Second Session Deuxième session de la Forty-first Parliament, 2013-14

Second Session Deuxième session de la Forty-first Parliament, 2013-14
Second Session
Forty-first Parliament, 2013-14
Deuxième session de la
quarante et unième législature, 2013-2014
Proceedings of the Standing
Senate Committee on
Délibérations du Comité
sénatorial permanent des
Fisheries and Oceans
Pêches et des océans
Chair:
The Honourable FABIAN MANNING
Président :
L’honorable FABIAN MANNING
Tuesday, May 27, 2014
Le mardi 27 mai 2014
Issue No. 9
Fascicule no 9
Eleventh, twelfth and thirteenth meetings on:
Dixième, onzième et douzième réunions concernant :
The regulation of aquaculture, current challenges and
future prospects for the industry in Canada
La réglementation de l’aquaculture, les défis actuels et
les perspectives d’avenir de l’industrie au Canada
WITNESSES:
(See back cover)
TÉMOINS :
(Voir à l’endos)
51471-51472-51473
STANDING SENATE COMMITTEE ON
FISHERIES AND OCEANS
COMITÉ SÉNATORIAL PERMANENT DES
PÊCHES ET DES OCÉANS
The Honourable Fabian Manning, Chair
Président : L’honorable Fabian Manning
The Honourable Elizabeth Hubley, Deputy Chair
Vice-présidente : L’honorable Elizabeth Hubley
and
et
The Honourable Senators:
Les honorables sénateurs :
Beyak
* Carignan, P.C.
(or Martin)
* Cowan
(or Fraser)
Enverga
Lovelace Nicholas
McInnis
Mercer
Munson
Poirier
Raine
Stewart Olsen
Wells
Beyak
* Carignan, C.P.
(ou Martin)
* Cowan
(ou Fraser)
Enverga
Lovelace Nicholas
McInnis
Mercer
Munson
Poirier
Raine
Stewart Olsen
Wells
* Ex officio members
* Membres d’office
(Quorum 4)
(Quorum 4)
Change in membership of the committee:
Modification de la composition du comité :
Pursuant to rule 12-5, membership of the committee was
amended as follows:
Conformément à l’article 12-5 du Règlement, la liste des membres
du comité est modifiée, ainsi qu’il suit :
The Honourable Senator Mercer replaced the Honourable
Senator Baker, P.C. (May 23, 2014).
L’honorable sénateur Mercer a remplacé l’honorable
sénateur Baker, C.P. (le 23 mai 2014).
Published by the Senate of Canada
Available on the Internet: http://www.parl.gc.ca
Publié par le Sénat du Canada
Disponible sur internet: http://www.parl.gc.ca
27-5-2014
Pêches et océans
MINUTES OF PROCEEDINGS
PROCÈS-VERBAUX
GANDER, Tuesday, May 27, 2014
(14)
GANDER, le mardi 27 mai 2014
(14)
[English]
9:3
[Traduction]
The Standing Senate Committee on Fisheries and Oceans met
this day, at 7:53 a.m., in Salon F of The Albatross Hotel, Gander,
Newfoundland and Labrador, the chair, the Honourable Fabian
Manning, presiding.
Le Comité sénatorial permanent des pêches et des océans
se réunit aujourd’hui, à 7 h 53, au Salon F de l’Hôtel Albatross de
Gander, Terre-Neuve-et-Labrador, sous la présidence de
l’honorable Fabian Manning (président).
Members of the committee present: The Honourable Senators
Lovelace Nicholas, Manning, McInnis, Munson, Poirier, Raine
and Wells (7).
Membres du comité présents : Les honorables sénateurs
Lovelace Nicholas, Manning, McInnis, Munson, Poirier, Raine
et Wells (7).
In attendance: Odette Madore, Analyst, Parliamentary
Information and Research Services, Library of Parliament, and
Ceri Au, Communications Officer, Communications Directorate
of the Senate.
Également présentes : Odette Madore, analyste, Service
d’information et de recherche parlementaires, Bibliothèque du
Parlement, et Ceri Au, agente de communications, Direction des
communications du Sénat.
Also present: The official reporters of the Senate.
Pursuant to rule 12-16(1)(d), the committee proceeded in
camera to consider a draft agenda (future business).
Aussi présents : Les sténographes officiels du Sénat.
Conformément à l’article 12-16(1)d) du Règlement, la séance
débute à huis clos afin que le comité puisse étudier un projet
d’ordre du jour (travaux futurs).
At 7:56 a.m., the committee suspended.
À 7 h 56, la séance est suspendue.
At 8:06 a.m., the committee resumed in public.
À 8 h 6, la séance publique reprend.
Pursuant to the order of reference adopted by the Senate on
Monday, December 9, 2013, the committee continued its study on
the regulation of aquaculture, current challenges and future
prospects for the industry in Canada. (For complete text of the
order of reference, see proceedings of the committee, Issue No. 2.)
Conformément à l’ordre de renvoi adopté par le Sénat le lundi
9 décembre 2013, le comité poursuit son étude sur la
réglementation de l’aquaculture, les défis actuels et les
perspectives d’avenir de l’industrie au Canada. (Le texte intégral
de l’ordre de renvoi figure au fascicule no 2 des délibérations du
comité.)
WITNESSES:
TÉMOINS :
Government of Newfoundland and Labrador:
Gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador :
The Honourable Keith Hutchings, Member of the House of
Assembly for Ferryland, Minister of Fisheries and
Aquaculture.
L’honorable Keith Hutchings, député de Ferryland à la
Chambre d’assemblée, ministre des Pêches et de
l’Aquaculture.
Newfoundland and Labrador Department of Fisheries and
Aquaculture:
Ministère des Pêches et de l’Aquaculture de Terre-Neuve-etLabrador :
Brian Meaney, Assistant Deputy Minister, Aquaculture;
Brian Meaney, sous-ministre adjoint, Aquaculture;
Dr. Daryl Whelan, Director/Provincial Aquaculture
Veterinarian.
Dr Daryl Whelan, directeur, Section de la santé aquatique/chef
vétérinaire aquatique.
Newfoundland Aquaculture Industry Association:
Newfoundland Aquaculture Industry Association :
Cyr Couturier, President;
Cyr Couturier, président;
Miranda Pryor, Executive Director.
Miranda Pryor, directrice exécutive.
Northern Sea Harvest Farms Ltd.:
Jennifer Caines, Project Manager.
Sweeney International Marine Corp. and SIMCorp. Marine
Environmental Inc.:
Robert Sweeney, President and Senior Project Manager.
Northern Harvest Sea Farms Ltd. :
Jennifer Caines, gestionnaire de projet.
Sweeney International Marine Corp. and SIMCorp Marine
Environmental Inc. :
Robert Sweeney, président et gestionnaire principal de projet.
9:4
Fisheries and Oceans
Newfoundland Aqua Service Ltd:
Newfoundland Aqua Service Ltd :
Boyd Pack, Owner and President.
Boyd Pack, propriétaire et président.
The Honourable Senator Wells moved:
That the following revised
application on aquaculture for
March 31, 2015, be approved
Standing Committee on Internal
Administration:
27-5-2014
L’honorable sénateur Wells propose :
special study budget
the fiscal year ending
for submission to the
Economy, Budgets and
SUMMARY OF BUDGET
ACTIVITY 2:
Fact-Finding Mission in Scotland
and Norway
TOTAL
$ 162,488
$ 162,488
After debate, the question being put on the motion, it was
adopted.
The Honourable Senator Wells moved:
That coverage by electronic and photographic media of
the committee’s public proceedings today be allowed with
the least possible disruption of its hearings.
Que le budget modifié suivant relatif à l’étude spéciale sur
l’aquaculture, pour l’exercice financier se terminant le 31
mars 2015, soit approuvé et présenté au Comité sénatorial
permanent de la régie interne, des budgets et de
l’administration :
SOMMAIRE DU BUDGET
ACTIVITÉ 2 :
Mission d’information en Écosse
et en Norvège
TOTAL
Après débat, la motion, mise aux voix, est adoptée.
L’honorable sénateur Wells propose :
Que le comité permette la diffusion de ses délibérations
publiques par les médias d’information électroniques, mais
de manière à déranger le moins possible ses travaux.
The question being put on the motion, it was adopted.
La motion, mise aux voix, est adoptée.
At 8:09 a.m., the committee suspended.
À 8 h 9, la séance est suspendue.
At 8:12 a.m., the committee resumed.
À 8 h 12, la séance reprend.
Minister Hutchings, Mr. Meaney and Dr. Whelan made
statements and answered questions.
Le ministre Hutchings, M. Meaney et Dr Whelan font des
déclarations, puis répondent aux questions.
At 9:42 a.m., the committee suspended.
À 9 h 42, la séance est suspendue.
At 10:03 a.m., the committee resumed.
À 10 h 3, la séance reprend.
Mr. Couturier, Ms. Pryor and Ms. Caines made statements
and answered questions.
162 488 $
162 488 $
M. Couturier, Mme Pryor et Mme Caines font des
déclarations, puis répondent aux questions.
At 11:19 a.m., the committee suspended.
À 11 h 19, la séance est suspendue.
At 11:30 a.m., the committee resumed.
À 11 h 30, la séance reprend.
Messrs Sweeney and Pack made statements and answered
questions.
MM. Sweeney et Pack font des déclarations, puis répondent
aux questions.
At 12:30 p.m., the committee adjourned to the call of the chair.
À 12 h 30, le comité s’ajourne jusqu’à nouvelle convocation de
la présidence.
ATTEST:
GANDER, Tuesday, May 27, 2014
(15)
[English]
The Standing Senate Committee on Fisheries and Oceans met
in public this day, at 1:15 p.m., in Salon F of The Albatross Hotel,
Gander, Newfoundland and Labrador, the chair, the Honourable
Fabian Manning, presiding.
ATTESTÉ :
GANDER, le mardi 27 mai 2014
(15)
[Traduction]
Le Comité sénatorial permanent des pêches et des océans se
réunit aujourd’hui en séance publique, à 13 h 15, au Salon F de
l’Hôtel Albatross de Gander, Terre-Neuve-et-Labrador, sous la
présidence de l’honorable Fabian Manning (président).
27-5-2014
Pêches et océans
9:5
Members of the committee present: The Honourable Senators
Lovelace Nicholas, Manning, McInnis, Munson, Poirier, Raine
and Wells (7).
Membres du comité présents : Les honorables sénateurs
Lovelace Nicholas, Manning, McInnis, Munson, Poirier, Raine
et Wells (7).
In attendance: Odette Madore, Analyst, Parliamentary
Information and Research Services, Library of Parliament, and
Ceri Au, Communications Officer, Communications Directorate
of the Senate.
Également présentes : Odette Madore, analyste, Service
d’information et de recherche parlementaires, Bibliothèque du
Parlement, et Ceri Au, agente de communications, Direction des
communications du Sénat.
Also present: The official reporters of the Senate.
Aussi présents : Les sténographes officiels du Sénat.
Pursuant to the order of reference adopted by the Senate on
Monday, December 9, 2013, the committee continued its study on
the regulation of aquaculture, current challenges and future
prospects for the industry in Canada. (For complete text of the
order of reference, see proceedings of the committee, Issue No. 2.)
Conformément à l’ordre de renvoi adopté par le Sénat le
lundi 9 décembre 2013, le comité poursuit son étude sur la
réglementation de l’aquaculture, les défis actuels et les
perspectives d’avenir de l’industrie au Canada. (Le texte intégral
de l’ordre de renvoi figure au fascicule no 2 des délibérations du
comité.)
WITNESSES:
TÉMOINS :
Sunrise Fish Farms Inc.:
Sunrise Fish Farms Inc. :
Dr. Laura Halfyard, General Manager.
Newfoundland Aquaculture Industry Association:
Miranda Pryor, Executive Director.
Badger Bay Mussel Farms Ltd.:
Rebecca White, Project Manager.
Town of St. Alban’s, Newfoundland and Labrador:
Jamie LeRoux, Mayor.
Town of Harbour Breton, Newfoundland and Labrador:
Roy Drake, Mayor.
As individuals:
Dre Laura Halfyard, directrice générale.
Newfoundland Aquaculture Industry Association :
Miranda Pryor, directrice exécutive.
Badger Bay Mussel Farms Ltd. :
Rebecca White, gestionnaire de projet.
Village de St. Alban’s, Terre-Neuve-et-Labrador :
Jamie LeRoux, maire.
Village de Harbour Breton, Terre-Neuve-et-Labrador :
Roy Drake, maire.
À titre personnel :
Danny Boyce, Facility and Business Manager, Ocean Sciences
Centre, Memorial University of Newfoundland;
Danny Boyce, directeur administratif des installations, Centre
d’océanologie, Université Memorial de Terre-Neuve;
Dr. Jillian Westcott, Aquaculture Instructor and Researcher,
School of Fisheries, Fisheries and Marine Institute,
Memorial University;
Dre Jillian Westcott, instructrice et chercheuse en aquaculture,
École de pêche, Institut des pêches et de la mer, Université
Memorial;
Cyr Couturier, Research Scientist and Chair, Aquaculture
Programs, Fisheries and Marine Institute, Memorial
University.
Cyr Couturier, chercheur scientifique et chaire, Programmes
d’aquaculture, École de pêche, Institut des pêches et de la
mer, Université Memorial.
Newfoundland Aquaculture Industry Association:
Darrell Green, Research and Development Coordinator.
Newfoundland and Labrador House of Assembly:
Jim Bennett, member of the House of Assembly for St. Barbe.
Salmonid Council of Newfoundland and Labrador:
Donald L. Hutchens, President.
Newfoundland and Labrador Outfitters Association:
Tony Tuck, Chair, Fishing Committee.
Newfoundland Aquaculture Industry Association :
Darrell Green, coordonnateur de la recherche et du
développement.
Chambre d’assemblée de Terre-Neuve-et-Labrador :
Jim Bennett, député de St. Barbe à la Chambre d’assemblée.
Salmonid Council of Newfoundland and Labrador (SCNL) :
Donald L. Hutchens, président.
Newfoundland and Labrador Outfitter’s Association :
Tony Tuck, président, Comité des pêches.
9:6
Fisheries and Oceans
Ms. Pryor, Dr. Halfyard and Ms. White each made a
statement and answered questions.
Mme Pryor, la Dre Halfyard et Mme White font chacune une
déclaration, puis répondent aux questions.
At 2:20 p.m., the committee suspended.
À 14 h 20, la séance est suspendue.
At 2:32 p.m., the committee resumed.
À 14 h 32, la séance reprend.
Mayor LeRoux and Mayor Drake each made a statement and
answered questions.
MM. LeRoux et Drake font chacun une déclaration, puis
répondent aux questions.
At 3:10 p.m., the committee suspended.
À 15 h 10, la séance est suspendue.
At 3:25 p.m., the committee resumed.
À 15 h 25, la séance reprend.
Ms. Westcott, Messrs. Boyce, Couturier and Green each made
a statement and answered questions.
At 4:40 p.m., the committee suspended.
At 4:48 p.m., the committee resumed.
27-5-2014
Mme Westcott et MM. Boyce, Couturier et Green font chacun
une déclaration, puis répondent aux questions.
À 16 h 40, la séance est suspendue.
À 16 h 48, la séance reprend.
Messrs. Bennett, Tuck and Hutchens each made a statement
and answered questions.
MM. Bennett, Tuck et Hutchens font chacun une déclaration,
puis répondent aux questions.
At 5:53 p.m., the committee adjourned to the call of the chair.
À 17 h 53, le comité s’ajourne jusqu’à nouvelle convocation de
la présidence.
ATTEST:
GANDER, Tuesday, May 27, 2014
(16)
[English]
ATTESTÉ :
GANDER, le mardi 27 mai 2014
(16)
[Traduction]
The Standing Senate Committee on Fisheries and Oceans met
in public this day, at 7:07 p.m., in Salon F of The Albatross Hotel,
Gander, Newfoundland and Labrador, the chair, the Honourable
Fabian Manning, presiding.
Le Comité sénatorial permanent des pêches et des océans se
réunit aujourd’hui en séance publique, à 19 h 7, au Salon F de
l’Hôtel Albatross de Gander, Terre-Neuve-et-Labrador, sous la
présidence de l’honorable Fabian Manning (président).
Members of the committee present: The Honourable Senators
Lovelace Nicholas, Manning, McInnis, Munson, Poirier, Raine
and Wells (7).
Membres du comité présents : Les honorables sénateurs
Lovelace Nicholas, Manning, McInnis, Munson, Poirier, Raine
et Wells (7).
In attendance: Odette Madore, Analyst, Parliamentary
Information and Research Services, Library of Parliament, and
Ceri Au, Communications Officer, Communications Directorate
of the Senate.
Également présentes : Odette Madore, analyste, Service
d’information et de recherche parlementaires, Bibliothèque du
Parlement, et Ceri Au, agente de communications, Direction des
communications du Sénat.
Also present: The official reporters of the Senate.
Aussi présents : Les sténographes officiels du Sénat.
Pursuant to the order of reference adopted by the Senate on
Monday, December 9, 2013, the committee continued its study on
the regulation of aquaculture, current challenges and future
prospects for the industry in Canada. (For complete text of the
order of reference, see proceedings of the committee, Issue No. 2.)
Conformément à l’ordre de renvoi adopté par le Sénat le lundi
9 décembre 2013, le comité poursuit son étude sur la
réglementation de l’aquaculture, les défis actuels et les
perspectives d’avenir de l’industrie au Canada. (Le texte intégral
de l’ordre de renvoi figure au fascicule no 2 des délibérations du
comité.)
WITNESSES:
TÉMOINS :
Collier Aqua Service Ltd.:
Collier Aqua Service Ltd. :
Clyde Collier, Aquaculture Management Consultant.
Miawpukek First Nation:
Shayne McDonald, Lawyer and Director of Justice.
Clyde Collier, conseiller en gestion de l’aquaculture.
Première Nation de Miawpukek :
Shayne McDonald, avocat et directeur de justice.
27-5-2014
Pêches et océans
9:7
Mr. Collier and Mr. McDonald each made a statement and
answered questions.
MM. Collier et McDonald font chacun une déclaration, puis
répondent aux questions.
At 8:35 p.m., the committee adjourned to the call of the chair.
À 20 h 35, le comité s’ajourne jusqu’à nouvelle convocation de
la présidence.
ATTEST:
ATTESTÉ :
Le greffier du comité,
Maxwell Hollins
Clerk of the Committee
9:8
Fisheries and Oceans
27-5-2014
EVIDENCE
TÉMOIGNAGES
GANDER, Newfoundland and Labrador, Tuesday, May 27, 2014
GANDER, Terre-Neuve-et-Labrador, le mardi 27 mai 2014
The Standing Senate Committee on Fisheries and Oceans met
this day at 7:53 a.m. to study the regulation of aquaculture,
current challenges and future prospects for the industry in
Canada; and to consider a draft budget.
Le Comité sénatorial permanent des pêches et des océans se
réunit aujourd’hui, à 7 h 53, afin de mener son étude sur la
réglementation de l’aquaculture, les défis actuels et les
perspectives d’avenir de l’industrie au Canada; et d’étudier un
projet d’ordre du jour.
Senator Fabian Manning (Chair) in the chair.
The Chair: We discussed the budget in relation to the proposed
trip to Scotland and Norway in September. Are there any
questions before we move the motion? Maybe we should move the
motion first. Do we have a motion with respect to the budget?
Senator Wells: So moved.
The Chair: Do we have any questions on the budget for the
proposed trip? Is everybody fine with the dates of September 21
to 27 and the budgeted amount of $162,488? We will be making a
presentation in short order to the committee.
Le sénateur Fabian Manning (président) occupe le fauteuil.
Le président : Nous avons discuté du budget lié au voyage que
nous nous proposons d’effectuer en septembre en Écosse et en
Norvège. Quelqu’un a-t-il une question à poser avant que la
motion ne soit proposée? Nous devrions peut-être d’abord la
proposer. Quelqu’un veut-il proposer une motion en ce qui
concerne le budget?
Le sénateur Wells : J’en fais la proposition.
Le président : Y a-t-il des questions concernant le budget lié au
voyage proposé? Est-ce que les dates prévues — du 21 au
27 septembre — et le budget de 162 488 $ conviennent à tous les
membres? Un exposé sera présenté sous peu au comité.
All those in favour? Contraminded?
Qui est en faveur de la motion? Qui s’y oppose?
Motion carried.
La motion est adoptée.
We also have some requests from the media to film some of our
discussions here today. I have advised, as we discussed earlier,
that they can do that as long as they are not too intrusive and that
they be allowed. Can we have a motion to that effect?
En outre, quelques représentants de médias ont demandé la
permission de filmer une partie de notre débat d’aujourd’hui.
Comme je vous l’ai indiqué plus tôt, je leur ai fait savoir que
j’accéderais à leur requête à la condition qu’ils se fassent discrets
et que les membres autorisent leur présence. Quelqu’un peut-il
proposer une motion à ce sujet?
Senator Wells: So moved.
Le sénateur Wells : J’en fais la proposition.
The Chair: All those in favour? Contraminded?
Le président : Qui est en faveur de la motion? Qui s’y oppose?
Motion carried.
La motion est adoptée.
We will recess for a moment to prepare for presentations by
our first panel.
Je vais suspendre la séance quelques instants de manière à ce
que nous puissions nous préparer à entendre les exposés de notre
premier groupe de témoins.
(The committee recessed.)
(La séance est suspendue.)
(The committee resumed.)
(La séance reprend.)
The Chair: I am pleased to welcome you to the meeting of the
Standing Senate Committee on Fisheries and Oceans. My name is
Fabian Manning, a senator from Newfoundland and Labrador,
and I am chair of this committee. Before I give the floor to our
witnesses I would like to invite members of the committee to
introduce themselves, starting with the senator to my right.
Senator Munson: Jim Munson, senator from Ontario.
Senator Lovelace Nicholas: Senator Sandra Lovelace Nicholas
from New Brunswick.
Le président : Je suis heureux de vous souhaiter la bienvenue à
la présente séance du Comité sénatorial permanent des pêches et
des océans. Je m’appelle Fabian Manning, sénateur de TerreNeuve-et-Labrador et président du comité. Avant de céder la
parole aux témoins, j’aimerais inviter les membres du comité à se
présenter eux-mêmes, en commençant par le sénateur qui se
trouve à ma droite.
Le sénateur Munson : Je suis le sénateur Jim Munson, de
l’Ontario.
La sénatrice Lovelace Nicholas : Sénatrice Sandra Lovelace
Nicholas, du Nouveau-Brunswick.
27-5-2014
Pêches et océans
9:9
Senator Poirier: Rose-May Poirier, Senator from New
Brunswick.
La sénatrice Poirier : Sénatrice Rose-May Poirier, du
Nouveau-Brunswick.
Senator McInnis: Senator Tom McInnis from Nova Scotia.
Le sénateur McInnis : Sénateur Tom McInnis, de la NouvelleÉcosse.
Senator Raine: Senator Nancy Greene Raine from B.C.
La sénatrice Raine : Sénatrice Nancy Greene Raine, de la
Colombie-Britannique.
Senator Wells: David Wells from Newfoundland and
Labrador.
The Chair: Thank you, senators.
Le sénateur Wells : David Wells, de Terre-Neuve-et-Labrador.
Le président : Je vous remercie, mesdames et messieurs.
The committee is continuing its special study on the regulation
of aquaculture, current challenges and future prospects for the
industry in Canada. We are pleased this morning to start our day
here in Gander with the Honourable Keith Hutchings, Minister of
Fisheries and Aquaculture for Newfoundland and Labrador;
Mr. Brian Meaney, the Assistant Deputy Minister, Aquaculture;
and Dr. Darryl Whelan, Director of Provincial Aquaculture
Veterinarian. On behalf of the members of the committee I thank
you for being here today.
Le comité poursuit son étude spéciale sur la réglementation de
l’aquaculture, les défis actuels et les perspectives d’avenir de
l’industrie au Canada. Il est heureux de commencer sa journée à
Gander en accueillant l’honorable Keith Hutchings, ministre des
Pêches et de l’Aquaculture de Terre-Neuve-et-Labrador;
M. Brian Meaney, sous-ministre adjoint au ministère de
l’Aquaculture; et le Dr Darryl Whelan, directeur de la section
provinciale de la médecine vétérinaire aquatique. Au nom des
membres du comité, je vous remercie d’être ici aujourd’hui.
We spent yesterday in St. Alban’s, Poole’s Cove, and Harbour
Breton and have seen first-hand the activity that aquaculture is
bringing to our province. We certainly look forward to hearing
from you this morning.
Nous avons passé la journée d’hier à St. Alban’s, à Pool’s
Cove, et à Harbour Breton, où nous avons pu observer l’activité
générée par le secteur de l’aquaculture de notre province. À coup
sûr, nous avons hâte d’entendre ce que vous avez à nous dire ce
matin.
My understanding is that Minister Hutchings has some
opening remarks, which will be followed by Mr. Meaney and
Dr. Whelan, and then our senators will have the opportunity to
ask some questions.
Je crois comprendre que le ministre Hutchings a des
observations préliminaires à nous présenter. Nous entendrons
ensuite M. Meaney et le Dr Whelan, puis nous donnerons aux
sénateurs l’occasion de poser quelques questions.
Mr. Hutchings, it is good to see you again. It was only a couple
of weeks ago we had you before us in Ottawa. It is good to be
home in Newfoundland and Labrador. The floor is yours, sir.
Monsieur Hutchings, nous sommes heureux de vous revoir.
Nous avons eu l’occasion de vous accueillir à Ottawa il y a deux
ou trois semaines. Je suis ravi d’être ici, chez moi, à Terre-Neuveet-Labrador. Vous avez la parole, monsieur.
Hon. Keith Hutchings, Member of the House of Assembly for
Ferryland, Minister of Fisheries and Aquaculture, Government of
Newfoundland and Labrador: Thank you, Senator Manning. It is
certainly a pleasure to present before the standing committee. For
those not from our province, you are certainly welcome and I
hope you enjoyed your past couple of days in our wonderful
province.
L’honorable Keith Hutchings, député de Ferryland à la Chambre
d’assemblée, ministre des Pêches et de l’Aquaculture, gouvernement
de Terre-Neuve-et-Labrador : Merci, sénateur. Je suis assurément
heureux de me présenter devant le comité permanent. À coup sûr,
je souhaite la bienvenue à ceux qui ne sont pas d’ici, et j’espère
que vous avez apprécié les quelques jours que vous venez de
passer dans notre merveilleuse province.
As Senator Manning indicated, I’m joined this morning by
Brian Meaney, Assistant Deputy Minister of Aquaculture, and
Dr. Daryl Whelan, Director of Aquatic Animal Health Division
and Chief Aquatic Veterinarian. We’re here today to provide
some information about the provincial aquaculture industry,
specifically with respect to the economic activity it generates and
its growth in recent years, and the provincial government’s efforts
to promote sustainable aquaculture by working with industry to
achieve best practices in respect to governance.
Comme le sénateur Manning l’a indiqué, je suis accompagné ce
matin de M. Brian Meaney, sous-ministre adjoint de
l’Aquaculture, et du Dr Daryl Whelan, directeur de la Section
de la santé aquatique et chef vétérinaire aquatique. Nous sommes
ici aujourd’hui pour vous fournir de l’information concernant
l’industrie aquicole de notre province, plus particulièrement
l’activité économique qui en découle et la croissance qu’elle a
connue au cours des dernières années. Nous vous parlerons
également des efforts que déploie le gouvernement provincial afin
de faire la promotion de l’aquaculture durable, notamment sa
collaboration avec les membres de l’industrie en vue de la mise en
place de pratiques exemplaires en matière de gouvernance.
9:10
Fisheries and Oceans
27-5-2014
I will begin the presentation today by providing an overview of
the industry in terms of employment and economic activity, and
certainly discuss ways the provincial government has partnered
with the industry to promote growth. Then Mr. Meaney and
Dr. Whelan will proceed with a discussion on our approach to
good governance, initiatives for both fish and sustainable
aquaculture, and expectations of the industry in the future.
Je commencerai mon exposé d’aujourd’hui par une description
générale de la situation de l’industrie au chapitre de l’emploi et de
l’activité économique, et je dirai certainement quelques mots à
propos des mesures que le gouvernement provincial a prises en
partenariat avec l’industrie pour favoriser la croissance.
M. Meaney et le Dr Whelan vous parleront ensuite de notre
stratégie en matière de bonne gouvernance, de nos initiatives liées
aux poissons et à l’aquaculture durable, et des attentes que
l’industrie nourrit pour l’avenir.
Aquaculture has become, as you’ve probably seen yesterday, a
powerful driver of the provincial economy in recent years and it
has created meaningful employment in many rural areas of our
province. Many of those areas were devastated by the closure of
the ground fishery some years ago. The provincial government
saw the potential that aquaculture held with respect to economic
gains in rural regions, and that is why we invested more than $25
million since 2006 to support the growth and development of the
aquaculture industry. This investment of $25 million leveraged
approximately another $400 million of private investment and
resulted in significant economic gains for many communities.
Since 2006 the number of finfish sites in the province has doubled,
mussel production has reached a record high, and the production
value of the industry in 2013 set a record at $197 million.
Comme vous l’avez probablement constaté hier, l’aquaculture
est devenue au cours des dernières années un puissant catalyseur
de notre économie provinciale, et elle a permis de créer des
emplois intéressants dans une kyrielle de nos régions rurales. Bon
nombre d’entre elles avaient été dévastées il y a quelques années
par la fermeture de la pêche au poisson de fond. Le gouvernement
provincial a compris que l’aquaculture pouvait être profitable sur
le plan économique pour ces régions, et c’est pourquoi, depuis
2006, nous avons fait des investissements de plus de 25 millions de
dollars visant à soutenir la croissance et le développement de
l’industrie aquicole. Ces investissements ont donné lieu à des
investissements privés d’une valeur d’environ 400 millions de
dollars, et tout cela s’est traduit par des gains économiques
considérables pour une multitude de collectivités. Depuis 2006, le
nombre de sites d’aquiculture des poissons a doublé dans la
province, la production de moules a atteint des sommets sans
précédent et la valeur de la production au sein de l’industrie s’est
élevée à 197 millions de dollars en 2013, un record.
This growth was chiefly supported by two provincial
government programs: the Aquaculture Capital Equity Program
and the Aquaculture Working Capital Loan Guarantee Program.
The Aquaculture Working Capital Loan Program is designed to
facilitate improved access to financing for aquaculture operators
and is available to companies that can demonstrate strength in all
aspects of their business from technical and marketing to the
management capabilities. The Aquaculture Capital Equity
Program provides a minimum investment of $250,000 for finfish
operations and $100,000 for shellfish to support increase in
capacity, provided the company can match provincial funds with
private sector cash investment.
Cette croissance a été favorisée principalement par deux
programmes du gouvernement provincial, à savoir le
Programme d’investissement de capitaux en aquaculture et le
Programme de garantie de prêt de fonds de roulement en
aquaculture. Le premier de ces programmes vise à faciliter et à
accroître l’accès des exploitants d’entreprises aquicoles à du
financement, et les entreprises qui sont en mesure d’établir
qu’elles sont solides à tous les égards — que ce soit dans le
domaine technique, dans le secteur du marketing ou sur le plan de
la compétence de leurs gestionnaires — peuvent y participer. Dans
le cadre de ce programme, nous investissons un certain montant
— un minimum de 250 000 $ s’il s’agit d’une entreprise
d’aquiculture des poissons, et de 100 000 $ s’il s’agit d’activités
conchylicoles — en vue d’aider les entreprises à renforcer leurs
capacités, pour autant qu’elles sont en mesure de doubler ces
fonds par un apport d’un montant équivalent du secteur privé.
Slide 2 shows that both the production and value generated by
aquaculture operations in the province has increased steadily,
certainly due to close collaboration with government and the
industry.
La diapo 2 indique que la production et la valeur générée par
les activités aquicoles dans la province ont augmenté de façon
constante. À coup sûr, cette augmentation est attribuable à la
collaboration étroite du gouvernement et de l’industrie.
Slide 3 looks at the economic activities of aquaculture in
Newfoundland and Labrador today. Today there are more than
1,000 jobs within the province supported by aquaculture activity
and most of these are in rural areas of our province. Specifically
there are approximately 467 people directly employed in hatchery
activities.
La diapo 3 porte sur l’activité économique générée par le
secteur aquicole à Terre-Neuve-et-Labrador. À l’heure actuelle,
l’industrie emploie plus de 1 000 personnes, généralement dans les
régions rurales de la province. Plus précisément, quelque
467 personnes sont employées directement par des écloseries.
27-5-2014
Pêches et océans
9:11
With respect to the processing employment side in 2012 there
were 268 plant workers who were employed at processing plants
that held licences to process only aquaculture products. As well,
there were 932 plant workers employed at processing plants that
held multi-species licences. These plants produced aquaculture
productions in addition to raw material from the wild harvest.
For some of these plants aquaculture activity comprises onequarter to one-third of all production activity.
En 2012, 268 personnes travaillaient dans des usines de
traitement dotées d’une licence les autorisant à ne traiter que
des produits aquicoles. En outre, 932 personnes travaillaient dans
des usines de traitement dotées de licences visant de multiples
espèces. Dans ces usines, on transforme non seulement des
produits de l’aquaculture, mais également des produits de la pêche
sauvage. Dans certains cas, le quart, voire le tiers des activités de
production de ces usines sont liées à l’activité aquicole.
Additionally, and just as important, it should be noted that
aquaculture also creates significant spin-off employment, as you
can imagine, like any industry in terms of supplies in the service
sector. It certainly supports SMEs. Businesses that supply
equipment, transportation, packaging, nets, engines, boats and
repairs and so on have all experienced increased activity as a
result of the aquaculture industry.
De surcroît, il est tout aussi important de souligner que, comme
toute industrie, le secteur aquicole crée, comme vous pouvez
l’imaginer, un nombre considérable d’emplois indirects dans le
domaine des services. À coup sûr, il soutient les PME. Les
entreprises qui fournissent du matériel, des services de transport et
d’emballage, des filets de pêche, des moteurs, des services de
réparation et bien d’autres choses ont toutes vu leurs activités
prendre de l’ampleur grâce à l’industrie aquicole.
Specific examples include companies like Newfoundland Styro
Inc. in Bishop Falls that produces packaging, Fab Tech Industries
which manufactures boats and equipment, and Newfoundland
Aqua Service in St. Alban’s which builds nets and cages.
À titre d’exemple, je pourrais mentionner Newfoundland Styro
Inc., entreprise de Bishop Falls spécialisée dans les produits
d’emballage, Fab Tech Industries, qui fabrique des bateaux et du
matériel, et Newfoundland Aqua Service, entreprise de
St. Alban’s qui fabrique des filets et des cages.
The province’s aquaculture industry is primarily composed of
mussel and salmon aquaculture and, as you will see, the numbers
produced by both sides of the industry have been impressive.
La mytiliculture et la salmoniculture représentent la majeure
partie de l’activité aquicole de la province et, comme vous le
constaterez, ces deux secteurs de l’industrie ont obtenu des
résultats impressionnants.
Slide 4, as you can see from the information, shows 2013 was a
record year setting for salmon farming in our province. More
than 22,000 metric tons of salmon were produced for market, and
that was a 32 per cent increase over the previous year. This
generated a production value of approximately $180 million.
Comme le montre la diapo 4, 2013 a été une année record pour
la salmoniculture dans notre province. Plus de 22 000 tonnes
métriques de saumons ont été élevées pour le marché, ce qui
représente une augmentation de 32 p. 100 par rapport à l’année
précédente. La valeur totale de la production s’est élevée à
environ 180 millions de dollars.
Slide 5 demonstrates economic activity as being a tremendous
boon for communities on the south coast of the island, some of
which I understand members of the committee visited yesterday
and saw first-hand. I certainly want to note that there are six
aquaculture companies operating in the Coast of bays region.
These companies maintain 87 licensed sites, in addition to
hatcheries in St. Alban’s, Stephenville and Daniel’s Harbour.
Comme l’indique la diapo 5, l’activité économique générée par
l’aquaculture a été une véritable bénédiction pour les collectivités
de la côte sud de l’île, que vous avez visitée hier, si j’ai bien
compris. Je tiens assurément à souligner que la région de Coast of
Bays compte six entreprises aquicoles, lesquelles exploitent
87 sites licenciés, en plus d’écloseries situées à St. Alban’s, à
Stephenville et à Daniel’s Harbour.
For Slide 6 we will look at the mussel sector. In regard to
mussel aquaculture the industry set a production record in 2012 as
well and it remains at the level of 2013 having produced more
than 4,300 metric tons of the product. This was certainly due to a
rebound in the global market and the production activity
generated about $15 million in production value, which is a
7 per cent increase over 2012.
La diapo 6 porte sur l’industrie mytilicole, qui a établi en 2012
un record de production qu’elle a plus ou moins égalé en 2013 en
élevant plus de 4 300 tonnes métriques de moules. Cette
production, qui était assurément attribuable à une reprise du
marché mondial, était d’une valeur d’environ 15 millions de
dollars, ce qui représentait une augmentation de 7 p. 100 par
rapport à 2012.
Slide 7 shows the production value was achieved by supplying
North American markets with fresh products and providing
vacuum-packed products for European and Asian markets. In
total most of the production was generated by a core group of
eight to ten growers and we certainly see some amalgamation and
consolidation of prior grow outs related to mussel farms.
La diapo 7 montre que cette valeur découle de la vente de
produits frais sur les marchés nord-américains et de produits
emballés sous vide sur les marchés européen et asiatique. Un petit
noyau de 8 ou 10 éleveurs sont responsables de la majeure partie
de cette production, et on a pu constater qu’ils avaient procédé à
un certain regroupement de leurs activités de grossissement.
9:12
Fisheries and Oceans
27-5-2014
Provincial aquaculture producers in the finfish and shellfish
sectors carefully follow established security measures to ensure
the product they bring to market is of the highest quality and
raised and harvested certainly in a sustainable manner. This has
resulted in some notable achievements. Most notably, provincial
mussels recently became the first in North America to be certified
to the Canadian Organic Aquaculture Standard, which assures
consumers that their seafood is organic and farmed in an
environmentally sound manner.
Les producteurs des secteurs de l’aquaculture des poissons et
des crustacés et mollusques de la province observent
consciencieusement les règles de sécurité qui ont été mises en
place afin d’assurer que les produits qu’ils envoient sur les
marchés sont de qualité supérieure et qu’ils sont le fruit d’une
aquaculture durable. Cela a donné lieu à quelques réalisations
notables. Il convient de souligner que les moules de notre province
sont récemment devenues les premières en Amérique du Nord à se
voir attribuer une certification au titre de la Norme canadienne
sur l’aquaculture biologique, laquelle fournit aux consommateurs
la garantie que les produits de la mer qu’ils consomment sont des
produits biologiques élevés d’une manière respectueuse de
l’environnement.
In addition, over the course of 2013 the provincial government
and the salmon farming sector finalized a bay management
regime that will identify ideal locations for new sites, prescribe
best practices and set fallowing periods.
De plus, en 2013, le gouvernement provincial et l’industrie
salmonicole ont mis la dernière main à un régime de gestion des
baies qui permettra de déterminer les meilleurs lieux où établir de
nouveaux sites aquicoles, de prescrire des pratiques exemplaires et
de fixer des périodes de mise en jachère.
The provincial government has been very supportive of
industry efforts to pursue national and international best
practices, and evidence of that support would include our $9
million investment in the Centre for Aquaculture Health and
Development, which I believe you saw in St. Alban’s.
Le gouvernement provincial a grandement appuyé les efforts
qu’a faits l’industrie afin d’adopter des pratiques exemplaires
nationales et internationales, comme le montre, entre autres,
notre investissement de 9 millions de dollars dans le Centre pour
la santé et le développement de l’aquaculture, qui est situé à
St. Alban’s et que vous avez visité, si je ne m’abuse.
Our leadership in the area of industry governance was
recognized in 2010. In that particular year the Centre of
Aquatic Health Sciences of the Atlantic Veterinarian College at
UPEI completed a study that found Newfoundland had the most
comprehensive aquaculture biosecurity program of any
government organization studied in Canada.
Notre position de chef de file dans le domaine de la
gouvernance sectorielle a été reconnue en 2010. Cette année-là,
le Centre des sciences en santé aquatique du Collège de médecine
vétérinaire de l’Atlantique, situé à l’Université de l’Île-du-PrinceÉdouard, a mené une étude qui a révélé que Terre-Neuve
possédait le programme de biosécurité aquicole le plus exhaustif
de toutes les administrations canadiennes examinées.
To further discuss the governance I will now turn it over to
Mr. Meaney and to Dr. Whelan.
Je vais maintenant céder la parole à M. Meaney et au Dr
Whelan, qui vous en diront davantage à propos de la
gouvernance.
Brian Meaney, Assistant Deputy Minister, Newfoundland and
Labrador Department of Fisheries and Aquaculture: Good
morning.
Brian Meaney, sous-ministre adjoint, ministère des Pêches et de
l’Aquaculture de Terre-Neuve-et-Labrador : Bonjour.
Aquaculture governance in Canada is an issue of duality. There
is a federal and provincial responsibility. From the Newfoundland
perspective in 1986 we were one of the first provinces in the
country that introduced an Aquaculture Act. This was based on a
co-operative approach looking at the constitutional split between
the federal and provincial governments in order to put an orderly
development mode and aquaculture regulations in place.
Au Canada, la gouvernance de l’aquaculture est une créature à
deux têtes, dans la mesure où il s’agit d’une responsabilité que se
partagent le gouvernement fédéral et les gouvernements
provinciaux. En ce qui concerne Terre-Neuve, je vous dirai que,
en 1986, elle a été l’une des premières provinces du pays à adopter
une loi sur l’aquaculture. Cette initiative était fondée sur une
démarche coopérative tenant compte du fait que la Constitution
prévoit un partage des responsabilités en matière d’aquaculture
entre le gouvernement fédéral et les gouvernements provinciaux et
visant la mise en place d’un système méthodique de
développement et de dispositions réglementaires harmonieuses.
In 1986 the Aquaculture Act was introduced and by the nature
of the act it was called an act to encourage and regulate the
aquaculture industry in Newfoundland and Labrador. The act
was put in place in order to ensure that we see orderly
Notre loi sur l’aquaculture est entrée en vigueur en 1986, et par
sa nature même, elle a été considérée comme une mesure
encourageant la réglementation de l’industrie aquicole de TerreNeuve-et-Labrador. La loi a été mise en œuvre afin d’assurer un
27-5-2014
Pêches et océans
9:13
development, encourage regulation but ensure that we have the
optimum regulatory and policy framework in place for
aquaculture to develop.
développement ordonné et d’encourager la réglementation, mais
également pour faire en sorte que des dispositions réglementaires
et un cadre stratégique optimaux soient mis en place pour
favoriser le développement de l’aquaculture.
In order to work with our federal counterparts a memorandum
of understanding in 1986 was signed between the federal and
provincial governments which outlined the nature and
responsibilities of each order of government to develop
aquaculture in the province. That has been the backbone of our
process to provide regulatory control and support to the industry.
Pour faciliter la collaboration avec nos homologues fédéraux,
en 1986, nous avons conclu avec eux un protocole d’entente
énonçant la nature de chaque échelon de gouvernement et ses
responsabilités sur le plan du développement de notre aquaculture
provinciale. Ce protocole d’entente s’est révélé être le pilier du
processus que nous avons mis en œuvre afin de réglementer et de
soutenir l’industrie.
The act has been reviewed and amended on two different
occasions, most recently in 2012 when there was a complete
review of the Aquaculture Act and regulations that were
provided. This provides the legal authority for provincial
management of the aquaculture industry and orderly
development, secures property rights, minimizes user conflicts
and assists in co-operative decision-making activities that rely on
aquaculture.
La loi a été examinée et modifiée à deux occasions, la plus
récente ayant eu lieu en 2012. À ce moment-là, on a procédé à un
examen complet de la loi et de son règlement d’application. Il en a
découlé le pouvoir juridique lié à la gestion provinciale de
l’industrie aquicole et du développement méthodique, des droits
de propriété, une réduction du nombre de différends entre
utilisateurs et des mesures contribuant aux activités
décisionnelles coopératives fondées sur l’aquaculture.
Hand in hand with aquaculture regulation we believe strongly
in terms of developing a strategic approach to aquaculture
development. Beginning in 1990, working together with industry
and stakeholders around the province, we introduced the first
provincial aquaculture strategy. It was reviewed again and a new
strategy introduced in 2000, which was updated in 2005.
Nous croyons fermement que la réglementation de
l’aquaculture doit s’assortir de l’élaboration d’une démarche
stratégique en matière de développement aquicole. En 1990, en
collaboration avec l’industrie et les intervenants de la province,
nous avons mis en œuvre la première stratégie aquicole
provinciale. À la suite d’un examen, en 2000, nous avons
instauré une nouvelle stratégie qui a été mise à jour en 2005.
In the fall of 2013 our minister announced it was time to have
another review of the aquaculture strategy and we began
consultations with all stakeholders, with industry, and with
federal and provincial agencies to look at where we’re heading in
the next 10-year timeframe.
À l’automne 2013, notre ministre a annoncé qu’il était temps de
procéder à un nouvel examen de la stratégie aquicole, et nous
avons donc entrepris des consultations auprès de tous les
intervenants, à savoir les membres de l’industrie et les
organismes fédéraux et provinciaux, afin d’établir un plan
d’action pour les 10 prochaines années.
As a result of those consultations we published a document
entitled ‘‘What We Heard’’. It is available on our website and we
have copies for the committee as well. It is a summary of all the
stakeholders and the citizens of the province and their positions
and their aspirations for aquaculture in the province. That will
result in a new aquaculture strategy which will be published in
2014. Again our focus will remain on a sustainable aquaculture
industry and its development throughout rural and coastal
Newfoundland.
Par suite de ces consultations, nous avons publié un document
intitulé What We Heard. Il peut être consulté sur notre site web, et
nous en fournirons des copies aux membres du comité. Il présente
un résumé des points de vue et des souhaits que tous les
intervenants et tous les citoyens que nous avons consultés ont
formulés en ce qui concerne l’aquaculture dans notre province. Il
en découlera une nouvelle stratégie en matière d’aquaculture, qui
sera dévoilée en 2014. Une fois de plus, le maintien d’une industrie
aquicole durable constituera notre point de mire, et son
développement dans les régions rurales et côtières de TerreNeuve sera au centre de nos préoccupations.
As part of the process to provide good governance we believe
in a process of one-stop shopping. It has been unique in Canada
in that at any given time there could be up to 30 to 35 different
federal and provincial agencies, departments and municipal
governments involved in accessing an aquaculture licence.
Nous croyons que l’instauration d’un processus axé sur la
bonne gouvernance doit s’accompagner de la création d’un
guichet unique. Les entreprises aquicoles du Canada se trouvent
dans une situation tout à fait particulière dans la mesure où
l’obtention d’un permis d’aquaculture peut exiger des démarches
auprès de 30 ou 35 ministères ou organismes fédéraux,
provinciaux et municipaux.
An approach to streamlining this and to ensuring that all
aquaculturists, all communities and all agencies are involved, we
provide a one-stop shopping service through our Department of
Afin de simplifier ce processus et de mobiliser l’ensemble des
producteurs aquicoles, des collectivités et des organismes
concernés, notre ministère des Pêches et de l’Aquaculture offre
9:14
Fisheries and Oceans
27-5-2014
Fisheries and Aquaculture. Instead of providing 20 or 30 different
applications for different processes in order to get an aquaculture
licence in this province, we provide a single window of
opportunity where all the information is gathered. It
disseminated to all departments, all agencies and all
stakeholders. We provide input, a decision-making process and
work closely with them.
un service de guichet unique grâce auquel les producteurs peuvent
accéder à toute l’information dont ils ont besoin plutôt que
d’avoir à remplir 20 ou 30 demandes dans le cadre de divers
processus en vue d’obtenir un permis d’aquaculture dans notre
province. L’ensemble des ministères, organismes et intervenants
de la province en profitent. Nous leur faisons des suggestions,
nous leur proposons un processus décisionnel et nous travaillons
en étroite collaboration avec eux.
The process of management of aquaculture comes underneath
the Aquaculture Act but also through the policies. We’ve been
providing supporting policy framework based on species
management plans. We have management plans in place for our
salmonid sector and for various mussel sectors as well. These
management plans allow industry to identify what their
responsibilities are, what are the responsibilities of both levels
of government and the development mode in which we can move
forward as we develop the industry.
Le processus de gestion de l’aquaculture relève non seulement
de la Loi sur l’aquaculture, mais également d’un certain nombre
de politiques. Nous avons mis en œuvre un cadre stratégique
connexe qui s’appuie sur les plans de gestion des espèces. Nous
avons mis en place des plans de gestion à l’intention de l’industrie
salmonicole et du secteur mytilicole. Ces plans permettent à
l’industrie de cerner ses responsabilités, les responsabilités des
gouvernements fédéral et provinciaux et le mode de
développement qui contribuera à sa croissance future.
Concurrent with that, there were a number of specific
initiatives. The minister mentioned today management
agreements that were put in place in terms of how we manage
the salmonid sectors in the province in terms of optimizing fish
health and location of sites. Also, for example, the code of
containment for the culture of salmonids in Newfoundland and
Labrador is an internationally recognized code which ensures the
maintenance of aquaculture sites in the salmonid sector and
ensures that the fish in the cages stay in the cages to the maximum
extent possible.
Un certain nombre d’initiatives ponctuelles ont été menées en
parallèle. Le ministre a mentionné plus tôt les accords que nous
avons conclus relativement à la gestion de l’industrie de la
salmoniculture en vue d’optimiser la santé des poissons et de
déterminer les meilleurs sites d’exploitation. Par exemple, le code
de confinement pour la culture des salmonidés de Terre-Neuve-etLabrador, reconnu à l’échelle internationale, assure l’entretien des
sites d’élevage de l’industrie salmonicole et fait en sorte que les
poissons restent le plus possible confinés dans leurs cages.
These are some of the approaches and the hallmark of our
governance model has been a co-operative approach between all
levels of government and industry to put in place practical but
progressive aquaculture policies to ensure the good governance of
the industry.
L’un des traits distinctifs de notre modèle de gouvernance tient
à l’adoption d’une démarche axée sur la collaboration entre tous
les échelons de gouvernement et les membres de l’industrie en vue
de la mise en œuvre concrète et progressive de politiques en
matière d’aquaculture visant la saine gestion de l’industrie.
The province also provides compliance enforcement and
inspections of aquaculture sites throughout the province.
Marine aquaculture sites are inspected annually. We have a
biannual code of containment inspections that are undertaken.
We work co-operatively with our federal colleagues, for example
Transport Canada, for inspections under the Navigable Waters
Protection Act for compliance. As well we conduct regular fish
health and biosecurity audits usually on a 40- to 45-day cycle
throughout the year.
En outre, nous effectuons des inspections de conformité dans
les installations d’aquaculture situées sur tout notre territoire et
nous appliquons la réglementation connexe. Les sites
d’aquaculture marine sont inspectés chaque année. Nous
effectuons deux fois par année les inspections prévues par le
code de confinement. Nous travaillons en collaboration avec nos
collègues fédéraux, par exemple Transports Canada, dans le cadre
d’inspections de conformité prévues par la Loi sur la protection
des eaux navigables. De surcroît, nous effectuons tout au long de
l’année — en règle générale, selon un cycle de 40 à 45 jours — des
vérifications relatives à la santé des poissons et à la biosécurité.
From an environmental management perspective we work
cooperatively with the federal government in terms of fish habitat
in particular. DFO has responsibility for fish habitat obviously
but we work closely with them on pre-licence benthic assessments
and fallow period monitoring. As the minister mentioned we have
a fallow period, so after a site is put in place there is follow-up
monitoring to ensure the site maintains its good health.
En matière de gestion environnementale, nous collaborons
avec le gouvernement fédéral, notamment en vue de protéger
l’habitat des poissons. Le MPO est évidemment responsable de
l’habitat des poissons, mais nous travaillons en étroite
collaboration avec lui dans le cadre d’évaluations benthiques
préalables à la délivrance de permis et d’activités de surveillance
menées durant la période de jachère. Comme le ministre l’a
mentionné, il y a une période de mise en jachère, de sorte que,
après la mise en place d’un site, nous effectuons un suivi pour
nous assurer qu’il conserve des conditions saines.
27-5-2014
Pêches et océans
9:15
The new aquaculture activities regulations that are coming
forward from the federal government will also support this new
initiative in terms of providing and identifying to the public that
we have the optimum management opportunities and regimes in
place.
Les dispositions réglementaires touchant les activités aquicoles
que le gouvernement fédéral va instaurer soutiendront cette
nouvelle initiative en permettant d’indiquer au public que nos
méthodes et nos régimes de gestion sont les meilleurs qui soient.
All of this being said the objective, as the minister outlined, is
to seek opportunities for expansion and address some of the
challenges that will come. These include, for example, the Coast
of bays where we have just barely tapped the available areas that
can expand for the aquaculture sector in the future for the
salmonid industry, bays west toward Burgeo which have real
opportunity, as well as Placentia Bay to the east. There is
potential to double production over time but this will be industry
driven and market driven as we move forward.
Cela dit, comme le ministre l’a indiqué, l’objectif consiste à
créer des occasions d’expansion et à relever quelques-uns des défis
qui nous attendent. Par exemple, dans la région de Coast of Bays,
nous n’avons pratiquement pas exploité les sites disponibles dont
l’utilisation pourrait contribuer à l’expansion de l’industrie
salmonicole dans l’avenir. En outre, les baies situées à l’ouest,
vers la région de Burgeo, représentent une véritable occasion, de
même que Placentia Bay, à l’est. Il sera possible, au fil du temps,
de doubler la production, mais ce sont l’industrie et le marché qui
devront être les éléments moteurs de cette croissance.
As the minister pointed out, we have constructed two state of
the art hatcheries. These are probably two of the most modern
hatcheries in the western hemisphere. One is located in
Stephenville and one I believe you visited in St. Alban’s
yesterday. These are the types of opportunities provided and we
work closely with industry to move forward.
Comme le ministre l’a mentionné, nous avons créé deux
écloseries à la fine pointe de la technologie — il s’agit
probablement des deux écloseries les plus modernes de
l’hémisphère occidental. L’une est située à Stephenville, et
l’autre, que vous avez visitée hier, je crois —, à St. Alban’s. Il
s’agit là de quelques types de possibilités qui ont été créées, et
nous travaillons en étroite collaboration avec l’industrie pour aller
de l’avant.
The supply and service sector is also critical. The industry relies
heavily on supply and service, and I believe you will have some
presentations later today. This provides other additional
economic activity and opportunity for the economic wealth of
the province as well. It supports the local community tax base and
has regional impacts but again provides the industry with state of
the art expertise at its fingertips to allow the industry to move
forward.
Le secteur de l’approvisionnement et des services revêt lui aussi
une importance cruciale, dans la mesure où l’industrie est
fortement tributaire de lui. Je crois que vous entendrez plus
tard aujourd’hui des exposés à ce sujet. Ce secteur crée lui aussi de
l’activité économique et des occasions qui contribuent à la
prospérité économique de la province. Il soutient l’assiette
fiscale des collectivités locales et a des retombées dans les
régions, mais là encore, il fournit à l’industrie une expertise de
pointe qui lui permet de progresser.
We work closely with industry in terms of developing
infrastructure. I believe you visited some of our wharves, the
biosecure wharves, to ensure that the movement of fish and fish
products in and off the farm are conducted in a most biosecure
manner with the greatest focus on fish health. We are working on
brood stock.
Nous collaborons étroitement avec l’industrie au chapitre du
développement des infrastructures. Si je ne m’abuse, vous avez
visité quelques-uns de nos quais où des mesures ont été prises
pour assurer la biosécurité des poissons et des sous-produits de
poisson à l’intérieur et à l’extérieur des sites d’élevages. La santé
des poissons est au centre de nos préoccupations. Nous
travaillons sur un stock de géniteurs.
We have a healthy working relationship with our federal
government to look at the interaction between wild and farm
salmonids. We’ve been working with them particularly in a review
of south coast salmon stocks and providing input particularly
from Dr. Whelan’s shop in terms of fish health. We work closely
with stakeholders and we really support evidence-based science.
That is what we believe has to be the hallmark in terms of making
good regulatory management of these decisions.
Nous avons établi une bonne relation de travail avec le
gouvernement fédéral afin d’étudier l’interaction entre les
saumons sauvages et les saumons d’élevage. Nous avons
également mené avec nos partenaires fédéraux un examen des
stocks de saumons de la côte sud, et l’équipe du Dr Whelan a
contribué à cette initiative en se penchant plus particulièrement
sur la santé des poissons. Nous collaborons de près avec les
intervenants, et nous contribuons réellement à la collecte de
données scientifiques. À nos yeux, c’est ce qui doit caractériser
une bonne gestion réglementaire de ces décisions.
The mussel industry is experiencing a real resurgence in the last
number of years. They’re expanding and every single mussel they
are producing today is going into the marketplace. There is a need
to expand there so we’re working with them in terms of an
Au cours des dernières années, l’industrie mytilicole a connu
une véritable renaissance. Il s’agit d’un secteur en croissance, et
chaque moule produite est envoyée sur le marché. Comme cette
industrie doit prendre de l’expansion, nous collaborons avec elle
9:16
Fisheries and Oceans
27-5-2014
environmental management program, a monitoring program, to
allow them to look at new opportunities particularly in the Notre
Dame Bay and the Green Bay areas. I believe you will be in Notre
Dame Bay tomorrow to have a look at some of our mussel
operations.
dans le cadre d’un programme de gestion environnementale et
d’un programme de surveillance qui lui permettront d’examiner
les nouvelles occasions qui s’offrent à elle, particulièrement dans
les régions de Notre Dame Bay et de Green Bay. Je crois savoir
que vous allez visiter demain quelques-unes de nos installations
mytilicoles situées dans la région de Notre Dame Bay.
Through our Fisheries Technology New Opportunities
Program the department works with the industry to provide
and access new technology from wherever it exists in the world to
produce better quality fish products and new opportunities, to
reduce labour costs and increase mechanization. Certification, as
we pointed out as well, is key when we support the industry, an
example being the Canadian Organic Mussel Standard, but also
best practices and certifications for our salmonid sector.
Par le truchement du Programme sur les techniques et les
nouvelles occasions de pêche, le ministère collabore avec
l’industrie afin d’acquérir les nouvelles technologies mises au
point partout dans le monde en vue de produire du poisson de
meilleure qualité, de créer des nouvelles occasions, de réduire les
coûts liés à la main-d’œuvre et d’accroître la mécanisation.
Comme nous l’avons souligné, la certification est un élément clé
du soutien que nous offrons à l’industrie. La norme canadienne
sur les moules biologiques, de même que les pratiques exemplaires
et les processus de certification mis en place au sein de l’industrie
salmonicole, sont des exemples de ce que nous faisons à ce
chapitre.
I also have responsibility for seafood marketing. New
marketing opportunities and value-added opportunities are
increasing. We see our products hitting and looking at new
markets not only in the U.S. but into Asia. Also with the
upcoming reduction of tariffs under CETA, new opportunities are
opening up in Europe as well.
En outre, nous avons des responsabilités à assumer pour ce qui
est de la commercialisation des produits de la mer. Les occasions
de commercialisation et les possibilités de valorisation de nos
produits sont de plus en plus nombreuses. Nos producteurs
accèdent à de nouveaux marchés et en visent d’autres non
seulement aux États-Unis, mais également en Asie. De plus, grâce
à la réduction imminente des tarifs découlant de l’AECG, de
nouvelles occasions s’offriront à eux en Europe.
There are challenges in all sectors. We work closely with our
industry. Coastal resource user conflict is key, but I will point that
the industry has done a banner job in being able to identify issues
and potential interactions with the other people who are
occupying the coastal zone. We generally have very few
conflmicts. There has been a level of trust built up between
governments and other resource users in the aquaculture industry
that reduces conflicts and works up front in the licensing process
to reduce that.
Il y a des difficultés dans tous les secteurs. Nous travaillons en
étroite collaboration avec notre industrie. Les différends entre
utilisateurs des ressources côtières revêtent une importance
cruciale, mais je tiens à souligner que l’industrie a fait un travail
exceptionnel afin de cerner les problèmes et les interactions
possibles avec les autres personnes qui occupent la zone côtière.
De façon générale, les conflits sont très rares. Les gouvernements
et les autres utilisateurs des ressources de l’industrie aquicole ont
établi une certaine relation de confiance. Cela permet de réduire le
nombre de conflits et de prendre des mesures permettant de les
prévenir, notamment dans le cadre du processus de délivrance de
permis.
That is a brief overview on the aquaculture governance piece. I
can take some questions later, but I will now pass it on to
Dr. Whelan to discuss aquatic animal health issues.
Cela met fin à mon bref survol de la gouvernance du secteur
aquicole. Je pourrai répondre ultérieurement à vos questions,
mais pour l’instant, je céderai la parole au Dr Whelan, qui
abordera des questions liées à la santé des animaux aquatiques.
Dr. Daryl Whelan, Director, Aquatic Health Division, Chief
Aquaculture Veterinarian, Newfoundland and Labrador
Department of Fisheries and Aquaculture: Senators, thank you
for the opportunity to speak. I met a few of you recently so that
was informative for me as well.
Dr Daryl Whelan, directeur, Section de la santé aquatique, chef
vétérinaire aquatique, ministère des Pêches et de l’Aquaculture de
Terre-Neuve-et-Labrador : Mesdames et messieurs, je vous
remercie de me donner l’occasion de prendre la parole. J’ai
récemment eu la possibilité de discuter avec quelques-uns d’entre
vous, et cela a été instructif.
Just to discuss in the context of aquatic animal health, it should
come as no surprise that any time you raise animals for food
production the health component is an important part for
En ce qui concerne la santé des animaux aquatiques, je pense
que vous ne serez guère surpris d’apprendre que les considérations
d’ordre sanitaire représentent toujours un élément important de
27-5-2014
Pêches et océans
9:17
sustainability, for performance and for animal welfare for those
animals. It is an obligation by all. If you raise animals you must
care for them.
l’élevage d’animaux à des fins alimentaires, car cela permet
d’assurer la durabilité et le rendement des activités d’élevage, de
même que le bien-être des animaux. Nous devons prendre soin des
animaux que nous élevons — il s’agit d’une obligation que nous
devons tous assumer.
In order to do that, whether it is terrestrial animals or aquatic
animals, you really need health professionals involved. It should
come as no surprise that we actually have the formation of an
Aquatic Animal Health Division in Newfoundland. The
government foresaw that was a strong pillar for growth,
sustainability, performance, and really the obligation and
responsibility for all, for industry and government.
De manière à ce que nous puissions bien nous occuper des
animaux terrestres ou aquatiques que nous élevons, nous avons
véritablement besoin de l’expertise de professionnels de la santé.
Comme vous vous en doutez, à Terre-Neuve, ces professionnels
sont formés par une section de la santé des animaux aquatiques.
Le gouvernement avait anticipé qu’il s’agirait d’un élément clé de
la croissance, de la durabilité et du rendement de l’industrie, de
même que d’une obligation et d’une responsabilité pour
l’industrie et le gouvernement.
The Aquatic Animal Health Division was formed, of which I’m
the director. I had an opportunity to speak on this a day or so
ago, but I will go through some of the points that are here. If you
have any questions afterward I will be glad to speak to them.
Ainsi, on a créé cette section, dont je suis actuellement le
directeur. Je parlerai de quelques-unes des choses que nous
faisons, bien que j’aie eu l’occasion d’en parler il y a un jour ou
deux. Je serai heureux de répondre ultérieurement à vos questions
à ce sujet.
The division itself provides aquatic animal health extension
services and those services really are broad based. We do that for
our stakeholders who really are different levels of provincial and
federal governments, the aquatic industry itself, for academia,
stocks that are there, fishermen, Fisheries and Oceans, and
Environment Canada. We’ve actually been the client service
provider for some of those features. It gives us an opportunity to
see what is out there in the marine environment, in the freshwater
environment, and to see what the animals have to really survive in
and live in to sustain life.
La section fournit des services de vulgarisation concernant la
santé des animaux aquatiques, et notre clientèle est très vaste : elle
comprend des intervenants des gouvernements provinciaux et
fédéral, des membres de l’industrie aquatique en tant que tels, des
universitaires — que l’on informe des stocks existants —, des
pêcheurs, Pêches et Océans Canada et Environnement Canada.
C’est nous qui dispensons quelques-uns de ces services à ces
clients. Cela nous donne l’occasion d’examiner ce qui se trouve
dans les milieux marin et d’eau douce, et de nous informer sur ce
dont disposent les animaux pour y vivre et y survivre.
I see the issues are both wild and aquaculture based because
these pathogens and these health issues that we discuss have been
there a long time and will be there for a long time to come.
Je constate que les problèmes auxquels nous sommes
confrontés touchent tant les poissons sauvages que les poissons
d’élevage, car les pathogènes et les autres problèmes de santé dont
nous discutons existent depuis belle lurette et continueront d’être
présents pendant longtemps.
The Department of Fisheries and Aquaculture actually has a
robust Aquatic Animal Health Program. We have several
programs that feed into this. We have an active and passive
surveillance program. We go out there every 30 to 45 days on
farm sites. We also respond to calls. If we get a question, ‘‘Doc,
my fish just don’t look right in this particular area, can you come
out and have a look’’, we have those services available to provide
that and to reach some resolution.
Le ministère des Pêches et de l’Aquaculture a besoin d’un
solide programme relatif à la santé des animaux aquatiques, et il
dispose de plusieurs programmes qui y contribuent. Par exemple,
nous avons un programme de surveillance active et passive. Nous
visitons les sites d’élevage tous les 30 à 45 jours. Nous disposons
d’une ligne d’assistance. Si un éleveur nous indique que ses
poissons ne semblent pas bien se porter à tel ou tel endroit, nous
pouvons nous rendre sur les lieux afin d’examiner la situation et
de tenter de trouver une solution.
We have a comprehensive biosecurity audit program as well. It
entails going to wharves, to facilities on land and on water,
transfers of animals in and out of the province, transfers within
the province where biosecurity audits are conducted and
discussions are held to ensure that it is the strongest and most
robust that it can be. We have a really strong laboratory
diagnostic program. We operate out of three different
laboratories and I will talk about that in another slide.
Nous avons également mis en place un programme exhaustif de
vérification de la biosécurité. Dans le cadre de ce programme,
nous visitons des quais et des installations terrestres et aquatiques,
nous transférons des animaux d’un lieu à l’autre de la province ou
à l’extérieur de la province et nous effectuons des vérifications et
des examens pour nous assurer que le degré de biosécurité est le
plus élevé qui soit. Nous disposons d’un très solide programme de
diagnostics en laboratoire. Nous exploitons trois laboratoires
dont il sera question dans une diapo ultérieure.
9:18
Fisheries and Oceans
27-5-2014
We conduct applied research on behalf of industry and the
public to ensure that we can reach some resolution of the issues
that are there and make things a little bit better for the next time. I
think that is how we approach things.
Nous menons des recherches appliquées pour le compte de
l’industrie et du public pour nous assurer d’être en mesure de
régler quelques-uns des problèmes existants et d’améliorer un peu
les choses pour éviter qu’ils ne se reproduisent. Voilà en quoi
consiste notre façon d’aborder les choses.
Introduction and transfers of fish is a really important role that
we play. The federal role is there, the provincial role is there and
the industry itself, so it behooves you to make sure that the
introduction and transfers of animals and their movement are
done at the highest level as well.
L’une des très importantes responsabilités que nous assumons
tient à l’introduction et au transfert de poissons. Il incombe au
gouvernement fédéral, au gouvernement provincial et à l’industrie
de s’assurer que les activités liées à l’introduction et au transfert
de poissons de même qu’à leurs déplacements soient menées de la
meilleure façon possible.
I think it is good to realize the context of what happens. If you
just took health management out of the equation at the industry
level, provincial level and federal level, I think what you would see
is a curious case of loss of socio-economic resources for the
different regions. You would see no mitigation of a disease. We
know animals that are in the marine environment, freshwater
environment and all these other ones are susceptible to what exists
there. If you didn’t control that it would be an uncontrolled
situation. It would amplify. It could move between stocks. It is
really not a tenable position to be in at the federal, provincial or
industry level.
Je crois que le fait de tenir compte du contexte dans lequel les
choses se produisent est une bonne chose. Si les membres de
l’industrie et les gouvernements provincial et fédéral renonçaient à
leurs responsabilités relatives à la santé des animaux, je pense que
cela aurait des répercussions négatives sur les ressources
socioéconomiques des diverses régions. Aucune mesure
d’atténuation des maladies ne serait prise. Nous savons que les
animaux qui évoluent en mer ou en eau douce sont touchés par
tout ce qui se trouve dans leur milieu. Si nous ne prenions aucune
mesure d’atténuation, nous perdrions le contrôle. Les maladies
prendraient de l’ampleur et pourraient se transmettre d’un stock à
l’autre. Le fait de renoncer à ces responsabilités est une position
intenable pour les gouvernements fédéral et provincial et les
membres de l’industrie.
There would be morbidity. There would be decreased
performance. All these would be outcomes: disease spread
within regions, between countries and import/export trade
restrictions so at a national level it would really impact the
country. It means a culling of fish where things might have been
mitigated, things may have been controlled. Again, as I said, it
would reduce socio-economic impact for different communities,
for the provinces and for the country itself, all that to say that I
think fish health is a very strong pillar for this industry as it is in
terrestrial models as well.
Cela créerait des problèmes de morbidité. Cela nuirait au
rendement. Les maladies se répandraient au sein de chaque région
et d’un pays à l’autre, ce qui donnerait lieu à des mesures de
restriction des importations et des exportations dont les
conséquences se feraient ressentir à l’échelle nationale. Il
faudrait procéder à un abattage, alors qu’on aurait pu prendre
des mesures d’atténuation afin de maîtriser la situation. Là
encore, comme je l’ai dit, cela aurait des répercussions
socioéconomiques sur les diverses collectivités, les provinces et
le pays lui-même. Si j’insiste là-dessus, c’est pour que l’on
comprenne que la santé des poissons est un pilier fondamental de
l’industrie, comme la santé des animaux l’est pour le secteur de
l’élevage d’animaux terrestres.
I am very proud of and I think the government is very proud of
the staff complement that we have for aquatic animal health. We
have very technical people with varied backgrounds and a large
educational experience component. They are highly trained. We
have everyone from degrees, to post-graduate degrees,
veterinarians and epidemiologists. We have specialized people
for biosecurity, for audits. We have animal health technologists.
We have laboratory technicians. It is a varied group but they are
very mobile. They really are cross-trained in all different fields so
they are staff that we really heavily rely on and again very proud
of.
Je suis très fier de notre personnel affecté à la santé des
animaux aquatiques, et je pense que le gouvernement l’est aussi.
Nous disposons d’un effectif composé de personnes provenant de
divers horizons ayant mené de longues études. Ils ont reçu une
formation extrêmement poussée. Ce sont des titulaires de
diplômes d’études supérieures, des vétérinaires et des
épidémiologistes. Il s’agit d’experts en biosécurité, de spécialistes
de la vérification, de techniciens en santé animale et de techniciens
de laboratoire. Ils forment un groupe très diversifié, mais très
mobile. Ce sont des gens polyvalents qui ont reçu une formation
multidisciplinaire. Nous comptons énormément sur eux, et nous
sommes très fiers d’eux.
27-5-2014
Pêches et océans
9:19
On the AAHD facilities themselves, we actually have three and
we segregate them down to what they do. We have more of a wet
lab in St. John’s and that will handle some of the academic needs,
some of the federal and provincial needs, and we do that
component from there.
En ce qui concerne nos installations, je vous dirai que nos
activités sont réparties sur trois sites en fonction de leur nature.
Nous disposons d’un laboratoire humide à St. John’s où sont pris
en charge quelques-uns des besoins des universités, du
gouvernement fédéral et du gouvernement provincial.
In Grand Falls we’ve really specialized that down to when it
comes to work on the sentinel surveillance programs for shellfish,
things like blue mussels or oysters, and will conduct that work.
Nous avons concentré dans nos installations de Grand Falls
nos activités liées aux programmes de surveillance sentinelle de
certains mollusques et crustacés comme la moule bleue et l’huître.
The jewel for us is the Centre of Aquaculture Health and
Development. That is in St. Alban’s. Some of you had an
opportunity to visit there and, as I said before, it is a very good
facility. I think that it will reach real fruition and reach some
international renown over time. I think you will hear more about
that.
Le Centre pour la santé et le développement de l’aquaculture
de St. Alban’s constitue notre joyau. Quelques-uns d’entre vous
ont eu la possibilité de le visiter. Comme je l’ai dit précédemment,
il s’agit d’une merveilleuse installation. Je pense que, au fil du
temps, il portera ses fruits et acquerra une réputation
internationale. Je crois qu’on vous en parlera un peu plus
longuement plus tard.
It is a very sophisticated multi-disciplinary laboratory. It is not
just one. We have nine different laboratories that are in there,
special for detection or trying to do things with fish health, trying
to understand the environmental concerns that may crop up. We
have several technologies that will help us. If there was an oil spill
or if there was anything like that of environmental concern we
would want to know does it affect our animals.
Il s’agit d’un laboratoire multidisciplinaire de pointe. En fait, le
centre compte neuf laboratoires différents où l’on tente de
détecter des problèmes liés à la santé des poissons et de
comprendre les problèmes environnementaux qui pourraient
survenir. À cette fin, nous utilisons plusieurs technologies dont
nous disposons. Nous voulons connaître, par exemple, les
répercussions qu’aurait un déversement de pétrole ou une autre
catastrophe écologique sur les animaux marins.
We’re looking for future certification for the facility. Right
now we have accreditation through the Canadian Food
Inspection Agency. We will be going through the ISO
standardization process, so 17025 for laboratories and
continued work with the Canadian Council on Animal Care. As
I said a virtual tour was actually conducted on May 25.
Nous nous attendons à ce que ces installations se voient
accorder une certification. À l’heure actuelle, elles sont accréditées
par l’Agence d’inspection des aliments du Canada, et nous avons
entrepris le processus relatif à la norme ISO-17025 s’appliquant
aux laboratoires. En outre, nous continuons de collaborer avec le
Conseil canadien de protection des animaux. Comme je l’ai
indiqué, une visite virtuelle a été menée le 25 mai.
Some of the initiatives for health and biosecurity, we use these
terms all the time but they are actually really amalgamated. They
are really one thing. There is no real separation. Each one feeds
off the other. A lot of things that we look at for the animals
themselves are the site selection, where are they in a freshwater
marine environment, what things can we do to optimize that and
give them the strongest performance they can have and minimize
any sort of fish health effects.
J’ai dit qu’il s’agissait d’initiatives liées à la santé et à la
biosécurité, mais en fait, ces deux termes renvoient pour nous à
une seule et même réalité — rien ne les distingue vraiment puisque
la santé et la biosécurité se nourrissent l’une l’autre. Un autre
élément que nous prenons en considération pour les animaux euxmêmes tient à la sélection des sites en eau marine ou en eau douce
où ils seront élevés. Nous tentons de déterminer ce que nous
pouvons faire pour optimiser leur milieu, accroître au maximum
leur rendement et réduire au minimum les effets que leur
environnement peut avoir sur leur santé.
Siting is very important for the growth performance. You want
to try and site them away from other known vectors of disease.
Any wild animals that are there you try to source away. You want
to be away from any regions that you know already may have
something.
Le choix des sites est un élément très important de la
croissance. Nous tentons de placer les poissons loin de tout
vecteur de maladie connu. Nous tentons de les éloigner de tous les
autres animaux sauvages. Nous tentons d’éviter les régions qui
peuvent être touchées par un problème.
We deal with some bacterial viruses in the marine environment.
We know they’re a thousand years old or 900 years old. They
have been there for a long time. You want to try to mitigate and
look after the animals that you raise.
Le milieu marin comporte des bactériophages. Nous savons
que certains d’entre eux sont présents depuis très longtemps —
depuis 900 ou 1 000 ans. Nous tentons d’atténuer les problèmes
auxquels peuvent être confrontés les animaux que nous élevons.
We deal with several initiatives that are part of the policy about
site fallowing. We want to rotate sites as well. We want sites to be
used for a certain amount of time and not used for others. If you
Nous participons à plusieurs initiatives découlant de la
politique de mise en jachère. Il faut qu’il y ait une rotation des
sites. Il faut qu’un site soit utilisé pendant une certaine période, et
9:20
Fisheries and Oceans
27-5-2014
can understand any agricultural principles aquaculture follows
those. They’re very sound. They’ve been there for hundreds of
years and they make sense.
que, par la suite, il demeure inutilisé un certain temps. Ce principe
de l’industrie agricole est appliqué en aquaculture. Il s’agit d’un
principe très judicieux — il est mis en pratique depuis des siècles,
et il a du bon sens.
We have site species and ear class separation because you don’t
want naive animals next to mature animals or other types. You
want to make sure they’re protected.
Nous disposons de sites propres à des espèces particulières et
nous séparons les animaux selon les classes d’âge parce que nous
voulons éviter que des animaux novices se trouvent en présence
d’animaux adultes ou d’autres types d’animaux. Nous voulons
nous assurer qu’ils sont protégés.
We have several fish health strategies. One thing that we’re
using is a certificate of health for transfer between the Atlantic
provinces. We have a highly collaborative effort with the Atlantic
provinces. We are very much in tune with each other trying to
harmonize our work and we understand what moves from each
province to another. That has been an important endeavour for
us.
Nous disposons de plusieurs stratégies relatives à la santé des
poissons. Nous utilisons notamment des certificats de santé aux
fins des transferts entre les provinces de l’Atlantique. Nous
collaborons énormément avec elles. Nous déployons de très
grands efforts afin d’harmoniser nos activités, et nous savons ce
qui est transféré d’une province à l’autre. Cette initiative a été
importante pour nous.
There are disinfection and cleaning disinfection protocols that
people follow for different things. All this to say, one question we
get a lot is that it seems like you’re doing a lot of things and you’re
treating this like this is a very harmful situation. It’s not really
that. What you’re doing is you’re trying to minimize any sort of
impacts to your stocks that you’re raising. It’s your obligation to
treat them the best that you can and it’s not that there is any more
to wild versus salmonid culture, versus anything else. It is really a
matter of: do the steps and take the steps that you can to protect
those fish.
Nous avons mis en place des protocoles de désinfection et de
nettoyage qui doivent être observés en diverses circonstances.
Bien souvent, les gens nous disent que l’on semble faire bien des
choses et traiter cela comme s’il s’agissait d’une situation très
critique. Ce n’est pas tout à fait exact. Ce que l’on tente de faire,
c’est de réduire au minimum les effets négatifs sur les animaux que
l’on élève. Les éleveurs ont l’obligation de les traiter du mieux
qu’ils le peuvent, et il s’agit non pas de savoir si l’on doit en faire
davantage pour le saumon sauvage que pour le poisson d’élevage,
mais de prendre toutes les mesures possibles pour protéger le
poisson.
As Mr. Meaney mentioned earlier we have further work on
bay management delineation so separation of bay management
areas is a very crucial endeavour. We do it based on science and it
is very much evidence based. We have epidemiologists involved,
oceanographers, the industry itself. There are a lot of specialists
involved with trying to get separation between zones. Why you do
that is because even though it seems like an open environment
there are many different significant steps you can take to create
that sort of separation.
Comme M. Meany l’a mentionné tout à l’heure, nous
travaillons aussi sur l’établissement de zones de gestion des
baies, qui est donc une entreprise vraiment cruciale. Nous
établissons les zones en fonction de la recherche scientifique, et
le processus est très axé sur les données probantes. Nous faisons
appel à des épidémiologistes, à des océanographes et à l’industrie
en tant que telle. Il y a beaucoup de spécialistes qui participent à
l’établissement de zones distinctes. On procède à cette
délimitation de zones parce que, même s’il semble s’agir d’un
milieu ouvert, il y a de nombreuses choses différentes qu’on peut
faire pour créer cette espèce de séparation.
Another big step for us is biosecure infrastructure, things like
having clean wharves, wharves that have things externally leaving
from a site and not coming back, reducing all those effects that
may come about. We have things like a program for this wharf
infrastructure that the provincial government has really come on
board with and provided different things for wharves but also for
waste water treatment. It is very crucial we understand that if you
take a lot of animals from the marine environment that are wild
or cultured and you have them and they go through a processing
plant and there’s really no initiative to try to eliminate the risk or
spread, then I think that can lead to problems. The government
has seen that and has a very strong waste water treatment
program that was initiated and enabled that to really be not an
issue after that point.
Une autre chose importante pour nous, ce sont les
infrastructures biosécurisées, par exemple des quais propres, des
quais à partir desquels certaines choses sont extraites
définitivement, ce qui réduit l’incidence de tous les effets
possibles. Il y a entre autres un programme concernant cette
infrastructure de quai auquel le gouvernement provincial
participe activement en fournissant diverses choses pour les
quais, mais aussi pour le traitement des eaux usées. Il est tout à
fait crucial que nous comprenions le fait que, si on prend une
grande quantité d’animaux dans le milieu marin, qu’il s’agisse
d’animaux sauvages ou d’élevage, et qu’on les envoie à une usine
de transformation sans qu’il y ait vraiment d’initiative visant à
éliminer le risque ou les possibilités de propagation, alors je pense
que cela peut entraîner des problèmes. Le gouvernement l’a
constaté, et il s’est doté d’un très bon programme de traitement
des eaux usées qui a permis de régler ce problème.
27-5-2014
Pêches et océans
9:21
Therapeutant access is a very important issue and I think that
it can’t be overstated that when you have animals you have to
raise them. I think of it no different than aquatic animals,
terrestrial or for humans. No matter what you do in the world
there will always be a health issue. If you can’t save that from the
human health, if you can’t stop all those diseases, all those issues,
how can you stop them for terrestrial or aquatic?
L’accès thérapeutique est un accès très important, et je pense
qu’on ne saurait trop insister sur le fait que, lorsqu’on a des
animaux, il faut les élever. Je n’envisage pas les choses
différemment, qu’il s’agisse d’animaux terrestres ou aquatiques
ou encore d’humains. Peu importe ce qu’on fait dans le monde, il
y a toujours un risque pour la santé. Si on ne peut l’éliminer dans
le cas des humains, si on ne peut guérir toutes les maladies et
régler tous les problèmes de santé, comment pourrait-on le faire
dans le cas des animaux terrestres ou aquatiques?
What’s important is do you have everything in place that you
could manage, you could not allow movement-spread application
whether that be terrestrial, aquatic or human. In order to do that
it has always been crucial that you also have therapeutant access.
You have to have that kind of toolbox in order to be able to
handle those things but at the same time you do things like nontherapeutant strategies and management strategies. We do the
same things we humans, things like a cleaning disinfectant for
your hands. We talk about that with fish. There’s no difference.
Part and parcel of that you do need therapeutant access. We really
see that there are very limited tools available for the aquaculture
industry itself.
Ce qui compte, c’est de tout mettre en place pour gérer la
situation de façon à empêcher les mouvements et la propagation,
qu’il s’agisse d’animaux terrestres ou aquatiques ou d’humains.
Pour faire cela, il a toujours été crucial de disposer d’un accès
thérapeutique. Il faut posséder cette boîte à outils pour pouvoir
gérer ces choses, mais, en même temps, on applique des stratégies
non thérapeutiques et des stratégies de gestion. Nous faisons le
même genre de choses, nous, les humains, des choses comme
utiliser un désinfectant pour se laver les mains. Nous parlons de
cela dans le cas du poisson. Il n’y a pas de différence. L’accès
thérapeutique est nécessaire et fait partie intégrante du processus.
Nous constatons vraiment qu’il y a très peu d’outils offerts à
l’industrie de l’aquaculture en tant que telle.
When we talk about the therapeutants that are available
they’re actually under Health Canada’s Pest Management
Regulatory Agency and the Veterinary Drugs Directorate. It
depends on which category of federal jurisdiction you come
under, but there are very few therapeutants that are available. If
there is a singular and focused use of that, that will lead to
tolerance and resistance and really that’s not the way to go. That
is one thing that I would strongly discuss during this time.
En ce qui concerne les agents thérapeutiques accessibles, ceuxci sont réglementés par l’Agence de réglementation de la lutte
antiparasitaire de Santé Canada et par la Direction des
médicaments vétérinaires. C’est fonction de la compétence
fédérale applicable, mais il y a très peu d’agents thérapeutiques
accessibles. Si un seul agent thérapeutique est utilisé, cela entraîne
un accroissement de la tolérance et de la résistance, et ce n’est pas
la bonne façon de procéder. Je profiterais de l’occasion pour
examiner cette question en profondeur.
Right now there are collaborative efforts and they are trying to
engage Health Canada really as the top part for the Veterinary
Drug Directorate and Pest Management Regulatory Agency. For
DFO and Environment Canada, we really need a streamlined
approval process, something that is really well prescribed, that is
really set out, so that we can have a stable environment to see that
the companies that want to be involved know what the standards
are, the criteria, and they can be done in an efficient manner.
Availability is there but at the same time we’re aware that it would
be a judicious use, that it would be sustainable, that it would be
audited, that it would go through the regulatory process.
À l’heure actuelle, il y a des initiatives de collaboration, et on
essaie d’amener Santé Canada à coordonner la participation de la
Direction des médicaments vétérinaires et de l’Agence de
réglementation de la lutte antiparasitaire. Pour le MPO et
Environnement Canada, nous avons vraiment besoin d’un
processus d’approbation simplifié, quelque chose de très bien
prescrit, de très bien défini, de sorte que nous puissions créer un
environnement stable dans lequel les entreprises qui veulent
participer connaîtront les normes, les critères et pourront les
appliquer de façon efficace. La disponibilité est là, mais, en même
temps, nous savons que ce serait une utilisation judicieuse, que ce
serait durable, que ce serait vérifié et que tout passerait par le
processus réglementaire.
An issue that’s discussed a fair bit is sea lice. It should be
remembered that obviously this is a wild living crustacean that
exists. It occurs in every ocean on many fish species. There are
different types of sea lice but they do affect wild and cultured fish.
So you try to site marine cages away from the salmon rivers that
you know are scheduled with large amounts because you try to
reduce the impact of the wild fish on your cultured farm stocks.
These sites are surveilled by both Fisheries and Aquaculture and
On parle beaucoup du pou du poisson. Il faut se rappeler qu’il
s’agit évidemment d’un crustacé sauvage qui existe. On le retrouve
dans tous les océans sur bien des espèces de poissons. Il y a divers
types de poux du poisson, mais ces poux affectent les poissons
sauvages et d’élevage. On essaie donc de situer les cages d’élevage
marin loin des rivières à saumons où on sait qu’il y en aura de
grandes quantités, puisqu’on essaie de réduire l’incidence de la
présence de poissons sauvages sur ses stocks de poissons
9:22
Fisheries and Oceans
27-5-2014
different specified managers for every company in the marine
environment.
d’élevage. Les sites en question sont surveillés par le ministère des
Pêches et de l’Aquaculture et par divers gestionnaires désignés de
chacune des entreprises présentes dans le milieu marin.
Salmon farms have actually fish health management plans in
contingency that exist for sea lice. That question was asked
before. The idea is really surveillance and monitoring. One thing I
want to make people aware that is that when you have these
stocks of fish they’re not all treated. There is no growth
promotant used. There are no hormones used. I can
categorically say that there is no prophylactic treatment of
antibiotics. Veterinarians will ascertain if there is an issue and in
conjunction with industry decide what is the best method, is it
therapeutant, is it non-therapeutant and some strategy. That is
how that process occurs. It is a very important process. It is one
that serves us well.
Les élevages de saumons disposent en réalité de plans de
gestion de la santé des poissons abordant le risque lié au pou du
poisson. Cette question a déjà été posée. L’idée, c’est vraiment
d’assurer une surveillance. Une chose que vous devez savoir, c’est
que les stocks de poissons ne sont pas tous traités. On n’utilise pas
de facteurs de croissance. On n’utilise pas d’hormones. Je peux
affirmer catégoriquement qu’il n’y a pas de traitement
prophylactique aux antibiotiques. Les vétérinaires vérifient s’il y
a un problème, et, avec les gens de l’industrie, décident de la
meilleure méthode à utiliser, qu’il s’agisse d’un agent
thérapeutique ou non, ainsi que de la stratégie à suivre. C’est
ainsi que le processus se déroule. C’est un processus très
important. Il nous est utile.
Therapeutant access for sea lice control is actually a worldwide issue. Jurisdictions around the world are struggling with this
and there’s always new work both therapeutant-wise and nontherapeutant-wise. Integrated pest management programs have
come really to the forefront. It should come as no surprise. We see
that in terrestrial all the time. Those are exactly the programs they
implement and aquaculture is doing the same.
L’accès à des traitements pour la lutte contre le pou du poisson
est en réalité un problème mondial. Un peu partout dans le
monde, il y a des administrations qui sont aux prises avec celui-ci,
et il y a toujours de nouveaux travaux qui sont faits, sur les agents
thérapeutiques comme sur l’aspect non thérapeutique. Les
programmes de lutte antiparasitaire intégrée sont vraiment à
l’avant-plan maintenant. Voilà qui ne devrait pas vous étonner.
C’est quelque chose que nous voyons constamment dans les
élevages terrestres. Ce sont les mêmes programmes exactement
qu’on met en œuvre, et on fait la même chose dans le domaine de
l’aquaculture.
Infectious salmon anaemia is a virus that has also been in the
news quite a bit. The lead agency for reportable diseases such as
ISAV is the Canadian Food Inspection Agency. It is a very
serious but manageable challenge that other jurisdictions have
undergone and been through. Biosecurity efforts, surveillance,
early detection and subsequent depopulation are the avenues used
internationally and ISA has been detected world-wide.
L’anémie infectieuse du saumon est un virus dont on parle
aussi assez souvent dans les actualités. L’organisme responsable
des maladies déclarables comme le virus de l’anémie infectieuse du
saumon est l’Agence canadienne d’inspection des aliments. C’est
un problème très grave, mais qu’il est possible de gérer, et que
d’autres pays ont connu et surmonté. Les initiatives relatives à la
biosécurité, la surveillance, le dépistage précoce et par la suite le
dépeuplement sont les moyens utilisés à l’échelle internationale, et
des cas d’anémie infectieuse du saumon ont été signalés partout
dans le monde.
With infectious salmon anemia some key points to remember is
that you really need a large degree of collaboration when these
issues are found. To me as a veterinarian it is not much different
than dealing with any other health issue. Whether it be terrestrial
based like the things that happen to wild animals and cultured
animals on land or whether it is human themselves, you need this
collaborative effort in order to meet these challenges. I’m happy
to say that between the CFI, the producers, and Fisheries and
Oceans there has been great collaboration when it comes to these
issues.
Pour cette maladie, une chose qu’il est important de se
rappeler, c’est qu’il faut vraiment un degré important de
collaboration lorsque l’existence du problème est constatée.
Pour moi, en tant que vétérinaire, ce n’est pas vraiment
différent des autres problèmes de santé à traiter. Qu’il s’agisse
des choses qui se passent sur terre, dans le cas des animaux
sauvages et d’élevage ou même des humains, cette collaboration
est nécessaire pour régler les problèmes. Je suis heureux de
pouvoir vous dire qu’il y a une excellente collaboration à ce
chapitre entre l’ACIA, les producteurs et le ministère des Pêches
et des Océans.
There are some key issues. We require access to some of the
reference laboratories to establish that there actually is an issue
when it comes to reportable disease. Trying to meet case
definitions, trying to expedite the process, trying to maximize
Il y a certains enjeux clés. Nous avons besoin d’un accès à
certains des laboratoires de référence pour établir qu’il y a bel et
bien un problème dans le cas des maladies contagieuses. Essayer
de respecter les définitions de cas, essayer d’accélérer le processus
27-5-2014
Pêches et océans
9:23
and optimize fish health and lead to that has really been a
challenge. I think that over time this will be addressed and the
Senate committee may actually have the role to speak about that.
et essayer de maximiser et d’optimiser la santé des poissons et de
tendre vers cette réalité est vraiment un défi. Je pense qu’il va être
relevé avec le temps et que le comité sénatorial peut en fait jouer
un rôle en en parlant.
Provincial and producer strategies expedite ISAV
management. We do a lot of surveillance that occurs on the
outside, the producers themselves, enhanced biosecurity of
different regions. That part is in play and the interaction with
the federal role is something that we’re always working on.
Les stratégies des provinces et des producteurs accélèrent la
gestion du virus de l’anémie infectieuse du saumon. Nous
effectuons beaucoup de surveillance de l’extérieur, auprès des
producteurs en tant que tels; il s’ensuit une biosécurité accrue
dans différentes régions. Cela entre en jeu, et l’interaction avec le
rôle du gouvernement fédéral est une chose à laquelle nous
travaillons constamment.
We conduct applied research on ISAV. We think it is very
important. One of the missteps we see is that in the efforts to deal
with ISA sometimes there are no thoughts about what you do for
the future, how you manage this, what things you do to make it
better or what things you can do. That is a very important issue to
address and I think the province and industry have really
proceeded on with that. Things like enhanced biosecurity,
depopulation that you do, mortality control, all these are
different efforts that are required to do that because there is no
treatment for ISA.
Nous menons des travaux de recherche appliquée sur le virus
de l’anémie infectieuse du saumon. Nous estimons que cela est
très important. L’une des erreurs que nous voyons, c’est que, dans
les initiatives visant à régler le problème de l’anémie infectieuse du
saumon, on ne réfléchit pas dans certains cas à ce qu’on fait pour
l’avenir, à la façon de gérer la chose, à ce qu’on fait pour
améliorer les initiatives ou aux choses qu’on peut faire. C’est un
problème très important à régler, et je pense que la province et
l’industrie ont vraiment commencé à s’y attaquer. Des choses
comme l’accroissement de la biosécurité, les mesures de
dépeuplement qu’on prend, le contrôle de la mortalité, toutes
ces choses sont des mesures différentes qu’il faut prendre, parce
qu’il n’y a pas de traitement pour l’anémie infectieuse du saumon.
We do have a requirement for further infrastructure. There are
always infrastructure needs. You want approved processing
plants to handle animals in that manner, wharf infrastructure,
cleaning disinfection, all the infrastructure that we’re talking
about, personnel and equipment.
Nous avons besoin de plus d’infrastructure. Il y a toujours des
besoins en infrastructure. Il faut des usines de transformation
approuvées pour manipuler les animaux de cette manière, des
quais, des installations de nettoyage et de désinfection, toutes les
infrastructures dont nous parlons, le personnel et l’équipement.
Talking about ensiling, composting, rendering, all these
practices for how do you handle any of the mortalities, these
are ongoing things that we work with. Some of the continuing
initiatives that we’re actually involved with in the division and
have been very much supported by government are things like a
health database, a decision support system with the industry,
laboratory and surveillance information management systems,
applied clinical laboratory and field trials, Atlantic provinces
integrated pest management programs and our targeted
surveillance for different types of pathogens that are in the
marine environment or we’ve heard about in other jurisdictions.
Au sujet de la mise en silos, du compostage, de l’équarrissage,
de toutes ces pratiques qu’on applique aux cas d’animaux morts,
ce sont là des choses avec lesquelles nous travaillons
constamment. Parmi les initiatives permanentes auxquelles nous
prenons part à la division et qui ont reçu beaucoup de soutien de
la part du gouvernement, on compte des choses comme une base
de données sur la santé, un système de soutien décisionnel utilisé
avec l’industrie, des systèmes de gestion des données de
surveillance et des laboratoires, des essais cliniques appliqués en
laboratoire et sur le terrain, les programmes de lutte
antiparasitaire intégrée des provinces de l’Atlantique et notre
surveillance ciblée de divers types de pathogènes présents dans le
milieu marin ou dont nous avons entendu parler ailleurs.
Bay management areas are very crucial to this and health and
epidemiological studies and sea lice epidemiology studies. As you
can hear, epidemiology is a really big focus for us because we’ve
seen how it works for human health, things like when SARS
occurred. Some of your best answers came from the
epidemiologists, some of the things that say what can we do to
reduce these impacts in the future. We see that as very important
and within the division we’ve encouraged that discipline.
Les zones de gestion des baies sont vraiment cruciales à ce
chapitre, ainsi que pour les études épidémiologiques et sur la santé
et pour les études épidémiologiques concernant le pou du poisson.
Comme vous pouvez le constater, l’épidémiologie est vraiment
une chose importante pour nous, car nous avons vu comment elle
fonctionne pour la santé humaine, par exemple pendant l’épisode
du SRAS. Certaines des meilleures réponses que nous avons
obtenues ont été celles des épidémiologistes, certaines des choses
qui nous ont montré ce que nous pouvions faire pour réduire les
répercussions à l’avenir. Nous estimons que c’est très important,
et nous avons encouragé cette discipline au sein de la division.
9:24
Fisheries and Oceans
27-5-2014
We want to see a completion of the aquatic animal health
MOU with the federal government. We want to enact the
Aquaculture Activities Regulations in a manner that’s very useful
for the provinces and for industry. We advocate for the
development and access to approved therapeutants for the
aquaculture industry. This is judicious and responsible usage
that we’re discussing.
Nous souhaitons que soit conclu le protocole d’entente sur la
santé des animaux aquatiques avec le gouvernement fédéral. Nous
voulons adopter le Règlement sur les activités liées à l’aquaculture
d’une manière très utile pour les provinces et pour l’industrie.
Nous préconisons l’élaboration d’agents thérapeutiques
approuvés et l’accès à ceux-ci pour l’industrie de l’aquaculture.
Il s’agit d’en faire un usage judicieux et responsable.
We have ongoing projects right now in the province. There are
Wrasse projects, so some cleaner fish, looking at nontherapeutant options. We are doing network and spatial
epidemiology, oceanography, ISA, BKD and different risk
factor studies. We have a broad base of collaboration.
Nous avons des projets en cours à l’heure actuelle dans la
province. Il y a des projets touchant le labre, dont des poissons
nettoyeurs, et on envisage des possibilités non thérapeutiques.
Nous faisons des travaux d’épidémiologie spatiale et de réseaux,
d’océanographie, sur l’anémie infectieuse du saumon et sur la
maladie rénale bactérienne, ainsi que diverses études sur les
facteurs de risque. Nous entretenons beaucoup de liens de
collaboration.
We deal with the Memorial University of Newfoundland and
Labrador, specifically the Marine Institute and the Ocean
Sciences Centre, the Atlantic Veterinary College, the Centre for
Aquatic Animal Health Sciences, Fisheries and Oceans Canada,
and both the industry association NAIA and the producers
themselves.
Nous avons des liens avec l’Université Memorial de TerreNeuve-et-Labrador, et plus précisément avec le Marine Institute
et le Ocean Sciences Centre, avec le Collège de médecine
vétérinaire de l’Atlantique, avec le Centre for Aquatic Animal
Health Sciences, avec Pêches et Océans Canada et avec
l’association de l’industrie, la NAIA, ainsi que les producteurs
en tant que tels.
They are extraordinary institutes to deal with. The Atlantic
Veterinary College is one of the five veterinary colleges in Canada
but it is very specific for aquatic animal health. It is well
recognized in the world. If you go to Norway and Scotland they
will know immediately about the Atlantic Veterinary College.
They’ve been an amazing resource for the Atlantic provinces and
for Canada. Thank you.
Ce sont des organismes avec lesquels il est extraordinaire de
collaborer. Le Collège de médecine vétérinaire de l’Atlantique est
l’un des cinq collèges vétérinaires du Canada, mais il est très
spécialisé dans la santé des animaux aquatiques. Il jouit d’une
réputation mondiale. En Norvège et en Écosse, les gens savent
immédiatement de quoi il s’agit lorsqu’il en est question. C’est une
ressource incroyable pour les provinces de l’Atlantique et pour le
Canada. Merci.
The Chair: Thank you, Dr. Whelan.
Le président : Merci, docteur Whelan.
On behalf of the committee I thank you for accommodating us
late Sunday evening at your facility in St. Alban’s and the great
presentation you made to us at that time as well. It was very
educational and informative. We’re going to begin our questions
this morning with Senator Wells.
Au nom du comité, je vous remercie de nous avoir accueillis
même s’il était tard dimanche soir à vos installations de
St. Alban’s et aussi de l’excellent exposé que vous nous avez
présenté à ce moment-là. C’était très instructif. C’est le sénateur
Wells qui va lancer la période de questions ce matin.
Senator Wells: Again, welcome to the committee and thanks
very much for your presentation on Sunday night, Dr. Whelan.
Le sénateur Wells : Encore une fois, bienvenue au comité, et
merci beaucoup de l’exposé que vous nous avez présenté
dimanche soir, docteur Whelan.
Minister Hutchings, you mentioned a couple of programs that
the provincial government has. I think there is a $250,000
program and some others. I know there are federal programs
through ACOA and other infrastructure funds. How significant
have the federal programs been in the recent success and
development of the aquaculture in Newfoundland and Labrador?
Monsieur le ministre, vous avez parlé de deux ou trois
programmes du gouvernement provincial. Je pense qu’il y a un
programme de 250 000 $ et quelques autres initiatives. Je sais
qu’il y a des programmes fédéraux par l’intermédiaire de
l’APECA et de certains fonds d’infrastructure. Quel a été le rôle
des programmes fédéraux dans l’expansion et le succès récents de
l’aquaculture à Terre-Neuve-et-Labrador?
Mr. Hutchings: In regard to funding programs?
M. Hutchings : Vous parlez des programmes de financement?
Senator Wells: Yes.
Le sénateur Wells : Oui.
Mr. Hutchings: From our perspective, I guess to go back and
look at it from a Newfoundland and Labrador perspective in
terms of developing this industry, any funding is crucial to
M. Hutchings : De notre point de vue, et, j’imagine, en
envisageant l’expansion du secteur du point de vue de TerreNeuve-et-Labrador, tout financement est crucial pour inciter les
27-5-2014
Pêches et océans
9:25
incentivize those investors to come to the province to start. I guess
from the beginning, I mean in our history, we’ve had a number of
aquaculture sites sort small scale. I guess we wanted to get some
of the larger players to come to drive that industry.
investisseurs à s’installer dans la province. Je pense que, dès le
début, je veux dire dès le début de notre histoire, il y a eu plusieurs
sites d’aquaculture à petite échelle. Je pense que nous voulions
que des joueurs importants viennent stimuler ce secteur.
From that perspective the funding was crucial in making that
attraction and providing those supports. Dr. Whelan talked
about biosecurity, providing wharf infrastructure and all site
infrastructure that is supportive of the industry as well. Funding
for is extremely important overall and through our equity
program we were able to attract those players too and continue
to support them.
À ce chapitre, le financement a été crucial pour les attirer et
pour fournir le soutien nécessaire. Le Dr Whelan a parlé de la
biosécurité, du fait de fournir les quais et de toute l’infrastructure
des sites qui, elle aussi, soutient l’industrie. Le financement est
extrêmement important dans l’ensemble, et, grâce à notre
programme de capitaux, nous avons été en mesure d’attirer ces
joueurs-là aussi et de continuer de les soutenir.
Brian, you can probably speak to further funding in regards to
the federal government.
Brian, vous pourriez probablement parler des autres aspects du
financement provenant du gouvernement fédéral.
Mr. Meaney: The federal programs available for large scale
projects in the province are really limited to the Atlantic Canada
Opportunities Program but that has been very, very supportive. A
very large proportion of the expenditures of ACOA in
Newfoundland and Labrador have been made in the
aquaculture sector but it’s important to note that we’re dealing
with international companies.
M. Meaney : Les programmes fédéraux accessibles pour les
projets de grande envergure dans la province se limitent en réalité
au programme de l’Agence de promotion économique du Canada
atlantique, mais celui-ci a offert beaucoup, beaucoup de soutien.
Une très forte proportion des dépenses de l’APECA à TerreNeuve-et-Labrador ont été faites dans le secteur de l’aquaculture,
mais il est important de faire remarquer que nous faisons affaire
avec des entreprises internationales.
Aquaculture capital is mobile. In order to be able to attract it
to rural areas in Atlantic Canada it is incumbent on governments
to ensure that they have the best opportunities and the best
business models to move forward. The programs are
complementary. We work together with our federal
counterparts and with industry to see these developments. They
are quite critical.
Le capital est mobile dans le domaine de l’aquaculture. Pour
pouvoir susciter des investissements dans les régions rurales du
Canada atlantique, il faut que les gouvernements s’assurent qu’ils
offrent les meilleures possibilités et les meilleurs modèles d’affaires
pour que les choses se fassent. Les programmes sont
complémentaires. Nous collaborons avec nos homologues du
gouvernement fédéral et avec les gens de l’industrie pour favoriser
ces projets. Ils sont vraiment cruciaux.
Senator Wells: Thank you for that.
Le sénateur Wells : Merci de votre réponse.
This is to Minister Hutchings initially. Right now it is primarily
salmonids and mussels. Is your department looking beyond that
immediate future of salmon and mussels? Are we looking at other
opportunities in other shellfish or crustaceans or other
groundfish? What’s beyond the curve and are we looking at that?
Ma prochaine question s’adresse d’abord au ministre
Hutchings. À l’heure actuelle, il s’agit principalement de
salmonidés et de moules. Votre ministère envisage-t-il autre
chose à plus long terme? Envisageons-nous d’autres possibilités
liées à d’autres mollusques ou crustacés ou à d’autres poissons de
fond? Quels sont les projets et qu’envisageons-nous?
Mr. Hutchings: I guess where we are to now is: we just did a
review of our overall provincial strategy. We went through and
released ‘‘What We Heard’’, the document that is probably in
your binder. We looked at salmonids and at mussels from that
perspective. That has been our focus and that has where we’ve
seen certainly growth. That’s where we are to right now.
M. Hutchings : Je pense que la situation actuelle se résume au
fait que nous venons de passer en revue notre stratégie provinciale
globale. Nous l’avons examinée, et nous avons publié le document
intitulé What We Heard, qui est probablement dans votre
cartable. Nous avons examiné la situation relative aux
salmonidés et aux moules à partir de ce point de vue. C’est làdessus que nous nous sommes concentrés, et c’est assurément
dans ces secteurs que nous avons été témoins d’une croissance.
C’est là que nous en sommes pour l’instant.
We have identified a tremendous room for growth in both of
those areas, but one of the things we want to look at as we move
forward from a biosecurity point of view is an infrastructure. We
recognize from what we heard there is a need for additional
infrastructure. We want to make sure that’s available until we
move that growth forward. We want to make sure that’s there.
Nous avons cerné un énorme potentiel de croissance dans ces
deux secteurs, mais l’une des choses sur lesquelles nous voulons
nous pencher à l’avenir, du point de vue de la biosécurité, c’est
une infrastructure. À la lumière de ce que nous avons entendu,
nous reconnaissons le besoin d’infrastructure supplémentaire.
9:26
Fisheries and Oceans
27-5-2014
Nous voulons nous assurer que celle-ci est accessible avant que
nous ne procédions à l’expansion. Nous voulons nous assurer que
l’infrastructure existe.
In regard to other types and exploratory work we get inquiries
all the time in terms of other types of farming and that sort of
thing. We’re certainly open to that but we want to make sure first
and foremost that we’re structured in terms of our growth
forward and we have the infrastructure in place certainly to do
that.
Pour ce qui est des autres types et du travail d’exploration,
nous recevons constamment des demandes de renseignements
concernant les autres types d’aquaculture et autres choses de ce
genre. Nous sommes assurément ouverts à l’idée, mais nous
voulons nous assurer d’abord et avant tout que nous avons la
structure nécessaire pour assurer la croissance de notre industrie
et que nous disposons de l’infrastructure nécessaire pour
permettre cette croissance.
At this point we’re certainly not looking to expand out
immediately. I’s something in the long term we would certainly
entertain and look at but ensure that we have the infrastructure
and everything in place, the biosecurity that we need to do that.
Pour l’instant, nous n’envisageons certainement pas
d’expansion vers l’extérieur dans l’immédiat. C’est quelque
chose que nous envisagerions assurément à long terme, mais
nous devons nous assurer que nous disposons de l’infrastructure
et que tout est en place, la biosécurité dont nous avons besoin
pour l’expansion.
I don’t know if Brian or Dr. Whelan would like to comment on
that.
Je ne sais pas si Brian ou le Dr Whelan voudraient dire quelque
chose là-dessus.
Mr. Meaney: I have just one quick comment. We have a
history of looking at a variety of species. We’ve done research on
scallops, arctic char, sea urchins and lumpfish. We do have
growers right now particularly in our mussel sector that are
working in the oyster sector, for example looking at oyster farms
in the province. There’s a continuous opportunity there for
industry to come forward to look at new species, but they
certainly would have to be ones that match our environmental
and biosecurity protocols and be able to do so.
M. Meaney : J’ai seulement une chose à dire rapidement. Nous
avons envisagé diverses espèces par le passé. Nous avons fait des
recherches sur le pétoncle, l’omble chevalier, l’oursin et le lompe.
Il y a des éleveurs en ce moment qui, surtout dans le secteur des
moules, travaillent dans celui des huîtres, et envisagent par
exemple les possibilités d’ostréiculture dans la province. Il y a
toujours la possibilité pour l’industrie d’envisager de nouvelles
espèces, mais il est certain que ce serait les intervenants de
l’industrie qui devraient respecter nos protocoles
environnementaux et de biosécurité et être en mesure de le faire.
Senator Wells: I have one question if I may. It will be a fast
question but I can’t guarantee a fast answer.
Le sénateur Wells : J’ai une question à poser, si vous me le
permettez. La question sera brève, mais je ne peux pas vous
garantir que la réponse le sera aussi.
Dr. Whelan, the section you’re involved in, the aquaculture
industry, is maybe the most critical element. I mean we still need
to find entrepreneurs, attract markets, and organize financing and
capital markets.
Docteur Whelan, la section dans laquelle vous êtes actifs,
l’industrie de l’aquaculture, est peut-être l’élément le plus crucial.
Je veux dire... il faut encore que nous trouvions des entrepreneurs,
que nous attirions des marchés et que nous structurions les
marchés financiers et de capitaux.
You mentioned the interactions that you have with CFIA and
Health Canada. Our committee is likely going to be making
recommendations to federal entities. What other federal
departments of entities do you interact with other than Health
Canada and CFIA and what are your greatest frustrations in that
process. That is an important part of what we need to know.
Vous avez parlé de vos interactions avec l’ACIA et Santé
Canada. Notre comité va probablement formuler des
recommandations à l’intention d’entités fédérales. Avec quels
autres ministères ou entités du gouvernement fédéral interagissezvous, à part Santé Canada et l’ACIA, et quelles sont vos plus
grandes frustrations dans ce processus? C’est un élément
important, parmi les choses que nous devons savoir.
Dr. Whelan: It could be a long answer. I guess to be fair to the
entities we deal with the ones that we mentioned, Fisheries and
Oceans really for the most part, Canadian Food Inspection
Agency and Health Canada on the periphery because ultimately
anything that’s done has to be available with no human health
impacts. That’s evident. That occurs. We actually have interaction
Dr Whelan : Il se peut que la réponse soit longue. Je pense que,
pour être juste envers les entités auxquelles nous avons affaire... il
y a celles dont nous avons parlé, Pêches et Océans surtout, au
fond, l’Agence canadienne d’inspection des aliments et Santé
Canada de façon secondaire, puisque, au bout du compte, tout ce
qui est fait doit ne comporter aucune répercussion sur la santé
27-5-2014
Pêches et océans
9:27
with Environment Canada as well on certain occasions. That can
be positive and may not be so positive at other times.
humaine. C’est évident. C’est ce qui se passe. Nous interagissons
aussi avec Environnement Canada de temps à autre. L’interaction
peut être positive, ou pas vraiment positive parfois.
For federal entities those are really the big ones. At one time it
was anything from the Navigable Waters Protection Act which
used to be with DFO, Transport Canada, and all those sort of
things. There’s interaction there.
Pour ce qui est des entités fédérales, ce sont là les plus
importantes, en réalité. À un moment donné, c’était tout, à partir
de la Loi sur la protection des eaux navigables, qui relevait du
MPO, de Transports Canada et ce genre de choses. Il y a des
interactions à ce chapitre.
Senator Wells: Dr. Whelan, I was thinking specifically with the
section that you deal with.
Le sénateur Wells : Docteur Whelan, je pensais précisément à
la section avec laquelle vous traitez.
Dr. Whelan: Right, and that’s what I was going to get to. It
seems strange but all of those actually have an interaction and
interplay with aquatic animal health. It does seem odd but there
are a lot of federal entities that play a role. There are a lot of
regulatory entities involved with this and I find that has an
interaction on how we can do our work sometimes for the better
and sometimes not so good.
Dr Whelan : Oui, et c’est là où j’allais en venir. Cela semble
étrange, mais toutes ces organisations ont en réalité une
interaction avec le domaine de la santé des animaux aquatiques.
Cela semble effectivement bizarre, mais il y a beaucoup d’entités
fédérales qui jouent un rôle. Il y a beaucoup d’entités
réglementaires qui interviennent, et je trouve que cela a une
incidence sur la manière dont nous pouvons faire notre travail,
parfois pour le mieux, et parfois non.
Precisely things about Canadian Food Inspection Agency, I
think they have the role. They are the lead for reportable diseases
so when we deal with an indication of finding a reportable disease
I feel our job in the provincial government is to detect, surveil and
try to keep the health of animals optimized. To do that we need
strong collaboration. We need strong leadership for the entities
that are responsible for that. CFIA is responsible for reportable
diseases in Canada whether it be terrestrial or aquatic. When
those happen we want to see optimal fish health measures be
initiated.
Pour ce qui est précisément des choses concernant l’Agence
canadienne d’inspection des aliments, je pense que c’est elle qui a
un rôle à jouer. C’est elle qui est responsable des maladies
déclarables, alors, lorsque nous constatons l’existence d’une
maladie déclarable, je pense que notre tâche, au gouvernement
provincial, est de procéder au dépistage et à la surveillance et
d’essayer d’optimiser la santé des animaux. Pour ce faire, nous
avons besoin d’une bonne collaboration. Nous avons besoin d’un
bon leadership de la part des entités responsables de ces choses.
L’ACIA est responsable des maladies déclarables au Canada,
qu’il s’agisse d’animaux terrestres ou aquatiques. Lorsqu’il y a des
cas de maladies déclarables, nous voulons que les mesures
optimales soient prises pour assurer la santé des poissons.
The biggest thing for us is being fast, being expeditious in a
way that either depopulation occurs or the management of that. I
haven’t mentioned it there, but specifically some of the issues that
we’re working on are case definitions for the Canadian Food
Inspection Agency. They wait a long time because they have to
have a case definition that says without a doubt this is the gold
standard. We definitely have this issue that has occurred.
Therefore we can have funding and enact all of our regulatory
powers to do this. That’s great and that’s the regulatory role
that’s there. That’s how they follow their federal agenda for that.
La chose la plus importante pour nous, c’est d’être rapides,
d’être expéditifs, de façon à ce qu’il y ait soit dépeuplement soit
gestion du problème. Je ne l’ai pas mentionné dans mon exposé,
mais certains des problèmes précis sur lesquels nous travaillons
tiennent aux définitions de cas pour l’Agence canadienne
d’inspection des aliments. Les gens de l’agence attendent
pendant longtemps, parce qu’ils doivent avoir une définition de
cas selon laquelle il ne fait aucun doute qu’il s’agit de l’étalon-or.
Nous sommes assurément aux prises avec ce problème. Nous
pouvons donc obtenir du financement et appliquer tous nos
pouvoirs réglementaires pour le faire. C’est une très bonne chose,
et c’est le rôle réglementaire qui existe. C’est de cette façon que le
programme fédéral est exécuté à ce chapitre.
Sometimes that’s not the best for fish health. We want to see an
expeditious procedure done. If we know very rapidly what we
have detected and confirmed we would like to see that really
reciprocated on the federal side saying we agree that’s what we
have; in the best interest let’s then begin the effort of either
management by processing, by depopulation, or whatever things
have to occur in that realm for reportable diseases, all that to say
that these issues have been raised in the past.
Dans certains cas, ce n’est pas la meilleure chose à faire pour
assurer la santé des poissons. Nous voulons que la procédure soit
expéditive. Si nous savons très rapidement ce que nous avons
détecté et vérifié, nous aimerions que ce soit vraiment la même
chose du côté fédéral, qu’on nous dise qu’on est d’accord sur ce
qui se passe; pour faire au mieux, à ce moment-là, commençons à
déployer des efforts en gérant par la transformation, par le
dépeuplement, ou en faisant ce qui doit se faire, peu importe ce
9:28
Fisheries and Oceans
27-5-2014
que c’est, dans ce domaine relativement aux maladies déclarables.
Tout cela pour dire que ces questions ont été soulevées par le
passé.
Movement on it has been slow but it is progressing and if
things can come from this committee that can further make that
collaboration more effective and faster than that will be
appreciated. Fisheries and Oceans Canada has been quite a
good supporter throughout these events, very supportive in
describing what occurs in the wild environment and what the
impacts are that might have led to things. They’ve been very good
about this and their role hasn’t been primary.
Les choses se font lentement à cet égard, mais elles progressent,
et, si le comité peut faire quelque chose pour rendre la
collaboration plus efficace et plus rapide, ce sera apprécié.
Pêches et Océans Canada nous a fourni un bon soutien pendant
tous ces événements, il nous a très bien soutenus en décrivant ce
qui se passe dans le milieu naturel et quelles ont pu être les causes.
Les représentants du ministère ont très bien joué leur rôle à ce
chapitre, et leur rôle n’était pas un rôle principal.
DFO’s role when it comes to the Reportable Diseases
Regulations really has laboratory support for the Canadian
Food Inspection Agency. The one minor limitation that we see
there is that it is very difficult to have these laboratories operate
outside of ours. We’re looking for fast responses saying that we
want to confirm what the province and industry have determined.
We want that fast confirmation. Without that, that has been a
limitation. So we do want to see that change.
En ce qui concerne le Règlement sur les maladies déclarables, le
rôle du MPO consiste réellement à offrir à l’Agence canadienne
d’inspection des aliments un soutien de laboratoire. La seule
limite mineure que nous avons observée à cet égard est qu’il est
très difficile de faire en sorte que ces laboratoires soient exploités
en dehors des heures normales de travail. Nous cherchons à
obtenir des interventions rapides, c’est-à-dire que nous voulons
confirmer ce que la province et l’industrie ont déterminé. Nous
voulons cette confirmation rapidement. À défaut de quoi, c’est
une limite. Par conséquent, nous voulons que cette situation
change.
Further to that we have more of a collaborative effort
occurring with the National Aquatic Animal Health Laboratory
System, the NAAHLS program. It will take accredited
laboratories all over Canada that reach a certain standard.
They go through quality assurance and quality control. They ring
test all their products. That will lead to the assurance that at one
point perhaps the facility in St. Alban’s will be the one that says
we can say this is positive for this reportable disease; let’s get on
with the actions that we need to take. I think specifically those.
De plus, un meilleur effort de collaboration est déployé
relativement au Système de laboratoire national pour la santé
des animaux aquatiques, le programme du SLNSAA. Il faudra
établir partout au Canada des laboratoires accrédités qui
respectent une certaine norme. Ils font l’objet d’une assurance
de la qualité et d’un contrôle de la qualité. Ils soumettent tous
leurs produits à des essais interlaboratoires. Nous aurons ainsi
l’assurance que, à un certain moment peut-être, l’établissement de
St. Alban’s sera celui où on dira que nous pouvons affirmer que le
résultat du dépistage de cette maladie déclarable est positif;
prenons les mesures que nous devons prendre. Je pense
précisément à celles-là.
In Environment Canada there have been new endeavours
under way. The Aquaculture Activities Regulations, if you go
through it and you realize it, I look at it as more amendments
than regulation but they affect sections 32, 35 and 36. It allows the
destruction of things that we never thought of before. When you
actually destroy sea lice it would be in contravention of a section
of the Fisheries Act. Even though they’re considered a pest and
there are billions that are available it actually would have been an
issue.
À Environnement Canada, de nouvelles initiatives sont en
cours. Le Règlement sur les activités liées à l’aquaculture — si
vous le parcourez, vous vous en rendrez compte —, je le considère
davantage comme des amendements que comme un règlement,
mais il touche les articles 32, 35 et 36. Il permet la destruction de
choses auxquelles nous n’avions jamais pensé auparavant. Si vous
détruisiez un pou de poisson, ce serait contraire à un article de la
Loi sur les pêches. Même si ces poux sont considérés comme un
organisme nuisible et qu’il y en a des milliards, sa destruction
aurait effectivement posé problème.
If you have a therapeutant that enters the water that has been
an issue because anything you put in the marine environment can
be considered a deleterious substance. Not to make light of it, but
if you added salt to the ocean that’s considered a deleterious
substance, if you added brine, or if you added hot water to the
ocean that could be considered a deleterious substance.
Si un agent thérapeutique entre dans l’eau, c’est un problème,
puisque tout ce qu’on met dans l’environnement marin peut être
considéré comme une substance délétère. Je ne veux pas en rire,
mais, si on ajoute du sel dans l’océan, c’est considéré comme une
substance délétère; si on ajoute de la saumure ou si on ajoute de
l’eau chaude dans l’océan, ce serait considéré comme une
substance délétère.
27-5-2014
Pêches et océans
9:29
In the past what has occurred is that Environment Canada had
the enforcement ability for the DFO Fisheries Act and regulations
and they could enforce that at any point if anyone did those
things. That needed to be really harmonized to make sure that
kind of vaguery in the way that regulations work was really
handled. There has been some agreement reached on that and I
think soon when it has gone through the gazetting process you’ll
be able to do the judicious use of any of those products whether it
be brine, salt water or a therapeutant.
Par le passé, ce qui est arrivé, c’est qu’Environnement Canada
avait la capacité de mettre en application la Loi sur les pêches et le
règlement du MPO, et il pouvait le faire à tout moment si
quiconque faisait une de ces choses. Il fallait que ce soit vraiment
harmonisé pour que l’on puisse se débarrasser de ce genre de flous
associés à la façon dont le règlement fonctionne. On est parvenu à
un certain consensus à cet égard, et je pense que, bientôt, une fois
qu’il aura traversé le processus de publication dans la Gazette du
Canada, on pourra faire un usage judicieux de tous ces produits,
que ce soit la saumure, l’eau salée ou un agent thérapeutique.
The only thing that remains I think is really to ensure that with
Environment Canada Disposal at Sea Regulations don’t
supersede all the good work that has happened. At any point
you don’t want to have three or four federal agencies, the
province and the industry understanding what is available and
what you can do under prescribed protocol and have an
intervention by another federal agency that says that’s not
right. A directive could be issued with fines, jail time and those
sorts of things. That kind of regulatory ambiguity we hope to see
changed.
La seule chose qu’il reste à faire, selon moi, c’est vraiment de
s’assurer, en collaboration avec Environnement Canada, que le
Règlement sur l’immersion en mer ne l’emporte pas sur tout le
bon travail qui a été effectué. On ne veut pas que, à un moment ou
à un autre, alors que trois ou quatre organismes fédéraux, la
province et l’industrie comprennent ce qui est disponible et ce
qu’on peut faire en vertu du protocole prescrit, faire l’objet d’une
intervention par un autre organisme fédéral qui dit que ce n’est
pas bien. On pourrait émettre une directive prévoyant des
amendes, des peines d’incarcération et ce genre de choses. C’est
le genre d’ambiguïtés réglementaires que nous espérons voir
changer.
Senator Munson: Thank you very much for being here. Once
again, doctor, thank you for the other night. It was a great entry
into the environment of aquaculture in this province.
Le sénateur Munson : Merci beaucoup de votre présence.
Encore une fois, docteur, je vous remercie pour l’autre soir.
C’était une excellente introduction au milieu de l’aquaculture de
votre province.
I am going to put two questions together. Mr. Meaney, you
talked about 35 agencies and one-stop shopping. If I wanted to
invest in a fish farm aquaculture in this province where would I
start? Who would I talk to? How much money would I have?
How do I get into this environment if there are just a couple of
entities here that are running the fish farms?
Je vais poser deux questions en une. Monsieur Meaney, vous
avez parlé de 35 organismes et d’un guichet unique. Si je voulais
investir dans un centre de pisciculture ou d’aquaculture dans la
province, par où est-ce que je commencerais? À qui est-ce que je
m’adresserais? De combien d’argent est-ce que je disposerais?
Comment puis-je entrer dans ce milieu s’il n’y a que quelques
organismes qui exploitent les centres de pisciculture?
There is the politics of it all and there is the investment part of
it all. How do you get from 35 agencies to one-stop shopping to
make it comfortable? When you talk about as the minister said
opportunities here, there is a lot of fish it seems to be in this big
pond. That’s the first question.
Il y a les aspects politiques en jeu, et il y a l’aspect
investissement. Comment passe-t-on de 35 organismes à un
guichet unique pour faciliter les choses? Quand vous parlez,
comme le ministre l’a dit, des perspectives dans ce domaine, il
semble y avoir beaucoup de poissons dans cette grande mare.
C’est la première question.
To break that down, No. 2 is on the insurance part of it all. It
seems to me it’s a great deal of risk when you’re involved in this
whether it’s destruction by the environment or disease.
Plus précisément, la question 2 concerne le volet des
assurances. Il me semble que la pratique de ces activités
comporte une grande part de risque, qu’il s’agisse de
destruction par l’environnement ou de maladies.
We heard from Dr. Harpreet Kochhar, who is the Chief
Veterinary Officer at CFI. He recommended that since the federal
government is spending a lot of money to compensate people
perhaps private insurance is the way to go for people. Would the
Government of Newfoundland and Labrador support that kind
of approach as well?
Nous avons entendu l’exposé du Dr Harpreet Kochhar, qui est
le vétérinaire en chef de l’ACIA. Il a laissé entendre que, comme le
gouvernement fédéral dépense beaucoup d’argent pour
indemniser les gens, l’assurance privée pourrait être la solution
pour les gens. Le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador
appuierait-il ce genre d’approche, lui aussi?
They are two separate questions but I think they’re connected.
Ce sont deux questions distinctes, mais je pense qu’elles sont
interreliées.
9:30
Fisheries and Oceans
27-5-2014
Mr. Meaney: I would just preface my comments that I think
you will have other witnesses today who have made those
investments and that may be a question you wish to pose to them.
M. Meaney : Avant de formuler mes commentaires, je
voudrais seulement dire que je pense qu’il y aura d’autres
témoins aujourd’hui qui ont fait ce genre d’investissement et
que vous souhaiterez peut-être leur poser cette question.
Aquaculture is high risk. Any farm production system is a high
risk business. It takes a lot of planning, a lot of knowledge and a
lot of capital to do so. In terms of how do you invest part of our
role is to facilitate with industry, to identify opportunities, to
work with them and to identify sites, partners that may be
available in our province, and to work together co-operatively in
a solid and sound business model that would work in our
particular environment.
L’aquaculture s’assortit d’un risque élevé. Tout système de
production de poissons d’élevage est une entreprise à risque élevé.
Il faut beaucoup de planification, beaucoup de connaissances et
beaucoup de capital pour exercer cette activité. En ce qui concerne
la façon dont vous investissez, notre rôle consiste en partie à
faciliter la liaison avec l’industrie, à repérer les possibilités, à
travailler avec l’industrie et à trouver des emplacements, des
partenaires qui pourraient être disponibles dans notre province, et
à travailler en collaboration selon un modèle d’entreprise solide et
fiable qui fonctionnerait dans notre environnement particulier.
We’ve been very lucky in terms of dealing with the companies
that we have present here. They’re very highly professional, highly
qualified and extremely knowledgeable on the industry. That’s the
basis on which you need to invest. Access to capital is there for
any good business plan. I think that’s probably regardless of the
industry that you’re talking about.
Nous avons eu beaucoup de chance pour ce qui est de faire
affaire avec des entreprises dont les représentants sont présents ici.
Ce sont des personnes très professionnelles, hautement qualifiées
et qui connaissent extrêmement bien l’industrie. C’est sur ce
fondement que vous devez investir. Tout bon plan d’affaires peut
permettre d’obtenir des capitaux. Je pense que c’est probablement
le cas, quelle que soit l’industrie dont il s’agit.
Aquaculture in particular requires a specialized expertise and a
specialized investor to work with you. We’ve been lucky to have
Canadian companies in particular. I think it is an important point
to make that in east coast operations these are entirely Canadian
companies. These are locally owned companies that are Atlantic
Canadian based and support Atlantic Canadians, but they access
international capital markets to be able to do what they need to
do.
L’aquaculture, plus particulièrement, exige une expertise
spécialisée, et un investisseur spécialisé doit travailler avec vous.
Nous avons eu la chance d’avoir des entreprises canadiennes en
particulier. Je pense qu’il est important de souligner que, en ce qui
concerne les exploitations sur la côte Est, ce sont toutes des
entreprises canadiennes. Ce sont des entreprises locales dont le
siège social est situé dans le Canada atlantique et qui soutiennent
les Canadiens de l’Atlantique, mais elles accèdent à des marchés
de capitaux internationaux pour pouvoir faire ce qu’elles font.
As the minister indicated, over the last number of years we’ve
seen that our $25 million of investment in the capital equity
program has levered in excess of $400 million of private capital to
be able to take the salmonid sector, for example, to where it is
today. These are critical pieces.
Comme l’a indiqué le ministre, depuis un certain nombre
d’années, nous avons constaté que notre investissement de
25 millions de dollars dans le Capital Equity Program a permis
de recueillir plus de 400 millions de dollars de capitaux privés qui
ont permis d’amener le secteur des salmonidés, par exemple, à ce
qu’il est aujourd’hui. Ce sont des composantes essentielles.
From a government perspective I believe our role is to provide
a road map, an ability to go through the program, and to provide
everybody with all the information they need to know from a
regulatory perspective and be able to take that into account in
their business planning.
Du point de vue du gouvernement, je crois que notre rôle
consiste à fournir une feuille de route, à donner la capacité de
suivre le programme du début à la fin et à fournir à tout le monde
tous les renseignements dont il a besoin, d’un point de vue
réglementaire, et qui lui permettront d’en tenir compte dans sa
planification d’entreprise.
Along with the supports that were identified earlier like our
capital equity program or ACOA’s Business Development
Program, that’s the partner on smart business plans and to be
able to see them realized in coastal communities around the
country. Our role is to facilitate that.
En plus des mesures de soutien qui ont été mentionnées plus
tôt, comme notre Capital Equity Program ou le Programme de
développement des entreprises de l’APECA, il s’agit d’établir un
partenariat en ce qui a trait aux plans d’activités commerciales
intelligentes et de pouvoir les voir se réaliser dans des collectivités
côtières de partout au pays. C’est notre rôle de faciliter ces
projets.
As I mentioned earlier our directive is to encourage and
regulate the industry. We take both sides of that responsibility
very seriously and we want to see solid business plans. There are
Comme je l’ai mentionné plus tôt, nous avons pour directive
d’encourager et de réglementer l’industrie. Nous prenons les deux
aspects de cette responsabilité très au sérieux, et nous voulons que
27-5-2014
Pêches et océans
9:31
people out there that can work with you. If you have investment I
think there are people in the room who may want to talk to you
after the meetings today.
les plans d’entreprise soient solides. Des gens sont là pour
travailler avec vous. Si vous avez l’investissement, je pense qu’il y
a dans la salle des gens qui pourraient vouloir vous parler après la
séance, aujourd’hui.
To your second point on insurance, the companies do carry
insurance. Usually these are specified perils policies that deal with
specific initiatives, specific issues. I think it would be wrong to
presume that there is no insurance scheme available. There are
private insurers that provide aquaculture insurance for specified
perils. I think your comments from CFI probably relate
specifically to the reportable diseases and the ability for
compensation under the Health of Animals Act which is
available to all farmers of Canada, terrestrial or aquatic. I think
that’s a different issue. Reportable diseases are ones that are
unique or new to Canada and that insurers wouldn’t probably
look at but for the everyday perils companies carry insurance.
Pour répondre à votre deuxième question sur les assurances, les
entreprises sont assurées. Habituellement, elles souscrivent des
polices liées à des risques spécifiés qui s’appliquent à des
initiatives précises ou à des problèmes particuliers. Je pense que
ce serait une erreur de présumer qu’aucun régime d’assurance
n’est offert. Il y a des assureurs privés qui fournissent une
assurance protégeant l’aquaculture contre les risques spécifiés. Je
pense que vos commentaires de l’ACIA concernent probablement
les maladies déclarables et la capacité d’indemnisation en vertu de
la Loi sur la santé des animaux qui est offerte à tous les éleveurs
du Canada, terrestres ou aquatiques. Je pense qu’il s’agit d’une
autre question. Les maladies déclarables sont celles qui sont
uniques ou nouvelles au Canada et dont les assureurs ne
tiendraient probablement pas compte, mais pour ce qui est des
risques de tous les jours, les entreprises sont assurées.
Senator Munson: Thank you for that. When do you think
you’ll see one-stop shopping?
Le sénateur Munson : Merci de cette réponse. Quand pensezvous que le guichet unique verra le jour?
Mr. Meaney: I think it exists in terms of the licensing process
right now. As I said the key to the licensing one-stop shopping
piece is that we provide one window, one application, one form
that comes into one office as opposed to trying to track down
15 to 35 individual companies. That exists today in our province
right now and it has worked quite well.
M. Meaney : Je pense qu’il existe déjà dans le cas du processus
d’octroi des permis. Comme je l’ai dit, la clé du volet du guichet
unique pour l’octroi des licences est que nous fournissions un
guichet, une demande, un formulaire qui arrive dans un bureau
plutôt que de tenter de faire le suivi de 15 à 35 entreprises
individuelles. Ce système existe déjà dans notre province
actuellement, et il fonctionne assez bien.
Senator Munson: Dr. Whelan, are you satisfied that there are
enough biosecurity protocols in place to minimize the potential
threat of ISA?
Le sénateur Munson : Docteur Whelan, êtes-vous convaincu
qu’un nombre suffisant de protocoles de biosécurité sont en place
pour réduire au minimum les menaces potentielles d’AIS?
Dr. Whelan: Could you repeat the last part, please?
Dr Whelan : Pourriez-vous répéter la dernière partie, s’il vous
plaît?
Senator Munson: Are there enough biosecurity protocols in
place to minimize the spread of potential threat of ISA, infectious
salmon anaemia?
Le sénateur Munson : Y a-t-il suffisamment de protocoles de
biosécurité en place pour réduire au minimum la propagation des
menaces potentielles d’AIS, d’anémie infectieuse du saumon?
Dr. Whelan: One thing to realize, and maybe I didn’t say it
enough, is that when it comes to disease or health issues in general
all the practices that you take help minimize whatever eventuality
that you have. So it’s a matter of a gradient or a degree. There are
biosecurity practices in place on every farm site I would say in
Canada and in every region.
Dr Whelan : Une chose dont il faut se rendre compte — et
peut-être que je ne l’ai pas assez dit —, c’est que, lorsqu’il s’agit de
maladies ou de problèmes de santé en général, toutes les mesures
que vous prenez aident à réduire au minimum les éventualités,
quelles qu’elles soient. C’est donc une question de gradient ou de
degré. Des mesures de sécurité sont en place dans toutes les
exploitations, je dirais, au Canada, et dans toutes les régions.
Protocols do exist. There are international standards. There are
ones that are done provincially from the industry level. Those do
exist. Is any protocol that you have perfectly going to prevent any
disease or health issue? Categorically, no, because as I said before
if we can’t do it with the efforts that we’ve taken for human health
world-wide and we can’t prevent anybody from having disease or
health issues, certainly you can have the same expectation for
Les protocoles existent bel et bien. Il y a des normes
internationales. Il y en a qui sont appliquées à l’échelle d’une
province, à l’échelon de l’industrie. Elles existent bel et bien. Estce que tous les protocoles dont vous disposez vont prévenir
parfaitement toute maladie ou tout problème de santé? Je
répondrais catégoriquement que non, parce que, comme je l’ai
dit tout à l’heure, si nous ne pouvons pas le faire en dépit des
9:32
Fisheries and Oceans
27-5-2014
terrestrial or aquatic. There will be issues. What it really comes
down to is the degree and the level of sophistication of the
biosecurity programs.
efforts que nous avons déployés pour assurer la santé humaine
dans le monde entier et que nous ne pouvons empêcher personne
de contracter une maladie ou d’avoir des problèmes de santé, il est
certain que vous pouvez vous attendre à la même chose dans le cas
de l’élevage terrestre ou aquatique. Il y aura des problèmes. En
réalité, cela revient au degré et au niveau de perfectionnement des
programmes de biosécurité.
Am I satisfied with what we have in Newfoundland? I would
say yes and no. I’d say that we will always strive for more. We are
happy that we’ve used every avenue we can, checking
international standards, visiting different international
jurisdictions, incorporating everything that we can within our
protocols in Newfoundland. The industry takes it to heart. We
take it very seriously and I would say it’s an evolving process.
Suis-je satisfait de ce dont nous disposons à Terre-Neuve? Je
dirais : oui et non. Je dirais que nous nous efforcerons toujours
d’en faire plus. Nous sommes heureux d’avoir eu recours à tous
les moyens dont nous disposions, d’avoir vérifié les normes
internationales, d’avoir visité diverses administrations à l’étranger
et d’avoir intégré tout ce que nous pouvions intégrer dans nos
protocoles à Terre-Neuve. L’industrie prend les choses à cœur.
Nous prenons cela très au sérieux, et je dirais qu’il s’agit d’un
processus évolutif.
So am I happy? I would say I’m content but we always strive
for more and there’s always going to be new improvements.
Whether it be technological advances, new types of cleaning and
disinfection, new types of equipment, new management protocols,
the incorporation of vaccines or other, that’s an evolving process.
I think it’ll never be a point where I’ll be happy but that’s the way
it should be. We need to strive for more.
Donc, suis-je heureux? Je dirais que je suis content, mais que
nous nous efforçons toujours d’en faire plus et qu’il va toujours y
avoir de nouvelles améliorations à apporter. Qu’il s’agisse
d’avancées technologiques, de nouveaux types de nettoyage et
de désinfection, de nouveaux types d’équipements, de nouveaux
protocoles de gestion, de l’intégration de vaccins ou d’autre chose,
c’est un processus évolutif. Je pense qu’on n’en viendra jamais au
point où je serai heureux, mais c’est ainsi que cela devrait être.
Nous devons nous efforcer d’en faire plus.
Senator Poirier: Thank you for being here. Nice seeing you
again, minister.
La sénatrice Poirier : Merci pour votre présence. Heureuse de
vous revoir, monsieur le ministre.
Just a couple of questions and if there is time for a round two I
would actually probably have more than a couple.
Je voudrais seulement poser quelques questions et, s’il y a du
temps pour un deuxième tour, j’en aurais en fait probablement
plus que quelques-unes.
The first question I wanted to ask was you have in place your
Aquaculture Act and your aquaculture regulations. It has been in
place since 1986 or 1988. I’m not sure of the date but around that
time. Are you aware or can you tell me are there any other
provinces that have a similar act in place like that, and to what
advantage has it been to the farms or the people involved in
aquaculture to have that act in place? What difference has it made
in their life?
La première question que je voulais poser concernait le fait que
vous avez établi votre loi et votre règlement sur l’aquaculture. Ils
sont en vigueur depuis 1986 ou 1988. Je ne suis pas certaine de la
date, mais à peu près à cette époque. Savez-vous ou pouvez-vous
nous dire s’il y a d’autres provinces qui ont établi une loi
semblable et quel est l’avantage de cette loi pour les fermes ou les
personnes qui pratiquent l’aquaculture. Qu’est-ce qu’elle change
dans leur vie?
Mr. Meaney: Certainly most of the coastal provinces have
Aquaculture Act or regulations. There are different models across
the country. In British Columbia, for example, DFO is the
primary regulator as they are in Prince Edward Island as an
example. Nova Scotia and New Brunswick both have aquaculture
acts. The province of Quebec does as well. Ontario uses a different
set of regulations but has aquaculture regulations.
M. Meaney : Il est certain que la plupart des provinces côtières
ont une loi ou un règlement sur l’aquaculture. Il y a divers
modèles partout au pays. En Colombie-Britannique, par exemple,
le MPO est le principal organisme de réglementation, tout comme
à l’Île-du-Prince-Édouard, notamment. La Nouvelle-Écosse et le
Nouveau-Brunswick possèdent tous deux une loi sur
l’aquaculture. La province de Québec en a une aussi. L’Ontario
utilise un ensemble de règlements différent, mais possède un
règlement sur l’aquaculture.
Clearly from a business perspective, a biological perspective
and from an economic and social perspective it is important to
have a set of regulatory guidelines in which industry knows how
to operate its business in the metes and bounds in which it can.
Manifestement, d’un point de vue commercial, biologique, de
même qu’économique et social, il est important d’avoir un
ensemble de lignes directrices réglementaires indiquant à
l’industrie comment exploiter ses entreprises dans les limites qui
27-5-2014
Pêches et océans
9:33
It’s a benefit for our public as well as the private sector. It’s
certainly been critical in business aspects.
lui sont imposées. C’est un avantage pour notre public, de même
que pour le secteur privé. Il est certain que c’est crucial du point
de vue des aspects commerciaux.
For example, if you look at one particular section of our act, I
mentioned the duality of aquaculture in Canada. The provinces’
legal requirement to legislate aquaculture falls under a section of
the constitution dealing with property and civil rights. It’s a
unique circumstance where a mussel grower, a trout grower or a
salmon grower actually owns a piece of property, an animal
located in a public waterway. That property, as a civil rights piece,
is critical in terms of being able to use that fish, for example, as
collateral under the Canadian Bank Act. It has had some very,
very practical approaches and responsibilities under the act but
again clearly as in any industry what are the metes and bounds?
How do you operate in confines to ensure in your total regulatory
regime of ensuring that the province is managed in an appropriate
and environmentally and sustainable way? The Aquaculture Act
provides guidance and information and process in terms of
accessing licences, permits and approvals to be able to do so but
also outlines the responsibilities and penalties if you don’t operate
in an appropriate manner.
Par exemple, si on se penche sur un article particulier de notre
loi, j’ai mentionné la dualité de l’aquaculture au Canada. Les
provinces sont tenues par la loi de légiférer l’aquaculture aux
termes d’un article de la Constitution portant sur la propriété et
les droits civils. Il s’agit d’une situation unique, où un
mytiliculteur, un trutticulteur, ou salmoniculteur possède une
propriété, un animal situé dans une voie navigable publique. Cette
propriété, visée par la disposition sur les droits civils, est cruciale
pour ce qui est de pouvoir utiliser ce poisson, par exemple, comme
sûreté au titre de la Loi sur les banques du Canada. Des
approches et des responsabilités très, très pratiques ont été
établies en vertu de la loi, mais, encore une fois, évidemment,
comme dans toute industrie, savons-nous quelles sont les limites?
Comment exercez-vous vos activités dans le respect des limites de
manière à vous assurer que, dans la totalité de votre régime
réglementaire, la province est gérée de façon appropriée et durable
d’un point de vue environnemental? La loi sur l’aquaculture
fournit des directives, de l’information et un processus
relativement à l’obtention de licences, de permis et
d’approbations qui permettent de le faire, mais elle décrit aussi
vos responsabilités et les pénalités qui vous seront infligées si vous
n’exploitez pas votre entreprise de façon appropriée.
Senator Poirier: Has there been any involvement from DFO in
writing the act to see if there are any similarities from one
province to another?
La sénatrice Poirier : Le MPO a-t-il participé d’une manière ou
d’une autre à la rédaction de la loi pour savoir si elle comportait
des similitudes avec celles d’une province ou d’une autre?
Mr. Meaney: Our interaction with Department of Fisheries
and Oceans is largely driven, as I indicated earlier, by this
memorandum of understanding that we entered into with the
federal government in 1986. Most of the provinces did so around
that same year and they’ve been updated on a regular basis.
M. Meaney : Notre interaction avec le ministère de Pêches et
des Océans est en grande partie axée, comme je l’ai indiqué plus
tôt, sur le protocole d’entente que nous avons conclu avec le
gouvernement fédéral en 1986. La plupart des provinces l’ont fait
la même année, et les protocoles d’entente ont été mis à jour
régulièrement.
The MOU provides us with definitions and some markers to
say here’s what the federal responsibility is and here’s what the
provincial responsibility is. I think the acts on a provincial basis
across the country have very similar components in terms of what
is aquaculture, how is it licensed, what are the responsibilities of
the province, what are the responsibilities of the operators and the
other interaction between agencies, provincial as well. There are
quite a number of similarities.
Le protocole d’entente nous fournit des définitions et certains
indicateurs qui nous disent : « Voici ce qu’est la responsabilité
fédérale, et voici ce qu’est la responsabilité provinciale. » Je pense
que, à l’échelon provincial, partout au pays, les lois comportent
un élément très semblable, c’est-à-dire qu’elles définissent
l’aquaculture et qu’elles expliquent comment obtenir une
licence, quelles sont les responsabilités de la province, quelles
sont les responsabilités des exploitants ainsi que les autres
interactions entre les organismes, de même qu’avec le
gouvernement provincial. Il y a un bon nombre de similitudes.
Senator Poirier: My second question is: In your slide on page 8
where you are talking about the challenges, and we are talking
about mussels, the first one you have is coastal users’ interaction/
conflicts with fishers and the cabin owners. Being from a coastal
area in New Brunswick I’ve heard of that specifically in the years
when I was a member of the legislative assembly also. I am sure
the conflicts are probably similar to the ones we would hear down
home which would be affecting the tourism industry, property
La sénatrice Poirier : Ma deuxième question est la suivante : à
la huitième diapositive de votre diaporama, là où vous parlez des
difficultés — et nous parlons des moules — la première que vous
énoncez est l’interaction ou les conflits entre les utilisateurs côtiers
et les pêcheurs et les propriétaires de chalet. Comme je viens d’une
région côtière du Nouveau-Brunswick, j’en ai entendu parler
précisément durant les années où j’étais aussi membre de
l’Assemblée législative. Je suis certaine que les conflits
9:34
Fisheries and Oceans
27-5-2014
taxes living on coastal areas and different things like that. Can
you share with me some of the resolutions that were able to come
about in overcoming some of these challenges?
ressemblent probablement à ceux dont nous entendions parler
chez moi, qui touchaient l’industrie du tourisme, les taxes
foncières pour les personnes vivant dans les régions côtières et
diverses choses de ce genre. Pouvez-vous me décrire certaines des
résolutions qui ont pu être adoptées afin de surmonter quelquesunes de ces difficultés?
I guess the second part of the question is: I know we talked
about in an earlier slide the number of employment opportunities
that have increased with the aquaculture business in your
province. We see that in different provinces also. We were
talking about roughly between 800 to 1,000 here in
Newfoundland. Has there ever been any study done to see if
there have been any opportunities lost on the tourism sector
because of the aquaculture business? Is that something that has
been looked at? We’ve heard rumours of that and I am wondering
if you have some information on whether there is fact behind the
rumours or not.
Je suppose que la deuxième partie de la question est la
suivante : je sais que nous avons parlé, dans une diapositive
précédente, du nombre de possibilités d’emploi qui a augmenté
grâce aux activités d’aquaculture dans votre province. Nous
observons cette situation dans diverses provinces également. Il
était question d’environ 800 à 1 000 emplois, ici, à Terre-Neuve.
Une étude a-t-elle déjà été menée afin de déterminer s’il y a eu des
pertes d’occasions dans le secteur du tourisme en raison de l’essor
de l’aquaculture? Est-ce une chose sur laquelle on s’est penché?
Nous avons entendu des rumeurs à ce sujet, et je me demandais si
vous aviez des informations selon lesquelles ces rumeurs sont
appuyées ou non par des faits.
Mr. Meaney: I’ve been involved in the industry 30 years. I
would have to say that first when the industry really started to
expand in coastal communities there was a wariness of what this
means for interaction with primarily fishers at that time. One of
the hallmarks that we have and one of our policies that we have is
that no, we will not provide a licence that would displace
traditional fishing activity. That’s the process that we started with
and that continues today.
M. Meaney : Je fais partie de l’industrie depuis 30 ans. Je dirais
que, au début, quand l’industrie a vraiment commencé à prendre
de l’expansion dans les collectivités côtières, il y avait une certaine
méfiance à l’égard de ce que cela signifiait du point de vue de
l’interaction, principalement avec les pêcheurs, à cette époque.
L’une de nos caractéristiques distinctives, et l’une de nos
politiques, c’est que, non, nous n’acceptons pas d’octroyer une
licence qui déplacerait une activité de pêche traditionnelle. C’est
ce processus que nous avons utilisé pour commencer et que nous
utilisons encore aujourd’hui.
Our licensing process involves, for example, referral to the
fishermen’s union so the local fishing committees are aware and
local communities are aware of an activity that is being proposed.
Early on back in the 1980s and early 1990s I think we had a lot of
discussions and some lively meetings with cabin owners, with
fishermen, with other marine resource users and recreational
boaters. I think over time there has been a level of trust and we’ve
seen the industry take steps which demonstrate their own
responsibility and their awareness and respect of the other
marine resource users.
Notre processus d’octroi de licence comprend, par exemple, la
consultation du syndicat des pêcheurs afin que les comités de
pêche locaux soient au courant et que la collectivité locale soit au
courant d’une activité qui est proposée. Les premiers temps, dans
les années 1980 et au début des années 1990, je crois bien, nous
avons eu beaucoup de discussions et certaines rencontres très
animées avec des propriétaires de chalet, avec des pêcheurs, avec
d’autres utilisateurs de ressources maritimes et avec des
plaisanciers. Je pense que, au fil du temps, un certain degré de
confiance s’est établi, et nous avons vu l’industrie prendre des
mesures qui illustrent sa propre responsabilité ainsi que sa
conscience et son respect des autres utilisateurs de ressources
maritimes.
I think it really comes down to that. We have mussel farms, for
example, that specifically set the width between their mussel lines
to allow lobster fishermen to continue to fish lobster in and about
their sites. We have companies that will put tie-ons so that
fishermen can attach bait nets in the spring when they want to go
fishing. So it is a co-operative approach.
Je pense que, en réalité, c’est de cela qu’il est question. Certains
mytiliculteurs, par exemple, fixent la largeur entre leurs rangées de
moules précisément dans le but de permettre aux pêcheurs de
homards de continuer de pêcher le homard à leurs lieux de pêche
et aux alentours. Certaines entreprises mettent des attaches afin
que les pêcheurs puissent fixer leurs filets à boette au printemps,
quand ils veulent aller pêcher. C’est donc une approche
collaborative.
I think the other big piece for Newfoundland quite frankly is
that many of the employees and operators of aquaculture sites
have come from the traditional fishing sector. They bring that
knowledge, very valuable knowledge, from working in coastal
communities back to the companies and make companies work
Je pense bien honnêtement que l’autre enjeu majeur pour
Terre-Neuve est le fait qu’un grand nombre des employés et des
exploitants d’exploitations d’aquaculture proviennent du secteur
de la pêche traditionnelle. Ils apportent aux entreprises les
connaissances — des connaissances très précieuses — qu’ils ont
27-5-2014
Pêches et océans
9:35
better because they’ve got experienced fishing people who know
the waters, know the wind, know the ice and those types of things.
That is a continual process.
tirées de leur travail dans les collectivités côtières et améliorent le
fonctionnement des entreprises parce qu’elles ont des pêcheurs
expérimentés qui connaissent les eaux, qui connaissent le vent, qui
connaissent la glace et ce genre de choses. C’est un processus
continuel.
On the tourism side in particular I would have to think we
haven’t seen many if any interactions. I can recall there was one
concern raised about a kayak operator on the south coast who
wasn’t aware there was a salmon farm in the area. Part of our
referral process is that we discuss with our Department of
Tourism and also for example historic resources. So we wouldn’t
put a site where there was a ship wreck.
Du point de vue du tourisme, plus particulièrement, je ne pense
pas que nous ayons observé un grand nombre d’interactions —
peut-être aucune. Je me souviens d’une préoccupation qui avait
été soulevée au sujet d’un exploitant d’excursions en kayak du sud
de la côte qui ne savait pas qu’il y avait une piscifacture de
saumons dans le secteur. Une partie de notre processus de
consultation consiste à discuter avec notre ministère du Tourisme
ainsi qu’avec, par exemple, les responsables des ressources
historiques. Ainsi, nous n’installerions pas une ferme à un
endroit où se trouve une épave de navire.
There’s a co-operative approach. In all honestly, in travelling
around the province, we’ve had minimal conflict. For what
conflict has been there has been very practical resolution to that
process.
On adopte une approche collaborative. En toute honnêteté,
lorsque nous avons parcouru la province, nous avons observé très
peu de conflits. Dans le cas des conflits qu’il y a eu, des
résolutions très pratiques ont été appliquées à ce processus.
Senator Poirier: In slide 3 you talked about your increase in
2013, an increase of 32 per cent. Can you share with me if that
increase was due to more farm openings or an increase in the
volume of salmon, or what was the increase based on? Why was
there such a nice increase in one given year?
La sénatrice Poirier : À la diapositive 3, vous avez parlé de
votre augmentation de 2013 : une augmentation de 32 p. 100.
Pouvez-vous me dire si cette augmentation était due à l’ouverture
d’un plus grand nombre de fermes ou à une augmentation du
volume de saumons : quelle en était la raison? Pourquoi a-t-on
observé un accroissement aussi intéressant sur une année donnée?
Mr. Meaney: It was an increase in production. The existing
farms were actually producing more product.
M. Meaney : Il s’agissait d’une augmentation de la production.
Les fermes existantes produisaient en fait une plus grande
quantité de saumons.
Senator Lovelace Nicholas: Thank you, Chair, and welcome.
My question is for Dr. Whelan. First which is politically correct,
fish or animal?
La sénatrice Lovelace Nicholas : Merci, monsieur le président,
et bienvenue. Ma question s’adresse au Dr Whelan.
Premièrement, lequel des termes est politiquement correct :
« poisson » ou « animal »?
Dr. Whelan: Either is fine. We say the Aquatic Animal Health
Division or we specifically say fish, and by fish we mean finfish
and shellfish, to be clear.
Dr Whelan : Les deux sont corrects. Nous disons la « Division
de la santé des animaux aquatiques » ou, dans un cas plus
particulier, nous parlons de « poisson », et ce terme inclut les
poissons à nageoire ainsi que les mollusques et crustacés, pour que
ce soit clair.
Senator Lovelace Nicholas: You mentioned that you do
inspections on fish if the farmers find something wrong with
them. Do you do it on request or at random?
La sénatrice Lovelace Nicholas : Vous avez mentionné que vous
soumettiez le poisson à des inspections si les exploitants leur
trouvaient quelque chose d’anormal. Le faites-vous sur demande
ou de façon aléatoire?
Dr. Whelan: I tend not to use the word ‘‘inspection’’ because
that’s the wrong connotation. We do visitations. We do the
scheduled ones for active and passive surveillance. It’s a program
that we initiate doing two things. We go to each farm site whether
it be on land or in marine environments. We do that every 30 to
45 days. That’s our goal. That’s what we do.
Dr Whelan : Je n’aime pas utiliser le mot « inspection », car il
revêt une mauvaise connotation. Nous effectuons des visites.
Nous en faisons qui sont planifiées afin d’assurer une surveillance
active et passive. C’est un programme que nous lançons et qui fait
deux choses. Nous nous rendons à chaque ferme, qu’elle soit
située dans un environnement terrestre ou maritime. Nous le
faisons tous les 30 à 45 jours. C’est notre but. C’est ce que nous
faisons.
9:36
Fisheries and Oceans
27-5-2014
In shellfish we do biannual visitations where we go out with a
time frequency to check on the shellfish two times a year. We
vetted that surveillance program through the OIE, through one of
their key members for shellfish surveillance. So that’s the model
that we follow.
En ce qui concerne les mollusques et crustacés, nous effectuons
des visites bisannuelles dans le cadre desquelles nous allons, selon
une fréquence temporelle, vérifier les mollusques et crustacés deux
fois par année. Nous avons fait agréer ce programme de
surveillance par l’OIE, par l’entremise de l’un de ses membres
clés responsables de la surveillance des mollusques et crustacés.
C’est donc le modèle que nous suivons.
When we go there we go there for two reasons. One is a regular
timely one that’s there. It’s crucial for me because I think that
leads to a faster detection if there’s an issue of trying to mitigate
things before it becomes more of an issue, and I think that’s been
very helpful. The other one that we do is really a surveillance
program where we can get a phone call. We can get a phone call
or a veterinarian can get a phone call that states, ‘‘Hello, Doc, I’m
seeing some issue. Can you come on out?’’ We also facilitate
those. To say that for every single site 30 to 45 days is true, to say
that there are more if there’s an issue presented, we’d also go for
those as well.
Lorsque nous nous rendons sur place, nous le faisons pour
deux raisons. D’une part, nous le faisons pour des raisons de
régularité. Cet aspect est essentiel à mes yeux, car il permet une
détection plus rapide lorsqu’il y a un problème, afin de prendre
des mesures d’atténuation avant que le problème prenne de
l’ampleur, et je crois que cela s’est avéré très utile. D’autre part,
nous menons réellement un programme de surveillance dans le
cadre duquel on peut nous téléphoner. Nous pouvons recevoir un
appel ou un vétérinaire peut recevoir un appel d’une personne qui
voit un problème et aimerait que quelqu’un se rende sur place.
Nous intervenons aussi dans ce cas. Pour chacun des sites, nous le
faisons aux 30 à 45 jours et plus fréquemment s’il y a un problème
qui se manifeste; nous faisons cela aussi.
We think that gives you that robust system to try to get to
issues fast and early. Veterinarians maintain a confidential
relationship with their clients. Their clients are very easy going
about saying ‘‘I’m starting to see something. Please come out and
have a look’’. That rapport is really crucial.
Nous croyons que cela constitue un système robuste qui permet
de régler rapidement les problèmes dès leur première apparition.
Les vétérinaires entretiennent un lien de confiance avec leurs
clients. Les clients n’hésitent pas du tout avant de dire « Je
commence à voir quelque chose. Pourriez-vous venir jeter un coup
d’œil, s’il vous plaît? » Cette relation est absolument cruciale.
Senator Lovelace Nicholas: How many farms are there in this
area?
La sénatrice Lovelace Nicholas : Combien y a-t-il de
piscicultures dans ce secteur?
Dr. Whelan: It’s an unusual question because it comes down to
timing and frequency. How many farms that exist versus how
many are active are two different things.
Dr Whelan : C’est une question inhabituelle, car cela dépend du
moment et de la fréquence. Combien de piscicultures existent et
combien sont en activité sont deux choses différentes.
When one of the jurisdictions in the early days said they would
like to have a farm site, we thought about it a long time and
deliberated. It really makes more sense. They actually say you
should have more sites, not less. Why? It is because you use a site
for a duration. Then you let it lie fallow and for the upcoming
year you’d use another place. That’s just simply an agriculture
practice that has been done for a thousand years. By fallowing it
allows all these good things to occur.
Lorsqu’une des administrations a dit au début qu’elle aimerait
avoir un site de pisciculture, nous y avons pensé longtemps et
avons tenu des délibérations. En réalité, c’est plus logique. De fait,
on dit qu’il faut avoir plus de sites que moins. Pourquoi? C’est
parce que l’utilisation d’un site a une durée. Ensuite, il faut le
mettre en jachère et utiliser un autre endroit pour l’année
suivante. C’est simplement une pratique agricole en vigueur
depuis un millier d’années. Il y a beaucoup d’avantages à mettre
un site en jachère.
That is why the two different numbers exist. One is how many
farms that exist versus how many are active at any particular
point in time, and in every region that differs. The numbers are
here about how many farms exist but if you ask me today versus
about five weeks when more of the stocking happens there would
be more active sites.
C’est pourquoi il y a ces deux chiffres différents. Il y a le
nombre de piscicultures qui existent, et il y a le nombre de
piscicultures actives à un certain moment, ce qui varie d’une
région à l’autre. Nous avons ici les chiffres sur la quantité de
piscicultures existantes, mais si vous me posez cette question
aujourd’hui, par opposition à il y a environ cinq semaines, lorsque
les activités d’ensemencement étaient plus fréquentes, il y aurait
eu plus de sites actifs.
Senator Lovelace Nicholas: Thank you very much.
Senator McInnis: Thank you for coming. Here in
Newfoundland it sounds as though you’re quite progressive and
proactive in terms of your aquaculture. That is not the
La sénatrice Lovelace Nicholas : Merci beaucoup.
Le sénateur McInnis : Merci d’être venus. Ici, à Terre-Neuveet-Labrador, on dirait que vous êtes très progressistes et proactifs
au chapitre de l’aquaculture. Ce n’est pas l’impression que nous
27-5-2014
Pêches et océans
9:37
understanding we have of some of the other provinces in Atlantic
Canada. It almost appears at some point that when you did your
MOU with the federal government there were certain aspects of it
that would almost appear to be federal jurisdiction, and I refer to
animal health. When we had CFIA before us they were the ones
that said they dealt with that and Health Canada said that
likewise. I’d like for you to comment on that.
avons de certaines des autres provinces du Canada atlantique. On
pourrait presque croire que, à un certain point, lorsque vous avez
conclu le PE avec le gouvernement fédéral, certains aspects
semblaient presque relever de la compétence fédérale, et je parle
de la santé animale. Lorsque nous avons accueilli des
représentants de l’ACIA, ils ont dit que c’était eux qui
s’occupaient de cela, et Santé Canada a affirmé la même chose.
J’aimerais obtenir vos commentaires à ce sujet.
I have a couple of other quick points with respect to your act. I
note that it requires financial or other security for restoration. Are
those dollars paid up front? What are the details? How is the
quantum arrived at?
J’ai encore deux ou trois questions rapides à aborder en ce qui
concerne votre loi. Je constate qu’elle prévoit une garantie
financière ou autre pour la remise en état. Ce montant est-il
versé à l’avance? Quels sont les détails? Comment fixe-t-on le
montant?
Fallowing is an issue. For example, in Nova Scotia there was a
company coming in to locate in a particular area of the province.
They stated, ‘‘We’re unique. We fallow our pens’’. So you have it
your act saying fallowing and processes to mitigate environmental
degradation.
La jachère est une chose. Par exemple, en Nouvelle-Écosse, une
entreprise est arrivée sur place pour s’installer dans un secteur
particulier. Elle a déclaré : « Nous sommes uniques. Nous
mettons nos parcs en jachère. » Alors, dans votre loi, vous
prévoyez la jachère et des processus pour atténuer la dégradation
environnementale.
How long does a site have to remain fallow and what takes
place? Does it just sit there? Do you do anything with it? Also
your act calls for disposing of fish waste. How is this done and
where is the waste taken?
Combien de temps un site doit-il être laissé en jachère, et à quoi
ressemble le processus? Est-ce simplement une période de repos?
Faites-vous quelque chose de particulier? Votre loi prévoit aussi
l’élimination des déchets de poisson. Comment procède-t-on et où
envoie-t-on les déchets?
Those are just a few questions and if I have time I’d like to ask
a couple more. Particularly I’d like to have time to talk about the
bay management areas.
Voilà seulement quelques questions, et, si j’ai le temps,
j’aimerais poser encore quelques autres questions. En
particulier, j’aimerais avoir le temps de parler de la gestion des
baies.
Mr. Meaney: In terms of the relationship between the federal
government and fish health I think the important
distinction—and it’s not dissimilar in terrestrial health in
Canada as well—is that generally the federal government has a
responsibility for the national biosecurity piece. We don’t want to
see any new potato disease show up in Prince Edward Island. We
don’t want to see any new cattle disease show up in Alberta. The
federal government has safeguards and international protocols
that ensure that the transmission of animals and meat products
reduces that risk. That’s their primary role. It is the same in terms
of the aquatic animal piece. They set the ground rules for import/
export, largely their major responsibility, but also deal with the
reportable disease piece that Dr. Whelan referred to, for example
infectious salmon anemia.
M. Meaney : En ce qui a trait à la relation entre le
gouvernement et la santé des poissons, je crois que l’importante
distinction à faire — et c’est la même chose pour la santé des
animaux terrestres au Canada — c’est que, en général, le
gouvernement fédéral a une responsabilité à l’égard du volet de
la biosécurité nationale. Nous ne voulons pas voir l’apparition
d’une nouvelle maladie de la pomme de terre à l’Île-du-PrinceÉdouard. Nous ne voulons pas voir une nouvelle maladie du
bovin apparaître en Alberta. Le gouvernement fédéral a des
mesures de protection et des protocoles internationaux pour
s’assurer que les modalités de transmission de produits animaux et
de la viande réduisent ce risque. C’est leur fonction principale.
C’est la même chose pour le volet des animaux aquatiques. Il
établit les règles de base régissant l’importation et l’exportation —
c’est essentiellement une de ses grandes responsabilités —, mais il
gère aussi le volet des maladies déclarables dont a parlé le Dr
Whelan, comme l’anémie infectieuse du saumon.
The provinces in every jurisdiction across the country have a
role in terrestrial and aquatic animal health in terms of dealing
with in situ or localized issues around animal health in our
communities and bays that surround our provinces, production
diseases or its management of that in terms that we have the
optimal fish health piece.
Chaque province du pays a un rôle à jouer au chapitre de la
santé des animaux terrestres et aquatiques lorsqu’il s’agit de gérer
des enjeux sur place ou limités à une région concernant la santé
animale dans nos collectivités et dans les baies qui délimitent nos
provinces, des maladies liées à la production ou la gestion connexe
pour optimiser le volet de la santé des poissons.
9:38
Fisheries and Oceans
27-5-2014
While it may appear to be an overlap there’s a clear distinction
in terms of roles and responsibility. We deal with it on the farm
site in terms of ensuring optimization of health within our own
environment and communities. The federal government’s
responsibility is in ensuring that we have the legislative and
inspection barrier that prevents any new diseases from entering
Canada and relationships with other trading partners in our
adjacent countries that we share borders with to ensure those
optimal health pieces.
Il peut sembler y avoir un chevauchement, mais il y a une
distinction claire sur le plan des rôles et des responsabilités. Nous
gérons ces choses sur le site d’aquaculture dans le but d’optimiser
la santé dans notre propre environnement et dans nos
collectivités. Le gouvernement fédéral a pour responsabilité de
s’assurer que la barrière législative liée aux inspections est en place
pour empêcher toute nouvelle maladie d’entrer au Canada et que
nous entretenons des relations avec d’autres partenaires
commerciaux dans les pays qui nous entourent — avec lesquels
nous partageons des frontières — pour veiller à ce que le volet de
la santé soit optimal.
Senator McInnis: So the federal government doesn’t come here
to do any inspections. CFIA has no involvement whatsoever.
Le sénateur McInnis : Alors, le gouvernement fédéral ne vient
pas ici faire des inspections. L’ACIA n’intervient absolument
jamais.
Dr. Whelan: I guess to go back first, it may look like an overlap
of aquatic animal health. It is because you’re talking about
different categories of animal health. There’s a reportable and
notifiable disease issue that is handled nationally and down at the
local level by CFIA. In truth, if you didn’t have the interactivity
between the province and the industry along with those, you
wouldn’t get everything on the periphery of what we’re talking
about.
Dr Whelan : J’imagine que, à première vue, il pourrait sembler
y avoir chevauchement dans le dossier de la santé animale
aquatique. C’est parce qu’on parle de différentes catégories de
santé animale. Il y a les maladies déclarables et maladies à
déclaration obligatoire qui sont gérées à l’échelle nationale et, à
l’échelon local, par l’ACIA. En vérité, si la province et l’industrie
n’interagissaient pas aussi à cet égard, on ne détecterait pas tout
ce dont vous parlez.
Reportable and notifiable diseases don’t occur every day
although maybe the Food Inspection Agency thinks so right now.
It’s not something that is a commonality that we’ll deal with every
single time. It’s an eventuality that the country has to be ready
for.
Les maladies déclarables et à déclaration obligatoire ne
surviennent pas chaque jour, bien que l’Agence canadienne
d’inspection des aliments croie peut-être qu’il en est ainsi à
l’heure actuelle. Ce n’est pas un événement courant que nous
devons gérer tous les jours. Il s’agit d’une possibilité que le pays
doit être prêt à gérer.
What is of more importance is regular diseases or endemic
pathogens that might exist in Canadian waters. They’ve existed
and they always will. That’s something that you’ll have either in a
freshwater or marine. Those are the ones that really have primary
importance that you want to deal with. The province and the
industry play a crucial role in that.
Ce qui est d’une plus grande importance, ce sont les maladies
ou les agents pathogènes endémiques réguliers que l’on peut
retrouver dans les eaux canadiennes. Ils ont toujours existé et
continueront de le faire. C’est quelque chose qu’on retrouve dans
un milieu d’eau douce ou un milieu marin. Ce sont ces choses qu’il
faut gérer en priorité. La province et l’industrie jouent un rôle
crucial à cet égard.
The federal one, the reportable disease one, sounds like it is
completely separate. There is no question they’re the lead entity
for it, but without the province and the industry doing subsequent
surveillance all around that region—a buffer zone, a control
zone—you don’t get that truly coordinated effort that leads to
good management. That’s part of where aquatic animal health
works. It is all those levels.
Le rôle fédéral, celui qui a trait aux maladies déclarables, a l’air
d’être complètement distinct. Il ne fait aucun doute que le
gouvernement fédéral assure la direction à ce chapitre, mais, sans
la surveillance subséquente de la province et de l’industrie dans
toute la région — une zone tampon, une zone de contrôle — il n’y
a aucun effort véritablement coordonné qui mène à une bonne
gestion. C’est un aspect du fonctionnement de la santé des
animaux aquatiques. Ce sont tous ces paliers.
It’s not to say that’s the only interaction because we also do
fish health for the federal government as their client. We do that if
there’s a wild fish condition or something. We’ll actually provide
that health service and diagnostics and report back to those
entities.
Ce n’est pas pour dire qu’il s’agit de la seule interaction, car
nous travaillons aussi dans le domaine de la santé des poissons à
titre de client du gouvernement fédéral. Nous faisons cela s’il y a
une affection qui touche des poissons sauvages ou quelque chose
du genre. Nous allons offrir ce service de santé et établir des
diagnostics, puis nous rendons des comptes aux entités
concernées.
The other thing that happens is that there is the Department of
Fisheries and Oceans Introduction and Transfers Committee so
that when you move animals within the province or around it
L’autre chose qui arrive, c’est qu’il y a le Comité des
introductions et des transferts du ministère des Pêches et des
Océans, de sorte que, lorsqu’on transfère des animaux au sein de
27-5-2014
Pêches et océans
9:39
looks clearly on paper that’s the lead for that. That has been now
segregated and the health portion comes out to CFIA. The other
components for habitat and genetics are actually handled by
DFO, but what was really not clear there was the role of endemic
pathogens that already exist that CFIA really doesn’t have an
interest in. Those ones are now being covered through DFO’s
Introduction and Transfers Committee, the province and the
industry which will continue to do that surveillance. That’s how
they kind of mesh. I hope that explains that.
la province ou d’une province à l’autre, il est clairement indiqué
sur papier que cette entité est responsable. On a maintenant établi
certaines distinctions, et le volet de la santé est du ressort de
l’ACIA. Les autres volets touchant l’habitat et la génétique sont
en fait gérés par le MPO, mais ce qui n’était vraiment pas clair,
c’est le rôle des agents pathogènes endémiques existant déjà qui
n’intéresse pas vraiment l’ACIA. C’est maintenant le Comité des
introductions et des transferts du MPO qui les gère, en
collaboration avec la province et l’industrie, qui continueront à
assurer cette surveillance. C’est ainsi que ces choses s’emboîtent,
en quelque sorte. J’espère que mon explication vous est utile.
To proceed on with your fallowing question, we’ve done a lot
of different work on fallowing over the years. It has been an
important issue because we saw early on that you really need to
fallow. I believe in it strongly. Inherently as a veterinarian I think
that’s a very strong practice to have. That was incorporated a
long time ago but to do that you need the sites available. You
need sites that can lay fallow.
Pour ce qui est de votre question sur la jachère, nous avons
exécuté beaucoup de travaux à cet égard au cours des années.
C’est un enjeu important, car nous avons vu assez rapidement que
la jachère était nécessaire. J’y crois fermement. En ma qualité de
vétérinaire, je crois que cette pratique est très solide. Elle a été
intégrée il y a très longtemps, mais elle nécessite la disponibilité de
sites. On a besoin de pouvoir mettre des sites en jachère.
What duration that you have will be different in every single
jurisdiction. If people consider there’s a mismatch between
provinces and how long, we’ve had in some areas a one-year
fallow. We asked that the site remain fallow. Why wouldn’t
another jurisdiction? Why wouldn’t everybody do one year? It’s
because the environmental conditions are different in every
region.
La durée variera d’une administration à l’autre. Si les gens
jugent cela incohérent... Dans certaines régions, nous avons eu des
jachères d’un an. Nous avons demandé que le site demeure en
jachère. Pourquoi une autre administration n’en ferait-elle pas
autant? Pourquoi tout le monde ne le fait-il pas pour un an? C’est
parce que les conditions environnementales diffèrent d’une région
à l’autre.
We look at some of the Newfoundland waters and we see 400
feet of water. You have all these conditions that really give you an
optimal site: good production and good flow. That’s really crucial
but we also believe for a whole bunch of different factors that
fallowing is a crucial piece to that. You have to have enough other
sites available so in Newfoundland that can be the term that’s
there.
On regarde certaines eaux de Terre-Neuve, et on constate
qu’elles ont une profondeur de 400 pieds. Toutes ces conditions
sont réunies pour offrir un site optimal : une bonne production et
un bon débit. C’est vraiment important, mais nous croyons aussi,
pour toute une gamme d’autres raisons, que la jachère est un
élément crucial à cet égard. Il faut qu’une quantité suffisante de
sites soit disponible, alors, à Terre-Neuve, c’est une telle durée qui
est établie.
What will change is that we now have management agreements
in place. We do evidenced-based decisions now so we have
validated scientific information on how things travel and how
they move. That will inform more on fallow so fallowing can be
less or more based on that. So it becomes more of a truly scientific
focused decision that you make for fallowing.
Ce qui change, c’est que, maintenant, nous avons des ententes
de gestion. Nous prenons désormais des décisions fondées sur des
données probantes, alors nous avons de l’information scientifique
valide sur le transport et les déplacements. Cela éclairera
davantage la pratique de la jachère, qui pourra se fonder plus
ou moins sur ces données. Ainsi, la décision relative à la jachère
devient véritablement fondée sur des données scientifiques.
Senator McInnis: So the restoration of a site, is that in
connection with fallowing?
Le sénateur McInnis : Alors, la remise en état d’un site est-elle
liée à la mise en jachère?
Dr. Whelan: To me as a veterinarian its primary for health but
obviously the secondary factor is that amount of fallowing allows
for any other targeted events that happen for them to be
remediated.
Dr Whelan : Pour moi, comme je suis vétérinaire, la raison
première est la santé, mais, de toute évidence, un autre facteur
tient au fait que la jachère permet d’entreprendre d’autres
processus liés à la remise en état.
Senator McInnis: This financial contribution that is given I
take it that’s analogous to a security deposit. Is that paid up
front? Who holds it?
Le sénateur McInnis : La contribution financière remise,
j’imagine, est un type de dépôt de sécurité. Le montant est-il
payé à l’avance? Qui le détient?
9:40
Fisheries and Oceans
27-5-2014
Mr. Meaney: We’re in discussions currently with the industry
in terms of looking at financial obligations. The reference you
make is in section 4.2 of our act. It deals with the event where a
farm would fail and the site would have to be restored in a
physical sense.
M. Meaney : Nous sommes actuellement dans un processus de
discussion avec l’industrie pour examiner les obligations
financières. Ce que vous dites renvoie à l’article 4.2 de notre loi.
Cette disposition prévoit le cas d’une pisciculture qui ferait faillite;
il faudrait alors que le site soit remis physiquement en état.
There are a number of models around. We have had
discussions. Industry apparently maintains a lump sum of
finances to address that in the event something happens. The
recourse for the province under the act is that if you didn’t have
the funds available to do so then we could enact the powers of the
act and go seek legal recourse against you.
Il existe un certain nombre de modèles. Nous avons tenu des
discussions. Apparemment, l’industrie conserve un montant
forfaitaire pour cette éventualité. Le recours à la disposition qui
s’offre aux provinces, aux termes de la loi, c’est que, si vous
n’aviez pas les fonds nécessaires, nous pourrions appliquer les
mesures prévues par la loi et vous poursuivre en justice.
There are two points I’ll make. One is that the opportunities
for requirement for restoration have been very, very small in the
province and secondly we’ve had some experience with the cost of
doing restoration. It’s fairly reasonable. It’s less than $100,000 for
a major site. We’re in the process of working with industry.
They’ve come forward with a proposal in terms of how to provide
that surety on an industry-wide basis as opposed to an individual.
Je veux faire valoir deux choses. Premièrement, il y a eu très
peu de cas dans la province où on a pu exiger qu’il y ait remise en
état et, deuxièmement, nous avons une certaine expérience des
coûts de l’opération. Ils sont assez raisonnables. Cela coûte moins
de 100 000 $ pour un grand site. Nous sommes en train de
travailler avec l’industrie. Elle a présenté une proposition sur la
façon de donner une telle sûreté à l’échelle de l’industrie plutôt
que pour chaque particulier.
Senator McInnis: The bay management area which you
suggested is based on science to a great degree, it’s something
that I think is quite important and probably very helpful. Is it
similar to zoning? They have to have apparently a minimum of
three bay management areas where they put their farms. Explain
to me how it works, and is it zoning?
Le sénateur McInnis : La gestion des baies dont vous avez parlé
repose dans une large mesure sur la science et, selon moi, c’est
quelque chose de très important et probablement de très utile.
Cela ressemble-t-il au zonage? Il semble qu’on doive avoir au
moins trois zones de gestion des baies pour installer une
pisciculture. Pourriez-vous m’expliquer comment cela
fonctionne? Et s’agit-il de zonage?
Dr. Whelan: Each word has a specific definition so bay
management areas have been chosen because it’s a regionalized
approach within that one discrete area, a bay managed area. The
misnomer is the word ‘‘bay’’ because it’s not necessarily in
corporate to a bay. That is because a bay in Newfoundland versus
a bay in New Brunswick is completely different. In some fjords in
Newfoundland you could fit a whole industry of aquaculture in
that area. The misnomer is the word ‘‘bay’’ but it is an area.
Dr Whelan : Chaque mot est associé à une définition précise,
alors on a choisi la gestion des baies parce qu’elle constitue une
approche régionalisée se rattachant à une zone particulière, celle
des baies qui font l’objet de la gestion. Ce qui porte à confusion,
c’est le mot « baie », car la structure géographique ne correspond
pas nécessairement à une baie; une baie à Terre-Neuve est
complètement différente d’une baie au Nouveau-Brunswick. Il
serait possible d’installer toute une industrie aquicole dans
certains fjords de Terre-Neuve. Ce qui porte à confusion, c’est
le mot « baie »; il s’agit d’un secteur.
What’s the difference between that and a zone? Zones are
generally used for the World Organization for Animal Health, the
Office Infectious des Epizooties. They use the word ‘‘zonation’’
and that’s zonation has different control measures and different
parameters. It has more to do with what’s a defined response to
something.
Quelle est la différence par rapport à une zone? Le terme zone
est généralement utilisé à l’Organisation mondiale de la santé
animale, à l’Office international des épizooties. Dans ce cas, c’est
le terme « définition de zone » qui est utilisé, et ce concept est
assorti de différentes mesures de contrôle et de différents
paramètres. Il est davantage question de définir l’intervention
en fonction de différentes éventualités.
We see zones and zonation used in terrestrial medicine. With
things like avian influenza there were zones, control zones and
buffer zones. We would use something similar if you have a
condition that you’re under management. I think the reason the
word ‘‘bay management areas’’ are chosen is the most specific and
precise usage of words. Discrete activities happen within that
area. You look at a marine environment, a freshwater
environment and it looks like it’s free-flowing. It looks like how
could you do anything in that area. How could that be separate
from another one? We use strict science rules, things like
Nous voyons les termes zones et de définition de zone en
médecine terrestre. Dans des cas comme celui de la grippe aviaire,
il y avait des zones : des zones de contrôle et des zones tampons.
Nous pourrions établir un cadre semblable si vous faisiez l’objet
d’une gestion pour une affection particulière. Je crois que les mots
« gestion des baies » sont utilisés dans leur acception la plus
précise. Des activités distinctes sont menées dans ce secteur. Si
vous regardez un environnement marin ou un environnement
d’eau douce, on a l’impression que tout circule librement. On ne
croirait jamais pouvoir faire quelque chose dans ce secteur.
27-5-2014
Pêches et océans
9:41
epidemiology where you look at risk factors and studies. You use
oceanography where you understand currents, wind driven, the
strata in the ocean and how things operate. You look at the zonal
influence when we say ‘‘zone’’ and a ‘‘coastal zone’’, so how does
that change?
Comment ce secteur pourrait-il être distinct d’un autre? On
applique des règles strictement scientifiques, qui touchent des
choses comme l’épidémiologie, pour examiner les facteurs de
risque et des études. À l’aide de l’océanographie, on tente de
comprendre les courants, alimentés par le vent, les strates
océaniques et la façon dont les choses fonctionnent. On regarde
l’influence des zones, lorsqu’on dit qu’une chose est une zone et
qu’une autre est une zone côtière; alors, quelle est la différence?
We found in Newfoundland there has been a tremendous
investment by the provincial government. It was seen as
something that should be done, that we should have some strict
evidence to inform these bay management areas. There has been
in the neighbourhood of 450,000 per year for the last couple of
years where we have our own vessel that has actually been leased
from the Marine Institute, great collaborators in this. We have
oceanographers on board, veterinarians, health people,
development people and a multi-beam sonar suite. All these
things are brought to bear and you go out and you start mapping
the region along the coastline, along the areas where you think
aquaculture is and will be. You want to understand how do things
flow from this certain segment to another.
À Terre-Neuve, nous avons constaté que le gouvernement
provincial a fait un investissement énorme. On considérait que
cela devait être fait, qu’il devrait y avoir des données probantes
sans ambiguïté pour éclairer ces secteurs de gestion des baies. Il a
été de l’ordre de 450 000 $ par année depuis les dernières années,
ce qui nous a permis d’avoir notre propre navire, qui, en fait, est
loué à la Marine Institute, un grand collaborateur à ce chapitre.
Nous collaborons avec des océanographes, des vétérinaires, des
responsables de la santé et des promoteurs, et nous utilisons un
ensemble de sonars multifaisceaux. On rassemble tous ces
éléments et on commence à cartographier la région le long du
littoral et aux endroits où on envisage de l’aquaculture. Il faut
comprendre le passage d’un segment à un autre.
If there’s no flow that leads you to believe now we’ve got a
zone, that we have something that you would say would be
‘‘zonal’’. I look it as more of an area. That’s a more precise term
because you do the activities within that. We say there is then
truly separation. If something can’t travel or travel well from this
region that you’ve chosen to another one, you’ve now created a
biosecurity barrier that actually exists even though it looks like
there is none. All the measures that happen is what will move
from one region or one bay management area to another, control
those, cleaning and disinfection should occur between each of
those. The practices of stocking, when you stock, when you
remove, when you harvest, when you do any sort of therapeutant
or non-therapeutant control, they will be across the area. That
gives you that greater of confidence you’re doing things to
improve things for the future.
S’il n’y a pas de passage, ce qui vous donne à penser que vous
êtes en présence d’une zone, qu’il y a un élément que vous
qualifieriez de « zonal »... J’envisagerais cela plutôt comme un
secteur. Ce terme est plus précis, car il délimite l’endroit où se
déroulent les activités. Dans ce cas, on parle d’une véritable
séparation. Si une chose ne peut pas circuler ou ne pas bien
circuler à partir de cette région pour aller vers une autre, vous
avez créé une barrière de biosécurité même si, selon les
apparences, il n’y en a pas. Toutes les mesures prises dans une
région ou un secteur de gestion des baies affecteront le prochain
secteur; il faut les contrôler, nettoyer et désinfecter à chaque
occasion. Les pratiques d’ensemencement — le fait d’ensemencer,
de retirer, de récolter et d’effectuer tout type de contrôle
thérapeutique ou non thérapeutique — se répercutent à l’échelle
du secteur. Cela permet de se rassurer en sachant qu’on fait des
choses pour améliorer l’avenir.
Senator McInnis: Are they normally pristine areas?
Le sénateur McInnis : S’agit-il de zones vierges, normalement?
Dr. Whelan: I would call everything a pristine area.
Dr Whelan : Je dirais que toutes les zones sont vierges.
Senator McInnis: In Newfoundland.
Le sénateur McInnis : À Terre-Neuve.
Dr. Whelan: Isn’t Newfoundland pristine? If you had an
opportunity to visit I think you’d feel that. We’re pristine. I
think it’s beautiful. I think the conditions are great. Everybody in
the community loves their community. In all marine
environments or freshwater environments there exist pathogens.
They just do exist. If you want to call that pristine I do because
within wild fishes there are pathogens found. Things are detected
that exist. Are they still pristine? Absolutely but you do have to
have an awareness that this exists.
Dr Whelan : Terre-Neuve n’est-elle pas vierge? Si vous aviez la
chance de venir sur place, je crois que ce serait votre impression.
Nous sommes une zone vierge. Je crois que c’est magnifique. Je
crois que les conditions sont excellentes. Tout le monde ici adore
sa collectivité. Dans n’importe quel environnement marin ou
d’eau douce, il y a des agents pathogènes. Ils sont toujours là. Si
vous voulez appeler cela une zone vierge... Moi, je le fais, car on
retrouve des agents pathogènes dans les poissons sauvages. On
détecte des choses qui existent. S’agit-il tout de même d’un
environnement vierge? Assurément, mais il faut savoir que cela
existe.
9:42
Fisheries and Oceans
27-5-2014
Senator Raine: Thank you very much. One of the advantages of
going last is that most of the questions I was going to ask have
been asked. I appreciate your being here and I have a couple of
very small points.
La sénatrice Raine : Merci beaucoup. L’un des avantages de
parler en dernier, c’est que la plupart des questions que j’allais
poser l’ont déjà été. Je vous remercie d’être venus, et j’ai deux ou
trois très brèves questions.
Have you ever experienced conflict between the siting of a fish
farm and the people on shore where they didn’t want it in front of
their property and how would that be dealt with? Do people on
shore have any rights in terms of what they call their pristine view,
or are you sort of cognizant of that and is there general agreement
that this is good for everybody?
Avez-vous déjà observé un conflit entre l’exploitation d’une
pisciculture et les résidents de la berge qui ne veulent pas voir cela
devant leur terrain? Et comment gérerait-on la situation? Les
résidents ont-ils des droits par rapport à la vue dont ils jouissent,
ou reconnaissez-vous cette réalité et y a-t-il un consensus général
selon lequel c’est pour le bien de la collectivité?
Mr. Meaney: Our land tenure system in Newfoundland and
Labrador is based on a Crown land basis and riparian area.
Thirty-three feet from the high tide mark is public property. You
may have a piece of property that overlooks the ocean but you
have no direct ownership or restriction on that 33-foot area. We
certainly consult. We take that information into account when
there’s an aquaculture licence present. There have been some
concerns expressed however this is coastal Newfoundland and
Labrador. There are fishing vessels and other vessels moving back
and forth in front of your property every single day and it’s
presumed to be part of our process.
M. Meaney : Le régime foncier de Terre-Neuve-et-Labrador
repose sur le principe de propriété de la Couronne et de zone
riveraine. L’aire de 33 pieds à partir de la laisse de marée haute
appartient à la Couronne. Vous pouvez avoir un terrain qui
donne sur l’océan, mais vous n’avez aucun droit de propriété
directe ou de restriction sur cette aire de 33 pieds. Certes, nous
menons des consultations. L’information est prise en compte
lorsqu’il est question de permis d’aquaculture. Certaines
préoccupations ont été exprimées, mais il s’agit de la zone
côtière de Terre-Neuve-et-Labrador. Des navires de pêche, entre
autres, passent sans cesse devant votre terrain au quotidien, et
cela est considéré comme faisant partie de nos habitudes.
That being said, again we work with industry. If we can avoid
disrupting somebody’s access or view we certainly strive to do
that, but from a legislative perspective no, there is no protection
given to the shorefront properties that they have exclusive rights
to viewscapes, for example.
Cela dit, encore une fois, nous travaillons avec l’industrie. Si
nous pouvons éviter de compromettre l’accès ou la vue d’un
particulier, nous prenons certainement toutes les mesures pour le
faire, mais, aux termes de la loi, non, les propriétaires de terres
littorales n’ont aucune protection qui leur conférerait des droits
exclusifs sur une vue ou un paysage, par exemple.
Senator Raine: There’s nothing on your application for tenure
for a licence that says you have to have a little check box: ‘‘Do
your neighbours agree?’’
La sénatrice Raine : Dans votre demande de permis, n’y a-t-il
pas une petite case qui demande « Vos voisins sont-ils d’accord? »
Mr. Meaney: The licensing process requires the company to
meet with the community and meet with other resource users. If
for example there were cottage developments in that area they
would have to demonstrate to us that they’ve met those concerns
and we would follow up on it if there were any concerns addressed
with the opponents to it.
M. Meaney : Le processus de permis exige de l’entreprise
qu’elle rencontre la collectivité et d’autres utilisateurs de la
ressource. Si, par exemple, on construisait des chalets dans la
région, il faudrait que l’entreprise démontre qu’elle a écarté les
préoccupations, et nous assurerions un suivi des mesures prises en
cas de préoccupations soulevées par des opposants.
Senator Raine: The other question I have is completely
different. We did hear that there’s a concern about transporting
the fish to market in an efficient and fast way where sometimes
the trucks can’t get on the ferries. In your plans for expansion are
you taking that into consideration, the ferry access to the
mainland for exporting the fish?
La sénatrice Raine : Mon autre question est entièrement
différente. Nous avons entendu parler d’une préoccupation liée
au transport des poissons jusqu’au marché de façon rapide et
efficiente, parce qu’il arrive que les camions ne puissent pas
embarquer sur les traversiers. Dans vos plans d’agrandissement,
prenez-vous cela en considération, l’accès par traversier au
continent pour exporter le poisson?
Mr. Meaney: We’re very cognizant that the market access is
the most critical point. Industry together with the province has
made representation in terms of identifying priority for fresh and
live seafood access on vessels that exiting the province. We
continue to press those points with Marine Atlantic and support
industry in terms of identifying opportunities where a priority
setting basis can be identified for fresh and live seafood.
M. Meaney : Nous reconnaissons très bien que l’accès au
marché est la chose la plus importante. L’industrie, avec la
collaboration de la province, a officiellement défini des priorités
relatives à l’accès des fruits de mer frais et des produits de la mer
vivants à des navires qui quittent la province. Nous continuons à
faire valoir ces choses auprès de Marine Atlantique et soutenons
l’industrie en l’aidant à cerner les occasions d’établir des priorités
pour les fruits de mer frais et les produits de la mer vivants.
27-5-2014
Pêches et océans
Senator Raine: Is that in place or is that hopeful?
Mr. Meaney: That’s hopeful. The current priority setting
process from Marine Atlantic doesn’t necessarily segregate out
seafood as a priority commodity exiting the province. Granted
there is a difference between frozen products but the critical
concern for us and industry is that fresh and live
products—lobster, mussels, freshly harvested fish of any
species—need to be able to get to market as quick as possible
to be competitive in the market. Fresh is critical in the
marketplace and travel time equates to freshness.
9:43
La sénatrice Raine : Ce processus est-il en place ou espère-t-on
l’établir?
M. Meaney : On espère l’établir. L’actuel processus
d’établissement des priorités de Marine Atlantique ne fait pas
nécessairement des fruits de mer une marchandise prioritaire qui
quitte la province. Il est vrai qu’il y a une distinction par rapport
aux produits congelés, mais la principale préoccupation, pour
nous et pour l’industrie, tient au fait que les produits frais et
vivants — les homards, les moules et toute espèce de poissons
fraîchement récoltés doivent pouvoir être mis sur le marché le plus
rapidement possible pour soutenir la concurrence. La fraîcheur
est un élément crucial sur le marché et elle dépend du temps de
déplacement.
Senator Raine: Who owns Marine Atlantic?
La sénatrice Raine : Qui est propriétaire de Marine Atlantique?
Mr. Meaney: The federal government.
M. Meaney : Le gouvernement fédéral.
Senator Raine: Are they co-operating on this request?
La sénatrice Raine : Coopère-t-il dans le cadre de cette
demande?
Mr. Meaney: We’ve had numerous discussions and the
industry has indicated to us that they are not satisfied with the
current process in terms of access to priority setting on the ferries.
M. Meaney : Nous avons tenu de nombreuses discussions, et
l’industrie nous a avisés que le gouvernement n’était pas satisfait
du processus actuel en ce qui a trait à l’établissement de priorités
d’accès aux traversiers.
Senator Raine: Perhaps it would be good to get a little
background paper on that issue for the committee. Thank you
very much.
La sénatrice Raine : Il serait peut-être bien d’obtenir un petit
document d’information sur cette question pour le comité. Merci
beaucoup.
The Chair: Thank you, senators, and thank you to our
witnesses this morning. It has been once again a very interesting
and informative discussion and certainly a great way to start off
our public hearings here in Newfoundland today.
Le président : Merci, mesdames et messieurs les sénateurs, et
merci à nos témoins ce matin. Encore une fois, la discussion a été
très intéressante et instructive et, certes, une excellente façon de
démarrer nos audiences publiques ici aujourd’hui à Terre-Neuve.
Minister, if you have a couple of closing remarks, we will finish
up.
Monsieur le ministre, si vous avez un mot de conclusion, nous
allons terminer.
Mr. Hutchings: First and foremost I want to thank the
committee for hearing our presentation. I certainly hope we
answered your questions. I want to thank staff, Dr. Whelan, and
Mr. Meaney.
M. Hutchings : En premier lieu, je tiens à remercier le comité
d’avoir écouté notre exposé. Certes, j’espère que nous avons su
répondre à vos questions. Je tiens à remercier les membres du
personnel, le Dr Whelan et M. Meaney.
I hope you certainly get insight into what is happening in
Newfoundland and Labrador in regard to aquaculture industry,
how it has progressed, and certainly first and foremost biosecurity
and making sure it is sustainable and keeping those pristine
waters we talked about. Collectively I think we’ve done a good
job. There are challenges but they’re exciting times in terms of
how the industry is going to grow.
J’espère assurément que vous avez pu mieux voir ce qui se
passe à Terre-Neuve-et-Labrador au chapitre de l’industrie
aquicole, de son évolution et, surtout, de la biosécurité et aussi
lorsqu’il s’agit de s’assurer que l’exploitation est durable et que
l’on conserve ces eaux vierges dont nous avons parlé. Je crois que,
collectivement, nous avons fait du bon travail. Il y a des
difficultés, mais nous connaissons une époque stimulante sur le
plan de la croissance de l’industrie.
Thanks for coming and certainly enjoy the rest of your stay in
our great province.
Merci d’être venus, et je vous souhaite assurément un agréable
séjour dans notre province fantastique.
The Chair: We’re pleased to welcome our second panellist of
the morning. I would ask you to introduce yourselves first before
we begin, please.
Le président : Nous avons le plaisir d’accueillir notre deuxième
groupe de témoins ce matin. Je vous demanderais de bien vouloir
vous présenter avant de commencer.
9:44
Fisheries and Oceans
27-5-2014
Cyr Couturier, President, Newfoundland Aquaculture Industry
Association: Good morning, senators. My name is Cyr Couturier
and I’m currently the President of the Newfoundland
Aquaculture Industry Association.
Cyr Couturier, président, Newfoundland Aquaculture Industry
Association : Bonjour, mesdames et messieurs les sénateurs. Je
m’appelle Cyr Couturier et je suis l’actuel président de la
Newfoundland Aquaculture Industry Association.
Miranda Pryor, Executive Director, Newfoundland Aquaculture
Industry Association: Good morning. My name is Miranda Pryor.
I’m the Executive Director of the Newfoundland Aquaculture
Industry Association.
Miranda Pryor, directrice exécutive, Newfoundland Aquaculture
Industry Association : Bonjour. Je m’appelle Miranda Pryor. Je
suis la directrice exécutive de la Newfoundland Aquaculture
Industry Association.
Jennifer Caines, Project Manager, Northern Harvest Sea
Farms NL Ltd.: Good morning. I’m Jennifer Caines. I’m
Project Manager with Northern Harvest Sea Farms
Newfoundland Limited.
Jennifer Caines, gestionnaire de projet, Northern Harvest Sea
Farms NL Ltd. : Bonjour. Je m’appelle Jennifer Caines. Je suis
gestionnaire de projet à Northern Harvest Sea Farms
Newfoundland Limited.
The Chair: Thank you for taking the time to join us here this
morning, and my understanding is we will have some opening
remarks. We’ll give you the opportunity to present those and then
our senators, I’m sure, will have questions for you. Certainly I
want to thank you on behalf of the committee for your assistance
over the last couple of days in organizing and helping us with our
tour of the south coast. It was very memorable. The floor is yours.
Le président : Merci d’avoir pris le temps de venir ici ce matin,
et je crois comprendre que vous avez une déclaration préliminaire.
Je vais vous laisser la présenter, puis nos sénateurs auront des
questions pour vous, j’en suis certain. Je tiens absolument à vous
remercier au nom du comité de l’aide que vous nous avez fournie
durant les derniers jours au chapitre de l’organisation et de notre
visite de la côte sud. C’était inoubliable. La parole est à vous.
Mr. Couturier: Thank you.
M. Couturier : Merci.
My biography has been handed out. I’m a marine biologist. I
have 35 years of experience in sector development for aquaculture
across the country and in Newfoundland in particular. I would
like to briefly give you a few comments about aquaculture
globally and put it down to the Newfoundland context. Then my
colleagues here from the industry will speak a bit more about the
finfish industry in Newfoundland and Labrador.
Ma notice biographique a été distribuée. Je suis biologiste de la
vie aquatique. J’ai 35 ans d’expérience de l’aménagement de
secteurs pour l’aquaculture à l’échelle du pays et particulièrement
à Terre-Neuve. J’ai quelques brefs commentaires sur
l’aquaculture à l’échelle mondiale ainsi que dans le contexte de
Terre-Neuve. Ensuite, mes collègues ici qui représentent
l’industrie parleront un peu plus de l’aquaculture des poissons à
Terre-Neuve-et-Labrador.
My voice is going. I guess it’s a result of spending too much
time on the Bay d’Espoir highway. I don’t really know.
Je perds la voix. J’imagine que c’est la conséquence d’avoir
passé trop de temps sur l’autoroute de baie d’Espoir. Je ne le sais
vraiment pas.
Global populations are growing of course and we will exceed
9 billion inhabitants on the planet by 2050. The United Nations
has recognized that aquaculture is one of the fastest growing food
production sectors globally and seafood in its entirety is currently
the single largest source of animal protein eaten by human beings
on the planet. An additional 30 million metric tons will be
required to meet global demand at present levels of consumption.
So even if we don’t increase production from any source of
seafood, at current consumption levels we will need another 30 to
40 million metric tons.
La population mondiale est à la hausse, bien sûr, et la Terre
comptera plus de neuf milliards d’habitants d’ici 2050. Les
Nations Unies ont reconnu que l’aquaculture est l’un des secteurs
de production alimentaire qui croissent le plus rapidement au
monde, et les fruits de mer en général sont actuellement la
première source de protéine animale consommée par les humains
à l’échelle mondiale. Trente millions de tonnes métriques
supplémentaires seront nécessaires pour satisfaire à la demande
mondiale si les niveaux de consommation se maintiennent. Ainsi,
même si nous n’augmentons pas la production d’une source de
fruits de mer, selon les niveaux de consommation actuels, nous
aurons besoin d’encore 30 à 40 millions de tonnes métriques.
The United Nations reported on and released this week its
status on world fisheries and aquaculture. It recognized farm
seafood as an essential component of filling this gap. On a global
basis farmed seafood accounts for 50 per cent of the seafood
eaten by human beings. About half of the world’s farm seafood
consists of finfish species, feed to a certain extent, and half of selffeeding species such as seaweed, filter-feeding mollusks and so on.
Over 50 million fish harvesters and fish farmers rely on seafood as
Les Nations Unies ont produit un rapport publié cette semaine
sur l’état des pêches et de l’aquaculture mondiales. Elles ont
reconnu que les fruits de mer d’élevage étaient un élément
essentiel pour combler la lacune. À l’échelle mondiale, les fruits de
mer d’élevage représentent 50 p. 100 des fruits de mer consommés
par les humains. Environ la moitié des fruits de mer d’élevage à
l’échelle mondiale consiste en des espèces de poissons, de
l’alimentation pour animaux, dans une certaine mesure, et
27-5-2014
Pêches et océans
9:45
a source of income, food production, employment and nutrition.
A much larger portion of about 500 million people rely on
seafood as nutrition.
l’autre moitié, en des espèces s’alimentant en libre-service, comme
les algues, en des mollusques s’alimentant par filtration et ce genre
de choses. Plus de 50 millions de pêcheurs et de pisciculteurs
dépendent des fruits de mer pour leur revenu, la production
d’aliments, l’emploi et l’alimentation. Une portion beaucoup plus
importante — environ 500 millions de personnes — dépend des
fruits de mer pour s’alimenter.
Seafood, including farmed seafood, has the least carbon
footprint of any food produced by man. On a global scale
humans utilize nearly 80 per cent of our arable land and this land
comprises less than 20 per cent of the world’s food producing
zones. So the opportunity is great for farm seafood to continue to
supply food for humankind.
Les fruits de mer — dont les fruits de mer d’élevage — laissent
la plus modeste empreinte carbone comparativement à n’importe
quel autre aliment produit par l’homme. À l’échelle mondiale, les
humains utilisent presque 80 p. 100 des terres arables, et cette
proportion inclut moins de 20 p. 100 des zones de production
alimentaire mondiale. Ainsi, il est tout à fait opportun que les
fruits de mer d’élevage continuent d’être une source
d’approvisionnement alimentaire pour l’humanité.
All seafoods provide incomparable sources of healthy delicious
nutrition including excellent natural sources of essential oils,
minerals, vitamins, db12 and a variety of other essential minerals
that we need as human beings.
Tous les fruits de mer sont une source incomparable d’éléments
nutritifs sains et délicieux, dont des huiles essentielles, des
minéraux, de la vitamine D et B12 et une variété d’autres
minéraux essentiels dont ont besoin les êtres humains.
In Canada, we’ve been farming the oceans for over a century,
in fact before Confederation, mostly for restoration and
recreational fisheries purposes. We currently rank in terms of
farm seafood 27th on a global scale and I think 22nd in terms of
fisheries. In the fisheries alone we were in the top five or six in the
1980s. So we’re losing ground in fisheries and we’re also losing
ground in terms of aquaculture. Our total contribution, even
though it’s a $2 billion industry in Canada, is less than
0.5 per cent of the global supply. The total value exceeds
$2 billion to the Canadian economy and nearly 30 per cent of
the value of all Canadian seafood comes from farm sources.
Much of it is from farmed salmon.
Au Canada, nous exploitons les océans depuis plus d’un siècle;
en fait, avant la Confédération, on le faisait surtout à des fins de
restauration et de pêche récréative. Actuellement, au chapitre des
fruits de mer d’élevage, nous nous classons au 27e rang à l’échelle
mondiale et, au chapitre des pêches, au 22e rang, je crois. Dans le
secteur des pêches seulement, nous étions parmi les cinq ou six
premiers dans les années 1980. Alors, nous perdons du terrain au
chapitre des pêches, et il en est de même pour l’aquaculture. Notre
contribution totale, bien qu’il s’agisse d’une industrie de
2 milliards de dollars au Canada, représente moins de 0,5 p. 100
de l’approvisionnement global. La valeur totale excède 2 milliards
de dollars pour l’économie canadienne, et près de 30 p. 100 de la
valeur de tous les fruits de mer canadiens provient de l’élevage.
Une grande proportion est issue du saumon d’élevage.
There is lost production in shellfish and finfish due to
regulatory barriers and many of them are at the federal level.
We can talk about that if you wish but there’s certainly a large
gap. The gap is widening, for example, on salmon in spite of
recent increases in Newfoundland and Labrador from the Canada
perspective. Our share of the global market has decreased by over
40 per cent in the past decade. That’s just comparing salmon and
salmon.
Il y a une perte de production dans le domaine des mollusques
et crustacés et du poisson causée par des obstacles réglementaires,
dont beaucoup relèvent du gouvernement fédéral. Nous pouvons
en parler si vous voulez, mais il y a certes un grand fossé. Le fossé
s’élargit, par exemple, pour ce qui est du saumon malgré des
augmentations récentes à Terre-Neuve-et-Labrador du point de
vue du Canada. Notre part du marché mondial a diminué de plus
de 40 p. 100 au cours des 10 dernières années. Et la comparaison
ne se rattache qu’à la catégorie du saumon.
The total farm production of Canada for finfish occupies less
than 0.1 per cent of the coastal space available and in total an
area less than Stanley Park in Vancouver. That’s for all the
salmon farms across all the provinces. Just in comparison, the
airport and tarmac in Vancouver cover a much larger area of
productive fisheries habitant than the Fraser River Delta. That’s
another example to give you a picture of how not dense
aquaculture is across the country.
La production aquicole totale du Canada pour le poisson
représente moins de 0,1 p. 100 par rapport à l’espace côtier
disponible et, au total, occupe une superficie moindre que le parc
Stanley à Vancouver. Cela vaut pour toutes les piscicultures de
saumon à l’échelle des provinces. En comparaison, la superficie de
l’aéroport et de l’aire de trafic à Vancouver est supérieure de
beaucoup à celle des pêches productives dans le delta du Fraser.
Voilà un autre exemple pour illustrer à quel point l’aquaculture
prend peu de place au pays.
9:46
Fisheries and Oceans
27-5-2014
Finfish culture in Newfoundland and Labrador:
Newfoundland has a desire and a responsibility to produce
healthy and environmentally sustainable seafood to feed the
growing demand. Salmon production began in earnest in
Newfoundland a little over a decade ago—and Jennifer will talk
to you about their efforts—well after all the major declines in
natural salmon stocks occurred here and elsewhere.
En ce qui a trait à la pisciculture à Terre-Neuve-et-Labrador,
Terre-Neuve a le désir et la responsabilité de produire des fruits de
mer sains de façon environnementalement durable pour alimenter
la demande grandissante. La production de saumon a commencé
de façon vigoureuse à Terre-Neuve il y a un peu plus de 10 ans —
et Jennifer vous parlera des efforts connexes —, longtemps après
les grands déclins de saumon naturel survenus ici et ailleurs.
We are currently the second largest producing region of
Canada in terms of finfish next to British Columbia. At least we
like to think so. We haven’t seen the statistics yet for New
Brunswick for last year. Conditions for farming salmon are
different from those of the Maritimes and British Columbia. Most
likely here in Newfoundland they’re similar to Scotland and
Norway in terms of the social, environmental and maybe to some
extent economic conditions. Two of the world’s leaders in salmon
farming are Scotland and Norway.
Nous sommes actuellement la deuxième région productrice de
saumon au Canada, après la Colombie-Britannique. À tout le
moins, c’est ce que nous aimons croire. Nous n’avons pas encore
vu les statistiques du Nouveau-Brunswick pour l’an dernier. Les
conditions d’élevage du saumon sont différentes de celles des
Maritimes ou de la Colombie-Britannique. Ici à Terre-Neuve,
elles sont probablement semblables à celles de l’Écosse et de la
Norvège, si on pense aux conditions sociales, environnementales
et peut-être, dans une certaine mesure, économiques. L’Écosse et
la Norvège sont deux chefs de file mondiaux dans la culture du
saumon.
The sector is worth over $200 million to the Newfoundland
economy annually now, as the minister mentioned that this
morning, and is supplying around 1,000 full-time jobs in rural
areas and more indirect employment. In the last census the only
rural areas of Newfoundland and Labrador showing declines in
the rate of out-migration, or even increases in population during
the last census of Canada, are farming regions of our province.
Maybe it’s coincidence but that’s the case.
Le secteur a une valeur annuelle de plus de 200 millions de
dollars pour l’économie de Terre-Neuve aujourd’hui, comme l’a
mentionné le ministre ce matin, et il crée plus de 1 000 emplois à
temps plein dans les régions rurales et encore d’autres emplois
indirects. Selon le dernier recensement, les seules régions rurales
de Terre-Neuve-et-Labrador qui affichaient un taux de migration
à la baisse, ou même une augmentation de la population, durant
le dernier recensement canadien, sont les régions d’aquaculture de
notre province. C’est peut-être une coïncidence, mais c’est vrai.
For Newfoundland and Labrador, just to finish up, there are a
number of challenges to maintaining or increasing current levels
of production in the finfish industry, including access to
infrastructure, broadband and cellular, wharves, roads,
transportation and service sectors, to name a few. There are
ongoing needs that are difficult to overcome.
Pour ce qui est de Terre-Neuve-et-Labrador, en conclusion —
il y a un certain nombre de défis à relever lorsqu’il s’agit de
maintenir ou d’augmenter les niveaux de production actuels dans
l’industrie du poisson, y compris l’accès à l’infrastructure, à la
large bande et au réseau cellulaire, les quais, les routes, le
transport et les secteurs de service, pour ne nommer que ceux-là. Il
y a des besoins constants qui sont difficiles à combler.
The capacity of Fisheries and Oceans to undertake science for
the benefit of either fisheries or aquaculture we believe is severely
limited. Nationally there are very limited targeted programs for
either sector for research and development in aquaculture. There
are a few locally but nationally there are very few.
La capacité de Pêches et Océans d’entreprendre des travaux
scientifiques pour le bien des pêches ou de l’aquaculture est
gravement limitée, selon nous. À l’échelle nationale, il y a très peu
de programmes ciblés pour l’un ou l’autre des secteurs de la
recherche et développement en aquaculture. Il y en a quelques-uns
à l’échelle locale, mais, à l’échelle nationale, il y en a très peu.
We will find solutions to those challenges however as the
opportunities for Newfoundlanders and Labradorians and
Canadians are just too great. The regulatory regime at the
federal level in particular is inadequate to manage fish farming.
The Fisheries Act is an antiquated hunting act. That’s what it was
designed for. It’s not meant for modern fisheries or farming,
particularly not for farming. I don’t even believe the word
‘‘aquaculture’’ appears in the act unless it appears under specific
regulations. Moreover federal legislation support programs are
applied differentially in Newfoundland versus other parts of the
country and we’ll hear that from my colleagues. We have the
NPA, Navigable Protection Act, the Shellfish Sanitation Program
Nous allons trouver des solutions à ces problèmes, toutefois,
car il y a tout simplement des possibilités fantastiques pour les
Terre-Neuviens et Labradoriens. Le régime réglementaire fédéral
est particulièrement inadéquat pour gérer la pisciculture. La Loi
sur les pêches est une loi dépassée pour régir la chasse. C’est pour
cette raison qu’elle a été conçue. Elle n’est pas faite pour régir les
pêches ou la pisciculture moderne; surtout pas la pisciculture. Je
ne crois pas même que le mot « aquaculture » figure dans la loi, à
moins que ce soit dans un règlement particulier. De plus, les
programmes d’appui à la législation fédérale sont appliqués
différemment à Terre-Neuve par rapport à d’autres endroits au
pays, et mes collègues vous en parleront davantage. Nous avons la
27-5-2014
Pêches et océans
9:47
and CFIA. We heard from Dr. Whelan that the resources applied
toward our industry here are applied differentially than they are
in other parts of the country.
LPN, la Loi sur la protection de la navigation, le Programme de
contrôle de la salubrité des mollusques et l’ACIA. Nous avons
entendu le Dr Whelan le dire : les ressources mises à contribution
dans notre industrie sont utilisées différemment ici par rapport à
d’autres régions du pays.
There’s a requirement for a national legislation from the
federal side of the House to better manage aquaculture, legitimize
it and regulate the industry more rigidly than the patchwork quilt
of acts and regulations that are cumbersome, ineffective in some
instances and impose a regulatory burden next to none for this
sector.
On a besoin de dispositions législatives nationales provenant
du gouvernement fédéral pour mieux gérer l’aquaculture, la
légitimiser et réglementer l’industrie de façon plus rigide que c’est
le cas actuellement, avec l’ensemble disparate de lois et de
règlements imposants, inefficaces dans certains cas et qui
imposent un fardeau réglementaire inégalé pour ce secteur.
I’ll just conclude there for now, senators.
Je vais m’arrêter ici pour l’instant, sénateurs.
The Chair: Thank you.
Le président : Merci.
Ms. Pryor: Thank you, everyone. I do appreciate the
opportunity to speak with all of you this morning. I have a few
speaking notes as well but because I do look forward to your
questions I will try to keep my comments short.
Mme Pryor : Merci à tous. Je vous suis reconnaissante de me
donner l’occasion de vous parler ce matin. J’ai une déclaration
préliminaire aussi, mais, comme j’ai hâte de répondre à vos
questions, je vais essayer de rester brève.
I have a general overview of actually what NAIA is.
Specifically we’re a member based not-for-profit industry
association. We have regular membership and associate
members and currently our membership sits at around 80
members throughout the province and country. We have some
from other parts of the country as well. We are unique in a sense
that there is one industry association in Newfoundland and
Labrador and we represent all sectors. We represent both the
shellfish and the finfish producers so you will see me again this
afternoon at 1 p.m., I believe, just to speak on our shellfish issues
in particular.
Je vais présenter une description générale de la NAIA. Il s’agit
d’une association de l’industrie sans but lucratif fondée par ses
membres. Nous avons des membres réguliers et des membres
associés et, actuellement, nous comptons environ 80 membres à
l’échelle de la province et du pays. Nous en avons qui viennent
d’ailleurs au pays aussi. L’organisation est unique dans la mesure
où il y a une association de l’industrie à Terre-Neuve-etLabrador, et elle représente tous les secteurs. Elle représente les
producteurs de mollusques et crustacés et de poissons, alors vous
allez me revoir cet après-midi, à 13 heures — je crois — juste pour
parler des enjeux qui touchent particulièrement les mollusques et
crustacés.
We are managed by a voluntary board of directors. We are
very grateful for the time and effort that they put in. It is sector
based and both Cyr and Jennifer have been longstanding
members of our board. They are elected annually during our
annual AGM.
L’organisation est gérée par un conseil d’administration
bénévole. Nous lui sommes très reconnaissants du temps et des
efforts investis. Il couvre tous les secteurs, et Cyr et Jennifer en
sont des membres de longue date. Ils sont élus chaque année, dans
le cadre de notre assemblée générale annuelle.
We have two offices in the province. We felt many years ago it
was important to have a presence in St. John’s, which obviously is
the capital of the province, where we can meet regularly with our
key regulators but also have a presence in the St. Alban’s area on
the south coast of the province where the coast of bays area is the
heart of finfish production in the province.
Nous avons deux bureaux dans la province. Il y a de
nombreuses années, nous avons jugé qu’il était important
d’avoir une présence à St. John’s — de toute évidence, la
capitale de la province — où nous pouvons rencontrer
régulièrement les principaux organismes de réglementation, mais
aussi être présents dans la région de St. Alban’s, sur la côte sud de
la province, dans la région de Coast of Bays, le cœur de la
production piscicole dans la province.
I apologize for the quality of the graph here. I want to highlight
that on page 2 it shows from 2003 to 2013 the level of growth in
Newfoundland that we have experienced. We get these numbers
from the province’s Department of Fisheries and Aquaculture
annually. The largest graph that you’ll see has been our finfish
production which in 2013 had reached approximately
25,000 metric tons. That increased from what you’ll see in 2003
which was approximately 20,000 metric tons. There has been
significant growth in the province in just those 10 years.
Je vous demande pardon pour la qualité du diagramme ici. Je
veux souligner que, à la page 2, il illustre la croissance à TerreNeuve de 2003 à 2013.Nous obtenons ces chiffres chaque année
du ministère des Pêches et de l’Aquaculture de la province. Le
plus grand diagramme que vous pouvez voir ici illustre notre
production piscicole qui a atteint, en 2013, environ 25 000 tonnes
métriques. Il s’agit d’une augmentation par rapport à 2003, où la
production était d’environ 20 000 tonnes métriques. La province
a connu une croissance considérable en ces 10 années seulement.
9:48
Fisheries and Oceans
27-5-2014
We are, as Cyr mentioned, the second largest producer now in
Canada of finfish products. You’ll see from a value perspective
that meant approximately $197 million in direct product sales.
That is just the sales of the product in 2013. With some of the
critical infrastructure needs resolved we feel realistic goals for
growth could be 40,000 metric tons by the year 2020. That’s
something that we approach cautiously. We want to be careful
with our growth. We do not want to expand too rapidly but we
feel we have identified several critical infrastructures. If that gets
resolved we do feel we can reach that.
Comme l’a mentionné Cyr, nous sommes aujourd’hui le
deuxième producteur de poisson au Canada. Vous pourrez voir
que, au chapitre de la valeur, cela représente environ 197 millions
de dollars en ventes directes. Cela ne correspond qu’aux ventes de
produits en 2013. Comme certains besoins cruciaux en matière
d’infrastructure ont été comblés, nous estimons qu’un objectif de
croissance réaliste serait de 40 000 tonnes métriques d’ici l’année
2020. C’est une cible que nous abordons avec prudence. Nous
voulons croître de façon réfléchie. Nous ne voulons pas prendre
de l’expansion trop rapidement, mais nous considérons que nous
avons cerné plusieurs infrastructures cruciales. Si ces choses sont
résolues, nous croyons vraiment pouvoir atteindre cette cible.
The key infrastructure needs: I don’t believe I need to say to
many of you who were with us over the last day or so that I have
‘‘roads’’ there, but obviously from the growth perspective of our
industry we are located on the south coast and the only way to get
in and out of the region right now is via road. Jennifer will
probably emphasize in her talk the amount of actual transport
trucks that go over that road daily for our industry. Roads are
critical.
En ce qui concerne les principaux besoins en matière
d’infrastructure, je ne crois pas que j’ai besoin de vous dire — à
vous qui êtes ici depuis environ une journée — que les routes en
sont un, mais, si on regarde cela du point de vue de la croissance
de notre industrie, bien entendu, nous sommes situés sur la côte
sud, et la seule façon d’accéder à cette région à l’heure actuelle est
par route. Jennifer parlera probablement plus en profondeur de la
quantité de camions de transport qui empruntent cette route au
quotidien dans notre industrie. Les routes sont un élément crucial.
Wharves: Through investments that have been made several
new wharves have been developed in the region but again given
the vastness of the region there’s a critical need for more wharves.
If we’re going to truly implement our bay management areas and
our biosecurity protocols more wharves will be needed.
Pour ce qui est des quais, grâce aux investissements, plusieurs
nouveaux quais ont été conçus dans la région, mais, encore une
fois, compte tenu de l’étendue de la région, il faut absolument
construire d’autres quais. Si nous voulons réellement mettre en
œuvre la gestion des baies et nos protocoles de biosécurité, il
faudra construire d’autres quais.
Waste management is a critical need for the industry at the
moment. There are insufficient suppliers and solutions for organic
waste management in particular. Contingency plans have been
developed for mortality events however most of the solution
providers being compost and landfills are inadequate at present or
simply not available. This is important for biosecurity
maintenance as well as proper disposal of the organic waste
from our farms.
La gestion des déchets constitue un besoin crucial pour
l’industrie à l’heure actuelle. Le nombre de fournisseurs et de
solutions, particulièrement pour la gestion des matières
organiques, est insuffisant. On a mis sur pied des plans de
mesures d’urgence en cas d’incidents entraînant la mort; toutefois,
les fournisseurs de solutions, pour la plupart des composteurs et
des sites d’enfouissement, sont actuellement inadéquats ou tout
simplement non disponibles. C’est important au chapitre du
maintien de la biosécurité ainsi que de l’élimination adéquate des
matières organiques de nos exploitations aquicoles.
Other infrastructure needs include general suppliers that go
along with the development of any industry but ours in particular
would be diving, transportation logistics, well boats and
equipment repair. The industry cannot grow without more
suppliers of this nature.
D’autres besoins en infrastructure sont des fournisseurs
généraux nécessaires pour l’aménagement de toute industrie,
mais, dans la nôtre, les besoins se rattachent particulièrement à la
plongée, à la logistique du transport, aux bateaux-viviers et à la
réparation d’équipement. La croissance de l’industrie est
impossible sans un plus grand nombre de fournisseurs de cette
nature.
Broadband and cellular coverage: Again I will probably leave
that to Jennifer to highlight in particular the challenges that we
have on the south coast, but site management, communications
and real time environmental data acquisition are important for
improving farm husbandry, animal performance and the safety of
our workers on our farms as well.
Quant à la large bande et à la couverture cellulaire, je vais
probablement encore une fois laisser Jennifer parler des difficultés
particulières que nous connaissons sur la côte sud, mais la gestion
des sites, les communications et l’acquisition de données
environnementales en temps réel sont importantes pour
améliorer l’aquaculture, le rendement animal et la sécurité de
nos travailleurs aquicoles aussi.
27-5-2014
Pêches et océans
9:49
Challenges with the Marine Atlantic ferry system: That has
been mentioned this morning but we can’t emphasize enough that
is the link to our markets. Everything that we produce has to go
with the Marine Atlantic ferry system because of the advantages
we have of producing fresh seafood into the North American
market.
On a mentionné ce matin les difficultés liées au service de
traversier de Marine Atlantique, mais on ne saurait trop insister
sur le fait qu’il constitue le lien vers nos marchés. Tout ce que
nous produisons dépend des services de traversier de Marine
Atlantique vu les avantages que nous avons en matière de
production de fruits de mer frais pour le marché nord-américain.
Bay management areas have been discussed. It is a very
important step for the industry. DFA, DFO and the industry have
been conducting oceanographic studies and epidemiological
studies in the coast of bays for five years or more now. That
has led to our only recently being able to sign the bay
management area agreements with the province for the
companies. Full delineation and implementation of bay
management areas should be feasible now and will require
oversight by the Department of Fisheries and Oceans, DFA and
the operating agreements that we have throughout industry
participants.
On a discuté de la gestion des baies. Il s’agit d’une étape très
importante pour l’industrie. Le MPA, le MPO et l’industrie
mènent des études océanographiques et des études
épidémiologiques dans la région de Coast of Bays depuis cinq
ans ou plus maintenant. Pour cette raison, nous n’avons pu signer
des accords de gestion des baies avec la province au nom des
entreprises que récemment. Une délimitation et une mise en œuvre
complètes des secteurs de gestion des baies devraient être faisables
maintenant et exigeront la surveillance du ministère des Pêches et
des Océans et du MPA ainsi que l’application des accords
d’exploitation en vigueur parmi les participants de l’industrie.
Research and development: We are an industry that is heavily
based in science and committed to constant improvement. Many
of us, and all of us here at the table, have scientific backgrounds.
Continued R&D is critical to our industry. I’ll leave it at that
because there’s a separate panel discussion on that this afternoon.
We are certainly committed to R&D.
Sur le plan de la recherche et du développement, nous sommes
une industrie lourdement ancrée dans la science et engagée à
l’égard d’une amélioration constante. Nombre d’entre nous — et
tous les représentants ici présents — provenons d’horizons
scientifiques. La R-D continue est essentielle pour notre
industrie. Je vais m’arrêter ici, car il y a une discussion avec un
groupe de témoins distincts cet après-midi sur le même sujet.
Certes, nous sommes engagés envers la R-D.
Human resources: The aquaculture industry in Newfoundland
creates approximately 1,000 direct jobs. We like to use the 1.5
ratio for indirect employment but the majority of these are in
rural and coastal communities.
Au chapitre des ressources humaines, l’industrie aquacole de
Terre-Neuve crée environ 1 000 emplois directs. Nous aimons
appliquer un ratio de 1,5 pour les emplois indirects, mais, dans la
majorité des cas, ces emplois sont au sein de collectivités rurales et
côtières.
A competitive labour force is one that is well trained and keeps
abreast of technological developments. There are shortages of
qualified labour for all sectors of the industry now in processing
on farms and in the supply and service sectors. Industry
recruitment and retention are hampering growth in some areas.
There is an ongoing need for technical training of farm and plant
personnel on the most up-to-date methods of farming efficiently
and environmentally responsibly.
Une main-d’œuvre compétitive est bien formée et reste à l’affût
des percées technologiques. Il y a une pénurie de main-d’œuvre
qualifiée dans tous les secteurs de l’industrie à l’heure actuelle;
dans le domaine de la transformation dans l’aquaculture et des
secteurs de fourniture et de service. Les difficultés en matière de
recrutement et de maintien en poste dans l’industrie freinent la
croissance dans certains secteurs. Il y a un besoin constant de
formation technique du personnel des aquacultures et des usines
sur les méthodes les plus récentes d’élevage efficient et responsable
sur le plan écologique.
We’ve done significant work over the last few years with the
Marine Institute, with the companies’ complete support, through
funding provided via ACOA and through our provincial
departments to train many of the employees we have on our
farms now. We’re looking at doing more managerial training this
year. We do a lot of work in local high schools with the youth. We
talk about aquaculture and I guess make them more aware of the
employment opportunities in the industry. We see that as our
future human resource as well.
Au cours des dernières années, nous avons beaucoup travaillé
avec le Marine Institute, avec le plein appui des entreprises, à
l’aide de financement de l’APECA et de nos ministères
provinciaux pour former nombre des employés qui travaillent
actuellement dans nos aquacultures. Nous envisageons d’offrir
plus de formation en gestion cette année. Nous effectuons
beaucoup de travail auprès des jeunes dans les écoles
secondaires locales. Nous parlons d’aquaculture, et je crois que
cela les informe sur les débouchés dans l’industrie. Nous les
voyons aussi comme nos ressources humaines de l’avenir.
Regulatory requirements and renewal: Aquaculture is a
modern industry that requires a modern legislative framework
to be at least competitive. On the federal side, as Cyr has
En ce qui concerne les exigences réglementaires et le
renouvellement, l’aquaculture est une industrie moderne qui
exige un cadre législatif moderne, à tout le moins pour assurer
9:50
Fisheries and Oceans
27-5-2014
mentioned, the industry is managed by an antiquated piece of
legislation called the Fisheries Act. It makes no mention of
aquaculture and is designed to protect wild fish only. Numerous
sections of the act are invoked to regulate aquaculture activities
and are simply not used in a fish farming context. The
Newfoundland industry is advocating for a federal act to
regulate the aquaculture industry, one that is enabling and
allows for statutory regulation of the sector without competing
interest.
sa compétitivité. Sur le plan fédéral, comme l’a mentionné Cyr,
l’industrie est gérée par un texte de loi dépassé intitulé Loi sur les
pêches. Elle ne contient aucune mention de l’aquaculture et est
uniquement conçue pour protéger les poissons sauvages. De
nombreuses dispositions de la loi sont invoquées pour réglementer
les activités aquacoles et ne se rattachent tout simplement pas à un
contexte aquacole. L’industrie de Terre-Neuve milite en faveur
d’une loi fédérale qui régirait l’industrie aquacole, une loi
habilitante qui permet de prendre des règlements d’application
pour régir le secteur sans qu’il y ait d’intérêts concurrentiels.
We offer full support to our national association, the Canadian
Aquaculture Industry Alliance, that I believe has spoken to your
committee. Cyr currently sits as treasurer on the board of CAIA. I
am also a board member of CAIA and we support the efforts of
Ruth Salmon in that regard in Ottawa.
Nous offrons notre plein soutien à notre association nationale,
l’Alliance de l’industrie canadienne de l’aquaculture, qui s’est
adressée au comité, je crois. Cyr occupe actuellement le rôle de
trésorier au conseil d’administration de l’AICA. Je siège aussi au
conseil d’administration de l’AICA, et nous appuyons les efforts
de Ruth Salmon à ce chapitre à Ottawa.
Moving on to Transport Canada, to name a couple of specific
challenges that we currently have, the Federal Navigation
Protection Act, formerly known as the Navigable Waters
Protection Act, was recently revised and allows for clear site
markings for navigation purposes. There is a strong need for
consistency between provincial and federal regulations regarding
site markings within Newfoundland. In comparison to other
jurisdictions ours are quite different here although it is a national
act. It is felt that there are excessive marking requirements in
Newfoundland which create safety concern for fish farmers as
well as for recreational boaters. Federal cutbacks to staffing
within Transport Canada have resulted in Newfoundland losing
its regional manager position a couple of years ago, first to
Dartmouth and most recently this position was moved to
Moncton.
Quant à Transports Canada, pour nommer quelques difficultés
particulières que nous éprouvons actuellement, la Loi sur la
protection de la navigation fédérale, autrefois intitulée Loi sur la
protection des eaux navigables, a récemment été modifiée et
permet de délimiter clairement un site aux fins de la navigation. Il
y a un grand besoin d’uniformité parmi les règlements
provinciaux et fédéraux liés à la délimitation de sites à TerreNeuve. Comparativement à d’autres administrations, les nôtres
sont très différents, bien qu’ils soient inscrits dans une loi
nationale. On a l’impression d’avoir des exigences excessives en
matière de délimitation à Terre-Neuve, ce qui crée des
préoccupations en matière de sécurité chez les aquaculteurs ainsi
que les amateurs de navigation de plaisance. Les compressions de
la main-d’œuvre de Transports Canada imposées par le
gouvernement fédéral ont fait en sorte que Terre-Neuve a perdu
son poste de gestionnaire régional il y a quelques années, poste
qui a d’abord été transféré à Dartmouth, puis, récemment, à
Moncton.
Information gathering regarding the MPA permits, because we
all require those in navigable waters now, from local staff has
been difficult and is often directed to the Maritimes where
communications are even more difficult. This has resulted in
confusion among our industry participants and delays in getting
our required permits.
La collecte de données liées aux permis d’AMP — parce que
nous en avons tous besoin sur les eaux navigables, maintenant —
a été difficile pour le personnel local et est souvent reléguée aux
Maritimes, où les communications sont encore plus difficiles. Cela
a causé de la confusion parmi nos participants de l’industrie ainsi
que des retards dans la délivrance des permis nécessaires.
The Canadian Food Inspection Agency, which has also been
mentioned this morning, under the new Aquatic Animal Health
Program, the NAAPH of CFIA, there are challenges with aspects
of the current legislation, particularly as it relates to incidents of
the detection and subsequent quarantine procedures required of a
notifiable disease event.
L’Agence canadienne d’inspection des aliments, qu’on a aussi
mentionnée ce matin, dans le contexte du nouveau Programme
national sur la santé d’animaux aquatiques, le PNSAA de
l’ACIA, éprouve aussi des difficultés découlant de la loi
actuelle, particulièrement en ce qui a trait aux incidents et à la
détection de procédures de quarantaine ultérieures nécessaires en
cas de maladie à déclaration obligatoire.
Industry is continuing to work with CFIA. We have a meeting
scheduled very soon to meet with representatives in Halifax to
address these concerns, with the support that has obviously been
demonstrated this morning of our provincial fish health
veterinarians.
L’industrie continue de travailler avec l’ACIA. Nous avons une
rencontre prévue très bientôt avec des représentants de Halifax
pour parler de ces préoccupations, et nous profiterons
évidemment du soutien démontré ce matin par nos vétérinaires
provinciaux spécialistes de la santé des poissons.
27-5-2014
Pêches et océans
9:51
I’ll just mention on the communications side, which is a very
important aspect for the industry and for the association in
particular that the finfish aquaculture industry will continue to
promote its social and economic benefits to the economy.
However the government also needs to continue to promote the
sector as a viable and responsible economic activity for our rural
region.
Au chapitre des communications — aspect très important pour
l’industrie et pour l’association —, je vais seulement mentionner
que l’industrie piscicole continuera de promouvoir ses retombées
sociales et économiques. Toutefois, le gouvernement doit aussi
continuer à promouvoir le secteur en tant qu’activité économique
viable et responsable pour notre région rurale.
We are very blessed to have the support of provincial
government here, as was demonstrated this morning, and we
look to that from a federal government as well. We are committed
to working with stakeholders and in Newfoundland in particular
we do have a joint working committee which was formed with the
fish harvesters’ representatives through the FFAW on our south
coast, as an example. We aim to meet regularly to discuss issues
from the fish harvesters perspective as well as from the
aquaculture perspective. We keep it to an industry-wide basis.
We don’t discuss particular company information but the
company representatives do then meet with the fish harvesters
individually on those. That has worked very well and has certainly
improved our relations on the south coast.
Nous sommes très heureux d’avoir le soutien du gouvernement
provincial ici, comme on l’a illustré ce matin, et nous recherchons
la même chose auprès du gouvernement fédéral. Nous sommes
résolus à travailler avec les intervenants et, à Terre-Neuve en
particulier, nous avons un comité de travail conjoint formé par
des représentants de pêcheurs par l’intermédiaire du FFAW sur la
côte sud, par exemple. Nous essayons de nous réunir
régulièrement pour discuter d’enjeux du point de vue des
pêcheurs ainsi que du milieu aquicole. Nous nous attachons à
l’industrie dans son ensemble. Nous ne discutons pas des
renseignements d’une entreprise particulière, mais les
représentants d’entreprise rencontrent par la suite les pêcheurs
un à un pour aborder ces questions. Cela a très bien fonctionné et
a certainement amélioré nos relations sur la côte sud.
Both government and industry need to work collaboratively on
communications about our growth plans and developments as
they arise and NAIA is committed to doing this on behalf of our
industry in Newfoundland and Labrador.
Le gouvernement et l’industrie doivent collaborer en matière de
communications liées à nos plans de croissance et à notre
aménagement en temps réel, et la NAIA est résolue à le faire au
nom de notre industrie à Terre-Neuve-et-Labrador.
Lastly we are committed to producing safe, nutritious, healthy
seafood for the local as well as global consumers. We believe in
this industry. We believe in what it can do for Newfoundland and
Labrador. We believe in what it can do for all of Canada if the
proper support is given.
Enfin, nous sommes résolus à produire des fruits de mer
salubres, nourrissants et sains pour les consommateurs locaux et
étrangers. Nous croyons en l’industrie. Nous croyons en ses
avantages pour Terre-Neuve-et-Labrador. Nous croyons en ses
avantages pour tout le Canada, si elle est correctement soutenue.
Thank you for your time this morning.
Merci de m’avoir écoutée ce matin.
The Chair: Thank you, Ms. Pryor.
Le président : Merci, madame Pryor.
Ms. Caines.
Madame Caines.
Ms. Caines: Good morning, everyone. You drove three hours
to see me yesterday and I certainly appreciate that, so I drove
three hours this morning to see you. I hope everyone is sufficiently
warmed up after yesterday. I think we had the best day on the
water yesterday as opposed to waiting until today.
Mme Caines : Bonjour à tous. Vous avez fait trois heures de
route pour me voir hier, et je vous en suis assurément
reconnaissante, alors j’ai fait trois heures de route ce matin
pour vous voir. J’espère que tout le monde est bien réchauffé
après hier. Je crois que la meilleure journée à passer sur l’eau était
hier, alors nous avons bien fait de ne pas attendre jusqu’à
aujourd’hui.
I’d just like to reiterate a few points about Northern Harvest
Sea Farms. I know it was difficult yesterday. We cut the engine on
the boat but it was difficult in the wind to be able to talk to you
and explain to you a little bit more about what we do.
J’aimerais seulement répéter deux ou trois choses au sujet de
Northern Harvest Sea Farms. Je sais que c’était difficile hier.
Nous avons coupé le moteur du bateau, mais il était difficile,
compte tenu du vent, de vous parler et de vous expliquer un peu
plus ce que nous faisons.
Actually I was originally a biologist and a parasitologist but
I’ve been involved in the aquaculture industry in Newfoundland
for over 30 years now, first in shellfish and then in cod research
and in salmon for the past 11 to 12 years. I’m currently the
Manager of Northern Harvest Sea Farms Newfoundland Limited
which is a fully integrated producer of Atlantic salmon for the fish
En fait, au départ, j’étais biologiste et parasitologue, mais
j’évolue dans l’industrie aquicole de Terre-Neuve depuis plus de
30 ans maintenant; tout d’abord, j’étais active dans le milieu des
mollusques et crustacés, puis j’ai passé les 11 ou 12 dernières
années dans le milieu de la recherche sur la morue et le saumon. Je
suis actuellement directrice de Northern Harvest Sea Farms
9:52
Fisheries and Oceans
27-5-2014
market in the northeastern United States and Eastern Canada.
Newfoundland Limited, qui est un producteur entièrement intégré
de saumon atlantique pour le marché du poisson dans le nord-est
des États-Unis ou l’Est du Canada.
You don’t hear much about Northern Harvest Sea Farms
actually. Sometimes that’s a good thing. We generally keep a low
profile but in actual fact in 2013 we produced 16,000 metric tons
of salmon for this market. That actually put us in No. 3 position
with Canadian producers. All of our product is certified on the
Global Aquaculture Alliances Best Aquaculture Practices
Program. We were actually the first operation in Eastern
Canada to receive BAP certification for salmon farms and we
were the first three star BAP certified operation globally, together
with our feed supplier and our processors. Hopefully once the
hatchery standards become finalized our new hatchery in
Stephenville will also have the four stars in that program.
À vrai dire, on n’entend pas beaucoup parler de Northern
Harvest Sea Farms. Parfois, c’est une bonne chose. En général,
nous restons assez modestes, mais, en fait, en 2013, nous avons
produit 16 000 tonnes métriques de saumon pour le marché. Cela
nous classe de fait au troisième rang des producteurs canadiens.
Tous nos produits sont certifiés par le programme des pratiques
aquicoles exemplaires de la Global Aquaculture Alliance. De fait,
nous sommes la première exploitation de l’Est du Canada à
obtenir une certification de l’alliance pour les piscicultures de
saumon, et nous sommes la première exploitation dans le monde à
obtenir une certification à trois étoiles, en collaboration avec
notre fournisseur d’aliments et nos transformateurs. Nous
espérons que, lorsqu’on parachèvera les normes sur les
écloseries, notre nouvelle écloserie de Stephenville obtiendra
aussi une certification de quatre étoiles dans le cadre de ce
programme.
As I said, we have a brand new recirculating hatchery on the
west coast of the island and that’s intended to supply the smolt for
our production on the south coast. At any one time — and I don’t
know if you heard me yesterday — we probably have 150 to
200 cages of fish in the water, all distributed over 12 sites.
Comme je l’ai dit, nous avons une nouvelle écloserie avec
système de recirculation sur la côte ouest de l’île, et elle devrait
approvisionner notre production sur la côte sud en saumoneaux.
À tout moment — j’ignore si vous m’avez entendue hier —, nous
avons probablement de 150 à 200 cages de poisson dans l’eau,
réparties sur 12 sites.
Again as Dr. Whelan was explaining, it’s hard to give you a
definite at this point in time when we have this many sites in
operation with fallowing and sites coming in and out of
production as fish get harvested out. Normally our sites are
very deep, anywhere from 30 metres to 300 metres deep, and we
use deep nets. We farm over 20 sites in rotation with production
cycle of around 1.5 years to 2.5 years followed by a period of
fallowing. Normally our fallowing period was one year in
Newfoundland and you can see from the act the department
was discussing this morning that Newfoundland has been
proactive in these things. Sometimes it’s good to be sort of late
on the go in developing because you can learn from the mistakes
of others. We’ve always had a long fallowing period, a single site
year class and those types of what we consider normal good
practices now. Newfoundland has had those for many years.
Encore une fois, comme l’expliquait le Dr Whelan, il est
difficile de vous donner un chiffre définitif à l’heure actuelle, alors
qu’il y a tant de sites en activité et mis en jachère, des sites qui
commencent et qui terminent la production à mesure qu’on pêche
les poissons. Habituellement, nos sites sont très profonds —
de 30 à 300 mètres —, et nous utilisons de grands filets. Nous
exploitons plus de 20 sites en rotation, selon un cycle de
production de 1,5 à 2,5 ans suivis d’une période de jachère.
Habituellement, notre période de jachère était de un an à TerreNeuve, et, comme vous pouvez le constater à la lumière de la loi
dont discutait le ministère ce matin, Terre-Neuve a été proactive
dans ce dossier. Parfois, il est bon de commencer la conception un
peu plus tard, car on peut apprendre des erreurs des autres. Nous
avons toujours appliqué une longue période de jachère, une seule
classe d’âge par site et le genre de choses qui sont aujourd’hui
considérées comme de bonnes pratiques. Terre-Neuve les applique
depuis de nombreuses années.
At Northern Harvest we believe in very low stocking densities
which we think has given us an edge, feeding premium BAP
certified feeds, and monitoring as you saw yesterday all the
feeding with underwater cameras so that we have feedback from
the fish to tell us when they’re finished feeding. We work
alongside capture fisheries such as the lobster harvesters, herring,
codfish and other groundfish.
À Northern Harvest, nous croyons en un modèle de densité
d’ensemencement très faible, ce qui nous a donné un avantage,
selon nous; nous alimentons le poisson avec des aliments certifiés
par l’alliance et nous surveillons, comme vous l’avez vu hier, le
processus d’alimentation à l’aide de caméras dans l’eau, de sorte
que nous puissions observer à quel moment les poissons ont
terminé de manger. Nous travaillons aux côtés de pêches de
capture, où on prend du homard, du hareng, de la morue et
d’autres poissons de fond.
Northern Harvest currently owns a 650-cubic metre well boat,
two 65-foot vessels, 258 steel utility barges, probably 16 or 17 long
liners, one of which we were on yesterday, and various other
Northern Harvest est actuellement propriétaire d’un bateauvivier de 650 mètres cubes, de deux navires de 65 pieds, de
258 barges utilitaires en acier, de probablement 16 ou
27-5-2014
Pêches et océans
9:53
barges and small craft. We employ around 130 people directly and
we contract out our processing, our net servicing and some other
services.
17 palangriers — nous étions sur l’un d’eux hier — et de
beaucoup d’autres barges et petites embarcations. Nous
employons environ 130 personnes directement et nous
impartissons la transformation, le nettoyage de filets et d’autres
services.
As you’ve heard Newfoundland has recently signed a bay
management agreement that co-ordinates the stocking and
fallowing of entire areas as well as the use of dedicated
infrastructure for those specific areas. We saw one of the
wharves yesterday in Back Cove that was designated as an
inflow wharf where your new fish, your smolts, go to sea from
your clean nets and your feed. Then at other wharves at other
facilities are your outflow materials, fouled nets, dead fish,
harvest fish and those things that return back from the farm. By
using these separately and maintaining a separation between
inflow and outflow activities we hope to ward off or keep separate
but increase and improve the biosecurity and reduce the risk of
pathogen transfer, specifically in the past couple of years ISA
virus or infectious salmon anaemia virus.
Comme vous le savez, Terre-Neuve a récemment signé une
entente de gestion des baies qui prévoit la coordination de
l’ensemencement et de la mise en jachère de secteurs complets
ainsi que l’utilisation d’infrastructures réservées à ces secteurs.
Nous avons vu l’un des quais hier à Back Cove, qui a été affecté
au débit entrant, où vos nouveaux poissons — vos saumoneaux
— vont au large à partir de vos filets propres et de votre aire
d’alimentation. Ensuite, à d’autres quais, à d’autres installations,
il y a votre matériel pour débit sortant, les filets souillés, les
poissons morts, les poissons pêchés et les choses qui reviennent de
la pisciculture. En gardant ces deux choses séparées et en
maintenant une cloison entre les activités d’entrée et de sortie,
nous espérons assurer une protection ou une séparation tout en
augmentant ou en améliorant la biosécurité et en réduisant le
risque de transfert d’agents pathogènes, surtout, dans les dernières
années, le virus de l’AIS ou anémie infectieuse du saumon.
Northern Harvest has been fortunate. We have not had any
experience with ISA to date. We had better knock on wood. We
are hopeful that the bay management program that we’ve all
instituted now will help keep us that way.
Northern Harvest a été chanceuse. Nous n’avons pas eu
d’incidents liés à l’AIS jusqu’à maintenant. Nous devrions
toucher du bois. Nous espérons que le programme de gestion
des baies que nous avons instauré nous aidera à maintenir cette
situation.
I think you’ve found by now that Newfoundland conditions
are quite unique. Our seawater is cold, very cold at times, and
clear. Although it may seem extreme here the fact is we are indeed
growing delicious and nutritious salmon and quite well. After all
wild Atlantic salmon naturally spend their winters in the midAtlantic, which is not really known especially off west Greenland
for the tropical conditions there.
Je crois que vous aurez constaté que les conditions de TerreNeuve sont uniques. Notre eau de mer est froide — très froide,
parfois — et claire. Les conditions semblent peut-être extrêmes ici,
mais nous produisons bel et bien des saumons délicieux et
nourrissants avec aisance. Après tout, le saumon sauvage de
l’Atlantique passe naturellement ses hivers au milieu de
l’Atlantique, qui n’est pas très réputé, surtout à l’ouest du
Groenland — pour ses conditions tropicales.
We do have good opportunities here to grow premium quality
salmon and to expand our industry, which has really only begun
to expand around 10-12 years ago. I don’t know if Northern
Harvest will ever be a huge producers or whether or not
Newfoundland will ever be a huge producer globally, but our
philosophy is that improvements in sustainability are totally
congruent with improvements in profitability, and both of those
are our goals.
Nous avons effectivement d’excellentes occasions pour
produire du saumon de première qualité et agrandir notre
industrie, qui a seulement commencé à croître il y a 10 à
12 ans. J’ignore si Northern Harvest deviendra un jour un énorme
producteur ou si Terre-Neuve deviendra un jour un énorme
producteur mondial, mais nous croyons que toute amélioration
sur le plan de la durabilité est tout à fait compatible avec
l’accroissement de la rentabilité, et nous ciblons ces deux choses.
We are not however without other challenges and many of
them have federal implications which I’m sure you’re dying to
hear about. Apparently everybody thinks I’d be able to focus on it
all but I can’t. There is just too much. You may not be able to do
anything about them but at least you’ll be aware of how they
affect our ability to maintain our business and improve our
competitiveness. I would think they affect all operations within
Newfoundland, not just for Northern Harvest.
Toutefois, nous ne sommes pas sans connaître d’autres
difficultés, et nombre d’entre elles sont de source fédérale, et je
suis certaine que vous mourez d’envie d’en entendre parler.
Apparemment, tout le monde croit que j’aurais été capable de
tout aborder, mais ce n’est pas le cas. Il y a tout simplement trop
de choses. Peut-être que vous ne pourrez rien faire, mais, au
moins, vous saurez comment ces choses compromettent notre
capacité de maintenir notre industrie et d’améliorer notre
compétitivité. Je crois qu’elles compromettent toutes les activités
à Terre-Neuve, pas seulement celles de Northern Harvest.
9:54
Fisheries and Oceans
27-5-2014
The Marine Atlantic ferry: While Newfoundland’s south coast
affords us waters not likely to be contaminated with industrial
pollutants and/or heavy marine traffic, our island means we are
where we are and the only way off and only way to be linked to
the mainland is through the Marine Atlantic ferry system. That’s
where our main markets are obviously. The ferries experience
frequent delays in crossing—there are two scheduled a day
usually—due to weather or mechanical issues. At certain times of
the year we just expect truckloads to be stuck in Port aux
Basques.
En ce qui a trait au traversier de Marine Atlantique, la côte sud
de Terre-Neuve est une source d’eau peu susceptible d’être
contaminée par des polluants industriels ou une circulation
maritime dense, mais nous vivons sur une île, ce qui veut dire
que la seule façon de sortir ou d’entretenir des liens avec le
continent est à l’aide du service de traversier de Marine
Atlantique. C’est là que se trouvent nos principaux marchés, de
toute évidence. Les traversées sont souvent retardées —
habituellement, on en prévoit deux par jour — en raison des
conditions météorologiques ou de problèmes mécaniques. À
certains moments de l’année, nous nous attendons à ce que des
chargements soient pris à Port-aux-Basques.
The Christmas before last I believe we had nine truckloads of
salmon just before Christmas stuck in Port aux Basques due to
weather delays. That is significant. It is not trivial because every
day that our fish stays on this side of that gulf is one day in the
marketplace that the shelf life is just reduced.
Il y a deux ans, je crois, nous avions neuf chargements de
saumon immobilisés à Port-aux-Basques juste avant Noël à cause
de la météo. C’est important. Ce n’est pas banal, parce que
chaque jour que passe notre poisson de ce côté du golfe est un jour
de moins sur le marché, ce qui signifie que la durée de
conservation est réduite.
We may or may not get those loads on the next available ferry
either because of the low cost priority booking which actually at
one time was no cost. Fresh seafood got priority booking as there
were so many reserved spaces on board ferries. That’s no longer
possible. You can pay $500 a pop to have the priority booking
and you’re still not guaranteed. That’s significant. While no one
can control the weather we just ensure that we have the right
ferries and the right docking infrastructure because that is our
Trans-Canada Highway across the Cabot Strait. I would think
some might be convinced that we don’t have the correct ferries,
that we have ferries that are too large for the ports they’re
operating in. Some of these ferries can’t operate in any winds
higher than 50 kilometres. Oh, boy, that’s just about almost every
day, if you think about it. Our products are not only perishable
but any significant delays can and do result in downward pricing
pressures in the marketplace, and that’s definitely not a
competitive advantage.
On risque de ne pas pouvoir embarquer ces chargements sur le
prochain traversier, à cause des réservations prioritaires à faible
coût, qui, à un moment, étaient en fait complètement gratuites.
On accordait la priorité aux fruits de mer frais, car beaucoup
d’espace était réservé à bord des traversiers. Ce n’est plus possible.
Vous pouvez payer 500 $ pour une seule réservation prioritaire, et
cela ne vous donne pas de garantie. C’est important. Personne ne
peut contrôler la météo, mais il faut simplement s’assurer d’avoir
les bons traversiers et la bonne infrastructure d’amarrage, car
c’est la route Transcanadienne qui traverse le détroit de Cabot.
J’imagine que certains seraient convaincus que nous n’avons pas
les bons traversiers, que nos traversiers sont trop gros pour leurs
ports d’attache. Certains de ces traversiers ne peuvent pas
naviguer dans des vents supérieurs à 50 km. Mon Dieu, c’est
essentiellement notre quotidien, si vous y pensez. Nos produits, en
plus d’être périssables, exigent une révision à la baisse des prix sur
le marché après tout retard important, et ça, ce n’est assurément
pas un avantage concurrentiel.
We have goods incoming as well including materials and feed
and that cost is not trivial both in terms of money and lost
opportunity. As I told you yesterday, given our seasonal
challenges we have only so many days here to capitalize on
opportunities to grow fish and we try to make hay when the sun
shines.
Nous recevons aussi des marchandises — y compris de
l’équipement et de la nourriture pour le poisson — dont le coût
est non négligeable, tant sur le plan financier que sur celui des
occasions manquées. Comme je vous l’ai dit hier, étant donné que
notre industrie est saisonnière, nous disposons seulement d’un
certain nombre de jours pour tirer parti de nos occasions d’élever
du poisson, et nous essayons d’en profiter au maximum.
Looking to the impact of the aquaculture on Marine Atlantic’s
business, Northern Harvest alone sent out 1,200 tractor trailer
loads of fresh seafood product or fresh salmon last year in 2013.
Together with 200 to 300 loads of feed or equipment transported
into the province, that really accounts for 1 to 1.5 per cent of
Marine Atlantic’s commercial traffic business. I believe we have
some figures showing 100,000 commercial sailing bookings last
year. So 1.5 per cent to me is significant in a province this size.
Add to that the other salmon producers as well as the mussel
sector and I think it’s significant.
Pour ce qui est de l’impact de l’aquaculture sur les activités de
Marine Atlantique, Northern Harvest a envoyé à elle seule par
camion gros porteur 1 200 cargaisons de produits de la mer ou de
saumon frais l’an dernier, en 2013. Au total, si l’on tient compte
des 200 à 300 cargaisons de nourriture pour poisson ou
d’équipement transportés vers la province, cela représente
de 1 à 1,5 p. 100 des activités de fret commercial de Marine
Atlantique. Je crois que, selon certaines statistiques, il y a eu plus
de 100 000 réservations de bateaux commerciaux l’an dernier. À
mon sens, 1,5 p. 100 dans une province de cette taille, c’est
27-5-2014
Pêches et océans
9:55
considérable. Si on ajoute à cela les autres éleveurs de saumon
ainsi que le secteur des moules, je pense qu’on en arrive à un
volume important.
With Transport Canada under the Navigation Protection Act
as has been mentioned — and I won’t dwell on it too much
although it’s a particular bane of my existence — there is a lack of
uniformity of interpretation of regulations. We have the same act
nationally. It used to be the Navigable Waters Protection Act.
Now it’s just recently changed to the Navigation Protection Act.
The Newfoundland marketing requirements are determined by
Transport Canada with local, I would say, Newfoundland region
advice. Compared with other regions globally such as Norway,
Scotland, Chile, and within Canada itself, either B.C., Quebec,
Nova Scotia, New Brunswick or P.E.I., in 2011 for example
before we bought our own well boat we chartered a well boat
from Norway. The Norwegian captain, as soon as he got on the
site to deliver our smolt, wondered what’s all this; why do you
have all these yellow small floats at 60-metre intervals around this
site. He was concerned by the navigational hazard caused by it.
They had never seen it before in Norway or anywhere else they
worked. So what we did was we removed some of them
temporarily so he could get safe access into the cages.
À Transports Canada, sous le régime de la Loi sur la
protection de la navigation qui a été mentionnée plus tôt — et
je ne m’étendrai pas trop sur le sujet, même si elle m’empoisonne
particulièrement l’existence —, il y a un manque d’uniformité
dans l’interprétation de la réglementation. Nous avons la même
loi pour tout le pays. Auparavant, c’était la Loi sur la protection
des eaux navigables, mais on a changé son nom récemment pour
la Loi sur la protection de la navigation. Les exigences en matière
de commercialisation à Terre-Neuve sont déterminées par
Transports Canada et éclairées, si je puis dire, par certains
conseils locaux ou régionaux qui émanent de la province. En
comparaison avec des pays comme la Norvège, l’Écosse ou le
Chili, ou avec d’autres provinces canadiennes, comme la
Colombie-Britannique, le Québec, la Nouvelle-Écosse où l’Îledu-Prince-Édouard... En 2011, par exemple, avant d’acheter notre
propre bateau-vivier, nous devions louer un tel bateau de la
Norvège. Dès qu’il est arrivé sur place pour livrer notre
saumoneau, le capitaine du bateau — un Norvégien — s’est
demandé ce qu’était tout cela : pourquoi y a-t-il plein de petits
flotteurs jaunes à 60 mètres d’intervalle autour du site? Il était
préoccupé par le danger que cela représentait pour la navigation.
L’équipage et lui n’avaient jamais vu une telle chose en Norvège
ni dans tout autre pays où ils avaient travaillé. Nous en avons
donc enlevé quelques-uns temporairement afin qu’il puisse
accéder en toute sécurité aux cages.
Lo and behold didn’t Transport Canada inspect our sites
during one of their inspections at the same time? Subsequently we
got a letter saying that we were in non-compliance with our
approvals.
Seulement, voilà : Transports Canada a décidé d’inspecter nos
sites au même moment. Par la suite, nous avons reçu une lettre
disant qu’ils n’étaient pas conformes à ce qui avait été approuvé.
You can’t win. We don’t know of any other jurisdiction in the
world where so much marking of an aquaculture site is required.
We have asked that this be reduced but the Newfoundland NWP
staff continues to require it. All we ask for is equal interpretation
of our federal legislation.
On ne peut pas gagner. Nous ne connaissons aucun autre pays
du monde où il y a autant de marquage exigé à l’égard des sites
aquacoles. Nous avons demandé qu’on réduise cela, mais le
personnel terre-neuvien responsable de la protection des eaux
navigables continue de l’exiger. Tout ce que nous demandons,
c’est une interprétation uniforme de la loi fédérale.
Also our insurers, our stock insurers, Sunderland Marine
which is a global aquaculture insurance provider, had expressed
concern over the excessive marking requirements in
Newfoundland. They do not see this elsewhere.
De plus, la compagnie qui assure nos stocks — Sunderland
Marine, un assureur de produits aquacoles à l’échelle mondiale —
s’est dit préoccupée par les exigences excessives en matière de
marquage à Terre-Neuve. Elle ne voit pas cela ailleurs.
I actually brought some documentation with me that’s an
amber alert. One thing I thought about this morning is we lost a
$12,000 transmission in one of our longliners. The transmission
can be replaced but if it had been during a stormy event and one
of our boats was lost then we could have had serious personnel
issues. So don’t go there.
J’ai d’ailleurs avec moi des documents fort alarmants. Ce
matin, j’ai pensé au fait qu’une boîte de vitesses à 12 000 $ s’est
brisée sur un de nos palangriers. Il est possible de la remplacer,
mais si cela s’était produit pendant une tempête et qu’un de nos
bateaux avait été perdu, nous aurions pu avoir de graves
problèmes de personnel. Alors, n’en parlons pas.
The new Navigation Protection Act came into effect in 2014
which was replacing, as I said, the old NWPA but we still don’t
know what this will mean for Newfoundland sites. There’s
uncertainty about the length of time for aquaculture approvals. It
has been five years in the past. Our aquaculture leases are for
La nouvelle Loi sur la protection de la navigation a pris effet en
2014 et remplaçait — comme je l’ai dit — la Loi sur la protection
des eaux navigables, mais nous ne savons pas encore ce que cela
signifiera pour les sites terre-neuviens. Il y a de l’incertitude à
propos de la durée des approbations fournies pour les sites
9:56
Fisheries and Oceans
27-5-2014
50 years. Our provincial licences are for one year. It’s a full-time
job keeping up with the regulatory burden, I tell you, in this
industry.
aquacoles. Par le passé, elles étaient valides durant cinq ans. Nos
baux d’aquaculture s’étendent sur 50 ans. Nos permis provinciaux
sont valides pour un an. Je vous jure, c’est un travail à temps plein
que de s’acquitter des tracasseries réglementaires dans cette
industrie.
I guess in essence the NWPA can’t really tell us what the new
act really means for us. As Miranda mentioned, we had the loss of
the NWP manager for the Newfoundland region. Subsequently
we’ve had three acting managers for the program and now we
finally have a permanent manager in Moncton. I’m hopeful that
we will be able to get something done with this because it sort of
went off the rails when all of these changes started happening.
Je suppose qu’en substance, la Loi sur la protection des eaux
navigables ne peut pas vraiment nous dire quelles seront pour
nous les conséquences de la nouvelle loi. Comme l’a mentionné
Miranda, nous avons dû composer avec la perte du gestionnaire
de la protection des eaux navigables dans la région de TerreNeuve. Nous nous sommes ensuite retrouvés avec trois
gestionnaires intérimaires du programme avant d’avoir enfin un
gestionnaire permanent à Moncton. Je crois bien que nous
pourrons ainsi en arriver à des résultats, car nos démarches ont
quelque peu été mises en plan quand tous ces changements ont
commencé.
I am just about finished. Human resources: With the changing
demographics especially in rural areas, finding qualified or
trainable workers is challenging. We have great workers but it’s
becoming more and more difficult to find more and we need
more. Again attraction and retention of employees is increasingly
difficult and a whole range of factors is responsible, from health,
education and other services to basic infrastructure and social
services. I tell you Route 360, down that highway, doesn’t really
entice people to come live down in that area as well.
J’ai presque terminé. Sur le plan des ressources humaines,
compte tenu des changements démographiques, surtout dans les
régions rurales, il est difficile de trouver des travailleurs qualifiés
ou aptes à être formés. Nous avons d’excellents travailleurs, mais
il est de plus en plus difficile d’en trouver d’autres, et il nous en
faut davantage. Encore une fois, nous avons de plus en plus de
mal à attirer des employés et à les maintenir en poste à cause de
toute une série de facteurs, comme la santé, l’éducation, les
services sociaux et autres ainsi que les infrastructures de base. Je
vous le dis, au bout de la route 360, il n’y a vraiment pas grandchose pour inciter les gens à venir s’installer dans cette région.
Also we understand Transport Canada is going to continue to
increase requirements for vessel competency demonstration,
decreasing the size of vessels for which ticketed captains will be
required. I bring this to your attention simply because of the
impact on small and rural operators like ours and the need for
consideration of timelines for the implementation of new
regulations and new requirements for ticketed captains. It’s
increasingly difficult already to recruit and retrain. We have even
been in the position of facilitating training for someone for their
FM-4, fishing master 4 classification, so that they can take a
60-tonne or higher vessel, only to lose them because now they are
more employable. It is difficult to replace.
En outre, nous croyons savoir que le ministère des Transports
continuera à resserrer les exigences concernant la preuve de
compétence exigée pour le pilotage de navires et qu’il réduira ainsi
la taille des navires devant être pilotés par un capitaine qui détient
un certificat de qualification. J’attire votre attention sur ce fait
tout simplement à cause de l’incidence de ce changement sur de
petits exploitants ruraux comme nous et du besoin de tenir
compte du calendrier relatif à la mise en œuvre de la nouvelle
réglementation ainsi que des nouvelles exigences liées aux
certificats de qualification des capitaines. Il est déjà de plus en
plus difficile de les recruter et de mettre à niveau leur formation. Il
nous est même arrivé de former quelqu’un pour l’obtention d’un
brevet de capitaine de pêche de quatrième classe, afin qu’il puisse
piloter des navires de 60 tonnes et plus, et de le perdre ensuite
parce qu’il était ainsi devenu un candidat plus attrayant pour
d’autres employeurs. Un tel employé, ce n’est pas facile à
remplacer.
As far as communication goes, the lack of cellphone,
broadband and Internet access opposes business economy and
efficiency as well as personnel safety. You noticed yesterday that
we had no cellphone service. We do have VHF radio and
sometimes not great coverage considering the topography. I mean
the fjord-like bays on the south coast of Newfoundland make that
challenging. The farm you visited yesterday was only minutes
from shore. That was the reason you were able to visit because we
had such short time periods, but most of our farm sites are located
between a half an hour and a two-hour steam from port without
Sur le plan des communications, les lacunes au chapitre du
service de téléphonie cellulaire, de la connexion à large bande et
l’accès Internet représentent un obstacle à notre vitalité
économique, à notre efficience et à la sécurité des employés.
Vous avez remarqué hier que nous n’avions pas de service de
téléphonie cellulaire. Nous avons bien des radios VHF, mais la
réception n’est pas toujours bonne en raison de la topographie.
Les baies aux allures de fjords de la côte septentrionale de TerreNeuve compliquent les choses. Le site aquacole que vous avez
visité hier n’était qu’à quelques minutes du rivage. Nous l’avons
27-5-2014
Pêches et océans
9:57
any coverage at some point in the middle there maybe. We only
have one cell service provider down in the region so I’d like to ask
them to step up their game. They’ve been asked. The lack of
cellphone coverage not only affects our business communications
and personnel safety, but the remote sensing technologies that are
difficult for us to apply if we have to resort to satellite systems
makes it more costly as well as not necessarily as secure.
choisi pour votre visite parce que nous avions très peu de temps,
mais il faut prévoir entre une heure et demie et deux heures de
navigation pour se rendre à la plupart de nos sites aquacoles à
partir du port, et on perd toute réception environ à mi-chemin. Il
y a un seul fournisseur de services de téléphonie cellulaire dans la
région, alors j’aimerais lui demander d’apporter des améliorations
à son réseau. Il se l’est déjà fait demander. Non seulement la
portée limitée du service de téléphonie cellulaire a une incidence
sur nos communications commerciales et la sécurité du personnel,
mais, en outre, les technologies de détection par système satellite
que nous devons alors utiliser à cause de cette lacune rendent ces
activités plus coûteuses et pas nécessairement plus sécuritaires.
In closing, in terms of impacts there are many other topics that
we can focus on but I think we all should be challenged to reduce
our impact on this earth. We’ve got several billion people already
and yet more to be born and food production is paramount to
their and our survival. We have the wonder of transforming fish
that in many cases nobody eats or even desires to eat and the
innovative use of other ingredients, component nutrients from
various sources, and the wise use of our coastal resources and our
people to yield such delicious and nutritious superior seafood. In
Canada we’ve got tremendous opportunity to produce our own
and still have room for future generations to do so.
En conclusion, sur le plan des répercussions, il y a bien d’autres
aspects sur lesquels nous pourrions nous concentrer, mais je pense
que nous devrions tous essayer de réduire notre empreinte sur
cette terre. La population terrestre, qui se chiffre déjà à plusieurs
milliards d’habitants, continuera de s’accroître, et la production
alimentaire est essentielle à la survie de tous, y compris nousmêmes. Nous avons la merveilleuse possibilité de transformer du
poisson que, dans bien des cas, personne ne mange ni même ne
désire manger, de faire une utilisation novatrice d’autres
ingrédients, des nutriments de base provenant de diverses
sources, et d’utiliser sagement nos ressources côtières pour
obtenir de délicieux et nutritifs produits de la mer de qualité
supérieure. Nous avons au Canada une formidable occasion
d’élever nos propres poissons et fruits de mer tout en nous
assurant que les générations futures pourront le faire aussi.
Thank you.
Je vous remercie.
The Chair: Thank you. You’ve raised many, many issues here
this morning and I’m sure our senators have many questions but
I’m going to ask that we try to keep our questions and answers as
concise as possible, realizing our time limitations. As I said,
you’ve raised many issues that we’re very concerned about as the
committee so I’m going to ask Senator Wells to begin our
questions.
Le président : Merci. Vous avez soulevé énormément de points
ce matin, et je suis sûr que les sénateurs ont bien des questions à
vous poser, mais je vais demander à mes collègues et à vous-même
d’essayer de formuler des questions et des réponses les plus brèves
possible, compte tenu du temps limité que nous avons. Comme je
l’ai dit, vous avez soulevé bien des points qui nous préoccupent en
tant que membres de ce comité. Je vais donc demander au
sénateur Wells de poser la première série de questions.
Senator Wells: Thank you for coming here today and giving us
your presentations and answering the questions that we have. It’s
very helpful.
Le sénateur Wells : Merci de comparaître ici aujourd’hui pour
présenter votre exposé et répondre à nos questions. Votre
témoignage est très enrichissant.
As you noted, Ms. Pryor, we did speak a number of times with
Ruth Salmon from CAIA and one of her overriding messages was
the concept and practice or concept and possibility of a
standalone Aquaculture Act. We know in Canada, as I think
Mr. Couturier said, we supply 0.5 per cent or less than
0.5 per cent of global supply.
Comme vous l’avez dit, madame Pryor, nous avons discuté à
un certain nombre d’occasions avec Ruth Salmon, de l’Alliance de
l’industrie canadienne de l’aquaculture. L’un de ses principaux
messages portait sur le concept et la faisabilité — ou la possibilité
théorique et pratique — d’avoir une loi distincte sur l’aquaculture.
Comme nous le savons, le Canada — et je crois que M. Couturier
l’a dit — fournit tout au plus 0,5 p. 100 de l’approvisionnement
mondial.
Mr. Couturier: Of farm seafood.
Senator Wells: Of farm seafood, yes. That’s right. Would a
standalone Aquaculture Act that combined the aspects of Health
Canada, CFIA, DFO, Transport Canada, Environment Canada,
M. Couturier : En poissons et fruits de mer d’élevage.
Le sénateur Wells : En poissons et fruits de mer d’élevage, oui.
C’est exact. Est-ce qu’une loi portant précisément sur
l’aquaculture qui combinerait les exigences de Santé Canada, de
9:58
Fisheries and Oceans
27-5-2014
and whatever other ones I haven’t noted, unleash greater
production or activity and how would it do that if that would
be the case?
l’ACIA, de Pêches et Océans Canada, de Transports Canada,
d’Environnement Canada et des autres organismes de
réglementation que je n’ai pas mentionnés permettrait
d’accroître la production ou l’activité? Si oui, de quelle façon?
Mr. Couturier: I don’t think it would supersede any other
federal acts because they’re not going to change obviously, but if
you have an act that legitimizes aquaculture as a farming
activity — and it is farming; it is private property and it is
within the purviews of the provinces to manage private
property — I think you could come up with an act that would
reduce some of the duplication that seems to be out there in terms
of federal duplication and provincial duplication and get the
federal house in order. There should be a component in there that
has a development component such as in some of your agriculture
acts and other areas which is non-existent for aquaculture in this
country federally. It should also streamline the regulatory process
so that you don’t necessarily have to be referred to 15, 16 or
17 different federal agencies and pieces of legislation. That’s the
main reason.
M. Couturier : Je ne pense pas qu’une telle loi l’emporterait sur
d’autres lois fédérales, car elles ne vont évidemment pas changer,
mais s’il y avait une loi qui légitimerait l’aquaculture en tant
qu’activité d’élevage — et c’est bel et bien de l’élevage que nous
faisons : les activités se déroulent dans des sites privés, et la
gestion de la propriété privée est du ressort des provinces —, je
pense que cette loi pourrait permettre de réduire certains
chevauchements apparents entre les échelons fédéral et
provincial et d’assainir l’administration fédérale. Elle devrait
aborder la question du développement — comme certaines lois
canadiennes sur l’agriculture —, car cet aspect est absent des lois
fédérales qui régissent l’aquaculture. Elle devrait aussi simplifier le
processus réglementaire afin qu’on n’ait pas nécessairement
besoin d’être soumis à la surveillance de 15, 16 ou
17 organismes fédéraux et de se conformer aux exigences
d’autant de lois. C’est la principale raison de se doter d’une telle
loi.
The cost of just applying for a permit or a licence to operate in
this country from the federal side may be up to half a million
dollars for a salmon farm, for example, to get a licence and just do
its due diligence in terms of consultation with the public and so
on.
Pour obtenir auprès du gouvernement fédéral un permis ou une
licence d’exploitation d’un centre d’élevage de saumon — par
exemple — et faire preuve de diligence raisonnable en tenant des
consultations publiques et d’autres activités connexes, il peut en
coûter jusqu’à un demi-million de dollars.
For farmers it’s similar, not in costs but relative amounts. For
shellfish farmers it may be $50,000 or $100,000 before they even
may put something in the water. That’s significant because just
negotiating those different aspects of the law is quite cumbersome
and creates a lot of headaches. The laws aren’t always consistent
with one another at the federal level or at the provincial level but
at the federal level in particular. There needs to be some
streamlining of that to make it more cost effective for industry
and more understood what is expected. The industry doesn’t want
to be non-compliant. It wants to be totally respectful of all of the
laws but they are cumbersome and there’s a lot of red tape if you
want to use the word. I think a federal act could enable, legitimize
and better regulate aquaculture from the federal side.
Les montants sont semblables pour les éleveurs, toutes
proportions gardées. Les conchyliculteurs peuvent avoir à
débourser de 50 000 $ à 100 000 $ avant même d’avoir mis quoi
que ce soit dans l’eau. C’est une somme considérable, car le simple
fait de devoir se plier aux diverses exigences législatives représente
tout un fardeau et cause beaucoup de maux de tête. Les lois ne
sont pas toujours harmonisées les unes avec les autres aux
échelons provincial et fédéral, mais surtout à ce dernier échelon.
Une certaine rationalisation s’impose pour que l’industrie
devienne plus rentable et comprenne mieux ce qui est attendu
d’elle. L’industrie ne veut pas enfreindre les règles. Elle veut
respecter complètement toutes les lois, mais elles sont
compliquées, et il y a beaucoup de tracasseries administratives,
si je puis dire. Je pense qu’une loi fédérale pourrait permettre au
gouvernement canadien d’améliorer, de légitimer et de mieux
réglementer l’aquaculture.
Senator Munson: I thought the salmon were tough surviving
the obstacles of going back and forth across the ocean. Salmon is
one of the greatest survivors of all time but it seems the picture
you have presented here today is equally as tough because you
talked about the confusion and delay, Ms. Pryor. Could you give
us some examples of what the confusion and the delay is all about
in getting permits? What is not happening and what should be
happening there?
Le sénateur Munson : Je croyais que le saumon était un poisson
résilient, comme il arrive à survivre aux obstacles qui se dressent
devant lui durant son périple en mer. C’est un des plus grands
survivants de tous les temps, mais il semble que vous devez aussi
affronter un lot d’obstacles équivalent, madame Pryor, compte
tenu de la confusion et des retards dont vous avez parlé ici
aujourd’hui. Pourriez-vous nous donner des exemples en ce qui a
trait à l’obtention des permis? Qu’est-ce qui achoppe, et que
devrait-il se passer sur ce plan?
27-5-2014
Pêches et océans
9:59
Ms. Pryor: It goes to being compliant, as Cyr was mentioning.
We have licence applications right now with the province that are
required annually. Jennifer could probably speak more
specifically to the process.
Mme Pryor : Comme Cyr l’a dit, c’est une question de
conformité. À l’heure actuelle, nous devons présenter une
nouvelle demande de licence provinciale chaque année. Jennifer
pourra probablement vous fournir plus de détails sur le processus.
From the Transport Canada perspective where I mentioned
specifically the confusion and delays, we have inspectors that visit
our sites twice a year annually for Transport Canada. We also
have provincial inspectors that visit our sites from the
Department of Fisheries and Aquaculture. If they do visit our
site, they have the site diagrams that were approved under what
was the NWPA and then were deemed as being compliant or noncompliant. Anything that would be considered a hazard or noncompliant would then affect our ability to have the licence for that
farm to be able to do anything to transfer the fish from that farm
or to harvest the fish from that farm.
Pour ce qui est de la confusion et des retards dont j’ai parlé
relativement à Transports Canada, les inspecteurs de ce ministère
visitent nos sites deux fois par année. Il y a aussi des inspecteurs
provinciaux du ministère des Pêches et de l’Aquaculture qui s’y
rendent. Dans le cadre de leur inspection, ils consultent les
diagrammes du site qui ont été approuvés en vertu de la Loi sur la
protection des eaux navigables et déclarent alors le site conforme
ou non conforme. Tout ce qui pourrait être considéré comme un
danger ou un manque de conformité minerait ensuite notre
capacité d’obtenir pour le site une licence qui nous permettrait d’y
faire quoi que ce soit, comme transférer le poisson là-bas ou en
récolter le poisson.
What’s happened is with losing positions in Newfoundland
with the movement of that it has created a lot of internal struggles
within departments as well and certainly within local staff. There
have been offices with retirements that have closed locally and
they’ve not been restaffed. When we reach out to our counterparts
to try to get clarification on application as to what is the status
within the system, we have the approval. The province does
certainly help with its one-stop shop of vetting applications for us,
but if we’ve got approvals and we know we have the approvals
from the province. If we have approvals from other agencies but
the one we know we don’t have is from Transport Canada, we will
not get our application. Fish will not wait. If fish are in a hatchery
and fish need to go to a farm there’s a large process required to set
up a site. We can’t start any of that until we actually have our
approved licence and the province will not give us that obviously
until we have our Transport Canada approval, as an example.
There have been delays. There have been considerable delays in
getting any feedback as to status of applications. So that’s where
the confusion comes from.
La perte d’employés et le roulement des effectifs à Terre-Neuve
ont créé beaucoup de luttes internes au sein des ministères et, à
coup sûr, du personnel local. Certains bureaux locaux dont les
employés sont partis à la retraite n’ont pas renouvelé leurs
effectifs et ont fermé leurs portes. Quand nous communiquons
avec nos homologues pour essayer d’obtenir des éclaircissements
sur l’état d’avancement des demandes dans le système, on nous dit
que nous avons l’approbation. Certes, la province nous aide avec
son guichet unique d’examen des demandes, mais c’est possible
seulement si nous avons obtenu les approbations nécessaires et
que nous savons que nous les avons obtenues. Si nous avons
obtenu des approbations de tous les organismes de réglementation
sauf Transports Canada, notre demande ne sera pas approuvée.
Le poisson ne peut pas attendre. Si nous avons des alevins qui
doivent être envoyés à un centre de pisciculture, il y a un
processus complexe à suivre pour préparer le site. Nous ne
pouvons pas commencer ces travaux avant d’avoir obtenu notre
licence, et la province ne nous la fournira évidemment pas avant
que nous ayons obtenu le feu vert de Transports Canada, par
exemple. Il y a eu certains retards. Il nous est arrivé de devoir
attendre très longtemps avant qu’on nous donne la moindre
indication de ce qu’il advient de nos demandes. Voilà donc d’où
vient la confusion.
Senator Munson: What’s the rationale behind a one-year
licence? People work in all kinds of industry. They’re either fiveyear plans or three-year plans as a minimum. Where is that
coming from and what is the rationale behind it?
Le sénateur Munson : Pourquoi les licences sont-elles délivrées
pour un an? Les gens travaillent dans toute sorte d’industries. Les
plans sont soit quinquennaux, soit triennaux; c’est le minimum.
D’où vient cette idée, et quelle est la logique sous-jacente?
Ms. Caines: I wish you’d ask that of the minister of fisheries. I
agree the banks want more than a one-year plan, don’t they?
Mme Caines : J’aimerais que vous posiez cette question au
ministre des Pêches. Je crois savoir que les banques veulent des
plans qui s’étendent sur plus d’un an, n’est-ce pas?
Senator Munson: Could you elaborate on that? We should have
asked of the minister. Maybe I didn’t do my homework well
enough but there much information for us this morning. The
minister will probably be asked after this but is there an impetus
to change that to make it a little bit more rational to the
aquaculture industry?
Le sénateur Munson : Pourriez-vous nous donner des
précisions? Nous aurions dû poser cette question au ministre. Je
ne me suis peut-être pas bien préparé, mais nous avons beaucoup
d’information à assimiler ce matin. La question sera
probablement posée au ministre par la suite, mais y a-t-il une
raison de changer cela afin que le processus ait un peu plus de sens
pour l’industrie aquacole?
9:60
Fisheries and Oceans
27-5-2014
Ms. Caines: Industry has asked for multi-year licences because
it makes sense to do multi-year licences. Our fish are on the site
for at least a year and a half before we can start to harvest them.
Even if it was for a production cycle you know your fish are going
to be there maybe a maximum of three years or whatever. Every
single year you come back with your production statistics, your
inventory reconciliations, your money, and then a few months
later or a few weeks later you get a new licence issued. For that
period of time you may be in non-compliance. With all the
certification schemes it’s all about documentation. It’s all about
being in compliance. Those are things that we don’t like to see.
Nobody likes to see it.
Mme Caines : L’industrie a demandé à obtenir des licences
pluriannuelles parce que c’est sensé. Notre poisson est élevé dans
nos sites durant au moins un an et demi avant que nous
commencions à le récolter. Même si les licences couvraient
seulement un cycle de production, nous savons que notre poisson
passera peut-être un maximum de trois ans dans le site. Chaque
année, on présente ses statistiques de production, ses feuilles de
rapprochement de stock et son argent et, quelques semaines ou
quelques mois plus tard, on obtient une nouvelle licence. Pendant
cette période, il se peut qu’on ne soit pas conforme. Tous les types
de certification sont fondés sur la présentation de documents à
l’appui. C’est une question de conformité. Ce sont des choses que
nous n’aimons pas voir. Personne n’aime voir cela.
It’s getting a bit better, I would say. To tell you the truth, the
new Navigation Protection Act purports to make things a little
easier but we still don’t know and we can’t get any answers just
yet as to what that will actually mean for us whether or not it will
be streamlined.
La situation s’améliore un peu, je dirais. En toute franchise, la
nouvelle Loi sur la protection de la navigation vise à faciliter un
peu les choses, mais nous ne savons pas encore quelles seront ses
conséquences réelles pour nous ni si les exigences seront
rationalisées, et nous n’arrivons toujours pas à obtenir des
réponses.
Senator Munson: I get more curious about this issue on this day
of discovery. Basically for this committee everything connects.
There have been many great things being said about what’s
happening in Newfoundland and Labrador in terms of being a
have province. In Ontario where I come from we’re a have-not
province, seriously, in terms of equalized payments and so on. Yet
with the oil industry and the money things are being poured back
into this province. There is a thing called infrastructure that you
say is not being addressed, everything from getting to the market
to getting product off this island.
Le sénateur Munson : Je suis davantage intéressé par cette
question en cette journée de découverte. Essentiellement, aux yeux
du comité, tout est lié. Bien des grandes choses ont été dites au
sujet de ce qui se passe à Terre-Neuve-et-Labrador, qui est
considérée comme une province nantie. Contrairement à elle,
l’Ontario — d’où je viens — est une province démunie — je suis
sérieux — quand il est question des paiements de péréquation,
notamment. Cependant, cette province tire profit de l’industrie
pétrolière et de l’argent qu’elle rapporte. Vous dites que la
question des infrastructures n’est pas abordée à l’égard d’une
foule d’aspects qui vont du transport des produits à partir de l’île
jusqu’à leur commercialisation.
How do you go about addressing those issues? You
complained about them. The Marine Atlantic ferry service is
obviously not acceptable nor is getting across some of the roads
that we were on yesterday. The Trans-Canada was fine but the
other one was a little dicey in spots but that’s the way it goes. Do
you have any comfort that money earned in this province through
taxation and so on will be used to have an equitable approach to
all industries and in particular yours?
Comment fait-on pour s’attaquer à ces problèmes? Vous vous
êtes plainte de la situation. Celle relative au service de traversier
de Marine Atlantique est évidemment inacceptable, tout comme
l’état de certaines routes que nous avons empruntées hier. La
Transcanadienne était en bon état, mais l’autre route était un peu
cahoteuse par endroits; c’est ainsi, que voulez-vous. Avez-vous le
moindre espoir que l’argent recueilli par la province au moyen des
taxes et des impôts, entre autres, sera réutilisé afin d’établir une
approche équitable pour toutes les industries, et la vôtre en
particulier?
I’m startled. There’s so much excitement in Harbour Breton
and your place, Poole’s Cove, yet I don’t know how you’re going
to grow unless everything connects properly. Maybe that’s just a
statement from me.
Je suis perplexe. Il y a tellement d’enthousiasme à Harbour
Breton et dans votre localité — celle de Poole’s Cove —; pourtant,
je ne sais pas comment vous pourrez prospérer à moins qu’il y ait
une coordination adéquate. C’est peut-être seulement mon
opinion personnelle.
Ms. Caines: And that’s about all that we can give back to you
because if we knew what to do we’d have been doing it by now, I
think.
Mme Caines : Et c’est à peu près tout ce que nous pouvons
vous dire, car, si nous savions ce qu’il faut faire, je pense que nous
aurions déjà commencé à le faire.
Mr. Couturier: I believe the province has reinvested some of
that tax revenue from oil and gas to some extent. The minister
mentioned this morning the loans. They are repayable so some of
that would have come there to help the industry expand. They are
M. Couturier : Je crois que la province a réinvesti une partie de
ses recettes fiscales tirées du pétrole et du gaz. Ce matin, le
ministre a parlé de prêts. Ils sont remboursables, alors une partie
de cet argent aurait été utilisée pour favoriser la croissance de
27-5-2014
Pêches et océans
9:61
going to pave 30 kilometres of that long road you were on
yesterday at some point over the next two years. They’ve been
paving it bit by bit.
l’industrie. D’ici les deux prochaines années, on va paver 30 km de
la longue route que vous avez parcourue hier. On la pave petit à
petit.
We wouldn’t say that it hasn’t been forthcoming but it has
been a long time forthcoming. For the wharves, as you also had
an opportunity to visit, those of you who were able to go, the
province itself has spent tens of millions on biosecure wharves.
That is an infrastructure piece that was required and it still
continues to be required.
Nous ne dirions pas que de telles améliorations n’étaient pas
prévues, mais nous les attendions depuis longtemps. En ce qui
concerne les quais — que certains d’entre vous ont aussi eu
l’occasion de visiter —, le gouvernement provincial a lui-même
investi des millions de dollars pour se doter de quais
biosécuritaires. C’est une composante d’infrastructure qui était
requise et qui se fait encore attendre.
The road is a big one. Marine Atlantic is a federal issue that
somehow we have to have the province negotiate with the feds to
resolve that issue for the marketplace.
La route dont il est question est longue. Marine Atlantique
représente un problème fédéral qui exige des négociations entre les
gouvernements provincial et fédéral afin qu’on le règle pour le
bien du marché.
In this year’s provincial budget there was a significant
announcement on broadband access in some areas of the
province and I believe in the federal budget as well has a
national infrastructure program. We hope that in the next couple
of years we’ll be connected. We don’t know. That’s something to
see, I guess.
Dans le budget provincial de cette année, on a fait une annonce
importante concernant l’accès à large bande dans certaines
régions de la province, et je crois que le budget fédéral prévoit
aussi un programme national d’infrastructures. Nous espérons
que notre région sera connectée d’ici deux ou trois ans. Nous ne
savons pas si ce sera le cas. On verra bien, je suppose.
Other infrastructures that weren’t mentioned directly, or
maybe they were, are service infrastructure and waste
management. In this province even if you’re a homeowner
where do you take your garbage? Right now it’s all being
consolidated into two or three zones in the whole province. You
take that from 200, 300 or 400 communities and how do you even
have the infrastructure to consolidate it? It is a question that’s
trying to be worked out now. The geography is challenging so
that sort of infrastructure is not in place. It will be a challenge for
future growth but as I said in my opening comments we believe
we’re up to the challenge. Our industry will certainly go to both
the federal and provincial governments to make sure they are able
to support the infrastructure needs.
Les autres infrastructures qui n’ont pas été abordées
directement — à moins que je me trompe — sont celles liées
aux services et à la gestion des déchets. Dans cette province, que
fait-on de ses déchets, même si on n’est qu’un simple citoyen? À
l’heure actuelle, toutes les régions de la province sont en train
d’être fusionnées en deux ou trois zones. Il est question de 200,
300 ou 400 collectivités; comment peut-on même se doter des
infrastructures nécessaires à une telle fusion? On cherche
actuellement une solution. La situation géographique est
problématique, et c’est pourquoi ce genre d’infrastructures n’est
pas en place. Il faudra surmonter cette difficulté pour assurer la
croissance future, mais, comme je l’ai dit dans mon exposé, nous
croyons que nous serons à la hauteur de ce défi. Notre industrie
entreprendra certainement des démarches auprès des
gouvernements fédéral et provincial pour s’assurer qu’ils
pourront nous aider à répondre aux besoins en matière
d’infrastructures.
Senator Raine: Thank you very much. We really appreciate the
time you’ve taken with us on this tour.
La sénatrice Raine : Merci beaucoup. Nous vous sommes très
reconnaissants du temps que vous nous avez consacré lors de
notre visite.
Aquaculture producers need to use certain chemicals,
therapeutants, biofouling agents, et cetera, as part of their
ongoing operations. The committee has been told the industry
would like to have access to a larger number of products. How
does the use of chemicals in aquaculture in Newfoundland and
Labrador compare to the use of chemicals in jurisdictions such as
Norway and Scotland? How does the availability of therapeutants
in Canada compare across Canada? Is it the same everywhere?
Les aquaculteurs doivent utiliser certains produits chimiques
— des fongicides thérapeutiques, des agents anti-biosalissures, et
cetera — dans le cadre de leurs activités courantes. Notre comité
s’est fait dire que l’industrie aimerait avoir accès à un plus vaste
éventail de produits. Comment l’utilisation de produits chimiques
par l’industrie aquacole de Terre-Neuve-et-Labrador se comparet-elle à celle de pays étrangers comme la Norvège et l’Écosse?
Comment varie la disponibilité des fongicides thérapeutiques
d’une province canadienne à une autre? Est-elle la même partout?
I just want a little bit of an overview, if you don’t mind, and
some details on the use of therapeutants.
Je veux juste avoir un aperçu de la situation, si vous le voulez
bien, de même que certains détails concernant l’utilisation des
fongicides thérapeutiques.
9:62
Fisheries and Oceans
27-5-2014
Mr. Couturier: Maybe, Senator Greene Raine, I can partly
answer some of this.
M. Couturier : Je peux répondre en partie à certaines de vos
questions, madame la sénatrice.
The availability of therapeutants is similar across the country
because these are all nationally registered therapeutants that go
through an extreme screening process by Health Canada, as
Dr. Whelan mentioned earlier, Environment Canada, Fisheries
and Oceans Canada for the federal Fisheries Act. Of course all
provincial regulations have to be met. Before anything is licensed
to be used or permitted to be used in an aquaculture facility it
goes through all of those checks and balances. Sometimes it takes
10 years to get permission to use a therapeutant because you have
to do all of the science required to demonstrate that it will have
minimal impact on the environment when you’re using it.
La disponibilité des fongicides thérapeutiques est semblable
d’une province à une autre, car il s’agit dans tous les cas de
fongicides enregistrés auprès du gouvernement canadien qui font
l’objet d’un processus de sélection extrêmement rigoureux mené
par Santé Canada — comme le Dr Whelan l’a dit plus tôt —,
Environnement Canada et Pêches et Océans Canada en
application de la Loi sur les pêches du Canada. Bien entendu,
toute la réglementation provinciale doit être respectée. Avant
d’obtenir toute licence ou tout permis d’utilisation de tels produits
dans une installation aquacole, il faut se conformer à ces
exigences. Nous devons parfois attendre 10 ans avant d’avoir
l’autorisation d’utiliser un fongicide thérapeutique, car on doit
mener toutes les études scientifiques nécessaires pour démontrer
qu’il aura un faible impact environnemental quand il sera utilisé.
In terms of access it’s basically similar for every jurisdiction in
the country in terms of therapeutants and products that are used
for growing fish and managing health in the event they are
needed.
Pour ce qui est de l’accès, les fongicides thérapeutiques et les
produits utilisés pour l’élevage du poisson et — au besoin — la
gestion de leur santé sont essentiellement les mêmes dans toutes
les provinces.
The other part of your question was internationally compared
to Norway and so on. I don’t know that we use per tonne of fish
production if you’re talking about antibiotics or sea lice
treatments and so on. We’re probably using less than Norway
in some cases and certainly less than Chile. On a per tonne basis it
amounts to very small amounts. I don’t have exact numbers in
front of me right now but something like .3 grams per kilogram
may be used in farming salmon.
Vous avez aussi demandé comment l’utilisation de ces produits
à Terre-Neuve se compare à ce qu’il en est à l’étranger, par
exemple en Norvège. Je ne sais pas quelle quantité, entre autres,
d’antibiotiques et de produits visant à éliminer le pou du poisson
nous utilisons par tonne de poisson produit, si c’est ce que vous
demandez. Nous en utilisons probablement moins qu’en Norvège
dans certains cas, et certainement moins qu’au Chili. Nous
utilisons de très petites quantités par tonne. Je n’ai pas les chiffres
précis devant moi actuellement, mais c’est peut-être de l’ordre de
0,3 gramme par kilo pour l’élevage du saumon.
It’s less than 3 per cent farm salmon will ever see an antibiotic
in their life cycle. Most of the time fish health is managed through
proper siting, low densities, proper husbandry, and vaccination in
particular is another important one. A lot of our fish are
vaccinated. They go in the water healthy and presumably resistant
to a variety of local pathogens. We’re doing well that way in
Canada. It’s hard to compare exactly against Norway but I would
say that we’re doing as well, if not better.
Moins de 3 p. 100 du saumon d’élevage absorbera des
antibiotiques au cours de son cycle de vie. La plupart du temps,
la santé du poisson est gérée grâce à l’utilisation de sites adéquats,
à de faibles densités de poisson, à des techniques d’aquaculture
adéquates et aussi, surtout, grâce à la vaccination, qui est un autre
aspect important. Quand ils sont mis à l’eau, les poissons sont en
santé et sont censés pouvoir résister à divers pathogènes locaux.
Nous obtenons de bons résultats de cette façon au Canada. Il est
difficile de comparer exactement notre situation avec celle de la
Norvège, mais je dirais que nos résultats sont aussi bons que ceux
de ce pays, sinon meilleurs.
Senator Raine: Is there an end to the use of antifoulants on
nets?
La sénatrice Raine : Prévoit-on arrêter d’utiliser des agents
antisalissures sur les filets?
Mr. Couturier: That’s also changing quite a bit in Canada. We
have limited use of antifoulants on nets in Newfoundland and
Labrador. We have some nets have a copper compound which has
been used for 30 years but regular net cleaning and washing
prevents that from basically leaching into the environment. These
are all approved by Health Canada, Environment Canada and
others for use in the marine environment. Many of the operations
now are getting away from antifoulants for the simple reason that
M. Couturier : La pratique change aussi pas mal au Canada. À
Terre-Neuve-et-Labrador, l’utilisation d’agents antisalissures sur
les filets est limitée. Certains filets contiennent un composé de
cuivre et sont utilisés depuis 30 ans. Cependant, grâce au
nettoyage et au lavage réguliers des filets, le composé ne se
retrouve pas dans l’environnement. Tous ces produits ont été
approuvés par Santé Canada, Environnement Canada et d’autres
intervenants aux fins d’utilisation dans un environnement marin.
27-5-2014
Pêches et océans
9:63
it does cost money to have the antifoulants put on the nets.
They’re able to do in situ net cleaning.
Bon nombre d’entreprises arrêtent actuellement d’utiliser des
agents antisalissures tout simplement en raison des coûts de leur
application sur les filets. Elles peuvent nettoyer les filets sur place.
For example, in Scotland and Norway not that many
operations actually use antifoulants because they clean the nets
in situ, right on site. We’re moving that way here in
Newfoundland and Labrador. About half our production
would probably be done that way. It won’t be long, I am
guesstimating, that it will be the common practice.
Par exemple, en Écosse et en Norvège, peu d’entreprises
utilisent des agents antisalissures parce qu’elles nettoient les filets
directement sur place. Nous allons aussi dans cette direction à
Terre-Neuve-et-Labrador. Près de la moitié de notre production
se fera probablement ainsi à l’avenir. J’estime au juger que, dans
peu de temps, il s’agira d’une pratique courante.
Senator Raine: Would that be quite labour intensive?
La sénatrice Raine : Est-ce très exigeant en main-d’œuvre?
Mr. Couturier: It’s highly mechanized, those net cleaning
devices, but it is labour intensive, yes. You have robots that can
do it. Basically it’s underwater washers that can be done from the
surface from a video camera. You can wash the hull of your boat
to get rid of invasive species. You can do all kinds of stuff if it
works.
M. Couturier : Les dispositifs de nettoyage des filets sont
hautement mécanisés, mais c’est quand même exigeant en maind’œuvre, en effet. Des robots peuvent faire le travail.
Essentiellement, on utilise des nettoyeurs sous-marins qu’on
peut diriger de la surface grâce à une caméra. On peut nettoyer
la coque des navires pour éliminer les espèces envahissantes.
Lorsque cette technique fonctionne, elle permet de faire plein de
choses.
In high wind and current conditions it may not work that
easily. Otherwise you have to use sprayers in the cages and it’s
labour intensive to do that. That’s the other point that you have
to consider. If it requires additional labour then is it practical for
the company to do it?
Lorsqu’il y a de grands vents et de forts courants, ce n’est peutêtre pas aussi facile. Sinon, il faut utiliser des pulvérisateurs dans
les cages, ce qui est très exigeant en main-d’œuvre. C’est l’autre
élément dont il faut tenir compte. Si la technique exige plus de
main-d’œuvre, les entreprises l’adopteront-elles?
Ms. Caines: I would say it will be a while before we go totally
with non-treatable nets. I think we’re trying to minimize the use of
it. If you look at the amount of antifoulant used per tonne of fish,
I think the more we increase our productivity and the
performance of our fish, if you look at it then, we’re producing
more fish per use of this product. I think we’re a ways off before
we would see any non-treated.
Mme Caines : Je dirais qu’il faudra attendre encore longtemps
avant l’élimination complète des filets traités. Je crois que nous
essayons de réduire au minimum l’utilisation des agents. Si on
regarde la quantité d’agents antisalissures utilisés par tonne de
poisson, dans cette optique, plus on accroîtra notre productivité
et le rendement de nos pêcheries, plus nous produirons de
poissons comparativement à l’utilisation de ces produits. Je crois
qu’il reste encore un peu de chemin à faire avant d’éliminer
complètement le recours à ces traitements.
Senator Raine: Thank you.
La sénatrice Raine : Merci.
Senator Poirier: Thank you for the presentation. We heard
from Dr. Kochhar, who is the Chief Veterinarian Officer of
Canada and Executive Director for Animal Health Directorate.
When he appeared before the committee a while back he
mentioned to us that the aquaculture industry was compensated
several million dollars by the federal government for the costs
associated with the order of destruction of fish between 2012 and
2014. He felt in the long run that would be something that could
not be sustained. He was recommending that the industry
consider a private insurance program similar to the one
developed for Canada’s poultry industry.
La sénatrice Poirier : Merci de votre exposé. Il y a un certain
temps, nous avons reçu le Dr Kochhar, vétérinaire en chef du
Canada et directeur exécutif de la Direction de la santé des
animaux, qui nous a mentionné que le secteur de l’aquaculture
recevait plusieurs millions de dollars du gouvernement fédéral en
contrepartie des coûts associés à l’ordonnance de destruction de
poissons entre 2012 et 2014. Selon lui, cette façon de faire n’est
pas durable à long terme. Il a recommandé à l’industrie
d’envisager l’adoption d’un programme d’assurance privée
semblable à celui mis au point pour le secteur des volailles
canadien.
Is this something that you have looked at or have studied or
thought of?
Est-ce quelque chose que vous avez envisagé ou étudié ou une
possibilité à laquelle vous avez réfléchi?
Ms. Pryor: I’ll try to keep my points short.
Yes, the industry has certainly looked at it. They currently do
have insurance policies in place. Jennifer can correct me if I’m
wrong here, but the crop insurance is quite costly that they do
have but does not include events such as a notifiable disease event.
Mme Pryor : Je vais essayer de répondre rapidement.
Oui, l’industrie y a réfléchi. Il existe actuellement des polices
d’assurance. Jennifer me corrigera si j’ai tort, mais l’assurancerécolte en place est très coûteuse et exclut des événements comme
l’éclosion d’une maladie à déclaration obligatoire. Comme le
9:64
Fisheries and Oceans
27-5-2014
As Dr. Whelan was describing earlier, if the CFIA were to come
into a site with ISA like we experienced here in Newfoundland, or
IHN on the west coast, and if it’s a notifiable disease that becomes
a mandate of CFIA, that’s when we may have the opportunity to
get compensation for the fish. That isn’t something for our
insurance and we haven’t been able to date to get insurance to
cover crop losses due to that.
Dr Whelan l’a dit plus tôt, si l’ACIA vient dans un site aux prises
avec l’AIS — c’est arrivé, ici, à Terre-Neuve — ou la NHI, sur la
côte Ouest, s’il s’agit d’une maladie à déclaration obligatoire dont
l’ACIA devient responsable, à ce moment-là, on pourrait obtenir
une indemnisation pour les poissons. Cela ne relève pas de notre
assurance, et, jusqu’à présent, nous n’avons pas pu obtenir une
assurance qui couvre de telles pertes de production.
Mr. Couturier: As you may be aware crop insurance for these
types of events are available to all farmers in Canada, animal
farmers of any kind, even plant farmers. There are business risk
management models out there. We’ve been talking with the
federal government for at least 20 years on having business risk
management insurance policies for crops shared between the
provinces and the private sector, the sort of business model where
you would share the insurance policy you were talking about.
M. Couturier : Comme vous le savez peut-être, l’assurancerécolte pour ces types d’événements est offerte à tous les
agriculteurs du Canada, tous les types d’éleveurs d’animaux,
même les producteurs maraîchers. Il y a des modèles de gestion du
risque d’entreprise. Nous discutons avec le gouvernement fédéral
depuis au moins 20 ans de la mise en place de polices d’assurance
de gestion du risque d’entreprise visant les récoltes communes
entre les provinces et le secteur privé, le genre de modèle d’affaires
dans le cadre duquel on pourrait mettre en commun le type de
police d’assurance dont vous avez parlé.
We’re hopeful if something like a new Aquaculture Act does
come forward that it has an insurance policy for things like that
that can be cost shared between industry and government. That
would make sense and minimize the exposure of organizations
like CFIA.
Nous espérons que, si une loi sur l’aquaculture est adoptée, elle
prévoira une police d’assurance pour ce genre d’événement et que
les coûts seront assumés par l’industrie et par le gouvernement. Il
serait censé d’agir ainsi, et on pourrait ainsi réduire au minimum
l’exposition d’organisations comme l’ACIA.
Of course no farmer wants to lose his or her crop to a nonendemic disease. It is a notifiable disease so they hope they
certainly never have to run into it in the future. It’s there as an
emergency and the reason why it’s there in the Health of Animals
Act for Canada really is to protect trade. It’s a trade issue.
Bien sûr, aucun agriculteur ne veut perdre sa récolte en raison
d’une maladie non endémique. C’est une maladie à déclaration
obligatoire, alors c’est évident que les agriculteurs espèrent ne
jamais être touchés. C’est là en cas d’urgence, et la raison pour
laquelle c’est prévu dans la Loi sur la santé des animaux, c’est de
permettre au Canada de vraiment protéger ses activités
commerciales; c’est une question de commerce.
When you spoke to the CFIA that’s their mandate, animal
health with respect to trade and that’s why it’s there. It’s no
different than any other farmed animal production in Canada.
Vous avez parlé aux représentants de l’ACIA; leur mandat
concerne la santé des animaux et le commerce. C’est la raison
pour laquelle le programme existe. Ce n’est pas différent des
autres activités d’élevage au Canada.
Having said that, yes, there has been here in Newfoundland
and Labrador and maybe in Nova Scotia some compensation in
recent years for notifiable diseases. That’s required basically
under law because you have to get rid of your animals. We believe
that if they improve the case definition, as Dr. Whelan
mentioned, you would get those animals out of the water a lot
faster and there would be a lot less compensation costs.
Cela dit, oui, on a obtenu une certaine indemnisation ici, à
Terre-Neuve-et-Labrador, et peut-être aussi en Nouvelle-Écosse
au cours des dernières années en raison de l’éclosion de maladies à
déclaration obligatoire. Essentiellement, c’est une exigence aux
termes de la loi parce qu’il faut se débarrasser des animaux. Nous
croyons que, si on réussit à améliorer la définition des cas, comme
le Dr Whelan l’a mentionné, on pourrait retirer ces animaux de
l’eau beaucoup plus rapidement, et les coûts d’indemnisation
seraient bien moindres.
You should also know at the same time that compensation was
paid for. The industry also contributed, as the minister
mentioned, at least $400 million in private sector input and
contribution to the economy of Newfoundland. That’s not
insignificant. Over the years that the compensation has been
implicated in diseases for eradication for aquatic animals in
Canada the industry has contributed over $15 billion to the
Canadian economy. When you look at that the numbers do pale
in comparison but anyway, yes, I think the industry is looking at a
cost-shared insurance model.
Il faudrait aussi savoir qu’une indemnisation a été versée.
Comme le ministre l’a mentionné, notre industrie contribue à
l’économie : au moins 400 millions de dollars en intrants du
secteur privé et en contribution à l’économie de Terre-Neuve. Ce
n’est pas rien. Au cours des années où le Canada a versé des
indemnisations liées à l’éradication d’animaux aquatiques en
raison de maladies, l’industrie a généré plus de 15 milliards de
dollars dans l’économie canadienne. Lorsqu’on compare ces
chiffres, force est d’admettre que c’est peu, mais, tout de même, je
crois que l’industrie envisage de recourir à un modèle d’assurance
à frais partagés.
27-5-2014
Pêches et océans
9:65
Senator Poirier: My last question is that we’ve heard from you
many different provincial/federal things that you’d like to see
changed, improved or worked upon. The committee started this
study in January of this year and we’re hoping to present a report
and be finished around June, 2015.
La sénatrice Poirier : Ma dernière question concerne le fait que
vous avez dit que vous aimeriez changer, améliorer ou peaufiner
bien des choses aux échelons provincial ou fédéral. Le comité a
commencé son étude en janvier, cette année, et nous espérons
présenter un rapport et terminer notre travail vers juin 2015.
If I were to ask you which would be the No. 1 recommendation
you would like to see us consider as a priority of the federal
government to be put in the report, what would it be?
Quelle serait votre première recommandation en ce qui
concerne la priorité du gouvernement fédéral que vous voudriez
que nous exposions dans le rapport?
The Chair: Who would like to answer that?
Le président : Qui veut répondre?
Ms. Pryor: I’ll try that.
Mme Pryor : Je peux y répondre.
As a No. 1 priority I think from an industry perspective I
would add the recognition that we are a legitimate industry in
Canada because I don’t know if we’ve ever felt that we had that.
That lends into the Aquaculture Act and why we’ve been asking
for an Aquaculture Act, but we’ve run into so many instances
where we’re knocking on doors and we are the aquaculture
industry but we’re not allowed in because there’s nowhere in
federal legislation that they recognize us as a true industry. We are
making significant strides in the industry in Canada and feel we
can make more. I guess my first ask would be to have that
recognition of the industry in Canada.
Je crois que la première priorité, du point de vue de l’industrie,
serait de reconnaître que nous sommes une industrie légitime au
Canada parce, selon moi, nous n’avons jamais été traités comme
telle. On en revient à la loi sur l’aquaculture. C’est la raison pour
laquelle nous demandons une telle loi. Vous savez, nous avons
très souvent frappé à des portes au nom du secteur de
l’aquaculture pour ensuite nous faire fermer la porte au nez
parce qu’aucune loi fédérale ne reconnaît notre statut d’industrie.
Nous faisons de grands progrès au sein du secteur industriel
canadien et nous avons l’impression que nous pourrions en faire
plus. Je crois que la première chose que je demanderais, c’est cette
reconnaissance de l’industrie canadienne.
Senator Poirier: Would the other witnesses agree?
La sénatrice Poirier : Les autres témoins sont-ils d’accord?
Mr. Couturier: From the federal government side.
M. Couturier : Du point de vue fédéral.
Ms. Caines: From the federal, legitimizing an industry and
offering support sometimes in the presence of, I hate to say it,
other agenda driven attacks on an industry is something that’s
important. I think legitimizing with suitable legislation offers that
acknowledgement that yes, this is an industry that Canada can do
well at, is doing well at and should be doing better.
Mme Caines : Du point de vue fédéral, il serait important
qu’on nous traite comme une industrie légitime et qu’on nous
appuie, parfois, lorsqu’on essuie — il me répugne de le dire — des
attaques venant d’autres intervenants de l’industrie. Je crois
qu’obtenir cette légitimité grâce à un texte législatif approprié
confirmerait notre statut d’industrie où le Canada peut réussir, où
les choses vont bien et que l’on peut améliorer.
The first time I visited Norway I got off the plane and got on
the bus. The first thing I saw all around me was advertising for
aquaculture, aquaculture products, aquaculture feeds and
everything I thought these guys have bought this big time. We
don’t see that here. We may never see it but it just struck me: oh,
my goodness, this is a culture that really embraces what they have
chosen. Granted, they have put an awful lot of money in it and a
lot of attack: This is going to be a totally integrated approach; we
are going to have an industry here and it is going to be salmon
aquaculture. Boy, they did it big time. That was the thing that
struck me, the legitimizing of that. We should be proud of what
we’ve done and I refuse not to be proud of what I’ve helped to
build in this province.
La première fois que je suis allée en Norvège, je suis descendue
de l’avion et j’ai monté dans un autobus. J’ai tout de suite
remarqué les publicités sur l’aquaculture, sur les produits
piscicoles, les aliments aquacoles et tout le reste. Je me suis dit
que c’était une industrie importante là-bas. Ce n’est pas le cas ici.
Nous ne verrons peut-être jamais cela ici, mais ça m’a frappée :
mon Dieu, c’est une culture qui assume vraiment ses choix. Je
vous l’accorde, l’état y a consacré beaucoup d’argent et essuyé
beaucoup d’attaques. Il a opté pour une approche totalement
intégrée. Il était décidé à créer une industrie, l’aquaculture du
saumon, et il a vraiment réussi! C’est ce qui m’a frappée, la
légitimité de l’industrie. Nous devrions être fiers de ce que nous
avons fait, et je refuse de ne pas être fière de ce que j’ai aidé à bâtir
dans la province.
Senator Poirier: Thank you.
La sénatrice Poirier : Merci.
The Chair: A very diplomatic answer.
Le président : C’est une réponse très diplomate.
Senator McInnis: Thank you very much.
Le sénateur McInnis : Merci beaucoup.
This morning our presenters left us feeling that we just finished
an ice cream, everything was so good. In fact I’m surprised that
you have difficulties with the federal government. When one
Ce matin, nos témoins nous ont fait sentir comme si nous
venions tout juste de terminer une bonne crème glacée. Tout allait
si bien. En fait, je suis surpris de voir que vous avez des difficultés
9:66
Fisheries and Oceans
27-5-2014
looks at the MOU that was executed, the provincial act where the
province controls a fair bit with respect to aquaculture, I’m
somewhat taken back by your difficulties but will not repeat them
now. Are there any organized groups opposed to aquaculture in
Newfoundland?
avec le gouvernement fédéral. Lorsqu’on examine le protocole
d’entente qui a été établi, la loi provinciale en vertu de laquelle la
province contrôle pas mal de choses au sujet de l’aquaculture, je
suis un peu étonné de voir les difficultés que vous éprouvez et que
je ne vais pas répéter ici. Y a-t-il des groupes organisés qui
s’opposent à l’aquaculture à Terre-Neuve?
Ms. Pryor: Oh, yes, I think with our industry that goes par for
the course. As our industries were developing and if we look at
that graph over the last 10 years, for a long time there were people
who had concerns but it wasn’t a very vocal group. Certainly as a
sector and certainly as our colleagues in other parts of the country
they would say, ‘‘As your industry grows just be prepared that the
opponents will grow and consolidate as well’’.
Mme Pryor : Oh, que oui. Je crois que c’est quelque chose de
normal pour notre industrie. Lorsque l’industrie s’est mise en
place, comme on peut le voir sur le graphique des 10 dernières
années, pendant longtemps, des gens étaient préoccupés, mais on
n’entendait pas beaucoup parler d’eux. Évidemment, en tant que
secteur, et je suis certaine que nos collègues dans d’autres régions
du pays vous le diront, à mesure que l’industrie croît, ses
opposants deviennent plus nombreux et se regroupent.
We certainly have concerns that are raised locally from local
groups. We do meet with them when we can and if they’re
interested to meet with us. We try to address those concerns but
it’s not anything that I think would be distinct to Newfoundland.
They are concerns that are general to salmon farming that you’ll
hear in Nova Scotia, New Brunswick or B.C.
Il y a très certainement des préoccupations soulevées à l’échelle
locale par des groupes de la région. Nous les rencontrons lorsque
nous le pouvons et lorsqu’ils le veulent bien. Nous essayons de
dissiper leurs préoccupations, mais ce n’est pas le propre de TerreNeuve. L’élevage du saumon soulève des préoccupations dont on
entend parler en Nouvelle-Écosse, au Nouveau-Brunswick ou en
Colombie-Britannique.
Ms. Caines: We welcome valid concerns. That’s the only way
we’re really going to build a trusting and a trustworthy industry.
It’s when the concerns go off the rails and the rhetoric and things
aren’t based in scientific fact. That’s what I have difficulty with,
but it is concerned citizens that make improvements in many
industries and aquaculture is no different than any other resource
based or resource using industry. We welcome a certain amount
of it. That’s what makes us get better. I don’t like my feet held to
the fire, no, but I think we need a certain amount of that.
Mme Caines : Nous prenons note des préoccupations
légitimes. C’est la seule chose que nous pouvons faire pour
vraiment bâtir un secteur où il y a un climat de confiance et qui est
digne de confiance. Le problème, c’est lorsque les préoccupations
déraillent et que la rhétorique et les arguments ne sont plus fondés
sur des données scientifiques. C’est là où je ne suis plus, mais il
faut que les citoyens posent des questions pour que de
nombreuses industries s’améliorent, et le secteur de
l’aquaculture n’est pas différent des autres industries du secteur
primaire. Nous prenons note d’un certain nombre de
préoccupations. C’est la seule façon de s’améliorer. Je n’ai pas
l’impression d’être acculée au pied du mur, pas à ce point-là, mais
je crois que nous avons quand même un peu besoin d’entendre ces
préoccupations.
One of the things I mentioned was that I was a bit concerned
about the destruction of habitat division within DFO and all the
cutbacks we see in science and habitat protection. As a citizen of
the country and a biologist I’m a bit concerned with that type of
thing. We’ve had enough cuts of that. As an industry we welcome
a certain amount of it. It has to help us get better but it has to be
reasonable and it has to be based on science.
Une des choses que j’ai mentionnées et qui me préoccupaient
un peu, c’est la division responsable de la question de la
destruction des habitats du MPO, et toutes les compressions
dans le domaine scientifique et au détriment de la protection des
habitats. En tant que citoyenne du pays et biologiste, je suis un
peu préoccupée par ce genre de choses. Il y a eu suffisamment de
compressions. En tant qu’industrie, nous acceptons une certaine
part de plaintes. Elles nous aident à nous améliorer, mais les
doléances doivent être raisonnables et fondées sur des données
scientifiques.
Senator McInnis: Who’s on your board? Is it industry people?
Le sénateur McInnis : Qui siège à votre conseil? Des
intervenants de l’industrie?
Ms. Pryor: Yes, we have industry representatives and we have
two at large representatives. Cyr actually sits as a representative
from the Marine Institute and we have another gentleman on our
board from the Ocean Sciences Centre.
Mme Pryor : Oui, il y a des représentants de l’industrie et deux
représentants plus généraux. Cyr, en fait, est un représentant du
Marine Institute, et il y a un autre membre de notre conseil qui
vient du Centre d’océanographie.
27-5-2014
Pêches et océans
9:67
Senator McInnis: I want to leave Newfoundland with a good
understanding. I’ve heard some of your difficulties and your
challenges but I take it Newfoundland is somewhat unique.
You’ve referred to the depth of the waters where these farms are
located and obviously currents are there. You do low stocking. I
would like for you to comment on how many you put in a pen, the
separation of the inflow and outflow and that type of thing.
Would you say you’re comparable to other Atlantic provinces in
this respect?
Le sénateur McInnis : Je veux partir de Terre-Neuve sur une
bonne note. J’ai entendu parler de certaines de vos difficultés et de
certains des défis auxquels vous êtes confrontés, mais je crois
savoir que le cas de Terre-Neuve est un peu unique en son genre.
Vous avez mentionné la profondeur des eaux où ces élevages sont
situés et, évidemment, les courants marins. Vous maintenez des
pratiques d’empoissonnement assez faibles. J’aimerais que vous
nous disiez combien vous en mettez dans un enclos et que vous
nous parliez de la séparation des intrants et des extrants et ce
genre de choses. Diriez-vous que c’est comparable à ce qui se
passe dans les autres provinces de l’Atlantique?
Ms. Pryor: Comparable from an opportunities perspective,
yes. We feel, as Jennifer said, we grow fish very well here and we
can grow more fish very well here. But from a geographical
perspective, no, just given the landscape of the south coast, the
lack of roads and the cliffs that we have, and trying to institute
bay management areas where we don’t have wharves that we can
designate as our inflow wharves and our outflow wharves. The
industry is looking at how we implement that with the
infrastructure we have and what we need.
Mme Pryor : C’est comparable du point de vue des occasions,
oui. Nous estimons, comme Jennifer l’a dit, que nous réussissons
très bien à produire du poisson ici, et que nous pourrions
accroître notre production. Mais, d’un point de vue
géographique, non, simplement en raison de la structure de la
côte sud, de l’absence de routes et des falaises. Il y a aussi le fait
que nous essayons de mettre en place des zones de gestion de baie
où nous n’avons pas de quai que nous pouvons désigner comme
étant les quais pour les intrants et ceux pour les extrants.
L’industrie examine de quelle façon nous pouvons les mettre en
œuvre compte tenu de notre infrastructure et de nos besoins.
We are unique from that perspective and unique from the
environmental perspective as well. Some of the challenges and the
hurricane wind events we get on our south coast of
Newfoundland you may get in the Bay of Fundy or in other
parts of Nova Scotia. I think we’ve learned from the other
provinces what has been done. We’re certainly learning from that
and how can we do it better here.
Nous sommes uniques de ce point de vue et uniques aussi du
point de vue environnemental. Certains des défis que nous devons
relever, comme les vents de la force d’un ouragan que nous
essuyons sur la côte sud de Terre-Neuve, sont aussi présents dans
la baie de Fundy ou à d’autres endroits en Nouvelle-Écosse. Je
crois que nous avons appris en examinant ce que les autres
provinces faisaient. Nous en tirons des leçons et essayons de voir
de quelle façon nous pouvons mieux faire les choses ici.
Senator McInnis: The production of aquaculture in Canada has
flatlined for a number of years now. In fact we’re less than
1 per cent of the global production. China, for example, is
62 per cent. I think there is a uniqueness here in Newfoundland
and I wish you luck with it.
Le sénateur McInnis : La production piscicole au Canada
stagne depuis un certain nombre d’années. En fait, nous
représentons moins de 1 p. 100 de la production mondiale. La
Chine, par exemple, produit 62 p. 100 du poisson d’élevage. Je
crois qu’il y a quelque chose d’unique ici, à Terre-Neuve, et je
vous souhaite bonne chance.
I just wanted to offer this comment with respect to broadband.
It is just a suggestion. You have to be proactive. You have a big
challenge here because it will not be profitable. You have to take
advantage of the federal proposal and you have to invite the
operators in. There are ways that you can contribute toward the
capital costs of the cells.
Je voulais simplement formuler un commentaire au sujet du
service à large bande. C’est seulement une suggestion. Vous devez
être proactifs. Vous avez un grand défi à relever ici parce que le
service ne sera pas rentable. Vous devez tirer profit de la
proposition fédérale et vous devez inviter les exploitants à
participer. Vous avez des façons de contribuer aux coûts
d’immobilisation du service cellulaire.
For example, I heard mention here today that you have Crown
lands normally along the adjacent shoreline. You can use those as
a great contribution toward the capital costs and the companies
will accept it. We’ve done that in Nova Scotia.
Par exemple, j’ai entendu dire aujourd’hui qu’il y a
habituellement des terres publiques le long des côtes. Vous
pouvez utiliser ces terres comme une excellente contribution pour
compenser les coûts d’immobilisation, et les entreprises
accepteront. Nous l’avons fait en Nouvelle-Écosse.
Thank you.
Senator Lovelace Nicholas: It is nice to see you again today. Is
there only a certain amount of licences that are issued every year?
Is that why you have such a hard time to renew your licence?
Merci.
La sénatrice Lovelace Nicholas : C’est un plaisir de vous voir à
nouveau aujourd’hui. Y a-t-il seulement un certain nombre de
permis délivrés chaque année? Est-ce pour cette raison que vous
avez autant de difficulté à renouveler votre permis?
9:68
Fisheries and Oceans
27-5-2014
Ms. Caines: The fact that they are annual licences means a
tremendous strain on the human resources within the department
and all the rest of the referral agencies that might need to be
considered for the renewal of the aquaculture licence. Crown
lands don’t matter. It’s a 50-year lease but that 50-year lease is no
good to you unless you have a valid aquaculture licence.
Mme Caines : Le fait qu’il s’agisse de permis annuels met
beaucoup de pression sur les ressources humaines au sein du
ministère et auprès de tous les organismes responsables de la
consultation qui participent au processus de renouvellement des
permis d’aquaculture. Les terres publiques ne sont pas un enjeu.
On parle d’un bail de 50 ans, mais, 50 ans, ça ne sert à rien sans un
permis d’aquaculture valide.
Senator Lovelace Nicholas: And why would an application be
refused? Give me one reason. Do they ever refuse a licence?
La sénatrice Lovelace Nicholas : Et pourquoi une demande
serait-elle refusée? Donnez-moi une bonne raison. Est-ce qu’on
refuse de délivrer des permis?
Ms. Caines: If there was total opposition or some physical
reason, oceanographic reason or fish health reason, all of those
things would be considered. There are at least 17 different referral
agencies including Historic Resources as well as federal. So there
may be reasons.
Mme Caines : En cas d’opposition totale ou pour certaines
raisons physiques, des motifs liés à l’océanographie ou à la santé
des poissons, il faut tenir compte de toutes ces choses. Il y a au
moins 17 organismes différents responsables des consultations, y
compris les responsables des ressources historiques et le
gouvernement fédéral. Il peut donc y avoir beaucoup de raisons.
Usually by the time a company decides to submit an
application they’ve done their homework. They’ve done their
background. They’ve done their assessment and they’ve done an
analysis of if they think the site is suitable or not. That includes
public consultation all along the way. Even before you submit it
there is a check mark there where you need to show that you’ve
done due diligence in consulting people.
Habituellement, lorsque l’entreprise décide de présenter une
demande, elle a fait ses devoirs, et elle a procédé aux vérifications
générales. Elle a réalisé une évaluation et une analyse pour
déterminer si le site est approprié, ce qui inclut des consultations
publiques en cours de route. Avant même de présenter une
demande, l’entreprise doit montrer qu’elle a fait preuve de
diligence raisonnable en consultant les gens.
Senator Lovelace Nicholas: Thank you.
La sénatrice Lovelace Nicholas : Merci.
Mr. Couturier: This refers to the provincial annual renewal but
when they did change the act two years ago in 2012, as the
minister mentioned or Brian Meaney did, they do have provisions
in there to give multi-year licences. The minister can do that.
They’re just not there yet so we’re pushing them. They would be
annually renewable but basically it’s a check-off where you would
check off that you’ve been compliant with all the laws and
regulations and it should be expedited.
M. Couturier : Ce que j’ai à dire concerne le processus de
renouvellement annuel provincial, mais, lorsqu’on a changé la loi,
il y a deux ans, en 2012, comme le ministre ou Brian Meaney l’ont
mentionné, on a inclus des dispositions qui permettent la
délivrance de permis pluriannuels. Le ministre peut le faire. Il
n’est pas rendu là, alors nous exerçons des pressions. Le permis
serait renouvelable chaque année, mais, essentiellement, il
s’agirait d’une formalité. Il faudrait uniquement confirmer que
nous avons respecté toutes les lois et toute la réglementation. Ce
serait rapide.
They’ve also implemented an electronic renewal system. They
are piloting it now and hopefully that will help in terms of the
labour component. We don’t know. It’s still a work in progress.
On a aussi mis en place un système de renouvellement
électronique. On le met actuellement à l’essai, et nous espérons
que cela permettra de diminuer les coûts de main-d’œuvre. Nous
ne savons pas. Les travaux sont encore en cours.
The Chair: Thank you, sir.
Le président : Merci, monsieur.
Earlier on, Ms. Caines, you mentioned some additional
information you may have. I’m not sure exactly what it was on
at the time but I just wanted to advise all of you if there’s anything
after today that you think we could use as part of our study, feel
free to send it to the clerk and he’ll distribute it to the senators on
the committee. Once again, thank you.
Précédemment, madame Caines, vous avez mentionné avoir
des renseignements supplémentaires. Je ne sais pas exactement de
quoi il était question, mais je veux simplement vous dire à vous
tous que, s’il y a quoi que ce soit qui vous vient à l’esprit après la
réunion et que cette information pourrait nous servir dans le
cadre de notre étude, n’hésitez pas à l’envoyer au greffier, et il la
distribuera aux sénateurs du comité. Encore une fois, merci.
As our next panel we’re pleased this morning to welcome
Mr. Robert Sweeney, the President and Senior Project Manager
of Sweeney International Marine Corp and SIMCorp Marine
Environmental Inc. and Mr. Boyd Pack of Newfoundland Aqua
Services Ltd. from St. Alban’s.
Nous allons passer à notre prochain groupe de témoins. Nous
avons le plaisir d’accueillir, ce matin, M. Robert Sweeney,
président et gestionnaire principal de projet de Sweeney
International Marine Corp and SIMCorp Marine
Environmental Inc.; et M. Boyd Pack, de Newfoundland Aqua
Services Ltd., de St. Alban’s.
27-5-2014
Pêches et océans
9:69
We were down to St. Alban’s yesterday and are certainly
delighted to have you here this morning.
Nous avons visité St. Alban’s hier, et nous sommes
évidemment très heureux de vous accueillir ici ce matin.
On behalf of the members of the committee I thank you for
taking the time today to join us. I understand that we have an
opening statement from Mr. Sweeney and a statement from
Mr. Pack, and then we’ll go to our senators for questions.
Au nom des membres du comité, je vous remercie d’avoir pris
le temps de venir nous rencontrer aujourd’hui. Je crois savoir que
M. Sweeney a une déclaration préliminaire, et que M. Pack a lui
aussi une déclaration. Ensuite, nous passerons à la période de
questions des sénateurs.
Mr. Sweeney, the floor is yours.
Monsieur Sweeney, la parole est à vous.
Robert Sweeney, President and Senior Project Manager, Head
Office, Sweeney International Marine Corp and SIMCorp Marine
Environmental Inc.: Thank you and good morning, senators.
Welcome to Newfoundland and Labrador.
Robert Sweeney, président et gestionnaire principal de projet,
Bureau principal, Sweeney International Marine Corp and
SIMCorp Marine Environmental Inc. : Merci, et bonjour,
mesdames les sénatrices et messieurs les sénateurs. Bienvenue à
Terre-Neuve-et-Labrador.
First of all I’d like to extend my personal appreciation and
gratitude for being afforded the opportunity to address the
Standing Senate Committee on Fisheries and Oceans on
regulations, current challenges and future prospects for the
aquaculture industry in Canada. My particular focus this
morning will be concentrated on the marine finfish aquaculture
sector, specifically Atlantic salmon and rainbow trout in Atlantic
Canada.
Pour commencer, j’aimerais vous dire à quel point je vous suis
reconnaissant de m’avoir invité à comparaître devant le Comité
sénatorial permanent des pêches et des océans pour parler de la
réglementation, des défis actuels et des perspectives d’avenir de
l’industrie de l’aquaculture au Canada. Ce matin, je vais me
concentrer sur le secteur de la pisciculture en mer, plus
précisément du saumon de l’Atlantique et de la truite arc-enciel, dans le Canada atlantique.
Let me begin by simply stating that the greatest challenge
limiting the growth of the aquaculture sector in Atlantic Canada
is the regulatory framework within which the Canadian finfish
and shellfish producers must operate. While the provinces have a
statutory mandate to both develop and regulate the aquaculture
sector, there’s no federal statute that supports the development of
an aquaculture industry in Canada.
Je vais commencer par affirmer simplement que le principal
défi qui limite la croissance du secteur de l’aquaculture dans le
Canada atlantique est le cadre de réglementation que doivent
respecter les pisciculteurs et les conchyliculteurs canadiens. Même
si les provinces ont le mandat selon la loi de réglementer le secteur
de l’aquaculture aussi bien que d’en assurer l’expansion, il n’y a
aucune loi fédérale à l’appui du développement du secteur de
l’aquaculture au Canada.
It’s a well-known fact that the Fisheries Act dating back to
1868 was enacted to manage the capture, recreational and food
fisheries in Canada by Fisheries and Oceans Canada or DFO,
with a mandate to conserve and protect fish and fish habitat. If
Canadians are to realize our full potential for aquaculture in our
coastal waters then there is a very real need for federal legislators
to bring into force a federal Aquaculture Act, entrenching the
rights and privileges of the fish farmer to conduct the practice of
aquaculture in the marine environment. Such an enabling federal
statute would bring balance to DFO’s mandate of protecting fish
and fish habitat.
C’est bien connu que la Loi sur les pêches, qui remonte à 1868,
a été adoptée pour assurer la gestion de la pêche de capture, des
pêches récréatives et de la pêche vivrière au Canada par Pêches et
Océans Canada, le MPO, dont le mandat est de conserver et de
protéger les poissons et leur habitat. Si les Canadiens veulent tirer
le plein potentiel de l’aquaculture dans nos eaux côtières, alors il
faut vraiment que les législateurs fédéraux adoptent une loi
fédérale sur l’aquaculture, de façon à enchâsser les droits et
privilèges des pisciculteurs en matière d’aquaculture en milieu
marin. Une telle loi habilitante fédérale permettrait d’équilibrer le
mandat du MPO en matière de protection des poissons et de leur
habitat.
By way of introduction, my personal career in connection with
the aquaculture sector in Atlantic Canada began about 30 years
ago as a public servant with the Province of New Brunswick. My
role as an aquaculture development officer included facilitating
applications for aquaculture leases and licences while also
developing many of the guidelines, policies and regulations
governing the aquaculture industry over the course of a 14-year
tenure with the province.
Permettez-moi de me présenter. J’ai commencé à œuvrer dans
le domaine de l’aquaculture dans le Canada atlantique il y a
environ 30 ans en tant que fonctionnaire pour la province du
Nouveau-Brunswick. En tant qu’agent de développement de
l’aquaculture, je devais aider les entreprises à présenter des
demandes de location et de permis en vue d’activités
d’aquaculture tout en élaborant des lignes directrices, des
politiques et des règlements pour régir le secteur de
l’aquaculture. J’ai exercé ces fonctions pendant 14 ans au sein
de la province.
9:70
Fisheries and Oceans
27-5-2014
Upon leaving the public sector my career led me to senior
management positions with two independent salmon farming
operations in New Brunswick and Nova Scotia where I managed
the site operations and growth opportunities for the owners. In
February 2002 I followed a long-time ambition to own a business
and incorporated Sweeney International Marine Corp with our
head office located in St. Stephen, New Brunswick.
Après ma carrière dans le secteur public, j’ai occupé des postes
au sein de la haute direction de deux entreprises d’élevage de
saumon indépendantes au Nouveau-Brunswick et en NouvelleÉcosse, où j’ai assuré la gestion des opérations et des occasions de
croissance pour les propriétaires. En février 2002, j’ai réalisé un
rêve que j’avais depuis longtemps, soit créer ma propre entreprise,
et j’ai constitué en personne morale Sweeney International
Marine Corp, dont le siège social est situé à St. Stephen, au
Nouveau-Brunswick.
While we have been working on the Newfoundland south coast
conducting marine environmental assessments for new
aquaculture sites since 2004, it wasn’t until December of 2008
when we decided that we needed a more permanent presence in
the coast of bays region by establishing SIMCorp Marine
Environmental Inc., opening an office in the community of
Harbour Breton. Throughout Atlantic Canada, SIMCorp has a
highly qualified professional staff of marine environmental
biologists and environmental technicians, including a Benthic
Sediments Lab located in the National Research Council’s
Institute for Marine Biosciences in Halifax, Nova Scotia.
Même si nous travaillons sur la côte sud de Terre-Neuve pour
procéder à des évaluations environnementales marines en vue de
trouver de nouveaux sites d’aquaculture depuis 2004, ce n’est
qu’en décembre 2008 que nous avons décidé que nous devions
assurer une présence permanente dans la région de Coast of Bays.
Nous avons donc fondé SIMCorp Marine Environmental Inc. et
ouvert un bureau dans la collectivité de Harbour Breton. Partout
dans le Canada atlantique, SIMCorp emploie un personnel
professionnel hautement qualifié composé de biologistes dans le
domaine de l’environnement marin et de techniciens en
environnement. Nous avons aussi un laboratoire de sédiments
benthiques situé dans les installations de l’Institut des biosciences
marines du Conseil national de recherches à Halifax, en NouvelleÉcosse.
SIMCorp is now seen to be among the leading experts in
marine environmental assessments, monitoring and
environmental management for the finfish aquaculture sector in
Atlantic Canada. At the moment SIMCorp conducts the
independent third party environmental monitoring required by
the regulatory agencies for approximately 80 per cent of the
marine finfish aquaculture sites in New Brunswick, 95 per cent of
the sites in Nova Scotia, plus 95 per cent of the sites in
Newfoundland and Labrador. Our files now contain well in
excess of 830 hours or 50,000 minutes of underwater video
footage of the seafloor throughout the region.
SIMCorp est maintenant considéré comme l’un des principaux
experts de l’évaluation environnementale en milieu marin, de la
surveillance et de la gestion environnementale pour le secteur de la
pisciculture dans le Canada atlantique. En ce moment, SIMCorp
assure la surveillance environnementale indépendante requise par
les organismes de réglementation pour environ 80 p. 100 des sites
de pisciculture en mer au Nouveau-Brunswick, dans 95 p. 100 des
sites en Nouvelle-Écosse, et 95 p. 100 des sites à Terre-Neuve-etLabrador. Nos dossiers contiennent actuellement plus de
830 heures, soit 50 000 minutes de vidéo sous-marin du
plancher océanique dans la région.
When we say that marine finfish aquaculture is an
environmentally sustainable industry we do so from a great deal
of experience on the water based upon what we see and what we
measure both in the course of conducting baseline environmental
assessments, followed by the ongoing compliance monitor. We
had the rare opportunity to see Greenfield areas before an
aquaculture site is ever put into operation and to monitor those
same areas throughout the course of production. I might add that
the regulatory compliance monitoring programs are under the
pending Aquaculture Activities Regulation or AAR and proposed
to be biased toward peak biomass monitoring deliberately
designed to capture the worst case scenario.
Lorsque nous disons que la pisciculture marine est une
industrie durable sur le plan environnemental, nous nous
appuyons sur une grande expérience en mer et sur ce que nous
avons constaté et ce que nous avons pu mesurer dans le cadre de
nos évaluations environnementales préliminaires et de nos
activités de contrôle de la conformité. Nous avons eu la rare
occasion de voir les régions de Greenfield avant la création d’un
site d’aquaculture et de surveiller ces mêmes régions une fois la
production enclenchée. J’aimerais ajouter que les programmes de
contrôle de la conformité avec la réglementation sont réalisés aux
termes de l’imminent Règlement sur les activités liées à
l’aquaculture, le RAA, et qu’ils sont conçus pour avoir un biais
à l’égard du contrôle de la biomasse maximale de façon à refléter
le pire scénario envisageable.
It has been our experience that the finfish producers in Atlantic
Canada typically meet or exceed the environmental quality
objectives set out by the regulatory agencies. The sustainability
analysis and risk assessment process begins with a scoping
exercise when considering candidate areas for marine finfish
aquaculture development. The analysis precedes the filing of any
Selon notre expérience, les pisciculteurs du Canada atlantique
respectent ou dépassent habituellement les objectifs touchant la
qualité environnementale établis par les organismes de
réglementation. Le processus d’analyse de la durabilité et
d’évaluation du risque commence par un exercice de cadrage
lorsque nous envisageons des secteurs où l’on pourrait développer
27-5-2014
Pêches et océans
9:71
applications for new marine finfish sites and can take from one to
seven years of collecting of environmental and resource data to
complete.
la pisciculture en milieu marin. L’analyse précède le dépôt des
demandes en vue de l’établissement de nouveaux sites d’élevage de
poisson et exige une collecte de données environnementales et sur
les ressources pouvant durer d’un à sept ans.
A very complex matrix or parameters is applied against each
candidate location being considered for aquaculture development.
The fundamental elements critical to ensuring long-term
environmental sustainability include at the very minimum
looking at the bathymetric contours, water depths, exposure to
wind and waves, water temperature, ocean currents, water
quality, proximity to other aquaculture sites and/or producers.
The establishment of bay management areas is also critical. We
assess predators and pests, supporting infrastructure, local
fisheries data, sensitive habitat and areas of ecological
significance, along with the benthic flora and fauna.
On applique une matrice ou des paramètres très complexes
pour évaluer chaque lieu envisagé aux fins du développement de
l’aquaculture. Parmi les éléments fondamentaux essentiels pour
assurer la durabilité environnementale à long terme,
mentionnons, au minimum, l’isobathe, la profondeur des eaux,
l’exposition aux vents et aux vagues, la température de l’eau, les
courants océaniques, la qualité de l’eau et la proximité avec
d’autres sites d’aquaculture et/ou producteurs. L’établissement de
zones de gestion de baie est aussi crucial. Nous évaluons les
prédateurs et les parasites, l’infrastructure à l’appui, les données
sur les pêches locales, les habitats fragiles et les zones revêtant une
importance écologique ainsi que la flore et la faune benthiques.
All of the foregoing data sets are approved against a complex
risk assessment matrix leading to whether or not a producer
should even consider applying for a new marine finfish
aquaculture site. Once the decision is made to move forward
with the next phase by filing applications, an even more complex
set of parameters including site management practices, fish health
management, site engineering, biosecurity protocols, feed
management and waste management, to name a few, come to
bear in an even more comprehensive environment assessment for
submission to the lead provincial department for aquaculture
development.
Toutes ces données ont été approuvées en fonction d’une
matrice complexe d’évaluation du risque permettant de
déterminer si, oui ou non, un producteur devrait même
envisager de présenter une demande relativement à un nouveau
site de pisciculture marine. Une fois qu’on décide d’aller de
l’avant et de passer à la prochaine phase, soit la présentation
d’une demande, on tient compte d’un ensemble de paramètres
encore plus complexe, y compris les pratiques de gestion du site, la
gestion de la santé des poissons, le cadre d’ingénierie du site, les
protocoles de biosécurité, la gestion de l’alimentation des poissons
et des déchets, pour ne nommer que ceux-là, en vue de procéder à
une évaluation environnementale encore plus complète des
demandes présentées au ministère provincial responsable du
développement de l’aquaculture.
Prior to Bill C-38 and Bill C-45 aquaculture applications were
reviewed under parallel provincial and federal legislation and
processes. However that’s no longer the case. The duplication of
processes has since been eliminated to an extent as the EAs are
now co-ordinated by the provinces under provincial statutes with
input from DFO. Although to this point the producers invested
considerably into a process to ensure the long-term environmental
and economic sustainability of a candidate location, the actual
EA review processes are both complex and unpredictable.
Avant les projets de loi C-38 et C-45, les demandes
d’aquaculture étaient examinées aux termes de loi et dans le
cadre de processus provinciaux et fédéraux parallèles. Cependant,
ce n’est plus le cas. Le dédoublement des processus a depuis été
éliminé dans la mesure où les EE sont maintenant coordonnées
par les provinces aux termes de lois provinciales, même si le MPO
participe au processus. Même si, rendus à cette étape du
processus, les producteurs ont investi beaucoup pour assurer la
durabilité environnementale et économique à long terme d’un
éventuel site, les processus d’EE en tant que tels sont à la fois
complexes et imprévisibles.
To further complicate the process, the conundrum faced by the
aquaculture sector in Atlantic Canada is that while one processed
stream has been eliminated, a duplication of effort, DFO’s core
mandate toward fisheries production can and at times does
supersede any development issue so important to job creation and
sustaining our economy.
Ce qui rend le processus encore plus complexe, et c’est là tout le
dilemme auquel est confronté le secteur de l’aquaculture dans le
Canada atlantique, c’est que même si on a éliminé un des volets de
traitement, le dédoublement des efforts, le mandat principal du
MPO qui favorise la production de pêcheries peut parfois prendre
le dessus sur toutes les questions de développement qui sont si
importantes pour la création d’emplois et la durabilité de notre
économie.
In conclusion, it’s our view that fish farming in our coastal
waters is an environmentally sustainable industry that needs to be
supported by enabling federal legislation. Thank you.
En conclusion, nous estimons que l’aquaculture dans nos zones
côtières est une industrie durable sur le plan environnemental
qu’il faut appuyer en créant une loi fédérale. Merci.
The Chair: Thank you, Mr. Sweeney.
Le président : Merci, monsieur Sweeney.
9:72
Fisheries and Oceans
Mr. Pack.
27-5-2014
Monsieur Pack.
Boyd Pack, Owner and President, Newfoundland Aqua Service
Ltd.: Thank you. I just got back into town on Sunday and I have
to apologize that I didn’t get my little brief in ahead of time. If
you want I can pass this out now.
Boyd Pack, propriétaire et président, Newfoundland Aqua
Service Ltd. : Merci. Je viens tout juste d’arriver en ville,
dimanche, et je dois m’excuser de ne pas avoir fourni mon petit
mémoire à l’avance. Si vous voulez, je peux le distribuer
maintenant.
The Chair: Everybody has received a copy. Go ahead,
Mr. Pack.
Le président : Tout le monde a reçu une copie. Allez-y,
monsieur Pack.
Mr. Pack: First of all thank you for the opportunity. It’s a
pleasure to meet you distinguished people, especially Ms. Greene.
I am very pleased to meet you.
M. Pack : Tout d’abord, merci de l’occasion que vous
m’offrez. C’est un plaisir de rencontrer des gens distingués
comme vous, particulièrement Mme Greene. Je suis très heureux
de vous rencontrer.
I first got involved in aquaculture back in the late seventies as a
volunteer member of what was then the Local Development
Association. Then in the mid-eighties I was chairman of a federal
program called the Community Futures Program which now has
evolved into the BDC, I believe it’s called now.
J’ai été initié à l’aquaculture à la fin des années 1970 à titre de
bénévole de ce qui était, à l’époque, l’association locale de
développement. Puis, au milieu des années 1980, j’ai été président
d’un programme fédéral appelé le Programme de développement
des collectivités, qui a évolué pour devenir, aujourd’hui, je crois,
la SADC.
I’m from Bay d’Espoir. While in the other fishing communities
in the mid-eighties life was relatively good and employment was
relatively speaking not that bad, in Bay d’Espoir, which is not a
fishing community, we were fighting with Port au Port for the
highest unemployment rate in the province and one of the highest
in Canada. At that time I was an educator with the school board.
I spent 25 years as a teacher, principal, program co-ordinator and
then assistant superintendent of the school board.
Je suis originaire de Bay d’Espoir. Tandis que, au milieu des
années 1980, dans les autres collectivités axées sur la pêche, le
niveau de vie était relativement bon et l’emploi, toutes
proportions gardées, pas trop mal, à Bay d’Espoir, qui n’est pas
une collectivité axée sur la pêche, nous faisions concurrence à
Port-au-Port pour le taux de chômage le plus élevé de la province
et un des plus élevés au Canada. À cette époque, j’étais enseignant
à la commission scolaire. J’ai travaillé pendant 25 ans à titre
d’enseignant, de directeur d’école, de coordonnateur de
programme et de surintendant adjoint de la commission scolaire.
In 1993 a couple of friends and I started a training business
called Aquatic Resources Incorporated to train employees for the
aquaculture industry. Over a period of four years we trained some
150 students as basic aquaculture site workers. Some were better
educated as technicians, which was twice the amount of training.
Over 60 per cent or 93 of those people are still working in the
industry and some have gone on to do post-graduate degrees in
aquaculture and in other things. We’re pretty pleased with the
results there. We also administered and supervised work
experience modules for university level students who were doing
post-graduate work in aquaculture.
En 1993, deux ou trois amis et moi avons lancé une entreprise
de formation appelée Aquatic Resources Incorporated en vue de
former des employés pour l’industrie aquicole. En quatre ans,
nous avons formé quelque 150 étudiants comme travailleurs de
base sur les sites d’aquaculture. Certains étaient davantage
scolarisés et sont devenus des techniciens, ce qui représentait
une formation deux fois plus longue. Plus de 60 p. 100 de ces
gens, ou 93 d’entre eux, travaillent toujours dans l’industrie, et
certains ont obtenu des diplômes d’études supérieures en
aquaculture et dans d’autres domaines. Nous sommes très
heureux des résultats, là-bas. Nous avons également administré
et supervisé des stages de travail en entreprise pour les étudiants
universitaires qui effectuaient des recherches liées à leurs études
supérieures en aquaculture.
In 1994 from a personal perspective things were changing
pretty drastically for me professionally as the school boards
around the province were all being incorporated. I had to make a
choice at that point in time to either go back into the classroom
teaching or move up to Grand Falls or Gander area where the
new school board office would be located. I was very much
involved as a volunteer at that point in time in the aquaculture
industry. I didn’t want to move. My kids didn’t want to move and
my wife didn’t want to move so I quit. Some would call me
absolutely crazy for that but I did it. We went ahead with a new
company, Newfoundland Aqua Service Ltd., in partnership with
En 1994, du point de vue personnel, les choses ont évolué très
rapidement sur le plan professionnel, parce que les commissions
scolaires de l’ensemble de la province ont toutes été regroupées.
J’ai dû, à ce moment-là, choisir entre un retour à l’enseignement
ou un déménagement dans la région de Grand Falls ou Gander,
où serait situé le bureau de la nouvelle commission scolaire. J’étais
très engagé à titre de bénévole, à ce moment-là, dans l’industrie
aquicole. Je ne voulais pas déménager. Mes enfants ne voulaient
pas déménager, ni mon épouse, donc, j’ai démissionné. Certains
diraient que je suis complètement fou d’avoir pris cette décision,
mais je l’ai fait. J’ai lancé une nouvelle entreprise, Newfoundland
27-5-2014
Pêches et océans
9:73
a company out of New Brunswick. The business was formed to
primarily manufacture and maintain the cages that the industry
would require.
Aqua Service Ltd., en partenariat avec une entreprise du
Nouveau-Brunswick. L’entreprise a été créée principalement
pour fabriquer et entretenir les cages dont l’industrie aurait
besoin.
Now as a volunteer I had gone to several business people in the
area to encourage them to get involved in the cage manufacturing
for the industry. Really I couldn’t find any business people —
they were probably smarter than I was — who would take that
chance, who could see the potential business case for a business
that would supply products to an aquaculture industry that
wasn’t here yet.
En fait, à titre de bénévole, j’avais rencontré plusieurs gens
d’affaires dans la région pour les inciter à s’intéresser à la
fabrication de cages pour l’industrie. À vrai dire, je n’ai trouvé
personne — ils étaient probablement plus intelligents que je l’étais
— qui était prêt à prendre ce risque, qui aurait pu voir le potentiel
d’une entreprise qui fournirait des produits à une industrie
aquicole qui n’existait pas encore.
When you’re beginning an industry like we were it’s very much
a chicken and egg situation. How do you build facilities to clean
nets when the nets aren’t made yet? How do you build a facility to
disinfect, build and repair cages when the industry is not there
yet? That was a chance we took. We couldn’t get anyone else to
do it basically so we went at it ourselves.
Lorsque vous lancez une entreprise comme la nôtre, ça
ressemble beaucoup à l’histoire de l’œuf et de la poule.
Comment pouvez-vous construire des installations en vue de
nettoyer des filets alors que les filets ne sont pas encore fabriqués?
Comment pouvez-vous bâtir une installation pour désinfecter,
construire et réparer des cages alors que l’industrie n’existe pas
encore? C’est un risque que nous avons pris. Nous ne pouvions
trouver personne d’autre pour le faire, essentiellement, donc, nous
l’avons fait nous-mêmes.
The industry was small at the time. You were down to the area
and you could see there were not a whole lot of service businesses
there now. Believe me, back in the eighties and nineties there were
even fewer. To get any kind of maintenance done on boats or any
kind of marine equipment was practically impossible around our
area.
L’industrie, à l’époque, était petite. Vous êtes allés dans la
région, et vous avez pu voir qu’il n’y a pas énormément
d’entreprises de service, là-bas, actuellement. Croyez-moi, dans
les années 1980 et 1990, il y en avait encore moins. Il était presque
impossible d’obtenir des services d’entretien ou de l’équipement
marin de quelque sorte que ce soit dans notre région.
Newfoundland Aqua Service became sort of a supplier of
necessity of a whole range of services and products. We got into
everything over time from building the cages the fish are in, the
plastic rings that you saw out there, to the nets that go in those
rings. We got into manufacturing and repairing those and treating
those with antifoulant.
Newfoundland Aqua Service est devenu, par la force des
choses, un fournisseur de tout un éventail de services et de
produits. Au fil du temps, nous avons touché à tout, de la
construction des cages pour les poissons aux anneaux de plastique
que vous avez vus là-bas, en passant par les filets qui sont posés
sur ces anneaux. Nous avons touché à la fabrication et à la
réparation de ces équipements, de même qu’à leur traitement avec
un agent antisalissures.
The plastic work involves welding so the guys we trained to do
the plastic welding were also metal welders, or some of them were.
We ended up with a few really good welders. We not only ended
up building the plastic barges, some floats and that kind of thing.
We also ended up doing steel barges, doing repairs to fibreglass
boats and repairs to outboard motors. We were storing feed and
delivering feed, you name it. If it came along we tried to supply it
to the industry because of necessity we had to do more than just
make cages and nets.
Les travaux liés au plastique comportaient de la soudure.
Donc, les gars que nous avons formés pour effectuer la soudure
du plastique étaient également des soudeurs de métal, ou certains
d’entre eux l’étaient. Nous nous sommes retrouvés avec quelques
très bons soudeurs. Nous avons fini par construire non seulement
des barges en plastique, certains flotteurs, et ce genre de choses,
mais également des barges en acier et à réparer des bateaux en
fibre de verre ainsi que des hors-bord. Nous stockions des
aliments et les livrions, pour ne nommer que quelques exemples.
Ce qui nous venait à l’esprit, nous essayions de le fournir à
l’industrie, parce que, pour subsister, nous devions faire plus que
simplement fabriquer des cages et des filets.
The service that we provide is still changing. As the industry
evolved different technologies come along, different products get
used, and it’s sort of an ongoing state of flux, if you would.
Le service que nous fournissons évolue constamment. À
mesure que l’industrie progresse, différentes technologies voient
le jour, différents produits sont utilisés, et c’est, en quelque sorte,
une situation qui est en constante mutation, pour ainsi dire.
Our top priority as a service company is to provide services and
products to the industry and to do it in a way that is
environmentally appropriate and biosecure. In other words,
Notre principale priorité, en tant qu’entreprise de service, c’est
de fournir des services et des produits à l’industrie ainsi que de le
faire de façon à respecter l’environnement et la biosécurité. En
9:74
Fisheries and Oceans
27-5-2014
we’re handling equipment and materials belonging to all of the
growers so it is incumbent upon us to make sure if grower A has
some kind of a disease issue that there is no cross-contamination
from their products to the products of other customers.
d’autres termes, nous manipulons l’équipement et le matériel
appartenant à tous les producteurs, et c’est pourquoi il nous
incombe de nous assurer, si le producteur A est confronté à un
problème de maladie, qu’il n’y a pas de contamination croisée de
ses produits vers les produits des autres clients.
To that end we engaged in the development of a new $4 million
facility at Milltown. I think you guys may have seen it in passing.
What you would have seen would have been simply a fairly large
building and some strange looking drums, big drums that we
wash the nets with. You would have seen a lot of land that has
been grubbed and readied for construction. That is a work in
progress in Milltown now and it will be completed by the end of
the fall. We purchased and installed three mechanical drum
washers which are very similar, if you would, to the washers that
you use at home except they’re a heck of a lot bigger.
Ainsi, nous avons entrepris la construction d’une usine de 4
millions de dollars, à Milltown. Je pense que vous l’avez peut-être
aperçue en passant. Ce que vous auriez vu aurait simplement été
un très grand bâtiment et des tambours étranges, de gros
tambours que nous utilisons pour nettoyer les filets. Vous
auriez vu un grand terrain qui a été dessouché et préparé pour
la construction. Il s’agit d’un projet en chantier à Milltown, et il
sera terminé à la fin de l’automne. Nous avons acheté et installé
trois machines à laver à tambour mécanique, qui sont très
similaires, si vous voulez, aux machines à laver que vous utilisez à
la maison, sauf qu’elles sont vraiment plus grosses.
To give you some idea of the nets that we’re putting in those
washers now, they go out into the water weighing anywhere from
3,000 to maybe 5,000 pounds when they have been cleaned,
mended, retreated and are ready to go into the water. Over the
last few days — Jennifer would know all about it — we’ve had
nets coming back to us to be cleaned that weigh over
30,000 pounds. That gives you some idea of how foul those nets
can become with kelp, mussels, seaweed and all these types of
interesting things. We’ve purchased and installed those three
mechanical drums and they allow us to control the waste products
that come off the nets, both the solid waste and the liquid waste.
Pour vous donner une idée des filets que nous mettons dans ces
machines à laver, maintenant, ils sont utilisés dans l’eau et pèsent
de 3 000 à peut-être 5 000 livres lorsqu’ils ont été nettoyés,
réparés, traités de nouveau et préparés pour retourner à l’eau. Au
cours des derniers jours — Jennifer sait tout sur le sujet —, on
nous a rapporté des filets pour que nous les nettoyions qui pèsent
plus de 30 000 livres. Cela vous donne une idée de la mesure dans
laquelle ces filets peuvent être encrassés de varech, de moules,
d’algues et de tout ce genre de choses intéressantes. Nous avons
acheté et installé ces trois tambours mécaniques, et ils nous
permettent de recueillir les déchets qui tombent des filets, tant
solides que liquides.
That is important because the nets are coated with an
antifoulant or a herbicide, I guess you would call them.
Basically what it comes down to is: the easiest way I can
describe it is copper paint. You’ve all seen ships and boats of
various sizes and you will see maybe a red paint or a black paint
on all them. These are generally the two most common colours. It
is a paint that comes to the waterline on the boat. That is an
antifoulant paint designed to inhibit the growth of biofouling on
bottom of the boats. It is very similar to what is used to inhibit the
growth of biofoulant on the nets. That is what we use.
C’est important, parce que les filets sont enduits d’un agent
antisalissures ou d’un herbicide, comme, j’imagine, vous les
appelleriez. Il s’agit essentiellement... La façon la plus facile pour
moi de décrire ce produit, c’est que c’est de la peinture pour
cuivre. Vous avez tous vu des navires et des bateaux de diverses
tailles, et vous avez peut-être vu de la peinture rouge ou noire sur
chacun d’eux. Ce sont, de façon générale, les deux couleurs les
plus courantes. Il s’agit d’une peinture qui arrive à la ligne de
flottaison sur le bateau. Il s’agit d’une peinture antisalissures
conçue pour empêcher la propagation de l’encrassement
biologique sur la coque des bateaux. Elle ressemble beaucoup à
ce que l’on utilise pour empêcher la propagation de
l’encrassement biologique sur les filets. C’est ce que nous
utilisons.
Control of that is important from an environmental point of
view because there is copper residue in the solids and there is
dissolved copper in the water that we wash the nets with. These
wastes cannot be disposed of until the copper content has been
addressed. To remove the copper from the water we have
developed a system which includes an EC unit, an
electrocoagulation unit that uses low voltage electricity to
remove dissolved metals from water. This equipment allows us
to continue to reuse the water for cleaning. The system removes
and treats the solids from the waste stream before disposed of in
an approved landfill.
Il est important du point de vue environnemental d’en faire le
contrôle, parce qu’il y a des résidus de cuivre dans les déchets
solides et du cuivre dissous dans l’eau avec laquelle nous lavons
les filets. Ces déchets ne peuvent pas être jetés avant qu’on en
retire le cuivre. Pour retirer le cuivre de l’eau, nous avons élaboré
un système qui comprend une unité d’électrofloculation qui utilise
de l’électricité à faible voltage pour retirer les métaux dissous de
l’eau. Cet équipement nous permet de continuer de réutiliser l’eau
pour le nettoyage. Le système retire et traite les composantes
solides du flux de déchets avant qu’elles soient jetées dans un site
d’enfouissement approuvé.
27-5-2014
Pêches et océans
9:75
We clean up the water with the electrocoagulation unit and the
solids that come out contaminated with copper have to be treated
with lime and tested for leachability. Then we dispose of it in a
landfill with the appropriate tarp coverings and things as required
by the environment.
Nous nettoyons l’eau au moyen de l’unité d’électrofloculation,
et les solides qui en ressortent contaminés par le cuivre doivent
être traités à la chaux et analysés relativement à la lixiviabilité.
Puis, nous les envoyons à un site d’enfouissement recouvert de
bâches et de choses appropriées, de façon à protéger
l’environnement.
After the nets have been cleaned they have to be disinfected.
Then they have to be repaired, strength tested to make sure they
are strong enough to go back out and retreated with the
antifoulant for deployment. Once that is done the nets are
disinfected and they are taken from what we call the dirty side of
our facility. They’re disinfected, taken out of the disinfection
tank, and then they go to what we call the clean side of our
facility.
Après que les filets ont été nettoyés, ils doivent être désinfectés.
Puis, ils doivent être réparés, mis à l’essai, afin qu’on puisse
s’assurer qu’ils sont suffisamment solides pour être réutilisés, et
traités de nouveau au moyen d’un agent antisalissures en vue de
leur installation. Une fois que c’est fait, les filets sont désinfectés
et sortis de ce que nous appelons le côté sale de notre usine. Ils
sont désinfectés, ils sont sortis de l’espace dédié à la désinfection,
puis ils sont transportés à ce que nous appelons le côté propre de
notre usine.
Now the clean side is separated by a fence from the dirty side.
Of course employees who work on the dirty side cannot go to the
clean side without going through the proper disinfection protocol
and changing clothes, et cetera.
Actuellement, le côté propre est séparé du côté sale par une
clôture. Bien sûr, les employés qui travaillent dans le côté sale ne
peuvent pas aller dans le côté propre sans suivre le protocole de
désinfection approprié et changer de vêtements, et cetera.
These nets have to be dried after they’re treated. To dry them
we’re using a low temperature drying technology source in
Norway. It’s a unique system and we put it together in
consultation with a Norwegian company and a Canadian
company out of Winnipeg. What we did in order to decide on
how we would set up our facility is we went and visited sites in
Europe, Norway, Scotland, Ireland, Denmark, New Brunswick
and British Columbia. We didn’t go to Chile but two of the major
players in Newfoundland also operate in Chile and we did get
information from them.
Ces filets doivent être séchés après avoir été traités. Pour les
sécher, nous utilisons une technologie de séchage à basse
température provenant de la Norvège. C’est un système unique,
et nous l’avons mis sur pied en consultant une entreprise
norvégienne et une entreprise canadienne, dont le siège est à
Winnipeg. Pour déterminer comment nous mettrions sur pied
notre usine, c’est que nous sommes allés examiner des sites en
Europe, en Norvège, en Écosse, en Irlande, au Danemark, au
Nouveau-Brunswick et en Colombie-Britannique. Nous ne
sommes pas allés au Chili, mais deux des gros joueurs à TerreNeuve œuvrent également au Chili, et nous avons obtenu de
l’information de leur part.
We also had visits from international companies, service
companies similar to ours. They have all come to visit us. We
have gathered together and we shared information with them as
well.
Nous avons également reçu la visite de multinationales, des
entreprises de services semblables à la nôtre. Elles sont toutes
venues nous rendre visite. Nous nous sommes réunis et avons
échangé de l’information avec elles également.
Participating in the establishment and the growth of the
industry in our region has been very gratifying for me. We were
looking in the eighties and nineties at 85 to 90 per cent
unemployment in the Bay d’Espoir region.
Le fait de participer à l’établissement et à la croissance de
l’industrie dans notre région s’est révélé très gratifiant pour moi.
Dans les années 1980 et 1990, il y avait un taux de chômage de 85
à 90 p. 100 dans la région de Bay d’Espoir.
The employment for aquaculture has dramatically improved
the morale of the people in the communities. The economic
benefits to communities are obvious. You probably would not
notice it as much as people who lived there years ago and come
back now. It’s a common comment from people who come back
to visit for vacations. It is a very positive comment that they make
on what is happening in the region.
L’emploi dans le domaine de l’aquaculture a contribué à
améliorer de façon considérable le moral de la population dans les
collectivités. Les avantages sur le plan économique pour les
collectivités sont manifestes. Vous ne pourriez probablement pas
le constater autant que les gens qui habitaient là-bas à l’époque et
qui y retournent, aujourd’hui. C’est une observation que font
couramment les gens qui y retournent pour des vacances. Ce sont
des commentaires très positifs qu’ils font à l’égard de ce qui se
passe dans la région.
We were a dying community 25 or 30 years ago. There’s
absolutely no doubt about it. All of Newfoundland was, I
suppose, but I know when I first went back to Bay d’Espoir to
teach in our school we had a little over 600 kids. In the Catholic
school up the way in St. Alban’s there were over 1,200 students.
Nous étions une collectivité mourante il y a 25 ou 30 ans. Cela
ne fait absolument aucun doute. Tout Terre-Neuve l’était,
j’imagine, mais je me souviens que, la première fois que je suis
retourné à Bay d’Espoir pour enseigner dans notre école, il y avait
un peu plus de 600 enfants. À l’école catholique, là-haut, à
9:76
Fisheries and Oceans
27-5-2014
Then there were some 350-odd in Conne River. Today in
Milltown all of Bay d’Espoir, St. Alban’s included, has only in
the vicinity of 300 students. It’s a different dynamic from a
population perspective in the area now, but the good thing today
is that we are seeing more young kids around the community. We
have a lot of young people working in the industry and
contributing to the community.
St. Alban’s, il y avait plus de 1 200 élèves. Puis, il y en avait
environ 350 à Conne River. Aujourd’hui, à Milltown et dans
l’ensemble de Bay d’Espoir, y compris St. Alban’s, il y a
seulement environ 300 élèves. Dans la région, aujourd’hui, la
dynamique est différente du point de vue de la population, mais,
la bonne chose, c’est que nous voyons davantage de jeunes enfants
dans la collectivité. Il y a beaucoup de jeunes qui travaillent dans
l’industrie et qui contribuent à la collectivité.
The salmonid aquaculture industry in Newfoundland has
brought us prosperity and a bright future. There’s no doubt that it
is sustainable, but in order for the growth and sustainability of the
industry to continue we need to have legislative support
specifically for the aquaculture industry.
L’industrie salmonicole à Terre-Neuve nous a apporté la
prospérité et un avenir prometteur. Il ne fait aucun doute que
cette industrie est durable, mais pour en assurer la croissance et la
durabilité, nous devons avoir un appui sur le plan législatif,
particulièrement pour l’industrie aquicole.
One of the problems is that we’ve been four years getting
around to finally getting all the permits and the financing stuff in
place to build this net servicing facility. A lot of it comes down to
the time it takes to get permission to do the simplest of things. We
are involved with departments of government that we didn’t even
know were involved. We know we have to deal with the
Department of Environment, federally and provincially. We
know we have to deal with DFO and DFA. That’s logical, but I’m
sitting in my office a little over a year ago and I get a visit from a
federal lady from the Department of Health, a provincial
Department of Environment person and a federal Department
of Environment person. They come in, look at the antifoulant
treatment that we’re using and say, ‘‘Do you realize that what
you’re using is a herbicide or a pesticide?’’ I say, ‘‘Yes, that’s why
it’s regulated the way it is.’’ They say, ‘‘But do you realize that
your employees need a licence to administer a herbicide or a
pesticide?’’ I say, ‘‘Okay, so how do we go about getting a licence
for our guys who work at that?’’ The young fellow says, ‘‘We
don’t have one yet. We don’t have a training plan for herbicide or
pesticide. When we get one, we’ll be in touch.’’ He hasn’t called
back yet but that’s just a simple example.
Un des problèmes, c’est que nous avons fait des démarches
pendant quatre ans pour enfin obtenir tous les permis et les fonds
nécessaires pour bâtir cette usine d’entretien de filets. En fait, il
faut prévoir beaucoup de temps pour obtenir les permis requis
afin d’effectuer les choses les plus simples. Nous communiquons
avec des ministères dont nous ne savions même pas qu’ils étaient
concernés. Nous savons que nous devons traiter avec le ministère
de l’Environnement, tant fédéral que provincial. Nous savons que
nous devons traiter avec le MPO et le MPA. C’est logique, mais, il
y a un peu plus d’un an, j’étais assis dans mon bureau et j’ai reçu
la visite d’une représentante du ministère fédéral de la Santé, d’un
représentant du ministère provincial de l’Environnement et d’un
représentant du ministère fédéral de l’Environnement. Ils sont
entrés. Ils ont examiné le traitement à l’agent antisalissures que
nous utilisons et ont dit : « Êtes-vous conscient que ce que vous
utilisez est un herbicide ou un pesticide? » J’ai dit : « Oui, c’est
pourquoi il est assujetti à une telle réglementation. » Ils ont dit :
« Mais, saviez-vous que vos employés doivent avoir un permis
pour utiliser un herbicide ou un pesticide? » J’ai dit : « D’accord,
alors, comment devons-nous faire pour obtenir un permis pour
nos employés qui sont affectés à cette tâche? » Le jeune homme a
dit : « Nous n’en avons pas encore. Nous n’avons pas de projet de
formation à l’égard des herbicides ou des pesticides. Lorsque nous
en aurons un, nous communiquerons avec vous. » Il ne nous a pas
encore rappelés, mais ce n’est qu’un simple exemple.
I don’t like to get into the bureaucracy or the political part of
it, although I could, because 99.9 per cent of these people are the
same as us. They are doing the absolute best that they can. The
problem is especially in terms of the environmental — and I’m not
going to distinguish between any levels of departments — that it’s
easier for these people sometimes to just let it sit there because
once they sign they’ve committed, and they’re scared shitless of
what the kickback is going to be.
Je n’aime pas parler de l’aspect bureaucratique ou politique de
la chose, même si je pourrais, parce que 99,9 p. 100 de ces gens
sont pareils comme nous. Ils font vraiment tout ce qu’ils peuvent.
Le problème, c’est, particulièrement en ce qui a trait à
l’environnement — et je ne vais pas faire de distinction entre les
échelons de ministères —, que c’est parfois plus facile pour ces
gens de ne tout simplement pas toucher au dossier, parce que, une
fois qu’ils l’ont signé, ils se sont engagés, et ils ont une peur bleue
des conséquences.
We were trying to figure out how to deal with the water, how to
deal with the solid waste and what is the proper way to do it. We
go to the various departments and we ask them, ‘‘What should we
do?’’ They say, ‘‘I don’t know. We’re not in the business of telling
you how to do it or what to do. You come and tell us what you
want to do and we will say yes or no.’’ That’s a fact. And guess
Nous cherchions une façon de gérer l’eau et les déchets solides
ainsi que de déterminer la façon adéquate de nous y prendre.
Nous communiquons avec les divers ministères et leur
demandons : « Que devrions-nous faire? » Ils disent : « Nous ne
le savons pas. Nous ne sommes pas en mesure de vous dire
comment faire ou quoi faire. Vous pouvez venir nous voir et nous
27-5-2014
Pêches et océans
9:77
what? To most of the stuff they said no. It was quite an experience
to travel around the aquaculture world over the years and see how
it has developed around the world.
dire ce que vous voulez faire, et nous vous dirons oui ou non. »
C’est un fait. Et savez-vous quoi? Ils ont dit non à la plupart des
choses. C’était toute une expérience que de faire le tour du milieu
de l’aquaculture au fil des années et de voir à quel point il a évolué
partout dans le monde.
We don’t have any monopoly on stalling and procrastination
either. I don’t want to give the impression that we’re that far
behind other countries and other jurisdictions in how we do
things but they have similar problems. That’s why I say that I
don’t know exactly how it should be done. If I did, I’d have had
that solved long ago. There needs to be some sort of department
that focuses on aquaculture because we’re always seen as the poor
cousin, if you will, of the wild fishery and/or agriculture. We need
legislation specific to aquaculture so that if somebody wants to
get involved in it from a business perspective then they have some
guidelines and some rules and regulations that fit rather than
trying to fit what they want to do into regulations that come from
four or five different directions.
Nous n’avons pas le monopole de la passivité et de la
procrastination, non plus. Je ne veux pas donner l’impression
que nous sommes loin derrière d’autres pays et d’autres États
quant à la façon dont nous faisons les choses, mais ils sont
confrontés à des problèmes semblables. C’est pourquoi je dis que
je ne sais pas exactement comment on devrait s’y prendre. Si je le
savais, j’aurais réglé la question il y a longtemps. Il doit y avoir un
ministère qui se concentre sur l’aquaculture, parce que nous
sommes toujours perçus comme le cousin pauvre, si vous voulez,
de la pêche sauvage et/ou de l’agriculture. Nous avons besoin
d’une législation propre à l’aquaculture, de sorte que, si quelqu’un
veut s’y intéresser et lancer une entreprise dans le domaine, il peut
avoir des lignes directrices ainsi que certaines règles et certains
règlements qui s’appliquent, plutôt que d’essayer de faire
correspondre ce qu’il veut faire avec les règlements qui
proviennent de quatre ou cinq directions.
The Chair: It is very interesting. You’re out at it every day so
we like to hear from people that are trying to make a living from
the industry. We certainly welcome your remarks.
Le président : C’est très intéressant. Vous y travaillez chaque
jour, et nous aimons entendre des gens qui essaient de gagner leur
vie dans l’industrie. Vos commentaires sont certainement les
bienvenus.
Senator Wells: Thank you, Mr. Pack and Mr. Sweeney, for
appearing and for your presentations.
Le sénateur Wells : Merci, monsieur Pack et monsieur
Sweeney, d’avoir comparu et d’avoir présenté des exposés.
Mr. Sweeney, suppliers to industry are very much bellwethers
of success of that industry. It’s one way to measure if an industry
is growing or shrinking or how the suppliers to the industry are
doing. What was the trigger that caused you to decide to expand
to Newfoundland?
Monsieur Sweeney, les fournisseurs de l’industrie sont
passablement les indicateurs du succès de cette industrie. C’est
une façon d’évaluer si une industrie est en croissance ou en
difficulté, ou la façon dont les fournisseurs de l’industrie s’en
sortent. Quel a été l’élément déclencheur qui vous a amené à
décider d’étendre vos activités à Terre-Neuve?
Mr. Sweeney: The trigger for us was seeing growth opportunity
in Newfoundland. When we first started working here we worked
remotely out of our office in New Brunswick, quite frankly. We
would come to the south coast for two weeks at a time doing some
initial scoping for a key client. It wasn’t until we saw the real
growth opportunity here in Newfoundland particularly on the
south coast. That’s what turned things for us.
M. Sweeney : L’élément déclencheur, pour nous, a été de voir
une occasion de croissance à Terre-Neuve. Lorsque nous avons
commencé à travailler ici, nous travaillions à distance, à partir de
notre bureau, au Nouveau-Brunswick, pour être honnête. Nous
venions sur la côte sud pour deux semaines à la fois afin
d’effectuer les premiers travaux de cadrage pour un client clé. Ce
n’est que lorsque nous avons vu les véritables possibilités de
croissance, ici, à Terre-Neuve, particulièrement sur la côte sud...
C’est ce qui a été la révélation pour nous.
We decided to open an office at one point just to catch up on
the workload that had built up at the time. We had seven people
working out of our office in Harbour Breton. That has since
levelled off to four professional positions in that office. For us it
was seeing growth opportunity. The growth opportunity was
being realized so it wasn’t speculative. It was becoming an
everyday part of our lives so that’s what turned it for us.
Nous avons décidé, à un certain moment, d’ouvrir un bureau,
simplement pour réduire la charge de travail qui s’était accumulée
à l’époque. Il y avait sept personnes qui travaillaient dans notre
bureau, à Harbour Breton. Ce nombre a maintenant été réduit à
quatre postes professionnels. Ce qui nous intéressait, c’était la
possibilité de croissance. Comme elle se concrétisait, ce n’était
plus une hypothèse. Elle faisait désormais partie de notre
quotidien, c’est donc le moment où le vent a tourné pour nous.
Senator Wells: How long ago was that?
Le sénateur Wells : À quand cela remonte-t-il?
9:78
Fisheries and Oceans
27-5-2014
Mr. Sweeney: That would have been 2008 so that’s six years
now. We’ve been working on the south coast for close to 10 years.
M. Sweeney : C’était en 2008, ce qui fait donc six ans,
maintenant. Nous travaillons sur la côte sud depuis près de
10 ans.
Senator Wells: Do you also supply to the north coast of
Newfoundland and other aquaculture operators in the province
or just on the south coast?
Le sénateur Wells : Fournissez-vous également la côte Nord de
Terre-Neuve et d’autres exploitants aquicoles dans la province, ou
simplement la côte sud?
Mr. Sweeney: No, we don’t. When you take a look at
aquaculture in Newfoundland, the finfish production is on the
south coast and up in the Green Bay area. The north coast has
shellfish producers. The shellfish producers typically don’t use
companies like ours. For instance, a lot of the work has been done
by provincial departments and monitoring the shellfish operations
shows low impact on the environment. There’s not a great need
for companies like ours yet with the shellfish sector.
M. Sweeney : Non, nous ne le faisons pas. Lorsqu’on examine
la situation de l’aquaculture, à Terre-Neuve, on constate que la
production de poissons se trouve sur la côte sud et, plus haut,
dans la région de Green Bay. Sur la côte Nord, il y a des
producteurs de mollusques et crustacés. Les producteurs de
mollusques et crustacés, habituellement, n’ont pas des entreprises
comme la nôtre. Par exemple, les ministères provinciaux ont fait
une grande partie du travail, et les rapports de surveillance de la
production de mollusques et crustacés montrent que l’impact sur
l’environnement est faible. À ce jour, le secteur des mollusques et
crustacés n’a pas énormément besoin d’entreprises comme la
nôtre.
Senator Wells: Mr. Pack, when you left the teaching sector did
you ever think you’d be hiring dozens of people and running, I’m
assuming, a high revenue operation like this in the rural area of
Newfoundland where you grew up?
Le sénateur Wells : Monsieur Pack, lorsque vous avez quitté le
domaine de l’enseignement, pensiez-vous que, un jour, vous
embaucheriez des dizaines de gens et que vous dirigeriez, je
suppose, une entreprise ayant un chiffre d’affaires élevé comme
celle-là dans la région rurale de Terre-Neuve, où vous avez
grandi?
Mr. Pack: No, I didn’t. To be quite honest, I didn’t really
know where it was going to go. I just knew at the time something
needed to be done in the area. I’m from that area. I grew up there.
It was a desperate situation back in the eighties and nineties down
in the Bay d’Espoir area in particular. I got involved for purely
altruistic reasons at that time, believe it or not. It is only after a
while you figure out that we’d better make money at this or we’re
in trouble. You learn quite quickly once you get involved.
M. Pack : Non, je ne pensais pas. Pour être honnête, je ne
savais vraiment pas quelle allait en être l’issue. Je savais
simplement, à l’époque, que quelque chose devait être fait dans
la région. Je suis originaire de cette région. J’y ai grandi. La
situation était désespérée dans les années 1980 et 1990 dans la
région de Bay d’Espoir, plus particulièrement. Je m’y suis
intéressé pour des motifs purement altruistes, à l’époque,
croyez-le ou non. Ce n’est qu’après un certain temps qu’on se
rend compte qu’il est préférable d’en tirer profit, sinon on a des
ennuis. On apprend très vite une fois qu’on est lancé.
I didn’t know where it would lead. In the course of my
involvement I’ve been involved with the grow-out of fish as well. I
was there when we made some pretty big mistakes. They were not
all our fault, I will say that, but I was involved very early in a
company called SCD Fisheries which was sort of like a
combination of about 60 or 70 people who had made small
investments and everybody was sort of hoping to get rich at
aquaculture.
Je ne savais pas où cela me mènerait. Au cours de cette
aventure, j’ai également contribué à l’engraissement du poisson.
J’étais là lorsque nous avons fait des erreurs assez importantes. Ce
n’était pas toujours notre faute, je dirais, mais j’ai travaillé, au
tout début, au sein d’une entreprise appelée SCD Fisheries, qui
était, en quelque sorte, une combinaison d’environ 60 ou
70 personnes qui avaient fait de petits investissements, et tout le
monde espérait, d’une certaine façon, devenir riche avec
l’aquaculture.
Senator Wells: May I ask how many employees do you have
now?
Le sénateur Wells : Puis-je vous demander combien d’employés
vous avez, maintenant?
Mr. Pack: Today I think we have 23 directly and with the
construction that’s going on now there are 12 or 13 people there
working with the two companies that are doing the construction.
M. Pack : Aujourd’hui, je pense que nous employons
23 personnes directement et, avec la construction en cours, on
compte 12 ou 13 personnes qui travaillent pour les deux
entreprises de construction.
Senator Wells: That’s good. You are to be congratulated, both
of you actually.
Le sénateur Wells : C’est bien. Vous méritez des félicitations —
tous les deux, en fait.
27-5-2014
Pêches et océans
9:79
Senator Munson: Thank you for your comments this morning.
I just have two questions. One is for Mr. Sweeney first.
Le sénateur Munson : Merci de nous faire part de vos
commentaires ce matin. J’ai seulement deux questions. La
première s’adresse à M. Sweeney.
We’ve heard earlier testimony and from yourself on the waste
management issue and the lack of areas to get rid of this waste.
You talked about a more comprehensive environmental
assessment in dealing with waste management. It was in the
context of feed management and biosecurity protocols. Can you
give us any idea from your own company of how to deal even
more effectively with waste management? It seems that there are
very few dumping grounds that exist here.
Nous avons entendu parler plus tôt dans des témoignages, et
vous nous l’avez dit aussi, qu’il y a un problème de gestion des
déchets et un manque d’espace pour disposer des déchets. Vous
avez parlé d’une évaluation environnementale plus détaillée
concernant la gestion des déchets. C’était au sujet de la gestion
des aliments et des protocoles de biosécurité. Pouvez-vous nous
donner une idée, selon ce qui se passe au sein de votre entreprise,
de façons de gérer encore plus efficacement les déchets? Il semble
y avoir très peu de dépotoirs dans le secteur.
Mr. Sweeney: Actually handling the waste stream is not part of
our core business but we have worked with Mr. Pack in the past
as he was building a business plan for all intents and purposes to
warrant a land based facility. Some of the things that we see on
the seawater side for instance is that a lot of the organic loading
that we’ve seen in not just Newfoundland but throughout the
Atlantic region over time has been a product of net washing on
the sites themselves. What the producers would do as the nets
would become biofoul is that they would wash the nets and the
organic material would end up on the seafloor. Over the past
10-12 years there has been a transition toward bringing all the
dirty nets to shore. The challenge in Newfoundland has been no
facilities onshore until Mr. Pack started his operations.
M. Sweeney : En réalité, s’occuper du flux des déchets ne fait
pas partie de nos activités principales, mais nous avons collaboré
avec M. Pack par le passé alors qu’il élaborait un plan d’affaires
pour, essentiellement, demander une installation terrestre. Ce que
nous constatons entre autres, au fil du temps, notamment pour la
production en eau salée, c’est qu’une grande part de
l’accumulation de matières organiques — pas seulement à
Terre-Neuve mais dans toute la région de l’Atlantique — dérive
du lavage sur place des filets. Ce que les producteurs se retrouvent
à faire, quand ils constatent l’encrassement biologique des filets,
c’est qu’ils nettoient les filets, puis la matière organique se
retrouve sur les fonds marins. Depuis les 10 à 12 dernières années,
on constate que de plus en plus de producteurs rapportent tous les
filets souillés à terre. Le problème, à Terre-Neuve, c’est qu’il n’y
avait pas d’installation à terre avant que M. Pack n’entreprenne
ses activités.
That has been going on for five or six years but in the early
days the challenge was working through the regulatory system
itself. The need was there for a facility but working through the
regulatory system was perhaps one of the most difficult
challenges. We don’t necessarily handle waste streams but we
do work with our clients and a business like Mr. Pack’s here to
see the proper handling of the organic waste streams.
Le service est en place depuis cinq ou six ans, mais, au départ,
la difficulté était de mettre en œuvre la réglementation en tant que
telle. On avait besoin d’une installation, mais la mise en œuvre de
la réglementation a représenté, je crois, l’un de nos plus grands
défis. Nous ne nous occupons pas nécessairement du flux des
déchets, mais nous collaborons avec nos clients et avec une
entreprise comme celle de M. Pack, ici présent, pour nous assurer
du traitement adéquat du flux des déchets organiques.
Senator Munson: Mr. Pack, you may have a viewpoint on that,
but I’ll ask this other question so you can answer both of them.
Le sénateur Munson : Monsieur Pack, vous avez peut-être
quelque chose à dire à ce sujet, mais je vais poser mon autre
question, et vous pourrez répondre aux deux.
We’ve seen outward migration of course. I’m originally from
the north shore of New Brunswick and the plane is full every day
from Bathurst heading to Alberta, Saskatchewan, and so on and
so forth. Newfoundland is no different.
Nous assistons évidemment à un exode. Je suis originaire de la
côte Nord du Nouveau-Brunswick, et, chaque jour, l’avion qui
part de Bathurst pour aller en Alberta, en Saskatchewan et
partout ailleurs est plein. La situation est la même à Terre-Neuve.
You talked about the young people before. It’s a smaller
population. Are there enough programs in place for good
tradesmen and women to stay home to work on all of the
particular programs that you have in your company? Is there
enticement to stay here. You talked about a sustainable, diverse,
moving-ahead aquaculture that needs legislative protection and
one-stop shopping and one place to go. Is there enough to keep
people here to be part of this industry?
Vous avez parlé plus tôt des jeunes. Ils sont moins nombreux.
Y a-t-il suffisamment de programmes, parmi tous les programmes
qui existent au sein de votre entreprise, pour que les femmes et les
hommes de métier compétents puissent travailler chez eux? Y a-til des incitatifs à rester sur place? Vous avez parlé d’une
aquaculture durable, diversifiée et qui va de l’avant, ayant
besoin d’une protection législative et d’un guichet unique, d’un
point de service. Offre-t-on suffisamment d’avantages aux gens
pour qu’ils restent ici et prennent part à cette industrie?
9:80
Fisheries and Oceans
27-5-2014
Mr. Pack: The biggest problem we’re finding in terms of
hanging on to skilled people is the labour market demand for in
our particular case equipment operators like boom truck
operators. We need a boom truck. It is much easier to get a
brain surgeon than get a boom truck operator in Newfoundland
and Labrador now. That may be exaggerating but it is difficult.
Because of regulations they have to have training and one of the
things we found is we’ve got older guys with us who can operate a
boom truck. There are two trained boom truck operators in the
industry, both of them relatively young, in their thirties and
forties. We’ve got a couple of people there who can handle a
boom truck better than either of these, but by God you ain’t
going to get them into school to get trained. It’s just not in their
genetics. I guess their experience in school 50 years ago was not
that exciting and they just don’t want to go back at it. The biggest
problem is hanging on to people and being unable to compete
with Labrador. the Avalon Peninsula and Alberta, of course.
M. Pack : Notre plus gros problème pour ce qui est de
maintenir en poste les travailleurs qualifiés, c’est la demande sur le
marché du travail, dans notre cas en particulier, des opérateurs
d’équipement, comme des opérateurs de camion-grue. Nous
avons besoin d’un camion-grue. À l’heure actuelle, il est
beaucoup plus facile de recruter un neurochirurgien qu’un
opérateur de camion-grue à Terre-Neuve-et-Labrador. J’exagère
un peu, mais c’est difficile. La réglementation exige qu’ils aient
une formation, et ce que nous avons remarqué, entre autres, c’est
que nous avons des gars plus âgés qui peuvent conduire un
camion-grue. Il y a deux opérateurs de camion-grue formés dans
l’industrie, tous deux plutôt jeunes, dans la trentaine et la
quarantaine. Nous avons deux ou trois autres personnes qui
peuvent manipuler un camion-grue encore mieux que ces deux
gars, mais, bon Dieu, vous ne les verrez pas aller à l’école et suivre
une formation. Ce n’est tout simplement pas dans leurs gènes. Je
suppose qu’ils n’ont pas trouvé l’école très passionnante il y a
50 ans et qu’ils ne veulent tout simplement pas y retourner. On a
donc surtout de la difficulté à retenir les gens et à concurrencer
avec le Labrador, la péninsule d’Avalon et, bien sûr, l’Alberta.
Senator Munson: You’re an educator. Are there enticements
for the present generation with the provincial government or any
government and the schools to educate people in this particular
way to stay here and get well paid? Are there programs in place?
Is the government paying enough attention?
Le sénateur Munson : Vous êtes un enseignant. Est-ce que le
gouvernement provincial ou toute autre administration, ainsi que
les écoles, offre aux membres de la génération actuelle des
incitatifs afin qu’ils suivent les formations requises pour rester ici
et obtenir un bon salaire? Existe-t-il des programmes? Est-ce que
le gouvernement se préoccupe suffisamment de la situation?
Mr. Pack: On the positive side what we are finding, and I can
only speak for our company, is that we do have people there who
could be working in Fort Mac, in Labrador or wherever offshore,
but they are opting to hang around because they have kids, they
have a family and they have a life. There are some who are
prepared to stay but you can’t expect to keep people for $12, $13
or $14 an hour. The pay rate has to go up and that’s one of the
issues that the industry has to deal with. We have to be
competitive with other sectors. With the price of fish fluctuating
it all comes down to can you compete and still earn money.
M. Pack : Sur une note positive, ce que nous constatons — je
ne peux parler qu’au nom de notre entreprise —, c’est qu’il y a des
gens ici qui pourraient travailler à Fort Mac, au Labrador ou
ailleurs au large des côtes, mais ils choisissent de rester parce
qu’ils ont des enfants, ils ont une famille et ils ont une vie.
Certains sont prêts à rester, mais vous ne pouvez pas vous
attendre à convaincre les gens de rester pour des salaires de 12 $,
13 $ ou 14 $ l’heure. Le taux de salaire doit augmenter, et c’est
l’un des enjeux auxquels l’industrie doit s’attaquer. Nous devons
être concurrentiels par rapport aux autres secteurs. Avec le prix
du poisson qui fluctue, ce qui importe, au bout du compte, c’est
d’être concurrentiel et de réussir à faire de l’argent.
Senator Poirier: Thank you for being here. I have one question
for each.
La sénatrice Poirier : Merci d’être ici. J’ai une question pour
chacun d’entre vous.
Mr. Sweeney, in your presentation at the very beginning you
talked about specifically the marine finfish aquaculture sector,
specifically Atlantic salmon and rainbow trout in Atlantic
Canada. We hear about mussels and oysters. We hear about
salmon a lot but we don’t often year the words rainbow trout. I’m
just curious to know what level or percentage of market is there
out there for rainbow trout. How much are we doing and is there
a demand for it?
Monsieur Sweeney, vous avez parlé plus particulièrement, au
début de votre exposé, du secteur de la pisciculture en milieu
marin, plus précisément de la culture du saumon de l’Atlantique
et de la truite arc-en-ciel dans la région canadienne de
l’Atlantique. Nous entendons parler des moules et des huîtres.
Nous entendons beaucoup parler du saumon, mais nous
n’entendons pas souvent parler de la truite arc-en-ciel. Je me
demande simplement quel est le niveau ou le pourcentage du
marché que représente la truite arc-en-ciel. Combien en
produisons-nous, et y a-t-il de la demande pour ce produit?
Mr. Sweeney: Lots of questions there.
M. Sweeney : Vous posez plusieurs questions.
27-5-2014
Pêches et océans
9:81
Is there a demand? Yes, there is. Rainbow trout tends to be a
niche market so it’s not the volume market you would see with
Atlantic salmon. Rainbow trout is actually being cultured here on
the south coast and here are sites in Nova Scotia that are doing
rainbow trout. They tend to be smaller producers in comparison
with the salmon producers and that’s largely because it is a niche
market. Once you carve it out it’s very difficult to get into those
sales for all intents and purposes.
Y a-t-il de la demande? Oui, il y en a. La truite arc-en-ciel est
plutôt un produit de créneau, ce qui signifie que l’on n’a pas un
volume de marché aussi important que pour le saumon de
l’Atlantique. On fait effectivement l’élevage de la truite arc-en-ciel
ici, sur la côte sud, de même qu’à certains endroits en NouvelleÉcosse. Il s’agit surtout de plus petits producteurs que dans le cas
des producteurs de saumon, essentiellement parce que c’est un
marché à créneaux. Une fois que le marché est pris, il est très
difficile de se tailler une place, pour ainsi dire.
There is some work also being done with arctic char but that’s
very small scale. That’s perhaps only one site that I’m familiar
with in Atlantic Canada that’s doing some work with arctic char
recently in the marine environment. By comparison rainbow trout
is very small but there are some producers.
On élève aussi un peu l’omble chevalier, mais à une très petite
échelle. Je connais un seul site, je crois, dans le Canada atlantique,
où l’on a produit récemment de l’omble chevalier dans le milieu
marin. En comparaison, la truite arc-en-ciel ne représente pas une
très grande part du marché, mais on compte tout de même
quelques producteurs.
Senator Poirier: Mr. Pack, you talked about your company
that you put in place, the Newfoundland Aqua Service Limited,
and you talked about a partnership with a cage manufacturer in
New Brunswick. When you look at where we’re going with
aquaculture and hear all that you’ve done and all that you’re
doing for the industry, I need to say congratulations because I’m
sure you started something that was probably not available for
many years and have helped development the aquaculture
industry to where it’s at.
La sénatrice Poirier : Monsieur Pack, vous avez parlé de votre
entreprise que vous avez bâtie, la Newfoundland Aqua Service
Limited, et vous avez parlé d’un partenariat avec un fabricant de
cages au Nouveau-Brunswick. Quand on pense à l’avenir de notre
aquaculture et à tout ce que vous avez fait et tout ce que vous
faites pour l’industrie, on ne peut que vous féliciter, puisque je suis
sûre que vous avez mis sur pied un service qui n’était
probablement pas offert pendant des années et que vous avez
aidé l’industrie de l’aquaculture à évoluer pour se rendre là où elle
est aujourd’hui.
Right now you are in Newfoundland and you’ve partnered
with New Brunswick. I am curious to know: Is your company
supplying just for Newfoundland or are you supplying all of
Atlantic Canada?
À l’heure actuelle, vous êtes à Terre-Neuve et vous avez conclu
un partenariat avec le Nouveau-Brunswick. J’aimerais savoir si
votre entreprise approvisionne seulement la région de TerreNeuve, ou si elle approvisionne tout le Canada atlantique.
He’s only going to allow me this one question so I’m going to
have to put two or three in at the same time.
Il va me permettre de poser une seule question, alors je vais
devoir y intégrer deux ou trois autres questions.
When you’re talking about the nets how often do the nets have
to come in for cleaning? Are you talking just nets from
Newfoundland aquaculture? Are you talking about cleaning the
cages? I remember years ago people would have concerns because
of the floating cages for the oysters. They would say, ‘‘How do we
clean the droppings from the birds? How do we clean this? Is this
something we should be concerned about? Does this have an
impact on the fish that we’re growing?’’ I’m wondering exactly
how big the territory is. If you don’t do it, are those services
available in other provinces that do the aquaculture of this type?
Vous parlez des filets. À quelle fréquence doivent-ils être
rapportés pour être nettoyés? Parlez-vous seulement des filets de
l’aquaculture terre-neuvienne? Faut-il aussi laver les cages? Je me
souviens que les gens avaient certaines préoccupations, il y a des
années, à propos des cages flottantes pour les huîtres. Ils disaient :
« Comment nettoie-t-on les fientes des oiseaux? Comment les
nettoie-t-on? Doit-on s’en préoccuper? Est-ce que les fientes ont
une incidence sur les poissons que nous élèverons? » Je me
demande quelle est exactement l’étendue du territoire. Si ce n’est
pas vous qui vous occupez du nettoyage, y a-t-il des services
offerts dans les autres provinces qui font de l’aquaculture du
même type?
Mr. Pack: First of all when it comes to nets, no, we don’t
service or clean anything from out of province. One reason
obviously is to ship it over here and ship it back would be
expensive. The other thing is we would not be allowed to take
dirty nets from here to New Brunswick or the other way around.
We wouldn’t be permitted to do that and for good reason.
M. Pack : Tout d’abord, pour ce qui est des filets, non, nous ne
traitons pas ou ne nettoyons pas ce qui vient de l’extérieur de la
province. C’est évidemment entre autres parce qu’il serait très
coûteux de faire venir les filets ici puis de les renvoyer. En outre,
nous n’aurions pas le droit de faire venir ici des filets sales du
Nouveau-Brunswick, et vice-versa. Nous n’aurions pas le droit,
pour de très bonnes raisons.
The nets in terms of how long they’re in there, it depends. I’m
sure Jennifer and the other growers around would like to take
them out every three or four months if they could. Generally they
Pour ce qui est du temps que les filets passent au large, cela
dépend. Je suis sûr que Jennifer et les autres éleveurs aimeraient
les sortir tous les trois ou quatre mois s’ils le pouvaient. Ils restent
9:82
Fisheries and Oceans
27-5-2014
go in for a season. So a smolt net, for example, will go in in the
spring when they put in the smolts. This is a smaller mesh net. It
will be there until late that fall or the next spring. Then the fish are
bigger and they can go into a bigger mesh net. I think it’s safe to
say that on average maybe a year in the water for a net. It varies.
If you get a real bad mussel set they may come out sooner than
that but by and large a year.
généralement en place pour une saison. Donc, un filet à
saumoneaux, par exemple, serait mis en place au printemps en
même temps que les saumoneaux. Les mailles de ces filets sont
plus petites. Il resterait en place jusqu’à la fin de l’automne ou
jusqu’au printemps suivant. À ce moment-là, les poissons ont
grossi et peuvent être placés dans un filet aux mailles plus larges.
Je pense qu’on peut dire, sans risquer de se tromper, qu’un filet
passe en moyenne un an dans l’eau. Cela varie. Si vous vous
retrouvez avec une importante colonie de moules, vous serez peutêtre obligé de sortir les filets plus tôt, mais, en moyenne, on peut
parler de un an.
To your question on the cages, no, we don’t do a lot of cleaning
of the cages. We will if we have to repair it. It has to be cleaned
before you can fuse it back together and things like that but
generally that is done on the site. They’ll just scrape off the oil or
the bird droppings of whatever there on the site.
En ce qui concerne votre question au sujet des cages, non, nous
ne nettoyons pas beaucoup les cages. Nous le faisons si nous
devons en réparer une. Nous devons nettoyer la cage avant de
pouvoir la remonter, par exemple, mais ce nettoyage se fait
habituellement sur place. Les gens sur place vont gratter l’huile ou
les fientes d’oiseaux, ou quoi que ce soit d’autre.
Senator Poirier: Are you aware if the net cleaning and what
you’re doing is available in all other provinces? Are there
companies out there that are doing that?
La sénatrice Poirier : Savez-vous si le nettoyage de filets et les
autres services que vous offrez sont aussi offerts dans toutes les
autres provinces? Y a-t-il là aussi des entreprises qui s’en
occupent?
Mr. Pack: Oh, yes, absolutely. Most of them we corresponded
with and we’ve met over the years. It’s a very small community.
M. Pack : Oh oui, tout à fait. Nous avons échangé avec la
plupart d’entre elles, et nous avons rencontré leurs responsables
au fil des ans. C’est un très petit milieu.
Senator Poirier: Thank you very much.
La sénatrice Poirier : Merci beaucoup.
Senator Raine: Thank you very much, and it’s been very
interesting.
La sénatrice Raine : Merci beaucoup. Vos témoignages sont
très intéressants.
Obviously you started with the industry, Mr. Pack, and built
what was needed and were sort of building ahead of the
regulatory people understanding how to regulate you. So you’ve
probably had a very exciting time. You could probably write a
book.
De toute évidence, monsieur Pack, vous avez commencé au
sein de l’industrie en mettant sur pied un service dont les gens
avaient besoin, et vous avez en quelque sorte pris de l’avance sur
les responsables de la réglementation, qui tentaient de
comprendre comment réglementer vos activités. Vous avez donc
probablement eu beaucoup de plaisir. Vous pourriez sûrement
écrire un livre.
Mr. Pack: Yes, I’ve threatened to.
Senator Raine: You might want to take some names out.
Obviously you’re aware there are world-wide industry best
practices.
Mr. Pack: Yes.
Senator Raine: Do you think those best practices should be
part of the standards that would be set? Is what you’re aiming for?
Would that make it easier for the bureaucrats to sort of define
what they want you to do? When you went to them and said,
‘‘What do I do,’’ they said, ‘‘Just come and ask us and we’ll say,
yes or no.’’ I mean that’s crazy.
M. Pack : Oui, j’ai menacé de le faire.
La sénatrice Raine : Vous voudrez peut-être éviter de
mentionner certains noms. Vous êtes certainement au courant
qu’il existe des pratiques exemplaires à l’échelle mondiale pour
l’industrie.
M. Pack : Oui.
La sénatrice Raine : Pensez-vous que ces pratiques exemplaires
devraient faire partie des normes qui seront fixées? Est-ce ce que
vous souhaitez? Pensez-vous que cela aiderait les bureaucrates à
définir, en quelque sorte, ce qu’ils veulent que vous fassiez? Vous
êtes allé les voir et vous avez dit : « Qu’est-ce que je fais? » Ils ont
répondu : « Venez simplement nous voir et nous poser la
question, et nous vous répondrons oui ou non ». Enfin, c’est
complètement fou.
27-5-2014
Pêches et océans
9:83
Mr. Pack: It is kind of crazy but it is the way it is, yes. In
answer to your question we do have a code of practices, a pretty
good code of practices from my perspective. Provincially NAIA
does but that coded of practice is based on the regulations that we
have or that we know we have at this point in time.
M. Pack : C’est un peu fou, c’est vrai, mais c’est comme ça.
Pour répondre à votre question, nous avons bel et bien un code de
pratiques — un très bon code de pratiques, si vous voulez mon
avis. Au niveau provincial, la NAIA a un code de pratiques, mais
celui-ci est fondé sur la réglementation dont nous disposons ou
sur ce que nous savons de cette réglementation à l’heure actuelle.
In answer to your question again, yes, I think a best practices
section in the legislation or whatever you call it should be
included. Now I realize saying that there may be people behind
me here ready to shoot me in the back of the head, the growers, I
don’t know what kind of implications that would have for them in
some cases but I see no reason why that couldn’t be included.
Pour répondre à votre question, encore une fois, oui, je crois
qu’il faudrait inclure à la mesure législative, ou quel que soit le
nom qu’on lui donne, une section sur les pratiques exemplaires. Je
me rends compte que, quand je dis cela, il y a peut-être des gens
derrière moi ici qui sont prêts à me tirer dans le dos; je pense aux
éleveurs — je ne sais pas quelles pourraient être les répercussions
pour eux d’une telle section dans certains cas, mais je ne vois pas
pourquoi on n’en prévoirait pas une.
Senator Raine: Thank you.
The Chair: Senator McInnis, you have the final question.
Senator McInnis: Thank you very much.
La sénatrice Raine : Merci.
Le président : Sénateur McInnis, la dernière question vous
revient.
Le sénateur McInnis : Merci beaucoup.
You mentioned the Aquaculture Act and it has been
mentioned this morning as well. Currently in Canada we have
the Fisheries Act and every province has an act. Basically that is
based in the provinces with respect to aquaculture on farming and
the securing of the pens to the ocean floor. This all falls within the
jurisdiction of the province under the Constitution.
Vous avez mentionné la Loi sur l’aquaculture, et il en a été
question aussi ce matin. À l’heure actuelle, nous disposons de la
Loi sur les pêches à l’échelle du Canada, et chaque province
possède une loi. Essentiellement, ces lois sont fondées sur la
situation dans la province en ce qui concerne l’aquaculture,
l’élevage et la mise en place des cages au fond de l’eau. Tout cela
relève de la compétence des provinces en vertu de la Constitution.
Recently in B.C. there was a Supreme Court decision that said
aquaculture is a fishery and falls to the federal government. I want
your comment on this. If we are going to have a national act do
you believe it should be concurrent with the provinces? In other
words, that we have the one act. At the moment we have a
mishmash across the country. They’re all different. It strikes me
that we should have something, as I’ve mentioned before,
analogous to the Criminal Code where you don’t have all the
provinces with their own laws. We have the Criminal Code and all
feed into it.
Une décision récente de la Cour suprême en ColombieBritannique soutient que l’aquaculture est une forme de pêche
et relève donc du gouvernement fédéral. J’aimerais vous entendre
à ce sujet. Si nous décidons d’adopter une loi nationale, pensezvous qu’elle devrait exister aux côtés de celles des provinces? En
d’autres termes, devrait-on avoir une seule loi? À l’heure actuelle,
nous avons tout un fouillis de lois à l’échelle du pays. Elles sont
toutes différentes. Il me semble que, comme je l’ai déjà mentionné,
nous devrions avoir une mesure semblable au Code criminel, ce
qui éviterait que toutes les provinces aient leurs propres lois. Nous
avons le Code criminel, et tout le monde s’en nourrit.
Do you agree that that might be the way we should be going
with respect to an Aquaculture Act in Canada?
Pensez-vous qu’il s’agit peut-être de la voie que nous devrions
suivre pour ce qui est d’une loi sur l’aquaculture au Canada?
Mr. Pack: Yes, the one-stop shop. I know we’re sick of hearing
those terms but, yes, if we could come up with some kind of
legislation or regulatory system that includes both the province
and the federal government it certainly should simplify things in
the way of licensing and permits and that kind of thing for sure.
M. Pack : Oui, il s’agit du guichet unique. Je sais que les gens
sont fatigués d’entendre ce terme, mais si nous pouvions nous
entendre sur une forme de mesure législative ou de réglementation
qui inclurait tant les provinces que le gouvernement fédéral, cela
simplifierait certainement l’octroi de licences et de permis, par
exemple, c’est certain.
Mr. Sweeney: Senator, can I take you to some conferences with
me? That’s exactly what I would like to see. We have the
opportunity to work in several jurisdictions, including Ontario
and Saskatchewan, for instance. When we go to Ontario we move
inland away from the Atlantic region and there is no aquaculture
act. Ontario does not have an aquaculture act provincially.
M. Sweeney : Sénateur, puis-je vous demander de
m’accompagner à des conférences? C’est exactement ce que
j’aimerais voir se réaliser. Nous avons l’occasion de travailler dans
diverses provinces, dont l’Ontario et la Saskatchewan, par
exemple. En Ontario, nous nous retrouvons à l’intérieur des
terres, loin de la région de l’Atlantique, et il n’y a pas de loi sur
9:84
Fisheries and Oceans
27-5-2014
Applications for or administration of sites for all intents and
purposes in Ontario is done through the Ministry of Natural
Resources. There is no aquaculture act for Ontario.
l’aquaculture. L’Ontario ne dispose pas d’une loi provinciale sur
l’aquaculture. Le traitement des demandes et l’administration des
sites se font, pour ainsi dire, par le truchement du ministère des
Ressources naturelles, en Ontario. Il n’y a pas de loi sur
l’aquaculture pour l’Ontario.
In Saskatchewan it is the same thing. Saskatchewan does not
have an aquaculture act. The industry there is actually regulated
under I think the Department of Environment and crosses over
into Natural Resources as well.
La situation est la même en Saskatchewan. La Saskatchewan
ne dispose pas d’une loi sur l’aquaculture. Là-bas, l’industrie est
régie, je crois, par le ministère de l’Environnement et, pour
certains aspects, par le secteur des ressources naturelles.
As we take a look at how aquaculture is administered in the
Atlantic region, for all intents and purposes there’s a lack of
consistency throughout the Atlantic region. New Brunswick
administers the aquaculture industry very differently than is
done in Nova Scotia, for instance. Newfoundland is done
somewhat differently again which causes some confusion for the
producers as they work with the regulations.
Si l’on observe la façon dont l’aquaculture est administrée dans
la région de l’Atlantique, on constate pour ainsi dire un manque
d’uniformité à l’échelle de la région. Par exemple, l’industrie de
l’aquaculture n’est pas du tout administrée de la même façon au
Nouveau-Brunswick qu’en Nouvelle-Écosse. Puis Terre-Neuve
aussi fait les choses d’une autre façon, ce qui entraîne une certaine
confusion pour les producteurs qui tentent de comprendre la
réglementation.
With the type of work our business does in environmental
monitoring I’ve spoken on many occasions that there is no
consistency in terms of the environmental monitoring or the
thresholds that are applied for impacts even within the Atlantic
region, for instance. That can cause a great deal of confusion for
the producers and for companies like ours, for instance as we
work with the producers and as we work with regulatory agencies.
En ce qui concerne le travail de notre entreprise sur le plan de
la surveillance environnementale, j’ai déjà mentionné à de
multiples occasions qu’il n’existe aucune uniformité en matière
de surveillance environnementale, ni, par exemple, en ce qui
concerne les seuils que ne doivent pas dépasser les répercussions,
et ce, même dans la région de l’Atlantique. Tout cela peut
entraîner beaucoup de confusion pour les producteurs, mais aussi
pour les entreprises comme la nôtre, puisque nous collaborons
avec les producteurs et avec les organismes de réglementation.
Within our own company I have to have biologists who are
intimately aware of the regulations in each province and
specialized in each province. Perhaps in our company I’m the
only one that crosses the boundaries within the Atlantic region.
Notre entreprise emploie deux biologistes qui connaissent en
détail et de façon spécialisée la réglementation de chaque
province. Au sein de l’entreprise, je suis peut-être le seul qui
franchit les frontières dans la région de l’Atlantique.
In short, yes, a national act should and could bring a level of
harmonization on many different fronts and recognize the
industry as a legitimate user of the marine resource.
Bref, une loi nationale devrait et pourrait bel et bien entraîner
une certaine harmonisation sur divers plans et permettre à
l’industrie d’être reconnue comme un utilisateur légitime de la
ressource maritime.
Senator McInnis: In Ontario and Saskatchewan while they
don’t have acts they have protocols and they have to be followed,
but it seems to me that if we’re going to be effective, for example,
in the next couple or weeks Nova Scotia will report after the panel
travelled the province on new regulations. I suspect they didn’t
consult with Newfoundland, with New Brunswick or P.E.I. So
we’re going to have a whole new set of regulations and a different
protocol.
Le sénateur McInnis : L’Ontario et la Saskatchewan n’ont
peut-être pas de loi, mais elles ont des protocoles à respecter. Je
pense que, si nous voulons être efficaces... par exemple, dans les
semaines à venir, la Nouvelle-Écosse produira un rapport à la
suite de la tenue de la table ronde sur la nouvelle réglementation
un peu partout dans la province. Je suis à peu près sûr que les
responsables n’ont pas consulté les représentants du NouveauBrunswick, de Terre-Neuve ou de l’Île-du-Prince-Édouard. Nous
allons donc nous retrouver avec une toute nouvelle série de
règlements et un nouveau protocole.
It seems to me that the provinces should be working with the
federal government. Let’s not let the federal government on its
own go out and do an act. We should do it collectively and it’ll be
more effective.
Il me semble que les provinces devraient collaborer avec le
gouvernement fédéral. On ne devrait pas laisser le gouvernement
fédéral procéder seul pour en arriver à une loi. Il faudrait agir tous
ensemble; ce serait plus efficace.
Mr. Sweeney: I would agree. The Fisheries Act or federal
legislation supersedes anything provincially.
M. Sweeney : Je suis d’accord. La Loi sur les pêches ou toute
disposition législative fédérale l’emporte sur les mesures
provinciales.
Senator McInnis: Exactly.
Le sénateur McInnis : Tout à fait.
27-5-2014
Pêches et océans
9:85
Mr. Sweeney: Over the past number of years with the
discussions connected with Bill C-38 and Bill C-45, for instance,
and pending regulation of the AER, personally I saw that as
opportunity to bring that level of harmonization. I’m not sure it’s
there yet so, yes, Nova Scotia will likely come up with something
somewhat different, slightly different. There will be some parallels
with the Province of New Brunswick but I would have my doubts
there’s been a great deal of communication between Nova Scotia
and New Brunswick, Nova Scotia and Newfoundland, Nova
Scotia and P.E.I.
M. Sweeney : Ces dernières années, il y a eu ces discussions
concernant, par exemple, les projets de loi C-38 et C-45, et le
règlement à venir, le RAA, et j’y ai vu, personnellement, une
occasion d’engendrer une certaine uniformité. Je ne suis pas sûr
qu’on en soit rendu là, et donc, oui, la Nouvelle-Écosse présentera
probablement des mesures légèrement différentes. Elles auront
certainement des choses en commun avec celles du NouveauBrunswick, mais je doute qu’il y ait eu des communications
soutenues entre la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick, la
Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve et la Nouvelle-Écosse et l’Île-duPrince-Édouard.
Senator McInnis: Yet the four Atlantic provinces executed an
MOU that they would be consistent.
Le sénateur McInnis : Pourtant, les quatre provinces de
l’Atlantique ont conclu un protocole d’entente pour assurer une
uniformité.
Mr. Sweeney: The irony here is there is an MOU in place
among the four Atlantic provinces.
M. Sweeney : Oui, les quatre provinces de l’Atlantique ont
conclu un protocole d’entente; c’est très ironique.
Senator McInnis: Thank you, Mr. Chairman.
The Chair: Thank you, and thank our witnesses. It has been a
great conversation especially as I said earlier for those people that
are on the ground. Thank you again for your time.
(The committee adjourned.)
Le sénateur McInnis : Merci, monsieur le président.
Le président : Merci, et merci à nos témoins. Nous avons eu
une discussion très intéressante, surtout avec les gens qui
travaillent sur le terrain, comme je l’ai dit plus tôt. Encore
merci de nous avoir consacré du temps.
(La séance est levée.)
GANDER, Newfoundland and Labrador, Tuesday, May 27, 2014
GANDER, Terre-Neuve et Labrador, le mardi 27 mai 2014
The Standing Senate Committee on Fisheries and Oceans met
this day, at 1:15 p.m., to study the regulation of aquaculture,
current challenges and future prospects for the industry in
Canada.
Le Comité sénatorial permanent des pêches et des océans se
réunit aujourd’hui, à 13 h 15, pour étudier la réglementation de
l’aquaculture, les défis actuels et les perspectives d’avenir de
l’industrie au Canada.
Senator Fabian Manning (Chair) in the chair.
The Chair: Good afternoon. I’m pleased to welcome you to this
meeting of the Standing Senate Committee on Fisheries and
Oceans. My name is Fabian Manning, I’m a senator for
Newfoundland and Labrador, and I’m the chair of this
committee. Before I give the floor to our witnesses, I would like
to invite the members of the committee to introduce themselves.
Senator Munson: Jim Munson from Ontario.
Le sénateur Fabian Manning (président) occupe le fauteuil.
Le président : Bonjour. C’est avec plaisir que je vous souhaite
la bienvenue à la séance du Comité sénatorial permanent des
pêches et des océans. Je m’appelle Fabian Manning, je viens de
Terre-Neuve-et-Labrador, et je préside le comité. Avant de céder
la parole à nos témoins, je voudrais inviter les membres du comité
à se présenter.
Le sénateur Munson : Jim Munson, de l’Ontario.
Senator Lovelace Nicholas: Senator Lovelace Nicholas from
New Brunswick.
La sénatrice Lovelace Nicholas : Sénatrice Lovelace Nicholas,
du Nouveau-Brunswick.
Senator Poirier: Senator Rose-May Poirier from New
Brunswick.
La sénatrice Poirier : Sénatrice Rose-May Poirier, du
Nouveau-Brunswick.
Senator McInnis: Senator Tom McInnis from Nova Scotia.
Le sénateur McInnis : Sénateur Tom McInnis, de la NouvelleÉcosse.
Senator Raine: Nancy Greene Raine from B.C.
La sénatrice Raine : Nancy Greene Raine, de la ColombieBritannique.
Senator Wells: Senator David Wells from Newfoundland and
Labrador.
Le sénateur Wells : Sénateur David Wells, de Terre-Neuve-etLabrador.
The Chair: The committee is continuing its special study on the
regulation of aquaculture, its current challenges and future
prospects for the industry in Canada
Le président : Le comité poursuit son étude spéciale sur la
réglementation de l’agriculture, les défis actuels et les perspectives
d’avenir de l’industrie au Canada.
9:86
Fisheries and Oceans
27-5-2014
I’m pleased this afternoon to welcome Ms. Miranda Pryor,
Executive Director, Newfoundland Aquaculture Industry
Association; Dr. Laura Halfyard, General Manager of Sunrise
Fish Farms; and Rebecca White, Project Manager of Badger Bay
Mussel Farms Ltd.
C’est avec plaisir que je souhaite la bienvenue cet après-midi à
Mme Miranda Pryor, directrice exécutive de la Newfoundland
Aquaculture Industry Association; à la Dre Laura Halfyard,
directrice générale à Sunrise Fish Farms; et à Mme Rebecca
White, gestionnaire de projet à Badger Bay Mussel Farms Ltd.
On behalf of the members of our committee, I would like to
thank you for taking the time this afternoon to join us. I believe
we’ll begin with a statement from Ms. Pryor, followed by
statements from Dr. Halfyard and Ms. White. Then senators
will, I’m sure, have questions for you.
Au nom des membres de notre comité, j’aimerais vous
remercier d’avoir pris le temps de vous joindre à nous cet aprèsmidi. Je crois que nous allons commencer par une déclaration de
Mme Pryor, suivie de celles de la Dre Halfyard et de Mme White.
Je suis sûr que les sénateurs voudront ensuite vous poser des
questions.
The floor is yours, Ms. Pryor.
Vous avez la parole, Mme Pryor.
Miranda Pryor, Executive Director, Newfoundland Aquaculture
Industry Association: Thank you again for the opportunity to
address the committee this afternoon. I will be keeping my
comments short in the interest of time because I know we’re
trying to make up some time and also to give an opportunity to
my colleagues here as well. You’ve heard from me a couple of
times now over the last day or so, so you may be getting enough.
Miranda Pryor, directrice exécutive, Newfoundland Aquaculture
Industry Association : Merci encore une fois de m’avoir invitée à
prendre la parole devant le comité cet après-midi. Je vais faire une
brève déclaration, puisque je sais que nous essayons de gagner du
temps, et aussi permettre à mes collègues de présenter leurs
observations. Vous m’avez écoutée à deux reprises en une journée
ou à peu près, alors cela commence peut-être à suffire.
Essentially I put the same graph in there and I actually ran over
at lunch time to try to make it bigger just to highlight the
production levels in Newfoundland. From a mussel’s perspective,
mussels on that graph that you see there will be the smaller of the
two. You will notice there was in 2009 and 2010, during the
recession in particular, we did experience some decreases in
production. However from 2010 and up to particularly 2013, our
greatest year to date, the mussel production in the province has
certainly increased. We’re hoping that trend will continue. In
2013, we produced close to 5,000 metric tons of mussels.
Essentiellement, j’ai repris la même figure, et je suis rapidement
retournée l’agrandir pendant le dîner, simplement pour illustrer
les quantités produites à Terre-Neuve. Pour ce qui est des moules,
sur la figure, il s’agit du plus petit des deux éléments. Vous pouvez
voir que, en 2009 et en 2010, pendant la récession, surtout, nous
avons connu une baisse de production. Cependant, à partir de
2010 et jusqu’en 2013 en particulier, notre meilleure année jusqu’à
maintenant, la production de moules dans la province a
certainement augmenté. Nous espérons que cette tendance va se
maintenir. En 2013, nous avons produit presque 5 000 tonnes
métriques de moules.
From a value perspective I kept the same graph in there that
just shows the overall production value for aquaculture products
last year was $197 million. This is based on the provincial
numbers of direct product sales. Of that, we estimate about
$15 million or so were directly related to shellfish production.
Similar to finfish we are the second largest producer of shellfish
products in Canada now, second to the Province of Prince
Edward Island.
Pour ce qui est de la valeur de la production, j’ai gardé la même
figure, qui montre que la valeur globale des produits de
l’aquaculture était de 197 millions de dollars l’an dernier. Cette
somme est fondée sur les chiffres pour la province en ce qui
concerne les ventes directes de produits. De cette somme, nous
estimons qu’environ 15 millions de dollars étaient liés directement
à la production de mollusques et de crustacés. Comme dans le cas
de la production de poisson, nous sommes la deuxième province
en importance pour ce qui est de la production de mollusques et
de crustacés au Canada, après l’Île-du-Prince-Édouard.
Again with some of the critical infrastructure needs that have
been discussed and some more that we will discuss today, our
realistic goal for growth could be up to 7,500 metric tons by the
year 2020. I wanted to put this first because this is a significant
achievement for our industry, for Canada as a whole but certainly
for the Newfoundland industry. All NAIA members right now
have achieved certification to the National Organic Aquaculture
Standard. We were the first in North America to actually achieve
the standard last year. That was the first year and they’ve all
recently been recertified and re-audited, and all farms did receive
the certification again. Also the first BAP, best aquaculture
Encore une fois, en répondant à certains des besoins cruciaux
en matière d’infrastructure dont nous avons parlé et d’autres
besoins dont nous allons parler aujourd’hui, nous pourrions
donner un objectif réaliste de croissance qui porterait la
production à 7 500 tonnes métriques d’ici 2020. Je voulais
commencer par parler de cela, car il s’agit d’un accomplissement
important pour notre industrie, pour le Canada dans son
ensemble, mais assurément pour l’industrie de Terre-Neuve.
Tous les membres de la NAIA ont obtenu l’accréditation
relative à la Norme canadienne sur l’aquaculture biologique.
Nous avons été les premiers en Amérique du Nord à respecter la
27-5-2014
Pêches et océans
9:87
practices, mussels processing plant in the world was recognized
this past winter, Norlantic Processors, which for those of you who
are going on the tour will get an opportunity to visit tomorrow.
norme l’an dernier. C’était la première année, et toutes les
exploitations ont récemment fait l’objet d’une nouvelle
accréditation et d’une nouvelle vérification, et elles ont toutes
reçu l’accréditation de nouveau. Par ailleurs, la première usine de
transformation de moules du monde à appliquer des pratiques
d’aquaculture exemplaires a été accréditée l’hiver dernier; il s’agit
de Norlantic Processors, dont vous allez voir les installations si
vous faites la visite demain.
Those are significant achievements for the industry and
demonstrate the commitment that our shellfish producers have
to acquiring the certification that they need to maintain but also
to gain market share.
Ce sont là des réalisations importantes pour l’industrie, et il
s’agit d’une preuve de l’engagement de nos producteurs de
mollusques et de crustacés à acquérir la certification dont ils ont
besoin pour non seulement conserver leur part du marché, mais
également l’accroître.
Some key infrastructure needs: Some of these obviously are
industry-wide such as roads, wharves, broadband and cellular
coverage. It’s the same no matter what industry you’re in but
certainly for our shellfish producers they’re no different.
Parlons de quelques-uns des besoins clés en matière
d’infrastructure. Il y en a évidemment qui se font sentir dans
toute l’industrie, par exemple pour ce qui est des routes, des quais
et de la couverture des réseaux à large bande et cellulaires. Ces
besoins existent dans tous les secteurs, mais nos producteurs de
mollusques et de crustacés ne font certainement pas exception à la
règle.
Challenges with the Marine Atlantic ferry system have also
been mentioned but in particular from our mussel industry we
produce 52 weeks a year at least two truckloads of fresh mussels,
with Prince Edward Island being our main competitor in the
marketplace. Any time our product has to sit on the dock in Port
aux Basques, we run the risk of losing that market altogether but
certainly the shelf life of the product is diminished.
Les problèmes touchant le service de traversier de Marine
Atlantique ont également été mentionnés, mais, surtout, notre
secteur produit au moins deux camions de moules fraîches par
semaine pendant toute l’année, l’Île-du-Prince-Édouard étant
notre principal concurrent dans ce marché. Chaque fois que notre
produit doit attendre sur le quai à Port aux Basques, nous
courons le risque de perdre ce marché complètement, et, chose
certaine, la durée de conservation du produit est réduite.
I did want to make one comment on this just because we
haven’t mentioned it to date regarding Marine Atlantic. The
association, we’ve done a lot of work with other stakeholders as
well. While we obviously are advocating for priority status given
to fresh seafood products, because that’s obviously what we
represent, we do work with the other sectors such as the
agriculture sector and others such as dairy producers and
poultry producers that are shipping out of the province. We do
work with them. We’re advocating for fresh product that’s going
out of the province. That would be priority given to all of us of
equal status.
Je voulais simplement le mentionner parce que nous n’en
avions pas encore parlé jusqu’à maintenant en ce qui concerne
Marine Atlantique. L’association... nous avons fait beaucoup de
travail auprès d’autres intervenants aussi. Évidemment, nous
préconisons l’octroi d’un statut prioritaire aux fruits de mer frais,
parce que c’est le secteur que nous représentons, mais nous
travaillons avec d’autres secteurs comme celui de l’agriculture, et
notamment les producteurs laitiers et les producteurs de volailles
qui expédient des produits à l’extérieur de la province. Nous
travaillons avec les représentants de ces secteurs. Nous
préconisons le statut prioritaire pour les produits frais qui
sortent de la province. Ce serait la priorité qui serait accordée à
nous tous qui avons le même statut.
Waste management is similar to our mussel producers. With
the province now moving to larger waste management facilities,
we’re not quite sure where that’s going to leave us and leave some
of our producers, and where our processing plants are located
throughout the province, problems are arising trying to find
solutions for the organic waste. With the mussel shells that are
coming out of our processing plants and facilities, those types of
things, what are we going to do, and the expensive tipping fees
that are being required now for landfill as well. Those are
certainly considerations that we’re working on.
Pour ce qui est de la gestion des déchets, la situation est
semblable à celle des producteurs de moules. La province passant
maintenant à des installations de gestion des déchets de grande
taille, nous ne savons pas très bien ce qu’il va advenir de nous et
de certains de nos producteurs, et, là où nos usines de
transformation se situent dans la province, il faut trouver de
nouvelles solutions pour la gestion des déchets organiques. Nous
ne savons pas ce que nous allons faire avec les coquilles de moules
qui sortent de nos usines et de nos installations de transformation,
avec les choses de ce genre, et il y a aussi les redevances de
déversement élevées qui sont maintenant exigées aux sites
d’enfouissement. Ce sont assurément des choses auxquelles nous
réfléchissons.
9:88
Fisheries and Oceans
27-5-2014
Improved winter harvesting capabilities: This past winter has
been an extreme on many fronts, but certainly as Laura will no
doubt attest to trying to harvest mussels through the ice that we
experienced and through the winter conditions that we
experienced became impossible. We had several weeks, if not
months, where we were actually without supply to our market,
which was something that was very difficult to deal with. We
worked very hard to secure our markets. Certainly we’re hoping
we never experience a winter like we’ve just experienced but we’re
looking at improving the winter harvesting capabilities.
Au chapitre de l’accroissement des capacités de récolte en
hiver, l’hiver dernier a été extrême à bien des égards, mais, chose
certaine, comme Laura en témoignera sans aucun doute, essayer
de récolter des moules à travers la glace que nous avons eue et
dans les conditions hivernales que nous avons connues est devenu
impossible. Il y a eu plusieurs semaines, voire des mois, pendant
lesquels nous n’avons pu fournir aucun produit sur notre marché,
ce avec quoi il a été très difficile de composer. Nous avons fait
beaucoup de travail pour obtenir nos parts de marché. C’est sûr
que nous espérons ne jamais revivre un hiver comme celui qui
vient de passer, mais nous envisageons d’améliorer nos capacités
de récolte en hiver.
Along with that goes an increased need for live holding
facilities. You’ll see some tomorrow for those that do visit the
Norlantic processing plant. We do have the capability of holding
some mussels right now. We harvest them and we hold them in
our processing facility in our live holding tanks for a certain
period of time, but we’ve been advocating for some time now that
we need to increase that. That would allow us continued supply
into the marketplace if we ever ran into such extremes as we did
this winter.
Cela s’accompagne du besoin d’un plus grand nombre de
viviers. Vous pourrez le constater si vous visitez l’usine de
transformation de Norlantic demain. Nous sommes capables de
conserver une certaine quantité de moules en ce moment. Nous les
récoltons, et nous les conservons dans nos installations de
transformation, dans nos viviers, pendant quelque temps, mais
nous préconisons l’accroissement de cette capacité depuis un
certain temps déjà. Cela nous permettrait d’approvisionner
constamment le marché si nous devions vivre d’autres
conditions extrêmes comme celles que nous avons vécues cet
hiver.
Research and development are always ongoing needs for any
sector, particularly aquaculture and human resource needs. As
we’ve mentioned earlier today, the shellfish sector is operating in
rural areas as well and its challenges are similar.
Il y a toujours des besoins en recherche et développement dans
tous les secteurs, surtout dans le secteur de l’aquaculture, ainsi
que des besoins en ressources humaines. Comme nous l’avons
mentionné déjà aujourd’hui, le secteur des mollusques et des
crustacés mène ses activités dans des régions rurales aussi, et les
défis qu’il doit relever sont similaires.
From a regulatory requirement renewal perspective, similarly
the federal Aquaculture Act that we’ve been discussing is of
importance to our shellfish producers. There’s no difference from
a licensing perspective with the delays and frustrations that we’ve
been experiencing with Transport Canada. They’re equal from a
shellfish and a finfish perspective. However from a site marking
perspective there’s extreme amount of marking requirements for
shellfish farm.
Pour ce qui est du renouvellement des exigences réglementaires,
la loi fédérale sur l’aquaculture dont nous avons parlé est aussi
importante pour nos producteurs de mollusques et de crustacés.
Au chapitre de la délivrance de permis, les retards et les
frustrations sont les mêmes que ceux que nous avons connus
avec Transports Canada. C’est la même chose pour les
producteurs de mollusques et de crustacés et pour les
producteurs de poisson. Toutefois, au chapitre du marquage de
sites, il y a énormément d’exigences de marquage applicables à la
production de mollusques et de crustacés.
Actually in this province during the wintertime a lot of the
mussel farms themselves are lowered under the ice or frozen into
the ice. We have some concerns as well with Transport Canada
regarding the marking requirements that are required during the
winter in particular that we feel actually poses more of a safety
hazard than it actually does help.
En réalité, dans la province, beaucoup d’installations
mytilicoles sont abaissées sous la glace ou prises dans les glaces
pendant l’hiver. Nous sommes préoccupés aussi par la façon dont
Transports Canada envisage les exigences de marquage pendant
l’hiver, surtout que nous estimons qu’elles posent plus de danger
qu’elles ne sont utiles.
The Canadian Food Inspection Agency: In a different capacity
with our shellfish producers but due to further federal cutbacks in
Newfoundland there’s no longer any testing of shellfish now done
in the province for such things as paralytic shellfish poisoning,
PSP, diarrhetic shellfish poisoning, DSP and others. We lost that
capability, I think, in the last year or so, so all of that right now is
sent to Dartmouth, I believe, for sampling and then we have to
Relativement à l’Agence canadienne d’inspection des aliments
et à un rôle différent auprès de nos producteurs de mollusques et
de crustacés, en raison de la poursuite des compressions du
gouvernement fédéral à Terre-Neuve, il n’y a plus de test de
dépistage effectué dans la province pour des choses comme
l’empoisonnement marin paralysant et l’intoxication par
phycotoxine diarrhéique, entre autres. Nous avons perdu cette
27-5-2014
Pêches et océans
9:89
wait on results.
capacité, je crois, au cours de la dernière année ou à peu près,
alors tout est envoyé à Dartmouth, je pense, pour
l’échantillonnage, et nous devons attendre les résultats.
Every time we harvest shipments have to be air flown out of the
province for testing and obviously if we have any local markets
that we supply we run the risk, from a human health perspective,
of not having the sampling back and potentially something being
in those samples while we wait on the results.
À chaque récolte, les cargaisons doivent être transportées à
l’extérieur de la province par voie aérienne afin de subir des tests,
et, évidemment, si nous fournissons des produits à des marchés
locaux quelconques, nous courons le risque, du point de vue de la
santé humaine, de ne pas récupérer l’échantillon et qu’il y ait
quelque chose dans ces échantillons pendant que nous attendons
les résultats.
Environment Canada: As part of the CSSP, the Canadian
Shellfish Sanitation Program that is jointly administered by DFO,
CFIA, and Environment Canada, all shellfish farms are required
to have regular water sampling performed on their sites for such
things as fecal coliforms, et cetera, again from a human health
perspective.
Pour ce qui est d’Environnement Canada, dans le cadre du
PCCSM, le Programme canadien de contrôle de la salubrité des
mollusques, qui est administré conjointement par le MPO,
l’ACIA et Environnement Canada, tous les élevages de
mollusques et de crustacés doivent subir régulièrement des
échantillonnages d’eau visant à vérifier la présence de choses
comme les coliformes fécaux, encore une fois du point de vue de la
santé humaine.
Limited resources in Newfoundland have meant that only
certain areas at a time, which means per year, could be sampled.
This has hindered expansion in the past and there currently exists
no resources to examine new sites. Without companies bearing the
cost of expensive sampling themselves—and even then there is no
guarantee that the sampling will be completed—from an
expansion perspective this has been considerably limiting.
En raison des ressources limitées à Terre-Neuve, la prise
d’échantillons ne peut se faire que dans certaines régions à la fois,
ce qui peut vouloir dire au cours d’une année. Cela a nui à
l’expansion par le passé, et il n’y a actuellement pas de ressources
qui permettraient d’envisager de nouveaux sites. Sans entreprise
pour assumer le coût élevé de l’échantillonnage — et, même si
c’est le cas, il n’y a pas de garantie que l’échantillonnage sera
effectué —, du point de vue de l’expansion, cela a été un facteur
limitant important.
I’ll just finish on my final two slides and hand it over to
Dr. Halfyard who will expand, but as with the finfish we are
committed as an industry to producing a safe first and foremost,
nutritious, healthy seafood for the local and for our global
consumers. We equally believe in the shellfish as we do the finfish
and for the opportunities they present and in what they can do for
the province and for all of Canada.
Je vais simplement finir de parler de mes deux dernières
diapositives, puis je vais céder la parole à la Dre Halfyard, qui
vous donnera plus de détails, mais, comme dans le cas de la
production de poisson, notre industrie s’est engagée à fournir des
fruits de mer d’abord et avant tout salubres, et aussi nutritifs et
sains aux consommateurs locaux et à notre clientèle de partout
dans le monde. Nous croyons tant aux mollusques et aux
crustacés qu’aux poissons et aux occasions qui s’offrent en ces
secteurs, ainsi qu’en ce que cela peut apporter à la province et à
l’ensemble du Canada.
Thank you.
Merci.
The Chair: Go ahead, Dr. Halfyard.
Le président : Vous avez la parole, Dre Halfyard.
Dr. Laura Halfyard, General Manager, Sunrise Fish Farms Inc.:
My name is Laura Halfyard. I’m the General Manager of Sunrise
Fish Farms but also we’re in the development phase for a farm on
the south coast, Connaigre Fish Farms and I’m also one of the
shellfish reps with the NAIA Board.
Dre Laura Halfyard, directrice générale, Sunrise Fish Farms
Inc. : Je m’appelle Laura Halfyard. Je suis directrice générale de
Sunrise Fish Farms, mais nous sommes aussi dans la phase de
mise sur pied d’une exploitation sur la côte sud, Connaigre Fish
Farms et je suis également la représentante du secteur des
mollusques et crustacés au conseil d’administration de la NAIA.
From the point of view of the industry and where it is, the most
frustrating thing that crosses my desk every day is the duplication
of services. I have to fill out a piece of paper for one agency,
another piece of paper for another agency and another piece of
paper that says the same thing but in slightly different font. It’s
done in a different way but you get duplication of services.
Pour ce qui est de la situation actuelle dans le secteur, la chose
la plus frustrante qui revient chaque jour dans mon travail, c’est le
dédoublement des services. Il faut que je remplisse un formulaire
pour un organisme, un autre formulaire pour un autre organisme
encore, puis un autre formulaire dans lequel il est écrit la même
chose, mais avec une police légèrement différente. Les choses sont
faites de diverses manières, mais ce sont les mêmes services.
9:90
Fisheries and Oceans
27-5-2014
Right now we’re going through an issue with the province of
site bonding requirements which is not required in any other
fishery sector or agriculture sector. It’s something coming under
DFA but it’s already covered under Crown lands under the
province and it’s already covered under remediation regulations
under Transport Canada and its federal requirements for site
licensing.
À l’heure actuelle, nous vivons un conflit avec la province au
sujet d’exigences de cautionnement de sites qui ne sont imposées
dans aucun autre secteur des pêches ou de l’agriculture. Cette
question est abordée par le ministère des Pêches et de
l’Aquaculture, mais elle l’est déjà par la province au chapitre
des terres de la Couronne ainsi que dans le règlement sur la
restauration des sites de Transports Canada et des exigences de ce
ministère en ce qui concerne les permis d’exploitation de sites.
I’ve highlighted these things in my brief. I got feedback from
other growers as well in some of the things in the brief that I’ve
given you.
Je souligne ces choses dans mon mémoire. J’ai aussi reçu des
commentaires d’autres éleveurs à l’égard de certaines des choses
abordées dans le mémoire que je vous ai remis.
We express frustrations at the Fisheries Act. I attended a
session last spring and it was to bring in new things and under
Transport Canada changes. I go online recently and I see the same
thing there again, still stuck with a five-year lease, marking
requirements and things like that. There is duplication between
DFA, Crown lands, Marine Water Protection and federally
what’s required under Transport Canada and DFO. We don’t
have enough people to do all these things so we need to remove
some of the duplication to be more efficient in the people that we
do have federally and provincially.
Nous exprimons des frustrations à l’égard de la Loi sur les
pêches. J’ai pris part à une séance au printemps dernier, et
l’objectif était d’instaurer de nouvelles choses et d’apporter des
changements par l’intermédiaire de Transports Canada. J’ai vu
récemment que la même chose était encore affichée en ligne, qu’on
était encore pris avec un bail de cinq ans, des exigences de
marquage et des choses de ce genre. Il y a des recoupements entre
les exigences du MPA et celles relatives aux terres de la Couronne
et à la protection des voies maritimes, ainsi qu’avec les exigences
fédérales imposées par Transports Canada et le MPO. Nous
n’avons pas suffisamment de gens pour faire toutes ces choses,
alors il faut enlever certaines des choses qui se recoupent pour que
les gens que nous avons et qui travaillent au gouvernement fédéral
et provincial puissent faire le travail efficacement.
There are great frustrations with Transport Canada. Again
after attending sessions I can tell you how many times I’ve sat
down with our files. First of all where are my files? They might be
in Moncton. They might be in Dartmouth. They could be with an
officer at the time that was in Corner Brook. That has been
eliminated. Now we move on and you’ve got someone that might
call you from St. John’s but usually now the files are halfway
between Dartmouth and Moncton. When you ask a question
about your file first of all it’s simply locating it. Then it goes back
through a series of people, the same messages over and over
again, until you finally get a face and maybe a name, and they
may call you back on an issue. It gets very frustrating with the
time and the management of your files and the wasting of
resource time.
Il y a beaucoup de frustrations à l’égard de Transports Canada.
Encore une fois, après avoir pris part à des séances, je peux vous
dire combien de fois je me suis assise pour examiner nos dossiers.
Premièrement, où sont mes dossiers? Ils peuvent être à Moncton.
Ils peuvent être à Dartmouth. Ils pouvaient être entre les mains
d’un agent à Corner Brook. Ce n’est plus le cas. Maintenant, nous
faisons autre chose, et on peut vous appeler de St. John’s, mais,
habituellement, les dossiers se trouvent maintenant à mi-chemin
entre Dartmouth et Moncton. Lorsqu’on pose une question au
sujet d’un dossier, il faut d’abord le trouver. Ensuite, cela passe
par toute une série de personnes, les mêmes messages encore et
encore, jusqu’à ce qu’on finisse par pouvoir voir un visage et peutêtre obtenir un nom, et il se peut qu’on ait un retour d’appel sur
une question donnée. Ça devient vraiment frustrant sur le plan du
temps et de la gestion des dossiers, ainsi que du gaspillage de
temps et de ressources.
Like I say, we have a five-year lease. I thought when I went into
the new MPA Act that I would see something refreshing. No, all I
see is the same thing again saying it will be a five-year lease versus
10, 15 or 20, which you see in the table on the website is there for
all other business sectors or industry sectors but not for
aquaculture.
Comme je le disais, nous avons un bail de cinq ans. Je pensais
que, lorsque la nouvelle loi sur le MPA allait être en vigueur,
j’allais voir quelque chose de nouveau. Non, tout ce que je vois, ce
sont les mêmes choses qu’avant, et on parle d’un bail de cinq ans,
au lieu de 10, 15 ou 20, comme on peut le voir dans le tableau sur
le site web pour tous les autres secteurs commerciaux ou de
l’industrie, mais pas pour l’aquaculture.
Managing: When you’ve got to be renewing all these
documents, when you have numerous sites and you have to be
monitoring because the province licences Crown lands and none
of them occur on the same date, you’ve got all of this to try to
track.
Au chapitre de la gestion, lorsqu’on doit renouveler tous ces
documents, lorsqu’on a plusieurs sites et qu’on doit effectuer une
surveillance parce que la province accorde des permis
d’exploitation sur les terres de la Couronne et que le
renouvellement ne se fait jamais à la même date, il faut faire le
suivi de tout cela.
27-5-2014
Pêches et océans
9:91
Closures of offices in Atlantic Canada: More and more it’s
drifting toward the centre of Canada and that becomes again a
disconnect for us who are addressing issues here in the province.
Pour ce qui est de la fermeture de bureaux au Canada
atlantique, de plus en plus les activités convergent vers le centre
du Canada, et, encore une fois, cela creuse un fossé entre les
responsables et nous qui réglons les problèmes ici, dans la
province.
Right now Environment Canada is gearing up to be out on our
sites, to be monitoring as part of CSSP program. We’re
organically certified. That means that we have to have very
stringent guidelines for our monitoring. The quality of our water
for fecal coliform, anything that we do in that environment from
wildlife under organic certification means that you have to be
monitoring it. Then you have a little team of people that moves a
trailer to the middle of Grand Falls and runs out to try to get to
our sites all over this island. You know in the last few days the
travel logistics. It’s not like P.E.I where you can be half an hour to
any coastline. These are the logistics.
En ce moment, Environnement Canada se prépare à venir sur
nos sites, à effectuer une surveillance dans le cadre du
PCCSM. Nous avons la certification biologique. Cela signifie
que nous devons appliquer des lignes directrices très strictes à
notre surveillance. La qualité de notre eau en ce qui concerne les
coliformes fécaux, tout ce que nous faisons dans ce milieu
relativement à la faune visée par la certification biologique
suppose une surveillance. Ensuite, il y a une petite équipe qui se
déplace en roulotte au beau milieu de Grand Falls et qui essaie de
se rendre à nos sites partout dans l’île. On est informés de l’aspect
logistique des déplacements quelques jours avant seulement. Ce
n’est pas comme à l’Île-du-Prince-Édouard, où on peut se rendre à
n’importe quelle côte en une demi-heure. Voilà les problèmes
logistiques.
As they shrink that office it gets more and more, ‘‘Okay, if you
need extra sampling now you’re going to have to pay’’. I just
forked out $1,500 for extra sampling a while ago. That wasn’t
including his gracious time to come out and try to get the samples
for me. Then I had to send them to a lab and there was the timing
of that in relation to your harvesting and processing and how it
gets to the marketplace. There’s a lot of logistics and when you
shrink it down to a few people in Environment Canada it gets
very frustrating. They’re trying their best to help us but
somewhere along the way their services have to be helped,
especially if we’re trying to grow this sector.
Avec la réduction de la taille du bureau, on nous demande de
plus en plus de payer pour des choses comme des échantillons
supplémentaires. Il n’y a pas longtemps, j’ai craché 1 500 $ pour
un échantillonnage supplémentaire. Cela n’incluait pas le temps
de venir prendre les échantillons pour moi. Ensuite, j’ai dû les
envoyer à un laboratoire, et puis il y a le moment où cela se fait
par rapport à la récolte et à la transformation, ainsi que les
débouchés sur le marché. Il y a beaucoup d’éléments logistiques,
et, lorsqu’on ramène le nombre de personnes à Environnement
Canada à quelques-unes, cela devient très frustrant. Les gens en
question font de leur mieux pour nous aider, mais, à un moment
donné, il faut que leur service soit soutenu, surtout si nous
cherchons à donner de l’expansion au secteur.
Tied to that is CFIA. One inspects the water. One inspects the
meats. Now all of a sudden in CFIA everything is shrunk over to
Halifax and you have one day a week to get those samples. If you
don’t hit that day then it affects the logistics of your product to
the market. I’m the grower. I’m producing it to a plant but they
have all the other additional logistics and it starts with the
inspections of our product.
C’est lié à l’ACIA. L’un inspecte l’eau. L’autre inspecte les
viandes. Tout à coup, les activités de l’ACIA sont réduites, et tout
se passe à Halifax, et on a plus qu’un jour par semaine pour
obtenir les échantillons. Si on ne tombe pas sur le bon jour, cela a
une incidence sur l’aspect logistique de la mise en marché. J’assure
l’élevage. Je fournis le produit à une usine, mais il y a tous les
autres aspects logistiques, et cela commence par l’inspection de
notre produit.
I do highlight some others in the brief there. Organic
certification, first in North America, what does that mean?
We’re two years into the cycle. It cost us money to do this, and
what are the market benefits? We’re still in that growing phase.
Will it be there in five years’ time? I don’t know, but whether it’s
organic or generic mussels you still have to have really stringent
inspections of your farm sites for water quality. Shellfish are like
vacuum cleaners. They take up whatever is in the water. It’s not
the same as a finfish species. You do have to really pay attention
to the environment. On the other hand, they take up a lot of the
good nutrients as well that are naturally in the environment.
We’re really proud. That was a big step making this move for an
organic product and to say yes, we have a unique and a real high
grand quality.
J’aborde d’autres questions dans le mémoire. Les premiers en
Amérique du Nord à obtenir la certification biologique, qu’est-ce
que cela signifie? Nous en sommes à la deuxième année du cycle.
Cela nous a coûté de l’argent, et quels sont les avantages
concurrentiels? Nous sommes encore dans la phase d’expansion.
Est-ce que cela existera encore dans cinq ans? Je ne sais pas, mais,
qu’il s’agisse de moules biologiques ou génériques, il faut quand
même que la qualité de l’eau soit vérifiée dans le cadre
d’inspections très strictes. Les mollusques sont comme des
aspirateurs. Ils absorbent tout ce qu’il y a dans l’eau. Ils ne sont
pas comme les poissons. Il faut vraiment faire attention à
l’environnement. Par contre, ils absorbent aussi beaucoup de
nutriments qui sont présents naturellement dans l’environnement.
9:92
Fisheries and Oceans
27-5-2014
Nous sommes très fiers. C’était une étape importante que celle du
passage à un produit biologique et au fait de dire oui, nous
offrons un produit unique et d’une très grande qualité.
We do have concerns with aquatic invasive species. It’s drifting
toward us. Invasive species coming in on our south coast have
gradually moved up from the U.S. coastline. There’s more and
more monitoring under DFO and NAIA is linked to the
committee for that, but we do have to keep paying attention to
it on farms. It’ll hit our farms first. It seems to be wild fisheries.
They can move a boat around wherever they like. There are no
requirements on cleaning a boat. If a fisherman wants to buy a
boat in P.E.I. or Nova Scotia, they move it on over here. There is
nothing required of what needs to be cleaning of that boat or
anything.
Nous avons des préoccupations au sujet des espèces aquatiques
envahissantes. Elles s’en viennent vers nous. Des espèces
envahissantes qui arrivent sur notre côte sud se sont déplacées
graduellement vers le nord à partir de la côte américaine. Le MPO
effectue de plus en plus de surveillance, et la NAIA entretient un
lien avec le comité qui s’en charge, mais nous devons continuer de
prêter attention à la chose dans nos installations. Elles seront
touchées en premier. Il semble que ce soient les pêches sauvages.
Les pêcheurs peuvent aller où bon leur semble avec leur bateau. Il
n’y a pas d’exigence de nettoyage. Si un pêcheur veut acheter un
bateau à l’Île-du-Prince-Édouard ou en Nouvelle-Écosse, il peut
l’amener ici. Il n’y a pas d’exigence concernant le nettoyage du
bateau ou quoi que ce soit de ce genre.
As you saw from visiting farms yesterday the pattern of visiting
sites is very controlled, but we can’t control what happens on the
other side of recreational and wild fishing vessels.
Comme vous avez pu le constater pendant les visites d’hier,
celles-ci sont très contrôlées, mais nous ne pouvons pas contrôler
ce qui se passe de l’autre côté avec les navires de plaisance et de
pêche sauvage.
Species diversification: I’m sure Rebecca will talk a little on
that. Over the years I think we’ve zeroed in on a few key species
because of money. If your province is focusing on a success story,
and that’s where it logically should, in the future it has to diversity
to a few other species to reduce your risks of only one species.
Je suis sûre que Rebecca va parler un peu de la diversification
des espèces. Au fil des ans, je pense que nous avons cerné quelques
espèces clés pour des raisons d’argent. Si une province se
concentre sur ce qui fonctionne bien et sur ce qu’il est logique
de faire, à un moment donné, il faut qu’elle diversifie en élevant
quelques autres espèces pour réduire les risques liés au fait de n’en
élever qu’une.
The Atlantic ferry service continues to be a nightmare for us.
I’m the grower. I ship it to the plant and then I get a call saying
the ferry is down, not running. We have 24 hours. We actually
have had at times to harvest in the night time to fit within a
24-hour period of when it comes out of the water to when it must
be in Boston. That means my workers get out there on a stormy
day, minus 20 degrees, with full gear on, out there in the night
time with lights harvesting to get it to the plant to be processed in
so many hours and then on that truck. Then all of a sudden it
stops in Port aux Basques because No. 1 the ferry doesn’t fit the
wharf that’s there and No. 2 what’s the whim of the captain and
the crew? Have they filled their ballast tanks already and they say,
‘‘No, we’re not taking any more trucks’’? The biggest frustration
because you have fresh product is that you have to pay an extra
fee to guarantee it, if they guarantee it. These are frustrating
things that keep adding to us.
Le service de traversier de l’Atlantique continue de nous
donner des cauchemars. Je m’occupe de l’élevage. J’envoie le
produit à l’usine, et ensuite on m’appelle pour me dire que le
traversier ne fonctionne pas. Nous avons 24 heures. En réalité, il y
a eu des moments où nous avons dû récolter la nuit pour respecter
la période de 24 heures entre le moment de la récolte et le moment
où le produit doit arriver à Boston. Cela signifie que mes
travailleurs doivent sortir un jour de tempête, à -20 degrés, avec
tout l’équipement sur le dos pour faire la récolte en pleine nuit
avec des lampes afin que le produit puisse être acheminé à l’usine
pour la transformation en un nombre donné d’heures, puis qu’il
puisse être chargé sur le camion. Puis, tout à coup, tout s’arrête à
Port aux Basques parce que, d’abord, le traversier ne peut pas
accoster au quai qui est là, et ensuite, est-ce que le capitaine et
l’équipage sont bien disposés? Ont-ils déjà rempli leurs réservoirs
de ballast et vont-ils refuser de charger le contenu d’autres
camions? La plus grande frustration vient du fait que, parce qu’on
transporte un produit frais, il faut payer des frais supplémentaires
pour avoir une garantie de transport, si celle-ci est offerte. Voilà
des choses frustrantes qui s’accumulent pour nous.
The mussel industry is border line. It’s not big money. It’s not a
huge margin of profit out there and these bills eventually come
back to us, the grower. We are 52 weeks of the year. There’s no
skipping of a week. Therefore, twice a week or three times a week
there has to be product on that ferry. I thought the ferry was part
L’industrie des moules est près de la limite. Il n’y a pas
beaucoup d’argent à faire. La marge de profit n’est pas énorme, et
c’est nous, les éleveurs, qui finissons par payer les factures. Nous
travaillons toutes les semaines pendant toute l’année. Il n’est pas
question d’en sauter une. Il faut donc qu’il y ait un chargement
27-5-2014
Pêches et océans
9:93
of the trans-Canada system. Some days I wonder.
sur le traversier deux ou trois fois par semaine. Je pensais que le
traversier faisait partie du réseau transcanadien. Parfois, j’ai des
doutes.
Roads and wharves and other infrastructure: Miranda has
highlighted these things. We can’t, as an industry, be building
wharves and roads that are only ours. The wild fishery has a
history of having that support provided, but all of a sudden as the
aquaculture industry, the new kid on the block, we’re expected to
incur these things. We do to an extent have to control it for
biosecurity between sites and avoiding AIS, aquatic invasive
species, movement.
Pour ce qui est des routes et des quais, ainsi que des autres
infrastructures, Miranda en a parlé. Notre secteur ne peut
construire des quais et des routes qui ne servent qu’à lui. La
pêche sauvage a toujours reçu du soutien à ce chapitre, mais, tout
à coup, le dernier venu, l’aquaculture, devrait assumer ces choses.
Nous devons effectuer une vérification de biosécurité entre les
sites dans une certaine mesure et éviter les mouvements d’espèces
aquatiques envahissantes.
Under organic farming we do have to limit on who and what is
happening on these wharves. We can’t have people in gutting fish
from a wild fishery on a wharf that’s organically certified. You do
have to have some dedicated infrastructure.
Des critères de l’élevage biologique nous imposent de limiter les
allées et venues et les activités sur les quais. Nous ne pouvons pas
permettre qu’on vide des poissons issus de la pêche sauvage sur un
quai certifié biologique. Il faut qu’il y ait des infrastructures
réservées à l’aquaculture.
I was talking to Brian Meaney yesterday. He just finished a
conversation with a finfish farmer who said exactly my words:
‘‘We just came through what we call the winter from hell’’. Never
in two decades have we had to close our farm down on the
northeast coast. We can break ice, keep that site open and harvest
mussels, but there’s just nowhere to push it. We’re developing a
new site on the south coast which should logically be ice free but
we weren’t prepared. The new landing wasn’t ready. That’s only
one answer.
J’ai parlé avec Brian Meaney hier. Il venait de discuter avec un
éleveur de poisson qui dit exactement la même chose que moi :
« Nous venons de passer à travers ce que nous appelons l’hiver
infernal. » En 20 ans, nous n’avons jamais eu à fermer nos
installations sur la côte Nord-Est. Nous pouvons casser la glace,
garder le site ouvert et récolter des moules, mais il n’y a
simplement pas d’endroit où la mettre. Nous sommes en train de
créer un nouveau site sur la côte sud qui, logiquement, devrait être
exempt de glace, mais nous n’étions pas prêts l’hiver dernier. Le
nouveau lieu de débarquement n’était pas prêt. Ce n’est qu’une
solution.
There are other areas where we need more wet holding so you
can build up a reserve of so many days. That’s in P.E.I. It’s part of
safety checks in the industry.
Il y a d’autres secteurs où nous avons besoin d’un plus grand
nombre de viviers pour pouvoir constituer des réserves d’un
nombre donné de jours. C’est à l’Île-du-Prince-Édouard. Cela fait
partie des vérifications de sécurité effectuées au sein de l’industrie.
Yes, we have to diversity from just primary product to
secondary, and hopefully some of the new federal funding coming
down the pipeline will help with this. New Zealand developed its
green mussels industry based on a distance criterion.
Newfoundland is not that different so we’re going to have to go
to some more value added.
Oui, il faut que nous diversifiions nos activités en ayant non
seulement des produits primaires, mais aussi des produits
secondaires, et j’espère que le nouveau financement du
gouvernement fédéral qui s’en vient va nous aider à le faire. La
Nouvelle-Zélande a créé son secteur des moules vertes en fonction
d’un critère de distance. La situation n’est pas si différente à
Terre-Neuve, alors nous allons devoir mettre davantage l’accent
sur la valeur ajoutée.
We’ve been to China markets and European shows. Those
products coming on the market are more what some sectors of
consumers want. However under organic certification you’re still
trying to keep this fresh product labelling, so you can’t go to all of
that value added or it might mean we’d have to go to something
slightly different in what we call value added.
Nous nous sommes rendus en Chine pour prendre
connaissance des marchés et nous avons participé à des salons
en Europe. Les produits qui vont sur le marché correspondent
davantage à ce que certains groupes de consommateurs veulent.
Toutefois, comme nous avons la certification biologique, nous
essayons encore de conserver nos étiquettes de produits frais, ce
qui fait que nous ne pouvons offrir tous les produits à valeur
ajoutée, sans quoi il faudrait que nous offrions des produits
légèrement différents de ceux que nous appelons les produits à
valeur ajoutée.
Miranda has highlighted some other things such as
communications and labour needs. Those are coming down the
pipeline. We’re struggling at times on the south coast getting
workers because we’re competing against salmon growers. The
Miranda a parlé de certaines autres choses comme les
communications et les besoins en main-d’œuvre. Ces choses s’en
viennent. Nous avons parfois de la difficulté à trouver des
travailleurs sur la côte sud, parce que nous sommes en
9:94
Fisheries and Oceans
27-5-2014
northeast coast is where most of the mussel farms are. It’s still
pretty good, but you look at the average age. You’re getting 40
and up and then your plants even more, so it will be a future issue.
concurrence avec les éleveurs de saumon. La plupart des
exploitations mytilicoles se trouvent sur la côte Nord-Est. C’est
encore assez bon, mais il faut tenir compte de la moyenne d’âge.
Elle est de 40 ans et plus, et encore plus élevée dans les usines, ce
qui fait que c’est un problème qui s’en vient.
In summary, for Canada, like I say, P.E.I. is maxed out. Where
is the next area for mussel farming for the big push? It is
Newfoundland. We have the water, the rural development and the
appetite for the industry. We have a history of it, and I think it
could have huge potential and certainly add to the Canadian
economy.
En somme, pour le Canada, comme je le disais, l’Île-du-PrinceÉdouard a atteint son maximum. Quel est le prochain endroit où
la grande expansion aura lieu dans le domaine de la culture des
moules? C’est Terre-Neuve. Nous avons de l’eau, les
infrastructures en milieu rural et le désir de favoriser l’industrie.
Nous avons déjà produit des moules, et je pense qu’il pourrait y
avoir un énorme potentiel et que cela pourrait certainement
contribuer à l’économie canadienne.
Thank you.
Merci.
The Chair: Thank you, Dr. Halfyard.
Le président : Merci, docteure Halfyard.
Rebecca White, Project Manager, Badger Bay Mussel Farms
Ltd.: Good afternoon, ladies and gentlemen. Thank you for
taking the time to meet with us today. It is much appreciated.
Rebecca White, gestionnaire de projet, Badger Bay Mussel
Farms Ltd. : Mesdames et messieurs, bonjour. Merci de prendre le
temps de nous rencontrer aujourd’hui. C’est très apprécié.
My name is Rebecca White and I’m Project Manager with
Badger Bay Mussel Farms and I do two projects with Juan. We’re
doing the organic certification, a lot of the legislation with
mussels, but we’re also doing a lot of research and development
with American oysters as well.
Je m’appelle Rebecca White, et je suis gestionnaire de projet à
Badger Bay Mussel Farms, et j’ai aussi deux projets avec Juan.
Nous nous occupons de la certification biologique, de beaucoup
d’aspects légaux liés aux moules, mais nous faisons aussi
beaucoup de recherche et développement sur des huîtres
américaines.
On the mussel side of it, Miranda and Laura have touched on
many of the points that I’m sure everybody wants to talk about.
We’ve been experiencing the same delays with the Marine Atlantic
ferry and having to pay for priority booking, which also adds
additional transportation costs. Of course this is supposed to be a
part of the highway but it doesn’t seem to be like that at times.
Pour ce qui est des moules, Miranda et Laura ont abordé bon
nombre des points dont tout le monde veut parler, j’en suis sûre.
Nous subissons les mêmes retards relativement au service de
traversier de Marine Atlantique, et nous devons payer les frais de
réservation prioritaire, ce qui fait augmenter les coûts de
transport. Évidemment, ce service de traversier devrait faire
partie du réseau transcanadien, mais ça ne semble pas être le cas
parfois.
The lack of modern ice harvesting equipment to handle
continuous stocking along with our small live holding capacity
has caused a loss of sales during these past few months. New
equipment will allow winter harvesting to occur if needed but also
more live holding is needed as well so that we always have some
products in storage when we need them when it’s too harsh to ice
harvest.
L’absence d’équipement moderne de récolte à travers la glace
qui permettrait un stockage continu et la petite quantité de viviers
que nous possédons ont occasionné des ventes perdues au cours
des derniers mois. De nouveaux équipements permettront la
récolte hivernale au besoin, mais il nous faut aussi plus de viviers
pour pouvoir avoir toujours des produits en stock lorsque nous en
avons besoin et que les conditions sont trop difficiles pour récolter
à travers la glace.
As well we are seeing delays with Environment Canada. We’re
trying to get new sites started but even to get on the list to start
testing with Environment Canada can take up to a year or two.
Then they need to take three years’ worth of data. If you want to
start a site sometimes you’re looking at five years out before you
even get to put some product in the water to test. These can cause
many delays. That’s a full production cycle gone that you could
have had product in the water. I know that everybody needs
regulations. It’s just that if we can get on the list quicker three
years would be better than five even.
Nous subissons aussi des retards à Environnement Canada.
Nous essayons de lancer de nouveaux sites, mais même
l’inscription sur la liste en vue de commencer des tests avec
Environnement Canada peut prendre un an ou deux. Ensuite, les
responsables du ministère doivent recueillir des données pendant
trois ans. Lorsqu’on veut lancer un site, il faut parfois attendre
jusqu’à cinq ans avant même de mettre des produits dans l’eau
pour faire des essais. Cela peut entraîner beaucoup de retards.
C’est un cycle de production entier qui ne peut pas avoir lieu,
alors qu’on aurait pu avoir des produits dans l’eau. Je sais qu’il
27-5-2014
Pêches et océans
9:95
faut qu’il y ait des règlements pour tout le monde. C’est
simplement que, si nous pouvions être inscrits sur la liste plus
rapidement... Trois ans, ce serait mieux que cinq, à la limite.
Also with the mussels we’re looking at value-added products.
We’re selling a lot of frozen product now that’s cooked frozen and
that opens up some markets in other parts of the United States
and Asia. We’re currently selling a lot of fresh product in the
United States and of course throughout Canada. The additional
live holding will add the ability to be able to do all these markets
because if the mussels are there as well they can just produce a
frozen product as well.
Par ailleurs, dans le cas des moules, nous envisageons des
produits à valeur ajoutée. Nous vendons maintenant beaucoup de
produits qui sont cuits et congelés, ce qui nous permet d’accéder à
des marchés d’autres régions des États-Unis et de l’Asie. Nous
vendons actuellement beaucoup de produits frais aux États-Unis
et partout au Canada, évidemment. Les viviers supplémentaires
accroîtront la capacité de fournir des produits sur ces marchés,
puisque, s’il y a des moules, on pourra simplement les congeler
pour approvisionner ces marchés également.
With the site bonds it’s an issue. We’re wondering why that’s
happening now pretty much. It’s not like we’ve had a lot of
occurrences of farms going astray and we’re just wondering why
are we are being affected by this and no other industries like the
wild fishery. That’s pretty much for the mussel side of it.
Le cautionnement de sites pose problème. En gros, nous nous
demandons pourquoi cela se produit maintenant. Ce n’est pas
comme s’il y avait eu beaucoup de cas d’exploitation où les choses
ont dérapé, et nous nous demandons simplement pourquoi nous
sommes affectés par cela, alors que les autres secteurs, comme la
pêche sauvage, par exemple, ne le sont pas. C’est à peu près tout
pour ce qui est des moules.
All my other points pretty much have been covered by
Miranda and Laura. I just want to talk a little bit about the
oysters. Over the past four or five years we have been growing,
starting on the research and development side with oysters but as
you know oyster is not on the list for a species of Newfoundland.
The main species is fish and the only shellfish being mussels. Even
though it’s new to us it’s actually developing quite well and we’d
like to get more consideration and more knowledge out there
about this species that we’re trying to create.
Toutes les autres choses dont je voulais vous parler ont plus ou
moins été abordées par Miranda et Laura. Je voudrais
simplement dire deux ou trois mots au sujet des huîtres. Depuis
quatre ou cinq ans, nous en cultivons, et nous avons commencé la
recherche et le développement sur les huîtres, mais, comme vous le
savez, celle-ci ne figure pas sur la liste des espèces de Terre-Neuve.
On élève principalement du poisson à Terre-Neuve, et le seul
mollusque, ce sont les moules. Même si c’est nouveau pour nous,
l’élevage d’huîtres se passe très bien, et nous aimerions faire
connaître davantage cette espèce que nous essayons de créer.
Over the next few years we’re hoping to bring it to commercial
scale. It’s really difficult at times to get funding, to get
recognition, to get permitting or just things like that throughout
government because you’re not looked at as top priority when
there are millions of salmon that need to be transferred and other
species like that. We’re just finding that even to apply for a
developmental licence for a nursery site it took almost two years
to get just the application. They first told me two weeks. It turned
out to be two years to get actually a developmental stage licence.
That becomes an issue when you’re trying to get ahead but it’s
taking two years to even just get a site so you can test. It’s just
putting you behind and taking much more years to develop than
it should be.
Au cours des années qui viennent, nous espérons élever des
huîtres à une échelle commerciale. Il est parfois vraiment difficile
d’obtenir du financement, une reconnaissance, un permis ou
simplement des choses de ce genre auprès de l’ensemble du
gouvernement, parce que cela n’est pas considéré comme étant
une priorité, étant donné qu’il y a des millions de saumons qui
doivent être transférés et d’autres espèces comme cela. Nous
avons constaté récemment que la seule obtention d’un permis
d’établissement d’un site d’ensemencement a pris presque deux
ans. Au départ, on m’avait parlé de deux semaines. Au bout du
compte, il a fallu deux ans pour obtenir un permis pour l’étape de
la mise sur pied. Cela devient un problème lorsqu’on essaie de
prendre une longueur d’avance, mais qu’il faut deux ans
simplement pour obtenir un site ou faire des essais. Cela ne fait
que créer un retard et prendre beaucoup plus de temps qu’il ne
devrait en falloir.
Oysters are showing great potential in Newfoundland. We have
sites in Placentia Bay. Oysters are being transferred from New
Brunswick and we’ve had much success here. We didn’t think so
in the past where the water temperatures were colder but the
water is warming up around the province in the summertime.
Even though you wouldn’t say it with the harsh winter we’ve had
this winter, the oysters are able to survive here. It’s giving us great
hope that there will be another species for the shellfish sector.
Il y a énormément de potentiel pour les huîtres à Terre-Neuve.
Nous avons des sites dans la Baie Placentia. Les huîtres sont
transférées du Nouveau-Brunswick, et nous avons connu
beaucoup de succès là-bas. Nous ne pensions pas que cela serait
possible auparavant, car la température de l’eau est plus basse,
mais l’eau se réchauffe un peu partout dans la province pendant
l’été. On ne penserait pas que c’est possible, après un hiver
rigoureux, comme celui qui vient de passer, mais les huîtres
9:96
Fisheries and Oceans
27-5-2014
arrivent à survivre ici. Cela nous donne beaucoup d’espoir pour ce
qui est d’ajouter une espèce dans le secteur des mollusques et des
crustacés.
I guess that’s about it. I don’t know if you have any questions.
Je pense que j’ai fait le tour. Je ne sais pas si vous avez des
questions.
The Chair: Thank you very much for your presentations and
we’re going to go right to our questions with Senator Poirier.
Le président : Merci beaucoup de vos exposés. Nous allons
passer tout de suite à la période de questions, et c’est la sénatrice
Poirier qui va commencer.
Senator Poirier: Thank you.
La sénatrice Poirier : Merci.
I have a couple of questions and it could be actually any one of
you that answers because I think pretty well everybody talked
about it a little bit. It had to do with your certification for the
Canadian Organic Aquaculture Standards. Can you explain to me
what requirements must a producer or processor achieve in order
to get the licence and to actually retain it once they have it?
J’ai deux ou trois questions à poser, et ce peut être l’une ou
l’autre de vous trois qui y répond, parce que je crois que vous en
avez à peu près toutes parlé un peu. Mes questions ont trait à
votre accréditation en fonction des normes canadiennes
d’aquaculture biologique. Pouvez-vous m’expliquer les critères
qu’un producteur ou un transformateur doit respecter pour
obtenir le permis et aussi pour le conserver une fois qu’il l’a
obtenu?
Dr. Halfyard: Rebecca and I can speak to that because we’ve
worked on it pretty closely. It requires monitoring of everything
on the farm site, right from the environment, the water, the
habitat and the wildlife around it. You have to have records going
back how many years you’ve been on the farm site. You have to
have it reflective of a history, as well as going forward with what
your plans are and what your production level is from that site.
Dre Halfyard : Rebecca et moi pouvons en parler, car nous
avons travaillé d’assez près là-dessus. L’accréditation exige la
surveillance de tous les éléments du lieu d’exploitation, de
l’environnement à l’eau, en passant par l’habitat et la faune des
alentours. Il faut avoir des dossiers indiquant le nombre d’années
d’exploitation. Il faut que ces dossiers racontent l’histoire de
l’endroit et précisent les plans d’avenir et les quantités produites.
It’s documenting, full documenting of everything that goes on
at that farm site. Like I say, it includes even to the point of
replacing starfish to the water naturally as we’re processing
mussels off a line for seed. It’s all these natural criteria and it’s the
keeping of those records. Every year we go through re-inspection
and recertifying that process. It’s not that a regular mussel
wouldn’t be organic. It’s that you’re guaranteeing traceability and
for the consumer to have confidence in the product.
Il s’agit de documenter intégralement ce qui se passe sur le site
d’élevage. Comme je l’ai dit, cela inclut même des choses comme
le fait de remettre les étoiles de mer dans l’eau lorsque nous
récoltons les moules sur une ligne pour l’ensemencement. Ce sont
tous ces critères naturels et la tenue de ces dossiers. Chaque année,
nous nous soumettons à une nouvelle inspection et obtenons une
nouvelle accréditation du processus. Ce n’est pas qu’une moule
ordinaire ne soit pas biologique. C’est plutôt qu’on garantit la
traçabilité et que le consommateur peut avoir confiance à l’égard
du produit.
Senator Poirier: Do the certified products enjoy higher market
benefit price-wise premiums?
La sénatrice Poirier : Les produits certifiés biologiques
permettent-ils une marge de profit supérieure?
Dr. Halfyard: I’d say we’re in the early stages. We’re trying to
develop that. Right now for the particular processors we’re selling
to there’s test product going into the market right now. The
consumer doesn’t know it. It was a new label developed this year
so it’s almost like you got to educate consumers and then hope
they’re willing to pay a little more premium. Right now there’s a
modest edge above the regular mussel but it’s not enough because
it’s a huge expense to us to do all this. The margin has to grow.
You want between a 20 and 30 per cent margin above a regular
product.
Dre Halfyard : Je dirais que nous en sommes aux débuts. C’est
un secteur que nous essayons d’établir. À l’heure actuelle, les
transformateurs à qui nous vendons les moules mettent des
produits en marché pour le sonder. Les consommateurs ne sont
pas au courant. C’est une nouvelle appellation qui a été mise au
point cette année, alors il faut presque éduquer les
consommateurs, puis espérer qu’ils seront disposés à payer un
petit peu plus cher. Pour l’instant, il y a une petite majoration de
la marge de profit par rapport aux moules ordinaires, mais elle ne
suffit pas, puisque faire tout cela nous coûte énormément
d’argent. Il faut que la marge s’accroisse. Idéalement, elle
devrait être supérieure à celle du produit ordinaire de 20 à
30 p. 100.
Senator Poirier: Who’s buying your product? Is it the same
person that would be buying the non-organic product?
La sénatrice Poirier : Qui achète votre produit? S’agit-il de la
même clientèle que pour les produits non biologiques?
27-5-2014
Pêches et océans
9:97
Dr. Halfyard: I’m not a processor but looking at in the
marketplace for organic product you get a certain kinds of
consumers who walk in a grocery store and go to the organic
section because they know what it says about that product, or you
assume because of organic labelling they’re looking for something
that says everything about it. We’re actually doing a project now
linked to several companies through NAIA which actually will be
electronic tags that we can scan it and it’ll go into the computer
right as it’s coming out of the water. We’ll be able to virtually link
it to the processor, track the truck down to wherever it is in
Boston, and the consumer should be able to tell exactly where that
product came from.
Dre Halfyard : Je ne fais pas de transformation, mais, si on
jette un coup d’œil au marché des produits biologiques, on
constate qu’il y a une catégorie de consommateurs qui privilégie la
section biologique de l’épicerie parce qu’ils savent ce que cela
dénote au sujet du produit, ou alors on présume que les
consommateurs qui achètent des produits biologiques veulent
tout savoir sur le produit. Nous sommes en train de mener un
projet avec plusieurs entreprises par l’intermédiaire de la NAIA; il
s’agit d’utiliser des étiquettes électroniques que nous pourrons
décoder et qui enregistreront les données dans un ordinateur dès
que le produit sort de l’eau. Nous allons pouvoir établir un lien
avec le transformateur, suivre le camion jusqu’à l’endroit où le
produit sera livré à Boston, et les consommateurs pourront
vérifier d’où le produit vient exactement.
Senator Poirier: Is there a lot of competition out there for
organic fish farms?
La sénatrice Poirier : Y a-t-il beaucoup de concurrence dans le
domaine de l’élevage de poissons biologiques?
Dr. Halfyard: We’re the first in North America for mussel
farming. In Europe there’s a little bit in Ireland, so it’s still newer
on the market.
Dre Halfyard : Nous sommes les premiers en Amérique du
Nord à élever des moules biologiques. En Europe, il y a un peu
d’élevage en Irlande, alors c’est quelque chose de plutôt nouveau
sur le marché.
Ms. White: We’re starting to get some interest from a lot of
restaurants and places that just sell organic products and things
like that. They want it to cook in their soups or chowders and
products like that that they want to sell on their shelf. They want
to have organic products.
Mme White : Nous commençons à susciter un certain intérêt
de la part de beaucoup de restaurants et d’endroits qui ne vendent
que des produits biologiques et des choses de ce genre. Ces gens
veulent utiliser nos moules pour préparer leurs soupes ou leurs
chaudrées et des produits de ce genre qu’ils veulent vendre sur les
tablettes. Ils veulent offrir des produits biologiques.
Senator Lovelace Nicholas: Welcome.
La sénatrice Lovelace Nicholas : Bienvenue.
Miranda, you mentioned something about improving winter
harvesting. How could you do that if there is lots of ice?
Miranda, vous avez parlé de l’amélioration de la récolte
hivernale. Comment pouvez-vous récolter s’il y a beaucoup de
glace?
Ms. Pryor: There were some techniques developed years ago
that we used for developing through the ice. Prince Edward Island
actually does regularly harvest through the ice. Ice has been
something that we’ve been able to break through. By using
harvest vessels we’ve been able to break through to get to it. You
need obviously a certain amount of ice that’s going to be safe
enough to put your personnel and your equipment out on it. You
would have to cut through holes in the ice to harvest the mussels
through.
Mme Pryor : Nous appliquons les techniques mises au point il
y a des années pour récolter à travers la glace. À l’Île-du-PrinceÉdouard, on récolte régulièrement à travers la glace. Nous
sommes capables de casser de glace. En utilisant des bateaux,
nous arrivons à casser la glace et à atteindre les moules. Il faut
évidemment qu’il y ait une certaine quantité de glace pour qu’il
soit sécuritaire pour le personnel de s’y tenir et d’y installer
l’équipement. Il faut faire des trous dans la glace pour récolter les
moules à travers celle-ci.
We use a long continuous socking technique now in
Newfoundland. It’s a bit hard to get into the details of all that
but that makes it a bit more challenging to pull your line literally
through the ice to harvest your mussels off of.
Nous utilisons maintenant une technique de boudinage en
continu avec de longs filets à Terre-Neuve. Il était un peu difficile
de décrire tout cela en détail, mais cela rend un peu plus complexe
la tâche consistant à tirer la ligne à travers la glace pour récolter
les moules.
I can tell you there was a meeting last Tuesday where we
brought industry participants together with an NRC, National
Research Council representatives, as well as the province. We’re
going to be looking at maybe engaging some engineers this year to
look at some new techniques and technologies. If we ever have to
experience this winter again — and even if we don’t we know we’ll
Je peux vous dire qu’il y a eu mardi dernier une réunion de
participants de l’industrie avec des représentants du CNR, le
Conseil national de recherches, ainsi que des représentants du
gouvernement provincial. Nous allons examiner la possibilité de
recourir à des ingénieurs cette année pour envisager de nouvelles
techniques et technologies. Si nous devons connaître un autre
9:98
Fisheries and Oceans
27-5-2014
get ice — we are looking at a way to improve the technologies that
we have. That’s a project we’re hoping to do and it’ll be
something then that all industry will be able to avail of.
hiver comme celui qui vient de passer — et, même si ce n’est pas le
cas, nous savons qu’il va y avoir de la glace —, nous voudrions
trouver une façon d’améliorer les technologies que nous utilisons.
C’est un projet que nous espérons mener, et ce sera une chose
dont toute l’industrie pourra profiter.
Senator Lovelace Nicholas: You would need federal funding for
this. Is that what you’re saying?
La sénatrice Lovelace Nicholas : Vous auriez besoin de
financement fédéral pour le faire. Est-ce que c’est ce que vous
dites?
Ms. Pryor: We’ve done a fair amount of work in the past with
the NRC reps and they have a good working relationship with the
Marine Institute. I’m searching for the term. I can’t remember the
term that they have. It’s almost a standing offer with them for
particularly small projects. I think there is a new engineer
currently coming on staff with the Marine Institute so there would
be funding. There’s always funding available for new technology
development, yes.
Mme Pryor : Nous avons fait passablement de travail par le
passé avec les représentants du CNR, et ceux-ci ont une bonne
relation de travail avec les gens du Marine Institute. J’essaie de me
rappeler le terme qu’ils utilisent, mais je n’y arrive pas. C’est
presque comme une offre à commandes avec eux pour les projets
particulièrement petits. Je pense que le Marine Institute est en
train d’embaucher un nouvel ingénieur, alors il y aura du
financement. Il y a toujours du financement pour la mise au
point de nouvelles technologies, oui.
Dr. Halfyard: In the past I know we did some work on ice
boom innovation through the DFO AIMAP Project, which was
more geared to innovative technology on mussel farms, but that
money seemed to have ended and/or the focus of it is not the
same. It’s directed to more pure research rather than applied. I
think DFO and these other groups within federal support do need
to continue to support innovation because ice conditions in P.E.I.
and how they harvest is not necessarily what’s going to work here.
You have to always keep those new innovative methods and we’re
definitely going to have to look at that for winter harvesting here.
Dre Halfyard : Je sais que nous avons déjà travaillé sur
l’innovation dans le domaine des estacades à glace dans le cadre
du PIAAM du MPO, lequel était davantage axé sur les
technologies novatrices en mytiliculture, mais le financement a
été interrompu et/ou l’objectif n’est plus le même. Il s’agit
davantage de recherche pure que de recherche appliquée. Je pense
que le MPO et les autres groupes concernés du gouvernement
fédéral doivent continuer de soutenir l’innovation, car les
conditions à l’Île-du-Prince-Édouard ne sont pas nécessairement
les mêmes qu’ici, et les techniques de récolte utilisées là-bas ne
sont pas nécessairement applicables ici. Il faut toujours garder ces
nouvelles méthodes novatrices, et nous allons certainement devoir
envisager d’y recourir pour la récolte hivernale ici.
Senator Lovelace Nicholas: What makes the product organic?
Is it because it’s farmed?
La sénatrice Lovelace Nicholas : Qu’est-ce qui fait qu’un
produit est biologique? Est-ce que c’est parce qu’il s’agit d’un
produit d’élevage?
Dr. Halfyard: Organic means that you can track anything that
is done to that product and that you can certify what is going on
in that environment. You’re saying you know what the water
quality is. You know the meat products. You know what’s going
on in the habitat so you’re documenting. You can go out and
catch a codfish or catch other species from the wild fishery, but
you’re not guaranteeing what’s going on with that environment
whereas in organic farming you are. You are saying that you can
trace what is going on with that product and the environment it
lives in.
Dre Halfyard : Pour qu’un produit soit biologique, il faut
qu’un suivi de tout ce qui est fait soit effectué, et il faut pouvoir
certifier ce qui se passe dans l’environnement. On affirme qu’on
connaît la qualité de l’eau. On connaît les produits de la viande.
On sait ce qui se passe dans l’habitat, et on le documente. On peut
pêcher une morue ou une autre espèce de poisson dans la nature,
mais on ne peut pas garantir ce qui se passe dans cet
environnement, alors qu’on peut le faire en aquaculture
biologique. On affirme qu’on peut faire le suivi de ce qu’il
advient du produit et de l’environnement dans lequel il vit.
Ms. White: It’s even down to more with the guys in the boat as
well. We have our crew and we know there is no human waste
going over the side of the boat. There are no chemicals going in
the water. They’re not using bleach. They’re using more vinegar
products and things like that on the vessel so that it’s just not
getting in the water for the mussels to uptake from the start.
Mme White : Ça va même jusqu’aux gens qui se trouvent sur le
bateau aussi. Nous avons notre équipage, et nous savons
qu’aucun déchet humain n’est jeté par-dessus bord. Aucun
produit chimique n’est déversé dans l’eau. On n’utilise pas
d’agent de blanchiment. Les membres de l’équipage utilisent
davantage des produits du vinaigre et des choses de ce genre, ce
qui fait qu’il n’y a rien qui se retrouve dans l’eau et que les moules
puissent absorber au départ.
Senator Lovelace Nicholas: Thank you.
La sénatrice Lovelace Nicholas : Merci.
27-5-2014
Pêches et océans
9:99
Senator Wells: Thank you Ms. Pryor, Dr. Halfyard and
Ms. White for appearing today and giving us your presentations.
Le sénateur Wells : Merci, madame Pryor, docteure Halfyard
et madame White, d’être venues témoigner aujourd’hui et de nous
avoir présenté vos exposés.
Dr. Halfyard, we’ve heard over the course of this study in
Ottawa and here, and I’m sure in British Columbia, about the
regulations, the duplication and the paperwork that stop or
inhibit entrepreneurs from doing what they want to do instead
doing what governments want them to do. We’ve heard it a lot
and I think we’ll address it in our recommendations, but I did
want to say no one has said it as succinctly as you did a few
minutes ago. I just wanted to make that comment. I have no
questions for you.
Docteure Halfyard, nous avons entendu parler, au cours de
notre étude, à Ottawa et ici, et aussi en Colombie-Britannique,
j’en suis sûr, de la réglementation, des chevauchements et de la
paperasse qui empêche les entrepreneurs de faire ce qu’ils veulent
plutôt que ce que les gouvernements veulent qu’ils fassent. Nous
l’avons entendu dire souvent, et je pense que nous allons en parler
dans nos recommandations, mais je voulais vous dire que, selon
moi, personne n’a aussi bien résumé sa pensée que vous ne l’avez
fait il y a quelques instants. Je voulais simplement le mentionner.
Je n’ai pas de question à vous poser.
Ms. White, in the oyster sector you’re involved in now what
are the challenges you find with respect to operating in an
industry that focuses almost solely on salmonids and mussels?
Madame White, dans le secteur des huîtres auquel vous
participez maintenant, quels sont les défis qui se posent, vu que
l’industrie est presque exclusivement axée sur les salmonidés et les
moules?
Ms. White: We find there are a lot of delays for us versus our
other fields. We can get a mussel application through pretty
quickly even when it can take up to months to get an oyster
application. Even with transfer permits we know we’re
transferring interprovincially and you need health records and
that kind of thing in place. We do all our health checks. It just
seems like it takes an extra amount of time on top of that.
Everybody seems to have it sitting on their desk just that little bit
longer. In those weeks you kind of have to be after them
constantly just to get some kind of answer. It even comes down to
the point where I can’t even get satisfaction that Juan, the
president of the company, has phoned them and said, ‘‘Look, we
have animals waiting and they’re going to die. What are you guys
doing for us?’’ Eventually somebody might get back to you and
tell you, ‘‘Oh, we’ve been waiting for an answer on this’’ and you
think ‘‘Okay, why didn’t you guys contact me?’’ We have been
encountering little problems like that with different officials and
just trying to get permits through.
Mme White : Ce que nous trouvons, c’est qu’il y a beaucoup
d’attentes pour nous par rapport à nos autres domaines. Nous
pouvons présenter une demande assez rapidement lorsqu’il s’agit
de moules, même s’il peut falloir des mois pour le faire dans le cas
des huîtres. Même dans le cas des permis de transfert, nous savons
que nous faisons des transferts interprovinciaux et qu’il faut des
dossiers de santé et des choses de ce genre. Nous faisons toutes
nos vérifications de santé. Il semble simplement qu’il faut plus de
temps en plus de tout cela. On dirait que tout le monde garde les
dossiers sur son bureau un petit peu plus longtemps. Pendant ces
semaines, il faut constamment harceler les gens concernés
simplement pour obtenir une réponse quelconque. Ça en vient
même au point où je ne peux même pas avoir la satisfaction que
Juan, président de l’entreprise, leur téléphone et leur dise
« Écoutez, nous avons des animaux qui attendent et qui vont
mourir. Qu’est-ce que vous faites pour nous? » À un moment
donné, quelqu’un peut nous rappeler pour nous dire « Oh, nous
attendions une réponse par rapport à telle ou telle chose », et, à ce
moment-là, nous nous disons qu’ils auraient pu nous téléphoner.
Nous avons connu des petits problèmes de ce genre relativement à
divers fonctionnaires et au simple fait d’essayer d’obtenir les
permis.
We are also aware it’s a new species in Newfoundland. We
don’t want to transfer in a disease or anything like that. We’ve
created a targeted surveillance plan with DFO and our partners in
New Brunswick, the ones that we get the oysters from. Every
spring and fall now we’re actually going out and taking a sample
of the oysters to make sure the farm that we’re getting them from
continues to be disease free. It’s fine to say you want a hundred
samples taken from these farms every year but then you get the
$10,000 bill to do these samples in the spring and in the fall when
you’re not making any money back on this project. It starts to
become like wow, okay, we’re trying to start this new industry and
we want to be disease free. We’re not objecting. That’s the reason
why we’re paying this money. We all want to be disease free. We
don’t want to transfer anything into this province, but we kind of
need a little bit of help. It would be great even if we could get a
Nous sommes aussi conscients du fait qu’il s’agit d’une
nouvelle espèce à Terre-Neuve. Nous ne voulons pas faire
entrer une maladie ou quoi que ce soit de ce genre. Nous avons
mis au point un plan de surveillance ciblé avec le MPO et nos
partenaires du Nouveau-Brunswick, ceux qui nous fournissent les
huîtres. Chaque printemps et chaque automne, nous prenons
maintenant un échantillon d’huîtres pour nous assurer que
l’exploitation qui nous les fournit demeure exempte de maladies.
C’est très bien de vouloir prendre une centaine d’échantillons au
sein de ces exploitations chaque année, mais, ensuite, on reçoit la
facture de 10 000 $ pour la prise des échantillons au printemps et
à l’automne, alors qu’on ne fait pas d’argent dans le cadre du
projet. Ça commence à nous étonner, parce que nous voulons
lancer cette nouvelle industrie et nous voulons que nos
exploitations soient exemptes de maladies. Nous ne sommes pas
9:100
Fisheries and Oceans
27-5-2014
little bit of help toward the surveillance plan at least. If you’re
making money on the project you don’t mind dishing out $10,000
when you might have a million oysters going to market.
contre. C’est pour cette raison que nous payons. Nous voulons
tous éviter les maladies. Nous ne voulons pas faire entrer quoi que
ce soit dans la province, mais nous avons en quelque sorte besoin
d’un peu d’aide. Ce serait super si nous pouvions au moins
obtenir un peu d’aide pour élaborer le plan de surveillance.
Lorsqu’un projet est rentable, payer 10 000 $ ne pose pas de
problème si on peut mettre en marché un million d’huîtres.
Right now on top of all other expenses when you are trying to
create a hatchery and trying to get some nursery sites and some
grow-out sites it becomes difficult. It just seems like the bills keep
coming from different departments wanting different things and
we’re just trying to push through it NRC and CCFI. The
National Research Council and Canadian Centre for Fisheries
Innovation have been really great with us. They helped us along
the way but even with them they only pay a partial amount for
contributing to the project.
En ce moment, en plus de toutes les autres dépenses liées à la
création d’une écloserie et à l’obtention de sites d’ensemencement
et de sites de croissance, ça devient difficile. On dirait que les
factures continuent de nous arriver de divers ministères qui
veulent diverses choses et que nous essayons simplement de faire
avancer les choses par l’intermédiaire du CNR et du CCIP. Le
Conseil national de recherches et le Centre canadien
d’innovations des pêches nous ont vraiment donné un gros coup
de main. Ils nous ont aidés en cours de route. Mais même eux ne
paient qu’une partie des frais pour contribuer au projet.
We think that it can work in Newfoundland and that’s the
reason why we’ve been putting a lot of financial support in it over
the last few years.
Nous pensons que ce secteur peut être viable à Terre-Neuve, et
c’est pour cette raison que nous y avons versé beaucoup de
soutien financier au cours des dernières années.
Senator Wells: Thanks for that. I have a very quick follow-up.
Le sénateur Wells : Merci de votre réponse. J’ai une brève
question complémentaire à poser.
The growing market demand as you said in the paper that was
distributed and the extended shelf life are a couple of positive
aspects for oysters. Are the equipment and the techniques similar
to the mussel industry or is it entirely separate?
La demande croissante sur le marché, dont vous parlez dans le
document qui a été distribué, et la durée de conservation
prolongée sont deux aspects positifs dans le cas des huîtres. Estce que l’équipement et les techniques sont similaires à ceux utilisés
dans l’industrie des moules, ou s’agit-il de quelque chose de
complètement différent?
Ms. White: No, mussels are growing on ropes in continuous
socking. Oysters are actually growing in baskets so they’re not
kept on a rope. They’re kept on a basket just swinging on a line.
You have to go out and maintain that basket to keep the water
flowing in it. It’s a bit different. They’re not so bad for processing
because you don’t have to declump them or anything like that.
You’re pretty much just cleaning them, packaging them in a
pretty little box and sending them off. With mussels you might be
pushing seven to ten days for your shelf life. You want to get them
sold. With oysters you can keep them as long as they’re well
refrigerated for a couple of months even.
Mme White : Non, les moules sont cultivés sur des cordes dans
les filets continus. Des huîtres sont cultivées dans des paniers, et
elles ne sont donc pas gardées sur une corde. Elles sont
simplement gardées dans un panier au bout d’une ligne. Il faut
s’assurer que l’eau circule de façon continue dans le panier. C’est
un peu différent. La transformation se fait assez bien, puisqu’il
n’est pas nécessaire de les dégrapper ou de faire quoi que ce soit
d’autre de ce genre. Il s’agit tout simplement de les nettoyer, de les
mettre dans une belle petite boîte et de les expédier. Pour ce qui
est des moules, la durée de conservation peut aller jusqu’à 7 à 10
jours. Il faut les vendre vite. Les huîtres, par contre, se conservent
bien tant qu’elles sont réfrigérées, pendant deux ou trois mois
même.
Senator Wells: Really.
Ms. White: And they’re more than fine to eat. Actually a lot of
people overwintering them will take them out of the water. We’ve
even known farmers in New Brunswick to just put them in their
shed for a couple of months just because they know that there is
to be a harsh winter and the oysters are fine. They can live out of
the water as long as it’s fridge temperature. They can live out of
the water for a few months so it expands our markets for sure. It
allows us to be able to ship them pretty much around the world if
we can get them up to commercial scale here.
Le sénateur Wells : Vraiment.
Mme White : Et elles sont tout à fait propres à la
consommation. En réalité, beaucoup de gens qui les font passer
l’hiver les sortent de l’eau. Nous connaissons même des éleveurs
du Nouveau-Brunswick qui les mettent dans leur hangar pendant
quelques mois parce qu’ils savent que l’hiver va être difficile, et les
huîtres ne conservent très bien. Elles peuvent vivre en dehors de
l’eau, pourvu que la température soit celle d’un réfrigérateur. Elles
peuvent vivre en dehors de l’eau pendant quelques mois, ce qui
nous ouvre donc d’autres marchés. Nous pourrons en envoyer
partout dans le monde si nous arrivons à en produire à une échelle
commerciale.
27-5-2014
Pêches et océans
Senator Wells: Thanks very much.
Le sénateur Wells : Merci beaucoup.
Ms. White: You are welcome.
Mme White : Je vous en prie.
The Chair: That’s very interesting.
Le président : C’est très intéressant.
9:101
Senator Munson: Once again thanks for being here today.
Le sénateur Munson : Encore une fois, merci de vous être jointe
à nous aujourd’hui.
I’ve been wondering what keeps you going, doctor. You talked
about the margins of profitability in the sector and yet you talked
about duplication of services, great frustration with Transport
Canada, the closing of offices in Atlantic Canada and
Environment Canada. I’m just curious. What are these closures
costing you as an industry? Are you saying to the governments,
‘‘Hold on just a second, perhaps you’ve gone a little too far; we do
need these environmental assessments done faster and quicker
which involves people particularly in Newfoundland and
Labrador’’?
Je me demande depuis un petit bout de temps ce qui vous
pousse à continuer, docteure. Vous avez parlé des marges de
rentabilité dans le secteur, et pourtant, vous avez parlé aussi du
chevauchement des services, de votre grande frustration
relativement à Transports Canada et de la fermeture de bureaux
au Canada atlantique et à Environnement Canada. Je suis
simplement curieux. Combien ces fermetures de bureau coûtentelles à votre industrie? Dites-vous aux gouvernements « Attendez
un instant, vous êtes peut-être allés trop loin; nous avons besoin
que ces évaluations environnementales soient faites plus
rapidement, ce qui suppose la présence de gens, surtout à TerreNeuve-et-Labrador »?
Dr. Halfyard: Yes, the margins are really tight here. Plus we’ve
got the extra shipping across the gulf which then adds a premium
charge on top of that but yes, there is a huge expense of time. It
takes my time tracking all these documents and then you get lease
rates.
Dre Halfyard : Oui, les marges sont très réduites ici. En plus, il
y a le coût supplémentaire engendré par la traversée du golfe, qui
vient s’ajouter, mais, oui, cela exige énormément de temps. Il me
faut beaucoup de temps pour effectuer le suivi de tous les
documents, et il y a aussi les loyers.
I mean from one farm site you have a DFA lease. You have a
Crown lands lease. In waters protection you have a Transport
Canada lease. All of these are fees. They keep going up but the
service keeps going down. Every time they increase the price and
the service gets slower it means that I’ve got to spend more time
tracking these things. It becomes very difficult.
Je veux dire... pour un site d’élevage, il y a un bail du MPA. Il y
a un bail pour les terres de la Couronne. Pour ce qui est de la
protection des voies maritimes, il y a un bail avec Transports
Canada. Dans tous les cas, il y a des frais. Ceux-ci continuent
d’augmenter, mais les services continuent de diminuer. Chaque
fois qu’ils augmentent les prix et que le service ralentit, je dois
passer encore plus de temps à effectuer le suivi de ces choses. Cela
devient très difficile.
How do we keep it operating? It’s partly because my father
started the business and he is doggedly determined to make it a
success. It dips into their retirement saving funds at times, to be
quite honest, but it has seen a lot of success in the last few years, if
we could just get over these hurdles.
Comment faisons-nous pour maintenir les activités? C’est en
partie grâce au fait que mon père a lancé l’entreprise et qu’il
s’acharne à vouloir en faire une réussite. Il puise parfois dans ses
épargnes de retraite, pour être tout à fait franche avec vous, mais
l’entreprise a connu beaucoup de succès au cours des dernières
années, et elle en connaîtrait davantage si nous pouvions
simplement surmonter ces obstacles.
Senator Munson: Should Newfoundland and Labrador have its
own separate testing facilities?
Le sénateur Munson : Est-ce que Terre-Neuve-et-Labrador
devrait disposer de ses propres installations d’essai?
Dr. Halfyard: They were here.
Senator Munson: Yes, they were here and then they had to go
off to Halifax or some place.
Dr. Halfyard: Now it’s in Halifax.
Dre Halfyard : Il y en avait avant.
Le sénateur Munson : Oui, il y en avait, et elles ont été
transférées à Halifax ou ailleurs.
Dre Halfyard : Maintenant, c’est à Halifax.
Senator Munson: You’re saying that this should be reinstated
here.
Le sénateur Munson : Vous dites qu’il faudrait rétablir cela ici.
Dr. Halfyard: It should be, yes. It should be here and not just
one day a week. Even if your product goes to Halifax, it doesn’t
mean that you got to hit one day to have a sample done for
mussels. You can’t have a little team of three people who do their
best for us. I’ve got to say they go out of their way, the team of
Dre Halfyard : Il faudrait le faire, oui. Les installations
devraient être ici, et elles ne devraient pas être ouvertes
seulement une journée par semaine. Même si on envoie le
produit à Halifax, cela ne suppose pas qu’il faille tomber sur la
bonne journée pour faire faire l’analyse d’un échantillon de
9:102
Fisheries and Oceans
Dave Curtis, and I appreciate him for it but they don’t have the
backup. They need a greater team. We’re looking at new sites and
they get bogged down with their paperwork and then answer back
to us. They try their best but they’re only a small team. We need
more for environmental services. We need more services with
CFIA.
27-5-2014
moules. On ne peut pas avoir une petite équipe de trois personnes
qui font de leur mieux pour nous aider. Je dois dire qu’ils font
tout ce qu’ils peuvent, les membres de l’équipe de Dave Curtis, et
je lui en suis reconnaissant, mais ils n’ont pas le soutien nécessaire.
Il leur faut une plus grande équipe. Nous envisageons de
nouveaux sites, et ils sont pris avec tous leurs documents, puis
ils doivent nous répondre. Ils font de leur mieux, mais c’est une
petite équipe. Nous avons besoin de plus de services
environnementaux. Nous avons besoin de plus de services de la
part de l’ACIA.
Senator Munson: So time is money.
Le sénateur Munson : Donc le temps, c’est de l’argent.
Dr. Halfyard: Time is money.
Dre Halfyard : Le temps, c’est de l’argent.
Senator Munson: You use a very polite term about a premier
booking surcharge. Some of you call it something else but I’d
probably get charged if I said what some people might think of
that premium booking surcharge. You also say the priority policy
for live fresh product should be re-established.
Le sénateur Munson : Vous utilisez une expression très polie
pour parler d’un supplément de réservation prioritaire. Certains
d’entre vous donnent un autre nom à la chose, mais je ferais
probablement l’objet de poursuites si je disais ce que certaines
personnes peuvent penser de ces frais supplémentaires de
réservation prioritaire. Vous dites aussi que la politique de
priorité aux produits frais et vivants devrait être rétablie.
When was it taken away? Was it taken away at some point?
Who would have thought of that one? Who makes the money
from that? I guess Marine Atlantic is separate. Who is making the
money? Somebody is making some money here.
Quand a-t-elle été abolie? L’a-t-elle été à un moment donné?
Qui en a voulu ainsi? Qui profite de cela? J’imagine que Marine
Atlantique est à part. Qui empoche l’argent? Quelqu’un bénéficie
de cette situation.
Ms. Pryor: The Marine Atlantic Corporation. We had the
priority status. The commitment was always from Marine
Atlantic that they were going to bring in a commercial
reservation system because they wanted to get rid of seafood
being able to avail of priority status. I believe the commercial
reservation system came in three years ago. I could be wrong on
that. Essentially I don’t know if it even lasted a year because there
were so many issues with it.
Mme Pryor : La société Marine Atlantique. Nous avions un
statut prioritaire. Marine Atlantique s’est toujours engagée à
instaurer un système de réservation commerciale à un moment
donné, car les dirigeants de cette entreprise voulaient faire en sorte
que le secteur des fruits de mer ne puisse plus revendiquer son
statut prioritaire. Je crois que le système de réservation
commerciale a été mis en place il y a trois ans. Je peux me
tromper. En gros, je ne sais même pas s’il a duré un an, car il y
avait beaucoup de problèmes.
They said they brought in the commercial reservation system
so now the priority status is gone. The reservation system failed.
They took away the reservation system,but we did not get our
priority status back.
Ils ont dit qu’ils ont instauré le système de réservation
commerciale et que le statut prioritaire n’existe donc plus. Le
système de réservation a été un échec. Ils l’ont aboli, mais nous
n’avons pas retrouvé notre statut prioritaire.
Senator Munson: There are no negotiations, nothing.
Le sénateur Munson : Il n’y a pas de négociation, rien.
Ms. White: We have tried.
Mme White : Nous avons essayé.
Dr. Halfyard: There is a history in the sense of priority
booking. Somebody could throw a crate of lobsters on the back of
a truck of lumber and therefore all of a sudden it would get on the
ferry faster because it is carrying some fresh product. There’s
always way to beat the system.
Dre Halfyard : Certaines choses s’étaient produites
relativement à la réservation prioritaire. On pouvait placer une
caisse de homard à l’arrière d’un camion rempli de bois et ainsi
faire en sorte qu’il puisse être à bord du traversier plus rapidement
puisqu’il transportait des produits frais. Il y a toujours des façons
de contourner les règles.
This is a genuine truckload of salmon, mussels, oysters or
blueberries. It doesn’t matter what the product is. It’s going to
spoil and it’s going to affect when it gets to market compared to a
lot of lumber that’s not going to be damaged with another day
that it might not cross over.
C’est un vrai chargement de saumon, de moules, d’huîtres ou
de bleuets. Peu importe de quel produit il s’agit. Il va se gâter, et
cela va avoir un effet sur sa commercialisation, contrairement à
un paquet de bois qui ne sera pas endommagé s’il reste sur place
un jour de plus avant d’être transporté de l’autre côté.
27-5-2014
Pêches et océans
9:103
Now the truckers will not agree with me because they’re vocal
against that, the truckers’ union and group are.
Les camionneurs ne sont cependant pas d’accord avec moi, et
ils disent haut et fort leur désaccord avec ce principe, les syndicats
et les groupes de camionneurs.
Senator Munson: As an Ontario senator I have a vested interest
in partridge berries getting across.
Le sénateur Munson : En tant que sénateur ontarien, je veux
que les airelles rouges soient sur le traversier.
Dr. Halfyard: Also the ferry has taken on the luxury customer.
This ship is going to cater more to the person walking on or
driving on, but in reality it’s the commercial industry that’s
paying that ferry service. Most of its revenues are commercially
driven, not people driven.
Dre Halfyard : Marine Atlantique offre maintenant des
services de luxe à sa clientèle. Elle se soucie davantage des
personnes qui traversent à pied ou en voiture, mais, en réalité,
c’est le secteur commercial qui paie les services de traversier. La
majeure partie des revenus d’entreprise viennent du secteur
commercial, et non des particuliers.
Senator McInnis: I was listening to you and other presenters
this morning. You can comment on this. Is part of the problem
with the approvals the lack of acceptance by the federal
government of the aquaculture industry and its potential to the
economy? It just strikes me that may be one of the difficulties.
Le sénateur McInnis : J’ai écouté votre témoignage et celui des
autres témoins ce matin. Vous pourrez me dire ce que vous pensez
de ceci. Est-ce que le problème touchant les approbations vient en
partie du fait que le gouvernement fédéral n’accepte pas
l’aquaculture et le potentiel de ce secteur sur le plan
économique? Je pense simplement que c’est peut-être l’une des
difficultés qui se posent.
Perhaps I could just ask a couple of other questions and then
you can respond. Let me show a mainlander’s naivety with respect
to mussels although I love them and eat them just about every
week. We used to have the largest mussel farm in North America
on the eastern shore of Nova Scotia. Over here you have a blue
mussel. Is that the same mussel?
Je peux peut-être poser deux ou trois autres questions, puis
vous laisser répondre. Permettez-moi de faire preuve de mon
ignorance d’habitant du continent en ce qui concerne les moules,
quoique j’adore les moules et que j’en mange à peu près chaque
semaine. Avant, le plus gros élevage de moules en Amérique du
Nord se trouvait sur la côte Est de la Nouvelle-Écosse. Ici, vous
élevez des moules bleues. S’agit-il des mêmes moules?
Dr. Halfyard: Yes, it is.
Dre Halfyard : Oui.
Senator Munson: It tastes better here.
Le sénateur Munson : Elles sont meilleures ici.
Senator McInnis: I will have to try them.
Le sénateur McInnis : Il va falloir que j’y goûte.
The other question is that we hear of loans and grants to the
finfish aquaculture industry. I don’t hear much about loans or
grants to the shellfish industry so you can comment on that.
L’autre question, c’est que nous entendons parler des prêts et
des subventions à l’industrie de l’aquaculture de poissons. Je
n’entends pas beaucoup parler de prêts ni de subventions pour
l’industrie des mollusques et crustacés, alors vous pourrez dire
quelque chose là-dessus.
The environmental management code practice is in existence in
P.E.I. and B.C. It promotes responsible and sustainable
development and it is run by the association. You don’t have
such a code here, I understand. Do you plan to have one and do
you not think it would be valuable?
Le code de pratique en matière de gestion environnementale est
en vigueur à l’Île-du-Prince-Édouard et en Colombie-Britannique.
Ce code préconise un développement responsable et durable, et il
est appliqué par l’association. Vous n’avez pas de code de ce genre
ici, d’après ce que je comprends. Prévoyez-vous en mettre un en
place? Ne croyez-vous pas que cela serait utile?
I have another question. We heard the minister and his staff
this morning talk about bay management areas. I am wondering
of the import of that in so far as your industry is concerned. It
sounds very similar to me. You wouldn’t be waiting all this time
for your permits if you had pre-setup areas where you could carry
out mussel farming. Do you do that? Do you anticipate that
would be something that would be advantageous to you? Those
are some of my questions.
J’ai une autre question. Ce matin, nous avons écouté le
ministre et son personnel nous parler des secteurs de gestion de
baies. Je me demandais quelle était l’importance de la chose pour
votre industrie. Ça me semble être très similaire. Vous n’auriez
pas à attendre aussi longtemps pour obtenir vos permis s’il y avait
des secteurs préétablis où l’élevage de moules serait autorisé.
Avez-vous des secteurs de gestion? Croyez-vous que cela serait
avantageux pour vous? Ce sont là quelques-unes de mes
questions.
The final point I want to make is with respect to transporting.
The Lobster Council of Canada is new. The genesis of the
organization is to market and brand east coast lobsters. It was
La dernière chose que je veux aborder concerne le transport. Le
Conseil canadien du homard est nouveau. L’organisation a été
créée pour assurer la mise en marché et l’établissement de la
9:104
Fisheries and Oceans
27-5-2014
announced this week that two or three flights out of the Halifax
International Airport go to South Korea. Their goal is to open up
Asian markets. Is that something you’re anticipating you might
be able to do? Are you large enough to encounter that? Could you
join in with the Lobster Council? I don’t know. It is called the
Lobster Council. There may be an avenue there.
marque du homard de la côte Est. Il a été annoncé cette semaine
qu’il allait y avoir deux ou trois vols de l’aéroport international de
Halifax vers la Corée du Sud. L’objectif poursuivi est d’accéder
aux marchés asiatiques. Est-ce que c’est quelque chose que vous
prévoyez être en mesure de faire? Votre secteur est-il de taille
suffisante pour que cela soit possible? Pourriez-vous vous joindre
au Conseil du homard? Je ne sais pas. C’est le Conseil du homard.
Il y a peut-être une possibilité à ce chapitre.
Dr. Halfyard: I guess in my perception of duplication and
overregulation some will say you need to be regulated. The
strength of the Canadian aquaculture industry is that it is very
well regulated and we can document these things.
Dre Halfyard : J’imagine que certains diront en réaction à la
perception selon laquelle il y a des chevauchements et trop de
règlements qu’il faut qu’il y ait une réglementation. La force de
l’industrie de l’aquaculture du Canada, c’est qu’elle est très bien
réglementée et que nous pouvons documenter ces choses.
When you get duplication it’s partly a trust issue because
federally there’s the perception that this is our law, we have an
act, and therefore we are responsible. Now if Transport Canada
doesn’t come out on our site — and they have not seen our site —
can they verify that the site is properly marked and all these
things?
Lorsqu’il y a des chevauchements, c’est en partie une question
de confiance, parce que, au gouvernement fédéral, on pense qu’il
s’agit de notre loi, que nous avons une loi, et que nous sommes
donc responsables. Par contre, si Transports Canada n’envoie pas
de gens visiter notre site — et personne n’est venu voir notre site
—, le ministère peut-il vérifier que le site est convenablement
marqué, et tout cela?
There has to be more of a relinquishing or a sharing of that role
with the province. The province also comes out on our site and
does the same inspection. It is a different form but it is actually
easier to read and understand than the federal Transport Canada
one.
Il faut que le rôle soit davantage partagé avec la province ou
qu’il lui soit cédé. Le gouvernement provincial envoie aussi des
gens visiter notre site et faire la même inspection. Le formulaire
est différent, mais il est en fait plus facile à lire et à comprendre
que celui de Transports Canada à l’échelon fédéral.
I don’t know if it’s a lack of sharing or a lack of trust. One says
they need this to document. The other says they also need it. I
don’t think they both need it. One has to say, ‘‘Yes, you’ve done
it. We will recognize your validating of that site.’’
Je ne sais pas si c’est un manque de partage ou un manque de
confiance. L’un des gouvernements dit qu’il a besoin du
formulaire pour documenter les activités. L’autre dit qu’il en a
besoin lui aussi. Je ne pense pas qu’ils en aient besoin tous les
deux. Il faut qu’il y en ait un des deux qui reconnaisse que l’autre
a vérifié le site.
We have a provincial DFA that licences us. We have Crown
lands that say you have a lease for the water and all these things.
Because of the cutbacks Transport Canada has less connection to
us. There are fewer officers to go around. Nor do they always
have a strong communication with local people in how you mark
your site because there are other fishery activities there.
Sometimes what looks nice on paper is not what’s nice when
you’re coming up in boats through a site that should be marked
and there would seem to be irregularities.
Nous avons un ministère provincial, le MPA, qui nous délivre
un permis. Nous avons une organisation responsable des terres de
la Couronne qui nous dit que nous avons un bail pour l’accès à
l’eau et à toutes ces choses. En raison des compressions, il y a
moins de liens entre Transports Canada et nous. Il y a moins
d’agents qui font des visites. Ils ne communiquent pas toujours
bien avec les gens de l’endroit au sujet de la façon de marquer les
sites, parce qu’il y a d’autres activités de pêche à ces endroits.
Parfois, ce qui semble bien sur papier n’est pas aussi bien
lorsqu’on arrive en bateau à un site qui devrait être marqué, et il
peut sembler y avoir des irrégularités.
It has got to be a balancing act. I agree you have to have
regulating but there has to be some respect between the province
and the federal levels of a trust factor and a validating of your
documents rather than a duplicating.
Il faut trouver un équilibre. Je suis d’accord pour dire qu’il faut
qu’il y ait une réglementation, mais il faut qu’il y ait un certain
respect mutuel entre le gouvernement provincial et le
gouvernement fédéral, une confiance et une validation des
documents, plutôt qu’un dédoublement.
Ms. White: I think you mentioned the bay management. I just
want to make a point about that. In the mussel culture you can
pretty much throw a rock from one to another of our farms and
you might be transferring seed to the other site. You’ve just
applied for a transfer permit and you’re waiting for a transfer
permit to move it a few feet over. It’s one of those species where
Mme White : Je crois que vous avez mentionné la gestion de
baies. Je voudrais simplement dire quelque chose là-dessus. En
mytiliculture, on peut presque lancer un caillou de l’une de nos
installations à l’autre et ensemencer ainsi le site où le caillou
tombe. On demande un permis de transfert, et on attend ce permis
pour déplacer les installations de quelques pieds. C’est une espèce
27-5-2014
Pêches et océans
9:105
the water is circulating. You’re transferring it from here to there.
It’s not a different bay. It is not a different body of water. It is not
a different section of Newfoundland.
dont l’élevage suppose une circulation de l’eau. On transfère les
installations juste à côté. Ce n’est pas dans une autre baie. Ce n’est
pas un autre plan d’eau. Ce n’est pas une autre région de TerreNeuve.
In the Triton area anyway we kind of need: ‘‘You’re going to
be transferring between these sites so here’s a permit and let us
know at the end of the year’’. They know on average from looking
at the statistics that this site usually does 50,000 kilograms. That
is what the site can hold. That’s its capacity. We’re not going to be
doing any more than that. That’s the capacity of the site.
Dans la région de Triton, en tout cas, nous avons en quelque
sorte besoin d’un permis et d’aviser les autorités à la fin de
l’année. À partir des statistiques, elles peuvent savoir que, en
moyenne, tel site produit en général 50 000 kilogrammes. C’est ce
que le site peut contenir. C’est sa capacité. Nous n’allons pas
produire plus de moules que cela. C’est la capacité du site.
It just becomes repetition every year that we’re applying for
50,000 kilos and you’re approving it. You know we’re going to be
doing this again next year with regulation. We’d like if we could
get a permit just saying that these eight farms are within close
enough vicinity that transfers can occur as long as you let us know
at the end of the year you have to bring in your statistics and that
you know anyway how much is actually being transferred.
Ça devient simplement répétitif lorsque nous demandons
chaque année 50 000 kilos et qu’on nous donne l’approbation.
On sait que nous allons produire la même quantité l’an prochain,
vu la réglementation. Nous aimerions pouvoir obtenir un permis
et qu’on nous dise que les huit sites d’élevage sont suffisamment
près pour que les transferts se fassent, pour autant que nous
fassions savoir aux autorités à la fin de l’année que nous avons
transféré des moules, que nous leur fournissions nos statistiques,
puisque, de toute façon, elles savent déjà quelle quantité de
moules est transférée.
This past year DFO did that with us. DFA gave us individual
permits but DFO actually just gave us one permit saying that you
can transfer from all your mussel sites to all your other mussel
sites in that area. That’s just a little bit of help. I can understand a
bit more with the oysters. We were transferring interprovincially.
Bay management might not be as easy at first as on the mussel
side.
C’est ce que le MPO a fait avec nous l’an dernier. Le MPA
nous a délivré des permis individuels, mais le MPO ne nous a
donné qu’un permis en nous disant que nous pouvions effectuer
des transferts entre tous les sites d’élevage de moules dans la
région. C’est un petit coup de main. Je comprends un peu mieux
dans le cas des huîtres. Nous faisions des transferts
interprovinciaux. Il se peut que la gestion de baies ne soit pas
aussi facile que dans le cas des moules au départ.
We are looking at the Asian markets a little bit. It is more on
the frozen side product right now as we have value added a
one-pound pack that is cooked frozen. We’re hoping to get over
and look at some of the Asian markets in the next little while. Of
course if we bring the oysters on line we’d also be able to ship
oysters over there as well.
Nous examinons un peu les possibilités qu’offrent les marchés
asiatiques. Il s’agit davantage de produits congelés, puisque nous
avons créé un produit à valeur ajoutée qui est un emballage d’une
livre de moules cuites et congelées. Nous espérons nous rendre en
Asie pour évaluer certains des marchés là-bas dans les temps qui
viennent. Bien entendu, si nous commençons à produire des
huîtres, nous pourrions aussi envoyer des huîtres là-bas.
Ms. Pryor: I just want to add one quick comment on loans and
grants and the first question about funding to the shellfish sector.
I’m sure Laura and Rebecca would agree. I don’t think the mussel
sector has ever got the degree of funding that the salmon and
finfish industries have got from an infrastructure perspective and
even from a development perspective.
Mme Pryor : Je voudrais simplement ajouter rapidement
quelque chose au sujet des prêts et des subventions et
concernant la première question au sujet du financement du
secteur des mollusques et crustacés. Je suis sûre que Laura et
Rebecca seraient d’accord. Je ne pense pas que le secteur des
moules n’ait jamais reçu un financement équivalent à celui des
industries du saumon et des autres poissons, pour ce qui est de
l’infrastructure, et même pour ce qui est du développement.
If you look at the graph of production of shellfish in our
province it has certainly been up and down. There have been stops
and starts and things like that. Laura has already mentioned the
margins from shellfish. They’re a totally different animal. They’re
not as sexy as salmon and the finfish industries so our shellfish
farmers have certainly had to fight over the years very hard to get
the funding they’ve actually been able to get. They are still
fighting as Rebecca says to expand into a new species. There
certainly hasn’t been the same level of support for both sides of
the sector.
Si vous jetez un coup d’œil sur la figure portant sur ma
production de mollusques et de crustacés dans notre province,
vous constaterez qu’il est clair qu’elle a connu des hauts et des
bas. Il y a eu des phases de ralentissement et d’expansion et des
choses de ce genre. Laura a déjà parlé des marges dans le secteur.
C’est quelque chose de tout à fait différent. Ce n’est pas aussi
attrayant que l’industrie du saumon et des autres poissons, alors
les éleveurs de mollusques et de crustacés ont clairement eu à se
battre beaucoup au fil des ans pour obtenir le financement qu’ils
ont été en mesure d’obtenir. Ils se battent encore, comme Rebecca
9:106
Fisheries and Oceans
27-5-2014
le disait, pour étendre leurs activités à une nouvelle espèce. Le
soutien n’a certainement pas été le même pour les deux volets du
secteur.
I was just going to add that the Lobster Council of Canada is
very interesting. As I think Rebecca said, our processors would
look at any marketing opportunity and certainly partnering in
anything like that that would expand our markets.
J’allais simplement ajouter que le Conseil canadien du homard
est très intéressant. Comme Rebecca l’a dit, je crois, nos
transformateurs envisageraient toutes les possibilités de mise en
marché, et il est clair qu’un partenariat de ce genre nous
permettrait de conquérir de nouveaux marchés.
We did have a company in Newfoundland. Fly Fresh Freight
was the name. They actually were looking to take fresh seafood
from Newfoundland and bring it to Europe. We’re hoping to do
that on a continuous basis. that may have been three years ago or
so now but at the time they couldn’t secure enough product to
actually do that. Maybe with CETA and other changes that may
open up a new opportunity but certainly it could be an
opportunity.
Nous avions une entreprise à Terre-Neuve. Elle s’appelait Fly
Fresh Freight. Cette entreprise envisageait de transporter des
fruits de mer frais de Terre-Neuve vers l’Europe. Nous voudrions
faire cela en continu. C’était il y a peut-être trois ans, mais, à
l’époque, les gens de cette entreprise n’ont pas pu obtenir
suffisamment de produits pour faire ce qu’ils voulaient faire.
Peut-être que l’AECG et les autres changements apportés vont
créer de nouvelles possibilités, mais ce serait assurément une
possibilité.
The Chair: Senator McInnis, one quick question.
Le président : Sénateur McInnis, une brève question.
Senator McInnis: I was just going to get an answer on
environmental management.
Le sénateur McInnis : J’allais simplement demander une
réponse au sujet de la gestion environnementale.
Ms. Pryor: We actually did years ago have some codes in the
province. We have talked to our association and colleagues from
other parts of the country to look at what we should have in
place. From the shellfish side I guess I could speak to that more.
The decision was made to go with the certification because the
certification schemes themselves have such strict environmental
policies within them that they have to be third party accredited.
Those essentially have become what we would call our codes of
practice, if that helps.
Mme Pryor : Il y avait bel et bien des codes dans la province, il
y a de cela des années. Nous avons discuté avec les membres de
notre association et nos collègues d’autres régions du pays afin de
déterminer ce que nous devrions mettre en place. J’imagine que je
pourrais parler de cela davantage relativement aux mollusques et
crustacés. On a pris la décision d’adopter la certification, parce
que les mécanismes de certification sont fondés sur des politiques
environnementales si strictes qu’il faut qu’une tierce partie
accrédite l’exploitation. Ces mécanismes sont essentiellement
devenus ce que nous pourrions appeler nos codes de pratique, si
cela vous éclaire.
Senator Raine: Thank you very much. I can see that there’s a
big difference between mussels, oysters and finfish. One thing I’m
very curious about is that we went and saw the Centre for
Aquaculture Health and Development, the new laboratory facility
down in St. Alban’s. They have state-of-the-art labs there.
La sénatrice Raine : Merci beaucoup. Je constate qu’il y a une
grande différence entre les moules, les huîtres et les poissons. Une
chose pique beaucoup ma curiosité depuis que nous avons visité le
Centre pour la santé et le développement de l’aquaculture, le
nouveau laboratoire situé à St. Alban’s. Il y a là-bas des
laboratoires de pointe.
Could they not test for different things? Why do you have send
samples somewhere else regarding health impacts on mussels?
Ces laboratoires ne pourraient-ils pas faire des tests pour
diverses choses? Pourquoi devez-vous envoyer les échantillons
ailleurs en ce qui concerne les répercussions sur la santé des
moules?
Ms. Pryor: I think as a regulatory requirement it has to be
done in a CFIA lab. Now I could be corrected on that.
Mme Pryor : Je pense que la réglementation exige que les tests
soient faits dans un laboratoire de l’ACIA. Il se peut que je me
trompe.
Senator Raine: Why can’t we get CFIA certification for that
lab? I guess that is the question I’m asking because we don’t need
to duplicate. These labs are incredibly expensive. I mean they
have a state-of-the-art lab there. It should be used by DFO,
CFIA, Environment Canada and everybody. That one lab could
serve this area.
La sénatrice Raine : Qu’est-ce qui nous empêche de faire agréer
ce laboratoire par l’ACIA? Je pense que c’est la question que je
veux poser, parce que nous n’avons pas besoin de créer des
chevauchements. Les laboratoires de ce genre sont extrêmement
coûteux. Je veux dire... il y a là-bas un laboratoire de pointe. Il
devrait être utilisé par le MPO, par l’ACIA, par Environnement
Canada et par tout le monde. À lui seul, ce laboratoire pourrait
servir la région.
27-5-2014
Pêches et océans
9:107
Ms. Pryor: There was a CFIA lab in St. John’s that they closed
so CFIA actually did have the lab. It is a good point.
Mme Pryor : Il y avait un laboratoire de l’ACIA à St. John’s,
qui a fermé ses portes, alors l’ACIA avait un laboratoire. Vous
soulevez un bon point.
Senator Raine: Is it possible to have that lab certified by the
CFIA?
La sénatrice Raine : Serait-il possible de faire agréer ce
laboratoire par l’ACIA?
Ms. Pryor: I couldn’t answer that.
Mme Pryor : Je ne puis vous répondre.
The Chair: I would think it would be but it’s a process that’s
beyond my pay grade.
Le président : Je pense que ce serait possible, mais c’est un
processus qui relève d’un échelon plus élevé que le mien.
Senator Raine: Ms. White, the oysters that you’re researching,
do you call them American oysters?
La sénatrice Raine : Madame White, les huîtres sur lesquelles
vous effectuez des recherches, vous dites que ce sont des huîtres
américaines?
Ms. White: Yes.
Senator Raine: Is that the same blue oysters?
Ms. White: No, it’s blue mussels.
Mme White : Oui.
La sénatrice Raine : Est-ce que c’est la même chose que les
huîtres bleues?
Mme White : Non, ce sont les moules qui sont bleues.
Senator Raine: Oh, blue mussels. Why do you call them
American oysters?
La sénatrice Raine : Oh, les moules. Pourquoi dites-vous que ce
sont des huîtres américaines?
Ms. White: That’s just the name or eastern oyster. It’s pretty
much just the name that it’s called. They’re all found along the
East Coast. Crassostrea virginica is the Latin name.
Mme White : C’est simplement le nom qu’elles portent, ou
encore on les appelle huîtres de l’Est. Ce n’est que le nom qu’on
leur donne, essentiellement. On en trouve partout sur la côte Est.
Le nom latin de ces huîtres est Crassostrea virginica.
The Chair: Stick with American.
Le président : Tenez-vous-en à « huîtres américaines ».
Senator Raine: We went through this with the lobsters. The
thing is if you want to eventually market these as oysters from the
pristine waters of Newfoundland it would be better not to call
them American oysters because they’ll get mixed up with all the
east coast oysters that are being marketed in less pristine waters,
unless you have to call them American oysters.
La sénatrice Raine : Nous avons examiné tout cela lorsque
nous nous sommes intéressés au homard. Le fait est que, si vous
envisagez de commercialiser ces huîtres provenant des eaux
cristallines de Terre-Neuve, il serait préférable de ne pas conserver
l’appellation « huître américaine », car elles seront confondues
avec toutes les huîtres de la côte Est provenant d’eaux de moindre
qualité. Il faudrait une autre appellation, à moins que vous soyez
obligé de conserver l’autre.
Ms. White: No, we’re planning on coming out with a brand
name for them. I guess that’s just the name that the New
Brunswick crowd we’re getting them from are calling them.
Mme White : Non, nous prévoyons trouver une marque de
commerce pour ces huîtres. Je suppose que le nom en question est
simplement celui que leur donnent les gens du NouveauBrunswick qui nous les fournissent.
Senator Raine: Why don’t we just take that out of your stuff,
starting right now? Anyway, good luck with that because it
sounds like a very good opportunity. I certainly respect your
tenacity in pushing it forward. It’s not easy.
La sénatrice Raine : Nous pourrions tout simplement retirer
immédiatement cela des choses dont vous devez vous occuper,
n’est-ce pas? Quoi qu’il en soit, je vous souhaite bonne chance, car
il semble s’agir d’une très bonne occasion. J’éprouve assurément
du respect pour la ténacité dont vous faites preuve au moment
d’aller de l’avant. Ce n’est pas facile.
Ms. White: Thank you.
The Chair: Thank you Senator Raine and thank you to our
panelists. Again it’s another perspective of this industry that is
very intriguing. We’re certainly hearing much here today. I’m sure
the senators could have many questions but our time is limited.
We have another panel coming forward now and we’re running
late.
Mme White : Merci.
La président : Je remercie la sénatrice Raine et tous les
membres du groupe de témoins. On nous a présenté un point de
vue différent et très fascinant sur l’industrie. À coup sûr nous
entendons aujourd’hui bien des choses. Je suis certain que les
sénateurs auraient de nombreuses autres questions à vous poser,
mais le temps dont nous disposons est limité. Nous avons un autre
groupe de témoins à entendre, et nous commençons à manquer de
temps.
9:108
Fisheries and Oceans
As usual I just want to add, if I could, sometimes when you
have had an opportunity to make a presentation and you’re
driving home you think, ‘‘Oh, I wish I had said that or passed that
on’’. If anything crosses your mind over the next couple of weeks,
feel free to contact our clerk with that information and we can
include it any time at all from a written submission as part of our
study. If there’s something that you think we should be aware of
that we didn’t get a chance to explore today, feel free to put that
forward.
Once again, thank you for your time. It has been great.
27-5-2014
Si vous le permettez, j’aimerais simplement indiquer, comme
j’ai l’habitude de le faire, qu’il est possible que vous songiez au
cours des deux ou trois prochaines semaines à quelque chose que
vous auriez souhaité mentionner pendant que vous étiez ici. Si
cela se produit, n’hésitez pas à communiquer avec notre greffier
afin de lui transmettre les renseignements en question. Nous
pouvons à tout moment ajouter cela au mémoire que vous nous
avez fourni et en tenir compte dans le cadre de notre étude. S’il y a
quelque chose dont vous croyez que nous aurions dû être
informés ou que nous n’avons pas eu l’occasion d’examiner
aujourd’hui, ne vous gênez pas pour nous le faire savoir.
Je vous remercie une fois de plus de nous avoir consacré du
temps. Nous avons passé un excellent moment avec vous.
We’re pleased now to welcome Mayor Jamie LeRoux from the
town of St. Alban’s; and Mayor Roy Drake from the own of
Harbour Breton. We had the opportunity to visit both towns
yesterday and we certainly thank both mayors for the hospitality
received in both places. We did visit Poole’s Cove also, just to
make sure that we’re covering all our tracks here.
À présent, nous sommes heureux d’accueillir Jamie LeRoux,
maire de St. Alban’s, de même que Roy Drake, maire de Harbour
Breton. Nous avons eu la possibilité de visiter hier ces deux
municipalités, et nous remercions les deux maires de leur
hospitalité. À seule fin de m’assurer de protéger mes arrières, je
tiens à mentionner que nous nous sommes également rendus à
Poole’s Cove.
On behalf of the members of the committee, I thank you for
being here today. My understanding is that both mayors have
opening remarks and then we’ll have an opportunity for senators
to ask questions. So whichever one of you would like to go first,
the floor is yours.
Au nom des membres du comité, je vous remercie d’être ici
aujourd’hui. Je crois comprendre que vous avez tous deux des
observations préliminaires à nous présenter. Nous passerons
ensuite aux questions des sénateurs. Que celui qui souhaite
prendre la parole en premier le fasse.
Jamie LeRoux, Mayor, Town of St. Alban’s, Newfoundland and
Labrador: As you all know, my name is Jamie LeRoux. I hope
senators had a great visit when you were in our region and in our
towns. As mayor of the town of St. Alban’s, Newfoundland and
Labrador, I will be your tour guide for a few minutes on the
economic impact of aquaculture to the town and area.
Jamie LeRoux, maire, village de St. Alban’s, Terre-Neuve-etLabrador : Comme vous le savez tous, je m’appelle Jamie
LeRoux. J’espère que les sénateurs ont aimé leur visite de notre
région et de nos villages. Au cours des prochaines minutes, en tant
que maire de St. Alban’s, à Terre-Neuve-et-Labrador, je vais vous
brosser un tableau des retombées économiques de l’aquaculture
sur notre village et notre région.
First I will provide a background to give perspective. Then I
will speak briefly to the impact of aquaculture and conclude with
a personal observation on rural progress.
Je commencerai par quelques renseignements généraux pour
mettre les choses en contexte, je passerai ensuite à un bref exposé
des retombées de l’aquaculture, et je terminerai par des
observations personnelles sur l’essor des régions rurales.
The town has 1,233 residents and the coast of bays region has
14 municipalities consisting of 22 communities with a total
regional population of 7,219 residents.
Notre village compte 1 233 habitants. La région de Coast of
Bays compte 14 municipalités composées de 22 collectivités dont
la population totale est de 7 219 habitants.
St. Alban’s and the Bay d’Espoir area was settled by those that
moved inland along the deep bays from fishing communities on
the outer coastline. St. Alban’s became a trading centre and
logging became one of the early industries until later declining.
Hydro development and thereafter hydro generation became an
important industry in the area.
St. Alban’s et la région de Bay d’Espoir ont vu le jour lorsque
des habitants de collectivités de Bays ont quitté la côte pour
s’installer à l’intérieur des terres. St. Alban’s est devenu un centre
de commerce, et l’une des premières industries à s’établir ici a été
l’industrie forestière, qui a ensuite connu un déclin. Le secteur du
développement hydroélectrique et, par la suite, de la production
d’hydroélectricité, ont pris de l’importance dans la région.
After the development phase there were many skilled
construction workers that had to look elsewhere for work. In
the region there were four wild fishery plants. Today fish
harvesting and fish buying activity is still very important but all
the wild plants have discontinued. However there are three plants
that have done significant aquaculture production in recent years,
Une fois la phase de développement terminée, de nombreux
travailleurs qualifiés du secteur de la construction ont dû se
chercher du travail ailleurs. Notre région comptait quatre usines
de transformation du poisson sauvage. Si la pêche et le négoce du
poisson ont toujours une grande importance ici, ces quatre usines,
quant à elles, ont mis un terme à leurs activités. Cela dit, au cours
27-5-2014
Pêches et océans
9:109
including one in St. Alban’s which did not have a wild fishery
plant. Many fish harvesters in the greater region now work both
in the fishery and aquaculture.
des dernières années, trois usines du secteur agricole ont été très
actives, et l’une d’entre elles est située à St. Alban’s, où n’était
établie aucune des usines de transformation du poisson sauvage.
Bon nombre de pêcheurs de la grande région travaillent à présent
dans les pêcheries et les installations aquicoles
There have been many ups and downs in the local economy
and like many rural places across Canada people had to face
economic challenges and demographic shifts. Often our biggest
and most valuable exports are our people who often needed to
look elsewhere for opportunity.
Notre économie locale a connu des hauts et des bas, et nos gens
ont dû faire face à des difficultés économiques et à des
changements démographiques semblables à ceux qui ont touché
une kyrielle de régions rurales du pays. Bien souvent, la principale
et plus précieuse exportation de notre région, ce sont ses habitants
qui ont dû aller se chercher du travail ailleurs.
Now I will shift gears and talk about aquaculture in, around
and near the town of St. Alban’s. Aquaculture development and
growth have been ongoing for 30 years. Today the industry
represents much economic opportunity while diversifying and
adding to the economic base.
Je vais maintenant changer de registre et vous parler de
l’aquaculture à St. Alban’s et dans les environs. Le
développement et la croissance du secteur aquicole ont
commencé il y a une trentaine d’années. À présent, ce secteur
crée une multitude d’occasions grâce à sa diversification et à sa
contribution à notre économie.
Our town has seen the opening of a 58,000 square foot
hatchery and an aquatic fish health lab and aquaculture
development centre. There is a fish processing plant in the town
and farm sites in the nearby coves. The town also has support
sector companies from services such as scuba diving to cage and
net manufacturing firms.
Une écloserie d’une superficie de 58 000 pieds carrés, un
laboratoire de recherche sur la santé des poissons et des animaux
aquatiques et un centre de développement de l’aquaculture ont vu
le jour dans notre village, qui compte également une usine de
transformation du poisson. Des sites d’élevage se trouvent dans
les anses avoisinantes. En outre, des entreprises du secteur des
services se sont installées ici, par exemple des vendeurs de matériel
de plongée et des fabricants de cages et de filets.
Hundreds of local residents are employed directly with industry
or local businesses that benefit indirectly. In the greater region
that number totals 600 to 800 direct jobs. These jobs are very
broad ranging from labour positions to skilled trades, to
professional positions in many fields including marine
technology, sciences and business.
L’industrie et les entreprises connexes emploient des centaines
de résidents de la région — l’industrie crée de 600 à 800 emplois
directs dans la grande région. Ces emplois englobent tant des
postes de manœuvre que des postes de travailleurs qualifiés ou de
professionnels, et ce, dans une vaste gamme de secteurs,
notamment ceux de la technologie marine, des sciences et des
affaires.
Aquaculture contributes to the tax base of the town.
Commercial and residential development has been significant.
Property assessment values and real market values have been
rising. In the past the selling of homes and the renting of
properties were very difficult. Conversely today the buying of
homes and finding real rental properties are more challenging
with increased demand. Housing starts have increased
substantially.
L’aquaculture contribue à l’assiette fiscale de notre village. Le
développement commercial et résidentiel a été considérable. La
valeur des terrains et des propriétés ont augmenté. Par le passé, il
était très difficile de vendre une résidence ou de louer un
logement; à l’inverse, aujourd’hui, vu la hausse de la demande,
il est beaucoup plus difficile de trouver une maison à acheter ou
un logement à louer. Le nombre de mises en chantier s’est accru
de façon substantielle.
There are younger folks moving to the area for new
opportunity. Returning retirees and semi-retirees have
confidence in building their retirement home in a more vibrant
community. There are more grandparents that now have
grandkids nearby. These are less tangible impacts but positive
for wellbeing of a healthy and sustainable community. Everyone
benefits from kids to seniors.
De jeunes gens viennent s’installer dans la région pour profiter
des occasions qui s’y présentent. Des retraités et des semi-retraités
reviennent y vivre avec la conviction que la résidence pour
personnes âgées qui sera construite ici se trouvera dans un milieu
de vie plus dynamique. Un plus grand nombre de personnes
peuvent profiter de la présence non loin d’eux de leurs petitsenfants. Il s’agit là d’effets moins tangibles, mais néanmoins
favorables au bien-être d’une collectivité saine et durable. Tout le
monde en profite, qu’il s’agisse des enfants ou des personnes
âgées.
To conclude, I will end on a personal observation happening
literally in my front yard. My wife and I and our family moved
back to St. Alban’s in 2002. I questioned it at first as it seemed
Je terminerai mon exposé par des observations personnelles à
propos de quelque chose qui se passe littéralement devant chez
moi. En 2002, je suis retourné vivre à St. Alban’s avec mon
9:110
Fisheries and Oceans
27-5-2014
that people were going in the other direction ever since I was old
enough to remember. In 2002 I counted less than a handful of my
graduating class of 1993 residing in the area. Today that number
is 16 out of 37 and actually since I did these notes it’s actually
19 out of 37. That’s more than 50 per cent of my graduating class
now living, working and raising families in rural Newfoundland
and Labrador.
épouse et notre famille. Avant de le faire, je me suis posé des
questions sur le bien-fondé de cette décision, vu que, d’aussi loin
que je pouvais me souvenir, la tendance consistait plutôt à faire le
chemin inverse. En 2002, il ne restait plus dans la région qu’une
poignée de ceux qui avaient terminé leurs études secondaires en
même temps que moi en 1993. À l’heure actuelle 16 de ces
37 personnes vivent dans la région, et en fait, depuis la rédaction
de mon exposé, ce nombre est passé à 19. En d’autres termes, plus
de 50 p. 100 des gens de ma promotion vivent, travaillent et
élèvent actuellement leur famille dans notre région rurale de
Terre-Neuve-et-Labrador.
My wife and I purchased a 70-foot long mini-home for the
price of a nice car when we moved there. We thought this was safe
as you can lose in depreciation on a bigger home. It was not like
Halifax where we lived previously. Six years later in 2008 we sold
that mini-home for the price of two nice cars. Today it’s worth the
value of three nice cars. In 2008 we built a new home among
11 housing starts in town that year. Since 2008 our property
assessment has increased by 40 per cent and the cost of building
nearly doubled.
Lorsque nous nous sommes installés ici, mon épouse et moi
avons acheté une maison préfabriquée mobile de 70 pieds pour le
prix d’une belle voiture. Nous avions décidé de jouer de prudence,
vu que la dépréciation de valeur d’une plus grande maison peut
faire perdre de l’argent. Nous nous retrouvions dans une situation
différente de celle qui régnait à Halifax, où nous vivions
auparavant. Six ans plus tard, en 2008, nous avons vendu cette
petite maison pour le prix de deux belles voitures. À ce momentci, sa valeur est égale à celle de trois belles voitures. En 2008, nous
avons construit une nouvelle maison. Il s’agissait de l’une des 11
mises en chantier survenues dans notre village cette année-là.
Depuis 2008, notre évaluation foncière a augmenté de 40 p. 100, et
le coût de fabrication a presque doublé.
The subdivision where we live now is now full. Nine more
homes were built and we can count 22 young children, not
including our own that reside in homes visible from our front
door alone.
Le lotissement où nous vivons est à présent complet. Neuf
autres maisons y ont été construites, et 22 jeunes enfants y vivent,
sans compter les nôtres.
The seafood industry in Newfoundland and Labrador
historically is about $1 billion annually which is very important.
Today aquaculture is now accounting for nearly 20 per cent of
that. That is a statistic. Rural progress is often qualitative about
what you experience when you leave your front door and take a
ride through town. Thank you for taking a tour with me today in
the town of St. Alban’s and region to which the economic impact
of aquaculture has been very significant.
Depuis belle lurette, l’industrie des poissons et des fruits de mer
de Terre-Neuve-et-Labrador présente une valeur annuelle de 1
milliard de dollars, ce qui est considérable. À l’heure actuelle, la
valeur de la production aquicole représente près de 20 p. 100 de
cela. Il s’agit d’une statistique. À bien des égards, l’essor d’une
région rurale ne peut pas être quantifié — on en prend la mesure
par ce que l’on éprouve lorsque l’on sort de chez soi et que l’on se
promène dans son village. Je vous remercie de m’avoir permis de
vous parler aujourd’hui de notre municipalité, de notre région et
des très substantielles retombées économiques que l’aquaculture a
eues sur elles.
Thank you.
Merci.
The Chair: Mayor Drake.
Le président : Monsieur Drake, la parole est à vous.
Roy Drake, Mayor, Town of Harbour Breton, Newfoundland
and Labrador: Good afternoon, senators. My name is Roy Drake
and I’m mayor of Harbour Breton, a community that you visited
yesterday. As you found out yesterday we are on the south coast
in the area of the province that we all refer to as the coast of bays.
Roy Drake, maire, village de Harbour Breton, Terre-Neuve-etLabrador : Bonjour, mesdames et messieurs. Je m’appelle Roy
Drake, et je suis maire de Harbour Breton, collectivité que vous
avez visitée hier. Comme vous avez pu le constater, elle est située
sur la côte sud de la province, dans la région de Coast of Bays.
Harbour Breton traditionally was connected to the offshore
fishery along with the inshore fishery and was the mainstay of
year-round employment in the community. This was the case only
until a few short years ago.
De tout temps, Harbour Breton a vécu de la pêche hauturière
et de la pêche côtière, principales sources d’emploi à l’année pour
la collectivité, jusqu’à ce que les choses changent il y a quelques
années.
27-5-2014
Pêches et océans
9:111
In the 1990s we were all impacted by the moratorium on
northern Cod. The local fish plant was closed and people were
thrown out of work. However in the later years of the moratorium
Harbour Breton was fortunate enough to produce other species
and employed people once again.
Dans les années 1990, nous avons tous été touchés par le
moratoire de la pêche de la morue du Nord. L’usine locale de
transformation du poisson a mis fin à ses activités, et des gens se
sont retrouvés sans travail. Cependant, au cours des années
suivantes, le moratoire a eu l’heureux effet d’amener les gens à se
tourner vers d’autres espèces, de sorte que des emplois ont été
créés.
However in 2004 the provincial government brought changes
to legislation that would see the end of Fishery Products
International and a connection to the offshore fishery ended.
Toutefois, en 2004, le gouvernement provincial a adopté des
modifications législatives qui ont contraint Fishery Products
International à fermer ses portes, ce qui a rompu l’un des liens de
notre collectivité avec la pêche hauturière.
The Barry Group later acquired the facility in Harbour Breton
and once again we adapted and our future in the aquaculture
industry began. Harbour Breton residents work on aquaculture
sites. They work at businesses that serve the industry and are
involved in the production of farm salmon and trout in the valueadded stage which is then shipped to market.
Le groupe Barry s’est ultérieurement porté acquéreur des
installations de Harbour Breton. Une fois de plus, nous nous
sommes adaptés, et nous nous sommes lancés dans l’aventure de
l’aquaculture. Les résidents de Harbour Breton travaillent dans
des installations d’aquaculture. Ils travaillent dans des entreprises
qui fournissent des services à l’industrie aquicole, et ils travaillent
dans le secteur de la valorisation du saumon et de la truite
d’élevage, dont les produits sont ensuite envoyés sur le marché.
One does not have to look far to see how the community has
benefited from these jobs created. These economic spin-offs from
this industry reach much farther than my community. It benefits
all communities in the province. Look no further than here in
central Newfoundland and you do not have to travel far to find a
business that depends on this aquaculture industry to keep their
business running.
Nul besoin de chercher bien loin pour constater les retombées
économiques qu’ont eues ces emplois créés par l’industrie non
seulement sur notre collectivité, mais également sur toutes celles
de la province. Ici même, dans la région du centre de Terre-Neuve,
les entreprises qui sont tributaires de l’industrie aquicole sont
légion.
A municipality is like a business and it needs money to
function. When the residents are working everyone in the
community feels the benefits. I fear to think what Harbour
Breton would be without the aquaculture industry today. The
direct and indirect jobs are almost immeasurable. Yes, we do have
other residents in town that work at other jobs in the offshore, the
medical field and the inshore fishery but it all benefits local
economy. A diversified economy is what rural Newfoundland
needs to survive and we have it.
Tout comme une entreprise, une municipalité a besoin d’argent
pour poursuivre ses activités. Lorsque ses habitants travaillent,
toute la collectivité en bénéficie. Je n’ose pas imaginer à quoi
ressemblerait Harbour Breton si l’industrie aquicole disparaissait
aujourd’hui. Le nombre d’emplois directs et indirects qui en
dépendent est presque incommensurable. Bien sûr, certains de nos
résidents travaillent pour l’industrie de la pêche hauturière, dans
le secteur médical ou pour l’industrie de la pêche côtière, mais ils
contribuent tous à l’économie locale. La survie des régions rurales
de Terre-Neuve passe par la diversification de leur économie, et
notre collectivité possède une économie diversifiée.
The challenge that Harbour Breton currently faces is the fact
that the facility once used for production has outgrown its useful
life. A more modern, streamlined facility has to be built and we
are working on a daily basis with all parties involved to see that
this new modern facility will soon become a reality.
Le problème auquel nous faisons face tient à ce que nos
installations de production ont dépassé leur durée de vie utile.
Nous avons besoin d’une usine plus moderne. Des installations
simplifiées doivent être construites. Nous collaborons chaque jour
avec toutes les parties concernées pour faire en sorte que cette
usine voie le jour dans un avenir rapproché.
Like Jamie said earlier and so many others I decided that I
wanted to raise a family and work in my home town. I believe in
the community, what we have and what we have to offer. The
future is bright with the proper plan. Challenges in any industry
are inevitable but there is no doubt that this region of the
province can continue to grow with the aquaculture industry and
be a strong part of the province’s overall economy.
Comme Jamie et bien d’autres personnes, j’ai décidé de fonder
une famille et de travailler dans mon patelin d’origine. Je crois en
notre collectivité, en ses ressources et en ce qu’elle a à offrir.
L’avenir nous réserve de bonnes choses, pour autant que nous
nous dotions d’un plan adéquat. Toutes les industries se heurtent
à des difficultés, mais il ne fait aucun doute que l’industrie
aquicole peut permettre à notre région de poursuivre sa croissance
et de contribuer notablement à l’économie de la province.
Thank you.
Merci.
9:112
Fisheries and Oceans
27-5-2014
The Chair: Thank you, mayors. It’s great to hear of another
side of the aquaculture industry and the benefits from it.
Le président : Je remercie les deux maires de leurs exposés.
Nous sommes très heureux d’avoir l’occasion d’entendre des gens
qui ont un autre point de vue sur l’industrie aquicole et ses effets
bénéfiques.
Senator Wells: Thank you, mayors, for appearing and giving us
a presentation and for the hospitality your towns offered
yesterday.
Le sénateur Wells : Messieurs les maires, je vous remercie de
vous être présentés ici, de nous avoir présenté des exposés et de
nous avoir accueillis chez vous hier.
You mentioned, Mayor LeRoux, that there are
13 communities in the coast of bays area.
Monsieur LeRoux, vous avez mentionné que la région de
Coast of Bays comptait 13 municipalités.
Mr. LeRoux: There are 14 municipalities and 22 communities.
M. LeRoux : Elle compte 14 municipalités et 22 collectivités.
Senator Wells: Is there a good co-operation among all the
communities with respect to aquaculture development? I am
referring to sites, services and obviously processing in some cases.
Is there a lot of co-operation or is there healthy competition?
Le sénateur Wells : Est-ce que les collectivités collaborent
adéquatement en vue du développement de l’industrie aquicole,
plus précisément du développement des sites, des services et, bien
entendu, dans certains cas, des activités de transformation? Le
climat qui règne en est-il un de coopération, ou bien de saine
concurrence?
Mr. LeRoux: In terms of co-operation our council, Mayor
Drake and I are new in our roles. Our predecessors have had a
joint mayor’s council for the region since late 1990s and just last
week or the week before we solidified that with a memorandum of
understanding. We have a new Regional Economic Development
Corporation attached to it and so in the future there could be an
interest to support the industry in terms of aquaculture and other
industries. When it comes to working together there’s a strong
history of working together when it comes to services and things
like that.
M. LeRoux : En ce qui concerne la coopération, je vous dirai
que le maire Drake et moi-même sommes des nouveaux venus au
sein du conseil régional des maires qu’ont fondé nos prédécesseurs
à la fin des années 1990. Tout juste la semaine dernière, ou peutêtre la semaine précédente, nous avons consolidé cela par la
conclusion d’un protocole d’entente et la création d’une société de
développement économique régional. Ainsi, dans l’avenir, le
soutien de l’industrie aquicole et d’autres industries pourrait
susciter de l’intérêt. J’ajouterai que nos collectivités ont une
longue tradition de collaboration en matière de services et
d’autres choses du genre.
In terms of aquaculture over the years that group meets with
different stakeholders in the region. Industry is one of them and
aquaculture is one so in terms of competition the industry really
needs to be spread out. There are certain parts of the industry that
have to be in different locations. Some could be cleaning in one
location and there are inflows and outflows which the folks here
in the industry know a lot better than we do as municipal leaders.
En ce qui a trait à l’aquaculture, je vous dirai que, au fil des
ans, notre groupe a rencontré les divers intervenants de la région,
notamment des membres de l’industrie aquicole, et que, selon
moi, la concurrence au sein de l’industrie doit prendre de
l’ampleur. Certaines entreprises devraient mener quelques-unes
de leurs activités — par exemple le nettoyage — à d’autres
endroits. Certains membres de l’industrie en savent beaucoup plus
que les membres de leur administration municipale en ce qui
concerne certaines rentrées et sorties de fonds.
The industry really is a footprint that benefits everyone. There
will be times when there will be a little bit of healthy competition
when it comes to new things that get introduced and stuff like
that, but that goes without saying anywhere. It is very much a cooperative environment.
Tout le monde profite des activités de l’industrie. Il arrive que
les diverses entreprises se livrent à une saine concurrence, par
exemple lorsque de nouveaux produits sont lancés, mais il va sans
dire qu’il en va de même dans tous les secteurs. Dans une large
mesure, le climat qui règne en est un de coopération.
Senator Wells: Does the Association of Municipalities
essentially replace the Coast of Bays Corporation, the Regional
Economic Development Board?
Le sénateur Wells : Peut-on dire, pour l’essentiel, que ce
regroupement de municipalités remplace le comité de
développement économique régional, à savoir la Coast of Bays
Corporation?
Mr. LeRoux: It doesn’t replace that corporation. The
municipal elections were last fall. The previous joint mayors
group wanted to wind down the Economic Development
Corporation. They went in this direction and our group went
further when it comes to solidifying the framework with which we
will work together going forward.
M. LeRoux : Non. Les élections municipales ont eu lieu
l’automne dernier. Les maires qui faisaient précédemment partie
de ce regroupement voulaient dissoudre la société de
développement économique et avaient pris des mesures en ce
sens, mais les nouveaux maires faisant partie du groupe ont plutôt
décidé de consolider leur union afin de travailler en collaboration
dans l’avenir.
27-5-2014
Pêches et océans
That corporation had a little different mandate and this was
more of a municipally driven mandate. The actual benefit for
municipalities with this group is that we could probably
implement the Regional Economic Development Board which
you referred to as the Coast of Bays Corporation which was a
planning agency only.
Senator Wells: Right, so you have more flexibility.
9:113
Quant à la société en question, son mandat était légèrement
différent, et ses activités étaient davantage menées à l’initiative des
municipalités. L’avantage qu’il procure aux municipalités tient à
ce qu’il leur permettrait probablement de mettre en œuvre le
comité de développement économique régional, à savoir la Coast
of Bays Corporation à laquelle vous avez fait allusion, et qui
n’était qu’un organisme de planification.
Le sénateur Wells : Exact. Cela vous procure une plus grande
souplesse.
Mayor Drake, Harbour Breton is the anchor community of the
region. It’s the service center for most part. During the darker
times in the 1990s and the early 2000s when a lot of people were
leaving and going to Alberta and elsewhere it was because they
were following work. You’re finding now that people are coming
back, following work. I’m assuming that’s correct.
Monsieur Drake, on peut dire que Harbour Breton constitue la
plaque tournante de la région — votre collectivité fait
essentiellement office de centre de services régional. Au cours de
la période noire des années 1990 et du début des années 2000, une
foule de personnes ont quitté la région et sont allées s’établir en
Alberta ou ailleurs pour y trouver du travail. À présent, vous
constatez que les gens reviennent s’installer ici parce qu’ils
peuvent y trouver du travail. Je suppose qu’il est juste de dire cela.
What are the challenges? Do you have challenges of getting
enough workers to supply the industries around Harbour Breton?
Quelles sont les difficultés auxquelles vous vous heurtez? Avezvous de la difficulté à attirer un nombre suffisant de travailleurs
pour combler les postes disponibles au sein des entreprises de
Harbour Breton et des environs?
Mr. Drake: At some times we do. Like you said earlier, a lot of
people left to follow the work but when the aquaculture industry
opened it gave opportunity to—I won’t call them older—people
in their fifties that weren’t so confident about going and looking
for work in Alberta. This gave them the opportunity to stay home
and they could live with the means they received from that. Those
are some of the things that most of these people said to us.
M. Drake : Il nous arrive d’éprouver des difficultés à ce
chapitre. Comme vous venez de le mentionner, bien des gens ont
quitté la région pour aller trouver du travail ailleurs, mais lorsque
l’industrie aquicole a lancé ses activités ici, des gens, disons, plus
âgés, c’est-à-dire des personnes dans la cinquantaine qui n’étaient
pas convaincues qu’elles pourraient se trouver du travail en
Alberta, ont pu trouver du travail dans la région. Cela leur a
donné la possibilité de demeurer dans leur patelin et d’y trouver
un gagne-pain. Voilà ce que la plupart de ces gens nous ont dit.
It also gives the younger generation scientists or those types of
people the opportunity to come home and do exactly what I did.
De plus, l’industrie aquicole a permis à de jeunes scientifiques
et à d’autres travailleurs spécialisés de faire exactement la même
chose que j’ai faite, c’est-à-dire de venir s’établir ici, chez eux.
Senator Wells: I noted from looking through some of the
briefing notes that other people have given us marine biologists,
aquatic veterinarians and that sort of thing. I would never have
thought that there would be a continuing demand for those in
that area. It’s a great credit to what the aquaculture sector has
done for the communities in the coast of bays area. Thanks very
much for your presentations.
Le sénateur Wells : En parcourant les notes d’information qui
nous ont été fournies, j’ai constaté que la présence de l’industrie
aquicole avait permis à la région d’attirer, entre autres, des
biologistes et des vétérinaires spécialistes de la vie marine. Je
n’aurais jamais cru qu’il y aurait une demande soutenue dans de
tels domaines. Le secteur aquicole a fait des choses merveilleuses
pour les collectivités de la région de Coast of Bays. Merci
beaucoup de vos exposés.
Senator Poirier: Thank you, mayors, for being here. In
listening to you and how your community have been moving
forward with the number of population, the number of jobs, the
number of families, and everything that is coming in, from my
understanding it looks like the aquaculture industry has really
been an economic driver in your region to help build. Am I right
on that?
La sénatrice Poirier : Messieurs, je vous remercie d’être ici. À la
lumière des propos que vous avez tenus concernant la façon dont
les choses ont progressé dans vos collectivités sur le plan du
nombre d’habitants, d’emplois et de familles et en ce qui concerne
tout ce que l’avenir vous réserve, il semble que l’industrie aquicole
a été un véritable catalyseur économique de votre région. Est-ce
exact?
Mr. Drake: Yes.
M. Drake : Oui.
9:114
Fisheries and Oceans
27-5-2014
Senator Poirier: Also being a coastal area for quite a few
communities up in that end of the province, how important is the
tourism as an economic driver to the region and has there been
any impact on the tourism industry due to the aquaculture?
La sénatrice Poirier : Pourriez-vous nous parler de
l’importance que revêt le tourisme sur le plan économique pour
les diverses collectivités de votre région côtière? Pourriez-vous
nous indiquer si l’aquaculture a eu des effets sur votre industrie
touristique?
Mr. Drake: I guess you found yesterday that Harbour Breton
was a long drive. Most people find it’s a long drive so tourism for
us has always been a challenge to get people at the end of this long
road.
M. Drake : J’imagine que vous avez trouvé hier que la route
qui mène à Harbour Breton est longue. C’est ce que pensent la
plupart des gens, de sorte que le tourisme a toujours posé des
difficultés pour nous. Le fait d’attirer des gens jusqu’ici a toujours
constitué un défi.
In Jamie’s case he’s not as far off the Trans-Canada as I am.
You do see people with the aquaculture industry visit the area.
They hear about it in the news. They hear of its success. They will
visit St. Alban’s, Milltown and Head of Bay. Then of course we
have Conne River, our First Nations reserve, the only one on the
island in our area. They will visit these locations and they’ll come
to Harbour Breton. Most people would love to see the operation
itself, the cages, how the fish is grown and how it’s produced if
they can. It has done a lot of things to that point.
La municipalité que représente Jamie n’est pas aussi éloignée
de la route Transcanadienne que la nôtre. Des gens travaillant au
sein de l’industrie aquicole visitent la région. Ils en entendent
parler dans les bulletins de nouvelles. Ils entendent parler de son
franc succès. Ils vont visiter St. Alban’s, Milltown et Head of Bay,
et aussi, bien entendu, Conne River, l’unique réserve des
Premières Nations de l’île qui se trouve dans notre région. Ils se
rendent dans ces lieux, et ils viennent à Harbour Breton. La
plupart des gens adoreraient observer la manière dont se
déroulent les activités en tant que telles, l’élevage du poisson
dans des cages. À ce jour, l’industrie aquicole a réalisé bien des
choses.
When it comes to the other thing for the municipality, like he
said, we’re new mayors. We found a challenge and it’s a good
challenge. Where do you develop land for new homes? Where do
you get money for the new infrastructure in water, sewer,
pavement and wharves? How do you accommodate for these
people?
En outre, comme mon collègue l’a mentionné, nous sommes
tous deux des maires nouvellement élus. Nous avons constaté que
nous avions de bons défis à relever. Où construire de nouvelles
maisons? Où trouver les fonds requis pour la construction
d’infrastructures hydrauliques, de réseaux d’égouts, de routes
asphaltées et de quais? Que faire pour répondre aux besoins de ces
gens?
It is a great thing that most small towns in Newfoundland
don’t have that problem but we can honestly say we do. When
people hear about success they follow it. Whether it is in the
aquaculture industry or they work offshore or in my case
someone who works at the local hospital, they want to be a
part of a community that’s growing and alive. We still have two
schools in our community. When I graduated in 1991we had two
schools and we still have two physical buildings. We have less
population but we still have the two buildings because the
population is still there for that. That makes all the difference.
La plupart des villages de Terre-Neuve ne sont heureusement
pas confrontés à un tel problème, mais pour notre part, nous
pouvons honnêtement dire que le succès attire les gens. Qu’ils
travaillent dans l’industrie aquicole, dans le secteur de la pêche
hauturière ou dans le domaine hospitalier, comme c’est mon cas,
les gens veulent appartenir à une collectivité en croissance et
débordante de vitalité. Il y a toujours deux écoles dans notre
collectivité. En 1991, lorsque j’ai terminé mes études secondaires,
il y avait deux écoles, et elles sont toujours là. La population n’est
plus aussi élevée, mais ces deux édifices sont toujours là, car notre
nombre d’habitants justifie leur présence. Ça change tout.
Mr. LeRoux: Like Mayor Drake said when it comes to tourism
there have not been any impacts. As a matter of fact, if anything,
a lot of people come in and wonder what aquaculture is about and
want to look through the area. Aquaculture itself actually can in
our case probably add to it.
M. LeRoux : Comme le maire Drake l’a indiqué, l’aquaculture
n’a eu aucun effet sur le tourisme. En fait, c’est plutôt le contraire
qui se produit — bien des gens qui viennent ici s’informent à
propos de l’aquaculture et veulent en apprendre davantage làdessus. En ce qui nous concerne, c’est l’aquaculture qui bonifie
l’expérience touristique.
In terms of the region we have a lot to offer. For those of you
that seen it there I’ve heard tourism consultants that worked
throughout Atlantic Canada compare some of scenes you see
from your vehicle when driving in our region, especially going
down toward the town of Harbour Breton and those
communities, to scenes you have to hike for in other
jurisdictions. I won’t name any but we have sometimes a best
Notre région a beaucoup de choses à offrir. J’ai entendu dire
que, partout dans la région de l’Atlantique, des conseillers en
tourisme comparaient quelques-uns des paysages que vous pouvez
voir depuis votre véhicule lorsque vous circulez dans notre région,
plus particulièrement lorsque vous descendez vers Harbour
Breton et les autres collectivités de ce coin-là, à des paysages
d’autres coins de pays qui ne sont accessibles qu’aux randonneurs.
27-5-2014
Pêches et océans
9:115
kept secret when it comes to tourism. Like I said, the drive is a
challenge but there have not been any impacts from that industry
on the potential opportunities in tourism.
En matière touristique, nous possédons quelques joyaux bien
cachés, mais je ne vous en dirai pas davantage. Comme je l’ai
indiqué, la route est parsemée d’embûches, mais l’industrie
aquicole n’a pas véritablement créé d’occasions pour nous sur le
plan touristique.
Senator Poirier: Would you both say that aquaculture is the
No. 1 employment opportunity in your region or along part of the
province?
La sénatrice Poirier : Messieurs, diriez-vous que l’industrie
aquicole est la principale créatrice d’emplois de votre région ou de
votre partie de la province?
Mr. LeRoux: Yes, in terms of growth opportunity for sure. For
instance, in parts of the coast, in Bay d’Espoir for instance, hydro
generation is still a big employer. Much of the island’s power
comes from Bay d’Espoir hydro generation. At the other end of
the coast inshore fish harvesting and fish buying are still very
strong, but there are growth opportunities and complementary
opportunities. Some of those industries go hand in hand
sometimes and sometimes people are in both.
M. LeRoux : Sur le plan des occasions de croissance, oui, à
coup sûr. Dans certaines régions de la côte, par exemple à Bay
d’Espoir, l’industrie de la production d’hydroélectricité emploie
toujours beaucoup de gens. On produit toujours là-bas la majeure
partie de l’électricité consommée sur l’île. À l’autre bout de la
côte, les secteurs de la pêche côtière et du négoce de poisson
demeurent très importants, mais il y a des occasions de croissance
et de complémentarité — il arrive que quelques-unes de ces
industries collaborent et que des gens travaillent dans plus d’une
d’entre elles.
Senator Poirier: I regret that my plane wasn’t able to get here in
time so that I missed the visit yesterday. I looked forward to
visiting you.
La sénatrice Poirier : Je regrette que mon vol ait été retardé et
que je n’aie pas pu participer à la visite d’hier. J’avais très hâte à
cette visite.
Senator Munson: Thanks for being here. As mayors, are you
part of the Canadian Association of Municipalities? Then, of
course, in Newfoundland there would be the association you
alluded to.
Le sénateur Munson : Merci d’être ici. J’aimerais savoir si les
villes dont vous êtes maire sont membres de l’association
canadienne des municipalités. Bien entendu, vous êtes membre
de l’association terre-neuvienne que vous avez évoquée.
Mr. LeRoux: As well as Newfoundland and Labrador.
M. LeRoux : De même que celle de Terre-Neuve-et-Labrador.
Senator Munson: I think you were both here listening to
testimony from operators and people who have fish farms,
shellfish and so on. They did talk about a lot of red tape, a lot of
duplication of services, confusion, delays, closing of offices and
the issue with Marine Atlantic. As mayors, do you get together in
Newfoundland and Labrador and sit down and hear these
complaints firsthand and then present as a united front the
positions of the constituents that you represent: Yes, it’s a really
good thing that this is happening but there are some still serious
issues such as time is money, and all these sort of things and to get
approvals and so on and so forth and present those either to a
federal representative and here particularly in the province. Are
you able to do that? Is that a process that you folks are doing?
Le sénateur Munson : Je pense que vous avez tous deux
entendu le témoignage qu’ont livré des exploitants d’installations
piscicoles, conchylicoles ou autres. Ils ont parlé de la grande
quantité de paperasse à remplir, des nombreux chevauchements
de services, de la confusion et des retards, de la fermeture de
bureaux et du problème lié à Marine Atlantique. Est-ce que vous
et les autres maires de Terre-Neuve-et-Labrador avez l’occasion
de vous réunir, d’examiner par vous-même ces plaintes et
d’indiquer ensuite d’une seule et même voix à vos mandants
respectifs, ou même à un représentant du gouvernement fédéral
ou du gouvernement provincial, que, en dépit de toutes les bonnes
choses qui se produisent, vous avez toujours de graves difficultés à
surmonter, notamment en ce qui a trait à l’obtention de fonds et
d’approbations? S’agit-il d’une chose que vous êtes en mesure de
faire? Avez-vous entrepris une telle démarche?
Mr. LeRoux: Speaking to my time involved in terms of
municipal organizations provincially, nothing comes to mind in
that regard. It’s not that they wouldn’t do it. There are many
industries in the province but going down to the local level and
speaking to my prior involvement at the municipal level, over the
years if there are industry concerns they are indeed concerns of
the municipality. Any time there are things to advocate that
benefit the industry as it would go forward, especially when it
comes to our Economic Development Corporation, and if the red
tape could be reduced, it would benefit the communities for that
growth to continue.
M. LeRoux : Pour autant que je me souvienne, les
administrations municipales de la province n’ont jamais fait rien
de tel. Ce n’est pas qu’elles ne veulent pas le faire. La province
compte de nombreuses industries, mais à un échelon plus local, et
je vous dirai que, d’après ce que j’ai pu observer par le passé, les
préoccupations de l’industrie sont aussi celles de municipalités. Si
nous pouvons faire quelque chose pour aider l’industrie à aller de
l’avant, surtout par le truchement de notre société de
développement économique, et si nous pouvions réduire la
paperasse, cela favoriserait la poursuite de la croissance de nos
collectivités.
9:116
Fisheries and Oceans
27-5-2014
Mr. Drake: Red tape is always a problem even for a
municipality, but I think once we get our regional economic
board as a community of councils up and running these are the
things that we will be looking at.
M. Drake : Pour une municipalité, la paperasserie représente
toujours un problème, mais je pense qu’il s’agit là d’une chose sur
laquelle se penchera le conseil économique regroupant les
collectivités de notre région une fois qu’il aura entrepris ses
activités.
I know that one of the sites Dr. Halfyard is speaking about is
in ours. We had challenges. I know that when Cooke Aquaculture
produced in Harbour Breton some of their challenges were the
weather and the schedule of the ferry across. The boat and trucks
would leave town every night just to catch the ferry first thing in
the morning and hope it would get across. It is a problem that
needs to be addressed and something we will look at with the
producers.
Je sais que l’un des sites dont Mme Halfyard a parlé se trouve
dans notre collectivité. Nous avons eu des difficultés. Je sais que
quelques-uns des problèmes auxquels Cooke Aquaculture s’est
heurtée lorsqu’elle était présente à Harbour Breton tenait aux
conditions météorologiques et à l’horaire du traversier — les gens
quittaient la ville chaque soir en bateau ou en camion à seule fin
de prendre le traversier au petit matin, et ils se croisaient les doigts
pour qu’il parvienne jusqu’ici. Il s’agit d’un problème à régler, et
nous nous pencherons là-dessus avec les producteurs.
Senator Munson: Thank you for that.
Le sénateur Munson : Merci de ces explications.
Aquaculture seems so different than some other industries that
have come and gone to this province and to other provinces in
Atlantic Canada. I am from New Brunswick originally but I was a
reporter before and I covered enough stories of greenhouses and
different places in Cape Breton where money was poured into,
from call centres to you name it. Mayors and others get so
excited: ‘‘My goodness, money is being poured in here and look at
what we have now.’’ No questions are asked and then all of a
sudden two years later somebody would say, ‘‘He has pulled the
plug and he’s gone.’’
L’industrie aquicole semble extrêmement différente des autres
industries qui ont été présentes dans la province et ailleurs dans la
région de l’Atlantique. Je suis originaire du Nouveau-Brunswick,
mais lorsque j’étais journaliste, j’ai fait un certain nombre de
reportages sur des serres et diverses autres entreprises du cap
Breton, par exemple des centres d’appels, dans lesquelles de
l’argent avait été investi. Les investissements de ce genre rendent
les maires et les autres intervenants fous de joie, et ils acceptent
tout sans poser de question. Et puis, deux ans plus tard, on
apprend que l’entreprise qui avait suscité tant d’espoir a
subitement mis fin à ses activités.
In this respect it seems different. There seems to be a lot more
hope, a lot more sustainability in this particular environment. I
think part of it is due to the fortitude of the people of
Newfoundland and Labrador and also the fact that it’s owned
and run by the people of Newfoundland and Labrador.
À ce chapitre, les choses semblent avoir changé. Cette industrie
semble susciter beaucoup plus d’espoir et être beaucoup plus
durable. À mes yeux, cela s’explique en partie par le courage des
gens de Terre-Neuve-et-Labrador, de même que par le fait que ces
gens sont à la fois propriétaires et exploitants de ces entreprises.
I just thought I’d make that statement because we’ve only been
here 48 hours and as a committee we’re going to make a report.
What we’re seriously looking at is getting an aquaculture act and
streamlined regulations and hoppefully adding our voice to this
conversation. It’s more of a statement than soliciting an answer.
J’avais envie de faire cette observation, vu que nous ne sommes
ici que depuis 48 heures et que nous devons rédiger un rapport. Ce
que nous devons sérieusement viser, c’est l’instauration d’une loi
sur l’aquaculture et de dispositions réglementaires simplifiées, et
nous espérons avoir l’occasion de contribuer à leur élaboration. Il
s’agit là non pas tant d’une question que d’une déclaration que
j’avais envie de faire.
Mr. Drake: Even the aquaculture industry is not brand new for
most people. I mean it was in Bay d’Espoir I’d say 25 or 30 years
ago. It grew slowly. They knew what they were doing and it’s got
to the point where we are today. Government funding sometimes
is needed and help from organizations such as ACOA is a great
help especially for a community like mine at this time anyway.
M. Drake : Pour la plupart des gens, même l’industrie aquicole
n’a rien de tout à fait nouveau — à Bay d’Espoir, elle est présente
depuis 25 ou 30 ans. Sa croissance a été lente. Les gens de
l’industrie savaient ce qu’ils faisaient, et ils sont parvenus au point
où nous en sommes aujourd’hui. Ils ont parfois besoin de
financement du gouvernement, et l’aide d’organismes comme
l’APECA est une excellente chose, surtout pour une collectivité
comme celle que je représente, à tout le moins à ce moment-ci.
Mr. LeRoux: In Head of Bay d’Espoir, the neighbouring
municipality of Milltown, there is a support sector business doing
some construction there of a net cleaning facility and another
wharf is being constructed in Milltown. Yesterday I left town to
go to Clarenville and I saw the traffic there. These are all positive
signs of continuing growth of the industry and support for it.
M. LeRoux : À Head of Bay d’Espoir, municipalité voisine de
Milltown, une entreprise du secteur de l’approvisionnement est en
train de faire construire des installations de nettoyage de filets, et
un autre quai est en construction à Milltown. Hier, je me suis
rendu à Clarenville, et il y avait de la circulation. Il s’agit là de
signes positifs qui montrent que la croissance de l’industrie et des
secteurs connexes se poursuit.
27-5-2014
Pêches et océans
9:117
Senator McInnis: Good afternoon, Your Worships. I agree
with Senator Munson. This is a very feel good story and it looks
like the future is looking quite rosy because it has been said the
world has to be fed and aquaculture is going to be needed. Who
would have imagined in the outports of Newfoundland and
Atlantic Canada and B.C. it’s coming home and creating jobs.
Le sénateur McInnis : Bonjour à vous, messieurs les maires. Je
suis d’accord avec le sénateur Munson pour dire que tout ce que
l’on entend aujourd’hui est très réconfortant, et que l’avenir
semble très prometteur pour vous, vu que le monde doit être
nourri et que l’aquaculture se révélera nécessaire. Qui aurait cru
que des gens retourneraient vivre dans leur petit hameau isolé de
Terre-Neuve, de la région de l’Atlantique ou de la ColombieBritannique pour y vivre et y créer des emplois?
The value-added stage was mentioned, I take it. I’m not sure
what that would be, but you can mention that. What type of
aquaculture do you have taking place and what are the average
wages being paid?
Je crois qu’on a fait allusion aux activités de valorisation. Je ne
suis pas certain de comprendre en quoi elles peuvent consister,
mais vous pourrez nous fournir des explications à ce sujet. Quels
sont les types d’activités aquicoles qui ont lieu? Quel est le salaire
moyen des travailleurs de l’industrie?
As a final question, and I’m trying to get my head around this,
I think you said that it was beneficial with respect to the tax base.
How do you tax and assess? I can see onshore sites, but do you
tax and assess pens? They are in fact attached to the shore and
they’re attached to the bottom. Is there a tax base there so that
you are able to benefit your revenues?
Enfin, il y a une chose que je tente de comprendre. Je pense que
vous avez dit que l’industrie avait des effets bénéfiques sur le plan
de l’assiette fiscale. Comment procédez-vous à l’imposition? Je
peux imaginer la manière dont vous imposez les sites qui se
trouvent à terre, mais qu’en est-il des enclos? Sont-ils imposés? Ils
sont rattachés au rivage et au fond de l’eau. Vous est-il possible de
les imposer et d’en tirer des bénéfices fiscaux?
Mr. Drake: I’ll speak on the value added first. When
production was taking place in Harbour Breton there were two
ways of doing it. It’s called H and G, head and gut for the fishery.
The salmon would go out as a whole salmon and be taken to
maybe New Brunswick for extra filleting to extend the life of the
product or if the market demanded that’s what would be done.
M. Drake : Je vous parlerai d’abord de la valorisation.
Lorsque des activités de production avaient lieu à Harbour
Breton, il y avait deux façons de valoriser le produit. On procédait
à l’étêtage et à l’éviscération pour le compte de la pêcherie. Les
saumons étaient envoyés entiers au Nouveau-Brunswick, par
exemple, où on procédait à leur filetage en vue de prolonger la
durée de vie du produit ou en réponse à la demande du marché.
When we did the filleting side of things in Harbour Breton that
created more jobs. This is one of the things that we really liked
about that side of things, but there were challenges again with
shelf life and trying to get it off the island and these things. Once
we get going we’ll discuss that again. That’s what value added is.
It’s the filleting of the product itself.
Les activités de filetage avaient créé des emplois à Harbour
Breton. Cette facette des choses nous plaisait beaucoup, mais là
encore, la durée de vie du produit, son expédition hors de l’île et
d’autres choses du genre nous posaient des difficultés. Nous
examinerons tout ça de nouveau une fois que nos activités seront
relancées. Voilà en quoi consistent les activités de valorisation —
pour nous, elles se ramènent au filetage du produit en tant que tel.
On the hourly wage I know on the cages it’s probably $13 or
$14 an hour or so and up. In the fish plant production of it, it is
around the same thing.
En ce qui concerne le salaire horaire, je sais que ceux qui
s’occupent des cages touchent au moins 13 ou 14 $ l’heure, et que
les employés de l’usine de transformation touchent un salaire à
peu près semblable.
When it comes to the tax base in Harbour Breton we taxed
with an understanding with the company that owned the building
at a flat rate for the year and then they pay for the water that they
would use. When it comes to the cages I don’t think we tax the
cages because they’re not always in the boundary of the
municipality, but this does cause a challenge because the roads
get used, the wharves get used and everything in the town gets
used in some way or form from the trucks bringing material in
and the trucks bringing material out. That’s something that needs
to be looked at.
Pour ce qui est de l’assiette fiscale, à Harbour Breton,
l’imposition de l’entreprise s’effectuait dans le cadre d’un accord
conclu avec l’entreprise qui payait un taux annuel fixe pour ses
installations et payait l’eau dont elle avait besoin pour ses
activités. Quant aux cages, je ne pense pas qu’elles soient
imposées, vu qu’elles ne se trouvent pas toujours à l’intérieur
des limites de la municipalité. Toutefois, cela pose un problème,
vu que les camions qui vont et viennent avec du matériel finissent
par user nos routes, nos quais et toutes nos infrastructures. Il
s’agit d’une chose que l’on doit examiner.
After speaking to different municipalities in the mining
industry it’s the same sort of thing. They can’t tax a mine that’s
outside the boundary although everything inside is being used.
Des représentants de diverses municipalités m’ont indiqué
qu’ils avaient le même problème avec l’industrie minière — ils ne
peuvent pas imposer une mine située à l’extérieur de leurs
9:118
Fisheries and Oceans
27-5-2014
That’s a discussion for another day.
frontières, même si ses activités ont pour effet d’user leurs
infrastructures. Il s’agit là d’un sujet dont nous devrons discuter à
un autre moment.
Mr. LeRoux: Mayor Drake was speaking about plant wages
and the taxing on the plant side. Tthe cages are not necessarily in
the vicinity of the town limits. Most times they’re outside. In
terms of wages, whether it be plant sites, other activities, sciences
or anything else, the only impression I have is all the wages for t
various skilled labour positions and science positions are
competitive to the industry or else people wouldn’t be in them.
In some cases they will vary by the opportunity that’s there.
M. LeRoux : M. Drake a parlé des salaires touchés par les
employés d’usine et de l’imposition des entreprises qui exploitent
ces installations. Les cages ne sont pas nécessairement situées à
l’intérieur des limites de la municipalité — la plupart du temps,
elles se trouvent à l’extérieur de ces limites. En ce qui concerne les
salaires, qu’il s’agisse de ceux des employés d’usine, des
scientifiques ou des travailleurs qualifiés, j’ai l’impression qu’ils
se comparent avantageusement à ceux qui sont versés ailleurs, car
si ce n’était pas le cas, les gens n’occuperaient pas ces emplois. Il
arrive que les salaires varient en fonction des circonstances.
In the case of St. Alban’s there was no plant there at one point.
We’ve got to look at that side of it. The wages are unionized and
better than the minimum wage for sure. When you go on through
the harvesting, working on sites and going on to other specialized
positions, the wages and benefits are competitive. Otherwise
people won’t necessarily be working those jobs.
À un certain moment, il n’y avait aucune usine à St. Alban’s.
Nous devons tenir compte de cela. Les travailleurs sont syndiqués,
et ils touchent assurément un salaire supérieur au salaire
minimum. Ceux qui travaillent dans des installations d’élevage
ou qui occupent d’autres postes spécialisés touchent des salaires et
des avantages sociaux concurrentiels. S’il n’en était pas ainsi, ils
ne conserveraient pas nécessairement leur emploi.
There’s also opportunity there more in the area of job
advertisements. It’s kind of a different environment. At one
time I guess you wouldn’t advertise jobs. Maybe 10 years ago or
more if someone knew there was a job opening there were lots of
people to fill it. If it was a private business — and I am just
thinking of the mom and pop stores and smaller businesses in the
area — they only need one or two employees. They’re probably
advertising more because it’s changing in terms of employment
opportunities which is very positive.
En outre, on a maintenant la possibilité d’annoncer les emplois.
La conjoncture a changé. À une époque, il n’était pas nécessaire
d’annoncer les emplois disponibles. Il y a 10 ans environ,
lorsqu’un emploi était disponible, beaucoup de gens se
proposaient pour l’occuper. Quant aux entreprises de la région,
par exemple les petites boutiques familiales, elles n’avaient besoin
que de un ou deux employés. À l’heure actuelle, les entreprises
doivent probablement publier davantage d’annonces, vu que les
choses ont changé sur le plan des occasions d’emploi, ce qui est
très positif.
Senator McInnis: You have the professionals, as you say that,
scientists and so on and since you are so far away they move there
or move back.
Le sénateur McInnis : Des professionnels, comme vous les
appelez, des scientifiques et bien d’autres personnes veulent
travailler dans votre collectivité, et comme elle est si éloignée, ils
doivent s’y installer ou s’y réinstaller.
Mr. LeRoux: Whichever way it is.
M. LeRoux : L’un ou l’autre.
Senator McInnis: That’s right. That’s good news.
Le sénateur McInnis : Exact. Ce sont de bonnes nouvelles.
Senator Raine: Thank you very much and thank you for the
hospitality. Down south it was a really nice day. Is that what you
call it, down south? The south coast is a beautiful area.
La sénatrice Raine : Merci beaucoup de votre présence et de
votre hospitalité. Nous avons passé une très belle journée un peu
plus au sud. C’était bien au sud, n’est-ce pas? La côte sud est une
belle région.
Do you know what the unemployment rate is in your two
communities at this point?
Pouvez-vous nous dire quel est le taux de chômage actuel dans
chacune de vos collectivités?
Mr. Drake: In Harbour Breton right at the moment the
unemployment rate would be quite high due to the production
facility being closed down. I’m not sure if you were told yesterday
when you were there, the Barry Group obtained the plant and
broke the lease with Cooke. They’re trying to reopen because they
want to get fish produced again by November. It threw
150 people out of work right away.
M. Drake : À ce moment-ci, à Harbour Breton, le taux de
chômage est très élevé en raison de la fermeture de l’usine de
production. On vous l’a peut-être dit hier lorsque vous vous
trouviez là-bas, mais on doit savoir que, après s’être porté
acquéreur de l’usine, le groupe Barry a cassé le bail qu’avait signé
Cooke. On tente de rouvrir l’usine afin d’y transformer de
nouveau du poisson d’ici novembre. Lorsque l’usine a fermé ses
portes, 150 personnes se sont retrouvées sans travail du jour au
lendemain.
27-5-2014
Pêches et océans
On the fish farm side of things they’re hiring more people this
year. They’re doing more sites. It’s hard to put a number on it
right now. This is probably not a good year to be asking me. I’m
probably on the higher side of than I would like to be.
Senator Raine: About a year ago then what would it be?
9:119
En ce qui concerne les élevages de poissons, on embauche plus
de personnes cette année, et il y a plus de sites. Je peux
difficilement vous fournir un chiffre actuellement. Ce n’est pas
vraiment une bonne année pour me le demander. En tout cas, il y
en a probablement plus que j’aimerais.
La sénatrice Raine : Et qu’en était-il donc il y a environ un an?
Mr. Drake: A year ago I’d say it was hard to get anybody to go
to work. That’s one thing I could tell you. It was hard just trying
to find someone to do something and go to work. I’d say it was
probably down 6 to 7 per cent compared to 18 to 20 per cent
20 years ago.
M. Drake : Il y a un an, c’était difficile de faire travailler les
gens. C’est l’une des choses que je peux vous dire. On avait de la
difficulté à trouver quelqu’un qui était disposé à aller travailler. Je
dirais que le taux était probablement inférieur, de 6 ou 7 p. 100,
comparativement aux de 18 à 20 p. 100 d’il y a 20 ans.
Mr. LeRoux: I don’t have specific figures tjat speak to our
town and the other towns on some of the things you see over the
years. There are programs around and initiatives for funding for
projects for EI individuals or other individuals that need to get
into the workforce. Organizations look to avail themselves of
those programs to do work and obtain those skills. It’s a little
harder to get people into those programs because less people need
that opportunity to get into the workforce now. We’ve been
noticing that.
M. LeRoux : Je n’ai pas de données précises sur notre ville et
les autres villes relativement à certaines des choses constatées au
fil des ans. Il y a des programmes et des initiatives de financement
pour des projets à l’intention des prestataires de l’AE ou d’autres
personnes qui cherchent du travail. Les organisations tentent
d’utiliser ces programmes pour faire du travail et obtenir ces
compétences. C’est un peu plus difficile de faire participer les gens
à ces programmes actuellement parce qu’il y a moins de
chercheurs d’emploi. C’est ce que nous avons remarqué.
For most people who want to find suitable work the projects
and activities are not fit for everyone. There’s also this
conversation we have with 18-year-olds when they graduate.
Some people talk about trying to keep our 18-year-olds. I said
you’re not going to keep an 18-year-old even if you live in a bigger
city. They want to get away from mom and dad and explore the
world.
Pour ce qui est des personnes qui veulent trouver un emploi
approprié, les projets et les activités ne sont pas adaptés à tout le
monde. Il y a aussi la question de nos jeunes de 18 ans qui
obtiennent leur diplôme. Certaines personnes disent qu’il faut
essayer de les garder ici. Selon moi, ce n’est pas possible, même
dans les grandes villes. Ils veulent s’éloigner de leur père et de leur
mère et partir à la conquête du monde.
Going back to my personal experience side of it, I can look
around and see a lot of 25- and 30-year-olds who are willing to
relocate back and put roots in the area. A lot of the people are
moving back. They might not even be working in aquaculture but
because of that industry being one of the diversifying factors they
could be working in a store or other types of businesses in town
that are indirectly supported by the industry consumer or
business-wise. As I look around I see semi-retirees moving back
and working in other industries with incomes less than where they
came from, but it is semi-retirement income and a good quality of
life. They have gone back to their roots because we have strong
roots.
Je vais revenir à mon expérience personnelle. Je regarde autour
de moi et je vois beaucoup de personnes âgées de 25 à 30 ans qui
veulent redéménager ici et s’installer. Beaucoup de personnes
reviennent. Elles ne travaillent peut-être même pas dans le
domaine de l’aquaculture, mais, puisque cette industrie est l’un
des facteurs de diversification de la région, elles peuvent travailler
dans un magasin ou pour d’autres types d’entreprises dans une
ville qui bénéficient indirectement de l’activité de cette industrie
ou des entreprises. J’observe ce qui se passe, et je constate que des
préretraités redéménagent ici et travaillent dans d’autres
industries pour une rémunération moindre que celle qu’ils
touchaient ailleurs, mais c’est un revenu de préretraite, et ils ont
une bonne qualité de vie ici. Ils reviennent à leurs racines, qui sont
ancrées profondément en eux.
Senator Raine: I’ve got one more question. We heard a few
times this morning and yesterday that you need a better cell
service and internet service. I’m just wondering about the regional
economic development organization that you’re putting together.
Will you be able to work together on getting that? I know it is
such a rugged country that it is not easy to put cell service in.
La sénatrice Raine : J’ai une autre question. Nous avons
entendu à quelques occasions ce matin et hier qu’il faut de
meilleurs services cellulaires et Internet. En ce qui concerne
l’organisation de développement économique et régional que vous
mettez sur pied, pourrez-vous faire quelque chose pour obtenir ces
meilleurs services? Je sais que le paysage est très accidenté, ce qui
ne facilite pas la mise en place d’une couverture cellulaire.
Mr. LeRoux: The broadband is supposed to be coming this
summer. That’s a recent announcement. In terms of cell service
that’s definitely a challenge.
M. LeRoux : Nous devons obtenir le service à large bande cet
été. C’est une annonce récente. Pour ce qui est de la couverture
cellulaire, c’est vraiment tout un défi.
9:120
Fisheries and Oceans
27-5-2014
Mr. Drake: Harbour Breton was fortunate enough that the
fibre came ashore in Harbour Breton when they did the island a
few years ago. We’ve had good Internet service from both
providers for the past number of years.
M. Drake : Harbour Breton a été chanceux. La fibre a touché
terre dans la ville lorsqu’on a filé l’île, il y a quelques années. Nous
bénéficions d’un bon service Internet auprès de deux fournisseurs
depuis un certain nombre d’années.
If you noticed yesterday — I don’t know if you did — there’s a
fibre line coming up the highway. That’s going to come into
St. Alban’s and other communities like Conne River. That’s
going to help those guys out because they’ve had the worst kind of
service. That broadband will help them out.
Je ne sais pas si vous avez remarqué hier — peut-être pas —,
mais il y a une ligne de fibre optique le long de la route. La fibre se
rend à St. Alban’s et dans d’autres collectivités comme Conne
River, ce qui aidera vraiment les gens là-bas, parce que l’ancien
service était vraiment déficient. Le service à large bande les aidera.
When it comes to cell service the country is rugged and we need
to get that addressed. Once this fibreline goes in we will be after
Bell Aliant to add more sites.
En ce qui concerne la couverture cellulaire, le paysage est
accidenté, et il faut trouver une solution. Une fois le réseau de
fibre optique en place, nous parlerons à Bell Aliant afin
d’accroître le nombre de sites.
Mr. LeRoux: Those issues have been advocated for a long time
by the former Coast of Bay Corporation and the former joint
mayors. We’ve seen the fruition of that when it comes to
broadband in our neck of the woods.
M. LeRoux : On parle de ces enjeux depuis longtemps.
L’ancienne Coast of Bay Corporation le faisait, tout comme le
regroupement des anciens maires. Ces efforts ont porté des fruits
lorsqu’on pense au service à large bande dont nous bénéficions
dans notre coin de pays.
I did see that clip in there. I know Senator Wells was there
when Chief Misel Joe talked about it being a couple of notches
above a smoke signal. Being in Bay d’Espoir I could walk away
from the computer to let a two-minute CBC news clip load and
maybe 15 minutes later walk by and it still hadn’t loaded. I look
forward to it in our end of the woods. Different times of the day
that would happen but if you wanted to get up early or late it
would be okay.
J’ai vu un extrait vidéo. Je sais que le sénateur Wells était là
quand le chef Misel Joe a parlé du fait que c’était un peu mieux
qu’un signal de fumée. Dans la Bay d’Espoir, il fallait plus de 15
minutes pour télécharger un extrait des nouvelles de la CBC de
deux minutes. J’ai bien hâte d’avoir le nouveau service dans notre
région. Le problème se posait à différentes périodes de la journée,
mais, si on se levait tôt ou qu’on se couchait tard, le service était
correct.
The Chair: Certainly it’s an issue in many parts of
Newfoundland and Labrador. I know down in our own area on
the Cape Shore we’re still without cell service. From a business
perspective it’s a negative so hopefully that will come to pass too.
Le président : C’est absolument un problème dans de
nombreuses parties de Terre-Neuve-et-Labrador. Je sais que,
dans notre région, au cap Shore, il n’y a toujours pas de
couverture cellulaire. Je sais que, du point de vue des affaires, c’est
problématique, alors j’espère que la couverture s’y rendra aussi.
I want to thank you once again for your presentations. As I
said earlier, it’s great to see some young people taking on roles in
their communities. It shows that there’s a future in the
communities for sure. We wish you all the best. Thank you for
taking the time to come here today.
Je veux vous remercier encore une fois pour vos exposés.
Comme je l’ai déjà dit, c’est fantastique de voir des jeunes
reprendre le flambeau dans leur collectivité. C’est la preuve qu’il y
a de l’avenir dans les collectivités. Nous vous souhaitons tout le
succès possible. Merci d’avoir pris le temps de venir ici
aujourd’hui.
I’m pleased to welcome our next panel. I’m going to ask the
panel to introduce themselves first and then I understand we have
some opening remarks.
Je suis heureux d’accueillir notre prochain groupe de témoins.
Dans un premier temps, je vais demander aux témoins de se
présenter. Je crois savoir que vous avez ensuite des déclarations
préliminaires à nous présenter.
Danny Boyce, Facility and Business Manager, Ocean Sciences
Centre, Memorial University of Newfoundland, as an individual:
Good afternoon, pleasure to be here. My name is Danny Boyce
and I represent Memorial University of Newfoundland.
Danny Boyce, directeur administratif des installations, Centre
d’océanologie, Université Memorial de Terre-Neuve, à titre
personnel : Bonjour, c’est un plaisir pour moi d’être ici
aujourd’hui. Je m’appelle Danny Boyce et je représente
l’Université Memorial de Terre-Neuve.
Darrell Green, Research and Development Coordinator,
Newfoundland Aquaculture Industry Association: My name is
Darrell Green and I’m R and D co-ordinator at the
Newfoundland Aquaculture Industry Association.
Darrell Green, coordonnateur de la recherche et du
développement, Newfoundland Aquaculture Industry Association :
Je m’appelle Darrell Green et je suis le coordonnateur de la
recherche et du développement pour la Newfoundland
Aquaculture Industry Association.
27-5-2014
Pêches et océans
9:121
Dr. Jillian Westcott, Aquaculture Instructor and Researcher,
School of Fisheries, Fisheries and Marine Institute of Memorial
University, as an individual: I’m Jillian Westcott and I’m an
aquaculture instructor and researcher at the Marine Institute at
Memorial University.
Dre Jillian Westcott, instructrice et chercheuse en aquaculture,
École de pêches, Institut des pêches et de la mer, Université
Memorial, à titre personnel : Je m’appelle Jillian Westcott, et je
suis instructrice et chercheuse à l’Institut des pêches et de la mer
de l’Université Memorial.
Cyr Couturier, Research Scientist and Chair, Aquaculture
Programs, Fisheries and Marine Institute, Memorial University,
as an individual: I’m Cyr Couturier and I’m a research scientist
and Chair of Aquaculture Programs at Fisheries and Marine
Institute at Memorial University.
Cyr Couturier, chercheur scientifique et chaire, Programmes
d’aquaculture, Institut des pêches et de la mer, Université
Memorial, à titre personnel : Je m’appelle Cyr Couturier, je suis
chercheur scientifique et chaire des Programmes d’aquaculture de
l’Institut des pêches et de la mer de l’Université Memorial.
The Chair: My understanding is that we all have opening
statements and that Dr. Westcott is going to begin. I’m not sure if
Dr. Westcott is aware of that but she is up now.
Le président : Je crois savoir que vous avez tous des
déclarations préliminaires. Nous allons commencer avec la Dre
Westcott. Je ne sais pas si vous le saviez, mais la parole est à vous.
Dr. Westcott: I want to start by saying thank you very much
for the opportunity to speak to you today. This is a wonderful
experience for me. I’m a new faculty member at the Marine
Institute. As a native of Newfoundland I moved away for a
number of years and I have come back to do some work here. I
thought I’d talk a little bit about my experience with aquaculture
research and give an idea of what I’ve done in the past and what I
hope to do in the future here in Newfoundland.
Dre Westcott : J’aimerais dans un premier temps vous
remercier de me donner l’occasion de vous parler aujourd’hui.
C’est une expérience merveilleuse. Je suis un nouveau membre du
corps professoral de l’Institut de la mer. Je suis née à TerreNeuve, mais j’ai ensuite vécu ailleurs pendant un certain nombre
d’années, avant de revenir pour le travail. J’ai pensé vous parler
un peu de mon expérience dans le domaine de la recherche en
aquaculture et vous donner une idée de ce que j’ai fait par le passé
et de ce que j’espère faire à l’avenir, ici, à Terre-Neuve.
I have a handout, the green one there. I’ll focus today on the
research I have done on sea lice, which you may have been
introduced to, probably sometime this morning.
J’ai préparé un document, c’est le vert. Aujourd’hui, je vais me
concentrer sur les recherches que j’ai réalisées sur le pou du
poisson, dont d’autres témoins vous ont probablement parlé ce
matin.
Sea lice have been the focus of my research over the past
decade essentially. Sea lice are — and I have put some pictures
there for you — naturally occurring parasites. They’re found not
only on wild fish but farmed fish as well. The thing about sea lice
is they do require a constant management and control. That’s not
only in Newfoundland and Canada but anywhere in which they
are producing Atlantic salmon commercially they have to deal
with managing sea lice. They are an ongoing concern.
Au cours de la dernière décennie, pour l’essentiel, mes
recherches ont porté sur le pou du poisson. Le pou du poisson
est — j’ai mis quelques photos dans le document à votre
intention — un parasite d’origine naturelle. On le retrouve non
seulement sur les poissons sauvages, mais aussi sur les poissons
d’élevage. Il faut assurer une gestion et un contrôle constants de
ce parasite. Il n’est pas seulement présent à Terre-Neuve et au
Canada : on le retrouve partout où on produit du saumon de
l’Atlantique sur une base commerciale. C’est un problème
permanent.
With respect to sea lice management the process to deal with
them is based on a model for agriculture and that model is called
integrated pest management. We use a lot of those principles in
the aquaculture industry as well and that’s really the basis of the
research I’ve been doing over the past 10 years.
Le processus de gestion du pou du poisson est fondé sur un
modèle agricole, la lutte antiparasitaire intégrée. Nous utilisons
bon nombre de ces principes dans l’industrie de l’aquaculture, et
c’est sur quoi ont porté mes recherches au cours des 10 dernières
années.
I’ll tell you a little bit about the integrated pest management in
a moment, but the point I wanted to really make is that it is really
required to ensure the long-term sustainability of the Atlantic
salmon industry. So it’s an important concept.
Je vais vous parler plus longuement de la lutte antiparasitaire
intégrée dans un instant, mais je veux soulever un point
important : c’est nécessaire pour assurer la pérennité de
l’industrie du saumon de l’Atlantique. C’est donc une notion
importante.
I put in a pyramid there to show you an example of kind of the
tactics for integrated pest management. It’s basically drawing
upon a bunch of different ways of controlling and managing sea
lice. At the bottom of the pyramid we have physical kind of
methods. An example I used, just to give you an idea, is fallowing.
That’s actually taking a sea cage site, if we’re talking about
J’ai inclus une pyramide pour vous donner un exemple du
genre de tactiques utilisées dans le cadre de la lutte antiparasitaire
intégrée. Essentiellement, c’est un processus qui s’appuie sur
différentes façons de contrôler et de gérer le pou du poisson. Au
bas de la pyramide, il y a les méthodes physiques. Pour vous
donner une idée, j’ai utilisé l’exemple de la jachère. Cette
9:122
Fisheries and Oceans
27-5-2014
Atlantic salmon, and leaving it devoid of fish for a period of time
to break the sea lice lifecycle. That’s one physical means of
control. You will see that the pyramid moves from the bottom to
the top from methods that are either prevention up to actual
intervention so it’s somewhere along that range.
technique consiste en fait à choisir un site de cages flottantes en
pleine mer dans le cas du saumon de l’Atlantique et de ne pas y
élever de poissons pendant un certain temps, assez longtemps
pour briser le cycle de vie du pou du poisson. C’est une mesure de
contrôle physique. Vous constaterez que, à mesure qu’on monte
dans la pyramide, on passe de méthodes de prévention à des
interventions en tant que telles, alors cette méthode se situe
quelque part dans cette fourchette.
We think about biological and mechanical means for
controlling pests and we talk about sea lice. One way of doing
that is through using cleaner fish. That’s a species of fish that will
actually pick and eat the sea lice off the outside of salmon. They
have been used quite successfully in Norway, Ireland and
Scotland and there’s an interest in doing that in Canada now as
well.
On peut utiliser des méthodes biologiques et mécaniques pour
lutter contre les parasites, le pou du poisson dans ce cas-ci. L’une
des façons de procéder consiste à utiliser un poisson nettoyeur.
C’est une espèce de poisson qui, en fait, enlève le pou du poisson
sur le saumon. Ces poissons ont été utilisés avec beaucoup de
succès en Norvège, en Irlande et en Écosse, et on envisage
maintenant de le faire au Canada.
On top of the pyramid is the actual chemical intervention. We
have a number of therapies, whether they be bath or medication
that’s coated on feed, so there are a number of ways to actually
treat salmon for sea lice. I’m going to show you where my
research fits in on that pyramid, where it has in the past and
where I hope to go with my research in the future.
En haut de la pyramide, il y a l’intervention chimique. Nous
pouvons utiliser un certain nombre de thérapies, qu’il s’agisse de
bains ou de médicaments mis dans l’alimentation. Il existe donc
un certain nombre de façons de traiter le saumon et d’éliminer le
pou du poisson. Je vais vous indiquer où mes recherches se situent
dans cette pyramide, où elles se sont situées par le passé, et là où
j’espère pouvoir en venir, à l’avenir.
I really started off my career on the top part of the pyramid on
the chemical side. The intervention side and most of my graduate
research and research subsequent to that was around developing
bioassays to test for sea lice sensitivity. I did this work in New
Brunswick under Dr. Larry Hammell. Essentially we’re taking sea
lice off salmon on the sea cage sites and then testing them with the
different drugs used for their control and we’re doing that in the
laboratory. When you do that over a series of sites over a series of
years patterns start to emerge on the sensitivity of those sea lice to
those chemicals that we’re using to treat them. These were tools to
put in the industry’s toolbox for mitigating and controlling sea
lice used not only in Canada but throughout the world. They
originated really in Norway with some Norwegians there.
J’ai commencé ma carrière en haut de la pyramide avec les
méthodes chimiques. Mon travail axé sur l’intervention et la
plupart de mes recherches dans le cadre de mes études supérieures
et de mes recherches subséquentes visaient à élaborer des essais
biologiques pour analyser la sensibilité du pou du poisson. J’ai
effectué ces travaux au Nouveau-Brunswick sous la direction du
Dr Larry Hammell. Essentiellement, nous prélevions des poux du
poisson sur le saumon dans des sites de cages flottantes en pleine
mer, puis, nous les soumettions à différents médicaments pour les
contrôler. Nous réalisions ces activités en laboratoire. En
procédant ainsi dans plusieurs sites et durant plusieurs années,
nous avons pu commencer à cerner des tendances liées à la
sensibilité des poux du poisson aux produits chimiques que nous
utilisions pour les traiter. Il s’agissait d’outils qui pouvaient servir
à l’industrie pour atténuer la présence des poux du poisson et les
contrôler, pas seulement au Canada, mais dans le monde entier.
Ces outils ont été créés, en fait, en Norvège par des gens de là-bas.
I was also involved in looking at field efficacy of some of these
sea lice treatments. After the sea lice treatments that are
administered in the feed or in bath treatments and we actually
go out and do sea lice counts prior to the administration of the
treatments and then the fish are treated for sea lice, we do a series
of samplings afterward to see how efficacious those treatments
are. This is something that’s ongoing, something the industry does
quite regularly to make sure those compounds are efficacious and
are working.
J’ai aussi participé à l’analyse de l’efficacité sur le terrain de
certains des traitements contre le pou du poisson. Ces traitements
sont administrés dans l’alimentation ou dans le cadre de
traitements d’immersion. Nous nous rendons sur le terrain pour
compter les poux du poisson avant les traitements. Ensuite, les
poissons sont traités, après quoi nous retournons prélever une
série d’échantillons pour évaluer l’efficacité des traitements. Il
s’agit d’activités qu’on réalise de façon permanente, et l’industrie
procède régulièrement à de telles analyses pour s’assurer que les
mélanges sont efficaces et qu’ils fonctionnent.
I was also involved as well in developing an industry sea lice
training program for the Province of New Brunswick. I was
working with industry to put together a manual essentially for the
workers on the sites to really teach them how to identify different
species of sea lice, different stages of sea lice and the tools they
J’ai aussi participé à l’élaboration d’un programme de
formation sur le pou du poisson à l’intention des intervenants
de l’industrie dans la province du Nouveau-Brunswick. J’ai
travaillé en collaboration avec des intervenants de l’industrie pour
créer un manuel destiné essentiellement aux personnes qui
27-5-2014
Pêches et océans
9:123
could use for counting sea lice. All that was in an effort for the
industry there to basically get all the counters on the same
page and make sure everybody knows what they’re looking for
basically. That was my past sea lice research.
travaillent dans les sites dans le but de vraiment leur montrer
comment identifier les différentes espèces de poux du poisson et
les différentes étapes de leur cycle de vie et de leur faire connaître
les outils pour les compter. Toutes ces activités ont été réalisées
dans le cadre d’un effort déployé par l’industrie pour s’assurer que
tous les responsables du dénombrement des poux du poisson
travaillent de la même façon et savent quoi chercher. Voilà pour
mes recherches antérieures liées au pou du poisson.
This is my last slide. Being a new faculty member at the Marine
Institute I only started to really work on some research grants
now to secure funding to do some research, but I’ve worked on a
collaborative proposal with Danny Boyce from the Ocean Science
Centre and with the Newfoundland Department of Fisheries and
Aquaculture. We are hoping to look at the use of cleaner fish for
sea lice control. As I’ve mentioned they’ve done this in Norway,
Ireland and Scotland and we do have some candidate species here
in Newfoundland that we’re interested in investigating. A lot of
work needs to be done. Danny will talk a little bit more about that
in his talk but we want to look at things like what effects water
temperature will have on the ability of cleaner fish to actually
remove the sea lice, what kind of stocking densities would be good
if we’re actually going to use these in a sea cage site ultimately
because that would be the goal, and then investigate the health
and welfare of Atlantic salmon and cleaner fish in cohabitation
and what kind of diseases might be present.
Voici ma dernière diapositive. Étant un nouveau membre du
corps professoral de l’Institut de la mer, je commence tout juste à
présenter des demandes de subventions de recherche dans le but
d’obtenir du financement pour effectuer des recherches, mais j’ai
travaillé sur une proposition de collaboration avec Danny Boyce,
du Centre d’océanographie et le ministère des Pêches et de
l’Aquaculture de Terre-Neuve. Nous voulons évaluer l’utilisation
de poissons nettoyeurs pour contrôler le pou du poisson. Comme
je l’ai déjà dit, cette pratique est utilisée en Norvège, en Irlande et
en Écosse, et il y a certaines espèces candidates ici, à Terre-Neuve,
sur lesquelles nous aimerions nous pencher. Il y a beaucoup de
travail à faire. Danny en parlera un peu plus en détail dans son
exposé, mais nous voulons analyser des choses comme l’impact de
la température de l’eau sur la capacité des poissons nettoyeurs de
vraiment retirer les poux du poisson, la densité de peuplement
nécessaire si nous voulons utiliser ces poissons dans un site de
cages flottantes en pleine mer parce que, au bout du compte, c’est
l’objectif, faire de la recherce sur la santé et le bien-être du
saumon de l’Atlantique et du poisson nettoyeur en cohabitation et
le genre de maladies qui pourraient se déclarer.
The whole idea is that we develop a fish health monitoring
program for any cleaner fish that we use in Newfoundland. This is
a project proposal that has been submitted and I’m hopeful that it
will come through. That’s where my sea lice career so far has
taken me and where I’m headed, hopefully.
L’idée générale consiste à élaborer un programme de
surveillance de la santé des poissons nettoyeurs que nous
utiliserons à Terre-Neuve. Cette proposition de projet a été
présentée, et j’ai bon espoir qu’elle sera acceptée. C’est là où m’a
mené ma carrière de recherche sur le pou du poisson jusqu’à
présent. Vous savez aussi ce que j’espère faire à l’avenir.
I just want to make the comment that having only been at the
Marine Institute for a year I’ve had a lot of really positive
dealings with the Newfoundland Aquaculture Industry
Association, people from the Ocean Science Centre and other
groups as well. I’m confident that this is a really great place to do
sea lice research here in Newfoundland.
J’aimerais ajouter que, même si je travaille à l’Institut de la mer
depuis seulement un an, j’ai eu de très bonnes interactions avec les
intervenants de l’industrie de l’aquaculture à Terre-Neuve, les
représentants du Centre d’océanographie et beaucoup d’autres
groupes aussi. Je suis convaincue que Terre-Neuve est un très bon
endroit pour réaliser des recherches sur le pou du poisson.
Thank you.
The Chair: Thank you, Dr. Westcott, and welcome home.
Mr. Boyce.
Mr. Boyce: My name is Danny Boyce. I mentioned earlier I
work at Memorial University and this is the presentation that I
put together for everybody. The theme as we know today is
aquaculture research and development. I’d like to expand that
into ‘‘Growing our Future Together.’’
Merci.
Le président : Merci, docteure Westcott, et bienvenue chez
vous.
Monsieur Boyce.
M. Boyce : Je m’appelle Danny Boyce. J’ai déjà mentionné que
je travaille à l’Université Memorial. Voici l’exposé que j’ai préparé
pour vous. Le thème d’aujourd’hui, comme nous le savons tous,
est la recherche et le développement dans le domaine de
l’aquaculture. J’aimerais vous en parler davantage sous le thème
« cultiver notre avenir ensemble ».
9:124
Fisheries and Oceans
27-5-2014
I began my aquaculture career close to the House of Commons
in a community called Montebello, working for CP Hotels back in
the very late 1980s and early 1990s. I used to deliver fish to the
House of Commons, trout in particular, way back in 1991, but
when I moved back to the Ocean Science Centre halibut came a
calling. We were doing halibut research back then.
J’ai commencé ma carrière dans le domaine de l’aquaculture
près de la Chambre des communes, à Montebello, où j’ai travaillé
à la fin des années 1980 et au début des années 1990 pour les
hôtels du CP. Une de mes tâches consistait à livrer du poisson à la
Chambre des communes, de la truite, surtout. C’était en 1991.
Lorsque je suis redéménagé pour travailler au Centre
d’océanographie et réaliser des recherches, j’ai eu la piqûre.
Nous faisions des recherches sur le flétan à ce moment-là.
The Ocean Science Centre opened in 1967. Its mandate is to
carry out world-class fundamental and applied research on
organisms and processes in cold oceans and to educate, nurture
and train graduate students to become leaders in science and
industry. The Ocean Science Centre has a long history working
with the aquaculture community industry in training students. It
goes back to the salmon and trout in the early 1970s into the
1980s. It also worked primarily with the shellfish sector in mussels
in the 1970s and 1980s. As you know today, we have a great
fledging industry in the salmonid sector and the shellfish industry.
Le Centre d’océanographie a ouvert ses portes en 1967. Son
mandat consiste à réaliser des recherches fondamentales et
appliquées de niveau mondial sur des organismes et des
processus dans des eaux océaniques froides et d’éduquer,
d’aider et de former des diplômés afin qu’ils deviennent des
chefs de file du milieu scientifique et de l’industrie. Le Centre
d’océanographie a une longue histoire de collaboration avec le
milieu de l’aquaculture pour assurer la formation des étudiants.
Cette collaboration remonte aux activités liées au saumon et à la
truite au début des années 1970 et durant les années 1980. J’ai
aussi travaillé principalement en collaboration avec le secteur des
mollusques et des crustacés, sur les moules plus précisément, dans
les années 1970 et 1980. Comme vous le savez, aujourd’hui, le
secteur du saumon et l’industrie des mollusques et des crustacés
vont très bien et prennent de l’ampleur.
As you’ve probably heard the last couple of days our industry
value has risen to about $200 million today and it’s touted as one
of the most significant examples of successful economic
development in Canada today.
On vous a probablement appris au cours des deux ou trois
derniers jours que la valeur de notre industrie est actuellement
d’environ 200 millions de dollars. Elle est considérée comme l’un
des meilleurs exemples de développement économique au Canada.
I’d like to point out that Dr. Fletcher, director of the Canadian
Foundation of Innovation attended an event in Ottawa last year.
I wasn’t there but Memorial University was recognized in helping
develop back in 2012 the $100 million industry of today. Also the
Ocean Science Centre has received a founder’s award by Premier
Dunderdale at the time in recognition again for outstanding
efforts and achievements in establishing and growing the
province’s aquaculture industry. All this is leading into how
Memorial works with industry and training students.
J’aimerais souligner que M. Fletcher, de la Fondation
canadienne de l’innovation, a participé à un événement à
Ottawa, l’année dernière. Je n’y étais pas, mais l’Université
Memorial y a été reconnue pour avoir aidé à développer, en 2012,
une industrie qui vaut actuellement 100 millions de dollars. De
plus, le Centre d’océanographie a reçu un Prix du fondateur,
remis par la première ministre de l’époque, Mme Dunderdale, en
reconnaissance de ses réalisations et efforts exceptionnels
touchant l’établissement et le développement de l’industrie de
l’aquaculture de la province. Ces reconnaissances reflètent la
façon dont l’Université Memorial travaille en collaboration avec
l’industrie et forme ses étudiants.
The building that I manage is called the Dr. Joe Brown
Research Aquatic Building. It opened in 1999 and was financed in
part by the Canada Newfoundland Agreement on Economic
Renewal, the aquaculture component. That was a $100 million
fund that was announced in 1997 by the late Minister Mifflin and
our Premier Brian Tobin. Of the $20 million, $2.7 million came to
Memorial University, half a million went to the Marine Institute
and $1.2 million came to the aquaculture health unit on the south
coast. A lot of this money came from the Canada Economic
Renewal Agreement. There were three themes: IT, tourism and
aquaculture. Aquaculture has certainly moved forward since
1997.
Je gère le Dr Joe Brown Aquatic Research Building. Ouvert en
1999, ce bâtiment a été financé en partie grâce au volet de
l’aquaculture de l’Entente Canada-Terre-Neuve sur le renouveau
économique. Le défunt ministre Mifflin et notre premier ministre,
Brian Tobin, avaient annoncé le financement de 100 millions de
dollars en 1997. Des 20 millions de dollars, 2,7 millions ont été
accordés à l’Université Memorial, un demi-million, à l’Institut de
la mer, et 1,2 million de dollars, à l’unité responsable de la santé
de l’aquaculture sur la côte sud. Une bonne partie des fonds ont
été fournis dans le cadre de l’Entente Canada-Terre-Neuve sur le
renouveau économique. Il y avait trois thèmes : les TI, le tourisme
et l’aquaculture. Il ne fait aucun doute que l’aquaculture a fait
beaucoup de progrès depuis 1997.
27-5-2014
Pêches et océans
9:125
JBARB is closely affiliated with the Newfoundland
Aquaculture Industry Association. We work closely with the
industry. It’s the industry we need to do the research for and in
among that we take our students to move through industry. We
are a multi-species facility. We’ve raised everything from Atlantic
salmon right down currently to doing sea cucumbers, sea stars,
flounder and as Dr. Westcott pointed out we’re doing cleaner
fish. This would include the raising of cunners and lumpfish as
well. In Newfoundland we have four priority species: trout,
salmon, blue mussel and Atlantic cod. That’s where the
commercial interest is right now.
Le JBARB est étroitement lié à la Newfoundland Aquaculture
Industry Association. Nous travaillons en étroite collaboration
avec l’industrie, dont la participation est nécessaire dans le cadre
de nos recherches et pour le cheminement de nos étudiants. Dans
nos installations, nous travaillons sur plusieurs espèces. Nous
avons élevé de tout, du saumon de l’Atlantique jusqu’aux
concombres de mer, aux étoiles de mer, à la plie et, comme la
Dre Westcott l’a souligné, au poisson nettoyeur, qui font partie
des espèces que nous produisons actuellement. Nous produisons
aussi de la tanche-tautogue et de la lompe. À Terre-Neuve, nous
avons quatre espèces prioritaires : la truite, le saumon, la moule
bleue et la morue de l’Atlantique. Ce sont les poissons qui
constituent un intérêt commercial actuellement.
We have production based workshops of bringing students and
industry together as pointed out. We have workshops whereby we
bring multiple groups from various universities, national and
international countries to Memorial and bring the expertise
together in the questions that we may have. We do multiple
projects as I mentioned earlier, but one of the projects I would
like to highlight is the commercialization of Atlantic cod. There
has been a lot of federal, provincial and industry money put into
the growing of Atlantic cod. I’d like to walk you through that
particular project. This one is an industry driven collaboration.
It’s to enhance the establishment of a commercial Atlantic cod
industry in Newfoundland. We have the infrastructure at
Memorial University for commercializing of various species but
in this case we were trying to move Atlantic cod forward to
become a commercial product.
Nous offrons des ateliers fondés sur la production dans le cadre
desquels, comme je l’ai mentionné, nous réunissons des étudiants
et des intervenants de l’industrie. Nous organisons aussi des
ateliers dans le cadre desquels nous accueillons des groupes de
diverses universités, du pays et d’autres pays dans les installations
de l’Université Memorial pour réunir les experts liés à certaines
questions sur lesquelles nous travaillons. Nous réalisons plusieurs
projets, comme je l’ai mentionné plus tôt, mais l’un des projets
dont j’aimerais parler est la commercialisation de la morue de
l’Atlantique. Beaucoup de fonds du gouvernement fédéral, de la
province et de l’industrie ont été consacrés à la production de la
morue de l’Atlantique. J’aimerais prendre le temps de vous décrire
ce projet. Il s’agit d’un projet réalisé en collaboration avec
l’industrie qui vise à faciliter la production commerciale de la
morue de l’Atlantique à Terre-Neuve. Nous avons l’infrastructure
nécessaire à l’Université Memorial pour commercialiser diverses
espèces, mais, dans ce cas-ci, nous voulions commercialiser la
morue de l’Atlantique.
We had about 20 graduate students ranging from Honours to
Masters to Ph.Ds that we put forward through our programs. We
worked with industry in moving that project forward. We also
involved the communities. A lot of our research was land based
but we left the parking lot of Memorial and transferred to the
communities. We grow the fish at Memorial and then we transfer
them to our cage sites. We go down into the communities and in
this particular case in these pictures it’s Poole’s Cove. I’m not sure
if you visited there in the last couple of days. We had a cod farm
out in front of Doug and Jennifer Caines’ house in McGrath’s
Cove. We carried on that project and research project for about
four years. In this mix we had the team, environment, fish and
technology. You can see some pictures of our farms during that
period of time.
Nous avions environ 20 étudiants qui poursuivaient des études
supérieures, des titulaires de baccalauréat avec distinction et des
docteurs, en passant par des étudiants à la maîtrise, qui
participaient à nos programmes. Nous avons travaillé avec
l’industrie pour faire avancer ce projet. Nous avons aussi fait
participer les collectivités. Une bonne partie de nos recherches
sont réalisées sur terre, mais nous avons quitté le stationnement
de l’Université Memorial et transféré le tout dans les collectivités.
Nous élevons le poisson dans nos installations, puis nous les
transférons dans nos sites de cages, situés dans différentes
collectivités, dont à Poole’s Cove, dans ce cas-ci, comme vous
pouvez le voir sur les photos. Je ne sais pas si vous avez visité
l’endroit au cours des deux ou trois derniers jours, mais nous
avions un élevage de morues devant la maison de Doug et Jennifer
Caines à McGrath’s Cove. Nous avons réalisé ce projet et nos
recherches pendant environ quatre ans. Dans ce cas-ci, nous
comptions sur une équipe composée de responsables de
l’environnement, des poissons et des technologies. Il y a des
photos de nos élevages prises à l’époque.
That was round one of the Atlantic Innovation Fund. That was
a very important fund that delivered through ACOA. It was one
of the long-term funding programs which is very important to
some of our research initiatives at Memorial. Some programs are
Il s’agissait alors de la première ronde du Fonds d’innovation
de l’Atlantique, et un financement important a été versé par
l’intermédiaire de l’APECA, un des programmes de financement à
long terme qui sont très importants pour certaines des initiatives
9:126
Fisheries and Oceans
27-5-2014
one-year in duration. The one thing that this program allowed
was a five-year duration of funding, which was very important to
answering some of the research questions for industry.
de recherche que nous réalisons à l’Université Memorial. Certains
programmes prévoient un financement annuel. Ce programme-ci
permettait un financement quinquennal, ce qui était très
important, puisqu’on a pu répondre à certaines questions de
recherche que posait l’industrie.
We also had a land base cod nursery, a cod demo farm project
with Cooke Aquaculture operating out of Belleoram as well.
Nous avions aussi une nourricière de morue sur terre, un projet
de démonstration d’élevage de morue en collaboration avec
Cooke Aquaculture, à Belleoram.
Technology transfer: In this particular project we brought the
first large-scale automatic feeder to Newfoundland in 2004. I’m
not sure what sites you visited, but you saw some of the large feed
barges that are being deployed today. We’ve gone a long way
from the one-tonne feeder that we brought over from Scotland.
Right now some of the feeding apparatuses are in the millions of
dollars, so technology transfer is very important in a lot of these
large-scale commercial projects.
Passons au transfert des technologies. Dans le cadre de ce
projet précis, nous avons mis en place le premier nourrisseur
automatique à grande échelle à Terre-Neuve. C’était en 2004. Je
ne sais pas quels sites vous avez visités, mais vous avez vu
certaines de nos grandes barges d’alimentation déployées
aujourd’hui. Nous avons fait beaucoup de chemin depuis que
nous avons fait venir d’Écosse, notre nourrisseur d’une tonne.
Actuellement, certains de nos appareils d’alimentation coûtent
des millions de dollars, alors le transfert de technologies est très
important dans bon nombre de ces projets commerciaux de
grande envergure.
I’ll end with ‘‘Farmed Right Here.’’ We had to know how to
fillet Atlantic cod. We grew thousands and thousands of fish. We
harvested thousands and thousands of kilograms of fish but there
are still some impediments in that we just can’t compete with the
price in the marketplace. I’m glad to see recently that at least the
price of fish is about 80 cents a pound right now. I’d like to see a
better price but by the same token it’s hard to compete with cod
farming right now for the price and with the wild stocks coming
back.
Je vais terminer sur le thème « élevé ici même ». Nous devions
apprendre à préparer les filets de la morue de l’Atlantique. Nous
en avons élevé des milliers et des milliers. Nous avons pêché des
milliers et des milliers de kilos de poissons, mais nous éprouvons
tout de même certaines difficultés parce que nous n’arrivons pas à
faire concurrence aux prix sur le marché. J’ai été content de voir
que, récemment, au moins, le prix du poisson était d’environ
80 cents la livre. J’aimerais bien que le prix augmente, mais, en
même temps, c’est difficile actuellement de battre les prix des
élevages de morue et des stocks sauvages, qui reviennent.
As I move forward just a couple of pages into the salmonid
sector we’ve all realized with the commercial hatcheries and
increased production we have two new hatcheries in our province
in the last couple of years. You visited one in Swangers Cove by
Cooke Aquaculture. There’s the equivalent hatchery in
Stephenville as well. With the increased production it will
require R and D support. It takes a team of committed people
as you’ve met so many people over the last number of days. You
can see the team that’s in place here in Newfoundland.
Je vais passer deux ou trois pages pour vous parler du secteur
du saumon et de tout ce que nous avons réalisé avec les écloseries
commerciales et la production accrue. Il y a deux nouvelles
écloseries dans la province depuis deux ou trois ans. Vous avez
visité l’écloserie de Cooke Aquaculture à Swangers Cove. Il y a
aussi une écloserie semblable à Stephenville. Compte tenu de la
production accrue, il faudra un soutien en R-D. Il faut une équipe
d’intervenants dévoués, comme bon nombre des personnes que
vous avez rencontrées au cours des derniers jours. Vous pouvez
constater que l’équipe est bien en place ici, à Terre-Neuve.
I think the challenge for R and D and commercialization is the
competitiveness and profitability of our industry is directly related
to investments in research and technology developments.
Research and technology development priorities for aquaculture
must be practically based, foster sustainability and be developed
co-operatively with the industry.
Je crois que le défi, du point de vue de la R-D et de la
commercialisation, c’est le fait que la compétitivité et la rentabilité
de notre industrie sont directement liées aux investissements qui
permettent de faire des percées dans le domaine de la recherche et
des technologies. Les priorités dans le domaine de la recherche et
du développement technologique pour l’aquaculture doivent être
pratiques, elles doivent favoriser la durabilité et être élaborées en
collaboration avec l’industrie.
I was in Tim Hortons in Nova Scotia and I picked up
Saturday’s edition of the Herald Business in 2012 in which John
Risley, director and co-founder of Clearwater Fine Foods, said,
‘‘need to view Research and Development as an Opportunity
rather than as an Expense.’’ That’s a very important quote for
J’étais dans un Tim Hortons en Nouvelle-Écosse et j’ai feuilleté
l’édition de samedi du Herald Business, en 2012, dans laquelle
John Risley, directeur et cofondateur de Clearwater Fine Foods, a
dit qu’il fallait voir la recherche et le développement comme une
occasion plutôt que comme une dépense. C’est une citation très
27-5-2014
Pêches et océans
9:127
industry because we’re fostering with the industry and training
our students to work with them in the end, and I think there are
oceans of opportunity.
importante pour l’industrie, parce que nous favorisons la
collaboration avec l’industrie et formons nos étudiants afin
qu’ils puissent s’y joindre au bout du compte. Je crois qu’il y a
un océan de possibilités.
Just to finish up, I put in a caption. I know everybody here is
not cynical, but at the same token back in 1992 for people in this
room that when Minister Crosbie announced the moratorium and
it was the largest mass layoff in Canadian history. I’m from
Bonavista, so that meant a lot to my area, but by the same token,
we all realized there were a lot of people. There was a lot of work
to do; there are a lot of programs put in place to displace fishery
people and whatnot. But if you turn the page you can see
aquaculture came on in the 1990s and into today and the
difference of the two pages are a lot of young people in the
communities as the mayors pointed out, a lot of happy faces, a lot
of visitors coming from away. You mentioned tourism to the
mayors. We have tourists. We have international groups come
from Norway and Chile. One time we used to be always going to
Norway, to the U.K. and to Chile. We’re seeing everybody
coming to us now, which is very important as well. We do know a
lot that we can offer.
En conclusion, j’ai mis une légende. Je sais que vous n’êtes pas
tous cyniques, mais, de la même façon, il faut se rappeler que, en
1992, lorsque le ministre Crosbie a annoncé le moratoire, on a
essuyé les mises à pied les plus massives de l’histoire canadienne.
Je viens de Bonavista, alors mon coin de pays a vraiment été
touché, mais, du même coup, nous nous sommes tous rendu
compte qu’il y avait beaucoup de personnes. Il y avait beaucoup
de travail à faire, il y avait beaucoup de programmes en place
pour réétablir les gens qui œuvraient dans le domaine des pêches
et je ne sais quoi d’autre. Mais, si vous tournez la page, vous
constaterez que l’aquaculture a vu le jour dans les années 1990, et
qu’elle est toujours là aujourd’hui, et la différence entre ces deux
pages, c’est qu’il y a beaucoup de jeunes dans les collectivités,
comme les maires l’ont souligné, beaucoup de visages souriants,
beaucoup de visiteurs qui viennent de loin. Vous avez mentionné
le tourisme aux maires. Nous avons des touristes. Nous avons des
groupes qui viennent de l’étranger, de la Norvège et du Chili. À
une époque, nous allions toujours en Norvège, au Royaume-Uni
et au Chili. Nous constatons que ce sont eux qui viennent
maintenant, ce qui est très important aussi. Nous savons que nous
pouvons offrir beaucoup.
Thank you.
Merci.
The Chair: Thank you Mr. Boyce. Mr. Green.
Le président : Merci, monsieur Boyce. Monsieur Green.
Mr. Green: Good afternoon, senators. My name is Darrell
Green and I’m the Research and Development Coordinator for
the Newfoundland Aquaculture Industry Association.
M. Green : Bonjour, mesdames les sénatrices, messieurs les
sénateurs. Je m’appelle Darrell Green, je suis coordonnateur de la
recherche et du développement pour la Newfoundland
Aquaculture Industry Association.
I’m really glad to be here to speak to you about aquaculture
research particularly since it’s my role at the Newfoundland
Aquaculture Industry Association to help foster research into
aquaculture. As RDC, Research and Development Co-ordinator,
I’m part of network of RDCs across Atlantic Canada. We’re
called the Atlantic Canadian Aquaculture Industry Research and
Development Network. Besides our involvement through NAIA,
there are also RDCs in the other three Atlantic provinces. We
have RDCs in the Aquaculture Association of Nova Scotia, P.E.I.
Aquaculture Alliance and the Atlantic Canada Fish Farmers
Association in New Brunswick. Between the four of us our goal is
to stimulate industry driven or industry relevant R and D in the
region.
Je suis vraiment content d’être ici pour vous parler de recherche
dans le domaine de l’aquaculture, surtout en raison du fait que
mon rôle au sein de la Newfoundland Aquaculture Industry
Association est d’aider à favoriser la recherche dans ce domaine.
En tant que coordonnateur de la recherche et du développement,
CRD, je fais partie d’un réseau de CRD dans le Canada
atlantique, le Atlantic Canadian Aquaculture Industry Research
and Development Network. En plus de notre participation par le
truchement de la NAIA, il y a aussi des CRD dans les trois autres
provinces atlantiques. Il y a des CRD au sein de l’Aquaculture
Association of Nova Scotia, de la P.E.I. Aquaculture Alliance et
de l’Atlantic Canada Fish Farmers Association au NouveauBrunswick. À nous quatre, notre objectif est de stimuler des
activités de R-D réalisées par l’industrie ou pertinentes pour elle
dans la région.
The network has been funded for about 10 years now and we
really have to thank NRC, IRAP, for their support, their kind
support over the last 10 years, it’s been great.
Le réseau bénéficie d’un financement depuis environ 10 ans
maintenant, et nous devons vraiment remercier le CNRC et le
PARI pour leur soutien, le soutien très apprécié qu’ils nous ont
fourni au cours des 10 dernières années. Nous avons de la chance.
The need for research in the aquaculture sector is quite high.
Aquaculture is a relatively new industry or sector here in Canada.
We’ve been growing chickens and pigs and goats here in
Les besoins en matière de recherche dans le secteur de
l’aquaculture sont très importants. L’aquaculture est un secteur
relativement nouveau au Canada. Nous élevons du poulet, des
9:128
Fisheries and Oceans
27-5-2014
Newfoundland for over 500 years, but we’ve only been growing
fish for about 40 years or less, so it is a developing industry here in
Canada.
porcs et des chèvres à Terre-Neuve depuis plus de 500 ans, mais
nous élevons du poisson depuis seulement environ 40 ans ou
moins, c’est donc une industrie en développement au Canada.
The sector across Canada consists almost entirely of small and
medium size enterprises. Those SMEs have a very limited R and
D capacity, so that they don’t get to do a lot of research on their
own, and research can help those same companies become or
remain quite competitive globally.
Le secteur canadien est composé presque exclusivement de
petites et moyennes entreprises. Ces PME ont une capacité
de R-D très limitée, elles ne peuvent donc pas faire beaucoup de
recherche par elles-mêmes, et la recherche peut aider ces mêmes
entreprises à devenir compétitives ou à le rester à l’échelle
internationale.
However, as an industry, we are losing market share globally,
so research is needed in such areas as production efficiencies;
processing efficiencies and automation; invasive species
mitigation; fish health, integrated pest management;
environmental footprint and our interactions with other species
in the environment; broodstock genetics; and byproduct
utilization. There are industrial support systems in place in
Canada for aquaculture research. All across Canada aquaculture
associations help foster R and D and innovation. I’ve just
mentioned some of the provincial associations a second ago and
there are a couple of others on the west coast, but there are also
two national associations as well. There’s the Canadian
Aquaculture Industry Alliance, which I’m sure you’re all
familiar with. There’s also the Aquaculture Association of
Canada. The AAC this year is celebrating 30 years with a
mandate to promote the study of aquaculture and related science
in Canada. Each year the Aquaculture Canada Conference
showcases aquaculture science in Canada. As well, every two
years the Aquaculture Association of Canada puts out, with
DFO, they publish this Canadian Aquaculture R and D Review
and in that review you will find about 200, 220, 230 research
projects in aquaculture that are done across Canada and I do
have a few copies if you want to touch base with me after. I do
have a few copies with me.
Cependant, en tant qu’industrie, nous perdons des parts de
marché à l’échelle mondiale. La recherche est donc nécessaire
dans des domaines comme les efficiences en matière de
production, de traitement et d’automatisation. Il faut aussi se
pencher sur la lutte aux espèces envahissantes, sur la santé des
poissons, sur la lutte antiparasitaire intégrée, sur l’empreinte
environnementale et nos interactions avec les autres espèces dans
l’environnement, sur la génétique des stocks de géniteurs et sur
l’utilisation des sous-produits. Il y a des systèmes de soutien
industriel en place au Canada pour faciliter les recherches dans le
domaine de l’aquaculture. Partout au Canada des associations
d’aquaculture aident à faciliter la R-D et l’innovation. Je viens
tout juste de mentionner certaines associations provinciales, et il y
en a deux ou trois autres sur la côte Ouest, mais il y a aussi deux
associations nationales. Il y a l’Alliance de l’industrie canadienne
de l’aquaculture, que vous connaissez tous, j’en suis sûr. Il y a
aussi l’Association aquacole du Canada. L’AAC fête ses 30 ans
cette année. Son mandat est de promouvoir l’étude de
l’aquaculture et des domaines scientifiques connexes au Canada.
Chaque année, la conférence d’AAC présente les résultats des
recherches scientifiques dans le domaine de l’aquaculture au
Canada. De plus, tous les deux ans, l’Association aquacole du
Canada publie, en collaboration avec le MPO, le document R-D
en aquaculture au Canada, dans lequel sont répertoriés environ
200, 220 ou 230 projets de recherche dans le domaine de
l’aquaculture réalisés au Canada. J’ai quelques exemplaires du
rapport. Vous pouvez venir me voir après si vous en voulez un.
Funding support is essential for driving research and the
innovation that it fosters so our companies can remain
competitive. Industry appreciates and takes advantage of
funding programs through National Research Council,
Industrial Research Assistance Program, NRC, IRAP; Atlantic
Canada Opportunities Agency, ACOA; Natural Sciences and
Engineering Research Council, NSERC; and Fisheries and
Oceans Canada; as well as some provincial programs as well.
Un soutien financier est essentiel pour favoriser la recherche et
l’innovation et permettre à nos entreprises de rester compétitives.
L’industrie apprécie ces occasions et elle tire profit des
programmes de financement par le truchement du PARI du
CNRC, le Programme d’aide à la recherche industrielle du
Conseil national de recherches du Canada, de l’Agence de
promotion économique du Canada atlantique, l’APECA, du
Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie, le
CRSNG, et de Pêches et Océans Canada. Il y a aussi certains
programmes provinciaux.
We also have tremendous infrastructure support in
Newfoundland in particular. You’ve heard from Mr. Boyce and
from Dr. Westcott about some of the things that they’re doing at
their facilities, but I think I’d be remiss if I didn’t re-emphasize the
importance of those two facilities and the Ocean Science Centre,
including the Joe Brown Aquaculture Research Building that
Mr. Boyce talked about, the Centre for Aquaculture and Seafood
Development at the Marine Institute of Memorial University, and
À Terre-Neuve, en particulier, nous bénéficions d’un très bon
soutien en matière d’infrastructure. Vous avez entendu M. Boyce
et la Dre Westcott parler du genre de choses qu’ils font dans leurs
installations, mais je m’en voudrais de ne pas rappeler
l’importance de ces deux installations, du Centre
d’océanographie, y compris le Joe Brown Aquaculture Research
Building dont M. Boyce a parlé, du Centre for Aquaculture and
Seafood Development de l’Institut de la mer de l’Université
27-5-2014
Pêches et océans
9:129
the Aquaculture Science branch at DFO in Newfoundland. All
three of these institutions are world class. They have world-class
facilities and absolutely world-class experts in research.
Memorial et de la Direction des sciences de l’aquaculture du MPO
à Terre-Neuve. Il s’agit de trois institutions de niveau mondial.
Elles possèdent des installations et des experts en recherche de
renommée internationale.
To close, I’d like just to recap the aquaculture industry in
Canada consists of SMEs with very limited capacity for R and D
themselves. Support for aquaculture research is essential in
helping them become or remain competitive in the global
marketplace. There’s good support for aquaculture research in
the form of provincial and national associations, expert
government and academic researchers, world-class facilities and
government funding programs but we really need to do more. We
really need to continue to build upon the support for aquaculture
research in Canada to improve our global competitiveness of our
companies.
En conclusion, j’aimerais rappeler que le secteur de
l’aquaculture au Canada est composé de PME qui bénéficient
d’une capacité très limitée de R-D. Le soutien pour la recherche
en aquaculture est essentiel pour aider ces PME à devenir ou à
rester compétitives sur le marché mondial. On bénéficie d’un bon
soutien en matière de recherche dans le domaine de l’aquaculture
qui prend la forme d’associations provinciales et nationales, de
chercheurs experts au sein du gouvernement ou des établissements
universitaires, d’installations de classe mondiale et de
programmes de financement gouvernemental, mais il faut
vraiment en faire plus. Il faut continuer à renforcer le soutien
accordé à la recherche dans le domaine de l’aquaculture au
Canada pour améliorer la compétitivité de nos entreprises à
l’échelle internationale.
Thank you.
Merci.
The Chair: Thank you, Mr. Green.
Le président : Merci, monsieur Green.
Mr. Couturier, you have some remarks you would like to make
also.
Mr. Couturier: I’ll try to make them brief, senator.
Monsieur Couturier, vous vouliez aussi dire quelque chose, je
crois.
M. Couturier : J’essaierai d’être bref, sénateur.
You have my biography and my brief in your package. I have a
couple of degrees, undergraduate and graduate in marine biology.
I’ve been in this business of education and training and research
and development for the last 35 years, before I had grey hair. My
research has focused mostly in Newfoundland and Labrador, but
I’ve done research in Canada, as well as a whole bunch of other
countries, and most of the recent research I have been conducting
with my graduate students and collaborators has been related to
aquaculture and environmental interactions. I have trained
hundreds of graduate students as well from around the world
and hundreds of farmers also from around the world. I have
named a few of them here. Many of our past students at the
university, Mr. Boyce’s facility and as well as the Fisheries and
Marine Institute are now colleagues and also sector leaders across
our country. In Newfoundland and Labrador we find them in
research and development and we find them on the farms; we find
them leading the industry in British Columbia even. There are a
lot of Newfoundlanders in B.C. running the industry there, just so
you know.
Vous pouvez consulter ma biographie et mon mémoire dans la
liasse. J’ai deux ou trois diplômes de premier cycle et de cycle
supérieur en biologie marine. J’œuvre depuis 35 ans dans le
domaine de l’éducation et de la formation et de la recherche et du
développement. Je n’avais pas de cheveux gris à mes débuts. J’ai
réalisé la plupart de mes recherches à Terre-Neuve-et-Labrador,
mais j’en ai aussi réalisé au Canada et dans pas mal d’autres pays.
Récemment, mes recherches en collaboration avec mes étudiants
de deuxième cycle et des collaborateurs ont porté principalement
sur l’aquaculture et les interactions avec l’environnement. J’ai
formé des centaines d’étudiants diplômés du monde entier ainsi
que des centaines de pisciculteurs, aussi de partout sur la planète.
J’en ai nommé quelques-uns ici. Bon nombre de mes anciens
étudiants de l’université, des installations de M. Boyce et au sein
de l’Institut des pêches et de la mer sont maintenant des collègues
et des leaders dans le secteur partout au pays. À Terre-Neuve-etLabrador, ils œuvrent dans le domaine de la recherche et du
développement, et nous les retrouvons aussi dans les élevages.
Nous les trouvons aussi en tête de l’industrie en ColombieBritannique. Il y a beaucoup de Terre-Neuviens en ColombieBritannique qui mènent l’industrie là-bas. Je voulais que vous le
sachiez.
At the university we’ve been training and highly qualified
personnel as well as farmers, aquaculture farmers for at least
25 years and we’ve been doing applied research and development
for probably 40 years. The finfish and shellfish industries are
science based. You’ve heard that before. They really rely on
performance based measures to improve their farming.
À l’université, nous formons du personnel hautement qualifié
ainsi que des éleveurs, des pisciculteurs, depuis au moins 25 ans, et
nous réalisons des activités de R-D appliquée depuis 40 ans je
dirais. Les industries du poisson et des mollusques et des crustacés
sont fondées sur des données scientifiques. On vous l’a déjà dit.
Ces secteurs s’appuient vraiment sur des mesures fondées sur le
rendement pour améliorer leur productivité.
9:130
Fisheries and Oceans
27-5-2014
Whether finfish or shellfish, farm siting requires a significant
investment in terms of biological, temporal and social
characterization of the areas. You heard earlier about some
farms requiring up to half a million dollars in studies before they
even have a site put in place. I can tell you that it does take time to
get a site licence and probably the most extensive one I know of is
a clam farm in Nova Scotia. It took seven years to put a farm for
farming clams in Nova Scotia because of the environmental
regulations under the Fisheries Act and other acts.
Qu’il s’agisse d’élevage de poissons ou de mollusques et de
crustacés, l’établissement du site exige d’importants
investissements liés à la caractérisation biologique, temporelle et
sociale des zones d’exploitation. On vous a dit précédemment que
certains élevages exigent des études qui peuvent coûter jusqu’à un
demi-million de dollars, et ce, avant même l’établissement du site.
Laissez-moi vous dire qu’il faut être patient pour obtenir un
permis. En outre, le permis le plus dispendieux que je connaisse
est très probablement le permis d’élevage de palourdes en
Nouvelle-Écosse. Il a fallu sept ans pour mettre sur pied un
élevage de palourdes en Nouvelle-Écosse en raison de la
réglementation environnementale relevant de la Loi sur les
pêches et d’autres lois.
With regard to interactions among wild and farmed organisms
I want to mention a few areas where I’ve been involved in research
in the last few years. On the shellfish side, a variety of shellfish
studies have been conducted on interactions among shellfish arms
and wild fisheries. There’s been some concern in Notre Dame
Bay, for example, from lobster harvesters that mussel farms may
somehow be impacting lobster fisheries in that area. We basically
looked at the long-term environmental parameters, harvesting of
lobsters and mussel production in Notre Dame Bay in areas
where there are mussel farms and in areas where there are not,
and the conclusions. We have published some of this and we’re
about to publish some more in the peer review journals. The
patterns in lobster abundance and catches related to
environmental changes in temperatures are related to the
temperature and natural food supply and really have nothing to
do with the mussel farms. If anything lobsters are more abundant
near the shellfish farms and there’s also work published by
Dr. McKindsey at DFO in Quebec showing the same sort of
patterns.
En ce qui concerne les interactions entre les organismes
sauvages et d’élevage, j’aimerais mentionner certains domaines
où nous avons réalisé des recherches au cours des dernières
années. En ce qui concerne les mollusques et les crustacés, nous
avons réalisé une diversité d’études sur les interactions entre les
élevages de mollusques et de crustacés et la pêche sauvage. Par
exemple, des pêcheurs de homards dans la baie Notre Dame
craignaient que les moulières aient un impact sur la pêche du
homard dans cette région. Essentiellement, nous avons examiné
des paramètres environnementaux à long terme, la pêche du
homard et la production de moules dans des régions de la baie
Notre Dame où il y avait des moulières et d’autres où il n’y en
avait pas et nous avons analysé les conclusions. Nous avons
publié une partie des données et nous sommes sur le point d’en
publier d’autres dans des revues à comité de lecture. Les tendances
relatives à l’abondance et aux prises de homard liées aux
changements environnementaux dépendent de la température et
de l’approvisionnement alimentaire naturel et n’ont absolument
rien à voir avec les moulières. En fait, s’il y a un impact, c’est qu’il
y a plus de homards près des élevages de mollusques et crustacés.
Chris McKindsey, des bureaux du MPO au Québec, a aussi publié
un ouvrage révélant le même genre de tendances.
On the salmonid side of things McLaughlin and Couturier
showed that Bay of Fundy lobsters and Newfoundland lobster
population landings increased in tandem with salmonid
aquaculture in both of those jurisdictions over a 20-year period
to record levels never seen before. We’ve heard this in the media
in the last year or so in spite of the fact that we’ve had salmon
aquaculture in those areas we know that lobster populations are
quite high.
En ce qui concerne le saumon, MM. McLaughlin et Couturier
ont montré que les homards de la baie de Fundy et les quantités
débarquées de homards de Terre-Neuve ont augmenté
parallèlement aux activités d’aquaculture du saumon dans les
deux provinces au cours d’une période de 20 ans pour atteindre
des niveaux record. C’est ce qu’on a entendu dans les médias
l’année dernière. Par conséquent, malgré le fait qu’il y a des
activités d’aquaculture du saumon dans ces régions, nous savons
que les populations de homards se portent très bien.
We know that interactions have been noted among wild and
farmed salmon and the risks and impacts appear to be mitigated
and may be reduced with modern farming practices. Since we
know the environment more, the industry can take steps to
prevent those interactions or at least reduce them. We know that
farm and wild fish may breed together under laboratory
conditions or even semi-artificial conditions, a number of
papers have been published on that however the impacts and
levels over time are still quite unclear.
Nous savons qu’il y a des interactions entre le saumon sauvage
et le saumon d’élevage, et les risques et les impacts semblent avoir
été atténués et pourraient être réduits davantage grâce aux
pratiques d’élevage modernes. Puisque nous connaissons mieux
l’environnement, l’industrie peut mettre en place des mesures pour
prévenir ces interactions, ou, au moins, les réduire. Nous savons
que le poisson d’élevage et le poisson sauvage peuvent s’accoupler
en laboratoire ou dans des conditions semi-artificielles. Un certain
nombre d’ouvrages ont été publiés à ce sujet. Cependant, on ne
connaît pas encore les répercussions et les chiffres au fil du temps.
27-5-2014
Pêches et océans
9:131
A very key paper that came out in 2012 by Glover et al looking
at the genetic differences in over 20 populations of wild Atlantic
salmon rivers where various farm escapes have occurred over the
past three decades in Norway, surprisingly in very few cases were
there long-term impacts found, signaling the resilience of natural
stocks to farmed salmon from invasions. Only under certain
conditions will you see long-term impacts on natural stocks of
wild salmon from escaped Atlantic salmon that is.
Un article très important est paru en 2012. Il s’agit d’un
article de Glover et ses collaborateurs sur les différences
génétiques dans plus de 20 populations de saumons de
l’Atlantique sauvages dans des rivières où il y a eu des cas de
poissons d’élevage qui se sont échappés au cours des trois
dernières décennies en Norvège. Fait surprenant, on a constaté
des répercussions à long terme dans très peu de cas, ce qui montre
bien la résilience des stocks naturels à l’égard des invasions de
saumons d’élevage. C’est seulement dans certaines conditions que
la présence de saumons de l’Atlantique qui se sont échappés a des
répercussions à long terme sur les stocks naturels de saumons
sauvages.
Jackson et al, 2013, is another seminal paper that showed that
sea lice infestations in salmon farms in Ireland are unlikely to
have a major impact on outward migrating wild salmon near
salmon farms based on a decade of analysis and is actually a
minor contributor to at sea mortality in wild stocks. Skilbrei et al.
found that same thing in Norway, for example. This was
reconfirmed by Jackson et al in another study in 2014.
L’article de Jackson et ses collaborateurs, en 2013, est un autre
ouvrage majeur qui a montré que, selon des analyses menées au
cours d’une période de 10 ans, les infestations de poux du poisson
dans les élevages de saumon en Irlande étaient peu susceptibles
d’avoir un impact majeur sur la migration de sortie vers la mer du
saumon sauvage près des élevages de saumon. Ils ont constaté
qu’il s’agissait d’un facteur mineur de la mortalité en mer des
stocks sauvages. Skilbrei et ses collaborateurs ont constaté la
même chose en Norvège, par exemple. Leurs conclusions ont été
reconfirmées par Jackson et ses collaborateurs dans une autre
étude en 2014.
I’d like to just talk a little bit about the science part. On the
south coast of Newfoundland we have the Conne River showing
higher than average returns over the past several years, in spite of
finfish farm development over the last decade. Numbers have still
not reached the 1980 values where drastic declines in salmon
returns in Conne River commenced in the 1970s and 1980s. In fact
it was well before salmon farming started during real times of
commercial and ceremonial harvesting of Atlantic salmon, both
of which has since ceased.
J’aimerais vous parler un peu du volet scientifique. Sur la côte
sud de Terre-Neuve, Conne River a affiché une production audessus de la moyenne au cours des dernières années, malgré
l’arrivée d’élevages de poissons au cours de la dernière décennie.
Les chiffres ne sont pas revenus aux niveaux des années 1980,
quand d’importants reculs de la production de saumons à Conne
River ont commencé, dans les années 1970 et les années 1980. En
fait, c’était bien avant le début des élevages de saumons lorsqu’on
procédait à une exploitation commerciale et cérémoniale du
saumon de l’Atlantique, deux activités qui ont depuis cessé.
Many of the declines in Atlantic salmon on the East Coast of
Canada came in the 1960s and 1970s. It was well before any
farming activity commenced and most commercial fisheries were
abandoned in 1980s and early 1990s as a result of poor stock
statuses and well before salmon farming commenced. We know
this and the industry is remiss if they’re not mentioning this. In
fact the largest declines of wild Atlantic salmon stocks in
Scotland, for example, take place in eastern Scotland where
90 per cent of the wild stocks occur and there are hundreds if not
thousands of kilometres away from the farms. There are no farms
permitted there, whereas very similar declines occur in the mass
productive rivers of the western Scotland near farmed salmon.
The same sorts of declines occur in areas where there are no
farmed salmon in Scotland which has highly productive wild
stocks. It’s really hard to explain it. Farm salmon activities cannot
really be invoked to explain many of these declines throughout
most of Atlantic salmon’s range nor the lack of recovery in areas
where populations of wild salmon are decimated.
Une bonne partie du déclin du saumon de l’Atlantique sur la
côte Est du Canada remonte aux années 1960 et 1970. C’était bien
avant le début des activités piscicoles, et on a mis fin à la plupart
des activités de pêche commerciale durant les années 1980 et au
début des années 1990 en raison des stocks précaires, bien avant le
début des activités d’élevage du saumon. Nous le savons, et ce
serait négligent de la part de l’industrie de ne pas le mentionner.
En fait, les plus importants déclins de stocks de saumons de
l’Atlantique sauvages en Écosse, par exemple, ont lieu dans l’est
du pays, où 90 p. 100 des stocks sauvages se trouvent, et c’est à
des centaines, voire des milliers de kilomètres des élevages. Il n’y a
aucun élevage permis là-bas, tandis que l’on constate des déclins
très semblables dans les rivières de production massive dans
l’ouest de l’Écosse, près des élevages de saumons. On constate les
mêmes genres de déclins dans des zones où il n’y a pas d’élevages
de saumons en Écosse, un pays qui possède des stocks sauvages
très productifs. C’est très difficile d’expliquer cette situation. On
ne peut pas vraiment pointer du doigt les activités d’élevage de
saumons pour expliquer bon nombre de ces déclins dans la
9:132
Fisheries and Oceans
27-5-2014
plupart des stocks de saumons de l’Atlantique ni le manque de
rétablissement dans des zones où les populations de saumons
sauvages sont décimées.
Many of the major threats, if you read the Royal Society paper
of 2012 looking at biodiversity, aquaculture and so on, are from
fisheries of various types, recreational bycatch. In fact our
recreational fisheries in Atlantic Canada, I’m not willing to
slight and say it’s a bad thing, but we kill 1000,000 reproducing
adult Atlantic salmon in Atlantic Canada every year through
recreational fisheries, at least that many. These are all
reproductive animals. Climate shifts and change in ocean
productivity according to Royal Society are major factors in
habitat destruction by rivers, dams and forestry. Anyhow I’m
going to stop with the salmon for now.
Selon le document de la Royal Society de 2012 qui portait,
entre autres, sur la biodiversité et l’aquaculture, les principales
menaces viennent des divers types de pêcheries et des prises
accessoires dans le cadre des pêches récréatives. En fait, la pêche
récréative au Canada atlantique — je n’irais pas jusqu’à dire que
c’est une mauvaise chose — est responsable de la capture d’au
moins un million de saumons de l’Atlantique adultes en âge de se
reproduire au Canada atlantique chaque année. Ce sont tous des
poissons en âge de se reproduire. Les changements climatiques et
les fluctuations de la productivité océanique, selon la Royal
Society, sont des facteurs majeurs de la destruction des habitats
par les rivières, les barrages et les activités forestières. Mais je vais
arrêter de parler du saumon pour l’instant.
I want to talk a little bit about the benthic impacts. We’ve done
some work there and Mr. Sweeney mentioned earlier some of the
work that he has done. With our colleagues at DFO,
Dr. Anderson and Dr. Hammoutene, we’ve looked at the
benthic impacts of shellfish and finfish farms and tried to
characterize that and published a number of papers related to
that and we do see occasionally changes in diversity and sites
where there may be poor current. What that’s allowed us to do is
basically show that on hard bottom communities in
Newfoundland, which is completely different than anywhere
else in the Maritimes, we’re able to manage around that by
looking at the bottom and so on.
Je veux aborder rapidement la question des répercussions sur le
milieu benthique. Nous avons réalisé certains travaux dans ce
domaine, et M. Sweeney a mentionné plus tôt certaines des
recherches qu’il a menées. Avec nos collègues du MPO, Robin
Anderson et Dounia Hammoutene, nous avons examiné les
répercussions sur le milieu benthique des élevages de mollusques
et de crustacés et de poissons pour essayer de les définir. Nous
avons publié un certain nombre d’articles à ce sujet. Nous avons
noté, à l’occasion, des changements liés à la diversité et des sites
où le courant est faible. Essentiellement, cela nous a permis de
montrer que, dans les sites à fond dur comme ceux à Terre-Neuve,
un paysage marin unique dans les Maritimes, c’est un problème
que nous pouvons gérer grâce aux fonds, par exemple.
Sea lice control: Dr. Westcott mentioned integrated pest
management and I’ve done some work on this in looking at
dispersal of therapeutants for Newfoundland and exposure of
Newfoundland lobsters to some of these approved therapeutants.
We found through blind studies with DFA and DFO and
epidemiologists that it really has no impact whatsoever in the
lobsters in Newfoundland. We did this on behalf of the fishermen
in Newfoundland and Labrador and in consultation with them,
the lobster harvesters that is.
En ce qui concerne la lutte au pou du poisson, la Dre Westcott
a parlé de la lutte antiparasitaire intégrée, et j’ai réalisé certains
travaux à ce sujet en examinant la dispersion des agents
thérapeutiques à Terre-Neuve et l’exposition des homards de
Terre-Neuve à certains agents thérapeutiques approuvés. Dans le
cadre d’études à l’aveugle réalisées en collaboration avec le MPA
et le MPO et des épidémiologistes, nous avons constaté que la
pratique n’avait aucun impact sur les homards à Terre-Neuve.
Nous avons réalisé cette étude à la demande des pêcheurs de
Terre-Neuve-et-Labrador et en consultation avec eux. Je parle des
pêcheurs de homards, bien sûr.
Lastly, on diet development for those who may be concerned
about diets — you’ll probably about hear this when you are in
Nova Scotia and visit Northeast Nutrition — Canadian farmed
seafood producers have probably the best track record in terms of
efficiency of diets, the least amount of marine oils and proteins, a
very high FCR, and an almost a one-to-one ratio of food to flesh.
Pour terminer, en ce qui concerne l’élaboration du régime
alimentaire, pour ceux que ça préoccupe — vous allez
probablement en entendre parler lorsque vous serez en
Nouvelle-Écosse et que vous visiterez Northeast Nutrition —,
les producteurs canadiens de fruits de mer d’élevage affichent
probablement le meilleur dossier en ce qui concerne l’efficience
des régimes alimentaires, la faible quantité d’huiles et de protéines
marines et l’indice de consommation très élevé et un ratio poissonnourriture.
I’ll just close on one thing. All of our farms here in
Newfoundland and Labrador are certified to very high scientific
standards, as well as social standards and food safety standards,
Je terminerai en rappelant une chose : tous nos élevages, ici, à
Terre-Neuve-et-Labrador, sont certifiés et respectent des normes
scientifiques très élevées en plus de normes sociales et liées à la
27-5-2014
Pêches et océans
so third party audited standards, and so they are science-based
and they rely on the support of the science community to improve
production all the time.
I’ll leave it at that for now. Thank you.
9:133
salubrité des aliments ainsi que les normes vérifiées de tierces
parties. Par conséquent, leurs activités sont fondées sur des
données scientifiques, et ils s’appuient sur le milieu scientifique
pour constamment améliorer leur production.
Je vais m’arrêter ici. Merci.
The Chair: Thank you all for your presentations and we’re
going right to our questions.
Le président : Merci à vous tous pour vos exposés. Nous allons
passer aux séries de questions.
Senator Raine: We had the opportunity to visit the aquaculture
health facility in St. Alban’s and we’ve been hearing about the
need for testing from the industry. I’m just wondering if there isn’t
a way that the laboratories being used for research can also be
used to do these tests. It doesn’t make sense for the industry to
have to send samples off to Moncton or somewhere to test for
water quality when they need that answer as soon as possible and
when we have laboratories at Memorial University and at
St. Alban’s right here on the Island. Is this jurisdictional
battling? Why isn’t common sense ruling here?
La sénatrice Raine : Nous avons eu l’occasion de visiter le
centre sur la santé du poisson à St. Alban’s, et des intervenants de
l’industrie nous ont parlé du besoin de réaliser des analyses. Je me
demande si les laboratoires utilisés pour la recherche pourraient
aussi servir pour réaliser ces analyses. Il n’est pas logique pour les
intervenants de l’industrie d’avoir à envoyer des échantillons à
Moncton ou ailleurs pour faire analyser la qualité de l’eau
lorsqu’ils ont besoin d’une réponse le plus rapidement possible,
alors qu’il y a des laboratoires ici même sur l’île, à l’Université
Memorial et à St. Alban’s. Est-ce un problème juridictionnel?
Pourquoi le gros bon sens ne l’emporte-t-il pas ici?
Mr. Couturier: There are different kinds of testing. Aquatic
animal health testing should be ISO 17025 accredited for that, as
Dr. Whalen mentioned. While our laboratory at the Fisheries and
Marine Institute was ISO 17025 accredited we just weren’t getting
a lot of the work. We’ve done actually a lot of the mussel
pathology work in terms of testing and so on. We didn’t have to
send the samples away and a lot of that work was done over a
decade. The work is now taken within the division of aquatic
health so they have the capacity to do that.
M. Couturier : Il existe différents types d’analyses. Comme le
Dr Whalen l’a mentionné, les analyses sur la santé des animaux
aquatiques doivent respecter la norme ISO 17025. Même si notre
laboratoire à l’Institut des pêches et de la mer respectait la norme
ISO 17025, nous n’avions tout simplement pas beaucoup de
travail à faire. En fait, nous avons beaucoup travaillé sur les
pathologies de moules, réalisé des analyses et fait ce genre de
choses. Nous n’avions pas à envoyer les échantillons ailleurs, et
une bonne partie du travail a été faite sur une dizaine d’années.
Les responsables de la santé des animaux aquatiques s’en
occupent maintenant, et ils ont la capacité de le faire.
Where the capacity is lacking is in the testing for the food
safety part and the water quality part that the shellfish producers
mentioned, that’s been farmed out to Moncton or other places.
We can do the water quality here in Newfoundland and Labrador
at a cost to the university, or there are private suppliers that
actually are accredited to do that testing, but not on the food
safety side.
Là où la capacité est déficiente, c’est sur le plan de la salubrité
des aliments et de la qualité de l’eau, ce qu’ont mentionné les
producteurs de mollusques et de crustacés dont les installations
sont situées à Moncton et ailleurs. Nous pouvons analyser la
qualité de l’eau ici, à Terre-Neuve-et-Labrador, en payant
l’université. En fait, il y a aussi d’autres fournisseurs privés qui
sont accrédités et qui peuvent effectuer ces analyses, mais rien du
côté de la salubrité des aliments.
On the environmental toxicity ones they would have to be
shipped away anyway. That’s a bit of an issue whether or not the
DFA’s lab could do that, if they had an extra lab where they
would do the natural toxin testing. They don’t have the
equipment currently there so that would be adding another
layer for the shellfish folks that really doesn’t exist in this province
at the moment, but it’s possible if they were to invest in it.
Il faut expédier les échantillons pour les analyses d’écotoxicité à
l’extérieur. On ne sait pas exactement si le laboratoire du MPA
pourrait le faire et si le ministère a un laboratoire supplémentaire
où il pourrait effectuer des analyses sur les toxines naturelles.
Actuellement, il n’a pas l’équipement, alors il s’agirait d’une autre
étape pour les intervenants du secteur des mollusques et des
crustacés, une étape qui n’existe pas actuellement dans la
province, mais c’est possible s’ils sont prêts à investir.
Senator Raine: You lost me on some of those acronyms there
because it’s very complicated for somebody from the outside to
understand the difference between the university research
facilities, DFO’s research facilities, DFA’s research facilities and
CFIA’s research facilities. Surely to goodness we are looking at a
limited number of fish farms and shellfish farms with things to be
tested.
La sénatrice Raine : Vous m’avez perdue avec certains
acronymes, parce que c’est très difficile pour quelqu’un de
l’extérieur de comprendre la différence entre les installations de
recherche universitaires, celles du MPO et du MPA et celles de
l’ACIA. Assurément, il y a un nombre limité d’élevages de
poissons et de mollusques et de crustacés qui doivent réaliser des
analyses.
9:134
Fisheries and Oceans
27-5-2014
Mr. Couturier: It’s not that we can’t test it. It’s just that under
the regulatory regimes it has to be tested in a certain way and
sometimes the government doesn’t want to relinquish that
responsibility. They also want to leave that somewhere else and
maybe accredited in another province in the case of the shellfish
toxin testing.
M. Couturier : Ce n’est pas que nous ne pouvons pas réaliser
les analyses. C’est simplement que, aux termes des cadres de
réglementation, il faut les réaliser d’une certaine façon, et, parfois,
le gouvernement ne veut pas déléguer cette responsabilité. Il veut
aussi qu’elles soient faites ailleurs, et que le tout soit accrédité
dans une autre province, comme c’est le cas pour les toxines des
mollusques et des crustacés.
I’ll just leave it at that for this moment. It is possible to do that
here. We do have the capacity but whether or not we’re permitted
by CFIA or DFO or others to do that testing is another question.
Je vais en rester là pour l’instant. On peut le faire ici. Nous
avons la capacité de le faire, mais c’est une autre question de
savoir si l’ACIA ou le MPO ou d’autres autorités nous permettent
de le faire.
Senator Raine: Thank you.
La sénatrice Raine : Merci.
Senator Wells: Thank you, guests, for your presentations.
Le sénateur Wells : Merci aux invités pour leurs exposés.
Mr. Boyce, I wanted to ask you about the projects that you’re
doing at your facility at the Ocean Science Centre in St. John’s.
You mentioned trout, salmon, mussels and cod. I understand the
salmon and the mussels because they’re an active commercial
species now.
Monsieur Boyce, je veux vous parler des projets que vous
réalisez dans vos installations du Centre d’océanographie à
St. John’s. Vous avez parlé de la truite, du saumon, des moules
et de la morue. Je comprends dans le cas du saumon et des
moules, parce que ce sont des espèces qui sont commercialisées
actuellement.
Can you tell me a bit about the work that you’re doing on cod
and trout? Is that part of a projection of what might be the good
opportunities in the future?
Pouvez-vous me parler des travaux que vous réalisez sur la
morue et la truite? Est-ce parce qu’il s’agit d’espèces qui
pourraient être prometteuses à l’avenir?
Mr. Boyce: Sure, Senator Wells.
M. Boyce : Bien sûr, sénateur Wells.
Yes, the salmonid and shellfish industry and the mussel
industry, I guess to a degree, have moved forward. Some of the
other areas of research at the Ocean Science Centre and I guess
the Marine Institute are a little bit in trout. We’re doing some
with oysters and some with sea cucumbers. We’re also doing some
with the cleaner fish as well. Our portfolio is diversified.
Oui, on peut dire qu’on a pu développer, dans une certaine
mesure, le secteur du saumon, des mollusques et des crustacés, et
celui des moules. Au Centre d’océanographie et, j’imagine, à
l’Institut de la mer, on réalise aussi un peu de recherches liées à la
truite. Nous en faisons aussi sur les huîtres et les concombres de
mer, sans oublier nos recherches sur le poisson nettoyeur. Notre
portefeuille de recherches est assez diversifié.
Way back in the 1990s we were working with flatfish, halibut
and flounders, as you’re well aware from earlier days, and then we
moved to the needs of industry. You have to realize that we move
with the industry needs as well. The facility there was put to work
with industry to develop a commercial entity. We take our
students and put into our projects that have commercial validity.
Then we move from the halibut into the cod. As we saw with our
cod farms, we can’t make any money. The companies, they’re not
investing, so our research has now moved a little bit away from
the cod program into salmon.
Durant les années 1990, nous travaillions avec le poisson plat,
le flétan et la plie, comme vous le savez très bien, puis nous avons
essayé de répondre aux besoins de l’industrie. Vous devez
comprendre que nous nous adaptons aux besoins de l’industrie.
L’installation a été mise sur pied afin que l’on puisse travailler en
collaboration avec l’industrie pour former une entité
commerciale. Nous faisons travailler nos étudiants dans le cadre
de projets qui sont viables sur le plan commercial. Voilà pourquoi
nous sommes passés du flétan à la morue. Nous avons constaté
que nos élevages de morues n’étaient pas rentables. Les
entreprises ne voulaient donc pas investir, raison pour laquelle,
dans le cadre de notre programme de recherche, nous avons un
peu délaissé la morue pour nous concentrer sur le saumon.
We’re still doing active salmon work with feeds and we’re also
developing a tool, the cleaner fish tool, using cunners and
lumpfish as a non-therapeutant tool for the needs of industry as
well.
Nous travaillons toujours activement sur le saumon et son
alimentation, et nous élaborons aussi un outil, le poisson
nettoyeur, en utilisant des tanches-tautogues et des lompes en
tant qu’agents non thérapeutiques pour répondre aux besoins de
l’industrie.
On sea cucumbers we’re working with Fogo Island Co-op in
different holding techniques and feeds for that as well.
Pour ce qui est des concombres de mer, nous travaillons en
collaboration avec la Fogo Island Co-op sur différentes
techniques de conservation et sur l’alimentation de cette espèce.
27-5-2014
Pêches et océans
9:135
We’re not doing it a lot right now with trout. We’re doing some
work with Steelhead in terms of training students in fish
physiology, so those are the areas that we’re in right now.
Nous ne réalisons pas beaucoup de travaux actuellement sur la
truite et nous avons travaillé un peu en collaboration avec
Steelhead pour former des étudiants en physiologie du poisson.
Ce sont nos domaines de recherche actuels.
Also we have a client that is investing a lot of money into
oyster culture. We think there is probably need to redress the four
priority species that are currently prioritized by the province and
allow some new species to come into our industry.
Nous avons aussi un client qui investit beaucoup d’argent dans
la culture des huîtres. Selon nous, il faudra probablement
modifier les quatre espèces qui sont actuellement jugées
prioritaires dans la province afin de permettre l’ajout de
nouvelles espèces au sein de l’industrie.
Senator Wells: I have a very quick follow-up. I don’t know who
is most suited to answer but whoever is most suited, please do so.
Le sénateur Wells : J’ai une question très rapide encore sur ce
sujet. Je ne sais pas qui est le mieux placé pour répondre, alors
c’est à vous de voir.
The students that are passing through the aquaculture program
are they being snapped up fairly quickly in the Newfoundland
industry or in the outside of Newfoundland industry.
Les étudiants qui suivent le programme d’aquaculture se
trouvent-ils assez rapidement un emploi dans l’industrie à TerreNeuve ou ailleurs?
Mr. Boyce: I think we can all answer that one.
We haven’t really alluded to the number of program from
Memorial as a whole. We do have a working document called the
‘‘Aquaculture Way Forward’’ for teaching education and training
right now and we’re offering for the first time an undergraduate
course at the university. We also offer a Masters and also through
the Marine Institute we deliver diploma programs and some other
courses. Local, national and international students are coming. I
don’t think there would be a person walking around right now
that has a degree or a diploma in aquaculture that can’t find
work, which is very exciting for us. They’re also going into
medicine and other fields. It’s a stepping stone for some. Not
everybody chooses to continue with aquaculture but they go into
other fields as well.
M. Boyce : Je crois que nous pouvons tous répondre à cette
question.
Nous n’avons pas vraiment fait allusion au nombre global du
programme de l’Université Memorial. Nous avons cependant un
document de travail qui s’intitule « Aquaculture Way Forward »,
la voie de l’aquaculture, sur l’enseignement et la formation, et
nous offrons pour la première fois un cours de premier cycle
universitaire. Nous offrons aussi une maîtrise et, toujours par le
truchement de l’Institut de la mer, des programmes menant à un
diplôme et d’autres cours. Nous accueillons des étudiants locaux,
nationaux et de l’étranger. Je ne crois pas qu’il y a actuellement
des titulaires de diplôme en aquaculture qui ne trouvent pas du
travail, ce qui est très stimulant pour nous. Ils se trouvent aussi
des emplois en médecine et dans d’autres domaines. C’est un
tremplin pour certains. Ce ne sont pas tous les étudiants qui
décident de continuer dans le domaine de l’aquaculture, certains
optent pour d’autres domaines aussi.
Senator Wells: Thanks.
Le sénateur Wells : Merci.
Mr. Couturier, you were about to answer.
Monsieur Couturier, vous alliez répondre.
Mr. Couturier: I was just going to say we have actually a lot of
Newfoundland students that are on the farm, so we do train a lot
of fish farms and shellfish farmers on the farm in improving fish
husbandry, fish health and all those sorts of things. They
obviously are in the industry and they stay in industry.
M. Couturier : J’allais simplement dire qu’il y a en fait
beaucoup d’étudiants de Terre-Neuve qui travaillent dans les
élevages, alors nous formons beaucoup de pisciculteurs et de
conchyliculteurs pour les aider à améliorer les techniques
d’élevage du poisson, la santé des poissons et ce genre de
choses. Évidemment, ils œuvrent déjà dans l’industrie et
continuent de le faire par la suite.
If our graduate diploma students are from Newfoundland they
can get work in Newfoundland if they wish to stay in
Newfoundland. Some 100 per cent get employment of interest
somewhere on the planet. B.C. has been snapping a lot of those
up in the last years. Our Masters of Science in Aquaculture
students are all getting jobs as well in research areas. It is all
positive from that perspective.
Si nos étudiants diplômés sont de Terre-Neuve, ils peuvent
trouver du travail ici s’ils veulent rester dans la province. Près de
100 p. 100 d’entre eux obtiennent un emploi intéressant quelque
part sur la planète. La Colombie-Britannique en a attiré beaucoup
au cours des dernières années. Nos étudiants à la maîtrise en
aquaculture obtiennent aussi tous un emploi dans des domaines
de recherche. De ce point de vue, c’est très positif.
The industry really here on the farm is not in a position to hire
a lot of highly qualified trained personnel. For one thing if you’re
coming from a region and going to Harbour Breton or
En fait, l’industrie ici, les éleveurs, n’est pas en mesure
d’embaucher beaucoup de personnel formé et spécialisé. En fait,
si une personne vient d’ailleurs et qu’elle arrive à Harbour Breton
9:136
Fisheries and Oceans
St. Alban’s just finding accommodations is a problem. I mean
there aren’t spare houses kicking around where a newly hired
employee can live. The emphasis really has been on training local
people and keeping those local people here although there have
been people as you noted earlier this morning coming back,
Newfoundlanders come back to work in the industry in those
communities.
Senator Wells: Okay, thank you panel.
27-5-2014
ou à St. Alban’s, elle aura de la difficulté à trouver un logement.
Vous comprenez, il n’y a pas de maisons libres qui apparaissent
lorsqu’un employé est nouvellement embauché. On a vraiment
mis l’accent sur la formation des gens du coin pour qu’ils puissent
rester ici, même si on constate, comme on l’a dit plus tôt ce matin,
que certains reviennent, que des Terre-Neuviens reviennent
travailler au sein de l’industrie dans ces collectivités.
Le sénateur Wells : D’accord, merci aux invités.
Senator Munson: Thanks for being here. I have a couple of
questions, both different. One may be a bit off the wall.
Le sénateur Munson : Merci d’être ici. J’ai deux ou trois
questions. L’une d’elles vous surprendra peut-être.
Doctor, on the current sea lice research you didn’t have much
time to get into that and fish swim. There’s wild fish and there’s
aquaculture. What’s the prevalence rate between wild salmon and
fish that are in these pens? Because the rate of washed out there, if
you hear about sea lice there is a panic and it’s immediately
associated with aquaculture. I’d just like to know that number if
somebody has that number.
Docteure, vous n’avez pas eu beaucoup de temps pour parler
des recherches sur le pou du poisson et les déplacements des
poissons. Il y a les poissons sauvages et il y a l’aquaculture. Quel
est le taux de prévalence entre le saumon sauvage et les poissons
dans ces enclos? En raison des taux de poissons qui s’échappent,
dès qu’on entend parler du pou du poisson, on panique et on
associe ce problème immédiatement à l’aquaculture. J’aimerais
connaître ce chiffre si quelqu’un le connaît.
In your research, what is your optimum goal? What are you
trying to get at? These are fine lofty goals but in layperson’s terms
I’d like to hear about where you hope this research would lead.
Dans vos recherches, quel est l’objectif final? Où essayez-vous
d’en venir? Vous avez des objectifs très nobles, mais j’aimerais
savoir où vous espérez que ces recherches vous mèneront en
termes que les non-initiés comprendront.
Dr. Westcott: I don’t have a number to be able to quantify the
prevalence rate. Of course that is an area of considerable debate
certainly but I guess the main thing I would say to that point is
when it comes to where the sea lice come from, when we take our
salmon from the hatcheries here they are actually sea lice free.
There are no lice on them at that point when they leave the
hatchery.
Dre Westcott : Je n’ai pas les données nécessaires pour
quantifier le taux de prévalence. Bien sûr, c’est un domaine très
débattu, mais ce que vous devez savoir, en ce qui concerne
l’origine du pou du poisson, c’est que, lorsque nos saumons
quittent nos écloseries, ils n’ont pas de poux. S’ils n’ont aucun
pou lorsqu’ils quittent l’écloserie.
When they go in the sea cages, that’s when they become
infected with the sea lice once they’re out into the ocean. We
know sea lice can come from wild sources. It can be wild fish
migrating through. It could be other reservoirs, other hosts that
can harbour the sea lice as well. I wouldn’t say anybody has a
scientific number to actually quantify that one.
C’est lorsqu’ils se retrouvent dans les cages flottantes en pleine
mer qu’ils deviennent infestés, une fois qu’ils sont dans l’océan.
Nous savons que le pou du poisson est d’origine sauvage. Il peut
venir de poissons sauvages qui passent par là. Il pourrait revenir
d’autres réservoirs, d’autres hôtes qui peuvent aussi être porteurs
du pou du poisson. Je ne crois pas que quiconque a des données
scientifiques pour avancer des chiffres à ce sujet.
With respect to research, my goal then is to work with industry
to add to the box of tools they can use to mitigate and control sea
lice. We’ve relied quite heavily in the past on chemical means of
control in conjunction with our biological means and the physical
things we were able to do. There are two main issues when it
comes to relying on chemicals as I see them. One of them being
the fact that depending on the country you actually grow salmon
in the chemo-therapeutants you actually have registered for use
and you actually have access to can be quite limited. That is the
case in Canada. We have a very limited number of therapeutants
available that we can actually avail of. In that respect we have to
develop other means to mitigate and control sea lice as well. As
Mr. Boyce pointed out, cleaner fish is something that’s really of
interest to me. I’ve moved my own research from the chemical
side of things down to the more environmentally friendly green
types of technologies that we can work on developing to aid in the
long-term sustainability of our industry.
En ce qui concerne les recherches, mon objectif est de travailler
en collaboration avec des intervenants de l’industrie pour leur
fournir de nouveaux outils qui serviront à réduire et contrôler la
prévalence du pou du poisson. Par le passé, nous avons beaucoup
utilisé des moyens de contrôle chimiques parallèlement à nos
moyens biologiques et aux choses que nous avons pu faire sur le
plan physique. J’ai constaté qu’il y a deux problèmes principaux
lorsqu’on utilise des produits chimiques. Il y a premièrement le
fait que, selon le pays où on produit le saumon, l’éventail de
produits thérapeutiques chimiques enregistrés que l’on peut
utiliser est parfois très limité. C’est le cas au Canada. Il y a un
nombre très limité d’agents thérapeutiques que nous pouvons
vraiment utiliser. C’est pourquoi nous devons trouver d’autres
façons d’atténuer et de contrôler le pou du poisson. Comme
M. Boyce l’a souligné, le poisson nettoyeur est l’une des méthodes
qui m’intéressent beaucoup. J’ai modifié mes sujets de recherche,
délaissant l’aspect chimique au profit de solutions plus
27-5-2014
Pêches et océans
9:137
écologiques et sans danger pour l’environnement, des
technologies sur lesquelles nous pouvons travailler pour assurer
la pérennité de notre industrie.
I think cleaner fish have a real benefit here. They have been
proven in other countries. They’re actually growing them quite
successfully in large commercial hatcheries now in other countries
as well. We know that that is an option and that’s where I’d like
to take my research.
Je crois que le poisson nettoyeur peut être très bénéfique ici.
C’est une méthode éprouvée dans d’autres pays. D’autres pays
élèvent ces poissons avec beaucoup de succès actuellement dans de
grandes écloseries commerciales. Nous savons que c’est une
option, et c’est sur ce sujet que j’aimerais réaliser mes recherches.
There’s interest from the industry here to do that. There’s
interest from others in academia to do that. There’s interest from
the provincial government to do that as well, so that’s where I
hope my research takes me. It’s a great opportunity to get some
other graduate students involved as well, to train some highly
qualified personnel, to get them working in industry in the area of
fish health as well.
L’industrie veut le faire. D’autres chercheurs universitaires s’y
intéressent aussi, tout comme le gouvernement provincial, et c’est
donc là-dessus que j’aimerais poursuivre mes recherches. C’est
une bonne occasion d’assurer la participation d’autres étudiants
diplômés, de former du personnel hautement qualifié et de lui
permettre de travailler au sein de l’industrie dans le domaine de la
santé du poisson aussi.
I hope I answered your question.
J’espère avoir répondu à votre question.
Senator Munson: Yes, thank you for that.
Le sénateur Munson : Oui, merci pour la réponse.
Mr. Boyce, when you brought up Mr. Risley’s name I was
thinking back because an old friend of mine worked with Ocean
Nutrition. We’ve been hearing so much about salmon, and what
did I do this morning? I popped my fish pill like I do every day.
The fish pill I have comes from Webber because that comes from
Ocean Nutrition, and Webber is not a Canadian company.
Monsieur Boyce, quand vous avez parlé de M. Risley, j’ai tout
de suite pensé à un ancien ami qui travaillait pour Ocean
Nutrition. On parle tellement du saumon. Vous savez ce que j’ai
fait ce matin? J’ai pris mes comprimés d’extrait de poisson comme
je le fais tous les matins. J’utilise un produit Webber parce qu’il
vient de Ocean Nutrition. Vous savez, Webber n’est pas une
entreprise canadienne.
They had a difficult time at Ocean Nutrition to get certification
through Health Canada. It took forever and they began to sell
their pills elsewhere around the world until Health Canada said,
‘‘Oh, they must be good. Nobody else is dying from these things.’’
It took a long time. It’s what we’ve been hearing here with this
regulation and so on. Of course you have to make sure things are
safe.
Ocean Nutrition a eu de la difficulté à obtenir l’accréditation
de Santé Canada. Le processus était très long, et l’entreprise a
commencé à vendre ses comprimés ailleurs, à l’étranger, jusqu’à
ce que Santé Canada dise finalement : « Oh, ça doit être bon.
Personne n’en meurt. » Il a fallu attendre longtemps. C’est ce
qu’on entend ici au sujet de la réglementation et de ce genre de
choses. Bien sûr, il faut quand même s’assurer que les produits
sont sécuritaires.
Is there any association with salmon? Some 20 years ago
nobody was taking a fish pills and now most of us are taking
them.
Y a-t-il une association avec le saumon? Il y a 20 ans, personne
ne prenait des comprimés d’extrait de poisson, et, de nos jours, la
plupart d’entre nous en prennent.
Senator Raine: Seal.
La sénatrice Raine : À base de phoque.
Senator Munson: It’s a mixture of everything but I like salmon
pills.
Le sénateur Munson : C’est un mélange, mais je prends des
comprimés faits à partir de saumon.
In the aquaculture business is there some research or things
going on, or is it happening that these fish are being used for our
Omega 3s if we don’t want to eat salmon? Is there a potential for
that to be even bigger and greater through the aquaculture
industry? I never thought until this moment that perhaps there is
something there.
Dans le secteur de l’aquaculture, réalise-t-on des recherches ou
d’autres types d’activités ou utilise-t-on ces poissons pour en tirer
l’oméga 3 pour ceux qui ne veulent pas manger de saumon?
Pourrait-on maximiser ce potentiel dans le secteur de
l’aquaculture? Je n’y avais jamais pensé, mais c’est peut-être une
occasion à saisir.
Mr. Boyce: A professor at Memorial University, Fereidoon
Shahidi, has done a lot of work in this area but again seal is an
area as well.
M. Boyce : Un professeur de l’Université Memorial, Fereidoon
Shahidi, a fait pas mal de travail dans ce domaine, mais, encore
une fois, il y a aussi les phoques.
9:138
Fisheries and Oceans
27-5-2014
I can’t comment on Mr. Risley and his business per se. I know
he became quite wealthy when he sold it. He’s done very well for
himself. I would say I do take oil tablets every day, seal and/or
cod and/or salmon. I think there’s a health benefit there.
Je ne veux pas parler de M. Risley ni de son entreprise, mais je
sais qu’il est devenu très riche lorsqu’il l’a vendue. Il a vraiment
réussi. Je dois dire que je prends des comprimés d’huile chaque
jour, que ce soit de phoque, de morue ou de saumon. Je crois que
c’est bénéfique pour la santé.
In terms of your direct question there is limited research
ongoing directly toward that right now at Memorial that I am
aware of. I don’t know if you guys know of any.
Mais pour répondre directement à votre question, il y a peu de
recherches en cours liées directement aux omégas 3 à l’Université
Memorial, du moins, à ma connaissance. Je ne sais pas si vous en
savez plus que moi.
Mr. Couturier: There are actually three or four companies on
the globe now that produce Omega 3 extracts from mussels.
They’re mostly from New Zealand but we actually have
companies in Newfoundland looking at that for undersized
mussels and extracting some of the nutritional aspects, the
nutraceuticals out of them. Mussels themselves also have very
high levels of EPA and DHA which are essential for humans. We
have a centre for marine biotech and bioprocessing at the
Fisheries and Marine Institute. We are looking at value-added
compounds from processing fish waste including salmon waste
and extracting oils from farm salmon and wild fish and putting
them into diet supplements or even medical applications.
M. Couturier : En fait, trois ou quatre entreprises à l’échelle
internationale produisent actuellement de l’oméga 3 à partir de
moules. Ces entreprises se situent principalement en NouvelleZélande, mais il y a des entreprises à Terre-Neuve qui envisagent
de le faire avec les moules trop petites, dont on pourrait extraire
certains nutriments ou produits nutraceutiques. Les moules
affichent aussi des taux très élevés d’EPA et de DHA, des gras
essentiels pour les humains. Au centre de biotechnologie marine et
de biotransformation de l’Institut des pêches et de la mer, nous
examinons la possibilité de tirer des composés à valeur ajoutée des
déchets issus de la transformation du poisson, y compris le
saumon, et de l’extraction d’huile du saumon d’élevage et du
saumon sauvage pour en faire des suppléments diététiques ou
même pour des applications médicales.
Senator Munson: Those oils are coming from everywhere. I
think there’s a plant in Port Hawkesbury and plants in other
places.
Le sénateur Munson : Ces huiles viennent de partout. Je crois
qu’il y a une usine à Port Hawkesbury. Il y en a aussi à d’autres
endroits.
So you’re saying that those fish pills and the oil comes from
two different sources?
Vous dites donc que ces comprimés et cette huile de poisson
viennent de deux sources différentes?
Mr. Couturier: Fish oils for the pills and supplements can come
from a variety of sources such as seal and different sources of
salmon, wild salmon and trimmings from salmon.
M. Couturier : L’huile de poisson pour les comprimés et les
suppléments peut venir d’une diversité de sources comme le
phoque et le saumon, le saumon sauvage et des parages du
saumon.
Senator Munson: Aquaculture salmon.
Mr. Couturier: Aquaculture salmon, wild salmon and mussels.
There is a variety of natural sources of nutraceutical type pills,
yes.
Le sénateur Munson : Le saumon d’aquaculture?
M. Couturier : Du saumon d’aquaculture, du saumon sauvage
et des moules. Les composés nutraceutiques utilisés dans des
comprimés viennent d’une diversité de sources naturelles.
Senator Munson: Thank you.
Le sénateur Munson : Merci.
Senator Lovelace Nicholas: Welcome.
La sénatrice Lovelace Nicholas : Bienvenue.
I’m interested in the cod aquaculture. Did you say that you
started one and it’s successful?
Je m’intéresse à la question de l’aquaculture de la morue. Avezvous dit que vous avez commencé ce type d’aquaculture et que
c’est un succès?
Mr. Boyce: We started multiple farms from a research and
development stage in the early 1990s. We had a project called
‘‘Egg to Plate’’ and then we moved into the raising of these fish at
our research facility. We then moved from the research facility,
fish the size of this pen, we moved them to cage sites at various
locations on the south coast and in Bay Bulls.
M. Boyce : Nous avons mis sur pied de multiples élevages dans
le cadre d’activités de recherche et de développement au début des
années 1990. Nous avions un projet intitulé « Egg to Plate », de
l’œuf à l’assiette, et nous avons élevé ces poissons dans nos
installations de recherche pour ensuite transférer les poissons, qui
avaient alors la taille de ce crayon, de nos installations de
recherche à des sites de cages dans divers emplacements sur la côte
sud et à Bay Bulls.
27-5-2014
Pêches et océans
In the course of doing research for about eight years with
various industrial partners and various allotments of money from
various sources, whether it be NSERC, CIHR, GNOs in Canada
or ACOA, we found that we could grow the fish and sell the fish.
At the end of the day the companies that were investing could not
make money.
Senator Lovelace Nicholas: I see.
9:139
Grâce à des recherches réalisées sur une période de huit ans en
collaboration avec divers partenaires de l’industrie et grâce à des
fonds de diverses sources, qu’il s’agisse du CRSNG, des IRSC,
d’ONG au Canada ou de l’APECA, nous avons constaté que
nous pouvions élever le poisson et le vendre. Au bout du compte,
les entreprises qui investissaient ne faisaient pas d’argent.
La sénatrice Lovelace Nicholas : Je vois.
Mr. Boyce: I have pictures here of a gentleman holding a fish.
We did the full cycle. We still have cod broodstock but at the end
of the day if the companies can’t make money they’re not going to
invest.
M. Boyce : J’ai des photos ici d’un homme qui tient un
poisson. Vous savez, nous avons fait un cycle complet. Nous
avons encore un stock de géniteurs de morues, mais, au bout du
compte, si les entreprises ne peuvent pas faire d’argent, elles ne
veulent pas investir.
There’s money in salmon aquaculture right now and
companies are heavily investing. When they came to
Newfoundland a number of years ago, we had announcements
of $250 million investments. That’s the type of investment that’s
needed to make these industries grow. If the CEOs or the
presidents of these companies feel that their return on investment
is better toward salmon than cod right now that’s their choice. It’s
not that we can’t grow them. We can’t make money right now
when we’re competing globally for white flesh fish that is selling at
a lower price.
Actuellement, il y a de l’argent pour l’aquaculture du saumon;
les entreprises investissent beaucoup. Lorsqu’elles sont arrivées à
Terre-Neuve, il y a un certain nombre d’années, on nous avait
annoncé des investissements de 250 millions de dollars. C’est le
type d’investissement nécessaire pour assurer la croissance de ces
industries. Si les PDG ou les présidents de ces entreprises estiment
que, actuellement, le rendement est meilleur avec le saumon que la
morue, c’est leur choix. Ce n’est pas parce que nous ne pouvons
pas en produire. Nous ne pouvons pas faire d’argent actuellement
en raison de la concurrence à l’échelle mondiale dans le secteur
des poissons à chair blanche, dont le prix est bas.
Senator Lovelace Nicholas: Would this include other countries?
La sénatrice Lovelace Nicholas : Cela inclut d’autres pays?
Mr. Boyce: Other countries, certainly. There is more money in
cod skins in Iceland now than the flesh.
M. Boyce : D’autres pays, certainement. Il y a plus d’argent
consacré à la peau de morue en Islande actuellement que pour la
chair.
To go back to your point, senator, there’s probably more
money in some of these oils than there is actually in the flesh as
well.
Pour revenir à ce que vous avez dit, madame la sénatrice, il y a
probablement plus d’argent à faire en produisant ces huiles qu’on
ne peut en faire avec la chair.
Senator Lovelace Nicholas: Interesting.
La sénatrice Lovelace Nicholas : C’est intéressant.
I have one more question. I’m not sure which one of you
brought it up but aquaculture training was mentioned. Are any
First Nations people taking advantage of these programs?
J’ai une autre question. Je ne sais pas qui parmi vous a parlé de
la formation en aquaculture. Des membres des Premières Nations
tirent-ils profit de ces programmes?
Mr. Couturier: We have done a fair amount of training with
First Nations in Conne River here in Newfoundland and
Labrador for on-the-farm harvesting as well as boat skills in
fish harvesting. They have a whole bunch of crab boats. We’ve
trained a lot of the folks in that area, both in the fishing but also
in the operations of the vessels, the seamanship and all that kind
of stuff. We’ve also done some training of First Nations in
collaboration with Collège communautaire in Caraquet in the
past in Gaspé and places like that. It was small scale but we’ve
done it certainly, yes.
M. Couturier : Nous avons réalisé beaucoup d’activités de
formation avec des membres des Premières Nations de Conne
River, ici, à Terre-Neuve-et-Labrador, sur la production dans les
élevages et pour leur permettre d’acquérir des compétences de
navigation en vue des récoltes de pêche. Ils ont beaucoup de
caseyeurs. Nous avons formé beaucoup de personnes dans cette
région, pour la pêche et aussi sur l’utilisation des bateaux, la
navigation et ce genre de choses. Nous avons aussi offert certains
cours de formation aux Premières Nations en collaboration avec
le Collège communautaire de Caraquet par le passé à Gaspé et des
endroits comme celui-là. C’était à petite échelle, mais nous l’avons
fait, oui.
Senator Lovelace Nicholas: Thank you.
Senator Poirier: I’m not sure that I’m looking for feedback in
the right place but I’m going to try. Maybe it should have been
asked earlier to other groups.
La sénatrice Lovelace Nicholas : Merci.
La sénatrice Poirier : Je ne sais si je pose la question aux
bonnes personnes, mais je vais tenter ma chance. J’aurais peutêtre dû la poser à d’autres groupes.
9:140
Fisheries and Oceans
27-5-2014
If I’m talking to a fisherman that fishes lobster, tuna, scallops
or cra he’s called a fisherman. If I talk to a farmer that’s raising
cattle or poultry or pork, he’s a farmer. We’ve had many different
groups that have had come to us and feel that we need to really
work and encourage the federal government to come up with an
aquaculture act because there’s no wording of aquaculture in the
Fisheries Act.
On appelle un pêcheur qui pêche du homard, du thon, des
pétoncles ou du crabe un pêcheur. On appelle un fermier qui élève
du bétail, de la volaille ou du porc un fermier. Nous avons
rencontré de nombreux groupes qui estiment qu’il faut vraiment
demander au gouvernement fédéral d’adopter une loi sur
l’aquaculture, parce qu’il n’y a aucune terminologie liée à
l’aquaculture dans la Loi sur les pêches.
My question is this: Is aquaculture the right place to be parked
in fisheries? We’re the Senate fisheries and we’re studying it but if
I ask somebody that’s in aquaculture whether they are a farmer or
a fisher it depends on who you speak to. Some feel that because
they’re dealing with water and something in water they’re looking
at the fishing industry but others feel that it is a farming industry.
It’s complicated.
Ma question est la suivante : faut-il considérer l’aquaculture
comme une forme de pêche? Nous sommes membres du comité
sénatorial responsable des pêcheries, et c’est nous qui étudions ce
dossier, mais si je demande à un intervenant du domaine de
l’aquaculture s’il est un fermier ou un pêcheur, la réponse dépend
de la personne à qui on parle. Certains estiment que, puisque leur
activité se passe dans l’eau, elle est donc liée à l’industrie des
pêches, mais d’autres estiment qu’il s’agit d’un secteur agricole.
C’est compliqué.
I’m not 100 per cent sure, but if I remember right I think in the
first years when I was a member of the legislative assembly in New
Brunswick they didn’t even actually become a department of
agriculture and aquaculture together. If they put them together
back maybe it’s because there’s a similarity.
Je ne suis pas sûre à 100 p. 100, mais je crois bien que, durant
les premières années où j’ai été membre de l’Assemblée législative
du Nouveau-Brunswick, on n’avait même pas vraiment réuni au
sein d’un même ministère l’agriculture et l’aquaculture. Si les deux
domaines sont réunis, c’est peut-être parce qu’il y a des
similitudes.
Would it help or what are your thoughts on that? Is the
aquaculture business in the right branch? Should we be with
fisheries or should we be on the agriculture side?
Cela aiderait-il? Qu’en pensez-vous? Le secteur de
l’aquaculture est-il dans le bon domaine? Devrait-on l’inclure
dans les pêches ou le ranger du côté agricole?
Mr. Couturier: Who wants to answer that?
Mr. Boyce: I’m going to give a couple of comments.
M. Couturier : Qui veut répondre à cette question?
M. Boyce : J’ai deux ou trois commentaires à formuler à ce
sujet.
When the moratorium came in in 1992 I was at Memorial and I
left for a year and we went cod ranching. We set up 12 farms
around rural Newfoundland and bought some fish from National
Research or NAT Sea at the time. We had 12 farms called cod
ranching. We held the fish for a period of three months and
doubled their weight. We sold our fish outside the traditional trap
fishery days in June and July and we got a better price.
Lorsque le moratoire a été établi en 1992, je travaillais à
l’Université Memorial, et je suis parti pendant un an pour
produire de la morue. À l’époque, nous avons mis en place
12 élevages en zone rurale à Terre-Neuve et avons acheté des
poissons à National Research, Nat Sea, à ce moment-là. Nous
avions donc 12 élevages de morue. Nous avons gardé les poissons
durant une période de trois mois et doublé leur poids. Nous les
avons vendus après les journées traditionnelles de pêche au casier,
en juin et juillet, et nous avons obtenu un meilleur prix.
What I’m getting at is the training of these people. We took
people with a skillset, traditional fishery people I call them. I came
from a historic fishing community of Bonavista and grew up in a
boat, so to speak, but we do need an aquaculture act. Aquaculture
is the farming most times in water and I think there is a synergy
between the two groups of the fishery people and the aquaculture
people.
Là où je veux en venir, c’est la formation de ces personnes.
Nous avons pris des personnes qui avaient un ensemble de
compétences, des intervenants du domaine traditionnel des pêches
comme je les appelais. Je viens d’une ancienne communauté de
pêche de Bonavista, et j’ai grandi sur un bateau, pour ainsi dire,
mais nous avons besoin d’une loi sur l’aquaculture. L’aquaculture
est une activité agricole, la plupart du temps dans l’eau, et je crois
qu’il y a une synergie entre les deux groupes, celui des pêcheurs et
celui de l’aquaculture.
Mr. Couturier: Aquaculture is farming and as you’ve heard by
all the witnesses today, I mean it is the controlled production of
aquatic animals or plants and all the agricultural principles that
you have on land apply to the aquatic environment. Should it be
based in agriculture or in fisheries? I would say you can have an
Aquaculture Act that divides the responsibility for that with the
M. Couturier : L’aquaculture est une production animale, et,
comme tous les témoins l’ont dit aujourd’hui, il s’agit de la
production contrôlée d’animaux ou de plantes aquatiques, et tous
les principes de l’agriculture terrestre s’appliquent en
environnement marin. Le secteur devrait-il relever de
l’agriculture ou des pêches? Je crois qu’il pourrait y avoir une
27-5-2014
Pêches et océans
9:141
developmental responsibility mandate, and so on, following
within agriculture and regulatory responsibility from a federal
level falling within Fisheries and Oceans. That’s kind of a twosided answer. You can have both involved in it, but you can
certainly have two departments being involved in regulating the
industry.
loi sur l’aquaculture qui diviserait les responsabilités à cet égard et
le mandat lié au développement, et cetera, touchant la
responsabilité sur le plan agricole et réglementaire, d’un point
de vue fédéral, qui relèverait de Pêches et Océans. C’est une
réponse dans les deux sens. Les deux groupes d’intervenants
peuvent participer, mais il peut très certainement avoir deux
ministères qui s’occupent de la réglementation de l’industrie.
Mr. Boyce: Back in 1997, I think, in Newfoundland our
premier was Brian Tobin and he announced the departmental
change from the Department of Fisheries to the Department of
Fisheries and Aquaculture. I think personally back then we were
happy to be recognized in 1997.
M. Boyce : Si je me rappelle bien, en 1997, le premier ministre
de Terre-Neuve, Brian Tobin, a annoncé que le ministère des
Pêches allait devenir le ministère des Pêches et de l’Aquaculture.
Personnellement, je crois que nous étions heureux d’être reconnus
en 1997.
Senator Poirier: Can I have one more question?
La sénatrice Poirier : Puis-je poser une autre question?
The Chair: Go ahead.
Le président : Allez-y.
Senator Poirier: It has to do with the sea lice. We talk about the
problem of sea lice once the salmon is put in the pens and it’s out
there. Is sea lice a problem on other fish? We don’t seem to hear
about it. We just seem to hear about it on salmon. Is sea lice a
problem on other fish out there?
La sénatrice Poirier : C’est au sujet du pou du poisson. Nous
parlons du problème du pou du poisson une fois que le saumon
entre dans l’enclos et est là. Le pou du poisson afflige-t-il d’autres
poissons? On dirait qu’on n’en entend pas parler. On semble
seulement en entendre parler pour le saumon. Le pou du poisson
est-il un problème qui touche d’autres poissons?
Dr. Westcott: Well sea lice can be found on salmon. They can
be found on trout. They’ve been found on halibut. They can be
found on herring. They can be found on a number of species. I
guess it all depends on the species of sea lice.
Dre Wescott : Eh bien, on retrouve des poux du poisson sur le
saumon. On peut en retrouver sur des truites. On peut en
retrouver sur des flétans. On peut en retrouver sur des harengs.
On peut en retrouver sur un certain nombre d’espèces. J’imagine
que cela dépend de l’espèce de pou.
In Atlantic Canada we have two species that we really look out
for. One of those is a species that we call Leps; that’s just the short
name we use. Those are the ones that are predominantly found on
Atlantic salmon on the East Coast of Canada.
Au Canada atlantique, il y a deux espèces que nous surveillons.
L’une de ces espèces est ce que nous appelons le L. salmonis; c’est
l’abréviation que nous utilisons. Ce sont les poux que nous
trouvons surtout sur le saumon de l’Atlantique sur la côte Est du
Canada.
If you go to the west coast you get a bit of a different picture.
They have a different species of Lep but they have other species as
well. They have a Caligus species, for example.
Si vous allez sur la côte Ouest, la situation est un peu différente.
Il y a là une autre espèce de L. salmonis, mais il y a aussi d’autres
espèces. Il y a une espèce de Caligus, par exemple.
There are over 200 different species of sea lice. There are two
main species, Leps and Caligus. Within those there are several
hundred species of sea lice so they can certainly be found on other
fish but some of those sea lice are quite host specific. Those Leps,
for example, really prefer Atlantic salmon over different species of
salmon.
Il existe plus de 200 espèces de poux du poisson. Il y a deux
espèces principales : L. salmonis et Caligus. Elles renferment
plusieurs centaines de sous-espèces, alors on peut assurément en
retrouver sur d’autres poissons, mais certains de ces poux
s’attaquent à des hôtes particuliers. L. salmonis, par exemple,
préfère vraiment le saumon de l’Atlantique par rapport aux autres
espèces de saumons.
Senator Poirier: Is there a reason why we have to work to find
a way to remove it or to eliminate it that it’s not on the salmon,
but we don’t seem to be talking about doing the same thing of
removing sea lice from other fish?
La sénatrice Poirier : Y a-t-il une raison pour laquelle nous
devons trouver une façon de le retirer du saumon ou de l’éliminer,
mais nous ne semblons pas avoir l’intention de faire la même
chose ou de retirer les poux sur d’autres poissons?
Dr. Westcott: I think it’s not an issue of removing. I don’t
think it’s ever going to be a situation where we have no sea lice in
the industry. I think others will probably agree with me there
because it is a naturally occurring parasite. It’s something that
just has to be managed and mitigated. It’s not that they are not
Dre Wescott : Je ne crois pas qu’il soit question de les retirer. Je
ne crois pas que nous connaissions un jour une situation où il n’y
a plus de poux du poisson dans l’industrie. Je crois que les autres
seront probablement d’accord avec moi ici, car il s’agit d’un
parasite naturel. Il faut simplement gérer et atténuer le
9:142
Fisheries and Oceans
found on other species. The majority of the work and the research
are focused in on those commercially valuable species, I would
say.
I don’t know if anybody has anything to add to that.
27-5-2014
phénomène. Ce n’est pas parce qu’on ne les retrouve pas sur
d’autres espèces. La majeure partie du travail et des travaux de
recherche ciblent les espèces ayant une valeur commerciale, je
dirais.
J’ignore si quelqu’un d’autre aimerait ajouter quelque chose.
Mr. Couturier: Sometimes when recreational fishers get a wild
salmon entering the river one of the indicators of its freshness is if
it is loaded with sea lice. Adult salmon can certain tolerate great
numbers of sea lice. Those sea lice drop off when the salmon go
up the river to spawn. A lot of times when you catch them in the
river you won’t see sea lice on them but when they’re in the ocean
they do have sea lice.
M. Couturier : Parfois, lorsque des pêcheurs récréatifs
prennent un saumon sauvage qui arrive dans la rivière, l’un des
indicateurs de fraîcheur est le grand nombre de poux qu’on y
retrouve. Un saumon adulte peut assurément tolérer une grande
quantité de poux. Ces poux se détachent lorsque le saumon
remonte la rivière pour frayer. Bien des fois, si vous prenez le
saumon dans la rivière, vous ne verrez pas de poux, mais, s’il est
dans l’océan, il en a.
The issue of farming and sea lice is that they are in a somewhat
closed containment in these cages and add up to one to
two per cent of the volume. They’re able to infect each other
with sea lice. We do need some measure to be able to control that.
That probably doesn’t happen as much in nature in the wild
although wild fish if all kinds, as Dr. Westcott mentioned, can be
completely covered in sea lice naturally.
Le problème du pou du poisson et des poissons d’élevage, c’est
qu’ils sont dans un environnement assez clos, car ils sont confinés
à des cages, et composent de 1 à 2 p. 100 du volume. Les poissons
peuvent s’infecter les uns les autres. Nous avons besoin de
mesures pour contrôler ce phénomène. Ce phénomène n’est
probablement pas aussi répandu dans la nature — parmi les
poissons sauvages —, quoique tous les types de poissons
sauvages — comme l’a mentionné la Dre Wescott — puissent
être entièrement recouverts de poux dans la nature.
Senator McInnis: We’ve heard a lot of negative stuff today
about regulations and so on, but I continue to read and hear
about the dollars that the federal government is putting into
research. To quote John Risley, I guess they’re seeing it as an
‘‘opportunity rather than an expense.’’
Le sénateur McInnis : Nous avons entendu beaucoup de points
négatifs aujourd’hui au sujet de la réglementation, par exemple,
mais je continue à lire des choses au sujet de l’investissement du
gouvernement fédéral dans la recherche et d’entendre parler de ce
sujet. Pour reprendre les paroles de John Risley, j’imagine qu’il
voit cela comme une possibilité plutôt qu’une dépense.
The Sustainable Aquaculture Program is another one that was
announced in February. I think it was $60 million or something
like that. Comment on that, if you would. Before you do, from
listening to you — and I don’t doubt what you say — on
Thursday we will be in Nova Scotia having hearings and I rather
suspect we will hear a different story with respect to how lobsters
flourish next to pens and other shellfish. They’ll say that’s
absolutely incorrect and there will be marine biologists and
scientists who will say that. So as a committee we’ll go back to
Ottawa and say, ‘‘Who is smoking what? What’s going on here?
Who is telling the truth?’’
Le Programme d’aquaculture durable est une autre chose qui a
été annoncée en février. Je crois qu’il a une valeur de 60 millions
de dollars ou quelque chose comme ça. J’aimerais avoir vos
commentaires là-dessus, s’il vous plaît. Mais, avant, je vous
écoutais — et je ne doute pas de ce que vous dites —, jeudi, nous
serons en Nouvelle-Écosse pour tenir des audiences, et je me
doute bien que nous entendrons une tout autre histoire en ce qui a
trait à la prospérité du homard à côté d’enclos et d’autres
mollusques et crustacés. Les témoins diront que c’est absolument
faux, et des biologistes de la vie aquatique et des chercheurs diront
la même chose. Alors, le comité, lorsqu’il reviendra à Ottawa,
dira : « Qui fume quoi? Qu’est-ce qui se passe? Qui dit vrai? »
We hear about sea lice. Mr. Green you hold up the annual
Aquaculture Association of Canada’s research and development
wherein it says that Slice, which was the drug used to control lice,
is no longer effective. In fact no drug is effective. That’s stated in
there apparently. Pfizer is trying to develop some drug to cure it.
Nous entendons parler de poux du poisson. Monsieur Green,
vous coordonnez l’événement annuel de recherche et
développement de l’Association aquacole du Canada dans le
cadre duquel on a dit que Slice, le médicament utilisé pour
éliminer les poux, n’est plus efficace. En fait, aucun médicament
n’est efficace. On l’a dit à ce moment-là, apparemment. Pfizer
essaie de mettre au point un nouveau médicament pour combler
cette lacune.
We’ve got that problem. We’ve got the perception if not reality
of ISA that we are told by federal Health that humans can eat fish
that have that virus but fish cannot as it will kill them.
Nous avons ce problème. Nous percevons le problème de l’AIS
ou sommes carrément aux prises avec cette réalité, et les autorités
fédérales de la santé nous disent que les humains peuvent
consommer du poisson atteint de ce virus, mais pas d’autres
poissons, car ils en mourraient.
27-5-2014
Pêches et océans
9:143
So where are we? Where does the truth lie? There is no question
there is a tremendous future both for the economic benefits and
for the nourishment of the world in having aquacultures. What do
we write down at the end of this, because we are trying to come
back with reality?
Alors, où en sommes-nous? Où se trouve la vérité? Il ne fait
aucun doute qu’un avenir brillant se dessine pour l’aquaculture, à
la fois sur le plan des retombées économiques et en ce qui a trait à
l’alimentation de la planète. Que prenons-nous en note au final?
Parce que nous essayons de revenir avec quelque chose de
tangible.
Dr. Westcott: I will just make a quick statement on the
chemotherapeutant piece.
Dre Wescott : J’ai seulement un commentaire rapide sur la
question de la chimiothérapie.
I think it is incorrect to say that there is nothing available that
works on sea lice right now. That is not exactly the case. You are
true in your statement to say that Slice is not working, that is, in
certain places of the world. To my knowledge and I am sure the
veterinarians of the province could confirm this, but it is still
effective in Newfoundland right now and it is still used in
Newfoundland.
Je crois qu’il est faux de dire que rien ne fonctionne pour
éliminer le pou du poisson à l’heure actuelle. Ce n’est pas tout à
fait vrai. Vous avez raison de dire que Slice ne fonctionne pas, et
c’est seulement le cas dans certains endroits du monde. Autant
que je sache, et je suis certaine que les vétérinaires de la province
pourraient le confirmer, ce médicament est toujours efficace à
Terre-Neuve à l’heure actuelle et on l’y utilise encore.
When it comes to talking about these chemotherapeutants in
resistance development people say it just does not work anymore.
We are talking about resistance development. Essentially the
whole key ensuring that resistance does not occur to the limited
number of chemotherapeutants that we have available for use in
Canada right now and that other tools are available. It is this
integrated pest management that Mr. Couturier and I spoke of. It
is having a tool box ready for those farmers to be able to avail of
whenever they need to.
Quant au développement d’une résistance contre ces agents
chimiothérapeutiques, les gens disent carrément que cela ne
fonctionne plus. Nous parlons du développement d’une
résistance. Essentiellement, il s’agit de s’assurer qu’il n’y a pas
de résistance au nombre limité d’agents chimiothérapeutiques
disponibles au Canada à l’heure actuelle et que d’autres outils
sont offerts. C’est la lutte antiparasitaire intégrée dont
M. Couturier et moi-même avons parlé plus tôt. Il faut avoir
une boîte à outils à offrir à ces aquaculteurs pour qu’ils puissent
s’en servir au besoin.
In the case of New Brunswick, for example, back when I
started doing my graduate work, Slice was used by every farm,
multiple times a year, very effectively. Through the course of
working in the industry in New Brunswick over 10 years and
doing those bioassays that I spoke of, we saw changes in
sensitivity. It is not necessarily a bad thing that occurred; it is just
kind of a natural evolution of how a drug works over time.
Dans le cas du Nouveau-Brunswick, par exemple, à l’époque
où j’ai commencé mes travaux de recherche de deuxième cycle,
Slice était utilisé par tous les aquaculteurs, plusieurs fois par
année, et était une méthode très efficace. Au cours de notre travail
avec l’industrie au Nouveau-Brunswick, en 10 ans, et dans le
cadre des essais biologiques dont j’ai parlé, nous avons observé
des changements sur le plan de la sensibilité. Ce n’est pas
nécessairement une mauvaise chose; c’est pour ainsi dire
l’évolution naturelle des effets d’un médicament au fil du temps.
We have the situation where we treat fish and remove the sea
lice quite successfully. Over time we find, just like us taking
antibiotics, that resistance develops after a while because we have
those bugs that we do not kill every time we take a course of
antibiotics. Of course the bugs that survive that treatment will
then go on to reproduce and proliferate. Because sea lice can go
through their lifecycle so quickly you can imagine how quickly
that happens. It is not the case that it is all doom and gloom.
Actuellement, nous traitons le poisson et éliminons les poux
avec beaucoup de succès. Au fil du temps, nous constatons que,
comme lorsqu’on prend des antibiotiques, une résistance apparaît
après un certain moment, car il y a toujours des organismes qui ne
sont pas tués à chaque traitement aux antibiotiques. Bien
entendu, les organismes qui survivent au traitement se
reproduisent et prolifèrent. Vu la rapidité du cycle de vie des
poux du poisson, vous pouvez imaginer à quel point ce
phénomène se passe vite. Ce n’est pas une situation désespérée.
For farmers it is having access to other therapies that they can
actually avail themselves of. In Canada right now there is one infeed treatment that is registered for use. Other in-feed treatments
are available out there. There are other bath treatments that are
used quite successfully in Europe and other places.
Pour les aquaculteurs, l’important est d’avoir accès à d’autres
thérapies qu’ils peuvent utiliser. À l’heure actuelle, au Canada, il
existe un traitement par l’alimentation officiellement accessible. Il
existe d’autres traitements par l’alimentation. D’autres
traitements de bain sont utilisés avec beaucoup de succès en
Europe et ailleurs.
This is not to say that resistance has not developed in those
therapeutants over time as well because that is the case if you
delve through the literature. I guess the thing here is for farmers to
actually have access to those therapeutants that we know work in
Ça ne veut pas dire qu’il n’y a pas eu de résistance à ces agents
thérapeutiques au fil du temps aussi, parce que, si vous consultez
la littérature, vous constaterez que c’est le cas. Je crois que l’idée
ici, c’est de donner aux aquaculteurs accès à ces agents
9:144
Fisheries and Oceans
27-5-2014
other countries, that have worked in the past and that chances are
the sea lice here have never been exposed to. There is quite a good
potential of actually being successful here but farmers and
veterinarians struggle with the fact that they are very limited in
what they can use right now.
thérapeutiques dont le fonctionnement est avéré dans d’autres
pays, qui ont fonctionné par le passé et auxquels les poux d’ici
n’ont probablement jamais été exposés. Il y a d’excellentes
chances que cela fonctionne ici, mais les aquaculteurs et les
vétérinaires ont malheureusement un accès très limité à ces
thérapies.
That is where research like Mr. Boyce and I are proposing to
do with the cunners. The Newfoundland Aquaculture Association
recognizes this as well as other countries. We need to have other
tools that we can use in that toolbox.
C’est pourquoi des chercheurs comme M. Boyce et moi-même
proposent la tanche-tautogue. L’association aquacole de TerreNeuve reconnaît cette solution, à l’instar d’autres pays. Nous
avons besoin d’autres outils que nous pouvons utiliser dans cette
boîte à outils.
Senator McInnis: I agree. I was quoting the report that was put
out by the Aquaculture Association of Canada. They also
mention in there that they are attempting to use cunners and
blue mussel. I was quoting the written report that people have
read. It is not me making the comment, but I am trying to the
reality and the truth. I am not suggesting that anyone on this
panel is saying anything that is untrue. You sound quite
believable to me. My point is that we are going to hear a
different story.
Le sénateur McInnis : J’en conviens. J’ai cité le rapport publié
par l’Association aquacole du Canada. On mentionne dans ce
rapport qu’on tente aussi d’utiliser les tanches-tautogues et les
moules bleues. Je citais le rapport que les gens ont lu. Ce n’est pas
moi qui ai fait ce commentaire, mais j’essaie d’aller au fond des
choses. Je ne suis pas en train d’insinuer qu’un témoin ici tient des
propos qui ne sont pas vrais. Vous avez l’air assez crédibles, à mes
yeux. Ce que j’essaie de dire, c’est que nous allons entendre une
autre histoire.
The Chair: Anything to add?
Le président : Y a-t-il quelque chose à ajouter?
Mr. Couturier: Yes. On the sea lice and on the therapeutants
Dr. Westcott is quite right. The best approach for farmed animals
is to use an integrated pest management strategy that involves a
suite of therapeutants as well as access to biological and
mechanical controls.
M. Couturier : Oui. Pour ce qui est du pou du poisson et des
agents thérapeutiques, la Dre Wescott a tout à fait raison. La
meilleure approche pour les animaux d’élevage est une stratégie de
lutte antiparasitaire intégrée qui englobe une gamme d’agents
thérapeutiques en plus de donner accès à des mesures de contrôle
biologiques et mécaniques.
One of the controls that we have access to is not really a
therapeutant. It is hydrogen peroxide. Hydrogen peroxide is a
very innocuous substance in the marine environment. It lasts
seconds, if not less. It knocks the lice off and then you collect the
lice in a whale boat and kill them. That can be a very effective
method of doing it. You need infrastructure to treat them that
way but it is used quite commonly in other parts of the world.
L’une des mesures de contrôle auxquelles nous avons accès
n’est pas vraiment un agent thérapeutique. Il s’agit du peroxyde
d’hydrogène. Le peroxyde d’hydrogène est une substance
absolument inoffensive dans l’environnement marin. Il dure des
secondes, voire moins. Il repousse les poux, puis vous les
recueillez dans une baleinière pour les tuer. Cette méthode peut
se révéler très efficace. Ce traitement nécessite une certaine
infrastructure, mais il est assez répandu dans d’autres régions du
monde.
On the lobsters I would not say it is a matter of who is telling
the truth and who is not. It is like a court of law on which I am
sure you are familiar with. The truth is somewhere in the middle.
The reality is if you have sites that are poorly sited and you may
have organic deposition that will bother some lobsters. That is
true and that has been demonstrated for a long time all over the
world. If you have sites that are well managed and well sited you
will not see that many lobsters displaced. In fact you might
actually see an increase because what you are getting from a
salmon or mussel farm essentially is drop-off, feces, extra food
pellets or some other organic matter. Lobsters do not eat the
pellets directly. Certainly other organisms around it will start to
decompose that organic matter. That is good food for lobsters.
Pour ce qui est des homards, je ne dirais pas qu’il est question
de savoir qui dit vrai et qui dit faux. C’est un peu comme un
tribunal, et je suis certain que vous connaissez bien ce contexte.
La vérité se trouve quelque part entre les deux. En réalité, si vos
sites sont à de mauvais emplacements, vous êtes susceptible
d’avoir des dépôts organiques qui pourraient perturber certains
homards. C’est une réalité qui est démontrée depuis longtemps
partout dans le monde. Si vous avez des sites bien gérés et bien
placés, vous ne verrez pas un très grand nombre de homards se
déplacer. En fait, vous verrez peut-être une augmentation, car à
peu près tout ce qui provient d’un élevage de saumons ou de
moules, ce sont des pertes, des matières fécales, de la nourriture en
granules et d’autres matières organiques. Les homards ne
mangent pas directement les granules. Certes, d’autres
organismes aux alentours commenceront à assimiler cette
matière organique. C’est bon pour les homards.
27-5-2014
Pêches et océans
9:145
We see increases in shrimp in B.C. They have that nice little a
striped shrimp, spring prawn, or whatever they call it there in B.C.
It is certainly nice anyway.
Nous voyons une augmentation de crevettes en ColombieBritannique. Il y a la belle petite crevette ésope; la crevette du
printemps ou j’ignore comment on l’appelle en ColombieBritannique. Quoi qu’il en soit, c’est une belle bête.
The fishery in Scotland has been using these therapeutants in
shallow waters like Bay of Fundy waters for 30 years and has not
seen one change in the fisheries of their spot prawns or their
equivalent of lobsters in their area. They do not have big fisheries
in those areas but they have not seen a change.
Les pêcheurs de l’Écosse utilisent ces agents thérapeutiques en
eaux peu profondes, comme celles de la baie de Fundy, depuis
30 ans, et ils n’ont pas observé un seul changement dans leurs
récoltes de crevettes tachetées ou de homards dans cette région.
Les pêches sont plutôt modestes dans ce secteur, mais on n’a
observé aucun changement.
All I am saying is that farms can have an impact on different
types of lobsters whether it is berried females or so on. We
interviewed fishermen here in Poole’s Cove and Belleoram. They
told us they were glad to see farms because then the fish
harvesters from one community would not go and poach the
lobsters from another community. There was 24/7 surveillance
there to see who was actually poaching them. I mean there are
benefits.
Tout ce que je dis, c’est qu’une aquaculture peut avoir un
impact sur différents types de homards, qu’il s’agisse de femelles
œuvées ou je ne sais quoi. Nous avons interrogé des pêcheurs ici à
Poole’s Cove et à Belleoram. Ils nous ont dit qu’ils étaient
heureux de voir des aquacultures, car de cette façon, les pêcheurs
d’une collectivité n’allaient pas voler le homard d’une autre
collectivité. Il y avait une surveillance constante là-bas pour
essayer d’identifier les braconniers. Je veux dire, il y a des
avantages.
The Chair: Thank you to our panelists. As usual it is another
aspect of the industry that we’re hearing from. We’ve heard a lot
today and it’s a lot of information and you certainly added to it. I
want to thank you for your time this evening and wish you all the
best.
Le président : Merci aux témoins. Nous avons encore écouté
des représentants d’une autre facette de l’industrie. Nous avons
appris beaucoup de choses aujourd’hui, et vous nous avez
assurément donné beaucoup d’informations. Je tiens à vous
remercier d’être venus ce soir et je vous souhaite beaucoup de
succès.
Senators, we are now pleased to welcome Mr. Jim Bennett,
Member of the Newfoundland and Labrador House of Assembly
for the District of St. Barbe, and for those who haven’t visited it’s
a beautiful part of our province on the northern peninsula.
Mr. Don Hutchens is President of the Salmonid Council of
Newfoundland and Labrador, and Mr. Tony Tuck is Fishing
Committee Chair of the Newfoundland and Labrador Outfitters
Association.
Chers sénateurs, nous avons maintenant le plaisir d’accueillir
M. Jim Bennett, député à la Chambre d’assemblée de TerreNeuve-et-Labrador pour St. Barbe; pour ceux qui n’ont pas visité
cette région, il s’agit d’un endroit magnifique dans la péninsule
nord de notre province. M. Don Hutchens est président du
Salmonid Council of Newfoundland and Labrador, et M. Tony
Tuck est président du comité des pêches de la Newfoundland and
Labrador Outfitters Association.
On behalf of the members of the committee, I thank you for
taking the time to be with us here today. We will begin with a
statement from Mr. Bennett, followed by a statement from
Mr. Hutchens and Mr. Tuck. If you’d like to say a few words,
senators will follow with some questions.
Au nom des membres du comité, je vous remercie d’avoir pris
le temps de venir ici aujourd’hui. Nous allons commencer par la
déclaration de M. Bennett, puis nous allons entendre celles de
MM. Hutchens et Tuck. Vous pouvez faire une courte
déclaration, puis les sénateurs vont poser des questions.
Mr. Bennett, the floor is yours.
Jim Bennett, member of the House of Assembly for St. Barbe,
Newfoundland and Labrador House of Assembly: Thank you very
much. As Senator Manning stated, I am the member of the House
of Assembly for St. Barbe District, and I am currently the justice
critic and Chair of the Province of Public Accounts Committee.
Prior to that, I was fisheries critic for two years and also
education critic and innovation business and rural development
critic. We had some by-elections and we were fortunate; we were
able to spread the work a little bit better.
Monsieur Bennett, la parole est à vous.
Jim Bennett, député à la Chambre d’assemblée pour St. Barbe,
Chambre d’assemblée de Terre-Neuve-et-Labrador : Merci
beaucoup. Comme l’a mentionné le sénateur Manning, je suis
député à la Chambre d’assemblée pour le district de St. Barbe, et
je suis actuellement critique en matière de justice et président du
Comité des comptes publics de la province. Avant cela, j’ai été
critique en matière de pêches pendant deux ans, puis aussi critique
en matière d’éducation et critique en matière d’entreprise
innovatrice et de développement rural. À la suite d’élections
partielles, nous avons eu la chance de pouvoir répartir le travail
un peu mieux.
9:146
Fisheries and Oceans
27-5-2014
I’ve had a lifelong interest in aquaculture, going on fish farms,
fish-out places and so on. I’ve lived in four provinces: Alberta for
eight years, Ontario for eleven, Nova Scotia for a year and for the
rest of the time I won’t tell you how many years in Newfoundland
and Labrador. When I came back a dozen years ago, my career
before this one — and I was elected two and a half years ago —
was as a lawyer. I practised law in Newfoundland and Labrador
and also Ontario for half a dozen years, so I’m a member of the
bar of both provinces. I graduated from University of Windsor
and also University of Detroit Mercy and Memorial University
here in Newfoundland.
J’ai toujours été intéressé par l’aquaculture, j’ai fréquenté des
piscicultures et des endroits de pêche-sur-place, et ce genre de
choses. J’ai vécu dans quatre provinces : 8 ans en Alberta, 11 ans
en Ontario, 1 an en Nouvelle-Écosse et, le reste du temps — je ne
vous dirai pas combien d’années — j’ai vécu à Terre-Neuve-etLabrador. Lorsque je suis revenu, il y a une dizaine d’années, ma
profession antérieure — j’ai été élu il y a deux ans et demi —, était
celle d’avocat. J’ai pratiqué le droit à Terre-Neuve-et-Labrador et
aussi en Ontario quelque six ans, alors je suis membre du Barreau
des deux provinces. J’ai obtenu un diplôme de l’Université de
Windsor et aussi de l’Université of Detroit Mercy et de
l’Université Memorial ici, à Terre-Neuve.
Finfish aquaculture or growing trout really has always been a
life-long interest for me because I would go on fish out farms and
you could catch them, you could put them back and you could
pretty much do what you wanted. When I came back a dozen
years ago, I was really keen to have a little fish farm myself.
J’ai toujours été intéressé par la pisciculture ou l’élevage de la
truite, parce que j’avais l’habitude d’aller dans des piscicultures
ouvertes à la pêche pour prendre des poissons; on pouvait les
remettre à l’eau ou faire pas mal ce qu’on voulait. Lorsque je suis
revenu, il y a une dizaine d’années, j’avais vraiment envie d’établir
ma propre petite pisciculture.
I live in Daniel’s Harbour, which is Great Northern Peninsula,
240 people, one lawyer when I’m home; no lawyers when I’m not
home. In any event, I’ve followed up on the regulations and did
quite a bit of reading on fish-to-feed ratios, how much water you
needed and what size you needed. I learned quite a bit about it,
and then I had some discussions with the province about the
regulations in 2002, 2003. The regulations were very stringent as
to what you needed to do to have a fish farm. After I studied and
learned the regulations I thought that would be something to do
one of these days if I ever get around to retiring. It seemed like a
lot of work and a lot of regulations. After I was elected I was
fisheries critic and I am also an angler.
Je vis à Daniel’s Harbour, dans la péninsule Great Northern; ce
village compte 240 habitants et 1 avocat lorsque je suis là; quand
je suis parti, il n’y a pas d’avocat. Quoi qu’il en soit, je me suis
renseigné sur la réglementation et j’ai beaucoup lu au sujet des
ratios poisson-nourriture, de la quantité d’eau nécessaire et de
l’espace nécessaire. J’en ai beaucoup appris, puis j’ai entrepris des
discussions avec la province au sujet de la réglementation en 2002
et en 2003. La réglementation était très contraignante en ce qui
concerne les exigences préalables à l’établissement d’une
pisciculture. Après avoir étudié et appris la réglementation, je
me suis dit que ce serait quelque chose à faire un de ces jours, si je
finissais par prendre ma retraite. L’entreprise semblait exiger
beaucoup de travail et être assujettie à une lourde réglementation.
Lorsque j’ai été élu, je suis devenu critique en matière de pêches et
je suis aussi pêcheur à la ligne.
Aquaculture is a smaller side of the fisheries, approximately
10 to 15 per cent of the value. The growing side is really an
important side and finfish aquaculture. There’s no doubt in my
mind that finfish aquaculture is here to stay. It’s not a matter of if
we do it. It’s a matter of how we do it best.
L’aquaculture représente une petite proportion des pêches;
environ de 10 à 15 p. 100 de la valeur. L’aspect croissance est
vraiment important, sans parler de la pisciculture. Il ne fait aucun
doute dans mon esprit que la pisciculture est ici pour rester. Il
s’agit de savoir non pas si nous pratiquons cette activité, mais
quelle est la meilleure façon de le faire.
I won’t speak on the shellfish sector because I think that that’s
being well done and I think we have set a standard really for the
world in shellfish. In July of 2012 we had the first outbreak of
infectious salmon anemia and being a lawyer that made me really
hit the books. I had to learn, study up and read all of this that I
possibly could.
Je ne parlerai pas du secteur des mollusques et crustacés, car je
crois qu’on s’en charge très bien et je crois que nous avons établi
une véritable norme pour le monde des mollusques et crustacés.
En juillet 2012, nous avons assisté à la première éclosion d’anémie
infectieuse du saumon, et, en ma qualité d’avocat, cela m’a poussé
à me documenter. Il fallait que j’apprenne, que j’étudie et que je
lise tout ce qui était à ma disposition.
The first thing that I read was the report of the British
Columbia All-Party Committee on finfish aquaculture in British
Columbia. It’s quite lengthy, very well done and I thought if all
three parties are working together, it’s probably going to be
relatively neutral and good on facts.
La première chose que j’ai lue était le rapport du comité
composé de représentants de tous les partis de la ColombieBritannique sur la pisciculture dans cette province. Il est assez
volumineux et très bien fait et, à mon avis, si les trois partis ont
collaboré, il s’agit probablement d’un document relativement
neutre et axé sur les faits.
27-5-2014
Pêches et océans
9:147
I also read a study from Simon Fraser University as to
threshold prices and that people will pay more for finfish
aquaculture that’s grown in close containment and what is the
premium that the consumer will pay, because that seemed to be
the way we needed to go.
J’ai aussi lu une étude de l’Université Simon Fraser traitant des
prix minimums et du fait que les gens étaient prêts à payer
davantage pour le poisson élevé en milieu clos et du prix que le
consommateur était prêt à payer, car c’était la voie que nous
devions adopter, d’après moi.
I’ve also read the Cohen report and pretty much anything else I
could find. Also the reports on the finfish aquaculture in Chile
and the collapse of the salmon aquaculture industry in Chile with
infectious salmon anemia, having been introduced there in fish
eggs from Norway; so it can be introduced from tame fish into the
wild. It also exists in the wild.
J’ai aussi lu le rapport de la Commission Cohen et à peu près
tout ce qui me tombait entre les mains. J’ai aussi lu les rapports
sur la pisciculture au Chili et l’effondrement de l’industrie
salmonicole dans ce pays à cause de l’anémie infectieuse du
saumon, introduite par des œufs de poissons de la Norvège; alors
l’infection peut être propagée des poissons en captivité aux
poissons sauvages. Elle existe aussi dans la nature.
Since then we’ve had five ISA outbreaks in this province and
the CFIA has paid over $30 million in compensation. I have a real
concern that if the CFIA stops providing compensation for fish
diseases, the industry is finished. It is absolutely out of business; it
can’t possibly continue without this support.
Depuis ce moment-là, il y a eu cinq éclosions d’AIS dans la
province, et l’ACIA a versé plus de 30 millions de dollars en
indemnisations. Je suis réellement préoccupé du fait que, si
l’ACIA cesse d’offrir une indemnisation pour les maladies du
poisson, l’industrie sera perdue. Elle est vouée à l’échec; elle ne
saurait continuer sans cette aide.
It doesn’t seem like the CFIA — the mandate isn’t like mad
cow’s disease or bovine spongiform encephalitis because we’re
continually going to have ISA; it’s a known risk. We will always
have ISA if we have to fish in the ocean.
On ne dirait pas que l’ACIA... Le mandat diffère de celui pour
la vache folle ou l’encéphalopathie spongiforme bovine, car nous
allons continuellement devoir lutter contre l’AIS; c’est un risque
connu. Nous serons toujours aux prises avec l’AIS si nous
pêchons dans l’océan.
Another big concern is the interaction with sea lice for the
young salmon that are leaving and the return rates on small
salmon, when small salmon go to sea. If they come into contact
with the larger farmed fish, then they’re exposed to sea lice.
Maybe one or two sea lice on a smolt leaving would weaken the
little fish, so a predator would get the fish and the returns would
tend to be lower than higher. Those are concerns that I have.
Une autre importante préoccupation tient à l’interaction entre
le pou du poisson et les jeunes saumons qui partent et les taux de
retour du jeune saumon, lorsqu’il part dans l’océan. S’ils entrent
en contact avec des poissons d’élevage plus gros, ils sont exposés
au pou du poisson. Un ou deux poux qui s’installent sur un
saumoneau qui part pourraient affaiblir le petit poisson, alors il
serait vulnérable aux prédateurs, et le taux de retour aurait
tendance à baisser. Voilà mes préoccupations.
The industry right now has taken off really quickly. I believe
that we need to find a way to have a sustainability on an
environmental basis and sustainability on an economical basis,
and maintain and grow the industry. One part of the picture that
we’re missing is that we don’t have really good data as to the
actual cost inputs to grow fish in closed containment versus in the
ocean. We know that electricity costs will be higher with
recirculating the water and we know that there would be higher
labour costs, which is not necessarily bad if you’re in a region that
needs the employment. I don’t agree with the argument that we
will lose a competitive advantage by not being able to use the
ocean because we have other competitive advantages here. I think
if we could sell a pristine product Canada wide, it would really be
the way to the future.
À l’heure actuelle, l’industrie a démarré sur les chapeaux de
roues. Je crois que nous devons trouver une façon d’assurer la
durabilité dans un contexte environnemental et dans un contexte
économique et maintenir et faire croître l’industrie. L’un des
aspects qu’il nous manque, c’est que nous n’avons pas de très
bonnes données quant aux véritables coûts qu’il faut engager pour
élever du poisson dans un environnement clos plutôt que dans
l’océan. Nous savons que les coûts en électricité seront plus élevés,
vu la recirculation de l’eau, et nous savons qu’il y aura des coûts
de main-d’œuvre plus élevés, ce qui n’est pas nécessairement une
mauvaise chose si vous vous trouvez dans une région en mal
d’emplois. Je ne partage pas l’idée selon laquelle nous allons
perdre un avantage concurrentiel en n’exploitant pas l’océan, car
nous avons d’autres avantages concurrentiels ici. Je crois que, si
nous pouvions vendre un produit pur à l’échelle du Canada, ce
serait vraiment la voie de l’avenir.
I think we need to systematically move toward a closed
containment product, whether that’s with tanks in the ocean
whereby you would take advantage of the temperature of the
water for sustaining the water temperature, or whether it’s on
land where the costs will be higher, but I think we don’t really
have the data.
Je crois que nous devons systématiquement nous diriger vers
un produit en environnement clos, que ce soit dans des réservoirs
dans l’océan, qui permettraient de profiter de la température de
l’eau pour maintenir cette température ou dans des réservoirs sur
terre, qui entraîneraient des coûts plus élevés, mais je crois que
nous n’avons pas vraiment toutes les données à cet égard.
9:148
Fisheries and Oceans
At this point, with the continued ISA outbreaks and the sea lice
issue, the industry is really exposed to financial difficulties and
unnecessary risks and the potential for consumer boycotts that
are already coming. We know about boycotts. I’m reading about
the European seal regime because we know what can happen with
boycotts.
27-5-2014
À ce stade, vu les éclosions constantes d’AIS et le problème du
pou du poisson, l’industrie est vraiment exposée à des difficultés
financières et à des risques inutiles, et le potentiel de boycottages
des consommateurs est déjà présent. Nous connaissons les
boycottages. Je lis au sujet du régime européen touchant les
phoques, car nous savons ce qui peut arriver à la suite d’un
boycottage.
I should probably give up the floor to somebody else.
Je devrais probablement céder la parole à quelqu’un d’autre.
The Chair: Thank you, Mr. Bennett.
Le président : Merci, monsieur Bennett.
Mr. Tuck?
Monsieur Tuck?
Mr. Tuck: Thank you very much. I am very pleased to be able
to address you this afternoon.
M. Tuck : Merci beaucoup. Je suis ravi de témoigner devant
vous cet après-midi.
I’m here today representing the Newfoundland and Labrador
Outfitter’s Association. Personally I’ve been owner/operator of a
hunting and fishing outfitting business for the past 22 years. That
is my prime method of living; that’s how I earn my living and I
have for quite a while.
Je représente aujourd’hui la Newfoundland and Labrador
Outfitter’s Association. Personnellement, je suis propriétaire et
exploitant d’une pourvoirie de chasse et pêche depuis 22 ans. C’est
mon principal moyen de subsistance; c’est ainsi que je gagne ma
vie, et il en est ainsi depuis un certain moment.
The Newfoundland and Labrador Outfitters Association is
comprised of a fairly large number of small and medium size
businesses. I think currently probably 120 to 130 exist in the
province, so there is a significant number. These people are hardworking entrepreneurs. They’re business people and they
understand the trials and the rewards of operating a successful
business.
La Newfoundland and Labrador Outfitters Association est
composée d’un assez grand nombre de petites et moyennes
entreprises. Je crois que, actuellement, il en existe probablement
de 120 à 130 dans la province, alors c’est une quantité
considérable. Ce sont de vaillants entrepreneurs. Ce sont des
gens d’affaires, qui comprennent les épreuves et les bénéfices qui
viennent avec l’exploitation d’une entreprise prospère.
By no means are we anti-business. Certainly we support an
environmentally sound and self-sustaining aquaculture industry
in the province of Newfoundland. Their industry, like ours, is
based on rural Newfoundland. I think that’s important. That’s
the area where there is much need for economic activity and jobs,
as this is the most challenged portion of the province.
Nous ne sommes absolument pas contre l’entreprise. Certes,
nous sommes en faveur d’une industrie aquicole écologique et
autonome dans la province de Terre-Neuve. Cette industrie,
comme la nôtre, est fondée sur la région rurale de Terre-Neuve. Je
crois que c’est important. C’est là qu’il y a un grand besoin
d’activité économique et d’emplois, et il s’agit de la partie de la
province qui éprouve le plus de difficultés.
The Newfoundland and Labrador outfitting industry does
recognize that we are totally dependent on our natural resources.
Without healthy sustainable fish and wildlife our businesses are
totally worthless as they have nothing to offer the travelling
sport’s person that we seek to fill our many lodges. At the present
time there exists a growing concern amongst our industry
members that a real danger to the health of our wild fish stocks
is pending from the practice of open sea cage aquaculture,
growing Atlantic salmon and steelhead in the province,
particularly the south coast of the island. In effect, the danger
may already be well advanced. There has been concern raised by
DFO that wild Atlantic salmon stocks are on a significant decline
in Newfoundland and Labrador’s south coast region. It must be
noted that this is the only region of this province where such
concern has been registered by DFO.
L’industrie de la pourvoirie de Terre-Neuve-et-Labrador
reconnaît qu’elle est entièrement dépendante des ressources
naturelles. Sans poissons et faune sains et durables, nos
entreprises n’ont absolument aucune valeur, car elles n’ont rien
à offrir aux amateurs de plein air que nous cherchons à héberger
dans nos nombreux gîtes. À l’heure actuelle, il y a une
préoccupation grandissante chez les membres de notre industrie
selon laquelle nos stocks de poissons sauvages sont exposés à un
danger réel pour leur santé causé par la pratique de l’aquaculture
en cages, en haute mer, l’élevage de saumons de l’Atlantique et de
truites arc-en-ciel dans la province, particulièrement sur la côte
sud de l’île. En effet, le danger s’est peut-être déjà matérialisé dans
une certaine mesure. Le MPO a soulevé des préoccupations tenant
au fait que les stocks de saumons de l’Atlantique diminuent
considérablement dans la région de la côte sud de Terre-Neuve-etLabrador. Il faut noter qu’il s’agit de la seule région de la province
où le MPO a soulevé de telles préoccupations.
In addition, the Committee on the Status of Endangered
Wildlife in Canada, otherwise known as COSEWIC, has recently
recommended to the federal Minister of Fisheries that
Newfoundland and Labrador’s south coast wild salmon stocks
De plus, le Comité sur la situation des espèces en péril au
Canada, le COSEPAC, a récemment recommandé au ministre
fédéral des Pêches de déclarer le saumon sauvage de la côte sud de
Terre-Neuve-et-Labrador une espèce en péril. L’une des
27-5-2014
Pêches et océans
9:149
be declared as endangered. One of their main reasons for this
recommendation was the possible and likely negative effects of
finfish aquaculture activities on the south coast with wild Atlantic
salmon. If the fears of COSEWIC are realized, the south coast
region will continue to have declining wild trout and salmon runs,
which will eventually destroy sport fishing and the commercial
lodges that vitally depend on these stocks to ensure a high quality
adventure for non-resident sports.
principales raisons sous-jacentes à cette recommandation est les
conséquences négatives possibles et probables sur le saumon
sauvage de l’Atlantique des activités piscicoles sur la côte sud. Si
les craintes du COSEPAC se matérialisent, la région de la côte sud
continuera de voir décliner la montaison des truites et des
saumons sauvages, ce qui finira par anéantir la pêche sportive et
les gîtes commerciaux, dont la survie dépend de ces stocks pour
assurer une aventure de haute qualité aux amateurs de plein air
venus d’ailleurs.
If the COSEWIC recommendation of an endangered listing for
the south coast salmon stock is accepted by the Canadian
government by virtue of the Species at Risk Act, sport fishing will
immediately come to an end in that region. Obviously any sport
fishing activities will cease. There will be no lodges operating,
whether they be commercial or corporate, there will be no
individuals allowed to sport fish.
Si la recommandation du COSEPAC pour la déclaration
d’espèce en péril du saumon de la côte sud est acceptée par le
gouvernement canadien, en application de la Loi sur les espèces en
péril, on mettra immédiatement fin à toute activité de pêche
sportive dans cette région. Évidemment, toute activité de pêche
sportive cesserait. Aucun gîte ne sera en exploitation — qu’il soit
commercial ou réservé aux sociétés — et personne n’aura le droit
de s’adonner à la pêche sportive.
In defence of their enterprises, the aquaculture industry
declares there is no proof that declining south coast wild
salmon stocks are in any way fuelled by their open sea net
practice. In actual fact, they are correct, but only because there
has been very minimal effort to study and establish the
relationship between the two.
L’industrie aquicole, à la défense de ses entreprises, déclare
qu’il n’y a aucune preuve établissant que le déclin des stocks de
saumons sauvages sur la côte sud est causé par la pratique de filets
en haute mer. Théoriquement, elle a raison, mais seulement parce
qu’il y a eu très peu d’efforts visant à étudier la situation pour
établir l’existence d’un lien entre les deux choses.
We agree that an acceptable assessment of the relationship
between the Newfoundland and Labrador south coast wild
Atlantic salmon resource and the growing aquaculture industry
of that region does not currently exist. However, the facts of the
situation are this: aquaculture salmon escapees are being reported
as showing up in increasing numbers in many of our south coast
rivers, threatening the genetic strength of the wild resource due to
possible interbreeding. The incidences of disease within the fish
farms, such as infectious salmon anemia, or ISA, have become
common occurrence, posing a deadly threat to all fish that pass
near the open sea cages. There are many claims on the West Coast
of North America of the high densities of sea lice near finfish
grow-out cages, which have very negative effects on immature
wild salmon as they migrate from the home rivers to mature in the
ocean. To believe the situation to be any different on the East
Coast, I think, would be extremely naive.
Nous sommes d’accord pour dire qu’il n’existe pas
actuellement d’étude acceptable du lien entre la ressource du
saumon sauvage de l’Atlantique de la côte sud de Terre-Neuve-etLabrador et l’industrie aquicole grandissante de cette région.
Toutefois, voici les faits avérés : on signale un nombre
grandissant de saumons évadés d’aquacultures dans de
nombreuses rivières de la côte sud, ce qui compromet la
constitution génétique de la ressource sauvage en raison du
risque de croisements. Les cas de maladies au sein des
piscicultures, comme l’anémie infectieuse du saumon — ou AIS
—, sont devenus une réalité courante, ce qui porte atteinte à la vie
de tous les poissons qui passent à proximité des cages en haute
mer. Sur la côte ouest de l’Amérique du Nord, on avance souvent
que la haute densité de poux du poisson près des cages
d’engraissement final des poissons a des conséquences très
négatives sur le saumon sauvage juvénile qui migre des rivières
d’eau douce pour terminer sa croissance dans l’océan. À mon avis,
il serait extrêmement naïf de croire que la situation n’est pas la
même sur la côte est.
Representatives of huge aquaculture corporations over the
world have declared finfish aquaculture cannot occur in bays
where there are wild salmon rivers because the wild fish will be
destroyed. Despite claims by the aquaculture industry of this
province that their industry is regulated in the highest degree,
protecting both the health and sustainability of farmed fish and
their wild counterparts, the Auditor General of Newfoundland
recently claimed many instances of neglect within regulations
affecting aquaculture in Newfoundland, as well as identifying
associated inaction by the provincial government.
Les représentants de grandes sociétés aquicoles dans le monde
ont déclaré qu’il ne pouvait pas y avoir d’activité piscicole dans
des baies où se jettent des rivières de saumons sauvages, car cela
anéantirait le saumon sauvage. Malgré ce qu’affirme l’industrie
aquicole de la province, à savoir qu’elle est soumise aux
règlements les plus contraignants qui protègent à la fois la santé
et la durabilité des poissons d’élevage et des poissons sauvages, le
vérificateur général de Terre-Neuve a récemment signalé de
nombreux cas de négligence sur le plan de la réglementation
touchant l’aquaculture à Terre-Neuve ainsi qu’une certaine inertie
de la part du gouvernement provincial dans ce dossier.
9:150
Fisheries and Oceans
27-5-2014
It is a common belief among commercial fishers of the coastal
regions of Atlantic Canada that the many chemicals used within
the aquaculture industry are having a devastating effect on
shellfish and other ocean species adjacent to the fish cages.
Reports abound of continued usage of banned chemicals by fish
farms, despite legal charges and fines being levied.
Les pêcheurs commerciaux des régions côtières du Canada
atlantique croient largement que les nombreux produits
chimiques utilisés dans l’industrie aquicole entraînent des effets
dévastateurs sur les mollusques et crustacés et d’autres espèces
océaniques à proximité des cages de poissons. On signale
massivement que des piscicultures continuent d’utiliser des
produits chimiques interdits malgré les accusations juridiques et
les amendes perçues.
The coincidence of the growth of the finfish aquaculture
industry in the Bay d’Espoir area of Newfoundland and the rapid
decline of the Conne River wild Atlantic salmon run is much too
alarming to ignore. No other major river system in this province
has seen its wild salmon run decline so drastically. I think that is a
very, very important point that cannot be forgotten.
Le fait que la croissance de l’industrie piscicole dans la région
de Bay d’Espoir à Terre-Neuve coïncide avec le déclin rapide de la
montaison de saumons sauvages de l’Atlantique de la rivière
Conne est beaucoup trop alarmant pour qu’on n’en tienne pas
compte. Aucun autre grand réseau hydrographique de la province
n’a vu un tel déclin de la montaison de saumons sauvages. Je crois
que ce point est très, très important, et on ne saurait l’oublier.
Many outfitting operators of this province who originally
thought farming salmon and trout would provide a great rural
economic generator currently have a number of common opinions
about that industry. Like other Newfoundland and Labrador
residents, outfitters are amazed by the huge compensations given
to fish farms to offset losses because of disease. I’m just curious.
What would happen if outfitter lodges are forced to close? Where
will the compensation come from then or will there be any, or is
this just an acceptable cost of doing business with the aquaculture
industry?
Nombre d’exploitants de pourvoiries de la province qui
croyaient au départ que l’élevage de saumons et de truites serait
une grande source de prospérité économique en milieu rural
partagent certaines opinions sur cette industrie. Comme d’autres
résidants de Terre-Neuve-et-Labrador, les exploitants de
pourvoiries sont ahuris devant les énormes indemnités versées
aux piscicultures pour compenser les pertes subies en raison de la
maladie. Par simple curiosité, qu’arriverait-il si les gîtes de
pourvoiries devaient fermer leurs portes? D’où proviendra
l’indemnisation alors, ou y en aura-t-il une ou est-ce simplement
une conséquence acceptable de la proximité avec l’industrie
aquicole?
The Canadian government through DFO, the managers of our
wild fish stocks, has committed gross negligence in its failure to
investigate the possible effects of aquaculture operations on wild
trout and salmon stocks. In our opinion, the Department of
Fisheries and Oceans is in a severe situation of conflict of interest
in also being assigned responsibility for the aquaculture industry.
Le gouvernement canadien, par l’intermédiaire du MPO, les
gestionnaires de nos stocks de poissons sauvages, est responsable
de négligence grave pour n’avoir pas examiné les conséquences
possibles des activités aquicoles sur les stocks de truites et de
saumons sauvages. À notre avis, le ministère des Pêches et des
Océans est dans une grave situation de conflit d’intérêts, parce
qu’on lui a aussi confié la responsabilité de l’industrie aquicole.
A sincere effort must be made to clean up the finfish
aquaculture industry, including serious consideration towards
supporting land based aquaculture which is continuing to show
that fish farming can be done in an environmentally and
sustainable manner.
Il faut déployer un effort sincère pour mettre de l’ordre dans
l’industrie piscicole, y compris songer sérieusement à favoriser
l’aquaculture sur terre, qui reflète constamment le fait qu’il est
possible d’élever le poisson d’une façon écologique et durable.
Thank you very much.
Merci beaucoup.
Mr. Chair: Thank you, Mr. Tuck.
Le président : Merci, monsieur Tuck.
Mr. Hutchens?
Monsieur Hutchens?
Donald L. Hutchens, President, Salmonid Council of
Newfoundland and Labrador (SCNL): Thank you, senator. In a
previous life I was a chief engineer who planned, designed,
engineered and constructed the fibre optics and network across
Newfoundland, so if you have any questions about the facilities
on the south coast and how they might get there, I can answer
those at a later time.
Donald L. Hutchens, président, Salmonid Council of
Newfoundland and Labrador (SCNL) : Merci, mesdames et
messieurs les sénateurs. J’étais autrefois l’ingénieur en chef
responsable de la planification, de la conception, de l’ingénierie
et de la construction de la fibre optique et du réseau qui traverse
Terre-Neuve, alors, si vous avez des questions au sujet des
installations sur la côte sud et de leur état, je pourrai y répondre
plus tard.
27-5-2014
Pêches et océans
9:151
But I’m here today as President of the Salmonid Council of
Newfoundland and Labrador. We consist of eight affiliate
organizations that are all environmental stewardship groups of
various watersheds and river areas in Newfoundland. There’s
SAEN in St. John’s, SPAWN in Corner Brook and ERMA on
the Exploits Valley. The outfitters are also a member of council.
Our purpose is to protect, enhance and encourage the wide
management of salmonids, so the wild Atlantic salmon and trout
in Newfoundland and Labrador.
Toutefois, je suis ici aujourd’hui en ma qualité de président du
Salmonid Council of Newfoundland and Labrador.
L’organisation est composée de huit groupes affiliés de gérance
de l’environnement responsables de divers bassins hydrologiques
et rivières à Terre-Neuve. Il y a la SAEN à St. John’s, la SPAWN
à Corner Brook et l’ERMA d’Exploits Valley. Les pourvoiries
sont aussi membres du conseil. Nous avons pour objectif de
protéger, d’améliorer et d’encourager la gestion générale de
salmonidés, c’est-à-dire le saumon de l’Atlantique et la truite
sauvages de Terre-Neuve-et-Labrador.
We have been in existence since 1986 and we have put
considerable effort into trying to protect our wild Atlantic
salmon. Newfoundland constitutes 50 per cent of what’s
remaining of wild Atlantic salmon in North America. We’re
greater than Nova Scotia, New Brunswick, P.E.I. and Quebec all
put together. We have more fishermen, we have more rivers, we
have more licences issued and we have more fish returning. We’re
the last bastion for wild Atlantic salmon.
Nous existons depuis 1986, et nous avons déployé des efforts
considérables pour protéger notre saumon sauvage de
l’Atlantique. Terre-Neuve représente la moitié des stocks
restants de saumon sauvage de l’Atlantique en Amérique du
Nord. Notre part est supérieure à celles de la Nouvelle-Écosse, du
Nouveau-Brunswick, de l’Île-du-Prince-Édouard et du Québec
combinées. Nous avons plus de pêcheurs et plus de rivières. Nous
délivrons plus de permis, et un plus grand nombre de poissons
reviennent. Nous sommes le dernier bastion du saumon sauvage
de l’Atlantique.
There are just a few points that I want to bring to your
attention. The first one is that wherever ocean finfish aquaculture
farms have been placed in close proximity of rivers with wild
salmon, the population of those rivers has been decimated. It has
happened in Conne River down in Bay d’Espoir. It has happened
in Nova Scotia. IOt happened in New Brunswick. It has happened
in Maine. It has happened around the world, everywhere. It
cannot be denied that finfish farms in the ocean, when placed in
close proximity of wild salmon populations, the wild population
gets decimated. It’s happened in B.C. with Pacific salmon.
Je voulais seulement souligner deux ou trois choses. Tout
d’abord, dès qu’une pisciculture en mer a été installée près d’une
rivière à saumons sauvages, la population de cette rivière a été
décimée. On l’a vu à Conne River, à Bay d’Espoir. On l’a vu en
Nouvelle-Écosse. On l’a vu au Nouveau-Brunswick. On l’a vu
dans le Maine. C’est un phénomène qui s’est produit aux quatre
coins du monde; partout. On ne saurait nier que les piscicultures
dans l’océan, placées en étroite proximité avec le saumon sauvage,
détruisent la population sauvage. On l’a vu en ColombieBritannique, avec le saumon du Pacifique.
Recently there’s been a published report by Judge Cohen who
spent three years and $15 million studying the impact of fish
farms on Pacific salmon. If you substituted the words ‘‘Atlantic
salmon’’ for ‘‘Pacific salmon’’ in that report the whole report
could be directly applicable to Eastern Canada. We don’t need to
do another commission, just read that one. See what he says
about the impact of finfish farming and what impacts it has on
wild salmon populations.
Récemment, il y a eu un rapport publié par le juge Cohen à la
suite d’une étude de l’impact des sites piscicoles sur le saumon du
Pacifique, laquelle s’est étendue sur trois ans et a coûté 15 millions
de dollars. Si vous remplacez les mots « saumon de l’Atlantique »
par « saumon du Pacifique » dans ce rapport, il pourrait
s’appliquer directement à l’Est du Canada. Nous n’avons pas
besoin d’une autre commission; vous n’avez qu’à lire le rapport.
Lisez ce qu’il dit au sujet des répercussions de la pisciculture sur
les populations de saumon sauvage.
If I can’t convince you of that fact, we heard Mr. Couturier
earlier trying to leave you with the opinion that finfish farms have
no impact. I don’t know where or what he’s reading. That’s a
fundamental issue here. You either believe it or you don’t. The
question is, how is it having an impact? I mean, there are other
things impacting the state of salmon stocks in North America. If I
combine all of the other factors together the order of magnitude
difference that it has versus having finfish farms placed close to
the rivers is orders of magnitude, orders of magnitude in the
difference.
Si je ne peux pas vous convaincre... Tout à l’heure, nous avons
entendu M. Couturier, qui a essayé de vous faire croire que les
sites piscicoles n’ont aucun impact. Je ne sais pas d’où il tire cela.
C’est un problème crucial. Soit on y croit, soit on n’y croit pas. La
question est la suivante : quelles sont ces répercussions, au juste?
Je veux dire, il y a d’autres facteurs qui ont une incidence sur l’état
des stocks de saumon en Amérique du Nord. Cependant,
l’incidence de tous ces facteurs combinés est minime —j’insiste
sur ce mot — en comparaison de l’incidence des sites piscicoles
aménagés près des rivières.
The Conne River went from 15,000 I think it was, down to a
low of 400. Last year there was 23 apparently went through the
counter. We don’t know if these were wild fish, farm fish or
hybrids. I mean, look at the magnitude where that river is being
decimated. Our provincial government has a vision put out to
Je crois que la population de saumon dans la rivière Conne est
passée de 15 000 poissons — je crois — à 400. L’an dernier, il y
aurait apparemment eu 23 poissons qui ont franchi le compteur.
Nous ne savons pas s’il s’agissait de poissons sauvages, de
poissons d’élevage ou de poissons hybrides. Enfin, voyez dans
9:152
Fisheries and Oceans
27-5-2014
vision 2018, a new five-year plan. They want to triple the number
of farms to try to make it viable on the south coast. They’re
proposing to go from Fortune Bay to Grey River. There will be
29 more major salmon rivers, scheduled salmon rivers that will be
destroyed if that’s allowed to happen. Another 29, not just the
two that we have but another 29 and possibly beyond that
because with the number of escapes as we’ve seen last year, like
escaped salmon can show up anywhere and we don’t know what
the impacts are.
quelle mesure la population a chuté dans cette rivière. Notre
gouvernement provincial a établi un nouveau plan quinquennal :
la vision 2018. Il veut tripler le nombre de centres piscicoles en vue
d’assurer la viabilité de la côte sud. Il propose que la zone
désignée à cette fin s’étende de la baie Fortune à la rivière Grey. Il
y aura 29 autres rivières à saumon importantes — des rivières
inscrites à l’annexe — qui seront détruites si on laisse cela se
produire. Vingt-neuf autres; pas seulement les deux qui se
trouvent déjà dans cette situation : 29 autres et peut-être même
plus, car les saumons qui se sont échappés — comme on l’a vu l’an
dernier — peuvent se retrouver n’importe où, et nous ne savons
pas quelles en sont les conséquences.
The second point, I spent over 35 years studying and practising
management science. There’s something that I learned in those
studies and that was you don’t put conflicting objectives under the
responsibility of one person. It doesn’t work. You can’t suck and
blow at the same time. You can’t have the responsibility for
aquaculture, finfish aquaculture, in the same ministry as wild fish.
There’s a conflict.
Par ailleurs, j’ai passé plus de 35 ans à étudier et à pratiquer la
science de la gestion. J’ai appris ceci pendant mon parcours : il ne
faut pas qu’une personne soit chargée d’objectifs incompatibles.
Ça ne fonctionne pas. On ne peut pas pousser et tirer en même
temps. Le ministère qui s’occupe du poisson sauvage ne doit pas
être responsable du poisson d’élevage. Il y a un conflit.
As I said in point No. 1, they can’t co-exist for some reason.
They have got to be separated. You have to take aquaculture out
of the Department of Fisheries in order to succeed. We can see it
happening here; resources are being applied to the aquaculture
side of DFO and being stripped out of wild salmon. Every year as
somebody retires from DFO, the position is not replaced. They’re
cutting back, cutting back, cutting back. In fact, it’s so bad that
when I go to visit DFO now, if they offer me a cup of coffee, I
have to say no because if I do accept it, the individual will be
paying for that cup of coffee out of his own pocket. That’s how
tight the funds are here at the White Hills.
Comme je l’ai dit dans mon premier point, ces deux
responsabilités — pour une raison ou pour un autre — ne
peuvent coexister. Elles doivent être séparées. Pour que la
situation soit bien gérée, il faut retirer la responsabilité de
l’aquaculture au ministère des Pêches. On peut voir ce qui se
produit ici : des ressources du MPO censées être affectées au
saumon sauvage sont plutôt affectées à l’aquaculture. Chaque
année, des employés du MPO partent à la retraite et ne sont pas
remplacés. Une série de compressions n’attend pas l’autre.
D’ailleurs, la situation est tellement grave l à-bas que,
maintenant, quand je vais dans les bureaux de ce ministère et
qu’on me demande si je veux du café, je réponds non, car je sais
que l’employé qui me l’offre devra le payer de sa poche. Voilà à
quel point les finances sont précaires à White Hills.
We had a Salmon Advisory Committee meeting in Labrador
two years ago. They held it way out in the ski club because I guess
they either got it for nothing or very cheap and they passed
around a hat so they could collect a few dollars to buy pizzas for
lunch. They actually passed around the hat, so that’s how tight
the funds are in DFO in the salmon branch here in
Newfoundland. I mean, it’s ridiculous.
Il y a deux ans, le Comité consultatif du saumon a tenu une
réunion au Labrador. Elle s’est déroulée à un endroit très éloigné
dans le centre de ski parce que les membres du comité ont pu y
obtenir des locaux gratuitement ou à très peu de frais, je suppose;
et ils ont dû passer un chapeau afin de pouvoir s’acheter de la
pizza pour dîner. Ils ont réellement dû passer un chapeau : voilà à
quel point les finances de la direction du MPO chargée du saumon
sont précaires. Enfin, c’est ridicule.
Ask what science has been done to look at the interaction
between farming and wild stocks. What new studies have been
produced by DFO scientists? What scientific reports have been
issued in the last five years or ten years? I can’t think of any being
issued by DFO. So they’re not doing anything to try and find out
what’s causing the problem. Why? It was because the director
general has a conflict. He’s there trying to promote aquaculture
and so you cannot continue this with any success.
Demandez ce qui a été fait pour étudier l’interaction entre la
pisciculture et le poisson sauvage. Quelles nouvelles études ont été
menées par les chercheurs du MPO? Quels rapports scientifiques
ont été publiés au cours des cinq ou dix dernières années? Il n’y a
aucun rapport du MPO qui me vient à l’esprit. Donc, le ministère
ne fait rien pour trouver la cause du problème. Comment
expliquer cela? C’est parce que le directeur général est dans une
situation de conflit d’intérêts. Il essaie de promouvoir
l’aquaculture, alors le problème ne saurait être réglé de cette
façon.
27-5-2014
Pêches et océans
9:153
Council is not against aquaculture. I mean we have no problem
with the shellfish side of it. Things seem to be going reasonably
well. As long as there are no environmental issues we seem to be
perfectly happy with what’s taking place there.
Le conseil n’est pas contre l’aquaculture, en ce sens que
l’élevage de coquillages ne nous pose aucun problème. Les choses
semblent se dérouler assez bien, et nous sommes tout à fait
satisfaits de ce qui se passe à cet égard, pourvu qu’il n’y ait pas de
problèmes environnementaux.
The only issue I know of is the fact there doesn’t seem to be any
mechanism in place to clean up the mess left behind when
operators go bankrupt. Miller Passage on the south coast is an
example. An operator went bankrupt and the mess is still there in
the waters. There don’t seem to be any performance bonds in
place. I mean, what will happen if one of these finfish farms goes
bankrupt on the south coast? Who will clean up the mess that’s
left behind? Are there any performance bonds in place to do that
or will this be left to the public purses to clean up? We the general
public will be responsible for cleaning up their mess as they pocket
their profits and walk away.
Le seul problème dont je suis au courant, c’est le fait qu’il ne
semble pas y avoir de mécanisme en place pour assainir le site
quand un exploitant fait faillite. Une situation du genre s’est
produite dans la région de Miller’s Passage, sur la côte sud. Un
exploitant a fait faillite, et les eaux où se trouvaient ses
installations n’ont pas encore été nettoyées. Il ne semble pas y
avoir de cautionnement d’exécution là-bas. Enfin, que va-t-il se
passer si un centre piscicole fait faillite sur la côte sud? Qui va
nettoyer le gâchis laissé derrière? Y a-t-il des cautionnements
d’exécution qui garantissent que ce sera fait, ou est-ce que ce sera
aux contribuables d’assumer le coût du nettoyage? C’est nous —
la population — qui serons responsables de nettoyer leur gâchis
après qu’ils auront encaissé leurs profits et fermé boutique.
Point No. 3: Two years ago the Newfoundland Auditor
General’s report identified numerous problems and flaws with the
regulation of the ocean based finfish farming in Newfoundland
south coast. Last week he issued an update to his report
identifying what had been done on his recommendations. I
haven’t read the report, but I’m lead to understand that the worst
performer was the aquaculture industry on the south coast of
Newfoundland. They had the worst record of following any of the
recommendations of the Auditor General. So while the industry
tries to promote itself as having the best, the leading edge, the
most advanced regulations and practices in the industry, how did
we end up with seven outbreaks of ISA in the last couple of years?
Somebody is not following the practices.
J’en arrive à mon troisième point. Il y a deux ans, le rapport du
vérificateur général de Terre-Neuve Point a fait état de bien des
problèmes et des lacunes concernant la réglementation relative
aux installations piscicoles océaniques de la côte sud de TerreNeuve. La semaine dernière, il a mis à jour son rapport en
indiquant quelles mesures ont été prises à la suite de ses
recommandations. Je n’ai pas lu ce rapport, mais on m’a donné
à croire que l’industrie aquacole de la côte sud de Terre-Neuve est
celle qui affiche le pire bilan. Elle est celle qui a déployé le moins
de mesures pour mettre en œuvre les recommandations du
vérificateur général. Ainsi, l’industrie essaie de convaincre la
population que sa réglementation et ses pratiques sont les
meilleures, les plus avancées et les plus avant-gardistes de
l’industrie; mais, si c’est le cas, pourquoi y a-t-il eu sept
éclosions d’anémie infectieuse du saumon au cours des deux ou
trois dernières années? Quelqu’un n’utilise pas les bonnes
pratiques.
I’ve attached Appendix A which lists a whole bunch of
observances of what’s happening on the south coast. If any of
these are true, let alone God be that they all be true, there is a
massive amount of abuse of the regulations, practices and
standards taking place down there, everything from noncompliance of reporting of losses to just blatant mispractice.
This industry has serious problems.
Dans l’annexe A de mon mémoire, vous trouverez toute une
liste de problèmes qui ont été signalés sur la côte sud. Si un seul
d’entre eux est fondé — et, grands dieux, j’espère qu’ils ne le sont
pas tous —, cela signifie qu’il y a énormément de règles, de
pratiques et de normes qui ne sont pas respectées, et ces
manquements peuvent aller d’une omission de signaler ses
pertes jusqu’à l’utilisation de pratiques carrément inacceptables.
L’industrie est confrontée à de sérieux problèmes.
Point No. 4: This industry purports to be viable and
sustainable and yet the only way they exist is by mass infusions
of government money. We have three major players on the south
coast. One of those three has filed for bankruptcy protection and
another one has pulled out its processing equipment saying he’s
not going to return it until the industry becomes more viable.
Does this sound like an industry that’s viable and sustainable? It
doesn’t to me.
Le quatrième point que je vais soulever, c’est que l’industrie est
censée être viable et durable; or, elle doit uniquement son
existence aux investissements massifs réalisés par le
gouvernement. Il y a trois grands joueurs sur la côte sud. Un
d’entre eux s’est placé sous la protection de la loi sur les faillites, et
un autre a repris son équipement de traitement en affirmant qu’il
ne va le remettre en place que lorsque l’industrie deviendra plus
viable. Est-ce que cela semble être le portrait d’une industrie
viable et durable? Je ne crois pas.
9:154
Fisheries and Oceans
27-5-2014
I was told by a member of the South Coast Development
Committee last year here in Gander—we met to go over the
provincial vision—that approximately a year or year and a half
ago everybody who wanted to be employed was employed on the
south coast. In fact, she said there’s lots of talk down there where
they want to bring in foreign temporary workers to work in the
plants. Now, is this something we want to do? Do we want to
destroy another 29 salmon rivers in Newfoundland so that we can
bring in foreign workers for low level jobs? I don’t think that is a
good plan. I don’t think that’s a viable and sustainable industry.
L’an dernier, une des membres du comité de développement de
la côte sud m’a dit ici à Gander — nous organisons des réunions
pour examiner la vision provinciale — qu’il y a un an ou un an et
demi, tous les gens qui voulaient travailler trouvaient de l’emploi
sur la côte sud. Elle a d’ailleurs dit qu’on souhaitait avoir recours
à des travailleurs étrangers temporaires dans les usines de la
région et que cela suscitait beaucoup de discussions. Est-ce
vraiment ce que nous voulons faire? Voulons-nous vraiment
détruire 29 autres rivières à saumon à Terre-Neuve en vue de faire
venir des travailleurs étrangers pour leur faire occuper des emplois
de bas niveau? Je ne pense pas que ce soit une bonne idée. Je ne
crois pas que cette industrie soit viable et durable.
In summary, one, no more fish farms, finfish farms in the
ocean base near rivers that have sustainable runs of wild Atlantic
salmon. DFO’s own scientists use the guidelines of 25 kilometres.
For some reason, DFO administration, the management, ignored
their science and allowed them to put them in Bay d’Espoir right
at the mouth of Conne River. Other jurisdictions in Norway, for
example, have even gone as far as saying they shouldn’t be within
300 kilometres — but let’s go with 25 and stick to that.
En résumé, il ne devrait plus y avoir d’installations piscicoles
dans la base océanique située près des rivières empruntées depuis
longtemps par des saumons sauvages de l’Atlantique. Les
scientifiques du MPO utilisent eux-mêmes la règle des
25 kilomètres comme ligne directrice. Pour une raison ou pour
une autre, l’administration ou la direction de ce ministère a fait fi
de son savoir scientifique et a autorisé les entreprises à aménager
des installations piscicoles dans la baie d’Espoir, à l’embouchure
de la rivière Conne. En comparaison, certains pays étrangers — la
Norvège, par exemple — sont allés jusqu’à dire que la distance à
respecter devrait être de 300 km. Mais, bon, tenons-nous-en à 25.
Let’s make sure that the aquaculture is taken away from the
Department of Fisheries and Oceans and let the Minister of the
Department of Fisheries and Oceans live up to her responsibilities
to protect and manage the wild Atlantic salmon stocks in Eastern
Canada. She needs more resources, more money and particularly
more science. We don’t have the science.
Nous devons nous assurer que l’aquaculture cesse d’être la
responsabilité du ministère des Pêches et des Océans et que nous le
laisserons s’acquitter de son devoir de protéger et de gérer les
stocks de saumon sauvage de l’Atlantique dans l’Est du Canada.
Pour ce faire, il faut plus de ressources, plus d’argent et, surtout,
plus de connaissances scientifiques. Ces connaissances nous font
défaut actuellement.
I spent three days in the Comfort Inn in a large room with
50 scientists, mostly, trying to figure out why designated area 4,
the south coast of Newfoundland, was in the condition it was. The
whole objective of that meeting was to come up with
recommendations as to how the stocks could rebuild on the
south coast. We spent three days, scientists from Memorial, ASF,
retired scientists from DFO, DFO, and other interested parties,
and the only thing that they could come up with is that we don’t
have enough science to make any recommendations. We need
more science. Without that, we’re going nowhere; we’re just blind
in the snow storm.
J’ai passé trois jours dans une grande pièce du Comfort Inn, en
compagnie d’un groupe composé principalement d’une
cinquantaine de scientifiques, à essayer de déterminer pourquoi
la zone 4 — la côte sud de Terre-Neuve — était dans un tel état.
L’objectif de cette réunion était d’élaborer des recommandations
afin que les populations puissent recommencer à augmenter làbas. Au bout de ces trois jours de réunion — à laquelle ont
participé des scientifiques de l’Université Memorial, de la FSA,
des scientifiques actuels et retraités du MPO et d’autres parties
intéressées —, la seule conclusion à laquelle nous sommes arrivés,
c’est que nous n’avions pas assez de données scientifiques pour
formuler des recommandations. Nous devons acquérir plus de
connaissances. Sinon, nous n’allons nulle part; nous avançons à
tâtons dans une tempête de neige.
Thank you ladies and gentlemen.
Merci beaucoup, mesdames et messieurs.
The Chair: Thank you, Mr. Hutchens.
Le président : Merci, monsieur Hutchens.
Our first questions are from Senator Wells.
Senator Wells: Thank you, chair and thank you, gentlemen, for
your presentations.
C’est le sénateur Wells qui va poser les premières séries de
questions.
Le sénateur Wells : Merci, monsieur le président. Messieurs, je
vous remercie de vos exposés.
27-5-2014
Pêches et océans
9:155
Mr. Hutchens and Mr. Bennett, you both referenced the
Cohen report. I just have a couple of comments to make. I’m
not a witness here. I’m here to question you, but I’m also here to
question some of the things that you say.
Monsieur Hutchens, monsieur Bennett, vous avez tous deux
parlé du rapport Cohen. J’ai seulement deux ou trois
commentaires à faire. Je ne suis pas un témoin; je suis ici pour
vous poser des questions. Cependant, mon rôle consiste aussi à
remettre en question certaines de vos affirmations.
You said ‘‘Oh, the Cohen inquiry said this,’’ and this supports
some of your assertions. In 2009, there were 1.3 million salmon
returns to the Fraser River. That’s a fact. The Cohen report was
delivered after 18 months on October 31, 2012. The following
year, after 2009 where they had the lowest returns, they had the
highest returns in history. That wasn’t a projection; that’s the
highest returns that they’ve had actually in the 100 years that they
have been calculating or counting it — that’s 30 million returns.
Of course, that had nothing to do with the Cohen report; that
doesn’t bring fish back into the river. So 30 million was the
highest they’ve had in 100 years, in 2014 they are projecting
72 million returns to the Fraser River.
Vous avez dit : « Oh, le rapport Cohen affirme ceci », et cela
appuie certaines de vos allégations. En 2009, il y a eu 1,3 million
de saumons qui sont retournés dans le fleuve Fraser. C’est un fait.
Le rapport Cohen a été déposé le 31 octobre 2012, après 18 mois.
L’année suivante, un nombre record de saumons sont retournés
dans ce fleuve, après que le creux historique a été atteint en 2009.
Ce n’est pas une prévision : 30 millions de saumons sont retournés
dans ce fleuve, ce qui ne s’était jamais vu en cent ans, c’est-à-dire
depuis qu’on a commencé à faire le calcul ou le compte. Bien sûr,
cela n’avait rien à voir avec le rapport Cohen : les rapports ne
ramènent pas le poisson. Trente millions, c’est le chiffre le plus
élevé en cent ans; et, en 2014, on prévoit que 72 millions de
saumons retourneront dans ce cours d’eau.
I think given the circumstance in the Fraser River, anchored by
the Cohen inquiry, it doesn’t hold water to some of the assertions
you’re making about the effect of aquaculture and returns to
Newfoundland and Labrador rivers. So one of my questions is
this: The rivers in areas where there’s no aquaculture activity at all
and let’s look at the Labrador rivers and perhaps the two primary
rivers, Paradise River and Eagle River where there’s been
excellent returns, how do you square the concept of salmonid
aquaculture affecting returns on the river when the facts and the
science and the history don’t support it?
À mon avis, vu ce qui se produit dans le fleuve Fraser, à la
lumière du rapport Cohen, certaines de vos allégations concernant
les effets de l’aquaculture et les saumons qui remontent les rivières
de Terre-Neuve-et-Labrador ne tiennent pas la route. Je vous
pose donc la question suivante : pourriez-vous me dire, en
pensant aux rivières situées dans les régions où il y a aucune
activité aquacole — y compris celles du Labrador, et peut-être
tout particulièrement les rivières Paradise et Eagle, où beaucoup
de saumons retournent —, comment vous en arrivez à la
conclusion que l’élevage de saumon a une incidence sur le
nombre de poissons qui retournent dans les rivières, alors que les
faits, les données scientifiques et les observations antérieures
n’appuient pas cette conclusion?
Mr. Hutchens: I’m not sure I understand your question. You’re
talking about the Eagle River?
M. Hutchens : Je ne suis pas certain de comprendre votre
question. Vous parlez de la rivière Eagle?
Senator Wells: Well just in general.
Le sénateur Wells : Eh bien, je veux seulement une réponse
générale.
And you’ve also referenced Mr. Couturier saying earlier about
the incidents on the east coast of Scotland where there are no
salmon farms and they had decreases. I’m trying to find a
correlation between low returns and the activity of salmon farms,
and I’m not finding it. I’m not finding it in your comments and
I’m not finding it in the facts of the history.
Vous êtes aussi revenu sur les propos tenus par M. Couturier
tout à l’heure, quand vous avez parlé des incidents qui se sont
produits sur la côte Est de l’Écosse, où il n’y a aucun centre
d’élevage du saumon, mais où on a tout de même constaté une
baisse des remontes de saumon. J’essaie de trouver une
corrélation entre le faible nombre de remontes et les activités
d’élevage de saumon, mais je n’en vois aucune. Je n’en vois
aucune dans vos commentaires ni dans les données recueillies au
fil des ans.
Mr. Hutchens: Generally the population of returns of salmon
in Newfoundland and Labrador, while they has declined perhaps
about 30 per cent from their all-time high, that’s nowhere near
the hundreds of percentage that decline on the Conne River where
a farm exists.
M. Hutchens : Globalement, la population de saumons qui
remontent les rivières de Terre-Neuve-et-Labrador a peut-être
diminué d’environ 30 p. 100 par rapport à son sommet
historique; ce n’est rien en comparaison de la baisse de
centaines de points de pourcentage constatée à la rivière Conne,
où un centre piscicole a été aménagé.
One of the biggest issues we have, of course, is that in
Newfoundland we have something like 286 scheduled salmon
rivers and we only have 13 that are monitored. We don’t have the
Un de nos principaux problèmes, certes, c’est qu’à TerreNeuve, il y a — je crois — 286 rivières à saumon inscrites à
l’annexe et que seulement 13 d’entre elles font l’objet d’un suivi.
9:156
Fisheries and Oceans
27-5-2014
science to determine the health of all of these rivers. A lot of them
are done by projection or using index rivers or approximations or
other forms.
Nous n’avons pas les connaissances scientifiques nécessaires pour
jauger la santé de toutes les rivières. Un grand nombre de ces
évaluations sont fondées sur des prévisions, sur la situation de
rivières comparables, sur des estimations ou sur d’autres moyens
du genre.
For the most part, there’s a general belief that the rivers in
Newfoundland, except for Conne and Little, are in pretty good
shape. Now they’re not all meeting conservation requirements
and egg depositions, but they’re in relatively good shape.
On considère généralement qu’outre les rivières Conne et
Little, la plupart des rivières de Terre-Neuve sont en assez bonne
santé. Elles ne remplissent pas toutes les exigences en matière de
conservation ni les objectifs sur le plan de la ponte, mais elles sont
en assez bonne santé.
Senator Wells: So that’s good news.
Le sénateur Wells : C’est une bonne nouvelle.
Mr. Bennett: Senator, I have reviewed the Cohen report. It has
only very limited application, in my view, to Atlantic Canada
because we have Atlantic salmon in Atlantic Canada and we have
Atlantic salmon being grown in British Columbia. They don’t
have Atlantic salmon in the wild in British Columbia, so you can’t
make the same comparisons. The Cohen report to me is like one
of those cases that lawyers have you pull up a case and one lawyer
says it means all this stuff and the other lawyer says it means all
this other stuff; you think you read two different cases and really
you didn’t.
M. Bennett : Sénateur, j’ai lu le rapport Cohen. Son
application au Canada atlantique est très limitée, selon moi, car
nous avons ici du saumon de l’Atlantique, et il y a du saumon de
l’Atlantique qui est élevé en Colombie-Britannique. Il n’y a pas de
saumon de l’Atlantique sauvage là-bas, alors on ne peut pas faire
de comparaison. Le rapport Cohen me fait penser à certaines
affaires juridiques qui peuvent être interprétées d’une certaine
façon par un avocat donné et d’une toute autre façon par un autre
avocat; on pense qu’il s’agit de deux affaires différentes, mais, en
vérité, ce n’est pas le cas.
Senator Wells: That’s why I was surprised by some of the
assertions that were made in the Cohen report as support.
Le sénateur Wells : C’est pourquoi j’ai été étonné d’entendre
certaines allégations qui s’appuyaient sur le rapport Cohen.
Mr. Bennett: No, I said I read the Cohen report, but I didn’t
draw any assertions necessarily from the Cohen report. There
may be some correlation.
M. Bennett : Non, j’ai dit que j’ai lu le rapport Cohen, mais je
n’ai pas nécessairement tiré mes observations de ce rapport. Il
peut y avoir une certaine corrélation.
For better or worse it’s a blessing and a curse to be a lawyer
because you need to not necessarily know for sure, but you need
to have a fairly high balance of probabilities that it applies. I
think we would need a similar type of report here. However, if we
have a report and it takes however long, I’m not sure we need to
do that. That’s in response to your question.
C’est à la fois une bonne chose et une mauvaise chose d’être
avocat, car nous n’avons pas nécessairement besoin d’avoir une
preuve irréfutable; il faut seulement que la prépondérance des
probabilités appuie notre point de vue. Je pense que nous aurions
besoin d’un rapport fondé sur ce genre d’approche pour la
question qui nous occupe actuellement. Cependant, si ce rapport
prenait beaucoup de temps à produire, je ne suis pas certain que
nous devrions faire cela. Voilà ma réponse à votre question.
I wouldn’t mind answering a question that one of the other
senators asked about whether it was fishing or farming. I think if
it’s on land, for sure it’s farming, and in the ocean, it may well be
some form of the fishery. But if the federal government deemed it
to be farming, then I think that it would make it more attractive
to be able to fund it through federal Farm Credit because then it
would be eligible for federal farm funding, which would bring into
place lower cost loans for genuine farming applications that could
be analyzed on their own merits. But as long as it’s going to be
fishery, farm credit is probably not going to look at, and I think
the federal government should be the regulator for sure if it’s in
the ocean. If it’s on land, it would be provincial authority, but the
feds then would have a role to play if it’s agriculture, which I
think it is agriculture.
J’aimerais bien répondre à une question posée par un autre
sénateur, qui a demandé s’il s’agissait de pêche ou d’élevage. À
mon avis, si ces activités sont menées dans les terres, c’est
assurément de l’élevage; et, si elles sont menées dans l’océan, ce
pourrait fort bien être une certaine forme de pêche. Toutefois, si le
gouvernement fédéral jugeait qu’il s’agit d’élevage, alors je pense
que cela rendrait ces activités plus susceptibles d’être financées par
le Bureau fédéral des prêts agricoles, ce qui permettrait aux
exploitants de soumettre des demandes — examinées au cas par
cas — afin de bénéficier d’un prêt à faible taux d’intérêt.
Cependant, tant qu’il s’agira d’une pêche, il sera probablement
impossible pour eux d’obtenir un crédit agricole, et je suis
assurément d’avis que le gouvernement fédéral devrait être chargé
de réglementer les activités piscicoles qui sont menées dans
l’océan. La pisciculture dans les terres pourrait être de
compétence provinciale, mais le gouvernement fédéral aurait
alors un rôle à jouer s’il s’agit d’agriculture; et c’en est
effectivement, selon moi.
27-5-2014
Pêches et océans
Senator Wells: Okay.
9:157
Le sénateur Wells : D’accord.
I have a question for Mr. Tuck. Most of the people that you
represent in the outfitting community, are they on the south coast
or are they Labrador and on the north coast of Newfoundland?
J’ai une question pour M. Tuck. La plupart des pourvoyeurs
que vous représentez sont-ils établis sur la côte sud ou plutôt au
Labrador et sur la côte Nord de Terre-Neuve?
Mr. Tuck: There would be a wide cross section. I would say no,
they’re not mostly on the south coast, not at all. A lot of them are
hunting operators, not as many in fishing.
M. Tuck : C’est très varié, je dirais. Je répondrais que non, la
plupart d’entre eux ne sont pas établis sur la côte sud; pas du tout.
Bon nombre d’entre eux exploitent des pourvoiries de chasse; ceux
qui exploitent des pourvoiries de pêche sont moins nombreux.
Senator Wells: Sure.
Le sénateur Wells : D’accord.
Mr. Tuck: If I could go back to your last question and make
one comment, I think it’s important to remember that under the
COSEWIC process, they identified that they felt aquaculture was
a factor and there is a relationship. We must remember that.
M. Tuck : J’aimerais faire un commentaire au sujet de votre
dernière question : je pense qu’il faut se rappeler que, dans le
cadre du processus du CSEMDC, il a été établi que l’aquaculture
était apparemment un facteur en cause et qu’il y a un lien à faire.
Nous ne devons pas oublier cela.
The COSEWIC process right now is probably creating my
greatest fear because they have the potential to close down sport
fishing on the south coast.
À l’heure actuelle, le processus du CSEMDC me cause
probablement ma plus grande crainte, car il pourrait déboucher
sur l’interdiction de pratiquer la pêche sportive sur la côte sud.
Senator Wells: Sure, I understand, but I’ll also refer back to
Mr. Justice Cohen who said there was ‘‘no smoking gun.’’ Given
that salmon aquaculture requires ice free bays or ice free areas
and there are no ice free areas on the north coast of
Newfoundland and certainly off Labrador, is there a great
concern? I refer back to the dire consequences if salmon
aquaculture was to continue, the dire consequences that you
mentioned. Do you think that’s maybe going a little too far,
because it’s unlikely that there will be sea-based salmon or
salmonid aquaculture on the north coast of Newfoundland, on
any coast in Labrador? It’s really just relegated to the south coast
and there are not many outfitters on the south coast involved in
angling. As you mentioned, it’s mostly hunting. Do you still have
that grave concern?
Le sénateur Wells : Oui, je comprends, mais je veux aussi
rappeler ces mots du juge Cohen, qui a dit qu’il n’y avait pas
d’« arme du crime ». Étant donné que l’élevage du saumon exige
des baies ou des sites exempts de glace et qu’il n’y a pas eu de tels
sites sur la côte Nord de Terre-Neuve et — certes — au large du
Labrador, la situation est-elle si préoccupante? Je parle des graves
conséquences qu’il risque d’y avoir — selon vous — si on continue
à élever du saumon. À votre avis, cela ne va-t-il pas un peu trop
loin, puisqu’il n’y aura probablement pas d’élevage de saumon ou
d’autres salmonidés dans l’océan sur la côte Nord de Terre-Neuve
ni sur les côtes du Labrador? Ce genre d’activité est vraiment
limité à la côte sud, et il y a peu de pourvoyeurs là-bas qui offrent
de la pêche sportive. Comme vous l’avez dit, c’est la chasse qui
prédomine. Êtes-vous encore très préoccupé par la situation?
Mr. Tuck: I still have a concern, accepting that the amount of
science out there is almost non-existent, I don’t think anybody
knows what effect the escapees are going to have, how far
reaching that’s going to be. I mean, the Atlantic salmon escapees,
they’re turning up in rivers much farther away than they have.
Originally it started with the steelhead because they were working
more with steelhead first. These steelhead were much easier to
identify. They’re a different species and they just looked
absolutely different, and some of these were found far away.
M. Tuck : Je le suis encore : comme il n’y a presque pas eu de
travaux de recherche qui ont été menés à cet égard, je pense que
personne ne sait quelles seront la nature et l’ampleur des
conséquences entraînées par les poissons qui se sont échappés. Il
faut savoir que les saumons de l’Atlantique qui se sont échappés
sont repérés dans des rivières de plus en plus lointaines. Au début,
c’était des truites arc-en-ciel, car c’était le premier poisson élevé.
Elles étaient bien plus faciles à repérer, car c’est une autre espèce
et elle a une allure très différente; certaines truites ont été
retrouvées loin de leur lieu d’origine.
Now the problem was they had no idea which fish farms they
came from. With the Atlantic salmon, in almost all cases there is
no one who can look at one of these fish and say ‘‘that’s wild’’ or
‘‘that’s fish farm.’’
Or, le problème avec le saumon de l’Atlantique, c’est qu’on
n’avait aucune idée de leur lieu d’élevage. Dans presque tous les
cas, personne ne peut faire la différence entre un saumon sauvage
et un saumon d’élevage.
I sat at a presentation put on by somebody from aquaculture. I
forget who it was, but Don, I think you were there. He spent
15 minutes telling us how you could distinguish between the two,
and after the 15 minutes I was more confused than ever.
J’ai assisté à un exposé présenté par quelqu’un qui travaillait
dans le domaine aquacole. J’ai oublié son nom... Don, je crois que
vous y avez assisté aussi. Il a passé 15 minutes à nous expliquer
comment on peut les distinguer; mais, après ces 15 minutes, j’étais
plus dérouté que jamais.
9:158
Fisheries and Oceans
27-5-2014
Senator Raine: I’m from British Columbia and the debate over
fish farms has become very polarized. It’s so polarized and so
emotional that it’s difficult to understand or to sift through the
rhetoric and the real science. There is science being done, but
when I’ve been out on fish farms recently, I have to say I was
quite impressed when I looked through the television cameras to
see how they monitor their herd of fish, if you like, and to see
them all swimming passively and docilely. I’m thinking to myself,
‘‘Wow, they don’t seem to mind being penned up.’’ They didn’t
look unhappy to me.
La sénatrice Raine : Je viens de la Colombie-Britannique, et le
débat concernant les centres de pisciculture est devenu très
polarisé. Il est si polarisé et émotionnel qu’il est difficile de
comprendre la situation ou de faire la part des choses entre la
rhétorique et la science véritable. Certains travaux de recherches
sont menés, mais je dois dire que, quand j’ai visité des centres de
pisciculture récemment, j’ai été très impressionnée de voir
comment les exploitants de ces centres surveillent par caméra
vidéo leur « troupeau » de poissons, si vous me passez
l’expression; je les ai vus moi-même nager passivement et
docilement. Je me suis dit : « Ma foi, ça n’a pas l’air de les
déranger d’être captifs. » Je ne trouvais pas qu’ils avaient l’air
malheureux.
I’m just a skier, but it struck me that one of the things we’re
concerned with out on the West Coast is any interaction between
the Atlantic salmon that we see as perfect for farming because
they’re more docile and the Pacific salmon. There are many
different types of Pacific salmon that are voracious, and if they
were penned up, they would eat each other. They are different.
Can you discern the behaviour of a salmon that has been in
captivity and escaped from one that’s the same breed but going
naturally upstream? When the salmon in Atlantic Canada go up
the rivers and the fishermen go after them, do they put up a good
fight, a similar kind of sport fishing as we get out west?
Je suis juste une skieuse, mais j’ai été frappée de constater que,
sur la côte Ouest, nous sommes préoccupés par toute interaction
entre le saumon du Pacifique et le saumon de l’Atlantique, que
nous considérons comme un poisson idéal pour l’élevage parce
qu’il est plus docile. Il y a de nombreux types de saumons du
Pacifique qui sont voraces, et, si on les gardait en lieu clos, ils
s’entre-dévoreraient. Ils sont différents. Pouvez-vous faire la
différence entre le comportement d’un saumon d’élevage qui s’est
échappé et celui d’un saumon sauvage de la même race qui
remonte naturellement la rivière? Quand les saumons du Canada
atlantique remontent les rivières et que les pêcheurs essaient d’en
attraper, est-ce qu’ils offrent une bonne résistance, comme ceux
que les pêcheurs sportifs pêchent dans l’Ouest?
Mr. Hutchens: People on the south coast tell me that if you
want to find out whether it’s a wild salmon or a farmed salmon
that’s in the river, you throw out some dog feed pellets. If the fish
comes mad for it, you’ll know it’s a farmed salmon; if it swims
away from it, it’s a wild salmon.
M. Hutchens : Selon ce qu’ont dit des habitants de la côte sud,
pour déterminer si un saumon dans la rivière est un saumon
sauvage ou un saumon d’élevage, on n’a qu’à lui lancer des
granules d’aliments pour chiens. Si le poisson ne peut y résister,
c’est un saumon d’élevage, et s’il s’en éloigne, c’est un saumon
sauvage.
Senator Raine: That makes sense.
Mr. Hutchens: And that’s the only way that he could tell.
La sénatrice Raine : Ça a du sens.
M. Hutchens : Et c’était le seul moyen qu’ils connaissent de
distinguer les deux.
Senator Raine: That’s a behaviour that was learned because of
their conditioning, obviously, but apparently there has been no
evidence of any interbreeding between the Pacific and the Atlantic
salmon in the west. The escapees aren’t so much of an issue there
because apparently they don’t survive. Nobody is dropping them
fed so they don’t make it but here it’s different. You have a
different scenario.
La sénatrice Raine : C’est évidemment un comportement
acquis à cause de son conditionnement, mais il n’y a
apparemment aucun signe probant de croisement entre les
saumons du Pacifique et de l’Atlantique dans l’Ouest. Les
poissons qui se sont échappés ne représentent pas vraiment un
problème là-bas, car apparemment, ils n’arrivent pas à survivre.
Personne ne les nourrit, et c’est pourquoi ils ne survivent pas; mais
ici, c’est différent. La situation ici est différente.
Mr. Bennett: Yes, senator. DFO regulates in B.C. and DFA
regulates here. DFO does a much better job with respect to
escapes. For example, DFO publishes regularly every week or
every month how many escapes there have been. If one fish falls
overboard in B.C., with a transfer from a vessel to a net, to the
cage, it has to be reported. In this province, if fewer than a
hundred escape, it’s called a trickle and they don’t have to be
reported. So fewer than a hundred don’t have to be reported and
that may result in far more wild salmon here than there would be
in B.C.
M. Bennett : Oui, madame la sénatrice. C’est le MPO qui est
l’organisme de réglementation en Colombie-Britannique, et c’est
le MPA qui l’est ici. Le MPO fait un meilleur travail en ce qui
concerne les poissons qui s’échappent. Par exemple, il publie
régulièrement — chaque semaine ou chaque mois — un compte
rendu sur le nombre de poissons qui se sont échappés. En
Colombie-Britannique, si un poisson est échappé par-dessus bord
au moment de son transfert du navire vers un filet puis vers la
cage, il doit être signalé. À Terre-Neuve, si moins de cent poissons
se sont échappés, c’est considéré comme un nombre négligeable,
27-5-2014
Pêches et océans
9:159
et il n’est pas nécessaire de signaler l’incident. Donc, si c’est moins
de cent, on n’a pas à le signaler, et c’est pourquoi il peut y avoir
bien plus de saumons du genre en liberté ici qu’en ColombieBritannique.
Earlier this year there was a mishap with a cage and the
estimates were maybe 20,000, maybe 25,000, they weren’t certain
how many were lost.
Plus tôt cette année, il y a eu un incident lié à une cage qui a
entraîné la libération involontaire de peut-être 20 000 ou
25 000 saumons. On n’est pas certain du nombre précis de
poissons qui ont été ainsi perdus.
I response in part to Senator Wells who observed about the
area being ice free on the south coast, which is true, the south
coast is also very susceptible to hurricane activity. It had one
reported tidal wave as long ago as 1929, but we could have one
major catastrophe and wipe out literally the whole industry on the
south coast. If we had a hurricane or a tidal wave hit smack on
right there it would cause an awful lot of damage. That’s a
concern that I don’t think they have in B.C. That’s a risk that we
haven’t had to deal with yet because we haven’t been hit with it,
but it’s an unknown risk and a big one.
Pour répondre en partie à la question du sénateur Wells, qui a
fait un commentaire au sujet de la zone exempte de glace sur la
côte sud — et il a raison sur ce point —, je veux mentionner que
cette côte est aussi très exposée aux ouragans. Le dernier raz-demarée signalé remonte à 1929, mais il suffirait d’une seule grande
catastrophe pour détruire complètement toute l’industrie sur la
côte sud. Si un ouragan ou un raz-de-marée se produisait là-bas,
cela causerait énormément de dommages. Je ne pense pas que ce
soit une préoccupation en Colombie-Britannique. Nous n’avons
pas encore eu à faire face à un tel scénario, car cela ne s’est pas
encore produit, mais c’est un danger que nous ne pouvons pas
prévoir, et il est de taille.
Senator Raine: B.C. certainly has its share of natural hazards.
A tsunami is a real potential but I understand what you’re saying.
Thank you.
La sénatrice Raine : À coup sûr, la Colombie-Britannique a
subi son lot de catastrophes naturelles. Le risque de tsunami est
bien réel là-bas, mais je comprends ce que vous dites. Merci.
The Chair: Thank you and maybe all the salmon in
Newfoundland get along with each other, contrary to the ones
in B.C. I don’t know; it’s an observation.
Le président : Merci, et peut-être bien que tous les saumons de
Terre-Neuve s’entendent bien, contrairement à ceux de la
Colombie-Britannique. Je ne sais pas si c’est le cas; c’est une
simple observation de ma part.
Senator Munson: You see, senator, these salmon went to
different schools.
Le sénateur Munson : Vous savez, cher collègue, que les
saumons de la Colombie-Britannique se détestent tellement les
uns les autres qu’ils évitent de s’asseoir sur les mêmes bancs.
On the serious part of this are you are calling for a
moratorium? Are you calling for eliminating what has been put
into place over the last 30 years? We hear the word sustainable.
We hear the word ‘‘growth.’’ We hear the word ‘‘jobs,’’ and jobs
are important. We hear the phrases ‘‘feeding the world’’ and
‘‘feeding our country’’ and there’s an ongoing debate about the
science. I’m just curious about how far. You say ‘‘no more fish
farmers.’’ Obviously you’re passionate about the way you folks
feel but we’ve heard all day testimony to the contrary in a
province that needs work, needs an industry that will last forever.
I’d like to get a longer point of view from the three of you.
Blague à part, demandez-vous qu’on tienne un moratoire?
Demandez-vous qu’on élimine ce qui a été mis en place au cours
des 30 dernières années? Nous entendons le mot « durable ».
Nous entendons le mot « croissance ». Nous entendons le mot
« emploi »; et les emplois, c’est important. Nous entendons les
expressions « nourrir la planète » et « nourrir notre pays », et le
débat fait rage au sujet de ce que dit la science. J’aimerais
simplement savoir jusqu’où vous voulez que nous allions. Vous
dites qu’il ne devrait plus y avoir de pisciculteurs. De toute
évidence, vous avez vos convictions, mais, toute la journée, nous
avons entendu des témoignages qui vont dans le sens contraire du
vôtre dans une province qui a besoin d’emplois et d’une industrie
durable. J’aimerais que, tous les trois, vous m’expliquiez
davantage votre point de vue.
Mr. Tuck: What is most lacking right now is the knowledge of
the relationship that exists between the fish farms and the wild
fish. There is little or no science. I think that the aquaculture
industry and the plan to expand threefold is throwing caution to
the wind and hoping that everything is going to be all right, and I
think that’s the wrong approach. They should have been much
more conservative 20 years ago, 30 years ago when they started.
They should have put in some sort of monitoring because right
now along the south coast, especially where it’s so remote, DFO
M. Tuck : Ce qui fait le plus cruellement défaut à l’heure
actuelle, c’est de connaître la relation entre les poissons sauvages
et les poissons d’élevage. Les données scientifiques à cet égard ou
sont insuffisantes ou carrément absentes. Je pense que le projet
visant à tripler les activités de pisciculture revient à faire fi du
principe de précaution et à espérer que tout ira pour le mieux, et
ce n’est pas la bonne approche à adopter, selon moi. Les
personnes concernées auraient dû être bien plus prudentes il y a
20 ou 30 ans, quand cette industrie a vu le jour. Elles auraient dû
9:160
Fisheries and Oceans
27-5-2014
has absolutely no idea how healthy or unhealthy a lot of these
rivers are. They have no science on the river. They do not know
how many fish are there, and we just need more science before we
proceed. We need to know the relationship. We need to know
how the smolts are affected by the high density of sea lice along
the cages. The smolts that are coming out of Conne River may
not be the only smolts that are going by these sea cages. The ones
that come out of White Bear River and La Poile River and Grey
River, they may come in there as well. Fish are a social creature.
They follow each other.
mettre en place un quelconque système de surveillance, car
actuellement, le long de la côte sud — surtout dans les endroits les
plus isolés —, le MPO n’a absolument aucune idée de l’état d’un
grand nombre de rivières. Il n’a pas de données scientifiques sur
ces rivières. Il ne sait pas combien de poissons s’y trouvent, et
nous avons seulement besoin de mener plus de travaux de
recherche avant de passer à l’action. Nous devons connaître la
relation entre les poissons sauvages et les poissons d’élevage.
Nous devons savoir comment la grande densité de poux du
poisson le long des cages affecte les saumoneaux. Il se peut que
ceux qui sortent de la rivière Conne ne soient pas les seuls à passer
près de ces cages marines. Les saumoneaux qui sortent des rivières
White Bear, La Poile et Grey passent peut-être aussi par là. Les
poissons sont des créatures sociales. Ils se suivent les uns les
autres.
Mr. Bennett: Senator, there’s no going back and I think there
can be no moratorium, nor should there be. We have invested
very heavily in an industry that’s known worldwide and it’s an
outstanding industry. Consider that we have 7 billion people in
the world, 1.4 billion in China and most of the fish farming is
done on land. Atlantic salmon farming isn’t done on land.
M. Bennett : Sénateur, il n’y a aucun retour en arrière possible,
et je pense qu’il ne pourrait ni ne devrait y avoir de moratoire.
Nous avons réalisé beaucoup d’investissements dans une industrie
formidable qui jouit d’une notoriété mondiale. Pensez au fait qu’il
y a sept milliards de personnes sur la Terre, dont 1,4 milliard en
Chine, et que la plupart des activités piscicoles sont menées dans
les terres. Ce n’est pas le cas de l’élevage du saumon de
l’Atlantique.
But this is not an issue about moratorium; it’s not an issue
about stopping. It’s not an issue about going back, at least not in
my view. It’s an issue about how we proceed forward to minimize
the risks and maximize the benefits over the long term. Not just
because the region is heavily invested, because it is, but because all
levels of government are invested. Sometimes when you’re
proceeding forward, it doesn’t always work best at the
beginning, but the more experienced you get and the more time
you have into it and the more markets that you develop and the
more techniques that you have, the better it becomes.
Cependant, la solution n’est pas d’imposer un moratoire ou de
cesser les activités. La solution n’est pas de revenir en arrière; en
tout cas, je ne pense pas. Il faut plutôt trouver la meilleure façon
d’aller de l’avant en réduisant les risques au minimum et en
maximisant les retombées à long terme; et ce, pas seulement parce
que la région a investi massivement dans cette industrie — ce qui
est bel et bien le cas —, mais parce que tous les ordres de
gouvernement l’ont fait aussi. Parfois, quand on entreprend
quelque chose, les résultats ne sont pas toujours optimaux; mais, à
mesure qu’on gagne de l’expérience, qu’on consacre du temps à
son entreprise, qu’on perce des marchés et qu’on acquiert de
nouvelles techniques, les choses s’améliorent.
It may have to do with the pace of development if you don’t
improve as you go forward and you just get bigger and bigger.
One of our issues is that we compete with other areas that have
few if any environmental standards, cheap labour and they can
pump out all kinds of salmon in different countries. We won’t be
able to compete with them, but we can compete with them with a
better product because we’re part of NAFTA. We have a federal
system. Canada has one of the best records in food safety in the
world. CFIA is renowned and we can be trading on our natural
advantages to go forward. We just need to do it properly.
Le rythme du développement peut être un facteur, si on ne
s’améliore pas au fil de son expansion. Un des problèmes auxquels
nous sommes confrontés, c’est que nous sommes en concurrence
avec les pisciculteurs d’autres régions du monde où les normes
environnementales sont faibles ou inexistantes et où il y a de la
main-d’œuvre bon marché, et ces pisciculteurs peuvent expédier
toutes sortes de saumon dans divers pays. Nous ne serons pas en
mesure de leur faire concurrence, sauf en offrant un meilleur
produit, étant donné que nous sommes un pays signataire de
l’ALENA. Nous avons un régime fédéral. Le Canada affiche un
des meilleurs bilans dans le monde sur le plan de la salubrité des
aliments. L’ACIA jouit d’une excellente réputation, et nous
pouvons miser sur nos avantages naturels pour tirer notre épingle
du jeu. Seulement, nous devons faire les choses comme il faut.
Mr. Hutchens: I’d like to separate the shellfish from the finfish
part of aquaculture. As has been stated here, the shellfish industry
seems to be quite successful, and we have no problem with it.
M. Hutchens : J’aimerais qu’on fasse la distinction entre les
deux volets de l’aquaculture, c’est-à-dire l’élevage du poisson et
l’élevage de coquillages. Comme il a été mentionné ici, l’industrie
des coquillages semble être une belle réussite et ne nous pose
aucun problème.
27-5-2014
Pêches et océans
9:161
On the finfish side, yes, our council would be looking for a
moratorium. No further additional farms until the science can
answer a lot of those outstanding questions.
Pour ce qui est de l’élevage de poissons, notre conseil
souhaiterait effectivement un moratoire. Nous ne voulons pas
qu’on autorise la création d’autres centres de pisciculture avant
que la science permette de répondre à de nombreuses questions
encore irrésolues.
Senator McInnis: I alluded to the divergence of opinion that we
were about to hear on Thursday and I have now heard it in
Newfoundland. Just to put it into perspective, the fishing and
hunting industry in Canada is worth $5.4 billion. The commercial
fishery is worth $2 billion, just to put it in perspective. Hunting
and fishing is a major industry in this country. There apparently
has never been a study as to the injurious affect escaped farm
salmon would have on wild salmon, to my knowledge.
Le sénateur McInnis : Jeudi dernier, j’ai dit que nous
entendrions des opinions divergentes à Terre-Neuve, et je viens
de les entendre. Mettons les choses en perspective : l’industrie
canadienne de la chasse et de la pêche génère des revenus de
5,4 milliards de dollars; et celle de la pêche commerciale,
2 milliards de dollars. L’industrie de la chasse et de la pêche
occupe une place importante au pays. Apparemment — à ma
connaissance, du moins —, il n’y a jamais eu d’étude de
l’incidence du saumon d’élevage sur le saumon sauvage.
Cohen alluded to it and talked about it, but you’re right, he
was talking about sockeye; he wasn’t talking about the Atlantic
salmon.
Le juge Cohen a abordé et examiné la question, mais vous avez
raison, il parlait du saumon sockeye et non pas du saumon de
l’Atlantique.
Do you know anything about the costs associated with land
versus ocean based? I mean, is it a matter of cost; is that what
we’re talking about here?
Que savez-vous à propos des différences de coûts entre
l’élevage dans les terres et l’élevage en mer? S’agit-il d’une
simple question de coûts; est-ce de cela que nous parlons?
Mr. Bennett: I think it can only be a matter of cost, but nobody
has actually quantified the cost. It seems to come down to
whether you prepared to accept a smaller volume with higher
quality output or a larger volume of average quality output. By
‘‘average quality’’ I mean to compete with Chile and Norway.
M. Bennett : Je crois que ce ne peut être qu’une simple question
de coûts, mais personne ne les a quantifiés. Il semble que la
question cruciale consiste à déterminer si nous sommes prêts à
produire un petit volume de poisson de grande qualité plutôt
qu’un grand volume de poisson de qualité moyenne. Par « qualité
moyenne », j’entends « d’une qualité suffisante pour faire
concurrence au Chili et à Norvège ».
Norway is part of the EU. A couple of years ago when I was
reviewing these numbers, Norway was able to get around. I did a
conversion between Kroner and kilos and pounds so I could get
pounds per dollars, and it was somewhere between $2.90 and
$2.95 a pound for salmon delivered in European markets in
Germany and Paris. So they were able to get that kind of a price
then, and that would make it very difficult for us to compete.
La Norvège fait partie de l’UE. Il y a deux ou trois ans, quand
j’ai examiné les données, ce pays était en mesure de livrer une
bonne concurrence. J’ai converti les couronnes en dollars et les
kilos en livres pour obtenir le prix à la livre en dollars : il était de
2,90 $ à 2,95 $ pour le saumon expédié dans les marchés
européens de l’Allemagne et de Paris. Les producteurs
norvégiens ont pu obtenir ce genre de prix à ce moment-là, et il
serait ainsi très difficile pour nous de leur faire concurrence.
We’ve got 300 million Americans sitting right alongside us and
we have the advantages of NAFTA. I’m not talking about British
Columbia because I don’t know much about British Columbia.
I’ve fished salmon off a boat from Victoria and it was great but
it’s not Atlantic salmon. They don’t jump and so on.
Nous avons 300 millions d’Américains comme voisins et nous
jouissons de certains avantages en vertu de l’ALENA. Je ne parle
pas du cas de la Colombie-Britannique, car je ne sais pas
grand-chose à ce sujet. J’ai déjà pêché le saumon en bateau au
large de Victoria, mais ce n’était pas du saumon de l’Atlantique.
Les poissons ne sautent pas; ils n’ont pas ce genre de
comportement.
In my view, we need to make a decision and it’s sort of a policy
decision. Are we going to produce Perrier or are we going to
produce two litres of bottled water cheap? The choice is ours. We
already have the advantage of the reputation of Canada. In my
view we are able to produce a higher quality product that can be
marketed as such. Consumers are looking for a higher quality
product. I think we really need an effective study. One-half of it
would be how much more cost for land based and the other part
would be how much more would a consumer pay for land based
or sustainably grown, the term that is now used? When we know
that figure we can proceed.
À mon avis, nous devons prendre une décision, et elle concerne
en quelque sorte la politique que nous allons adopter : voulonsnous produire du Perrier ou des bouteilles d’eau bon marché de
deux litres? À nous de choisir. Le Canada a une excellente
réputation; nous avons déjà cet avantage. Selon moi, nous
sommes en mesure de produire un produit de qualité supérieure
qui peut être commercialisé comme tel. Je pense que nous avons
vraiment besoin d’une étude rigoureuse. Il faudrait savoir, d’une
part, jusqu’où grimperaient les coûts pour le saumon élevé dans
les terres et, d’autre part, quel montant supplémentaire les
consommateurs seraient prêts à payer pour du saumon élevé à
9:162
Fisheries and Oceans
27-5-2014
de tels endroits ou issu de l’exploitation durable, comme on dit
maintenant. Quand nous connaîtrons ces chiffres, nous pourrons
aller de l’avant.
I think that we’re literally moving forward in the dark without
a compass and picking up speed.
Senator McInnis: Yes.
Je trouve, sans exagérer, que nous avançons à l’aveugle et sans
boussole dans l’obscurité, et ce, de plus en plus vite.
Le sénateur McInnis : Oui.
ISA, as you mentioned earlier, is a costly virus. I don’t know
why this happens but not all the fish, not all of the salmon are
infected, but all of the salmon in the pen are destroyed.
L’AIS, dont vous avez parlé plus tôt, entraîne des coûts élevés.
Je n’en comprends pas la cause, mais ce ne sont pas tous les
saumons qui sont infectés; cependant, tous ceux qui se trouvent
dans le même compartiment à poisson sont détruits.
Mr. Bennett: Yes. And there are different types of ISA, and
some are compensated and some aren’t. We’ve had five outbreaks
in this province that have been compensated, but we’ve had more
outbreaks than that and the issue with them coming from a CFIA
point of view is why are you compensating something that you
can still eat? If food safety isn’t impaired then what are you really
doing? Is this just a subsidy?
M. Bennett : Effectivement. Et il existe divers types d’AIS, et
c’est seulement certains d’entre eux qui peuvent déboucher sur
une indemnisation. Dans notre province, des indemnités ont été
versées pour cinq éclosions qui se sont produites, mais il y en a eu
plus que cela, et le problème, du point de vue de l’ACIA, tient à la
question suivante : pourquoi accorderait-on des indemnités si le
produit peut quand même être consommé? Si la salubrité
alimentaire n’est pas compromise, alors quelle est la véritable
raison d’être de ces indemnités? Ne serait-ce pas plutôt une simple
forme de subvention?
ISA is highly contagious and can be transmitted from other
fish. Imagine having a hundred thousand in a cage and one of
them gets sick and the others do. The period of time to do the
analysis is a matter of a few weeks. Sometimes industry and
government are blamed because they were slow to respond. Well,
that’s because we wanted to know that it was ISA. And then the
CFIA mandate is to replace the cost to the producer of that fish at
that time. All of their inputs or whatever they had are
compensated to a maximum of $29 per fish but I’m not certain,
essentially the producer breaks even because the fish got sick.
L’AIS est une maladie extrêmement contagieuse qui peut se
transmettre d’un poisson à un autre. Imaginez qu’il y a
100 000 poissons dans une cage et que l’un d’entre eux attrape
cette maladie et contamine les autres. Pour analyser la situation, il
faut prévoir quelques semaines. Parfois, on jette le blâme sur
l’industrie et le gouvernement parce qu’ils ont été lents à réagir.
Eh bien, si nous avons été lents, c’est parce que nous voulions
nous assurer qu’il s’agissait bel et bien de l’AIS. Et l’ACIA a
ensuite le mandat d’indemniser le producteur pour les coûts
associés à ce poisson à ce moment-là. Tous ses intrants ou ses
autres dépenses sont indemnisés à une hauteur maximale de 29 $
par poisson, je crois; et essentiellement, le producteur arrive
seulement à faire ses frais, car le poisson est tombé malade.
But now you’ve had a disruption in your production chain.
You have a plant that was hoping to process a couple of hundred
thousand pounds of fish, but the work isn’t available because the
fish aren’t available because the fish had been destroyed.
Mais voilà, il y a eu une perturbation dans la chaîne de
production. Une usine espérait transformer 200 000 ou
300 000 tonnes de poisson, mais c’est impossible, car le poisson
a été détruit.
With regard to provincial inputs from the provincial Minister
of Fisheries, we pay roughly 10 per cent of what the feds do, not
as a formula, but as a cleanup cost, and so it costs around a
maximum of $30 a fish for a market fish. This, then, has to be
destroyed. If they were raised in close containment, you have no
ISA, no sea lice, and you have much fewer chemicals because
salmon are raised initially in freshwater.
En ce qui concerne les intrants provinciaux accordés par le
ministère des Pêches de Terre-Neuve-et-Labrador, nous payons
environ 10 p. 100 de la contribution du gouvernement fédéral —
ce n’est pas une formule, c’est plutôt un coût d’assainissement —,
alors il en coûte, tout au plus, environ 30 $ par poisson offert sur
le marché. Les poissons doivent alors être détruits. Si le poisson a
été élevé dans un compartiment clos, il n’y a pas d’AIS, pas de
pou du poisson, et il y a bien moins de produits chimiques, car le
saumon est élevé en eau douce dès le départ.
There’s a hatchery in the village where I live that employs four
people and it’s owned by Cooke, so I sort of see the middle. I
want the industry to grow and grow properly. We should have, in
my view, a stellar product for the world that nobody else has
Dans mon village, il y a une écloserie de quatre employés qui
est possédée par Cooke, alors mon point de vue est plutôt nuancé.
Je veux que l’industrie se développe, mais de la bonne façon.
Selon moi, nous devrions offrir à la planète un produit formidable
27-5-2014
Pêches et océans
9:163
because we have the pristine waters and we have the CFIA and we
need to get it right. I’m afraid we’re sort of debauching our own
market by pumping out larger volumes too fast.
et unique, car nous avons des eaux immaculées, de même que
l’ACIA, et nous devons faire les choses comme il se doit. Je crains
que nous ne minions en quelque sorte notre propre marché en
augmentant trop vite les volumes.
Senator McInnis: And it’s not just disease. You can have cold
water kills.
Le sénateur McInnis : Et ce n’est pas seulement une question de
maladies. L’eau froide peut aussi se révéler mortelle.
Mr. Chair: Thank you, senator, and thank you to our
panelists. It’s a different perspective for sure, but as part of our
ongoing study, we want to hear from all sides on this debate and
discussion. We welcome your comments here today. As I have
said to other panelists before you, if there is anything that comes
up after the fact that you think that we should be made aware of,
please feel free to contact our clerk and provide a written
submission or further information if you feel it necessary to do so.
Once again, I say thank you.
Le président : Merci, sénateur. Je remercie aussi nos témoins.
Vous avez assurément des points de vue divergents, mais, dans le
cadre de notre étude, nous devons entendre les arguments des
deux camps. Nous vous remercions pour les commentaires que
vous avez livrés ici aujourd’hui. Comme je l’ai dit aux témoins qui
ont comparu précédemment, si vous avez un renseignement
important — quel qu’il soit — à nous transmettre par la suite,
n’hésitez pas à communiquer avec notre greffier et à lui fournir
vos observations ou d’autre information par écrit, si vous croyez
que c’est pertinent. Encore une fois, merci.
(The committee adjourned.)
(La séance est levée.)
GANDER, Newfoundland and Labrador, Tuesday, May 27, 2014
GANDER, Terre-Neuve-et-Labrador, le mardi 27 mai 2014
The Standing Senate Committee on Fisheries and Oceans met
this day, at 7:07 p.m., to study the regulation of aquaculture,
current challenges and future prospects for the industry in
Canada.
Le Comité sénatorial permanent des pêches et des océans se
réunit aujourd’hui, à 19 h 7, pour poursuivre son étude sur la
réglementation de l’aquaculture, les défis actuels et les
perspectives d’avenir de l’industrie au Canada.
Senator Fabian Manning (Chair) in the chair.
Le sénateur Fabian Manning (président) occupe le fauteuil.
The Chair: I am pleased to welcome you here this evening to
the meeting of the Standing Senate Committee of Fisheries and
Oceans. My name is Fabian Manning. I’m a senator for
Newfoundland and Labrador and I’m chair of this committee.
Le président : Il me fait plaisir de vous souhaiter la bienvenue
ce soir à notre réunion du Comité sénatorial perm