First Session Première session de la Forty-first Parliament, 2011-12

First Session Première session de la Forty-first Parliament, 2011-12
First Session
Forty-first Parliament, 2011-12
Première session de la
quarante et unième législature, 2011-2012
Proceedings of the Standing
Senate Committee on
Délibérations du Comité
sénatorial permanent de l’
Energy, the
Environment and
Natural Resources
Énergie, de
l'environnement et des
ressources naturelles
Chair:
The Honourable W. DAVID ANGUS
Président :
L’honorable W. DAVID ANGUS
Tuesday, April 3, 2012
Le mardi 3 avril 2012
Issue No. 19
Fascicule no 19
Thirty-fifth meeting on:
Trente-cinquième réunion concernant :
The current state and future of Canada’s energy sector
(including alternative energy)
L’état actuel et futur du secteur de l’énergie du Canada
(y compris les énergies de remplacement)
WITNESSES:
(See back cover)
TÉMOINS :
(Voir à l’endos)
49468
STANDING SENATE COMMITTEE ON
ENERGY, THE ENVIRONMENT AND
NATURAL RESOURCES
COMITÉ SÉNATORIAL PERMANENT DE
L’ÉNERGIE, DE L’ENVIRONNEMENT ET
DES RESSOURCES NATURELLES
The Honourable W. David Angus, Chair
Président : L’honorable W. David Angus
The Honourable Grant Mitchell, Deputy Chair
Vice-président : L’honorable Grant Mitchell
and
et
The Honourable Senators:
Les honorables sénateurs :
Baker, P.C.
Brown
* Cowan
(or Tardif)
Johnson
Lang
* LeBreton, P.C.
(or Carignan)
Massicotte
Neufeld
Peterson
Seidman
Sibbeston
Wallace
Baker, C.P.
Brown
* Cowan
(ou Tardif)
Johnson
Lang
* LeBreton, C.P.
(ou Carignan)
Massicotte
Neufeld
Peterson
Seidman
Sibbeston
Wallace
*Ex officio members
(Quorum 4)
* Membres d’office
(Quorum 4)
Changes in membership of the committee:
Modifications de la composition du comité :
Pursuant to rule 85(4), membership of the committee was
amended as follows:
Conformément à l’article 85(4) du Règlement, la liste des
membres du comité est modifiée, ainsi qu’il suit :
The Honourable Senator Neufeld replaced the Honourable
Senator Nolin (April 4, 2012).
L’honorable sénateur Neufeld a remplacé l’honorable
sénateur Nolin (le 4 avril 2012).
The Honourable Senator Nolin replaced the Honourable
Senator Neufeld (April 2, 2012).
L’honorable sénateur Nolin a remplacé l’honorable
sénateur Neufeld (le 2 avril 2012).
Published by the Senate of Canada
Available on the Internet: http://www.parl.gc.ca
Publié par le Sénat du Canada
Disponible sur internet: http://www.parl.gc.ca
3-4-2012
Énergie, environnement et ressources naturelles
MINUTES OF PROCEEDINGS
PROCÈS-VERBAL
OTTAWA, Tuesday, April 3, 2012
(37)
OTTAWA, le mardi 3 avril 2012
(37)
19:3
[Traduction]
[English]
The Standing Senate Committee on Energy, the Environment
and Natural Resources met this day, at 5:30 p.m., in room 257,
East Block, the chair, the Honourable W. David Angus,
presiding.
Le Comité sénatorial permanent de l’énergie, de
l’environnement et des ressources naturelles se réunit
aujourd’hui, à 17 h 30, dans la pièce 257 de l’édifice de l’Est,
sous la présidence de l’honorable W. David Angus (président).
Members of the committee present: The Honourable Senators
Angus, Brown, Lang, Massicotte, Mitchell, Peterson, Seidman
and Sibbeston (8).
Membres du comité présents : Les honorables sénateurs,
Angus, Brown, Lang, Massicotte, Mitchell, Peterson, Seidman
et Sibbeston (8).
In attendance: Marc LeBlanc and Sam Banks, Analysts,
Parliamentary Information and Research Service, Library of
Parliament; Ceri Au, Communications Officer, Communications
Directorate.
Également présents : Marc LeBlanc et Sam Banks, analystes,
Service d’information et de recherche parlementaires,
Bibliothèque du Parlement; et Ceri Au, agente de
communications, Direction des communications.
Aussi présents : Les sténographes officiels du Sénat.
Also in attendance: The official reporters of the Senate.
Pursuant to the order of reference adopted by the Senate on
Thursday, June 16, 2011, the committee continued its
examination of the current state and future of Canada’s energy
sector (including alternative energy). (For complete text of the
order of reference, see proceedings of the committee, Issue No. 2.)
Conformément à l’ordre de renvoi adopté par le Sénat le jeudi
16 juin 2011, le comité poursuit son étude sur l’état actuel et futur
du secteur de l’énergie du Canada (y compris les énergies de
remplacement). (Le texte intégral de l’ordre de renvoi figure au
fascicule no 2 des délibérations du comité).
WITNESSES:
TÉMOINS :
Queen Elizabeth High School:
Queen Elizabeth High School :
Terrance Godwaldt, Teacher and Coordinator for the Centre
for Global Education.
As individuals:
Terrance Godwaldt, professeur et coordonnateur du Centre for
Global Education.
À titre personnel :
Chelsea Baker, Student;
Chelsea Baker, étudiante;
Travis Dueck, Student;
Travis Dueck, étudiant;
Colton Praill, Student;
Colton Praill, étudiant;
Brandon Eardley, Student.
Brandon Eardley, étudiant.
The chair made an opening statement.
Le président prend la parole.
Mr. Godwaldt, Ms. Baker, Mr. Dueck, Mr. Praill and
Mr. Eardley together made a statement and answered questions.
MM. Godwaldt, Dueck, Praill et Eardley, ainsi que
Mme Baker, font une déclaration, puis répondent aux questions.
At 7:31 p.m., the committee adjourned to the call of the chair.
À 19 h 31, le comité s’ajourne jusqu’à nouvelle convocation de
la présidence.
ATTEST:
ATTESTÉ :
La greffière du comité,
Lynn Gordon
Clerk of the Committee
19:4
Energy, Environment and Natural Resources
3-4-2012
EVIDENCE
TÉMOIGNAGES
OTTAWA, Tuesday, April 3, 2012
OTTAWA, le mardi 3 avril 2012
The Standing Senate Committee on Energy, the Environment
and Natural Resources met this day at 5:30 p.m. to study the
current state and future of Canada’s energy sector (including
alternative energy).
Le Comité sénatorial permanent de l’énergie, de
l’environnement et des ressources naturelles se réunit
aujourd’hui, à 17 h 30 pour faire l’étude de l’état actuel et futur
du secteur de l’énergie du Canada (y compris les énergies de
remplacement).
Senator W. David Angus (Chair) in the chair.
[English]
Le sénateur W. David Angus (président) occupe le fauteuil.
[Traduction]
The Chair: I call this meeting of the Standing Senate
Committee on Energy, the Environment and Natural Resources
to order for this very special session, which forms part of our
ongoing in-depth study of the energy sector with a view to
developing a policy and strategic framework for energy in all
regions of Canada. We hope to be able to bring greater efficiency,
sustainability, productivity and prosperity to all regions of
Canada, a country that is an energy powerhouse and is blessed
with so many wonderful resources.
Le président : Je déclare ouverte cette réunion du Comité
sénatorial permanent de l’énergie, de l’environnement et des
ressources naturelles. Soyez les bienvenus à cette séance très
spéciale tenue dans le cadre de l’étude approfondie du secteur de
l’énergie, que nous menons actuellement en vue d’établir un cadre
stratégique en matière d’énergie dans toutes les régions du
Canada. Nous espérons contribuer à améliorer l’efficacité, la
durabilité, la productivité et la prospérité de toutes les régions du
Canada, un pays qui regorge d’abondantes ressources
énergétiques.
The message from around the world sometimes seems negative.
One of our goals is to accentuate that we are an energy
powerhouse and that we produce energy in a very thoughtful
way. Part of our goal is also to enhance and augment the literacy
of Canadians, both young and old, on the subject of energy.
Le message que nous envoie le reste du monde semble parfois
négatif. L’un de nos objectifs consiste à attirer l’attention sur le
fait que nous sommes un géant de l’énergie et que notre
production énergétique est très réfléchie. Nous visons également
à améliorer les connaissances des Canadiens, jeunes et moins
jeunes, dans le domaine de l’énergie.
I have said it many times, but it bears repeating that in our
travels across the country we have found that Canadians tend to
take our blessings for granted. When you flip the light switch, on
go the lights, with no discussion required. Why do they go on? We
do not necessarily teach Thomas Edison 101 in all our schools, so
over these three years we have generated a discussion among
Canadians. Have we generated it to the extent we wanted to? I
would not say that we have been 100 per cent successful, but the
National Post now has an ongoing energy section, a dialogue, a
website, a Twitter account. That led us not only to feel good
about what we were doing but also to look into areas where we
may not have been making enough of an impact.
Je l’ai dit à maintes reprises, mais permettez-moi de répéter que
lors de nos déplacements au pays, nous avons constaté que les
Canadiens ont tendance à tenir nos richesses pour acquises.
Lorsqu’on actionne l’interrupteur, la lumière s’allume, et on ne se
pose pas de questions. Pourquoi la lumière s’allume-t-elle? Nous
n’offrons pas nécessairement le cours « Thomas Edison 101 »
dans toutes nos écoles; au cours des trois dernières années, nous
avons donc provoqué une discussion au sein de la population
canadienne. L’avons-nous fait autant que nous le voulions? Je ne
dirais pas que nous avons complètement réussi, mais maintenant,
le National Post a un volet sur l’énergie, un forum de discussion,
un site web et un compte Twitter. Cela nous a permis non
seulement d’être fiers de ce que nous faisons, mais aussi de nous
pencher sur les régions où nous n’avons peut-être pas eu un
impact assez important.
Young Canadians are the future, and this evening we are
blessed to have with us some young Canadian high school
students from various parts of the country. This is the result of an
initiative started some time ago by Senator Mitchell, whom I will
ask to speak in a moment. I will first say a few words for the
record.
Les jeunes Canadiens représentent l’avenir et, ce soir, nous
avons la chance d’accueillir, dans le cadre d’une initiative
entreprise il y a quelque temps par le sénateur Mitchell, de
jeunes élèves canadiens du secondaire qui viennent de diverses
régions du pays. Je demanderai au sénateur de prendre la parole
dans un moment, mais je voudrais d’abord prononcer quelques
mots.
We did learn a bit about social media. We are not sleeping
senators; we are busy, hard-working Canadian senators who want
to make Canada a better place. I know you folks share that view.
Therefore, with our very able support staff, we developed a
Nous avons appris certaines choses à propos des médias
sociaux. Nous ne dormons pas; nous sommes des sénateurs
canadiens actifs et travailleurs, qui veulent faire du Canada un
pays meilleur. Je sais que vous partagez ce point de vue. Par
3-4-2012
Énergie, environnement et ressources naturelles
19:5
website dedicated to our study. We also have a Twitter facility,
and tonight we will have a chance to see how well it is working,
because we will accentuate the exchange with Canadians outside
this room.
conséquent, avec l’aide de notre personnel de soutien très
compétent, nous avons créé un site web consacré à notre étude.
Nous avons également un compte Twitter et, ce soir, nous aurons
l’occasion de vérifier s’il fonctionne bien, car notre discussion
avec les Canadiens s’étendra à l’extérieur de cette pièce.
All of our meetings on this study are televised on the CPAC
network. They are also available on the World Wide Web as well
as on the special website that I mentioned. I welcome everyone
who is sharing this evening with us. I can tell all of you out there
in ‘‘listener land’’ that this will be a unique and fascinating
session.
Toutes nos séances concernant cette étude sont télédiffusées sur
la chaîne CPAC. Elles peuvent également être vues sur Internet,
ainsi que sur le site web spécial dont j’ai parlé. Je souhaite la
bienvenue à toutes les personnes qui sont ici ce soir. À tous nos
auditeurs, je peux dire que ce sera une séance unique et fascinante.
Also, senators have discovered the iPad, or the tablet. The
arrival of tablet computers has created new ways of using and
accessing information. We all used to be burdened with huge
briefcases full of documents just for one hearing of the Senate. We
have learned how to upload these documents into our tablets.
When the Senate approved the purchase of tablets for all senators
in the fall of 2011, it was expected that this new technology would
rapidly take on an important role within the Senate. There are
many reasons to use tablet computers, but one of the most
compelling is the savings associated with using less paper. It is
most fitting that the Environment Committee undertake this trial.
En outre, les sénateurs se sont familiarisés avec l’iPad, ou la
tablette. L’arrivée de la tablette électronique nous offre de
nouveaux moyens d’avoir accès à l’information et de l’utiliser.
Auparavant, nous devions tous apporter une quantité
impressionnante de documents pour une seule audience du
Sénat. Nous avons appris comment télécharger ces documents
sur notre tablette. À l’automne 2011, lorsque le Sénat a approuvé
l’achat de tablettes pour tous les sénateurs, on prévoyait que cette
nouvelle technologie jouerait rapidement un rôle important au
Sénat. De nombreuses raisons justifient l’utilisation des tablettes
électroniques, mais l’une des plus importantes, c’est qu’il est plus
économique d’utiliser moins de papier. Il est tout à fait approprié
que le Comité de l’environnement mette cet outil à l’essai.
The powers that be in the Senate took note and said that there
may be something in this for all committees. There are between
16 and 21 standing or special committees of the Senate. It is a
busy place. There are 105 senators. We are not just talking about
the microcosm of the Energy Committee. It was agreed that we
would do a pilot project. Senator Mitchell’s office, which is very
avant-garde in new technologies, is largely responsible for our
committee being chosen to be the locus of this pilot project.
Les autorités responsables du Sénat en ont pris note et ont dit
que cela pourrait peut-être servir à tous les comités. Il y a entre
16 et 21 comités sénatoriaux permanents ou spéciaux. Le Sénat
est un endroit très occupé. Il y a 105 sénateurs. Nous ne parlons
pas uniquement du microcosme du Comité de l’énergie. Nous
avions convenu de mener un projet pilote. C’est en grande partie
grâce au bureau du sénateur Mitchell, qui est à l’avant-garde en ce
qui concerne les nouvelles technologies, que notre comité a été
choisi pour le projet pilote.
I want to thank you for this, Senator Mitchell.
Je tiens à vous en remercier, sénateur Mitchell.
Beginning on April 24, Senator Mitchell and I encourage all
members of the committee who have an iPad or a tablet to access
committee documents with it during the meetings.
Le sénateur Mitchell et moi encourageons tous les membres du
comité qui possèdent un iPad ou une tablette à s’en servir pour
consulter les documents du comité durant les séances, et ce, à
partir du 24 avril.
Without further ado, I want to welcome all of our guests from
Queen Elizabeth High School in Edmonton, where this idea
originated. It is hard to believe that Senator Mitchell ever went to
high school, but it is amazing what he has learned in the school of
hard knocks.
Sans plus attendre, je souhaite la bienvenue à tous nos invités
de la Queen Elizabeth High School d’Edmonton, là où est née
cette idée. Il est difficile de croire que le sénateur Mitchell est déjà
allé à l’école secondaire, mais c’est incroyable tout ce qu’il a
appris à l’école de la vie.
We have with us this evening Terrance Godwaldt, Teacher and
Coordinator for the Centre for Global Education, Queen
Elizabeth High School. Welcome to you and thank you for
your involvement. Also with us are Chelsea Baker from
Edmonton, Alberta; Travis Dueck from Edson, Alberta; Colton
Praill from Ottawa, Ontario; and Brandon Eardley from
Montreal, Quebec. Thank you all for your participation in this
entire endeavour.
Nous accueillons ce soir Terrance Godwaldt, enseignant et
coordonnateur du Centre for Global Education, Queen Elizabeth
High School. Soyez le bienvenu et merci de votre participation.
Nous accueillons également Chelsea Baker, d’Edmonton, Alberta;
Travis Dueck, d’Edson, Alberta; Colton Praill, d’Ottawa,
Ontario; et Brandon Eardley, de Montréal, Québec. Je vous
remercie d’être ici pour participer à ces travaux.
19:6
Energy, Environment and Natural Resources
3-4-2012
I will now turn the floor over to Senator Mitchell, whose idea
this was, working with Mr. Godwaldt.
Je vais maintenant céder la parole au sénateur Mitchell, qui a
lancé cette idée de travailler avec M. Godwaldt.
Senator Mitchell: Thank you very much. I cannot take credit
for this. I must say that it was Terry Godwaldt and his team who
arranged this.
Le sénateur Mitchell : Merci beaucoup. Je ne peux m’attribuer
le mérite de cette initiative. Je dois dire que c’est Terry Godwaldt
et son équipe qui ont organisé cela.
I will take a few moments to express my excitement about this.
As Senator Angus has said, this is unique, and it is unique for a
number of reasons. We have not been able to scour all the
historical records, but we think this may be the first time that high
school students have presented to a Senate committee as experts,
as it were, on a broad policy issue, rather than on an issue that
might affect them personally. That makes this a very significant
occasion.
J’aimerais prendre quelques minutes pour exprimer
l’enthousiasme que je ressens. Comme l’a dit le sénateur Angus,
c’est une occasion unique, et à bien des égards. Nous n’avons pas
pu avoir accès à toutes les données historiques, mais nous pensons
que c’est probablement la première fois que des élèves du
secondaire viennent témoigner devant un comité sénatorial à
titre d’experts, pour ainsi dire, sur une question de politique
générale, et non une question qui les touche sur le plan personnel.
C’est donc une occasion très importante.
Several of us were discussing who has a greater stake in a
Canadian energy strategy for the future than those who have the
greatest stake in the future, and that is students. Several years
ago, in the course of trying to find places where sustainability
education was advanced and undertaken, I came across Terry
Godwaldt, who, by pure, happy coincidence, was working on
behalf of the Edmonton Public School Board out of my former
high school, which I actually did attend for three full years, and
no more.
Plusieurs d’entre nous nous demandions qui peut se préoccuper
le plus d’une stratégie énergétique canadienne pour l’avenir que
ceux pour qui l’avenir compte le plus, soit les élèves. Il y a
plusieurs années, en essayant de trouver des endroits où l’on avait
mis sur pied et développé des programmes de sensibilisation à la
durabilité, j’ai rencontré Terry Godwaldt qui, par une heureuse
coïncidence, travaillait pour la commission des écoles publiques
d’Edmonton dans mon ancienne école secondaire, que j’ai
fréquentée durant trois années complètes, pas plus.
We began to talk. It turns out that this program is remarkable
in many ways. One is that it uses video conferencing to bring
students together all across the world to discuss issues
surrounding things like sustainability.
Nous avons commencé à discuter. Il se trouve que ce
programme est remarquable, à bien des égards. On se sert
notamment de vidéoconférences pour réunir des élèves de partout
dans le monde afin de discuter des enjeux relatifs à la durabilité,
par exemple.
When we said, ‘‘Where would we find some students who could
do this,’’ I went to him. He came up with this great idea that I am
not going to explain because he will explain it way better.
However, it has implications for bringing ideas together in a
modern democratic way, using technology in ways that are just
beginning to emerge and using them effectively. It is also
significant because we have these young people who have done
this process and will present to us. We have students across the
country watching and they will send ‘‘tweet in’’ questions so we
can help answer those questions. This is very 21st century. It is
great to have you here.
Quand nous nous sommes demandé où nous pourrions trouver
des élèves pour faire cela, je suis allé le voir. Il a lancé cette
excellente idée, que je ne vais pas vous expliquer, car il va le faire
bien mieux que moi. Toutefois, je peux vous dire qu’elle permet de
rassembler les idées d’une façon moderne et démocratique,
d’utiliser la technologie de façon novatrice et efficace.
L’initiative est importante également parce que nous avons ici
de jeunes gens qui participent à ce processus et qui nous
présenteront leurs exposés. Il y a des élèves de partout au pays
qui nous regardent et qui nous enverront des questions sur
Twitter afin que nous y répondions. Cela représente très bien le
XXIe siècle. C’est un plaisir de vous accueillir.
The Chair: Thank you, Senator Mitchell. In terms of the study
we are doing on energy under a very well-defined terms of
reference, how does this fit into our study specifically, just so that
step is taken?
Le président : Merci, sénateur Mitchell. Comment cela cadre-til précisément avec l’étude sur le secteur de l’énergie que nous
menons en fonction d’un mandat très bien défini, afin que ce soit
fait?
Senator Mitchell: Our study is for a Canadian energy strategy
and all that might mean. I should mention that Saskia Tolsma
from my office has worked very closely and does remarkable
work. We did not give the students much of a direction at all. We
said, ‘‘Tell us what you think, from your perspective, should be
done with the Canadian energy strategy.’’ They have come up
through a process of sifting, of defining questions — four of
them — which will be more clearly outlined to us, and getting
back on information and generating I believe some
Le sénateur Mitchell : Notre étude porte sur une stratégie
énergétique canadienne et tout ce que cela implique. Je tiens à
mentionner que Saskia Tolsma, de mon bureau, collabore très
étroitement avec eux et fait de l’excellent travail. Nous n’avons
pas donné d’orientation précise aux élèves. Nous leur avons
demandé de nous dire ce qui, selon eux, devrait être fait en ce qui
a trait à la stratégie énergétique canadienne. Ils ont passé en revue
la documentation et ont dégagé des questions, quatre questions,
qui nous seront expliquées clairement, ont obtenu des
3-4-2012
Énergie, environnement et ressources naturelles
recommendations or thoughts about what could be done. It turns
out I had a bit of an insight this morning that gave me ideas about
what they will do. It fits the broad range of what we are looking at
very effectively. They have really meshed well with what we need.
They will advance our study significantly, not to put any pressure
on them.
The Chair: It is over to you, Mr. Godwaldt.
19:7
informations et formulé des recommandations, je crois, ou des
observations au sujet des solutions possibles. Il se trouve que j’en
ai eu un petit aperçu ce matin, et cela m’a donné une idée de ce
qu’ils vont faire. Cela cadre très bien avec l’étude que nous
menons. Ils ont vraiment bien compris ce dont nous avons besoin;
ils vont nous permettre de faire des progrès considérables dans
notre étude, sans vouloir exercer de pression.
Le président : Monsieur Godwaldt, la parole est à vous.
Terrance Godwaldt, Teacher and Coordinator for the Centre for
Global Education, Queen Elizabeth High School: Thank you very
much. Although it is coordinated by teachers, it is very much a
student project, so in that spirit I think we will introduce the
project from our students.
Terrance Godwaldt, enseignant et coordonnateur du Centre for
Global Education, Queen Elizabeth High School : Merci beaucoup.
Même si le projet est coordonné par des enseignants, il s’agit en
grande partie d’un projet étudiant; par conséquent, ce sont les
élèves qui vont vous le présenter.
Travis Dueck, student, as an individual: My name is Travis
Dueck, and on behalf of all Canadian youth I would like to thank
you for this opportunity. We are very privileged to be here today
presenting to the Standing Senate Committee on Energy, the
Environment and Natural Resources. Mr. Godwaldt will explain
in detail the logistics of our project and conference on
sustainability next, but first I would like to provide you with
the youth’s insight towards this project.
Travis Dueck, étudiants, à titre personnel : Je m’appelle Travis
Dueck, et au nom de tous les jeunes Canadiens, je tiens à vous
remercier de me donner l’occasion de m’adresser à vous. C’est un
grand privilège pour nous d’être ici aujourd’hui pour témoigner
devant le Comité sénatorial permanent de l’énergie, de
l’environnement et des ressources naturelles. Tout à l’heure,
M. Godwaldt vous expliquera en détail le fonctionnement de
notre projet et de notre conférence sur la durabilité, mais d’abord,
j’aimerais vous donner le point de vue des jeunes sur ce projet.
The Chair: Could I interrupt you? I apologize. One of the
things you may not have been told is that everything you say is
being translated by a very competent and able team of official
translators, and therefore you could go a little slower. We have all
suffered from the speed syndrome, but we learn here, so all of you
keep that in mind because you have nice things to say and we do
not want to miss them.
Le président : Excusez-moi. Puis-je vous interrompre un
instant? On ne vous a peut-être pas informé que tout ce que
vous dites est traduit par des interprètes officiels très compétents.
Par conséquent, il serait préférable que vous ralentissiez un peu le
rythme. Nous avons tous eu tendance à parler rapidement, mais
nous apprenons, ici; gardez donc cela à l’esprit, car vous avez tous
de belles choses à nous dire, et nous ne voulons pas les manquer.
Mr. Dueck: Thank you. For the last eight weeks Canadian
youth from across the country have been talking and have been
getting excited. We have established a collective, voice which we
hope to share with you today, and we started this conference on
sustainability in regards to energy. When youth defined
sustainability at the beginning of our conference, we defined it
as a plan to provide long-term economic prosperity and stability
for future generations of Canadians while establishing an energy
program that has the lowest long-term environmental impact.
M. Dueck : Merci. Au cours des huit dernières semaines, de
jeunes Canadiens de partout au pays ont mené des discussions et
ont partagé leur enthousiasme. Comme nous vous en parlerons
aujourd’hui, nous avons uni nos voix et nous avons mis sur pied
cette conférence sur la durabilité énergétique. Au début de notre
conférence, nous avons défini la durabilité comme étant un plan
visant à assurer la prospérité et la stabilité économiques à long
terme aux générations futures de Canadiens, tout en établissant
un programme énergétique ayant le moins de conséquences
possible à long terme sur l’environnement.
Upon our definition we started to realize the magnitude of the
topics at hand. As with democracy, we voted. Students chose
what they considered to be the four most important aspects of
sustainability in regards to Canadian energy. One is the
production and refinement of our energy here in Canada
exporting the finished goods to the rest of the world. Two is a
slow shift to renewable energy, diversifying our economy while
building a more sustainable energy future. Three is to see Canada
as an international leader in the discussion and consensus sources
and uses of energy. Number four is a Canadian strategy, which
Cette définition nous a permis de comprendre toute l’ampleur
de cet enjeu. Comme dans toute démocratie, nous avons voté. Les
élèves ont déterminé ce qu’ils considéraient comme les quatre
aspects les plus importants de la durabilité énergétique
canadienne. Le premier est la production de nos ressources
énergétiques au Canada et l’exportation des produits finis à
l’étranger; le deuxième est un virage progressif vers l’énergie
renouvelable, une diversification de notre économie tout en
favorisant un avenir énergétique plus durable; le troisième est de
considérer le Canada comme un chef de file mondial en matière de
19:8
Energy, Environment and Natural Resources
3-4-2012
you mentioned earlier, that makes and commits to national goals
the lesson of environmental impact of our energy consumption
and production.
discussion et de consensus sur les sources et les utilisations de
l’énergie. Le quatrième est une stratégie canadienne, dont vous
avez parlé tout à l’heure, qui fait correspondre aux objectifs
nationaux tout ce que nous avons appris concernant l’impact
environnemental de notre consommation et de notre production
d’énergie.
We want to cover three main points: We want to cover
efficiency in both traditional-source energy and sustainablesource energy. We want to look at Canada’s role as an
international powerhouse of energy production, and establish a
Canadian energy strategy.
Nous voulons aborder trois sujets principaux, soit l’efficacité
des sources d’énergie traditionnelle et des sources d’énergie
durable, le rôle du Canada en tant que géant de la production
d’énergie à l’échelle internationale, ainsi que l’établissement d’une
stratégie énergétique canadienne.
Over the course of our eight weeks, we worked together with
other students from across Canada. We have seen many ideals,
some more realistic than others, and our initial options changed
as we discovered the complexity of these issues and established
solutions with respect to the economy, the environment and
international relations.
Au cours de nos huit semaines, nous avons travaillé en
collaboration avec d’autres élèves canadiens. Nous avons vu bien
des idéaux, certains plus réalistes que d’autres. Les options que
nous avions envisagées au départ ont été modifiées quand nous
avons découvert la complexité de ces enjeux; nous avons trouvé
des solutions en matière d’économie, d’environnement et de
relations internationales.
Before we get started I would like you all to envision on the
wall behind us a wall full of hundreds of faces of the Canadians
that will be joining us today via Internet connections, including
students from Queen Elizabeth High School in Edmonton,
Alberta; Colonel By Secondary School in Ottawa, Ontario;
David Suzuki High School in Brampton, Ontario; Centennial
Regional High School in Montreal, Quebec; WestShore Centre
for Learning & Training in Victoria, B.C.; and my school,
Parkland Composite High School in Edson, Alberta.
Avant de commencer, j’aimerais que vous vous imaginiez tous
que le mur derrière nous est couvert des centaines de visages des
Canadiens qui se joindront à nous par l’intermédiaire d’une
connexion Internet, notamment des élèves de la Queen Elizabeth
High School à Edmonton, en Alberta; l’école secondaire Colonel
By à Ottawa, en Ontario; la David Suzuki High School à
Brampton, en Ontario; l’école secondaire régionale Centennial à
Montréal, au Québec; le WestShore Centre for Learning &
Training à Victoria, en Colombie-Britannique et mon école, la
Parkland Composite High School à Edson, en Alberta.
The Chair: Very good. Now what?
Le président : Très bien. Et maintenant?
Mr. Godwaldt: Now I get to pipe in. As the good teacher, we
always like to hear our voice. Thank you very much for having us,
and I want to congratulate you for stepping out and taking a bit
of a risk to hear the voice of the youth. This is not only a practice
in hearing about energy; it is also a practice in fostering
democracy. It is a practice in which we facilitate the
conversation between those who are given the power to make
decisions and those who will one day be coming and taking
positions of leadership and positions in which they in turn will
also make decisions. This is very much a process of fostering
democracy in youth, letting them know that their voice is being
heard.
M. Godwaldt : C’est là que j’interviens. Comme tout bon
enseignant, il est toujours bon d’entendre le son de sa propre voix.
Merci beaucoup de nous accueillir; j’aimerais vous féliciter d’être
sortis des sentiers battus et d’avoir osé entendre la voix des jeunes.
Ce n’est pas seulement un exercice visant à entendre parler
d’énergie; il s’agit aussi d’un exercice de promotion de la
démocratie qui facilite le dialogue entre des gens à qui on a
confié le pouvoir de prendre des décisions et ceux qui leur
succéderont un jour, qui joueront un rôle de chef de file et
occuperont des postes où ils seront à leur tour appelés à prendre
des décisions. Essentiellement, il s’agit d’un processus de
promotion de la démocratie chez les jeunes par lequel on leur
fait savoir que leur voix se fait entendre.
Before we get into the details of what the youth found out, we
thought it would be good to orientate you a little bit to what the
conference looked like and how we fostered the engagement of the
youth, to make sure that the voices were truly being heard. It all
culminated in an event on March 21, but before that, in the
month leading up to the conference, student leaders from each
province met on a weekly basis to create a common framework in
which the conference participants would create a document —
which you have in front of you — that represents their perspective
on energy in Canada. Working both synchronously via video
conference — and I will define that in a second so everyone knows
Avant d’examiner en détail les conclusions des jeunes, nous
avons pensé qu’il serait bien de vous donner un aperçu du
déroulement de la conférence et de la façon dont nous avons
favorisé l’engagement des jeunes pour nous assurer que leurs
points de vue se faisaient vraiment entendre. Le point culminant
fut un événement qui s’est tenu le 21 mars, mais avant, pendant le
mois précédant la conférence, les représentants des élèves de
chaque province se sont rencontrés chaque semaine pour établir
un cadre commun qui permettrait aux participants à la conférence
de préparer un document, que vous avez devant vous, et qui
représente le point de vue des élèves sur l’énergie au Canada. Ils
3-4-2012
Énergie, environnement et ressources naturelles
19:9
what we are talking about — and asynchronously, which is
working separately at different times using a specially designed
interactive student portal, they designed critical questions and
themes, amassed a bank of relevant resources and created a basic
road map which their fellow students would define in detail on
March 21.
ont travaillé de façon synchrone, par vidéoconférence — que je
définirai sous peu pour tout le monde sache de quoi il est
question —, et de façon asynchrone, ce qui consiste à travailler
chacun de leur côté à différents moments en utilisant un portail
interactif destiné aux élèves et conçu à cette fin. Ils ont défini les
questions et les thèmes essentiels, identifié un ensemble de
ressources pertinentes et créé une feuille de route que leurs
collègues allaient préciser le 21 mars.
How exactly did that look? In the beginning of February, we
brought together the six schools from across the country from
B.C. all the way to Montreal that Travis listed earlier, from both
large centres and urban and rural centres that are very much close
— those schools that are close to the source of where energy
comes from and those schools that are very far and distant. We
had an accurate economic, regional and industry-base
representation from all of Canada.
En quoi cela consistait-il exactement? Au début de février, nous
avons réuni les écoles de partout au pays — de la ColombieBritannique jusqu’à Montréal — qui ont été énumérées plus tôt
par Travis, qui sont situées tant dans les grands centres urbains
que dans des collectivités rurales qui sont très près... On parle
d’écoles qui sont situées près des sources d’énergie et d’autres qui
en sont très éloignées. Pour l’ensemble du Canada, nous avions
une représentation exacte de l’économie, des régions et de
l’industrie.
They would meet, and out of those six schools they created a
group of 40 leaders. These 40 leaders met every week and were
given resources. They were given two to five articles that they
would read, and then they would also have some technology they
were trained in. What we mean when we say they met is that even
though one school is in Montreal and one is in B.C., they met via
video conference. We have a big screen like that one over there
and we would see displayed across the screen each of the schools.
Whoever is speaking would come into the forefront and then
whoever was not would be around the outside. We created a
Canadian national classroom in a very real sense.
Il y avait des rencontres et un groupe de 40 chefs de file a été
formé parmi les élèves de ces six écoles. Ces 40 chefs de file,
auxquels on a donné des ressources, se sont réunis chaque
semaine. On leur donnait de deux à cinq articles à lire et on leur
donnait aussi de la formation sur certaines technologies. Ce que
nous entendons par réunion, même si une école est à Montréal et
qu’une autre est en Colombie-Britannique, c’est que les élèves se
rencontraient par vidéoconférence. Nous avons un grand écran
comme celui qui se trouve là-bas et sur l’écran, on pouvait voir
toutes les écoles. La personne qui prenait la parole était à l’avantplan et les autres, à l’arrière-plan. Nous avons véritablement créé
une salle de classe nationale.
In addition to that video conference that is going on we also
created a web page like Facebook because we wanted to create a
community of learners, a community of leaders around energy.
We know that with those communities, what happens here is not
just about the meeting that takes place; it is about the
relationships that are developed besides that. These leaders were
empowered with the task of creating this conference on energy.
They were given some very brief direction on how that would
look, but they created this in a very real sense.
En plus de la vidéoconférence, nous avons créé une page Web
semblable à Facebook parce que nous voulions regrouper les
apprenants, les chefs de file en matière d’énergie. Nous savons
qu’au sein de tels groupes, il n’y a pas que les réunions; il y a aussi
les relations qui sont établies en marge des réunions. Ces chefs de
file ont reçu le mandat de mettre sur pied la conférence sur
l’énergie. On leur a donné des directives très sommaires sur la
forme qu’elle devrait prendre, mais en réalité, ce sont eux qui l’ont
préparée.
They would meet every week and every meet they would get
more material to read and would be trained on different
technologies. Some of these technologies are YouTube, cell
phone voting so they could vote on whatever is going on, Google
Docs, video conferencing and the like. They would have readings
and then they would be trained on some specific technology so
they would have discussion boards and blogs. They would use
these technologies to share their ideas. A student — maybe
Colton over here — would write an essay as a blog in Ottawa,
then Travis in Edson would read it and provide comments for
him. Then Colton would go back and edit his work, and we are
creating this cross-filtering of ideas being shared across the
country. Each week they had new information that they
researched as well as new technology that they were empowered
to share and collaborate together with.
Les réunions avaient lieu chaque semaine et à chaque réunion,
les élèves avaient d’autres documents à lire et de la formation sur
différentes technologies, notamment sur YouTube, le vote par
téléphone cellulaire pour qu’ils puissent voter sur n’importe quel
enjeu, Google Documents, la vidéoconférence, et cetera. Ils
avaient de la lecture, puis on leur offrait une formation sur une
technologie précise pour qu’ils puissent participer à des babillards
électroniques et des blogues. Ils utilisaient ces technologies pour
échanger des idées. Un élève — Colton, peut-être — pouvait
écrire un essai dans un blogue à Ottawa; puis, à Edson, Travis
pouvait le lire et lui faire part de ses commentaires. Ensuite,
Colton y retournait et modifiait son travail, créant ainsi un
brassage d’idées à l’échelle du pays. Chaque semaine, les élèves
faisaient des recherches sur de nouveaux renseignements et
utilisaient de nouvelles technologies qui leur permettaient
d’échanger des idées et de collaborer.
19:10
Energy, Environment and Natural Resources
3-4-2012
Then it all culminated in the event on March 21. If you look at
the second page of your documents, you can see a list of the
speakers. Dr. Stephen Murgatroyd, a consultant for many large
industries; Dr. Shawn Marshall, the Canada Research Chair in
Climate Change; Laurin Liu, the NDP Member of Parliament for
Rivière-des-Mille-Îsles; and Premier Alison Redford came in and
spoke to the young people and gave them their perspective on the
issue.
Cela a atteint son point culminant à l’occasion de la conférence
du 21 mars. Si vous regardez à la page 2 des documents, vous
trouverez une liste des orateurs. M. Stephen Murgatroyd, un
expert-conseil auprès de beaucoup de grandes entreprises;
M. Shawn Marshall, le titulaire de la Chaire de recherche du
Canada en changement climatique; Mme Laurin Liu, la députée
néo-démocrate de Rivière-des-Mille-Îles et la première ministre
Alison Redford sont venus, ont parlé aux jeunes et leur ont fait
part de leur point de vue sur le sujet.
This is the exciting part. After this, I will hand it over to the
kids. In the afternoon, it was not just 40 students who got
together but over 300.
Voilà la partie exaltante. Après, je vais céder la parole aux
jeunes. Pendant l’après-midi, il n’y avait pas que 40 élèves qui
participaient à la réunion, mais plus de 300.
The Chair: This is on March 21?
Le président : C’était le 21 mars?
Mr. Godwaldt: Yes. Each of these schools in each of these cities
was split into different colours. You cannot just have 300 people
talking. Therefore, they were split into green, blue and yellow,
and then each city would have a red. These red would split off and
they would work on a Google Doc, which is a word processor
that, when you write, Senator Peterson, Senator Sibbeston in the
Northwest Territories would be able to write with you at the exact
same time; you are working on your ideas with your 10 students
and then someone else in the Northwest Territories could take
these ideas and feed them to my group of reds. Therefore, all these
reds across the country are working together, creating the
document.
M. Godwaldt : Oui. On avait attribué une couleur à chaque
représentant de chaque école de chaque ville. On ne peut tout
simplement pas avoir 300 élèves qui discutent. En conséquence, ils
ont été répartis en groupes : vert, bleu et jaune. Puis, chaque ville
comptait un rouge. Les rouges allaient de leur côté et travaillaient
sur Google Documents, qui est un système de traitement de texte
qui permet, par exemple, au sénateur Sibbeston, dans les
Territoires du Nord-Ouest, d’écrire exactement au même
moment que vous, sénateur Peterson. Avec vos 10 élèves, vous
travaillez sur vos idées, puis quelqu’un dans les Territoire du
Nord-Ouest peut reprendre vos idées et les envoyer au groupe des
rouges. Ainsi, tous les rouges de partout au pays travaillent
ensemble à la création du document.
Then at the end of 20 minutes, all the students would stop and
they would make a YouTube video. This video was a 60-second
clip that bore the essence of everything that the red group was
doing. Then everyone would have to watch the other reds from
across the country. Then we would go on throughout the
conference.
Ensuite, à la fin de la période de 20 minutes, tous les élèves
s’arrêtaient et préparaient une vidéo qui allait être diffusée sur
YouTube. C’était une vidéo d’une minute qui contenait l’essentiel
de tous les travaux du groupe rouge. Puis, tout le monde regardait
les vidéos des autres rouges du pays. Enfin, nous poursuivions nos
travaux tout au long de la conférence.
The students would address their critical questions, which they
themselves chose, and then they would create these documents.
After the day was completed, they would then take the documents
and we would break them all down into 20 core ideas. After they
created the agenda and the responses to the agenda, they would
then vote on those 20 items.
Les élèves répondaient aux questions essentielles, qu’ils avaient
eux-mêmes choisies, et ils créaient ensuite les documents. À la fin
de la journée, ils prenaient le document et nous en dégagions les
20 idées fondamentales. Après avoir établi les enjeux prioritaires
et les solutions, ils ont voté sur ces 20 idées.
It is really democracy. It is democracy in which we are training
them, we are equipping them, and we are giving them the tools to
make these decisions. Then they would vote, and we come up with
the four key items that you have in front of you.
C’est vraiment la démocratie. C’est la démocratie à laquelle
nous les formons, nous les équipons; nous leur donnons les outils
nécessaires à la prise de telles décisions. Ensuite, ils ont voté et
nous en avons dégagé les quatre points clés que vous avez devant
vous.
At this time I would like to hand it over to Chelsea Baker, who
will tell us about some of those ideas that they came up with.
J’aimerais maintenant céder la parole à Chelsea Baker, qui
vous parlera de certaines des idées qu’ils ont trouvées.
The Chair: Not so fast. Democracy being what it is, it includes
competition. How did these individuals get chosen to be the lucky
ones to come and meet with us today?
Le président : Pas si vite. La démocratie étant ce qu’elle est, elle
comprend la concurrence. De quelle façon a-t-on déterminé qui
aurait la chance de venir ici et de nous rencontrer aujourd’hui?
Mr. Godwaldt: We knew we had spots for only four. We
wanted to have national representation, but we did not just want
to choose people from the big cities. We wanted to ensure that we
had representation not only from across the country — you will
M. Godwaldt : Nous savions qu’il n’y avait que quatre places.
Nous voulions avoir une représentation nationale, mais nous ne
voulions pas simplement choisir des gens des grandes villes. Nous
ne voulions pas seulement nous assurer d’avoir une représentation
3-4-2012
Énergie, environnement et ressources naturelles
notice we have two representatives from Alberta — but also from
someplace like Edson, which is a location for natural gas and
forestry. It is very much close to where energy comes from. That
diversity helps to inform the ‘‘big city folk’’ where that energy is
from. That is how we chose the four centres. Each city was able to
choose —
19:11
de l’ensemble du pays — vous remarquerez que nous avons deux
représentants de l’Alberta —, mais aussi d’un endroit comme
Edson, où il y a des activités liées au gaz naturel et à la foresterie.
Cette diversité est utile pour informer les gens des grandes villes
sur l’endroit d’où provient l’énergie. Voilà de quelle façon nous
avons choisi les quatre collectivités. Chaque ville a été en mesure
de choisir...
The Chair: — its person.
Le président : ... son représentant.
Mr. Godwaldt: Yes.
M. Godwaldt : Oui.
The Chair: A lot of students have been involved in this
initiative, but we have boiled it down to these four wonderful
folks today. It is kind of an honour for them and it is certainly a
privilege for us to meet with the four of you.
Le président : Beaucoup d’élèves ont participé à cette initiative,
mais on a réduit cela à ces quatre personnes formidables que nous
avons ici aujourd’hui. En quelque sorte, c’est un honneur pour
eux et c’est certainement un privilège pour nous de vous
rencontrer tous les quatre.
Mr. Godwaldt: These four students did exceptional work. We
would love to show you some of their work, if you are interested
in seeing the Google Docs, the drafting and where this document
came from. We would love to share it, but you will see on those
documents their signature throughout.
M. Godwaldt : Ces quatre élèves ont fait un travail
exceptionnel. Nous aimerions vous montrer une partie de leur
travail, si vous souhaitez voir les documents Google, l’ébauche et
l’origine de ce document. Nous serions heureux de vous fournir,
mais vous verrez leur signature tout au long de ces documents.
The Chair: We are off and running. We will see the results of
their work now, too.
Le président : C’est parti. Nous verrons aussi le résultat de leur
travail.
Chelsea Baker, student, as an individual: The youth of Canada
voted for four policy initiatives and four vision statements that we
felt were most important to us in regard to the future of energy
sustainability in our country. If you look at the back of your
handout, there are results and statistics. You will notice that an
overwhelming number of youth were in favour of a Canadian
energy strategy that included both domestic and international
affairs.
Chelsea Baker, élève, à titre personnel : Les jeunes du Canada
ont choisi quatre initiatives stratégiques et quatre énoncés de
politique qui, à notre avis, étaient les plus importants pour nous
par rapport à l’avenir de la durabilité énergétique au Canada. Si
vous regardez le document, vous verrez des résultats et des
statistiques. Vous remarquerez qu’un nombre écrasant de jeunes
sont favorables à une stratégie énergétique canadienne qui
comprend à la fois un volet national et un volet international.
We realize that the country still relies on traditional energy
sources, but we would like to see a move to make those resources
more economically and environmentally sustainable. At the same
time, we would like a gradual transition towards more
environmentally sustainable and renewable resources such as
solar and wind. This transition will also allow for a diversification
of Canada’s energy sector, thereby creating more jobs.
Nous sommes conscients que le pays dépend toujours des
sources d’énergie traditionnelles, mais nous voudrions voir un
changement visant à rendre ces ressources plus durables, tant sur
le plan économique que sur le plan environnemental. En même
temps, nous voudrions qu’il y ait une transition graduelle vers des
ressources renouvelables et plus durables sur le plan de
l’environnement, comme l’énergie solaire et l’énergie éolienne.
Cette transition permettra aussi la diversification du secteur
canadien de l’énergie, ce qui permettra de créer plus d’emplois.
We suggest the possible use of funds from taxation on the
energy sector to go towards the research and development of new
technologies to make energy production more efficient and more
environmentally and economically sustainable. This would
include improvements on traditional energy and furthering the
development of non-traditional sources.
Nous disons qu’il serait possible d’utiliser les fonds provenant
des taxes perçues dans le secteur de l’énergie à des fins de
recherche et développement de nouvelles technologies, dans le but
de rendre la production d’énergie plus efficace et plus durable sur
le plan de l’environnement et de l’économie. Cela pourrait inclure
des améliorations dans le secteur des énergies traditionnelles et la
poursuite du développement des sources non traditionnelles.
Taking a look at government involvement, the youth of
Canada feel that, for a Canadian energy strategy to be successful,
it needs to be facilitated by the government with the federal and
provincial jurisdictions working together towards a unified plan.
Over three quarters of the youth believe that Canada should
create and then commit to national goals that reduce the amounts
Pour ce qui est de la participation du gouvernement, les jeunes
du Canada croient que pour qu’une stratégie énergétique
canadienne connaisse du succès, elle doit être facilitée par le
gouvernement et les autorités fédérales et provinciales doivent
collaborer à la préparation d’un plan unique. Plus des trois quarts
des jeunes considèrent que le Canada devrait adopter des objectifs
19:12
Energy, Environment and Natural Resources
3-4-2012
of environmentally harmful products released and that a gradual
shift should be made towards more environmentally sustainable
products.
nationaux en matière de réduction des émissions de produits
dommageables pour l’environnement et s’engager à les respecter.
On devrait graduellement opérer une transition vers des produits
plus durables sur le plan de l’environnement.
Canada also needs to be seen as a leader in the international
community when it comes to the energy sector.
Le Canada doit aussi être considéré comme le chef de file
mondial dans le secteur de l’énergie.
We would also like to point out that the options were there for
youth to choose the extreme points of view in terms of rapid
change or even complete elimination of traditional energy
sources, such as coal, oil and gas. If you look at the numbers in
front of you, you will notice that the youth instead chose to be
more balanced and realistic to energy that better attends the
diverse energy needs within our nation.
Nous aimerions aussi vous faire remarquer que les jeunes ont
eu la possibilité de choisir des points de vue extrêmes tels qu’une
transition rapide ou même l’élimination complète des sources
d’énergie traditionnelles comme le charbon, le pétrole et le gaz. Si
vous regardez les chiffres que vous avez devant vous, vous
remarquerez que sur les questions d’énergie, les jeunes ont plutôt
choisi une approche plus équilibrée et réaliste qui tient davantage
compte de la diversité des besoins énergétiques que l’on observe
au pays.
Mr. Dueck: I will speak more slowly this time. I am a grade 12
student at Parkland Composite High School in Edson, Alberta. I
am here today representing not only the youth of Canada but the
youth of Alberta, as well, in respect of sustainability and
traditional-source energies and our options and
recommendations as the youth of Canada on that issue.
M. Dueck : Je vais parler plus lentement cette fois-ci. Je suis un
élève de 12e année à la Parkland Composite High School, à
Edson, en Alberta. Aujourd’hui, je ne représente pas seulement les
jeunes du Canada, mais je représente aussi les jeunes de l’Alberta
sur les questions de la durabilité, des sources d’énergie
traditionnelles et par rapport aux solutions et aux
recommandations des jeunes sur cette question.
Canadian youth would like to increase the efficiency of
Canada’s traditional sources of energy, including coal, oil and
natural gas, and to explore new international trade partners,
giving us a competitive market advantage to increase the value of
Canadian petroleum products.
Les jeunes Canadiens aimeraient augmenter l’efficacité des
sources d’énergie traditionnelles du Canada — y compris le
charbon, le pétrole et le gaz — et voudraient trouver de nouveaux
partenaires commerciaux internationaux, ce qui nous donnerait
un avantage concurrentiel sur le marché et nous permettrait
d’augmenter la valeur des produits pétroliers canadiens.
I would like to start with a quotation: ‘‘There are only two
qualities in the world: efficiency and inefficiency; and only two
sorts of people: the efficient and the inefficient.’’ That is by
George Bernard Shaw. I am proud to say I am a Canadian, and I
am honoured to be here today in our nation’s capital representing
the next generation of Canadians.
J’aimerais commencer par une citation de George Bernard
Shaw : « Il y a seulement deux qualités dans le monde : l’efficacité
et l’inefficacité; et il y a seulement deux catégories d’individus :
ceux qui sont efficaces et ceux qui ne le sont pas. » Je suis fier de
dire que je suis Canadien, et je suis honoré d’être ici dans notre
capitale nationale aujourd’hui pour représenter les jeunes
Canadiens.
Canada is a country that claims to be an international
superpower in energy production. Currently, there are
19 refineries in Canada, 16 of which manufacture the full range
of petroleum products. There are refineries in every Canadian
province, with the exception of Manitoba and Prince Edward
Island, and of the 12 companies that operate the refineries in
Canada, only Imperial Oil, Shell and Petro-Canada operate more
than one refinery and market the petroleum products nationally.
Le Canada est un pays qui se dit une superpuissance en matière
de production d’énergie. À l’heure actuelle, on trouve
19 raffineries au Canada, dont 16 fabriquent la gamme
complète de produits pétroliers. Il y a des raffineries dans
chaque province canadienne, à l’exception du Manitoba et de
l’Île-du-Prince-Édouard. Des 12 sociétés qui exploitent des
raffineries au Canada, seules Imperial Oil, Shell et PetroCanada en exploitent plus d’une et vendent leurs produits
pétroliers à l’échelle nationale.
According to Dr. Flynn-Burhoe of Carleton University,
Canadians consume on average 1.8 million barrels of oil daily
for domestic use with 778,000 barrels originating from
international trade partners, including Algeria, the United
Kingdom, Nigeria, Norway and Saudi Arabia. Yet we export
1.9 million barrels of oil to the United States daily and buy this oil
back directly and indirectly as refined petroleum products.
Selon la professeure Flynn-Burhoe, de l’Université Carleton,
les Canadiens consomment, en moyenne, 1,8 million de barils de
pétrole par jour aux fins d’utilisation domestique; de ce chiffre,
778 000 barils proviennent de partenaires commerciaux
internationaux, comme l’Algérie, le Royaume-Uni, le Nigeria, la
Norvège et l’Arabie saoudite. Pourtant, nous exportons
1,9 million de barils de pétrole par jour aux États-Unis pour
ensuite racheter ce pétrole directement et indirectement sous
forme produits pétroliers raffinés.
3-4-2012
Énergie, environnement et ressources naturelles
19:13
When claiming the title of an international energy superpower,
in our opinion there is no excuse for us to rely on international
imports to support our domestic petroleum needs. However, we
not saying we want to eliminate the import of international
petroleum products. Recognizing the competitive global
economy, however, we would like Canadian companies to
capitalize on the Canadian market by refining more of our
crude resources within our own borders for domestic use and
trade.
Quand on revendique le titre de superpuissance internationale
en matière d’énergie, on n’a aucune excuse pour dépendre de
l’importation afin de répondre à nos besoins nationaux en pétrole.
Toutefois, nous ne disons pas qu’il faut éliminer l’importation de
produits pétroliers internationaux. Sans perdre de vue le contexte
économique mondial concurrentiel, nous aimerions que les
entreprises canadiennes tirent parti du marché canadien en
raffinant une plus grande quantité de nos ressources naturelles à
l’intérieur de nos frontières pour la consommation nationale et le
commerce intérieur.
We need to provide incentives to companies for the
manufacturing and refining of petroleum products within
Canada for both domestic use and international usage. We need
to consider this as an investment, not as a cost, because this
stimulation of the economy will allow us to meet new market
objectives, which is crucial when entering a more progressive and
competitive global energy reality.
Nous devons inciter les entreprises à fabriquer et à raffiner des
produits pétroliers au Canada pour les marchés tant nationaux
qu’internationaux. Nous devons considérer cela comme un
investissement, et non un coût, parce qu’une telle mesure
stimulera l’économie et nous permettra d’atteindre de nouveaux
objectifs commerciaux. C’est un élément crucial quand on entre
dans le nouveau contexte mondial de l’énergie, qui est plus
progressiste et concurrentiel.
As with any change in national policy, regulations or
objectives, a slow and comfortable integration has proven to be
more successful and increases national prosperity throughout
these changes. When the youth were given options between a slow
integration of sustainable energy versus a rapid change,
67.4 per cent of Canadian youth surveyed considered a slow
integration of efficient technologies one of the key components
for success in any form of energy strategy.
Comme pour toute modification apportée aux politiques, aux
règlements ou aux objectifs nationaux, on a plus de chances de
réussir et d’accroître la prospérité nationale grâce à une
intégration lente et harmonieuse de ces changements. D’ailleurs,
à la question de savoir s’ils préfèrent une intégration lente de
l’énergie durable ou un changement rapide, 67,4 p. 100 des jeunes
Canadiens interrogés ont jugé que l’intégration lente de
technologies éconergétiques est un des principaux facteurs de
réussite pour toute forme de stratégie énergétique.
As an example, it is currently more cost-effective for us to
import our oil from international trade partners than is it for us to
pipe it across the country from Western provinces to Atlantic and
Eastern Canada. However, this does not provide Canadians with
national energy security. With political instability in the regions of
our international trade partners, it is not safe to assume importing
oil will always be the most cost-effective way to power Eastern
Canada.
Par exemple, à l’heure actuelle, il est plus rentable pour nous
d’importer notre pétrole auprès de partenaires commerciaux
internationaux que de l’acheminer d’un bout à l’autre du pays, des
provinces de l’Ouest aux provinces de l’Est et de l’Atlantique.
Toutefois, une telle approche ne procure pas aux Canadiens une
sécurité énergétique nationale. À cause de l’instabilité politique
dans les régions de nos partenaires commerciaux internationaux,
il est imprudent de supposer que l’importation du pétrole sera
toujours la façon la plus efficace d’approvisionner en énergie l’Est
du Canada.
Representing the youth of Canada and Alberta, we support the
creation of a Canadian energy strategy — a collaboration
between the provinces and the federal government. We can
establish reasonable energy goals, including furthering capacity to
transport our oil nationally to Atlantic and Eastern provinces,
while establishing infrastructure guaranteeing future energy
sustainability for all Canadians. In addition to energy security,
these pipelines will allow the export of Canadian oil across the
Pacific Ocean to Asia and Europe. By establishing these trade
partners, we are not only increasing our market capacity for
Canada’s export but we increase the value of Canadian oil being
exported to the United States via our new-found competitive
market advantage.
En tant que représentants des jeunes au Canada et en Alberta,
nous appuyons la création d’une stratégie énergétique canadienne
— une collaboration entre les provinces et le gouvernement
fédéral. Nous pouvons établir des objectifs raisonnables en
matière d’énergie, notamment celui d’améliorer la capacité de
transporter notre pétrole à l’échelle nationale aux provinces de
l’Atlantique et de l’Est, tout en établissant une infrastructure qui
garantit la durabilité énergétique future pour tous les Canadiens.
En plus de la sécurité énergétique, ces oléoducs permettront
d’exporter le pétrole canadien de l’autre côté de l’océan Pacifique,
en Asie et en Europe. Grâce à ces partenariats commerciaux, nous
augmentons non seulement la capacité exportatrice du Canada,
mais aussi la valeur du pétrole canadien qui est exporté aux ÉtatsUnis à cause de notre nouvel avantage concurrentiel sur le
marché.
19:14
Energy, Environment and Natural Resources
3-4-2012
I would like to tie this back into the quotation at the beginning
of my presentation: ‘‘There are only two qualities in world:
efficiency and inefficiency; and there are only two people in the
world: the efficient and the inefficient,’’ once again by George
Bernard Shaw. We want to challenge Canadians to be more
efficient. Instead of setting industry standards that companies will
try to achieve, we should make the highest industry standard the
universal standard, always striving for excellence.
Revenons à la citation de George Bernard Shaw que j’ai
mentionnée au début de mon exposé : « Il y a seulement deux
qualités dans le monde : l’efficacité et l’inefficacité; et il y a
seulement deux catégories d’individus : ceux qui sont efficaces et
ceux qui ne le sont pas. » Nous voulons mettre les Canadiens au
défi d’accroître leur efficacité. Au lieu d’établir des normes
industrielles que les entreprises s’efforceront d’atteindre, nous
devrions miser sur la norme la plus exigeante de l’industrie pour
en faire une norme universelle, toujours à la poursuite de
l’excellence.
The youth of Canada want to be efficient, not only in the
research and development of the existing, traditional-source
energies, but also in the exploration to new, renewable energy
solutions, which Ms. Baker will talk about next in her
presentation. Thank you.
Les jeunes Canadiens veulent être efficaces, non seulement
dans la recherche et le développement de solutions axées sur les
sources d’énergie conventionnelle en place, mais aussi dans
l’exploration de nouvelles solutions misant sur l’énergie
renouvelable, et Mme Baker en parlera dans son exposé. Merci.
The Chair: Thank you, Mr. Dueck.
Le président : Merci, monsieur Dueck.
Ms. Baker: I am from Edmonton, Alberta. The youth of
Canada, from coast to coast to coast, when given the choice
between seeing a gradual shift or an immediate shift from
traditional uses of energy to more sustainable uses of energy,
decided that a more gradual shift towards sustainable energy
would be more realistic.
Mme Baker : Je viens d’Edmonton, en Alberta. Les jeunes
Canadiens, d’un bout à l’autre du pays, nous ont dit que, s’ils
avaient à choisir entre une transition graduelle ou une transition
immédiate pour passer des sources d’énergie conventionnelle vers
des sources d’énergie durable, ils choisiraient la première option
parce que ce serait plus réaliste.
To achieve this, they would like to see the following
implemented as at the federal level: policies and financial
assistance for the phasing in of new innovations and creating
more efficient ways to use our traditional energy sources in
Central and Western Canada, oil and coal energy technologies;
also, a greenhouse gas tax mainly focusing on carbon dioxide with
the full revenue returned to the industry for research and
integration of new innovations in sustainable energy. In
addition, we find it important to encourage an increased usage
in renewable energy technologies, as well as an increased number
of people coming from traditional energy jobs transitioning
towards green job. Young Canadians would also like to see
Canada take the initiative and become a world leader in
sustainable energy.
À cette fin, ils aimeraient voir les mesures suivantes à l’échelle
fédérale : des politiques et une aide financière pour la mise en
oeuvre progressive des innovations et la création de moyens plus
efficaces d’utiliser des sources d’énergie conventionnelle dans le
centre du Canada et dans l’Ouest, c’est-à-dire des technologies
axées sur l’énergie pétrolière et l’énergie au charbon, ainsi qu’une
taxe sur les gaz à effet de serre, surtout le dioxyde de carbone,
engendrant ainsi des recettes dont le tout sera versé à l’industrie
pour la recherche et l’intégration des innovations en matière
d’énergie durable. De plus, nous trouvons qu’il est important
d’encourager une utilisation accrue de technologies axées sur
l’énergie renouvelable et d’aider un plus grand nombre
d’employés du secteur de l’énergie conventionnelle à faire la
transition vers des emplois verts. Les jeunes Canadiens voudraient
également que le Canada prenne l’initiative et devienne un chef de
file mondial en énergie durable.
We recognize these are optimistic goals. However, we truly
believe that these are necessary for the survival and prosperity of
the nation.
Nous reconnaissons qu’il s’agit là d’objectifs optimistes.
Toutefois, nous sommes convaincus qu’ils sont nécessaires pour
la survie et la prospérité de notre pays.
During the day-long conference, a majority of the Canadian
students voted that Canada should begin a slow shift towards
more sustainable energy, which they deemed necessary in the best
interests of our nation. They were given a presentation on the
amount of non-renewable energy that is currently being
consumed both nationally and internationally. By enforcing a
greater standardization of a carbon or a greenhouse gas tax across
Canada, we believe that there should be a full return of revenue to
industry for research and development into sustainable energies,
Durant la conférence d’une journée, la majorité des étudiants
canadiens ont voté en faveur d’une transition lente vers l’énergie
durable au Canada, chose qu’ils ont jugé nécessaire à l’intérêt du
pays. Ils ont entendu un exposé sur la quantité d’énergie non
renouvelable qui est actuellement utilisée à l’échelle tant nationale
qu’internationale. Pour ce qui est d’appliquer une taxe uniforme
sur le carbone ou les gaz à effet de serre dans l’ensemble du
Canada, nous croyons que le montant total des recettes
récupérées devrait retourner à l’industrie pour financer la
3-4-2012
Énergie, environnement et ressources naturelles
19:15
as well as subsidies to industries and individuals to minimize any
possible negative economic consequences like the Alberta model
has placed.
recherche et le développement dans le domaine des énergies
renouvelables. Nous estimons qu’il faut également accorder des
subventions aux industries et aux particuliers afin de réduire le
plus possible les conséquences négatives éventuelles sur
l’économie, comme dans le cas du modèle de l’Alberta.
Youth of Canada also felt that it would be very important to
encourage public awareness on the topic of sustainable energy,
making efforts to promote cleaner energy sources through
research. It seems most fair to place a carbon tax if people and
companies throughout the country were paying the same rate,
whether a rate per tonne of carbon dioxide emissions or an added
1 per cent GST to our GST, producing approximately $6.5 billion
to $7 billion of revenue invested in greener energy technologies
annually. Adding this tax to our GST would be useful in helping
Canadians feel as if we are not being taxed for more than we
already are because it will all be under one tax, and the
government will be putting the extra 1 per cent towards the
improvement or development of sustainable energy technologies.
Many jurisdictions around the world have passed legislation to
create taxes based on carbon dioxide and sulphur oxide emissions
with varying stages of success.
Par ailleurs, les jeunes Canadiens estiment qu’il serait très
important de sensibiliser la population à l’énergie durable, grâce à
des efforts pour promouvoir des sources d’énergie propre par
l’entremise de la recherche. En ce qui a trait à la taxe sur le
carbone, il semble que la façon la plus juste de procéder serait
d’imposer le même taux aux gens et aux entreprises partout au
pays, qu’il s’agisse d’un taux par tonne d’émissions de dioxyde de
carbone ou d’une augmentation de 1 p. 100 de notre TPS, ce qui
produirait des recettes d’environ 6,5 à 7 milliards de dollars par
année, le tout investi dans des technologies axées sur des formes
d’énergie plus vertes. L’ajout de cette taxe à notre TPS serait utile
puisque les Canadiens n’auraient pas l’impression de payer plus
de taxes qu’ils ne le font déjà, étant donné que ce serait une seule
taxe, et le gouvernement investirait les recettes tirées du 1 p. 100
supplémentaire dans l’amélioration ou la mise au point de
technologies d’énergie durable. De nombreux pays partout dans
le monde ont adopté des lois pour créer des taxes basées sur les
émissions de dioxyde de carbone ou de dioxyde de soufre, avec
plus ou moins de succès.
With these benefits, the youth of Canada recognize that there
are cautions we should take when putting forth this tax. One such
example of this is the aviation industry. Finland has investigated
the implications of a carbon-based tax on their aviation industry.
A greenhouse gas tax would raise ticket prices for consumers,
thereby encouraging more overland transport, which is less
efficient. For the individual, a greenhouse gas tax will have an
impact, increasing the cost for heating and electricity by
5 per cent or more, and these were statistics taken from
Environment Canada in 2010.
Malgré ces avantages, les jeunes Canadiens reconnaissent qu’il
faut prendre des précautions au moment d’imposer cette taxe.
Songeons, par exemple, à l’industrie de l’aviation. La Finlande a
examiné les conséquences d’une taxe basée sur le carbone sur son
industrie de l’aviation. Une taxe sur les gaz à effet de serre ferait
augmenter les prix des billets pour les consommateurs et, par
conséquent, encouragerait ces derniers à opter pour le transport
terrestre, ce qui est une option moins efficace. Pour le commun
des mortels, une taxe sur les gaz à effet de serre aura pour effet
d’augmenter d’au moins 5 p. 100 le coût du chauffage et de
l’électricité, d’après les statistiques de 2010 d’Environnement
Canada.
The renewable energies that Canada would be increasing the
use of are ones such as hydro, wind, tidal, solar, nuclear, et cetera,
and further refining even these energy methods to produce higherefficiency outcomes, dependent on each province’s geographic
location, as well as what natural resources they have at their
fingertips. It should then be in the provincial governments’ hands
to determine which renewable energy resources they would see
best fit to use, given our current technologies. There is evidence to
show that these sources will provide green jobs for the people who
currently have traditional energy jobs who may be worried about
finding themselves out of work when it comes to shifting energy
technologies.
Le Canada accroîtrait son utilisation d’énergies renouvelables,
comme l’hydroélectricité ou l’énergie éolienne, marémotrice,
solaire, nucléaire, et cetera. On perfectionnerait ces méthodes de
production d’énergie afin d’obtenir des résultats encore plus
efficaces, selon l’emplacement géographique de chaque province,
ainsi que les ressources naturelles qu’on y trouve. Ensuite, ce
serait aux gouvernements provinciaux de déterminer quelles
ressources d’énergie renouvelable conviennent le plus, en
fonction des technologies actuelles. Des preuves permettent de
conclure que ces sources créeront des emplois verts pour les
travailleurs du secteur de l’énergie conventionnelle qui craignent
de se retrouver sans emploi après le virage vers les technologies
énergétiques.
It has been said that, in the United States, upgrading the U.S.
economy to rely less on fossil fuels would create a surge of
manufacturing and construction jobs that would include
renovating homes and buildings to be more energy-efficient,
On dit qu’aux États-Unis, les mesures visant à rendre
l’économie américaine moins dépendante des combustibles
fossiles stimuleraient les emplois dans les secteurs de la
fabrication et de la construction. Cela comprend entre autres les
19:16
Energy, Environment and Natural Resources
3-4-2012
tapping clean energy sources such as wind and solar to produce
more electricity, and building better transit systems and other
infrastructure improvements.
rénovations des maisons et des édifices pour en accroître
l’efficacité énergétique, l’adoption de sources d’énergie propre
comme l’énergie éolienne ou solaire pour produire plus
d’électricité et l’amélioration des systèmes de transport et
d’autres infrastructures.
A challenge that may be faced is that many citizens who have
been out of school for a decade or more likely would not want to
go back to school or to a classroom environment to re-educate
themselves to be able to work in their new green job if the time
ever occurred when they had to give up their traditional energy
job. Many of these problems can be resolved with the gradual
transition that the youth wish to make. These green jobs could be
given to the youth who are just entering secondary education or
university or college, offering necessary courses to pursue the
career selected in the green job and so retrain young people who
are going into more traditional energy paths to do the job in a
greener fashion as technology proceeds. Thus, eventually citizens
will be greener in the work that they do, whether it is green or
traditional energy.
Toutefois, un défi pourrait se présenter : si jamais on en venait
à devoir abandonner les emplois axés sur l’énergie
conventionnelle, de nombreux citoyens ayant quitté le système
scolaire depuis au moins une décennie ne voudraient pas
nécessairement retourner aux études ou se retrouver sur les
bancs d’école pour suivre une nouvelle formation afin de pouvoir
occuper leur nouvel emploi vert. Il est possible de régler bon
nombre de ces problèmes grâce à une transition graduelle, comme
le préconisent les jeunes. En effet, les emplois verts pourraient être
décrochés par les jeunes qui arrivent maintenant à l’école
secondaire, au collège ou à l’université; on offrirait les cours
nécessaires pour se lancer dans une carrière menant à un emploi
vert et, ainsi, aider les jeunes qui se dirigent vers des carrières
axées sur l’énergie conventionnelle à se recycler pour s’adapter
aux technologies vertes. Par conséquent, tôt ou tard, les citoyens
feront leur travail de manière plus écologique, que ce soit dans les
secteurs axés sur l’énergie verte ou l’énergie conventionnelle.
As Mr. Eardley will share with you, Canada is in a good
position right now due to the great amount of energy that our
country is improving on and renewing and sustaining. The youth
of Canada believe that if we begin to take steps towards being
more efficient, other countries will follow suit, just as we are
modelling other countries’ plans.
Comme M. Eardley vous l’expliquera, le Canada est
actuellement bien placé à cause de l’abondance des ressources
énergétiques que notre pays améliore, renouvelle et maintient.
Selon les jeunes Canadiens, si nous commençons à prendre des
mesures pour devenir plus éconergétiques, d’autres pays
emboîteront le pas, tout comme le fait le Canada en calquant
les modèles d’autres pays.
[Translation]
[Français]
Brandon Eardley, student, as an individual: Good evening. My
name is Brandon Eardley; I am a student at Centennial Regional
High School in Montreal. Like my colleagues, I am honoured
today to represent the ideas of youth, not only of Quebec, but also
of Canada.
Brandon Eardley, étudiant, à titre personnel : Bonsoir. Je me
nomme Brandon Eardley, je viens de l’école secondaire
Centennial Regional High School à Montréal. Comme mes
coéquipiers, c’est un honneur pour moi de représenter aujourd’hui
non seulement les idées des jeunes du Québec, mais aussi des
jeunes du Canada.
As the youth of Canada, we believe that our nation should
assume a leadership role in our international discussions on
sustainable energy. The state of the environment is a subject that
most of us think about. We are in agreement that Canada should
begin to make changes in the area and to play the major role of
guiding the world towards a future of sustainable energy.
Nous, la jeunesse du Canada, croyons que notre nation devrait
prendre des mesures pour occuper une place de leadership dans
nos discussions internationales sur l’énergie durable. L’état de
l’environnement est un sujet sur lequel la plupart de nous
réfléchissons. Nous sommes d’accord que le Canada devrait
commencer à faire des changements dans ce secteur et à jouer le
rôle important de guider le monde vers un futur d’énergie durable.
Canada is an energy superpower. About 76 per cent of our
electricity already comes from renewable sources. We believe that
this places us in an excellent position to develop technologies and
to improve the refining of conventional energy sources so that
they do less harm to the environment. If we do that, we will be
creating international economic opportunities, not problems due
to lack of funding.
Le Canada est une superpuissance en ce qui concerne l’énergie.
Environ 76 p. 100 de notre électricité vient déjà de sources
renouvelables. Nous croyons que cela nous met dans une
excellente position pour développer des technologies et pour
améliorer le raffinement des sources d’énergie conventionnelles
afin qu’elles nuisent moins à l’environnement. En faisant cela,
nous créons une opportunité économique internationale au lieu
d’un problème de manque de financement.
3-4-2012
Énergie, environnement et ressources naturelles
19:17
After the 17th international conference in Durban, as I am sure
you are aware, Minister of the Environment Peter Kent explained
the reasons for our withdrawal from the Kyoto Protocol. He said
that we were removing ourselves from the agreement because
major emitters like the United States and China were not part of
it. As a result of that, the youth of Canada feel that we now have
the responsibility to urge the creation of a new agreement in
which action will be the responsibility of all nations. We have
moved away from the project based on improving our own
environment mainly because we want changes all around the
world. It is up to us to present our ideas nationally and
internationally.
Après la 17e conférence internationale à Durban, tel que vous
le savez sûrement, le ministre de l’Environnement, Peter Kent, a
expliqué la raison de notre séparation du Protocole de Kyoto. Il a
dit que nous nous sommes distancés de cette entente parce que les
grands émetteurs comme les États-Unis et la Chine n’étaient pas
inclus. Suite à cela, les jeunes du Canada pensent que nous avons
maintenant la responsabilité de favoriser la création d’une
nouvelle entente qui responsabiliserait toutes les nations à agir.
Nous nous sommes distancés de ce projet qui était basé sur
l’amélioration de notre environnement, principalement parce que
nous voulons apporter des changements partout au monde. C’est
à nous de présenter nos idées sur le plan national et international.
Mr. Kent went on to explain that Canada had done no work in
fulfilling the conditions of the Kyoto Protocol for several years.
Canada was only concerned with making the changes necessary to
meet our obligations under the Kyoto Protocol up to about 2006.
De plus, M. Kent explique que le Canada n’a fait aucun travail
pour accomplir les conditions fixées par le Protocole de Kyoto
depuis plusieurs années. C’est seulement vers 2006 que le Canada
s’est préoccupé de mettre en place les changements nécessaires
pour rencontrer nos obligations relatives au Protocole de Kyoto.
This reveals a situation whose goal was attainable only with
drastic measures that were likely impossible in terms of both the
economy and the daily life of Canadians. To avoid a similar
situation in the future, we believe, as young people, that a new
agreement should set out realistic goals and require a commitment
to meet them.
Ceci met en évidence une situation dont le but était seulement
réalisable en prenant des mesures drastiques et vraisemblablement
impossibles sur le plan économique et dans la vie quotidienne des
Canadiens. Afin d’éviter qu’une telle situation ne se reproduise,
nous, la jeunesse, croyons qu’une nouvelle entente devrait définir
des buts réalistes et un engagement à les respecter.
Canada’s youth is Canada’s future. All across the country, we
agree that Canada has the knowledge and the resources necessary
to put ourselves in a good position to become a leader in the
global discussion on sustainable energy.
La jeunesse du Canada représente le futur du Canada. Nous
sommes en accord, à travers le pays, que le Canada est bien placé
et détient les connaissances et les ressources nécessaires pour
devenir un leader dans la discussion internationale sur l’énergie
durable.
We appreciate the fact that the work of this committee involves
leaving tomorrow’s leaders with a country that is environmentally
and economically healthy. A Canadian energy strategy would be
another way of putting our country in the forefront of
international progress. It would be incredibly beneficial for the
development of our economic and environmental goals.
Nous apprécions le fait que le travail de ce comité vise à laisser
ce pays sain sur le plan environnemental et économique aux
dirigeants de demain. Une stratégie de l’énergie canadienne serait
une autre façon de mettre notre nation à l’avant du progrès
international et elle serait incroyablement bénéfique pour le
développement de nos objectifs économiques et
environnementaux.
I will now hand the floor over to my colleague Colton.
Je cède maintenant la parole à mon collègue Colton.
Colton Praill, student, as an individual: Good evening. I am
Colton Praill, I am seventeen years old and I attend Colonel By
High School in Ottawa.
Colton Praill, étudiant, à titre personnel : Bonsoir. Je suis
Colton Praill, j’ai 17 ans et je viens de l’école secondaire Colonel
By, à Ottawa.
As the youth of Canada, our vision is for a Canadian energy
strategy that would unite Canada from coast to coast. The
Canadian energy strategy would include initiatives based on new
and traditional sources of energy that would reduce the effect on
the environment, that would not harm the environment. It would
also include an assurance of national energy security and, of
course, Canada’s participation internationally.
Les jeunes du Canada envisagent une stratégie d’énergie
canadienne qui unirait le Canada d’un océan à l’autre. La
stratégie d’énergie canadienne inclurait la création d’initiatives
basées sur les sources d’énergie nouvelles et traditionnelles qui
diminuent l’effet sur l’environnement sans créer un impact négatif
sur l’environnement. Elle inclurait aussi l’assurance de la sécurité
d’énergie nationale, et finalement, la participation du Canada sur
le plan international.
The Canadian energy strategy would focus on cooperation
between the federal government and provincial governments; it
would include the participation of the federal government in the
area of renewable resources without doing away with any
provincial jurisdiction.
La stratégie d’énergie canadienne se concentrerait sur la
coopération entre les gouvernements fédéral et provinciaux et
assurerait la participation du gouvernement fédéral dans le
secteur des énergies renouvelables sans enlever les juridictions
qui relèvent des provinces.
19:18
Energy, Environment and Natural Resources
The Canadian energy strategy would use examples and energy
policies from other countries such as Denmark in order to create
environmental and economic initiatives. Basically, the Canadian
energy strategy would focus on harmonizing renewable energy
regulations nationally while respecting the desires and the needs
of each province and territory.
[English]
3-4-2012
La stratégie d’énergie canadienne utiliserait les exemples
d’autres pays comme le Danemark et leurs politiques d’énergie
pour créer des initiatives environnementales et économiques.
Finalement, la stratégie d’énergie canadienne se concentrerait sur
l’unification nationale des règlements sur l’énergie renouvelable
tout en respectant le désir et les nécessités de chaque province et
territoire.
[Traduction]
The youth of Canada feel that a Canadian energy strategy is
required in order to ensure energy security, particularly at a time
when there is rising turmoil in the Middle East, from which we get
a large portion of our oil.
Les jeunes Canadiens estiment qu’il est nécessaire d’élaborer
une stratégie énergétique canadienne pour assurer la sécurité
énergétique, particulièrement à une époque o ù des
bouleversements ne cessent de secouer le Moyen-Orient, d’où
provient une grande partie de notre pétrole.
The creation of this energy strategy could involve, as was
discussed by Travis Dueck, the furthering of a TransCanada
pipeline. This would ensure that no matter the turmoil in the
Middle East or wherever we are getting our oil, we would still be
supplied with oil that could be refined in the Atlantic provinces.
This strategy is also necessary in order to avert possible negative
consequences such as Dutch disease in Canada. If Dutch disease
were to occur in Canada, the view would be that the rising
economy in Alberta, due to the oil sector, would draw from the
Ontario manufacturing economy, and Ontario would go from
being a have province to being a have-not province. We would see
this happening across the nation.
La création d’une telle stratégie énergétique pourrait nécessiter,
comme l’a dit Travis Dueck, l’expansion d’un oléoduc
transcanadien. Ainsi, peu importe les bouleversements au
Moyen-Orient ou dans n’importe quel autre pays d’où nous
importons notre pétrole, nous pourrions quand même nous
approvisionner en pétrole, et les provinces de l’Atlantique
pourraient en assurer le raffinage. Une telle stratégie s’impose
également pour éviter des conséquences négatives possibles,
comme le syndrome hollandais au Canada. Qu’adviendrait-il si
le Canada attrapait le syndrome hollandais? À cause de la
croissance économique attribuable au secteur pétrolier, l’Alberta
puiserait dans l’économie manufacturière de l’Ontario. Résultat :
l’Ontario passerait d’un statut de province riche à celui de
province pauvre. Nous en verrions des ramifications dans
l’ensemble du pays.
We would also like the Canadian energy strategy to promote
the creation of a new economic sector based on the creation of
sustainable energy. This sector could be grown by imposing a
minimum percentage tax on all raw materials, mainly oil, that
must be refined before being exported, thus putting more money
into domestic areas.
Nous aimerions également que la stratégie énergétique
canadienne favorise la création d’un nouveau secteur
économique axé sur l’énergie durable. Pour stimuler ce secteur,
on pourrait imposer un pourcentage minimum de taxe sur toutes
les matières premières, surtout le pétrole, qui doivent être
raffinées avant d’être exportées, ce qui permettrait d’injecter
plus d’argent dans les secteurs canadiens.
Other possible options for this new economic sector could
include the creation of numerous subsidies and penalties to tax
energy production companies based on their waste in order to
promote shifts towards sustainable energy. In addition, we could
be taking money from the Canadian carbon tax, as suggested by
Ms. Baker, as well as from the federal infrastructure taxations,
and giving it to small rural communities, in Alberta for example,
that suffer economically due to the boom in the Alberta oil sands.
Parmi les autres options pour ce nouveau secteur économique,
mentionnons l’approche qui consiste à créer de nombreuses
subventions et à imposer des pénalités fiscales aux entreprises
productrices d’énergie en fonction de leurs déchets afin de les
encourager à adopter l’énergie durable. De plus, nous pourrions
récupérer les fonds en provenance de la taxe canadienne sur le
carbone, comme l’a proposé Mme Baker, ainsi que des taxes
fédérales pour l’infrastructure, et les verser aux petites collectivités
rurales, en Alberta par exemple, qui subissent des dommages
économiques à cause de l’essor des sables bitumineux de l’Alberta.
In a small community like Edson that might be suffering as a
result of the oil sands we could install a solar farm or a wind farm
and create an economic boom based on the creation of
sustainable energy. This does not have to be done in Alberta;
we could implement this on a national scale.
Dans une petite collectivité comme Edson qui pourrait souffrir
des conséquences de l’exploitation des sables bitumineux, nous
pourrions installer un parc solaire ou éolien et favoriser ainsi une
expansion économique basée sur la production d’énergie durable.
L’Alberta n’est pas nécessairement la seule province visée; nous
pourrions mettre en oeuvre une telle approche à l’échelle
nationale.
3-4-2012
Énergie, environnement et ressources naturelles
19:19
However, our main concern is having increased cooperation
between the federal and provincial governments clearly defined in
the energy strategy. This would require that the provincial
governments create regulations that coincide with those created
by the federal government. We realize that there are already many
cross-jurisdictions and that it gets rather complex. This needs to
be simplified if we hope to move forward easily.
Toutefois, ce qui nous importe le plus, c’est l’instauration d’une
coopération accrue entre les gouvernements fédéral et
provinciaux; une coopération qui soit clairement énoncée dans
la stratégie énergétique. Il faudrait, à cet effet, que les
gouvernements provinciaux établissent des règlements
correspondant à ceux créés par le gouvernement fédéral. Il
existe déjà beaucoup de sphères de compétences et la situation,
qui est plutôt complexe, devra être simplifiée si l’on veut
progresser facilement.
We recognize that if Canada is to create an energy strategy that
can be implemented nationwide, it cannot and must not be a
repeat of the national energy policy created under the Honourable
Pierre Elliott Trudeau. We clearly saw the alienation of Alberta
under that national energy policy, and 49 per cent of the province
desired separation from Canada after it. We know the Western
provinces are still wary of the creation of a national energy policy,
even if we call it the Canadian energy strategy. This needs to be
done correctly and with much cooperation.
Si le Canada doit élaborer une stratégie énergétique qui pourra
être mise en oeuvre à l’échelle nationale, cette stratégie ne peut pas
et ne doit pas être une copie conforme de la politique énergétique
nationale créée sous le gouvernement de l’honorable Pierre Elliott
Trudeau. Nous avons pu constater très clairement l’effet
d’aliénation de cette politique énergétique nationale sur
l’Alberta et qui s’est traduit par la volonté de 49 p. 100 des
Albertains de se séparer du Canada. Les provinces de l’Ouest se
méfient encore de l’élaboration d’une politique énergétique
nationale même si nous l’appelons stratégie énergétique
canadienne. Une telle politique doit être élaborée correctement
et résulter d’une coopération très étroite.
We cannot create an energy strategy in which the federal
government has complete control or jurisdiction over the energy
industry. Rather, the federal government needs to take on a role
of facilitating the federation so that the federal and provincial
governments can work together to create an energy strategy like
the one modeled in Denmark. If you wish to further discuss what
the role for the federal government should be, we can do so in the
question period.
Nous ne pouvons pas mettre au point une stratégie énergétique
qui donnerait au gouvernement fédéral le contrôle total de
l’industrie énergétique. Il faudrait plutôt que le gouvernement
fédéral facilite la coopération au sein de la Confédération afin que
les gouvernements fédéral et provinciaux puissent développer
ensemble une stratégie énergétique similaire à celle du Danemark.
Si les membres du comité le souhaitent, nous pourrions discuter
plus en détail, lors des séries de questions, du rôle que pourrait
jouer le gouvernement fédéral.
In Denmark, the government has created a number of
initiatives that can be duplicated in Canada. For example, the
Danish energy policy calls for a doubling of all funding for energy
research and development and demonstrations. Alberta has
already implemented something like this in an attempt the clean
up the oil sands, but this needs to be implemented on a national
level as well.
Le gouvernement danois a élaboré un certain nombre
d’initiatives qui peuvent être reproduites au Canada. Par
exemple, la politique énergétique du Danemark prévoit le
doublement des fonds affectés aux projets de recherche, de
développement et de démonstration portant sur les technologies
énergétiques. L’Alberta a déjà mis en oeuvre une initiative
semblable pour nettoyer les sables bitumineux, mais il faudrait
l’appliquer aussi dans tout le pays.
On transport, the objective of the Danish government is that
5.75 per cent of all fuel consumed biofuel, and they hope to have
raised this to 10 per cent by 2020. They also made the purchase of
all electric cars tax exempt, although that ends this year and is
being replaced by all cars powered by hydrogen fuel cells. They
have also initiated the creation of numerous offshore wind farms,
each of which can generate 200 megawatts at any given time.
Dans le secteur du transport, le gouvernement danois s’est
donné comme objectif 5,75 p. 100 de substitution par les
biocarburants de la consommation totale de carburant et il
espère arriver à 10 p. 100 d’ici 2020. Il a offert aussi une
exonération de la taxe sur l’achat de véhicules électriques. Cette
exonération prendra fin cette année, mais s’appliquera alors à
l’achat de véhicules à pile à hydrogène. Le gouvernement danois a
aussi orchestré la création de nombreux parcs éoliens en mer.
Chacun de ces parcs peut, en tout temps, produire 200 mégawatts.
In Canada we could create similar transitions very easily, even
if we wanted to start off on a smaller scale. In the transportation
industry, instead of hydrogen fuel cell cars we could have the
creation of natural gas engines and natural-gas gas stations for
large vehicles such as 18-wheelers and buses that travel along the
TransCanada Highway.
Il serait facile d’effectuer des transitions de ce genre au Canada
même si l’on devait commencer à plus petite échelle. Dans le
secteur du transport, au lieu de véhicules à pile à hydrogène, nous
pourrions fabriquer des moteurs au gaz naturel et des stations de
ravitaillement de gaz naturel pour les grands véhicules tels que les
camions remorques à 18 roues et les autobus qui empruntent la
Transcanadienne.
19:20
Energy, Environment and Natural Resources
3-4-2012
Switzerland has been forced to create an energy sector wherein
only 5 per cent of all energy is from thermal sources, so they are
sustainable. Fifty-six per cent of their energy comes from
hydroelectricity and the rest comes from nuclear power. I
realize that this source works best for Switzerland due to its
small size and that it would not be the perfect solution for a
country as large as Canada. However, the solution need not be
implemented on a national level.
La Suisse a dû créer un secteur de l’énergie dans lequel
seulement 5 p. 100 de toute l’énergie provient de l’énergie
thermique; ce pays utilise donc des énergies durables.
Cinquante-six pour cent de l’électricité est d’origine
hydraulique, le reste provient du nucléaire. Il est vrai qu’il est
plus efficace d’utiliser l’énergie thermique dans un petit pays
comme la Suisse; ce ne serait pas la solution idéale pour un pays
aussi vaste que le Canada. Toutefois, il n’est pas nécessaire
d’appliquer cette solution à l’échelle nationale.
If you look at provinces like Ontario or Quebec where we
already have a strong amount of power coming from nuclear and
hydroelectricity, or Quebec where it is mainly hydroelectric, we
could implement the model they have instituted in Switzerland on
a provincial level and start off with a Canadian energy strategy
that focuses more not on a national level but specializes for each
province, so we can unite as a country in this goal for sustainable
energy.
Par exemple, dans des provinces comme l’Ontario ou le
Québec, qui utilisent déjà de grandes quantités d’énergies
nucléaire et hydroélectrique — au Québec, c’est surtout de
l’énergie hydroélectrique —, nous pourrions appliquer le modèle
suisse au moyen d’une stratégie énergétique canadienne plus axée
sur les provinces afin de faire en sorte que les énergies
renouvelables deviennent l’objectif de l’ensemble de la nation.
In 40 years Denmark has gone from being 100 per cent
dependent on the import of foreign oil to now being a global
leader and one of the closest countries to reach 100 per cent
sustainability, a goal they hope to achieve in 2025.
En 40 ans, le Danemark, qui dépendait à 100 p. 100 du pétrole
étranger, est devenu un pionner mondial en matière de
développement durable et compte parmi les pays qui vont
devenir totalement indépendants des combustibles fossiles, un
objectif qu’il espère atteindre en 2025.
The federal and provincial governments can do the same, but
they need to work together to create energy initiatives like those in
Switzerland and Denmark even if on a smaller scale. It will only
be through the cooperation and incorporation of a variety of
energy strategies, each specialized for the province or territory it
will be incorporated into. Also, the creation of numerous energy
initiatives based on new and traditional energy sources, like in
Alberta, would diminish the effects on the environment without
creating a lasting economic footprint on our economy.
Les gouvernements fédéral et provinciaux peuvent faire de
même, mais ils doivent pour cela travailler de concert et
développer des initiatives énergétiques similaires à celles de la
Suisse et du Danemark, même à plus petite échelle. Ce ne sera
possible qu’en coopérant et en intégrant un éventail de stratégies
énergétiques, chacune de ces stratégies sera spécifique à la
province et au territoire où elle sera mise en oeuvre. En outre,
le développement de plusieurs stratégies énergétiques axées sur
des sources d’énergie nouvelles et conventionnelles, comme en
Alberta, atténuera les effets sur l’environnement sans engendrer
d’empreinte économique durable.
We would need the assurance of national energy security,
possibly through the creation of another TransCanada pipeline or
the furthering of the ones we already have.
Il faudrait contribuer à assurer la sécurité énergétique
nationale, probablement en construisant un autre pipeline
transcanadien ou en prolongeant les pipelines existants.
Finally, we need to work together so that Canada can hope to
create a Canadian energy strategy based on sustainability.
Finalement, nous devons travailler ensemble pour que le
Canada puisse espérer développer une stratégie énergétique axée
sur la durabilité.
For the past eight weeks we, the Canadian youth, have been
working hard to define sustainable energy for you and to come up
with ideas and initiatives that can form the Canadian energy
strategy.
Nous, des jeunes Canadiens, avons travaillé fort ces dernières
huit semaines pour définir l’énergie renouvelable devant le comité
et présenter des idées et des initiatives qui peuvent être à la base
du développement de la stratégie énergétique canadienne.
There were different opinions concerning sustainable energy. I
know I struggled a lot with the shift from traditional energy. I
know in Alberta how important the oil sands are now, but being
from Ontario it did not occur to me at the start and I thought,
‘‘Why can we not just shift now in the next 10 years towards
sustainable energy and slowly dwindle off with the Albertan oil
sands?’’ One of my original ideas was to keep the oil sands, but we
export the oil and use the profits to fund R & D. However, as I
have been researching more and more I realize that is crazy,
economically speaking, and that the Alberta economy relies on
L’énergie renouvelable suscite des avis différents. J’ai
longuement réfléchi à la transition de l’énergie conventionnelle à
d’autres formes d’énergie. Je mesure l’importance des sables
bitumineux en Alberta aujourd’hui, mais étant originaire de
l’Ontario, je ne m’en étais pas rendu compte au tout début de mes
recherches et je me suis demandé pourquoi ne pourrions-nous pas
simplement passer durant les 10 prochaines années à l’énergie
renouvelable et abandonner progressivement les sables
bitumineux de l’Alberta? J’ai d’abord pensé à continuer
l’exploitation des sables bitumineux, mais nous utilisons les
3-4-2012
Énergie, environnement et ressources naturelles
19:21
these oil sands. It made me come to the realization that it should
not just be a few who are informed on this topic. It needs to be all
of Canada. All of Canada needs to have this information. It is
only through education that we have seen the unification of our
nation, the education of all students from around Canada. From
students in Alberta we see that after decades of being wary they
are finally coming together in agreement with this energy strategy,
especially with their premier Ms. Redford leading the charge.
recettes de nos exportations pétrolières pour financer la recherche
et le développement. Toutefois, au fur et à mesure de mes
recherches, j’ai pris conscience que c’était une folie, du point de
vue économique, et que l’économie albertaine dépendait des
sables bitumineux. J’ai compris que cette question ne devait pas
être connue seulement par un petit groupe de personnes, mais par
tous les Canadiens. Ces informations doivent être communiquées
à tous les Canadiens. L’unification de notre pays n’a été possible
que grâce à l’éducation, l’éducation de tous les étudiants dans
l’ensemble du Canada. Nous avons constaté que les étudiants
albertains, après des décennies de méfiance, se sont finalement
ralliés à l’idée de cette stratégie énergétique; surtout parce que
Mme Redford, la première ministre, a mené une campagne de
sensibilisation.
We need to see unification in other provinces like Ontario,
British Columbia and Quebec that are willing to get on side and
strive towards sustainable energy.
D’autres provinces doivent suivre l’exemple de l’Ontario, de la
Colombie-Britannique et du Québec qui sont prêtes à se fixer
comme objectif l’énergie renouvelable.
As the youth of Canada, we desire the creation of a Canadian
energy strategy that would incorporate the ideals we have
suggested to you today and that would primarily ensure the
security of our environmental future. After all, it is our future we
have to look out for.
La jeunesse canadienne souhaite le développement d’une
stratégie énergétique canadienne qui renfermera les idéaux que
nous vous avons proposés aujourd’hui et qui vise principalement
à protéger notre environnement pour les générations futures. Car,
après tout, c’est bien notre avenir qu’il faut protéger.
Thank you.
The Chair: Mr. Praill, would you accept an appointment to the
Senate?
Mr. Praill: Yes, I would.
Merci.
Le président : Monsieur Praill, accepteriez-vous une
nomination au Sénat?
M. Praill : Oui, bien sûr.
The Chair: We let you off there because you were doing so well
and had us all with goose bumps. However, we have to give you a
little shot here. We are told that in Denmark it is still 57 per cent
coal-fired, and you talking about almost 100 per cent clean.
Le président : Nous vous avons laissé parler car vous le faisiez
si bien et vous nous avez donné des frissons. Mais, nous devons
quand même faire une petite remarque. On nous dit qu’au
Danemark, 57 p. 100 de la consommation d’énergie proviennent
encore des centrales thermiques au charbon, or, vous dites qu’ils
n’utilisent pratiquement que de l’énergie propre.
Mr. Praill: That is their goal for 2025. It is difficult because
they are still coal-fired, especially when they are importing their
energy from other countries during the winter months. They
discovered that their economy, especially in the summer months,
is based a lot around sustainable energy. When I was reading up
on their energy policy on their government website, they were
talking about how the Prime Minister of Denmark wanted to shift
away from the sustainable energy because it was creating
economic problems. Being a country that had to import so
much energy, they almost could not justify the price of sustainable
energy. However, when they wanted to make that shift they
realized their economy — especially in the summer — was so
focused around sustainable energy that to shift towards
traditional energies would be a step backward economically.
They would not be able to make the shift easily.
M. Praill : C’est l’objectif qu’ils se sont fixés pour 2025 et qui
est difficile à atteindre, parce qu’ils utilisent encore des centrales
au charbon, surtout lorsqu’ils importent de l’énergie en hiver. Ils
ont constaté que leur économie dépend fortement de l’énergie
renouvelable, particulièrement en été. En faisant des recherches
sur leur politique énergétique dans le site web du gouvernement,
j’ai lu que la ministre d’État du Danemark voulait réduire la part
des énergies renouvelables dans la production électrique danoise
parce qu’elles créaient des problèmes économiques. Ils importent
tellement d’énergies qu’ils n’ont pratiquement pas pu justifier le
coût de l’énergie renouvelable. Toutefois, quand ils ont voulu
faire cette transition, ils se sont rendu compte que leur économie
— surtout en été — dépendait si fortement des énergies
renouvelables que la transition à des énergies conventionnelles
provoquerait un recul économique. Ils ne pourront pas effectuer
facilement cette transition.
The Chair: I went to the Copenhagen conference and found
they needed more wind at the Copenhagen conference. They had
a lot of wind there — 35,000.
Le président : J’ai assisté à la conférence de Copenhague. J’ai
appris qu’il fallait un plus grand nombre d’éoliennes. Il y en a
35 000 réparties dans le monde, c’est beaucoup.
19:22
Energy, Environment and Natural Resources
3-4-2012
The other point you made — part of what we are trying to
achieve here is a little bit of interaction between and amongst us
— was that it would be great in Canada if we did not have to
import as much crude oil from other countries as we are exporting
to the U.S. It comes out at almost 1.8, and you were saying we
should just pop in a pipeline to bring Alberta oil to Quebec and
Atlantic Canada. How do you envisage that happening? Have
you thought that through? Clearly this is something we also think
is an anomaly in the Canadian picture: We have these incredible
resources in certain parts of the country, especially in oil, even
though it is a fossil fuel, yet we are importing this dirty oil from
these countries. It is probably less clean and not as high quality as
from the oil sands.
Vous avez également dit — comprenez que nous essayons aussi
de favoriser un peu d’interaction ici entre nous — qu’il serait bon
que le Canada n’importe pas autant de pétrole brut puisque nous
en exportons vers les États-Unis. Cela revient à presque 1,8. Vous
proposiez de construire un pipeline pour transporter le pétrole de
l’Alberta au Québec et au Canada atlantique. Comment s’y
prendrait-on? Y avez-vous réfléchi? Bien évidemment, c’est un
élément qui nous paraît aussi être une anomalie dans le contexte
canadien. Bien que des régions de notre pays soient très riches en
ressources, principalement pétrolières — même s’il s’agit de
combustibles fossiles —, nous importons néanmoins du pétrole
sale de ces pays. Un pétrole qui est probablement moins propre
que le pétrole extrait des sables bitumineux et de qualité
inférieure.
Mr. Praill: I have thought about that a lot, especially when I
was researching it, even deciding if I wanted to bring it up. I
looked at my research. The sheer amount of time it would take to
get this pipeline up and functional and being profitable would be
25 years, assuming it went through today.
M. Praill : J’y ai beaucoup réfléchi, surtout lors de mes
recherches sur le sujet, je me demandais même si je devais en
parler. Mes recherches indiquent qu’il faudrait 25 ans pour
construire, mettre en service un tel pipeline et avoir un retour sur
l’investissement, en supposant que le projet soit mis oeuvre dès
aujourd’hui.
The Chair: Why at this time would it take so long?
Le président : Pourquoi cela prendrait-il tant de temps
aujourd’hui?
Mr. Praill: A lot of it is the bureaucracy, but also the initial
price of the pipeline is so large that it takes that long with all the
oil being refined in Canada to make it where we have paid off the
construction of the pipeline. I was wary of bringing it up.
M. Praill : Principalement à cause de la bureaucratie. En outre,
le coût initial du pipeline est si énorme qu’il faudra tout ce temps
compte tenu de tout le pétrole à raffiner au Canada pour pouvoir
récupérer l’investissement dans la construction du pipeline.
J’hésitais à soulever ce point.
It was not called the Arab Spring for no reason. Whether we
acknowledge it or not, we are living amidst revolutions happening
daily across the globe, and if we continue to rely mainly on oil
from other countries we do not have national energy security.
Le Printemps arabe est appelé ainsi pour une bonne raison.
Que l’on veuille ou non, des révolutions éclatent chaque jour à
travers le monde, et si nous continuons à dépendre en grande
partie du pétrole d’autres pays, cela signifie que nous n’avons pas
de sécurité énergétique nationale.
I will pass you off to Mr. Dueck about that. He knows more
than I do.
Je passerai le relais à M. Dueck qui est mieux placé que moi
pour en parler.
The Chair: You had all the right buzz words, the right
historical framework, and you talked about the unpopularity
nationally and the divisive nature of the National Energy
Program of the 1980s. Then you said there is still not an
appetite for that sort of terminology, like a national energy policy
or strategy.
Le président : Vous avez utilisé toutes les expressions à la
mode, décrit le véritable contexte historique et parlé de
l’impopularité suscitée par le Programme énergétique national
des années 1980 et de la propension de ce programme à semer la
division dans le pays. Vous avez ajouté que ce genre d’appellation
— une politique ou une stratégie énergétique nationale — ne
soulevait toujours pas d’enthousiasme.
Have you thought about what else we could call it? We
senators have been trying to figure out a better name for it. We
have also sensed there is an antipathy to using it. In the West it
was such a bad time, but we are encouraged by Premier Redford
calling for a collaborative energy strategy. However, everyone has
not bought into it yet. If you have a better name or a better way to
couch it, we would love it.
Avez-vous songé à un autre nom pour cette stratégie? Nous, les
sénateurs, avons essayé d’en trouver un meilleur. Nous avons
également constaté qu’il y avait une certaine réticence à utiliser
cette appellation, surtout dans l’Ouest, mais nous avons été
encouragés d’entendre la première ministre Redford demander
une stratégie énergétique commune. Cependant, cette appellation
n’a pas encore fait l’unanimité. Si vous avez un meilleur nom ou
une meilleure formulation, nous serions ravis que vous les
proposiez.
3-4-2012
Énergie, environnement et ressources naturelles
19:23
Mr. Praill: I went with Canadian energy strategy as originally
dubbed by Premier Redford solely because she is the premier of
Alberta, and that was the province that was mainly affected by
the national energy policy. If she can create some force behind it
then why not go with that? If that is they want and that will make
us unified, I am okay with that.
M. Praill : Je me suis rallié à l’appellation « stratégie
énergétique canadienne » employée initialement par la première
ministre Redford pour l’unique raison qu’elle est la première
ministre de l’Alberta et que cette province était la plus concernée
par la politique énergétique nationale. Si elle arrive à faire
accepter ce nom, pourquoi le refuserait-on? Si c’est ce qu’ils
veulent et que le nom nous unifie, je n’y vois aucun inconvénient.
The Chair: By the way, Mr. Godwaldt, I have a grandson who
wants to get a hairdo like yours. He said, ‘‘Grandpa, I want spikes
like Mr. Godwaldt.’’ You will have to tell me later how you do it.
Le président : Au fait, monsieur Godwaldt, j’ai un petit-fils qui
veut avoir la même coiffure que vous. Il m’a dit : « Grand-père, je
veux des cheveux en pics comme ceux de M. Godwaldt. » Vous
me direz tout à l’heure comment vous vous y prenez.
Senator Mitchell: Thank you very much. This has been good,
very powerful and quite surprising in some senses. There are a
number of themes here that I would like to pursue with the time I
have, and maybe if there is more time I can come back.
Le sénateur Mitchell : Merci beaucoup. C’était un bon exposé,
très dense et, à certains égards, assez surprenant. J’aimerais
utiliser le temps qui m’est accordé pour soulever un certain
nombre de points présentés dans l’exposé et y revenir s’il y a plus
de temps.
First, Mr. Praill handed off to Mr. Dueck this issue of eastwest pipelines. Then Mr. Dueck alluded to getting our oil out to
China and other Pacific Rim markets. Would you elaborate on
that a bit? There are the cost issues and there are the processes of
getting them approved. Are these things that you have considered
and studied?
Tout d’abord, M. Praill a laissé M. Dueck parler des pipelines
est-ouest. Puis, M. Dueck a évoqué l’exportation de notre pétrole
vers la Chine et d’autres marchés du littoral du Pacifique. Pouvezvous nous en dire plus à ce sujet? Une telle exportation implique
des coûts et les processus d’approbation de ces coûts. Avez-vous
pris en considération ces éléments, les avez-vous étudiés?
Mr. Dueck: The first thing I want to talk about in that regard is
exporting oil and petroleum products to countries other than the
United States. I believe 22 per cent — I am not sure if that is
entirely right — of all American oil and natural gas imports come
from Canada. That is just something I think I remember, so do
not quote me on it. Regardless, we are exporting oil to them at a
lower cost than we could be. We really do not currently have a lot
of international trade partners we are exporting to. There are
plans to export to other nations and other corporations.
However, until we establish a way of exporting large amounts
of our petroleum products to China and overseas, we do not have
the competitive advantage to say to the United States, ‘‘We need
to increase the price of oil that we are exporting to you because we
have other alternatives to sell Canadian oil.’’ I think expansion
would be good for the economy.
M. Dueck : Dans ce contexte, je voudrais commencer par
parler des exportations de pétrole et de produits pétroliers vers
des pays autres que les États-Unis. Je crois que 22 p. 100 — je ne
suis pas tout à fait sûr du pourcentage, donc ne le prenez pas
comme référence — de la totalité des importations américaines de
pétrole et de gaz naturel proviennent du Canada. Quoi qu’il en
soit, nous leur vendons notre pétrole à un prix moins cher que
nous le pourrions. Le Canada n’exporte pas vers beaucoup de
pays actuellement. Il y a des projets d’exportations vers d’autres
pays et d’autres sociétés. Cependant, tant que nous ne trouvons
pas le moyen d’exporter de grandes quantités de nos produits
pétroliers vers la Chine et des pays d’outre-mer, nous n’aurons
pas l’avantage concurrentiel qui nous permettrait d’annoncer aux
États-Unis une augmentation du prix du pétrole que nous leur
vendons, car nous avons d’autres marchés pour le pétrole
canadien. Je pense que l’ouverture de nouveaux marchés serait
un atout pour l’économie.
As I explained in the presentation, with regard to national
energy security, maybe right now we do not need to have a
pipeline that goes across Eastern and Atlantic Canada. However,
if something happens politically, in order to sustain and secure
Canadian resources for Canadian domestic use, I think it is
important to be able to export these resources in large quantities,
enough to power a country, to all areas of the country that would
need that petroleum energy power.
Comme je l’ai mentionné dans mon exposé, nous n’avons
probablement pas besoin à l’heure actuelle, pour assurer notre
sécurité énergétique, d’un pipeline qui se rend jusqu’au Canada
atlantique. Toutefois, en cas d’instabilité politique, je pense qu’il
serait important de pouvoir exporter ces ressources en grande
quantité, suffisante pour alimenter le pays en entier, dans toutes
les régions afin de garantir un accès aux ressources pétrolières
canadiennes à toute la population.
Senator Mitchell: Anyone else can jump in if you want in any
of these questions. Do not feel you are limited.
Le sénateur Mitchell : Les autres peuvent aussi intervenir s’ils le
souhaitent. Les questions ne s’adressent pas à une seule personne.
Mr. Godwaldt: Senator Mitchell, I wonder if part of the issue
with respect to pipelines and getting them there, and even building
a national consensus, has to do with the process that these
students went through themselves.
M. Godwaldt : Sénateur Mitchell, je me demande si les enjeux
entourant la construction de pipelines, et même l’établissement
d’un consensus national, ne sont pas liés à l’expérience même
qu’ont vécue ces élèves.
19:24
Energy, Environment and Natural Resources
3-4-2012
Mr. Praill shared where he was initially in Ottawa looking out
at Alberta and asking himself, ‘‘Why cannot the Albertans see this
properly and get rid of the oil sands?’’ In the course of the month
and a half in the process he went through, in the course of the
training, the education and the dialogue of bringing Canadians
together from B.C. all the way to Montreal, his opinion changed.
Rather than passing the torch to media or special interest groups,
our governments could seek to bring us together and have those
conversations, using whatever technology — it is expensive to fly
everyone out, but it certainly does not cost a whole lot in terms of
energy or money to link us on the Internet — to link our
classrooms and to link us together to have a conversation that
raises us up to intelligence levels that we as Canadians have rather
than responding to emotion and rhetoric that seems to be flying
around right now. If we want to get those pipelines, we need to
educate and talk about that as a country.
M. Praill nous a expliqué qu’au départ, à Ottawa, il se posait la
question suivante : « Pourquoi les Albertains ne comprennent-ils
pas le bon sens et n’abandonnent-ils pas les sables bitumineux? »,
puis, au cours des séances d’information et de discussions qui ont
réuni des élèves de partout au Canada, de la ColombieBritannique à Montréal, pendant les six semaines qu’a duré
l’expérience, son point de vue a changé. Ainsi, au lieu de passer le
flambeau aux médias ou à des groupes d’intérêt spéciaux, nos
gouvernements pourraient réunir les gens pour discuter, en ayant
recours à la technologie — le transport en avion coûte cher,
certes, mais il n’en coûte presque rien pour réunir les gens par
Internet — et pour mettre en communication nos classes d’élèves
et réunir les gens pour discuter de manière intelligente des enjeux,
au lieu de donner dans les sentiments et la rhétorique comme c’est
le cas à l’heure actuelle. Si nous voulons construire ces pipelines,
nous devons sensibiliser les Canadiens et les amener à discuter
ensemble de la question.
Senator Mitchell: One of the themes that has struck me is how
you move from a preconceived position you had and what you
have learned. I expect that each of you has had some of that
experience. Would you like to jump in and tell me, Ms. Baker?
Did you have an experience like that where you came in with ideas
that have changed dramatically?
Le sénateur Mitchell : Un des éléments qui m’a frappé, c’est
l’évolution d’une idée préconçue en fonction de ce que vous
apprenez. Je présume que c’est en partie ce qui s’est passé pour
chacun d’entre vous. Madame Baker, aimeriez-vous nous parler
de votre expérience? Aviez-vous aussi au départ des idées qui ont
totalement changé avec le temps?
Ms. Baker: Yes and no. In Alberta, we discuss our energy
frequently through school. Our coal and oil energy is not the
greenest. We will eventually need to do something about it, but we
have never really discussed what to do about it. We knew about
alternative energy sources, and we knew about renewable energy,
but in Edmonton and surrounding areas, we do not have a whole
lot of resources that are entirely renewable, with the exception of
wind. However, we found that wind energy has its flaws, too. Just
like solar energy, it is not the most efficient; we do not get the
most energy out of it that we would need. Even though, at one
point in time, a lot of Edmonton’s energy was run off
hydroelectricity, it is not as efficient anymore.
Mme Baker : Oui et non. En Alberta, nous avons souvent des
débats à l’école sur l’énergie. Le charbon et le pétrole ne sont pas
les sources d’énergie les plus vertes. Nous devrons nous occuper
de la question un jour ou l’autre, mais nous n’en avons jamais
vraiment discuté. Nous connaissions les sources d’énergie de
remplacement et nous connaissions l’énergie renouvelable, mais à
Edmonton et dans les régions avoisinantes, nous avons peu de
ressources qui sont entièrement renouvelables, à part le vent.
Toutefois, nous avons constaté que l’énergie éolienne comporte
aussi son lot de défauts. Tout comme l’énergie solaire, elle n’est
pas des plus efficaces et ne suffirait pas à répondre à nos besoins.
Et même si, à une certaine époque, Edmonton tirait la majeure
partie de son énergie de l’hydroélectricité, cette source n’est plus
aussi efficace aujourd’hui.
Senator Mitchell: It is a question of relative efficiencies and
cost. That is a key element of this whole debate, so thank you.
Le sénateur Mitchell : C’est une question d’efficacité et de coût
par rapport aux autres sources. C’est un élément qui se trouve au
coeur même du présent débat, alors je vous en remercie.
Mr. Eardley, what was your experience in this process? I am
asking because we started in our study with the idea that we need
to have a discussion, to use your word, where people who have
different understanding, no understanding at all, or varying
degrees of understanding get to have a stake and influence in these
decisions.
Monsieur Eardley, comment cela s’est-il passé pour vous? Je
vous pose la question, parce que nous avons lancé notre étude en
nous disant que nous avions besoin d’un débat, comme vous
l’avez dit, afin de permettre à des gens ayant peu ou pas de
connaissances des enjeux, ou différents degrés de connaissances,
de s’exprimer et de participer à la prise de décision.
How do you bring people together, get above the yelling at
each other — yes, no, yes, no? Your experience is a model of that,
in a way. In fact, with the use of that technology in a concerted
fashion, we could broaden beyond classroom situations to
representative groups and virtual focus groups across the country.
Comment peut-on en arriver à rassembler les gens, à élever le
débat au-dessus des chicanes — oui, non, oui, non? Votre
expérience est, d’une certaine façon, un modèle à cet égard. Nous
pourrions en fait, en utilisant la technologie d’une manière
concertée, étendre l’expérience avec des groupes d’élèves pour
englober des groupes représentatifs et des groupes de discussions
virtuels partout au pays.
3-4-2012
Énergie, environnement et ressources naturelles
19:25
Mr. Eardley: I came to this project with a view similar to
Mr. Praill’s. I always had an interest in the environment. I was
pretty much ‘‘Stop the soil sands right away. We need to fix the
environment over everything else.’’ However, over the course of
the project, I definitely learned very quickly that doing that would
be very bad for the economy. It just could not happen. I
understand more the importance that some of these sources have
for our economy, and how we should work towards cleaning
them, as well as looking at other sources.
M. Eardley : Au début de l’initiative, j’avais un point de vue
similaire à celui de M. Praill. L’environnement a toujours été
important pour moi. Je me disais : « L’exploitation des sables
bitumineux doit cesser sur-le-champ. La protection de
l’environnement doit primer tout. » Toutefois, pendant
l’initiative, j’ai appris très rapidement qu’en agissant ainsi, il y
aurait des répercussions graves sur l’économie. C’était impossible.
Je comprends mieux maintenant l’importance de certaines sources
d’énergie pour notre économie et pourquoi il faut trouver des
façons de les rendre plus écologiques tout en explorant d’autres
sources.
Senator Mitchell: I think your argument, which is implicit in
what you are saying, is not to completely do away with traditional
energy, such as conventional oil and gas and the oil sands, but
rather to find a way to broaden to other alternative energy
sources while doing traditional energy better. Is that what you are
saying?
Le sénateur Mitchell : Je crois que votre argument, qui est
implicite dans ce que vous dites, c’est qu’il ne faut pas délaisser
complètement les sources d’énergie traditionnelles, comme le
pétrole et le gaz conventionnels et les sables bitumineux, mais
qu’il faut essayer de trouver des sources d’énergie de
remplacement tout en améliorant les sources traditionnelles.
Est-ce bien là votre point de vue?
Mr. Eardley: Eventually it is possible those sources will not be
needed anymore, so maybe we will just stop using them if we
develop technologies that will allow that. For now, they are so
important; they are the best things we have — not for the
environment — but for use. We should work on making them
friendlier for the environment, and also look at other sources that
are renewable and more sustainable.
M. Eardley : Il se pourrait en fin de compte qu’on n’ait plus
besoin de ces sources d’énergie si on arrive à mettre au point des
technologies qui nous permettraient de le faire. Mais pour
l’instant, ces sources sont très importantes et elles sont ce qui
répond le mieux à nos besoins, même si ce n’est pas à ceux de
l’environnement. Nous devons donc nous employer à les rendre
plus écologiques, tout en examinant d’autres sources d’énergie
renouvelable et durable.
Mr. Praill: When it comes to our energy model, we need to
take a look at the model of innovation in the majority of Asian
countries where they often take tools we invented and reverseengineer them to make them better. The fund in Alberta for R &
D focuses more on the cleaning up of the traditional energy
sources than it does on the development of newer sustainable
energy sources. When we are creating this strategy, we need to
focus per province or territory on what would help them the most.
In provinces like Alberta, it will not be the creation of a new
energy form right away. It will be the cleaning-up of the oil sands.
M. Praill : En ce qui a trait à notre modèle énergétique, nous
devrions jeter un coup d’oeil du côté des pays asiatiques qui
souvent, en ayant recours à la rétro-ingénierie, innovent à partir
d’outils que nous avons inventés pour en faire des outils
améliorés. En Alberta, la R-D est davantage axée sur
l’écologisation des sources d’énergie traditionnelle que sur les
nouvelles sources d’énergie renouvelable. La stratégie devra tenir
compte de ce qui conviendra le mieux à chaque province et
territoire. Dans des provinces comme l’Alberta, la priorité ne sera
pas pour l’instant de mettre en place de nouvelles formes
d’énergie, mais de trouver de nouvelles façons de verdir
l’exploitation des sables bitumineux.
Senator Mitchell: I am inspired by this, and I would like to ask
more questions. Several of you mentioned — and I think
Ms. Baker went most directly at it — the question of tax. That
is a difficult word, politically. You are not the first person to have
said that we need to price carbon, and even many industries say it
should be taxed.
Le sénateur Mitchell : Je trouve vos propos très inspirants et
j’aimerais vous poser d’autres questions. Plusieurs d’entre vous
ont parlé — et je pense que c’est Mme Baker qui en a parlé le plus
directement — d’une taxe. En politique, c’est toujours un mot
difficile à utiliser. Vous n’êtes pas la première personne à
mentionner qu’il faut fixer un prix au carbone, et de
nombreuses entreprises le disent même elles aussi.
In your discussion across the country, did you get into the idea
of how to sell that, in a political environment where tax is kind of
like the plague?
Dans les discussions que vous avez eues à l’échelle du pays,
avez-vous discuté de la façon de faire accepter cette idée, dans un
contexte où les politiciens évitent le mot taxe comme la peste?
Ms. Baker: I think the idea of GST might have come from
bouncing ideas off each other. People do not like the idea of being
taxed for so many things.
Mme Baker : Je crois que l’idée de la TPS est probablement
celle qui est ressortie des discussions. Les gens n’aiment pas l’idée
d’être taxée pour de nombreuses choses.
19:26
Energy, Environment and Natural Resources
3-4-2012
If we were to put it all under one tax, such as increase the GST
by 1 per cent, yes, they would be upset with the extra 1 per cent,
but it would be a little easier to get used to than it would to have
two taxes. It seems like less if it is all under one. That is kind of
how that came around.
Si la taxe était incluse dans une taxe existante — si on
augmentait, par exemple, la TPS de 1 p. 100 —, les gens seraient
irrités d’avoir à payer ce 1 p. 100 supplémentaire, mais il serait un
peu plus facile pour eux de l’accepter que si on créait deux taxes.
S’il n’y en a qu’une, cela semble plus acceptable. C’est l’idée qui
est ressortie.
The Chair: Senator Lang is from the Yukon. They do not have
any taxes in the Yukon.
Le président : Le sénateur vient du Yukon. On ne paie pas de
taxes au Yukon.
Senator Lang: Everyone has taxes, and obviously there is a
difference of opinion in the political divide in respect to whether
you have more taxes or fewer taxes or the taxes stay the same. It is
very easy to stand in your place if you are not the one who has to
vote for more taxes and talk about someone else voting to bring in
taxes.
Le sénateur Lang : Tout le monde paie des taxes, et il existe de
toute évidence des opinions différentes au sein des partis
politiques sur la taxation, à savoir s’il faut augmenter les taxes,
les diminuer ou opter pour le statu quo. Il est très facile d’avoir
une opinion quand on n’est pas celui ou celle qui doit voter pour
une augmentation de taxes, quand c’est quelqu’un d’autre qui le
fait.
I would ask this question: You have obviously done some
studying. You know that a barrel of oil is approximately $100 a
barrel. Even at the deepest depth of the last recession, which was
not that long ago, and your parents and you experienced it, I
think the lowest was maybe $80 a barrel, which is very expensive.
Normally, when you have a recession, it might go down to $30 a
barrel. In your deliberations going to recommend a tax, did you
consider the marketplace? With the high cost of energy, those that
are consuming it and those that are actually exploring for it are
being forced, because of economics, to find other ways of
producing that energy in a more energy-efficient way and in a
more environmentally acceptable way than we have in the past.
That is because of market forces as opposed to saying that
government should come in and administer a tax and decide who
the winners are and who the losers are. Did you consider that at
all?
J’aimerais vous poser la question suivante. Vous avez de toute
évidence effectué des études. Vous savez que le prix du baril de
pétrole tourne autour de 100 $. Même au plus fort de la dernière
récession, qui n’est pas si lointaine, vos parents et vous en avez
fait l’expérience, le prix du baril est descendu à son plus bas, si je
ne m’abuse, à environ 80 $, ce qui est très cher. Habituellement,
lorsqu’il y a une récession, le prix du baril peut descendre à 30 $.
Dans le cadre de vos discussions visant à prôner une taxe, avezvous tenu compte du marché? En raison du prix élevé de l’énergie,
les consommateurs et les sociétés exploratrices se voient forcer,
pour des raisons économiques, de trouver des modes de
production plus écoénergétiques et plus écoresponsables que par
le passé. Cette situation est le fruit des forces du marché. Le
gouvernement n’est pas intervenu pour administrer une taxe et
décider qui seront les gagnants et les perdants. Avez-vous examiné
à tout le moins cet aspect de la question?
Ms. Baker: You are asking if the market has been the force
behind it?
Mme Baker : Vous voulez savoir si le marché est la force
derrière cela?
Senator Lang: You recommended that we consider a
greenhouse gas tax or carbon tax or cap and trade, whatever
method of taxation, but taxation is the bottom line. Energy costs
are becoming higher and higher because of the costs associated
with it. There are market forces at play that are requiring those
that are developing it to find more efficient, not less efficient,
ways of producing it. We as consumers are being forced to
consider our bill every month and say, ‘‘Should I re-insulate my
house?’’ Did you consider that as opposed to bringing a tax in,
which, as I said earlier, says that you will pick losers and winners,
because that is what governments do. Yes or no?
Le sénateur Lang : Vous avez recommandé que l’on envisage la
possibilité d’instaurer une taxe sur les émissions de gaz à effet de
serre ou sur le carbone ou un système de plafonnement et
d’échange de droits d’émission, peu importe le mode de taxation
puisque l’idée de base est d’imposer une taxe. Les coûts de
l’énergie ne cessent d’augmenter en raison des coûts connexes. Les
forces du marché poussent les producteurs à chercher des moyens
plus efficaces, et non pas moins efficaces, de la produire. En tant
que consommateurs, lorsque nous recevons notre facture
mensuelle, nous nous demandons : « Devrais-je mieux isoler ma
maison? » Avez-vous examiné cet aspect de la question au lieu de
proposer une taxe qui, comme je l’ai dit précédemment, entraîne
des gagnants et des perdants, parce que c’est ce que font les
gouvernements? Oui ou non?
Mr. Dueck: Is it okay if I jump in?
The Chair: We were going to name you Minister of Energy, but
we decided to make you Minister of Trade. I think Mr. Praill will
be the senator guy. It is between Mr. Eardley and Ms. Baker for
Minister of Energy.
M. Dueck : Puis-je intervenir?
Le président : Nous allions vous nommer ministre de l’Énergie,
mais nous avons décidé au lieu de cela de vous nommer ministre
du Commerce. M. Praill sera le sénateur. Le titre de ministre de
l’Énergie reviendra à M. Eardley ou à Mme Baker.
3-4-2012
Énergie, environnement et ressources naturelles
19:27
Mr. Dueck: I agree with the fact that market values and the
cost of products will affect the cost of energy, which in turn would
affect how a consumer would approach purchasing energy and
making their choices. However, when we were talking about it
with the integration of a more progressive tax rate on energy
sources, that increases the cost of energy even when we are no
longer in a recession or depression. When we are prospering as a
country, maybe we are not focusing as much as we should on
sustainable forms of energy, because if we have a lot of money in
the bank, and this is not necessarily for every consumer, we are
not looking into what is the most socially responsible choice. We
are looking into what is the easiest choice.
M. Dueck : Je suis d’accord pour dire que le prix du marché et
le coût des produits influeront sur le prix de l’énergie, et que cela
influencera également le choix du consommateur. Toutefois,
lorsqu’on parle de l’intégration d’un taux de taxation progressif
sur les sources d’énergie, cela veut dire que le coût de l’énergie sera
plus élevé même lorsque la récession ou la dépression sera
terminée. Lorsque l’économie est florissante, nous n’accordons
pas autant d’importance aux sources d’énergie renouvelable que
nous le devrions, parce que si notre compte en banque est bien
garni, ce qui n’est pas nécessairement le cas de tous les
consommateurs, nous ne pensons pas aux choix qui sont les
plus responsables sur le plan social. Nous pensons aux choix
faciles.
One thing I think does change when we go into a time of less
money in Canada is that the market is determined. A corporation
will distribute to a consumer and will market their product
effectively, so if the consumer is looking for a cheaper, more
socially responsible form of energy, that is what the consumer will
get. Through the integration of different taxes and playing on
integrating a tax as we are coming out of an economic downturn,
we can look into maintaining that cycle that naturally occurs
within the flow of the economy where, as there are less funds,
people move away from the less sustainable forms of energy and
keep that going even as we are prospering as a nation.
Ce qui change, à mon avis, lorsque l’argent devient plus rare au
Canada, c’est la détermination du marché. Une société distribuera
son produit au consommateur et le commercialisera de façon
efficace, et si le consommateur cherche une forme d’énergie moins
coûteuse et plus socialement responsable, c’est ce qu’il obtiendra.
En intégrant différentes taxes et en misant sur l’intégration d’une
taxe au sortir d’une récession, on peut s’assurer de maintenir le
cycle qui se produit naturellement dans l’économie et qui incite les
consommateurs, en période de disette, à délaisser les sources
d’énergie moins durables et à garder le cap lorsque l’économie
redevient florissante.
Senator Lang: Let us get down to brass tacks here. You drive a
car, right?
Le sénateur Lang : Parlons ici des vraies choses. Vous
conduisez une voiture, n’est-ce pas?
Mr. Dueck: I do not, but yeah.
Senator Lang: You will. I drive a car. Back where I come from
in the Yukon, we are paying, if I am not mistaken, about $1.30 or
$1.34, depending on the day, for a litre of gas.
The Chair: That is regular as opposed to premium.
M. Dueck : Non, mais parlons-en.
Le sénateur Lang : Vous le ferez un jour. J’ai une voiture. Là
où j’habite au Yukon, nous payons l’essence, si je ne me trompe
pas, environ 1,30 $ ou 1,34 $ le litre, selon les jours.
Le président : C’est pour l’essence ordinaire et non la super.
Senator Lang: That is regular, and it is sometimes higher. What
you are saying to us, then, is that those who are driving will pay
more from the point of view of when they go and fill up for gas.
You will take from three cents a litre to eight cents, depending
how do you it and whether you do it as a carbon tax. It always
comes back around to the consumer pays. That is what are you
advocating?
Le sénateur Lang : C’est pour l’essence ordinaire et le prix est
parfois plus élevé. Ce que vous nous dites donc, c’est que ceux qui
conduisent vont payer davantage lorsqu’ils iront faire le plein.
Vous imposeriez une taxe de 3 à 8 cents sur le litre d’essence, selon
le cas, ou une taxe sur le carbone. Au bout du compte, c’est
toujours le consommateur qui paie la facture. C’est la solution
que vous prônez?
Mr. Dueck: We are not advocating in the sense that we would
want to target specific regions of the country. With provincial
taxation, I know from Alberta we do not have PST, but that is
determined under the jurisdiction of the province. I do not think
that is the perfect solution, but it is a starting point. If people
collaborate together, that is something we can take and make into
a more effective system. We can prosper from then on. I am not
saying that we have the correct answer for your question and your
concerns, but I am saying we have an idea that we put forward
that needs to be worked on. We need to have this conversation
with the people of Canada, talking about what we want and how
we want to achieve these goals.
M. Dueck : L’idée n’est pas de cibler des régions du pays en
particulier. En ce qui a trait à la taxe provinciale, je sais qu’en
Alberta il n’y a pas de TVP, cela relève du pouvoir des provinces.
Je ne crois pas que ce soit la solution idéale, mais c’est un point de
départ. Si les gens collaborent, nous pouvons en faire un système
encore plus efficace. Nous pouvons prospérer par la suite. Je ne
dis pas que nous avons la bonne réponse à votre question et à vos
préoccupations, mais je dis que c’est une idée qu’il faut explorer. Il
faut discuter de la question avec la population du Canada,
discuter de nos objectifs et déterminer comment nous voulons
nous y prendre pour les atteindre.
19:28
Energy, Environment and Natural Resources
3-4-2012
Mr. Praill: To add on to that, when I was talking earlier, I
mentioned the facilitation of the federation as the role of the
federal government. When we were talking about that, one of the
roles we created was that the federal government would be
responsible for the creation of a Canadian energy strategy, a
national policy, such as a standard carbon tax, but it also
provided solutions that catered individually to each province’s or
territory’s needs. It would be the federal government’s
responsibility to make sure that the standard carbon tax does
not directly misrepresent any province or territory or become too
harsh for one province compared to another.
M. Praill : En outre, j’ai mentionné plus tôt que le
gouvernement fédéral aurait un rôle facilitateur dans la
fédération. Pendant nos discussions sur ses rôles éventuels, nous
l’avons notamment chargé de l’élaboration d’une stratégie
canadienne de l’énergie, d’une politique nationale telle qu’une
taxe ordinaire sur le carbone, mais qui apporterait des solutions
adaptées aux besoins de chaque province ou territoire. Il
incomberait au gouvernement fédéral de s’assurer que la taxe ne
donnerait pas directement une image inexacte de chaque province
ou territoire ou ne deviendrait pas une charge trop lourde pour
une province par rapport à une autre.
Senator Lang: I think it is important for the listeners especially
to realize what the oil sands contribute to Canada. I listened to
you earlier, Mr. Praill, with respect to your view of Canada and
how it changed. The reality of it is that over the next 25 years,
there will be $184 billion of tax, one way or the other, accruing
from the oil sands for Canada. There will be something like in the
same neighbourhood of $180 billion that will go to Alberta, with
the tax structure the way it is. There is tax being paid and tax
being distributed across the country to pay for things such as
medicare and other aspects when it comes to transfers of
payments and things of that nature. We have to realize that if
we are to keep our standard of living, we have to keep an industry
that can continue to function, continue to make a profit and, at
the same time, pay taxes to the general revenue of, in this case,
Alberta, and in some cases British Columbia and the other
provinces where it is produced, and also to the federal
government and our federation. We cannot lose sight of that.
We have to be careful when we start talking about administering
more taxes, because when you administer more taxes, it costs
more. It costs more to produce and it costs more for the
consumer. At the end of the day, you have less to spend on other
things as well. That is the flag I would put up with respect to that
particular area that you are looking at.
Le sénateur Lang : Je pense qu’il est important pour nos
auditeurs de se rendre particulièrement compte de la contribution
des sables pétrolifères au Canada. Tout à l’heure, j’ai entendu,
monsieur Praill, votre opinion sur le Canada et les changements
que le pays a connus. En réalité, au cours des 25 prochaines
années, 184 milliards de dollars de taxes prélevées, sous une forme
ou une autre, sur les sables pétrolifères iront dans les coffres du
Canada. À peu près le même montant, 180 milliards, ira à
l’Alberta, dans le système fiscal actuel. Ces taxes sont
redistribuées partout au Canada pour pourvoir notamment au
régime d’assurance-maladie et à d’autres dépenses, grâce aux
transferts de paiements et à des mécanismes de cette nature. Nous
devons nous rendre compte que, pour conserver notre niveau de
vie, nos industries doivent rester en état de fonctionner, rester
profitables, tout en versant des taxes au Trésor de l’Alberta, dans
l’exemple dont nous parlons et, dans certains cas, de la ColombieBritannique et des autres provinces où elles sont produites et,
aussi, au Trésor fédéral et à notre fédération. Il ne faut pas
l’oublier. Il faut faire attention avant de parler de gérer plus de
taxes, parce qu’une fiscalité plus lourde coûte plus cher à
maintenir et elle coûte plus cher aux consommateurs. Au bout
du compte, il reste moins d’argent à consacrer à d’autres postes de
dépenses. C’est la sonnette d’alarme que je tirerais en ce qui
concerne la solution particulière que vous envisagez.
The Chair: Senator Mitchell wanted to intervene on this point.
Le président : Le sénateur Mitchell tient à intervenir sur cette
question.
Senator Mitchell: We have three people on the list.
Le sénateur Mitchell : Trois noms figurent sur la liste.
The Chair: I will tell you what I was going to suggest. I would
like to wrap this up in about 15 or 20 minutes. At this stage of the
game, I understand that you folks have some prepared questions
that you would like to address to those senators still present,
including Senator Massicotte, who is a deep fount of wisdom, and
Senator Brown who is from Alberta and obviously quite smart.
Le président : Voici ce que je propose. J’aimerais terminer dans
15 ou 20 minutes. Actuellement, je crois comprendre que vous
avez des questions préparées que vous aimeriez poser aux
sénateurs encore présents, y compris au sénateur Massicotte,
une fontaine de sagesse, et au sénateur Brown, qui est de l’Alberta
et qui, évidemment, est très futé.
We have had, from the Twitter, a couple of questions, which I
would like to read out and then we can all maybe address them.
They are addressed to the senators, and they come from at
@keegansorge, and they are the following. I thought of you in
this, Senator Massicotte. ‘‘What is your opinion on Canada’s
current environmental/economic situation?’’ That is the question.
The second one is, ‘‘What would be Canada’s best option for
alternative forms of energy?’’
Quelques questions nous viennent de Twitter. J’aimerais les
lire. Nous pourrions peut-être tous tenter d’y répondre. Adressées
aux sénateurs, elles proviennent de @keegansorge et elles
s’énoncent comme suit — la première m’a fait penser à vous,
sénateur Massicotte : « Quelle est votre opinion sur la situation
environnementale et économique du Canada? » La suivante :
« Quelle serait la meilleure option pour le Canada parmi les
énergies de remplacement? »
3-4-2012
Énergie, environnement et ressources naturelles
19:29
Again, perhaps Senator Brown or Senator Sibbeston will
comment because they are addressed to us. Then I believe you
have questions for us.
Encore une fois, les sénateurs Brown et Sibbeston pourront
peut-être formuler des observations, parce que ces questions nous
sont adressées. Ensuite, je pense, vous aurez des questions pour
nous.
Senator Mitchell, I think we would use the last 15 or 20
minutes dealing with these and other tweets that might come in.
Sénateur Mitchell, je pense que les 15 ou 20 dernières minutes
serviront à répondre à ces questions et à d’autres qui pourront
nous parvenir par Twitter.
Senator Mitchell: That is great.
The Chair: Would you like to start, Senator Massicotte?
Le sénateur Mitchell : Excellent.
Le président : Voudriez-vous parler le premier, sénateur
Massicotte?
Senator Massicotte: I would like them to respond, because we
have this debate frequently among ourselves but they have fresh
ideas.
Le sénateur Massicotte : Je voudrais qu’eux répondent, parce
que nous avons souvent ce genre de discussion entre nous, mais ils
ont des idées fraîches à exprimer.
The Chair: My only point was that the question I just read out
was addressed to the senators. Maybe you can start by giving
your view. The second one, on what would be Canada’s best
option for alternate forms of energy, can be addressed quickly
based on our research. On the first one, you could be Minister
Flaherty or Minister Mulcair.
Le président : En ce qui concerne la question que je viens de
lire, je ferai seulement remarquer qu’elle s’adressait aux sénateurs.
Peut-être pouvez-vous, pour commencer, donner votre opinion. À
la deuxième, sur la meilleure option pour le Canada parmi les
énergies de remplacement, on peut répondre rapidement, en se
fondant sur nos recherches. Pour répondre à la première, mettezvous à la place des ministres Flaherty ou Mulcair.
Senator Massicotte: Would you repeat the first question?
Le sénateur Massicotte : Pouvez-vous répéter la première
question?
The Chair: Yes. ‘‘What is your opinion on Canada’s current
environmental/economic situation?’’
Le président : Bien sûr. Voici : « Quelle est votre opinion sur la
situation environnementale et économique du Canada? »
Senator Massicotte: I will answer the question by raising the
actual question I would have addressed to you. The debate is very
interesting because it is similar to the debate the House of
Commons has constantly since there are contrary self-interests in
trying to reach a medium solution. The difficulty I would have
with your solution is the same difficulty I have with the current
government program, whether a Conservative or Liberal
program. I am quite concerned, from the advice we are getting,
that the current projection on our efforts as a world body, as a
Canadian body, is that we will definitely not achieve the 2 degrees
Celsius which we said would be acceptable. The advice we are
getting from the International Energy Agency is that based on our
current projection we will be at 3.5 to maybe 5 degrees Celsius,
which will eliminate approximately 6 per cent of the species on
the earth. The expert advice we are getting is sorry guys, you will
probably never achieve 2 degrees Celsius because we are just too
late.
Le sénateur Massicotte : Je répondrai à la question par la
question que je vous aurais posée. Le débat est très intéressant,
parce qu’il ressemble à celui qui agite constamment la Chambre
des communes en raison de la recherche d’un juste milieu entre
des intérêts contraires qui s’affrontent. La difficulté que me fait
entrevoir votre solution est la même qu’avec le programme actuel
du gouvernement, qu’il soit conservateur ou libéral. Je crains, en
raison des avis que nous recevons sur les projections actuelles sur
nos efforts, à l’échelle mondiale, à l’échelle du Canada, que nous
ne pourrons assurément pas d’atteindre les 2 degrés Celsius que
nous avions considérés comme acceptables. D’après l’Agence
internationale de l’énergie, qui se fonde sur les projections
actuelles, nous nous situerons dans une fourchette de 3,5 à
peut-être 5 degrés, ce qui entraînera la disparition d’environ
6 p. 100 des espèces sur le globe. Les spécialistes ont le regret de
nous annoncer que nous n’atteindrons probablement jamais les
2 degrés Celsius, parce que nous avons simplement trop tardé.
Therefore, what I see coming from you is that you do not want
a carbon tax and there is a lot of stuff you do not want because
you say no tax but a lot of government subsidies. Sorry, but you
have to increase taxes somewhere because the government is not a
black hole but all taxpayers together. I would say that I do not
like more taxation and I do not like subsidies, but I am very
concerned that what the world will leave behind for your
generation and my grandchildren will cost us a lot more than
the opportunity costs we are talking about. I would personally
bite the bullet and I would actually accept a carbon tax or
something that gets us there. I do not like taxation, I do not want
Je vois donc que vous, vous rejetez la taxe sur le carbone et
beaucoup d’autres mesures, parce que vous préconisez plutôt
beaucoup de subventions de l’État. Désolé, mais il faut augmenter
les taxes quelque part, parce que l’État n’est pas un trou noir,
mais c’est l’ensemble des contribuables. Je précise que je rejette
l’augmentation des taxes et les subventions, mais je crains que
l’héritage que le monde laissera à votre génération et à mes petitsenfants ne coûte beaucoup plus que les coûts de renonciation dont
nous parlons. Personnellement, je prendrais le taureau par les
cornes et j’accepterais une taxe sur le carbone ou une mesure
équivalente. Je n’aime pas les taxes, je ne veux pas en payer
19:30
Energy, Environment and Natural Resources
3-4-2012
to pay more, but the consequences are very severe, and I think we
are sleepwalking towards a disaster if we do not change our
attitude on real laws on consumption of energy.
davantage, mais les conséquences sont très graves, et je pense que
nous nous acheminons, en parfaite inconscience, vers une
catastrophe, si nous ne changeons pas d’attitude sur les lois
réelles de la consommation d’énergie.
The Chair: That is on the state of the environment, but what
about the economy?
Le président : Voilà pour l’état de l’environnement, mais qu’en
est-il de l’économie?
Senator Massicotte: That will affect the economy.
Le sénateur Massicotte : Cette situation affectera l’économie.
The Chair: Are there any comments?
Le président : Y a-t-il d’autres observations?
Mr. Godwaldt: In terms of our perspective on the tax, did you
feel the students came out against the tax or that they came out
for the tax?
M. Godwaldt : En ce qui concerne notre point de vue sur la
taxe, avez-vous l’impression que les élèves se sont exprimés contre
ou pour elle?
Mr. Dueck: I felt in general the main consensus was an
understanding that your point was jurisdictionally it will not
initially be the same economic impact on every Canadian. It is a
price I and a lot of the Canadian youth we talked to think is
worth it for us to pay in order to sustain the security of our future.
One of the best investments we can make, if we are going to spend
money somewhere, should not only be on the youth of Canada
but on future generations of Canadians. Failing to leave behind a
world for us to live in would not give us options to prosper and
succeed.
M. Dueck : Je pense que, en général, le consensus sur votre
opinion était que, en raison du partage des compétences, l’impact
économique, au début, ne serait pas le même pour tous les
Canadiens. Après en avoir discuté, c’est le prix que beaucoup de
jeunes Canadiens et moi estimons qu’il vaut la peine de payer
pour sécuriser notre avenir. L’un de nos meilleurs investissements
ne serait pas seulement dans la jeunesse canadienne, mais dans les
générations à venir de Canadiens. Faute d’hériter d’un monde où
nous aurions notre place, comment pourrions-nous prospérer et
réussir?
Senator Massicotte: I will make an observation on your survey.
Only 7 per cent of your group supported cap and trade. Only
11.6 per cent supported a carbon tax. Only 16 per cent approved
a rapid shift to the goal to use 100 per cent sustainable energy,
and only 11.6 was in favour of using carbon taxation to fund
research.
Le sénateur Massicotte : J’ai des observations à faire sur votre
sondage. Seulement 7 p. 100 de vos sondés appuient le
plafonnement et l’échange. Seulement 11,6 p. 100 appuient la
taxe sur le carbone. Seulement 16 p. 100 approuvent un
changement rapide d’orientation vers l’objectif d’une utilisation
à 100 p. 100 d’énergie durable, et seulement 11,6 p. 100
favorisent la taxation du carbone pour financer la recherche.
You have responded as we all do. No one wants to pay more,
but did you actually consider the consequences? We all would
love not to pay more, but the advice we are getting is that disaster
looms.
Vous avez répondu comme nous tous. Personne ne veut
débourser davantage, mais avez-vous vraiment envisagé les
conséquences? Nous aimerions tous ne pas payer davantage,
mais, selon les pronostics, la catastrophe menace.
Mr. Dueck: In the way we had our survey set up, which I do
not know if we clarified at the beginning, students across Canada
were allowed to pick their four most important options that we
would bring to the Senate’s attention. It was not yes or no, or I
agree or do not agree. It was what are the four most important
options to meet. Looking at that 7 per cent, it means 7 per cent of
Canadian youth think this is one of the four most important
topics out of all the topics in the broad range of environmental
sustainability.
M. Dueck : J’ignore si nous l’avons précisé, au début, mais
notre sondage autorisait les élèves de partout au Canada à choisir
les quatre principales options, à leurs yeux, que nous devions
signaler à l’attention du Sénat. Ils ne pouvaient pas y répondre
par « oui » ni par « non » ni par « je suis » ou « je ne suis pas
d’accord ». Il s’agissait de choisir les quatre options les plus
importantes. Le taux de 7 p. 100 que vous mentionnez signifie
que 7 p. 100 des jeunes Canadiens pensent que l’option est l’une
des quatre plus importantes parmi toutes celles qui s’appliquent
au domaine général de la durabilité de l’environnement.
Senator Massicotte: Is that on the list you have here?
Le sénateur Massicotte : Est-ce sur la liste que vous avez là?
Mr. Dueck: That is on the list we have. They could choose four
from all the options that are presented.
M. Dueck : C’est sur notre liste. On pouvait choisir quatre
options parmi toutes celles qui y figurent.
The other thing is with tax and incentives. The reason a lot of
students, me included, did not vote for just a carbon tax is that
carbon is not the only emission into the atmosphere. We wanted
to create a toxic gas tax that is located on the policy initiative
En ce qui concerne l’autre rubrique, celle des « taxes et
incitations », la raison pour laquelle beaucoup d’élèves, moi
compris, n’ont pas privilégié une taxe sur le carbone seulement,
c’est que le carbone n’est pas la seule émission atmosphérique.
3-4-2012
Énergie, environnement et ressources naturelles
page. That is including CO2, nitrous oxide and sodium oxide,
et cetera. It is not only a carbon tax. You could call it a general
pollution tax.
Senator Mitchell: I believe 58 per cent voted for that.
19:31
Nous préconisions une taxe sur les gaz toxiques, décrite sur la
page des initiatives stratégiques. Ces gaz englobent le CO2,
l’oxyde nitreux, l’oxyde de sodium, et cetera. Cette taxe ne frappe
pas seulement le carbone. On pourrait la qualifier de taxe générale
sur la pollution.
Le sénateur Mitchell : Je pense que 58 p. 100 se sont prononcés
pour cette option.
Mr. Dueck: Yes, 58 per cent, and that means as well that
58 per cent of Canadian youth think that is one of the four most
important policy incentives that need to be addressed when we
presented to the Senate.
M. Dueck : En effet, 58 p. 100, ce qui signifie également que
58 p. 100 des jeunes Canadiens pensent que c’est l’une des quatre
politiques d’incitation les plus importantes dont il fallait parler
dans notre exposé au Sénat.
Senator Massicotte: As I read that, only 37 per cent agree with
educating the consumer better and only 25 per cent agree with
increased funding for research, more efficient use. You are saying
that does not necessarily represent the voting. In the way you did
your voting, this percentile may not be accurate. Were these the
10 choices the students were to vote on?
Le sénateur Massicotte : En même temps, je lis que seulement
37 p. 100 favorisent une meilleure sensibilisation des
consommateurs et seulement 25 p. 100 un financement accru de
la recherche, sur des méthodes plus efficaces d’utilisation. Vous
dites que cela ne représente pas nécessairement la réalité du vote.
À cause de la méthode de sondage, ce pourcentage pourrait ne pas
être exact. Est-ce que c’était les 10 options sur lesquelles les élèves
devaient se prononcer?
Mr. Dueck: For the first one we had the future of sustainable
energy in Canada and we wanted to talk about the vision
statements. Those were the four main topics presented to you
today and those were hands down the highest ones. That was the
first option in our survey when we presented it to them. This was
done digitally so we could not explain it word for word. They had
to read the instructions. Those are the four most important
things, and then we justified them with the significantly highest
policy incentives that would apply to those initiatives. These are
the changes we want to make, and then these were the
recommendations on how to make those changes.
M. Dueck : En ce qui concerne la première, il y avait l’avenir
de l’énergie durable au Canada, et nous tenions à parler des
énoncés de vision. Ce sont les quatre principaux sujets qui vous
ont été présentés aujourd’hui et ils l’ont emporté haut la main.
C’est l’option qui s’est classée la première parmi toutes celles que
nous avons présentées dans le sondage. Nous avons administré le
sondage numériquement, ce qui empêchait l’explication
exhaustive des options. Les sondés devaient lire la marche à
suivre. Nous avons justifié les quatre options privilégiées par les
incitations stratégiques les plus importantes qui s’appliqueraient à
ces initiatives. Voici les changements que nous souhaitons et voici
les recommandations sur la façon d’y parvenir.
Mr. Godwaldt: When we set this document up we could have
done a better job making that clear. They only had four things to
choose from, as opposed to meaning that 90 per cent of them
chose not that.
M. Godwaldt : Notre document aurait pu être plus clair à ce
sujet. Les sondés n’avaient que quatre choix, mais 90 p. 100 ne
s’en sont pas prévalus.
Senator Massicotte: You have responded very much like the
Canadian population. You only have 58 per cent in favour of a
tax, in spite of the fact that you are probably more sensitive to the
environment than are older adults. That is probably because you
are not faced with the same economic choices. You can talk about
it theoretically. In a sense, it is disappointing how little support
you have to address the actions. It is only 58 per cent, but that is
real life. You do very much portray what is happening in Canada.
Therefore you can you understand how our governments, no
matter which government, have difficulty in coming to these
decisions because they know they will not get broad-based
support. They probably know very well what is the right decision
for the sake of the next 20 or 30 years, but they do like to stay in
power. It is a different quandary for any government to make
these decisions. It is very representative of the debate our society
is going through.
Le sénateur Massicotte : Vos réponses sont très semblables à
celles de la population canadienne. Seulement 58 p. 100
préconisent une taxe, malgré votre sensibilité peut-être plus
grande à l’environnement que celle des adultes. Probablement
parce que vous ne devez pas faire les mêmes choix économiques.
Vous pouvez en parler en théorie. D’une certaine manière, le
faible appui accordé aux mesures est décevant. Ce n’est que
58 p. 100, mais ainsi va la vie. C’est un portrait assez fidèle de la
réalité canadienne. Vous pouvez donc comprendre comment nos
gouvernements, peu importe leur couleur, prennent difficilement
ces décisions, sachant le peu d’appui dont elles bénéficient. Ils
savent probablement très bien quelle est la bonne décision pour
les 20 à 30 prochaines années, mais ils préfèrent conserver le
pouvoir. Chaque décision de ce genre pose un dilemme au
gouvernement. C’est très représentatif du débat actuel dans notre
société.
19:32
Energy, Environment and Natural Resources
3-4-2012
Senator Lang: On my side I am not disappointed at all from the
point of view of the response in respect to the question of
taxation. I do not think that is necessarily the answer to all our
problems. If you are going to tax someone thinking that will solve
your problem, you had better think again.
Le sénateur Lang : De mon côté, je ne suis absolument pas déçu
de la réaction à l’idée d’une taxe. Ce n’est pas nécessairement la
réponse à tous nos problèmes. Si vous pensez qu’une taxe
résoudra tel problème, vous feriez bien d’y repenser.
I was curious, in looking at the questions that were asked,
whether or not you raised the question of the regulatory systems
we have across the country and the complications that it brings
because of the fact the way they are set up and the way they do
business or have been doing business over the past 10 years. They
have been very slow, very expensive. In fact, now we are getting
more into regulatory processes where it is not a question of what
the environmental risks are to a certain project, but now you are
arguing whether the project should go ahead before you know the
risks. It is a yes or a no situation. The process was set up to listen
to both sides of the issue from the environmental and the
economic sides, and then to have recommendations and deal with
them when the process comes to a conclusion.
J’étais curieux de savoir si, dans vos questions, vous aviez
soulevé celle des systèmes nationaux de réglementation et des
complications qu’ils entraînent en raison de l’organisation du
processus réglementaire et de leur fonctionnement depuis 10 ans.
Ce processus s’est révélé très lent et très coûteux. En fait, il ne
s’agit plus de savoir quels sont les risques de tel projet pour
l’environnement, mais si on doit lui donner le feu vert avant de
connaître les risques. C’est tout ou rien. Le processus a été mis sur
pied pour entendre les deux c ôtés, du point de vue
environnemental et économique, puis obtenir des
recommandations et y répondre quand il arrive à son terme.
That was not part of the discussion at any time in respect to
energy, the sustainability of energy and the ability to promote
development in the country. That was not an issue that was
raised; is that correct?
La question de la réglementation n’a pas été abordée par
rapport à l’énergie, sa durabilité et la capacité de promouvoir le
développement du pays, à aucun moment de la discussion. Ce
n’est pas une question qui a été soulevée, n’est-ce pas?
Mr. Godwaldt: Jurisdiction was brought up in terms of who is
in charge of what, but you bring up a good point in that this is not
a discussion that can take place over a month culminating in one
conference. This needs to be an ongoing discussion so that we can
continue to hear dissenting voices. I would welcome having you
come and speak to our youth. The centre facilitates the largest
network of schools in the country that is looking for these realtime engagement opportunities. I extend that invitation to all
senators.
M. Godwaldt : La question de la compétence a été soulevée
afin de déterminer à qui incombait cette responsabilité, mais vous
faites valoir un excellent argument, en ce sens que ce n’est pas une
discussion qui peut se dérouler pendant un mois et se solder par
une conférence. Cette discussion doit être continue afin que nous
puissions toujours entendre les voix dissidentes. J’aimerais que
vous veniez parler à nos jeunes. Le centre maintient le plus
important réseau d’écoles du pays et cherche des occasions de
dialoguer en temps réel. J’invite tous les sénateurs à venir parler
aux jeunes.
Our interest in today was due to knowing that their voices
would be heard. Whether it is via video conferencing from the
Senate chamber or via a computer, the kids really want to hear
from you and they want you to hear from them. The youth
created this from the ground up. They identified the key questions
and know that some things will obviously be overlooked, but
being able to continue this conversation with any senator would
be an amazing opportunity. We can do this with the technology
we have. Be aware that the kids are ecstatic that you are willing to
listen to them and that they can have that conversation and
pursue the things that we did not talk about.
Nous souhaitions participer à la séance d’aujourd’hui parce
que nous savions que leurs voix seraient entendues. Que ce soit
par vidéoconférence à partir de la Chambre du Sénat ou par
ordinateur, les jeunes veulent vraiment vous entendre et être
entendus par vous. Ils ont créé ce projet de A à Z. Ils ont défini les
principaux enjeux, et ils savent qu’on n’accordera pas
d’importance à certains d’entre eux, mais s’ils étaient en mesure
de poursuivre cette conversation avec un sénateur, quel qu’il soit,
ce serait une occasion du tonnerre. La technologie que nous
utilisons nous permet de le faire. Sachez que les jeunes sont
enchantés que vous soyez disposés à les écouter, qu’ils puissent
avoir cette conversation avec vous et aborder les sujets dont nous
n’avons pas parlé.
Senator Mitchell: I attended at Colonel By Secondary School
and did a seminar on sustainability and Aboriginals, which
Senator Sibbeston should be doing as well. On-screen participants
included Alaska, other states and a couple of provinces. They
even connect with foreign countries there.
Le sénateur Mitchell : À l’école secondaire Colonel By, j’ai
participé à un colloque sur la durabilité et les Autochtones, auquel
le sénateur Sibbeston devrait également assister. Les participants
à l’écran se trouvaient en Alaska, dans d’autres États et dans
quelques provinces. À cette école, ils communiquent même avec
des pays étrangers.
3-4-2012
Énergie, environnement et ressources naturelles
19:33
In addition to that, which was very interesting, the seminar was
being moderated by two Aboriginal students in my old high
school, Queen Elizabeth in Edmonton.
En outre, le colloque était animé par deux élèves autochtones
de mon ancienne école secondaire, Queen Elizabeth, à Edmonton,
ce qui était très intéressant.
They are looking for people to do these seminars. It would be
great, Senator Lang, if you could do one. You can do it from
anywhere, even from the Yukon. We should offer to do that and
further this discussion.
Ils cherchent des gens qui sont prêts à participer à ces
colloques. Sénateur Lang, ce serait formidable si vous pouviez
participer à l’un d’eux. Vous pouvez le faire à partir de n’importe
quel endroit, même le Yukon. Nous devrions leur offrir de
participer à ces colloques et poursuivre cette discussion.
Senator Massicotte: I move that Senator Lang does that.
The Chair: I rule the motion out of order.
Le sénateur Massicotte : Je propose que le sénateur Lang
participe à l’un d’eux.
Le président : Je déclare la motion irrecevable.
Senator Mitchell: I wanted to acknowledge the presence of a
teacher from Edson, Corey Reynolds, who has been working with
these students and Mr. Godwaldt.
Le sénateur Mitchell : Je tiens à mentionner la présence d’un
enseignant d’Edson, Corey Reynolds, qui travaille avec ces élèves
et M. Godwaldt.
Senator Brown: I want to compliment you young people for the
work you have done. I would recommend, however, that in the
future you look at the resources and the research that is going into
this.
Le sénateur Brown : Je tiens à vous féliciter, jeunes gens, du
travail que vous avez accompli. Toutefois, je recommanderais
qu’à l’avenir, vous examiniez les ressources et les recherches qui
sont consacrées à ces questions.
I received a sheet of paper five minutes after I sat down with
you. It comes from Washington, D.C., and says that the oceans
began warming 135 years ago, not 20 years ago, and that they
have increased in temperature 0.5 degrees Fahrenheit or
0.33 degrees centigrade, and that is at a depth of 2,300 feet or
700 metres. We are all working with a sea change in what we
thought the research was going to show.
Cinq minutes après m’être assis avec vous, j’ai reçu une feuille
de papier provenant de Washington, D.C., qui indique que les
océans ont commencé à se réchauffer il y a 135 ans, et non 20 ans,
que leur température s’est accrue de 0,5 degré Fahrenheit ou
0,33 degré centigrade, et ce, à une profondeur de 2 300 pieds ou
700 mètres. Nous devons tous nous adapter à un changement par
rapport à ce que nous pensions que la recherche allait démontrer.
I learned three days ago that 10 places in the world
accomplished fusion energy for a brief period. The only
problem they have so far is that the process uses more energy
that the experiments are producing. They have to find out how to
make it produce unlimited amounts of energy.
J’ai appris il y a trois jours qu’à 10 endroits dans le monde, on
a réussi à produire de l’énergie de fusion pendant un bref moment.
Le seul problème rencontré jusqu’à maintenant, c’est que les
expériences consomment plus d’énergie qu’elles n’en produisent.
Les scientifiques doivent découvrir comment permettre à ce
processus de produire des quantités illimitées d’énergie.
Thanks for coming and thank you for all the information you
provided.
Je vous remercie de votre présence et de tous les renseignements
que vous nous avez fournis.
Mr. Dueck: Senator Brown, I appreciate this amazing
opportunity to be here. When we were preparing our
presentation we did not focus less on research. We wanted to
research as much as possible with the resources available to us to
show that we cared about the issue. However, our understanding
is that this committee has been sitting for almost three years and
has heard from international environmentalists and our country’s
top PhDs in environmental science. We felt it would be wrong for
us to lecture on the knowledge aspect and rather chose to bring
you the different perspective of the youth of Canada.
M. Dueck : Sénateur Brown, je vous suis reconnaissant de
l’occasion qui m’est donnée d’être ici. Lorsque nous préparions
notre exposé, nous n’étions pas moins axés sur la recherche que
vous l’êtes. Nous avons effectué autant de recherches que nous le
pouvions à l’aide des ressources dont nous disposions, afin de
vous prouver que la question nous importait. Toutefois, nous
avons cru comprendre que votre comité siégeait depuis presque
trois ans et qu’il avait entendu des témoignages de la part
d’écologistes du monde entier et des plus brillants titulaires de
doctorat en science environnementale du Canada. Nous avons
pensé qu’il serait malvenu de notre part de vous présenter nos
connaissances en la matière. Nous avons décidé plutôt de vous
exposer le point de vue différent des jeunes Canadiens.
I was not aware of the document that you presented. It never
came up in our research. It is something that needs to be
addressed when we have the information.
Je ne connaissais pas l’existence du document que vous avez
présenté. Notre recherche ne nous a pas permis de le trouver.
C’est le genre de renseignements dont nous devons tenir compte
lorsqu’ils sont en notre possession.
19:34
Energy, Environment and Natural Resources
3-4-2012
I just wanted to clarify that our objective today was to offer a
new opinion to the Senate.
Je tenais simplement à préciser que notre objectif aujourd’hui
était de présenter un nouveau point de vue au Sénat.
Senator Brown: Again, I compliment you for your work. As I
said, there is a sea change going on in terms of the research. They
are learning more and more, and you will find that more and
more scientists will tell you things different things from what you
have heard to date.
Le sénateur Brown : Encore une fois, je vous félicite de votre
travail. Comme je l’ai dit, la recherche révèle des changements à
propos des océans. Les scientifiques en apprennent de plus en plus
à ce sujet, et vous constaterez qu’un nombre de plus en plus
important d’entre eux vous communiqueront des renseignements
différents de ceux que vous avez entendus jusqu’à maintenant.
Mr. Dueck: Thank you. After your three years of research on
this project, in your opinion is it a good option for Canada to
expand our pipelines across the country to both the Atlantic and
the Pacific?
M. Dueck : Merci. Après vos trois années de recherche relative
à cette étude, croyez-vous que ce soit une bonne idée de prolonger
nos pipelines jusqu’aux côtes atlantique et pacifique du Canada?
The Chair: I do not want to speak for colleagues, but I would
say that it is a darned good idea. I believe that it is essential, if we
are to have a proper national strategy and have energy security
for Canada in the future, to protect the East as well as the West in
terms of crude oil.
Le président : Je ne veux pas parler au nom de mes collègues,
mais je dirais que c’est une sacrée bonne idée. Je pense que c’est
essentiel, si nous voulons bénéficier d’une stratégie nationale
adéquate, assurer la sécurité énergétique future du Canada et
protéger tant l’Est que l’Ouest en ce qui concerne leurs besoins en
pétrole brut.
Why do we not go around the table and give our views.
Pourquoi ne demanderions-nous pas aux membres du comité
assis à la table de donner leur avis?
Senator Lang: Obviously it is an ongoing political debate in the
country. There are pipelines going from Alberta down through
the United States. There are pipelines all over the world, including
in Russia and Europe. Much of the political spin on the danger of
pipelines is questionable. I come from the Yukon, which is
adjacent to Alaska. There has been an oil pipeline there for about
40 years and it has operated in a manner that has been acceptable
to the general public.
Le sénateur Lang : De toute évidence, il s’agit là d’un débat
politique qui se déroule en ce moment au pays. À l’heure actuelle,
des pipelines relient l’Alberta aux États-Unis. Il y a des pipelines
partout dans le monde, y compris en Russie et en Europe. Une
bonne partie de la propagande politique concernant les dangers
des pipelines est discutable. Je viens du Yukon qui est contigu à
l’Alaska. Il y a un oléoduc là-bas qui est opérationnel depuis à peu
près 40 ans, et il fonctionne d’une manière qui convient au grand
public.
We will have to see what the environmental risks are, which I
do not think are insurmountable. Yes, I think there should be
pipelines. If we are going to diversify our economy and take
advantage of our resources, sell them on the open market and get
full price for them as opposed to what we are doing right now, we
need to go with pipelines. It will make us a stronger country and
enable us to meet our social obligations.
Nous allons devoir attendre de connaître la nature des risques
environnementaux qui, selon moi, ne seront pas insurmontables.
Oui, je crois que nous devrions disposer de pipelines. Si nous
voulons diversifier notre économie, tirer parti de nos ressources et
les vendre à plein prix sur le marché libre, contrairement à ce que
nous faisons en ce moment, nous devons choisir les pipelines. Cela
renforcera notre pays et nous permettra de respecter nos
obligations sociales.
Senator Massicotte: I believe that we definitely need a pipeline
to the West Coast. We need to diversify our customer base. That
is a very strong yes.
Le sénateur Massicotte : Je pense que nous avons absolument
besoin d’un pipeline vers la côte Ouest. Nous devons diversifier
notre clientèle. Je dis oui d’une manière très catégorique.
TransCanada to the east is not economically justifiable today.
One can make the argument that for security of supply our
existing sources are not reliable. In that case, you can be
persuaded to subsidize the pipeline across Eastern Canada, but
today I would say that it is not economically feasible.
À l’heure actuelle, il n’est pas économiquement justifiable d’en
construire un qui traverse le Canada jusqu’à la côte Est. On
pourrait avancer que nos sources actuelles ne sont pas fiables et
qu’il est nécessaire d’en construire un pour assurer la sécurité de
notre approvisionnement. Dans ce cas, on pourrait être persuadé
de subventionner un pipeline vers l’Est du Canada mais,
aujourd’hui, je dirais que ce n’est pas faisable sur le plan
économique.
Senator Lang: I agree with Senator Massicotte that it must be
economically feasible.
Le sénateur Lang : Je suis d’accord avec le sénateur Massicotte.
Il faut que le pipeline soit économiquement justifiable.
3-4-2012
Énergie, environnement et ressources naturelles
19:35
Senator Brown: There is a major difference between a pipeline
from Alberta to the East Coast and one to the United States. It is
over 3,000 miles to go to the East Coast and it is 2,200 miles from
Alberta to the Gulf Coast where the refineries are. Keystone and
the new refineries that will have to be built are expected to
produce $1.7 trillion of wealth over 20 years and in the order of
100,000 jobs. It is a big deal.
Le sénateur Brown : Il y a une énorme différence entre
un pipeline reliant l’Alberta à la côte Est et un allant vers les
États-Unis. Il faut parcourir plus de 3 000 miles pour atteindre la
côte Est, alors que la distance entre l’Alberta et la côte du golfe du
Mexique, où se trouvent les raffineries, est seulement de
2 200 miles. On s’attend à ce que le projet Keystone et les
nouvelles raffineries à construire créent, en 20 ans, des richesses de
1,7 billion de dollars et environ 100 000 emplois. C’est une affaire
importante.
It does not help the United States, and right now the United
States needs a lot of help economically with both jobs and money.
Un pipeline vers la côte Est n’aide pas les États-Unis et, en ce
moment, ce pays a besoin de beaucoup de capitaux et de
nombreux emplois sur le plan économique.
Senator Sibbeston: It occurred to me that if it was economically
feasible or practical, do you not think it would have been done
already in terms of the pipeline to Eastern Canada?
Le sénateur Sibbeston : Si un pipeline vers les provinces de
l’Atlantique était pratique ou économiquement justifiable, ne
croyez-vous pas qu’on en aurait déjà construit un?
The other factor is we have no choice but to seek markets in
other parts of the world. When I see the publicity and the negative
resistance to the pipeline to the West Coast, I wonder how our
country will ever achieve that. There is so much resistance,
particularly by Aboriginal people along the route and on the
coast. Will Canada just bulldoze the thing despite all the
opposition there is in B.C.? You have these kinds of problems
as a country that we have to face; you kind of bulldoze despite
what the Aboriginal people say in western B.C. If you look at the
news, they seem to be so opposed to it, so how is a country ever
going to convince them of the merits? Obviously, they are
concerned about the spills and so forth that occur.
De plus, nous n’avons pas le choix. Nous devons chercher des
marchés dans d’autres parties du monde. Lorsque je constate la
publicité négative et la résistance dont le pipeline vers la côte
Ouest fait l’objet, je me demande comment notre pays parviendra
à le construire. Il y a tellement de résistance, en particulier de la
part des Autochtones qui habitent le long du pipeline ou sur la
côte. Le Canada va-t-il simplement envoyer des bulldozers et
construire le pipeline malgré toute l’opposition manifestée en
Colombie-Britannique? Voilà le genre de dilemmes auxquels un
pays est confronté; il doit en quelque sorte envoyer des bulldozers
malgré les réserves des peuples autochtones de l’Ouest de la
Colombie-Britannique. D’après les nouvelles, ces derniers
semblent tellement opposés au projet qu’on se demande
comment un pays pourra jamais les convaincre de sa valeur.
Manifestement, ils sont préoccupés par les déversements et les
autres problèmes qui pourraient se produire.
It is these sorts of things that I think we face as a country. It is
not just an academic exercise at all; it is the reality of life in
different parts of our country that we have to face.
C’est le genre de problèmes auxquels un pays fait face. Ce n’est
pas seulement un problème théorique; c’est la réalité de la vie dans
les diverses parties de notre pays, et nous devons y faire face.
The Chair: We are counting on you to make that happen.
Le président : Nous comptons sur vous pour mettre ce projet en
branle.
Senator Mitchell: A theme of the debate or one of the lines is
clear, with Senator Lang on one of the furthest — I do not want
to say extreme — saying the market, the market, the market.
Le sénateur Mitchell : Les thèmes ou les axes du débat sont
clairs, et le sénateur Lang soutient l’un des plus droitistes — pour
ne pas dire extrêmes — d’entre eux en parlant sans cesse du
marché.
I believe in markets. I worked in business, but to exaggerate for
emphasis, would the market have won the Second World War?
Did we need to win the Second World War? Yes. Would the
markets have won it? No. We had to work together, coordinate,
invest, create policy, and figure out how to win the war.
Je crois aux marchés. J’ai travaillé dans le domaine des affaires,
mais en exagérant pour faire ressortir mon argument, le marché
aurait-il gagné la Seconde Guerre mondiale? Fallait-il la gagner?
Oui. Les marchés l’auraient-ils gagné? Non. Il a fallu que nous
collaborions, que nous coordonnions nos activités, que nous
investissions, que nous élaborions des politiques et que nous
trouvions une façon de gagner la guerre.
I am with Senator Massicotte. I am deeply concerned about
climate change and I think the economics of not doing something
about it are infinitely worse, absolutely infinitely worse, than the
economics of doing something about climate change.
Je partage l’opinion du sénateur Massicotte. Je suis très
préoccupé par le changement climatique, et je pense que
l’économie souffrira beaucoup moins si on lutte contre celui-ci
que si on s’abstient de le faire.
19:36
Energy, Environment and Natural Resources
3-4-2012
Winning the Second World War did not wreck our economies.
It created Western industrialized economies that have been the
strongest, the best, and that have created the best standard of
living in the history in the world. Winning the war on climate
change will not wreck our economy. What we need to understand
— and you get it — is that we cannot just do away with the oil
sands or traditional forms of energy. It will not happen. We have
to find out how to do them better, and we can. We have to find
out how to do other things better as well, but I think the stakes
are extremely high and the urgency is high, and we cannot say let
the markets do it.
Notre victoire, à l’issue de la Seconde Guerre mondiale, n’a pas
anéanti nos économies. Grâce à celle-ci, les économies des pays
occidentaux industrialisés sont devenues les plus solides et les plus
prospères de l’histoire du monde et leur niveau de vie, le plus élevé
qu’on n’ait jamais connu. Notre victoire sur le changement
climatique n’anéantira pas notre économie. Il faut comprendre —
et vous le comprenez — que nous ne pouvons pas nous passer
simplement des sables bitumineux ou des formes traditionnelles
d’énergie. Cela ne se produira pas. Nous devons trouver des
façons de mieux les exploiter, et nous le pouvons. Nous devons
également trouver des façons de mieux réaliser d’autres choses,
mais selon moi, les enjeux sont extrêmement importants et
urgents, et nous ne pouvons nous contenter de dire que les
marchés s’en occuperont.
To be more specific, the markets will drive it a lot; that is why
pricing can be helpful. To be more specific about the pipeline east,
it is a question of what, as a society, we put on the question of
energy security. We are saying to the U.S., ‘‘You should buy our
oil because you need energy security,’’ but the Maritimes are
buying the same oil as the U.S., so it is an issue of how much will
be put into it.
Pour être plus précis, les marchés favoriseront grandement ces
enjeux; c’est la raison pour laquelle il pourrait être utile de fixer
certains prix. En ce qui concerne le pipeline vers l’Est, tout dépend
de l’importance que notre société accorde à la sécurité
énergétique. Nous disons aux Américains qu’ils devraient
acheter notre pétrole parce qu’ils ont besoin d’assurer leur
sécurité énergétique. Cependant, les provinces maritimes
achètent le même pétrole que les États-Unis. Par conséquent,
tout dépend de l’argent que nous souhaitons consacrer à cette
question.
Senator Massicotte: Are you recommending another world war
as a solution?
Le sénateur Massicotte : Nous recommandez-vous de
provoquer une autre guerre mondiale pour résoudre le problème?
The Chair: The chair will call order to this. We had the first
question from our panel of young Canadians and they heard our
diverse answers to question A. Now there are three more
questions. We have gone beyond the time I had set, but I would
like to have the three questions and you can have three more
answers.
Le président : La présidence rappelle les membres à l’ordre.
Notre groupe de jeunes Canadiens nous a posé une première
question et a entendu nos diverses réponses. Maintenant, ils ont
trois autres questions à nous poser. Nous avons dépassé le temps
que j’avais alloué pour cette période, mais j’aimerais que vous me
communiquiez les trois questions, et vous pourrez obtenir trois
réponses supplémentaires.
What is the next question?
Ms. Baker: After having experts present to you, did you have a
sudden realization or a change in thought or opinion like
Mr. Praill did when he was thinking that we should have a
quick shift at first, but then after researching said no, a slow shift
would be a lot more feasible and appropriate? Perhaps it was not
specifically that change in thought, but something that was shared
with you that kind of altered your thinking?
The Chair: Let me try and we will go around the table.
Senator Massicotte: Could we get all three questions and we
can get a quick comment and save a lot of time?
Quelle est votre prochaine question?
Mme Baker : Après avoir entendu les experts, avez-vous
soudainement pris conscience de quelque chose ou changer
d’avis comme M. Praill, qui pensait, au début, que nous
devrions apporter rapidement des changements et qui, après
avoir effectué des recherches, a décidé qu’il serait plus approprié
et réalisable de procéder lentement? Il ne s’agissait peut-être pas
de ce changement d’opinion en particulier, mais plutôt d’un
renseignement qui vous a été communiqué et qui a en quelque
sorte modifié votre façon de penser.
Le président : Permettez-moi d’essayer de répondre à votre
question. Ensuite, les membres assis autour de la table
interviendront à tour de rôle.
Le sénateur Massicotte : Pourrions-nous connaître les trois
questions? Ainsi, nous pourrons formuler rapidement des
observations et économiser beaucoup de temps.
3-4-2012
Énergie, environnement et ressources naturelles
Mr. Eardley: I was going to ask about what I talked about in
my presentation. Does Canada have any ambition to come out as
leader in environmental stuff? If so, what plan do they have now if
any? What are they thinking about that at the moment?
19:37
M. Eardley : J’allais vous interroger à propos de ce dont j’ai
parlé pendant mon exposé. Le Canada ambitionne-t-il de devenir
un chef de file dans le domaine environnemental? Dans
l’affirmative, avons-nous un plan à l’heure actuelle, et si oui,
quel est-il? Qu’en pense le gouvernement en ce moment?
The Chair: The third question?
Le président : La troisième question?
Mr. Eardley: He is not here.
M. Eardley : Il n’est pas là.
The Chair: We will start with that. What we learned quickly
when we initiated this study — the idea was to get the literacy and
get people talking energy — was the realization of what a
wonderfully blessed country we are on the one hand, and how
diverse it is. What is good in northern British Columbia is not
necessarily the same thing in Alberta or Saskatchewan.
Le président : Nous allons commencer par ces questions.
Lorsque nous avons amorcé notre étude — notre objectif était de
nous procurer la documentation et d’inciter les gens à aborder la
question de l’énergie —, nous avons compris rapidement à quel
point notre pays était béni des dieux et diversifié. Ce qui est
profitable dans le nord de la Colombie-Britannique ne l’est pas
nécessairement en Alberta ou en Saskatchewan.
We eventually found that the economy, energy and the
environment are inextricably tied together. If you go with one
thing say on the environment, what effect will that have on the
economy and so on. That led to more of a gradual report or
action over time. You cannot just shut all the coal-fired plants in
Alberta or the nuclear plants in Ontario down tomorrow or you
have chaos.
Nous nous sommes finalement rendu compte que l’économie,
l’énergie et l’environnement sont intrinsèquement liés. Si vous
optez pour une chose du côté de l’environnement, quel effet cette
décision aura-t-elle sur l’économie et tout le reste? Cet élément
nous pousse à adopter une approche graduelle sur une longue
période. On ne peut pas tout bonnement fermer demain matin
toutes les centrales au charbon en Alberta ou les centrales
nucléaires en Ontario; ce serait le chaos.
We have good things in place, they just need to be moderately
and gradually phased out where it makes sense to, as they are
doing in Ontario phasing out coal-fired plants and having
transitional fuel of natural gas for example. Some of you
referred to that. That was the situation on that.
Nous avons de bons éléments en place; il faut seulement les
éliminer progressivement là où c’est logique de le faire, comme
l’Ontario est en train de le faire en éliminant progressivement les
centrales au charbon et en optant pour le gaz naturel comme
carburant de remplacement, par exemple. Certains d’entre vous y
ont fait allusion. Voilà ce qu’était la situation à cet égard.
In terms of Mr. Eardley’s question, my comment would be that
governments change. Governments have their policies. The
present government believes it has a very focused policy on the
environment. Not everyone agrees with that, but they do have it.
They talk about it. You referred to Minister Kent, and you have
met with him, I think.
Pour ce qui est de la question de M. Eardley, je dirais que les
gouvernements changent. Les gouvernements ont leurs politiques.
Le présent gouvernement croit avoir une politique très ciblée sur
l’environnement. Ce n’est pas tout le monde qui est d’accord avec
cela, mais le gouvernement en a une et il en parle. Vous avez fait
allusion au ministre Kent, et je crois que vous l’avez rencontré.
The government is dealing with the major partners here in
North America. To wit yesterday, the three amigos — the
Mexican leader, the American, and Canadian — all met. They
issued a communiqué and half was on energy and the
environment. We are tied in with them. Clearly, the trend is to
have a cleaner and greener and more sustainable and efficient way
forward, both in environment and energy and taking the account
of the economy.
Le gouvernement traite avec les partenaires majeurs en
Amérique du Nord. À ce chapitre, les trois amigos — le
président américain, le président mexicain et le premier ministre
canadien — se sont rencontrés. Ils ont diffusé un communiqué,
dont la moitié portait sur l’énergie et l’environnement. Nous
sommes étroitement liés à eux. La tendance se dirige clairement
vers des approches futures plus propres, plus vertes, plus durables
et plus efficaces dans le domaine de l’environnement et de
l’énergie, tout en tenant compte de l’économie.
Senator Lang: I will make a couple of points in respect to your
first question about a change of thought.
Le sénateur Lang : Je soulèverai deux ou trois points
concernant votre première question sur le changement de
mentalité.
I think what you and your colleagues have brought forward
here is not unlike what we heard across the country. It is
interesting when you get the diverse representation that you have
here and exchange views and find out how what is happening in
one part of the country affects another part of the country.
Selon moi, les éléments que vous et vos collègues avez soulevés
ne sont pas différents de ceux que nous avons entendus partout au
pays. C’est intéressant d’avoir une telle représentation, d’échanger
des points de vue et de voir comment ce qui se passe dans une
région du Canada influe sur une autre région du pays.
19:38
Energy, Environment and Natural Resources
3-4-2012
The one aspect I have learned over the course of time I have
been on this committee is diversification across the country, and
that we are truly fortunate to be Canadians. When I speak some
at events I bring this forward and describe it in this manner: If
you have been born a Canadian, you have won the lottery. We
should always remember that. We are extremely fortunately.
En siégeant au comité, j’ai notamment appris au fil des ans que
le Canada est un pays diversifié et que nous sommes vraiment
privilégiés d’être Canadiens. Lorsque je prends la parole lors
d’évènements, je soulève ce point, et voici comment je le décris. Si
vous êtes nés au Canada, vous avez gagné le gros lot. Nous ne
devrions jamais l’oublier. Nous sommes extrêmement chanceux.
We talk about the environment in Canada here and naval gaze
a lot, but we should view it from the point of view that the glass is
half full, not half empty.
Nous parlons de l’environnement au Canada et nous nous
regardons beaucoup le nombril, mais nous devrions aborder la
situation en nous disant que le verre est à moitié plein, et non à
moitié vide.
When we look at our greenhouse gas emissions, I believe the
figure is 500,000 metric tonnes a year versus a country like China
that does almost 9 million.
En ce qui concerne nos émissions de gaz à effet de serre, je crois
qu’elles totalisent environ 500 000 tonnes métriques. En
comparaison, les émissions de la Chine approchent 9 millions de
tonnes métriques.
We are in an area where we do have problems related to
greenhouse gas emissions, and it is an area of concern. It is a
question of how we approach those concerns and how we can
diminish our responsibilities when it comes to those emissions and
the planet we live on.
Il s’agit d’un secteur dans lequel nous avons des problèmes
concernant les émissions de gaz à effet de serre, et c’est inquiétant.
Il faut trouver comment aborder ces inquiétudes et comment
diminuer nos émissions et notre empreinte sur la planète.
I think we can do that, but we have to work towards that.
From the point of view of where we are as a country and for
young people, you should look at your country and say how
fortunate we are. Yes, we can make it better, but we have gone a
long way in the past number of years to get to where we are.
Je crois que nous pouvons y arriver, mais il faut prendre des
mesures en ce sens. En considérant la situation dans laquelle nous
sommes rendus en tant que pays et pour notre jeunesse, vous
devriez regarder votre pays et vous sentir privilégiés. C’est vrai
que nous pouvons l’améliorer, mais nous avons déjà fait
beaucoup de chemin au cours des dernières années pour en
arriver à la situation actuelle.
Senator Massicotte: I agree completely with Senator Lang and
our chair as to how lucky we are to be in Canada, and we are well
positioned compared to the rest of the world.
Le sénateur Massicotte : Je suis tout à fait d’accord avec le
sénateur Lang et notre président; je crois que nous sommes
privilégiés d’être au Canada et que nous sommes en bonne
position comparativement au reste du monde.
However, I will reiterate my earlier comment. What I learned
was a shock: A great preponderance of world experts are saying
there is a warming up of the climate change and, given the
amount of infrastructure already in place that cannot be changed,
we are heading to a significant warming up of our climate, far
beyond two degrees Celsius. The consequences to species — and
the economy — will be serious.
Cependant, je vais réitérer mon commentaire. Ce que j’ai
appris a été tout un choc. Un très grand nombre de spécialistes
dans le monde affirment que le réchauffement climatique
s’accélère. De plus, étant donné l’ampleur de l’infrastructure
déjà en place qui ne peut être modifiée, nous nous dirigeons vers
un réchauffement considérable de notre climat, et ce, bien au-delà
de 2 degrés Celsius. Les répercussions sur les espèces et l’économie
seront considérables.
I say that even if we move quickly as a government, as a world,
it will still be a slow shift. You will not destroy all the existing
buildings and all the inefficiencies. It will be a slow shift.
Je dis aussi que même si le gouvernement ou la planète agit
rapidement, le changement se fera tout de même lentement. On ne
détruira pas tous les édifices et on n’éliminera pas toutes les
inefficacités. Ce sera un changement lent.
As a leading country, we basically ‘‘punch above our weight’’ in
the world sense. We should be doing more to ensure we get there
faster, and we need to be aggressive in addressing climate change.
En tant que chef de file, le Canada a beaucoup d’influence sur
la scène internationale. Nous devrions en faire plus pour nous
assurer d’atteindre l’objectif plus rapidement, et il faut aborder
avec fermeté les changements climatiques.
I have to say that the sense of discouragement I have is that the
world is the same. They are not headed there quickly. We can
criticize governments for doing so, but it is because the electorate
is not going there. Look at the polls: 85 per cent of Canadians say
Je dois dire que je suis découragé que le monde soit le même.
Les gens ne se dirigent pas rapidement dans cette direction. Nous
pouvons pointer du doigt les gouvernements à ce sujet, mais la
raison est que les électeurs n’y sont pas prêts. Regardez les
3-4-2012
Énergie, environnement et ressources naturelles
19:39
they want a strong emphasis on the environment. When you are
charging $300 a year, it goes down to 15 per cent.
sondages. Environ 85 p. 100 des Canadiens disent vouloir que le
gouvernement mette davantage l’accent sur l’environnement. Par
contre, lorsqu’on leur impose des frais annuels de 300 $, ce
pourcentage chute de 15 points.
It is all very nice to say ‘‘I want this and that,’’ but people from
an average sense are not prepared to make the sacrifice to get
there. Governments represent the electorate, but the electorate
has to smarten up and make the sacrifices to get there because we
will all suffer in 20 or 30 years, and big time.
C’est bien beau de dire qu’on veut ceci ou cela, mais le
Canadien moyen n’est pas prêt à faire les sacrifices pour y arriver.
Les gouvernements représentent les électeurs, mais ces derniers
doivent se réveiller et faire des sacrifices pour y arriver, parce que
nous allons tous payer le prix fort dans 20 ou 30 ans
Senator Brown: Actually, you can get a whole new set of
research from Senator Mitchell. All you have to do is go on his
line and ask for copies of the research people, starting with
Dr. Happs. It is a 22-page thing.
Le sénateur Brown : En fait, vous pouvez obtenir une nouvelle
série de recherches du sénateur Mitchell. Tout ce que vous avez à
faire, c’est de lui demander des copies des chercheurs, en
commençant par M. Happs. C’est un document de 22 pages.
Senator Sibbeston: I do not have much to contribute to what
has been said.
Le sénateur Sibbeston : Je n’ai pas grand-chose à rajouter à ce
qui a déjà été dit.
I come from the Northwest Territories where we see the signs
of climate change. People do not like the erratic weather change,
but we do not mind the milder weather. For the last three days I
have been in Yellowknife it has been zero, which is a bit unusual.
Je représente les Territoires du Nord-Ouest, où nous
constatons les signes des changements climatiques. Les gens
n’aiment pas les changements climatiques imprévisibles, mais on
ne se plaint pas des températures plus chaudes. J’ai passé trois
jours à Yellowknife, et il a fait zéro, ce qui est quelque peu
inhabituel.
We are noticing that the effects in the North are more severe
than in the South. We know it is coming about. I think the North
in the next 30 or 40 years will change dramatically because of
there being less ice up in the Arctic. Transport will be possible.
That part of the North will be more open to development.
Nous constatons que les effets sont plus prononcés dans le
nord que dans le sud. Nous savons que ça s’en vient. À mon avis,
le Nord canadien dans 30 ou 40 ans changera radicalement, parce
qu’il y aura moins de glace dans l’Arctique. La région sera
navigable. Cette région du Nord canadien sera donc plus propice
à la mise en valeur.
With less cold, I do not know whether there will ever be
immigration or a movement of people into the Arctic. There is no
soil like Alberta and Saskatchewan such that people can become
farmers. It is pretty well sandy and rocky, with muskeg. It is not
an area where there will be mass migration. In many ways people
up in the North like that, because they do not want too many
people up there.
S’il fait moins froid, je ne sais pas s’il y aura un jour de
l’immigration ou une migration vers l’Arctique. Il n’y a pas de
terres cultivables comme en Alberta et en Saskatchewan. C’est
une région plutôt sablonneuse et rocheuse avec des fondrières de
mousse. Ce n’est pas une région vers laquelle il y aura une
migration massive. À bien des égards, les gens du Nord canadien
n’ont rien contre cela, parce qu’ils ne veulent pas qu’il y ait trop
de gens.
Senator Mitchell: The most startling revelation for me was the
realization that dealing with climate change will not hurt the
economy. It is not an economic burden but an opportunity, and it
will stimulate the economy. I think we will find that we will fix it
faster with less dislocation, upset and change than we imagine.
That is my answer to the first question.
Le sénateur Mitchell : Ce qui m’a le plus surpris, c’est qu’on
peut aborder les changements climatiques sans nuire à l’économie.
Il ne s’agit pas d’un fardeau économique, mais bien d’une
occasion qui stimulera l’économie. Selon moi, nous allons nous
rendre compte que nous réparerons les pots cassés plus
rapidement et avec moins de bouleversements, de heurts et de
changements que nous l’imaginons. Voilà ma réponse à la
première question.
The second answer is that we are not providing enough
leadership internationally, and I think the potential exists there.
We are a remarkably fortunate country, I agree. It is a gift from
God — like winning the lottery — to live here, and we have a
responsibility to the rest of the world in many ways to provide
that leadership. I think we can do better.
La deuxième réponse est que nous n’exerçons pas suffisamment
notre rôle de chef de file sur la scène internationale, et je crois qu’il
y a un potentiel à cet égard. Je suis d’accord que le Canada est un
pays privilégié. C’est un cadeau du ciel — le gros lot — de vivre
ici. À bien des égards, nous devons au reste du monde d’exercer
notre rôle de chef de file. Je crois que nous pouvons nous
améliorer sur ce plan.
19:40
Energy, Environment and Natural Resources
3-4-2012
The Chair: Mr. Praill, you were out of the room. We went
around the room. Three questions were articulated. We have five
minutes left and I would like you to give us your question.
Le président : Monsieur Praill, vous aviez quitté la pièce. Nous
avons fait un tour de table. Trois questions ont été posées. Il nous
reste cinq minutes, et j’aimerais que vous nous posiez votre
question.
Mr. Praill: After three years of research on sustainable energy,
have you come to a conclusion that it is better that we incorporate
some sort of national energy strategy or should it be more on a
provincial level? Which government should be taking the point on
this?
M. Praill : Après trois ans de recherches sur l’énergie durable,
avez-vous conclu qu’il serait mieux d’avoir une certaine stratégie
énergétique gérée par le gouvernement fédéral ou les provinces?
Quel ordre de gouvernement devrait s’en occuper?
The Chair: That is the fundamental and relevant question, one
we will be addressing in our report.
Le président : C’est la question fondamentale et pertinente à
laquelle nous répondrons dans notre rapport.
Clearly, there is a role for all levels of government; however, in
Canada, the basic jurisdiction rests with the provinces. The
provinces have recently and happily, in my opinion — and I think
my colleagues share this — come to the realization that it is
necessary for them to start having a dialogue, and to start
collaborating and working together to develop a cohesive
framework for a national energy policy that will bring
prosperity to all the regions in the country.
Tous les ordres de gouvernement auront clairement un rôle à
jouer. Cependant, au Canada, les compétences fondamentales
appartiennent aux provinces. À mon avis, les provinces ont
récemment et heureusement compris qu’il leur est nécessaire de
commencer à établir un dialogue et à collaborer en vue d’élaborer
un cadre cohésif pour convenir d’une politique énergétique
nationale qui apportera la prospérité dans toutes les régions
canadiennes. Je crois que mes collègues partagent la même
opinion.
They have embarked on this more or less on the condition that
the feds stay out of it. The federal government will be consulted
when it is consulted and then it can have its input. That is fine
with the federal government. It also has certain areas of
jurisdiction, particularly in the North, where the federal
government has a role to play through the work that is done in
Environment Canada, in Natural Resources Canada, and in
Aboriginal Affairs and Northern Development, which is a major
one. There are also, as you are aware, the National Energy Board
and the various federal initiatives in the energy game.
Les provinces ont décidé de le faire plus ou moins à la
condition que le gouvernement fédéral ne s’en mêle pas. Le
gouvernement fédéral sera consulté lorsqu’il le sera, et il pourra
donner son opinion. Le gouvernement fédéral est à l’aise avec
cette situation. Il y a aussi des champs de compétence,
particulièrement dans le Nord canadien, où le gouvernement
fédéral a un rôle à jouer par l’entremise d’Environnement
Canada, de Ressources naturelles Canada et d’Affaires
autochtones et Développement du Nord Canada, qui est un
organisme important. Comme vous le savez, il y a aussi l’Office
national de l’énergie et les diverses initiatives fédérales dans le
domaine de l’énergie.
That is what we have discovered. Whether Ms. Redford is
successful in the election, she has been very clearly and
consistently outspoken since the day she became leader, and it
has had an influence with Ontario and Quebec. I am not sure
about the other provinces, but my information is that they are all
rallying to a collaborative approach amongst themselves, which is
perfect in Ottawa. Ottawa should keep out of it. Ottawa was the
big bad wolf in the NEP. Ottawa has enough problems on its
plate, and the present government believes in less involvement
rather than more in terms of government, generally.
Voilà ce que nous avons découvert. Peu importe le résultat de
l’élection, depuis qu’elle est première ministre, Mme Redford n’a
vraiment pas mâché ses mots, ce qui a eu une influence sur
l’Ontario et le Québec. Je ne suis pas certain pour ce qui est des
autres provinces, mais je crois comprendre qu’elles se rallient
toutes à une approche collaborative entre elles, ce qui est parfait
du point de vue du gouvernement fédéral. Ottawa ne devrait pas
se mêler de la question. Ottawa était perçu comme le grand
méchant loup dans la politique énergétique nationale. Ottawa a
suffisamment de pain sur la planche, et le présent gouvernement
croit de manière générale qu’il est préférable que le gouvernement
fédéral s’ingère moins dans les affaires des provinces.
Those would be my comments.
Senator Massicotte: I agree with the chair’s answer completely.
The Chair: He is a fine Canadian.
Senator Mitchell: The main thing for me is collaboration and
cooperation. I am from Alberta. Federal leadership can cause
certain problems.
Voilà mes commentaires.
Le sénateur Massicotte : Je suis tout à fait d’accord avec la
réponse du président.
Le président : Il est un bon Canadien.
Le sénateur Mitchell : Les éléments importants selon moi sont
la collaboration et la coopération. Je viens de l’Alberta.
L’intervention fédérale peut causer certains problèmes.
3-4-2012
Énergie, environnement et ressources naturelles
19:41
There is an area where federal leadership is essential and that is
when we speak to the rest of the world. The world does not think
that Alberta speaks for Canada. I am from Alberta and I love it
and God bless Alison Redford — she has done quite a bit of that.
However, the world does not see that. Canada has to take a role
in our brand and credibility on these issues.
Il y a un domaine dans lequel l’intervention fédérale est
essentielle, et c’est lorsqu’on discute avec le reste du monde. La
planète ne pense pas que l’Alberta parle au nom du Canada. Je
viens de l’Alberta; j’adore ma province. Que Dieu bénisse Alison
Redford — elle en a fait beaucoup à ce sujet. Cependant, le
monde ne le voit pas. Le Canada doit participer à la notoriété de
notre marque et renforcer notre crédibilité au sujet de ces enjeux.
I want to say that this has been a remarkable experience on
many levels for me and I speak for all my colleagues, also, and for
people who have been watching it. The four of you are immensely
impressive, and the leadership you have had from people like
Mr. Godwaldt and Mr. Reynolds is clearly evident in the work
you have done. You have brought a sense of the power of modern
technology, the contribution it makes to a democratic process and
democratic possibilities.
Je tiens à dire que l’exercice a été une expérience remarquable à
bien des égards en ce qui me concerne, et je crois également me
faire l’écho de tous mes collègues et des gens qui nous ont
regardés. Vous quatre êtes extrêmement impressionnants, et
l’apport de personnes comme M. Godwaldt et M. Reynolds est
clairement évident dans vos travaux. Vous avez démontré le
pouvoir de la technologie moderne et sa contribution à un
processus démocratique et aux possibilités démocratiques.
However, you have also brought to us a tremendous passion
and energy for the future from a generation that clearly is ready to
take this kind of responsibility. Clearly, we need you to do it.
Vous avez aussi fait preuve de passion et d’énergie incroyable
pour l’avenir de la part d’une génération qui est clairement prête à
assumer une telle charge. Nous avons clairement besoin que vous
le fassiez.
Thank you very much. I am impressed.
Merci beaucoup. Je suis impressionné.
The Chair: I would like to simply add a final word.
Mr. Godwaldt and all of you, thank you for getting involved
when you did when the idea came up and seeing it to a conclusion
here this evening. There will be ramifications far beyond what has
played out this evening, if I understand the role of your
organization.
Le président : J’aimerais faire un dernier commentaire.
Monsieur Godwaldt et tous les témoins, je vous remercie de
votre participation du début jusqu’à la fin. Des effets se feront
sentir bien au-delà de ce qui s’est dit ce soir, si je comprends bien
le rôle de votre organisme.
We are here trying to make a little bit of a difference. Our
report is very much on our agenda, it is in our focus, it is a huge
bite after so much study for such a long time and trying to come
up with something that will actually make a difference and be
user-friendly. There are so many big reports around that sit on
shelves in universities and do not get read, so we are trying to
come up with something that will be practical.
Nous sommes ici pour faire une petite différence. Notre
rapport est prévu à l’horaire; c’est dans notre viseur et c’est un
gros morceau, étant donné l’ampleur de notre étude. De plus,
nous voulons arriver à des conclusions qui feront véritablement
une différence et qui seront conviviales. Beaucoup de rapports
importants se retrouvent sur des tablettes dans les universités, et
les gens ne les lisent pas. Nous essayons de rédiger un document
pratique.
We urge you to spread the gospel. You can see we really are
warm bodies that care and are focused on the subject matter. We
want to carry on talking energy with Canadians. Keep in touch
with us, if you will, both electronically through social media and
otherwise. We are always interested in hearing your point of view.
Nous vous encourageons à faire part de la bonne nouvelle.
Vous pouvez constater que nous sommes de vraies personnes en
chair et en os qui se préoccupent et s’occupent de l’enjeu en
question. Nous voulons poursuivre les discussions sur l’énergie
avec les Canadiens. Restez en contact avec nous, si vous le voulez,
par l’entremise des médias sociaux ou d’autres moyens
électroniques. Entendre vos points de vue nous intéresse toujours.
[Translation]
For those from ‘‘la belle province’’ of Quebec, as I am, we very
much appreciate the work that you have done, not only for your
schools first and foremost, but also as young Canadians with a
deep interest in the topic that is so important for both the present
and the future of all Canadians.
[Français]
Pour ceux qui, comme moi, sont de la belle province de
Québec, nous apprécions beaucoup le travail que vous avez fait au
nom tout d’abord de vos écoles, mais aussi en tant que jeunes
Canadiens qui ont un profond intérêt pour ce sujet si important
pour aujourd’hui et pour l’avenir de tous les Canadiens et
Canadiennes.
19:42
Energy, Environment and Natural Resources
[English]
[Traduction]
On that note, thank you all. I declare the meeting terminated.
Sur ce, merci à tous. La séance est levée.
(The committee adjourned.)
(La séance est levée.)
3-4-2012
WITNESSES
Queen Elizabeth High School:
Terrance Godwaldt, Teacher and Coordinator for the Centre for
Global Education.
As individuals:
TÉMOINS
Queen Elizabeth High School :
Terrance Godwaldt, professeur et coordonnateur du Centre for
Global Education.
À titre personnel :
Chelsea Baker, Student;
Chelsea Baker, étudiante;
Travis Dueck, Student;
Travis Dueck, étudiant;
Colton Praill, Student;
Colton Praill, étudiant;
Brandon Eardley, Student.
Brandon Eardley, étudiant.
Available on the Internet: http://www.parl.gc.ca
Disponible sur internet: http://www.parl.gc.ca
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising