths and the others.
La sénatrice Hervieux-Payette : Cela ne me donne pas la
réponse pour les ostéopathes et les autres.
Mr. Mercille: The answer in the case of osteopaths is no. There
is a long list for physiotherapists, so I will have to check.
M. Mercille : Dans le cas des ostéopathes, c’est non; quant aux
physiothérapeutes — il y a une longue liste que je vais devoir
trouver.
Senator Hervieux-Payette: They are going to start lobbying the
government for recognition, because they are no different than
other health care professionals.
La sénatrice Hervieux-Payette : On va commencer à faire du
lobbying auprès du gouvernement pour les reconnaître, car ce
sont tous des professionnels du même ordre.
Mr. Mercille: Yes, but they do have different specialties, and
sometimes the provinces recognize them as health services and
other times, not. On our end, then, the requirement that has to be
met is recognition by five provinces; the service has to be
recognized by more than just one province. There are
audiologists, chiropractors, dieticians, midwives, occupational
therapists, optometrists, osteopaths, pharmacists,
physiotherapists and so forth.
M. Mercille : Oui, mais ils ont des spécialités différentes et,
parfois, les provinces les reconnaissent comme des services de
santé, et d’autres fois, pas. Donc, notre critère, c’est que s’il y a
cinq provinces, c’est plus reconnu que s’il y en avait juste une ou
s’il n’y en avait pas. Il y a les audiologistes, les chiropraticiens, les
diététiciens, les sages-femmes, les ergothérapeutes, les
optométristes, les ostéopathes, les pharmaciens, les
physiothérapeutes...
[English]
[Traduction]
The Chair: Would you like Mr. Mercille to provide us with
some information if there is anything further you need, senator?
Le président : Voulez-vous que M. Mercille nous donne des
précisions si vous avez d’autres questions?
Senator Hervieux-Payette: He’s just about finished. We’re not
far from Z.
La sénatrice Hervieux-Payette : Il a presque fini. On arrive à la
lettre « z ».
Mr. Mercille: Physical therapists, podiatrists, psychological
associates, psychologists, registered nutritionists, social worker
and speech language pathologists.
M. Mercille : Physiothérapeutes, podiatres, associés en
psychologie, psychologues, diététistes, travailleurs sociaux et
orthophonistes.
[Translation]
[Français]
Senator Hervieux-Payette: Hospital parking will not be subject
to GST.
La sénatrice Hervieux-Payette : Les stationnements des
hôpitaux n’auront pas à payer de TPS.
Mr. Mercille: Parking for patients and visitors. Some rules
apply; an effort was made to limit the measure somewhat so as
not to include employee parking.
M. Mercille : Ce sont les stationnements qui seront destinés
aux patients et aux visiteurs. Il y a certaines règles; on a essayé de
circonscrire un peu la mesure pour ne pas couvrir le
stationnement destiné aux employés.
Senator Hervieux-Payette: I presume that universities, teachers
and students will now have to pay the GST.
La sénatrice Hervieux-Payette : Je suppose que, maintenant, les
universités, professeurs et élèves devront payer la TPS.
Mr. Mercille: Most of them already did. Some foundations
were included.
M. Mercille : La majorité la payait de toute façon. Il y avait
des fondations qui apparaissaient.
1-5-2014
Banques et commerce
9:51
Senator Hervieux-Payette: Have parking services used by
public servants always been subject to GST?
La sénatrice Hervieux-Payette : Est-ce que depuis toujours, les
stationnements utilisés par les fonctionnaires sont aussi sujets à la
TPS?
Mr. Mercille: Paid parking has always been GST taxable. The
only difference is that, in 1997, a minor change was made, mainly
affecting charitable organizations. In order to simplify things,
paid parking operated by charities was exempted. As a result of
that change, some tried using the measure to get around the
rule and provide exempt parking when it should have been
taxable.
M. Mercille : Le stationnement payant depuis le début de la
TPS a toujours été taxable. La seule chose qui ait changé, c’est
qu’en 1997, il y a eu une petite réforme, surtout concernant les
organismes de bienfaisance, comme mesure de simplification, qui
accordait une exonération aux organismes de bienfaisance qui
utilisaient le stationnement. C’est à cause de ce changement que
certains ont essayé d’utiliser ce moyen pour détourner la règle et
pour fournir du stationnement exonéré quand il aurait dû être
taxable.
Senator Hervieux-Payette: This question does not pertain to a
charity, but in the case of the National Arts Centre, or NAC, is
the parking — which, by the way is very generously funded and I
believe the revenue helps the NAC — subject to GST?
La sénatrice Hervieux-Payette : Dans le cas suivant, ce n’est
pas de la bienfaisance, mais, par exemple, le stationnement du
Centre national des Arts (CNA) qu’on subventionne très
généreusement — et je crois que le stationnement aide à
financer le CNA —, est-il susceptible de payer la TPS?
Mr. Mercille: I am not familiar with specific cases, but I do
know about that one. The NAC is a recognized charity, and its
parking services are exempt.
M. Mercille : Je ne suis pas au courant des cas particuliers,
mais je suis au courant de ce cas. Le CNA est reconnu comme un
organisme de bienfaisance, et son stationnement est exonéré.
Senator Hervieux-Payette: Thank you.
Senator Bellemare: My question has to do with the GST/HST
registration requirements. Is $30,000 the level of revenue
required?
Mr. Mercille: For taxable sales.
Senator Bellemare: A self-employed worker earning $30,000 or
more in revenue has to register. As far as I can remember, the
amount has always been $30,000. Has it ever been adjusted for
inflation?
Mr. Mercille: No.
La sénatrice Hervieux-Payette : Merci.
La sénatrice Bellemare : Ma question a trait à l’observation des
exigences d’inscription au régime de TPS/TVH; 30 000 $, est-ce
l’exigence de revenus?
M. Mercille : Pour les ventes taxables.
La sénatrice Bellemare : Un travailleur autonome qui a des
revenus de 30 000$ et plus doit s’inscrire. Ce 30 000 $, à mon
souvenir, c’est le montant qui existe depuis le début; cela n’a
jamais été indexé?
M. Mercille : Non.
Senator Bellemare: Might it be adjusted at some point, or is it a
fixed amount?
La sénatrice Bellemare : Est-ce qu’il est question que ce soit
indexé à un moment donné ou est-ce que c’est fixe?
Mr. Mercille: Adjusting the amount would be a political
decision, but it has never been indexed, upward or downward.
Some people argue that the rate should be reduced to counter
underground work. And others call for an increase because it has
never been indexed. So there are arguments for and against
indexing.
M. Mercille : Ce serait une décision politique de le modifier,
mais le taux n’a jamais été modifié, que ce soit pour l’augmenter
ou le réduire. Il y a des gens qui demandent de réduire ce taux-là
pour combattre le travail au noir; il y en a d’autres qui demandent
de l’augmenter parce qu’il n’a jamais été indexé. Il y a des
arguments des deux côtés.
Senator Bellemare: Thank you.
[English]
Senator Tkachuk: I notice you have a number of provisions for
criminals and for other matters regarding the CRA or GST and
HST. I thought the philosophy of paying tax is that everybody
pays tax. It doesn’t matter if you may not have gotten it from illgotten gains; prostitutes pay tax. In other words, there was a
feeling that when you paid tax, that was between you and the
government and nobody else.
La sénatrice Bellemare : Merci.
[Traduction]
Le sénateur Tkachuk : Je remarque qu’il y a des dispositions
concernant les activités criminelles et d’autres questions liées à
l’ARC ou à la TPS/TVH. Je croyais que l’idée derrière l’impôt
était que tout le monde en payait. Cela ne fait rien si c’est de
l’argent sale. Les prostituées paient aussi de l’impôt. Autrement
dit, on avait l’impression que lorsqu’on payait nos impôts, c’était
entre nous et le gouvernement, et personne d’autre.
9:52
Banking, Trade and Commerce
1-5-2014
It seems that we’re using the tax system. It may be just me
because I don’t like paying tax — and maybe I’m always
suspicious of it — but I think that we are using the tax system to
prosecute people. In other words, when you say ‘‘criminal
activity’’ here, in one of these paragraphs, it is not only
proceeds of crime but also other criminal activity. How is that
defined?
On dirait qu’on utilise le régime fiscal. C’est peut-être juste
mon impression parce que je n’aime pas payer des impôts — et
j’entretiens peut-être toujours des doutes là-dessus —, mais je
pense qu’on utilise le régime fiscal pour intenter des poursuites.
Donc, quand vous parlez d’activités criminelles dans un de ces
paragraphes, vous ne faites pas seulement référence aux produits
de la criminalité. Qu’est-ce que cela comprend?
In other words, are we opening the tax files for police to
rummage through them to see who is being bad? That’s what I’m
getting at here, in as frank a way as I can.
Est-ce qu’on permet à la police de fouiller dans les dossiers
fiscaux pour voir qui joue les vilains? C’est ce que j’essaie de dire,
le plus franchement possible.
Mr. Mercille: You are talking about the measure rated ‘‘serious
offence’’ that was made consequential to an income tax
amendment. I can give you an example that was given to us by
CRA.
M. Mercille : Vous faites référence à la mesure portant sur les
« infractions graves » qui renvoie à un amendement concernant
l’impôt sur le revenu. Je peux vous donner un exemple que l’ARC
nous a donné.
The auditors go to a business and have access to the computer
to do their audit to find the numbers, and whatever. Sometimes
they find stuff other than just the spreadsheet. For example, they
could find child pornography.
Les vérificateurs ont accès à l’ordinateur d’une entreprise
quand ils vont sur place pour vérifier les chiffres, ou peu importe.
Parfois, ils trouvent autre chose que des chiffriers. Ils pourraient,
par exemple, tomber sur de la pornographie juvénile.
In the past a question has arisen that what this person has done
is probably wrong. Could I do something with that as a CRA
officer? The answer was no because there is a confidential
information provision in the tax statute to prevent the CRA from
sharing that information.
Il est déjà arrivé que des agents de l’ARC se demandent s’ils
pouvaient faire quelque chose lorsqu’ils remarquaient des
activités illégales. Ils ne pouvaient rien faire, car la législation
fiscale leur interdit de divulguer les renseignements confidentiels.
I understand that this trickles down from a commitment
between Canada and the OECD that the CRA would report to
the police about the bribery of foreign officials. From that, the file
is looked at to see whether we provide the capacity to share
information for the bribery of a foreign official or look at serious
offences in general where CRA could provide the information for
the police for investigative purposes. It was decided to choose
what we define as ‘‘serious offence.’’
Je crois que cela découle d’un engagement du Canada envers
l’OCDE à l’effet que l’ARC allait faire rapport à la police des cas
de corruption des agents publics étrangers. De là, on s’est
demandé s’il fallait donner à l’ARC la capacité de communiquer
des renseignements à la police pour l’aider dans ses enquêtes sur
les cas de corruption d’agents publics étrangers ou les infractions
graves en général. Il a été décidé d’y aller avec ce qu’on définit
comme une « infraction grave ».
Finance doesn’t have expertise in criminal law matters, so the
offence that we’re choosing, the level of seriousness, is the one
that follows the amendment to the Criminal Code that removed
the mandatory jail sentence, or the offences that led to a
mandatory jail sentence or to the removal of house arrest.
Le ministère des Finances n’a pas l’expertise voulue pour
traiter les affaires de droit pénal, alors nous avons établi que les
infractions visées seraient celles pour lesquelles l’amendement au
Code criminel élimine la peine d’emprisonnement minimale, ou
encore les infractions qui étaient assujetties à une peine
d’emprisonnement minimale ou à une détention à domicile.
A policy decision was made regarding ‘‘offence of a serious
nature’’ so that if CRA had information in that respect, they
could share that information with the police organization so they
could do their own investigation based on that information.
Notre choix s’est arrêté sur les infractions graves, de façon à ce
que l’ARC puisse communiquer les renseignements qu’elle détient
à cet égard à l’organisation de police compétente à des fins
d’enquête.
Senator Tkachuk: Just so I am clear, do the auditors make the
decision or do police make requests on certain people for them to
ferret out information?
Le sénateur Tkachuk : Je veux être certain de bien comprendre.
Est-ce que les vérificateurs prennent eux-mêmes cette initiative ou
est-ce que la police demande de fouiller dans les dossiers de
certaines personnes?
Mr. Mercille: No, I think it is the first part. It is a random
discovery of information.
M. Mercille : Non, je pense que c’est la première option. C’est
au cas où les vérificateurs tomberaient par hasard sur de tels
renseignements.
Senator Tkachuk: Including proceeds of crime?
Le sénateur Tkachuk : Y compris ce qui touche les produits de
la criminalité?
1-5-2014
Banques et commerce
9:53
Mr. Mercille: There’s a long list. In general, it is infractions
where you can be convicted by indictment for at least five years in
prison. Specific offences are listed. There’s bribery, money
laundering, terrorist activities, organized crime and those kinds
of things.
M. Mercille : La liste est longue. En général, il s’agit
d’infractions qui sont passibles d’au moins cinq ans
d’emprisonnement. On énumère des infractions précises, dont la
corruption, le blanchiment d’argent, les activités terroristes, le
crime organisé, et ainsi de suite.
Senator Tkachuk: Once that’s public, why would people file
taxes anyway? This is a great incentive not to file tax; is it not? If a
person is committing criminal activity or not setting up a GST
corporation to file GST and now it is public — that is, while you
are filing your regular income tax, they find out that you should
have filed for GST — why would that person file his tax?
Le sénateur Tkachuk : Si ces renseignements deviennent
publics, pourquoi les gens voudraient-ils déclarer leurs revenus?
C’est une bonne raison pour ne pas le faire, n’est-ce pas? Si une
personne s’adonne à des activités criminelles ou qu’elle omet
d’inscrire son entreprise au régime de la TPS, et que ces
renseignements font désormais partie du domaine public —
c’est-à-dire que l’ARC pourrait s’apercevoir qu’elle aurait dû
déclarer des revenus de TPS en plus de ses revenus réguliers —,
pourquoi voudrait-elle faire sa déclaration de revenus?
Mr. Mercille: I don’t worry about CRA; I don’t know their
process. To answer your question, this is what it is intended to
address. Nobody will write in their income tax or GST return
‘‘organized crime.’’
M. Mercille : Je ne m’inquiète pas de ce que fait l’ARC; je ne
sais pas comment elle procède. Mais pour répondre à votre
question, c’est ce qu’on tente de régler avec cette mesure.
Personne ne va indiquer dans sa déclaration de revenus ou dans
son rapport de TPS que cet argent provient du crime organisé.
Senator Tkachuk: I know.
Le sénateur Tkachuk : Je sais.
Mr. Mercille: CRA does audits. They go on a premise
sometimes. They can find all sorts of information on
computers. They can see a bunch of movement of money that is
not reported for tax, or whatever, which may lead them to believe
there’s money laundering going on, or, as in the simple example I
gave you, if they find child pornography.
M. Mercille : L’ARC fait des vérifications et se rend parfois
sur place. Les vérificateurs peuvent découvrir toutes sortes de
choses sur les ordinateurs. Ils peuvent suivre la trace d’une
multitude de transferts d’argent qui ne sont pas déclarés, ce qui
peut présager du blanchiment d’argent ou, comme dans l’exemple
que je vous ai donné, ils peuvent trouver de la pornographie
juvénile.
This is practice. It is not information that someone sends in a
return to the CRA. Probably many of them don’t file their return
regularly and they’re caught on an audit on a premise.
C’est la pratique. Il n’est pas question de renseignements
inscrits dans une déclaration de revenus à l’ARC. Bon nombre
d’entre eux ne produisent probablement pas de déclaration
régulièrement, et ils se font prendre par une vérification sur place.
Senator Tkachuk: We were told that information that the
banks are sending in on transactions over $10,000 would also be
expunged after a certain number of years. Then we find out in
testimony that it never was expunged. You can see why I have a
certain distrust of them now accessing income tax files. All the
information provided hasn’t led to a lot of prosecutions. They’re
going to be looking for more and more information so they can
justify their existence. This makes me suspicious.
Le sénateur Tkachuk : On nous avait dit également que les
données transmises par les banques sur les transactions de plus de
10 000 $ allaient être supprimées après un certain nombre
d’années. Un témoin nous a plus tard appris que ces données
n’avaient jamais été supprimées. Vous comprendrez que j’ai
maintenant un peu de mal à avaler l’idée qu’on fouille dans les
dossiers fiscaux. Tous les renseignements divulgués n’ont pas
mené à bien des poursuites. L’ARC va chercher à déterrer le plus
d’informations possible pour justifier son existence. C’est
douteux, à mon avis.
Mr. Mercille: Who will get information? If you are talking
about FINTRAC, they are not going to get information about
taxpayers. The amendment in this part is that there already are, or
there will be, reports provided by FINTRAC to the CRA. Right
now, CRA cannot even give feedback. If they’re asked if it is a
useful report, CRA could not say anything. They would have to
say, ‘‘No, it is not useful because you didn’t include that
taxpayer,’’ and things like that.
M. Mercille : Qui obtient l’information? Si vous parlez du
Centre d’analyse des opérations et déclarations financières du
Canada, ou CANAFE, sachez que celui-ci n’obtient aucun
renseignement au sujet des contribuables. La modification de
cette partie porte sur les rapports que le CANAFE soumet déjà à
l’ARC, ou qu’il lui soumettra. Pour l’instant, l’ARC ne peut
même pas fournir de commentaires. Si on lui demande dans quelle
mesure le rapport est utile, elle ne pourra rien dire. Elle devra
répondre qu’il n’est pas utile puisque tel contribuable ne s’y
trouve pas, et ce genre de choses.
9:54
Banking, Trade and Commerce
1-5-2014
Senator Tkachuk: They shouldn’t have to reveal anything
unless there’s evidence. Why would CRA have to reveal
information because FINTRAC sends over information? Unless
they have evidence of a crime committed, why would CRA release
that information? Why would they do that to me or to any other
citizen in the country?
Le sénateur Tkachuk : L’ARC ne devrait pas devoir divulguer
quoi que ce soit à moins d’avoir des preuves. Pourquoi l’ARC
devrait-elle révéler des renseignements parce que le CANAFE lui
envoie de l’information? À moins d’avoir la preuve qu’un crime a
été commis, pourquoi l’ARC divulguerait-elle ce genre
d’information? Pourquoi ferait-elle cela à moi ou à tout autre
citoyen du pays?
Mr. Mercille: The amendment in the tax statutes are
consequential to the overall scheme of the money laundering
legislation. I’m not an expert in money laundering.
M. Mercille : La modification apportée aux dispositions
fiscales est corrélative à l’ensemble des mesures législatives sur
le blanchiment d’argent. Je ne suis toutefois pas spécialiste en la
matière.
Senator Hervieux-Payette: Hopefully.
La sénatrice Hervieux-Payette : C’est une chance.
Mr. Mercille: I work in GST.
M. Mercille : Je travaille du côté de la TPS.
[Translation]
[Français]
Senator Massicotte: We are very concerned about all the
information because, traditionally, when you file your personal
income tax return, the information is shared solely with CRA, end
of story. You could feel confident that the information would not
have an impact as far as other government programs were
concerned.
Le sénateur Massicotte : On est rendu très soucieux de toute
l’information parce que la tradition est que, lorsqu’on fait notre
rapport d’impôt personnel, l’information est partagée avec
l’Agence du revenu du Canada (ARC) seulement, point final.
On pouvait avoir confiance qu’il n’y avait pas de conséquences
dans tous les autres programmes gouvernementaux.
I do realize that, in some instances, it may be necessary to
prompt them to share information with the RCMP or other such
organization. You said the criterion that had to be met to justify
sharing information with the police was the discovery of an
offence of a serious or criminal nature?
J’accepte cependant qu’il y ait peut-être des instances où l’on
doit inciter ces gens à partager l’information avec la GRC ou avec
d’autres. Vous dites que les critères à respecter sont une
offuscation majeure ou criminelle qui peut justifier le partage de
l’information avec la police?
Mr. Mercille: The legislation contains a list; it is quite essential
because it refers to sections in the Criminal Code. But the agency
does have to show that the information found could give rise to
an investigation, for that type of offence.
M. Mercille : Dans la législation, il y a une liste; c’est assez
critique parce que cela fait référence à des articles du Code
criminel. Cependant, l’agence doit mettre en évidence que
l’information qui y apparaît pourrait mener à des enquêtes,
pour ce genre d’infraction.
Senator Massicotte: Do you know whether the legislation relies
solely on the opinion of a CRA auditor who thinks the
information should be shared? Is there an obligation to create a
permanent file in order to conduct a review two or three years
later and determine that the information is serious, or is it simply
referred to the person’s supervisor, who sends the information
elsewhere?
Le sénateur Massicotte : Savez-vous si la législation comme
telle est seulement le fait de l’opinion d’un vérificateur de l’ARC
qui pense qu’on doit partager cela? Est-ce qu’il y a une obligation
de créer un dossier permanent dans le but de faire une révision
deux ou trois ans plus tard afin que l’on sache que l’information
est sérieuse ou est-ce référé au supérieur, tout simplement, qui
envoie l’information ailleurs?
Mr. Mercille: I cannot speak to CRA’s internal procedures
specifically, but I do have an idea of how it operates because I
work with the agency a lot. Most likely, supervisors conduct a
certain level of review. All sorts of steps have to be followed
before the information can be passed on. CRA officers are
penalized for sharing information without authorization. If I were
in their shoes, I would do some serious checks and reviews before
sharing the information.
M. Mercille : Je ne peux pas dire comment l’ARC fonctionne à
l’interne exactement, mais j’en ai une petite idée parce que je
travaille beaucoup avec elle; il y a probablement des étapes de
révision effectuées par des superviseurs. Il y a toutes sortes
d’étapes à suivre avant de transmettre de l’information. Des
sanctions sont imposées aux agents de l’ARC s’ils partagent de
l’information alors qu’ils n’y sont pas autorisés. À leur place, je
ferais des vérifications très sérieuses avant de transmettre
l’information.
Senator Massicotte: Back to parking, if I understand the
legislation correctly, hospital parking for clients is not payable.
There is no impact. If it is paid parking, the GST does not apply
in that case. Is that correct?
Le sénateur Massicotte : Concernant les stationnements, si je
comprends bien la législation, les stationnements des hôpitaux
destinés aux clients ne sont pas payants. Il n’y a pas de
conséquence. Si c’est payant, la TPS ne s’applique pas dans
votre cas; c’est exact?
1-5-2014
Banques et commerce
9:55
Mr. Mercille: If the parking is free, the GST applies to the
value of what you pay to park; whatever rate you apply, zero
times zero is still zero. If it is paid parking, it has to be parking for
hospital patients. The parking facility has to be operated by a
charitable organization or a public service body such as the
hospital itself. The first condition to consider is whether the
parking is for employees. And if so, it is taxable. The next thing to
consider is whether the hospital employee pays a lower rate than
patients. If so, it is taxable. In the case of monthly parking passes,
hospital administration has to inquire as to the reason the person
is using the parking and apply the exemption accordingly.
M. Mercille : Si le stationnement est gratuit, la TPS s’applique
sur la valeur de ce que vous payez pour le stationnement; on aura
beau appliquer quelque taux que ce soit, zéro fois zéro égale
toujours zéro. Si le stationnement est payant, il faut que ce soit un
stationnement réservé aux patients de l’hôpital. Le stationnement
doit être opéré par un organisme de bienfaisance ou un organisme
de services publics comme l’hôpital lui-même. Le premier critère à
considérer, c’est si le stationnement est réservé aux employés. Si
oui, cela devient taxable. Ensuite, est-ce que l’employé de l’hôpital
paie une contrepartie ou un prix moindre que les patients? Si oui,
ce sera alors taxable. Dans le cas des laissez-passer mensuels,
l’administration devra s’enquérir du motif pour l’utilisation du
stationnement et appliquer l’exonération selon la situation.
Senator Massicotte: It is okay for visitors. For employees, it
constitutes an advantage of employment and is not okay. How do
you manage that? How do you know whether the parking is being
used by an employee or not?
Le sénateur Massicotte : Pour les visiteurs, c’est correct; pour
les employés, il s’agit d’un bénéfice d’emploi et ce n’est pas
correct. Comment gérez-vous cela? Comment savez-vous si c’est
un employé ou pas qui s’en sert?
Mr. Mercille: Every effort was made to establish clear
parameters. For example, if the employee parking lot is full and
the employee has to use the patient parking lot, they will have to
pay at the parking booth, so the exemption applies. It is
important to take as practical an approach as possible.
M. Mercille : On a essayé le plus possible de circonscrire les
situations. Par exemple, si le stationnement des employés est
complet et qu’un employé utilise une place de stationnement
réservée aux patients, il doit payer à la guérite; il aura donc le
stationnement exonéré. Il faut essayer de rendre ça le plus
pratique possible.
Senator Massicotte: Why have separate parking lots for
employees and the public? If everyone used the same parking
lot and you learned that employees represented 5 per cent of
parking clientele, would that predetermine taxation for all the
parking spots?
Le sénateur Massicotte : Pourquoi des aires de stationnement
désignées aux employés et d’autres au public? Avec un
stationnement pour tous, si vous découvrez que les employés
constituent 5 p. 100 de la clientèle, cela préjuge de la taxation sur
la totalité des stationnements?
Mr. Mercille: The parking has to be used mainly by visitors,
but in some cases, parking lots are reserved for employees.
M. Mercille : Le stationnement doit être utilisé principalement
pour les visiteurs, mais il existe des situations où il y a des aires de
stationnements réservées aux employés.
Senator Massicotte: Basically, it has to be 51 per cent?
Le sénateur Massicotte : Principalement, c’est 51 p. 100?
Mr. Mercille: Yes. The test is based on each accessible parking
lot. It is applied per parking lot, not each spot.
M. Mercille : Oui. L’analyse se fait par aire de stationnement
accessible. Le test se fait par aire de stationnement et non par
place individuelle de stationnement.
Senator Massicotte: Hospital administrators must be pulling
their hair out. They must see this as a complicated way to collect
very little money.
Le sénateur Massicotte : Les administrateurs des hôpitaux
doivent s’arracher les cheveux de la tête? Ils doivent trouver que
c’est compliqué pour récolter si peu d’argent?
Mr. Mercille: Nevertheless, it means that parking is exempt
instead of taxable.
M. Mercille : Le résultat, c’est quand même que le
stationnement est exonéré au lieu d’être taxable.
[English]
The Chair: We will now move to Part 3, the Excise Measures
Act, found in tab C of your briefing binder. Page 48 of the bill
makes amendments to the Excise Act, 2001, the Excise Act other
than GST and HST measures and the Air Travellers Security
Charge Act. It also adjusts the domestic rate of excise duty on
tobacco products and eliminates the preferential treatment of
[Traduction]
Le président : Nous allons maintenant passer à la partie 3, qui
porte sur la Loi sur l’accise et se trouve à l’onglet C de votre
cahier d’information. À la page 48, le projet de loi modifie la Loi
de 2001 sur l’accise, la Loi sur la taxe d’accise, sauf les
dispositions concernant la TPS/TVH, et la Loi sur le droit pour
la sécurité des passagers du transport aérien. On ajuste aussi le
9:56
Banking, Trade and Commerce
1-5-2014
tobacco products available through duty-free markets. We are
pleased to welcome Gervais Coulombe, chief, excise policy, sales
tax division, from the Department of Finance.
taux sur le marché intérieur du droit d’accise sur les produits du
tabac, et abolit le régime préférentiel applicable aux produits du
tabac sur les marchés hors taxes. Nous sommes heureux
d’accueillir Gervais Coulombe, chef de la Politique de l’accise,
dans la Division de la taxe de vente du ministère des Finances.
Gervais Coulombe, Chief, Excise Policy, Sales Tax Division,
Department of Finance Canada: Honourable senators, I will
review with you today the proposed amendments to Part 3 of
Bill C-31, which covers clauses 62 to 90.
Gervais Coulombe, chef, Politique de l’accise, Division de la taxe
de vente, ministère des Finances Canada : Mesdames et messieurs
les sénateurs, je vais aujourd’hui examiner avec vous les
modifications proposées à la partie 3 du projet de loi C-31, qui
englobent les articles 62 à 90.
Part 3 of the bill introduces legislative amendments with
respect to the federal excise framework. By way of background,
Canada’s excise framework comprises several statutes that impose
excise duties and taxes on different products, such as alcohol,
tobacco and motor fuels, as well as the Air Travellers Security
Charge, the ATSC, a charge imposed on air travellers to offset
security screening costs.
La partie 3 du projet de loi introduit des modifications
législatives au régime fédéral sur l’accise. Pour situer les choses
dans leur contexte, le régime canadien sur l’accise comprend
plusieurs lois imposant des droits et des taxes d’accise à différents
produits, comme l’alcool, le tabac et les carburants, de même que
le droit pour la sécurité des passagers du transport aérien, ou
DSPTA, qui est imposé aux voyageurs aériens afin de compenser
le coût des contrôles de sécurité.
The main measure introduced in Part 3 relates to tobacco
taxation and is covered by clauses 62 to 73 and 76 to 82. Please let
me first outline the main components of that tobacco measure.
La principale mesure de la partie 3 porte sur la taxe sur le
tabac, et comprend les articles 62 à 73 et 76 à 82. Permettez-moi
de commencer par en décrire les principales composantes.
Before the budget, cigarettes were subject to an excise duty of
$17 per carton of 200 cigarettes, or about $2.30 per pack of
25 cigarettes. However, the domestic rate of excise duty on
cigarettes had not effectively changed since 2002, meaning that
the real rate of the excise duty had deteriorated by about
23.7 per cent.
Avant le dépôt du budget, les cigarettes étaient assujetties à des
droits d’accise de 17 $ par cartouche de 200 cigarettes, ou
d’environ 2,30 $ par paquet de 25 cigarettes. Le taux sur le
marché intérieur du droit d’accise sur les produits du tabac n’avait
toutefois pas vraiment changé depuis 2002, ce qui représente une
détérioration de 23,7 p. 100 du véritable taux.
The first element of the tobacco legislative amendments is to
increase the rate of duty on cigarettes from $17 to $21.03, or
about 50 cents per pack of 25 cigarettes to account for inflation
since 2002. Corresponding increases in the rate of excise duty
on other tobacco products, such as fine-cut tobacco for use in
roll-your-own cigarettes, are also proposed. All these rate
adjustments apply as of February 12, 2014. In other words, the
new rates are already in place.
La première composante des modifications législatives sur le
tabac est de hausser le taux de droit sur les cigarettes de 17 à
21,03 $, ou d’environ 50 ¢ par paquet de 25 cigarettes afin de
refléter l’inflation depuis 2002. On propose aussi des
augmentations correspondantes du taux de droit d’accise sur
d’autres produits du tabac, comme le tabac à coupe fine pour les
cigarettes à rouler. Tous ces ajustements s’appliquent à compter
du 12 février 2014. Autrement dit, les nouveaux taux sont déjà en
place.
Second, before the budget tobacco products delivered to dutyfree shops were subject to a federal excise duty rate, a duty that
was lower than the duty that applied to tobacco products
available domestically, for instance $15 per carton of
200 cigarettes versus $17. This meant that a carton enjoyed a
$2 preferential treatment federally, because there are other
provincial taxes and sales taxes that apply to tobacco products
and are not charged in duty-free shops.
En deuxième lieu, avant le dépôt du budget, les produits du
tabac des boutiques hors taxes étaient assujettis à un droit d’accise
fédéral inférieur à celui qui s’applique aux produits du tabac
vendus au pays, c’est-à-dire 15 $ plutôt que 17 par cartouche de
200 cigarettes. Ainsi, on accordait un traitement préférentiel
fédéral de 2 $ aux cartouches, sans compter les autres taxes
provinciales et de vente s’appliquant aux produits du tabac qui ne
sont pas prélevées dans les boutiques hors taxe.
BI No.1 eliminates this preferential excise duty treatment
effective February 12, 2014. As a result, the excise duty-free rate
for cigarettes increases from $15 to $21.03 per carton, thereby
matching the new general rate for cigarettes.
La première loi d’exécution du budget élimine ce traitement
préférentiel à compter du 12 février 2014. Par conséquent, le droit
d’accise des boutiques hors taxe sur les cigarettes passe de 15 à
21,03 $ par cartouche, ce qui correspond au nouveau taux général
s’appliquant aux produits du tabac.
1-5-2014
Banques et commerce
9:57
The third amendment, going forward, in order to ensure
tobacco tax rates retain their real value in the future, the rate will
be indexed according to the Consumer Price Index and
automatically adjusted accordingly every five years, beginning
on December 1, 2019.
La troisième modification vise à préserver à l’avenir la valeur
réelle des taxes sur le tabac. Pour ce faire, le taux sera indexé à
l’indice des prix à la consommation et sera ajusté
automatiquement tous les cinq ans, à compter du 1er décembre
2019.
This bill contains the legislative amendments required to
implement that aspect of the tobacco measure.
Le projet de loi contient donc les modifications législatives
nécessaires à la mise en œuvre de ce volet concernant le tabac.
[Translation]
Lastly, we are proposing legislative amendments to impose an
inventory tax on cigarettes held by manufacturers and
distributors as of February 12, 2014, at a rate equivalent to the
proposed increase, so $4.03 per carton of 200 cigarettes. It should
be noted that this inventory tax does not apply to small retailers,
meaning those with inventories of less than 30,000 cigarettes — or
150 cartons — as of April 12, 2014. The inventory is always taken
at midnight on the day the budget is tabled.
[English]
[Français]
Finalement, nous proposons des amendements législatifs afin
d’imposer une taxe d’inventaire sur les cigarettes qui étaient en
possession des fabricants, des distributeurs, en date du 12 février
2014, au taux équivalent à l’augmentation proposée, à savoir
4,03 $ par cartouche de 200 cigarettes. Il est à noter que cette taxe
d’inventaire ne s’applique pas aux petits détaillants, à savoir ceux
qui possèdent un inventaire de moins de 30 000 cigarettes — ou
150 cartouches — en date du 12 avril 2014, faisant partie de leur
inventaire. Ces inventaires sont toujours pris à minuit le soir du
budget.
[Traduction]
Budget 2014 also announced that the government will add a
new administrative monetary penalty and amend the existing
criminal offence for the making of false statements or omissions
in an excise tax return under the non-GST/HST portion of the
Excise Tax Act. That portion of the act imposes excise taxes on,
among other things, motor fuels such as gasoline and diesel.
Dans le budget de 2014, le gouvernement a aussi annoncé qu’il
allait ajouter une pénalité administrative pécuniaire et modifier les
dispositions actuelles relatives à l’infraction criminelle en cas de
faux énoncés ou d’omissions dans les déclarations des taxes
d’accise, aux fins de la partie de la Loi sur la taxe d’accise qui ne
porte pas sur la TPS/TVH. Cette partie de la loi impose
notamment des taxes d’accise sur les carburants, comme
l’essence et le diesel.
The proposed legislative amendments that you will find at
clauses 83 to 86, 88 and 89 mirror parallel provisions under the
GST legislation. They will provide the Canada Revenue Agency
with a new tool to discourage taxpayers from reporting false
information and allow for a broader range of sanctions that could
be more appropriate for a broader spectrum of circumstances.
Further, this proposal will harmonize parallel sanctions for
similar taxpayer non-compliance under the Excise Tax Act,
thereby simplifying the CRA’s administration of these provisions.
That means the proposed sanction would be the same as those
currently in place under the GST legislation.
Les modifications législatives proposées aux articles 83 à 86, 88
et 89 reflètent des dispositions parallèles concernant la TPS.
L’Agence du revenu du Canada aura ainsi un nouvel outil pour
dissuader les contribuables de déclarer de faux renseignements et
pour infliger une plus grande variété de sanctions, qui
correspondront mieux à un vaste éventail de circonstances. De
plus, la proposition vient harmoniser des sanctions similaires pour
les contribuables qui commettent des infractions semblables en
vertu de la Loi sur la taxe d’accise, ce qui simplifie la tâche de
l’ARC. La sanction proposée est donc la même que celles qui sont
actuellement en vigueur dans les dispositions législatives sur la
TPS.
For instance, the new excise tax administrative penalty will be
the greater of $250 and 25 per cent of the tax avoided. An
administrative monetary penalty can be applied directly by the
CRA. The court does not have to be involved.
Par exemple, la nouvelle pénalité administrative concernant la
taxe d’accise sera de 250 $ ou, s’il est plus élevé, d’un montant
égal à 25 p. 100 de la taxe non payée. L’ARC peut appliquer
directement cette pénalité sans avoir recours aux tribunaux.
Finally, clauses 74, 75, 87, and 90 implement other measures
previously presented by my colleague Pierre Mercille with respect
to Part 2, the rules of which are mainly found under Part 1 of the
legislation. These amendments are consequential to amendments
that are made to the Income Tax Act and the Excise Tax Act.
They’re mainly for completeness.
Enfin, les articles 74, 75, 87 et 90 mettent en œuvre d’autres
mesures que mon collègue, Pierre Mercille, a présentées tout à
l’heure dans la partie 2 du projet de loi, et dont les règles sont
principalement énoncées dans la partie 1. Ces modifications sont
corrélatives à d’autres changements apportés à la Loi de l’impôt
sur le revenu et à la Loi sur la taxe d’accise. Elles viennent
principalement compléter ces changements.
9:58
Banking, Trade and Commerce
1-5-2014
Specifically, subclause 75(1) will allow the CRA to share
confidential information collected under the Excise Act, 2001 to
be provided to an official of FINTRAC, the Financial
Transactions and Reports Analysis Centre of Canada, as Pierre
mentioned previously solely for the purpose of giving feedback to
the CRA.
Plus particulièrement, le paragraphe 75(1) permettra à l’ARC
de transmettre des renseignements confidentiels recueillis en vertu
de la Loi de 2001 sur l’accise à un fonctionnaire du CANAFE, le
Centre d’analyse des opérations et déclarations financières du
Canada dont Pierre parlait tout à l’heure, dans le seul but de
fournir des commentaires à l’ARC.
These amendments under subclause 75(2) will also permit the
sharing of information under the Excise Act, 2001, for the
purpose of the administration by the CRA of the so-called OTIP
program, the Offshore Tax Informant Program.
Les modifications du paragraphe 75(2) permettront aussi la
transmission de renseignements recueillis en vertu de la Loi de
2001 sur l’accise afin de permettre à l’ARC d’administrer le
Programme de dénonciateurs de l’inobservation fiscale à
l’étranger.
The proposed amendment under subclause 75(3) will permit
the CRA official to provide confidential information to a law
enforcement officer in limited circumstances; for example, when
the official has reasonable grounds to believe that the information
will have heard evidence of the commission of a serious crime.
La modification proposée au paragraphe 75(3) permettra à un
fonctionnaire de l’ARC de fournir des renseignements
confidentiels à un agent d’exécution de la loi dans certaines
circonstances seulement, par exemple s’il a des motifs
raisonnables de croire que l’information constitue un élément de
preuve d’un crime grave.
Lastly, clauses 74, 87 and 90 clarify that certain reports that
financial intermediaries will now be required to file with the CRA
in relation to international electronic fund transfers of $100,000
or more could be used for the purpose of the administration of
excise statutes.
Enfin, les articles 74, 87 et 90 précisent que les rapports que
certains intermédiaires financiers seront désormais tenus de
soumettre à l’ARC concernant les télévirements internationaux
de 100 000 $ ou plus pourront servir aux fins de l’administration
des lois sur l’accise.
[Translation]
In other words, the part of the Excise Tax Act, 2001, that does
not deal with the GST/HST under the excise tax, and the Air
Travellers Security Charge Act.
[English]
I’m not the expert on these matters because they are mainly
driven by Income Tax Act amendments, which I understand are
being studied by another committee, but we will be happy to
answer any questions you have.
[Translation]
[Français]
À savoir la Loi de 2001 sur l’accise, la partie ne traitant pas de
la TPS/TVH en vertu de la taxe d’accise, ainsi que la Loi sur le
droit pour la sécurité des passagers du transport aérien.
[Traduction]
Je ne suis pas le spécialiste en la matière puisque cela relève
surtout des modifications à la Loi de l’impôt sur le revenu, qui
sont étudiées par un autre comité, que je sache. Quoi qu’il en soit,
nous répondrons à vos questions avec plaisir.
[Français]
Senator Hervieux-Payette: I have two questions about
cigarettes. Could you give me a general idea of what is going to
happen, because every measure to raise the tax on cigarettes is
always said to result in a greater influx of illegal cigarettes
through various channels across the country, Mohawk vendors,
in particular. Are steps being taken to ensure that what is not sold
on one end does not wind up being sold at a substantial discount
by the criminal underworld?
La sénatrice Hervieux-Payette : J’ai deux questions en ce qui
concerne les cigarettes. Pouvez-vous me brosser un portrait de ce
qui va se passer, parce qu’on dit tout le temps que chaque fois que
l’on augmente les taxes sur les cigarettes, on augmente l’entrée de
cigarettes illégales par les différentes voies à travers le pays, en
particulier les voies de nos vendeurs mohawks, et cetera. Est-ce
qu’on prend des mesures pour s’assurer que ce qui ne sera pas
vendu d’un côté, ne sera pas vendu à très grand rabais par le
monde interlope?
Mr. Coulombe: Thank you very much for that question. I
would refer you to the budget; I am not sure whether you have it
with you or not.
M. Coulombe : Merci beaucoup pour votre question.
J’aimerais vous référer au document budgétaire; je ne sais pas si
vous l’avez avec vous.
Senator Hervieux-Payette: It is back at my office.
Mr. Coulombe: In Budget 2014, amounts totalling $91 million
or $92 million over the next five years were earmarked for the
RCMP, precisely so that it could beef up its efforts to tackle
contraband tobacco sales. The proposed increase basically reflects
La sénatrice Hervieux-Payette : Il est à mon bureau.
M. Coulombe : Des sommes d’argent ont été allouées dans le
cadre du budget de 2014 afin de consacrer 91 ou 92 millions de
dollars au cours des cinq prochaines années à la GRC, justement,
pour qu’elle puisse mettre en place et améliorer sa capacité à
1-5-2014
Banques et commerce
9:59
an adjustment for inflation, which brings the real rate back to
2002 levels, were it based on a percentage. So we are talking about
a reasonable increase. Since the government is giving the RCMP
more resources to fight contraband activities, an influx in illicit
sales, like the one observed in the 1990s, is not anticipated.
combattre la vente de tabac de contrebande. L’augmentation
proposée est essentiellement un ajustement de nature
inflationniste, donc on revient au taux réel tel qu’il aurait été en
2002, si c’était un taux basé sur un pourcentage. Donc, c’est une
hausse raisonnable. Étant donné le fait que le gouvernement offre
des ressources supplémentaires à la GRC pour combattre les
phénomènes de contrebande, on ne s’attend pas à une
augmentation comme celle qui avait eu lieu, par exemple, dans
les années 1990.
Senator Hervieux-Payette: With respect to the retroactively
dated inventory you mentioned and the $4.03 per carton, how are
you able to ensure that companies are telling the truth about the
inventory they held at that point in time?
La sénatrice Hervieux-Payette : En ce qui concerne l’inventaire
dont vous parlez dont la date est rétroactive, et les 4,03 $ qui
s’appliquent, quels sont les mécanismes par lesquels vous vous
assurez que les compagnies vous donnent l’heure juste sur les
inventaires qu’elles avaient déjà à ce moment-là?
Mr. Coulombe: When it comes to cigarette manufacturers,
CRA already has a monitoring system and extensive controls in
place. The agency is also taking other steps. New forms are being
used, as well as field check programs. This is not the first time an
inventory tax has been implemented. The country’s big cigarette
makers normally have no problem figuring out exactly how much
inventory they had at a given point in the day, and CRA has
access to all their records.
M. Coulombe : Dans le cas des fabricants des cigarettes,
l’Agence du revenu a déjà mis en place une surveillance et des
mécanismes de contrôle très complets. Il y a également des
mesures prises par l’agence. On parle ici des nouveaux formulaires
et des programmes de vérification sur place. Ce n’est pas la
première taxe d’inventaire mise en place. Généralement, les
grands cigarettiers du pays sont tout à fait à l’aise de faire les
calculs pour savoir exactement quel était leur inventaire à un
moment précis de la journée, et l’ARC a accès à tous leurs livres.
Senator Hervieux-Payette: They will send us a cheque and then
pass the increase on to retailers; it is almost automatic.
La sénatrice Hervieux-Payette : Ils vont envoyer un chèque que
nous allons encaisser et ils vont repasser le prix à ceux qui vendent
au détail; c’est pratiquement automatique.
Mr. Coulombe: The point of an inventory tax is to make sure
the government receives its cut. Otherwise, the retail price would
still go up regardless of the product being taxed at a lower rate.
Keep in mind that the excise tax is imposed at the production
stage, not at the point of final sale, hence the reason it is called an
inventory tax. All cigarette inventories held up until midnight on
the day the budget was tabled were taxed at the rate of $17 per
carton. From midnight on, any cigarettes that are manufactured
or imported are taxed at a rate of $21.04. The federal government
would lose money without an inventory tax. It is one of the
mechanisms in place to ensure that the government receives
everything it is owed and reaches the $3.3-billion target over 6
years.
M. Coulombe : Le but d’une taxe d’inventaire est de veiller à ce
que le gouvernement reçoive sa part. Sinon, l’augmentation du
prix au détail surviendrait malgré le fait que les produits aient été
imposés à des taux inférieurs. Il faut se rappeler que les droits
d’accise sont imposés à la production et non pas à la vente finale
du produit, d’où la raison d’une taxe d’inventaire. Tous les
inventaires fabriqués jusqu’à minuit le jour du budget étaient
imposés au taux de 17 $ la cartouche. À partir de minuit, tout ce
qui est produit ou importé est dorénavant imposé à 21,04 $. S’il
n’y avait pas de taxe d’inventaire, il y aurait une perte pour l’État
fédéral. C’est l’un des mécanismes mis en place pour veiller à ce
que l’on reçoive la pleine portion des revenus qui nous reviennent
et qu’on atteigne les 3,3 milliards sur six ans.
Senator Hervieux-Payette: Are you the right person to ask
about the informant program? How does one go about being an
informant? I would like to understand how the process works.
La sénatrice Hervieux-Payette : Est-ce que vous êtes la bonne
personne pour me parler du programme des dénonciateurs?
Comment s’y prend-on pour dénoncer? J’aimerais comprendre le
processus.
If I happen to find out that someone is hiding a huge amount
of money overseas, I will report it to you right away. But first I
would like to know what happens as far as protecting the
informant goes. For instance, if the informant is a neighbour, that
will make for a very shaky relationship. How does it work? Is
there a telephone number? Does the informant have to fill out a
form? What is the process?
Si on m’informe un jour qu’une grosse fortune est cachée à
l’étranger, je vais m’empresser de vous le référer, mais j’aimerais
savoir, premièrement, ce qui se passe au chapitre de la protection
du dénonciateur. Par exemple, s’il s’agit de voisins, les relations
deviendront très incertaines. Comment cela se passe-t-il? Y a-t-il
une ligne téléphonique? Est-ce que le dénonciateur doit remplir un
formulaire? Quel est le processus?
9:60
Banking, Trade and Commerce
1-5-2014
Mr. Mercille: I will start by repeating what I said initially: the
changes to the program, whether in part 2 or 3, were introduced
to create a comprehensive program by way of tax legislation. It is
mainly an income taxation program.
M. Mercille : Premièrement, je vais répéter ce que j’ai dit au
début : les modifications apportées à ce programme, que ce soit à
la partie 2 ou 3, sont faites pour obtenir un programme complet
au moyen des lois fiscales. C’est principalement un programme en
impôts sur le revenu.
In the case of an individual with offshore investments and
unreported income, there is no GST impact. No GST transaction
applies. The same goes in the case of excise tax; there is no impact.
Le cas d’une personne qui a des placements à l’étranger et dont
les revenus ne sont pas déclarés n’a aucune conséquence sur la
TPS. Il n’y a pas de transaction en TPS qui s’applique. C’est la
même chose dans le domaine de l’accise; il n’y a pas de
conséquence.
But in the case of an individual who has unreported income in
Canada and who transfers money overseas, there could be a link
at that point. When taxable sales are not reported and are
transferred overseas, a link is possible.
Par contre, dans le cas d’une personne qui ne déclare pas
de revenus ici et qui transfère de l’argent à l’étranger, à ce
moment-là, il pourrait y avoir un lien. Dans le cas où il y a eu des
ventes taxables qui n’ont pas été déclarées et qui ont été envoyées
à l’étranger, il pourrait y avoir un lien.
All that to say that it is more uncommon; this is more of a
taxation measure.
Tout ça pour vous expliquer que c’est plus exceptionnel; il
s’agit davantage d’une mesure pour l’impôt.
But it is also an administrative program for the agency, so its
people would be the best ones to ask. On January 15, 2014, CRA
put out a publication explaining all about how the measure
works. A telephone line is indeed in place. The other important
thing to remember is that the situation has to involve a substantial
amount of money, at least $100,000 in taxes to be collected.
D’autre part, il s’agit d’un programme administratif pour
l’agence, donc c’est elle qui serait la mieux placée pour vous
répondre. Elle a publié un communiqué le 15 janvier 2014 qui
contient tous les renseignements sur le fonctionnement de cette
mesure. Il y a effectivement une ligne téléphonique. L’autre point
important, c’est qu’il doit s’agir de montants substantiels, soit au
moins 100 000 $ de taxes à percevoir.
Some cases in countries such as the United States and
Germany have led to significant amounts being recovered.
Il y a eu des exemples dans d’autres pays — aux États-Unis et
en Allemagne, par exemple — où de grosses sommes ont été
récupérées.
Generally speaking, it works as follows: the person contacts
CRA and passes on the information; CRA performs its audits and
checks and enters into an agreement, if necessary. It will draw up
a contract and determine how much the informant will receive in
compensation. My understanding is that it can range from
5 per cent to 15 per cent of the amount recovered. That can take
a lot of time, however, because all the court proceedings have to
be completed first.
En général, cela se passe comme ceci : la personne contacte
l’agence et lui transmet ses renseignements; l’agence fait ses
vérifications et prend entente, s’il y a lieu. Elle va faire un contrat
et déterminer la rémunération de l’informateur. De ce que je
comprends, ça peut être de 5 à 15 p. 100 de l’argent collecté. Cela
peut prendre beaucoup de temps parce que tous les recours devant
les tribunaux doivent être terminés avant la fin des procédures.
It is not yet in force. I believe it will be in 2015. You will find a
lot of information in the publication CRA put out on January 15,
2014.
Pour le moment, ce n’est pas en vigueur. Je crois que ça le sera
en 2015. Vous trouverez beaucoup d’information dans le
communiqué du 15 janvier 2014 fourni par l’agence.
Senator Hervieux-Payette: I do not remember receiving that
publication at my office. Could we get a copy?
La sénatrice Hervieux-Payette : Je ne me rappelle pas avoir
reçu ce communiqué à mon bureau. Pouvons-nous en obtenir une
copie?
The Chair: Yes.
Le président : Oui.
Senator Bellemare: My question is for Mr. Mercille. We talked
about the threshold for GST registration. In some cases, the
amount makes the government money. In other cases, those who
are following the committee’s proceedings might think the
government would lose money if the amount were indexed. Are
there any standards? Why are some amounts indexed, but not
others?
La sénatrice Bellemare : Ma question s’adresse à M. Mercille.
Nous avons parlé du seuil à partir duquel nous devons être
inscrits au programme de la TPS. Dans certains cas, cela rapporte
au gouvernement, et dans d’autres cas, les gens qui nous écoutent
vont peut-être penser que, si c’était indexé, le gouvernement y
perdrait. Y a-t-il des normes? Pourquoi indexe-t-on certains
montants et pas d’autres?
Are amounts indexed only in cases where it benefits the
government?
Est-ce qu’on le fait quand c’est à l’avantage du gouvernement
ou non?
1-5-2014
Banques et commerce
9:61
Mr. Mercille: I am not sure my answer will help you much. I
think it is determined on a case-by-case basis, and at the end of
the day, it reflects a political decision one way or the other. The
minister is the one who decides to index certain thresholds and
not others.
M. Mercille : Je ne suis pas certain que ma réponse vous aidera
énormément. Je crois que cette question est traitée au cas par cas
et, à la fin de la journée, c’est une décision de politique qui est
prise. C’est une décision prise par le ministre d’indexer certains
seuils et pas d’autres.
Senator Bellemare: For a self-employed worker, the red tape
surrounding GST registration can be complicated and
discouraging. Thirty thousand dollars today is not what it was
20 years ago.
La sénatrice Bellemare : Pour ce qui est de s’inscrire ou non,
dans le cas d’un travailleur autonome, la bureaucratie derrière
tout cela peut être compliquée et décourageante. Une somme de
30 000 $ aujourd’hui, ce n’est pas la même chose qu’une somme
de 30 000 $ il y a 20 ans.
Mr. Mercille: It is important to understand that, when the
GST was introduced, a threshold of $30,000 may have been
considered generous, so as to keep the cost of transitioning more
manageable. So the $30,000-threshold for small suppliers benefits
those at the $29,000 mark, in contrast with those at the
$31,000 mark.
M. Mercille : Il faut reconnaître que, quand la TPS est arrivée,
on a peut-être fixé une somme de 30 000 $ pour être généreux,
pour qu’il n’y ait pas trop de coûts de transition au système. Le
seuil des petits fournisseurs de 30 000 $ donne un avantage à la
personne qui est à 29 000 $ comparativement à la personne qui est
à 31 000 $.
Senator Bellemare: Please explain it to us.
Mr. Mercille: The difference is that the person with $31,000 in
annual taxable sales has to charge tax on their supplies. In
Ontario, the difference is 13 per cent.
Senator Bellemare: It has to be indexed, then?
La sénatrice Bellemare : Expliquez-nous cela.
M. Mercille : La différence, c’est que la personne qui gagne
31 000 $ par année doit charger la taxe sur ses fournitures. En
Ontario, c’est 13 p. 100 de différence.
La sénatrice Bellemare : Il faudrait l’indexer alors?
Mr. Mercille: You would still have to be careful. If the
threshold were at $50,000, there would always be someone at
$49,000 and someone else at $51,000.
M. Mercille : Il faut toujours faire attention. Si le seuil était à
50 000 $, il y aurait toujours une personne à 49 000 $ et une autre
à 51 000 $.
Senator Massicotte: As I understand it, a small to mediumsized business with less than $30,000 in revenues does not have to
include tax in their price and is therefore not eligible to receive a
GST rebate on the supplies they purchase.
Le sénateur Massicotte : Si je comprends bien, une PME qui a
des revenus inférieurs à 30 000 $ n’inclut pas de taxe dans son
prix de vente et, par conséquent, elle n’a pas droit au
remboursement de TPS sur ses achats.
Mr. Mercille: No. That is a choice, since an individual can still
decide to register to take advantage of the input tax credit. If your
clients are companies and you charge them taxes, nothing
changes. They will claim that in input tax credits. It is beneficial
for people to register, even if they are under the $30,000 threshold,
since the input tax will be recovered.
M. Mercille : Non. C’est un choix, parce qu’une personne peut
décider quand même de s’inscrire pour bénéficier des crédits de
taxe sur les intrants. Si vos clients sont des entreprises, que vous
leur chargez la taxe, ça ne change rien; ils vont la réclamer en
crédits de taxe sur les intrants. C’est avantageux de s’inscrire,
même si on est sous le seuil de 30 000 $, parce qu’on va récupérer
la taxe sur nos intrants.
Senator Massicotte: The benefit is not very significant. A
company whose profit is from 5 per cent to 10 per cent is doing
fairly well. GST is charged only on the 5 per cent to 10 per cent
difference. The company will not charge $30,000. It will charge
$30,000 plus the tax it will pay and not obtain a refund for. The
benefit is very small.
Le sénateur Massicotte : Il n’y a pas un gros avantage. Une
entreprise qui a un profit de 5 à 10 p. 100, c’est quand même très
bien. On parle seulement de la TPS sur la différence de 5 à
10 p. 100. Elle ne va pas charger 30 000 $; elle va charger
30 000 $ plus la taxe qu’elle va payer et qu’elle ne se fera pas
rembourser. Il y a très peu davantage.
Mr. Mercille: To register?
M. Mercille : À s’inscrire?
Senator Massicotte: Yes. You are saying registering provides a
significant advantage. On the contrary.
Le sénateur Massicotte : Oui. Vous dites qu’il y a un gros
avantage à ne pas s’inscrire. Au contraire.
Mr. Mercille: You also have to consider the supplier threshold
that applies. I understand that some consultants may make less
than $30,000, but some people only work on the weekend. They
spend that time buying and selling items. If they make a purchase
and pay the tax, and they resell the item in Ontario, an additional
13 per cent on the purchase price makes a difference. It always
M. Mercille : Il faut penser aussi au seuil du fournisseur qui
doit s’appliquer. Je comprends qu’il va y avoir des consultants qui
peuvent générer moins de 30 000 $, mais il y a aussi des gens qui
ont des emplois de fin de semaine. Ils achètent des choses la fin de
semaine et les revendent. Eux, s’ils achètent puis qu’ils paient la
taxe, puis qu’ils revendent cela en Ontario, à 13 p. 100 de plus sur
9:62
Banking, Trade and Commerce
depends on who the client is. The client will incur the cost, but
they will not want to pay it. If the client is a company, they will
not mind.
[English]
1-5-2014
les coûts d’achat, il y a une différence. Cela dépend toujours qui
sont les clients. Le client va l’encourir, mais il ne voudra pas la
payer. Si le client est une entreprise, cela ne va pas le déranger.
[Traduction]
Senator Black: Thank you very much to you both. I have a
straightforward question, but it does disclose a bias. There is an
undoubted connection between health care costs and cigarette
consumption. My question to you is: Why is the increase in the
price of cigarettes only limited to inflation? Why is there not a
greater punitive assessment applied?
Le sénateur Black : Je vous remercie infiniment tous les deux.
J’ai une question simple, mais quelque peu tendancieuse. Il y a
incontestablement un rapport entre le coût des soins de santé et
l’usage du tabac. Voici ma question : pourquoi limiter la hausse
du prix des cigarettes à l’inflation? Pourquoi n’appliquons-nous
pas une mesure plus punitive?
Mr. Coulombe: I would say that, as for any tax increase,
ultimately, it’s a political decision.
M. Coulombe : Je dirais que toute hausse de taxe constitue une
décision politique, au bout du compte.
Senator Black: I expected that answer, but I wanted the record
to reflect this.
Le sénateur Black : C’est la réponse à laquelle je m’attendais,
mais je voulais qu’elle figure au compte rendu.
The Chair: Thank you very much, Mr. Coulombe. And, again,
Mr. Mercille, thank you very much for helping us through this
part.
Le président : Merci beaucoup, monsieur Coulombe. Monsieur
Mercille, je vous remercie infiniment de nous avoir aidés avec
cette partie.
We are now moving to Part 4, the Custom Tariffs Act, tab D in
your briefing binder, page 71 of the bill, which amends the
custom tariffs, reduces rates of duty on items related to mobile
offshore drilling units used in oil and gas exploration and
development.
Nous allons maintenant passer à la partie 4 sur les Tarifs des
douanes, qui se trouve à l’onglet D de votre cahier d’information,
et à la page 71 du projet de loi. Ces dispositions modifient les
tarifs des douanes et réduisent les taux des numéros tarifaires
relatifs aux unités mobiles de forage au large utilisées à des fins
d’exploration et de mise en valeur d’hydrocarbures.
For a presentation, we have Dean Beyea, Director,
International Trade Policy from the Department of Finance
Canada, and Patrick Halley, Senior Chief, International Trade
Policy. The floor is yours, sir.
À ce sujet, nous aurons l’aide de deux représentants de la
Politique commerciale internationale du ministère des Finances
Canada : Dean Beyea, directeur; et Patrick Halley, chef principal.
La parole est à vous, messieurs.
Dean Beyea, Director, International Trade Policy, Department
of Finance Canada: Thank you, Mr. Chair. There are really three
components to these amendments. I will talk to each briefly and
then take any questions.
Dean Beyea, directeur, Politique commerciale internationale,
ministère des Finances Canada : Merci, monsieur le président. Ces
modifications comportent trois composantes, en réalité. Je vais
brièvement parler de chacune, après quoi je répondrai aux
questions.
The first is a clarification of the tariff classification of certain
imported food products covered under Canada’s supply managed
agriculture system. This clarification addresses a gap whereby
certain imported goods were packaged in a deliberate manner
solely to circumvent Canada’s tariff structure, specifically the high
supply managed goods tariff.
La première précise la classification tarifaire de certains
produits alimentaires importés qui appartiennent au volet du
système agricole canadien soumis à la gestion de l’offre. Cette
précision corrige une lacune qui faisait en sorte que certains
produits importés étaient expressément conditionnés pour
contourner la structure tarifaire canadienne, plus
particulièrement les tarifs élevés qui s’appliquent aux produits
assujettis à la gestion de l’offre.
The second change permanently eliminates the 20 per cent
most favoured nation duty rate on mobile offshore drilling units,
or MODUs, used in offshore oil and gas exploration and
development. The duty free status of these units, which was
scheduled to expire in 2014, lowers business costs, improves the
global competitiveness of Canadian energy products and increases
the potential for valuable resource discoveries in Canada’s
Atlantic and Arctic offshore areas.
La deuxième modification supprime en permanence le taux de
la nation la plus favorisée de 20 p. 100 sur les unités mobiles de
forage au large utilisées à des fins d’exploration et de mise en
valeur d’hydrocarbures. La franchise douanière de ces unités, qui
devait prendre fin en 2014, diminue les coûts d’exploitation,
améliore la compétitivité mondiale des produits énergétiques
canadiens, et accroît la possibilité de découvrir des ressources
précieuses dans les zones extracôtières canadiennes de
l’Atlantique et de l’Arctique.
1-5-2014
Banques et commerce
9:63
The final component eliminates a special tariff exemption for
the Governor General. However, to ensure the continued tarifffree treatment of representational gifts given to the Governor
General, the Governor General will now receive the same tariff
treatment as other public office-holders, including members of
Parliament, senators, provincial premiers and municipal mayors.
La dernière composante élimine une exonération spéciale de
tarif qui s’applique au gouverneur général. Afin de préserver
l’exemption de tarif pour les cadeaux offerts au gouverneur
général à des fins de représentation, celui-ci sera désormais
assujetti aux mêmes règles tarifaires que les autres titulaires d’une
charge publique, y compris les députés, les sénateurs, les premiers
ministres provinciaux et les maires.
That’s a brief overview of the three. I’m happy to take your
questions.
C’était un bref survol des trois composantes. Je répondrai à vos
questions avec plaisir.
Senator Tkachuk: I have a question on supply management.
Just explain that a little more to me. I didn’t quite get what you
meant by that.
Le sénateur Tkachuk : J’ai une question sur la gestion de
l’offre. Pourriez-vous m’expliquer un peu ce point? Je n’ai pas
bien compris ce que vous vouliez dire.
Mr. Beyea: The supply management tariffs are quite high, as
they restrict imports. There is a kind of an ongoing dynamic
where there are products that are put together in a means to get a
tariff classification that falls outside of supply management where
you wouldn’t be subject to — I think it’s a 245 per cent tariff in
this case. All this does is clarify. In this case, it was a good for
pizza toppings where there was a big bag of cheese coming in with
wax paper and a big bag of pepperoni, and it was being classified
as a food product rather than cheese and pepperoni, so this
clarifies that that won’t happen again in that instance.
M. Beyea : Les tarifs des produits assujettis à la gestion de
l’offre sont assez élevés dans le but de limiter les importations. Or,
certains regroupent des produits pour que ceux-ci appartiennent à
une classification tarifaire non assujettie à la gestion de l’offre,
dans le but de se soustraire aux tarifs — je crois qu’il s’agissait de
245 p. 100 dans ce cas. La modification ne fait que préciser la
procédure. L’exemple en question était des garnitures à pizza
comprenant un gros sac de fromage en papier ciré accompagné
d’un gros sac de pepperoni, qui étaient classifiées comme un
produit alimentaire plutôt que du fromage et du pepperoni. Les
dispositions évitent donc qu’une telle situation ne se reproduise.
Senator Tkachuk: You closed that and put that product in, or
are there other products? I had heard something about somebody
doing something similar with yogourt.
Le sénateur Tkachuk : La disposition se limite-t-elle à ce
produit, ou vise-t-elle d’autres produits? J’ai entendu parler d’une
pratique semblable avec le yogourt.
Mr. Beyea: This specifically addresses that issue. Products
containing cheese will be classified as cheese and whatever other
component.
M. Beyea : La modification vise précisément cet exemple. Les
produits contenant du fromage appartiendront aux catégories du
fromage et de toute autre composante.
Senator Tkachuk: Thank you.
[Translation]
Senator Bellemare: I would like to come back to this
clarification of the tariff classification of certain imported food
products. If my understanding is right, you are not changing the
rate, but only the classification. I just wanted to confirm that.
Mr. Beyea: Yes.
[English]
Le sénateur Tkachuk : Merci.
[Français]
La sénatrice Bellemare : J’aimerais revenir sur cette
clarification tarifaire de certains produits alimentaires importés.
Si je comprends bien, vous ne touchez pas au taux, c’est
simplement la classification. Je voulais être bien certaine de cela.
M. Beyea : Oui.
[Traduction]
The Chair: Is that sufficient, Senator Bellemare? I think we’re
happy. It was very succinct, very direct and very clear. Thank you
very much, gentlemen.
Le président : La réponse vous suffit-elle, sénatrice Bellemare?
Je pense que nous en sommes satisfaits. Elle est très concise,
directe et claire. Merci infiniment, messieurs.
We now have quite a group joining us. We’re on Part 6,
Division 2, Bank of Canada Act and Canada Deposit Insurance
Corporation Act. We’re on tab F2 in your briefing binders,
page 88 of the bill. This authorizes the Bank of Canada to provide
banking and custodial services to the Canada Deposit Insurance
Corporation.
Il y a maintenant tout un groupe qui se joint à nous. Nous
sommes rendus à la section 2 de la partie 6, qui modifie la Loi sur
la Banque du Canada et la Loi sur la Société d’assurance-dépôts
du Canada. Nous sommes à l’onglet F2 du cahier d’information
et à la page 88 du projet de loi. Cette section autorise la Banque
du Canada à fournir des services bancaires et de dépôt de biens à
la Société d’assurance-dépôts du Canada.
9:64
Banking, Trade and Commerce
To discuss this with us, we have Mr. Kevin Wright, Chief,
Financial Markets Division; Mr. Rob Turnbull, Special Counsel,
Financial System, Bank of Canada; and Mr. Mark Maltais,
Director, Treasury and Investment Management, Canada
Deposit Insurance Corporation.
Please go ahead, Mr. Wright.
1-5-2014
Pour en discuter, nous recevons M. Kevin Wright, chef de la
Division des marchés financiers; M. Rob Turnbull, conseiller
spécial du Système financier de la Banque du Canada; et
M. Mark Maltais, directeur de la Trésorerie et la Gestion de
placement de la Société d’assurance-dépôts du Canada.
Vous pouvez y aller, monsieur Wright.
Kevin Wright, Chief, Financial Markets Division, Department of
Finance Canada: Thank you, Mr. Chair and honourable senators.
Hopefully this will be a fairly straightforward explanation for
you.
Kevin Wright, chef, Division des marchés financiers, ministère
des Finances Canada : Merci, monsieur le président, mesdames et
messieurs les sénateurs. J’espère arriver à vous donner une
explication assez simple.
This is a measure that was announced in Economic Action
Plan 2014, found at page 133. The proposed amendment will
basically allow the Bank of Canada to provide banking and
custodial services to the Canada Deposit Insurance Corporation.
Cette mesure annoncée dans le Plan d’action économique de
2014 se trouve à la page 133. La modification proposée permettra
essentiellement à la Banque du Canada de fournir des services
bancaires et de dépôt de biens à la Société d’assurance-dépôts du
Canada, ou SADC.
By way of background, CDIC maintains a fund to cover
potential deposit insurance losses. That fund is currently at
around $2.7 billion. Current custodial services and banking
arrangements related to it are provided through private-sector
financial institutions. This poses some challenges. In particular,
should CDIC be required — for example, in the case of a troubled
financial institution to access the funds — there is a risk that
activity will signal to markets and institutions that there’s a
problem out there.
En guise de contexte, la SADC amasse des fonds pour couvrir
les pertes éventuelles d’assurance-dépôts. Le fonds compte
actuellement quelque 2,7 milliards de dollars. Or, ce sont des
institutions financières privées qui fournissent les services de
dépôt de biens et d’opérations bancaires du fonds, ce qui crée
certaines difficultés. Plus particulièrement, si une institution
financière en difficulté a besoin des fonds de la SADC, les
marchés et les institutions risquent de croire qu’il y a un problème.
This division proposes to allow for the custodial and banking
arrangements with respect to that fund to be managed by the
Bank of Canada. The Bank of Canada already has authority to
provide those types of services to other central banks and central
international financial organizations.
La section propose de permettre à la Banque du Canada de
gérer les opérations bancaires et de dépôt de biens relatives au
fonds. La Banque du Canada peut déjà fournir des services
semblables à d’autres banques et organisations financières
internationales centrales.
In order to make this change, there are two legislative changes
that are required, and they’re in Bill C-31. The first is a change to
the Bank of Canada Act to give the Bank of Canada the authority
to act as a custodian in the case of Canada Deposit Insurance
Corporation. The other one is with respect to the Canada Deposit
Insurance Corporation Act. There is already provision
contemplating the Bank of Canada providing banking services
to CDIC or Canada Deposit Insurance Corporation. This
provision would allow for the payment of interest on monies
deposited to the Bank of Canada.
Deux modifications législatives sont nécessaires à ce
changement, et elles se trouvent dans le projet de loi C-31. La
première vise à modifier la Loi sur la Banque du Canada pour
permettre à celle-ci d’agir à titre de dépositaire dans le cas de la
SADC. L’autre porte sur la Loi sur la Société d’assurance-dépôts
du Canada, qui contient déjà une disposition prévoyant que la
Banque du Canada offre des services bancaires à la SADC. La
disposition permettra le versement d’intérêts sur les fonds déposés
à la Banque du Canada.
I will stop there, Mr. Chair, and we are more than happy to
answer any questions.
Je vais m’arrêter ici, monsieur le président, et nous serons ravis
de répondre à vos questions.
Senator Massicotte: Mr. Turnbull, you can help me.
Obviously, this is normally beyond the scope of Bank of
Canada. In this case, you will be managing somebody else’s
funds, which expects them — within a certain risk parameter it
seems to maximize the return for obviously its own interests.
Le sénateur Massicotte : Monsieur Turnbull, vous allez
certainement pouvoir m’aider. Cette pratique va bien sûr audelà du mandat de la Banque du Canada. Dans ce cas-ci, vous
allez gérer les fonds d’autres personnes, qui ont certaines
attentes — suivant un certain seuil de risque, elles semblent en
maximiser le rendement dans leurs propres intérêts, évidemment.
But often the Bank of Canada is managing a lot of funds, but
profit optimization is not its principal objective; it is more security
of capital, and having access to capital when you need it for
whatever monetary policy the bank wants to do.
Même si la Banque du Canada gère souvent de nombreux
fonds, l’optimisation du profit n’est pas son objectif premier : il
s’agit plutôt d’assurer la sécurité du capital et d’avoir accès au
capital, au besoin, pour toute politique monétaire qu’elle souhaite
appliquer.
1-5-2014
Banques et commerce
9:65
How would you manage that? You are not investment
counsellors; you are not investment fund managers. How do
you do that?
Comment allez-vous gérer le fonds? Vous n’êtes ni des
conseillers en investissement ni des gestionnaires de fonds
d’investissement. Comment vous y prendrez-vous?
Rob Turnbull, Special Counsel, Financial System, Bank of
Canada: That’s a very good question. When we say at the Bank of
Canada with this new power in the amendment we will act as
custodian of these assets and also take on deposit the funds part
of the assets, we will not play the role of any kind of investment
adviser with respect to those assets. As custodian, the bank will
simply act on the instructions of CDIC, and it is up to them. They
may receive external investment advice as to how to actually
manage the fund, but the Bank of Canada, for this purpose, will
play a fairly passive role.
Rob Turnbull, conseiller spécial, Système financier, Banque du
Canada : C’est une très bonne question. Lorsqu’on dit qu’en vertu
de ce nouveau pouvoir qui lui sera accordé grâce à l’amendement,
la Banque du Canada agira à titre de dépositaire pour ces biens et
qu’elle acceptera en dépôt les fonds liés à ces biens, cela ne veut
pas dire qu’elle jouera le rôle de conseillère en placement par
rapport à ces biens. En tant que dépositaire, la banque ne fera que
suivre les directives de la SADC. C’est celle-ci qui prend les
décisions. La SADC se fera peut-être conseiller par une firme
externe sur la façon de gérer le fonds, mais la Banque du Canada,
elle, jouera un rôle plutôt passif.
Senator Massicotte: Simply custodial — like a trust, effectively?
Le sénateur Massicotte : Simplement un dépositaire — comme
fiduciaire?
Mr. Turnbull: That’s correct; like an agent or custodian.
M. Turnbull : C’est exact. Comme un agent ou un dépositaire.
Senator Massicotte: Let me go back to the objective of the
amendments. What is gained here? You said earlier that nobody
can track your debits and credits — what money is taken out —
but I presume you will probably employ a third-party fund
manager to advise you how to invest the funds?
Le sénateur Massicotte : J’aimerais revenir à l’objectif de ces
amendements. Quel est le gain? Vous avez dit plus tôt que
personne ne peut suivre vos débits et crédits — les sorties d’argent
—, mais j’imagine que vous ferez probablement appel à un
gestionnaire de fonds indépendant pour vous conseiller sur la
façon d’investir les fonds?
Mark Maltais, Director, Treasury and Investment Management,
Canada Deposit Insurance Corporation: We make investment
decisions ourselves; we have a group that looks after that. In the
event we need to prepare for an intervention or a crisis, we will —
if the funds are within the banking sector, which are our member
institutions, and we take any action with those funds, it becomes
readily apparent to them that we’re preparing for some sort of
intervention.
Mark Maltais, directeur, Trésorerie et Gestion de placement,
Société d’assurance-dépôts du Canada : Nous prenons nos propres
décisions en matière d’investissement. Nous avons un groupe qui
s’en charge. Si jamais nous devons nous préparer à intervenir ou
en cas de crise, nous — si les fonds se trouvent dans les banques,
nos institutions membres, et que nous prenons des mesures par
rapport à ces fonds, il devient évident pour elles que nous
préparons une intervention quelconque.
Moving the custodial relationships to the bank permits us to
accumulate funds outside of the banking sector so that this
signaling impact doesn’t occur. Also, if we need to get liquidity
from our fund, it provides a short-term mechanism in which to do
that.
Le fait de confier le rôle de dépositaire aux banques nous
permet d’accumuler des fonds à l’extérieur du secteur bancaire et
d’éviter de mettre la puce à l’oreille des banques. Aussi, si nous
devons retirer des liquidités de notre fonds, nous avons un
mécanisme à court terme pour le faire.
Senator Massicotte: You are not trying to save money here.
Le sénateur Massicotte : Votre but n’est pas de faire des
économies.
Mr. Maltais: No.
M. Maltais : Non.
Senator Massicotte: Because the custodial fees are nominal.
Le sénateur Massicotte : Parce que les droits de garde sont
insignifiants.
Mr. Maltais: They are at commercially reasonable rates.
M. Maltais : Ils correspondent à un taux commercial
raisonnable.
Senator Massicotte: Which is what, approximately?
Mr. Maltais: I can’t recall off the top of my head. It is based on
total holdings, and it is 50 basis points per 100 million.
Le sénateur Massicotte : Quel est ce taux, environ?
M. Maltais : Je ne m’en souviens pas exactement. Il s’appuie
sur l’inventaire total et correspond à 50 points de base par
100 millions.
9:66
Banking, Trade and Commerce
1-5-2014
Senator Massicotte: All you are trying to avoid is giving a
signal to your potential clients, if you wish — you could have
deposits with clients — you are avoiding giving a signal to the
marketplace or those parties that maybe something is brewing or
some difficulty is impending?
Le sénateur Massicotte : Tout ce que vous voulez faire, c’est
d’éviter de signaler à vos clients potentiels, disons — vous
pourriez avoir déposé des fonds chez vos clients —, donc, d’éviter
de signaler au marché ou à ces intervenants que quelque chose se
trame ou qu’un problème s’annonce?
Mr. Maltais: One of CDIC’s legislated objectives is to
contribute to financial stability. Making these arrangements
really does that. It provides the ability to prepare for a crisis
without causing collateral concerns in the marketplace.
M. Maltais : Un des objectifs de la SADC prescrits par la loi
est de contribuer à la stabilité financière. Ces arrangements vont
en ce sens. Ils nous permettent de nous préparer en cas de crise
sans perturber le marché.
Senator Massicotte: And your banking clients who would
normally hold these funds don’t have an obligation to
confidentiality? You don’t trust them?
Le sénateur Massicotte : Et vos clients bancaires qui détiennent
habituellement ces fonds n’ont aucune obligation de
confidentialité? Vous ne leur faites pas confiance?
Mr. Maltais: They do have an obligation for confidentiality.
Trading floors are open areas, and when trades take place, it is
common — individual traders are not in enclosed areas, so things
can be overheard on those trading floors.
M. Maltais : Ils ont une obligation de confidentialité. Les
parquets des bourses sont ouverts, et lorsqu’une transaction
survient, habituellement — les négociateurs ne sont pas dans un
endroit fermé. Donc, il est possible d’entendre ces discussions.
[Translation]
Senator Bellemare: My question is somewhat outside the scope
of the proposed amendments. I would just like to understand
something. Could the Canada Deposit Insurance Corporation
have intervened in the 2007 domestic crisis regarding non-bank
asset-backed commercial paper? Did you have any sort of
involvement in that whole asset securitization crisis?
[English]
[Français]
La sénatrice Bellemare : Ma question dépasse un peu l’objectif
des modifications proposées. Je voudrais simplement comprendre.
La Société d’assurance-dépôts du Canada aurait-elle pu intervenir
dans la crise intérieure de 2007 au sujet des papiers commerciaux
adossés? Concernant toute cette crise de la titrisation, y étiez-vous
impliqué?
[Traduction]
Mr. Maltais: Non-bank asset-backed commercial paper? That
product is not an insured product from Canada Deposit
Insurance Corporation’s perspective.
M. Maltais : Les papiers commerciaux adossés à des actifs non
bancaires? La Société d’assurance-dépôts du Canada n’assure pas
ce produit.
Senator Tkachuk: Just on the Deposit Insurance Fund, does
this give you the right to put it in or the right for the money to be
deposited to the Bank of Canada rather than with private
insurance? That doesn’t mean they will, or does it mean that they
will?
Le sénateur Tkachuk : Au sujet du Fonds d’assurance-dépôts,
cela vous donne-t-il le droit d’investir ou de déposer l’argent à la
Banque du Canada plutôt qu’auprès d’un assureur privé? Est-ce
que c’est ce qu’elles feront?
Mr. Maltais: The fund itself is invested in Government of
Canada and provincial debt securities. Custodial arrangement is
really an arrangement, like a trust arrangement, whereby CDIC
would maintain ownership of the individual securities. The bank
would simply hold them for us.
M. Maltais : Le fonds lui-même est investi dans des titres de
créances fédéraux et provinciaux. La convention de garde est en
réalité un accord, comme un accord de fiducie, qui permet à la
SADC de demeurer propriétaire des titres individuels. La banque
ne fait que les conserver pour nous.
Senator Tkachuk: Is that what happens now with the private
bank?
Le sénateur Tkachuk : Est-ce que c’est ce qui se produit
actuellement avec les banques?
Mr. Maltais: Yes.
M Maltais : Oui.
Senator Tkachuk: Just in case one of the private banks is in
trouble where they’re holding it, right?
Le sénateur Tkachuk : Au cas où une d’entre elles aurait des
problèmes avec leurs choix d’investissement, c’est cela?
Mr. Maltais: That’s right. As I mentioned, it avoids the
signaling component of taking any sort of preliminary or advance
action.
M. Maltais : C’est exact. Comme je l’ai souligné, cela évite de
signaler aux banques de prendre une quelconque mesure
préliminaire ou anticipée.
1-5-2014
Banques et commerce
[Translation]
9:67
[Français]
Senator Bellemare: I have another question that goes somewhat
beyond the scope of the proposed amendments, but it is related to
a study we are doing on bitcoins. The following paragraph drew
my attention: ‘‘The Bank of Canada currently provides some
banking and custodial services to foreign central banks...’’. So we
are talking about foreign currency here. In our study, some
bitcoin stakeholders asked that the regulations be applied to
foreign currencies. What would the bitcoin gain if the regulations
were applied?
La sénatrice Bellemare : J’ai encore une question qui dépasse
un peu l’objectif des modifications proposées, mais qui est en lien
avec une étude que nous faisons sur les bitcoins. Mon attention a
été attirée par un petit paragraphe : « À l’heure actuelle, la
Banque du Canada fournit certains services bancaires et de garde
à des banques centrales étrangères. » Donc, on parle ici de
monnaie étrangère. Dans notre étude, certains protagonistes du
bitcoin ont demandé d’appliquer la réglementation aux monnaies
étrangères. Qu’est-ce que cela apporterait au bitcoin si on
appliquait la réglementation?
Would that mean bitcoin producers could obtain a guarantee
under the Canadian Deposit Insurance Corporation?
Est-ce que cela veut dire que les producteurs de bitcoins
pourraient avoir une garantie dans le cadre de la Société
d’assurance-dépôts du Canada?
[English]
[Traduction]
The Chair: I’m not sure this is within the scope of the
discussion we are having today. If you do wish to comment, fine,
but it is a little outside of what the purpose of today’s meeting is.
Le président : Je ne crois pas que votre question cadre avec la
discussion d’aujourd’hui. Si vous voulez répondre, vous pouvez,
mais ce n’est pas le sujet d’aujourd’hui.
Mr. Wright: The type of services that might be offered for
foreign financial wouldn’t really affect individual companies or
private firms that engage in purchasing or trading with bitcoin.
But I will let Rob respond.
M. Wright : Le genre de service que nous pourrions offrir pour
les monnaies étrangères n’aurait aucune conséquence sur les
sociétés individuelles ou privées qui achètent ou font le commerce
de bitcoin. Mais, je vais laisser le soin à Rob de vous répondre.
Mr. Turnbull: Currently, the Bank of Canada, as we said,
provides custodial and some banking services for other central
banks and also for certain international financial institutions like
the International Monetary Fund. It’s limited to Canadian
dollars, so we will take deposits of Canadian dollars from those
institutions and Canadian dollar denominated securities. We do
not hold foreign currencies for financial institutions or other
central banks.
M. Turnbull : Comme nous l’avons souligné, pour le moment,
la Banque du Canada offre des services de dépositaire et quelques
services bancaires à d’autres banques centrales et à certaines
institutions financières internationales, comme le Fonds
monétaire international. Elle se limite au dollar canadien. Donc,
nous acceptons de ces institutions les dépôts en dollars canadiens
et les titres libellés en dollars canadiens. Nous ne conservons
aucune monnaie étrangère pour les institutions financières ou les
autres banques centrales.
The Chair: Gentlemen, that concludes our questions. We
greatly appreciate your appearance today. Thank you.
Le président : Messieurs, cela met fin à la période des questions.
Nous vous sommes très reconnaissants d’avoir accepté notre
invitation. Merci.
We are now on Part 6, Division 3, the Hazardous Products
Act. It’s at Tab F3 in your briefing binder, page 88 of the bill. It
will amend the Hazardous Products Act to better regulate the sale
and importation of hazardous products.
Nous amorçons maintenant l’étude de la partie 6, section 3
concernant la Loi sur les produits dangereux. Il s’agit de l’onglet
F3 dans votre cartable et c’est à la page 88 du projet de loi. Cette
section propose de modifier la Loi sur les produits dangereux de
façon à mieux réglementer la vente et l’importation des produits
dangereux.
To discuss this with us, from Health Canada, we have Suzy
McDonald, Director General, Workplace Hazardous Materials
Directorate; Jason Wood, Director, Policy and Program
Development, Workplace Hazardous Materials Directorate; and
John Morales, Legal Counsel, Legal Services Unit.
Pour l’étude de cette section, nous accueillons, de Santé
Canada, Suzy McDonald, directrice générale, Direction des
matières dangereuses utilisées au travail; Jason Wood, directeur,
Bureau d’élaboration des politiques et de programmes, Direction
des matières dangereuses utilisées au travail; et John Morales,
avocat, Unités des Services juridiques.
Ms. McDonald, I understand you have some opening remarks.
Madame McDonald, je crois comprendre que vous avez un
exposé à nous présenter.
Senator Massicotte: This is part of the budget bill?
Le sénateur Massicotte : Cela fait partie du projet de loi sur le
budget?
9:68
Banking, Trade and Commerce
The Chair: This is part of the budget bill, absolutely. It is all
encompassing.
Ms. McDonald, please proceed.
1-5-2014
Le président : Absolument. C’est un projet de loi qui englobe
tout.
Madame McDonald, vous avez la parole.
Suzy McDonald, Director General, Workplace Hazardous
Materials Directorate, Health Canada: Thank you for having us
here this morning. I’m here to provide an overview on Division 3,
Part 6 of Bill C-31. These provisions would amend the Hazardous
Products Act, the Canada Labour Code and the Hazardous
Materials Information Review Act in order to implement the
Canada-U.S. Regulatory Cooperation Council commitment on
workplace chemicals, clauses 110 to 161.
Suzy McDonald, directrice générale, Direction des matières
dangereuses utilisées au travail, Santé Canada : Merci de nous
avoir invités. Je suis ici pour vous donner un aperçu de la section 3
de la partie 6 du projet de loi C-31. Ces dispositions proposent de
modifier la Loi sur les produits dangereux, le Code canadien du
travail et la Loi sur le contrôle des renseignements relatifs aux
matières dangereuses afin de mettre en œuvre l’engagement du
Conseil de coopération Canada-États-Unis en matière de
réglementation concernant les produits chimiques dans les lieux
de travail, les articles 110 à 161.
In Canada, worker protection is enhanced by making available
critical safety information. This system, referred to as the
Workplace Hazardous Materials Information System, better
known as WHMIS, has been in place since 1988.
Au Canada, la protection des travailleurs est accentuée grâce à
la publication d’informations essentielles en matière de sécurité.
Ce système, appelé Système d’information sur les matières
dangereuses utilisées au travail, que l’on connaît également sous
l’acronyme SIMDUT, existe depuis 1988.
The WHMIS has three components: product labels, detailed
hazard information in the form of safety data sheets, and worker
training. The proposed legislative changes cover only the first two
elements of the WHMIS program, that being product labels and
safety data sheets.
Le SIMDUT a trois composantes : les étiquettes de produits,
les fiches signalétiques qui offrent des informations détaillées sur
les dangers liés au produit, et la formation des travailleurs. Les
changements législatifs proposés ne concernent que les deux
premières composantes, soit les étiquettes de produits et les fiches
signalétiques.
WHMIS requires anyone who sells or imports a hazardous
chemical for use in the workplace to label the product and to
provide a safety data sheet. This information informs workers
about the hazards associated with the product and provides
information on how to handle these products safely. For example,
for a product that’s flammable, workers would be warned to keep
the product away from heat, sparks and open flame.
En vertu du SIMDUT, quiconque vend ou importe des
matières dangereuses aux fins d’utilisation dans les lieux de
travail doit étiqueter les produits et fournir une fiche signalétique.
Ces renseignements informent les travailleurs sur les dangers
associés aux produits et leur fournissent des informations sur la
façon de manipuler les produits en toute sécurité. Par exemple, si
un produit est inflammable, les informations fournies
préviendront les travailleurs de garder le produit loin des
sources de chaleur, des étincelles ou des flammes nues.
The proposed changes allow Canada to adopt the
internationally agreed-upon system for workplace chemicals
known as the Globally Harmonized System of Classification
and Labelling of Chemicals, or GHS for short. The U.S. has
already adopted the GHS.
Les changements proposés visent à permettre au Canada
d’adopter le système international convenu pour les produits
chimiques sur les lieux de travail connu sous le nom de Système
général harmonisé de classification et d’étiquetage des produits
chimiques, ou le SGH. Les États-Unis ont déjà adopté ce système.
The majority of changes within this proposal are related to the
Hazardous Products Act, proposed amendments to the Canada
Labour Code and to the Hazardous Materials Information
Review Act and are consequential in nature. Within the
Hazardous Products Act, we’re making the following changes
to three key areas. With respect to definitions and terminology,
these changes are to use the international standard or the GHS
standard, as well as to bring clarity to terms to facilitate the
interpretation of the act.
La plupart des changements proposés concernent la Loi sur les
produits dangereux, avec des changements conséquents au Code
canadien du travail et à la Loi sur le contrôle des renseignements
relatifs aux matières dangereuses. Concernant la Loi sur les
produits dangereux, nous proposons des changements dans trois
secteurs. D’abord, les définitions et les terminologies. Ces
changements nous permettront d’utiliser les normes
internationales ou les normes du SGH et de préciser la
terminologie afin de faciliter l’interprétation de la loi.
With respect to changes to the regulatory authorities, these
changes allow, for example, the creation of the hazard classes we
need to adopt the GHS.
Ensuite, les pouvoirs de réglementation. Ces changements nous
permettront, par exemple, de créer les catégories de danger
nécessaires pour adopter le SGH.
1-5-2014
Banques et commerce
9:69
Changes to compliance and enforcement are also being
proposed to bring the Hazardous Products Act into line with
more modern legislation. These are changes such as updating
inspection authorities; for example, the removal of samples free of
charge. Maintaining documents related to workplace chemicals
and the ability to order companies to conduct tests. This will help
us to verify compliance; for example, whether or not the product
has been classified in the appropriate category. Ability to order
companies to take corrective measures; for example, make
changes to the label to more accurately reflect the hazards; and
updating penalties, which have not been updated since WHMIS
came into force in 1988.
Les changements proposés en matière de conformité et
d’application visent à aligner la Loi sur les produits dangereux
sur des mesures législatives plus modernes. Ces changements —
comme la mise à jour des autorités d’inspection, l’élimination sans
frais des échantillons, le maintien de documents liés aux produits
chimiques sur les lieux de travail et la capacité d’obliger les
sociétés à effectuer des tests —, tous ces changements nous
aideront : à vérifier la conformité, par exemple, si un produit a été
classé dans la bonne catégorie; à obliger les sociétés à prendre des
mesures correctives, comme modifier des étiquettes pour qu’ils
reflètent plus fidèlement les dangers; et actualiser les sanctions qui
n’ont pas été actualisées depuis l’entrée en vigueur du SIMDUT,
en 1988.
There are two other proposed changes that I would like to
explain. The first is around what we call excluded sectors. There
are currently certain sectors or products that are excluded from
the application of the Hazardous Products Act. However, they’re
covered in many other jurisdictions, including the United States.
Il y a deux autres changements proposés que j’aimerais vous
expliquer. Le premier concerne ce qu’on appelle les secteurs
exclus. Actuellement, certains secteurs ou produits ne sont pas
assujettis à la Loi sur les produits dangereux. Toutefois, dans
d’autres pays, comme les États-Unis, ils sont couverts par de telles
lois.
We are proposing that eight of these excluded sectors —
including consumer products, pesticides, drugs, medical devices,
cosmetics, food, explosives, wood and wood products — be
moved from the body of the legislation to a schedule to the act.
Ce que nous proposons, c’est que huit de ces secteurs exclus —
les produits de consommation, les pesticides, les médicaments, les
dispositifs médicaux, les produits cosmétiques, les aliments, les
explosifs, et le bois et les produits en bois — fassent l’objet d’une
annexe distincte de la loi plutôt que d’être abordés dans le texte
législatif.
There is no immediate change for these sectors. However, in
the future, these sectors could be brought under the Hazardous
Products Act through a full regulatory process, including full
consultation and pre-publication in the Canada Gazette.
Il n’y a aucun changement immédiat à ces secteurs. Toutefois, à
l’avenir, ils pourront être regroupés sous la Loi sur les produits
dangereux en vertu d’un processus complet de réglementation
incluant une consultation et une publication préalable dans la
Gazette du Canada.
Finally, the bill provides provisions to allow suppliers time to
transition to WHMIS after GHS. Simply put, there will be a
period of time where labels and safety data sheets that comply
with the current system will continue to be accepted, and both the
new and old system will exist at the same time. This is to allow
sufficient time to transition to the system.
Finalement, le projet de loi propose des dispositions qui
laisseraient le temps au fournisseur de faire la transition du
SIMDUT au SGH. En termes simples, il y aura une période au
cours de laquelle les étiquettes et les fiches signalétiques
conformes au système actuel continueront d’être acceptées et où
le nouveau et le vieux système coexisteront. Cela permettra à tous
les intervenants de s’ajuster au nouveau système.
I would be happy to answer any questions you have about the
WHMIS system or about the proposed changes to implement the
GHS and the international standard.
Je serai heureuse de répondre à toutes vos questions sur le
SIMDUT ou les changements proposés afin de mettre en œuvre le
SGH et les normes internationales.
Senator Tkachuk: Under the appendix, what food is placed
under the Hazardous Products Act?
Le sénateur Tkachuk : Au sujet de l’annexe, quels sont les
éléments assujettis à la Loi sur les produits dangereux?
Ms. McDonald: Currently, those sectors are excluded. What is
listed is anything under the definition of the Food and Drugs Act.
If you are included under the scope or application of the Food
and Drugs Act, you are currently excluded from the application
of the Hazardous Products Act. That would include a series of
foods from flour and sugar, the basics, but those are currently
excluded from the system.
Mme McDonald : Pour le moment, ce secteur est exclu. La liste
contient tout ce qui cadre avec la définition de la Loi sur les
aliments et drogues. Tout produit qui tombe sous la portée de
cette loi ou qui y est assujetti n’est pas assujetti aux dispositions de
la Loi sur les produits dangereux. Cela inclut toutes sortes
d’aliments, de la farine au sucre en passant par des aliments de
base. Actuellement, ces produits sont exclus du système.
9:70
Banking, Trade and Commerce
Senator Tkachuk: So let me get this right. The stuff that is in
the Food and Drugs Act is not presently under the Hazardous
Products Act, but someone wants to be able to take food from the
Food and Drugs Act and place it under the Hazardous Products
Act?
1-5-2014
Le sénateur Tkachuk : Si j’ai bien compris, les produits
assujettis à la Loi sur les aliments et drogues ne sont pas
assujettis à la Loi sur les produits dangereux, mais quelqu’un
voudrait que certains d’entre eux le soient?
Ms. McDonald: Correct.
Mme McDonald : C’est exact.
Senator Tkachuk: What would that be?
Le sénateur Tkachuk : Quels seraient ces produits?
Ms. McDonald: One example would be flour.
Mme McDonald : Un exemple serait la farine.
Senator Tkachuk: Really?
Le sénateur Tkachuk : Vraiment?
Ms. McDonald: If you use flour, from a consumer perspective,
there’s no problem. However, flour can be a combustible dust, so
it could explode in the workplace. We wouldn’t necessarily label
the flour to say ‘‘this is a workplace chemical.’’ What we would do
is provide a safety data sheet, for example, to inform workers that
flour could explode.
Mme McDonald : Pour le consommateur, la farine ne présente
aucun danger. Toutefois, elle peut devenir une poussière
combustible. Donc, il y a un danger d’explosion sur les lieux de
travail. On ne collerait pas une étiquette indiquant qu’il s’agit
d’un « produit chimique utilisé au travail. » On fournirait plutôt
une fiche signalétique, par exemple, pour informer les travailleurs
que la farine peut exploser.
Another example would be nuts or nut products that could
create skin sensitization in people who work with it all the time. If
you are handling those products on a regular basis, you might be
exposed or become more sensitized to them. Those are the kinds
of things.
Un autre exemple serait les noix ou les produits dérivés des
noix qui peuvent causer des sensibilisations cutanées chez ceux qui
travaillent continuellement avec ces produits. Ces gens peuvent y
être exposés ou y développer une sensibilité. C’est de ce genre de
produits qu’il est question.
Senator Tkachuk: But aren’t those things covered under the
Food and Drugs Act, as far as nuts and stuff like that? What I’m
concerned about is food police, right? Or this being used to
prevent imports from coming in or other nefarious things that
governments and bureaucrats often think about when, really, it
seems to me putting food under the Hazardous Products Act is a
stretch, especially under an appendix where nobody sees it.
Someone will just do it, right? How does it happen? Is there a
regulation? Is there deputy minister approval? How does that
happen?
Le sénateur Tkachuk : Mais, ces produits, les noix, par
exemple, sont déjà couverts par la Loi sur les aliments et
drogues, non? Ce qui m’inquiète, c’est la police alimentaire, vous
savez? Je crains que ce changement permette aux autorités
d’interdire certaines importations ou d’autres vilenies auxquelles
les gouvernements et bureaucrates pourraient penser. Il me paraît
exagéré d’ajouter les aliments à la Loi sur les produits dangereux,
notamment dans une annexe où personne ne les remarquera.
Mais, c’est ce qui arrivera, non? Quel est le processus? Y a-t-il le
règlement? Est-ce que cela nécessite l’approbation du sousministre? Quel est le processus?
Ms. McDonald: Right. This is part of the reason why we have
chosen not to bring them under the Hazardous Products Act
immediately but to move them to a schedule. As I said, they’re
currently regulated in other jurisdictions, such as the United
States.
Mme McDonald : C’est une des raisons pour lesquelles nous
avons décidé de ne pas ajouter immédiatement ces produits à la
Loi sur les produits dangereux, mais bien de les ajouter dans une
annexe. Comme je l’ai dit, ces produits sont déjà à réglementer
dans d’autres pays, comme les États-Unis.
By moving them to the schedule, it essentially allows us the
opportunity to have a full consultation with, for example, the
food sector to determine whether or not it should be brought
under the Hazardous Products Act, under what kind of
conditions, and then in order to do that we would have to do it
through an order-in-council. The Governor-in-Council has the
authority to do that. Again, that’s through a full regulatory
process.
En les plaçant dans une annexe, cela nous permet de mener une
consultation complète. Par exemple, le secteur de l’alimentation
pourrait décider s’il est nécessaire d’ajouter des produits
alimentaires à la Loi sur les produits dangereux et sous quelles
conditions. Ensuite, pour faire l’ajout, il faudrait un décret. Le
gouverneur en conseil a ce pouvoir. Encore une fois, il faudrait
respecter un processus complet de réglementation.
Senator Tkachuk: I don’t like it but I’m good.
Le sénateur Tkachuk : Je n’aime pas ça, mais ça va.
1-5-2014
Banques et commerce
9:71
Jason Wood, Director, Policy and Program Development,
Workplace Hazardous Materials Directorate, Health Canada: It
might be worth adding, about the WHMIS system itself, it’s not a
pre-market regime where products would be restricted from the
market. It’s really about communicating accurate information
about the products themselves.
James Wood, directeur, Bureau d’élaboration de politiques et de
programmes, Direction des matières dangereuses utilisées au
travail, Santé Canada : Au sujet du SIMDUT, il serait
important d’ajouter qu’il ne s’agit pas d’un mécanisme préalable
à la mise en marché. Le but, c’est de communiquer l’information
exacte sur les produits eux-mêmes.
If any of the excluded sectors were to be brought under the
WHMIS system, the important information about the hazards
associated with the products would be required. There wouldn’t
be any issue of restricting access to any of those products.
Si un des secteurs exclus était ajouté au SIMDUT, les produits
concernés devraient être obligatoirement accompagnés des
renseignements importants relatifs aux dangers associés à ces
produits. Il ne serait pas question de limiter l’accès à ces produits.
Senator Tkachuk: Can’t you do that now under the Food and
Drugs Act?
Le sénateur Tkachuk : N’est-ce pas déjà possible en vertu de la
Loi sur les aliments et drogues?
Ms. McDonald: The Food and Drugs Act would continue to
apply. We’re not recommending that food safety be regulated
under the Hazardous Products Act. It would continue to be under
the Food and Drugs Act.
Mme McDonald : La Loi sur les aliments et drogues
continuerait de s’appliquer. Nous ne recommandons pas que la
salubrité alimentaire soit réglementée par la Loi sur les produits
dangereux. La Loi sur les aliments et drogues continuerait de
s’appliquer.
[Translation]
[Français]
Senator Bellemare: I have two short questions that are related.
The globally harmonized system of classification and labelling has
been mentioned. It is said that this is an international system and
the idea is to harmonize with the United States, but other
countries are also involved. Can you tell me a bit more about this
global system and its origin? In other words, I would like to know
how it was developed and with which countries.
La sénatrice Bellemare : J’ai deux petites questions reliées. On
parle d’un système général harmonisé des classifications et de
l’étiquetage, et on dit que c’est un système international et qu’on
veut s’harmoniser avec les États-Unis, mais il y a d’autres pays
impliqués. Pouvez-vous m’en dire un peu plus sur ce système
généralisé et son origine, à savoir comment il a été élaboré et avec
quels pays?
Ms. McDonald: Thank you for the question. I will answer in
English if that is okay with you.
Mme McDonald : Merci pour la question. Je vais répondre en
anglais si vous me le permettez.
[English]
Ms. McDonald: The system is essentially a UN system. It was
developed under the auspices of the United Nations. Canada was
one of the key players in the development of this international
system called the GHS and it was developed in collaboration with
a number of other countries. As we noted in the overview, it is
already in place in a series of other countries, including the United
States, European Union, China, Korea and Australia. It is the
standard to which most countries are currently aligning.
[Translation]
[Traduction]
Mme McDonald : Il s’agit d’un système mis sur pied sous
l’égide des Nations Unies. Le Canada a été un des principaux
intervenants dans l’élaboration de ce système international qu’on
appelle le SGH. Plusieurs autres pays y ont aussi participé.
Comme je l’ai souligné dans mon exposé, ce système a déjà été
adopté par d’autres pays, dont les États-Unis, la Chine, la Corée
et l’Australie, ainsi que l’Union européenne. Il s’agit d’une norme
sur laquelle la plupart des pays s’alignent.
[Français]
Senator Bellemare: So it is not only the United States.
La sénatrice Bellemare : Ce n’est pas seulement les États-Unis.
Ms. McDonald: Not at all.
Mme McDonald : Absolument pas.
Senator Bellemare: We know that occupational health and
safety come under provincial jurisdiction, and employers must
provide their employees with training on hazardous materials.
Will the provinces have a say in this? What is their role?
La sénatrice Bellemare : On sait que la santé et la sécurité au
travail sont des responsabilités qui relèvent des provinces, et les
employeurs sont obligés de donner de la formation aux employés
en ce qui concerne les matières dangereuses. Est-ce que les
provinces auront quelque chose à dire à ce sujet? Quel est leur
rôle?
Ms. McDonald: Absolutely. This is a series of federal,
territorial and provincial laws and regulations. We created a
management committee once the system was implemented. That
committee includes provinces and territories, as well as industry,
Mme McDonald : Absolument. C’est une série de lois et de
réglementations fédérales, territoriales et provinciales. Nous
avons mis en place un comité de gestion depuis le début du
système qui inclut les provinces et les territoires, ainsi que
9:72
Banking, Trade and Commerce
1-5-2014
employers and workers. Since the beginning of this project, we
have implemented a work plan with the provinces and territories,
and that plan has been reviewed and approved by the deputy
ministers of each province and territory. The management group
has also done a lot of work in terms of legislation and regulations,
and that work is also been reviewed and approved.
l’industrie, les employeurs et les travailleurs. Depuis le début de ce
projet, nous avons mis en œuvre un plan de travail avec les
provinces et les territoires, qui a été revu et approuvé par les sousministres de chaque province et territoire. Le groupe de gestion a
aussi fait beaucoup de travail en ce qui concerne la législation et la
réglementation, et ce travail a également été revu et approuvé.
Senator Bellemare: So the system will work with WHMIS.
La sénatrice Bellemare : Le système sera donc en lien avec le
SIMDUT.
Ms. McDonald: This is simply a new way to work on WHMIS.
Mme McDonald : C’est simplement une nouvelle façon de faire
le travail sur le SIMDUT.
[English]
[Traduction]
Senator Campbell: I would like to go back to the flour, nuts
and things like that. I have some knowledge with regard to
explosions and I have to tell you if you grind anything fine
enough, toss in a spark, it will explode. I have no idea what this is
doing in this bill. If it is an issue, which I don’t think it is, why
wouldn’t it be under labour, workplace safety or something like
that? It makes no sense to me.
Le sénateur Campbell : J’aimerais revenir à la farine, aux noix
et à ces choses-là. J’ai une certaine connaissance des explosions et
je peux vous dire qu’il est possible de créer une explosion avec
n’importe quoi, pour peu que la substance ait été moulue assez fin
et qu’on lui ait fourni une amorce. Je n’ai aucune idée de ce que
cela vient faire dans ce projet de loi. Si c’est un problème — et, à
mon avis, ce ne l’est pas —, pourquoi ne le place-t-on pas sous les
rubriques main-d’œuvre, sécurité au travail ou quelque chose de
ce genre? Je ne vois vraiment pas la logique derrière cela.
Coming from the United Nations, of course, that just adds to
the dismay that I have on this. It seems to me like we’re going into
areas that have no real import to Canada. The only explosion I
know of in Canada that involved anything to do with flour was a
grain terminal in Vancouver. Who will this help?
Bien entendu, c’est encore plus consternant si l’on tient compte
du fait que cela vient de l’Organisation des Nations Unies. J’ai
l’impression que nous nous aventurons dans des domaines qui
n’ont aucune signification réelle pour le Canada. Ici, la seule
explosion impliquant de la farine dont j’ai entendu parler était
celle d’un terminal céréalier de Vancouver. À qui cela sera-t-il
utile?
Ms. McDonald: Let me start by saying that the WHMIS
system is a national system that is put in place between both the
federal government and the provinces and territories. Under that
system, the Hazardous Products Act lays out the requirements for
suppliers to classify their products and to label them and provide
the safety data sheet. Provinces and territories then have the
requirement to provide training on those hazardous products in
their own workplaces.
Mme McDonald : Tout d’abord, sachez que le SIMDUT est un
système national mis en place à la fois par le gouvernement
fédéral et les gouvernements provinciaux et territoriaux. Selon ce
système, la Loi sur les produits dangereux fixe les exigences
destinées aux fournisseurs en ce qui a trait à la classification et à
l’étiquetage des produits, ainsi qu’à la production des fiches de
données de sécurité. Les provinces et les territoires ont ensuite
l’obligation d’offrir de la formation sur ces produits dangereux
dans les lieux de travail dont ils ont la responsabilité.
With respect to the excluded sectors, as my colleague Jason
noted, we’ve moved them to a schedule because there are worker
health and safety concerns that have been raised by our provincial
and territorial counterparts, as well as by workers, where
providing the important safety information with regard to some
of these products would bring additional benefit to workers.
Comme l’a fait remarquer mon collègue Jason, nous avons
inscrit les secteurs exclus dans une annexe, car certaines
préoccupations en matière de santé et de sécurité des
travailleurs ont été soulevées par nos homologues provinciaux
et territoriaux ainsi que par les travailleurs qui évoluent dans des
endroits où les renseignements importants touchant à la sécurité
pourraient s’avérer salutaires.
With regard to the overall GHS system and the benefit for
workers, we already have a very strong system in place in Canada.
The GHS covers a broader range of products for Canadian
workers, and what it does essentially is standardize the way this
information is portrayed so that workers have easier access to
information on the dangers of handling these chemicals.
En ce qui concerne le SGH et l’utilité de ce système pour les
travailleurs, rappelons que nous avons déjà un système très
efficace en place au Canada. Le SGH couvre cependant une plus
grande gamme de produits. Sa principale caractéristique est qu’il
normalise la présentation de l’information de manière à ce que les
travailleurs aient plus facilement accès aux renseignements sur les
dangers qui peuvent accompagner la manipulation de ces produits
chimiques.
1-5-2014
Banques et commerce
9:73
Senator Campbell: Hold on a minute here; flour is not a
chemical.
Le sénateur Campbell : Un petit instant... La farine n’est pas un
produit chimique.
Ms. McDonald: Just to be clear, flour is currently not under the
scope of the Hazardous Products Act. Those are the items that
have been moved to a schedule to allow us to do additional
research to determine whether or not they should be brought
under the scope of the Hazardous Products Act.
Mme McDonald : Soyons clairs, la farine ne fait pas
présentement partie des produits visés par la Loi sur les
produits dangereux. Elle fait partie des produits qui ont été mis
en annexe. Nous pourrons faire des recherches plus approfondies
pour établir si ces produits doivent faire partie de ceux qui sont
visés par la Loi sur les produits dangereux.
Senator Campbell: How about if we just do a study to find out
if any of this is germane, if any of this makes any sense? How
many people in Canada work in the flour industry?
Le sénateur Campbell : Que diriez-vous si nous nous efforcions
plutôt de vérifier la pertinence de tout cela, d’établir si tout
cela a un sens? Combien l’industrie canadienne de la farine
emploie-t-elle de travailleurs?
Ms. McDonald: Workers in Canada that will have received
training under the WHMIS program is about 13.2 million. Those
Canadians are impacted.
Mme McDonald : Les 13,2 millions de travailleurs qui auront
reçu une formation dans le cadre du SIMDUT sont ceux que cela
touche.
Senator Campbell: On flour?
Le sénateur Campbell : Des travailleurs de la farine?
Ms. McDonald: Not on flour. I’m speaking about the
Hazardous Products Act writ large.
Mme McDonald : Non, pas de la farine. Je parle de la portée
globale de la Loi sur les produits dangereux.
Senator Campbell: We’re talking about flour and hazardous
products. You brought it here. I didn’t bring it here. I’m saying to
you that if there are people out there that think that flour is a
hazardous substance, they have a problem.
Le sénateur Campbell : Nous parlons de la farine et des
produits dangereux. C’est vous qui en avez parlé. Ce n’est pas moi
qui ai soulevé la question. Tout ce que je dis c’est que les gens qui
voient la farine comme un produit dangereux ont quelque chose
qui ne tourne pas rond.
Here we are discussing this and spending valuable time in a bill
that’s supposed to be doing something about the economy and the
budget. We’re into minutia that from my point of view should not
be in this bill and makes absolutely no sense to the workers.
Nous sommes ici en train de discuter de cette question et de
consacrer un temps précieux à l’examen d’un projet de loi qui est
censé faire quelque chose pour l’économie et le budget. Nous nous
échinons sur des particularités qui, selon moi, ne devraient pas
faire partie de ce projet de loi et qui n’ont rien à voir avec les
travailleurs.
Ms. McDonald: Bringing the GHS into effect in Canada will
provide benefits to Canadian industry of over $400 million over a
20-year period. It will also, over a 20-year period, provide savings
in the amount of $200 million in terms of worker health and
safety — lost days at work, worker deaths and worker injuries.
Mme McDonald : Pour l’industrie, l’application du SGH au
Canada créera des retombées de plus de 400 millions de dollars
sur 20 ans. Au cours de la même période, ce système permettra de
faire des économies de l’ordre 200 millions de dollars en ce qui a
trait à la santé et la sécurité au travail — on n’a qu’à penser aux
jours de travail perdus, aux décès et aux blessures.
Senator Campbell: Would you please send this committee a
breakdown of these $400 million and $200 million in some detail
so that I can understand this?
Le sénateur Campbell : Pouvez-vous nous expliquer en quoi
consistent ces montants — les 400 et 200 millions de dollars —
afin que nous comprenions mieux de quoi il s’agit?
I want to make it clear: I’m frustrated but I’m not frustrated at
you. I think you guys are doing a great job and trying to sell this is
more than I would have been able to do. I apologize if it seems
like I’m angry at you; I’m not. I am angry at the fact that we’re
wasting our time on an issue that I don’t see as having any great
import. If you would send that to us before the bill comes back to
us for final approval I would really appreciate that.
Laissez-moi m’expliquer : je suis mécontent, mais je ne vous en
veux pas. Je crois que vous faites un excellent travail et que
j’aurais été bien mal pris si j’avais eu à vendre cette idée à votre
place. Je m’excuse si je vous donne l’impression d’être fâché
contre vous; ce n’est pas le cas. C’est le fait de perdre notre temps
sur une question qui ne m’apparaît pas très importante qui me
fâche. Je vous saurais gré de nous faire parvenir cette information
avant que le projet de loi nous soit renvoyé aux fins d’approbation
finale.
Ms. McDonald: We have developed a full cost benefit analysis
because one is required for the regulatory proposal, and we can
provide additional detail on how that cost benefit analysis was
arrived at and what the overall benefits to industry are, as well as
Mme McDonald : Nous avons élaboré une analyse
coûts-avantages en bonne et due forme puisqu’il en faut une
pour le projet de directive, et nous pouvons vous fournir de plus
amples détails sur la façon dont cette analyse a été préparée ainsi
9:74
Banking, Trade and Commerce
1-5-2014
to Canadian workers, as well as to reducing the trade barriers
between Canada and the United States with regard to those
chemicals.
que sur les avantages globaux que cela représente pour l’industrie
et les travailleurs canadiens. Nous pouvons en outre vous donner
des détails sur la façon dont cela permettra de réduire les barrières
commerciales entre le Canada et les États-Unis en ce qui a trait à
ces produits chimiques.
Senator Campbell: That would be wonderful. Thank you so
much.
Le sénateur Campbell : Ce serait formidable. Merci beaucoup.
The Chair: Thank you, senator, for your insightful question.
Le président : Merci, sénateur, de votre question très
pertinente.
Ms. McDonald, if you would be good enough to forward that
to the clerk she will see that it is provided to all members of the
committee.
Madame McDonald, auriez-vous l’obligeance d’acheminer ces
documents à la greffière? C’est elle qui verra à ce que tous les
membres du comité en reçoivent des copies.
With that our questions are concluded. Thank you very much.
Voilà qui met fin à nos questions. Merci beaucoup.
Page 131 of the bill — this is to give a little more incentive to
the activity of our members — amends the Importation of
Intoxicating Liquors Act to authorize individuals to transport
beer and spirits from one province to another for their personal
consumption. We have before us Mr. Brian McCauley, Assistant
Commissioner, Legislative Policy and Regulatory Affairs Branch,
from the Canada Revenue Agency.
La page 131 du projet de loi — voilà de quoi susciter un regain
d’intérêt chez nos membres — modifie la Loi sur l’importation des
boissons enivrantes de manière à permettre aux particuliers de
transporter de la bière et des spiritueux d’une province à l’autre
pour leur consommation personnelle. Pour nous parler de cela,
nous accueillons M. Brian McCauley, sous-commissaire,
Direction générale de la politique législative et des affaires
réglementaires à l’Agence du revenu du Canada.
Brian McCauley, Assistant Commissioner, Legislative Policy
and Regulatory Affairs Branch, Canada Revenue Agency: Thank
you, Mr. Chair. I did not bring samples.
Brian McCauley, sous-commissaire, Direction générale de la
politique législative et des affaires réglementaires, Agence du revenu
du Canada. : Merci, monsieur le président. Je n’ai pas apporté
d’échantillons.
To be succinct, the statute, the Importation of Intoxicating
Liquors Act, is a 1928 post-prohibition statute that was put in
place to help to establish the legal framework within which both
the federal government and the provincial governments managed
the movement of alcohol products both into the country and
between provinces. After a review by the House Agriculture and
Agri-Food Committee that reported in May of 2013, I believe,
and then a commitment in the Speech from the Throne, the bill
suggests that the act would be changed, which would mirror a
change that this committee looked at a couple of years ago that
was done for wine. You may recall that. It’s simply the very same
change that would allow individuals, for personal consumption,
to bring either beer or spirits from one province to another.
Pour faire court, disons que la Loi sur l’importation des
boissons enivrantes est une loi qui a été adoptée en 1928, après la
prohibition, afin de créer un cadre juridique permettant à la fois
au gouvernement fédéral et aux gouvernements provinciaux de
gérer l’entrée au pays et la circulation interprovinciale des
produits alcoolisés. Tenant compte de l’examen réalisé par le
Comité de l’agriculture et de l’agroalimentaire de la Chambre des
communes et du rapport subséquent déposé, je crois, en mai 2013,
ainsi que d’un engagement formulé lors du discours du Trône, le
projet de loi suggère que la loi soit modifiée, ce qui ferait écho à
une modification similaire sur le vin sur laquelle s’est penché votre
comité il y a environ deux ans. Vous vous en souvenez peut-être.
C’est tout simplement la même modification, mais qui, cette fois,
permettrait aux particuliers d’apporter de la bière ou des
spiritueux d’une province à une autre aux fins de consommation
personnelle.
The way the IILA is currently written, there is a legal federal
impediment to do that. The bill removes that legal federal
impediment, but it does not affect the structure that the provinces
have in place. So the provinces would have to subsequently make
an adjustment within their regimes, as B.C., for example, has
done in the case of wine, to put in whatever conditions or limits
they might want to put in place, whether it has to be on your
person or whether you can order them over the Internet or
whatever. So that’s basically what the clause does. I’ll stop there,
Mr. Chair.
Le libellé actuel de la Loi sur l’importation des boissons
enivrantes contient un obstacle juridique fédéral qui empêche de
faire cela. Le projet de loi supprime cet obstacle, mais sans
toucher aux structures dont se servent les provinces. Les provinces
auront donc subséquemment à adapter leurs régimes en
conséquence — comme l’a fait la Colombie-Britannique, par
exemple, en ce qui concerne le vin — afin d’y poser les conditions
ou les limites qu’elles jugeront appropriées, à savoir si l’alcool doit
se trouver sur vous, s’il est possible d’en commander par Internet
ou quoi que ce soit d’autre. Voilà, en essence, ce que cet
article cherche à faire. Je vais m’arrêter là, monsieur le président.
1-5-2014
Banques et commerce
9:75
Senator Massicotte: I appreciate the legislation. I support it
fully. As you know, many provinces still have major impediments.
They haven’t amended their legislation. To make it really useful,
has there been any progress in getting the provinces to change
their legislation?
Le sénateur Massicotte : J’aime bien cette mesure législative et
je l’appuie sans réserve. Comme vous le savez, de nombreuses
provinces ont encore des obstacles majeurs. Elles n’ont pas encore
modifié leurs lois. Pour donner tout son poids à cette démarche,
savez-vous si nous avons fait des progrès pour amener les
provinces à modifier leurs lois?
Mr. McCauley: Probably the best incentive is for Canadians to
express their interest to the provinces in terms of their wanting to
have a choice in the marketplace. The legislative changes around
wine and certainly now around beer and spirits will certainly
make the federal government’s position very clear, and I think
that’s probably as far as we, as the regulator, can go. If this is
passed, we will provide information and bulletins to provincial
authorities and to the liquor licence boards and others to make
sure that they fully understand that there are no more federal
restrictions in place, and that’s where we would stop.
M. McCauley : J’estime que la meilleure façon de faire avancer
les choses serait que les Canadiens fassent savoir aux provinces
qu’ils souhaitent pouvoir choisir où ils feront leurs achats. Les
modifications législatives entourant le vin et, bien entendu, en ce
qui concerne maintenant la bière et les spiritueux auront
assurément l’avantage de rendre la position du gouvernement
fédéral très claire en la matière. Et je crois que c’est à peu près le
maximum que nous pouvons faire en tant qu’autorité de
réglementation. Si cette disposition est adoptée, nous fournirons
de l’information et de la documentation aux autorités
provinciales, aux sociétés des alcools et aux autres parties
concernées afin qu’elles comprennent bien que la restriction
fédérale a été supprimée, et nous n’irons pas plus loin.
Senator Massicotte: Thank you.
Le sénateur Massicotte : Merci.
The Chair: Mr. McCauley, you’re done. It was very clear.
Everybody understood it. Thank you, Mr. McCauley.
Le président : Monsieur McCauley, vous avez terminé. Votre
exposé était limpide. Tout le monde a compris. Merci, monsieur
McCauley.
We are now in Part 6, Division 8, Customs Act, which is tab F8 in your briefing binder. Page 134 of the bill amends the Customs
Act to extend to 90 days the time for making a request for a
review of a seizure, forfeiture or penalty assessment and to
provide that a request for a review and third party claims can be
made directly to the Minister of Public Safety and Emergency
Preparedness. To discuss this with us is Ms. Tammy Branch,
General Director, Canada Border Services Agency.
Nous passons donc à la section 8 de la partie 6, qui modifie la
Loi sur les douanes, et qui se trouve à l’onglet F-8 de votre cahier
d’information. La page 134 du projet de loi modifie la Loi sur les
douanes pour porter à 90 jours le délai permis pour présenter une
demande de révision pour un processus de saisie, de confiscation
compensatoire ou de pénalité, ainsi que pour faire en sorte que les
demandes de révision et les demandes de tiers puissent être
présentées directement au ministre de la Sécurité publique et de la
Protection civile. Pour nous en parler, nous avons avec nous
Mme Tammy Branch, directrice générale à l’Agence des services
frontaliers du Canada.
Tammy Branch, General Director, Canada Border Services
Agency: Thank you very much, Mr. Chair and committee
members. My name is Tammy Branch. I’m Director General of
the Recourse Program for the Canada Border Services Agency,
and I’m pleased to be here with you to brief you on Division 8 of
Part 6 of the Budget Implementation Act. As the chair mentioned,
these are legislative amendments to the Customs Act, and they
will have a positive impact on the operations of the Recourse
Program of the agency but also on our clients.
Tammy Branch, directrice générale, Agence des services
frontaliers du Canada : Merci beaucoup, monsieur le président,
et merci aux membres du comité. Je m’appelle Tammy Branch. Je
suis la directrice générale du Programme des recours de l’Agence
des services frontaliers du Canada, et je suis heureuse d’être ici
pour vous donner de plus amples renseignements sur la section 8
de la partie 6 de la Loi d’exécution du budget. Comme le président
l’a dit, ce sont des modifications législatives à la Loi sur les
douanes qui auront des effets bénéfiques sur les opérations du
Programme sur les recours de l’agence, mais aussi pour nos
clients.
Just to give a very short context, the Recourse Program
provides the business community and individuals with an
accessible mechanism to seek a review of enforcement actions or
program decisions that are taken by the CBSA. The program
ensures decisions are fair, transparent and accurately reflect the
agency’s policies and acts administered by the CBSA.
Pour mettre les choses en perspective, sachez que le Programme
sur les recours est un mécanisme mis à la disposition de la
communauté des affaires et des particuliers pour demander la
révision de l’application de mesures ou de décisions de
programme prises par l’ASFC. Le programme veille à faire en
sorte que les décisions soient équitables et transparentes, et
qu’elles tiennent rigoureusement compte des politiques de l’agence
et des lois qu’elle administre.
9:76
Banking, Trade and Commerce
1-5-2014
There are two changes included in Division 8. As mentioned,
the first is to extend the period of time that a correction of an
enforcement action can be made from 30 days to 90 days. A
cancellation or correction can be made at the port of entry if it is
discovered that the CBSA made an error on an enforcement
action. It is a less burdensome process, to both the agency and the
client, than an appeal, which is a prescribed and involved process.
This amendment will save time and be more efficient in correcting
errors that all parties agree should be corrected.
La section 8 comprend deux modifications. Comme on l’a dit,
la première vise à prolonger de 30 à 90 jours le délai admis pour
corriger une mesure d’exécution. Une annulation ou un
redressement peut être appliqué au point d’entrée si l’on
découvre que l’ASFC s’est trompée au sujet d’une mesure
d’exécution. Tant pour l’agence que pour le client, c’est un
processus moins fastidieux qu’une révision, qui est un processus
réglementaire et compliqué. Cette modification permettra
d’économiser du temps et sera plus efficace pour corriger les
erreurs qui, selon toutes les parties, devraient être corrigées.
The second amendment is to ease the application procedure for
an appeal. A traveller or business may submit an appeal directly
to the Recourse Program, rather than having to file it with the
port of entry where the infraction took place, which is the
specificity that is now in the Customs Act. This will allow us to
receive appeals directly. It will also allow us to receive appeals
electronically, which will make our service more accessible to
clients and allow us to serve our clients in a more timely fashion.
Le deuxième amendement vise à simplifier la procédure de
demande de révision. Grâce à ce changement, un voyageur ou une
entreprise pourra soumettre une demande de révision directement
au Programme sur les recours plutôt que de passer par le point
d’entrée où l’infraction s’est produite, comme c’est le cas avec le
libellé actuel de la Loi sur les douanes. Nous pourrons donc
recevoir les demandes directement, et ce, par voie électronique, ce
qui rendra notre service plus accessible pour nos clients et nous
permettra de leur offrir un service plus rapide.
The same amendment is included for third party claims, those
to whom the goods belong but who are not the recipient of the
enforcement action. A good example of that is a rental car
company whose vehicle may have been seized as part of an
enforcement action against that driver. Thank you for your time.
That sums it up. It is fairly straightforward, I believe, but I’m
happy to answer any of your questions.
Le même amendement s’applique en outre aux demandes de
tiers, qui sont ceux à qui les biens appartiennent, mais qui ne sont
pas visés par la mesure d’exécution. Un bon exemple de cela serait
une compagnie de location de voitures dont le véhicule aurait été
saisi en vertu d’une mesure d’exécution à l’endroit de son
conducteur. Je vous remercie de m’avoir accordé votre
attention. Voilà qui fait le tour du sujet. Je crois que c’est
relativement simple, mais je serai heureuse de répondre à toutes
vos questions.
The Chair: Thank you, Ms. Branch. Are there any questions?
[Translation]
Senator Bellemare: Are the amendments to the Customs Act
related to the amendments to the Proceeds of Crime (Money
Laundering) and Terrorist Financing Act?
[English]
Le président : Merci, madame Branch. Y a-t-il des questions?
[Français]
La sénatrice Bellemare : Les modifications à la Loi sur les
douanes sont-elles mises en lien avec les modifications à la Loi sur
le recyclage des produits de la criminalité et du financement des
activités terroristes?
[Traduction]
Ms. Branch: The CBSA administers a number of different acts.
The Customs Act, of course, is one of those, but we are also
responsible for the seizure of currency, for example, under the
Proceeds of Crime (Money Laundering) and Terrorist Financing
Act, at the border. A number of these changes to the Customs Act
are similar to changes that we are proposing to make to the
Proceeds of Crime (Money Laundering) and Terrorist Financing
Act.
Mme Branch : L’ASFC applique un certain nombre de lois, au
nombre desquelles, bien sûr, la Loi sur les douanes, mais elle est
aussi chargée de la saisie de la monnaie à la frontière, par
exemple, en application de la Loi sur le recyclage des produits de
la criminalité et le financement des activités terroristes. Un certain
nombre de ces modifications de la Loi sur les douanes sont
semblables à celles que nous proposons pour cette loi.
Senator Massicotte: I was going to ask if the import of flour is
dangerous.
Le sénateur Massicotte : J’allais vous demander si
l’importation de farine est dangereuse.
The Chair: Thank you, Ms. Branch.
Le président : Merci, madame Branch.
Ms. Branch: Thank you very much.
Mme Branch : Merci beaucoup.
The Chair: Part 6, Division 13, the Bank Act, tab F-13 in your
briefing binder. Page 144 of the bill amends the Bank Act to add
regulation making powers respecting a bank’s activities in relation
Le président : Partie 6, section 13, Loi sur les banques, onglet
F-13 de votre classeur. La page 144 du projet de loi modifie la Loi
sur les banques pour y ajouter le pouvoir de réglementer les
1-5-2014
Banques et commerce
9:77
to derivatives and benchmarks. From the Department of Finance,
we welcome Mr. David Smith, Senior Chief, Capital Markets
Policy.
activités des banques liées aux instruments dérivés et aux indices
de référence. Nous accueillons le représentant du ministère des
Finances, M. David Smith, chef principal, Politiques sur les
marchés financiers.
David Smith, Senior Chief, Capital Markets Policy, Department
of Finance Canada: Thank you, Mr. Chair and senators. As to the
two proposed amendments, under clause 211 of the Budget
Implementation Act, in the first case, for over-the-counter
derivatives, the government has been doing work, over the last
several years, to implement our G20 commitments around OTC
derivatives and other financial reform. This would permit the
Governor-in-Council to bring forward regulations, if necessary,
for any other changes. Banks are the largest players in this field
for Canada, and the primary players.
David Smith, chef principal, Politiques sur les marchés
financiers, ministère des Finances Canada : Merci, monsieur le
président, mesdames et messieurs les sénateurs. En ce qui
concerne les deux modifications proposées dans l’article 211 de
la loi d’exécution du budget, pour la première, concernant les
instruments dérivés négociés de gré à gré, le gouvernement s’est
attelé, ces quelques dernières années, à mettre en œuvre ses
engagements auprès du G20, à l’égard de ces instruments dérivés
et d’autres engagements de réforme financière. Le gouverneur en
conseil pourra ainsi promulguer des règlements, au besoin, pour
toute autre modification. Les banques sont les principaux joueurs
dans ce domaine au Canada.
On benchmarks, more recently, with the allegations around
potential manipulation of LIBOR in the United Kingdom,
international regulators have endorsed principles to strengthen
the oversight of benchmarks.
En ce qui concerne les indices de référence, en raison des
allégations récentes d’une possible manipulation du taux LIBOR,
au Royaume-Uni, les organismes internationaux de
réglementation ont avalisé les principes visant à renforcer la
surveillance.
This is a matter that is in its infancy, and all the international
standards are being finalized. As such, the other proposal would
be to add a regulation-making authority to govern banks, how
they submit data and what they submit in the creation of
benchmarks, to make sure we can stay abreast of any
international commitments that would come forward.
Pour cette question toute nouvelle, toutes les normes
internationales sont en train d’être mises sous forme finale. À ce
titre, l’autre proposition serait d’ajouter un pouvoir de
réglementation des banques, des modalités de présentation de
leurs données et des données qu’elles présentent pour la création
d’indices, pour nous assurer de nous tenir au courant des
éventuels engagements internationaux.
I’m happy to take any questions you might have.
[Translation]
Senator Massicotte: I assume this amendment proposed to the
existing legislation is in response to the 2007-08 experience. When
discussing all these contracts, we no longer knew who should be
doing what, nor did we know the consequences for the banking
system or the objective of having a central registry to ensure that
everything would remain solvent. What is this amendment’s
objective? Was this amendment proposed in response to what I
just mentioned?
[English]
Mr. Smith: That is the objective. In 2012, we brought forward
amendments to facilitate central planning of derivatives and LCH
out of the U.K. was recently designated by the Bank of Canada as
a systemically important clearing house for derivative
transactions. Most recently, the provinces have brought forward
some requirements with regard to the reporting of trades and
bringing about clarity on, if you will, who the counterpart of each
other is to make the market more transparent.
Je serai heureux de répondre à vos questions.
[Français]
Le sénateur Massicotte : Je présume que cet amendement
proposé à la loi existante fait suite à l’expérience de 2007-2008.
Lorsqu’on parlait de tous ces contrats, on ne savait plus qui devait
quoi à qui, on ne connaissait pas les conséquences pour le système
bancaire et quel était le but de tenir un registre central pour
s’assurer que tout demeure solvable. Est-ce l’objectif de
l’amendement? Est-ce suite à cela?
[Traduction]
M. Smith : C’est son objectif. En 2012, nous avons proposé des
amendements pour faciliter la planification centralisée des
instruments dérivés. Récemment, la Banque du Canada a
désigné LCH, au Royaume-Uni, comme chambre de
compensation d’importance systémique pour les opérations sur
instruments dérivés. Plus récemment encore, les provinces ont fait
connaître certaines exigences touchant les relevés sur les
opérations et l’éclaircissement, si vous voulez, de l’identité des
parties avec lesquelles chaque partie est liée, pour rendre le
marché plus transparent.
9:78
Banking, Trade and Commerce
[Translation]
Senator Massicotte: All those regulations will force the players
involved to trade through that central registry to ensure ongoing
transparency?
[English]
Mr. Smith: The Office of the Superintendent of Financial
Institutions has guidelines around banks’ derivative activities, and
last year they put forward their expectations that, where a central
counterparty accepts a derivative for clearing, the banks would
clear it. Internationally, generally, the major players are that way.
With respect to end users, it’s a little bit different, for example,
with foreign exchange transactions. A lot them aren’t accepted by
central counterparties because they are not consistent enough.
Everyone is different. As a result, they are exempted from central
clearing requirements internationally. In part, a lot of them are
used by end users, small businesses, where the cost of having to
post collateral to a central counterparty would cost more than the
actual amount of insurance that they’re getting from doing a
financial transaction hedge.
[Translation]
Senator Massicotte: They will deal with the central registry. If I
understand correctly, contracts and interest rates have to be
cleared with the central registry.
[English]
Mr. Smith: For foreign currency transactions, they still have to
be reported, not necessarily cleared.
[Translation]
Senator Massicotte: Interest rates have to be registered.
[English]
Mr. Smith: Yes, an interest rate swap from a bank would be
both cleared and reported.
The Chair: Thank you, Mr. Smith. You’ve been very clear.
1-5-2014
[Français]
Le sénateur Massicotte : Tous ces règlements vont forcer les
joueurs impliqués à transiger par l’intermédiaire de ce registre
central pour s’assurer que tout demeure transparent?
[Traduction]
M. Smith : Le Bureau du surintendant des institutions
financières a publié des lignes directrices sur les activités des
banques touchant les instruments dérivés et, l’année dernière, il a
exprimé l’espoir que, lorsqu’un contrepartiste central acceptera la
compensation d’un instrument dérivé, les banques accepteront de
le faire. Ainsi font les gros joueurs internationaux, en général. En
ce qui concerne les utilisateurs finaux, c’est un peu différent, par
exemple dans les opérations de change. Beaucoup ne sont pas
acceptées par les contrepartistes centraux, par manque
d’uniformité. Chacun est différent. Il s’ensuit qu’elles sont
exemptées des exigences internationales concernant la
compensation centralisée. C’est en partie parce que beaucoup
d’entre elles sont utilisées par des utilisateurs finaux, de petites
entreprises, pour qui le coût de devoir envoyer un nantissement à
un contrepartiste centralisé coûterait davantage que le montant
réel d’assurance qu’elles obtiennent d’une couverture d’opération
financière.
[Français]
Le sénateur Massicotte : On va traiter avec le registre central.
Au point de vue des contrats et des taux d’intérêt, il faut traiter
avec le registre central, si je comprends bien.
[Traduction]
M. Smith : Les opérations de change continuent de devoir être
déclarées, mais pas nécessairement compensées.
[Français]
Le sénateur Massicotte : Les taux d’intérêt doivent être
enregistrés.
[Traduction]
M. Smith : Oui. Un swap de taux d’intérêt auquel une banque
serait partie devrait être compensé et déclaré.
Le président : Merci, monsieur Smith. Vous avez été très clair.
We’re now on Part 6, Division 14 of the Insurance Companies
Act. Since it’s the same panel, we will also deal with Division 24,
which is the Protection of Residential Mortgage or Hypothecary
Insurance Act. You will find these under tabs F14 and F24 in
your briefing binder, pages 145 and 206 of the bill.
Nous sommes maintenant à la partie 6, section 14 de la Loi sur
les sociétés d’assurances. Puisque cela intéresse le même groupe de
témoins, nous allons nous occuper aussi de la section 24, sur la
Loi sur la protection de l’assurance hypothécaire résidentielle.
Vous les trouverez aux onglets F14 et F24, dans votre classeur,
aux pages 145 et 206 du projet de loi.
Division 14 amend the Insurance Companies Act to broaden
the Governor-in-Council’s authority to make regulations
respecting the conversion of a mutual company into a company
with common shares, and Division 24 amends the Protection of
Residential Mortgage or Hypothecary Insurance Act and the
La section 14 modifie la Loi sur les sociétés d’assurances pour
conférer au gouverneur en conseil des pouvoirs réglementaires
élargis en ce qui concerne la transformation de sociétés mutuelles
en sociétés avec actions ordinaires. La section 24 modifie la Loi
sur la protection de l’assurance hypothécaire résidentielle et la Loi
1-5-2014
Banques et commerce
9:79
National Housing Act to provide that certain criteria established
in a regulation may apply to an existing insured mortgage or
hypothecary loan.
nationale sur l’habitation afin de prévoir que certains critères fixés
par règlement peuvent s’appliquer à un prêt hypothécaire assuré
existant.
To discuss this with us, we welcome Mr. James Wu from the
Department of Finance, Financial Institutions Analysis, where he
is the chief, and Michèle Legault, Senior Project Leader, Financial
Institutions Analysis. Mr. Wu, the floor is yours, sir.
Pour en discuter, accueillons deux fonctionnaires de l’Analyse
des institutions financières, au ministère des Finances, M. James
Wu et Mme Michèle Legault qui en sont respectivement le chef et
l’économiste principale. Monsieur Wu, vous avez la parole.
James Wu, Chief, Financial Institutions Analysis, Department of
Finance Canada: Thank you very much, Mr. Chair and
honourable senators. It’s my pleasure to be here today to give
you a presentation on these proposed amendments in Bill C-31.
James Wu, chef, Analyse des institutions financières, ministère
des Finances Canada : Merci beaucoup, monsieur le président,
mesdames et messieurs les sénateurs. Je suis heureux d’être ici
pour vous faire un exposé sur les modifications proposées dans le
projet de loi C-31.
In respect of Division 14, the amendments to the Insurance
Companies Act, this reflects the government’s intention as
announced in Economic Action Plan 2014 to move ahead with
its commitment to make legislative and regulatory changes that
would create a federal mutual property and casualty insurance
company’s demutualization framework.
En ce qui concerne la section 14, les modifications de la Loi sur
les sociétés d’assurances traduisent l’intention du gouvernement,
annoncées dans le Plan d’action économique de 2014, d’honorer
son engagement d’apporter des modifications aux lois et aux
règlements qui instaureraient un cadre de démutualisation pour
les sociétés mutuelles d’assurances multirisques sous régime
fédéral.
In essence, mutual companies are companies that are run by
policyholders, very similar to credit unions that are run by their
membership. This framework would allow such mutual
companies to convert into share-owned companies. As set out
in the Insurance Companies Act, there are a number of policy
objectives for such a framework. One is to ensure that the
framework provides a transparent and orderly demutualization
process. The second is that such a framework should provide for
fair and equitable outcomes for policyholders.
Essentiellement, les mutuelles sont des sociétés dirigées par des
assurés, très semblables aux coopératives de crédit qui sont
dirigées par leurs membres. Ce cadre permettrait à ces mutuelles
de se transformer en sociétés par actions. Tel que prévu dans la
Loi sur les sociétés d’assurances, il est assorti d’un certain nombre
d’objectifs stratégiques. L’un d’eux est de régir un processus
transparent et ordonné de démutualisation. Un deuxième est de
produire des résultats justes et équitables pour les assurés.
The proposed amendments in Bill C-31 expand the regulatorymaking authority so that the government can address unique
circumstances that exist in the federal property and casualty
insurance companies sector. This is the first part of a two-part
process to create this framework. The second part indeed is the
creation of the regulations through the normal regulationsmaking process and would set out the details of the
demutualization framework. This is still subject to further
ministerial and Governor-in-Council approval as well.
Les modifications proposées dans le projet de loi C-31
élargissent le pouvoir de réglementation de manière à ce que le
gouvernement puisse répondre aux circonstances particulières qui
existent dans le secteur des sociétés d’assurances multirisques sous
régime fédéral. C’est la première des deux parties du processus de
création de ce cadre. La deuxième partie, bien sûr, est la
promulgation de règlements, par le processus normal, qui
exposeront les détails du cadre de démutualisation. Ce cadre
reste encore à approuver par le ministère et le gouverneur en
conseil.
As announced in Budget 2014, the government will consult on
the proposed framework. Indeed, as early as 2011, there were very
public consultations on a proposed framework. The department
has had ongoing targeted discussions with stakeholders since then
and, as part of the normal regulation-making process, there will
be further consultations as part of Part 1 in the regulatory
process, which involves publication of the proposed regulations in
the Canada Gazette.
Comme il l’a annoncé dans le budget de 2014, le gouvernement
fera des consultations sur le cadre projeté. Bien sûr, dès 2011, des
consultations très publiques ont eu lieu sur un projet de cadre.
Depuis, le ministère tient des discussions ciblées avec les joueurs,
et, dans le cadre du processus normal de réglementation, qui
comporte la publication du projet de règlement dans la Gazette du
Canada, d’autres consultations en occuperont la première partie.
I’m happy to take any questions you may have.
[Translation]
Senator Bellemare: Can you explain what the demutualization
of a property and casualty insurance company is? How does that
occur?
Je serai heureux de répondre à toutes vos questions.
[Français]
La sénatrice Bellemare : Pouvez-vous nous expliquer ce qu’on
entend par la démutualisation d’une société d’assurances
multirisques. Comment est-ce que cela se fait?
9:80
Banking, Trade and Commerce
[English]
1-5-2014
[Traduction]
Mr. Wu: Currently there are mutual companies in the property
and casualty sector. They are, in essence, governed by their
policyholders where the decisions around how the companies are
run are made by the policyholders, so basically the clients of the
company. This is a different type of structure than I think most
people may be used to. Most people are used to share-owned
companies where the company is basically owned and in essence
governed by the shareholders of the company, which are often
different but not always different from the clients of the company.
M. Wu : Actuellement, il existe des mutuelles d’assurances
incendie, accidents, risques divers. Ces mutuelles multirisques
sont essentiellement dirigées par leurs assurés, leurs clients donc,
qui prennent les décisions sur la façon de les diriger. C’est une
structure différente de celle à laquelle, je pense, la plupart des gens
peuvent être habitués, la société par actions, qui est
essentiellement la propriété des actionnaires qui la dirigent et
qui sont souvent différents, mais pas toujours, de ses clients.
In terms of the conversion process being discussed today, the
demutualization, currently there are these mutual companies in
the sector and, for whatever corporate reasons that may exist,
they may wish to convert to become share-owned companies.
Legislation and the regulations have to set out the framework
under which this conversion could take place. There are a number
of fairly detailed steps involved, such as providing proper notices
to those stakeholders involved, going through the office of
superintendent in terms of administering the process and then
ultimately getting approval from the Minister of Finance for the
conversion.
En ce qui concerne la transformation dont nous discutons
aujourd’hui, la démutualisation, des sociétés mutuelles du secteur
peuvent souhaiter, pour une raison quelconque, se transformer en
sociétés par actions. La loi et les règlements doivent fixer le cadre
dans lequel l’opération pourrait avoir lieu. Il faut suivre un
certain nombre d’étapes assez détaillées, par exemple envoyer des
avis appropriés aux intéressés, s’adresser au Bureau du
surintendant des institutions financières pour la gestion du
processus, puis, enfin, obtenir l’approbation du ministre des
Finances pour la transformation.
[Translation]
Senator Bellemare: That has nothing to do with insurance
companies that insure other insurance companies, such as in the
case of floods or natural disasters. An individual can be insured
by an insurance company, which in turn is insured by another
company. Is that related to this kind of insurance company
system?
[English]
[Français]
La sénatrice Bellemare : Cela n’a rien à voir avec des
compagnies d’assurances qui assurent d’autres compagnies
d’assurances, comme dans les cas d’inondation ou de désastres,
ou lorsqu’une personne est assurée par une compagnie
d’assurances qui, elle, est assurée par une autre compagnie. Estce que cela a un lien avec ce genre d’échafaudage de compagnies
d’assurances?
[Traduction]
Mr. Wu: There is no direct relation. I think you are referring to
the activities of a re-insurer; that is, an insurance company that
basically insures another insurance company. In general, this
process is about demutualization, which is the change or
convention of the corporate structure of the given company.
M. Wu : Non, pas directement. Je pense que vous faites
allusion à la réassurance; c’est-à-dire l’activité d’une société qui,
essentiellement, assure une autre société d’assurances. En général,
le processus dont nous parlons est la démutualisation, c’est-à-dire
la transformation de la structure de la société.
Senator Tkachuk: We have a framework for life insurance
companies in Canada, right, but we never had one for property
and casualty? Or are we improving on one for property and
casualty?
Le sénateur Tkachuk : Il existe, au Canada, un cadre pour les
sociétés d’assurance-vie, n’est-ce pas, mais il n’y en a jamais eu
pour celles d’assurances multirisques? Ou bien est-ce que nous
améliorons celui qui existe pour ces sociétés?
Mr. Wu: That’s correct; we never had one for property and
casualty mutual companies. The way the department sees it, we’re
designing the framework that appropriately meets the unique
context of the property and casualty mutual sector.
M. Wu : C’est juste. Il n’y en a jamais eu pour les mutuelles
multirisques. D’après le ministère, nous concevons le cadre qui
répond au contexte particulier de ce secteur.
Senator Tkachuk: How would it be different from, say, a life
insurance demutualization, which has happened a number of
times?
Le sénateur Tkachuk : En quoi cela serait-il différent, par
exemple, de la démutualisation d’une société d’assurance-vie, ce
qui est arrivé un certain nombre de fois?
Mr. Wu: As the regulations have not yet been finalized, it’s
subject to approval by the minister and Governor-in-Council and
it’s their prerogative to decide what the details might be in such a
framework. The department’s view is that we are following more
or less the same approach in the life insurance companies’
M. Wu : Comme les règlements ne sont pas encore arrêtés,
c’est sous réserve de l’approbation du ministre et du gouverneur
en conseil, qui ont la prérogative de décider des détails d’un tel
cadre. Le ministère estime que nous suivons plus ou moins la
même démarche que dans la démutualisation des sociétés
1-5-2014
Banques et commerce
demutualization process but there are unique circumstances
specific to the property and casualty mutual sector that we have
to account for. For example, this legislative amendment gives the
government that greater flexibility to address those circumstances.
Senator Tkachuk: Can you give me an example of one?
9:81
d’assurance-vie, mais des circonstances sont propres au secteur
multirisques, dont nous devons tenir compte. Par exemple, la
modification législative donne au gouvernement plus de souplesse
pour y répondre.
Le sénateur Tkachuk : Pouvez-vous m’en donner un exemple?
Mr. Wu: Sure. I think the Honourable Senator HervieuxPayette highlighted one for the committee a little earlier. There is
a large, if you will, discrepancy between the numbers of mutual
policyholders versus non-mutual policyholders in some of these
mutual PNC companies. As a result, and as was clear also in the
public consultations from 2011, there is a strong difference of
opinion as to how the demutualization should unfold and who
would get the benefits. So this type of, if you will, disagreement
did not seem to exist in the life insurance companies’
demutualization. As my boss, the Director General, indicated,
one of the concepts we are working on with that has been
highlighted in this legislative amendment is the potential use of a
court process to help facilitate the negotiation between the mutual
policy holders and the non-mutual policyholders.
M. Wu : Bien sûr. Je pense que l’honorable sénatrice HervieuxPayette en a mis un en évidence pour le comité, un peu plus tôt. Il
existe un gros écart, si vous voulez, entre le nombre de titulaires
de polices d’assurance mutuelle et le nombre de titulaires de
polices d’assurance non mutuelle, dans certaines de ces mutuelles
multirisques. Il s’ensuit, et c’était clair d’après les consultations
publiques tenues depuis 2011, qu’il existait une forte divergence
d’opinions sur les modalités de la démutualisation et sur ses
bénéficiaires. Ces divergences ne semblaient pas exister pour la
démutualisation des sociétés d’assurance-vie. Comme mon
patron, le directeur général, l’a dit, nous travaillons notamment
à un concept qui a été mis en évidence dans cette modification
législative, le recours éventuel aux tribunaux pour faciliter la
négociation entre les titulaires de polices d’assurance mutuelle et
ceux d’autres polices.
The Chair: Thank you very much. Are there comments on the
Hypothecary Insurance Act?
Le président : Merci beaucoup. Y a-t-il des observations sur la
loi sur l’assurance hypothécaire?
Mr. Wu: Sure. This is in respect of Division 24. This one goes
back to Economic Action Plan 2013. The government reiterated
in Economic Action Plan 2014 that it would prohibit the use of
taxpayer backed insured mortgages as collateral for securitization
vehicles that are not sponsored by the Canada Mortgage and
Housing Corporation. The intent is to help manage the potential
exposure to taxpayers as well as to try to increase and impose
market discipline in such markets.
M. Wu : Bien sûr. Cela concerne la section 24 et cela remonte
au plan d’action économique de 2013. Le gouvernement a réitéré,
dans celui de 2014, qu’il interdirait le recours aux hypothèques
assurées garanties par les contribuables comme nantissement pour
les instruments de titrisation qui ne sont pas parrainés par la
Société canadienne d’hypothèques et de logement. On veut ainsi
moins exposer les contribuables et essayer de discipliner ces
marchés.
The proposed amendments in Bill C-31 would also broaden the
regulation-making authority under two related acts. One is the
protection of residential mortgages or Hypothecary Insurance
Act; the other one is the National Housing Act. These would
allow the government to introduce regulations that would more
effectively meet the objectives of managing taxpayer exposures
and improving and increasing market discipline. Specifically, the
amendments will allow the regulations that are to be made and
subject to further approval to apply to insured loans that already
exist. The current regulation-making authority, unfortunately,
does not allow this retroactive application of any criteria.
Les modifications proposées dans le projet de loi C-31
élargiraient aussi le pouvoir de réglementation sous le régime de
deux lois connexes : la Loi sur la protection de l’assurance
hypothécaire résidentielle et la Loi nationale sur l’habitation.
Elles permettraient au gouvernement de promulguer des
règlements qui répondent plus efficacement aux objectifs de la
gestion de l’exposition des contribuables et de l’amélioration et de
l’augmentation de la discipline des marchés. Plus précisément,
elles permettraient aux règlements à venir et assujettis à une
approbation ultérieure à s’appliquer aux prêts assurés existants.
Actuellement, le pouvoir de réglementation, malheureusement,
n’autorise pas l’application rétroactive d’aucun critère.
[Translation]
Senator Bellemare: So this provision of the bill aims to mitigate
the risks involved in asset-backed commercial papers, where all
the assets were debts, and the provision aims to protect ordinary
Canadians and those who borrow these commercial papers?
Did I understand correctly?
[Français]
La sénatrice Bellemare : Donc, cette disposition du projet de loi
vise à réduire les risques qu’on a connus dans le cadre des papiers
commerciaux adossés à des actifs, où tous les actifs étaient des
dettes, et la disposition vise à protéger le Canadien ordinaire et les
personnes qui empruntent ces papiers commerciaux?
Ai-je bien compris?
9:82
Banking, Trade and Commerce
[English]
1-5-2014
[Traduction]
Mr. Wu: The asset-backed commercial paper that you’re
speaking of, I believe, is in respect of the nonbank asset-backed
commercial paper and, because they no longer exist in terms of a
market in Canada, would not be impacted by this measure. One
area that could be impacted by this measure would be the bank
sponsored asset-backed commercial paper because they do also
have mortgages as collateral. It’s a bit related but not quite the
specific risk that you identify.
M. Wu : Les papiers commerciaux adossés à des actifs dont
vous parlez sont, je crois, adossés à des actifs non bancaires et,
comme il n’y a plus de marché pour eux au Canada, cette mesure
ne les concerne pas. Elle concernerait les papiers commerciaux
adossés à des actifs garantis par des banques, parce qu’ils sont
aussi garantis par des hypothèques. Ils sont apparentés un peu
aux papiers qui présentaient le risque précis dont vous parliez,
mais ce n’est pas tout à fait le même risque qui leur correspond.
The Chair: Thank you very much, senator. Mr. Wu and
Ms. Legault, thank you very much for your presentation.
Le président : Merci beaucoup, madame la sénatrice, monsieur
Wu et madame Legault, merci beaucoup pour votre exposé.
Colleagues, we are down to the final division of the day. I am
saying it is so. As I indicated earlier, Division 19 will be dealt with
next Wednesday and Division 25 will be dealt with next Thursday
at our regular meeting.
Chers collègues, nous sommes arrivés à la dernière section
prévue pour aujourd’hui. En effet, comme j’ai dit plus tôt, la
section 19 nous occupera mercredi prochain, tandis que la section
25 nous occupera à notre prochaine séance ordinaire de jeudi
prochain.
To conclude our discussions today, we are on Part 6,
Division 22, the Softwood Lumber Products Export Charge
Act. Tab F22 in your briefing binder, page 204 of the bill, amends
the Softwood Lumber Products Export Charge Act to clarify how
payments to provinces are to be determined. We have with us to
explain it Michèle Govier, Chief, Trade Remedies and General
Trade Relations, from the Department of Finance Canada; and
Colin Bird, Director, Softwood Lumber Divisions, from Foreign
Affairs, Trade and Development Canada.
Pour conclure nos discussions d’aujourd’hui, nous sommes à la
partie 6, section 22, sur la Loi sur les droits d’exportation de
produits de bois d’œuvre. Cela se trouve à l’onglet 22 de votre
classeur, à la page 204 du projet de loi. On propose de modifier la
loi en question pour clarifier la façon dont les paiements aux
provinces sont calculés. Pour les explications, nous pouvons
compter sur Mme Michèle Govier, chef des Recours
commerciaux et relations commerciales, au ministère des
Finances du Canada, et sur M. Colin Bird, directeur des
Directions du bois d’œuvre, au ministère des Affaires
étrangères, du Commerce et du Développement.
Michèle Govier, Chief, Trade Remedies and General Trade
Relations, Department of Finance Canada: I will give an overview
and then Colin can provide responses to questions that go beyond
the scope of this particular measure.
Michèle Govier, chef, Recours commerciaux et relations
commerciales, ministère des Finances Canada : Je donnerai un
aperçu général, puis Colin pourra répondre aux questions qui
débordent le cadre de cette mesure particulière.
This part makes clarifications to the existing cost recovery
structure with provinces under the Canada-U.S. Softwood
Lumber Agreement. The intent is to ensure the legal basis for
the existing structure is clear and more cohesive. The
administration of the system will remain the same.
Dans cette partie du projet de loi, on apporte des
éclaircissements sur la structure existante du recouvrement des
co ûts avec les provinces dans le cadre de l’Accord
canado-américain sur le bois d’œuvre résineux. On veut assurer
la clarté et la cohérence de son fondement juridique.
L’administration du système restera la même.
Under the Softwood Lumber Products Export Charge Act the
federal government collects export charges and transfers these to
the provinces, holding back amounts to cover federal
administration and legal costs. This is done on a quarterly basis
as set out in the payments to provinces regulations. These
amendments incorporate existing provisions in the payments to
provinces regulations into the Softwood Lumber Products Export
Charge Act with certain modifications.
Conformément à la Loi sur les droits d’exportation de produits
de bois d’œuvre, le gouvernement fédéral prélève ces droits et il les
transfère aux provinces, en retenant les montants qui couvrent les
frais juridiques et les frais d’administration engagés par lui.
L’opération est trimestrielle, comme il est prévu dans les
règlements sur les paiements aux provinces. Les modifications
intègrent dans la loi, avec certaines modifications, des dispositions
en vigueur de ces règlements.
I’ll go through a few of those modifications which clarify it.
First, the federal government costs that have not been offset by
export charge revenues in a particular period will be carried
forward so that they can be offset and recovered in future periods;
second, costs may be recovered pursuant to section 40.1 of the
Federal-Provincial Fiscal Arrangements Act or through voluntary
payments made by a province; and, third, the Minister of
Je vais en revoir quelques-unes qui clarifient la loi. D’abord, les
frais fédéraux non compensés par les droits d’exportation, dans
une période donnée, seront reportés pour compensation et
recouvrement; ensuite, on peut les recouvrer en application de
l’article 40.1 de la Loi sur les arrangements fiscaux entre le
gouvernement fédéral et les provinces ou au moyen de paiements
volontaires de la province; enfin, le ministre du Revenu national
1-5-2014
Banques et commerce
9:83
National Revenue is not required to transfer revenue into a
province if that province has an accrued balance with the federal
government. There are also some modifications to the regulation
making authority. It has been moved, but that’s about it. It’s
fairly minor. I would be happy to take questions.
n’est pas tenu de transférer de montant à une province qui a un
solde accumulé à l’égard du gouvernement fédéral. Des
modifications sont également proposées au pouvoir de
réglementation. C’est à peu près tout. C’est relativement peu. Je
serai heureuse de répondre à vos questions.
The Chair: Mr. Bird, we have four minutes left but we must
conclude this meeting, because we cannot sit while the Senate is
sitting and it will start at 1:30.
Le président : Monsieur Bird, il nous reste quatre minutes, mais
nous devons mettre un terme à la séance, parce que nous ne
pouvons pas siéger en même temps que le Sénat, qui le fait à
13 h 30.
Colin Bird, Director, Softwood Lumber Divisions, Foreign
Affairs, Trade and Development Canada: I believe Ms. Govier
has covered it adequately.
Colin Bird, directeur, Directions du bois d’œuvre, Affaires
étrangères, Commerce et Développement Canada : Je crois que
Mme Govier a bien présenté la question.
The Chair: Questions? Ms. Govier, that shows that you did
cover it very well because there are no questions.
Le président : Y a-t-il des questions? Non. Madame Govier,
cela prouve la qualité de votre synthèse.
I thank you very much for being here and, to my colleagues, I
express my great appreciation for your perseverance through a
lengthy program today. This meeting is concluded.
Je vous remercie beaucoup d’être venus. À mes collègues,
j’exprime toute mon appréciation de leur persévérance dans un
programme très chargé. La séance est levée.
(The committee adjourned.)
(La séance est levée.)
Bank of Canada:
Rob Turnbull, Special Counsel, Financial System.
Canada Deposit Insurance Corporation:
Mark Maltais, Director, Treasury and Investment Management.
Banque du Canada :
Rob Turnbull, conseiller spécial, Système financier.
Société d’assurance-dépôts du Canada :
Mark Maltais, directeur, Trésorerie et Gestion de placement.
APPEARING
COMPARAÎT
er
Thursday, May 1, 2014
Le jeudi 1 mai 2014
The Honourable Joe Oliver, P.C., M.P., Minister of Finance.
L’honorable Joe Oliver, C.P., député, ministre des Finances.
WITNESSES
TÉMOINS
Wednesday, April 30, 2014
Le mercredi 30 avril 2014
Bank of Canada:
Banque du Canada :
Stephen S. Poloz, Governor;
Stephen S. Poloz, gouverneur;
Tiff Macklem, Senior Deputy Governor.
Tiff Macklem, premier sous-gouverneur.
Thursday, May 1, 2014
Le jeudi 1er mai 2014
Department of Finance Canada:
Ministère des Finances Canada :
Brian Ernewein, General Director, Tax Policy Branch;
Brian Ernewein, directeur général, Direction de la politique de
l’impôt;
Toni Gravelle, General Director, Financial Sector Policy Branch;
Toni Gravelle, directeur général, Direction de la politique du
secteur financier;
Pierre Mercille, Senior Legislative Chief, GST Legislation;
Pierre Mercille, chef principal, législation, Législation sur la TPS;
Gervais Coulombe, Chief, Excise Policy, Sales Tax Division;
Gervais Coulombe, chef, Politique de l’accise, Division de la taxe de
vente;
Dean Beyea, Director, International Trade Policy;
Dean Beyea, directeur, Politique commerciale internationale;
Patrick Halley, Chief, Trade and Tariff Policy;
Patrick Halley, chef, Politique tarifaire et commerciale;
Kevin Wright, Chief, Financial Markets Division;
Kevin Wright, chef, Division des marchés financiers;
David Smith, Senior Chief, Capital Markets Policy;
David Smith, chef principal, Politiques sur le marché financiers;
James Wu, Chief, Financial Institutions Analysis;
James Wu, chef, Analyse des institutions financières;
Michèle Legault, Senior Project Leader, Financial Institutions
Division;
Michèle Legault, économiste principale, Division des institutions
financières;
Michèle Govier, Chief, Trade Remedies and General Trade
Relations.
Michèle Govier, chef, Recours commerciaux et relations
commerciales.
Health Canada:
Santé Canada :
Suzy McDonald, Director General, Workplace Hazardous
Materials Directorate;
Suzy McDonald, directrice générale, Direction des matières
dangereuses utilisées au travail;
Jason Wood, Director, Policy and Program Development,
Workplace Hazardous Materials Directorate;
Jason Wood, directeur, Bureau d’élaboration de politiques et de
programmes, Direction des matières dangereuses utilisées au
travail;
John Morales, Legal Counsel, Legal Services Unit.
John Morales, avocat, Unité des Services juridiques.
Canada Revenue Agency:
Brian McCauley, Assistant Commissioner, Legislative Policy and
Regulatory Affairs Branch.
Canada Border Services Agency:
Tammy Branch, General Director.
Foreign Affairs, Trade and Development Canada:
Colin Bird, Director, Softwood Lumber Divisions.
(Continued on previous page)
Available on the Internet: http://www.parl.gc.ca
Agence du revenu du Canada :
Brian McCauley, sous-commissaire, Direction générale de la
politique législative et des affaires réglementaires.
Agence des services frontaliers du Canada :
Tammy Branch, directrice générale.
Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada :
Colin Bird, directeur, Directions du bois d’œuvre.
(Suite à la page précédente)
Disponible sur internet: http://www.parl.gc.ca
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement