Second Session Deuxième session de la Forty-first Parliament, 2013-14-15

Second Session Deuxième session de la Forty-first Parliament, 2013-14-15
Second Session
Forty-first Parliament, 2013-14-15
Deuxième session de la
quarante et unième législature, 2013-2014-2015
Proceedings of the Standing
Senate Committee on
Délibérations du Comité
sénatorial permanent des
Fisheries and Oceans
Pêches et des océans
Chair:
The Honourable FABIAN MANNING
Président :
L’honorable FABIAN MANNING
Tuesday, March 31, 2015
Le mardi 31 mars 2015
Issue No. 21
Fascicule nº 21
Thirty-second meeting:
Trente-deuxième réunion :
Study on the regulation of aquaculture, current challenges
and future prospects for the industry in Canada
Étude sur la réglementation de l’aquaculture, les défis
actuels et les perspectives d’avenir de l’industrie au Canada
WITNESSES:
(See back cover)
TÉMOINS :
(Voir à l’endos)
52020
STANDING SENATE COMMITTEE
ON FISHERIES AND OCEANS
COMITÉ SÉNATORIAL PERMANENT
DES PÊCHES ET DES OCÉANS
The Honourable Fabian Manning, Chair
Président : L’honorable Fabian Manning
The Honourable Elizabeth Hubley, Deputy Chair
Vice-présidente : L’honorable Elizabeth Hubley
and
et
The Honourable Senators:
Les honorables sénateurs :
Baker, P.C.
* Carignan, P.C.
(or Martin)
* Cowan
(or Fraser)
Lovelace Nicholas
McInnis
Meredith
Munson
Poirier
Raine
Stewart Olsen
Wells
Baker, C.P.
* Carignan, C.P.
(ou Martin)
* Cowan
(ou Fraser)
Lovelace Nicholas
McInnis
Meredith
Munson
Poirier
Raine
Stewart Olsen
Wells
*Ex officio members
* Membres d’office
(Quorum 4)
(Quorum 4)
Change in membership of the committee:
Modification de la composition du comité :
Pursuant to rule 12-5, membership of the committee was
amended as follows:
Conformément à l’article 12-5 du Règlement, la liste des membres
du comité est modifiée, ainsi qu’il suit :
The Honourable Senator Wells replaced the Honourable Senator
Plett (March 25, 2015).
L’honorable sénateur Wells a remplacé l’honorable sénateur Plett
(le 25 mars 2015).
Published by the Senate of Canada
Available on the Internet: http://www.parl.gc.ca
Publié par le Sénat du Canada
Disponible sur internet: http://www.parl.gc.ca
31-3-2015
Pêches et océans
MINUTES OF PROCEEDINGS
PROCÈS-VERBAL
OTTAWA, Tuesday, March 31, 2015
(36)
OTTAWA, le mardi 31 mars 2015
(36)
[English]
21:3
[Traduction]
The Standing Senate Committee on Fisheries and Oceans met
this day at 5:09 p.m., in room 9, Victoria Building.
Le Comité sénatorial permanent des pêches et des océans se
réunit aujourd’hui, à 17 h 9, dans la pièce 9 de l’édifice Victoria.
Members of the committee present: The Honourable Senators
Hubley, Manning, McInnis, Meredith, Poirier, Raine, Stewart
Olsen and Wells (8).
Membres du comité présents : Les honorables sénateurs
Hubley, Manning, McInnis, Meredith, Poirier, Raine, Stewart
Olsen et Wells (8).
In attendance: Odette Madore, Analyst, Parliamentary
Information and Research Services, Library of Parliament.
Également présente : Odette Madore, analyste, Service
d’information et de recherche parlementaires, Bibliothèque du
Parlement.
Also present: The official reporters of the Senate.
Aussi présents : Les sténographes officiels du Sénat.
Pursuant to the order of reference adopted by the Senate on
Monday, December 9, 2013, the committee continued its study on
the regulation of aquaculture, current challenges and future
prospects for the industry in Canada. (For complete text of the
order of reference, see proceedings of the committee, Issue No. 2.)
Conformément à l’ordre de renvoi adopté par le Sénat le lundi
9 décembre 2013, le comité poursuit son étude sur la
réglementation de l’aquaculture, les défis actuels et les
perspectives d’avenir de l’industrie au Canada. (Le texte intégral
de l’ordre de renvoi figure au fascicule no 2 des délibérations du
comité.)
WITNESSES:
TÉMOINS :
Canadian Aquaculture Industry Alliance:
Alliance de l’industrie canadienne de l’aquaculture :
Terry Ennis, President, Board of Directors Executive;
Terry Ennis, président, conseil d’administration;
Pamela Parker, Member, Board of Directors Executive and
Government Relations Committee;
Pamela Parker, membre, conseil d’administration et comité des
relations gouvernementales;
Ruth Salmon, Executive Director.
Ruth Salmon, directrice générale.
Fisheries and Oceans Canada:
Pêches et Océans Canada :
Kevin Stringer, Senior Assistant Deputy Minister, Ecosystems
and Fisheries Management;
Kevin Stringer, sous-ministre adjoint principal, Gestion des
écosystèmes et des pêches;
Eric Gilbert, Director General, Aquaculture Management,
Ecosystems and Fisheries Management;
Eric Gilbert, directeur général, Gestion de l’aquaculture,
Gestion des écosystèmes et des pêches;
Jay Parsons, Director, Aquaculture Science, Ecosystems and
Fisheries Management.
Jay Parsons, directeur, Sciences de l’aquaculture, Gestion des
écosystèmes et des pêches.
Mr. Ennis, Ms. Parker, Ms. Salmon and Mr. Stringer made
statements and, together with Messrs. Gilbert and Parsons,
answered questions.
M. Ennis, Mme Parker, Mme Salmon et M. Stringer font des
déclarations et, avec MM. Gilbert et Parsons, répondent aux
questions.
At 6:48 p.m., the committee suspended.
À 18 h 48, la séance est suspendue.
At 6:53 p.m., the committee resumed.
À 18 h 53, la séance reprend.
The Honourable Senator Stewart Olsen moved:
L’honorable sénatrice Stewart Olsen propose :
That the committee proceed in camera, pursuant to
rule 12-16(1)(d), for the consideration of a draft agenda.
After debate, the question being put on the motion, it was
adopted.
At 6:54 p.m., the committee suspended.
Que, conformément à l’article 12-16(1)d) du Règlement,
le comité poursuive ses travaux à huis clos pour examiner un
projet d’ordre du jour.
Après discussion, la motion, mise aux voix, est adoptée.
À 18 h 54, la séance est suspendue.
21:4
Fisheries and Oceans
31-3-2015
At 6:55 p.m., the committee resumed in camera to consider a
draft agenda (future business).
À 18 h 55, la séance se poursuit à huis clos afin que le comité
examine un projet d’ordre du jour.
At 7:18 p.m., the committee adjourned to the call of the chair.
À 19 h 18, le comité s’ajourne jusqu’à nouvelle convocation de
la présidence.
ATTEST:
ATTESTÉ :
Le greffier du comité,
Maxwell Hollins
Clerk of the Committee
31-3-2015
Pêches et océans
21:5
EVIDENCE
TÉMOIGNAGES
OTTAWA, Tuesday, March 31, 2015
OTTAWA, le jeudi 31 mars 2015
The Standing Senate Committee on Fisheries and Oceans met
this day at 5:09 p.m. to study the regulation of aquaculture,
current challenges and future prospects for the industry in
Canada (topics: enact federal aquaculture legislation OR amend
Fisheries Act: pros and cons; defining ‘‘aquaculture:’’ a fishery or
farming activity?; existing federal and provincial review processes;
progress achieved; and concluding remarks.)
Le Comité sénatorial permanent des pêches et des océans se
réunit aujourd’hui, à 17 h 9, pour étudier la réglementation
de l’aquaculture, les défis actuels et les perspectives d’avenir de
l’industrie au Canada. (sujets : créer une loi fédérale sur
l’aquaculture OU modifier la Loi sur les pêches : le pour et le
contre; définir l’« aquaculture » : une activité de pêche ou
d’élevage?; les processus actuels d’examen fédéraux et
provinciaux : les progrès réalisés; et le mot de la fin).
Senator Fabian Manning (Chair) in the chair.
[English]
Le sénateur Fabian Manning (président) occupe le fauteuil.
[Traduction]
The Chair: My name is Fabian Manning. I’m a senator from
Newfoundland and Labrador and I’m pleased to chair this
committee.
Le président : Je m’appelle Fabian Manning. Je représente
Terre-Neuve-et-Labrador. Je suis heureux de présider le comité.
Before I give the floor to our witnesses, I would like to invite
the members of the committee to introduce themselves.
Avant de donner la parole aux témoins, j’invite les membres du
comité à se présenter.
Senator Meredith: Senator Meredith from Ontario.
Senator Raine: Nancy Greene Raine from British Columbia.
Senator McInnis: Tom McInnis from Nova Scotia.
Le sénateur Meredith : Sénateur Meredith, de l’Ontario.
La sénatrice Raine : Nancy Greene Raine, de la ColombieBritannique.
Le sénateur McInnis : Tom McInnis, de la Nouvelle-Écosse.
Senator Stewart Olsen: Carolyn Stewart Olsen from New
Brunswick.
La sénatrice Stewart Olsen : Carolyn Stewart Olsen, du
Nouveau-Brunswick.
Senator Poirier: Senator Rose-May Poirier from New
Brunswick.
La sénatrice Poirier : Sénatrice Rose-May Poirier, du
Nouveau-Brunswick.
Senator Wells: Senator David Wells from Newfoundland and
Labrador.
Le sénateur Wells : Sénateur David Wells, de Terre-Neuve-etLabrador.
The Chair: The committee is continuing its special study on the
regulation of aquaculture, the current challenges and future
prospects for the industry here in Canada. We’re pleased to have a
great group this evening to have some interaction with. Before I
continue, I want to ask the witnesses if they would introduce
themselves, please.
Le président : Le comité poursuit son étude spéciale sur la
réglementation de l’aquaculture, les défis actuels et les
perspectives d’avenir de l’industrie au Canada. Nous sommes
ravis d’accueillir ce soir un grand groupe de témoins pour discuter
avec nous. Avant de poursuivre, j’aimerais demander aux témoins
de bien vouloir se présenter.
Ruth Salmon, Executive Director, Canadian Aquaculture
Industry Alliance: Ruth Salmon, Canadian Aquaculture
Industry Alliance.
Ruth Salmon, directrice générale, Alliance de l’industrie
canadienne de l’aquaculture : Ruth Salmon, de l’Alliance de
l’industrie canadienne de l’aquaculture.
Pamela Parker, Member, Board of Directors Executive and
Government Relations Committee, Canadian Aquaculture Industry
Alliance: Pamela Parker, Atlantic Canada Fish Farmers
Association and the Canadian Aquaculture Industry Alliance.
Pamela Parker, membre, conseil d’administration et comité des
relations gouvernementales, Alliance de l’industrie canadienne de
l’aquaculture : Pamela Parker, de l’Atlantic Canada Fish Farmers
Association et de l’Alliance de l’industrie canadienne de
l’aquaculture.
Terry Ennis, President, Board of Directors Executive, Canadian
Aquaculture Industry Alliance: I’m Terry Ennis, president and
CEO of Atlantic Aqua Farms from Prince Edward Island.
Terry Ennis, président, conseil d’administration, Alliance de
l’industrie canadienne de l’aquaculture : Je m’appelle Terry Ennis;
je suis président et chef de la direction d’Atlantic Aqua Farms, à
l’Île-du-Prince-Édouard.
21:6
Fisheries and Oceans
31-3-2015
Kevin Stringer, Senior Assistant Deputy Minister, Ecosystems
and Fisheries Management, Fisheries and Oceans Canada: Kevin
Stringer, Assistant Deputy Minister of the Department of
Fisheries and Oceans.
Kevin Stringer, sous-ministre adjoint principal, Gestion des
écosystèmes et des pêches, Pêches et Océans Canada : Kevin
Stringer, sous-ministre adjoint principal au ministère des Pêches
et des Océans.
Eric Gilbert, Director General, Aquaculture Management,
Ecosystems and Aquaculture Management, Fisheries and Oceans
Canada: I’m Eric Gilbert, Director General of Aquaculture
Management from DFO.
Eric Gilbert, directeur général, Gestion de l’aquaculture, Gestion
des écosystèmes et des pêches, Pêches et Océans Canada : Je
m’appelle Eric Gilbert; je suis directeur général de Gestion des
écosystèmes et des pêches au MPO.
Jay Parsons, Director, Aquaculture Science, Ecosystems and
Aquaculture Management, Fisheries and Oceans Canada: I’m Jay
Parsons, Director of Aquaculture, Biotechnology and Aquatic
Animal Health Science Branch from DFO.
Jay Parsons, directeur, Sciences de l’aquaculture, Gestion des
écosystèmes et des pêches, Pêches et Océans Canada : Je m’appelle
Jay Parsons; je suis directeur de la Direction générale des sciences
de l’aquaculture, de la biotechnologie et de la santé des animaux
aquatiques au MPO.
The Chair: Thank you very much. On behalf of the members of
the committee, I want to thank you for taking the time to join us
this evening. We’re hoping to have interaction with our senators,
and try to allow as much discussion as possible. I know we have
some opening remarks, but our plan is, following the opening
remarks, we’re going to try to discuss four items this evening if
possible and we’ll have time limits on those. That is to make sure
everybody is aware of the plan.
Le président : Merci beaucoup. Au nom des membres du
comité, je tiens à vous remercier de prendre le temps de venir
témoigner devant notre comité ce soir. Nous espérons avoir des
échanges avec les sénateurs, et nous essayerons d’avoir le plus de
discussions possible. Je sais que nous avons des déclarations, mais
nous avons prévu, après les déclarations, d’essayer de traiter de
quatre sujets ce soir, si c’est possible. Nous imposerons un temps
limite pour chaque sujet. Je tiens à m’assurer que tout le monde en
est au courant.
First is the discussion of enacting federal aquaculture
legislation or amending the Fisheries Act, and the pros and
cons of both. Second is defining aquaculture as a fishery or a
farming activity. The third is existing federal and provincial
review processes, progress achieved to date. Maybe we’ll have a
summary of closing remarks at the end.
Premièrement, nous discuterons de la création d’une loi
fédérale sur l’aquaculture ou de la modification de la Loi sur les
pêches, ainsi que le pour et le contre. Deuxièmement, nous
essaierons de déterminer si l’aquaculture est une activité de pêche
ou d’élevage. Troisièmement, nous traiterons des processus
actuels d’examen fédéraux et provinciaux et des progrès réalisés
jusqu’à présent. Quatrièmement, nous aurons peut-être le temps
de faire un résumé à la fin.
I want to advise our senators that following our public session
we’ll be going in camera for a few moments after our meeting, so
don’t run away when I lay the gavel down.
Je tiens à informer les sénateurs qu’après la séance publique
nous poursuivrons nos travaux à huis clos durant quelques
instants. Ne prenez donc pas la poudre d’escampette à la fin de la
séance.
I understand there are some opening remarks. I will ask
Mr. Ennis to go first.
Je crois comprendre que vous avez des déclarations. Monsieur
Ennis, allez-y en premier.
Mr. Ennis: Thank you, senator. My name is Terry Ennis. I’m
President and CEO of Atlantic Aqua Farms, a mussel company
from Prince Edward Island. Our company is the largest mussel
company in North America. We produce and process fresh and
frozen blue mussels under the brand name Canadian Cove. I am
also president of CAIA.
M. Ennis : Merci, sénateur. Je m’appelle Terry Ennis; je suis
président et chef de la direction d’Atlantic Aqua Farms, une
entreprise d’élevage de moules de l’Île-du-Prince-Édouard. Notre
entreprise est la plus grande productrice de moules en Amérique
du Nord. Nous produisons et transformons des moules fraîches et
congelées sous la marque de commerce Canadian Cove. Je suis
également président de l’AICA.
First I want to emphasize that in my industry I’m a farmer.
Our operations involve stocking, rearing, protecting and
harvesting our livestock which, I might add, we own. It’s our
property or inventory, if you will. All of the activities that are
typically associated with farming we carry out in our operations.
The difference is that we operate on the water, whereas terrestrial
farmers operate on the land. Similar to land-based farmers, we are
Tout d’abord, je tiens à préciser que dans mon industrie je suis
un éleveur. Nos activités incluent l’ensemencement, l’alevinage, la
protection et la récolte de nos animaux, qui nous appartiennent,
soit dit en passant. Il s’agit de notre propriété ou de nos
marchandises, pour le dire ainsi. Nous faisons toutes les activités
qui sont normalement associées à une exploitation agricole. La
différence est que nos activités sont aquatiques, tandis que les
31-3-2015
Pêches et océans
21:7
stewards of the environment in which we operate. Farmers have a
vested stake in ensuring the continued health and productivity of
their land as we do with the waters in which we operate.
agriculteurs le font sur terre. À l’instar des agriculteurs terrestres,
nous protégeons l’environnement dans lequel nous travaillons.
Les agriculteurs ont tout intérêt à veiller à la santé et à la
productivité de leurs terres, et c’est également notre cas en ce qui
concerne nos eaux.
Odds are that if you have purchased mussels at a grocery store
or ordered them at a restaurant, they were either grown in P.E.I.
or in Newfoundland. In Canada, we produce a product that we
believe is the best in the world and the market agrees. We can’t
produce enough to fill the demand we have.
Il est fort probable que les moules que vous avez achetées à
l’épicerie ou commandées au restaurant ont été élevées à l’Île-duPrince-Édouard ou à Terre-Neuve-et-Labrador. Au Canada, nous
offrons un produit que nous considérons comme le meilleur au
monde, et le marché le confirme. Nous n’arrivons pas à en
produire suffisamment pour satisfaire à la demande.
We are regulated under a 150-year-old Fisheries Act that never
envisioned aquaculture at the time it was written. You can’t even
find the word ‘‘aquaculture’’ in the Fisheries Act. The result is
that this act ignores our legitimate, important food-producing
industry as if it doesn’t exist. As a company owner who provides
year-round, good-paying jobs to Canadians and supplies
nutritious healthy food to Canadians and export markets with
our highly demanded product into the U.S. and elsewhere, this is
a very frustrating situation to be in.
Notre industrie est réglementée par une Loi sur les pêches de
150 ans dont les auteurs n’avaient jamais même envisagé
l’aquaculture au moment de la rédiger. Le terme
« aquaculture » ne se trouve même pas dans la Loi sur les
pêches. Par conséquent, la loi ne tient pas compte de notre
importante industrie agroalimentaire légitime et agit comme si elle
n’existait pas. En tant que propriétaire d’une entreprise qui
procure des emplois bien rémunérés toute l’année à des
Canadiens, qui fournit des aliments sains et nutritifs aux
Canadiens et qui exporte ses produits très populaires aux ÉtatsUnis et ailleurs dans le monde, je trouve cette situation très
frustrante.
For over 30 years our industry has asked for an aquaculture
act. Numerous independent studies, government commissions and
committees have recommended an aquaculture act. While I
appreciate the opportunity to come here and speak to you today,
it’s really time to move beyond talking about the situation. It is
time to act. I’m hopeful that in addition to the considerable work
that CAIA has undertaken to move forward on an act, your
deliberations and report will finally lead to concrete action by the
government.
Depuis plus de 30 ans, notre industrie demande la création
d’une loi sur l’aquaculture. Beaucoup d’études indépendantes et
de commissions et de comités gouvernementaux ont recommandé
la création d’une telle loi. Même si je vous remercie de l’occasion
de venir témoigner devant votre comité pour discuter avec vous
aujourd’hui, il est grand temps d’arrêter de parler de la situation;
il est temps de passer à l’acte. J’espère que vos délibérations, votre
rapport, ainsi que l’imposant travail de l’AICA en vue d’aller de
l’avant avec la création d’une loi, pousseront enfin le
gouvernement à prendre des mesures concrètes en ce sens.
We spend a lot of time discussing salmon farming, but it is
important to realize that as a shellfish farmer I also want to see
growth in our industry. We believe that can in part be
accomplished through national legislation. We need legislation
that will: define and explicitly recognize aquaculture in law to
acknowledge aquaculture as an important, legitimate user, and I
would say steward, of our country’s aquatic resources; ensure we
are regulated on the basis of sound science; ensure greater
coordination between federal and provincial regulators, which
should lead to a reduction in unnecessary overlap and duplication
of effort; clarify regulatory and promotion roles within
government; and to open the door for aquaculture to access
insurance and support programs that are available to our
terrestrial agriculture counterparts.
Nous passons beaucoup de temps à parler de l’élevage de
saumon, mais il importe de comprendre que je veux également
voir notre industrie croître en tant que mytiliculteur. Nous
croyons que cela peut en partie être fait grâce à une loi nationale.
Il faut une loi qui définira et reconnaîtra explicitement
l’aquaculture dans la loi comme une utilisatrice importante et
légitime — voire une gardienne — des ressources aquatiques de
notre pays; qui veillera à ce que nous soyons réglementés en nous
fondant sur des données scientifiques probantes; qui assurera une
meilleure coordination entre les organismes de réglementation
fédéraux et provinciaux, ce qui devrait mener à une réduction des
doubles emplois et des chevauchements inutiles; qui précisera les
rôles en matière de réglementation et de promotion au sein du
gouvernement; et qui permettra à l’aquaculture d’avoir accès aux
programmes d’assurance et de soutien qui sont offerts à nos
homologues sur la terre ferme.
I believe there are both opportunities and responsibilities for
companies like mine to grow Atlantic Canada’s food production
sector. We have a mandate to feed people both locally and
À mon avis, les entreprises comme la mienne ont la possibilité
et la responsabilité de faire croître le secteur agroalimentaire du
Canada atlantique. Nous avons le mandat de fournir aux gens sur
21:8
Fisheries and Oceans
globally with healthy and nutritious food, and to create jobs and
bring social benefits to our coastal and rural communities.
The Chair: Thank you, Mr. Ennis.
31-3-2015
les scènes locale et internationale des aliments sains et nutritifs, de
créer des emplois et de générer des avantages sociaux dans nos
collectivités côtières et rurales.
Le président : Merci, monsieur Ennis.
Ms. Parker: My name is Pamela Parker. I’m the executive
director of the Atlantic Canada Fish Farmers Association and I
thank you again for the opportunity to speak to you.
Mme Parker : Je m’appelle Pamela Parker, et je suis directrice
générale de l’Atlantic Canada Fish Farmers Association. Je vous
remercie encore une fois de nous donner l’occasion de discuter
avec vous.
Our association represents the salmon farming industry
throughout maritime Canada, both in New Brunswick and
Nova Scotia, the salmon farmers and the feed producers, in
addition to a wide range of supporting organizations and
companies.
Notre association représente la salmoniculture dans les
Maritimes, soit au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse,
les salmoniculteurs, les fabricants d’aliments, ainsi qu’une vaste
gamme d’organismes et d’entreprises complémentaires.
Today I want to share with you a new report on salmon
farming globally recently released by the International Salmon
Farmers Association. It shows that our industry has come of age.
It is thriving in coastal communities around the world, producing
one of the healthiest foods with a minimal environmental
footprint. The report further demonstrates that Canada is well
positioned to benefit from the growing demand for healthy
protein.
J’aimerais vous faire part aujourd’hui d’un nouveau rapport
sur la salmoniculture dans le monde qu’a récemment publié
l’International Salmon Farmers Association. Ce rapport
démontre que notre industrie est arrivée à maturité, qu’elle est
florissante dans les collectivités côtières dans le monde et qu’elle
produit l’un des aliments les plus sains, tout en ayant une faible
empreinte environnementale. En outre, le rapport indique que le
Canada est bien placé pour tirer profit de la demande croissante
en protéines saines.
According to the report, at page 6, salmon farmers globally
produced 14.8 billion meals in 2012-13. That’s a lot of healthy
meals to feed a growing population. And it’s especially impressive
when you think that the salmon farming industry did not exist
40 years ago.
À la page 6 du rapport, on peut lire que les salmoniculteurs ont
produit dans le monde 14,8 milliards de repas en 2012-2013. Cela
représente beaucoup de repas sains pour nourrir une population
croissante. C’est d’autant plus impressionnant lorsque nous nous
rendons compte que la salmoniculture n’existait pas il y a 40 ans.
What’s more impressive is that salmon farmers produced those
meals from only .00008 per cent of the world’s oceans. That’s
14.8 billion meals from only 262 square kilometres of ocean. That
makes salmon farming one of the most efficient protein producers
in the world.
Ce qui est encore plus impressionnant, c’est que les
salmoniculteurs ont produit tous ces repas à partir de seulement
0,00008 p. 100 des océans, soit 14,8 milliards de repas produits en
utilisant seulement 262 kilomètres carrés d’océan. Cela fait de la
salmoniculture l’une des industries productrices de protéines les
plus efficaces dans le monde.
The report also shows that in 2012-13, production of salmon
was worth $10 billion U.S. It created 121,000 direct and indirect
jobs around the world, stimulating thousands of spinoff jobs and
economic growth in a wide variety of sectors. To view the ripple
effect of our industry, refer to page 13 of the report.
Le rapport souligne également que la production de saumon a
été évaluée en 2012-2013 à 10 milliards de dollars américains, que
l’industrie avait créé 121 000 emplois directs et indirects dans le
monde et qu’elle avait stimulé la création indirecte de milliers
d’emplois et la croissance économique dans une vaste gamme de
secteurs. Si vous voulez voir l’effet d’entraînement de notre
industrie, cela se trouve à la page 13 du rapport.
For Atlantic Canada, salmon farming is already one of the
biggest economic drivers, employing 3,000 people in New
Brunswick and Nova Scotia and generating $356 million in
economic activity annually. Our region plays an important role in
the success of the global salmon farming industry. In fact,
50 per cent of Canada’s farmed salmon is grown in Atlantic
Canada. With our vast aquatic resources, innovation and
technical expertise, we have tremendous opportunity to
continue to grow and create economic prosperity in coastal
communities.
Au Canada atlantique, la salmoniculture est déjà l’un des plus
importants moteurs économiques. Elle emploie 3 000 personnes
au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse et génère
annuellement 356 millions de dollars en activité économique.
Notre région joue un rôle important dans le succès mondial de la
salmoniculture. En fait, la moitié du saumon d’élevage au Canada
provient du Canada atlantique. Grâce à nos vastes ressources
aquatiques, à notre innovation et à notre expertise technique,
nous avons tous les moyens de poursuivre notre croissance et de
créer de la prospérité économique dans les collectivités côtières.
31-3-2015
Pêches et océans
21:9
A federal aquaculture act is critical to enable us to reach our
full potential, and to secure a responsible and sustainable industry
for the future. An aquaculture act would finally address the longstanding issues of trying to regulate aquaculture under the
Fisheries Act.
La création d’une loi fédérale sur l’aquaculture est
fondamentale en vue de nous permettre d’atteindre notre plein
potentiel et de garantir une industrie durable et responsable pour
les générations à venir. Elle nous permettrait enfin de régler des
problèmes de longue date, soit les tentatives de réglementer
l’aquaculture au moyen de la Loi sur les pêches.
The Fisheries Act was designed to allow seasonal or permanent
fishery closures, to create limits or conditions to fishing gear and
allowable catch, prohibit certain behaviours and levy charges for
violations. However, it was not designed for the farming of fish,
where the resource is privately owned, where it involves
intervention by regular stocking, feeding, protection from
predators or disease. Nor is it designed to enable seafood
farmers to access existing fisheries to support growth of new or
underutilized species, or to define needed levels for growth in the
production to enable Canada to compete in an international
market. Words like ‘‘cultivation,’’ ‘‘promotion,’’ and ‘‘growth’’
are terms that are fundamental principles in the farming of fish,
but have no place in the Fisheries Act.
La Loi sur les pêches a été conçue en vue de permettre la
fermeture de pêches permanentes et saisonnières, de fixer des
limites ou des conditions quant aux engins de pêche et aux prises
admissibles, d’interdire certains comportements et d’imposer des
sanctions en cas de violations. Cependant, elle n’a pas été conçue
pour la pisciculture, soit une industrie où la ressource appartient à
des intérêts privés et où il faut intervenir en ensemençant
régulièrement, en nourrissant les poissons et en les protégeant
des prédateurs ou des maladies. La loi n’est pas non plus conçue
en vue de permettre aux producteurs de fruits de mer d’avoir accès
à des pêches existantes pour soutenir la croissance d’une nouvelle
espèce ou d’espèces sous-exploitées et de définir la croissance
nécessaire dans la production pour que le Canada soit
concurrentiel dans un marché international. Des termes comme
« culture », « promotion » et « croissance » sont des principes
fondamentaux dans la pisciculture, mais ils n’ont pas leur place
dans la Loi sur les pêches.
The Fisheries Act does not and cannot consider private
farming drivers that affect Canadian aquaculture products and
their competitiveness in an international market. Yet this is
fundamental to our discussion of present industry stagnation.
Holding Canadian aquaculture solely within a Fisheries Act
almost guarantees the growth will be slim to none.
La Loi sur les pêches ne tient pas compte des facteurs liés à
l’entreprise agricole privée qui influent sur les produits
d’aquaculture canadiens et leur compétitivité dans un marché
international, et elle ne peut pas le faire. Or, c’est fondamental
dans nos discussions sur la stagnation actuelle de l’industrie. Si
l’aquaculture canadienne demeure uniquement réglementer par la
Loi sur les pêches, c’est pratiquement garant d’une croissance
minime, voire nulle.
If we move forward with modern legislation that has been
written specifically for who we are as farmers, Canada will be seen
as being open for business and investment dollars, and economic
activity and employment will flow into Canada as a result. There
will be significant positive impacts on rural, coastal and First
Nations communities, in particular, and Canada will help to
provide alternative seafood that complements the products from
our existing fisheries.
Si nous allons de l’avant concernant une mesure législative
moderne qui serait rédigée en tenant compte de qui nous sommes,
soit des agriculteurs, le monde considérera que le Canada est
ouvert au commerce et aux investissements, et une vague
d’activité économique et d’emplois déferlera sur le Canada. Il y
aura d’énormes avantages en particulier pour les collectivités
rurales, côtières et des Premières Nations, et le Canada
contribuera à fournir d’autres fruits de mer qui viendront
compléter notre offre de produits provenant de nos pêches
existantes.
Your committee has spent a lot of time learning about and
considering the level of scientific research into our industry, and
I’m sure you have come to realize that research is what drives this
industry. Science has informed both our farming practices and
our regulations, and it will continue to guide the industry
forward. Is there more to learn? Yes, there is. Research continues.
Votre comité a passé beaucoup de temps à étudier l’importance
de la recherche scientifique dans notre industrie, et je suis certaine
que vous en êtes arrivés à la conclusion que la recherche est ce qui
propulse notre industrie. Les travaux scientifiques ont influé sur
nos pratiques agricoles et nos règlements, et l’industrie continuera
de s’appuyer sur les recherches scientifiques. Reste-t-il des choses
à apprendre? Oui. La recherche se poursuit.
But let’s not confuse the need to continue to support and
advance scientific research and technical innovation with the need
to move forward now with legislation that will position Canada as
Par contre, il ne faut pas confondre le besoin de continuer de
soutenir et de faire progresser la recherche scientifique et
l’innovation technique avec le besoin d’aller de l’avant avec une
21:10
Fisheries and Oceans
31-3-2015
a global leader in responsible best practices with clear, transparent
and accountable regulatory frameworks.
mesure législative qui positionnera le Canada comme un chef de
file mondial en matière de pratiques exemplaires responsables
grâce à des cadres de réglementation clairs, transparents et
responsables.
The future of salmon farming in Canada holds tremendous
promise in terms of producing fresh and nutritious seafood for
generations to come. Salmon farming also has the potential to
revitalize coastal communities with high-value jobs and new
opportunities.
L’avenir de la salmoniculture au Canada est très prometteur
pour ce qui est de la production de fruits de mer frais et nutritifs
pour des générations à venir. La salmoniculture a également le
potentiel de revitaliser des collectivités côtières en créant des
emplois de grande valeur et de nouvelles possibilités.
Thank you for your important work. A national aquaculture
act with fair and clear rules will be a significant and important
milestone for the modern and responsible aquaculture industry of
Canada.
Merci de votre important travail. Une loi nationale sur
l’aquaculture qui prévoit des règles justes et claires sera un jalon
important pour l’aquaculture moderne et responsable au Canada.
The Chair: Thank you. Ms. Salmon.
Le président : Merci. Madame Salmon.
Ms. Salmon: Good afternoon, senators. Thank you again for
the opportunity to be with you. We appreciate being here and also
appreciate the work that your committee has been doing. I know
you’ve been working hard, and we certainly appreciate it.
Mme Salmon : Bonjour, mesdames et messieurs les sénateurs.
Merci encore une fois de nous donner l’occasion de discuter avec
vous. Nous vous sommes reconnaissants de l’invitation et de votre
travail. Je sais que vous travaillez d’arrache-pied, et nous vous en
remercions énormément.
As I mentioned, my name is Ruth Salmon, Executive Director
of the Canadian Aquaculture Industry Alliance, and our
association represents seafood farmers from coast to coast to
coast.
Comme je l’ai mentionné, je m’appelle Ruth Salmon, et je suis
directrice générale de l’Alliance de l’industrie canadienne de
l’aquaculture. Notre association représente les producteurs de
fruits de mer de partout au Canada.
As you know, certainly, over the course of your study, few
jurisdictions can match Canada’s natural advantages when it
comes to aquaculture. We have an enormous coastal geography.
We have an abundance of cold, clean water, a favourable climate,
a rich marine and fishery tradition, established trade partners and
a commitment to sustainable and responsible best practices.
Comme vous l’avez certainement remarqué au cours de votre
étude, très peu d’endroits dans le monde peuvent égaler les
avantages naturels du Canada pour l’aquaculture. Nous avons un
vaste territoire côtier. Nous avons une abondance d’eau fraîche et
propre, un climat favorable, une riche tradition maritime et
halieutique, des partenaires commerciaux établis et un
engagement à l’égard de pratiques exemplaires responsables et
durables.
Aquaculture is among the fastest-growing food sectors in the
world, accounting for 50 per cent of the world’s total fish
production. That’s going to be about 62 per cent by 2030.
L’aquaculture compte parmi les secteurs agroalimentaires en
plus forte croissance dans le monde et fournit la moitié de la
production totale de poissons dans le monde. Cela passera à
62 p. 100 d’ici 2030.
In 2012, our association launched a national strategy to
address over a decade of stagnation in production. We
determined that a combination of legislative, regulatory and
policy and program reform was necessary to reverse the trend and
encourage growth and increased competitiveness in our sector.
En 2012, notre association a lancé une stratégie nationale pour
nous occuper de la stagnation de la production qui dure depuis
plus d’une décennie. Nous avons déterminé que des réformes dans
les lois, les règlements, les politiques et les programmes sont
nécessaires pour renverser cette tendance et stimuler la croissance
et la compétitivité dans notre secteur.
As you know, the Canadian aquaculture industry is regulated
primarily by the Fisheries Act, a piece of legislation that dates
back to Confederation when commercial aquaculture in Canada
did not exist. Rapid development of the sector resulted in a
combination of federal, provincial and local regulations, many of
them implemented before commercial-scale aquaculture was even
a significant activity. So as a result, many of these policies and
regulations are reactive, duplicative and inefficient.
Comme vous n’êtes pas sans le savoir, l’industrie canadienne de
l’aquaculture est principalement réglementée par la Loi sur les
pêches, soit une mesure législative qui remonte à la Confédération
et à une époque où l’aquaculture commerciale au Canada
n’existait pas. L’essor rapide du secteur a forcé l’élaboration de
règlements fédéraux, provinciaux et locaux, dont bon nombre ont
été mis en œuvre avant même que l’aquaculture à l’échelle
commerciale soit une activité importante. Par conséquent, un
grand nombre de ces politiques et de ces règlements sont réactifs,
redondants et inefficaces.
31-3-2015
Pêches et océans
21:11
Our association views the lack of legislation appropriate for
our industry as a primary impediment to investment and growth.
In fact, if real progress to improve the legislative, regulatory and
policy environment in Canada is achieved in a timely manner, the
industry believes it could easily double in size over the next 10
years. That’s a real, doable and responsible growth projection.
Notre association voit l’absence d’une mesure législative
adéquate concernant notre industrie comme le principal obstacle
aux investissements et à la croissance. En fait, si de véritables
progrès en vue d’améliorer les lois, les règlements et les politiques
au Canada sont réalisés en temps opportun, l’industrie croit
pouvoir facilement doubler de taille au cours de la prochaine
décennie. Il s’agit d’une prévision de croissance réelle, réalisable et
responsable.
Canada remains one of the world’s only major farmed seafoodproducing jurisdictions without national legislation specifically
designed to govern and enable its industry. Other jurisdictions
that you’ve been exploring, such as Norway, Chile, New Zealand,
Scotland, Ireland, Australia and the United States have all
enacted aquaculture legislation. Most of the Canadian provinces,
if not all, also have their own aquaculture legislation.
Le Canada demeure l’un des seuls grands producteurs de fruits
de mer dans le monde à ne pas avoir de loi nationale expressément
conçue pour réglementer cette industrie. D’autres pays que vous
avez étudiés, comme la Norvège, le Chili, la Nouvelle-Zélande,
l’Écosse, l’Irlande, l’Australie et les États-Unis, ont tous adopté
des lois sur l’aquaculture. Il en va de même pour la majorité des
provinces canadiennes, voir la totalité.
Over the last two years, CAIA has presented its viewpoints on
an aquaculture act to this committee as well as many other
standing committees. We’ve also presented our perspectives to the
Canadian Council of Fisheries and Aquaculture Ministers this
past June, and at that time, we indicated that our association
would be doing additional homework to provide more detail of
what we thought an act should contain. We’re nearing the
completion of that process now, and I can share with you tonight
the underlying principles that have guided our work.
Depuis deux ans, l’AICA a fait part de ses points de vue
concernant une loi sur l’aquaculture devant votre comité ainsi que
bien d’autres comités permanents. Nous l’avons également fait en
juin dernier lors du Conseil canadien des ministres des Pêches et
de l’Aquaculture. Nous avions alors indiqué que notre association
réaliserait d’autres travaux pour fournir plus de détails quant aux
éléments que devrait contenir une telle loi, selon nous. Nous
terminerons bientôt ce processus, et je peux vous faire part ce soir
des principes sous-jacents qui ont guidé nos travaux.
CAIA believes the aquaculture act should ensure responsible
growth, competitiveness and sustainable best practices through a
modern legislative and regulatory framework — I stress the word
‘‘modern’’ — and outline a transparent regulatory regime that will
be robust, risk-based, science-based, agile, adaptable and focused
on performance outcomes. Instead of trying to force-fit
aquaculture in a traditional and outdated fisheries regulatory
regime that is fundamentally inappropriate, the new act would
provide the government with a regime that recognizes and is
designed specifically for aquaculture as a farming activity. An act
should be consistent with yet update key duties and powers from
the Fisheries Act, the Safe Food for Canadians Act, and the
Species at Risk Act.
L’AICA estime que la loi sur l’aquaculture devrait assurer une
croissance responsable, la compétitivité et des pratiques
exemplaires durables par l’entremise d’un cadre législatif et
réglementaire moderne — et je mets l’accent sur « moderne » —
et établir un régime de réglementation transparent qui sera solide,
agile et adaptable, qui se fondera sur le risque et les données
scientifiques et qui mettra l’accent sur les résultats. Au lieu
d’essayer de faire rentrer de force l’aquaculture dans un régime
de réglementation des pêches traditionnel et dépassé qui est
fondamentalement inadéquat, la nouvelle loi doterait le
gouvernement d’un régime expressément conçu pour
l’aquaculture qui la reconnaît comme une activité agricole. Une
telle loi devrait reprendre les principales obligations et les
principaux pouvoirs, qui n’ont pas encore été modernisés, dans
la Loi sur les pêches, la Loi sur la salubrité des aliments au
Canada et la Loi sur les espèces en péril.
The new act should contain modern, state of the art
compliance, promotion and enforcement tools, including an
effective licensing mechanism and administrative monetary
penalties to establish an effective regulatory regime that ensures
legitimacy and public acceptance.
La nouvelle loi devrait prévoir des outils dernier cri en matière
de conformité, de promotion et d’application, dont un mécanisme
efficace d’octroi de permis et des sanctions administratives
pécuniaires, ce qui permettra d’établir un régime de
réglementation efficace et légitime reconnu par le public.
An aquaculture act should provide a regulatory regime that
reflects the fact that the business incentives of aquaculture
operators align well with the risk management objectives that
are sought by the government.
Une loi sur l’aquaculture devrait fournir un régime de
réglementation tenant compte du fait que les mesures d’aide aux
exploitants de ce secteur s’harmonisent bien avec les objectifs du
gouvernement en matière de gestion du risque.
21:12
Fisheries and Oceans
31-3-2015
I’ll give you an example. Disease and escapes cause loss to
finfish aquaculture operators, so minimizing those risks and
finding lower-cost ways of achieving compliance is job number
one for industry, as well as government, so our objectives and
government objectives are the same.
Permettez-moi de vous donner un exemple. En aquaculture, les
maladies et les évasions entraînent des pertes pour les exploitants.
Par conséquent, l’atténuation des risques et la recherche de façons
peu coûteuses d’atteindre la conformité sont les grandes priorités
de l’industrie et du gouvernement. Nos objectifs et ceux du
gouvernement sont les mêmes.
An act should reflect the reality that the aquaculture industry
recognizes and supports that effective regulation of our industry is
a critical factor in continuing to maintain and build consumer
acceptance of our farmed products and public support for our
farming operations.
La loi devrait rendre compte de cette réalité que l’industrie de
l’aquaculture reconnaît et appuie, c’est- à-dire que la
réglementation efficace de l’industrie est un aspect névralgique
de l’édification de l’acceptation de nos produits d’élevage par les
consommateurs et de l’appui public à l’égard de nos activités dans
ce domaine.
An act should avoid perceived conflicts of interest for ministers
by separating regulatory from industry promotion functions.
La loi devrait éviter aux ministres de se retrouver dans des
situations de conflits d’intérêts apparents en veillant à séparer les
fonctions de réglementation et de promotion de l’industrie.
An act should affirm a regulatory leadership role for the
federal government, while allowing day-to-day delivery of
regulatory oversight to be handled by provinces, if certain
conditions are met.
La loi devrait affirmer le rôle de direction du gouvernement
fédéral en matière de réglementation tout en permettant aux
provinces d’exercer sur une base quotidienne la surveillance
réglementaire qui leur incombe, si certaines conditions sont
remplies.
It should be a highly cost-effective model for the federal
government, reducing the need for dedicating scarce resources to
regulatory activities that are duplicated at the provincial level.
La loi devrait être un modèle poussé d’efficience pour le
gouvernement fédéral, et elle devrait atténuer le besoin d’affecter
les maigres ressources disponibles à des activités de
réglementation reprises par les administrations provinciales.
In closing, we believe a modern legislative and regulatory
framework with clear and transparent rules for all stakeholders is
essential to a critically important industry. Canada’s first national
aquaculture act will ensure a vibrant, nutritious and responsible
farmed seafood sector for future generations.
En terminant, nous croyons qu’un cadre législatif et
réglementaire moderne assorti de règles claires et transparentes
pour tous les intervenants est essentiel pour cette très importante
industrie. La première loi canadienne sur l’aquaculture assurera
l’édification d’une industrie d’élevage dynamique et responsable,
apte à nourrir les générations futures.
The Chair: Thank you, Ms. Salmon.
Le président : Merci, madame Salmon.
Mr. Stringer, I understand you have some opening remarks.
Monsieur Stringer, je crois que vous avez une déclaration
préliminaire.
Mr. Stringer: Thank you very much. It is a pleasure for us to
be back with you on this issue. As has been pointed out by the
other witnesses, the Senate committee has done some very
important work. We look forward to the results of your studies,
and it has been an honour to be invited a few times to speak with
you, answer questions and engage as we are today, and it’s a
unique pleasure to be here with representatives of industry at this
time, in this unique process. Thank you for inviting us.
M. Stringer : Merci beaucoup. Nous sommes très heureux
d’être ici à nouveau pour discuter de cette question. Comme l’ont
souligné d’autres témoins, le comité a accompli un travail très
important. Nous sommes impatients de lire les conclusions de
cette étude, et je tiens à dire que c’est un honneur pour nous
d’avoir été invités plus d’une fois à parler avec vous, à répondre à
vos questions et à participer à ces travaux, comme c’est le cas
aujourd’hui. De plus, sachez que c’est un plaisir immense que de
se retrouver ici avec des représentants de l’industrie pour ce
processus unique en son genre. Merci de nous avoir invités.
[Translation]
As you know, aquaculture in Canada depends on several
jurisdictions at once. Fisheries and Oceans Canada is the main
federal agency. The department ensures that aquaculture is
managed in a sustainable fashion, in accordance with the
Fisheries Act and related regulations. The Fisheries Act dates
[Français]
Comme vous le savez, l’aquaculture au Canada dépend
simultanément de plusieurs juridictions. Pêches et Océans
Canada est l’agence fédérale principale. Le ministère veille à ce
que l’aquaculture soit gérée de manière durable, conformément
aux dispositions de la Loi sur les pêches et des règlements
31-3-2015
Pêches et océans
back to 1868, almost when Confederation was born. It is now
nearly 147 years old and, at the time it was drafted, it was difficult
to imagine that aquaculture would develop to such an extent.
[English]
21:13
y afférents. La Loi sur les pêches date, comme on dit, de 1868, soit
de la naissance de la Confédération ou presque. Elle a maintenant
près de 147 ans et, au moment de sa rédaction, il était difficile
d’imaginer un tel développement de l’aquaculture.
[Traduction]
In spite of this lack of historic legislative focus, aquaculture has
established a solid foothold in Canada. We’ve already heard
about that and the committee members are well aware of it. It
now accounts for about one third of the total landed value of fish
in Canada. In fact, it is effectively the largest fishery in B.C.
accounting for $508 million in landed values.
Malgré cette lacune historique sur le plan des lois,
l’aquaculture a réussi à s’implanter solidement au Canada.
Nous en avons déjà entendu parler, et les membres du comité
en sont bien conscients. Aujourd’hui, l’aquaculture représente
environ le tiers de la valeur totale au débarquement des poissons
pêchés au Canada. En fait, l’aquaculture compte pour la majeure
partie des pêches de la Colombie-Britannique, avec une valeur au
débarquement de 508 millions de dollars.
As senators are aware, DFO has been working on the
aquaculture activities regulations and a number of other
regulatory improvements to improve the regulatory coherence
in environmental management of the sector. As public servants,
we work with the regime we have. That regime is the Fisheries
Act. Ms. Salmon spoke to their comments in 2012, and it has
been before then and since then that there needs to be a
comprehensive regulatory regime. So we’ve been doing it based on
that with the tools we have.
Comme le savent les sénateurs, Pêches et Océans Canada
travaille depuis un moment sur la réglementation de l’aquaculture
et sur un certain nombre d’ajustements réglementaires afin
d’améliorer la cohérence de la réglementation relative à la
gestion de l’environnement dans ce secteur. En tant que
fonctionnaires, nous travaillons avec le régime en place, c’est-àdire, la Loi sur les pêches. Mme Salmon en a parlé en 2012, mais
nous avions déjà parlé de cela auparavant : il faut un régime
réglementaire complet. Alors nous nous sommes débrouillés en
fonction de cette optique et avec les outils que nous avons.
When considering the question of the potential for a dedicated
aquaculture act in Canada, it’s useful to consider — and I’m sure
the members will — the aquaculture regulatory regimes in other
countries. Jurisdictions such as Chile, New Zealand, Norway and
Scotland have all adopted national legislation that recognize
aquaculture in the title and have acts that basically speak to
aquaculture. Others have not. But others, such as Ireland,
recognize and regulate aquaculture under specific provisions in
their national fisheries legislation, and that’s one way to do it as
well.
Au moment d’envisager une loi pour les besoins particuliers de
l’aquaculture au Canada, il est bon d’examiner — et je suis
convaincu que vous le ferez — les régimes réglementaires d’autres
pays. Des États comme le Chili, la Nouvelle-Zélande, la Norvège
et l’Écosse ont adopté des lois nationales qui mentionnent
l’aquaculture dans leur titre et traitent essentiellement de ce
sujet. D’autres pays n’ont rien en ce sens. Mais d’autres, comme
l’Irlande, reconnaissent et réglementent l’aquaculture aux termes
de dispositions particulières de leurs lois nationales sur les pêches,
ce qui est une autre façon de faire.
For others, such as Australia and the U.S., aquaculture is
largely governed by sub-national state governments, under
sometimes aquaculture specific and sometimes fisheries
legislation. The U.S. did in fact enact the National Offshore
Aquaculture Act at the national level.
Pour d’autres, comme l’Australie et les États-Unis,
l’aquaculture relève en grande partie des administrations des
États constitutifs, et les conditions de sa gouvernance font parfois
l’objet de lois particulières ou de dispositions enchâssées dans des
lois sur les pêches. En fait, les États-Unis ont adopté une loi
nationale à cet égard, la National Offshore Aquaculture Act.
We would note as well that the purpose of aquaculture
legislation varies from one country to another, and the issue that
was just raised around what would be in an act is significant. It is
different in different countries. So Norway’s legislation states as
its purpose — and we are paraphrasing because the translation is
rough — the promotion of profitability and competitiveness of
the aquaculture industry within a framework of sustainable
development that contributes to the creation of economic value
on the coast. Norway’s legislation confirms the property rights of
aquaculture operators to withdraw and recapture farmed species
and specifically allows for the mortgaging of aquaculture licences
to raise capital.
Il convient aussi de souligner que la raison d’être des lois sur
l’aquaculture varie d’un pays à l’autre. En ce sens, ce qui vient
d’être soulevé au sujet de ce que la loi devrait contenir a toute son
importance. La loi diffère selon les pays. La raison d’être de la loi
norvégienne est — et nous paraphrasons, car la traduction s’est
avérée difficile — la promotion de la rentabilité et de la
compétitivité de l’industrie aquicole dans un cadre de
développement durable afin de contribuer à la création de
valeur économique sur les côtes. La Norvège confirme les droits
de propriété des exploitants — ce qui leur permet de retirer et de
repêcher les espèces qu’ils élèvent — et leur permet d’hypothéquer
leurs permis pour amasser du capital.
21:14
Fisheries and Oceans
31-3-2015
On the other hand, it does have important control dimensions.
It imposes siting requirements on fish farms, specifically for
salmonids. It sets fees and imposes a duty of disclosure on fish
farmers. It imposes sanctions and enforcement provisions for
failure to comply, including criminal charges, and it grants power
to government to recover costs of enforcement and execution of
orders from aquaculture operators. There are other examples as
well.
Par ailleurs, la loi norvégienne ne prévoit pas grand-chose en
matière de contrôle. Elle impose des exigences concernant la
sélection des sites des piscicultures, surtout pour les salmonidés.
Elle fixe des frais et impose un devoir de divulgation aux éleveurs.
Elle impose des sanctions et prévoit des dispositions d’application
de la loi pour les cas de non-conformité, dont des accusations
criminelles, et elle donne au gouvernement le pouvoir de
recouvrer auprès des exploitants le coût de l’application de la
loi et de l’exécution des ordonnances. Il y a d’autres exemples.
Ireland’s Foyle and Carlingford Fisheries Act contains a
lengthy section. So it’s the Fisheries Act dealing with the issuance
and revocation of aquaculture licences while leaving other
regulatory matters potentially related to aquaculture to be
addressed elsewhere in their fisheries act and by other pieces of
legislation.
L’Ireland’s Foyle and Carlingford Fisheries Act contient un
article très long sur l’aquaculture. C’est un peu comme si la Loi
sur les pêches traitait de la délivrance et de la révocation des
permis d’aquaculture, mais laissait les questions de
réglementation possiblement liées à cette activité à d’autres
articles de la loi ou à d’autres lois.
We could go on. There are other examples, but the central
point is that the purpose of aquaculture legislation is not the same
from one country to another. The purpose appears to depend on
the specific challenges and unique opportunities those countries
were seeking to address, their legal systems and of course the
unique political and socio-economic context that they find
themselves in.
Je pourrais continuer. Il y a d’autres exemples, mais ce qu’il
faut retenir, c’est que les lois sur l’aquaculture diffèrent d’un pays
à l’autre. La raison d’être de ces lois semble dépendre des
impératifs et des débouchés particuliers de chaque État, de son
système légal et, bien entendu, du contexte politique et socioéconomique dans lequel il se trouve.
Industry stakeholders have expressed interest — we’ve heard it
today and we will hear more — in having modern legislative and
regulatory framework that enables sustainable aquaculture
development in Canada. The complexity of our aquaculture
regulatory regime is often identified as a key factor in limiting the
sector’s growth.
Nous l’avons entendu aujourd’hui et nous continuerons de
l’entendre, les intervenants de l’industrie ont manifesté leur intérêt
pour un cadre législatif et réglementaire moderne qui permettrait
le développement durable de l’aquaculture au Canada. La
complexité de notre régime réglementaire en matière
d’aquaculture est souvent montrée du doigt comme étant l’une
des raisons qui limite la croissance du secteur.
The reality is that, as government, our responsibility is to
ensure that a robust regulatory framework exists, and one that
enables the growth that must surely happen in the future and
also protects the broader aquatic environment and ensures
sustainability. There are different tools to achieve this. An
aquaculture act is certainly one of those tools.
En fait, la responsabilité du gouvernement est de veiller à ce
qu’il y ait un cadre réglementaire rigoureux, mais qui permet
quand même la croissance anticipée tout en protégeant
l’environnement aquatique global et en assurant la durabilité de
la ressource. Pour cela, nous disposons de différents outils. Une
loi sur l’aquaculture fait certainement partie de ces outils.
As public servants, I don’t think you’ll find us taking a formal
position about whether an aquaculture act is the best tool. As
public servants, we work with what we have. But we can speak to
the challenges, gaps and risks with the current framework that can
assist you with your studies.
Comme nous sommes des fonctionnaires, je ne crois pas que
c’est à nous de dire qu’une loi sur l’aquaculture serait le meilleur
outil. En tant que fonctionnaires, nous travaillons avec ce que
nous avons. Nous pouvons toutefois parler des problèmes, des
lacunes et des risques du cadre actuel, si cela peut être utile à vos
travaux.
I’ll just repeat that I am very pleased to be here to answer
questions and to participate in this engagement.
Au risque de me répéter, sachez que je suis très heureux d’être
ici pour répondre à vos questions et participer à cette discussion.
The Chair: Thank you, Mr. Stringer. I don’t believe
Mr. Gilbert or Mr. Parsons have opening remarks.
Le président : Merci, monsieur Stringer. Je ne crois pas que
M. Gilbert ou M. Parsons ont des déclarations préliminaires.
Mr. Parsons: No.
The Chair: To move things along, I will ask Senator McInnis if
he would open up with some remarks on our first topic for
discussion, as all of you have touched on and has come up in our
discussions, on enacting aquaculture legislation or amending the
Fisheries Act, the pros and cons.
M. Parsons : Non.
Le président : Je demanderais maintenant au sénateur McInnis
d’ouvrir le bal en nous faisant part de certaines observations au
sujet de notre premier sujet de discussion — comme vous l’avez
tous fait —, soit les pour et les contre d’une loi particulière sur
l’aquaculture par rapport à la possibilité de modifier la Loi sur les
pêches.
31-3-2015
Pêches et océans
21:15
Senator McInnis: We have heard a great deal about whether
the new aquaculture act is required, would it be the utopia or
provide us with one-stop shopping, something similar or
analogous to what is perhaps in Norway.
Le sénateur McInnis : Nous avons beaucoup entendu parler du
besoin présumé d’une nouvelle loi sur l’aquaculture. Une telle loi
serait-elle une utopie ou une solution tous azimuts? Quelque chose
qui ressemblerait à ce qui se fait en Norvège?
We understand that there are 70-some pieces of federal and
provincial legislation and regulations. The level of duplication
and lack of uniformity in the aquaculture governance is incredibly
confusing. We were provided with a schedule or table and when
you look through it and see the number of divisions of provincial
and federal departments that touched them, it’s quite remarkable
and would lead one to believe that it would be cumbersome at
best for the industry.
Nous savons qu’il y a environ 70 lois et règlements fédéraux et
provinciaux. Le degré de chevauchement et le manque
d’uniformité dans la gouvernance de l’aquaculture sont
extrêmement déroutants. Nous avons reçu un tableau à ce sujet.
Le nombre de divisions ministérielles provinciales et fédérales
touchées par cette question est renversant et l’on pourrait
facilement croire que l’industrie peine à s’y retrouver, pour peu
qu’elle s’y retrouve.
Now, would a new act cut out all of the good work that’s been
done — I’m being selfish here — in my province of Nova Scotia
with the new regulations?
Maintenant, est-ce qu’une nouvelle loi viendrait annuler tout le
bon travail accompli en Nouvelle-Écosse avec ses nouveaux
règlements — permettez-moi de prêcher pour ma paroisse?
Mr. Stringer, you are on record as saying that reform would be
carried out within the existing framework of the Fisheries Act, but
you’ll clarify that tonight I’m sure. It’s a wide discussion. I think
it’s important for this committee, as we get ready to draft a
report, to try and come up with the very best recommendations
with to respect to this. Obviously, the status quo does not appear
to be an option so the committee would be interested to hear your
feelings on that.
Monsieur Stringer, vous avez déjà dit que la réforme se ferait à
l’intérieur du cadre actuel de la Loi sur les pêches, mais je suis
certain que vous allez nous expliquer cela, ce soir. C’est un large
débat. Comme nous sommes sur le point de rédiger notre rapport,
je crois qu’il est important pour le comité de préparer les
meilleures recommandations possible en la matière. À l’évidence,
le statu quo ne saurait être envisagé. Le comité aimerait par
conséquent connaître vos impressions à ce sujet.
The Chair: Anybody who would like to make a comment on
any issue raised, please feel free to make the comment, crossexamine or butt in. The floor is yours.
Le président : Que tous ceux qui souhaitent formuler des
commentaires sur quelque question que ce soit ne se gênent pas, et
il en va de même pour ce qui est d’intervenir ou de contreinterroger.
Ms. Salmon: Senator you raised some very good points. One of
the points was in terms of what your province has done, Nova
Scotia, and I think you raise a very important point.
Mme Salmon : Monsieur McInnis, vous avez soulevé de très
bons éléments. L’un d’eux portait sur ce que votre province a fait,
et je crois que c’est un aspect qui méritait grandement d’être
souligné.
We went into this work realizing that it was very important. In
this country we have a governance system where the federal
government and the provinces are involved in the management of
aquaculture and we’re not suggesting that change. So it is very
important that the provinces be able to administer the
aquaculture act if certain conditions are met.
Nous nous sommes lancés dans ce travail en étant conscients
que cela allait être très important. Le système de gouvernance
canadien fait en sorte que les administrations fédérale et
provinciales sont parties prenantes de la gestion de
l’aquaculture, et nous ne proposons pas que cela soit modifié. Il
est donc très important que les provinces soient en mesure
d’appliquer la loi sur l’aquaculture si certaines conditions sont
remplies.
That’s to say very clearly that we’re not looking here to change
the way that’s already operating. The provinces have an
important role to play in aquaculture management and certainly
that needs to continue.
En clair, cela signifie que nous ne préconisons pas la
modification de la façon de faire actuelle. Les provinces ont un
rôle important à jouer dans la gestion de l’aquaculture et il faut
assurément que cela continue.
You also made another comment about there being 17 pieces
of legislation, and would we be cutting that out. In supporting
what Kevin Stringer was saying in terms of that, we do have a
robust regulatory requirement in Canada and we agree. We don’t
want for a minute the stringency of our regulations to be reduced.
Industry has never said we need less regulation, we want to be less
regulated.
Vous avez aussi dit qu’il y a 17 mesures législatives, et vous
vous êtes demandé s’il y avait lieu d’en éliminer quelques-unes. À
l’instar de Kevin Stringer, nous reconnaissons que le Canada a
des exigences rigoureuses en matière de réglementation et nous
sommes d’accord avec cela. Nous ne voulons en aucun cas que
cette rigueur réglementaire soit atténuée. L’industrie n’a jamais
demandé l’assouplissement de la réglementation, elle n’a jamais
dit qu’elle souhaitait être moins réglementée.
21:16
Fisheries and Oceans
31-3-2015
What we wanted was a clear, consistent act that would be
modern, reduce duplication and red tape and that would, in one
place, be able to explain how aquaculture is managed. You
identify that it’s complex, so it’s complex for Canadian consumers
to understand how aquaculture is managed.
Ce que nous voulions, c’est une loi claire, moderne et cohérente
qui veillerait à éliminer les chevauchements et les lourdeurs
administratives, une loi qui serait capable d’expliquer en un seul
document comment se fait la gestion de l’aquaculture.
National aquaculture would give us the opportunity to explain
how aquaculture is managed and how we are managed and
impacted by a number of different pieces of legislation. It’s not
cutting out, it’s creating something that would be much more
coherent, clear, consistent, and be able to be clear and consistent
not only to Canadian consumers but industry as well so that they
are comfortable investing in an industry that they know how it
operates and they know this federal government has a vision for
its future growth.
Une loi nationale sur l’aquaculture permettrait d’expliquer
comment l’aquaculture est gérée; elle nous indiquerait aussi
comment nous sommes gérés et l’incidence que les différentes
mesures législatives peuvent avoir sur nous. Il ne s’agit pas
d’éliminer des mesures, mais bien de créer quelque chose qui serait
beaucoup plus cohérent, clair et uniforme, pas seulement pour les
consommateurs canadiens, mais aussi pour l’industrie. On verrait
grâce à cela à créer un climat de confiance propice aux
investissements puisque les investisseurs seraient à même de
comprendre comment fonctionne l’industrie et de constater que le
gouvernement la considère comme un secteur d’avenir.
Those are the two points I wanted to pick up on and there may
be others who want to weigh in.
Voilà les deux éléments que je souhaitais soulever. D’autres
auront peut-être quelque chose à ajouter.
Ms. Parker: I would just add, from our industry’s perspective,
we definitely want to maintain the roles of our province.
However, a lot of times the provinces are in conflict because of
the lack of clarity at the federal level.
Mme Parker : Du point de vue de notre industrie, je voudrais
ajouter que nous tenons à ce que les rôles de notre province soient
maintenus. Or, étant donné le manque de clarté à l’échelon
fédéral, il n’est pas rare que les provinces se retrouvent en
situation conflictuelle.
Also I think that there are models already in Canada. Unlike
Norway, where they don’t have provinces that have a regulatory
role, Canada has this complexity for all of our resource industries.
There is a role for the provinces and there is a role for the federal
government.
De plus, je pense qu’il y a déjà des modèles au Canada.
Contrairement à la Norvège qui n’a pas de provinces investies
d’un rôle en matière de réglementation, le Canada doit composer
avec cette complexité pour toutes ses industries du secteur des
ressources. Les provinces et le gouvernement fédéral ont chacun
leur rôle.
Really we’re not asking for anything more than that, we’re just
asking for clarification at a national level, which will then enable
the provinces, I think, to have a clearer understanding. It also
allows the federal government to set the minimum standards that
we would strive for. Certainly it would give a benchmark then to
measure provincial roles.
Pour dire vrai, nous n’en demandons pas plus. Nous
souhaitons une clarification au niveau national, ce qui
permettra aux provinces de mieux s’y retrouver. Cela permettra
aussi au gouvernement fédéral de fixer les normes minimales que
nous devrons chercher à atteindre, des points de référence selon
lesquels il sera possible de jauger le rôle des provinces.
Mr. Stringer: I have a couple of comments. As I said
previously, I think, during my opening remarks, we are working
with the current system. We are committed to ensuring that there
is a robust and modern regulatory framework and so we have the
arrangements in the current Fisheries Act. We are working with
that. We’ve talked about the aquaculture activities regulations
which we believe will contribute to this. We will move with further
items.
M. Stringer : J’ai deux ou trois observations à faire. Comme je
crois l’avoir dit dans ma déclaration préliminaire, nous travaillons
avec le système actuel. Nous nous sommes engagés à veiller à ce
qu’il y ait un cadre réglementaire rigoureux. Nous avons les
dispositions actuelles de la Loi sur les pêches et ce sont celles avec
lesquelles nous travaillons. Nous avons évoqué les règlements sur
les activités aquicoles et nous croyons qu’elles contribueront à
cela. Nous proposerons d’autres éléments.
That doesn’t mean that those things can’t be addressed and
some other things couldn’t be addressed in an aquaculture act and
you couldn’t do it in a different regime. I don’t think it negates
any of that important work that we’ve been doing and you’ve
been looking at. Others have been working with us as well.
Cela ne signifie pas que ces aspects et d’autres ne peuvent être
consignés dans une loi sur l’aquaculture et qu’il serait impossible
de le faire dans un différent régime. Je ne crois pas que cela remet
en cause l’important travail que nous avons fait jusqu’ici et que
vous avez pu voir. D’autres ont aussi travaillé avec nous.
A couple of points that were made in the question and
colleagues here have spoken to. One-stop shopping, it is a
question if you were to do an aquaculture act, are you going to
put everything related to aquaculture that is currently in other
Parmi les éléments qui ont été soulevés et dont certains
collègues ont parlé, il y a la notion du guichet unique, de cette
« solution tous azimuts ». C’est une question qu’il faut se poser.
Si vous deviez créer une loi sur l’aquaculture, y consigneriez-vous
31-3-2015
Pêches et océans
21:17
pieces of legislation into one piece? Or would it define
aquaculture, provide a legal basis and enable a vision? I think
we would want to do something about that, even for the fisheries
business. We still have Department of Transport regulations and
things that the fisheries industry has to follow. It’s not all in the
Fisheries Act. There are other pieces of legislation that define the
fisheries business in addition to the Fisheries Act.
tout ce que les autres mesures législatives ont pu dire à ce sujet?
Essayeriez-vous plutôt de définir l’aquaculture, d’instaurer un
cadre juridique et de permettre l’émergence d’une vision? Je crois
que nous tenterions de faire quelque chose en ce sens, même en ce
qui concerne les pêches. L’industrie de la pêche doit encore se
plier aux règlements du ministère des Transports et à d’autres
exigences. Tout ne se résume pas à la Loi sur les pêches. Outre
cette loi, d’autres mesures législatives contribuent à définir
l’industrie de la pêche.
The final thing, and this will be a big issue, and Ruth and Pam
both spoke about it, the federal-provincial relationship is a hugely
important dynamic. We have a national strategy that we work on
with the provinces. We have a deputy-minister level group that is
effectively chaired by Eric Gilbert along with one of the ADMs
from the province. It is a complex world, and they meet regularly
and we coordinate where we need to. But the issue of federal/
provincial jurisdiction is a challenge and one where, no question,
both jurisdictions have a responsibility.
La dernière chose qu’il faut mentionner — et ce sera un enjeu
de taille —, c’est que les relations fédérales-provinciales sont une
dynamique extrêmement importante. Ruth et Pam en ont parlé.
Nous avons une stratégie nationale sur laquelle nous travaillons
avec les provinces. Nous avons un groupe de travail de sousministres que préside efficacement Eric Gilbert et l’un des sousministres adjoints de la province. C’est un milieu d’une grande
complexité. Le groupe se réunit une fois par semaine et nous
assurons une certaine coordination là où il le faut. Mais la
question des compétences fédérales-provinciales est une question
délicate où, sans l’ombre d’un doute, chaque ordre de
gouvernement a ses responsabilités.
Senator McInnis: On that item of jurisdiction, the Supreme
Court of B.C. talked about jurisdiction, as does the Constitution,
section 91 or 92. In there they said that it was the jurisdiction
finfish. I may have it with me. Anyway, that it falls in the federal
jurisdiction, and so for the provinces to say that is inland fishery
and the other is provincial, it is not.
Le sénateur McInnis : En ce qui concerne les compétences, la
Cour suprême de la Colombie-Britannique en a déjà parlé. La
question est aussi abordée aux articles 91 et 92 de la Constitution.
Il y est question de pouvoirs sur les pêcheries des côtes de la mer et
de l’intérieur. Je l’ai peut-être avec moi. Quoi qu’il en soit, les
pêches sont une compétence fédérale. Il est donc faux pour les
provinces de dire que les pêcheries de l’intérieur relèvent d’elles.
Now some would say the Supreme Court decision would not
fall to other provinces. I would suggest quite differently because
any challenge in Nova Scotia would be the precedent, and that’s
the way it would follow until we get a Supreme Court of Canada
decision.
Certains diront que la décision de la Cour suprême ne
s’applique pas aux autres provinces. Je crains que ce ne soit pas
le cas : toute contestation en Nouvelle-Écosse constituerait un
précédent et c’est ce qui prévaudrait jusqu’à la décision de la Cour
suprême du Canada.
Where does that come into the mix and how is it working in
B.C. now that you’ve set up out there?
Comment cela s’inscrit-il dans cette dynamique et, notamment,
en Colombie-Britannique, maintenant que cela a été établi?
Mr. Stringer: A couple of comments, and I’ll ask Eric to jump
in. That decision did indeed say that it’s a fishery and therefore
the federal government has responsibility for it. By the way, not
responsibility for absolutely everything — the provinces still do
the tenures and the leases, but in terms of licensing the facility and
the general regulation of the operations of aquaculture it has been
federal. It has not been applied elsewhere in the country. It hasn’t
been tested elsewhere in the country.
M. Stringer : Je fais deux commentaires avant de demander à
Eric d’intervenir. Cette décision a bel et bien établi qu’il s’agissait
de pêches et que cela relevait par conséquent du gouvernement
fédéral. Soit dit en passant, cette responsabilité ne couvre pas
tout. Les provinces gardent la mainmise sur les baux, mais tout ce
qui concerne l’octroi des permis et la réglementation générale des
activités d’aquaculture relève du gouvernement fédéral. La
décision n’a pas eu à être appliquée ailleurs au pays. Elle n’a
pas encore été testée dans d’autres provinces.
There were discussions or considerations, provinces that are
managing and regulating this expressed a view early and wish to
continue to do so. That’s a system that we continue to manage. It
does make for a complex regime, no question.
Des discussions ont eu lieu et des facteurs ont été pris en
compte. Les provinces qui gèrent et réglementent cette activité ont
exprimé leur point de vue dès le début, et elles souhaitent
continuer de s’occuper de cette activité. C’est un régime que nous
continuons d’administrer, et sa complexité ne fait aucun doute.
We were given 18 months by the courts to come up with a
regulatory regime. We did that and it came into effect on
December 18, 2010. It was the Pacific Aquaculture Regulations,
Les tribunaux nous ont accordé 18 mois pour élaborer un
régime de réglementation. Nous l’avons fait, et il est entré en
vigueur le 18 décembre 2010. Il s’appelle le Règlement du
21:18
Fisheries and Oceans
31-3-2015
the PAR, and we have been managing since then and it has been
going quite well, we think. It has been effectively managed, so it
can be done.
Pacifique sur l’aquaculture, le RPA, que nous administrons
depuis ce temps, et qui fonctionne très bien, selon nous. Le régime
a été géré efficacement. Par conséquent, il est possible de le faire.
We’ve maintained the relationship we had previously with
other provinces and we respect their jurisdiction. Provinces are
not here, but you will often hear them say this is similar to
agriculture. Fish farmers own the fish they cultivate, it is property
and civil rights and all those things. We have not engaged in that.
We’ve simply said in B.C. the courts have said it’s federal. You’re
managing it elsewhere and we’re going to continue to work
together.
Nous avons maintenu la relation que nous entretenions avec les
autres provinces, et nous respectons leur compétence. Les
provinces ne témoignent pas aujourd’hui, mais vous les
entendrez souvent dire que cette relation ressemble à celle qui
existe dans le domaine de l’agriculture. Les pisciculteurs
possèdent les poissons qu’ils élèvent. Ils ont des droits de
propriété privée sur eux, et ils jouissent de droits civils, et
cetera. Nous ne nous mêlons pas de cela. Nous avons simplement
indiqué en Colombie-Britannique que les tribunaux avaient jugé
que cette activité relevait du gouvernement fédéral. Nous
continuons de travailler avec les gens qui gèrent cette question
ailleurs.
Eric, do you have anything to add to that?
Eric, avez-vous quelque chose à ajouter?
Mr. Gilbert: I think it was a pretty good answer. This is a very
good question. From my personal perspective, actually, the
question is: Is aquaculture a fishery or not?
M. Gilbert : Je pense que votre réponse était très bonne. Il
s’agissait d’une excellente question. À mon avis, la question est la
suivante : l’aquaculture est-elle ou non une activité de pêche?
Right now we have three different regimes in place in Canada:
one for B.C. where we are the lead regulator; one kind of
arrangement with the Province of P.E.I., we’re playing almost the
lead regulatory role there; and elsewhere it’s the province playing
the lead regulatory role. This is coming from a long way.
À l’heure actuelle, trois différents régimes sont en vigueur au
Canada. Il y en a un en Colombie-Britannique dans lequel nous
jouons le rôle de principal organisme de réglementation. Nous
avons négocié une sorte d’entente avec l’Île-du-Prince-Édouard,
dans le cadre de laquelle nous assumons presque le rôle du
principal organisme de réglementation. Dans les autres parties du
pays, ce sont les provinces qui font fonction de principal
organisme de réglementation. Beaucoup de chemin a été
parcouru.
In the 1980s the provinces and the federal government sat
down together and tried to define whose responsibility that is, this
new industry that is expanding pretty fast in Canada. Is
aquaculture federal or provincial jurisdiction?
Dans les années 1980, les provinces et le gouvernement fédéral
se sont rencontrés afin d’essayer de déterminer qui était
responsable de cette nouvelle industrie qui se développait très
rapidement au Canada. L’aquaculture relevait-elle des provinces
ou du gouvernement fédéral?
To be honest, at that time the federal and provincial
governments agreed to disagree. We fixed the problem by
negotiating an MOU on how to manage, so clear roles and
responsibilities splitting within the MOU between the two levels
of government. We’ve been working that way since then.
Pour être honnête, à l’époque, le gouvernement fédéral et les
provinces ont convenu de ne pas être du même avis. Nous avons
réglé le problème en négociant un protocole d’entente sur la façon
de gérer ce secteur, de manière à ce que les rôles et les
responsabilités soient clairement répartis entre les deux ordres
de gouvernement. Depuis, nous fonctionnons ainsi.
An aquaculture act in any way, we’re talking about defining
aquaculture. Normally it would be the first part of the act, so the
act would have to set the stage for aquaculture as a fishery or
farming, the agriculture side of things, or maybe even something
new. It may be something that is not a fishery but it’s not perfectly
coping with what agriculture is. It’s something new. Aquaculture
is aquaculture.
Dans une loi sur aquaculture, quelle qu’elle soit, nous
envisageons de définir l’aquaculture. Habituellement, cette
définition se trouverait dans la première partie de la loi. Il
faudrait donc que la loi prépare le terrain de manière à ce que
l’aquaculture soit considérée comme une activité de pêche, une
activité agricole ou peut-être même comme quelque chose de
nouveau. Ce pourrait être quelque chose qui ne correspond pas à
l’industrie de la pêche et qui ne coïncide pas parfaitement avec
l’agriculture. Ce serait quelque chose de nouveau qui soulignerait
le caractère unique de l’aquaculture.
But my point would be to say that whatever we decide or the
federal government, through negotiations with the provinces, will
decide what aquaculture is, this would necessarily change the
Mais ce que je veux dire, c’est que, quelle que soit la décision
que nous prenons ou que le gouvernement fédéral prend en
négociant avec les provinces au sujet de la nature de l’aquaculture,
31-3-2015
Pêches et océans
21:19
relationship a bit, the way the province and the federal
government are working together. I’m not qualifying at all if it
would be better or worse, but I’m saying this definition would
have an impact on who is doing what for sure.
cela modifiera nécessairement la façon dont les provinces et le
gouvernement fédéral travaillent ensemble. Je ne dis pas du tout
que les choses seront mieux ou pire, mais je soutiens que cette
définition aura assurément une incidence sur les responsabilités de
chacun.
Senator Wells: Thanks again to the panel; it’s good to see you
back. I have a question for Mr. Stringer, but before I get to the
question, I want to say that Ms. Salmon, who is the Executive
Director of CAIA, and Pamela Parker, who is Executive Director
of the Atlantic Canada Fish Farmers Association, and Terry
Ennis, who is an operator and on the boards, to hear Ms. Salmon
say that the aquaculture industry can double over the next 10
years is a staggering thought. I don’t disagree, because I think
Canada is under performing. Certainly, I think we see that in our
deliberations over the past number of months.
Le sénateur Wells : Je remercie encore une fois notre groupe
d’experts; c’est bon de vous revoir. J’ai une question à poser à
M. Stringer, mais avant de passer à cette question, je tiens à dire à
Mme Salmon, qui est directrice générale à l’AICA, à Pamela
Parker, qui est directrice générale de l’Atlantic Canada Fish
Farmers Association, et à Terry Ennis, qui est un exploitant et qui
siège au conseil d’administration, qu’il est stupéfiant d’entendre
Mme Salmon dire que l’industrie de l’aquaculture pourrait
doubler au cours des 10 prochaines années. Je n’en disconviens
pas, car je pense que le rendement du Canada à cet égard est
inférieur à ce qu’il devrait être. Je pense que nous l’avons
certainement constaté au cours de nos délibérations des derniers
mois.
Mr. Stringer, I’ve known you for a couple of years both from
the fisheries side and the oil and gas side of things. It’s important
to note that you were with NRCan as Director-General of
Petroleum Resources. I note that in the petroleum industry, and I
spent some time in it myself, the Government of Canada did a
number of things to streamline processes to make it better, not
necessarily easier, but more streamlined for industry to do what
industry does best. A couple of examples: the Government of
Canada streamlined the Environmental Assessment Act process,
known as CEAA 2012. The process became better after that. The
Government of Canada established the major projects
management office, which was not one-stop shopping, but it
was a single portal for major projects like the ones we see in the
energy industry. When we think of single portal, I think that’s
probably a better descriptor than one-stop shopping because
there are a lot of things to do that span many departments and
agencies. The federal government also set up the Atlantic Canada
Energy Office based in St. John’s in 2008, I think.
Monsieur Stringer, je vous connais depuis quelques années tant
pour le rôle que vous avez joué dans le domaine des pêches, que
pour celui que vous avez joué dans le domaine de l’exploitation
pétrolière et gazière. Il est important de noter que vous étiez
directeur général des Ressources pétrolières à RNCan. Je
remarque qu’en ce qui concerne l’industrie pétrolière, dont j’ai
moi-même fait partie pendant un certain temps, le gouvernement
du Canada a pris des mesures pour simplifier les processus afin
d’améliorer la situation. Cela n’a pas nécessairement facilité les
choses, mais cela a simplifié la tâche de l’industrie afin de lui
permettre de faire ce qu’elle fait le mieux. Par exemple, le
gouvernement du Canada a simplifié la Loi canadienne sur
l’évaluation environnementale, connue sous le nom de LCEE
2012. Le processus s’est amélioré après la prise de cette mesure.
Par ailleurs, le gouvernement du Canada a créé le Bureau de
gestion des grands projets qui n’est pas un guichet unique, mais
qui offre un portail unique pour les grands projets comme ceux
que nous observons dans le secteur énergétique. Je pense que le
terme « portail unique » décrit mieux le rôle du bureau que le
terme « guichet unique », car de nombreuses mesures doivent être
prises, et ces mesures relèvent de nombreux ministères et
organismes. Le gouvernement fédéral a également établi l’Office
de l’énergie de l’Atlantique à St. John’s en 2008, je crois.
We have done a lot of things for the oil and gas industry based
on the obvious and recognized need and perhaps the call from
industry to make things more sensible on a regulatory level.
Nous avons déployé de nombreux efforts pour aider l’industrie
pétrolière et gazière, compte tenu de la nécessité évidente et
reconnue de rendre plus logique la réglementation et compte tenu
peut-être de l’exhortation de l’industrie à le faire.
We hear Ms. Salmon saying: We could double the industry
over 10 years and we have support. Every time we have been in
front of anyone from the aquaculture industry in Canada in our
deliberations, we have heard the same call.
Nous entendons Mme Salmon dire que l’industrie pourrait
doubler en 10 ans et que l’alliance bénéficie de l’appui de ses
membres. Chaque fois que nous avons entendu des membres du
secteur canadien de l’aquaculture au cours de nos délibérations,
ils ont lancé le même appel.
21:20
Fisheries and Oceans
31-3-2015
I know you don’t make policy, but you recommend policy.
Why do you think it is so difficult to action this from the
aquaculture industry when it was apparently so easy to do it from
the energy industry?
Je sais que vous n’élaborez pas des politiques, mais vous
recommandez leur adoption. Pourquoi croyez-vous qu’il est si
difficile d’obtenir la coopération du secteur de l’aquaculture à cet
égard, alors qu’il a semblé si facile d’obtenir la coopération du
secteur énergétique?
Mr. Stringer: Thanks for the question. I’d make a couple of
comments. One is that it has grown. There has been some
stagnation, but it is now 30 per cent of Canada’s landed value. It
is significant, and we do agree it continues to be poised for
growth.
M. Stringer : Je vous remercie de votre question. Je vais
formuler quelques observations. Premièrement, ce secteur s’est
accru considérablement. Une certaine stagnation a été observée,
mais l’aquaculture contribue maintenant à 30 p. 100 de la valeur
des débarquements du Canada. C’est là un pourcentage
substantiel, et nous nous entendons pour dire que cette
industrie s’apprête toujours à croître.
I think what we’ve been saying is we agree on the need for a
robust regulatory framework, and I think everybody is in
agreement on that. The question is what tool. Our job as public
servants is to work with the tools we have, provide advice with
respect to other tools that may be useful — not our decision —
and we can express views with respect to the limitations and
challenges with the current tools. As I said, our job and our
objective in terms of regulatory framework, regardless of the tool,
is to enable the growth that needs to happen and ensure that it’s
consistent with protecting aquatic environment systems and
sustainability.
Ce que nous disons, selon moi, c’est que nous reconnaissons la
nécessité de disposer d’un solide cadre réglementaire, et je pense
que tout le monde en convient. Il ne reste qu’à déterminer quel
outil nous utiliserons. En tant que fonctionnaires, notre tâche
consiste à employer les outils dont nous disposons, de fournir des
conseils à propos d’autres outils qui pourraient nous être utiles —
dont l’adoption ne dépend pas de nos décisions —, et de dire ce
que nous pensons des limites de nos outils actuels. Comme je l’ai
indiqué, quel que soit le cadre réglementaire dont nous disposons,
notre tâche et notre objectif consistent à favoriser la croissance
qui doit survenir et à nous assurer qu’elle n’entrave pas la
protection des systèmes aquatiques ou leur durabilité.
Regarding some of the things we have talked to this committee
about and have been moving forward on, I would point to the
aquaculture activities regulation as one element to be able to do
that, providing legal clarity, consistency and coherence, where we
heard and, arguably, it was not there, and to multi-year licences,
instead of coming back every year. We are moving forward on
those specific things. We are doing that now within the
framework and with the tools we have. We are moving forward
on it. We’re hearing that there is a better way, and that’s
something that we know you’re considering.
En ce qui concerne certaines des mesures dont nous avons parlé
au comité et que nous avons entrepris de mettre en œuvre, je
souligne que la réglementation des activités aquacoles est l’une des
étapes qui permettront de protéger les systèmes aquatiques,
d’assurer la clarté et la cohérence des mesures législatives qui,
selon les dires, n’existaient vraisemblablement pas auparavant, et
de délivrer des permis pluriannuels, au lieu de forcer les
pisciculteurs à les renouveler chaque année. Nous entreprenons
la mise en œuvre de ces mesures. Nous le faisons maintenant à
l’aide des outils dont nous disposons en ce moment et en
respectant le cadre actuel. Nous allons de l’avant à cet égard.
Nous entendons dire qu’il y a une meilleure façon de faire les
choses, et nous savons que vous examinez cette question.
Senator Wells: It’s a fair point. Ms. Salmon, how long have
you been advocating for an aquaculture act, for want of a better
term?
Le sénateur Wells : Votre argument est de bonne guerre.
Madame Salmon, depuis combien de temps préconisez-vous
l’adoption d’une loi sur l’aquaculture, à défaut d’une meilleure
expression?
Ms. Salmon: This industry has been advocating for an act long
before I took the position with CAIA, and I have been here for
eight years. Certainly, there have been 30 years of reports and
studies recommending an aquaculture act. I’m thinking of when
our association became actively involved, maybe 20 years ago.
That would be my guess.
Mme Salmon : L’industrie a commencé à plaider en faveur
d’une loi longtemps avant que j’accepte un poste à l’AICA, et je
suis au service de cette organisation depuis huit ans. Des rapports
et des études recommandent l’adoption de cette loi depuis
certainement 30 ans. Je songe à l’époque où notre association a
commencé à discuter activement de cette question. Cela remonte
peut-être à il y a 20 ans. C’est ce que je supposerais.
Senator Wells: Many years, I think it’s safe to say.
Le sénateur Wells : Je pense que l’on peut dire sans risquer de
se tromper que cela remonte à de nombreuses années.
31-3-2015
Pêches et océans
21:21
Mr. Stringer, you said the aquaculture industry is poised. It’s
one thing to be poised for growth, and it’s another thing entirely
to grow. This is what the aquaculture industry is calling for.
Monsieur Stringer, vous avez dit que le secteur de l’aquaculture
s’apprêtait à croître. C’est une chose d’être sur le point de croître,
mais c’en est une autre de croître pour de vrai. C’est ce que
l’industrie prévoit.
If the Government of Canada, specifically through the
Department of Fisheries and Oceans, were to have an act —
obviously, it would go through Parliament — then it would be up
to industry to put their money where their mouth is and to do
what they say they will do. I think there is no better challenge that
I’ll put on their plate than to be able to facilitate that. Even
though it’s the bureaucracy and you don’t make decisions as such,
there is an obligation, as we have done for the oil and gas sector,
to have not just a robust, modern regulatory framework but to
have one that works for industry. It’s an important distinction to
make.
Si le gouvernement du Canada, par l’intermédiaire du ministère
des Pêches et des Océans, devait présenter une loi — il va de soi
qu’elle serait étudiée par le Parlement —, il incomberait à
l’industrie de joindre le geste à la parole et de faire ce qu’elle a dit
qu’elle ferait. À mon avis, il n’y a aucun défi que je pourrai leur
demander de relever, qui serait plus exigeant que celui de faciliter
l’adoption de cette loi. Même si vous faites partie de la
bureaucratie et que vous ne prenez pas de décisions en tant que
telles, vous êtes tenus de faire adopter un cadre réglementaire qui
non seulement est moderne et solide, mais qui appuie aussi
l’industrie, tout comme nous avons été obligés d’appuyer le
secteur pétrolier et gazier. C’est une importante distinction à faire.
Mr. Stringer: I don’t mean to knock the idea of whether or not
an aquaculture act is the best tool. What I do mean to say,
though, is I think we have a general understanding of what kind
of regulatory regime is required.
M. Stringer : Je ne veux pas discuter de la question de savoir si
une loi sur l’aquaculture est le meilleur outil à nous procurer.
Toutefois, je tiens à indiquer qu’à mon avis, nous avons une idée
générale du genre de régime de réglementation qui est requis.
We think there is a need to work with provinces on it where
they have systems that currently exist. There is more than one way
to achieve it. We currently have a set of tools that we’re operating
with, and we have a regulatory agenda that we’ve outlined to this
committee and we are proceeding with. If there ends up being an
aquaculture act as well or amendment to the Fisheries Act that
puts an aquaculture part in, we would work with that as well, but
we certainly do take your point.
Nous pensons que le gouvernement du Canada doit travailler à
l’élaboration de cette loi avec les provinces, lorsqu’elles ont déjà
mis en vigueur des régimes de cette nature. Il y a plus d’une façon
d’atteindre notre objectif. Nous disposons en ce moment d’un
ensemble d’outils et d’un programme de réglementation que nous
avons exposé au comité, et nous allons les utiliser. Si une loi sur
l’aquaculture finit par être rédigée ou si la Loi sur les pêches finit
par être modifiée, nous nous servirons de cela aussi, mais je
comprends certainement l’argument que vous faites valoir.
Senator Wells: Thank you.
Le sénateur Wells : Merci.
Senator Meredith: As a follow-up to my colleague’s question,
Ms. Parker, at the end of your statement, you cited U.S.
$10 billion and $356 million in economic activity locally and
you stated: ‘‘A federal aquaculture act is critical to enable us to
reach our full potential and to secure a responsible and
sustainable industry for the future.’’
Le sénateur Meredith : J’aimerais donner suite à la question de
mon collègue. Madame Parker, à la fin de votre déclaration, vous
avez parlé d’une activité économique de l’ordre de 10 milliards de
dollars aux États-Unis et de l’ordre de 356 millions de dollars
localement, et vous avez déclaré que : « La création d’une loi
fédérale sur l’aquaculture est fondamentale en vue de nous
permettre d’atteindre notre plein potentiel et de garantir une
industrie durable et responsable pour les générations à venir. »
What would that potential look like? The previous question
said it has been over 30 years that the industry has been asking for
an aquaculture act. How would we realize the full potential in the
absence of a full aquaculture act?
À quoi ce potentiel ressemblerait-il? La question précédente
mentionnait le fait que l’industrie demande une loi sur
l’aquaculture depuis plus de 30 ans. En l’absence d’une loi
complète à ce sujet, comment pourrions-nous réaliser ce plein
potentiel?
Ms. Parker: Currently, a lot of our companies, both our
Canadian companies and our companies that are from head
office, say in Norway, are investing in other countries. They are
not investing in Canada right now. Even our local companies are
investing outside of Canada because they lack the confidence that
the confusion is going to go away. It’s very complex. We spend a
lot of time trying to educate the public on how we’re regulated
and it’s very difficult.
Mme Parker : À l’heure actuelle, un grand nombre de nos
entreprises canadiennes et des entreprises dont le siège social est,
disons, en Norvège, investissent dans d’autres pays. Elles
n’investissent pas au Canada en ce moment. Même nos
entreprises locales investissent à l’étranger parce qu’elles ne sont
pas convaincues que la confusion disparaîtra. Il s’agit là d’un
enjeu très complexe. Nous passons beaucoup de temps à tenter
d’expliquer au public la façon dont nous sommes réglementés, et
c’est une tâche ardue.
21:22
Fisheries and Oceans
31-3-2015
I think, with all due respect, during the Cohen commission,
even the Deputy Minister of Fisheries and Oceans had a difficult
time explaining how the industry is regulated because there are so
many different and conflicting parts. Hopefully an aquaculture
act will recognize, of course, that other federal acts have to be
considered, but the complexity and the clarification will be there.
Avec tout le respect que je dois à la ministre des Pêches et des
Océans, je pense que, dans le cadre de la Commission Cohen,
même la ministre avait du mal à expliquer comment l’industrie est
réglementée, en raison de ses nombreux éléments différents et
contradictoires. Une loi sur l’aquaculture reconnaîtra, bien
entendu, que d’autres lois fédérales doivent être prises en
compte, mais, avec un peu de chance, les complications que cela
entraîne seront clarifiées.
That will give confidence to our industry that we have the tools
to go forward, so that we understand clearly how fish health
products would be regulated or how benthic or environmental
impact would be monitored and regulated. We could clarify that
to the public. They would be able to see the information available
publicly.
Cela convaincra notre industrie que le Canada dispose des
outils nécessaires pour qu’elle aille de l’avant. Ainsi, nous
comprendrons clairement comment les produits liés à la santé
des poissons seront réglementés ou comment l’impact benthique
ou environnemental sera surveillé et réglementé. Ensuite, nous
pourrons donner des précisions au public, et nous serons en
mesure de voir ces renseignements rendus publics.
It is in some provinces now. It isn’t in all. But to have the
aquaculture activities regulations would ensure that the public is
fully informed on an annual basis about the environmental
performance of our industry.
Des pisciculteurs exercent en ce moment leurs activités dans
certaines provinces, mais non dans la totalité d’entre elles. Grâce à
l’existence d’une réglementation des activités aquacoles, le public
serait informé annuellement du rendement environnemental de
notre industrie.
It would make it more difficult for misinformation to be
clarified, for communities to understand the benefits of the
industry for themselves, for their community, and to resolve
outstanding questions. Many of you, when you first came into
this process, didn’t fully understand and you had lots of
questions. There was confusion, and it’s very difficult.
La désinformation sera plus difficile à clarifier, et les
collectivités auront plus de mal à comprendre elles-mêmes les
avantages apportés par l’industrie, à les expliquer à leurs
membres, et à répondre aux questions en suspens. Lorsque vous
avez été exposés pour la première fois au processus, bon nombre
d’entre vous ne l’ont pas compris complètement, et vous vous
posiez de nombreuses questions. La confusion régnait, et il était
très difficile d’y voir clair.
If the industry is defined and if we’re able to clearly articulate
the different aspects of what our industry does, which is the same
as terrestrial farmers, I think that will go a long way.
Si notre industrie est définie, et si nous sommes en mesure de
décrire clairement les différents aspects de ses activités, qui sont
identiques à celles d’éleveurs de bétail, je pense que cela aidera
grandement l’industrie.
Certainly we have to respect the environment that we work in.
We will always have certain roles within the Fisheries Act, just
like any other marine industry that’s working, whether it’s oil or
gas, or even a log boom in B.C., has to meet certain regulations
around the Fisheries Act. We’ll have to do that too. But I think
the clarity needs to be there and the federal desire to recognize our
industry will also go a long way to attracting investment and
confidence in our farming companies.
Certes, nous devons respecter l’environnement dans lequel
nous exerçons nos activités. Certaines de nos fonctions seront
toujours assujetties à la Loi sur les pêches, comme d’autres
industries qui exploitent des ressources dans un milieu marin, que
ce soit l’industrie pétrolière ou gazière, ou même une estacade de
billes en Colombie-Britannique, doivent respecter certaines des
règles prévues par la Loi sur les pêches. Nous devrons faire de
même, mais je crois que des précisions doivent être fournies et que
le désir du gouvernement fédéral de reconnaître notre industrie
contribuera grandement à attirer des investissements dans nos
entreprises piscicoles et à aider ces entreprises à inspirer la
confiance.
Senator Meredith: Thank you. Ms. Salmon, just to follow up
on your presentation, why is it that you think that potentially
DFO — and Mr. Stringer, you can jump in after she has
commented — has been somewhat reluctant to hear your
viewpoints on why we should bring about this aquaculture act?
Le sénateur Meredith : Merci. Madame Salmon, pour donner
suite à votre exposé, j’aimerais savoir pourquoi, selon vous — et,
monsieur Stringer, vous pourrez intervenir une fois qu’elle aura
formulé ses observations —, le MPO est un peu réticent à
entendre les raisons pour lesquelles vous pensez qu’une Loi sur
l’aquaculture devrait être adoptée.
Ms. Salmon: That’s a good question. Again, I would support
Kevin Stringer’s comments that as civil servants they operate with
the tool that they have. Quite honestly, I think they’ve done a
Mme Salmon : Voilà une excellente question. Je répète que je
conviens avec Kevin Stringer que les fonctionnaires utilisent
l’outil qui est à leur disposition. En toute honnêteté, je crois qu’ils
31-3-2015
Pêches et océans
21:23
good job. The aquaculture activities regulations are an example of
the kind of performance outcome and modern approach that we
would look to see replicated in an aquaculture act. That’s an
example of a regulation that makes some sense, but there are lots
of other examples of changes to the Fisheries Act that will be
required after they finish the aquaculture activities regulations.
font un bon travail. La réglementation des activités aquacoles est
un bon exemple du genre de résultats du rendement et du genre
d’approche moderne que nous chercherons à reproduire dans une
loi sur l’aquaculture. C’est là un exemple de règlement censé, mais
il y a de nombreux autres exemples de modifications qu’il faudra
apporter à la Loi sur les pêches, une fois qu’ils auront terminé
d’élaborer la réglementation des activités aquacoles.
What we’re talking about is one piece of national legislation;
that the whole piece of legislation is modern in its approach, not
prescriptive, and looks at performance outcomes and is not
inefficient or time-consuming.
Nous parlons de l’adoption d’une mesure législative nationale;
une mesure de nature non contraignante dont l’approche est
moderne, une mesure qui examine les résultats du rendement, qui
n’est pas inefficace et qui n’exige pas beaucoup de temps.
To be fair, DFO has worked with the tool they have. Why have
we not moved faster towards an aquaculture act? There are
probably a number of different reasons. It is a complex industry,
and that’s part of the reason why our association, two years ago,
decided to make a concerted effort to do our own homework and
not look to government to solve our problems. That’s the process
we’re in right now. We need to make it clear, and we’re hoping to
do that, about exactly what an aquaculture act should look like
and how it might be approached.
Pour être juste envers le MPO, je dois admettre que le ministère
se sert de l’outil dont il est doté. Pourquoi n’avons-nous pas
élaboré une loi sur l’aquaculture plus rapidement? C’est
probablement dû à un certain nombre de différentes raisons.
Notre industrie est complexe, et c’est en partie la raison pour
laquelle, il y a deux ans, notre association a décidé de s’efforcer de
faire ses devoirs et de ne pas compter sur le gouvernement pour
résoudre ses problèmes. Voilà où nous en sommes en ce moment.
Nous devons préciser exactement ce à quoi une loi sur
l’aquaculture devrait ressembler et comment elle pourrait être
abordée.
I think in the past, moving forward on this, it’s very confusing.
There are these various levels of federal legislation. There are
provinces involved. There are different species that we farm. It
isn’t a one-template solution. I think that’s probably the reason
why it hasn’t been an easy activity to move forward with, but our
hope is that our association will help clarify some of the road
forward and it will make it easier for some of those decisions.
Je pense que, dans le passé, il était très déroutant d’aller de
l’avant. Diverses lois interviennent dans ce processus, dans lequel
les provinces jouent également un rôle. Nous élevons diverses
espèces de poissons, et aucune solution unique n’est appropriée.
Je pense que c’est probablement la raison pour laquelle il n’est pas
facile de faire progresser cette activité. Toutefois, nous espérons
que notre association contribuera à préciser certaines des voies à
suivre et que cela facilitera la prise de quelques-unes de ces
décisions.
Senator Meredith: Mr. Stringer, did you want to comment on
that?
Le sénateur Meredith : Monsieur Stringer, souhaitiez-vous
formuler des observations à ce sujet?
Mr. Stringer: Thank you. I would say, as Ruth Salmon just
said, really there has been lots of talk about an aquaculture act for
the last five or ten years, but there’s been a real focused effort
formally from CAIA within the last two or three. In that
discussion, there are proposals that come forward, here’s an idea,
and there are questions back and forth about what would actually
be in it. Ruth just spoke to the fact that they’re coming to the
completion of a document that might speak to what’s in it. But in
the meantime, we’re plugging away.
M. Stringer : Merci. Comme Ruth Salmon vient de l’indiquer,
je dirais que la loi sur l’aquaculture a fait l’objet de nombreuses
discussions au cours des cinq ou dix dernières années, mais que ce
n’est qu’au cours des deux ou trois dernières années, que l’AICA a
officiellement déployé de vrais efforts ciblés. Dans le cadre de ces
discussions, des idées ont été proposées, et des questions ont été
échangées afin de déterminer ce qui figurerait dans la loi. Ruth
vient de mentionner le fait qu’ils sont en train d’achever un
document qui pourrait traiter du contenu de la loi. Mais, en
attendant, nous persévérons.
Why has it not happened? Partly that work hasn’t been done.
It’s partly the current regime we’re making reforms to, and it may
not be as effective. It may or may not be. But the platform has
been adequate for us to move forward on.
Pourquoi cela ne s’est-il pas produit? En partie parce que ce
travail n’a pas été fait, en partie parce que le régime actuel qui est
visé par les réformes n’est peut-être pas aussi efficace; il peut l’être
ou pas. Toutefois, la plateforme est suffisamment adéquate pour
que nous puissions faire avancer les choses.
I think the issue that was raised by senators previously —
provinces will have a view on this. We’ve got different
jurisdictions and different regimes in each province. They don’t
do things the same way. The challenge of taking on something
that says ‘‘guys, this is the way it’s going to be’’ or setting
En ce qui concerne la question qui a été soulevée par les
sénateurs tout à l’heure, je pense que les provinces se
prononceront là-dessus. Il y a différents pouvoirs et différents
régimes dans chaque province. Elles ne font pas les choses de la
même manière. Il n’est pas facile d’imposer une façon de faire ou
21:24
Fisheries and Oceans
31-3-2015
standards is not an easy one. We’ve been plugging away with the
regime we’ve got, making the reforms and working with the
industry.
d’établir des normes. Nous travaillons avec le régime que nous
avons, nous effectuons les réformes et nous collaborons avec
l’industrie.
I absolutely agree with what Ruth has outlined, which is that
we have a good working relationship with the industry, with the
provinces and with other stakeholders, despite the challenge that
you’ll see from time to time in terms of identifying what needs to
be done next and moving ahead with it. This is a big initiative,
and we really welcome the views of this committee as you consider
what’s best.
Je suis tout à fait d’accord avec Ruth lorsqu’elle dit que nous
avons une bonne relation de travail avec l’industrie, les provinces
et les autres acteurs, malgré qu’il soit parfois difficile de
déterminer les prochaines étapes à suivre et de les entreprendre.
C’est une grande initiative, et nous accueillerons très
favorablement les points de vue du comité sur ce qu’il est
préférable de faire.
Senator Raine: I know this is very difficult because, you’re
absolutely right, we don’t have an aquaculture act, but with the
new regulations that are coming into place there are a lot of things
happening to govern and regulate aquaculture in Canada.
La sénatrice Raine : Je sais que c’est très difficile, car vous avez
tout à fait raison, nous n’avons pas de loi sur l’aquaculture, mais
l’arrivée de la nouvelle réglementation nous donnera des outils
pour régir et réglementer l’aquaculture au Canada.
My worry is that DFO has a fantastic organization across the
country with a lot of science and scientists and people on the
ground. If we have a whole other regime, department, whatever,
you get silos — that’s DFO, that’s not aquaculture — and we
start to lose that valuable scientific resource that’s been built up.
Le MPO a une organisation fantastique dans l’ensemble du
pays, il dispose de nombreuses données scientifiques et il a
beaucoup de scientifiques et de personnes sur le terrain. Or, si
nous avons un tout autre régime, ministère, ou peu importe, je
crains qu’il y ait des cloisonnements — c’est le MPO, ce n’est pas
l’aquaculture —, et que nous commencions à perdre les précieuses
ressources scientifiques qui ont été accumulées.
I would like to ask the industry representatives, if there isn’t an
aquaculture act, can we regulate the industry in an efficient,
proper, modern way that lets you expand and invest, given that
our number one concern is that it doesn’t impact the wild fish? Of
course, everybody agrees on that. But can it be done without an
aquaculture act?
J’aimerais poser la question suivante aux représentants de
l’industrie. S’il n’y a pas de loi sur l’aquaculture, pouvons-nous
réglementer l’industrie d’une façon efficace, appropriée et
moderne qui vous permettra de prendre de l’expansion et
d’investir, étant donné que notre principal objectif, c’est qu’il
n’y ait aucune incidence sur le poisson sauvage? Évidemment,
tout le monde s’entend là-dessus, mais peut-on le faire sans une loi
sur l’aquaculture?
Mr. Ennis: We currently operate under DFO and the Fisheries
Act, of course, but we also have a great deal of interaction with
Agriculture and Agri-Food Canada. You asked if there would be
confusion in the future. I think we’re working in that system now
under sort of regulatory and how we operate our businesses from
a farming perspective versus how we’re supported internationally
through agri-marketing programs and developing new markets
for our product. I think we’re both doing quite well now.
M. Ennis : Nous sommes actuellement régis par le MPO et la
Loi sur les pêches, bien sûr, mais nous avons aussi beaucoup
d’interactions avec Agriculture et Agroalimentaire Canada. Vous
avez demandé s’il y aurait une certaine confusion à l’avenir. Je
pense que nous travaillons actuellement dans ce système selon un
certain cadre de réglementation et que nous gérons nos entreprises
selon une perspective d’élevage tout en étant soutenus par les
programmes Agri-marketing sur le plan international et en
développant de nouveaux marchés pour nos produits. Je crois
que nous faisons maintenant très bien les deux.
We’ve certainly debated this at the association and amongst
our members, whether under an aquaculture act it would fall
under the remit of DFO or does it fall under Agriculture Canada
or is there a new department? I don’t think we’ve come to a
conclusion on that yet ourselves. Certainly DFO has made a lot of
progress in the last couple of years. The gentlemen present and
many other people have consulted with industry and other
stakeholders, and they’re making improvements.
Nous en avons certes débattu à l’association et entre nos
membres; nous nous sommes demandé si en vertu d’une loi sur
l’aquaculture, cela relèverait de la compétence du MPO,
d’Agriculture Canada ou d’un nouveau ministère. Nous n’en
sommes pas encore arrivés à une conclusion. Le MPO a certes fait
beaucoup de progrès ces dernières années. Les responsables qui
sont ici et bien d’autres personnes ont consulté l’industrie et les
autres acteurs, et ils apportent des améliorations.
Certainly under the leadership of Minister Shea we’ve seen a
lot of progress and we appreciate that. We want to see something
in place through an aquaculture act that would give confidence to
all Canadians, those who are opposed to aquaculture and those
who are working in the industry, that meets everybody’s needs.
We really think that tweaking the Fisheries Act may move the ball
Sous la direction de la ministre Shea, il y a eu beaucoup de
progrès, et nous en sommes heureux. Nous voulons que l’on
prenne des mesures, grâce à une loi sur l’aquaculture, pour donner
confiance à tous les Canadiens, ceux qui s’opposent à
l’aquaculture et ceux qui travaillent dans l’industrie, et pour
répondre aux besoins de tout le monde. Nous pensons que
31-3-2015
Pêches et océans
21:25
down the field but it’s not going to accomplish everything we
want, especially when the Senate and this committee have looked
at other jurisdictions where you see that model operating
successfully. I think we’re almost at a point where it’s nearly a
foregone conclusion we need an act and we’re trying to convince
ourselves why we shouldn’t have one. That’s a good point to be
at, after many years, as an industry trying to move the ball down
the field.
modifier légèrement la Loi sur les pêches pourrait améliorer la
situation, mais cela ne nous permettra pas d’accomplir tout ce que
nous voulons accomplir, d’autant plus que le Sénat et votre
comité ont regardé ce qui se fait à d’autres endroits où ce modèle
fonctionne très bien. Je crois que nous en sommes presque arrivés
à la conclusion inéluctable qu’il nous faut une loi, mais nous
tentons de trouver des raisons qui justifieraient de ne pas en avoir
une. Il est bien que notre industrie en soit là, après de nombreuses
années d’efforts pour faire progresser les choses.
I think it can work. Whether it’s under DFO or under
Agriculture Canada in the future, someone else can debate that.
My preference would be DFO, but I don’t speak for everybody in
the industry. It’s something we can sort out in the future for sure.
Je pense que cela peut fonctionner. Quant à savoir si cela
relèvera du MPO ou d’Agriculture Canada; quelqu’un d’autre
peut en débattre. Je préférerais que ce soit le MPO, mais je ne
parle pas au nom de tous les membres de l’industrie. C’est
certainement une chose que nous pourrons régler plus tard.
Ms. Salmon: I was going to assure you that this industry is
science based and needs to continue to be science based. That’s
absolutely at the foundation of our industry.
Mme Salmon : Je voulais souligner que cette industrie repose
sur la science et qu’elle doit continuer de reposer sur la science.
C’est le fondement même de notre industrie.
The sense of protecting the wild stocks, protecting habitat, is
critical. That needs to continue. That doesn’t mean growth can’t
happen in the industry. They can work hand in hand. That
doesn’t mean one has to be less than the other. We’re looking for
a piece of legislation that is modern, that is science based, that is
nimble and credible, protects the environment and the aspects of
the Fisheries Act. The conservation and protection aspects of the
Fisheries Act are critical. We want science to be more significant
than it is right now, and we want science communication to be
more part of our industry than it is right now.
La protection des stocks sauvages et de l’habitat est essentielle.
Cela doit continuer. Cela ne veut pas dire qu’il ne peut y avoir de
croissance dans l’industrie. On peut travailler main dans la main,
à égalité. Nous voulons une mesure législative moderne, fondée
sur des données scientifiques, souple et crédible, qui protège
l’environnement et les aspects de la Loi sur les pêches. Les aspects
de la Loi sur les pêches liés à la conservation et à la protection
sont essentiels. Nous voulons qu’on accorde plus d’importance à
la science qu’on ne le fait actuellement, et nous voulons que la
communication scientifique fasse davantage partie de notre
industrie.
All the things that you think are important, we do as well. We
also think you can have sustainable growth with that.
Tout ce qui est important pour vous l’est aussi pour nous.
Nous pensons aussi qu’une croissance durable est possible.
Senator Raine: So you’re saying you need this act so that the
public and the people who are anti-aquaculture can be assured
that the industry is properly regulated and the act will have the
power to do that?
La sénatrice Raine : Vous dites donc que vous avez besoin de
cette loi pour que les gens qui s’opposent à l’aquaculture aient
l’assurance que l’industrie est bien réglementée. Est-ce que la loi
permettra de faire cela?
Ms. Salmon: Absolutely.
Mme Salmon : Absolument.
Mr. Ennis: That’s a very important piece of this, for sure. I say
to anyone who opposes aquaculture that some of the best
stewards of the ocean are people who are involved in this
industry, because we make our living every day on the ocean. So
we certainly don’t want to cause problems. We want to make sure
it’s a sustainable industry that’s around for many generations to
come.
M. Ennis : C’est certainement un élément très important. Je
dirais à quiconque s’oppose à l’aquaculture que certains des
meilleurs gardiens de l’océan sont les gens qui travaillent dans
cette industrie, parce qu’ils gagnent leur vie tous les jours sur
l’océan. Nous ne voulons certainement pas créer de problèmes.
Nous voulons assurer la viabilité et la durabilité de notre industrie
pour de nombreuses générations à venir.
One of the questions earlier was about economic development.
It does have a big impact on rural communities, and there’s
certainly lots of potential. If you look at global statistics on
seafood consumption, population growth and economic factors,
wild capture fishery is not going to be able to keep up with the
demand. Mr. Stringer mentioned a moment ago that about
30 per cent of Canadian seafood is coming from aquaculture
Une question a été posée tout à l’heure au sujet du
développement économique. Il a une incidence considérable sur
les collectivités rurales, et il y a certes beaucoup de possibilités à ce
chapitre. Si on jette un coup d’œil aux statistiques mondiales
relatives à la consommation des produits de la mer, à la croissance
démographique et aux facteurs économiques, on constate que la
pêche d’espèces sauvages ne pourra pas suffire à la demande.
21:26
Fisheries and Oceans
31-3-2015
now. Roll ahead 20 years and it might be a lot more than the wild
fisheries coming from aquaculture if it’s done properly.
M. Stringer a mentionné tout à l’heure qu’environ 30 p. 100 des
produits de la mer canadiens proviennent actuellement de
l’aquaculture. Dans 20 ans, ce pourcentage pourrait être de loin
supérieur si l’aquaculture est bien exploitée.
The Chair: We have already touched on the next topic, which
I’d like to get some more feedback on. Certainly it’s a topic that
we’ve been engaged in from one end of the country to the other,
and that is defining aquaculture as a fishing or farming activity.
We heard some feedback already this evening, but I’m going to
ask Senator Wells to make some opening comments or ask a
question, whatever he may have, to start this part of the
discussion.
Le président : Nous avons déjà abordé le prochain sujet, mais
j’aimerais avoir quelques explications de plus. C’est un sujet
auquel nous nous intéressons tous, d’un bout à l’autre du pays, à
savoir s’il faut définir l’aquaculture comme une activité de pêche
ou comme une activité d’élevage. Nous avons déjà entendu
quelques commentaires ce soir à ce sujet, mais je vais demander au
sénateur Wells de nous présenter ses observations ou de poser une
question, à sa guise, pour débuter cette partie de la discussion.
I’d like to focus in on that, because one of the major issues that
has been raised with us on several occasions is if a government
finds a place to put an aquaculture act in place, defining exactly
whether it’s a fishery or a farming activity will be a very important
part of that.
J’aimerais que nous mettions l’accent là-dessus, car l’un des
principaux points qui ont été soulevés à plusieurs occasions, c’est
qu’il sera très important, si le gouvernement parvient à mettre en
place une loi sur l’aquaculture, d’établir précisément s’il s’agit
d’une activité de pêche ou d’une activité d’élevage.
Senator Wells: Full disclosure: I used to be president of a
company called Atlantic Halibut Farms, so I know a little bit
about the aspect of farming and the things that go along with it.
Le sénateur Wells : Pour tout dire, j’ai été président d’une
entreprise appelée Atlantic Halibut Farms; je connais donc assez
bien l’agriculture et tout ce qui s’y rattache.
When we talk about any kind of farming, whether it is fish
farming or more familiar farming in fields with cattle or
agricultural products, we talk about feed and rearing juveniles.
We talk about the specific plots of land or space. We call them
growers, whether it’s seafood or cattle. We leave these spaces
fallow sometimes. It’s a farming term in both aquaculture and
farming on land.
Lorsqu’il est question d’agriculture, que ce soit la pisciculture
ou les activités agricoles plus communes pratiquées dans les
champs, comme l’élevage du bétail ou la culture de produits
agricoles, nous parlons de l’alimentation et de l’élevage de
juvéniles. Nous parlons de lots ou d’espaces spécifiques. Nous
les appelons des aliments de croissance, que ce soit pour les
produits de la mer ou le bétail. Nous laissons parfois ces espaces
en jachère; c’est un terme utilisé tant dans les exploitations
aquacoles que dans les exploitations agricoles.
There’s controlled harvesting, which we don’t always have in
the wild fishery. In the aquaculture industry, there’s controlled
harvesting. If you need 10,000 kilos of product, you get it. In the
wild fishery, if you want 10,000 kilos of a product, you hope to
have that through whatever fishing gear or methods you use. Of
course, in fishing you control the stock or harvest through defined
harvesting based on quotas, allocations or opening and closing of
seasons, which are things that you don’t have, things that you
don’t regulate in the aquaculture industry. Farmers take their
product when they need it. There’s not a defined season. It might
be defined by weather or other factors, but it’s not defined by
regulation.
La pêche est contrôlée, ce qui n’est pas toujours le cas pour la
pêche sauvage. Dans l’industrie aquacole, la pêche est contrôlée.
Si on a besoin de 10 000 kilos d’un produit, on les obtient. Pour ce
qui est de la pêche sauvage, si on veut 10 000 kilos d’un produit,
on espère pouvoir les obtenir grâce aux engins de pêche ou aux
méthodes qu’on utilise. Évidemment, on contrôle les stocks en
régissant la pêche en fonction des quotas, des allocations ou de
l’ouverture et la clôture des saisons, ce qu’on ne fait pas, ce qui
n’est pas réglementé dans l’industrie de l’aquaculture. Les éleveurs
utilisent leur produit quand ils en ont besoin. Il n’y a pas de saison
définie. Elle peut être définie par les conditions météorologiques
ou d’autres facteurs, mais elle n’est pas définie par la
réglementation.
With respect to the regulations that guide it, and it’s the
Fisheries Act, which was developed in 1867, aquaculture is the
square peg and the act is the round hole. I think that’s what every
operator that has to live under — the rules were designed for
something completely different. Can you imagine if we had rules
of the road for our vehicles that were designed for the period of
horse-and-buggy? That’s what I think we’re facing now.
En ce qui concerne les règlements qui la régissent, et c’est la Loi
sur les pêches, qui a été élaborée en 1867, l’aquaculture est la
quadrature, et la loi est le cercle. Je pense que c’est ce que tous les
exploitants qui sont soumis... Les règles ont été établies pour
quelque chose de complètement différent. C’est un peu comme si
le code de la route pour nos véhicules avait été conçu pour
l’époque des voitures à cheval. C’est ce à quoi nous sommes
confrontés actuellement, selon moi.
It’s just a point of discussion to open up this part of the session.
I open it to the floor, chair, for any of my colleagues to comment
on that or give their view.
Ce n’est qu’un élément de discussion pour amorcer cette partie
de la séance. J’invite mes collègues à formuler des observations ou
à donner leur point de vue.
31-3-2015
Pêches et océans
21:27
Ms. Salmon: You said it very well. It was eloquent and
absolutely accurate. When you look at definitions in other
jurisdictions, the United Nations, everyone defines aquaculture as
farming. We know that that hasn’t always been the case in recent
legal cases, but potentially that decision was made because there
wasn’t a clear definition of aquaculture in law in Canada.
Mme Salmon : Vous avez très bien résumé la situation. C’est
tout à fait exact. Les autres pays, les Nations Unies, tout le monde
définit l’aquaculture comme une activité d’élevage. Nous savons
que cela n’a pas toujours été le cas dans certaines affaires récentes,
mais peut-être qu’il en a été ainsi parce que la loi au Canada ne
définissait pas clairement ce qu’est l’aquaculture.
Everywhere else where aquaculture operates, the United
Nations defines aquaculture as farming. You could ask any
operator of aquaculture in Canada and they will tell you they’re
farmers. That’s what they do. So for us it’s a very clear
distinction.
Partout ailleurs où on pratique l’aquaculture, les Nations
Unies la définissent comme une activité d’élevage. N’importe quel
aquaculteur au Canada nous dirait qu’il est éleveur. C’est ce qu’il
fait. Pour nous, c’est une distinction très nette.
Senator Wells: Maybe we could hear from Mr. Gilbert or
Mr. Parsons. I’ve known both of them for a number of years
through their efforts in the aquaculture industry, specifically
Mr. Parsons. Do you have any thoughts on that?
Le sénateur Wells : Nous pourrions peut-être entendre le point
de vue de M. Gilbert ou de M. Parsons. Je les ai connus tous les
deux il y a de nombreuses années grâce à leurs actions dans
l’industrie aquacole, en particulier M. Parsons. Avez-vous des
commentaires à formuler sur cette question?
Again, I’ll say Jay Parsons has been involved in the
aquaculture industry for more than 20 years, because I think
that’s when I first ran into him.
Je dois dire encore une fois que Jay Parsons doit travailler dans
l’industrie aquacole depuis plus de 20 ans, car c’est depuis ce
temps que je le connais, je crois.
Mr. Parsons: By all means, thank you for the opportunity to
comment. Certainly, as you’ve outlined, I’ve been involved in the
aquaculture sector through the university community, working
with industry and more recently with government, working in
supporting the management and the regulation of it through the
scientific work that we do.
M. Parsons : Je vous remercie de me donner l’occasion de
formuler des commentaires. Comme vous l’avez mentionné, je me
suis impliqué dans le secteur aquacole par l’entremise du milieu
universitaire, en travaillant avec l’industrie et plus récemment
avec le gouvernement, afin d’appuyer la gestion et la
réglementation de l’aquaculture par les travaux scientifiques que
nous effectuons.
As you’ve outlined, clearly the steps involved in aquaculture
are quite different than the harvesting of fish from the wild.
Certainly a number of the steps in terms of broodstock, including
raising the young and having control over your stock, needing to
feed them, controlled harvesting and looking after them, are
clearly activities that are aligned with similar practices that occur
in terrestrial farming.
Comme vous l’avez souligné, les étapes propres à l’aquaculture
sont très différentes de celles de la pêche du poisson sauvage. Par
ailleurs, un certain nombre des étapes relatives au stock
reproducteur, dont l’alevinage et le contrôle du stock, la
nourriture, le contrôle de l’exploitation et la surveillance, sont
des activités qui correspondent à des pratiques comparables dans
l’élevage terrestre des animaux.
Having said that, I think it’s already been stated there have
been legal decisions under our existing framework that have a
different perspective, and my management colleagues are more
prepared to be able to articulate those particular aspects. Having
said that from the farming perspective, there are also common
aspects of activities that aquaculture — occurring in an aquatic
environment — has in common to the fishery as well. It’s of
course not all clear-cut, one or the other, because it is a common
environment in which the fisheries and aquaculture take place,
but certainly from the husbandry aspects that’s very much in line
with terrestrial practices.
Il a déjà été mentionné, je crois, que des décisions de justice ont
été rendues selon une perspective différente en vertu de notre
cadre actuel, et mes collègues de la direction sauront mieux que
moi vous parler de ces aspects en particulier. Cela dit,
l’aquaculture — qui a lieu dans un milieu aquatique — a
également des aspects communs avec les pêches. Évidemment,
tout n’est pas clairement défini entre les deux; la pêche et
l’aquaculture ont lieu dans un environnement commun, mais les
aspects relatifs à l’élevage s’apparentent grandement aux
pratiques en milieu terrestre.
Mr. Gilbert: For those of you who have known me for a long
period of time, I’m trying to be very practical in the way that I
approach my job and that I have to deliver the mandate of the
department regarding aquaculture. As my dear colleague Kevin
put it, we have to work with the tools we have. One of the tools we
have is a Supreme Court decision in B.C. saying that aquaculture
is a fishery. We decided to be practical and apply this in B.C., but
M. Gilbert : Ceux d’entre vous qui me connaissent depuis
longtemps savent que j’essaie d’accomplir mon travail de façon
très pragmatique et que je dois réaliser le mandat du ministère en
ce qui concerne l’aquaculture. Comme l’a dit mon collègue Kevin,
nous devons travailler avec les outils à notre disposition. L’un de
ces outils est une décision rendue par la Cour suprême, en
Colombie-Britannique, qui indique que l’aquaculture est une
21:28
Fisheries and Oceans
31-3-2015
actually the decision was made under the Canadian Constitution.
On paper, aquaculture is a fishery across Canada, and that’s what
we have to deal with.
pêche. Nous avons décidé d’appliquer cela de façon concrète en
Colombie-Britannique, mais en fait, la décision a été prise en
vertu de la Constitution canadienne. Sur papier, l’aquaculture est
une pêche dans l’ensemble du Canada, et c’est cela, la réalité.
If I may, I’ll come back to the point that I was making
previously, which is the fact that if we have an aquaculture act
that sticks to the fact that aquaculture, legally speaking, is a
fishery, then this has some consequences. This would mean that
for the first time we would have a national act dealing with
aquaculture, but a big part of it making it a federal jurisdiction,
because the fishery is a federal jurisdiction only, as you all know.
It’s a very complex situation.
Si vous le permettez, j’aimerais revenir sur le point que j’ai
soulevé tout à l’heure, soit que si nous avions une loi sur
l’aquaculture qui s’en tiendrait au fait que sur le plan juridique,
l’aquaculture est une pêche, alors cela aurait des conséquences.
Cela voudrait dire que pour la première fois, nous aurions une loi
nationale sur l’aquaculture, mais aussi que l’aquaculture
relèverait en grande partie de la compétence fédérale, puisque
les pêches relèvent uniquement de la compétence fédérale, comme
vous le savez tous. C’est une situation très complexe.
In terms of fixing or looking at the issue we’re facing from a
legal perspective, it would need the highest level of government
decision and it would not go easily. Because some provinces might
like the idea that aquaculture would be a fishery and others would
not. It would start a round of discussion between the two levels of
government again. At the end of it, we might be in a better
situation, but how long would this take? I don’t think anybody
knows.
Pour régler ou examiner la question à laquelle nous sommes
confrontés d’un point de vue juridique, il faudrait faire appel au
plus haut niveau décisionnel du gouvernement, et ce ne serait pas
facile, car certaines provinces aimeraient l’idée que l’aquaculture
soit considérée comme une pêche, mais d’autres non. S’ensuivrait
une autre série de discussions entre les deux ordres de
gouvernement. Au bout du compte, nous serions peut-être dans
une meilleure situation, mais combien de temps cela prendrait-il?
Je pense que personne ne le sait.
Again, the core of the issue comes from the fact that
aquaculture is not defined, but whatever we decide it would be,
it has some pros and cons. I can tell you that we’re working within
the framework we have now, and we’re making some progress,
certainly not as fast as the industry would like to see it happen.
But the AAR, the aquaculture activities regulations, will make a
big difference from that perspective in terms of siting and daily
operation, in terms of what DFO will do practically to help better
manage the industry.
Encore une fois, le cœur de la question est lié au fait qu’on ne
définit pas ce qu’est l’aquaculture, mais peu importe ce que nous
déciderons, il y aura des avantages et des inconvénients. Je peux
vous dire que nous travaillons à l’intérieur du cadre que nous
avons actuellement et que nous faisons des progrès, quoique à un
rythme plus lent que ce que souhaiterait l’industrie. Toutefois, le
Règlement sur les activités liées à l’aquaculture, ou RAA,
permettra d’améliorer sensiblement les choses sur le plan des
emplacements, de l’exploitation quotidienne et de ce que fera
concrètement le MPO pour assurer une meilleure gestion de
l’industrie.
One last comment I would make: Again, my personal view on
the need for an act or not is irrelevant, but one thing I would say
is that since 2010, since we took over part of the jurisdiction in
B.C. to deal with aquaculture and we’ve established this new
program, we have seen, I think it’s fair to say, an improvement in
terms of social licence of aquaculture in B.C. We’ve seen people
more and more interested in looking at all the information we can
provide because we have access to that information, being the
main regulator. So transparency is the reason for it.
J’aimerais faire un dernier commentaire. Encore une fois, mon
opinion personnelle au sujet de la nécessité d’une loi n’a pas
d’importance, mais je dirais que depuis 2010, depuis que nous
nous occupons d’aquaculture en Colombie-Britannique et que
nous avons élaboré ce nouveau programme, je crois qu’il est juste
de dire que nous avons vu une amélioration sur le plan du permis
social à ce chapitre dans cette province. De plus en plus de gens
sont intéressés à examiner toute l’information que nous pouvons
leur fournir; nous avons accès à cette information, puisque nous
sommes le principal organisme de réglementation. La
transparence le justifie.
At the end of five years of federal jurisdiction in B.C., under
the Fisheries Act for aquaculture being a fishery, we’re just about
to allow some industry expansion. Actually, we’ve issued two new
licences for new sites in B.C., not only because we have the tools
to do it properly but also because the acceptance of the
aquaculture fact is improving in B.C.
Après cinq années de compétence fédérale en ColombieBritannique, en vertu de la Loi sur les pêches, puisque
l’aquaculture est une pêche, nous sommes sur le point de
permettre une expansion de l’industrie. D’ailleurs, nous avons
délivré deux nouveaux permis pour de nouveaux emplacements en
Colombie-Britannique, non seulement parce que nous avons les
outils nécessaires, mais aussi parce que l’acceptation du concept
de l’aquaculture est en hausse en Colombie-Britannique.
31-3-2015
Pêches et océans
21:29
I can say only this: Even for the two new sites that licences were
issued for, those licences are in the name of First Nations, which
is a first. Eight, ten years ago, there was a movement within First
Nations opposed to finfish aquaculture. Today, five years after
the implementation of the Pacific Aquaculture Regulations, we
see even First Nations asking for salmon farming licences, which
is a fact that says a lot.
Je ne peux que dire ceci : même en ce qui concerne les deux
nouveaux sites, on a délivré des permis au nom des Premières
Nations, ce qui constitue une première. Il y a huit ou dix ans, un
mouvement au sein des Premières Nations s’opposait à la
pisciculture. Aujourd’hui, cinq ans après la mise en œuvre du
Règlement du Pacifique sur l’aquaculture, même les Premières
Nations demandent des permis pour la salmoniculture. Cela en dit
long.
Mr. Stringer: In addition to what my colleagues have said, I’d
say a couple of things. First, the issue of is it farming or is it
fisheries. Presumably, it’s about both. It’s an interesting debate. I
hear different views from different people quite regularly on it. As
has been pointed out by many, the consequences of where you
formally land on that, if you were to move forward and define it,
is pretty significant.
M. Stringer : Je veux ajouter deux ou trois éléments à ce qu’ont
dit mes collègues. Premièrement, pour ce qui est de déterminer s’il
s’agit d’une activité d’élevage ou de pêche, c’est
vraisemblablement les deux. C’est un débat intéressant.
J’entends régulièrement divers points de vue à ce sujet. Comme
bien des gens l’ont souligné, si l’on devait le définir, les
conséquences seraient très importantes.
At this point, we have court decisions, we have the practical
reality of how it’s being managed by provinces in different areas,
and those are things that at this point we respect the court
decision where it was made, we respect the provincial jurisdiction
and we have good relations with provinces — all of that.
En ce moment, il y a les décisions rendues par les tribunaux et
la façon dont les provinces gèrent la situation concrètement, et
jusqu’à maintenant, nous respectons la décision du tribunal, le cas
échéant, et la compétence provinciale et nous avons de bonnes
relations avec les provinces — et ainsi de suite.
Second, we’ve all said, including me in my opening remarks,
that the Fisheries Act in 1868 did not envision a modern
aquaculture world, and therefore it would be a challenge to say
it’s a perfect tool for it.
Deuxièmement, nous avons tous dit, et je l’ai fait dans ma
déclaration préliminaire, qu’au moment de la rédaction de la Loi
sur les pêches, en 1868, il était difficile d’imaginer la situation de
l’aquaculture moderne, et il serait donc difficile de dire que c’est
un outil parfait.
It’s been pointed out that it didn’t actually envision a modern
wild fishery either. It’s been pointed out by the fisheries
community and others as well. It’s been a challenge to change
that Fisheries Act. We’ve had some changes but not that many
changes. But in the wild fishery we’ve made it work, and in the
aquaculture industry we’ve made it work. We’ve had efforts to
adjust, change the Fisheries Act for the wild fishery. Would that
have made the wild fishery an approved regulatory — I’m not
100 per cent sure, but those things went forward, and you’re
hearing proposals with respect to aquaculture as well. We have
made it work both in the wild fishery and in aquaculture.
On a souligné également qu’on n’avait pas imaginé la pêche
sauvage moderne non plus. C’est ce que disent des gens du monde
des pêches et d’ailleurs également. Il est difficile de modifier la Loi
sur les pêches. Nous avons apporté quelques changements, mais
ils ne sont pas nombreux. Toutefois, nous avons réussi à faire
fonctionner les choses, tant du côté de la pêche sauvage que de
l’aquaculture. Des efforts ont été déployés pour modifier la Loi
sur les pêches en fonction de la pêche sauvage. Pour ce qui est de
savoir si cela a fait en sorte que le cadre réglementaire est
approuvé, je n’en suis pas complètement sûr, mais ces choses ont
été mises de l’avant, et l’on fait des propositions également en ce
qui concerne l’aquaculture. Nous avons réussi tant du côté de la
pêche sauvage que de celui de l’aquaculture.
The Chair: Thank you, Senator Wells. Great discussion again.
Le président : Merci, sénateur Wells. Une fois de plus, nous
avons eu droit à une excellente discussion.
I want to move into our third topic.
Je veux passer à notre troisième sujet.
Senator McInnis: Can I read something into the record? It is
important with respect to this. I just found the quote that I had.
This is from the B.C. Supreme Court:
Le sénateur McInnis : Puis-je lire quelque chose aux fins du
compte rendu? C’est important. Je viens de trouver la citation que
j’avais. Il s’agit d’un passage de la décision de la Cour suprême de
la Colombie-Britannique :
. . . ‘‘finfish aquaculture’’ is a ‘‘fishery,’’ and falls within the
exclusive jurisdiction of Parliament under subsection 91(12)
of the Constitution Act, 1867.
« l’aquaculture de poissons » est une « pêche » et elle relève
de la compétence exclusive du Parlement conformément au
paragraphe 91(12) de la Loi constitutionnelle de 1867.
The court ‘‘ruled that the majority of the provisions of
provincial aquaculture legislation lie outside the constitutional
jurisdiction of the province.’’
La cour « a décidé que la majorité des dispositions de la loi
provinciale régissant l’aquaculture ne relèvent pas des
compétences constitutionnelles de la province ».
21:30
Fisheries and Oceans
That I think is extremely important, a very important
statement. It goes on to say that the only jurisdiction the
province has is to look after marine plants on the bottom of the
ocean floor. That is an important thing as we go forward as to
what we’re going to do.
Je pense que c’est un élément extrêmement important, une
déclaration très importante. Elle dit ensuite que la seule
compétence que la province a, c’est celle s’appliquant aux
plantes marines, dans le fond marin. C’est un élément
important pour la suite des choses, pour ce que nous allons faire.
Sorry about that.
Excusez-moi.
The Chair: No. It’s a good interjection.
Le président : Non, c’était une bonne intervention.
Mr. Ennis: We’ve heard a few times now this evening that DFO
has to work with the tools that they have available. I would think
the courts are much the same. They have to define it as a fishery
because there is no definition of aquaculture. If you look in the
Fisheries Act, it’s not even in there.
Senator McInnis: It’s in the Constitution.
Mr. Ennis: I haven’t read that one yet. Eric made some good
comments a few moments ago, but at the very end of his
statement he said that the First Nations have applied for fish
farming licences. There’s a lot of confusion around whether it’s
farming or fishery, but I thought it was interesting that they
applied for fish farming licences. To David’s point earlier about is
it farming or fishing, I think we all agree we need some clarity
around that.
The Chair: Words are important.
31-3-2015
M. Ennis : On a entendu à quelques reprises ce soir que le
MPO doit travailler avec les outils qu’il a à sa disposition. Il me
semble que c’est aussi le cas des tribunaux. Ils doivent définir
l’aquaculture en tant que pêche parce qu’il n’existe pas de
définition. En examinant la Loi sur les pêches, on se rend compte
que ce n’est même pas là.
Le sénateur McInnis : C’est dans la Constitution.
M. Ennis : Je n’en ai pas encore fait la lecture. Eric vient de
faire de bonnes observations, et à la toute fin, il a dit que les
Premières Nations ont fait des demandes de permis. Il règne déjà
une grande confusion quant à savoir s’il s’agit d’une activité
d’élevage ou de pêche, mais je trouve intéressant qu’elles aient fait
des demandes de permis. Pour revenir à ce que disait David, pour
ce qui est de déterminer s’il s’agit d’une activité d’élevage ou de
pêche, je pense que nous convenons tous qu’il faut préciser les
choses à cet égard.
Le président : Les mots sont importants.
Moving on to our third topic for discussion this evening, and
certainly I thank you again for the great feedback that we’re
receiving here. Just to clarify from my opening remarks, the topic
is existing federal and provincial review processes.
Nous passons maintenant à notre troisième sujet de discussion
de la soirée, et je vous remercie encore une fois de vos excellents
commentaires. Pour en revenir à ce que j’ai dit dans ma
déclaration préliminaire, il s’agit des processus existants de
révision fédérale et provinciale.
I’d like to have some conversation — I think Senator McInnis
is going to lead us off here — on the progress achieved under the
National Aquaculture Strategic Action Plan Initiative and an
MOU that was signed a while back with the Atlantic provinces.
So basically trying to get some feedback from the people gathered
here this evening of your take on what is happening up to date in
relation to the federal and provincial processes and is there
something we could learn from those? Is there an order we need to
do? Part and parcel of what we’re trying to do here is trying to
find an avenue to move.
J’aimerais que nous discutions — et je crois que c’est le
sénateur McInnis qui commencera — des progrès réalisés dans le
cadre de l’Initiative nationale pour des plans d’action stratégiques
en aquaculture et du protocole d’entente qui a été signé avec les
provinces de l’Atlantique il y a un certain temps. Il s’agit
essentiellement d’obtenir le point de vue des gens rassemblés ici ce
soir sur ce qui se passe jusqu’à maintenant sur le plan des
processus de révision fédérale et provinciale. Pouvons-nous en
retirer quelque chose? Nous faut-il adopter un décret? Ce que
nous essayons de faire en partie, c’est trouver un moyen de faire
progresser les choses.
I’ll turn the floor over to Senator McInnis, who will initiate this
discussion.
Je cède la parole au sénateur McInnis, qui lancera la
discussion.
Senator McInnis: I’ll be very brief. Basically, the federal and
provincial governments — and I believe all provinces are
represented here, are they? I think they are. You’re looking at
the regulatory frameworks to enable harmonization of the
regimes that would lead to reduced regulatory burden.
Le sénateur McInnis : Je serai très bref. En fait, les
gouvernements fédéral et provinciaux — et je crois que toutes
les provinces sont représentées ici, n’est-ce pas? Je pense que oui.
On examine les cadres réglementaires pour favoriser
l’harmonisation des régimes, ce qui réduirait le fardeau
réglementaire.
The committee, as I understand, was founded in 2010, five
years ago. I know from past experience that these things don’t
move quickly, but it would be interesting to see where you are
Je crois comprendre que le comité a été formé en 2010, soit il y
a cinq ans. Je sais par expérience que ces choses ne changent pas
rapidement, mais il serait intéressant de savoir où vous en êtes à
31-3-2015
Pêches et océans
with respect to it. You may have considerable information now as
to how this may be. There may be some consolidation,
condensing and so on. Would you comment on that, please?
Mr. Stringer: I’ll start and I will ask Mr. Gilbert to add.
21:31
cet égard. Vous avez peut-être beaucoup d’information
maintenant sur la situation. On parle peut-être de consolidation,
d’accélération des choses, et cetera. Pourriez-vous nous donner
votre point de vue?
M. Stringer : Je vais commencer, et je demanderai à
M. Gilbert d’intervenir.
I have a couple of comments in terms of how we work with
provinces. The Canadian Council of Fisheries and Aquaculture
Ministers has a body underneath it, which is co-chaired by
Mr. Gilbert and one of the ADMs from the provinces. Because of
the jurisdiction, the split jurisdiction, the difference in B.C. and
the difference in P.E.I., we have had to have good working
relationships. A number of groups were involved, and there may
be people at the table who helped push us in this direction, which
is to say we need a national strategy for aquaculture. We
recognize that at this time the jurisdiction is diffuse, and therefore
let’s, at the very least, get the federal government, provinces and
territories together to come up with a set of objectives that is, in
fact, an action plan with year 1, year 2 and year 3 objectives to try
to move forward on all of the elements where we have shared
jurisdiction. There were science, regulatory and economic
development components. I will ask Mr. Gilbert to speak to
where that is. I know an assessment has been done recently, an
evaluation by the parties, and what we need to recommit to going
forward.
J’ai quelques observations à faire sur la façon dont nous
collaborons avec les provinces. Le Conseil canadien des ministres
des Pêches et de l’Aquaculture comprend un organisme qui est
coprésidé par M. Gilbert et l’un des SMA des provinces. En
raison de la question des compétences, du partage des
compétences, de la situation en Colombie-Britannique et de
celle de l’Île-du-Prince-Édouard, il nous faut avoir de bonnes
relations de travail. Un certain nombre de groupes ont participé,
et peut-être que certaines personnes présentes nous ont aidés à
aller dans cette voie, c’est-à-dire que nous avons besoin d’une
stratégie nationale pour l’aquaculture. Nous savons qu’à l’heure
actuelle, la compétence est diffuse; essayons donc, à tout le moins,
de réunir le gouvernement fédéral, les provinces et les territoires
pour trouver une série d’objectifs qui constitue, en fait, un plan
d’action comprenant des objectifs pour chaque année, la
première, la deuxième et la troisième, afin de réaliser des
progrès dans les aspects dont nous partageons la responsabilité.
Il y avait des éléments liés à la recherche, à la réglementation et au
développement économique. Je vais demander à M. Gilbert de
nous dire où en sont les choses. Je sais qu’une évaluation a été
effectuée récemment, et je sais quels engagements il faut
renouveler pour aller de l’avant.
It is one of the tools we have with provinces and territories to
try to coordinate, regulate and ensure. For example, I know
you’ve talked about fish health recently. That’s jurisdiction that
the provinces and the federal government have. We need a fish
health regime that is consistent across the sector, and we need to
make sure we are setting standards.
C’est l’un des outils que nous avons en commun avec les
provinces et les territoires pour essayer de coordonner, de
réglementer et de garantir des choses. Par exemple, je sais que
vous avez parlé de la santé des poissons récemment. C’est une
compétence que les provinces et le gouvernement fédéral ont en
commun. Nous avons besoin d’une réglementation uniforme sur
la santé des poissons, et nous devons nous assurer d’établir des
normes.
I will ask Mr. Gilbert to speak specifically to some of the
things in there, some of the evaluation and what we might learn
from it.
Je vais demander à M. Gilbert de parler de certains éléments en
particulier en ce qui concerne l’évaluation et ce que nous
pourrions en retirer.
Mr. Gilbert: The National Aquaculture Strategic Action Plan
Initiative, or NASAPI, was a first in Canadian history. In 2010,
for the first time, we gave both levels of government a national
strategy to tackle the aquaculture industry and try to move on
many issues. It was an ambitious plan. I think we had close to
160 actions that we had to make happen over a five-year period.
M. Gilbert : L’Initiative nationale pour des plans d’action
stratégiques en aquaculture, ou l’INPASA, a été une première
dans l’histoire du Canada. En 2010, pour la première fois, nous
avons donné aux deux ordres de gouvernement une stratégie
nationale pour régler bon nombre de problèmes de l’industrie
aquacole. C’était un projet ambitieux. Je pense que nous devions
réaliser près de 160 mesures en cinq ans.
As I said, it was a provincial-federal-territorial strategy, but we
engaged the industry in the development of it extensively. We had
numerous consultations and meetings across the country,
including discussions with First Nations and conservation
organizations.
Comme je l’ai dit, il s’agissait d’une stratégie provincialefédérale-territoriale, mais nous avons mobilisé l’industrie dans
une large mesure pour son élaboration. Nous avons tenu de
nombreuses consultations et réunions partout au pays, ce qui
inclut des discussions avec les Premières Nations et les organismes
de conservation.
21:32
Fisheries and Oceans
31-3-2015
It was a first. Because it was a first, it was pretty ambitious and
we’re in the fifth year now, so we did an evaluation of where we
are. I would say we didn’t realize everything that was planned in
the strategy, but, certainly, we tackled most of the actions and we
moved on many of them.
C’était une première. Parce que c’était une première, c’était un
projet très ambitieux et nous en sommes à notre cinquième année.
Nous avons donc évalué où nous en sommes. Je dirais que nous
n’avons pas accompli tout ce qui était prévu dans la stratégie,
mais nous nous sommes attaqués à la plupart des mesures et
avons agi pour bon nombre d’entre elles.
It’s government, so it takes time, but the first example I would
mention is the renewal of the National Code on Introductions and
Transfers of Aquatic Organisms that was in existence in 2005, if I
recall well. That needs to be renewed. This is a national code that
delineates roles and responsibilities within the federal family but
also the provinces and even the industry, as it deals with transfer
of aquatic organisms, mostly from fish health issues, so from a
transfer of disease perspective.
On parle ici du gouvernement, et il faut donc du temps, mais le
premier exemple que je vous donnerais, c’est la version renouvelée
du Code national sur l’introduction et le transfert d’organismes
aquatiques, qui était en vigueur en 2005, si je me souviens bien. Il
faut le renouveler. C’est un code national qui définit les rôles et les
responsabilités non seulement dans la famille fédérale, mais
également dans les provinces et même dans l’industrie, puisqu’il
concerne le transfert d’organismes aquatiques, surtout des
questions liées à la santé des poissons, donc du point de vue du
transfert de maladies.
This code was signed off by all ministers, provincial and
federal, and the trigger to do that was the new role of the
Canadian Food Inspection Agency that they will take on. The
CFIA is already responsible for the export and import of live
organisms, but they will soon implement the domestic component
of the National Aquatic Animal Health Program. So that federal
organization is taking over some of the old DFO responsibility as
it relates to fish health. We have to therefore delineate a new rules
and responsibilities scheme for all of us and make sure CFIA will
be sitting at the table and coordinating their action with us and
with the provinces.
Le code a été approuvé par tous les ministres, tant à l’échelle
provinciale qu’à l’échelle fédérale, et l’élément déclencheur, c’est le
nouveau rôle qu’aura l’Agence canadienne d’inspection des
aliments. L’ACIA est déjà responsable de l’exportation et de
l’importation des organismes vivants, mais bientôt, elle mettra en
œuvre le volet national du Programme national sur la santé des
animaux aquatiques. Ainsi, l’organisme fédéral se chargera d’une
partie des anciennes responsabilités qu’avait le MPO relativement
à la santé des poissons. Nous devons donc définir un nouveau
régime de règles et de responsabilités pour nous tous et nous
assurer que l’ACIA participera et coordonnera ses mesures avec
les nôtres et celles des provinces.
I think this is a great achievement. For the first time, we can
tell anybody who wants to know, including the average Canadian
who is not involved in the aquaculture industry, how we are
managing fish health in this country.
Je pense que c’est une grande réalisation. Pour la première fois,
nous pouvons dire à tous les gens qui veulent le savoir, dont les
Canadiens qui ne travaillent pas dans l’industrie aquacole,
comment nous gérons la santé des poissons au pays.
A second example is the Canadian Shellfish Sanitation
Program modernization. Again, it deals with food safety,
shellfish health and access to market, and this one was planned
to be modernized within NASAPI. We are about to finalize that
process.
Comme deuxième exemple, il y a la modernisation du
Programme canadien de contrôle de la salubrité des mollusques.
Encore une fois, il s’agit de la sécurité des aliments, de la santé de
mollusques et de l’accès au marché, et on prévoyait moderniser ce
volet dans le cadre de l’INPASA. Nous sommes sur le point de
terminer le processus.
I need to mention here, in terms of governance structure, we
have, as you mentioned, an MOU signed with all the Atlantic
Provinces, Quebec and B.C. That came from the ADs when we
didn’t agree on who is responsible for aquaculture, so we said:
Let’s work that out, put the legal issue aside and in practical terms
let’s determine who will do what. Those MOUs have been in place
for decades, and they have a governance structure, a federalprovincial committee that deals with daily operations of both
sides, federal and provincial, as they relate to aquaculture.
NASAPI was built on this. The delivery mechanism at the
provincial level was the committee of the MOU that was
responsible to review priorities on a yearly basis, follow
progress on any of those priorities and report at the national
level on progress done for any given year.
Je dois mentionner que sur le plan de la structure de
gouvernance, comme vous l’avez mentionné, un PE a été signé
avec les provinces de l’Atlantique, le Québec et la ColombieBritannique. Cela est venu des SMA, lorsque nous ne nous
entendions pas sur les responsabilités de chacun en matière
d’aquaculture, et nous avons dit ceci : réglons la question,
mettons de côté le volet légal et déterminons quelles sont
concrètement les responsabilités de chacun. Ces PE existent
depuis des décennies, et il y a une structure de gouvernance, un
comité fédéral-provincial, qui s’occupe des activités quotidiennes
des deux côtés, fédéral et provincial, en ce qui a trait à
l’aquaculture. L’INPASA a été créée sur cette base. Le
mécanisme d’application à l’échelle provincial, c’était le comité
du PE, qui était responsable d’examiner les priorités chaque
31-3-2015
Pêches et océans
21:33
année, de suivre les progrès concernant ces priorités et de faire
rapport à l’échelle nationale sur les progrès réalisés durant
l’année.
I think we can say that NASAPI was certainly not perfect but a
success in terms of coordination amongst the federal-provincial
governments and we delivered on major action items.
L’INPASA n’était peut-être pas parfaite, mais elle a été une
réussite sur le plan de la coordination entre les gouvernements
fédéral et provinciaux. De plus, nous avons livré la marchandise
sur le plan des mesures prioritaires.
Finally, as I said, this strategy is coming to an end, and just so
you know, we and all the provinces agree that we should renew
the strategy. We need a national strategy for aquaculture and we
also agree that this new strategy needs to be a little more focused.
Maybe a little bit less ambitious, but we can deliver on
100 per cent of the actions we agree to do.
Enfin, comme je l’ai dit, cette stratégie prendra bientôt fin, et à
titre informatif, toutes les provinces et nous convenons que nous
devrions la renouveler. Nous avons besoin d’une stratégie
nationale sur l’aquaculture, et nous convenons également que la
nouvelle stratégie devrait être un peu mieux ciblée. Il faudrait
peut-être qu’elle soit un peu moins ambitieuse que la précédente,
mais nous devrions pouvoir prendre toutes les mesures sur
lesquelles nous nous entendons.
Senator McInnis: Would this not be a good vehicle to do the
act if there was such a thing?
Le sénateur McInnis : Ne s’agirait-il pas d’un bon véhicule
pour la loi, le cas échéant?
Mr. Gilbert: I would say in terms of talking with the provinces,
it would be the vehicle for sure.
M. Gilbert : Pour ce qui est des discussions avec les provinces,
sans aucun doute.
Senator McInnis: How often do you meet?
Le sénateur McInnis : À quelle fréquence vous réunissez-vous?
Mr. Gilbert: The ministers responsible for aquaculture and
fisheries meet once a year, normally in June. All the deputy
ministers of all the lead agencies, including us and the provinces,
have a conference call three times a year. Under this umbrella, we
have what we call the ‘‘strategic management committee on
aquaculture,’’ which is the one I am co-chairing with a provincial
co-chair. This committee meets as needed, so it’s at least four to
five times a year, if not more.
M. Gilbert : Les ministres responsables de l’Aquaculture et des
Pêches se rencontrent une fois par année, habituellement en juin.
Les sous-ministres des organismes responsables, fédéraux et
provinciaux, tiennent trois conférences téléphoniques durant
l’année. Dans ce cadre, nous avons ce que nous appelons le
Comité de gestion stratégique de l’aquaculture, que je copréside
avec un représentant d’une province. Le comité se réunit au
besoin, donc quatre ou cinq fois par année, ou peut-être plus.
When we developed the aquaculture activities regulations, we
had to engage the provinces, so we used the strategic management
committee to do that. Last year, we had eight or ten meetings —
conference calls or face-to-face meetings. It’s pretty useful and it’s
working pretty well.
Lorsque nous avons élaboré le Règlement sur les activités
d’aquaculture, il nous fallait mobiliser les provinces, et nous
l’avons fait par le Comité de gestion stratégique. L’an dernier,
nous avons tenu 8 ou 10 réunions — conférences téléphoniques ou
réunions en personne. C’est assez utile et cela fonctionne bien.
Mr. Stringer: Regardless of whether there is an act or going
with the current arrangement, what is good about the current
structure with the provinces is it does start at the ministers, and
ministers get a report every year, whether or not there is progress.
There is a discussion about this by ministers, there is reporting up
to ministers, preparation, et cetera, so there is that discipline
that’s brought to it. Then there are deputies who get together and
when they do it three times a year, I can promise you that there is
a flurry of activity to say what progress have we made and let’s
make sure, you know. We also have the working level connections
that work. It is a necessary connection that we’ve got and whether
it’s NASAPI or our regular work, that structure of engagement
with provinces and territories has been quite useful.
M. Stringer : Que l’on adopte une loi ou que l’on agisse dans le
cadre actuel, ce qu’il y a de bon dans la présente structure, c’est
que tout part des ministres, et les ministres reçoivent un rapport
chaque année, qu’il y ait des progrès ou non. Les ministres en
discutent, un rapport est présenté, et cetera, de sorte qu’on impose
une certaine discipline. Ensuite, des sous-ministres se réunissent et
lorsqu’ils le font trois fois par année, je peux vous garantir qu’une
série d’activités a lieu pour déterminer quels progrès ont été faits,
vous savez. Nous avons également un bon lien. C’est un lien qui
s’impose et qu’il s’agisse de l’INPASA ou de nos activités
normales, cette structure d’engagement avec les provinces et les
territoires est très utile
Senator Raine: What does NASAPI stand for?
Mr. Gilbert: National Aquaculture Strategic Action Plan
Initiative.
La sénatrice Raine : Que signifie INPASA?
M. Gilbert : Initiative nationale pour des plans d’action
stratégiques en aquaculture.
21:34
Fisheries and Oceans
31-3-2015
Senator Meredith: In your collaboration with the provinces, are
there any major concerns that are brought to DFO with respect to
how you move forward under this new initiative?
Le sénateur Meredith : Dans le cadre de votre collaboration
avec les provinces, soulèvent-elles des préoccupations au MPO
quant aux mesures que vous prenez dans le cadre de la nouvelle
initiative?
Mr. Gilbert: I can assure you that they are raising tons of
concerns on a regular basis.
M. Gilbert : Je peux vous assurer qu’elles expriment
d’innombrables préoccupations de façon régulière.
Senator Meredith: How are you addressing those?
Le sénateur Meredith : Comment intervenez-vous?
Mr. Gilbert: It depends on what we are talking about.
Sometimes the province would use that platform as a good
venue to discuss their concerns that they know we’re not
responsible for, but as the lead agency that we should help out
with.
M. Gilbert : Tout dépend de ce dont il s’agit. Parfois, la
province utilise cette plateforme pour discuter des problèmes dont
nous ne sommes pas responsables, mais au sujet desquels nous
devons l’aider à titre de membres du principal organisme.
The coming into play of the Canadian Food Inspection Agency
is a good example where CFIA was not used to working with the
provincial aquaculture folks. They have their network in place on
the agriculture side, but since they’ve taken over aquatic animal
health issue or program they have to develop that network.
Developing the National Aquatic Animal Health Program was a
major endeavour from CFIA and they used the SMC under the
Canadian Council of Fisheries and Aquaculture Ministers to deal
with the province with us sitting at the table. It was pretty
efficient.
L’entrée en jeu de l’Agence canadienne d’inspection des
aliments est un bon exemple du fait que les gens de l’ACIA
n’étaient pas habitués de collaborer avec les responsables
provinciaux de l’aquaculture. Ils ont déjà un réseau en place
pour le volet de l’agriculture, mais puisqu’ils récupèrent le
programme sur la santé des animaux aquatiques, ils doivent
établir ce réseau. L’élaboration du Programme national sur la
santé des animaux aquatiques constituait une entreprise majeure
de l’ACIA, qui a eu recours au CGS — le sous-comité du Conseil
canadien des ministres des Pêches et de l’Aquaculture — pour
traiter avec la province. Le processus s’est avéré très efficace.
Each and every time any member of that CCFAM is moving
forward on any regulatory initiative, this is something that would
be discussed at that table, both only from an information sharing
perspective, but also in terms of coordination.
Chaque fois qu’un membre du CCMPA prend des mesures
concernant une initiative de réglementation, cela fait l’objet de
discussions, non seulement sur le plan de la communication
d’information, mais également pour ce qui est de la coordination.
Senator McInnis mentioned that the Nova Scotia government
is moving forward in regulatory reform. We exchange a lot, in
order to make sure that through the development of the
Aquaculture Activity Regulation, we will not overlap in any
way what the province is planning to do. That’s another example.
If there is some emerging issue like access to market, we could
have a conference call organized very rapidly in order to discuss
that amongst the federal and provincial family.
Le sénateur McInnis a dit que le gouvernement néo-écossais
prend des mesures sur le plan de la réforme réglementaire. Nous
communiquons beaucoup pour nous assurer que dans le cadre de
l’élaboration du Règlement sur les activités d’aquaculture, nous
ne ferons rien qui recoupe les mesures que la province prévoit
prendre. C’est un autre exemple. Si des problèmes se posaient sur
le plan de l’accès au marché, par exemple, nous pourrions tenir
une conférence téléphonique très rapidement pour que les
représentants fédéraux et provinciaux en discutent.
This governance structure, in my view, is very useful. Actually,
I see it as a ‘‘must’’ because aquaculture is a shared jurisdiction
and the lack of coordination between the federal government and
the province was mentioned many times in the past as something
that impedes the industry from moving forward and that
provoked or caused more confusion. So the CCAFM umbrella
and the Strategic Management Committee on Aquaculture were
designed, put in place, maybe 10 years ago and it was exactly to
address that lack of coordination.
À mon avis, cette structure de gouvernance est très utile. En
fait, je la considère indispensable, car l’aquaculture est une
compétence partagée et on a dit maintes fois dans le passé que le
manque de coordination entre le gouvernement fédéral et les
provinces empêche l’industrie d’aller de l’avant et accroît la
confusion. Ainsi, le CCMPA et le Comité de gestion stratégique
de l’aquaculture ont été conçus et mis en place il y a peut-être 10
ans, et l’objectif était justement d’améliorer la coordination.
It’s not perfect. It’s far from going as far as an aquaculture act
in terms of coordination, but it certainly was very efficient and
useful.
Ce n’est pas parfait. Ce n’est pas comparable à une loi sur
l’aquaculture sur le plan de la coordination, mais cela a été
certainement très efficace et utile.
Senator Meredith: Thank you so much.
Le sénateur Meredith : Merci beaucoup.
The Chair: I want to thank our witnesses.
Le président : Je remercie nos témoins.
31-3-2015
Pêches et océans
21:35
Senator McInnis: We all know there is opposition to
aquaculture on different fronts. You talk about growth of the
industry. What effect has that had on the growth of your industry
or lack thereof? Has that stopped the corporations from going
forward?
Le sénateur McInnis : Nous savons tous que des gens
s’opposent à l’aquaculture à différents niveaux. Vous parlez de
la croissance de l’industrie. Quel effet cela a-t-il eu sur la
croissance de votre industrie? Cela a-t-il empêché les sociétés
d’aller de l’avant?
Ms. Salmon: It is an interesting question and I think it’s a good
one because there is opposition against our industry from a small
vocal minority, as there are against other industries, which is
certainly challenging. But from our industry’s perspective, what is
most critical is to have a federal government that sees the vision
for what this industry can be and supports it for that future
growth. That’s what we have not seen to date. So again, not to be
critical of what has gone on before because there has been some
good work and we are a significant industry, but we could be so
much more. We’ve lost 42 per cent market share over the last
decade and other countries have raced ahead. What we see as an
impediment is the fact that we need a modern approach to how
we are managed. We need a government that sets the vision for
growth while at the same time ensuring environmental
sustainability.
Mme Salmon : C’est une question intéressante et une très
bonne question, car comme c’est le cas pour d’autres industries,
une petite minorité s’oppose à la nôtre avec véhémence, ce qui
représente un défi. Toutefois, du point de vue de l’industrie, le
plus important, c’est que le gouvernement fédéral comprenne ce
que l’industrie peut devenir et qu’il l’aide à croître. C’est ce que
nous n’avons pas encore observé. Encore une fois, je ne veux pas
critiquer ce qui s’est passé auparavant, car du bon travail a été
effectué et notre industrie est importante, mais nous pourrions en
faire tellement plus. Au cours des 10 dernières années, nous avons
perdu 42 p. 100 de la part de marché, et d’autres pays sont plus
avancés. Ce que nous considérons comme un obstacle, c’est le fait
que nous avons besoin de l’adoption d’une approche moderne sur
la façon dont notre industrie est gérée. Nous avons besoin d’un
gouvernement qui élabore une vision pour la croissance tout en
assurant la viabilité de l’environnement.
We can talk about words and definitions and say it’s too
difficult. We can talk about that we have a complex governance
system. We all know that. But let’s not lose sight of our goal of
supporting a critical food producing industry that can do a lot for
coastal communities and First Nations. It can be an economic
driver and produce a healthy, nutritious product that not only
Canadians need, but that the world needs.
Nous pouvons parler des mots et des définitions et dire que
c’est trop difficile. Nous pouvons dire que nous avons un système
de gouvernance complexe. Nous le savons tous. Cependant, ne
perdons pas de vue notre objectif de soutenir une industrie de
production alimentaire essentielle qui peut faire énormément pour
les communautés côtières et les Premières Nations. Elle peut être
un moteur économique et produire des produits sains et nutritifs
dont ont besoin non seulement les Canadiens, mais le monde
entier.
I think we have to step back and realize what we are here to
talk about. We can find all the reasons why it’s difficult to do it
because it has not been done before, but what is the purpose here?
We want Canada to be a leader in a seafood farming industry that
supports and respects the environment, which also moves ahead
and not only creates jobs, but creates a healthy protein. I want to
leave you with that comment because we have to remember why
we are doing this.
Je crois qu’il nous faut prendre du recul et comprendre ce dont
nous parlons ici. Nous pouvons trouver toutes les raisons pour
lesquelles il est difficile de le faire parce que cela n’a jamais été fait
auparavant, mais quel est l’objectif? Nous voulons que le Canada
soit un chef de file dans une industrie des produits de la mer qui
respecte l’environnement, qui va de l’avant et qui crée non
seulement des emplois, mais une protéine saine. Je termine avec
cette observation, car nous devons nous rappeler pourquoi nous
faisons cela.
Senator McInnis: But we want to do it correctly.
Le sénateur McInnis : Cependant, nous voulons bien le faire.
Ms. Salmon: Absolutely and our impediment has not been the
public issues, which are challenging, to be sure. But that has not
stopped our industry moving ahead.
Mme Salmon : C’est tout à fait vrai, et notre obstacle, ce ne
sont pas les enjeux publics, qui posent des difficultés, bien sûr,
mais cela n’empêche pas notre industrie de progresser.
Ms. Parker: If I could just add to what Ms. Salmon said. I
agree with her. We are a farming industry. The Fisheries Act is
ultimately a conservation and protection tool. So it puts the
government in a conflict under the Fisheries Act to be promoting
an industry that operates in the marine environment, or pardon
me, enabling an industry like ours that farms in a marine
environment when their ultimate goal is protection and
conservation. So it makes the decision-making to move forward
perhaps more difficult.
Mme Parker : J’aimerais ajouter quelque chose à ce qu’a dit
Mme Salmon. Je suis d’accord avec elle. Notre industrie, c’est une
industrie d’élevage. Au bout du compte, la Loi sur les pêches est
un outil de conservation et de protection. Ainsi, cela place le
gouvernement dans une situation de conflit dans le cadre de la Loi
sur les pêches — promouvoir une industrie qui mène ses activités
dans le milieu marin, ou excusez-moi, permettre une industrie
comme la nôtre, qui mène des activités d’élevage dans un milieu
marin —, lorsque le but est la protection et la conservation. C’est
peut-être pourquoi il est plus difficile de décider d’aller de l’avant.
21:36
Fisheries and Oceans
31-3-2015
Senator McInnis: You are farming on public domain — terrain.
Farming is done on land. There is a distinct difference. The public
can say private land is farming on land. It is different — big
difference. Thank you.
Le sénateur McInnis : Les activités sont menées sur des
propriétés publiques — des terrains. Les activités ont lieu sur
terre. Il y a une différence. Du côté du public, on peut dire que
pour les terres privées, les activités sont menées sur les terres. C’est
différent — il y a une grande différence. Merci.
The Chair: Thank you very much. We certainly want to thank
our witnesses this evening. Once again you have added much to
our discussions and consultations. If there is something that
comes to mind after you leave here this evening that you think we
should be aware of or be enlightened on, please feel free to
forward it to the committee at any time. We will hopefully work
on finalizing our report after the Easter break and present our
report to the Senate by June. That’s our plan. All eyes are in that
direction, but you never know what can happen. Thank you for
your time.
Le président : Merci beaucoup. Nous voulons remercier nos
témoins. Encore une fois, vous avez beaucoup contribué à nos
discussions et à nos consultations. S’il vous vient quelque chose à
l’esprit plus tard et que vous croyez que cette information
pourrait nous éclairer, vous pouvez la communiquer au comité en
tout temps. Nous espérons pouvoir terminer notre rapport après
le congé de Pâques et le présenter au Sénat d’ici juin. C’est ce que
nous prévoyons faire. C’est ce qui est souhaité, mais on ne sait
jamais ce qui peut arriver. Je vous remercie de votre présence.
Is it agreed that the committee move into camera?
Plaît-il au comité de poursuivre la séance à huis clos?
Senator Stewart Olsen: You bet.
La sénatrice Stewart Olsen : Absolument.
The Chair: Pursuant to rule 12-16. All those in favour?
Le président : Conformément à l’article 12-16 du Règlement.
Ceux qui sont pour?
Some Hon. Senators: Agreed.
Des voix : D’accord.
The Chair: Contrary minded? Carried.
Le président : Ceux qui sont contre? Adopté.
We will take a moment to move in camera.
Nous allons prendre un moment.
(The committee continued in camera.)
(La séance se poursuit à huis clos.)
WITNESSES
Canadian Aquaculture Industry Alliance:
TÉMOINS
Alliance de l’industrie canadienne de l’aquaculture :
Terry Ennis, President, Board of Directors Executive;
Terry Ennis, président, conseil d’administration;
Pamela Parker, Member, Board of Directors Executive and
Government Relations Committee;
Pamela Parker, membre, conseil d’administration et comité des
relations gouvernementales;
Ruth Salmon, Executive Director.
Ruth Salmon, directrice générale.
Fisheries and Oceans Canada:
Pêches et Océans Canada :
Kevin Stringer, Senior Assistant Deputy Minister, Ecosystems and
Fisheries Management;
Kevin Stringer, sous-ministre adjoint principal, Gestion des
écosystèmes et des pêches;
Eric Gilbert, Director General, Aquaculture Management,
Ecosystems and Fisheries Management;
Eric Gilbert, directeur général, Gestion de l’aquaculture, Gestion
des écosystèmes et des pêches;
Jay Parsons, Director, Aquaculture Science, Ecosystems and
Fisheries Management.
Jay Parsons, directeur, Sciences de l’aquaculture, Gestion des
écosystèmes et des pêches.
Available on the Internet: http://www.parl.gc.ca
Disponible sur internet: http://www.parl.gc.ca
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Related manuals

Download PDF

advertising