Second Session Deuxième session de la Forty-first Parliament, 2013-14

Second Session Deuxième session de la Forty-first Parliament, 2013-14
Second Session
Forty-first Parliament, 2013-14
Deuxième session de la
Quarante et unième législature, 2013-2014
Proceedings of the Standing
Senate Committee on
Délibérations du Comité
sénatorial permanent des
Banking, Trade and
Commerce
Banques et du
commerce
Chair:
The Honourable IRVING GERSTEIN
Président :
L’honorable IRVING GERSTEIN
Wednesday, November 19, 2014
Thursday, November 20, 2014
Le mercredi 19 novembre 2014
Le jeudi 20 novembre 2014
Issue No. 18
Fascicule nº 18
First and second meetings:
Première et deuxième réunions :
The subject matter of those elements contained in
Divisions 9, 12, 18, 22, 26, and 27 of Part 4 of Bill C-43,
A second Act to implement certain provisions of the
budget tabled in Parliament on February 11, 2014
and other measures
La teneur des éléments des sections 9, 12, 18, 22, 26 et 27
de la partie 4 du projet de loi C-43, Loi no 2 portant
exécution de certaines dispositions du budget déposé
au Parlement le 11 février 2014 et mettant en œuvre
d’autres mesures
APPEARING:
The Honourable Joe Oliver, P.C., M.P.,
Minister of Finance
COMPARAÎT :
L’honorable Joe Oliver, C.P., député,
ministre des Finances
WITNESSES:
(See back cover)
TÉMOINS :
(Voir à l’endos)
51749-51759
STANDING SENATE COMMITTEE ON
BANKING, TRADE AND COMMERCE
COMITÉ SÉNATORIAL PERMANENT DES
BANQUES ET DU COMMERCE
The Honourable Irving Gerstein, Chair
Président : L’honorable Irving Gerstein
The Honourable Céline Hervieux-Payette, P.C., Deputy Chair
Vice-présidente : L’honorable Céline Hervieux-Payette, C.P.
and
et
The Honourable Senators:
Les honorables sénateurs :
Bellemare
Black
Campbell
* Carignan, P.C.
(or Martin)
* Cowan
(or Fraser)
Greene
Maltais
Massicotte
Ringuette
Tannas
Tkachuk
Bellemare
Black
Campbell
* Carignan, C.P.
(ou Martin)
* Cowan
(ou Fraser)
Greene
Maltais
Massicotte
Ringuette
Tannas
Tkachuk
*Ex officio members
* Membres d’office
(Quorum 4)
(Quorum 4)
Changes in membership of the committee:
Modifications de la composition du comité :
Pursuant to rule 12-5, membership of the committee was
amended as follows:
Conformément à l’article 12-5 du Règlement, la liste des membres
du comité est modifiée, ainsi qu’il suit :
The Honourable Senator Tkachuk replaced the Honourable
Senator Mockler (November 20, 2014).
L’honorable sénateur Tkachuk a remplacé l’honorable sénateur
Mockler (le 20 novembre 2014).
The Honourable Senator Mockler replaced the Honourable
Senator Tkachuk (November 20, 2014).
L’honorable sénateur Mockler a remplacé l’honorable sénateur
Tkachuk (le 20 novembre 2014).
The Honourable Senator Black replaced the Honourable Senator
Raine (November 19, 2014).
L’honorable sénateur Black a remplacé l’honorable sénatrice
Raine (le 19 novembre 2014).
The Honourable Senator Raine replaced the Honourable Senator
Black (November 19, 2014).
L’honorable sénatrice Raine a remplacé l’honorable sénateur
Black (le 19 novembre 2014).
Published by the Senate of Canada
Available on the Internet: http://www.parl.gc.ca
Publié par le Sénat du Canada
Disponible sur internet: http://www.parl.gc.ca
20-11-2014
Banques et commerce
ORDER OF REFERENCE
Extract from the Journals of the Senate, Thursday,
October 30, 2014:
18:3
ORDRE DE RENVOI
Extrait des Journaux du Sénat du jeudi 30 octobre 2014 :
The question was then put on the motion, as modified, of
the Honourable Senator Martin, seconded by the
Honourable Senator Marshall:
La question est mise aux voix sur la motion, telle que
modifiée, de l’honorable sénatrice Martin, appuyée par
l’honorable sénatrice Marshall,
That, in accordance with rule 10-11(1), the Standing
Senate Committee on National Finance be authorized to
examine the subject matter of all of Bill C-43, A second
Act to implement certain provisions of the budget tabled
in Parliament on February 11, 2014 and other measures,
introduced in the House of Commons on October 23, 2014,
in advance of the said bill coming before the Senate;
Que, conformément à l’article 10-11(1) du Règlement, le
Comité sénatorial permanent des finances nationales soit
autorisé à examiner la teneur complète du projet de loi C-43,
Loi no 2 portant exécution de certaines dispositions du
budget déposé au Parlement le 11 février 2014 et mettant en
oeuvre d’autres mesures, déposé à la Chambre des
communes le 23 octobre 2014, avant que ce projet de loi
soit présenté au Sénat;
That the Standing Senate Committee on National
Finance be authorized to meet for the purposes of its
study of the subject matter of Bill C-43 even though
the Senate may then be sitting, with the application of
rule 12-18(1) being suspended in relation thereto; and
Que le Comité sénatorial permanent des finances
nationales soit autorisé à se réunir pour les fins de son
examen de la teneur du projet de loi C-43 même si le Sénat
siège à ce moment-là, l’application de l’article 12-18(1) du
Règlement étant suspendue à cet égard;
That, in addition, and notwithstanding any normal
practice:
Que, de plus, et nonobstant toute pratique habituelle :
1. The following committees be separately authorized to
examine the subject matter of the following elements
contained in Bill C-43 in advance of it coming before the
Senate:
1. Les comités suivants soient individuellement autorisés
à examiner la teneur des éléments suivants du projet de
loi C-43 avant qu’il soit présenté au Sénat :
(a) the Standing Senate Committee on Banking, Trade
and Commerce: those elements contained in Divisions 9, 12,
18, 22, 26, and 27 of Part 4;
a) le Comité sénatorial permanent des banques et du
commerce : les éléments des sections 9, 12, 18, 22, 26 et 27 de
la partie 4;
(b) the Standing Senate Committee on Transport and
Communications: those elements contained in Divisions 2,
6, 10, 11, 16, and 21 of Part 4;
b) le Comité sénatorial permanent des transports et des
communications : les éléments des sections 2, 6, 10, 11, 16 et
21 de la partie 4;
(c) the Standing Senate Committee on Social Affairs,
Science and Technology: those elements contained in
Divisions 5, 7, 17, 20, and 24 of Part 4;
c) le Comité sénatorial permanent des affaires sociales,
des sciences et de la technologie : les éléments des sections 5,
7, 17, 20 et 24 de la partie 4;
(d) the Standing Senate Committee on Energy, the
Environment and Natural Resources: those elements
contained in Divisions 3, 28, and 29 of Part 4;
d) le Comité sénatorial permanent de l’énergie, de
l’environnement et des ressources naturelles : les éléments
des sections 3, 28 et 29 de la partie 4;
(e) the Standing Senate Committee on Foreign Affairs
and International Trade: those elements contained in
Division 15 of Part 4; and
e) le Comité sénatorial permanent des affaires étrangères
et du commerce international : les éléments de la section 15
de la partie 4;
(f) the Standing Senate Committee on Legal and
Constitutional Affairs: those elements contained in
Division 4 of Part 4;
f) le Comité sénatorial permanent des affaires juridiques
et constitutionnelles : les éléments de la section 4 de la
partie 4;
2. The various committees listed in point one that are
authorized to examine the subject matter of particular
elements of Bill C-43 submit their final reports to the Senate
no later than November 27, 2014;
2. Chacun des différents comités indiqués au point
numéro un, qui sont autorisés à examiner la teneur de
certains éléments du projet de loi C-43, soumette son
rapport final au Sénat au plus tard le 27 novembre 2014;
18:4
Banking, Trade and Commerce
20-11-2014
3. As the reports from the various committees authorized
to examine the subject matter of particular elements of
Bill C-43 are tabled in the Senate, they be placed on the
Orders of the Day for consideration at the next sitting; and
3. Au fur et à mesure que les rapports des comités
autorisés à examiner la teneur de certains éléments du projet
de loi C-43 seront déposés au Sénat, l’étude de ces rapports
soit inscrite à l’ordre du jour de la prochaine séance;
4. The Standing Senate Committee on National Finance
be simultaneously authorized to take any reports tabled
under point three into consideration during its study of the
subject matter of all of Bill C-43.
4. Le Comité sénatorial permanent des finances
nationales soit simultanément autorisé à prendre en
considération les rapports déposés conformément au point
numéro trois au cours de son examen de la teneur complète
du projet de loi C-43.
The motion as modified, was adopted, on division.
La motion, telle que modifiée, est adoptée avec
dissidence.
Le greffier du Sénat,
Gary W. O’Brien
Clerk of the Senate
20-11-2014
Banques et commerce
MINUTES OF PROCEEDINGS
PROCÈS-VERBAUX
OTTAWA, Wednesday, November 19, 2014
(42)
OTTAWA, le mercredi 19 novembre 2014
(42)
[English]
18:5
[Traduction]
The Standing Senate Committee on Banking, Trade and
Commerce met this day at 4:50 p.m., in room 2, Victoria
Building, the chair, the Honourable Irving Gerstein, presiding.
Le Comité sénatorial des banques et du commerce se réunit
aujourd’hui, à 16 h 50, dans la pièce 2 de l’édifice Victoria, sous la
présidence de l’honorable Irving Gerstein (président).
Members of the committee present: The Honourable Senators
Bellemare, Campbell, Gerstein, Greene, Hervieux-Payette, P.C.,
Maltais, Massicotte, Raine, Ringuette, Tannas and Tkachuk (11).
Membres du comité présents : Les honorables sénateurs
Bellemare, Campbell, Gerstein, Greene, Hervieux-Payette, C.P.,
Maltais, Massicotte, Raine, Ringuette, Tannas et Tkachuk (11).
In attendance: Brett Stuckey and Adriane Yong, Analysts,
Parliamentary Information and Research Services, Library of
Parliament.
Également présents : Brett Stuckey et Adriane Yong, analystes,
Service d’information et de recherche parlementaires,
Bibliothèque du Parlement.
Also present: The official reporters of the Senate.
Aussi présents : Les sténographes officiels du Sénat.
Pursuant to the order of reference adopted by the Senate on
Thursday, October 30, 2014, the committee began its examination
of the subject matter of those elements contained in Divisions 9,
12, 18, 22, 26, and 27 of Part 4 of Bill C-43, A second Act to
implement certain provisions of the budget tabled in Parliament
on February 11, 2014 and other measures.
Conformément à l’ordre de renvoi adopté par le Sénat le jeudi
30 octobre 2014, le comité entreprend son étude sur les sections 9,
12, 18, 22, 26 et 27 de la partie 4 du projet de loi C-43, Loi no 2
portant exécution de certaines dispositions du budget, déposé au
Parlement le 11 février 2014 et mettant en œuvre d’autres mesures.
APPEARING:
COMPARAÎT :
The Honourable Joe Oliver, P.C., M.P., Minister of Finance.
L’honorable Joe Oliver, C.P., député, ministre des Finances.
WITNESSES:
TÉMOINS :
Department of Finance Canada:
Ministère des Finances Canada:
Paul Rochon, Deputy Minister;
Paul Rochon, sous-ministre;
Rob Stewart, Assistant Deputy Minister, Financial Sector
Policy Branch;
Rob Stewart, sous-ministre adjoint, Direction de la politique
du secteur financier;
Brian Ernewein, General Director, Tax Policy Branch.
Brian Ernewein, directeur général, Direction de la politique de
l’impôt.
Mr. Oliver made a statement and, together with Mr. Rochon,
Mr. Stewart and Mr. Ernewein, answered questions.
At 5:32 p.m., the committee suspended.
M. Oliver fait une déclaration puis, avec MM. Rochon,
Stewart et Ernewein, répond aux questions.
À 17 h 32, la séance est suspendue.
At 5:35 p.m., pursuant to rule 12-16(1)(d), the committee
resumed in camera to consider a draft agenda.
À 17 h 35, conformément à l’article 12-16(1)d) du Règlement,
le séance se poursuit à huis clos pour que le comité puisse
examiner un projet d’ordre du jour.
It was moved that the senators’ staff be allowed to stay in the
room and that blackberries and cellular phones not be used.
Il est proposé que les membres du personnel des sénateurs
puissent demeurer dans la salle, et que l’utilisation des appareils
BlackBerry et des téléphones cellulaires soit interdite.
The question being put on the motion, it was adopted.
At 5:45 p.m., the committee adjourned to the call of the chair.
ATTEST:
La motion, mise aux voix, est adoptée.
À 17 h 45, le comité s’ajourne jusqu’à nouvelle convocation de
la présidence.
ATTESTÉ :
18:6
Banking, Trade and Commerce
OTTAWA, Thursday, November 20, 2014
(43)
[English]
20-11-2014
OTTAWA, le jeudi 20 novembre 2014
(43)
[Traduction]
The Standing Senate Committee on Banking, Trade and
Commerce met this day at 10:30 a.m., in room 9, Victoria
Building, the chair, the Honourable Irving Gerstein, presiding.
Le Comité sénatorial permanent des banques et du commerce
se réunit aujourd’hui, à 10 h 30, dans la pièce 9 de l’édifice
Victoria, sous la présidence de l’honorable Irving Gerstein
(président).
Members of the committee present: The Honourable Senators
Bellemare, Black, Gerstein, Greene, Hervieux-Payette, P.C.,
Maltais, Massicotte, Mockler, Ringuette, Tannas and
Tkachuk (11).
Membres du comité présents : Les honorables sénateurs
Bellemare, Black, Gerstein, Greene, Hervieux-Payette, C.P.,
Maltais, Massicotte, Mockler, Ringuette, Tannas et
Tkachuk (11).
In attendance: Brett Stuckey and Adriane Yong, Analysts,
Parliamentary Information and Research Services, Library of
Parliament.
Également présents : Brett Stuckey et Adriane Yong, analystes,
Service d’information et de recherche parlementaires,
Bibliothèque du Parlement.
Also present: The official reporters of the Senate.
Aussi présents : Les sténographes officiels du Sénat.
Pursuant to the order of reference adopted by the Senate on
Thursday, October 30, 2014, the committee continued its
examination of the subject matter of those elements contained
in Divisions 9, 12, 18, 22, 26, and 27 of Part 4 of Bill C-43, A
second Act to implement certain provisions of the budget tabled
in Parliament on February 11, 2014 and other measures.
Conformément à l’ordre de renvoi adopté par le Sénat le jeudi
30 octobre 2014, le comité poursuit son étude sur la teneur des
éléments des sections 9, 12, 18, 22, 26 et 27 de la partie 4 du projet
de loi C-43, Loi no 2 portant exécution de certaines dispositions
du budget, déposé au Parlement le 11 février 2014 et mettant en
œuvre d’autres mesures.
WITNESSES:
TÉMOINS :
Industry Canada:
Industrie Canada :
Jenifer Aitken, Director General, Investment Review Sector;
Jenifer Aitken, directrice générale, Secteur de l’examen des
investissements;
Paul Halucha, Director General, Strategic Policy Branch.
Paul Halucha, directeur général, Direction générale de la
politique stratégique.
Business Development Bank of Canada:
Banque de développement du Canada :
Michel Bergeron, Senior Vice President, Marketing and Public
Affairs;
Michel Bergeron, vice-président principal, Marketing et
Affaires publiques;
Mathieu Belleville, Assistant Vice President, Legal Affairs.
Mathieu Belleville, vice-président associé, Affaires juridiques.
Department of Finance Canada:
Ministère des Finances Canada :
Sophie Amberg, Senior Project Leader;
Sophie Amberg, agente de projet principale;
Lisa Pezzack, Director, Financial Sector Policy Branch;
Lisa Pezzack, directrice, Direction de la politique du secteur
financier;
Glenn Campbell, Director, Financial Sector Policy Branch;
Glenn Campbell, directeur, Direction de la politique du secteur
financier;
Eleanor Ryan, Senior Chief, Financial Sector Policy Branch;
Eleanor Ryan, chef principale, Direction de la politique du
secteur financier;
Erin O’Brien, Chief, Financial Sector Policy Branch.
Erin O’Brien, chef, Direction de la politique du secteur
financier.
Bank of Canada:
Banque du Canada :
Ron Morrow, Chief, Financial Stability;
Ron Morrow, chef, Stabilité financière;
Robert Turnbull, Special Counsel, Financial System.
Robert Turnbull, conseiller spécial, Système financier.
20-11-2014
Banques et commerce
Credit Union Central of Canada:
Martha Durdin, President and CEO;
Marc-André Pigeon, Director, Financial Sector Policy.
Atlantic Central:
Michael Leonard, President and CEO (by video conference).
Vancity Credit Union:
Cristobal (Chris) Dobrzanski, Chief Economist.
Canadian Payments Association:
18:7
Centrale des caisses de crédit du Canada :
Martha Durdin, présidente et chef de la direction;
Marc-André Pigeon, directeur, Politique du secteur financier.
Atlantic Central :
Michael Leonard, président et chef de la direction (par
vidéoconférence).
Vancity Credit Union :
Cristobal (Chris) Dobrzanski, économiste en chef.
Association canadienne des paiements :
Doug Kreviazuk, Vice President, Next Generation Clearing
and Settlement;
Doug Kreviazuk, vice-président, Système de compensation et
de règlement de prochaine génération;
Deborah Wilson, Senior Legal Counsel;
Deborah Wilson, conseillère juridique principale;
Geoffroi Montpetit, Director, Public Affairs.
Geoffroi Montpetit, directeur, Affaires publiques.
Canadian Bar Association:
Association du Barreau canadien :
Omar Wakil, Chair of the Foreign Investment Review
Committee, Competition Law Section;
Omar Wakil, président, Comité sur l’examen de
l’investissement étranger, Section du droit de la concurrence;
Noah Arshinoff, Staff Lawyer, Law Reform.
Noah Arshinoff, avocat-conseil, Réforme du droit.
Ms. Aitken made a statement and, together with Mr. Halucha,
answered questions.
Mme Aitken fait une déclaration puis, avec M. Halucha,
répond aux questions.
At 11 a.m., the committee suspended.
À 11 heures, la séance est suspendue.
At 11:01 a.m., the committee resumed.
À 11 h 1, la séance reprend.
Mr. Bergeron made a statement and, together with
Mr. Belleville, answered questions.
M. Bergeron fait une déclaration puis, avec M. Belleville,
répond aux questions.
At 11:17 a.m., the committee suspended.
À 11 h 17, la séance est suspendue.
At 11:18 a.m., the committee resumed.
À 11 h 18, la séance reprend.
Ms. Amberg made a statement and, together with
Ms. Pezzack, answered questions.
Mme Amberg fait une déclaration puis, avec Mme Pezzack,
répond aux questions.
At 11:30 a.m., the committee suspended.
À 11 h 30, la séance est suspendue.
At 11:32 a.m., the committee resumed.
À 11 h 32, la séance reprend.
Mr. Campbell made a statement and, together with Ms. Ryan,
Mr. Morrow and Mr. Turnbull, answered questions.
M. Campbell fait une déclaration puis, avec Mme Ryan,
M. Morrow et M. Turnbull, répond aux questions.
At 11:57 a.m., the Honourable Senator Mockler replaced the
Honourable Senator Tkachuk as a member of the committee.
À 11 h 57, l’honorable sénateur Mockler prend la place de
l’honorable sénateur Tkachuk à titre de membre du comité.
At 12:09 p.m., the committee suspended.
À 12 h 9, la séance est suspendue.
At 12:10 p.m., the committee resumed.
À 12 h 10, la séance reprend.
Ms. O’Brien made a statement and, together with
Ms. Pezzack, answered questions.
Mme O’Brien fait une déclaration puis, avec Mme Pezzack,
répond aux questions.
At 12:30 p.m., the committee suspended.
À 12 h 30, la séance est suspendue.
At 12:45 p.m., the committee resumed.
À 12 h 45, la séance reprend.
Ms. Durdin made a statement and, together with Mr. Pigeon,
answered questions.
Mr. Leonard made a statement and answered questions.
Mme Durdin fait une déclaration puis, avec M. Pigeon,
répond aux questions.
M. Leonard fait une déclaration et répond aux questions.
18:8
Banking, Trade and Commerce
20-11-2014
Mr. Dobrzanski made a statement and answered questions.
M. Dobrzanski fait une déclaration et répond aux questions.
At 1:20 p.m., the committee suspended.
À 13 h 20, la séance est est suspendue.
À 13 h 25, la séance reprend.
At 1:25 p.m., the committee resumed.
Mr. Kreviazuk made a statement and, together with
Ms. Wilson and Mr. Montpetit, answered questions.
M. Kreviazuk fait une déclaration puis, avec Mme Wilson et
M. Montpetit, répond aux questions.
At 1:31 p.m., the Honourable Senator Tkachuk replaced the
Honourable Senator Mockler as a member of the committee.
À 13 h 31, l’honorable sénateur Tkachuk prend la place de
l’honorable sénateur Mockler à titre de membre du comité.
At 1:45 p.m., the committee suspended.
À 13 h 45, la séance est suspendue.
At 1:48 p.m., the committee resumed.
À 13 h 48, la séance reprend.
Mr. Wakil and Mr. Arshinoff each made a statement and
answered questions.
M. Wakil et M. Arshinoff font chacun une déclaration et
répondent aux questions.
At 2:02 p.m., the committee adjourned to the call of the chair.
À 14 h 2, le comité s’ajourne jusqu’à nouvelle convocation de la
présidence.
ATTEST:
ATTESTÉ :
La greffière du comité,
Barbara Reynolds
Clerk of the Committee
20-11-2014
Banques et commerce
18:9
EVIDENCE
TÉMOIGNAGES
OTTAWA, Wednesday, November 19, 2014
OTTAWA, le mercredi 19 novembre 2014
The Standing Senate Committee on Banking, Trade and
Commerce met this day at 4:50 p.m. to examine the subject
matter of those elements contained in Divisions 9, 12, 18, 22, 26,
and 27 of Part 4 of Bill C-43, A second Act to implement
certain provisions of the budget tabled in Parliament on
February 11, 2014 and other measures.
Le Comité sénatorial permanent des banques et du commerce
se réunit aujourd’hui, à 16 h 50, pour examiner la teneur des
éléments des sections 9, 12, 18, 22, 26 et 27 de la partie 4 du projet
de loi C-43, Loi no 2 portant exécution de certaines dispositions
du budget déposé au Parlement le 11 février 2014 et mettant en
œuvre d’autres mesures.
Senator Irving Gerstein (Chair) in the chair.
[English]
Le sénateur Irving Gerstein (président) occupe le fauteuil.
[Traduction]
The Chair: Good evening. I call this meeting of the Standing
Senate Committee on Banking, Trade and Commerce to order.
Today we begin our pre-study of Bill C-43, Economic Action
Plan 2014, Act No. 2, otherwise known as the second act to
implement certain provisions of the budget tabled in Parliament
on February 11, 2014 and other measures.
Le président : Bonsoir. Je déclare ouverte la séance du Comité
sénatorial permanent des banques et du commerce. Nous
commençons aujourd’hui notre étude préliminaire du projet de
loi C-43, Loi no 2 sur le plan d’action économique de 2014, aussi
appelée Loi no 2 portant exécution de certaines dispositions du
budget déposé au Parlement le 11 février 2014 et mettant en œuvre
d’autres mesures.
Today we are pleased to welcome the Minister of Finance, the
Honourable Joe Oliver. The minister is accompanied by officials
from Finance Canada: Paul Rochon, Deputy Minister, and Rob
Stewart, Assistant Deputy Minister, Financial Sector Policy
Branch. I gather Mr. Ernewein is not going to be with us
today. I’m sure you will be able to carry on without him.
Nous avons aujourd’hui le plaisir de recevoir le ministre des
Finances, l’honorable Joe Oliver. Il est accompagné de Paul
Rochon, sous-ministre, et de Rob Stewart, sous-ministre adjoint,
Direction de la politique du secteur financier, de Finances
Canada. Je présume que M. Ernewein ne sera pas des nôtres
aujourd’hui. Je suis certain que vous serez capable de procéder
sans lui.
The minister will be with the committee for approximately
35 to 45 minutes, at which time we will go in camera at the
request of Senator Massicotte. At that time, the minister will go
back to the House of Commons for a vote. However, those
Banking members who also sit on the Senate Finance Committee,
of which there are approximately three, will have the pleasure of
back-to-back meetings with the Minister of Finance as he is
appearing before the Finance Committee commencing at 6:30 this
evening.
Le ministre sera présent pour 35 à 45 minutes environ, après
quoi nous déclarerons le huis clos à la demande du sénateur
Massicotte. Le ministre se rendra alors à la Chambre des
communes pour prendre part à un vote. Cependant, les
membres du Comité des banques qui font également partie du
Comité sénatorial des finances, qui sont environ trois, auront le
plaisir d’avoir deux séances d’affilée avec le ministre des Finances,
puisqu’il comparaît devant le Comité des finances à 18 h 30 ce
soir.
Tomorrow, at an extended meeting, we will hear from a
number of government officials who will review the provisions
that have been assigned to our committee, as well as from various
outside witnesses.
Demain, lors d’une séance prolongée, nous entendrons un
certain nombre de fonctionnaires qui traiteront des dispositions
qui nous ont été renvoyées, ainsi que divers témoins de l’extérieur
du gouvernement.
Minister, welcome. The floor is yours, sir.
Monsieur le ministre, bienvenue. La parole est à vous,
monsieur.
Hon. Joe Oliver, P.C., M.P., Minister of Finance: Senators,
Mr. Chairman, thank you very much. I appreciate this
opportunity to meet with you and members of the Banking,
Trade and Commerce Committee to speak to Bill C-43.
L’honorable Joe Oliver, C.P., député, ministre des Finances :
Honorables sénateurs, monsieur le président, merci beaucoup. Je
vous remercie de me donner l’occasion de vous rencontrer avec les
membres du Comité des banques et du commerce pour traiter du
projet de loi C-43.
Economic Action Plan 2014 builds on a strong foundation with
measures to create jobs, growth and long-term prosperity.
Le plan d’action économique de 2014 repose sur de solides
fondations et comprend des mesures visant à créer des emplois, de
la croissance et de la prospérité à long terme.
18:10
Banking, Trade and Commerce
As I indicated in last week’s update of economic and fiscal
projections, the Canadian economy remains resilient in the face of
global economic uncertainty, with over 1.2 million net new jobs
having been created since the depths of the global recession that
erased $10 trillion of value from global markets.
[Translation]
As a great trading nation, Canada is not immune to
developments outside our borders. Global demand has softened,
and the prices of commodities are down. That is why
strengthening the economy remains one of our top priorities.
That is also why we will pursue our low-tax plan to create jobs
and growth.
[English]
20-11-2014
Comme je l’ai indiqué la semaine dernière dans la mise à jour
économique et les prévisions financières, l’économie canadienne
reste forte dans le contexte de l’incertitude économique mondiale,
puisque plus de 1,2 million de nouveaux emplois nets ont été créés
depuis le creux de la récession mondiale qui a engendré une baisse
de valeur de 10 billions de dollars sur les marchés internationaux.
[Français]
En tant que grand pays commerçant, le Canada n’est pas à
l’abri des événements qui surviennent à l’étranger. La demande
mondiale a ralenti et les prix des produits de base sont en baisse.
C’est pourquoi le renforcement de l’économie demeure l’une de
nos grandes priorités. C’est la raison pour laquelle nous
poursuivrons la mise en œuvre de notre plan axé sur une baisse
des impôts pour créer des emplois et favoriser la croissance.
[Traduction]
This is what our government has set out to do in this bill.
Voilà ce que notre gouvernement à l’intention de faire dans ce
projet de loi.
I would like to briefly touch on measures that create jobs and
growth, support families and communities, and strengthen the
stability and fairness of our financial sector.
J’aimerais traiter brièvement des mesures prévues pour créer de
l’emploi et de la croissance, pour aider les familles et les
communautés, et pour renforcer la stabilité et l’équité dans
notre secteur financier.
First, our government recognizes that small businesses create
good jobs and drive growth. They employ about half of the
working men and women in Canada’s private sector and account
for two fifths of our country’s business sector GDP. It is,
therefore, good for the economy when small business owners
spend more of their time growing their businesses and creating
jobs.
Sachez d’abord que notre gouvernement est conscient que les
petites entreprises créent de bons emplois et stimulent la
croissance. Elles emploient près de la moitié des hommes et des
femmes travaillant dans le secteur privé du Canada, et génèrent
les deux cinquièmes du PIB du secteur des affaires de notre pays.
Il est donc bon pour l’économie que les propriétaires de petite
entreprise passent davantage de temps à faire croître leur
entreprise et à créer des emplois.
Under this government, Canada is open for business. In 2013,
Canada leapt from sixth to second place in Bloomberg’s ranking
of the most attractive destinations for business. According to
KPMG, total business tax costs in Canada are the lowest in the
G7 — 46 per cent lower than those in the United States.
Sous l’égide de notre gouvernement, le Canada est ouvert aux
affaires. En 2013, notre pays s’est élevé de la sixième à la deuxième
place dans le classement Bloomberg des pays les plus attrayants
pour les affaires. Selon KPMG, les coûts fiscaux totaux des
entreprises au Canada sont les plus faibles parmi les pays du G7 et
sont 46 p. 100 inférieurs à ceux des États-Unis.
But we need to do more, and that is why today’s legislation
introduces the new small business job credit. This new credit will
effectively lower small businesses’ Employment Insurance
premiums from $1.88 to $1.60 per $100 of insurable earnings in
2015 and 2016.
Mais nous devons faire davantage, et c’est pourquoi le projet
de loi d’aujourd’hui prévoit un crédit relatif à l’emploi à
l’intention des petites entreprises. Ce nouveau crédit aura pour
effet de faire passer leurs cotisations d’assurance-emploi de 1,88 $
à 1,60 $ par 100 $ de gains assurables en 2015 et 2016.
[Translation]
Any firm that pays employer EI premiums equal to or less than
$15,000 in those years would be eligible for the rebate. That
means 90 per cent of employers making EI contributions in
Canada, about 780,000 in total, will directly benefit from the
credit.
[Français]
Tout employeur qui versera des cotisations d’assurance-emploi
d’un montant égal ou inférieur à 15 000 $ au cours de l’une ou
l’autre de ces années sera admissible au remboursement. Cela
signifie que 90 p. 100 des employeurs qui versent des cotisations
d’assurance-emploi au Canada, soit environ 780 000 au total,
profiteront directement du crédit.
20-11-2014
Banques et commerce
[English]
18:11
[Traduction]
Mr. Chairman, the second area I would like to highlight is
strengthening support for families and communities, including a
recently announced measure for families.
Monsieur le président, j’aimerais également parler du
renforcement du soutien des familles et des communautés,
notamment d’une mesure destinée aux familles annoncée
récemment.
As you well know, on October 9 the Prime Minister announced
our government’s intention to double the Children’s Fitness Tax
Credit and make it refundable. Today’s legislation confirms that
the government will double the maximum amount of expenses
that may be claimed under the credit from its current limit to
$1,000 for the 2014 tax year and subsequent tax years. Making the
credit refundable will increase the benefits to low-income families.
Comme vous le savez bien, le premier ministre a annoncé
le 9 octobre que notre gouvernement a l’intention de doubler le
Crédit d’impôt pour la condition physique des enfants et de le
rendre remboursable. Le projet de loi d’aujourd’hui confirme que
le gouvernement doublera le montant maximal des dépenses
pouvant être réclamées aux termes du crédit; la limite passera
donc du montant actuel à 1 000 $ pour l’exercice 2014 et les
années fiscales subséquentes. Le fait de rendre le crédit
remboursable sera plus avantageux pour les familles à faible
revenu.
[Translation]
The Children’s Fitness Tax Credit was introduced by our
government in Budget 2006 to help promote physical fitness
among children by making it more affordable for Canadian
families to register their kids in fitness activities. Enhancing the
tax credit will deliver additional tax relief to about
850,000 families who enroll their children in eligible fitness
activities.
[English]
[Français]
Le gouvernement a instauré le Crédit d’impôt pour la
condition physique des enfants dans le budget de 2006. Cette
mesure avait pour but de promouvoir l’activité physique en
permettant aux familles canadiennes d’inscrire leurs enfants à des
activités physiques à un coût plus abordable. Les améliorations
apportées à ce crédit se traduiront par un allégement fiscal
supplémentaire s’adressant à 850 000 familles qui inscrivent leurs
enfants à des activités physiques admissibles.
[Traduction]
Finally, Mr. Chairman, let me touch on several measures
related to the financial sector.
Enfin, monsieur le président, permettez-moi de traiter de
plusieurs mesures relatives au secteur financier.
Since the start of the global financial crisis, the government has
implemented a number of measures to maintain Canada’s
financial sector advantage. They are designed to reinforce the
stability of the sector and encourage competition.
Depuis le début de la crise financière mondiale, le
gouvernement a mis en œuvre un certain nombre de mesures
afin de maintenir l’avantage du secteur financier du Canada. Ces
mesures visent à renforcer la stabilité du secteur et à encourager la
concurrence.
In 2012, Canadians made roughly 24 billion payments worth
more than $44 trillion. The payments system is vital to consumers
and to the continued strength of the Canadian economy.
Advances in information and communications technology are
changing the way Canadians pay for goods and services. While
payments systems are evolving, they must always be safe and
sound so Canadians can have confidence in them.
En 2012, les Canadiens ont effectué quelque 24 milliards de
paiements d’une valeur de plus de 44 billions de dollars. Le
système de paiements est essentiel aux consommateurs et à la
solidité constante de l’économie canadienne. L’évolution de la
technologie de l’information et des communications modifie la
manière dont les Canadiens paient les biens et les services. Mais
même s’ils évoluent, les systèmes de paiements doivent demeurer
sûrs et solides pour que les Canadiens puissent y faire confiance.
As a first step, today’s legislation proposes to amend the
Canadian Payments Act to reform the governance structure of the
Canadian Payments Association by introducing greater
independent decision-making to its board of directors and
improving its accountability to government and strengthening
ministerial directive powers. This will ensure that Canada’s
payments clearing and settlement infrastructure is operated for
the benefit of Canadians and the economy.
Tout d’abord, le projet de loi d’aujourd’hui propose de
modifier la Loi canadienne sur les paiements afin de réformer la
structure de gouvernance de l’Association canadienne des
paiements en conférant une plus grande indépendance à son
conseil d’administration au chapitre des décisions, en améliorant
la reddition de compte à l’égard du gouvernement et en renforçant
les pouvoirs qu’a le ministre de donner des directions. Ces
mesures feront en sorte que l’infrastructure de compensation et de
règlement soit utilisée au profit des Canadiens et de l’économie.
18:12
Banking, Trade and Commerce
20-11-2014
In addition, BIA II proposes to expand and enhance the
oversight powers of the Bank of Canada by amending the
Payment Clearing and Settlement Act so it can better identify and
respond to risks to payments systems in a proactive and timely
manner.
En outre, la Loi no 2 d’exécution du budget propose d’élargir
et de renforcer les pouvoirs de supervision de la Banque du
Canada en modifiant la Loi sur la compensation et le règlement
des paiements afin de mieux déceler les risques menaçant les
systèmes de paiements et d’y réagir de manière proactive et rapide.
The government is also moving forward with its dual agenda
with respect to credit unions, ensuring the regulatory framework
is clear and supporting those provincial credit unions who want to
be federally regulated.
Le gouvernement va également de l’avant avec son double
programme relatif aux coopératives de crédit en s’assurant que le
cadre de réglementation soit clair et appuie les coopératives de
crédit provinciales qui veulent être réglementées par le
gouvernement fédéral.
[Translation]
[Français]
The credit union system needs regulators who can identify risks
and manage them effectively. The Office of the Superintendent of
Financial Institutions, known as OSFI, does not oversee
provincial credit unions, which limits its ability to identify risks
facing provincial credit union centrals. The provision of
prudential oversight and support for provincial institutions is
the job of provincial authorities.
Le réseau des coopératives de crédit a besoin d’organismes de
réglementation qui pourront cerner les risques et les gérer de
façon efficace. Le Bureau du surintendant des institutions
financières ne supervise pas les coopératives de crédit
provinciales, ce qui restreint sa capacité de cerner les risques
auxquels sont confrontées les centrales de coopératives de crédit
provinciales. Il incombe aux autorités provinciales d’assurer la
surveillance prudentielle de ces institutions provinciales ainsi que
de leur apporter un soutien.
Bill C-43 delivers on the announcement made in Economic
Action Plan 2014 to withdraw OSFI’s supervision of provincial
credit union centrals and to clarify access to federal intervention
tools for provincial credit union centrals, credit unions and caisses
populaires.
Le projet de loi C-43 donne suite à l’annonce contenue dans le
Plan d’action économique de 2014 qui vise à mettre un terme à la
supervision des centrales de coopératives de crédit provinciales
par le Bureau du surintendant des institutions financières, et à
préciser l’accès des coopératives de crédit provinciales, des
coopératives de crédit et des caisses populaires aux outils
d’intervention fédéraux.
[English]
[Traduction]
In order to continue to grow, some credit unions are looking at
becoming a federal credit union. The bill before you proposes
streamlining the process of amalgamations of provincial credit
unions that may wish to move to the federal framework to make it
less costly and complex. These actions empower the Canadian
financial sector, but we’re also taking action to ensure it is not
abused by those who would do us harm.
Pour pouvoir continuer de croître, certaines coopératives de
crédit souhaitent devenir des coopératives de crédit fédérales. Le
projet de loi dont vous êtes saisis propose de simplifier le
processus d’intégration des coopératives de crédit provinciales qui
pourraient souhaiter s’intégrer au cadre fédéral afin qu’il soit
moins onéreux et moins complexe. Ces mesures habilitent le
secteur financier canadien, mais nous veillons aussi à ce qu’elles
ne soient pas utilisées à mauvais escient par les malintentionnés.
Senators, our government is committed to a strong and
comprehensive financial regime that is at the forefront of the
global fight against money laundering and terrorist financing. It is
important to continually improve Canada’s regime to address
emerging risks so we can maintain Canada’s international
leadership.
Honorables sénateurs, notre gouvernement est déterminé à
établir un régime financier fort et exhaustif qui est aux premières
lignes de la lutte internationale contre le blanchiment d’argent et
le financement du terrorisme. Il importe de constamment
améliorer le régime du Canada pour contrer les risques
émergents afin de maintenir le leadership de notre pays sur la
scène internationale.
To this end, your committee undertook a five-year review of
the Proceeds of Crime (Money Laundering) and Terrorist
Financing Act and issued its final report in March 2013.
Concurrently, the government consulted with stakeholders to
solicit their views on specific proposals and identify additional
measures for consideration.
À cette fin, votre comité a entrepris un examen de cinq ans de
la Loi sur le recyclage des produits de la criminalité et le
financement des activités terroristes, et déposé son rapport final
en mars 2013. Parallèlement, le gouvernement a consulté les
parties prenantes afin de solliciter leurs opinions sur certaines
propositions et de trouver d’autres mesures afin de les étudier.
20-11-2014
Banques et commerce
[Translation]
18:13
[Français]
Following this review process, the Economic Action Plan 2014
Act, No. 1, introduced various amendments to the Proceeds of
Crime (Money Laundering) and Terrorist Financing Act, the
Customs Act and the Income Tax Act to strengthen Canada’s
anti-money laundering and anti-terrorist financing regime.
À la suite de ce processus d’examen, la Loi no 1 sur le plan
d’action économique de 2014 a apporté diverses modifications à
la Loi sur le recyclage des produits de la criminalité et le
financement des activités terroristes, à la Loi sur les douanes et à
la Loi de l’impôt sur le revenu, et ce, afin de renforcer le Régime
canadien de lutte contre le recyclage des produits de la criminalité
et le financement des activités terroristes.
Today’s legislation introduces an amendment to clarify the
types of foreign entities that could be subject to countermeasures.
Le projet de loi présenté aujourd’hui propose une modification
visant à préciser le type d’entités étrangères qui pourraient faire
l’objet de contre-mesures.
[English]
[Traduction]
To conclude, while I have had the opportunity to highlight
only some of the bill’s measures, I strongly believe that all our
initiatives will greatly benefit the people of Canada by creating
jobs, growth and long-term prosperity. Thank you, senators. I
will now be pleased to take your questions.
En conclusion, même si je n’ai pu traiter que de quelques
mesures du projet de loi, je suis convaincu que toutes nos
initiatives seront fort avantageuses pour la population canadienne
en permettant de créer des emplois, de la croissance et de la
prospérité à long terme. Merci, honorables sénateurs. Je
répondrai avec plaisir à vos questions.
The Chair: Thank you very much, minister. I will go directly to
the list of questioners, starting with Senator Bellemare to be
followed by Senator Massicotte.
Le président : Merci beaucoup, monsieur le ministre. J’irai
directement à la liste d’intervenants, en commençant par la
sénatrice Bellemare, qui sera suivie du sénateur Massicotte.
[Translation]
[Français]
Senator Bellemare: Minister, I have a macroeconomic question
that ties into what the Governor of the Bank of Canada,
Mr. Poloz, recently told the committee. He said that Canada’s
resources and production capacity were still underused and that
monetary policy could only do so much.
La sénatrice Bellemare : Monsieur le ministre des Finances, j’ai
une question macroéconomique qui fait un peu le lien avec le
témoignage que l’on a entendu dernièrement du gouverneur de la
Banque du Canada, M. Poloz, qui nous a dit qu’il y a encore, au
Canada, une sous-utilisation de nos ressources, de nos capacités
de production, et qu’il y avait quelque part une limite à la
politique monétaire.
My question pertains to the recent measures you introduced to
support Canadian families, including income splitting and the
enhancement of the Universal Child Care Benefit, costing a total
of about $4.6 billion.
Ma question a trait aux récentes mesures que vous avez prises
pour les familles canadiennes, comme le fractionnement du
revenu et la Prestation universelle pour la garde d’enfants, le
tout totalisant environ 4,6 milliards de dollars.
I would like to know whether your department has done the
math on something. It is said that the measures will slightly
reduce the deficit margin but stimulate the economy. Can you tell
me whether your department analyzed the impact of these
measures, which are quite substantial, on the country’s
economic growth?
Je voudrais savoir si votre ministère a fait le calcul. On dit que
cela va réduire un peu la marge du déficit et que, par contre, ce
sont des mesures qui stimulent l’économie. Pouvez-vous me dire si
le ministère avait fait l’analyse de l’impact sur la croissance de
l’économie de ces mesures qui sont tout de même substantielles?
Mr. Oliver: Thank you for your question. Obviously, the
purpose of such measures is to put more money in the pockets of
taxpayers, the Canadian families who need it. One of our
government’s goals is to give Canadians more money since they
have to spend more to support their families.
M. Oliver : Merci pour la question. Évidemment, une telle
mesure est créée surtout pour donner plus d’argent aux
contribuables, aux familles canadiennes qui en ont besoin. C’est
un objectif de notre gouvernement de permettre aux familles
canadiennes d’avoir plus d’argent, puisqu’elles ont plus de
dépenses pour soutenir leur famille.
We calculated the direct cost — which is not really a cost but,
rather, a decrease in revenue — and included it in our surplus
forecast for next year, an estimated $1.9 billion that will go into a
contingency fund.
On a calculé le coût direct — dans un sens, ce n’est pas un coût,
mais plutôt une diminution de revenus — qui était inclus dans
notre calcul des projections du surplus pour l’an prochain, estimé
à 1,9 milliard de dollars, dans un fonds pour prévoyance.
18:14
Banking, Trade and Commerce
20-11-2014
We firmly believe that parents know best how to spend or save
their income. So we cannot determine exactly how much they will
spend or invest. We did not calculate that specifically.
Nous sommes convaincus que ce sont les mères et les pères qui
sont les mieux placés pour décider comment dépenser ou épargner
leurs revenus. Il n’est donc pas possible de déterminer précisément
combien ils vont dépenser ou combien ils vont investir. On n’a pas
fait cette analyse précise.
Senator Massicotte: Minister, I would like to thank you and
your team for being with us this evening. We greatly appreciate it.
Le sénateur Massicotte : J’aimerais vous remercier, monsieur le
ministre, ainsi que vos collègues, d’être parmi nous ce soir. C’est
très apprécié.
I am going to stick to macroeconomics. As you know, since
2008-09, different countries have responded differently to the
lessons they learned from the 2007-08 global recession. Some
countries, England and others, opted to centralize many powers
within their central bank authorities.
J’aimerais continuer sur le sujet macroéconomique. Comme
vous le savez, depuis 2008-2009, différents pays ont réagi, de
façon différente, à la suite de la leçon qu’ils ont apprise de
l’expérience de la récession économique mondiale de 2007-2008.
Certains pays, comme l’Angleterre, ont choisi de centraliser
beaucoup de pouvoirs entre les mains du gouverneur de la banque
centrale, et d’autres pays ont réagi de la même façon.
When I look at all the amendments, it occurs to me that this
may be the first time we have come across any changes being
made to the board of directors of the Canadian Payments
Association. In addition, the Bank of Canada is assuming an
expanded role under the Payment Clearing and Settlement Act
but will not have much involvement with the Business
Development Bank of Canada.
Je me disais, quand on constate ces amendements, que c’est
peut-être la première fois qu’on a l’occasion de voir les
amendements au conseil d’administration de l’Association
canadienne des paiements. Je remarque qu’on implique la
banque centrale plus sévèrement dans la Loi sur la
compensation et le règlement des paiements, alors qu’on ne
l’implique pas trop dans le cas de la Banque de développement du
Canada.
In Canada, we decided to leave in place an informal board on
which the finance minister sits with the leaders of these
organizations. We opted to rely on this rather informal
structure. In reading these three amendments in the bill, I
wonder whether any directives or trends exist. How are we going
to manage the next crisis? Will the proposed amendments improve
our ability to manage a crisis?
Au Canada, on avait décidé de laisser une structure informelle
au sein de laquelle le ministre des Finances siège avec les
responsables de ces boîtes. On se fiait à cette organisation plutôt
informelle. Je me demande s’il y a des directives ou une tendance,
quand je constate les trois amendements à ce projet de loi.
Comment va-t-on gérer la prochaine crise? Ces amendements
proposés apportent-ils un avantage quant à notre capacité de
gérer?
Mr. Oliver: As you know, in Canada, unlike in many other
countries, we did not have to step in to help a single bank. That is
why the World Economic Forum rated our banking system as the
soundest in the world.
M. Oliver : Comme vous le savez, il n’était pas nécessaire
d’aider une seule banque au Canada, contrairement à beaucoup
d’autres pays. Cela veut dire que notre système bancaire est
considéré comme le plus stable au monde, comme l’a déterminé le
Forum économique mondial.
We proposed amendments, yes, but we did not need to make
any drastic changes to the system because it works well and
performed well during the worst recession since the Great
Depression. That tells you something.
Alors, on a proposé des amendements, mais il n’était pas
nécessaire de faire un changement approfondi du système, parce
que le système fonctionne bien, et il a bien fonctionné lors de la
pire récession depuis la grande dépression. C’est donc une
indication.
Nevertheless, together with our international partners, we are
in the midst of changing the rules that govern bank capital in
certain circumstances. We continue to work with other developed
nations, but there is no need to imitate everything they are doing.
Tout de même, de concert avec nos partenaires internationaux,
nous sommes en train de changer les règles qui gèrent le capital
des banques dans certaines circonstances. Nous continuons à
coopérer avec les autres pays développés, mais il n’est pas
nécessaire d’imiter tout ce qu’ils font.
Senator Massicotte: As regards the amendment to the
Investment Canada Act, a foreign mortgage creditor lends
money and occasionally that money does not come back to it.
That is why 80 per cent of lenders pay more than the prime rate,
to offset the risk of default.
Le sénateur Massicotte : Concernant l’amendement qui est fait
à la Loi sur Investissement Canada, lorsqu’on parle d’un
créancier hypothécaire étranger, on prête de l’argent, mais, de
temps en temps, l’argent ne revient pas. C’est pourquoi 80 p. 100
des prêteurs paient plus que le taux préférentiel, puisqu’il y a un
risque de défaut de paiement.
20-11-2014
Banques et commerce
18:15
Under the proposed amendments, is there a risk that foreign
lenders might be reluctant to lend money to a Canadian
company? The proposed amendments to the Investment Canada
Act would now subject the foreign investor to a notification
requirement.
Existe-t-il un risque lié aux amendements proposés selon lequel
les prêteurs non canadiens pourraient hésiter de prêter à une boîte
canadienne? Si jamais il y un recours sur prêt, il sera maintenant
assujetti d’être avisé, d’après les amendements proposés à la
Loi sur Investissement Canada.
Mr. Oliver: The amendments are there to protect investors. I
do not think they will deter foreign investors from investing in our
banks.
M. Oliver : Les amendements sont là pour protéger les
investisseurs. Je ne crois pas que cela va décourager les
investisseurs étrangers d’investir dans nos banques.
Senator Massicotte: Not just in banks, but all clients. If I
understand correctly, if the client defaults, the bank takes control
of the assets in liquidation; it is insolvent. The bank takes over the
entity and, as a result, has to provide notification and publicly
disclose certain information. It is another procedure that may
make it more cumbersome for a creditor to take control of assets
in the event of a default. I would not want Canadian companies to
find themselves in a situation where American or European
companies no longer want to lend them money. After all, they
would be at a significant disadvantage, if that were the case.
Le sénateur Massicotte : Pas juste dans les banques, tous les
clients compris. Si je comprends bien, si le client fait défaut, le
banquier prend contrôle des actifs en liquidation, il est insolvable.
Le banquier prend le contrôle de l’entité et il doit, en conséquence,
maintenant, aviser, publier l’information. Il y a une autre
procédure qui ajoute peut-être une lourdeur au créancier de
prendre contrôle des actifs en cas de défaut. Je ne voudrais pas
que les entreprises canadiennes constatent que les entreprises
américaines ou européennes ne veulent plus prêter aux entreprises
canadiennes. Ce serait quand même un désavantage important, si
c’était le cas.
Mr. Oliver: I am having a bit of trouble. Perhaps I could
answer your question in English, if you do not mind.
M. Oliver : J’ai un peu de difficulté. Peut-être que je peux
parler en anglais pour cette partie de la question.
Senator Massicotte: Sure.
[English]
Mr. Oliver: If you’re talking about depositors, the depositors
are going to be protected by any changes that are being
contemplated. If you’re talking about investors in the bank —
Senator Massicotte: No, I’m not.
Le sénateur Massicotte : Oui.
[Traduction]
M. Oliver : Si vous parlez des déposants, ils seront protégés par
tout changement qui sera envisagé. Si vous faites référence aux
investisseurs de la banque...
Le sénateur Massicotte : Non, ce n’est pas à eux que je fais
référence.
Mr. Oliver: Are you talking about people buying bonds from
the banks?
M. Oliver : Parlons-nous de ceux qui achètent des obligations
des banques?
Senator Massicotte: No. I’m talking about a Canadian
company that borrows money, say, from the Bank of America,
and that company defaults on a loan, and therefore the Bank of
America will then be deemed to be in control of a Canadian
corporation. Under subclause 1.1 he used to have an exemption,
and now he doesn’t any longer. So now he must advise the
registrar that he’s taking control, obviously, of a Canadian entity.
Le sénateur Massicotte : Non. Je parle d’une entreprise
canadienne qui emprunte de l’argent, de la Banque d’Amérique,
par exemple. Si elle ne rembourse pas son prêt, la Banque
d’Amérique sera réputée en contrôle d’une société canadienne. À
la disposition 1.1, il y avait une exemption qui n’est plus là
maintenant. Le créancier doit donc maintenant aviser le registre
qu’il va prendre le contrôle d’une entité canadienne.
Mr. Oliver: I understand we’re reviewing that, but in each case
there has to be a decision made. Perhaps my official could address
that point.
M. Oliver : Je crois comprendre que nous examinons cette
question, mais une décision doit être prise dans chaque cas. Celui
qui m’accompagne pourrait peut-être expliquer ce point.
Paul Rochon, Deputy Minister, Department of Finance Canada:
Sure. I think the changes to the Investment Canada Act that are
proposed here are structured in a way that effectively a foreign
entity doesn’t take over control of a Canadian corporation
through default and, effectively, through that process get around
the provisions that are in the Investment Canada Act. I don’t
think it’s the case that it would discourage investment. In fact, the
foreign entity could very well end up controlling the Canadian
Paul Rochon, sous-ministre, ministère des Finances Canada :
Volontiers. Je pense que les modifications proposées ici à la Loi
sur Investissement Canada sont structurées de manière à ce
qu’une entité étrangère ne prenne pas le contrôle d’une société
canadienne en raison d’un défaut de paiement et, ce faisant, utilise
ce processus pour contourner les dispositions de la Loi sur
Investissement Canada. Je ne considère pas que cela
découragerait l’investissement. En fait, l’entité étrangère
18:16
Banking, Trade and Commerce
20-11-2014
enterprise or asset. They would simply need to go through due
process, just like any other investor that wanted to take control of
a Canadian corporation.
pourrait très bien finir par contrôler une entreprise ou un actif
canadien. Elle n’aurait qu’à suivre le processus requis, à l’instar de
tout autre investisseur voulant prendre le contrôle d’une société
canadienne.
Senator Massicotte: Am I correct that they used to be exempt
before this amendment?
Le sénateur Massicotte : Ai-je raison de croire qu’il y avait une
exemption avant cette modification?
Mr. Rochon: There was the possibility that they could take
control of a Canadian corporation previous to this amendment,
yes.
M. Rochon : Il était possible de prendre le contrôle d’une
société canadienne avant cette modification, en effet.
Senator Massicotte: I can appreciate your concern. You don’t
want to find a roundabout way to get there, but you realize that
trillions of dollars are lent every year to Canadian corporations
either through the bond market or from American banks. The
American banks says ‘‘Before I can get recourse of my assets —’’
because the banks, generally speaking, become the controller. The
junk creditors are lost. The concern I have is, if it becomes
difficult for them to exercise control of the asset, he’s going to say
‘‘Forget it.’’ There’s a lot of U.S. lending to Canadian companies.
Le sénateur Massicotte : Je comprends ce qui vous préoccupe.
Vous ne voulez pas qu’il y ait de moyen détourné de prendre le
contrôle, mais vous savez que des billions de dollars sont prêtés
chaque année aux sociétés canadiennes sur le marché obligataire
ou par les banques américaines. Ces dernières disent « Avant de
pouvoir avoir recours à mes actifs », car de façon générale, elles
prennent le contrôle. Les créanciers de pacotille sont perdants. Ce
qui me préoccupe, c’est la possibilité que les créanciers ne soient
plus intéressés s’il est difficile de prendre le contrôle des actifs.
Beaucoup d’entités américaines prêtent aux entreprises
canadiennes.
Mr. Rochon: Right, but the lending would have to be so large
that in the case of bankruptcy the U.S. lender effectively takes
over control of the corporation.
M. Rochon : En effet, mais il faudrait que le prêt soit
considérable pour que le prêteur américain prenne le contrôle
de la société en cas de faillite.
Senator Massicotte: That’s usually the case. That’s often the
case, though. Anyway, I think you understand my point.
Le sénateur Massicotte : C’est habituellement le cas. C’est
souvent ce qu’il arrive. Quoi qu’il en soit, je pense que vous
comprenez mon point de vue.
Mr. Rochon: Understood, yes.
M. Rochon : Oui, je le comprends.
Senator Tkachuk: First, minister, I agree with your overall
objective of leaving more money in the hands of taxpayers, and
I’m glad that we’re continuing the same program that we’ve been
running over the last number of years and the direction we’re
taking, but I was wondering if you could explain something.
Perhaps we have an opportunity here with public broadcast and
also a number of senators in the room who will be debating this in
the chamber, perhaps.
Le sénateur Tkachuk : Tout d’abord, monsieur le ministre,
j’appuie votre objectif général, qui consiste à laisser plus d’argent
dans les poches des contribuables, et je me réjouis que nous
poursuivions le même programme que nous appliquons depuis
quelques années et empruntions cette voie. Mais je me demande si
vous pourriez m’expliquer quelque chose. Nous avons peut-être
une occasion ici, puisque la séance est diffusée publiquement et
qu’un certain nombre de sénateurs ici présents débattront peutêtre de la question à la Chambre.
On the question of income splitting that was announced by the
Prime Minister, it seemed to me it was a little different than the
income splitting for seniors. I’m wondering if you could go
through it and explain it to us in as simple terms as possible so we
can fully understand it.
En ce qui concerne la question du fractionnement du revenu
annoncé par le premier ministre, il me semble que cette mesure est
légèrement différente du fractionnement du revenu pour les aînés.
Je me demande si vous pourriez nous expliquer de quoi il en
retourne en termes simples pour que nous puissions tout
comprendre.
Mr. Oliver: I can do that, but I think it’s important to also
understand that we presented an integrated family benefit
program.
M. Oliver : Je peux le faire, mais je pense qu’il est également
important de comprendre que nous avons présenté un programme
intégré d’avantages destinés aux familles.
Senator Tkachuk: I understand that.
Mr. Oliver: Just like when we introduced income splitting for
seniors, they were the only ones who directly benefited. If you
weren’t a senior, you didn’t benefit. There was some indirect
Le sénateur Tkachuk : Je le comprends.
M. Oliver : Quand nous avons autorisé le fractionnement du
revenu pour les aînés, ces derniers étaient les seuls à bénéficier
directement de la mesure. Ceux qui n’étaient pas des aînés n’en
20-11-2014
Banques et commerce
18:17
benefit for others. Not every particular program affects all
Canadians, but this package of programs does affect positively
every single family with children, and that’s over 4 million.
profitaient pas. La mesure avait quelques retombées indirectes
pour d’autres. Chaque programme individuel ne touche pas toute
la population, mais cet ensemble de programmes a un effet positif
sur chaque famille ayant des enfants et touche ainsi quatre
millions de personnes.
In respect to the income splitting, it permits up to $50,000 to be
transferred from one spouse to another, a spouse who is in a
higher tax bracket to a spouse in a lower tax bracket, to achieve a
tax benefit up to a maximum of $2,000. What that’s designed to
deal with is what economists call ‘‘horizontal equity.’’ It’s not fair
that one family with the same income pays a lot more tax than
another family with the same income simply because in one case
they’re earning the same amount of money and in the other case
one is earning a lot more than the other. That’s what it’s designed
to address, and it does that.
En ce qui concerne le fractionnement du revenu, il permet de
transférer jusqu’à 50 000 $ du conjoint étant dans une tranche de
revenu supérieure au conjoint étant dans une tranche de revenu
inférieure afin de réaliser des économies d’impôt d’un maximum
de 2 000 $. Nous comptons ainsi assurer ce que les économistes
qualifient d’« équité horizontale ». Il n’est pas équitable qu’une
famille ayant le même revenu qu’une autre paie beaucoup plus
d’impôt simplement parce que dans un cas, les deux conjoints
gagnent le même revenu, alors que dans l’autre, un conjoint gagne
beaucoup plus que l’autre. Voilà ce que cette mesure vise à
corriger, et c’est ce qu’elle fait.
However, when we presented that, we wanted to make sure
that the package we presented to Canadians was very broad, so
it’s a family program that affects 100 per cent of the families with
children. I think the average benefit will be about $1,100. We’ve
increased the Universal Child Care Benefit by $60 a month, so it
moves from $100 to $160, bringing the total amount to $120 per
year per child. Then we introduced the benefit for children
between 6 and 17 of $60 a month for a total of $720 a year. That
brings the total up to the number that I mentioned. It brings
fairness for families with stay-at-home parents, but it also brings
fairness to families where both parents are working.
Toutefois, quand nous avons présenté ce train de mesures aux
Canadiens, nous voulions nous assurer qu’il ait une portée très
large; c’est donc un programme familial qui touche toutes les
familles ayant des enfants. Je pense que l’économie moyenne sera
de 1 100 $ environ. Nous avons augmenté la Prestation
universelle pour la garde d’enfants de 60 $ par mois; elle passe
donc de 100 à 160 $, portant ainsi le montant total à 120 $ par
année par enfant. Nous avons ensuite instauré la prestation pour
les enfants âgés de 6 à 17 ans qui s’élève à 60 $ par mois, pour un
total de 720 $ par année. Cela porte le total au montant que j’ai
indiqué. Ces mesures assurent l’équité pour les familles dont les
parents sont à la maison, mais aussi pour celles dont les deux
parents travaillent.
There’s been a lot of critique on this because people have
focused on only one part of the total package. The important
point to remember is the biggest majority of benefits go to lowerincome and middle-income Canadians. That’s a fact. And
25 per cent will go to families earning less than $30,000 a year,
so it’s a very fair package overall.
Ces mesures suscitent beaucoup de critiques parce que les gens
ne portent attention qu’à une partie du tout. Il importe de se
rappeler que la majorité des avantages profitent aux Canadiens à
faible et à moyen revenus. C’est un fait. Et 25 p. 100 iront aux
familles gagnant moins de 30 000 $ par année. C’est donc un train
de mesures très équitable dans l’ensemble.
Senator Tannas: I’m sorry to be so granular. I just wanted to
understand this as well. So the transfer of $50,000 as a maximum
to a spouse, would that $50,000 then count for that spouse’s
RRSP contribution? If a spouse had zero, would it, in fact, create
18 per cent of $50,000 for RRSP contribution room?
Le sénateur Tannas : Je suis désolé d’être aussi pointilleux. Je
veux simplement comprendre moi aussi. Le montant maximal de
50 000 $ transféré à un conjoint conterait-il pour la cotisation de
cette personne à son REER? Si cette personne n’a aucun revenu,
devrait-elle alors verser 18 p. 100 de 50 000 $ dans son REER?
Mr. Oliver: I don’t believe it would. We’ll confirm that. Yes, it
is a credit, and it’s done in a way which will not impact on the
provincial taxes. We understood that would be a concern. We
technically avoided that so it would have no impact.
M. Oliver : Je ne le pense pas, mais nous vous le confirmerons.
Oui, c’est un crédit, et il est traité de manière à ce qu’il n’ait pas
d’incidence sur les impôts provinciaux. Nous avons compris que
cela serait un enjeu. Nous avons techniquement évité cet écueil
pour que la mesure n’ait pas d’incidence.
Senator Tkachuk: It doesn’t become two taxpayers, right?
When you transfer it, it’s still the one taxpayer, right? It’s just a
transfer of the credit?
Le sénateur Tkachuk : Il n’y a pas deux contribuables, n’est-ce
pas? Quand on transfère la somme, il n’y a toujours qu’un seul
contribuable, n’est-ce pas? Ce n’est qu’un transfert de crédit?
Mr. Rochon: I would say it is a credit that can be claimed to
achieve the objectives of transferring income. There’s not an
actual transfer of income that is calculated.
M. Rochon : Je dirais que c’est un crédit qui peut être réclamé
pour atteindre les objectifs du transfert de revenu. Ce n’est pas un
réel transfert de revenu qui est calculé.
18:18
Banking, Trade and Commerce
Senator Tkachuk: So then there wouldn’t be an RRSP concern.
Thank you.
[Translation]
20-11-2014
Le sénateur Tkachuk : Ce n’aurait donc aucune incidence sur le
REER. Merci.
[Français]
Senator Maltais: Welcome, minister. Thank you for meeting
with the committee today. We always benefit greatly when we
have the opportunity to hear from the finance minister.
Le sénateur Maltais : Bienvenue, monsieur le ministre. Je vous
remercie de votre présence parmi nous. C’est toujours très
intéressant de recevoir le ministre des Finances à notre comité.
I think we can all agree with your policy to put more money in
the hands of Canadian taxpayers and families. This morning,
Quebec newspapers were reporting that a $60-million gift was on
the way.
En ce qui concerne votre politique visant à laisser plus d’argent
dans les poches des contribuables et des familles, je crois que nous
y souscrivons tous. Ce matin, les journaux du Québec évoquaient
un cadeau de 60 millions de dollars.
Clearly, provincial governments are going to collect taxes on
any amounts received by families, $60 a month, for example.
After doing some quick math, the reporters estimated that some
$60 million would be going back into the coffers of the Quebec
government.
On sait que les gouvernements provinciaux iront prélever des
impôts sur des sommes qui seront versées aux familles, par
exemple 60 $ par mois. Les calculs rapides des journalistes
arrivaient à une somme de 60 millions de dollars qui retournerait
dans les poches du gouvernement du Québec.
The provinces and territories are going to take their cut. Do
you have an idea of how much they will be able to collect through
this measure?
Il y a les provinces et les territoires. Avez-vous une idée du
montant qu’empocheront les provinces et les territoires par
l’intermédiaire de cette mesure?
Mr. Oliver: I do not have the exact answer to your question.
M. Oliver : Je n’ai pas la réponse précise à votre question.
Mr. Rochon: We have not done those calculations. It is true
that the child benefit will be taxable. It would depend on the
average rate per province. We did not calculate the impact the
measure would have on provincial budgets.
M. Rochon : Nous n’avons pas fait les calculs comme tels. Il est
vrai que la prestation pour enfants sera imposable. Maintenant, il
faudrait savoir quel serait le taux moyen par province. Nous
n’avons pas fait le calcul de l’impact sur les budgets provinciaux.
Senator Maltais: I see. The money could be considered an
indirect equalization payment, though. With a population of
8 million, Quebec will take in $60 million. If you calculate the
amounts that Ontario, the Maritimes and Western provinces will
collect, we are talking about a tidy sum that will go into the
provinces’ coffers indirectly thanks to a measure aimed at helping
families.
Le sénateur Maltais : Je comprends. Il s’agit tout de même de
ce qu’on pourrait appeler une péréquation indirecte. Au Québec,
nous sommes 8 millions, et cela fait 60 millions de dollars. Si on
fait un petit exercice, pour l’Ontario, les Maritimes et l’Ouest, il en
résulte un montant d’argent important que les provinces iront
indirectement chercher au moyen d’une mesure qui vise à aider les
familles.
Mr. Oliver: That is true. That is the nature of our
confederation.
M. Oliver : C’est vrai. C’est la nature de notre confédération.
Senator Maltais: Thank you, minister.
[English]
Le sénateur Maltais : Je vous remercie, monsieur le ministre.
[Traduction]
Senator Ringuette: Thank you, Mr. Minister. It’s very nice to
have you here. I’d like to spend the day with you, but I guess
that’s not possible. I have many issues to talk about with you.
La sénatrice Ringuette : Merci, monsieur le ministre. Quel
plaisir de vous compter parmi nous. J’aimerais passer la journée
avec vous, mais je suppose que c’est impossible. Il y a bien des
questions dont j’aimerais discuter avec vous.
Did I read right that the child package that you’ve announced
is applicable in this fiscal year?
Ai-je bien compris que les mesures relatives aux enfants que
vous avez annoncées sont applicables au présent exercice?
Mr. Oliver: Parts of it are. The Universal Child Care Benefit
will start accruing in January, but, for technical reasons that my
officials can explain, we can’t get the actual dollars into their
mailboxes until about June. It will be retroactive to January. That
part of it starts next year. The income splitting part starts this
year. It’s for this entire fiscal year.
M. Oliver : Elles s’y appliquent en partie. La Prestation
universelle pour la garde d’enfants commencera à s’appliquer en
janvier, mais pour des raisons techniques que mon personnel peut
expliquer, nous ne pourrons verser l’argent que vers juin. Les
sommes seront toutefois rétroactives à janvier. Cette partie des
mesures commence l’an prochain. Le fractionnement du revenu
commence cette année, et ce, pour l’ensemble de l’exercice.
20-11-2014
Banques et commerce
Senator Ringuette: To confirm my understanding, the
Canadian tax benefit is going to be eliminated next fiscal year
at the same time that the new program starts in January?
18:19
La sénatrice Ringuette : Pour confirmer ma compréhension,
l’avantage fiscal au Canada sera éliminé au prochain exercice,
alors que le nouveau programme commencera en janvier?
Mr. Oliver: Yes, the tax credit.
M. Oliver : Oui, le crédit d’impôt.
Senator Ringuette: So there’s a match there.
La sénatrice Ringuette : Il y a une équivalence.
Mr. Oliver: The Child Tax Credit.
M. Oliver : Le crédit d’impôt pour enfant.
Senator Ringuette: Yes. The Child Tax Credit is a direct credit
of $120 a month, and the current program for a child
from 0 to 5 years old provides $100 a month, which is taxable.
All in all, right now, the current system for a child from 0 to 5 is
the equivalent of $220 a month, and 60 per cent of it is taxable.
With the new proposal starting in January, for a child from 0 to 5,
it will become $160 taxable. I’m looking at this and wondering
about the advantage.
La sénatrice Ringuette : Oui, Le crédit d’impôt pour enfant est
un crédit direct de 120 $ par mois, et le programme actuel fournit
100 $ par mois pour un enfant de 0 à 5 ans, somme qui est
imposable. En définitive, le système actuel, pour un enfant
de 0 à 5 ans, fournit l’équivalent de 220 $ par mois, dont 60 p. 100
sont imposables. Aux termes du nouveau programme qui démarre
en janvier, pour un enfant de cet âge, les gens recevront 160 $
imposables. J’examine le tout et je me demande où est l’avantage.
Then I go further on and look at from the age of 6 to under 18.
Right now, the Canadian tax benefit for this group of children is
$120 a month. For that age group, under the current Income Tax
Act and the Canadian benefit, two parents, one or two of them,
for the group aged 6 to under 18, it is equal to $120, which is a
direct benefit. It is not taxable. For that child group age, you’re
going from $120 non-taxable to $60 taxable, starting in January.
Je poursuis mon examen pour voir ce qu’il en est pour les
enfants de 6 à moins de 18 ans. À l’heure actuelle, l’avantage fiscal
pour ce groupe d’enfants est de 120 $ par mois. Pour ce groupe
d’âge, en vertu de la Loi de l’impôt sur le revenu et de l’avantage
canadien, les parents, qu’il y en ait un ou deux, peuvent se
prévaloir d’un montant direct et non imposable de 120 $. Pour un
enfant de ce groupe, le montant passera de 120 $ non imposable à
60 $ imposable à partir de janvier.
The Chair: Thank you for the question. I believe we have
somebody who joined the panel.
Le président : Merci de la question. Je pense que quelqu’un
s’est joint au groupe.
Senator Ringuette: I know this guy. I’ve seen him often.
La sénatrice Ringuette : Je le connais. Je l’ai souvent vu.
Mr. Oliver: Let me give you a broad answer, and then we can
get into the details.
M. Oliver : Permettez-moi de vous donner une réponse
générale, après quoi nous pourrons entrer dans les détails.
The first point is that we have set aside next year $5 billion out
of the budget for benefits for families. That is a significant
amount of money. We have made sure that the combination of
the elimination of the tax credit and the increase in the UCCB will
be such that every single family will benefit, without exception,
but those at the lower level of income will benefit more because of
the operation of the tax act. It’s progressive.
Sachez d’abord que nous avons réservé 5 milliards de dollars
dans le budget de l’an prochain à l’intention des familles. C’est
une somme considérable. Nous nous sommes assurés que la
combinaison de l’élimination du crédit d’imp ôt et de
l’augmentation de la Prestation universelle pour la garde
d’enfants profitera à toutes les familles, sans exception, mais
que celles qui ont un revenu moindre en profitent davantage en
raison du fonctionnement de la loi sur l’impôt. C’est un impôt
progressif.
Senator Ringuette: So that this committee can appreciate it,
and you indicated that you’ve made the analysis and you’re
making sure, could you provide us with that data and that
analysis, please?
La sénatrice Ringuette : Pour que le comité comprenne bien, et
vous avez indiqué que vous avez effectué une analyse pour vérifier
ce qu’il en est, pourriez-vous nous remettre ces renseignements et
cette analyse, je vous prie?
Mr. Oliver: Sure. If you want to hear more detail, I can give
you as much as you want.
M. Oliver : Bien sûr. Si vous voulez obtenir davantage de
détails, je peux vous en donner autant que vous en voulez.
Brian Ernewein, General Director, Tax Policy Branch,
Department of Finance Canada: Thank you, gentlemen. I
perhaps misjudged that I was going to be required here because
tax wasn’t part of the committee’s remit here, but I’m happy to
add a couple of words.
Brian Ernewein, directeur général, Direction de la politique de
l’impôt, ministère des Finances Canada : Merci, messieurs. Je
n’avais peut-être pas compris qu’on aurait besoin de moi ici, car
l’impôt ne faisait pas partie du mandat du comité, mais j’ajouterai
quelques mots avec plaisir.
To emphasize the point that the minister made, yes, the Child
Tax Credit is a federal tax credit. It’s a little north of $2,000,
15 per cent rate, and delivers a little bit north of $300 of value.
Pour appuyer les propos du ministre, je dirais que le crédit
d’impôt pour enfant est effectivement un crédit d’impôt fédéral. Il
est légèrement supérieur à 2 000 $, un montant qui, au taux de
18:20
Banking, Trade and Commerce
The UCCB is $60 extra a month for every child from 0 to 17, or
$720 a month. It’s taxed on the lower-income spouse, but even if
that lower-income spouse is taxed at the maximum rate, they will
have more after tax from that UCCB increase than they would
from having lost the Child Tax Credit. As the minister said,
everybody down in the lower incomes does much better, and
those not paying tax at all get the UCCB where they wouldn’t
have received anything through the Child Tax Credit.
Senator Ringuette: I’m looking forward to the analysis.
20-11-2014
15 p. 100, a une valeur d’un peu plus de 300 $. La Prestation
universelle pour la garde d’enfants est une somme supplémentaire
de 60 $ par mois pour chaque enfant de 0 à 17 ans, ou de 720 $
par mois. Ce montant est imposé pour le conjoint ayant le revenu
le moins élevé, mais même si ce conjoint est imposé au taux
maximal, la famille aura plus d’argent après impôt grâce à
l’augmentation de la Prestation universelle pour la garde
d’enfants qu’elle n’en aurait suite à la perte du crédit d’impôt
pour enfant. Comme le ministre l’a indiqué, c’est bien plus
avantageux pour tous ceux qui gagnent un faible revenu, et ceux
qui ne paient aucun impôt reçoivent la Prestation universelle pour
la garde d’enfants, alors qu’ils n’auraient pas reçu de crédit
d’impôt pour enfant.
La sénatrice Ringuette : Je suis impatiente de voir l’analyse.
Senator Massicotte: The only problem is that you need to have
kids to benefit, but that’s not my question.
Le sénateur Massicotte : Le seul problème, c’est qu’il faut avoir
des enfants pour en profiter, mais ce n’est pas ma question.
I’m looking at the Investment Canada Act, as well as the BDC
Act. I congratulate you, because I’ve been involved in some
debates for many years now about how you should manage and
how you should control those entities. What you’re really doing
with the Investment Canada Act, and I should say the Canada
Payment Act, is you’re going basically to modern governance.
You’re trying to create a real board that has responsibility, where
basically people report to the board. In fact, you’re giving a bit
more flexibility to BDC with it having a real chairman. All of that
is very good from a governance point of view.
Je regarde la Loi sur Investissement Canada ainsi que la Loi
sur la BDC. Je vous félicite, car pendant de nombreuses années,
j’ai participé à certains débats sur la manière de gérer et de
contrôler ces entités. Ce que vous faites avec la Loi sur
Investissement Canada, et je devrais dire la Loi canadienne sur
les paiements, consiste essentiellement à instaurer une
gouvernance moderne. Vous tentez de créer un véritable conseil
d’administration doté de responsabilités, auquel les gens rendent
essentiellement des comptes. En fait, vous accordez un peu plus de
souplesse à la BDC en lui donnant un vrai président. Tout cela est
très bien du point de vue de la gouvernance.
The only concern I have is that many boards, as you know,
don’t work very well. The concern I would have, for instance,
with the Canada payment board is now you’re really delegating
authority to the board and trying to make it as effective as
possible, but many people who sit on those boards are there not
because of their competency but because they have good political
connections. They don’t take their job that seriously, and they say
the government is there anyway and the minister will interfere or
the minister’s office will make sure it’s well run. You’re taking a
risk there, but obviously you’re comfortable with the risk. What
could go wrong, though?
La seule chose qui me préoccupe, c’est que nombre de conseils
d’administration ne fonctionnent pas très bien, comme vous le
savez. Avec le conseil canadien des paiements, par exemple, on lui
délègue en fait le pouvoir en tentant de le rendre le plus efficace
possible, mais bien des membres de ces conseils en font partie en
raison non pas de leurs compétences, mais de leurs bonnes
relations politiques. Ils ne prennent pas leur travail au sérieux, se
disant que le gouvernement est là de toute façon et que le ministre
interviendra ou que son cabinet veillera au bon déroulement des
affaires. Ils prennent un risque, mais de toute évidence, ils sont à
l’aise avec la situation. Qu’est-ce qui pourrait mal aller, après
tout?
Mr. Oliver: The amendments, we believe, will improve the
Canada Payments Association’s governance by introducing
greater independent decision making of its board, but also
improving its accountability to government and to the public and
expanding the power of the Minister of Finance to issue directives
to the CPA. We’re comfortable that that combination of
measures will provide the right direction and the right oversight.
M. Oliver : Nous pensons que les modifications amélioreront
la gestion au sein de l’Association canadienne des paiements en
permettant à son conseil d’administration de jouir d’une plus
grande indépendance au chapitre de la prise de décisions, mais
aussi en améliorant la reddition de comptes au gouvernement et
au public et en élargissant le pouvoir du ministre des Finances
pour qu’il donne des directives à l’association. Nous sommes
certains que cette combinaison de mesures assurera une
orientation et une supervision adéquates.
This is an important association. The payments system is, of
course, vitally important, as I mentioned in my opening remarks,
and we wanted to make it a stronger, more accountable
organization.
C’est une association importante. Comme je l’ai souligné dans
mon exposé, le système de paiements est, bien entendu, d’une
importance cruciale, et nous voulions rendre l’organisation plus
forte et plus comptable.
20-11-2014
Banques et commerce
18:21
Senator Massicotte: Obviously what’s critical is the board. I
presume that organization already has set out what should be the
appropriate membership of their board, some type of outline. Will
the Governor-in-Council follow those directions to ensure the
board is strong and represents the necessary expertise?
Le sénateur Massicotte : Il est évident que ce qui est essentiel,
c’est le conseil d’administration. Je présume que l’organisation a
déjà établi la composition appropriée du conseil d’administration
en en traçant les grandes lignes. Le gouverneur en conseil suivra-til ces indications pour veiller à ce que le conseil soit solide et
dispose de l’expertise nécessaire?
Mr. Oliver: Yes, we’ve had some pretty good experience with a
number of our boards, like the CMHC and, of course, the Bank
of Canada. The CPP board is a little bit different; it’s jointly with
the provinces. We look at those board appointments very
carefully. We check out people’s track record, their business
and educational background, and we make the decisions very
carefully.
M. Oliver : Oui, nous avons eu une assez bonne expérience
avec un certain nombre de nos conseils d’administration, comme
à la Société canadienne d’hypothèque et de logement et, bien sûr,
la Banque du Canada. Le conseil d’administration du Régime de
pensions du Canada est légèrement différent, puisqu’il travaille
avec les provinces. Nous examinons soigneusement les
nominations faites dans ces conseils, vérifiant les antécédents
scolaires et professionnels des titulaires afin de prendre des
décisions avec grand soin.
What this would do is reduce the size of the board to
13 directors from 16, and if you’ve had board experience, as I
know you have, you’ll know that at a certain size it starts losing
its accountability rather than gaining it. It would consist of three
directors representing direct participants, that is, members whose
system connects directly with the CPA; and two directors
representing other members; and then seven independent
directors. We’ve given some thought to it, and we think it’s right.
Le nombre d’administrateurs passerait de 13 à 16, et si vous
avez déjà fait partie d’un conseil, comme je sais que c’est le cas,
vous savez qu’à partir d’un certain nombre de membres, le conseil
commence à être moins comptable au lieu de l’être davantage. Le
conseil serait constitué de trois administrateurs représentant des
participants directs, c’est-à-dire des membres dont le système est
directement lié à l’Association canadienne de paiements, de deux
administrateurs représentant d’autres membres, ainsi que de sept
administrateurs indépendants. Après mûre réflexion, nous
pensons que c’est une composition adéquate.
Mr. Chairman, I have a vote. I think it’s at 5:45.
Monsieur le président, j’ai un vote. Je pense qu’il a lieu
à 17 h 45.
The Chair: We will conclude with your presentation now. We
greatly appreciate you and your officials being with us today. On
behalf of all of the members of the Senate Banking Committee, we
thank you.
Le président : Nous conclurons la séance sur votre exposé.
Nous vous savons gré, à vous et à vos fonctionnaires, d’avoir
comparu aujourd’hui. Au nom de tous les membres du Comité
sénatorial des banques, nous vous remercions.
I ask members of the committee to stay as we go in camera.
Je demande aux membres du comité de rester, car nous
poursuivons la séance à huis clos.
(The committee continued in camera.)
(La séance est levée.)
OTTAWA, Thursday, November 20, 2014
OTTAWA, le jeudi 20 novembre 2014
The Standing Senate Committee on Banking, Trade and
Commerce met this day at 10:30 a.m. to examine the subject
matter of those elements contained in Divisions 9, 12, 18, 22, 26,
and 27 of Part 4 of Bill C-43, A second Act to implement certain
provisions of the budget tabled in Parliament on February 11,
2014 and other measures.
Le Comité sénatorial permanent des banques et du commerce
se réunit aujourd’hui, à 10 h 30, pour étudier la teneur des
éléments des sections 9, 12, 18, 22, 26 et 27 de la partie 4 du projet
de loi C-43, Loi no 2 portant exécution de certaines dispositions
du budget déposé au Parlement le 11 février 2014 et mettant en
œuvre d’autres mesures.
Senator Irving Gerstein (Chair) in the chair.
[English]
The Chair: Good morning. Welcome to the Standing Senate
Committee on Banking, Trade and Commerce. Today is our
second meeting as part of the pre-study of six divisions of Part 4
Le sénateur Irving Gerstein (président) occupe le fauteuil.
[Traduction]
Le président : Bonjour. Bienvenue aux délibérations du Comité
sénatorial permanent des banques et du commerce. Nous tenons
aujourd’hui notre deuxième réunion dans le cadre de notre étude
18:22
Banking, Trade and Commerce
20-11-2014
of Bill C-43, A second Act to implement certain provisions of the
budget tabled in Parliament on February 11, 2014 and other
measures.
préalable de six sections de la partie 4 du projet de loi C-43,
Loi no 2 portant exécution de certaines dispositions du budget
déposé au Parlement le 11 février 2014 et mettant en œuvre
d’autres mesures.
Today’s extended meeting is divided into two main parts. First
we will hear from officials about the divisions of the bill assigned
to our committee. In the second half, we will be hearing from
outside witnesses.
La réunion prolongée d’aujourd’hui sera séparée en deux
parties principales. Pour commencer, nous allons accueillir des
représentants pour parler des sections du projet de loi attribuées
au comité. Durant la seconde moitié de la réunion, nous allons
accueillir des témoins externes.
We begin with Division 9 of Part 4. Our witnesses for that part
are from Industry Canada. We have Jenifer Aitken, Director
General, Investment Review Sector, and Mr. Paul Halucha,
Director General, Strategic Policy Branch.
Nous allons commencer avec la section 9 de la partie 4. Nos
témoins pour cette partie représentent Industrie Canada. Nous
accueillons Jenifer Aitken, directrice générale, Secteur de
l’examen des investissements, et M. Paul Halucha, directeur
général, Direction générale de la politique stratégique.
Ms. Aitken, I believe you are making the opening statement.
The floor is yours.
Madame Aitken, je crois savoir que vous allez présenter une
déclaration préliminaire. La parole est à vous.
[Translation]
[Français]
Jenifer Aitken, Director General, Investment Review Sector,
Industry Canada: I am here to speak to division 9, which contains
amendments to the Investment Canada Act. These changes are
found in clauses 186 to 190.
Jenifer Aitken, directrice générale, Secteur de l’examen des
investissements, Industrie Canada : Je suis ici pour parler de la
section 9, qui contient des modifications à la Loi sur
Investissement Canada. Ces changements figurent aux
articles 186 à 190.
The first amendment in clause 186 amends paragraph 10(1)(c)
of the Investment Canada Act so that a foreign lender who
acquires control of a Canadian business through realization of
security for a loan is required to file a notification. This new
requirement applies only if the transaction is not subject to
approval under another statute, namely the Bank Act, the
Cooperative Credit Associations Act, the Insurance Companies
Act or the Trust and Loan Co-operatives Act.
La première modification à l’article 186 modifie l’alinéa 10(1)c)
de la Loi sur Investissement au Canada de sorte qu’un prêteur
étranger qui acquiert le contrôle d’une entreprise canadienne à la
suite de la réalisation d’une garantie accordée sur un prêt doit
déposer un avis d’investissement. Cette nouvelle exigence
s’applique seulement si la transaction n’est pas assujettie à une
approbation en vertu d’une autre loi, notamment la Loi sur les
banques, la Loi sur les associations coopératives de crédit, la Loi
sur les sociétés d’assurances ou la Loi sur les sociétés de fiducie et
de prêt.
Subclause 190(2) prescribes that the part of the Investment
Canada Act applying to reviews of foreign investments based on
their net advantage will continue not to apply to this type of
acquisition.
Le paragraphe 190(2) prescrit que la partie de la Loi sur
Investissement Canada qui régit les examens des investissements
étrangers en fonction de leur avantage net continuera de ne pas
s’appliquer à ce type d’acquisition.
[English]
These two subclauses, 186(1) and 186(2), will result in these
types of transactions being subject to notification under the act,
while maintaining their exemption from net benefit review. The
purpose of the exemption is to avoid adversely affecting credit
markets. The notification requirement is a form, specified in
regulations, that requires information about the parties and the
proposed investment. The information an investor must provide
when filing a notification includes the name and address of the
investor and the Canadian business, a description of the business
activity of the Canadian business, and the value of the assets
being acquired.
[Traduction]
Par conséquent, ces deux paragraphes, 186(1) et 186(2), auront
pour effet que les transactions de ce genre seront assujetties à des
avis d’investissement en vertu de la loi tout en continuant d’être
exemptées de l’examen de l’avantage net, comme c’est le cas
actuellement. L’objectif est d’éviter d’avoir des effets négatifs sur
les marchés du crédit. L’obligation d’avis d’investissement est un
formulaire précisé dans le règlement qui exige des renseignements
au sujet des parties et de l’investissement proposé. Les
renseignements qu’un investisseur doit fournir lorsqu’il dépose
un avis d’investissement comprennent le nom et l’adresse de
l’investisseur et de l’entreprise canadienne, une description de
l’activité commerciale de l’entreprise canadienne et la valeur des
actifs étant acquis.
20-11-2014
Banques et commerce
18:23
The result of these changes is that the government will now
receive useful information about transactions where a foreign
investor has gained control of a Canadian business by realizing on
security for a loan. This additional information will contribute to
the data about foreign investment collected by Industry Canada.
Grâce à ces changements, le gouvernement obtiendra
désormais des renseignements utiles au sujet des transactions
dans le cadre desquelles un investisseur étranger a acquis le
contrôle d’une entreprise canadienne par suite de la réalisation
d’une garantie accordée sur un prêt. Ces renseignements
supplémentaires s’ajouteront aux données relatives à
l’investissement étranger recueillies par Industrie Canada.
Clause 187 contains amendments to the confidentiality
provisions in section 36 of the act. The strict confidentiality
provisions in section 36 set out the limitations to what can be
divulged and discussed with regard to the application of the
Investment Canada Act to any specific investment. Certain
exemptions permit limited disclosure of information, for
instance in the context of a net benefit review.
L’article 187 contient des modifications des dispositions liées à
la confidentialité figurant à l’article 36 de la loi. Les dispositions
strictes en matière de confidentialité contenues dans l’article 36
énoncent les restrictions relatives à ce qui peut être divulgué et
discuté concernant l’application de la LIC à un investissement
précis. Certaines exemptions permettent la communication limitée
de renseignements, par exemple dans le contexte d’un examen de
l’avantage net.
Subclauses 187(1) and 187(2) amend the act to permit the
disclosure of the notices that are issued at each stage of the
national security process. Subclause 187(1) adds the notices that
can be sent during a national security review process to the list of
exceptions in section 36 of the act, thereby permitting disclosure
of information in those notices. For example, the government
would have discretion to disclose that a notice has been sent to an
investor, that an order for a review may be made —25.2(1) — that
no order has been made — 25.2(4)(a) — or that an order for
review has been made — 25.3(2).
Les paragraphes 187(1) et 187(2) modifient la loi de manière à
permettre la communication des avis qui sont envoyés à chaque
étape du processus des examens relatifs à la sécurité nationale. Le
paragraphe 187(1) ajoute les avis qui peuvent être envoyés durant
un processus de l’examen relatif à la sécurité nationale à la liste
des exceptions figurant à l’article 36 de la loi, ce qui permet la
communication de renseignements contenus dans ces avis. Par
exemple, le gouvernement aurait le pouvoir discrétionnaire de
divulguer qu’un avis a été envoyé à un investisseur; qu’un décret
d’examen pourrait être pris (25.2(1)); qu’aucun décret n’a été
pris (25.2(4)a)); ou qu’un décret d’examen a été pris (25.3(2)).
Similarly, subclause 187(2) allows for the disclosure of the fact
that an order was made by the Governor-in-Council at the end of
a review, and the effect of that order. For example, the Governorin-Council may send an order authorizing investment with or
without conditions, directing that the investment not be
implemented or requiring a divestiture.
De la même façon, le paragraphe 187(2) permet la
communication du fait qu’un décret a été pris par le gouverneur
en conseil à la fin d’un examen et de l’effet de ce décret. Par
exemple, le gouverneur en conseil pourrait envoyer un décret
autorisant l’investissement avec ou sans conditions, ordonnant
que l’investissement ne soit pas effectué ou exigeant un
dessaisissement de l’investissement.
Subclause 187(3) amends the act so that the minister must be
satisfied that the disclosure of the information would not
prejudice the investor or the Canadian business.
Le paragraphe 187(3) modifie la loi de sorte que le ministre
doit être convaincu que la communication des renseignements ne
serait pas préjudiciable à l’investisseur ou à l’entreprise
canadienne.
The effect of these amendments will be to allow greater
flexibility for the government to provide information on key
decision points in the national security review process while
continuing to protect confidentiality of an investor’s information
and national security.
Ces modifications auront pour effet d’offrir au gouvernement
une plus grande souplesse pour fournir des renseignements sur des
éléments décisionnels importants durant le processus des examens
relatifs à la sécurité nationale, tout en continuant de protéger la
confidentialité des renseignements concernant l’investisseur et la
sécurité nationale.
Finally, clauses 188 to 190 make amendments to the Economic
Action Plan 2013. The government amended the Investment
Canada Act national security timelines to allow the Minister of
Industry, where necessary, to extend the time it has to conduct
national security reviews. Clauses 188 to 190 in Bill C-43 repeal
one of these amendments, which is not required, but the others
remain in place and will be brought into force when the national
security regulations are amended.
Pour finir, les articles 188 à 190 apportent des modifications à
la Loi sur le plan d’action économique de 2013. Le gouvernement
a modifié les délais relatifs à la sécurité nationale énoncés dans la
Loi sur Investissement Canada pour permettre au ministre de
l’Industrie, au besoin, de prolonger la période dont il dispose pour
effectuer des examens relatifs à la sécurité nationale. Les
articles 188 à 190 dans le projet de loi C-43 abrogent l’une de
ces modifications, qui n’est pas requise, mais les autres resteront
18:24
Banking, Trade and Commerce
20-11-2014
en place et entreront en vigueur lorsque le Règlement sur les
investissements susceptibles de porter atteinte à la sécurité
nationale (examen) sera modifié.
These regulatory changes will provide the government with
additional flexibility in the time taken to conduct national
security reviews. This is a drafting measure, not to leave
provisions on the books that are not needed or required.
Ces modifications réglementaires accorderont au
gouvernement une plus grande marge de manœuvre quant à la
durée requise pour effectuer des examens relatifs à la sécurité
nationale. Il s’agit strictement d’une bonne pratique de rédaction
consistant à ne pas garder des dispositions qui ne sont pas
nécessaires ou qui ne sont plus requises.
The Chair: I will go to my questioners immediately.
Le président : Je vais passer immédiatement aux intervenants.
Senator Black: Thank you, Ms. Aitken, for your presentation.
Le sénateur Black : Merci, madame Aitken, de votre exposé.
Correct me if I’m wrong, but I read this and the question in my
mind was: What can the possible purpose of all this be? Your
answer from your testimony appears to be that it is to provide the
government with additional information for national security
purposes. Is that your answer?
Corrigez-moi si j’ai tort, mais j’ai lu ça et je me suis posé la
question suivante : à quoi tout cela peut-il vraiment servir? Dans
votre déclaration, vous semblez dire que cela permettrait au
gouvernement d’obtenir plus de renseignements à des fins de
sécurité nationale. Est-ce votre réponse?
Ms. Aitken: I’m not sure when you ask the question on the
purpose of all this. I described three amendments —
Mme Aitken : Je ne suis pas sûre de comprendre votre question
sur ce à quoi tout cela servira. J’ai décrit trois amendements...
Senator Black: The proposed amendments you are discussing
today. What is the purpose?
Le sénateur Black : Les amendements proposés dont vous nous
parlez aujourd’hui. Quel en est l’objectif?
Ms. Aitken: There are two key amendments. The last one, as I
said, was a drafting point. The first one is to provide for a
notification requirement where a foreign investor acquires control
of a Canadian business by realizing on security. The purpose of
that amendment is to obtain information about those
transactions, if they’re not subject to another piece of
legislation, so there’s not going to be overlap between the two.
It is to get that additional information.
Mme Aitken : Il y a deux amendements principaux. Le dernier,
comme je l’ai dit, est simplement une bonne pratique de rédaction
législative. Le premier vise à exiger un avis lorsqu’un investisseur
étranger acquiert le contrôle d’une entreprise canadienne par la
suite de la réalisation d’une garantie accordée sur un prêt.
L’objectif de cet amendement est d’obtenir des renseignements au
sujet de ces transactions, si elles ne sont pas assujetties à une autre
loi, afin qu’il n’y ait pas de chevauchement entre les deux. C’est
pour obtenir des renseignements supplémentaires.
Senator Black: Today that does not exist, apparently. If I’m the
Hong Kong and Shanghai Bank and have a charge on an asset in
Saskatchewan, and I realize that charge and am now in a position
of some greater control, I do not need to disclose that today,
apparently. Is that correct?
Le sénateur Black : Apparemment, une telle exigence n’existe
pas actuellement. Si je suis la banque de Hong Kong et de
Shanghai ayant grevé un actif en Saskatchewan et je réalise cette
garantie, j’ai maintenant un peu plus de contrôle, mais,
apparemment, à l’heure actuelle, je n’ai pas à le déclarer. C’est
exact?
Ms. Aitken: Under the Investment Canada Act, that’s correct.
Mme Aitken : En effet, ce n’est pas obligatoire aux termes de la
Loi sur Investissement Canada.
Senator Black: This will correct that?
Le sénateur Black : Et ce problème sera réglé?
Ms. Aitken: Yes.
Mme Aitken : Oui.
I can’t answer about the Hong Kong international bank
specifically because Bank Act requirements do exist. This applies
to those situations that aren’t covered by the Bank Act.
Je ne peux pas vous le confirmer pour la banque internationale
de Hong Kong, parce que la Loi sur les banques contient certaines
exigences. L’amendement s’applique aux situations non visées par
la Loi sur les banques.
Senator Black: I understand that from the government’s point
of view more data is a good thing, I presume. I’m a senator from
Alberta. The oil sands is the greatest asset that Canada currently
has. It is fueling prosperity in Canada. To continue developing
this investment, hundreds of billions of dollars are required. Since
Le sénateur Black : Je comprends que, du point de vue du
gouvernement, c’est une bonne chose d’obtenir plus de données,
j’imagine. Je suis un sénateur de l’Alberta. Les sables bitumineux
sont le plus grand atout du Canada actuellement. Ils alimentent la
prospérité du Canada. Pour continuer à développer cet
20-11-2014
Banques et commerce
18:25
the last involvement in gathering information in respect of
investment, investment from outside of Canada in the oil sands
has stopped. This is not in Canada’s interest.
investissement, il faut des centaines de milliards de dollars. Depuis
la dernière initiative de collecte de renseignements sur les
investissements, les investissements venant de l’extérieur du
Canada dans les sables bitumineux ont arrêté. Ce n’est pas dans
l’intérêt du Canada.
I would like to know why you think these amendments here
assist, in any real business way, the development of one of
Canada’s most important assets.
J’aimerais savoir pourquoi vous pensez que ces amendements
aideront concrètement, du point de vue des affaires, le
développement des atouts les plus importants du Canada.
Paul Halucha, Director General, Strategic Policy Branch,
Industry Canada: The answer is that it is not making any
changes to the oil sands policy at all. The burden that’s going to
be placed on businesses who are realizing on debt here is going to
be extremely minimal. They basically have to provide us with a
form providing basic details on the transaction and provide that
to the Department of Industry. There are not any changes to the
oil sands policy. There are no impacts here on the flow of capital
going in and out of the oil sands.
Paul Halucha, directeur général, Direction générale de la
politique stratégique, Industrie Canada : La réponse, c’est que
ces amendements ne modifient en rien les politiques sur les sables
bitumineux. Le fardeau qui sera imposé aux entreprises qui
réalisent une garantie ici sera vraiment minime. Essentiellement,
elles devront nous fournir un formulaire contenant des
renseignements de base sur la transaction. Elles devront
remettre ce formulaire au ministère de l’Industrie. On ne
modifie d’aucune façon les politiques sur les sables bitumineux.
Cela n’a aucun impact sur les mouvements entrants et sortants de
capitaux dans le secteur des sables bitumineux.
Senator Black: Except it continues to send a message to foreign
investors that they’re not particularly welcome in the oil sands,
would be my point of view.
Le sénateur Black : Sauf que, selon moi, on continue de dire
aux investisseurs étrangers qu’ils ne sont pas particulièrement les
bienvenus dans le secteur des sables bitumineux.
Mr. Halucha: I won’t dispute your point of view on it. I’ll just
indicate that we’re not increasing the —
M. Halucha : Je ne vais pas débattre de votre point de vue à ce
sujet. J’indiquerai seulement que nous n’augmentons pas le...
Senator Black: Thank you very much.
Le sénateur Black : Merci beaucoup.
Mr. Halucha: — paper burden. We’re not going to be making
those reviewable under the net benefit test, so when notifications
come in it doesn’t require that we’re going to be undertaking
reviews. To the extent that a transaction is or is not reviewable
now, nothing will change in the future. We will just have a better
sense of how many of these transactions are happening in the
entire economy, not just the oil sands. That will assist us in
understanding how frequently they’re used, and we don’t have
that data right now.
M. Halucha : ... le fardeau administratif. Nous n’allons pas
assujettir ces transactions à un examen en fonction du critère de
l’avantage net. Par conséquent, lorsque nous recevrons les avis,
cela n’exigera pas des examens. Dans la mesure où une
transaction est actuellement assujettie à un examen ou non, rien
ne changera à l’avenir. Nous comprendrons simplement mieux
combien de ces transactions sont effectuées dans l’ensemble de
l’économie, pas simplement dans le secteur des sables bitumineux.
Nous pourrons mieux comprendre leur fréquence, et nous n’avons
actuellement pas accès à ce genre de données.
Senator Black: So more government. Thank you very much.
Le sénateur Black : Alors une présence gouvernementale
accrue. Merci beaucoup.
[Translation]
[Français]
Senator Massicotte: Thank you for taking part in our
committee to allow us to better understand the objective and
the consequences of these amendments.
Le sénateur Massicotte : Je vous remercie de prendre part à
notre comité pour nous permettre de mieux comprendre l’objectif
et les conséquences de ces amendements.
I will continue somewhat along the same lines. In your opinion,
if a foreign creditor were to gain control of a Canadian business,
their only requirement would be to fill out a form which briefly
describes the consequences of this recourse on their security.
There is no government decision. It is simply a matter of
providing information. Is that correct?
Je poursuis un peu dans la même veine. Selon vous, si un
créancier étranger prenait le contrôle d’une entreprise canadienne,
il aurait comme seule obligation de remplir un formulaire qui
décrit brièvement les conséquences de ce recours sur sa sécurité. Il
n’y a pas de décision gouvernementale. Il s’agit simplement de
déposer de l’information. Est-ce exact?
18:26
Banking, Trade and Commerce
[English]
20-11-2014
[Traduction]
Mr. Halucha: Yes, you are correct. From the perspective of
national security, these transactions would already be reviewable,
so that’s an obligation that already exists. We’re not changing
that in any way.
M. Halucha : Oui, vous avez raison. Du point de vue de la
sécurité nationale, ces transactions seraient déjà assujetties à un
examen, c’est donc une obligation qui existe déjà. Nous n’y
changeons rien.
Senator Massicotte: When you say that, what do you mean? In
other words, the answer is yes but is there another review
occurring because of that?
Le sénateur Massicotte : Que voulez-vous dire? En d’autres
mots, vous répondez par l’affirmative, mais cela provoquera-t-il
un autre examen?
Mr. Halucha: The Investment Canada Act has two streams of
review. There’s an economic review, the net benefit test, and
there’s also a national security review that’s in place. The regime
contains both of those reviews.
M. Halucha : La Loi sur Investissement Canada compte deux
volets d’examen. Il y a l’examen économique, le critère de
l’avantage net, et l’examen lié à la sécurité nationale déjà en place.
Le régime prévoit ces deux examens.
Under the net benefit test, there’s an exception in the act that
says if you’re obtaining control of a business as a result of the
realization on debt, it’s an exception. It’s not reviewable under the
net benefit test. That exception does not exist on the national
security side.
Dans le cadre du critère de l’avantage net, il y a une disposition
dans la loi qui précise que, si l’acquisition du contrôle d’une
entreprise découle de la réalisation d’une garantie accordée à
l’égard d’une dette, il s’agit d’une exception. Il n’y aura pas
d’examen en fonction du critère de l’avantage net. Cette exception
n’existe pas du point de vue de la sécurité nationale.
Senator Massicotte: Which means what? Let’s say you’re
HSBC and you have major loans against an oil sands company,
and they go into default. As a typical banker, your priority charge
is to take control of the entity. Can they exercise that? Other than
filing a form saying, ‘‘Here are the consequences that are to
follow,’’ can the government say, ‘‘No, you can’t realize any
security’’?
Le sénateur Massicotte : Et qu’est-ce que cela signifie? Disons
que la HSBC a des prêts majeurs garantis par une entreprise de
sables bitumineux, et que celle-ci se retrouve en défaut de
paiement. En tant que banquier traditionnel, votre priorité est
de prendre les commandes de l’entité. Peuvent-ils le faire? À part
remplir un formulaire pour dire : « Voici les conséquences qui
s’appliquent », le gouvernement peut-il dire : « Non, vous ne
pouvez pas réaliser une garantie »?
Mr. Halucha: Under the national security test it would be
reviewable, so yes.
M. Halucha : À la lumière du critère lié à la sécurité nationale,
ce serait assujetti à un examen, alors oui.
Senator Massicotte: Tell me more about the criteria of the
application of that act, the national security test. What does it
apply to?
Le sénateur Massicotte : Pouvez-vous m’en dire plus au sujet
des critères d’application de cette loi, le critère de sécurité
nationale. À quoi s’applique-t-il?
Mr. Halucha: The national security test applies to any
realization of control of a Canadian asset by a foreigner. People
are familiar with the threshold in the net benefit test, which right
now is around $350 million. Transactions above that limit are
subject to review. Transactions below that limit are not subject to
review.
M. Halucha : Le critère de sécurité nationale s’applique à toute
réalisation menant à la prise de contrôle d’un actif canadien par
une entité étrangère. Les gens connaissent le seuil lié au critère du
bénéfice net, qui, actuellement, est d’environ 350 millions de
dollars. Les transactions au-dessus de ce plafond sont assujetties à
un examen. Les transactions dont le montant est inférieur ne le
sont pas.
Senator Massicotte: That’s the national security test.
Mr. Halucha: In the national security test there is no limit. The
factors are obviously different on national security. If there are
concerns with an investor coming in or with the asset that’s being
obtained, you want to have full flexibility; you want to have a
limit that’s based on asset value that means you can or cannot,
and the national security considerations need to be paramount.
Le sénateur Massicotte : Vous parlez du critère de sécurité
nationale?
M. Halucha : Dans le cas du critère de sécurité nationale, il n’y
a pas de limite. Évidemment, les facteurs sont différents pour ce
qui est de la sécurité nationale. S’il y a des préoccupations liées à
l’arrivée d’un investisseur ou à l’actif qui est obtenu, il faut
bénéficier de toute la marge de manœuvre nécessaire, il faut avoir
une limite fondée sur la valeur de l’actif qui permet de définir si
c’est possible ou non, et les considérations liées à la sécurité
nationale doivent être prioritaires.
20-11-2014
Banques et commerce
18:27
Senator Massicotte: There’s a lot. Billions of dollars are lent by
foreign entities to Canadian companies. It’s just normal. Will they
not be concerned with that loose explanation, loose wording to
say ‘‘I want recourse against my assets; the company is in
default’’?
Le sénateur Massicotte : Il y a beaucoup... des milliards de
dollars sont prêtés par des entités étrangères à des entreprises
canadiennes. C’est tout à fait normal. Ne seront-ils pas
préoccupés par cette explication vague, ce libellé vague
lorsqu’ils diront : « Je veux une garantie relativement à mes
actifs. L’entreprise est en défaut »?
Mr. Halucha: We’re not changing that as a result of this
amendment, right?
M. Halucha : Cela ne changera pas en raison de cet
amendement, n’est-ce pas?
Ms. Aitken: Part of the amendment is for the notification and
not to change the exemption to net benefit review. Those
transactions are still exempt from net benefit review,
recognizing the importance.
Mme Aitken : L’amendement vise en partie l’avis et ne modifie
pas l’exemption concernant les examens liés au bénéfice net. Ces
transactions resteront exemptées de l’examen lié au critère du
bénéfice net, en reconnaissance de leur importance.
Senator Massicotte: But they are subject to the other one? Is it
the national security review?
Le sénateur Massicotte : Mais elles sont assujetties à l’autre? À
l’examen lié à la sécurité nationale?
Ms. Aitken: Yes.
Mme Aitken : Oui.
Senator Massicotte: That seems to suggest it’s pretty loose as to
the criteria of application.
Le sénateur Massicotte : Tout cela porte à croire que les critères
d’application sont assez vagues.
Ms. Aitken: A transaction is only subject to national security
review under the act where the Governor-in-Council makes an
order for review. The act sets out a process: The Minister of
Industry must consult with the Minister of Public Safety and
make a recommendation to the Governor-in-Council, and then
the Governor-in-Council makes a decision to do a national
security review. It is not an automatic review that applies.
Mme Aitken : Aux termes de la loi, une transaction est
seulement assujettie à un examen lié à la sécurité nationale
lorsque le gouverneur en conseil l’ordonne. La loi prévoit un
processus : le ministre de l’Industrie doit consulter le ministre de
la Sécurité publique et formuler une recommandation au
gouverneur en conseil, qui rendra une décision relativement à
l’examen lié à la sécurité nationale. Il ne s’agit pas d’un examen
automatique.
Senator Massicotte: I appreciate that. Basically it’s for the
cabinet to decide. But what is the objective? Is there an
encadrement? Are there framing objectives for that review? I’m
trying to determine if the third party who will review that should
be concerned.
Le sénateur Massicotte : Je comprends. Essentiellement, c’est
au cabinet de décider. Mais quel est l’objectif? Y a-t-il un
encadrement? Y a-t-il des objectifs qui fournissent un cadre à cet
examen? J’essaie de voir si une tierce partie qui examinerait le tout
aurait lieu de s’inquiéter.
Mr. Halucha: The act is based on a case-by-case review. The
net benefit factors are outlined in the act.
M. Halucha : La loi est fondée sur un examen au cas par cas.
Les facteurs liés au bénéfice net sont décrits dans la loi.
Senator Massicotte: You said it’s not applicable.
Le sénateur Massicotte : Vous avez dit que ce n’est pas
applicable.
Mr. Halucha: It’s not applicable. On national security the real
factors are whether or not the transaction raises concerns on
national security. That’s not something where there’s a list or
framework that’s been publicized. It’s not in the legislation.
M. Halucha : Ce n’est pas applicable. Pour ce qui est de la
sécurité nationale, les vrais facteurs consistent à se demander si,
oui ou non, la transaction est préoccupante du point de vue de la
sécurité nationale. Ce n’est pas comme s’il y avait une liste ou un
cadre qui sont rendus publics. Ce n’est pas dans la loi.
There are two tests in the act. First, a screening that takes place
around the concept of ‘‘could’’ the transaction be injurious to
national security. If the decision is made, it is based on careful
review and consideration, and there’s a consultation process
between the Minister of Industry and the Minister of Public
Safety. If the determination is made that it could be injurious,
then under the act there’s legislative authority to go forward with
a national security review.
Il y a deux critères dans la loi. Premièrement, on procède à une
évaluation en se demandant si la transaction « pourrait » miner la
sécurité nationale. Si une telle décision est prise, elle est fondée sur
un examen minutieux et une évaluation, et il y a un processus de
consultation entre le ministre de l’Industrie et le ministre de la
Sécurité publique. Si on détermine que la transaction pourrait être
néfaste, alors, aux termes de la loi, nous avons le pouvoir législatif
d’aller de l’avant et de réaliser un examen lié à la sécurité
nationale.
The purpose of that review is to effectively elevate the bar
higher. ‘‘Could’’ is for the first stage, and then ‘‘would’’ for the
second stage. If the determination is made that it would be
L’objectif de l’examen est, en fait, d’élever la barre. À la
première étape, on veut savoir si la transaction « pourrait » être
néfaste, puis, à la deuxième étape, de déterminer si elle le
18:28
Banking, Trade and Commerce
20-11-2014
injurious to national security, the GIC has the authority to take
whatever measures it deems appropriate to mitigate the
transaction.
« serait ». Si on détermine que la transaction minerait la sécurité
nationale, le gouverneur en conseil a le pouvoir de prendre toutes
les mesures qu’il juge appropriées pour atténuer l’impact de la
transaction.
Senator Massicotte: Does it matter whether the recourse is by
control? Control usually means you own the shares, the
controlling interest shares. Would it matter re: the application
whether the banker says, ‘‘I net the shares,’’ or rather take
recourse on the hard assets and liquidate the assets? Does it
matter whether it’s control of the shares or recourse and
liquidation of the actual assets within that entity?
Le sénateur Massicotte : Cela a-t-il une importance que la
garantie soit réalisée par la prise de contrôle? Le contrôle signifie
habituellement qu’on possède les actions ou un intérêt
majoritaire. Cela aurait-il un impact sur l’application de la loi si
le banquier dit : « je prends possession des actions », ou s’il réalise
plutôt sa garantie en prenant possession des actifs et en les
liquidant? Cela change-t-il quelque chose si on parle du contrôle
des actions ou de la réalisation de la garantie et de la liquidation
des actifs de l’entité?
Ms. Aitken: For the amendment requiring notification, it
applies to control of a Canadian business, which is what the act
generally applies to. That is control of the business: the shares or
substantially all the assets.
Mme Aitken : Pour ce qui est de l’amendement qui exige l’avis,
il s’applique au contrôle d’une entreprise canadienne, ce à quoi
s’applique habituellement la loi. On parle du contrôle de
l’entreprise : les actions ou la quasi-totalité des actifs.
Senator Massicotte: Substantially all the assets, okay.
Le sénateur Massicotte : La quasi-totalité des actifs, d’accord.
Senator Ringuette: Usually when we see a piece of legislation in
front of us, it’s because there was an event that prompted a
discussion at a department, government level or cabinet level, and
it results in trying to close some kind of loophole. What event
prompted this piece of legislation?
La sénatrice Ringuette : Habituellement, lorsqu’un projet de loi
nous est présenté, c’est parce qu’un événement a provoqué une
discussion au sein d’un ministère, du gouvernement ou du
Cabinet, et qu’on essaie ainsi de corriger une lacune. Quel
événement a mené au présent projet de loi?
Ms. Aitken: No specific event prompted this change to the
legislation. It’s just a practice of ensuring that the legislation is
effective. It’s not in response to a specific event.
Mme Aitken : Aucun événement précis n’a entraîné la présente
modification de la loi. On tente simplement de s’assurer que la loi
est efficace. Ce n’est pas en réaction à un événement précis.
Senator Ringuette: The legislation effectively does what?
Mr. Halucha: Could I add to that? The addition of the national
security regime into the Investment Canada Act was undertaken
in 2009.
Senator Ringuette: Yes.
La sénatrice Ringuette : Et, concrètement, que fait cette loi?
M. Halucha : Puis-je ajouter quelque chose? L’ajout du cadre
de sécurité nationale dans la Loi sur Investissement Canada a été
entrepris en 2009.
La sénatrice Ringuette : Oui.
Mr. Halucha: Effectively we are carefully monitoring, as we do
with all pieces of legislation, whether or not changes are needed to
make sure that it’s responsive and modern. There’s no specific
event here.
M. Halucha : En fait, nous évaluons attentivement, comme
nous le faisons pour toutes les lois, si des changements sont
nécessaires pour que l’on puisse s’assurer qu’elle reste adaptée et
moderne. Il n’y a pas eu d’événement précis.
Routine reviews take place to determine whether
improvements can be made to legislation. This was an area that
had last been looked at. The exception was put in the act in the
1980s, and so the determination was made that it would be
important to at least have data. We don’t know how often this is
happening right now. The purpose is to effectively get an evidence
base to determine how often this is happening as a way of gaining
control of Canadian firms.
On procède à des examens de routine pour déterminer si on
peut apporter des améliorations aux lois. Il s’agit du dernier
aspect sur lequel nous nous sommes penchés. L’exception a été
ajoutée à la loi durant les années 1980, alors on a décidé qu’il
serait important, au moins, d’avoir des données. Nous ne savons
pas à quelle fréquence cela se produit actuellement. L’objectif est
d’obtenir efficacement des données probantes pour déterminer à
quelle fréquence cela se produit dans le but d’acquérir le contrôle
d’entreprises canadiennes.
Senator Ringuette: You said that in order to prompt a national
security test that the threshold investment had to be $350 million
or more.
La sénatrice Ringuette : Vous avez dit que, pour que le critère
de sécurité nationale s’applique, l’investissement devait être de
350 millions de dollars ou plus.
Mr. Halucha: Correct.
Senator Ringuette: What is the threshold for this control? Is it
51 per cent of the assets of the company? Is it 60?
M. Halucha : C’est exact.
La sénatrice Ringuette : Quel est le seuil pour ce contrôle? Estce 51 p. 100 des actifs de l’entreprise? Est-ce 60?
20-11-2014
Banques et commerce
18:29
Ms. Aitken: The act has two types of filings. Over $354 million
in asset value of the Canadian business is the current threshold. A
filing for an application for review has to be made. Below the
threshold it’s a notification, but that applies to all acquisitions of
control of Canadian businesses. ‘‘Control’’ is set out specifically in
the act.
Mme Aitken : La loi prévoit actuellement deux types de
déclarations. Le seuil actuel est plus de 354 millions de dollars
en valeur de l’actif d’une entreprise canadienne. Au-dessus du
seuil, une demande d’examen doit être présentée. En dessous du
seuil, c’est un avis, mais cela s’applique à toute prise de contrôle
d’entreprises canadiennes. La notion de « contrôle » est définie
précisément dans la loi.
Senator Ringuette: What is it? Is it 51 per cent of the entire
assets of a business?
La sénatrice Ringuette : Et quel est le chiffre? Est-ce 51 p. 100
des actifs de l’entreprise?
Ms. Aitken: You have to go through the provisions in
section 28, but generally it applies to an acquisition of a
controlling interest, which is a majority of the voting interests.
A Canadian business can be a company, a trust, a joint venture,
or partnership, and then the interests in that are defined as voting
interests in the act. It is an acquisition on the majority of the
voting interests.
Mme Aitken : Il faut lire les dispositions à l’article 28, mais, en
général, cela s’applique à l’acquisition d’une participation
majoritaire, ce qui signifie l’acquisition de la majorité des
intérêts avec droit de vote. Une entreprise canadienne peut être
une société, une fiducie, une coentreprise ou un partenariat, puis
les intérêts connexes sont définis comme des intérêts avec droit de
vote dans la loi. On parle de l’acquisition d’une majorité des
intérêts avec droit de vote.
Senator Ringuette: It is not a dollar value, per se?
Ms. Aitken: Correct.
La sénatrice Ringuette : Ce n’est pas directement une valeur
monétaire?
Mme Aitken : C’est exact.
Senator Tannas: In the reasons, apart from those that you have
already enumerated, would it also be fair to say that it might be in
order to potentially close any loopholes that might exist where
foreign ownership could come through this fashion? Would that
have crossed anybody’s mind in bringing these changes forward?
Le sénateur Tannas : Pour ce qui est des motifs, à part ceux que
vous avez déjà mentionnés, pourrait-on dire que c’était aussi pour
combler toute lacune qui pourrait permettre à des étrangers
d’entrer en possession d’entreprises de cette façon? Une telle
situation aurait-elle pu venir à l’idée de quelqu’un qui a proposé
ces changements?
Mr. Halucha: Given the fact that there’s already coverage
under national security, we really did not do it as a way of closing
loopholes. The purpose was to gain evidence.
M. Halucha : Puisque cela est déjà couvert par le volet de la
sécurité nationale, nous ne l’avons vraiment pas fait pour combler
des lacunes. L’objectif était d’obtenir des données probantes.
Senator Tannas: To gain information and insight into what the
activity is.
Le sénateur Tannas : Pour obtenir des renseignements et de
l’information sur cette activité.
Mr. Halucha: Correct.
M. Halucha : C’est exact.
Senator Tannas: Good.
Le sénateur Tannas : C’est bien.
Secondly, any loans that were led by Canadian banks where,
let’s say, some of the syndicate members were foreign institutions,
which happens a lot, how would they go about determining
whether or not this is a loan by a foreign bank, if indeed they’re
part of a syndicate that is led and managed by a Canadian bank?
Ensuite, dans le cas des prêts accordés par des banques
canadiennes dont, disons, certains des membres du consortium
sont des institutions étrangères, ce qui se produit souvent, de
quelle façon procéderait-on pour déterminer s’il s’agit ou non
d’un prêt consenti par une banque étrangère, si, effectivement, elle
fait partie d’un consortium qui est dirigé et géré par une banque
canadienne?
Ms. Aitken: In an instance where you are dealing with a
Canadian bank, you would have to look at the Bank Act. There’s
a clear division between the Investment Canada Act and the Bank
Act, and anything that is governed by the Bank Act is not subject
to the Investment Canada Act. So it is clearly except for cases
where there are approvals under the Bank Act.
Mme Aitken : Dans un cas où on traite avec une banque
canadienne, il faut plutôt se tourner vers la Loi sur les banques. Il
y a une division claire entre la Loi sur Investissement Canada et la
Loi sur les banques, et tout ce qui est visé par la Loi sur les
banques ne l’est pas par la Loi sur Investissement Canada. C’est
donc clair, sauf dans les cas où il y a des approbations aux termes
de la Loi sur les banques.
A lot of cases of lending are going to fall under the Bank Act
and not the Investment Canada Act. This captures the other ones.
Une bonne partie des cas de prêts relèveront de la Loi sur les
banques et non de la Loi sur Investissement Canada. Et là, on vise
les autres.
18:30
Banking, Trade and Commerce
Senator Tannas: It will simply not be part of any reporting
regime whatsoever?
20-11-2014
Le sénateur Tannas : Ce ne sera visé par aucun cadre
additionnel, quel qu’il soit?
Mr. Halucha: That’s right, yes.
M. Halucha : C’est exact, oui.
Ms. Aitken: They’re under the Bank Act.
Mme Aitken : Cela relève de la Loi sur les banques.
Senator Tannas: Under this?
Le sénateur Tannas : De ceci?
Ms. Aitken: Yes.
Mme Aitken : Oui.
Mr. Halucha: To answer your question, that’s the real gap
we’re talking about because they’re not part of a reporting regime
at this point.
M. Halucha : Pour répondre à votre question, elle est là la
véritable lacune dont nous parlons, parce que ces situations ne
sont assujetties à aucun cadre redditionnel en ce moment.
Senator Black: Does it not follow that if I am a foreign bank —
I’m a Malaysian bank — and I have been asked by a Canadianbased LNG proponent to fund their operations, given this new
proposal where if the project goes into default I may or may not
be able to realize upon my security depending on a determination
of a bureaucrat, I will refuse to grant the loan because there will
be a cloud over my ability to enforce my security? If I am right on
that, then isn’t this, in effect, restricting the ability of entities
developing businesses in Canada to fund outside of Canada?
Le sénateur Black : Ne doit-on pas comprendre que, si je
représente une banque étrangère — une banque de Malaisie — et
qu’un promoteur de GNL dont le siège social est au Canada me
demande de financer ses opérations, en vertu de cette nouvelle
proposition, si le projet est en défaut de paiement, je ne pourrais
peut-être pas réaliser ma garantie en raison de la décision d’un
bureaucrate. Dans une telle situation, je refuserais d’octroyer le
prêt, parce qu’on mine ma capacité de réaliser ma garantie. Si j’ai
raison, alors n’est-ce pas une façon, en fait, de limiter la capacité
des entités qui créent des entreprises au Canada de financer des
activités à l’extérieur du pays?
Ms. Aitken: So there aren’t any changes in these changes being
made to the government’s ability to approve a transaction
acquiring a business.
Mme Aitken : Alors il n’y a pas de changement dans ces
modifications apportées à la capacité du gouvernement
d’approuver une transaction d’acquisition d’une entreprise.
Senator Black: I understand that.
Le sénateur Black : Je comprends.
Ms. Aitken: There’s no requirement for net benefit review and
there’s no change to the national security provisions. There’s just
an information requirement. The requirement doesn’t apply at the
time of the —
Mme Aitken : Il n’est pas nécessaire de réaliser un examen du
bénéfice net, et on ne modifie pas les dispositions sur la sécurité
nationale. C’est purement une exigence liée à l’information.
L’exigence ne s’applique pas au moment de...
Senator Black: That’s not what your colleague said. That’s not
what you said, sir. You said that there is a possibility, and this is
where the question comes from. If I wish to enforce my security
and I’m a foreign lender and it is over a threshold, there is now a
national security component because I could effectively get
control of an asset that the Government of Canada may not
approve and, therefore, I cannot enforce my security. That is what
you said.
Le sénateur Black : Ce n’est pas ce que votre collègue a dit. Ce
n’est pas ce que vous avez dit, monsieur. Vous avez dit qu’il y a
une possibilité, et c’est pour cela que je pose ma question. Si je
veux réaliser ma garantie et que je suis un prêteur étranger, et que
le montant est supérieur au seuil, c’est maintenant une question de
sécurité nationale, parce que je pourrais en fait obtenir le contrôle
d’un actif, chose que le gouvernement du Canada n’approuvera
peut-être pas. Par conséquent, je ne peux pas réaliser ma garantie.
C’est ce que vous avez dit.
Mr. Halucha: I’m saying that that already exists under the
national security provisions of the act. We’re not actually
changing that risk. That risk is there now.
M. Halucha : Je dis que c’est déjà le cas aux termes des
dispositions sur la sécurité nationale de la loi. Nous ne modifions
rien à ce risque. Le risque est déjà là.
On your point about a bureaucrat making the decisions, the
decisions are all made by the Governor-in-Council, so there’s a
broad discretion, under the act, for the Minister of Industry. He
makes decisions on a recommendation, in the case of national
security advice, from the Minister of Public Safety, but ultimately
any decision around an investment where there’s a national
security concern is a GIC decision. That’s where the orders come
from.
Au sujet du fait qu’un bureaucrate prend les décisions, les
décisions sont toutes prises par le gouverneur en conseil, alors il y
a un important pouvoir discrétionnaire prévu dans la loi pour le
ministre de l’Industrie. Il prend une décision à la lumière d’une
recommandation, dans le cas d’un conseil lié à la sécurité
nationale, provenant du ministre de la Sécurité publique, mais,
au bout du compte, toute décision liée à un investissement associé
à une préoccupation du point de vue de la sécurité nationale
revient au gouverneur en conseil. C’est de lui que viennent les
ordres.
20-11-2014
Banques et commerce
18:31
Senator Massicotte: Just two comments: I appreciate the
response you are making. You may not be changing it, but it
certainly has been an impediment for lenders to invest in the oil
sands because it does impede this relative to security.
Le sénateur Massicotte : J’ai deux commentaires. Je comprends
votre réponse. Vous n’y changez peut-être rien, mais cela a très
certainement dissuadé des prêteurs d’investir dans les sables
bitumineux parce qu’ils pourraient ne pas pouvoir réaliser leur
garantie.
My question is more about clause 189. I’m just curious: You
are repealing a section that never took place and used to allow the
minister the authority to extend the review period. Why are you
removing that?
Ma question porte davantage sur l’article 189. Je suis curieux :
vous abrogez un article qui n’a jamais servi et qui servait à donner
au ministre le pouvoir de prolonger la période d’examen.
Pourquoi l’éliminez-vous?
Ms. Aitken: The amendments were made in 2013 to add
provisions that would allow for extensions to the phases of the
national security review process. The amendments then referred
to prescribed periods, so regulations are necessary in order to
bring those into force, to actually prescribe the specific periods.
Mme Aitken : Des amendements ont été apportés en 2013 pour
ajouter des dispositions permettant de prolonger les phases du
processus d’examen lié à la sécurité nationale. Les amendements
renvoyaient à des périodes réglementées, alors un règlement était
nécessaire afin de les appliquer, pour concrètement définir des
périodes précises.
It has been determined that it is no longer necessary to have
that specific authority, but the other authorities to prescribe the
national security review timelines are still there.
On a déterminé qu’il n’est plus nécessaire d’avoir ce pouvoir
précis, mais les autres pouvoirs d’établir les délais dans le cadre
des examens liés à la sécurité nationale sont encore là.
When regulations come into force, there will be extensions. It is
just a drafting change because that specific authorization wasn’t
needed.
Lorsque le règlement entrera en vigueur, les prolongations y
seront. Il s’agit d’une mesure de nettoyage législatif, parce que
cette autorisation précise n’est pas nécessaire.
[Translation]
Senator Bellemare: I would like to know if the regulation you
are proposing, along with existing regulations, put Canada in a
situation comparable to that of other G20 countries. Are we
comparable to most of the large countries with which we usually
deal, or will we have more or less regulation?
[English]
[Français]
La sénatrice Bellemare : J’aimerais savoir si la réglementation
que vous proposez avec celle qui existe déjà met le Canada dans
une situation comparable à celle des pays du G20. Est-ce que c’est
dans l’ensemble des grands pays avec lesquels on fait affaire
généralement qu’il y aura plus ou moins de réglementation?
[Traduction]
Mr. Halucha: That’s a very good question. Every country has
some sort of a national security review around investment. This is
very typical. I would indicate, as well, that actually trying to find
out how those NS regimes work is often very difficult. It is hard to
do an assessment on whether there’s a degree of burden in Canada
that’s higher than it is in another jurisdiction because the level of
disclosure is not usually high around what happens in a national
security process inside of other countries.
M. Halucha : C’est une très bonne question. Tous les pays
réalisent un genre d’examen de la sécurité nationale au sujet des
investissements. Cela n’a rien de spécial. De plus, je soulignerais
que, en fait, il est très difficile de découvrir de quelle façon ces
régimes de sécurité nationale fonctionnent. C’est difficile de
déterminer si le fardeau est plus lourd au Canada que dans une
autre administration vu que le niveau de divulgation n’est souvent
pas assez élevé relativement aux processus liés à la sécurité
nationale des autres pays.
Senator Greene: Further to the question asked by Senator
Ringuette as to what event might have triggered this change, can
you provide a couple of examples of the kinds of transactions
your regulations would flag as potential difficulties?
Le sénateur Greene : Pour revenir sur la question posée par la
sénatrice Ringuette quant à savoir si un événement avait suscité le
changement, pouvez-vous me fournir deux ou trois exemples du
genre de transactions qui seraient considérées comme
potentiellement problématiques dans le cadre de votre règlement?
Ms. Aitken: The regulation that requires a notification — so
something to be filed — would apply when any entity is giving a
loan to another entity, perhaps a shareholder. It is not at the time
of the loan. But if the borrower defaults and the lender realizes on
security and, in doing so, acquires control of the Canadian
business, the notification requirement applies.
Mme Aitken : Le règlement qui exige l’avis — donc quelque
chose à déclarer — s’appliquerait lorsqu’une entité consent un
prêt à une autre entité, peut-être un actionnaire. Ce n’est pas au
moment du prêt. Cependant, si l’emprunteur manque à ses
obligations, et que le prêteur réalise sa garantie et que, ce faisant,
il acquiert le contrôle d’une entreprise canadienne, l’exigence
relative à l’avis s’applique.
18:32
Banking, Trade and Commerce
20-11-2014
Senator Greene: That’s fine up to a point, but then where is the
national security problem?
Le sénateur Greene : Tout est parfait jusque-là, mais n’y a-t-il
pas par la suite le problème touchant la sécurité nationale?
Ms. Aitken: Those notifications, which apply generally to
foreign investors, won’t necessarily have anything to do with
national security. National security is a process that already exists
in the act —
Mme Aitken : Ces avis, qui s’appliquent généralement aux
investisseurs étrangers, n’auront pas nécessairement quelque
chose à voir avec la sécurité nationale. La sécurité nationale est
un processus déjà prévu dans la loi...
Senator Greene: Sure.
Le sénateur Greene : Bien sûr.
Ms. Aitken: — where there’s a transaction that the Minister of
Industry, after consulting the Minister of Public Safety, considers
could be injurious and goes to the GIC.
Mme Aitken : ... il s’applique lorsqu’il y a une transaction que
le ministre de l’Industrie juge possiblement néfaste après avoir
consulté le ministre de la Sécurité publique, et qu’il se tourne vers
le gouverneur en conseil.
Senator Greene: I would like an example of a national security
problem in the context of an investment.
Le sénateur Greene : J’aimerais que vous nous fournissiez un
exemple de problème de sécurité nationale dans le contexte d’un
investissement.
Mr. Halucha: The government has not articulated the factors
around national security, what would actually constitute it. It is a
case-by-case decision. There aren’t factors enumerated in the act,
and obviously in the case of specific circumstances, we’re not in a
position to provide examples.
M. Halucha : Le gouvernement n’a pas défini les facteurs liés à
la sécurité nationale et ce en quoi cela consisterait. C’est une
décision prise au cas par cas. Il n’y a pas de facteur énuméré dans
la loi, et, évidemment, nous ne sommes pas dans une position
pour fournir des exemples de situations précises.
The Chair: Ms. Aitken, Mr. Halucha, thank you very much for
your participation today.
Le président : Madame Aitken, monsieur Halucha, merci
beaucoup de votre participation aujourd’hui.
Senators, we now turn to Division 12 of Part, 4 which also
comes under Industry Canada. Honourable senators will recall
that in 2010, at the request of the minister, our committee
undertook a 10-year statutory review of the Business
Development Bank of Canada Act. This legislation appears to
implement some of the recommendations from our committee.
Mesdames et messieurs, nous nous tournons maintenant vers la
section 12 de la partie 4, qui relève aussi d’Industrie Canada. Vous
vous rappellerez que, en 2010, à la demande du ministre, notre
comité avait entrepris une revue réglementaire de 10 ans de la Loi
sur la Banque de développement du Canada. Le projet de loi
semble appliquer certaines des recommandations que nous avions
formulées.
Our witnesses from the Business Development Bank of Canada
are Michel Bergeron, Senior Vice President, Marketing and
Public Affairs; and Mathieu Belleville, Assistant Vice President,
Legal Affairs. Mr. Bergeron will make the opening statement.
Nous accueillons Michel Bergeron, vice-président principal,
Marketing et Affaires publiques, et Mathieu Belleville, viceprésident associé, Affaires juridiques, de la Banque de
développement du Canada. M. Bergeron présentera une
déclaration préliminaire.
Michel Bergeron, Senior Vice President, Marketing and Public
Affairs, Business Development Bank of Canada: Thank you very
much, Mr. Chair, and good morning, honourable senators. I’m
pleased to be here before you today to discuss the proposed
amendments to the Business Development Bank of Canada Act.
Michel Bergeron, vice-président principal, Marketing et Affaires
publiques, Banque de développement du Canada : Merci beaucoup,
monsieur le président, et bonjour, honorables sénateurs. Je suis
heureux d’être ici aujourd’hui pour vous parler des amendements
proposés à la Loi sur la Banque de développement du Canada.
As you know, the BDC is mandated to provide financing and
consulting services to Canadian entrepreneurs with a focus on
small- and medium-sized enterprises, or SMEs. This role is one of
complementarity with private financial institutions. As a result,
we take on greater risk and price accordingly. We currently serve
more than 30,000 entrepreneurs who employ 690,000 Canadians
and generate close to $200 billion in revenue, with 16 per cent of
these clients being exporters, generating export revenues
exceeding $22 billion. While our primary focus is to help create
and develop Canadian businesses, we are profitable, returning
dividends to the government on a yearly basis.
Comme vous le savez, la BDC a comme mandat de fournir des
services financiers et de consultation aux entrepreneurs canadiens
en mettant l’accent sur les petites et moyennes entreprises, les
PME. Ce rôle est complémentaire à celui des institutions
financières privées. Par conséquent, nous prenons plus de
risques et établissons des prix en conséquence. Nous servons
actuellement plus de 30 000 entrepreneurs qui emploient 690 000
Canadiens et génèrent près de 200 milliards de dollars en revenus.
En outre, 16 p. 100 de ces clients sont des exportateurs qui
génèrent des revenus d’exportation dépassant les 22 milliards de
dollars. Même si notre objectif principal est d’aider à créer et à
20-11-2014
Banques et commerce
18:33
mettre sur pied des entreprises canadiennes, nous sommes
rentables et nous versons des dividendes chaque année au
gouvernement.
[Translation]
[Français]
As you know, the Minister of Industry is required to conduct a
review of the Business Development Bank of Canada Act —
BDC — every 10 years. In this respect, many members of this
committee had the opportunity to actively participate in that
review. Their work led to the tabling of a thorough report from
your committee in December 2010. Furthermore, another report
was published by the Minister of Industry on June 16, 2014.
Comme vous le savez, le ministre de l’Industrie est tenu
d’effectuer un examen de la Loi sur la Banque de développement
du Canada (BDC) tous les 10 ans. À ce titre, plusieurs membres
de ce comité ont eu l’occasion de participer activement à cette
révision. Le travail a mené au dépôt du rapport exhaustif de votre
comité en décembre 2010. De plus, un autre rapport a été publié
par le ministre de l’Industrie, le 16 juin 2014.
Both reports conclude that the time is right to amend the act.
Indeed, although the BDC Act has served entrepreneurs well since
its coming into force in 1995, it is now wise to make certain
changes to update it in the light of the changing environment in
which SMEs do business.
Ces deux rapports concluent qu’il est opportun de modifier la
loi. En effet, bien que la Loi sur la BDC ait bien servi les
entrepreneurs depuis son entrée en vigueur en 1995, il est
maintenant judicieux d’y apporter certaines modifications pour
la mettre à jour, à la lumière de l’environnement changeant dans
lequel les PME exploitent leurs activités.
The amendments put forward for the BDC Act are minor.
They will not change its mission or its particular focus on small
and medium businesses in any way. On the contrary, these
amendments will allow the BDC to use relevant tools in order to
support entrepreneurs well when they request it.
Les modifications proposées à la Loi sur la BDC sont
mineures. Ils n’altéreront en rien sa mission et son attention
particulière aux petites et moyennes entreprises. Au contraire, ces
modifications permettront à la BDC de disposer d’outils
pertinents pour bien soutenir les entrepreneurs là où ils nous le
demandent.
[English]
[Traduction]
With this in mind, the proposed legislative amendments to the
BDC Act would allow the bank to, first, help SMEs grow beyond
the domestic market. In this vein, we would now be able to help
companies, like Advantage Engineering, expand their operations
in Mexico to improve their competitiveness while maintaining
wealth and jobs in Canada and not overloading their Canadian
balance sheet.
Cela dit, les modifications législatives proposées à la Loi sur
BDC permettraient à la banque, premièrement, d’aider les PME à
croître et à ne pas se limiter au marché national. Dans cette
optique, nous pourrions maintenant aider les entreprises, comme
Advantage Engineering, à donner de l’expansion à ses opérations
au Mexique afin d’accroître sa compétitivité tout en conservant
les avoirs et les emplois au Canada et sans surcharger son bilan
canadien.
Second, it would allow the bank to invest in venture capital
funds legally established outside Canada that deliver benefits to
the Canadian economy. For example, this would allow us to
invest in a U.S. incorporated venture funds, such as XPV, if at
least one half of fund managers reside in Canada and the fund has
an ongoing commitment to invest in Canada.
Deuxièmement, la banque pourrait investir dans des fonds de
capital-risque établis légalement à l’étranger dont l’économie
canadienne bénéficie. Par exemple, nous pourrions investir dans
un fonds industriel constitué aux États-Unis, comme XPV, si au
moins la moitié des administrateurs du fonds résident au Canada
et que le fonds maintient son engagement d’investir au Canada.
Third, the proposed amendments would allow BDC to provide
indirect financing through third party organizations, such as
Futurpreneur Canada, formerly known as CYBF, thereby
supporting young entrepreneurs more efficiently.
Troisièmement, les modifications proposées permettraient à la
BDC d’offrir un financement indirect par le truchement
d’organisations tierces comme Futurpreneur Canada,
anciennement la FCJE, appuyant ainsi les jeunes entrepreneurs
de façon plus efficiente.
The amendments would also allow the Governor-in-Council to
make regulations specifying additional financial tools and
management services; update the scope of BDC’s management
services and ensure that they are complementary to those offered
by the private sector; and, finally, modernize the governance
provisions so that they are in line with industry practices.
Les modifications permettraient aussi au gouverneur en conseil
d’adopter des règlements précisant des outils financiers et des
services de gestion supplémentaires, de mettre à jour la portée des
services de gestion de la BDC et de s’assurer qu’ils sont
complémentaires à ceux offerts par le secteur privé et, pour
terminer, moderniser les dispositions sur la gouvernance afin de
les harmoniser avec les pratiques de l’industrie.
18:34
Banking, Trade and Commerce
My colleague and I would be pleased to answer any questions
you may have regarding the suggested amendments.
[Translation]
20-11-2014
Mon collègue et moi répondrons volontiers à vos questions au
sujet des modifications proposées.
[Français]
Senator Bellemare: According to what you have just said, the
Business Development Bank of Canada will be able to invest
venture capital outside of Canada if certain conditions are met.
Business people here complain that there is not enough venture
capital in Canada. The rates of return in the United States are,
without a doubt, higher there than in Canada. Several factors can
explain that.
La sénatrice Bellemare : D’après ce que vous venez de dire, la
Banque de développement du Canada sera en mesure d’investir
dans du capital de risque à l’extérieur du Canada si certaines
conditions sont respectées. Les gens d’affaire d’ici se plaignent
qu’il n’y a pas assez de capital de risque au Canada. Les taux de
rendement aux États-Unis sont sans doute plus élevés qu’ici au
Canada. Cela s’explique par un ensemble de facteurs.
There were actors who had access to tax credits, mainly the
FTQ fund. Those tax credits have been reduced. Those actors
invested significantly in venture capital. Are the proposed
amendments likely to reduce yet again venture capital available
in Canada?
On avait des joueurs qui disposaient de crédits d’impôt,
notamment les fonds de la FTQ. Ces crédits d’impôt ont été
réduits. Ces joueurs investissaient beaucoup dans le capital de
risque. Les modifications proposées risquent-elles de réduire
encore l’offre de capital de risque au Canada?
Mr. Bergeron: It is important to specify that the will was not to
invest in funds that would then be invested abroad. Investments
must be made in funds that, even though they fall under foreign
jurisdiction, will be invested in Canada and managed by a team in
Canada.
M. Bergeron : Il est important de préciser que la volonté n’est
pas d’investir dans des fonds qui vont par la suite être investis à
l’étranger. Il faut investir dans des fonds qui, même s’ils sont de
juridiction étrangère, seront investis au Canada et qui seront gérés
par une équipe au Canada.
The XPV corporation is a good example. XPV is a Canadian
fund. Through its past performance, XPV succeeded in attracting
many foreign investors that wanted to invest in Canada.
However, for tax reasons, legal reasons and other reasons, the
company decided to incorporate in the United States. In this
context, investment capacity in a fund that was going to benefit
Canadian businesses was limited.
La société XPV en est un bel exemple. XPV est un fonds
canadien. De par sa performance passée, XPV avait réussi à
attirer plusieurs investisseurs étrangers qui souhaitaient investir
au Canada. Cependant, pour des raisons fiscales, légales et autres,
elle a décidé de s’incorporer aux États-Unis. Dans ce contexte, on
était limité dans les capacités d’investir dans un fonds qui allait
quand même bénéficier à des entreprises canadiennes.
The proposed amendments would therefore grant us some
flexibility. That being said, the tests required under the act require
us to ensure that not only shall the team of managers be based in
Canada, but that the fund benefits Canadian businesses.
Les modifications proposées nous donneraient donc une
flexibilité. Ceci dit, les tests requis à la loi nous obligent à
s’assurer que non seulement une équipe de gestionnaires est basée
au Canada, mais que le fonds bénéficiera à des entreprises
canadiennes.
Senator Bellemare: That is what I wanted to hear you say,
specifically.
La sénatrice Bellemare : C’est ce que je voulais vous entendre
dire de manière spécifique.
Mr. Bergeron: This is not from the point of view of pulling
funds out of Canada, but rather to try and encourage further
funding.
M. Bergeron : Ce n’est pas dans une perspective de sortir des
fonds du Canada, mais plutôt d’essayer d’encourager davantage
des financements.
Senator Massicotte: Thank you, gentlemen, for your presence
at the committee. As you know, all of these amendments flow
from a process started several years ago. In 2009 or 2010, you
published your own amendment requests. In December 2010,
after review, the committee dealt with the act itself in its entirety,
which constitutes the BDC. You are no doubt aware that these
amendments flow from our recommendations, that this has
nothing to do with the minister.
Le sénateur Massicotte : Je vous remercie, messieurs, de votre
présence au comité. Comme vous le savez, toutes ces
modifications font suite à une démarche entamée il y plusieurs
années. En 2009 ou 2010, vous avez publié vos propres demandes
de modifications. En décembre 2010, après examen, le comité
avait statué sur l’ensemble de l’acte comme tel, qui constitue la
BDC. Vous êtes sans doute conscient que ces modifications font
suite à nos recommandations, cela n’a rien à voir avec le ministre.
In one of your recommendations, you requested an increase of
your paid-in capital. It is not clear in the proposed amendments if
this proposal is feasible. Are you in the habit of making such
requests? Is this a request that remained unfulfilled?
Dans l’une de vos recommandations, vous aviez demandé
d’augmenter votre paid-in capital. Ce n’est pas clair dans les
modifications proposées si cette proposition c’est faisable. Avezvous l’habitude de faire une telle demande? S’agit-il d’une
demande qui n’a pas été satisfaite?
20-11-2014
Banques et commerce
Mr. Bergeron: First of all, I want to thank you again for your
work in 2010. At the time, we were the ones who made that
request. However, after discussions with the government, it was
decided not to change this provision. The current limit of
$3 billion therefore remains unchanged. It is a particular
situation. Since the appearances in 2010, our paid-in capital has
diminished, because we made a remittance in terms of share
capital. Currently, we are at about 2.1 or 2.2 billion, which leaves
us some room to maneuver. In my opinion, this decision was
made to give us enough room for eventual growth.
Senator Massicotte: Does the BDC agree?
18:35
M. Bergeron : D’abord, je tiens à vous remercier encore une
fois pour votre travail en 2010. C’est nous à l’époque qui avions
fait cette demande. Par contre, à la suite des discussions avec le
gouvernement, il a été décidé de ne pas modifier cette disposition.
La limite actuelle de 3 milliards demeure donc inchangée. C’est
une situation particulière. Depuis les comparutions en 2010, notre
paid-in capital a diminué, parce qu’on a fait une remise en termes
de capital-actions. À l’heure actuelle, on est à environ
2,1 ou 2,2 milliards, ce qui nous laisse une marge de manœuvre.
À mon avis, cette décision a été prise pour nous laisser
suffisamment d’espace pour une croissance éventuelle.
Le sénateur Massicotte : La BDC est-elle d’accord?
Mr. Bergeron: Yes, absolutely. Our capacity in terms of
capitalization is sufficient for the years to come.
M. Bergeron : Oui, absolument. On a une capacité au niveau
de notre capitalisation qui est suffisante pour les années à venir.
Senator Massicotte: Another question that was raised in
December of 2010 concerns the skills of individuals appointed
to your board of directors. It was strongly recommended that
appointments be made based on adequate financial skills to meet
your needs. You spoke of amendments to governing regulations.
However, there is nothing about appointment criteria for your
board. Is that correct?
Le sénateur Massicotte : Une autre question qui a été soulevée
en décembre 2010 concerne les compétences des personnes
nommées à votre conseil d’administration. On avait fortement
recommandé que les nominations soient faites en fonction des
compétences financières adéquates pour satisfaire vos besoins.
Vous parlez de modifications aux règlements de gouvernance.
Toutefois, il n’est pas question des critères de nomination à votre
conseil. Est-ce exact?
Mr. Bergeron: Once again, it was decided that it was perhaps
not necessary to include it in the act. During our director selection
process, a very thorough competency grid is used. External head
hunters are often called upon to choose our candidates. They
make sure that the candidates meet the required skills criteria and,
in this case, the financial skills criteria.
M. Bergeron : Encore une fois, il a été décidé que ce n’était
peut-être pas nécessaire de l’inclure dans la loi. Dans notre
processus de sélection des administrateurs, on dispose d’une grille
de compétences très rigoureuse. On fait souvent appel à des
chasseurs de têtes à l’externe pour choisir nos candidats. Ceux-ci
s’assurent que les candidats répondent aux critères de
compétences exigées et, dans ce cas-ci, les critères de
compétences financières.
Senator Massicotte: So the BDC publishes the skills criteria,
the minister approves them and then takes them into account
during appointments?
Le sénateur Massicotte : Donc, la BDC publie les critères de
compétences, le ministre les approuve et en tient compte lors des
nominations?
Mr. Bergeron: Yes. You can consult the list of administrators.
We currently have excellent administrators who are extremely
competent. The current process therefore works very well.
M. Bergeron : Oui. Vous pouvez consulter la liste des
administrateurs. Nous avons actuellement d’excellents
administrateurs, qui sont extrêmement compétents. Le processus
actuel fonctionne donc très bien.
[English]
[Traduction]
Senator Tkachuk: What recommendations of the Senate review
were incorporated in the amendments?
Le sénateur Tkachuk : Quelles recommandations de l’examen
du Sénat ont été intégrées dans ces amendements?
Mr. Bergeron: I would say the most substantive ones were
incorporated, for instance, the recommendations with regard to
providing us flexibility to finance operations abroad. The first
recommendation with regard to keeping a primary focus on
SMEs is maintained within the act; the complementarity is also
maintained within the act; and the issue of providing flexibility on
a non-financial tool is now incorporated in the amendments
before you. As I said, it’s flexibility in providing financing abroad
for term financing purposes but also for investment or venture
capital purposes.
M. Bergeron : Je dirais que les recommandations les plus
importantes ont été intégrées, par exemple, celles selon lesquelles
nous devrions avoir une plus grande marge de manœuvre pour
financer des activités à l’étranger. La première recommandation
selon laquelle il faut continuer à mettre l’accent sur les PME est
maintenue dans la loi, tout comme la complémentarité. De plus,
les amendements accorderaient la marge de manœuvre nécessaire
grâce à un outil non financier. Comme je l’ai dit, il s’agit d’une
souplesse permettant de fournir des services de financement à
terme à l’étranger et aussi à des fins d’investissement ou
d’investissement de capital de risque.
18:36
Banking, Trade and Commerce
20-11-2014
Finally, there were some recommendations relating to
governance as well as the recommendation by the committee
with regard to providing us ability to finance not-for-profit trust
corporations, the example I gave you of Futurpreneur Canada.
Pour terminer, il y a certaines recommandations liées à la
gouvernance ainsi que la recommandation du comité selon
laquelle nous devions avoir la capacité de financer des sociétés
de fiducie sans but lucratif, et l’exemple que je vous ai donné, c’est
Futurpreneur Canada.
The more substantive provisions of the bill before you are
basically in line with the recommendations contained in the
report.
Les principales dispositions du projet de loi à l’étude sont
essentiellement conformes aux recommandations contenues dans
le rapport.
Senator Tkachuk: When you talk about management services
being offered by BDC, are you talking about assisting the
businesses that you have invested in by a loan or about being in
the consulting business?
Le sénateur Tkachuk : Lorsque vous parlez des services de
gestion offerts par la BDC, vous parlez d’aider les entreprises
dans lesquelles vous avez investi en accordant un prêt ou de
mettre les pieds dans le domaine de la consultation?
Mr. Bergeron: To be clear, there is no conditionality. If you are
a BDC financing client, then you have to take the consulting
offering or vice versa. The two are completely distinct offerings.
The reality is that the nature of the consulting market, especially
as it relates to small- and medium-sized enterprises in Canada, is
very fractioned. There are a lot of small suppliers, and a lot of our
clients are not sure where to go for access to this consulting
service so they come to us. In many cases, it is our bankers that
visit the plants and customers to identify the potential needs. This
needs identification allows us to bring in consultants to help
address that.
M. Bergeron : Pour le dire clairement, ils ne sont pas
conditionnels. Si vous êtes un client et recevez du financement
de la BDC, alors vous devez utiliser les services de consultation et
vice-versa. Il s’agit de deux services complètement distincts. En
fait, la nature du marché des services de consultation, surtout
lorsqu’il est question des petites et moyennes entreprises au
Canada, est extrêmement fractionnée. Il y a beaucoup de petits
fournisseurs, et une bonne partie de nos clients ne savent pas vers
qui se tourner pour obtenir ces services de consultation, alors ils se
tournent vers nous. Dans de nombreux cas, ce sont nos banquiers
qui visitent les usines et les clients pour déterminer quels peuvent
être leurs besoins. Cette détermination des besoins nous permet
d’affecter des consultants qui pourront y répondre.
Senator Tkachuk: Are you talking about bringing in
consultants to assist, or are you talking about the bank itself
being in the consulting business in competition with consultants in
the private sector?
Le sénateur Tkachuk : Vous parlez d’affecter des consultants
qui iront aider ou dites-vous que la banque elle-même offre des
services de consultation et fait concurrence aux consultants du
secteur privé?
Mr. Bergeron: The model we use for consulting is a hybrid. We
have internal consultants that develop our methodology, but in
order to deliver across the country, we outsource the private
sector consultants and bring them in. We act as a connector
between small business and private sector consultants. The private
sector consultants are paid for by BDC, but BDC contracts with
the SMEs in terms of the provision of services.
M. Bergeron : Notre modèle de consultation est hybride. Nous
avons des consultants internes qui établissent notre méthode, mais
lorsqu’il s’agit d’offrir des services à l’échelle du pays, nous
faisons affaire avec des consultants du secteur privé pour offrir les
services. Nous jouons le rôle d’intermédiaire entre les petites
entreprises et les consultants du secteur privé. Les consultants du
secteur privé sont payés par la BDC, mais la BDC signe des
contrats avec les PME relativement à la prestation des services.
Senator Tkachuk: I’m not sure if I understand it totally, but I
will go to the next question.
Le sénateur Tkachuk : Je ne suis pas sûr de tout comprendre,
mais je vais passer à ma prochaine question.
I find it interesting that you’re now going to invest money in
venture capital. Are you going to do it as a percentage of the
amount of capital that you have? How do you make these
decisions? Is 10 per cent of the capital going to be in venture
capital and 90 per cent in loans to small business? What criteria
are you using?
Je trouve intéressant que vous alliez maintenant pouvoir
investir dans du capital de risque. Va-t-il s’agir d’un
pourcentage du capital que vous avez? De quelle façon allezvous prendre ces décisions? Est-ce que 10 p. 100 des capitaux
seront investis dans du capital de risque et 90 p. 100 dans des
prêts pour les petites entreprises? Quels critères utilisez-vous?
Mr. Bergeron: Every year we have a strategic planning process
that we call the corporate planning process, where we have to
submit to our shareholder, the Government of Canada. Within
the corporate plan we have a financial plan that provides for
projections in terms of the various investments or lending activity
that we have on the year going forward. For instance, if you look
within the venture capital activity of BDC, we make decisions as
M. Bergeron : Chaque année, nous réalisons un processus de
planification stratégique que nous appelons notre processus de
planification organisationnelle, dans le cadre duquel nous devons
présenter un rapport à notre actionnaire, le gouvernement du
Canada. Notre plan organisationnel compte un plan financier qui
fournit des prévisions en ce qui a trait aux divers investissements
ou activités de prêt de l’année à venir. Par exemple, si vous prenez
20-11-2014
Banques et commerce
18:37
to how much we will be investing directly into Canadian
technology-based firms versus indirectly into funds. So that
capital allocation is done in the corporate planning process.
Throughout the year, depending on the approaches and requests
we get, investment decisions are made within those capital
allocations.
les activités de la BDC liées au capital de risque, nous prenons des
décisions quant au montant d’argent qui sera investi directement
dans des entreprises technologiques canadiennes et,
indirectement, dans des fonds. Par conséquent, la répartition du
capital est définie durant le processus de planification de
l’organisation. Durant l’année, selon les approches et les
demandes que nous obtenons, des décisions d’investissement
sont prises en fonction de la répartition du capital.
I hope that answers the question. We initially define, in the
strategic planning process, the amount of capital allocated to the
various business lines, and within those it depends on the
opportunities that come to us.
J’espère avoir répondu à votre question. Au départ, dans le
processus de planification stratégique, nous définissons le
montant de capital investi dans nos divers secteurs d’activité et,
dans ceux-ci, nous prenons nos décisions en fonction des
occasions qui se présentent.
Senator Ringuette: On the issue of third party organizations’
indirect financing, would that be applicable to business incubator
settings? Would it be marketing co-ops? Would it be applicable to
provincial or municipal organizations? When you say third party
organizations, would that be applicable to the list I just
enumerated, or is it a specific determination on what type of
third party organization?
La sénatrice Ringuette : En ce qui concerne le financement
indirect d’organisations tierces, le financement s’applique-t-il aux
incubateurs d’entreprises? Et qu’en est-il des coopératives de mise
en marché? Peut-on financer des organisations provinciales ou
municipales? Lorsque vous parlez d’organisations tierces, les
entités que je viens d’énumérer seraient-elles admissibles ou y a-til une définition précise de ce en quoi consiste une organisation
tierce?
Mr. Bergeron: Subclause 217(3) of the bill provides for the
specific language as it relates to this. It says paragraph 3 does not
apply, but it’s indirectly then allowing us to apply this to a trust or
corporation as defined under subsection 2(1) of the Canada Notfor-profit Corporations Act.
M. Bergeron : Le paragraphe 217(3) du projet de loi contient
un libellé précis à cet égard. Il précise que le paragraphe 3 ne
s’applique pas, mais, indirectement, il permet une application à
une fiducie ou une organisation définies au paragraphe 2(1) de la
Loi canadienne sur les organisations à but non lucratif.
Senator Ringuette: It is limited?
La sénatrice Ringuette : Est-ce limité?
Mr. Bergeron: It’s limited to those not-for-profits either
federally or provincially. It wouldn’t apply to all kinds of
organizations. In the current example, we want to have greater
flexibility to provide funding to Futurpreneur, which is a federally
incorporated not-for-profit. The objective is to raise funding from
a private sector financial institution. In this case, given the loan
performance of the Futurpreneur portfolio, the institution is
asking the BDC to provide a guarantee on that particular
funding.
M. Bergeron : C’est limité aux organisations à but non lucratif
fédérales ou provinciales. Ça ne s’appliquerait pas à tous les types
d’organisation. Dans l’exemple actuel, nous voulons une plus
grande marge de manœuvre pour fournir du financement à
Futurpreneur, qui est une organisation à but non lucratif
constituée sous le régime fédéral. L’objectif est d’obtenir des
fonds d’une institution financière du secteur privé. Dans ce cas,
compte tenu du rendement en matière de prêt du portefeuille de
Futurpreneur, l’institution demande à la BDC de fournir une
garantie dans le cadre de cette initiative de financement précise.
Right now we don’t have the ability. If this bill is adopted, then
we would have that ability. That’s one example. Some of the
examples that you gave, such as provincial entities and so forth,
are not provided for under subsection 217(3).
Actuellement, nous n’avons pas la capacité nécessaire. Si le
projet de loi est adopté, alors nous l’aurons. C’est un exemple.
Certains des exemples que vous avez donnés, comme les entités
provinciales et ainsi de suite, ne sont pas inclus au
paragraphe 217(3).
Senator Ringuette: What about regional business co-ops?
Mathieu Belleville, Assistant Vice President, Legal Affairs,
Business Development Bank of Canada: Typically, there is a law
that governs the co-op. In Quebec you have la Loi sur les
coopératives, and co-ops are governed by that law. That would
not be applicable because it would not fall under the non-profit
corporation act or an equal in Quebec or any province in Canada.
La sénatrice Ringuette : Et qu’en est-il des coopératives
d’affaires régionales?
Mathieu Belleville, vice-président associé, Affaires juridiques,
Banque de développement du Canada : Habituellement, il y a une
loi qui régit les coopératives. Au Québec, il y a la Loi sur les
coopératives, et les coopératives y sont assujetties. Les
coopératives ne seraient pas admissibles parce qu’elles ne sont
pas visées par la Loi canadienne sur les organisations à but
lucratif ni par une loi équivalente au Québec ou dans toute
province du Canada.
18:38
Banking, Trade and Commerce
Senator Ringuette: It’s very limited.
20-11-2014
La sénatrice Ringuette : C’est très limité.
The Chair: Mr. Bergeron, and Mr. Belleville, thank you for
your appearance today.
Le président : Monsieur Bergeron, monsieur Belleville, merci de
votre participation aujourd’hui.
We will now turn to Division 18 of Part 4, which comes under
Department of Finance Canada.
Nous allons maintenant passer à la section 18 de la partie 4, qui
relève du ministère des Finances du Canada.
Honourable senators will recall that our committee conducted
an in-depth study on money laundering and terrorist financing
and issued a report in March 2013. This decision implements
some of our recommendations.
Vous vous rappellerez que notre comité a réalisé une étude
approfondie de blanchiment d’argent et du financement des
activités terroristes et produit un rapport en mars 2013. Cette
décision applique certaines de nos recommandations.
Our witnesses from Finance Canada are Sophie Amberg,
Senior Project Leader; and Lisa Pezzack, Director, Financial
Sector Policy Branch.
Nous accueillons Sophie Amberg, agente de projet principale,
et Lisa Pezzack, directrice, Direction de la politique et du secteur
financier, du ministère des Finances du Canada.
Ms. Amberg will make the opening remarks.
Mme Amberg présentera une déclaration préliminaire.
Sophie Amberg, Senior Project Leader, Department of Finance
Canada: Thank you very much for having us here today. I’m a
senior project leader in the financial crimes, domestic section, at
the Department of Finance. I am here to give you an overview of
Division 18. This technical amendment proposes to amend Part
1.1 of the Proceeds of Crime (Money Laundering) and Terrorist
Financing Act, specifically the definition of foreign entity under
that part.
Sophie Amberg, agente de projet principale, ministère des
Finances Canada : Merci beaucoup de l’invitation. Je suis agente
de projet principale de la section nationale des crimes financiers
du ministère des Finances. Je suis ici pour vous donner un aperçu
de la section 18. Cet amendement technique vise à modifier la
partie 1.1 de la Loi sur le recyclage des produits de la criminalité
et le financement des activités terroristes, et plus précisément la
définition d’entités étrangères dans cette partie.
Part 1.1 allows the Minister of Finance to take steps to protect
the integrity of Canada’s financial system with respect to illicit
funds that flow from outside Canada. Specifically, Part 1.1
authorizes the Minister to Finance to take countermeasures
against foreign entities and foreign states that would pose a high
risk to Canada of money laundering and terrorist financing.
Currently, foreign entity is defined in this part and would include
a foreign money service business.
La partie 1.1 de la loi permet au ministre des Finances de
prendre des mesures pour protéger l’intégrité du système financier
canadien relativement au mouvement de fonds illicite de
l’étranger au Canada. Plus précisément, la partie 1.1 permet au
ministre des Finances de prendre des contre-mesures à l’égard
d’entités étrangères et d’États étrangers qui constituent un risque
élevé lié au blanchiment d’argent et au financement d’activités
terroristes pour le Canada. Actuellement, la notion d’entité
étrangère est définie dans cette partie et elle inclurait les
entreprises étrangères de services monétaires.
The first budget implementation bill following Budget 2014
proposed amendments that would bring foreign money services
businesses into the act as reporting entities. These are not yet in
force, but eventually they will be in force. The amendment
proposed in the second budget bill is meant to ensure that the
definition of foreign entity will be updated to include foreign
money services businesses, even when they become reporting
entities under the act. It’s not meant to change their treatment but
to ensure they still could be considered foreign entities and could
be subject to counter measures under Part 1.1 if the threshold is
met.
Dans la première loi d’exécution du budget après le budget de
2014, le gouvernement a proposé des amendements pour intégrer
les entreprises étrangères de services monétaires dans la loi en tant
qu’entités déclarantes. Ces dispositions ne sont pas encore en
vigueur, mais elles le deviendront. L’amendement proposé dans
cette deuxième loi d’exécution du budget vise à s’assurer que la
définition d’entité étrangère sera mise à jour pour inclure les
entreprises étrangères de services monétaires, même lorsqu’elles
deviendront des entités déclarantes aux termes de la loi. L’objectif
est non pas de modifier le traitement qui leur est réservé, mais de
s’assurer qu’elles pourront continuer à être considérées comme
des entités étrangères et qu’elles ne seront pas visées par les
contre-mesures aux termes de la partie 1.1 si le seuil est atteint.
Senator Black: Can you tell me and those who are watching
this from the comfort of their homes what this means? Can you
give an example of where this would be applicable?
Le sénateur Black : Pouvez-vous me dire et dire à ceux qui nous
regardent dans le confort de leur salon ce que cela signifie?
Pouvez-vous me donner un exemple de cas où ce serait applicable?
20-11-2014
Banques et commerce
18:39
Ms. Amberg: As I mentioned, it’s more a technical amendment
because currently a foreign money service business would be a
foreign entity under the act. Are you asking for an example of
how a countermeasure would apply?
Mme Amberg : Comme je l’ai mentionné, c’est un amendement
assez technique parce que, actuellement, les entreprises étrangères
de services monétaires sont considérées comme une entité
étrangère aux termes de la loi. Me demandez-vous un exemple
de la façon dont on pourrait appliquer une contre-mesure?
Senator Black: Give us an example of a foreign money service.
Tell us how that works and how they would be funneling alleged
terrorist money? Give us a visual.
Le sénateur Black : Donnez-nous un exemple d’entreprise
étrangère de services monétaires. Expliquez-nous comment cela
fonctionne et de quelle façon elle pourrait faire entrer de l’argent
terroriste. Donnez-nous un exemple concret.
Ms. Amberg: A foreign money service provides services to
Canadians, but they’re not located in Canada. For example, those
who operate through the Internet would be considered a foreign
money service business as long as they are providing services to
Canada.
Mme Amberg : Une entreprise de services monétaires étrangère
offre des services aux Canadiens, mais n’est pas située au Canada.
Par exemple, ceux qui exploitent des entreprises sur Internet sont
considérés comme des entreprises étrangères de services
monétaires si elles fournissent des services au Canada.
Senator Black: What kind of services? Is this a virtual service?
Is this a foreign bank?
Le sénateur Black : Quel genre de service? Parle-t-on d’un
service virtuel? Parle-t-on d’une banque étrangère?
Ms. Amberg: ‘‘Money services business’’ is defined under the
act not as banks but as financial institutions that provide services
such as money transfers. As you noted with virtual currency, the
first budget implementation bill introduced an amendment that
would have dealers in virtual currency become a money service
business. That is not yet in force, but they will be included as a
money service business, so it is possible that a foreign money
service business would include a dealer in virtual currency. That is
an example of many types of money services businesses.
Mme Amberg : La notion d’« entreprise de services
monétaires » est définie aux termes de la loi comme étant des
institutions financières qui ne sont pas des banques, mais
fournissent des services comme des services de virement de
fonds. Comme vous l’avez mentionné pour la monnaie virtuelle,
dans la première loi d’exécution du budget, le gouvernement a
inclus un amendement en vertu duquel les entités qui se livrent au
commerce de la monnaie virtuelle devaient être considérées
comme des entreprises de services monétaires. Cela n’est pas
encore entré en vigueur, mais ces entités seront considérées
comme des entreprises de services monétaires, et il est donc
possible qu’une entreprise de service monétaire étrangère soit une
entité qui se livre au commerce de la monnaie virtuelle. C’est un
exemple des nombreux types d’entreprise de services monétaires.
Part 1.1 applies when a foreign money service business would
be a client of an institution in Canada. For example, if I were a
foreign money service business and wanted to do business in
Canada and offer services to Canadians, I would have to open up
a bank account. Part 1.1 would require that bank to take
initiatives against me to monitor me more closely, perhaps, to
require more ID from me and different reporting thresholds. Part
1.1 applies to when that foreign money service business would
become a client of a financial institution in Canada.
La partie 1.1 s’applique lorsqu’une entreprise de services
monétaires étrangère est cliente d’une institution au Canada. Par
exemple, si une entreprise de services monétaires étrangère veut
faire affaire au Canada et offrir des services aux Canadiens, elle
doit ouvrir un compte bancaire. La partie 1.1 exigerait que la
banque en question prenne des mesures contre une entreprise
pour la surveiller de près, et, peut-être, exiger d’elle plus de pièces
d’identité et lui imposer des seuils redditionnels différents. La
partie 1.1 s’applique lorsque cette entreprise de services
monétaires étrangère devient un client d’une institution
financière au Canada.
Senator Black: All you are doing, then, is broadening your
reach in terms of alleged terrorist financing funds to capture this
type of business operation. Is that accurate?
Le sénateur Black : Donc, tout ce que vous faites, c’est d’élargir
votre portée en ce qui concerne les possibles cas de financement
terroriste pour viser ce type d’activité commerciale? Ai-je bien
compris?
Ms. Amberg: No. Currently under the legislation a foreign
money services business is included. The minister today could
issue a countermeasure against a foreign money services business.
This amendment is needed because foreign money services
businesses will soon be reporting entities under the act. This
distinction means that they would then no longer be considered a
Mme Amberg : Non. Actuellement, la loi inclut déjà les
entreprises de services monétaires étrangers. Aujourd’hui même,
le ministre pourrait prendre une contre-mesure contre une
entreprise de services monétaires étrangère. Cet amendement est
nécessaire parce que les entreprises de services monétaires
étrangères seront bientôt considérées comme des entités
18:40
Banking, Trade and Commerce
foreign entity as currently defined. This is not meant to broaden
but to bring it back to the current status once obligations under
this come into force. This is a status quo measure.
Senator Black: I am completely lost.
20-11-2014
déclarantes aux termes de la loi. Cette distinction signifie qu’elles
ne seraient plus considérées comme des entités étrangères tel que
cette notion est définie actuellement. L’objectif n’est pas un
élargissement quelconque; il s’agit plutôt de rétablir la situation
actuelle une fois que les obligations connexes entreront en
vigueur. C’est une mesure pour maintenir le statu quo.
Le sénateur Black : Je suis complètement perdu.
Lisa Pezzack, Director, Financial Sector Policy Branch,
Department of Finance Canada: We’re trying to create greater
legal certainty. The measures that we put in Budget
Implementation Act No. 1 made this obligation for a foreign
money services business to become a reporting entity. We want to
be sure that even as a reporting entity, they still will be considered
a foreign entity, against which the minister can take
countermeasures. It’s just a greater legal certainty. For clarity,
it’s not only terrorist financing but also money laundering.
Lisa Pezzack, directrice, Direction de la politique du secteur
financier, ministère des Finances Canada : Nous tentons
d’accroître la certitude juridique. La mesure que nous avons
incluse dans la première loi d’exécution du budget exigeait des
entreprises de services monétaires étrangères qu’elles deviennent
des entités déclarantes. Nous voulons nous assurer que, même
lorsque l’entreprise sera une telle entité, elle continuera d’être
considérée comme une entité étrangère, contre laquelle le ministre
peut prendre des contre-mesures. Nous voulons plus de certitude
juridique. Et par souci de clarté, on parle non seulement du
financement d’activités terroristes, mais aussi de blanchiment
d’argent.
Senator Ringuette: Does this concept include all the different
outlets for money exchange?
La sénatrice Ringuette : Cette notion inclut-elle les différents
comptoirs d’échange?
Ms. Amberg: It would include money exchangers because
foreign exchange is a type of activity that would make you a
money service business.
Mme Amberg : Cela inclura tous les bureaux de change parce
que les transactions étrangères de change sont un type d’activité
que réalisent des entreprises de services monétaires.
Senator Ringuette: Would it also include entities that we see on
the Internet, for example from the U.K., similar to the pay day
loan organizations in Canada? They do their business with
Canadians via the Internet. Would this allow the minister to
include that kind of entity?
La sénatrice Ringuette : Cela inclurait-il aussi toutes les entités
que nous voyons sur Internet, par exemple, du Royaume-Uni,
comme les sociétés de prêt sur salaire au Canada? Ils font affaire
avec les Canadiens par Internet. Cela permettrait-il au ministre
d’inclure ce genre d’entités?
Ms. Amberg: Yes, depending on the facts. Right now under
Part 1.1, the minister cannot target a domestic company. For a lot
of those entities, it’s a question of fact as to whether they are
located in Canada. Yes, in general the minister would be able to
do that provided they meet the criteria in the definition of foreign
entity. A U.K. company might actually be located in Canada for
business purposes and not fall under the definition of foreign
entity.
Mme Amberg : Oui, dans certains cas. Actuellement, aux
termes de la partie 1.1, le ministre ne peut pas cibler une
entreprise canadienne. Pour bon nombre de ces entités, c’est une
question de savoir si elles sont situées au Canada, une question de
fait. Oui, en général, le ministre pourrait le faire si les entreprises
satisfont aux critères de la définition d’entité étrangère. Une
entreprise du Royaume-Uni peut en fait être située au Canada à
des fins opérationnelles et ne pas être visée par la définition
d’entité étrangère.
Senator Ringuette: In the real world, we’re way beyond that.
We’re talking about virtual currency on one hand and about
Internet lending on the other hand.
La sénatrice Ringuette : Dans le monde réel, on est déjà
beaucoup plus loin. On parle de monnaie virtuelle d’un côté et de
prêts sur Internet de l’autre.
Ms. Amberg: I want to be clear. The obligations under the act
would fall on MSBs whether they were located in Canada or
elsewhere once these provisions come into force. This is separate
from requiring them to have obligations and systems in place.
This relates only to Part 1.1, and it’s the ability for the minister to
take countermeasures against higher-risk foreign entities. It’s only
meant to ensure that he’s protecting the system from illicit funds
that would stem from abroad.
Mme Amberg : Qu’on me comprenne bien. Les obligations aux
termes de la loi seraient imposées aux entreprises de services
monétaires, qu’elles soient situées au Canada ou à l’étranger, une
fois que ces dispositions entreront en vigueur. C’est autre chose
que de leur imposer des obligations et de leur demander de mettre
des systèmes en place. Nous parlons uniquement de la partie 1.1,
et cela porte sur la capacité du ministre de prendre des contremesures contre une entité étrangère à haut risque. L’objectif est
seulement de s’assurer que nous protégeons le système de tout
financement illicite qui viendrait de l’étranger.
20-11-2014
Banques et commerce
[Translation]
18:41
[Français]
Senator Bellemare: Does that include foreign banks that do not
do business here but with which Canadians have accounts?
La sénatrice Bellemare : Est-ce que cela comprend les banques
étrangères qui ne font pas affaire ici mais dans lesquelles les
Canadiens déposent des comptes?
Ms. Amberg: According to the definition right now, foreign
banks are considered foreign entities.
Mme Amberg : Selon la définition, les banques étrangères en ce
moment sont considérées comme des entités à l’étranger.
Senator Bellemare: And Swiss banks?
La sénatrice Bellemare : Et les banques suisses?
Ms. Amberg: Yes, that is how they are considered.
Mme Amberg : Oui, elles sont considérées ainsi.
Senator Bellemare: The Minister of Finance has a legal
recourse from now on?
La sénatrice Bellemare : Le ministre des Finances aura
désormais un recours légal?
Ms. Amberg: Yes, but there are criteria. There must truly be a
high risk. Specific criteria must be met before measures can be
undertaken.
Mme Amberg : Oui, mais il existe des critères. Il doit vraiment
y avoir un risque élevé. Des critères spécifiques doivent être
remplis avant qu’il puisse prendre des mesures.
Senator Massicotte: My question has already been answered. I
would like to take the opportunity to congratulate you for being
diligent enough to read our report and share your
recommendations with us.
Le sénateur Massicotte : On a déjà répondu à ma question. Je
profite de l’occasion pour vous féliciter d’avoir été assez diligente
pour lire notre rapport et nous faire part de vos
recommandations.
[English]
[Traduction]
Senator Black: This committee reviewed the issues around
terrorist financing and money laundering a year or so ago and
made a series of recommendations. Were any of our other
recommendations considered for putting into legislation?
Le sénateur Black : Le comité a examiné des questions liées au
financement des activités terroristes et au blanchiment d’argent il
y a environ un an et formulé une série de recommandations. Avezvous envisagé d’inclure d’autres de nos recommandations dans le
projet de loi?
Ms. Amberg: Various other recommendations were put into
legislation. Certain others might be addressed through regulatory
packages currently being developed and others might be
addressed from an operational perspective. Not everything
actually required a legislative change. We took the report into
consideration quite seriously when assessing the package of things
we wanted to pursue.
Mme Amberg : Diverses autres recommandations ont été
intégrées dans le projet de loi. D’autres pourront être intégrées
dans des mesures réglementaires en cours d’élaboration, et
d’autres encore, d’un point de vue opérationnel. Il n’est pas
toujours nécessaire de procéder à des modifications législatives.
Nous avons pris le rapport très au sérieux lorsque nous avons
déterminé l’ensemble des choses que nous voulions faire.
Senator Black: And you thought it was great work.
Ms. Amberg: It was great work. I sat many a day in this room
watching you do your work.
Senator Black: Thank you very much.
Le sénateur Black : Et vous vous êtes dit que c’était de
l’excellent travail.
Mme Amberg : C’était de l’excellent travail. J’ai passé
beaucoup de temps dans cette salle à vous regarder travailler.
Le sénateur Black : Merci beaucoup.
The Chair: Ms. Amberg and Ms. Pezzack, thank you very
much for your attendance.
Le président : Madame Amberg et madame Pezzack, merci
beaucoup de votre participation.
We now turn to Division 22 of Part 4. Our witnesses from
Finance Canada are Mr. Glenn Campbell, Director, Financial
Sector Policy Branch; and Eleanor Ryan, Senior Chief, Financial
Sector Policy Branch. From the Bank of Canada, we have with us
Mr. Ron Morrow, Chief, Financial Stability; and Robert
Turnbull, Special Counsel, Financial System.
Nous allons maintenant passer à la section 22 de la partie 4.
Nous recevons M. Glenn Campbell, directeur, Direction générale
de la politique du secteur financier, et Eleanor Ryan, chef
principale, Direction générale de la politique du secteur financier
du ministère des Finances du Canada. Nous accueillons aussi Ron
Morrow, chef, Stabilité financière, et M. Robert Turnbull,
conseiller spécial, Système financier, de la Banque du Canada.
Mr. Campbell will make the opening statement.
Glenn Campbell, Director, Financial Sector Policy Branch,
Department of Finance Canada: Good morning, honourable
senators. Measures proposed in Bill C-43 pertain to improving
M. Campbell présentera une déclaration préliminaire.
Glenn Campbell, directeur, Direction de la politique du secteur
financier, ministère des Finances Canada : Bonjour, honorables
sénateurs. Les mesures proposées dans le projet de loi C-43 visent
18:42
Banking, Trade and Commerce
20-11-2014
and clarifying the federal regime for credit unions. Clarity on the
roles of regulators and sources of official support where needed is
essential for the well-being of the financial system. The
government is continuing to move forward with its proposed
parallel agenda with respect to credit unions, to clarify federal
regulation in respect of provincial credit union centrals and to
support those credit unions that may want to become federally
regulated.
à améliorer et à préciser le régime fédéral des coopératives de
crédit. Il est essentiel de définir clairement les rôles des organismes
de réglementation et les sources de soutien officiel pour s’assurer
que le système financier se porte bien. Le gouvernement continue
d’aller de l’avant avec son programme parallèle proposé touchant
les coopératives de crédit, pour préciser la réglementation fédérale
en lien avec les centrales de coopératives de crédit provinciales et
offrir un soutien aux coopératives de crédit qui veulent être
assujetties à la réglementation fédérale.
On the first part of the agenda, the federal government is
proposing technical changes to the Cooperative Credit
Associations Act, the Canada Deposit Insurance Corporation
Act and the Bank of Canada Act to clarify federal regulation of
provincial credit union centrals.
Pour ce qui est de la première partie du programme, le
gouvernement fédéral propose d’apporter des modifications
techniques à la Loi sur les associations coopératives de crédit, la
Loi sur la société d’assurance-dépôts du Canada et la Loi sur la
Banque du Canada pour préciser la réglementation fédérale visant
les centrales de coopératives de crédit provinciales.
Centrals refer to several financial institutions across Canada
that provide support to various credit unions, including liquidity,
payments, technology and other back-office services.
La notion de centrale renvoie à plusieurs institutions
financières à l’échelle du Canada qui fournissent un soutien à
diverses coopératives de crédit, y compris des services liés aux
liquidités, aux paiements et aux technologies ainsi que d’autres
services administratifs.
There are three components to this first part of the agenda.
First, the Office of the Superintendent of Financial Institutions,
OSFI, will cease its dual supervision of provincial credit union
centrals.
La première partie du programme compte trois volets.
Premièrement, le Bureau du surintendant des institutions
financières, le BSIF, mettra fin à sa double supervision des
centrales de coopérative de crédit provinciale.
Second, the Canada Deposit Insurance Corporation, CDIC,
will no longer provide lending to provincial credit union centrals
and provincial deposit insurers. Access also to the Bank of
Canada’s emergency lending assistance could be provided only if
a province provides an indemnity to the Bank of Canada for
provincial credit union central lending.
Deuxièmement, la Société d’assurance-dépôts du Canada, la
SADC, n’accordera plus de prêts aux centrales de coopératives de
crédit provinciales ni aux organismes provinciaux d’assurancedépôts. De plus, l’accès à l’aide d’urgence de la Banque du
Canada en matière de prêt sera fourni uniquement si une province
verse une indemnité à la Banque du Canada relativement à un
prêt consenti à une centrale de coopératives de crédit provinciale.
In addition to the changes I just mentioned, there are
consequential amendments to the bill. These include facilitating
the dissolution of the Credit Union Central of Canada to align
with the organization’s ongoing transition to a trade association.
This aligns with the CUCC’s own plan, also adding the condition
of federal predominance for associations in federal centrals to
ensure they’re appropriately regulated by OSFI. This is consistent
with the decision that OSFI should be able to see into the risks of
any institution it supervises to manage them effectively.
En plus des changements que je viens de mentionner, il y a des
modifications corrélatives incluses dans le projet de loi. Celles-ci
englobent la facilitation de la dissolution de la Centrale des caisses
de crédit du Canada pour se conformer à la transition continue de
l’organisation vers un statut d’association commerciale. Cela est
conforme au plan de la CCCC et prévoit aussi l’ajout d’une
condition de prédominance fédérale pour les associations dans les
centrales fédérales pour que l’on puisse s’assurer qu’elles sont
réglementées comme il se doit par le BSIF. Cela est conforme à la
décision selon laquelle le BSIF devrait pouvoir examiner les
risques de toute institution qu’il supervise pour en assurer une
gestion efficace.
Since the financial crisis, the federal government has intensified
its dialogue with provinces to ensure our respective financial
systems are appropriately regulated.
Depuis la crise financière, le gouvernement fédéral a intensifié
ses échanges avec les provinces pour s’assurer que nos systèmes
financiers respectifs sont bien réglementés.
The federal government signalled the need for clarity around
supervision of the credit union system, given its ongoing evolution
and increased size of individual credit unions relative to provincial
credit union centrals.
Le gouvernement fédéral a souligné le besoin d’apporter des
précisions relativement à la supervision du système de
coopératives de crédit, compte tenu de son évolution constante
et de l’augmentation de la taille des différentes coopératives de
crédit relativement à celle des centrales de coopératives de crédit
provinciales.
20-11-2014
Banques et commerce
18:43
The federal government also formally consulted with provinces
and industry by releasing a technical paper on centrals on
October 16. The paper provides technical information about the
changes to the federal regulatory regime and is designed to
facilitate the transition to exclusively provincial regimes. The
federal government is seeking views from provinces by the end of
December on their implementation plans and timelines. This
feedback will help set a reasonable coming-into-force date of the
legislation. The federal government is committed to working with
the provinces to facilitate timely implementation without
disruption to credit union business.
Le gouvernement fédéral a aussi officiellement consulté les
provinces et l’industrie en produisant un document technique sur
les centrales le 16 octobre. Le document fournit des
renseignements techniques au sujet des changements apportés
au régime fédéral de réglementation et est conçu pour faciliter la
transition à des régimes exclusivement provinciaux. Le
gouvernement fédéral veut obtenir le point de vue des provinces
d’ici la fin de décembre sur leurs plans et échéanciers de mise en
œuvre. Cette rétroaction aidera à définir une date d’entrée en
vigueur de la loi raisonnable. Le gouvernement fédéral est
déterminé à travailler en collaboration avec les provinces pour
faciliter une application rapide sans perturber les activités des
coopératives de crédit.
On the second part of the agenda, the federal government is
making changes to the Bank Act to further promote continued
growth and competitiveness of those credit unions that may want
to offer services on a national scale. There are two components to
this part. On request by stakeholders, the federal government is
making changes to federal legislation in respect of continuance
and amalgamations whereby a number of provincial credit unions
would collectively agree to continue federally and merge together.
This is taking a multi-step process and making it into one. The
federal government will streamline the timelines and requirements
— for example, one joint notice of intent — for continuance and
amalgamations and provide members of each credit union with
one vote on the overall transaction.
En ce qui concerne la deuxième partie du programme, le
gouvernement fédéral a apporté des modifications à la Loi sur les
banques pour continuer à promouvoir la croissance et la
compétitivité des coopératives de crédit qui veulent offrir des
services à l’échelle nationale. Cette partie compte deux
composantes. À la demande des intervenants, le gouvernement
fédéral apporte des changements à la législation fédérale en ce qui
concerne la prorogation et les fusions, si un certain nombre de
coopératives de crédit provinciales décident d’un commun accord
de poursuivre leurs activités sous réglementation fédérale et de
fusionner. On vise à unifier un processus qui compte actuellement
plusieurs étapes. Le gouvernement fédéral rationalisera les
échéanciers et les exigences — par exemple, une seule
déclaration d’intention conjointe — touchant la prorogation et
les fusions et fournira aux membres de chaque coopérative de
crédit un vote sur l’ensemble de la transaction.
The federal government will also make a consequential change
extending to amalgamating federal credit unions an existing
authority for continuing federal credit unions to provide an
undertaking on insurance networking. The federal government is
open to exploring alternative models for continuance and/or
amalgamation if presented by stakeholders.
Le gouvernement fédéral apportera aussi une modification
corrélative en accordant aux coopératives de crédit fédérales en
cours de fusion le pouvoir existant, permettant aux coopératives
de crédit fédérales qui continuent leurs activités de souscrire un
engagement vis-à-vis la mise en réseau pour la vente d’assurances.
Le gouvernement était prêt à envisager des modèles de rechange
liés à la prorogation et/ou aux fusions si les intervenants en
présentent.
Thank you. My colleagues and I will be happy to take your
questions.
Merci. Mes collègues et moi sommes prêts à répondre à vos
questions.
The Chair: Thank you very much. The first question will come
from the deputy chair of the committee, Senator HervieuxPayette.
Le président : Merci beaucoup. La première question nous
vient de la vice-présidente du comité, la sénatrice HervieuxPayette.
[Translation]
Senator Hervieux-Payette: These are extremely important
changes. First of all, how many federal credit unions are
currently incorporated? Secondly, have provincial credit unions
been officially consulted? And thirdly, did they participate in
developing these in-depth changes?
[Français]
La sénatrice Hervieux-Payette : Ce sont des changements
extrêmement importants. Premièrement, combien avons-nous de
coopératives fédérales qui sont incorporées, à l’heure actuelle?
Deuxièmement, est-ce que les coopératives provinciales ont été
consultées de façon officielle? Et troisièmement, ont-elles participé
à l’élaboration de ces modifications en profondeur?
18:44
Banking, Trade and Commerce
[English]
20-11-2014
[Traduction]
Mr. Campbell: First off, as yet there are no federally
incorporated credit unions. This provides a framework should
any provincial credit unions wish, singularly or multiples, to
merge and continue federally.
M. Campbell : Pour commencer, jusqu’à présent, il n’y a pas de
coopérative de crédit constituée sous le régime fédéral. Le projet
de loi fournit un cadre permettant aux coopératives de crédit
provinciales qui le désirent, seules ou en groupe, de fusionner et de
poursuivre leurs activités sous réglementation fédérale.
With respect to consultations, there is a long history of
consultations between the federal government and the various
regulators, both with their provincial counterparts, provincial
regulators as well as the industry.
En ce qui concerne les consultations, des consultations se
tiennent depuis longtemps entre le gouvernement fédéral et les
divers organismes de réglementation, tant avec leurs homologues
provinciaux, les organismes de réglementation provinciaux, que
les intervenants de l’industrie.
Senator Hervieux-Payette: No, not the regulators, the co-op
movement. Did you consult with the co-op movement? I’m not
talking about regulators.
La sénatrice Hervieux-Payette : Non, pas les organismes de
réglementation, le mouvement des coopératives. Aviez-vous
consulté les coopératives? Je ne parle pas des organismes de
réglementation.
Mr. Campbell: Yes, there have been consultations both with
the CUCC and other members of industry, including many
cooperatives that have come to Ottawa or we have met with
jointly or individually over the past few years.
M. Campbell : Oui, il y a eu des consultations auprès de la
CCCC et d’autres membres de l’industrie, y compris de
nombreuses coopératives qui sont venues à Ottawa, ou que
nous avons aussi rencontrées conjointement ou individuellement
au cours des dernières années.
Perhaps Eleanor, who was involved in these consultations,
would like to comment.
Peut-être qu’Eleanor, qui a participé à ces consultations,
aimerait ajouter quelque chose.
Eleanor Ryan, Senior Chief, Financial Sector Policy Branch,
Department of Finance Canada: I would only echo my director’s
comments in that there have been extensive, long-standing
engagement and conversations between the department, the
agencies and the credit union industry.
Eleanor Ryan, chef principale, Direction de la politique du
secteur financier, ministère des Finances Canada : Je me ferai
l’écho des commentaires de mon directeur : il y a eu de
nombreuses interactions et conversations entre le ministère, les
organismes et le milieu des coopératives de crédit sur une longue
période.
Senator Hervieux-Payette: Did they ask to have that new
regime? Who are you serving? If there is no federal co-op, why are
you making so many changes to a law that does not apply to
anybody in this country?
La sénatrice Hervieux-Payette : Ont-ils demandé que ce
nouveau régime soit instauré? Qui servez-vous? S’il n’y a pas de
coopérative fédérale, pourquoi apportez-vous tant de
modifications à une loi qui ne s’applique à personne au Canada?
Mr. Campbell: On the question of a federal credit union
framework, there have been, over many years, representations
from the industry themselves who have asked to have a
framework should their members wish to grow and/or offer
services beyond their province.
M. Campbell : Pour ce qui est d’un cadre relatif aux
coopératives de crédit fédérales, des représentants du secteur
demandent eux-mêmes depuis de nombreuses années qu’un cadre
soit établi pour que leurs membres qui souhaitent donner de
l’expansion à leurs coopératives ou offrir des services à l’extérieur
de leur province puissent le faire.
At this time, there is, publicly, one set of credit unions or
caisses populaires in New Brunswick that have recently taken a
first vote in this regard, with the possible intent moving to a
federal credit union framework.
Pour l’instant, il y a un groupe de coopératives de crédit ou de
caisses populaires du Nouveau-Brunswick, qui a tenu un premier
vote public à cet égard, en vue de peut-être faire la transition vers
une coopérative de crédit fédérale.
That is one entity that this framework would support, as it is
now, and others have suggested they would like this opportunity
should they wish to grow and expand services nationally or across
provincial borders.
Voilà donc une entité à laquelle le cadre serait utile, dans
l’immédiat, et d’autres ont laissé entendre qu’elles aimeraient
avoir la possibilité de croître et d’offrir leurs services à l’échelle
nationale ou à l’extérieur des frontières de leur province.
Senator Hervieux-Payette: You can assure me that the
provincial ones are all in agreement with all of the services or
the status they had with the federal government, that they are all
La sénatrice Hervieux-Payette : Vous pouvez m’assurer que les
coopératives provinciales sont toutes satisfaites de l’ensemble des
services qu’elles obtiennent du gouvernement fédéral ou du statut
20-11-2014
Banques et commerce
18:45
happy with what you are doing? Actually, I don’t think that what
you are doing is in their interest. I think you are, in fact,
undermining the co-op in this country with these changes.
qu’elles ont auprès de celui-ci, qu’elles sont toutes contentes de ce
que vous faites? En réalité, je ne crois pas que vous agissiez dans
leur intérêt. Je pense que vous minez plutôt les coopératives du
pays en apportant les changements en question.
Mr. Campbell: On the latter part, the federal credit union
framework, this is really optional should any members decide to
move federally.
M. Campbell : Pour ce qui est de la dernière partie, concernant
les coopératives de crédit fédérales, la décision de convertir leur
coopérative en coopérative fédérale appartient entièrement aux
membres.
With respect to the first part of the act, this is about
strengthening the credit union framework in Canada by
clarifying the regulations between the provincial and federal
governments.
Quant à la première partie du projet de loi, l’objectif est de
renforcer le cadre relatif aux coopératives de crédit au Canada en
harmonisant la réglementation provinciale et la réglementation
fédérale.
At the end of the day, it is provinces that are responsible for
regulating these institutions. These institutions currently are
incorporated under provincial legislation, and they’re regulated
as such. What we are doing is clarifying, in this case, that OSFI
would no longer be involved in any kind of dual regulation of an
entity, to provide both the centrals and the entities with clarity as
to who was responsible for that entity and as to the framework
under which they operate.
Au bout du compte, la réglementation de ces organisations est
une compétence provinciale. Elles sont constituées par les lois
provinciales et sont visées par la réglementation provinciale.
L’objectif poursuivi, dans le projet de loi, c’est de préciser que le
BSIF n’appliquera plus en aucun cas de deuxième réglementation
aux entités concernées, afin que les coopératives de crédit
centrales et les entités sachent bien de qui elles relèvent et dans
quel cadre elles évoluent.
Senator Hervieux-Payette: They are doing more than that.
La sénatrice Hervieux-Payette : Le BSIF ne fait pas que cela.
Senator Black: Thank you all for being here.
Le sénateur Black : Merci à vous tous d’être venus.
This is extremely complicated, but it is also very interesting as
well. Constitutionally, we can agree that credit unions normally
fall into the property and civil rights basket and are, therefore,
regulated provincially. So I’m a little surprised that the federal
government had as much interplay, constitutionally, with the
credit unions as apparently you did. That’s interesting.
C’est un sujet extrêmement complexe, mais aussi très
intéressant. Sur le plan constitutionnel, nous pouvons convenir
que les coopératives de crédit relèvent normalement de la
catégorie des droits de propriété et des droits civils et qu’elles
sont donc régies par les provinces. Aussi, je suis un peu étonné
que le gouvernement fédéral intervienne autant dans cette sphère
constitutionnelle que vous le faisiez, manifestement. C’est
intéressant.
I take from what you said, sir, that this is a federal pullback
from involvement with co-op societies and credit unions across
Canada. Would that summary be accurate?
Je crois comprendre de ce que vous dites, monsieur, que le
gouvernement fédéral se retire du domaine des coopératives et des
coopératives de crédit à l’échelle du Canada. Est-ce que je résume
bien ce que vous avez dit?
Mr. Campbell: I think that summary would be accurate with
respect to the role of OSFI in the sense that they are pulling back
and that we’re basically removing the optionality of some credit
union centrals to voluntarily also be regulated by two different
governments. In that respect, for clarity purposes, yes, it would be
deemed a pullback.
M. Campbell : Je pense que oui en ce qui concerne le rôle du
BSIF, en ce sens qu’il se retire et qu’il supprime essentiellement la
possibilité pour les coopératives de crédit centrales d’être
volontairement régies par deux gouvernements différents. À cet
égard, à des fins de précision, oui, ce serait vu comme étant un
retrait.
Senator Black: That’s an interesting part.
I have two questions that I’d like you to explain or to help me
understand: one, the rationale for these moves; and, two, the
consequences of these moves.
Mr. Campbell: Certainly.
Clearly, for the fundamental rationale, we should look in the
broader context of all of the efforts that governments globally and
in Canada have undertaken since the financial crisis to address
areas where there were actual problems and other areas where
Le sénateur Black : Ce que vous dites est intéressant.
Il y a deux choses que j’aimerais que vous m’expliquiez ou que
vous m’aidiez à comprendre : premièrement, la justification des
mesures prises, et, deuxièmement, leurs conséquences.
M. Campbell : Certainement.
Chose certaine, pour ce qui est de la justification fondamentale,
nous devrions examiner la chose dans le contexte élargi de
l’ensemble des efforts déployés par les gouvernements d’autres
pays et par le gouvernement canadien depuis la crise financière
18:46
Banking, Trade and Commerce
20-11-2014
there were weaknesses. In certain cases, in Canada, which
generally speaking faired quite well, there were some areas that
needed clarity.
pour régler les problèmes réels et combler les lacunes. Le Canada
s’en est assez bien tiré en général, mais il y avait quelques éléments
à préciser.
At the end of the day, any institution needs to know clearly
what the legal regime under which they operate is and what their
potential tools in times of need and/or stress are. In this case, the
rationale was providing clarity that the province is responsible for
an entity and for the tools at the disposal of that entity should
there be times of stress.
Au fond, toute institution doit savoir clairement à quel régime
juridique elle est assujettie et quels sont les outils qu’elle peut
utiliser en cas de besoin ou lorsqu’il y a une tension. Dans ce casci, la justification était qu’il fallait préciser que la province est
responsable d’une entité et des outils à la disposition de celle-ci en
période de tension.
In the case of OSFI, it was really a grey area, given that OSFI
was not able to actually see through these credit union centrals
into the actual activity of the hundreds of credit unions that exist
in Canada. They were actually not able to do their job under this
dual regulatory regime, and it provided a bit of cloud over who
was responsible for that entity.
Dans le cas du BSIF, il y avait vraiment une zone grise, étant
donné que le bureau n’était pas en mesure de prendre
connaissance, au-delà des coopératives de crédit centrales, de
l’activité réelle des centaines de coopératives de crédit du Canada.
En réalité, il n’était pas en mesure de s’acquitter de sa tâche dans
le cadre de ce régime réglementaire double, et celui-ci créait une
espèce de flou autour de la responsabilité de cette entité.
That’s the first clear question on rationale.
Voilà ma réponse à la première question concernant la
justification.
As to the second, with respect to consequences, there should
really be no material consequence for the operation of any credit
union or central. This is a case of being clear who the regulator is.
Even in access to federal tools, for example, under the bank’s
lending facility, the only change here is really between the
governments — that the Government of Canada would need to be
indemnified or the bank would need to be indemnified if any of
these tools would be available to the province.
Quant à la deuxième question concernant les conséquences, il
ne devrait vraiment pas y avoir de répercussion importante sur le
fonctionnement des coopératives de crédit ni des coopératives de
crédit centrales. Il s’agit de préciser qui est responsable de la
réglementation. Même en ce qui concerne les outils fournis par le
gouvernement fédéral, par exemple dans le cadre d’une facilité de
prêt d’une banque, le seul changement apporté touche la relation
entre les gouvernements, c’est-à-dire que le gouvernement du
Canada devrait être indemnisé ou que la banque devrait être
indemnisée si l’un ou l’autre mettait ces outils à la disposition de
la province.
There will be no material consequences on the entities
themselves.
Les entités en tant que telles ne subiront aucune conséquence
importante.
Senator Black: Extremely clear; thank you for that.
Is there a possibility that a smaller province or a territory —
let’s take a territory like Nunavut or a province like Prince
Edward Island — would be unable to provide the indemnity
required by the Government of Canada and, therefore, their
respective credit unions would be at risk? Is that a possibility?
Mr. Campbell: I will turn to Mr. Morrow.
Ron Morrow, Chief, Financial Stability, Bank of Canada: As to
emergency liquidity assistance provided by the Bank of Canada to
a credit union, just to clarify, our pre-existing policy on this was
that credit unions and caisses populaires would not ordinarily be
eligible for emergency liquidity assistance from the Bank of
Canada, but the bank would consider providing that eligibility in
the event that there was a systemic risk to the Canadian financial
system.
Le sénateur Black : C’était extrêmement clair. Merci.
Est-il possible qu’une petite province ou qu’un territoire —
disons le territoire du Nunavut ou une province comme l’Île-duPrince-Édouard — ne soit pas en mesure de verser l’indemnité
exigée par le gouvernement du Canada et que les coopératives de
crédit de cette province ou de ce territoire soient à risque? Est-ce
une possibilité?
M. Campbell : Je vais demander à M. Morrow de répondre à
la question.
Ron Morrow, chef, Stabilité financière, Banque du Canada :
Pour ce qui est des liquidités d’urgence fournies par la Banque du
Canada à une coopérative de crédit, simplement pour apporter
une précision, notre politique préexistante était que les
coopératives de crédit et les caisses populaires ne sont
ordinairement pas admissibles aux liquidités d’urgence fournies
par la Banque du Canada, mais que la banque envisage de les
rendre admissibles lorsqu’il y a un risque systémique pour le
système financier du Canada.
20-11-2014
Banques et commerce
18:47
So that was our previous stated policy, and internal policies at
the Bank of Canada that we had developed did require us to seek
an indemnification from a province in the event that we did
provide a loan to them. The change to the Bank of Canada Act is
really reflecting what already had been a pre-existing policy
within the bank.
Voilà donc quelle était notre politique déclarée, et les politiques
internes que nous avions mises en place à la Banque du Canada
exigeaient que nous demandions une indemnité à la province si
nous lui accordions un prêt. La modification apportée à la Loi sur
la Banque du Canada reflète en réalité une politique préexistante
au sein de la banque.
When we do provide liquidity, it is a collateralized loan that we
make to the institution. We take good collateral against a loan we
make. The indemnification really just covers the possibility that
the collateral we’ve been given as a part of the loan declines in
value over the course of the loan and that there’s a potential for a
loss to the bank, in that instance. So, in actual amounts, it should
be a very small amount where the indemnification is required, and
the fact that we’re seeking the indemnification really reflects the
fact that the provincial institutions are ultimately the
responsibility of the provinces.
Lorsque nous fournissons les liquidités, il s’agit d’un prêt
garanti que nous accordons à l’institution concernée. Nous
demandons une bonne garantie lorsque nous faisons un prêt.
L’indemnisation sert simplement à contrer la possibilité que la
garantie perde de la valeur pendant la durée du prêt, et donc que
la banque subisse une perte. Ainsi, l’indemnisation ne devrait être
nécessaire que dans une très faible proportion de cas, et le fait que
nous demandons une indemnisation reflète en réalité le fait que les
institutions provinciales relèvent au bout du compte des
provinces.
Senator Black: Thank you. That was very helpful.
[Translation]
Le sénateur Black : Merci. Ce que vous avez dit m’a beaucoup
éclairé.
[Français]
Senator Massicotte: Thank you for your participation in our
committee. You mentioned that on October 14, you gave details
on these proposed changes. You also said that you have been
discussing them with provincial governments and credit union
centrals. Do Quebec and British Columbia agree with these
proposed changes? These changes were certainly proposed to
ensure consistency. But is there a province that disagrees with
them?
Le sénateur Massicotte : Je vous remercie de votre
participation à notre comité. Vous avez mentionné que le
14 octobre dernier, vous aviez donné des précisions sur les
modifications proposées. Vous dites aussi que cela fait des années
que vous en discutez avec les gouvernements provinciaux et les
caisses centrales. Est-ce que le Québec et la Colombie-Britannique
sont d’accord avec les modifications proposées? Ces modifications
ont été certainement proposées dans un souci de cohérence. Mais,
y a-t-il une province qui est en désaccord avec celles-ci?
Does the Desjardins Group, which is a very important group in
Quebec, agree with these changes or see drawbacks?
Le Mouvement Desjardins, qui est un groupe très important au
Québec, est-il d’accord avec ces modifications ou y voit-il un
inconvénient?
[English]
[Traduction]
Mr. Campbell: All very good questions. I can say that there has
been extensive engagement with the provinces over the last few
years, and following the announcement in Budget 2014, there
have been further discussions with the provinces. To date, I
wouldn’t characterize any province as being opposed to the
measure, but they can speak for themselves.
M. Campbell : Ce sont toutes là de très bonnes questions. Je
peux vous dire qu’il y a eu beaucoup de discussions avec les
provinces au cours des dernières années et qu’il y en a eu encore
d’autres après l’annonce du budget de 2014. Jusqu’à maintenant,
je dirais qu’aucune province ne s’oppose à la mesure, mais je les
laisse exprimer leur propre opinion.
Certainly, we’re seeking clarification on when and how this
would be implemented, hence the flexibility in the coming-intoforce date in this legislation and our continuing consultation with
them. I don’t think there’s any disagreement on the need for
clarification around the regulatory regime in any province.
Chose certaine, nous cherchons à préciser à quel moment et de
quelle manière les mesures devraient être mises en œuvre, d’où la
marge de manœuvre pour l’entrée en vigueur du projet de loi et les
consultations que nous continuons de mener auprès des
provinces. Je ne pense pas qu’il y ait de désaccord dans l’une ou
l’autre des provinces pour ce qui est de la nécessité d’apporter des
précisions dans la région réglementaire.
With respect to Desjardins, which is a formidable institution
and credit union in Canada, they’re not impacted by the
withdrawal of OSFI because they never availed themselves of
that. That’s a part that does not touch on Desjardins.
Pour ce qui est de Desjardins, qui est une grande institution et
une grande coopérative de crédit du Canada, elle ne subira pas les
conséquences du retrait du BSIF, puisqu’elle n’y a jamais eu
recours. C’est un élément qui ne touche pas Desjardins.
18:48
Banking, Trade and Commerce
With respect to the part that Mr. Morrow just mentioned, it’s
really indemnification under that hypothetical scenario that goes
from the Province of Quebec to the Bank of Canada and, in turn,
the Government of Canada. It should have no impact on
Desjardins whatsoever.
[Translation]
Senator Massicotte: You say that you are being flexible, that
the transition will happen easily and that discussions are ongoing.
It implies that some provinces disagree or that there exists greater
flexibility. What is the province’s main objection concerning these
changes?
[English]
20-11-2014
Quant à ce que M. Morrow vient de mentionner, il s’agit au
fond d’une indemnisation dans un scénario hypothétique qui
serait versée par la province de Québec à la Banque du Canada,
laquelle la verserait ensuite au gouvernement du Canada. Ça ne
devrait avoir absolument aucune répercussion sur Desjardins.
[Français]
Le sénateur Massicotte : Vous dites que vous faites preuve de
souplesse, que la transition se fera en douceur et que les
discussions se poursuivent. Cela laisse croire que certaines
provinces sont en désaccord ou qu’il y a une plus grande
souplesse. Quelle est l’objection principale des provinces en ce qui
concerne ces modifications?
[Traduction]
Mr. Campbell: Actually, senator, there has not been an explicit
objection to which I know of in our discussions about when this
will come into place. The federal government is making a decision
in its own right to remove the voluntary aspect of new regulation.
The provinces are already responsible for regulating their
institutions, and in certain cases, many of them may need to
make legal or legislative adjustments to allow them to take sole
responsibility of regulating.
M. Campbell : En fait, sénateur, je n’ai pas eu connaissance
d’objections explicites dans le contexte de nos discussions
concernant le moment où le projet de loi va entrer en vigueur.
Le gouvernement fédéral décide de son propre chef d’abolir
l’aspect volontaire de la nouvelle réglementation. Les provinces
régissent déjà leurs institutions, et bon nombre d’entre elles
devront procéder à des rajustements sur le plan juridique ou
législatif pour pouvoir assumer seules la responsabilité de la
réglementation.
We’re in the process of discussing with them about what time
frame they need. The issues are around the time frame of
implementation. They have not been, to my knowledge, opposing
the withdrawal of OSFI supervision, in particular, specifically or
collectively at this time.
Nous sommes en train de discuter avec elles du temps dont elles
ont besoin pour le faire. Les questions qui restent à régler
touchent le délai de mise en œuvre. À ma connaissance, il n’y a
pas eu d’opposition au retrait de la surveillance du BSIF en
particulier, ni individuelle ni collective pour l’instant.
[Translation]
[Français]
Senator Bellemare: I would like to come back to the changes
for lending at the Bank of Canada as they apply to Desjardins, for
example, which is a major player in Quebec.
La sénatrice Bellemare : J’aimerais revenir sur les modifications
liées aux emprunts à la Banque du Canada en ce qui concerne
Desjardins, par exemple, qui est un joueur important au Québec.
Will the proposed changes lead to treating Desjardins
differently than institutions under federal jurisdiction, for
example, the Bank of Canada, or will they be treated exactly
the same? I would like a clearer explanation of this matter.
Les modifications proposées auront-elles pour conséquence de
traiter Desjardins différemment de ceux qui seront sous la
gouverne fédérale, par exemple la Banque du Canada, ou si le
traitement sera exactement le même? J’aimerais avoir des
explications plus claires à ce sujet.
[English]
Mr. Morrow: There will be different treatment for Desjardins
vis-à-vis the federally regulated financial institutions when it
comes to emergency liquidity assistance from the Bank of
Canada. Because Desjardins is a provincial institution,
regulated by the Province of Quebec, it is the province’s
ultimate responsibility to oversee, supervise and provide
liquidity assistance to Desjardins. For federally related
institutions, it is the Government of Canada that provides that
liquidity assistance. The Bank of Canada is part of that liquidity
assistance framework.
[Traduction]
M. Morrow : Desjardins sera traitée différemment des
institutions financières régies par le gouvernement fédéral sur le
plan des liquidités d’urgence fournies par la Banque du Canada.
Comme Desjardins est une institution provinciale, réglementée
par la province de Québec, au bout du compte, la responsabilité
relative à la surveillance, à la supervision et à la prestation de
liquidités d’urgence incombe à la province dans le cas de
Desjardins. Pour ce qui est des institutions fédérales, c’est le
gouvernement du Canada qui fournit les liquidités d’urgence
nécessaire. La Banque du Canada fait partie du cadre d’assistance
dans ce domaine.
20-11-2014
Banques et commerce
There is a different treatment between Desjardins and other
federally regulated financial institutions reflecting the fact that
they’re a provincially regulated institution, and our previously
stated policy is that because they’re regulated by the provinces,
under our mandate we would normally not provide liquidity
assistance to provincially regulated institutions, save at a time
when it poses systemic risks to Canada, and we are now clarifying
the conditions under which that would take place.
[Translation]
Senator Bellemare: Does Desjardins agree?
[English]
Mr. Morrow: I won’t speak for Desjardins specifically. What I
will say is we have had discussions with provinces, provincial
regulators, and with credit unions in particular. I would say that
there are some entities, not all, who would prefer not to have this
indemnification requirement.
[Translation]
Senator Bellemare: Given the scope of the Desjardins Group
and its impact, have you considered the idea of making an
exception within the framework of this bill to ensure that it has
access, like the others, to last-resort assistance? I say this because
we know that a provincial government has to borrow from the
market to be able to offer that last resort, which is not always easy
to do, and that the federal government, for its part, has access to
the Bank of Canada which is, as we know, very different from
foreign markets.
[English]
18:49
Desjardins est traitée différemment des institutions financières
régies par le gouvernement fédéral, ce qui reflète le fait que
Desjardins est une institution régie par la province, et notre
politique déclarée était que nous ne fournissions normalement pas
de liquidités aux institutions régies par les provinces dans le cadre
de notre mandat, sauf en cas de risque systémique pour le
Canada, et nous précisons maintenant les conditions dans
lesquelles nous le ferions.
[Français]
La sénatrice Bellemare : Est-ce que Desjardins est d’accord?
[Traduction]
M. Morrow : Je n’exprimerai pas le point de vue de Desjardins
en particulier. Ce que je vais vous dire, c’est que nous avons
discuté avec les provinces, avec les organismes de réglementation
provinciaux, et avec les caisses de crédit en particulier. Je dirais
qu’il y a certaines entités — pas toutes — qui préféreraient ne pas
être soumises à cette obligation concernant l’indemnisation.
[Français]
La sénatrice Bellemare : Compte tenu de l’ampleur du
Mouvement Desjardins et de son impact, avez-vous réfléchi à
l’idée de faire une exception dans le cadre de ce projet de loi afin
que celui-ci ait accès comme les autres à un soutien de dernier
recours? Parce qu’on sait qu’un gouvernement provincial doit
aller emprunter sur les marchés afin d’offrir ce dernier
recours — ce qui n’est pas toujours facile à faire — et que le
gouvernement fédéral, de son côté, a accès à la Banque du Canada
qui est, on le sait, très différente des marchés étrangers.
[Traduction]
Mr. Morrow: That was part of the considerations we
undertook in our policy. Where we landed at the end of the
day, and the motivation behind our policy, is to respect the
division between federally regulated and provincially regulated
institutions. That liquidity provision oversight and all the things
that go along with supervising and regulating a financial
institution, if that responsibility rests with a province, then it is
their ultimate responsibility to provide that.
M. Morrow : Cela fait partie des choses que nous avons
examinées au moment d’élaborer notre politique. Notre position
finale, et ce qui motive notre politique, c’est le respect de la
répartition entre institutions réglementées par le gouvernement
fédéral et institutions réglementées par les gouvernements
provinciaux. La surveillance de la prestation de liquidités et
tout ce que supposent la supervision et la réglementation d’une
institution financière, si cette responsabilité appartient à la
province... au bout du compte, c’est elle qui doit fournir les
liquidités.
Our responsibility, given our role to promote the economic and
financial welfare of Canadians, only comes to bear when it is a
systemic issue.
Comme notre rôle est de promouvoir le bien-être économique
et financier des Canadiens, notre responsabilité se limite aux
problèmes systémiques.
[Translation]
Senator Bellemare: This would have an impact on the insurance
sector. What would be the impact of creating federal entities in
the field of insurance?
[English]
Ms. Ryan: There are no elements in Division 22 dealing with
the insurance sector.
[Français]
La sénatrice Bellemare : Cela aurait des incidences dans le
secteur de l’assurance. Quelles seraient les incidences de la
création d’entités fédérales dans le domaine de l’assurance?
[Traduction]
Mme Ryan : Il n’y a aucun élément portant sur le secteur de
l’assurance dans la section 22.
18:50
Banking, Trade and Commerce
[Translation]
Senator Bellemare: I was under the impression that there were
provisions about that, but that is not the case. I wanted to know if
there were any networking commitments through insurance sales.
It is written here.
[English]
Mr. Campbell: Thank you, senator, for the clarification.
20-11-2014
[Français]
La sénatrice Bellemare : J’avais l’impression qu’il y avait des
dispositions liées à cela, mais ce n’est pas le cas. Je voulais savoir
s’il y avait un engagement de la mise en réseaux par la vente
d’assurances. C’est écrit ici.
[Traduction]
M. Campbell : Merci de la précision, sénatrice.
With respect to the first part of the division to which we were
speaking, there is no impact on the insurance sector, per se.
En ce qui concerne la première partie de la section en question,
il n’y a pas de répercussion sur le secteur de l’assurance en tant
que tel.
With respect to Part 2 of the bill, under a circumstance where
provincial credit unions, who are now legally allowed to sell
insurance in their branches, should they wish to become a federal
institution over time, they will have to migrate to the complete
federal regime.
Quant à la partie 2 du projet de loi, si les coopératives de crédit
provinciales, qui sont maintenant autorisées par la loi à vendre de
l’assurance dans leurs succursales, souhaitent devenir
graduellement une institution fédérale, elles devront passer
complètement au régime fédéral.
The provision in this bill allows an undertaking of a grace
period such that they would have to commit to transition over
time to a situation where they respect federal legislation.
Le projet de loi prévoit une période de grâce au cours de
laquelle elles devront s’engager à se rendre conformes aux lois
fédérales.
It is not on day one. There is a period of time they will have to
make structural changes to separate the insurance and other
banking services underneath the credit union to respect federal
legislation.
Elles ne devront pas l’être dès le premier jour. Elles disposeront
d’une certaine période pour apporter des changements structurels
et séparer l’assurance et les autres services bancaires de leurs
autres activités de coopérative de crédit afin de respecter les lois
fédérales.
Senator Tkachuk: I know that Senator Massicotte, and I think
Senator Hervieux-Payette and others, have had, over the last
15 years, numerous presentations to the Banking Committee to
have this kind of legislation put forward by the federal
government. I wanted to make that point, that this is not new
to us. This has been going on a long time. There have been plenty
of presentations by the credit union movement to have this
legislation as we are putting forward now. I wanted to make that
point and thank you for it.
Le sénateur Tkachuk : Je sais que le sénateur Massicotte, la
sénatrice Hervieux-Payette, je crois, et d’autres sénateurs ont
assisté au cours des 15 dernières années à de nombreux exposés
présentés au Comité des banques qui portait sur l’adoption d’un
projet de loi de ce genre par le gouvernement fédéral. Je voulais
préciser que ce n’était pas un sujet nouveau pour nous. C’est en
cours depuis longtemps. Le mouvement des coopératives de crédit
a présenté plein d’exposés visant à nous convaincre d’adopter le
projet de loi que nous présentons maintenant. Je voulais le
souligner et vous remercier.
Senator Ringuette: You did not confirm that you sat down with
Desjardins to get their opinion in regard to the legislation in front
of us. You kind of skirted that.
La sénatrice Ringuette : Vous ne nous avez pas confirmé que
vous avez rencontré les représentants de Desjardins pour prendre
connaissance de leur opinion au sujet du projet de loi que nous
avons devant nous. Vous avez en quelque sorte évité la question.
Have you sat down with them with the current legislation to
ask if they agree or not? Have you asked them if there is a better
way to put forth legislation?
Les avez-vous rencontrés pour leur demander s’ils sont
d’accord ou non avec le projet de loi? Leur avez-vous demandé
s’ils pensent qu’il pourrait y avoir un meilleur projet de loi à
adopter?
Mr. Campbell: First, I can say that prior to the tabling of the
bill there were discussions among officials with Desjardins, in
advance, and also the Quebec regulators in the weeks prior to the
tabling of the bill. They have since seen the tabling of the bill, and
we have also shared the technical amendments paper and other
consultations which we have provided.
M. Campbell : Je peux d’abord vous dire qu’il y a eu des
discussions avec les représentants de Desjardins avant le dépôt du
projet de loi et aussi avec les représentants de l’organisme de
réglementation du Québec dans les semaines précédant le dépôt
du projet de loi. Ils ont vu le projet de loi depuis, et nous leur
avons aussi communiqué le document contenant les amendements
techniques et les résultats des diverses consultations tenues.
20-11-2014
Banques et commerce
I would like to provide clarity, though, that where Desjardins
will be impacted has more to do with the Province of Quebec and
the regulators, not Desjardins themselves. This is an issue where
the regulators are the ones seeking clarification here. We do not
envision any impact at all on Desjardins themselves.
Senator Ringuette: We will try to seek their input.
18:51
J’aimerais cependant préciser que les répercussions sur
Desjardins auront davantage trait à la province de Québec et à
l’organisme de réglementation de cette province. Ce sont les
représentants de l’organisme de réglementation qui demandent
des précisions dans ce cas-ci. Nous n’envisageons aucune
répercussion sur Desjardins en tant que telle.
La sénatrice Ringuette : Nous allons essayer d’obtenir son
point de vue.
You said that the bill provides for a framework so provincial
cooperatives can become a federal entity and that it is
strengthening the framework. One good thing about the Senate,
among others, is that we have an institutional memory. A number
of years ago, I definitely recall that a framework was placed in
front of us to take a provincial co-op that wanted to become a
federal co-op. We have had plenty of discussions about that. One
of the discussions was that within that framework was a principle
that is vital to the cooperative movement — one member, one
vote. In this piece of legislation, you said earlier that it was going
to be one vote per cooperative, which is miles apart.
Vous avez dit que le projet de loi offre un cadre aux
coopératives provinciales qui voudront devenir une entité
fédérale et qu’il renforce ce cadre. Une qualité du Sénat, c’est
entre autres qu’il a une mémoire institutionnelle. Je me rappelle
clairement qu’un cadre nous a été présenté il y a un certain
nombre d’années en vue de permettre aux coopératives
provinciales de devenir des coopératives fédérales. Nous avons
beaucoup discuté de la question. Un des sujets abordés était que le
cadre comportait un principe fondamental du mouvement
coopératif : un membre, un vote. Vous avez dit tout à l’heure
que le principe contenu dans le projet de loi est que chaque
coopérative va avoir un vote, ce qui est très loin d’être la même
chose.
Mr. Campbell: I’ll answer the first part of your question
senator, and then I will turn to my colleague Eleanor to be very
specific.
M. Campbell : Je vais répondre à la première partie de votre
question, madame la sénatrice, puis je vais m’en remettre à ma
collègue Eleanor, qui vous donnera une réponse très précise.
The first part about strengthening is that you are correct; we
had existing legislation now, at the request of industry, to allow
for or provide for mergers, amalgamations and continuance
federally. I can say that the discussions under way in New
Brunswick with the caisses populaires are proceeding under the
basis of the current enacted framework.
Pour ce qui est de la première partie et du renforcement, vous
avez raison : nous avions déjà des dispositions législatives, à la
demande de l’industrie, pour permettre ou prévoir les fusions et la
prorogation à l’échelon fédéral. Je peux vous dire que les
discussions en cours au Nouveau-Brunswick avec les caisses
populaires sont fondées sur le cadre législatif actuel.
Senator Ringuette: Exactly, one member, one vote, which is the
co-op principle.
La sénatrice Ringuette : Exactement, un membre, un vote, ce
qui est le principe des coopératives.
Mr. Campbell: Absolutely, and which is maintained. I will
allow my colleague to explain what is being streamlined here with
this particular type of vote.
M. Campbell : Assurément, et ce principe est maintenu. Je vais
permettre à ma collègue de vous expliquer ce qui est simplifié dans
le projet de loi à l’égard de ce type de vote en particulier.
What is before us today are additional avenues to provide
flexibility, given the discussion with other credit unions that may
require a different legal path to have their members continue
federally. So we are giving optionality, and we have committed
that if in the future other provinces, other credit unions, decide
with their members that they would prefer a different legal path to
migrate federally, then we would be open to making further
amendments. It’s being flexible to the demands of the industry.
Ce que nous avons devant nous, ce sont d’autres moyens
d’offrir une marge de manœuvre, vu la discussion avec d’autres
coopératives de crédit, qui pourraient devoir faire une démarche
juridique différente pour permettre à leurs membres de poursuivre
leurs activités à l’échelon fédéral. Nous offrons donc des
possibilités, et nous nous sommes engagés à demeurer ouverts à
l’idée d’apporter d’autres modifications si d’autres provinces,
d’autres coopératives de crédit décident avec leurs membres
qu’elles préfèrent suivre une autre démarche juridique pour passer
à l’échelon fédéral. Il s’agit de tenir compte des exigences de
l’industrie.
Ms. Ryan: Technically, the existing federal credit union
framework provides that each member has a vote. In this bill
there is no change to that principle.
Mme Ryan : Techniquement, le cadre fédéral actuel pour les
coopératives de crédit prévoit que chaque membre a un droit de
vote. Aucun changement n’est apporté à ce principe dans le projet
de loi.
18:52
Banking, Trade and Commerce
20-11-2014
The change is when there are two legal parts to the transaction,
and then the member gets to vote on both parts of the transaction
at the same time. But they still get their vote. So each member gets
a vote. Instead of voting on two legal transactions, they get to see
the whole thing and vote once, so it provides them better clarity.
Le changement touche le cas où la transaction se fait en deux
parties sur le plan juridique et que les membres doivent voter sur
les deux parties de la transaction en même temps. Mais ils peuvent
quand même voter. Chaque membre a donc un droit de vote.
Plutôt que de voter sur deux transactions juridiques, ils peuvent
prendre connaissance de l’ensemble et voter une fois, ce qui fait
que la transaction est plus claire pour eux.
Senator Ringuette: What’s the issue with regard to one vote per
cooperative, as Mr. Campbell indicated earlier in his statement?
La sénatrice Ringuette : Quel est le problème que soulève le fait
que chaque coopérative ait un droit de vote, d’après ce que
M. Campbell a dit tout à l’heure lorsqu’il a présenté son exposé?
Ms. Ryan: I think he was just referring to when there are two
legal parts to a transaction. So if a provincial credit union is
thinking about becoming federal, they might first want to
amalgamate the credit union and then continue it to the federal
framework. The member can continue it and then amalgamate it.
There are different ways to do it. Those are two legal transactions
and the member gets to vote on both of those at the same time.
We’re simply streamlining. So the member gets to vote, but they
get to vote on both pieces at the same time and see the entire
transaction.
Mme Ryan : Je pense qu’il faisait seulement référence aux
situations où la transaction comporte deux parties sur le plan
juridique. Par exemple, si une coopérative de crédit provinciale
envisage de devenir fédérale, elle peut vouloir procéder à une
fusion avant de passer au cadre fédéral. Elle peut aussi vouloir
procéder dans l’ordre inverse. Il y a diverses manières de faire les
choses. Il s’agit de deux transactions distinctes sur le plan
juridique, et les membres votent sur les deux en même temps.
Nous ne faisons que simplifier le processus. Les membres votent
donc, mais sur les deux éléments en même temps, et ils peuvent
envisager l’ensemble de la transaction.
Senator Ringuette: As one legal —
La sénatrice Ringuette : En un seul processus juridique...
Ms. Ryan: As one decision: ‘‘Yes, I do want to come to the
federal framework no matter how many legal parts to the
transaction.’’
Mme Ryan : En une seule décision : « Oui, je veux passer au
cadre fédéral, peu importe le nombre de parties que comporte la
transaction sur un plan juridique. »
Mr. Campbell: The ability of any member, in any credit union,
will always have one vote in any transaction. What this does is
provide more clarity and empowers that member who is voting to
know the full suite of both the objective and the end run of what
they’re voting on. Clearly, if you’re voting to merge for the
purposes of some of them downstream going federal, then you
should disclose it to that member when they’re voting.
M. Campbell : Tout membre d’une coopérative de crédit
disposera toujours d’un droit de vote à l’égard de toute
transaction. Le projet de loi clarifie les choses et permet aux
membres qui votent de prendre connaissance de l’objectif du vote
et de l’objectif final. Il est clair que si le vote sur la fusion vise à
permettre ultérieurement le passage au cadre fédéral, il faut que
cela soit divulgué aux membres au moment du vote.
Senator Ringuette: If you know.
La sénatrice Ringuette : Si on le sait.
Mr. Campbell: The policy intent under this act, at this time,
would clearly be their intention to go to their members and have
them vote as to whether or not they wish to the move federal
framework. You should go to your members and provide full
disclosure of that one vote and you still respect one member, one
vote, one institution and all the corporate governance thresholds
that they need to abide by. It’s the same. It means you’re not
going to members with part of a question. You have them vote on
whether they want this end result.
M. Campbell : L’objectif stratégique poursuivi dans le cadre du
projet de loi, pour l’instant, est clairement que les coopératives
demandent à leurs membres de voter sur le passage au cadre
fédéral. Les coopératives de crédit devraient indiquer clairement
l’objectif du vote qu’elles proposent à leurs membres tout en
continuant de respecter le principe un membre, un vote, une
institution ainsi que tous les seuils de gouvernance
organisationnels qu’elles doivent respecter. C’est la même chose.
De cette façon, on ne soumet pas une question partielle aux
membres. On leur demande de voter sur le résultat final.
Senator Tannas: The likely scenario would be a British
Columbia credit union that wants to merge with an Alberta
credit union and the only way they can do that is to go federally.
But if they can’t get past that first question — they don’t want to
go federally — a member would not likely support going federal
without needing to, so that’s the idea that you’re enumerating.
Le sénateur Tannas : Le scénario probable, ce serait qu’une
coopérative de crédit de la Colombie-Britannique souhaite
fusionner avec une coopérative albertaine et que la seule façon
pour elle de le faire serait de devenir une coopérative fédérale.
Mais, si elle n’arrive pas à obtenir une réponse positive à la
première question — si les membres ne veulent pas passer au
cadre fédéral —, les membres n’appuieraient probablement pas le
passage au cadre fédéral s’ils n’ont pas à le faire. Donc voilà l’idée
que vous formulez.
20-11-2014
Banques et commerce
Mr. Campbell: That’s correct.
18:53
M. Campbell : C’est exact.
Senator Tannas: In the credit union space, of which I am
recently familiar with, there is a lot of talk that gets mixed up with
action and so I’m never really sure. Is there a combined credit
union central? Are B.C. and Ontario actually together?
Le sénateur Tannas : Dans le milieu des coopératives de crédit,
que je ne connais que depuis peu de temps, il y a beaucoup de
discussions à travers les choses qui sont faites, alors je n’ai jamais
vraiment de certitude. Y a-t-il une centrale de caisse de crédit
combinée? Est-ce que la Colombie-Britannique et l’Ontario sont
regroupés?
Mr. Campbell: There is an entity called Central 1 that serves a
portion of Ontario credit unions as well as British Columbia
credit unions. It has offices in both provinces, headquartered in
B.C., but with many operations in Ontario.
M. Campbell : Il y a une entité qui s’appelle Central 1 et qui
sert une partie des coopératives de crédit de l’Ontario ainsi que les
coopératives de crédit de la Colombie-Britannique. Il y a des
bureaux dans les deux provinces, le siège social est en ColombieBritannique, mais la centrale est présente à beaucoup d’endroits
en Ontario.
Senator Tannas: Now that the federal government is backing
out of this, was there any request for time or was there any gear
grinding amongst the Ontario and British Columbia governments
now that they’re going to have to separate these two, which I
presume they would, or jointly supervise this mash-together?
Could you give us any colour on that discussion?
Le sénateur Tannas : Maintenant que le gouvernement fédéral
se retire du domaine, a-t-on demandé des délais? Les
gouvernements de l’Ontario et de la Colombie-Britannique ontils commencé à faire des démarches, maintenant qu’ils doivent
séparer ces deux centrales — ce qu’ils devront faire, je présume —
ou superviser conjointement ce regroupement? Pouvez-vous nous
donner une quelconque indication du ton de la discussion?
Mr. Campbell: First, I would say that we do not necessarily
envision any structural change with respect to that ‘‘central’’ as a
derivative of this act or this proposal. There are many discussions
going on. As I mentioned in my remarks, there is an evolution
going on in credit unions, in various provinces in Canada. They’re
amalgamating and consolidating. Some are growing. Their
centrals have to adapt because they provide service to their
members. These are issues that provinces among themselves have
been trying to work out and will continue to work out
interprovincially.
M. Campbell : Je dirais d’abord que nous n’envisageons pas
nécessairement de changement structurel au sein de cette
« centrale » à la suite de l’adoption du projet de loi ou de la
proposition. Il y a beaucoup de discussions en cours. Comme je
l’ai mentionné dans ma déclaration préliminaire, les coopératives
de crédit évoluent dans diverses provinces du Canada. Elles
fusionnent et se regroupent. Certaines sont en croissance. Leurs
centrales doivent s’adapter, puisqu’elles offrent des services à
leurs membres. Il y a des questions que les provinces essaient de
régler entre elles et qu’elles continueront de régler entre elles.
In this case, the issues that were there before, about those two
provinces having the same central to manage their credit unions,
don’t change. They need to cooperate under the two. What’s
happening here today is not having a demonstrable impact on the
operations of Central 1.
Dans ce cas-ci, les questions qui existaient déjà au sujet du fait
que les deux provinces ont une centrale qui gère leurs coopératives
de crédit ne changent pas. La centrale doit collaborer avec les
deux gouvernements. Ce qui se passe ici aujourd’hui n’a pas
véritablement d’effet sur les activités de Central 1.
Senator Tannas: Other than somebody new is going to have to
supervise those two?
Le sénateur Tannas : Mis à part le fait que quelqu’un de
nouveau devra superviser les deux?
Mr. Campbell: As it stands, in B.C., it’s largely the provincial
regulator that regulates Central 1. They have a very light touch
from OSFI, so from the British Columbia point of view, this will
have a negligible impact. Similarly in Ontario, they may have to
make an adjustment.
M. Campbell : En réalité, pour ce qui est de la ColombieBritannique, c’est en grande partie l’organisme de réglementation
de la province qui régit Central 1. Il y a une très légère
intervention du BSIF, donc, du point de vue de la ColombieBritannique, l’incidence va être négligeable. C’est la même chose
en Ontario, où on devra peut-être procéder à un rajustement.
Ms. Ryan: B.C. is the primary regulator of Central 1. We’re
not privy to the conversations they’re having. As the primary
regulator, the only thing that is changing here is that OSFI is
removing itself as a secondary regulator.
Mme Ryan : Central 1 est régie principalement par la province
de la Colombie-Britannique. Nous ne sommes pas au courant des
discussions que la centrale et la province tiennent. Pour
l’organisme de réglementation principal, la seule chose qui
change, c’est que le BSIF se retire comme organisme de
réglementation secondaire.
Senator Tannas: Are you aware if we have ever actually had a
formal application or is there a formal application for a federal
credit union?
Le sénateur Tannas : Savez-vous si nous avons déjà reçu une
demande officielle ou s’il existe une demande officielle de statut de
coopérative de crédit fédérale?
18:54
Banking, Trade and Commerce
Mr. Campbell: No formal application.
Senator Bellemare: If you want to answer my question in
writing that would be good, too. My question relates to a
comment that Senator Black made at the beginning of the
discussion. He suggested that in the Constitution, cooperatives
are under provincial jurisdiction. That’s why, at the beginning of
the 20th century, when Desjardins came to the federal
government to have a federal —
The Chair: And the question is?
20-11-2014
M. Campbell : Il n’y a pas de demande officielle.
La sénatrice Bellemare : Si vous voulez répondre à ma question
par écrit, ce serait très bien aussi. Ma question a trait à un
commentaire qu’a fait le sénateur Black au début de la discussion.
Il a laissé entendre que les coopératives relèvent des provinces
d’après la Constitution. C’est pour cette raison que, au début du
XXe siècle, lorsque Desjardins s’est adressée au gouvernement
fédéral pour obtenir...
Le président : Et quelle est la question?
Senator Bellemare: The question is: How would you get around
the Constitution with this law, if there is a constitutional
problem?
La sénatrice Bellemare : La question est la suivante : comment
contourneriez-vous la Constitution dans le cadre du projet de loi,
s’il y a un problème sur le plan constitutionnel?
The Chair: This can be in writing, if you would prefer, or if it’s
a quick answer, we can accept it now.
Le président : Vous pouvez répondre par écrit, si vous préférez,
ou maintenant, si vous répondez brièvement.
Ms. Ryan: I think I can provide a simple answer and we’ll see if
that suffices.
Mme Ryan : Je pense que je peux vous donner une réponse
simple, et nous verrons si elle vous suffit.
In 2010, when we put the federal credit union framework in
place, it was embedded in the Bank Act. The federal government
has authority over banks and banking. Therefore, banks that
function as federal credit unions are something we have
jurisdiction over. I think the comment before was that credit
unions incorporated under provincial law are clearly provincial
domain.
En 2010, lorsque nous avons mis en place le cadre relatif aux
coopératives de crédit fédérales, celui-ci faisait partie de la Loi sur
les banques. Le gouvernement fédéral régit les banques et les
services bancaires. Les banques qui sont des coopératives de crédit
fédérales relèvent donc de nous. Je pense que le commentaire qui a
été fait tout à l’heure était que les coopératives de crédit
constituées en vertu des lois provinciales relèvent clairement des
provinces.
The Chair: Thank you very much to our panel.
Le président : Merci beaucoup à nos témoins.
Senators, we now turn to Division 26 of Part 4. Our witnesses
from the Department of Finance Canada are Erin O’Brien, Chief,
Financial Sector Policy Branch; and Lisa Pezzack, Director,
Policy Sector Branch. Ms. O’Brien will make the opening
statement.
Sénateurs, nous passons maintenant à la section 26 de la
partie 4. Nos témoins du ministère des Finances du Canada sont
Erin O’Brien, chef, Direction de la politique du secteur financier,
et Lisa Pezzack, directrice, Direction de la politique du secteur
financier. Mme O’Brien va présenter la déclaration préliminaire.
Erin O’Brien, Chief, Financial Sector Policy Branch,
Department of Finance Canada: Thank you. It is a pleasure to
be back before you today. I am Erin O’Brien and I’m the Chief of
Payments within the Department of Finance in the Financial
Sector Policy Branch. I’m here today to explain and provide
answers to your questions on Division 26, proposed amendments
to the Canadian Payments Act.
Erin O’Brien, chef, Direction de la politique du secteur financier,
ministère des Finances Canada : Merci. C’est avec plaisir que je
reviens témoigner devant vous aujourd’hui. Je m’appelle Erin
O’Brien, et je suis chef des paiements à la Direction de la politique
du secteur financier du ministère des Finances. Je suis ici
aujourd’hui pour expliquer la section 26, qui contient des
propositions de modification de la Loi canadienne sur les
paiements, et pour répondre à vos questions à ce sujet.
The Canadian Payments Association owns and operates
Canada’s national payments clearing and settlement systems.
The CPA’s mandate, membership and governance framework are
prescribed by the Canadian Payments Act.
L’Association canadienne des paiements possède et exploite les
systèmes nationaux d’autorisation et de paiement du Canada. Le
mandat, la composition et le cadre de gouvernance de l’ACP sont
prévus dans la Loi canadienne sur les paiements.
Division 26 proposes to amend the Canadian Payments Act to
reform the governance structure of the CPA by introducing
greater independent decision making to its board of directors and
by strengthening its accountability framework to the government
and to the public to ensure that the national payments clearing
and settlement infrastructure is operated for the benefit of
Canada’s economy and citizens.
Dans la section 26, on propose de modifier la Loi canadienne
sur les paiements de façon à réformer la structure de gouvernance
de l’ACP en offrant une plus grande indépendance à son conseil
d’administration pour la prise de décisions et en renforçant son
cadre de reddition de comptes au gouvernement et à la population
en vue de garantir que l’infrastructure nationale d’autorisation et
de paiement est exploitée au profit de l’économie et des citoyens
du Canada.
20-11-2014
Banques et commerce
18:55
Key changes include the establishment of a smaller majority
independent board of directors, an expansion of the Minister of
Finance’s power to issue directives, and a requirement for the
CPA board to annually prepare a corporate plan for the
minister’s approval and to publish an annual report.
Les principaux changements concernent l’établissement d’un
conseil d’administration à majorité indépendante de plus petite
taille, l’accroissement du pouvoir du ministre des Finances
d’émettre des directives et l’obligation pour le conseil
d’administration de l’ACP de faire approuver son plan
organisationnel par le ministre chaque année et de publier un
rapport annuel.
The Chair: The first question will be from the deputy chair of
the committee, Senator Hervieux-Payette.
Le président : La première question sera posée par la viceprésidente du comité, la sénatrice Hervieux-Payette.
[Translation]
Senator Hervieux-Payette: Could you tell us why the board of
directors was reformed? Who complained about the current
system? What led you to change the terms and conditions? You
mentioned that you must act in good faith with all the care,
diligence and skills of a reasonable person. I hope that that is
already the case. It is important to understand the goal of such a
change. What did these changes improve?
[English]
[Français]
La sénatrice Hervieux-Payette : Pouvez-vous nous dire
pourquoi le conseil d’administration fait l’objet d’une réforme?
Qui s’est plaint du système actuel? Qu’est-ce qui vous incite à
changer la modalité? Vous mentionnez que vous devez agir de
bonne foi avec le soin, la diligence et la compétence dont fait
preuve une personne raisonnable. J’espère que c’est déjà le cas.
C’est important de comprendre le but d’un tel changement.
Qu’est-ce que ces modifications permettront d’améliorer?
[Traduction]
Ms. O’Brien: The government has taken two successive reviews
of the payment system. One was done in 1998 and the other more
recently when the payment’s task force reviewed the payment
system and issued a report in 2012. Both reports found
deficiencies in the governance structure of the Canadian
Payments Association.
Mme O’Brien : Le gouvernement a tenu deux examens
successifs du système de paiement. Le premier a été fait en
1998, et l’autre, plus récemment, lorsque le groupe de travail sur
les paiements s’est penché sur le système de paiement et a publié
un rapport en 2012. Les deux rapports font état de lacunes dans la
structure de gouvernance de l’Association canadienne des
paiements.
At present, the board of the CPA is dominated by its member
financial institutions. As such, members of the board are either in
a perceived or actual conflict of interest situation. We found that
the national clearing and settlement infrastructure that the CPA
owns and operates hasn’t been run in a manner that respects the
three public policy objectives that the government set out for the
association: ensure that the systems are safe and sound, efficient,
and respond to user needs. The conclusion of the reviews was that
the systems are certainly safe and sound, but we feel that the
board needs to pay closer attention to other public policy
objectives, notably respecting user needs.
À l’heure actuelle, le conseil d’administration de l’ACP est
dominé par les représentants des institutions financières qui en
sont membres. Ainsi, les membres du conseil d’administration
sont en situation de conflit d’intérêt réel ou perçu. Nous avons
constaté que l’infrastructure nationale d’autorisation et de
paiement que possède et exploite l’ACP n’a pas été gérée d’une
manière qui respecte les trois objectifs en matière de politiques
publiques que le gouvernement a fixés pour l’organisation :
s’assurer que les systèmes sont sûrs et efficaces et qu’ils répondent
aux besoins des utilisateurs. La conclusion des examens est qu’il
ne fait aucun doute que les systèmes sont sûrs, mais nous estimons
que le conseil d’administration doit prêter davantage attention
aux autres objectifs en matière de politiques publiques,
notamment en ce qui a trait aux besoins des utilisateurs.
A tangible result of some of the board decisions is that the
infrastructure owned and operated by the CPA is aging and
requires renewal. By implementing a majority independent board,
we feel that we would have greater assurance that the decisions
made by a majority independent board will better balance the
spectrum of the public policy objectives, notably as systems will
be renewed.
Résultat concret de certaines décisions prises par le conseil
d’administration, c’est que l’infrastructure détenue et exploitée
par l’ACP vieillit et doit être renouvelée. Nous estimons que nous
serons mieux assurés que les décisions prises par un comité à
majorité indépendante permettront d’atteindre un meilleur
équilibre entre l’ensemble des objectifs en matière de politique
publique, notamment lorsque les systèmes seront renouvelés.
Senator Hervieux-Payette: Who are not serving the rest of the
members well? Who will take their place? Is it the banks? Which
group is overrepresented?
La sénatrice Hervieux-Payette : Qui ne sert pas bien le reste des
membres? Qui les remplacera? S’agit-il des banques? Quel groupe
est surreprésenté?
Ms. O’Brien: The financial institutions — the banks.
Mme O’Brien : Les institutions financières — les banques.
18:56
Banking, Trade and Commerce
20-11-2014
Senator Hervieux-Payette: Just the banks? Are insurance
companies not part of the financial institutions for you?
La sénatrice Hervieux-Payette : Seulement les banques? Les
compagnies d’assurance ne font-elles pas partie des institutions
financières pour vous?
Ms. O’Brien: It’s predominantly Canada’s largest financial
institutions.
Mme O’Brien : Il s’agit surtout des grandes institutions
financières du Canada.
Senator Hervieux-Payette: You don’t have a quota. You say
they are aging, but I guess all boards in Canada are certainly too
old, so it’s not the only place where there could be a change.
La sénatrice Hervieux-Payette : Vous n’avez pas de quota.
Vous dites qu’il y a un vieillissement, mais je pense que tous les
conseils d’administration du Canada sont assurément trop vieux,
alors ce n’est pas le seul endroit où un changement serait
bénéfique.
You said that it will be more efficient, I presume. Besides the
fact that there are too many financial institutions, are there many
other members, in terms of percentage, that could be on the
board?
Vous dites que le conseil d’administration sera plus efficace, je
présume. Mis à part le fait qu’il y a trop d’institutions financières,
y a-t-il beaucoup d’autres membres, en proportion, qui pourraient
siéger au conseil d’administration?
Ms. O’Brien: Thank you for that clarification. My comments
were in respect of the age of the systems that the CPA owns and
operates, not the members of the board of directors.
Mme O’Brien : Merci de cette précision. Je parlais de l’âge des
systèmes que l’ACP détient et exploite, et non des membres du
conseil d’administration.
At present, the existing board is dominated by CPA’s
members, who are Canada’s financial institutions. Our
amendments propose to introduce a majority independent
board. We will reduce the size of the board from 16 members at
present to 13 members, and there will be a requirement that
7 members of the board be independent. We think that will bring
better balance to the board’s decision-making process.
À l’heure actuelle, le conseil d’administration est dominé par
les membres de l’ACP, c’est-à-dire les institutions financières du
Canada. Ce que nous proposons, c’est d’instaurer un conseil
d’administration à majorité indépendante. Nous allons faire
passer le nombre de membres de 16 à 13, et il faudra que
7 membres du conseil d’administration soient indépendants. Nous
pensons que cela permettra de mieux équilibrer le processus
décisionnel du conseil d’administration.
However, it is very important to continue to ensure that the
financial institutions are represented on the board and, as such,
provisions in the bill allow six seats to be maintained by members
of the CPA board. They will be divided according to different
membership classes within the association.
Il est cependant très important que nous continuions de nous
assurer que les institutions financières sont représentées au sein du
conseil d’administration, et les dispositions du projet de loi
permettent donc que six sièges soient occupés par les membres du
conseil d’administration de l’ACP. Ces sièges seront répartis en
fonction des différentes catégories de membres de l’association.
[Translation]
[Français]
Senator Massicotte: I thank you for appearing before our
committee. In fact, the amendments were necessary because you
are modernizing your governing regulations. The majority of the
members of your board will be made up of independents, which
will somewhat limit the powerful influence of financial
institutions. The objective is to satisfy the clientele, not just
providers. I congratulate you for the proposed changes, you are
on the right track.
Le sénateur Massicotte : Je vous remercie de comparaître
devant notre comité. Effectivement, les modifications sont
intéressantes puisque vous modernisez vos règlements de
gouvernance. La majorité des membres de votre conseil sera
composée d’indépendants, ce qui limitera quelque peu la
puissante influence des institutions financières. L’objectif est de
satisfaire la clientèle, pas seulement les fournisseurs. Je vous
félicite pour les modifications proposées. Vous êtes dans la bonne
voie.
I would like to make just one comment about these
amendments. A few years ago, many discussions were held by
other crown corporations about modernizing their boards. The
Bank of Canada is an independent institution with an
independent board of directors. There will certainly be a debate
among your board, centred around the members’ right to consult
each other because they are members of the board, the fact that
the members were appointed under a political system, and that
the minister always has the power to issue directives.
J’aimerais faire un seul commentaire à propos de ces
amendements. Il y a quelques années, de nombreuses
discussions ont eu lieu dans d’autres sociétés de la Couronne à
propos de la modernisation des conseils. La Banque du Canada
est une institution indépendante dotée d’un conseil
d’administration indépendant. Il y aura certainement un débat
au sein de votre conseil, à savoir : nous avons le droit de nous
consulter puisque nous sommes membres du conseil; les membres
ont été nommés selon un système politique; le ministre a toujours
le pouvoir de donner des directives.
20-11-2014
Banques et commerce
One must ask oneself if the opportunity and the capacity to act
are available, especially when a difficult context raises
controversy. Should one wait for the minister’s or deputy
minister’s directives? What will you do to ensure a certain
balance?
[English]
18:57
Il faut se demander si on a l’opportunité et la capacité d’agir,
surtout dans un contexte difficile qui suscite la controverse.
Devrait-on attendre les directives du ministre ou du sousministre? Qu’allez-vous faire pour assurer un certain un équilibre?
[Traduction]
Ms. O’Brien: To be clear, the CPA is established in legislation,
although it doesn’t have the same legal entity. It isn’t a Crown
corporation. I will step back and provide context before I get into
the directives.
Mme O’Brien : Une précision : l’ACP est établie par la loi,
même s’il ne s’agit pas du même type d’entité sur le plan juridique.
Ce n’est pas une société d’État. Je vais faire un pas en arrière et
vous donner quelques éléments de contexte avant de parler des
directives.
Not only are we changing the governance structure of the CPA,
but another key element of our reforms is to introduce an
accountability framework. Under that framework, the CPA will
be required to prepare, on an annual basis, a five-year corporate
plan that will be presented to the Minister of Finance for
approval. In addition, the CPA will be obligated to publish an
annual report, including audited financial statements, on its
website. In this way, in terms of the minister having to provide
approval of the corporate planning, it will be an important
element so the government can ensure that the CPA is headed in a
direction it is comfortable with.
Nous modifions la structure de gouvernance de l’ACP, mais un
autre élément clé de notre réforme, c’est l’instauration d’un cadre
de responsabilisation. Dans ce cadre, l’ACP devra préparer
chaque année un plan organisationnel quinquennal qu’elle
soumettra au ministre des Finances. En outre, l’ACP devra
publier un rapport annuel contenant entre autres ses états
financiers vérifiés dans son site web. Ainsi, l’approbation
obligatoire du plan organisationnel par le ministre sera un
élément important pour permettre au gouvernement de s’assurer
que l’ACP s’oriente d’une façon avec laquelle il est à l’aise.
The Minister of Finance’s ultimate authority would be to issue
a directive to the CPA, although that is a significant and serious
intervention.
Ultimement, le ministre des Finances aura le pouvoir de
donner une directive à l’ACP, quoiqu’il s’agisse là d’une
intervention importante et grave.
Senator Massicotte: All that is good. You’re getting to what the
corporate world has done for a couple of decades. It’s very
positive.
Le sénateur Massicotte : Tout cela est très bien. Vous
commencez à faire ce que les grandes sociétés font depuis 20 ou
30 ans. C’est très positif.
Who will name the board members? You’ve categorized them
as being independent and not independent. Is it still a political
process? And if you do it, has your body established criteria for
selection? Has the minister bought into the criteria that you will
name people consistent with your level of competency?
Qui va nommer les membres du conseil d’administration? Vous
avez parlé de membres indépendants et non indépendants. Est-ce
que le processus demeurera de nature politique? Et si vous le
faites, est-ce que votre organisme a établi des critères de sélection?
Est-ce que le ministre a accepté le critère selon lequel vous allez
nommer les gens d’une façon correspondant à votre degré de
compétence?
Ms. O’Brien: That element of the CPA’s governance will be
changing. At present there are three ministerial appointees on the
board of the CPA. That will no longer continue under the new
governance structure. The member directors as well as the
independent directors under the new board will be appointed by
the CPA’s membership. However, in the legislation and coming
regulations, we will be providing a transition plan and guideposts
in terms of, for instance, providing a definition of what an
independent director would mean and ensuring that their board
of directors will have the requisite skill set necessary to perform it
abilities.
Mme O’Brien : Cet élément de la gouvernance de l’ACP va
changer. À l’heure actuelle, trois membres du conseil
d’administration de l’ACP sont nommés par le ministre. Ce ne
sera plus le cas dans le cadre de la nouvelle structure de
gouvernance. Les administrateurs représentant les membres
ainsi que les administrateurs indépendants siégeant au nouveau
conseil d’administration seront nommés par les membres de
l’ACP. Cependant, dans le projet de loi et dans le règlement qui va
être adopté prochainement, nous allons fournir un plan de
transition et une orientation pour ce qui est par exemple de définir
ce qu’on entend par « administrateur indépendant » et de garantir
que le conseil d’administration possédera l’ensemble des
compétences nécessaires pour s’acquitter de ses tâches.
18:58
Banking, Trade and Commerce
[Translation]
Senator Massicotte: Your annual business plan must be
approved by the minister. What happens after the minister
approves or rejects it?
[English]
20-11-2014
[Français]
Le sénateur Massicotte : Votre plan d’affaires annuel doit
obtenir l’approbation du ministre. Qu’arrivera-t-il par la suite
selon qu’il l’accepte ou qu’il le refuse?
[Traduction]
Ms. O’Brien: In that respect, the way it works will be similar to
what it is currently in place for Crown corporations, so then the
CPA would not be able to go forward with a significant activity or
whatever it had outlined in that corporate plan. This is why we
think it is essential. At present, the CPA is considering what the
next generation payment clearing and settlement system should be
for the country. As such, we feel it’s important that the minister
and government have oversight of the direction in which that new
infrastructure will be taking.
Mme O’Brien : À cet égard, le fonctionnement sera similaire à
celui des sociétés d’État, alors, dans ce cas, l’ACP ne serait pas en
mesure de tenir les activités importantes ou les autres choses
prévues dans son plan organisationnel. C’est pour cette raison que
nous estimons que c’est essentiel. En ce moment, l’ACP se penche
sur le choix de la prochaine génération de systèmes d’autorisation
et de paiement pour le pays. Nous estimons donc qu’il est
important que le ministre et le gouvernement puissent exercer une
surveillance relativement à l’orientation de cette nouvelle
infrastructure.
Senator Ringuette: Could you provide us with a list of your
CPA members?
La sénatrice Ringuette : Pourriez-vous nous fournir une liste
des membres de l’ACP?
Ms. O’Brien: Absolutely.
Mme O’Brien : Certainement.
Senator Ringuette: When you say independent from the
financial institutions, would that allow organizations such as
Interac to now be part of the board, or Rogers with regard to its
aspiration to become a player in the banks? Would it allow the
Retail Council to have a seat?
La sénatrice Ringuette : Lorsque vous parlez d’indépendance
par rapport aux institutions financières, est-ce que cela
permettrait à des organisations comme Interac de faire
maintenant partie du conseil d’administration, ou encore
comme Rogers, vu que cette entreprise aspire à devenir un
joueur du secteur bancaire? Est-ce que cela permettrait au Conseil
du commerce de détail de siéger au conseil d’administration?
Ms. O’Brien: We are currently considering the definition of
‘‘independence.’’ We’re looking at basing that definition on a
National Instrument 52-110, and it is a very high-level definition
of independence. In essence, an independent director could not
have any relationship, whether material or personal, with any
member of the CPA or the CPA itself. There can be no direct
relationship with any of the Canadian financial institutions or
management of Canadian Payments Association itself. We will be
adhering to a very strict definition of independence.
Mme O’Brien : Nous réfléchissons actuellement à la définition
d’« indépendance ». Nous envisageons de la fonder sur la Norme
nationale 52-110, et il s’agit d’une définition très générale
d’« indépendance ». Essentiellement, un administrateur
indépendant ne pourrait avoir de relation, matérielle ou
personnelle avec un membre de l’ACP ou avec l’ACP en tant
que telle. Il ne peut y avoir de relation directe avec une institution
financière canadienne ou avec la direction de l’Association
canadienne des paiements en tant que telle. Nous appliquerons
une définition très stricte d’« indépendance ».
Senator Ringuette: You’re saying that an organization such as
Rogers or the Retail Council, because they are involved in the
payments system, could not be seen as independent members of
the board?
La sénatrice Ringuette : Ce que vous dites, c’est que des
organisations comme Rogers et le Conseil du commerce de détail,
parce qu’elles interviennent dans le système de paiement, ne
pourraient être vues comme étant des membres indépendants du
conseil d’administration?
Ms. O’Brien: It’s difficult to make a general statement without
considering the merits of the candidate. For instance, perhaps
somebody from the Retail Council of Canada might qualify given
the definition of independence. However, I would question
whether a director or senior executive of Interac would meet the
definition of independence, given the relationship between Interac
and the Canadian financial institutions.
Mme O’Brien : Il est difficile de faire une déclaration générale
sans tenir compte des mérites d’une candidature. Il est possible
par exemple qu’une personne du Conseil canadien du commerce
de détail puisse respecter la définition d’« indépendance ».
Cependant, je doute qu’un administrateur ou qu’un cadre
supérieur d’Interac puisse la respecter, vu la relation entre
Interac et les institutions financières canadiennes.
Senator Ringuette: This brings me to a third question: What is
your definition of independence? I think that’s very central to the
issue that we’re looking at here.
La sénatrice Ringuette : Cela m’amène à vous poser une
troisième question : quelle est votre définition
d’« indépendance »? Je pense que cela est au cœur du problème
sur lequel nous nous penchons.
20-11-2014
Banques et commerce
18:59
Ms. O’Brien: We will be defining term ‘‘independent director’’
in forthcoming regulations. As I said, as the basis of our
definition, we are looking at National Instrument 52-110, so with
certain modifications, given the circumstances —
Mme O’Brien : Nous allons définir le terme « administrateur
indépendant » dans un règlement à venir. Comme je disais,
nous envisageons de fonder notre définition sur la Norme
nationale 52-110, donc avec certaines modifications, vu les
circonstances...
Senator Ringuette: Usually we have definitions within the
legislation, not in the regulations.
La sénatrice Ringuette : Habituellement, les définitions figurent
dans la loi, et non dans le règlement.
The Chair: Ms. O’Brien and Ms. Pezzack, thank you. We will
ask you to remain.
Le président : Madame O’Brien, madame Pezzack, merci. Nous
allons vous demander de rester.
We are now on the final division. We will ask Mr. Morrow and
Mr. Turnbull from the Bank of Canada to come back to be
witnesses. We’re now dealing with Division 27 of Part 4.
Ms. O’Brien will make the opening statement.
Nous abordons maintenant la dernière section. Nous allons
demander à M. Morrow et à M. Turnbull, de la Banque du
Canada, de revenir témoigner. Nous abordons maintenant la
section 27 de la partie 4. Mme O’Brien va présenter la déclaration
préliminaire.
Ms. O’Brien: The Bank of Canada is responsible for the
regulatory oversight of clearing and settlement systems. The
Payment Clearing and Settlement Act provides certain powers to
the Bank of Canada to fulfill its oversight responsibilities by
controlling risk to the financial system while promoting efficiency
and stability.
Mme O’Brien : La Banque du Canada est chargée de la
surveillance réglementaire des systèmes de compensation et de
règlement des paiements. La Loi sur la compensation et le
règlement des paiements confèrent certains pouvoirs à la Banque
du Canada pour qu’elle puisse s’acquitter de ses responsabilités en
matière de surveillance en limitant les risques pour le système
financier et en favorisant l’efficacité et la stabilité.
These amendments to the Payment Clearing and Settlement
Act will expand the scope of enhance the Bank of Canada’s
oversight powers with respect to designated clearing and
settlement systems. The amendments allow the Bank of Canada
to oversee payment system risk, in addition to its current
authority to oversee systemic risk.
Les modifications apportées à la Loi sur la compensation et le
règlement des paiements accroîtront les pouvoirs de surveillance
de la Banque du Canada en ce qui concerne les systèmes de
compensation et de règlement des paiements désignés. Les
modifications permettront à la Banque du Canada de faire une
surveillance à l’égard des risques touchant le système de
paiements, en plus de son pouvoir actuel de surveillance des
risques systémiques.
The Chair: Ms. O’Brien, you were so succinct and clear that we
do not have a question to ask you.
Le président : Madame O’Brien, vous avez été si concise et
claire que nous n’avons pas de question à vous poser.
I spoke too soon.
J’ai parlé trop vite.
Senator Tannas: This is a bit of a step into the regulatory
environment beyond other activities. Will this increase head count
at the Bank of Canada?
Le sénateur Tannas : Il s’agit un peu d’une intervention dans le
domaine réglementaire en plus des autres activités. Est-ce que les
effectifs de la Banque du Canada vont être accrus?
Mr. Morrow: As we move into overseeing prominently
important payment systems from systemic risk, there would be
a resource impact on the Bank of Canada in the order of two
people, I would say.
M. Morrow : Pour pouvoir commencer à effectuer une
surveillance des risques systémiques pour des systèmes de
paiement d’une grande importance, je crois que la Banque du
Canada devra embaucher quelque chose comme deux personnes.
Senator Tannas: We’ll allow that.
Le sénateur Tannas : Nous allons lui permettre de le faire.
Mr. Morrow: Thank you.
M. Morrow : Merci.
[Translation]
Senator Bellemare: Will these changes, in their entirety, have
consequences for the industry or individuals? Will this have an
impact on transaction speed?
[Français]
La sénatrice Bellemare : Est-ce que l’ensemble de ces
modifications aura des répercussions sur l’industrie ou sur les
individus? Est-ce cela aura un impact sur la rapidité des
transactions?
18:60
Banking, Trade and Commerce
[English]
20-11-2014
[Traduction]
Mr. Morrow: There shouldn’t be any impact on speed of
payments or anything from a consumer point of view that any
individual sees as a result of this change.
M. Morrow : Il ne devrait pas y avoir d’incidence sur la
rapidité des paiements ni sur quoi que ce soit d’autre du point de
vue des consommateurs, pas de conséquence visible du
changement pour les personnes.
The Chair: To our panel, thank you very much for appearing
before us.
Le président : Merci beaucoup à nos témoins d’être venus.
We are continuing our pre-study of certain divisions of
Bill C-43, A second Act to implement certain provisions of the
budget tabled in Parliament on February 11, 2014 and other
measures.
Nous poursuivons notre étude préliminaire de certaines
sections du projet de loi C-43, Loi no 2 portant exécution de
certaines dispositions du budget déposé au Parlement le 11 février
2014 et mettant en œuvre d’autres mesures.
In this second part of our meeting, we are going to hear from
outside witnesses about certain measures. In our first session our
committee will consider Division 22, which deals with measures
related to central cooperative credit societies and federal credit
unions.
Pendant la seconde partie de notre séance, nous allons entendre
le témoignage de personnes de l’extérieur concernant certaines
mesures. Au cours de notre première séance, nous allons examiner
la section 22, qui contient des mesures relatives aux coopératives
de crédit centrales et aux coopératives de crédit fédérales.
Our witnesses from Credit Union Central of Canada are
Martha Durdin, President and CEO; and Marc-André Pigeon,
Director, Financial Sector Policy. Always a pleasure to welcome
you back here, sir.
Nos témoins de la Centrale des caisses de crédit du Canada
sont Martha Durdin, présidente et chef de la direction, et MarcAndré Pigeon, directeur, Politique du secteur financier. C’est
toujours avec plaisir que nous vous accueillons, monsieur.
Joining us by video conference from Halifax, from Atlantic
Central, Michael Leonard, President and CEO; and from Vancity
Credit Union, Chris Dobrzanski, Chief Economist. He is also the
President and CEO of Citizens Bank of Canada.
Michael Leonard, président et chef de la direction d’Atlantic
Central, témoignera par vidéoconférence depuis Halifax. Nous
allons aussi entendre le témoignage de Chris Dobrzanski,
économiste en chef à Vancity Credit Union. M. Dobrzanski est
également président et chef de la direction de la Banque Citizens
du Canada.
Ms. Durdin is making the opening comments on behalf of the
credit union, to be followed by Mr. Leonard and
Mr. Dobrzanski.
Mme Durdin présentera une déclaration préliminaire au nom
de la coopérative de crédit, et celle-ci sera suivie des déclarations
de M. Leonard et de M. Dobrzanski.
Martha Durdin, President and CEO, Credit Union Central of
Canada: Thank you, Mr. Chairman.
Martha Durdin, présidente et chef de la direction, Centrale des
caisses de crédit du Canada : Merci, monsieur le président.
[Translation]
Good afternoon, my name is Martha Durdin. I will give my
presentation in English. However, it will be my pleasure to answer
your questions in French. I thank you for giving me the
opportunity to appear today.
[English]
Credit Union Central of Canada is the national trade
association for the 317 credit unions operating outside of
Quebec. Desjardins is not part of Credit Union Central. These
credit unions hold over $166 billion in assets and operate out of
1,740 locations. They provide 27,000 jobs and banking services to
5.3 million Canadians.
[Français]
Bonjour, je m’appelle Martha Durdin. Je ferai ma présentation
en anglais. Il me fera toutefois plaisir de répondre à vos questions
en français. Je vous remercie de me donner l’occasion de
comparaître aujourd’hui.
[Traduction]
La Centrale des caisses de crédit du Canada est l’association
commerciale nationale des 317 caisses de crédit en activité au
Canada, à l’exception du Québec. Desjardins n’est pas membre de
la Centrale des caisses de crédit. Ensemble, ces caisses possèdent
plus de 166 milliards de dollars d’actifs et mènent leurs activités
dans 1740 emplacements de partout au pays. Elles fournissent
27 000 emplois et des services financiers à 5,3 millions de
Canadiens.
20-11-2014
Banques et commerce
18:61
Credit unions are provincially regulated financial cooperatives
owned by their members. These members help guide the evolution
of their credit unions and exercise control over their institutions
on a one-member, one-vote basis.
Les caisses de crédit sont des coopératives financières sous
réglementation provinciale qui appartiennent à leurs membres.
Ces membres-actionnaires jouent un rôle actif dans l’évolution de
leur caisse de crédit, et le principe selon lequel chaque membre
détient un vote leur permet d’influer sur l’administration de leur
institution.
Credit unions have strong relations with Canadian
communities. We do not seek short-term profits, and we stay
invested in communities when competitors leave. In fact, we
operate in 380 communities right now where there is no other
banking presence.
Les caisses de crédit sont étroitement liées aux communautés
canadiennes. Nous ne cherchons pas à faire des profits à court
terme, et, lorsque la concurrence regarde ailleurs pour trouver de
nouvelles sources de profit, nous continuons à nous investir dans
notre communauté. En fait, le système des caisses de crédit
compte actuellement 380 points de service dans des communautés
où il n’y a aucune autre institution financière.
We also support small business. CFIB data shows that credit
unions have the second highest share of small business lending in
Canada at 18.6 per cent, just behind the Royal Bank of Canada.
According to CFIB, credit unions are successful because they
dominate the banks in providing exceptional service to businesses.
Nous soutenons également les petites entreprises. Les données
de la FCEI indiquent que les caisses de crédit détiennent la
deuxième part en importance des prêts consentis à des petites
entreprises au Canada, soit 18,6 p. 100, tout juste derrière la
Banque Royale du Canada. Selon la FCEI, si les caisses de crédit
réussissent si bien à ce chapitre, c’est qu’elles offrent aux petites
entreprises un service supérieur à celui des banques.
Credit unions are also a force for financial stability. Our loan
growth is steady, and average credit union loan loss rates have
been significantly lower than those of the banks.
De plus, les caisses de crédit apportent de la stabilité au secteur
financier canadien. Le volume de nos prêts croît de façon
régulière, et le taux moyen des pertes sur prêts des caisses de
crédit est considérablement inférieur à celui des banques à charte.
In short, credit unions are a Canadian success story. They are
community-focused, a key support for small business and a force
for stability. They are essential elements in a competitive financial
ecosystem. This success is aided by collaboration between credit
unions, and this collaboration is built by provincial centrals and
more recently regional centrals like Central 1 and Atlantic
Central, which provide back-office services to credit unions
across provincial boundaries.
Bref, les caisses de crédit sont une réussite canadienne. Elles
sont axées sur les communautés et elles représentent un appui
essentiel pour les petites entreprises en plus d’être une source de
stabilité. Leur présence est cruciale au maintien de l’équilibre
concurrentiel du secteur financier. Cette réussite est le résultat de
la collaboration entre les caisses de crédit, et cette collaboration
est le fait des centrales provinciales, et, plus récemment, de
centrales régionales comme Central 1 et Atlantic Central, qui
offrent des services spécialisés aux caisses de crédit, au-delà des
frontières provinciales.
Collaboration helps the credit union system build scale and
find common approaches to meet market and compliance
challenges. This collaboration has been aided by a federal
legislative framework that facilitates cooperation across
provincial boundaries.
La collaboration aide le système des caisses de crédit à prendre
de l’ampleur et à trouver des approches mutuelles pour se
conformer à la réglementation et élaborer des stratégies
concernant les marchés. Ces relations ont bénéficié d’un cadre
de réglementation fédéral facilitant la collaboration au-delà des
frontières provinciales.
That brings us to Bill C-43. It proposes changes to the federal
framework that has governed aspects of the credit union system
for decades. These legislative changes were initiated by the federal
government in Budget 2014 and are not being made at the request
of the credit union system. In short, C-43 will reorder the federal
government’s relations with the credit union system, particularly
in regard to its relationship to the provincial centrals.
Cela nous amène au projet de loi C-43. Celui-ci propose de
modifier le cadre de réglementation fédéral qui gouverne certains
aspects des caisses de crédit depuis des décennies. Ces
modifications juridiques découlent du budget fédéral de 2014 et
n’ont pas été demandées par le système des caisses de crédit. En
clair, le projet de loi C-43 modifiera les liens entre le
gouvernement fédéral et le système des caisses de crédit, et
surtout son lien avec les centrales provinciales.
18:62
Banking, Trade and Commerce
20-11-2014
Currently, five centrals are duly regulated by OSFI and
provincial regulators. Bill C-43 will eliminate, as you heard
earlier this morning, the joint federal-provincial supervision of the
provincial centrals. Centrals will fall under exclusive provincial
regulatory framework.
En ce moment, cinq centrales provinciales sont à la fois
soumises à la réglementation du BSIF au fédéral et à la
réglementation d’organismes provinciaux. Le projet de loi
éliminera cette double réglementation, comme vous l’avez
entendu dire plus tôt ce matin. Il place les centrales dans un
cadre réglementaire exclusivement provincial.
The implications of adjusting to such a departure from past
practice will take some time to understand and to respond to.
Specifically, it will take time to understand the impact of these
changes on provincial central operations and the relations
between central organizations across provincial boundaries. The
system is working with provincial authorities to determine how
provincial frameworks need to be adjusted to accommodate
exclusive provincial authority. Provincial legislation will need to
be amended, which takes time. Finally, the provinces will need to
review their supervisory frameworks and modify them as
necessary. It’s a big project that involves many parties and
moving parts, and we need time to get it right.
Comprendre et effectuer les ajustements qu’exige une rupture
aussi importante par rapport aux anciennes pratiques exigera du
temps. Par exemple, l’incidence des changements proposés sur les
activités des centrales provinciales et les interrelations entre les
centrales au-delà des frontières provinciales devront être
observées pendant un certain temps pour être comprises. Le
système devra également travailler avec les autorités provinciales
pour déterminer comment leur cadre de réglementation doit être
modifié pour répondre aux exigences de l’autorité exclusivement
provinciale. Des lois provinciales devront être modifiées, et cela
prend du temps. Enfin, les autorités provinciales devront revoir
leurs cadres de surveillance et les modifier au besoin. Il s’agit d’un
gros projet qui concerne de multiples parties, et il faudra mettre
du temps pour bien savoir ce que l’on fait.
In mid-October, the federal Department of Finance issued a
technical paper setting out its plans in more detail. It asked the
credit union system to respond by the end of this year,
December 31. We are working with provincial governments and
system stakeholders to meet this challenging timeline.
À la mi-octobre, le ministère fédéral des Finances a publié un
document technique pour donner des précisions sur certains de ses
plans. Il a demandé au système des caisses de crédit d’y réagir
avant la fin de l’année, avant le 31 décembre. Nous collaborons
avec les gouvernements provinciaux et les intervenants du système
pour respecter cette échéance serrée.
Shortly after the technical paper was released, the government
tabled C-43, which gives effect to the policy changes the
government wishes to see. This compounds the challenges that
the system faces as it seeks to respond.
Peu de temps après la publication du document technique, le
gouvernement a déposé le projet de loi C-43, qui apporte les
changements stratégiques souhaités par le gouvernement. Cela
complique d’autant les défis auxquels le système fait face au
moment où il cherche à réagir.
The government has specified a two-year period to
accommodate this transition. This is welcome but it is not clear
when the clock starts on the transition. Does it start when C-43 is
passed or when the stakeholders have a clear sense of what must
be done to facilitate the transition? In our view, the timetable
should be dictated by the need to ensure a smooth transition to
exclusive provincial authority. The timetable should be set in
consultation with the system.
Le gouvernement a indiqué que la transition se ferait sur deux
ans. Voilà une bonne nouvelle, mais nous ne savons pas
exactement quand commence cette période de deux ans. Est-ce
que ce sera à partir de l’adoption du projet de loi C-43 ou lorsque
les parties prenantes auront une meilleure idée de ce qui doit être
fait pour faciliter la transition? D’un autre point de vue, il semble
plus raisonnable d’établir l’échéancier en fonction du besoin de
procéder à une transition en douceur vers la réglementation
exclusivement provinciale en limitant les perturbations. Les
échéances devraient être établies en consultation avec les
responsables du système.
To close, Bill C-43 proposes changes to the federal legislative
framework that governs parts of the credit union system. The
credit union system and provincial authorities will need time to
prepare and implement the transition envisioned by the federal
government. It is important to get it right. To that end, we request
that this committee recommend the federal government grant
credit union stakeholders the time to prepare for the transition to
exclusive provincial authority and that the timetable be dictated
by the requirements of a smooth transition in consultation with
the credit union system.
En résumé, le projet de loi C-43 propose de modifier le cadre
de réglementation fédéral qui gouverne une partie du système des
caisses de crédit. Le système des caisses de crédit et les autorités
provinciales auront besoin de temps pour se préparer à la
transition envisagée par le gouvernement fédéral et la mettre en
œuvre. Il est capital de bien faire les choses. Pour ce faire, nous
demandons que le comité recommande que le gouvernement
fédéral voie à ce que les intervenants des caisses de crédit
concernés aient le temps de se préparer à la transition vers une
réglementation exclusivement provinciale et que l’échéancier de
cette transition soit fixé en consultation avec le système des caisses
de crédit pour qu’elle se fasse sans heurts.
20-11-2014
Banques et commerce
18:63
Thank you for the opportunity to speak to you today. I will
take your questions.
Je vous remercie de m’avoir permis de m’adresser à vous
aujourd’hui. Je vais répondre à vos questions.
Michael Leonard, President and CEO, Atlantic Central: Good
afternoon. My name is Michael Leonard, President and CEO of
Atlantic Central, a regional trade association and financial central
for the Atlantic credit union system. I am pleased to join you
today to represent 47 credit unions with 150 branches and
317,000 members from across our four provinces.
Michael Leonard, président et chef de la direction, Atlantic
Central : Bonjour. Je m’appelle Michael Leonard, et je suis le
président et chef de la direction d’Atlantic Central, l’association
commerciale régionale et la centrale financière du système des
caisses de crédit de l’Atlantique. C’est avec plaisir que je vous
rencontre aujourd’hui au nom de 47 caisses de crédit qui
comptent 150 points de service et 317 000 membres dans les
quatre provinces de l’Atlantique.
In all, our members have entrusted us with more than $8 billion
in mortgages, loans and deposits. Atlantic Canada credit unions
are a force for economic growth and job creation. As our
competitors have retrenched from many of our communities,
credit unions remain to provide vital services to families and small
businesses. In fact, in 45 communities in Atlantic Canada, a credit
union is the only financial institution. As an example, in Nova
Scotia, credit unions and cooperatives are the second largest
employer in the province behind only government. Across our
region, credit unions employ almost 1,800 Atlantic Canadians.
En tout et pour tout, nos membres nous ont confié plus de 8
milliards de dollars en hypothèques, en prêts et en dépôts. Au
Canada atlantique, les caisses de crédit sont un moteur de
croissance économique et de création d’emplois. Nos concurrents
ont abandonné bon nombre de nos communautés, mais les
caisses, elles, y sont demeurées pour continuer d’offrir des services
indispensables aux familles et aux petites entreprises. En fait, dans
45 communautés du Canada atlantique, la seule institution
financière est une caisse de crédit. Soulignons qu’en NouvelleÉcosse, les coopératives et les caisses de crédit sont le principal
employeur de la province après le gouvernement. Dans notre
région, les caisses de crédit emploient presque 1 800 Canadiens.
We specialize in working with the small end of small business.
Our typical small business is the sole proprietor or small
operator — the kind of business that drives growth in this
country. Year after year, we’re recognized for not only being
number one in customer service but also number one in service to
small businesses across the country.
Nous nous spécialisons dans les services aux plus petites des
entreprises. Chez nous, la petite entreprise type est constituée d’un
propriétaire unique ou est un petit exploitant — c’est le genre
d’entreprise qui nourrit la croissance au pays. Chaque année, tout
le pays reconnaît notre service à la clientèle sans pareil et la
qualité inégalée de nos services aux petites entreprises.
Imagine being the manager of a small credit union. You run a
financial institution with fewer than 20 employees and every day
you wear many hats. You are the HR, marketing, lending, IT,
payments and lending, and investment expert. All the while, you
need to compete against the bank branch down the street that has
what must appear to be unlimited resources at their disposal.
Imaginez-vous directeur d’une petite caisse de crédit. Vous
dirigez une institution financière qui compte moins de
20 employés et vous devez jouer plusieurs rôles chaque jour.
Vous vous occupez des ressources humaines, du marketing, des
prêts, des technologies de l’information, vous êtes le spécialiste
des paiements et des investissements. Et en même temps, vous
devez rivaliser avec la succursale de la banque qui se trouve tout
près et qui semble disposer de ressources inépuisables.
The answer to this competitive challenge is simple and natural
to a cooperative financial institution: We cooperate. Credit
unions in the Atlantic region are notable for many reasons, but
perhaps most notably for our willingness and ability to cooperate.
While we continue to grow in our communities, we remain, at this
time at least, very small financial institutions. While our friends at
Vancity and Coast Capital may be the most visible faces to the
credit union system, we are far more representative of the average
credit union. While Vancity holds approximately $17.5 billion in
assets, our largest credit union is approximately $400 million and
our smallest less than $10 million.
La façon de tenir tête à cette concurrence est simple — et
naturelle pour les institutions financières coopératives — il faut
coopérer. Les caisses de crédit de la région de l’Atlantique sont
remarquables pour de nombreuses raisons, mais la principale
d’entre elles est probablement leur volonté et leur capacité de
coopérer. Nous continuons de grandir dans nos communautés,
mais nous demeurons, pour l’instant du moins, de très petites
institutions financières. Si nos amis Vancity et Coast Capital sont
probablement les institutions les plus en vue du milieu canadien
des caisses de crédit, c’est beaucoup plus à nous que ressemble la
caisse de crédit moyenne. Vancity détient environ 17,5 milliards
de dollars d’actifs, et notre plus grande caisse de crédit en détient
400 millions de dollars environ, et notre plus petite, moins de
10 millions de dollars.
18:64
Banking, Trade and Commerce
20-11-2014
With 150 branches across our four provinces, we are truly the
small businesses of the financial services industry. To continue to
grow and indeed to thrive, we depend on cooperation. Credit
unions must work together to leverage what we call cooperative
scale, which means building scale through collaboration.
Avec nos 150 points de service répartis dans quatre provinces,
nous sommes vraiment les petites entreprises de l’industrie des
services financiers. Pour continuer à croître, et, disons-le, à
prospérer, nous devons coopérer. Les caisses de crédit doivent
collaborer pour profiter de ce que nous appelons la force
coopérative, qui consiste à gagner en importance par la
collaboration.
More and more the spirit of cooperation is growing, not only in
Atlantic Canada but also across the country. We have created
shared services models in the areas of marketing, HR and
technology, among others, to leverage scale while retaining our
community ownership and focus. To be competitive for our
members and future members we must continue the evolution of
cooperative scale across the country.
Cet esprit de coopération est de plus en plus présent, pas
seulement au Canada atlantique, mais dans tout le pays. Nous
avons créé des modèles de services partagés en matière de
marketing, de ressources humaines et de technologies, entre autres
domaines, pour profiter de la force de notre union tout en
continuant d’appartenir aux communautés et en restant centrées
sur elles. Si l’on veut offrir des services concurrentiels à nos
membres actuels et futurs, la force coopérative doit continuer de
se consolider à l’échelle nationale.
Atlantic Central is a great example of this collaborative
approach. Our organization was a logical next step in the
evolution of the Atlantic credit union system. With a single brand
in common technology platform, our credit unions built an
Atlantic Central to leverage regional scale in areas such as
liquidity and balance sheet management, loan syndication,
compliance and strategy development.
Atlantic Central est un bon exemple de cette approche de
collaboration. Sa création était une étape logique de l’évolution
du système des caisses de crédit de l’Atlantique. En se donnant un
nom unique et en partageant leurs ressources technologiques, nos
caisses de crédit ont créé une centrale de l’Atlantique pour tirer le
maximum de la consolidation régionale en ce qui concerne les
liquidités et la gestion des bilans, la syndication de prêts, la
conformité avec la réglementation et le développement
stratégique.
Our regional system is now more integrated than ever while
still providing local governance, ownership, decision making and
service. This regional approach was built on a common federal
regulatory framework that each province could commit to.
Notre système régional est maintenant plus intégré que jamais,
mais sa propriété, sa gestion, ses processus décisionnels et ses
services sont encore tous communautaires. Mais cette approche
régionale a été élaborée en fonction d’une réglementation
fédérale, d’une norme réglementaire que toutes les provinces
peuvent s’engager à respecter.
However, herein lays the challenge with C-43. Financial
services is a scale business. Volume drives efficiency, which
drives price, all of which drive innovation. Our interpretation of
the bill indicates that working collaboratively to generate
cooperative scale would be hampered by the limitations
imposed by C-43. We believe mandating that a federal entity
must have a preponderance of federal members will severely limit
our ability to generate scale and efficiency at the national level for
the benefit of our members and our communities.
Et c’est là que le projet de loi C-43 complique les choses. Les
services financiers sont l’affaire de grandes entreprises. Les prix
dépendent de l’efficacité, et celle-ci dépend du volume, et toutes
ces composantes ont un effet sur l’innovation. Selon notre
compréhension, les restrictions prévues dans le projet de
loi C-43 limiteront notre capacité de collaborer pour générer de
la force coopérative. Nous croyons qu’exiger d’une entité fédérale
qu’elle soit principalement constituée de membres fédéraux
limitera grandement notre capacité de créer du volume et de
l’efficacité à l’échelle nationale pour mieux servir nos membres et
nos communautés.
As we look to the future of the national credit union system,
Bill C-43 may divide the credit union system by creating barriers
between federally and provincially regulated entities at a time
when we must be looking for opportunities to enhance our
collaborative efforts and service to members.
Si on regarde l’avenir du système national des caisses de crédit,
on constate qu’il risque d’être divisé par le projet de loi C-43, qui
érige des obstacles entre les entités sous réglementation fédérale et
celles sous réglementation provinciale juste au moment où nous
devons trouver des occasions de collaborer davantage et
d’améliorer les services que nous offrons à nos membres.
We hear that government values the role of credit unions and
our ability to support communities, both large and small, and our
ability to support small business. We believe government must
recognize that the vast majority of credit unions are small
organizations, and government must work with credit unions to
Le gouvernement semble estimer le rôle des caisses de crédit et
la façon dont elles appuient les communautés, petites et grandes,
ainsi que leur capacité de soutenir les petites entreprises. Nous
croyons cependant que le gouvernement doit aussi reconnaître
que la grande majorité des caisses de crédit sont de petits
20-11-2014
Banques et commerce
18:65
find ways to encourage collaboration and to work with us to
enact legislation and regulation that will enable and reward
cooperation amongst cooperatives.
organismes et qu’il doit travailler avec le secteur des caisses de
crédit pour trouver des façons de favoriser la collaboration et
pour adopter des lois et une réglementation qui permettent et
récompensent la collaboration entre coopératives.
To conclude, Atlantic Central would like to indicate support
for Canadian Central’s request that government grant the credit
union system and provincial governments the time to develop
responses to Bill C-43 that work for credit unions and their
members. We also recommend the federal government take this
time to further consider how it might best facilitate cooperation
and collaboration amongst credit unions.
En conclusion, Atlantic Central aimerait d’abord mentionner
son appui à la demande de la Centrale canadienne selon laquelle
le gouvernement fédéral devrait donner au système des caisses de
crédit et aux gouvernements provinciaux suffisamment de temps
pour réagir au projet de loi C-43 de façon optimale, à l’avantage
des caisses et de leurs membres. Nous recommandons également
au gouvernement fédéral d’attendre et de prendre le temps
nécessaire pour reconsidérer la façon dont il pourrait le mieux
faciliter la coopération et la collaboration entre les caisses de
crédit.
We would be very pleased to collaborate with government on
changes to improve the competitive balance in industry and
support the growth of small financial institutions across the
country.
Nous serions heureux de collaborer avec le gouvernement pour
trouver les modifications à effectuer afin d’améliorer l’équilibre
concurrentiel au sein de l’industrie et soutenir la croissance des
petites institutions financières de partout au pays.
[Translation]
[Français]
Cristobal (Chris) Dobrzanski, Chief Economist, Vancity Credit
Union: I would like to thank the chair and members of the
committee for having invited Vancity Credit Union to participate
in today’s discussion of Bill C-43. I am Chris Dobrzanski, Chief
Economist of the Vancity Credit Union, based in Vancouver, in
British Columbia.
Cristobal (Chris) Dobrzanski, économiste en chef, Vancity
Credit Union : Je tiens à remercier le président et les membres
du comité d’avoir invité Vancity Credit Union à participer à la
discussion aujourd’hui sur le projet de loi C-43. Je suis Chris
Dobrzanski, économiste en chef de la Caisse populaire de
Vancity, basée à Vancouver, en Colombie-Britannique.
I am also the CEO of Citizens Bank of Canada, which is wholly
owned by Vancity and provides a national financial framework to
our credit union.
Je suis également le président de banque Citizens Bank of
Canada, appartenant entièrement à Vancity, qui procure une
structure financière nationale à notre coopérative de crédit.
Today I will share the perspective that is rooted in community
and provincial incorporation. Credit unions and caisses
populaires attract a growing number of members and talented
financial services employees. Our constituents benefit from the
national network of provincially incorporated financial
cooperatives. The Canadian credit union sector, excluding
Desjardins Caisses populaires, represents 5.3 million members
or 20 per cent of the population.
Aujourd’hui, je vais vous présenter nos perspectives au chapitre
de l’intégration communautaire et provinciale. Les coopératives
de crédit et les caisses populaires attirent un nombre croissant de
membres et d’employés talentueux dans le domaine des services
financiers. Nos constituants profitent du Réseau national des
coopératives financières incorporé au niveau provincial. Le
secteur coopératif de crédit canadien, à l’exception des Caisses
populaires Desjardins, représente 5,3 millions de membres, soit
20 p. 100 de la population.
[English]
[Traduction]
Since 1946, Vancity has known that members make us who we
are. We were founded by providing banking services to those in its
community who weren’t served by existing financial institutions.
Depuis 1946, Vancity sait que ce sont les membres qui font de
nous ce que nous sommes. Notre origine provient de la fourniture
de services bancaires aux membres de collectivités que ne
servaient pas les institutions financières existantes.
As a cooperative, Vancity is driven by the needs of its
members, which has resulted in the provision of many firsts,
extending the reach of financial inclusion. This ability to work
with the needs of community serves us well today and has allowed
Vancity to be an innovator in providing real-time solutions to
À titre de coopérative, Vancity est mue par les besoins de ses
membres, ce qui a engendré de nombreuses innovations pour
étendre l’inclusion financière. Cette capacité de refléter les besoins
de la collectivité nous aide vivement aujourd’hui et a permis à
Vancity d’innover dans la fourniture de solutions en temps réel
18:66
Banking, Trade and Commerce
20-11-2014
community challenges in areas such as affordable housing, local
food systems, social enterprise, renewable energy and
environment, and financial literacy, just to name a few.
pour répondre aux défis auxquels font face les communautés,
dans des domaines tels que le logement abordable, les systèmes
alimentaires locaux, les entreprises sociales, les énergies
renouvelables et l’environnement ainsi que l’éducation
financière, pour ne nommer que ceux-là.
This local innovation in part relies on direct access to payment
settlements. Specifically, Vancity, via its membership in Central 1
has Canadian payments CPA protocol, reliability and stability.
Vancity is grateful for the existing framework that allows regional
central credit unions to be equal partners in the CPA. Today with
over 501,000 members and assets of nearly $18 billion, Vancity is
Canada’s largest community credit union.
Cette innovation locale se fonde en partie sur un accès direct à
des solutions de traitement des paiements. En effet, de par son
adhésion à Central 1, Vancity dispose du protocole, de la fiabilité
et de la stabilité de l’Association canadienne des paiements.
Vancity est particulièrement reconnaissante de la structure
existante qui permet aux coopératives de crédit centrales
régionales d’être reconnues comme des partenaires de même
niveau au sein de l’ACP. Aujourd’hui, avec plus de
501 000 membres et des actifs de près de 18 milliards de dollars,
Vancity est la plus vaste coopérative de crédit communautaire du
Canada.
Vancity understands the big picture for emerging financial
regulations, especially for the implementation of Basel III
internationally by 2018. We agree that some financial reform
will inconvenience deposit-taking financial institutions to provide
more stable credit pipes that support the real economy, which is
aided greatly by harmonizing and tightening regulation. Vancity
favours regulation that provides for a stable supply of banking
services to Main Street where our credit union members work.
Vancity comprend l’idée générale des réglementations
financières émergentes, particulièrement la mise en place des
accords de Bâle III à l’échelle internationale d’ici 2018. Nous
comprenons que certaines réformes financières incommoderont
les institutions financières acceptant des dépôts, en fournissant un
cadre de crédit stable qui soutient l’économie réelle, ce que
l’harmonisation et le renforcement de la réglementation
soutiennent considérablement. Vancity préfère les
réglementations qui encouragent la fourniture stable de services
bancaires aux gens ordinaires, c’est-à-dire nos membres.
[Translation]
[Français]
Vancity Credit Union cooperates nationally with credit unions
across the country to create a secure, large-scale network via
Central 1. We are grateful for the current framework that today
allows our central credit unions to be equal partners in the CPA
with equal regulatory rules established by the Office of the
Superintendent of Financial Institutions.
Vancity Credit Union collabore sur le plan national avec les
coopératives de crédit de tous les pays afin de créer un réseau à
grande échelle par l’entremise de Central 1. Nous sommes
reconnaissants du réseau actuel qui reconnaît nos coopératives
de crédit centrales comme des partenaires de même niveau au sein
de l’ACP, soumises aux mêmes règles établies par le Bureau du
surintendant des institutions financières fédérales.
These uniform standards support Vancity Credit Union
members and ensure greater financial stability for all deposittaking financial institutions, not only for credit unions but also
for their members’ centrals.
Ces normes uniformes soutiennent les membres de Vancity
Credit Union et assurent une plus grande stabilité financière au
sein de toutes les institutions financières acceptant les dépôts, non
seulement pour les coopératives de crédit, mais aussi pour leurs
centrales de membres.
As a cooperative, Vancity Credit Union is democratically
governed by its members. Together with other B.C. credit unions,
we are members of our regional central credit union and through
our member-elected board of directors, we consult with each
other on matters of financial reform, financial scale and sound
financial practice. Our consultation process reaches deeper
consensus, perhaps, than our competition. It does take more
time to consult within our peer groups and to coordinate across
our credit union regions.
En tant que coopérative, Vancity Credit Union est gouvernée
de manière démocratique par ses membres. Avec d’autres
coopératives de crédit en Colombie-Britannique, nous sommes
membres de notre coopérative de crédit central régional. Par
l’entremise de notre conseil d’administration élu par les membres,
nous nous consultons sur les questions de réformes financières,
d’échelles financières et des pratiques financières viables. Notre
processus de consultation génère probablement un consensus plus
solide que nos concurrents. Ces consultations au sein des groupes
de pairs et de la coordination entre nos régions des coopératives
de crédit nécessitent du temps.
20-11-2014
Banques et commerce
[English]
18:67
[Traduction]
We note that the important changes envisaged in Bill C-43 with
respect to credit unions would also benefit from a deeper
consultation. Our experience is that when we devote adequate
resources and time to policy changes like those in the bill, we are
able to ensure a smooth transition to the new state with clear
benefits to all those involved.
Nous remarquons que les changements importants envisagés
dans le projet de loi C-43 quant aux coopératives de crédit
tireraient également profit d’un processus de consultation plus
approfondi. Selon notre expérience, lorsque nous consacrons des
ressources adéquates et le temps nécessaire à des changements de
politique, tels que ceux de ce projet de loi, nous assurons une
transition sans heurts vers le nouvel état en exprimant clairement
les avantages dont bénéficieront toutes les parties prenantes.
We ask the committee, therefore, to understand that we would
welcome sufficient time to allow for our system of cooperative
collaboration to develop a coordinated response to the regulatory
changes envisioned.
Nous demandons par conséquent au comité de comprendre
que nous aimerions un délai suffisant pour que notre système de
collaboration coopérative puisse générer une réaction coordonnée
aux changements réglementaires envisagés.
[Translation]
[Français]
In closing, I wish to emphasize how important it is to begin
discussing the topics we covered today. I thank you sincerely for
the opportunity to present to you today.
En terminant, je souhaite mentionner l’importance
d’entreprendre dès aujourd’hui des discussions sur le présent
dossier. Je vous remercie sincèrement de m’avoir donné l’occasion
de vous faire part de mes commentaires.
Next time you are in Vancouver, I encourage you to come visit
us. You will see the positive influence we have within the
communities we serve and the importance we attribute to our
values as a basis for our financial activities.
Lors de votre prochain passage à Vancouver, je vous invite à
nous rendre visite. Vous pourrez ainsi constater l’influence
positive que nous avons sur los collectivités que nous
desservons et l’importance que nous accordons à nos valeurs
comme fondement de nos activités financières.
Senator Massicotte: I wish to thank the witnesses for their
comments.
Le sénateur Massicotte : Je remercie les témoins d’avoir partagé
leurs commentaires.
All three of you said the same thing: these are significant
changes for which you request an adequate transition period.
Vous dites tous les trois la même chose : ce sont des
changements importants et vous demandez une période de
transition adéquate.
One of the witnesses focused on the Atlantic provinces. As you
know, following the proposed amendments, the federal
government will no longer ensure regulation along with the
OSFI. You deal with a number of provinces. What would happen
if you had a financial or other problem? Which provinces would
you call upon for compliance with the code? The main objective
of the bill is to clarify the situation, but in your case, because you
work with a number of provinces, things would be more
complicated. What would you do?
L’un des témoins a surtout parlé des provinces de l’Atlantique.
Vous savez qu’à la suite des modifications proposées, le
gouvernement fédéral se retirera du côté du BSIF. Puisque vous
faites affaire avec plusieurs provinces, qu’arrivera-t-il si vous avez
un problème financier ou autre? Vous ferez appel à quelle
province en ce qui concerne le respect du code? Le projet de loi a
pour but principal de clarifier les choses, mais dans votre cas,
puisque vous transigez avec plusieurs provinces, c’est plus
compliqué. Que faites-vous dans ce cas?
Marc-André Pigeon, Director, Financial Sector Policy, Credit
Union Central of Canada: I can come back to what we were saying
earlier. It will take us time to review how we are going to deal with
these issues. We always maintain access to the lender of last resort
at the central bank, namely liquidity facilities. This is a basic
protective element and will not change.
Marc-André Pigeon, directeur, Politique du secteur financier,
Centrale des caisses de crédit du Canada : Je peux revenir à ce
qu’on disait tantôt : cela nous prend du temps à étudier la façon
dont on va aborder ces questions. On maintient toujours l’accès
au prêteur de dernier recours à la banque centrale, soit les
mécanismes d’octroi de liquidités. Il s’agit d’un élément de
protection de base. Cela ne change pas.
Senator Massicotte: On condition that the province provide a
guarantee?
Le sénateur Massicotte : À la condition que la province donne
une garantie?
Mr. Pigeon: No. There are two elements to the lender of last
resort; there is the daily element and the extraordinary one, in
case of a significant crisis. Effectively, very little has changed
regarding emergency assistance as we maintain the daily lender of
last resort element. Secondly, as was mentioned by the witnesses
M. Pigeon : Non. Il y a deux éléments en ce qui a trait au
prêteur de dernier recours : il y a l’élément du quotidien, de tous
les jours, et l’élément extraordinaire, s’il y avait une grosse crise.
Très peu a changé effectivement du point de vue de l’aide
d’urgence, car on maintient l’accès au prêteur du dernier recours
18:68
Banking, Trade and Commerce
20-11-2014
from the Bank of Canada, they clarify the existing system. There
are not many changes from that perspective. It is already part of
Bank of Canada policy.
quotidien. Deuxièmement, comme l’ont souligné les témoins de la
Banque du Canada, ils clarifient le système déjà en place. De ce
point de vue, on ne voit pas beaucoup de changements. Cela
faisait déjà partie des politiques de la Banque du Canada.
Senator Massicotte: That changes when you do business with
other provinces. Are there no additional complications?
Le sénateur Massicotte : Cela change quand vous faites affaire
avec d’autres provinces. N’y a-t-il pas des complications
additionnelles qui s’ajoutent?
Mr. Pigeon: Not from the perspective of emergency assistance,
as I stated earlier.
M. Pigeon : Pas du point de vue de l’aide d’urgence, comme je
l’ai mentionné tout à l’heure.
[English]
[Traduction]
Ms. Durdin: Yes, it is complicated to try and understand the
implications of the change, and we do need time. Certain
provinces will need to make legislative changes in terms of the
authority of the regulator. That will take time.
Mme Durdin : Oui, il est difficile de comprendre les
conséquences du changement, et nous avons besoin de temps.
Certaines provinces vont devoir apporter des modifications à
leurs lois sur le plan des pouvoirs de leur organisme de
réglementation. Cela va prendre du temps.
There are contracts and arrangements between various parties
that need to be looked at.
Il y a des contrats et des ententes entre les diverses parties qui
vont devoir être examinées.
Senator Massicotte: Is it only time you require? Is it all okay
conceptually? Do you just need time to adjust, or is it something
more profound?
Le sénateur Massicotte : Avez-vous besoin seulement de temps?
Est-ce que tout est correct sur le plan conceptuel? Avez-vous
seulement besoin de temps pour vous adapter, ou est-ce que le
problème est plus profond que cela?
Ms. Durdin: All I can say is we didn’t ask for this change, but
we need time to figure out how to adjust.
Mme Durdin : Tout ce que je peux vous dire, c’est que nous
n’avons pas demandé ce changement, mais que nous avons besoin
de temps pour trouver une façon de nous adapter.
Senator Massicotte: Mr. Leonard, time only will resolve the
issues?
Le sénateur Massicotte : Monsieur Leonard, seul le temps
permettra de régler les problèmes?
Mr. Leonard: Yes. I would echo Martha’s comments that until
we have a chance to work through this and especially have
collaborative discussions with the provinces in our regions, it is
difficult to understand where all the impacts are. To the senator’s
question as to whether it is just time, until we go through that
dialogue and talk it through, it will be difficult to say for sure.
M. Leonard : Oui. Je dirais comme Martha qu’il sera difficile
de comprendre toutes les répercussions tant que nous n’aurons
pas eu la possibilité d’examiner tout cela et surtout d’avoir des
discussions axées sur la collaboration avec les provinces de notre
région. Pour ce qui est de savoir si ce n’est qu’une question de
temps comme le demande le sénateur, ce sera difficile à déterminer
avec certitude avant que nous n’ayons pu discuter de tout cela.
[Translation]
[Français]
Mr. Pigeon: Regulatory agencies must also adapt to these
centres, which means hiring people and making sure they are at
the required level. This also takes time. There are changes both in
the rules and on our end, in order to adapt to these changes.
There are therefore many changes involved.
M. Pigeon : Les agences réglementaires aussi doivent s’adapter
à ces centres, c’est-à-dire embaucher du monde et s’assurer qu’ils
soient au même niveau qui est exigé. Cela aussi prend du temps. Il
y a des changements au niveau des règlements et de notre côté
pour s’adapter à tous ces changements. Il y a donc beaucoup de
changements.
Senator Ringuette: If I understood correctly, there are
implications in the bill that may hinder accessibility to some
credit unions within the Canadian payment system?
La sénatrice Ringuette : Est-ce que j’ai bien compris qu’il y
avait des implications dans le projet de loi qui mettraient peut-être
en doute l’accessibilité de certaines caisses populaires ou de
certains mouvements coopératifs dans le système de paiements
canadien?
Mr. Dobrzanski: Today, we work with SMEs and the funding
of cooperatives and transactions are much more specific. The
number of provincial partners is critical, and in British Columbia,
Central 1 is quite large and allows credit agencies to have specific
M. Dobrzanski : Aujourd’hui, avec notre présence dans le
domaine des PME ou le financement des coopératives, les
transactions se font de manière très précise. Le nombre des
partenaires provinciaux est critique et, en Colombie-Britannique,
20-11-2014
Banques et commerce
costs. It is also thanks to the Office of the Superintendent of
Financial Institutions at the federal level. I do not know how the
new system under which activities can be conducted only at the
federal level if we want to participate will work. These days,
activities at the national level are what allow us to develop. This is
why we are sure that, with time, access to payments will not be
reduced and that with the help of new technologies, we will be
able to move forward instead. That is the advantage I wanted to
emphasize.
Senator Ringuette: Due to your size?
18:69
Central 1, par son importance, permet aux organismes de crédit
d’avoir des coûts précis. C’est aussi grâce à la présence du Bureau
du surintendant des institutions financières au palier fédéral. Je ne
sais pas comment fonctionne le nouveau système selon lequel on
ne peut exercer qu’au fédéral si on participe. De nos jours, c’est
une participation à l’échelle nationale qui nous permet de nous
développer. C’est pour cette raison que nous sommes sûrs, avec le
temps, qu’on ne réduira pas l’accessibilité aux paiements, et, avec
l’aide des nouvelles technologies, qu’on va plutôt progresser. C’est
l’avantage sur lequel je souhaitais mettre l’accent.
La sénatrice Ringuette : En raison de votre volume?
Mr. Dobrzanski: We make ourselves available to all the other
small credit unions. This large volume promotes a more secure
system that, through its national policy, provides stability to all
independent partners no matter where they conduct their banking
business.
M. Dobrzanski : On se met au service de toutes les autres
petites caisses populaires et unions de crédit. C’est ce volume qui
favorise un système plus sûr et qui, par sa politique nationale,
offre une stabilité pour tous les partenaires indépendants, peu
importe où ils font leurs affaires bancaires.
Mr. Pigeon: I would like to highlight something that was said
earlier.
M. Pigeon : J’aimerais souligner quelque chose qui a été dit
tantôt.
[English]
[Traduction]
I believe Mr. Campbell said that they are committed to change
without disruption to the system, so we take them on their word
for that. All we’re saying is that we need the time to get there and
make sure that that’s what happens.
Je crois que M. Campbell a dit que le ministère des Finances
s’engage à apporter les changements sans perturber le système,
alors nous le croyons sur parole. Tout ce que nous disons, c’est
que nous avons besoin de temps pour y arriver et nous assurer que
c’est bien cela qui se passe.
As long as we’re in the federal regime, and we will be for the
near future, nothing changes, and we want to make sure that over
the period we come to a place where nothing changes going
forward either. We take them on their word that they’re
committed to that, and we want to make sure we do that in the
spirit of cooperation with the Department of Finance.
Tant que nous sommes visés par le régime fédéral — et cela va
être le cas dans un avenir proche —, rien ne change, et nous
voulons nous assurer d’en arriver à une situation où il n’y aura
plus de changement à venir non plus. Nous croyons le ministère
sur parole lorsqu’il dit qu’il s’engage à ce que ce soit le cas, et nous
voulons procéder au changement dans un esprit de collaboration
avec le ministère.
Senator Ringuette: I agree with you. It would be going
backwards a lot for the centralized unions’ capacity to access
directly the Canadian payments system without going through
TD or whoever, and it’s a significant issue.
La sénatrice Ringuette : Je suis d’accord avec vous. Ce serait un
important recul sur le plan de la capacité des coopératives
centrales d’accéder directement au système de paiement du
Canada sans passer par TD ou qui que ce soit d’autre, et c’est
un enjeu important.
As I said earlier, the Senate is an institution with a very long
memory. The Banking Committee is the longest standing
committee of the Senate. I intend to be part of this committee
for a while yet, at least for the next two years.
Comme je l’ai dit tout à l’heure, le Sénat est une institution à la
mémoire très longue. Le Comité des banques est le plus vieux
comité permanent du Sénat. J’ai l’intention de continuer d’être
membre du comité pendant un bout de temps, au moins pour les
deux prochaines années.
Can we, as a committee, ask that if ever your access to the
Canadian payments system seems to be negated, could you write
to this committee to alert us and to explain what is going on?
Est-ce que le comité peut vous demander de lui écrire pour
l’avertir et lui expliquer ce qui se passe si l’accès au système de
paiement canadien semble être bloqué?
Mr. Pigeon: Yes.
Senator Massicotte: I didn’t think that what we’re talking
about affects your membership in the Canadian payments system.
M. Pigeon : Oui.
Le sénateur Massicotte : Je ne pensais pas que ce dont nous
parlons avait une incidence sur votre appartenance au système de
paiement du Canada.
Ms. Durdin: I don’t expect that it will.
Mme Durdin : Je ne pense pas que ce sera le cas.
Senator Massicotte: Thank you.
Le sénateur Massicotte : Merci.
18:70
Banking, Trade and Commerce
[Translation]
20-11-2014
[Français]
Senator Bellemare: As my colleagues have noted, it appears
that this is a very complex issue. However, I also noted that the
cooperative movement developed locally first and then built
business ties throughout the country without need for federal
regulation. The rules that you have adopted are formal but not
legal, and I say that in quotes, as they were not enshrined in law,
but they work quite well.
La sénatrice Bellemare : Je conclus avec mes collègues que ce
dossier est assez complexe. Mais je constate que le mouvement
coopératif s’est développé localement d’abord puis qu’il a tissé des
liens d’affaires partout au Canada sans passer par une
réglementation fédérale. Les règles que vous vous êtes données,
qui sont formelles, mais pas légales, entre guillemets, c’est-à-dire
qu’elles ne passent pas par un système de loi, fonctionnent assez
bien.
You were surprised when the bill was tabled because you were
not consulted on it. Now, you are being consulted for its
implementation, but not in the development or goal-setting stage.
Quand le projet de loi a été déposé, vous avez été surpris, parce
que vous n’avez pas été consultés. Maintenant, vous serez
consultés pour l’implanter, mais pas pour l’élaborer ni en
déterminer l’intention non plus.
Even though the system is obsolete, you are requesting that it
be implemented at a later date so that you have time to think
about it. Are you asking that this provision be struck from the
bill, or are you asking that other provisions with longer time
frames be added?
Cela dit, vous demandez, même si le système est obsolète, qu’il
soit mis en œuvre plus tard afin d’avoir du temps pour y réfléchir.
Demandez-vous de disposer de cette section du projet de loi ou
demandez-vous d’ajouter des articles avec des délais plus longs?
[English]
Ms. Durdin: If I can answer your question, we respect the
government’s desire to clarify the regulatory responsibilities of the
provinces and the federal government. What we’re asking for is
consultation and discussion with the system on when the clock
starts for the two-year implementation time frame. At this point
it’s not clear to us when it starts. If it’s a two-year time frame,
then we’d like to delay when the clock starts because we believe
we need more time.
[Translation]
Senator Bellemare: In your opinion, does the legislation we
have before us provide any clear indications on the federal
regulations that will support this intent? Are the changes clear
enough, as we have yet to see the regulations as well?
[English]
Ms. Durdin: I think it depends on what part. In terms of
section 16 and OSFI’s withdrawal, it’s pretty clear. The federal
implementation of federal credit unions, the legislation is not that
clear just yet, but it needs to be worked out. I think there is, in the
legislation, a process to get to that point.
Is that a fair assessment?
Mr. Pigeon: I wanted to suggest that it’s easy to blend these
issues because there are at least two or three issues at stake here.
There is the federal credit union option, and we mentioned the
insurance retailing and the amalgamation provisions. Those are
[Traduction]
Mme Durdin : Si je puis répondre à votre question, nous
respectons le souhait du gouvernement de clarifier les
responsabilités réglementaires des provinces et du gouvernement
fédéral. Ce que nous demandons, c’est qu’il consulte les
intervenants du système et discute avec eux du moment où
commence le délai de deux ans pour la mise en œuvre. Pour
l’instant, nous ne savons pas clairement à quel moment il
commencera. S’il s’agit d’un délai de deux ans, nous aimerions
en reporter le début, car nous croyons avoir besoin de plus de
temps.
[Français]
La sénatrice Bellemare : À votre avis, est-ce que le texte
législatif devant nous donne des indications précises sur la
réglementation fédérale qui appuiera cette intention? Est-ce
assez clair ce qui va se passer puisque la réglementation est à
venir également?
[Traduction]
Mme Durdin : Je pense que ça dépend des parties. Pour ce qui
est de la section 16 et du retrait du BSIF, c’est assez clair. En ce
qui concerne la mise en œuvre des coopératives de crédit fédérales,
les dispositions législatives ne sont pas encore tout à fait claires,
mais le processus de mise en œuvre doit être précisé. Je pense que
la loi prévoit une transition.
Est-ce juste?
M. Pigeon : Je voulais dire qu’il est embrouillé parce qu’il y a
au moins deux ou trois choses en jeu dans le projet de loi. Il y a la
possibilité de créer des coopératives de crédit fédérales, et nous
avons mentionné la vente d’assurance et les dispositions
20-11-2014
Banques et commerce
18:71
measures intended to make it relatively easier for credit unions to
come up to the federal level and be regulated federally. That’s one
piece.
concernant les fusions. Il s’agit de mesures visant à faire en sorte
qu’il soit relativement facile pour les coopératives de crédit de
passer à l’échelon fédéral et d’être réglementées par le
gouvernement fédéral. Voilà une première chose.
I would say the department has been consultative on those
measures, and there have been extensive discussions with respect
to those.
Je dirais que le ministère a procédé à des consultations sur ces
mesures et il y a eu beaucoup de discussions là-dessus.
The other piece is the Part XVI issue where the government is
saying they will no longer regulate centrals. That part came as a
surprise, and that’s the part we’re saying we need more time for.
L’autre chose, c’est la question de la partie XVI, c’est-à-dire le
fait que le gouvernement affirme ne plus vouloir réglementer les
centrales. Cela a été une surprise, et c’est à cet égard que nous
disons avoir besoin de plus de temps.
The third part — not to go back on this too much — we talked
about the changes to the Bank of Canada Act. That’s another
issue. There are at least three issues in this division that I think are
important to keep separate in your mind.
La troisième chose — sans vouloir revenir trop loin en arrière
—, c’est que nous avons parlé des changements touchant la Loi
sur la Banque du Canada. C’est une autre question. Il y a au
moins trois enjeux dans cette section qu’il est important, je crois,
d’envisager de façon distincte.
As Mr. Campbell said, especially with respect to the federal
credit union option and Part XVI, or what we call the
Cooperative Credit Associations Act, those are parallel tracks.
They’re two separate processes. They’re running in parallel
timing-wise, but they’re not the same thing.
Comme M. Campbell l’a dit, en ce qui concerne surtout la
possibilité de créer des coopératives de crédit fédérales et la
partie XVI, ou ce que nous appelons la Loi sur les associations
coopératives de crédit, il s’agit de mesures parallèles. Ce sont deux
processus distincts. Ils se déroulent en même temps, mais ce sont
des choses différentes.
[Translation]
Senator Bellemare: I believe I understand what you are asking
for without saying it directly. Thank you.
[English]
[Français]
La sénatrice Bellemare : Je crois comprendre ce que vous
demandez sans le dire précisément. Merci.
[Traduction]
Senator Tannas: Given that this is now out, have you been
contacted by provinces? Is there any province that’s actually
moving, given that this is a fairly tight time frame? Are you seeing
any action from provincial regulators to say, ‘‘We better get
together and figure this out,’’ or are they waiting? That’s one
question.
Le sénateur Tannas : Maintenant que le projet de loi a été
déposé, est-ce que les provinces ont communiqué avec vous? Estce que l’une ou l’autre des provinces agit, vu que le délai est assez
serré? Savez-vous si les organismes de réglementation des
provinces se sont dit qu’ils feraient mieux de commencer à
réfléchir à ce qu’ils allaient faire ou s’ils attendent? Voilà une
première question.
Also, would you anticipate that the process would be simply
for the provinces to figure out, individually or potentially in
concert with each other like B.C. and Ontario will have to do,
how to replicate the oversight?
Par ailleurs, vous attendez-vous à ce qu’il s’agisse simplement
pour les provinces de déterminer quel sera le processus, ensemble
ou peut-être en collaboration, comme dans le cas de la ColombieBritannique et de l’Ontario, pour ce qui est de reprendre la
surveillance?
In other words, they’re not going to make many changes. They
are just going to try to replicate the oversight, the rules that have
been applied, the guidance that’s been given, and so on. I would
guess that it would not be as onerous as them sitting back and
saying, ‘‘Well, let’s rethink how we oversee this somehow’’. Do
you have any sense of that yet?
Autrement dit, elles ne vont pas apporter beaucoup de
changements. Elles vont simplement essayer de reprendre la
surveillance, les règles qui étaient appliquées, les directives qui
étaient données, et ainsi de suite. J’imagine que cela représente
moins de travail que de tout revoir le processus de surveillance.
Avez-vous pu vous en faire une idée jusqu’à maintenant?
Ms. Durdin: To answer your first question, the regulators have
been contacted and have met with officials recently. They are
talking together through their organization on how best to
address this.
Mme Durdin : Pour répondre à votre première question, les
fonctionnaires ont communiqué avec les responsables des
organismes de réglementation et les ont rencontrés récemment.
Ils discutent ensemble, par l’intermédiaire de leur organisation, de
la meilleure façon d’aborder la question.
18:72
Banking, Trade and Commerce
20-11-2014
We have not had a formal discussion with them in terms of
how they will address it, and I think we’ll have a better indication
of what they’re going to do when they respond to the technical
paper by the end of December.
Nous n’avons pas encore tenu de discussion officielle avec eux
au sujet de la façon dont ils vont l’aborder, et je pense que nous
aurons une meilleure idée de ce qu’ils vont faire lorsqu’ils
réagiront au document technique, d’ici la fin de décembre.
I would really hate to speculate on how they’re going to
address it. There are some provinces where the oversight is
already replicated and there is somewhere where they need to
make changes, so it will vary.
Je suis vraiment très réticente à formuler une hypothèse
concernant la façon dont ils vont aborder la chose. Il y a des
provinces où la surveillance est déjà reprise et il y en a d’autres où
il va falloir apporter des changements, donc cela va varier.
Senator Tannas: Do you see the association of provincial
financial regulators — CUPSA — do you see them taking a lead
in this, or do you think it will quickly devolve to each individual
province trying to figure this out?
Le sénateur Tannas : Envisagez-vous que l’association des
organismes de réglementation financière des provinces — l’ASPC
— prenne les devants, ou pensez-vous que chacune des provinces
va rapidement devoir déterminer la façon de procéder par ellemême?
Ms. Durdin: No, I think they’re working together.
Mme Durdin : Non, je pense qu’il y a une collaboration.
Senator Tannas: Thank you.
Le sénateur Tannas : Merci.
The Chair: To our panel, on behalf of all the members of the
committee, we greatly appreciate your presence today. You have
helped us very much in our deliberations.
Le président : Au nom de tous les membres du comité, merci
beaucoup à nos témoins d’avoir été présents parmi nous
aujourd’hui. Vous avez apporté une grande contribution à nos
délibérations.
We will now go to the next panel. For this session our
committee will consider Division 26, dealing with the Canadian
Payments Act. Our witnesses from the Canadian Payments
Association, Doug Kreviazuk, Vice President, Next Generation
Clearing and Settlement; Deborah Wilson, Senior Legal Counsel;
and Geoffroi Montpetit, Director, Public Affairs.
Nous allons passer à notre prochain groupe de témoins. Pour
la prochaine séance, notre comité va se pencher sur la section 26,
qui porte sur la Loi canadienne sur les paiements. Nos témoins de
l’Association canadienne des paiements sont Doug Kreviazuk,
vice-président, Système de compensation et de règlement de
prochaine génération; Deborah Wilson, conseillère juridique
principale; et Geoffroi Montpetit, directeur des affaires publiques.
Mr. Kreviazuk, the floor is yours.
Monsieur Kreviazuk, vous avez la parole.
Doug Kreviazuk, Vice President, Next Generation Clearing and
Settlement, Canadian Payments Association: Thank you very
much. I am Doug Kreviazuk, the Vice President of Clearing and
Settlement Systems for the Canadian Payments Association. I
would like to thank you for inviting the CPA here to contribute to
this important study. I have a brief statement that will help try to
situate this Canadian Payments Association and to explain the
relevance and importance of Division 26 contained in the bill.
Doug Kreviazuk, vice-président, Système de compensation et de
règlement de prochaine génération, Association canadienne des
paiements : Merci beaucoup. Je m’appelle Doug Kreviazuk, et je
suis vice-président, Système de compensation et de règlement de
prochaine génération de l’Association canadienne des paiements.
Nous vous remercions d’avoir invité l’ACP à participer à l’étude
importante que vous menez. J’ai une brève déclaration
d’ouverture pour vous aider à situer l’Association canadienne
des paiements, et pour expliquer la pertinence et l’importance de
la section 26 du projet de loi.
The Canadian Payments Association is Canada’s main
financial market infrastructure. We design and operate
Canada’s national clearing and settlement systems for
payments. Financial institutions rely on us to settle with finality
their clearing balance on the books of the Bank of Canada daily.
Every Canadian, businesses, governments and financial
institutions count on our systems to clear and settle payments
such as checks, pre-authorized debits, direct deposits, bill
payments, payments made at the point of sale, and wire
payments. Last year alone, we cleared and settled
approximately $44 trillion, which amounts to about $170 billion
on every business day.
L’Association canadienne des paiements est la principale
infrastructure des marchés financiers du Canada. Nous
concevons et exploitons les systèmes nationaux de compensation
et de règlement des paiements du Canada. Les institutions
financières s’appuient sur nos systèmes pour régler de façon
définitive leurs soldes de compensation sur les livres de la Banque
du Canada au quotidien. Les Canadiens, les entreprises, les
gouvernements et les institutions financières comptent sur nos
systèmes pour effectuer la compensation et le règlement de
paiements tels que les chèques, les débits préautorisés, les dépôts
directs, les paiements de factures, les paiements effectués au point
de vente et les virements électroniques. L’an dernier, l’ACP a
compensé et réglé 44 billions de dollars, soit 170 milliards de
dollars en moyenne chaque jour ouvrable.
20-11-2014
Banques et commerce
18:73
We are guided by public policy objectives of safety, soundness,
efficiency and the interests of users. These objectives are enshrined
in our legislation, the Canadian Payments Act. Financial
institutions that are engaged in the business of payments are
required to be members of the CPA and fund our operations.
Today, our membership stands at 113.
Nous sommes guidés par les objectifs de politique publique en
matière de sécurité, de solidité et d’efficacité, ainsi que par
l’intérêt des utilisateurs. Ces objectifs sont inscrits dans notre loi
habilitante, la Loi canadienne sur les paiements. Les institutions
financières qui offrent des services de paiement sont tenues d’être
membres de l’ACP et de financer nos opérations. Nous comptons
aujourd’hui 113 institutions financières membres.
Our focus is ensuring that financial claims between financial
institutions can be settled efficiently and without risk. In addition
to technical infrastructure, we develop the rules and standards
that together with the Canadian Payments Act provide a strong
legal framework for payments of today and tomorrow.
Notre rôle consiste à nous assurer du règlement efficace et sans
risque des comptes financiers entre les institutions financières. En
plus de l’infrastructure technique, nous mettons au point des
règles et des normes qui, avec la Loi canadienne sur les paiements,
fournissent un cadre juridique solide pour les paiements
d’aujourd’hui et de demain.
Bill C-43 introduces important amendments to the Canadian
Payments Act and to the Payments Clearing and Settlement Act.
Le projet de loi C-43 propose des modifications importantes de
la Loi canadienne sur les paiements et de la Loi sur la
compensation et le règlement des paiements.
Amendments to the Canadian Payments Act, in particular,
bring about changes to our governance framework. We believe
that they will enhance the governance, overall functioning and
accountability of the CPA, thereby helping us to fulfill our
forward-looking strategy for Canada’s payment system. Let me
highlight a few of the key changes to the Canadian Payments Act.
Les modifications de la Loi canadienne sur les paiements en
particulier entraînent des changements touchant le cadre de
gouvernance de l’ACP. Nous pensons qu’ils amélioreront la
gouvernance, le fonctionnement global et la responsabilisation de
l’ACP, nous aidant ainsi à réaliser notre stratégie prospective
pour poursuivre la modernisation du système de paiement du
Canada. Permettez-moi de souligner quelques-unes des
principales modifications apportées à la Loi canadienne sur les
paiements.
First, a smaller, more independent board of directors will
support a broader and more inclusive representation from the
payments ecosystem.
Premièrement, un conseil d’administration plus petit et plus
indépendant appuiera une représentation plus large et plus
inclusive de l’écosystème des paiements.
The minister’s power of rule disapproval will be maintained in
the act, but the bylaw approval process has been made more
efficient, with a new category of administrative bylaws that
require only board approval and not what is currently required,
which is ministerial approval.
Le pouvoir de désapprobation du ministre est maintenu dans la
loi, mais le processus d’approbation des règlements administratifs
a été rendu plus efficace grâce à une nouvelle catégorie de
règlements administratifs qui ne requiert que l’approbation du
conseil de l’ACP, plutôt que la pratique actuelle requérant
l’approbation ministérielle.
The act will contain new accountability requirements, many of
which have been introduced by the CPA over the past couple of
years, such as the publication of detailed audited financial
statements and reporting on the progress of our stated objectives.
La loi contiendra de nouvelles exigences en matière de
responsabilisation, dont bon nombre ont été instaurées par
l’ACP au cours des dernières années, par exemple la publication
d’états financiers vérifiés et détaillés et de rapports sur les progrès
de l’AC par rapport à ses objectifs déclarés.
Since the first reading of Bill C-43 in the House of Commons,
we have had an opportunity to examine its provisions closely and
we’ve engaged the Department of Finance on next steps,
specifically with clarification in a few areas when the
regulations are being drafted.
Depuis la première lecture du projet de loi C-43 à la Chambre
des communes, nous avons eu l’occasion d’examiner de près ses
dispositions, et nous avons discuté avec le ministère des Finances
des prochaines étapes en fournissant notamment des précisions
particulières sur certains points pour aider à la rédaction des
règlements.
One area I would like to highlight is that we believe the
regulations should specify a timely process, for example, 30 to
60 days, for the minister’s approval on CPA’s annual submission
of its corporate plan. This is because the CPA operates systems
and infrastructure that are critical to the day-to-day business
operations of the financial system.
J’aimerais souligner que nous croyons que les règlements
devraient prévoir un processus rapide, par exemple de 30 à
60 jours, pour l’approbation par le ministre des Finances du plan
d’entreprise présenté annuellement par l’ACP. Un tel règlement
est nécessaire vu l’importance des systèmes et des opérations de
l’ACP par rapport au fonctionnement quotidien du système
financier canadien.
18:74
Banking, Trade and Commerce
20-11-2014
I would like to make one last comment on achieving our
optimal oversight mechanism. Under the Canadian Payments
Act, the minister has the power of directive over the CPA and the
power to disapprove rules and bylaws. Under the Payments
Clearing and Settlement Act, the Governor of the Bank of
Canada has the authority to designate payment systems of
systemic importance for oversight by the bank, like our large
value transfer system.
J’aimerais faire un dernier commentaire sur la réalisation des
mécanismes de surveillance optimaux. En vertu de la Loi
canadienne sur les paiements, le ministre a le pouvoir de donner
des directives à l’ACP et le pouvoir de ne pas approuver les règles
et les règlements proposés. En vertu de la Loi sur la compensation
et le règlement des paiements, le gouverneur de la Banque du
Canada a le pouvoir de désigner des systèmes de paiement
d’importance systémique aux fins de la surveillance par la banque,
comme le système de transfert de paiements de grande valeur de
l’ACP.
Bill C-43 expands that power to a new category of prominent
payment systems. This would conceivably allow the governor of
the bank to designate a retail system — the automated clearing
and settlement system — for oversight by the bank. It will be
important to ensure that this possible duplication in oversight not
impede the CPA’s rule review process and therefore our ability to
respond to user needs.
Le projet de loi C-43 étend ce pouvoir à une nouvelle catégorie
de systèmes de paiements marquants. Il est concevable que cela
permette au gouverneur de la banque de désigner un système de
vente au détail — le système automatisé de compensation et de
règlement, aux fins de la surveillance par la banque. Il sera
important de veiller à ce que le dédoublement potentiel en matière
de surveillance ne fasse pas obstacle au processus de revue des
règles de l’ACP et, par conséquent, à la capacité de l’ACP de
répondre aux besoins des utilisateurs.
To conclude, the CPA is working diligently to ensure a speedy
and smooth transition to this new governance framework. We
believe the amendments being proposed will help the CPA and its
new board of directors to deliver on our important mandate and
the public policy objectives of safety, soundness and efficiency
that benefit all users, including consumers. These amendments
will allow us to achieve our strategy for continued modernization
of Canada’s payment system.
Pour conclure, l’ACP travaille avec diligence pour assurer une
transition rapide et en douceur vers ce nouveau cadre de
gouvernance. Nous croyons que les modifications proposées
aideront l’ACP et son nouveau conseil d’administration à remplir
notre mandat important et nous permettront d’atteindre les
objectifs en matière de politique publique que sont la sûreté, la
solidité et l’efficacité au bénéfice de tous les utilisateurs, y compris
les consommateurs. Ces modifications nous permettront de
mettre en œuvre notre stratégie pour poursuivre la
modernisation du système de paiement du Canada.
With that, I would be pleased to answer any questions you may
have.
Là-dessus, je serai heureux de répondre à toutes vos questions.
[Translation]
Senator Bellemare: I would like to clarify something. When you
say that your organization validates all transactions by financial
institutions, does that include all the credit unions, financial
cooperatives, the Mouvement Desjardins, and so on?
[English]
[Français]
La sénatrice Bellemare : J’aimerais clarifier quelque chose.
Quand vous affirmez que toutes les transactions des institutions
financières sont validées par votre organisation, est-ce que cela
inclut toutes les caisses populaires, toutes les coopératives
financières, le Mouvement Desjardins, et cetera?
[Traduction]
Mr. Kreviazuk: All deposit-taking financial institutions, as well
as eligible life insurers, money market mutual funds and securities
dealers can be members of the CPA.
M. Kreviazuk : Toutes les institutions financières de dépôt
ainsi que les compagnies d’assurance vie, les courtiers en valeurs
mobilières et les sociétés admissibles pour le compte de fonds
communs de placement du marché monétaire peuvent devenir
membres de l’ACP.
If they are engaged in the business of payments, wanting to
make payments, then they’re required to be a member of the
CPA. Their transaction volume is cleared and settled through our
systems, which does include all the caisses populaires and credit
unions in Canada.
Si une institution exerce ou souhaite exercer des activités de
paiement, alors elle doit être membre de l’ACP. Son volume de
transactions est compensé et réglé par le truchement de nos
systèmes, et cela inclut toutes les caisses populaires et les
coopératives de crédit canadiennes.
20-11-2014
Banques et commerce
[Translation]
Senator Bellemare: The changes made to your organization in
this respect will remain the same, even if some financial
cooperatives remain under provincial jurisdiction?
[English]
Mr. Kreviazuk: No, it should have no change to those.
[Translation]
Senator Massicotte: Thank you for giving us your points of
view.
[English]
18:75
[Français]
La sénatrice Bellemare : Les modifications apportées à votre
organisation à cet égard resteront telles quelles, même si certaines
coopératives financières demeurent sous la juridiction
provinciale?
[Traduction]
M. Kreviazuk : Non, il ne devrait y avoir aucun changement à
cet égard.
[Français]
Le sénateur Massicotte : Je vous remercie de nous avoir fait
connaître votre point de vue.
[Traduction]
You make the point that relative to your business plan you
must submit to the minister, the proposed legislation has no
timing deadline as to when you must respond. It is a valid
comment, we would agree with you. What happens if he doesn’t
respond? You have no authority to spend, proceed or collect
payments? What happens?
Vous soulevez le fait que, relativement au plan d’entreprise que
vous devez présenter au ministre, aucun délai de réponse n’est
prévu dans le projet de loi. Votre commentaire est valable; nous
sommes d’accord avec vous. Que se passe-t-il si le ministre ne
répond pas? Vous n’avez pas le pouvoir de dépenser, d’aller de
l’avant ou de recouvrer de paiement? Que se passe-t-il, alors?
Deborah Wilson, Senior Legal Counsel, Canadian Payments
Association: We understand that the details of what we’re
required to submit and the timing are going to be set out in
regulations, which we have not seen yet, and all the requirements
around the corporate plan.
Deborah Wilson, conseillère juridique principale, Association
canadienne des paiements : Nous croyons savoir que les
renseignements précis que nous devrons fournir et l’échéancier
connexe, de même que toutes les exigences relatives au plan
d’entreprise, seront établis dans le règlement, que nous n’avons
pas encore vu.
One thing I want to step back and clarify is that we’re not a
Crown corporation. We’re not subject to the approval
requirements that are set out in other legislation that applies to
Crown corps.
Il y a une chose que je veux préciser : nous ne sommes pas une
société de la Couronne. Nous ne sommes pas assujettis aux
exigences en matière d’approbation qui sont énoncées dans
d’autres lois applicables à ces sociétés.
We would continue to operate our systems. Any activity that
was set out in the plan, I expect we would just work out the details
and continue to cooperate with Finance on the objectives of what
we’re trying to achieve in that plan.
Nous continuerions d’utiliser nos systèmes. En ce qui concerne
toute activité indiquée dans le plan, je m’attendrais à ce que nous
en réglions simplement les détails et à ce que nous continuions de
coopérer avec le ministère des Finances à l’égard des objectifs
formulés dans ce document.
Senator Massicotte: I’m sure you will have a capital program
every year, whether you want to spend money on computers, or
something. The minister is very busy. What would happen if he
doesn’t respond in your proposed 30 or 60 days and the fiscal year
has now commenced? Are you going to spend money on your
software?
Le sénateur Massicotte : Je suis sûr que vous aurez chaque
année un programme d’immobilisations, par exemple pour
investir dans vos ordinateurs. Le ministre est très occupé.
Qu’arriverait-il s’il ne vous répondait pas dans le délai de 30 à
60 jours que vous proposez, et que l’année financière a débuté?
Achèterez-vous des logiciels?
Mr. Kreviazuk: That’s why we advocated for the fact that at
the lapse of a period of time — either 30 or 60 days — that the
corporate plan be deemed approved. That would allow us to
continue to do business.
M. Kreviazuk : C’est pour cela que nous avons recommandé
qu’à l’expiration d’un délai donné — de 30 ou de 60 jours —, le
plan d’entreprise soit réputé approuvé. Cela nous permettrait de
continuer d’exercer nos activités.
I should say that the relationship between the Canadian
Payments Association and the department and the minister’s
office is on a very solid foundation and has evolved over a
number of years. We meet on a regular basis to discuss policy,
Je dirais que la relation entre l’Association canadienne des
paiements et le ministère ou le cabinet du ministre est très solide et
qu’elle a évolué au fil des ans. Nous nous réunissons
régulièrement pour discuter de politiques et de nouvelles
18:76
Banking, Trade and Commerce
new initiatives. There would be nothing that would come forward
in a business plan to the minister’s office that would come as any
surprise. There would be considerable dialogue in advance.
Senator Massicotte: I have no doubt about that.
20-11-2014
initiatives. Aucun élément d’un plan d’entreprise présenté au
cabinet du ministre ne serait susceptible de constituer une
surprise. Il y aurait eu beaucoup de discussions préalables.
Le sénateur Massicotte : Je n’ai aucun doute là-dessus.
Given that you propose amended legislation to allow this time,
what happens if you don’t get that? What does the current
legislation allow you to do? You must stop operating, obviously,
and if you are going to continue as if it occurred, then the point is
not that important.
Vous proposez de modifier la loi pour qu’elle fixe un délai,
mais que se passera-t-il si cela n’arrive pas? Que vous autorise à
faire la version actuelle de la loi? Vous devez évidemment cesser
vos activités, et si vous allez continuer à les mener comme si cela
s’était produit, alors ce point n’est pas si important.
Mr. Kreviazuk: Well, I’m not sure that the business plan would
deal with the general ongoing operations of the organization.
They would deal more with the capital expenditures and the larger
projects that are being introduced. It is kind of the strategic
priorities of the organization. If there was something within that
realm, we would have to engage in a discussion with the
Department of Finance to find a way around the impasse.
Obviously, the clearing and settlement system cannot shut down.
M. Kreviazuk : Eh bien, je ne suis pas certain que le plan
d’entreprise porterait sur les activités courantes générales de
l’organisation. Il porterait davantage sur les dépenses en
immobilisations et les grands projets lancés. Il énonce en
quelque sorte les priorités stratégiques de l’organisation. Si des
renseignements de ce genre étaient demandés, il nous faudrait en
discuter avec le ministère des Finances pour dénouer l’impasse. Il
va de soi que le système de compensation et de règlement ne peut
pas être arrêté.
Senator Massicotte: You said you worked closely with the
minister’s office in this legislation. I presume that this is not the
first time you have made this recommendation; you probably
made this same recommendation to the minister’s office when
they drafted this legislation. Obviously they did not respond
positively to your recommendation. Do you know why?
Le sénateur Massicotte : Vous avez dit que vous avez travaillé
en étroite collaboration avec le cabinet du ministre lors de
l’élaboration du projet de loi. Je présume que ce n’est pas la
première fois que vous formulez cette recommandation; vous
l’avez probablement formulée aussi au cabinet du ministre à ce
moment-là. De toute évidence, il ne l’a pas accueillie
favorablement. Savez-vous pourquoi?
Mr. Kreviazuk: I personally do not.
Deborah, do you have insights into that?
M. Kreviazuk : Personnellement, non.
Deborah, avez-vous quelque chose à dire à ce sujet?
Ms. Wilson: I think it is all tied up in their overall oversight
objectives and accountability measures. They have been clear
from the outset that they think it is part and parcel with what they
proposed.
Mme Wilson : Je pense que cela tient à ses objectifs globaux en
matière de surveillance et à ses mesures de responsabilisation. Les
membres du cabinet ont clairement dit dès le départ qu’ils
estiment que c’était une partie essentielle de ce qu’ils proposaient.
Senator Massicotte: I quite like these proposed amendments
because the governance is more modern for accountability. It puts
you in the type of process where you have to prepare a business
plan and budgets, quite normal processes. The key factor is your
board, whereby your organization will become a lot more
independent and the board members, therefore, serve an
increasingly more important role.
Le sénateur Massicotte : J’aime beaucoup ces modifications
proposées, car la gouvernance est un terme plus moderne pour
désigner la responsabilisation. Cela vous oblige à établir un plan
d’entreprise et des budgets, et il s’agit là de processus tout à fait
normaux. Le facteur clé, c’est votre conseil d’administration, en ce
sens que votre organisation deviendra bien plus indépendante et
que les membres du conseil joueront ainsi un rôle de plus en plus
important.
I understand your nomination process is independent of the
government and it must satisfy a set of criteria relative to
competency to make sure your board members are adequately
skilled to do their job. Is that accurate? For that skill set — the
grilling, if you wish — has the criteria already been set to make
that happen?
Je crois savoir que votre processus de nomination est
indépendant du gouvernement et que les futurs membres de
votre conseil d’administration doivent satisfaire à un ensemble de
critères visant à prouver leur compétence pour qu’on s’assure
qu’ils sont aptes à faire leur travail. C’est exact? A-t-on déjà établi
les critères pour vérifier ces compétences, ou pour mettre les
candidats à l’épreuve, si je puis dire?
Ms. Wilson: The criteria for the composition of the nominating
committee and eligibility for directors is a power that the
Governor-in-Council has under the regulation-making authority
in the act. Again, we haven’t seen what those requirements are.
Mme Wilson : L’établissement des critères relatifs à
nomination et à l’admissibilité au poste d’administrateur fait
partie des pouvoirs de réglementation que la loi confère au
gouverneur en conseil. Comme je l’ai dit, nous ne savons pas en
quoi ils consistent.
20-11-2014
Banques et commerce
18:77
Senator Massicotte: That deals with independency. How about
for competency, which I doubt will be in the legislation? It is more
for your organization to say, ‘‘Here is the type of board
membership we need.’’
Le sénateur Massicotte : Cela a trait à l’indépendance. Qu’en
est-il des compétences, un aspect qui, à mon avis, ne sera
probablement pas abordé dans la loi? C’est davantage pour que
votre organisation puisse dire : « Voici le type de conseil
d’administration dont nous avons besoin. »
Ms. Wilson: It is a dual track. There’s what is in the legislation,
what can go in the regulations as well, and what the CPA will do.
We currently have — but will be revised to reflect the
legislation — director competencies and skills.
Mme Wilson : Ce sont deux choses connexes. Il y a ce qui est
énoncé dans le projet de loi — ce qui pourrait également être
inclus dans le règlement — et ce que fera l’ACP. Nous avons
actuellement un ensemble de compétences établies pour les
administrateurs, et nous y apporterons des modifications pour
les harmoniser avec la loi.
It is also to ensure that we have the right competencies on the
board. We also have the power to set out legislation for
remuneration of the directors, that it’s not set by the government.
Cela vise également à s’assurer que les membres du conseil
d’administration ont les bonnes compétences. Nous avons aussi le
pouvoir d’adopter des mesures législatives concernant la
rémunération des administrateurs; ce n’est pas le gouvernement
qui détermine cela.
Senator Ringuette: Since you work closely with the department
and this was not a surprise for you, this is an issue you have
probably been working on for a while. I’m somewhat surprised
there is no definition of what an independent member is, because
usually in legislation we have all those definitions. What would be
your definition of an independent member?
La sénatrice Ringuette : Puisque vous travaillez en étroite
collaboration avec le ministère et que cela n’était pas une surprise
pour vous, vous travaillez probablement là-dessus depuis un bout
de temps. Je suis quelque peu étonné de constater qu’il n’y a pas
de définition de « membre indépendant », car habituellement,
toutes les définitions de ce genre sont énoncées dans la loi. Quelle
en serait votre définition?
Ms. Wilson: We have had a lot of back-and-forth dialogue with
the department on this. We have come out on the same basis that
it will be based on a National Instrument 52-110 as the broad
basis for it, but mostly independent from management and the
executive of the CPA, and independent of our member financial
institutions. That is the broad understanding. It’s our
understanding it will be set out in the regulations, and we
haven’t seen the specifics yet.
Mme Wilson : Nous avons eu beaucoup de discussions à ce
sujet avec le ministère. Nous avons convenu que, de façon
générale, elle sera fondée sur la norme canadienne 52-110, mais
surtout que les membres seront indépendants de la direction et des
cadres de l’ACP ainsi que des institutions financières faisant
partie de notre association. C’est l’idée générale. Nous croyons
savoir que ce sera énoncé dans le règlement, mais nous n’avons
pas encore vu les détails de la chose.
Senator Ringuette: We were told earlier it the board members
will be selecting the new independent board members. Is that
correct?
La sénatrice Ringuette : On nous a dit tout à l’heure que ce
seront les membres du conseil d’administration qui
sélectionneront les membres du nouveau conseil indépendant.
C’est exact?
Mr. Kreviazuk: Yes.
M. Kreviazuk : Oui.
Ms. Wilson: For transition.
Mme Wilson : Pour assurer la transition.
Mr. Kreviazuk: For transition, yes.
M. Kreviazuk : Pour assurer la transition, oui.
Senator Ringuette: For transition only?
La sénatrice Ringuette : Seulement pendant la transition?
Ms. Wilson: Just for the transition part. Otherwise, it is the
membership that will be electing all of the board: the member
seats and the independent directors.
Mme Wilson : Oui. Après, ce seront les membres de
l’association qui choisiront la composition du conseil, c’est-àdire les membres et les administrateurs indépendants.
Senator Ringuette: So what you said earlier in regard to putting
together a committee to start looking at profiles of potential
independent members; is that right?
La sénatrice Ringuette : C’est donc à cela que vous faisiez
allusion tout à l’heure quand vous avez parlé de constituer un
comité chargé d’entreprendre la recherche d’éventuels membres
indépendants. C’est juste?
Ms. Wilson: That’s right.
Senator Ringuette: Do you have a threshold in regard to
transaction volume that you require in order to do business with
you, from an entity?
Mme Wilson : Oui.
La sénatrice Ringuette : Avez-vous un seuil en ce qui concerne
le volume de transactions exigées d’une entité pour qu’elle puisse
faire affaire avec vous?
18:78
Banking, Trade and Commerce
Mr. Kreviazuk: No.
M. Kreviazuk : Non.
Senator Ringuette: You don’t?
La sénatrice Ringuette : Vous n’en avez pas?
Mr. Kreviazuk: We do not.
M. Kreviazuk : Non.
Senator Ringuette: Is there an issue of cost?
20-11-2014
La sénatrice Ringuette : Est-ce que la question des coûts pose
problème?
Mr. Kreviazuk: I will try to explain. The legislation currently
sets out those that are eligible for membership in the organization,
which are essentially the deposit-taking institutions of this
country, security dealers, money market mutual funds and trusts.
M. Kreviazuk : Je vais essayer de vous expliquer ce qu’il en est.
La version actuelle de la loi précise quelles entités peuvent faire
partie de l’association. Il s’agit essentiellement des institutions de
dépôt du pays ainsi que des courtiers en valeurs mobilières, des
sociétés qui gèrent des fonds communs de placement en
instruments du marché monétaire et des sociétés de fiducie.
Only chartered banks are required to be members of the CPA
in legislation. But in reality, if you are engaged in the business of
payments and you expect your payments to be cleared and settled
through the CPA, you must also be a member. Now, you could be
a member in two ways. Membership gets you in the door;
participation on the systems is at two levels. There’s a direct
participant and an indirect participant. For the direct participants
there’s an added cost, and it is not insignificant. Today there are
12 or 13 direct participants in the retail system. Those 12
introduce the residual indirect clearers, the other 120 members of
the organization. So they all have access to the system; it is just
their functionality within the system that is determined. There is a
threshold there. You can only be a direct participant if you exceed
one half of 1 per cent of the total clearing volume today.
Seules les banques à charte ont l’obligation légale de faire
partie de l’ACP. Mais, en réalité, si vous exercez des activités dans
le domaine des paiements et que vous vous attendez à ce que vos
paiements soient compensés et réglés par l’intermédiaire de l’ACP,
vous devez aussi en être membre. Il y a deux types de membres.
L’adhésion vous permet d’avoir une présence, mais la
participation aux systèmes comporte deux niveaux. Il y a des
participants directs et indirects. Les participants directs doivent
assumer des frais supplémentaires qui ne sont pas négligeables. À
l’heure actuelle, il y a 12 ou 13 participants directs au système de
paiement au détail. Ces 12 membres introduisent les sousadhérents, c’est-à-dire les 120 autres membres de l’association.
Ils ont donc tous accès au système; c’est seulement leur
fonctionnalité à l’intérieur de ce système qui peut varier. Il y a
un seuil à respecter. Actuellement, pour être un participant direct,
il faut excéder 0,5 p. 100 du volume total des compensations.
Senator Ringuette: Exactly.
La sénatrice Ringuette : Tout à fait.
Mr. Kreviazuk: It sounds insignificant, but it is not.
M. Kreviazuk : Cela semble négligeable, mais ce ne l’est pas.
Senator Ringuette: The indirect members need the assistance or
the cooperation or the partnership of the direct members to clear
their stuff?
Mr. Kreviazuk: They do.
La sénatrice Ringuette : Les membres indirects ont besoin de
l’aide, de la coopération ou du partenariat des membres directs
pour compenser leurs transactions?
M. Kreviazuk : Oui.
Senator Ringuette: Exactly. Herein lies the issue of the caisses
populaires, and the relationship with the volume. Since the direct
members are the ones that would accept, or not, to clear the
indirect members’ payments, there is also an issue of that price tag
between those two levels. What is the direct member charging to
the indirect member to clear their stuff?
La sénatrice Ringuette : Exactement. D’où la question des
caisses populaires et le lien avec le volume. Puisqu’il revient aux
membres directs d’accepter ou non de compenser le paiement des
membres indirects, il y a aussi la question des frais relatifs aux
deux niveaux de participation. Quels sont les frais exigés par les
membres directs pour compenser les transactions des membres
indirects?
Mr. Kreviazuk: The price at which the direct participants
charge downstream to the ‘‘indirects’’ is competitively set in the
marketplace. We don’t have anything to do with the pricing.
M. Kreviazuk : Les frais exigés par les participants directs aux
participants indirects sont fixés par le marché. Ce n’est pas nous
qui en décidons.
There are a number of financial institutions that do provide
this service in a competitive space. In the case of some of the
credit unions, and in the case of the caisses populaires, they have
to go through their federations. I think it is provincial legislation
that requires them to do so.
Il existe un certain nombre d’institutions financières qui offrent
ce service dans un contexte concurrentiel. Certaines coopératives
de crédit — dont les caisses populaires — doivent passer par leurs
fédérations respectives. Je pense qu’une loi provinciale les oblige à
procéder ainsi.
20-11-2014
Banques et commerce
Senator Ringuette: I understand it. Earlier I had questioned the
caisses populaires in regard to their access and their cost in regard
to their new regulation within 43, and what they have to rearrange
in their own system. There is a potential issue there because of
these changes from central that had the volume capacity to
negotiate with your tier one members.
Mr. Kreviazuk: I see.
18:79
La sénatrice Ringuette : Je comprends. Tout à l’heure, j’ai
questionné les caisses populaires en ce qui a trait à leur accès et
leurs frais relativement aux nouvelles règles du projet de loi C-43
qui les concernent, ainsi qu’à ce qu’elles devront faire pour
restructurer leur propre système. Il y a là un problème potentiel en
raison de ces modifications apportées à la centrale, qui avait la
capacité de volume nécessaire pour négocier avec vos membres de
premier ordre.
M. Kreviazuk : Je vois.
Senator Massicotte: Relative to the definition of independents,
you made reference to a national instrument. Is that a federal
government or is that the security commission that has a very
detailed definition of independents? Is that where you are taking
the reference from?
Le sénateur Massicotte : Concernant la définition de « membre
indépendant », vous avez mentionné une norme canadienne. Estce le gouvernement fédéral ou la Commission des valeurs
mobilières qui en a une définition très pointue? Est-ce là-dessus
que vous vous fondez?
Ms. Wilson: That’s become a best practice standard for many
different organizations now. It is the baseline. It is not going to be
word for word from the national instrument; it is just the basis. It
is not having a material interest.
Mme Wilson : C’est maintenant devenu une norme de bonne
pratique pour bien des organisations. C’est la base. La définition
de la norme canadienne ne sera pas reprise mot pour mot; elle
servira de base seulement. Le critère consiste à ne pas avoir
d’intérêt important.
Senator Massicotte: Is there a national instrument produced by
the federal government, or is that the one you referred to that is
produced by the Ontario Securities Commission?
Le sénateur Massicotte : Y a-t-il une norme canadienne
émanant du gouvernement fédéral, ou est-il question de la
norme de la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario
dont vous avez parlé?
Ms. Wilson: It is the Ontario Securities Commission.
Mme Wilson : C’est celle de la Commission des valeurs
mobilières.
The Chair: To our witnesses, on behalf of all of the members of
the committee, I would like to express our great appreciation for
your appearance today. You have been very helpful in our
deliberations.
Le président : Mesdames et messieurs, au nom de tous les
membres du comité, j’aimerais vous remercier sincèrement d’avoir
comparu ici aujourd’hui. Vos observations nous aident beaucoup.
Members of the committee, this is our final session, and we will
look at Division 9, which amends the Investment Canada Act.
Our witnesses, from the Canadian Bar Association, are Omar
Wakil, Chair of the Foreign Investment Review Committee,
Competition Law Section; and Noah Arshinoff, Staff Lawyer,
Law Reform.
Chers collègues, ceci est notre dernière séance, et nous allons
examiner la section 9, qui modifie la Loi sur Investissement
Canada. Nous accueillons deux représentants de l’Association du
Barreau canadien : Omar Wakil, président du Comité sur
l’Examen de l’investissement étranger, Section nationale de
l’ABC du droit de la concurrence; et Noah Arshinoff, avocatconseil, Réforme du droit.
Noah Arshinoff, Staff Lawyer, Law Reform, Canadian Bar
Association: Thank you, Mr. Chair, and honourable senators. We
are pleased to appear before you today on behalf of the Canadian
Bar Association in response to Division 9 of Part 4 of Bill C-43
amending the Investment Canada Act. The CBA is a national
association representing 37,000 members of the legal profession.
Our primary objectives include improvement in the law in the
administration of justice, and it is through that lens which we
have examined this portion of the bill.
Noah Arshinoff, avocat-conseil, Réforme du droit, Association
du Barreau canadien : Monsieur le président, honorables
sénateurs, merci. Nous sommes ravis de comparaître devant
vous aujourd’hui au nom de l’Association du Barreau canadien
pour discuter de la section 9 de la partie 4 du projet de loi C-43
qui modifie la Loi sur Investissement Canada. L’ABC est une
association nationale regroupant 37 000 juristes. Ses principaux
objectifs sont l’amélioration du droit et de l’administration de la
justice, et c’est dans cette optique que nous avons examiné cette
partie du projet de loi.
The submission before you has been prepared by the Foreign
Investment Review Committee of the CBA’s Competition Law
Section. This CBA section comprises lawyers whose practice
Le mémoire que vous avez sous les yeux a été rédigé par le
Comité sur l’examen de l’investissement étranger de la Section
nationale du droit de la concurrence de l’ABC. Cette section est
18:80
Banking, Trade and Commerce
20-11-2014
embraces all aspects of competition law and foreign investment
review, including direct experience with transactions subject to the
Investment Canada Act.
composée d’avocats dont la pratique englobe tous les aspects du
droit de la concurrence et de l’examen des investissements
étrangers, qui ont notamment participé directement à des
opérations visées par la Loi sur Investissement Canada.
While I’m here to help answer questions, my colleague
Mr. Wakil is Chair of the CBA Competition Law Section’s
Foreign Investment Review Committee. I will turn it over to him
to discuss the substance of the bill and our submissions.
Je suis ici pour répondre à vos questions, mais je vais céder la
parole à mon collègue, M. Wakil, qui préside le Comité sur
l’examen de l’investissement étranger de la Section nationale du
droit de la concurrence de l’ABC, pour qu’il parle du contenu du
projet de loi ainsi que de notre mémoire.
Omar Wakil, Chair of the Foreign Investment Review
Committee, Competition Law Section, Canadian Bar Association:
Good afternoon, Mr. Chair, and honourable senators. Thank
you for your time this afternoon. As Noah said, and as you know,
I am the Chair of the CBA’s Foreign Investment Review
Committee of our Competition Law Section. I am also a
partner in the law firm of Torys in Toronto and co-chair of our
foreign investment review practice.
Omar Wakil, président, Comité sur l’examen de l’investissement
étranger, Section du droit de la concurrence, Association du
Barreau canadien : Monsieur le président, honorables sénateurs,
bonjour. Merci d’écouter nos observations cet après-midi.
Comme l’a dit Noah — et comme vous le savez —, je préside le
Comité sur l’Examen de l’investissement étranger de la Section
nationale de l’ABC du droit de la concurrence. Je suis aussi un
associé du cabinet d’avocats Torys, à Toronto, et coprésident de
notre secteur de l’examen de l’investissement étranger.
In 2009, the Investment Canada Act was amended to permit
the review of virtually any foreign investment into Canada on the
basis that it may be injurious to Canada’s national security. We
have previously expressed concerns about those amendments
because of their broad potential application and the lack of
guidance as to what sort of investments would in practice be
reviewed. Without transparency and guidance, it is difficult to
advise foreign investors or Canadian businesses on the likelihood
or the likely outcome of a review. This creates the real risk of
chilling foreign investment into Canada. We are making our
comments today against the backdrop of those concerns.
En 2009, la Loi sur Investissement Canada a été modifiée afin
d’autoriser l’examen de pratiquement tout investissement étranger
réalisé au Canada au motif qu’il pourrait miner la sécurité
nationale. Nous avons déjà exprimé des préoccupations au sujet
de ces modifications en raison de leur vaste application éventuelle
et du manque d’orientation quant au genre d’investissements qui,
concrètement, pourraient faire l’objet d’un examen. Sans
directives et sans transparence, il est difficile de conseiller les
investisseurs étrangers et les entreprises canadiennes pour ce qui
est de la possibilité ou de la probabilité d’un examen. Il y a un
risque bien réel que cela mine les investissements étrangers au
Canada. C’est avec cette crainte que nous nous adressons à vous
aujourd’hui.
The amendments to the Investment Canada Act currently
proposed would primarily introduce two changes to the law.
First, the list of investments subject to notification requirements
under the Investment Canada Act would be expanded, which may
give rise to an increased number of national security reviews.
Les modifications qu’on propose actuellement d’apporter à la
Loi sur Investissement Canada entraîneraient surtout deux
changements dans la loi. Premièrement, la liste des
investissements assujettis aux exigences en matière d’avis en
application de cette loi s’allongerait, ce qui pourrait avoir pour
effet d’accroître le nombre d’examens en matière de sécurité
nationale.
Second, the government would have greater discretion to
disclose publicly information about the status and outcome of a
national security review, unless the Minister of Industry is
satisfied that the communication or disclosure of that
information would be prejudicial.
Deuxièmement, le gouvernement aurait un plus grand pouvoir
discrétionnaire en ce qui concerne la divulgation publique
d’information sur l’état d’avancement et le résultat de ces
examens, sauf dans l’éventualité où le ministre d’Industrie
Canada serait convaincu que la communication ou la
divulgation de ces renseignements serait préjudiciable.
We support efforts to increase transparency and welcome this
proposed amendment. However, we think the legislation would
benefit from a specific qualification that no disclosure about the
national security review process should be made in the context of
a specific investment when the fact of that investment has not
been publicly disclosed by the parties. Such unwanted disclosure
could have the effect of deterring investors from approaching
Nous appuyons les efforts visant à accroître la transparence et
nous voyons d’un bon œil cette modification proposée. Toutefois,
nous croyons qu’il ne devrait y avoir aucune communication au
sujet du processus d’examen en matière de sécurité nationale dans
le contexte d’un investissement donné lorsque cet investissement
n’a pas été publiquement annoncé par les parties. Une telle
communication non désirée pourrait avoir pour effet de dissuader
20-11-2014
Banques et commerce
18:81
Industry Canada to address national security issues proactively
and confidentially, thereby weakening the effectiveness of the
process.
les investisseurs de communiquer avec Industrie Canada pour
aborder de façon proactive des questions de sécurité nationale, ce
qui affaiblirait l’efficacité du processus.
We also believe that the government should provide more
disclosure about the frequency of national security reviews and
the outcome of those reviews. This would provide the Canadian
public, the business community and investors with better
information about the broad powers to conduct national
security reviews that are being exercised. In particular, it would
be helpful for foreign investors in Canadian businesses to have
very basic information about reviews in general. For example:
How many reviews have there been since 2009? What were the
countries of origin of the foreign investors? In which business
segments did the Canadian businesses operate? How many
investments have been blocked? How many investments have
been conditionally approved? Industry Canada could make this
information available in its annual report similar to what the
Committee on Foreign Investment in the United States does in
that country and similar to what Industry Canada already does in
connection with net benefit reviews under the Investment Canada
Act.
En outre, nous croyons qu’une plus grande communication par
le gouvernement au sujet de la fréquence des examens en matière
de sécurité nationale et de l’issue de ces examens est nécessaire.
Ainsi, le public canadien, le milieu des affaires et les investisseurs
seraient mieux informés du mode d’exercice des vastes pouvoirs
d’examen en matière de sécurité nationale. En particulier, il serait
utile pour les investisseurs d’ailleurs qui investissement dans des
entreprises canadiennes de bénéficier d’information de base au
sujet des examens en général. Nous pensons par exemple aux
questions suivantes : combien d’examens y a-t-il eu depuis 2009?
Quel était le pays d’origine des investisseurs étrangers? Dans quels
secteurs d’activité les investissements ont-ils été bloqués? Combien
d’investissements ont été approuvés sous condition? Le ministère
de l’Industrie pourrait-il indiquer ces renseignements dans son
rapport annuel, un peu comme le fait le Committee on Foreign
Investment aux États-Unis et comme le fait déjà le ministère
relativement aux examens de l’avantage net en application de la
Loi sur Investissement Canada.
In our view, providing aggregate data on national security
reviews would not itself be prejudicial to national security, and we
would encourage the minister to include such information in his
annual report. We would hope that the government would
continue its efforts to increase transparency by considering
amending the ICA to require the annual report to include this
sort of aggregated data on national security reviews.
À notre avis, la communication des données globales sur les
examens en matière de sécurité nationale ne serait pas
préjudiciable à la sécurité nationale, et nous encourageons le
ministre à intégrer ces renseignements dans son rapport annuel.
Nous espérons que le gouvernement poursuivra ses efforts visant
à accroître la transparence en modifiant la LIC pour exiger que le
rapport annuel comprenne ce genre de données.
Thank you for your attention. I would be pleased to respond to
any questions.
Merci de votre attention. Je serais ravi de répondre à vos
questions.
Senator Black: Thank you both very much for being here. I had
the opportunity this morning to question officials from the
Government of Canada who are providing us very helpful
background data in respect of this. I put a question to the
individuals that I want to put to you. I’m just trying to
understand.
Le sénateur Black : Je vous remercie tous deux de votre
présence. Ce matin, j’ai eu l’occasion de poser des questions à des
représentants du gouvernement canadien qui nous ont fourni une
mise en contexte très éclairante à cet égard. J’essaie juste de
comprendre ce qu’il en est.
As I understand the proposed arrangements, if I am a foreign
lending institution and I take security against an asset in Canada,
and I have to enforce my security, that becomes potentially a
reviewable transaction that can be blocked. Is that accurate?
Selon ma compréhension des arrangements proposés, si une
institution prêteuse étrangère prend une garantie sur un bien au
Canada et qu’elle doit faire exécuter cette garantie, cela peut
devenir une transaction sujette à un examen et susceptible d’être
bloquée. C’est exact?
Mr. Wakil: That’s my understanding of the amendment as
well. It would be reviewable not under the net benefits provisions
of Investment Canada Act but under the national security
provisions of the Investment Canada Act.
M. Wakil : C’est aussi mon interprétation des modifications.
Elle pourrait être sujette à un examen en application de la Loi sur
Investissement Canada; non pas en raison des dispositions
relatives à l’avantage net, mais plutôt de celles liées à la sécurité
nationale.
Senator Black: Then I posited to the individuals, and I don’t
expect them to comment, but perhaps you would: If I am a lender,
is that not an additional consideration that I would have to make
in terms of the risk profile in the event that I had to crystallize my
loans?
Le sénateur Black : J’ai ensuite soumis l’hypothèse suivante
aux témoins; je ne m’attendais pas à ce qu’ils la commentent, mais
peut-être que vous pourriez le faire : si je suis un prêteur, n’est-ce
pas un autre élément du profil de risque que je devrais prendre en
compte dans l’éventualité où je devrais matérialiser mes prêts?
18:82
Banking, Trade and Commerce
Mr. Wakil: I think it is an additional consideration that you
would have to factor into your risk assessment. I also think it
would be helpful, more generally, if we had a better
understanding from the government as to why they thought this
change was viewed as being necessary or desirable. I’m not sure if
that was something that was discussed this morning, but we don’t
have a clear understanding as to why this change is being made.
Senator Black: Nor do I.
20-11-2014
M. Wakil : Je pense que c’est un autre élément que vous
devriez inclure dans votre évaluation des risques. Je crois aussi
que, de façon générale, il serait utile que le gouvernement explique
davantage pourquoi il estime que ce changement est nécessaire ou
souhaitable. Je ne sais pas si la question a été abordée ce matin,
mais nous ne sommes pas certains de la raison de ce changement.
Le sénateur Black : Moi non plus.
The context of my question is as a senator from Alberta, but
also as a senator serving the interests of Canadians. The oil sands
and the development of the oil sands matter. It is hundreds of
billions of dollars and cannot be funded from Canada; it must be
funded from outside of Canada, in part. This, in my view, puts an
additional burden against investment in the oil sands, which isn’t
in Canada’s interest. Would you agree or not with that?
Je vous pose cette question en tant que sénateur qui défend les
intérêts des Albertains et aussi de tous les autres Canadiens. Les
sables bitumineux et leur exploitation, c’est important. C’est une
industrie de centaines de milliards de dollars, et le financement ne
peut pas seulement provenir du Canada; une partie doit provenir
d’ailleurs. À mon avis, cela complique la réalisation
d’investissements dans les sables bitumineux, ce qui n’est pas
dans l’intérêt du Canada. Êtes-vous d’accord avec moi?
Mr. Wakil: It is my understanding that the transaction itself
would still be subject to review under the present provisions of the
Investment Canada Act. The change being made is that there
would be a notification requirement. So the incremental
additional effort that would be made in terms of complying
with the legislation as a result of these changes would be small.
M. Wakil : Je crois savoir que la transaction elle-même serait
encore sujette à un examen en application de la Loi sur
Investissement Canada. Ce qui changerait, c’est qu’un avis
devrait être émis. Alors, se conformer à la nouvelle version de
la loi n’exigerait qu’un petit effort supplémentaire.
There is today and there will be after, if the amendments pass
and come into effect, the possibility of a national security review,
but it would be marginally increased because the government will
have advance notice of the fact or notice possibly after the fact —
it need not be advanced — of the fact that this has occurred, that
is to say, the realization of security.
La possibilité d’un examen en matière de sécurité nationale
existe à l’heure actuelle, et elle existera encore si les modifications
sont adoptées, mais elle n’augmentera alors que légèrement, car le
gouvernement sera avisé à l’avance ou peut-être après coup — il
n’est pas nécessaire que ce soit à l’avance — de la matérialisation
d’une garantie.
Senator Black: And could be blocked?
Mr. Wakil: And could be blocked.
Le sénateur Black : Et est-ce qu’elle pourrait être bloquée?
M. Wakil : Elle pourrait l’être, oui.
Senator Massicotte: Thank you both for being here. I want to
make sure I understood.
Le sénateur Massicotte : Je vous remercie tous deux de votre
présence. Je veux être certain que je comprends bien.
The current legislation — not the proposed — bears the same
risks. If I’m a lender in the oil sands and I must seek recourse
against the assets, there is no notification because I’m a lender
basically exercising my security, but I should mention there’s now
a notice. The current process would allow a national security
review if that was sought.
La loi actuelle — pas le projet de loi — comporte les mêmes
risques. Si je suis un prêteur dans le domaine des sables
bitumineux et que je dois exercer un recours à l’égard des biens,
aucun avis n’est émis parce que je ne fais essentiellement
qu’exercer ma garantie; mais je devrais mentionner qu’il y en a
maintenant un. Le processus actuel autoriserait la tenue d’un
examen en matière de sécurité nationale, dans une telle
éventualité.
Mr. Arshinoff: Yes.
Senator Massicotte: The only difference is that it highlights —
forget the legislation — a major issue in this process whereby
foreign lenders would need to be concerned. The oil sands are a
good example, which is deemed to be an important Canadian
asset. There’s a significant risk to the lender if he lends against
such assets, even under the current legislation. That is probably a
risk that many lenders have considered in saying, ‘‘I’m out of
M. Arshinoff : Oui.
Le sénateur Massicotte : La seule différence, c’est que cela fait
ressortir — peu importe le projet de loi — un élément majeur du
processus qui devrait préoccuper les investisseurs étrangers. Les
sables bitumineux — considérés comme une ressource importante
du Canada — sont un bon exemple. Le prêteur s’expose à des
risques considérables s’il accorde un prêt sur la base d’un tel actif,
et ce, même au titre de la loi actuelle. Il y a probablement bien des
20-11-2014
Banques et commerce
here. I’m not going to leverage against that asset or I’m going to
take a very low risk position in case there’s default because I may
be subject to this review.’’
Mr. Wakil: Yes.
18:83
prêteurs qui ont réfléchi à ce risque et qui se sont dit : « Je laisse
tomber. Je ne vais pas accorder de prêt sur la base de ces biens, ou
je vais m’assurer de courir le moins de risques possibles, car la
transaction pourrait faire l’objet d’un tel examen. »
M. Wakil : Oui.
For members of the Canadian Bar Association, the bigger issue
is understanding better the whole national security review process.
How many reviews have there been? What are the countries of
origin of investors that have been subject to review? What sort of
industries have reviews occurred in? We don’t have that
information.
Pour les membres de l’Association du Barreau canadien,
l’objectif général est de mieux comprendre l’ensemble du
processus d’examen mené à des fins de sécurité nationale.
Combien d’examens ont été réalisés? Quels étaient les secteurs
d’activité visés? Nous n’avons pas ces renseignements.
There’s a lack of information about national security reviews
that have happened today. We understand it is early days. We
understand in some cases the disclosure of information could
itself give rise to national security concerns because there’s a
disclosure of confidential information that ought not to become
public.
Il n’y a pas assez d’information communiquée au sujet des
examens en matière de sécurité nationale qui ont été menés
jusqu’ici. Nous comprenons que c’est quelque chose de nouveau.
Nous croyons savoir que, dans certains cas, la communication
d’information pourrait elle-même susciter des préoccupations sur
le plan de la sécurité nationale parce que les renseignements
divulgués sont confidentiels et qu’ils ne doivent pas être rendus
publics.
Nevertheless, it is very difficult for us to advise clients in a
particular transaction as to what the risk is because we have this
void in our absence of information. We realize there has to be a
balancing of the need to preserve national security confidences.
There has to be at the same time the need to preserve confidential
information of the parties, but on the other hand there ought to
be some increased degree of public disclosure about what has
been happening with respect to national security reviews that
occurred to date. That will allow us to advise our clients on risk.
Quoi qu’il en soit, il est très difficile pour nous de conseiller nos
clients à propos des risques liés à une transaction donnée, car
nous n’avons pas les renseignements nécessaires pour le faire.
Nous sommes conscients du fait qu’il faut protéger les
renseignements confidentiels intéressant la sécurité nationale.
D’une part, il importe de protéger les renseignements confidentiels
des parties, mais, d’autre part, il faut accroître la divulgation
publique des faits relatifs aux examens en matière de sécurité qui
ont été menés à ce jour. Cela nous permettra de bien conseiller nos
clients en ce qui a trait aux risques.
I don’t think it is just the issue of this notification form that
will create problems. It is the fact now that we don’t have
significant information about whether a particular transaction
could give rise to a risk. Some small amount of additional
information will allow us to better advise the client.
Je ne crois pas que c’est seulement la question de l’avis qui
créera des problèmes. C’est aussi le fait que nous n’avons pas
beaucoup de renseignements quant au risque que pourrait
comporter une transaction donnée. Nous serons mieux à même
de conseiller nos clients si nous avons un peu plus d’information.
Senator Massicotte: When I read your letter, it is very polite
and professional. You are basically trying to structure increased
disclosure. But the way I read your comments is that they more or
less relate to a frustration you have, as with the business
community, as with many foreign countries that have criticized
our system, whereby it is very loose. In other words, there are no
criteria, no settlement of objectives, which therefore allows
immense discretion to cabinet to say yea or nay to any
transaction. No investor likes that uncertainty. Many people
expressed that comment.
Le sénateur Massicotte : J’ai lu votre lettre; elle est très polie et
professionnelle. Vous essayez essentiellement de structurer la
divulgation accrue d’information. Mais je pense que vos
commentaires traduisent une certaine frustration que vous
éprouvez — tout comme le milieu des affaires et de nombreux
pays étrangers qui ont critiqué notre système — parce que ce
système manque de rigueur. En d’autres mots, il n’y a pas de
critères ni d’objectifs établis, ce qui confère donc un immense
pouvoir discrétionnaire au cabinet pour ce qui est autoriser ou de
refuser une transaction. Aucun investisseur n’aime l’incertitude.
Bien des gens ont formulé ce commentaire.
Relative to confidentiality, which is the other issue raised,
subclause 187(3), though, makes it clear that the minister must be
satisfied as to include detailed information contained in a GIC
order that it will not cause ‘‘prejudice’’ to the applicant. They
En ce qui concerne l’autre point soulevé — la question de la
confidentialité —, le paragraphe 187(3) énonce toutefois
explicitement que le ministre doit être convaincu, au moment
d’inclure de l’information détaillée contenue dans un décret du
18:84
Banking, Trade and Commerce
20-11-2014
don’t say ‘‘material prejudice.’’ But you still don’t like that. That
doesn’t satisfy you. You say that allows only one party to decide
and it may prejudice your potential client.
gouverneur en conseil, qu’elle ne sera pas « préjudiciable » au
demandeur. On ne dit pas qu’il doit s’agir d’un « préjudice
important ». Mais tout de même, cela ne vous plaît pas. Vous
n’êtes pas satisfait. Vous dites que cela permet à une seule partie
de prendre la décision et que cela pourrait être préjudiciable pour
votre client éventuel.
Mr. Wakil: That is right. We believe it would be advantageous
and beneficial to have an additional condition imposed on the
minister that is clear. That is to say, unless the parties themselves
have disclosed the fact of the investment occurring, the minister
should not himself or herself unilaterally make a decision as to
whether or not prejudice ought to be caused.
M. Wakil : Tout à fait. Nous sommes convaincus qu’il serait
bien et avantageux d’imposer une autre condition au ministre, et
elle doit être claire. Enfin, à moins que les parties elles-mêmes
aient divulgué l’investissement réalisé, le ministre ne devrait pas
pouvoir décider unilatéralement s’il pourrait y avoir préjudice.
Senator Massicotte: If it’s a mutual decision then it’s a
problem. The client may well decide, ‘‘No, I don’t disclose.’’
The government obviously is a democracy. The minister feels an
obligation to be transparent. How do you deal with that issue?
What does the United States do? What does the U.K. do? What
do they do with that kind of disclosure?
Le sénateur Massicotte : Si la décision est mutuelle, alors c’est
un problème. Le client pourrait très bien décider de ne pas
divulguer l’information. Le gouvernement est, bien sûr, une
institution démocratique. Le ministre se sent obligé de faire
preuve de transparence. Que faites-vous de cette question? Que
font les États-Unis? Que fait le Royaume-Uni? Quelle est leur
approche concernant ce genre de divulgation?
Mr. Wakil: Different legislative regimes have different
requirements. We did look to the United States in considering
the degree of disclosure they make about their foreign investment
reviews. It is not dissimilar to the type of disclosure made in
connection with net benefit reviews with respect to general
information about what sort of investments have been reviewed,
the country of origin of the investor, the nature of the Canadian
business that has been subject to review, et cetera.
M. Wakil : Chaque régime législatif a ses exigences. Nous
avons vérifié dans quelle mesure les États-Unis divulguent des
renseignements au sujet de leurs examens sur les investissements
étrangers. Le degré de divulgation s’apparente à celui des examens
de l’avantage net au chapitre de l’information générale sur le
genre d’investissements réalisés, du pays d’origine de
l’investisseur, de la nature de l’entreprise canadienne sujette à
l’examen, et cetera.
We understand that in specific cases it may be very difficult to
disclose a lot of information. I don’t believe that these changes
will result in a significant amount of disclosure of information in
particular cases, for the reasons that we’ve talked about — the
need the preserve confidentiality both of the investing parties but
also to take into consideration national security concerns. I don’t
think that there is going to be a large volume of information that’s
disclosed by the government as a result of these proposed
amendments. It will increase their discretion to do so on a caseby-case basis. We would welcome some degree of additional
disclosure, but we would like to see more disclosure of reviews in
general, not case-specific information because we realize there
may be concerns about that, but reviews in general so that we can
advise our clients about the likelihood of risk in any particular
case.
Nous savons que, dans certains cas, il peut être très difficile de
communiquer beaucoup de renseignements. Je ne crois pas qu’il y
aura beaucoup plus de renseignements divulgués à propos de cas
précis à la suite de ces modifications, et ce, pour les raisons dont
nous avons discuté, c’est-à-dire le besoin de protéger la
confidentialité des investisseurs, mais aussi celui de prendre en
considération les préoccupations liées à la sécurité nationale. Je ne
pense pas qu’il y aura beaucoup d’information divulguée par le
gouvernement en raison des modifications proposées. Elles auront
pour effet d’augmenter son pouvoir discrétionnaire de
communiquer des renseignements sur un cas donné. Nous
aimerions que le degré de divulgation soit un peu plus élevé,
mais nous voulons plus d’information sur la divulgation des
examens en général, pas sur les cas eux-mêmes, car nous sommes
conscients du fait que cela peut soulever des préoccupations.
Nous voulons plus de renseignements sur les examens en général
pour mieux conseiller nos clients en ce qui a trait au degré de
risque pour chaque cas.
The Chair: Mr. Wakil, Mr. Arshinoff, on behalf of the Senate
Banking Committee, we would like to express our appreciation
for your appearance today. You have been very helpful to us.
Le président : Monsieur Wakil, monsieur Arshinoff, au nom du
Comité sénatorial permanent des banques et du commerce,
j’aimerais vous remercier d’avoir comparu ici aujourd’hui. Vos
observations nous ont été très utiles.
(The committee adjourned.)
(La séance est levée.)
Canadian Payments Association:
Association canadienne des paiements :
Doug Kreviazuk, Vice President, Next Generation Clearing and
Settlement;
Doug Kreviazuk, vice-président, Système de compensation et de
règlement de prochaine génération;
Deborah Wilson, Senior Legal Counsel;
Deborah Wilson, conseillère juridique principale;
Geoffroi Montpetit, Director, Public Affairs.
Geoffroi Montpetit, directeur, Affaires publiques.
Canadian Bar Association:
Association du Barreau canadien :
Omar Wakil, Chair of the Foreign Investment Review Committee,
Competition Law Section;
Omar Wakil, président, Comité sur l’examen de l’investissement
étranger, section du droit de la concurrence;
Noah Arshinoff, Staff Lawyer, Law Reform.
Noah Arshinoff, avocat-conseil, Réforme du droit.
APPEARING
Wednesday, November 19, 2014
The Honourable Joe Oliver, P.C., M.P., Minister of Finance.
COMPARAÎT
Le mercredi 19 novembre 2014
L’honorable Joe Oliver, C.P., député, ministre des Finances.
WITNESSES
TÉMOINS
Wednesday, November 19, 2014
Le mercredi 19 novembre 2014
Department of Finance Canada:
Ministère des Finances Canada :
Paul Rochon, Deputy Minister;
Paul Rochon, sous-ministre;
Rob Stewart, Assistant Deputy Minister, Financial Sector Policy
Branch;
Rob Stewart, sous-ministre adjoint, Direction de la politique du
secteur financier;
Brian Ernewein, General Director, Tax Policy Branch.
Brian Ernewein, directeur général, Direction de la politique de
l’impôt.
Thursday, November 20, 2014
Le jeudi 20 novembre 2014
Industry Canada:
Industrie Canada :
Jenifer Aitken, Director General, Investment Review Sector;
Jenifer Aitken, directrice générale, Secteur de l’examen des
investissements;
Paul Halucha, Director General, Strategic Policy Branch.
Paul Halucha, directeur général, Direction générale de la politique
stratégique.
Business Development Bank of Canada:
Banque de développement du Canada :
Michel Bergeron, Senior Vice President, Marketing and Public
Affairs;
Michel Bergeron, vice-président principal, Marketing et Affaires
publiques;
Mathieu Belleville, Assistant Vice President, Legal Affairs.
Mathieu Belleville, vice-président associé, Affaires juridiques.
Department of Finance Canada:
Ministère des Finances Canada :
Sophie Amberg, Senior Project Leader;
Sophie Amberg, agente de projet principale;
Lisa Pezzack, Director, Financial Sector Policy Branch;
Lisa Pezzack, directrice, Direction de la politique du secteur
financier;
Glenn Campbell, Director, Financial Sector Policy Branch;
Glenn Campbell, directeur, Direction de la politique du secteur
financier;
Eleanor Ryan, Senior Chief, Financial Sector Policy Branch;
Eleanor Ryan, chef principale, Direction de la politique du secteur
financier;
Erin O’Brien, Chief, Financial Sector Policy Branch.
Erin O’Brien, chef, Direction de la politique du secteur financier.
Bank of Canada:
Banque du Canada :
Ron Morrow, Chief, Financial Stability;
Robert Turnbull, Special Counsel, Financial System.
Credit Union Central of Canada:
Ron Morrow, chef, Stabilité financière;
Robert Turnbull, conseiller spécial, Système financier.
Centrale des caisses de crédit du Canada :
Martha Durdin, President and CEO;
Martha Durdin, présidente et chef de la direction;
Marc-André Pigeon, Director, Financial Sector Policy.
Marc-André Pigeon, directeur, Politique du secteur financier.
Atlantic Central:
Atlantic Central :
Michael Leonard, President and CEO (by video conference).
Vancity Credit Union:
Cristobal (Chris) Dobrzanski, Chief Economist.
(Continued on previous page.)
Available on the Internet: http://www.parl.gc.ca
Michael Leonard, président et chef de la direction (par
vidéoconférence).
Vancity Credit Union :
Cristobal (Chris) Dobrzanski, économiste en chef.
(Suite à la page précédente.)
Disponible sur internet: http://www.parl.gc.ca
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement