Second Session Deuxième session de la Forty-first Parliament, 2013-14

Second Session Deuxième session de la Forty-first Parliament, 2013-14
Second Session
Forty-first Parliament, 2013-14
Deuxième session de la
Quarante et unième législature, 2013-2014
Proceedings of the Standing
Senate Committee on
Délibérations du Comité
sénatorial permanent des
Banking,
Trade and
Commerce
Banques
et
commerce
Chair:
The Honourable IRVING GERSTEIN
Président :
L’honorable IRVING GERSTEIN
Wednesday, November 5, 2014
Thursday, November 6, 2014
Le mercredi 5 novembre 2014
Le jeudi 6 novembre 2014
Issue No. 17
Fascicule nº 17
Fifth meeting on:
Cinquième réunion concernant :
The present state of the domestic
and international financial system
La situation actuelle du régime
financier canadien et international
and
et
First (final) meeting on:
Première (dernière) réunion concernant :
Bill S-1001, An Act to amend the Eastern Synod
of the Evangelical Lutheran Church in Canada Act
Le projet de loi S-1001, Loi modifiant la Loi sur le Synode
de l’Est de l’Église évangélique luthérienne au Canada
INCLUDING:
THE FIFTH REPORT OF THE COMMITTEE
(Bill S-1001)
Y COMPRIS :
LE CINQUIÈME RAPPORT DU COMITÉ
(Projet de loi S-1001)
WITNESSES:
(See back cover)
TÉMOINS :
(Voir à l’endos)
51713-51724
STANDING SENATE COMMITTEE ON
BANKING, TRADE AND COMMERCE
COMITE SÉNATORIAL PERMANENT DES
BANQUES ET DU COMMERCE
The Honourable Irving Gerstein, Chair
Président : L’honorable Irving Gerstein
The Honourable Céline Hervieux-Payette, P.C., Deputy Chair
Vice-présidente : L’honorable Céline Hervieux-Payette, C.P.
and
et
The Honourable Senators:
Les honorables sénateurs :
Bellemare
Black
Campbell
* Carignan, P.C.
(or Martin)
* Cowan
(or Fraser)
Gerstein
Greene
Hervieux-Payette, P.C.
Maltais
Massicotte
Ringuette
Tannas
Tkachuk
Bellemare
Black
Campbell
* Carignan, C.P.
(ou Martin)
* Cowan
(ou Fraser)
Gerstein
Greene
Hervieux-Payette, C.P.
Maltais
Massicotte
Ringuette
Tannas
Tkachuk
*Ex officio members
(Quorum 4)
* Membres d’office
(Quorum 4)
Changes in membership of the committee:
Modifications de la composition du comité :
Pursuant to rule 12-5, membership of the committee was
amended as follows:
Conformément à l’article 12-5 du Règlement, la liste des membres
du comité est modifiée, ainsi qu’il suit :
The Honourable Senator Tkachuk replaced the Honourable
Senator Mockler (November 5, 2014).
L’honorable sénateur Tkachuk a remplacé l’honorable sénateur
Mockler (le 5 novembre 2014).
The Honourable Senator Mockler replaced the Honourable
Senator Tkachuk (November 5, 2014).
L’honorable sénateur Mockler a remplacé l’honorable sénateur
Tkachuk (le 5 novembre 2014).
The Honourable Senator Tkachuk replaced the Honourable
Senator Beyak (October 30, 2014).
L’honorable sénateur Tkachuk a remplacé l’honorable sénatrice
Beyak (le 30 octobre 2014).
Published by the Senate of Canada
Available on the Internet: http://www.parl.gc.ca
Publié par le Sénat du Canada
Disponible sur internet: http://www.parl.gc.ca
6-11-2014
Banques et commerce
17:3
ORDRE DE RENVOI
ORDER OF REFERENCE
Extract from the Journals of the Senate, of Tuesday,
September 30, 2014:
Extrait des Journaux du Sénat du mardi 30 septembre 2014 :
Second reading of Bill S-1001, An Act to amend the
Eastern Synod of the Evangelical Lutheran Church in
Canada Act.
Deuxième lecture du projet de loi S-1001, Loi modifiant
la Loi sur le Synode de l’Est de l’Église évangélique
luthérienne au Canada.
The Honourable Senator Johnson moved, seconded by
the Honourable Senator Greene, that the bill be read the
second time.
L’honorable sénatrice Johnson propose, appuyée par
l’honorable sénateur Greene, que le projet de loi soit lu pour
la deuxième fois.
After debate,
Après débat,
The question being put on the motion, it was adopted.
La motion, mise aux voix, est adoptée.
The bill was then read the second time.
Le projet de loi est alors lu pour la deuxième fois.
The Honourable Senator Johnson moved, seconded by
the Honourable Senator Greene, that the bill be referred to
the Standing Senate Committee on Banking, Trade and
Commerce.
L’honorable sénatrice Johnson propose, appuyée par
l’honorable sénateur Greene, que le projet de loi soit
renvoyé au Comité sénatorial permanent des banques et
du commerce.
The question being put on the motion, it was adopted.
La motion, mise aux voix, est adoptée.
Le greffier du Sénat,
Gary W. O’Brien
Clerk of the Senate
17:4
Banking, Trade and Commerce
MINUTES OF PROCEEDINGS
PROCÈS-VERBAUX
OTTAWA, Wednesday, November 5, 2014
(40)
OTTAWA, le mercredi 5 novembre 2014
(40)
[English]
6-11-2014
[Traduction]
The Standing Senate Committee on Banking, Trade and
Commerce met this day at 4:15 p.m., in room 9, Victoria
Building, the chair, the Honourable Irving Gerstein, presiding.
Le Comité sénatorial permanent des banques et du commerce
se réunit aujourd’hui, à 16 h 15, dans la salle 9 de l’édifice
Victoria, sous la présidence de l’honorable Irving Gerstein
(président).
Members of the committee present: The Honourable Senators
Bellemare, Black, Campbell, Gerstein, Greene, Maltais,
Massicotte, Mockler, Ringuette and Tannas (10).
Membres du comité présents : Les honorables sénateurs
Bellemare, Black, Campbell, Gerstein, Greene, Maltais,
Massicotte, Mockler, Ringuette et Tannas (10).
In attendance: Brett Stuckey and Adriane Yong, Analysts,
Parliamentary Information and Research Services, Library of
Parliament.
Également présents : Brett Stuckey et Adriane Yong, analystes,
Service d’information et de recherche parlementaires,
Bibliothèque du Parlement.
Also present: The official reporters of the Senate.
Aussi présents : Les sténographes officiels du Sénat.
Pursuant to the order of reference adopted by the Senate on
Thursday, November 7, 2013, the committee continued its
examination of the present state of the domestic and
international financial system. (For complete text of the order of
reference, see proceedings of the committee, Issue No. 1.)
Conformément à l’ordre de renvoi adopté par le Sénat le
jeudi 7 novembre 2013, le comité poursuit son étude de la
situation actuelle du régime financier canadien et international.
(Le texte intégral de l’ordre de renvoi figure au fascicule no 1 des
délibérations du comité.)
WITNESS:
TÉMOIN :
Office of the Superintendant of Financial Institutions Canada:
Bureau du surintendant des institutions financières Canada :
Jeremy Rudin, Superintendent.
Jeremy Rudin, surintendant.
The chair made an opening statement.
Le président prend la parole.
Mr. Rudin made a statement and answered questions.
M. Rudin fait un exposé, puis répond aux questions.
At 5:22 p.m., the committee suspended.
À 17 h 22, la séance est suspendue.
At 5:24 p.m., the committee, pursuant to rule 12-16(1)(d),
resumed in camera to consider a draft agenda (future business).
À 17 h 24, conformément à l’article 12-16(1)d) du Règlement,
la séance se poursuit à huis clos pour examiner un projet d’ordre
du jour (travaux futurs).
It was moved that the senators’ staff be allowed to stay in the
room and that blackberries and cellular phones not be used.
Il est proposé que les membres du personnel des sénateurs
puissent demeurer dans la salle, et que l’utilisation des appareils
BlackBerry et des téléphones cellulaires soit interdite.
The question being put on the motion, it was adopted.
At 5:35 p.m., the committee adjourned to the call of the chair.
ATTEST:
OTTAWA, Thursday, November 6, 2014
(41)
[English]
The Standing Senate Committee on Banking, Trade and
Commerce met this day at 10:30 a.m., in room 9, Victoria
Building.
La motion, mise aux voix, est adoptée.
À 17 h 35, le comité s’ajourne jusqu’à nouvelle convocation de
la présidence.
ATTESTÉ :
OTTAWA, le jeudi 6 novembre 2014
(41)
[Traduction]
Le Comité sénatorial permanent des banques et du commerce
se réunit aujourd’hui, à 10 h 30, dans la pièce 9 de l’édifice
Victoria.
6-11-2014
Banques et commerce
17:5
Members of the committee present: The Honourable Senators
Bellemare, Black, Campbell, Greene, Maltais, Ringuette, Tannas
and Tkachuk (8).
Membres du comité présents : Les honorables sénateurs
Bellemare, Black, Campbell, Greene, Maltais, Ringuette,
Tannas et Tkachuk (8).
In attendance: Adriane Yong and Brett Stuckey, Analysts,
Parliamentary Information and Research Service, Library of
Parliament.
Également présents : Adriane Yong et Brett Stuckey, analystes,
Service d’information et de recherche parlementaires,
Bibliothèque du Parlement.
Aussi présents : Les sténographes officiels du Sénat.
Also present: The official reporters of the Senate.
The clerk informed the committee of the unavoidable absences
of the chair and deputy chair and presided over the election of an
acting chair.
La greffière informe le comité de l’absence inévitable du
président et de la vice-présidente et préside à l’élection d’un
président suppléant.
L’honorable sénateur Black propose :
The Honourable Senator Black moved:
That the Honourable Senator Tkachuk be the acting
chair.
Que l’honorable sénateur Tkachuk soit élu président
suppléant.
The question being put on the motion, it was adopted.
La motion, mise aux voix, est adoptée.
The acting chair took the chair.
Le président suppléant occupe le fauteuil.
Pursuant to the order of reference adopted by the Senate on
Tuesday, September 30, 2014, the committee began its
examination of Bill S-1001, An Act to amend the Eastern
Synod of the Evangelical Lutheran Church in Canada Act.
Conformément à l’ordre de renvoi adopté par le Sénat le
mardi 30 septembre 2014, le comité entreprend son étude du
projet de loi S-1001, Loi modifiant la Loi sur le Synode de l’Est de
l’Église évangélique luthérienne au Canada.
WITNESS:
TÉMOIN :
Eastern Synod of the Evangelical Lutheran Church in Canada:
Synode de l’Est de l’Église évangélique luthérienne au Canada :
John J. Kendall, Solicitor.
John J. Kendall, solliciteur.
The chair made an opening statement.
Le président prend la parole.
Mr. Kendall made a statement and answered questions.
M. Kendall fait un exposé, puis répond aux questions.
It was agreed:
Il est convenu :
That the committee proceed to clause-by-clause consideration
of Bill S-1001, An Act to amend the Eastern Synod of the
Evangelical Lutheran Church in Canada Act.
Que le comité procède à l’étude article par article du projet de
loi S-1001, Loi modifiant la Loi sur le Synode de l’Est de l’Église
évangélique luthérienne au Canada.
It was agreed that the title stand postponed.
Il est convenu de reporter l’étude du titre.
It was agreed that the preamble stand postponed.
Il est convenu de reporter l’étude du préambule.
It was agreed that clause 1 carry.
Il est convenu de reporter l’étude de l’article 1.
It was agreed that the preamble carry.
Il est convenu d’adopter le préambule.
It was agreed that the title carry.
Il est convenu d’adopter le titre.
It was agreed that the bill carry.
Il est convenu d’adopter le projet de loi.
It was agreed that Bill S-1001, An Act to amend the Eastern
Synod of the Evangelical Lutheran Church in Canada Act, be
reported to the Senate at the earliest opportunity.
Il est convenu qu’il soit fait rapport au Sénat du projet
de loi S-1001, Loi modifiant la Loi sur le Synode de l’Est de
l’Église évangélique luthérienne au Canada dès que l’occasion se
présentera.
At 10:37 a.m., the committee adjourned to the call of the chair.
À 10 h 37, le comité s’ajourne jusqu’à nouvelle convocation de
la présidence.
ATTEST:
ATTESTÉ :
La greffière du comité,
Barbara Reynolds
Clerk of the Committee
17:6
Banking, Trade and Commerce
6-11-2014
RAPPORT DU COMITÉ
REPORT OF THE COMMITTEE
Thursday, November 6, 2014
Le jeudi 6 novembre 2014
The Standing Senate Committee on Banking, Trade and
Commerce has the honour to present its
Le comité sénatorial permanent des banques et du commerce a
l’honneur de présenter son
FIFTH REPORT
CINQUIÈME RAPPORT
Your committee, to which was referred Bill S-1001, An Act to
amend the Eastern Synod of the Evangelical Lutheran Church in
Canada Act, has, in obedience to the order of reference of
September 30, 2014, examined the said Bill and now reports the
same without amendment.
Votre comité auquel a été renvoyé le projet de loi S-1001, Loi
modifiant la Loi sur le Synode de l’Est de l’Église évangélique
luthérienne au Canada, a, conformément à l’ordre de renvoi du
30 septembre, examiné ledit projet de loi et en fait maintenant
rapport sans amendement.
Respectfully submitted,
Respectueusement soumis,
Le président par intérim,
DAVID TKACHUK
Acting Chair
6-11-2014
Banques et commerce
17:7
EVIDENCE
TÉMOIGNAGES
OTTAWA, Wednesday, November 5, 2014
OTTAWA, le mercredi 5 novembre 2014
The Standing Senate Committee on Banking, Trade and
Commerce met this day at 4:15 p.m. to examine the present
state of the domestic and international financial system.
Le Comité sénatorial permanent des banques et du commerce
se réunit aujourd’hui, à 16 h 15, pour examiner la situation
actuelle du régime financier canadien et international.
Senator Irving Gerstein (Chair) in the chair.
[English]
Le sénateur Irving Gerstein (président) occupe le fauteuil.
[Traduction]
The Chair: Today we are pleased to welcome Mr. Jeremy
Rudin, the Superintendent of Financial Institutions, for his first
appearance before our committee. Mr. Rudin was appointed to
the position of superintendent for a seven-year term in June of
this year.
Le président : Aujourd’hui, nous accueillons avec plaisir
M. Jeremy Rudin, le surintendant des institutions financières.
C’est sa première comparution devant le comité. M. Rudin a été
nommé en juin dernier au poste de surintendant, et ce, pour un
mandat de sept ans.
Before joining OSFI, Mr. Rudin has worked in the federal
government for 20 years. For the last six years he served as
Assistant Deputy Minister of the Financial Sector Policy Branch
at the Department of Finance, where he led development of policy
measures to support access to credit during the global financial
crisis and contributed to many other financial sector policy issues.
Avant sa nomination au BSIF, M. Rudin était au
gouvernement fédéral depuis 20 ans. Durant les six dernières
années, il avait occupé le poste de sous-ministre adjoint
responsable de la Direction de la politique du secteur financier
au ministère des Finances. À ce titre, il était chargé de
l’élaboration de mesures stratégiques visant à assurer l’accès au
crédit pendant la crise financière mondiale, en plus de participer à
de nombreux dossiers touchant à la politique du secteur financier.
In addition, he represented Canada on standing committees of
the Financial Stability Board. Prior to his time in the federal
government, Mr. Rudin taught economics at the University of
British Columbia and Queen’s University. He holds degrees from
the University of Toronto, Harvard, and a PhD in economics
from Stanford University — a most distinguished resumé, I might
add, Mr. Rudin.
Il a également représenté le Canada à des comités permanents
du Conseil de stabilité financière. Avant d’entrer à la fonction
publique, M. Rudin a enseigné l’économie à l’Université de la
Colombie-Britannique et à l’Université Queen’s. M. Rudin est
diplômé de l’Université de Toronto et de l’Université Harvard
et est titulaire d’un doctorat en économie de l’Université de
Stanford. J’ajouterai, monsieur Rudin, que c’est un curriculum
des plus remarquables.
I would like to remind the committee and our viewers that the
role of OSFI, of which Mr. Rudin is the superintendent, is to
regulate and supervise all federal financial institutions and private
pension plans and, in so doing, minimize undue losses to
depositors and policyholders, thereby contributing to public
confidence in the Canadian financial system.
Je rappelle au comité et aux gens qui écoutent que le rôle du
BSIF, dont M. Rudin est le surintendant, est de réglementer et de
surveiller les institutions financières et les régimes de retraite
privés sous le régime d’une loi fédérale, dans le but d’éviter aux
déposants et aux souscripteurs de subir des pertes indues et de
contribuer ainsi à la confiance du public dans le système financier
canadien.
OSFI is an independent, self-financing agency that reports to
Parliament through the Minister of Finance.
Le BSIF est un organisme indépendant et autofinancé qui rend
compte de ses activités au Parlement par l’entremise du ministre
des Finances.
Mr. Rudin, it is with great pleasure that we welcome you here
today. The floor is yours, sir.
Monsieur Rudin, nous sommes ravis de vous accueillir
aujourd’hui. Vous avez la parole.
Jeremy Rudin, Superintendent, Office of the Superintendent of
Financial Institutions Canada: Thank you very much for that kind
introduction, Mr. Chair.
Jeremy Rudin, surintendant, Bureau du surintendant des
institutions financières du Canada : Je vous remercie beaucoup
de votre aimable présentation, monsieur le président.
[Translation]
I am pleased to be here with you and the members of the
Standing Senate Committee on Banking, Trade and Commerce. I
look forward to talking with you about the Office of the
Superintendent of Financial Institutions and my new role as
superintendent.
[Français]
Je suis heureux d’être ici en votre compagnie et en présence des
membres du Comité sénatorial permanent des banques et du
commerce. Aujourd’hui, j’aurai le plaisir de vous parler du
Bureau du surintendant des institutions financières et de mes
nouvelles fonctions de surintendant.
17:8
Banking, Trade and Commerce
[English]
6-11-2014
[Traduction]
I will begin with some background as OSFI’s work as the
prudential regulator and supervisor of federal financial
institutions.
Commençons par mettre en contexte le travail qu’effectue le
BSIF à titre d’instance de réglementation et de surveillance
prudentielle des institutions financières fédérales.
The key feature of financial regulation in Canada is the
separation of prudential regulation from market conduct
regulation. This is often called the twin peaks model and it has
been adopted in a number of other countries, notably the United
Kingdom and Australia.
Au Canada, la réglementation prudentielle et la réglementation
des pratiques financières sont deux disciplines distinctes. C’est
une des caractéristiques fondamentales de notre régime de
réglementation financière, un régime dit à deux piliers qu’on
retrouve aussi ailleurs dans le monde, notamment au RoyaumeUni et en Australie.
OSFI is Canada’s prudential regulator, promoting financial
stability by keeping a close eye on the solvency, the liquidity, the
safety, the soundness of federally regulated financial institutions.
Our work covers about 400 financial institutions, mainly banks,
insurance and trust companies, and over 1,200 pension plans,
mainly in the private sector.
À titre d’instance de réglementation prudentielle du Canada, le
BSIF contribue à la stabilité financière en exerçant une étroite
surveillance de la solvabilité, de la liquidité, de la sûreté et de la
solidité des entités financières fédérales. Il encadre quelque
400 institutions financières — surtout des banques et des
sociétés d’assurances et de fiducie — et plus de 1 200 régimes de
retraite qui se trouvent, pour la plupart, dans le secteur privé.
In regulating and supervising the financial institutions, we
constantly ask ourselves these three questions: Are the institutions
measuring, monitoring and managing their risks prudently? Do
they have enough capital, that is to say, do they have enough
capacity to absorb severe but plausible losses and still serve their
clients? Do they have enough liquidity? That is to say, do they
have enough cash or assets easily converted into cash to pay their
liabilities as they come due, even if the institution comes under
stress?
La réglementation et la surveillance des institutions financières
passent par trois questions que nous nous posons constamment.
Est-ce qu’elles mesurent, surveillent et gèrent leurs risques
prudemment? Est-ce qu’elles ont suffisamment de capitaux ou,
autrement dit, est-ce qu’elles pourraient absorber les pertes et
continuer d’offrir des services à leurs clients en cas de revers
financier important, mais plausible? Est-ce qu’elles ont
suffisamment de liquidité ou, autrement dit, assez d’argent
liquide et d’actifs pouvant facilement être convertis en argent
liquide pour honorer leurs engagements, même en situation de
crise?
The regime governing the relationship between the financial
institutions and their customers is known as market conduct, and
it differs from prudential oversight in many respects. In Canada,
it’s a different agency, the Financial Consumer Agency of
Canada, often known by its initials, FCAC, that oversees the
market conduct of banks. For example, it’s the FCAC that
watches over the rules governing disclosure to customers before
they enter into mortgages and the rules governing how credit
limits are set for credit card holders.
Le régime qui gouverne les relations entre une institution
financière et ses clients, qu’on appelle pratiques financières, se
distingue de la supervision prudentielle à bien des égards.
Au Canada, c’est une agence différente, l’Agence de la
consommation en matière financière du Canada, souvent
appelée l’ACFC, qui supervise les pratiques bancaires. Par
exemple, c’est elle qui surveille les règles visant l’information à
fournir aux consommateurs qui s’apprêtent à souscrire un prêt
hypothécaire, et les règles qui régissent le calcul du montant
maximal accordé aux titulaires de carte de crédit.
[Translation]
OSFI works in close collaboration with the other members of
the federal Financial Institutions Supervisory Committee, or
FISC, which I have the privilege to chair. The committee has five
member organizations:
[English]
So in the financial institutions supervisory committee there is
OSFI, where I work, which I mentioned focuses on prudential
regulation of the federal financial institutions. Also represented is
the Department of Finance, and the department, as you know,
develops federal legislation for the approval of recommendations
[Français]
Le BSIF travaille en étroite collaboration avec les autres
membres du Comité de surveillance des institutions financières
que j’ai le privilège de présider. Il se compose de cinq organismes.
[Traduction]
Donc, parmi les membres du Comité de surveillance des
institutions financières, il y a le BSIF, où je travaille et dont la
principale sphère d’activité est, comme je l’ai mentionné, la
réglementation prudentielle des institutions financières fédérales.
Le ministère des Finances y est aussi représenté. Comme vous le
6-11-2014
Banques et commerce
17:9
to Parliament, budgets and a number of other aspects of financial
policy and management.
savez, il élabore des lois fédérales en vue de l’approbation de
recommandations au Parlement, il produit le budget fédéral et
s’occupe de divers autres aspects liés à la politique et la gestion
financières.
Also represented on the committee is the Bank of Canada. The
bank’s main focus is monetary policy but it certainly has some
financial sector-related responsibilities, particularly for the
payment system and also for supporting the liquidity of the
financial system as a whole. Also represented is the Canada
Deposit Insurance Corporation, which ensures deposits at federal
financial institutions, and the Financial Consumer Agency of
Canada which, as I mentioned, administers the market conduct
regulation for banks. The FCAC also leads the government of
Canada’s efforts to promote financial literacy.
La Banque du Canada est aussi représentée au comité. Son
principal champ de compétence est la politique monétaire, mais
elle intervient également dans le secteur financier, notamment en
ce qui a trait au système de paiements et au soutien de la liquidité
du système financier dans son ensemble. La Société d’assurancedépôts du Canada en fait aussi partie. Elle garantit les dépôts
confiés aux institutions financières fédérales. Enfin, il y a l’Agence
de la consommation en matière financière du Canada qui, comme
je l’ai dit, encadre la réglementation des pratiques bancaires.
L’ACFC oriente aussi les initiatives fédérales en matière de
littéracie financière.
The mandates of the various FISC members all have aspects
related to financial sector policy and they complement each other.
There is little or no overlap in those responsibilities by design.
Together, those responsibilities compose an interlocking federal
oversight framework for promoting public confidence in a strong,
stable and competitive financial system.
Les mandats des membres du Comité de surveillance des
institutions financières comportent tous des aspects liés à la
politique du secteur financier et sont complémentaires. Les
attributions respectives des membres ne se recoupent pas, ou
pratiquement pas. Elles ont été conçues ainsi. Ensemble, ces
mandats forment un cadre de surveillance intégré qui joue un rôle
déterminant dans le maintien d’un système financier solide, stable
et concurrentiel, dans l’intérêt de tous les Canadiens.
This committee, often known as the FISC, meets regularly to
share information to coordinate actions and to advise the federal
government on financial system issues.
Ce comité, qu’on appelle le CSIF, se réunit régulièrement pour
communiquer de l’information, coordonner ses actions et
informer le gouvernement fédéral des questions qui concernent
le système financier.
With that as background, I would like to take you inside OSFI
and describe how we work. It’s important to understand from the
outset that OSFI’s job is not to stamp out risk-taking by financial
institutions. Risk-taking is an inherent part of providing financial
services and the efficient and uninterrupted provision of financial
services is essential for keeping the economy growing. However,
we all saw in the recent financial crisis that excessive risk-taking
by financial institutions, risk-taking unimpeded by sound risk
management, that’s lacking sufficient capital and liquidity —
that’s a recipe for disaster.
Dans ce contexte, je vais maintenant vous parler des rouages
du BSIF et de ses méthodes de travail. Il est important de bien
comprendre que le BSIF n’a pas pour mission d’empêcher les
institutions financières de prendre des risques. Dans le secteur
financier, le risque fait partie de la prestation de services, et la
croissance de l’économie dépend de la capacité d’offrir des
services financiers avec efficience et sans interruption. Toutefois,
la dernière crise financière nous a montré qu’en l’absence de
saines pratiques de gestion du risque et de suffisamment de
capitaux et de liquidité, la prise excessive de risques de la part des
institutions financières est le meilleur moyen d’aller droit à la
catastrophe.
The ongoing balancing act for all regulators is to restrain
excessive risk-taking, while allowing financial institutions to take
reasonable risks and to compete effectively at home and abroad.
Toutes les instances de réglementation doivent trouver un juste
milieu entre la nécessité de réprimer la témérité et celle de
permettre aux institutions financières de prendre des risques
raisonnables et de soutenir efficacement la concurrence ici et à
l’étranger.
There are two principal facets to our work. First, we issue
guidance to financial institutions. This provides them with a clear
indication of what we expect of them in terms of capital, liquidity
and risk management more generally. Second, we monitor closely
how individual financial institutions are adhering to our guidance.
That’s our supervisory work.
Les activités du BSIF s’articulent autour de deux grands axes.
Le premier consiste à produire des lignes directrices à l’intention
des institutions financières, qui expriment nos attentes en matière
de capitaux, de liquidités et de la gestion du risque dans son
ensemble. Le deuxième consiste à nous assurer que chaque
institution financière observe nos lignes directrices. C’est le volet
de la surveillance.
17:10
Banking, Trade and Commerce
6-11-2014
To the extent possible we stay away from detailed prescriptive
rules. We prefer to rely on high-level, broadly stated principles.
This allows the financial institutions the flexibility we think they
need to act on their responsibility to take reasonable risks and to
manage those risks. Indeed, much of our guidance requires
institutions to undertake risk management activities and then to
report back to us on them.
Dans la mesure du possible, nous n’imposons pas de règles
normatives et détaillées. Nous préférons formuler des principes
directeurs en termes généraux, ce qui laisse aux institutions
financières la marge de manœuvre voulue pour s’acquitter de leurs
responsabilités en prenant des risques raisonnables et en gérant
ces risques. En fait, nombre de nos directives à l’intention des
institutions financières portent sur les mesures de gestion du
risque qu’elles doivent prendre, et dont elles doivent rendre
compte.
We make this a bit more concrete by giving you some examples
to illustrate.
Voyons cela de façon plus concrète, grâce à des exemples.
We’ve issued a guideline on corporate governance and, among
other things, it asks institutions to ensure that their boards
include members with the requisite financial services industry
expertise and members who can promote sound corporate
governance, particularly in overseeing risk management.
Nous avons publié une ligne directrice sur la gouvernance
d’entreprise qui demande entre autres aux institutions de veiller à
ce que leur conseil d’administration compte à la fois des personnes
qui ont de l’expérience du secteur des services financiers et des
personnes qui possèdent les compétences nécessaires pour
encourager une saine gouvernance d’entreprise, plus
particulièrement en matière de gestion du risque.
We’ve also issued guidance on the capital base necessary to
accommodate any major losses that an institution might incur. As
I said, the capital base serves as a cushion, making it possible for
the institution to absorb major losses but still serve its customers.
Nous avons aussi publié une ligne directrice qui porte sur le
capital requis pour pouvoir composer avec toute perte importante
qui pourrait survenir. Comme je l’ai dit, ce capital est un coussin
de sécurité qui permettrait à l’institution d’absorber les pertes
considérables et de continuer d’offrir des services.
Since the financial crisis, OSFI has significantly increased the
capital requirements for banks in line with the new international
standards that were established in the wake of the crisis.
Moreover, the capital requirement for banks that we judge to
be particularly important to the Canadian financial system as a
whole is higher than that for other banks. Or, in more simple
language, this means that in Canada there is extra padding in the
capital cushion needed to absorb big losses if the bank gets in
trouble.
Depuis la crise financière, le BSIF a considérablement
augmenté les normes de fonds propres bancaires, ce qui
correspond aux nouvelles normes internationales qui ont fait
leur apparition dans la foulée de cette crise. Qui plus est, les
normes de fonds propres bancaires que nous estimons
importantes pour l’ensemble du système financier canadien sont
plus élevées que celles qui visent les autres banques. Autrement
dit, le coussin de protection des banques canadiennes est mieux
garni, ce qui leur permet d’encaisser les coups durs.
Now I’d like to expand a bit on global financial reform.
Canada has been and will continue to be a strong supporter of
international standards in financial sector regulation. This
standard setting is now being led by the Financial Stability
Board, also referred to as the FSB.
J’aimerais maintenant parler de la réforme mondiale du secteur
financier. Le Canada est, et demeurera, un tenant de la
normalisation internationale de la réglementation du secteur
financier. C’est en ce moment le Conseil de stabilité financière, ou
CSF, qui dirige cette normalisation.
International agreements on minimum norms are the best way
for us to be able to impose prudent standards on our globally
active financial institutions without impeding their ability to
compete with foreign institutions.
Les accords internationaux établissant des critères de base sont
le meilleur moyen d’amener les institutions financières
canadiennes présentes sur le marché mondial à se montrer
prudentes sans nuire à leur capacité de faire concurrence aux
institutions étrangères.
That alone is a strong argument in favour of adhering to these
agreements, and being seen to do so.
À lui seul, cet argument démontre clairement la nécessité
d’adhérer à ces accords, et d’être perçu comme tel.
[Translation]
As you know, the Financial Stability Board is a G20 body
coordinating post-crisis financial reforms globally. Its role is to
identify key weaknesses underlying financial turmoil, potential
crises, and to recommend actions to improve market and
institutional resilience.
[Français]
Comme vous le savez, et je l’ai justement dit, le Conseil de
stabilité financière est l’organisme créé par le G20 au lendemain
de la crise pour coordonner la réforme financière mondiale. Sa
mission consiste à identifier les problèmes à l’origine des crises
financières, les crises potentielles, et à recommander des actions
visant à améliorer la résilience des marchés et des institutions.
6-11-2014
Banques et commerce
[English]
17:11
[Traduction]
At the heart of this global reform, as I was saying, is the
development of international minimum prudential standards.
Le nœud de la réforme mondiale repose, comme je l’ai dit, sur
l’élaboration de normes internationales minimales à l’intention
des institutions financières.
Thanks to our reputation for financial stability, Canada has
had considerable influence in the development of these standards
and they govern a wide range of items, including capital, leverage
ratios, operational risk and a number of other important matters.
Grâce à sa réputation sur le plan de la stabilité financière, le
Canada a pu exercer une influence considérable sur le contenu de
ces normes, lesquelles ont une vaste portée et visent entre autres le
capital de risque, les ratios de levier et le risque opérationnel.
That said, we always carefully calibrate our implementation of
global requirements to reflect the Canadian situation.
Cela étant dit, nous adaptons toujours très soigneusement les
exigences mondiales à la réalité canadienne avant de les mettre en
œuvre.
At OSFI we remain focused on the priority areas that are
detailed in our annual report, which was tabled in Parliament in
early October. The priorities for 2013-14 were these: responding
to risks emanating from the economy; responding to risks
emanating from regulatory reform; a high-performing and
effective workforce, and an enhanced corporate infrastructure.
Le BSIF continue de cibler les objectifs prioritaires présentés en
détail dans son rapport annuel 2013-2014, déposé au Parlement
au début d’octobre. Les priorités sont de réagir aux risques liés à
l’économie, de réagir aux risques qui découlent des réformes de la
réglementation, de se doter d’un effectif performant et efficace et
d’améliorer l’infrastructure administrative.
We will continue to deliver on these priorities while exercising
the expenditure restraint expected of all branches of the federal
government.
Nous allons poursuivre dans cette voie tout en souscrivant aux
principes de contrôle des dépenses auxquels les organismes
fédéraux sont tenus.
For reasons of brevity and to highlight our work in risk
management, I will focus on the first two of these priorities in
these remarks.
Pour ne pas allonger inutilement mon intervention et vous
donner une idée de ce que nous faisons dans le domaine de la
gestion du risque, je ne parlerai que des deux premiers éléments de
la liste des priorités.
If we turn to addressing risks emanating from the economy, we
have responded to concerns about low interest rates and high
household indebtedness through enhanced monitoring,
conducting reviews of retail lending practices and stress testing
of the institutions we regulate.
En ce qui concerne la nécessité de réagir aux risques liés à
l’économie, nous devons répondre aux craintes soulevées par la
faiblesse des taux d’intérêt et le taux élevé d’endettement des
ménages en exerçant une surveillance plus étroite des institutions
que nous réglementons, en examinant de près l’activité de crédit
aux particuliers et en leur demandant d’effectuer des simulations
de crise.
[Translation]
We have conducted significant reviews in other areas as well,
including: cyber security and operational risk, corporate
governance, and catastrophic risk such as earthquakes and
flooding.
[English]
We’ve also issued guidance on many aspects of risk
management, including residential mortgage underwriting,
insurance companies’ own risk and solvency assessments,
liquidity adequacy requirements and, of course, regulatory
capital requirements, as I have noted earlier.
[Translation]
OSFI also participated in the International Monetary Fund’s
financial sector assessment program. The IMF report was very
favourable about the effectiveness of the Financial Institutions
Supervisory Committee partners’ oversight of Canada’s financial
system.
[Français]
Nous avons réalisé des examens approfondis dans d’autres
domaines, notamment la cybersécurité, le risque opérationnel, la
gouvernance des entreprises et les risques de catastrophes
naturelles, telles que les tremblements de terre et les inondations.
[Traduction]
Nous avons publié des lignes directrices touchant de nombreux
aspects de la gestion du risque, notamment la souscription de
prêts hypothécaires résidentiels, l’évaluation que les sociétés
d’assurances réalisent concernant leurs propres risques et leur
propre solvabilité, les normes de liquidité et, bien sûr, les normes
de fonds propres réglementaires, dont j’ai parlé précédemment.
[Français]
Le BSIF a aussi participé au programme d’évaluation du
secteur financier du Fonds monétaire international, le FMI. Dans
son rapport, le FMI souligne la qualité du travail de surveillance
du système financier au Canada effectué par les membres du
Comité de surveillance des institutions financières.
17:12
Banking, Trade and Commerce
[English]
6-11-2014
[Traduction]
I’d like to also quickly list some of the work we’ve undertaken
to address our second priority, which is to address risks
emanating from regulatory reform itself. We work quite closely
with banks and insurance companies to gather data and assess the
impact on these companies of the new capital requirements that
have followed the financial crisis. We work similarly with banks
on the new liquidity requirements, and we’ve closely monitored
and we’ve made some pretty active representations about the
evolution of international accounting standards and how they will
affect the capital frameworks for our banks and insurance
companies.
Je vais maintenant énumérer brièvement quelques-uns des
projets entrepris pour atteindre notre deuxième objectif
prioritaire, qui est de réagir aux risques qui découlent des
réformes de la réglementation. En très étroite collaboration avec
les banques et les sociétés d’assurances, nous nous employons à
recueillir des données et à évaluer l’incidence des nouvelles normes
de fonds propres qui leur ont été imposées à la suite de la crise
financière mondiale. Nous travaillons aussi avec les banques aux
nouvelles normes de liquidité, et nous avons suivi de près
l’évolution des normes comptables internationales et leur impact
sur le cadre de capital des banques et des sociétés d’assurances
canadiennes, et nous avons contribué à leur élaboration.
Much of the reform to date, globally and within Canada, has
focused on the really big players in financial services. These are
the financial institutions whose failure could threaten economic
stability. In Canada, my predecessor designated six institutions as
domestic systemically important banks, which we refer to as DSIBs. OSFI has placed higher capital and reporting requirements
on the D-SIBs and they are also subject to more intense
supervision.
Que ce soit au Canada ou à l’étranger, la plupart des réformes
visaient les très gros acteurs du secteur des services financiers,
c’est-à-dire les institutions financières dont la faillite pourrait
compromettre la stabilité économique du pays. Au Canada, six
institutions sont considérées comme étant d’importance
systémique intérieure. Le BSIF leur a imposé des normes plus
strictes en matière de capital et d’information financière, en plus
d’exercer à leur endroit une surveillance accrue.
At the same time, we recognize that in some instances we may
need to establish different expectations for Canada’s smaller
financial institutions, whose failure would not threaten financial
stability and whose resources are not as plentiful as those of the
D-SIBs. It is certainly important for these institutions to manage
their risks appropriately, but we recognize that a one-size-fits-all
approach could inhibit their ability to compete and grow. As a
consequence, we are considering how best to apply our regulatory
and supervisory approach to the smaller institutions so that our
expectations are not an unnecessary burden on their ability to
thrive, while respecting prudent standards in risk management
and capital.
En même temps, nous sommes conscients de la nécessité
d’avoir des attentes différentes vis-à-vis des institutions
financières de petite taille, car leur faillite ne menacerait pas la
stabilité financière, et leurs ressources sont moindres que celles
des banques d’importance systémique intérieure. Il importe pour
ces institutions de bien gérer leurs risques, mais nous sommes
conscients que l’application d’une solution universelle pourrait
nuire à leur croissance et à leur capacité d’affronter la
concurrence. Par conséquent, nous explorons les meilleures
façons d’appliquer nos méthodes de surveillance et de
réglementation à ces institutions, afin que nos exigences
n’entravent pas inutilement leur croissance. Cela dit, ces
institutions doivent tout de même maintenir des ratios de
capital établis et respecter des normes de prudence en matière
de gestion du risque.
It has been over six years since Lehman Brothers filed for
bankruptcy and that failure ushered in the global financial crisis,
and significant changes and improvements in prudential
regulation and supervision. It is important to recognize that
even before those improvements, our financial system and
economy got through the crisis in relatively good health and
this is because of the sound management of our financial
institutions, along with diligent regulation and supervision.
Since the crisis, as I mentioned, we have increased the
requirements for both the quantity and quality of capital and
liquidity, and we have raised our expectations about risk
management and risk measurement in many areas. At the same
time, the Canadian financial services industry has continued to
enjoy strong results.
Il y a plus de six ans, Lehman Brothers demandait la protection
des lois sur la faillite. L’échec de cette institution a précipité la
crise financière mondiale, ce qui a déclenché une amélioration
radicale des mesures de réglementation et de surveillance
prudentielles. Il est important de reconnaître que même sans ces
améliorations, le système financier et l’économie du Canada se
sont tirés relativement bien de la crise, et ce, grâce à la saine
gestion des institutions financières canadiennes, conjuguée à une
réglementation et à une surveillance diligentes. Depuis la crise,
comme je l’ai mentionné, nous avons resserré les exigences
relatives au volume et à la qualité des fonds propres et nous avons
haussé nos attentes relatives à la gestion du risque dans bien des
domaines. Cela n’a pas empêché le secteur canadien des services
financiers de profiter d’excellents résultats.
Looking ahead, we will continue to focus on the priorities set
out in our annual report and to strengthen the Canadian
approach to prudential supervision and regulation.
Nous allons maintenir le cap sur les quatre objectifs prioritaires
présentés dans notre rapport annuel, et nous allons continuer de
renforcer l’approche canadienne de la surveillance et de la
réglementation prudentielles.
6-11-2014
Banques et commerce
[Translation]
So, thank you for having allowed me to provide you with a
quick overview of the work of my office and our current focus. I
look forward to responding to your questions.
[English]
17:13
[Français]
Je vous remercie de m’avoir offert l’occasion de vous donner
un bref aperçu du travail du BSIF et de nos projets en cours. C’est
avec plaisir que je répondrai à vos questions.
[Traduction]
The Chair: Thank you, Mr. Rudin. I’d like to go back to one of
your opening comments and, if I may, quote directly from your
presentation:
Le président : Merci, monsieur Rudin. J’aimerais revenir sur
une des premières choses que vous avez dites dans votre exposé. Si
vous me le permettez, je vais vous citer directement :
OSFI is Canada’s prudential regulator, promoting
financial stability by keeping a close eye on the solvency,
the liquidity, the safety, the soundness of federally regulated
financial institutions.
À titre d’instance de réglementation prudentielle du
Canada, le BSIF contribue à la stabilité financière en
exerçant une étroite surveillance de la solvabilité, de la
liquidité, de la sûreté et de la solidité des entités financières
fédérales.
Now, if I look back 25 or 30 years, I suspect somewhere
around the time that OSFI was founded sometime in the 1980s —
I think it was 1987 — my recollection is we had several bank
failures. I think one was the Canadian Commercial Bank. Am I
right with that name?
Si nous reculons de 25 ou 30 ans, probablement à l’époque de
la création du BSIF, dans les années 1980 — je pense que c’était
en 1987 —, d’après mes souvenirs, nous avons eu plusieurs
faillites de banques. Je pense qu’il y avait eu entre autres la
Banque canadienne de commerce. Est-ce que j’ai le bon nom?
Mr. Rudin: It was indeed.
M. Rudin : Oui. C’est bien cela.
The Chair: There was a Northland Bank and we had many,
many trust companies in serious difficulty. This is only to say that
I suspect our financial structure in Canada was not one that
would have received global attention.
Le président : Il y avait la Norbanque, et de très nombreuses
fiducies en grave difficulté. C’est simplement pour dire qu’à cette
époque, notre structure financière, au Canada, n’aurait pas retenu
l’attention du monde entier.
Fast forward 25 or 30 years, all of a sudden we’re the paragon
of what you should have as a regulatory oversight, the strength of
our banks, et cetera. Tell me what happened. What happened in
the 25 years? It didn’t happen just because somebody wrote some
new regulations. What do you think happened? What made the
change?
Tout à coup, 25 ou 30 ans plus tard, nous sommes le modèle en
ce qui concerne ce qu’il faut avoir comme surveillance
réglementaire, la solidité de nos banques, et cetera. Qu’est-ce
qui s’est passé en 25 ans? Cela ne s’est pas produit simplement
parce que quelqu’un a rédigé de nouveaux règlements. D’après
vous, qu’est-ce qui s’est passé? Qu’est-ce qui a amené ce
changement?
Mr. Rudin: There have been a number of contributing factors.
One is that there was certainly an important increase in the
requirements of capital for financial institutions, deposit-taking
institutions more generally. Capital loss absorbing capacity is one
of the most important aspects of bank regulation and supervision
because it’s the ability to absorb losses — severe but still plausible
losses — and still serve clients. That provides for continuity. For
understandable reasons, institutions sometimes resist having as
much capital as the public would like them to have.
M. Rudin : Divers facteurs sont entrés en jeu. Entre autres, il y
a certainement eu une hausse importante des fonds propres requis
par les institutions financières, les institutions de dépôt, de
manière plus générale. La capacité d’absorber les pertes en capital
est l’un des aspects les plus importants de la réglementation et de
la supervision des banques, car c’est la capacité d’absorber les
pertes — graves, mais quand même plausibles — tout en
continuant à servir les clients. Cela garantit la continuité. Pour
des raisons faciles à comprendre, les institutions sont réfractaires
à l’idée d’avoir tous les fonds propres que le public voudrait.
It’s important for this to be compulsory. It creates a level
playing field across the institutions and makes for a much more
stable system. We were able to do that in Canada. Another thing
that happened, which was helpful although not as helpful as it
might have been, was the creation of international standards for
capital requirements. As I mentioned, that first agreement
hammered out in the Swiss city of Basel, known as Basel I, was
helpful in making it possible for regulators to impose prudent
standards, capital requirements without unnecessarily impeding
the competitiveness of their banks with others. That said, my
predecessors very wisely looked at the requirements in Basel I and
Il est important que ce soit obligatoire. Les règles du jeu sont
alors les mêmes pour toutes les institutions, et le système est
beaucoup plus stable. Nous avons été capables de le faire au
Canada. Il s’est produit une autre chose qui a été utile, mais pas
autant qu’elle l’aurait pu, et c’est la création de normes
internationales visant les fonds propres requis. Comme je l’ai
dit, cette première convention établie dans la ville suisse de Bâle et
qu’on a appelée Bâle I a contribué à permettre aux organismes de
réglementation d’imposer des normes de prudence, des normes de
fonds propres, sans inutilement entraver la capacité de leurs
banques d’affronter la concurrence. Cela étant dit, mes
17:14
Banking, Trade and Commerce
6-11-2014
II and said that’s not enough for Canadian purposes, and
deliberately established higher capital requirements for our banks
than had been agreed to internationally. That paid off very much
at the onset of the financial crisis because that capital was in place
and was known to be in place.
prédécesseurs ont très judicieusement examiné les exigences de
Bâle I et II et, ayant conclu que cela ne suffisait pas pour les
besoins du Canada, ils ont délibérément établi pour nos banques
des normes de fonds propres plus rigoureuses que celles qui
avaient été acceptées à l’échelle internationale. Cela a porté des
fruits dès le début de la crise financière, car les fonds propres
étaient là, et on savait qu’ils étaient là.
For other reasons that we’ll have a bit of time to discuss,
Canadian banks by and large didn’t experience the dramatic
losses that happened in other countries, but the knowledge that
the capital was there as the crisis played out was instrumental in
preserving confidence in the system and would have been very
useful had the loss experienced been worse than it actually was.
Pour d’autres raisons que nous aurons un peu le temps de
discuter, les banques canadiennes dans l’ensemble n’ont pas
connu les pertes énormes que les banques d’autres pays ont
subies. Cependant, le simple fait de savoir que les fonds étaient là
alors que se déroulait la crise a contribué à maintenir la confiance
dans le système, et les fonds auraient été très utiles si les pertes
subies avaient été supérieures.
Those are important contributing factors. The other is that we
do not only regulate in Canada, we supervise. Close supervision
of financial institutions, close examination of their risk
management practices, and adopting — in the wake of the
failure of CCB and Northland — a much more proactive
approach for dealing with troubled institutions, which is
embedded in the legislation that governs us, has also been very
important in keeping the financial sector stable.
Ce sont des facteurs importants qui entrent en ligne de compte.
Il y a aussi qu’on ne se contente pas de réglementer la chose au
Canada, on exerce une supervision. Une supervision étroite des
institutions financières, un examen rigoureux de leurs pratiques de
gestion du risque et l’adoption — dans la foulée de la faillite de la
BCC et de la Norbanque — d’une approche plus proactive pour
encadrer les institutions en péril sont tous des parties intégrantes
de la loi qui nous gouverne, qui est très importante pour la
stabilité du secteur financier.
That said, we have to give credit to the management of the
institutions themselves at the same time.
Cela dit, il faut donner aux dirigeants de ces institutions euxmêmes le crédit qui leur revient.
The Chair: Could I assume from your comments that
Canadians could take comfort in the fact that the relationship
between the Canada Deposit Insurance Corporation, OSFI, the
Department of Finance and the Bank of Canada worked
collaboratively to effect the substantial safety net that we have
in Canada today?
Le président : Puis-je déduire de vos observations que les
Canadiens peuvent être rassurés par le fait que la collaboration
entre la Société d’assurance-dépôts du Canada, le BSIF, le
ministère des Finances et la Banque du Canada a pour effet de
nous doter du filet de sécurité important dont nous jouissons au
Canada aujourd’hui?
Mr. Rudin: I agree. The strong working relationships we have,
which are partly grounded in statute and partly grounded in
custom, expectation and the culture we have, is an important part
of our system. It has been cited by the IMF and other observers as
one of the strengths of our system. When you look at some of the
difficulties that happened in other countries, poor
communications between various arms of the government is
often cited as one of the weaknesses.
M. Rudin : Je suis d’accord. Cette forte relation de travail, qui
prend en partie ses racines dans la loi et en partie dans la coutume,
nos attentes et notre culture sont des aspects importants de notre
système. Le FMI et d’autres observateurs les citent comme des
forces de notre système. Quand on regarde un peu le genre de
difficultés qui s’observent dans d’autres pays, le manque de
communication entre les divers organes de gouvernement est
souvent cité comme une faiblesse.
Senator Tannas: Welcome to the committee, sir. Thank you for
your opening comments. I have two questions. I will put a light in
the window for my second question in the next round if that’s all
right. First, I’m from the insurance industry, and still involved.
There has been a lot of talk in our industry around the
tremendous risk and worry about earthquakes, particularly in
the Lower Mainland of B.C. and in Quebec, and what that could
potentially do to overwhelm the Canadian insurance industry and
possibly spill over into the banking industry by virtue of defaults
on loans of damaged houses that are not insured or insured by an
insurance company that can’t pay.
Le sénateur Tannas : Je vous souhaite la bienvenue au comité,
monsieur. Je vous remercie de votre déclaration préliminaire. J’ai
deux questions à vous poser. Je vais mettre la table pour ma
deuxième question, que je vais poser au tour suivant, si vous me le
permettez. Je précise d’abord que je suis du domaine de
l’assurance et que j’y suis encore actif. On parle beaucoup, dans
notre industrie, de l’énorme risque et des inquiétudes liés aux
séismes, particulièrement dans la vallée du bas Fraser, en
Colombie-Britannique, et au Québec, qui pourraient frapper de
plein fouet le secteur de l’assurance canadien et même se
répercuter sur le secteur bancaire, dans l’éventualité
d’hypothèques impayées sur des maisons endommagées qui ne
seraient pas assurées ou qui le seraient par une société d’assurance
qui ne serait pas en mesure de payer.
6-11-2014
Banques et commerce
17:15
I know this is a subject that’s moving along and I think the
members of the committee would be interested to know where
OSFI has put its efforts and its influence to date, and where you
think you might be in the future.
Je sais que c’est un sujet qui évolue et je pense que les membres
du comité aimeraient savoir où le BSIF déploie ses efforts et
comment il exerce son influence à ce jour, puis comment vous
entrevoyez l’avenir.
Mr. Rudin: Broadly speaking, OSFI in recent years has taken
two important steps in this regard. One is to revise our guidance
about the capital that insurance companies should hold against
earthquake risk and has raised that capital requirement.
M. Rudin : En gros, le BSIF a pris deux mesures importantes à
cet égard au cours des dernières années. Nous avons d’abord
révisé nos lignes directrices concernant le capital que les sociétés
d’assurance devraient détenir pour se prémunir contre le risque de
séisme, et nous avons haussé le seuil minimal de capital requis.
We do this by requiring the insurance companies to estimate,
within the plausible range, the most severe earthquake that they
might experience. Usually in the earthquake business, as in
flooding, it’s done as one in X number of years; and we’ve
substantially increased that horizon and the capital requirement
that goes along with it. This provides an additional measure of
protection for policyholders against the failure of an insurance
company in the wake of a quake.
Ainsi, nous demandons aux sociétés d’assurance d’estimer, à
l’intérieur d’une fourchette plausible, le séisme plus grave
susceptible de les toucher. Habituellement, pour les séismes
comme pour les inondations, le calcul se fonde sur un certain
nombre d’années; et nous avons considérablement prolongé
l’horizon et augmenté le seuil du capital requis. C’est une
mesure de protection supplémentaire pour les titulaires de police
contre le risque qu’une société d’assurance fasse faillite après un
séisme.
You put your finger on something important. As do other
financial institutions, including the banks, we have to examine
exposure to earthquake and look at an earthquake scenario and
stress test their portfolio to see how exposed they would be. These
are both positive steps. They have not led, as you alluded to, the
high levels of earthquake coverage that would be desirable on the
face.
Vous mettez le doigt sur un élément important. Comme
d’autres institutions financières, dont les banques, nous devons
évaluer la probabilité d’un séisme, élaborer des scénarios et tester
leurs portefeuilles pour évaluer le risque auquel ces sociétés sont
exposées. Ce sont deux mesures positives. Elles n’ont pourtant pas
mené, comme vous l’avez souligné, à une couverture d’assurance
contre les séismes aussi élevée qu’on pourrait le souhaiter.
The Chair: Senator Tannas, at this committee we allocate by
time, not by number of questions, so please continue.
Le président : Monsieur Tannas, le comité alloue le temps de
parole en fonction du temps et non du nombre de questions, donc
je vous prie de continuer.
Senator Tannas: Great. You were given the position and came
in from outside OSFI. Your predecessor was a home-grown
person promoted from within. You’re 100-plus days in. What
observations do you have? Without surprising anybody, could
you share any observations of renewal that you can see within the
organization?
Le sénateur Tannas : Fantastique. Vous avez obtenu ce poste,
mais vous venez de l’extérieur du BSIF. Votre prédécesseur avait
fait ses classes au sein même du bureau. Vous êtes là depuis un
peu plus d’une centaine de jours. Quelles sont vos observations?
Sans surprendre personne, pouvez-vous nous faire part de vos
observations sur le renouvellement que vous constatez au sein de
l’organisation?
Senator Massicotte: What was your first mistake?
Le sénateur Massicotte : Quelle a été votre première erreur?
Mr. Rudin: I’ll take your previous question first and hope that
you forget the second question. Just by way of background, the
financial institution supervisory committee provides a window
into the operations of OSFI for all of the members. I’ve been
attending that since I became ADM Financial Sector Policy over
six years ago. To that extent, I had a window in, which I think
was very helpful.
M. Rudin : Je vais répondre d’abord à votre première question
puis je vais espérer que vous allez oublier la deuxième. Pour vous
mettre en contexte, le Comité de surveillance des institutions
financières ouvre une fenêtre qui permet à tous les membres de
surveiller les activités du BSIF. J’ai siégé à ce comité dès que je
suis devenu SMA, Politique du secteur financier, il y a plus de six
ans. J’avais donc un œil sur ses activités, ce qui m’a beaucoup
aidé.
I’ve been very impressed — not surprised — by the quality of
the staff that works at OSFI — the people, not only their
background and skills, although it’s an impressive array. Many,
particularly in supervision, come in from the financial sector and
have a commitment to what we do with a level of engagement and
derive an amount of satisfaction from their work. As I said, I
wasn’t surprised by that, but it’s gratifying.
J’ai été très impressionné, mais pas surpris, de la qualité du
personnel qui travaille au BSIF, par les personnes, et pas
seulement en raison de leur bagage et de leurs compétences,
quoiqu’ils soient impressionnants. Beaucoup d’employés,
particulièrement le personnel de supervision, qui viennent du
secteur financier ont un niveau d’engagement tel qu’ils tirent
énormément de satisfaction de leur travail. Comme je l’ai dit, je
n’en ai pas été surpris, mais c’est gratifiant.
17:16
Banking, Trade and Commerce
6-11-2014
I’ve done a pretty common thing for an incoming CEO — try
to meet with as many people as I can, so I’ve been doing one-onone meetings with my top 50 people. I always get very thoughtful
comments. There are a number of touch stones that we do at
OSFI: our supervisory framework, our focused mandate and the
quality of colleagues that really matter to people. That’s very
impressive and reassuring to me.
J’ai fait une chose assez commune pour un nouveau directeur :
j’ai essayé de rencontrer le plus grand nombre de personnes
possible, si bien que j’ai rencontré, un à un, mes 50 employés les
plus haut placés. Ils me font toujours part de réflexions très
éclairées. Il y a quelques pierres angulaires qui orientent le travail
du BSIF : notre cadre de supervision, notre mandat ciblé et la
qualité des collègues, qui comptent beaucoup pour les gens. C’est
très impressionnant et cela me rassure.
In terms of moving forward, the priorities for this year are very
similar to the priorities for the previous year. We need to continue
to move ahead internally with renewing our infrastructure. We’re
going to put an additional emphasis — this is mentioned briefly in
the annual report — on enhancing our supervisory processes. We
hired a lot of new supervisors in the wake of the crisis. That was
definitely a good move of my predecessor. It’s a job to bring
people in and make them supervisors. We need to pay attention to
how we enhance our supervisory culture and to look at our
processes so we can be more efficient and get more out of the
resources that we have.
Pour ce qui est de l’avenir, nos priorités cette année sont très
semblables à nos priorités de l’an dernier. Nous devons
poursuivre le renouvellement interne de notre infrastructure.
Nous allons mettre encore plus l’accent sur l’amélioration de nos
mécanismes de supervision, comme c’est mentionné brièvement
dans le rapport annuel. Nous avons embauché beaucoup de
nouveaux superviseurs après la crise. C’est vraiment une bonne
décision qu’a prise mon prédécesseur. Ce n’est pas simple de
recruter des gens et d’en faire des superviseurs. Nous devons
porter attention à la façon dont nous améliorons notre culture de
la supervision et examiner nos façons de faire pour accroître notre
efficacité et optimiser davantage nos ressources.
Finally, we’ve been through a period of very rapid and
justifiable growth; but circumstances permitting, we’re coming to
the end of that period. We need to spend more time thinking
about managing within an existing envelope rather than
continually adding to it.
Pour terminer, nous venons de traverser une période de
croissance très rapide et justifiable, mais si les circonstances le
permettent, cette période tire à sa fin, et nous devrons passer plus
de temps à réfléchir à la façon de gérer nos ressources d’une
enveloppe existante plutôt que de continuellement l’augmenter.
[Translation]
Senator Massicotte: Congratulations on your appointment,
Mr. Rudin.
Mr. Rudin: Thank you very much.
[Français]
Le sénateur Massicotte : Monsieur Rudin, félicitations pour
votre nomination.
M. Rudin : Merci beaucoup.
Senator Massicotte: In 2008-09, we went through a financial
crisis and we are still living with the consequences. That financial
crisis revealed that Canada is very well positioned as far as its
financial institutions are concerned. Nevertheless, a global
financial crisis affects all the world’s players, especially a
country like Canada, which imports and exports a great deal.
Le sénateur Massicotte : En 2008-2009, on a vécu une crise
financière et on en assume encore les conséquences. Cette crise
financière a permis de constater que le Canada était très bien
positionné en ce qui concerne ses institutions financières.
Néanmoins, une crise financière mondiale affecte tous les
joueurs dans le monde, surtout un pays comme le Canada qui
exporte et importe beaucoup.
Every country, especially those in the G8, showed a willingness
to institute reforms designed to reduce the risk of seeing such a
crisis happening again. In 2008-09, many countries, including the
emerging markets, made the commitment to achieve that. Does
that willingness still exist? Will we see the desired results? Do you
think we are headed in the right direction?
Il y avait une volonté de tous les pays, dont ceux du G8 en
particulier, d’initier une réforme visant à minimiser le risque de
voir se reproduire une telle crise. En 2008-2009, beaucoup de
pays, y compris les marchés émergents, se sont engagés à y arriver.
Cette volonté est-elle toujours là? Est-ce qu’on verra arriver de
bons résultats? Pensez-vous que l’on arrivera à bon port?
Mr. Rudin: In my opinion, that willingness still exists. Canada
has made a lot of progress on the world stage, especially with the
new Basel Accord, which establishes new standards for bank
capital. What that means is a significant increase in the amount
and the quality of the capital.
M. Rudin : À mon avis, cette volonté existe toujours. À
l’échelle mondiale, le Canada a fait beaucoup de progrès,
surtout avec le nouvel accord de Bâle, qui établit les nouvelles
normes en ce qui a trait aux capitaux des banques. Il s’agit d’une
augmentation nette du montant et de la qualité du capital.
The other important factor is that we have agreed to establish a
peer-review process to check whether countries are complying
with the new standards and to what extent. In my opinion, that
will encourage countries to comply.
L’autre chose importante, c’est que nous avons convenu
d’établir un processus de revue des pairs pour vérifier si les pays
respectent les nouvelles normes et à quel point ils les respectent, et
cela, à mon avis, encouragera le respect des normes.
6-11-2014
Banques et commerce
17:17
That said, some parts of it are simple and other parts are
harder. One of the more difficult aspects is achieving consistency
between regulatory systems so that financial institutions that are
active globally can participate without a huge burden to manage,
without the difficulty caused by a lack of consistency between one
country’s regulations and another’s.
Ceci étant dit, il y a des aspects qui sont plus simples et
d’autres, plus difficiles. Un des aspects plus difficiles, c’est d’en
arriver à une cohérence entre les régimes réglementaires afin que
les institutions financières actives à l’échelle mondiale puissent
participer sans avoir à gérer un fardeau énorme, sans difficulté
causée par le manque de cohérence entre la réglementation d’un
pays et celle d’un autre.
That remains a work in progress. It is one thing for a country
to decide to change the regulations or to tighten the parameters of
a program. It is more difficult to achieve something that works
consistently from one country to another. It is important, because
lots of people have a counterpart in one country and another
counterpart in another country. So, when programs differ, it
impedes the effective delivery of financial services.
Cela demeure un travail en progression. Pour un pays, c’est une
chose de décider de changer la réglementation ou de resserrer les
normes d’un régime. Il est plus difficile d’arriver à quelque chose
qui fonctionne de façon cohérente d’un pays à un autre. C’est
important, parce qu’il y a beaucoup de gens qui ont une
contrepartie dans un pays et une autre contrepartie dans un
autre pays. Donc, lorsque les régimes diffèrent, cela empêche la
prestation efficace des services financiers.
[English]
[Traduction]
Senator Black: Mr. Rudin, as my colleagues have said,
congratulations to you in your appointment and thank you very
much for the service that you continually provide to Canadians.
Le sénateur Black : Monsieur Rudin, à l’instar de mes
collègues, je vous félicite de votre nomination et je vous
remercie infiniment pour le service que vous continuez de
rendre aux Canadiens.
Like in so many things, hindsight is always 20/20. Using
foresight, I wonder if you could share with us the top two or three
things that you worry about in your new role.
Comme pour tout, la situation est toujours plus claire après
coup. Si vous vous projetiez dans l’avenir, pourriez-vous nous dire
quelles seraient les deux ou trois choses qui vous inquiètent le plus
dans votre nouveau rôle?
Mr. Rudin: Sure. Let me start with the top one. It sort of
encompasses them all.
M. Rudin : Bien sûr, je vais commencer par la principale, qui
recoupe pour ainsi dire toutes les autres.
If you read the history of a financial crisis in another country
or a major institution failure, I would assert that all of them have
the following narrative: There were a bunch of warning signs; it
was obvious; it was an accident waiting to happen; people should
have seen it; they didn’t recognize the signs; or they willfully
ignored the signs. That’s the thing that bothers me most. Is there
something staring us in the face right now but we don’t see it?
That’s a question I ask myself constantly.
Quand on lit sur l’histoire d’une crise financière dans un autre
pays ou une grande institution, je dirais qu’il y a toujours une
constante : il y avait toute une série de signes d’avertissement;
c’était évident; c’était un accident inévitable; les gens auraient dû
le voir venir; ils n’ont pas reconnu les signes précurseurs ou ils ont
volontairement fermé les yeux. C’est ce qui me dérange le plus. Y
a-t-il quelque chose qui saute aux yeux, mais que nous ne voyons
pas? C’est une question que je me pose constamment.
In cooperation with our partners around the FISC table, we
take a very active attempt to look over the horizon to identify
weaknesses. The Bank of Canada, as you may know, does this for
the system as a whole, and they publish their results in their
financial system review. It is such a common part of the narrative
of any major financial institution failure that I always assume
there’s something; and I’m always driving my colleagues crazy.
What about this? What about that? What are we missing? That’s
the first thing.
En coopération avec nos partenaires du CSIF, nous essayons
très fort de scruter l’horizon pour repérer les faiblesses. Comme
vous le savez, la Banque du Canada le fait pour le système dans
son ensemble et publie ses résultats dans sa revue du système
financier. C’est tellement récurrent dans les faillites des grandes
institutions financières que je tiens toujours pour acquis qu’il y a
quelque chose que nous devrions voir; je rends mes collègues fous.
Qu’est-ce que c’est? Est-ce que c’est ceci, cela? Qu’y a-t-il que nous
ne voyons pas? C’est la première chose.
The second thing that I always assume is that I’m not going to
find it, which is a bit depressing, but I can’t afford to assume that
I’ll be able to, or my colleagues, as smart and devoted and
motivated as they are, will be able to spot it. This is why capital
and liquidity are so important, because they’re generic
protections. They’re not scenario-dependent. If you’ve got a lot
of capital, you can absorb losses and whatever loss there is.
Ensuite, je tiens toujours pour acquis que je ne mettrai pas le
doigt sur le bobo, ce qui est un peu déprimant, mais je ne peux pas
me permettre de prétendre que mes collègues et moi allons arriver
à le voir, tout aussi intelligents, dévoués et motivés soyons-nous.
C’est pourquoi il est si important de miser sur le capital et les
liquidités, parce que ce sont des protections générales. Elles ne
dépendent pas d’un scénario donné. Quand on a beaucoup de
capital, on peut absorber les pertes, quelles qu’elles soient.
17:18
Banking, Trade and Commerce
6-11-2014
One of the things that’s very important internationally,
something we’ve also done in Canada, is to improve what we
call the quality of capital. That’s kind of an odd expression:
What’s the quality of capital? High-quality capital will be able to
absorb losses regardless of the scenario. We have in the past
recognized as capital things that might be loss-absorbing in
certain circumstances but not so loss-absorbing in other
circumstances. You’ve got more capital, higher quality capital
and greater liquidity requirements. They’re generic and the best
protection against the scenario that I may fail to see.
Il y a une chose très importante à l’échelle internationale,
comme au Canada d’ailleurs, c’est d’améliorer ce qu’on appelle la
qualité du capital. C’est une expression un peu bizarre : qu’est-ce
que du capital de qualité? Du capital de qualité permettra
d’absorber les pertes, quel que soit le scénario. Avant, on
considérait comme du capital des choses qui pouvaient nous
permettre d’absorber les pertes dans certaines circonstances, mais
moins dans d’autres. On exige dorénavant plus de capital de
grande qualité et plus de liquidités. Ce sont des protections
générales, les meilleures pour nous prémunir contre le scénario
que je ne vois peut-être pas.
Senator Black: Switching gears, if I may, as the primary
regulator and supervisor of federally regulated pension plans, are
you able to comment on the quality of risk management,
governance and solvency of those plans that you oversee?
Le sénateur Black : Pour changer de sujet, si vous me le
permettez, en tant que principal organisme de réglementation et
de supervision des régimes de retraite régis par le gouvernement
fédéral, pouvez-vous nous parler de la qualité de la gestion du
risque, de la gouvernance et de la solvabilité dans les plans que
vous surveillez?
Mr. Rudin: I’d be glad to. The bulk of the regulations about
pension plans are set by the government and we administer them.
They focus particularly on two areas. One is for all types of
pension plans, basic but important things, such as whether the
money that’s being deducted from people’s paycheques is actually
being handed over to the pension plan, those sorts of things. We
have a mandate to protect the interests of the members and
pensioners in particular, so that’s important.
M. Rudin : Avec plaisir. La majorité des règlements qui
régissent les régimes de retraite sont établis par le
gouvernement, et nous les administrons. Ils mettent l’accent sur
deux éléments en particulier. Le premier s’applique à tous les
régimes de retraite, il vise des éléments de base, mais importants,
comme de vérifier si l’argent déduit du chèque de paie des gens est
bel et bien transféré dans le régime de retraite, par exemple. Nous
avons pour mandat de protéger les intérêts des membres et des
retraités en particulier, c’est donc important.
For defined benefit pension plans, where many of the
contributions are invested against a promise of specific benefits
going forward, the investment strategy and risk management are
very important to protecting the security of the benefits going
forward. In that regard, we look at whether the investment plan is
prudent.
Pour les régimes de retraite définis, dans lesquels beaucoup de
contributions sont investies contre promesse d’investissement
particulier à long terme, la stratégie d’investissement et la gestion
du risque sont très importantes pour protéger la sécurité des
prestations futures. Dans ce contexte, nous vérifions si le plan
d’investissement est prudent.
The regulations allow, and I think appropriately, a fair bit of
flexibility to the managers because it’s the managers of the
pension plan that are responsible at the end of the day, just as the
managers and boards of banks and insurance companies are
responsible for their results at the end of the day. But they
certainly have to meet a prudent person test, and we look at
various indicators to see if we can get ahead of them.
Le règlement prévoit, à juste titre à mon avis, une bonne marge
de manœuvre pour les gestionnaires, parce que ce sont les
gestionnaires d’un régime de retraite qui en sont les ultimes
responsables, tout comme les gestionnaires et les conseils
d’administration des banques et des sociétés d’assurance sont
responsables de leurs résultats en bout de ligne. Ils doivent
toutefois assurément faire preuve de prudence, et nous analysons
divers indicateurs pour déterminer si nous pouvons anticiper les
choses.
With that said, going into the financial crisis, many of our
pension plans had an investment strategy that was certainly
affected by the dramatic changes. You’ve got a typical pension
plan, and this was the conventional wisdom in the investment and
actuarial business; you need to have equities and long bonds. As
interest rates fell, the present value of the liabilities went way up.
The bond portfolio also went up in value but not as much as the
value of the liabilities.
Cela dit, à l’aube de la crise financière, bon nombre de nos
régimes de retraite se fondaient sur une stratégie d’investissement
qui a été durement touchée par les grands changements qui ont eu
lieu. Dans un régime de retraite type, la sagesse voulait que
comme pour n’importe quel autre investissement et selon les
principes actuariels, on détienne des actions et des obligations à
long terme. Quand les taux d’intérêt se sont mis à chuter, la valeur
actualisée du passif a explosé. La valeur du portefeuille
d’obligations a également augmenté, mais pas autant que la
valeur du passif.
6-11-2014
Banques et commerce
17:19
What was in equities, you’ll recall, fell dramatically and we had
very dramatic reductions in measured solvency ratios. There has
been quite a rebound in that with the improvement in equity
values and some, until recently, back up in long rates towards
something a bit more normal, but we do watch that quite
carefully. The solvency situation remains exposed to volatility in
asset markets, there’s no question about that.
Vous vous souviendrez que la valeur des actions a chuté
radicalement et que les mesures de ratio de solvabilité ont réduit
radicalement aussi. Il y a eu toute une reprise lorsque la valeur des
actions s’est remise à augmenter et jusqu’à tout récemment, avec
la hausse des taux d’intérêt à long terme jusqu’à un niveau un peu
plus normal, mais nous surveillons la situation de très près. La
solvabilité demeure vulnérable à la volatilité du marché des
actions, c’est très clair.
Senator Black: I would take from that that for those folks
watching us who are pensioners regulated and supervised by the
work you do, can I take it that you are confident in the existing
risk management governance and solvency provisions of the
federal pension plans that you oversee?
Le sénateur Black : J’en comprends, pour ceux et celles qui
nous regardent, qui sont à la retraite et dont les régimes sont régis
et supervisés par votre bureau, que vous faites confiance aux
dispositions actuelles en matière de gestion du risque, de
gouvernance et de solvabilité qu’on trouve dans les régimes de
retraite fédéraux que vous surveillez?
Mr. Rudin: Well, we have 1,200 pension plans. I think we have
a good regime, but it’s not a regime that is designed to guarantee
the solvency of the pension plans. The regime is based on the idea
that these are a private bargain. Someone’s got to be looking out
for the interests of the pensioners and members, and that is the
office of the superintendent, but at the end of the day, the
investment and benefit decisions are private decisions and
management is responsible. It says quite explicitly in the
legislation that this does not obviate the possibility that benefits
might have to be reduced in some cases. That’s our system.
M. Rudin : Eh bien, nous avons 1 200 régimes de retraite. Je
pense que nous avons un bon système, dans l’ensemble, mais qu’il
n’est pas conçu pour garantir la solvabilité des régimes de retraite.
Il se fonde sur l’idée que les régimes sont le fruit de négociations
privées. Il doit y avoir quelqu’un pour voir aux intérêts des
retraités et des membres, et c’est le travail du bureau du
surintendant, mais en bout de ligne, les décisions qui concernent
l’investissement et les prestations sont des décisions privées, et ce
sont les gestionnaires qui en sont responsables. Il est écrit très
explicitement dans la loi que cela n’annule pas pour autant la
possibilité que les prestations doivent diminuer dans certains cas.
C’est ainsi que notre système fonctionne.
Senator Ringuette: Thank you. I have two questions for
Mr. Rudin.
La sénatrice Ringuette : Merci. J’ai deux questions à poser à
M. Rudin.
Last spring, this committee was very concerned with
cooperative insurance companies that were looking into
becoming non-cooperative organizations. Would you be
involved in the supervision of that transition?
Le printemps dernier, ce comité s’inquiétait beaucoup des
coopératives d’assurance qui voulaient devenir des sociétés non
coopératives. Participeriez-vous à la supervision de cette
transition?
Mr. Rudin: I believe, senator, you’re speaking about the
possibility of demutualizing a property and casualty company
or a general insurance company. The government has in
legislation established that a property and casualty company
may demutualize, but only in accordance with the regulations
established by the government, and those regulations have yet to
be promulgated and brought into force.
M. Rudin : Je crois, madame la sénatrice, que vous parlez de la
possibilité de démutualiser une société d’assurance multirisques
ou générale. Le gouvernement a établi par loi qu’une société
d’assurance multirisques peut se démutualiser, mais seulement
conformément au règlement établi par le gouvernement, et ce
règlement n’a pas encore été promulgué, il n’est donc pas encore
en vigueur.
I believe there is a consultation on what those regulations
should be that was launched by my former colleagues at the
Department of Finance, but the actual regulations have not been
specified. So I do not yet know what role, if any, OSFI will have
in the supervision of such a demutualization. It wouldn’t be
surprising if we had some role because we certainly had a role in
the demutualization of life insurance companies, but this is yet to
be determined.
Je pense que mes anciens collègues du ministère des Finances
ont lancé un processus de consultation sur ce que doit contenir ce
règlement, mais que le règlement lui-même n’est pas encore établi.
Je ne sais donc pas encore quel rôle le BSIF jouera, s’il y a lieu,
dans la supervision de ce genre de démutualisation. Il ne serait pas
surprenant que nous ayons un rôle à jouer, parce que nous avons
clairement joué un rôle dans la démutualisation des sociétés
d’assurance-vie, mais ce rôle reste à déterminer.
Senator Ringuette: My other question is not only of concern to
me. We’re talking about a real estate bubble, where particularly
with huge condo buildings in every major city in Canada, as far as
I know, the rule of thumb used to be you could start building if
60 per cent of the properties were sold.
La sénatrice Ringuette : Mon autre question ne préoccupe pas
que moi. On parle de la bulle de l’immobilier. Pour les grands
édifices à condos qu’on trouve dans toutes les grandes villes du
Canada, à ma connaissance, la règle générale semblait être de
commencer à construire l’édifice quand 60 p. 100 des propriétés
sont vendues.
17:20
Banking, Trade and Commerce
6-11-2014
What are the guidelines you are providing to financial
institutions with regard to these kinds of huge commercial
undertakings? We’ve been hearing for almost two years that
there’s a real estate bubble in Canada. What are your
implications? How are you looking into this issue?
Quelles sont vos lignes directrices à l’intention des institutions
financières sur ces immenses projets commerciaux? On entend dire
depuis presque deux ans qu’il y a une bulle immobilière au
Canada. Quelles sont vos responsabilités à cet égard? Comment
intervenez-vous?
Mr. Rudin: Let me start by talking about residential mortgage
lending in general and then I’ll focus on condominium
construction lending, which I think was one of the issues that
you raised.
M. Rudin : Permettez-moi de vous parler d’abord des
hypothèques résidentielles en général, après quoi je vais vous
parler de prêts pour la construction de condominiums, puisque je
crois que c’est l’une des questions que vous avez soulevées.
We have a guideline that’s a relatively new initiative on
residential mortgage lending in particular. It’s our guidance to
institutions that are in the business. It is largely principles-based.
It says that if you are in the residential mortgage lending business,
you need to have an underwriting policy. The decision on what
the policy is would be up to you, but you need to have one, and
you need to monitor and measure yourself against that policy so
that you don’t inadvertently start moving down the credit curve,
so to speak, without even knowing it.
Nous avons une série de lignes directrices relativement
nouvelles concernant les hypothèques résidentielles en
particulier. Ces lignes directrices s’adressent aux institutions qui
offrent ce genre de prêt hypothécaire. Elles visent surtout les
principes. Nous prescrivons que toute institution offrant des prêts
hypothécaires résidentiels doit se doter d’une politique de
souscription. La décision sur le contenu de cette politique
revient à chaque institution, mais elle doit en avoir une, faire un
suivi et évaluer son rendement en fonction de sa politique pour ne
pas commencer à descendre par inadvertance dans la courbe de
crédit, sans même le savoir.
There are a few bright lines in the mortgage underwriting
guideline that aren’t entirely principles-based. One is that
mortgages have to amortize. You can’t make mortgages, at
least mortgages with elevated loan-to-value ratios, that don’t
amortize, that don’t pay down over time. There are home equity
lines of credit that don’t necessarily amortize, and we have a
bright-line limit that the maximum loan-to-value ratio on a home
equity line of credit is 65 per cent. This is to ensure that, on
average, the book amortizes, and that definitely reduces risk over
time.
Il y a des seuils de démarcation dans nos lignes directrices sur la
souscription de prêts hypothécaires qui ne se fondent pas
exclusivement sur des principes. D’abord, les hypothèques
doivent être amorties. On ne peut pas consentir de prêts
hypothécaires, à tout le moins des prêts avec un rapport prêtvaleur élevé, s’ils ne sont pas amortis, s’ils ne rapportent pas avec
le temps. Il y a des marges de crédit hypothécaire qui ne
s’amortissent pas nécessairement, et nous établissons un seuil de
démarcation selon lequel le rapport prêt-valeur maximal pour une
marge de crédit hypothécaire est de 65 p. 100. Cette règle vise à ce
que les dépenses soient amorties, en général, ce qui réduit
beaucoup le risque à long terme.
The other bright-line test is you have to assess the borrower’s
ability to repay. One of the big issues in the United States during
the sub-prime crisis was people were getting mortgages without
any regard for their ability to repay, despite in some cases the
lender being convinced they wouldn’t be able to repay. The idea
was the recovery would be made either by selling on the mortgage
to someone less informed or by seizing the property at default and
selling it. It definitely will require the lenders to assess and
consider ability to repay and also to carefully assess the value of
the property. You can’t be heedless about any of those things.
L’autre seuil de démarcation consiste à évaluer l’aptitude de
l’emprunteur à rembourser. L’un des grands problèmes aux ÉtatsUnis pendant la crise des prêts hypothécaires à risque élevé, c’est
que les gens prenaient des hypothèques sans tenir compte de leur
aptitude à les rembourser, même si le créancier était parfois
convaincu qu’ils n’en seraient pas capables. L’idée était que
l’argent pourrait être récupéré grâce à la vente de l’hypothèque à
une personne moins informée ou à la saisie de la propriété pour
cause de non-remboursement, puis à la vente de la propriété. Il
faudra donc indéniablement que les créanciers évaluent avec soin
l’aptitude à rembourser et la valeur de la propriété. On ne peut
pas faire preuve de négligence à cet égard.
The other thing that’s important from a financial stability
point of view is, of course, we look carefully at the amount of
capital, the loss absorbing capacity that residential lenders have
against their book.
L’autre élément important pour la stabilité financière, bien sûr,
c’est d’examiner attentivement l’ampleur du capital, la capacité
d’absorption des pertes des prêteurs résidentiels, sur papier.
I should mention we also supervise the private mortgage
insurers. It’s the default risk on high ratio mortgages, so
mortgages above 80 per cent loan-to-value ratio. It doesn’t stay
Je dois mentionner que nous supervisons aussi les assureurs
d’hypothèques privés. Nous surveillons le risque de non-paiement
sur les hypothèques dont le rapport prêt-valeur est élevé, soit
6-11-2014
Banques et commerce
with the lender, it by law has to go to a mortgage insurer, whether
it’s CMHC or the private insurers. We supervise the private
insurers and we examine CMHC, which is similar but not exactly
the same as supervising it.
Senator Ringuette: Which is recent.
17:21
au-dessus de 80 p. 100. Le créancier ne conserve pas ces
hypothèques, la loi exige qu’elles soient confiées à un assureur
hypothécaire, c’est-à-dire à la SCHL ou à un assureur privé. Nous
supervisons le travail des assureurs privés et nous examinons celui
de la SCHL, c’est assez similaire, mais ce n’est pas exactement
comme une supervision.
La sénatrice Ringuette : C’est récent.
Mr. Rudin: Which is also recent, and we have a draft guideline
for the mortgage insurers, which we will shortly be finalizing.
M. Rudin : Il est également récent que nous ayons des lignes
directrices provisoires pour les assureurs hypothécaires, que nous
allons parachever sous peu.
In terms of construction lending, we don’t have as detailed a
guideline about construction or other forms of lending, whether
it’s credit cards or auto lending. The guideline on residential
mortgages is a bit of an exception for us and we did it because of
the very large exposures that we have across the system, the
materiality of the residential mortgage book. And, of course, to
some extent things that restrain risk taking or improve risk
management for the residential mortgage lending also reduce risk
in the condo market because there’s a buyer at the end of those
condos and many of those condo buyers have mortgages, not all
by any stretch, but many of them do.
Pour ce qui est des prêts de construction, nous n’avons pas de
lignes directrices détaillées sur les prêts de construction ou les
autres formes de prêt, qu’il s’agisse de cartes de crédit ou de prêts
automobiles. Les lignes directrices sur les hypothèques
résidentielles sont plutôt l’exception pour nous, et nous les
avons préparées à cause de la très grande exposition au risque
dans le système, en raison de l’importance du portefeuille des
prêts hypothécaires résidentiels. Évidemment, dans une certaine
mesure, les précautions qui limitent la prise de risque ou
améliorent la gestion du risque que représentent les prêts
hypothécaires résidentiels réduisent également le risque sur le
marché des condominiums, parce qu’il y a des acheteurs pour les
condos et que bon nombre d’entre eux contractent des
hypothèques, pas tous, mais beaucoup.
This was a decision that belongs to the minister rather than
OSFI, but if a person wants to a buy a condo and rent it out, they
can’t get an insured mortgage for that condo so that means that
the loan-to-value ratio can’t be any higher than 80 per cent for
that.
C’est une décision qui relève du ministre plutôt que du BSIF,
mais si quelqu’un veut acheter un condo pour le louer, il ne peut
pas souscrire d’hypothèque assurée, si bien que le rapport prêtvaleur de l’hypothèque ne peut pas excéder 80 p. 100.
We do have a few, not a great many, institutions that do
construction lending and we take a close look at commercial real
estate in general and we, again, have principles-based
requirements for them that they have underwriting policies that
they measure and monitor their risks and we carefully watch the
capital that they have against those risks.
Il y a quelques institutions, pas beaucoup, qui consentent des
prêts de construction, et nous suivons de près le marché
immobilier commercial en général, pour lequel nous avons
encore une fois des obligations de principe : ces institutions
doivent avoir des politiques de souscription en fonction desquelles
elles mesurent et suivent leur exposition au risque, et nous
examinons attentivement le capital qu’elles adossent à ces risques.
Senator Ringuette: You monitor a portion.
La sénatrice Ringuette : Vous en surveillez une partie.
Mr. Rudin: Yes.
M. Rudin : Oui.
Senator Ringuette: Okay. That doesn’t relieve my concerns
though but, anyway, I think there is an issue out there and we’ll
see. Thank you very much.
[Translation]
Senator Bellemare: I would like to go back to the problem that
Senator Black raised about private federally regulated pension
plans. This particularly interests me. Going back to your risk
assessment framework, you explained earlier that the liquidity of
some private plans may be on shaky ground. They are not all fully
capitalized and solvent. You also raised the idea that some plans
should perhaps consider reducing their benefits.
La sénatrice Ringuette : Très bien. Quoi qu’il en soit, cela
n’apaise pas mes inquiétudes, je pense qu’il y a un problème, mais
nous verrons bien. Merci beaucoup.
[Français]
La sénatrice Bellemare : J’aimerais revenir à la problématique
soulevée par le sénateur Black en ce qui concerne les régimes de
pension privés sous responsabilité fédérale. C’est un sujet qui
m’intéresse particulièrement. Pour revenir un peu à votre cadre
d’évaluation des risques, vous avez expliqué, par rapport au
régime privé, tantôt, que la solvabilité de certains régimes peut
être faible. Ils ne sont pas tous pleinement capitalisés et solvables.
Vous avez soulevé aussi l’idée que certains régimes devraient peutêtre arriver à réduire leurs prestations.
17:22
Banking, Trade and Commerce
6-11-2014
So here is my question: does the Office of the Superintendent of
Financial Institutions have clear rules for private pension plans
that have a major liquidity problem? For example, are there rules
under which a company has to improve its liquidity, its
capitalization in five years or 10 years? Are there rules of that
kind? That is my first question.
Alors, voici ma question : est-ce que le Bureau du surintendant
des institutions financières prévoit des règles précises pour les
régimes de retraite privés qui ont un gros problème de solvabilité?
Est-ce qu’il y a, par exemple, des règles selon lesquelles
l’entreprise doit améliorer sa solvabilité, sa capitalisation sur
5 ans ou 10 ans? Est-ce qu’il y a des règles de cette nature-là? C’est
ma première question.
Mr. Rudin: There are rules of that kind already. Retirement
plans are subject to solvency assessments. When there is a
shortfall, they need a plan to address it. The timeline is generally
about five years. That said, if something else negative occurs, a
reduction in the value of the assets, for example, that triggers
another plan that will restore the liquidity.
M. Rudin : De telles règles existent déjà. Les régimes de retraite
sont contraints à des évaluations de solvabilité. Lorsqu’il y a un
manque à gagner, il faut un plan pour y arriver. L’échéancier est
généralement d’environ cinq ans. Ceci étant dit, s’il y a un autre
événement négatif, par exemple, des réductions de la valeur des
actifs, cela mène à un autre plan de retour à la solvabilité.
Those rules are established by the government on the
recommendation of the Department of Finance. It is our duty
to oversee, manage and audit pension plans to make sure that
they are in compliance with the regulations. In terms of protecting
pension plans that are in a less favourable situation, those, for
example, with a solvency ratio of less than 80 per cent, we impose
restrictions in order to prevent the solvency from deteriorating
further.
Ces règles sont établies par le gouvernement selon les
recommandations du ministère des Finances. Il est de notre
devoir de surveiller, de gérer et de vérifier les régimes de retraite
pour nous assurer qu’ils sont conformes aux règlements. En ce qui
concerne la protection des régimes de retraite qui sont dans une
situation moins favorable ou, par exemple, qui comportent un
ratio de solvabilité de moins de 80 p. 100, nous appliquons des
restrictions pour éviter toute détérioration continuelle de la
solvabilité.
Senator Bellemare: Continuing along those lines, we know that,
with interest rates and returns low, there are stock market booms,
but, overall, revenues are not as great as they were. The current
value of pension schemes is greater and contributions have to be
raised. As superintendent, do you have an idea of the contribution
rate, as a percentage of the payroll, for traditional defined benefit
plans? What might the overall contribution rate be that will
achieve an overall balance and allow promises to be kept?
La sénatrice Bellemare : Pour continuer dans cette veine, on
sait qu’avec les taux d’intérêt faibles et les rendements, il y a des
booms dans le monde boursier, mais dans l’ensemble, la
rentabilité est plus faible qu’elle ne l’était, la présente valeur des
régimes de retraite est plus forte et les cotisations doivent être plus
élevées. En tant que surintendant, avez-vous une idée du taux de
cotisation en pourcentage de la masse salariale dans le cas des
régimes traditionnels à prestations déterminées? Quel serait le
taux de cotisation global d’équilibre pour arriver à remplir les
promesses?
Mr. Rudin: I do not have those figures at my fingertips. If I
recall correctly, the average insolvency rate for federal retirement
plans at the end of last year had improved by more than
90 per cent, actually 91 or 92 per cent. I can provide you with the
precise figures, which are encouraging.
M. Rudin : Je n’ai pas ces chiffres au bout des doigts. Si je me
souviens bien, la moyenne de ratio d’insolvabilité à la fin de
l’année précédente s’est améliorée pour les régimes de retraite
fédéraux de plus de 90 p. 100, soit 91 p. 100 ou 92 p. 100. Je
pourrai vous fournir les chiffres précis, qui sont encourageants.
At the same time, the percentage masks significant variations
between plans. If you take similar situations, with stock market
indices at such and such a level and interest rates at such and such
a level, there are major discrepancies in insolvency rates. That is a
function of the demographics of the plans, the investment history
and the current investments. It all makes a significant difference
from one plan to another.
En même temps, cette proportion déguise une variation
importante entre les régimes. Si on prend la même situation,
avec les indices des bourses à un tel niveau et les taux à long terme
à un tel niveau, il y a des divergences importantes dans les ratios
de solvabilité. C’est en raison de la démographie des régimes, de
l’historique du plan d’investissement et des investissements
actuels. Tout cela diffère d’une façon importante d’un régime à
l’autre.
Senator Bellemare: I have one more question for you. Do you
know the current average contribution rate for retirement plans?
Is that information available for federal defined benefit plans?
Looking at the amounts that the employees and the employer
contribute, do we have an idea of current rates? An option to
consider would be to increase contribution rates rather than to
reduce benefits.
La sénatrice Bellemare : J’ai une autre question à vous poser. À
l’heure actuelle, connaissez-vous le taux de cotisation moyen des
régimes de retraite? Est-ce une information disponible dans les
régimes fédéraux à prestations déterminées? Lorsqu’on examine le
montant que les employés et l’employeur cotisent, est-ce qu’on a
une idée des taux actuels? Ce serait une option à retenir, soit
d’augmenter les taux plutôt que de réduire les prestations.
6-11-2014
Banques et commerce
17:23
Mr. Rudin: I understand. I do not even know whether we have
that figure, because we ask for reports on solvency. I am not
saying that we do not ask for that information, but I do not
know. Something else to point out it that there are plans that are
closed, meaning that no one is currently contributing to them.
The plans still exist because benefits are payable to those who
participated previously. Very few people contribute to those plans
because they are not offered to new employees. In some cases, the
plans are completely closed and there is no option to increase
contributions because there no longer are any.
M. Rudin : Je comprends. Je ne sais même pas si on a ce
chiffre, parce qu’on demande des rapports au sujet de la
solvabilité. Je ne dis pas qu’on ne demande pas cette
information, mais je ne sais pas. Une autre chose à souligner,
c’est qu’il y a des régimes qui sont fermés, c’est-à-dire qu’il n’y a
personne qui y contribue actuellement. Les plans existent
toujours, parce qu’il y a des prestations à payer en raison de la
participation précédemment. Il y a très peu de personnes qui
contribuent à leur régime, parce que le plan n’est pas offert aux
nouveaux employés. Dans certains cas, le plan est complètement
fermé et il n’y a pas d’option qui permettrait d’augmenter les
cotisations, puisqu’il n’existe plus.
Senator Bellemare: The plans turn into defined contribution
plans.
La sénatrice Bellemare : Les régimes sont transformés en
régimes à cotisations déterminées.
Mr. Rudin: It is possible to continue paying benefits based first
on the performance of the invested premiums and then on any
potential contributions from the employer.
M. Rudin : Il s’agit de la possibilité de continuer de payer les
prestations sur la performance des fonds investis de prime abord,
et après, les contributions potentielles de l’employeur.
Senator Maltais: Congratulations, Mr. Rudin.
Le sénateur Maltais : Monsieur Rudin, félicitations.
Mr. Rudin: Thank you very much.
M. Rudin : Merci beaucoup.
Senator Maltais: We feel sure that you will perform this huge
task with all the skill we know you have.
Mr. Rudin: Thank you very much.
Le sénateur Maltais : Nous sommes certains que vous vous
acquitterez de cette immense tâche avec toute la dextérité qu’on
vous connaît.
M. Rudin : Merci beaucoup.
Senator Maltais: I come from the world of insurance too, not
as an owner, like my colleague Senator Tannas, but as a broker
and an insurer. We are seeing a phenomenon today that we did
not see perhaps 20 or so years ago. This is the repeated acquisition
of insurance companies and insurance trusts. Are you at all
concerned that we now find ourselves with 10 or 15 major sectors
that we cannot avoid, and that they will be controlling the world
of insurance in terms of general insurance?
Le sénateur Maltais : Je viens aussi du monde des assurances,
non pas comme propriétaire, comme mon collègue, le sénateur
Tannas, mais comme courtier et assureur. On remarque un
phénomène, aujourd’hui, qu’on ne voyait pas il y a peut-être une
vingtaine d’années : il s’agit des acquisitions à répétition des
entreprises d’assurances et de fiducie d’assurance. Trouvez-vous
inquiétant le fait de se retrouver peut-être avec 10 ou 15 grands
secteurs qu’on ne pourra éviter, alors que ce sont eux qui
contrôleront le monde de l’assurance dans le domaine de
l’assurance générale?
Mr. Rudin: Our responsibility is to make sure that institutions
are well managed and capitalized. We are also responsible for
paying attention to competition and making sure that the sector is
effective. A sector that is more open to new competitors will be
more effective. We do not have a mandate to directly consider the
effect of a merger on competition. That responsibility lies with the
Competition Bureau. Potentially, it is something that the minister
might consider. In terms of the life cycle of institutions, the
creation of a new institution, a change of control and so on, even
if I have to make recommendations to the minister, at the end of
the day, the minister makes the decisions. He could consider the
non-prudential factors at the appropriate time.
M. Rudin : Nous avons la responsabilité d’assurer la bonne
gestion et la capitalisation des institutions. Nous avons aussi la
responsabilité de faire attention à la concurrence et de veiller à
l’efficacité du secteur. Un secteur qui est plus ouvert aux
nouveaux concurrents sera plus efficace. Nous n’avons pas le
mandat de considérer directement l’effet d’une fusion sur la
concurrence. Cette responsabilité incombe au Bureau de la
concurrence. Potentiellement, c’est quelque chose que le ministre
peut prendre en considération. En ce qui concerne le cycle de vie
des institutions, la création d’une nouvelle institution, le
changement de contrôle et le reste, même si je dois faire une
recommandation au ministre, c’est le ministre qui, en fin de
compte, prend les décisions. Celui-ci pourra considérer des aspects
non prudentiels à ce moment.
Senator Maltais: In Quebec, the Mouvement des caisses
Desjardins has become the second largest financial cooperative
in the world, which is no small achievement. It is also involved in
a lot of acquisitions. Following a system of recapitalization, it has
Le sénateur Maltais : Au Québec, le Mouvement des caisses
Desjardins est devenu la deuxième plus grande coopérative de
financement au monde, et ce n’est pas peu dire. Il fait également
beaucoup d’acquisitions. Selon un système de recapitalisation, il
17:24
Banking, Trade and Commerce
6-11-2014
been selling parts each year. This year, it stopped doing so,
probably for a number of reasons. I now find my tax deductions
to be no more, but that is life.
vendait des parts chaque année. Or, cette année, il a cessé de le
faire, probablement pour nombre de raisons. Je m’en trouve privé
de déductions d’impôt, mais c’est la vie.
The Mouvement des caisses Desjardins is making a lot of
acquisitions in an area under your control. It even acquired a
bank. You remember the Laurentian Bank, which has a federal
charter. Slowly but surely, it is slipping into federal government
control. It comes under the jurisdiction of the provincial
government because it is a cooperative. But, because of its
activities and its actions, it is almost under federal jurisdiction.
Le Mouvement des caisses Desjardins fait beaucoup
d’acquisitions là où vous avez un rôle de contrôle. Il a même
acquis une banque. Vous vous souviendrez de la Banque
Laurentienne, qui a une charte fédérale. Petit à petit, il se glisse
vers le contrôle du gouvernement fédéral. Il relève du champ de
compétences de la loi provinciale, car c’est une coopérative.
Toutefois, dans ses activités et ses actions, il relève presque de la
juridiction fédérale.
Do you have an opinion on that? How does it see that indirect
transfer?
Avez-vous une opinion à ce sujet? Comment voit-il ce transfert,
indirectement?
Mr. Rudin: In my opinion, Desjardins remains largely
regulated by the province. Where OSFI has a role is if
Desjardins becomes the owner of a federal insurance company
under federal prudential regulation. Other companies come under
provincial prudential regulation. That is also the case if
Desjardins acquires a bank, because all banks are federally
regulated.
M. Rudin : À mon avis, Desjardins reste en grande partie
réglementé par la province. Là où le BSIF a un rôle à jouer, c’est
si Desjardins devient propriétaire d’une compagnie d’assurance
fédérale qui est sous réglementation prudentielle fédérale. Il existe
aussi des compagnies sous réglementation prudentielle
provinciale. C’est le cas également si Desjardins devient
propriétaire d’une banque, parce que la réglementation de
toutes les banques est de responsabilité fédérale.
As for Laurentian, it was, but is no longer, a Desjardins
affiliate. I believe it has become another small bank.
En ce qui concerne la Laurentienne, elle a été une filiale de
Desjardins et ne l’est plus. Je crois qu’elle est devenue une autre
banque plus petite.
A large majority of Desjardins’ operations and assets continue
to be overseen.
La grande majorité des opérations et des actifs de Desjardins
continue d’être surveillée.
Senator Maltais: In Quebec and in Canada, when we talk
about reinsurance, the risks are often distributed between
different companies, but we also get into international markets,
especially in the United States.
Le sénateur Maltais : Au Québec et au Canada, lorsqu’on fait
de la réassurance, souvent, on répartit des risques dans différentes
compagnies, mais on pénètre aussi les marchés internationaux,
particulièrement aux États-Unis.
Mr. Rudin: Yes.
M. Rudin : Oui.
Senator Maltais: One question has always occurred to me. As
brokers, as reinsurers, we were supposed to get information about
a company’s solvency. So we went to the American federal
government department in charge of finance and banking.
Le sénateur Maltais : Je me suis toujours posé une question.
Comme courtier, comme réassureur, on devait s’informer de la
solvabilité de la compagnie. Alors, on s’en tenait au rapport émis
par le département fédéral américain des Finances et des Banques.
Today, do we have a better way of verifying whether the coinsurer that we are looking for in New Hampshire, for example, is
solvent? Do we still have to rely on that kind of report, or do we
have a more modern tool, a quicker one, to tell us whether it is
solvent?
Aujourd’hui, a-t-on une meilleure façon de vérifier si le
coassureur que l’on ira chercher au New Hampshire, par
exemple, est solvable? Doit-on encore se fier à ce genre de
rapport, ou a-t-on un instrument plus moderne ou plus rapide qui
nous indique s’il est solvable?
Mr. Rudin: In general, reinsurance is an important part of
insurance companies’ risk management, as you well know,
probably better than I do. So it is essential to have a market
that works really well. We recognize, however, that we cannot
regulate and supervise all reinsurers.
M. Rudin : En général, la réassurance est un aspect important
de la gestion de risques des compagnies d’assurance, comme vous
le savez très bien — et vous le savez sans doute mieux que moi. Il
est donc essentiel d’avoir un marché qui fonctionne très bien. On
reconnaît, cependant, qu’on ne peut pas réglementer et superviser
tous les réassureurs.
Senator Maltais: That is true.
Mr. Rudin: What is actually important is to spread out the risk.
In Canada, certainly, but not exclusively, for life insurance, we
have affiliates of large European or American companies. Our
insurance companies often have the option of doing business with
Le sénateur Maltais : C’est vrai.
M. Rudin : En fait, c’est la distribution des risques qui est
importante. Nous avons, au Canada, surtout, mais pas
uniquement, en ce qui concerne l’assurance-vie, les filiales de
grandes compagnies européennes ou américaines. Nos sociétés
6-11-2014
Banques et commerce
17:25
an affiliate that is supervised, overseen, by the OSFI. We believe
that it is always important to understand that those companies
are free to look for their reinsurers elsewhere. Of course, we have
less information about the solvency of insurers from elsewhere,
about whether they go to the capital markets to make
commitments in the event of a disaster, for example. Once
again, we have less information on that. In a way, that is the
compromise we have to make.
d’assurance ont souvent l’option de faire affaire avec une filiale
qui est supervisée ou surveillée par le BSIF. Nous croyons qu’il est
toujours important de savoir que ces sociétés ont la liberté de
chercher leur réassurance ailleurs. Bien sûr, on a moins
d’information en ce qui concerne la solvabilité des assureurs
d’ailleurs, à savoir s’ils vont sur les marchés de capitaux pour faire
des obligations, par exemple, en situation de catastrophe; encore
une fois, on a moins d’information à ce sujet. C’est en quelque
sorte le compromis que nous devons faire.
Senator Bellemare: My question is about something other than
pension funds; it is about the international financial system.
La sénatrice Bellemare : Ma question touche un autre sujet que
celui des fonds de pension; elle concerne le système financier
international.
I have been asking myself this question since 2007 and I have
never been able to find an answer. It occurs to me that, in your
position, with your trips to Basel, you might be able to answer my
question.
Il y a une question que je me pose depuis 2007 et à laquelle je
n’ai jamais eu de réponse. Je me suis dit que, dans votre position,
vous qui allez à Bâle, vous seriez peut-être en mesure de répondre
à ma question.
You will recall all the financial difficulties we had in Canada in
2007. I was in Quebec at the time and, in the course of a
parliamentary committee, we were questioning some of the people
involved. One of the questions we asked in 2007 was about the
ABCP, the asset-backed commercial paper and about the whole
matter of the securitization of assets. At the time, the Bank of
Canada did not understand commercial paper. I asked myself at
the time how it could have flown under the radar.
Au Canada, en 2007, vous vous souviendrez de tous les
déboires financiers qu’on a vécus. À l’époque, je me trouvais au
Québec, et on questionnait, dans le cadre d’une commission
parlementaire, les intervenants. Dans une question, on parlait, en
2007, des PCAA, des papiers commerciaux adossés des actifs et de
toute la titrisation des titres. À ce moment-là, la Banque du
Canada ne comprenait pas ces papiers commerciaux. Je me suis
alors demandé s’il était possible que ce soit passé sous le radar.
Let me ask the question, because, earlier you said something
very, very important. You said that you were checking to find out
what cannot be seen.
Je vous pose la question, parce que, plus tôt, vous avez dit
quelque chose de très, très important. Vous avez dit que vous
vérifiiez pour savoir ce qu’on ne voit pas.
Mr. Rudin: Yes.
M. Rudin : Oui.
Senator Bellemare: Today, could a financial innovation like
that fly under the radar of national and international oversight?
La sénatrice Bellemare : Aujourd’hui, une telle innovation
financière peut-elle passer sous les radars de la supervision
nationale et internationale?
Mr. Rudin: Let me say two things about that. First, I hope not.
I think we learned our lesson in 2007-2008 and our oversight is
now greater and more rigorous as we try to avoid similar gaps in
our knowledge.
M. Rudin : Je dirai deux choses à ce sujet. Premièrement,
j’espère que non. Je crois que nous avons appris notre leçon en
2007-2008, et que nous faisons une surveillance beaucoup plus
rigoureuse et accrue pour tenter d’éviter de telles lacunes dans nos
connaissances.
That said, it is one of the reasons why I told you that little story
about the inability to see the warning signs or possibly perhaps to
not understand them. In the Bank of Canada’s Financial System
Review, there were at least two, possibly three articles on the
ABCP being issued by organizations that were not banks. The last
of them was published, I remember it very well, in June 2007,
before the freeze in the market, that is. The article very clearly
explained the problem with, and the fragility of, the system.
Ceci étant dit, c’est l’une des raisons pour laquelle je vous
raconte cette petite histoire sur l’inaptitude de voir les signes
précurseurs ou peut-être la possibilité de ne pas les comprendre. Il
y avait au moins deux, peut-être trois articles, dans la revue du
système financier de la Banque du Canada, au sujet des PCAA
émis par les organismes non bancaires. Le dernier a été publié, et
je me souviens très bien, en juin 2007, soit avant le gel dans le
marché. L’article expliquait très clairement le problème et la
fragilité du système.
I read the article in June 2007, but I did not realize the scale of
the problem. The information was there, the signs were there, but,
at the time, I did not see them. Perhaps it was because of my lack
of experience, but it was also because there were some unusual
aspects. That is why my answer to Senator Black was yes. Each
day, I assume that there is something to be found and that could
be overlooked. We must always be mindful of the hypothesis that
J’ai lu cet article en juin 2007, mais je n’avais pas réalisé
l’ampleur du problème. L’information était là, il y avait des
signes, mais, à l’époque, je ne les ai pas vus. C’était peut-être par
manque d’expérience, mais c’était aussi parce qu’il y avait des
aspects insolites. C’est la raison pour laquelle ma réponse au
sénateur Black a été oui. Chaque jour, je présume qu’il y a
quelque chose à trouver et à côté de laquelle on pourrait passer. Il
17:26
Banking, Trade and Commerce
6-11-2014
we might miss something. We then have to rely on different
approaches in order to forearm ourselves against a financial crisis
where the superintendent, or anyone else, might not recognize the
problem or the warning signs that would keep us ahead of it.
faut toujours garder en tête l’hypothèse qu’on risque de manquer
quelque chose. Il faut alors se fier à d’autres approches dans le but
de se prémunir contre une crise financière pour laquelle le
surintendant ou d’autres personnes ne reconnaîtraient pas le
problème ou les signes avant-coureurs afin de garder une bonne
longueur d’avance.
Senator Bellemare: I am going to read that article. Thank you
very much.
La sénatrice Bellemare : Je vais lire l’article. Merci beaucoup.
[English]
The Chair: Mr. Rudin, you have been succinct, direct and
transparent, and you have answered our questions very clearly.
That’s a characteristic that I know this committee enjoys very
much. I know I speak on behalf of every member of the
committee wishing you all good wishes for your new position as
superintendent, and we are delighted with your appearance today.
We look forward to your appearance sometime in the future
again.
[Traduction]
Le président : Monsieur Rudin, vous avez été succinct, direct et
transparent, vous avez répondu à nos questions très clairement. Je
sais que les membres du comité apprécient beaucoup ces qualités.
Je sais que tous les membres du comité joignent leur voix à la
mienne pour vous souhaiter beaucoup de succès à votre nouveau
poste de surintendant; nous sommes ravis que vous ayez comparu
devant nous aujourd’hui. Nous avons déjà hâte à vos futures
comparutions.
Mr. Rudin: My thanks to all of you.
M. Rudin : Je vous remercie tous et toutes.
(The committee continued in camera.)
(La séance se poursuit à huis clos.)
OTTAWA, Thursday, November 6, 2014
OTTAWA, le jeudi 6 novembre 2014
The Standing Senate Committee on Banking, Trade and
Commerce met this day at 10:30 a.m. to study Bill S-1001, An
Act to amend the Eastern Synod of the Evangelical Lutheran
Church in Canada Act.
Le Comité sénatorial permanent des banques et du commerce
se réunit aujourd’hui, à 10 h 30, pour étudier le projet de
loi S-1001, Loi modifiant la Loi sur le Synode de l’Est de l’Église
évangélique luthérienne au Canada.
[Translation]
Barbara Reynolds, Clerk of the Committee: Honourable
senators, I see we have a quorum. As clerk of the committee, it
is my duty to inform you of the unavoidable absence of the chair
and the deputy chair, and to preside over the election of an acting
chair.
[English]
[Français]
Barbara Reynolds, greffière du comité : Honorables sénateurs,
il y a quorum. En tant que greffière du comité, il est de mon
devoir de vous informer de l’absence inévitable du président et de
la vice-présidente, et de présider à l’élection d’un président
suppléant.
[Traduction]
I am ready to receive a motion to that effect.
Je suis prête à recevoir une motion à cet effet.
Senator Black: I nominate Senator Tkachuk, please.
Le sénateur Black : Je propose le sénateur Tkachuk.
Ms. Reynolds: Thank you. Are there any other nominations?
Mme Reynolds : Merci. Y a-t-il d’autres mises en candidature?
It was moved by the Honourable Senator Black that the
Honourable Senator Tkachuk do take the chair of this committee.
Is it your pleasure, honourable senators, to adopt the motion?
Hon. Senators: Agreed.
[Translation]
Ms. Reynolds: I declare the motion carried and invite the
honourable Senator Tkachuk to take the chair.
Senator David Tkachuk (Acting Chair) in the chair.
L’honorable sénateur Black propose que l’honorable sénateur
Tkachuk soit élu président du comité. Vous plaît-il, messieurs et
mesdames les sénateurs, d’adopter la motion?
Des voix : D’accord.
[Français]
Mme Reynolds : Je déclare la motion adoptée, et j’invite
l’honorable sénateur Tkachuk à prendre place au fauteuil.
Le sénateur David Tkachuk (président suppléant) occupe le
fauteuil.
6-11-2014
Banques et commerce
[English]
17:27
[Traduction]
The Acting Chair: Good morning, honourable senators.
Welcome to the Standing Senate Committee on Banking, Trade
and Commerce. It’s the first meeting today on Bill S-1001, An Act
to amend the Eastern Synod of the Evangelical Lutheran Church
in Canada Act.
Le président suppléant : Bonjour, mesdames et messieurs les
sénateurs. Soyez les bienvenus au Comité sénatorial permanent
des banques et du commerce. Nous tenons aujourd’hui notre
première séance pour étudier le projet de loi S-1001, Loi
modifiant la Loi sur le Synode de l’Est de l’Église évangélique
luthérienne au Canada.
This bill amends the statute governing the corporation known
as the Eastern Synod of the Evangelical Lutheran Church in
Canada so that it may continue to call regular and special
meetings under the act despite certain provisions of the Canada
Not-for-profit Corporations Act.
Le projet de loi modifie la loi qui régit la personne morale
constituée sous la dénomination « Synode de l’Est de l’Église
évangélique luthérienne au Canada » afin que celle-ci puisse
continuer à convoquer des assemblées ordinaires et
extraordinaires au titre de cette loi malgré certaines dispositions
de la Loi canadienne sur les organisations à but non lucratif.
Our witness today is Mr. John Kendall, Solicitor for the
Eastern Synod of the Evangelical Lutheran Church in Canada.
Le témoin que nous entendrons aujourd’hui est M. John
Kendall, solliciteur du Synode de l’Est de l’Église évangélique
luthérienne au Canada.
Mr. Kendall, I understand that you have a short opening
statement.
Monsieur Kendall, je crois que vous avez préparé une courte
présentation à notre intention.
John J. Kendall, Solicitor, Eastern Synod of the Evangelical
Lutheran Church in Canada: Good morning. Thank you very
much for allowing me to attend here this morning.
John J. Kendall, solliciteur, Synode de l’Est de l’Église
évangélique luthérienne au Canada : Bonjour. Merci beaucoup de
me permettre de m’adresser à vous ce matin.
The Eastern Synod of the Evangelical Lutheran Church in
Canada was originally incorporated under its prior name in 1885
by a special act of Parliament. It is one of the synods of the
Evangelical Lutheran Church in Canada, which is also a creature
of a special act of Parliament.
Le Synode de l’Est de l’Église évangélique luthérienne au
Canada a été incorporé en 1885 en vertu d’une loi spéciale du
Parlement. C’est l’un des synodes de l’Église évangélique
luthérienne au Canada, qui a elle aussi été créée par une loi
spéciale du Parlement.
The synod has approximately 190 congregations in Quebec,
Ontario, New Brunswick and Nova Scotia, and holds biannual
meetings of 400 delegates and has done so for about three
decades. One of the prime reasons for holding biannual meetings
is the cost both to the delegates and of the synod, otherwise
having meetings more frequently.
Le Synode de l’Est compte environ 190 congrégations réparties
au Québec, en Ontario, au Nouveau-Brunswick et en NouvelleÉcosse, et tient depuis quelque trois décennies une assemblée
biennale à laquelle participent environ 400 délégués. Si le synode
tient une assemblée tous les deux ans, c’est avant tout par souci
d’économie, tant pour lui que pour les délégués, autrement les
réunions seraient plus fréquentes.
The new provisions of the Canada Not-for-profit Corporations
Act under Part 19, section 294, would make the corporation
subject to subsections 160(1) and 168(1), requiring the holding of
annual meetings or the holding of annual meetings if so ordered
by a court.
Les nouvelles dispositions inscrites à l’article 294 de la
partie 19 de la Loi canadienne sur les organisations à but non
lucratif assujettiraient la personne morale aux paragraphes 160(1)
et 168(1), ce qui l’obligerait à tenir des assemblées annuelles ou à
tenir une assemblée si une cour le lui ordonnait.
The Evangelical Lutheran Church in Canada was specifically
exempted from those provisions by section 323 of the act. Both
the Eastern Synod and the Evangelical Lutheran Church in
Canada under their statutes enjoyed exemption from section 102
of the Canada Corporations Act requiring the holding of annual
meetings or of the holding of court-ordered annual meetings.
Or, l’Église évangélique luthérienne au Canada a été
spécifiquement exemptée de ces dispositions à l’article 323 de la
loi. En vertu de leur loi constitutive, tant le Synode de l’Est que
l’Église évangélique luthérienne au Canada ont bénéficié
d’exemptions à l’égard des dispositions de l’article 102 de la Loi
sur les corporations canadiennes les obligeant à tenir une
assemblée annuelle ou autorisant une cour à en convoquer une.
What the Eastern Synod is seeking is to have a provision, the
same provision that is enjoyed by the Evangelical Lutheran
Church in Canada and that the synod enjoyed under its previous
provisions dealing with the Canada Corporations Act, exempting
it from the requirement of having annual meetings or court-
Ce que le Synode de l’Est demande, c’est une disposition lui
permettant d’être exempté lui aussi de l’obligation de tenir des
réunions sur une base annuelle ou à la demande d’une cour — soit
la même disposition que pour l’Église évangélique luthérienne au
Canada —, un privilège que lui conféraient antérieurement les
17:28
Banking, Trade and Commerce
ordered annual meetings, and the wording is there in front of you.
It’s the same wording that was put in section 323 of the act
exempting the Evangelical Lutheran Church in Canada.
dispositions la concernant dans la Loi sur les corporations
canadiennes. C’est le même libellé que pour l’article 323 de la loi
exemptant l’Église évangélique luthérienne au Canada.
The Acting Chair: Thank you, Mr. Kendall.
Le président suppléant : Merci, monsieur Kendall.
Are there any questions?
Y a-t-il des questions?
Senator Black: I have two quick questions, if I may.
Thank you very much for that presentation. We’re talking here
about the Eastern Synod. Is there a western synod?
Mr. Kendall: Yes.
6-11-2014
Le sénateur Black : J’ai deux courtes questions à poser, si vous
me le permettez.
Merci beaucoup pour votre exposé. Nous parlons ici du
Synode de l’Est. Y a-t-il un Synode de l’Ouest?
M. Kendall : Oui.
Senator Black: Does this problem apply to the western synod
as well?
Le sénateur Black : Ce problème s’applique-t-il à lui aussi?
Mr. Kendall: I’m not sure because we don’t act for the western
synod. I’m not sure about its incorporating statute.
M. Kendall : Je ne saurais vous dire, car nous ne le
représentons pas. Je ne suis pas au fait de sa loi constitutive.
Senator Black: I would have assumed it would be the same.
Le sénateur Black : J’aurais cru qu’elle fut la même que pour
votre organisation.
Mr. Kendall: It could be. I don’t know. I apologize. I don’t
know anything about the western synod.
M. Kendall : C’est peut-être le cas. Je ne le sais pas. Je
m’excuse. Je ne sais rien du Synode de l’Ouest.
Senator Black: I’m just thinking from a practical point of view.
When we approve this for the Eastern Synod, and I assume this
will happen, are we then going to have to deal with the northern
synod, the western synod and the southern synod? You don’t
know.
Le sénateur Black : J’essaie seulement de penser en termes
pratiques. Si nous approuvons cela pour le Synode de l’Est — et je
crois que c’est ce qui arrivera —, faudra-t-il régler cette même
question pour les synodes du Nord, de l’Ouest et du Sud? Vous ne
pouvez pas me répondre.
Mr. Kendall: I don’t know. I apologize. I don’t represent them.
I do not know even how section 323 came about.
M. Kendall : Je ne le sais pas et je m’en excuse. Je ne les
représente pas. Je ne sais même pas ce qui a motivé l’article 323.
Senator Black: Refresh my memory.
Le sénateur Black : Rafraîchissez-moi la mémoire.
Mr. Kendall: That was the exemption for the synod itself —
sorry, the Evangelical Lutheran Church in Canada, because we
don’t act for them.
M. Kendall : C’était l’exemption pour le synode — euh... non,
pour l’Église évangélique luthérienne au Canada, car nous ne les
représentons pas.
Senator Black: This application that you’re making, does it
enjoy the support of your members?
Le sénateur Black : La demande que vous faites a-t-elle l’appui
de vos membres?
Mr. Kendall: Yes, it does.
M. Kendall : Oui, elle l’a.
Senator Black: Can you give us any support for that position?
Le sénateur Black : Pouvez-vous nous en dire plus?
Mr. Kendall: It’s through the representation I’ve had through
the bishop, Bishop Michael Pryse, they right now hold the
biannual meetings and it is definitely supported.
Senator Black: By the membership or by the clergy?
Mr. Kendall: By the membership and the clergy. The delegates
are composed of one lay member and one clergy member from
each congregation.
Senator Black: Thank you very much.
The Acting Chair: Basically, this maintains the status quo?
M. Kendall : Cela s’est fait grâce aux représentations que j’ai
eues par l’intermédiaire de l’évêque, l’évêque Michael Pryse. Ils
tiennent présentement leurs réunions biennales, et c’est une
position qui est définitivement appuyée.
Le sénateur Black : Par la communauté ou le clergé?
M. Kendall : Par la communauté et par le clergé. Les délégués
comptent un membre ordinaire et un membre du clergé par
congrégation.
Le sénateur Black : Merci beaucoup.
Le président suppléant : Essentiellement, il s’agit de maintenir le
statu quo?
Mr. Kendall: Yes.
M. Kendall : Oui.
The Acting Chair: Are there any other questions?
Le président suppléant : Avez-vous d’autres questions?
6-11-2014
Banques et commerce
17:29
If no other questions, we’re going to go to the next item on the
agenda, which is clause-by-clause consideration.
S’il n’y en a pas, nous allons passer au prochain point à l’ordre
du jour, qui est l’étude article par article du projet de loi.
Is it agreed that the committee proceed to clause-byclause consideration of Bill S-1001, An Act to amend the
Eastern Synod of the Evangelical Lutheran Church in Canada
Act?
Plaît-il au comité de procéder à l’étude article par article du
projet de loi S-1001, Loi modifiant la Loi sur le Synode de l’Est de
l’Église évangélique luthérienne au Canada?
Shall the title stand postponed?
L’étude du titre est-elle réservée?
Hon. Senators: Agreed.
Des voix : Oui.
The Acting Chair: Shall the preamble stand postponed?
Le président suppléant : L’étude du préambule est-elle réservée?
Hon. Senators: Agreed.
Des voix : Oui.
The Acting Chair: Shall clause 1 carry?
Le président suppléant : L’article 1 est-il adopté?
Hon. Senators: Agreed.
Des voix : Oui.
The Acting Chair: Carried.
Le président suppléant : Adopté.
Shall the preamble carry?
Le préambule est-il adopté?
Hon. Senators: Agreed.
Des voix : Oui.
The Acting Chair: Carried.
Le président suppléant : Adopté.
Shall the title carry?
Le titre est-il adopté?
Hon. Senators: Carried.
Des voix : Adopté.
The Acting Chair: Carried.
Le président suppléant : Adopté.
Does the committee wish to consider appending observations
to the report?
Hon. Senators: No.
The Acting Chair: Is it agreed that I report the bill to the
Senate?
Les membres du comité souhaitent-ils examiner les
observations annexées au rapport?
Des voix : Non.
Le président suppléant : Plaît-il au comité que je fasse rapport
du projet de loi au Sénat?
Hon. Senators: Agreed.
Des voix : Oui.
The Acting Chair: Agreed.
Le président suppléant : D’accord.
Thank you very much. It will be done this afternoon.
Merci beaucoup. Ce sera fait cet après-midi.
(The committee adjourned.)
(La séance est levée.)
WITNESSES
TÉMOINS
Wednesday, November 5, 2014
Le mercredi 5 novembre 2014
Office of the Superintendant of Financial Institutions Canada:
Bureau du surintendant des institutions financières Canada :
Jeremy Rudin, Superintendent.
Jeremy Rudin, surintendant.
Thursday, November 6, 2014
Le jeudi 6 novembre 2014
Eastern Synod of the Evangelical Lutheran Church in Canada:
Synode de l’Est de l’Église évangélique luthérienne au Canada :
John J. Kendall, Solicitor.
Available on the Internet: http://www.parl.gc.ca
John J. Kendall, solliciteur.
Disponible sur internet: http://www.parl.gc.ca
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement