Second Session Deuxième session de la Forty-first Parliament, 2013-14

Second Session Deuxième session de la Forty-first Parliament, 2013-14
Second Session
Forty-first Parliament, 2013-14
Deuxième session de la
quarante et unième législature, 2013-2014
Proceedings of the Standing
Senate Committee on
Délibérations du Comité
sénatorial permanent des
Fisheries and Oceans
Pêches et des océans
Chair:
The Honourable FABIAN MANNING
Président :
L’honorable FABIAN MANNING
Tuesday, November 25, 2014
Le mardi 25 novembre 2014
Issue No. 15
Fascicule nº 15
First (final) meeting:
Première (dernière) réunion :
Fisheries and Oceans Canada’s Proposal to Parliament
for User Fees and Service Standard for Aquaculture
Licenses under the Pacific Aquaculture Regulations,
dated September 25, 2014, pursuant to
the User Fees Act, S.C. 2004, c. 6, sbs. 4(2)
Proposition relative aux frais d’utilisation du ministère des
Pêches et des Océans concernant des frais d’utilisation et
des normes de service pour les permis d’aquaculture en
vertu du Règlement du Pacifique sur l’aquaculture,
datée du 25 septembre 2014, conformément à la Loi sur les
frais d’utilisation, L.C. 2004, ch. 6, par. 4(2)
INCLUDING:
THE SIXTH REPORT OF THE COMMITTEE
(User Fees Proposal)
Y COMPRIS :
LE SIXIÈME RAPPORT DU COMITÉ
(Proposition relative aux frais d’utilisation)
WITNESSES:
(See back cover)
TÉMOINS :
(Voir à l’endos)
51771
STANDING SENATE COMMITTEE ON
FISHERIES AND OCEANS
COMITÉ SÉNATORIAL PERMANENT DES
PÊCHES ET DES OCÉANS
The Honourable Fabian Manning, Chair
Président : L’honorable Fabian Manning
The Honourable Elizabeth Hubley, Deputy Chair
Vice-présidente : L’honorable Elizabeth Hubley
and
et
The Honourable Senators:
Les honorables sénateurs :
Baker, P.C.
* Carignan, P.C.
(or Martin)
* Cowan
(or Fraser)
Lovelace Nicholas
McInnis
Meredith
Munson
Poirier
Raine
Stewart Olsen
Tkachuk
Baker, C.P.
* Carignan, C.P.
(ou Martin)
* Cowan
(ou Fraser)
Lovelace Nicholas
McInnis
Meredith
Munson
Poirier
Raine
Stewart Olsen
Tkachuk
*Ex officio members
(Quorum 4)
* Membres d’office
(Quorum 4)
Change in membership of the committee:
Modification de la composition du comité :
Pursuant to rule 12-5, membership of the committee was
amended as follows:
Conformément à l’article 12-5 du Règlement, la liste des membres
du comité est modifiée, ainsi qu’il suit :
The Honourable Senator Tkachuk replaced the Honourable
Senator Wells (November 25, 2014).
L’honorable sénateur Tkachuk a remplacé l’honorable sénateur
Wells (le 25 novembre 2014).
Published by the Senate of Canada
Available on the Internet: http://www.parl.gc.ca
Publié par le Sénat du Canada
Disponible sur internet: http://www.parl.gc.ca
25-11-2014
Pêches et océans
15:3
ORDRE DE RENVOI
ORDER OF REFERENCE
Extract from the Journals of the Senate, Wednesday,
October 1, 2014:
Extrait des Journaux du Sénat du mercredi 1er octobre 2014 :
The Honourable Senator Martin tabled the following:
L’honorable sénatrice Martin dépose sur le bureau ce qui
suit :
Copy of Fisheries and Ocean Canada’s Proposal to
Parliament for User Fees and Service Standard for
Aquaculture Licenses under the Pacific Aquaculture
Regulations, dated September 25, 2014, pursuant to the
User Fees Act, S.C. 2004, c. 6, sbs. 4(2). —Sessional Paper
No. 2/41-797S.
Copie d’une proposition relative aux frais d’utilisation du
ministère des Pêches et des Océans concernant des frais
d’utilisation et des normes de service pour les permis
d’aquaculture en vertu du Règlement du Pacifique sur
l’aquaculture, datée du 25 septembre 2014, conformément à
la Loi sur les frais d’utilisation, L.C. 2004, ch. 6, par. 4(2).
—Document parlementaire no 2/41-797S.
(Pursuant to rule 12-8(2), this document is deemed
referred to the Standing Senate Committee on Fisheries
and Oceans and, pursuant to rule 12-22(5), if that
committee does not report within 20 sitting days following
the day it received the order of reference, it shall be deemed
to have recommended approval of the user fee.)
(Conformément à l’article 12-8(2) du Règlement, ce
document est renvoyé d’office au Comité sénatorial
permanent des pêches et des océans et, conformément à
l’article 12-22(5) du Règlement, si ce comité ne fait pas
rapport de ses recommandations dans les 20 jours de séance
suivant le jour où ce document lui a été renvoyé, il sera
réputé avoir recommandé l’approbation des frais
d’utilisation proposés.)
Le greffier du Sénat,
Gary W. O’Brien
Clerk of the Senate
15:4
Fisheries and Oceans
MINUTES OF PROCEEDINGS
PROCÈS-VERBAL
OTTAWA, Tuesday, November 25, 2014
(28)
OTTAWA, le mardi 25 novembre 2014
(28)
[English]
25-11-2014
[Traduction]
The Standing Senate Committee on Fisheries and Oceans met
this day at 5:55 p.m., in room 9, Victoria Building, the chair, the
Honourable Fabian Manning, presiding.
Le Comité sénatorial permanent des pêches et des océans se
réunit aujourd’hui, à 17 h 55, dans la pièce 9 de l’édifice Victoria,
sous la présidence de l’honorable Fabian Manning (président).
Members of the committee present: The Honourable Senators
Manning, McInnis, Meredith, Munson, Poirier, Raine, Stewart
Olsen and Tkachuk (8).
Membres du comité présents : Les honorables sénateurs
Manning, McInnis, Meredith, Munson, Poirier, Raine, Stewart
Olsen et Tkachuk (8).
Also present: The official reporters of the Senate.
Aussi présents : Les sténographes officiels du Sénat.
Pursuant to the order of reference adopted by the Senate on
Wednesday, October 1, 2014, the committee began its
examination of the Fisheries and Oceans Canada’s Proposal to
Parliament for User Fees and Service Standard for Aquaculture
Licenses under the Pacific Aquaculture Regulations, dated
September 25, 2014, pursuant to the User Fees Act, S.C. 2004,
c. 6, sbs. 4(2).
Conformément à l’ordre de renvoi adopté par le Sénat le
mercredi 1er octobre 2014, le comité entreprend l’étude de la
Proposition relative aux frais d’utilisation du ministère des Pêches
et des Océans concernant des frais d’utilisation et des normes de
service pour les permis d’aquaculture en vertu du Règlement du
Pacifique sur l’aquaculture, datée du 25 septembre 2014,
conformément à la Loi sur les frais d’utilisation, L.C. 2004,
ch. 6, par. 4(2)
WITNESSES:
TÉMOINS :
Fisheries and Oceans Canada:
Pêches et Océans Canada :
Kevin Stringer, Senior Assistant Deputy Minister, Ecosystems
and Fisheries Management;
Kevin Stringer, sous-ministre adjoint principal, Gestion des
écosystèmes et des pêches;
Eric Gilbert, Director General, Aquaculture Management;
Eric Gilbert, directeur général, Gestion de l’aquaculture;
Alistair Struthers, Director, Aquaculture Operations;
Alistair Struthers, directeur, Opération de l’aquaculture;
Jay Parsons, Director, Aquaculture Science.
Jay Parsons, directeur, Sciences de l’aquaculture.
Mr. Stringer made a statement and, together with
Messrs. Gilbert, Struthers and Parsons, answered questions.
M. Stringer fait une déclaration puis, avec MM. Gilbert,
Struthers et Parsons, répond aux questions.
At 6:36 p.m., the committee suspended.
À 18 h 36, la séance est suspendue.
At 6:41 p.m., the committee resumed.
À 18 h 41, la séance reprend.
The Honourable Senator Tkachuk moved:
L’honorable Tkachuk propose :
That the committee proceed in camera, pursuant to
rule 12-16(1)(d), for consideration of a draft report.
Que, conformément à l’article 12-16(1)d) du Règlement,
la séance se poursuive à huis clos pour étudier un projet de
rapport.
The question being put on the motion, it was adopted.
La motion, mise aux voix, est adoptée.
At 6:41 p.m., the committee suspended.
À 18 h 41, la séance est suspendue.
At 6:42 p.m., the committee resumed in camera.
À 18 h 42, la séance se poursuit à huis clos.
It was moved:
Il est proposé :
That the draft report be adopted as the committee’s
report recommending the approval of Fisheries and Oceans
Canada’s user fees proposal;
Que le projet de rapport soit adopté à titre de rapport du
comité recommandant l’approbation des frais d’utilisation
de Pêches et Océans Canada;
That the Subcommittee on Agenda and Procedure be
empowered to approve the final version of the report taking
into consideration today’s discussion and with any necessary
editorial, grammatical or translation changes as required;
and
Que le Sous-comité du programme et de la procédure soit
autorisé à approuver la version finale du rapport, en tenant
compte de la teneur des discussions menées pendant la
séance, et en y apportant toute modification nécessaire sur le
plan de la forme, de la grammaire et de la traduction;
25-11-2014
Pêches et océans
That the chair table the report in the Senate by
Wednesday, December 3, 2014.
Que le président dépose le rapport au Sénat le mercredi
3 décembre 2014, au plus tard.
La motion, mise aux voix, est adoptée.
The question being put on the motion, it was adopted.
At 6:44 p.m., the committee adjourned to the call of the chair.
ATTEST:
15:5
À 18 h 44, le comité s’ajourne jusqu’à nouvelle convocation de
la présidence.
ATTESTÉ :
Le greffier du comité,
Maxwell Hollins
Clerk of the Committee
15:6
Fisheries and Oceans
25-11-2014
RAPPORT DU COMITÉ
REPORT OF THE COMMITTEE
Wednesday, November 26, 2014
Le mercredi 26 novembre 2014
The Standing Senate Committee on Fisheries and Oceans has
the honour to table its
Le Comité sénatorial permanent des pêches et des océans a
l’honneur de déposer son
SIXTH REPORT
SIXIÈME RAPPORT
Your committee, to which was referred Fisheries and Oceans
Canada’s Proposal to Parliament for User Fees and Service
Standard for Aquaculture Licenses under the Pacific Aquaculture
Regulations, pursuant to the User Fees Act, S.C. 2004, c. 6,
sbs. 4(2), dated September 25, 2014, has, in obedience to its order
of reference of Wednesday, October 1, 2014, examined the
proposed user fees and in accordance with section 5 of the User
Fee Act, recommends that it be approved.
Votre comité, auquel a été renvoyé la proposition relative aux
frais d’utilisation du ministère des Pêches et des Océans
concernant des frais d’utilisation et des normes de service pour
les permis d’aquaculture en vertu du Règlement du Pacifique sur
l’aquaculture, conformément à la Loi sur les frais d’utilisation,
L.C. 2004, ch. 6, par. 4(2), datée du 25 septembre 2014, a,
conformément à l’ordre de renvoi du mercredi 1er octobre 2014,
étudié la proposition de frais d’utilisation et, conformément à
l’article 5 de la Loi sur les frais d’utilisation, recommande son
approbation.
Respectueusement soumis,
Respectfully submitted,
Le président,
FABIAN MANNING
Chair
25-11-2014
Pêches et océans
15:7
EVIDENCE
TÉMOIGNAGES
OTTAWA, Tuesday, November 25, 2014
OTTAWA, le mardi 25 novembre 2014
The Standing Senate Committee on Fisheries and Oceans met
this day at 5:55 p.m. to examine Fisheries and Oceans Canada’s
Proposal to Parliament for User Fees and Service Standards for
Aquaculture Licenses under the Pacific Aquaculture Regulations,
dated September 25, 2014, pursuant to the User Fees Act,
S.C. 2004, c. 6, sbs. 4(2).
Le Comité sénatorial permanent des pêches et des océans se
réunit aujourd’hui, à 17 h 55, pour examiner la proposition faite
au Parlement par Pêches et Océans Canada concernant la mise en
place de frais d’utilisation et de normes de service pour les permis
d’aquaculture en vertu du Règlement du Pacifique sur
l’aquaculture du 25 septembre 2014, conformément à la Loi sur
les frais d’utilisation de 2004, chapitre 6, alinéa 4(2).
Senator Fabian Manning (Chair) in the chair.
[English]
The Chair: I’m pleased to welcome each and every one of you
to this meeting of the Standing Senate Committee on Fisheries
and Oceans. My name is Fabian Manning. I’m a senator from
Newfoundland and Labrador and I am chair of this committee.
Before I invite our witnesses to speak, I would like to invite the
members of the committee to introduce themselves.
Le sénateur Fabian Manning (président) occupe le fauteuil.
[Traduction]
Le président : Je suis très heureux de vous accueillir tous à cette
réunion du Comité sénatorial permanent des pêches et des océans.
Je m’appelle Fabian Manning. Je suis un sénateur de TerreNeuve-et-Labrador et président de ce comité. Avant d’inviter nos
témoins à s’exprimer, je demanderais aux membres du comité de
se présenter.
Senator Meredith: Senator Meredith, Ontario.
Le sénateur Meredith : Sénateur Meredith, Ontario.
Senator Tkachuk: Senator Tkachuk, Saskatchewan.
Le sénateur Tkachuk : Sénateur Tkachuk, Saskatchewan.
Senator McInnis: Senator McInnis, Nova Scotia.
Le sénateur McInnis : Sénateur McInnis, Nouvelle-Écosse.
Senator Poirier: Senator Poirier, New Brunswick.
Le sénateur Poirier : Le sénateur Poirier, Nouveau-Brunswick.
Senator Stewart Olsen: Carolyn Stewart Olsen, New
Brunswick.
La sénatrice Stewart-Olsen : Carolyn Stewart Olsen, NouveauBrunswick.
Senator Raine: Nancy Greene Raine from British Columbia.
La sénatrice Raine : Nancy Greene Raine, de la ColombieBritannique.
The Chair: Thank you, senators. We may have another senator
joining us later.
Le président : Merci, sénateurs. Un autre sénateur se joindra
peut-être à nous plus tard.
The committee is beginning its study of Fisheries and Oceans
Canada’s proposal to Parliament for user fees and service
standards for aquaculture licences under the Pacific
Aquaculture Regulations. The proposal was deemed referred to
the committee by the Senate on Wednesday, October 1, 2014,
pursuant to rule 12-8(2).
Le comité entreprend son étude de la proposition faite au
Parlement par Pêches et Océans Canada visant les frais
d’utilisation et les normes de service pour les permis
d’aquaculture en vertu du Règlement du Pacifique sur
l’aquaculture. La proposition a été renvoyée au comité par
le Sénat le mercredi 1 er octobre 2014, conformément à
l’article 12-8(2) du Règlement.
We are pleased to welcome senior officials from the
Department of Fisheries and Oceans Canada. I would ask them
to introduce themselves before we begin.
Nous sommes heureux d’accueillir les hauts fonctionnaires du
ministère de Pêches et Océans Canada. Avant de commencer, je
leur demanderais de se présenter.
Kevin Stringer, Senior Assistant Deputy Minister, Ecosystems
and Fisheries Management, Fisheries and Oceans Canada: Thank
you very much. My name is Kevin Stringer. I’m the Assistant
Deputy Minister for Ecosystems and Fisheries Management. We
have short opening remarks, but I will first ask my colleagues to
introduce themselves.
Kevin Stringer, sous-ministre adjoint principal, Gestion des
écosystèmes et des pêches, Pêches et Océans Canada : Merci
beaucoup. Je m’appelle Kevin Stringer. Je suis sous-ministre
adjoint du secteur des écosystèmes et de la gestion des pêches. J’ai
préparé des remarques liminaires, mais auparavant je
demanderais à mes collègues de se présenter à leur tour.
Jay Parsons, Director, Aquaculture Science, Fisheries and
Oceans Canada: Jay Parsons, director of aquaculture
biotechnology and aquatic animal health sciences with Fisheries
and Oceans.
Jay Parsons, directeur, Sciences de l’aquaculture, Pêches et
Océans Canada : Jay Parsons, directeur de la section de la
recherche en aquaculture de la biotechnologie et de la santé des
animaux aquatiques à Pêches et Océans.
15:8
Fisheries and Oceans
25-11-2014
Eric Gilbert, Director General, Aquaculture Operations,
Ecosystems and Aquaculture Management, Fisheries and Oceans
Canada: Eric Gilbert, director general of aquaculture
management with DFO here in Ottawa.
Eric Gilbert, directeur général, Gestion de l’aquaculture, Pêches
et Océans Canada : Eric Gilbert, directeur général de la gestion de
l’aquaculture à Pêches et Océans, à Ottawa.
Alistair Struthers, Director, Aquaculture Operations, Fisheries
and Oceans Canada: Alistair Struthers, Director, Aquaculture
Operations with the aquaculture management directorate.
Alistair Struthers, directeur, Opération de l’aquaculture, Pêches
et Océans Canada : Alistair Struthers, directeur, Opération de
l’aquaculture, Direction générale de la gestion de l’aquaculture.
The Chair: Thank you very much.
The senator who just arrived, would you let us know who you
are?
Senator Munson: Senator Jim Munson, I’m an Ontario senator
but my heart is in New Brunswick. I’m here for 30 minutes today.
The Chair: Thanks for giving us notice.
Le président : Merci beaucoup.
Le sénateur qui vient d’entrer pourrait-il s’identifier?
Le sénateur Munson : Sénateur Jim Munson, je suis un sénateur
de l’Ontario, mais mon cœur appartient au Nouveau-Brunswick.
J’assisterai à 30 minutes de la réunion aujourd’hui.
Le président : Merci du préavis.
On behalf of the members of the committee, I thank you for
being here today. I understand, Mr. Stringer, you have some brief
opening remarks you’d like to make, and then we’ll have
questions from senators. The floor is yours.
Au nom des membres du comité, je vous remercie de vous être
déplacés. Je crois comprendre, monsieur Stringer, que vous avez
de brèves remarques liminaires, après quoi nous passerons aux
questions des sénateurs. Vous avez la parole.
Mr. Stringer: Thank you very much for the invitation. It really
is a pleasure for us to be here to provide some context and answer
questions on the proposal for B.C. aquaculture licence fees.
M. Stringer : Merci beaucoup de l’invitation. C’est un plaisir
pour nous que d’être ici afin de vous donner un peu de contexte et
de répondre à toute question sur notre proposition de frais de
permis d’aquaculture en Colombie-Britannique.
I’ll speak a little bit about the process that we’ve been through,
how we’ve come up with the proposal that is before you and then
make a few comments, although you already have information,
on the fees themselves, the principles and what the fees entail.
Je vous parlerai un peu du processus que nous avons suivi, de
la façon par laquelle nous en sommes venus à cette proposition et
je ferai quelques remarques complémentaires sur les frais mêmes,
même si vous disposez déjà de cette information, et ensuite je
parlerai des principes qui motivent ces frais.
[Translation]
As you are no doubt aware based on your current study, the
global demand for fish and seafood continues to rise. While
traditional wild capture fisheries may supply part of this
increasing demand, aquaculture production will be its main
source. On account of Canada’s vast and rich aquatic resources,
we have tremendous potential to become a major contributor to
this global demand. This is an opportunity to help revitalize
coastal, rural, and aboriginal communities by providing
important jobs.
[English]
[Français]
Comme vous le savez sans doute, d’après votre étude en cours,
la demande mondiale de poisson et de fruits de mer ne cesse
d’augmenter. Même si les pêches commerciales sauvages peuvent
répondre en partie à cette demande croissante, la production
d’aquaculture en sera néanmoins une source importante. Eu égard
aux riches et vastes ressources aquatiques du Canada, nous avons
le potentiel de répondre largement à la demande mondiale. Il
s’agit là d’une occasion de revitaliser les collectivités côtières
rurales et autochtones en créant des emplois importants.
[Traduction]
We are committed to ensure that any such growth takes place
in a sustainable way while maintaining a strong and modern
regulatory regime that protects the environment. As part of the
department’s regulatory reform agenda, these proposed licence
fees are designed to help assure Canadians that those who access
our natural resources for private gain pay an appropriate fee and
are accountable to appropriate regulatory standards.
Nous voulons que cette croissance se fasse de façon soutenable
dans le cadre d’un régime réglementaire moderne et robuste qui
protégera l’environnement. Dans le cadre du programme de
réforme réglementaire de ce ministère, cette proposition de frais
de permis vise à rassurer les Canadiens que ceux qui ont accès à
nos ressources naturelles à des fins lucratives paient des
redevances appropriées et respectent un cadre réglementaire
pertinent.
As a bit about how we got here, in 2009 the B.C. Supreme
Court ruled that the management of aquaculture in the province
of B.C. falls under federal jurisdiction, and it gave the federal
Le point de départ à ce qui m’amène devant vous aujourd’hui
remonte à 2009, lorsque la Cour suprême de ColombieBritannique statuait que la gestion de l’aquaculture de la
25-11-2014
Pêches et océans
15:9
government until December 2010 — four years ago from now —
to establish a new regulatory regime and a program to operate
aquaculture in B.C. As a result, the federal government developed
the Pacific Aquaculture Regulations under the Fisheries Act.
Those regulations came into effect on December 18, 2010, when
the department officially assumed regulatory authority. Among
other things, they allow the minister to issue licences and to set
conditions on those licences.
Colombie-Britannique relevait de la juridiction fédérale et
établissait que le gouvernement fédéral avait jusqu’à décembre
2010, soit il y a quatre ans, pour respecter cette nouvelle
obligation et établir une nouvelle réglementation et des
programmes d’exploitation de l’aquaculture en ColombieBritannique. En réponse à cette décision, le gouvernement
fédéral créait le Règlement du Pacifique sur l’aquaculture en
vertu de la Loi sur les pêches. Ce règlement est entré en vigueur le
18 décembre 2010, au moment où le ministère des Pêches et des
Océans devenait officiellement l’organisme de réglementation
chargé de la gestion de l’aquaculture en Colombie-Britannique.
Ce règlement donne notamment au ministre le pouvoir de délivrer
des permis et d’en établir les conditions.
While this work was under way, DFO committed to
establishing licence fees as well, which would be fair and simple
to administer and understand. The requirement to undertake the
User Fees Act process, however, meant that it was impossible to
implement these fees at the same time the regulatory regime came
into effect.
Pendant ce temps, le MPO s’est engagé à fixer aussi des frais
pour les permis qui seraient justes, et simples à administrer et à
comprendre. La mise en œuvre du processus lié à la Loi sur les
frais d’utilisation rendait impossible la mise en œuvre de ces frais
au même moment que l’entrée en vigueur de la nouvelle
réglementation.
Once the regulation was in place at the end of 2010, in 2011 we
started work on the licence fee regime. We conducted initial
internal analysis for potential licence fees, reviewed the previous
regime, looked at charges by other jurisdictions in Canada and
elsewhere, and we looked at different models.
Une fois la réglementation entrée en vigueur à la fin de 2010,
nous pouvions en 2011 commencer le travail sur les frais
d’utilisation. Nous avons d’abord procédé à une analyse initiale
interne, en examinant l’ancien régime de frais et les régimes
d’autres administrations au Canada et à l’étranger, en plus de
considérer divers modèles.
In the spring of 2012, the department held a set of preliminary
meetings with targeted stakeholders and First Nations to consider
all of this. We also solicited input for other elements we might
have missed or concerns others might have. We received useful
feedback in these discussions and developed an approach which is
the foundation for the proposal before you.
Au printemps 2012, le ministère a tenu une série de rencontres
préliminaires avec les intervenants visés et les Premières Nations.
Nous avons également demandé l’apport de tout élément qui
aurait pu passer inaperçu et nous nous sommes assurés que toutes
les préoccupations étaient entendues. Nous avons reçu une
rétroaction utile dans le cadre de ces discussions, qui a une
incidence directe sur l’approche que nous proposons et dont vous
êtes saisis.
In fall of last year, DFO prepared a discussion document,
initiated a 30-day public comment period and undertook a mailout of 591 discussion packages to all B.C. licence holders and to
First Nations, with directions on how to participate. A notice of
intent to consult was also published in Canada Gazette, Part I, to
ensure that the 30-day comment period was open to all
Canadians. So we’ve had significant opportunity for input and
we’ve received significant input. We had a dedicated website
where we provided background, discussion materials, links to
other relevant documents and information on how to provide
input.
À l’automne 2013, le MPO a préparé un document de
discussion et lancé une autre période de consultations publiques
de 30 jours, comprenant une distribution massive de 591 trousses
de documentation à tous les titulaires de permis en ColombieBritannique et aux Premières Nations, comprenant des directives
sur la façon de participer. Un avis d’intention en matière de
consultation a également été publié dans la Gazette du Canada,
partie I, pour que la période de commentaires de 30 jours soit
véritablement ouverte à tous les Canadiens. Nous avons donc pu
obtenir de la rétroaction et nous en avons eu beaucoup. Nous
avions un site web dédié à la question qui fournissait le contexte,
des documents de consultation, des liens à d’autres documents
pertinents ainsi que des renseignements sur la manière
d’intervenir.
[Translation]
At the conclusion of the comment period, 607 visits to the
website were registered and a total of 113 comments were
received. The majority, 84, were in favour of the proposed fees. Of
[Français]
À la fin de la période des commentaires, le site web avait été
visité 607 fois et nous avions reçu un total de 113 commentaires.
Une majorité de 84 participants se disait en faveur des droits
15:10
Fisheries and Oceans
25-11-2014
those opposed, 15 were concerned that the proposed fee is too
low. DFO responded to comments where necessary and
encouraged participants to continue the dialogue.
proposés. Parmi ceux qui étaient contre, 15 s’inquiétaient qu’ils
soient trop faibles. Au ministère, nous avons répondu aux
commentaires et nous avons encouragé les participants à
poursuivre le dialogue.
Following this stage, the User Fees Act process provides for
another 30-day period where formal complaints could be
submitted. However, no complaints were received related to the
proposed fees and the final part of the complaint process, an
independent advisory panel, was not required.
Après cette étape, le processus de la Loi sur les frais
d’utilisation impose une autre période de 30 jours au cours de
laquelle les plaintes peuvent être formulées. Aucune plainte
formelle n’a été reçue à l’égard des droits proposés, et il n’a pas
été nécessaire d’instituer un comité consultatif indépendant à cet
égard.
[English]
[Traduction]
So with that process in place, we pulled together all the input
we had received and developed the final proposal, which was
tabled in Parliament for consideration earlier this year and
referred to this committee for review.
À la suite de ce processus, nous avons analysé tous les
renseignements reçus, élaboré une proposition que nous avons
déposée au Parlement pour examen et qui, ensuite, a été renvoyée
à votre comité.
Following this review you’re undertaking, and consideration of
any recommendations put forward, the department would
continue to finalize the regulatory amendment process.
À la suite de votre examen, nous analyserons toute
recommandation de votre part et poursuivrons le processus
réglementaire de modification.
I have a few quick points on the fees themselves. The fee
proposal before you outlines some of the principles and objectives
that we’ve tried to look at and be faithful to. I’ll just outline a few
of them.
J’aimerais souligner certains points dignes de mention au sujet
des droits. Plusieurs principes de base ont guidé Pêches et Océans
Canada dans leur établissement et nous les avons respectés. Je
vous en citerai quelques-uns.
We’ve been guided by a set of core principles and objectives.
The fees should be simple, fair and easy to understand for licence
holders and easy to apply. The fees should take into account
practical matters of factors such as allowable production volume,
size of operation, differences between finfish and shellfish, and
freshwater land-based operations. The fees should address cost
recovery and the privilege to access a public resource. The fees
should not impact competitiveness. They should not be out of line
with previous fees or fees charged in other jurisdictions in Canada
and internationally.
Nous avons donc été guidés par des principes et objectifs
fondamentaux. Nous voulions une approche juste et équilibrée
aux droits de permis, simples et faciles à comprendre pour tous les
titulaires. Les droits devaient prendre en compte des questions
pratiques comme les volumes de production autorisés, la taille des
exploitations, les différences entre les poissons et les autres
produits de la mer, et les particularités des exploitations en eau
douce et terrestre. Les droits doivent tenir compte de la
récupération des coûts et du privilège que représente l’accès à
une ressource publique. Ils ne doivent pas avoir d’incidence sur la
concurrence. Ils ne doivent pas non plus trop s’écarter des droits
imposés antérieurement ou ailleurs au Canada et à l’étranger.
At the end of the day, we are proposing a fee comprised of two
components: one, a flat fee applied to partially recover
administrative costs; and, two, an access-to-resource fee for
exclusive use of a federally regulated resource. The flat fee would
apply to all licence holders. However, for the resource-based
portion of the fee, finfish growers would pay a fee based on the
maximum amount of fish they’re licensed to produce, measured in
tonnage. Shellfish growers would pay a fee based on the amount
of area used, measured in hectares. Since freshwater and landbased operations do not have privileged access to a federally
regulated resource, they would only pay the flat fee. Furthermore,
enhancement facilities would not pay any licence fees as they
don’t derive a private economic benefit for the use of a public
resource.
Ainsi, les droits proposés comprennent deux éléments :
premièrement, des droits fixes, pour recouvrer partiellement les
coûts administratifs; et, deuxièmement, des droits d’accès pour
l’utilisation exclusive d’une ressource réglementée par le
gouvernement fédéral. Les droits fixes s’appliqueraient à tous
les détenteurs de permis. Cependant, dans le cas de la partie des
droits relatifs aux ressources, les pisciculteurs paieraient en
fonction du nombre maximal de poissons auxquels ils ont droit,
mesuré en tonnes. Les conchyliculteurs paieraient des droits en
fonction de la région qu’ils exploitent, mesurée en hectares. Étant
donné que les exploitants en eau douce et les exploitations
terrestres n’ont pas d’accès privilégié à une ressource réglementée
par le gouvernement fédéral, ils ne paieraient que les droits fixes.
En outre, les installations de mise en valeur ne couvriraient pas les
droits de permis, car elles ne génèrent aucun avantage
économique privé de l’utilisation d’une ressource publique.
25-11-2014
Pêches et océans
15:11
I have two final points. First, note that in terms of the fees that
B.C. licence holders or facilities pay, the licence is only one piece
that they pay. The province has maintained responsibility for
issuing aquaculture leases or tenures on the lands under their
jurisdiction, and they collect fees related to this. This amounts to
approximately $1.5 million a year, and that is more substantive at
the end of the day than what the licence fees will be.
En conclusion, j’ai deux choses à dire. Premièrement, en ce qui
a trait aux frais payés par les détenteurs de permis ou les
installations en Colombie-Britannique, ces derniers ne payent que
les frais du permis. La province a conservé la responsabilité
d’émettre des baux aquacoles sur les terres sous sa juridiction et
de percevoir les droits qui y sont liés. Ces sommes totalisent
environ 1.5 million de dollars par année, ce qui constitue une part
substantielle du coût d’exploitation aquacole par comparaison au
droit de permis proposé.
Second, we have consulted broadly. Industry has maintained
general support for the implementation of fees and expressed
these sentiments throughout the consultative process. They have
indicated that they’re interested in having fees issued for a longer
period of time rather than issued annually. It could be three years,
six years. To this end, they’ve asked us to adjust the regulation to
enable fees to be paid in installments. Right now, we can already
provide licences for a longer period of time, but you have to pay
the fee up front. If we can do annual installments, that’s a small
regulatory change. We could move in the direction of multi-year
aquaculture licences in B.C. and the department would be
generally supportive of this as well.
Deuxièmement, nous avons fait des consultations importantes.
L’industrie en général a apporté son soutien à la mise en place des
droits et s’est exprimée en ce sens pendant tout le processus de
consultation. Elle nous a dit qu’elle aimerait que les permis soient
émis pour une période de temps plus longue, au lieu d’être émis
annuellement. Cela pourrait être des permis de trois ans, de six
ans. On nous a donc demandé de modifier les règlements afin de
permettre les paiements par versement. Il est actuellement possible
d’émettre des permis pour une période de temps plus longue mais
il faut payer le montant en un versement. Des versements annuels
impliquent une petite modification dans le règlement. Nous
pourrions envisager l’émission de permis d’aquaculture
pluriannuels en Colombie-Britannique et le ministère y serait
favorable.
In summary, the user fee process has been extensive. It has
been inclusive, challenging and a long process. But it’s been a very
useful process that has allowed us to develop a proposed fee
regime that we believe does meet the objectives and principles
we’re trying to achieve. It is, we hope, reasonably simple, fair and
easy to understand and apply, and we think it will work.
Enfin, le processus relatif aux frais d’utilisation a été très
complet. Il a été inclusif, long et a comporté des défis. Cependant,
cela a été un processus très utile qui nous a permis d’élaborer un
régime de frais qui, nous croyons, respectera les objectifs et les
principes que nous voulons réaliser. Nous espérons que ce sera un
processus simple, juste, facile à comprendre et à mettre en
vigueur, et nous croyons que cela va fonctionner.
We’re pleased to answer any questions, hear your views and
very much look forward to your final report.
Nous serons heureux de répondre à vos questions, écouter vos
points de vue, et nous avons hâte de lire votre rapport final.
The Chair: Thank you very much, Mr. Stringer. It’s certainly a
detailed summary of events thus far. I’m going to ask Senator
Raine to lead off our questions this evening.
Le président : Merci beaucoup, monsieur Stringer. Vous nous
avez certainement donné un résumé très détaillé du processus
suivi jusqu’à présent. Je vais demander à la sénatrice Raine de
commencer la période de questions.
Senator Raine: Thank you very much. It’s good to hear the
background on the process, how long it was and how thorough it
was. That gives us all a little bit of comfort.
La sénatrice Raine : Merci beaucoup. C’est très utile de
comprendre le contexte dans lequel le processus s’est déroulé, de
voir jusqu’à quel point c’était long et complet. Cela nous rassure.
I have a question about the 2 per cent annual adjustment
mechanism. I’m questioning why you took a flat 2 per cent. I sit
on the Aboriginal People’s Committee and some things have been
capped at 2 per cent, which is causing all kinds of problems. If
inflation is above 2 per cent, does it make sense to cap it at
2 per cent? Should it not be capped to inflation rather than set at
a percentage?
J’ai une question sur le mécanisme d’ajustement annuel de
2 p. 100. Je me demande pourquoi vous avez choisi un
pourcentage fixe de 2 p. 100. Je siège au comité des peuples
autochtones et j’ai constaté que le fait d’avoir imposé un seuil de
2 p. 100 cause toutes sortes de problèmes. Si l’inflation dépasse
2 p. 100, est-ce logique d’imposer un plafond de 2 p. 100? Ne
devrait-on pas tenir compte de l’inflation plutôt que de fixer un
pourcentage?
Mr. Stringer: With regard to the issue of putting something in
there to allow it to change, the challenge that we’ve gone through,
the extensive process on this regulation, has been huge. The idea
that in three or four years you would want to go and do that again
M. Stringer : S’agissant d’un montant qui peut changer, le défi
que nous avons dû relever par rapport au processus
d’établissement de la réglementation a été très complexe. La
possibilité de revenir dans trois ou quatre ans et d’effectuer des
15:12
Fisheries and Oceans
25-11-2014
to adjust it is the challenge. We did come up with the concept that
there needs to be some self-adjustment.
modifications, d’ajuster le montant, représente un défi. Nous nous
sommes rendu compte que nous avons besoin d’un mécanisme
d’autoajustement.
The question is an excellent one. How do you come up with a
reasonable number? Do you link it to inflation? We’ve been told
that that’s generally not done, linking it to inflation, but I believe
this is an explanation of inflation over the last X number of years
with a reasonable estimate that that would be what is in place
going forward. That’s basically it, but I will ask Eric or Alistair to
speak to it.
Voilà une excellente question. Comment en arriver à un chiffre
raisonnable? Le relie-t-on à l’inflation? On nous a dit que ce n’est
pas ce qui se fait habituellement, de le lier à l’inflation, mais je
pense que cela s’explique par l’inflation de ces dernières années
avec une estimation raisonnable de ce qu’elle sera à l’avenir. Voilà
l’explication générale, mais je vais demander à Eric ou Alistair
d’en parler.
Mr. Gilbert: Actually, it’s a very good question because it’s one
of the few that we struggled with for a long time. Kevin provided
part of the answer.
M. Gilbert : En fait, c’est une très bonne question car c’est
l’une des quelques questions qui nous a donné du fil à retordre
assez longtemps. Kevin a présenté une partie de la réponse.
The other part of that is the fact that we’ve been advised by the
central agency that a good way to deal with the increasing cost of
fees is also to look at the Bank of Canada target inflation rate. As
you know, the Bank of Canada is trying to put measures in place
in order to maintain the inflation rate at a given number, and
2 per cent is the number they’ve been targeting for a long time
and they will target over the next few years.
L’autre partie, c’est que l’agence centrale nous a dit qu’une
bonne façon de s’occuper de l’augmentation des frais est de
regarder le taux d’inflation cible de la Banque du Canada.
Comme vous le savez, la Banque du Canada essaie de mettre des
mesures en place afin de maintenir le taux d’inflation à 2 p. 100, le
niveau visé depuis longtemps et qui continuera de l’être au cours
des prochaines années.
The other option would have been to look at the price index,
which is not easy. We mentioned that one of the principles that
guides our work in order to end up with this proposal in front of
you is that we have to keep it simple and we have to make sure it
will be easy to manage. The 2 per cent was at the end of this
thinking process. It’s not perfect. It’s not the ideal scenario, but
it’s the best that we can achieve.
L’autre option aurait été d’utiliser l’indice des prix, ce qui n’est
pas facile. Nous avons dit que l’un des principes qui guident notre
travail pour en arriver à ces propositions que vous avez devant
vous est de s’assurer que cela sera simple et facile à gérer. Notre
réflexion nous a menés à ce pourcentage de 2 p. 100. Ce n’est pas
parfait. Ce n’est pas le scénario idéal, mais c’était le mieux que
l’on pouvait faire.
Nobody would wish this, but like we did in the 1980s, if
Canada entered into a period where the inflation rate would be
maintained at the highest level for years, we could always go back
to the central agency and amend that regulation to change that
rate if there is a need. It’s not set in stone forever. This is a
regulation that could be amended down the road if need be.
Ce n’est pas ce que l’on veut, mais si comme dans les
années 1980, le Canada entrait dans une période où le taux
d’inflation se maintenait à des niveaux très élevés, nous pourrions
toujours demander à l’agence centrale de changer le règlement. Il
n’est pas coulé dans le bronze. Le règlement pourrait être changé
au besoin.
Senator Raine: Could you explain what you mean by ‘‘central
agency’’?
La sénatrice Raine : Que voulez-vous dire par « agence
centrale »?
Mr. Gilbert: Treasury Board.
Senator Raine: And you say that’s not generally done?
Mr. Gilbert: Using the price index. That is taking care of
inflation, maybe not on a daily basis, but it’s published on a
yearly basis for sure. In a regulation, it’s difficult to reference an
index that is not under our control.
Alistair, do you want to add a few things?
Mr. Struthers: As Eric pointed out, it was a concept that we
struggled with a fair amount. Two per cent is the targeted
inflation rate set by the Bank of Canada. The average inflation
rate for the last 15 years has been 1.89 per cent, so we’re in line
with that. It’s not perfect, but it is simple and easy to understand.
M. Gilbert : Le Conseil du Trésor.
La sénatrice Raine : Et vous dites que ce n’est pas ce qui se fait
normalement?
M. Gilbert : L’utilisation de l’indice des prix. Il couvre
l’inflation, pas de façon quotidienne, mais il est certainement
publié une fois par année. Dans un règlement, c’est difficile de
renvoyer à un indice que nous ne contrôlons pas.
Alistair, vouliez-vous ajouter quelque chose?
M. Struthers : Comme Eric l’a mentionné, c’est un concept qui
nous a donné du fil à retordre. Deux pour cent, c’est le taux
d’inflation cible de la Banque du Canada. Le taux d’inflation
moyen au cours des 15 dernières années a été de 1,89 p. 100, alors
nous en sommes près. Ce n’est pas parfait, mais c’est simple et
facile à comprendre.
25-11-2014
Pêches et océans
15:13
As Eric mentioned on the consumer price index, that would be
the most accurate way of having it adjusted based on the
consumer price index each year. It’s an idea that, in theory, most
people kind of get. It’s linked to inflation. However, the actual
ability to calculate it is a question of the basket of goods you use,
the time of year. We would then have to publish this on DFO’s
website. We’ve also been advised by lawyers in the drafting
process that if we have a formula within our regulations that
requires the fee payer to look outside of the regulations, it might
become a little problematic from a transparency perspective.
Comme Eric l’a mentionné pour l’indice des prix à la
consommation, cela serait la façon la plus précise de l’ajuster
chaque année. En théorie, c’est une idée que la plupart des gens
comprennent. C’est lié à l’inflation. Cependant, la capacité réelle
de calculer cet indice dépend du panier de biens utilisé et de la
période de l’année. Il faudrait ensuite le publier sur le site web du
MPO. Lors du processus de rédaction, des avocats nous ont dit
que si le règlement comprend une formule qui fait que la personne
qui paie les frais doit regarder à l’extérieur du règlement, cela
pourrait poser problème du point de vue de la transparence.
Senator Munson: I know we’re here to talk about the User Fees
Act, but you folks have been involved so much in the aquaculture
industry, and I think we all want to have a more vibrant
aquaculture industry. We’ve been across the country listening to a
great amount of testimony about too much regulation and too
many departments, and the whole idea is that most in the industry
would like to have an aquaculture act.
Le sénateur Munson : Je sais que nous sommes ici pour vous
parler de la Loi sur les frais d’utilisation, mais vous avez tellement
travaillé sur l’industrie de l’aquaculture, et je pense que nous
voulons tous une industrie de l’aquaculture en santé. Nous avons
voyagé partout au pays et entendu des témoignages sur le fait
qu’il y a trop de règlements et de ministères, et la plupart des
acteurs du secteur aimeraient avoir une loi sur l’aquaculture.
It seems to be in a frozen state with no growth. When you go
on a journey to Scotland and Norway and see the immensity of
the work being done there, and the way things are marketed here
from other countries, Canada has such great potential.
Elle semble être immobile, comme gelée. Si on va en Écosse et
en Norvège, on voit l’immensité de ce qui se fait là-bas et
comment les produits sont vendus ici à partir d’autres pays, et on
constate tout le potentiel du Canada.
You folks have been around for some time. Could I get your
view of where we’re at now within the industry from the point of
view of a bureaucratic process? You play a fundamental role with
this.
Vous, vous êtes là depuis assez longtemps. Pourrais-je savoir
où en est le processus bureaucratique pour cette industrie? Vous
jouez un rôle fondamental dans ce domaine.
In fishing, the aquaculture industry, they call themselves fish
farmers, for example. They feel more comfortable with the
farming industry as opposed to the fishery, per se. I would like to
get an overview of your views of where we’re at now, because we
need your input as well before we put this report out.
Dans le secteur des pêches, les représentants de l’industrie de
l’aquaculture se disent éleveurs de poissons, par exemple. Ils sont
plus à l’aise avec l’industrie agricole qu’avec celle des pêches.
J’aimerais connaître votre point de vue sur la situation, car nous
avons besoin d’entendre vos commentaires avant de publier le
rapport.
The Chair: Just as a point, senator, as you began your
statement you realize our witnesses are here to discuss user fees.
If, for any reason or another, you don’t want to delve into that,
we can have that at another time. If you want to, the door is open,
but we’re here to discuss user fees.
Le président : Sénateur, comme vous l’avez dit, vous
comprenez que nos témoins sont ici pour parler des frais
d’utilisation. Si pour une quelconque raison vous ne voulez pas
traiter ce sujet, nous pourrons en reparler une autre fois. Si vous le
voulez, la porte est ouverte, mais nous sommes ici pour parler des
frais d’utilisation.
I’ll leave it to your discretion, Mr. Stringer.
Monsieur Stringer, je vous laisse décider.
Mr. Stringer: Thank you. I’ll quickly respond. I also note that I
think we’re due back here next week on the aquaculture activity
regulation, which is closer to the broader regulatory topic.
M. Stringer : Merci. Je vais répondre brièvement. Je
soulignerai que nous devons revenir ici la semaine prochaine
pour parler du règlement sur les activités d’aquaculture, qui se
rapproche du sujet plus général de la réglementation.
A number of us spent the day with CAIA, the Canadian
Aquaculture Industry Alliance. They had their annual general
meeting today in Ottawa, and I appeared before them with Eric
and a couple of colleagues, and then Science did a presentation
this afternoon; so we work very closely with the industry. I will
tell you what I said in terms of where things are at. I will just
reflect on it.
Un certain nombre d’entre nous avons passé la journée avec
l’AICA, l’Alliance de l’industrie canadienne de l’aquaculture. Elle
a tenu son assemblée générale annuelle aujourd’hui à Ottawa, et
j’étais présent avec Eric et deux autres collègues, et puis la
direction scientifique a fait un exposé cette après-midi; alors nous
collaborons étroitement avec cette industrie. Je vous répéterai ce
que j’y ai dit au sujet de la situation. Ce sera une brève
description.
15:14
Fisheries and Oceans
25-11-2014
Number one, 50 per cent of the world’s fish resources now
come from aquaculture and that is up enormously from before.
The world will need fish resources for protein. There are formal
estimates from the UN and the FAO about how much will be
needed and how much we have as a deficit.
Premièrement, 50 p. 100 des ressources halieutiques mondiales
viennent maintenant de l’aquaculture, une énorme augmentation
par rapport au passé. Le monde aura besoin des ressources
halieutiques pour les protéines. Il y a des estimations officielles de
l’ONU et de la FAO sur les besoins et sur les manques.
My job as a fish manager is to make sure that as much of that
as possible comes from the wild fishery. I don’t know that
anybody in the world thinks we will have a doubling of the wild
fishery over the next 30 years. A substantial portion of that needs
to come from aquaculture, and Canada is well positioned. Our
job at DFO and in the Government of Canada is to make sure
that that growth is enabled with strong, environmentally
responsible regulation.
Mon travail en tant que gestionnaire des pêches est de s’assurer
qu’il y en ait autant que possible qui vienne de la pêche sauvage.
Je ne crois pas que quiconque au monde pense que nous pourrons
doubler la pêche sauvage au cours des 30 prochaines années. Une
partie importante des besoins seront comblés par l’aquaculture, et
le Canada est très bien placé. Notre travail au MPO et au
gouvernement du Canada est de s’assurer que cette croissance est
favorisée par une réglementation solide et écologiquement
responsable.
The regulations we will be talking about next week, the
Aquaculture Activities Regulations, are part of that. I would say
that PAR, the Pacific Aquaculture Regulations which we passed
in 2010 that we’re doing fees for today and talking about today,
and that the committee is considering now, is another piece of
that, but there are other elements of those. We’d be happy to talk
about those things.
Les règlements dont nous parlerons la semaine prochaine, les
règlements sur les activités d’aquaculture, font partie de cette
stratégie. Je dirais que le Règlement du Pacifique sur
l’aquaculture adopté en 2010 et dont nous discutons des frais
aujourd’hui et que le comité examine, est un autre aspect de tout
cela, mais il y en a d’autres aussi. Cela nous fera plaisir d’en
parler.
It is a challenge, but that is our objective and discussions with
the industries are ongoing.
C’est difficile, mais c’est notre objectif et nous discutons avec
les industries.
The Chair: Thank you, Mr. Stringer. We certainly look
forward to you elaborating on some of those facts next week or
in the future.
Le président : Merci monsieur Stringer. Nous avons hâte que
vous nous donniez plus de détails à ce sujet la semaine prochaine
ou plus tard.
Are you finished, Senator Munson?
Avez-vous terminé, sénateur Munson?
Senator Munson: Well, I guess I am.
Le sénateur Munson : Eh bien, je pense que oui.
The Chair: You are now.
Le président : Oui, c’est le cas.
Senator Munson: The user fees are not as exciting as the other
stuff. I understand user fees, but I’ll come back next week and we
can get into the whole play that’s out there. I truly believe, as
we’ve seen, chair, that there are challenges, but there has to be
change with those challenges.
The Chair: Stay tuned.
Le sénateur Munson : Les frais d’utilisation ne seront pas aussi
intéressants que le reste. Je comprends les frais d’utilisation, mais
je reviendrai la semaine prochaine et nous pourrons parler de
l’ensemble de la situation. Je crois, comme nous l’avons constaté,
monsieur le président, qu’il y a des défis, mais il faudra apporter
des changements.
Le président : Restez à l’écoute.
Senator Meredith: Mr. Stringer, thank you for your
presentation. You talked about the consultation process. As a
former member of the Aboriginal Committee, we’re consistently
going back to duty to consult and treaty rights and so forth. You
talked about the opportunity to grow this industry, and we see
there are great potentials. My colleague has mentioned some of
the trips we have just been on and see Canada lagging behind.
One of my concerns is to ensure that the First Nations people of
Canada are truly engaged in the aquaculture industry and that
they become participants.
Le sénateur Meredith : Monsieur Stringer, merci pour votre
exposé. Vous avez parlé de consultation. En tant qu’ancien
membre du Comité des peuples autochtones, nous revenons
toujours à l’obligation de consulter, aux droits issus de traités, et
cetera. Vous avez parlé des possibilités de croissance de cette
industrie, et nous constatons qu’il y a beaucoup de potentiel. Mon
collègue a mentionné certains des voyages que nous avons faits et
nous avons vu que le Canada était à la traîne. Je veux m’assurer
que les peuples des Premières Nations du Canada participent
vraiment à l’industrie de l’aquaculture.
My question to you is with respect to the consultation process.
What were some of the steps taken? Can you certify to the
committee today that you have exhausted those processes? What
were the results of those processes with respect to commitments
from the First Nations people to agree to these fees?
Ma question pour vous concerne les consultations. Quelles
étapes ont été suivies? Pourriez-vous confirmer aujourd’hui que
vous avez complété ces étapes? Quels ont été les résultats par
rapport aux engagements qu’ont pris les peuples des Premières
Nations d’accepter ces frais?
25-11-2014
Pêches et océans
15:15
When I see these things, I don’t want us to come back around
to another round of discussions on this matter or find there’s
some opposition to it. I’d like to be clear that we’ve done
everything we can. If you don’t mind elaborating for me on that
process, I then will have a final question for you.
Lorsque je vois la situation, je ne veux pas qu’on doive y
revenir pour une autre ronde de discussions et découvrir qu’il y a
de l’opposition. J’aimerais qu’il soit clair que nous avons fait tout
ce qui est possible. Si cela ne vous dérange pas de m’expliquer le
processus, et j’aurai ensuite une dernière question pour vous.
Mr. Stringer: I will start and then ask Eric to add to this
because he was at some of the meetings with First Nations.
M. Stringer : Je vais commencer et ensuite je vais demander à
Eric de poursuivre parce qu’il a participé à certaines des
rencontres avec les Premières Nations.
I talked in my opening remarks about a pretty extensive
process we had, partly because we thought it was a good idea,
partly because we have responsibilities for First Nations, but also
because the User Fees Act is basically a pretty prescriptive process
that requires this type of engagement.
J’ai parlé dans ma déclaration d’ouverture du long processus
que nous avons suivi, en partie parce que nous pensions que
c’était une bonne idée, et en partie parce que nous avons des
responsabilités envers les Premières Nations, mais aussi parce que
la Loi sur les frais d’utilisation relève d’un processus assez
prescriptif qui exige ce genre de discussion.
In terms of First Nations, I’d say there were three or four entry
points. In our first considerations, we had discussions with the
B.C. First Nations Fisheries Council around the fees and what we
were doing. When the discussion paper went out in the fall of
2013, the materials were sent to all 203 First Nations in British
Columbia. So there were at least those two pieces.
Il y a eu trois ou quatre points d’entrée avec les Premières
Nations. Premièrement, nous avons discuté avec le conseil des
pêches des Premières Nations de la Colombie-Britannique des
frais et de ce que nous faisions. Lorsque le document de
discussion a été diffusé à l’automne 2013, les documents ont été
envoyés à toutes les 203 Premières Nations de la ColombieBritannique. Alors il y a eu au moins ces deux aspects.
We have also identified in a process with the First Nations
Leadership Council and the First Nations Fisheries Council,
which supports the First Nations Leadership Council in B.C., that
aquaculture is an item to discuss, so we have a number of issues
that we discuss with First Nations, licence fees being one piece of
that. It was a pretty extensive process in that regard.
Nous avons aussi constaté lors de nos communications avec le
conseil des dirigeants des Premières Nations et le conseil des
pêches des Premières Nations, qui appuie le conseil des dirigeants
des Premières Nations en Colombie-Britannique, qu’il fallait
parler de l’aquaculture, puisque nous discutons avec les Premières
Nations de différents dossiers, y compris les frais d’utilisation. Le
processus a été assez élaboré à cet égard.
I’ll ask Eric if there’s anything specific that we have heard from
First Nations. As you point out, aquaculture is a big issue in B.C.
Je vais demander à Eric si les Premières Nations nous ont dit
des choses précises. Comme vous l’avez mentionné, l’aquaculture
est un dossier important en Colombie-Britannique.
Mr. Gilbert: Very briefly, you described the process properly.
One thing we need to mention is that we sent out the consultation
package to all First Nations, which included a letter explaining
what this was all about, a discussion document elaborating on
options, and so on. We invited First Nations to get back to us
with specific comments and views on it in order for us to take that
into consideration. At the same time, we organized specific
meetings to explain what this was all about and heard a review
about it.
M. Gilbert : Très brièvement, vous avez bien décrit le
processus. Il faut mentionner que nous avons envoyé une
trousse de consultation à toutes les Premières Nations, qui
comprenait une lettre expliquant le tout, un document de
discussion présentant les options, et cetera. Nous avons invité
les Premières Nations à nous transmettre des observations et des
opinions précises afin que nous en tenions compte. En même
temps, nous avons tenu des réunions pour expliquer ce dossier et
avons entendu un examen à son sujet.
I have to say, though, that we didn’t receive any written First
Nation comments through the mail-out process. Even with that,
we know in some cases it’s not always easy for First Nations to
participate in all those consultation processes we’re tabling in
front of them as a government, both at the provincial and federal
levels. We didn’t take it as a fact that they didn’t have anything to
say.
Je dois admettre toutefois que nous n’avons reçu aucun
commentaire par écrit des Premières Nations à la suite de l’envoi
postal. En dépit de cela, nous savons que dans certains cas, il n’est
pas toujours facile pour les Premières Nations de participer à tous
ces processus de consultation que nous leur proposons en tant que
gouvernement, tant au niveau fédéral que provincial. Nous n’en
avons absolument pas conclu qu’elles n’avaient rien à dire.
After the mail-out, we organized a meeting. In terms of
summarizing what we had heard, in B.C. there are some First
Nations totally opposed to aquaculture, and we have the whole
spectrum. On the other side we have First Nations already
engaged in aquaculture, and we even have First Nations now
Après l’envoi postal, nous avons organisé une réunion. Pour
résumer ce que nous avons entendu, en Colombie-Britannique,
certaines Premières Nations s’opposent radicalement à
l’aquaculture, et nous avons toute la gamme des points de vue.
D’un autre côté, certaines Premières Nations pratiquent déjà
15:16
Fisheries and Oceans
25-11-2014
submitting aquaculture licence applications in order to really
master the business, sometimes in joint venture with the private
industry and sometimes all by themselves.
l’aquaculture, et d’autres, même, présentent maintenant des
demandes de permis d’aquaculture pour pouvoir vraiment
prendre le contrôle du créneau, parfois dans le cadre d’une
entreprise conjointe avec le secteur privé, parfois seules.
The main thing we heard was not so much that they were
against the fee itself, but they asked for some consideration of
options where we could redistribute the fees we were collecting to
address some of their needs. Unfortunately, we don’t have any
legal mechanism to put the money aside and take it back to fund
some specific First Nation program.
Le principal commentaire qui nous a été fait n’était pas tant
qu’ils étaient contre l’imposition des droits en soi, mais ils ont
demandé qu’on envisage des options qui nous permettraient de
redistribuer les fonds recueillis pour répondre à certains de leurs
besoins. Malheureusement, nous n’avons pas de mécanisme
juridique qui nous permettrait de mettre les fonds de côté et de
les réinvestir dans un programme propre aux Premières Nations.
However, that being said, we do have other programs that are
very active in helping First Nations communities that are
interested in being part of the aquaculture business. As an
example, just recently, in partnership with AANDC, we
developed what we call the Aboriginal Aquaculture in Canada
Initiative. That program is managed by us with funds coming
from AANDC; up to over three years we are spending $4 million.
That program is out there to help First Nations that want to
develop a business case and start to be involved in aquaculture, to
get the tools they need to do that.
Cela dit, nous avons d’autres programmes très utiles pour les
collectivités des Premières Nations qui s’intéressent à
l’aquaculture. Par exemple, tout récemment, nous avons conçu,
en partenariat avec AADNC, ce que nous avons appelé
l’Initiative d’aquaculture autochtone au Canada. Nous gérons
ce programme avec des fonds qui émanent d’AADNC; cela
représente quelque 4 millions de dollars sur une période de plus de
trois ans. Ce programme vise à aider les Premières Nations qui
veulent faire une analyse de rentabilisation et s’engager dans
l’aquaculture à obtenir les outils à cette fin.
Some First Nations organizations, like the B.C. First Nations
Fisheries Council, the Aboriginal Aquaculture Association, which
is also in B.C., received money to hire technical experts who could
provide expertise to specific First Nations that want to get
involved in aquaculture.
Certaines organisations des Premières Nations, comme le B.C.
First Nations Fisheries Council, l’Aboriginal Aquaculture
Association, qui se trouve aussi en Colombie-Britannique, ont
reçu des fonds pour pouvoir embaucher des experts techniques
qui peuvent aider certaines Premières Nations qui veulent se
lancer dans le domaine de l’aquaculture.
Senator Meredith: So 203 First Nations, packages were sent
out, no written confirmation was received, and then you had a
meeting. How many of those First Nations showed up at that
meeting that you can recall?
Le sénateur Meredith : Ainsi, des trousses ont été envoyées à
203 Premières Nations et aucune n’a répondu, puis vous vous êtes
réunis. Combien de ces Premières Nations se sont présentées à
cette réunion, à votre souvenir?
Mr. Gilbert: I’ll ask Alistair to confirm, but I do remember
meeting in Nanaimo, organized by the Aboriginal Aquaculture
Association, where we had close to 30 First Nations represented,
but that association has a membership of First Nations who
already are or want to be involved in aquaculture. That creates a
lot more interest than meetings that we organize with, for
instance, the B.C. First Nations Fisheries Council where all views
were presented to us, pros and against aquaculture.
M. Gilbert : Je vais demander à Alistair de confirmer, mais je
me souviens d’une réunion à Nanaimo, qui avait été organisée par
l’Aboriginal Aquaculture Association, où une trentaine de
Premières Nations étaient représentées, mais cette association
représente des Premières Nations qui sont déjà ou souhaitent
entrer dans le secteur de l’aquaculture. Cela suscite beaucoup plus
d’intérêt que les réunions que nous organisons, par exemple, avec
le B.C. First Nations Fisheries Council où tous les points de vue
nous ont été présentés, qu’ils soient pour ou contre l’aquaculture.
Mr. Struthers: The meeting Eric is referring to was actually the
first meeting we had on the licence fees, and the response we got
from the First Nations was, ‘‘Well, you’re coming to us at which
point in the process?’’ We informed them it was actually the
beginning of the process. They were very pleased and said it was
the first time they’d been engaged at the very beginning.
M. Struthers : La réunion dont parle Eric a en fait été la
première que nous avons tenue sur les frais de permis, et la
réponse que nous avons reçue des Premières Nations, c’est : « Eh
bien, à quelle étape du processus est-ce que vous nous
consultez? » Nous leur avons dit que c’était en fait le tout début
du processus. Elles en ont été bien heureuses et ont dit que c’était
bien la première fois qu’on sollicitait leur apport au tout début.
There were about 25 to 30 representatives from various coastal
First Nations. Obviously the coastal First Nations are the ones
that have a direct interest in aquaculture.
Il y avait entre 25 et 30 représentants de diverses Premières
Nations côtières. Bien évidemment, ce sont celles qui ont un
intérêt direct pour l’aquaculture.
25-11-2014
Pêches et océans
15:17
Senator Meredith: So 25 to 30 showed up out of the 203 First
Nations you had given notices to. From that you ascertained that
you had enough information to proceed with the process. Is that
what I’m hearing, Mr. Stringer?
Le sénateur Meredith : Donc, il y a eu 25 à 30 des 203 Premières
Nations que vous aviez invitées. Et cela vous a permis d’affirmer
que vous aviez suffisamment d’information pour aller de l’avant
avec le processus. Est-ce que je vous ai bien compris, monsieur
Stringer?
Mr. Gilbert: Just a caveat here. We did provide all First
Nations with all the information we could think of that would be
useful for them to look at the issue, look at the proposal we have
and provide us with their views on it. The meeting we organized
after was not to close the file. When I said we didn’t receive any
written comments, I meant that even though we provided all First
Nations with this information — we had the discussion
document, links to websites, a phone number to call in order to
discuss further — all sent specifically in order to ensure that First
Nations would be engaged properly and have everything they
needed in order to get back to us, we didn’t receive any written
comments. It’s not unusual in the world of First Nations
consultation.
M. Gilbert : Une précision : nous avons fourni à toutes les
Premières Nations tous les renseignements qui, d’après nous,
pourraient leur être utiles pour examiner le dossier, examiner
notre proposition et nous faire part de leurs points de vue. La
réunion que nous avons organisée ensuite n’était pas pour clore le
dossier. Lorsque j’ai dit que nous n’avons pas reçu d’observation
écrite, je voulais dire que bien nous ayons fourni à toutes les
Premières Nations ces renseignements — il y a eu le document de
discussion, des liens vers les sites Web, un numéro de téléphone
pour obtenir plus de détails — toutes des choses envoyées afin que
les Premières Nations participent de façon adéquate et aient tout
ce dont elles ont besoin pour nous répondre, nous n’avons pas
reçu d’observation écrite. Ce n’est pas inhabituel dans le monde
des consultations avec les Premières Nations.
The point I want to make is that after that step we didn’t talk
about it internally by saying, ‘‘That’s fine; we did consult and we
didn’t receive anything back from them so it’s a done deal.’’ We
didn’t build the development of the proposal on that premise. We
organized other meetings to make sure that even in person we
could share the initiative with those who had shown up at the
meeting.
Là où je veux en venir, c’est qu’après ça, nous ne nous sommes
pas dit que tout allait bien, que nous avions consulté et que nous
n’avions pas eu de réponse, et qu’on pouvait clore le dossier.
Nous n’avons pas élaboré la proposition sur cette base. Nous
avons tenu d’autres réunions afin de pouvoir communiquer
l’initiative à ceux qui se présentaient.
Senator Meredith: I just want clarity on that process so there’s
no coming back or challenges that the department might face
going forward. In terms of clarity, I want to make sure it’s on the
record that you’ve followed the process and have tried to engage
as best as possible to get both their written and verbal consent to
these fees.
Le sénateur Meredith : J’aimerais que ce processus soit clair
afin qu’on n’ait pas besoin d’y revenir ou pour que le ministère ne
se trouve pas devant des contestations. Je veux m’assurer qu’on
dise que vous avez suivi ce processus et que vous avez essayé de
discuter autant que possible afin d’obtenir leur consentement écrit
et verbal pour ces frais.
My last and final question is on the fact that you mentioned
that 113 comments were made on your website, and 84 of those
were in favour. The others, you said, were in favour or there was a
split in terms of the —
Ma dernière question porte sur le fait que vous aviez dit qu’il y
a eu 113 observations sur votre site web, dont 84 étaient en faveur.
Vous avez dit que les autres étaient en faveur ou qu’il y avait des
divergences en matière de...
Mr. Stringer: There were 15, I think, that expressed concern.
The 15 basically said they thought the fees were too low and we
should be charging something higher.
M. Stringer : Je pense qu’il y en avait 15 qui faisaient part de
préoccupations. Les 15 disaient en gros qu’ils pensaient que les
frais étaient trop bas et que nous devrions percevoir un montant
plus élevé.
Senator Meredith: Just a general comment?
Le sénateur Meredith : Ce n’était qu’une observation générale?
Mr. Stringer: Yes.
M. Stringer : Oui.
Senator Meredith: Was any rationale given?
Le sénateur Meredith : Y avait-il une justification?
Mr. Stringer: I don’t know, Alistair, if you know the specifics,
or either of you?
M. Stringer : Je ne sais pas si l’un d’entre vous connaît les
détails?
Mr. Gilbert: The main ones we received complaining that the
fees were not high enough were coming from environmental
organizations. One of their main comments was that the
environmental impact, in their view, of the industry was not
factored into the cost for using that resource that they are having
an impact on, i.e., the marine environment.
M. Gilbert : Les commentaires principaux que nous avons
reçus et qui se plaignaient du fait que les frais n’étaient
pas suffisamment élevés provenaient d’organisations
environnementales. Elles disaient principalement qu’on ne tenait
pas compte des effets environnementaux sur le milieu marin de
l’industrie dans le coût de l’utilisation de la ressource.
15:18
Fisheries and Oceans
25-11-2014
Our answer to that was the fact that the fees are not the right
tool to use in order to make sure that those externalities are taken
into account. The regulatory regime as a whole does that through
the licensing process and through all the conditions that we’re
attaching to any licence in order to make sure that the risk to the
environment is at the lowest level possible. Therefore, all those
conditions that we’re imposing on the industry do have some cost
related to them. They have to do stuff related to those conditions.
They have to develop a fish management plan. They have to
monitor their impact on a regular basis and provide that
information to us, and on and on. Here is where we’re doing
the so-called externalities that the environmental communities
want us to factor in, through the management of the industry
from all perspectives.
Nous avons répondu que les frais ne constituent pas le bon
outil à utiliser pour tenir compte de ces facteurs externes. C’est le
rôle de la réglementation en général, dans le cadre des permis et
des conditions connexes, pour que les risques environnementaux
soient le plus faible possible. Conséquemment, toutes les
conditions que nous imposons à l’industrie ont des coûts. Les
entreprises doivent prendre certaines mesures pour respecter ces
conditions. Elles doivent élaborer un plan de gestion des pêches.
Elles doivent surveiller leurs effets régulièrement et nous fournir
ces renseignements, et cetera. Voilà où nous tenons compte des
soi-disant facteurs externes dont parlent les groupes
environnementaux, c’est dans la gestion globale de l’industrie.
Senator McInnis: I arrived early and had a wonderful in camera
meeting with the gentlemen at the head of the table. It was quite
advantageous. I needn’t show up next week.
Le sénateur McInnis : Je suis arrivé plus tôt et j’ai eu une
merveilleuse rencontre privée avec le monsieur à l’autre bout de la
table. C’était très utile. Je n’aurai pas besoin d’être ici la semaine
prochaine.
User fees, as Senator Munson rightly points are, are things we
don’t talk about much here, but I did want to ask you this: What
kind of licensing and access to the ocean fees do we have in
Atlantic Canada, for example? And what would be the quantum
or total amount of revenue that you might get out of B.C.?
Les frais d’utilisation, comme le sénateur Munson l’a si bien
dit, sont des choses dont on ne parle pas beaucoup ici, mais je
voulais vous poser la question suivante : quel genre de frais pour
les permis et pour l’accès à l’océan y a-t-il dans le Canada
atlantique, par exemple? Et quels seraient les revenus totaux que
l’on pourrait obtenir de la Colombie-Britannique?
Mr. Stringer: Are you talking about in aquaculture?
M. Stringer : Vous parlez de l’aquaculture?
Senator McInnis: Yes.
Le sénateur McInnis : Oui.
Mr. Stringer: In aquaculture, the fees are set by the provinces,
not by the federal government.
Senator McInnis: I didn’t know that.
M. Stringer : En aquaculture, ce sont les provinces qui fixent
les frais, pas le gouvernement fédéral.
Le sénateur McInnis : Je ne le savais pas.
Mr. Stringer: They’re set by the provinces. Each of the
provinces, of course, has a different regime. In the B.C.
proposal before you, we tried to make sure that they’re not way
out of line with what’s happening in the rest of the country, and
we think we’ve succeeded in doing this. The proposed B.C. licence
fee is at the high end of the national scale, but not significantly
higher, and not much higher than what we see in Norway — in
fact, below what’s in Norway and Scotland and Chile, which are
the main ‘‘competitors’’ in the world.
M. Stringer : Ils sont fixés par les provinces. Bien sûr, chaque
province a un système différent. Pour la proposition devant vous
concernant la Colombie-Britannique, nous avons essayé de faire
en sorte qu’ils ne soient pas complètement différents de ce qui se
fait ailleurs au pays, et nous pensons y avoir réussi. Les frais de
permis proposés pour la Colombie-Britannique sont parmi les
plus élevés au pays, mais pas beaucoup plus élevés, et pas
beaucoup plus élevés que ceux qu’il y a en Norvège — en fait, ils
sont moins élevés que ceux de la Norvège, de l’Écosse et du Chili,
qui sont nos principaux « concurrents » — dans le monde.
As we’ve been talking, these guys have dug up the actual
numbers, so what we’ve got in other provinces are?
Pendant que nous parlions, ces personnes ont trouvé les
chiffres réels, alors quels sont-ils dans les autres provinces?
Mr. Gilbert: On average, in B.C. for a finfish venture, for
instance — and by ‘‘average’’ we mean annual production of
roughly around 2,500 tonnes a year, the fee we’re imposing on the
industry would be $6,300, on average. In New Brunswick, it’s a
little less than that. It’s around $3,500. In Newfoundland, it’s
about the same ballpark as it is in Nova Scotia.
M. Gilbert : En moyenne, pour le poisson à nageoires en
Colombie-Britannique, par exemple — et par « en moyenne », on
veut dire une production annuelle d’environ 2 500 tonnes, les frais
imposés à l’industrie sont 6 300 $ en moyenne. Au NouveauBrunswick, c’est un peu moins, c’est environ 3 500 $. À TerreNeuve, c’est à peu près comme en Nouvelle-Écosse.
25-11-2014
Pêches et océans
15:19
As Kevin just said, in B.C. it’s a little bit higher, but it’s not
higher than it used to be when the provincial government was
collecting those fees four years ago. We maintained the same level
playing field, if I may say so.
Comme Kevin vient de le dire, c’est un peu plus élevé en
Colombie-Britannique, mais ce n’est pas plus élevé que c’était
quand le gouvernement provincial percevait ces frais il y a quatre
ans. Nous avons maintenu le même genre d’équilibre, si je puis
dire.
To answer the second part of your question, all together, if we
would collect the fees tomorrow morning, we would gather
roughly $800,000, which is roughly what the provincial
government was collecting four years ago.
Pour répondre à la deuxième partie de votre question, si nous
percevions ces frais demain matin, nous obtiendrons au total
environ 800 000 $, ce qui correspond en gros à ce que le
gouvernement provincial percevait il y a quatre ans.
Senator Raine: You just gave us some statistics on what the
different provinces were doing. It would be helpful if you could
give us a chart so we would have that in written form, not only of
the different Atlantic provinces but also Norway, Scotland and
Chile, which are our main competitors. It’s good that what you’re
doing is kind of rationalizing what was already being done in
B.C., not higher, not lower, but similar.
La sénatrice Raine : Vous venez de nous présenter des
statistiques sur ce que font différentes provinces. Cela serait
utile d’avoir un tableau par écrit non seulement des différentes
provinces de l’Atlantique, mais aussi de la Norvège, de l’Écosse et
du Chili, nos concurrents principaux. C’est bon que vous vous
aligniez sur ce qui se faisait en Colombie-Britannique.
That’s really all I have to ask. Thank you.
C’est tout ce que j’ai à demander. Merci.
Mr. Stringer: We’d be happy to provide it. It may already be in
the materials we’ve sent, but we’ll make sure we’re highlighting it
and pointing out where.
M. Stringer : Nous serions ravis de vous le fournir. C’est peutêtre déjà dans les documents que nous avons envoyés, mais nous
allons faire en sorte de le souligner pour indiquer où ça se trouve.
One thing I will say is that it was a fairly obvious thing to look
at: Let’s take a look at what Norway’s fees are. But it is such a
different basis. We’ve done the comparison that we can, and we’ll
make sure we’re highlighting that in the package that you have.
Une chose qui était évidente, c’était de regarder les frais en
Norvège. Mais la situation est tellement différente. Nous avons
fait les comparaisons qu’il était possible de faire, et nous ferons en
sorte de souligner tout ça dans vos documents.
The Chair: I may have missed the question, but what is the
earliest date for the implementation of the aquaculture licence
fees?
Le président : Je n’ai peut-être pas entendu la réponse, mais à
quelle date est-ce que les frais d’utilisation pour l’aquaculture
pourraient être mis en œuvre?
Mr. Stringer: It’s part of the user fee process. Once the
committee gives its recommendations, if there are no major
changes that we’re asked to do and we’re not asked to go back
and rethink the fees, then it goes to a regulatory package that goes
to Treasury Board. Once it gets heard at Treasury Board, it
depends if there’s a Canada Gazette Part 1 process. Because we’ve
already had extensive consultation, if that process doesn’t have to
take place, you can go straight to Canada Gazette Part II. But the
regulation needs to be written up now, coming out of this
committee’s report. Once that’s done, it goes to Treasury Board
and then it can be put into the Canada Gazette and it’s made the
law of the land.
M. Stringer : Cela fait partie du processus sur les frais
d’utilisation. Une fois que le comité aura présenté ses
recommandations, si on ne nous demande pas des changements
importants ou de revoir les frais, on l’inclut dans la
réglementation qui est envoyée au Conseil du Trésor. Une fois
arrivé au Conseil du Trésor, cela dépend s’il faut passer par la
partie 1 de la Gazette du Canada. Parce qu’il y a déjà eu de vastes
consultations, si cette étape n’était pas nécessaire, on peut
directement passer à la partie 2 de la Gazette du Canada. Mais
le règlement doit maintenant être rédigé, suite au rapport du
comité. Une fois terminé, on l’envoie au Conseil du Trésor et il
peut être publié dans la Gazette du Canada et devenir loi.
The Chair: We’ll take a few moments to let our witnesses
depart, and then we’ll go in camera to deal with these issues.
Le président : Nous allons prendre quelques instants pour
laisser nos témoins partir, et puis nous allons passer à huis clos
pour s’occuper de ces questions.
(The committee continued in camera.)
(La séance se poursuit à huis clos.)
WITNESSES
Fisheries and Oceans Canada:
TÉMOINS
Pêches et Océans Canada :
Kevin Stringer, Senior Assistant Deputy Minister, Ecosystems and
Fisheries Management;
Kevin Stringer, sous-ministre adjoint principal, Gestion des
écosystèmes et des pêches;
Eric Gilbert, Director General, Aquaculture Management;
Eric Gilbert, directeur général, Gestion de l’aquaculture;
Alistair Struthers, Director, Aquaculture Operations;
Alistair Struthers, directeur, Opération de l’aquaculture;
Jay Parsons, Director, Aquaculture Science.
Jay Parsons, directeur, Sciences de l’aquaculture.
Available on the Internet: http://www.parl.gc.ca
Disponible sur internet: http://www.parl.gc.ca
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Related manuals

Download PDF

advertising