Second Session Deuxième session de la Forty-first Parliament, 2013-14

Second Session Deuxième session de la Forty-first Parliament, 2013-14
Second Session
Forty-first Parliament, 2013-14
Deuxième session de la
quarante et unième législature, 2013-2014
Proceedings of the Standing
Senate Committee on
Délibérations du Comité
sénatorial permanent de l’
Energy, the
Énergie, de
Environment
l'environnement et des
and Natural Resources ressources naturelles
Chair:
The Honourable RICHARD NEUFELD
Président :
L’honorable RICHARD NEUFELD
Tuesday, February 25, 2014
Thursday, February 27, 2014
Le mardi 25 février 2014
Le jeudi 27 février 2014
Issue No. 7
Fascicule no 7
First and second meetings on:
The current state of ‘‘One Call’’ programs that
identify critical underground infrastructure in Canada
Première et deuxième réunions concernant :
L’état actuel des programmes de « centres d’appels
uniques » qui permettent au Canada d’identifier
les infrastructures souterraines essentielles
WITNESSES:
(See back cover)
TÉMOINS :
(Voir à l’endos)
51219-51234
STANDING SENATE COMMITTEE ON
ENERGY, THE ENVIRONMENT AND
NATURAL RESOURCES
COMITÉ SÉNATORIAL PERMANENT DE
L’ÉNERGIE, DE L’ENVIRONNEMENT
ET DES RESSOURCES NATURELLES
The Honourable Richard Neufeld, Chair
Président : L’honorable Richard Neufeld
The Honourable Grant Mitchell, Deputy Chair
Vice-président : L’honorable Grant Mitchell
and
et
The Honourable Senators:
Les honorables sénateurs :
Black
Boisvenu
* Carignan
(or Martin)
* Cowan
(or Fraser)
Frum
MacDonald
Massicotte
Patterson
Ringuette
Seidman
Sibbeston
Wallace
Black
Boisvenu
* Carignan
(ou Martin)
* Cowan
(ou Fraser)
Frum
MacDonald
Massicotte
Patterson
Ringuette
Siedman
Sibbeston
Wallace
* Ex officio members
* Membres d’office
(Quorum 4)
(Quorum 4)
Change in membership of the committee:
Modification de la composition du comité :
Pursuant to rule 12-5, membership of the committee was
amended as follows:
Conformément à l’article 12-5 du Règlement, la liste des membres
du comité est modifiée, ainsi qu’il suit :
The Honourable Senator Patterson replaced the Honourable
Senator Tannas (February 21, 2014).
L’honorable sénateur Patterson a remplacé l’honorable sénateur
Tannas (le 21 février 2014).
The Honourable Senator Tannas replaced the Honourable
Senator Patterson (February 13, 2014).
L’honorable sénateur Tannas a remplacé l’honorable sénateur
Patterson (le 13 février 2014).
Published by the Senate of Canada
Available on the Internet: http://www.parl.gc.ca
Publié par le Sénat du Canada
Disponible sur internet: http://www.parl.gc.ca
27-2-2014
Énergie, environnement et ressources naturelles
7:3
ORDRE DE RENVOI
ORDER OF REFERENCE
Extract from the Journals of the Senate, Thursday,
February 13, 2014:
Extrait des Journaux du Sénat du jeudi 13 février 2014 :
The Honourable Senator Wallace, for the Honourable
Senator Neufeld, moved, seconded by the Honourable
Senator MacDonald:
L’honorable sénateur Wallace, au nom de l’honorable
sénateur Neufeld, propose, appuyé par l’honorable sénateur
MacDonald,
That the Standing Senate Committee on Energy, the
Environment and Natural Resources be authorized to
examine and report on the current state of ‘‘One Call’’
programs that identify critical underground infrastructure in
Canada. In particular, the committee shall be authorized to:
Que le Comité sénatorial permanent de l’énergie, de
l’environnement et des ressources naturelles soit autorisé à
examiner, pour en faire rapport, l’état actuel des
programmes de « centres d’appels uniques » qui
permettent, au Canada, d’identifier les infrastructures
souterraines essentielles. Que le comité soit, en particulier,
autorisé à :
Examine the ease of access to One Call programs and
their damage prevention procedures, with a view to
facilitating One Call services;
Examiner la facilité d’accès à ces centres d’appels uniques
et leurs procédures de prévention des dégâts en vue de
favoriser des programmes de centre d’appels uniques;
Examine best practice harmonization of underground
protection practices and call-before-you-dig initiatives
across federal, provincial, territorial and municipal
government levels;
Examiner l’harmonisation des pratiques exemplaires en
matière de protection des infrastructures souterraines ainsi
que les initiatives d’ « appels avant de creuser » lancées au
niveau fédéral, provincial, territorial ou municipal;
Recommend specific measures to enhance harmonization
of best practices and the development of a national one call
service; and
Recommander des mesures précises visant à faciliter
l’harmonisation des pratiques exemplaires et la mise en place
d’un centre national d’appels uniques;
That the committee submit its final report no later than
December 31, 2014 and that the committee retain all powers
necessary to publicize its findings until 180 days after the
tabling of the final report.
Que le comité présente son rapport final au plus tard
le 31 décembre 2014 et qu’il conserve tous les pouvoirs
nécessaires pour diffuser ses conclusions dans les 180 jours
suivant le dépôt du rapport final.
After debate,
Après débat,
The question being put on the motion, it was adopted.
La motion, mise aux voix, est adoptée.
Le greffier du Sénat,
Gary W. O’Brien
Clerk of the Senate
7:4
Energy, Environment and Natural Resources
MINUTES OF PROCEEDINGS
PROCÈS-VERBAUX
OTTAWA, Tuesday, February 25, 2014
(13)
OTTAWA, le mardi 25 février 2014
(13)
[English]
27-2-2014
[Traduction]
The Standing Senate Committee on Energy, the Environment
and Natural Resources met this day at 5:32 p.m., in room 257,
East Block, the deputy chair, the Honourable Grant Mitchell
presiding.
Le Comité sénatorial permanent de l’énergie, de
l’environnement et des ressources naturelles se réunit
aujourd’hui à 17 h 32, dans la salle 257 de l’édifice de l’Est,
sous la présidence de l’honorable Grant Mitchell (vice-président).
Members of the committee present: The Honourable Senators
Boisvenu, Frum, MacDonald, Mitchell, Patterson, Ringuette,
Seidman, Sibbeston and Wallace (9).
Membres du comité présents : Les honorables sénateurs
Boisvenu, Frum, MacDonald, Mitchell, Patterson, Ringuette,
Seidman, Sibbeston et Wallace (9).
In attendance: Sam Banks, Analyst, Parliamentary Information
and Research Services, Library of Parliament.
É galement présente : Sam Banks, analyste, Service
d’information et de recherche parlementaires, Bibliothèque du
Parlement.
Pursuant to the order of reference adopted by the Senate on
Thursday, February 13, 2014, the committee began its
examination of the current state of ‘‘One Call’’ programs that
identify critical underground infrastructure in Canada.
Conformément à l’ordre de renvoi adopté par le Sénat le jeudi
13 février 2014, le comité entreprend l’examen de l’état actuel des
programmes de « centres d’appels uniques » qui permettent au
Canada d’identifier les infrastructures souterraines essentielles.
WITNESSES:
TÉMOINS :
Canadian Common Ground Alliance:
Canadian Common Ground Alliance :
Michael Sullivan, Executive Director.
Ontario Regional Common Ground Alliance:
Bryon Sackville, President and Chief Executive Officer.
Legislative Assembly of Ontario:
Michael Sullivan, directeur exécutif.
Ontario Regional Common Ground Alliance :
Bryon Sackville, président-directeur général.
Assemblée législative de l’Ontario :
Robert Bailey, M.P.P., Sarnia—Lambton.
Robert Bailey, député provincial, Sarnia—Lambton.
The chair made a statement.
Le président fait une déclaration.
Mr. Sullivan, Mr. Sackville and Mr. Bailey each made a
statement and answered questions.
M. Sullivan, M. Sackville et M. Bailey font chacun un exposé
et répondent aux questions.
At 7:13 p.m., the committee adjourned to the call of the chair.
À 19 h 13, le comité s’ajourne jusqu’à nouvelle convocation de
la présidence.
ATTEST:
OTTAWA, Thursday, February 27, 2014
(14)
[English]
ATTESTÉ :
OTTAWA, le jeudi 27 février 2014
(14)
[Traduction]
The Standing Senate Committee on Energy, the Environment
and Natural Resources met this day at 8:48 a.m., in room 257,
East Block, the deputy chair, the Honourable Grant Mitchell
presiding.
Le Comité sénatorial permanent de l’énergie, de
l’environnement et des ressources naturelles se réunit
aujourd’hui, à 8 h 48, dans la salle 257 de l’édifice de l’Est, sous
la présidence de l’honorable Grant Mitchell (vice-président).
Members of the committee present: The Honourable Senators
Boisvenu, Frum, MacDonald, Massicotte, Mitchell, Patterson,
Ringuette, Seidman, Sibbeston and Wallace (10).
Membres du comité présents : Les honorables sénateurs
Boisvenu, Frum, MacDonald, Massicotte, Mitchell, Patterson,
Ringuette, Seidman, Sibbeston et Wallace (10).
In attendance: Sam Banks and Marc LeBlanc, Analysts,
Parliamentary Information and Research Services, Library of
Parliament.
Également présents : Sam Banks et Marc LeBlanc, analystes,
Service d’information et de recherche parlementaires,
Bibliothèque du Parlement.
27-2-2014
Énergie, environnement et ressources naturelles
7:5
Pursuant to the order of reference adopted by the Senate on
Thursday, February 13, 2014, the committee continue its
examination of the current state of ‘‘One Call’’ programs that
identify critical underground infrastructure in Canada.
Conformément à l’ordre de renvoi adopté par le Sénat le jeudi
13 février 2014, le comité poursuit l’examen de l’état actuel des
programmes de « centres d’appels uniques » qui permettent au
Canada d’identifier les infrastructures souterraines essentielles.
WITNESSES:
TÉMOINS :
Canadian Gas Association:
Association canadienne du gaz :
Paula Dunlop, Director, Public Affairs and Strategy;
Jim Tweedie, Director, Operations, Safety and Integrity
Management.
The chair made a statement.
Ms. Dunlop and Mr. Tweedie together made a statement and
answered questions.
At 9:44 a.m., the committee suspended.
Paula Dunlop, directrice, Affaires publiques et stratégie;
Jim Tweedie, directeur, Exploitation, sécurité et intégrité.
Le président fait une déclaration.
Mme Dunlop et M. Tweedie font un exposé et répondent aux
questions.
À 9 h 44, le comité suspend ses travaux.
At 9:46 a.m., pursuant to rule 12-16(1)(d), the committee
resumed in camera to consider a draft agenda (future business).
À 9 h 46, conformément à l’article 12-16(1)d) du Règlement,
la séance se poursuit à huis clos pour que le comité puisse étudier
un projet d’ordre du jour (travaux futurs).
After debate, it was agreed that the chair be authorized to seek
authority from the Senate for the following order of reference:
Après débat, il est convenu que le président soit autorisé à
demander au Sénat d’approuver l’ordre de renvoi suivant :
That the Standing Senate Committee on Energy, the
Environment and Natural Resources be authorized to examine
and report on non-renewable and renewable energy development
including energy storage, distribution, transmission, consumption
and other emerging technologies in Canada’s three northern
territories. In particular, the committee shall be authorized to:
Que le Comité sénatorial permanent de l’énergie, de
l’environnement et des ressources naturelles soit autorisé à
examiner, pour en faire rapport, le développement des énergies
renouvelables et non renouvelables dans les trois territoires du
Nord, y compris le stockage, la distribution, la transmission et la
consommation d’énergie, de même que les technologies
émergentes. Le comité sera notamment autorisé à porter son
attention sur les points suivants :
Identify energy challenges facing northern territories
including the state of existing energy services and
infrastructure assets as well as related economic, social,
geographic and environmental challenges;
Les défis énergétiques que doivent relever les trois
territoires, notamment en ce qui concerne l’état des
infrastructures et des services énergétiques existants, de
même que les défis économiques, sociaux, géographiques et
environnementaux connexes;
Identify existing federal and territorial programs and
measures aimed at improving energy use and supply in the
north;
Les mesures et les programmes fédéraux et territoriaux
actuels qui visent à améliorer la consommation d’énergie et
l’approvisionnement en énergie dans le Nord;
Examine ways of enhancing and diversifying energy
production for domestic needs and export markets; and
Les moyens de renforcer et de diversifier la production
d’énergie pour les besoins intérieurs et les marchés
d’exportation; et
Examine ways of improving the affordability,
availability, reliability and efficiency of energy use for
industries, businesses, governments, and residents in the
north.
Les moyens d’améliorer la fiabilité des sources d’énergie,
de rendre l’énergie plus abordable et plus accessible pour les
industries, les entreprises, les gouvernements et les résidents
du Nord, et d’améliorer l’efficacité énergétique des
consommateurs d’énergie du Nord.
That the committee submit its final report no later than
December 31, 2014 and that the committee retain all powers
necessary to publicize its findings until 180 days after the tabling
of the final report.
Que le comité présente son rapport final au plus tard le 31
décembre 2014 et qu’il conserve tous les pouvoirs nécessaires pour
diffuser ses conclusions dans les 180 jours suivant le dépôt du
rapport final.
7:6
Energy, Environment and Natural Resources
At 10:02 a.m., the committee adjourned to the call of the chair.
ATTEST:
27-2-2014
À 10 h 2, le comité s’ajourne jusqu’à nouvelle convocation de la
présidence.
ATTESTÉ :
La greffière du comité,
Lynn Gordon
Clerk of the Committee
27-2-2014
Énergie, environnement et ressources naturelles
7:7
EVIDENCE
TÉMOIGNAGES
OTTAWA, Tuesday, February 25, 2014
OTTAWA, le mardi 25 février 2014
The Standing Senate Committee on Energy, The Environment
and Natural Resources met this day at 5:32 p. m. to study the
current state of ‘‘One Call’’ programs that identify critical
underground infrastructure in Canada.
Le Comité permanent de l’énergie, de l’environnement et des
ressources naturelles se réunit aujourd’hui, à 17 h 32, pour étudier
l’état actuel des programmes de « centres d’appels uniques » qui
permettent, au Canada, d’identifier les infrastructures
souterraines essentielles.
Senator Grant Mitchell (Deputy Chair) in the chair.
[Translation]
The Deputy Chair: Welcome to this hearing of the Standing
Senate Committee on Energy, The Environment and Natural
Resources. My name is Grant Mitchell. I represent the province
of Alberta in the Senate, and I am the deputy chair of this
committee. Senator Neufeld, the chair, regrets that he is unable to
attend today’s hearing.
[English]
Le sénateur Grant Mitchell (vice-président) occupe le fauteuil.
[Français]
Le vice-président : Bienvenue à cette séance du Comité
sénatorial permanent de l’énergie, de l’environnement et des
ressources naturelles. Je suis Grant Mitchell. Je représente la
province de l’Alberta au Sénat, et je suis vice-président de ce
comité. Le sénateur Neufeld, le président, regrette de ne pouvoir
assister à la réunion d’aujourd’hui.
[Traduction]
I want to welcome all of the senators and our witnesses. I want
to welcome members of the public and staff in the room and
members of the public who may be viewing these committee
hearings today. I’m going to begin by having the senators
introduce themselves. Then, we’ll introduce what this is all about,
and then we’ll turn it over to our witnesses.
Je tiens à souhaiter la bienvenue à tous les sénateurs ainsi qu’à
nos témoins. Bienvenue également à nos téléspectateurs de même
qu’aux membres du public et du personnel ici présents. Je vais
demander aux sénateurs de se présenter, après quoi je vous
parlerai de l’objet de notre réunion avant de céder la parole à nos
témoins.
As I said, I’m Grant Mitchell. I represent the Senate for
Alberta. I’m from Alberta, and I sit in the Senate. Let me get that
out straight. I have the pleasure of chairing. I’m deputy chair of
this committee, but because Richard Neufeld, the chair, is unable
to be here today, I’ve been asked to sit in. It’s a pleasure to do
that.
Comme je le disais, je m’appelle Grant Mitchell et je représente
l’Alberta au Sénat. Je suis vice-président de ce comité, mais
comme notre président, Richard Neufeld, n’a pas pu être des
nôtres aujourd’hui, on m’a demandé d’occuper le fauteuil. C’est
donc avec plaisir que je préside cette séance.
I’m going to introduce Sam Banks from the Library of
Parliament, whose research assistance is of profound assistance to
us, and Lynn Gordon, who manages this committee in an
excellent fashion as all of us members know. I would ask to start
on my right with the introduction of the senators.
J’aimerais vous présenter Mme Sam Banks, de la Bibliothèque
du Parlement, dont les travaux de recherche nous sont d’un grand
secours, et Mme Lynn Gordon, qui gère très efficacement les
activités de notre comité, comme tous mes collègues le savent fort
bien. J’invite maintenant ceux-ci à se présenter en commençant à
ma droite.
Senator Boisvenu: I’m Pierre-Hugues Boisvenu. Welcome.
Senator Sibbeston: I’m Nick Sibbeston from the Northwest
Territories.
[Translation]
Senator Ringuette: Senator Pierrette Ringuette, New
Brunswick.
[English]
Senator MacDonald: Michael MacDonald from Nova Scotia.
Le sénateur Boisvenu : Je m’appelle Pierre-Hugues Boisvenu. Je
vous souhaite la bienvenue.
Le sénateur Sibbeston : Je suis Nick Sibbeston, des Territoires
du Nord-Ouest.
[Français]
La sénatrice Ringuette : Sénatrice Pierrette Ringuette, du
Nouveau-Brunswick.
[Traduction]
Le sénateur MacDonald : Michael MacDonald, de la NouvelleÉcosse.
Senator Seidman: Judith Seidman from Montreal, Quebec.
La sénatrice Seidman : Judith Seidman, de Montréal.
Senator Frum: Linda Frum, Ontario.
La sénatrice Frum : Linda Frum, Ontario.
Senator Wallace: John Wallace from New Brunswick.
Le sénateur Wallace : John Wallace, du Nouveau-Brunswick.
7:8
Energy, Environment and Natural Resources
27-2-2014
The Deputy Chair: Today, we’re starting the first of a series of
meetings on what’s called ‘‘One Call.’’ To many Canadians it will
be known as ‘‘Call Before You Dig,’’ and it’s a remarkable
initiative by various businesses and a group that’s formed — and
I’ll let the witnesses describe all of that — to help prevent
punctures and breakages of underground infrastructure, pipelines
and so on in this country, which account for a great percentage of
the punctures that do occur. It’s an important study because it
relates to safety. It’s an important study because it relates to
business efficiency. It’s also an interesting study, if I can put it in
some context, in that it’s a follow-up study, by this committee,
that arose out of an earlier study that we did on hydrocarbon
transportation safety. We came across this issue on a number of
quite independent occasions — visits in Sarnia and visits in
Calgary, where it first came up. We found out about this national
initiative that has gained real momentum in Ontario in particular.
Le vice-président : Nous amorçons aujourd’hui une série de
séances sur les programmes d’appel unique que bien des
Canadiens connaissent mieux sous la désignation « Téléphonez
avant de creuser ». C’est une initiative formidable de plusieurs
entreprises et d’un groupe qui a été formé — et je vais laisser nos
témoins nous en parler — pour contribuer à la prévention des
perforations et des bris pouvant affecter nos infrastructures
souterraines, nos canalisations et nos installations semblables. Ces
incidents comptent pour une proportion considérable des
problèmes touchant ces installations. C’est une étude
importante parce que la sécurité est en cause tout comme
l’efficience des entreprises. Question de mettre les choses en
contexte, il est aussi intéressant de noter que cette étude découle
en quelque sorte des travaux de notre comité sur la sécurité dans
le transport des hydrocarbures. Dans le cadre de cette autre étude,
la question qui nous interpelle aujourd’hui a été soulevée en
différentes occasions, notamment lors de visites à Sarnia et à
Calgary où on l’a évoquée pour la première fois. Nous avons été à
même de constater que cette initiative nationale a vraiment pris de
l’ampleur, en Ontario tout particulièrement.
Today, we have three experts to help us with this. We have,
from the Legislative Assembly of Ontario, Robert Bailey, MPP,
Sarnia—Lambton. We were just talking earlier, and I can say that
he has done something that very few MPPs are able to do, which
is getting a private member’s bill passed, one of this substance and
this consequence, which was passed in Ontario. I welcome you,
and I congratulate you for having done that. I know how hard
that is.
Nous allons pouvoir compter aujourd’hui sur l’aide de trois
experts en la matière. De l’Assemblée législative de l’Ontario,
nous accueillons Robert Bailey, député provincial de
Sarnia—Lambton. Pour avoir eu l’occasion de discuter avec lui
précédemment, je peux vous dire qu’il a accompli quelque chose
que très peu de députés provinciaux ont été capables de faire. En
effet, il a réussi à faire adopter en Ontario un projet de loi
d’initiative parlementaire sur ce sujet des systèmes d’appel unique.
Je vous souhaite donc la bienvenue et je vous félicite pour cette
réalisation. Je sais à quel point cela est difficile.
We have, from the Canadian Common Ground Alliance,
Michael Sullivan, Executive Director, and, from the Ontario
Regional Common Ground Alliance, Bryon Sackville, President
and Chief Executive Officer. I think you’ll find from these three
people a real passion for this initiative and for its importance. I
understand, Mr. Sullivan, that you are going to start. The floor is
yours.
Nous recevons également Michael Sullivan, directeur exécutif
de la Canadian Common Ground Alliance, et Bryon Sackville,
président-directeur général de l’Ontario Regional Common
Ground Alliance. Je pense que vous pourrez facilement
constater que ces trois hommes sont tout à fait passionnés par
cette initiative qui revêt une grande importance à leurs yeux. Je
crois, monsieur Sullivan, que vous serez le premier à parler. Nous
vous écoutons.
Michael Sullivan, Executive Director, Canadian Common
Ground Alliance: Thank you very much, senators of the
Standing Senate Committee on Energy, the Environment and
Natural Resources. On behalf of the Canadian Common Ground
Alliance, I wish to express my appreciation for the opportunity to
address the committee today. This is an important day for public
safety. As you heard, my name is Mike Sullivan. I am the
executive director of the Canadian Common Ground Alliance,
and I’m also the president of the Alberta One-Call Corporation.
The Canadian Common Ground Alliance, the CCGA, works to
reduce damage to buried infrastructure on a national scale to
ensure public, worker and community safety, environmental
protection, and the integrity of services by promoting effective
damage prevention practices in Canada.
Michael Sullivan, directeur exécutif, Canadian Common Ground
Alliance : Merci beaucoup, mesdames et messieurs les sénateurs et
sénatrices membres du Comité permanent de l’énergie, de
l’environnement et des ressources naturelles. Au nom de la
Canadian Common Ground Alliance, je tiens à vous exprimer ma
reconnaissance de m’avoir donné l’occasion de témoigner devant
le comité aujourd’hui. C’est une journée importante pour la
sécurité publique. Comme on vous l’a déjà indiqué, je m’appelle
Mike Sullivan et je suis le directeur exécutif de la Canadian
Common Ground Alliance (CCGA). Je suis également président
de la Société Alberta One-Call. La CCGA a pour mandat de
réduire les dommages causés aux infrastructures souterraines à
l’échelle nationale afin d’assurer la sécurité du public, des
travailleurs et de la communauté, la protection de
27-2-2014
Énergie, environnement et ressources naturelles
7:9
l’environnement, ainsi que l’intégrité des services en faisant la
promotion de pratiques efficaces de prévention des dommages
partout au Canada.
Damage prevention is a shared responsibility, and in that
regard, the CCGA believes that anything reasonably possible to
meet Canadian expectations relative to their safety and the
integrity of services that support our daily lives should be done.
La prévention des dommages est une responsabilité partagée,
et, à cet égard, la CCGA croit qu’il faut faire tout ce qui est
raisonnablement possible pour répondre aux attentes des
Canadiens sur le plan de la sécurité et de l’intégrité des services
qui nous aident dans nos vies quotidiennes.
Buried underground in Canada is a complex network of
millions of kilometres of electricity, gas, cable, pipes, water and
telecommunications services. From a design and operations
perspective, there is a high level of confidence shared by the
owners and operators and the regulators in the integrity of those
buried utilities. However, should that buried infrastructure be
damaged by uncontrolled or poorly conducted excavation, public
and worker safety, as well as the integrity of this buried network,
is exposed to unnecessary risk and consequence whereby an
excavation mishap could result in serious injury or even death to
workers or to members of the public or could cause
environmental risk or service interruption.
Au Canada, le souterrain est composé d’un réseau complexe de
millions de kilomètres d’installation d’électricité et de gaz naturel,
de câbles, de tuyaux, ainsi que de services d’approvisionnement en
eau et de télécommunications. Dans une optique de conception et
d’exploitation, les propriétaires, les opérateurs et les organismes
de réglementation affichent tous un niveau de confiance très élevé
envers ces services publics souterrains. Toutefois, si
l’infrastructure souterraine est endommagée par des travaux
d’excavation non contrôlés ou mal effectués, alors la sécurité du
public et des travailleurs, ainsi que l’intégrité de ce réseau
souterrain sont exposées à des risques inutiles; un accident
d’excavation pourrait causer des blessures graves ou le décès de
travailleurs ou de citoyens, ainsi qu’une interruption de service ou
des dommages environnementaux.
Over the past four decades, Call Before You Dig has acquired
considerable public equity by increasing the public’s awareness of
the presence of buried infrastructure and has become the vital first
step in a process designed to maintain public safety and the
integrity of that infrastructure during excavation. Despite
awareness of Call Before You Dig, excavation damage
continues to put the safety of the public, the worker, our
communities and the environment at risk.
Au cours des quatre dernières décennies, le service
« Téléphonez avant de creuser » a acquis une notoriété publique
considérable en sensibilisant davantage la population à la
présence d’infrastructures souterraines et il est devenu la
première étape essentielle d’un processus visant à assurer la
sécurité publique et l’intégrité de l’infrastructure durant les
travaux d’excavation. Malgré la réussite des activités de
sensibilisation du service « Téléphonez avant de creuser », les
dommages causés par les travaux d’excavation continuent de
mettre en péril la sécurité du public, des travailleurs, de nos
communautés et de l’environnement.
Damage to critical buried infrastructure by uncontrolled
excavation in Canada is a daily safety issue across the nation.
On average, Canada’s complex network of buried infrastructure is
damaged more than 8,000 times per year — or at least 31 times a
day. Excavators who have not identified the location of these
services before digging are the primary cause of that damage. In
fact, a recent CCGA report on damage that occurred in Quebec,
Ontario and British Columbia in 2012 concluded that 40 per cent
of all reported damage was due to a failure to notify the One Call
or contact centre, and 39 per cent was due to insufficient
excavation practices. But the issue goes beyond simply not
calling before you dig. A lack of comprehensive coverage is also
to blame.
Les dommages aux infrastructures souterraines essentielles à la
suite de travaux d’excavation non contrôlés sont un problème de
sécurité publique quotidien au Canada. En moyenne, le réseau
complexe d’infrastructures souterraines du Canada est
endommagé 8 000 fois par année, soit au moins 31 fois par
jour. Les excavateurs qui n’ont pas déterminé où se trouvent ces
infrastructures avant de creuser sont la principale cause de ces
dommages. En fait, un récent rapport de la CCGA sur les
dommages survenus au Québec, en Ontario et en ColombieBritannique publié en 2012 a révélé que 40 p. 100 des dommages
signalés sont causés par le fait qu’aucune demande de localisation
n’a été présentée auprès du centre d’appel unique et que 39 p. 100
des dommages sont attribuables à des pratiques d’excavation
déficientes. Toutefois le problème va bien au-delà du seul fait de
ne pas recourir au service « Téléphonez avant de creuser ». Il faut
aussi tenir compte du manque de couverture complète.
In most jurisdictions across Canada, registering, or
membership, with a One Call centre is merely a suggestion, not
a requirement, and that exposes unregistered buried infrastructure
and public safety to unnecessary risk.
Dans la plupart des provinces et des territoires du Canada,
l’inscription ou l’adhésion à un centre d’appel unique n’est qu’une
simple suggestion, ce qui expose les infrastructures souterraines
non enregistrées et la sécurité publique à des risques inutiles.
7:10
Energy, Environment and Natural Resources
27-2-2014
Beyond the obvious danger to public safety and the
environment, societal costs associated with these damages, such
as the need for emergency response, evacuation and repair, cost
Canadian taxpayers hundreds of millions of dollars every year. A
recent report determined damage to Quebec’s infrastructure cost
Quebec taxpayers $75 million in 2012 alone.
Outre les dangers évidents qui pèsent sur la sécurité publique et
l’environnement, les coûts de tels dommages pour la société,
comme l’intervention d’urgence, l’évacuation et la réparation,
ajoutent chaque année des centaines de millions de dollars au
fardeau fiscal des contribuables. Un récent rapport a établi que les
coûts de l’infrastructure souterraine de la province s’élevaient en
2012 seulement à 75 millions de dollars pour les contribuables
québécois.
While advancements in technology and improved excavation
practices and methods can have a positive impact in reducing
damages, Canadians will only realize the true value of the damage
prevention process when a one-window approach that triggers
that process exists in all jurisdictions.
Bien que les progrès technologiques et des méthodes et des
pratiques d’excavation améliorées puissent réduire les dommages
causés, les Canadiens réaliseront l’importance réelle d’un
processus de prévention des dommages seulement lorsque toutes
les provinces et tous les territoires disposeront d’un guichet
unique permettant de déclencher ce processus.
With the exception of the province of Ontario, which passed
legislation in 2012 requiring all owners and operators of buried
utilities within the public right-of-way to register with Ontario
One Call, true One Call services in Canada remains a voluntary
concept for the most part. While One Call services and centres
exist across most of Canada, joining or registering with those
centres is merely a suggestion and is left to the choice of the buried
infrastructure owner.
À l’exception de l’Ontario qui a adopté en 2012 une loi exigeant
que tous les propriétaires et opérateurs de services publics
souterrains dans les limites de l’emprise publique s’inscrivent au
service Ontario One Call, la majorité des services d’appel unique
demeurent un concept volontaire. Bien qu’il existe des services
semblables dans presque toutes les régions du Canada,
l’inscription des infrastructures souterraines n’est qu’une simple
suggestion et est laissée à la discrétion du propriétaire de
l’infrastructure souterraine.
Now, at the opposite end of the spectrum, excavators are
required by both provincial and federal legislation to identify the
location of buried infrastructure before digging. Common sense
suggests that the natural place for the excavator to start would be
a true One Call centre where owners and operators of all buried
infrastructure in that jurisdiction would be required to register the
location of their buried plant. As it is, across most of Canada
excavators are left to their own devices in determining, through
any and all available means, the presence of any other buried
infrastructure in the vicinity of their digging project that is not
registered with a One Call centre.
Toutefois, complètement à l’opposé, les excavateurs sont
obligés en vertu des lois fédérales et provinciales, de localiser
l’infrastructure souterraine avant de creuser. Le bon sens voudrait
que la meilleure place pour qu’un excavateur commence ses
recherches soit un centre d’appel unique, où les propriétaires et les
opérateurs de toutes les infrastructures souterraines de cette
province ou de ce territoire inscrivent l’emplacement de leurs
infrastructures. À l’heure actuelle, dans la plupart des régions du
Canada, les excavateurs doivent se fier à leurs propres appareils
pour déterminer, d’une manière ou d’une autre, s’il y a une
infrastructure souterraine à proximité de leur projet d’excavation
qui n’est pas inscrite au centre d’appel unique.
Establishing One Call service and access across Canada that
requires owners or operators of all infrastructure within a public
right-of-way to register with the One Call centre, and mandating
that all excavators contact the One Call centre to trigger the
damage prevention process by requesting a locate, would
significantly reduce damage to Canada’s critical buried
infrastructure. It would enhance public safety and service
reliability and save taxpayers hundreds of millions of dollars
every year.
Pour réduire de façon significative les dommages causés aux
infrastructures souterraines essentielles du Canada, améliorer la
sécurité publique et la fiabilité du service, et permettre aux
contribuables canadiens d’économiser des centaines de millions de
dollars chaque année, il faudrait rendre accessible un service
d’appel unique partout au Canada, obliger les propriétaires et les
opérateurs de toutes les infrastructures souterraines dans les
limites de l’emprise publique à s’inscrire à un centre d’appel
unique, et exiger que tous les excavateurs communiquent avec ce
centre pour déclencher le processus de prévention des dommages
en demandant que l’on localise les infrastructures.
The CCGA is working to address this via three objectives.
First, support for the establishment of mandatory ‘‘Before You
Dig’’ legislation with enforcement. This legislation would require
excavators to request locates prior to excavation and make
following the damage prevention process a requirement, not a
suggestion, without exemption.
La CCGA travaille à l’établissement d’un tel processus en
ayant trois objectifs en tête. Premièrement, on préconise
l’adoption d’une mesure législative obligeant les entreprises à
appeler avant de creuser. Les excavateurs seraient donc tenus de
s’informer pour connaître l’emplacement des installations
souterraines avant que les travaux d’excavation puissent avoir
lieu. Il faut aussi rendre obligatoire, sans exception, le processus
de prévention des dommages.
27-2-2014
Énergie, environnement et ressources naturelles
7:11
Second, simplified access to One Call centres across Canada
that triggers the damage prevention process to ultimately confirm
the location of all buried infrastructure in the vicinity of proposed
excavation, once again, without exception.
Deuxièmement, on souhaite simplifier l’accès aux centres
d’appel unique de tout le pays qui déclenchent le processus de
prévention des dommages afin de confirmer l’emplacement de
toutes les infrastructures souterraines à proximité du site
d’excavation projeté, et ce, encore une fois sans exception.
Third, addressing Canadians’ evolving worker and public
safety expectations by harnessing new and emerging technologies
and developing, simplifying and promoting national access
points, including toll-free numbers, a national bilingual website,
which is in existence right now, www.clickbeforeyoudig.com and
www.CliquezAvantdeCreuser.com, and mobile applications that
excavators can easily use for pre-excavation utility locates.
Troisièmement, on veut répondre aux attentes évolutives des
Canadiens sur le plan de la sécurité publique par l’exploitation de
nouvelles technologies ainsi que le développement, la
simplification et la promotion de nombreux points d’accès
nationaux : les numéros sans frais, un site web national bilingue
(www.cliquezavantdecreuser.com), et des applications mobiles
que les excavateurs peuvent utiliser facilement pour localiser les
services publics souterrains avant de commencer leurs travaux
d’excavation.
Once the Common Ground Alliance in the United States was
able to achieve similar goals in 2004, damage to buried utilities
dropped by 40 per cent over a four-year period. In fact, a recent
DIRT report, the Damage Information Reporting Tool from the
Common Ground Alliance in the U.S., confirmed that when a
locate request was made to a One Call or contact centre, damage
to buried infrastructure was eliminated 99 per cent of the time.
Une fois que la Common Ground Alliance des États-Unis a
réussi à atteindre des objectifs similaires en 2004, les dommages
aux services publics souterrains ont chuté de 40 p. 100 en quatre
ans. En fait, un récent rapport sur l’ORDI (Outil de rapport sur
les dommages aux infrastructures) publié par la Common Ground
Alliance des États-Unis a confirmé que, lorsqu’une demande de
localisation est présentée à un centre d’appel unique, il n’y a
aucun dommage à l’infrastructure souterraine dans 99 p. 100 des
cas.
With the increase in infrastructure development activity across
Canada, there is a growing discussion over the integrity of
Canada’s critical buried infrastructure. As part of that discussion,
the CCGA is firmly of the view that one of the most effective ways
to enhance the integrity of Canada’s existing and proposed utility
network, including existing and proposed transmission pipelines,
is to secure legislation without exemption requiring the
establishment of One Call service across Canada, mandatory
registration of buried infrastructure with those services, and an
enforceable obligation to comply with the damage prevention
process. By that I mean request a locate, wait the required time,
respect the marks and dig safely.
Avec l’augmentation du nombre de projets de construction
d’infrastructures au Canada, on parle de plus en plus de l’intégrité
des infrastructures souterraines essentielles du pays. Dans le cadre
de cette discussion, la CCGA est fermement convaincue qu’un des
meilleurs moyens pour améliorer l’intégrité du réseau de services
publics existant et projeté du Canada, y compris les pipelines de
transport, est d’adopter une législation exigeant, sans exception,
la mise sur pied d’un service de centre d’appel unique partout au
Canada; l’inscription obligatoire des infrastructures souterraines
à ce service; et une obligation exécutoire de se conformer au
processus de prévention des dommages, c’est-à-dire demander une
localisation, attendre le temps requis, respecter le marquage et
creuser en toute sécurité.
In an effort to promote its view of what damage prevention
legislation should include for being effective, the CCGA
developed a damage prevention white paper articulating the
principles and elements for effective legislation that would result
in safer digging practices, greater protection of underground
infrastructure, and greater assurance of community safety. This
paper was distributed to the committee on June 20, 2013, and I
have taken the liberty of distributing it again today. It details 10
key components for effective and consistent damage prevention
legislation and regulation across Canadian jurisdictions.
Dans un effort pour promouvoir son point de vue sur ce que
devrait comporter la législation sur la prévention des dommages
pour être efficace, la CCGA a préparé un livre blanc sur la
prévention des dommages qui inclut les principes et les éléments
pour instaurer des lois efficaces. Ces mesures donneraient lieu à
des pratiques d’excavation plus sécuritaires, à une meilleure
protection des infrastructures souterraines, et à une sécurité
communautaire accrue. Ce document a été distribué au Comité
permanent le 20 juin 2013 et j’ai pris la liberté de vous le distribuer
à nouveau aujourd’hui. Il expose en détail les dix éléments clés
pour avoir des lois et des règlements efficaces et uniformes en
matière de prévention des dommages dans l’ensemble des
provinces et des territoires canadiens.
A recent milestone in Canada was the passing of Bill 8 in
Ontario, the Ontario Underground Infrastructure Notification
System Act, 2012, an Act respecting an underground
infrastructure notification system for Ontario.
Un récent jalon en matière de prévention des dommages a été
l’adoption en Ontario du projet de loi 8, la Loi de 2012 sur un
système d’information sur les infrastructures souterraines en
Ontario.
7:12
Energy, Environment and Natural Resources
27-2-2014
This act requires that owners and operators of underground
infrastructure specified in the act become members of, or register
their facilities with, Ontario One Call. When a request for
information about a proposed excavation or dig in the vicinity of
that infrastructure is received, the member is required to locate
and mark its underground infrastructure that may be affected by
the excavation, or indicate to the excavator that its underground
infrastructure will not be affected by the excavation. The act also
obligates excavators to obtain information respecting
underground infrastructure before beginning an excavation or a
dig and creates offences for failure to comply with the act or
regulations.
Cette loi exige que les propriétaires et les opérateurs
d’infrastructures souterraines précisés dans la loi deviennent
membres de la société Ontario One Call ou enregistrent leurs
installations auprès de cette société. Lorsqu’un membre reçoit une
demande de renseignements au sujet d’un projet d’excavation ou
de creusage à proximité d’une infrastructure, il est tenu de
localiser et de marquer l’emplacement de ses infrastructures
souterraines qui peuvent être perturbées par l’excavation ou de
signaler que celles-ci ne seront pas perturbées par les travaux. La
loi exige également que les excavateurs obtiennent les
renseignements sur les infrastructures souterraines avant de
commencer l’excavation ou le creusage. La loi érige en
infraction la non-conformité aux dispositions législatives ou
réglementaires.
Finally, development of a Canadian damage prevention
standard, CSA Z247, ‘‘Damage Prevention for the Protection of
Underground Energy and Utility Networks,’’ has been
undertaken under the auspices of the Canadian Standards
Association and is well under way. The technical committee
charged with drafting the standard consists of a wide cross-section
of damage prevention stakeholders, including owners and
operators of buried utilities, pipeline, fibre optic,
telecommunications, electricity, gas distribution, water and
sewer facilities, locators and regulators, excavators, contractors
and other practitioners, as well as representatives of
municipalities from across Canada, who for the very first time
are working together as a single team to develop a national
damage prevention standard for safe excavation.
Finalement, les travaux ont commencé et progressé concernant
une norme en matière de prévention des dommages au Canada
par l’entremise de l’Association canadienne de normalisation.
Cette norme portera le nom CSA Z247, La prévention des
dommages en vue de protéger l’infrastructure souterraine et les
réseaux des services publics. Le comité technique chargé de
rédiger la version provisoire de la norme est composé d’une vaste
gamme d’intervenants en prévention des dommages, dont des
propriétaires et des opérateurs du domaine des pipelines, de la
fibre optique, des télécommunications, de l’électricité, de la
distribution du gaz naturel, de l’approvisionnement en eau et
des égouts, des entreprises de localisation, des organismes de
réglementation, des excavateurs, des entrepreneurs ainsi que des
représentants du monde municipal de partout au Canada. Ces
gens collaborent pour la première fois au sein d’une même équipe
en vue d’élaborer une norme nationale en matière de prévention
des dommages pour des excavations en toute sécurité.
CSA Z247 aims to address the challenges facing damage
prevention in Canada, identifying the damage prevention process
and outlining key elements that, when consistently applied, can
and will reduce damage to all buried infrastructure and
significantly enhance public safety. The standard also strives to
address the public expectation that those engaged in excavating
should enjoy a reasonable level of confidence that their own safety
will not be compromised once they have triggered the damage
prevention process to identify and protect buried plant in the
vicinity of their excavation.
La norme CSA Z247 a pour objectif de relever les défis associés
à la prévention des dommages au Canada, de déterminer les
processus de prévention des dommages, d’en souligner les
principaux éléments qui, s’ils sont appliqués de façon uniforme,
peuvent réduire et réduiront les dommages causés à toutes les
infrastructures souterraines, et d’accroître de façon significative la
sécurité publique. La norme vise aussi à répondre aux attentes des
citoyens quant au niveau de confiance raisonnable que l’on doit
accorder aux personnes chargées des travaux d’excavation afin de
s’assurer que leur propre sécurité ne sera pas compromise une fois
que le processus pour localiser et protéger les infrastructures
souterraines à proximité de leur lieu d’excavation a été déclenché.
Beyond the significance of developing the standard for the
purposes of practical implementation, the CCGA recognizes the
benefit of the symmetry that could be realized should the standard
be referenced in legislation. Should that occur, the language
within the standard effectively becomes a requirement of
legislation and can achieve the CCGA’s desired results
articulated earlier in my commentary.
Outre l’importance de développer une norme à des fins de mise
en œuvre pratique, la CCGA reconnaît l’avantage de la symétrie
qui pourrait être atteinte si les lois renvoient à la même norme.
Dans ce cas, le libellé de la norme devient effectivement une
exigence des lois et peut permettre l’atteinte des résultats visés par
la CCGA dont j’ai fait mention précédemment.
Senators, in closing, allow me to be bold. Nationwide in
Canada, there is no legislation governing the damage prevention
process or One Call in Canada. It does not exist. To date, there
has not been any other opportunity to examine the One Call
Sénateurs et sénatrices, en terminant, permettez-moi d’être
audacieux. Il n’existe aucune législation nationale régissant le
processus de prévention des dommages ou le service d’appel
unique au Canada. Il ne s’est présenté jusqu’à maintenant aucune
27-2-2014
Énergie, environnement et ressources naturelles
7:13
process that even remotely approaches this standing committee’s
scope. This standing committee has opened the door to a path
that can realize this critical and pivotal goal. By influencing the
development of balanced legislation across all jurisdictions
requiring owners of buried infrastructure to register with the
One Call system and excavators to request a locate from the One
Call centre prior to any excavation, this standing committee will
bring dramatic and positive change to the damage prevention
process in Canada. It will save taxpayers millions of dollars in
repairs and societal costs. It will enhance public, worker and
community safety, and, ultimately, it will save lives.
occasion d’étudier le processus de centre d’appel unique
s’approchant le moins du monde de la portée de ce comité
permanent. Votre comité a ouvert la porte à un moyen d’atteindre
cet objectif essentiel. En influant sur l’élaboration d’une
législation équilibrée dans toutes les provinces et tous les
territoires où les propriétaires d’infrastructures souterraines
doivent s’inscrire à un centre d’appel unique et où les
excavateurs doivent demander une localisation à un tel centre
avant toute excavation, le comité permanent apportera un
changement majeur et positif au processus de prévention des
dommages à travers le Canada, permettra aux contribuables
d’économiser des millions de dollars en réparations et en coûts
pour la société, accroîtra la sécurité du public, des travailleurs et
de la communauté, et, en fin de compte, sauvera des vies.
On behalf of the Canadian Common Ground Alliance, its
board of directors, the Common Ground Alliance regional
partners, the thousands of damage prevention stakeholders
across Canada and the millions of Canadians who rely on the
integrity of this great nation’s buried infrastructure, I wish to
thank you for the opportunity to appear before the committee,
and I urge you to take this work to the finish line and influence
the implementation of One Call damage prevention legislation
across all provinces and territories. Thank you.
Au nom de la Canadian Common Ground Alliance, de son
conseil d’administration, de ses partenaires régionaux, des milliers
d’intervenants en prévention des dommages de partout au
Canada et des millions de Canadiens qui se fient à l’intégrité
des infrastructures souterraines de cette grande nation, je voudrais
vous remercier de m’avoir permis de témoigner devant ce comité
et je vous appelle à prendre le relais et à influer sur la mise en
œuvre d’une législation sur la prévention des dommages et les
centres d’appel unique dans toutes les provinces et tous les
territoires. Je vous remercie.
The Deputy Chair: Thank you very much, Mr. Sullivan, for
that presentation. Thank you very much for your endorsement of
the work of this committee.
Le vice-président : Merci beaucoup, monsieur Sullivan, pour
cet exposé. Merci également d’appuyer le travail de notre comité.
I’m going to go next to Mr. Sackville. There’s a method to this,
which is that we’ve had the national perspective, and now we’re
going to have an Ontario association perspective as well. Then we
have the actual, nitty-gritty legislation perspective. You are
Ontario. Thank you.
Je vais maintenant céder la parole à M. Sackville. Nous
procédons suivant un schéma bien défini. On vient de nous
exposer la perspective nationale et nous allons maintenant
entendre le point de vue de l’association ontarienne. Nous
aborderons ensuite les détails plus concrets dans une optique
législative. Nous vous remercions donc de nous présenter la
perspective ontarienne.
Bryon Sackville, President and Chief Executive Officer, Ontario
Regional Common Ground Alliance: Senators of the Standing
Senate Committee on Energy, the Environment and Natural
Resources, on behalf of the Ontario Regional Common Ground
Alliance, I wish to express my appreciation for the opportunity to
address the committee today. My name is Bryon Sackville. I am
the president and chief executive officer of the Ontario Regional
Common Ground Alliance. The Ontario Regional Common
Ground Alliance is a regional partner of the Common Ground
Alliance, the CCGA. I sit on the executive board of the CCGA,
holding the position of secretary.
Bryon Sackville, président-directeur général, Ontario Regional
Common Ground Alliance : Mesdames et messieurs les sénateurs et
sénatrices membres du Comité sénatorial permanent de l’énergie,
de l’environnement et des ressources naturelles, au nom de
l’Ontario Regional Common Ground Alliance (ORCGA), je tiens
à vous remercier de me donner l’occasion de prendre la parole
devant vous aujourd’hui. Je m’appelle Bryon Sackville et je suis
PDG de l’ORCGA. Nous sommes un partenaire régional de la
Canadian Common Ground Alliance (CCGA). Je suis d’ailleurs
membre du conseil d’administration de la CCGA pour laquelle
j’agis à titre de secrétaire.
The Ontario Regional Common Ground Alliance, the
ORCGA, is a non-profit organization that began in 2003 and
presently has over 440 members. These members are made up of
underground facility owners, excavators and locators within the
province of Ontario. The ORCGA is a member-driven
association, dedicated to ensuring public safety, environmental
protection and the integrity of services by promoting effective
damage-prevention practices. Our mission is to enhance public
safety and utility infrastructure reliability through a unified
L’Ontario Regional Common Ground Alliance (ORCGA) est
un organisme sans but lucratif qui a vu le jour en 2003 et compte
présentement plus de 440 membres. On retrouve parmi ces
membres des propriétaires d’installations souterraines, des
excavateurs et des localisateurs de la province de l’Ontario.
L’ORCGA est une association dirigée par ses membres qui se
consacre à la sécurité publique, à la protection de l’environnement
et au maintien de l’intégrité des services en faisant la promotion
de pratiques efficaces pour la prévention des dommages. Notre
7:14
Energy, Environment and Natural Resources
27-2-2014
approach to effective and efficient damage prevention. We are a
growing organization and represent a cross-section of 19
stakeholder groups that impact underground infrastructure.
Damage prevention is a shared responsibility.
mission est d’accroître la sécurité publique et la fiabilité des
infrastructures des services publics au moyen d’une approche
unifiée pour une prévention efficace et efficiente des dommages.
Nous sommes une organisation en pleine croissance représentant
pas moins de 19 groupes d’intérêt dans le secteur des
infrastructures souterraines. La prévention des dommages est
une responsabilité partagée.
Some of the accomplishments that the ORCGA has achieved
over the past 10 years are the development of best practices
principles for safe excavation; the development of a certification
training program for locators; a damage information reporting
tool publication that is produced annually; annual excavator of
the year awards; the development of a framework for a Canadawide Common Ground Alliance; stakeholder represented
committees, such as industry best practices, education, reporting
and evaluation, and events; the formation of geographical
councils across the province; the Ontario Underground
Infrastructure Notification System Act, 2012, otherwise known
as Bill 8; and the Ear to the Ground biannual magazine
publication.
Parmi les réalisations de l’ORCGA au fil des dix dernières
années, notons l’établissement de principes à suivre pour une
excavation en toute sécurité; la mise au point d’un programme de
formation et d’accréditation pour les localisateurs; la publication
annuelle d’un rapport sur les dommages aux infrastructures; la
remise de prix aux excavateurs de l’année; l’établissement d’un
cadre pour une alliance pancanadienne; la création de comités
s’intéressant à différents enjeux, comme les pratiques exemplaires,
la sensibilisation, la présentation de rapports et l’évaluation, et
l’organisation d’événements; la formation de conseils régionaux
dans toute la province; l’adoption de la Loi de 2012 sur un
système d’information sur les infrastructures souterraines en
Ontario, soit le projet de loi 8; et la publication semestrielle du
magazine Ear to the Ground.
The passage of Bill 8, the Ontario Underground Infrastructure
Notification System Act, in June 2012, was a remarkable
achievement. Not only was it first in Canada, it was passed in
the context of a minority legislature. One Call legislation went
from a concept in 2004 to law in 2012.
L’adoption du projet de loi 8, la Loi sur un système
d’information sur les infrastructures souterraines en Ontario en
juin 2012 a été une réalisation remarquable. Non seulement s’agitil de la première loi du genre au Canada, mais elle a été adoptée
dans le contexte d’un gouvernement minoritaire. Le principe de
l’appel unique est ainsi passé d’un simple concept en 2004 à une
loi en bonne et due forme en 2012.
June 19, 2012, was a critical milestone towards the protection
of the underground infrastructure within the province of Ontario.
That was the day Bill 8 received Royal Assent. Although this day
will be long remembered for its significance, the path to damage
prevention in Ontario has been a long one and will continue well
into the future.
La date du 19 juin 2012 marque donc une étape cruciale dans la
protection des infrastructures souterraines ontariennes. C’est ce
jour-là que le projet de loi 8 a reçu la sanction royale. Cette date
importante restera gravée dans nos mémoires, mais il y a déjà
longtemps que l’Ontario s’est engagé sur la voie de la prévention
des dommages et ce cheminement est loin d’être terminé.
The journey started many years ago with a vision by industry
stakeholders of a One Call system as a key way to prevent thirdparty damage and, ultimately, to protect the critical underground
infrastructure, employees working near that infrastructure and
the public at large. The One Call vision looked to a single One
Call centre in the province where excavators would call to initiate
all of their locate requests. This concept would ease the process
for excavators by requiring a single call, versus examples of up to
13 calls in some areas, and also reduce the risk as a One Call
centre would ensure that no infrastructure owners were missed.
Le tout s’est amorcé il y a bien des années à l’initiative
d’intervenants de l’industrie qui voyaient le système d’appel
unique comme un outil de prédilection pour prévenir les
dommages causés par les tiers et, par le fait même, protéger nos
infrastructures souterraines essentielles, les employés qui
travaillent à proximité et la population dans son ensemble.
Cette vision s’articulait autour d’un centre provincial où tous les
excavateurs pourraient loger un appel unique pour toutes leurs
demandes de localisation. On simplifierait ainsi grandement les
choses pour les excavateurs qui n’auraient plus à faire jusqu’à 13
appels distincts, comme c’est le cas dans certaines régions, tout en
réduisant les risques du fait que le recours au centre d’appel
unique permettrait de s’assurer qu’aucun propriétaire
d’infrastructure n’est oublié.
In 2004, Informetrica, an Ottawa-based economic consulting
firm, was contracted to put together a model to measure the
societal costs of damages caused by failure to call for locates.
They conservatively estimated the societal costs at $33 million per
En 2004, Informetrica, une firme de consultants en économie
d’Ottawa, a été mandatée pour concevoir un modèle de calcul des
coûts sociétaux découlant des dommages causés par des
excavateurs ayant négligé de localiser les infrastructures. Selon
27-2-2014
Énergie, environnement et ressources naturelles
7:15
year. This included not only the direct costs to the owners of the
damaged buried plant but also the broader costs of emergency
services, traffic impacts, et cetera.
leurs estimations prudentes, ces coûts sociétaux s’élèveraient à 33
millions de dollars par année. Cette évaluation comprend non
seulement les coûts directs assumés par les propriétaires des
installations souterraines endommagées, mais aussi les coûts plus
généraux associés aux services d’urgence et aux impacts sur la
circulation, notamment.
In driving this One Call vision forward in Ontario, industry
stakeholders engaged on many fronts, often providing the funding
and resources to enable start-up and success. The establishment
and the evolution of Ontario One Call, the Ontario Regional
Common Ground Alliance, and other industry groups were key
strategic initiatives towards this vision.
Pour faire avancer cette vision du système d’appel unique en
Ontario, les intervenants de l’industrie se sont engagés sur
plusieurs fronts, allant même jusqu’à fournir le financement et
les ressources nécessaires au démarrage et à la réussite des projets.
La création et l’évolution de la société Ontario One Call, de
l’ORCGA et d’autres groupes de l’industrie ont joué un rôle
stratégique important dans la concrétisation de cette vision.
One Call was established in 1996 as a voluntary-participation
organization. Membership has grown progressively over the years
and will become mandatory for infrastructure owners with full
implementation of Bill 8 in June 2014.
Ontario One Call a été mis sur pied en 1996 à titre
d’organisation à participation volontaire. L’adhésion à ses rangs
a pris de l’ampleur au fil des ans et deviendra obligatoire pour les
propriétaires d’infrastructures lorsque le projet de loi 8 entrera
pleinement en vigueur en juin 2014.
The Ontario Regional Common Ground Alliance was formed
in 2003 after some initial work by the Technical Standards &
Safety Authority, TSSA, Ontario One Call and industry
stakeholders. The ORCGA currently has 440 members and
sponsors representing a wide cross-section of the stakeholders and
has developed multiple iterations of its best practices document
that industry stakeholders support and follow.
L’Ontario Regional Common Ground Alliance a vu le jour en
2003 de la suite de travaux préliminaires de l’Office des normes
techniques et de la sécurité, de la société Ontario One Call et
d’intervenants de l’industrie. L’ORCGA compte actuellement 440
membres et parrains représentant un large éventail de groupes
d’intérêt et a produit plusieurs versions de son guide sur les
pratiques exemplaires qui sont appuyées et suivies par l’industrie.
Other industry groups were formed. Also, getting provincial
political support was key. In a meeting with Bob Bailey, a
Progressive Conservative MPP for Sarnia—Lambton, he
immediately thought the One Call proposal would make a great
private member’s bill. With the political landscape changed by the
2011 election, Bob Bailey realized that he would need a cosponsor for this bill. He secured NDP MPP Paul Miller from
Hamilton East—Stoney Creek. The support of the NDP was now
secured.
D’autres groupes ont été formés. En outre, il était essentiel
d’obtenir le soutien politique de la province. Lors d’une rencontre
avec Bob Bailey, ce député provincial progressiste conservateur de
Sarnia—Lambton a de suite pensé que la proposition de centres
d’appels uniques ferait l’objet d’un excellent projet de loi
d’initiative parlementaire. Vu le changement du paysage
politique avant les élections de 2011, Bob Bailey s’est rendu
compte qu’il aurait besoin d’un coparrain pour le projet de loi. Il
a pressenti le député provincial néo-démocrate Paul Miller de
Hamilton East—Stoney Creek. Le soutien du NPD était
maintenant acquis.
This multi-faceted approach created engagement and forged
alignment within the stakeholder community. The alignment
created the environment that, combined with the political will and
the engagement of the time, enabled the final steps toward One
Call legislation, Bill 8. Presently in Ontario, we are waiting for the
regulations that will support the bill to be finalized and approved
by the provincial government. The Ministry of Consumer Services
anticipates that taking place in the next few months.
L’approche à volets multiples a suscité chez les acteurs un
engagement et un alignement. L’alignement a créé
l’environnement qui, de pair avec la volonté politique et
l’engagement qui existaient à l’époque, a permis de franchir les
dernières étapes de l’élaboration du projet de loi sur les centres
d’appels uniques, le projet de loi 8. Nous attendons maintenant en
Ontario la réglementation requise pour parachever le projet de loi
et obtenir son approbation par le gouvernement provincial. Le
ministère des Services aux consommateurs prévoit que cela aura
lieu au cours des prochains mois.
Commencing in June 2014, all facility owners, excluding
federally regulated and First Nations ones, who have
underground infrastructure within the public right-of-way, must
be members of Ontario One Call and receive locate requests. This
historic step fundamentally improves the safety of all excavations
in the province. Throughout this process, significant milestones
have been achieved, and overall damages have declined in
À partir de juin 2014, tous les propriétaires d’installations, à
l’exception de ceux réglementés par le fédéral et des propriétaires
des Premières nations, qui ont des infrastructures souterraines
dans les limites de l’emprise publique doivent enregistrer leurs
services auprès de l’Ontario One Call et recevoir des demandes de
localisation. Cette initiative historique a fondamentalement
renforcé la sécurité de toutes les excavations de la province. Des
7:16
Energy, Environment and Natural Resources
27-2-2014
Ontario. However, the work of the stakeholders is not complete.
Until third-party damages have been eliminated as a risk to
underground infrastructure, industry stakeholders will need to
remain steadfast in the vision of a One Call in Ontario.
progrès considérables ont été réalisés au cours de ce processus et le
nombre de dommages a diminué en Ontario. Cependant, les
acteurs ont encore du travail à faire. Tant que les dommages
causés par des tiers présenteront un risque pour les infrastructures
souterraines, les acteurs du service devront maintenir leur
engagement envers l’objectif du centre d’appels unique en
Ontario.
On behalf of the Ontario Regional Common Ground Alliance,
its board of directors, our members and the damage prevention
stakeholders across Ontario, I would like to thank you for the
opportunity to appear before this committee. I urge you to take
this information presented and support the implementation of
One Call damage prevention legislation across all provinces and
territories in Canada.
Au nom de l’Ontario Regional Common Ground Alliance, de
son conseil d’administration et de ses membres, je tiens à vous
remercier de nous avoir donné l’occasion de comparaître au
comité. Je vous prie de prendre en considération l’information
présentée et d’appuyer l’adoption d’une mesure législative sur la
prévention des dommages dans toutes les provinces et tous les
territoires du Canada.
Robert Bailey, M.P.P., Sarnia—Lambton, Legislative Assembly
of Ontario: Thank you, Senator Mitchell and honourable senators
of the Standing Senate Committee on Energy, the Environment
and Natural Resources. It’s a great pleasure and privilege to be
here today as an Ontario legislator. I want to thank my
colleagues; I won’t have to say anything. My mother must have
written their remarks, I think. In my role in the province of
Ontario I’m the approximate deputy whip and also the critic for
pipelines, oil, gas and aggregate.
Robert Bailey, député provincial, Sarnia—Lambton, Assemblée
législative de l’Ontario : Merci, sénateur Mitchell, et merci,
mesdames et messieurs du Comité sénatorial permanent de
l’énergie, de l’environnement et des ressources naturelles. C’est
un grand plaisir et un honneur d’être ici aujourd’hui à titre de
législateur ontarien. Je tiens à remercier mes collègues; je n’ai pas
à ajouter quoi que ce soit. Je pense que ma mère a pris bonne note
de leurs remarques. Dans ma province de l’Ontario, je joue le rôle
de whip adjoint et de porte-parole en matière de pipelines, de
pétrole, de gaz et d’agrégat.
Your committee and the work that you do are very important
to the national scene, especially Ontario, the sector I represent. I’d
like to thank your committee for the great invitation and
opportunity to be here today. Ms. Gordon, the clerk, was kind
enough to get a hold of me.
Le comité et le travail qu’il fait sont très importants sur la scène
nationale, particulièrement en Ontario, dans le secteur que je
représente. Je remercie le comité pour la très belle invitation à
venir ici aujourd’hui. Mme Gordon, la greffière, a eu l’amabilité
de me rejoindre.
The work we’re doing with the Ontario One Call system is very
important, and I’m happy to share my insights and experience in
promoting this initiative.
Le travail que nous faisons avec le système Ontario One Call
est très important et je suis ravi de vous faire part de mes
réflexions et de mon expérience sur le plan de la promotion de
cette initiative.
I will leave the technical and financial aspects to others, as
Mr. Sullivan and Mr. Sackville already discussed. Rather, as the
elected Member of Provincial Parliament for Sarnia—Lambton,
I’ll use my time to explain why, as an elected official, legislator
and former employee working in the industry for a longer period
of time than I’d like to think, I consider this initiative as
something that could garner the support of all parties in the
Ontario legislature. That’s why I moved forward with it. To be
honest, I thought it was the law in the province of Ontario. In the
industry I worked in, with great foresight and safety initiatives,
NOVA Chemicals from Alberta do a great job and are a great
supporter of mine. They enforce these regulations, and I honestly
thought it was the law until the One Call people approached me
and told me what their problems were. As soon as I saw it, I said
we have to do something about this.
Je laisse aux autres le soin de parler des aspects techniques et
financiers, M. Sullivan et M. Sackville les ont déjà mentionnés. Je
vais plutôt, en tant que député provincial de Sarnia—Lambton,
utiliser mon temps de parole pour expliquer pourquoi le
représentant élu, le législateur et l’ancien employé que je suis —
et qui a travaillé dans le secteur plus longtemps qu’il ne l’aurait
imaginé — considère que cette initiative pourrait recevoir l’appui
de tous les partis de l’Assemblé législative de l’Ontario. C’est la
raison pour laquelle j’en fais la proposition. À vrai dire, je croyais
que cela était inscrit dans la loi de la province de l’Ontario. Dans
le secteur où je travaillais, l’entreprise NOVA Chemicals de
l’Alberta — qui fait preuve d’une grande clairvoyance et a des
initiatives en matière de sécurité — fait un travail remarquable et
est l’un de mes plus grands partisans. L’entreprise applique les
règles; des règles qui, je le croyais vraiment, étaient inscrites dans
la loi jusqu’à ce que des représentants de One Call m’aient
contacté pour me faire part de leurs problèmes et j’ai
immédiatement compris qu’il fallait agir pour régler ces
problèmes.
27-2-2014
Énergie, environnement et ressources naturelles
7:17
My riding of Sarnia—Lambton is home to Ontario’s oil, gas
and chemical industry —an industry that I devoted more than 30
years of my life to. I started as a young boy right out of school. In
fact, just prior to my election to the Ontario Legislative Assembly
in 2007, I worked at NOVA Chemicals, where I was the contract
coordinator and on a day-to-day basis was in charge of issuing
excavation and safety permits, and I dealt with locates. I
understood the importance of them. My job, my boss’s job, was
on the line every day and the infrastructure in the plant that we
protected. When working in Sarnia’s Chemical Valley, the first
lesson I learned — and any new employee learns anywhere in
industry today — is that safety is always a priority, job one.
Ma circonscription de Sarnia—Lambton abrite le secteur
pétrolier, gazier et chimique de l’Ontario. J’ai consacré plus de
30 ans de ma vie à ce secteur. J’ai commencé à y travailler alors
que j’étais un jeune garçon sortant de l’école. En fait, juste avant
que je ne sois élu à l’Assemblée législative de l’Ontario en 2007,
j’avais travaillé à NOVA Chemicals où j’étais coordonnateur des
contrats. Ma tâche était d’attribuer quotidiennement des permis
d’excavation et de sécurité, je m’occupais aussi des demandes de
localisation dont je mesurais l’importance. Mon travail, celui de
mon supérieur et l’infrastructure que nous protégions étaient en
jeu chaque jour. Lorsque je travaillais dans la Chemical Valley de
Sarnia, la première leçon que j’ai apprise — et que tous les
nouveaux employés apprennent dans n’importe quel secteur
aujourd’hui — est que la sécurité demeure la priorité numéro un.
If you talk to any of the employees involved in the
petrochemical industry in Sarnia and across the country,
Alberta, Manitoba, all of your provinces, the industry and the
employees will tell you that knowing the dangers you may face on
the job site is the only way to know what sort of precautions you
need to take to make yourself, the infrastructure and the general
public safe. This is even more important when your job site is
made up of a vast underground network of electrical conduits,
telecommunication facilities and pipes that connect all of our
plants, factories, businesses and even our homes in Ontario.
Tous les employés du secteur pétrochimique à Sarnia et dans
tout le pays, en Alberta, au Manitoba et dans toutes les provinces
vous diront que la seule façon de savoir quelles précautions ils
doivent prendre pour se protéger et assurer la sécurité de
l’infrastructure et du grand public est de connaître les risques
auxquels ils sont exposés dans leur lieu de travail. Cela est
d’autant plus important si le chantier abrite un vaste réseau
souterrain d’infrastructures électriques, de télécommunications et
de tuyaux qui relient toutes nos usines de fabrication, nos
entreprises et même nos domiciles en Ontario.
You might ask what made me, as a legislator, interested in the
Ontario One Call idea. For me, there were three important
reasons, and I’ll outline them now.
Vous pouvez vous demander ce qui a poussé le législateur que
je suis à s’intéresser au projet du service Ontario One Call. Je vous
dirais que c’est pour les trois raisons suivantes.
In Ontario, phone calls to locate underground infrastructure
were not made or were even avoided due to the overly
complicated and cumbersome system. For example, in 2011, the
city of Ottawa had as many as 23 organizations or departments
with utilities and existing infrastructure, investments that provide
locate services. Only nine of these organizations at that time
participated in Ontario One Call. Consequently, homeowners and
excavators were expected to make those 13 phone calls before
excavations. A mandatory One Call would reduce this to a single
call, increasing the likelihood that that first important call would
be made. I talk to contractors in Toronto, especially where they
had the amalgamation — the old city with the newer cities — and
if you were on the border of an intersection of a street you could
have up to 23 different companies or organizations that you
needed to call because old Toronto Hydro and different boroughs
come together. It’s a dog’s breakfast, to use an old term.
En Ontario, les gens ne faisaient pas de demandes de
localisation d’infrastructures souterraines par téléphone,
d’ailleurs ils en étaient découragés par le système compliqué et
incommode à l’excès. Par exemple, en 2011, la Ville d’Ottawa
comptait jusqu’à 23 organisations ou sociétés de services publics
et de localisation d’infrastructures souterraines. À cette époque,
seulement neuf de ces organisations étaient inscrites au service
Ontario One Call. Par conséquent, on attendait des propriétaires
et des excavateurs qu’ils fassent 13 appels avant de procéder à
l’excavation. Un centre d’appels unique obligatoire permettrait de
ne faire qu’un seul appel téléphonique, ce qui encouragerait les
gens à faire cet appel. J’ai parlé à des entrepreneurs à Toronto,
particulièrement là où la fusion était mise en œuvre — l’ancienne
ville et les nouvelles collectivités — et il pouvait y avoir aux
carrefours jusqu’à 23 compagnies ou organisations qu’il fallait
appeler parce que Toronto Hydro allait desservir divers
arrondissements. Pour employer une vieille expression, c’était de
la bouillie pour chats.
In 2011, Ontario had twice as many accidental hits as the
average American state. Keep in mind that every U.S. state has a
form of mandatory One Call system, and they’ve seen the result of
that.
En 2011, le nombre de dommages accidentels enregistrés en
Ontario était le double de la moyenne de dommages accidentels
enregistrés dans les États américains. N’oublions pas que la
présence d’un centre d’appels unique est obligatoire dans tous les
États américains, qui ont constaté les résultats obtenus.
Lastly, the current system to locate underground infrastructure
was unnecessarily compromising the safety of homeowners,
excavators and the general public, and that infrastructure as
well. I always feel that safety should not be voluntary. It should
Finalement, le système de localisation d’infrastructures
souterraines actuel présentait un risque inutile à la sécurité des
propriétaires, des excavateurs et du grand public, ainsi qu’aux
infrastructures. J’ai toujours pensé que la sécurité ne devait pas
7:18
Energy, Environment and Natural Resources
27-2-2014
be mandatory. The burden on homeowners, businesses and
excavators alike to locate all underground infrastructure created
unnecessary risk and potential catastrophe. We all know, all of us
in this room and the viewers, when projects are under way,
timelines are tight and mistakes are made. There can be
oversights, and some may choose to take shortcuts with safety
to achieve gains in productivity.
être un acte volontaire, mais obligatoire. Le fardeau imposé aux
propriétaires, aux entreprises et aux excavateurs pour localiser
toute l’infrastructure souterraine a présenté un risque non
seulement inutile mais de catastrophe potentielle. Nous tous ici
présents et les téléspectateurs savons que les délais de réalisation
de projets sont courts et que des erreurs sont commises. Il peut y
avoir des oublis et certains entrepreneurs négligent la sécurité en
vue d’accroître leur productivité.
Ontario One Call was a solution to those concerns created by
industry to protect its most important assets: its people and then
its infrastructure, in that order.
Ontario One Call était la solution aux préoccupations
exprimées par le secteur en matière de protection de ses plus
importants actifs, c’est-à-dire ses employés et son infrastructure,
dans cet ordre.
Using readily available technology and a simple organization
strategy, Ontario One Call has successfully archived information
on the more than $100-billion worth of buried infrastructure in
the province of Ontario alone. This has simplified a cumbersome
system that was previously fragmented with little or no common
standards. In addition, from my experience in talking with many
of my constituents in Sarnia—Lambton and residents across the
province of Ontario, centralizing information with Ontario One
Call has increased the awareness of the existing responsibility to
call for those locates before digging or excavating. People who
may at one time have scoffed at the work involved in calling those
many different numbers, sometimes 13 to 23, necessary for locates
are now wilfully using the service to clear those areas where that
might take place.
En utilisant une technologie existante et une simple stratégie
organisationnelle, Ontario One Call a pu archiver l’information
relative à des infrastructures souterraines d’une valeur de plus de
100 milliards de dollars dans la seule province de l’Ontario. Cet
archivage a simplifié un système incommode qui avait été
préalablement fragmenté et comprenait peu ou pas de normes
communes. De plus, j’ai appris, suite à mes conversations avec un
grand nombre de mes électeurs de Sarnia—Lambton et de
résidents ontariens, que la centralisation de l’information dans
le système Ontario One Call leur a permis d’avoir davantage
conscience de leurs responsabilités de téléphoner avant de creuser
ou de procéder à des excavations. Ceux qui ont pu juger qu’il était
ridicule de composer tous ces numéros, 13 à 23 parfois, pour
obtenir des localisations d’infrastructures utilisent maintenant, en
toute bonne volonté, le service afin d’éviter de creuser aux
emplacements de ces infrastructures.
With the ever-increasing pace of life, people have come to
expect simplified access to information. They just expect it.
Without easy access to proper and complete information of
underground infrastructure, damage regularly occurs to natural
gas lines, electrical water mains, et cetera. Accidental damage to
underground infrastructure is not only expensive, but it can be
deadly.
Vu le rythme de vie de plus en plus rapide, les gens s’attendent
maintenant à avoir facilement accès à l’information. Sans un
accès facile à des renseignements pertinents et complets sur
l’infrastructure souterraine, les conduites de gaz naturel, les
conduites électriques, les conduites d’eau, et cetera, seront
régulièrement endommagées. Les dommages causés aux
infrastructures souterraines peuvent non seulement être coûteux,
mais aussi mortels.
While the importance of this issue attracted many voluntary
members, as my colleagues have mentioned, to Ontario One Call
during its early development, a number of organizations, such as
municipalities, utilities and infrastructure owners, were slow to
come to the table for various reasons. However, I feel the
common good and benefit that was gained through requiring
participation in the One Call system is something those
organizations will soon come to understand and appreciate.
Bien que la gravité de ce problème ait attiré beaucoup de
bénévoles, comme mon collègue l’a mentionné, au service Ontario
One call à ses débuts, un certain nombre d’organisations telles que
des municipalités, des sociétés de services publics et des
propriétaires d’infrastructures ont, pour diverses raisons, tardé à
y adhérer. Cependant, je crois que ces organisations
comprendront et apprécieront très vite l’intérêt général et les
avantages découlant de l’adhésion obligatoire au système Ontario
One Call.
Further, the underlying interest in safety that Ontario One Call
has developed in its structure, demonstrated by its leadership here
today, has allowed it as an organization to make those
accommodations for the different levels of status represented
and served by Ontario One Call. One size doesn’t fit all. There are
large contractors and infrastructure owners, but there’s a number
in between, as well as the municipalities.
En outre, l’importance attachée à la sécurité qu’Ontario One
Call a intégrée dans sa structure — et qui est une preuve de son
leadership ici aujourd’hui — lui a permis d’adapter ses services
aux différentes organisations qu’elle dessert. Chaque organisation
est unique. Il y a de grandes entreprises et de grands propriétaires
d’infrastructures, mais d’autres qui ne le sont pas, c’est vrai aussi
pour les municipalités.
27-2-2014
Énergie, environnement et ressources naturelles
7:19
The success, honourable senators, of the Ontario One Call
system is not something that should be unique to Ontario. We
need the Canadian government, through you, to step up, require
sectors and lands under federal jurisdiction to participate in the
provincial One Call centres where they exist.
Mesdames et messieurs, la réussite du système Ontario One
Call ne devrait pas être exclusive à l’Ontario. Il faut que, par votre
entremise, le gouvernement canadien intervienne, qu’il exige que
les secteurs et les terres sous compétence fédérale entrent dans le
système des centres d’appels uniques qui existent au niveau
provincial.
There are a lot of areas of overlap where federal cooperation is
needed, for example, military bases, interprovincial rail, pipelines,
and many more. Safety and security are things that we should all
agree are in the common interest to all three levels of government,
with the municipalities.
La coopération du gouvernement fédéral est nécessaire dans
beaucoup de domaines où il y a des chevauchements, par exemple,
les bases militaires, le transport interprovincial ferroviaire, les
pipelines et beaucoup d’autres. Nous devons tous convenir que la
sécurité est dans l’intérêt général des trois ordres de
gouvernement, dont les municipalités.
The work isn’t done here. Yes, Ontario may be a model for the
country, but the federal government should encourage mandatory
One Call centres to exist in every province, like in the United
States. I would strongly encourage any jurisdiction considering a
similar program to take lessons from what was gleaned in
Ontario. The legislation may not be perfect, but it is a major step
forward for safety and something that we can build upon and
improve.
Rien n’est fait ici. Effectivement, l’Ontario peut être un
exemple pour le pays, mais le gouvernement fédéral devrait, à
l’instar des États-Unis, favoriser l’établissement de centres
d’appels uniques dans toutes les provinces. J’encourage
fortement toutes les autorités à considérer un programme
similaire qui leur permettra de tirer un enseignement de
l’expérience effectuée en Ontario. La législation n’est peut-être
pas parfaite, mais elle peut être améliorée et c’est un pas
important pour assurer la sécurité.
At this point, I will conclude my remarks and be glad to answer
any specific questions that the members of the committee have.
Again, I appreciate the opportunity to be here. I think this will be
a major step in advancing the safety and health and the
environment, and I’m glad to be a part of it. I never dreamt
that I would get this private member’s bill through that would
mean so much to the province and to the national scene.
Je vais conclure et je serais heureux de répondre à toute
question précise que les membres du comité pourraient poser. Je
vous remercie encore une fois de m’avoir invité au comité. Je
pense que cette initiative est une étape importante dans le
renforcement de la sécurité et l’amélioration de la santé et de
l’environnement, et je suis heureux d’y contribuer. Je n’ai jamais
imaginé pouvoir présenter un tel projet de loi d’initiative
parlementaire qui aurait tant d’importance à l’échelon
provincial et national.
The Deputy Chair: Thank you very much. We appreciate that. I
said it was quite an accomplishment. I was in the Alberta
legislature as an MLA for years and years, and I can vouch for the
fact that it’s very difficult to do, and to get a substantive one
through is really something.
Le vice-président : Merci beaucoup pour votre déclaration. J’ai
dit que c’était tout un exploit. En tant que député provincial, j’ai
siégé pendant de longues années à l’Assemblée législative de
l’Alberta et je peux vous assurer qu’il était très difficile de
présenter un tel projet de loi, mais de réussir à en présenter un
aussi important est une gageure.
I will open this up.
[Translation]
Je vous laisse en parler.
[Français]
Senator Boisvenu: First of all, I would like to thank you. You
have enlightened me considerably on this topic.
Le sénateur Boisvenu : J’aimerais tout d’abord vous remercier.
Vous m’avez beaucoup instruit sur le sujet.
I would have dozens of questions, but I will try to get to the
core of the issue. First of all, you talked about stakeholders. Who
are the members of your association? Are they the infrastructure
owners, or the big builders?
J’aurais des dizaines de questions, mais je vais essayer d’aller à
l’essentiel. Premièrement, vous parlez d’intervenants. Qui sont les
membres de vos associations? Est-ce que ce sont les propriétaires
des infrastructures ou les grands constructeurs?
Mr. Sullivan: They are the infrastructure owners.
Senator Boisvenu: So the one who pays is not the one who
causes the damage?
Mr. Sullivan: Precisely.
M. Sullivan : Ce sont les propriétaires d’infrastructures.
Le sénateur Boisvenu : Donc, celui qui occasionne les bris n’est
pas celui qui paye?
M. Sullivan : Exactement.
7:20
Energy, Environment and Natural Resources
27-2-2014
Senator Boisvenu: Where do you situate the problem? Is it an
awareness-raising issue? Is there too much ignorance about
infrastructures? Is it carelessness? There is a lot of damage of
this type in Canada. What is the origin of the problem?
Le sénateur Boisvenu : Où situez-vous le problème? Est-ce un
problème de sensibilisation? Est-ce un problème d’ignorance par
rapport aux infrastructures? Est-ce un problème d’insouciance? Il
y a beaucoup de bris au Canada. Quel peut être l’origine du
problème?
Mr. Sullivan: If we compare Canada and the United States,
between 2000 and 2004, the United States was at the same point
as Canada. When the United States passed legislation on one call
centres, the number of damage incidents diminished.
M. Sullivan : Si on compare le Canada avec les États-Unis, les
États-Unis étaient au même point que le Canada entre 2000 et
2004. Lorsque les États-Unis ont adopté la législation
relativement aux centres d’appels uniques, le nombre de bris a
diminué.
I believe that public awareness-raising had something to do
with it. The ‘‘Call Before You dig’’ program has been in existence
for about 40 years. So the awareness-raising took place.
Sometimes the problem is that the infrastructure owners refuse
to become members of a one call centre, and that is the issue.
D’après moi, la sensibilisation publique y est pour quelque
chose. Le programme « Appelez avant de creuser » existe depuis à
peu près 40 ans. La sensibilisation est là. Mais c’est parfois le refus
des propriétaires d’infrastructures de devenir membres d’un
centre d’appels unique qui est le problème.
I do not know if it is a matter of costs; that is possible. But
when the legislation was passed in the United States, the
infrastructure owners had to become members. From that time
on we saw a decrease in the number of incidents of damage.
J’ignore si c’est une question de frais. C’est possible. Mais
quand la législation a été adoptée aux États-Unis, il a fallu que les
propriétaires d’infrastructures deviennent membres. Et c’est à
partir de ce moment qu’on a vu une diminution du nombre de
bris.
According to the last figures from the Common Ground
Alliance in the United States, in 90 per cent of cases, there will be
no damage if a call is made. In my opinion, we need a
combination of public awareness-raising and some will on the
part of the infrastructure owners; and the lack of legislation is also
a factor.
Selon les derniers chiffres du Common Ground Alliance aux
États-Unis, dans 90 p. 100 des cas, le bris sera évité si un appel est
fait. À mon avis, c’est une combinaison de la sensibilisation
publique, de la volonté des propriétaires des infrastructures et du
manque de législation.
Senator Boisvenu: Mr. Bailey, Ontario had to follow suit in the
footsteps of Quebec over the past few years. I saw a lot of
campaigns on television, awareness-raising campaigns, asking
contractors to inquire before they dig. I remember that HydroQuébec launched some campaigns, as well as Gaz Métro.
Le sénateur Boisvenu : Monsieur Bailey, l’Ontario a dû faire un
peu comme le Québec dans les dernières années. J’ai vu à la
télévision beaucoup de campagnes de sensibilisation demandant
aux entrepreneurs de s’informer avant de creuser. Je me souviens
qu’Hydro-Québec en a fait, Gaz Métro en a fait aussi.
There are costs involved in passing a bill to set up a one call
centre, as Ontario did. Who is going to cover those costs?
Adopter un projet de loi pour mettre sur pied un centre
d’appels unique comme l’Ontario l’a fait entraîne des coûts. Qui
financera ces coûts?
[English]
Who will pay for centralizing the information or the call?
[Traduction]
Qui financera les coûts de centralisation de l’information ou
ceux des appels?
Mr. Bailey: Senator, thank you. I’m trying to catch up here. I
apologize.
M. Bailey : Merci, sénateur. Je vous prie de m’excuser, j’essaie
de me retrouver.
I think the cost is just a small part to the risk, what could
happen. In the larger businesses, whether infrastructure or
chemical refineries, et cetera, they did such a good job, and I’m
sure they did in Quebec.
Les coûts représentent, à mon avis, qu’une petite partie du
risque, de ce qui pourrait se passer. Les grandes entreprises, qu’il
s’agisse d’infrastructures, de raffineries chimiques, et cetera, ont
fait un travail remarquable et je suis sûr que c’est également le cas
au Québec.
In Ontario, I thought it was the law. Like I said, when I left
NOVA Chemicals, my former employer, I just assumed that was
the law when I went to Queen’s Park, when I got elected. The
gentlemen here and others from One Call came to see me from
industry, and this dichotomy, what they were up against.
Je pensais que c’était inscrit dans la loi en Ontario. Comme je
l’ai dit, lorsque j’ai quitté NOVA Chemicals, mon ancien
employeur, je croyais que c’était inscrit dans la loi quand je suis
allé à Queen’s Park, quand j’ai été élu. Les messieurs ici présents
et d’autres personnes des centres d’appels uniques m’ont
rencontré pour me parler de la dichotomie, des difficultés qu’ils
rencontraient.
27-2-2014
Énergie, environnement et ressources naturelles
They had the publicity and a great campaign, but the
Government of Ontario at the time was saying, ‘‘We want it to
be voluntary. Sure, it’s all well and good, it’s a great concept, but
we don’t want to force municipalities or people to belong. We
think it should be voluntary.’’
It wasn’t going anywhere. I’ll let my colleague speak to that.
That’s why we brought the legislation in, and even then, with
all-party support, we had to really work with the industry and the
public service to encourage them to go this route, because they
had a number of years working with One Call, and it wasn’t
happening. It was never going to get to where it is today and
where it’s going to go.
[Translation]
Mr. Sullivan: May I reply to the question about costs?
Senator Boisvenu: Yes.
7:21
Ils ont fait une très bonne campagne publicitaire, mais pour le
gouvernement ontarien de l’époque il fallait que ce soit fait
volontairement. Effectivement, il considérait que l’idée était
excellente, mais il ne voulait pas obliger les municipalités ou le
public à y adhérer. Il estimait que ceux qui voulaient participer
devaient le faire volontairement.
Ça n’aboutissait à rien. Je laisse à mon collègue le soin de vous
en parler.
C’est la raison pour laquelle nous avons présenté le projet de
loi, et même à ce moment, avec le soutien de tous les partis, il nous
a fallu travailler d’arrache-pied avec le secteur et les services
publics pour les encourager à s’engager dans cette voie étant
donné qu’ils travaillaient depuis plusieurs années avec One Call et
qu’il n’y avait pas de mesure législative. On ne serait jamais arrivé
au point où on en est aujourd’hui et à ce que promet l’avenir.
[Français]
M. Sullivan : Est-ce que je peux répondre à la question des
coûts?
Le sénateur Boisvenu : Oui.
Mr. Sullivan: The cost of setting up a one call centre comes
from the notification of members. I will use the Alberta One Call
Corporation as an example; I am its president. Our organization
has about 750 members and whenever we receive a call from
someone who wants to dig, we notify members who having
infrastructures close to the excavation site. Our members pay us a
fee for each notification that is sent to them.
M. Sullivan : Le coût pour mettre sur pied un centre d’appels
unique provient de la notification des membres. Je vais donner
l’exemple de l’Alberta One-Call Corporation, dont je suis le
président. Notre organisation compte environ 750 membres, et
chaque fois qu’on reçoit un appel de quelqu’un qui veut creuser,
on fait une notification aux membres qui ont des infrastructures
près de l’endroit où ils vont creuser. Nos membres nous paient un
montant pour chaque notification qui leur est faite.
However, in Alberta, there are three fee levels: from 1 to
100 notices, is one amount, 100 to 5,000 is another amount, and if
there are more than 5,000 notices, that is another amount. So the
owners of infrastructures like TELUS, or gas distribution
companies, receive many notifications. So they are going to be
paying less in fees. That motivates them to become members. And
that is how we finance the one call centre.
Cependant, en Alberta, il y a trois niveaux de frais :
de 1 à 100 notifications, c’est un montant, de 100 à 5 000, c’est
un autre montant, et c’est un autre montant pour plus de 5 000
notifications. Donc les propriétaires d’infrastructures comme
TELUS ou les compagnies de distribution de gaz reçoivent
plusieurs notifications. Ils vont donc payer moins de frais. Cela
devient une motivation à devenir membre. C’est de cette façon
qu’on finance le centre d’appels unique.
As I said, we have 735 members in Alberta, and we receive
between 350,000 and 400,000 excavation requests per year. We
send out approximately 1.6 million notifications to our members
every year. We do that in a province where there is partial
legislation.
Comme je l’ai dit, on a 735 membres en Alberta, et on reçoit
environ de 350 000 à 400 000 demandes d’excavation par année.
Et on envoie près de 1,6 million de notifications à nos membres
chaque année. On fait cela dans une province où il y a la
législation partielle.
Alberta Energy Regulator has 900 permit holders. Since 2005,
those permit holders must be members of Alberta One-Call, but
up till now, that is not well understood. We benefit from partial
legislation, but we would like the same legislation as Ontario.
L’Alberta Energy Regulator compte 900 détenteurs de permis.
Et depuis 2005, ces détenteurs de permis doivent être membres
d’Alberta One-Call, mais à ce jour, ce n’est pas compris. Nous
bénéficions de la législation partielle, mais on voudrait avoir la
même législation qu’en Ontario.
I will give you another example. Manitoba has never had one
call centres. They tried for a long time, but in June 2013, Alberta
One-Call offered them access to their one call centre. ‘‘There’s no
bricks and mortar’’; use our system, and the service is included.
Je vais donner un autre exemple. Le Manitoba n’a jamais eu de
centre d’appels unique. Ils ont longtemps essayé, mais en juin
2013, Alberta One-Call leur a offert l’accès à leur centre d’appels
unique. « There’s no bricks and mortar »; prenez notre système,
et le service est compris.
7:22
Energy, Environment and Natural Resources
There is also another way of reducing costs. Rather than doing
awareness-raising about one call centres, we can begin by
suggesting that you ‘‘Click Before You Dig.’’ Canadians may
make a Web request 24/7. In my office, CSRs need about
45 seconds to complete a Web request rather than five minutes for
a call. It is much more effective and everything is already there.
[English]
27-2-2014
Il y a également une autre façon de diminuer les coûts. Plutôt
que de faire la sensibilisation des centres d’appels uniques, on
commence par suggérer de « cliquer avant de creuser ». Les
Canadiens peuvent faire une demande sur le Web 24 heures par
jour, 7 jours par semaine. Dans mon bureau, il faut à peu près 45
secondes aux CSR pour compléter une demande sur le Web plutôt
que 5 minutes pour un appel. C’est beaucoup plus efficace et tout
est déjà là.
[Traduction]
Senator Frum: You were starting to answer some of the
questions I wanted to ask you about, but first of all, I just wanted
to say to Mr. Bailey that as the sole Ontarian on this committee,
it’s a great day when I can feel proud. Usually we’re not the
leading province on this committee, but we are today, and that’s
great. Thank you for that.
La sénatrice Frum : Vous commenciez à répondre aux
questions que j’allais vous poser, mais tout d’abord, je tiens à
dire à M. Bailey que, étant la seule ontarienne du comité, c’est une
journée excellente et je peux être fière. Notre province n’est pas
habituellement celle qui détient la palme au comité, or, c’est le cas
aujourd’hui. C’est formidable et je vous en remercie.
Just so I understand you about the difference between the 23
calls that had to be made formerly and now it’s one call, is the
idea that, in terms of the time efficiency — you just said it changes
from being, I assume, a process of days or weeks before into
something —
Afin de bien comprendre la différence entre les 23 appels qu’il
fallait faire avant et l’appel unique que l’on peut faire
actuellement, le but est-il de, en termes d’utilisation plus efficace
du temps — vous venez de dire que le délai est passé, je suppose,
de jours ou de semaines à...
Mr. Bailey: I’ll speak to that a little bit, but then let
Mr. Sackville and Mr. Sullivan add.
M. Bailey : Je vais dire quelques mots à ce sujet, mais
M. Sackville et M. Sullivan ajouteront quelque chose.
That was the indication. Some of the contractors were giving
up. They were trying to build houses, waiting to get locates, trying
to do sewer and water main. They have a short operation season
anyway, and they would make these calls, waiting to get a call
back.
C’était une indication. Des entrepreneurs avaient abandonné le
processus. Ils essayaient de construire des maisons, ils attendaient
les localisations pour construire les conduites d’égout et d’eau.
Leur saison de travail est courte et ils devaient faire ces appels,
puis attendre qu’on les rappelle.
Some people would come out. I’ll say our gas companies are
great. They would come out and do a locate almost immediately.
Union and Enbridge did a great job, but then some of the other
utilities and companies would maybe be a little later coming, and
then Union or Enbridge would have to come back and do another
locate, because they only guarantee them for so long. I’ll let the
other gentlemen from the business speak to that.
Certains services publics, comme les sociétés gazières qui
offrent un excellent service, notamment Union et Enbridge,
répondaient à ces appels en se présentant et en localisant presque
immédiatement l’emplacement des infrastructures souterraines,
mais d’autres services publics pouvaient tarder à venir et Union et
Enbridge devaient revenir et faire une autre localisation, parce
qu’ils ne garantissent la localisation que pour un certain temps. Je
laisse aux autres messieurs des centres d’appels uniques le soin de
vous en parler.
Mr. Sackville: When Ontario One Call started in February of
1996 I was the centre manager. Calls came into my centre in
Toronto. I worked for a contractor who provided the service. In
the early stages we had a ratio of only one call in to two calls out.
The contractor said our service was one less call. It was the start
of the whole process. Where that process has now gone, with the
growth of the movement in Ontario and with Bill 8, is that last
year the ratio for an excavator was one call in for requesting it
and it was going out to seven underground facility owners.
M. Sackville : Quand Ontario One Call a été lancé en février
1996, j’en étais le gestionnaire. Les gens téléphonaient à mon
centre à Toronto. J’étais l’employé d’un entrepreneur qui
fournissait le service. Au tout début, nous recevions un appel et
en faisions deux. L’entrepreneur a dit que notre service visait à ce
que les gens fassent un appel de moins. C’est là que tout le
processus a commencé. Grâce à l’expansion du service en Ontario
et du projet de loi 8, l’année dernière l’excavateur faisait un appel
qui était transmis à sept propriétaires d’installations souterraines.
They anticipate, when the municipalities are all on board, that
will probably go from one to eight. The advantage to the
contractor is efficiency and cost savings. Basically, he doesn’t
have to go out and try to find all those people and communicate
with all those underground facility owners. He makes the one call
through the centre and they then distribute the tickets out to those
Lorsque toutes les municipalités participeront au système, le
ratio sera probablement de un pour huit. Pour l’entrepreneur, les
avantages sont l’efficacité et l’économie de coûts. Il n’aura pas à
chercher toutes ces personnes ni à communiquer avec tous les
propriétaires d’installations souterraines. Il n’a qu’à faire un seul
appel au centre, puis distribuer la demande de localisation aux
27-2-2014
Énergie, environnement et ressources naturelles
7:23
members who have underground facilities at that dig location, or
if it’s project work within that scope of work. That’s where the
efficiencies are that the excavator can see.
membres qui ont des installations souterraines au site
d’excavation ou s’il s’agit d’un projet à ceux qui travaillent dans
ce projet. Voilà les efficiences dont peut profiter l’excavateur.
In some cases in Ontario, contract locating is also being used.
In some cases it’s one locator coming out to identify the
underground facility, too. It’s not the norm yet, but there is a
mix between contracted locators and in-house locators doing the
work.
Dans certains cas, des entrepreneurs de localisation sont
également employés en Ontario. Dans certaines situations, un
seul localisateur est dépêché pour repérer aussi les installations
souterraines. Ce n’est pas encore la norme, mais le travail est
souvent effectué par une combinaison d’entrepreneurs de
localisation et de localisateurs internes.
Senator Frum: You made reference to bricks and mortar.
There’s a dispatcher who then sends the request out to all the
different places. There is no physical infrastructure involved in
this, is there?
La sénatrice Frum : Vous avez fait allusion aux briques et au
mortier. C’est un répartiteur qui achemine par la suite la demande
à tous les bureaux concernés. Ce processus ne nécessite aucune
infrastructure matérielle, n’est-ce pas?
Mr. Sullivan: Correct. I’ll give you an example. Alberta OneCall or any One Call centre, all we do is notify. We don’t do
locates. The request comes into us, one hub, and we send it out to
all those who may be affected by the proposed excavation in the
vicinity of that excavation.
M. Sullivan : C’est exact. Je vais vous donner un exemple. Le
centre d’appels unique de l’Alberta ou tout autre centre se
contente d’émettre un avis. Il ne s’occupe pas de la localisation.
En tant que responsables d’une plaque tournante unique, nous
recevons une demande, et nous l’acheminons à tous ceux qui
pourraient être touchés par les travaux d’excavation proposés ou
les travaux qui auront lieu dans le voisinage du site d’excavation.
As Mr. Sackville said, the ratio, that one call to perhaps five
buried utility owners or operators, or 10 or 12 or one, depending
where that proposed excavation is located.
Comme M. Sackville l’a indiqué, le rapport entre les appels
entrants et les personnes contactées, que ce soit un, cinq, dix ou
douze propriétaires ou exploitants de services publics souterrains,
dépend de l’endroit où auront lieu les travaux d’excavation
proposés.
Bricks and mortar, yes; Alberta One-Call has a building. We
have office space, staff, equipment and computers and everything
else, and mapping software. For Manitoba, we gave them an
option to get started. We would run everything from Alberta.
They agreed to it, so Manitoba effectively — the Click Before
You Dig program in Manitoba — is run out of Alberta. They
don’t have any bricks and mortar for the time being. It’s a contact
or a call centre. Really, that’s all it is.
Oui, il y a des briques et du mortier; le centre d’appels unique
de l’Alberta dispose d’un immeuble. Nous avons des bureaux, du
personnel, du matériel, des ordinateurs, des logiciels de
cartographie et tout le reste. En ce qui concerne le Manitoba,
nous leur avons offert une option pour faire démarrer les choses.
Nous leur avons dit que nous assurerions toutes les fonctions
depuis l’Alberta, et ils ont accepté. Par conséquent, le programme
manitobain Cliquer avant de creuser est effectivement mis en
œuvre depuis l’Alberta. Pour l’instant, la province n’a ni brique,
ni mortier. Seulement un centre d’appels ou d’information. En
réalité, c’est tout ce que c’est.
Senator Frum: Is public money involved? Is there a line item in
the Ontario budget for this now?
La sénatrice Frum : Des fonds publics sont-ils utilisés? En ce
moment, y a-t-il un poste à cet effet dans le budget de l’Ontario?
Mr. Bailey: No, other than it’s under the Ministry of
Consumer and Commercial Relations, so the TSSA was already
doing work in the Ministry of Labour. It has always been the law
in Ontario that if they were going to do an excavation, there
should have been a call, but there was no real meat on the bone to
actually make that happen. This is all run, as my two colleagues
say, by the industry, the infrastructure owners and that.
M. Bailey : Non, sinon que le projet figure sous le ministère de
la Consommation et du Commerce. Par conséquent, la CNTS
travaillait déjà avec le ministère du Travail. La loi en Ontario a
toujours exigé que l’on appelle avant de creuser, mais il n’y avait
pas vraiment de ressources affectées à son application. Comme
mes deux collègues l’ont déclaré, tout cela est mis en œuvre par
l’industrie, les propriétaires d’infrastructure, et cetera.
Senator Frum: One last question: How have the penalties
changed for non-compliance?
La sénatrice Frum : J’ai une dernière question à vous poser.
Comment les amendes imposées pour le non-respect de la loi ontelles changé?
Mr. Bailey: They’re still in the drafting stage. We’re leaving
that to the minister. I won’t speak to the numbers.
M. Bailey : Leur rédaction est toujours en cours. Nous nous en
remettons au ministre à ce sujet. Je ne citerai pas des chiffres.
7:24
Energy, Environment and Natural Resources
27-2-2014
Mr. Sackville: Basically, terms and conditions for Bill 8 are just
in the final process. We have had a chance to view some of the
information and make responses back on behalf of the ORCGA;
as well, our members have commented on and had input in the
legislation and regulations. The goal, as I mentioned in my
presentation, is that within the next few months, if the legislature
can pass the regulations then they will be in place.
M. Sackville : Essentiellement, ils en sont à la dernière étape de
la rédaction des conditions du projet de loi 8. Nous avons eu
l’occasion d’examiner certaines des dispositions et de formuler des
commentaires au nom de l’ORCGA. De plus, nos membres ont
contribué à l’élaboration de la mesure législative et du Règlement,
et ils ont formulé des observations à leur égard. Comme je l’ai
mentionné au cours de mon exposé, l’objectif est de pouvoir
mettre en vigueur les règlements dans les prochains mois, si
l’Assemblée législative est en mesure de les adopter.
We’re looking at June 2014. That’s the last stage of where
municipalities have to be on board. They’re the last ones in
step process in the implementation. We’re hoping that
regulations and the municipalities will be it. In June 2014,
world changes in Ontario.
the
the
the
the
Nous envisageons d’aller de l’avant en juin 2014. Ce sera la
dernière étape du processus, celle où les municipalités doivent
emboîter le pas. Elles sont les dernières à se joindre au processus
graduel de mise en œuvre. Nous espérons que les règlements et la
participation des municipalités régleront le problème. En juin
2014, le monde changera en Ontario.
Senator Seidman: Congratulations, Mr. Bailey, on a great
achievement, no doubt. I do have another question but I’d like to
continue a bit the question Senator Frum was asking. I didn’t
catch what ministry this falls under in Ontario.
La sénatrice Seidman : Je vous félicite, monsieur Bailey, de ce
qui constitue sans aucun doute une grande réalisation. J’ai une
autre question à vous poser, mais, avant, j’aimerais poursuivre un
peu la question que la sénatrice Frum vous a posée. Je n’ai pas
entendu le nom du ministère ontarien responsable de cet enjeu.
Mr. Bailey: In Ontario it’s the Ministry of Consumer and
Commercial Relations.
M. Bailey : En Ontario, c’est le ministère de la Consommation
et du Commerce.
Senator Seidman: If I understand correctly from what you were
saying, Mr. Sackville, if you have a piece of legislation and you
use language like ‘‘require’’ and ‘‘mandate,’’ then you must be able
to enforce it with some kind of penalty or it’s hardly worth much.
You were speaking to that, Mr. Sackville.
La sénatrice Seidman : Si j’ai bien compris vos propos,
monsieur Sackville, vous pensez que, si l’on emploie des mots
comme « exiger » et « mandater » dans une mesure législative, on
doit être en mesure de la faire respecter en imposant des sanctions
d’un genre ou d’un autre, sinon la mesure législative ne vaut pas
grand-chose. Vous en parliez, monsieur Sackville.
Mr. Sackville: Yes. Basically, right now there are regulators in
the province like the Ministry of Labour, the National Energy
Board and the TSSA. Ontario One Call will actually be a
regulator, too. What that form takes we’re not sure of at this
point because that’s in the discussion papers and presentations.
They are going to regulate what’s happening within the Call
Before You Dig program.
M. Sackville : Oui. En ce moment, il y a essentiellement des
organismes de réglementation dans la province, comme le
ministère du Travail, l’Office national de l’énergie et la CNTS.
En fait, l’Ontario One Call fera aussi fonction d’organisme de
réglementation. Quelle forme prendra cette réglementation? Nous
l’ignorons pour l’instant, car cette question est abordée dans les
documents de travail et les exposés. Les responsables du centre
d’appels unique réglementeront les modalités du programme
Appelez avant de creuser.
If an incident does happen, they will probably not be on site
and take control of that site investigation if an incident does
happen, because the Ministry of Labour, or the TSSA, if it’s a gas
strike or whatever, would take over.
Si un incident se produit, il est peu probable qu’ils se rendront
sur place et prendront en main l’enquête, parce que le ministère du
Travail ou la CNTS, si une conduite de gaz ou quelque chose du
genre est touché, prendra le contrôle de la situation.
Where the compliance officers will be focusing in on is what
they can control as the One Call centre. If it was too long on the
call, if the excavator or the homeowner got frustrated that it was
too long on the call, they could lodge a complaint against the time
process going in. If in fact everything went well but then on the
back side of things, when the locate was being done in the field, it
wasn’t being done in a timely fashion as per the regulation, then
that excavator or homeowner could call back into Ontario One
Call to lodge a complaint. The complaint is going to be reviewed
by a compliance officer, and if they feel it needs to be elevated
further then there will be a compliance committee that’s formed
Les agents d’application se concentreront sur les éléments
qu’ils peuvent contrôler en tant que membres du centre d’appels
unique. Si les agents ont passé trop de temps au téléphone ou si
l’entreprise d’excavation ou un propriétaire foncier privé a été
frustré par la durée de l’appel, ils pourraient déposer une plainte
concernant la durée du processus initial. Si, en fait, tout s’est bien
passé de ce côté, mais qu’en revanche, la localisation sur le terrain
ne s’est pas déroulée aussi rapidement que le Règlement l’exige,
l’entreprise d’excavation ou le propriétaire foncier privé pourrait
rappeler Ontario One Call pour porter plainte. Cette plainte sera
alors examinée par l’agent d’application et, si l’agent a
27-2-2014
Énergie, environnement et ressources naturelles
7:25
separately from the board of directors of the Ontario One Call
system that will review the complaint. Again, that’s all being
structured by the ministry.
l’impression qu’elle devrait être portée à l’attention des échelons
supérieurs, elle sera examinée par un comité de contrôle de
l’application qui ne sera pas composé de membres du conseil de
direction d’Ontario One Call. Encore une fois, toute cette
structure est mise au point par le ministère.
Senator Seidman: That helps me on that score. I might just
leave that and go to my other question. There’s no doubt there are
many pieces on this that all have to come together for it to happen
as you would like, across the country especially. Last time you
appeared before the committee, Mr. Sullivan, you discussed the
serious gaps of information caused by voluntary reporting. I’d
like to know if you’ve made any progress in collecting the kind of
data you need to prove that the One Call systems are efficient, in
terms of both cost and reduction of incidents.
La sénatrice Seidman : Votre réponse m’a aidée à comprendre
cet aspect. Je vais peut-être simplement abandonner ce sujet et
passer à l’autre question que je désirais poser. Il ne fait pas de
doute que, pour que les choses se passent comme vous le
souhaitez, en particulier, à l’échelle nationale, de nombreuses
conditions doivent être réunies. La dernière fois que vous avez
comparu devant notre comité, monsieur Sullivan, vous avez parlé
des sérieuses lacunes en matière d’information causées par la
déclaration volontaire. J’aimerais savoir si vous avez réalisé des
progrès au chapitre de la collecte des données du genre dont vous
avez besoin pour prouver que les systèmes d’appels uniques
réduisent efficacement à la fois les coûts et le nombre d’incidents.
Mr. Sullivan: A little. The CCGA recently published a report,
and I have it here now. It’s only three provinces — B.C., Quebec
and Ontario — but that represents 75 per cent of the population
of Canada. That’s where we received our information about the
8,000 damages per year. It’s actually more — 31 damages per day
— because only three provinces are being captured here.
M. Sullivan : Un peu. La CCGA a publié récemment un
rapport que j’ai en main en ce moment. Il porte sur seulement
trois provinces, soit la Colombie-Britannique, le Québec et
l’Ontario, mais elles représentent 75 p. 100 de la population du
Canada. C’est ce qui nous a renseignés sur les 8 000 bris causés
annuellement. En fait, le nombre d’incidents est supérieur à 8 000,
à savoir 31 par jour, parce que le rapport ne tient compte que de
trois provinces.
This baseline data, though, certainly allows us to make some
very strong assumptions. We look at what happened in the U.S.,
and the reduction in damage was 40 per cent from 2000 to 2004.
When they brought in legislation, they got their baseline data and
they reviewed again. That, in my personal view, is proof positive
that legislation works.
Toutefois, ces données de base nous permettent certainement
d’avancer quelques hypothèses très rationnelles. Si nous
examinons ce qui s’est passé aux États-Unis, nous constatons
que les bris là-bas ont été réduits de 40 p. 100 de 2000 à 2004. Les
Américains ont recueilli leurs données de base à l’époque où ils
ont mis en vigueur la mesure législative et, par la suite, ils ont
examiné de nouveau ces statistiques. À mon avis, cela prouve
irréfutablement que la mesure législative fonctionne.
We have, as we mentioned earlier, public awareness. We have
One Call centres. We have access where there is no physical centre
in a given area or region. Yet, the piece that’s missing is the
legislation. We don’t have that missing element. When we say
there are damages in our report, the one thing we’re not positive
of is whether those are damages to buried infrastructure that’s
actually a member of a One Call centre. Likely not, because there
was no easy way of their being notified of that dig in the area
where they are.
Comme nous l’avons mentionné plus tôt, notre public est
sensibilisé, nous avons des centres d’appels uniques et nous avons
accès à des régions où des centres ne sont pas établis
physiquement. Et pourtant, l’élément manquant est la mesure
législative. Nous ne bénéficions pas de cet élément. Il y a une
chose dont nous ne sommes pas certains : nous ne savons pas si
les bris mentionnés dans notre rapport ont été infligés à des
infrastructures souterraines qui sont en fait membres d’un centre
d’appels unique. Il est peu probable que ce soit le cas parce que,
dans les régions où les incidents se sont produits, il n’y avait
aucun moyen facile de signaler aux personnes concernées que ces
travaux d’excavation allaient avoir lieu.
The One Call process is there for the benefit and the ease of
access for the excavator. The spinoff is the public safety and the
assurance we get that we’ve captured everybody.
Le processus d’appel unique existe pour que l’entreprise
d’excavation puisse en tirer parti et accéder plus facilement au
site. Les avantages dérivés que nous tirons du processus sont la
sécurité du public et l’assurance que nous connaissons toutes les
parties concernées.
Senator Seidman: Okay. So you have data from B.C., Quebec
and Ontario to some degree.
La sénatrice Seidman : D’accord. Donc, vous disposez de
données relatives à la Colombie-Britannique, au Québec et, dans
une certaine mesure, à l’Ontario.
7:26
Energy, Environment and Natural Resources
Mr. Sullivan: Yes.
27-2-2014
M. Sullivan : Oui.
Senator Seidman: That data gives you exactly what kind of
information?
La sénatrice Seidman : Quel genre de renseignements ces
données vous fournissent-elles?
Mr. Sullivan: We’ve produced a report on damages per year,
per day, and number of damages per notifications in those
provinces. When we say ‘‘notifications,’’ as I explained earlier, we
receive a call. In Alberta, there are 1.6 million notifications per
year. We can determine, in those provinces that participated, per
thousand notifications, how many damages there were. We have
that information as well.
M. Sullivan : Nous produisons un rapport qui rend compte du
nombre de bris par année, par jour et par demande de localisation
qui ont été enregistrés dans ces provinces. Comme je l’ai expliqué
plus tôt, lorsque nous parlons d’une « demande de localisation »,
nous voulons dire que nous avons reçu un appel. L’Alberta reçoit
1,6 million de demandes de localisation par année. Dans les
provinces participantes, nous pouvons déterminer combien de
bris surviennent par millier de demandes de localisation. Nous
disposons également de ces renseignements.
We’ve also concluded that 30 per cent of damages occurred
during work on sewer and water systems and that in 75 per cent
of all damages, the equipment that was being used was a backhoe.
Some of the strongest data — and this is, I think, the most
interesting for your question — 40 per cent of damages are due to
a failure to notify.
Nous avons également conclu que 30 p. 100 des bris
survenaient au cours de travaux liés aux réseaux d’égouts ou
aux conduites d’eau et que, dans 75 p. 100 des cas, l’appareil
utilisé était une pelle rétrocaveuse. Certaines des données les plus
utiles — et, à mon avis, ce sont celles qui sont les plus
intéressantes pour répondre à votre question — indiquent que
40 p. 100 des bris sont imputables à une absence de demande de
localisation.
Yes, there’s public awareness and they may have contacted the
One Call centre, but they didn’t notify that other utility that
wasn’t a member of the One Call centre, and they’re being
damaged.
Oui, le public est sensibilisé au problème, et les citoyens
peuvent avoir communiqué avec le centre d’appels unique, mais
ils ont omis d’avertir d’autres exploitants de services publics qui
ne sont pas membres du centre, et ce sont leurs installations qui
sont en train de subir des dommages.
Eighty-four per cent of damages cause service interruption. In
terms of damage requiring emergency response, in Quebec and
Ontario, emergency services — fire and police — respond to
95 per cent of damages to natural gas utilities. This goes to
societal costs. When there is damage, we have to maintain public
safety. That costs money, and it also puts the responders at risk.
Quatre-vingt-quatre pour cent des bris entraînent une
interruption de service. En ce qui concerne les bris qui
nécessitent l’intervention de services d’urgence, comme les
services de police et les services d’incendie, nous avons constaté
qu’au Québec et en Ontario, les services d’urgence intervenaient
dans 95 p. 100 des cas de bris d’infrastructures de gaz naturel. Ce
sont là des coûts que la société doit assumer. Lorsque des bris
surviennent, nous devons assurer la sécurité du public, et cela est
coûteux. De plus, cela met en péril les intervenants.
Senator Seidman: As you advocate for this across the country,
which you clearly do, do you get a positive response to this kind
of data presentation in terms of cost-effectiveness? Clearly, that’s
what people are going to look for, so there’s a cost to
implementing this.
La sénatrice Seidman : Quand vous défendez cette cause à
l’échelle nationale, ce que vous faites clairement, les gens
réagissent-ils positivement au rapport coût-efficacité que ce
genre de présentation des données fait ressortir? Il est clair que
c’est ce que les gens vont rechercher. Donc, il y a des coûts
associés à la mise en œuvre de ces centres.
Mr. Sullivan: Yes.
M. Sullivan : Oui.
Senator Seidman: It has to be worth its cost, so to speak. We
understand that it’s important for the safety of Canadians, but is
this data credible enough to the people you present it to across the
country so that they feel there’s a point in getting on board and
doing this?
La sénatrice Seidman : Il faut que cela vaille le coût, si je peux
m’exprimer ainsi. Nous comprenons que ces systèmes sont
importants pour assurer la sécurité des Canadiens, mais les
données sont-elles assez crédibles pour que les personnes à qui
vous les présentez partout au Canada pensent qu’il y a un
avantage à se rallier aux autres et à mettre en œuvre ces centres?
Mr. Sullivan: The data is fairly new. The report was only
presented back in November, and published in English and
French just recently. It may be premature to say ‘‘yes’’ or ‘‘no’’ to
that question.
M. Sullivan : Ces données sont assez récentes. Le rapport a été
présenté seulement en novembre dernier, et il a été publié en
anglais et en français très récemment. Il serait peut-être prématuré
de répondre à cette question par l’affirmative ou la négative.
27-2-2014
Énergie, environnement et ressources naturelles
7:27
I’m preaching to the choir a lot of the time when I am giving
presentations. We speak to our own people, and we need to get
beyond that. It’s tough. When we look at this information, this
feedback, even to our own industry, this is shocking.
Forty per cent of damages from a failure to notify is absolutely
unacceptable.
Lorsque je donne ces exposés, je me rends très souvent compte
que je cherche à convaincre ceux qui sont déjà convaincus. Nous
parlons à nos disciples, alors qu’il faut que nous allions plus loin.
C’est difficile. Lorsque nous examinons ces données, ce retour
d’information, cela choque même les membres de notre industrie.
Il est absolument inacceptable que 40 p. 100 des bris soient
imputables à une absence de demande de localisation.
When speaking from what I do in my day job, Alberta OneCall, that infrastructure has been there for 30 years, and we have
that much use and that much relevance in the whole damage
prevention process and public safety, and these damages continue.
It’s mind-boggling that we’re there, but the missing piece of that
whole damage prevention process is the legislative piece. When we
have that in place, I know these percentages will drop over time,
but this is our baseline.
Lorsque je parle en m’appuyant sur ce que je fais
quotidiennement, à savoir diriger le centre d’appels unique de
l’Alberta, une infrastructure qui existe depuis 30 ans et qui est très
pertinente sur le plan de la prévention des bris et de la sécurité
publique, il m’est difficile de concevoir que ces bris continuent de
se produire. Je trouve hallucinant que nous en soyons là, mais il
est clair que l’élément qui fait défaut à l’ensemble du processus de
prévention des bris est la mesure législative. Je sais que ces
pourcentages reculeront une fois qu’elle sera en vigueur, mais, en
attendant, ces statistiques constituent nos données de base.
Senator Wallace: Mr. Sullivan, as you point out — and I think
I’m stating the obvious in saying this — legislation is needed to
bring the Call Before You Dig and the One Call system into play.
Do you see, then, the need to have a combination of legislation in
each of the provinces as it relates to provincially regulated
underground infrastructure, and one at the federal level for
federally regulated?
Le sénateur Wallace : Monsieur Sullivan, comme vous le
soulignez — et je pense que j’énonce une évidence en le disant —
la mesure législative est requise pour permettre au programme
Appelez avant de creuser et au système d’appels unique de jouer
pleinement leur rôle. Voyez-vous alors la nécessité d’avoir
plusieurs lois en vigueur dans chaque province, des lois qui
traitent des infrastructures souterraines réglementées par les
provinces et une loi à l’échelle fédérale qui traitent des
infrastructures souterraines assujetties à la réglementation
fédérale?
Mr. Sullivan: That is definitely one way to do it, yes. It is a
provincially mandated process, if you will, as it’s done in Ontario.
Under the federal umbrella — the National Energy Board, the
CRTC, for example — any regulated pipeline company, by and
large, I would go out on a limb and say they are members. That
said, the NEB is revising, changing its pipeline crossing
regulations. They have a notice of proposed regulatory change
that went out. Membership, or registering with the One Call
centre, where those centres exist, will be a requirement going
forward.
M. Sullivan : Oui, c’est assurément une façon de faire les
choses. Ce processus relève des provinces, si vous voulez, comme
c’est le cas en Ontario. En ce qui a trait aux entreprises
réglementées par des organismes fédéraux, comme l’Office
national de l’énergie et le CRTC, je prendrais le risque de dire
qu’en général, les sociétés de pipeline réglementées sont membres
des centres d’appels uniques. Cela dit, l’ONE est en train de
réviser et de modifier son règlement sur le croisement de pipelines.
Il a publié un avis de modification réglementaire proposée. À
l’avenir, dans les régions où des centres d’appels uniques existent,
ces entreprises seront tenues de s’inscrire auprès des centres.
The CRTC, on the other hand, doesn’t have a damage
prevention mandate whatsoever and it is silent on the matter.
That is an area that would benefit tremendously from the focus of
the standing committee.
En revanche, le CRTC n’est nullement chargé de prévenir les
bris, et il est silencieux à ce sujet. C’est un secteur qui bénéficierait
énormément de l’attention de votre comité permanent.
The CRTC regulating what it does, it’s not just that Ms. Jones
will not be able to see her soaps that afternoon when damage
occurs. It’s 911 services, banking, technology and information.
That’s what we rely on today. It’s not all wireless, the BlackBerrys
and iPhones in our pockets. Those signals for our phones go into
the ground at the tower. They can be damaged, too, and we rely
on them for everything.
Compte tenu des services que le CRTC réglemente, si un bris
survient, le problème ne se limitera pas au fait que Mme Jones ne
sera pas en mesure de regarder ses téléromans cet après-midi-là.
Ce sont aussi les services 911, des services bancaires, des
renseignements et des outils technologiques qui seront touchés,
tout ce sur quoi nous comptons de nos jours. Toutes les
technologies qui soutiennent les BlackBerry et les iPhone que
nous gardons dans nos poches ne sont pas sans fil. Au pied des
tours hertziennes, les signaux de nos téléphones cellulaires
empruntent des fils qui s’enfoncent dans la terre. Ces fils
peuvent également être endommagés, et nous comptons sur eux
pour tout.
7:28
Energy, Environment and Natural Resources
27-2-2014
There is definitely a balance that can be achieved from federal
and provincial. Provincially, if there can be an incentive to cast or
create similar or the same legislation that exists in Ontario across
the country, then absolutely that would be a way to go.
Je pense qu’on peut vraiment équilibrer les compétences
provinciales et les compétences fédérales dans ce domaine. Si
l’on pouvait inciter toutes les autres provinces à adopter des
mesures législatives semblables ou identiques à celle qui existe en
Ontario, ce serait vraiment l’idéal.
Senator Wallace: As you point out, everybody is wellintentioned, but at the end of the day, it comes down to
enforcement, to being able to have a requirement that owners of
underground infrastructure are required to comply with. Correct
me if I am wrong, but in order for that to be enforceable, if you
have infrastructure that falls within provincial jurisdiction, it
would have to be provincial legislation that would enforce;
similarly, for federally regulated infrastructure, it would be
federal. Correct?
Le sénateur Wallace : Comme vous l’avez mentionné, tous les
gens sont bien intentionnés, mais, au final, c’est une question
d’application de la loi. Il faut que les propriétaires
d’infrastructures souterraines soient tenus de respecter la loi.
Corrigez-moi, si j’ai tort, mais, pour pouvoir faire respecter la loi,
il faudra qu’elle soit provinciale si l’infrastructure en question
relève des provinces. De la même façon, une infrastructure
réglementée par le gouvernement fédéral devra être assujettie à
une loi fédérale, n’est-ce pas?
Mr. Sullivan: Correct.
Senator Wallace: There has to be a combination of the two. I
think to the extent that the federal government is able to influence
this and have some sort of a national approach to it is one thing,
but I want to be clear on that: The federal government cannot
enforce these requirements provincially, correct?
Mr. Sullivan: Correct.
M. Sullivan : C’est exact.
Le sénateur Wallace : Il faudra combiner les deux. Je pense
que, dans la mesure où le gouvernement fédéral est capable
d’exercer une influence sur ces enjeux et d’adopter une approche
nationale d’un genre ou d’un autre à cet égard, il devrait le faire.
Toutefois, je tiens à être très clair à ce sujet. Le gouvernement
fédéral ne peut pas imposer de telles exigences à l’échelle
provinciale, n’est-ce pas?
M. Sullivan : C’est exact.
Senator Wallace: You mentioned the CSA Z247 standard,
which is being developed under the auspices of the Canadian
Standards Association, and that is well under way. Can you give
us more background on that? What stage is it at?
Le sénateur Wallace : Vous avez mentionné la norme CSA
Z247. Son élaboration est en cours sous l’égide de l’Association
canadienne de normalisation, et ce processus est déjà bien engagé.
Pouvez-vous nous fournir d’autres renseignements généraux à cet
égard? À quelle étape cette norme est-elle?
What’s in my mind on that is that to develop somewhat of a
consistent template or standard across the country for the
provinces and the feds, it would seem to me that that CSA
standard would be the one that everyone could rely upon and you
would have consistency. Ontario has done a great job moving
ahead without that standard, but in order to promote this
throughout the country and in all the other provinces, it would
seem to me that the CSA standard will be critical. Where is that at
right now, and when would you hope that would be reaching
completion?
Ma réflexion à ce sujet est la suivante : pour élaborer en
quelque sorte une norme ou un modèle cohérent qui pourrait être
appliqué à toutes les provinces du Canada ainsi qu’à l’échelle
fédérale, il me semble que l’on pourrait tous se fier à la norme de
la CSA et que cela assurerait une bonne uniformité. En allant de
l’avant malgré l’absence de normes, l’Ontario a fait du bon
travail, mais, pour promouvoir cette approche dans toutes les
autres provinces, il me semble qu’une norme de la CSA serait
essentielle. Où la norme en est-elle en ce moment, et quand
espérez-vous qu’elle sera achevée?
Mr. Sullivan: Senator Wallace, you are absolutely right. The
Canadian Common Ground Alliance has a couple of horses in the
race here, and being here today is part of that. CSA Z247 is
another. I’m the chair of the technical committee that is drafting
the standards, so I’m well-versed in where we are, where we were
and where we’re going.
M. Sullivan : Vous avez absolument raison, sénateur Wallace.
La Canadian Common Ground Alliance a quelques projets en
cours en ce moment, et notre présence ici aujourd’hui s’inscrit
dans le cadre de l’un d’eux. La norme CSA Z247 en est un autre.
Je préside le comité technique qui rédige les normes. Par
conséquent, je sais très bien d’où nous sommes partis, où nous
en sommes maintenant et où nous irons.
Where we are at right now is that we’re about a year and a half
into a three-year process. At the endgame, we look to publish our
standard in May 2015, perhaps June 2015, and in French shortly
thereafter, after translation. The technical committee that is
drafting this standard, to my knowledge, is the biggest, most
diverse technical committee that has ever come together to put a
standard together.
À l’heure actuelle, nous avons accompli environ une année et
demie des trois années de travail requises. Notre objectif ultime
est de publier notre norme en mai ou en juin 2015 et sa version
française peu de temps après sa traduction. À ma connaissance, le
comité technique chargé de rédiger cette norme est le plus
important et le plus diversifié à avoir jamais été constitué pour
mettre au point une norme.
27-2-2014
Énergie, environnement et ressources naturelles
7:29
My background was with pipeline, with the National Energy
Board, which was my employer for 10 years a number of years
ago. I was part of a CSA process then, but nothing like this. We
have regulators from Alberta and B.C. The NEB is there at the
table. There are excavators, locators, utility owners from
distribution and municipalities, the Federation of Canadian
Municipalities. It’s a massive group and it’s coming together to
design a damage prevention standard from all these areas that will
apply to everybody.
Mon expérience est liée aux pipelines et à l’Office national de
l’énergie, qui m’a employé pendant 10 ans, il y a un certain
nombre d’années de cela. À l’époque, j’ai participé à un processus
de la CSA, mais il ne ressemblait en rien à celui auquel je prends
part en ce moment. Le comité est composé de responsables de la
réglementation de l’Alberta et de la Colombie-Britannique, de
représentants de l’ONE, de membres d’entreprises d’excavation et
de localisation, de propriétaires de services publics membres de
réseaux de distribution ou de municipalités et des représentants de
la Fédération canadienne des municipalités. C’est un énorme
groupe qui se réunit pour concevoir une norme de prévention des
bris dans tous ces secteurs, une norme qui s’appliquera à tous.
It is a massive task. Where we’re at, we just had our industry
review; we published the industry review back in November and
received 350 comments. We used the Canadian Common Ground
Alliance and the regional partners of the Canadian Common
Ground Alliance Canada to push that out. That’s one of the huge
benefits we have. It’s our link to stakeholders throughout the
country, literally through the click of a mouse. There were
350 comments. The technical committee went through all those
comments.
C’est une tâche colossale. Nous venons de terminer l’examen de
l’industrie; nous l’avons publié en novembre dernier et nous avons
reçu 350 commentaires. Nous nous sommes servis de la Canadian
Common Ground Alliance et de ses partenaires régionaux pour
diffuser l’information. C’est l’un de nos grands avantages. Nous
pouvons joindre les parties concernées partout au pays d’un
simple clic de souris. Nous avons reçu 350 commentaires que le
comité technique a épluchés.
We’ve revised the standard now. I was hoping to have the latest
copy with me here today but I don’t. It’s not ready yet. I certainly
will submit it later on. It will be going out for public review in, I
believe, May — I’ll have to check on that — and again with
publication expected in May 2015.
Nous avons maintenant révisé la norme. J’espérais pouvoir
avoir en main la dernière version avec moi aujourd’hui, mais je ne
l’ai pas. Elle n’est pas encore prête. Je vous la ferai bien entendu
parvenir plus tard. Je crois que nous tiendrons des audiences
publiques en mai, mais je dois vérifier l’information. Encore une
fois, nous prévoyons publier le tout en mai 2015.
You’re absolutely right. In my view as well, it potentially has
the best chance of being that symmetrical language that can be
referenced in existing legislation or regulation, and thereby
making all clauses within that standard a requirement.
Vous avez absolument raison. Je suis aussi d’avis que la norme
a le potentiel de devenir une référence dans les lois et les
règlements actuels; ainsi, toutes les règles de la norme
deviendraient une exigence.
There are parties at that table representing companies that are
not registered with One Call systems voluntarily, except in
Ontario where it’s a requirement, yet they’re at the table and they
are working on this standard.
À la table de travail, il y a des parties qui représentent des
entreprises qui ne sont pas inscrites auprès des centres d’appels
uniques à participation volontaire, à l’exception des centres en
Ontario, où la participation est obligatoire; or, ces représentants
participent aux travaux concernant cette norme.
I have great hope for it. I find myself in an enviable position to
be part of that as the chair right from the conception to
completion.
Je fonde beaucoup d’espoir dans cette norme. Je me trouve
dans une position enviable, étant donné que je présiderai les
travaux du début jusqu’à la fin.
Senator Ringuette: One Call is a non-profit organization?
Mr. Sullivan: Yes.
La sénatrice Ringuette : One-Call est un organisme sans but
lucratif, n’est-ce pas?
M. Sullivan : Oui.
Senator Ringuette: That is very important for people to
understand, that you’re a non-profit group. When you talk to
your current members in Ontario and your operation also in
Alberta, you have a lot of the same major players here — the
telecommunications and Enbridge. You have all those players.
La sénatrice Ringuette : C’est très important que les gens le
comprennent. En ce qui concerne vos membres actuels en Ontario
et vos activités en Alberta, ce sont en gros les mêmes grandes
sociétés : les entreprises de télécommunications et Enbridge. Vous
avez tous ces acteurs.
Now that the legislation is in place in Ontario — thanks to you,
Mr. Bailey — how much are your Ontario members lobbying the
other provincial jurisdictions to get the same kind of regulation in
order for them to save money and to have safety for the workers
and the public? How much are these groups lobbying provincial
Maintenant que la loi est en vigueur en Ontario — merci,
monsieur Bailey —, à quel point vos membres ontariens font-ils
pression sur les autres provinces en vue d’adopter une
réglementation similaire et d’économiser de l’argent et d’assurer
la sécurité des travailleurs et de la population? À quel point vos
7:30
Energy, Environment and Natural Resources
27-2-2014
governments, your members in Ontario and in Alberta? If the
system really works well, why are they not lobbying the provincial
governments to put the same kind of legislation in?
membres ontariens et albertains font-ils pression sur les
gouvernements provinciaux? Si le système fonctionne vraiment
bien, pourquoi ne demande-t-il pas aux autres gouvernements
provinciaux d’adopter une telle mesure législative?
Mr. Sullivan: I can speak for Alberta. There has not been a
concerted effort for some time. Alberta took a run at legislation at
least once before, and it failed. The reasons for it were, as I was
told, that there simply wasn’t an appetite for it at the time.
Companies such as TransCanada, Enbridge, Alliance Pipeline,
transmission pipeline companies and gas distribution, be it ATCO
Gas or whoever in the province of Alberta, certainly do want
legislation. We have that partial legislation, where 900 licensees
under the Alberta Energy Regulator are required to be members.
We talked about enforcement, legislation that goes back to 2005,
and I’m certain we don’t even have half of those licensees that are
registered with Alberta One-Call.
M. Sullivan : Je peux parler de la situation en Alberta. Il y a
longtemps qu’il n’y a pas eu une initiative concertée. L’Alberta a
déjà envisagé d’adopter une loi à au moins une reprise, mais cela
s’est soldé par un échec. Selon ce qu’on m’a dit, cela n’intéressait
tout simplement pas les gens à l’époque. Les entreprises comme
TransCanada, Enbridge, Alliance Pipeline, les entreprises de
réseaux de transport et de distribution de gaz naturel — ATCO
Gas ou toute autre entreprise albertaine — sont évidemment
favorables à une loi. Nous avons une mesure législative partielle
qui prévoit que les 900 titulaires de licences de l’Alberta Energy
Regulator doivent être membres d’Alberta One-Call. Nous avons
parlé de faire respecter la loi; or, il s’agit d’une loi de 2005, et je
suis certain que moins de la moitié de ces titulaires de licences sont
inscrits auprès de l’organisme.
I’m working with the Alberta Energy Regulator right now to
address that, and the goal is, to be very plain, to put our house in
order from a regulatory perspective and registration perspective
before we go to seek provincial legislation similar to Ontario’s. It
is important to get that working well.
Je collabore actuellement avec l’Alberta Energy Regulator en
vue d’aborder la question. En termes simples, notre objectif est de
mettre de l’ordre dans notre secteur en ce qui concerne la
réglementation et l’inscription avant de demander une loi
provinciale semblable à la loi ontarienne. Il faut que le système
fonctionne bien.
Is it happening in other provinces? Saskatchewan is making a
run at it now for legislation. Quebec has a strong desire to do the
same. In B.C. the One Call process is perhaps not where it should
be. In Manitoba, it’s in its infancy. There are other concerns that I
have personally in Manitoba that there is regulation in place right
now that effectively negates membership of one significant party,
and they are trying to address it on their own.
Est-ce le cas dans les autres provinces? La Saskatchewan essaie
actuellement de se doter d’une loi. Le Québec souhaite
ardemment le faire aussi. En Colombie-Britannique, le
processus relatif au centre d’appels unique n’est peut-être pas
aussi avancé qu’il le devrait. Au Manitoba, le processus en est à
ses premiers pas. En ce qui a trait à cette province, je m’inquiète
notamment de la présence d’un règlement qui permet à un acteur
important de ne pas participer au processus, et ce joueur essaie
d’aborder seul la question.
Senator Ringuette: Hydro?
La sénatrice Ringuette : Hydro?
Mr. Sullivan: Yes.
M. Sullivan : Oui.
Senator Ringuette: I’m not surprised.
La sénatrice Ringuette : Je ne suis pas surprise.
Mr. Sullivan: There is a will. Is there a concerted effort? Yes
and no.
M. Sullivan : Il y a une volonté. Y a-t-il une initiative
concertée? Oui et non.
Senator Ringuette: Mr. Bailey, you said that you wish — I
think that’s it — that the federal government would have similar
legislation to cover the Crown land and the military bases in the
province of Ontario.
La sénatrice Ringuette : Monsieur Bailey, vous avez dit
souhaiter — je crois bien — que le gouvernement fédéral
adopte une loi semblable en ce qui concerne les terres publiques
et les bases militaires en Ontario.
Mr. Bailey: The National Capital Commission.
M. Bailey : La Commission de la capitale nationale.
Senator Ringuette: The National Capital Commission, where
we’re sitting right now, is not part of it.
La sénatrice Ringuette : La Commission de la capitale
nationale, où nous nous trouvons actuellement, n’en fait pas
partie.
Mr. Bailey: It doesn’t have to be. That would be an important
step right there, of symbolic significance, for the National Capital
Commission, army bases, the rail lines that are federally
regulated.
M. Bailey : Ce n’est pas nécessaire. Ce serait un geste
symbolique de grande importance concernant la Commission de
la capitale nationale, les bases militaires et les lignes de chemin de
fer qui sont sous réglementation fédérale.
Senator Ringuette: Yes, and rail lines.
La sénatrice Ringuette : Oui, et les lignes de chemin de fer.
27-2-2014
Énergie, environnement et ressources naturelles
7:31
Mr. Bailey: I would like to add to what Mr. Sullivan said and
the question you asked: Why isn’t government doing this? I’ll be
honest; there wasn’t a lot of appetite in Ontario either, but they
came to me and I understood the importance, having come from
the industry. We took hold of it and we moved it forward. To be
honest, it was a minority government. That minority government
needed some things, like a budget. You know how things work.
Anyway, my bill was there and I got my bill.
M. Bailey : J’aimerais ajouter quelque chose à ce que
M. Sullivan a dit en réponse à votre question. Vous avez
demandé pourquoi le gouvernement ne le fait pas. En toute
honnêteté, il n’y avait pas un fort engouement sur la question en
Ontario, mais les gens m’en ont parlé, et j’en ai compris
l’importance, étant donné que j’ai des antécédents dans
l’industrie. Nous nous en sommes saisis, puis nous sommes allés
de l’avant. Honnêtement, nous avions un gouvernement
minoritaire à l’époque qui avait notamment besoin d’un budget.
Vous savez comment cela fonctionne. Bref, mon projet de loi était
là, et il a été adopté.
Senator Ringuette: I have a credit card bill; I need your help on
that one.
La sénatrice Ringuette : J’ai une facture de carte de crédit;
j’aurais besoin de votre aide à ce sujet.
Mr. Bailey: I got the bill and they got their budget. Anyway,
it’s unfortunate, but everyone knew; when I talked to ministers
and people, they all said, ‘‘It’s a great bill, a great idea; it should
have happened long ago,’’ but there’s got to be that drive. There’s
got to be the premier in the corner office or the civil service. We
had seven or eight ministers in eight or nine years. These
gentlemen here did an excellent job, their organization, but they
had to start from ground zero every time. For me advancing the
bill, I give them some credit for this, but the idea was already
there, and it’s there across the country. People know it’s the right
thing to do. We just need to give them that incentive to take them
there, to get them to cross the Rubicon and to do it.
M. Bailey : Mon projet de loi et leurs budgets ont été adoptés.
C’est malheureux, mais tout le monde le savait. Lorsque je
discutais avec des ministres ou d’autres personnes, tout le monde
me disait que c’était un excellent projet de loi qui aurait dû être
présenté il y a longtemps, mais il faut qu’il y ait une volonté de le
faire. Il faut que le premier ministre ou des fonctionnaires pilotent
le projet. Sept ou huit ministres se sont succédé en huit ou neuf
ans. Ces ministres et leur personnel ont fait un excellent travail,
mais ils ont dû recommencer du début chaque fois. Ils m’ont aidé
à faire avancer mon projet de loi, mais l’idée existait déjà. Partout
au pays, les gens savent que c’est la bonne chose à faire. Il nous
suffit de leur donner la motivation nécessaire pour franchir le
Rubicon.
Senator Ringuette: Mr. Sullivan, people who have backhoes
can also be homeowners. You probably have a lot of homeowners
who call the One Call service because they don’t know, unless
they were the first on that particular road or landscape, what was
there prior to them.
La sénatrice Ringuette : Monsieur Sullivan, certains
particuliers possèdent des rétrocaveuses. Beaucoup de
propriétaires doivent probablement communiquer avec votre
centre d’appels unique, parce qu’ils ne savent pas ce qui se
trouvait là avant, s’ils ne sont pas les premiers occupants sur une
route ou un terrain donné.
Mr. Bailey: I can speak to my own self. Recently we moved
property and my wife wanted to put in a memorial garden to her
parents and mine. She was planning all this and had the
landscaper come and do some drawings. All of a sudden one
day I said, ‘‘Did you call One Call?’’ She said, ‘‘I don’t know.’’ I
said, ‘‘Make sure the landscaper calls One Call. I won’t live this
down.’’ It could have happened. It was a garden, down a foot, six
inches. I said, ‘‘No, we’ve got to bring them in here.’’
M. Bailey : Je vais vous parler de mon expérience personnelle.
Nous avons récemment déménagé, et ma femme voulait créer un
jardin en mémoire de nos parents. Elle s’occupait de la
planification, et le jardinier paysagiste était venu dessiner des
plans. Tout d’un coup, je lui ai demandé si elle avait appelé le
service One Call; elle m’a dit qu’elle ne le savait pas. Je lui ai
répondu de s’assurer que le jardinier paysagiste communique avec
le service One Call. Je m’en serais voulu, si quelque chose était
arrivé. C’était un jardin d’un pied et six pouces de profond. J’ai
insisté pour communiquer avec le service One Call.
Those things can happen, honest mistakes. A person wants to
put in a driveway, they’re going to do a little bit of excavation, put
a fence post in, hit something they didn’t know was there.
On peut commettre des erreurs de bonne foi. Un propriétaire
souhaite se faire une entrée ou faire des travaux de terrassement
ou installer une clôture, puis il heurte quelque chose dont il
n’avait aucune idée de la présence.
Mr. Sullivan: There was a fatality in Alberta from gardening a
couple of years ago.
M. Sullivan : Une personne est morte en Alberta en faisant du
jardinage il y a quelques années.
Senator MacDonald: I just want to pick up on where Senator
Wallace was going. Unlike Senator Wallace, I’m not a lawyer, but
there are some jurisdictional questions when it comes to this. Is
there jurisdictional clarity on this in terms of the federal
government and the provincial governments? Would the federal
Le sénateur MacDonald : J’aimerais revenir sur ce dont le
sénateur Wallace parlait. Contrairement à ce dernier, je ne suis
pas avocat, mais cela soulève des questions relatives aux
compétences. La Constitution est-elle claire à ce sujet en ce qui
a trait aux compétences du gouvernement fédéral et des
7:32
Energy, Environment and Natural Resources
27-2-2014
government receive any push back if we came up with something
that was less than piecemeal, more comprehensive? You talked
about the National Capital Commission in these areas of federal
jurisdiction. To a certain extent, that’s also piecemeal, to take the
spots where the federal government has jurisdiction. Is there a
constitutional opening there or a legal opening for the federal
government to bring in something more comprehensive that could
apply across the board? Is there constitutional clarity on this?
provinces? Le gouvernement fédéral rencontrerait-il une certaine
résistance s’il élaborait une mesure plus exhaustive ou autre chose
que des mesures fragmentaires? Vous avez parlé de la Commission
de la capitale nationale pour ce qui est des domaines de
compétence fédérale. Dans une certaine mesure, ce serait perçu
comme une initiative fragmentaire, à savoir de cibler les secteurs
de compétence fédérale. La Constitution ou la loi permet-elle au
gouvernement fédéral de proposer une initiative plus exhaustive
qui pourrait s’appliquer à l’ensemble du pays? La Constitution
est-elle claire à cet égard?
Mr. Sullivan: To be blunt, I’m not aware of any. I’ve been
around this a long time, over 20 years, and, if it’s not clear to me,
then I would venture to say that there isn’t constitutional clarity
on it. If I look at the National Energy Board and the CRTC, one
federal organization and another, one is pushing for membership
in revision to legislation and to regulation, whereas one has no
mandate whatsoever. To me, again, looking at the reasonable
expectations of Canadians, if I’m going to dig or do something
and know that there is that Call Before You Dig message, in
today’s day and age of, ‘‘I’ll have an app or do whatever I need to
do,’’ it should be like that. When it isn’t, it doesn’t make any sense
to the person trying to preserve their own safety, let alone the
safety of their community and the integrity of that buried plant.
M. Sullivan : Pour être honnête, je ne crois pas. Je suis dans le
domaine depuis plus de 20 ans, et si ce ne l’est pas à mes yeux, je
me risquerais à dire que la Constitution n’est pas claire à ce sujet.
Prenons l’Office national de l’énergie et le CRTC; nous avons un
organisme fédéral et un tribunal administratif. L’un demande de
participer à la révision de la législation et de la réglementation,
alors qu’il n’en a aucunement le mandat. D’après moi, en fonction
des attentes raisonnables des Canadiens, si je dois creuser et que je
sais que je dois appeler avant de le faire — en cette période où
nous avons des applications pour tout —, cela devrait se faire
ainsi. Autrement, cela n’a aucun sens pour la personne qui essaie
d’assurer sa sécurité et celle de sa communauté, ainsi que
l’intégrité de l’équipement enfoui.
I think we could probably spend a lot of time looking at the
hurdles, such as constitutional clarity, and I’ve heard a lot of
those hurdles over the years. I want to see us look beyond the
hurdles and find a way. Is it to create an incentive? Look what
happened in the U.S. An incentive was created by the
Transportation Equity Act for the 21st Century, back in 2000, I
believe it was, that created an incentive for One Call systems in
those states, for grant money, seed money, to comply with best
practices and achieve legislation. I don’t know if that ability
resides in Canada, but I would venture to say that, being in the
business that I am and hearing the expectations of Albertans,
primarily, that’s what they expect. That’s truly what they’ve
expect.
Selon moi, nous pourrions passer beaucoup de temps à parler
des obstacles, y compris la clarté de la Constitution, et j’ai
beaucoup entendu parler de ces obstacles au fil des ans. J’aimerais
que nous passions outre les obstacles et trouvions une solution.
Devons-nous avoir une mesure incitative? Regardez ce qui s’est
passé aux États-Unis. En 2000, je crois, la Transportation Equity
Act for the 21st Century a mis en place des mesures incitatives
pour les centres d’appels uniques dans les États, les subventions et
les capitaux de démarrage en vue d’inciter l’adoption de pratiques
exemplaires et d’avoir une mesure législative. Je ne sais pas si c’est
possible au Canada, mais étant donné que je suis dans le secteur
d’activité et que j’entends les attentes des Albertains,
principalement, je me risquerais à dire que c’est ce à quoi ils
s’attendent. C’est vraiment le cas.
Senator MacDonald: I don’t think it’s a matter of putting up
obstacles. All of this stuff starts at home. People see the problems
in local communities. Businessmen, municipal politicians and
provincial politicians react, respond to it and deal with it. I’m
saying just the opposite. If there are no restrictions for the federal
government here constitutionally, there’s really no functional
reason why the federal government couldn’t step in and bring in
something comprehensive that would overlay the entire country.
It has to respect constitutional particulars, but there is nothing to
prevent it or deny it from doing that, except if there was push
back from the provinces, who would say, ‘‘You’re getting into
areas of our jurisdiction.’’ I would like some clarity on that.
Maybe we can get some clarity on that, but it’s probably one of
those things, like many things, that don’t really have any distinct
constitutional parameter.
Le sénateur MacDonald : Je ne pense pas que le problème soit
les obstacles. Tout ceci débute à la maison. Les gens sont aux
prises avec de tels problèmes dans les collectivités. Les gens
d’affaires, les élus municipaux et les politiciens provinciaux
interviennent et s’en occupent. Je dis simplement le contraire. Si
rien n’empêche le gouvernement fédéral de le faire du point de vue
de la Constitution, je ne vois pas pourquoi le gouvernement
fédéral ne pourrait pas intervenir et élaborer une mesure
exhaustive qui s’appliquerait à l’ensemble du pays. Il faut que
cela respecte la Constitution, mais rien ne nous empêche de le
faire, à moins que les provinces ne s’y opposent, parce qu’elles se
disent que nous empiétons sur leurs compétences. J’aimerais avoir
des précisions à cet égard, mais c’est probablement un élément
parmi tant d’autres qui n’ont pas vraiment de paramètres
constitutionnels distincts.
27-2-2014
Énergie, environnement et ressources naturelles
[Translation]
7:33
[Français]
Senator Boisvenu: Are all the infrastructures georeferenced? If
they are, are they accessible via the Internet?
Le sénateur Boisvenu : Est-ce que l’ensemble des infrastructures
sont géoréférencées? Si l’ensemble des structures sont
géoréférencées, sont-elles accessibles via Internet?
Mr. Sullivan: They are not all georeferenced. Certain
infrastructures have been there for a long time and we know
approximately where they are on a lot.
M. Sullivan : Elles ne sont pas toutes géoréférencées. Certaines
infrastructures sont là depuis longtemps et on sait environ où elles
se situent dans une parcelle.
Senator Boisvenu: You know where they are approximately.
Le sénateur Boisvenu : On connaît l’endroit approximatif.
Mr. Sullivan: Yes. According to the call centre cartography, we
know where the spot is. If we have a call or a notification, we will
determine whether the excavation will affect us or not. It all
depends. Georeference is preferable because it will necessitate less
notification for the infrastructure owner. However, all of the
infrastructures are not georeferenced.
M. Sullivan : En effet. Selon la cartographie qu’on nous donne
au centre d’appels, nous savons que nous sommes à cet endroit. Si
on a un appel ou une notification, on va déterminer si l’excavation
nous affectera ou non. Tout dépend. La géoréférence est
préférable car cela nécessitera moins de notification pour le
propriétaire de l’infrastructure. Toutefois, elles ne sont pas toutes
géoréférencées.
Senator Boisvenu: What leadership role could the federal
government play? In my opinion, this should be provincial
legislation. Outside of the national capital, what leadership could
the federal government provide in this file?
Le sénateur Boisvenu : Quel rôle pourrait jouer le
gouvernement fédéral en termes de leadership? À mon avis,
cette législation devrait relever des provinces. À l’extérieur de la
capitale nationale, quel pourrait être le rôle du gouvernement
fédéral en termes de leadership dans ce dossier?
Mr. Sullivan: In my opinion, its role should be to create
incentives, to create a damage prevention culture for the
provinces in Canada. Both federal and provincial departments
should strive to create a damage prevention culture.
M. Sullivan : D’après moi, le rôle serait de créer un incitatif, de
créer une culture de prévention des dommages pour les provinces
au Canada. Il s’agirait de créer une culture de prévention des
dommages pour les ministères fédéraux et provinciaux.
The CRTC does not have a damage prevention mandate. In
my opinion, given the services that it offers Canadians, it should
have a damage prevention mandate.
Le CRTC n’a pas de mandat de prévention des dommages.
D’après moi, avec les services qu’il offre aux Canadiens, il devrait
avoir un mandat pour la prévention des dommages.
The minimum leadership goal, in my opinion, for the federal
government, should be the creation of a dialogue between the
federal and the provincial levels in order to create motivation.
Dans le cas des provinces, un dialogue entre le fédéral et le
provincial pour créer un incitatif serait d’après moi le but
minimum de leadership de la part du gouvernement fédéral.
[English]
[Traduction]
Senator Boisvenu: Mr. Bailey, what is your point of view on
federal leadership on that issue?
Le sénateur Boisvenu : Monsieur Bailey, quel est votre point de
vue en ce qui concerne le leadership fédéral sur cet enjeu?
Mr. Bailey: Under the National Energy Board, I see issues. We
already talked about the National Capital Commission, the
railroads that cross inter-jurisdictions. I think, using Bill 8 as a
template — though it’s not perfect by any means — and showing
that kind of leadership, through the leadership and the
membership of this committee here, could go a long ways to
incentivizing and encouraging our legislators across the country
to take this on.
M. Bailey : Je vois des problèmes du côté de l’Office national
de l’énergie. Nous avons déjà parlé de la Commission de la
capitale nationale et des lignes de chemin de fer qui traversent les
administrations. Si nous prenons le projet de loi 8 comme modèle
— même s’il est loin d’être parfait — et que nous montrons la voie
à suivre par l’entremise de votre comité, je crois que cela aidera
beaucoup à encourager les législateurs au pays à se pencher sur la
question.
One thing I wanted to mention is that some of the greatest
supporters of this bill, who signed letters and sent letters of
support to me, were our first responders. I had EMS, fire and
police, who, as Mr. Sullivan said, are some of the first people who
have to go and respond. Every call you go to could be an
emergency. It could be serious. They see One Call and Bill 8 as an
important part of their safety and the safety of their neighbours,
so I think that anything that the federal government could do
through the Senate and through the leadership of this committee
Je tenais aussi à mentionner que certains des plus fervents
partisans du projet de loi, à savoir les gens qui ont signé des lettres
et qui m’ont envoyé des lettres de soutien, étaient les premiers
répondants. J’ai reçu des lettres d’ambulanciers, de pompiers et de
policiers, qui sont parmi les premières personnes à se présenter sur
les lieux, comme M. Sullivan l’a mentionné. Chaque appel peut
être une urgence ou une situation grave. Ces personnes
considèrent le service One Call et le projet de loi 8 comme des
outils importants en vue d’assurer leur sécurité et la sécurité de
7:34
Energy, Environment and Natural Resources
27-2-2014
would go a long way. If we could encourage those first responders
to get involved and get behind this initiative, with the Common
Ground Alliance, Ontario and federal, and find out where the
people are going, get out in front and lead, I think that would go a
long way toward implementing this type of safety and health
program in Ontario and across the country.
leurs voisins. Bref, je suis d’avis que tout ce que le gouvernement
fédéral accomplira par l’entremise du Sénat et de votre comité
sera très utile. Si nous pouvons encourager les premiers
répondants à promouvoir une telle initiative, en partenariat
avec la Common Ground Alliance, l’Ontario et le gouvernement
fédéral, que nous comprenons la direction que prennent les gens et
que nous jouons un rôle de chef de file, je crois que cela aidera
énormément à faire adopter un tel programme de santé et de
sécurité en Ontario et partout au pays.
Senator Wallace: Mr. Sullivan, in the United States, they have
a One Call service, a national One Call service that covers the
entire country. We heard from you when we were doing our study
of transportation of hydrocarbon infrastructure. I was left with
the impression, from your presentation, that you thought it was
possible that we could have a similar One Call system in Canada
so that there would be one number for the entire country that
would be called if somebody were digging anywhere in the
country.
Le sénateur Wallace : Monsieur Sullivan, les Américains ont un
centre d’appels unique national qui s’occupe de l’ensemble du
pays. Vous avez témoigné devant notre comité dans le cadre de
notre étude sur l’infrastructure de transport d’hydrocarbures. À
ce moment, j’avais cru comprendre de votre exposé que vous
pensiez que c’était possible d’avoir un tel centre d’appels unique
au Canada, à savoir que nous aurions un numéro unique pour
l’ensemble du pays à appeler lorsqu’on veut creuser au Canada.
I’m not sensing that today. Quite frankly, I can’t get my head
around how that could work in Canada. It seems to me that
because of federal-provincial jurisdiction, probably the best that
could be achieved would be separate One Call centres in each
province. I suppose a centre could cover infrastructure in the
province, whether it’s federally or provincially regulated. Am I
correct? We’re not talking about the U.S. system here in Canada.
That’s not what you’re proposing.
Je n’ai pas cette impression aujourd’hui. Honnêtement, je ne
vois pas comment nous pourrions le faire au Canada. Selon moi,
en raison de la séparation des pouvoirs au Canada, le mieux que
nous pourrions faire serait d’avoir un centre d’appels unique par
province. Je présume que le centre pourrait couvrir
l’infrastructure d’une province, peu importe que ce soit sous
réglementation fédérale ou provinciale. Ai-je raison? Il n’est pas
question de mettre en place le système américain au Canada. Ce
n’est pas ce que vous proposez.
Mr. Sullivan: No. We’re getting two things — you’re right. It’s
incorrect as well. In the United States, there are One Call centres
in every state. In some states, they have more than one. Texas has
three. What they have that’s singular is one national access point
through a three-digit number, 811. A person can dial 811 from
any location in the U.S. and they will be routed through to the
nearest One Call centre. That has allowed the U.S. to have
massive public awareness programs. They put the logo out there.
Whether it’s Shell or any other pipeline company or owner of
utilities who uses that logo, it has become as known as the CH
logo of the Montreal Canadiens or the NY logo of the New York
Yankees. It is the team logo for damage prevention in the U.S.
M. Sullivan : Non. Nous avons deux choses; vous avez raison,
mais vous avez également tort sur un point. Aux États-Unis,
chaque État a un centre d’appels unique, voire plus d’un. Au
Texas, il y en a trois. La particularité du système américain est
qu’il a un point d’accès national par l’entremise d’un indicatif à
trois chiffres, soit le 811. Une personne peut composer ce numéro
de partout aux États-Unis, et son appel sera transféré au centre le
plus près. Cette particularité a permis aux États-Unis d’avoir des
programmes de sensibilisation de grande envergure. On retrouve
le logo partout. Que ce soit Shell ou toute autre compagnie de
pipeline ou entreprise de services publics qui utilisent ce logo, le
signe est devenu aussi connu que le CH des Canadiens de
Montréal ou le NY des Yankees de New York. C’est le symbole
de la prévention des dommages aux États-Unis.
We applied to the CRTC for shared use of 811 in Canada two
and a half to three years ago in Canada. We didn’t get it. I was
not president of a One Call centre at the time. Looking at where
technology is going, I think it was probably the best answer we
could have had.
Il y a deux ans et demi ou trois ans, nous avons présenté une
demande au CRTC concernant la double utilisation de l’indicatif
811 au Canada. La demande a été rejetée. À l’époque, je n’étais
pas président d’un centre d’appels unique. Si je me fie au virage
technologique, je crois que nous n’aurions pas pu espérer avoir
une meilleure réponse.
I’ll give you an example as to why I feel that way. As I
mentioned earlier, if we receive locate requests over the web, the
time it takes our CSRs to process that locate request is a fraction
of the time that it takes over the phone, not to mention the person
requesting a locate can do it 24 hours a day and be done in five
Voici un exemple en vue de vous expliquer pourquoi je suis de
cet avis. Comme je l’ai mentionné plus tôt, le traitement d’une
demande de localisation faite par Internet prend une fraction du
temps qu’il faut pour traiter une demande par téléphone. De plus,
une personne peut faire parvenir une demande de localisation par
27-2-2014
Énergie, environnement et ressources naturelles
7:35
minutes on the web. They’re not waiting on hold and getting
frustrated at high peak times and maybe hanging up and digging
anyway.
Internet quand elle le veut; cela prend cinq minutes. Les gens
n’ont pas besoin d’attendre au téléphone pendant les périodes de
pointe; ils risquent moins de perdre patience et de raccrocher et de
décider de creuser quand même.
We have put together a national web portal, Click Before You
Dig, for probably $5,000. It’s in both languages. Click on the
province you’re working in, and you’re in. Our application to the
CRTC for shared use of 811 was just south of $100,000; and we
didn’t get it. Where technology is going, and I’ll get to the Alberta
One-Call here, one year ago our locate requests over the web was
roughly 35 per cent of all locate requests. We rebranded in
March 2013. We got rid of our Call Before You Dig call to action
and went to the Click Before You Dig call to action. In 2013 we
had our third busiest year in a 30-year history. In about eight to
ten very short weeks between mid-March and the end of May,
when we rebranded, we saw a more than 60 per cent increase in
locate requests going to the web. The system had been there for
15 years, but we never promoted it.
Nous avons créé un portail web national, à savoir Cliquez
avant de creuser, qui nous a coûté environ 5 000 $. Le portail est
bilingue. Il suffit de cliquer la province où vous travaillez, et voilà.
Notre demande auprès du CRTC pour la double utilisation de
l’indicatif 811 nous a coûté un peu moins de 100 000 $, et nous
sommes rentrés bredouilles. En ce qui a trait à la tendance
technologique, l’Alberta One-Call recevait environ 35 p 100 de ces
demandes par Internet il y a un an. Nous avons changé
d’approche en mars 2013. Nous avons dirigé notre attention sur
le Web plutôt que sur le téléphone. L’année 2013 a été notre
troisième année la plus occupée en 30 ans d’histoire. Lorsque nous
avons changé notre approche, nos demandes de localisation
reçues par Internet ont augmenté de 60 p. 100 en quelque 8 ou 10
petites semaines entre la mi-mars et la fin mai. Le système existait
depuis 15 ans, mais nous n’en avions jamais fait la promotion.
In December 2013, for example, 74.6 per cent of all of our
locate requests in Alberta came through the web. Quebec, where
it’s Info-Excavation, has the highest percentage of web locate
requests of any One Call centre in North America with more than
80 per cent. That is where technology is going. That is what the
public expects. Quebec launched an app for locate requests, and
Alberta is launching one in the fall.
En décembre 2013, par exemple, 74,6 p. 100 des demandes de
localisation en Alberta ont été faites par Internet. Au Québec,
plus de 80 p. 100 des demandes de localisation reçues par InfoExcavation sont envoyées par Internet, ce qui est le plus haut
pourcentage parmi tous les centres d’appels uniques en Amérique
du Nord. Voilà la tendance technologique. Voilà ce à quoi la
population s’attend. Le Québec a lancé une application pour les
demandes de localisation, et l’Alberta le fera à l’automne.
There are One Call systems all over the U.S. in every state.
They have 811, but it forces people to call. It’s forcing people to
wait on the phone and potentially get frustrated. In Canada, yes,
we still have 1-800 numbers; and I can’t foresee a day when we
don’t. If you asked me 20 years ago if we would ever get rid of the
fax, I would have said never. We just rid of our fax last year. We
had 4 per cent of locate requests coming through by fax. We have
to be nimble. Call Before You Dig is a great call to action. One
thing I want to do is change that. Before you dig is important and,
in that regard, the CCGA just completed a brand for the damage
prevention process that states, quite simply: Before You Dig, with
three icons up top: phone, web, tap the app. Over time, like fax,
I’m certain those methods of access will rotate away; but no
matter what, 20 years down the road the public will always have
to do something before they dig. It may not be call and the
Internet may be a passing fad by then, but they will have to do
something.
Il y a des centres d’appels uniques dans tous les États
américains. Les gens utilisent le 811, mais cela force les gens à
appeler. Cela les force à attendre au téléphone, et les gens risquent
de perdre patience. Au Canada, nous avons encore des numéros
sans frais, et je ne crois pas qu’ils disparaîtront de sitôt. D’un
autre côté, si vous m’aviez demandé il y a 20 ans si nous
arrêterions un jour d’utiliser le télécopieur, je vous aurais dit que
non. Nous venons de nous débarrasser du nôtre l’année dernière.
Seulement 4 p. 100 de nos demandes de localisation nous étaient
acheminées par télécopieur. Il faut nous adapter. L’initiative
Appelez avant de creuser est excellente. J’aimerais la modifier. Il
faut mettre l’accent sur « Avant de creuser ». À cet égard, le
CCGA vient de mettre la touche finale à une marque de
commerce concernant la prévention des dommages qui se
résume tout simplement à « Avant de creuser » et à trois icônes
en haut, soit le téléphone, le Web et l’application. À l’instar du
télécopieur, je suis persuadé que ces méthodes d’accès seront
remplacées au fil des années. Peu importe ce qui se passera, les
gens devront encore dans 20 ans faire quelque chose avant de
creuser. Le téléphone sera peut-être devenu obsolète, et l’Internet
sera peut-être passé de mode, mais les gens devront poser un
geste.
You were correct; there is one national access point. We can do
that here, but we have to remain flexible in order to change that
going forward.
Vous aviez raison; il y a un point d’accès national. C’est
possible au Canada, mais nous devons demeurer flexibles en vue
de nous adapter au fil des années.
Senator Wallace: Regardless of the method of access, the actual
information would be retained provincially.
Le sénateur Wallace : Peu importe la méthode d’accès, les
informations seraient conservées dans les provinces.
7:36
Energy, Environment and Natural Resources
27-2-2014
Mr. Sullivan: Yes.
M. Sullivan : Oui.
Senator Wallace: The response would come from the province.
Le sénateur Wallace : La réponse proviendrait des provinces.
Mr. Sullivan: Yes.
M. Sullivan : Oui.
Senator Wallace: It would not come from some office in
Ottawa that’s covering the entire country.
Mr. Sullivan: Yes.
Senator Wallace: That clarifies it. Thank you.
The Deputy Chair: This has been excellent. I have a couple of
things I’d like to pursue. From the point of view of funding, I
understood that if somebody calls before they dig, or clicks before
they dig, the infrastructure owner, i.e., the private sector owner or
the municipality, for example, would pay $1 per call. That’s where
the money comes from. It’s not taxes, as such. I guess if it was a
national program — but no, it wouldn’t. It’s always the private
sector owner.
Mr. Sullivan: Correct.
Le sénateur Wallace : La réponse ne proviendrait pas d’un
bureau situé à Ottawa qui s’occuperait de l’ensemble du pays.
M. Sullivan : Oui.
Le sénateur Wallace : Voilà qui clarifie la question. Merci.
Le vice-président : La séance est très intéressante. J’aimerais
aborder deux ou trois points. Concernant le financement, je crois
comprendre que si une personne fait une demande de localisation
par téléphone ou par Internet, le propriétaire de l’équipement
enfoui — par exemple, une entreprise privée ou la municipalité —
versera 1 $ par demande. Voilà d’où provient le financement.
Cela ne provient pas des contribuables. J’imagine que s’il
s’agissait d’un programme national... Ce ne serait pas le cas.
C’est toujours le propriétaire du secteur privé.
M. Sullivan : C’est exact.
The Deputy Chair: It will not cost government money
generally. It might be that there would be an incentive program,
but even that’s quite remote.
Le vice-président : Cela ne coûtera rien au gouvernement de
manière générale. Il se peut qu’il y ait des mesures incitatives, mais
c’est peu probable.
Mr. Sullivan: One of the things we use in our advertising is,
‘‘One click costs you nothing; not clicking could cost you
everything,’’ which is exactly what could happen.
M. Sullivan : L’un de nos slogans publicitaires est : « Cliquer
ne vous coûte rien, mais ne pas cliquer pourrait vous coûter
cher ». C’est exactement ce qui pourrait arriver.
The Deputy Chair: There was some concern about cost to
municipalities, and I think there’s some sort of threshold where
the association, the industry, would actually cover a
municipality’s costs up to a certain number of requests.
Le vice-président : Certains s’inquiétaient des coûts pour les
municipalités, et je crois que l’association et l’industrie assument
en fait la facture de la municipalité jusqu’à concurrence d’un
certain nombre de demandes.
Mr. Sullivan: I can speak to Alberta only. Perhaps my friends
will speak to Ontario.
M. Sullivan : Je peux seulement parler de l’Alberta. Mes
collègues pourront aborder la situation qui prévaut en Ontario.
Typically, a municipality will fall in the very first tier. They
won’t get anywhere near 100 notifications in Alberta, for
example. When we raised our fees a short time ago, we put our
first tier up by $1 to $6 per notification in that first year — 1 to
100. I received some strongly worded feedback saying, you can’t
do this. I said you only received 35 notifications last year. Your
cost escalated $35. Let’s put it into perspective. Whereas if I’m
ATCO Gas or TELUS or Bell and I’m being notified every single
time there’s a dig in Alberta, with the notification fees I’m going
to pass that first or second tier quickly and go down to perhaps
$2.50 or $2.20 per notification. At the end of the day, those
utilities are paying the freight for the non-profit organization.
Normalement, une municipalité fera partie de la première
catégorie. En Alberta, une ville reçoit facilement moins de 100
demandes. Lorsque nous avons augmenté nos frais il y a peu de
temps, les frais pour la première catégorie sont passés de 1 à 6 $
par demande — de 1 à 100 demandes. Certains s’en sont plaints et
nous ont dit que nous n’avions pas le droit de faire cela. J’ai
répondu que vous n’avez reçu que 35 demandes l’an dernier; vos
coûts ont augmenté de 35 $. Pour vous donner une idée, ATCO
Gas, TELUS ou Bell sont avisées chaque fois qu’un trou est
creusé en Alberta. Ces entreprises vont rapidement passer la
première et la deuxième catégorie, et il leur en coûtera peut-être
2,50 ou 2,20 $ par demande. Au final, ce sont les entreprises de
services publics qui financent l’organisme sans but lucratif.
The Deputy Chair: A question I had concerned the nature of
the legislation. First, the legislation would require infrastructure
owners to be members of the system. Second, it would penalize
somebody who didn’t click before they dug. Would it penalize
them if they didn’t hit, but it was found out that they didn’t call or
contact before they dug? Even if nothing happened, could they be
penalized?
Le vice-président : J’ai une question concernant la nature de la
mesure législative. Premièrement, il faudrait que les propriétaires
d’équipement enfoui soient membres du système. Deuxièmement,
une personne qui n’a pas cliqué avant de creuser recevrait une
amende. Les gens qui n’ont pas appelé ou qui n’ont pas cliqué
avant de creuser recevraient-ils une amende, même s’ils n’ont rien
heurté en creusant? Même si rien n’est arrivé, les gens recevraientils quand même une amende?
27-2-2014
Énergie, environnement et ressources naturelles
7:37
Mr. Sackville: Sometimes the excavator gets lucky and does
that job and doesn’t get caught. With regulators out there moving
around and people observing people doing other work, there’ll be
fewer and fewer opportunities for that excavator to try to bypass
the One Call centre. Yes, they will find out what’s happened.
Sometimes damages happen that people cover up, and they think
they get away with it. In the future when somebody finds that nick
in the electrical line, someone will say that a homeowner must not
have called.
M. Sackville : Il arrive parfois que l’entreprise fasse
l’excavation et ne se fasse pas prendre. Avec la présence
d’organismes de réglementation et de gens qui observent le
travail des autres, il y aura de moins en moins d’occasions pour
une entreprise d’essayer de passer outre le centre d’appels unique.
On se rendra compte de ce qui s’est passé. Parfois, des gens
causent des dommages qu’ils essaient de dissimuler, et ils
s’imaginent que personne ne s’en rendra compte. Un jour,
lorsqu’on remarquera l’encoche sur la ligne électrique, on se
dira qu’un propriétaire n’a probablement pas appelé le centre.
The Deputy Chair: There’s also the problem of getting really
good information on where things are. A lot of pipelines are sold
from one company to another. The records, if there ever were any,
were lost; and who would know where to find them if they weren’t
really lost, if you still had them?
Le vice-président : Il y a aussi le problème d’obtenir des
renseignements précis sur la localisation de l’équipement enfoui.
Beaucoup de pipelines sont vendus d’une entreprise à l’autre. S’il
y avait des dossiers au sujet de l’infrastructure enfouie, on les a
probablement perdus. Si les dossiers ne sont pas vraiment perdus,
qui saurait où trouver cette information?
Does this legislation require owners to be much more rigorous
in recording and submitting that record of location to a centre?
La loi oblige-t-elle les propriétaires à être plus rigoureux en ce
qui concerne la production de rapports de localisation et leur
transmission à un centre?
Mr. Sackville: Where an underground facility is more explosive
— higher danger — there’s better mapping. This is one of the
things that municipalities were given the extra time — a year — to
come on with Ontario One Call, because they have a lot of old
underground infrastructure that wasn’t mapped. It was installed
many years ago.
M. Sackville : Lorsqu’un équipement enfoui est plus explosif
ou qu’il y a un danger plus élevé, l’infrastructure est mieux
cartographiée. C’est notamment l’un des aspects pour lesquels les
municipalités se sont vu accorder une année pour se conformer
aux exigences de l’organisme Ontario One Call, parce que les
villes ont beaucoup de vieilles infrastructures souterraines qui
n’étaient pas cartographiées.
I know we have one municipality that sits on our board, and
they find they will have to take every ticket within that
municipality until they can build that mapping so they can
identify where their sewer and water mains are, those being the
deepest structures. They just don’t know 100 per cent right now
where it is, but as they go forward they will develop the GIS
mapping capability that develops that infrastructure.
Nous avons une municipalité qui siège au conseil, et ses
représentants savent qu’ils devront répondre aux demandes
jusqu’à ce qu’ils soient en mesure de cartographier le réseau
d’égout et d’aqueduc, parce qu’il s’agit des infrastructures les plus
profondes. La ville ne sait pas exactement où se trouvent ces
infrastructures souterraines, mais elle acquerra au fil du temps la
capacité de les localiser grâce à la cartographie SIG.
Mr. Bailey: Thank you for that question. It reminds me of
something. There’s an engineering company in my riding that has
created new jobs, because some of the industry has been around
for some 100 years in Sarnia—Lambton. When this was coming
down the pipe to be legislation, they started looking at each other
and saying, ‘‘Yeah, we don’t know where that stuff is. So-and-so
used to know where everything is, but they retired. They always
looked after that.’’ So they have had to scramble.
M. Bailey : Merci de votre question. Cela m’a rappelé quelque
chose. Il y a une société d’ingénierie dans ma circonscription qui a
créé de nouveaux emplois, parce que dans Sarnia—Lambton nous
avons des industries qui ont une centaine d’années. Avant que le
projet de loi devienne loi, les gens se sont rendu compte qu’ils ne
savaient pas où se trouvait leur équipement enfoui et qu’un tel le
savait à l’époque, mais qu’il avait depuis pris sa retraite. Les
entreprises ont dû faire vite.
But there’s been employment and new technology developed,
and a number of companies are going out and mapping this,
doing it for the companies, because they know this is coming at
them. The big guys have to obey the rules. So they’ve moved
forward on that.
De nouveaux emplois et de nouvelles technologies ont vu le
jour, et des entreprises offrent leurs services de cartographie aux
autres entreprises, parce que tout le monde sait que cela s’en vient.
Les gros joueurs doivent se conformer aux règles. Ils ont donc
décidé d’aller de l’avant à ce sujet.
I can give the committee some information on that. I’ll make a
note of that and I’ll get back to you.
Je pourrais vous faire parvenir des renseignements à cet égard.
J’en prends note.
The Deputy Chair: That would be great. Thank you.
Mr. Sullivan: Part of that — you’re talking about where there’s
legislation. But even where there isn’t legislation, such as in
Alberta, we have member agreements that when we bring a new
Le vice-président : Ce serait excellent. Merci.
M. Sullivan : En partie — vous parlez des provinces où il y a
une loi. Même s’il n’y en a pas, comme en Alberta, nous faisons
signer des ententes aux nouveaux membres qui s’engagent à nous
7:38
Energy, Environment and Natural Resources
27-2-2014
member in, they have to sign off on an agreement that states they
will provide us with their data within 30 days or X days — 15 days
— of new infrastructure going into the ground, so that our
mapping is constantly being updated by our member services
department.
communiquer la localisation de la nouvelle infrastructure
souterraine 15 ou 30 jours, par exemple, après l’enfouissement.
Ainsi, nos membres mettent constamment à jour nos données
cartographiques.
You also mentioned, Senator Mitchell, that you must register
or call before you dig or click. There’s a step above that as well
that the Senate committee needs to consider. Where there is no
One Call service, those buried utility owners shall create one.
That’s what happened in Alberta. Twelve buried utility owners 30
years ago said, ‘‘We need this.’’ They started off with 12 members,
and today there are 735.
Sénateur Mitchell, vous avez aussi mentionné qu’il faut
s’inscrire ou appeler ou cliquer avant de creuser. Il y a aussi un
autre élément dont votre comité doit tenir compte. Dans les
provinces qui n’ont pas de centre d’appels unique, les
propriétaires d’infrastructures enfouies devraient en créer un.
C’est ce qui s’est passé en Alberta. Il y a 30 ans, 12 propriétaires
d’infrastructures enfouies ont décidé qu’ils en avaient besoin. Ils
étaient 12 au départ; ils sont aujourd’hui 735.
The Deputy Chair: Back to Senator Wallace’s point and the
idea of the federal government. Let’s use Ontario as an example.
Ontario’s One Call provincial centre could presumably be the
repository of any deep pipeline and CRTC underground
infrastructure, so they could channel their information to that
centre or require that their regulated actors channel their
information through that centre.
Le vice-président : J’aimerais revenir sur le point du sénateur
Wallace et le gouvernement fédéral. Prenons l’exemple de
l’Ontario. Le centre d’appels unique de la province pourrait être
le gardien des données relatives à tout pipeline profondément
enfoui et à toute infrastructure souterraine du CRTC.
L’organisme pourrait transmettre ses données au centre ou
demander aux entreprises réglementées de transmettre leurs
données au centre.
Mr. Sullivan: Correct.
M. Sullivan : C’est exact.
The Deputy Chair: It wouldn’t be a federal cost at all. It could
be done, but it would require some federal legislation to link up
with the provincial element. It would only be a problem where
you have nine provinces with centres and a tenth without. Now
what do you do? You put pressure on the tenth province, in a
good way.
Le vice-président : Cela ne coûterait rien du tout au
gouvernement fédéral, mais il faudrait pour ce faire une loi
fédérale en vue d’établir un lien avec le centre provincial. Ce serait
seulement un problème si neuf provinces avaient un centre et que
la dixième n’en avait pas. Que faire dans une telle situation? On
fait pression de manière positive sur la dixième province.
Thanks to the committee members and to the excellent
witnesses. We really appreciate your time.
Merci, chers collègues. Merci également à nos excellents
témoins. Nous vous remercions énormément de votre temps.
(The committee adjourned.)
(La séance est levée.)
OTTAWA, Thursday, February 27, 2014
OTTAWA, le jeudi 27 février 2014
The Standing Senate Committee on Energy, the Environment
and Natural Resources met this day at 8:48 a.m. to study the
current state of ‘‘One Call’’ programs that identify critical
underground infrastructure in Canada.
Le Comité permanent de l’énergie, de l’environnement et des
ressources naturelles se réunit aujourd’hui, à 8 h 48, pour étudier
l’état actuel des programmes de « centres d’appels uniques » qui
permettent, au Canada, d’identifier les infrastructures
souterraines essentielles.
Senator Grant Mitchell (Deputy Chair) in the chair.
[Translation]
The Deputy Chair: Welcome to this meeting of the Standing
Senate Committee on Energy, the Environment and Natural
Resources. I am Grant Mitchell. I represent the province of
Alberta in the Senate, and I am the deputy chair of this
committee. Senator Richard Neufeld, the chair, regrets not
being able to be at today’s meeting. I want to welcome the
senators and members of the public in the room, as well as our
viewers across the country.
Le sénateur Grant Mitchell (vice-président) occupe le fauteuil.
[Français]
Le vice-président : Bienvenue à cette séance du Comité
sénatorial permanent de l’énergie, de l’environnement et des
ressources naturelles. Je suis Grant Mitchell. Je représente la
province de l’Alberta au Sénat, et je suis vice-président de ce
comité. Le sénateur Richard Neufeld, le président, regrette de ne
pouvoir assister à la réunion d’aujourd’hui. Je souhaite la
bienvenue aux sénateurs et aux membres du public qui sont
dans la salle ainsi qu’à nos téléspectateurs à travers le pays.
27-2-2014
Énergie, environnement et ressources naturelles
[English]
7:39
[Traduction]
Senator Massicotte: That was very good, by the way, sir.
Nobody else understood it, but I think it was very good.
Le sénateur Massicotte : C’était très bien, monsieur le viceprésident. Personne d’autre n’a compris ce que vous disiez, mais
j’estime que c’était très bien.
The Deputy Chair: Excellent. Thank you very much. I feel very
strongly about an effort to make these committees bilingual and
certainly about having someone from Alberta making that effort
and demonstrating that we care deeply about the bilingual nature
of this country.
Le vice-président : Excellent. Merci beaucoup. Je tiens
énormément à ce que nous fassions un effort pour que les
réunions soient bilingues et je crois qu’il est important qu’une
personne de l’Alberta fasse cet effort et prouve que nous tenons
profondément à la nature bilingue de notre pays.
I am Senator Grant Mitchell, and I represent the province of
Alberta in the Senate. I am deputy chair of this committee, and
today I am chairing because, unfortunately, the Chair, Richard
Neufeld from British Columbia, couldn’t be here.
Je suis le sénateur Grant Mitchell et je représente la province de
l’Alberta au Sénat. Je suis vice-président du comité et,
aujourd’hui, j’occupe le fauteuil parce que, malheureusement, le
président, le sénateur Richard Neufeld, de la ColombieBritannique, ne pouvait pas être des nôtres.
I would like to begin by welcoming senators, members of the
public, staff in the room and Canadians who will be watching this
on CPAC across the country. I will begin by introducing the
committee’s assistants: Sam Banks, Analyst from the Library of
Parliament; Marc LeBlanc, from the Library of Parliament; and
Lynn Gordon, who is the clerk. I would ask senators to introduce
themselves.
J’aimerais d’abord souhaiter la bienvenue aux sénateurs, au
public, au personnel présent dans la salle et aux Canadiens qui
nous regardent sur CPAC un peu partout au pays. Je vais
présenter les personnes qui apportent leur aide au comité : Sam
Banks, analyste de la Bibliothèque du Parlement, Marc LeBlanc,
de la Bibliothèque du Parlement, et Lynn Gordon, notre greffière.
Je demanderais aux sénateurs de se présenter.
Senator Sibbeston: I’m Nick Sibbeston, senator for the
Northwest Territories.
Le sénateur Sibbeston : Je suis Nick Sibbeston, sénateur des
Territoires du Nord-Ouest.
[Translation]
Senator Ringuette: I am Pierrette Ringuette from New
Brunswick.
[English]
Senator Massicotte: Paul Massicotte, senator from Montreal.
Senator Frum: Linda Frum, Ontario.
Senator Seidman: Judith Seidman, from Montreal, Quebec.
Senator Wallace: John Wallace, New Brunswick.
[Translation]
Senator Patterson: My name is Dennis Patterson, and I am
from Nunavut.
[English]
The Deputy Chair: Today, we are continuing to examine the
current state of One Call or Call Before You Dig, which is also,
we are learning, being called ‘‘Call and Click Before You Dig’’ in
the modern lexicon, programs that identify critical underground
infrastructure in Canada and assist industry and others in
avoiding the destruction of that inadvertently.
[Français]
La sénatrice Ringuette : Je suis Pierrette Ringuette, du
Nouveau-Brunswick.
[Traduction]
Le sénateur Massicotte : Paul Massicotte, sénateur de
Montréal.
La sénatrice Frum : Linda Frum, de l’Ontario.
La sénatrice Seidman : Judith Seidman, de Montréal,
au Québec.
Le sénateur Wallace : John Wallace, du Nouveau-Brunswick.
[Français]
Le sénateur Patterson : Je m’appelle Dennis Patterson, et je
viens du Nunavut.
[Traduction]
Le vice-président : Aujourd’hui, nous poursuivons l’examen de
l’état actuel des programmes de « centres d’appel unique » et des
programmes « Appelez avant de creuser », qu’on appelle aussi
maintenant, comme nous l’avons appris, « Appelez ou cliquez
avant de creuser ». Il s’agit de programmes qui permettent
d’identifier au Canada les infrastructures souterraines essentielles
et qui aident l’industrie et les autres parties intéressées à éviter leur
destruction par inadvertance.
7:40
Energy, Environment and Natural Resources
27-2-2014
This study is particularly significant in a number of ways. It
demonstrates the kind of work that the Senate does in addressing
issues that haven’t necessarily been picked up elsewhere in the
country at any given jurisdictional level and advancing those
issues, issues that can be very helpful in terms of safety, for
example, in this case, to society and in terms of industrial
efficiency. It is also unique to the extent that we have picked up
this feature of an earlier study on hydrocarbon transportation
safety, and now we are building into a very specific study out of
which we hope we can achieve some success with
recommendations that could advance this work in an important
way.
Notre étude a une importance particulière à plusieurs égards.
Elle illustre que le Sénat se penche sur des questions qui n’ont pas
été nécessairement examinées ailleurs au pays par d’autres paliers
de gouvernement, en vue de les faire avancer. Il peut s’agir de
questions qui peuvent avoir une grande importance pour la
sécurité, comme dans le cas qui nous occupe, pour la société et
pour le rendement industriel. Notre étude est également unique,
car nous reprenons un sujet abordé lors d’une étude antérieure sur
la sécurité du transport des hydrocarbures et nous l’intégrons
dans une étude très spécifique. Nous espérons réussir, par un
certain nombre de recommandations, à faire progresser les choses
de manière importante.
It brings me great pleasure today to welcome witnesses from
the Canadian Gas Association. We are joined by Jim Tweedie,
Director, Operations, Safety and Integrity Management; and by
Paula Dunlop, Director, Public Affairs and Strategy, who I think
has had some experience on Parliament Hill as well.
C’est avec un grand plaisir que j’accueille aujourd’hui les
représentants de l’Association canadienne du gaz. Nous avons
avec nous Jim Tweedie, directeur, Exploitation, sécurité et
intégrité, ainsi que Paula Dunlop, directrice, Affaires publiques
et stratégie, qui je crois n’en est pas à sa première visite sur la
Colline du Parlement.
Mr. Tweedie and Ms. Dunlop, thank you for appearing before
us today. We last heard from you on June 20, 2013, when we were
conducting our original study on the safety of hydrocarbon
transportation. We ask you to proceed with a presentation of 10
or 15 minutes, and then we will join in asking you questions. We
have until about 9:45, and so I’ll ask you to start.
Monsieur Tweedie et madame Dunlop, merci d’être avec nous
aujourd’hui. La dernière fois que nous vous avons entendus,
c’était le 20 juin 2013, à l’époque où nous menions notre étude sur
la sécurité du transport des hydrocarbures. Nous vous
demandons de nous faire un exposé de 10 à 15 minutes, et
ensuite, nous vous poserons des questions. Nous avons jusqu’à
environ 9 h 45, et je vous demanderais donc de commencer dès
maintenant.
Paula Dunlop, Director, Public Affairs and Strategy, Canadian
Gas Association: Thank you, senator, and thank you to the
committee for the opportunity to speak today. As mentioned, my
name is Paula Dunlop. I am the director of public and
government affairs at the Canadian Gas Association. I’m going
to provide some opening remarks and turn it over to Mr. Tweedie
for some specifics.
Paula Dunlop, directrice, Affaires publiques et stratégie,
Association canadienne du gaz : Merci beaucoup, sénateur, et
merci au comité de nous donner l’occasion de prendre la parole
aujourd’hui. Tel que mentionné, je suis Paula Dunlop, directrice
des Affaires publiques et gouvernementales à l’Association
canadienne du gaz. Je ferai une courte introduction et ensuite je
céderai la parole à M. Tweedie, qui vous donnera plus de
précisions.
CGA is the voice of Canada’s natural gas delivery industry. As
the map in your handout shows, our members include the natural
gas distribution and transmission companies that deliver energy
solutions to more than 6.4 million Canadian customers. What this
really means is that well over half of the Canadian population
relies on natural gas in their homes, apartments, buildings,
hospitals, schools and businesses. Let me also note what’s not
shown on the map — CGA’s equipment manufacturers and
service providers as part of our organization.
L’ACG est la voix de l’industrie canadienne de la distribution
du gaz naturel. Tel que l’illustre la carte qui figure dans le
document que nous vous avons remis, l’Association réunit les
entreprises de transport et de distribution du gaz naturel qui
offrent des solutions énergétiques à plus de 6,4 millions de clients
canadiens. Ce que cela veut dire, en fait, c’est que bien plus de la
moitié de la population canadienne dépend du gaz naturel, dans
les résidences, les appartements, les immeubles, les hôpitaux, les
écoles et les entreprises. Je tiens à préciser que la carte ne montre
pas les fabricants de matériel et les fournisseurs de services qui
font partie de notre organisme.
Today, we would like to provide some background on the
natural gas distribution infrastructure in Canada and then speak
to our industry’s perspective on the important work that the
committee is doing with respect to this study.
Nous souhaiterions vous donner aujourd’hui des
renseignements généraux sur l’infrastructure de la distribution
du gaz naturel au Canada, pour ensuite exprimer le point de vue
de notre industrie sur le travail important qu’accomplit le comité
dans le cadre de la présente étude.
What most people don’t know is that, today, natural gas has a
central part in Canada’s energy mix, meeting over 30 per cent of
the energy needs. The majority of our customers are homes, but
Ce que la majorité des gens ignorent, c’est que, de nos jours, le
gaz naturel constitue l’une des principales sources d’énergie du
Canada puisqu’il comble plus de 30 p. 100 des besoins
27-2-2014
Énergie, environnement et ressources naturelles
7:41
the greater volumes of natural gas are delivered to non-residential
customers such as businesses, institutions and large industry for
heat and industrial processes.
énergétiques du pays. Notre clientèle est composée en majorité de
clients résidentiels, mais les volumes les plus importants de gaz
naturel sont acheminés à des clients non résidentiels, par exemple
des entreprises, des institutions et la grande industrie, pour le
chauffage et les procédés industriels.
If you look again at the map, you can appreciate how extensive
underground pipeline infrastructure and storage facilities bring
natural gas right across the country. Indeed, the Canadian natural
gas pipeline network consists of well over 440,000 kilometres of
pipelines built from many combinations of pipe material and size.
These pipelines are built and operated to achieve the highest level
of public and worker safety.
Si vous regardez la carte, vous constaterez l’ampleur de
l’infrastructure pipelinière souterraine et des installations de
stockage, grâce auxquelles nous transportons le gaz naturel d’un
bout à l’autre du pays. En fait, le réseau canadien de gazoducs
comprend au-delà de 440 000 kilomètres de conduites, dont les
matériaux et les dimensions varient. Ces gazoducs sont construits
et exploités de façon à assurer la sécurité du public et des
travailleurs.
The companies that transport natural gas apply up to date
engineering principles and the most modern technology to build,
operate and maintain a pipeline network.
Les entreprises qui transportent le gaz naturel mettent en
pratique les principes d’ingénierie les plus récents et la technologie
la plus moderne pour construire, exploiter et entretenir un réseau
de gazoducs.
Pipelines are designed, built and operated in compliance with
stringent codes and standards, and advanced technologies are
used to ensure pipeline integrity, to control pressures and to
monitor the flow of gas.
Les gazoducs sont conçus, construits et exploités
conformément à des normes et à des codes rigoureux et
l’industrie a recours à des technologies évoluées pour veiller à
l’intégrité des canalisations, contrôler la pression et surveiller la
circulation du gaz.
In fact, the natural gas distribution sector has invested over $14
billion in this extensive national network and continues to invest
about $2 billion a year to ensure the safe and secure operation and
maintenance of the system. One of the most significant safety
features of the distribution system is that our pipelines are buried
well below the surface. The practice provides an unobtrusive and
reliable energy-delivery system, well protected from vehicular
traffic, damaging weather, vandalism and unauthorized public
contact.
En fait, le secteur de la distribution du gaz naturel a investi plus
de 14 milliards de dollars dans ce vaste réseau national et continue
à investir environ 2 milliards de dollars par an pour garantir
l’exploitation et l’entretien sûrs et sécuritaires du réseau. L’une
des caractéristiques de sécurité les plus importantes du réseau de
distribution est que nos canalisations sont enfouies très
profondément. Cette pratique offre un réseau discret et fiable de
distribution de l’énergie, bien protégé de la circulation des
véhicules, des dommages dus à la météo, du vandalisme et des
contacts non autorisés du public.
Having said that, accidental damage as a result of digging and
excavating without first knowing the location of the infrastructure
— in essence, digging and excavating blind — is the leading cause
of damage to natural gas lines. In the industry, we call this ‘‘thirdparty damage.’’
Cela dit, les dommages accidentels découlant de travaux
d’excavation effectués sans connaître d’abord l’emplacement de
l’infrastructure, c’est-à-dire creuser et excaver à l’aveugle,
constituent la principale cause de dommages aux conduites de
gaz naturel. Dans l’industrie, nous appelons cela des « dommages
causés par des tiers ».
Natural gas and transmission and distribution companies in
Canada have a long history of conducting public education and
awareness campaigns on this issue. Most of us have hopefully
heard the phrase ‘‘Call Before You Dig’’ or ‘‘Click Before You
Dig.’’ With a simple request from an excavator, contractor or
homeowner, an electronic instrument or system records can be
used to accurately identify the location of buried pipelines so that
they can be exposed without damaging them.
Les sociétés de gaz naturel et de transport et de distribution du
gaz naturel au Canada ont souvent mené des campagnes
d’éducation et de sensibilisation du public à l’égard de ce
problème. Je suppose que la plupart d’entre nous avons déjà
entendu le slogan « Appelez avant de creuser » ou « Cliquez
avant de creuser ». À la demande d’un opérateur d’excavatrice,
d’un entrepreneur ou d’un propriétaire de résidence, nous
pouvons utiliser un instrument électronique ou les dossiers du
réseau pour trouver précisément l’emplacement des conduites
souterraines afin que les travaux puissent être effectués sans les
endommager.
7:42
Energy, Environment and Natural Resources
27-2-2014
The challenge is to ensure that requests for locates are made in
advance of every excavation project and that, once the buried
infrastructure is identified at the construction site, safe digging
practices are used.
La difficulté est de veiller à ce que les demandes de localisation
soient formulées avant tout projet d’excavation et à ce que,
lorsque l’infrastructure souterraine est repérée sur le chantier, les
intervenants aient recours à des pratiques d’excavation
sécuritaires.
I will turn it over to Mr. Tweedie now, and he’ll talk about
some specifics and elaborate on other efforts.
Je vais maintenant céder la parole à M. Tweedie, qui vous
parlera de questions plus spécifiques et d’autres efforts déployés
par l’industrie.
Jim Tweedie, Director, Operations, Safety and Integrity
Management, Canadian Gas Association: Good morning. Call
and Click Before You Dig education and awareness campaigns,
plus a great deal of other work that we have done, have resulted in
a significant decline in third-party damage over a number of
years. Indeed, the industry has seen a 25 per cent decline in thirdparty damage since 2008, comparing 2012 numbers to it. We don’t
have 2013 yet.
Jim Tweedie, directeur, Exploitation, sécurité et intégrité,
Association canadienne du gaz : Bonjour. Les campagnes de
sensibilisation « Appelez avant de creuser » et « Cliquez avant de
creuser » et beaucoup d’autres initiatives que nous avons prises
ont permis d’obtenir, au fil d’un certain nombre d’années, une
diminution importante des dommages causés par des tiers. En
effet, l’industrie a constaté une baisse de 25 p. 100 des dommages
causés par des tiers depuis 2008, par rapport aux chiffres de 2012.
Nous ne disposons pas encore des données de 2013.
Aggressive pursuit has been a key element of the process, but
there are a number of other things we do. The natural gas
industry is very committed to working with other stakeholders
with a vested interest in the protection of buried infrastructure to
drive this success even further. We believe that by working in
partnership with other organizations, like the Canadian Common
Ground Alliance, which, as I think you are aware, we are one of
the original supporters of and continue to be one of the seeding
sponsors of the call centres in Canada, the Canadian Electricity
Association, the Canadian Energy Pipeline Association, the
telecommunications industry and regulators, we can achieve
more in the area of third-party damage.
Nos mesures énergiques ont été un élément essentiel du
processus, mais nous ne nous arrêtons pas là. L’industrie du gaz
naturel est résolue à travailler avec d’autres intervenants qui ont
tout intérêt à protéger l’infrastructure souterraine pour améliorer
davantage ces résultats. Nous croyons qu’en œuvrant en
partenariat avec d’autres organismes, par exemple la Canadian
Common Ground Alliance, que nous avons toujours appuyée,
vous le savez je crois, tout comme les centres d’appel unique au
Canada, l’Association canadienne de l’électricité, l’Association
canadienne de pipelines d’énergie, l’industrie des
télécommunications et les organismes de réglementation. Nous
pouvons obtenir de meilleurs résultats en ce qui a trait aux
dommages causés par des tiers.
Specifically, the natural gas industry and all of these groups are
working on an enhanced communication effort to achieve
broader awareness about how and who to contact to quickly
and effectively obtain pre-excavation utility locations. We
anticipate that this campaign will begin to unfold later this
year. It is essentially a branding campaign. If you wish to draw
people’s attention to things, come up with something they can
identify with, something that resonates with them and something
that they will remember, most importantly.
Plus précisément, l’industrie du gaz naturel et tous ces groupes
œuvrent à un effort accru de communication afin de mieux
sensibiliser la population, pour qu’elle sache comment procéder et
avec qui communiquer pour obtenir rapidement et efficacement
l’emplacement des infrastructures des services publics avant
d’excaver. Nous pensons que cette campagne sera lancée plus
tard au cours de l’année. C’est essentiellement une campagne de
positionnement de marque. Pour attirer l’attention des gens sur
certaines réalités, il faut leur présenter une chose à laquelle ils
peuvent s’identifier, à laquelle ils prêtent attention et, facteur plus
important, dont ils se souviendront.
We are working to support the establishment of contact centres
to serve all jurisdictions where Canada has buried natural gas
infrastructure and all buried infrastructure, not just energy
infrastructure. That’s where we are part of the Canadian
Common Ground Alliance.
Nous déployons des efforts pour soutenir la création de centres
de communication afin de desservir toutes les régions du Canada
où sont enfouies des infrastructures de gaz naturel et toute autre
infrastructure, non seulement des infrastructures énergétiques.
C’est à ce titre que l’ACG est membre de la Canadian Common
Ground Alliance.
We are also seeking support for legislation with meaningful
enforcement in all jurisdictions that will require the location of
buried infrastructure before any excavation is undertaken.
Nous cherchons également des appuis à l’adoption de
dispositions législatives assorties de mesures d’exécution
adéquates dans la totalité des provinces et des territoires et qui
rendront obligatoire la localisation des infrastructures
souterraines avant tout travail d’excavation.
27-2-2014
Énergie, environnement et ressources naturelles
7:43
I believe you heard from witnesses on Tuesday evening talking
about the great leadership that the CCGA has taken as being the
common point that we all rally to to drive forward the protection
of Canada’s critical infrastructure. Specifically, you also heard
about the great leadership Ontario took, in particular with Bill 8.
We believe that this legislation could and should be duplicated in
other jurisdictions across Canada.
Je crois que vous avez entendu mardi soir des témoignages sur
le leadership exceptionnel de la CCGA en tant qu’instance
commune à laquelle nous nous rallions tous pour faire progresser
le dossier de la protection de l’infrastructure essentielle du
Canada. Précisément, des témoins vous ont parlé du leadership
dont fait preuve l’Ontario avec son projet de loi 8. Nous croyons
que cette mesure législative devrait être reprise dans les autres
provinces et territoires du Canada.
I also note that the natural gas distribution industry is
committed to sharing best practices on third party damage
prevention and a host of other safety and operational issues to
ensure that natural gas distribution systems continue to be built
and operated to achieve the highest level of public and worker
safety.
Je souligne également que l’industrie de la distribution du gaz
naturel est résolue à partager des pratiques exemplaires sur la
prévention des dommages causés par des tiers et sur un bon
nombre d’autres aspects liés à la sécurité et à l’exploitation, pour
veiller à ce que les réseaux de distribution du gaz naturel
continuent d’être construits et exploités de manière à garantir le
plus possible la sécurité du public et des travailleurs.
I’ll conclude by noting a few points with respect to the study
that this committee is undertaking.
Je terminerai en disant quelques mots au sujet de l’étude que le
comité entreprend.
Again, thank you for dedicating time to look at and report on
this issue. Raising awareness of the issue, the importance of
obtaining the location of buried infrastructure before excavation,
big or small, is very important. Your leadership and attention to
this are helpful, valuable and somewhat inspiring to those of us
who have been working on this for a number of years.
Je vous remercie encore du temps que vous consacrerez à cette
question et du rapport qui en découlera. On ne saurait trop
rappeler l’importance d’obtenir l’emplacement des infrastructures
souterraines avant de procéder à des travaux d’excavation, grands
ou modestes. Votre leadership et l’attention que vous accordez à
cette question sont utiles, précieux et constituent une source
d’inspiration pour ceux d’entre nous qui travaillent sur ce dossier
depuis un bon nombre d’années.
Any support or encouragement that this committee can
provide with respect to encouraging other jurisdictions to look
at the legislation in Ontario as a possible template would be very
helpful. In our view, legislation with meaningful enforcement will
have a significant impact on reducing third party damages.
Tout appui ou encouragement que le comité pourra offrir pour
inciter les autres instances à voir dans la loi de l’Ontario un
modèle éventuel serait très utile. À notre avis, l’adoption de
mesures législatives, assorties de mesures d’exécution pertinentes,
aura un effet considérable sur la réduction des dommages causés
par des tiers.
As you know, this file resides primarily at the provincial level,
that is, it is not at the federal level. However, significant
construction projects are undertaken by the federal government
every year, and one of the questions that we would put before a
federal organization looking at this is whether it would be
possible for the federal government to take the opportunity to
show some leadership with the projects that they have direct
involvement with, with the projects that they have control of, by
confirming that there is a requirement in all contractual
agreements with all contractors doing work for the federal
government to obtain locates before undertaking any excavation
projects.
Vous n’ignorez pas que ce dossier concerne surtout les
provinces, c’est-à-dire qu’il ne relève pas du gouvernement
fédéral. Par contre, chaque année, le gouvernement fédéral
entreprend de vastes travaux de construction et, si nous nous
adressions à un organisme fédéral examinant cette question, nous
voudrions notamment lui demander s’il est possible pour le
gouvernement fédéral de faire preuve d’un certain leadership dans
les projets auxquels il participe directement, les projets qu’il
contrôle, en confirmant qu’il y a, dans toute entente contractuelle
avec les entrepreneurs exécutant des travaux pour le
gouvernement fédéral, l’exigence d’obtenir l’emplacement des
infrastructures avant d’entreprendre tout projet d’excavation.
Again, Mr. Chair, thank you for the opportunity, and to the
committee as well. I’ll stop here, and we’ll address any questions
that you have.
Encore une fois, monsieur le président, je vous remercie, vous
et le comité, de m’avoir donné l’occasion d’exprimer mon point de
vue. Je vais m’arrêter ici. Nous répondrons avec plaisir à toute
question que vous voudrez bien nous poser.
The Deputy Chair: Thank you both very much.
Senator Seidman: Mr. Tweedie, you did appear before this
committee previously, as Senator Mitchell said at the outset.
When you were here, you were representing both the Canadian
Le vice-président : Merci beaucoup à vous deux.
La sénatrice Seidman : Monsieur Tweedie, vous avez comparu
devant notre comité précédemment, comme le disait au début le
sénateur Mitchell. Lors de votre comparution, vous représentiez à
7:44
Energy, Environment and Natural Resources
27-2-2014
Gas Association and the Canadian Common Ground Alliance.
Are you still chair of the board of directors of the Canadian
Common Ground Alliance?
la fois l’Association canadienne du gaz et la Canadian Common
Ground Alliance. Êtes-vous encore président du conseil
d’administration de la Canadian Common Ground Alliance?
Mr. Tweedie: I’m still on the board of the Canadian Common
Ground Alliance. My term expired in November. It’s a two-year
term. Dave Baspaly from British Columbia has taken over. I am
part of the executive as previous chair. I continue my involvement
very heavily.
M. Tweedie : Je suis encore membre du conseil
d’administration de la Canadian Common Ground Alliance.
Mon mandat a expiré en novembre. C’était un mandat de deux
ans. Dave Baspaly, de la Colombie-Britannique, a repris le
flambeau. J’en fais encore partie à titre de président sortant. Je
continue à m’y investir très fortement.
Senator Seidman: At that time, when I asked you about the
structure, the mandate and authority of the CCGA, especially in
relation to funding and maintenance of the ‘‘one call’’ system, you
told the committee you were in the process of approaching other
parties, such as the Canadian Federation of Municipalities, to
broaden your stakeholder base. Have you made any progress to
date on that?
La sénatrice Seidman : À l’époque, lorsque je vous ai posé des
questions sur la structure, le mandat et les pouvoirs de la CCGA,
particulièrement en ce qui a trait au financement et au maintien
du système d’« appel unique », vous avez dit au comité que vous
étiez en train de dialoguer avec d’autres parties, par exemple la
Fédération canadienne des municipalités, afin d’élargir votre
bassin d’intervenants. Avez-vous pu progresser sur ce plan?
Mr. Tweedie: Yes, we have. We have recently added — the
acronym is somewhat wordy — the national damage prevention
committee for telecos. I should explain. What we want is a full
cross-sector of everything. It’s not about gas pipes or wires; it’s
about facilities and owners and the roadways and everything
underground. The CEA has agreed in principle to join us, the
Canadian Electricity Association. This organization I mentioned,
plus the North American, locaters, the actual people who provide
the locates in the field, have agreed to join the board. The telecos,
with the telecommunications damage prevention committee, have
a committee that specifically looks at that, and they have agreed
as well to join the board.
M. Tweedie : Oui, nous avons progressé. Nous avons
récemment ajouté — le nom est un peu long — un conseil de
prévention des dommages pour le secteur des
télécommunications. Je dois expliquer que ce que nous voulons,
c’est une représentation intersectorielle complète de tous les
intervenants. Il ne s’agit pas simplement de câbles ou de
canalisations de gaz, mais d’installations et de propriétaires,
ainsi que des routes et de tout ce qui est enfoui. L’ACÉ,
l’Association canadienne de l’électricité, a accepté en principe de
se joindre à nous. En outre, l’organisation dont j’ai parlé plus tôt,
en plus des locateurs nord-américains, c’est-à-dire les gens qui
travaillent vraiment sur le terrain, a accepté elle aussi de se joindre
à nous. Les entreprises de télécommunications ont un comité qui
s’occupe expressément de la question et qui a convenu de se
joindre à nous également.
As you heard the previous time I was here, the CCGA is
relatively new. We reincorporated and changed some of our
governance to do with the not-for-profit act that came into effect
at the end of last year. We had to rewrite a number of things.
Those are some of the things under way.
Comme je l’ai mentionné lors de ma dernière comparution, la
CCGA est un organisme relativement nouveau. Elle s’est
reconstituée et a modifié une partie de sa gouvernance pour se
conformer à la loi sur les organismes sans but lucratif qui est
entrée en vigueur à la fin de l’an dernier. Il nous a fallu récrire
certaines dispositions. Ce sont là quelques-unes des activités en
cours.
We are also actively pursuing a number of other stakeholders.
The Canadian Construction Association has expressed interest.
We have specifically spoken to them. That will help us to bring in
the ground disturbance or excavation community. The idea is to
get that broad stakeholder base. As you know, the NEB is already
a member. CEPA and CGA are the two seeding, founding
sponsors, I will call them, with the NEB. We have been able to
bring in a number of other associations.
Nous recherchons également l’adhésion d’un certain nombre
d’autres intervenants. L’Association canadienne de la
construction s’est montrée intéressée. Nous avons discuté avec
elle. Cela nous aidera à obtenir la participation des intervenants
du secteur de l’excavation et de réunir un vaste bassin
d’intervenants. Vous n’ignorez pas que l’ONÉ est déjà membre.
L’ACPE et l’ACG sont les deux organismes fondateurs, dirais-je,
avec l’ONÉ. Nous avons pu attirer un certain nombre d’autres
associations.
I will note, too, another change is I referred to the call centres.
They are, of course, key to all of this. The call centres have formed
a committee called COCCC, Canadian One-Call Centres
Committee of Canada, and they now have representation on
the board, so we continue to build.
J’aimerais également souligner un autre changement dont j’ai
fait état, c’est-à-dire les centres d’appels. Ils sont bien sûr
l’élément clé de tout cela. Ces centres ont créé un comité qui
s’appelle le COCCC, soit le Canadian One-Call Centres of
Canada, qui a maintenant son représentant au conseil
d’administration. Nous continuons donc à progresser.
27-2-2014
Énergie, environnement et ressources naturelles
7:45
We have a plan starting last year into this year and into next
year to slowly build the board membership. It frankly will be
quite a large board. We may go to caucuses, for instance. All of
the pipeline companies may be represented by one organization.
We may have CAPP, CEPA and the CGA, and one representative
will sit on the board, and with telecos something similar,
electricity similar and road builders.
Nous avons lancé l’an dernier un projet, qui durera jusqu’à l’an
prochain, afin de lentement élaborer la composition du conseil
d’administration. Je dois reconnaître que ce sera un assez gros
conseil. Peut-être créerons-nous des caucus, par exemple. Toutes
les sociétés pipelinières pourraient être représentées par un seul
organisme. Il y aurait, pour l’ACPP, l’ACPE et l’ACG, un seul
représentant qui siègerait au conseil et, dans le cas des entreprises
de télécommunications, ce serait la même chose, de même que
pour les secteurs de l’électricité et de la construction routière.
What we have done partially, to do with the not-for-profit act
requirements by the end of the year, is redefined and recognized
it. Our board was going to be extremely large and the caucuses
system would work. It is a long-winded answer, I apologize, but it
is a pretty detailed thing we are involved in, and our goal is to
continue to add, again with a broad stakeholder base.
Pour respecter les exigences législatives relatives aux
organismes sans but lucratif adoptées vers la fin de l’année,
nous avons dû repenser le conseil. Puisqu’il serait de très grande
ampleur, nous avons déterminé que le système de caucus
fonctionnerait. C’est une très longue réponse et je m’en excuse,
mais il s’agit d’un dossier qui comporte bien des détails et notre
objectif est de continuer à prendre de l’expansion, à créer un vaste
bassin d’intervenants.
Senator Seidman: The broad stakeholder base piece leads me to
my next question. You said, quite rightly, that this file largely
resides not at the federal level, but that the federal government
could take leadership and require in all contractual agreements
that contractors doing work for the federal government obtain
locates, and I’m now quoting what you just told us. My question
would be, could they actually do this, obtain the locates? In other
words, is the data available?
La sénatrice Seidman : Cet objectif m’amène à poser ma
prochaine question. Vous avez dit, assez justement, que ce dossier
ne relève pas du gouvernement fédéral, mais qu’il pourrait faire
preuve de leadership et exiger, dans toutes les ententes
contractuelles, que les entrepreneurs qui effectuent des travaux
pour le gouvernement fédéral obtiennent l’emplacement des
infrastructures. Je reprends tout simplement vos propos. Ma
question serait la suivante : peuvent-ils réellement obtenir
l’emplacement des infrastructures? En d’autres termes, dispose-ton des données requises?
Mr. Tweedie: Yes, the data is available, plus each organization
that has called for a pre-excavation utility location will also, in
one fashion or another, verify it, either by making alternate
arrangement agreements or, where required, marking it on site.
The data is available, yes.
M. Tweedie : Oui, les données sont disponibles, et chaque
organisme qui a demandé la localisation des infrastructures des
services publics avant l’excavation vérifiera aussi ces données,
d’une manière ou d’une autre, soit en concluant d’autres ententes,
soit, au besoin, en indiquant les emplacements sur les lieux. Oui,
les données sont disponibles.
You raised a good point that I should be clear on. Today we
are actually representing the Canadian Gas Association, but I feel
it’s fair to say that for all utilities, the data is available, yes. They
are in a position to provide locations before anyone excavates.
C’est un point pertinent que vous avez soulevé, et je devrais
apporter des précisions. Aujourd’hui, nous représentons
l’Association canadienne du gaz, mais j’estime juste de dire que
toutes les sociétés de services publics possèdent les données. Elles
sont à même de fournir les données sur l’emplacement des
infrastructures avant que quiconque exécute des travaux
d’excavation.
Senator Seidman: You are saying that with a certain degree
authority, having now described a very far-reaching, integrated
group of stakeholders — electricity, gas and oil. You say, with a
certain degree of authority, that the data is available.
La sénatrice Seidman : Vous dites cela avec une certaine
assurance; vous venez de décrire un groupe très vaste
d’intervenants — électricité, gaz et pétrole. Vous affirmez avec
une certaine certitude que les données sont disponibles.
Mr. Tweedie: Yes, the data is available, initially generated by
field notes at the time of installation and then moved into the
various GIS formats in use. Each company probably uses a
different commercial product. There are a number of ones that
are pretty common, pretty well used, but yes, the data is available.
M. Tweedie : Oui, elles le sont. Au départ, elles sont produites
à partir des notes prises sur le terrain au moment de l’installation
et ensuite, elles sont converties dans les divers formats de SIG
utilisés. Chaque entreprise utilise probablement un produit
commercial différent. Certains sont assez courants, assez
largement utilisés. Alors, oui, je peux affirmer que les données
sont disponibles.
7:46
Energy, Environment and Natural Resources
27-2-2014
Senator Seidman: You also note in your presentation to us that
the natural gas distribution industry is committed to sharing best
practices on third party damage prevention and a host of other
safety and operations issues. Are you committed to sharing those
best practices, and how would you do that?
La sénatrice Seidman : Vous avez également mentionné dans
votre exposé que l’industrie de la distribution du gaz naturel est
résolue à partager les pratiques exemplaires concernant la
prévention des dommages causés par des tiers et divers autres
aspects concernant la sécurité et l’exploitation. Êtes-vous
déterminés à partager ces pratiques exemplaires et comment
vous y prendrez-vous?
Mr. Tweedie: What we are actually doing, and I brought them
with me because I thought that might spark some interest, in
North America, as you know, the Common Ground Alliance
exists, and best dig safe practices have been developed throughout
North America. They tend to be somewhat consistent, as they
should be, because really there isn’t that much difference. If you
are going to dig safe, there are certain things you do.
M. Tweedie : J’ai apporté quelques documents, car j’ai pensé
que cette question pourrait susciter un certain intérêt. En
Amérique du Nord, comme vous le savez, la Common Ground
Alliance existe et des pratiques exemplaires d’excavation
sécuritaire ont été mises au point partout en Amérique du
Nord. Elles sont assez uniformes, comme il faudrait s’y attendre,
parce que, finalement, il n’y a pas vraiment beaucoup de
différences. Lorsqu’on veut faire des travaux d’excavation en
toute sécurité, il faut prendre certaines mesures.
Our industry, the Canadian Gas Association, earlier this year
or very late last year, actually has put forward a motion to adopt
the Canadian Common Ground Alliance best practices for our
industry. We want to then talk to other industries about having
them adopt the same thing. It covers a number of things. I don’t
know if we have time, but I brought the index to give you a sense
of what it covers.
Plus tôt cette année ou vers la toute fin de l’année dernière,
l’Association canadienne du gaz a proposé d’adopter les pratiques
exemplaires de la Canadian Common Ground Alliance pour
notre industrie. La prochaine étape est d’entamer des discussions
avec d’autres industries afin qu’elles adoptent les mêmes
pratiques. Ces pratiques couvrent un certain nombre d’aspects.
Je ne sais pas si nous disposons du temps nécessaire, mais j’ai ici
l’index, pour vous donner une idée.
The Deputy Chair: If you would leave that with us, that would
be great. Could you give us a copy?
Le vice-président : Ce serait excellent si vous pouviez nous en
laisser un exemplaire. Est-ce possible?
Mr. Tweedie: I will. What we are starting to think about is, as
you go to the next steps, where you can go now to really start to
make progress. That’s one of the areas where we think we can
make progress. They are not dissimilar to what is in the United
States. The specific example I brought is the ORCGA. Bryon
Sackville was here Tuesday evening, I believe. We brought theirs
as an example. They have been developed with all stakeholders in
Ontario. One of the business plan items of the Canadian Common
Ground Alliance, the national organization, is to harmonize those
best practises across Canada and then have them adopted.
M. Tweedie : Oui, je vous en laisserai un exemplaire. En ce qui
a trait aux prochaines étapes, nous commençons à nous demander
où nous pouvons vraiment faire des progrès. C’est à mon avis l’un
des secteurs où nous pouvons avancer. Ces pratiques ne sont pas
très différentes de celles en vigueur aux États-Unis. J’ai un
exemple précis, celui de l’ORGCA, l’Ontario Regional Common
Ground Alliance. Je crois que Bryon Sackville était ici mardi soir.
J’ai apporté, à titre d’exemple, les documents de l’organisme qui
énoncent les pratiques exemplaires. Elles ont été préparées de
concert avec tous les intervenants en Ontario. L’un des objectifs
de la Canadian Common Ground Alliance, l’organisation
nationale, est d’harmoniser ces pratiques exemplaires dans
l’ensemble du Canada et de les faire adopter.
Of course, everyone has to go back to their safety and
engineering people, who have all been involved. We would like to
see every industry consider adopting these and eventually
adopting these specific best practices, which touch on all aspects
of safety. I will leave the index and a summary. I have a 10- or
12-page summary of what each index item means.
Bien sûr, dans tous les cas, les organismes doivent se tourner
vers les spécialistes de la sécurité et du génie, qui ont tous
participé à l’élaboration de ces pratiques. Nous aimerions que
chaque industrie envisage de les adopter. Elles portent sur tous les
aspects de la sécurité. Je vais vous laisser l’index et un résumé. J’ai
un résumé de 10 à 12 pages sur la signification de chaque élément
de l’index.
Senator Frum: We are very early into our hearings on this issue,
but what has become apparent very quickly is the value of what it
is that you are proposing, the social, safety and economic value of
it. I’m having a hard time understanding what the impediments
are at the provincial level. It seems so logical and self-evident, so,
from an industry point of view, where’s the trouble?
La sénatrice Frum : Nous en sommes encore au début de nos
audiences sur cette question, mais ce qui est devenu très
rapidement apparent, c’est la valeur de ce que vous proposez, sa
valeur pour la société, l’économie et la sécurité. Je saisis mal quels
sont les obstacles à l’échelon provincial. Cela me semble si logique
et évident. Alors, du point de vue de l’industrie, où se situe la
difficulté?
27-2-2014
Énergie, environnement et ressources naturelles
7:47
Ms. Dunlop: As Mr. Tweedie has mentioned, there are a lot of
stakeholders involved, so kind of corralling everyone and getting
everyone to kind of come to the same table and work together to
help raise the awareness and raise the profile has been, I think, the
main job. Everybody has been doing their part but now that
everyone has come together I think that that will help.
Mme Dunlop : Comme l’a mentionné M. Tweedie, une
multitude d’intervenants sont concernés. Donc, réunir pour
ainsi dire tout le monde et obtenir que tous se rassemblent à la
même table et travaillent de concert pour parvenir à une plus
grande sensibilisation et attirer l’attention sur le sujet, voilà, je
crois, quelle a été la tâche principale. Chacun a fait sa part, mais
maintenant que tout le monde est rassemblé, je crois que les
choses deviendront plus faciles.
In the case of Ontario, the two gas utility companies in Ontario
worked with the Ontario Regional Common Ground Alliance,
and they identified some champions. It’s the usual process of
getting something on the agenda of government and
parliamentarians and officials.
Dans le cas de l’Ontario, les deux sociétés de distribution de
gaz de la province ont travaillé avec l’Ontario Regional Common
Ground Alliance et nommé certains champions. C’est ce qu’il faut
faire si on veut qu’une question figure au programme du
gouvernement, des parlementaires et des hauts fonctionnaires.
Since Bill 8 has been passed, we’ve heard that a couple of other
jurisdictions are now looking at it and trying to figure out how
they could fold it into existing legislation that they have. I think it
is generally just getting the stakeholders together to all go with a
common voice.
Depuis l’adoption du projet de loi 8, nous avons appris que
deux ou trois autres provinces étudient la question et essaient de
voir comment elles pourraient intégrer cela dans leur législation
actuelle. Je crois que, de façon générale, il s’agit de rassembler les
intervenants afin qu’ils parlent tous d’une même voix.
Senator Frum: And that requires government involvement?
La sénatrice Frum : Et cela exige la participation du
gouvernement?
Ms. Dunlop: Yes, the actual action does require government
involvement to move forward with legislation.
Mme Dunlop : Oui, pour passer aux actes, il faut que le
gouvernement adopte des mesures législatives.
Senator Frum: As a point of clarification on the
recommendation you made about the role that the federal
government can play — and Senator Seidman asked about this
as well — confirming that it is a requirement that all contractual
agreements obtain locates, is it not an obligation right now?
La sénatrice Frum : J’aimerais obtenir une précision
concernant la recommandation que vous avez formulée à
propos du rôle que pourrait jouer le gouvernement fédéral — et
la sénatrice Seidman s’est informée également à ce propos —,
c’est-à-dire confirmer qu’il y a, dans toute entente contractuelle,
l’exigence que l’on obtienne les données sur l’emplacement; n’estce pas une obligation actuellement?
Ms. Dunlop: I was just going to say that we don’t know. Hence
the word ‘‘confirm,’’ but I think it would definitely be an
opportunity to profile if it is or to confirm that it is a requirement.
It is just, again, an opportunity to show leadership that we think
would be helpful.
Mme Dunlop : J’allais dire que nous ne le savons pas. C’est
pour cette raison que nous utilisons le mot « confirmer », mais je
pense que ce serait certainement une occasion de l’indiquer, si tel
est le cas, ou de confirmer que c’est une exigence. Encore une fois,
ce n’est qu’une occasion de faire preuve de leadership, ce qui, à
notre avis, serait utile.
Mr. Tweedie: Frankly, the federal government has a lot of
work going on, so we don’t know. Perhaps the expression is better
laid out as: ‘‘If not already in place, would there be consideration
of doing that?’’ It may indeed already be there, partially or fully,
but it is a great opportunity to your point about this committee
realizing how significant this is and how important it is. There’s a
certain element of common sense that comes into it. People, after
a while, get their heads around it and understand it.
M. Tweedie : Pour parler franchement, le gouvernement
fédéral a beaucoup de travaux en cours, alors nous ne le savons
pas. Peut-être devrions-nous plutôt dire : « Si ce n’est pas déjà le
cas, envisagerait-on de le faire? » Il est possible qu’en fait, une
telle disposition existe déjà, en partie ou entièrement, mais c’est
une très bonne chose que votre comité comprenne à quel point
c’est important. C’est une question de bon sens. Après un certain
temps, les gens finissent par comprendre.
I will try to be careful about this. When you look at it from an
all-stakeholders perspective — the Canadian Common Ground
Alliance — one of the things we want, of course, is to be able to,
as Paula said, now say, when we know this, that the federal
government now makes this a part of their contractual process to
do any work.
Je vais essayer de bien peser mes mots. Ce que veulent les
intervenants — la Canadian Common Ground Alliance —, c’est
pouvoir dire, comme Paula l’a dit, quand nous le saurons, que le
gouvernement fédéral intègre cette exigence dans ses ententes
contractuelles, quels que soient les travaux à exécuter.
Of course, I don’t think it is any secret that we certainly quote
the work of this group now and what came out of the previous
study and I hope what comes out of this study. So these are the
Bien sûr, ce n’est pas un secret, nous citons évidemment le
travail de votre groupe et ce qui est ressorti de l’étude précédente
et ce qui, je l’espère, résultera de la présente étude. C’est ce que
7:48
Energy, Environment and Natural Resources
27-2-2014
things that we need to drive it forward. It’s almost like a PR
campaign. Once we get to people — provincially, it is happening;
federally, we’re starting to make some progress — there is a light
that goes on. At a certain point, there may be some resistance,
but, overall, these things help us to make the point.
nous utilisons pour faire avancer les choses. C’est un peu comme
une campagne de relations publiques. Une fois que nous avons
réuni les gens — à l’échelle provinciale, les choses se mettent en
place; à l’échelon fédéral, nous commençons à progresser — il y a
de quoi espérer. À un certain stade, il peut y avoir une certaine
résistance, mais, globalement, cela nous aide à faire passer le
message.
Senator Wallace: I want to make sure I understand this from a
practical point of view — how it works or should work.
Le sénateur Wallace : Je voudrais être certain de comprendre,
d’un point de vue pratique, la façon dont cela fonctionne ou
devrait fonctionner.
You are calling for a one-call or one-contact system. If a
property owner was going to have some excavation done on their
property, they would contact this number, and I guess, from
there, certain things would happen. When I originally heard
about this idea, I thought what it involved was that there would
be a central repository of all information on underground
facilities that could be located on certain property. So, if I were
calling about my property, somebody could go online; they would
see my property lines and would know exactly what underground
infrastructure was on my property.
Vous préconisez un système d’appel unique ou d’une seule
personne-ressource. Si un propriétaire veut faire effectuer des
travaux d’excavation sur sa propriété, il composerait ce numéro,
et je suppose que, à partir de là, certaines choses se produiraient.
Au départ, lorsque j’ai entendu parler de cette idée, je croyais que
cela supposait l’existence d’un dépôt central où se trouverait la
totalité de l’information sur les installations souterraines
susceptibles d’être situées sur une certaine propriété. Par
exemple, si je téléphone à propos de ma propriété, quelqu’un
mènerait une recherche en ligne, verrait les limites de ma propriété
et saurait exactement quelles sont les infrastructures souterraines
qui s’y trouvent.
To take that forward, I thought that, perhaps, this was going
to be controlled by provincial governments. At least in New
Brunswick, we have centralized mapping of all properties in the
province and subdivision plans and those plans, in many cases,
which show the location of utilities. I was envisaging a situation
where there’s a one-call system in a province, where somebody
would go online, look at the mapping of the particular property
and identify what structures are there. Of course, to get that
information on what underground structures are on each
property, it would require utilities, and the gas companies as
well, to provide that.
En outre, je croyais que ce système serait géré par les
gouvernements provinciaux. Au Nouveau-Brunswick, du moins,
nous avons centralisé la cartographie de toutes les propriétés de la
province et les plans de lotissement et, dans bien des cas,
l’emplacement des infrastructures des services publics y est
indiqué. J’envisageais un système d’appel unique dans une
province, où une personne examinerait en ligne la cartographie
de telle ou telle propriété et identifierait les infrastructures qui s’y
trouvent. Bien sûr, pour obtenir ces renseignements et savoir
quelles sont les infrastructures souterraines sur chaque propriété,
il faudrait que les sociétés de services publics, et les sociétés
gazières également, fournissent cette information.
That was sort of a long lead-up, but I’m wondering: To start
with, is there a central repository of all of this underground
structure information that would be in one location for an entire
province?
C’était peut-être une longue introduction, mais voici la
question que je me pose : pour commencer, existe-t-il en un seul
endroit pour l’ensemble d’une province un dépôt central
comportant la totalité de l’information sur les infrastructures
souterraines?
Mr. Tweedie: In Ontario, that is what they’re going towards
from Bill 8. In terms of the mechanics of the way you were
looking at it, the intent would be for someone in a call centre to
have access to that information. If you called in at number 12
whatever street, they would say, ‘‘Yes, you have these things
here,’’ and then make the arrangements for locates to be done.
M. Tweedie : En Ontario, c’est ce que vise la province avec le
projet de loi 8. En ce qui a trait au fonctionnement, selon ce que
vous envisagiez, l’intention serait que quelqu’un, dans un centre
d’appel, ait accès à ces renseignements. Vous appelez du numéro
12 de telle ou telle rue, et on vous dirait : « oui, il y a ceci et cela »
et la personne prendrait ensuite des dispositions pour que la
localisation soit effectuée.
At this time, the plan isn’t to be able to have the person at that
address look it up online. The requirement is to call and, as you
heard the other night, have it go more towards Click Before You
Dig, where you make an automatic appointment and where that
system tells you that ‘‘Yes, you require locates.’’ It may give you a
‘‘clear,’’ for instance. If you are in an area where there is no
natural gas, it will say that there is no natural gas but that there is
Pour le moment, il n’est pas prévu qu’une personne, à telle
adresse, puisse effectuer la recherche en ligne. Il faut téléphoner
et, comme vous l’avez entendu l’autre soir, on compte se tourner
davantage vers le programme « Cliquez avant de creuser », qui
vous permet de prendre rendez-vous automatiquement et de
savoir si vous avez besoin d’un service de localisation. Le système
pourrait, par exemple, vous dire qu’il n’y a aucun problème. Si
27-2-2014
Énergie, environnement et ressources naturelles
7:49
hydro, water and everything else. That’s the way the system is
designed; it goes to that central point of contact — the One Call
or one-contact centre.
vous vivez dans une région où il n’y a pas de distribution de gaz
naturel, le système vous précisera qu’il n’y a pas de gaz naturel,
mais qu’il y a des réseaux d’hydroélectricité et d’adduction d’eau
et tous les autres services. C’est de cette façon que le système est
conçu; tout est acheminé à un point de contact central, le centre
d’appel unique ou de contact unique.
Eventually, something where you can look at everything online
may come to be, but not at this time.
Tôt ou tard, il y aura peut-être un service en ligne où vous
pourrez faire toutes ces recherches, mais ce n’est pas le cas
actuellement.
Senator Wallace: Bringing together all of that information —
the location of the underground infrastructure — do you see each
province being required to do that?
Le sénateur Wallace :À votre avis, est-ce que chaque province
sera obligée de réunir tous ces renseignements sur l’emplacement
des infrastructures souterraines?
Because you have a lot of individual players. You have
industry. You have got municipalities with utilities, power
companies. How is all of that brought together in this one
location? What compels them to provide all of that information
and bring it to that one location? The province, or is it voluntarily
up to industry and municipalities?
Il faut penser qu’il y a un grand nombre d’intervenants. Il y a
l’industrie, les municipalités, qui fournissent des services publics,
les compagnies d’électricité. Comment réunir toute l’information
en un même endroit? Qu’est-ce qui les oblige à fournir tous ces
renseignements et à les rassembler en un seul endroit? Est-ce la
province qui les oblige à le faire ou est-ce facultatif pour
l’industrie et les municipalités?
Mr. Tweedie: I think we would have preferred that it be
voluntary, and, certainly, some industries have done it
voluntarily.
M. Tweedie : À mon avis, nous aurions préféré que ce soit
facultatif. Bien sûr, certaines industries l’ont fait volontairement.
You use the word ‘‘compel,’’ in Ontario, I guess that would be
the word. That has compelled people, required people, to then
pull it all together into GIS systems that someone can look at.
Vous utilisez le mot « obliger », dans le cas de l’Ontario, et je
pense que c’est bien le terme approprié. La province a obligé les
gens, leur a imposé une exigence et ensuite, elle a réuni toute
l’information dans un SIG qui permet de trouver les
renseignements.
The Canadian Common Ground Alliance, believe that it could
be done voluntarily, but, frankly, we’re saying that Bill 8 is a great
model to work to. Compel, require, that is the direction that we
think it could go.
La Canadian Common Ground Alliance croit qu’il serait
possible de le faire de manière volontaire, mais, franchement,
nous pensons que le projet de loi 8 est un excellent modèle.
Obliger, contraindre... nous pensons qu’il pourrait s’agir de la
voie à suivre.
We believe that, over time, we will be able to convince everyone
of the logic of this, but time is the issue. We wish to have this in
place. It is a public safety issue that we feel very strongly about,
and, if provincial legislation and assistance from federal
legislation can help, then so be it. That’s what will help to
compel or require it.
Nous croyons que nous parviendrons, avec le temps, à
convaincre tout le monde qu’il s’agit de la solution logique,
mais le temps presse. Nous voulons que ces mesures soient mises
en place. Il s’agit d’une question de sécurité publique qui nous
tient à cœur, et si des lois provinciales ou un coup de main au
chapitre des lois fédérales peuvent aider la situation, alors qu’il en
soit ainsi. Voilà ce qui ferait en sorte qu’on serait obligé ou
contraint de fournir cette information.
Senator Wallace: Is there a requirement in Ontario or any other
province in Canada for providers of underground infrastructure
to have some indication, on the surface, that their infrastructure
exists?
La sénateur Wallace : Les fournisseurs d’infrastructures
souterraines en Ontario ou dans toute autre province
canadienne ont-ils l’obligation de signaler d’une façon
quelconque, à la surface, la présence de leurs infrastructures?
For example, in my home, I want to go out and do what I
would consider to be very minor digging, turn my garden or do
whatever, and I have no idea where the power line is. I have no
idea, and I wouldn’t think, probably, of calling a One Call
number.
Par exemple, chez moi, si je veux faire des travaux à l’extérieur
de la maison pour lesquels il faut que je creuse un peu, si je décide
de labourer mon jardin ou je ne sais quoi, je n’ai aucune idée où se
trouve la ligne de transport de l’électricité. Je n’ai aucune idée et il
ne me viendrait probablement pas à l’esprit de téléphoner à un
centre d’appel unique.
7:50
Energy, Environment and Natural Resources
Is there a requirement for any of these underground
infrastructure providers to also provide something on the
surface, a stake or something that would trigger in the property
owner’s mind, ‘‘Gee, I had better call and find out how deep that
is and exactly what is there’’?
27-2-2014
Est-ce que les fournisseurs d’infrastructures souterraines sont
tenus de placer une marque à la surface, un piquet ou quelque
chose, qui ferait en sorte que le propriétaire de la maison se
dirait : « Oh, j’ai intérêt à téléphoner et à me renseigner sur ce qui
est enfoui ici et sur la profondeur »?
Mr. Tweedie: On a permanent basis, no.
M. Tweedie : De façon permanente, non.
Senator Wallace: Should there be?
Le sénateur Wallace : Devraient-ils avoir une telle obligation?
Mr. Tweedie: I don’t believe there should be. You mentioned
you don’t know what’s on your property. To me, that’s the point
of the call centre. That’s what they should be doing.
M. Tweedie : Je ne pense pas. Vous avez indiqué que vous ne
savez pas ce qui se trouve sous votre terrain. Selon moi, c’est la
raison d’être du centre d’appel. C’est le travail qu’il doit
accomplir.
I mentioned the branding campaign. I would be the first to
admit that bill inserts from utility companies are not high on
people’s reading lists, but there is something there. There are
pretty heavy-duty campaigns. What you will see our industries, all
of them, doing via our members directly and the CGA members is
very strong campaigns to get that word out, to make people aware
that no one particular individual really does know what’s on their
property. You can make logical assumptions. You have hydro,
cable, a phone line, and you have a gas line and you have water
and sewer. Well, they’re there somewhere. In some cases, they’re
behind the houses. In many cases, it is a split between them. Some
utilities run down the backs. A lot of hydro does.
J’ai parlé de la campagne de sensibilisation. Je serais le premier
à reconnaître que les encarts ajoutés aux factures des services
publics ne figurent pas parmi les lectures préférées des gens, mais
ces encarts ne sont pas inutiles. Il y a des campagnes qui sont
plutôt vigoureuses. Vous allez voir nos industries, toutes nos
industries, mener de très solides campagnes, par l’entremise de
nos membres et des membres de l’ACG, pour diffuser ce message,
pour sensibiliser les gens au fait qu’une personne ne sait pas
nécessairement ce qui se trouve sous son terrain. Vous pouvez
faire des hypothèses logiques. Vous avez la ligne électrique, la
ligne du câble et la ligne téléphonique; vous avez la conduite de
gaz et vous avez le raccordement au réseau d’adduction d’eau et
d’égout. Eh bien, tous ces raccordements se trouvent quelque
part. Dans certains cas, ils sont à l’arrière de la maison. Dans de
nombreux cas, une partie est à l’avant, l’autre à l’arrière. Certains
services publics passent à l’arrière des maisons. Souvent, les
raccordements électriques sont à l’arrière.
The expectation that someone should know that is probably
not realistic. I believe there’s an expectation on industry, via
partnerships under call centres, to make it clear to people that you
can get that information easily. We will have a marketing
campaign around that, saturation certainly at specific times of the
year, and we will tell you what you need in order to do this.
Il n’est sans doute pas réaliste de s’attendre à ce qu’une
personne le sache. Je crois qu’on s’attend à ce que l’industrie, au
moyen de partenariats visant la création de centres d’appel
unique, avise les gens qu’il est facile d’obtenir cette information.
Nous allons mener une campagne de sensibilisation sur ce thème,
en assurant une saturation à des moments précis de l’année, et
nous dirons aux gens comment faire pour se renseigner.
Senator Wallace: There is a centralized location. It is able to
identify what underground infrastructure is on my property. The
question becomes: Exactly where is it? Is it here, or is it there?
How is that going to be identified on my property? If I have
utilities, power lines, gas lines, all running on my property, and
that’s been identified by this central call location, exactly where is
it? Does that mean each of those providers of underground
infrastructure have to come to my property and show the
excavator exactly where it is?
Le sénateur Wallace : Il y a un service central. Il est en mesure
de m’indiquer les infrastructures qui passent sous mon terrain. La
question devient la suivante : elles passent où exactement? Elles
passent ici ou là? Comment je fais pour les repérer sur mon
terrain? S’il y a des raccordements aux services publics, des lignes
électriques et des conduites de gaz qui passent sous mon terrain et
qui m’ont été signalés par le centre d’appel unique, ils se trouvent
où exactement? Est-ce que cela veut dire que chacun de ces
fournisseurs d’infrastructures souterraines doit venir chez moi et
indiquer au conducteur de l’excavatrice exactement où sont les
raccordements?
Mr. Tweedie: Yes.
M. Tweedie : Oui.
Senator Wallace: Each of them?
Le sénateur Wallace : Chacun d’entre eux?
Mr. Tweedie: Yes, or make an alternate locate arrangement. In
some cases, mapping will be provided. When we are doing all of
these things, public safety is the priority, of course, but we’re
aware of the need for efficiency too. A number of organizations
M. Tweedie : Oui, ou encore ils peuvent prendre d’autres
dispositions pour localiser les infrastructures. Dans certains cas,
ils vont fournir des plans. Quand nous prenons toutes ces
mesures, la sécurité publique est évidemment la priorité, mais
27-2-2014
Énergie, environnement et ressources naturelles
7:51
— and I will refer to it more as industries, I guess — are also
looking at having locators who can locate a number of utilities, so
if you can have the calls all come to one place, then you can have
someone come who has all the records.
nous savons aussi qu’il est important d’être efficients. Un certain
nombre d’organisations — je les désignerai sous le nom
d’industries, j’imagine — envisagent de faire appel à des
localisateurs qui sont en mesure de repérer plusieurs types de
raccordements aux services publics; ainsi, si on parvient à diriger
tous les appels vers un seul centre, alors on pourrait faire appel à
quelqu’un qui dispose de tous les dossiers.
Being a locator is a very specific profession. You basically have
to locate it. It is done by signal induction. Even with plastic pipe,
which won’t carry a signal, there’s a tracer wire around it, so you
are really locating the tracer wire around it. There is no reason
that those individuals can’t locate all of the utilities. That would
be going to end state where I think the industry should go.
Le métier de localisateur est très spécifique. Essentiellement, il
faut localiser l’infrastructure. Cela se fait par induction de signal.
Même s’il s’agit d’une conduite en plastique, qui ne transmet pas
de signal, il y a un fil de repérage qui l’accompagne, si bien que
c’est le fil de repérage qui est localisé. Il n’y a pas de raison pour
que ces personnes ne puissent pas localiser tous les raccordements
aux services publics. Voilà le résultat final que l’industrie, à mon
avis, devrait viser.
The idea is, yes, in the sake of let’s be honest, too, homeowner
and public safety and worker safety, all of them do have to be
identified in some fashion.
L’idée c’est que — oui, soyons honnêtes, au nom de la sécurité
des propriétaires, du public et des travailleurs — tous ces
raccordements doivent être repérés d’une manière ou d’une autre.
Senator Massicotte: I am just trying to deal with the
practicality of the issue, also along the same question. I’m not
an expert in the field so my questions may look naive but, from a
residential sense, natural gas is a specific exception. Like all
energy infrastructure, it is very professional and it is dangerous to
fool around with that. I am convinced you have a right to know
what you are doing. Many connections from a residential sense,
including water and so on, are done by the local backhoe
operator, your neighbour or the fellow in the community who
probably dug your basement when you were building. He’s going
to probably put in your water and sewer systems, not the
electrical.
Le sénateur Massicotte : Je m’intéresse au côté pratique de la
question, dans la même veine. Je ne suis pas un expert dans le
domaine, alors mes questions vous sembleront peut-être naïves,
mais en ce qui a trait aux propriétés résidentielles, le gaz naturel
est dans une catégorie à part. Comme toutes les autres
infrastructures énergétiques, celles utilisées pour le gaz naturel
exigent des compétences professionnelles, car elles comportent des
dangers. Je suis convaincu que les gens ont le droit d’être bien
renseignés. De nombreux raccordements résidentiels, comme l’eau
et ainsi de suite, sont effectués par le conducteur de pelle
rétrocaveuse, le voisin ou le gars du coin qui a creusé le sous-sol
au moment de la construction de la maison. C’est probablement le
gars qui a branché les systèmes d’adduction d’eau et d’égout, mais
pas l’électricité.
From what I understood, a major problem is that a lot of the
knowledge of where it is located is not being stored. He will come
on site. He will look at the plans from some structural engineer,
civil engineer, but amend it because they hit a rock, or he found
another pipe. He’s not doing as-built drawings. It is based upon
original drawings that have been deposited with the city hall for
building permit purposes. How do you get that information there?
How do you get current to know where everything is as opposed
to where everything is supposed to be?
D’après ce que j’ai compris, un problème important est qu’on
n’enregistre pas l’information sur l’emplacement de ces
infrastructures. Le gars vient sur le site. Il consulte le plan de
l’ingénieur des structures ou de l’ingénieur civil, mais il le modifie
parce qu’il y a une masse rocheuse ou un autre tuyau sur le tracé
prévu. Il ne prépare pas de plan conforme à l’exécution. On
dispose des plans originaux soumis à l’administration municipale
pour obtenir le permis de construction. Comment fait-on pour
enregistrer cette information-là? Comment fait-on pour avoir de
l’information à jour, qui nous indique où les constructeurs ont
placé les infrastructures par opposition à où ils étaient censés les
mettre?
Mr. Tweedie: I will talk about different industries differently,
to be fair. In the case of gas, electricity, certainly the telecos, if
something from what was planned is changed, that is supposed to
be recorded on the as-built for that plant. Then, for instance, an
electricity utility would then have someone physically go and
locate it. He can actually follow it. For water and sewer mains, I
will be honest that I’m a little less familiar with them.
M. Tweedie : Je vais établir des distinctions entre les différentes
industries, par souci de justice. Pour ce qui est du gaz, de
l’électricité et des télécommunications certainement, s’il y a une
modification par rapport à ce qui était prévu, on est censé
l’enregistrer sur le plan conforme à l’exécution. Puis, par exemple,
la compagnie d’électricité enverrait un employé chargé de se
rendre sur place et de localiser le raccordement. Il peut en établir
le tracé. En ce qui concerne les conduites principales d’eau et
d’égout, je dois vous dire honnêtement que je suis moins au
courant des démarches.
7:52
Energy, Environment and Natural Resources
27-2-2014
One thing I will point out, and I will hand it out, is that all of
this to a great extent is a work-in-progress. One of the things that
is included in this, which I will circulate, is the table of contents
around best practices. As I said, these are pretty North American
in nature, not just Canadian or from Ontario or from Alberta. We
try to deal with all of that. You referred to who locates it. One of
the things in here is locating and marking best practices. We’re
trying to deal with all of the issues. It is not as simple as that.
Certainly the utilities that I’m familiar with are very specific and
very professional. I don’t know specifically about water. I would
have assumed that they would have had someone doing it. What
we’re trying to do as part of this public safety initiative, the
Canadian Common Ground Alliance initiative, is to try and cover
it all.
Je tiens à signaler — et je vais vous en remettre une copie —
que tout cela est, dans une large mesure, un ouvrage inachevé. Un
des éléments de notre document, que je vais distribuer, est la table
des matières de notre guide des pratiques exemplaires. Comme je
l’ai indiqué tantôt, il s’agit de pratiques nord-américaines, pas
seulement canadiennes ou ontariennes ou albertaines. Nous
tentons d’aborder toutes ces questions. Vous avez parlé de la
personne chargée de localiser les infrastructures. Dans notre
guide, nous abordons notamment les pratiques exemplaires en
matière de localisation et de marquage. Nous essayons d’aborder
toutes ces questions. La tâche n’est pas simple. Il ne fait aucun
doute que les services publics que je connais bien ont des pratiques
très précises et très professionnelles. Je ne suis pas au courant des
pratiques spécifiques pour le système d’adduction d’eau. Je
présume qu’il y a du personnel responsable de la localisation.
Ce que nous faisons dans le cadre de cette initiative de sécurité
publique, l’initiative de la Canadian Common Ground Alliance,
c’est de tenter de couvrir toutes ces questions.
I know you don’t want to get into this now, but the first thing
in this is the planning and design best practices, so start thinking
about it when you’re designing the underground stuff. Then it is
the ‘‘one call’’ centre best practices and locating and marking best
practices, then the excavation best practices. It is not just about
getting the locates. I realize you are talking specifically about
‘‘one call’’ systems and locates. We actually have a higher level
thought on it called Dig Safe, which is something that we’re going
to start as part of our branding exercise, promoting across
Canada. It is the entire cross-section of the things that you would
be doing, that is, now you have your locates, so how do you dig
that up? The question was asked earlier about the locate. There is
a requirement to dig by hand within so many feet, meaning that’s
an extra safety consideration. If you are using a backhoe and you
are exposing a water service or gas or electricity service when it’s
been located here, you are in some cases looking at a three- to
five-foot strip. There is a requirement to dig by hand within a
certain distance on either side, again to add more safety to it.
That’s not specific to a locate, but it is part of the safety aspects of
everything that we are trying to accomplish here.
Je sais que vous ne voulez pas vous pencher sur cette question
pour l’instant, mais la première étape est la planification et
l’élaboration des pratiques exemplaires, alors il faut commencer à
y réfléchir au moment où on conçoit l’équipement souterrain.
Ensuite, il y a les meilleures pratiques du centre d’appel unique, et
les pratiques exemplaires en matière de localisation et de
marquage, et enfin les pratiques exemplaires au chapitre de
l’excavation. Il ne s’agit pas seulement d’obtenir les emplacements
des infrastructures. Je suis conscient que votre étude porte
spécifiquement sur les systèmes d’appel unique et la localisation.
Nous voyons les choses d’un point de vue plus global, car nous
parlons de « creuser en toute sécurité ». C’est ce que nous allons
promouvoir à l’échelle du Canada dans le cadre de notre initiative
de sensibilisation. Il s’agit de l’éventail complet des mesures à
prendre. Autrement dit, maintenant que vous avez localisé les
infrastructures, comment allez-vous procéder pour creuser? Vous
avez posé une question tout à l’heure au sujet de la localisation.
Une fois rendu à une distance d’un certain nombre de pieds, il est
obligatoire de creuser à la main — il s’agit d’une mesure de
précaution additionnelle. Si vous utilisez une pelle rétrocaveuse
pour dégager un raccordement au réseau d’adduction d’eau, une
conduite de gaz ou une ligne électrique après sa localisation, dans
certains cas vous êtes à une distance de trois à cinq pieds de son
emplacement véritable. Il est obligatoire de creuser à la main à
l’intérieur d’une certaine distance de chaque côté, encore une fois
par mesure de précaution additionnelle. Il ne s’agit pas d’une
exigence propre à la localisation d’une infrastructure, mais cela
fait partie de l’ensemble des mesures de sécurité que nous voulons
mettre en place.
Senator Massicotte: On the natural gas, I buy into it, but for a
water and sewer system, electrical, I’m not so sure. It is often done
with the same people, even telephone, done by the local operator.
He does not, from my understanding, file as-built plans with the
city. He’s got his permit. That would mean that I suspect
50 per cent of all homes have underground that they’re not aware
of. They know it exists, and they know when they come on site.
It’s happened to all of us. They come on site and they know
Le sénateur Massicotte : Pour ce qui est du gaz naturel, je suis
d’accord, mais en ce qui a trait à l’électricité et aux réseaux
d’adduction d’eau et d’égout, je ne suis pas certain. Il arrive
souvent que ces raccordements soient faits par les mêmes gens,
même la ligne téléphonique, qu’ils soient faits par un entrepreneur
local. D’après ce que je sais, il ne soumet pas de plans conformes à
l’exécution à la municipalité. Il a son permis. Ainsi, je soupçonne
que 50 p. 100 des gens ne savent pas où passent les infrastructures
27-2-2014
Énergie, environnement et ressources naturelles
7:53
there’s a water main some place, a water connection. They look
on the street, and they think they know where the pipe is going,
but they’re not sure. That would mean that, under this scenario, if
we imposed this type of regimen, 50 per cent of the homes have to
employ this locator you call, this expert who can locate the pipes
and maybe complete the plans. Therefore, there’s a major job of
getting knowledge of exactly where all the pipes are. Is that
expensive? Who would pay for that cost if 50 per cent of the
households in Canada must employ this expert, which will
certainly take several hours by the time he files the plans? I
suspect it is quite expensive per hour. Am I correct in saying that?
souterraines de leur résidence. Ils savent que ces infrastructures
existent; ils le savent quand ils se rendent sur leur terrain. Nous
avons tous vécu cette expérience. Ils se rendent sur leur terrain et
ils savent qu’il y a une conduite principale d’eau quelque part, un
raccordement au système d’adduction d’eau. Ils regardent en
direction de la rue et ils pensent savoir où se dirige la conduite,
mais ils ne sont pas sûrs. Ainsi, dans cette hypothèse, si nous
imposons ce type de régime, 50 p. 100 des propriétaires devront
embaucher ce localisateur à qui il faut téléphoner, cet expert qui
peut localiser les conduites et peut-être parachever les plans. Par
conséquent, il y a un travail important à accomplir pour savoir
exactement où se trouvent toutes les conduites. Est-ce que ça
coûte cher? Qui devra défrayer ces coûts si 50 p. 100 des ménages
au Canada sont tenus de faire appel à cet expert, à qui il faudra
sans doute plusieurs heures de travail pour soumettre les plans?
J’imagine que son taux horaire sera très élevé. Est-ce que j’ai
raison?
Mr. Tweedie: Sorry, I will interrupt for a second. A different
person would install it normally than the person who then comes
back and locates it.
M. Tweedie : Permettez-moi de vous interrompre un instant.
Habituellement, la personne qui installe les infrastructures n’est
pas celle qui revient par la suite pour les localiser.
Senator Massicotte: This locator, how much would he cost to
provide as-built plans for the homes that don’t have current
knowledge of their undergrounds?
La sénateur Massicotte : Ce localisateur, combien
demanderait-il pour fournir des plans conformes à l’exécution
aux ménages qui ne savent pas exactement où se trouvent leurs
infrastructures souterraines?
Mr. Tweedie: I wouldn’t know that offhand, what it would cost
to go back and create as-built plans. Again, I speak more from
what I would call the shallow utilities, electricity and gas. We do
have as-builts. There are as-builts. I’m certainly familiar with
water to a certain degree in that they will still come and locate it.
They are now considered a deeper utility, with the sewer as well.
They may not have it with a central registry, but somewhere
within their planning systems they do have a record of what they
installed.
M. Tweedie : Je ne sais pas spontanément combien il en
coûterait pour retourner sur place et établir un plan conforme à
l’exécution. Encore une fois, je connais mieux la situation pour ce
qui est des services publics dont les infrastructures sont moins
profondes, soit l’électricité et le gaz. Nous préparons en fait des
plans conformes à l’exécution. Il existe des plans conformes à
l’exécution. Je suis au fait des pratiques des services d’eau dans
une certaine mesure, c’est-à-dire qu’un employé viendra pour
localiser les conduites. Ils font maintenant partie des services
publics dont les infrastructures sont plus profondes, tout comme
le réseau d’égout. L’information n’est peut-être pas consignée
dans un registre central, mais les services d’eau conservent
quelque part dans leurs systèmes de planification un dossier sur
les conduites installées.
To your point about is it possible that something occurred on
site that caused them to change their installation plan? Yes, that is
possible. I couldn’t say it isn’t, and I don’t know exactly how they
would handle that.
En réponse à votre question de savoir si, à cause d’une
situation imprévue sur le terrain, on est obligé de modifier le plan
d’installation : oui, c’est possible. Je ne pourrais pas affirmer le
contraire, mais je ne sais pas exactement ce qu’on ferait dans une
telle situation.
Senator Massicotte: When you say ‘‘they,’’ who is they? Is it the
contractor, the homeowner, the city?
Le sénateur Massicotte : Quand vous dites « on », de qui
parlez-vous? De l’entrepreneur, du propriétaire, de
l’administration municipale?
Mr. Tweedie: The owner of the water, the municipality. In the
case of Ottawa, it is the City of Ottawa. I would assume most
waterworks and sewer works are owned by the municipalities.
They have records of what they have in the ground.
M. Tweedie : Du propriétaire des services d’eau, de la
municipalité. Par exemple, à Ottawa, c’est la Ville d’Ottawa. Je
présume que la plupart des réseaux d’adduction d’eau et d’égout
appartiennent aux municipalités. Elles tiennent des dossiers sur
leurs infrastructures souterraines.
Senator Massicotte: Including on residential property?
Le sénateur Massicotte : Y compris celles sous les propriétés
résidentielles?
7:54
Energy, Environment and Natural Resources
27-2-2014
Mr. Tweedie: They have what should have been installed on
the original plans. I have worked with them in planning the
subdivisions, so I have seen them.
M. Tweedie : Leurs dossiers indiquent ce qui était censé être
installé d’après les plans originaux. J’ai travaillé avec ces plans
pour planifier les différents éléments de distribution du gaz, alors
je les ai vus.
There is a plan of where each thing goes in when a builder
builds a subdivision, and I believe that’s a requirement to get all
of his permits to build the subdivision. So there is a plan of what
should have gone in. I would hope that their as-laids are being
updated if there is a major change. In the vast majority of cases,
of course, there is no change. They go exactly where they’re
shown to go.
Il y a un plan indiquant l’emplacement de chaque élément
lorsqu’un entrepreneur construit sur un lotissement, et je crois
qu’il est tenu d’obtenir tous les permis avant de construire. Il y a
donc un plan de ce que l’entrepreneur était censé installer. J’espère
qu’il met à jour ses plans conformes à l’exécution lorsqu’il y a des
modifications importantes. Évidemment, dans la vaste majorité
des cas, il n’y a pas de modification. Les infrastructures sont
installées exactement où elles devaient l’être.
There is a pretty specific group of people involved at the utility
level who plan the infrastructure as it goes in, and there are
coordinating committees around that, PUC committees in various
municipalities — public utility commission committees.
Il y a un groupe spécifique d’employés au sein des services
publics qui trace les plans des infrastructures au fur et à mesure de
leur installation et il y a aussi des comités de coordination, des
comités de la CSP dans diverses municipalités — des comités de la
commission des services publics.
Senator Massicotte: I’m still involved in residential
subdivisions, doing some development. I’ve done a lot of
development in my life, but I’m only 35 years old.
Le sénateur Massicotte : Je suis encore actif dans le
développement de lotissements résidentiels. J’ai fait beaucoup de
promotion immobilière dans ma vie, même si je n’ai que 35 ans.
Having said that, the problem I see with the water and sewer —
and it’s happening today — is that, yes, you have to provide
detailed plans and specs to get the approvals from the province or
the city, but you don’t provide as-built. I was involved in one
project where there was a lot of rock. We deviate the mains. We
deviate the lines, but we don’t tell anybody. So there’s a risk that,
later on, you’ll find that it’s not where you thought it was and not
where the plans exist.
Cela étant dit, le problème que je constate avec les réseaux
d’adduction d’eau et d’égout — et cela se produit encore
aujourd’hui — c’est que, oui, il faut présenter des plans et devis
détaillés pour obtenir les autorisations de la province ou de la
ville, mais il n’est pas nécessaire de soumettre des plans conformes
à l’exécution. J’ai travaillé sur un projet où le sol était très
rocheux. Nous avons modifié le tracé des conduites principales.
Nous avons modifié le tracé, mais nous n’avons avisé personne.
Ainsi, il y a des chances que, plus tard, des gens découvriront que
ces conduites ne sont pas là où ils pensaient les trouver ni à
l’endroit indiqué par les plans.
Ms. Dunlop: The Federation of Canadian Municipalities might
have more insight on this than we do.
Mme Dunlop : La Fédération canadienne des municipalités
sera peut-être mieux en mesure de vous éclairer sur cette question.
Mr. Tweedie: Frankly, you could be right. Obviously, you
understand the subdivision process and how everything is clearly
shown. That’s the process I’m familiar with. To what level they
keep their as-builts and keep them updated, I will be honest that,
on the sewer and water side, as I say, I’m not specifically familiar
with it. It is more the shallow utilities that I can speak to.
M. Tweedie : Honnêtement, vous avez peut-être raison. Il est
clair que vous comprenez le processus de lotissement et la façon
dont tous les éléments sont clairement indiqués. C’est le processus
que je connais bien. Je vous avoue honnêtement qu’en ce qui
concerne les réseaux d’égout et d’adduction d’eau, je ne suis pas
très au courant, comme je l’ai dit, de la mesure dans laquelle les
entrepreneurs tracent des plans conformes à l’exécution et les
tiennent à jour. Je peux vous renseigner davantage sur les services
publics dont les infrastructures sont moins profondes.
Senator Massicotte: On the gas side, it is absolutely a must. It is
so dangerous otherwise. There’s a compelling reason to do so and
self-interest to do so.
Le sénateur Massicotte : En ce qui a trait aux conduites de gaz,
c’est absolument nécessaire. Autrement, c’est tellement
dangereux. Il y a une raison évidente de le faire et il est dans
son propre intérêt de le faire.
Mr. Tweedie: Yes.
Senator Sibbeston: I’d like to ask you: What do you foresee in
terms of the organization that would have these call centres? Do
you foresee call centres employing a lot of people? What are we
talking about? If, in Ontario, the legislation is passed now and call
M. Tweedie : Oui.
Le sénateur Sibbeston : Voici ma question : d’après vous, quelle
serait la taille de ces centres d’appel unique? Pensez-vous qu’ils
auraient besoin de nombreux employés? De quel ordre de
grandeur parlons-nous? Si, en Ontario, la loi était adoptée
27-2-2014
Énergie, environnement et ressources naturelles
7:55
centres are established and fully operational, is it hundreds of
people, or are we talking about thousands people who would be
involved in these call centres?
maintenant et que les centres étaient mis en place et qu’ils étaient
pleinement opérationnels, parlons-nous de centaines de personnes
ou de milliers de personnes?
Ms. Dunlop: I don’t know if we know that, but there is the One
Call centre organization that the committee could look at having,
and they could talk about the machinations of the actual call
centres. They would know who they currently employ and where
they would see employment levels going.
Mme Dunlop : Je ne pense pas être en mesure de répondre à
cette question, mais le comité pourrait communiquer avec le
comité du centre d’appel unique canadien pour obtenir des
renseignements sur le fonctionnement de centres d’appel unique
présentement en service. Il saurait combien d’employés travaillent
dans les centres et il pourrait vous donner une idée de l’évolution
des niveaux de l’emploi.
In particular, in the Ontario One Call centre’s case, certainly, if
there’s more membership in the call centre, then that would make
me assume that there will need to be more people working there.
En particulier, dans le cas du centre Ontario One Call, il ne fait
pas de doute que si le nombre d’adhésions au centre augmente, il
faudra embaucher davantage de personnel.
Mr. Tweedie: Ms. Dunlop mentioned the Canadian One Call
centre committee, and they would be an excellent group to talk to.
To be frank, that’s an evolving situation. I believe you heard, on
Tuesday evening, that the role of the Canadian Common Ground
Alliance is to enable communication; it doesn’t matter how. For
the past number of years, it’s been Call Before You Dig. That is
very slowly but surely evolving into Click Before You Dig, which
very much impacts the efficiency of this system, which then
impacts the number of people you need. That is really where the
market is going. Then, I don’t know if they got into it, but the
next step, of course, is Tap Before You Dig. We have built
branding and marketing around that as well.
M. Tweedie : Mme Dunlop a parlé du comité du centre d’appel
unique canadien; ce groupe serait une excellente source de
renseignements. Je dois dire honnêtement qu’il s’agit d’une
situation qui continue d’évoluer. Je crois qu’on vous a indiqué,
mardi soir dernier, que le rôle de la Canadian Common Ground
Alliance est de faciliter les communications; le mode de
communications importe peu. Depuis quelques années, la
consigne est « Appelez avant de creuser ». Elle se transforme
lentement, mais sûrement en une autre consigne : « Cliquez avant
de creuser », qui a des répercussions importantes sur l’efficience
du système, qui à son tour a des répercussions sur le nombre
d’employés dont on a besoin. C’est dans cette direction que le
marché est engagé. Et ensuite, je ne sais pas s’ils l’ont abordé,
mais la prochaine étape sera, évidemment, les applications
téléphoniques. Nous avons aussi élaboré des activités de
sensibilisation pour ces projets.
It gets even simpler, so you are never actually talking to
someone. It may be, within a short number of years, primarily
computer generated or done via an app on an online reservation
system. We believe our role is to enable all types of
communication forever, no matter which way it goes, but that
will change the number of people involved as well.
La démarche devient encore plus simple, au point où le client
n’a jamais à parler à quiconque. Il se peut que, d’ici quelques
années, toute la démarche se fasse par ordinateur ou au moyen
d’une application téléphonique liée à un système de réservation en
ligne. Nous croyons que notre rôle est de faciliter sans cesse tous
les types de communications, peu importe la voie qui sera suivie,
mais cela aura un impact sur le nombre de personnes embauchées.
We would encourage the call centres to be represented and to
talk about that specifically.
Nous encourageons les centres d’appel unique à discuter de
cette question.
Senator Sibbeston: I’m also interested in knowing: Do you see a
role for government in setting up these call centres or in the whole
management and operation of these call centres? You’re an
industry, and, obviously, you’re putting some effort and some
money and resources into the process. Do you think there’s a role
for government? Should government begin hiring people to work
at these centres?
Le sénateur Sibbeston : J’aimerais également savoir si vous
croyez que l’État a un rôle à jouer dans la mise en place de ces
centres d’appel unique ou dans la gestion ou le fonctionnement de
ces centres? Vous êtes une industrie et, manifestement, vous
consacrez des efforts, de l’argent et des ressources à ce processus.
Croyez-vous que l’État ait un rôle à jouer? L’État devrait-il se
mettre à embaucher des gens pour travailler dans ces centres?
Ms. Dunlop: I can answer that. I think that, in the One Call
centres, the role for government is to ensure that we have
mandatory participation in them, meaning that all folks with
buried infrastructure are a part of those One Call centres. I guess
the call centres, as they exist right now, are non-profit
organizations, and we don’t think the challenge is necessarily in
Mme Dunlop : Je peux répondre à cette question. À mon avis,
dans les centres d’appel unique, le rôle de l’État est de veiller à ce
que la participation soit obligatoire, c’est-à-dire à ce que toutes les
entités ayant des infrastructures souterraines fassent partie des
centres d’appel unique. J’imagine que ces centres, dans leur
configuration actuelle, sont des organismes sans but lucratif, et
7:56
Energy, Environment and Natural Resources
27-2-2014
the day-to-day operation of the call centre. It’s more in ensuring
that the right people are members of the organization.
nous ne pensons pas que le défi se situe au niveau de leur gestion
quotidienne. Le défi, c’est de s’assurer que les bonnes entités
fassent partie de l’organisation.
Senator Patterson: Thank you for being here. Ms. Dunlop, you
said your pipelines are buried well below the surface. Could you
be more particular, please?
Le sénateur Patterson : Merci d’être venus nous rencontrer.
Madame Dunlop, vous avez dit que vos pipelines sont enfouis en
profondeur. Pourriez-vous être plus précise, s’il vous plaît?
Mr. Tweedie: Do you want me to talk about it?
M. Tweedie : Veux-tu que je réponde à cette question?
Ms. Dunlop: I think so because there are best practices around
that as well.
Mme Dunlop : Je pense que oui, parce qu’il y a des pratiques
exemplaires dans ce domaine.
Mr. Tweedie: In the case of gas mains and gas services — and
they do vary — they are in the two- to three-foot range below the
surface. If CEPA comes and talks about the major pipelines
across the country, they are deeper. It depends on the utility.
Some of the wire-type utilities might be shallower. The key point
here is that, as is in our statement, our industry is governed by
very stringent standards. In this case — and I can provide more
detail on it, of course — it’s something called CSA Z662. It’s a
CSA standard that every jurisdiction in Canada has adopted and
what each member company does. There are similar ones for all
of the other utilities, as well, by the way. Not the same one; this
one is specific to pipelines. There is a requirement for different
types of plants to be at a certain depth. It varies by the type of
plant and the location.
M. Tweedie : En ce qui concerne les conduites principales et les
conduites de raccordement du gaz — et il y a une certaine
variation — elles sont enfouies deux ou trois pieds sous la surface.
Si l’Association canadienne des pipelines d’énergie vient vous
parler des grands pipelines qui traversent les pays, elle vous dira
qu’ils sont plus profonds. Cela varie selon les services publics. Il se
peut que les infrastructures des services publics utilisant des fils
soient moins profondes. Ce qu’il faut retenir, comme nous l’avons
indiqué dans notre déclaration, c’est que notre industrie est régie
par des normes très strictes. Dans ce cas — et je peux vous fournir
plus de précisions, évidemment — il s’agit de la norme CSA Z662,
qui est une norme de la CSA adoptée à l’échelle du Canada et
respectée par chacune de nos entreprises membres. En passant, il
existe des normes similaires visant tous les autres services publics
aussi. Elles ne sont pas identiques; celle-ci s’applique
spécifiquement aux pipelines. Il est nécessaire que les différents
types d’installations soient enfouis à une certaine profondeur, qui
varie selon le type d’installation et l’emplacement.
In some cases where you are not able to be at the depth you
wish to be, there is also provision for protection over the plant for
that stretch where it would be at a shallower depth.
Dans certains cas où il n’est pas possible d’enfouir l’installation
à la profondeur voulue, il y a des dispositions concernant la
protection de l’installation sur le tronçon où il est enfoui plus près
de la surface.
Senator Patterson: Do you collect statistics on the causes of
pipeline incidents or calls to One Call centres?
Le sénateur Patterson : Est-ce que vous recueillez des
statistiques sur les causes des incidents liés aux pipelines ou sur
les appels aux centres d’appel unique?
Mr. Tweedie: We collect statistics on a number of things. For
the damages that our industry has, we collect statistics on why
that damage happened.
M. Tweedie : Nous recueillions des statistiques sur diverses
questions. En ce qui concerne les dommages subis par notre
industrie, nous recueillons des statistiques sur les raisons de ces
dommages.
In order to solve a problem, you must understand the root
cause, so we do collect stats on damages, as an example, damages
to gas plant in Canada. I was reading that yesterday, and it hovers
around 51 per cent, the damages being caused by the person not
calling at all. About half of all of the damage to gas plants is
caused by people not calling at all and simply digging. Others are
caused by improper excavation technique when they are on sight.
As I mentioned, that’s where we bring in the whole dig-safe
philosophy. It’s more than just calling for locates. You have to do
certain things. Not digging by hand is specifically identified. If we
say the gas plant is in this metre-wide stretch, you are required to
dig by hand within that.
Pour résoudre un problème, il faut en savoir la cause profonde,
alors nous recueillons des statistiques sur les dommages — par
exemple, les dommages causés aux installations de gaz au
Canada. Je lisais là-dessus hier et j’ai appris que, dans environ
51 p. 100 des cas, la situation est attribuable au fait que la
personne n’a pas téléphoné pour localiser les conduites. Environ
la moitié des dommages aux installations de gaz découle du fait
que les gens n’appellent pas et se mettent tout simplement à
creuser. D’autres dommages sont causés par des techniques
d’excavation inappropriées. Comme je l’ai signalé, c’est là que
nous intervenons avec notre philosophie de « creuser en toute
sécurité ». Ce n’est pas seulement une question de téléphoner pour
27-2-2014
Énergie, environnement et ressources naturelles
7:57
obtenir la localisation des infrastructures souterraines. Il y a des
règles à suivre. Nous signalons expressément le danger de ne pas
creuser à la main. Si nous indiquons que l’installation de gaz se
trouve dans cette section d’une largeur d’un mètre, vous devez
creuser à la main dans cette section.
In some cases people will not, and they will simply go ahead
with the mechanical equipment they have on site. We collect stats
in order to analyze the issue and to hopefully then resolve it.
Dans certains cas, les gens n’obéissent pas; ils continuent de
creuser avec de l’équipement mécanique. Nous recueillons des
statistiques pour analyser le problème, dans l’espoir de le régler
ensuite.
Senator Patterson: Could you share that with the committee? I
think we are particularly interested in information on external
interference.
Le sénateur Patterson : Pourriez-vous les communiquer au
comité? Les renseignements sur l’ingérence extérieure nous
intéressent particulièrement.
Mr. Tweedie: Yes, of course.
M. Tweedie : Oui, évidemment.
Senator Ringuette: Mr. Tweedie, you’ve mentioned quite a few
times the importance of bringing all of the stakeholders under
your organization. I find that one of the key stakeholders is the
trade unions, which are continually responsible for workplace
safety. A lot of trade unions also provide training, so that will also
be one of the issues in the improper digging techniques you were
referring to. In some provinces, you have community colleges that
should not necessarily be stakeholders, but should be aware of or
receiving your marketing in regard to One Call and digging safely.
La sénatrice Ringuette : Monsieur Tweedie, vous avez signalé à
plusieurs reprises l’importance de rassembler tous les intervenants
au sein de votre organisation. À mon avis, les syndicats, qui ont
des responsabilités en matière de sécurité au travail, font partie
des principaux intervenants. De nombreux syndicats offrent aussi
de la formation — et l’adéquation de la formation est une des
questions soulevées par les techniques d’excavation inappropriées
dont vous avez parlé tout à l’heure. Dans certaines provinces, il y
a des collèges communautaires qui ne sont pas nécessairement des
intervenants, mais à qui il faudrait transmettre vos documents de
sensibilisation sur le système d’appel unique et les pratiques
d’excavation sécuritaires.
Going to my essential question, in regard to members of your
organization, are the trade unions part of it and have they been
approached?
Voici ma question : au sujet des membres de votre
organisation, les syndicats en font-ils partie ou êtes-vous entrés
en contact avec eux?
Mr. Tweedie: At this time they have not been approached. It’s
an interesting perspective, understanding that the member
companies all have trade unions working for them and the gas
utilities provide the training to those members. Of course, they are
the people digging the holes. Have the trade unions been
specifically contacted? No, but it’s an interesting thought.
Perhaps it’s something we should consider.
M. Tweedie : Pour le moment, nous ne sommes pas entrés en
contact avec eux. C’est un point de vue intéressant, compte tenu
que toutes les entreprises membres ont des employés syndiqués et
que les services de gaz offrent une formation à ces membres.
Évidemment, ces employés syndiqués sont ceux qui creusent les
trous. Avons-nous communiqué directement avec les syndicats?
Non, mais il s’agit d’une idée intéressante. Il faudrait peut-être
envisager de le faire.
Certainly, we are aware of community colleges; I believe there
is one in this area that offers a course in backhoe operation.
That’s where we get into the college and the training and
education. Those are certainly the types of things that perhaps we
should be looking at and I believe we will be looking at.
Nous sommes au fait du rôle des collèges communautaires; je
crois qu’il y en a un dans cette région qui offre un cours sur la
conduite de pelle rétrocaveuse. C’est à ce niveau-là que notre
initiative peut être intégrée dans la formation et l’enseignement
collégiaux. Il s’agit certainement des genres de choses que nous
devrions peut-être examiner et je crois que nous allons les
examiner.
Senator Ringuette: I think that in order to increase the
probability of success, the major stakeholders would be trade
unions in regard to the safety and the proper digging technique in
what your goal is. Thank you very much.
La sénatrice Ringuette : Je crois que si vous voulez améliorer
vos chances de réussite, les syndicats sont des intervenants
importants au chapitre de la sécurité et de l’adoption de
techniques d’excavation appropriées. Je vous remercie.
The Deputy Chair: I have a couple of quick wrap-up questions.
I think one of the witnesses on Tuesday mentioned that once you
get a locate authorization from an underground infrastructure
Le vice-président : J’aimerais poser quelques brèves questions
pour conclure. Selon un des témoins ayant comparu mardi
dernier, une fois qu’on obtient un permis de localisation du
7:58
Energy, Environment and Natural Resources
27-2-2014
owner that it’s only good for a certain period of time, suggesting
that sometimes this underground infrastructure shifts. Is that
why, or the potential that it might shift?
propriétaire d’une infrastructure souterraine, ce permis n’est
valide que pour une certaine période, ce qui laisse entendre que
parfois cette infrastructure souterraine peut se déplacer. Est-ce la
raison ou est-ce à cause de la possibilité que l’infrastructure peut
se déplacer?
Mr. Tweedie: No. We’re kind of a society that always seems to
be building something. It’s more a concern that something may
have changed. In the vast majority of cases, it’s very unlikely, but
the fact is that plant does get replaced, other things get installed,
things get removed. It’s more to do with changes to the
infrastructure itself initiated by the owner.
M. Tweedie : Non. Nous vivons dans une société où il semble
toujours y avoir des projets de construction. Cela découle de la
crainte que des modifications aient été apportées depuis. Dans la
vaste majorité des cas, c’est très peu probable, mais le fait est qu’il
arrive que des installations soient remplacées, qu’on y greffe de
nouveaux éléments et qu’on en enlève d’autres. Cela a davantage
à voir avec les changements apportés à l’infrastructure elle-même
à l’initiative du propriétaire.
For instance, for any one of the city streets here, there is some
major construction going on and the locates are only good for a
certain period of time. Some of that has to do with the fact that
those utilities have to be moved to accommodate that
construction. In the majority of cases it will not change. One of
the best practice issues is what the length of that location ticket
should be across the country, but it’s a safety thing, just in case
something has changed.
Par exemple, ici, dans certaines rues de la ville, il y a
d’importants projets de construction et les plans de localisation
ne seront valides que pour un certain temps. Cela est en partie
attribuable au fait qu’il faudra déplacer certaines conduites pour
permettre la construction. Dans la majorité des cas,
l’emplacement des infrastructures ne changera pas. Une des
questions soulevées en ce qui concerne les pratiques exemplaires
est la suivante : quelle devrait être la durée de validité d’un permis
de localisation à l’échelle du pays? Toutefois, il s’agit d’une
question de sécurité, juste au cas où des modifications auraient été
apportées.
The Deputy Chair: With the velocity of technology
development these days, could you foresee a time when even a
homeowner could buy something — I could buy a stud finder and
find where my studs are before I renovate my basement — and
you get to a point where the technology is so sophisticated that
anyone could have it, every backhoe operator could have it or will
it always require some level of sophistication that the layperson
would not have?
Le vice-président : Le progrès technologique étant si rapide de
nos jours, pensez-vous que dans le futur un propriétaire pourra se
procurer un appareil — aujourd’hui, je peux m’acheter un
détecteur de montants et repérer mes montants avant de
rénover mon sous-sol — et qu’un jour on atteindra le point où
la technologie sera tellement avancée que tout le monde pourra
l’acquérir, tous les conducteurs de pelle rétrocaveuse pourront
l’avoir, ou encore faudra-t-il toujours avoir un certain niveau
d’expertise que le profane ne possède pas?
Mr. Tweedie: I think inevitably yes, that will be available,
because everything eventually seems to become available. I’m
struggling to remember, but I think someone actually has
something now. It’s an app for iPad. It isn’t actually what’s in
the ground, it’s what the GIS systems have, so they are able to
look at an area, focus it down and based on the records
submitted, you can see what should be there. It’s not actually
physically locating it on site.
M. Tweedie : Je pense que c’est inévitable, qu’un tel appareil
sera disponible, parce qu’il semble que tout devient disponible en
fin de compte. Je n’arrive pas à me souvenir du nom, mais je pense
qu’il y a un produit en vente en ce moment. Il s’agit d’une
application pour le iPad. Elle ne vous donne pas le plan de ce qui
est en fait enfoui sous la terre, elle vous transmet les plans
contenus dans les SIG; ainsi, ces systèmes peuvent repérer un
secteur, cibler un emplacement précis et, sur la base des dossiers
soumis, vous verrez ce qui est censé être enfoui là. L’application
ne permet pas de localiser physiquement les infrastructures
souterraines du site.
To the second part of your question, this is a public safety
issue. The industry would have to be 100 per cent convinced. I
understand nothing is 100 per cent safe. Industry would have to
be very convinced — and I imagine government would be, too —
to allow that to go forward without a whole lot of validation and
verification of the accuracy and safety of it. As I said, I think
somebody has something like that now and the name of it escapes
Quant à la deuxième partie de votre question, il s’agit d’une
question de sécurité publique. Il faudrait que l’industrie soit
convaincue à 100 p. 100. Je comprends que rien n’est sûr à
100 p. 100. Il faudrait que l’industrie soit fortement convaincue
— et j’imagine que ce serait la même chose pour l’État — avant
d’autoriser l’utilisation d’un tel appareil. Elle devra d’abord
vérifier et valider de façon exhaustive son exactitude et sa sécurité.
27-2-2014
Énergie, environnement et ressources naturelles
7:59
me, perhaps I can provide it. It’s in the display stages as most
things are when things start.
Comme je l’ai signalé, je pense qu’il y a un produit de ce genre en
vente présentement, mais son nom m’échappe, je pourrais peutêtre vous le communiquer plus tard. Il est en démonstration pour
l’instant, comme c’est souvent le cas quand on lance un produit.
The Deputy Chair: Thank you very much. I will say that’s the
end of this part of the meeting. I want to thank Ms. Dunlop and
Mr. Tweedie very much for your participation and excellent
testimony.
Le vice-président : Merci beaucoup. Cela met fin à la première
partie de la séance. Madame Dunlop et monsieur Tweedie, je vous
remercie beaucoup pour votre participation et votre excellent
témoignage.
I will suspend for a moment and ask the committee to stay in
place because we have to discuss terms of reference for our next
study.
Je suspends brièvement la séance et je demande aux membres
du comité de rester en place, car nous devons discuter du mandat
pour notre prochaine étude.
(The committee continued in camera.)
(La séance se poursuit à huis clos.)
WITNESSES
TÉMOINS
Tuesday, February 25, 2014
Le mardi 25 février 2014
Canadian Common Ground Alliance:
Canadian Common Ground Alliance:
Michael Sullivan, Executive Director.
Ontario Regional Common Ground Alliance:
Bryon Sackville, President and Chief Executive Officer.
Legislative Assembly of Ontario:
Robert Bailey, M.P.P., Sarnia—Lambton.
Michael Sullivan, directeur exécutif.
Ontario Regional Common Ground Alliance:
Bryon Sackville, président-directeur général.
Assemblée législative de l’Ontario:
Robert Bailey, député provincial, Sarnia—Lambton.
Thursday, February 27, 2014
Le jeudi 27 février 2014
Canadian Gas Association:
Association canadienne du gaz:
Paula Dunlop, Director, Public Affairs and Strategy;
Paula Dunlop, directrice, Affaires publiques et stratégie;
Jim Tweedie, Director, Operations, Safety and Integrity
Management.
Jim Tweedie, directeur, Exploitation, sécurité et intégrité.
Available on the Internet: http://www.parl.gc.ca
Disponible sur internet: http://www.parl.gc.ca
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising