Second Session Deuxième session de la Forty-first Parliament, 2013-14

Second Session Deuxième session de la Forty-first Parliament, 2013-14
Second Session
Forty-first Parliament, 2013-14
Deuxième session de la
quarante et unième législature, 2013-2014
Proceedings of the Standing
Senate Committee on
Délibérations du Comité
sénatorial permanent des
Fisheries and Oceans
Pêches et des océans
Chair:
The Honourable FABIAN MANNING
Président :
L’honorable FABIAN MANNING
Tuesday, April 29, 2014
Le mardi 29 avril 2014
Issue No. 7
Fascicule no 7
Ninth meeting on:
Neuvième réunion concernant :
The regulation of aquaculture, current challenges and
future prospects for the industry in Canada
La réglementation de l’aquaculture, les défis actuels et
les perspectives d’avenir de l’industrie au Canada
WITNESSES:
(See back cover)
TÉMOINS :
(Voir à l’endos)
51361
STANDING SENATE COMMITTEE ON
FISHERIES AND OCEANS
COMITÉ SÉNATORIAL PERMANENT DES
PÊCHES ET DES OCÉANS
The Honourable Fabian Manning, Chair
Président : L’honorable Fabian Manning
The Honourable Elizabeth Hubley, Deputy Chair
Vice-présidente : L’honorable Elizabeth Hubley
and
et
The Honourable Senators:
Les honorables sénateurs :
Baker, P.C.
Beyak
* Carignan, P.C.
(or Martin)
* Cowan
(or Fraser)
Enverga
Lovelace Nicholas
McInnis
Munson
Poirier
Raine
Stewart Olsen
Wells
* Ex officio members
(Quorum 4)
Published by the Senate of Canada
Available on the Internet: http://www.parl.gc.ca
Baker, C.P.
Beyak
* Carignan, C.P.
(ou Martin)
* Cowan
(ou Fraser)
Enverga
* Membres d’office
(Quorum 4)
Publié par le Sénat du Canada
Disponible sur internet: http://www.parl.gc.ca
Lovelace Nicholas
McInnis
Munson
Poirier
Raine
Stewart Olsen
Wells
29-4-2014
Pêches et océans
MINUTES OF PROCEEDING
PROCÈS-VERBAL
OTTAWA, Tuesday, April 29, 2014
(12)
OTTAWA, le mardi 29 avril 2014
(12)
7:3
[Traduction]
[English]
The Standing Senate Committee on Fisheries and Oceans met
this day at 5:14 p.m., in room 9, Victoria Building, the chair,
the Honourable Fabian Manning, presiding.
Le Comité sénatorial permanent des pêches et des océans se
réunit aujourd’hui, à 17 h 14, dans la pièce 9 de l’édifice Victoria,
sous la présidence de l’honorable Fabian Manning (président).
Members of the committee present: The Honourable Senators
Beyak, Enverga, Hubley, Manning, McInnis, Munson, Poirier,
Raine, Stewart Olsen and Wells (10).
Membres du comité présents : Les honorables sénateurs Beyak,
Enverga, Hubley, Manning, McInnis, Munson, Poirier, Raine,
Stewart Olsen et Wells (10).
In attendance: Odette Madore, Analyst, Parliamentary
Information and Research Services, Library of Parliament.
Également présente : Odette Madore, analyste, Service
d’information et de recherche parlementaires, Bibliothèque du
Parlement.
Aussi présents : Les sténographes officiels du Sénat.
Also present: The official reporters of the Senate.
Pursuant to the order of reference adopted by the Senate on
Monday, December 9, 2013, the committee continued its study on
the regulation of aquaculture, current challenges and future
prospects for the industry in Canada. (For complete text of the
order of reference, see proceedings of the committee, Issue No. 2.)
Conformément à l’ordre de renvoi adopté par le Sénat
le lundi 9 décembre 2013, le comité poursuit son étude sur la
réglementation de l’aquaculture, les défis actuels et les
perspectives d’avenir de l’industrie au Canada. (Le texte intégral
de l’ordre de renvoi figure au fascicule no 2 des délibérations du
comité.)
WITNESSES:
TÉMOINS :
Canadian Aquaculture Industry Alliance:
Alliance de l’industrie canadienne de l’aquaculture :
Clare Backman, President;
Clare Backman, président;
Ruth Salmon, Executive Director.
Ruth Salmon, directrice générale.
Mr. Backman and Ms. Salmon made statements and answered
questions.
At 6:44 p.m., the committee suspended.
M. Backman et Mme Salmon font chacun une déclaration et
répondent aux questions.
À 18 h 44, la séance est suspendue.
At 6:50 p.m., pursuant to rule 12-16(1)(d), the committee
resumed in camera to consider a draft agenda (future business).
À 18 h 50, conformément à l’article 12-16(1)d) du Règlement,
la séance reprend à huis clos afin que le comité puisse examiner le
programme de ses travaux futurs.
It was agreed that the committee invite the Minister of
Fisheries and Aquaculture and two other Members of the House
of Assembly of Newfoundland and Labrador to appear on
Tuesday, May 6, 2014, to address Fisheries and Oceans Canada’s
application of the ‘‘Last In, First Out’’ (LIFO) policy in relation
to the issue of the northern shrimp allocations.
Il est convenu que le comité invite le ministre des Pêches et de
l’Aquaculture ainsi que deux autres membres de la Chambre
d’assemblée de Terre-Neuve-et-Labrador à comparaître le mardi
6 mai 2014 pour discuter de l’application de la politique du
« dernier entré, premier sorti » du ministère des Pêches et des
Océans du Canada à l’égard des quotas de crevettes nordiques.
At 7:15 p.m., the committee adjourned to the call of the chair.
À 19 h 15, le comité s’ajourne jusqu’à nouvelle convocation de
la présidence.
ATTEST:
ATTESTÉ :
Le greffier du comité,
Maxwell Hollins
Clerk of the Committee
7:4
Fisheries and Oceans
29-4-2014
EVIDENCE
TÉMOIGNAGES
OTTAWA, Tuesday, April 29, 2014
OTTAWA, le mardi 29 avril 2014
The Standing Senate Committee on Fisheries and Oceans met
this day at 5:14 p.m. to study the regulation of aquaculture,
current challenges and future prospects for the industry in
Canada.
Le Comité sénatorial permanent des pêches et des océans
se réunit aujourd’hui, à 17 h 14, pour étudier la réglementation de
l’aquaculture, les défis actuels et les perspectives d’avenir de
l’industrie au Canada.
Senator Fabian Manning (Chair) in the chair.
[English]
The Chair: I welcome our witnesses here. My name is Fabian
Manning. I am a senator from Newfoundland and Labrador.
I am chair of this committee, the Standing Senate Committee on
Fisheries and Oceans. We continue our study into the aquaculture
industry in Canada. I will ask senators around the table to
introduce themselves before we begin.
Senator Beyak: Senator Lynn Beyak, Ontario.
Senator Hubley: Elizabeth Hubley, Prince Edward Island.
Le sénateur Fabian Manning (président) occupe le fauteuil.
[Traduction]
Le président : Je souhaite la bienvenue à nos témoins.
Je m’appelle Fabian Manning. Je suis un sénateur de
Terre-Neuve-et-Labrador et le président du Comité sénatorial
permanent des pêches et des océans. Nous continuons aujourd’hui
notre étude sur l’industrie de l’aquaculture au Canada. Avant que
nous commencions, je demanderais aux sénateurs de se présenter.
La sénatrice Beyak : Sénatrice Lynn Beyak, de l’Ontario.
La sénatrice Hubley : Elizabeth Hubley, de l’Île-du-PrinceÉdouard.
Senator Munson: Jim Munson, Ontario, but, as I always say,
my heart is in New Brunswick.
Le sénateur Munson : Jim Munson, de l’Ontario, mais comme
je le dis toujours, mon cœur demeure au Nouveau-Brunswick.
Senator Stewart Olsen: Carolyn Stewart Olsen,
New Brunswick.
La sénatrice Stewart Olsen : Carolyn Stewart Olsen,
du Nouveau-Brunswick.
Senator McInnis: Tom McInnis, Nova Scotia.
Le sénateur McInnis : Tom McInnis, de la Nouvelle-Écosse.
Senator Enverga: Tobias Enverga, Ontario.
Le sénateur Enverga : Tobias Enverga, de l’Ontario.
Senator Wells: David Wells, St. John’s, Newfoundland and
Labrador.
[Translation]
Senator Poirier: Rose May Poirier from New Brunswick.
[English]
Le sénateur Wells : David Wells, de St. John’s, à Terre-Neuveet-Labrador.
[Français]
La sénatrice Poirier : Rose-May Poirier, du NouveauBrunswick.
[Traduction]
The Chair: Our guests are no strangers to our table. Welcome
back. I understand you may have some opening remarks. I will
give you the opportunity to make those, and then our senators
will have some questions for you, I’m sure.
Le président : Ce n’est pas la première fois que nos témoins
d’aujourd’hui comparaissent devant notre comité. Nous sommes
heureux de vous revoir. Je crois savoir que vous avez un exposé à
nous présenter. Je vais vous céder la parole, et je suis sûr que nos
sénateurs auront des questions à vous poser par la suite.
Ruth Salmon, Executive Director, Canadian Aquaculture
Industry Alliance: Thank you very much for the invitation,
senators. It’s good to be back. I am here with the President of the
Canadian Aquaculture Industry Alliance, Clare Backman. Some
of you may have seen Clare in British Columbia when you were
there.
Ruth Salmon, directrice générale, Alliance de l’industrie
canadienne de l’aquaculture : Mesdames et messieurs les
sénateurs, je vous remercie beaucoup de l’invitation. Je suis
ravie d’être de retour. Je suis accompagnée du président de
l’Alliance de l’industrie canadienne de l’aquaculture, Clare
Backman. Certains d’entre vous l’ont peut-être rencontré lors de
votre voyage en Colombie-Britannique.
In terms of my presentation, I have been asked to focus my
comments on how the industry sees an aquaculture act moving
forward and what that would look like, but I wanted to provide a
bit of context before I talk about that. The first eight slides are
repetitive to what I presented last June. I’m not going to spend
Pour ce qui est de mon exposé, on m’a demandé de donner le
point de vue de l’industrie concernant l’idée d’adopter une loi sur
l’aquaculture et sur son contenu, mais j’aimerais d’abord mettre
les choses en contexte. Les huit premières diapositives reprennent
l’exposé que j’ai présenté en juin. Je n’élaborerai pas là-dessus,
29-4-2014
Pêches et océans
7:5
any time on them, but I thought it would be helpful to quickly run
through them to provide that context, and then we can spend a bit
more time on the other slides.
mais j’ai pensé qu’il serait utile de les passer rapidement justement
pour replacer les choses dans leur contexte, et je parlerai plus en
détail du contenu des autres diapositives.
The first one is really just the situation right now and the
critical choice that I think we find ourselves in as Canadians.
Fifty per cent of the seafood sold in Canada and worldwide is
now farmed, and the demand for seafood globally is rising at
7 to 9 per cent per year. With this huge demand for seafood, what
is Canada’s role? Are we going to meet future demand with
imports, or will we assert our leadership and grow the sustainable
industry? This is the choice that we face, and I know that’s the
choice that this committee is grappling with.
La première porte sur la situation actuelle et le choix crucial
que je crois que nous devons faire en tant que Canadiens;
50 p. 100 des fruits de mer vendus au Canada et dans le monde
entier sont maintenant issus de l’aquaculture, et la demande
mondiale de fruits de mer augmente à un rythme de 7 à 9 p. 100
par an. Puisque la demande augmente autant, quel est le rôle du
Canada? Répondrons-nous à la demande à venir en misant sur
l’importation, ou en réaffirmant notre leadership et en
développant cette industrie durable? C’est la décision que nous
devons prendre, et je sais que le comité se penche sur la question.
The next slide is important for us because it reminds us of who
we are. We are farmers; we’re not fishermen. The definition here is
a definition that has been put forward by the United Nations
FAO, and it talks about the intervention in the rearing process,
the regular stocking, feeding and protection from predators, just
as any other farming enterprise.
La diapositive suivante est importante pour nous, car elle nous
rappelle qui nous sommes. Nous sommes des cultivateurs et non
des pêcheurs. Selon la définition que propose la FAO, la culture
implique une quelconque forme d’intervention dans le processus
d’élevage, par exemple l’empoissonnement à intervalle régulier,
l’alimentation, la protection contre les prédateurs, comme toute
autre entreprise agricole.
The next slide is one you have seen many times since you
started your study. It is really just how large is the industry —
$2.1 billion, 14,500 workers. We farm in every province and the
Yukon. We are a third of the value of Canada’s fisheries
production.
Au sujet de la diapositive suivante, je crois que depuis le début
de votre étude, on vous a donné les renseignements qu’elle
contient à maintes reprises. Cela vous donne vraiment une idée de
l’importance de l’industrie — il s’agit d’une industrie de
2,1 milliards de dollars comptant 14 500 travailleurs. Il y a de
l’aquaculture dans toutes les provinces et au Yukon. Nous
représentons le tiers de la valeur totale de la production des
pêches au Canada.
The next two slides are the important ones to consider because
as we grew rapidly in the 1980s and early 1990s, you can see that
we actually stagnated our growth in the last 12 to 13 years. When
other countries are moving forward and the demand for seafood
is so high, this is a concerning slide.
Les deux diapositives suivantes sont celles qu’il est important
d’examiner, car vous remarquerez que notre industrie a connu une
croissance rapide au cours des années 1980 et au début des
années 1990, mais que depuis 12 à 13 ans, la croissance stagne.
Dans un contexte où d’autres pays vont de l’avant et que la
demande de fruits de mer est très élevée, ce sont des données
inquiétantes.
The next slide is where we compare our production to that of
our competitors. You can see that we’re certainly falling behind.
Based on FAO data from 2012, Canada’s share of the world
production has fallen by more than 47 per cent since 2002. That’s
a bit of a concerning slide, I think, from everybody’s perspective.
Le tableau de la diapositive qui suit dresse une comparaison
entre notre production et celle de nos concurrents. Comme vous
pouvez le constater, nous perdons du terrain. Selon les données de
2012 de la FAO, la part de la production mondiale que détient le
Canada a baissé de plus de 47 p. 100 depuis 2002. Tout le monde
s’entend pour dire que les données de ce tableau sont inquiétantes.
The next slide is information about investment opportunities.
For all of our salmon aquaculture members in Canada, their
companies invest globally in salmon aquaculture. We were able to
pull together some numbers. Over the last year, year and a half,
recent investments of more than $500 million worldwide had been
made into salmon aquaculture, but less than 7 per cent of that
investment is coming back to Canada. When you talk to those
managing directors and CEOs, they tell us that that investment
should easily be 20 to 25 per cent.
La diapositive suivante contient des renseignements sur les
possibilités d’investissement. Toutes les entreprises de nos
membres de l’industrie salmonicole investissent à grande échelle.
Nous avons été en mesure de rassembler des données. Au cours de
la dernière année et demie, plus de 500 millions de dollars ont été
investis dans la salmoniculture à l’échelle mondiale, mais moins
de 7 p. 100 de cette somme a été investie au Canada. Les
directeurs généraux et les PDG de ces entreprises nous disent que
les investissements au Canada pourraient facilement atteindre de
20 à 25 p. 100.
7:6
Fisheries and Oceans
29-4-2014
The next slide highlights the major reasons that that stalled
production has taken place. As you know, and I’m sure this is no
surprise to you now that you’ve engaged in this study, our
regulatory system is overly complex, uncertain, confusing,
fractured some say, restricting growth and investment. Because
of our unique jurisdictional structure, we have federal and
provincial overlap and duplication in many areas. We’re
governed by the Fisheries Act, which is a patchwork quilt of
statutes that was created decades ago to guide a wild fishery, long
before aquaculture ever became a commercial activity.
La diapositive suivante contient les principales raisons de la
stagnation de la production. Comme vous le savez, et je suis sûre
que vous n’en êtes pas surpris étant donné que vous faites une
étude, notre système de réglementation est trop complexe,
incertain, déroutant — certains diront qu’il est fragmenté —, et
il limite la croissance et l’investissement. En raison de la structure
plurigouvernementale, il y a des chevauchements entre le
gouvernement fédéral et les provinces à bien des égards. Nous
sommes régis par la Loi sur les pêches, un ensemble disparate de
règlements qui ont été établis il y a des décennies pour encadrer la
pêche sauvage, soit bien avant que l’aquaculture devienne une
activité commerciale.
The next slide is giving you a sense of how the industry has
coordinated itself to address this issue. It is obviously of concern
to industry that we’re not growing, yet we have such potential
here in Canada and we have such a growing demand for seafood.
The market is demanding it.
La diapositive qui suit vous donne une idée de la façon dont
l’industrie s’y est prise pour intervenir. De toute évidence, la
stagnation préoccupe l’industrie; nous avons pourtant tellement
de possibilités au Canada et la demande de fruits de mer
augmente. Le marché est florissant.
We work together, from coast to coast — shellfish and finfish
producers — on a national strategy that has three objectives to
develop a legal framework and aquaculture act for Canada; that’s
our goal. In parallel to that, we’re very interested in regulatory
reform, and policy and program reform. I’ll get into a bit more
detail about how that’s going to help growth and competitiveness.
Nous travaillons tous ensemble — les producteurs de
mollusques et crustacés et de poissons à nageoires de partout au
pays — à la conception d’une stratégie nationale axée sur trois
objectifs pour l’adoption d’un cadre législatif et d’une loi sur
l’aquaculture pour le Canada; c’est notre objectif. Parallèlement,
nous souhaitons vivement qu’il y ait une réforme réglementaire et
une réforme de la politique et des programmes. Je vais expliquer
un peu plus en quoi cela favorisera la croissance et la
compétitivité.
I’ll start slowing down a bit because the next slide is new and
this talks about why we feel Canada needs an aquaculture act.
First of all, I think it’s important to realize there have been
30-plus years of studies, committee reports, and experts agree that
legislation is required. More recently, last fall the Conference
Board of Canada developed a study on fisheries and aquaculture
and how to look at both of those industries from an economic
perspective moving forward. They also saw the need and made a
call for an aquaculture act.
Je vais maintenant ralentir le rythme un peu, car la diapositive
suivante est nouvelle et elle porte sur les raisons pour lesquelles le
Canada a besoin d’une loi sur l’aquaculture. Avant tout, il faut
comprendre que depuis au moins 30 ans, les études, les rapports
de comités et les spécialistes s’entendent pour dire que l’adoption
d’une loi est nécessaire. L’automne dernier, le Conference Board
du Canada a mené une étude sur les pêches et l’aquaculture et les
deux industries sur le plan économique. Il a constaté lui aussi qu’il
est nécessaire d’adopter une loi sur l’aquaculture, ce qu’il
recommande.
I’ll be going into each of these five points in more detail, but
these are the key elements that we feel the legislation should
address. The first is to define aquaculture in legislation.
Je vais donner plus de renseignements sur les cinq points
suivants, mais à notre avis, ils constituent les éléments essentiels
dont il faut tenir compte dans le cadre de l’élaboration d’une loi
sur l’aquaculture. Tout d’abord, il faut définir le mot aquaculture.
The second is to provide clear commitment to aquaculture. We
feel it would affirm Canada as a real leader in responsible
aquaculture management. It would address jurisdictional overlap
and duplication and provide a mechanism for cooperation with
the provinces and territories. It would give us an opportunity to
update old MOUs. It could address uncertainty, lack of clarity
and inconsistency. The present regulatory framework is, as I
mentioned, a patchwork quilt of regulations across Canada. It
doesn’t have any central coherent theme or vision.
Ensuite, il faut affirmer un engagement à l’égard de
l’aquaculture. Nous pensons que cela affirmerait le rôle moteur
que joue le Canada en matière de gestion responsable de
l’aquaculture. De plus, une loi réglerait les questions de
chevauchement des compétences et fournirait un mécanisme de
coopération avec les provinces et les territoires. Nous aurions
ainsi l’occasion de mettre à jour les protocoles d’entente.
L’adoption d’une loi pourrait remédier à l’incertitude, au
manque de clarté et aux incohérences. Comme je l’ai dit, le
cadre réglementaire actuel est un ensemble disparate de
règlements. Il n’y a pas de thème central.
29-4-2014
Pêches et océans
7:7
We also think that an aquaculture act could recognize private
property rights. Again, aquatic organisms farmed in an
aquaculture operation are and remain private property, which is
unique from the wild fishery.
Par ailleurs, nous pensons qu’une loi sur l’aquaculture est
nécessaire pour reconnaître les droits de propriété privée. Les
organismes aquatiques qui sont cultivés dans une exploitation
aquicole demeurent de propriété privée, ce qui est unique par
rapport à la pêche sauvage.
The next slide provides more detail around those points. The
first one is looking at defining aquaculture and how important
this is because we are farming. Again, we have talked about that
definition from the FAO, which is used in other aquaculture acts
with our competitors. Everybody defines aquaculture in this same
way.
La diapositive qui suit contient de plus amples renseignements
sur les points dont je viens de parler. Tout d’abord, il faut définir
clairement la notion d’aquaculture, ce qui est très important, car il
s’agit d’un type de culture. Encore une fois, nous avons parlé de la
définition de la FAO, qui est utilisée dans le cadre des lois sur
l’aquaculture qui régissent nos concurrents. Tout le monde définit
l’aquaculture de la même façon.
We also think an act should operate within the federal
legislative authority, respecting the complex constitutional
division of powers granted by the Constitution Act, 1867, as
they relate to aquaculture. We are not proposing a federal act that
takes away from provincial jurisdiction. I think that’s an
important piece to remember.
Nous croyons également qu’une loi doit s’appliquer dans le
cadre d’une autorité législative fédérale, et qu’elle doit respecter la
division complexe des pouvoirs conférés par la Loi
constitutionnelle de 1867, en ce qui a trait à l’aquaculture. Nous
ne proposons pas l’adoption d’une loi fédérale qui empiète sur les
droits des provinces. Je pense qu’il est important de le préciser.
We also think an aquaculture act for Canada should provide
clarity for industry, governments, as well as the public, other
stakeholders. Currently the management of aquaculture
operations under the Fisheries Act is addressed from a
traditional fisheries perspective — not surprising — without
consideration of how to best address matters for aquaculture
operations. Currently, no order of priority has been set for how
the current regulatory scheme should affect aquaculture
operations or whether certain regulations or powers should take
precedence over others. Again, we’re talking about clarity, not
just for industry and governments, but for all stakeholders as well.
Nous pensons également qu’une loi canadienne sur
l’aquaculture devrait orienter l’industrie et les gouvernements,
de même que la population et d’autres intervenants. À l’heure
actuelle, la gestion des activités aquacoles est régie par la Loi sur
les pêches, du point de vue des pêches traditionnelles — sans
surprise —, ce qui ne tient pas compte des meilleures façons de se
pencher sur les activités d’aquaculture. On n’a pas établi d’ordre
de priorité quant à la façon dont le régime réglementaire actuel
devrait jouer un rôle dans les activités aquacoles ou à savoir si
certains règlements ou pouvoirs devraient avoir préséance sur
d’autres. Encore une fois, on parle de clarté, non seulement pour
l’industrie et les gouvernements, mais aussi pour tous les
intervenants.
The next slide talks about how an aquaculture act for Canada
should reaffirm the federal commitment to aquaculture, to
promotion, to research, to enhancement of the aquaculture
sector. Our current system does not commit to Canadian
leadership on research enhancement promotion. Aquaculture
operations do not currently have access to many of the federal
programs supporting agriculture operations. But this industry is a
food industry. We’re producing a food product, so just like
agriculture operations, we feel there need to be some parallels for
support of an industry producing a healthy, quality food product.
Comme l’indique la diapositive suivante, une loi canadienne
sur l’aquaculture devrait affirmer de nouveau l’engagement du
gouvernement fédéral à l’égard de l’aquaculture, soit de la
promotion, de la recherche et de la mise en valeur du secteur
aquacole. Notre système actuel ne favorise pas le leadership
canadien à cet égard. À l’heure actuelle, les exploitations
aquacoles n’ont pas accès à bon nombre de programmes
fédéraux qui appuient les exploitations aquacoles. Or, il s’agit
d’une industrie alimentaire. Nous produisons un produit
alimentaire, et nous croyons que tout comme les exploitations
agricoles, nous avons besoin de soutien pour produire un produit
alimentaire sain et de qualité.
We also think an aquaculture act would provide clarity on
cohesiveness to federal department roles. I think even DFO
officials themselves have admitted there is confusion within their
own federal department. We see that clarity coming in a number
of areas.
D’autre part, une loi canadienne sur l’aquaculture devrait
définir le rôle des ministères fédéraux de façon claire et cohérente.
Je crois que même des représentants du MPO ont admis que la
confusion règne dans leur propre ministère. Dans certains
secteurs, nous constatons que les choses se précisent.
Currently, the federal regime creates overlap and duplication
within itself and with the provincial regulatory schemes. All this
of leads to delays in decision making, overly burdensome or
impossibly duplicative data collection in some cases, complex and
frequent aquaculture operation application and renewal
À l’heure actuelle, le chevauchement des règlements fédéraux, à
l’intérieur du système fédéral lui-même et par rapport aux
provinces, retarde la prise de décisions; alourdit la collecte de
données ou mène au double emploi à cet égard dans certains cas;
oblige les exploitants à demander ou à renouveler fréquemment
7:8
Fisheries and Oceans
29-4-2014
processes, uncertainty over jurisdiction and the role of each level
of government, and the responsibilities of aquaculture operators.
There is a lot of uncertainty that an act could help to clarify.
leur permis; et cause de l’incertitude quant aux compétences et au
rôle de chaque gouvernement et quant aux responsabilités des
exploitants. Une loi contribuerait à dissiper beaucoup
d’incertitudes.
On the next slide we have talked about the importance of
addressing private property rights. We also think it would provide
workable mechanisms and framework for cooperation with
provinces and territories. It would give the federal government
an ability to enter into harmonization agreements, laying out who
does what and how the process works, which would be so
important for us as industry, government, as well as the public.
The public needs to know how things operate for greater
transparency for our industry. That’s what an act could provide.
Je passe à la prochaine diapositive. Nous avons parlé de
l’importance de reconnaître les droits de propriété privée. Nous
sommes d’avis qu’une loi sur l’aquaculture devrait établir des
mécanismes et un cadre fonctionnel pour favoriser la coopération
avec les provinces et les territoires. Cela permettrait au
gouvernement fédéral de conclure des accords d’harmonisation,
et l’on pourrait déterminer les r ôles de chacun et le
fonctionnement du processus, ce qui serait tellement important
pour nous, les représentants de l’industrie, pour le gouvernement
et aussi pour la population. Il faut que la population sache
comment les choses fonctionnent pour qu’il y ait une plus grande
transparence. C’est ce que favoriserait une loi.
The next slide talks about achieving sustainable growth
because ultimately that’s what we see as the objective of all of
this. The first point is we feel that productivity improvements can
be achieved through regulatory and policy and program reforms.
I think Minister Shea and DFO officials are working hard on this
front, and they have indicated that they see productivity
improvements coming through regulatory reform.
La diapositive qui suit porte sur le soutien pour une croissance
durable, car au bout du compte, c’est le grand objectif à atteindre,
à notre avis. Tout d’abord, nous croyons qu’on peut améliorer la
productivité en réformant la réglementation, les politiques et les
programmes. Je crois qu’à cet égard, la ministre Shea et les
fonctionnaires du MPO travaillent d’arrache-pied, et ils ont
indiqué que l’amélioration de la productivité passe par une
réforme réglementaire.
What are some of those regulatory reforms? They include:
improved access to novel, functional feeds that our competitors
have access to and we don’t; access to fish health products; access
to new species, broodstock; multi-year licences in British
Columbia; a number of regulatory reforms that would expand
our industry’s diversification and strength.
Que comprend une réforme réglementaire? Elle inclut un
meilleur accès aux aliments novateurs ou fonctionnels auxquels
nos concurrents ont accès, contrairement à nous; un meilleur
accès à de nouvelles espèces et à de nouveaux stocks de
reproducteurs; des permis pluriannuels en ColombieBritannique; et un certain nombre de réformes réglementaires
qui accroîtraient la diversification et le dynamisme de notre
industrie.
Also, these productivity improvements could come with
transparent and timely approvals of amendment applications,
and we don’t have timely approvals at this stage. That’s one area
where we feel productivity improvements can take place, without
even looking at an aquaculture act, and that there are
improvements with regulations.
De plus, les améliorations de la productivité pourraient aller de
pair avec un processus d’approbation de changements transparent
et rapide, et les approbations ne se font pas en temps opportun à
ce stade-ci. Selon nous, sans même tenir compte de l’adoption
d’une loi sur l’aquaculture, c’est un élément qui peut favoriser
l’amélioration de la productivité et de la réglementation.
But where we feel an aquaculture act is absolutely critical is
when we want to talk about real significant growth. That kind of
certainty is what our industry needs to spur investment, new site
development for existing and new species, development of
infrastructure, hatcheries, processing plants, transportation and
creation of jobs. It’s only through an act that we’ll be able to
attract investment for the long term and give that kind of
certainty and clarity so that instead of 7 per cent investment, we
get 20 to 25 per cent investment.
Toutefois, c’est lorsque nous parlons de croissance importante
que nous croyons qu’une loi sur l’aquaculture est absolument
essentielle. C’est de ce type de certitude que notre industrie a
besoin pour favoriser l’investissement; de même que la création de
nouveaux sites pour des espèces nouvelles et traditionnelles,
d’infrastructures — comme des écloseries, des usines de
transformation et des infrastructures de transport —, et de
nouveaux emplois. Seule l’adoption d’une loi nous permettra
d’attirer des investissements à long terme et instaurera le climat de
certitude qu’il faut et apportera les éclaircissements nécessaires, de
sorte que nous obtenions 20 à 25 p. 100 des investissements plutôt
que 7 p. 100.
29-4-2014
Pêches et océans
7:9
The next slide is talks a bit about our competitors and what
they’re doing. We haven’t done an extensive review of the
legislation in some of these other countries. We’ll be doing that in
the process of the next year, but I did want to highlight a few key
factors.
La diapositive suivante contient quelques renseignements sur
les mesures prises par nos concurrents. Nous n’avons pas fait un
examen approfondi de leurs lois. Nous le ferons au cours de
l’année à venir, mais je voulais souligner quelques facteurs
importants.
Norway has an aquaculture act that was established in 2005. It
establishes the framework for the sector’s future growth. It
promotes profitability, competitiveness, and it covers all aspects
of aquaculture: marine, inland waters, land-based aquaculture
and sea ranching. It’s very comprehensive.
La Norvège a adopté une loi sur l’aquaculture en 2005. Elle
établit un cadre pour la croissance à venir du secteur. Elle favorise
la profitabilité et la compétitivité, et elle couvre tous les aspects de
l’aquaculture : l’aquaculture en mer et en eau douce,
l’aquaculture terrestre et le pacage marin. Elle est très complète.
The next slide talks about what they do in Scotland. They have
a combined farmed and wild fisheries act that was recently
improved in 2013. This particular act talks about not only farmed
seafood, but also farmed and wild, combined contributions to
economic growth. And they look to the issues around the wider
marine environment.
La diapositive suivante contient des renseignements sur les
mesures adoptées par l’Écosse. Sa loi sur l’aquaculture veille à la
gestion à la fois des pêches sauvages et d’élevage et elle a été
améliorée en 2013. Elle s’applique non seulement aux produits
d’élevage, mais également aux produits sauvages et elle maximise
les contributions combinées à l’appui de la croissance
économique. De plus, elle tient compte de l’environnement
marin dans son ensemble.
The United States of America is the next slide, and it’s
probably most like Canada in that it has a dual jurisdiction. It’s
regulated at the federal and state level. Most of the regulatory
activity happens at the state level, and at the federal level they are
governed by the various acts such as the FDA, USDA, and the
Environmental Protection Agency.
La prochaine diapositive porte sur les États-Unis, dont la
situation ressemble probablement davantage à celle du Canada,
en ce sens que les compétences sont partagées. L’aquaculture est
réglementée à l’échelle fédérale et des États. L’activité
réglementaire se fait surtout à l’échelle des États. À l’échelle
fédérale, l’aquaculture est régie par diverses lois émanant de la
FDA, de l’USDA et de l’Agence de protection environnementale.
Again, what’s the purpose there? They want to support the
development of the sector and promote coordination among
various departments.
Encore une fois, quel est l’objectif visé? Il s’agit d’appuyer le
développement du secteur et de favoriser la coordination entre les
divers départements.
You can see that whichever country has gone forward with an
aquaculture act, there are familiar themes: coordination,
supporting the development of the sector, a framework for
growth, promoting profitability and competitiveness, and
effective management of the environment.
On constate que peu importe le pays qui a adopté une loi sur
l’aquaculture, des thèmes bien connus reviennent : coordination,
développement du secteur, cadre favorisant la croissance, la
profitabilité et la compétitivité et gestion efficace de
l’environnement.
At this stage, that is what we have come to learn, and we’ll
certainly learn more details over the coming year when we talk to
our colleagues.
C’est ce que nous avons découvert jusqu’à maintenant, et nous
en apprendrons certainement davantage au cours des années à
venir lorsque nous discuterons avec nos collègues.
The next slide just gives you a sense — and I think I presented
this back in June, but these are still really sound numbers.
Achieving real results on our national strategy, which is
regulatory, policy and program reforms, and an aquaculture
act, could lead to increased production jobs and economic
activity. Within five years, we see that productivity coming from
regulatory reform and amendments, easily moving from our
current tonnage of 174,000 tonnes to 200,000 tonnes, and
doubling within 10 years.
La diapositive suivante vous donne un aperçu — et je crois
l’avoir présentée en juin, mais ces chiffres sont toujours valables.
L’atteinte des résultats réels de notre stratégie nationale, soit la
réforme de la réglementation, des politiques et des programmes et
l’adoption d’une loi sur l’aquaculture, pourrait se traduire par
l’augmentation de la production, des emplois et de l’activité
économique. En cinq ans, la productivité résultant de la réforme
et des modifications réglementaires pourrait facilement passer de
174 000 tonnes — ce qui correspond à la production actuelle — à
200 000 tonnes, et doubler en 10 ans.
You can see the jobs and economic activity that flow from that,
and the opportunities for First Nations and rural coastal
communities, as well as an opportunity for us to capitalize not
only on the Canada-EU Free Trade Agreement but also the
Korean free trade agreement recently signed. We feel very positive
Cela entraînerait une augmentation des emplois et des activités
économiques et se traduirait par une croissance des occasions
offertes aux collectivités des Premières Nations et côtières. De
plus, nous pourrions tirer profit des possibilités non seulement de
l’accord de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne,
7:10
Fisheries and Oceans
29-4-2014
and are supportive of the government in this regard, but without
increased production, we really cannot take full advantage of
those excellent agreements.
mais également de l’accord de libre-échange avec la Corée qui a
été signé récemment. Nous sommes très optimistes et nous
appuyons le gouvernement à cet égard, mais sans une production
accrue, nous ne pouvons vraiment pas tirer pleinement profit de
ces excellents accords.
The last slide is just to say that the work of this committee is
very much appreciated and it’s critical. We feel that time is of the
essence to achieve responsible aquaculture growth and
development, business certainty and increased competitiveness.
This growth — not just for industry — will ensure food security
for Canada and will result in increased jobs and economic
prosperity for rural and coastal communities.
Sur la dernière diapositive, nous disons simplement que nous
sommes très reconnaissants du travail de votre comité, qui est
essentiel. À notre avis, il est urgent d’agir si nous voulons assurer
la croissance et le développement responsables de l’aquaculture,
favoriser un climat de certitude et accroître la compétitivité. La
croissance — non seulement pour l’industrie — assurera la
sécurité alimentaire du Canada et se traduira par l’augmentation
de l’emploi et de la prospérité économique dans les collectivités
rurales et côtières.
Thank you.
Merci.
The Chair: Thank you, Ms. Salmon.
Le président : Merci, madame Salmon.
Mr. Backman, do you have some opening remarks?
Monsieur Backman, avez-vous un exposé à présenter?
Clare Backman, President, Canadian Aquaculture Industry
Alliance: I do. It was good to be invited back to speak to this
group again. It was good to meet a few of you a few weeks ago.
Clare Backman, président, Alliance de l’industrie canadienne de
l’aquaculture : Oui. Merci de l’invitation à témoigner devant votre
comité à nouveau. Je suis content d’avoir rencontré quelques-uns
d’entre vous, il y a quelques semaines.
My comments are my own and are informed by my 30-year
career working with both levels of government in conserving and
producing sustainable salmon production in British Columbia. In
the last 15 years, I’ve been involved in producing salmon
sustainably in British Columbia.
Mes commentaires s’appuient sur ma propre expérience et mes
30 ans de carrière. J’ai collaboré avec les deux ordres de
gouvernement pour garantir la conservation et la production
durable du saumon en Colombie-Britannique. Depuis 15 ans, je
travaille à la production durable de saumon dans cette province.
I will go on to these notes that I’ve prepared today. The
aquaculture industry accepts that the Fisheries Act exists to
conserve and protect Canada’s fisheries through proper
management of a public property resource; that is the
commons. Healthy fish stocks are important to Canadians and
to the many businesses that derive income from them.
Je vais vous présenter l’exposé que j’ai préparé pour
aujourd’hui. L’industrie aquacole admet que la Loi sur les
pêches vise à conserver et à protéger les pêches canadiennes par
la gestion efficace d’une ressource de propriété publique. La santé
des stocks de poissons est importante pour les Canadiens et les
nombreuses entreprises qui en vivent.
But by its nature, the Fisheries Act reads as a series of ‘‘don’ts’’
— actions to be avoided, unless allowed by licence or done under
regulation to protect the public property resource. The act is
designed to allow for seasonal closures or permanent fisheries
closures, to create limits or conditions to fishing gear and
allowable catch, to prohibit certain behaviours, and levy charges
for violations.
Mais par sa nature même, la Loi sur les pêches est une série
d’interdits; c’est-à-dire d’actes à éviter à moins de détenir un
permis ou d’actes réglementés servant à protéger cette ressource.
La loi est conçue de manière à autoriser la fermeture saisonnière
ou permanente de pêches, à imposer des restrictions ou des
conditions à l’égard de l’équipement de pêche et aux prises
admissibles, à interdire certains comportements et à imposer des
amendes en cas d’infraction.
However, it is not designed to address the farming of fish,
where the resource is privately owned and involves the
intervention by regular stocking of fish, their feeding and the
protection from predation and disease. Nor is the Fisheries Act
designed to promote greater access to existing fisheries or allow
the growth of underutilized species to order to find needed levels
of growth and production to allow Canada to compete in the
international market. Words like ‘‘cultivation,’’ ‘‘promotion’’ and
‘‘growth’’ are terms that are fundamental principles of fish
farming, but they don’t have a place in the Fisheries Act.
Toutefois, la loi n’est pas conçue de manière à régler les
questions d’élevage du poisson, dans les cas où la ressource est de
propriété privée et implique une intervention, comme un
empoissonnement régulier, l’alimentation et la protection contre
les prédateurs et la maladie. Elle n’est pas conçue non plus pour
promouvoir un meilleur accès aux pêches existantes, pour
favoriser la croissance d’espèces sous-exploitées ou pour définir
les niveaux de croissance qu’il faudrait atteindre en matière de
production pour que le Canada puisse soutenir la concurrence sur
les marchés internationaux. Les notions de culture, de promotion
et de croissance sont fondamentales pour la pisciculture, mais
elles n’ont pas de place dans la Loi sur les pêches.
29-4-2014
Pêches et océans
7:11
These are clear examples of some of the broad thinking that
needs to be central to the coming Canadian aquaculture act.
Ce sont là de parfaits exemples du type de réflexion sur laquelle
doit reposer la future loi sur l’aquaculture.
The Fisheries Act does not and cannot consider private
farming, the drivers that affect the private farming of Canadian
aquaculture products, and their competitiveness in the
international market. But this is fundamental to our discussion
of the present industry growth stagnation. Holding the Canadian
aquaculture solely within the Fisheries Act almost guarantees that
its growth will be slim to none.
La Loi sur les pêches ne tient pas et ne peut pas tenir compte
des déterminants de la culture privée qui influent sur les produits
aquacoles canadiens et leur compétitivité sur les marchés
internationaux. Ces questions constituent pourtant le cœur de
notre discussion sur la stagnation actuelle de la croissance du
secteur : gérer l’aquaculture canadienne uniquement dans le cadre
de la Loi sur les pêches est le moyen le plus sûr de la faire stagner.
Let’s accept two things: that the aquaculture act will be
developed along the lines of the examples discussed here, and that
the Canadian aquaculture industry will continue to operate in
respect of the Fisheries Act. So now we can turn to the question:
How can we ask for the aquaculture industry to grow while
remaining environmentally sustainable?
Faisons deux suppositions : premièrement, qu’une loi sur
l’aquaculture sera élaborée en fonction des exemples cités et,
deuxièmement, que le secteur canadien de l’aquaculture
continuera d’évoluer dans le respect de la Loi sur les pêches. Et
posons-nous la question suivante : comment le secteur aquacole
peut-il croître tout en demeurant durable du point de vue de
l’environnement?
Let’s take a look at the term ‘‘environmental sustainability’’ —
what it is and what it isn’t. It has basically three aspects to it:
economic, social and environmental. Through the economic lens,
people have to grow a product that will allow them to make a
profit and buy some groceries. People also need to be aware that
too much production leads to an oversupply of product,
decreased pricing, and a potential business failure. So economic
sustainability requires that an industry grow at or just below the
market growth. This ensures profitability going forward.
Tout d’abord, examinons l’expression « durable du point de
vue de l’environnement ». La durabilité comporte trois aspects :
économique, social et environnemental. Du point de vue
économique, les produits doivent permettre aux producteurs de
faire des profits pour gagner leur vie. Il faut également savoir que,
si la production est excessive, l’offre le sera aussi : les prix
baisseront et des exploitations risquent de fermer. La durabilité
économique exige que la croissance de la production soit égale ou
tout juste inférieure à la croissance des marchés pour que les
entreprises soient profitables.
The second aspect is the social aspect of sustainability. This
considers the growers of an aquaculture product and their
neighbours; how many aquaculture operations are needed to
create the minimum infrastructure to serve the sector? That is to
attract contractors, suppliers and processors so that producer
companies aren’t forced to do all these things by themselves.
Conversely, in an area, how many aquaculture operations can be
present in a region before conflict with other businesses and
public uses and conservation values trigger local, regional or
national protest?
Du point de vue social, on doit tenir compte des éleveurs et de
leurs voisins. De combien d’exploitations aquacoles a-t-on besoin
pour créer l’infrastructure minimale à l’appui du secteur? C’est-àdire pour attirer des entrepreneurs, des fournisseurs et des
transformateurs de façon que l’entreprise qui produit ne soit
pas forcée de gérer tous les aspects du processus par elle-même.
D’un autre côté, combien d’exploitations aquacoles peuvent-elles
s’établir dans une région avant que des conflits avec d’autres
entreprises, les usages publics et les valeurs de conservation
entraînent des protestations à l’échelle locale, régionale ou
nationale?
That’s an important consideration in defining how growth in
the industry can occur. Growth of aquaculture should grow at a
pace that is properly integrated with the local, regional and social
fabric. However, as stated already, growth can’t be constrained
solely by conservation concerns about the future. Good farm
management and responsible regulation informed by science has
to be trusted to decide acceptable risk.
Ce sont là des questions dont il faut tenir compte pour définir
le rythme de la croissance du secteur. Ce rythme de croissance
devrait être intégré au tissu social local ou régional. Toutefois,
comme nous l’avons dit, la croissance ne doit pas être limitée
uniquement par des questions de conservation pour les
générations futures. Les saines pratiques de gestion et la
réglementation responsable fondée sur la science doivent nous
aider à décider ce qui constitue un risque acceptable.
Now we turn to the environmental aspect of sustainability, and
this considers the physical, the chemical and biological effects of
aquaculture to the receiving environment; that is the area
immediately around and beneath the production facility where
changes can be measured. Beyond the field of measurable effect
— around 200 metres — concerns about the possibility impacts
are not so much environmental as they become social in nature.
Du point de vue environnemental, on doit tenir compte des
effets physiques, chimiques et biologiques de l’aquaculture sur
l’environnement d’accueil, c’est-à-dire la zone se situant
immédiatement autour et sous l’exploitation o ù des
changements peuvent être mesurés. Au-delà du champ d’effets
mesurables — environ 200 mètres —, les questions concernant les
impacts possibles sont davantage de nature sociale
qu’environnementale.
7:12
Fisheries and Oceans
29-4-2014
We have said the last 10 years have been stagnant in terms of
aquaculture growth in Canada, but they have been busy years in
terms of addressing the environmental issues. In 2014, the
application process for an aquaculture site in British Columbia
requires a minimum of two years to consult with the communities
and collect necessary physical and biological data. The process
will consider area land-use plans, it will consider local zoning and
the interests of community members. The complete application
will review a number of physical aspects like depths, currents,
sediment chemical and biological diversity samples, as well as
data collected from stream, beach, sub-tidal shoreline and
seafloor taxonomy surveys. These surveys will establish baseline
populations, including abalone and kelp, as well as sea lions and
sea lice. The potential organic waste footprint from the farm will
be modelled and must not occur shallower than 30 metres under
the ocean.
Les 10 dernières années ont peut-être été stables en ce qui
concerne la croissance de la production aquacole au Canada, mais
elles ont été occupées en ce qui concerne les questions
environnementales. En 2014, le processus de demande pour un
site aquacole en Colombie-Britannique exige au moins deux ans
de consultations avec les collectivités et de collecte de données
physiques et biologiques. Ce processus tient compte des plans
d’utilisation du territoire, du zonage local ainsi que des intérêts de
la population locale. La demande complète d’examen couvre les
profils de profondeur et de courant, des échantillons de diversité
chimique et biologique des sédiments ainsi que des données
provenant de sondages taxonomiques des cours d’eau, des plages,
des zones infralittorales et du fond marin. Les sondages
établissent les populations de base, de l’ormeau à l’otarie, en
passant par le varech et le pou du poisson. L’empreinte des
déchets organiques provenant de la ferme est modélisée et elle ne
doit pas reposer à une profondeur inférieure à l’isobathe de
30 mètres.
The present cost of these applications is at a minimum today in
B.C. around $400,000. This is before the submission goes into
government for their review.
Le coût actuel d’une telle demande est d’environ 400 000 $,
avant même qu’elle ne soit envoyée au gouvernement pour
examen.
Industry, academia and government have partnered on
numerous research projects that have helped further the
understanding about the concerns about the risk of disease
transfer and the impacts of sea lice and escapes. This research has
brought clarity to these discussions and has informed both policy
and licensing conditions.
Le secteur, le milieu universitaire et le gouvernement ont
travaillé de concert à de nombreux projets de recherche pour
mieux comprendre les risques de contagion ainsi que les impacts
du pou du poisson et des échappées. Leurs travaux ont éclairé la
discussion à ce sujet ainsi que les politiques et les conditions
relatives aux permis.
Is there more to learn? Of course there is always more to learn,
and the research continues, for example, on separation of farms
from valuable fisheries habitats and the potential for pathogen
transfer from wild to farmed stocks and vice versa.
Reste-t-il des choses à apprendre? Bien sûr et la recherche se
poursuit, notamment sur la séparation des fermes et des habitats
du poisson importants et sur le risque que des pathogènes
provenant des stocks sauvages contaminent les stocks d’élevage et
vice-versa.
But the measurement of the biological or health impacts on
transient species — like salmon that migrate long distances and
pass by a salmon farm as they travel — is a key challenge,
specifically how to differentiate and measure the potential risk
posed by aquaculture from the myriad other risks that migratory
species face.
Mais cette mesure des impacts biologiques ou sanitaires sur les
espèces de passage — comme le saumon qui migre sur de longues
distances et qui passe à proximité d’un élevage de saumons —
pose une difficulté particulière; à savoir comment mesurer les
risques éventuels que présente l’aquaculture et les différencier de
la multitude d’autres risques auxquels sont confrontées ces
espèces migratoires.
But the work goes on. The volume of environmental impact
research now is much greater than even 10 years ago, so our
regulators’ understanding of risk is more robust. The consensus of
research findings is not incompatible with continued, ongoing,
well-regulated aquaculture operations.
Toutefois, le travail se poursuit et on trouve de nos jours
beaucoup plus de résultats de recherche environnementale qu’il y
a 10 ans. Par conséquent, les organismes de réglementation ont
une bien meilleure idée des risques. Le consensus qui se dégage de
ces résultats n’est pas incompatible avec une aquaculture bien
réglementée.
If currently an area supports, say, six or so aquaculture
operations, there is no a priori reason why the same area couldn’t
support an additional aquaculture site. The same environmental
sustainability measures that were just described will be applied to
each new operation. Concerns about the cumulative effects of
multiple farms on the water quality leading to eutrophication or
hypernutrification, while valid for lakes, is not observed in the
open ocean, where there are enormous volumes of water. The
Si en ce moment une zone peut recevoir environ
six exploitations aquacoles durables du point de vue de
l’environnement, il n’y a pas de raison, a priori, que cette même
zone ne puisse pas en accueillir d’autres. Les mêmes mesures de
durabilité environnementale seront appliquées à chaque nouvelle
exploitation potentielle. Les inquiétudes quant aux effets
cumulatifs de la multiplication de fermes sur la qualité de l’eau
menant à l’eutrophisation — l’apport excessif de substances
29-4-2014
Pêches et océans
7:13
water is able to absorb the released nutrients, along with the
plankton that normally exists in the ocean. Each site stands alone
to some degree in terms of the evaluation of whether its local
impacts are acceptable and sustainable.
nutritives —, bien que valides en ce qui concerne les lacs, ne
s’appliquent pas aux maricultures, où l’énorme volume d’eau et le
plancton indigène réussissent à absorber toutes les substances
nutritives. Chaque site doit être évalué de manière autonome pour
déterminer si ses impacts locaux sont acceptables et gérables à
long terme.
However, as already conceded, all sites in a region must be
considered together as to their social sustainability. The social
carrying capacity is often achieved before the ecological carrying
capacity is reached.
Toutefois, comme nous l’avons déjà concédé, tous les sites
d’une zone doivent être évalués dans leur ensemble quant à leur
durabilité du point de vue social. Il arrive souvent que l’on
atteigne la capacité de charge sociale avant la capacité de charge
environnementale.
In closing, I’ll summarize that our regulators currently find
that Canadian aquaculture is environmentally sustainable as long
as it is operating in compliance with applicable regulations and
the Fisheries Act. Environmental impact research is ongoing, and
the scientific consensus confirms its sustainability. New
information could change the assessment of sustainability, but
after 30 years of research, change is fairly unlikely. Sector growth
through careful review and approval of new sustainable
production locations can and should proceed on a site-by-site
risk assessment basis.
En conclusion, j’aimerais résumer certains points. Les
organismes de réglementation estiment actuellement que
l’aquaculture canadienne est durable du point de vue
environnemental, tant et aussi longtemps qu’elle respecte les
règlements applicables et la Loi sur les pêches. La recherche sur
les impacts environnementaux se poursuit, et le consensus
scientifique confirme la durabilité de l’aquaculture. De nouvelles
découvertes pourraient changer le statut de durabilité, mais après
30 ans de recherche, c’est peu probable. La croissance du secteur,
suivant l’examen attentif et l’approbation des nouveaux sites de
production durable, peut et devrait reposer sur l’évaluation du
risque de chaque site.
Finally, to provide the needed capital for industry to grow,
businesses need the confidence that the assessment of
environmental sustainability will not be arbitrarily reversed. An
aquaculture act can and should lay out the regional expectations
for Canada’s growing contribution to the world aquaculture
production as a principle of support.
Enfin, pour fournir les capitaux nécessaires à la croissance du
secteur, les entreprises ont besoin de savoir que l’évaluation de la
durabilité environnementale ne sera pas renversée de façon
arbitraire. Une loi sur l’aquaculture peut et devrait énoncer les
attentes régionales pour soutenir la contribution croissante du
Canada à la production aquacole mondiale.
Senator Hubley: Welcome to you both. I would like to thank
you for an excellent presentation with a great deal of information,
some of which we are familiar with, but it is always good to hear it
again.
La sénatrice Hubley : Bienvenue à vous deux et merci de vos
exposés très instructifs. Nous connaissions certaines informations,
mais c’est toujours utile de les réentendre.
I’m going back to the graph, 12 years of stagnated growth,
which has been an issue that we have heard in our travels. Even
on the second graph, where it shows that we are falling behind our
competitors, that is not going to improve unless we can come
forward with an act that is going to address the many issues that
the industry is facing today.
Je veux revenir au graphique sur les 12 ans de stagnation, dont
nous avons entendu parler durant nos voyages, et au deuxième
graphique sur le retard que nous accusons par rapport à la
concurrence. La croissance ne sera possible que si nous élaborons
une loi qui règle les nombreux problèmes auxquels l’industrie est
confrontée présentement.
How serious is this? How quickly is Canada falling behind, and
how quickly will we need to move in order to reverse that?
La situation est-elle grave? Le Canada accuse-t-il beaucoup de
retard? Devons-nous agir rapidement pour renverser la tendance?
Ms. Salmon: It is a good question. I will start. Clare, maybe
you can add in.
Mme Salmon : Bonne question. Je vais commencer, et Clare
pourra apporter des précisions.
There are stages to how this could go. I did talk about
productivity improvements without an aquaculture act, and I do
think our industry feels that’s a real possibility. So that without
changing the footprint, without giving access to new sites but just
moving forward with longstanding amendments that would make
changes to the site — not expanding it, but just maybe changing
the type of cage used, those kinds of things could have
productivity improvements, and getting access to new fish
health products. That is not talking about new sites. There are
Il est possible d’y aller par étapes. Notre industrie pense être en
mesure d’améliorer la productivité sans loi sur l’aquaculture. Sans
accroître l’empreinte environnementale ni donner accès à de
nouveaux sites, des modifications attendues de longue date
seraient profitables. Sans agrandir les sites, nous pourrions
changer le type de cage et permettre l’utilisation de nouveaux
produits pour favoriser la santé du poisson. La production serait
meilleure, sans exiger de nouveaux sites. Au Nouveau-Brunswick,
bien des sites sont laissés en jachère à l’heure actuelle, parce que la
7:14
Fisheries and Oceans
29-4-2014
many sites in New Brunswick that are left fallow right now
because the water temperature is so warm and they don’t have
access to a variety of fish health products, so they just can’t use
the site. You will hear about more of this when you are in New
Brunswick.
température de l’eau est trop élevée et que les exploitants n’ont
pas accès à divers produits de santé pour le poisson. Les sites sont
inexploitables. Vous en entendrez parler davantage lorsque vous
irez au Nouveau-Brunswick.
From a regulatory perspective, if we could see that move
forward, you could see pushing the bar up in terms of
productivity improvements.
Si ces changements étaient apportés à la réglementation, la
productivité pourrait s’améliorer.
Where I think we really need to see an aquaculture act and
even an indication that Canada is really committed and serious
about moving forward is when we’re going to be needing those
kinds of significant capital investments.
Par ailleurs, je pense que la loi sur l’aquaculture et la ferme
volonté du Canada pour améliorer la situation sont nécessaires
afin d’obtenir des investissements importants.
When you are building processing plants, Clare, what is the
cost of one new site?
Concernant la construction de nouvelles usines de
transformation, quel est le coût d’un nouveau site, Clare?
Mr. Backman: The building of a site right now, after all that
application work is done, is around $1 million, and then feed to
run through to harvest.
M. Backman : Après tout le processus de demande, un site
coûte environ 1 million de dollars présentement. Il faut ensuite
tenir compte des coûts de l’alimentation avant de récolter le
poisson.
Ms. Salmon: So hatchery sites, all of this infrastructure, will
not come without some sense that there’s a commitment in
Canada that Canada wants this industry to grow and thrive. It
could be a stage growth that we could get some initial
improvements from some regulatory policy and program
reforms. For this industry to be competitive with other
countries, we have to have that kind of clarity and certainty
through an act.
Mme Salmon : Pour construire des écloseries et toute
l’infrastructure, il faut que le Canada indique d’une manière ou
d’une autre qu’il veut voir l’industrie prendre de l’expansion et
prospérer. La croissance pourrait se faire par étapes en
commençant par améliorer la politique réglementaire et par
réformer les programmes. Pour concurrencer les autres pays,
l’industrie a besoin d’une loi qui apporte de la clarté et de la
certitude.
Senator Hubley: In terms of capital investment, certainly there
are investors not within Canada who are investing in Canada.
There are opportunities there. I know, certainly from the province
that I come from, that foreign investment is something that can
make a great deal of difference. I would think that aquaculture, if
it can be as successful as we know it can be, could attract a lot
more of that foreign investment. Would you agree? Is that
something you promote, even looking at opportunities to have
foreign investment in the aquaculture industry?
La sénatrice Hubley : C’est clair que des étrangers investissent
au Canada et offrent des occasions à saisir. Dans ma province,
l’investissement étranger peut avoir une grande influence.
Si l’aquaculture connaît le succès prévu, elle va attirer beaucoup
d’investissement étranger, n’est-ce pas? Faites-vous la promotion
de l’industrie aquacole auprès des investisseurs étrangers?
Ms. Salmon: I’ll make a comment and then you can add, Clare.
Mme Salmon : Je vais faire un commentaire, puis Clare pourra
apporter des précisions.
There will be interest in Canada if the climate for investment is
attractive. For example, in B.C. now, where they have yearly
licences for an animal that takes two years to grow, it doesn’t give
you that sense of comfort and security that this is a good place to
invest. But if that environment were shifted and there was a clear
affirmation from the federal government that this is an industry
that needs to go forward and needs support and promotion, then
I think you will see that kind of investment interest, and we would
welcome that as well.
Les investisseurs vont s’intéresser au Canada si le climat est
propice. En Colombie-Britannique, il faut des années avant
d’obtenir les permis nécessaires pour élever des poissons qui ont
besoin de deux ans avant d’arriver à maturité. Ce n’est pas un
climat favorable et rassurant en matière d’investissement. Mais je
pense que, si ce climat changeait et que le fédéral indiquait
clairement que l’industrie a besoin de soutien et de promotion, les
investisseurs s’intéresseraient à notre industrie. Nous espérons
que le gouvernement prendra des mesures.
Mr. Backman: As Ruth mentioned in her presentation, of the
available investment annually around the world, a small
proportion of that is coming to Canada. You are quite right,
Senator Hubley; we would like to attract a larger proportion of
that investment. We would also like to see Canadians invest in
Canadian aquaculture.
M. Backman : Comme Ruth l’a dit dans son exposé, une faible
proportion des capitaux disponibles chaque année dans le monde
sont investis au Canada. Vous avez tout à fait raison, madame la
sénatrice Hubley. Nous voulons attirer davantage
d’investissements. Nous aimerions aussi que les Canadiens
investissent dans l’aquaculture au Canada.
29-4-2014
Pêches et océans
7:15
As I mentioned in my presentation, we spent the last 10 years
setting the groundwork with good regulation and with good,
sustainable operations, so the stage is set for that growth to occur
now. The inclusion of an aquaculture act will move us into a
modern appreciation of what aquaculture in Canada can do
competitively on the international stage.
Ces 10 dernières années, la bonne réglementation et les
pratiques saines et durables ont créé les conditions nécessaires à
la croissance. Une loi sur l’aquaculture permettrait de savoir ce
que l’aquaculture au Canada peut faire de nos jours, en matière de
concurrence à l’échelle internationale.
Senator Wells: Again, welcome back, Ms. Salmon and
Mr. Backman.
Le sénateur Wells : Je vous souhaite de nouveau la bienvenue,
madame Salmon et monsieur Backman.
We would like the government to be enablers of industry, as
we’ve seen in other industries, with updated legislation, improved
regulations and supportive policies. Some of the more recent and
notable ones include the changes to the Canadian Environmental
Assessment Act — CEAA 2012 we refer to it as — and the
establishment of the Major Projects Management Office, the
MPMO, in 2007. With that, there is streamlining of regulations
and reduction of red tape. It provided for a one-stop portal in
many instances and it resulted — certainly for CEAA 2012 — in
one project, one assessment. I think that would have benefits to
the aquaculture industry as well.
Nous voulons que le gouvernement améliore la loi et la
réglementation et adopte des politiques pour soutenir votre
industrie, comme il l’a fait avec d’autres. La Loi canadienne sur
l’évaluation environnementale, la LCEE, a notamment été
modifiée en 2012. Le Bureau de gestion des grands projets a été
mis sur pied en 2007. La réglementation a été rationalisée, et le
fardeau administratif réduit. Bien des secteurs ont accès à un
guichet unique. La LCEE de 2012 permet de réaliser une
évaluation par projet. Je pense que l’industrie aquacole
profiterait également de telles mesures.
My question is: In what way would you see standalone federal
aquaculture legislation alongside those watershed pieces of
legislation that could enable the aquaculture industry?
Comment une loi fédérale distincte sur l’aquaculture pourraitelle aider votre industrie, en plus des textes sur les bassins
hydrographiques?
Ms. Salmon: Senator, everything that you mentioned in terms
of what was offered as enabling, we see the same opportunities for
aquaculture. Instead of having a fractured opportunity for
applications, there’s one-stop shopping. If there’s an agreement
between the federal government and the provinces to decide who
does what, that sounds very simple, but in fact right now there is
confusion, even amongst governments, in terms of who does
what, when. So this would provide an opportunity for that
discussion to happen, not only who does what, but maybe there’s
something that doesn’t need to be done or that’s being done twice.
This provides the forum to do that.
Mme Salmon : Monsieur le sénateur, le même genre de mesures
que toutes celles dont vous avez parlé pourrait aider l’industrie de
l’aquaculture. Nous avons besoin d’un guichet unique pour toutes
les demandes, au lieu d’un processus fragmenté. Ce serait très
simple en principe que le fédéral et les provinces s’entendent sur
les responsabilités et sur les délais, mais il y a beaucoup de
confusion présentement, même au sein des gouvernements. Il
faudrait discuter des rôles à jouer, mais aussi des processus
inutiles ou des chevauchements. Une telle loi permettrait de
discuter de ces questions.
I see that everything you have mentioned in terms of
streamlining and reducing red tape can be a function of
developing effective legislation. We’re not talking about starting
from the ground and working up. We’re talking about umbrella
legislation that can do important things like setting the tone, the
commitment, defining it, how it is going to operate, roles and
responsibilities. All of that hasn’t been done, and this would
provide that opportunity for enabling.
Toutes les mesures que vous avez mentionnées pour
rationaliser et réduire la paperasserie peuvent aider à élaborer
une loi efficace. Nous ne demandons pas de partir de zéro, mais
d’adopter une loi-cadre pour donner le ton, prendre un
engagement concret et établir le fonctionnement ainsi que les
rôles et responsabilités. Toutes ces questions sont importantes.
Rien de tout cela n’a été réalisé. Une telle loi aiderait notre
industrie.
Senator Wells: Mr. Backman, from an operator’s point of
view?
Le sénateur Wells : Et du point de vue d’un exploitant,
monsieur Backman?
Mr. Backman: From an operator’s point of view, it brings up
many of the concerns we operate under, under a mosaic of
regulations, which in some cases are in conflict or duplicating
each other. To see those streamlined and made more efficient will
recognize the rise of aquaculture and be specifically addressed by
writ legislation in Canada, rather than being an afterthought.
M. Backman : Cela témoigne des nombreuses préoccupations
des exploitants qui doivent composer avec cette réglementation
disparate qui est parfois contradictoire ou redondante. En
rationalisant ces règlements pour les rendre plus efficients, on
reconnaîtra que l’essor de l’aquaculture au Canada exige un cadre
législatif en bonne et due forme pour qu’on cesse d’en faire une
considération secondaire.
It will bring aquaculture into a forefront position of being one
of the major food production areas in Canada, and rightly so.
On donnera ainsi à l’aquaculture la place qui lui revient parmi
les principaux secteurs de production alimentaire au Canada.
7:16
Fisheries and Oceans
29-4-2014
Senator Stewart Olsen: We asked you what you would like to
see in a piece of legislation, so I am pleased to see you have come
back and helped us along with some ideas.
La sénatrice Stewart Olsen : Je me réjouis de vous voir revenir
devant nous pour nous proposer quelques solutions quant au
contenu d’une éventuelle loi en la matière, comme nous vous
l’avions demandé.
I have a few questions, and one of them you answered about
the cost of a new site setup, roughly $1 million, and then ongoing
costs until the harvest, which was something like two years. It is
quite daunting for people.
Vous avez déjà répondu à l’une de mes questions qui
concernaient le coût des nouvelles installations. Vous avez parlé
d’environ un million de dollars, sans compter les coûts
permanents à assumer jusqu’à la première récolte, soit pendant
environ deux ans. Ce sont des sommes qui peuvent faire peur à
bien des gens.
When I discussed my trip out West, I got a lot of interest from
smaller communities who would be interested, but they haven’t
got the wherewithal or know where to go to get funding or to
interest someone. Is there something your organization does that
would assist small communities or small setups? The mom-andpop closed containment was the one that I saw a lot of application
for. Is there some way you can assist with where to go and how to
proceed?
Lors de mon voyage dans l’Ouest, j’ai constaté que c’est un
secteur qui pourrait intéresser bien des petites localités, mais
celles-ci n’ont pas le savoir-faire requis ou ne savent pas où
s’adresser pour obtenir du financement ou intéresser des
partenaires. Est-ce que votre organisation fait quoi que ce soit
pour venir en aide aux petites collectivités ou aux petits
entrepreneurs dans cette situation? Il semblait y avoir beaucoup
d’intérêt pour les petites exploitations familiales en parcs clos.
Est-il possible pour vous de guider ces gens-là en leur indiquant la
marche à suivre?
Mr. Backman: In British Columbia, where I’m from, it is the
easiest to speak on. The association welcomes inquiries from
people who are looking to learn or to make investment, and the
association can put them in touch with the various large and small
operators. As you mentioned, the closed system operators, too,
there’s a lot of interest right now in tank farming. It is a very
expensive proposition, especially on the front end, to build and
operate.
M. Backman : Je peux vous parler plus facilement de la
situation en Colombie-Britannique, ma province. Notre
association accueille avec plaisir les demandes de
renseignements des gens qui souhaitent en apprendre davantage
ou investir; nous pouvons les mettre en contact avec des
exploitants de différentes tailles. Comme vous l’avez indiqué, il
y a beaucoup d’intérêt actuellement pour l’exploitation en parcs
clos. Il s’agit d’une forme d’élevage qui exige des investissements
considérables, surtout au départ, pour la construction des
installations et leur fonctionnement.
My comment on the 1 million was for the construction of a net
cage operation. That doesn’t recognize, as I mentioned, the feed
and the labour, which at the current level of operation,
600,000 odd fish, is another $2 million to run it through; so it is
a total of three. You also have to buy your hatchery fish from
somewhere as well.
Lorsque je parlais d’un million de dollars, c’était pour la mise
en place d’une installation d’élevage utilisant des cages de filets.
Comme je l’ai souligné, il faut ajouter à cela le coût de
l’alimentation et de la main-d’œuvre ce qui, au niveau de
fonctionnement actuel d’environ 600 000 poissons, entraîne des
déboursés additionnels de 2 millions de dollars. Il faut en outre
s’approvisionner en alevins.
It is an expensive operation to start out in, but the companies
have matured to the point where, for example, Marine Harvest is
a publicly owned company and you can invest in it. Anyone can
invest it at any time through buying the shares.
C’est très coûteux à démarrer, mais les entreprises du secteur se
sont développées tant et si bien que, à titre d’exemple, Marine
Harvest est désormais une société ouverte à grand nombre
d’actionnaires dans laquelle vous pouvez investir. N’importe qui
peut y investir en tout temps en achetant des actions.
To get in on your own, people can do that at a smaller level,
and if they get in touch with the Salmon Farmers Association, we
would be happy to help them out with information.
Il est possible de le faire à petite échelle et nous nous faisons un
plaisir de renseigner les gens qui communiquent avec notre
association d’éleveurs de saumons.
Ms. Salmon: When there is going to be an environment for
growth, we can play a stronger role in putting partners together.
If a community is interested, we know who to put them in touch
with that might want to expand into that area.
Mme Salmon : Lorsque le contexte sera plus propice à la
croissance, nous pourrons intervenir de façon plus soutenue pour
établir des partenariats. Si une collectivité est intéressée, nous
pouvons l’aiguiller vers une entreprise qui souhaite prendre de
l’expansion dans ce secteur.
29-4-2014
Pêches et océans
7:17
Shellfish aquaculture is much less capital-intensive, and there
are opportunities there if that area is conducive for shellfish
farming.
Comme l’aquaculture des mollusques et des crustacés exige
beaucoup moins d’investissement, il y a certaines possibilités dans
les secteurs qui se prêtent à ce type d’élevage.
The role of our associations is to give communities that kind of
ground information. We also have access and can point them in
the right direction for training programs that might be
appropriate if they’re starting up. An association is a good
place to start to put partners together.
C’est donc un peu le rôle que nous pouvons jouer en
fournissant ces renseignements généraux aux collectivités
intéressées. Nous avons aussi accès à des programmes de
formation et pouvons les orienter quant à celle qui leur
convient pour le démarrage d’une exploitation. Toute
association peut donc être un bon point de départ pour
l’établissement de partenariats.
Senator Stewart Olsen: That is very helpful.
La sénatrice Stewart Olsen : Voilà qui est très utile.
One of the farms that we visited in B.C. mentioned that they
don’t pay minimum wage; they pay quite well to keep their
workers, which is where we should be aiming for jobs like that.
Does the association play any role in wage setting? I know that’s
difficult, but is there some oversight?
L’un des exploitants que nous avons visités en ColombieBritannique nous a indiqué qu’il ne payait pas ses employés au
salaire minimum; il leur offrait une rémunération beaucoup plus
élevée pour les conserver à son service, et c’est exactement le genre
d’emplois que nous voulons voir créer. Est-ce que votre
association joue un rôle quelconque dans l’établissement de la
rémunération? Je sais que c’est difficile de le faire directement,
mais exercez-vous une forme de surveillance?
Mr. Backman: Marine Harvest that I work for is a good
example. In order to attract the best and brightest, you have to
pay a good wage. It is a year-round, living wage. The last time we
did an analysis, it averaged around $17 to $18 an hour. It is just a
function of where you are working and the cost of living on the
coast of British Columbia, or the coast of Canada.
M. Backman : L’entreprise pour laquelle je travaille, Marine
Harvest, est un bon exemple. Pour attirer les meilleurs
travailleurs, il faut offrir de bons salaires qui permettent
d’assurer un niveau de vie décent à l’année longue. Notre
dernière analyse a révélé un salaire horaire d’au moins 17 ou
18 $. Tout dépend de l’endroit où vous travaillez et du coût de la
vie dans la région, que ce soit en Colombie-Britannique ou ailleurs
au Canada.
In terms of setting that living wage, it comes through a variety
of processes. I mentioned attracting the best and brightest. Our
processing plant in Port Hardy is a union-operated facility so
there’s a negotiation that occurs on a regular basis. It reflects the
modern reality of aquaculture, especially in Canada. It is far more
than a minimum wage job.
Pour ce qui est de fixer ce salaire suffisant, il y a différentes
façons de le faire. J’ai dit qu’il fallait attirer les meilleurs éléments
possible. Notre usine de transformation de Port Hardy est
syndiquée, ce qui fait qu’il y a une négociation collective à
intervalles réguliers. C’est un peu la réalité moderne de
l’aquaculture, surtout au Canada. On est bien loin des emplois
au salaire minimum.
Senator Poirier: Thank you for your presentation. It is clear
that your organization is in favour of a national aquaculture act
in order to streamline and simplify the current process.
La sénatrice Poirier : Merci pour vos exposés. Il en ressort
clairement que votre organisation préconise l’adoption d’une loi
nationale régissant l’aquaculture afin de rationaliser et de
simplifier le processus actuel.
We know that in other jurisdictions — you talked about it a
while ago — Norway, which is 2005, and Scotland was in 2013,
and the United States as far back as 1980. Do you have data to
see if the effects were as positive for them as you hope or claim
they will be for us if there was an act in place?
Vous nous avez indiqué que d’autres pays l’ont déjà fait : la
Norvège en 2005, l’Écosse en 2013, et les États-Unis dès 1980.
Avez-vous des données démontrant que l’adoption de ces lois a eu
des effets aussi positifs que ceux que vous espérez ou anticipez
pour nous en pareille situation?
Ms. Salmon: That’s part of the work we are going to do over
the next year. As I mentioned, we did a first scan, and we will be
talking to our colleagues to get a sense of what their environment
was before they moved into national legislation so that it is a good
comparison. We will probably get a bit more detail and be able to
answer this question probably in six months from now.
Mme Salmon : Cela fait partie du travail que l’on prévoit faire
au cours de la prochaine année. Comme je l’indiquais, nous avons
procédé à un premier relevé et nous allons discuter avec nos
homologues pour essayer de voir quel était le contexte avec lequel
ils devaient composer avant l’adoption de leur loi nationale pour
nous assurer que la comparaison est valable. D’ici environ six
mois, nous serons sans doute mieux en mesure de répondre à cette
question à la lumière des informations que nous aurons
recueillies.
7:18
Fisheries and Oceans
29-4-2014
When we look at the differences between Canada and the other
countries, we all operate in a fairly similar environment in terms
of having some of the same critics of our industry. Some people
say Canada is not moving ahead because there’s controversy. In
fact, there is controversy in every country. When you look at the
differences between us and our competitors, it comes down to our
regulatory framework and legislation.
Si l’on veut établir une comparaison entre le Canada et les
autres pays, il faut avouer que l’environnement dans lequel nous
évoluons est assez semblable, car notre industrie a un peu les
mêmes détracteurs partout dans le monde. Certains soutiennent
que le Canada ne va pas de l’avant en raison de la controverse. On
peut toutefois noter une controverse semblable dans tous les pays.
Pour trouver les différences entre nous et nos concurrents, il faut
chercher du côté du cadre réglementaire et de la loi.
Some of the countries had a sound regulatory framework even
before they moved into an aquaculture act, so the discussion
would have to be a little broader than just an act. What was it like
prior to an act? We will try to tease out that information.
Comme certains pays avaient un cadre réglementaire tout à fait
valable même avant d’adopter une loi sur l’aquaculture, la portée
des discussions ne doit pas se limiter à la loi. Il faut savoir quelle
était la situation avant son adoption. C’est ce que nous allons
chercher à déterminer.
From our perspective, there are so many other similarities.
Clare’s company works in other jurisdictions, and many other
companies do as well. They have firsthand knowledge of how it is
different in other countries. We will try and tease that out so that
I will be able to come back to you with that data.
Il y a beaucoup d’autres similarités à notre point de vue.
Comme bien d’autres, l’entreprise de Clare est également active à
l’étranger. Ces entreprises sont bien au fait des différences d’un
pays à l’autre. Nous allons nous efforcer d’en savoir plus long
pour pouvoir vous fournir une réponse plus détaillée.
At this point, we have a sense of it, but talking to people
working in those other jurisdictions will be helpful to give you a
picture.
Nous avons déjà une petite idée de la situation, mais en parlant
aux gens qui sont actifs à l’étranger, nous pourrons mieux vous
brosser un tableau plus complet.
Senator Poirier: When we’re talking about the other countries,
do they consider it as farming also?
La sénatrice Poirier : Est-ce que les autres pays considèrent
également qu’il s’agit d’élevage?
Ms. Salmon: Absolutely. It’s a common UN definition. When
you look at the actual act, it all refers to aquaculture in the same
frame of mind in terms of the FAO description of farming.
Mme Salmon : Tout à fait. C’est la définition couramment
utilisée par les Nations Unies. Les références à l’aquaculture dans
la loi elle-même s’inscrivent dans le même état d’esprit que la
description de la notion d’élevage par l’OAA.
Senator Poirier: In your presentation on page 9 there was the
slide on the tangible benefits of strategy. You say the achievement
of real results on our national strategy ‘‘could lead to’’ and you’re
using those words. These projections were not based on those of
other countries because you don’t have that data at this point; is
that right?
La sénatrice Poirier : À la page 9 de votre présentation, il y a
une diapositive présentant les avantages concrets de la stratégie.
On y indique textuellement que l’atteinte des résultats réels de
notre stratégie nationale « pourrait se traduire par » et ainsi de
suite. Ces projections ne sont pas fondées sur les résultats obtenus
par d’autres pays, car vous n’avez toujours pas de données à ce
sujet, n’est-ce pas?
Ms. Salmon: We do actually know the growth. I was thinking
more specifically about how they felt about their aquaculture act
in terms of positive benefits and negatives. That’s what we need to
tease out, but we do know the growth rate in other countries. The
kind of growth rate we’re talking about here is very small and
measured. Norway, for example, is eight times as large as us and
growing at a much faster rate.
Mme Salmon : En fait, nous avons des données sur la
croissance. Je parlais plutôt des perceptions de ces pays quant
aux avantages et aux inconvénients de leur loi sur l’aquaculture.
C’est ce qui nous intéresse surtout, car nous sommes au fait des
taux de croissance ailleurs dans le monde. Au Canada, la
croissance se fait plutôt à un rythme lent et régulier. En
Norvège, par exemple, l’industrie est d’une taille huit fois
supérieure à la nôtre et sa croissance est beaucoup plus rapide.
We do not necessarily want to take that model and apply it to
Canada. We think it’s important that growth be measured. You
need to do the marketing as you grow. What we’re talking about
here is doubling within 10 years, which is not huge growth
compared to other countries.
Nous ne souhaitons pas nécessairement prendre ce modèle et
l’appliquer au Canada. Nous estimons important que la
croissance soit progressive et mesurée. Nous devons développer
la mise en marché parallèlement à la croissance. Nous visons ici à
doubler la production en l’espace de 10 ans, ce qui n’est pas une
croissance énorme comparativement à ce qui se fait ailleurs dans
le monde.
29-4-2014
Pêches et océans
Senator Poirier: Within 10 years you’re looking at plus 18,000
jobs as a potential possibility. I’m assuming some of these jobs are
also in the farm processing plants, if we’re going to use the word
‘‘farming.’’
Ms. Salmon: Right.
7:19
La sénatrice Poirier : Vous voudriez créer 18 000 nouveaux
emplois en 10 ans. Je présume que certains de ces emplois seraient
offerts dans des usines de transformation, à la sortie de vos
activités d’élevage.
Mme Salmon : Tout à fait.
Senator Poirier: Have you done any analysis to see what
impact that will have on manpower? Is the manpower available
here in Canada specifically if you consider the average age of the
population in a lot of the communities in Canada? I’m saying that
because with the fish plants in my own region some of the people
working there are getting into their fifties and working in the cold
is getting harder. The younger generation is little bit more
educated than people were in the past, so that’s not the type of
jobs they’re looking for and the wages seem to be staying at the
level of minimum wage.
La sénatrice Poirier : Avez-vous essayé de voir quelles seraient
les répercussions en matière de main-d’œuvre? Auriez-vous accès
à suffisamment de travailleurs au Canada, surtout si on considère
l’âge moyen de la population dans bon nombre de collectivités? Je
peux vous dire à ce sujet que certains employés des usines de
transformation du poisson de ma région sont dans la
cinquantaine et trouvent de plus en plus difficile d’avoir à
travailler dans le froid. Ces emplois n’intéressent pas
nécessairement les jeunes de la nouvelle génération qui sont un
peu plus instruits que leurs aînés, et la rémunération semble
stagner au niveau du salaire minimum.
Do you foresee that we could have a manpower issue in the
future to supply the jobs that are going to be needed in these
places? Is this something that they’re dealing with in other
countries too, or is that something unique to Canada with the
aging population?
Entrevoyez-vous une pénurie de main-d’œuvre pour combler
les postes qui seront offerts dans ces exploitations? Est-ce un
problème avec lequel les autres pays doivent composer également,
ou est-ce particulier au Canada en raison du vieillissement de
notre population?
Ms. Salmon: That’s a good question, and even now we’re
seeing that human resources is a key issue, including attraction
and retention. That’s one of the reasons why Marine Harvest and
other companies are paying well to attract people to some of these
remote communities. It’s a great year-round job, but it’s unique
and has its own challenges. Attraction and retention of staff is an
issue. I think if we get the kind of support for measured growth
that we’re looking for, then that HR plan needs to be layered on
top of that, as does the marketing. There are a number of issues
you need to take into consideration. Certainly human resources
— attraction and retention — is a key one for sure.
Mme Salmon : C’est une bonne question, et nous constatons
déjà que les ressources humaines constituent un enjeu clé, en ce
sens qu’il faut pouvoir attirer des travailleurs et les maintenir dans
l’industrie. C’est ce qui explique notamment les salaires élevés
versés par Marine Harvest et d’autres entreprises pour attirer des
travailleurs dans certaines collectivités éloignées. Il s’agit
d’excellents emplois à temps plein, mais ils présentent des
caractéristiques et des défis bien particuliers. Le recrutement et
le maintien des effectifs ne sont donc pas chose facile. Si nous
obtenons le soutien nécessaire à la croissance progressive que
nous visons, il nous faudra assortir le tout d’un bon plan en
matière de ressources humaines, en plus d’une stratégie de mise en
marché. Il y a différents aspects à prendre en considération. La
question des ressources humaines en fait assurément partie,
notamment pour ce qui est du recrutement et du maintien en
poste.
Mr. Backman: The process of attracting qualified and goodquality working folks into the industry is going through a
transitional time. A lot of the people who started out in the
industry, like me, 25 years ago, are getting to an age where they
need to be replaced by other folks. That’s true of a lot of people
you mentioned, with the average age being in their fifties.
M. Backman : L’industrie vit actuellement une période de
transition dans ses efforts pour attirer des travailleurs qualifiés.
Une grande partie de ceux qui, comme moi, ont débuté dans
l’industrie il y a 25 ans arrivent à un âge où on doit songer à les
remplacer. Avec un âge moyen se situant dans la cinquantaine,
c’est un peu la même situation que pour tous ces travailleurs dont
vous parliez.
Nonetheless, we have an ongoing success in attracting new and
younger folks. Although we are located in British Columbia, we
do sometimes conduct job fairs on the East Coast and we get
good interest from folks out here as well.
Nous parvenons néanmoins à recruter sans cesse de nouveaux
travailleurs plus jeunes. Même si nos installations sont en
Colombie-Britannique, il nous arrive de tenir des salons de
l’emploi sur la côte Est du pays où nous trouvons également des
candidats qui s’intéressent à notre industrie.
To address the issue in British Columbia, we’re actually
partnering with a couple of universities to start training programs
and to reintegrate the thinking into the younger group of people
Dans le but d’améliorer les choses en Colombie-Britannique,
nous travaillons en partenariat avec certaines universités en vue
d’entreprendre des programmes de formation et d’amener les
7:20
Fisheries and Oceans
29-4-2014
who are going into post-secondary education and technical level
training. We have a program of internal training courses going on
as well.
jeunes qui amorcent des études postsecondaires ou une formation
technique à envisager une carrière dans notre secteur. Nous avons
également un programme de cours à l’interne.
People are finding that they’re looking for opportunities to stay
on the coast rather than to move into the inland provinces or
other places where jobs may exist. I think we’re just going through
a transitional stage right now. It is a bit of a challenge at this point
to fill all the positions but we are meeting that, as I say, by
broadening our look for folks and by working with the
educational institutions.
Certains se rendent compte qu’il leur est possible de trouver de
l’emploi sur la côte Ouest, plutôt que de devoir déménager pour ce
faire dans les provinces intérieures ou ailleurs. Je pense que nous
vivons simplement une étape de transition. Il est un peu difficile à
ce moment-ci de combler tous les postes, mais nous mettons tout
en œuvre pour y arriver en ratissant plus large dans notre
recherche de main-d’œuvre et en collaborant avec les
établissements d’enseignement.
Senator Enverga: As I can see from your $2.1 billion industry,
somehow it looks like it’s really big already but there’s still some
stagnation. What’s happening to the profit? Why is it not being
invested back into the aquaculture industry?
Le sénateur Enverga : Votre industrie de 2,1 milliards de dollars
m’apparaît déjà assez développée, mais j’ai l’impression qu’il y a
une certaine stagnation. Que fait-on avec les bénéfices? Pourquoi
ne sont-ils pas réinvestis dans l’industrie aquacole?
Mr. Backman: I think the larger companies that have
operations in other areas, what happens sometimes at the end
of a profitable year is they are looking at where that investment
can go that will have a good return. For the last few years it hasn’t
been into British Columbia or Canada, it’s been to other places
where there is the potential for more growth and more return on
that investment. That’s why we want to turn that around here.
M. Backman : À la fin d’une année où elles ont réalisé des
bénéfices, les grandes entreprises ayant des installations dans
différents pays vont cibler leur réinvestissement en fonction des
meilleures possibilités de rendement. Ainsi, la ColombieBritannique et le Canada ont été laissés pour compte au cours
des dernières années alors qu’on a préféré réinvestir dans des
endroits ayant un meilleur potentiel de croissance et de
rendement. Nous voudrions donc renverser la vapeur.
We have profitable businesses growing salmon and other
species, and we want those who make reinvestment decisions to
see the opportunity for growth and the development of regulation
that promotes streamlining and efficiency within government
regulation. We want to see that they’re returning that profit into
growth in British Columbia.
Nous avons des entreprises rentables qui font notamment
l’élevage du saumon, et nous voudrions que ceux qui prennent ces
décisions de réinvestissement constatent nos possibilités de
croissance, notamment à la faveur d’une réglementation
gouvernementale rationalisée et plus efficiente. Nous
souhaiterions que les bénéfices réalisés soient réinvestis dans la
croissance en Colombie-Britannique.
Ms. Salmon: We have Canadian companies that are also not
investing more money into Canada but are investing in operations
outside. Yes, there is profitability but then the decision making
has to include the best place to invest. Without that kind of
certainty and clarity in Canada, it isn’t here.
Mme Salmon : Il y a des entreprises canadiennes qui
n’investissent pas davantage chez nous, mais qui le font dans
leurs installations à l’étranger. Il y a bien sûr la question de la
rentabilité, mais la décision doit être prise en fonction du meilleur
endroit pour investir. Et ce ne sera pas le Canada tant que nous
n’aurons pas une réglementation offrant toute la certitude et la
clarté voulues.
Senator Enverga: Are you saying that our government is
hindering the expansion of aquaculture in Canada?
Le sénateur Enverga : Êtes-vous en train de dire que notre
gouvernement freine l’expansion de l’industrie aquacole au
Canada?
Ms. Salmon: There are a number of things. We are working on
regulatory reform, but there are many regulatory issues that have
made it confusing and difficult to do business and costly to do
business. Then layered on top of that, without national legislation
to guide industry and set a vision, to define it, to give it some
clarity, you don’t want to invest your dollars into something that
is unsure. Why would you do that in an environment that’s going
to cost you a lot but it’s not growing, when you could invest
somewhere else where it is growing, and they have legislation to
support and promote and enable the industry? We don’t have that
here.
Mme Salmon : Il y a différents facteurs. Nous travaillons à une
réforme réglementaire, car il règne à ce chapitre une certaine
confusion qui fait en sorte qu’il est difficile et coûteux de faire des
affaires au Canada. Si l’on ajoute à cela l’absence d’une loi
nationale permettant d’établir une vision et de guider l’industrie
en définissant les choses pour qu’elles soient plus claires, on
comprend que les entreprises ne souhaitent pas investir dans un
climat aussi incertain. Pourquoi voudriez-vous le faire dans un
environnement qui vous coûtera plus cher sans toutefois offrir les
mêmes perspectives de croissance, alors que vous pouvez investir
dans un autre pays ayant adopté une loi pour appuyer l’industrie
et promouvoir sa croissance? Nous ne pouvons pas offrir cela aux
investisseurs.
29-4-2014
Pêches et océans
7:21
Senator Enverga: There is a framework already. We have
aquaculture here, making money. Why can’t we make another
fish pen in the same area? Is there a regulation that says you can’t
do that or that you can’t expand? Is there something specific that
stops our aquaculture industry from making any progress on
expansion?
Le sénateur Enverga : Il y a déjà un cadre en place. Nous avons
une industrie aquacole qui réalise des bénéfices. Pourquoi ne
pourrait-on pas ajouter d’autres parcs dans les mêmes
emplacements? Y a-t-il un règlement qui vous empêche de le
faire ou qui limite votre développement? Y a-t-il quelque chose en
particulier qui empêche notre industrie aquacole de se
développer?
Ms. Salmon: It’s been very difficult to expand this industry.
There’s been a moratorium in British Columbia, and on the East
Coast it’s been very difficult to get new sites. Some have been
waiting for years for a simple amendment to get approved.
They’re not just talking about a new site, but a simple
amendment.
Mme Salmon : Le développement de l’industrie s’est heurté à
bien des embûches. Il y a eu un moratoire en ColombieBritannique, et il a été difficile d’avoir accès à de nouveaux sites
sur la côte Est. Certains ont dû attendre pendant des années pour
qu’une simple modification soit approuvée. Il n’est même pas
question d’un nouvel emplacement, mais bien d’une simple
modification.
I will give you another example. We have a feed company that
has put in an application for a novel feed ingredient that is
approved in every other salmon farming jurisdiction in the world.
It has been two and a half years and that application is still sitting
in the system in Canada. This is the kind of climate and
environment that makes it more attractive to invest that profit
elsewhere.
Je vais vous donner un autre exemple. Nous avons un
fournisseur d’aliments qui a demandé l’homologation d’un
ingrédient dont l’utilisation est approuvée dans tous les autres
pays du monde où on fait l’élevage du saumon. Deux ans et demi
se sont écoulés et sa demande est toujours en suspens dans le
système au Canada. C’est le genre de situation qui fait en sorte
qu’il devient plus intéressant d’investir ses bénéfices ailleurs.
Senator Enverga: Is it the regulation that is stopping us or is it
some environmental concern? What are the major aspects that are
stopping how regulators make more expansion in the Canadian
environment?
Le sénateur Enverga : Est-ce la réglementation qui fait obstacle
à notre industrie ou est-ce le fait de préoccupations
environnementales? Quels sont les principaux éléments qui
empêchent nos instances réglementaires de donner le feu vert à
un développement plus poussé de l’industrie au Canada?
Mr. Backman: If I look at the experience on the West Coast of
Canada, the industry began in earnest in the mid-1980s, so today
is almost 30 years later. Almost half that time in British Columbia
basically we have been unable to grow the industry because there
has been kind of a moratorium: either a formal or informal one.
That has sent a message to the investment community that maybe
Canada isn’t such a great place to invest for further growth.
M. Backman : Sur la côte Ouest du Canada, l’industrie a vu le
jour au milieu des années 1980, soit il y a près de 30 ans. Pendant
près de la moitié de cette période, la croissance de l’industrie a été
bloquée en Colombie-Britannique en raison de l’imposition de
moratoires, sous une forme ou une autre. L’industrie en est ainsi
venue à se dire que le Canada n’était peut-être pas nécessairement
le meilleur endroit pour investir en vue d’une croissance future.
There is no moratorium in place today on either coast; it’s
about having more efficient regulation and the opportunity to
build on this foundation of all the good regulations that have
been developed in response to the moratoria and reviews and
move forward and grow this industry at a sustainable pace and at
a moderate level that works on a social and environmental level,
but grow it.
Il n’y a actuellement aucun moratoire au Canada. Il s’agit pour
nous essentiellement d’adopter une réglementation plus efficiente
et de miser sur toutes ces mesures efficaces qui ont été mises en
place en réponse aux moratoires et aux études, de manière à aller
de l’avant en assurant la croissance de l’industrie à un rythme
viable et progressif qui tient compte des aspects sociaux et
environnementaux. L’important c’est de croître.
Senator Enverga: Talking about regulations, I read somewhere
that there is a Norwegian vaccine for salmon that is approved in
Canada but not in the European environment. Would you say
we’re more open to the aquaculture industry?
Le sénateur Enverga : Parlant réglementation, j’ai lu quelque
part qu’un vaccin norvégien pour le saumon est homologué au
Canada, mais pas en Europe. Diriez-vous que notre industrie
aquacole est plus ouverte à ce chapitre?
Mr. Backman: Our experience in Canada has been that we are
limited in the number of things like vaccines, limited in the
number of things like therapeutants that we can use to treat our
fish when they need health treatment. That is because the volume
of production here has been small and hasn’t been enough to
support the kind of research and fundamental work that has to be
done to support the licensing of some of these products.
M. Backman : Au Canada, nous devons composer avec des
restrictions notamment pour ce qui est des vaccins et des agents
thérapeutiques que nous pouvons utiliser pour traiter nos
poissons qui ont besoin de soins. C’est parce que notre volume
de production insuffisant ne nous permet pas d’effectuer les
recherches et le travail fondamental requis pour appuyer
l’homologation de certains de ces produits.
7:22
Fisheries and Oceans
29-4-2014
In truth, places like Norway have access to a lot more modern
kinds of therapeutants for their animal health than we do in
Canada. With a larger production base we would have the ability
to attract more of that kind of investment as well.
Pour tout dire, des pays comme la Norvège ont accès à des
agents thérapeutiques beaucoup plus modernes pour la santé de
leurs animaux. Avec une base de production plus large, nous
pourrions également attirer plus d’investissements en la matière.
Senator Enverga: Except for the vaccine, everything is still
closed here in Canada? There are more regulatory issues here in
Canada except for the vaccine?
Le sénateur Enverga : Sauf pour ce vaccin dont je parlais, tout
est encore bloqué au Canada? Il y a davantage de problèmes
réglementaires, si l’on fait exception de ce vaccin?
Mr. Backman: Yes.
M. Backman : Oui.
Senator Munson: I would like to explore that moratorium
business. This is a moratorium by the B.C. government?
Everybody’s being polite around this issue today. You’re using
rather polite language, but I sense a feeling of frustration that
nothing is moving very fast here. There is a moratorium in British
Columbia and, from my perspective, you’re painting a rather
bleak picture.
Le sénateur Munson : J’aimerais en savoir plus long à propos
de ce moratoire. S’agit-il d’un moratoire décrété par le
gouvernement de la Colombie-Britannique? Tout le monde
semble vouloir demeurer plutôt courtois à ce sujet. Vous vous
exprimez vous-même de façon courtoise, mais je perçois une
certaine frustration quant à la lenteur des choses. Il y a un
moratoire en Colombie-Britannique et j’ai l’impression que vous
brossez un tableau plutôt sombre de la situation.
With all this regulation and red tape and duplication, why
would anyone want to invest in aquaculture today? It sounds like
a big money operation.
Avec toute cette réglementation, cette bureaucratie et ces
dédoublements, pourquoi donc quelqu’un voudrait investir
aujourd’hui dans l’aquaculture? Tout cela me semble très coûteux.
Why is there a moratorium, just for the public to know and
understand it? I think I get it, but why is it happening?
Pour que les gens sachent bien de quoi il en retourne, pourriezvous nous dire pourquoi il y a un moratoire? Je pense connaître la
réponse, mais qu’est-ce qui se passe exactement?
Mr. Backman: As I said, there is no moratorium now, but there
has been a history of a series of moratoria through the provincial
government in British Columbia. Most recently, during the period
into the investigation into the Fraser River sockeye salmon for a
period of a couple of years, and then a couple of years after while
they considered what the Cohen Commission had learned, there
was a cessation of review of new applications.
M. Backman : Comme je le disais, il n’y a pas actuellement de
moratoire, mais il y en a eu toute une série de moratoires qui ont
été décrétés par le gouvernement de la Colombie-Britannique.
Plus récemment, pendant les quelques années qu’a duré l’enquête
sur le saumon sockeye du fleuve Fraser, et quelques années plus
tard lorsqu’on examinait les révélations de la Commission Cohen,
on a cessé de traiter les nouvelles demandes.
I was trying to point out that that’s been part of the reason why
Canada has been in this period of cessation of growth. We’ve had
a plateauing of growth.
J’essayais de faire valoir que c’est l’une des raisons qui explique
l’interruption de la croissance au Canada. Nous avons atteint un
certain plateau à ce chapitre.
Senator Munson: Should the federal government be offering
financial support to help people start up in this business under the
present environment that you have described?
Le sénateur Munson : Est-ce que le gouvernement fédéral
devrait offrir un soutien financier pour aider les gens à s’implanter
dans cette industrie dans le contexte que vous nous avez décrit?
Mr. Backman: From the perspective of the company that I
work for and the salmon growers on the West Coast, we’re not
asking for assistance in that regard. We’re just looking for the
opportunity to develop and create more opportunities, more
working opportunities and more investment in Canada. We’re not
looking for government to invest.
M. Backman : L’entreprise pour laquelle je travaille et les
éleveurs de saumon de la côte Ouest ne demandent pas d’aide à ce
niveau. Nous voulons simplement que l’on établisse les conditions
qui nous permettront de maximiser les débouchés et les
possibilités d’emploi et d’investissement au Canada. Nous ne
demandons pas au gouvernement d’investir directement.
However, that opportunity remains alive for people who would
like to enter the industry and are considering becoming involved.
There are certainly opportunities at different levels to create
financial supports, depending on the region.
C’est toutefois une aide qui pourrait être la bienvenue pour les
gens qui aimeraient s’implanter dans l’industrie. Selon la situation
dans chaque région, il y a certes possibilité d’établir des mesures
de soutien financier à différents niveaux.
Ms. Salmon: Once we have an industry of a certain size, one
that has the ability to grow, we’re going to see all kinds of spin-off
benefits and almost new industries that we don’t have now. Clare
can probably give better examples, but even in terms of
shipbuilding. There will be all kinds of things that will provide
Mme Salmon : Dès que nous pourrons compter sur une
industrie d’une certaine taille ayant des possibilités de
croissance, nous constaterons des retombées de toutes sortes,
notamment sous la forme d’industries nouvelles qui n’existent
pour ainsi dire pas aujourd’hui. Clare pourrait sans doute vous
29-4-2014
Pêches et océans
7:23
new opportunities, not necessarily just farming opportunities, to
support a growing industry. It’s that economy of scale where
we’re going to be involved in doing things we don’t do now.
donner de meilleurs exemples, mais on pourrait même penser à la
construction navale. Il y a tout un éventail de nouvelles
possibilités qui pourraient s’offrir, pas seulement dans le secteur
de l’élevage, mais pour appuyer une industrie en pleine croissance.
C’est là que des économies d’échelle deviendront possibles à la
faveur de différentes activités auxquelles nous ne nous livrons pas
actuellement.
Mr. Backman: What we’re missing in Canada, specifically on
the West Coast of Canada, are some of the spin-off industries that
grow when you’re in a growing region.
M. Backman : Ce qu’il nous manque au Canada, surtout sur la
côte Ouest, c’est la présence d’industries dérivées qui prospèrent
lorsqu’elles se trouvent dans une région en croissance.
Ruth mentioned shipbuilding. Yes, there are large what we call
live-haul vessels or vessels built to a large scale in order to move
fish around. We’re currently purchasing those from other
countries. There is myriad other smaller vessels too: work
boats, tenders, boats which provide freight services. They’re all
designed to work at a farm site, and again they are not being built
in Canada but they could be. There’s a whole industry there.
Ruth a mentionné la construction navale. Oui, il y a de larges
navires que nous appelons des navires à vivier, ou de très grands
navires pour déplacer le poisson. Nous achetons actuellement ces
bateaux d’autres pays. Il y a également une série d’autres petits
navires, notamment des navires de travail, des navires
d’entreposage et des navires qui fournissent des services de
transport des marchandises. Ils sont tous conçus pour naviguer
dans les installations aquacoles, et encore une fois, ils ne sont pas
construits au Canada, mais ils pourraient l’être. Il y a toute une
industrie de ce côté.
Things like the nets and the other equipment that are used, the
frames that are used, all of these things are currently brought
from other parts of the world. The industries haven’t set up in
Canada, but they could and they could produce those things here,
right in Canada.
Actuellement, les pièces d’équipement que nous utilisons,
notamment les filets, les cadres, et cetera, sont importées
d’autres régions du monde. Les industries qui les fabriquent ne
sont pas établies au Canada, mais elles le pourraient, et elles
pourraient produire ces choses ici, au pays.
Ms. Salmon: Offering new jobs and opportunities.
Mme Salmon : Ce qui créerait de nouveaux emplois et de
nouvelles occasions d’affaires.
Senator Munson: That’s fine and good, and that would be a
wonderful thing, but do you have people coming to you now,
major investors, saying, ‘‘Under the present environment, I don’t
want to take a chance’’?
Le sénateur Munson : C’est très bien, et ce serait formidable,
mais d’importants investisseurs viennent-ils vous voir maintenant
pour vous dire qu’en raison de la situation actuelle, ils ne veulent
pas prendre de risques?
Ms. Salmon: I know that many of my members will tell me —
and Clare can talk about Marine Harvest — that because they
invest globally, they’re sitting around a boardroom table with
their counterpart from Chile, their counterpart from Norway and
their counterpart from Scotland. When decisions are made in
terms of where the money goes, Canada is at the end of the list.
It’s that simple. If the environment was different, if the
opportunity for growth was there, if the certainty was there, the
money would flow. I know, in talking to some of the major CEOs,
they would like to invest more in Canada, no question.
Mme Salmon : Je sais qu’un grand nombre de mes membres me
diront — et Clare peut parler de Marine Harvest — qu’étant
donné qu’ils investissent à l’échelle mondiale, ils se retrouvent à la
table du conseil d’administration avec leurs homologues du Chili,
de la Norvège et de l’Écosse. Lorsque des décisions sont prises au
sujet des investissements, le Canada est à la fin de la liste. C’est
aussi simple que cela. Si le milieu était différent, si les occasions de
croissance existaient, si on offrait une certitude, l’argent serait
investi ici. J’ai parlé à certains des PDG des plus grandes
entreprises, et je sais qu’ils aimeraient investir davantage au
Canada, cela ne fait aucun doute.
Mr. Backman: Canada, in terms of the experience of growing
fish, it’s a good place to grow fish. It’s profitable to grow fish
here. To answer your question, there is a desire of these
companies, both large and small, to invest more here. They’re
just looking for those signals that it will become a good place for
it and return positively on the investment.
M. Backman : Le Canada est un très bon endroit pour
l’élevage du poisson. Cette activité est rentable ici. Pour
répondre à votre question, ces entreprises, les petites comme les
grandes, souhaitent investir davantage dans notre pays. Elles
attendent seulement un signal qui leur indiquera que le Canada
devient un bon endroit pour ce type d’activités et qu’elles
obtiendront un bon rendement sur leur investissement.
7:24
Fisheries and Oceans
29-4-2014
Ms. Salmon: We are in an enviable position to be so close to
one of the largest seafood markets in the world, where we can
produce such fresh fish that it can be in a restaurant in less than
48 or 72 hours. We are in a wonderful place to sustainably grow
this industry.
Mme Salmon : Nous sommes dans une position enviable, car
nous sommes très près de l’un des plus grands marchés de fruits de
mer au monde, et nous pouvons produire des poissons frais qui
peuvent se retrouver dans un restaurant en moins de 48 ou
72 heures. Nous sommes parfaitement situés pour faire croître
cette industrie de façon durable.
Senator Munson: The aquaculture industry works with
Aboriginal communities. We did see that work going on in
British Columbia, but we were given an example of how this
works so well in New Zealand with its Aboriginal community.
I’ve forgotten who we listened to in our hearings about how they
worked out a sharing plan and how they’re ahead of the curve in
New Zealand with their Aboriginal community and how well it is
working. It seemed to me that that was a great example of what
should be happening here.
Le sénateur Munson : L’industrie aquacole collabore avec les
collectivités autochtones. Nous avons pu le constater en
Colombie-Britannique, mais on nous a également donné
l’exemple de la Nouvelle-Zélande, où les choses vont très bien
avec la communauté autochtone. J’ai oublié qui nous l’a dit lors
d’une audience, mais on nous a parlé des efforts déployés là-bas
pour élaborer un plan de mise en commun et on nous a dit que la
Nouvelle-Zélande était un chef de file en ce qui concerne la
collaboration avec la collectivité autochtone, et que cela
fonctionne très bien. Il me semble que c’est exactement ce qui
devrait se produire ici.
Mr. Backman: On the Pacific Coast, all the producers there,
Cermaq, Grieg and Marine Harvest, we all have ongoing
relationships with First Nation groups. They vary though. I
can’t speak to the New Zealand experience, as I haven’t worked
there directly and I don’t have experience there, but I do have
experience in British Columbia. For example, Marine Harvest has
five separate agreements which comprises 10 peoples, and each of
those is based on the understanding of what that particular First
Nation group wants to see happen.
M. Backman : Sur la côte du Pacifique, tous les producteurs,
notamment Cermaq, Grieg et Marine Harvest, ont établi une
relation durable avec les groupes des Premières Nations.
Toutefois, ces relations ne sont pas toutes semblables. Je ne
peux pas parler de l’expérience de la Nouvelle-Zélande, car je n’ai
pas travaillé directement là-bas et je n’ai aucune expérience à cet
égard, mais j’ai de l’expérience en Colombie-Britannique. Par
exemple, Marine Harvest a cinq ententes distinctes qui visent dix
peuples, et chacune d’entre elles est fondée sur la compréhension
des désirs de chaque groupe des Premières Nations.
For example, in the Klemtu area, they had a fish processing
plant that hadn’t worked in years, and they wanted to have that
fish processing plant operate. The operation was contingent for us
going in there to ensure that the fish flows through that
processing plant so they gain that employment. From there,
other spin-off jobs have come up and other spin-off activities and
training and that sort of thing have become real.
Par exemple, dans la région de Klemtu, il y avait une usine de
transformation de poisson qui n’avait pas été en activité depuis
des années, et la population voulait la remettre en activité. Cette
usine faisait partie des conditions que nous devions respecter pour
nous installer là-bas, c’est-à-dire que le poisson devait y être traité
pour permettre de créer des emplois. Ensuite, d’autres emplois
dérivés ont été créés, ainsi que des activités et de la formation
dérivées, et cetera.
In the Quatsino area, they just want to make sure that our
being there benefits their programs in a way that is tangible for
them, and they get the opportunity to have representation in
terms of employment at every level on the farm sites. That’s the
same with most of the other operations as well.
Dans la région de Quatsino, la population veut seulement
veiller à ce que ses programmes profitent concrètement de notre
présence, et avoir l’occasion de créer des emplois à tous les
niveaux de l’installation aquacole. C’est la même chose pour la
plupart des autres activités.
We were just approached by a First Nation in the Hope Island
area a couple of years ago and are working closely with them.
Their intention is to have an operating salmon farm near their
traditional territory so they can actually live year round on Hope
Island again. They have been unable to do that for decades. We
are not the only group they are speaking to. They have wind farm
operations as well that they’re getting involved with.
Il y a deux ou trois ans, une Première Nation de la région de
Hope Island nous a abordés et maintenant, nous collaborons
étroitement avec ses membres. Ils ont l’intention d’ouvrir une
ferme salmonicole près de leur territoire traditionnel, ce qui leur
permettrait de revenir vivre à l’année sur Hope Island, car ils ne le
peuvent plus depuis des décennies. Ils sont également en
communication avec d’autres groupes, et ils participent à des
activités liées à un parc éolien.
Each First Nation has their own unique approach as to why
they’re getting involved and engaged with salmon farms, and they
are all exciting stories about seeing those folks meet the outcomes
Chaque Première Nation a ses propres raisons pour s’engager
dans des activités liées aux fermes salmonicoles. C’est très
intéressant de voir ces gens atteindre les objectifs qu’ils s’étaient
29-4-2014
Pêches et océans
7:25
that they’d like to see while we operate a farm and learn about
their area and hopefully create a positive business for ourselves as
well.
fixés pendant que nous exploitons une ferme salmonicole, que
nous apprenons à connaître leur région et que nous réussissons à
créer une entreprise profitable pour nous aussi.
Senator McInnis: A statistic stuck in my mind when talking
about aquaculture in Canada and where we fit on the global scale.
We are 0.28 of 1 per cent of the global production of aquaculture.
China is 61 per cent. Mind you, they have more people, but that
puts into perspective where we are in the world.
Le sénateur McInnis : Lorsque nous avons parlé de
l’aquaculture au Canada et de notre place à l’échelle mondiale,
j’ai été frappé par une statistique en particulier. Nous
représentons 0,28 p. 100 de la production mondiale
d’aquaculture. La Chine représente 61 p. 100. Évidemment, ce
pays a une plus grande population, mais cela place notre position
sur la scène mondiale en contexte.
The Constitution not only has an effect on Senate reform, it
has an effect and will have an effect on the legislation that you’re
asking for.
La Constitution n’a pas seulement un effet sur la réforme du
Sénat, mais elle a et aura un effet sur les mesures législatives que
vous demandez.
I really do agree with you with respect to an aquaculture act.
I’ve tried to think about the best vehicle you can use. As I’ve said
at this committee before, it should be concurrent legislation in
conjunction with the provinces. To do that, perhaps what you
should be doing is trying to get this on the agenda of the federal
and provincial ministers. This is a long process. I would like to
think all good things are going to emanate out of this committee.
Who knows? But let me not be so selfish or ostentatious as to
think that. I think what you should be doing is pushing for this to
get on the agenda.
Je suis d’accord avec vous en ce qui concerne l’adoption d’une
loi sur l’aquaculture. J’ai tenté de déterminer le meilleur véhicule
que vous pourriez utiliser. Comme je l’ai déjà dit devant notre
comité, il devrait s’agir d’une loi parallèle en collaboration avec
les provinces. Pour y arriver, vous devriez peut-être tenter
d’intégrer cela au programme des ministres fédéraux et
provinciaux. C’est un long processus. J’aimerais que toutes les
bonnes choses viennent de notre comité. Qui sait? Mais je ne suis
pas assez égoïste ou prétentieux pour le croire. Je pense que vous
devriez tenter d’intégrer cela au programme.
I take it you have a good working relationship with DFO?
That’s what I was wondering; not so good. But your
constitutional thing has been found out by, as you know, the
Court of Appeal in British Columbia in their ruling that clearly
said that even your open-pen farms are a fishery, not farming. I
think it’s important that if you’re starting that process, you
should be starting it now to get that on the agenda.
J’imagine que vous avez une bonne relation de travail avec le
MPO? C’est ce que je pensais; elle n’est pas si bonne. Mais votre
élément constitutionnel a été établi par, comme vous le savez, la
Cour d’appel de la Colombie-Britannique, dans une décision qui
énonce clairement que même vos installations piscicoles à enclos
ouverts constituent un type de pêche, et non une exploitation
agricole. Si vous souhaitez lancer ce processus, je crois qu’il est
important de commencer maintenant à l’intégrer au programme.
Ms. Salmon, you used the word about this being a patchwork.
It is a horrific set of circumstances. Even in Atlantic Canada, it is
different in every province. Now in Nova Scotia, as I’ve said
before, they’ll be reporting later this year with a whole new set of
regulations, and they never even consulted with the other Atlantic
provinces. They may be doing a good job. I’m not saying they’re
not.
Madame Salmon, vous avez décrit cela comme étant une
mosaïque. Il s’agit d’une série de terribles circonstances. Même au
Canada atlantique, c’est différent dans chaque province. En
Nouvelle-Écosse, comme je l’ai dit, on utilisera plus tard cette
année une toute nouvelle série de règlements, et on n’a même pas
consulté les autres provinces de l’Atlantique à cet égard. C’est
peut-être du bon travail, et je n’ai pas dit que c’était une mauvaise
chose.
Another problem with aquaculture in this country is, for
example, that there are about 100 groups out there that are
opposed, one way or the other, whether they are tourism
associations, whether they are fishermen’s associations, what
have you. I think that if we’re going to have success in the end and
do what we think we should do in a correct way, there will have to
be some form of consensus. I think you have a role to play, and
I’ll tell you why, from a political perspective. There are more of
them than there are of you. Politicians have a tendency to listen to
people, and the multitudes will win the day. You should, I think,
be opening up some dialogue. That’s just my piece of advice, and
now I can come to a question or two.
Un autre problème concernant l’aquaculture dans notre pays,
c’est qu’il y a, par exemple, environ 100 groupes qui s’y opposent
d’une façon ou d’une autre, qu’il s’agisse d’associations
touristiques, d’associations de pêcheurs, et cetera. Je crois que si
nous voulons réussir, au bout du compte, et que si nous voulons
bien faire les choses, nous devrons parvenir à un consensus. Je
pense que vous avez un rôle à jouer, et je vais vous dire pourquoi,
d’un point de vue politique : ils sont plus nombreux que vous. Les
politiciens ont tendance à écouter les gens, et les multitudes
l’emporteront au bout du compte. Je crois que vous devriez établir
un dialogue. Je vous offre seulement mon avis, et je peux
maintenant poser une ou deux questions.
7:26
Fisheries and Oceans
29-4-2014
Senator Munson rightly pointed out the Natives and how
effectively it appears to be working in British Columbia and
seeing the Natives there and working as they were and making
more than minimum wage. They were partners in the operation.
Do you work closely with them?
Le sénateur Munson a souligné, à juste titre, la façon dont les
choses semblaient fonctionner efficacement pour les Autochtones
de la Colombie-Britannique et comment ces derniers avaient un
emploi et gagnaient plus que le salaire minimum. Ils sont des
partenaires dans l’affaire. Collaborez-vous étroitement avec eux?
At a panel discussion we had in Nanaimo, there were
individuals on one side promoting aquaculture, and there were
individuals on the other side opposed to it. Is there some kind of
harmonious working relationship that you have with them?
Coming from B.C., Mr. Backman, do you have a sense that there
is unanimity in terms of support of aquaculture? They did
specifically say, the gentleman in question, that they were
opposed to the introduction of Atlantic salmon in the waters of
British Columbia. Could you respond to that?
Au sein d’un groupe de discussion que nous avons mis sur pied
à Nanaimo, il y avait, d’un côté, des personnes qui faisaient la
promotion de l’aquaculture et de l’autre, des gens qui s’y
opposaient. Avez-vous une relation de travail harmonieuse avec
eux? Étant donné que vous venez de la Colombie-Britannique,
monsieur Backman, avez-vous l’impression que l’aquaculture fait
l’unanimité là-bas? Les messieurs en question ont précisément
affirmé qu’ils s’opposaient à l’introduction du saumon de
l’Atlantique dans les eaux de la Colombie-Britannique.
Pourriez-vous répondre à cela?
Mr. Backman: In terms of the position of the First Nations in
British Columbia, there are dozens of First Nations with
traditional territories on the coast of British Columbia. Each
one has its own approach to what goes on in its own territory. The
five groups that we currently have a relationship with have
decided, amongst themselves, as a consensus in the First Nation,
that they choose to be working in relationship with Marine
Harvest or the other companies.
M. Backman : En ce qui concerne la position des Premières
Nations en Colombie-Britannique, il y a des dizaines de Premières
Nations qui possèdent des territoires traditionnels sur la côte de la
province. Chacune d’entre elles a sa propre approche en ce qui
concerne les activités menées sur son territoire. Les cinq groupes
avec lesquels nous avons actuellement établi une relation ont
décidé, entre eux, dans un consensus au sein de la Première
Nation, qu’ils souhaitaient collaborer avec Marine Harvest ou
avec les autres entreprises.
I think you visited at Ahousaht First Nation over in Tofino.
They have chosen amongst themselves as a group consensus to do
that. Right next door, there may be a group that has not come to
that decision. They are still choosing within their territory not to
work with the salmon farm. We still have work to do in that
regard to engage with those folks and try and find some way that
they may wish to work with us and have a positive relationship.
Unanimity is not there, and I think we have to respect each
individual group’s right to their position.
Je crois que vous avez visité la Première Nation Ahousaht à
Tofino. Ses membres ont atteint un consensus. Il se peut que le
groupe voisin n’ait pas pris cette décision, et que ses membres
choisissent encore, au sein de leur territoire, de ne pas collaborer
avec les exploitants de fermes salmonicoles. Il nous reste encore
du travail à faire à cet égard, car nous devons nous engager auprès
de ces gens et tenter de trouver une façon de les convaincre de
travailler avec nous et de créer une relation positive. Nos activités
ne font pas l’unanimité, et je crois que nous devons respecter le
droit de chaque groupe de choisir sa position.
I mentioned the Hope Island band. The chief of the band will
say that for years they had no interest in salmon farming. By
talking to the other bands that were working with the companies
and learning from them what’s really going on, they came around
to a point where they wanted to give it a try, as they said. We will
have to operate not only with federal regulation and provincial
regulation, but also have to work with the conditions that they set
down to operate as well. They have come around over 15 or so
years of watching what’s been going on. Every band is at a
different point in the continuum of their comfort with salmon
aquaculture. Some are producing salmon aquaculture products as
well. That is the other side of the continuum.
J’ai mentionné la bande de Hope Island. Selon le chef de la
bande, pendant des années, ses membres n’avaient aucun intérêt
pour la salmoniculture. En parlant à d’autres bandes qui
collaboraient avec les entreprises et en apprenant de leurs
membres ce qui se passait vraiment, ils ont fini par décider
qu’ils voulaient tenter l’expérience, comme ils l’ont dit. Nous
devrons mener nos activités en respectant non seulement les
règlements fédéraux et provinciaux, mais nous devrons également
respecter les conditions qu’ils ont établies. Ils ont changé d’avis en
observant nos activités au cours des 15 dernières années. Chaque
bande accepte la salmoniculture à un niveau différent. Certaines
d’entre elles fabriquent même des produits de la salmoniculture;
elles sont à l’autre extrémité du spectre.
Ms. Salmon: I will add a comment to your earlier comment.
Mme Salmon : J’aimerais ajouter un commentaire à votre
commentaire précédent.
29-4-2014
Pêches et océans
7:27
It is good advice to reach out to ministers. That’s part of our
strategy. We’re trying to meet with all of the provincial ministers
and talk about what we’re doing so that our goal and desire for an
act doesn’t threaten anyone. That’s what we want to do, namely
get that message out.
La communication avec les ministres est un bon conseil. Cela
fait partie de notre stratégie. Nous essayons de rencontrer tous les
ministres provinciaux et de leur parler de ce que nous faisons, afin
que notre objectif de faire adopter une loi ne représente pas une
menace pour qui que ce soit. C’est ce que nous voulons faire,
c’est-à-dire que nous voulons transmettre ce message.
That is good advice. We are taking that and meeting with
ministers one on one.
C’est un bon conseil. Nous le suivons et nous rencontrons les
ministres un par un.
Senator Raine: Thank you for being here. I’m sorry I was late.
La sénatrice Raine : Je vous remercie d’être ici. Je m’excuse de
mon retard.
I’m from British Columbia, as you know, and a lot of people in
British Columbia are against salmon farming, period. How are
you going to get a social licence from those people to proceed with
expansion of the industry in British Columbia?
Je viens de la Colombie-Britannique, comme vous le savez, et
là-bas, un grand nombre de personnes sont tout simplement
contre la salmoniculture. Comment allez-vous obtenir
l’approbation de ces personnes pour agrandir l’industrie en
Colombie-Britannique?
Ms. Salmon: I will make an opening comment and then I will
let Clare, who is on the ground and has a closer perspective,
respond.
Mme Salmon : Je vais offrir un premier commentaire, et
ensuite, je donnerai la parole à Clare, car il travaille sur le
terrain et il observe les choses de plus près.
A variety of things are taken into consideration about where
people are. Sometimes their decision making is based on
misinformation just because of the media. However, when you
provide accurate information to them, for example an
opportunity to tour a farm, they’re open to having this
information change their opinion. Then there are a small
handful of opposition groups that, even with information, really
don’t want to change their opinion. They want to be opposed.
Your approach is quite different, depending on who you are
talking to.
On tient compte d’une série d’éléments pour déterminer où les
gens en sont à cet égard. Parfois, ils fondent leur décision sur des
renseignements erronés diffusés par les médias. Toutefois,
lorsqu’on leur fournit des renseignements exacts, par exemple si
on leur donne l’occasion de visiter une ferme aquacole, ils sont
prêts à laisser ces renseignements modifier leur opinion. Il y a
aussi une poignée de groupes d’opposition qui, même avec tous les
renseignements nécessaires, ne souhaitent pas modifier leur
opinion. Ils veulent seulement s’opposer. On utilise donc des
approches très différentes selon les groupes visés.
The industry has worked hard at a community level in terms of
building support and that social licence to operate. I’m sure you
found that in the communities, they’re very excited about industry
being there and being good partners. They see what they’re doing
to build social and economic strength in the communities.
L’industrie a travaillé très fort, au niveau communautaire,
pour recueillir l’appui et obtenir l’approbation de la population
pour exercer ses activités. Je suis certaine que vous avez constaté
qu’au sein des collectivités, les gens sont heureux de voir les
intervenants de l’industrie s’installer et devenir de bons
partenaires, car ils déploient les efforts nécessaires pour obtenir
l’approbation sociale et renforcer l’économie des collectivités.
When people say we don’t have social licence, I like to try to
define what that is because in areas where we operate, we do have
social licence. When we do our polling in provinces and across the
country in terms of attitudes and beliefs about aquaculture, it is
not as negative as you might think if you are talking to those who
are strongly opposed.
Lorsque les gens disent que nous n’avons pas l’approbation de
la population, j’aime tenter de définir ce que cela signifie, car dans
les régions où nous exerçons nos activités, nous l’avons obtenue.
Lorsque nous menons nos sondages sur les attitudes et les
croyances à l’égard de l’aquaculture dans les provinces et un peu
partout au pays, les résultats ne sont pas aussi négatifs que vous
pourriez le croire, même lorsqu’on s’adresse à ceux qui s’opposent
fermement à nos activités.
You have made some good comments. We need to continue to
dialogue and to get our message out because this industry, as
Clare said, is about 30 years old. We have changed rapidly in
terms of our best practices. We know so much more now than we
did 30 years ago about the best place to grow fish and what are
best practices. Sometimes people’s notion of aquaculture is back
when we started. We made a lot of mistakes.
Vous avez formulé de bons commentaires. Nous devons
maintenir le dialogue et continuer de diffuser notre message, car
cette industrie, comme Clare l’a mentionné, a seulement 30 ans.
Nous avons rapidement modifié nos pratiques exemplaires. Nous
en savons tellement plus qu’il y a 30 ans au sujet des meilleurs
endroits pour l’élevage de poissons et sur les pratiques
exemplaires. Parfois, les gens ont conservé l’image de
l’aquaculture à ses débuts. Nous avons commis beaucoup
d’erreurs à l’époque.
7:28
Fisheries and Oceans
29-4-2014
We need to continue to work hard at getting out information.
How do we do that effectively when there’s a voice out there that
wants to oppose us? There is an approach we need to take
depending on who we are talking to.
Nous devons continuer de nous efforcer de diffuser ces
renseignements. Comment pouvons-nous y arriver de façon
efficace lorsqu’on s’oppose à nos activités? Il faut que nous
adoptions une approche différente pour chaque groupe auquel
nous nous adressons.
I do think that in the communities that we operate, we do have
that social licence. We need to do more on the broader level to get
out good information.
Je crois que nous avons obtenu l’approbation sociale dans les
collectivités dans lesquelles nous exerçons nos activités. Mais nous
devons déployer des efforts à grande échelle, afin de diffuser les
bons renseignements.
Mr. Backman: To pick up on what Ruth said, generally, it
comes down to knowledge, what people understand and what
they know. In my personal experience, I have worked with people
who are dead set against salmon aquaculture. We take them out
to tour our sites and answer their questions and they come back
completely turned around. They realize that the information they
were getting was coming through a fear filter. They thought they
were going to lose something if salmon aquaculture was going to
be allowed to continue but they realize the last thing in the world
the salmon aquaculture can do is to negatively impact its
environment and cause damage to fisheries.
M. Backman : Pour revenir à ce que Ruth disait, en général,
cela revient aux connaissances, c’est-à-dire ce que les gens
comprennent et ce qu’ils savent. J’ai personnellement travaillé
avec des gens qui s’opposaient résolument à la salmoniculture.
Nous les amenons visiter nos installations et nous répondons à
leurs questions, et ils changent complètement d’avis. Ils se rendent
compte que les renseignements qu’ils avaient obtenus étaient
influencés par la crainte. Ils pensaient qu’ils allaient perdre
quelque chose si on permettait aux activités de salmoniculture de
se poursuivre, mais ils se sont rendu compte que la salmoniculture
n’engendre pas d’effets négatifs sur l’environnement et ne cause
pas de dommages aux pêches.
We are growing fish and the fish come first when it comes to
how we manage the farm sites. That goes down through the whole
operation and the people that operate there. Once they experience
that they realize that these are people that very much care about
the environment and the fish they grow and where they operate.
Nous faisons l’élevage du poisson et le poisson est une priorité
lorsqu’il s’agit de la gestion des sites aquacoles. Cela se voit dans
toutes les activités et chez les employés de l’entreprise. Les gens se
rendent compte que nos employés sont très préoccupés par
l’environnement, les poissons qu’ils élèvent et l’endroit où ils
exercent leurs activités.
Getting that message out is tough when you work on the farm
365 days a year, but, as Ruth has said, it is something that never
goes away. The controversy probably is never going to go away
entirely because people come from a place of no knowledge. They
maybe hear that something is a problem and then they have to
learn both sides of it.
Il est difficile de diffuser ce message lorsqu’on travaille sur une
ferme aquacole 365 jours par année, mais comme Ruth l’a dit,
c’est un travail qui n’est jamais terminé. On ne mettra
probablement jamais fin à la controverse, car les gens n’ont pas
toutes les connaissances nécessaires. Parfois, ils entendent parler
d’un problème, mais ils doivent se renseigner sur les deux côtés de
la médaille.
Social licence is a moving target. Right now our social licence is
at a higher place than it was perhaps 10 or 15 years ago, but it’s a
job that’s never completely done. We will continue to engage with
folks one-on-one when we can, but not everybody can come to a
shellfish farm or to a salmon farm, so we will continue to go
forward with websites and other sorts of opportunities and reach
out to the folks that we have here in Canada who need to know
more about the reality of the salmon farms.
L’approbation sociale est une cible mobile. En ce moment,
nous avons atteint un niveau d’approbation sociale beaucoup plus
élevé qu’il y a peut-être 10 ou 15 ans, mais c’est un travail qui n’est
jamais terminé. Nous continuerons d’organiser des rencontres
individuelles avec les gens lorsque nous le pouvons, mais tout le
monde ne peut pas se rendre sur une ferme conchylicole ou
piscicole, et c’est pourquoi nous continuerons de diffuser des
renseignements sur les sites web et d’autres médias, et nous
poursuivrons les efforts pour renseigner les Canadiens qui
pourraient en apprendre davantage sur la réalité des fermes
piscicoles.
Senator Raine: I’m reading both sides of the issue. It is very
polarized. There is a lot of information out there spreading fear
about the terrible things going on in Norway. Could you explain
what is happening in Norway, maybe just with your company?
Are the farms well accepted by the communities and are there too
many of them? Has it had an impact on the regional wild fish?
La sénatrice Raine : Je lis des arguments pour et contre. Les
avis sont très polarisés. Il y a beaucoup d’informations qui
alimentent la peur à l’égard de toutes les choses terribles qui se
passent en Norvège. Pouvez-vous nous expliquer ce qui se passe
en Norvège, ne serait-ce que pour votre entreprise? Y a-t-il des
fermes qui sont bien acceptées par la population et sont-elles trop
29-4-2014
Pêches et océans
7:29
They’re a lot further along than we are. I would like to hear about
that, if you have that knowledge.
nombreuses? Ont-elles une incidence sur les poissons sauvages de
la région? La Norvège est beaucoup plus avancée que nous.
J’aimerais que vous m’en parliez, si vous connaissez les réponses.
We do have a plan to travel to Norway, so if you don’t feel
comfortable answering, I don’t expect you to.
Nous prévoyons nous rendre en Norvège, donc si vous n’êtes
pas à l’aise de me répondre, je ne vous demanderai pas de le faire.
Mr. Backman: I have been to Norway several times working
for Marine Harvest. Marine Harvest has operations in Norway so
I have been to several locations there.
M. Backman : Je suis allé plusieurs fois en Norvège dans le
cadre de mon travail pour Marine Harvest. Marine Harvest a des
activités en Norvège, j’ai donc visité plusieurs installations là-bas.
First, we have to understand that the production in British
Columbia is 60,000 to 70,000 tonnes a year and on the East Coast,
if we add them both up, some years we’re around 140,000 or
150,000 tonnes in Canada of production. Norway is over a million
tonnes a year of salmon production. You are going to see
something incredibly different from what we have in Canada.
Ruth and I are not saying that’s where we want Canada to be.
We’re just saying that Canada has a lot of unrealized potential in
proper, careful managed growth.
Premièrement, il faut comprendre que la production en
Colombie-Britannique représente de 60 000 à 70 000 tonnes par
an, et si l’on y ajoute les chiffres de la côte Est, la production
canadienne tourne autour de 140 000 à 150 000 tonnes certaines
années. La production de saumon représente plus d’un million de
tonnes par année en Norvège. Vous allez donc y voir des choses
extrêmement différentes de ce qu’on peut voir au Canada. Ruth et
moi ne prétendons pas aspirer à la même production au Canada.
Nous soulignons simplement qu’il y a un grand potentiel
inexploité au Canada, qui pourrait faire l’objet d’une croissance
gérée avec soin.
Does Norway have problems? Sure, they do. Do they have
controversy? Sure, they do. I mentioned in my presentation the
social aspect of sustainability. They’re looking now at having to
relocate some farms that used to be in a good location but now
the community doesn’t think they are.
Y a-t-il des problèmes en Norvège? Bien sûr. Y a-t-il de la
controverse? Bien sûr. Dans mon exposé, j’ai abordé l’aspect
social de la durabilité. Ils cherchent aujourd’hui à relocaliser
certaines fermes autrefois considérées bien placées, mais qui ne le
seraient plus selon la population.
They instituted their national fjords program, which are the
protected areas, just as we on the coast of Canada institute
protected areas, so they’re relocating farms. They can’t grow the
business any further in those protected areas or national fjords;
you will learn about that.
Les Norvégiens ont leur programme des fjords nationaux, qui
en fait des zones protégées, tout comme nous avons des zones
protégées sur les côtes canadiennes, ils déplacent donc les fermes
en conséquence. Ils ne peuvent plus agrandir les fermes situées
dans les zones protégées ou les fjords nationaux, vous allez en
entendre parler.
They have fish health challenges with external parasites like sea
lice that they’re busy working on. You will see some of the novel
ways they’re approaching dealing with those sorts of challenges.
Ils sont également confrontés à des problèmes de santé chez le
poisson, notamment les parasites externes comme le pou du
poisson, qu’ils cherchent à combattre. Vous allez entendre parler
des nouvelles façons de lutter contre ce genre de problème.
Also, because of the size of the industry, it is a huge employer.
It is a huge economic driver within Norway. You asked if it’s
accepted. In terms of its integration into the fabric of the economy
of Norway, it is quite accepted, absolutely.
Par ailleurs, compte tenu de son ampleur, l’industrie de
l’aquaculture emploie énormément de gens en Norvège. C’est un
immense moteur économique. Vous me demandez si elle est bien
acceptée. Du point de vue de son intégration au tissu économique
de la Norvège, elle est très bien acceptée, absolument.
The same as here in Canada, it has to continue to get out the
positive message about what it is doing as well. There are some
great similarities that you will see as well.
Tout comme au Canada, l’industrie là-bas doit continuer de
sensibiliser positivement la population à ce qu’elle fait de bien.
Vous allez y voir de grandes similitudes avec notre situation.
Ms. Salmon: The government sees it as their number two
industry, so it gets that kind of national support and promotion.
Mme Salmon : Selon le gouvernement, c’est la deuxième
industrie en importance au pays, elle reçoit donc l’appui et la
promotion en conséquence.
When we were in Norway last summer, a bunch of us were
having dinner and the waitress asked where we were from and
what we were there for. We were at an aquaculture conference.
She said, ‘‘Oh, aquaculture; that’s our future. That’s just a small
Lorsque nous sommes allés en Norvège, l’été dernier, nous
sommes sortis souper au restaurant, et la serveuse nous a
demandé d’où nous venions et pourquoi nous étions là. Nous
participions à une conférence sur l’aquaculture. Elle nous a dit :
7:30
Fisheries and Oceans
29-4-2014
example. It has a different sense there in terms of acceptance and
commitment that we don’t have in Canada yet.
« Oh! L’aquaculture, c’est notre avenir. » Ce n’est qu’un petit
exemple. La situation est différente au Canada, où il y a un
manque de reconnaissance et d’engagement.
Senator Raine: In terms of British Columbia and how siting is
the responsibility of the province and how you need First Nations
buy-in now, is that working well between the First Nations and
the provinces in terms of potential new siting?
La sénatrice Raine : En Colombie-Britannique, le choix de
l’emplacement relève de la province, mais les Premières Nations
doivent donner leur d’accord. Les relations sont-elles bonnes
entre les Premières Nations et les provinces pour déterminer
l’emplacement des nouvelles installations?
Mr. Backman: Absolutely. It is job one. I mentioned in my
presentation that the first thing you do is to look at the area plans
and the suitability, and that involves, right away, talking with the
First Nations who are in those areas and ensuring that you have
their support to go forward and look at the physical locations
within the area.
M. Backman : Tout à fait. C’est une priorité absolue. J’ai
mentionné dans mon exposé que la première chose à faire est de
regarder les cartes de la région et de s’interroger sur la viabilité de
l’entreprise, ce qui sous-entend d’en discuter immédiatement avec
les Premières Nations présentes dans la région ciblée pour
s’assurer de leur appui et évaluer les emplacements physiques
potentiels dans la région.
You start talking to and dialoguing with the First Nations, and
then you move to an understanding of what the provincial
government’s planning processes will allow.
On commence par parler et dialoguer avec les Premières
Nations, puis il faut s’entendre sur ce que les processus de
planification du gouvernement provincial vont permettre.
All of the companies now are very aware of that way to move
forward.
De nos jours, toutes les entreprises connaissent très bien la
marche à suivre.
Senator Munson: Earlier, I talked about things being bleak, and
now I will talk about hope. Are you getting any indication from
the government in your calls for an aquaculture act? Is the
government giving you signs that the government is prepared to
do it? I have been called a free reign senator. So I don’t know
what the government is thinking and I don’t know what my own
party is thinking. The system, right now, does not commit to
Canadian leadership on research, enhancement, promotion,
support. Is there any indication in your lobby to the
government directly, to the Fisheries Department and so on,
that there may be an opening for an aquaculture act? We all agree
that there should be one. We can go so far in terms of what we
recommend. At the end of the day, as we all know, it is the
government that will say yes or no. Is there a glimmer of hope for
you folks?
Le sénateur Munson : Je vous ai parlé tout à l’heure des côtés
sombres, mais je vais maintenant vous parler d’espoir. Y a-t-il
quoi que ce soit qui pourrait vous porter à croire que le
gouvernement va répondre à votre demande d’une loi sur
l’aquaculture? Le gouvernement vous donne-t-il des signes qu’il
serait prêt à aller de l’avant? On dit de moi que je suis un sénateur
libre. Je ne sais pas ce que le gouvernement a dans le collimateur
et je ne sais pas ce que mon propre parti a dans le collimateur. Le
système, tel qu’il est conçu en ce moment, ne favorise pas
l’expression du leadership canadien en recherche, la mise en
valeur des sites, la promotion ni le soutien de l’industrie. Y a-t-il
quoi que ce soit, dans les activités de lobbying que vous exercez
directement auprès du gouvernement, du ministère des Pêches
entre autres, qui vous laisse entrevoir une ouverture en vue de
l’adoption d’une loi sur l’aquaculture? Nous convenons tous qu’il
devrait y en avoir une. Il y a une limite à ce que nous pouvons
recommander. En bout de ligne, comme nous le savons tous, la
décision reviendra au gouvernement. Y a-t-il une lueur d’espoir
pour vous?
Ms. Salmon: We have seen a lot over the last two years. We
have seen a real shift, and we’re encouraged by the kind of
support and interest that we are seeing in sustainable growth and
increased competitiveness. Minister Shea has been quite vocal
about that. That is encouraging to us.
Mme Salmon : Nous en avons vu beaucoup depuis deux ans.
Nous constatons un véritable changement d’attitude, et nous
sommes encouragés par l’appui et l’intérêt que suscitent les
concepts de croissance durable et de compétitivité accrue. La
ministre Shea en a parlé à maintes reprises, ce qui nous semble
encourageant.
I think that their priority at this stage is regulatory reform and
dealing with those kinds things of things that they feel they can
deal with in a short time frame, and we’re supportive of that
because those are the kinds of things that are going to give us
productivity improvements.
Je crois que la priorité du ministère à ce stade-ci est la réforme
du régime réglementaire et la résolution des problèmes qu’il croit
pouvoir régler rapidement. Je dois dire que nous sommes assez
favorables à cela parce que ces améliorations vont se traduire par
des gains en productivité.
29-4-2014
Pêches et océans
7:31
The discussions need to continue in terms of what’s next. We
won’t stop those discussions because we feel strongly, but we do
feel that this government is interested in seeing growth return to
the sector.
Il faut continuer de discuter de l’avenir. Nous ne nous
arrêterons pas ici, parce que c’est un sujet qui nous tient très à
cœur, mais nous croyons que ce gouvernement a envie de voir le
secteur renouer avec la croissance.
Mr. Backman: Yes, there is a glimmer of hope. When we talk
to different groups in government and different ministries, when
we’re speaking to Agriculture and Agri-Food Canada, for
example, they recognize the fact that there’s a place for the act
that we’re talking about. DFO, as Ms. Salmon mentioned, is
working on regulatory reform. They’re committed to having the
very best regulation they can have that we would operate under.
We respect that. We’re working with them on that.
M. Backman : Oui, il y a une lueur d’espoir. Lorsque nous
parlons avec différents groupes du gouvernement, dans divers
ministères, Agriculture et Agroalimentaire Canada par exemple,
ils reconnaissent qu’il y aurait place à la loi que nous réclamons.
Comme Mme Salmon l’a mentionné, le MPO travaille à une
réforme du régime réglementaire. Son personnel est déterminé à se
doter de la meilleure réglementation possible pour régir nos
activités. Nous respectons cela. Nous collaborons avec lui.
They also see that there’s an opportunity here to go further, in
the way that we’ve mentioned, to establish a new understanding,
nationally, of what aquaculture can be in Canada. That will come,
starting off with an aquaculture act.
Il voit aussi l’occasion d’aller encore plus loin, comme nous
l’avons mentionné, afin d’établir une nouvelle conception
nationale de ce que l’aquaculture pourrait vouloir dire au
Canada. Tout cela viendra en temps et lieu, à commencer par
une loi sur l’aquaculture.
The Chair: I want to thank our guests for the very informative
session that we had here this evening. Your experience certainly
adds much to our study. We look forward to hearing anything
that raises your eyebrows over the next number of months. As we
go forward, please feel free to contact us and forward your
concerns or any ideas or suggestions you may have.
Le président : Je tiens à remercier nos témoins de la séance très
instructive que nous avons eue ici ce soir. Votre expérience
enrichit beaucoup notre étude. N’hésitez pas à nous faire part de
tout ce qui vous fait sourciller au cours des prochains mois.
Sentez-vous bien libres de communiquer avec nous pour nous
informer de vos préoccupations, de vos idées ou de vos
recommandations.
With that, I want to thank you for appearing here this evening
and thank our senators. We will have an in camera session to
discuss a couple of issues. I would ask our senators to stay put.
Sur ce, je tiens à vous remercier d’avoir comparu ici ce soir, et
je remercie mes collègues sénateurs. Nous allons poursuivre nos
délibérations à huis clos pour discuter de quelques enjeux. Je
demanderais à nos sénateurs de bien vouloir rester assis.
(The committee continued in camera.)
(La séance se poursuit à huis clos.)
WITNESSES
Canadian Aquaculture Industry Alliance:
TÉMOINS
Alliance de l’industrie canadienne de l’aquaculture :
Clare Backman, President;
Clare Backman, président;
Ruth Salmon, Executive Director.
Ruth Salmon, directrice générale.
Available on the Internet: http://www.parl.gc.ca
Disponible sur internet: http://www.parl.gc.ca
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising