Second Session Deuxième session de la Forty-first Parliament, 2013-14

Second Session Deuxième session de la Forty-first Parliament, 2013-14
Second Session
Forty-first Parliament, 2013-14
Deuxième session de la
quarante et unième législature, 2013-2014
Proceedings of the Standing
Senate Committee on
Délibérations du Comité
sénatorial permanent des
Fisheries and Oceans
Pêches et des océans
Chair:
The Honourable FABIAN MANNING
Président :
L’honorable FABIAN MANNING
Tuesday, October 21, 2014 (in camera)
Thursday, November 20, 2014
Le mardi 21 octobre 2014 (à huis clos)
Le jeudi 20 novembre 2014
Issue No. 14
Fascicule nº 14
Twenty-first, twenty-second, twenty-third and
twenty-fourth meetings:
Vingt et unième, vingt-deuxième, vingt-troisième et
vingt-quatrième réunions :
Study on the regulation of aquaculture, current challenges
and future prospects for the industry in Canada
Étude sur la réglementation de l’aquaculture, les défis
actuels et les perspectives d’avenir de l’industrie au Canada
WITNESSES:
(See back cover)
TÉMOINS :
(Voir à l’endos)
51651-51763-51764-51765
STANDING SENATE COMMITTEE ON
FISHERIES AND OCEANS
COMITÉ SÉNATORIAL PERMANENT DES
PÊCHES ET DES OCÉANS
The Honourable Fabian Manning, Chair
Président : L’honorable Fabian Manning
The Honourable Elizabeth Hubley, Deputy Chair
Vice-présidente : L’honorable Elizabeth Hubley
and
et
The Honourable Senators:
Les honorables sénateurs :
Baker, P.C.
* Carignan, P.C.
(or Martin)
* Cowan
(or Fraser)
Lovelace Nicholas
McInnis
Meredith
Munson
Poirier
Raine
Stewart Olsen
Wells
Baker, C.P.
* Carignan, C.P.
(ou Martin)
* Cowan
(ou Fraser)
Lovelace Nicholas
McInnis
Meredith
Munson
Poirier
Raine
Stewart Olsen
Wells
*Ex officio members
(Quorum 4)
* Membres d’office
(Quorum 4)
Change in membership of the committee:
Modification de la composition du comité :
Pursuant to rule 12-5, membership of the committee was
amended as follows:
Conformément à l’article 12-5 du Règlement, la liste des membres
du comité est modifiée, ainsi qu’il suit :
The Honourable Senator Wells replaced the Honourable Senator
Batters (October 8, 2014).
L’honorable sénateur Wells a remplacé l’honorable sénatrice
Batters (le 8 octobre 2014).
Published by the Senate of Canada
Available on the Internet: http://www.parl.gc.ca
Publié par le Sénat du Canada
Disponible sur internet: http://www.parl.gc.ca
20-11-2014
Pêches et océans
MINUTES OF PROCEEDINGS
PROCÈS-VERBAUX
OTTAWA, Tuesday, October 21, 2014
(24)
OTTAWA, le mardi 21 octobre 2014
(24)
[English]
14:3
[Traduction]
The Standing Senate Committee on Fisheries and Oceans met
in camera this day at 5:30 p.m., in room 505, Victoria Building,
the chair, the Honourable Fabian Manning, presiding.
Le Comité sénatorial permanent des pêches et des océans se
réunit aujourd’hui à huis clos, à 17 h 30, dans la salle 505 de
l’édifice Victoria, sous la présidence de l’honorable Fabian
Manning (président).
Members of the committee present: The Honourable Senators
Baker, P.C., Lovelace Nicholas, Manning, McInnis, Meredith,
Munson, Poirier, Raine, Stewart Olsen and Wells (10).
Membres du comité présents : Les honorables sénateurs Baker,
C.P., Lovelace Nicholas, Manning, McInnis, Meredith, Munson,
Poirier, Raine, Stewart Olsen et Wells (10).
Pursuant to the order of reference adopted by the Senate on
Monday, December 9, 2013, the committee continued its study on
the regulation of aquaculture, current challenges and future
prospects for the industry in Canada. (For complete text of the
order of reference, see proceedings of the committee, Issue No. 2.)
Conformément à l’ordre de renvoi adopté par le Sénat le
lundi 9 décembre 2013, le comité poursuit son étude sur la
réglementation de l’aquaculture, les défis actuels et les
perspectives d’avenir de l’industrie au Canada. (Le texte intégral
de l’ordre de renvoi figure au fascicule no 2 des délibérations du
comité.)
Pursuant to rule 12-16(1)(d), the committee considered a draft
agenda (future business).
Conformément à l’article 12-16(1)d) du Règlement, le comité
examine un projet d’ordre du jour (travaux futurs).
It was agreed:
That arrangements be finalized for the committee’s
fact-finding mission to New Brunswick, Prince Edward
Island and Québec and that witnesses be invited public
hearings in Moncton, New Brunswick, as outlined in the
program distributed to members prior to the meeting.
It was agreed:
That a budget application for an additional fact-finding
mission to St. John’s, Newfoundland and Labrador, be
prepared by staff for review by the committee on Tuesday,
October 28, 2014.
It was agreed:
Il a été convenu :
Que les dispositions nécessaires soient prises pour la
mission d’information du comité au Nouveau-Brunswick, à
l’Île-du-Prince-Édouard et au Québec et que des témoins
soient invités aux audiences publiques tenues à Moncton, au
Nouveau-Brunswick, conformément au programme
distribué aux membres avant la réunion.
Il a été convenu :
Que le personnel prépare une demande de budget pour
une mission d’information supplémentaire à St. John’s, à
Terre-Neuve-et-Labrador, aux fins d’examen par le comité
le mardi 28 octobre 2014.
Il a été convenu :
That senior departmental officials from Fisheries and
Oceans Canada be invited to appear before the committee
on Tuesday, November 4, 2014, with regard to a user fee
proposal for aquaculture licensing fees under the Pacific
Aquaculture Regulations referred to the committee on
October 1, 2014, and on proposed aquaculture regulations
pertaining to substances that may be deposited or released
into the water from aquaculture sites.
Que de hauts fonctionnaires de Pêches et Océans Canada
soient invités à comparaître devant le comité le mardi
4 novembre 2014 pour parler d’un projet de frais
d’utilisation, renvoyé au comité le 1er octobre 2014, en ce
qui concerne les frais de permis d’aquaculture aux termes du
Règlement du Pacifique sur l’aquaculture, ainsi que d’un
projet de règlement sur l’aquaculture concernant les
substances pouvant être déposées ou relâchées dans l’eau à
partir des sites aquacoles.
At 5:57 p.m., the committee adjourned to the call of the chair.
À 17 h 57, le comité s’ajourne jusqu’à nouvelle convocation de
la présidence.
ATTEST:
ATTESTÉ :
14:4
Fisheries and Oceans
20-11-2014
MONCTON, le jeudi 20 novembre 2014
(25)
MONCTON, Thursday, November 20, 2014
(25)
[Traduction]
[English]
The Standing Senate Committee on Fisheries and Oceans met
this day at 7:54 a.m., in the Fundy Room, Crown Plaza Hotel, the
chair, the Honourable Fabian Manning, presiding.
Le Comité sénatorial permanent des pêches et des océans se
réunit aujourd’hui, à 7 h 54, dans la salle Fundy, à l’hôtel Crown
Plaza, sous la présidence de l’honorable Fabian Manning
(président).
Members of the committee present: The Honourable Senators
Hubley, Lovelace Nicholas, Manning, Meredith, Poirier and
Stewart Olsen (6).
Membres du comité présents : Les honorables sénateurs
Hubley, Lovelace Nicholas, Manning, Meredith, Poirier et
Stewart Olsen (6).
Aussi présents : Les sténographes officiels du Sénat.
Also present: The official reporters of the Senate.
Pursuant to the order of reference adopted by the Senate on
Monday, December 9, 2013, the committee continued its study on
the regulation of aquaculture, current challenges and future
prospects for the industry in Canada. (For complete text of the
order of reference, see proceedings of the committee, Issue No. 2.)
Conformément à l’ordre de renvoi adopté par le Sénat le lundi
9 décembre 2013, le comité poursuit son étude sur la
réglementation de l’aquaculture, les défis actuels et les
perspectives d’avenir de l’industrie au Canada. (Le texte intégral
de l’ordre de renvoi figure au fascicule no 2 des délibérations du
comité.)
Pursuant to rule 12-16(1)(d), the committee proceeded in
camera to consider a draft agenda (future business).
Conformément à l’article 12-16(1)d) du Règlement, le comité
examine un projet d’ordre du jour (travaux futurs).
At 7:57 a.m., the committee suspended.
À 7 h 57, la séance est suspendue.
At 7:58 a.m., the committee resumed in public.
À 7 h 58, la séance publique reprend.
The Honourable Senator Stewart Olsen moved:
L’honorable sénatrice Stewart Olsen propose :
That the following special budget application on
aquaculture for the fiscal year ending March 31, 2015,
with adjustments resulting from this meeting and following
a final review by the Senate Administration to be overseen
by the Subcommittee on Agenda and Procedure, be
approved for submission to the Standing Committee on
Internal Economy, Budgets and Administration:
Que la demande de budget spécial relative à l’étude
spéciale sur l’aquaculture pour l’exercice se terminant le
31 mars 2015, une proposition qui sera revue à la fin de cette
réunion, puis qui devra être examinée une dernière fois par
l’administration du Sénat, sous la supervision du Souscomité du programme et de la procédure, soit approuvée
aux fins de présentation au Comité permanant de la régie
interne, des budgets et de l’administration.
SUMMARY OF BUDGET
SOMMAIRE DU BUDGET
ACTIVITY 4: Fact-Finding Mission in
St. John’s Newfoundland and Labrador
TOTAL
$ 90,325
$ 90,325
After debate, the question being put on the motion, it was
adopted.
ACTIVITÉ 4 : Mission d’information
à St. John’s, à Terre-Neuve-et-Labrador 90 325 $
TOTAL
90 325 $
Après débat, la motion, mise aux voix, est adoptée.
At 8:02 a.m., the committee suspended.
À 8 h 2, la séance est suspendue.
At 8:08 a.m., the committee resumed.
À 8 h 8, la séance reprend.
WITNESSES:
TÉMOINS :
New Brunswick Department of Agriculture, Aquaculture and
Fisheries:
Ministère de l’Agriculture, de l’Aquaculture et des Pêches du
Nouveau-Brunswick :
Kimberly Watson, Regional Director, Regional Development
Division of St. George;
Kimberly Watson, directrice régionale, Division du
développement régional de St. George;
Katherine Brewer-Dalton, Senior Advisor, Regional
Development Division;
Katherine Brewer-Dalton, conseillère principale, Division du
développement régional;
20-11-2014
Pêches et océans
Joseph LaBelle, Director, Policy Advocacy and Strategic
Projects Branch.
Government of Prince Edward Island:
14:5
Joseph LaBelle, directeur, Direction des politiques, de la
promotion et des projets stratégiques.
Gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouard :
The Honourable Ron W. MacKinley, MLA for Cornwall—
Meadowbank, Minister of Fisheries, Aquaculture and Rural
Development;
L’honorable Ron W. MacKinley, député provincial de
Cornwall—Meadowbank, ministre des Pêches, de
l’Aquaculture et du Développement rural;
Richard Gallant, Deputy Minister, Department of Fisheries,
Aquaculture and Rural Development;
Richard Gallant, sous-ministre, ministère des Pêches, de
l’Aquaculture et du Développement rural;
Neil MacNair, Director, Aquaculture Division, Department of
Fisheries, Aquaculture and Rural Development.
Neil MacNair, Division de l’aquaculture, ministère des Pêches,
de l’Aquaculture et du Développement rural.
Atlantic Canada Fish Farmers Association:
Atlantic Canada Fish Farmers Association :
Larry Ingalls, Chair, and President, Northern Harvest Sea
Farms;
Larry Ingalls, président, et président, Northern Harvest Sea
Farms;
Murray Hill, Regional Manager.
Murray Hill, chef régional.
Prince Edward Island Aquaculture Alliance:
Prince Edward Island Aquaculture Alliance :
Ann Worth, Executive Director;
Ann Worth, directrice exécutive;
David Lewis, Shellfish Grower, Business Owner, Board
Member, PEI Oyster Growers Group.
David Lewis, conchyliculteur, propriétaire, membre du conseil,
PEI Oyster Growers Group.
Aqua Bounty Canada:
Dawn Runighan, Facility Manager, and President, Prince
Edward Island Finfish Association.
Table maricole du Québec:
Sophie Fortier, Coordinator.
NB Professional Shellfish Growers Association:
Martin Mallet, Chair.
Confederation Cove Mussel Co. Ltd:
Stephen Stewart, President.
Ms. Watson, Ms. Brewer-Dalton and Mr. LaBelle made
statements and answered questions.
Aqua Bounty Canada :
Dawn Runighan, gestionnaire de l’installation, et présidente,
Prince Edward Island Finfish Association.
Table maricole du Québec :
Sophie Fortier, coordonnatrice.
Association des conchyliculteurs professionnels du NouveauBrunswick :
Martin Mallet, président.
Confederation Cove Mussel Co. Ltd :
Stephen Stewart, président.
Mme Watson, Mme Brewer-Dalton et M. LaBelle font chacun
une déclaration, puis répondent aux questions.
At 8:55 a.m., the committee suspended.
À 8 h 55, la séance est suspendue.
At 9:01 a.m., the committee resumed.
À 9 h 1, la séance reprend.
Minister MacKinley, Mr. MacNair and Mr. Gallant made
statements and answered questions.
Le ministre MacKinley, M. MacNair et M. Gallant font
chacun une déclaration, puis répondent aux questions.
At 9:59 a.m., the committee suspended.
À 9 h 59, la séance est suspendue.
At 10:07 a.m., the committee resumed.
À 10 h 7, la séance reprend.
Mr. Hill, Mr. Ingalls, Ms. Worth made statements and,
together with Ms. Runighan, answered questions.
M. Hill, M. Ingalls et Mme Worth font chacun une
déclaration, puis avec Mme Runighan, répondent aux questions.
At 11:15 a.m., the committee suspended.
À 11 h 15, la séance est suspendue.
At 11:25 a.m., the committee resumed.
À 11 h 25, la séance reprend.
14:6
Fisheries and Oceans
20-11-2014
Ms. Fortier, Mr. Mallet, Mr. Stewart and Mr. Lewis made
statements and, together with Ms. Worth, answered questions.
Mme Fortier, M. Mallet, M. Stewart et M. Lewis font chacun
une déclaration puis, avec Mme Worth, répondent aux questions.
At 12:31 p.m., the committee adjourned to the call of the chair.
À 12 h 31, le comité s’ajourne jusqu’à nouvelle convocation de
la présidence.
ATTEST:
MONCTON, Thursday, November 20, 2014
(26)
[English]
ATTESTÉ :
MONCTON, le jeudi 20 novembre 2014
(26)
[Traduction]
The Standing Senate Committee on Fisheries and Oceans met
this day at 1:35 p.m., in the Fundy Room, Crown Plaza Hotel, the
chair, the Honourable Fabian Manning, presiding.
Le Comité sénatorial permanent des pêches et des océans se
réunit aujourd’hui, à 13 h 35, dans la salle Fundy, à l’hôtel Crown
Plaza, sous la présidence de l’honorable Fabian Manning
(président).
Members of the committee present: The Honourable Senators
Hubley, Lovelace Nicholas, Manning, Meredith, Poirier and
Stewart Olsen (6).
Membres du comité présents : Les honorables sénateurs
Hubley, Lovelace Nicholas, Manning, Meredith, Poirier et
Stewart Olsen (6).
Also present: The official reporters of the Senate.
Aussi présents : Les sténographes officiels du Sénat.
Pursuant to the order of reference adopted by the Senate on
Monday, December 9, 2013, the committee continued its study on
the regulation of aquaculture, current challenges and future
prospects for the industry in Canada. (For complete text of the
order of reference, see proceedings of the committee, Issue No. 2.)
Conformément à l’ordre de renvoi adopté par le Sénat le lundi
9 décembre 2013, le comité poursuit son étude sur la
réglementation de l’aquaculture, les défis actuels et les
perspectives d’avenir de l’industrie au Canada. (Le texte intégral
de l’ordre de renvoi figure au fascicule no 2 des délibérations du
comité.)
WITNESSES:
TÉMOINS :
Huntsman Marine Science Centre:
Huntsman Marine Science Centre :
Jamey Smith, Executive Director.
Jamey Smith, directeur exécutif.
NSERC Canadian Integrated Multi-Trophic Aquaculture Network:
Réseau canadien d’aquaculture multitrophique intégrée du
CRSNG :
Thierry Chopin, Professor of Marine Biology, University of
New Brunswick.
Thierry Chopin, professeur de biologie marine, Université du
Nouveau-Brunswick.
Village of Blacks Harbour:
Teresa James, Mayor.
Town of St. Andrews:
Stan Choptiany, Mayor.
Atlantic Salmon Federation:
Jonathan Carr, Executive Director, Research and
Environment.
Conservation Council of New Brunswick:
Inka Milewski, Science Advisor.
As an individual:
William Ernst.
Mr. Smith and Mr. Chopin made statements and answered
questions.
At 2:25 p.m., the committee suspended.
Village de Blacks Harbour :
Teresa James, mairesse.
Ville de St. Andrews :
Stan Choptiany, maire.
Fédération du saumon atlantique :
Jonathan Carr, directeur exécutif, Recherche et
environnement.
Conseil de conservation du Nouveau-Brunswick :
Inka Milewski, conseillère scientifique.
À titre personnel :
William Ernst.
MM. Smith et Chopin font chacun une déclaration, puis
répondent aux questions.
À 14 h 25, la séance est suspendue.
20-11-2014
Pêches et océans
At 2:38 p.m., the committee resumed.
Ms. James and Mr. Choptiany made statements and answered
questions.
14:7
À 14 h 38, la séance reprend.
Mme James et M. Choptiany font chacun une déclaration,
puis répondent aux questions.
At 3:40 p.m., the committee suspended.
À 15 h 40, la séance est suspendue.
At 3:55 p.m., the committee resumed.
À 15 h 55, la séance reprend.
Ms. Milewski, Mr. Carr and Mr. Ernst made statements and
answered questions.
Mme Milewski, M. Carr et M. Ernst font chacun une
déclaration, puis répondent aux questions.
At 4:59 p.m., the committee adjourned to the call of the chair.
À 16 h 59, le comité s’ajourne jusqu’à nouvelle convocation de
la présidence.
ATTEST:
MONCTON, Thursday, November 20, 2014
(27)
[English]
ATTESTÉ :
MONCTON, le jeudi 20 novembre 2014
(27)
[Traduction]
The Standing Senate Committee on Fisheries and Oceans met
this day at 6:30 p.m., in the Fundy Room, Crown Plaza Hotel, the
chair, the Honourable Fabian Manning, presiding.
Le Comité sénatorial permanent des pêches et des océans se
réunit aujourd’hui, à 18 h 30, dans la salle Fundy, à l’hôtel Crown
Plaza, sous la présidence de l’honorable Fabian Manning
(président).
Members of the committee present: The Honourable Senators
Lovelace Nicholas, Manning, Meredith, Poirier and Stewart
Olsen (5).
Membres du comité présents : Les honorables sénateurs
Lovelace Nicholas, Manning, Meredith, Poirier et Stewart
Olsen (5).
Also present: The official reporters of the Senate.
Aussi présents : Les sténographes officiels du Sénat.
Pursuant to the order of reference adopted by the Senate on
Monday, December 9, 2013, the committee continued its study on
the regulation of aquaculture, current challenges and future
prospects for the industry in Canada. (For complete text of the
order of reference, see proceedings of the committee, Issue No. 2.)
Conformément à l’ordre de renvoi adopté par le Sénat le lundi
9 décembre 2013, le comité poursuit son étude sur la
réglementation de l’aquaculture, les défis actuels et les
perspectives d’avenir de l’industrie au Canada. (Le texte intégral
de l’ordre de renvoi figure au fascicule no 2 des délibérations du
comité.)
WITNESSES:
TÉMOINS :
Skretting:
Skretting :
Dr. Steven Backman, Aquaculture Veterinarian.
New Brunswick Research & Productivity Council:
Benjamin Forward, Head, Food, Fisheries and Aquaculture
Department.
Atlantic Canada Fish Farmers Association:
Betty House, Research and Development Coordinator.
Cooke Aquaculture Inc.:
Michael Szemerda, Vice-President, Saltwater Division.
Dr Steven Backman, vétérinaire en aquaculture.
Conseil de la recherche et de la productivité du NouveauBrunswick :
Benjamin Forward, chef, Direction de l’alimentation, des
pêches et de l’aquaculture.
Atlantic Canada Fish Farmers Association :
Betty House, coordinatrice de la recherche et du
développement.
Cooke Aquaculture Inc. :
Michael Szemerda, vice-président, Division des opérations de
l’eau salée.
Center for Aquaculture Technologies Canada:
Center for Aquaculture Technologies Canada :
Debbie Plouffe, Vice-President, Research.
Debbie Plouffe, vice-présidente, Recherche.
14:8
Fisheries and Oceans
20-11-2014
Mi’kmaq Confederacy of Prince Edward Island :
Mi’kmaq Confederacy of Prince Edward Island:
Randy Angus, Director, Integrated Resource Management.
Dr. Backman and Mr. Forward made statements and
answered questions.
Randy Angus, directeur, Gestion intégrée des ressources.
Le Dr Backman et M. Forward font chacun une déclaration,
puis répondent aux questions.
At 7:18 p.m., the committee suspended.
À 19 h 18, la séance est suspendue.
At 7:23 p.m., the committee resumed.
À 19 h 23, la séance reprend.
Ms. Plouffe, Ms. House and Mr. Szemerda made statements
and answered questions.
Mme Plouffe, Mme House et M. Szemerda font chacun une
déclaration, puis répondent aux questions.
At 8:12 p.m., the committee suspended.
À 20 h 12, la séance est suspendue.
At 8:22 p.m., the committee resumed.
À 20 h 22, la séance reprend.
Mr. Angus made a statement and answered questions.
M. Angus fait une déclaration, puis répond aux questions.
At 8:44 p.m., the committee adjourned to the call of the chair.
ATTEST:
À 20 h 44, le comité s’ajourne jusqu’à nouvelle convocation de
la présidence.
ATTESTÉ :
Le greffier du comité,
Maxwell Hollins
Clerk of the Committee
20-11-2014
Pêches et océans
14:9
EVIDENCE
TÉMOIGNAGES
MONCTON, Thursday, November 20, 2014
MONCTON, le jeudi 20 novembre 2014
The Standing Senate Committee on Fisheries and Oceans met
this day at 7:54 a.m. to study the regulation of aquaculture,
current challenges and future prospects for the industry in
Canada.
Le Comité sénatorial permanent des pêches et des océans se
réunit aujourd’hui, à 7 h 54, pour étudier la réglementation de
l’aquaculture, les défis actuels et les perspectives d’avenir pour ce
secteur au Canada.
Senator Fabian Manning (Chair) in the chair.
[English]
Le sénateur Fabian Manning (président) occupe le fauteuil.
[Traduction]
The Chair: I would like to call the meeting to order. I am
pleased to welcome you all to this meeting of the Standing Senate
Committee on Fisheries and Oceans. My name is Fabian
Manning. I am a senator for Newfoundland and Labrador and
I am chair of this committee.
Le président : Je déclare la séance ouverte. Je suis heureux de
vous accueillir à cette réunion du Comité sénatorial permanent
des pêches et des océans. Je m’appelle Fabian Manning. Je suis
sénateur de Terre-Neuve-et-Labrador et je préside ce comité.
Before I give the floor to our witnesses, I would like to invite
the members of the committee to introduce themselves, please.
Just a reminder, you need to turn on your microphone before you
speak.
Avant de donner la parole aux témoins, j’invite les membres du
comité à se présenter. Je vous rappelle qu’il faut allumer votre
micro avant de parler.
Senator Poirier: Senator Rose-May Poirier, New Brunswick.
Hello.
La sénatrice Poirier : Sénatrice Rose-May Poirier, NouveauBrunswick. Bonjour.
Senator Stewart Olsen: Carolyn Stewart Olsen, New
Brunswick.
La sénatrice Stewart Olsen : Carolyn Stewart Olsen, NouveauBrunswick.
Senator Meredith: Senator Don Meredith, Ontario.
Le sénateur Meredith : Sénateur Don Meredith, Ontario.
Senator Hubley: Senator Elizabeth Hubley, Prince Edward
Island. Good morning.
La sénatrice Hubley : Sénatrice Elizabeth Hubley, Île-duPrince-Édouard. Bonjour.
Senator Lovelace Nicholas: Senator Lovelace Nicholas from
New Brunswick.
La sénatrice Lovelace Nicholas : Sénatrice Lovelace Nicholas
du Nouveau-Brunswick.
The Chair: Thank you, senators. Just to remind you that we
have interpretation here. Channel one is English and channel two
is French. They do not have one for ‘‘Newfoundese’’ so if you do
not understand what I say sometimes just please ask me to repeat
myself. I may talk a bit fast. I am sorry about that but that is in
my DNA. I want to ask the witnesses if you would like to
introduce yourselves first, please.
Le président : Merci, honorables sénateurs. Je vous rappelle
que nous avons l’interprétation. L’anglais est sur le canal un et le
français sur le canal deux. Il n’y a pas de canal pour le « terreneuvien », alors s’il vous arrive de ne pas me comprendre,
n’hésitez pas à me faire répéter. Je parle parfois un peu vite. J’en
suis navré, mais c’est dans mes gènes. Je voudrais demander aux
témoins de se présenter, je vous en prie.
Kimberly Watson, Regional Director, Regional Development
Division of St. George, New Brunswick Department of Agriculture,
Aquaculture and Fisheries: My name is Kimberly Watson and I
am the Regional Director for Southwest New Brunswick for the
Province of New Brunswick, Department of Agriculture,
Aquaculture and Fisheries.
Kimberly Watson, directrice régionale, Division du
développement régional de St. George, ministère de l’Agriculture,
Aquaculture et Pêches du Nouveau-Brunswick : Je m’appelle
Kimberly Watson et je suis directrice régionale pour le sudouest du Nouveau-Brunswick, pour le ministère de l’Agriculture,
de l’Aquaculture et des Pêches du Nouveau-Brunswick.
Katherine Brewer-Dalton, Senior Advisor, Regional
Development Division, New Brunswick Department of
Agriculture, Aquaculture and Fisheries: Good morning. My
name is Kathy Dalton. I am a senior adviser with the
Department of Agriculture, Aquaculture and Fisheries here in
New Brunswick.
Katherine Brewer-Dalton, conseillère principale, Division du
développement régional, ministère de l’Agriculture, de l’Aquaculture
et des Pêches du Nouveau-Brunswick : Bonjour. Je m’appelle
Kathy Dalton. Je suis conseillère principale au ministère de
l’Agriculture, de l’Aquaculture et des Pêches du NouveauBrunswick.
Joseph LaBelle, Director, Policy Advocacy and Strategic
Projects Branch, New Brunswick Department of Agriculture,
Aquaculture and Fisheries: Good morning. My name is Joseph
Joseph LaBelle, directeur, Direction des politiques, de la
promotion et des projets stratégiques, ministère de l’Agriculture,
de l’Aquaculture et des Pêches du Nouveau-Brunswick : Bonjour.
14:10
Fisheries and Oceans
20-11-2014
LaBelle. I am the Director of Policy, Advocacy and Strategic
Initiatives with the Department of Agriculture, Aquaculture and
Fisheries.
Je m’appelle Joseph LaBelle. Je suis directeur des politiques,
de la promotion et des projets stratégiques au ministère de
l’Agriculture, de l’Aquaculture et des Pêches du NouveauBrunswick.
The Chair: I want to thank our witnesses for taking the time to
join us here today as we continue with our study into the
aquaculture industry in Canada. We have had a couple of great
days here in your province and visits to Quebec and to Prince
Edward Island. We have seen firsthand what is out in the field
and we certainly are looking forward to today, to hearing from
people who are involved in this industry. My understanding is
that you may have opening remarks, one of you or all of you. I
want to ask you to present those now and then we are going to
have some questions from our senators. The floor is yours.
Le président : Je veux remercier les témoins qui ont pris le
temps de se joindre à nous, alors que nous poursuivons notre
étude sur l’aquaculture au Canada. Nous avons passé deux
journées formidables ici dans votre province et nous avons fait des
visites au Québec et à l’Île-du-Prince-Édouard. Nous avons eu un
aperçu direct de ce qui se passe sur le terrain et nous avons hâte
d’entendre aujourd’hui des acteurs de ce secteur. J’ai cru
comprendre que vous aviez des remarques préliminaires, l’un de
vous ou vous tous. Je vais vous demander de les présenter
maintenant, puis les sénateurs vous poseront des questions. Vous
avez la parole.
Ms. Watson: Good morning, everyone. Thank you very much
for this opportunity on behalf of our minister, the Honourable
Rick Doucet, and our Department of Agriculture, Aquaculture
and Fisheries. We actually have provided a handout for the
senators. I think everyone has that. I will just go through a few of
the slides on behalf of our team. Basically what we would like to
do is give you a quick overview of the aquaculture industry in
New Brunswick and talk to you a bit about the governance and
regulations as they exist now and some of our achievements as
well as the challenges. We will probably spend most of the time
talking about the challenges because I think that is what this
committee is all about.
Mme Watson : Bonjour tout le monde. Au nom de notre
ministre, l’honorable Rick Doucet, et du ministère de
l’Agriculture, de l’Aquaculture et des Pêches, je vous remercie
de nous donner l’occasion de nous exprimer. Nous avons
distribué un document aux sénateurs. Je crois que tout le
monde l’a reçu. Je vais vous présenter quelques diapositives au
nom de notre équipe. Nous aimerions vous donner une rapide vue
d’ensemble de l’industrie de l’aquaculture au Nouveau-Brunswick
et vous parler un peu de la gouvernance et de la réglementation
existante, de certaines de nos réalisations, mais aussi des défis à
relever. Nous passerons certainement l’essentiel du temps qui
nous sera imparti à parler des défis parce que je crois que c’est là
tout l’intérêt de ce comité.
Looking at the aquaculture industry itself, as you can see by
the first slide salmon is 97 per cent of the activity in aquaculture
in the province of New Brunswick. A very important shellfish
industry still exists, as well, though. We have 2,200 New
Brunswickers who are employed in the aquaculture industry.
S’agissant de l’industrie de l’aquaculture elle-même, comme
vous pouvez le voir sur cette diapositive, le saumon représente
97 p. 100 de l’aquaculture au Nouveau-Brunswick. Mais il y a
encore une importante industrie des mollusques et des crustacés.
Il y a 2 200 habitants du Nouveau-Brunswick qui travaillent dans
l’industrie de l’aquaculture.
Aquaculture is very important to us. It actually started here. In
fact 30 years ago New Brunswick was the birthplace of the
aquaculture industry. It started here, it survived here, and it has
thrived here. Here we are in 2014. It continues to be the location
for the multinationals in Canada’s aquaculture industry and it
continues to be a very important part of our economy.
L’aquaculture est très importante pour nous. C’est ici qu’elle a
commencé. En fait, l’industrie de l’aquaculture est née il y a 30 ans
au Nouveau-Brunswick. Elle a commencé ici, tenu bon, puis
prospéré. Nous voici en 2014. Notre province continue d’abriter
les multinationales de l’industrie de l’aquaculture au Canada, qui
représente toujours une part très importante de notre économie.
I am just whipping through these pages. If you are trying to
follow along we will spend more time on the challenges pages.
Je ne fais que survoler ces pages. Si vous avez du mal à suivre,
ne vous inquiétez pas, nous passerons davantage de temps sur les
défis.
Again reinforcing that this is a major employer, not only are
New Brunswickers employed in the aquaculture industry. They
are also employed in many of the indirect businesses that are
around the aquaculture industry, things like boat building and
cage manufacturing. The oyster sector in New Brunswick is one
that really looks very promising and there is a lot more
opportunity for growth in the oyster business in New Brunswick.
J’insiste sur le fait qu’il s’agit d’une source d’emplois de
première importance. Non seulement les Néo-Brunswickois
travaillent dans l’industrie de l’aquaculture, mais ils travaillent
également dans toutes les activités dérivées qui se développent
autour de l’aquaculture, par exemple, la construction de bateaux
ou de cages. Le secteur des huîtres est vraiment prometteur au
Nouveau-Brunswick et il y a un gros potentiel de développement
pour cette activité.
20-11-2014
Pêches et océans
14:11
We have also included a map just for quick reference on slide 5.
You can actually see in this southeastern part of New Brunswick
that is where the shellfish operations are located. In the southwest
of New Brunswick that is where our salmon industry is based.
À la diapositive 5, nous avons aussi inclus une carte pour
permettre un repérage rapide. Vous voyez que l’industrie des
mollusques et des crustacés se situe dans la partie sud-est du
Nouveau-Brunswick. Au sud-ouest, on trouve l’industrie du
saumon.
On slide 6 is an overwhelming list of various acts and
regulations that exist. Rather than going through these in each
piece I simply want to leave you with a couple of points. The first
is that in our department we do development of aquaculture. In
the Department of Agriculture, Aquaculture and Fisheries we do
development. Our sister department, the Department of
Environment and Local Government, is responsible for the
environmental protection. There is a series of governing acts and
regulations. We have a very robust regulatory system and it is
something where the responsibilities are shared between ourselves
and our sister department inside the province of New Brunswick.
La diapositive 6 montre la liste impressionnante des diverses
lois et divers règlements existants. Plutôt que d’entrer dans les
détails, je vais vous indiquer une ou deux choses. Premièrement,
dans notre ministère de l’agriculture, de l’aquaculture et des
pêches, nous œuvrons à la mise en valeur de l’aquaculture. Un
ministère à vocation semblable, le ministère de l’Environnement et
des Gouvernements locaux, est responsable de la protection de
l’environnement. Il y a une série de lois et de règlements. Nous
avons un système réglementaire très robuste dans lequel les
responsabilités sont partagées entre notre ministère et le ministère
de l’Environnement et des Gouvernements locaux.
Federally we have actually included a list of the federal acts
and regulations, but I am not going to spend any time talking
about those. I think you are well aware of those as they exist
federally.
Pour ce qui est du fédéral, nous avons inclus une liste des lois
et des règlements à cet ordre, mais je ne vais pas passer de temps
là-dessus. Je pense que vous les connaissez déjà bien.
In the next series of slides starting with slide 8 we were trying to
highlight the achievements rather than listing the programs or
policies that we have. Because of the existence of these policies
and regulations we actually have experienced a number of
achievements. I will just go through a few of those and maybe I
will fast-forward on some rather than taking the time to discuss
them in complete detail.
Dans la prochaine série de diapositives, en commençant par la
diapositive 8, nous avons essayé de parler des réalisations plutôt
que d’énumérer les programmes et les politiques existants. Grâce
à ces politiques et à la réglementation en place, nous avons réalisé
un certain nombre de choses. Je vais en passer quelques-unes en
revue et peut-être que j’irai plus vite sur les autres plutôt que de
prendre le temps en entrant dans les détails.
First of all in New Brunswick we have an internationally
recognized Fish Health Management program. Why is that
important? It is incredibly important because New Brunswick is
the first salmon farming area in the world that has actually
eradicated infectious salmon anemia. ISA actually has been
eradicated in New Brunswick as a consequence of the efforts for
detection and enhanced biosecurity protocols. There is ongoing
active surveillance and passive surveillance programs that exist.
Tout d’abord, nous avons au Nouveau-Brunswick un
programme internationalement reconnu de gestion de la santé
des animaux aquatiques. En quoi est-ce important? C’est
extrêmement important, car le Nouveau-Brunswick est la
première région d’aquaculture de saumons au monde ayant
éradiqué l’anémie infectieuse du saumon, l’AIS. L’éradication de
l’AIS au Nouveau-Brunswick est la conséquence des efforts
déployés en matière de détection et d’amélioration des protocoles
de biosécurité. Un programme de surveillance active et passive est
en cours.
Another achievement is on slide 9. Charlotte County is a hub.
It is a knowledge cluster. It is also a processing hub. On the
research side the amount of success the aquaculture industry has
enjoyed has been largely part of the researchers that have existed.
Over 30 years ago researchers and industry people in places like
the Huntsman Marine Science Centre and the St. Andrews
Biological Station learned and did the research that was
necessary to build this industry. That is an important part of
the research cluster. Traditionally we in New Brunswick have
been a location of both lobster and herring processing, but as a
processing hub in St. George, New Brunswick, there is a lot of
salmon that is being processed there. Salmon is coming in from
other parts of Atlantic Canada and from the state of Maine. It
is processed in our processing facilities in St. George, New
Brunswick.
La diapositive 9 nous montre une autre réalisation. Le comté
de Charlotte est un centre. C’est un pôle de connaissances. C’est
aussi un centre de traitement. Du côté de la recherche, bon
nombre des succès de l’industrie de l’aquaculture sont dus aux
travaux des chercheurs. Il y a plus de 30 ans, les chercheurs et les
représentants du secteur ont appris et ont fait les recherches
nécessaires à la mise en place de cette industrie dans des lieux tels
que le Centre des sciences de la mer Huntsman et la Station
biologique de St. Andrews. Le Nouveau-Brunswick a toujours été
un lieu de traitement pour le homard et le hareng, mais à
St. George, qui est un centre de traitement, on traite beaucoup de
saumons. Le saumon vient d’autres parties du Canada atlantique
et de l’État du Maine. Il est traité dans les installations de
St. George au Nouveau-Brunswick.
14:12
Fisheries and Oceans
20-11-2014
The next one is slide 10. It talks about the Bay Management
Area of the production system that exists. This was the start of a
three-year cycle where salmon was grown in different zones. It is
through this three-year cycle that it was possible to actually
identify and ensure that a biosecurity protocol was put in place.
This is something that has been set up since 2006. It involved very
intense oceanographic research to create these various zones
within the bay management system and it involved very intensive
consultation with industry. At the time there were actually
50 farms that existed, but it worked and it is very much a part of
why ISA was eradicated in New Brunswick.
Passons à la diapositive 10. Il s’agit de la zone de gestion par
baie du système de production. Cela a été le point de départ d’un
cycle de trois ans au cours duquel des saumons ont été élevés dans
différents secteurs. Durant ce cycle de trois ans, il a été possible de
cerner les besoins et de garantir la mise en place d’un protocole de
biosécurité. Cela est en place depuis 2006. Il a fallu mener
d’intenses recherches océanographiques pour créer les différentes
zones dans le système de zone de gestion par baie, de même que
des consultations poussées auprès des professionnels du secteur. Il
existait à l’époque 50 exploitations, mais la formule a fonctionné
et a beaucoup joué dans l’éradication de l’AIS au NouveauBrunswick.
The next three slides touch very briefly on a number of other
programs such as the bay management plan system for the east
coast New Brunswick shellfish business. This basically is about
farming in zones. Instead of having individual leases and requests
around an individual lease it is actually around the idea of that
this zone is acceptable for farming. There is a lot of activity
happening on that.
Les trois prochaines diapositives traitent succinctement d’un
certain nombre d’autres programmes, comme le plan de gestion
par baie de l’industrie des mollusques et des crustacés de la côte
est du Nouveau-Brunswick. Il s’agit en gros d’une aquaculture
par zones. Au lieu d’avoir des baux individuels et des demandes
de baux individuels, il s’agit plutôt de définir des zones qui se
prêtent à l’aquaculture. Il y a une grande activité autour de cette
idée.
There is a lot of activity happening and a lot of achievements
around the robust environmental monitoring program. Annual
audits are posted on the website of our sister agency. They are
actually putting these results up on websites on an annual basis.
The Integrated Pest Management plan is something that is
working very well promoting the health and welfare of salmon
and minimizing the impacts that are happening to the rest of the
stakeholders and the rest of the environment.
Beaucoup d’activités et de réalisations découlent de l’excellent
programme de surveillance environnementale. Des audits annuels
sont mis en ligne sur le site web du ministère de l’Environnement
et des Gouvernements locaux. Les résultats sont publiés en ligne
annuellement. Le Plan intégré de lutte antiparasitaire est très
efficace pour la santé et le bien-être du saumon et pour minimiser
les impacts sur les autres parties intéressées et sur
l’environnement.
I am moving right along quickly and now referring to slide 14
and reinforcing the knowledge cluster that exists. There has been
a lot of investment in fish health not only by us but by industry
and the federal government. We work very closely with the
Atlantic Veterinary College and in particular around the sea lice
database management system that exists.
Je passe rapidement à la diapositive 14 qui évoque le
renforcement du pôle de connaissances existant. On a beaucoup
investi dans la santé des poissons, non seulement le
gouvernement, mais aussi le secteur et le gouvernement fédéral.
Nous collaborons étroitement avec le Collège vétérinaire de
l’Atlantique, surtout autour du système existant de gestion de
bases de données sur le pou de mer.
I will take a few minutes now to talk about New Brunswick’s
achievements and the containment and escape legislation that
exists. This is on slide 15 of the handout. The legislation basically
was set up in New Brunswick in 2010. We are actually going
through revisions now. There are actually revisions happening in
2014. We are looking at a joint governance document that has
been developed between the federal and provincial governments.
An industry code of containment is in place. It is under revision
and is being looked at as the cornerstone for the document that
will be used by other provinces. An important part of the
containment and escape legislation is that it is critical to ensure
that the reporting of this is done not only to other government
agencies but also to other stakeholders and to the state of Maine.
Je vais maintenant prendre quelques minutes pour évoquer les
réalisations du Nouveau-Brunswick et la législation existante sur
le confinement du poisson et la gestion des échappements. C’est
sur la diapositive 15 de la liasse. Cette législation a été mise sur
pied au Nouveau-Brunswick vers 2010. Nous sommes en train de
la réviser cette année. Nous travaillons sur un document de
gouvernance conjointe qui a été produit par le gouvernement
provincial et le gouvernement fédéral. Un code de confinement du
poisson est en place dans cette industrie. Il est en cours de révision
et est considéré comme étant la pierre angulaire du document qui
sera utilisé par les autres provinces. Une part importante de la
législation sur le confinement du poisson et la gestion des
échappements consiste à dire qu’il est primordial que les
signalements soient non seulement faits aux autres organismes
gouvernementaux, mais aussi aux autres parties intéressées et à
l’État du Maine.
I will now get into the nitty-gritties of our discussions this
morning and that is the challenges. The focus has been that there
are a lot of opportunities for aquaculture in Canada. New
Je vais maintenant en venir au cœur de notre conversation
d’aujourd’hui, c’est-à-dire les défis pour l’avenir. On s’est
beaucoup concentré sur le fait qu’il y a énormément
20-11-2014
Pêches et océans
14:13
Brunswick has certainly benefited from having aquaculture for
over 30 years but that growth had stagnated. With the next few
slides I will basically bring to the fore some of those areas where
we have heard from industry or have experienced ourselves, areas
that may potentially have contributed to that.
d’opportunités pour l’aquaculture au Canada. Le NouveauBrunswick a clairement bénéficié de l’aquaculture ces
30 dernières années, mais le développement a stagné. Je vais
m’appuyer sur les prochaines diapositives pour mettre en avant
certains domaines que nous-mêmes ou les professionnels du
secteur avons identifiés comme ayant pu contribuer à cette
stagnation.
First of all there are areas where there are wild shellfish
closures because of water quality, et cetera. These closures can
inadvertently impact aquaculture operations that may be located
within a similar zone. Aquaculture is not defined or recognized
under federal legislation. I just want to give you one example of
that. In some of our communities there are many areas where
aquaculture vessels and traditional fisheries vessels would share
the same resources. It is very much a shared infrastructure such as
wharves and things like this, but the Small Craft Harbours branch
of the Department of Fisheries and Oceans does not have a
mandate to look after servicing or infrastructure for the
aquaculture industry. This has created hardship in some of our
communities that actually has affected all users. Aquaculture is
actually operating within a federal framework but it does not
always address the needs of the market for aquaculture. The
example that I will give you on this one is that in the aquaculture
industry cocktail oysters are a much appreciated and a beautiful
small product that the market is very interested in. There has been
a lot of success in marketing those. Unfortunately it is actually
against the fisheries management regulations within our
Department of Fisheries and Oceans to actually harvest them of
that size. This is an area where there is actually a contradiction.
You could actually grow them to that size. The market wants
them that size but there actually is a contradiction with how it
exists for the harvesting requirements from a DFO perspective.
Tout d’abord, il y a des zones dans lesquelles il y a des
interdictions de pêche des mollusques sauvages à cause de la
qualité de l’eau, et cetera. Ces interdictions peuvent incidemment
avoir des conséquences sur l’aquaculture qui se trouve dans la
même zone. L’aquaculture n’est pas définie ni reconnue dans le
cadre de la législation fédérale. Je vais vous donner un exemple.
Dans certaines de nos collectivités, il y a beaucoup de secteurs
dans lesquels les bateaux servent à l’aquaculture et les bateaux de
pêche traditionnels partagent les mêmes moyens. Les
infrastructures, comme les quais et ce genre de choses, sont
largement partagées, mais la Direction des ports pour petits
bateaux du ministère des Pêches et Océans n’a pas le mandat de
s’occuper de l’entretien ou des infrastructures pour l’industrie de
l’aquaculture. Cela a provoqué des difficultés dans certaines de
nos collectivités, tous les usagers ont été touchés. L’aquaculture
opère dans un cadre fédéral qui ne prend pas toujours en compte
les besoins du marché de cette industrie. Prenons l’exemple des
huîtres cocktail qui sont très appréciées dans l’industrie de
l’aquaculture, c’est un superbe petit produit qui intéresse
beaucoup le marché. Leur commercialisation a été un grand
succès. Malheureusement, récolter des huîtres de cette taille est
actuellement contraire à la réglementation sur la gestion des
pêches du ministère des Pêches et Océans. Voilà un exemple de
contradiction. Il est techniquement possible de cultiver des huîtres
de cette taille. Le marché veut des huîtres de cette taille, mais pour
l’instant c’est en contradiction avec les exigences de récolte du
MPO.
It is important to mention that in section 32 of the Department
of Fisheries and Oceans basically you cannot kill fish. I am sorry.
I am using my own words. The Department of Fisheries and
Oceans would recognize sea lice as being a fish. Sea lice obviously
are a huge pest and a problem for the aquaculture industry. It is
something you do want to get off the flesh of our salmon.
Il est important de mentionner que, dans le cadre de l’article 32
du ministère des Pêches et Océans, on ne peut pas tuer de
poissons. Excusez-moi, car j’exprime cela dans mes propres mots.
Le ministère des Pêches et Océans considère le pou de mer comme
étant un poisson. Le pou de mer est bien entendu un parasite très
nuisible et un problème pour l’industrie de l’aquaculture. C’est
quelque chose dont nous ne voulons pas dans le cas de nos
saumons.
I am now on slide 17 of the challenges. In this one the point we
are making is that the federal government DFO does not have a
development mandate. The mandate, as you know, supports and
advocates commercial, recreational and Aboriginal fisheries, but
a development mandate does not really exists. There also are
some issues from what we understand around investor confidence.
In the province of New Brunswick that is not so much of a
problem. We actually have 20-year leases and three-year cycles
that match the production cycles of our aquaculture industry.
That means it is possible for the businesses that invested heavily in
J’en arrive maintenant à la diapositive 17 sur les défis. Nous
insistons ici sur le fait que le gouvernement fédéral, le MPO, n’a
pas de mandat de développement. Le mandat, comme vous
le savez, consiste à soutenir et à promouvoir les pêches
commerciales, récréatives et de subsistance pour les
Autochtones, mais il n’existe pas vraiment de mandat de
développement. Il y a aussi des problèmes, d’après ce que nous
avons compris, autour de la confiance des investisseurs. Au
Nouveau-Brunswick ce n’est pas tellement un problème. Nous
avons actuellement des baux de 20 ans et des cycles de 3 ans qui
14:14
Fisheries and Oceans
20-11-2014
the aquaculture industry to have some degree of investor
confidence. We understand that does not exist in all parts of
Canada.
correspondent aux cycles de production de notre secteur de
l’aquaculture. Cela veut dire qu’il est possible, pour les entreprises
qui ont lourdement investi dans l’industrie de l’aquaculture,
d’avoir un certain niveau de confiance. Il semblerait que cela ne
soit pas le cas partout au Canada.
On slide 18 I just want to pull out the discussion around the
Supreme Court decision wherein British Columbia aquaculture is
considered a fishery. This has led to a number of different
impacts. The most important is duplication so you will hear me
repeat the word duplication a number of times. A lot of
duplication certainly exists between the provinces and the
federal government around aquaculture and the acts and
regulations around aquaculture. There is also uncertainty
because of the fact that DFO regulates in British Columbia and
Prince Edward Island but not in other parts of Canada. Some
degree of confusion or uncertainty and duplication exists around
those areas.
Avec la diapositive 18, je voudrais aborder le débat sur la
décision de la Cour suprême en vertu de laquelle l’aquaculture en
Colombie-Britannique est considérée comme une pêche. Cela a eu
un certain nombre de conséquences. La plus importante est le
chevauchement, mot que vous m’entendrez répéter de nombreuses
fois. Il existe de nombreux cas de chevauchement entre les
provinces et le gouvernement fédéral au sujet de l’aquaculture et
des lois et règlements qui s’y rattachent. Il y a aussi une certaine
incertitude parce que le MPO réglemente en ColombieBritannique et à l’Île-du-Prince-Édouard, mais pas dans les
autres parties du Canada. Il existe en ce domaine un certain
degré de confusion, d’incertitude et de chevauchement.
The last statement is important enough to us from the
department. It indicates that there is a valid argument that
aquaculture is a form of farming rather than fishing and that
growth and development of that sector could potentially reside
within Agriculture and Agri-Food Canada.
La dernière affirmation est importante pour nous qui
représentons le ministère. Cela indique qu’il existe un argument
valable pour affirmer que l’aquaculture est une forme
d’agriculture plutôt qu’un type de pêche, et que la clé de la
croissance et du développement de ce secteur pourrait
potentiellement résider au sein du ministère de l’Agriculture et
de l’Agroalimentaire.
That is the last slide to refer to the challenges that exist. We
have actually distributed to you on slide 19 a visual image of the
most profound of those challenges, the duplication of roles and
responsibilities that exists. This is only one example in the fish
farming business and this is fish health management. On this slide
you see the various aspects that are part of the fish health
program. Along the top on the green bar you can see the different
agencies and the federal and provincial governments that are
actually involved in the roles and responsibilities around that.
Voici la dernière diapositive qui évoque les défis existants. Sur
la diapositive 19 du document que nous vous avons distribué,
vous trouverez une représentation du plus important de ces défis,
le chevauchement des rôles et des responsabilités existant
actuellement. Prenons un seul exemple dans le secteur de la
pisciculture, la gestion de la santé du poisson. Sur la diapositive,
vous voyez différents aspects du Programme de santé du Poisson.
En haut, sur la barre verte, vous voyez les différentes agences ainsi
que le gouvernement fédéral et le gouvernement provincial qui
jouent un rôle et ont des responsabilités.
You have the provinces so basically we are involved in all of
these pieces from site surveillance and field operations all the way
down the list. The Department of Fisheries and Oceans is there as
is the CFIA. They are involved in site surveillance as well as
sampling. Environment Canada is involved in that and so too is
Health Canada through the PMRA. In this visual you can see just
around fish health the extent of duplication that exists.
Vous avez les provinces, en gros nous intervenons à tous ces
échelons : de la surveillance de sites et des opérations sur le
terrain, jusqu’en bas de la liste. Le ministère des Pêches et Océans
se trouve ici sur l’image ainsi que l’ACIA, ils participent à la
surveillance de sites et à l’échantillonnage. Le ministère de
l’Environnement y participe ainsi que Santé Canada par le
truchement de l’ARLA. Sur cette image vous pouvez constater
l’étendue du chevauchement existant rien que dans le domaine de
la santé du poisson.
Obviously there is an enormous amount of overlap. Whatever
the future is in the world of acts and regulations for aquaculture,
it is something that we certainly would not want to see add further
to this regulatory duplication of roles and responsibilities as they
exist on this slide.
Il y a clairement d’énormes chevauchements. Quoi que l’avenir
nous réserve en matière de lois et de règlements pour
l’aquaculture, nous ne voulons pas que cela vienne s’ajouter aux
chevauchements législatifs et aux recoupements des rôles et des
responsabilités que nous voyons sur cette diapositive.
On the last slide basically we have our wish list of what we
would like to see in the future. Basically the Province of New
Brunswick through our department is asking for a robust
framework that recognizes the development opportunities that
exist and recognizes opportunities to have that growth in a
La dernière diapositive montre la liste de ce que nous aimerions
voir à l’avenir. En gros, la province du Nouveau-Brunswick
demande, par le biais de son ministère, la mise en place d’un cadre
solide qui reconnaisse les occasions de développement existantes
et les possibilités de mener ce développement d’une façon durable;
20-11-2014
Pêches et océans
14:15
sustainable manner. It recognizes the need for appropriate checks
and balances and clear roles and responsibilities between federal
and provincial agencies to avoid that duplication.
qui reconnaisse la nécessité d’appliquer des contrôles appropriés,
et qui établisse clairement les rôles et les responsabilités entre des
agences fédérales et des agences provinciales pour éviter les
chevauchements.
Lastly, and certainly within the current environment of fiscal
responsibilities and efficiencies within our governments, it is very
important to address the roles and responsibilities duplications.
We put a lot of resources into the aquaculture industry and it is
hoped they are not duplicated.
Pour terminer, dans le contexte actuel de la responsabilité
fiscale et de l’efficacité de nos gouvernements, il est très important
de s’attaquer aux chevauchements des rôles et des responsabilités.
Nous mettons beaucoup de ressources dans l’industrie de
l’aquaculture et il est souhaitable qu’il n’y ait pas de
chevauchements.
Thank you very much for the opportunity to present these
opening remarks. We now welcome any questions.
Merci de m’avoir donné la possibilité de vous présenter ces
remarques préliminaires. Nous attendons vos questions.
The Chair: Thank you very much for the great overview. We
have certainly heard some of the things in other places, but there
are a few that are unique to New Brunswick as well. I am looking
forward to the question and answer period.
Le président : Merci beaucoup pour cette excellente vue
d’ensemble. Nous avons sûrement déjà entendu certains
éléments en d’autres lieux et en d’autres occasions, mais il y a
aussi des choses particulières au Nouveau-Brunswick. Passons
tout de suite à la période de questions.
We are going to go to our deputy chair for the first questions,
Senator Hubley, please.
Je me tourne vers notre vice-présidente pour les premières
questions, madame la sénatrice Hubley, je vous en prie.
Senator Hubley: Thank you for the presentation. It does give us
an excellent overview as to the focus of governments on the
aquaculture industry. I am really taken by the slide on the
duplication of roles and responsibilities. Do you have a solution
to this? Do you see having separate regulations and a department
for aquaculture? Is this something that is so onerous on people
who are looking to get into the industry that it becomes a
deterrent rather than an encouragement to have to deal with so
many departments, so many different organizations and so many
regulations to be addressed? I am wondering if you would speak
on that.
La sénatrice Hubley : Merci pour votre exposé. Cela nous
donne un bon aperçu des rôles que jouent les différents
gouvernements dans l’industrie de l’aquaculture. Je suis
vraiment impressionnée par la diapositive qui montre le
chevauchement des rôles et des responsabilités. Avez-vous une
solution à cela? Pensez-vous qu’il faudrait une réglementation
distincte et un ministère pour l’aquaculture? Est-ce que le fait
d’avoir affaire à tant de ministères, à tant d’organisations
différentes et à tant de règlements peut être rébarbatif pour les
gens qui veulent se lancer dans cette activité, au point de les
décourager? Qu’en pensez-vous?
Ms. Brewer-Dalton: I can address your question. One of the
things that we find very challenging within the slide is that we
know there has to be a partnership between the federal
government and the provincial government as far as these types
of activities, especially on the fish health side. Fish health is of the
utmost importance when you are farming. That goes for
agriculture operations as well.
Mme Brewer-Dalton : Je peux répondre à votre question. Sur
cette diapositive, ce que nous trouvons très problématique, c’est
que nous savons qu’il doit y avoir un partenariat entre le
gouvernement fédéral et le gouvernement provincial sur ce type
d’activité, en particulier au sujet de la santé du poisson. La santé
du poisson est cruciale lorsque l’on fait de l’élevage. Cela vaut
aussi pour l’agriculture.
Some initiatives we have tried in the past have been successful
and others have not. We have tried to build in an equivalency, so
to speak, so that if the province is doing site sampling and
surveillance we would share that information with our federal
counterparts, whether it be through DFO or CFIA. Because we
do have an active surveillance program we are on the site on a
regular basis. If there is an emergency we can be out on the site
within a very short period of time.
Parmi les initiatives que nous avons essayées dans le passé, il y
a eu des réussites et des échecs. Nous avons essayé de mettre en
place une équivalence, pour ainsi dire, pour que si la province fait
de l’échantillonnage sur le terrain et de la surveillance alors nous
devons partager cette information avec nos homologues fédéraux,
que cela soit par le MPO ou l’ACIA. Nous avons un programme
de surveillance active et sommes donc régulièrement sur le terrain.
En cas d’urgence nous pouvons être sur le terrain très rapidement.
We have a provincial fish health lab located in St. George
where we can actually do the diagnostics for those samples in a
very short period of time. We feel it is a win-win situation for both
the provinces and the federal government. It will address the
requirements of the province through our regulatory programs
Nous avons un laboratoire provincial de recherche sur la santé
du poisson situé à St George où nous pouvons analyser les
échantillons très rapidement. Nous pensons que c’est dans
l’intérêt à la fois du gouvernement provincial et du
gouvernement fédéral. Cela prendra en compte les exigences de
14:16
Fisheries and Oceans
20-11-2014
and the requirements through the federal program. It would be
more of an information sharing and an equivalency type of
program that we would like to see.
la province via nos programmes de réglementations et les
exigences fédérales via les programmes fédéraux. Nous voulons
davantage aller vers un programme d’équivalence et de partage
d’information.
Senator Stewart Olsen: Thank you for coming. This is an
extremely good presentation especially on roles and
responsibilities because, as Senator Hubley said, we have heard
this from numerous people.
La sénatrice Stewart Olsen : Merci de votre témoignage. Votre
exposé était excellent, particulièrement en ce qui concerne les rôles
et les responsabilités, car, comme l’a dit la sénatrice Hubley,
beaucoup nous ont déjà alertés à ce sujet.
I just want to go through a few more things. I have a question.
Does the province support start-up industries, for instance? This
is important in small industries. I know we have an oyster farm
just down the road from where I live. It is very hard to get started.
Are there grants and loans available for something like that?
Je voudrais passer en revue quelques aspects. J’ai une question.
Est-ce que la province soutien les jeunes entreprises par exemple?
C’est important pour les petites entreprises. Je sais qu’il y a une
ferme ostréicole juste en bas de ma rue. C’est très difficile de
démarrer. Y a-t-il des bourses et des prêts pour ce genre de
choses?
Mr. LaBelle: There is programming. For example, in the oyster
sector we technical expertise within our department that is used to
work with the actual industry. There are some loan programs that
are available for capital spending. Again, if we come back to
oyster development, the ACOA programs provide capital input.
There is not a lot of operational capital available from public
sectors. We strive to ensure that the conditions are there so those
businesses can operate and that they have access to private
capital. We have been fairly successful with that.
M. LaBelle : Il y a des programmes. Par exemple, dans le
secteur de l’ostréiculture, il y a une expertise technique au sein de
notre ministère et nous avons l’habitude de travailler avec les
entreprises. Il y a des programmes de prêts pour les dépenses en
capital. Si l’on en revient au développement de l’ostréiculture, les
programmes de l’APECA permettent l’injection de capitaux. Il
n’y a pas beaucoup de capitaux disponibles venant des secteurs
publics. Nous nous battons pour garantir que les conditions
soient réunies pour que ces entreprises puissent fonctionner et
qu’elles aient accès aux capitaux privés. C’est globalement un
succès.
As was mentioned, we have tenure programs in New
Brunswick where long-term leases and long-term licences allow
the operators to use that as part of their financing structure or
their collateral for it. In addressing the risks there are things we
can do in terms of, as mentioned, the ISA. It can be an extremely
expensive disease if it gets in but by making sure that we do not
have I and that we have it under control provides a better
economic outlook.
Comme cela a été dit, nous avons des programmes de baux ou
de tenure au Nouveau-Brunswick dans lesquels des locations de
longue durée et des licences de longue durée permettent aux
opérateurs d’intégrer ces coûts dans leur structure financière ou
dans leur garantie. En matière de risques, il y a des choses que
nous pouvons faire, comme il a été dit, contre l’AIS. Cette
maladie peut coûter excessivement cher, en nous en protégeant et
en la contrôlant, nous améliorons les perspectives économiques.
A number of things get in the way in terms of just the
regulatory costs. For example, if you are setting up an oyster farm
you have to advertise the lease for the lease and you have to
advertise the lease for the navigable waters protection program.
Everybody basically asks that all this stuff be done according to
their regulations so you have another example of duplication.
Il y a beaucoup d’entraves, rien qu’au niveau des coûts
réglementaires. Par exemple, si vous créez un parc à huîtres vous
devez annoncer le bail d’exploitation et vous devez annoncer le
bail pour le programme de protection des eaux navigables. En
gros, tout le monde demande que tout cela soit fait selon ses
propres règlements, encore un exemple de chevauchement.
Senator Stewart Olsen: I have one comment and then one small
question.
La sénatrice Stewart Olsen : J’ai une remarque et une petite
question.
It seems that almost the country has to commit. I know in
Scotland they committed to aquaculture and so they work
together provincially and federally. It is not provincially but you
know what I mean. They developed something that actually
would encourage growth. That is my comment. I see that that
could take us quite far. We have a huge advantage in Canada for
this industry and if we do it right it would be something really
good for the rural areas in the country.
Il semble presque que le pays doive s’engager. Je sais que les
Écossais se sont engagés dans l’aquaculture et il y a eu un travail
commun aux niveaux fédéral et provincial. Provincial n’est pas le
bon terme, mais vous voyez ce que je veux dire. Ils ont mis en
place un système qui encourage le développement. Voilà ma
remarque. Cela pourrait nous mener assez loin. Le Canada a des
avantages énormes pour cette industrie et si nous faisons les
choses correctement, cela serait très bon pour les zones rurales de
notre pays.
20-11-2014
Pêches et océans
14:17
The question I have is on the marketing angle. You were
speaking about oyster size. Is that set by the province or is that set
federally? I am thinking of lobster too. I know we had an issue
with the size of P.E.I. lobsters and somebody saying you had to
fish this size and whatever. I am just wondering how that has
worked out.
Ma question porte sur la commercialisation. Vous évoquiez la
taille des huîtres. Est-elle fixée par la province ou par le fédéral? Je
pense aussi au homard. Je sais qu’il y a eu un débat autour de la
taille des homards de l’Île-du-Prince-Édouard, quelqu’un disant
qu’il fallait les pêcher de telle taille, et cetera. Je me demandais
comment cela s’était terminé.
Ms. Watson: That is actually federal. It is under the fisheries
management branch of Department of Fisheries and Oceans.
Mme Watson : Cela relève du fédéral. De la direction de la
gestion des pêches du ministère des Pêches et Océans.
Senator Stewart Olsen: Is it strictly federal?
La sénatrice Stewart-Olsen : C’est strictement fédéral?
Ms. Watson: It is strictly federal, yes.
Mme Watson : Oui, c’est strictement fédéral.
Mr. LaBelle: One of the issues is the fact that most provinces
have an aquaculture act that defines what aquaculture is. On a
national level we do not have a definition of aquaculture. It is not
recognized as an activity. We have a 100-year-old Fisheries Act. It
is not a disastrous application to aquaculture because there are
huge efforts being done by our colleagues at DFO to
accommodate the realities. A fishery creates property when you
actually catch the fish. Until then it is not property. It is a
common resource. In aquaculture you are taking fish, you are
raising them, you are investing in them, you are borrowing in
order to be able to do that, and you are exercising husbandry to
do it. That is not recognized under the Fisheries Act.
M. LaBelle : Un des problèmes, c’est que la plupart des
provinces ont une loi sur l’aquaculture qui définit ce que c’est que
l’aquaculture. Il n’y a pas de définition nationale de l’aquaculture.
Ce n’est pas une activité reconnue. Notre Loi sur les pêches a
100 ans. Son application à l’aquaculture n’est pas désastreuse,
mais c’est grâce aux énormes efforts que font nos collègues du
MPO pour s’adapter aux réalités. Une pêcherie devient propriété
quand on capture du poisson. Avant cela, ce n’est pas une
propriété, mais une ressource commune. Dans une aquaculture,
vous prenez des poissons, vous les élevez, vous investissez dans ces
poissons, vous vous endettez pour cela, vous utilisez des
techniques d’élevage pour cela. Ce n’est pas reconnu par la Loi
sur les pêches.
We have regulations that say that oysters should be three
inches before you harvest them which makes sense in a wild
environment because it is common and you have to have some
controls to prevent the tragedy of the commons. In aquaculture
that does not apply. A two-and-a-half-inch cocktail oyster, a
greatly sought after product, is actually illegal. We run into the
same thing in terms of when you can harvest oysters. If the area is
closed you are not supposed to take those oysters up. We have to
go through all kinds of licensing and permit processes to take the
oysters out of those leases and move them to the clean water.
Nous avons des lois qui disent que les huîtres doivent mesurer
trois pouces pour être récoltées ce qui est logique dans un
environnement naturel parce qu’il s’agit d’un enjeu commun et
qu’il faut des contrôles pour éviter les tragédies. Cela ne
s’applique pas à l’aquaculture. Une huître cocktail de deux
pouces et demi, produit très recherché, est en fait illégale. C’est le
même phénomène pour les périodes de récolte autorisées. Si la
zone est fermée, vous n’êtes pas censé récolter les huîtres. Nous
devons passer par toutes sortes de processus de licences et de
permis pour pouvoir sortir les huîtres et les placer dans de l’eau
propre.
Normally you do not want the general public going out and
harvesting on those beds because they are contaminated and
people will get sick, but in the case where you are taking your
stock off of your lease and moving it to another lease that is clean
water you get all kinds of impediments. From our perspective if
we had some federal designation of aquaculture as agriculture for
which there are all of these property rights and processes,
et cetera, that would help with the clarity, ownership and tenure.
Normalement, on ne veut pas que le grand public aille récolter
des huîtres dans ce parc parce qu’elles sont contaminées et que les
gens seront malades, mais lorsque vous sortez votre stock de votre
culture et que vous les déplacez vers un autre emplacement où
l’eau est propre, vous devez surmonter toutes sortes d’obstacles.
Nous pensons que, s’il y avait une définition fédérale de
l’aquaculture comme étant de l’agriculture avec tous les droits
de propriété, les processus, et cetera qui s’y rattachent, cela
clarifierait les choses en matière de propriété et de tenure.
The other side of that is that in the aquaculture industry per se
we do not have the development tools and the development
programs that you would normally see in agriculture. In
agriculture they have something called minor use and minor
species program for drugs, for the cost of registering drugs and for
the fast-tracking of those drugs.
De plus, dans l’aquaculture nous ne disposons pas des outils ni
des programmes de développement qu’on retrouve normalement
dans l’agriculture. Les agriculteurs disposent d’un programme
pour les médicaments qui concerne les espèces et les usages limités
et qui vise le coût d’enregistrement des médicaments et le
traitement accéléré de la procédure.
There has to be some public help in that because the
manufacturers do not have enough volume to make it
worthwhile to spend $273,000 to register a drug in Canada.
Comme les fabricants ne peuvent pas compter sur un volume
leur permettant de dépenser 273 000 $ pour faire enregistrer un
médicament, ils ont bénéficié d’un financement public. Dans le
14:18
Fisheries and Oceans
With the oyster industry or with the salmon industry we do not
have enough disease, which is a good thing, to justify the
regulatory costs for the people that are manufacturing the
products. There is a specific example of where agriculture has a
framework.
Senator Poirier: Good morning and thank you for being here.
20-11-2014
secteur de l’ostréiculture ou du saumon il n’y a pas assez de
maladies, ce qui est une bonne chose, pour justifier l’imposition de
coûts réglementaires aux fabricants de produits. L’agriculture,
elle, dispose d’un cadre dans ce cas-ci.
La sénatrice Poirier : Bonjour et merci d’être avec nous.
You mentioned in your presentation, and we talked about it,
whether aquaculture should be with the agriculture because it is a
farming issue. We have heard that at different areas also. In your
point of view what would be the advantages for them to be with
the agriculture if it is more related to farming? Would it be fewer
regulations? Would it be different regulations? Would there be
more process put in place to help them? Is it a disadvantage or an
advantage for them to be there in your opinion?
Vous avez déclaré dans votre exposé, et nous en avons parlé,
qu’il faudrait peut-être intégrer l’aquaculture à l’agriculture, car
c’est une forme d’élevage. Nous avons entendu la même chose par
ailleurs. À votre avis, quel serait l’avantage pour l’aquaculture
d’être regroupée avec l’agriculture, s’il est davantage question
d’élevage? Y aurait-il moins de réglementation? Des règlements
différents? Le secteur bénéficierait-il de plus de mesures de
soutien? D’après vous, cela serait-il à son avantage ou à son
désavantage?
Mr. LaBelle: We have had what we consider great success in
New Brunswick by having a development mandate within our
department and by having the public interest in terms of
environmental and space being the responsibility of our
Department of Environment. Fisheries and Oceans Canada has
a very important role in protecting the public common fishery
stocks and protecting the habitat that supports those stocks.
Unfortunately DFO no longer has a development mandate. The
Sustainable Aquaculture Program that has been reauthorized for
five years concentrates specifically on a regulatory science. That is
their mandate and that is what was authorized for their programs.
M. LaBelle : Nous avons eu beaucoup de succès au NouveauBrunswick parce que notre ministère a reçu un mandat de
développement, et le public a bien accueilli le fait que les questions
d’environnement et d’espace relèvent de la responsabilité du
ministère de l’Environnement. Pêches et Océans Canada joue un
rôle important dans la protection des stocks de pêches publics et
dans la protection de l’habitat nécessaire à leur survie.
Malheureusement le MPO n’est plus investi d’un mandat de
développement. Le Programme d’aquaculture durable qui a été
renouvelé pour cinq ans concerne spécifiquement la science
réglementaire. C’est le mandat du ministère et c’est ce à quoi
sont destinés ses programmes.
The types of research and development we see within
Agriculture Canada in terms of husbandry, development and
programs such as the MUMS program for drugs that I
mentioned, et cetera, have no home at the federal level. From a
public policy perspective, from our experience, the assurance that
everybody has is that those people who are responsible for
promoting the development and the economic development of the
industry are not also responsible for protecting the public interest
in the environmental field and the long-term viability and
sustainability of that. It has been beneficial to us in our
province to have that separation. We think that DFO is very
well equipped for that protection and regulatory function in
aquaculture now with the new sustainable aquaculture program.
Even in the commercial fisheries since 1995 the role of
development and economic development and getting value and
costal development or development in communities is not there. It
does not appear to be there.
Le type de recherche et de développement qu’on observe à
Agriculture Canada pour ce qui est de l’agriculture, du
développement et de programmes comme le programme
d’espèces et d’usages limités pour les médicaments, dont j’ai
parlé, ne se retrouve pas au niveau fédéral. Du point de vue des
politiques publiques, il semble assez clair que les gens
responsables de la promotion du développement et du
développement économique de l’industrie ne sont pas
responsables de la protection de l’intérêt du public dans les
domaines de l’environnement et de la durabilité. Cette séparation
nous a été bénéfique au Nouveau-Brunswick. Nous pensons que,
grâce au nouveau programme d’aquaculture durable, le MPO est
très bien équipé pour assurer la protection de l’environnement et
la réglementation de l’aquaculture. Depuis 1995, même dans les
pêches commerciales, on ne retrouve pas ce r ôle de
développement et de développement économique, de
développement côtier et des collectivités. Ça ne semble pas être là.
Senator Poirier: The number of land farms in New Brunswick
and elsewhere also, but since you are representing New Brunswick
I will go there for now, for somebody wanting to get into
aquaculture is it easier or harder for them to be in the land
farming business than it would be to be in the open pens out in
ocean when it comes to environmental issues, regulatory issues
and dealing with DFO?
La sénatrice Poirier : Même chose pour ce qui est du nombre
d’exploitations agricoles au Nouveau-Brunswick et ailleurs, mais
puisque vous représentez le Nouveau-Brunswick, parlons-en. Estce plus facile ou plus difficile pour quelqu’un de se lancer en
aquaculture qu’en ’agriculture, de faire de l’aquaculture en mer à
cause des questions environnementales et réglementaires, et des
rapports avec le MPO?
20-11-2014
Pêches et océans
14:19
Ms. Brewer-Dalton: Whether you are going to get into marine
site farming or on land farming the cost associated is quite grand.
Operationally you need quite a bit of capital to start up any one of
those businesses. We have a track record in New Brunswick over
the last 30 years for marine farming. We have improved over the
years. The regulatory structure that is in place is a very robust
one. As with any regulatory structure I think there are
improvements that can be made as new science becomes
available. We are constantly trying to work within that type of
framework.
Mme Brewer-Dalton : Que vous vous lanciez dans une
exploitation sur terre ou en mer, le coût est assez conséquent. Il
faut beaucoup de capitaux pour se lancer dans l’une ou l’autre de
ces activités. Nous avons fait un suivi de l’élevage en mer sur
30 ans. Nous nous sommes améliorés au fil des ans. La structure
réglementaire en place est très robuste. Comme toute structure du
genre, elle peut être améliorée au fur et à mesure des avancées
scientifiques. Nous tentons toujours de travailler dans ce type de
cadre.
As far as on land closed containment there are still a lot of
questions with regard to closed containment. There are some
challenges with operational capital. Based on some of the reports
that have been put out, the operational capital you would need to
start up that type of business would be insurmountable for most
people. To grow those types of systems to the same production
level that we have in marine salmon farms, at this point in time I
do not think you would be able to do it cost efficiently.
Pour ce qui est des parcs clos terrestres, il y a toujours
beaucoup de questions en suspens. Il y a des problèmes sur le plan
de la capitalisation. D’après certains rapports, le capital
nécessaire pour lancer ce type d’activité est inaccessible à la
plupart des gens. Amener ces systèmes au même niveau de
production que ce qu’on a dans les élevages en mer coûterait
tellement cher que je ne pense pas que ça puisse être actuellement
rentable.
I think there are also a lot of questions with respect to a
regulatory framework that would be in place for land base which
has not really been developed. We have regulations in place for
hatcheries which supply our marine salmon farms so I could see a
model based similarly to that but those issues have not really been
fleshed out and worked out. There would be some challenges in
being able to develop an additional regulatory framework for
land based or closed containment systems.
Je crois qu’il y a aussi beaucoup de questions sans réponses en
ce qui a trait au cadre réglementaire qui n’a pas vraiment été
élaboré pour les exploitations à terre. Nous avons des règlements
en place pour les écloseries qui approvisionnent nos fermes
d’élevage de saumons en mer; je vois donc quelque chose de
semblable à ce qu’on a là, mais certaines questions n’ont pas été
examinées. Ce ne serait pas facile d’élaborer un cadre
réglementaire supplémentaire pour un élevage à terre ou pour
un système de parcs clos.
Senator Poirier: That was the third place where I was going to
go. One of the things that we did hear, specifically more on the
land farming, was the cost of the start-up and the access to
funding to continue because a lot of the times it could take four,
five or six years before you get a return on your investment. It is
hard to be able to get the extra funding sometimes you need to
survive until you get into a rolling profit margin year after year.
La sénatrice Poirier : C’est là que j’allais nous emmener
ensuite. Ce que nous avons entendu, surtout à propos des élevages
à terre, c’est que, à cause du coût de lancement de l’activité il peut
être difficile d’accéder à un financement permettant de tenir
jusqu’à ce que l’exploitation soit rentable, ce qui peut prendre
quatre à six ans. Il n’est pas facile d’avoir le financement
supplémentaire, parfois il faut survivre jusqu’à ce qu’on dégage
une marge bénéficiaire régulière tous les ans.
Senator Lovelace Nicholas: If I were to start up a business for
farming on land, how hard is it to find a site to grow fish or to
farm fish?
La sénatrice Lovelace Nicholas : Si je voulais lancer une activité
d’élevage à terre, aurais-je de la difficulté à trouver un site pour
élever du poisson?
Mr. LaBelle: To do a complete transfer of the salmon industry
in New Brunswick, for example, would require a huge amount of
land. That would be an issue but it is not only getting the actual
physical footprint. It is making sure that you have the water
supplies that meet a very narrow criteria.
M. LaBelle : Transférer toute l’industrie du saumon du
Nouveau-Brunswick, par exemple, demanderait beaucoup de
terres. Ça serait un élément à prendre en compte, mais il ne s’agit
pas juste d’espace au sol. Il faut aussi avoir un approvisionnement
en eau très spécifique.
In addition to the large capital investment that you need to
amortize over a relatively short period of time, another aspect is
that the operating costs are extremely expensive. One of the major
components is going to be electrical power which seems to be the
limiting factor right now in terms of the cost operations. We have
not yet really explored in any depth as to how much land would
be available within New Brunswick because some of those
operational issues are still outstanding.
Il ne faut pas perdre de vue qu’en plus de l’important
investissement en capital qu’il faut ensuite amortir en assez peu
de temps, les coûts de fonctionnement sont très élevés. L’une des
composantes majeures est l’alimentation en électricité qui semble
être un facteur pesant lourdement sur les coûts d’exploitation.
Nous n’avons pas vraiment examiné en détail quelle superficie
serait disponible au Nouveau-Brunswick parce que ces
contraintes opérationnelles ne sont pas résolues.
14:20
Fisheries and Oceans
20-11-2014
We are obviously watching very carefully some of the
experiments that are going on across North America. They do
have the advantage usually of having free capital or capital that
does not have to generate a return. The cycle of production in
those commercial scale facilities is much different from doing it in
a lab. They have not gone through enough years to see what kind
of issues they are going to have with husbandry and disease.
Nous suivons bien sûr de près les expériences en cours en
Amérique du Nord. Souvent, les projets bénéficient de
financement ou n’ont carrément pas besoin de dégager de
profits. Mais le cycle de production sur un site à échelle
industrielle est différent de ce qui est observé en laboratoire. Il
n’y a pas assez de données sur une période assez longue pour
entrevoir les problèmes qu’on pourrait rencontrer sur les plans de
l’élevage et des maladies.
We went through some pretty challenging times in New
Brunswick with ISA when it first hit us. We went through some
challenging times with winter chill when the water temperatures
went way down. We worked through all of these challenges that
we would not necessarily have anticipated in the past. If you
change wholesale to on land you are going to have to go through
that same learning process and that is going to present a lot of
risk. There are some challenges to doing that with private capital.
Nous avons traversé des périodes difficiles au NouveauBrunswick à cause de l’ASI, quand ça nous a touchés. Nous
avons eu des difficultés à cause d’hivers rigoureux, quand la
température de l’eau a fortement chuté. Nous avons surmonté
tous ces moments difficiles qu’on n’aurait pas forcément pu
prévoir. Si l’on transfère les activités sur terre, il va falloir revivre
cette période d’apprentissage et cela va représenter beaucoup de
risques. Faire cela avec du capital privé représente un risque.
Senator Lovelace Nicholas: I am wondering about the First
Nations. I know they have access to the water and access to the
lands to do farming and stuff. Are there many farming Aboriginal
people?
La sénatrice Lovelace Nicholas : Je me pose la question des
Premières Nations. Je sais qu’ils ont accès à l’eau et à la terre,
mais y a-t-il beaucoup de peuples autochtones agriculteurs?
Mr. LaBelle: We have seen so far an interest in oyster farming
and some opportunity in embryonic projects. We think it would
be an excellent contribution to the industry to be able to develop
economic activity with the First Nations in aquaculture.
M. LaBelle : Jusqu’à présent nous avons noté leur intérêt pour
les fermes ostréicoles et il y a un potentiel de projets
embryonnaires. Nous pensons que, si les Premières Nations
travaillaient dans l’aquaculture, ce serait une bonne contribution
à l’industrie et à l’essor économique.
Senator Meredith: Ms. Watson, you mentioned in your
presentation zoning and the process of an individual wanting to
actually set up a farm. Talk to us about that process. We saw that
Norway and Scotland have gone ahead and have identified zones
to make it easier for individuals wanting to set up an aquaculture
area in sort of a barn. Talk to us about that process and then I
have a couple other questions as well.
Le sénateur Meredith : Madame Watson, vous avez mentionné
le zonage et la marche à suivre pour monter une exploitation.
Parlez-nous de ce processus. Nous avons vu que la Norvège et
l’Écosse sont allés de l’avant et ont identifié des secteurs pour
faciliter la tâche aux gens qui souhaitent lancer une activité
d’aquaculture. Parlez-nous de ce processus, puis j’aurais encore
deux questions.
Ms. Watson: I am going to turn it to Kathy to answer that.
Mme Watson : Je vais laisser Kathy vous répondre.
Senator Meredith: You are not passing the buck, are you?
Le sénateur Meredith : Vous ne vous débarrassez pas d’une
patate chaude j’espère?
Ms. Brewer-Dalton: It is a team effort. Our aquaculture Bay
Management Area system was set up generally on two basic
principles. One was fish health. We wanted to be able to look at
the zones.
Mme Brewer-Dalton : C’est un travail d’équipe. Notre système
de zone de gestion par baie a été établi sur deux principes
généraux. D’abord, la santé des poissons. Nous voulions pouvoir
examiner les zones.
Just to give you an idea, we used to have 24 different bay
management areas. Now we are down to six approximately. We
took a lot of really small areas and we took the science from our
oceanographic experts down in St. Andrews to combine zones to
make sure that there was a buffer between the zones. One of the
main points was the fish health and any kind of water connection
between the zones.
Pour vous donner une idée, auparavant nous avions 24 zones
de gestion des baies différentes. Nous en comptons maintenant six
environ. Nous avons examiné les très petites zones et avons utilisé
les études de nos océanographes de St. Andrews pour combiner
les zones afin de créer des zones tampons entre elles. L’une des
considérations principales c’était la santé des poissons et des eaux
entre ces zones.
The other part of it was that we did have the industry on a twoyear production cycle. We know that when we place smolt in the
water it is usually 18 months generally by the time they make it to
market size. With a two-year production cycle they found that
there were times when they would get toward the end of their
production cycle and there would have to be a fallow period.
L’autre aspect était que nous faisions fonctionner le secteur sur
un cycle de production de deux ans. On sait qu’il faut
généralement 18 mois au saumoneau relâché dans l’eau avant
d’atteindre sa taille de commercialisation. Avec un cycle de deux
ans, on s’est aperçu que parfois, en fin de production, il faudrait
une période de jachère. Il faut qu’il y ait un moment durant lequel
20-11-2014
Pêches et océans
14:21
There has to be a period where there are no fish or nets on the
farm to allow that site to recover. They found that they had to
harvest their fish in a very short period of time toward the end of
the production cycle and that was flooding the market. They did
not have a lot of flexibility with respect to overloading the market
at the end of their production season.
il n’y a pas de poissons ou de filets pour que le site retrouve son
équilibre. On s’est aperçu qu’il faut récolter le poisson très vite à
la fin du cycle de production et que le marché se retrouvait
inondé. On manquait de souplesse et on se retrouvait avec trop de
produits à vendre vers la fin de la saison de production.
When we looked at changing the Bay Management Area
structure, it was based on fish health but also being able to
provide the farmers a little more flexibility in their marketing
abilities and being able to put fish on the market. Now they have
a three-year period when they can actually harvest their fish. We
have a regulated fallow period that starts on February 15 of each
year and it goes until April 15. We also have a mandatory baywide fallow so every site in that Bay Management Area has to be
fallow for two months. We tried to incorporate those. It gives the
farmer some flexibility but it also maintains the principles of fish
health.
Quand on a pensé à changer la structure de la zone de gestion
par baie, on a tenu compte de la santé des poissons, mais on
souhaitait aussi apporter plus de souplesse aux exploitants dans
leur capacité de commercialisation et de mise en marché.
Maintenant, la période pour la récolte du poisson est de trois
ans. Il y a une période de jachère réglementée, tous les ans, du
15 février au 15 avril. Il y a aussi une jachère obligatoire à l’échelle
de la baie pour que tous les sites de la zone de gestion par baie
soient dormants pendant deux mois. Nous avons tenté
d’incorporer cela. Ça donne une souplesse aux exploitants tout
en préservant les principes de la santé des poissons.
Senator Meredith: You mentioned about 2,200 employees
within the agriculture industry in New Brunswick. Have you
quantified in any way the economics of the numbers? If we are
able to grow this industry within New Brunswick what would that
look like in terms of employment and in terms of a contribution
to the economy?
Le sénateur Meredith : Vous avez parlé de 2 200 employés dans
le secteur de l’agriculture au Nouveau-Brunswick. Avez-vous,
d’une façon ou d’une autre, évalué le poids financier du secteur?
Si on arrivait à faire croître ce secteur au Nouveau-Brunswick,
qu’est-ce que cela représenterait sur le plan des emplois et de la
croissance économique?
Ms. Watson: As far as opportunities to grow the industry
certainly there are opportunities within the processing sector to
continue to grow on aquaculture within finfish. There are
opportunities for more value-add. There are opportunities to
add to the processing capacity as it exists.
Mme Watson : Pour ce qui est de faire croître ce secteur de
l’économie, il y a des possibilités au niveau de la transformation
du poisson. Il est possible d’aller chercher une valeur ajoutée. Il
serait possible d’augmenter la capacité de transformation
existante.
As I mentioned previously New Brunswick is a processing hub
so there continues to be opportunities to pull in product from
other areas and to continue to expand on those areas. There are a
lot of opportunities to expand as well around shellfish.
Comme je l’ai mentionné précédemment, le NouveauBrunswick est un pôle de transformation, ça reste donc possible
de faire venir plus de produits d’autres régions pour faire croître
ce secteur. Il y a de grandes possibilités d’expansion dans le
domaine des mollusques et des crustacés.
In the shellfish business, as Joseph alluded to, there is certainly
a lot of growth potential in terms of increasing the sites and
looking at further opportunities not only of increased production
levels but also of increased processing, different products and
value-add to those as well. There could be much more
employment based on the shellfish side as well as the salmon side.
Dans le secteur des mollusques et des crustacés, comme Joseph
l’a mentionné, il y a un fort potentiel de croissance si l’on
augmente la taille des sites et si l’on cherche non seulement à
augmenter les niveaux de production, mais aussi à développer
l’industrie de la transformation, à développer des produits
différents et à ajouter de la valeur aux produits. Il serait
possible de créer des emplois autour des mollusques et des
crustacés ainsi que du saumon.
Senator Meredith: What incentives has the province given to
those individuals wanting to get into those sectors that you have
been identifying?
Le sénateur Meredith : Quelles mesures incitatives le
gouvernement provincial peut-il offrir à ceux souhaitant se
lancer dans les secteurs que vous avez mentionnés?
Ms. Watson: There are opportunities that exist for expansion
within the province but fairly limited. There are opportunities
that exist through our economic development portfolio, for
example, that would look at new third party certification or
opportunities to expand on new technologies or innovation within
the processing sector. There are opportunities that exist within the
province to look at that. There are programs that would cover
that but mostly loan guarantee type programs. As Joseph
Mme Watson : Il y a des possibilités d’expansion dans la
province, mais elles sont assez limitées. Il existe des solutions en
passant par le portefeuille de développement économique par
exemple, qui permet à une entreprise d’obtenir une nouvelle
certification de tierce partie, ou bien d’exploiter de nouvelles
technologies ou innovations dans le secteur de la transformation.
Il y a un potentiel dans la province. Il existe des programmes pour
tout cela, mais surtout des programmes de garantie de prêts.
14:22
Fisheries and Oceans
20-11-2014
mentioned earlier, we actually refer to ACOA, the Atlantic
Canada Opportunities Agency, as being a very important part of
growing the sector.
Comme Joseph l’a mentionné, l’APECA, l’Agence de promotion
économique du Canada atlantique joue un rôle très important
dans la croissance du secteur.
Senator Meredith: My last question to you is with respect to
your wish list. Would you not say or purport to have an
aquaculture act that would eliminate all this duplication that is
going on currently? Would you be supportive of such an act? As
you have indicated you wanted to remain under the current
agricultural act but within that space. What about a standalone
aquaculture act?
Le sénateur Meredith : Enfin, j’aimerais savoir ce que vous
souhaiteriez personnellement. Souhaiteriez-vous une loi sur
l’aquaculture éliminant tous les doublons qui existent
actuellement? Seriez-vous en faveur d’une telle loi? Vous avez
dit que vous vouliez tomber sous le coup d’une partie distincte de
la loi actuelle sur l’agriculture. Mais que pensez-vous d’une loi
juste sur l’aquaculture?
Mr. LaBelle: I think our preference would be to see a piece of
legislation that stands alone. We have experienced even
provincially with some pieces of legislation that get unwieldy. It
can stay focused. We do not propose to tell our federal colleagues
how to organize their structures but we feel it is important to have
a definition of aquaculture that addresses some of those property
issues that we talked about and that it be an aquaculture act that
is designed to promote the economic development of the
aquaculture sector the way we do with agriculture, with a lot of
the same themes: rural community sustainability, coastal
community sustainability and those kinds of things, and
programming that can help address some of the challenges we
are going to be up against.
M. LaBelle : Ce qu’on préférerait, une loi séparée. Nous
savons ce que cela a donné avec des lois provinciales, ça finit par
être trop compliqué. Il faut garder le cap. Nous ne prétendons pas
dire à nos collègues du fédéral comment organiser leurs
structures, mais nous pensons qu’il est très important d’avoir
une définition de l’aquaculture qui prenne en compte certaines de
ces questions de propriété dont nous avons parlé. Nous pensons
qu’il faut une loi sur l’aquaculture qui vise à promouvoir le
développement économique du secteur aquacole, comme c’est le
cas en agriculture, avec les mêmes thèmes : développement
durable des communautés rurales et côtières, ce genre de choses,
et la programmation peut aider à traiter de ces défis auxquels
nous faisons face.
The Chair: Thank you to our witnesses for a great presentation.
We have learned much here in New Brunswick in the past number
of days and you have certainly clarified some of those issues for
us. Thank you for your time.
Le président : Merci à nos témoins pour ce bel exposé. Nous
avons beaucoup appris ces derniers jours au Nouveau-Brunswick,
merci donc pour vos éclairages et d’avoir pris le temps de venir
nous voir.
Before I give the floor to our next panel of witnesses I want to
remind senators that when it comes to the question time, I am
going to allow a question with a short supplementary. If time
allows for a second round we will go through it again but it is just
in the essence of time because we have many panels to appear
before us today. While you are phrasing your questions remember
that.
Avant que je ne passe à notre prochain panel de témoins, je
rappelle aux sénateurs que, lorsque viendra le temps des
questions, ils pourront poser une question, puis une courte
question de suivi. Si le temps nous le permet, nous ferons un
deuxième tour, mais il faut faire attention à l’heure, car nous
avons de nombreux panels aujourd’hui. Souvenez-vous-en
lorsque vous poserez vos questions.
Before we ask the witnesses to introduce themselves I would
like to take this opportunity since we have a group here from
Prince Edward Island to officially welcome Senator Hubley back
among us after her trip overseas. She is recovering very well and
we are delighted to have her here with us today. Welcome back.
Avant de demander aux témoins de se présenter, puisque nous
allons accueillir un groupe de l’Île-du-Prince-Édouard, j’aimerais
officiellement souhaiter la bienvenue à la sénatrice Hubley qui est
de retour parmi nous après un voyage à l’étranger. Elle se remet
bien et nous sommes ravis de l’avoir avec nous aujourd’hui.
Bienvenue.
I ask the witnesses to take time to introduce themselves and I
then understand they have some opening remarks.
Je vais demander aux témoins de prendre le temps de se
présenter, puis je crois comprendre qu’ils ont des remarques
liminaires à faire.
Richard Gallant, Deputy Minister, Department of Fisheries,
Aquaculture and Rural Development, Government of Prince
Edward Island: Richard Gallant, Deputy Minister of Fisheries,
Aquaculture, Rural Development, Prince Edward Island.
Richard Gallant, sous-ministre, ministère des Pêches, de
l’Aquaculture et du Développement rural, gouvernement de l’Îledu-Prince-Édouard : Richard Gallant, sous-ministre, ministère des
Pêches, de l’Aquaculture et du Développement rural, Île-duPrince-Édouard.
20-11-2014
Pêches et océans
14:23
Hon. Ron W. MacKinley, MLA for Cornwall—Meadowbank,
Minister of Fisheries, Aquaculture and Rural Development,
Government of Prince Edward Island: Ron MacKinley, Minister
of Fisheries, Aquaculture, Rural Development in the Province of
Prince Edward Island.
L’honorable Ron W. MacKinley, député provincial de
Cornwall—Meadowbank, ministre des Pêches, de l’Aquaculture et
du Développement rural, gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouard :
Ron MacKinley, ministre des Pêches, de l’Aquaculture et du
Développement rural, Île-du-Prince-Édouard.
Neil MacNair, Director, Aquaculture Division, Fisheries,
Aquaculture and Rural Development, Government of Prince
Edward Island: I am Neil MacNair. I am the Director of
Fisheries, Aquaculture and Rural Development.
Neil MacNair, directeur, Division de l’aquaculture, ministère des
Pêches, de l’Aquaculture et du Développement rural, gouvernement
de l’Île-du-Prince-Édouard : Je m’appelle Neil MacNair. Je suis le
directeur de la Division de l’aquaculture au ministère des Pêches,
de l’Aquaculture et du Développement rural.
The Chair: I understand you have a presentation you would
like to make first, Mr. Minister. The floor is yours.
Le président : Si je comprends bien, vous avez un exposé à nous
présenter, monsieur le ministre. Vous avez la parole.
Mr. MacKinley: My department is pleased to be here today to
present to the Standing Senate Committee of Fisheries and
Oceans. We are pleased to provide an overview of the aquaculture
industry in the province of Prince Edward Island and to open
further discussions on it. I will make some opening remarks and
my deputy minister, Richard Gallant, and my director, Neil
MacNair, will present some additional details for your review.
M. MacKinley : Mon ministère est ravi de pouvoir comparaître
devant le Comité sénatorial permanent des pêches et océans. Nous
nous ferons un plaisir de vous présenter la situation de l’industrie
aquacole de l’Île-du-Prince-Édouard et de répondre à vos
questions. Je ferai quelques observations et mon sous-ministre,
Richard Gallant, ainsi que mon directeur, Neil MacNair, vous
présenteront des éléments supplémentaires.
Aquaculture has been a great development for P.E.I. and a true
success story which I know Libbe could speak to.
L’aquaculture est très porteuse pour l’Î.-P.-É. et elle représente
un véritable succès dont pourrait vous parler Libbe.
The industry has emerged from a good idea in the 1980s to a
major contribution to the island economy. The cultivating of
shellfish such as mussels, oysters and finfish such as salmon eggs
and fry, and Atlantic halibut contributed more than $75 million
to our very small province. That is a lot to accommodate P.E.I.
The aquaculture sector has created more than 2,000 jobs in rural
P.E.I. I am sure that senators here from New Brunswick and
Newfoundland know how hard it is to create jobs in rural Prince
Edward Island or anywhere in Atlantic Canada. Many of the jobs
particularly in the mussel sector as year-round jobs too. It is good
to hear that.
Dans les années 1980, nous avons eu la bonne idée de nous dire
que cette industrie pourrait grandement contribuer à l’économie
de l’île. L’élevage de poisson ainsi que de mollusques et de
crustacés, comme les moules et les huîtres, la production d’œufs et
d’alevins de saumon, de même que le flétan de l’Atlantique ont
rapporté plus de 75 millions de dollars à notre petite province.
C’est beaucoup pour l’Î.-P.-É. Le secteur aquacole a créé plus de
2 000 emplois dans les régions rurales de l’Île. Je suis certain que
les sénateurs du Nouveau-Brunswick et de Terre-Neuve savent à
quel point il est difficile de créer des emplois dans les régions
rurales du Canada atlantique. Beaucoup de ces emplois, surtout
dans le secteur de l’élevage des moules, sont des emplois annuels.
C’est une bonne nouvelle.
Aquaculture exists in every major waterway in Prince Edward
Island and supports communities from Tignish to Souris. In other
words as our premier said one island or one community from tip
to tip. Prince Edward Island aquaculture products are recognized
around the world. I could go to my iPad and contact my friends in
Georgia or my friends in Florida and they would say, ‘‘What
should we have for dinner tonight, Ronnie’’ or ‘‘Which would you
pick from the menu?’’ It would be P.E.I. mussels or P.E.I.
Malpeque oysters for that matter but mostly the mussels.
Products like our world famous mussels, Malpeque oysters and
many other oyster brands are enjoyed by consumers and are a
major contributor to the food service retail business. We are even
working on new products like farm-raised halibut. It is probably
one of the first times ever that I know of where they are actually
raising halibut with success. Now they are raising them from two
to three pounds and they are going up as high as eight pounds.
L’aquaculture est présente dans toutes les grandes voies d’eau
de l’Île-du-Prince-Édouard et elle fait vivre de nombreuses
localités de Tignish à Souris. En d’autres termes, comme l’a dit
notre premier ministre provincial, c’est une île ou encore une seule
grande localité d’un bout à l’autre. Les produits d’aquaculture de
l’Île-du-Prince-Édouard sont reconnus dans le monde entier. Je
pourrais sortir mon iPad et contacter mes amis en Géorgie ou en
Floride et ils me demanderaient conseil pour leur repas ou me
demanderaient ce qu’ils devraient mettre au menu, car ils
retrouveraient des moules de l’Île-du-Prince-Édouard ou des
huîtres de Malpèque, mais plus souvent des moules. Les moules,
les huîtres Malpèque et bien d’autres types d’huîtres sont des
produits connus dans le monde entier et apprécié des
consommateurs. Ces produits sont fortement utilisés dans la
restauration. Nous travaillons même à la mise au point de
nouveaux produits comme le flétan d’élevage. C’est la première
fois que je vois un élevage de flétan qui marche. On élève du flétan
pour l’amener de deux ou trois livres à huit livres.
14:24
Fisheries and Oceans
20-11-2014
We do have challenges in the province of Prince Edward
Island. The regulations governing oyster aquaculture under
Fisheries and Oceans are cumbersome and holding back
development.
Il en demeure qu’il reste des défis dans la province de
l’Île-du-Prince-Édouard. La réglementation de Pêches et Océans
qui gouverne l’ostréiculture est lourde et elle retarde le
développement.
We are awaiting proposed legislation to control invasive
species.
Nous sommes en attente d’une législation sur la lutte contre les
espèces envahissantes.
We are very concerned that the federal government ensure that
the oyster parasite MSX be prevented from spreading to the
P.E.I. oysters. Right now we are parasite-free.
Nous voulons vraiment que le gouvernement fédéral prenne les
mesures nécessaires pour que le parasite de l’huître MSX ne se
répande pas dans les parcs à huîtres de l’Île-du-Prince-Édouard.
Actuellement, nous n’avons pas de parasites.
Even the changes made to Temporary Foreign Worker
Program by Minister Kenney have placed a major burden on
our seafood sector at a time when we should have been gearing up
to expand our markets, especially in the last three years where we
have been seeing great opportunities around the world.
Même les changements apportés au Programme des
travailleurs étrangers temporaires par le ministre Kenney ont
pesé sur notre secteur des produits de la mer à un moment où on
aurait dû se préparer à étendre nos marchés, surtout ces trois
dernières années où l’on a pu voir des possibilités d’expansion
dans le monde.
When I first became minister three years ago everybody was
looking at China and everywhere else around the world. I thought
maybe we should look at Canada too so we went to Alberta. In
the first year there was about a 70 per cent increase in oysters in
the province of Alberta. Last year, the second year, there was a
284 per cent increase in oyster sales to that province. Those are in
competition with the U.S. market, the U.S. coming in. I believe in
free trade but if you have a better product Canada will always
win.
Quand je suis devenu ministre il y a trois ans, tous les regards
étaient tournés vers la Chine et vers le reste du monde. Je me suis
dit qu’il fallait voir du côté du Canada aussi et nous sommes allés
en Alberta. Dans la première année, la demande d’huîtres en
Alberta a augmenté de 70 p. 100. L’an dernier, la deuxième
année, l’augmentation a été de 284 p. 100 dans cette même
province. Nous sommes en concurrence avec les importations des
États-Unis. Je crois au libre-échange, mais s’il a un meilleur
produit, le Canada gagnera toujours.
As long as the federal government is cooperative with federal
programs and policies and can respond on a timely basis,
aquaculture has an opportunity to continue to grow in the
province of Prince Edward Island.
Tant que le gouvernement fédéral coopère en offrant des
programmes et en adoptant des politiques en temps opportun,
l’aquaculture continuera de croître dans la province de l’Île-duPrince-Édouard.
In the mussel sector there are several potential areas like the
Malpeque Bay. The oyster sector is growing and the markets are
looking for more oysters, as I said. There is nothing worse,
because I was in business for years, than not having enough
product to supply consumers. They will look elsewhere.
Dans la filière de la moule, nous comptons plusieurs régions
qui présentent un vrai potentiel comme la baie de Malpèque.
Comme je le disais, le secteur de l’huître est en croissance et les
marchés sont de plus en plus demandeurs. J’ai longtemps été dans
les affaires et je sais qu’il n’y a rien de pire que de ne pas pouvoir
fournir le produit que demande le consommateur. Il finit par aller
voir ailleurs.
P.E.I. has good reserves of fresh and saltwater groundwater to
support development of finfish hatcheries and land-based
facilities.
L’Î.-P.-É. dispose d’excellentes ressources en eau douce et en
eau de mer pour développer des sites terrestres pour le poisson à
nageoires et pour installer des écloseries.
As I said the issue here is supportive policies, regulations and
changes that are needed being made on a timely basis. I am not
blaming the federal government or anybody. I know in my own
department to get something from plan A to B, C and D takes too
long. When I became minister, I eliminated moving from plan A
to B, C and D and moved it all together. People are in business
and they cannot be bogged down with red tape.
Comme je le disais, dans ce cas il nous faut des politiques, des
règlements et des changements favorables mis sur pied en temps
opportun. Je ne blâme pas le gouvernement fédéral, je ne blâme
personne. Je sais que dans mon ministère, il faut trop de temps
pour mener une chose du plan A aux plans B, C et D. Quand j’ai
accédé à mon poste de ministre, j’ai éliminé les transitions du plan
A aux plans B, C et D et j’ai tout réuni. Les gens sont en affaires,
on ne peut pas les embourber dans un processus bureaucratique
surchargé.
Prince Edward Island has a supportive climate for aquaculture.
The province has worked closely with the federal government and
industry associations to develop the industry over the past
30 years. We have some great support institutions such as the
Le climat de l’Île-du-Prince-Édouard est favorable à
l’aquaculture. Ces 30 dernières années, la province a collaboré
de près avec le gouvernement fédéral et avec les associations de
l’industrie pour développer ce secteur. À l’Île-du-Prince-Édouard,
20-11-2014
Pêches et océans
14:25
Atlantic Veterinary College, the Culinary Institute of Canada,
Canada’s Smartest Kitchen, the NRC Institution of Nutrisciences
and Health, and Bio Food Tech, in the province of Prince Edward
Island which really means a lot if you want time and speed. When
you take, for instance, a bunch of Sysco directors from Alberta
and show them what you are doing with food safety and
everything in consumers’ minds it makes it easier to sell the
product. You take them right there and showcase it.
nous jouissons de l’appui d’établissements extraordinaires comme
l’Atlantic Veterinary College, le Culinary Institute of Canada,
Canada’s Smartest Kitchen, l’Institut des sciences nutritionnelles
et de la santé du CNRC et Bio Food Tech, ce qui contribue
beaucoup à accélérer les choses. Quand vous avez par exemple un
groupe de directeurs de la société Sysco en visite de l’Alberta et
que vous leur montrez ce que vous faites pour assurer la salubrité
des aliments et tout ce que pensent les consommateurs, il est plus
facile de vendre le produit. Vous les amenez directement aux
installations pour leur démontrer tout cela.
I will conclude by saying that the future of aquaculture in
Prince Edward Island is very bright. I will now turn it over to my
deputy director of aquaculture for further information. Thank
you very much.
En conclusion, je vous dirai que l’avenir de l’aquaculture à
l’Île-du-Prince-Édouard est très prometteur. Je vais maintenant
passer la parole à mon directeur de l’aquaculture qui vous
donnera plus d’information. Merci beaucoup.
Mr. MacNair: Thank you very much for providing us with the
opportunity to talk to you today about aquaculture, a very
important industry on P.E.I. I hope you all have a copy of the
presentation that we can just flip through page by page.
M. MacNair : Merci beaucoup de nous avoir offert l’occasion
de vous parler aujourd’hui d’aquaculture, qui est une industrie
très importante à l’Î.-P.-É. J’espère que vous avez tous devant
vous une copie de mon exposé pour que nous puissions l’examiner
page par page.
The second page is just an overview of the presentation. I am
going to speak to the first two points on the provincial roles and
responsibilities and give a bit of an overview of the industry on
P.E.I. My deputy minister will speak to the following two points.
La deuxième page est simplement un survol de mon exposé. Je
vais parler des deux premiers points des rôles et des
responsabilités de la province et je vais vous présenter un
aperçu du secteur à l’Î.-P.-É. Mon sous-ministre traitera des
deux autres points.
The next page is our departmental mission statement to
contribute to the growth of sustainable and prosperous fishing,
aquaculture and seafood processing enterprises and to provide
leadership in developing new approaches to rural community
development, service delivery and employment programs, the
majority of which are rural based.
À la page suivante se trouve l’énoncé de mission du ministère,
qui est de contribuer à la croissance d’entreprises durables et
prospères dans les secteurs de la pêche, de l’aquaculture et de la
transformation de fruits de mer. Il vise aussi à diriger
l’élaboration de nouvelles méthodes de développement des
collectivités rurales, de prestation des services et de programmes
d’emploi. La plupart des emplois se trouvent dans des régions
rurales.
As you know, aquaculture is a very rural-based business and
provides a lot of opportunities in rural P.E.I. It fits very well
under the mandate or mission statement of our department.
Comme vous le savez, l’aquaculture est une industrie très rurale
qui ouvre de nombreux débouchés aux résidents des campagnes
de l’Î.-P.-É. Elle s’insère parfaitement dans le mandat et dans
l’énoncé de mission de notre ministère.
The mandate or mission statement of the division of which I
am director is to provide advice, assistance and information to
our growing aquaculture industry and to the estuarine shellfish
industry. Both fall under our division.
Le mandat et l’énoncé de mission de la division que je dirige
sont de fournir des conseils, de l’aide et de l’information à notre
secteur de l’aquaculture qui est en pleine croissance ainsi qu’à
l’industrie des mollusques et crustacés estuariens. Ces deux
secteurs relèvent de notre Division.
In the aquaculture division we provide technical and biological
services to both the shellfish and finfish sectors and we deliver
financial programs that complement our developmental work.
À la Division de l’aquaculture, nous fournissons des services
techniques et biologiques au secteur des mollusques et crustacés et
à celui des poissons à nageoires. Nous offrons aussi des
programmes financiers qui complètent notre travail de
développement.
The aquaculture industry has a long history in P.E.I. associated
with agriculture and fishing which came before it. The spirit of
innovation and self-reliance of those members of the agriculture
and fishing industry moved forward into aquaculture when we
À l’Î.-P.-É., l’industrie de l’aquaculture est née il y a longtemps
des secteurs de l’agriculture et de la pêche. L’esprit d’innovation et
d’auto-développement des agriculteurs et des pêcheurs les a
dirigés vers l’aquaculture quand nous avons développé ce secteur.
14:26
Fisheries and Oceans
20-11-2014
developed aquaculture. Part of the reason why it is so successful is
that kind of innovative spirit that comes with the people that
work in the business. Before that they were successful farmers and
fishers.
L’esprit novateur des gens qui y travaillent assure la plus grande
partie de son succès. Avant de se lancer dans cette industrie, ces
gens étaient des agriculteurs et des pêcheurs prospères.
I have just a couple of points on the industry. A really
important point for the senators to know is that the aquaculture
industry operates in P.E.I. with a lot of public support. The public
who supports agriculture and the fishery also supports
aquaculture. That is an important point.
J’ai quelques petites choses à souligner à propos de cette
industrie. Il est très important que les sénateurs sachent
qu’à l’Î.-P.-É., la population appuie beaucoup l’aquaculture.
Les gens qui appuient l’agriculture et la pêche appuient aussi
l’aquaculture. Il est important que vous compreniez cela.
Bivalves, mussels and oysters are well recognized world-wide as
being industries that are beneficial for the environment. They are
very environmentally friendly industries. Our shellfish industry
has developed a shellfish aquaculture environmental code of
practice which it follows. It is very important for all industry
members to sign on to that code.
Le monde entier reconnaît que les industries des bivalves, des
moules et des huîtres sont bénéfiques pour l’environnement. Ce
sont des industries très propres. Notre secteur des mollusques et
crustacés a fixé un code de pratiques écologiques d’aquaculture
qu’il suit consciencieusement. Tous les membres du secteur
doivent adopter et respecter ce code.
Our finfish operations unlike some other provinces are all landbased with no marine cage culture. I believe you were at the
halibut farm yesterday. It is primarily because we cannot go out
on marine sites on P.E.I. The water is too warm in summer and it
is too cold with ice cover in the winter. Many of our operations
are now becoming third party certified for sustainability.
À l’encontre de celle d’autres provinces, notre exploitation des
poissons à nageoires est terrestre; nous ne faisons pas d’élevage en
cages marines. Je crois qu’hier, vous avez visité un élevage de
flétan. C’est principalement parce qu’à l’Î.-P.-É., on ne peut pas se
rendre à des installations maritimes; l’eau est trop chaude en été et
elle est trop froide sous la glace en hiver. De nombreuses
exploitations obtiennent maintenant des certificats de tiers qui
garantissent leur durabilité.
The aquaculture industry overall has provided a lot of wealth
and job opportunities, as we mentioned earlier, in rural P.E.I. The
farm gate value or landed value of over $37 million provides
economic benefits of more than $75 million to our small economy
in P.E.I.
Comme nous l’avons dit plus tôt, l’industrie de l’aquaculture a
produit beaucoup de prospérité et d’emploi dans les régions
rurales de l’Î.-P.-É. La valeur à la ferme, ou valeur au
débarquement, de plus 37 millions de dollars produit des
avantages économiques de plus de 75 millions de dollars à la
modeste économie de l’Île.
Aquaculture is diversified. The fishery and a lot of people
involved in the lobster fishery or oyster fishery are also now
involved in aquaculture. This has allowed for diversification. At
one time when the fishing was over a lot of the wharves were very
quiet. Now they are busy year-round. It is great that
diversification has happened.
L’aquaculture se diversifie. Les pêcheurs et bon nombre de
gens qui font la pêche aux homards et aux huîtres se lancent dans
l’aquaculture. Cela a produit une diversification. Dans le temps,
quand la saison de la pêche était terminée, les quais étaient très
silencieux. Maintenant ils sont achalandés à longueur d’année. La
diversité a vraiment amélioré les choses.
The next slide is just an overview of the mussel aquaculture
industry. It began in 1980 with harvests around 100,000 pounds.
We expanded now to an annual harvest of 45 million to 50 million
pounds. Eighty per cent of the mussels produced in North
America or in Canada come from P.E.I. Its landed value is up
to $30 million. This has been a huge success story for P.E.I. The
industry was built by local growers, their innovative spirit and
thinking, and local manufacturers who developed a lot of the
equipment specific to our needs in P.E.I.
La prochaine diapo montre un aperçu du secteur de l’élevage
des moules. Il a commencé en 1980; on en récoltait environ
100 000 livres. Maintenant la récolte est annuelle et elle produit de
45 à 50 millions de livres. De toutes les moules produites en
Amérique du Nord et au Canada, 80 p. 100 viennent de l’Î.-P.-É.
Leur valeur au débarquement s’élève à 30 millions de dollars.
C’est une réussite extraordinaire pour l’Î.-P.-É. Ce secteur doit
son développement aux éleveurs locaux et à leur esprit novateur
ainsi qu’aux fabricants locaux qui ont produit une bonne partie de
l’équipement nécessaire aux besoins particuliers de l’Île.
The next slide shows on the map where mussel activities occur
in P.E.I. You can see a majority of the island has mussel
aquaculture in it. There are more than 100 growers and nearly
300 leases with about 10,000 acres of water leased out to the
industry. There are eight plants to process and move the product
that employ about 1,500 people. As the minister mentioned many
of those jobs are year-round.
Sur la prochaine diapo, vous voyez les endroits où l’on produit
les moules à l’Î.-P.-É. Vous voyez qu’on pratique l’aquaculture
dans presque toutes les régions de l’Île. Nous comptons plus de
100 éleveurs et près de 300 concessions qui s’étendent sur environ
10 000 acres d’eau que l’industrie loue. Nous avons huit
établissements de transformation et d’expédition du produit, qui
emploient environ 1 500 personnes. Comme l’a dit le ministre, une
bonne partie de ces emplois durent toute l’année.
20-11-2014
Pêches et océans
14:27
The industry is based on collecting seed from the wild that is
put into socks and grown out on the leases. It takes about
18 months or a bit longer to get a product to market.
Pour produire les moules, on en ramasse les naissains sauvages
que l’on place dans des boudins posés dans les concessions. Il faut
environ 18 mois ou un peu plus longtemps pour élever les moules
et pour les amener sur le marché.
In the next slide you will see some ice harvest. We harvest yearround. We harvest 52 weeks a year. The products are mainly
marketed as fresh in North America. Some frozen product now
has moved out of North America to countries such as Japan and
China.
Sur la prochaine diapo, vous voyez une récolte sous la glace.
Nous récoltons les moules toute l’année. Nous les récoltons
pendant 52 semaines par année. En Amérique du Nord, nous les
vendons fraîches dans les marchés. Nous exportons maintenant
quelques produits congelés vers le Japon et la Chine.
When we speak of the oyster industry we usually talk of both
the fishing and aquaculture sectors because they are so closely
linked. Traditionally there are two seasons where oysters are
fished in P.E.I. One is in spring and the other is in the fall. The
landings we report are for the island or for both the fishery and
aquaculture. Some 70 per cent comes from the public fishery and
approximately 30 per cent from aquaculture. In 2013 we landed
just over seven million pounds with a value of close to $9 million.
L’industrie des huîtres comprend généralement les secteurs de
la pêche et de l’aquaculture, parce qu’ils sont reliés de près.
Normalement, il y a deux saisons de pêche à l’huître à l’Î.-P.-É. :
une au printemps et l’autre à l’automne. Les valeurs au
débarquement que nous affichons dans les rapports
comprennent les récoltes de toute l’Île ou celles de la pêche et
de l’aquaculture. Ces sommes comprennent environ 70 p. 100 de
produits de la pêche et 30 p. 100 de l’aquaculture. En 2013, nous
avons débarqué un peu plus de 7 millions de livres d’une valeur de
près de 9 millions de dollars.
On the next slide you will see again a map that shows where the
oysters are fished and grown on P.E.I. in the majority of the
waterways. In the fishery there are about 1,300 licences of which
about 700 are active. The fishery is enhanced by aquaculture
techniques. The shellfish association has an enhancement
program which we fund. They collect seed. They grow and hold
the seed for a little over a year using aquaculture techniques, and
then they enhance public beds which helps the fishery year to
year.
La prochaine diapo vous montre une autre carte indiquant où
l’on fait la pêche et l’élevage des huîtres dans la plupart des voies
navigables de l’Î.-P.-É. Dans le secteur de la pêche, on a accordé
environ 1 300 permis, et 700 d’entre eux sont actifs. Le secteur de
la pêche tire avantage des techniques de l’aquaculture.
L’association des mollusques offre un programme
d’enrichissement que nous finançons. Les aquaculteurs
recueillent des naissains qu’ils font croître puis qu’ils gardent
pendant un peu plus d’une année à l’aide de techniques
d’aquaculture. Ces naissains enrichissent ensuite les bancs
d’huîtres publics, ce qui aide le secteur de la pêche d’une année
à l’autre.
On the aquaculture side we have a bit over 500 growers now
and 817 leases with about 6,500 acres in production. About 170 of
those growers are using off-bottom techniques. In other words
they are growing oysters in the water column using a variety of
different techniques.
Le secteur de l’aquaculture compte un peu plus de 500 éleveurs
et de 817 concessions qui s’étendent sur environ 6 500 acres en
production. Environ 170 de ces éleveurs utilisent des techniques
d’élevage en suspension. Autrement dit, ils élèvent les huîtres dans
la colonne d’eau en suivant des techniques diverses.
If you flip to the next slide you will see the industry relies on
both the aquaculture side and on the wild fisheries side. Again like
the mussel industry they rely on the wild collection of seed.
À la page suivante, vous verrez que l’industrie compte autant
sur l’aquaculture que sur la pêche sauvage. Comme l’industrie des
moules, elle dépend de la collecte de naissains sauvages.
The next side shows the fishery. In the picture on the left it
shows people fishing. They use tongs which is a traditional way of
fishing. The other two pictures are different kinds of suspended
aquaculture gear where oysters are being grown.
La prochaine diapo montre la pêche. Sur l’image de gauche on
voit des gens qui pêchent. Ils se servent de pinces, c’est la manière
traditionnelle de pêcher les huîtres. Les deux autres images vous
montrent différentes pièces d’équipement d’aquaculture en
suspension où l’on élève des huîtres.
Oysters are marketed according to their shape. Small oysters
under the legal size which have to come from aquaculture
operations and are less than 76 millimetres are called cocktails.
Market size oysters are harvested as either standards or cocktails
according to the shape.
Les huîtres se vendent de manières différentes suivant leur
taille. Les petites huîtres au-dessous de la taille légitime, soit de
moins de 76 millimètres, produites en aquaculture sont les huîtres
cocktails. Sur le marché, on vend les huîtres cocktails et les huîtres
standards, qui ont des formes différentes.
14:28
Fisheries and Oceans
20-11-2014
The minister mentioned that there is a lot of excitement about
oysters currently. Some new development of markets in Calgary
has really boosted our sales. There seems to be a great demand for
oysters right now. It takes somewhere in the range of from three
to four to six years to reach market size for oysters.
Le ministre a indiqué que les huîtres suscitent beaucoup
d’enthousiasme ces temps-ci. Certains événements survenus dans
les marchés de Calgary ont vraiment poussé nos ventes. Il semble
y avoir une grande demande d’huître ces jours-ci. Il faut de trois à
quatre ans ou même parfois six ans pour faire croître une huître et
l’amener sur le marché.
One point, and we will discuss this a bit later, is that the oyster
aquaculture industry is currently governed under regulations that
were designed to conserve the oyster fishery. That has resulted in
some operational challenges for the oyster aquaculture industry.
Permettez-moi de mentionner une chose importante dont nous
parlerons plus en détail un peu plus tard : l’aquaculture des
huîtres est présentement régie par des règlements conçus de
manière à conserver la pêche aux huîtres. Cela crée quelques
difficultés opérationnelles pour le secteur de l’ostréiculture.
The next slide is on our finfish aquaculture industry. It is
entirely land-based as I mentioned. There are three hatcheries,
one halibut grow-out facility which I believe you toured
yesterday, and one research facility in the eastern end of the
island. In the finfish side of things we specialize in hatchery
products that we supply to the other provinces where they are
grown out to market, except for the halibut operation of course. It
is an important industry to P.E.I with a landed value of about
$3 million in 2013.
La prochaine diapo présente notre industrie de l’aquaculture
des poissons à nageoires. Comme je l’ai dit, elle est entièrement
terrestre. Elle compte trois écloseries, un établissement de culture
du flétan — si je ne me trompe pas, vous l’avez visité hier — et un
centre de recherche du côté est de l’Île. Le secteur des poissons à
nageoires se spécialise dans les produits d’écloserie que nous
fournissons aux autres provinces, qui les élèvent et les vendent
dans les marchés, sauf dans le cas du flétan, évidemment. Cette
industrie est importante pour l’ Î.-P.-É. Sa valeur au
débarquement s’élevait à 3 millions de dollars en 2013.
As I mentioned we supply disease-free. We have very high
quality groundwater so it is easy to provide disease-free products
to go to the other provinces for grow-out. Our industry is highly
innovative and you would have seen that yesterday at the halibut
operation.
Comme je vous l’ai dit plus tôt, nos produits n’ont pas de
maladies. Notre eau souterraine est de grande qualité, donc il
nous est facile de fournir des produits sans maladie aux autres
provinces qui vont les faire croître. Notre industrie est
extrêmement novatrice; vous l’aurez sûrement constaté en
visitant l’exploitation de flétans hier.
The next slide is on the processing sector. Both on the oyster
side and particularly on the mussel side again it is a very
innovative industry. Much of the equipment, and an example is
that picture of the holding systems on the right, was developed in
P.E.I. A lot of the equipment was designed and developed by local
manufacturers on P.E.I. It is a highly innovative part of our
industry.
La prochaine diapo présente le secteur de la transformation.
De nouveau, autant le secteur des huîtres que celui des moules est
très novateur. La plupart de l’équipement, et vous en voyez un
exemple de système d’attente sur la photo de droite, est conçu à
l’Î.-P.-É. Une grande partie de l’équipement a été conçu et produit
sur l’Île par des fabricants locaux. C’est un aspect très novateur de
notre industrie.
The next slide describes some of the research and development
support agencies we have in P.E.I. The minister mentioned the
Atlantic Vet College, and again I think you toured there
yesterday. A very important of our aquaculture industry is from
the work that is done at the Atlantic Vet College. We have our
own research program in the department, the Aquaculture and
Fisheries Research Initiative where we provide funding for
development type research to match the priorities of industry.
Of course Fisheries and Oceans Canada provides important
research for us as well through ACRDP and in par to research
programs that are offered by DFO. We have the NRC Institute
for Nutrisciences and Health and ACOA through the Atlantic
Innovation Fund. Bio Food Tech has been important for food
research in Charlottetown and Canada’s Smartest Kitchen at
Holland College. They are all important support research and
development agencies for us.
Dans la prochaine diapo, nous avons une description de
certains organismes de recherche et développement de l’Î.-P.-É.
Le ministre a mentionné l’Atlantic Vet College que vous avez
aussi visité hier, si je ne me trompe pas. Le travail accompli dans
ce collège est très important pour notre industrie de l’aquaculture.
Notre ministère tient son propre programme de recherche intitulé
Aquaculture and Fisheries Research Initiative, qui finance des
projets de recherche conçus en fonction des priorités de
l’industrie. Évidemment, Pêches et Océans Canada nous fournit
de la recherche qui nous est aussi très utile, autant par
l’intermédiaire du PCRDA que de pair avec les programmes de
recherche qu’offre le MPO. Nous avons l’Institut des sciences
nutritionnelles et de la santé du CNRC ainsi que l’APECA par le
Fonds d’innovation de l’Atlantique. La société Bio Food Tech a
mené de la recherche importante sur les aliments à Charlottetown,
tout comme Canada’s Smartest Kitchen à Holland College.
Ces organismes de recherche et développement nous apportent
beaucoup de soutien.
20-11-2014
Pêches et océans
14:29
Mr. Gallant: I have a few slides to go over here related to
aquaculture policy.
M. Gallant : J’ai quelques diapos à vous présenter sur la
politique de l’aquaculture.
The leasing program in the province is delivered by Fisheries
and Oceans Canada. It is under an MOU with the province that
actually dates back to 1928 but was reaffirmed in 1987 with the
commercial agreement on aquaculture for the province.
Le programme provincial de concessions aquacoles est dirigé
par Pêches et Océans Canada. Il est régi par un protocole
d’entente signé avec la province. Ce protocole date de 1928, mais
le ministère l’a réaffirmé en 1987 en signant l’entente commerciale
sur l’aquaculture avec la province.
The policy input into the program is through an Aquaculture
Leasing Management Board that provides advice to DFO and
guides the program. The board is quite unique. It is tripartite and
involves Fisheries and Oceans Canada, the province and industry
all at the table setting policy direction for the program. All
partners contribute financially to the program. The program
operates on about $500,000 a year and each of the parties put in a
financial contribution toward the program. Industry’s
contribution is through lease fees. Lease fees are through an
approval with the Federal Treasury Board and go back into
operating the leasing service in the province.
L’aspect politique de ce programme provient du Conseil de
gestion des baux aquacoles qui conseille le MPO et qui oriente le
programme. Ce conseil est très particulier. C’est un groupe
tripartite auquel siègent des représentants de Pêches et Océans
Canada, de la province et de l’industrie qui décident de
l’orientation politique à donner au programme. Tous les
partenaires apportent une contribution financière au
programme, dont le budget de fonctionnement est d’environ
500 000 $ par année. L’industrie y contribue en payant les frais de
bail, que le Conseil du Trésor fédéral approuve et que l’on
réinvestit dans l’administration du service de concessions
provincial.
The leasing board provides management advice and direction
to the aquaculture leasing program by assuring co-managed and
co-funded mechanism existing under a framework where policy
decisions are made and shared by the stakeholders. It provides
direction and policy advice to the leasing division. That is the
group of people that actually do the work. It provides advice
relative to a shellfish spat collection policy that is administered by
the gulf region over here in Moncton. It approves the priorities,
the business plan, the financial plan and the work plan for the
aquaculture leasing division that exists within Fisheries and
Oceans.
Le Conseil de gestion des concessions aquacoles conseille et
oriente le Programme de concessions aquacoles en maintenant un
mécanisme de cogestion et de cofinancement dont le cadre de
travail prévoit une participation égale des intervenants à la prise
de décisions. Le conseil fournit une orientation et des conseils
politiques à la Division des baux aquacoles. L’équipe de cette
division effectue tout le travail. Elle fournit des conseils sur la
politique de captage de naissain de mollusques que la région du
golfe administre ici à Moncton. Elle approuve les priorités, le plan
d’activités, le plan financier et le plan de travail de la Division des
baux aquacoles de Pêches et Océans.
The management board has some committees that fall under it.
There is a referral committee that deals with individual
applications. The management board does not deal with
individual requests but a referral committee made up of federal
and provincial members does.
Plusieurs comités relèvent du conseil de gestion. Il y a le Comité
de révision qui traite les demandes individuellement. Le Conseil
de gestion ne s’occupe pas des demandes individuelles, c’est le
Comité de révision des concessions aquacoles, composé de
représentants des gouvernements fédéral et provincial, qui s’en
occupe.
There is an environmental adaptive management committee
which looks at kind of new and emerging information that may
come available in relation to aquaculture and the environment.
There is an appeal process and an appeal committee set up. If an
applicant feels that they were wrongly done by they have an
opportunity to lodge an appeal and have it heard.
Le Comité de gestion environnementale adaptative est chargé
d’examiner l’information nouvelle et émergente sur l’aquaculture
et l’environnement. On a établi un processus d’appel et créé un
comité d’appel. Les demandeurs qui pensent avoir été traités
injustement peuvent interjeter appel et y comparaître pour y
présenter leur cause.
The decisions that are made on individual lease applications
take into consideration the Federal Fisheries Act, the Navigable
Waters Protection Act, Canadian Environmental Assessment Act,
Species at Risk Act, and provincial acts and regulations that may
apply to aquaculture. It needs to be stressed that DFO has the
final say on all leasing matters. No aquaculture licence is issued
on P.E.I. Our growers have an aquaculture lease. They do not
have an aquaculture licence like some of the other provinces.
La prise de décisions sur les demandes individuelles de
concession tient compte des exigences de la Loi fédérale sur les
pêches, de la Loi sur la protection des eaux navigables, de la Loi
canadienne sur l’évaluation environnementale, de la Loi sur les
espèces en péril ainsi que des lois et des règlements provinciaux
qui régissent l’aquaculture. Soulignons que le MPO prend les
décisions définitives sur toutes les questions de concession. La
province ne délivre aucun permis. Nos éleveurs détiennent une
14:30
Fisheries and Oceans
20-11-2014
Shellfish farmers are issued a lease; finfish farmers are issued a
permit.
concession d’aquaculture. Ils n’ont pas de permis d’aquaculture
comme ceux de certaines autres provinces. Les conchyliculteurs
reçoivent une concession, et les éleveurs de poissons à nageoires
reçoivent un permis.
The leasing program operates under an aquaculture zoning
system that was developed back in the early 1980s. The zoning
system has created a balance between areas that are used for
aquaculture development, areas that may be used for commercial
fishing, areas that accommodate recreational boating, provincial
and federal parks, and other marine-based activities.
Le Programme de concessions aquacoles fonctionne selon un
système de zonage aquacole établit dans les années 1980. Ce
système assure un équilibre entre les régions utilisées pour le
développement de l’aquaculture, les régions admissibles à la pêche
commerciale et les régions réservées à la navigation de plaisance,
aux parcs provinciaux et fédéraux ainsi qu’à d’autres activités
maritimes.
The zoning system is critical and I was around when that was
first developed. It really laid the framework and minimized any
kind of conflict when it came to the marine environment. History
has proven that the aquaculture sector holds a social licence.
Ce système de zonage est crucial. J’étais là quand on l’a créé. Il
établit un cadre de travail et réduit à un minimum tous conflits
possibles sur les milieux marins. Le secteur de l’aquaculture a
toujours manifesté un sens profond de la responsabilité sociale.
For each of the bays and waterways the picture on that
page just shows kind of a marking scheme that the growers would
use to mark the navigation corridors. Within that area there is a
marina in Montague on the Montague-Brudenell River. There is a
small marina at Brudenell near the golf course. There is a
commercial harbour at Georgetown. There is also a harbour
authority now that manages the former Transport Canada wharf
and a major recreational boating sector. All of that co-exists. The
minister made the comment yesterday on his history as a
politician and I will say in my history as a bureaucrat we get
very, very, very few complaints in relation to interaction with
aquaculture.
L’image sur cette page présente une sorte de système de
marquage que les éleveurs utilisent dans les baies et dans les voies
maritimes pour indiquer les corridors de navigation. Dans cette
région, vous voyez une marina à Montague sur les rivières
Montague-Brudenell. Il y a aussi une petite marina à Brudenell
près du terrain de golf ainsi qu’un port commercial à
Georgetown. Une administration portuaire gère l’ancien quai de
Transports Canada ainsi qu’une grande zone de navigation de
plaisance. Toutes ces activités coexistent. Hier, le ministre a fait
un commentaire sur ses antécédents de politicien, et je vous dirai
que de ma longue carrière de fonctionnaire, je n’ai vu que très,
très peu de plaintes découlant de l’interaction avec l’aquaculture.
The code of practice that Neil referred to is an industry-driven
code of practice. It was developed in 2002. I think you are going
to hear from the Aquaculture Alliance later that owns that code
of practice. The code of practice is a document that articulates
how industry will deal with some of the environmental
interactions with their industry. It really is a document that says
an industry is prepared to do things a certain way so that
government does not have to come in and develop regulations to
tell an industry how to do things a certain way. The code of
practice is a really important document in my mind when it comes
to Prince Edward Island.
Le code de pratiques auquel Neil a fait référence est dirigé par
l’industrie, qui l’a établi en 2002. Je crois que l’Aquaculture
Alliance, qui le régit, vous en parlera plus tard. Il s’agit d’un
document qui définit la manière dont l’industrie doit traiter
certaines interactions environnementales. En fait, ce document
indique qu’un secteur est prêt à mener ses activités d’une certaine
manière pour que le gouvernement n’ait pas à intervenir en fixant
des règlements pour imposer à l’industrie des manières de se
comporter. Selon moi, ce code de pratiques est extrêmement
important pour l’Île-du-Prince-Édouard.
All shellfish growers with aquaculture leases are signed on to
the code of practice. It includes things like site planning,
introductions, transfers, site maintenance, fouling control,
predator control, wildlife encounters, waste management, the
kinds of things they use to anchor their lines, and how they do
their business. It had considerable input from both levels of
government, provincial and federal, when it was developed and it
is still an active document today.
Tous les conchyliculteurs qui détiennent une concession sont
inscrits dans le code de pratiques. On y définit des activités telles
que la planification d’installations, l’introduction et le transfert
d’organismes aquatiques, la maintenance des concessions, le
contrôle des salissures, la lutte antiparasitaire, l’interaction avec la
faune, la gestion des rebuts, l’appareillage utilisé pour ancrer les
lignes ainsi que la façon de mener les activités. Les gouvernements
provincial et fédéral ont participé activement à son élaboration.
Ce document est encore très actif à l’heure actuelle.
In terms of regulatory concerns on the next page under oyster
aquaculture, the oysters are regulated under legislation designed
to manage the wild fishery. Two sets of regulations, the Maritime
Provinces Fishery Regulations and the Management of
Contaminated Fisheries Regulations. I know the oyster industry
is growing in the province and there are some issues there that
La page suivante sur l’ostréiculture indique que ce secteur est
réglementé par des lois qui visent à gérer la pêche sauvage. Deux
ensembles de règlements sont en vigueur, le Règlement de pêche
des provinces maritimes et le Règlement sur la gestion de la pêche
du poisson contaminé. Je sais que l’ostréiculture s’étend dans la
province et que nous avons encore plusieurs problèmes à régler.
20-11-2014
Pêches et océans
14:31
need to get addressed. While there is a policy that a leaseholder
can harvest undersized oysters from their lease they can only do
that certain times of the year. There are certain conditions. They
cannot hold a public fishing licence at the same time that they
hold a cocktail oyster permit. Many of our oyster growers are
fishermen and oyster growers trying to make a living. That kind
of creates a potential conflict.
Bien qu’une politique permette aux détenteurs de concessions de
récolter les huîtres sous-dimensionnées de leurs concessions, ils ne
peuvent le faire qu’à certaines périodes de l’année. Ils doivent
respecter certaines conditions. Ils ne peuvent pas détenir à la fois
un permis de pêche public et un permis de captage d’huîtres
cocktails. Bon nombre de nos ostréiculteurs sont des pêcheurs qui
s’efforcent de joindre les deux bouts. Ce genre de situation
pourrait créer des conflits.
If an oyster grower wants to transfer oysters from one lease to
another lease, and even if those two leases are in the same body of
water, they need a permit to move their oysters between two
leases. They cannot get that permit whenever they want it and
that leads to concern. If an oyster grower wants to take their
oysters ashore and work in a building to cull them, as we call it, or
grade them they need a permit to do that. That permit often is
cumbersome and open to some restriction.
Lorsqu’un ostréiculteur veut transférer des huîtres d’une
concession à une autre, même si ces deux concessions se
trouvent dans une même masse d’eau, il lui faut un permis pour
transférer ses huîtres. Il ne peut pas obtenir ce permis à n’importe
quel moment de l’année, et cela cause des problèmes. Lorsqu’un
ostréiculteur veut amener ses huîtres sur terre dans un immeuble
pour les abattre, comme nous le disons, ou pour les classer, il lui
faut un permis. L’obtention de ce permis est souvent difficile et
sujette à certaines restrictions.
The typical lease harvest season because of the regulations is
from the middle of August until the following April 30, but
leaseholders will say, ‘‘I want to be able to harvest my oysters
when the processor wants them and if he wants them in May,
June and July I want to be able to do that,’’ but the regulations
are cumbersome.
À cause des règlements, la saison type de récolte s’étend de la
mi-août jusqu’au 30 avril de l’année suivante, mais les détenteurs
de concessions nous disent : « Je veux pouvoir récolter mes
huîtres quand l’usine de transformation les veut, et si elle me les
demande en mai, juin et juillet, je veux pouvoir les lui livrer »,
mais les règlements sont compliqués.
Some people are working on this but I think the speed of that
needs to be enhanced to try and come up with some solutions. We
are all about protecting the public fishery. We do not want to see
the public fishery disadvantaged, but we do want to see
aquaculture given some advantages or given a fair and level
playing field to be able to carry out their business and grow the
oyster industry in P.E.I.
Certaines personnes s’efforcent de les simplifier, mais je crois
qu’il va falloir accélérer ces travaux pour trouver des solutions.
Notre objectif est de protéger la pêche publique. Nous ne voulons
pas défavoriser la pêche publique, mais nous voulons apporter
quelques avantages, ou tout au moins une certaine équité à
l’aquaculture pour que les éleveurs puissent exploiter leurs
entreprises et contribuer au développement de l’industrie
ostréicole de l’Î.-P.-É.
We have been dealing with invasive species at P.E.I. for over
10 years. Invasive species have had a significant impact on our
aquaculture sector. Our growers have developed technology to
deal with invasive species. They have done a great job to innovate
and develop some technology, but the supportive regulations
around that are still under development. Sometimes we joke and
say in the province we can introduce regulations at any cabinet
meeting on any week, but it seems to take such a long period of
time in the federal system to get these regulations examined and
looked at to a point where something is done. It is frustrating
provincially.
L’Î.-P.-É. s’attaque aux espèces envahissantes depuis plus de
10 ans. Ces espèces ont causé beaucoup de dommages dans notre
secteur de l’aquaculture. Nos éleveurs ont élaboré des
technologies pour s’attaquer aux espèces envahissantes. Ils ont
vraiment réussi à innover et à développer certaines technologies,
mais nous n’avons pas fini d’élaborer les règlements qui les
soutiennent. Parfois nous plaisantons en disant que dans la
province nous pouvons déposer des règlements chaque semaine à
une réunion du Cabinet, mais le système fédéral met tellement de
temps à examiner ces règlements et à prendre une décision pour
que nous puissions agir. Parfois, ces délais irritent beaucoup les
gens de la province.
We have some concerns around fish health. The federal
government is implementing a National Aquatic Animal Health
Program. Fisheries and Oceans are involved now in terms of fish
health protection regulations. One is going to sunset. The other is
going to take over. There needs to be a seamless transition and
time is kind of moving on.
Nous nous préoccupons quelque peu de la santé du poisson. Le
gouvernement fédéral lance le Programme national sur la santé
des animaux aquatiques. Pêches et Océans participe actuellement
à l’élaboration de règlements sur la protection de la santé du
poisson. Un de ces règlements va être abrogé. L’autre va prendre
le dessus. Il faudra assurer une transition harmonieuse, et le temps
file...
14:32
Fisheries and Oceans
20-11-2014
In summary, as the minister alluded to aquaculture is a success
story in Prince Edward Island. It has created a significant number
of jobs. It has created a lot of wealth. It has created a lot of
activity and it is a solid business for rural P.E.I.
En résumé, comme le ministre l’a dit, l’aquaculture est une
industrie extraordinairement prospère à l’Île-du-Prince-Édouard.
Elle a créé un nombre considérable d’emplois. Elle a produit une
grande prospérité. Elle a lancé beaucoup d’activité et elle est
fermement ancrée dans les régions rurales de l’Î.-P.-É.
The regulatory environment did not hold back the sector. We
still have a well-developed mussel industry. We have an oyster
industry that is growing and we have a land-based finfish industry
but at the same time those supportive regulations need to be
addressed.
Le milieu réglementaire n’a pas retardé cette industrie. Nous
avons encore un secteur des moules bien développé. Notre
industrie ostréicole s’étend, et nous avons une industrie d’élevage
terrestre des poissons à nageoires, mais il faut maintenant aborder
les règlements qui les soutiennent.
The future growth of the industry will require federal
leadership to address gaps in legislation but on a time line that
industry requires. That is one thing that government can do to
reduce red tape, deal with regulations on a timely basis, make the
climate more favourable for aquaculture development, and
hopefully have the programs in place that would support that
development in the longer term.
À mesure que cette industrie s’étendra, le gouvernement fédéral
devra combler les lacunes de la législation, mais il faudra le faire
dans les délais que les activités de cette industrie lui imposent.
C’est une des choses que le gouvernement peut faire pour
simplifier la bureaucratie, modifier la réglementation en suivant
l’évolution de l’industrie. Il peut rendre le milieu réglementaire
plus favorable au développement de l’aquaculture et, espérons-le,
lancer des programmes qui soutiendront ce développement à plus
long terme.
With that we will pass it back to you and throw it open to
questions.
Cela dit, je vais vous redonner la parole et répondre à vos
questions.
The Chair: Thank you, gentlemen, for your presentation. It was
very well put.
Le président : Merci, messieurs, de nous avoir présenté ces
exposés. C’était excellent.
As a couple of you touched on we did have an opportunity to
visit several locations on Prince Edward Island including the
Atlantic Vet College and Halibut P.E.I. We were very impressed
by what we saw. Certainly there are some great lessons to be
learned but also the reason we are here is to address some of the
challenges that you face. Mr. Gallant certainly put some of those
forward very well.
Comme deux d’entre vous l’ont mentionné, nous avons eu
l’occasion de visiter plusieurs installations à l’Île-du-PrinceÉdouard, dont l’Atlantic Vet College et l’élevage Halibut P.E.I.
Ce que nous y avons vu nous a beaucoup impressionnés. Nous en
avons certainement tiré des leçons importantes, mais nous
sommes ici pour aborder certaines difficultés auxquelles vous
faites face. M. Gallant nous en a présenté quelques-unes de
manière excellente.
I am going to have our first questions from our deputy chair,
Senator Hubley, please.
Je vais demander à madame la sénatrice Hubley de poser les
premières questions.
Senator Hubley: Again, a warm welcome to you. It is great to
have you with us today. Certainly the aquaculture industry is
important to Prince Edward Island.
La sénatrice Hubley : Une fois de plus, je vous souhaite la plus
cordiale bienvenue. C’est merveilleux de vous avoir avec nous
aujourd’hui. Il est évident que l’industrie de l’aquaculture est
importante à l’Île-du-Prince-Édouard.
My question will be fairly short. It is going to be on the code of
practices, the Shellfish Aquaculture Environmental Code of
Practices. This is signed on to by all of the shellfish growers, I
understand. Having signed on to the code of practices does that in
any way speed up the process as far as regulations go? Are they
dealing with a certain portion of regulations that otherwise they
would have to be dealing with other departments on?
Ma question sera assez brève. Elle porte sur le code de
pratiques intitulé Code de bonnes pratiques pour une
conchyliculture écologique. Si j’ai bien compris, tous les
conchyliculteurs l’ont signé. Est-ce que le fait d’avoir signé ce
code de pratiques accélère d’une certaine façon le processus
réglementaire? Est-ce qu’ils traitent une certaine partie des
règlements qu’ils devraient autrement traiter avec d’autres
ministères?
Mr. Gallant: I will take the question.
My view is that the code of practice is designed to replace
regulation. When the code of practice was developed, and I can
use some very simple examples, it was a document where
probably regulations did not exist but industry said, ‘‘We will
operate in certain ways under our code of practice, so government
M. Gallant : Je vais répondre à cette question.
Selon moi, ce code de pratiques a été conçu de manière à
remplacer la réglementation. Quand on l’a créé, et je vais vous
donner des exemples très simples, il n’y avait probablement pas de
réglementation, mais l’industrie a dit : « Nous allons nous
comporter de manières particulières telles que décrites dans
20-11-2014
Pêches et océans
14:33
we don’t need you to implement regulations and enforce those
regulations for this business.’’ One very simple one is that in the
early days of the mussel industry a number of the growers,
particularly those that were collecting mussel seed or spat, were
using plastic bottles or jugs. Let’s call them vinegar jugs or
various plastic bottles. What would happen is that the sun would
break them down and they would break off and wash ashore. In
some areas you would see hundreds and hundreds of these plastic
bottles. It was becoming somewhat of an issue because people
would phone the industry to complain. They would phone the
province. They would phone the DFO leasing program. The
industry said in its code of practice, ‘‘We are going to ban the use
of these plastic bottles and to go to marine-based, good quality
flotation systems that do not break free,’’ and they did that. If
they did not do that in their code of practice the government
might have had to say, ‘‘We are going to put a regulation in place
and ban the use of these plastic jugs.’’ That is an example.
notre code de pratiques pour que vous du gouvernement n’ayez
pas besoin de fixer des règlements et de les appliquer à notre
exploitation. » Un exemple très simple est le fait qu’au début de
l’élevage des moules plusieurs éleveurs, surtout ceux qui utilisaient
du naissain de moule, se servaient de bouteilles ou de cruches en
plastique. Disons qu’il s’agissait de grosses bouteilles en plastique
qui avaient contenu du vinaigre ou autre. Le problème, c’est
qu’elles se décomposaient au soleil et qu’elles finissaient par
s’échouer sur les rivages. Dans certaines régions on voyait des
centaines et des centaines de ces bouteilles en plastique. Cela
commençait à causer des problèmes, parce que les gens
téléphonaient aux entreprises du secteur pour se plaindre. Ils
téléphonaient aux bureaux de la province. Ils téléphonaient aux
bureaux du Programme de concessions aquacoles du MPO.
L’industrie a inscrit dans son code de pratiques : « Nous allons
interdire l’utilisation de ces bouteilles en plastique et adopter des
systèmes de flottaison de bonne qualité qui ne se détacheront
pas », et c’est ce qu’elle a fait. Si l’on n’avait pas inscrit cela dans
le code de pratiques, le gouvernement aurait été obligé de dire :
« Nous allons mettre un règlement en vigueur pour interdire
l’utilisation de ces bouteilles en plastique. » Cela n’est qu’un
exemple parmi tant d’autres.
Senator Hubley: The code of practices that we are looking at is
specific to Prince Edward Island?
La sénatrice Hubley : Ce code de pratiques dont nous parlons
ne s’applique qu’à l’Île-du-Prince-Édouard?
Mr. Gallant: Other sectors and other industries in Canada may
have codes of practices, but that one is specific to P.E.I. shellfish
aquaculture.
M. Gallant : D’autres secteurs et d’autres industries au Canada
ont leurs codes de pratiques, mais celui-ci ne s’applique qu’à la
conchyliculture de l’Î.-P.-É.
Senator Hubley: I have another very quick question. We are
certainly delighted that the Minister of Fisheries is here today.
Given that aquaculture is under your Department of Fisheries,
and even in your presentation you did refer to farming, do you see
a time when aquaculture will have a standalone department so
that there would be a Department of Agriculture, a Department
of Fisheries and a Department of Aquaculture?
La sénatrice Hubley : J’ai une autre question très brève. Nous
sommes très heureux que le ministre des Pêches soit ici
aujourd’hui. Comme l’aquaculture relève de votre ministère des
Pêches, et même comme dans votre exposé vous avez parlé de
l’élevage, pensez-vous qu’un jour l’aquaculture aura son propre
ministère, c’est-à-dire qu’il y aura un ministère de l’agriculture, un
ministère des pêches et un ministère de l’aquaculture?
Mr. MacKinley: The answer to that is no. We are a small
province. Maybe I shouldn’t get into politics but I will put it this
way: When the PCs were in power there was a minister of
agriculture and a minister of fisheries and aquaculture. If you go
to Nova Scotia and New Brunswick there are Liberal
governments there and there is one minister for all of those
departments. We made a commitment in our campaign that we
would have a minister responsible for fisheries, aquaculture and
rural development.
M. MacKinley : Non, je ne pense pas. Notre province est
petite. Je ne veux pas rentrer dans la politique, mais je vous
répondrai de la façon suivante : quand le parti conservateur est
arrivé au pouvoir, nous avions un ministère de l’agriculture et un
ministère des pêches et de l’aquaculture. En Nouvelle-Écosse et au
Nouveau-Brunswick, ils ont des gouvernements libéraux, et ils
n’ont qu’un ministre pour tous ces ministères. En faisant
campagne, nous nous sommes engagés à nommer un seul
ministre responsable des pêches, de l’aquaculture et du
développement rural.
That is why we have already done that. We have looked at
what you have talked about. That is why I am here today because
we devout our full attention to the fishing industry, the carapace
size or anything else. That was an idea of our soon-to-be retired
premier. It was one of the things he wanted to get done. He did it.
When he formed the cabinet he created a new cabinet position for
this and rural development because it is all tied in together.
Nous avons déjà rempli cet engagement. Nous avons examiné
ce dont vous venez de parler. C’est pourquoi je suis ici
aujourd’hui : nous consacrons toute notre attention sur
l’industrie de la pêche, sur la taille de la carapace et sur tout le
reste. C’était une idée de notre premier ministre qui va très bientôt
prendre sa retraite. C’était une des choses que nous voulions
accomplir. Il l’a fait. En formant son Cabinet, il a créé un
nouveau poste au Cabinet pour cela et pour le développement
rural parce que toutes ces activités sont reliées.
14:34
Fisheries and Oceans
20-11-2014
We have good cooperation with DFO as far as working with
DFO, I will say that. I just noticed in the paper—I think it was
Senator Hubley—something about a complaint about
aquaculture, tourists, tours and people who owned cottage
along the beach and property owners in the province of P.E.I.,
et cetera. I have been elected going on 29 years on December 2,
but as Minister of Fisheries I had one complaint in one of my
ridings that they were too close with their oyster leases. It was just
a matter of talking to the oyster lease people and they widened it
out. I have been out in mussel boats and everything else. The
mussels have this new type of buoys. Being a farmer, I took the
wheel of the fishing boat and was driving around those hulls.
They didn’t think I could. They didn’t tell me I could drive over
the buoys or the lines and they wouldn’t get tangled up in the
boats. Anyway I went in around the hulls and I was doing great,
and then they said, ‘‘Just drive over them to see what happens,’’ so
we drove over them. That technology is there today. Islanders
love to see fishers out in the water. We know that jobs are being
created in the province of Prince Edward Island. Other provinces
may have some problems like that but as far as I know, and I
could have my deputy allude to that, as Minister of Fisheries I
have never had one complaint in all my time being there.
Nous entretenons de bonnes relations collaboratives avec le
MPO, c’est sûr. Je viens de lire dans le journal — je crois qu’il
s’agissait de la sénatrice Hubley — quelque chose sur une plainte
au sujet de l’aquaculture de la part de touristes, de visites
touristiques et de propriétaires de chalets le long de la plage et
d’autres propriétés dans la province de l’Î.-P.-É., et cetera. J’aurai
été élu il y a 29 ans le 2 décembre prochain, mais depuis que je suis
ministre des Pêches, je n’ai reçu qu’une plainte dans une de mes
circonscriptions; ils se plaignaient d’être trop près des concessions
d’élevage d’huîtres. Il nous a suffi d’en discuter avec les détenteurs
de ces concessions, et ils les ont éloignées de là. J’ai navigué dans
des bateaux de récolte de moules et tout le reste. Les exploitations
de moules ont de nouveaux types de bouées. Comme je suis
éleveur, j’ai pris le gouvernail du bateau de pêche et je tournais
autour de ces coques. Ils ne pensaient pas que j’en serais capable.
Ils ne m’avaient pas dit que je pouvais passer sur les bouées et sur
les lignes et qu’elles ne s’enchevêtreraient pas à la coque du
bateau. En tout cas, j’ai tourné autour des coques et tout allait
vraiment bien, et alors ils m’ont dit : « Passez simplement pardessus, et vous verrez ce qui se passe. » Alors nous avons passé
par-dessus. Ils ont la technologie pour ça de nos jours. Les
habitants de l’Île adorent voir les pêcheurs au large. Ils savent
qu’on crée des emplois à l’Île-du-Prince-Édouard. D’autres
provinces ont peut-être des problèmes semblables, mais pour
autant que je sache, et mon sous-ministre pourra vous en parler,
depuis que je suis ministre des Pêches je n’ai jamais reçu de
plaintes, pas une seule.
Senator Hubley: I just might respond to that very quickly. The
question was referring to social licence. My response is to say that
the industry, as far as the evidence we have heard, takes it very
seriously. They ensure that they communicate not only with the
communities but that they give as much information on the
operation as they can.
La sénatrice Hubley : Permettez-moi de répliquer brièvement à
cela. Ma question portait sur le permis social d’exploitation. Ne
vous y trompez pas : tout indique que l’industrie le prend très au
sérieux. Les membres de l’industrie ne se contentent pas d’assurer
la communication avec les membres de la collectivité, ils leur
fournissent autant de renseignements que possible sur leur
exploitation.
It wasn’t that I was saying it was an issue. I was saying that it is
a non-issue because the industry itself is addressing that.
Je ne soulignais pas un problème. Je disais justement qu’il n’y a
pas de problème parce que l’industrie elle-même s’efforce de
l’éviter.
Mr. MacKinley: It is nice to get that clarified because it was
just one thing I picked up out of the interview. It is good that you
clarified it. Thank you very much.
M. MacKinley : Je suis content que vous précisiez cela, parce
que c’est un des éléments de l’interview que j’avais relevés. Je suis
très heureux que vous ayez éclairci ce point. Merci beaucoup.
The Chair: As another point of clarification, it is an issue in
other provinces. We heard that from several other provinces. It is
part of an ongoing concern. When you look at the totality of our
report you need to take that into consideration. You are very
fortunate in Prince Edward Island that it hasn’t been an issue but
in other provinces it is a very serious issue.
Le président : Soulignons cependant que ce problème existe
dans d’autres provinces. Plusieurs autres provinces nous en ont
parlé. C’est une préoccupation continuelle. En lisant notre
rapport dans son ensemble, il faudra que vous teniez compte de
cela. Vous avez beaucoup de chance qu’à l’Île-du-Prince-Édouard
cela ne cause pas de problème, mais les autres provinces font face
à un problème de taille.
Mr. MacKinley: I have talked to some people in the industry.
In the province of P.E.I. we sit on a committee, as Richard
alluded to earlier, and the DFO has the final decision. If you go to
Nova Scotia it is the decision left for the Province of Nova Scotia.
I know they have problems over there. I don’t think they have
them that I know about in New Brunswick. I have been talking
with the minister but I cannot speak for them. I do not know
M. MacKinley : J’en ai discuté avec quelques membres de
l’industrie. À l’Î.-P.-É., nous siégeons à un comité, comme
Richard vous l’a mentionné plus tôt, et le MPO prend les
décisions définitives. En Nouvelle-Écosse, ces décisions relèvent
de la province. Je sais qu’ils ont des problèmes dans cette
province. Pour autant que je sache, ils n’en ont pas au NouveauBrunswick. J’en ai discuté avec le ministre, mais je ne peux pas
20-11-2014
Pêches et océans
14:35
about Newfoundland either but in the province of Nova Scotia
they have some problems. We are a way better off having DFO
make the final decision. We alluded to how the committee is set
up. Some of the provinces took the power over to themselves. I
think they should have left the power with the federal government
and have a committee and everybody working on it to bring it
forward.
parler en leur nom. Je ne sais pas ce qui se passe à Terre-Neuve
non plus, mais en Nouvelle-Écosse, ils ont quelques problèmes. Le
fait que le MPO assume la prise de décisions définitive nous
avantage. Nous vous avons parlé de la composition de ce comité.
Certaines provinces ont assumé ce pouvoir. Selon moi, elles
auraient dû laisser ce pouvoir au gouvernement fédéral et elles
auraient dû créer un comité dont les membres se chargent de
présenter les enjeux.
Mr. Chair: I am sure that will come up in our discussions
again. Thank you very much.
Le président : Je suis sûr que ce sujet reviendra dans nos
discussions. Merci beaucoup.
Senator Stewart Olsen: Thank you for your very professional
summary of aquaculture on P.E.I. I have one longer question and
a very short supplementary.
La sénatrice Stewart Olsen : Je vous remercie de votre survol
très professionnel de l’aquaculture à l’Î.-P.-É. J’ai une question
assez longue et une autre plus brève.
I am interested in that you mentioned you deliver financial
programs to assist in the development of aquaculture. Can you
tell me just a bit about that? It is a bit unique, I think, from the
provinces. I am not sure of that.
Vous avez dit que vous offrez des programmes de financement
pour aider au développement de l’aquaculture. Pourriez-vous me
donner plus de détails là-dessus? C’est assez particulier, je crois,
dans les provinces. Je ne suis pas sûre de cela.
Mr. MacKinley: In the province of P.E.I. we see jobs in rural
Prince Edward Island. It is not easy to create jobs in rural areas in
Atlantic Canada, as everybody knows. That is why we have these
programs there. I can allude to it but I am sure my deputy could
do a lot better job, so I will let him talk about it. We even so much
as spread spat on the lobster grounds and we have put quite a bit
of funds into helping out the industry. We have the oyster
program and all of that. I will let Richard finish up.
M. MacKinley : Dans la province de l’Î.-P.-É., nous visons les
emplois dans les campagnes de l’île. Il n’est pas facile de créer de
l’emploi dans les régions rurales des provinces du Canada
atlantique, comme nous le savons tous. C’est pourquoi nous
avons créé ces programmes. Je peux vous les mentionner
sommairement, mais je suis sûr que mon sous-ministre pourra
vous donner plus de détails, alors je vais lui passer la parole. Nous
avons même répandu du naissain dans des habitats du homard et
nous avons investi bien des fonds pour aider l’industrie. Nous
avons le programme d’ostréiculture et autre. Je vais laisser
Richard compléter ma réponse.
Mr. Gallant: I would say there has been a history of support in
the aquaculture sector because it is a sector that has tremendous
potential. It is a sector that has been growing and developing and
at the same time it is still a sector that is relatively new. We have
had some support, very modest support, around development of
new technologies. We have also had some support in business
development primarily in the oyster sector which is a sector that is
not fully developed but has great potential. We have a couple of
programs there.
M. Gallant : Je dirais que nous soutenons le secteur de
l’aquaculture depuis longtemps parce que ce secteur a un
potentiel énorme. Bien qu’étant relativement nouveau, il se
développe très rapidement. Nous avons reçu un soutien très
modeste pour développer de nouvelles technologies. Nous avons
aussi reçu un certain soutien à la création d’entreprises, surtout en
ostréiculture, qui n’est pas très développée, mais qui a beaucoup
de potentiel. Nous offrons quelques programmes à ce secteur.
In Prince Edward Island there has been a long history dating
back to even when we had federal-provincial cost-shared
agreements on supporting aquaculture and even now with
getting ACOA on side for some projects and supporting some
projects provincially. There is a long history of support to the
sector.
À l’Île-du-Prince-Édouard, nous soutenons l’aquaculture
depuis très longtemps, et nous le faisions même quand nous
avions des ententes de partage des coûts avec le gouvernement
fédéral. À l’heure actuelle aussi, l’APECA nous aide avec
quelques projets et soutient certains projets que mène la
province. Ce secteur reçoit du soutien depuis très longtemps.
Senator Stewart Olsen: I noticed on your maps that there is a
lot of aquaculture. Do you have a lot of room for growth and
would you consider working with other provinces — and I am
thinking of New Brunswick which is right across the strait — on
regulations and everything so that we could have an industry that
is supported in Atlantic Canada by Atlantic Canadians?
La sénatrice Stewart Olsen : J’ai remarqué qu’il y a beaucoup
d’aquaculture sur vos cartes. Avez-vous beaucoup d’espace
d’expansion, et est-ce que vous envisageriez de collaborer avec
d’autres provinces — je pense au Nouveau-Brunswick qui se
trouve juste de l’autre côté du détroit — au sujet des règlements et
autre pour que l’industrie des provinces du Canada atlantique,
reçoive le soutien des Canadiens des provinces de l’Atlantique?
14:36
Fisheries and Oceans
20-11-2014
Mr. MacKinley: We are always interested in working with
other provinces. We have problems with enough mussel water
right now. I know that some of our mussel growers are doing it
maybe in Nova Scotia or something. When you are a small area
you can only expand so much. I will let my deputy finish that one
up.
M. MacKinley : Nous sommes toujours prêts à collaborer avec
d’autres provinces. Présentement, nous avons des problèmes qui
nous viennent d’un manque d’eau pour l’élevage des moules. Je
sais que quelques-uns de nos éleveurs se sont placés peut-être en
Nouvelle-Écosse ou ailleurs. Quand vous ne disposez que d’un
petit territoire, il est difficile de s’étendre. Je vais passer la parole à
mon sous-ministre qui vous donnera plus de détails.
Mr. Gallant: There is opportunity for growth in the mussel
sector. Neil explained there are 10,000 acres leased for mussel
development. The majority of that is under full production. There
is one area within Malpeque Bay where some applications have
been on hold for a period of years that the leasing program is
trying to get sorted out. We would like to see those moved ahead
and get to some conclusion.
M. Gallant : Le secteur des moules a de nombreux débouchés
pour se développer. Neil vous a expliqué que nous avons
10 000 acres de concessions pour développer la culture des
moules. La majorité de ces concessions produisent à plein
volume. Dans une zone de la baie de Malpèque, certaines
demandes ont été suspendues pour quelques années, et le
Programme de concessions aquacoles s’efforce de démêler cela.
Nous tenons à régler ces demandes au plus tôt.
There is a discussion ongoing of being able to support up to
1,500 acres in that area. That would be a 15 per cent expansion of
the mussel business in P.E.I. Malpeque Bay is a huge body of
water but it has many users in it. There is a commercial fishery in
it for lobster. A few weeks of the year there is a commercial
fishery for crab. There is a First Nations community. There is an
oyster industry. There are many activities in there. We need to get
that sorted out. The oyster sector has tremendous opportunity for
growth. While there are nearly 5,500 acres leased that is not under
full development. With some of the emerging technologies, what
we call the off-bottom technology systems that deal quite
effectively with your pests and your predators, there are a lot of
growers who are investing money to develop oyster aquaculture.
The market demand right now is strong so we need to take
advantage of that.
Une discussion est en cours sur la possibilité de soutenir
1 500 acres dans cette région. Cela permettrait d’étendre la culture
des moules de 15 p. 100 à l’Î.-P.-É. La baie de Malpèque est
immense, mais les utilisateurs y sont nombreux. On y trouve une
entreprise de pêche au homard. Pendant quelques semaines par
année, on y pratique la pêche commerciale du crabe. Il y a une
communauté des Premières Nations. Il y a l’ostréiculture. On y
mène de nombreuses activités. Il va falloir organiser tout cela.
L’ostréiculture a d’énormes possibilités de croissance. Cependant,
on compte 5 500 acres de concessions qui ne sont pas encore
complètement développées. Grâce à certaines technologies
émergentes, ce que nous appelons des systèmes d’élevage en
suspension qui luttent avec succès contre les parasites et contre les
prédateurs, un bon nombre d’éleveurs investissent dans
l’ostréiculture. À l’heure actuelle la demande est forte sur le
marché, alors il faut que nous en profitions.
There are also opportunities to utilize, which is what Halibut
P.E.I. is doing, either fresh groundwater reserves or in their case
groundwater saltwater that we have an abundance of in P.E.I.
Les éleveurs peuvent aussi utiliser, comme le fait la société
Halibut P.E.I., soit des réserves d’eau souterraine fraîche soit,
comme dans le cas de cette société, l’eau souterraine salée qui se
trouve en abondance à l’Île-du-Prince-Édouard.
Senator Stewart Olsen: Just as a commendation, I am really
happy to hear that you understand the elimination of red tape for
producers is fantastic and I think your code has a lot to do with
that, so congratulations on that.
La sénatrice Stewart Olsen : Je veux juste vous féliciter; je suis
vraiment heureuse de vous entendre dire que vous comprenez
qu’il est crucial d’éliminer les obstacles bureaucratiques pour les
producteurs. Je pense que votre code en est largement
responsable, alors je vous en félicite.
Senator Poirier: Actually I am going to pass because I had two
questions and both have just been addressed. The one on the code
of practice was first addressed and the other one was actually on
growth and it has just been answered. Due to time I will pass.
Thank you.
La sénatrice Poirier : Eh bien, je vais céder mon tour, parce que
j’avais deux questions, et vous venez d’y répondre. Vous avez
d’abord répondu à ma question sur le code, puis l’autre portait
sur la croissance, et vous venez d’y répondre. Pour ne pas perdre
de temps, je vais céder mon tour. Merci.
Senator Lovelace Nicholas: Mr. Minister, you mentioned that
there is a holding back of development. Would that be because of
regulations?
La sénatrice Lovelace Nicholas : Monsieur le ministre, vous
avez dit qu’il y avait quelque chose qui freinait le développement.
Est-ce que ce serait dû à la réglementation?
Mr. MacKinley: I will let my deputy answer. No, we need more
water, like to plan it out and everything. It is a bit of a mixture as
he alluded to and I will let him talk about Malpeque Bay.
M. MacKinley : Je vais laisser mon sous-ministre vous
répondre. Non, nous avons besoin de plus d’eau, par exemple
pour préparer tous les détails et tout organiser. C’est un peu de
tout ce à quoi il a fait allusion et je vais le laisser parler de la baie
Malpèque.
20-11-2014
Pêches et océans
Mr. Gallant: My reference to holding back development was in
relation to the oyster industry. The industry needs supportive
regulation that is clear and simple. In oysters it is a bit complex
because there are regulations that support the wild fishery, if you
will, and at the same time speak somewhat to aquaculture. The
aquaculture sector is growing and it is kind of butting heads with
those regulatory statements within Fisheries and Oceans. The
industry has been calling to try and get that sorted out. It is not
simple to have regulations changed or amended in the federal
system, whereas provincially we are fairly nimble when it comes to
regulatory amendments as long as we can figure out what we need
to change. Federally it seems to take a long period of time, but the
industry has been calling to have that reviewed and provide better
support for their sector.
Senator Meredith: Thank you so much for your presentation.
14:37
M. Gallant : Quand j’ai parlé de frein au développement, c’est
à l’industrie ostréicole que je pensais. Ce secteur a besoin d’une
réglementation favorable qui soit claire et simple. En
ostréiculture, c’est un peu compliqué, parce qu’il y a des
règlements qui favorisent la pêche sauvage, si vous voulez, tout
en traitant d’aquaculture. Le secteur aquicole est en croissance et
c’est comme entrer en conflit avec ces énoncés réglementaires au
sein de Pêches et Océans Canada. L’industrie demande qu’on
mette de l’ordre là-dedans. Faire réviser ou modifier la
réglementation fédérale n’est pas chose facile, alors que le
gouvernement provincial fait preuve d’une plus grande
souplesse quand il est question de modifier les règlements, dans
la mesure où on arrive à établir ce qui doit être changé. Au
fédéral, ça semble prendre beaucoup de temps, mais l’industrie
demande depuis longtemps que ça fasse l’objet d’un examen et
que l’on offre un meilleur soutien à son secteur.
Le sénateur Meredith : Merci beaucoup pour votre exposé.
Mr. Minister, you talked about the potential for finfish growth
within P.E.I. in terms of halibut and salmon. Are you concerned
at all in terms of sort of a contained environment whether there
are sufficient policies in place to prevent any sort of disease?
Monsieur le ministre, vous avez parlé du potentiel de l’élevage
du poisson osseux à l’Île-du-Prince-Édouard, en ce qui concerne le
flétan et le saumon. Êtes-vous pour le moins intéressé à savoir, en
ce qui concerne le lieu de confinement, si les politiques en place
sont suffisantes pour prévenir toute maladie?
Secondly, in terms of the slice that has been developed for
those individuals who are farming right now, are you concerned
that there could be an outbreak at all of any sort of diseases that
would affect the industry?
Deuxièmement, en ce qui concerne la part qui a été développée
pour ces personnes qui font de l’élevage actuellement, vous
inquiétez-vous du risque d’éclosion de toutes sortes de maladies
qui mettrait l’industrie en péril?
Mr. MacKinley: I will turn that over to Neil as he works at that
all the time. I will let you handle that, Neil. You are the expert in
that.
M. MacKinley : Je vais renvoyer la question à Neil parce qu’il
travaille là-dedans tout le temps. Je te laisse t’en occuper, Neil. Tu
es l’expert en la matière.
Mr. MacNair: We do not have in the hatcheries the kinds of
diseases they experience in marine finfish farms. Our water is very
clean and it is disease-free so we do not have the kinds of issues
with sea lice that you are discussing. We are not marine farms. We
are hatcheries based on land. However with the changes in CFIA
taking over the National Aquatic Animal Health Program and
DFO’s sunsetting of the Fish Health Protection Regulations there
is a potential gap there. Right now the fish health regulations look
after a lot of diseases that CFIA will not. It seems to be in the
transfer from province to province there is a potential gap for
some of those diseases that are considered to be production
diseases by CFIA that are a concern for farmers such as bacterial
kidney disease, ciguatera and other things like that.
M. MacNair : On ne retrouve pas les mêmes maladies dans les
écloseries que dans l’élevage de poissons de mer. Notre eau est très
propre et elle est non contaminée, donc nous n’avons pas le genre
de problèmes liés au pou du poisson dont vous parlez. Nous
n’avons pas de ferme marine. Nous avons des écloseries sur terre.
Par contre, le fait que l’ACIA prenne en charge le Programme
national sur la santé des animaux aquatiques et que Pêches et
Océans Canada mette un terme au Règlement sur la protection de
la santé des poissons risque de créer un vide. Actuellement, le
règlement sur la santé des poissons assure la gestion de beaucoup
de maladies dont ne s’occupera pas l’ACIA. Il semble que ce soit
le transport d’une province à l’autre qui souffrira d’un vide
juridique quant à certaines de ces maladies considérées par
l’ACIA comme étant liées au mode de production, par exemple la
maladie rénale bactérienne, la ciguatera et autres choses du genre,
et que c’est ce qui préoccupe les éleveurs.
The CFIA does not see them as diseases of international
importance. They see them more as farm production diseases, yet
we are concerned about their induction into the province. There is
a potential gap there as DFO sunsets that program which
currently looks at those diseases. We see a bit of an issue there.
L’ACIA ne les considère pas comme des maladies d’envergure
internationale. Elle les considère plutôt comme des maladies liées
à l’élevage en parcs, pourtant on craint leur propagation dans la
province. Le non-renouvellement de ce programme de Pêches et
Océans Canada qui s’occupe actuellement de ces maladies
pourrait créer un vide. Nous pensons que c’est un problème.
14:38
Fisheries and Oceans
20-11-2014
Senator Meredith: Regarding invasive species you have talked
about legislation, Mr. Gallant, being discussed. One of the farms
that we visited said that they have some processes in place to deal
with these clumps on to mussels or whatever they are called. Over
time they have been able to put some processes in place. What are
you doing to help the industry in that regard because obviously
you are producing a lot of mussels and so on and this is a concern
to farmers?
Le sénateur Meredith : En ce qui concerne les espèces
envahissantes, vous avez parlé de la législation qui est
envisagée, monsieur Gallant. L’une des fermes que nous avons
visitées avait mis en place des méthodes pour enlever ces masses
des moules, peu importe comment on les appelle. Elle a été
capable peu à peu de mettre en place des procédés. Que faitesvous pour aider l’industrie à cet égard, car il est évident que vous
produisez beaucoup de moules et que c’est une préoccupation
chez les éleveurs?
Mr. Gallant: I have maybe two points on that. A tremendous
amount of dollars has been invested provincially in conjunction
with the federal government and the industry into doing research
and developing technology to treat various tunicate species on
mussel crop or deal with it in the processing plants. Industries has
made some tremendous strides toward that, to a point where three
to four years ago we had many, many growers that were really
questioning whether or not they wanted to be involved in the
future of the mussel industry and losing confidence. Over the past
period of time now they are more confident that they can grow
mussels and manage invasive species or tunicates that are on the
mussels.
M. Gallant : J’aurais deux choses à dire à ce sujet. Le
gouvernement provincial, en collaboration avec le
gouvernement fédéral et le secteur industriel, a consacré
beaucoup d’argent à la recherche-développement de
technologies pour traiter divers tuniciers en mytiliculture ou
dans les usines de transformation. L’industrie a fait des pas de
géant à cet égard, alors qu’il y a trois ou quatre ans, énormément
de mytiliculteurs se demandaient s’ils allaient poursuivre leurs
activités de mytiliculture et perdaient confiance. Ces derniers
temps, ils sont plus sûrs que la mytiliculture est possible et que les
espèces envahissantes ou les tuniciers qui affectent les moules
peuvent être contrôlés.
There has been a tremendous investment. It was a good
example of provincial and federal governments and the industry
putting their shoulder together to move that. Is more investment
needed? Sure, to develop and refine technologies it would be
welcome.
Il y a eu un investissement important. On a ainsi montré que les
gouvernements provincial et fédéral ainsi que l’industrie sont
prêts à se serrer les coudes pour aller de l’avant. Est-ce qu’il faut
d’autres investissements? Bien sûr, pour développer et
perfectionner les technologies, ce serait bien.
The Chair: Thank you, senators, and thank you to our
witnesses for another great presentation. Certainly some lessons
have been learned from your operation in Prince Edward Island
for sure.
Le président : Merci, chers collègues, et je remercie les témoins
pour encore une fois un exposé intéressant. Il y a sûrement des
leçons tirées de votre activité à l’Île-du-Prince-Édouard, c’est
certain.
I would like to thank our next panel of witnesses for taking the
time to join us here today. We have had the opportunity to meet
some of you in the past and we are certainly looking forward to
your presentations.
J’aimerais remercier le prochain groupe de témoins d’avoir pris
le temps de se joindre à nous aujourd’hui. Nous avons eu
l’occasion de rencontrer certains d’entre vous par le passé et nous
avons hâte d’entendre vos exposés.
What I would ask you to do first, if you could, is introduce
yourselves and who you represent. Then I understand that we
have some opening remarks, and following that we will have some
questions from our senators.
Je vous demanderais, si vous voulez bien, de vous présenter
d’abord et de préciser qui vous représentez. Ensuite, je crois qu’il
y aura certaines déclarations préliminaires, lesquelles seront
suivies des questions des sénateurs.
Dawn Runighan, Facility Manager, Aqua Bounty Canada, and
President, Prince Edward Island Finfish Association: I am Dawn
Runighan and I am representing the finfish growers in Prince
Edward Island.
Dawn Runighan, gestionnaire de l’installation, Aqua Bounty
Canada, et présidente, Prince Edward Island Finfish Association :
Je m’appelle Dawn Runighan et je représente les pisciculteurs de
l’Île-du-Prince-Édouard.
Ann Worth, Executive Director, Prince Edward Island
Aquaculture Alliance: My name is Ann Worth. I am the
Executive Director of the Prince Edward Island Aquaculture
Alliance. The Finfish Growers Association is one of the three
industry associations under our umbrella.
Ann Worth, directrice exécutive, Prince Edward Island
Aquaculture Alliance : Je m’appelle Ann Worth et je suis
directrice générale de la Prince Edward Island Aquaculture
Alliance. La Finfish Growers Association est l’une des trois
associations industrielles qui relèvent de l’Alliance.
Larry Ingalls, Chair, Atlantic Canada Fish Farmers Association,
and President, Northern Harvest Sea Farms: Larry Ingalls,
representing the chair of the Atlantic Aquaculture Association
and I am the President of Northern Harvest Sea Farms.
Larry Ingalls, président, Atlantic Canada Fish Farmers
Association, et président, Northern Harvest Sea Farms : Larry
Ingalls, porte-parole de la présidence de l’Atlantic Aquaculture
Association et président de Northern Harvest Sea Farms.
20-11-2014
Pêches et océans
14:39
Murray Hill, Regional Manager, Atlantic Canada Fish Farmers
Association: Good morning. I am Murray Hill. I am the Regional
Manager for Nova Scotia for the Atlantic Canada Fish Farmers
Association.
Murray Hill, directeur régional, Atlantic Canada Fish Farmers
Association : Bonjour, je m’appelle Murray Hill. Je suis directeur
régional pour la Nouvelle-Écosse de l’Atlantic Canada Fish
Farmers Association.
The Chairman: Thank you once again for taking the time to
join us here today.
Le président : Je vous remercie encore d’être venus ici
aujourd’hui.
We understand there are some opening remarks. Who would
like to go first or have you drawn straws? All right, Murray, you
were first at the table so you go first.
On nous a dit que certains feront des déclarations
préliminaires. Qui veut commencer? Est-ce qu’on tire à la courte
paille? Bien, Murray, vous êtes arrivé le premier, donc vous passez
en premier.
Mr. Hill: They were having a meeting back there and that is
why I am first, sir.
M. Hill : Ils avaient une rencontre là derrière et c’est la raison
pour laquelle je suis arrivé en premier, monsieur.
It is a pleasure to be here to meet you senators and to be able to
present before you on behalf of my association.
Je suis heureux de vous rencontrer, mesdames et messieurs, et
de me faire le porte-parole de mon association.
What I want to talk about today what is is often used as a
defence for not moving forward in aquaculture and particularly
salmon farming in Canada. I am referring to the perception that
our industry lacks social licence. I have distributed both a copy of
my remarks and a copy of the white paper that was done on
behalf of the Canadian Aquaculture Industry Alliance. CAIA has
allowed us to circulate its presentation on this report to you to
support my address. It is attached. It was developed based on an
extensive scan of peer reviewed social science papers published on
social licence.
Ce dont je veux discuter aujourd’hui, c’est ce qu’on utilise
souvent comme excuse pour ne pas aller de l’avant en
aquaculture, et plus particulièrement en pisciculture de saumon
au Canada. Je renvoie à l’impression voulant que notre industrie
n’ait pas obtenu d’acceptation sociale. Je vous ai remis une copie
de mes observations et une copie du document préparé au nom de
l’Alliance de l’industrie canadienne de l’aquaculture. L’Alliance
nous a permis de vous remettre son exposé sur l’étude d’impact
pour étayer mon allocution. Je l’ai joint. Cet exposé est basé sur
un vaste sondage des articles en sciences sociales entérinés par les
pairs et portant sur l’acceptabilité sociale.
Ongoing public opinion polling conducted throughout the
country and with consumers show significant support for farmed
salmon and Canadian salmon farming. Polling in Nova Scotia
over the past three years tells us that over 70 per cent of citizens
support salmon farming expansion. What politician wouldn’t
want an approval level of 70 per cent? We are wondering if there
is any other economic development activity that would stagnate if
it had that kind of approval rating.
Les sondages d’opinion sans cesse menés au pays et auprès des
consommateurs révèlent un important soutien en faveur du
saumon d’élevage et des fermes salmonicoles canadiennes. Les
sondages menés en Nouvelle-Écosse au cours des trois dernières
années nous indiquent que plus de 70 p. 100 de la population
appuient l’expansion de l’élevage du saumon. Quel politicien ne
voudrait pas d’un degré d’approbation de 70 p. 100? Nous nous
demandons s’il y a une autre activité économique qui stagnerait
autant alors qu’elle bénéficie d’un tel taux d’approbation.
According to Brian Lee Crowley of the Macdonald-Laurier
Institute, those who oppose certain developments exploit the
concept of social licence to get their way. It has become a catch-all
concept that opponents can wield against those with whom they
disagree. Opponents say we do not agree with your project so you
do not have social licence, but we would contend that is a
misrepresentation of what social licence actually is.
Selon Brian Lee Crowley, de l’Institut Macdonald-Laurier,
ceux qui s’opposent à certaines formes de développement
exploitent le concept d’acceptabilité sociale pour parvenir à
leurs fins. C’est devenu un concept fourre-tout que les opposants
peuvent brandir face à ceux qui ne sont pas d’accord avec eux. Les
opposants affirment ne pas être d’accord avec le projet, donc que
vous n’avez pas d’acceptation sociale, mais nous prétendons que
c’est là une fausse représentation de ce qu’est en fait l’acceptation
sociale.
It is not as simple or as definitive as that. It is dynamic. It
changes with new information, new people and new
circumstances. It is also not necessarily all-encompassing. Social
licence needs to be earned and then maintained by companies at
the community level and it is not likely or expected to ever
represent a 100 per cent consensus.
Ce n’est ni aussi simple ni aussi définitif que cela. C’est
dynamique. Ça évolue en fonction des informations, des
personnes et des circonstances. Ce n’est pas non plus
nécessairement global. L’acceptation sociale se mérite et doit
ensuite être conservée par les entreprises à l’échelle des
communautés. L’acceptation sociale n’est pas synonyme de
consensus.
14:40
Fisheries and Oceans
20-11-2014
The challenge for aquaculture is the ongoing need to counter
reality versus perception. The reality that salmon farmers have
built and maintained their industry for decades in Canada
through partnerships with local communities. However a small
but vocal group of anti-salmon farm activists will have you
believe the industry does not have social licence. They often go
out of their way to use false information to undermine public
confidence and existing relationships that have been built over the
past almost four decades in the very areas where farming takes
place.
Le défi auquel est confrontée l’aquaculture, c’est le besoin
constant d’opposer la réalité aux perceptions. La réalité, c’est que
les salmoniculteurs ont bâti et maintenu ce secteur industriel
depuis des décennies au Canada à l’aide de partenariats avec les
communautés locales. Pourtant, un petit groupe qui s’oppose à la
salmoniculture crie haut et fort que ce secteur industriel n’a pas
d’acceptation sociale. Ces opposants se donnent souvent du mal
pour utiliser des données fausses afin de saper la confiance
populaire et les relations nouées ces quatre dernières décennies
dans les régions mêmes où on pratique l’aquaculture.
All the false claims have been disproven or debunked many
times so why does progress continue to be paralyzed? We would
suggest that it is not up to government to grant social licence.
However our government does have a role to play. They need to
support industry in building social licence by establishing a sound,
risk-based management system. They can do that. They can assist
industry to engage communities by supporting research and
development programs, supporting development and adoption of
new technologies and innovative ways of doing business, ensuring
employment and training programs are available, and endorsing
systems of standards and publically recognized best practices.
Toutes leurs prétentions ont été réfutées ou démythifiées bien
des fois, donc pourquoi n’y a-t-il toujours pas de progrès? Nous
croyons que ce n’est pas au gouvernement qu’il appartient
d’accorder l’acceptation sociale. Le gouvernement doit
cependant jouer son rôle. Il doit appuyer l’industrie dans sa
quête de l’acceptation sociale en établissant un système de gestion
solide basé sur les risques. Il peut faire cela. Il peut aider
l’industrie à mobiliser les communautés en soutenant les
programmes de recherche-développement, en appuyant le
développement et l’adoption de nouvelles technologies et de
méthodes novatrices d’entrer en relations d’affaires, en veillant à
ce que des programmes d’emploi et de formation soient
disponibles et en approuvant les systèmes de normalisation et
les pratiques communément admises.
Ensuring that a sound business and investment climate exists is
critical. All these activities help companies demonstrate
legitimacy. Delivering on these roles is crucial but unfortunately
governments at times have fallen short.
L’existence de conditions propices aux affaires et aux
investissements est essentielle. Toutes ces mesures aident les
entreprises à montrer leur légitimité. Il faut que les gouvernements
soient à la hauteur quant à ces rôles, mais malheureusement, par
moments, ils ne répondent pas.
The RIAS report that I have circulated clearly shows that
aquaculture companies in our region have achieved and continue
to maintain high levels of social licence within their communities.
Our companies, their employees and our association continue to
work with our communities to nurture and maintain these
relationships. We do it through community liaison groups. We
do it through conservation activities and we do it through a wide
range of community-based activities. We also continue to tell our
story. We are educating people about how we farm, what we do to
protect the marine environment, and how we bring prosperity to
coastal communities while growing one of the world’s healthiest
foods.
L’étude d’impact de la réglementation que j’ai distribuée
montre clairement que les entreprises aquicoles de notre région
ont obtenu et continuent de jouir d’une forte acceptation sociale
au sein des communautés. Nos entreprises, leurs employés et
notre association continuent de travailler avec les communautés
pour cultiver et entretenir ces relations. Nous y arrivons à l’aide
de groupes de liaison communautaires. Nos relations prennent la
forme d’activités de conservation et d’une vaste gamme d’activités
communautaires. Nous continuons également de raconter notre
histoire. Nous éduquons les gens sur nos méthodes d’élevage, sur
ce que nous faisons pour protéger le milieu marin et sur la façon
dont nous amenons la prospérité dans les localités côtières tout en
cultivant l’un des aliments les plus sains au monde.
Senators, I urge you to review the material on social licence. I
urge you to look both at our industry and at our opposition to
our industry critically. If Canada is serious about wanting to
deliver on employment and wealth generation for rural coastal
communities we need to work together to make that happen. We
need your support. Despite all of Canada’s natural advantages
that support aquaculture development our industry has been
stalled for over a dozen years. You have seen the charts that show
we are losing market share and that we are falling behind key
competitors like Scotland and Norway. We are also losing
Mesdames et messieurs, je vous invite à étudier le document sur
l’acceptabilité sociale. Je vous invite à poser un œil critique tant
sur notre industrie que sur nos opposants. Si le gouvernement
fédéral souhaite vraiment assurer l’emploi et la richesse dans les
communautés côtières et rurales, il doit travailler avec nous. Nous
avons besoin de votre soutien. En dépit de toutes les richesses
naturelles du Canada qui favorisent le développement de
l’aquaculture, notre industrie est au point mort depuis plus de
12 ans. Vous avez vu les tableaux qui montrent que nous perdons
des parts de marché et que nous sommes à la traîne par rapport à
20-11-2014
Pêches et océans
14:41
investment to other countries, even from our own local
companies. We are seeing our young people go west where
other jurisdictions have said yes to resource development.
des concurrents clés tels que l’Écosse et la Norvège. Nous nous
faisons battre également du côté des investissements, qui vont vers
d’autres pays, même de la part de nos entreprises locales. Nous
voyons nos jeunes aller dans l’Ouest où d’autres gouvernements
ont affirmé leur volonté de développer les ressources.
Thirty years of studies, expert opinions and committees have
called for fundamental change in legislation, regulations and
policies because our regulatory system is overly complex,
uncertain and confusing. There is federal and provincial overlap
and duplication and nationally we have a patchwork quilt of
statute created within the Fisheries Act. It is a piece of legislation
designed to manage a wild fishery, not support a farming
industry.
Depuis 30 ans, des études, des opinions d’experts et des comités
recommandent un changement fondamental de la législation, de
la réglementation et des politiques parce que notre régime
réglementaire est trop compliqué, incertain et déroutant. Il y a
chevauchement et dédoublement aux ordres de gouvernement
fédéral et provincial et, à l’échelle nationale, nous avons un
ensemble bigarré de codes instaurés par la Loi sur les pêches.
Cette loi a été conçue pour gérer la pêche de capture, non pour
soutenir l’aquaculture.
You have met and heard from a wide cross-section of our
industry that have pointed out we can and do produce a quality
product with minimal impact to our natural ecosystem, far less
than any other food producing sector in Canada. You have seen
Canadian salmon farms. You have seen salmon farms in Norway
and Scotland. You know that over 50 per cent of our seafood
comes from farms. You know that we are running out of arable
land and fresh water to produce traditional protein and plants. I
urge you to take the necessary steps to work with us to grow our
industry in a sustainable way for the benefit of all Canadians.
Thank you.
Vous avez rencontré un large éventail d’intervenants dans
notre industrie qui ont insisté sur le fait que nous pouvons
produire et que nous offrons de fait un produit de qualité avec un
impact minimal sur l’écosystème naturel, des répercussions
beaucoup moindres que toute autre production alimentaire au
Canada. Vous avez visité des salmonicultures canadiennes. Vous
avez vu des salmonicultures en Norvège et en Écosse. Vous savez
que plus de la moitié de nos poissons et fruits de mer viennent de
fermes d’élevage. Vous savez que nous sommes à court de terres
arables et d’eau douce permettant de produire des protéines et des
plants traditionnels. Je vous conseille vivement de prendre les
mesures nécessaires pour travailler avec nous à développer notre
industrie d’une manière durable pour le bénéfice de tous les
Canadiens. Je vous remercie.
Mr. Ingalls: Thank you and good morning. You have my
presentation. I will try not to read it verbatim the whole way
through.
M. Ingalls : Bonjour. Vous avez mon exposé en main. Je vais
essayer de ne pas le lire mot pour mot d’un bout à l’autre.
I am starting with the fact that not many people know about
the Atlantic Canada fish farming industry. The reality is two
privately owned family businesses from Charlotte County, New
Brunswick, have been around for approximately 30 years, one of
which is my company. We produce upwards of and I will even say
over 50 per cent of all the Atlantic salmon produced in North
America basically here in the Maritimes. If you think about that,
it is pretty impressive in regards to what goes on in the world and
who our competitors really are.
Je vais commencer par dire qu’il n’y a pas beaucoup de
personnes qui connaissent l’industrie de la pisciculture du Canada
atlantique. En fait, deux entreprises familiales du comté de
Charlotte, au Nouveau-Brunswick, existent depuis 30 ans et l’une
d’elles m’appartient. C’est ici, dans les Maritimes, que se fait la
production de plus de la moitié de tous les saumons atlantiques en
Amérique du Nord. Quand on y pense, c’est plut ôt
impressionnant, si on regarde la situation dans le monde et qui
sont vraiment nos concurrents.
The companies face stiff competition not just from companies
that farm in North America but also internationally. They are
mostly on the west coast. Very few of our competitors are
privately owned anymore. They are listed in Marine Harvest. One
of them is listed on the New York Stock Exchange and the
majority of the other major players are on the Oslo and Santiago
Stock Exchanges as well. It is kind of unique at the level we are at
and who our competitors are internationally. With the way things
happen now we are just as likely to see a Norwegian fish or a
Scottish fish in a New York restaurant as New Brunswick or a
Maritimes fish even though we are much closer with air freight
and the transportation system today.
Les entreprises font face à une rude concurrence, non
seulement en Amérique du Nord, mais également sur le plan
international. Elles sont essentiellement sur la côte Ouest. Très
peu de nos concurrents sont encore des entreprises privées. Elles
sont cotées dans la catégorie pêche en milieu marin. L’une d’elles
est inscrite à la bourse de New York et la majorité des autres
joueurs majeurs est également inscrite aux bourses d’Oslo et de
Santiago. C’est plutôt unique au niveau où nous sommes et
considérant qui sont nos concurrents à l’échelle internationale. De
la manière dont les choses fonctionnent maintenant, vous pouvez
aussi bien avoir un poisson norvégien ou écossais servi dans un
restaurant newyorkais qu’un poisson provenant du Nouveau-
14:42
Fisheries and Oceans
20-11-2014
Brunswick ou des Maritimes, même si nous sommes beaucoup
plus près grâce au fret aérien et aux méthodes de transport
modernes.
We are pretty proud of this industry. We know we can do more
to build our region’s economy. This region is facing significant
debt and high unemployment. I am sure you will hear as you go
around about the exodus of our youth to the west and an aging
population. Despite the obvious need for homegrown jobs and a
strong local tax base to support the community infrastructure and
the full economic potential in New Brunswick, Nova Scotia,
Newfoundland and Prince Edward Island, the industry continues
to go untapped.
Nous sommes très fiers de notre industrie. Nous savons que
nous pouvons faire mieux pour accroître l’économie de notre
région, laquelle souffre d’un déficit important et d’un chômage
élevé. Je suis certain qu’on vous dira pendant votre tournée qu’il y
a exode des jeunes vers l’Ouest et un vieillissement de la
population. En dépit d’un besoin évident d’emplois locaux et
d’une solide assiette fiscale pour appuyer l’infrastructure
communautaire et le plein potentiel économique du NouveauBrunswick, de la Nouvelle-Écosse, de Terre-Neuve et de l’Île-duPrince-Édouard, l’industrie continue à être inexploitée.
Our local companies want to invest in our own region. We have
dedicated hardworking people that want to continue their
families’ century-old traditions of working on the water. In the
past even our company and the other major company here have
been elsewhere. We at one time farmed. We spent 20 years
farming and working in Chile and our counterpart is there today
as well as in Scotland. Sometimes we as an industry are forced to
actually leave the area with investment because of lack of
opportunity.
Les entreprises locales veulent investir dans la région. Nous
avons une main-d’œuvre travaillante et dévouée qui veut
continuer la tradition séculaire de travailler sur l’eau. Par le
passé, même notre entreprise et l’autre grande entreprise sont
allées ailleurs. Autrefois, nous faisions l’élevage. Nous avons
consacré 20 ans à l’aquaculture au Chili et notre homologue est
présent dans ce pays-là aujourd’hui de même qu’en Écosse. Il
arrive que notre industrie soit obligée d’aller investir ailleurs en
raison d’un manque de débouchés.
We can help the growing demand for seafood and by doing so
create jobs at home, generate investment and renew the tax base
of our rural communities where 90 per cent of the jobs in our
industry are full time. We are building an industry that will help
keep our young people at home by offering them challenging, fulltime work and careers. We invested a lot in training with our
employees because we have to and because we want to keep them.
Nous pouvons aider à répondre à la demande croissante de
poissons et de fruits de mer et, de la sorte, créer des emplois à
domicile, susciter des investissements et renouveler l’assiette
fiscale des collectivités rurales où 90 p. 100 des emplois dans
notre secteur sont à temps plein. Nous bâtissons une industrie qui
permettra de garder nos jeunes chez nous en leur offrant un
emploi à temps plein et une carrière stimulante. Nous avons
beaucoup investi dans la formation de nos employés parce que
nous devons le faire et parce que nous voulons les garder.
Setting the stage for Atlantic Canada to tap into the full
potential of what aquaculture has to offer is not just the
responsibility of our provincial government. A strong national
platform is also critical. That is why the Canadian industry is
focused on the development of a national aquaculture act along
with shaping regulatory and policy framework that will build the
foundation for responsible industry growth.
Faire le nécessaire pour que le Canada atlantique exploite au
maximum l’aquaculture ne relève pas uniquement de notre
gouvernement provincial. Un solide programme national est
également essentiel. L’industrie canadienne travaille donc à
élaborer une loi nationale sur l’aquaculture et à formuler un
cadre réglementaire et stratégique qui posera les bases d’une
croissance industrielle responsable.
Our industry supports a modern and coherent regulatory
framework that protects the public interest, is evidence-based,
efficient, predictable and accountable and encourages investor
confidence. Regulations must also be free of red tape and support
the implementation of innovations in a timely manner. The fact is
that today over 50 per cent of the seafood consumed comes from
farming the oceans. The world’s population as we know is
growing and so is the demand for healthy protein. Aquaculture is
crucial to supplying the world’s food needs. According to the 2013
analysis by the Earth Policy Institute world farmed fish
production has now for the first time topped beef production in
the world.
Notre industrie est favorable à un cadre réglementaire moderne
et cohérent qui protège l’intérêt public, est fondé sur des données
probantes, est efficace, prévisible et fiable, et stimule la confiance
des investisseurs. La réglementation doit également éviter la
bureaucratie tatillonne et encourager l’innovation d’une manière
opportune. Il faut savoir que de nos jours, plus de la moitié des
poissons et fruits de mer consommés proviennent de la
mariculture. La population mondiale, comme nous le savons,
est en croissance et la demande en protéines saines l’est également.
L’aquaculture est essentielle à l’approvisionnement alimentaire
mondial. Selon l’étude réalisée en 2013 par le Earth Policy
Institute, la production aquicole passe maintenant devant la
production bovine au classement des productions mondiales.
20-11-2014
Pêches et océans
14:43
The majority of Atlantic Canadians supports the responsible
and strategic growth of salmon farming industry needs and
already meets high regulatory standards that cover all aspects of
our operations. In fact in regard to sustainability the companies
here in the east have been leaders in the world. We are the first
company in the world whose sustainability programs have
attained three-star best aquaculture practice certification. We
will be able to announce probably next week that we will be the
first company in the world to attain four-star certification. A New
Brunswick maritime company was the first in the world to have a
processing plant and this will be the first hatchery. We have taken
upon ourselves to be leaders in the world of sustainability in
salmon farming and our company is not alone.
La majorité des habitants du Canada atlantique appuie la
croissance responsable et stratégique de l’industrie salmonicole;
cette dernière répond déjà aux normes réglementaires exigeantes
qui s’appliquent à tous les aspects de nos opérations. En fait, en ce
qui concerne la durabilité, les entreprises de l’est du pays sont des
leaders mondiaux. Nous sommes la première entreprise au monde
dont les programmes de pérennisation ont obtenu trois étoiles au
classement BAP pour ses pratiques aquicoles. Nous serons en
mesure d’annoncer probablement la semaine prochaine que nous
serons la première entreprise au monde à obtenir quatre étoiles à
ce chapitre. Une société maritime du Nouveau-Brunswick a été la
première au monde à ouvrir une usine de transformation et nous
aurons la première écloserie. Nous nous sommes engagés à être
des leaders mondiaux dans la gestion durable de la salmoniculture
et notre entreprise n’est pas seule.
I know you people have been to other countries such as
Scotland and Norway to see what goes on and what we are up
against. They have strategic plans to grow their salmon industries
on an annual basis and they do so. In Norway the salmon farm
industry contribution to the GNP is enough to fund 65 per cent
of its nursing homes. We could generate revenue here to help our
provincial economies and social programs but ultimately a bit of a
lack of vision as well as inefficient regulatory and policy
frameworks certainly make it more difficult for investment and
discourage some innovation.
Je sais que vous vous êtes rendus dans d’autres pays, par
exemple l’Écosse et la Norvège, pour constater ce qui se passe làbas et ce qui nous attend. Ils établissent des plans stratégiques
visant la croissance de leur industrie salmonicole sur une base
annuelle et ils les respectent. En Norvège, la part de l’industrie
salmonicole dans le PIB permet de financer 65 p. 100 de ses
nurseries. Nos ventes ici nous permettraient de soutenir les
économies provinciales et les programmes sociaux, mais, en fin de
compte, un manque de vision et des cadres réglementaires et
stratégiques inefficaces font certainement obstacle à
l’investissement et découragent l’innovation.
Delay in action or no action will mean loss of jobs and
economic opportunities from an industry that has proven to be
economically and environmentally sustainable. The Canadian
government needs to act now or an already dwindling workforce
will bottom out unless there are opportunities for workers to stay
at home. We cannot afford to keep saying no to responsible
industries that can bring jobs to our region. Salmon farmers have
always been and will continue to be collaborators and innovators
who are dedicated to responsible growth of the industry. We are
ready to work with governments and communities to take the
necessary steps to tap into the economic potential before us.
Tout délai ou l’inaction entraîneront la perte d’emplois et de
débouchés économiques dans une industrie qui s’est révélée
durable sur le plan économique et environnemental. Le
gouvernement canadien doit agir maintenant, sinon une maind’œuvre déjà décroissante atteindra son plus bas niveau. Nous ne
pouvons nous permettre de continuer à refuser des industries
responsables qui peuvent amener des emplois dans notre région.
Les salmoniculteurs ont toujours été et continueront d’être des
collaborateurs et des innovateurs qui se consacrent à la croissance
responsable de l’industrie. Nous sommes prêts à travailler avec les
gouvernements et les collectivités pour que les mesures nécessaires
soient prises en vue d’exploiter le potentiel économique devant
nous.
Salmon farming is a natural fit for Atlantic Canada and its
coastal communities. It is one of the few bright spots of hope in
our region of a challenging future. I believe it is time to embrace
us and the industry.
La salmoniculture est un secteur qui coule de source pour le
Canada atlantique et ses communautés côtières. C’est l’une des
rares lueurs d’espoir d’un futur plein de défis dans notre région.
Je crois qu’il est temps d’épouser notre cause et d’embrasser ce
secteur industriel.
Ms. Worth: My name is Ann Worth and I serve as the
Executive Director of the Prince Edward Island Aquaculture
Alliance, the voice of the P.E.I. aquaculture industry serving
200 member companies inclusive of aquaculture growers,
processors, suppliers, researchers and academia.
Mme Worth : Je m’appelle Ann Worth et je suis directrice
générale de la Prince Edward Island Aquaculture Alliance, le
porte-parole de l’industrie aquicole de l’Île-du-Prince-Édouard,
qui compte 200 membres, et notamment des éleveurs, des
transformateurs, des fournisseurs, des chercheurs et des
membres du milieu universitaire dans le domaine de l’aquaculture.
14:44
Fisheries and Oceans
20-11-2014
With me today is Dawn Runighan, an active board member
with the Alliance and the Finfish Growers Association and
general manager with Aqua Bounty Canada, an aquaculture
research in finfish production facility located in eastern Prince
Edward Island.
Je suis accompagnée aujourd’hui de Dawn Runighan, qui fait
partie du conseil d’administration de l’Alliance et de la Finfish
Growers Association et qui dirige Aqua Bounty Canada, une
installation de recherche en production piscicole, située dans l’est
de l’Île-du-Prince-Édouard.
I would like to begin by thanking the Senate committee
members for their willingness to receive input from the Prince
Edward Island Aquaculture Alliance. We wish to recognize the
Senate committee for their proactive, consultative approach to
engaging the Prince Edward Island finfish industry in this policy
and regulatory review that seeks to understand the important
business of aquaculture and help guide what the Canadian
government can do to assist in the future growth and development
of aquaculture in Canada.
J’aimerais commencer par remercier les membres du comité
pour la volonté exprimée de recevoir de l’information de la Prince
Edward Island Aquaculture Alliance. Nous voulons saluer
l’approche proactive et consultative manifestée en faisant
participer l’industrie piscicole de l’Île-du-Prince-Édouard à
l’examen de la politique et de la réglementation en vigueur dans
le but de comprendre le secteur important de l’aquaculture et
aider à orienter l’action du gouvernement canadien pour favoriser
la croissance et le développement futur de l’aquaculture au
Canada.
I would also like to personally acknowledge and recognize
Senator Elizabeth Hubley for her visit to the Alliance within the
past calendar year to learn more about aquaculture in Prince
Edward Island — it was a pleasure to have her — and to
recognize Senator Manning who I had the pleasure of touring
Halibut P.E.I. along with Minister Gail Shea. Both were really
positive experiences.
Je tiens également à manifester ma gratitude personnelle à la
sénatrice Elizabeth Hubley qui a rendu visite à l’Alliance au cours
de la dernière année en vue de mieux connaître l’aquaculture à
l’Île-du-Prince-Édouard — ce fut un plaisir de vous rencontrer —
et je salue le sénateur Manning avec qui j’ai eu le plaisir d’aller
visiter l’entreprise Halibut P.E.I. en compagnie de la ministre Gail
Shea. Ces deux expériences se sont révélées vraiment positives.
To ensure capture of all important points we have submitted a
formalized presentation to the Senate committee that will act as
written supporting evidence for your further review. We have
included a copy of a PowerPoint presentation in the information
kit that we have provided today for your future reference and to
follow along as we actually work through the presentation during
the shellfish forum at eleven o’clock.
Pour nous assurer que l’on retienne tous les points importants,
nous vous avons remis un document écrit qui servira à éclairer
votre examen approfondi de la question. Nous avons ajouté une
copie de la présentation PowerPoint dans la trousse d’information
remise aujourd’hui pour référence ultérieure et pour suivre les
débats durant le forum sur la conchyliculture prévu à 11 heures.
The alliance is proud to support the aquaculture industry in
Prince Edward Island in its efforts to produce premium products
by participating in industry-driven research and development on
aquaculture related issues as well as facilitating discussion and
problem solving of issues relevant to our industry. We also
promote a cooperative spirit among all engaged in the Prince
Edward Island aquaculture industry with an emphasis on
improving the economics of the industry. We are growth and
development oriented and we recognize the value of our sector
and its importance as an economic wealth and job creator in our
province. The net result is that our industry has evolved to be an
effective global competitor and supplier of pristine, high quality
shellfish and finfish products to multiple countries around the
world.
L’alliance est fière d’appuyer l’industrie aquicole de l’Île-duPrince-Édouard qui cherche à fabriquer des produits de première
qualité en prenant part à des activités de recherchedéveloppement pilotées par l’industrie dans le domaine de
l’aquaculture et en favorisant la discussion et la résolution des
problèmes concernant l’industrie. Nous encourageons également
un esprit de collaboration chez ceux qui prennent part à
l’industrie de l’aquaculture à l’Île-du-Prince-Édouard, en
insistant sur l’amélioration de la viabilité de l’industrie. Nous
visons la croissance et le développement et nous connaissons la
valeur de notre secteur et son importance comme source de
richesse économique et de création d’emplois dans la province. Au
final, notre industrie est devenue un concurrent mondial et un
fournisseur de produits conchylicoles et piscicoles d’origine et de
qualité supérieure dans de multiples pays du monde.
Aquaculture is a very good business to be in on a global scale
and is a massive opportunity for Canada, and Prince Edward
Island is a living example of just how well it can work.
L’aquaculture est une très bonne affaire à exploiter à l’échelle
mondiale et c’est une occasion en or pour le Canada; l’Île-duPrince-Édouard est l’exemple vivant du succès possible.
Aquaculture is the fastest growing food production sector in
the world with an annual growth rate of 6 per cent. Aquaculture
product demand is skyrocketing with increasing pressure on wild
fish stocks.
L’aquaculture est le secteur de production alimentaire affichant
la croissance la plus rapide au monde, soit un taux annuel de
croissance de 6 p. 100. La demande en produits aquicoles atteint
des sommets, les stocks de poissons sauvages subissant une
pression grandissante.
20-11-2014
Pêches et océans
14:45
In tangible terms and economic impact the Prince Edward
Island industry contributes an estimated $200 million plus to
Prince Edward Island’s economy and employs over 2,000 people
located in many rural communities around Prince Edward Island.
When you look at the landed values of P.E.I aquaculture that
number may seem out of whack but that number takes into
account the direct value, the indirect value and the induced
impacts that collectively combine to deliver a clear and accurate
picture of what aquaculture really means in terms of economic
value in the province.
En termes concrets et quant à son impact économique,
l’industrie de l’Île-du-Prince-Édouard contribue au moins
200 millions de dollars à l’économie et emploie plus de
2 000 personnes vivant dans les nombreuses collectivités rurales
de l’Île-du-Prince-Édouard. La valeur au débarquement de la
production aquicole à l’Île-du-Prince-Édouard peut sembler
décalée, mais ce chiffre tient compte de la valeur directe, de la
valeur indirecte et des conséquences provoquées qui, ensemble,
concourent à donner une image claire et précise de ce que signifie
vraiment l’aquaculture en termes de valeur d’utilité dans la
province.
We are here today to share a good news story. We will also be
honest about business challenges facing our sector. Aquaculture
in Prince Edward Island, by all intents and purposes, is still a
pretty young business but over the course of the last 30 years we
have had some tremendous success and have contributed to
employment and economic development in a very meaningful
way, particularly in rural Prince Edward Island.
Nous sommes là aujourd’hui pour parler d’une bonne affaire.
Nous parlerons également en toute franchise des défis
commerciaux dans notre secteur. L’aquaculture à l’Île-duPrince-Édouard, pratiquement, reste une activité encore jeune,
mais ces 30 dernières années, nous avons connu un succès
immense et avons contribué au développement de l’emploi et de
l’économie d’une manière très significative, en particulier dans les
localités rurales de l’Île-du-Prince-Édouard.
Our natural assets are the foundation for success. We are
fortunate to have an abundant supply of high quality
groundwater that allows for dynamic rainbow trout, Atlantic
salmon, halibut grow-out and nursery production units to thrive.
Another key success factor is the innovation and environmentally
conscious members of our industry that are committed to
cultivating safe products and ensuring a sustainable environment.
Nos ressources naturelles sont à la base de notre succès. Nous
avons la chance de bénéficier d’une source abondante d’eau
souterraine de qualité qui permet aux unités dynamiques de
grossissement et de production en nurserie de la truite arc-en-ciel,
du saumon atlantique et du flétan de bien se développer. Un autre
facteur clé de succès, c’est l’innovation et la présence de membres
sensibilisés à l’environnement qui ont la ferme intention de
cultiver des produits sans danger et d’assurer un environnement
durable.
Our industry believes and demonstrates that finfish
aquaculture can be undertaken in harmony with the
environment and that the sustainable use of the marine
environment is a shared responsibility requiring a climate of
cooperation among all resource users and regulatory authorities. I
might add that we have a positive environment and cooperation
in the province.
Notre industrie croit et montre que la pisciculture peut se faire
dans le respect de l’environnement et que l’utilisation durable du
milieu marin est une responsabilité partagée qui exige un climat de
coopération parmi tous les utilisateurs de la ressource et les
autorités de réglementation. Je pourrais ajouter que nous
bénéficions d’un milieu favorable et jouissons de collaborations
dans la province.
The industry is an important component to the multi-diverse
Prince Edward Island economy and it is a unique success story
spanning 30 years, as mentioned earlier, but I might describe it as
controlled, paced, responsible aquaculture growth and
development. It has not been fast in growth. It has been steady
and nurturing and responsible.
L’industrie représente un élément important de l’économie
diversifiée de l’Île-du-Prince-Édouard et c’est une réussite sans
pareille qui s’étend sur 30 ans, comme je l’ai déjà dit, mais je
pourrais parler d’une croissance et d’un développement aquicoles
équilibrés, à un rythme soutenu et responsables. Sa croissance n’a
pas été rapide; elle a été constante, stimulante et responsable.
The bulk of aquaculture activity in Prince Edward Island
occurs in 25 plus bays and estuaries in many places in the province
with the concentration in the eastern sections and northern
coastline of the province. We are going to talk a little more in
depth about what shellfish aquaculture looks like later. I
recognize this is a finfish panel only so I will be verbatim in
presenting some of my prepared remarks.
Le gros des activités d’aquaculture à l’Île-du-Prince-Édouard se
déroule dans plus de 25 baies et estuaires à de nombreux endroits
de la province, mais plus particulièrement dans le secteur est et sur
le littoral du nord de la province. Nous allons parler un peu plus
de la conchyliculture un peu plus loin. Je sais que cette table ronde
concerne la pisciculture uniquement, je vais donc prononcer mot à
mot quelques-unes des observations que j’ai préparées d’avance.
Prince Edward Island cultured species in finfish currently
include land-based Atlantic salmon, rainbow trout and halibut.
Due to conservation efforts the commercial Atlantic salmon
fishery has been closed since 2000. Currently there is only a
La production piscicole sur terre à l’Île-du-Prince-Édouard
comprend actuellement le saumon atlantique, la truite arc-en-ciel
et le flétan. En raison des efforts de conservation, la pêche
commerciale du saumon atlantique n’existe plus depuis 2000.
14:46
Fisheries and Oceans
20-11-2014
regulated recreational sport fishery for wild catch. The fishery has
been replaced with what I might describe as a fantastic cultured
Atlantic salmon industry.
Actuellement, il y a seulement une pêche sportive et récréative
réglementée pour la prise de poissons sauvages. La pêche a été
remplacée par ce que je pourrais décrire comme une fantastique
industrie de la salmoniculture.
Prince Edward Island has a strong history in cultured finfish
hatchery production and exports much of its egg and fry
production to other provinces in Atlantic Canada. The high
quality stock allows other finfish aquaculture activity: smoked
salmon, eggs, smolt, fingerlings and fry. We supply other business
in the region with eggs and smaller fish to grow to market size.
That is our niche and our expertise.
L’Île-du-Prince-Édouard a une longue tradition de production
du poisson d’élevage en écloserie et d’exportation d’une grande
partie des œufs de poisson et des alevins vers les autres provinces
du Canada atlantique. Le stock de grande qualité permet d’autres
activités en pisciculture : le saumon fumé, les œufs, le saumoneau,
les alevins d’un an et le fretin. Nous approvisionnons d’autres
entreprises de la région en œufs et en jeunes poissons pour qu’elles
les amènent à une taille commercialisable. C’est là notre niche et
notre expertise.
We also grow out halibut to market size. We are proud of our
disease-free status and the high quality fish health care in the
institutions that support our quality effort within the province.
They are cornerstones to our success.
Le flétan est également élevé afin de l’amener à une taille
commercialisable. Nous sommes fiers de l’absence de maladies et
de la grande qualité des soins donnés aux poissons dans les
institutions qui appuient nos efforts de qualité au sein de la
province. Ils sont la pierre d’assise de notre succès.
In Prince Edward Island, as was mentioned in an earlier
presentation, aquaculture research is an institutional hub and key
cluster of excellence with specialized expertise in fish health,
genetics, climate change and technologies. Although the number
of companies involved in land-based finfish production in the
province is not large their impact is.
À l’ Î le-du-Prince- É douard, comme on l’a indiqué
précédemment, la recherche aquicole est une plaque tournante
et une filière d’excellence clé où l’expertise se situe dans les
domaines de la protection de la santé des poissons, la génétique,
les changements climatiques et les technologies. Bien que le
nombre d’entreprises engagées dans la production piscicole sur
terre dans la province n’est pas important, leur impact l’est.
Aqua Bounty Canada, Dover Fish Hatchery/Northern
Harvest, Cardigan Fish Hatchery/Northern Harvest, Ocean
Trout Farms and Halibut P.E.I. are great examples of
commercial operations that run excellent businesses and really
care about their communities. We see that every day.
Aqua Bounty Canada, Dover Fish Hatchery/Northern
Harvest, Cardigan Fish Hatchery/Northern Harvest, Ocean
Trout Farms et Halibut P.E.I. représentent de bons exemples de
commerces qui font d’excellentes affaires et qui se préoccupent
vraiment de leurs communautés. Nous constatons cela tous les
jours.
The 2013 direct value of aquaculture in Prince Edward Island
combined to total almost $41 million. Cultured finfish represents
just under 10 per cent of this but I might add is growing and
flourishing every year.
La valeur directe de l’aquaculture à l’Île-du-Prince-Édouard
atteint, dans l’ensemble, en 2013, près de 41 millions de dollars.
La pisciculture représente quasiment 10 p. 100 de ce chiffre, mais
je dois ajouter que cette part croît et progresse tous les ans.
The economic impact inclusive of collective value as mentioned
earlier was $223 million, but what you may not be aware of is that
we have an incredible spinoff industry as a result of our cluster of
aquaculture excellence. It is important to mention that because it
really has evolved to be a separate industry unto itself. It lives and
breathes and succeeds around the success of aquaculture. Those
supplier industries, as I referred to them, evolve around
manufacturing, custom fabrication of metal, welding businesses,
diving services, boat building and many other businesses that are
clustered to supply aquaculture. This has evolved because of an
industry that has been supported to grow.
L’impact économique, valeur collective comprise, s’est élevé à
223 millions de dollars, mais ce que vous ne savez peut-être pas,
c’est que nous avons un essaim incroyable d’industries issues de
notre filière d’excellence en aquaculture. Il est important de
souligner cela, car elles constituent vraiment un secteur distinct.
Leur existence dépend du succès de l’aquaculture. Ces industries
en amont, comme je les appelle, évoluent dans les secteurs de la
fabrication manufacturière, de la construction personnalisée de
produits en métal, de la soudure, de la plongée sous-marine, de la
construction de navires et de plusieurs autres activités
commerciales qui sont affiliées au secteur de l’aquaculture. La
situation a évolué parce que l’industrie a reçu un soutien à la
croissance.
We also possess significant institutional expertise with a
specialized knowledge in research, science, food health and
safety, marketing expertise, including the Atlantic Veterinary
College, the University of Prince Edward Island, P.E.I. Bio Food
Tech, the Culinary Institute of Canada and the Aquaculture
Nous jouissons également d’une importante expertise
institutionnelle en recherche, en science, en santé et sécurité
alimentaires et en marketing, notamment au Collège vétérinaire
de l’Atlantique, à la University of Prince Edward Island, à la
P.E.I. Bio Food Tech, au Culinary Institute of Canada et à
20-11-2014
Pêches et océans
14:47
Technologies Association of Canada. We have a small geography
so we are able to come together to communicate, collaborate,
develop together and learn from each other along the way.
l’Aquaculture Technologies Association of Canada. Nous avons
un petit territoire, ce qui nous permet de nous réunir pour
échanger, collaborer, développer ensemble et apprendre les uns
des autres en chemin.
The aquaculture sector impact is significant to the P.E.I.
economy for several reasons. Most of its employment is in the
rural areas of the province. The family-driven nature of the
business keeps multi-generations together in business and
promotes a strong sense of community. It keeps our young
people at home with viable career options in their own local
communities.
Le secteur de l’aquaculture a un impact important sur
l’économie de l’Île-du-Prince-Édouard pour plusieurs raisons.
La plupart des emplois sont situés dans les régions rurales de la
province. Le caractère familial des entreprises réunit plusieurs
générations dans une même activité et favorise un fort sentiment
communautaire. Les jeunes restent, car plusieurs débouchés
professionnels sont disponibles dans leurs localités.
Healthy protein production on a local, regional, domestic and
international scale is just simply a good business to be in. We are
all becoming that much more nutritionally health conscious in
caring for bodies and we happen to grow a very, very healthy
protein. The awareness of the health benefits of seafood continue
to grow.
La production de protéines saines à l’échelle locale, régionale,
intérieure et internationale est tout simplement une bonne affaire.
Nous sommes tous de plus en plus attentifs à la santé
nutritionnelle, car nous faisons attention à notre corps, et il
s’adonne que nous cultivons une protéine super saine. La
conscience des bénéfices du poisson et des fruits de mer sur la
santé continue de s’accroître.
Prince Edward Island aquaculture as an industry is dominantly
export focused. All of those export revenues make their way back
into our province. We build a recognition because of the high
quality of the products we sell that frankly help buoy the export
efforts of other industries. I like to refer to our aquaculture
industry as a door opener in international business. If there is
anybody here that has not experienced a high quality Prince
Edward Island product then I would love to take you out for
lunch maybe later.
À l’ Î le-du-Prince- É douard, l’industrie aquicole est
essentiellement axée sur l’exportation. Tous ces gains à
l’exportation reviennent dans la province. Nous sommes
reconnus pour la grande qualité des produits que nous vendons,
qui aident vraiment à soutenir les exportations d’autres secteurs
industriels. J’aime parler de notre aquaculture comme d’une
ouverture sur le commerce international. S’il y a quelqu’un ici qui
n’a pas encore utilisé un produit de grande qualité de l’Île-duPrince-Édouard, j’adorerais vous amener déjeuner plus tard.
There is a need for enhanced investment and expanded
opportunities for First Nations and other stakeholders in
aquaculture. We need to fully capitalize on the great
opportunities for us that evolve from the Canada-EU free trade
agreement. We need to invest in species diversification,
operational growth and expansion. Innovation, perhaps an
overused word, is extremely important. Use of technology,
research and enhancing productivity continue to be an
important priority for our sector. Sustainable paced growth and
responsible development is how we have achieved success and
how we envision the path forward. Aquaculture can be an
opportunity for our young people as a viable place to stay home
and build a career.
Il faut augmenter les investissements et accroître les débouchés
pour les Premières Nations et autres intéressés en aquaculture.
Nous devons capitaliser sur les immenses débouchés qui s’offrent
à nous à la suite de l’accord de libre-échange avec l’Union
européenne. Nous devons investir dans la diversification des
espèces, la croissance des opérations et l’expansion. L’innovation,
un mot peut-être galvaudé, est très importante. La technologie, la
recherche et la productivité continuent d’être prioritaires pour
notre secteur. Une croissance durable à un rythme soutenu et un
développement responsable expliquent notre réussite et montrent
la voie que nous souhaitons emprunter. L’aquaculture peut
représenter un débouché pour nos jeunes, car elle offre une option
viable pour rester chez soi et bâtir une carrière.
Our priorities, in review, include adopting innovative
technologies that allow us to better manage and operate with
improved efficiencies and facilitate environmentally sustainable
harvesting practices which produce safe quality and valued
products. There were was certainly some discussion about our
industry code of practice earlier. I was glad to hear that. We
continue to manage and protect our aquatic environment with
that code of practice. I might add we regularly update that code of
practice and review it to ensure that it is being followed and that it
is fully supported. There may be some additional things that need
to be added to it.
Nos priorités, pour y revenir, sont notamment l’adoption de
technologies originales qui nous permettront de mieux gérer et
d’exploiter nos entreprises avec des gains d’efficacité et qui
favoriseront la mise en œuvre de pratiques de pêche durables qui
donnent des produits sains, de qualité et appréciés. Les règlements
et usages de notre industrie ont certainement fait l’objet de débats
plus tôt. J’ai été heureuse d’en entendre parler. Nous continuons
de gérer et de protéger notre milieu aquatique à l’aide de cette
déontologie. J’ajouterai que nous gardons à jour ces règlements
et usages et que nous les étudions afin qu’ils soient respectés et
pleinement soutenus. Il y a peut-être des choses qu’il faudrait
y ajouter.
14:48
Fisheries and Oceans
20-11-2014
We champion targeted research and development activity that
delivers benefits to the sector. We don’t do that in isolation for
sure. We work with DFO Science and with people with those
kinds of expertise in our province and across the country.
Nous défendons la recherche-développement ciblée qui profite
au secteur. Nous ne faisons pas cela seuls dans notre coin, c’est
certain. Nous travaillons avec le Secteur des sciences du MPO et
avec les gens possédant ce genre d’expertise dans la province et
ailleurs au pays.
The management of aquatic invasive and nuisance species has
been and continues to be a key challenge for the industry. The
simple business of growing a product successfully in a healthy
environment and managing a crop in a cost effective fashion
drives innovation. We saw that particularly in the shellfish
industry over the past decade.
Le contrôle des espèces aquatiques envahissantes et nuisibles
continue de présenter un défi à l’industrie. La simple activité
de cultiver un produit avec succès dans un milieu sain et de gérer
une culture de manière rentable invite l’innovation. Nous
avons constaté cela particulièrement dans le secteur de la
conchyliculture au cours de la dernière décennie.
We need to continue to be advocates for strong promotion and
marketing of our sector. It is a competitive world out there. At the
end of the day demand drives strong farm gate value in our
sectors. We need to facilitate needed investment in the sector.
Governments are in the business of investing in industries that
show promise and growth, and aquaculture should be top of the
list.
Nous devons continuer d’être partisans de la promotion et de
la commercialisation de notre secteur. Le monde est compétitif.
Au bout du compte, la demande influe sur la valeur à la ferme
dans nos secteurs. Nous devons faciliter les investissements
nécessaires dans le secteur. Les gouvernements cherchent à
investir dans les secteurs qui semblent prometteurs et en
croissance, et l’aquaculture devrait être en haut de cette liste.
We work with governments on funding initiatives and public
policies in a regulatory environment that support our sector. I do
not pretend that that is not complex environment. I think at one
point we had taken a little list of what looked like 19 regulatory
bodies that govern aquaculture. That is a lot of people to be
accountable to. Certainly there is a risk of confusion,
complexities, overlapping and duplication when dealing with
that many levels of government on various requirements. Frankly
compliance can be a bit mystifying at times.
Nous travaillons avec les gouvernements sur le financement de
projets et de politiques publiques à visée réglementaire qui
appuient notre secteur. Je ne prétends pas que ce milieu n’est pas
compliqué. Je pense qu’à un moment donné, nous avions établi
une courte liste et compté 19 organismes de réglementation de
l’aquaculture. Ça fait beaucoup de monde à qui rendre des
comptes. Il y a certainement un risque de confusion, de
complications, de chevauchements et de dédoublements
lorsqu’on traite de divers besoins avec autant d’ordres de
gouvernement. Pour être franche, la conformité peut laisser
perplexe quelquefois.
Recruiting and retaining farm and processing plant labour is
an important point that needs to be me made. You will hear
about it again during the shellfish forum. We deal with labour
shortages and frankly it is a restraint on growth for companies. I
mention it here because governments do have a role to play in
helping develop tools and programs that industry can use to
address some of the labour shortages we are dealing with.
Le recrutement et la rétention de personnel, pour l’élevage et la
transformation, sont des aspects importants qu’il ne faut pas
oublier. Vous allez en entendre parler de nouveau pendant le
forum sur la conchyliculture. Nous faisons face à une pénurie de
main-d’œuvre et, franchement, cela freine la croissance des
entreprises. Je le mentionne ici parce que les gouvernements ont
un rôle à jouer dans la conception d’outils et de programmes à
l’usage de l’industrie pour tenir compte des pénuries de maind’œuvre auxquelles nous faisons face.
We have a regulatory system that is overly complex, uncertain
and confusing. I am wrapping up now that my six minutes are up.
We also see some overlapping and duplication in the rules as
written for a wild fishery as was mentioned earlier. We are trying
to live within a box that really does not describe our industry in
an accurate way.
La réglementation est trop compliquée, imprécise et
déroutante. Je conclus, maintenant que mes six minutes sont
écoulées. Nous constatons des chevauchements et des
dédoublements dans les règles visant la pêche sauvage, comme
nous l’avons mentionné plus tôt. Nous essayons de vivre dans ce
cadre qui, en fait, reflète mal notre industrie.
Policy and regulatory reform are needed. We as an advocacy
group do our best to meet and speak with different levels of
government about what are the real challenges around some of
the language, some of the legislation, and some of the policies that
restrict us and make it not much fun to go to work every day.
Une réforme des politiques et des règlements est nécessaire. En
tant que porte-parole, notre groupe fait de son mieux pour
rencontrer et discuter avec les différents ordres de gouvernement
des défis réels que posent le langage, les lois et les politiques qui
limitent nos activités et qui ne rendent pas très agréable notre
travail quotidien.
We need to drive the red tape out of the system and do
that with a vengeance. We desire an enabling attitude within
government. We recognize that various government departments
Il faut éliminer la bureaucratie inutile et le faire avec
détermination. Nous souhaitons la complicité du gouvernement
à cet égard. Nous sommes conscients que divers ministères ont des
20-11-2014
Pêches et océans
14:49
have multiple mandates from compliance to science, et cetera, but
an enabling attitude in government is about how we can help you
grow.
mandats multiples allant de la conformité à la connaissance,
notamment, mais une attitude positive du gouvernement offrirait
de nous accompagner sur le chemin de la croissance.
We work closely with CAIA, as was mentioned earlier, to strive
for improved, clear aquaculture regulation. It is true that
aquaculture is more like farming than fishing and should be
recognized as such. We see a continued bright future. We see new
jobs, paced growth and responsible science-based management all
contributing to a healthy food supply.
Nous travaillons en étroite collaboration avec l’Alliance de
l’industrie canadienne de l’aquaculture, comme nous l’avons déjà
dit, afin d’obtenir une réglementation meilleure et plus claire dans
le domaine de l’aquaculture. Il est vrai que l’aquaculture
ressemble plus à l’élevage qu’à la pêche et elle devrait être
reconnue comme telle. Nous rêvons d’un avenir radieux. Nous
rêvons de nouveaux emplois, d’une croissance soutenue et d’une
gestion responsable à forte intensité de recherche, tout cela en vue
de favoriser un approvisionnement en aliments sains.
The Senate committee today has an opportunity to facilitate
and share its growing knowledge of aquaculture. It is a great
business in Prince Edward Island. I wouldn’t deny we have the
odd hiccup and yes, of course we have to go out after a tough
winter and do an extra hard diligent job of shoreline cleanup if
buoys have found their way on to shorelines. We do it; we have to
walk the walk and we recognize that.
Le comité a l’occasion d’expliquer et de partager ses
connaissances grandissantes de l’aquaculture. C’est une activité
formidable à l’Île-du-Prince-Édouard. Je ne nierai pas que nous
avons des ratés de temps en temps et, bien sûr, après un dur hiver,
il faut sortir et s’atteler à la tâche difficile de nettoyer les rives des
bouées qui sont venues s’échouer sur le rivage. Nous le faisons;
nous devons faire ce qu’il faut et nous en convenons.
We encourage you to be bold, show leadership and champion
required regulatory changes and needed investment to help the
aquaculture industry thrive and grow. To Murray’s point earlier,
it is not always easy to do that in the face of adversity that may
sometimes make us feel a little timid, but we need to look beyond
that and do what we know is right based on science and good
information. On that note, I will wrap up.
Nous vous invitons à avoir de l’audace, à faire preuve de
leadership et à défendre les modifications réglementaires et les
investissements nécessaires pour favoriser la progression et la
croissance de l’aquaculture. En ce qui concerne le point soulevé
plus tôt par Murray, il n’est pas toujours facile de faire cela
malgré les problèmes qui peuvent nous rendre un peu craintifs,
mais nous devons regarder au-delà et faire ce que nous savons
devoir faire selon les données scientifiques et les renseignements
fiables que nous avons en main. Sur ce, je conclus.
The Chairman: Thank you, Ann. Dawn, do you have any
remarks to make?
Le président : Merci, Ann. Dawn, avez-vous d’autres
remarques?
Ms. Runighan: No, I will be happy to answer any questions.
Mme Runighan : Non, il me fera plaisir de répondre à vos
questions.
The Chairman: Thank you all for your presentations. I fully
understand that you need time to express yourself. We try to keep
the senators in control but I let the witnesses have a bit of leeway.
With that I would like to begin questions with our deputy chair,
Senator Hubley, please.
Le président : Merci à vous tous pour vos exposés. Je
comprends que vous avez besoin de temps pour vous exprimer.
Nous essayons de laisser les sénateurs être maîtres des échanges,
mais je laisse un peu de latitude aux témoins. J’aimerais
maintenant débuter avec les questions de notre vice-présidente,
la sénatrice Hubley.
Senator Hubley: Welcome to each one of you. Your
presentations have been just wonderful. Again we are learning
more about the aquaculture industry and different perspectives
within the industry.
La sénatrice Hubley : Je vous souhaite la bienvenue. Vos
exposés ont été tout simplement fantastiques. Encore une fois,
nous en apprenons sur l’industrie de l’aquaculture et les
différentes perspectives au sein de l’industrie.
Something that we have not discussed a lot is the need for
skilled workers. Certainly, Larry, you have brought that forward
from your perspective because you are the CEO of a company.
You probably face these issues on an ongoing basis. You, Ann as
well, understand the importance of having skilled workers. I am
wondering what can be done to address that issue I think of
educating in our schools or having school programs especially on
Prince Edward Island and in the Maritimes. We have a lot of
fishing, fish-related activities and farming. A lot of information
on those industries gets into the school system, but I think it is
Une question dont nous n’avons pas beaucoup parlé, c’est le
besoin en main-d’œuvre qualifiée. Bien sûr, Larry, vous avez
abordé la question de votre point de vue puisque vous êtes
président-directeur général d’une entreprise. Vous êtes
probablement confronté à ces questions en permanence. Vous
aussi, Ann, comprenez l’importance d’avoir des travailleurs
qualifiés. Je me demande ce qu’on peut faire pour corriger la
situation. Je pense à l’éducation dispensée dans nos écoles ou à la
création de programmes scolaires particuliers à l’Île-du-PrinceÉdouard et dans les Maritimes. Nous avons beaucoup de pêche,
14:50
Fisheries and Oceans
20-11-2014
important now because of aquaculture and especially the need to
revitalize our rural communities. It is a great opportunity to do
that with aquaculture but to also keep young people in those
communities involved in the community.
d’entreprises en lien avec le poisson et d’aquaculture. Le système
scolaire est largement renseigné sur ces secteurs, mais je pense que
c’est important maintenant en raison de l’aquaculture et du
besoin de revitaliser nos collectivités rurales. L’aquaculture offre
une occasion fantastique d’y arriver, et elle permet également de
garder les jeunes gens dans les collectivités concernées.
We have seen some excellent operations and I think any young
person would be proud to be working there. They offer good
working conditions. It is the future. They are part of the
community and part of working in a very active industry.
Nous avons vu d’excellentes entreprises et je pense que
n’importe quel jeune serait fier de travailler là. On offre de
bonnes conditions de travail. C’est l’avenir. Elles participent à la
vie communautaire et offrent également l’occasion de travailler
dans un secteur très actif.
I am wondering educational-wise what you think we should be
doing to get more young people interested so that we will have a
skilled workforce within the industry.
Je me demande ce que vous pensez qu’on devrait faire du côté
de l’éducation pour intéresser un plus grand nombre de jeunes de
manière à obtenir une main-d’œuvre qualifiée dans l’industrie.
Mr. Ingalls: I will take a crack at it.
M. Ingalls : Je vais essayer de vous répondre.
Speaking for our company I think we are approximately
350 employees. The fact of the matter is we should be about
400 but we cannot find the other 50. I would say we do a poor job
in what you are suggesting about creating interest at the school
levels. We really do not pick it up until sort of the university or
the community college levels. I think is a good point. I think we
probably have to do it. It is very difficult to recruit certainly those
from outside the Maritimes to come to remote communities. It is
next to impossible.
En ce qui nous concerne, je pense que nous avons à peu près
350 employés. Nous devrions en avoir environ 400, mais nous ne
pouvons pas trouver les 50 qui manquent. Je dirais que nous ne
réussissons pas très bien à intéresser les jeunes dans les écoles,
comme vous le suggérez. Cela ne commence vraiment qu’au
niveau de l’université ou du collège communautaire. Je pense que
vous avez raison. Nous devrions sans doute faire quelque chose. Il
est certainement très difficile de recruter des gens à l’extérieur des
Maritimes pour travailler dans les localités éloignées. C’est
pratiquement impossible.
As a company we have a core base of skilled workers and they
range anywhere from 18 years old to 75 years, believe it or not.
We have people in our processing plants that are in their seventies
and you would have to see what they do in a day. You wouldn’t
believe it. We are investing in training internally within the
company. We need to train and bring people up through the
system. It is a very good career opportunity. You do not have to
be around that long in our environment to really work your way
up through the ranks. We have to invest in that. We have to take
the time to do it because these people are not coming from outside
the Maritimes. It is rare.
Notre entreprise dispose d’un noyau de travailleurs qualifiés
âgés de 18 à 75 ans, croyez-le ou non. Dans nos usines de
transformation, nous employons des septuagénaires et vous
devriez voir ce qu’ils font en une journée. Vous auriez du mal à
le croire. Nous investissons dans la formation à l’interne. Nous
devons former nos employés pour qu’ils puissent gravir tous les
échelons. Nous offrons d’excellentes possibilités de carrière. Vous
n’avez pas besoin de rester longtemps chez nous pour gravir tous
les échelons. Nous devons investir dans la formation. Nous
devons prendre le temps de le faire, car ces personnes ne viennent
pas de l’extérieur des Maritimes. C’est rare.
I believe you are right. We have to maybe get in the future a
little further back into the system, whether that would be in the
high schools or even before that.
Je crois que vous avez raison. Peut-être qu’à l’avenir nous
devrions déployer nos efforts un peu plus tôt, au niveau des écoles
secondaires, ou même avant.
Ms. Runighan: Much of what Larry says is also true in Prince
Edward Island. A lot of local folks end up being employed in our
fish hatcheries and fish farming facilities. Some of them have a
work base that is anywhere from the high school graduate level
right up to Ph.D level graduates. It can be quite diverse. I know at
our facility we have participated in co-op programs through the
high schools which have worked really well. Right now I get calls
from two to three students every semester wanting to get a job
placement with us. I find that is a really good opportunity to have
some students come out to see what working at a facility like ours
would be like. They are going back and they are talking to their
friends and letting them know what it is like.
Mme Runighan : Une bonne partie de ce que dit Larry est vrai
aussi à l’Île-du-Prince-Édouard. Beaucoup de gens de la région
travaillent dans nos écloseries et nos fermes piscicoles. Le niveau
d’instruction de la main d’œuvre peut aller du diplôme d’études
secondaires au doctorat. Cela peut être assez variable. Je sais que
notre établissement a participé, avec les écoles secondaires, à des
programmes d’alternance travail-études qui ont bien fonctionné.
À l’heure actuelle, je reçois, chaque semestre, des appels de deux
ou trois étudiants qui veulent trouver une place chez nous. C’est
une excellente chose pour nous que des étudiants viennent voir ce
qu’est le travail dans un établissement comme le nôtre. Quand ils
rentrent chez eux, ils en parlent à leurs amis.
20-11-2014
Pêches et océans
14:51
There are also some other programs. We do as much OJT as
we possibly can which helps, but like Larry said we have to invest
a lot into training. Because each operation is specific you need to
have a skill set that is specific to that operation. You invest a lot
of time in training. If somebody calls me up and says, ‘‘I have a
two-week on the job training project. Can you do something with
that?’’ I often have to say no because within two weeks they are
barely going to have an idea of what is actually happening. Six
weeks and longer works a lot better for us.
Il y a aussi d’autres programmes. Nous dispensons le
maximum de formation en cours d’emploi, ce qui a un effet
positif, mais comme l’a dit Larry, nous devons beaucoup
investir dans la formation. Comme chaque exploitation a ses
particularités, vous devez posséder des compétences spécifiques.
Nous investissons beaucoup de temps dans la formation. Si
quelqu’un m’appelle pour me dire : « J’ai un projet de formation
en cours d’emploi de deux semaines. Puis-je vous être utile? », je
réponds souvent que non, car deux semaines permettent à peine
de se faire une idée de ce qui se passe vraiment. Les stages de
six semaines et plus nous conviennent beaucoup mieux.
Senator Hubley: I have another comment. Certainly coming
from Prince Edward Island we hear of those shortages. I just
wondered if there was some sort of a high school credit program
so that anybody who participated in the fishery would be able to
attain a certain number of credits for that endeavor. That might
encourage them to take six weeks or some time to do it. Thank
you for your response.
La sénatrice Hubley : J’ajouterais une chose. Il est certain qu’à
l’Île-du-Prince-Édouard, nous entendons parler de la pénurie de
main-d’œuvre. Je me demande s’il existe un programme de crédits,
au secondaire, permettant à tous ceux qui ont travaillé dans le
secteur de la pêche d’obtenir, en récompense, un certain nombre
de crédits. Cela pourrait les inciter à y consacrer six semaines ou
une période quelconque. Je vous remercie de votre réponse.
Ms. Worth: I would just add a few additional comments, if I
could. I think that is an excellent idea, Senator Hubley. I am
going to follow up with you on it maybe when we get back to
Prince Edward Island.
Mme Worth : J’ajouterais quelques observations
supplémentaires, si vous le permettez. L’idée me paraît
excellente, sénatrice Hubley. J’en reparlerai avec vous, peut-être
lorsque nous serons de retour à l’Île-du-Prince-Édouard.
I want to talk briefly about a few things. We have these
institutions that have amazing facilities and knowledge within
that we need to attract. We need to offer programs that our local
industries are focused around. We have this excellent aquaculture
industry. Do we have enough of those programs that attract
people to the industry? When you have the institutional capacities
then there is no reason why you wouldn’t. You would be
attracting young talent. They would be able to be trained whether
they would be technicians or, to Dawn’s point, some of the more
science focused type opportunities in the sector. We need to have
those training opportunities available not just within the
companies but supported by the institutions in those
communities. I think that is important.
Il y a plusieurs choses dont je voudrais parler brièvement. Nous
avons des établissements d’enseignement, qui ont des installations
et des connaissances formidables, au sein desquels nous devrions
recruter. Il faudrait offrir des programmes orientés vers nos
industries locales. Nous avons l’excellent secteur de l’aquaculture.
Avons-nous suffisamment de programmes pour attirer les gens
vers ce secteur? Si la capacité de formation existe, cela devrait être
possible. Nous attirerions des jeunes talents. Ils pourraient
recevoir une formation, que ce soit comme techniciens, ou
comme Dawn l’a laissé entendre, pour certains des débouchés
plus scientifiques qu’offre le secteur. Il faut que nous ayons ces
possibilités de formation non seulement au sein des entreprises,
mais aussi dans les établissements d’enseignement régionaux. Je
crois que c’est important.
Governments need to invest in helping with training funds.
Training is an expensive business and that is a perfect partnership
opportunity. We certainly have Skills P.E.I. in our province that
just conducted a province-wide aquaculture labour market
analysis. We have some interesting results from that and some
strategies around how to address some of the labour market
challenges in our sector.
Les pouvoirs publics doivent investir sous la forme de fonds de
formation. La formation est coûteuse et nous avons là une
excellente possibilité de partenariat. Dans notre province, nous
avons Skills P.E.I. qui vient d’effectuer une analyse du marché du
travail de l’aquaculture à l’échelle de la province. Cela nous a
donné des résultats intéressants et nous avons certaines stratégies
pour relever les défis que le marché du travail pose dans notre
secteur.
Being in schools and telling the good story about aquaculture,
we need to do more of that. We need to sell the sizzle and make
people aware that there are viable work opportunities right here
in our own backyards.
Nous devons être davantage présents dans les écoles pour
vanter les avantages de l’aquaculture. Nous devons susciter de
l’intérêt et faire savoir qu’il existe des possibilités d’emploi
intéressantes chez nous, dans notre propre région.
I might also add that workers can be local or they can come far
and afield. Having access to skilled workers is important. If there
are programs out there that can help facilitate that — Lord forbid
I would name any one of them right now — certainly in my mind
J’ajouterais aussi que les travailleurs peuvent être recrutés sur
place ou venir de loin. Il est important d’avoir accès à une maind’œuvre qualifiée. S’il existe des programmes qui peuvent faciliter
les choses — je me garderai d’en nommer un seul pour le moment
14:52
Fisheries and Oceans
20-11-2014
it would be part of government’s role to help facilitate company
access to programs that can deliver support around recruiting and
retaining good people.
— selon moi, le gouvernement devrait avoir pour rôle d’aider les
entreprises à avoir accès aux programmes qui peuvent les aider à
recruter et à garder des bons employés.
Finally on incentive programs that some people may refer to as
labour subsidies, our industry needs to pay reasonable wages for
good work. I believe we do. I think there is a bit of a misnomer
out there. I see wage increases across our sector consistently. We
need to tell the true story about the excellent nature of the
operations in our sector. Many are state of the art.
En ce qui concerne les programmes d’incitatifs que certains
qualifieront peut-être de subventions à l’emploi, notre secteur doit
payer des salaires raisonnables pour un travail de qualité. Je crois
que nous le faisons. Je pense qu’on se fait des idées fausses. Je vois
constamment des hausses de salaire dans notre secteur. Nous
devons dire la vérité au sujet de l’excellente nature des activités
dans notre industrie. Elles sont souvent à la fine pointe du
progrès.
Senator Stewart Olsen: I would like to follow up on Senator
Hubley’s question on education. I see a real opportunity for
community colleges to participate with the industry in developing
programs. Many community colleges have a year of practical
work. Either there will be a cut to your program or a one-year
program and then a year of a practical program where the wages
would be less. You would still pay but these people would be very
interested. You can interest them in the industry.
La sénatrice Stewart Olsen : Je voudrais faire suite à la
question de la sénatrice Hubley au sujet de l’éducation. Je vois,
pour les collèges communautaires, une véritable occasion de
participer à l’élaboration de programmes avec l’industrie. De
nombreux collèges communautaires font faire un an de stage
pratique. Ou bien le programme scolaire serait réduit ou bien il y
aurait un programme d’un an suivi d’un stage pratique d’un an
avec un salaire moins important. Vous paieriez quand même, mais
les participants seraient très intéressés. Vous pourriez les
intéresser à votre secteur.
The other thing that I am suggesting is to work with the public
schools and invite kids at the younger levels to come for a tour
and actually take part in harvesting or in working visit. I really
agree, as was said in one of the presentations, that people do not
really know the breadth of the industry or what is available.
Those are all things. I am not suggesting that it is up to the
industry itself to do this, but it should be working in cooperation
with governments. That is our role.
Je suggérerais aussi de travailler avec les écoles publiques et
d’inviter les élèves plus jeunes à venir visiter l’entreprise pour
participer à la récolte ou faire une visite de travail. Je suis
d’accord pour dire, comme l’a fait l’un des témoins, que les gens
ne connaissent pas vraiment l’importance du secteur ou les
emplois disponibles. Il y a tout cela à considérer. Je ne dis pas que
c’est à l’industrie de s’en charger, mais il faudrait le faire en
collaboration avec les gouvernements. C’est notre rôle.
I am sorry to have just made kind of a statement there, but
Senator Hubley stole all my thunder. One thing that I would like
to ask, though, is: Would you agree that Atlantic Canada should
perhaps harmonize the provincial regulations? We can work on
the federal stuff but a harmonization of the provincial regulations
would make it easier for industries that are smaller mom and pop
industries to perhaps say, ‘‘I am doing all I can here in Prince
Edward Island. Maybe I can cross the Strait of Northumberland
into New Brunswick and just open another plant there.’’
C’est tout ce que j’aurais à dire, puisque la sénatrice Hubley
s’est déjà prononcée mieux que moi. Je voudrais toutefois vous
poser la question suivante : Êtes-vous d’accord pour dire que la
région de l’Atlantique devrait peut-être harmoniser la
réglementation provinciale? Nous pouvons travailler du côté
fédéral, mais l’harmonisation de la réglementation provinciale
aiderait les petites entreprises à dire : « Je ne peux pas faire plus
ici, à l’Île-du-Prince-Édouard. Je pourrais peut-être traverser le
détroit de Northumberland pour ouvrir une autre usine au
Nouveau-Brunswick. »
I am pointing that out to you to see if you would support that
kind of idea.
Je soulève la question pour voir si vous seriez d’accord avec ce
genre d’idée.
Mr. Hill: It is not only what we support but we promote it and
we are actively involved in it. There is a number of initiatives that
involve all of the industry associations from around Atlantic
Canada working on codes of practice that would be Atlantic-wide
and would deal with all of our sectors. It is a bit of a misnomer to
concentrate too much on the differences because in order to
achieve that social licence that I spoke about we constantly have
to go to the highest common denominator out there to get public
support, whoever is the toughest. It does not matter where you
are. In order to get that public support you have to maintain that.
M. Hill : Non seulement nous sommes d’accord, mais c’est ce
que nous préconisons activement. Il y a un certain nombre
d’initiatives auxquelles participent toutes les associations de
l’industrie de la région de l’Atlantique qui travaillent à
l’établissement de codes de pratique pour l’ensemble du secteur,
dans la région. Il est un peu trompeur de trop centrer l’attention
sur les différences, car pour parvenir à l’acceptation sociale dont
j’ai parlé, nous devons constamment nous aligner sur le plus haut
dénominateur commun pour obtenir l’appui du public, l’appui
des plus difficiles à convaincre. Peu importe où vous êtes. Pour
obtenir l’appui du public, c’est ce que vous devez faire.
20-11-2014
Pêches et océans
14:53
To answer your initial question, it is something that we at the
Fish Farmers Association are actively promoting and it has been
very successful to this point.
Pour répondre à votre question initiale, c’est une chose que
nous cherchons à promouvoir activement et avec beaucoup de
succès jusqu’ici, à la Fish Farmers Association.
Mr. Ingalls: I wish to make further comment on that. There is
kind of a two-level system, one being federal. There is common
ground and we use the word pan-Atlantic when we try to do this.
Some things are clearly federal but there are other things that are
clearly provincial. In a lot of cases we do not have a lot of
common ground. Some think there is. Some think the rules are
absolutely opposite for the same thing, even interprovincially
from a provincial level and probably more so than from the
federal. We need to come to a point where it is a clear path for the
responsibilities from a federal level. Then it is up to us through
our associations, which are really maritime associations, to work
with the provinces to try to get some common ground on what is
acceptable. If it is acceptable in Newfoundland it should be
acceptable in Nova Scotia and vice versa. There are cumbersome
rules on how you lay out the buoys around a marine site in
Newfoundland. They are absolutely different from what they are
in New Brunswick and again in British Columbia. Those simple
little things are tough for us when we are trying to standardize
how we do things. Yet you are doing things different in different
provinces for no good reason.
M. Ingalls : Je voudrais dire un mot de plus à ce sujet. C’est un
système à deux niveaux, dont l’un est fédéral. Il y a un terrain
d’entente que nous décrivons comme « panatlantique ». Certains
éléments sont clairement fédéraux, mais certains autres sont
clairement provinciaux. Dans de nombreux cas, nous n’avons pas
beaucoup de sujets d’entente. Certains pensent le contraire.
D’autres pensent que les règles régissant la même chose sont
totalement opposées même sur le plan interprovincial, au niveau
provincial et sans doute encore plus au niveau fédéral. Nous
devons en arriver au point où les responsabilités du gouvernement
fédéral seront clairement définies. Il nous incombera ensuite, par
l’entremise de nos associations qui sont, en fait, des associations
maritimes, de travailler avec les provinces pour essayer de
s’entendre sur ce qui est acceptable. Si c’est acceptable à TerreNeuve, cela devrait être acceptable en Nouvelle-Écosse et vice
versa. Il y a des règles encombrantes sur la façon de disposer les
bouées autour d’un site marin à Terre-Neuve. Elles sont
complètement différentes des règles en vigueur au NouveauBrunswick et en Colombie-Britannique. Ces petits détails nous
rendent la tâche difficile lorsque nous essayons de normaliser
notre façon de faire. Pourtant, vous faites les choses différemment
dans les différentes provinces sans raison valide.
Ms. Runighan: I think synergy between the provinces for things
like fish health testing and being able to do transfers of fish and
material between provinces would be really helpful. Right now
each province has its own set of diseases that they are looking at
or are of interest. We also have DFO and CFIA regulations that
were upholding to right now as well. For a small company in
Prince Edward Island that exports a 100 per cent of its product it
can mean a lot of testing which can be very, very expensive. It
isn’t just paying for the tests themselves but giving up root stock
for the testing can be extremely expensive to the business.
Mme Runighan : Je crois qu’une synergie entre les provinces
pour les choses comme l’évaluation de la santé du poisson et la
possibilité de transférer du poisson et du matériel d’une province à
l’autre serait vraiment utile. À l’heure actuelle, chaque province a
sa propre série de maladies auxquelles elle s’intéresse. Nous avons
aussi la réglementation du MPO et de l’ACIA à respecter. Pour
une petite entreprise de l’Île-du-Prince-Édouard qui exporte
100 p. 100 de sa production, cela représente un grand nombre
d’analyses qui peuvent être très coûteuses. Il faut non seulement
payer les analyses, mais fournir des échantillons pour les tests, ce
qui peut se révéler extrêmement coûteux pour l’entreprise.
One fish is worth a lot of money so we are constantly struggling
with how can we bring this all together and work together to
figure out what testing has to be done. Another issue that we run
into is what methods are approved that everybody is happy with.
Maybe one method is okay for DFO but that method might not
be approved for CFIA requirements. We feel like it would be very
beneficial to the industry if we could work together to figure out
what fish health testing has to be done, how do we do it, and how
can we do it in a non-lethal manner. There is some sampling that
can be done by just taking a gill clip from a fish. It is non-lethal
and that would be really helpful in some situations for sure.
Un poisson vaut beaucoup d’argent et c’est pourquoi nous
cherchons constamment un moyen de réunir tout cela et de
travailler ensemble pour établir quelles sont les analyses qui
doivent être faites. Un autre problème est de trouver les méthodes
approuvées qui satisferont tout le monde. Une méthode peut
satisfaire le MPO, mais ne pas répondre aux exigences de l’ACIA.
Nous pensons qu’il serait très avantageux pour l’industrie que
nous puissions travailler ensemble pour voir quels sont les tests de
la santé du poisson qu’il faut faire, comment les faire et comment
les réaliser sans tuer le poisson. Il est possible de faire un
échantillonnage en prélevant seulement un fragment de branchie
sur le poisson. Ce n’est pas mortel et cela serait vraiment utile
dans certaines situations.
With regard to your note on young students being able to visit
farms, every year I do a grade 6 class tour. They are coming next
week. They will be playing with eggs from salmon and looking at
Pour répondre à votre remarque au sujet des jeunes élèves qui
pourront aller visiter des élevages, chaque année, j’organise une
visite pour les élèves de 6e. Ils doivent venir la semaine prochaine.
14:54
Fisheries and Oceans
20-11-2014
sperm underneath the microscope and stuff like that. I find that
works really well too.
Ils vont jouer avec des œufs de saumon, examiner le sperme sous
le microscope et se livrer à ce genre d’activités. Je pense également
que cela donne d’excellents résultats.
Senator Stewart Olsen: Another thing I would ask for our
committee is. Could we have a copy of the results of your study
on labour markets? That would be very helpful. Thank you.
La sénatrice Stewart Olsen : J’aurais une autre demande à vous
adresser pour notre comité. Pourrions-nous avoir une copie des
résultats de votre étude sur le marché du travail? Ce serait très
utile. Merci.
Mr. Ingalls: I think we also have something at the level of our
association that goes beyond just direct jobs. I actually forgot to
mention it. I know you have heard it before but just in salmon
farming direct jobs there are over 3,000 employees in the
Maritimes and sales of up over $350 million last year. That
number will grow.
M. Ingalls : Je pense que notre association a également une
étude qui va au-delà des emplois directs. J’ai d’ailleurs oublié de le
mentionner. Je sais que vous en avez déjà entendu parler, mais
rien que pour les emplois directs dans l’aquaculture du saumon, il
y a plus de 3 000 employés dans les Maritimes, et un chiffre
d’affaires qui a dépassé 350 millions de dollars l’année dernière.
Ce chiffre va augmenter.
We also have some studies done based on spinoff jobs which
are significant in our industry. They are localized too so a lot of
the spinoff jobs are in the absolute same communities that we are
working in. They are not gone to Toronto or Halifax or whatever.
Most of those support industries are localized as well. We will get
you a copy of that.
Nous avons aussi des études sur les emplois secondaires qui
sont importants dans notre secteur. Une bonne partie d’entre eux
sont situés dans les mêmes localités que celles où nous travaillons.
Ils ne se trouvent pas à Toronto, à Halifax ou ailleurs. La plupart
des industries de soutien sont également implantées localement.
Nous allons également vous faire parvenir un exemplaire du
rapport.
Ms. Worth: Just on a point of interest around the clustering of
expertise, there is an initiative happening in the province right
now where aquaculture supplier expertise is being clustered to
explore international business development opportunities.
Companies that have not necessarily expanded beyond their
provincial or regional borders are now coming together in a
cluster and looking at how they can take their collective services
and experience to other countries and offer it to sectors there. I
guess it depends on how far you take spinoffs but other very good
initiatives that drive new growth in companies can happen in
other sectors.
Mme Worth : Juste un mot au sujet du regroupement des
compétences. Il y a actuellement dans la province une initiative
pour regrouper les compétences des fournisseurs de l’aquaculture
de façon à explorer les possibilités de développement de
l’entreprise au niveau international. Des sociétés qui ne sont pas
allées au-delà des frontières de leur province et de leur région sont
en train de se regrouper pour voir comment elles peuvent exporter
leurs services et leur expérience collective pour l’offrir à des
industries d’autres pays. Cela dépend sans doute de votre
conception de la portée des retombées, mais il peut y avoir dans
d’autres secteurs d’excellentes initiatives capables de stimuler la
croissance des entreprises.
I want to quickly add on to the business of harmonization.
Hats off to the many in Atlantic Canada who work very
collaboratively across the region. ACAIRDN, which is our
research network in aquaculture, is often referred to in the
region as sort of a standard or a model of Atlantic cooperation.
All of them are full-time employees who dedicate themselves to
research and development. Twice a year at formal meetings we
look at what we have in common, what are the challenges, and
what we can collectively come together on. It has been very
effective and other industries look to it as a bit of a model for
success.
J’ajouterais rapidement un mot au sujet de l’harmonisation. Je
tire mon chapeau à tous ceux qui, dans la région de l’Atlantique,
travaillent en collaboration étroite dans l’ensemble de la région.
ACAIRDN, notre réseau de recherche en aquaculture, est
souvent cité dans la région comme la norme à suivre ou un
modèle de coopération. Tous ses membres sont des gens payés à
plein temps qui se consacrent à la recherche-développement. Lors
d’une réunion officielle qui a lieu deux fois par an, nous
examinons ce que nous avons en commun, quels sont les défis
et sur quoi nous pouvons nous entendre collectivement. Cette
initiative est très efficace et d’autres secteurs y voient un modèle
de réussite.
NRC, the National Research Council, has really stepped up to
partner with aquaculture in this area. Anyway, it is best practice
and I think it should be mentioned here now.
Le CNR, le Conseil national de recherches, a vraiment établi
un partenariat avec l’aquaculture dans la région. Quoi qu’il en
soit, c’est une pratique exemplaire et je pense devoir le mentionner
ici.
Senator Poirier: Thank you, Mr. Chair. Thank you for being
here.
La sénatrice Poirier : Merci, monsieur le président. Merci
d’être venus.
20-11-2014
Pêches et océans
14:55
In all of your presentations I heard very clearly a lot of you
comment on the different successes that are happening in each
one of your domains, but I also heard the words ‘‘we need to do
this’’ and ‘‘we need to do this’’ and ‘‘we need to this’’ at many
different times . In report stage at the end of the report we will
have to make recommendations going forward on what are the
best things and what we need to do.
Dans chacun de vos exposés, je vous ai très clairement entendu
parler de différents succès enregistrés dans chacun de vos
domaines, mais je vous ai aussi entendu dire « nous devons
faire ceci » et « nous devons faire cela » à de nombreuses reprises.
À l’étape du rapport, à la fin de notre étude, nous devrons
formuler des recommandations au sujet des meilleures solutions et
de ce que nous devrons faire.
If I were to ask each and every one of you how you would
regroup or put on the top of your list the most important
recommendation you would like to be seen in the report that
would help the aquaculture business the best, what would they be?
Si je demandais à chacun d’entre vous quelle est la
recommandation la plus importante que vous voudriez voir
dans le rapport pour aider le mieux le secteur de l’aquaculture,
quelle serait-elle?
Mr. Hill: I will be the first to mention farming instead of
fishing. If you change that mindset a lot of our issues would be
addressed. The government has put in place a number of
traditional agricultural programs to support needs and to
maintain farms, farming communities and local food
production right across our country. Those are all at least in
some way applicable to fish farming.
M. Hill : Je serai le premier à mentionner l’aquaculture au lieu
de la pêche. Si vous changez les mentalités, cela réglera un bon
nombre de nos problèmes. Le gouvernement a mis en place un
certain nombre de programmes agricoles traditionnels pour aider
et soutenir les exploitations agricoles, les communautés agricoles
et la production locale d’aliments dans l’ensemble de notre pays.
Au moins d’une certaine façon, tous ces programmes seraient
applicables à l’aquaculture.
We have no advantage from any of it. If that one message gets
put forward I think you will have done a fantastic job.
Nous n’en bénéficions absolument pas. Si ce message est
entendu, vous aurez fait un travail fantastique.
Senator Poirier: Thank you.
La sénatrice Poirier : Merci.
Mr. Ingalls: My wish list was quite simple. The biggest
challenge in our industry is absolutely fish health. What we do
not have as a country is a level playing field. If you look at the
agribusiness in Canada I think it is on a level playing field with
other countries, whether it would be the United States or Europe,
in regard to health management.
M. Ingalls : Ma liste de souhaits est assez simple. Le plus gros
défi de notre secteur est certainement la santé des poissons. Nous
ne sommes pas sur un pied d’égalité, au Canada. Si vous prenez le
secteur de l’agroentreprise canadien, je pense qu’il se trouve sur
un pied d’égalité avec celui des autres pays, que ce soit les ÉtatsUnis ou l’Europe, sur le plan de la gestion sanitaire.
In the salmon farming sector I would say the rest of the world
is on a fairly level playing field with the tools and management
they have to deal with things like sea lice, for instance. We do not
have that in Canada and part of that is because of where we are
stuck with dealing with four or five different departments. Some
of them agree and some of them do not and it does not go
anywhere. This has been ongoing. We have been through some
crises in our industry in the last seven or eight years. That is part
of it.
Dans le secteur de l’élevage du saumon, je dirais que les autres
pays sont à peu près sur le même pied pour ce qui est des outils et
du mode de gestion dont ils disposent pour faire face à des
problèmes comme le pou du poisson, par exemple. Nous n’avons
pas cela au Canada et c’est en partie parce que nous avons affaire
à quatre ou cinq ministères différents. Certains d’entre eux sont
d’accord, certains autres pas et cela ne débouche nulle part. C’est
une situation qui perdure. Nous avons connu des crises dans notre
secteur au cours des sept ou huit dernières années. C’est une des
causes.
We are competing in a global economy and we are not on a
level playing field when it comes to fish health. It is pretty clear
that is number one in the salmon farming sector. That needs to be
reviewed. There are tools that are out there. We cannot use them.
Maybe we will but it could take three years before we get them.
Meanwhile our competitors are using them next month. There are
some tools coming down the road in 2015 that we will be lucky to
see approved for our use in Canada by 2016 or 2017. It is quite a
disadvantage and it relates directly to cost of production.
Nous sommes confrontés à la concurrence dans une économie
mondiale sans être sur un pied d’égalité sur le plan de la santé du
poisson. Il est évident que c’est le principal problème dans le
secteur de l’élevage du saumon. Il faut réexaminer la question. Il
existe des outils. Nous ne pouvons pas les utiliser. Nous le
pourrons peut-être un jour, mais il pourrait s’écouler trois ans
avant que nous ne les obtenions. Pendant ce temps, nos
concurrents sont prêts à les utiliser le mois prochain. Certains
outils vont arriver en 2015, et nous aurons de la chance si nous
sommes autorisés à les utiliser au Canada d’ici 2016 ou 2017. C’est
un désavantage important qui est directement relié aux coûts de
production.
14:56
Fisheries and Oceans
20-11-2014
Ms. Worth: If one of the end results of this effort is that there is
a new recognition that aquaculture is a key pillar for economic
development in Canada and it is backed up with increased
investment in the sector, a renewed spirit of enabling aquaculture
to grow and prosper, and all the things that need to happen under
those bold statements, I think that would be a wonderful thing to
see. It takes a lot of courage to put that in a report but if you
ultimately feel it in your heart then it stays there.
Mme Worth : Si l’un des résultats de cet effort est qu’on
reconnaît que l’aquaculture est un des principaux piliers du
développement économique au Canada et si cela s’accompagne
d’un investissement accru dans notre secteur, du désir renouvelé
de permettre à l’aquaculture de croître et de prospérer et si toutes
ces belles déclarations s’accompagnent de toutes les mesures à
prendre, ce serait merveilleux. Il faut beaucoup de courage pour
inscrire cela dans un rapport, mais si vous en êtes convaincus,
vous le ferez.
Right from investment to needed research in science we have
had cutbacks and departments and diminished support for science
and aquaculture. These are the things that need to be reinstated.
Investment and aquaculture are key pillars of future opportunity.
I think we can say that out loud and be proud of it.
Tant sur le plan de l’investissement que sur celui de la
recherche scientifique, nous avons subi des coupes et les
ministères ont diminué le soutien à la science et à l’aquaculture.
Ce sont des choses qu’il faut rétablir. L’investissement et
l’aquaculture sont les principaux piliers de la création de
débouchés. Je pense que nous pouvons le dire haut et fort et en
être fiers.
That is a good question, yes.
C’est une bonne question, en effet.
Ms. Runighan: I agree with what everybody has said so far on
the panel. We need to enable the use of new, innovative
technologies and take research moneys and use them for
industries requiring more R and D or where the industry needs
are. This would allow us use new fish health products and do the
trials that have to be done to say that they are safe to be used in
Canada if that is the case.
Mme Runighan : Je suis d’accord avec ce que tout le monde a
dit jusqu’ici. Nous devons pouvoir utiliser les technologies
nouvelles et novatrices et nous servir des fonds de recherche
dans les industries qui requièrent plus de recherche et
développement ou ont d’autres besoins. Cela nous permettrait
d’utiliser des nouveaux produits thérapeutiques pour le poisson et
de faire les essais nécessaires pour démontrer que leur utilisation
est sûre au Canada, si c’est le cas.
Giving us the access and the ability to keep up with
competitors around the world that have had a lot of support or
have been putting a lot of money into genetic improvement or in
breeding programs, those are things that we need to catch up on
because we have been at a standstill. We definitely need
government support to enable us to do that in the most efficient
manner.
Donnez-nous la possibilité de faire comme nos concurrents du
monde entier qui ont eu beaucoup de soutien ou investi beaucoup
d’argent dans des programmes d’amélioration génétique ou
d’élevage, ces choses dont nous avons besoin pour rattraper les
autres, car nous piétinons. Nous avons certainement besoin de
l’aide du gouvernement pour pouvoir faire cela le plus
efficacement possible.
Senator Lovelace Nicholas: Welcome. Ann, you made an
interesting comment in your presentation when you said there was
a need to enhance investment and expand opportunities for First
Nations. Do you find that it is not happening now? If not, why
not?
La sénatrice Lovelace Nicholas : Bienvenue. Ann, vous avez fait
une observation intéressante dans votre exposé en disant qu’il
fallait accroître l’investissement et élargir les possibilités pour les
Premières Nations. Estimez-vous que ce n’est pas le cas
actuellement? Et pour quelle raison?
Ms. Worth: We see some very positive examples in the province
of aquaculture facilities managed and owned by First Nations.
We see that continuing to be the case and potentially growing. We
work quite closely on the ground with the aquaculture community
whether it would be research or even in terms of sharing
knowledge. We have a good working relationship. We see it
continuing to be diverse in terms of ownership of aquaculture and
taking advantage of the good opportunities aquaculture can
bring. It would include First Nations.
Mme Worth : Nous voyons dans la province d’excellents
exemples d’établissements d’aquaculture gérés et exploités par
des Premières Nations. Nous pensons que cela va continuer et va
peut-être prendre de l’ampleur. Nous travaillons en collaboration
étroite, sur le terrain, avec la communauté de l’aquaculture, que
ce soit sur le plan de la recherche ou même du partage des
connaissances. Nous avons de bonnes relations de travail. Nous
nous attendons à ce que les intérêts qui possèdent les entreprises
maricoles et exploitent les bons débouchés qu’offre l’aquaculture
restent diversifiés. Cela vaut également pour les Premières
Nations.
Senator Lovelace Nicholas: Yes, thanks for that, but I just want
to add that First Nations people, as you know, have been dealing
with fish for hundreds of years. There must be some expertise
there.
La sénatrice Lovelace Nicholas : Oui, je vous remercie de cette
réponse, mais je voudrais seulement ajouter que, comme vous le
savez, les Premières Nations s’intéressent au poisson depuis des
siècles. Elles doivent avoir des connaissances en la matière.
20-11-2014
Pêches et océans
Ms. Worth: I am in total agreement.
14:57
Mme Worth : Je suis tout à fait d’accord.
The Chairman: Senator Meredith, you are our last questioner.
Le président : Sénateur Meredith, vous serez le dernier à poser
des questions.
Senator Meredith: Chair, I have a little complaint this morning.
I am feeling left out here. Ontario, as you know, has just been left
out. Larry, my question to you is that you have a shortage of
employees here. Have you been recruiting from Ontario? How can
I fill that gap for you?
Le sénateur Meredith : Monsieur le président, j’ai une petite
plainte à formuler ce matin. J’ai l’impression d’être exclu. Comme
vous le savez, l’Ontario a simplement été laissée de côté. Larry,
pour ma première question, vous avez une pénurie de maind’œuvre. Avez-vous recruté en Ontario? Comment pourrais-je
combler cette lacune pour vous?
I believe that somehow Ontario needs to participate in this
growing industry. In all seriousness, I am looking at how there is a
shift in employment. I support Senator Hubley and Senator
Stewart Olsen as a youth advocate with respect to engaging young
people and encouraging them to get into the industry. That starts
at the elementary, high school and college levels with respect to
programs that can be instituted to say to young people, ‘‘Stay on
the island. It is a growing industry. Here are the benefits
economically that you can derive from this.’’
Je crois que l’Ontario doit jouer un rôle dans cette industrie en
plein essor. Très sérieusement, je cherche un moyen de changer la
situation de l’emploi. En tant que défenseur de la jeunesse, je suis
d’accord avec la sénatrice Hubley et la sénatrice Stewart Olsen
pour ce qui est d’engager les jeunes et de les inciter à travailler
dans ce secteur. C’est à partir du primaire, du secondaire et du
collège qu’il faut des programmes pour dire aux jeunes : « Restez
dans l’île. C’est une industrie en plein essor. Voici les avantages
économiques que vous pouvez en tirer. »
I encourage that, but in the absence of that have you looked at
incentives that could potentially be put forward to attract
individuals? If I could arrange for 50 young persons from
Ontario right now to come out here and work, what incentives
would you give them?
Je suis pour cela, mais en attendant, avez-vous examiné les
incitatifs qui pourraient être offerts pour attirer de la maind’œuvre? Si je pouvais trouver 50 jeunes de l’Ontario pour aller
travailler chez vous, quels incitatifs leur offririez-vous?
Mr. Ingalls: We would be more than happy. Certainly there are
incentives for anybody who come from anywhere, even the
Maritimes. I mean we as a company provide training. We provide
travel. We even provide help with short-term accommodations. It
is a normal thing to do. In fact we do it quite a bit in
Newfoundland in particular. I think you guys were over there so
you can compare some of the south coast of Newfoundland from
a rural standpoint to some of the places you have been in New
Brunswick and Nova Scotia. We absolutely have to provide the
support from day one when they get there.
M. Ingalls : Nous en serions très contents. Il y a certainement
des incitatifs pour quiconque vient d’où que ce soit, même des
Maritimes. Je veux dire que notre entreprise assure une
formation. Nous payons le voyage. Nous apportons même une
aide pour un logement de courte durée. C’est la chose normale à
faire. En fait, nous le faisons assez souvent, particulièrement à
Terre-Neuve. Je crois que vous y êtes allé et vous pouvez donc
comparer certains endroits de la côte sud de Terre-Neuve à
d’autres endroits que vous avez visités au Nouveau-Brunswick et
en Nouvelle-Écosse. Nous devons absolument apporter de l’aide
aux employés dès leur arrivée.
Maybe it is from a lack of trying, I will admit, but we have not
really looked for people or recruited outside the Maritimes so
much. We have trouble getting people to move from New
Brunswick to Nova Scotia or Newfoundland. It is difficult. The
people are really rooted in their communities and it is difficult to
move from those communities.
Nos efforts ont peut-être été insuffisants, je l’avoue, mais nous
n’avons pas vraiment cherché à recruter beaucoup en dehors des
Maritimes. Nous avons de la difficulté à inciter les gens à
déménager du Nouveau-Brunswick vers la Nouvelle-Écosse ou
Terre-Neuve. C’est difficile. Les gens sont vraiment enracinés
dans leur localité et il est très difficile de les en faire partir.
Yes, we have some processing jobs in New Brunswick right
now but it is hard to get families from Newfoundland to move
their roots to do that. It is cyclical as well. I do not know what the
answer is. I mean as a company we have never really been
involved in trying to recruit with any programs outside the
country for foreign workers at all. We have never certainly been
involved in it.
Oui, nous avons quelques emplois dans la transformation au
Nouveau-Brunswick à l’heure actuelle, mais il est difficile de
convaincre les familles de Terre-Neuve de se déplacer pour les
occuper. C’est aussi cyclique. Je ne sais pas quelle est la solution.
Notre entreprise n’a jamais vraiment cherché à recruter dans le
cadre d’un programme quelconque à l’extérieur du pays, ou de
faire venir des travailleurs étrangers. Nous n’avons jamais essayé.
We try to keep it within in our communities but I would say we
have really come up against it. I have been doing this for 30 years.
I would say the last six months would have been the biggest
labour challenge in 30 years of my business experience in this
Nous tâchons de rester à l’intérieur de la région, mais je dirais
que cela a été un vrai casse-tête. Je fais ce travail depuis 30 ans. Je
dirais que les six derniers mois nous ont causé les plus gros défis
sur le plan de la main-d’œuvre depuis 30 ans que je travaille dans
14:58
Fisheries and Oceans
industry. I am speaking particularly of both New Brunswick and
Newfoundland. I do not have the answer but if you have got some
names I would be more than happy to put it out to them.
20-11-2014
ce secteur. Je veux surtout parler du Nouveau-Brunswick et de
Terre-Neuve. Je ne connais pas la réponse, mais si vous avez des
noms, je me ferais un plaisir de les inviter à venir.
Senator Meredith: I will talk to you after.
Le sénateur Meredith : Je vous parlerai tout à l’heure.
Mr. Ingalls: Absolutely.
M. Ingalls : Absolument.
Senator Meredith: Go ahead.
Le sénateur Meredith : Allez-y.
Mr. Ingalls: No, that was it.
M. Ingalls : Non, c’est tout.
Ms. Worth: An aquaculture labour pool on a national level
that people could tap into and identify with may be a worthy idea
to explore with people who are willing to move and are accessible
as potential employers or employees for aquaculture companies.
Mme Worth : La création d’un réservoir national de maind’œuvre pour l’aquaculture dans lequel on pourrait puiser serait
peut-être une bonne idée à explorer, avec des gens prêts à
déménager et qui pourraient devenir des employeurs ou employés
potentiels pour les entreprises d’aquaculture.
Agriculture has a labour pool. Considering we are a farmbased industry it makes perfect sense to me that we would perhaps
expand the existing agriculture pool to include aquaculture in
terms of its recognition or maybe even establish a separate pool.
Clearly it is just one idea but it is about connecting people with
opportunities. There is a way to do it that the government could
help facilitate.
L’agriculture a un réservoir de main-d’œuvre. Étant donné que
notre secteur est constitué de fermes, il me semble parfaitement
logique d’élargir peut-être le réservoir existant pour l’agriculture
de façon à y inclure l’aquaculture ou peut-être même d’établir un
réservoir de main-d’œuvre séparé. Ce n’est qu’une idée, mais il
s’agit de faire le lien entre les gens et les débouchés. C’est une
solution que le gouvernement pourrait faciliter.
Senator Meredith: Excellent. I thank you for the
recommendations you have put forward. You have identified
the challenges and where the opportunities are. We thank you for
your frankness. As we put our report together and continue
moving forward, we as a committee encourage this industry and
governments to remove the red tape and put forward legislation
that will encourage economic opportunities so all regions of the
country are able to benefit from proper policies and regulations.
As a business person I do not like red tape, so to see the industry
being stifled in this way is quite frustrating. There is a lot of lost
time and moneys. We will continue to push this forward. Thank
you again for your time here today.
Le sénateur Meredith : Excellent. Je vous remercie des
recommandations que vous avez formulées. Vous avez mis en
lumière les défis qui se posent et les débouchés qui existent. Nous
vous remercions de votre franchise. En préparant votre rapport et
en poursuivant notre étude, notre comité invite votre secteur et les
gouvernements à supprimer les tracasseries administratives et à
présenter des lois qui favoriseront les débouchés économiques afin
que toutes les régions du pays puissent bénéficier de bonnes
politiques et réglementations. En tant qu’homme d’affaires, je
n’aime pas les tracasseries administratives et je trouve donc
décourageant de voir l’industrie étouffée de cette façon. C’est une
grosse perte de temps et d’argent. Nous allons continuer à
défendre ces dossiers. Merci encore d’avoir pris le temps de venir
ici aujourd’hui.
The Chair: I thank our witnesses for their presentations. There
were very well prepared and generated a great conversation
around the table. As I have told you several times before as a
follow-up to Senator Olsen or any other information you may
have at your fingertips that you think will be a benefit to us as a
committee in the preparations for our report, feel free to forward
them at any time.
Le président : Je remercie nos témoins de leurs exposés. Ils
étaient très bien préparés et ont suscité une conversation très
intéressante autour de la table. Comme je vous l’ai dit à plusieurs
reprises, suite à la demande de la sénatrice Olsen, ou si vous avez
d’autres renseignements que vous pensez pouvoir nous être utiles
pour préparer notre rapport, n’hésitez pas à nous les faire
parvenir, n’importe quand.
To Larry, in Newfoundland we think hard moving from one
community to another so going from one province to another is a
big undertaking. I was born and raised and still live in the same
community. Thank you for your time.
À Larry, je dirais qu’à Terre-Neuve, il est déjà difficile de
déménager d’une localité à une autre, alors d’une province à une
autre, cela demande un gros effort. Je vis toujours dans la localité
où je suis né et où j’ai grandi. Merci de votre temps.
I would ask our next panel to introduce themselves and who
they represent. Then I understand that some of you may have
opening remarks. It is not necessary to have opening remarks but
if you have them feel free to present them, and then we will open
the floor for questions from our senators.
Je demande à notre prochain groupe de témoins de bien
vouloir se présenter et de nous dire qui ils représentent. Je crois
que certains d’entre vous désirent peut-être faire une déclaration
préliminaire. Ce n’est pas obligatoire, mais si vous souhaitez en
faire une, n’hésitez pas et nous donnerons ensuite la parole à nos
sénateurs pour poser des questions.
We will begin with Ms. Fortier.
Nous allons commencer par Mme Fortier.
20-11-2014
Pêches et océans
[Translation]
14:59
[Français]
Sophie Fortier, Coordinator, Table maricole du Québec: Good
morning. Thank you for having us. My name is Sophie Fortier. I
work for the Table maricole du Québec, a collaborative body that
brings together all mariculture stakeholders throughout the
sector.
Sophie Fortier, coordonnatrice, Table maricole du Québec :
Bonjour. Merci de nous recevoir. Mon nom est Sophie Fortier. Je
travaille pour la Table maricole du Québec, qui est un organisme
de concertation qui regroupe l’ensemble des personnes intéressées
en mariculture, donc toute la filière.
I represent a board of directors that includes representatives
from Fisheries and Oceans Canada and MAPAQ, producers,
processors and stakeholders involved in mariculture research and
development.
Donc, je représente un conseil d’administration qui inclut
Pêches et Océans Canada, le MAPAQ, les producteurs, les
transformateurs et aussi les personnes intéressées qui font de la
recherche et du développement en mariculture.
[English]
[Traduction]
Martin Mallet, Chair, NB Professional Shellfish Growers
Association: Good morning, senators. My name is Martin
Mallet and I work in New Brunswick’s largest shellfish
hatchery. I am lucky to work in a family business along with
my brother and father in a company that my grandfather started.
I also serve as the chair for New Brunswick Professional Shellfish
Growers Association.
Martin Mallet, président, Association des conchyculteurs
professionnels du Nouveau-Brunswick : Bonjour, sénateurs. Je
m’appelle Martin Mallet et je travaille dans l’écloserie
conchylicole la plus importante du Nouveau-Brunswick. J’ai la
chance de travailler avec mon frère et mon père, dans une
entreprise familiale fondée par mon grand-père. Je suis aussi le
président de l’Association des conchyliculteurs professionnels du
Nouveau-Brunswick.
Stephen Stewart, President, Confederation Cove Mussel Co.
Ltd.: Stephen Stewart. I have been growing mussels now since I
started back in 1986 out of school. I own numerous mussel farms
on P.E.I. I grow mussels all over P.E.I. I also own Confederation
Cove Mussel which is a processing plant that I opened in the year
2000. I have been at this for quite a while and have seen many
challenges.
Stephen Stewart, président, Confederation Cove Mussel Co.
Ltd. : Stephen Stewart. Je cultive les moules depuis que j’ai
terminé mes études en 1986. Je possède de nombreuses fermes
mytilicoles dans l’Île-du-Prince-Édouard. Je cultive les moules
partout, dans l’Île-du-Prince-Édouard et je possède également
Confederation Cove Mussel, une usine de traitement que j’ai
ouverte en 2000. Je travaille dans ce secteur depuis un certain
temps et j’ai été témoin de nombreuses difficultés.
David Lewis, Shellfish Grower, Business Owner, Board Member,
Prince Edward Island Oyster Growers Group, Prince Edward
Island Aquaculture Alliance: My name is David Lewis. I am an
oyster grower from P.E.I. and I have been growing oysters now
since the early 1990s. I have seen many challenges and would just
like to share some of them with the panel today and look forward
to your comments. Thank you.
David Lewis, conchyculteur, propriétaire, membre du conseil,
Prince Edward Island Oyster Growers Group, Prince Edward
Island Aquaculture Alliance : Je m’appelle David Lewis. Je suis un
ostréiculteur de l’Île-du-Prince-Édouard et je cultive des huîtres
depuis le début des années 1990. J’ai vu bien des problèmes et je
voudrais parler de certains d’entre eux avec vous aujourd’hui, car
j’ai hâte de savoir ce que vous en pensez. Merci.
The Chair: We are delighted that you all have taken the time to
join us here today. We are going to have opening remarks and we
begin with Ms. Fortier.
Le président : Nous sommes ravis que vous ayez tous pris le
temps de vous joindre à nous ici, aujourd’hui. Nous allons
entendre vos déclarations préliminaires en commençant par
Mme Fortier.
[Translation]
[Français]
Ms. Fortier: I would like to give you a quick overview of issues
related to mariculture in Quebec. I want to point out that those
issues stem from a five-year strategic plan, since the table’s
mission is to bring together Quebec’s mariculturists as part of a
strategic development plan. The objective is to create with them a
business environment necessary for industry growth according to
sustainable development principles.
Mme Fortier : Alors, je voudrais vous présenter un portrait
rapide, dans le fond, des enjeux liés à la mariculture au Québec.
Tout d’abord, je veux vous mentionner que ces enjeux sont issus
d’une planification stratégique quinquennale, parce que la table a
pour mission de rassembler les gens du secteur québécois qui font
de la mariculture dans le cadre d’un plan stratégique de
développement. L’objectif est de créer avec eux l’environnement
d’affaire qui est nécessaire à la croissance de l’industrie selon les
principes de développement durable.
Mariculture in Quebec creates about 165 direct jobs
throughout 20 companies within three or four major growing
areas. Mariculture is practiced in Quebec on the North Coast, on
Pour vous dresser un portrait de la mariculture au Québec, on
parle d’environ 165 emplois directs qui sont concentrés dans
20 entreprises à l’intérieur de trois ou quatre grandes zones de
14:60
Fisheries and Oceans
20-11-2014
the Magdalen Islands, in Gaspésie and in the Lower
St. Lawrence. Those are areas with high-energy sites. The
cultivation occurs in the open ocean, in fairly extreme locations.
The industry is considered to be very small, even though it was
born in the 1990s. In 2013, the production level was only
476 tonnes, generating about $1 million in revenue. The main
species we produce are mussels, scallops, but also soft-shell clams
and oysters. We are also slowly starting to work with seaweed.
Our seaweed production is at the experimental stage.
croissance. La mariculture s’effectue au Québec sur la Côte-Nord,
aux Îles-de-la-Madeleine, en Gaspésie et dans le Bas-SaintLaurent. Donc, ce sont des endroits où on parle de sites à haute
énergie. On est en pleine mer, dans des endroits qui sont assez
extrêmes. On considère que c’est une toute petite industrie, même
si elle est née dans les années 1990. On parle d’environ 476 tonnes
seulement de production en 2013, ce qui se traduit par environ un
million de dollars de revenus. Les principales espèces que nous
produisons sont la moule, le pétoncle, mais aussi la mye, l’huître
et, tranquillement, on travaille les algues. On en est au stade
expérimental de notre production d’algues.
Quebec is experiencing duality in terms of aquaculture. The
province has freshwater aquaculture, which mainly involves fish.
However, I was just telling you about shellfish aquaculture, since
saltwater mariculture in Quebec mainly involves shellfish species.
Le Québec connaît une dualité en termes d’aquaculture, parce
qu’on y retrouve l’aquaculture en eau douce, qui est
principalement du poisson. Cependant, je viens vous parler
aujourd’hui de conchyliculture, parce que la mariculture en eau
salée, au Québec, concerne principalement des espèces de
coquillage.
Some issues are slowing down the development tremendously.
We have had a lot of problems with duck predation. We have also
had to contend with oil spills in certain bays — such as last year in
Sept-Îles, when all of the production that was supposed to be sold
this year was lost. We are very proud to have a highly innovative
and state-of-the-art scallop hatchery in Gaspésie. That is a key
element of Quebec’s mariculture.
Il y a des impacts qui font que le développement est très lent.
Entre autres, on a connu beaucoup de problèmes de prédation par
les canards et, aussi, il y a eu des déversements pétroliers dans
certaines baies, comme à Sept-Îles, l’année dernière, où toute la
production qui devait être vendue cette année-là a été perdue.
Nous sommes très fiers d’avoir une écloserie de pétoncles qui est
très innovante et à la fine pointe de la technologie en Gaspésie.
C’est un élément majeur de la mariculture québécoise.
We feel that we could get a lot of help from neighbouring
provinces and the federal government in dealing with the issues I
am discussing today. We are thinking of monitoring tools,
research and development, and research infrastructure. We are
namely thinking of the Maurice Lamontagne Institute, a research
institute that has undergone many cuts. We are also thinking of
programs like the ACRDP, a development program whose
component dedicated to Quebec businesses was unfortunately
eliminated. There are also programs like the CSSP, which
basically ensures the monitoring of shellfish sanitation.
However, since our region’s production is very low, we want to
ensure that this program’s importance for our region will be taken
into account, so that we can continue using it, even though we are
small-scale producers.
Les enjeux dont je viens vous parler aujourd’hui sont des
enjeux avec lesquels nous croyons que les provinces voisines et le
gouvernement fédéral peuvent nous aider grandement. Entre
autres, on pense à des outils de monitoring, à la recherchedéveloppement et à des infrastructures de recherche. On pense,
notamment, à l’Institut Maurice-Lamontagne qui est un institut
de recherche qui a subi de nombreuses coupures. On pense aussi à
des programmes comme le PCRDA, qui est un programme de
développement dont le volet consacré aux entreprises du Québec a
été coupé, malheureusement. En outre, il y a aussi des
programmes comme le PCCSM qui est un programme, dans le
fond, qui assure la surveillance de la salubrité des mollusques. Or,
comme notre région produit très peu, nous voulons nous assurer
que l’importance de ce programme-là pour notre région sera prise
en compte et que nous pourrons continuer d’y faire appel, même
si nous sommes de petits producteurs.
Another issue that concerns the federal government and the
other provinces is related to tax credits. Quebec has tax credits for
investment in mariculture that were voted by the provincial
government in 2008, but mariculture companies unfortunately do
not have access to them. Those tax credits were actually accepted
for the mariculture industry, but Revenue Quebec representatives
say that the Federal Income Tax Act views our companies as
fisheries, which are not eligible for that tax credit. Therefore,
mariculture companies do not have access to the tax credit for
mariculture.
Un autre enjeu qui concerne le gouvernement fédéral et les
autres provinces est lié aux crédits d’impôt. Au sein du régime
québécois, il y a des crédits d’impôt à l’investissement en
mariculture qui ont été votés par le gouvernement provincial en
2008 et auxquels, malheureusement, les entreprises maricoles
n’ont pas accès. Ce sont des crédits d’impôt qui ont pourtant été
acceptés pour le domaine de la mariculture, mais, selon les gens de
Revenu Québec, en vertu de la Loi fédérale de l’impôt sur le
revenu, notre entreprise est considérée comme étant une pêche; or,
les pêches ne sont pas admissibles à ce crédit d’impôt, et ainsi, les
entreprises maricoles n’ont pas accès au crédit d’impôt en
mariculture.
20-11-2014
Pêches et océans
14:61
As for the federal government’s participation, we have noted
Canada Economic Development’s heavy involvement over the
past few years through initiatives such as a mariculture
development fund. However, that fund is currently threatened
by the disappearance of regional conferences of elected officials,
which carried it, and by the current withdrawal of Canada
Economic Development. We also believe that the federal
government should continue to contribute to the cooperative
efforts. We can count on Fisheries and Oceans Canada being at
Quebec’s round table on mariculture, but we do not think the
funding for that collaboration should come exclusively from
MAPAQ, as is currently the case, since that approach weakens
the collaboration.
En ce qui concerne la participation du gouvernement fédéral,
nous avons constaté une grande participation de Développement
économique Canada au cours des dernières années, entre autres,
par l’intermédiaire d’un fonds de développement en mariculture.
Or, ce fonds-là est présentement menacé par la disparition des
Conférences régionales des élus, qui sont les instances qui le
portaient, et par le retrait de Développement économique
Canada, à l’heure actuelle. Nous croyons, en outre, que la
participation du gouvernement fédéral à la concertation devrait
être maintenue. Entre autres, nous pouvons compter sur la
présence de Pêches et Océans Canada à la Table maricole du
Québec, mais nous pensons que le financement de cette
concertation-là ne devrait pas dépendre exclusivement du
MAPAQ, comme c’est le cas, à l’heure actuelle, parce que cela
a pour effet de fragiliser la concertation.
Some aquaculture innovation funding programs were cut when
the AIMAP program was eliminated in 2013. There is currently a
severe lack of development support, and that worries us given the
fact that this aspect made it possible to maintain and support, to a
large extent, improvements related to productivity within the
industry over the past few years.
Par ailleurs, il y a des programmes de financement
d’innovation en aquaculture qui ont été coupés avec la
disparition du programme PIAMM en 2013. À l’heure actuelle,
il y a un cruel manque de soutien au développement et, lorsque
nous songeons au fait que cet aspect a permis de maintenir et de
soutenir, dans une large mesure, les améliorations liées à la
productivité au sein de l’industrie au cours des dernières années,
pour nous, c’est assez préoccupant.
Finally, another issue Quebec is dealing with in terms of
mariculture is access to port infrastructure. The fact that
Transport Canada has transferred wharfs and ports to small
authorities is a major source of concern for us. Among others,
Carleton and Gaspé wharfs present serious challenges, since their
infrastructure is inadequate for mariculture, and they place a
heavy financial burden on all small companies or communities.
Finalement, un autre enjeu qu’on connait au Québec
concernant la mariculture, c’est l’accès aux infrastructures
portuaires. Le fait que des quais et des ports soient cédés par
Transports Canada à de petites instances nous préoccupe
grandement. Entre autres, les quais de Carleton et de Gaspé
représentent des enjeux majeurs, parce qu’ils offrent des
infrastructures inadéquates pour la mariculture et sont de
lourds fardeaux financiers pour de toutes petites entreprises ou
de toutes petites collectivités.
We are certain that Quebec’s mariculture industry can
contribute to the development of mariculture in Canada and
that this is a key sector going forward, both for Quebec and the
rest of the country. Quebec holds tremendous potential in
mariculture and has a great deal of expertise when it comes to
mariculture on the high seas in conditions that are somewhat
different from those in other maritime provinces. We believe that,
with the tools I just talked about, the development of mariculture
in Quebec could clearly support that industry’s growth in Canada,
as this is also an industry of the future for feeding the world’s
population.
Nous sommes convaincus, finalement, que le secteur maricole
québécois peut contribuer à l’essor de la mariculture au Canada et
que c’est un secteur d’avenir essentiel, autant pour le Québec que
pour le pays. Le Québec détient un immense potentiel maricole et
une très grande expertise en termes de mariculture en haute mer
dans des conditions qui sont un peu différentes de celles que l’on
retrouve dans les autres provinces maritimes. Nous croyons
qu’avec les outils que je viens de vous mentionner, le
développement de la mariculture au Québec pourrait nettement
soutenir l’essor de cette industrie au Canada, car c’est aussi une
industrie d’avenir pour l’alimentation mondiale.
The Chair: Mr. Mallet.
[English]
Mr. Mallet: We were lucky this morning to have a lot of really
good testimony on the various regulations facing aquaculture. I
would like to give an overview of the New Brunswick perspective
on the New Brunswick oyster industry, a very brief history and
where we are at, the current state of the industry.
Le président : Monsieur Mallet.
[Traduction]
M. Mallet : Nous avons la chance, ce matin, d’avoir un grand
nombre de bons témoignages au sujet des différentes
réglementations s’appliquant à l’aquaculture. Je voudrais vous
présenter un aperçu général de l’ostréiculture au NouveauBrunswick, un très bref historique et l’état actuel de notre secteur.
14:62
Fisheries and Oceans
20-11-2014
Oyster aquaculture in New Brunswick started as early as the
1960s immediately after what was essentially the collapse of the
wild stocks due to a disease called Malpeque Disease which killed
over 90 per cent of our wild oysters. Immediately after that there
were receding efforts at trying to bring disease-resistant stocks
from P.E.I. and attempts at culture, primarily bottom culture.
This would be where you collect wild seed, spread it on the leased
bottoms and then essentially fish it using traditional methods a
number of years later.
Au Nouveau-Brunswick, l’ostréiculture a commencé au début
des années 1960, immédiatement après l’effondrement des stocks
d’huîtres sauvages en raison d’une maladie appelée la maladie de
Malpèque qui a tué plus de 90 p. 100 de nos huîtres sauvages.
Immédiatement après, des efforts ont été déployés pour faire venir
de l’Île-du-Prince-Édouard des stocks résistant à la maladie et
cultiver des huîtres, principalement sur le fond. Cela consiste à
recueillir des larves d’huîtres sauvages, à les répandre sur les fonds
loués et à les récolter au moyen des méthodes traditionnelles un
certain nombre d’années plus tard.
For a variety of reasons this model of aquaculture was not very
successful. Very few producers managed to have viable businesses
going this way. Where we really saw a shift was in the late 1990s
with the introduction of floating culture gear, suspension oyster
culture. This is where you would take that oyster spat and instead
of just spreading it on the bottom where you could have predation
problems and slower growth it was kept in essentially miniature
cages floating on the surface. The handling of those oysters
becomes much more like a farm-type operation where you have
constant access to your stock. You can treat it for pests and
manage it as you would a farm. That is where we really saw a lot
of interest and a lot of expansion in the cultured oyster industry in
New Brunswick.
Pour diverses raisons, ce modèle d’aquaculture n’a pas été une
grande réussite. Très peu de producteurs ont réussi à avoir une
entreprise viable par cette méthode. La situation a vraiment
changé à la fin des années 1990 grâce au matériel de culture
flottante, l’ostréiculture en suspension. Au lieu de simplement
répandre le naissain au fond de l’eau où il peut y avoir des
problèmes de prédation et une croissance plus lente, on le place
dans des cages miniatures qui flottent en surface. La culture de ces
huîtres s’apparente beaucoup plus à une activité agricole, car vous
avez constamment accès à votre stock. Vous pouvez le traiter
contre les parasites et il est géré comme vous le feriez dans une
ferme. C’est à partir de ce moment-là que l’ostréiculture a suscité
beaucoup d’intérêt et a pris beaucoup d’expansion au NouveauBrunswick.
There is a lot of support provincially and federally with moneys
through the ACOA program. In New Brunswick we had the
Northern Economic Development Fund as well as monies from
the Agriculture, Aquaculture and Fisheries Department. We saw
essentially a sort of gold rush from 2001 to about 2008 or so. That
was a period marked by very rapid expansion.
Nous recevons beaucoup d’aide aux niveaux provincial et
fédéral dans le cadre du programme de l’APECA. Au NouveauBrunswick, nous avons eu des fonds de Développement
économique du Nord ainsi que du ministère de l’Agriculture, de
l’Aquaculture et des Pêches. Nous avons assisté à une sorte de
ruée vers l’or, de 2001 à 2008 environ. Cette période a été marquée
par une expansion très rapide.
In 2000 we had roughly 10,000 bags in the water province-wide
and by 2008 that had gone up to about 300,000. There was quite a
huge expansion, but the industry was very new so it was a learning
period. There were a lot of mistakes made and a lot of things we
learned as well.
En 2000, nous avions à peu près 10 000 poches d’huîtres dans
les eaux de la province, et en 2008, ce chiffre avait grimpé à
environ 300 000. Il y a eu une énorme expansion, mais comme
c’était une activité très nouvelle, il a fallu apprendre. Nous avons
commis beaucoup d’erreurs, mais nous avons également appris
beaucoup.
The next five years were sort of a consolidation period for the
industry where the production overall did not increase very much.
We saw that sort of stall but at the individual company level some
companies were expanding tremendously while others were
dropping off as the industry matured. For example, in the bay
where we produce at one point we had over twenty producers and
now we are about five, but the total number of oysters produced
out of that bay has been increasing as we are getting better at it.
That situation is totally reversed in some other parts of the
province.
Les cinq années suivantes ont été une sorte de période de
consolidation pendant laquelle la production n’a pas beaucoup
augmenté. Il y a eu une certaine stagnation, mais certaines
entreprises ont connu un essor considérable tandis que d’autres
ont abandonné en cours de route. Par exemple, dans la baie où
nous produisons, à un moment donné, nous avions une vingtaine
de producteurs alors que maintenant nous sommes environ cinq.
Néanmoins, le nombre total d’huîtres produites dans cette baie a
augmenté, car nous nous améliorons. La situation est totalement
inverse dans d’autres régions de la province.
Now we are at the point where we are starting to see significant
growth once again. In 2011 we were still at the roughly
300,000 bag level. Now in 2014 we are already up to
400,000 bags and producing about 20 million to 25 million
market size oysters per year. There are about 100 companies
active now employing 300 people directly and a further
200 indirectly. The farm gate sales are roughly $7 million now
Nous en sommes maintenant arrivés au point où nous
commençons à constater de nouveau une croissance importante.
En 2011, nous en étions toujours à environ 300 000 poches.
Maintenant, en 2014, nous en sommes déjà à 400 000 poches et
nous produisons à peu près 20 à 25 millions d’huîtres de taille
marchande par année. Il y a actuellement une centaine
d’entreprises actives qui emploient 300 personnes directement et
20-11-2014
Pêches et océans
14:63
for oysters. We are starting to see, as I was saying, some growth
both in terms of the number of farms as some new people are
entering and in terms of existing farms growing. We are seeing our
first farms now producing over a million oysters each. In I believe
that in Senator Poirier’s backyard there are some have very
successful oyster businesses in that region. I am allergic to
scallops.
200 autres, indirectement. La valeur à la ferme se chiffre à environ
7 millions de dollars pour les huîtres. Comme je l’ai dit, nous
commençons à enregistrer une certaine croissance tant en ce qui
concerne le nombre d’entreprises, car de nouveaux ostréiculteurs
arrivent sur le marché, qu’en ce qui concerne la croissance des
entreprises existantes. Nos premières fermes ostréicoles
produisent maintenant plus d’un million d’huîtres chacune. Je
crois que la sénatrice Poirier a près de chez elle des exploitations
ostréicoles très prospères. Je suis allergique aux pétoncles.
We have a lot of potential for growth and we expect to see
further growth. There were some significant challenges and you
have heard of many of them. One is the availability of labour. It is
not only a big problem for us to find workers but also to retain
them. We have had people leave to go out West, so just because of
the seasonal nature of the oyster industry that is a challenge.
Notre potentiel de croissance est important et nous nous
attendons à continuer de croître. Nous avons traversé des
difficultés importantes et vous avez entendu parler d’un grand
nombre d’entre elles. L’une d’elles est la disponibilité de la maind’œuvre. Il nous est très difficile non seulement de trouver des
employés, mais aussi de les garder. Certains de nos employés sont
partis dans l’Ouest. En raison du caractère saisonnier de
l’ostréiculture, cela pose un problème.
Availability of leased space and infrastructure is also a big
problem. Oyster growers need to work their sock. They need to
take product out of the water and back to their shops where they
can grade and treat oysters. The availability of access to be able to
move product out and in from land to sea is a big problem for
many growers where you have very large bays with maybe one or
two access points.
La disponibilité de l’espace et de l’infrastructure loués pose
également un sérieux problème. Les ostréiculteurs doivent cultiver
leur stock. Ils doivent sortir le produit de l’eau pour l’emmener
dans leurs installations où ils peuvent classer et traiter les huîtres.
La disponibilité des accès permettant d’entrer le produit dans la
mer et de l’en ressortir pose un gros problème pour de nombreux
ostréiculteurs lorsque vous avez des baies très vastes avec un ou
deux accès.
As you have heard the regulatory environment that we operate
in is incredibly complex. Both my father and I have Ph.Ds and we
still do not get it. One of the problems is that there is not
necessarily one person or even one agency to go for an
explanation of the various roles and often you will get
contradictory advice. Some of these are ‘‘merely’’
inconveniences and others are outright dangerous for our
industry especially where rules pertain to health management of
our stocks.
Comme vous l’avez entendu dire, la réglementation à laquelle
nous sommes assujettis est incroyablement complexe. Mon père et
moi sommes tous les deux titulaires d’un doctorat, mais nous
n’arrivons toujours pas à nous y retrouver. L’un des problèmes est
qu’il n’y a pas toujours une personne ou un organisme à qui
s’adresser pour se faire expliquer les divers rôles et souvent, vous
obtenez des avis contradictoires. Certains sont de simples
inconvénients tandis que d’autres sont carrément dangereux
pour notre secteur, surtout lorsqu’il s’agit des règles concernent
la gestion sanitaire de nos stocks.
I will just give you one brief example. The management of pest
and diseases is controlled by three separate government agencies.
We have CFIA which primarily to maintain our trading
relationships has a specified number of diseases that they worry
about, primarily MSX. DFO takes care of invasive species and
transfers and then the province gets sort of saddled with
everything else. There is not necessarily that much
communication. I am trying to think of a polite way to say this.
Je vais simplement vous donner un bref exemple. Trois
organismes gouvernementaux différents assurent la surveillance
des parasites et des maladies. Nous avons l’ACIA qui, pour gérer
nos relations commerciales, s’inquiète d’un nombre de maladies
bien précis, surtout la maladie MSX. Le MPO s’intéresse aux
espèces invasives et aux transferts tandis que les provinces doivent
s’occuper de tout le reste. La communication n’est pas toujours
très bonne. J’essaie de trouver une façon polie de le dire.
CFIA controls what happens at the border. CFIA, for
example, could approve oysters to come in based on a diseasefree status for only the disease that they worry about. Once the
oysters are in the country it is up to the importer on their own
accord to get the appropriate permits from DFO, introductions
and transfers. If they chose to not do that and just put oysters in
the water somewhere, we have no way to track those oysters or to
make sure and really monitor our stocks. That is a huge problem.
L’ACIA s’occupe de ce qui se passe à la frontière. Par exemple,
l’ACIA pourrait approuver l’entrée d’huîtres en raison de leur
absence de maladie, uniquement en fonction de la maladie dont
elle s’inquiète. Une fois les huîtres entrées au pays, c’est à
l’importateur qu’il incombe d’obtenir les permis voulus du MPO
pour les introductions et transferts. S’il décide de ne pas le faire,
de se contenter de placer les huîtres dans l’eau, nous n’avons
aucun moyen de retracer ces huîtres ou de vraiment surveiller nos
stocks. C’est un énorme problème.
14:64
Fisheries and Oceans
20-11-2014
In North America historically we know that oyster populations
are very vulnerable to disease. I mentioned Malpeque Disease
which wiped out 90 per cent of our stocks in the mid-1950s. You
have heard, no doubt, about MSX a number of times which has
devastated the industry in Nova Scotia and the Bras D’or Lakes
and is right on our doorstep.
En Amérique du Nord, nous avons constaté, au fil du temps,
que les populations d’huîtres sont très vulnérables aux maladies.
J’ai mentionné la maladie de Malpèque qui a éliminé 90 p. 100 de
nos stocks au milieu des années 1950. Vous avez certainement
entendu souvent parler de la MSX qui a dévasté l’ostréiculture en
Nouvelle-Écosse et dans les lacs Bras d’Or et cette maladie se
trouve à nos portes.
Having a coherent and sensible set of regulations is very
important. The current system of a network of MOUs is quite
fragile. For example, in New Brunswick our industry is supposed
to be managed by a central committee where the province and
DFO co-chair. A number of subcommittees report to them. That
committee actually has not met in several years now so every
agency is independently pursuing its own agenda. There is
technically a regulatory framework in place for communication
but it is not being used. That is a real problem as far we see it.
Il est très important d’avoir une réglementation cohérente et
intelligente. Le réseau actuel de protocoles d’entente est fragile.
Par exemple, au Nouveau-Brunswick, notre secteur est censé être
géré par un comité central coprésidé par la province et le MPO.
Un certain nombre de sous-comités en relèvent. Ce comité ne s’est
pas réuni depuis plusieurs années si bien que chaque organisme
poursuit son propre programme de façon autonome. En principe,
un cadre réglementaire existe pour la communication, mais il n’est
pas utilisé. Nous voyons là un vrai problème.
Like many of the witnesses that you have heard from already,
we are optimistic as far as our own growth potential but at the
same time quite worried about potential threats from diseases and
various regulatory barriers that we can see being real problems.
Comme de nombreux témoins que vous avez déjà entendus,
nous sommes optimistes quant à notre propre potentiel de
croissance, mais en même temps, nous nous inquiétons des
menaces potentielles que représentent les maladies et divers
obstacles réglementaires qui posent de sérieux problèmes.
Mr. Stewart: Thanks for allowing me to be here today. I do not
have a formal presentation. You have heard most of the
important stuff already, so I just made some points here that I
want to talk about from farming to processing in P.E.I.
M. Stewart : Je vous remercie de m’avoir permis de venir ici
aujourd’hui. Je n’ai pas de texte officiel à présenter. Vous avez
déjà entendu la plupart des questions importantes et j’ai donc
simplement noté quelques sujets dont je voudrais parler, qui vont
de la production à la transformation à l’Île-du-Prince-Édouard.
P.E.I. is about 70 per cent of the Canadian production of
mussels which is a lot for our little province. Most of the
operations and processing plants are in rural P.E.I. As you all
know, I hope, P.E.I. mussels are well-known around the world
and a pretty famous brand. I have travelled a lot. Even in Canada,
and especially in the United States, every menu says ‘‘P.E.I.
mussels.’’ I know my mussels and they are not. I questioned
servers. I questioned the chefs and they end up admitting that no,
they are not. There should be some rules on their using our name
which is not right because a lot of these mussels do not taste good.
They are not good and it gives us a bad name which is not out
there. If that was not the case we would be allowed and able to get
more money for our product and hence do investments on our
own and things like that. It is very important to the P.E.I.
economy.
Environ 70 p. 100 de la production canadienne de moules
provient de l’Île-du-Prince-Édouard, ce qui fait beaucoup pour
notre petite province. La plupart des installations de production
et de transformation se trouvent dans les régions rurales de la
province. Comme chacun sait, j’espère, les moules de l’Île-duPrince-Édouard sont bien connues dans le monde entier et sont
très réputées. J’ai beaucoup voyagé. Même au Canada, mais
surtout aux États-Unis, on peut lire sur tous les menus : « Moules
de l’Île-du-Prince-Édouard ». Je connais mes moules et je sais que
ce n’en sont pas. J’ai posé la question aux serveurs, j’ai posé la
question aux cuisiniers et ils ont fini par reconnaître
qu’effectivement leurs moules ne venaient pas de l’Île-du-PrinceÉdouard. L’utilisation de notre nom devrait être réglementée, car
la majeure partie de ces moules ne sont pas bonnes. Elles nous
donnent une mauvaise réputation qui n’est pas méritée. Si ce
n’était pas le cas, nous pourrions obtenir plus d’argent pour notre
produit, ce qui nous permettrait de faire des investissements et ce
genre de choses. C’est très important pour l’économie de la
province.
The big issue is that aquaculture is more like farming, not
fishing. We have heard that. We farm the water. We are not
fishing but yet we get lumped into fishing quite often. I have
nothing against fishing. We farm in the water. We are not mussel
fishermen. We are mussel farmers, a word that is related to
agriculture.
Le gros problème est que l’aquaculture ressemble plus à
l’agriculture qu’à la pêche. Nous l’avons entendu dire. Nous
cultivons l’eau. Nous ne pêchons pas, mais on nous associe
souvent à la pêche. Je n’ai rien contre la pêche. Nous cultivons
dans l’eau. Nous ne sommes pas des pêcheurs de moules. Nous
sommes des cultivateurs de moules, une expression reliée à
l’agriculture.
20-11-2014
Pêches et océans
14:65
We need to have access to agricultural programs. There are
many different programs. The one I am going to get into is for
foreign immigrant workers but I will say a few other things first.
Il faudrait que nous ayons accès aux programmes agricoles. Il y
a un grand nombre de programmes différents. Celui dont je vais
parler s’applique aux travailleurs immigrants étrangers, mais je
vais d’abord faire quelques autres observations.
The main issue, and I hear it from everybody, is staff. I have
heard many good points from different senators, from executive
directors and so on that for a lot of industries it addresses the
points but not them all. There are many reasons why. I have
heard too from federal ministers on the news and so on that we
need modernization. I have been doing that. I have spent
hundreds of thousands of dollars on modernizing new
equipment. You cannot buy equipment off the shelf so people
have to think and spend the money. There is a lot of trial and
error. I have used equipment where it used to be a three-person
job and now it is a zero-person job. Eventually we are going to
hear from government that we are the problem there is no work
on P.E.I. because we are mechanizing. We still need people.
Le principal problème, de l’avis de tous, est la main-d’œuvre.
J’ai entendu un grand nombre de bons arguments, de la bouche de
différents sénateurs, de directeurs exécutifs, et cetera, selon
lesquels ce programme répond aux besoins de nombreux
secteurs, mais pas tous. Il y a de nombreuses raisons à cela. J’ai
aussi entendu des ministres fédéraux déclarer aux nouvelles et
ailleurs que nous avons besoin d’une modernisation. C’est ce que
j’ai fait. J’ai dépensé des centaines de milliers de dollars pour
moderniser mon équipement. Vous ne pouvez pas acheter du
matériel tout prêt au magasin et il faut donc réfléchir avant de
dépenser son argent. Nous procédons par tâtonnements. J’ai
utilisé de l’équipement pour accomplir une tâche qui nécessitait
trois personnes et maintenant cette tâche est entièrement
automatisée. Le gouvernement finira par nous dire que c’est à
cause de nous qu’il n’y a pas d’emplois dans l’Île-du-PrinceÉdouard parce que nous nous mécanisons. Nous avons encore
besoin de personnel.
I am going to refer now to mussel farming on the water. I hear
all these points about university, training and so on. From the
time I was let’s say 20 years old everybody started teaching their
kids to stay in school, go to university and get a job so that you
don’t have to do this labour work. I understand that. I taught my
kids that. I have a daughter out West who is quite high up in the
banking industry. I have another daughter who is in her second
year of university in psychology. That is great but for mussel
farming there is no training and schooling needed. I have boat
captains and farm managers who work on the water. I still need
people who can tie a buoy on a mussel line. To not have those
people and try to promote that in a university will not going to
work. These kids or people do not want to go and do that. There
is nothing wrong with that but we need access to these labourers,
not trained educated people unfortunately but labourers. Hence
this brings us to the Foreign Worker Program.
Je vais maintenant parler de la mytiliculture en mer. On parle
beaucoup de l’université, de la formation, et cetera. Depuis que
j’ai eu, disons, 20 ans, tout le monde a commencé à convaincre ses
enfants de rester à l’école, d’aller à l’université afin de ne pas avoir
à faire un travail manuel. Je le comprends. C’est ce que j’ai
enseigné à mes enfants. J’ai une fille, dans l’Ouest, qui a un poste
assez élevé dans le secteur bancaire. J’ai une autre fille qui est en
deuxième année de psychologie à l’université. C’est une excellente
chose, mais pour la culture des moules, il n’est pas nécessaire de
recevoir une formation ou de faire des études. J’ai des capitaines
de navires et des gestionnaires de fermes mytilicoles qui travaillent
en mer. J’ai toujours besoin de gens capables d’attacher une bouée
sur une filière de moules. Si nous n’avons pas cette main-d’œuvre
ou si nous essayons de promouvoir ces carrières à l’université, cela
ne marchera pas. Les jeunes ne veulent pas aller faire ce travail. Il
n’y a pas de mal à cela, mais nous avons besoin de travailleurs
manuels, non pas de gens instruits et formés, malheureusement,
mais de travailleurs manuels. Cela nous amène au Programme des
travailleurs étrangers.
At my processing plant I had five for the last year or year and a
half. Do not quote me on this stuff because I have a great
manager there who looks after that. I do know her LMO is not
being extended and we cannot get anybody to even phone us
looking for a job or to apply, nothing. We have to ship them back
to where they came from. It is wrong for us to try and talk about
how to grow. The sales of mussels are growing which is great, but
if we cannot work and produce them because we do not have any
staff that is a problem. That is the number one problem. There are
many but in this industry the main problem is the staff.
Dans mon usine de transformation, j’en ai eu cinq au cours des
12 ou 18 derniers mois. Je ne suis pas un expert en la matière, car
j’ai une excellente gestionnaire qui s’en occupe. Je sais que son
AMT n’a pas été prolongé et que personne ne peut même nous
téléphoner pour demander un emploi ou poser sa candidature.
Nous devons renvoyer ces employés-là d’où ils sont venus. Nous
ne pouvons pas envisager de prendre de l’expansion. Les ventes de
moules sont en augmentation, ce qui est excellent, mais si nous ne
pouvons pas les produire faute de personnel, c’est un problème.
C’est le principal problème. Il y en a beaucoup, mais dans notre
secteur, le principal problème, c’est le personnel.
There are some other issue obviously. We have fouling
organisms such as tunicates. We have sea ducks. They love to
eat mussels just like people do. They can eat a lot in a very big
Bien entendu, nous avons d’autres difficultés. Nous avons des
organismes salissants comme les tuniciers. Nous avons les canards
de mer. Ils adorent manger les moules, tout comme les gens. Ils en
14:66
Fisheries and Oceans
20-11-2014
hurry. That is tough but we are managing. It is probably more
scientific and it is not necessarily even research but the meat yields
are not there. That is the way growth has been going in the last
two or three years. Mussels are growing but the meat yields are
not there. It is plankton-related. The weird part is that I
understand oyster meats right now are great, which you will
hear from David. They eat the same food but there is something
going on with the mussels from nutrients in the water and all these
little things that we should know. If we look at the amount of
sunshine, the amount or rain and all these things, we know there
is a correlation between all of them and what the meats are. We
just need to put that together. Obviously that is going to take time
and money for somebody to do that. The data is out there.
mangent beaucoup et très vite. C’est difficile, mais nous arrivons à
faire face. Cela relève sans doute davantage de la science et peutêtre même pas de la recherche, mais la quantité de chair n’est pas
là. C’est ce qui se passe depuis deux ou trois ans. Les moules
grossissent, mais la quantité de chair n’est pas là. C’est à cause du
plancton. Le plus curieux est que la viande d’huître est excellente
actuellement, comme David vous le confirmera. Les deux
mollusques mangent les mêmes aliments, mais les nutriments
présents dans l’eau et tous ces autres petits détails posent un
problème pour les moules. Si nous prenons la quantité de soleil, la
quantité de pluie et tous ces facteurs, nous savons qu’il y a une
corrélation entre eux et la qualité de la chair. Nous devons
compiler toutes ces données. Bien entendu, cela requiert du temps
et de l’argent. Les données sont là.
I do not really know what else I can say other than we need
access to staff. That is the key thing. In the fall farming operations
we sock the mussels, which is putting the baby mussels out. In a
year to two years they are salable. I have one more day in my
operation. On my farms alone I probably grow 6 million or
7 million pounds of mussels a year. My processing plant sells
anywhere from 8 million to 10 million. We do fresh. We do
frozen. It is all done in P.E.I. I ran this fall 20 to 25 people short. I
could not get people to work in my shop where we socked the
mussels. I have two boats tied up most of the time and sometimes
three because I do not have enough people to go out and tie a
sock or a buoy on to a mussel line. Again university people are
not key to this whole situation in farming itself.
Je ne sais pas vraiment ce que je pourrais dire d’autre si ce n’est
que nous avons besoin de main-d’œuvre. C’est l’élément clé. Au
cours de l’automne, nous procédons au boudinage des moules, qui
consiste à sortir les bébés moules. Un à deux ans plus tard, ces
moules seront vendables. Il ne reste qu’une journée de travail à
faire. Rien que dans mon exploitation, je cultive probablement six
ou sept millions de livres de moules par année. Mon usine de
transformation en vend de huit à dix millions. Nous vendons de la
moule fraîche. Nous vendons de la moule congelée. Tout est fait à
l’Île-du-Prince- Édouard. Cet automne, il m’a manqué
20 à 25 employés. Je n’ai pas pu trouver de gens pour travailler
dans l’atelier où nous faisons le boudinage des moules. J’ai deux
bateaux qui restent à quai presque tout le temps et parfois même
trois, car je n’ai pas suffisamment de personnel pour aller attacher
un boudin ou une bouée à une ligne de moules. Comme je l’ai dit,
ce n’est pas une formation universitaire qui réglera le problème de
l’élevage des moules.
They are talking about going to the schools at a younger age.
That is a great thing but still we are going to encourage them to
stay in school. Last fall, for example, I had five or six kids that
were in grades 11 and 12. They came every day after school at 3:30
and they worked until 6:00 when we were done for the day. Every
Saturday they were there. They made good money. They loved it
but they are gone. They won’t come back and we know it. It is
great. It is good for them to see it. I hear about these programs. It
is not going to make them stay. This fall I have two and I am
going to bring one young girl into this. I am not going to give her
name or anything but she is 17 years old. She showed up with a
bunch of her friends one day and they toured and looked at the
socking operation. The rest of them kind of laughed and left.
On a parlé de recruter dans les écoles à un plus jeune âge. C’est
une excellente chose, mais nous allons les inciter à rester à l’école.
L’automne dernier, par exemple, j’avais cinq ou six jeunes qui
étaient en 11e et 12e année. Ils venaient tous les jours après l’école,
à 15 h 30, et travaillaient jusqu’à 18 heures. Ils venaient travailler
tous les samedis. Ils ont gagné un bon montant d’argent. Ils ont
bien aimé cela, mais ils sont partis. Ils ne reviendront pas et nous
le savons. C’est très bien. C’est bon qu’ils voient cette activité. J’ai
entendu parler de ces programmes. Ils ne vont pas les convaincre
de rester. Cet automne, j’ai deux étudiants et je vais engager une
jeune fille. Je ne révélerais pas son nom ou quoi que ce soit, mais
elle a 17 ans. Elle est venue, un jour, avec un groupe d’amies et
elles ont visité ensemble l’atelier de boudinage. Les autres sont
parties en riant.
She started. She is a great worker with a nice personality. I said
to her three days ago, ‘‘What do your friends think? Why are you
here?’’ She said, ‘‘My friends think I am crazy. It is wet, it is cold
and it is hard work is what they think.’’ I said, ‘‘And what do you
think?’’ She said, ‘‘They are wrong. I love it. It is fun. I enjoy it.’’
She never misses an hour. Every day after school she shows up
because she loves it. When she graduates where is she going? It is
Elle a commencé à travailler. C’est une excellente travailleuse
qui a une personnalité agréable. Il y a trois jours, je lui ai
demandé : « Qu’en pensent tes amies? Pourquoi es-tu là? » Elle
m’a répondu : « Mes amies pensent que je suis folle. Elles pensent
que c’est humide et froid et que c’est un travail difficile. » Je lui ai
demandé : « Et toi, qu’en penses-tu? » Elle m’a répondu : « Elles
ont tort — j’adore ça. C’est amusant. Je m’amuse. » Elle ne
20-11-2014
Pêches et océans
14:67
to university, but she can say to her friends even in high school
now that this is okay. Is anybody else calling? No, because they
do not want to and that is fine.
manque jamais une heure de travail. Elle vient tous les jours après
l’école parce qu’elle aime ça. Où ira-t-elle après son diplôme? À
l’université, mais elle peut dire maintenant à ses amies, même à
l’école secondaire, que c’est un bon travail. Est-ce que d’autres
gens m’appellent? Non, parce qu’ils ne veulent pas et je l’accepte.
I have been on the news before and people take it the wrong
way when I am talking about the EI system. We need the EI
system but we need people that can do the labour work and not
only can do it but want to.
Je me suis exprimé dans les médias et les gens le prennent mal
lorsque je parle du régime d’assurance-emploi. Nous en avons
besoin, mais nous avons aussi besoin de gens qui peuvent faire le
travail et qui veulent le faire.
That is it for me. Sorry it is not a formal presentation.
C’est tout ce que j’ai à dire. Désolé de ne pas avoir de texte
officiel.
The Chair: Don’t worry about formal. Everything is recorded.
Le président : Ne vous inquiétez pas de l’absence de texte. Tout
est enregistré.
Mr. Lewis: Thank you, Mr. Chair. I am glad to have this
opportunity to be here today. I am an oyster grower and I left
work this morning. I left grading oysters to come here to be at this
presentation. I do not have a formal presentation but I want to
make a few points.
M. Lewis : Merci, monsieur le président. Je me réjouis de
pouvoir être ici aujourd’hui. Je suis ostréiculteur et j’ai quitté le
travail ce matin. Je m’occupais de classer les huîtres avant de venir
ici. Je n’ai pas de texte écrit, mais je voudrais formuler quelques
observations.
Much like our counterpart Martin mentioned, P.E.I. has had a
success story with oysters as well. Our landed value for oysters is
in excess of $7 million now and has grown rapidly since the mid to
late 1990s. As with any other growing industry we have a few
challenges. I would like to mention a few, but one I would really
like to mention is the regulations. Martin mentioned he has a
Ph.D and he does not understand the regulations. I do not have a
Ph.D and I definitely do not understand the regulations. They are
just very complex.
Comme notre homologue, Martin, l’a mentionné, l’Île-duPrince-Édouard a également eu beaucoup de succès avec les
huîtres. La valeur débarquée de nos huîtres dépasse maintenant
7 millions de dollars et a rapidement augmenté depuis le milieu ou
la fin des années 1990. Comme dans tout autre secteur en plein
essor, nous avons quelques problèmes. Je voudrais en mentionner
quelques-uns, mais celui dont je voudrais vraiment parler est la
réglementation. Martin a mentionné qu’il ne comprend pas la
réglementation même s’il possède un doctorat. Je n’ai pas de
doctorat et je ne comprends certainement pas la réglementation.
Elle est très complexe.
I would like to read a paragraph from a report. It says, ‘‘Our
regulations are significantly contributing to aquaculture’s
challenges. We have a regulatory system that is overly complex,
uncertain and confusing with the net result of restricting growth
and investment in aquaculture. We also see overlap and
duplication and rules that are written for the wild fishery.’’
Je voudrais vous lire un paragraphe d’un rapport. Voici :
« Notre réglementation contribue de façon importante aux
difficultés de l’aquaculture. Nous avons un système de
réglementation qui est trop complexe, incertain et confus ce qui
a pour résultat de limiter la croissance et l’investissement dans
l’aquaculture. Nous constatons également des chevauchements et
un double emploi et des règles qui ont été écrites pour la pêche
sauvage. »
On P.E.I. we have an existing wild oyster fishery. What has
been allowed to happen is that the oyster aquaculture has come in
and we have developed it, but there has not ever been an
aquaculture licence developed. We are working inside the
framework of the wild fishery regulations. They are not always
enforced but if they were enforced we would be out of business
because we are aquaculturists. We are farmers. We need access
year-round to our product and with these regulations we couldn’t
do it. I would like to see an aquaculture licence developed. I
would love to see in your report where there would be an
aquaculture licence we could access that would allow us just to do
that, to farm aquaculturally and not be seen as a threat to the wild
fishery.
À l’Île-du-Prince-Édouard, nous avons une pêche aux huîtres
sauvages. L’ostréiculture est apparue et nous l’avons développée,
mais un permis d’aquaculture n’a jamais été créé. Nous
travaillons dans le cadre de la réglementation de la pêche
sauvage. Ces règlements ne sont pas toujours appliqués, mais
s’ils l’étaient, nous ferions faillite, car nous sommes des
aquaculteurs. Nous sommes des fermiers. Il faut que nous
ayons accès à notre produit d’un bout à l’autre de l’année, mais
la réglementation nous en empêche. J’aimerais qu’un permis
d’aquaculture soit créé. J’aimerais beaucoup que vous parliez
dans votre rapport d’un permis d’aquaculture qui nous
permettrait de faire de l’aquaculture sans être considérés comme
une menace pour la pêche sauvage.
14:68
Fisheries and Oceans
20-11-2014
We need to drive the red tape out of the system and see a desire
for an enabling attitude within government. We do work closely
with CAIA to strive to improve clear aquaculture regulations. We
are making some positive headway but at some point we are going
to have to face the matter and say, ‘‘We do exist and we need
aquaculture regulations.’’ At least give us an aquaculture licence
so we feel that we are legitimate and deserve to exist or whatever.
Il faudrait que les tracasseries administratives soient éliminées
du système et que le gouvernement adopte une attitude positive.
Nous travaillons en collaboration étroite avec l’AICA pour
essayer d’améliorer la réglementation de l’aquaculture. Nous
faisons des progrès, mais à un moment donné, nous allons devoir
affronter le problème de front et dire : « Nous existons et nous
avons besoin d’une réglementation pour l’aquaculture. » Au
moins, donnez-nous un permis d’aquaculture pour que nous
ayons le sentiment d’être légitimes et de mériter d’exister.
We work in cooperation with ACOA and the Province of
Prince Edward Island to develop our industry. There is great
potential. Markets are strong and there is great opportunity.
There is opportunity to expand and to grow. We just need to see
some changes. We watched it from within. It seems like a slow
process but we feel like there needs to be a licence of some kind.
That is my number one issue so that is all I am going to stick with
today.
Nous travaillons en collaboration avec l’APECA et la province
de l’Île-du-Prince-Édouard pour développer notre industrie. Son
potentiel est important. Les marchés sont solides et les débouchés
excellents. Nous avons la possibilité de prendre de l’expansion et
de croître. Nous avons seulement besoin de certains changements.
Nous avons vu la situation évoluer de l’intérieur. Le processus
semble lent, mais nous estimons qu’il faut un permis quelconque.
C’est la question que je trouve prioritaire et c’est tout ce dont je
parlerai aujourd’hui.
The Chair: Thank you very much to all of you for your
presentations. We are going to go to our deputy chair for our first
question. Senator Hubley, please.
Le président : Merci beaucoup à vous tous pour vos exposés.
Nous allons donner la parole à notre vice-présidente pour la
première question. Sénatrice Hubley, s’il vous plaît.
Senator Hubley: Welcome to you all and again thank you very
much for bringing all of this information to us. It is certainly
going to be helpful.
La sénatrice Hubley : Bienvenue à vous tous et encore une fois
merci infiniment de nous avoir apporté tous ces renseignements.
Ce sera certainement utile.
When I was listening to Sophie I was trying to take some notes.
I think she said marine aquaculture and I wrote down marine
agriculture. That is kind of nicer. I just sort of noted it by putting
a little star beside it because it did seem to be getting closer to
making a jump from what we all feel is agriculture. I think there is
still a way to go to see that reflected in rules and regulations
within departments and within governments.
En écoutant Sophie, j’ai essayé de prendre des notes. Elle a
parlé, je crois, de mariculture et j’ai noté agriculture marine. Cela
sonne un peu mieux. J’ai mis un astérisque à côté du mot, car il
semble nous rapprocher davantage de ce que nous considérons
tous comme l’agriculture. Il reste encore du chemin à faire, je
pense, pour que cela se reflète dans les règles et la réglementation
des ministères et des gouvernements.
I am going to talk to Stephen. You were very passionate about
the fact that getting workers and keeping workers is a real
problem. It may be difficult to engage young people within your
fishery. You may be able to get one person out of a group of
people, but obviously you must be doing some work recruiting or
trying to get young people involved. I am wondering if you could
tell us a bit more about the programs that you are running at the
farm.
Je vais m’adresser à Stephen. Vous avez parlé avec passion de
la difficulté de recruter et de garder des employés. Il semble
difficile de faire participer les jeunes à votre secteur. Vous pouvez
peut-être en recruter un parmi un groupe de gens, mais de toute
évidence, vous devez faire des efforts pour recruter ou essayer
d’attirer des jeunes. Je me demande si vous pourriez nous parler
un peu plus des programmes que vous gérez dans votre
exploitation.
Mr. Stewart: There are no real programs.
M. Stewart : Il n’y a pas vraiment de programmes.
Senator Hubley: There is not.
La sénatrice Hubley : Il n’y en a pas.
Mr. Stewart: There are no real programs because there is no
way. If you came out in a boat and went harvesting or tying socks
or buoying up, it is farming where we/they do their thing. We do
the same, only it is on the water. I have said for years, and this is
very truthful, it is either in you or it is not to work on the water
every day. For a majority of the people it is not. You cannot force
people to go to work because it is not for them. I have never had a
student work on a boat because they do not like it. They do not
know but they think they are not going to. I have given people
many opportunities and said, ‘‘Do you want to go out tomorrow
and hang some socks with them?’’ ‘‘No, I am not going out there.’’
M. Stewart : Il n’y a pas vraiment de programmes, car c’est
impossible. Si vous partez en bateau récolter les moules, attacher
des boudins ou des bouées, vous faites le métier de cultivateur.
Nous faisons la même chose, sauf que c’est sur l’eau. Je dis depuis
des années, et c’est très vrai, que ce n’est pas tout le monde qui
peut aller travailler en mer tous les jours. La majorité des gens ne
le peuvent pas. Vous ne pouvez pas les forcer à aller travailler, car
ce n’est pas pour eux. Je n’ai jamais eu d’étudiants qui ont
travaillé dans un bateau parce que cela ne leur plaît pas. Ils ne se
pensent pas capables de le faire. Je leur ai donné de nombreuses
occasions de tenter l’expérience en leur disant : « Voulez-vous
20-11-2014
Pêches et océans
14:69
They are just scared. It is probably from their parents who would
never have anything to do with it. They work on land. Some of
them are okay with it.
aller en mer demain pour accrocher quelques boudins avec les
autres? » « Non, je ne vais pas là-bas. » Ils ont peur. C’est
probablement parce que leurs parents n’ont jamais voulu y aller.
Ils travaillent sur terre. Certains d’entre eux n’y voient pas de
problème.
There are no real programs for me to go after people because
for me to have university people they need to understand and
learn farming mussels. You could learn anything you want to do
in school but I have always said the day you think you know how
to grow mussels is the day you start going bankrupt. It is the
environment. It is nature. It is ever-changing. There are many
challenges and you just can’t.
Je n’ai pas vraiment de programmes pour recruter du personnel
parce qu’en ce qui me concerne, les universitaires doivent
comprendre et apprendre à cultiver les moules. Vous pouvez
apprendre ce que vous voulez à l’école, mais j’ai toujours dit que
le jour où vous pensez savoir comment cultiver des moules est le
jour où vous commencez à faire faillite. C’est l’environnement.
C’est la nature. Cela évolue tout le temps. Vous êtes confronté à
de nombreux défis et vous ne pouvez tout simplement pas y
arriver.
Senator Hubley: You had mentioned or you highlighted a
young lady who has become a very good employee. She came, I
think you said with another group, and she was the only one of
the group who stayed. What was the condition that they came to
the plant? Were they looking for work and were they just coming
to see what happens at the plant? How did that happen?
La sénatrice Hubley : Vous avez mentionné ou souligné le cas
d’une jeune femme qui est devenue une excellente employée. Vous
avez dit, je crois, qu’elle est venue avec d’autres personnes, mais
qu’elle est la seule à être restée. Dans quelles circonstances ces
personnes sont-elles venues? Cherchaient-elles du travail ou
venaient-elles simplement voir ce qui se passait dans votre
établissement? Comment est-ce arrivé?
Mr. Stewart: It was not my processing plant. It was my socking
farming operation. Over the years people know that I employ
these students. Many people like to work and make money. The
main key is that they want jobs. A few of them came down. They
called and I said, ‘‘Yes, come on down and have a look.’’ One day
we were socking mussels. We should have had fifteen people there
and we had four. They got to stand there and look and watch.
Out of the group there was that one girl who said, ‘‘I will be here
tomorrow after school.’’ Like she said, they all thought she was
crazy because it looked horrible. There is no way to convince
them otherwise.
M. Stewart : Ce n’était pas mon usine de transformation.
C’était mon installation d’élevage. Les gens savent depuis des
années que j’emploie des étudiants. Beaucoup de jeunes aiment
travailler pour gagner de l’argent. Ils veulent des emplois.
Quelques personnes sont venues. Elles ont téléphoné et je leur ai
dit : « Oui, venez jeter un coup d’œil. » Ce jour-là, nous étions
occupés au boudinage des moules. Nous aurions dû avoir
15 employés, mais nous n’en avions que quatre. Les visiteurs
sont restés à regarder. Un des membres du groupe était une jeune
fille qui a dit : « Je vais revenir ici demain après l’école. » Comme
elle l’a dit, ils pensaient tous qu’elle était folle, parce que le travail
semblait horrible. Il n’y a aucun moyen de les convaincre du
contraire.
Senator Hubley: Yes, you just have to get right person.
Mr. Stewart: The right people. It has got to be in them to
actually want to work.
La sénatrice Hubley : Vous devez seulement tomber sur la
bonne personne.
M. Stewart : Les bonnes personnes. Il faut qu’elles aient
vraiment envie de travailler.
Senator Hubley: You got to have it. Thank you very much.
La sénatrice Hubley : Il faut avoir cette envie. Merci beaucoup.
The Chair: Ms. Fortier wanted to comment.
Le président : Mme Fortier voudrait dire quelque chose.
[Translation]
Ms. Fortier: I wanted to mention that Quebec has a fisheries
and aquaculture school called ÉPAC, based in Gaspésie. I am
surprised to learn that you are having difficulty recruiting in other
provinces, as well. We thought that the issues in Quebec stemmed
from the fact that companies had difficulty achieving profitability
and that we were struggling to get young people interested in
aquaculture. Now I am realizing that these issues are more
widespread. I would still like to point out that the way we are
dealing with this in Quebec is by developing a fisher-mariculturist
model. In other words, we are trying to engage people who are
[Français]
Mme Fortier : Je voulais mentionner qu’au Québec, il existe
une École des pêches et de l’aquaculture qui s’appelle l’ÉPAC et
qui est basée en Gaspésie. Je suis surprise d’apprendre que, dans
les autres provinces aussi, vous avez de la difficulté à recruter.
Nous croyions que, au Québec, c’était parce que les entreprises
avaient du mal à être rentables que nous avions du mal à
intéresser de jeunes personnes à l’aquaculture. Maintenant, je me
rends compte que c’est une problématique qui est plus générale. Je
voulais tout de même mentionner que la manière dont on aborde
le sujet au Québec, c’est en développant un modèle pêcheur-
14:70
Fisheries and Oceans
already working with boats and are involved in fishing, so as to
help them prolong their working season by combining their
fishing activities with mariculture activities.
[English]
20-11-2014
mariculteur, c’est-à-dire qu’on essaie d’intéresser des gens qui
évoluent déjà dans le milieu des bateaux, dans le milieu de la
pêche, afin de leur permettre d’allonger leur saison de travail en
combinant leurs activités de pêche avec des activités maricoles.
[Traduction]
Mr. Mallet: In New Brunswick we had an aquaculture
technician program. It was a French language program offered
and that provided a variety of practical skills training in
everything from fibreglass repair to soldering. A lot of workers
were previously employed in fish processing plants. When that
industry collapsed they went through the training. Unfortunately
that program was cancelled. It has not been running for a number
of years now. We did hire some people through that program that
are still with our company. Now the only program is in the
English language and is at the opposite end of the province from
where aquaculture or oyster culture is.
M. Mallet : Au Nouveau-Brunswick, nous avions un
programme de technicien en aquaculture. C’était un programme
en français qui offrait diverses formations pratiques dans toutes
sortes de domaines allant de la réparation avec de la fibre de verre
à la soudure. Beaucoup de gens travaillaient dans des usines de
transformation du poisson. Quand cette industrie s’est effondrée,
ils ont suivi cette formation. Malheureusement, le programme a
été annulé. Il a été abandonné depuis plusieurs années. Certains
employés que nous avions embauchés dans le cadre de ce
programme travaillent toujours chez nous. Maintenant, le seul
programme offert est en anglais, à l’autre bout de la province, loin
de l’endroit où a lieu l’aquaculture ou l’ostréiculture.
Just to speak to the importance of training from an even earlier
stage, I just had somebody apply from France to our business. I
was very surprised to learn that they have aquaculture training
from high school on. Right out of high school he knows he wants
to be in aquaculture. He has had some experience in aquaculture
industries in Europe. He is interested in the Canadian model and
has applied for a job here. I think if we had similar opportunities
here we would see more interest. As far as labour jobs go they
tend to be better paying than your sort of typical minimum wage
job.
Juste pour souligner l’importance de la formation à un âge
encore plus jeune, je viens de recevoir la candidature d’un
Français. J’ai été très étonné d’apprendre que là-bas, la formation
à l’aquaculture commence au secondaire. Il vient de terminer son
secondaire et il sait qu’il veut travailler dans l’aquaculture. Il a eu
une certaine expérience de l’aquaculture en Europe. Il s’intéresse
au modèle canadien et a demandé un emploi chez nous. Je pense
que si nous avions les mêmes possibilités ici, cela susciterait plus
d’intérêt. En ce qui concerne les emplois manuels, ils ont tendance
à être mieux payés que les emplois typiques rémunérés au salaire
minimum.
Ms. Worth: Just to reiterate, I think we have done a pretty
good job of saying there are some labour market challenges in
present day aquaculture and it is very similar to agriculture. How
does that equate to our having access to agricultural programs
into the future and some recognition in a national way that the
similarities would justify access to crop insurance programs,
income stabilization programs, labour support programs and
those other kinds of things that are in place for agriculture? I do
not think we have to reinvent the wheel. I think we have to look at
some tools that are already in place. If we really believe that
aquaculture has some of those common challenges then we have
to think outside the box a bit and expand potential access to those
programs.
Mme Worth : Je répéterais simplement qu’à mon avis, nous
avons bien fait comprendre que l’aquaculture pose actuellement
des problèmes sur le plan de la main-d’œuvre et que c’est très
similaire à la situation de l’agriculture. Cela veut-il dire qu’à
l’avenir on pourrait nous donner accès aux programmes agricoles
et reconnaître, au niveau national, que les similarités justifieraient
l’accès aux programmes d’assurance récolte, aux programmes de
stabilisation du revenu, aux programmes de soutien de la maind’œuvre et aux autres mesures en place pour l’agriculture? Je ne
pense pas qu’il soit nécessaire de réinventer la roue. Nous devons
examiner les outils qui existent déjà. Si nous croyons vraiment que
l’aquaculture est aux prises avec certains des mêmes problèmes,
nous devons penser autrement et élargir l’accès à ces programmes.
I made that suggestion to somebody at the Crop Insurance
Corporation and it was interesting. I found out that there is an
underspend in that program on an annual basis that would more
than fund aquaculture to be able to come in under that program. I
did not realize there was an annual underspend in the Crop
Insurance Program. That is just one small example of an existing
program already in place and built that with some simple
expansion of eligibility could suddenly become a tool that
aquaculture could use to help solve some of the challenges here.
J’ai fait cette suggestion à quelqu’un à la Société d’assurancerécolte et c’était intéressant. J’ai appris que ces programmes
disposent chaque année de sommes inutilisées qui suffiraient
largement à financer l’aquaculture. Je ne m’étais pas rendu
compte qu’il y avait, chaque année, une sous-utilisation du
programme d’assurance récolte. Ce n’est qu’un petit exemple d’un
programme déjà en place dont il suffirait d’élargir les conditions
d’admissibilité pour disposer d’un outil que l’aquaculture pourrait
utiliser pour résoudre certaines difficultés.
Senator Poirier: Thank you all for being here.
La sénatrice Poirier : Merci à tous de votre présence ici.
20-11-2014
Pêches et océans
14:71
One of the places that we went this week to visit was the mussel
farm. They told us that it was a year-round business operation
and so on. Do you foresee that there is any way in the future of
the oyster industry that we can build it into a year-round
operation, whether it be by value-added products or something
else? Is that something that you could see in the foreseeable future
to help build the stability of keeping our employees here so that
they are not working seasonal or going out West because of not
being able to have a full-time job? Is that something that we could
see?
Un des endroits que nous sommes allés visiter cette semaine
était une ferme mytilicole. On nous a dit qu’elle fonctionnait toute
l’année. Croyez-vous possible qu’à l’avenir le secteur ostréicole
puisse poursuivre ses activités toute l’année, que ce soit grâce à
des produits à valeur ajoutée ou autrement? Est-ce une chose que
vous pourriez envisager à l’avenir pour nous permettre de garder
nos employés afin qu’ils ne soient plus des travailleurs saisonniers
ou ne partent plus vers l’Ouest faute d’avoir un emploi à plein
temps? Est-ce quelque chose que nous pourrions envisager?
Mr. Mallet: Yes, I think for sure there is definitely room to
have more full-time year-round jobs. We are moving in that
direction and a number of people are as well. A lot of it has to do
with the scale of the farm. Most of our oyster farms in New
Brunswick are very small farmer-fisher model farms, like Sophie
mentioned. Many of our oyster growers also commercially fish
for a variety of species as a supplementary means of income.
Larger farmers can support year-round operations. For example,
we continue to harvest our product through the ice much like
mussel growers do year-round. Some portion of our employees
are full time, year-round. In our hatchery those are year-round
jobs.
M. Mallet : Oui, je crois qu’il est certainement possible d’avoir
davantage d’emplois à plein temps. Nous nous orientons dans
cette direction et un certain nombre d’autres entreprises le font
aussi. Cela dépend dans une large mesure de la taille de
l’exploitation. La plupart de nos fermes ostréicoles du
Nouveau-Brunswick sont de très petites entreprises d’élevage et
de pêche, comme Sophie l’a mentionné. Un grand nombre de nos
ostréiculteurs se livrent aussi à la pêche commerciale de diverses
espèces pour compléter leurs revenus. Les grandes exploitations
peuvent poursuivre leurs activités toute l’année. Par exemple,
nous continuons de récolter notre produit à travers la glace tout
comme les producteurs de moules. Une partie de nos employés
travaillent à plein temps, toute l’année. Les emplois de notre
écloserie durent toute l’année.
I think as the industry grows and businesses grow you will see
more room for full-time jobs. I think people are realizing that it is
an important way to keep people in the industry. There is always
going to be times where you have peak labour demands,
operations like mussel socking and for oysters it will be grading
and harvesting. We need access to that mobile and temporary
pool of labour as well.
Je pense qu’au fur et à mesure que le secteur et les entreprises
prendront de l’expansion, il y a aura davantage d’emplois à plein
temps. Les gens se rendent compte que c’est une façon importante
de garder la main-d’œuvre dans le secteur. Il y aura toujours des
périodes où les besoins de main-d’œuvre seront plus importants,
par exemple pour le boudinage des moules ou le classement et la
récolte des huîtres. Nous avons également besoin de réservoirs de
main-d’œuvre mobile et temporaire.
Senator Poirier: Have you ever looked at a co-op operation of
different industries out there sharing a pool of employees at
different peak times that can be trained in labour and be able to
do more than just one type of work? I know that in certain areas
of the province we have done it with other businesses where
certain employees will actually be able to get 40 hours of work a
week by working for two different companies or will move on
during a peak season. We have seen that before in the Acadian
Peninsula with the Christmas tree wreaths and the people that
fish. People go on to work on that or something. Is there
something like that that is a possibility to help until you build to
the level that you need to be to be able to be full time and keep the
employees?
La sénatrice Poirier : Avez-vous jamais envisagé de partager un
réservoir d’employés avec différents secteurs, à des périodes de
pointe différentes, des gens qui peuvent être formés et capables
d’accomplir plus qu’un certain type de travail? Je sais que nous
l’avons fait dans certaines régions de la province, pour d’autres
entreprises où certains employés peuvent accumuler 40 heures de
travail par semaine en travaillant pour deux sociétés différentes
ou en période de pointe. Cela se fait déjà, dans la péninsule
acadienne, pour les arbres et les couronnes de Noël ou pour la
pêche. Les gens font ce travail ou un autre. Ce genre de modèle
pourrait-il vous aider jusqu’à ce que vous soyez en mesure de
travailler à plein temps et de garder vos employés?
Mr. Mallet: Yes, it sounds like a terrific way to keep people
employed on a year-round basis or at least throughout the whole
season.
M. Mallet : Oui, cela semble être une excellente façon
d’employer le personnel toute l’année ou du moins pendant
toute la saison.
Senator Poirier: Has it been looked at? Is that something that is
possible?
La sénatrice Poirier : Ce modèle a-t-il été envisagé? Est-ce
possible?
Mr. Mallet: I am not sure that it has been formally looked at. I
do not think it has.
M. Mallet : Je ne suis pas sûr qu’il ait été officiellement
envisagé. Je ne le pense pas.
14:72
Fisheries and Oceans
Ms. Fortier: I just want to mention that it is done in Quebec.
We have four companies that are sharing the same people, the
same employees. They share two different boats and they share
people where they sell their mussels. If one company is not able to
sell one day, the second company can sell so that mussels are
always available for consumers. It works very well. I think they
have been doing it at least for five years and it is working very
well. Another company wants to get in so there might be five next
year to share boats and employees.
Senator Poirier: That is good.
20-11-2014
Mme Fortier : Je désire seulement mentionner qu’on le fait au
Québec. Nous avons quatre entreprises qui partagent la même
main-d’œuvre, les mêmes employés. Elles partagent deux bateaux
différents ainsi que le personnel à l’endroit où elles vendent leurs
moules. Si une entreprise n’est pas en mesure de vendre un jour
donné, la deuxième entreprise peut le faire afin que les moules
soient toujours à la disposition des consommateurs. Cela
fonctionne très bien. Je pense que les entreprises en question
font cela depuis au moins cinq ans avec d’excellents résultats. Une
autre entreprise désire se joindre à elles, si bien qu’elles seront
peut-être cinq, l’année prochaine, à partager leurs bateaux et leurs
employés.
La sénatrice Poirier : C’est bien.
Senator Stewart Olsen: I have a couple of clarification
questions, if I may. You mentioned one of the challenges you
face is with lease spaces. Can you just tell me what you mean by
that?
La sénatrice Stewart Olsen : J’aurais des éclaircissements à
vous demander, si vous le permettez. Vous avez mentionné qu’une
de vos difficultés se rapporte aux espaces loués. Pouvez-vous nous
dire ce que vous entendez par là?
Mr. Mallet: Sure. As you heard this morning, in New
Brunswick we have the bay management plan. I do not think
Nova Scotia has a similar program but we have certain spaces in
bays that are preapproved for aquaculture. A lot of the
environmental testing is much easier within that framework,
especially in the southwest part of the province. Those areas are a
lot smaller because there are a lot more users and they are being
filled up very rapidly.
M. Mallet : Certainement. Comme vous l’avez entendu dire ce
matin, au Nouveau-Brunswick, nous avons le plan de gestion de
la baie. Je ne pense pas que la Nouvelle-Écosse ait un programme
similaire, mais nous avons, dans la baie, certains espaces qui sont
préapprouvés pour l’aquaculture. Ce modèle facilite beaucoup les
évaluations environnementales, surtout dans le sud-ouest de la
province. Ces zones sont beaucoup plus petites, car il y a
beaucoup plus d’usagers et elles sont occupées très rapidement.
For a lot of growers well over 50 per cent of their site is being
used. They are looking to grow and they are coming up with space
problems. The province in those bays is looking at expanding the
areas of the bay that are available for culture. So that is where we
are at.
Un grand nombre de producteurs utilisent plus de 50 p. 100 de
leur site. Ils cherchent à prendre de l’expansion et se heurtent à un
problème d’espace. Dans ces baies, la province cherche à élargir
les zones de la baie disponibles pour l’aquaculture. Voilà donc où
nous en sommes.
Senator Stewart Olsen: But you do see a need there.
Mr. Mallet: Oh, yes.
Senator Stewart Olsen: Sophie, you made an interesting
statement about sharing innovation. You obviously see a need
for some mechanism to share the innovative ideas like the co-op
and like a lot of this. Can you expand on that?
[Translation]
Ms. Fortier: Yes, I will answer in French. It is very clear that
Quebec has fallen behind in developing its mariculture industry
for various reasons. With the neighbouring provinces expanding
on their activities in this field, we are realizing that it is important
to share research information on the problems we are facing. We
know that ducks do not cause problems only in Quebec. We know
that many of the issues are shared by other provinces’
mariculturists. We are trying to find a way to come together
and share more information on solutions and preferred models.
La sénatrice Stewart Olsen : Mais vous voyez un besoin sur ce
plan-là.
M. Mallet : Oh, oui.
La sénatrice Stewart Olsen : Sophie, vous avez fait une
remarque intéressante au sujet du partage de l’innovation. De
toute évidence, vous voyez la nécessité de créer un mécanisme
pour partager les idées novatrices comme les coopératives et
beaucoup de choses de ce genre. Pourriez-vous nous en dire plus?
[Français]
Mme Fortier : Oui, en fait, je vais répondre en français. Il est
très clair que le Québec a pris du retard dans le développement de
son industrie maricole pour différentes raisons. Comme on voit
que, dans les provinces voisines, justement, il y a eu une bonne
expansion, on s’aperçoit que, sur le plan de la recherche par
rapport aux problématiques qui sont rencontrées, le partage de
cette information est important. On sait que les canards ne sont
pas une source de problèmes uniquement au Québec. On sait que
de nombreux enjeux sont partagés par les mariculteurs des autres
provinces. On cherche une manière, justement, de se rapprocher,
d’avoir davantage d’échanges concernant les pistes de solution et
les modèles qui sont privilégiés.
20-11-2014
Pêches et océans
14:73
Quebec should not be the only province learning from its
neighbours. Here, I am thinking of the issue we just talked about
in terms of space needs in bays. Quebec has developed expertise in
working on the high seas, and that approach can provide various
benefits when space is lacking. If we look at the expansion of
mariculture around the world, it is very clear that bays will
eventually no longer suffice because of the growing number of
users.
D’autre part, le Québec n’a pas seulement des choses à aller
chercher chez ses voisins. Si je pense, par exemple, au problème
que nous venons de mentionner par rapport aux besoins d’espace
dans les baies, le Québec a développé une expertise en ce qui
concerne le travail en haute mer, qui peut offrir différents
avantages lorsqu’on manque d’espace. Si on prend l’exemple
global de l’expansion de la mariculture dans le monde,
actuellement, il est très clair que les baies, à un moment donné,
ne suffiront pas, parce qu’il y aura d’autres utilisateurs.
What we want is basically to be able to share both knowledge
and methods amongst provinces. We have oyster producers who
obtain information, in New Brunswick, and share it with other
provinces, and the same goes for mussels and scallops. Whether
we are talking about acts, regulations, expertise, experiences or
models, we would like the federal government and the other
provinces to foster communication among mariculture industries.
Donc, ce que nous cherchons, dans le fond, c’est de pouvoir
partager autant les connaissances que la manière de fonctionner
d’une province à l’autre. Nous avons des producteurs d’huîtres
qui vont s’informer, au Nouveau-Brunswick, qui font des
échanges avec d’autres provinces, et il en est de même pour les
moules et les pétoncles. Qu’il s’agisse des lois, des règlements, de
l’expertise, des expériences et des modèles, nous aimerons que la
communication entre les industries maricoles puisse être favorisée,
autant par le gouvernement fédéral que par les autres provinces.
I would like to comment on something. When mariculture is
mentioned, we often feel a bit separate because new regulations —
such as the Aquaculture Regulations, just proposed by the federal
government — apply much more to large fish productions. We
realize that those legislative texts place little focus on shellfish
culture issues, even though shellfish culture makes sustainable
aquaculture possible and has a very promising future in terms of
producing animal protein for humans.
Si je peux me permettre un commentaire, souvent, lorsqu’on
entend parler de mariculture, on se sent un peu à part, parce que,
bien souvent, dans le cadre des nouveaux règlements, comme le
Règlement sur l’aquaculture qui vient d’être proposé par le
gouvernement fédéral, on se rend compte qu’il s’agit beaucoup
plus des grandes productions de poisson. On se rend compte que
ces textes s’adressent peu aux problématiques conchylicoles et,
pourtant, la conchyliculture est une manière de faire de
l’aquaculture durable et de produire des protéines animales
pour les humains qui a énormément d’avenir.
[English]
Senator Stewart Olsen: I agree. Thank you so much for that.
[Traduction]
La sénatrice Stewart Olsen : Je suis d’accord. Merci beaucoup.
I find so interesting, Mr. Stewart and Mr. Lewis, the
comments that you made. It is what you face on a daily basis
and that is exactly the kind of thing we need to hear from
everyone. I am very grateful that you have been able to take the
time to come here. That is what makes it valuable. Thanks.
Monsieur Stewart et monsieur Lewis, je trouve vos
observations très intéressantes. C’est ce à quoi vous êtes
confrontés quotidiennement et c’est exactement le genre de
renseignements que nous avons besoin d’obtenir. Je vous suis
très reconnaissante d’avoir pris le temps de venir ici. C’est ce qui
rend ce travail utile. Merci.
Senator Meredith: I do have your labour shortage problem
solved so talk to me after. Ontario is included at this table as well.
Le sénateur Meredith : J’ai réglé votre problème de pénurie de
main-d’œuvre alors venez me parler après la réunion. L’Ontario a
également son mot à dire ici.
On a serious note, Ms. Fortier, you mentioned access in your
presentation. Yesterday, we visited Fermes marines du Québec.
He indicated significant contributions with respect to the
investment that he made into his really cutting-edge plant. In
one of the plants we have seen so far he has it down to a science.
However in terms of access to credit you indicated that they are
not able to get the funds. Do they know that at the outset or is it
something that sprung up on them once they had started their
initial investment into a shellfish plant like that the one he has?
Plus sérieusement, madame Fortier, vous avez mentionné
l’accès dans votre déclaration. Hier, nous avons visité Fermes
marines du Québec. Le propriétaire a fait état de contributions
importantes en ce qui concerne son investissement dans son
établissement ultramoderne. Dans une des installations que nous
avons visitées jusqu’ici, il a fait de l’élevage une science.
Néanmoins, en ce qui concerne l’accès au crédit, vous avez dit
que les entreprises n’arrivent pas à obtenir de financement. Le
savent-elles dès le départ ou est-ce un problème auquel elles sont
confrontées après avoir fait leur investissement initial dans un
élevage de mollusques et crustacés comme celui dont je parle?
14:74
Fisheries and Oceans
Ms. Fortier: I am not sure I understand. Do you mean when
they start aquaculture plant do they know if credit is available or
not?
20-11-2014
Mme Fortier : Je ne suis pas certaine de comprendre. Vous
demandez s’ils savent qu’ils obtiendront ou non du crédit
lorsqu’ils créent leur entreprise d’aquaculture?
Senator Meredith: Yes.
Le sénateur Meredith : Oui.
Ms. Fortier: In fact in 2008 the credit was allowed.
Mme Fortier : En fait, le crédit a été accordé en 2008.
Senator Meredith: Why the change?
Le sénateur Meredith : Pourquoi le changement?
Ms. Fortier: Well nothing changed. In fact the credit is
supposed to be allowed but no company can have it.
Mme Fortier : Rien n’a changé. Le crédit est censé être
accordé, mais aucune entreprise ne peut l’obtenir.
The thing is that mariculture is considered a fishery and a
fishery is not allowed to have access to this credit. Because the
term aquaculture is defined as a fishery in the federal regulation
Revenu Québec is saying to the companies, ‘‘You cannot have
access to this credit because you are a fishery.’’ We have a
company that is waiting for $1.5 million. This company is a
hatchery plant in Gaspésie and they closed the hatchery for the
summer this year. It could not open because they did not have the
money to run on the short-term basis.
La mariculture est considérée comme une pêche, mais elle ne
peut pas avoir accès à ce crédit. Comme l’aquaculture est définie
comme une pêche dans la réglementation fédérale, Revenu
Québec dit aux entreprises : « Vous ne pouvez pas avoir accès à
ce crédit parce que vous êtes une pêche ». Nous avons une
entreprise qui attend 1,5 million de dollars. Il s’agit d’une écloserie
de Gaspésie qui a dû fermer ses portes cet été. Elle n’a pas pu
ouvrir parce qu’elle n’avait pas d’argent pour fonctionner à court
terme.
[Translation]
I want to clarify that the credit was actually approved, and
nothing has changed. However, since the federal government has
not defined aquaculture as being separate from fisheries, this is
the response from Revenue Quebec. Mariculture is considered as
a fishing activity — it is a harvesting activity, and not a
production and processing activity. So this is a bit absurd, but
it is indeed a rejection. One of the Quebec government’s
suggestions to businesses is to ask the federal government to
define aquaculture as an activity that is separate from fisheries.
[English]
Senator Meredith: How many companies are you aware of
apart from this one that find themselves in that situation?
Obviously there has to be an appeal mechanism if it was allowed
in 2008 and now they are out these funds and potential jobs are at
risk from closures. It is going to affect the economy. How does
one go about it?
[Translation]
Ms. Fortier: The current problem is that 20 companies are
affected. None of the existing companies have access to the credit,
but there are also companies that will not be created, since the
investment tax credit was implemented by the provincial
government to attract private investments. As for those private
investments, about $10 million has been paid out since the credit
was announced, and companies are awaiting returns. So the
private sector will definitely not make any further investments.
However, we are still in the resource regions, where the
[Français]
Alors, pour être sûre d’être claire, le crédit a été vraiment
entériné et rien n’a changé. Cependant, compte tenu du fait que
l’aquaculture n’est pas définie comme étant séparée des pêches par
le gouvernement fédéral, c’est la réponse que Revenu Québec
nous donne; ainsi, nous sommes considérés comme une activité de
pêche, nous sommes une activité de cueillette et non pas de
production et de transformation. Alors, c’est un peu absurde,
mais, effectivement, c’est une fin de non-recevoir. L’une des
avenues que le gouvernement québécois donne aux entreprises,
c’est de leur recommander de demander au gouvernement fédéral
de définir l’aquaculture comme étant une activité séparée des
pêches.
[Traduction]
Le sénateur Meredith : À votre connaissance, combien d’autres
entreprises se trouvent dans cette situation, en plus de celle-là?
Bien entendu, il doit y avoir un moyen de faire appel si cela a été
autorisé en 2008 et que maintenant, les entreprises manquent
d’argent et que leur fermeture risque de faire disparaître des
emplois. Cela va nuire à l’économie. Que peut-on faire?
[Français]
Mme Fortier : En fait, le problème, à l’heure actuelle, c’est
qu’on parle d’une vingtaine d’entreprises. On parle de la totalité
des entreprises qui n’ont aucun accès, mais on parle aussi
d’entreprises qui ne verront pas le jour, parce que ce crédit
d’impôt à l’investissement a été mis en place par le gouvernement
provincial pour susciter les investissements privés. Or, quant à ces
investissements privés, on parle d’environ 10 millions de dollars
qui ont été versés depuis l’annonce du crédit, et les compagnies
attendent le retour. Donc, il est certain qu’il n’y aura pas d’autres
20-11-2014
Pêches et océans
14:75
165 positions I mentioned are direct jobs. But this aspect does not
take the rest into account.
investissements de la part du secteur privé. Pourtant, nous
sommes toujours dans des régions-ressources, où les 165 postes
dont je vous parle sont des emplois directs. Cependant, cet aspect
ne compte pas tout le reste.
We are in a climate where, on a provincial level, we have
experienced so many job cuts over the past few weeks in sectors
such as the regional conferences of elected officials, as well as
many cuts to positions held by young professionals. When it
comes to fisheries and aquaculture for the resource regions,
165 jobs is a huge number. So there are currently 20 companies
that are not entitled to the credit, but the rug is also being pulled
out from under potential investors. That much is very clear.
Nous sommes dans un climat où, au niveau provincial, au
cours des dernières semaines, nous avons connu énormément de
fermetures de postes dans des secteurs comme les Conférences
régionales des élus, et de nombreuses fermetures de postes
occupés par de jeunes professionnels. Or, lorsqu’on parle des
pêches et de l’aquaculture pour les régions-ressources,
165 emplois, c’est énorme. Donc, il y a 20 entreprises, à l’heure
actuelle, qui n’y ont pas droit, mais c’est aussi tirer le tapis sous les
pieds d’investisseurs potentiels. Ça, c’est très clair.
[English]
[Traduction]
Senator Meredith: Thank you for that. Mr. Mallet and
Mr. Lewis, you talk about the challenges that you have in terms
of treating your products or treating your shellfish. At what point
do you have to do that and how often through its growing season
do you have to do that?
Le sénateur Meredith : Je vous remercie. Monsieur Mallet et
monsieur Lewis, vous avez parlé des difficultés que vous pose le
traitement de vos produits ou de vos mollusques. À quel moment
devez-vous le faire et à quelle fréquence devez-vous le faire
pendant la saison d’élevage?
Mr. Mallet: Every business is different. We like to handle our
oysters at least once per year, but since we have a large
production it is throughout the year that we will do a given line
of oysters. One issue, for example, is that a bay or an area might
be closed due to for example rainfall. That engenders a
preventative closure for potential bacterial contamination. Even
though we might go take oysters that are not destined to market,
we are simply going out there to grade our oysters and put them
back in those same waters, we have to apply for a DFO permit
and a harvest plan to take those oysters out.
M. Mallet : Chaque entreprise est différente. Nous aimons
traiter nos huîtres au moins une fois par année, mais comme nous
avons une production importante, c’est tout au long de l’année
que nous nous occupons d’une filière d’huîtres. Un des problèmes,
par exemple, est qu’une baie ou une zone peut être fermée suite à
des pluies. Cela entraîne une fermeture préventive pour le cas où il
y aurait une contamination bactérienne. Même si nous allons
prélever des huîtres qui ne sont pas destinées au marché,
simplement pour classer nos huîtres et les remettre dans la
même eau, nous devons demander un permis au MPO et
soumettre un plan de récolte pour sortir les huîtres.
Senator Meredith: How long does that take?
Le sénateur Meredith : Combien de temps cela prend-il?
Mr. Mallet: It takes at least a few days but the problem is that
we have to file the application every time there is a closure. There
is no way for us, for example, to propose a harvest plan and say,
‘‘This is what we are going to do in case of a closure.’’ Then DFO
could look at that and say, ‘‘Okay, that is how you are going to
operate.’’ Every time there is a closure we have to apply through
that same process. That is one example where that is a big
problem.
M. Mallet : Cela prend au moins quelques jours, mais le
problème est que nous devons soumettre une demande chaque
fois qu’il y a une fermeture. Nous ne pouvons pas, par exemple,
proposer un plan de récolte en disant : « Voici ce que nous allons
faire en cas de fermeture. » Le MPO pourrait examiner ce plan et
dire : « D’accord, c’est ainsi que vous allez opérer. » Chaque fois
qu’il y a une fermeture, nous devons nous soumettre aux mêmes
formalités de demande. C’est un exemple de situation très
problématique.
Mr. Lewis: If I can just make a few comments on that. You
asked how often we handle our oysters. My oysters are handled at
least 10 times a year. They are flipped manually. The bags are
flipped manually. That is my point on aquaculture regs. I would
like to see a licence. I would like to be able to go in, in April and
tell them my plan for my farm, not have to go and fax for a licence
every second or third day and wait for a fax back saying, ‘‘I am
sorry, I am on vacation’’ and my farm sits idle. I would like to be
able to go in and tell them my plan for the year and I want my
aquaculture licence.
M. Lewis : J’aimerais ajouter quelques mots à ce sujet. Vous
avez demandé à quelle fréquence nous manipulons nos huîtres.
Mes huîtres sont manipulées au moins 10 fois par année. Elles
sont retournées manuellement. Les poches sont retournées
manuellement. Voici mon opinion au sujet de la réglementation
de l’aquaculture. Je voudrais qu’il y ait un permis. Je voudrais
pouvoir informer les autorités, en avril, de mon plan
d’exploitation au lieu d’avoir à télécopier une demande de
licence tous les deux ou trois jours et attendre de recevoir une
réponse me disant : « Désolé, je suis en vacances », ce qui
14:76
Fisheries and Oceans
20-11-2014
m’empêche de faire quoi que ce soit. Je voudrais pouvoir
présenter mon plan pour l’année et obtenir mon permis
d’aquaculture.
Just streamline the thing and get the red tape out of there. It is
set up for a wild fishery and there needs to be an aquaculture
licence where we can go out and farm and feel that we are within
the regulations.
Il faut simplement rationaliser le système et supprimer les
tracasseries administratives. Ce régime a été établi pour la pêche
sauvage et il faudrait établir un permis d’aquaculture qui nous
permettrait de faire de l’élevage en respectant la réglementation.
Getting back to Senator Poirier’s comment on year-round
harvest, I could see that happening in the near future where we
will be harvesting oysters year-round. Oysters right now are
available year-round from the processor but mainly they are
harvested after the growing season in October-November. I can
see in the very near future where the processors will not be able to
handle them in storage so we will be doing a winter harvest yearround. Yes, we do share a labour pool with other fisheries in
between seasons. Much of my crew is in between lobster seasons
or whatever. I can utilize that crew. We are using some. There
have been some great ideas here today. Thank you.
Pour revenir à ce qu’a dit la sénatrice Poirier au sujet des
récoltes qui durent toute l’année, je peux envisager que,
prochainement, nous récolterons les huîtres d’un bout à l’autre
de l’année. À l’heure actuelle, le transformateur fournit des
huîtres toute l’année, mais la plupart du temps, elles sont récoltées
après la saison de croissance, en octobre et novembre. Je crois que
très prochainement, lorsque les transformateurs ne pourront pas
les entreposer, nous poursuivrons la récolte pendant l’hiver. Oui,
nous partageons un réservoir de main-d’œuvre avec les autres
pêche, entre les saisons. La plupart des membres de mon équipe
travaillent pour moi entre les saisons du homard ou autres. Je
peux utiliser cette main-d’œuvre. Nous en utilisons une partie.
D’excellentes idées ont été lancées ici aujourd’hui. Merci.
The Chair: Thank you to our panellists. Despite many odds
and roadblocks you are doing very well. I am going to give
Mr. Stewart the last word before we close up.
Le président : Je remercie nos témoins. Malgré un bon nombre
de difficultés et d’obstacles, vous obtenez de très bons résultats. Je
vais laisser le dernier mot à M. Stewart avant de terminer.
Mr. Stewart: Just a last note about aquaculture in general. I
hear from Sophie, and it is all true, how we fall under the
Fisheries Act. David also mentioned how we work with CAIA,
the Canadian Aquaculture Industry Alliance. I used to be the
vice-president of that organization and for years now we have
been working on an aquaculture act so that we could officially be
recognized in Canada. As I said before, we are not fishing. We are
not farming on the land. We are in aquaculture which is farming
the sea and we are not recognized in Canada officially.
M. Stewart : Juste un dernier mot au sujet de l’aquaculture en
général. J’ai entendu Sophie dire que nous relevons de la Loi sur
les pêches, et c’est tout à fait vrai. David a aussi mentionné que
nous travaillons avec l’AICA, l’Alliance de l’industrie canadienne
de l’aquaculture. J’ai déjà été le vice-président de cet organisme et
cela fait des années que nous travaillons à une loi sur
l’aquaculture afin de pouvoir être officiellement reconnus au
Canada. Comme je l’ai dit, nous ne faisons pas de la pêche. Nous
ne cultivons pas la terre. Nous travaillons dans le domaine de
l’aquaculture qui consiste à faire de l’élevage en mer et nous ne
sommes pas reconnus officiellement au Canada.
The Chair: To be honest, we have heard that many, many times
across the country and it is certainly something that I am sure that
our committee will take into consideration when it comes time to
look at our recommendations. Trying to convince others to go
along with that is always the toughest part of our job also.
Le président : Je dois avouer que nous l’avons entendu dire à de
très nombreuses reprises un peu partout et que c’est certainement
une chose dont notre comité tiendra compte quand viendra le
temps de préparer nos recommandations. La partie la plus
difficile de notre travail est toujours d’essayer de convaincre les
autres.
Once again, I want to thank you for your presentations here
today.
Encore une fois, je tiens à vous remercier pour les exposés que
vous nous avez présentés aujourd’hui.
Ms. Worth would like to have the last word.
Mme Worth voudrait avoir le dernier mot.
Ms. Worth: I have a question about the timeframe on the
completion of the committee’s report.
Mme Worth : Je voudrais savoir quand le comité compte
terminer son rapport.
The Chair: We are scheduled to present the report by
June 2015. When we go to the Senate Chamber to ask for
permission to do a report we have to give an end date or a
proposed end date. I would not want to lock ourselves into that
even though that is what we are locked into.
Le président : Nous avons prévu de présenter notre rapport
d’ici juin 2015. Quand nous demandons la permission de faire un
rapport à la Chambre du Sénat, nous devons indiquer ou
proposer un délai. Je ne voudrais pas nous lier les mains, mais
nous sommes liés par ce délai.
20-11-2014
Pêches et océans
14:77
We have gathered an immense amount of information. We
travelled from British Columbia to Newfoundland. We are not
finished travelling yet. We are hoping to make another trip to
Newfoundland.
Nous avons recueilli une énorme quantité de renseignements.
Nous avons voyagé de la Colombie-Britannique à Terre-Neuve.
Nous n’avons pas encore terminé nos voyages. Nous espérons
faire une autre visite à Terre-Neuve.
We have been, like they say, overseas. We have learned much.
Many of us were not aware of the challenges that the industry
faces. Certainly we have become aware of those but we have also,
I think even more importantly, become aware of the opportunities
that are out there if we can alleviate some of the challenges that
this industry faces.
Nous sommes allés outre-mer. Nous avons beaucoup appris.
Un bon nombre d’entre nous n’étaient pas au courant des
difficultés auxquelles le secteur est confronté. Nous en avons
certainement pris connaissance, mais ce qui est encore plus
important, je pense, nous avons pris conscience des possibilités
qui existent si nous pouvons résoudre certains des problèmes de
cette industrie.
Different provinces have different issues. We heard this
morning from the minister in P.E.I. who does not have any
issue with setting up operations in P.E.I. That is an issue in Nova
Scotia, for example. How we develop a national report that
reflects the concerns of everybody is going to take some time. Our
plan is June 2015, but I have talked to most of my colleagues over
the past number of months and most important for us is that this
is an opportunity for not only our community but for the
industry. We are hoping to do this right even if that tells us that
we have to take a bit more time to do it properly by getting some
more witnesses to Ottawa to help us facilitate our report. We said
it from day one, and I repeat, it is not going to be a rush job. We
are hoping that it will be a good job.
Les problèmes sont différents d’une province à l’autre. Ce
matin, nous avons entendu le ministre de l’Île-du-Prince-Édouard
où l’établissement d’entreprises d’aquaculture ne pose pas de
difficulté. Cela en pose en Nouvelle-Écosse, par exemple.
L’élaboration d’un rapport national reflétant les préoccupations
de tout le monde va prendre un certain temps. Nous visons juin
2015, mais j’ai parlé à la plupart de mes collègues ces derniers
mois et le plus important pour nous ce sont les débouchés que cela
offre non seulement pour notre région, mais pour l’industrie.
Nous espérons produire un bon rapport même si cela veut dire
que nous devrons prendre un peu plus de temps pour bien le faire,
pour entendre d’autres témoins, à Ottawa, qui nous aideront à
préparer notre rapport. Nous avons dit depuis le premier jour, et
je le répète, que nous n’allons pas travailler précipitamment. Nous
espérons que ce sera un bon travail.
Mr. Stewart: I have to say, Senator Manning, that Senator
Meredith was wrong starting off. We did not need an interpreter
for Newfoundland language.
M. Stewart : Je dois dire, sénateur Manning, que le sénateur
Meredith s’est trompé. Nous n’avons pas eu besoin d’interprète
pour la langue de Terre-Neuve.
The Chair: I am down to about 30 kilometres an hour now.
Le président : J’ai beaucoup ralenti.
Thank you very much.
Merci beaucoup.
(The committee adjourned.)
(La séance est levée.)
MONCTON, Thursday, November 20, 2014
MONCTON, le jeudi 20 novembre 2014
The Standing Senate Committee on Fisheries and Oceans
met this day at 1:35 p.m. to study the regulation of aquaculture,
current challenges and future prospects for the industry in
Canada.
Le Comité sénatorial permanent des pêches et des océans
se réunit aujourd’hui, à 13 h 35, pour effectuer l’étude sur la
réglementation de l’aquaculture, les défis actuels et les
perspectives d’avenir de l’industrie au Canada.
Senator Fabian Manning (Chair) in the chair.
Le sénateur Fabian Manning (président) occupe le fauteuil.
The Chair: I would like to call the meeting to order and
welcome you to the Senate Standing Committee on Fisheries and
Oceans as we continue our study into the aquaculture industry in
Canada. I would like to welcome our guests and thank them for
taking the time to be here today with us.
Le président : Je déclare la séance ouverte. Bienvenue à tous à
la séance du Comité sénatorial permanent des pêches et des
océans qui poursuit son étude sur l’industrie de l’aquaculture au
Canada. J’aimerais souhaiter la bienvenue à nos témoins et les
remercier d’avoir pris le temps de comparaître devant nous.
Before we give the floor to our witnesses, senators will
introduce themselves.
Avant de laisser la parole aux témoins, je vais demander aux
sénateurs de se présenter.
Senator Poirier: Senator Rose-May Poirier from New
Brunswick.
La sénatrice Poirier : Sénatrice Rose-May Poirier, du
Nouveau-Brunswick.
Senator Stewart Olsen: Carolyn Stewart Olsen, New
Brunswick.
La sénatrice Stewart Olsen : Carolyn Stewart Olsen, NouveauBrunswick.
14:78
Fisheries and Oceans
Senator Meredith: Don Meredith, Ontario.
20-11-2014
Le sénateur Meredith : Don Meredith, Ontario.
Senator Hubley: Senator Elizabeth Hubley, Prince Edward
Island.
La sénatrice Hubley : Sénatrice Elizabeth Hubley, Île-duPrince-Édouard.
Senator Lovelace Nicholas: Senator Lovelace Nicholas from
New Brunswick.
La sénatrice Lovelace Nicholas : Sénatrice Lovelace Nicholas,
du Nouveau-Brunswick.
The Chair: I understand that our witnesses have some opening
remarks. Please introduce yourselves first.
Le président : Si j’ai bien compris, nos témoins ont des
déclarations préliminaires à faire. Veuillez commencer par vous
présenter.
Thierry Chopin, Professor of Marine Biology, University of New
Brunswick, NSERC Canadian Integrated Multi-Trophic
Aquaculture Network: Thierry Chopin from the University of
New Brunswick in Saint John.
Thierry Chopin, professeur de biologie marine, Université du
Nouveau-Brunswick, Réseau canadien d’aquaculture multitrophique
intégrée du CRSNG : Thierry Chopin, de l’Université du
Nouveau-Brunswick à Saint John.
Jamey Smith, Executive Director, Huntsman Marine Science
Centre: Jamey Smith, Executive Director of the Huntsman
Marine Science Centre in St. Andrews, New Brunswick.
Jamey Smith, directeur exécutif, Huntsman Marine Science
Centre : Jamey Smith, directeur exécutif du Huntsman Marine
Science Centre de St. Andrews, au Nouveau-Brunswick.
Mr. Smith: Good afternoon, everybody, and thank you very
much for this opportunity to participate in the discussion today.
Prior to the science centre, I served a four-year term working with
the Department of Fisheries and Oceans in Ottawa as the
Director of Certification and Sustainability Reporting within the
Aquaculture Management Directorate. Prior to that, I have also
served as the Executive Director of the New Brunswick Salmon
Growers Association, now known as the Atlantic Canada Fish
Farmers Association and worked in various capacities with that
group, and with other industries in the coastal aquatic
environment for some 30 years now. I have been fortunate to
have my entire career working around aquaculture and in other
coastal marine industries. I am a graduate of the University of
New Brunswick. In 1985, I received my Bachelor of Science
and Marine Biology and then went on to do my Ph.D at the
University of Stirling in Scotland on a Commonwealth
Scholarship studying specifically aquaculture environment
interactions.
M. Smith : Bonjour, tout le monde, et merci beaucoup de
l’occasion que vous nous donnez de participer aux discussions
aujourd’hui. Avant de travailler pour le centre des sciences, j’ai
travaillé pendant quatre ans au ministère des Pêches et Océans où
j’ai dirigé le volet Rapports sur la durabilité et la certification de
la Direction générale de la gestion de l’aquaculture. Avant cela,
j’ai également été directeur exécutif de la New Brunswick Salmon
Growers Association, qui s’appelle aujourd’hui l’Atlantic Canada
Fish Farmers Association — j’ai occupé divers postes au sein de
ce groupe — et j’ai travaillé dans d’autres industries du milieu
aquatique côtier pendant une trentaine d’années au total. J’ai eu
le bonheur de passer toute ma carrière dans le secteur de
l’aquaculture et des autres secteurs maritimes côtiers. Je suis
diplômé de l’Université du Nouveau-Brunswick. J’ai obtenu un
baccalauréat en sciences et en biologie marine en 1985. Grâce à
une bourse d’études du Commonwealth, je suis allé faire mon
doctorat à l’Université de Stirling, en Écosse, où je me suis penché
sur les interactions dans le milieu de l’aquaculture.
I want to give you just a bit about the Huntsman. We are a
registered, private, not-for-profit organization dedicated to
research and teaching around the marine environment. We were
established in 1969 specifically as a consortium of universities,
government departments and private sector interests to further
research and education. Our history is based on collaboration and
people working together. Our overall mission is to inspire
stewardship through engagement with the community in the
discovery of the oceans and the design and delivery of
inspirational, educational experiences and the advancement of
marine sciences through collaborative research and development
of innovative technical solutions for our public and private sector
partners. We have built a great reputation and a great capacity on
that history of science and education. We have gone through a
very significant development and evolution.
Je vais vous donner quelques informations au sujet de
Huntsman. Nous sommes un organisme enregistré, privé et sans
but lucratif et nous nous consacrons à la recherche et à
l’enseignement au sujet de l’environnement marin. L’organisme
a vu le jour en 1969; c’était au départ un regroupement des
milieux universitaire, gouvernemental et privé qui se consacrait
également à la recherche et à l’enseignement. Tout au long de
notre histoire, notre travail a été fondé sur la collaboration. Notre
mission générale consiste à encourager l’intendance en amenant
les membres des collectivités à découvrir les océans et à concevoir
et mettre en œuvre des expériences éducatives inspirantes; nous
visons également à faire avancer les sciences de l’océan grâce à des
activités conjointes de recherche et de développement ciblant des
solutions techniques innovatrices destinées à nos partenaires des
secteurs public et privé. Nous nous sommes bâti une excellente
réputation et nous avons acquis une grande capacité grâce à nos
antécédents en matière de science et d’éducation. Nous avons au
fil du temps beaucoup évolué.
20-11-2014
Pêches et océans
14:79
Right now, our campuses cover about 100 acres in
St. Andrews. We have an annual operating budget of around
$3 million and employ some 40 full-time equivalent people. In the
summer months it is up over 50, but generally it is around
40 people. Those are all highly qualified individuals: scientists,
technicians, educators.
À l’heure actuelle, nos installations occupent une centaine
d’acres, à St. Andrews. Notre budget de fonctionnement annuel
est d’environ 3 millions de dollars, et notre effectif est d’environ
40 employés à temps plein. Pendant l’été, nous comptons quelque
50 employés, mais en général, ils sont une quarantaine. Ce sont
tous des employés très spécialisés : des scientifiques, des
techniciens, des enseignants.
We have very extensive laboratory facilities, aquaculture
facilities, teaching facilities, residences, food service, meeting
spaces. We also host the Fundy Discovery Aquarium, which is the
largest aquarium facility east of Quebec City, and a very
significant tourist attraction for the St. Andrews area. We also
enjoy very strong, collaborative relationships with Fisheries and
Oceans St. Andrews Biological Station. It was one of the reasons
why the Huntsman was established in the first place. We now
operate very closely with them through a collaborative agreement
with the Atlantic Reference Centre berthing for our research
vessel; as well, we share a sea water supply system.
Nous disposons d’importants laboratoires, d’installations pour
l’aquaculture, d’installations pour l’enseignement, de résidences,
de services alimentaires et de lieux de réunion. Nous abritons
également l’Aquarium-découverte Fundy, le plus gros aquarium à
l’est de la ville de Québec, qui est une très importante attraction
touristique pour la région de St. Andrews. Nous entretenons
également une excellente relation de collaboration avec le
personnel de la Station biologique de St. Andrews du ministère
des Pêches et Océans. C’est l’une des raisons qui ont mené à la
création du centre Huntsman, au départ. Nous travaillons
maintenant en étroite collaboration avec eux conformément à
un accord conclu avec le Centre de référence de l’Atlantique pour
le mouillage de notre navire de recherche; nous partageons
également avec eux un système d’approvisionnement en eau de
mer.
All of that to say that the Huntsman exists within a very
significant, world-class cluster of marine expertise in southwest
New Brunswick. These longstanding relationships are truly world
class. They include the Department of Fisheries and Oceans,
various provincial government departments, the Atlantic Salmon
Federation, New Brunswick Community College, as well as the
many industries in our area including aquaculture, as well as the
environmental groups and conservation groups.
Je dis tout cela pour montrer que le centre Huntsman fait
partie d’un groupe très important d’experts maritimes de
catégorie mondiale qui se retrouve dans le sud-ouest du
Nouveau-Brunswick. Ces relations de longue date sont
réellement de calibre mondial. Parmi nos collaborateurs,
mentionnons le ministère des Pêches et Océans, divers
ministères provinciaux, la Fédération du saumon atlantique, le
Collège communautaire du Nouveau-Brunswick et de
nombreuses industries de notre région, entre autres le secteur de
l’aquaculture, de même que des groupes voués à la défense et à la
conservation de l’environnement.
I have had the great fortune of working all round the world
and what we have in southwest New Brunswick, in our region and
truly in Canada, is a world-class cluster of expertise that we need
to make better use of.
J’ai eu la chance immense de travailler dans toutes les régions
du monde et je peux affirmer que ce que nous avons dans le sudouest du Nouveau-Brunswick, dans notre région, mais aussi, au
Canada, c’est un groupe d’experts de calibre mondial que nous
devrions mieux utiliser.
Canada as a whole is a world leader in aquaculture research
and development. We must continue to support and enhance this
expertise in order to realize the full potential of our industry.
Governments recognize the capacity that exists in academia,
government and organizations such as the Huntsman and provide
the resources necessary to address key issues. It is definitely true
that strategic and timely investments will bring economic benefits
to Canadians. I want to specifically note that the economic benefit
will come not only from aquaculture production and the support
sectors, but actually from science and research and development
in and of itself.
Le Canada est dans l’ensemble un chef de file mondial de la
recherche et du développement en aquaculture. Nous devons
continuer à soutenir cette expertise et l’améliorer de manière à
réaliser le plein potentiel de cette industrie. Les gouvernements
reconnaissent la capacité des milieux universitaires, du
gouvernement et d’organismes comme le centre Huntsman, et il
fournit les ressources nécessaires pour régler les enjeux clés. Il est
on ne peut plus vrai que des investissements stratégiques faits en
temps opportun vont procurer des bénéfices économiques à tous
les Canadiens. J’aimerais souligner en particulier que les
avantages économiques ne seront pas engendrés uniquement par
la production aquicole et par les secteurs de soutien; ils
proviendront en fait des activités scientifiques et des activités de
recherche et de développement en soi.
14:80
Fisheries and Oceans
20-11-2014
I can speak of the Huntsman as a prime example. We are a
not-for-profit organization with annual revenues of around
$3 million. Therefore, by definition, virtually all of that revenue
gets turned back into the community. We have an annual payroll
of about $1.5 million. By various statistical estimates, we
contribute about $2 million to the provincial GDP. Last year
alone, we put about 2,700 students through our facility. We
worked with seven different universities, we had over 20 different
private sector clients and we welcomed over 2,500 visitors to the
Fundy Discovery Aquarium. So our little corner of New
Brunswick and the collaborations that we provide bring great
economic benefit to our region.
Le centre Huntsman en est un parfait exemple. Nous sommes
une organisation sans but lucratif dont les recettes annuelles sont
d’environ 3 millions de dollars. Par définition, la quasi-totalité de
ces recettes est renvoyée dans la collectivité. Nous payons chaque
année des salaires d’environ 1,5 million de dollars. Selon diverses
estimations statistiques, notre contribution au PIB de la province
est d’environ 2 millions de dollars. L’an dernier seulement, nous
avons reçu quelque 2 700 étudiants, dans nos installations. Nous
avons collaboré avec sept universités, offert des services à plus de
20 clients du secteur privé et accueilli plus de 2 500 visiteurs à
l’Aquarium-découverte Fundy. Dans notre petit coin de pays au
Nouveau-Brunswick et grâce à nos activités de collaboration,
nous procurons de grands avantages économiques à notre région.
It is clear from these statistics that investments in science,
research and development, investments that support aquaculture
support the Huntsman and support economic benefits to our
community. I would like to leave that message with you and
thank you for the opportunity. I look forward to further
discussion.
Ces statistiques montrent clairement que les investissements en
sciences, en recherche et développement, les investissements qui
soutiennent l’aquaculture soutiennent également le Centre
Huntsman et renforcent les avantages économiques procurés à
notre collectivité. C’est le message que je voulais vous faire passer;
je vous remercie de m’en avoir donné l’occasion. J’ai bien hâte que
ces discussions se poursuivent.
The Chair: Thank you, Dr. Smith.
Le président : Merci, monsieur Smith.
Dr. Chopin?
Monsieur Chopin?
Mr. Chopin: Good afternoon, senators. I am very pleased to be
here with you this afternoon to talk about aquaculture
regulations; the current challenges that we have and also the
future prospects. I will use a series of slides to highlight key
points. The principal challenge for the Canadian aquaculture
industry is an overly complex regulatory system. At the present
time, the industry is regulated by what I would call an obsolete,
reactive and inefficient Fisheries Act, going back to the time of
Confederation. It is time that we look at change with maybe a
new aquaculture act, because our existing Fisheries Act was
written at the time when commercial aquaculture did not exist. It
was not thought of as a modern food production system.
M. Chopin : Bonjour, mesdames et messieurs. Je suis très
heureux d’être ici avec vous cet après-midi pour discuter de la
réglementation touchant l’aquaculture, des défis actuels auxquels
nous sommes confrontés et des perspectives d’avenir également.
Je vais me servir d’une série de diapositives pour mettre en relief
les points clés. Le principal défi de l’industrie aquicole
canadienne, c’est que le système de réglementation est trop
complexe. À l’heure actuelle, l’industrie est régie par une Loi sur
les pêches que je qualifierais d’obsolète, de réactive et d’inefficace,
puisqu’elle remonte à la Confédération. Il est temps de penser à la
changer, voire d’adopter une nouvelle loi sur l’aquaculture, étant
donné que la Loi sur les pêches actuellement en vigueur a été
rédigée à une époque où l’aquaculture commerciale n’existait
même pas. Cette industrie n’était pas considérée comme un
système de production alimentaire moderne.
We need a new approach while respecting provincial
jurisdictions, but also harmonizing the application of federal
regulation nationwide. For example, when we have regulations
with the Canadian Food Inspection Agency, it should be valid in
B.C. or in New Brunswick, Nova Scotia, P.E.I. and
Newfoundland. We need harmonization and we need also a
possibility of developing new practices. The new regulations
should be flexible enough so that we can try things to evolve in
our way of doing aquaculture; with an ecosystem approach and a
multi-specific, multi-activity management approach. That is what
we need in the future.
Nous avons besoin d’une nouvelle approche qui tienne compte
des pouvoirs des provinces, mais qui cherche également à
harmoniser à l’échelle nationale l’application des règlements
fédéraux. Par exemple, quand l’Agence canadienne d’inspection
des aliments adopte un règlement, celui-ci devrait être applicable
tant en Colombie-Britannique qu’au Nouveau-Brunswick, en
Nouvelle-Écosse, à l’Île-du-Prince-Édouard ou à Terre-Neuve.
Nous avons besoin de cette harmonisation, et nous devons
également avoir la possibilité d’élaborer de nouvelles pratiques.
Le nouveau règlement devra être suffisamment souple pour que
nous puissions essayer des choses, chercher de nouvelles façons de
faire en aquaculture; il faut une approche écosystémique et une
approche multispécifique, englobant de multiples activités de
gestion. C’est ce dont nous aurons besoin à l’avenir.
20-11-2014
Pêches et océans
14:81
If we look at the aquaculture environmental monitoring at the
present time, both in freshwater and sea water, I would say it is a
case of two extremes. In the marine environment, it is all about
sediment monitoring. In the freshwater environment, it is exactly
the reverse. Who cares about the sediments? It is all about water
colour monitoring. There is no justification for that. There is an
historical reason, but it really does not make sense from an
ecosystem perspective.
Les mécanismes de contr ô le environnementaux de
l’aquaculture, à l’heure actuelle, qu’il s’agisse d’eau douce ou
d’eau salée, sont à l’opposé, dirais-je. Dans l’environnement
maritime, tout est axé sur le contrôle sédimentaire. Dans le milieu
d’eau douce, c’est exactement le contraire. Qui s’occupe des
sédiments? On s’occupe exclusivement du contrôle de la couleur
de l’eau. Rien ne le justifie. Il y a une raison historique, mais elle
n’a absolument aucun sens du point de vue des écosystèmes.
So really, let us start with the marine environment. In the
marine environment, we can do all kinds of monitoring, but really
at the end of the day, what we want is to dispose of the depots.
When we talk about depositional sites versus original sites or
moving certain sites, we have to be very careful because, as a
matter of fact, we may not be solving the problem but merely
shifting it to somewhere else. So I think there is one option, which
is biomitigation through IMTA, integrated multi-trophic
aquaculture. That is, have the right organism to recapture the
inorganic matter directly, and also to convert all the organic
matter ultimately back to inorganic nutrients so that the big cycle
of nutrients continues on and on and on.
En réalité, il nous faudrait commencer par le milieu maritime.
Dans ce milieu, nous pouvons effectuer toutes sortes de contrôles,
mais au bout du compte, nous voulons savoir comment disposer
des dépôts. Quand nous parlons des aires de dépôt par rapport
aux aires de référence ou de déplacer certaines aires, nous devons
faire très attention car, en fait, il se pourrait bien que plutôt que
de régler le problème, nous ne faisions que le changer de place.
Alors, je crois qu’il existe une solution, la bioatténuation par
l’aquaculture multitrophique intégrée, l’AMTI. Cela suppose de
choisir l’organisme qui pourra réutiliser directement la matière
inorganique et aussi de prévoir la conversion de toute la matière
organique, au bout du compte, en nutriments inorganiques, de
façon que le grand cycle des nutriments se poursuive à l’infini.
You have a diagram of IMTA. Originally, we thought it was
three components. It was a fed aquaculture. So that is the fish that
you feed with pellets. Then we thought we had two components;
the organic suspension extractive aquaculture with shellfish and
the inorganic suspension extractive aquaculture with seaweeds.
Now we realize that we also have two other components. Those
are deposit extractive aquaculture with invertebrates like sea
urchins, sea cucumbers, lobsters. Also, now we realize there is a
mineralizing aquaculture component with microbes and bacteria,
which is also very important.
Vous avez ici le diagramme de l’AMTI. Au début, nous
pensions qu’il n’y avait que trois composantes. Il s’agissait d’une
aquaculture axée sur l’apport de nourriture. C’est-à-dire que les
poissons étaient nourris aux granules. Nous avons ensuite pensé
avoir deux composants; les espèces vivant de composés
organiques, par exemple les crustacés, et les espèces vivant de
composés inorganiques, par exemple les algues. Nous réalisons
maintenant qu’il existe deux autres composantes. Il y a les espèces
dépositivores, qui comprennent les invertébrés comme les oursins,
les concombres de mer et le homard. Et nous constatons
maintenant qu’il y a également des espèces minéralisantes, qui
comprennent les microbes et les bactéries, dont le rôle est
également très important.
We have to be very careful. IMTA is just like a cascade going
from the large particle to the smaller particle to the inorganic, but
it is not necessarily mission accomplished when we are at the
bottom of the cascade. If we want the cascade to continue to
work, as you can see on the picture at the bottom right, there are
serious pumps and engineering and bioengineering behind all of
that. We have to be sure that, if you want, all the little dots at the
bottom of my IMTA diagram; all that is at the bottom go back to
the algae, so as to be recaptured by the algae.
Nous devons prendre beaucoup de précautions. L’AMTI, c’est
comme une cascade où les grosses particules se transforment en
petites particules, puis en matière inorganique, mais nous ne
sommes pas nécessairement arrivés au bout de notre mission, une
fois rendus au pied de la cascade. Si nous voulons que ce travail en
cascade se poursuive... voyez l’image en bas, à droite, il y a de
grosses pompes et des installations de génie et de bio-ingénierie
derrière tout cela. Nous voulons nous assurer, en quelque sorte,
que tous les petits points figurant au bas du diagramme de
l’AMTI, tous ces petits points seront absorbés par les algues.
Really, on the second page, we should be sure that we have the
receptors that are needed for the inorganics generated by
bioturbation of decomposition. So if you want, who will be
invited to the big table for absorbing all these nutrients, this big
nutrient cake. We have to be very careful. If we do not do
anything, that could be the nuisance opportunistic algae. We have
pictures here of green tides on red tides. Or it can be the
commercial opportune algae, the ones that we want purposely to
culture. In the picture you have on the right is the same site as
where you were Monday, but it is taken in May, June. The
En réalité, sur la seconde page, nous devons pouvoir nous
assurer d’avoir en place les récepteurs nécessaires des matières
inorganiques générées par la bioturbation et la décomposition. Il
s’agit, en quelque sorte, de savoir qui sera convié au grand
banquet pour absorber tous ces nutriments, ce grand gâteau de
nutriments. Nous devons faire très attention. Si nous ne faisons
rien, ce pourraient être des algues nuisibles opportunistes. Nous
avons ici des illustrations de marées vertes et de marées rouges. Il
pourrait aussi s’agir d’algues opportunistes commerciales, le type
d’algues que nous voulons bien cultiver. Sur l’illustration de
14:82
Fisheries and Oceans
20-11-2014
seaweeds are not tiny, little things on the rope as you saw, or
maybe guessed, but it is one metre and a half, two metres long. So
we have to have that in mind for the cycle to continue. We need
the photo-synthetic world to complete the cycle.
droite, donc c’est là où vous vous trouviez lundi, mais la photo a
été prise en mai ou en juin. Les algues ne sont plus ces toutes
petites choses accrochées à la corde que vous avez vues, ou
perçues, elles font maintenant un mètre et demi de longueur, deux
mètres. Nous devons donc penser à cela pour assurer la continuité
du cycle. Il faut que le milieu de la photosynthèse complète le
cycle.
It means that seaweeds on aquatic plants, if you are in
freshwater aquaculture, need to be seriously considered in the
Western world. That is a problem of the Western world. In fact, if
you look at the world mariculture production, seaweeds represent
49 per cent. But it is not known in the Western world, because
96 per cent is cultivated in Asia. We have the impression that it is
fish, but fish aquaculture worldwide is only 9 per cent. So as a
matter of fact, we are not aware of seaweeds in the Western
world. It means that regulations for seaweeds need to be
developed now while we are still in the pre-commercial stage, to
be ready when commercialization will occur.
Cela veut dire que les algues qui s’accrochent aux plantes
aquatiques, dans l’aquaculture en eau douce, doivent faire l’objet
d’une sérieuse étude, dans le monde occidental. C’est un problème
du monde occidental. En fait, à l’échelle mondiale, les algues
représentent 49 p. 100 des espèces de la mariculture. Mais elles
sont méconnues, en Occident, puisque l’Asie en cultive 96 p. 100.
Nous avons l’impression que l’aquaculture concerne les poissons,
mais, à l’échelle du monde, les poissons ne représentent que
9 p. 100 de la mariculture. Donc, en fait, nous ne sommes pas
conscients de leur existence, en Occident. Cela signifie qu’il
faudrait tout de suite préparer des règlements sur les algues,
puisque nous en sommes encore à l’étape de la
précommercialisation, de façon à être prêts lorsque le produit
pourra être commercialisé.
When I went to meetings with both federal and provincial
levels, I learned an English expression, which is ‘‘Let sleeping dogs
lie.’’ Do not make any noise, just as there is nothing happening
now. I do not think it is the right approach, because as a matter of
fact, we are almost at the level of going commercial and we will
not want to spend, four, five years later, the time to develop this
regulation to finally be able to commercialize. Now, the precommercial time, is the time to do this regulation, to do it well
and to think clearly of what we want.
Dans des réunions fédérales et provinciales auxquelles j’ai
participé, j’ai appris une expression anglaise : « Il ne faut pas
réveiller le chat qui dort ». Il ne faut pas faire de bruit, quand rien
ne bouge. Je ne crois pas que ce soit la bonne approche à adopter,
étant donné que, en fait, nous sommes quasiment prêts à
commercialiser notre produit et nous ne voulons pas passer les
quatre ou cinq prochaines années, prendre tout le temps qu’il
faudra pour élaborer ce règlement avant d’être finalement
capables de le commercialiser. C’est maintenant, avant la phase
de commercialisation, qu’il faut préparer ce règlement, il faut bien
le faire et il faut bien réfléchir à ce que nous voulons.
Also, we need a major rethinking of how an aquaculture farm
functions. It definitely does not work within the limit of four
buoys, and it should be managed following the Bay Management
Area strategy, according to the different elements you are talking
about. If you are talking about the large particulate organic
nutrients, that is management within the site. If you are talking of
the small particulate organic nutrients, it is a little bigger footprint
but it is within 10 to 30 metres of an aquaculture site. If you are
talking of dissolved inorganic nutrients, then it is bay
management that you need and the same for the disease vector
on the parasites. So depending on what type of nutrients we are
talking, we need different strategies. For example, in southwest
New Brunswick, we have at the present time 96 finfish sites
because of the three aquaculture Bay Management Areas that
allow this rotation they are following. This means that two-thirds
of the sites should be active, around 64 sites, but only 45 roughly
are active. So this means that there are 19, 20 sites that are not
active at any time. I think they should become active and that we
should consider seaweed in these sites, still integrated within the
overall aquaculture Bay Management Area. We cannot stop and
Il nous faut également revoir complètement le fonctionnement
des fermes aquicoles. Ce n’est évidemment pas faisable dans des
zones délimitées par quatre bouées, et la gestion devrait plutôt se
faire en fonction de la stratégie de gestion de la baie, en tenant
compte des différents éléments dont vous parlez. Si vous parlez
des gros nutriments organiques particulaires, ils sont gérés à
l’intérieur de la zone. Si vous parlez des petits nutriments
organiques particulaires, leur empreinte est un peu plus large,
mais elle ne dépasse pas de plus de 10 à 30 mètres les limites de la
zone aquicole. Si vous parlez de nutriments inorganiques solubles,
vous devez assurer une gestion à l’échelle de la baie, tout comme
pour les vecteurs pathogènes des parasites. Nous avons donc
besoin de stratégies différentes selon le type de nutriments dont il
est question. Par exemple, dans le sud-ouest du NouveauBrunswick, il y a à l’heure actuelle 96 sites de poissons marins,
car trois zones de gestion des baies permettent cette rotation qu’ils
respectent. Cela veut dire que les deux tiers des sites devraient être
exploités, ce qui fait environ 64 sites, et pourtant, en gros,
seulement 45 sites sont actifs. Cela signifie qu’en tout temps,
19 ou 20 sites ne sont pas exploités. Je crois qu’il faudrait les
20-11-2014
Pêches et océans
14:83
say ‘‘No, you cannot do it because it has never been done before.’’
We have to go beyond that. Now is the time to prepare the right
regulations, before we go commercial.
exploiter et que nous devrions envisager d’y cultiver des algues,
toujours en intégration avec les zones de gestion des baies pour
l’aquaculture. Nous ne pouvons pas tout arrêter en disant que
c’est impossible à faire, car ça n’a jamais été fait avant. Nous
devons aller au-delà de cela. C’est maintenant que nous devons
préparer une bonne réglementation, avant la commercialisation.
We also have to think of dissolving organic nutrient
sequestration at the Bay Management level. From this map and
you can see by ‘‘Bays’’ I would put what I would call seaweed and
nutrients scrubbing station to develop associated with that the
concept of nutrient trading credits, which I mentioned on
Monday. So that is for the marine environment.
Nous devons également penser à la séquestration des
nutriments organiques solubles à l’échelle de la gestion des
baies. Sur cette carte, vous voyez que les baies sont indiquées;
j’érigerais des stations de lavage des algues et des nutriments, et j’y
associerais le concept des crédits d’échange de nutriments, sujet
que j’ai abordé lundi. Voilà pour le milieu marin.
On the freshwater environment, the story is not nitrogen, but
one of phosphorus and how to deal with phosphorus. Generally
you can minimize the impact with physical treatments; filters,
setting ponds, that sort of thing. The problem is soluble
phosphorus. You can change the feed composition but then you
are left with chemicals on biological treatment. The chemical
treatments are very expensive. It is basically ferric sulfate plus
some polymer. You bind the phosphorus and what happens is
that the phosphorus is no longer in the water column; it becomes
a precipitate at the bottom. So in terms of regulation, you are fine.
If you are measuring the water columns, there has been a decrease
of phosphorus but you have shifted the problem to somewhere
else, to the bottom. For me, IMTA is all about reusing what I call
‘‘nutrients.’’ I do not call them ‘‘waste.’’ For me, they are
nutrients.
En ce qui concerne le milieu de l’eau douce, ce n’est pas l’azote
qui constitue le problème, c’est le phosphore, et nous devons
chercher des moyens de régler ce problème. Généralement, on
peut réduire au minimum son impact à l’aide de traitements
physiques, des filtres, des bassins de décantation, ce genre de
choses. Le problème, c’est le phosphore soluble. On peut bien
changer la composition de l’alimentation, mais il restera toujours
des produits chimiques qui doivent faire l’objet d’un traitement
biologique. Les traitements biologiques coûtent très cher. Ils
utilisent fondamentalement du sulfate de fer et quelques
polymères. Le traitement permet de lier le phosphore, ce qui fait
que cet élément disparaît de la colonne d’eau; il forme un précipité
et tombe au fond. Du côté de la réglementation, aucun problème.
Si vous prenez des mesures dans les colonnes d’eau, vous
constatez une diminution du phosphore, mais vous avez déplacé
le problème, il se trouve maintenant au fond. À mes yeux, l’AMTI
permet de réutiliser ce que j’appelle les « nutriments ». Je ne les
appelle pas des « déchets ». Pour moi, il s’agit de nutriments.
Could we do a better job with this phosphorus and other
nutrients? I think we can do IMTA also with freshwater. That is
what we call FIMTA. We use these nutrients; not waste, but these
nutrients as fertilizer. That is what we are doing at the University
of New Brunswick in Saint John. We have a pilot scale FIMTA
system. You can see that it is at the beginning. Six weeks later, we
are seriously thinking of what salad dressing we will use. So it
goes pretty fast. I think with FIMTA or MIMTA, we like
acronyms, we could have IMTA really from the egg to the plate,
which is, in terms of marketing, what the industry would like also
to portray.
Pourrions-nous mieux utiliser le phosphore et les autres
nutriments? Je crois que nous pourrions utiliser l’AMTI en eau
douce, également. Nous utilisons ces nutriments; pas les déchets,
les nutriments comme engrais. C’est ce que nous faisons à
l’Université du Nouveau-Brunswick, à Saint John. Nous avons
mis en place un projet pilote pour l’AMTI en eau douce. Vous le
voyez, ce projet en est à ses tout débuts. Six semaines plus tard,
nous étions sérieusement en train de penser à la vinaigrette que
nous allions utiliser. Cela va donc assez vite. Je crois que l’AMTI,
en eau douce ou en milieu marin, nous permettra vraiment
d’effectuer un processus qui va de l’œuf à la table, et c’est bien ce
que l’industrie, en matière de marketing, aime à montrer.
So I think the need for diversification of the aquaculture
industry in Canada is imperative for its competitiveness.
Developing IMTA system should not only increase the
profitability, because you are cultivating several crops within
the same cultivation unit, but also economic diversification,
environmental sustainability and societal acceptability.
Alors, je crois que la diversification nécessaire de l’industrie
aquicole au Canada est essentielle à sa compétitivité. La mise en
place d’un système d’AMTI devrait entraîner non seulement une
augmentation de la rentabilité, étant donné que vous pouvez
cultiver plusieurs espèces dans une même zone de culture, mais
qu’elle favorisera également la diversification économique, la
durabilité de l’environnement et l’acceptabilité sociale.
Another aspect is the climate change impact, and it will have
also an impact on aquaculture. For me, the strategy of IMTA
with a diverse portfolio of species — fish, seaweed, invertebrates
Un autre aspect dont il faut parler concerne les changements
climatiques, qui auront également une incidence sur l’aquaculture.
À mon sens, une stratégie axée sur l’AMTI et sur un portefeuille
14:84
Fisheries and Oceans
20-11-2014
and microbes — is an economic crisis mitigation option. What I
like to say is ‘‘Don’t put all your salmon eggs in the same basket.’’
Diversify your portfolio, it is less risky.
diversifié d’espèces — du poisson, des algues, des invertébrés, des
microbes — constitue une bonne option d’atténuation en cas de
crise économique. J’aime bien dire qu’il ne faut pas mettre tous ses
œufs de saumon dans le même panier. En diversifiant son
portefeuille, on atténue les risques.
I think the ecosystem services provided by extractive
aquaculture should be recognized and valued both by the fed
aquaculture and the fish aquaculture, but also society in general,
and that should lead to the implementation of nutrient trading
credits, which for me is much better than carbon tax. I much
prefer to talk about a carbon credit, a nitrogen credit, a
phosphorus credit. We shall use this credit as a financial
incentive to encourage the aquaculturists that are generally
mono-aquaculturists to become involved with IMTA as a viable
economic option. We have agronomy. It is about time we develop
‘‘aquanomy’’ the same way. Increase responsible aquaculture
production through diversification. Regulatory reform on new
legislation, maybe a new aquaculture act, will also be positive in
terms of impacting the regions, jobs and economic opportunities,
especially in rural and coastal communities.
Je crois que les services rendus à l’écosystème par l’aquaculture
d’extraction devraient être reconnus et valorisés, tant pour
l’aquaculture axée sur l’apport de nourriture que pour
l’aquaculture proprement dite, l’élevage de poisson, mais aussi
pour la société en général, et que c’est la raison pour laquelle nous
devrions adopter des crédits d’échange de nutriments, qui sont à
mes yeux bien mieux qu’une taxe sur le carbone. Je préfère de loin
parler d’un crédit sur le carbone, d’un crédit sur l’azote, d’un
crédit sur le phosphore. Nous pourrions utiliser ce crédit comme
une mesure fiscale incitative pour encourager les aquaculteurs, qui
sont généralement des mono-aquaculteurs, à adopter l’AMTI,
une option économique viable. Nous connaissons l’agronomie. Il
est temps de nous pencher sur « l’aquanomie ». Il faut augmenter
une production aquicole responsable grâce à la diversification.
Une réforme de la réglementation, de nouvelles lois, une nouvelle
loi sur l’aquaculture, peut-être, auraient également des retombées
positives dans les régions, sur les emplois et les possibilités
économiques, en particulier dans les collectivités rurales et
côtières.
The last slide; I am sorry it is just after your lunch, but it gives
ideas on what you can do with IMTA seaweed, mussels, shellfish
and fish. Bon appétit.
Dernière diapositive. Je suis désolé de témoigner tout de suite
après le dîner, mais vous avez ici une idée de tout ce qu’on peut
faire avec des algues, des moules, des crustacés et des poissons
cultivés dans le cadre de l’AMTI. Bon appétit.
The Chairman: Thank you, Dr. Chopin.
Le président : Merci, monsieur Chopin.
The first question will come from our deputy chair, Senator
Hubley, please.
La première question émanera de notre vice-présidente, la
sénatrice Hubley, s’il vous plaît.
Senator Hubley: Welcome to both of you and thank you for
your presentations today. Certainly we are moving into the realm
of scientific research in a big way here. Dr. Smith, your studies
have been in aquaculture and the environment for most of your
career. Certainly the Huntsman Marine Science Centre seems like
a fantastic facility, but also included in your campus is an
aquaculture section. I am wondering what is the general feeling
from you and the many experts who come through or visit the
centre, about whether the aquaculture industry is in fact
environmentally responsible and environmentally safe and is
doing a good job for the industry?
La sénatrice Hubley : Bienvenue à tous les deux; merci de vos
exposés d’aujourd’hui. Nous sommes certainement entrés de
plain-pied dans le domaine de la recherche scientifique. Monsieur
Smith, vous avez étudié dans le domaine de l’aquaculture et de
l’environnement pendant la majeure partie de votre carrière. Le
centre des sciences de la mer Huntsman semble à coup sûr une
installation fantastique, mais il y a aussi, sur votre campus, une
section consacrée à l’aquaculture. J’aimerais connaître votre
opinion générale, et celle des nombreux experts qui visitent votre
centre ou y travaillent, sur la question de savoir si l’industrie
aquicole est réellement responsable et sûre, sur le plan de
l’environnement, et si elle contribue vraiment au secteur?
Mr. Smith: Thank you. A continual stream of scientists has
come through and they look at a number of different things.
There are a number of reasons why scientists come and work at
the Huntsman. Aquaculture is just one of them. Aquaculture is
one of the key parts of our research and applied sciences work.
We have clients there that do work on nutrition, developing
alternate species and developing fish health management
techniques as well as environment. I can certainly say with
M. Smith : Merci. Nous recevons un défilé constant de
scientifiques, qui s’intéressent à toutes sortes de choses. De
nombreuses raisons motivent les scientifiques à venir travailler
au centre Huntsman. L’aquaculture est l’une de ces raisons.
L’aquaculture est l’une des activités clés que nous menons dans les
domaines de la recherche et des sciences appliquées. Certains de
nos clients y effectuent des travaux sur la nutrition, cherchent à
mettre en valeur de nouvelles espèces ou à mettre au point des
20-11-2014
Pêches et océans
14:85
some high level of confidence that all the scientists that are doing
work in aquaculture are doing work in relation to the need to
continue to move the industry forward.
techniques de gestion de la santé des poissons ou encore
s’intéressent à l’environnement. Je puis affirmer sans réserve que
tous les scientifiques qui travaillent dans le domaine de
l’aquaculture le font parce qu’il faut que l’industrie puisse aller
de l’avant.
Perhaps I should not be speaking for them, but I can suggest
that they would not be doing that work if they did not think that
the industry was sustainable and responsible. So the work that is
being done is all about: How can the industry improve? How can
feeds be improved? How can fish health management techniques
be improved? How can environmental management techniques
and monitoring techniques be improved? I think that is a very
positive way of moving an industry forward; not to look at it and
say ‘‘It is bad. It must be stopped.’’ But, ‘‘It is good. It can be
improved. How do we improve it?’’
Je ne devrais peut-être pas m’exprimer en leur nom, mais je
dirais qu’ils ne feraient pas ce travail s’ils ne pensaient pas que
cette industrie est durable et qu’elle est responsable. Le travail qui
se fait vise donc à répondre aux questions suivantes : comment
pourrait-on améliorer l’industrie? Ou l’alimentation? Comment
pourrait-on améliorer les techniques de gestion de la santé des
poissons? Ou encore les techniques de gestion de l’environnement
et les techniques de contrôle? Je crois que c’est une façon très
positive de faire avancer l’industrie. On ne se contente pas
d’observer la situation et de constater que rien ne va plus et qu’il
faut tout cesser. On dit au contraire que c’est bon, que cela peut
être amélioré, et nous nous demandons comment il faut procéder.
Senator Hubley: Since they are sort of at the cutting edge of the
environmental relationship with aquaculture, are there areas that
we are not familiar with yet that are being studied and looked at
as the future sustainability of the industry that you would know
of?
La sénatrice Hubley : Étant donné qu’ils se trouvent d’une
certaine façon à l’avant-garde des relations entre l’environnement
et l’aquaculture, est-ce qu’ils étudiaient des domaines avec
lesquels nous ne sommes pas encore familiarisés et qui
pourraient assurer la durabilité future de ce secteur? Le savezvous?
Mr. Smith: Sure. One thing that I could touch on a little bit,
maybe two things, would be the need for the development of new
therapeutants for the aquaculture industry. We have just gotten
into some new work for clients, testing the effects of new
therapeutants on non-target species. It is work that had
previously been done through the Department of Fisheries and
Oceans. A change in their mandate created a gap in that expertise.
It is a gap that needed to be filled. The need for that kind of
research is required and so the Huntsman became actively
involved in that. I think a lot of that work happens behind the
scenes. It is not seen by the public because the pharmaceutical
companies are doing that as their exploratory work, as they are
developing new therapeutants. Certainly we are seeing that work
taking place, so I think that is a very positive sign that the
industry is recognizing that fish health management is an ongoing
process and work needs to continue on that front.
M. Smith : Bien sûr. Je pourrais parler rapidement d’une
chose, peut-être deux, par exemple le fait qu’il faut mettre au
point de nouveaux agents thérapeutiques pour l’industrie
aquicole. Nous venons d’entamer un nouveau travail, pour des
clients, qui consiste à évaluer les effets de nouveaux agents
thérapeutiques sur des espèces non ciblées. Ces travaux avaient
déjà été commandés par le ministère des Pêches et Océans. Un
changement du mandat du ministère a entraîné la perte de cette
expertise. C’est une perte qu’il faut remplacer. Ce type de
recherche est une nécessité, et le centre Huntsman s’est attaqué
de façon proactive à ce travail. Je crois qu’il se passe beaucoup de
choses en coulisse. Le public n’en sait rien, étant donné que, pour
les compagnies pharmaceutiques, l’élaboration de nouveaux
agents thérapeutiques représente des travaux exploratoires. Mais
nous savons que des travaux sont en cours, et je crois que c’est un
indice très positif du fait que l’industrie reconnaît que la gestion
de la santé des poissons est un processus continu et qu’il faut
continuer à y travailler.
Another example would be in broodstock development. We
have our own Atlantic Salmon Broodstock Development
Program that we are working on in collaboration with industry.
It is a recognition by industry that the management of the fish
from a genetic perspective has to continue, has to improve. Again,
it is work that sometimes goes on behind the scenes but it is
necessary for the industry to continue to evolve.
Je vous donnerais un autre exemple, la création de stocks
géniteurs. Nous travaillons en collaboration avec l’industrie dans
le cadre du Atlantic Salmon Broodstock Development Program.
Cela montre que l’industrie reconnaît que la gestion du poisson,
dans une perspective génétique, doit se poursuivre et s’améliorer.
Encore une fois, ce travail se passe parfois en coulisse, mais il est
nécessaire que l’industrie continue à évoluer.
Senator Hubley: Thank you very much.
Senator Stewart Olsen: Thank you for being here. I have two
questions, one for each of you.
La sénatrice Hubley : Merci beaucoup.
La sénatrice Stewart Olsen : Merci d’être venus. J’ai deux
questions à poser, une à chacun de vous.
14:86
Fisheries and Oceans
20-11-2014
How does the research that you are doing at Huntsman come
about? You say you have clients. Do they come to you and say,
‘‘We would like you to study this?’’ Or do you see issues or
challenges within the community of aquaculture that you feel
should be studied?
Comment les projets de recherche arrivent-ils au centre
Huntsman? Vous dites que vous avez des clients. Est-ce qu’ils se
présentent à vous en disant qu’ils aimeraient étudier ceci ou cela?
Ou est-ce que c’est vous qui cernez les enjeux ou les défis qui
méritent d’être étudiés, dans le monde de l’aquaculture?
Mr. Smith: We have three different general models of ways
that research is conducted at the Huntsman. We have some
projects that take place at the Huntsman whereby clients come
and essentially rent our facilities and conduct the research on their
own. So we have one client that is with us right now that has been
with us since the mid-1990s. They use one of our buildings. We
supply them water. We have supplied the facility. They come and
do their research that is proprietary to their needs, and it works
very well for them.
M. Smith : Les recherches sont menées selon trois grands
modèles généraux, au centre Huntsman. Il y a pour certains
projets des clients qui se présentent au centre Huntsman et,
essentiellement, louent nos installations pour mener leurs propres
recherches. Nous avons ainsi un client qui utilise nos installations
depuis le milieu des années 1990. Il occupe un de nos édifices;
nous l’approvisionnons en eau. Nous avons fourni les
installations. Les clients s’adressent à nous pour faire des
recherches exclusives, qui répondent à leurs besoins, et cela
fonctionne très bien.
We have another model whereby we develop projects ourselves.
We recognize that there is a need for that to serve the industry.
Our Atlantic Salmon Broodstock Development Program is an
example of that. It is our project. We own the intellectual
property that will come from that, but we are doing it in
cooperation and collaboration with an industry partner.
Selon un autre modèle, nous élaborons nous-mêmes des
projets. Nous savons que ces projets sont nécessaires et qu’ils
sont utiles à l’industrie. Notre programme de création de stocks
géniteurs du saumon de l’Atlantique en est un bon exemple. C’est
notre projet. Nous en détiendrons les droits de propriété
intellectuelle, mais nous menons ce projet en collaboration avec
un partenaire de l’industrie.
Then we have a third class of projects that are kind of in
between where a client will come and may rent our facilities, hire
our technicians, but will bring their own people on to work closely
with us. Examples of those are more closely related to university
projects where scientists will come, use our research vessel or our
tank space. Our technicians look after their fish or we operate
their gear for them. We work very closely with them.
Dans le troisième cas, les projets sont, disons, mixtes. Un client
demande à louer nos installations, et embauche nos techniciens,
mais il mènera ses travaux avec son personnel, en étroite
collaboration avec nous. Il s’agit souvent, par exemple, de
projets universitaires; les scientifiques vont utiliser notre navire
de recherche ou nos bassins. Ce sont nos techniciens qui vont
s’occuper de leurs poissons ou faire fonctionner leurs engins.
Nous travaillons en étroite collaboration avec eux.
So we are quite flexible in that way and that allows us to work
very collaboratively with the community and do some really
interesting work. All of our work is entirely fee-for-service based.
We do not get any sustaining grant from a government
department. We are completely reliant on our own project
development skills for staying alive.
Nous sommes donc assez flexibles, à ce chapitre, ce qui nous
permet de travailler en très étroite collaboration avec les membres
de la collectivité et de faire des travaux vraiment très intéressants,
parfois. Toutes nos activités sont rémunérées au service. Aucun
ministère ne nous accorde de subvention de soutien. Nous devons
nous fier entièrement à nos propres compétences en matière de
développement de projet si nous voulons rester viables.
Senator Stewart Olsen: Which is good, in a way, because you
are not influenced from the outside.
La sénatrice Stewart Olsen : Ce qui est bon, d’une certaine
façon, car vous ne subissez pas d’influences extérieures.
Dr. Chopin, you mentioned a very interesting subject. We have
not had time to go into it and I am not sure it really fits in here.
That is the subject of seaweed. It does a little bit because if we can
grow it and harvest it and use it to help clean up the waste, that is
a good thing. I know that the people from the Gaspé who are here
are doing some preliminary work on seaweed. Is there anything
going on in Atlantic Canada on work on seaweed? To me, it
seems like a natural fit for production and usage.
Monsieur Chopin, vous avez abordé un sujet très intéressant.
Nous n’avons pas eu le temps de nous y arrêter, et je ne sais pas si
la question est vraiment pertinente. Il s’agissait des algues. Elle est
pertinente car, si nous pouvons les cultiver et les récolter et les
utiliser pour nettoyer les déchets, ce serait une bonne chose. Je sais
qu’il y a ici des gens de la Gaspésie qui mènent des travaux
préparatoires touchant les algues. Est-ce qu’il se fait quelque
chose dans le domaine des algues dans le Canada atlantique? Il me
semble que cette culture convient tout à fait à la production et à
l’utilisation.
Mr. Chopin: I am the Scientific Director of CIMTAN, which is
the Canadian IMTA Network. We have 16 projects. Two projects
are on the seaweed, on the plants. We are just at the level of
pre-commercialization.
M. Chopin : Je suis le directeur scientifique du CIMTAN, le
Réseau canadien d’aquaculture multitrophique intégrée. Nous
dirigeons 16 projets, dont deux concernent les algues, les plantes.
Nous en sommes à l’étape de la précommercialisation.
20-11-2014
Pêches et océans
14:87
You saw three rafts on Monday. Each raft has the capability of
producing 16 wet tonnes, so 1.6 tonnes. We are going towards
commercial levels. What we do at the present time is the strategy
of what is called the ‘‘bio-refineries.’’ I do not like the term
because people always imagine pipes and oil. It is more of doing
different things with the same material.
Vous avez vu trois radeaux, lundi. Chaque radeau permet de
produire 16 tonnes humides, c’est-à-dire 1,6 tonne sèche. Nous
allons atteindre des niveaux commerciaux. Nous appliquons à
l’heure actuelle une stratégie qu’on appelle le « bioraffinage ». Je
n’aime pas beaucoup l’expression, les gens s’imaginent toujours
qu’il s’agit d’oléoducs et de pétrole. C’est plutôt une façon de faire
les choses différemment, avec les mêmes matériaux.
At the present time, with seaweed, we are working with three
restaurants; two high end, one middle level — so for human food.
We are working on cosmetics with a company in Monaco. We are
working also with Cooke Aquaculture as the seaweeds are going
into feed tries for salmon. It is the partial substitution of protein
because, you know, why use the little fish to feed the big fish?
Why consider only protein from land plants when plants from the
sea have also a lot of proteins?
À l’heure actuelle, dans le cas des algues, nous travaillons avec
trois restaurants, deux restaurants haut de gamme, un restaurant
milieu de gamme, et il s’agit donc d’aliments pour la
consommation humaine. Nous travaillons dans le domaine des
cosmétiques, avec une entreprise de Monaco. Nous travaillons
également avec Cooke Aquaculture qui teste les algues dans
l’alimentation des saumons. C’est une forme de substitution
partielle des protéines, car, on se le demande, pourquoi utiliser les
petits poissons pour nourrir les gros poissons? Pourquoi ne tenir
compte que des protéines fournies par les plantes terrestres, alors
que les plantes des milieux maritimes renferment également
beaucoup de protéines?
Then we also do organic certification. Our seaweed was
certified organic last June. We do also bio-char, which is making a
kind of charcoal from seaweeds that we use for the aquaponic or
freshwater IMTA.
Nous nous occupons aussi de la certification biologique. Nous
avons obtenu une certification biologique pour nos algues en juin
dernier. Nous produisons également un biocombustible, une sorte
de charbon, à partir des algues, que nous utilisons dans nos
systèmes aquaponiques ou en eau douce.
Senator Stewart Olsen: So would you see this as coming under
the umbrella of aquaculture? It is really farming of seaweed.
La sénatrice Stewart Olsen : Vous pensez donc que cela
appartient au domaine de l’aquaculture? Il s’agit en réalité de
cultiver des algues.
Mr. Chopin: The funny thing is in the Western world, I would
say, both in North America and in Europe, people know very
little. As a matter of fact, 96 per cent of the seaweed industry is
mostly concentrated in China, Korea or Japan. It is a huge
industry. It is 19 million tonnes. It is around a $6 billion industry.
Nobody knows about it in the Western world and we are just
trying to get a little piece of it. For me, we have to diversify, not
do only one thing. Also, I am not interested in going after the
Asian market because it is saturated. That is why I develop the
North American and European market.
M. Chopin : C’est amusant; dans le monde occidental, je dirais
tant en Amérique du Nord qu’en Europe, les gens en savent très
peu. En fait, 96 p. 100 de l’industrie des algues est concentrée en
Chine, en Corée et au Japon, principalement. C’est une énorme
industrie. Elle produit 19 millions de tonnes. C’est une industrie
qui génère quelque 6 milliards de dollars. Personne n’en sait rien,
en Occident, et nous essayons tout simplement d’en obtenir une
petite part. Je crois que nous devons nous diversifier, ne pas faire
qu’une seule chose. En outre, je n’ai pas intérêt à me lancer sur le
marché asiatique, car il est saturé. C’est la raison pour laquelle je
vise le marché de l’Amérique du Nord et de l’Europe.
Senator Stewart Olsen: Thank you very much.
La sénatrice Stewart Olsen : Merci beaucoup.
Senator Meredith: Senator Stewart Olsen asked a question with
respect to the economics and your client base and so forth. Given
further support, how could Huntsman grow in terms of more
clients? What happens to that data, that information that is
gathered? Sometimes research just gets shelved. How can we then
take that to market? Elaborate on what your strategy is along
those lines.
Le sénateur Meredith : La sénatrice Stewart Olsen a posé une
question touchant vos finances, votre base de clients, et des choses
comme ça. Si le centre Huntsman recevait davantage de soutien,
est-ce qu’il aurait davantage de clients? Où aboutissent les
données, les informations qui sont produites? Il arrive que des
rapports de recherche soient tout simplement tablettés. Comment
pouvons-nous faire pour qu’ils influent sur le marché? Veuillez
nous expliquer en quoi consiste votre stratégie, à ce chapitre.
Mr. Smith: That are a couple questions there of how could we
do more work, how could be do better work? We are definitely
constrained by the facility. We do work very closely with the
St. Andrews Biological Station and have always had a great
partnership with them. We do share our saltwater system with
them. We share our facilities, we share people. I think there is a
M. Smith : Vous me demandez comment nous pourrions
travailler davantage, et mieux? Nous sommes certainement
limités par les installations. Nous travaillons en très étroite
collaboration avec la Station biologique de St. Andrews, avec qui
nous avons toujours entretenu d’excellentes relations. Nous
partageons avec elle notre système d’approvisionnement en eau
14:88
Fisheries and Oceans
20-11-2014
great opportunity there for the Huntsman and the Biological
Station to enhance that collaborative work, to think a bit more
proactively about the priorities, mandates that the station has and
limitations that they face in being able to fulfill that mandate. We
can provide opportunities to bring non-government partners to
the table to do some good collaborative work. Looking at all of
our facilities and sustaining and growing them in the future, we
have a great opportunity. Again, with the cluster of expertise that
is around us, we can bring a lot of people together. But that
requires facilities and water. We really need to look at growing
those.
salée. Nous partageons nos installations, nos employés. Je crois
qu’il serait excellent que le centre Huntsman et la station
biologique augmentent leurs activités de collaboration,
réfléchissent de façon un peu plus proactive aux priorités, aux
mandats de la station et aux limites auxquelles elle fait face quand
elle essaie de s’acquitter de ces mandats. Nous avons l’occasion de
faire en sorte que des partenaires non gouvernementaux réalisent
avec nous quelques bons projets de collaboration. Je pense à
toutes nos installations, je pense à leur durabilité et à leur
croissance à venir, nous avons là de belles possibilités. Encore une
fois, étant donné le nombre d’experts auquel nous avons accès,
nous pouvons réunir un grand nombre de personnes. Mais nous
avons besoin pour cela d’installations et d’eau. Nous devons
vraiment penser à prendre de l’expansion de ce côté.
The second part of your question, Senator Meredith, was with
regard to getting the information out into the world. Like I said to
Senator Stewart Olsen, the three models that we work under
provide different opportunities for disseminating information. As
to the work that we are doing with private sector clients, a lot of
times they are coming to us specifically because of the confidential
nature of their work, work that is proprietary to them and their
own business interests.
La deuxième partie de votre question, sénateur Meredith, avait
trait à la diffusion de l’information. Comme je l’ai dit à la
sénatrice Stewart Olsen, nous avons, avec nos trois modèles de
travail, différentes façons de diffuser de l’information. Quand
nous travaillons avec des clients du secteur privé, c’est souvent
parce qu’ils se sont adressés à nous précisément en raison de la
nature confidentielle de leur travail, qui est un travail exclusif, et
qu’ils doivent protéger leurs propres intérêts commerciaux.
Then we have other work that is necessary for it to be in the
public domain. Our scientists do publish regularly in peerreviewed journals. We speak regularly at conferences and
workshops.
Il y a ensuite les travaux qui doivent nécessairement être du
domaine public. Nos scientifiques publient régulièrement des
articles dans des journaux faisant l’objet d’un examen par les
pairs. Nous en parlons régulièrement dans le cadre de conférences
et d’ateliers.
Also, with the Fundy Discovery Aquarium, we have a fantastic
opportunity to disseminate information to the public. Last year,
we saw 2,700 visitors through the aquarium. We have displays in
the aquarium specifically about aquaculture and about other
industries in our area; about conservation efforts in our area. The
Atlantic Salmon Federation has a display within the aquarium.
So we are getting information out to people who come through
the aquarium and through our ability to speak with students. We
have a Grade 2 program, a Grade 4 program, a Grade 6 program,
a high school program, university programs. The very nature of
the Huntsman really facilitates us communicating with the public
in a very proactive way.
De plus, l’Aquarium-découverte Fundy nous donne un moyen
fantastique de diffuser de l’information auprès du public. L’an
dernier, nous avons reçu 2 700 visiteurs à l’aquarium. Nous y
avons installé des présentoirs qui traitent spécifiquement de
l’aquaculture et des autres industries de notre région; ils traitent
également des efforts de conservation déployés dans notre région.
La Fédération du saumon atlantique a un présentoir, à
l’aquarium. Nous pouvons donc transmettre de l’information
aux gens qui viennent visiter l’aquarium et aussi parce que nous
discutons avec les étudiants. Nous avons un programme pour les
élèves de la deuxième année, de la quatrième année et de la
sixième année, un programme pour les écoles secondaires et des
programmes pour les étudiants de niveau universitaire. La nature
même du centre Huntsman nous aide réellement à communiquer
avec le public de façon très proactive.
Senator Meredith: We talked earlier with the first panel in
terms of a shortage of labour that exists and how we attract
young people to aquaculture. Is this part of your program as well?
When we look at young people, they are always looking at ‘‘What
is in it for me?’’ They may be asking in terms of just the dollars or
in terms of entrepreneurship. Do you go into that in some of the
programs that you offer at Huntsman?
Le sénateur Meredith : Nous avons parlé plus tôt, avec les
premiers témoins, de la pénurie de main-d’œuvre actuelle et de la
façon d’attirer les jeunes vers l’aquaculture. Est-ce que cela fait
également partie de vos programmes? Les jeunes se demandent
toujours ce qu’ils ont à y gagner. Ils se posent peut-être la
question uniquement en pensant à l’argent, mais ils peuvent aussi
se la poser en pensant à l’entrepreneuriat. Est-ce que vous abordez
cette question dans les programmes offerts au centre Huntsman?
Mr. Smith: Yes, we do. We work very closely with universities
at one level and also with the New Brunswick Community
College, with their aquaculture program. So of the universities
that come through with us, we have the University of New
M. Smith : Oui. Nous travaillons en très étroite collaboration
avec les universités, d’une part, mais aussi avec le Collège
communautaire du Nouveau-Brunswick, qui offre un programme
en aquaculture. Des universités utilisent nos services, entre autres
20-11-2014
Pêches et océans
14:89
Brunswick. The University of New Brunswick has just finished
their 16-week Marine semester program where they stayed in
residence at the Huntsman. We have McGill, Guelph, Western,
Waterloo, University of Moncton. There is one other I cannot
remember right now. All of those students take tours of our
facilities, they see aquaculture in practice. They are directly
exposed to it. We have a Grade 6 program called the Ocean
Discovery Program and virtually every Grade 6 class in
southwestern New Brunswick comes through our program.
There is a bit in that on aquaculture as well. We have a lot of
really great opportunities to disseminate information in a very
proactive way.
l’Université du Nouveau-Brunswick. Cette université offre un
programme de 16 semaines en sciences maritimes, qui vient tout
juste de se terminer, pendant lequel les étudiants font un stage au
centre Huntsman. Nous collaborons avec plusieurs universités,
dont les Universités McGill et Western, ainsi que celles de
Guelph, Waterloo et Moncton. Et il y en a une autre, je ne me
souviens pas du nom pour l’instant. Tous ces étudiants visitent
nos installations, ils voient l’aquaculture en pratique. C’est une
exposition directe. Nous offrons aux élèves de sixième année un
programme de découverte des océans; pratiquement tous les
élèves de la sixième année du sud-ouest du Nouveau-Brunswick y
participent. Ce programme aborde aussi rapidement la question
de l’aquaculture. Nous avons vraiment beaucoup de bonnes
occasions de diffuser de l’information de manière très proactive.
Senator Meredith: Mr. Chopin, with respect to the IMTA, my
colleague has already alluded to the aspect of other industries or
products that could potentially be developed through the
aquaculture industry itself? What are some of the properties
with respect to fertilizers. We look at regular agriculture and the
runoffs, environmental impacts that some fertilizers have had?
With regard to this particular strain of seaweed that you are
testing, what are some of the properties that you have garnered
from it and what is the comparative?
Le sénateur Meredith : Monsieur Chopin, en ce qui a trait à
l’AMTI, ma collègue a déjà parlé de la possibilité que
l’aquaculture, en soi, puisse déboucher sur d’autres industries
ou la production d’autres produits. J’aimerais que vous parliez
des propriétés des engrais. Nous voyons, dans l’agriculture, des
cas de ruissellement, les répercussions sur l’environnement qu’ont
entraînées certaines sortes d’engrais. En ce qui a trait à cette
souche particulière d’algues sur lesquelles vous faites des essais,
quelles sont les propriétés que vous leur avez trouvées, et à quoi se
comparent-elles?
Mr. Chopin: What we are doing with IMTA is growing the
extractive aquaculture, so the seaweeds but also the invertebrates;
shellfish and sea cucumbers, sea urchins, et cetera. So really we
are talking about components that extract from the environment
compared to fish aquaculture or shrimp aquaculture where you
provide feed. Here, you do not have to do anything. You let them
absorb the nutrients. Seaweeds have high levels of nitrogen,
phosphorus and carbon. These seaweeds are, as a matter of fact,
rich in nitrogen which also means rich in proteins, which also
means they have nutritional value. That is why we try to put them
in the salmon feed.
M. Chopin : Ce que nous faisons, avec l’AMTI, c’est d’étendre
l’aquaculture d’extraction, c’est-à-dire les algues, mais aussi les
invertébrés, les crustacés, les concombres de mer, les oursins, et
cetera. En réalité, alors, nous parlons de composantes qui tirent
leur nourriture de l’environnement, contrairement à l’élevage de
poissons ou de crevettes, où vous devez fournir des aliments.
Dans ce cas-ci, il n’y a rien à fournir. Vous les laissez absorber les
nutriments. Les algues produisent beaucoup d’azote, de
phosphore et de carbone. Les algues sont en fait riches en
azote, ce qui veut dire qu’elles sont également riches en protéines,
donc, également, qu’elles ont une valeur nutritionnelle. C’est pour
cette raison que nous les intégrons à l’alimentation du saumon.
For example, the cosmetic industry in Monaco is very
interested in products for skin application because of the micro
elements. They are interested because there are properties and
then there are also good stories. IMTA Organic Certification is
also very good in the cosmetic business.
Par exemple, l’industrie des cosmétiques de Monaco s’intéresse
beaucoup aux produits dérivés pour la peau, en raison de la
présence de microéléments. Elle s’y intéresse parce que ces
produits offrent des propriétés particulières, mais aussi parce
qu’il y a de bonnes histoires à raconter. La certification
biologique de l’AMTI est aussi très utile dans le secteur des
cosmétiques.
All I would say in terms of growth, the thing is to be very
careful. The location is very important. Where do you put your
shellfish? Where do you put your seaweeds to recapture these
nutrients? When they are located at the right place, we see
increased growth of both seaweeds and invertebrates. That is why
I much prefer to talk about nutrients than always saying ‘‘waste.’’
At the same time, nutrients are just like chocolate. A little
chocolate is good; too much chocolate and I am sick. You have to
find the right medium .
En ce qui concerne la croissance, je dirais seulement qu’il faut
faire très attention. L’endroit choisi est très important. Où allezvous élever des crustacés? Où allez-vous placer les algues de façon
qu’elles puissent absorber ces nutriments? Quand ils sont placés
au bon endroit, nous avons observé que les algues comme les
invertébrés croissent davantage. Voilà pourquoi je préfère de loin
parler de nutriments, plutôt que de parler de « déchets ». En
même temps, les nutriments, c’est comme un morceau de
chocolat. Un peu de chocolat, c’est bon; trop de chocolat, ça
rend malade. Il faut trouver le juste milieu.
Senator Meredith: Find the balance. Thank you.
Le sénateur Meredith : Trouver l’équilibre. Je vous remercie.
14:90
Fisheries and Oceans
Senator Poirier: Thank you and welcome to both of you.
20-11-2014
La sénatrice Poirier : Merci, et bienvenue à tous les deux. .
My question is for Dr. Chopin and it is actually again on
seaweed. In your presentation, you mentioned that regulations for
the seaweeds need to be developed now. You also mentioned a
phrase of ‘‘let the sleeping dog lie’’ as the kind of response you are
getting on the idea of developing the regulations. You talked
about both federal and provincial levels. I have two questions. My
first one, do the regulations need to come from both or can they
come from one more than the other? The second, has industry
shown an interest? Are people interested in aquaculture interested
in pushing development of the seaweed and going in that
direction?
Ma question s’adresse à M. Chopin et concerne en fait encore
une fois les algues. Dans votre exposé, vous avez dit qu’il fallait
préparer dès maintenant un règlement sur les algues. Vous avez
aussi parlé de l’expression « ne réveillez pas le chat qui dort », en
disant que c’est ce qu’on vous répond quand vous parlez de
préparer un règlement. Vous avez parlé des intervenants des
gouvernements fédéral et provinciaux. J’ai deux questions.
Premièrement, faudrait-il que le règlement soit élaboré par ces
deux ordres de gouvernement, ou d’un ordre plutôt qu’un autre?
Deuxièmement, l’industrie s’est-elle montrée intéressée? Est-ce
que les gens qui s’intéressent à l’aquaculture sont également
intéressés à cultiver des algues et à poursuivre dans cette voie?
Mr. Chopin: I will answer the last question. Yes, at the present
time we are involved with Cooke Aquaculture in doing seaweed
experimental growths and pre-commercialization. Cooke
Aquaculture does, I would say, 85 per cent of the aquaculture
on the East Coast of Canada.
M. Chopin : Je vais répondre à votre dernière question. Oui, à
l’heure actuelle, nous discutons avec les intervenants de Cooke
Aquaculture et nous faisons des expériences de culture des algues
et de précommercialisation. Cooke Aquaculture est responsable,
je dirais, de 85 p. 100 des entreprises aquicoles de la côte Est du
Canada.
Senator Poirier: They have asked you to do this research?
La sénatrice Poirier : Ce sont eux qui vous ont demandé de
mener ces recherches?
Mr. Chopin: Yes. It is a joint research endeavour. We have
always been interested, and that goes with the regulations. I never
wanted to do seaweed and shellfish research only in labs. In the
labs it is very easy to do that research in a little tank of 50 litres,
and then you multiply and multiply and everything is wonderful. I
always wanted to test it on the scale of reality, and that is why we
went with an aquaculture company. We were initially with
Heritage Salmon, which was acquired by Cooke. Cooke said,
‘‘We are continuing the program of Heritage.’’ So we are doing it
with Cooke Aquaculture. All sorts of companies are interested. I
think people are waiting to see how it goes. If it develops well then
I think there will be more people.
M. Chopin : Oui. C’est un projet de recherche en commun.
Nous nous sommes toujours intéressés à cette question, et cela
vient avec un règlement. Je n’ai jamais voulu que les recherches
sur les algues et les crustacés ne soient menées qu’en laboratoire.
En laboratoire, il est très facile de faire des recherches dans un
petit bassin de 50 litres, puis de faire des multiplications et
d’autres multiplications et d’obtenir un résultat fantastique. J’ai
toujours voulu faire ces études à l’échelle de la réalité, et c’est la
raison pour laquelle nous nous sommes associés à une entreprise
du domaine de l’aquaculture. Notre partenaire était pour
commencer Heritage Salmon, et cette entreprise a été achetée
par Cooke. Les responsables de Cooke ont décidé de poursuivre le
programme commencé par Heritage. Nous travaillons donc avec
Cooke Aquaculture. Toutes sortes d’entreprises s’intéressent à la
question. Je crois que les gens attendent de voir les résultats. Si la
culture donne de bons résultats, je crois que davantage de gens s’y
intéresseront.
In terms of regulations, typically in Canada you have the two
levels, provincial regulation and federal regulation. In a number
of provinces, there are memorandums of understanding. I would
say it is a joint effort to harmonize the regulations. We see at the
different levels some discrepancies. For example, I cited Monday
one company that does IMTA on the West Coast, on Vancouver
Island. The Canadian Food Inspection Agency gave them the
green light for 12 extra extractive spaces, 12 at a time. Boom, it
was done. In New Brunswick, we do one at a time. It is extremely
time consuming. It takes a lot of time. So for me, if it is a
Canadian Food Inspection Agency, we should have nationwide
regulations.
En ce qui concerne le règlement, il y a en général au Canada
deux ordres, le règlement provincial et le règlement fédéral. Dans
un certain nombre de provinces, il y a des protocoles d’entente. Je
dirais qu’il faudrait mettre tous les efforts en commun pour
harmoniser la réglementation. Il y a des écarts, aux différents
niveaux. Par exemple, j’ai parlé lundi d’une entreprise qui faisait
de l’AMTI sur la côte Ouest, sur l’île de Vancouver. L’Agence
canadienne d’inspection des aliments lui a donné le feu vert pour
ajouter 12 zones supplémentaires pour l’aquaculture d’extraction,
12 zones en même temps. Et paf! C’était fait. Au NouveauBrunswick, nous y allons une zone à la fois. Cela prend
énormément de temps. Cela prend beaucoup de temps. À mon
avis, si cela relevait de l’Agence canadienne d’inspection des
aliments, nous devrions adopter un règlement national.
20-11-2014
Pêches et océans
14:91
At the present time, there are a lot of fish aquaculture
regulations. There are fewer with regard to shellfish. For seaweed,
there is nothing. My attitude is more, ‘‘Let us do something now
so we can save time.’’ If not, when we finally reach a commercial
scale, suddenly we will have to spend four, five years developing
new regulations. Let us do it now so that we progress together.
That is when I get this attitude of ‘‘Hmm, do not make any
noise.’’ So for me, I don’t understand it because it would be much
better to sit at the table now — provincial, federal, industry,
academics — together to develop good regulations instead of in
four, five years when suddenly there is a rush and the regulations
will not be necessarily very good. Now is the time to do good
work.
À l’heure actuelle, il y a beaucoup de règlements sur l’élevage
du poisson. Il y en a moins en ce qui concerne les crustacés. Pour
les algues, il n’y en a pas. J’aurais tendance à dire qu’il faudrait
faire quelque chose maintenant, de façon à sauver du temps. À
défaut de quoi, quand nous atteindrons enfin des niveaux
commerciaux, il nous faudra consacrer quatre ou cinq ans à
l’élaboration d’un nouveau règlement. Mettons-nous-y tout de
suite, de façon à avancer tous au même rythme. C’est à ce
moment-là qu’on me demande de ne pas réveiller le chat qui dort.
Je ne comprends pas, moi. Ce serait bien mieux de s’asseoir dès
maintenant autour d’une table — les provinces, le gouvernement
fédéral, l’industrie, les milieux universitaires — pour élaborer
ensemble un bon règlement plutôt que d’attendre quatre ou cinq
ans, car ce sera tout d’un coup une urgence, et le règlement ne sera
pas nécessairement très bon. Pour faire du bon travail, il faut le
faire maintenant.
Senator Poirier: We visited a plant in Gaspé yesterday that is
experimenting with seaweed. Would that mean that that company
would be under provincial regulation to be able to do something
now, or are they still in the experimental stage also?
La sénatrice Poirier : Nous avons visité, hier, une installation
de Gaspé qui fait des expériences sur les algues. Est-ce qu’il
faudrait que cette entreprise se conforme à un règlement
provincial pour être en mesure de faire quelque chose
maintenant ou en est-elle encore à l’étape des expériences, elle
aussi?
Mr. Chopin: I think they are experimental, too, but they will be
facing the same situation.
M. Chopin : Je crois qu’elle en est à l’étape expérimentale elle
aussi, mais elle fera face au même problème.
Senator Poirier: Thank you.
La sénatrice Poirier : Merci.
The Chair: Senator Lovelace Nicholas?
Le président : Sénatrice Lovelace Nicholas?
Senator Lovelace Nicholas: I did not have a question.
La sénatrice Lovelace Nicholas : Je n’ai pas de question.
The Chair: We want to thank our witnesses for their testimony
here today. It is a different side of the industry that you are
looking at, certainly bringing forward some great concerns to us.
If at any time you feel that there is some additional information
that the committee could use as it prepares for its report, we
would ask you to please forward it to the clerk or the analyst.
Thank you for your time.
Le président : Nous tenons à remercier les témoins de leur
témoignage d’aujourd’hui. Vous apportez un point de vue
différent sur cette industrie, et vous avez certainement formulé
de grandes préoccupations. Si vous pensez que notre comité
pourrait utiliser des informations supplémentaires au moment de
préparer son rapport, veuillez s’il vous plaît les transmettre au
greffier ou à l’analyste. Merci de votre temps.
I want to welcome our next panel of witnesses and thank them
for taking the time to join us here this afternoon. Please introduce
yourselves before we begin.
J’aimerais accueillir nos prochains témoins et les remercier
d’avoir pris le temps de se présenter ici cet après-midi. Veuillez
vous présenter, avant que nous commencions.
Teresa James, Mayor, Village of Blacks Harbour: My name is
Teresa James. My friends and family call me Terry. I am the
Mayor of the Village of Blacks Harbour in southwestern New
Brunswick.
Teresa James, mairesse, village de Blacks Harbour : Je
m’appelle Teresa James. Mes amis et ma famille m’appellent
Terry. Je suis la mairesse du village de Blacks Harbour, dans le
sud-ouest du Nouveau-Brunswick.
Stan Choptiany, Mayor, Town of St. Andrews: I am Stan
Choptiany and I am the Mayor of St. Andrews. It is a pleasure to
be here and thank you for the invitation.
Stan Choptiany, maire, village de St. Andrews : Je m’appelle
Stan Choptiany, et je suis le maire de St. Andrews. C’est un plaisir
d’être ici, et je vous remercie de l’invitation.
The Chair: I understand you have some opening remarks.
Le président : Je crois que vous voulez faire une déclaration
préliminaire.
Ms. James: I will go first. I just have a brief presentation to
give you an idea of life in Blacks Harbour.
Mme James : Je vais commencer. J’ai une brève déclaration à
faire pour vous donner une idée de la vie à Blacks Harbour.
14:92
Fisheries and Oceans
20-11-2014
Before aquaculture, New Brunswick southwest was the poorest
region in New Brunswick. After the local air force and military
bases closed in the late 1940s, the traditional fisheries
economically sustained the people.
Avant l’aquaculture, le sud-ouest du Nouveau-Brunswick était
la région la plus pauvre de la province. Après la fermeture des
bases militaires et aériennes locales, à la fin des années 1940,
l’économie reposait sur la pêche traditionnelle.
Since the late 1800s, Blacks Harbour has been very fortunate to
be the home of Connors Brothers Limited, now Clover Leaf
Seafoods, and they are known as the largest sardine processing
plant in the world. Many have said that the Great Depression
never touched those who lived and worked in Blacks Harbour.
The company looked after the wives and the children of those
honourable veterans of many wars by keeping them employed
and they provided affordable housing. Yet, as generations pass,
many of the young people shun the labour intensive fish
processing factory, and young sons declined to accompany their
fathers on the lobster fishing boats, preferring to either further
their studies or leave the area for Western provinces.
Depuis la fin des années 1800, Blacks Harbour a eu le très
grand bonheur d’héberger la compagnie Connors Brothers
Limited, aujourd’hui Clover Leaf Seafoods, dont les
installations sont reconnues comme étant les plus grandes
installations de transformation de sardines du monde. Bien des
gens ont affirmé que la Grande Dépression n’a eu aucune
répercussion sur les gens qui vivaient et travaillaient à Blacks
Harbour. L’entreprise s’est occupée des épouses et des enfants des
honorables vétérans de nombreuses guerres, en les gardant au
travail et en leur fournissant un logement à un prix abordable.
Toutefois, au fil des générations, bien des jeunes ont levé le nez
sur le travail exigeant dans les entreprises de transformation du
poisson, et les jeunes hommes ont également refusé
d’accompagner leur père sur les navires partant à la pêche au
homard, préférant soit poursuivre leurs études, soit quitter la
région pour aller dans les provinces de l’Ouest.
For many years, the 1950s, 1960s and 1970s, economic
development was at a virtual standstill in Charlotte County
until aquaculture came to our shores in about the late 1980s.
Now, one out of four jobs in Charlotte County are directly or
indirectly related to the aquaculture industry, driving millions of
dollars into our local economies, and as a result of this certainty
of consistent, year-round employment that the aquaculture
industry offers, young families are purchasing homes and
buying cars and generally pumping their disposable income into
our local economies. Further, I am certain many of those dollars
find their way to the economies of Saint John, Moncton and
Fredericton.
Pendant de nombreuses années, pendant les années 1950, 1960
et 1970, la croissance économique était pratiquement au neutre,
dans le comté de Charlotte, jusqu’à ce que l’aquaculture
débarque, vers la fin des années 1980. Aujourd’hui, un emploi
sur quatre, dans le comté de Charlotte, est lié directement ou
indirectement à l’industrie aquicole, qui injecte des millions de
dollars dans nos économies locales et, en raison de la stabilité
qu’elle procure, des emplois permanents offerts dans cette
industrie, les jeunes familles achètent des maisons et des
automobiles et, de manière générale, dépensent leurs revenus
disponibles dans nos économies locales. En outre, je suis certaine
qu’une bonne partie de cet argent se retrouve dans les économies
de Saint John, Moncton et Fredericton.
Equally important is the positive impact aquaculture is having
on our communities. Workers benefit from generous health care
plans that include vision and dental benefits. Children who can go
to school and see properly through new glasses or who are not
distracted by toothaches, do better both socially and academically
in school. Serious illnesses typically do not financially ruin people
who can afford costly prescriptions. The cultural diversity of our
temporary foreign workers employed in this industry has been
and is very welcomed in our communities, with many long-lasting
friendships formed.
L’impact positif de l’aquaculture sur nos collectivités a
également de l’importance. Les travailleurs bénéficient de
généreux régimes de soins de santé, qui comprennent les soins
de la vue et les soins dentaires. Les enfants qui vont à l’école et
voient ce qui se passe, grâce à de nouvelles lunettes, ou qui ne sont
pas distraits par un mal de dents ont de meilleurs résultats sur le
plan social comme sur le plan scolaire. Les maladies graves ne
peuvent pas ruiner financièrement les gens, qui peuvent se payer
des médicaments d’ordonnance coûteux. La diversité culturelle
des travailleurs étrangers temporaires que nous employons dans
cette industrie est un aspect qui a été et est toujours très apprécié
dans nos collectivités, et nous avons formé avec ces travailleurs
des amitiés de longue date.
We are so fortunate to have Cooke Aquaculture in our
community. When the village needed a new roof on the arena they
were the first to offer a dollar per dollar contribution up to, well,
it actually totalled well over $40,000. In 2010, when flooding
ravaged nearby St. George, the company stepped in hugely,
rescuing people from their homes in their company boats and they
C’est une chance pour nous que Cooke Aquaculture se soit
installée dans notre collectivité. Lorsque le village avait besoin de
faire refaire la toiture de son centre sportif, l’entreprise a été la
première à offrir un financement équivalent aux sommes
ramassées, et cette contribution, en réalité, a dépassé les
40 000 $. En 2010, lorsqu’une inondation a ravagé la collectivité
20-11-2014
Pêches et océans
14:93
were supplying relief stations with necessary products. Most
recently, when Hurricane Arthur struck this summer, ice and
water were delivered almost immediately to our community.
de St. George, à proximité, l’entreprise a pris des mesures
extraordinaires, en allant sauver les gens dans leur maison, avec
les bateaux de l’entreprise, et en mettant sur pied des postes
d’approvisionnement de secours pour offrir tous les produits
nécessaires. Récemment, lorsque l’ouragan Arthur a frappé, cet
été, l’entreprise nous a fait parvenir de la glace et de l’eau presque
immédiatement, dans la collectivité.
Industry representatives can be found coaching teams, local
teams, they are volunteer firefighters, school mentors, and they
contribute financially to our recreational and cultural facilities.
Les représentants de l’industrie se retrouvent parfois à
entraîner des équipes, des équipes locales; ils sont aussi parmi
les rangs des pompiers volontaires, ils font du mentorat à l’école,
ils contribuent financièrement en soutenant les installations
récréatives et culturelles.
In my view, the aquaculture industry promotes healthy,
sustainable communities in their entireties, and it is my hope
that all levels of government assist this industry in their regulatory
processes so that communities such as ours can continue to
experience both social and economic growth and development.
À mon avis, l’industrie de l’aquaculture fait la promotion de
collectivités saines et durables, et j’entretiens l’espoir que tous les
ordres de gouvernement vont l’aider, dans le processus de
réglementation, afin que des collectivités comme la nôtre
puissent continuer à profiter de la croissance et du
développement sur les plans social et économique.
Thank you.
Merci.
The Chair: Thank you, Ms. James, for a fine presentation.
Le président : Merci, madame James, de ce bel exposé.
Ms. James: Thank you.
Mme James : Merci.
Mr. Choptiany: Well, again, thank you for the opportunity to
address the honourable senators. I am hoping to be able to speak
to about three points and then hopefully we will also have a
chance to expand on them. It is a pleasure to be here with Terry. I
see her as a friend.
M. Choptiany : Eh bien, encore une fois, merci de me donner
l’occasion de m’adresser à votre honorable comité. J’espère
pouvoir discuter de trois points, puis, avec un peu de chance,
d’avoir également le temps de les approfondir. C’est un plaisir
pour moi d’être ici avec Terry. Je la considère comme une amie.
The interesting thing about Charlotte County, when you look
at the aquaculture as well, is that it is a family, and we do not do
things in isolation. So what is good for St. Andrews is good for
Blacks Harbour and vice versa in a lot of ways. The projects that
we work on we work on together. So it is quite different from
when I worked and lived in Ontario. You do things in this
community, and I think in this province, with people and through
people and for the benefit of people. So I think it has been a
wonderful opportunity.
Ce qui est intéressant, dans le comté de Charlotte, et même
quand il s’agit d’aquaculture, c’est qu’il s’agit d’une famille, que
rien ne se fait de façon isolée. Alors, ce qui est bon pour
St. Andrews est bon également pour Blacks Harbour, et vice
versa, dans toutes sortes de dossiers. Les projets que nous
menons, nous les menons ensemble. C’est donc bien différent de
ce que j’ai connu quand je vivais et travaillais en Ontario. Dans
cette collectivité-ci, et, je crois, dans toute la province, nous
faisons les choses avec les gens, grâce aux gens et pour les gens.
C’est pourquoi je crois que c’était une magnifique expérience.
The thing that I wanted to address specifically, I will get to my
written brief in a moment, is that we have a long history of science
in the Charlotte County or St. Andrews area, well over a
hundred-year history of extraordinary science.
Il y a un sujet que je voulais aborder spécifiquement — je vais
revenir à mon texte dans un instant — et qui concerne le fait que
le comté de Charlotte ou la région de St. Andrews peuvent se
réclamer d’une longue histoire au chapitre des sciences, plus d’un
siècle d’histoire scientifique extraordinaire.
The second thing I wanted to talk about, and certainly
Dr. Chopin talked a little bit about it, is the concept that you
cannot do anything environmental in isolation. You can’t pick it
apart, it is all related, and we are certainly finding those things out
in St. Andrews in numbers of ways, and I will relate to that.
Le deuxième sujet que je voulais aborder, et M. Chopin en a
bien sûr parlé un peu, c’est le concept selon lequel il est impossible
de travailler isolément dans l’environnement. Vous ne pouvez pas
en isoler une partie, tout est relié, et vous pouvez observer cet état
de choses dans bien des aspects, à St. Andrews, et c’est un
phénomène que je comprends bien.
The other part that I think is critical is that the whole concept
of aquaculture and the aquaculture industry has to be seen as an
equal partnership with research. The two complement each other.
L’autre chose, c’est que je crois qu’il est essentiel que tout ce
concept de l’aquaculture et de l’industrie aquicole soit vu comme
un partenariat équitable dans le domaine de la recherche. L’un ne
14:94
Fisheries and Oceans
20-11-2014
It is not an adversarial or a competitive situation, it is a situation
that is synergistic, both do well and do better because there is a
relationship.
va pas sans l’autre. Il ne s’agit pas de deux adversaires ou d’une
compétition : c’est une situation fondée sur la synergie, où les
deux parties vont bien et vont mieux en raison de cette relation.
My background is that I first came to St. Andrews in 1980 to
teach the first high school credit courses in marine biology at the
Huntsman Marine Science Centre which at the time was, and it
still is, a private not-for-profit research and education
consortium. At that time, there were 19 universities involved.
There are fewer specifically involved now. Some of my work
involved collaboration with the St. Andrews Biological Station. I
had 37 students the first summer I worked in St. Andrews. We
had guest speakers just about every night, and often it was guest
speakers from the Biological Station. They were able to tell about
and discuss the current state of the fisheries and the research
programs in the new field of aquaculture.
Je vais me présenter rapidement. Je suis arrivé à St. Andrews
en 1980 pour donner le premier cours de biologie marine de
niveau secondaire. C’était au Centre des sciences de la mer
Huntsman qui était, à cette époque, et est toujours, un consortium
de recherche privé sans but lucratif. Il regroupait à l’époque
19 universités, et il y en a un peu moins aujourd’hui. Dans le
cadre de mon travail, j’ai notamment collaboré avec la Station
biologique de St. Andrews. Le premier été où je travaillais à
St. Andrews, j’avais 37 étudiants. Nous recevions presque tous les
soirs des conférenciers invités, parfois des conférenciers de la
station biologique. Ils pouvaient nous expliquer l’état actuel des
programmes de pêche et de recherche du nouveau domaine que
constituait l’aquaculture.
So, go back to 1980, and I look around to some of you; you
were pretty young. For me, it doesn’t seem that long ago, but
when you think of almost 35 years of aquaculture history, it was
in its infancy in 1980. The work was being done in those early
years primarily at the St. Andrews Biological Station, although
the Huntsman was involved at that time too. Back in 1980, it was
very different if you went around St. Andrews and Blacks
Harbour. We would take our students to Deer Island. There
were canning factories there and there were lobster pounds, more
than one. St. Andrews had a canning factory for herring until
1976 when it burnt. We now have, as Terry said, one facility.
Now, it is huge but we have gone from dozens to one.
Revenons-en aux années 1980; je constate en vous regardant
que vous étiez à ce moment-là assez jeune. Il ne me semble
pourtant pas que beaucoup de temps ait passé, mais si vous
considérez que l’aquaculture a près de 35 ans d’histoire, vous
comprendrez qu’elle n’en était qu’à ses balbutiements en 1980. Au
cours des toutes premières années, le travail se faisait à la Station
biologique St. Andrews, même si le centre Huntsman y participait
déjà. En 1980, les paysages de St. Andrews et de Blacks Harbour
étaient très différents. Nous allions avec nos élèves sur l’île Deer.
Il y avait des usines de conserve et des parcs à homard, et pas
seulement qu’un. Il y avait à St. Andrews une usine de conserve
de harengs, jusqu’en 1976, mais elle a brûlé. Nous avons
maintenant, comme Terry l’a dit, une seule installation. Bien
sûr, elle est énorme, mais il y en avait des dizaines et il n’en reste
plus qu’une.
The fishery focused on herring and lobster. The concept of
salmon or aquaculture was unheard of in 1980 except for the
tanks that were in the St. Croix River run by the biological
station.
L’industrie de la pêche tournait autour du hareng et du
homard. Le concept de l’élevage de saumon ou de l’aquaculture
était inconnu, en 1980, exception faite des réservoirs du fleuve
St. Croix, exploités par la station biologique.
We did have a tuna plant at Bayside — you may have driven by
it — and at the time in the 1970s and 1980s, it was a major
employer, over 400 people. It processed and packaged tuna, not
only from P.E.I., but from around the world, and there were ships
coming up the St. Croix from Chile and from the Northern
Pacific.
Il y avait une usine de thon, à Bayside — vous êtes peut-être
passé à côté — et à l’époque, dans les années 1970 et 1980, c’était
un important employeur, qui donnait de l’ouvrage à plus de
400 personnes. L’usine traitait et emballait le thon, en provenance
de l’Île-du-Prince-Édouard, mais aussi du monde entier, et des
bateaux du Chili et du Pacifique-Nord remontaient le fleuve
St. Croix.
One of the things that was interesting for me, as an Ontario
person who came during the summers to work and eventually to
live, was that we had Russian factory ships in Passamaquoddy
Bay and they bought the excess herring at that time. It was a
different situation and, of course, it was a situation that was in
decline. The herring fishery was becoming more and more limited.
The ground fishery was disappearing, and there was nothing to
take its place until we developed the aquaculture.
Il y a une chose qui a piqué ma curiosité, étant donné que je
viens de l’Ontario et que je suis venu ici pendant l’été, pour
travailler, avant de m’installer, et ce sont les navires-usines russes
dans Passamaquoddy Bay qui venaient nous acheter les excédents
de harengs, à l’époque. La situation était différente, et,
évidemment, ce phénomène était en voie de disparition. La
pêche au hareng devenait de plus en plus limitée. La pêche au
poisson de fond disparaissait également, et il n’y avait rien pour la
remplacer, jusqu’à ce qu’arrive l’aquaculture.
20-11-2014
Pêches et océans
14:95
So, from the beginning, the economic viability and the
protection and innovation of aquaculture were augmented with
fundamental toxicology and regulatory research, primarily
developed by Fisheries and Oceans at the St. Andrews
Biological Station. I would argue that the present day
aquaculture industry is based on work done by DFO scientists,
and to a diminished degree, some aquaculture research continues
today. When I say diminished, I mean at one time we were full tilt.
There were numbers and numbers of research scientists. It is
thrilling to see Dr. Chopin and Dr. Robinson as well at the
Biological Station continuing, but compared to what there was,
there is room for more, let’s put it that way.
Donc, dès le début, la viabilité économique et les mesures de
protection et d’innovation en aquaculture ont pu profiter de la
recherche fondamentale sur la toxicologie et sur la
réglementation, qui relevait principalement de Pêches et Océans
et qui était exécutée à la Station biologique de St. Andrews. Je
dirais même que l’industrie aquicole d’aujourd’hui a pour
fondement le travail réalisé par les scientifiques du MPO et
aussi, dans une moindre mesure, les projets de recherche réalisés
encore aujourd’hui dans ce domaine. Quand je dis une moindre
mesure, c’est parce que, à une certaine époque, il y avait plein de
travaux de recherche. Les scientifiques qui s’adonnaient à des
recherches étaient innombrables. C’est fantastique de voir que
M. Chopin, M. Robinson et les intervenants de la station
biologique poursuivent le travail, mais, comparé à ce que c’était
— je cherche une façon de dire les choses — il y a encore de la
place.
Now, in terms of the town, the Town of St. Andrews has
prospered for over 100 years in that relationship primarily due to
the contributions of the scientific community. The Biological
Station goes back, I believe, to 1899 and we are now 115 years
down the road, so it’s been a long relationship.
Parlons maintenant de la ville de St. Andrews. Elle assure sa
prospérité depuis plus de 100 ans grâce à cette relation et aux
contributions du milieu scientifique. La station biologique a vu le
jour, je crois, en 1899 et est maintenant âgée de 115 ans; il s’agit
donc d’une relation de longue date.
For the Town of St. Andrews and Charlotte County and,
indeed, New Brunswick, the St. Andrews Biological Station has
meant much more than marine research. It has been a highly
respected world-class marine research facility of which all of
Canada can be proud. I can tell you that my next door neighbour
is a scientist who is now 86 and he still gets people from around
the world coming to his house. So it is not unusual, sometimes
there are RCMP escorts, depending upon which country they
come from, but other times it is just people who are key
researchers and wanting to continue that relationship, and that is
typical of pretty well all of the scientists who are there.
Pour la ville de St. Andrews, le comté de Charlotte et
l’ensemble du Nouveau-Brunswick en fait, la Station biologique
de St. Andrews est un établissement de recherche, certes, mais
surtout un établissement hautement respecté dont la réputation
mondiale donne au Canada de quoi s’enorgueillir. Mon voisin est
un scientifique à la retraite âgé de 86 ans. Il reçoit encore des gens
de partout dans le monde. Il n’est donc pas inhabituel de voir des
escortes de la GRC, selon le pays d’où les gens viennent. Des fois,
c’est simplement des chercheurs de renom qui veulent garder
contact; c’est le cas de presque tous les scientifiques qui sont là.
It has attracted marine research scientists and institutions from
Canada, the U.S. and around the world. This centre has attracted
the Atlantic Salmon Federation and the Huntsman Marine
Science Centre and an aquaculture program at the New
Brunswick Community College, thus creating a marine sciences
hub, and that was spoken about previously. The economic spinoffs are so important to a small town in a rural community in a
rural province. In 1980, when I first came to St. Andrews, there
were 21 research scientists supported with a staff of 88 for that
particular year and they supported the key fisheries research. I did
also mention that most of those scientists had graduate students
in programs with not just the University of New Brunswick but
with many of those other universities. So, when it came to
training, it was a situation where the Biological Station and, to
some degree, the Huntsman and the Atlantic Salmon Federation,
had students. It was like having a mini pool of future scientists
but that has been diminished.
La Station biologique a attiré des établissements de recherche
et des chercheurs du Canada, des États-Unis et du monde entier.
La station a par la suite accueilli la Fédération du saumon
atlantique, le Centre des sciences de la mer Huntsman et un
programme en aquaculture au Collège communautaire du
Nouveau-Brunswick. St. Andrews est ainsi devenue un pôle des
sciences de la mer, comme on l’a déjà dit, et a profité de retombées
économiques d’une importance immense pour une petite ville
d’une collectivité rurale. À mon arrivée en 1980, la ville comptait
21 chercheurs et 88 employés de soutien, cette année-là, qui,
ensemble, effectuaient des recherches de grande envergure dans le
domaine des pêches. J’ai aussi mentionné que la plupart de ces
scientifiques encadrent des diplômés qui suivent des programmes
non seulement à l’Université du Nouveau-Brunswick, mais dans
bon nombre d’autres universités. Par conséquent, en ce qui
concerne la formation, la Station biologique et, dans une certaine
mesure, le Centre des sciences de la mer Huntsman et la
Fédération du saumon atlantique avaient des étudiants. C’était
un peu comme avoir un petit bassin de futurs scientifiques, mais il
n’y en a plus autant.
14:96
Fisheries and Oceans
20-11-2014
Those 109 staff, with their families, in St. Andrews, a town of
1,800 people, represented about 10 per cent of our population.
That direct impact from the Biological Station helped sustain our
schools, our local economy, our tax base.
Ces 109 personnes, ainsi que leur famille, à St. Andrews, une
ville de 1 800 habitants, représentaient environ 10 p. 100 de la
population de la ville. Cet impact direct de la Station marine a
contribué au maintien des écoles, à l’économie locale et à l’assiette
fiscale.
Dr. Smith talked about the amount of money that the
Huntsman provides. Well, I guess we were lucky because so did
the Biological Station and, to a degree in a different time, so did
the Atlantic Salmon Federation. But they helped to sustain our
schools, our local economy and our tax base. Today though, there
are just seven research scientists at the Biological Station, three of
whom are nearing retirement. They have a total staff of about
50 and, obviously, strictly speaking from a town standpoint, that
is a threat to a resource that will have ramifications for the town
specifically.
M. Smith a parlé du montant fourni par le centre Huntsman.
Eh bien, j’imagine que nous étions chanceux, parce que c’était
aussi le cas de la Station biologique et, dans une certaine mesure,
à une autre époque, de la Fédération du saumon atlantique. Ils
ont participé au maintien des écoles, à notre économie locale et à
notre assiette fiscale. De nos jours, cependant, il ne reste que sept
chercheurs à la Station biologique, dont trois qui prendront
bientôt leur retraite. Ils comptent sur un effectif total d’environ
50 employés et, bien sûr, d’un point de vue strictement municipal,
c’est une menace qui pèse sur une ressource et qui aura des
répercussions directes sur la ville.
The foundation of the station is in question and so is the
fundamental economic contribution to St. Andrews, the larger
community and, I would argue, to the fishery. The Town of
St. Andrews has benefited from and is hugely dependent upon the
St. Andrews Biological Station and its continued success. SABS,
as we know it locally, attracts well-educated people and their
families to good paying jobs to live in St. Andrews and work at an
internationally renowned marine research facility. It provides and
strengthens the stable economic and cultural community. The
combined work of the community college, the science-based
collaboration with the Huntsman including its lobster research
centre, the Atlantic Salmon Federation, the Biological Station all
help ensure the fisheries has a viable future.
Le sort de la Station est en cause, tout comme la contribution
économique fondamentale qu’elle apporte à St. Andrews, à
l’ensemble de la communauté ainsi qu’au secteur des pêches. La
ville de St. Andrews a profité de la présence de la Station
biologique et de ses succès, et elle dépend énormément d’elle. La
Station biologique attire des gens éduqués qui viennent s’installer
avec leur famille pour occuper des emplois bien rémunérés et
travailler dans un établissement de recherche de renommée
mondiale. La Station biologique est la base de la stabilité
économique et de la vie culturelle. Le travail conjoint du
Collège communautaire, la collaboration scientifique avec le
Centre des sciences de la mer Huntsman, notamment de son
centre de recherche sur le homard, de la Fédération du saumon
atlantique ainsi que de la Station biologique contribue à l’avenir
durable des pêches.
Mayor James alluded to the economic importance. New
Brunswick seafood exports in 2012 were valued at $967 million,
almost a billion dollars; $210 million of those exports was farmed
Atlantic salmon, which did not exist in 1980. The aquaculture has
been a Godsend to us. We look at salmon aquaculture but we
look at the sturgeon aquaculture, we look at a number of other
species that are being introduced. The wider the introduction and
the broader the spectrum, the more stable that whole industry
can be.
La mairesse James a mentionné l’importance sur le plan
économique. En 2012, on évaluait les exportations de fruits de
mer du Nouveau-Brunswick à 967 millions de dollars, c’est près
de 1 milliard de dollars. De ces exportations, 210 millions de
dollars étaient attribuables aux exportations de saumon
atlantique d’élevage, qui n’existait pas en 1980. L’aquaculture a
été un cadeau du ciel pour nous. Nous avons parlé de
l’aquaculture du saumon, mais il y a aussi celle de l’esturgeon et
d’un certain nombre d’autres espèces qui se sont ajoutées. Plus on
introduit d’espèces et plus on élargit la portée de l’aquaculture,
plus l’ensemble de l’industrie bénéficiera de stabilité.
New Brunswick was ranked the largest exporter of seafood in
Canada. Combined fisheries and aquaculture create about
8,000 jobs, mainly in rural New Brunswick. If I compare the
fisheries to the total New Brunswick tourism GDP — some of you
came to St. Andrews, and I appreciate that, and we seemed to be
known as a tourist town and I think it is great what we do —
fisheries trumps it dramatically. In terms of the revenues for the
town itself, even though we have the marvellous Algonquin Hotel,
the generation of incomes is primarily from the fisheries industry
and the aquaculture. So, even though GDP for tourism is big, we
Le Nouveau-Brunswick était le plus important exportateur de
fruits de mer au Canada. Les pêches et l’aquaculture combinées
représentent environ 8 000 emplois, principalement dans les
régions rurales du Nouveau-Brunswick. Si on compare les
pêches avec le PIB lié au tourisme — certains d’entre vous êtes
venus à St. Andrews, et je l’apprécie, et on semble nous considérer
comme une ville touristique, je n’ai rien contre —, on constate que
les pêcheries l’emportent facilement. En ce qui concerne les
revenus de la ville, même si nous avons le merveilleux hôtel
Algonquin, nous tirons principalement nos revenus de l’industrie
20-11-2014
Pêches et océans
14:97
have to keep things in perspective, and we do that in St. Andrews
with the knowledge that the fishery is our key employer.
des pêcheries et de l’aquaculture. Par conséquent, même si les
revenus liés au tourisme sont élevés, il faut voir les choses dans
une juste perspective, et c’est ce que nous faisons à St. Andrews,
sachant que les pêcheries sont nos principaux employeurs.
With the challenges to traditional fisheries, the seafood
aquaculture is more important than ever. New Brunswick
lobster had an export value of $475 million in 2012. There was
a note in last week’s paper that 308 lobster boats left the docks.
Those people will employ directly 924 people with an indirect
number of 1,848 jobs. The lobster research done at SABS has
provided information for DFO to create a management plan that
has maintained a healthy and productive lobster industry and
harvest. Now, you consider aquaculture but you cannot consider
it in isolation. The lobster fishery and the aquaculture work hand
in hand. What happens to one, affects the other, and it is that
understanding of the integration that is key.
Compte tenu des défis auxquels se heurtent actuellement les
pêches traditionnelles, l’aquaculture des produits de la mer est
plus importante que jamais. En 2012, la valeur des exportations
de homard était de 475 millions. On a mentionné dans un journal
la semaine passée que 308 homardiers ont quitté les quais. Ces
personnes emploieront directement 924 personnes et,
indirectement, 1 848 autres personnes. Les recherches effectuées
sur le homard à la Station biologique ont permis au MPO de créer
un plan de gestion visant à maintenir la santé et la productivité de
l’industrie et de la pêche du homard. Et là, vous étudiez la
question de l’aquaculture, mais vous ne devez pas le faire de façon
isolée. L’industrie de la pêche du homard et l’industrie de
l’aquaculture travaillent main dans la main. Ce qui arrive à l’une
des deux a un impact sur l’autre. Il est essentiel de bien
comprendre cette intégration.
Clearly, marine science research boosts a marine-based
economy while protecting the marine environment. To protect
this valuable industry, the resource must continue. As water
temperatures increase, the water ability to carry oxygen decreases.
Can genetics develop a strain of salmon that may require less
oxygen than our ocean presently contains? How can infectious
salmon anemia, sea lice and other challenges to farm salmon be
understood? What chemical treatments can safely be used in what
proximity to the other species? Can genetics develop a strain of
salmon more resistant to those challenges? By mentioning those
things and many others, including the acidification of the inshore
ocean, there are challenges. The viability of the aquaculture goes
hand-in-hand with the research. It is that kind of concept. The
work that is done in research to promote and to predict some of
the future effects is critical. Again, I and many people look at it as
a positive relationship.
Il est clair que la recherche stimule l’économie maritime tout en
protégeant l’environnement marin. La recherche doit se
poursuivre si nous voulons protéger cette importante industrie.
Avec la hausse des températures de l’eau, la capacité de cette
dernière de transporter l’oxygène diminue. La recherche dans le
domaine de la génétique pourrait-elle permettre de créer une
espèce de poisson ayant besoin de moins d’oxygène? Comment
comprendre l’anémie infectieuse du saumon, le pou du poisson et
les autres problèmes qui affectent le saumon d’élevage? Quels
traitements chimiques peuvent être utilisés en toute sécurité, et à
quelle distance des autres espèces? Peut-on créer une espèce de
poisson qui sera plus résistante à ce genre de problèmes? En
mentionnant ces choses et bien d’autres, y compris l’acidification
des eaux intérieures, force est d’admettre qu’il y a des défis. La
viabilité de l’aquaculture va de pair avec la recherche. Il faut
favoriser ce genre de synergie. Les travaux de recherche que nous
réalisons pour favoriser et prévoir certaines répercussions futures
sont essentiels. Encore une fois, certains intervenants, dont moi,
voyons cette relation comme étant positive.
Small towns in Charlotte County are one extended community.
Schools, shopping, recreation facilities and health care are all
dependent on a strong, vibrant community made possible through
a strong economic base. While many people would state that
tourism is the foundation of St. Andrews’ economy, it is the
integrated fisheries that provide the main jobs and income.
Les petites villes du comté de Charlotte forment une grande
communauté. Les écoles, les commerces, les centres récréatifs et
les établissements de soins de santé dépendent tous de la force et
du dynamisme de la communauté, ce qui dépend en retour d’une
solide base économique. Beaucoup soutiennent que le tourisme
est la fondation de l’économie de St. Andrews, mais ce sont les
pêches qui fournissent les principaux emplois et la plus large part
des revenus.
In southwest New Brunswick and in St. Andrews, we have a
marine-based economy dependent on a healthy marine
environment, a productive traditional fisheries and a successful
aquaculture industry. All of the economic successes are dependent
upon the balance provided by continued government marine
scientific research centred on the St. Andrews Biological Station,
the Huntsman Marine Science Centre and the Atlantic Salmon
Federation.
Dans le sud-ouest du Nouveau-Brunswick et à St. Andrews,
nous fonctionnons dans une économie maritime qui dépend de
la santé du milieu marin, de la productivité des pêches
traditionnelles et du succès de l’industrie aquicole. La réussite
économique s’appuie sur l’équilibre, et cet équilibre dépend de la
poursuite des recherches marines du gouvernement à la Station
biologique de St. Andrews, au centre des sciences de la mer
Huntsman et à la Fédération du saumon atlantique.
14:98
Fisheries and Oceans
Thank you.
Merci.
The Chair: Thank you.
Le président : Merci.
Our first question is from our deputy chair, Senator Hubley.
20-11-2014
La première question sera posée par notre vice-présidente, la
sénatrice Hubley.
Senator Hubley: Welcome to both of you. You are bringing to
our committee another perspective, that of mayors of
communities that are impacted and are impacting aquaculture
in Canada.
La sénatrice Hubley : Bienvenue à vous deux. Vous fournissez à
notre comité un autre point de vue, celui de maires des
collectivités touchées par l’aquaculture au Canada et qui ont un
impact sur ce secteur.
Mayor James, I really enjoyed your presentation because you
brought it down to the family level and the importance of having
the jobs and the schools and the parents at home looking after the
children and job opportunities, and I think that is really
important.
Madame James, j’ai vraiment aimé votre exposé parce que
vous avez abordé la question du point de vue familial et nous avez
rappelé l’importance des emplois, des écoles et de parents, à la
maison, qui prennent soin de leur enfant, et des débouchés. Je
crois que c’est un aspect très important.
You also touched on the cultural diversity that foreign workers
bring to your community. I think one can only be impressed that
you are treating the industry with a great deal of respect and the
industry is treating the community with a great deal of respect
and, because of that, it is a success story, and I think that is
probably key to many of the problems we are seeing these days.
Vous avez aussi parlé de la diversité culturelle que les
travailleurs étrangers insufflent dans votre collectivité. On ne
peut qu’être impressionné par tout le respect que vous accordez à
l’industrie et le respect avec lequel celle-ci traite votre collectivité
en retour. Pour cette raison, c’est une réussite, et je crois qu’il
s’agit probablement d’une solution importante à bon nombre des
problèmes auxquels nous sommes confrontés de nos jours.
Mayor Choptiany, I thank you for your presentation, a little
different tracing St. Andrews through its history.
Monsieur Choptiany, je vous remercie de votre exposé, qui
était un peu différent et qui a retracé l’histoire de St. Andrews.
I had a sense after listening to both of you, obviously rooting
for the same community which is larger than both of you, that
there is a culture of fishing, a culture of aquaculture and a sense
that you are a fishing community. There is a heritage there of
working in the sea and making your living by that. I think we can
find that in a lot of rural communities. It may be perhaps
dormant right now but maybe aquaculture will be one of those
industries that will refresh our communities.
Après vous avoir écouté tous les deux — et, évidemment
vous défendez la même collectivité qui englobe plus que vos
deux villes —, j’ai l’impression qu’il y a une culture de la pêche et
de l’aquaculture et que vous avez le sentiment d’être une
collectivité de pêcheurs. Vous travaillez sur la mer, qui est votre
moyen de subsistance, depuis déjà longtemps. Je crois que c’est un
trait de beaucoup de collectivités rurales. Ce n’est peut-être pas le
cas actuellement, mais peut-être que l’aquaculture sera l’une de
ces industries qui donneront une nouvelle impulsion à nos
collectivités.
I have a couple of questions on the decline of the scientific
activity in St. Andrews. I believe you mentioned that you were
down to just a fraction of the number of scientists that used to
work there. It seems to me it should be going the other way,
because we are discovering that aquaculture, especially, is a
growing industry with great potential. There are major problems,
there can be major problems within the industry, and it is now
critical that those be addressed. You cannot let the industry suffer
for want of scientific information. I am just wondering how you
feel about that. Can you identify why the number of research
scientists in the community seems to be declining, can you point
to anything in particular?
J’ai deux ou trois questions sur la diminution des activités
scientifiques réalisées à St. Andrews. Je crois que vous avez dit
qu’il ne reste plus qu’une fraction du nombre de scientifiques qui
y travaillaient avant. J’ai l’impression que ce devrait être le
contraire, parce que nous découvrons que l’aquaculture, surtout,
est une industrie qui a le vent dans les voiles et qui a beaucoup de
potentiel. Il y a de gros problèmes — il y en a dans tous les
secteurs —, et il faut maintenant les régler. Vous ne pouvez pas
laisser l’industrie souffrir d’un manque de renseignements
scientifiques. Je me demande ce que vous en pensez. Pouvezvous nous dire pourquoi le nombre de chercheurs dans votre
collectivité diminue? Y a-t-il des raisons précises dont vous
pouvez nous parler?
Mr. Choptiany: I can maybe answer with a bit of a preface.
When we look at the work historically by the Department of
Fisheries and Oceans, the science there has been long term with a
way of adjusting to issues as they developed without necessarily a
specific time line. They can look long range. As we are seeing, for
instance, with the acidification — there is more carbon dioxide in
the air, it is now going into the water, the water is becoming more
M. Choptiany : Permettez-moi de répondre au moyen d’une
petite mise en contexte. Lorsqu’on regarde les travaux
scientifiques réalisés dans le passé par le ministère des Pêches et
des Océans, on constate qu’ils visaient le long terme et qu’on
les rajustait en fonction des problèmes rencontrés sans
nécessairement établir des échéanciers précis. Les activités
portaient sur le long terme. Comme on peut le voir, par
20-11-2014
Pêches et océans
14:99
acidic — in the long term, that is the kind of research that will
impact all species. It impacts the salmon because they thrive at a
pH of eight, and it is less than that now, it is more acidic. We can
start asking are there other ways to look at that direction.
exemple, avec l’acidification — il y a de plus en plus de dioxyde de
carbone dans l’air, et il pénètre maintenant dans l’eau, ce qui la
rend plus acide —, c’est le genre de recherche qui, à long terme,
aura un impact sur toutes les espèces, et, entre autres, sur le
saumon, qui est à son mieux à un pH de 8. Actuellement le niveau
de pH a baissé, et l’eau est plus acide. Nous pouvons commencer
à nous demander s’il n’y aurait pas d’autres façons d’examiner
cette tendance.
In terms of why we have lost programs, many of the decisions
— I can’t give you all of the answers because this is a little bit
outside my field — have been decisions made at a higher level,
and they have either restricted funding or limited the direction of
research. Most recently, a toxicology and contaminants lab was
closed. That lab had been doing research for a long time. It was
continuous and they were looking at a broad spectrum of
chemical contaminants in the marine environment that could
affect the aquaculture industry.
Quant à savoir pourquoi des programmes ont été éliminés, une
bonne partie de ces décisions — je ne peux pas vous fournir toutes
les réponses, parce que ce n’est pas nécessairement mon domaine
de compétence — ont été prises à un niveau supérieur et ont eu
pour effet, soit de réduire le financement, soit de limiter les sujets
de recherche. Très récemment, on a fermé un laboratoire de
toxicologie et d’étude des contaminants. On réalisait des
recherches dans ce laboratoire depuis très longtemps. Les
chercheurs travaillaient de façon continue et étudiaient un large
éventail de contaminants chimiques dans l’environnement marin
pour en comprendre l’impact sur l’aquaculture.
Interestingly, some of the work they did was on oil spills. When
they had the BP spill in the Gulf of Mexico, some of our research
scientists were the first on the field there because they had
international reputations, and even in retirement they are still
consulted. I did not understand that decision, but it was a decision
made higher up in the Department of Fisheries and Oceans. It was
a disappointment.
Fait intéressant, certains des travaux qu’ils ont réalisés
concernaient les déversements de pétrole. Au moment du
déversement de BP dans le golfe du Mexique, certains de nos
chercheurs ont été les premiers sur le terrain là-bas parce qu’ils
bénéficiaient d’une réputation internationale. En fait, même
lorsqu’ils ont pris leur retraite, les gens ont continué à les
consulter. Je n’ai pas compris cette décision, mais c’est une
décision qui a été prise à un niveau élevé au sein du ministère des
Pêches et des Océans. Nous avons été déçus.
In my sense, there are so many things that could be addressed
and should be addressed, and I will give you just two other
examples. In St. Andrews, a lot of the work that we are doing
right now in the town relates to the fact that we are faced with a
sea level rise of about a metre in the next 80 years. So if the water
goes up, it also goes in. We are looking at very detailed
information on what parts of the town flood. It is an historic
town, so 240 or 250 years of history could be washed out. There
are areas that are going to be impacted. That sea level rise will
have impacts on all of the marine systems, whether it is coastal
erosion, aquaculture, currents, or a number of other things.
Selon moi, il y a tellement de choses sur lesquelles on pourrait
et on devrait se pencher. Je vais vous donner deux autres
exemples. À St. Andrews, une bonne partie des travaux que nous
réalisons actuellement sont liés au fait que le niveau de la mer
montera d’environ un mètre au cours des 80 prochaines années. Si
le niveau de l’eau monte, l’eau pénétrera dans les terres. Nous
analysons des renseignements très pointus sur les parties de la ville
qui seront inondées. C’est une ville historique, on pourrait donc
perdre 240 ou 250 ans d’histoire. Certains secteurs seront touchés.
L’augmentation du niveau de la mer aura des répercussions sur
tous les systèmes marins, que ce soit l’érosion côtière,
l’aquaculture, les courants et un certain nombre d’autres choses.
Another example is our drinking water, which we get from a
lake. In the last four years, we have had the appearance of
cyanobacteria, and this particular cyanobacteria produces a toxin
that, so far, has not been a health risk. We used to work hand-inhand with the Department of Fisheries and Oceans on the
solution. We lost that fresh water biology person from the
Department of Fisheries and Oceans. So, we are missing a piece of
our support system as a town, and I can tell you as a mayor,
drinking water is number one. If you cannot drink the water, you
do not have a town. That is another case where Fisheries and
Oceans was doing research that was helping us, and we have lost
that. I cannot tell you the whys, I can only tell you that it has
happened, and I would argue that there is room for lots more
research.
L’autre exemple concerne l’eau potable que nous tirons d’un
lac. Au cours des quatre dernières années, nous avons remarqué
l’apparition d’une cyanobactérie. La cyanobactérie en question
produit une toxine qui, jusqu’à présent, ne constitue pas un risque
pour la santé. Avant, nous travaillions main dans la main avec le
ministère des Pêches et des Océans pour trouver une solution.
Nous n’avons plus accès au responsable de la biologie des eaux
douces du ministère. La ville a donc perdu un soutien important.
En tant que maire, je peux vous dire que l’eau potable est notre
première préoccupation. Si on ne peut pas boire l’eau, il n’y a pas
de ville. Voilà un autre dossier dans lequel Pêches et Océans a
arrêté de réaliser des recherches qui nous étaient utiles. Je ne peux
pas vous dire pourquoi, seulement vous dire que ça s’est produit
et souligner qu’on pourrait faire beaucoup plus de recherches.
14:100
Fisheries and Oceans
Senator Hubley: Thank you.
20-11-2014
La sénatrice Hubley : Merci.
Senator Poirier: Thank you both for being here and sharing a
point of view from the municipal aspect.
La sénatrice Poirier : Merci à vous deux d’être là et de nous
avoir fait connaître votre point de vue municipal.
I guess that is where I want to go. We have heard from places
where they do not have this problem, and other places where they
do have the problem, and I am talking about aquaculture sites
being set up in communities. In some areas, the local people seem
to have concerns about zoning issues, where they should be
allowed to be set up and different things like that. In one of the
places we visited a little while ago, actually it was on the Island, if
I remember right, a witness said that when he went to build his
business, which was a land-based farm, the municipality or the
community first asked, ‘‘What is your building going to look like
and how is that going to affect things?’’ The person answered, ‘‘I
will worry about the inside, you worry about the outside. You tell
me what you want and I will do it.’’
Voici où je veux en venir : nous avons entendu parler
d’endroits qui n’ont pas ce problème, et d’autres qui l’ont, et je
parle des sites d’aquaculture aménagés dans les collectivités. Dans
certaines régions, les résidants semblent préoccupés par des
questions de zonage, par les endroits où les installations devraient
être aménagées et par différentes choses du genre. Dans l’un des
endroits que nous avons visités, il y a un certain temps de cela,
c’était en fait sur l’Île, si je me souviens bien, un témoin nous a dit
que, lorsqu’il a voulu bâtir ses installations, il s’agissait d’un
élevage terrestre, les responsables de la municipalité ou de la
collectivité lui ont d’abord demandé à quoi allait ressembler son
bâtiment et quel en serait l’impact sur différentes choses. Le
témoin a répondu : « Je vais m’occuper de l’intérieur, occupezvous de l’extérieur. Dites-moi ce que vous voulez et je vais le
faire. »
I am wondering, when the aquaculture business developed in
your area and became so important to your community, did you
face any challenges like that or were the people just happy to have
the jobs? Did St. Andrews, being a tourism area, provide any
feedback as a community? If yes, how did you deal with it? As a
municipality, were there restrictions on rezoning or zoning areas
where they could or could not set up, different things like that?
J’aimerais savoir... Quand les activités commerciales
d’aquaculture ont commencé dans votre région et quand elles
sont devenues aussi importantes pour votre collectivité, avez-vous
eu ce genre de problèmes ou est-ce que les gens étaient simplement
heureux d’avoir un emploi? St. Andrews est une zone touristique.
De quelle façon la collectivité a-t-elle réagi? Si vous avez eu ce
genre de problèmes, de quelle façon les avez-vous réglés? Au
chapitre de la municipalité, y avait-il des limites touchant le
rezonage ou le zonage qui ont fait en sorte que les entreprises ne
pouvaient pas s’installer à tel ou tel endroit ou des choses du
genre?
Ms. James: I would first like to address the land-based
aquaculture. In our community, we do not have any. There is a
site out at Lake Utopia and we do not zone on the waters so those
issues really have not impacted Blacks Harbour. However,
when aquaculture first started, we were a traditional fisheries
community, and there were some rumblings down at the wharf
between the fishermen and the aquaculture people; the sharing of
the wharf, space, storage, boats, issues like that and it was rough
for a few years. I have a lobster fisherman in my family and I
remember some of the grumblings and, of course, some of our
weir fishermen had objections saying that these sites were driving
the herring away from the weirs. They have since found I think
that it was not as true or as important as was first believed.
Mme James : Pour commencer, je veux parler de l’aquaculture
terrestre. Dans notre collectivité, il n’y en a pas. Il y a un site sur le
lac Utopia, mais nous n’établissons pas de zonage sur l’eau, alors
ce genre de problème ne s’est pas posé à Blacks Harbour.
Cependant, dans les premiers temps de l’aquaculture, nous étions
une collectivité de pêche traditionnelle, et il y a eu un peu de
brasse-camarade à la jetée entre les pêcheurs et les pisciculteurs
quant au partage de la jetée, de l’espace, de l’entreposage, des
bateaux et des enjeux du genre, et la situation a été tendue
pendant quelques années. Il y a un pêcheur de homards dans ma
famille, et je me rappelle certaines des raisons de son
mécontentement. Bien sûr, certains des pêcheurs à la nasse
s’opposaient au projet et disaient que ces sites éloignaient le
hareng. Ils ont depuis découvert que ce n’est pas aussi vrai ni aussi
grave qu’ils l’ont d’abord cru.
Once the lobster fishermen started catching lots of lobsters out
by the cage sites, they stopped complaining so much. They were
happy with their catch and everybody seemed to be happy. As it
has evolved over the years, not only have our lobster fishermen
experienced increase in catches, but because of the close working
relationship between the traditional fisheries and aquaculture, we
have seen major investments in our harbour, in our wharf, so that
we have the wharves that are big enough to accommodate both. If
you were to go down to the Brunswick Street wharf in Blacks
Harbour, on the left you would see salmon boats unloading and
Lorsque les pêcheurs de homards ont commencé à prendre
beaucoup de homards près des cages, ils ont arrêté de se plaindre.
Ils étaient heureux de leurs prises, et tout le monde semblait de
bonne humeur. Les choses ont évolué au fil des ans, et non
seulement les pêcheurs de homards ont pu accroître leur récolte,
mais en raison des étroites relations de travail entre les pêcheries
traditionnelles et l’aquaculture, il y a eu d’importants
investissements dans notre port et pour les jetées, afin qu’elles
soient suffisamment grandes pour répondre à tous les besoins. Si
vous vous rendez à la jetée de la rue Brunswick, à Blacks
20-11-2014
Pêches et océans
14:101
loading, and on the right you would see your traditional fisheries,
and then maybe a little further over you would see pleasure craft
moored. It was rough at first but people just came to realize that
their kids were staying home and getting half decent jobs, that
they were not leaving our communities and they were buying
houses and having families and that grandparents were able to be
grandparents to their grandchildren and not by computer but by
actual physical contact, and they were benefiting from the high
lobster catches, and as a result those grumblings soon just faded
away.
Harbour, vous pouvez voir, à gauche, des bateaux de saumon en
train de décharger ou charger leur cargaison, et, à droite, des
bateaux de pêche traditionnels. Un peu plus loin, vous verrez une
embarcation de plaisance amarrée. Les premiers temps ont été
difficiles, mais les gens se sont rendu compte que leurs enfants
restaient à la maison et se trouvaient d’assez bons emplois. Ils ne
quittaient plus notre collectivité : ils s’achetaient une maison et
fondaient une famille. Les grands-parents ont pu être de vrais
grands-parents pour leurs petits-enfants, pas seulement sur
l’ordinateur, mais en personne. En outre, les pêcheurs de
homards bénéficiaient de meilleures prises, et, pour toutes ces
raisons, les plaintes se sont rapidement estompées.
Today in my community they share wharves. We have four
wharves in our community — one is coastal transports, I guess
that does not count — so three wharves. Lobster fishermen,
herring fishermen and aquaculture fish farmers all use the same
wharves. They all talk and slap each other on the back going up
and down the wharfs.
Aujourd’hui, dans ma collectivité, tout le monde partage les
jetées. Nous en avons quatre — une sert au transport côtier, alors
j’imagine qu’elle ne compte pas — alors il y en a trois en fait. Les
pêcheurs de homards et de harengs et les pisciculteurs utilisent
tous les mêmes jetées. Ils se parlent et se font des accolades
lorsqu’ils se rencontrent aux jetées.
Our coast neighbour, Beaver Harbour, as well has really
overcome many of those animosities. I really credit the
aquaculture industry in our area for their Bay Management
Plan of leaving sites fallow. You do not get on someone’s nerves
because your site may be active for one or two seasons, but then is
fallow for one or two seasons and it rotates all around the Bay of
Fundy. That has helped relieve tensions as well.
Notre voisin sur la côte, Beaver Harbour, a lui aussi réussi à
éliminer une bonne partie de l’animosité. Je dois vraiment donner
du crédit aux intervenants du secteur de l’aquaculture dans notre
région pour leur plan de gestion de la baie et le fait qu’ils laissent
des sites en jachère. Ils ne tapent sur les nerfs de personne, parce
que leurs sites peuvent être actifs pendant une saison ou deux,
puis, ils les laissent en jachère pendant une ou deux autres saisons
et font une rotation dans toute la baie de Fundy. Cette pratique a
elle aussi aidé à réduire les tensions.
It’s not all flowers and chocolates, but it is really a fairly good
and amicable working relationship between all of them.
Ce n’est pas toujours rose, mais la relation de travail entre tout
le monde est assez amicale.
Senator Poirier: Good.
La sénatrice Poirier : C’est bien.
Mr. Choptiany: I can respond in two ways. We only have one
wharf. From our standpoint, I wish we did not because we own it.
Because we own it we have to repair it, and right now we are
looking at a $1.2-million repair to the first part of it. If you drive
down the wharf you need to go fairly quickly on the first third.
The commercial part of that wharf is for aquaculture.
Aquaculture boats tie up and load fish year-round. They are
the one economic year-round resource for our wharf as an entity.
During the summer we certainly have very active tourism with
whale watching and then we have a local yacht club.
M. Choptiany : Je peux vous répondre de deux façons. Nous
avons seulement une jetée. Pour nous, il serait préférable de ne pas
en avoir du tout, parce qu’elle nous appartient. Nous devons donc
la réparer, et, actuellement, les réparations de la première partie
de la jetée nous coûteront environ 1,2 million de dollars. Si vous
empruntez la jetée en véhicule, il faut rouler assez vite sur le
premier tiers. La section commerciale de la jetée sert aux
pisciculteurs. Les bateaux d’aquaculture s’y amarrent à l’année
pour y charger du poisson. Ils sont l’unique ressource économique
annuelle de notre jetée. Durant l’été, il y a bien sûr beaucoup de
tourisme en raison des activités d’observation des baleines, et il y
a aussi le club nautique local.
When I started doing teaching and research in 1980, the bay
was different than it is now. It has gone through evolutions as the
aquaculture industry got better and better at what they did. There
was less waste, much better utilization of foods, and we are now
into the multi species integrated aquaculture approach, so we will
be looking at utilizing whatever foods we have in a much better
way.
Lorsque j’ai commencé à enseigner et à effectuer des
recherches, en 1980, la baie était différente. Les choses ont
évolué à mesure que l’industrie de l’aquaculture a amélioré ses
méthodes. Il y a maintenant moins de déchets et une bien
meilleure utilisation des aliments. De plus, de nos jours, le secteur
a adopté une approche d’aquaculture multi espèces intégrée, alors
nous trouvons des façons de mieux utiliser les aliments dont nous
disposons.
14:102
Fisheries and Oceans
20-11-2014
Terry talked about what you used to do with farming, leave the
field fallow for a couple of years and then move on. That happens
with the bay, being one of the three major sites where they rotate.
So, the impacts are monitored well.
Terry a parlé de ce que faisaient avant les agriculteurs, qui
laissaient leur champ en jachère pendant deux ou trois ans avant
d’y revenir. C’est la même chose dans la baie, qui est l’un des trois
principaux sites utilisés dans le cadre de la rotation. Par
conséquent, les répercussions sont bien contrôlées.
The other issue, I guess, is that for a variety of reasons, the
herring aren’t coming into the bay as often as they used to. So, we
used to have herring weirs all the way around the bay and now we
only have a few that are active.
L’autre problème, j’imagine, c’est que pour diverses raisons, les
harengs ne viennent plus aussi souvent dans la baie qu’avant. Par
conséquent, alors qu’il y avait avant des fascines à harengs
partout autour de la baie, il ne reste que quelques fascines en
activité.
There is one specific situation. At our drinking water source,
Chamcook Lake, we had for a little over a year, a sturgeon
freshwater aquaculture commercial development and it was using
the facilities of the Atlantic Salmon Federation. That year I know
that there were some other climate effects, but that was the year
that we first saw the cyanobacteria. It was also the year that the
lake level went down four feet. No one had ever seen that before.
There was only one place to point the finger, but they did not
have meters on the water so we could never say that they were
taking all the water There was a lot of water going through those
enclosed cages, and that had an impact. Subsequently they moved
not far from Blacks Harbour into an area that has natural aquifer
and are using a different source of water. That was the first year
that we did see this harmful blue-green algae. It is really hard to
say there is an exact line of connection but it happened.
À notre source d’eau potable, le lac Chamcook, il y a eu,
pendant un peu plus d’un an, des activités d’aquaculture
commerciale d’esturgeons d’eau douce aux installations de la
Fédération du saumon atlantique. Je sais qu’il y a eu d’autres
conditions climatiques, mais c’est cette année-là que nous avons
découvert pour la première fois les cyanobactéries. C’est aussi
l’année où le niveau du lac a baissé de quatre pieds. Personne
n’avait eu connaissance d’une telle situation avant. Il n’y avait
personne d’autre à pointer du doigt, mais les pisciculteurs
n’avaient pas posé de mètre dans l’eau alors nous n’avons
jamais pu savoir s’ils avaient pris tout l’eau. Beaucoup d’eau
passait dans les cages fermées, et cela a eu un impact. Par la suite,
les installations ont été transférées assez près de Blacks Harbour,
dans une région qui compte un aquifère naturel et les installations
utilisent une source d’eau différente. C’est la première année que
nous avons vu cette algue bleu-vert néfaste. C’est vraiment
difficile de dire quel est le lien exact, mais ça s’est produit.
So, there have been effects. It is a learning process for us
because I certainly hope that we do have other freshwater
opportunities, but don’t choose a drinking water lake. But we do
have the research and with the other capacities in the area we have
a very vibrant freshwater aquaculture potential.
Il y a donc eu des effets. C’est un processus d’apprentissage
pour nous, parce que j’espère vraiment que nous allons avoir
d’autres occasions d’aquaculture en eau douce, mais il ne faut pas
utiliser le lac d’où nous tirons notre eau potable. Mais nous avons
les capacités de recherche, et avec les autres capacités dans la
région, il y a un très bon potentiel d’aquaculture d’eau douce.
Senator Poirier: Thank you.
La sénatrice Poirier : Merci.
Senator Meredith: Mayor Choptiany, you are living testimony
of Ontario’s contribution to the Maritimes. We were talking
earlier with respect to garnering support from Ontario, that the
province doesn’t have the sprawling coastlines like the Maritimes.
So, to that point we thank you for the great work that you have
done as the Mayor of St. Andrews.
Le sénateur Meredith : Monsieur Choptiany, vous êtes un
témoignage vivant de la contribution de l’Ontario dans les
Maritimes. Nous avons parlé plus tôt, lorsqu’il était question
d’obtenir le soutien de l’Ontario, du fait que la province ne
possède pas de très longues côtes comme on en voit dans les
Maritimes. Par conséquent, à ce sujet, nous vous remercions de
l’excellent travail que vous avez fait en tant que maire de
St. Andrews.
We heard earlier from witnesses that there is a shortage of
labour. What have you done in terms of attracting people to fill
some of these voids? As you said, Mayor James, young people are
moving out of the communities even though there is this need for
employment. Have you collaborated with, say, Ontario in terms
of potentially getting people to relocate here to take advantage of
some of these jobs?
D’autres témoins nous ont parlé d’une pénurie de maind’œuvre. Qu’avez-vous fait pour attirer des gens afin de combler
certains de ces manques? Comme vous l’avez dit, madame James,
les jeunes quittent les collectivités, et ce, même s’il y a des
débouchés. Avez-vous travaillé en collaboration, avec, par
exemple, l’Ontario pour essayer de convaincre des jeunes de
déménager ici afin de saisir certaines possibilités d’emploi?
Ms. James: There have been problems with shortages of
labour, and a lot of those positions have been filled through
temporary foreign workers programs. In our community, we are
challenged to provide housing for small families and single
Mme James : Nous avons essuyé des pénuries de maind’œuvre, et une bonne partie des postes ont été pourvus grâce
au Programme de travailleurs étrangers temporaires. Dans notre
collectivité, nous avons de la difficulté à fournir des logements
20-11-2014
Pêches et océans
14:103
people, and these are typically young people who you would find
working in the industry. Most of the homes, if not all of them, are
owned. We only have a few rentals, so that becomes a challenge
for people in itself.
aux petites familles et aux gens seuls, et ce sont justement ce que
cherchent les jeunes qui pourraient travailler dans l’industrie. La
plupart des logements appartiennent aux occupants, si ce n’est pas
la totalité d’entre eux. Il n’y a que quelques logements à louer, ce
qui ne facilite pas l’installation des gens.
From a municipal perspective, we currently have a project
underway with Habitat for Humanity. We have two projects that
are in the preliminary stages, one is multi-unit and one is a single
family home, but it is a help.
Du point de vue municipal, nous réalisons actuellement un
projet en collaboration avec Habitat pour l’humanité. Nous
venons de commencer deux projets : un qui concerne un
immeuble à logements multiples, et l’autre, une maison
unifamiliale. C’est un début.
In my community, we are restricted in our water consumption.
Our water source is owned by the company and we are allocated
100,000 imperial gallons per day, and it is very difficult to
measure it to figure out if we are using up to our capacity or not.
So, we have unique challenges in that way. We couldn’t okay a
massive housing development because, according to our
agreement, we cannot provide water. So, that is a major
problem for my community.
Dans la collectivité, notre consommation d’eau est limitée.
Notre source d’eau appartient à l’entreprise, et nous avons droit à
100 000 gallons impériaux par jour. C’est très difficile de mesurer
notre consommation afin de savoir si nous utilisons notre part à
plein rendement. Nous devons donc relever certains défis uniques.
Nous ne pourrions pas approuver la création d’un grand
ensemble résidentiel, parce que, conformément à notre entente,
nous ne pourrions pas fournir l’eau potable aux résidants. C’est
donc un problème important dans ma collectivité.
Yet throughout eastern Charlotte, there is ample opportunity
for housing development. In St. George nearby, it is about
15 kilometres away, there are apartment units and we have some
single person units in the community, but I wouldn’t stay there,
personally.
Cependant, un peu partout dans l’est du comté de Charlotte,
il y a beaucoup de possibilités de développement résidentiel. À
St. George, tout près, c’est à environ 15 kilomètres, il y a des
appartements, et nous avons aussi des unités pour personne seule
dans la collectivité, mais, personnellement, je ne vous les conseille
pas.
Senator Meredith: Thanks for the warning.
Le sénateur Meredith : Merci de l’avertissement.
Ms. James: I just wouldn’t be comfortable in that kind of
environment. I would need more room, I guess.
Mme James : Je ne serais tout simplement pas à l’aise dans ce
genre d’environnement. J’ai besoin de plus de place, j’imagine.
What are we doing about it? We are always trying to find ways
to partner with industry. There are vacant buildings in my
community. We are lobbying hard for them to be transformed
into housing, but I am sure it is like everything else; money is tight
and, quite probably the companies are looking for some sort of
financial assistance to do that. That is a real challenge, and other
than working with Habitat for Humanity and our own efforts in
partnering with industry to develop some housing, it is about all
we can do.
Que faisons-nous à ce sujet? Nous essayons toujours de trouver
des façons de travailler en partenariat avec l’industrie. Il y a des
bâtiments vacants dans ma collectivité. Nous faisons beaucoup de
représentation pour qu’ils soient transformés en logements, mais
je suis sûr que c’est comme pour tout le reste, il n’y a pas
beaucoup d’argent, et, très probablement, les entreprises veulent
obtenir une aide financière avant de réaliser ce genre de projet.
C’est tout un défi, et à part travailler en collaboration avec
Habitat pour l’humanité et poursuivre nos efforts de partenariat
avec l’industrie afin de construire certains logements, il n’y a pas
grand-chose d’autre que nous pouvons faire.
Mr. Choptiany: There is a number of things that have an effect
in bringing people to the industry. I think you have to look at all
ends of the spectrum. At the community college in St. Andrews
there are 400 students in housing. The aquaculture programs
there attract people primarily from Atlantic Canada. I do not
know that they actively recruit in Ontario. Those programs have
run for years. They are full and well received. It gives a person a
leg-up in terms of understanding how you can work as a
technician or move up in the industry. It’s a tough industry. It’s
great in August; it is brutal in February. You do not want to be
out in those cages in a storm, but you have got to feed the fish
every day. So it is a tough way of life.
M. Choptiany : Il y a un certain nombre de choses qui peuvent
attirer des personnes dans l’industrie. Je crois qu’il faut regarder
d’un bout à l’autre du spectre. Au collège communautaire de
St. Andrews, il y a 400 logements pour étudiants. Les
programmes d’aquaculture du collège attirent principalement
des gens du Canada atlantique. Je ne crois pas que le collège
recrute activement des gens en Ontario. Ces programmes sont en
place depuis des années. Toutes les places sont prises, et le
programme a bonne réputation. Le programme aide les gens à
comprendre le travail de technicien ou de quelle façon ils peuvent
gravir les échelons dans l’industrie. Ce n’est pas une industrie
facile. C’est plaisant en août, mais c’est brutal en février. Personne
14:104
Fisheries and Oceans
20-11-2014
ne veut sortir et se rendre aux cages durant une tempête, mais il
faut nourrir les poissons tous les jours. Alors ce n’est pas une vie
facile.
Certainly, as Terry has talked about, when you are attracting
people to an industry, you have to have the whole package. We do
have good schools. We have issues with transportation; we are
working on it. We have issues with housing; we are working on it.
Those things are important.
Évidemment, comme Terry en a parlé, lorsqu’on veut attirer
des gens dans une industrie, il faut leur offrir une solution tout
entière. Nous avons de bonnes écoles. Nous avons des problèmes
de transport sur lesquels nous travaillons. Nous avons des
problèmes de logement, et nous travaillons là-dessus aussi. Ce
sont des choses importantes.
In many ways, the Biological Station used to do some of it but
the Huntsman does an extraordinary job. DR. Smith already
talked about how just about every student in New Brunswick goes
through the Huntsman program, either for a day or a longer
period. Maybe it is a little bit of a seduction here, but it’s another
way of falling in love with the ocean and the Maritimes. Once you
start understanding it and are no longer afraid to pick up the
seaweed or look under a rock, you find a whole world under
there. As I mentioned in my opening remarks, there used to be an
association of 19 universities, many of those were Ontario
universities. So our seals that are in the aquarium used to go
back and forth every year to Guelph. They would pack them up in
October and put them in a truck and drive them to the aquarium.
The students who came down from Guelph, Queen’s in Kingston
and other universities and community colleges, as well as from
high school programs, were able to take a look at the job
opportunities. Again, it is a spectrum. It is not just working on
the cages. That is a small part of it. It’s the research; it’s
understanding how to better and more efficiently run your cage
operation. When I look back 20 years ago to how a cage was
operated and compare it to now, and then if I think 20 years from
now how it is going to be operated, it is and will be totally
different. There will be new challenges but, again, the
opportunities in education and in higher learning to become
leaders, the hub exists there and I think it is an untapped, underutilized resource but, boy, it has great potential with some
fabulous people who are overseeing it.
De bien des façons, la Station biologique s’en occupait en
partie, mais le centre Huntsman fait vraiment un travail
extraordinaire. M. Smith a déjà mentionné que presque tous les
étudiants du Nouveau-Brunswick passent par le programme du
centre Huntsman, soit pour une journée, soit pour plus
longtemps. C’est peut-être un peu une opération de charme,
mais c’est une autre façon de tomber amoureux de l’océan et des
Maritimes. Lorsqu’on commence à comprendre et qu’on n’a plus
peur de ramasser des algues ou de regarder sous les roches, on
découvre un tout autre monde là-dessous. Comme je l’ai
mentionné dans ma déclaration préliminaire, il y avait avant
une association de 19 universités, dont bon nombre étaient des
universités de l’Ontario. Nos phoques de l’aquarium étaient
transportés à Guelph chaque année. On les préparait pour le
voyage en octobre, on les installait dans un camion et on les
transportait à l’aquarium. Les étudiants qui venaient de Guelph,
de l’Université Queen’s à Kingston et d’autres universités et
collèges communautaires — il y avait aussi des étudiants
d’établissements d’enseignement secondaire — pouvaient
connaître les possibilités d’emploi. Encore une fois, ce n’est pas
un domaine unidimensionnel. On ne fait pas que travailler avec les
cages. En fait, ce n’est qu’une petite partie du travail. Il y a la
recherche pour comprendre de quelle façon nous pouvons mieux
exploiter les cages et les utiliser de façon plus efficiente. Lorsque je
repense à la situation il y a 20 ans et à la façon dont les cages
étaient exploitées à l’époque, et que je compare cette situation à la
situation actuelle, et que j’essaie ensuite de m’imaginer ce que ce
sera dans encore 20 ans... C’est tout à fait différent et ce le sera
encore. Il y aura de nouveaux défis, mais, comme je l’ai déjà dit,
les occasions d’études et d’enseignement supérieur pour devenir
des chefs de file... Le pole est là, et je crois que c’est une ressource
inexploitée ou sous-utilisée, mais, bon sang, il y a là tout un
potentiel et des gens fabuleux aux commandes.
Senator Meredith: With respect to the industry, and we have
heard the challenges and concerns, what are the top three
recommendations that you would put forward to our committee
to see changes made expeditiously to move this industry forward,
creating the kind of jobs that you want to see, the sustainability
and so forth? Perhaps both of you can comment on that.
Le sénateur Meredith : En ce qui concerne l’industrie, et nous
avons eu vent des défis et des préoccupations, quelles sont les trois
principales recommandations que vous nous formuleriez pour que
les choses changent rapidement et que nous puissions aider cette
industrie à aller de l’avant, à créer le genre d’emplois que vous
souhaitez, à assurer la durabilité et ainsi de suite? Vous pourriez
peut-être tous les deux nous en parler.
Ms. James: First of all — I am not privy to all the details, but I
do know the industry struggles in getting their regulatory
processes passed in Ottawa. Without those being expedited, it
ties up and hinders the growth and development of the industry in
our area. That would be probably my number one concern, that
Mme James : Tout d’abord, je ne suis pas au courant de tous
les détails, mais je sais cependant que l’industrie a de la difficulté à
faire adopter ses processus réglementaires à Ottawa. Si ce n’est
pas fait rapidement, on bloque et on ralentit la croissance et le
développement de l’industrie dans notre région. Ce serait
20-11-2014
Pêches et océans
14:105
this industry gets the attention that it deserves because it has a
great impact on our people and a lot of people in communities
outside our own.
probablement ma principale préoccupation : il faut que l’industrie
obtienne l’attention qu’elle mérite parce que cela a un impact
important sur nos gens et sur beaucoup de personnes dans
d’autres collectivités.
Second, I would encourage, support and endorse the
Temporary Foreign Worker Program. We have lost a lot of
young people to out West. Our community — I do not want to
make it, like I said, sound all roses and chocolates — welcomes
these foreign people. We have a very active multi-cultural
association. I was on the original board, and when we have
multi-cultural festivities, typically, there are more Canadians
there than foreigners because they want to talk to people, they
love their food. In the workplace, they are very helpful, friendly.
Deuxièmement, j’encouragerais, j’appuierais et je soutiendrais
le Programme des travailleurs étrangers temporaires. Beaucoup
de nos jeunes sont partis dans l’Ouest. Notre collectivité — et,
comme je l’ai déjà dit, je ne veux pas faire comme si tout était
rose — accueille ces étrangers. Nous avons une association
multiculturelle qui est très active. J’ai été membre du premier
conseil, et lorsque nous tenons des festivités multiculturelles, il y a
plus de Canadiens que d’étrangers parce que nous voulons parler
aux gens, nous aimons leurs mets. En milieu de travail, ils sont
très utiles, et les échanges sont très amicaux.
In all my years as mayor, I have probably heard one or two
negative, racist remarks — they don’t want them here, they are
taking someone’s job. But they are not taking anyone’s job. They
are helping keep the industry going.
Depuis que je suis maire, je n’ai probablement entendu qu’une
ou deux remarques négatives et racistes proférées par des
personnes qui ne les voulaient pas ici et qui croyaient qu’ils
volaient nos emplois. Mais ils ne volent l’emploi de personne. Ils
nous aident à maintenir l’industrie à flot.
So, any way that you could streamline or enhance the
Temporary Foreign Worker Program for this industry would be
a help. I know that there have been problems with it nationally,
through other industries, but that is not us. When you are looking
at that program in your committees and hearing about some of
these problems, it is not a ‘‘one-size-fits-all.’’ It might be for
certain industries, but it certainly is not for our industry. So, I
would encourage you to help them.
Par conséquent, nous apprécierons tout ce que vous pourrez
faire pour rationaliser ou améliorer le Programme des travailleurs
étrangers temporaires pour notre industrie. Je sais qu’il y a eu des
problèmes à l’échelle nationale dans le cadre de l’exécution du
programme, dans d’autres industries, mais ce n’est pas notre cas.
Lorsque vous étudiez ce programme dans le cadre des travaux de
votre comité et qu’on vous parle de certains des problèmes
rencontrés, rappelez-vous que ce n’est pas partout pareil. C’est
peut-être le cas dans certaines industries, mais ce n’est
certainement pas le cas dans la nôtre. Alors je vous
encouragerais à les aider.
Third, I would ask that, through some sort of programming —
I can’t really speak to exactly how it could be fixed — we need
help getting affordable housing so that these people can stay in
our communities and live, work and play. We have a beautiful
community. We have an exceptional school. We have parks,
playgrounds, seniors complex, health centres, stores, you know,
like a grocery store and a regular store with gas and what not, a
couple of specialty shops. These people add to the fabric of our
community.
Troisièmement, je demanderais la mise en place d’un genre de
programme... Je ne peux pas vous dire exactement de quelle façon
on pourrait régler le problème, mais nous avons besoin de
logements abordables afin que ces personnes puissent s’installer
dans nos collectivités, y travailler et y vivre. Nous avons une très
belle collectivité. Notre école est exceptionnelle. Nous avons des
parcs, des terrains de jeu, des résidences pour personnes âgées, des
centres de santé, des magasins, comme une épicerie et un magasin
ordinaire où on peut acheter de l’essence et je ne sais quoi d’autre.
Il y a aussi deux ou trois magasins spécialisés. Ces personnes sont
un plus pour notre mosaïque communautaire.
For example, back in the late 1980s or early 1990s, Connors
Brothers were one of the first people to bring in Vietnamese
foreign workers. To this day, they are still in our communities.
They have bought homes, they are great neighbours, and they
have settled in Blacks Harbour. They have brought their family
members from Vietnam or wherever they come from to reside in
Blacks Harbour; so much so that we have had to have trilingual
signs, for example, at our healthcare facility — French, English
and Vietnamese. The people at the health centre approached the
municipality; they wanted to know how many Vietnamese people
were in our community. We had quite a few going through as
outpatients, and we had no way of telling them because of
confidentiality. We could not get the figures from the company
Par exemple, à la fin des années 1980 ou au début des
années 1990, les Frères Connors ont été les premiers à faire venir
des travailleurs étrangers vietnamiens. Ces travailleurs sont restés
dans nos collectivités. Ils se sont acheté des maisons. Ce sont
d’excellents voisins. Ils se sont installés à Blacks Harbour. Ils ont
fait venir des membres de leur famille du Vietnam ou de peu
importe d’où ils viennent, et ces personnes se sont elles aussi
installées à Blacks Harbour. Ils sont tellement nombreux, que, par
exemple, il a fallu poser des affiches trilingues dans notre centre de
santé. L’information est en français, en anglais et en vietnamien.
Les responsables du centre de santé ont communiqué avec les
représentants de la municipalité pour savoir combien il y avait de
Vietnamiens dans notre collectivité. Un grand nombre étaient des
14:106
Fisheries and Oceans
20-11-2014
and we could not access that information anywhere, so it was kind
of hard. Eventually, we realized there were so many that we
needed to have trilingual signs. You might see it in Ontario but
you do not see it too often in southwestern New Brunswick.
travailleurs non-résidants, mais nous n’avons pas pu leur dire
pour des raisons de confidentialité. Nous ne pouvions pas obtenir
les données de l’entreprise ni avoir un accès à l’information nulle
part, alors c’était un peu difficile. Au bout du compte, nous nous
sommes rendu compte qu’il y en avait tellement que des affiches
trilingues s’imposaient. Il y en a peut-être en Ontario, mais on
n’en voit pas très souvent dans le sud-ouest du NouveauBrunswick.
In another effort, I was trying to help a Russian doctor to get
her credentials here in Canada, and one of the things that surfaced
was the fact that she could not access English language training
unless she had status. We lobbied heavily and eventually
succeeded in getting language training for foreigners who come,
regardless of status. We do not care if they learn English and then
go back; at least they have learned English while they’re here. But
while they’re here, they can communicate at the grocery store, in a
restaurant, and it makes them feel more welcome in the
community just simply by being able to speak English. In my
community, we had kids bringing forms to the school, trying to
decipher government forms for their parents because their parents
could not speak English and the kids were being taught it in
school. When you have little seven-year-old Johnny and you have
this form — and I couldn’t even fill it out — we realized there is a
problem. So, after we got the English language training for them,
that is when we really started looking at having a multi-cultural
association. It is the first in Charlotte County. Of course, I
lobbied hard, I wanted it for my community, but it went to nearby
St. George because of the numbers. It serves the whole of
Charlotte County, St. Stephen and St. Andrews as well, but it is
housed in St. George. Through that we have settlement services
and other things and it is quite well utilized.
Dans un autre cas, j’ai essayé d’aider une médecin russe à
obtenir ses titres de compétence ici, au Canada, et j’ai découvert
qu’elle ne pouvait pas avoir accès à une formation linguistique en
anglais si elle n’avait pas un statut. Nous avons fait beaucoup de
démarches, et nous avons finalement réussi à faire en sorte que les
étrangers qui viennent ici puissent bénéficier d’une formation
linguistique, peu importe leur statut. Ce n’est pas un problème
s’ils apprennent l’anglais, puis retournent dans leur pays. Au
moins ils auront appris l’anglais pendant leur séjour. En outre,
pendant qu’ils sont ici, ils peuvent communiquer à l’épicerie et au
restaurant et se sentir davantage les bienvenus dans notre
collectivité, simplement parce qu’ils parlent anglais. Dans ma
collectivité, des enfants apportaient des formulaires du
gouvernement à l’école et essayaient de comprendre comment
les remplir pour leurs parents parce que ceux-ci ne parlaient pas
anglais, alors qu’eux l’apprenaient à l’école. Lorsqu’un petit
bonhomme de 7 ans doit remplir un formulaire — un formulaire
que je n’ai moi-même pas réussi à remplir — force est d’admettre
qu’il y a un problème. Par conséquent, lorsque nous avons réussi
à leur obtenir des cours d’anglais, à ce moment-là, nous avons
vraiment commencé à envisager de créer notre association
multiculturelle, la première dans le comté de Charlotte. Bien
sûr, j’ai dû faire beaucoup de démarches, et je voulais une telle
association dans ma collectivité, mais c’est St. George qui l’a eue
pour une raison démographique. L’association sert tout le comté
de Charlotte : St. Stephen, St. Andrews et aussi St. George. Par le
truchement de cette association, nous offrons des services
d’établissement et d’autres services qui sont assez populaires.
These are things that we have done trying to aid the industry in
their problems and it would be great if you could help with the
regulatory processes and the Temporary Foreign Worker
Program. We don’t have McDonalds and we don’t have those
kinds of businesses that were abusing the program. Aquaculture is
not abusing that program, and the people, when they come, we
love them and we love to have them and they love being here.
Nous avons fait certaines choses pour aider l’industrie à régler
ses problèmes, et ce serait formidable si vous pouviez vous aussi
aider en ce qui concerne la réglementation et le Programme des
travailleurs étrangers temporaires. Nous n’avons pas de
McDonald’s ni d’autres entreprises du genre qui abusent du
programme. L’industrie de l’aquaculture n’abuse pas du
programme, et nous apprécions les travailleurs étrangers qui
viennent chez nous. Nous sommes heureux qu’ils soient là et ils
sont heureux d’être ici.
We have some who have started businesses and are opening
and serving us through their efforts. Maybe their status had
changed from temporary foreign worker to landed immigrant — I
am not sure of the logistics there, but suffice it to say that they are
an integral part of our community, we love having them and we
do not have any kind of racism towards them. Most people are
very welcoming.
Certains d’entre eux ont démarré des entreprises. Ils ont ouvert
boutique et ils nous servent par leurs efforts. Leur statut a peutêtre changé. Ils ne sont plus des travailleurs étrangers temporaires,
mais bien des résidants permanents — je ne suis pas sûr du
processus —, mais, ce qui est sûr, c’est qu’ils font partie intégrante
de notre collectivité. Nous apprécions leur présence, et nous
n’avons aucune pensée raciste à leur égard. La plupart des gens
sont très accueillants.
Do you have anything to add to that, Stan?
Avez-vous quelque chose à ajouter, Stan?
20-11-2014
Pêches et océans
14:107
Mr. Choptiany: Certainly the concept of regulations is front
and centre, but the concept of regulations has to be balanced with
food safety. If you are going to do a regulation, make sure that
you understand the whole picture. There is much more than just
one particular industry here. What affects herring, shrimp,
lobster, seaweed or aquaculture are all slightly different, and
you have to have a complete understanding of what you are
regulating and how you are regulating so that there is not a
negative impact. That food safety concept is big.
M. Choptiany : Il ne fait aucun doute que la question de la
réglementation est cruciale, mais il ne faut pas s’occuper de la
réglementation au détriment de la salubrité des aliments. Si vous
devez adopter un règlement, assurez-vous de bien comprendre
toute la situation. Il y a beaucoup plus qu’une seule industrie
précise ici. Les choses qui influent sur le hareng, les crevettes, le
homard, les algues ou l’aquaculture sont toutes légèrement
différentes, et vous devez vraiment posséder une compréhension
globale de ce que vous réglementez et de la façon dont vous le
faites pour vous assurer qu’il n’y aura pas d’impact négatif. La
salubrité des aliments est une question très importante.
The second thing is what I have tried to say today: There is a
synergistic, positive development when you have industry and
research working hand-in-hand. It is better if they are working
together and each one helps the other, but it is a mindset, not one
or the other.
La deuxième chose, c’est ce que j’ai essayé de dire aujourd’hui :
il y a une synergie, un renforcement positif lorsque les
représentants de l’industrie et les chercheurs travaillent en
collaboration. Leur collaboration et leur entraide sont
bénéfiques, mais c’est un état d’esprit; il ne faut pas choisir
entre les deux.
The third thing that I would add is that, in many ways, we
already do have the best in the world in terms of aquaculture and
science research and the work that is being done. We are not
bragging enough. In the spring there was a world aquaculture
conference at the Algonquin Hotel and I gave an opening address.
I sat beside the fellow who was from Food and Agriculture of the
United Nations. He is the head of aquaculture for the world. I
thought that was pretty neat. It turns out my older son, who
works with Food and Agriculture and is working right now in
Africa, worked out of the same building in Rome as he did. I
thought, ‘‘Do you know my son?’’ and then, ‘‘Well, there are
7,000 people in that building,’’ so I didn’t. He came to
St. Andrews because what we have done over the last 35 or
40 years is some of the best in the world. That needs to be
celebrated, enhanced, promoted and supported. So, you support
the industry, you support the people who are working with the
industry. It is a good news story and it is a story that puts
Canadian science and Canadian industry back on the world stage
where it needs to be.
Troisièmement, à bien des égards, nous avons déjà ce qui se fait
de mieux dans le monde en ce qui concerne l’aquaculture, la
recherche scientifique et les travaux que nous réalisons. Nous ne
nous vantons pas suffisamment. Au printemps dernier, une
conférence mondiale sur l’aquaculture s’est tenue à l’hôtel
Algonquin. J’y ai prononcé le discours d’ouverture. J’étais assis
à côté du représentant de l’Organisation des Nations Unies pour
l’alimentation et l’agriculture. Il est le responsable pour
l’aquaculture à l’échelle mondiale. J’ai trouvé sa présence assez
impressionnante. J’ai appris que mon fils aîné, qui travaille pour
cette organisation, et qui se trouve actuellement en Afrique, a
travaillé dans le même bureau que lui à Rome. J’ai pensé lui
demander s’il connaissait mon fils, puis je me suis dit qu’il y avait
7 000 personnes dans ces bureaux, et je me suis retenu. Il est venu
à St. Andrews parce que les travaux que nous avons faits au cours
des 35 à 40 dernières années sont parmi ce qui s’est fait de mieux
dans le monde. Il faut le souligner, l’améliorer, le promouvoir et le
soutenir. C’est pourquoi vous devez appuyer l’industrie, appuyer
les gens qui travaillent avec l’industrie. C’est une bonne nouvelle,
et c’est une histoire qui marque le retour du milieu scientifique
canadien et de l’industrie canadienne sur l’échiquier mondial là où
ils doivent être.
Senator Meredith: Thanks to both of you. I know there are
challenges, but certainly I urge you to continue to move forward,
and as we put our report together, we will absolutely ensure that
we take these recommendations into consideration going forward.
Le sénateur Meredith : Merci à vous deux. Je sais que ce n’est
pas facile, mais je vous prie de continuer à foncer. Lorsque nous
rédigerons notre rapport, nous nous assurerons absolument de
tenir compte de ces recommandations pour l’avenir.
Ms. James: I just wanted to add one more thing. Last year I
accompanied industry officials to Scotland and Norway, and
there we looked at Meridian Salmon Farms facilities, and another
company there in Norway. As a mayor, I was really encouraged
by the exchange of information and the close working
relationships between the industry in my municipality and these
ones overseas. They have many of the same challenges that we
have here in terms of, for example salmon lice, but they have a
natural predator — cutter fish I think they are called — that they
can put right into the cage without using anything. It eats the lice
off the fish and there are no pesticides or anything like that. When
Mme James : Je tiens à ajouter quelque chose. L’année
dernière, j’ai accompagné des représentants de l’industrie en
Écosse et en Norvège. Là-bas, nous avons visité les installations
du Meridian Salmon Group et d’une autre entreprise en Norvège.
En tant que mairesse, j’ai été très encouragée par la mise en
commun de renseignements et l’étroite relation de travail entre
l’industrie dans ma municipalité et celles à l’étranger. Ils font face
à bon nombre des mêmes défis que ceux que nous avons ici, par
exemple, le pou du saumon, mais ils ont un prédateur naturel —
qu’ils appellent en anglais le cutter fish je crois — et qu’ils mettent
directement dans les cages sans avoir à faire quoi que ce soit
14:108
Fisheries and Oceans
20-11-2014
I spoke to the regulatory process and looking at these things, I
understand that we cannot have them in Canada because they are
not native to our waters. Yet, it is the same ocean, just the
opposite side, and, in my mind, why can’t we have these fish here?
There are things like that and initiatives like that that we should,
in my opinion, explore. I am not a scholar, but I would think that
we would try to see best practices, what works over there might
very well work over here and address some of the problems, but
that goes back to the regulatory process that the aquaculture
people have to go through. Anything that can be done to help
them along that way would be most beneficial, not only to the
industry but to the communities as well. Thanks.
d’autre. Ce poisson mange les poux directement sur le poisson et
ils n’ont pas besoin d’utiliser de pesticides ou quoi que ce soit
d’autre du genre. Lorsque j’ai parlé du processus de
réglementation et du besoin de se pencher sur ce genre de
choses, je comprends que nous ne pouvons pas utiliser ce poisson
au Canada parce qu’il n’est pas présent dans nos eaux.
Cependant, c’est le même océan, on est simplement chacun de
son côté. Pourquoi ne pourrions-nous pas avoir ces poissons ici?
Il y a des choses et des initiatives comme cela auxquelles il
faudrait réfléchir, selon moi, et qu’il faudrait envisager. Je ne suis
pas une experte, mais je crois que nous devrions envisager les
pratiques exemplaires, voir ce qui fonctionne ailleurs et qui
pourrait peut-être très bien fonctionner ici et nous permettre de
régler certains de nos problèmes, mais on en revient au processus
de réglementation que doivent respecter les intervenants du
domaine de l’aquaculture. Tout ce qui peut être fait pour les aider
en cours de route serait extrêmement utile, non seulement pour
l’industrie, mais aussi pour les collectivités. Merci.
The Chair: Thank you to our guests, and thank you to Senator
Meredith. He is involved with youth advocacy. Certainly if he was
in Blacks Harbour tonight, he would attend the youth group
meeting this evening at 7 o’clock at the Wesleyan Church. I just
wanted to let you know that and it is great to see that you are
involved with the youth and bringing them together in the
community. I think it is a great initiative.
Le président : Merci à nos invités, et merci, monsieur Meredith.
Il travaille à la défense des droits des jeunes. Je suis sûr que, s’il
était à Blacks Harbour, ce soir, il assisterait à la réunion du
groupe de jeunes ce soir à 19 heures, à la Wesleyan Church. Je
voulais simplement vous le dire et souligner que c’est bien de voir
que vous travaillez auprès des jeunes et que vous tentez de les
réunir dans la collectivité. Je crois que c’est une excellente
initiative.
I want to thank our guests for your contributions to the
discussion here this afternoon. It is great for the perspective to
hear from mayors of communities that are not directly involved in
the industry but see the direct benefits they provide. It always
does us well.
Je tiens à remercier nos invités de leur contribution à la
discussion cet après-midi. C’est très intéressant pour notre
compréhension de discuter avec des maires des collectivités qui
ne participent pas directement à l’industrie, mais qui constatent
les bénéfices directs qui en découlent. C’est toujours bon pour
nous.
I would like to welcome our next panel of witnesses. We are
delighted that you have taken the time to join us and to share with
us your concerns and your ideas, or whatever you want to bring
forward. Now is your opportunity.
Nous allons maintenant accueillir notre prochain groupe de
témoins. Nous sommes heureux que vous ayez accepté de venir
nous rencontrer et de nous parler de vos préoccupations et de vos
idées, ou de peu importe ce dont vous voulez nous parler. C’est
maintenant l’occasion de le faire.
I would ask that you introduce yourselves before we begin. I
understand you have some opening remarks. We will begin with
those, following which we will have questions from our senators.
Je vous demanderais de bien vouloir vous présenter avant de
commencer. Je crois savoir que vous avez une déclaration
préliminaire. Nous allons commencer par les entendre, puis les
sénateurs pourront vous poser des questions.
William Ernst, as an individual: My name is Bill Ernst, Willy
Ernst. I am a recently retired Environment Canada employee.
During the approximately 34 years I worked with Environment
Canada, I was responsible for primarily researching the fate and
effects of toxic chemicals in the environment, including
aquaculture chemicals. I also had some experience with the
administration of environmental protection legislation, including
the Environmental Protection Act and the Canada Fisheries Act.
William Ernst, à titre personnel : Je m’appelle Bill Ernst, Willy
Ernst. J’ai récemment pris ma retraite d’Environnement Canada.
Durant environ 34 ans, j’ai travaillé pour ce ministère, et
j’étais principalement responsable des recherches sur le sort
et les répercussions des produits chimiques toxiques dans
l’environnement, y compris les produits chimiques liés à
l’aquaculture. J’ai aussi acquis une certaine expérience de
l’administration des lois de protection de l’environnement,
y compris la Loi sur la protection de l’environnement et la Loi
sur les pêches du Canada.
20-11-2014
Pêches et océans
14:109
Inka Milewski, Science Advisor, Conservation Council of New
Brunswick: My name is Inka Milewski. I am the Science Advisor
for the Conservation Council of New Brunswick. For the last
20 years I have been looking at the environmental impacts of
finfish farms on the environment, as well as looking at regulations
for the industry to make the industry more sustainable.
Inka Milewski, conseillère scientifique, Conseil de conservation
du Nouveau-Brunswick : Je m’appelle Inka Milewski. Je suis
conseillère scientifique du Conseil de conservation du NouveauBrunswick. Au cours des 20 dernières années, je me suis penchée
sur les répercussions environnementales de la pisciculture des
poissons sur l’environnement. J’ai aussi examiné de quelle façon
on devait utiliser la réglementation pour rendre l’industrie plus
durable.
Jonathan Carr, Executive Director, Research and Environment,
Atlantic Salmon Federation: Good afternoon. My name is
Jonathan Carr. I am the Executive Director of the Research
and Environment Department at the Atlantic Salmon Federation,
located just outside of St. Andrews. One of my portfolios over the
last 20 some years has been looking at interactions between wild
and farm salmon.
Jonathan Carr, directeur exécutif, Environnement et recherche,
Fédération du saumon atlantique : Bonjour. Je m’appelle Jonathan
Carr. Je suis directeur exécutif, Environnement et recherche de la
Fédération du saumon atlantique, les bureaux sont situés tout
juste aux abords de St. Andrews. Un des dossiers dont je me suis
occupé au cours des 20 dernières années concerne les interactions
entre le saumon sauvage et le saumon d’élevage.
The Chair: It looks like we have much experience at the table,
so we are looking forward to hearing what you have to say. I am
going to ask Ms. Milewski to take the floor.
Le président : On dirait bien que nous avons des gens qui ont
beaucoup d’expérience devant nous, alors nous avons hâte
d’entendre ce que vous avez à nous dire. Je vais demander à
Mme Milewski de commencer.
Ms. Milewski: Again, thank you, Senator Manning, for this
opportunity to speak today. As this venue has no services for
projecting slides, I have printed the slides that I will be referring to
in my brief opening statement.
Mme Milewski : Encore une fois, merci, monsieur Manning, de
m’avoir invitée à témoigner aujourd’hui. Puisqu’il est impossible
de projeter des diapositives dans la salle, j’ai imprimé les
diapositives dont je vais parler dans ma brève déclaration
préliminaire.
By way of an introduction, I would like to say a few words
about the Conservation Council of New Brunswick. We were
founded in 1969. We are one of the two oldest citizen-based, nonprofit environmental groups in Canada.
En guise d’introduction, je tiens à dire quelques mots au sujet
du Conseil de conservation du Nouveau-Brunswick. Le conseil a
été fondé en 1969. Nous sommes l’un des deux plus vieux groupes
environnementaux citoyens sans but lucratif au Canada.
Since the beginning of aquaculture development in New
Brunswick more than three decades ago, the Conservation
Council has been pursuing a new framework for sustainable
aquaculture; one that respects the limits of nature, does not
degrade the ecosystem and is in harmony with other economic,
social and cultural activities that use the same resources.
Depuis la naissance du secteur de l’aquaculture au NouveauBrunswick, il y a plus de 30 ans, le Conseil de conservation a tenté
de faire adopter un nouveau cadre en vue d’une aquaculture
durable. Un cadre qui respecte les limites de la nature, qui ne
dégrade pas l’écosystème et qui est en harmonie avec les autres
activités économiques, sociales et culturelles associées aux mêmes
ressources.
Let me say at the outset that we do not support the creation of
a new federal aquaculture act. We do not believe it is the solution
to the regulatory certainty and investment security that the
aquaculture industry seeks. The aquaculture industry often
blames in their words, and I am quoting Ruth Salmon from the
Canadian Aquaculture Industry Alliance in her opening remarks
to you on June 4, 2013 in Ottawa. She said,
Je vais vous dire d’entrée de jeu que nous n’appuyons pas
la création d’une nouvelle loi fédérale sur l’aquaculture. Nous
ne croyons pas que c’est la solution que cherche l’industrie
de l’aquaculture en matière de certitude réglementaire et de
sécurité des investissements. Les représentants de l’industrie
de l’aquaculture blâment souvent, dans leurs propres mots... Et
je cite Ruth Salmon, de l’Alliance de l’industrie canadienne de
l’aquaculture, qui dit ce qui suit dans la déclaration préliminaire
qu’elle vous a présentée le 4 juin 2013, à Ottawa :
It is a complicated set of regulations that are reactive
and inefficient that basically has flat lined growth in the
industry.
C’est que le régime réglementaire qui s’applique à notre
industrie est trop complexe, réactif et inefficace. Il empêche
la croissance.
We see no evidence that the aquaculture industry is overregulated.
Nous ne voyons aucune preuve du fait que l’industrie de
l’aquaculture soit surréglementée.
The first slide in your handout is a comparison of the Canadian
federal acts regulating aquaculture in other resource sectors, such
as forestry, mining and livestock operations and the acts
La première diapositive de votre document est une
comparaison de la réglementation fédérale de l’aquaculture avec
d’autres secteurs de ressources, comme la foresterie, l’exploitation
14:110
Fisheries and Oceans
20-11-2014
regulating the aquaculture industry in Scotland. As you can see,
aquaculture regulation is on par with the regulation of livestock
operations in Canada, as we would expect given that salmon is a
food like beef or pork and it requires regulations to protect
consumer and animal health. In Scotland, aquaculture is
regulated by both Scottish and U.K. legislation, as you heard
from Willie Cowan, the head of Performance in Aquaculture in
Scotland when he testified before this committee in Ottawa on
June 12, 2014. Even though Scotland has an overarching national
aquaculture and fisheries act much like our Fisheries Act,
aquaculture is still governed by 15 acts and many government
departments. They are also governed by European Union
Legislation, as you will see in the next slide in this handout.
minière et l’élevage et les lois qui réglementent l’industrie
de l’aquaculture en Écosse. Comme vous pouvez le voir, la
réglementation de l’aquaculture est conforme à la réglementation
des exploitations d’élevage au Canada, ce à quoi il faut s’attendre,
puisque le saumon est un aliment comme le bœuf et le porc et
qu’il faut mettre en place une réglementation pour protéger les
consommateurs et la santé des animaux. En Écosse, l’aquaculture
est réglementée par des lois écossaises et des lois du RoyaumeUni, comme vous l’a dit Willie Cowan, le responsable du
rendement de l’aquaculture en Écosse lorsqu’il a comparu
devant vous, à Ottawa, le 12 juin 2014. Même si l’Écosse
possède une loi nationale globale sur l’aquaculture et les pêches, à
l’instar de notre Loi sur les pêches, l’aquaculture est tout de même
régie par 15 lois et administrée par bon nombre de ministères
gouvernementaux. Elle l’est aussi par la législation de l’Union
européenne, comme vous le constaterez dans la prochaine
diapositive du document.
Provincially, aquaculture in Canada is governed by far fewer
acts than either mining or forestry. Compared to livestock
operations, there are 10 times the number of acts that govern
livestock operations in Ontario, at least in Ontario, than
aquaculture in New Brunswick. As you can see, there are
23 acts that govern livestock operations in Ontario.
Aquaculture is governed by seven in New Brunswick. As for
Scotland, aquaculture is subject to 29 European Union
regulations and directives. Clearly, the aquaculture industry in
Canada is not over regulated either federally or provincially.
À l’échelle provinciale, l’aquaculture au Canada est encadrée
par beaucoup moins de lois que ne le sont l’exploitation minière et
la foresterie. Comparativement aux exploitations d’élevage, il y a
10 fois plus de lois régissant les exploitations d’élevage en
Ontario, c’est du moins le cas en Ontario, que l’aquaculture au
Nouveau-Brunswick. Comme vous pouvez le voir, il y a 23 lois
qui régissent les exploitations d’élevage en Ontario. Il y en a sept
pour encadrer l’aquaculture au Nouveau-Brunswick. En Écosse,
l’aquaculture fait l’objet de 29 règlements et directives de l’Union
européenne. Il est évident que l’industrie de l’aquaculture au
Canada n’est pas surréglementée, ni à l’échelon fédéral, ni à
l’échelon provincial.
Representatives of the aquaculture industry have tried to make
the case that aquaculture development in Canada is important not
only for creating rural employment, but globally in providing
protein and feeding a hungry world. If you turn to the next slide,
statistics from the United Nations Food and Agriculture
Organization show that the majority of global protein comes
from vegetables, followed by meat. Fish is a very small part of per
capita protein consumption. Most of the fish is consumed in
Europe, North America and Asia. Canadian farmed salmon or
mussels are not going to feed the hungry in the food banks or
people in Sub-Saharan Africa. The next slide shows you that fish
consumption patterns in Canada are low relative to chicken,
pork, beef. This really confirms the global trend that most protein
that people consume around the world either comes from meat or
vegetable protein.
Les représentants de l’industrie de l’aquaculture ont tenté de
montrer que le développement de l’aquaculture au Canada est
important non seulement en zone rurale pour créer des emplois,
mais à l’échelle mondiale parce qu’elle fournit les protéines et la
nourriture dont notre planète qui a faim a besoin. Si vous passez
à la diapositive suivante, qui contient des statistiques de
l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et
l’agriculture, vous constaterez que la majorité des protéines
consommées à l’échelle mondiale est tirée des légumes, suivis de la
viande. Le poisson ne représente qu’une infime partie de la
consommation de protéines par habitant. Le poisson est
principalement consommé en Europe, en Amérique du Nord et
en Asie. Le saumon d’élevage et les moules d’élevage canadiennes
ne vont pas nourrir les populations affamées dans les Banques
alimentaires ni les habitants de l’Afrique subsaharienne. La
diapositive suivante révèle que les tendances en matière de
consommation de poisson au Canada sont assez faibles
comparativement à celles du poulet, du porc et du bœuf. Cela
confirme vraiment la tendance mondiale selon laquelle la plupart
des protéines que les gens consomment sont tirées de la viande ou
des légumes.
As for creating rural employment, the next slide you will see
illustrates that from 2007 to 2012, direct employment in
aquaculture dropped 18 per cent while production increased
13 per cent. The industry is growing more fish with less people
Pour ce qui est de la création d’emplois en zone rurale, la
prochaine diapositive montre que, de 2007 à 2012, le nombre
d’emplois directs liés à l’aquaculture a chuté de 18 p. 100, tandis
que la production a augmenté de 13 p. 100. L’industrie utilise
20-11-2014
Pêches et océans
14:111
due to technological improvement that reduces the need for
labour. No country has done this better than Norway. If you turn
to the next slide, it takes about 6,000 Norwegians, a little more
than the entire Canadian aquaculture workforce, to produce six
times the amount of salmon that Canada produces. These figures
were confirmed by Inger Elisabeth Meyer, the First Secretary for
the Royal Norwegian Embassy when she appeared before this
committee on June 5, 2014.
plus de poisson avec moins d’employés en raison des
améliorations technologiques qui réduisent le besoin en maind’œuvre. Aucun autre pays ne l’a mieux fait que la Norvège. Vous
verrez sur la prochaine diapositive qu’il faut environ
6 000 Norvégiens, un peu plus que toute la main-d’œuvre du
secteur de l’aquaculture au Canada, pour produire six fois plus de
saumon que n’en produit le Canada. Ces données ont été
confirmées par Inger Elisabeth Meyer, la première secrétaire de
l’Ambassade royale de la Norvège lorsqu’elle a comparu devant le
comité le 5 juin 2014.
While the aquaculture industry promotes its employment
generating capability, in reality, like all other businesses, the
aquaculture industry is constantly looking for economic
efficiencies to improve their profit margin. This can be seen in
the next slide at the value of production, the cost of salary and
wages in the industry. Between 2000 and 2012, the total value of
the aquaculture production in Canada increased 37 per cent while
the cost of salary and wages only increased 13 per cent.
Même si l’industrie de l’aquaculture fait la promotion de sa
capacité de gérer des emplois, en réalité, comme toutes les autres
entreprises, elle cherche constamment des efficiences économiques
et tente d’accroître ses marges de profit. D’après ce qu’on peut
voir, la prochaine diapositive fait état de la valeur de la
production et du coût des salaires et des traitements dans
l’industrie. De 2000 à 2012, la valeur totale de la production de
l’aquaculture au Canada a augmenté de 37 p. 100, tandis que les
coûts des salaires et des traitements ont seulement augmenté de
13 p. 100.
I have carefully read the transcript of all the witnesses that
have appeared before this committee. As hard as the aquaculture
industry is pushing for an aquaculture act, not one representative
of DFO, nor the minister, has proclaimed their support or
endorsed the creation of a new act. What the minister said on
February 25, 2014 before this committee was that her department
was, ‘‘working hard to resolve long-standing regulatory irritants
to the industry and the provinces.’’
J’ai lu attentivement la transcription du passage de tous les
témoins devant le comité. Même si les représentants de l’industrie
et de l’aquaculture demandent une loi sur l’aquaculture, aucun
représentant du MPO, ni la ministre, n’ont affirmé soutenir ou
approuver la création d’une nouvelle loi. Ce que la ministre a dit
le 25 février 2014, devant le comité, c’est que son ministère
travaillait très dur pour « résoudre les problèmes réglementaires
de longue date qui irritent tant le secteur aquicole que les
provinces ».
She did not say that an aquaculture act was a solution to those
irritants. The Minister of Fisheries and Oceans already has access
to a wide range of powerful legislative tools to create efficiencies,
effectiveness and fairness in regulating the aquaculture industry.
One of those regulatory tools is the Oceans Act.
Elle n’a pas dit qu’une loi sur l’aquaculture était la solution à
ces irritants. La ministre des Pêches et des Océans a déjà accès à
un large éventail d’outils législatifs puissants pour réglementer
l’industrie de l’aquaculture de façon efficiente, efficace et
équitable. L’un de ces outils réglementaires est la Loi sur les
océans.
In 1997, Canada proclaimed the Oceans Act that authorized
the Minister of Fisheries and Oceans to lead and facilitate the
development and implementation of plans for the integrated
management of all activities affecting estuaries, coastal waters
and marine waters. Integrated coastal planning is outlined in
DFO’s Ocean Strategy Framework Document which is much like
the Scottish National Planning Framework, described by Willie
Cowan in his earlier testimony to you.
En 1997, le Canada a promulgué la Loi sur les océans, qui
autorisait le ministre des Pêches et des Océans à diriger et faciliter
l’élaboration et la mise en œuvre de plans en vue d’assurer une
gestion intégrée de toutes les activités touchant les estuaires, les
eaux côtières et les eaux maritimes. La planification côtière
intégrée est décrite dans le document-cadre de la Stratégie sur les
océans du MPO, qui est très semblable au cadre de planification
nationale écossais qu’a décrit Willie Cowan lorsqu’il a témoigné
devant vous.
As well, this committee heard testimony earlier this year from
the Scottish and Norwegian representatives who said that coastal
zone planning and the engagement of local authorities were the
key to the development and regulation of aquaculture. Our
recommendation to this committee is for the Minister of Fisheries
and Oceans to act on the mandate given to her under the Oceans
Act, and initiate an integrated management or planning process
De plus, plus tôt cette année, vous avez reçu des témoins
représentant l’Écosse et la Norvège qui sont venus vous dire que
la planification des zones côtières et la mobilisation des autorités
locales étaient essentielles au développement et à la
réglementation de l’aquaculture. Notre recommandation au
comité est que la ministre des Pêches et des Océans agisse en
fonction du mandat qui lui est donné aux termes de la Loi sur les
14:112
Fisheries and Oceans
20-11-2014
for coastal waters within the five already designated large
ecosystem management areas that have been defined.
océans et mette en branle un processus intégré de gestion et de
planification des eaux côtières au sein des cinq zones étendues de
gestion des océans et de leurs écosystèmes qui ont déjà été
définies.
This is in the last slide. We believe that this would give the
aquaculture industry what it wants; clarity, certainty and
commitment without creating an entirely new regulatory
framework. Similar to planning on land, coastal planning would
set out strategic planning goals and objectives which would clarify
development priorities. It would define suitable areas for
development, thereby eliminating uncertainty about site
availability and investment. Finally, it would address potential
conflicts with other users and other regulatory agencies.
Nous voici à la dernière diapositive. Selon nous, c’est ainsi qu’il
faut donner à l’industrie de l’aquaculture ce qu’elle veut : la clarté,
la certitude et l’engagement sans créer un tout nouveau cadre de
réglementation. Un peu comme la planification terrestre, la
planification des zones côtières permettrait de définir des buts et
des objectifs de planification stratégique permettant de préciser les
priorités et les objectifs de développement. Elle permettrait de
déterminer les zones appropriées pour le développement, ce qui
éliminerait l’incertitude quant à l’accessibilité des sites et
l’investissement. Enfin, la planification réglera les conflits
potentiels avec d’autres utilisateurs et organismes de
réglementation.
Thank you.
Merci.
Mr. Ernst: I would like to state from the onset that I am not
opposed to aquaculture and believe that it can be a sustainable
industry and significantly contribute to the Canadian economy. I
do believe however that some of the conflicts that the industry is
currently creating with the co-users of the marine ecosystem and
the degradation of public confidence in the regulation of this
industry are a threat to that sustainability.
M. Ernst : Je voudrais affirmer dès le départ que je ne
m’oppose pas à l’aquaculture et que je crois qu’elle peut être
une industrie durable et contribuer de façon importante à
l’économie canadienne. Toutefois, je crois que certains des
conflits que l’industrie est en train de créer avec les coutilisateurs de l’écosystème marin et la détérioration de la
confiance du public à l’égard de la réglementation de cette
industrie constituent une menace à cette durabilité.
The following are some of my concerns which I believe should
be addressed in any new aquaculture regulations. My concerns
are primarily limited to the environmental implications of the use
of pesticides and drugs in salmon aquaculture, some of which are
outlined in more detail in the published paper that I provided
earlier to the committee. Most of the pesticides used in
aquaculture are designed to be toxic to crustaceans, which
include the undesirable sea lice, but unfortunately include
desirable species such as lobster. This means that there are
chemicals that have higher risk and chemicals that have lower
risk. All of the chemicals used or desired to be used have varying
levels of toxicity to both the target and non-target organism.
According to current practices, the pesticides that are used are not
confined to the treatment sites and travel various distances after
release before losing their toxic potential. Our research and that
of others has found that some of the pesticides, such as
Azamethiphos, are reduced to non-toxic levels within metres of
net pens. However others, such as Deltamethrin, are not reduced
to non-toxic levels until almost a kilometre away from single net
pen treatments.
Voici certaines de mes préoccupations qui, je le crois, devraient
être dissipées par toute nouvelle réglementation relative à
l’aquaculture. Mes préoccupations se limitent principalement
aux répercussions environnementales de l’utilisation de pesticides
et de médicaments dans l’aquaculture du saumon, dont certaines
sont décrites plus en détail dans l’étude publiée que j’ai présentée
plus tôt au comité. La plupart des pesticides utilisés en
aquaculture sont conçus pour être toxiques pour les crustacés,
ce qui comprend les poux du poisson, mais aussi,
malheureusement, des espèces désirables, comme le homard.
Cela veut dire qu’il y a des produits chimiques qui présentent un
risque élevé et d’autres qui présentent un risque faible. Tous les
produits chimiques utilisés ou qu’on souhaite utiliser ont des taux
de toxicité qui varient pour l’organisme ciblé et les organismes
non ciblés. Selon les pratiques en vigueur, les pesticides qui sont
utilisés ne sont pas confinés aux sites de traitement et parcourent
diverses distances après qu’ils ont été libérés, avant de perdre leur
potentiel toxique. Nos recherches et celles d’autres chercheurs ont
permis de conclure que certains des pesticides, comme
l’azaméthiphos, perdent leur toxicité à quelques mètres des
cages en filet. Cependant, d’autres, comme la Deltaméthrine, ne
perdent pas leur toxicité avant de s’être éloignés de près d’un
kilomètre d’un site de traitement à un seul parc en filet.
Research has also found there are ways of reducing the toxic
potential of these chemical plumes depending on the method of
treatment. For example, well boat treatment substantially reduces
the zone of influence of these pesticide plumes compared with tarp
net pen treatments by at least three times. All of this to say, there
Les recherches ont également révélé qu’il y a des façons de
réduire le potentiel toxique de ces panaches chimiques en fonction
de la méthode de traitement. Par exemple, les traitements en
bateaux viviers réduisent beaucoup — d’au moins trois fois — la
zone d’influence de ces panaches de pesticides comparativement
20-11-2014
Pêches et océans
14:113
are currently known ways for the industry to substantially reduce
the potential environmental effects of the pesticides used, yet the
industry is not universally embracing these practices.
aux traitements dans des parcs en filet munis de bâches. Tout cela
pour dire qu’on connaît actuellement des façons pour l’industrie
de réduire grandement les effets environnementaux possibles des
pesticides utilisés; pourtant, elles n’adoptent pas ces pratiques de
façon universelle.
In contrast, at least one of the aquaculture operators, in fact
one of the largest operators, undertook illegal pesticide use
activities with a much more toxic pesticide, even when the
evidence indicated that it was killing lobsters adjacent to the sites
where it was used and affecting a commercial fishery. This does
not seem to be the actions of an industry that can operate with
minimal regulatory intervention.
Au contraire, au moins un des exploitants en aquaculture — en
fait, l’un des plus grands exploitants — a mené des activités
illicites liées à l’utilisation d’un pesticide beaucoup plus toxique,
même si les données probantes indiquaient qu’ils tuaient les
homards à proximité des sites où il était utilisé et qu’il affectait les
activités de pêche commerciale. Cela ne ressemble pas aux actes
d’une industrie qui peut fonctionner dans un contexte
d’intervention réglementaire minimale.
It is very concerning to me as well, that the Federal
Government I presume at the behest of aquaculture industry,
currently has an initiative through the proposed aquaculture
activity regulations to remove the over site currently provided by
section 36 of the Fisheries Act. That section currently gives
Environment Canada the authority to investigate aquaculture
activities, and was recently used to punish illegal pesticide use
activities in New Brunswick. It would seem that the government’s
response to discovering high risk and environmentally degrading
illegal activities is simply to remove the legal obstacle.
Je suis également très préoccupé par le fait que le
gouvernement fédéral — à la demande de l’industrie de
l’aquaculture, je présume — prévoit une initiative, qui serait
menée sous le régime de la réglementation proposée des activités
liées à l’aquaculture, visant à retirer la surveillance prévue par
l’article 36 de la Loi sur les pêches. Cet article confère
actuellement à Environnement Canada le pouvoir d’enquêter
sur les activités liées à l’aquaculture et a récemment servi à sévir à
l’égard d’activités illicites liées à l’utilisation de pesticides au
Nouveau-Brunswick. Il semblerait que la réaction du
gouvernement à la découverte d’activités illicites à risque élevé
et causant la détérioration de l’environnement a simplement été de
retirer l’obstacle légal.
It is also troubling to me that the research and monitoring
capacity for toxic chemicals in the marine environment has been
removed from Fisheries and Oceans and Environment Canada.
Because Health Canada has no such capacity, this means that the
real environmental effects of chemical use in the aquaculture
industry will go unmeasured by any neutral public agency.
Je suis aussi troublé par le fait que la capacité de recherche et
de surveillance relative aux produits chimiques toxiques dans
l’environnement marin a été retirée à Pêches et Océans et à
Environnement Canada. Comme Santé Canada n’a aucun
pouvoir du genre, cela signifie que les effets réels de l’utilisation
de produits chimiques sur l’environnement dans l’industrie de
l’aquaculture ne seront plus mesurés par aucun organisme public
neutre.
These are just some of the issues that I think will serve to
increase the co-user conflict and public distrust of the aquaculture
industry. Any new legislative initiative should recognize and
address issues such as the lack of uptake on environmental risk
reduction measures by the industry, the need for legal
environmental investigation oversight and the need for
government research and monitoring capacity by agencies with
an environmental protection mandate.
Il ne s’agit que de quelques-uns des problèmes qui, selon moi,
ont pour effet d’aggraver le conflit avec les co-utilisateurs et
d’accroître la méfiance du public à l’égard de l’industrie de
l’aquaculture. Toute nouvelle initiative législative devrait
reconnaître et régler les problèmes comme le manque d’intérêt
de l’industrie en ce qui concerne l’adoption de mesures de
réduction des risques environnementaux, le besoin de surveillance
légale des enquêtes environnementales et de recherche
gouvernementale et le besoin d’une capacité de surveillance par
les organismes ayant pour mandat de protéger l’environnement.
Thank you for this opportunity to address the committee.
Mr. Carr: I am pleased to present on behalf of the Atlantic
Salmon Federation, an international charitable organization
dedicated to the conservation of wild Atlantic salmon in their
ecosystems in a mission that ASF has carried out for 65 years.
ASF is not against aquaculture, but it has got to be done in a
more sustainable manner. ASF is here today because we are very
concerned with the impacts of finfish farming that is conducted in
Merci pour cette occasion de m’adresser au comité.
M. Carr : Je suis heureux de témoigner au nom de la
Fédération du saumon atlantique, organisation internationale
de bienfaisance consacrée à la conservation du saumon de
l’Atlantique dans ses écosystèmes, mission que la FSA
accomplit depuis 65 ans. La FSA n’est pas contre l’aquaculture,
mais cela doit être fait d’une manière plus durable. La FSA est ici,
aujourd’hui, parce qu’elle est très préoccupée par les répercussions
14:114
Fisheries and Oceans
20-11-2014
open net cages in the ocean. Our written submission deals
extensively with our concerns, our research and our proposed
solutions. I urge the committee to read it.
des activités de pisciculture menées dans des cages ouvertes à filets
dans l’océan. Notre mémoire explique de façon détaillée nos
préoccupations, nos recherches et les solutions que nous
proposons. J’incite le comité à le lire.
Out of all the industry impacts, escapes from sea cages pose the
biggest risk to wild Atlantic salmon. Large scale escapes are
frequent occurrences in open pen fish farming and can happen
throughout the routine handling, large scale events such as
storms, structural failure and predation. We have partnered and
peer reviewed research on the Magaguadavic River in New
Brunswick, which is a North American index site for monitoring
wild and aquaculture interactions. Scientific studies have
documented successful spawning of farmed salmon and
interbreeding with wild stocks in fitness reduction of wild
salmon as a result of interbreeding.
De toutes les répercussions de l’industrie, les évasions des cages
flottantes en pleine mer posent le plus grand risque pour le
saumon sauvage de l’Atlantique. Les évasions à grande échelle
sont fréquentes dans les piscicultures à cages ouvertes et peuvent
survenir durant la manipulation courante, des événements à
grande échelle — comme des tempêtes —, une panne structurale
et des attaques de prédateurs. Nous avons fait des recherches en
partenariat et évalué les recherches de pairs portant sur la rivière
Magaguadavic, au Nouveau-Brunswick, qui est un site nordaméricain indexé pour la surveillance des interactions entre les
poissons sauvages et les poissons d’élevage. Des études
scientifiques ont documenté que des saumons d’élevage avaient
réussi à frayer et à se croiser avec des stocks sauvages, ce qui a
réduit la valeur sélective du saumon d’élevage.
I have got a deck of slides here. I will ask you to turn to
page three where we have a graph. Our monitoring program
allows us to count every wild and farm salmon that enter the
Magaguadavic River since 1992. You will notice that farmed
escapes entering the river have outnumbered annual wild Atlantic
salmon returns in all but four years since their program began. If
you look at the year 2005, you will see 69 escapee salmon were
found in the river that year. Thirty of those fish we were able to
match to a reported breach event of 50,000 fish. The other 39 fish
and all the other escapees that you see on the graph came from
unreported events. Very few of these fish are being reported. The
majority are not being reported over the years.
J’ai ici des diapositives. Je vais vous demander d’aller à la
page 3, où nous avons un graphique. Notre programme de
surveillance nous permet de dénombrer tous les saumons sauvages
et d’élevage qui entrent dans la rivière Magaguadavic depuis 1992.
Vous remarquerez que le nombre annuel d’évadés de l’élevage qui
sont entrés dans la rivière a dépassé celui des saumons sauvages de
l’Atlantique qui sont retournés à toutes les années, sauf quatre,
depuis le début du programme. Si vous regardez l’année 2005,
vous verrez qu’on a trouvé 69 saumons évadés dans la rivière cette
année-là. Trente d’entre eux ont pu être liés à un événement
signalé où 50 000 poissons s’étaient évadés par une brèche. Les
39 autres poissons et tous les autres évadés que vous voyez sur le
graphique proviennent d’événements non signalés. Très peu de ces
évasions de poissons sont signalées. La majorité de celles qui se
produisent au fil des ans ne le sont pas.
The Royal Society of Canada cited the negative impacts of
open pen salmon farms; such as sea lice infections and a lack of
transparency of the industry in reporting diseases. The Committee
on the Status of Endangered Wildlife in Canada, known as
COSEWIC, noted that growth of Canadian aquaculture industry
has coincided with the severe decline of wild populations in
nearby rivers in the Bay of Fundy. COSEWIC identifies salmon
farming, which began in late 1970s in the Bay of Fundy, as a key
threat to wild salmon populations in the bay. All Atlantic salmon
population rivers near the mouths of open net pen fish farming
industry have either been listed or assessed for listing as
endangered or threatened.
La Société royale du Canada a mentionné les conséquences
négatives des fermes salmonicoles à enclos ouverts, comme les
infections aux poux du poisson et le manque de transparence de
l’industrie en ce qui a trait à la déclaration des maladies. Le
Comité sur la situation des espèces en péril au Canada, aussi
appelé COSEPAC, a souligné que la croissance de l’industrie de
l’aquaculture canadienne avait coïncidé avec la diminution
considérable des populations sauvages dans les rivières à
proximité de la baie de Fundy. Le COSEPAC qualifie l’élevage
du saumon, qui a commencé à la fin des années 1970, dans la baie
de Fundy, de grave menace pour les populations de saumon
sauvage dans la baie. Toutes les populations de saumon de
l’Atlantique des rivières situées près des enclos ouverts à filets de
l’industrie piscicole ont été soit désignées comme des espèces en
voie de disparition, soit évaluées à des fins de désignation à titre
d’espèces en voie de disparition ou menacées.
We back up all of our statements with science; peer reviewed
studies which are all publically available. We would be more than
happy to share any of them with you. What we are finding is that
industry and some officials in DFO have stated over the past few
years that they have data to dispute negative interactions between
Nous appuyons toutes nos déclarations sur des données
scientifiques, sur des études évaluées par les pairs qui sont
toutes accessibles au public. Nous serions très heureux de vous les
communiquer. Ce que nous constatons, c’est que l’industrie et
certains représentants du MPO ont affirmé, au cours des dernières
20-11-2014
Pêches et océans
14:115
wild and farm salmon. We have asked to see those papers and
none has ever been produced or shown to us. I urge you to ask
DFO and industry for those papers. We would really like to see
them.
années, qu’ils avaient des données qui contredisaient les
conclusions relatives aux interactions négatives entre les
saumons sauvages et les saumons d’élevage. Nous avons
demandé à voir ces documents, mais personne ne les a jamais
produits ni montrés. Je vous exhorte à demander ces documents
au MPO et à l’industrie. Nous aimerions vraiment les voir.
Beyond researching and proving the impacts, ASF is
partnering with the Conservation Fund’s Freshwater Institute,
located in Shepherdstown, West Virginia, to develop solutions to
the damage caused by the industry to wild salmon populations.
We feel the ultimate solution is land based closed containment
systems. On slides four and five, it gives you a summary of what
we found through our studies with the Conservation Fund’s
Freshwater Institute. I will just mention a few of them. The
Freshwater Institute facilities allow no escapes. There has been no
need to use harsh chemicals to treat sea lice or antibiotics to treat
disease. No need to compensate for disease outbreaks. No
displacement of other industries such as wild fisheries and
tourism. No threat to economic benefits generated by their
industries.
En plus de faire des recherches et de prouver les répercussions,
la FSA travaille en partenariat avec le Freshwater Institute du
Conservation Fund, situé à Shepherdstown, en Virginie
occidentale, afin de trouver des solutions aux dommages causés
aux populations de saumon sauvage par l’industrie. Nous
estimons que la meilleure solution est l’établissement de
systèmes terrestres en circuit fermé. Les diapositives 4 et 5 vous
résument ce que nous avons découvert dans le cadre des études
que nous avons menées avec le Freshwater Institute du
Conservation Fund. Je ne mentionnerai que quelques-unes de
nos découvertes. Aucun poisson ne peut s’évader des installations
du Freshwater Institute. On n’a pas eu besoin d’appliquer des
produits chimiques nocifs pour traiter le pou du poisson ni
d’antibiotiques pour traiter les maladies. On n’a pas eu besoin de
compenser des éclosions de maladie. Aucune autre industrie,
comme celles de la pêche sauvage et du tourisme, n’a été déplacée.
Il n’y a eu aucune menace pour les avantages économiques
générés par leur industrie.
Recently, three closed containment salmon farming operations
— one being Kuterra out in B.C., which is operated by a First
Nations group, another called Atlantic Sapphire in Denmark, and
the third being the Conservation Fund’s Freshwater Institute —
achieved the top best choice, green, sustainability ranking by the
Monterey Bay Aquarium’s Seafood Watch Program and
Vancouver’s Aquarium Ocean Wise Program in their guides to
consumers.
Récemment, trois exploitations d’élevage du saumon en circuit
fermé — la première est Kuterra, en Colombie-Britannique, qui
est exploitée par un groupe des Premières Nations, une autre
s’appelle Atlantic Sapphire, au Danemark, et la troisième, c’est le
Freshwater Institute du Conservation Fund’s — ont été classés
dans la catégorie des meilleurs choix écologiques et durables par le
programme Seafood Watch de l’Aquarium de Monterey Bay et le
programme Ocean Wise de l’Aquarium de Vancouver, dans leur
guide destiné aux consommateurs.
Closed containment systems need more support and funding
from government to establish in Canada, at least as much
incentive as the open net industry receives. Closed containment
systems are at an economic disadvantage because much of their
cost goes toward creating growing conditions that the ocean
provides for free, including ocean water and waste dumping. In
other words, the open net pen industry has the advantage because
it is not required to pay for the environmental costs of using the
ocean, which is a public resource. This leads to disease and
parasite outbreaks, pollution of the ocean floor, displacement and
killing of other sea creatures and risking the loss of livelihoods
that depend on the healthy populations and their environment.
Les systèmes en circuit fermé ont besoin d’un plus grand
soutien et de plus de financement du gouvernement pour être
établis au Canada, au moins autant d’incitatifs qu’en reçoit
l’industrie de l’élevage en filets ouverts. Ces systèmes sont
défavorisés d’un point de vue économique parce qu’une grande
partie de leurs coûts sont liés à la création des conditions de
croissance que l’océan fournit gratuitement, y compris l’eau de
mer et le déversement des déchets. Autrement dit, l’industrie des
enclos ouverts en filets est avantagée parce qu’elle n’a pas besoin
de payer les coûts environnementaux liés à l’utilisation de l’océan,
qui est une ressource publique. Cela donne lieu à des éclosions de
maladies et de parasites, à la pollution des fonds marins, au
déplacement et à la mort d’autres créatures marines et au risque
de la perte de gagne-pains qui dépendent de la santé des
populations et de leur environnement.
The open net pen industry is held to higher standards in the
state of Maine compared to the rest of Eastern Canada. The
salmon aquaculture industry came crashing down in Maine a few
years ago because of disease and requirements of the Endangered
Species Act and Clean Water Act. New practices that focus on
escape prevention, reporting all salmon escapes, marking of all
L’industrie des enclos ouverts en filets est tenue de respecter des
normes plus élevées dans l’État du Maine comparativement au
reste de l’Est du Canada. L’industrie de la salmoniculture s’est
effondrée au Maine il y a quelques années en raison de maladies et
des exigences de l’Endangered Species Act et de la Clean Water
Act. De nouvelles pratiques qui sont axées sur la prévention des
14:116
Fisheries and Oceans
20-11-2014
fish to trace escapees back to the net pens and third party audits
were developed in consultation with the industry, government and
conservation organizations. Their implementation has meant
better control and tracking of escapes and control of parasites
and disease. Since this program was implemented back in 2003 in
the state of Maine, escapee salmon have been still showing up in
some Maine rivers, but, through the genetic screening process,
none of those salmon grown in the state of Maine have been
linked back to the industry in Maine. Presumably, all these fish
are coming from Canada, where we have no marking program.
évasions, la déclaration de toutes les évasions de saumon, le
marquage de tous les poissons — pour relier les évadés aux cages
en filets — et la vérification par des tiers ont été établies en
consultation avec l’industrie, le gouvernement et des organismes
de conservation. Leur mise en œuvre a donné lieu à un meilleur
contrôle et à un meilleur suivi des évasions ainsi qu’au contrôle
des parasites et des maladies. Depuis que ce programme a été mis
en œuvre, en 2003, dans l’État du Maine, il y a encore des
saumons évadés qui arrivent dans certaines rivières du Maine,
mais, dans le cadre du processus de dépistage génétique, on n’a pu
relier aucun de ces saumons élevés dans l’État du Maine à
l’industrie du Maine. On suppose que tous ces poissons
proviennent du Canada, où il n’y a aucun programme de
marquage.
The Doelle-Lahey expert panel recommended to the Nova
Scotia government that the regulatory framework should be clear
and explicit about the need for appropriate physical separation
between marine based aquaculture in salmon rivers and known
salmon migration routes, and should deal more extensively with
the prevention of escapes in a matter that is equally as effective as
the Maine system.
Le groupe d’études Doelle-Lahey a recommandé au
gouvernement de la Nouvelle-Écosse de rendre le cadre
réglementaire clair et explicite au sujet du besoin de séparation
physique appropriée entre l’aquaculture marine dans les rivières à
saumon et les voies de migration connues des saumons et de
décrire de façon plus détaillée les mesures de prévention des
évasions afin qu’elles soient aussi efficaces que le système du
Maine.
We have heard a lot about best practices today, this morning
especially. There is a lot of talk, but what is needed is action to
implement, regulate and enforce best codes of containment.
Really, the only way to get there is by having all the stakeholders
working together. My final slide, slide six, addresses some of the
codes of containment that the ASF is recommending as part of
moving forward. I have made reference to some of those in my
talk.
Nous avons beaucoup entendu parler des pratiques
exemplaires aujourd’hui, surtout ce matin. On parle beaucoup,
mais ce qu’il faut, c’est prendre des mesures pour mettre en œuvre,
réglementer et faire appliquer les meilleurs codes de confinement.
En réalité, la seule façon d’y arriver est la collaboration de tous les
intervenants. Ma dernière diapositive, la sixième, porte sur
certains des codes de confinement que la FSA recommande
pour aller de l’avant. J’en ai mentionné quelques-uns dans mon
exposé.
In closing, I am providing ASF’s main recommendations
for action and hoping that you will read our brief that contains
all of our recommendations and supporting evidence. The
two recommendations we have in closing are: Number 1, in
areas where open pen finfish aquaculture is now established,
government should impose a moratorium on expansion of new
leases until best practices and standards are implemented and
regulations are enforced. Number 2, government should impose a
moratorium on any future expansion of open pen finfish
aquaculture to regions where the industry presently does not
operate. What I mean there is areas like the Chaleur Bay,
Miramichi Bay. We should not see aquaculture in those areas at
all. For any expansion of aquaculture in those areas, we would
recommend it being restricted to land based closed containment
facilities.
En terminant, je présente les principales recommandations de
mesures de la FSA, et j’espère que vous lirez notre mémoire qui
contient toutes nos recommandations et des données probantes à
l’appui. Les deux recommandations que nous formulons pour
conclure sont les suivantes : premièrement, dans les régions où
l’aquaculture des poissons en cage ouverte est maintenant établie,
le gouvernement devrait imposer un moratoire sur l’expansion de
nouveaux baux jusqu’à ce que des pratiques exemplaires et des
normes aient été mises en œuvre et que la réglementation soit
appliquée. Deuxièmement, le gouvernement devrait imposer un
moratoire sur toute expansion à venir de l’aquaculture des
poissons en cage ouverte dans les régions où on ne compte
actuellement aucune exploitation, c’est-à-dire des régions comme
celles de la baie des Chaleurs et de la baie de Miramichi. Il ne
devrait pas y avoir d’aquaculture du tout dans ces régions. Pour
ce qui est de toute expansion de l’aquaculture dans ces régions,
nous recommanderions qu’elle soit limitée à des installations
terrestres en circuit fermé.
Thank you for your time.
The Chair: Thank you all for another great perspective for us
to delve into.
Merci du temps que vous m’avez accordé.
Le président : Merci à tous de nous avoir présenté une autre
excellente perspective sous laquelle envisager la question.
20-11-2014
Pêches et océans
14:117
We are going to ask Senator Hubley, our deputy chair, to begin
with questions.
Nous allons demander à la sénatrice Hubley, notre viceprésidente, de commencer la série de questions.
Senator Hubley: Thank you for your presentations this
afternoon.
La sénatrice Hubley : Merci pour les exposés que vous avez
présentés cet après-midi.
Mr. Carr, your slide 6 says ‘‘Propose standards to improve sea
cage farming Code of Containment practices.’’ Is that what you
were referring to? I have no problem looking at the proposals that
you are putting forward. I think it is going to ensure safety for the
wild stock and allow I believe closed containment for
aquacultures. Am I correct? Is that what you would like to see
happen?
Monsieur Carr, sur votre diapositive 6, il est question de
normes proposées pour améliorer les pratiques de pisciculture
marine en cages prévues dans le code de confinement. Est-ce ce à
quoi vous faites allusion? Je ne vois aucun problème à étudier les
propositions que vous avez présentées. Je pense qu’elles vont
assurer la sécurité du stock sauvage et permettre, je crois,
l’aquaculture en circuit fermé. Ai-je bien compris? Est-ce ce que
vous voudriez qui arrive?
Mr. Carr: Yes. We are promoting closed containment for
future expansion within the industry. We have been involved with
the Conservation Fund’s Freshwater Institute for about three and
a half years now. When we first started our program with them,
there was zero tonnage of salmon being produced at that time. We
have had several workshops, up to six workshops over the last
three and a half years. It went from 33 attendees from two
countries to our last workshop a month ago, 180 attendees —
international scale, a lot of people on the waiting list, ten different
countries. Production has grown from zero to 8,000 metric tonnes
of salmon. What we would like to see ultimately is a shift toward
land based closed containment. This is still relatively new and it is
going to take some time to get to large scale development. We
understand that net pen sea cage operations are not going to be
going away any time soon. What we need to do is find standards
for best practices to at least minimize escapes from getting into
the wild. That last slide is what we would like to see done to
improve best practices. The recommendations on that slide are
from a combination of other jurisdictions like Maine,
Newfoundland, Norway, Scotland, areas throughout the world.
That is what we would really like to see, working together to put
in a plan not only for New Brunswick but pan-Atlantic. I know
pan-Atlantic has been talked about before, and salmon have no
borders when in the ocean.
M. Carr : Oui. Nous préconisons le circuit fermé pour
l’expansion à venir au sein de l’industrie. Nous travaillons avec
le Freshwater Institute du Conservation Fund depuis maintenant
trois ans et demi, environ. Quand nous avons commencé notre
programme avec lui, absolument aucun saumon n’était produit, à
ce moment-là. Nous avons tenu plusieurs ateliers, jusqu’à six
ateliers depuis trois ans et demi. On est passé de 33 participants
provenant de deux pays à 180, à notre dernier atelier, il y a un
mois... c’est d’envergure internationale : beaucoup de gens sur la
liste d’attente, de 10 pays différents. La production est passée de
zéro à 8 000 tonnes métriques de saumon. Ce que nous voudrions
observer, en fin de compte, c’est un passage au circuit fermé
terrestre. C’est encore relativement nouveau, et il faudra un
certain temps pour arriver à un développement à grande échelle.
Nous sommes conscients du fait que les exploitations à cages en
filets en mer ne disparaîtront pas de sitôt. Ce que nous devons
faire, c’est trouver des normes relatives aux pratiques exemplaires
qui permettront au moins de réduire au minimum le nombre de
poissons d’élevage dans le milieu sauvage. Cette dernière
diapositive indique ce que nous voudrions qui soit fait pour
améliorer les pratiques exemplaires. Les recommandations qu’elle
contient proviennent d’une combinaison d’autres administrations,
comme le Maine, Terre-Neuve, la Norvège, l’Écosse et des régions
de partout dans le monde. Ce que nous voudrions vraiment
voir, c’est une collaboration pour l’établissement d’un plan, pas
seulement pour le Nouveau-Brunswick, mais pour l’ensemble des
côtes de l’Atlantique. Je sais qu’on a déjà parlé d’un plan pour
l’ensemble de l’Atlantique, et les saumons n’ont pas de frontières
lorsqu’ils sont dans l’océan.
Senator Hubley: You did not speak to any length on what an
aquaculture act might look like or if there is a need for it. We have
heard the evidence today that perhaps there is not a need for an
aquaculture act. Do you see the possibility of legislation that
addresses just the aquaculture industry?
La sénatrice Hubley : Vous n’avez pas du tout parlé de ce à
quoi pourrait ressembler une loi sur l’aquaculture ni indiqué si on
en a besoin ou non. Selon un témoignage que nous avons entendu
aujourd’hui, il n’est peut-être pas nécessaire d’adopter une loi sur
l’aquaculture. Pensez-vous qu’une loi portant exclusivement sur
l’industrie de l’aquaculture serait possible?
Mr. Carr: No, I would tend to agree with Inka’s statements on
that subject.
M. Carr : Non, j’aurais tendance à souscrire aux déclarations
d’Inka à ce sujet.
Senator Hubley: Thank you very much.
Senator Stewart Olsen: I just have a few questions, more points
of clarification. Ms. Milewski, your presentation gives us
another view. I am wondering what you think of redesignating
La sénatrice Hubley : Merci beaucoup.
La sénatrice Stewart Olsen : J’ai seulement quelques questions
à poser, d’autres points à clarifier. Madame Milewski, votre
exposé nous présente un autre point de vue. Je me demande ce que
14:118
Fisheries and Oceans
20-11-2014
aquaculture as a farming agriculture? From what I gather, that
seems to be the way the industry wants to go. The confusion of
regulations is not so much the regulations themselves, but the fact
that they address wild salmon and not farm salmon. Can you
comment on that?
vous pensez de la redéfinition de l’aquaculture comme une activité
agricole? Selon ce que j’ai pu comprendre, cela semble être
l’orientation que veut prendre l’industrie. La confusion liée à la
réglementation ne tient pas tant à la réglementation comme telle
qu’au fait qu’elle s’applique au saumon sauvage et pas au saumon
d’élevage. Pouvez-vous formuler un commentaire à ce sujet?
Ms. Milewski: Whether the aquaculture industry wants to call
what they are doing agriculture or something else it really does
not matter, but what does matter is that it takes place in coastal
waters that are shared by other users. Because the Department of
Fisheries and Oceans has a responsibility for managing marine
waters and regulating activities that occur in public waters the
aquaculture industry will always have to be regulated by the
Fisheries Act.
Mme Milewski : Le fait que l’industrie de l’aquaculture veuille
appeler ce qu’elle fait de l’agriculture ou quelque chose d’autre,
cela n’a pas vraiment d’importance, mais ce qui en a, c’est que
cette activité se déroule dans les eaux côtières qui sont communes
à d’autres utilisateurs. Comme le ministère des Pêches et des
Océans a la responsabilité de gérer les eaux marines et de
réglementer les activités qui ont lieu dans les eaux publiques,
l’industrie de l’aquaculture devra toujours être réglementée par la
Loi sur les pêches.
I frankly am puzzled by why they want a separate aquaculture
act. What in fact would that achieve? They can’t possibly be
exempt from the Fisheries Act and other acts pertaining to the
Canadian Food Inspection Agency, Health Canada. It is just not
clear why they want an aquaculture act. It is puzzling. I do not
know why. That is why I am saying we do not support it because
it would seem to be just another layer, another level of regulation
because you don’t have an act without having some regulations.
Honnêtement, je ne comprends pas trop pourquoi elle veut une
loi distincte sur l’aquaculture. Concrètement, qu’est-ce que ça
donnerait? Les aquaculteurs ne peuvent pas se soustraire à
l’application de la Loi sur les pêches et d’autres lois applicables à
l’Agence canadienne d’inspection des aliments et à Santé Canada.
Je ne comprends tout simplement pas pourquoi on veut une loi
sur l’aquaculture. C’est étrange. Je ne sais pas pourquoi. C’est
pourquoi je dis que nous ne l’appuyons pas, parce qu’il semblerait
que ce ne soit qu’une autre couche, un autre degré de
réglementation, puisqu’il n’y a pas de loi sans une certaine
réglementation.
Senator Stewart Olsen: I did not get the impression from them
that they did not want regulations. I got the impression that it is
an industry that is evolving and this is one way they see as
evolving it and making a successful industry. I take your point.
La sénatrice Stewart Olsen : Les représentants de l’industrie ne
m’ont pas donné l’impression qu’ils ne voulaient pas de
réglementation. J’ai l’impression que c’est une industrie en
évolution et que ses représentants voient cela comme un moyen
de la faire évoluer et de prospérer. Je comprends votre point de
vue.
Ms. Milewski: I really have to say I’m puzzled by their
language and their entire thesis that this is an industry that is
evolving. It is an industry that is over 40 years old in Canada. It is
quite mature. The aquaculture industry has said itself that they
are really limited in terms of where they can grow in Canada. New
Brunswick is tapped out, as you heard.
Mme Milewski : À vrai dire, les termes qu’ils emploient et
toute leur théorie selon laquelle il s’agit d’une industrie en
évolution me laissent perplexe. Il s’agit d’une industrie qui a plus
de 40 ans, au Canada. Elle n’est vraiment pas nouvelle. Les
représentants de l’industrie aquacole ont eux-mêmes dits qu’ils
étaient vraiment limités du point de vue des endroits où ils
peuvent exercer leurs activités au Canada. Il n’y a plus de
débouchés au Nouveau-Brunswick, comme vous l’avez entendu.
Senator Stewart Olsen: For finfish.
Ms. Milewski: For finfish, absolutely. They cannot be growing
finfish in Prince Edward Island or the Bay de Chaleur because of
the ice conditions. On the West Coast there is perhaps some room
for growth. Nova Scotia, it is not clear what is going to happen
there but it is where I have been doing quite a bit of research and
the site suitability is very poor because of the shallow waters and
poor current conditions. Virtually every farm site in Nova Scotia
has exceeded the environmental guidelines for finfish aquaculture
chronically. So that leaves maybe a little bit of growth in
Newfoundland, but as the industry itself told you, there are only
about four companies in Atlantic Canada and on the West Coast
there are probably a few more, but they are all multi-nationals.
La sénatrice Stewart Olsen : Pour le poisson.
Mme Milewski : Pour le poisson, absolument. On ne peut pas
élever de poisson à l’Île-du-Prince-Édouard ou dans la baie des
Chaleurs en raison des conditions glaciales. Sur la côte Ouest, il y
a peut-être un peu de place pour la croissance. En NouvelleÉcosse, on ne sait pas vraiment ce qui va arriver, mais c’est là que
j’ai fait beaucoup de recherche, et les sites n’y sont vraiment pas
adaptés, en raison des eaux peu profondes et des mauvaises
conditions liées au courant. Pratiquement tous les sites d’élevage
de la Nouvelle-Écosse ont dépassé les lignes directrices
environnementales relatives à la pisciculture, et ce, de façon
chronique. Alors, il reste peut-être un peu de possibilités de
croissance à Terre-Neuve, mais, comme les membres de l’industrie
20-11-2014
Pêches et océans
14:119
Their ability to grow and expand is not limited by our regulations.
It is not limited by investment in Canada. They are not limited by
anything because clearly Cooke Aquaculture has moved to Chile,
Spain and Scotland without any restrictions on investment in
Canada.
l’ont eux-mêmes dit, il n’y a qu’environ quatre entreprises dans le
Canada atlantique et, sur la côte Ouest, il y en a probablement un
peu plus, mais ce sont des multinationales. Leur capacité de
croître et de prendre de l’expansion n’est pas limitée par notre
réglementation. Elle ne se limite pas à l’investissement au Canada.
Elles ne sont pas limitées par quoi que ce soit, puisque Cooke
Aquaculture a certainement déménagé au Chili, en Espagne et en
Écosse sans subir aucune restriction sur ses investissements au
Canada.
Senator Stewart Olsen: Are you supportive of closed
containment systems? You may have said so already and I
missed it.
La sénatrice Stewart Olsen : Êtes-vous en faveur des systèmes à
circuit fermé? Vous l’avez peut-être déjà dit et je l’ai manqué.
Ms. Milewski: Let me just say we are not opposed to
aquaculture. We certainly believe that if an industry is
occurring in public waters then it must be regulated to a very
high standard as are other industries that operate in public waters.
We do support moving aquaculture onto land because right now,
as has been pointed out, the cost of production is really borne by
the environment in terms of aquaculture, unlike say a pulp and
paper mill which has to put in place treatment technology. The
aquaculture industry simply disposes its waste at sea, and it is
not inconsequential. A farm that is producing about 500 metric
tonnes of fish, which is actually a very small farm, produces the
equivalent waste, fecal waste and uneaten food, of about
100 metric tonnes. So a farm, say, in Nova Scotia that is
producing a million fish is producing about 300 to 400 metric
tonnes of waste.
Mme Milewski : Laissez-moi seulement dire que nous ne nous
opposons pas à l’aquaculture. Nous croyons certainement que, si
une industrie mène ses activités dans les eaux publiques, elle doit
être réglementée de manière à respecter une norme très élevée,
tout comme les autres industries qui sont exploitées dans les eaux
publiques. Nous appuyons le passage à l’aquaculture terrestre
parce que, en ce moment, comme cela a été souligné, le coût de la
production est en réalité assumé par l’environnement, en ce qui a
trait à l’aquaculture, contrairement, disons, à une usine de pâtes
et papiers qui doit mettre en place une technologie de traitement.
L’industrie de l’aquaculture déverse tout simplement ses déchets
en mer, et ce n’est pas sans conséquence. Une exploitation qui
produit environ 500 tonnes métriques de poisson, qui est en fait
une très petite exploitation, produit l’équivalent d’environ
100 tonnes métriques de déchets, de déchets fécaux et de
nourriture non consommée. Ainsi, une exploitation située,
disons, en Nouvelle-Écosse, qui produit un million de poissons
produit environ 300 à 400 tonnes métriques de déchets.
Senator Stewart Olsen: I understand where you are coming
from with this. It was not my impression that they wanted less
regulation, they just wanted regulation appropriate to their
industry. That is just my impression.
La sénatrice Stewart Olsen : Je comprends où vous voulez en
venir avec cela. Je n’ai pas eu l’impression que les gens de
l’industrie voulaient moins de réglementation; ils voulaient
seulement une réglementation adaptée à leur industrie. C’est
seulement mon impression.
Ms. Milewski: Well, I read the transcripts and I have read the
numbers. They talk about 70 regulations, 40 regulations. Their
numbers are sort of wildly exaggerated. But, no, they have said
that there are just too many regulations, and you heard it from
one of the witnesses earlier, the Mayor of Blacks Harbour, words
to the effect that those darn regulations that are getting in the way
of our growth. The reality is the regulations are there to protect
the public interest, the environment. We think there are, in fact,
some huge gaps in terms of the activities that the aquaculture are
doing on the water that are not regulated and do not have strong
enough regulations; you say these control measures on escaped
fish.
Mme Milewski : Eh bien, j’ai lu les transcriptions, et j’ai lu les
chiffres. Ils parlent d’environ 70 règlements, de 40 règlements.
Leurs chiffres constituent en quelque sorte une grossière
exagération. Mais, non, ils ont dit qu’il y avait tout simplement
trop de réglementation, et vous l’avez entendu de la bouche de
l’un des témoins, plus tôt, la mairesse de Blacks Harbour, des
paroles selon lesquelles cette fichue réglementation faisait obstacle
à la croissance. La réalité, c’est que la réglementation est là pour
protéger l’intérêt public, l’environnement. Nous pensons qu’il y a
en fait d’énormes lacunes au chapitre des activités que mènent les
aquaculteurs sur l’eau, qui ne sont pas réglementées et dont la
réglementation n’est pas assez stricte; vous parlez de ces mesures
de contrôle des poissons évadés.
Senator Stewart Olsen: Mr. Carr, those points you have
brought forward were very interesting for us to look at as well.
My impression is, based on what we heard from the people in
Scotland, was that they perhaps managed their industry. They
focus their industry. They said this is something that would be
good for Scotland for our rural communities. So let’s sit down
La sénatrice Stewart Olsen : Monsieur Carr, les questions que
vous avez soulevées étaient très intéressantes pour nous aussi.
D’après ce que nous avons entendu de la part des gens en Écosse,
j’ai l’impression qu’ils ont peut-être géré leur industrie. Ils
orientent leur industrie. Ils ont dit que c’était quelque chose qui
serait bon pour l’Écosse et pour ses collectivités rurales. Alors,
14:120
Fisheries and Oceans
20-11-2014
with everyone and do it right. Would you support that kind of
approach rather than a piecemeal one? I am just trying to figure
out how we can move forward with this industry but not at the
expense of our land, our environment and everything else.
asseyons-nous avec tout le monde et faisons bien les choses.
Seriez-vous en faveur de l’adoption de ce genre d’approche, au
lieu de la prise de mesures fragmentaires? J’essaie seulement de
déterminer comment nous pouvons faire avancer cette industrie,
mais sans que cela soit aux dépens de notre terre, de notre
environnement et de tout le reste.
Mr. Carr: I do not know if I can address that fully, but I’ve
heard this morning, and in reading the transcripts as well, that the
industry does feel like it is being more restricted, particularly in
the use of chemicals, than other industries in Canada. They
usually state that they need more tools to do what is required to
ensure animal health. My perspective in working with multiple
industries in the country is that they are less restricted than others,
for example, agriculture. Some of the chemicals that the
aquaculture industry wishes to use for sea lice are so strong and
of a high environmental risk that in agriculture they are restricted
by buffer zones to keep them out of water, and yet the
aquaculture industry is desiring, and actually allowed in some
instances, to deposit these chemicals directly into water. So they
are not being more restricted than other industries. They are, in
fact, being less restricted particularly with chemical use. I think
that partly goes to your question.
M. Carr : Je ne sais pas si je peux répondre pleinement à cette
question, mais j’ai entendu dire, ce matin — et j’ai lu cela dans les
transcriptions également —, que l’industrie n’a pas l’impression
de se voir imposer davantage de contraintes, plus particulièrement
en ce qui a trait à l’utilisation des produits chimiques, que d’autres
industries au Canada. Ses représentants affirment habituellement
qu’ils ont besoin de plus d’outils pour faire ce qu’il faut pour
assurer la santé des animaux. Mon point de vue, à la lumière de
mon travail avec de multiples industries au pays, c’est qu’elle a
moins de contraintes que d’autres, par exemple, l’agriculture.
Certains des produits chimiques que l’industrie aquacole souhaite
utiliser contre les poux du poisson sont si puissants et posent un
risque environnemental si élevé qu’en agriculture, leur utilisation
est limitée aux zones tampons pour qu’ils restent en dehors de
l’eau, mais pourtant, l’industrie de l’aquaculture souhaite — et
elle a en fait la permission de le faire dans certains cas — déposer
ces produits chimiques directement dans l’eau. Alors, elle n’a pas
plus de contraintes que les autres industries. De fait, elle en a
moins, particulièrement en ce qui a trait aux produits chimiques.
Je pense que cela répond en partie à votre question.
Senator Stewart Olsen: It does. It goes to the whole view, our
hearings here and listening to everyone’s point of view, that there
is a danger and that we have to be careful about proceeding. I
certainly get that from you all, and I thank you very much for
your input and your views.
La sénatrice Stewart Olsen : En effet. Nos audiences ici ainsi
que les opinions de tout le monde vont toutes dans le même sens :
le danger existe, et nous devons être prudents dans notre façon de
procéder. C’est ce que je retiens de vos exposés, et je vous remercie
beaucoup de votre contribution et de vos opinions.
Senator Poirier: Mr. Ernst, just going back to your
presentation, in the third paragraph, you mention your primary
concern, that you believe there should be addressed in any new
legislation measures to protect the environment against
implications from the use of pesticides in salmon aquaculture.
Then at the end, the last paragraph, you also mentioned again
that you felt that there was currently known ways for the industry
to substantially reduce the potential environmental effects of the
pesticides yet the industry is not universally embracing those
pesticides. Then on the documents that we received from the
Conservation Council there is a list of different regulations or
laws or acts that exist already. Do I understand from what you
are saying here that there is no legislation right now strong
enough to address the concerns that you are looking at in the ones
that are listed here?
La sénatrice Poirier : Monsieur Ernst, pour revenir à votre
exposé, vous parlez, dans le troisième paragraphe, de votre
préoccupation principale, soit la création de nouvelles mesures
législatives qui viseraient à réduire de façon importante l’impact
sur l’environnement de l’utilisation de pesticides dans le domaine
de la salmoniculture. Puis, vers la fin, dans le dernier paragraphe,
vous mentionnez une fois encore votre impression selon laquelle
l’industrie connaît des façons de réduire de façon importante les
effets environnementaux potentiels des pesticides, mais que, dans
son ensemble, elle n’utilise pas encore ce type de pesticides. Puis,
dans les documents que nous avons reçus du Conseil de
conservation, il y a une liste de différents règlements ou lois qui
existent déjà. Je crois comprendre que vous dites qu’il n’existe
actuellement pas de mesure législative assez solide pour répondre
à vos préoccupations parmi celles qui sont énumérées ici. Est-ce
exact?
Mr. Ernst: No, I think there is very good legislation now. The
Canada Fisheries Act is very good legislation as it pertains to the
deposit of deleterious substances. Now it does not address some
of the other issues, escapements or genetic pollution from that
regard, but it does from a chemical point of view. My worry, and
I bring it up in the presentation, is that there appears to be an
effort underway to reduce or eliminate that oversight ability, and
M. Ernst : Non, je crois qu’il existe de très bonnes mesures
législatives actuellement. La Loi sur les pêches est une très bonne
loi en ce qui a trait au rejet de substances nocives. Même si elle est
efficace d’un point de vue chimique, elle ne traite pas de certains
autres enjeux, comme les échappées et la pollution génétique. Une
chose m’inquiète, et j’en parle dans mon exposé : il semble que des
efforts sont déployés afin de réduire ou d’éliminer toute capacité
20-11-2014
Pêches et océans
14:121
I think that is a poor direction to go because if that direction is
taken I think the public confidence in the whole process is going
to be weakened. I think public confidence is as much a limiter to
the expansion of aquaculture as is any regulatory requirements or
gaps or limitations.
de surveillance, et, selon moi, il ne s’agit pas de la bonne direction
à prendre, puisque je crois que cela minera la confiance du public.
Je crois que la confiance du public est limitative au chapitre de la
croissance de l’aquaculture, autant que l’est toute exigence, lacune
ou limite réglementaire.
Senator Poirier: Do you feel the existing regulations that are in
place or the acts that are in place now are monitored closely
enough?
La sénatrice Poirier : Avez-vous l’impression que les
règlements ou les lois qui existent actuellement font l’objet
d’une surveillance adéquate?
Mr. Ernst: I believe that the Canada Fisheries Act, which is the
only act that I have experience with, I don’t have provincial
experience, but the Canada Fisheries Act, yes, can be used
adequately to look at the environmental implications of these
activities. And it was very useful and instrumental in going
forward with a court case was important in southwestern New
Brunswick.
M. Ernst : Je crois que la Loi sur les pêches, la seule avec
laquelle j’ai de l’expérience... je n’ai pas d’expérience en ce qui a
trait aux lois provinciales, mais, oui, la Loi sur les pêches peut être
utilisée de façon adéquate pour surveiller les conséquences
environnementales de ces activités. Et elle a été très utile et
déterminante dans le déroulement d’une affaire judiciaire
importante qui a eu lieu au sud-ouest du Nouveau-Brunswick.
Senator Poirier: Okay. Thank you.
La sénatrice Poirier : D’accord. Merci.
Senator Meredith: Thank you for your presentations. I agree
with Senator Stewart Olsen in that we have to go cautiously and
we ensure that we are protecting the environment.
Le sénateur Meredith : Merci de votre exposé. Je suis d’accord
avec la sénatrice Stewart Olsen; nous devons faire preuve de
prudence et nous assurer de protéger l’environnement.
Ms. Milewski, I saw your passion in this and we also hear it
from the industry. We have been hearing from them over several
hearings as to their progress and what they want with respect to a
separate act that governs their activities. The fact is that they want
regulations, obviously. We would be foolish as a government to
allow just a carte blanche operation in our country.
Madame Milewski, j’ai ressenti votre passion pour ce sujet, et
nous l’avons aussi ressentie dans le cas de l’industrie. Les acteurs
de l’industrie nous ont parlé à plusieurs reprises des progrès
réalisés et de ce qu’ils veulent au chapitre d’une loi indépendante
qui régirait leurs activités. De toute évidence, ils veulent une
réglementation. En tant que gouvernement, nous serions bêtes de
leur permettre de faire ce qu’ils veulent dans notre pays.
Have you sat down with them? You said you were surprised
and what have you, so I am curious as to the passion that you
bring to this discussion. I believe in dialogue. Have you discussed
with them their ideas and, if so, how have you been able to refute
those ideas, given the fact that economically the industry has
flatlined at a time when there is an opportunity for great growth.
We saw this yesterday in Gaspé. We heard today from witnesses
and industry in terms of the shortage that they are having,
potential in the finfish industry as well as the shellfish industry. So
there is a balance here. How do we find that equilibrium moving
forward? You are purporting that section 29 of the Fisheries Act
should govern their activities or that the minister should
rule under that section; she has powers enough to rule. So
where do we find the balance?
Vous êtes-vous assise avec eux? Vous avez dit que vous étiez
surprise et tout ça, donc, je me questionne au sujet de la passion
avec laquelle vous participez à cette discussion. Je crois au
dialogue. Avez-vous discuté de leurs idées avec eux? Si oui, avezvous été en mesure de réfuter ces idées, étant donné que,
économiquement, l’industrie a plafonné à un moment où elle
aurait pu croître de façon importante? Nous avons constaté cela
hier à Gaspé. Aujourd’hui, des témoins et des acteurs de
l’industrie nous ont parlé de la pénurie actuelle et potentielle
qui guette l’industrie du poisson et l’industrie des mollusques et
des crustacés. Donc, il y a un équilibre. Comment pouvons-nous
retrouver cet équilibre en allant de l’avant? Vous prétendez que
l’article 29 de la Loi sur les pêches devrait régir leurs activités ou
que la ministre devrait exercer son pouvoir en fonction de cet
article; elle a assez de pouvoir pour le faire. Donc, comment
trouvons-nous l’équilibre?
Ms. Milewski: I have been a witness and a researcher to the rise
of aquaculture in southwest New Brunswick since the early 1980s.
I think it is really important to know some of that history. They
brought aquaculture into Canada to grow salmon because it was
seen as a way to take pressure off the wild stocks. By the mid1980s a moratorium was put in place on the wild Atlantic salmon
commercial fishery in the Bay of Fundy because the stocks had
declined so dramatically. They went to Norway in the mid to late
1970s to look at what the Norwegians were doing in terms of
growing salmon in net pens. What a novel idea. So they brought
back to New Brunswick that idea and they thought that they
Mme Milewski : J’ai été témoin de la croissance de
l’aquaculture dans le sud-ouest du Nouveau-Brunswick depuis
le début des années 1980, et j’ai effectué des recherches à ce sujet.
Je crois qu’il est très important de connaître certains éléments
d’histoire. L’aquaculture est arrivée au Canada pour permettre la
production du saumon afin de réduire la pression sur les stocks
sauvages. Au milieu des années 1980, un moratoire sur la pêche
commerciale du saumon atlantique sauvage dans la baie de Fundy
a été mis en place, parce que les stocks avaient diminué de façon
très importante. Dans le milieu et la fin des années 1970,
l’industrie est allée en Norvège pour voir comment on y produisait
14:122
Fisheries and Oceans
20-11-2014
could do it in the Bay of Fundy. They did a test run of it, put out a
net pen, grew some salmon, grew about three or four thousand
fish and thought it was a great idea. At the same time, because
there was a moratorium on the commercial fishery, they also saw
it as a way that maybe these coastal people could still work on the
water. So the rationale for growing farmed salmon in Atlantic
Canada was, one, to provide employment, and, two, to take the
pressure off the wild stocks. Originally there were a lot of mom
and pop operations. There were at one point in southwest New
Brunswick 23 different companies growing farmed salmon. It was
a gold rush. Today there are four companies. One that is the
dominant player is a multi-national. Those mom and pop
operations are gone. The number of people versus production
has declined. You heard that in Blacks Harbour they cannot get
any workers. If the industry is in such need of workers how come
these young people are going out West? Why are we bringing in
foreign labourers? I mean, there seems to be a mixed message
there.
du saumon dans des parcs en filets. Quelle idée originale. Ces
personnes sont donc revenues au Nouveau-Brunswick avec cette
idée, et ils ont pensé qu’ils pourraient la mettre en pratique dans la
baie de Fundy. Elles ont fait un essai, ont mis un parc en filets en
place, ont produit du saumon, environ 3 000 ou 4 000 poissons, et
elles ont pensé que c’était une merveilleuse idée. Parallèlement,
puisqu’il y avait un moratoire sur la pêche commerciale, elles se
sont dit qu’ainsi, peut-être que les habitants des zones côtières
pourraient continuer de travailler sur l’eau. Donc, on produisait
du saumon d’élevage dans le Canada atlantique afin,
premièrement, d’offrir des emplois, et, deuxièmement, de réduire
la pression sur les stocks sauvages. Au départ, il y avait de
nombreuses entreprises familiales. À un certain moment, dans le
sud-ouest du Nouveau-Brunswick, 23 différentes entreprises
produisaient du saumon d’élevage. C’était une ruée vers l’or.
Aujourd’hui, il y a quatre entreprises. Le principal joueur est une
multinationale. Les entreprises familiales n’existent plus. Le
nombre d’employés par rapport à la production a chuté. Vous
avez entendu dire que ces entreprises ne réussissent pas à trouver
des travailleurs à Blacks Harbour. Si l’industrie a un tel besoin de
travailleurs, comment se fait-il que les jeunes aillent vers l’ouest?
Pourquoi faisons-nous venir des travailleurs étrangers? Je veux
dire, le message semble discordant.
The fact is, as you also heard, it is hard work and it is not well
paying work. It is not enough to buy a house on and support a
family on if you’re a single income family. It is very hard. The
growth potential is just not there in New Brunswick. The industry
has told you it is not there. Where is the growth potential for
aquaculture? It is perhaps in shellfish, but it is a completely
different industry than finfish aquaculture.
Comme vous l’avez entendu, le fait est qu’il s’agit d’un travail
ardu qui n’est pas très payant. Ce travail ne suffit pas pour
s’acheter une maison et soutenir une famille à revenu unique.
C’est très difficile. Le potentiel de croissance n’existe simplement
pas au Nouveau-Brunswick. L’industrie vous l’a dit. Où se trouve
le potentiel de croissance de l’aquaculture? Peut-être dans le
secteur des mollusques et des crustacés, mais c’est une industrie
complètement différente de celle de l’aquaculture des poissons.
Canada is just a minute player in aquaculture, like
0.02 per cent of global production. Most aquaculture in the
world is seaweeds and mussels, it is not fish. It is fresh water
aquaculture grown in ponds; tilapia, catfish.
Le Canada n’est qu’un minuscule joueur dans le secteur de
l’aquaculture : il compte pour environ 0,02 p. 100 de la
production mondiale. Ce sont les algues et les moules qui
représentent la portion la plus importante de l’aquaculture dans
le monde, et non le poisson. Il s’agit d’aquaculture en eau douce
effectuée dans des étangs; le tilapia, le poisson-chat.
So, again, we talk about what the industry talks a lot about. I
have a 30-year history with this industry, and I have talked to
these people.
Donc, une fois encore, nous parlons de ce dont l’industrie parle
beaucoup. Je côtoie cette industrie depuis 30 ans, et j’ai parlé à ces
gens.
Senator Meredith: Your message isn’t getting through?
Ms. Milewski: Well, who am I? I am just the science advisor
and a researcher for the Conservation Council of New Brunswick.
Clearly the industry has got a plan. Their plan is quite clear. They
want an aquaculture act. Why they want an act I do not know. I
really do not know. What got aquaculture started in Canada was
a tremendous infusion of federal money, millions and millions of
dollars. They are trying to protect a business model. The
aquaculture industry in Canada has a business model that is the
envy of any industry. You get sick fish we will ask you to
slaughter them and we will compensate you to the tune of
$19 million. When ISA broke out in Atlantic Canada the federal
government came in and compensated them to the tune of
$19 million for slaughtering their fish.
Le sénateur Meredith : Votre message ne passe pas?
Mme Milewski : Eh bien, qui suis-je? Je ne suis qu’une
conseillère scientifique et une chercheuse pour le Conseil de
conservation du Nouveau-Brunswick. De toute évidence,
l’industrie a un plan. Le plan est assez clair : elle veut qu’une
loi régisse l’aquaculture. La raison pour laquelle elle veut une loi,
je ne la connais pas. Je ne la connais vraiment pas. L’aquaculture
a démarré au Canada grâce à des investissements gigantesques du
gouvernement fédéral, des millions et des millions de dollars. On
essaie de protéger un modèle d’affaires. L’industrie de
l’aquaculture au Canada a un modèle d’affaires qui fait l’envie
de toute industrie. Si votre poisson est malade, nous allons vous
demander de l’abattre, et nous allons vous dédommager à hauteur
de 19 millions de dollars. Lorsqu’il y a eu une épidémie d’AIS
20-11-2014
Pêches et océans
14:123
dans le Canada atlantique, le gouvernement fédéral est intervenu
et a dédommagé l’industrie à hauteur de 19 millions de dollars
pour l’abattage de ses poissons.
Senator Meredith: But that goes for the agriculture sector as
well, that there are some diseases with cows or with chicken
farms.
Le sénateur Meredith : Mais c’est aussi le cas pour le secteur
agricole; il y a certaines maladies qui affectent les bovins ou les
poulets.
Ms. Milewski: That is true, but what is the risk to the industry?
You get a disease and you get compensated for it. They have set
up research chairs, they have received millions of dollars.
Mme Milewski : C’est vrai, mais quel risque court l’industrie?
Vous êtes touché par une maladie et vous recevez un
dédommagement. Ils ont mis sur pied des chaires de recherche,
ils ont reçu des millions de dollars.
You heard from Thierry Chopin about integrated multitrophic aquaculture. I participated in a science review in 2012.
DFO ran a science review on the effectiveness of integrated multitrophic aquaculture. Our conclusion, there is no evidence that it
works. Yes, you can grow mussels and, yes, you can grow
seaweeds, but it is not doing the job that it is expected to do which
is to remove and take up the waste. Our conclusion in that report
was there is no evidence that growing mussels next to salmon
farms actually improves environmental quality around those fish
farms. There is no evidence. The seaweeds will grow. The mussels
will grow. But are they making a dent in this huge volume of
waste that is being produced? Our answer was no.
Vous avez entendu Thierry Chopin parler de l’aquaculture
multitrophique intégrée. En 2012, j’ai participé à un examen
scientifique du MPO sur l’efficacité de l’aquaculture
multitrophique intégrée. Nous en sommes venus à la conclusion
qu’il n’existe aucune preuve qu’elle fonctionne. Oui, vous pouvez
produire des moules, et, oui, vous pouvez produire des algues,
mais cette forme d’aquaculture ne fait pas ce qu’elle est censée
faire, c’est-à-dire éliminer et absorber les déchets. Dans le rapport,
nous avons indiqué qu’aucune preuve n’existait concernant le fait
que produire des moules à côté d’une ferme salmonicole
améliorait la qualité de l’environnement autour de ces
piscicultures. Il n’y a aucune preuve. Les algues vont pousser.
Les moules vont se développer. Mais ont-elles un impact sur
l’immense volume de déchets produits? Notre réponse était non.
Senator Meredith: What about the economic benefits of the
seaweed, the medical, the health, the protein?
Le sénateur Meredith : Qu’en est-il des avantages économiques,
médicaux et pour la santé ainsi que de l’apport en protéines des
algues?
Ms. Milewski: We have seaweed growing. Again, we are such a
tiny player. In terms of seaweed production in Canada, if finfish is
.002, then seaweed is .000002 because China is leading the pack.
Our production in Canada is tiny, minuscule when compared.
Mme Milewski : Nous produisons des algues. Une fois encore,
nous sommes un minuscule joueur. Si le Canada produit
0,002 p. 100 de la production mondiale de poisson, il produit
0,000002 p. 100 des algues, et c’est la Chine qui mène le bal. La
production du Canada est toute petite, minuscule, en
comparaison.
Senator Meredith: So what are you saying? Let’s not even
explore it, let’s not even look at the opportunities, the economic
sustenance of providing potential jobs for Canadians?
Le sénateur Meredith : Donc, que dites-vous? N’explorons pas
les occasions d’offrir des emplois, ce qui favoriserait la survie
économique des Canadiens? Ne les envisageons même pas?
Ms. Milewski: The jobs argument is not there either. The
production has increased and the jobs have decreased because of
technological improvements and efficiencies. These are DFO
statistics that I have used in these graphs. Production has
increased, jobs have decreased. Salary and wages have risen
1 per cent a year over the last 13 years while production has
tripled. So that view does not hold.
Mme Milewski : L’argument des emplois n’existe pas non plus.
La production a crû, et les emplois ont diminué à cause des
progrès dans le domaine de l’efficacité technologique. Ce sont les
statistiques du MPO que j’ai utilisées pour ces graphiques. La
production a augmenté, le nombre d’emplois a diminué. Les
salaires et la rémunération ont augmenté de 1 p. 100 par année
depuis les 13 dernières années, alors que la production a triplé.
Donc, cet argument ne tient pas.
You heard about the jobs. The Mayor of Blacks Harbour says
they are bringing in foreign labour.
Vous avez entendu parler des emplois. La mairesse de Blacks
Harbour dit que l’industrie fait venir de la main-d’œuvre
étrangère.
Senator Meredith: Isn’t that a good problem though, that the
industry is saying, ‘‘We want to grow, we have 350 employees and
we want to go to 400 because we have orders coming in and
Le sénateur Meredith : N’est-ce pas un problème favorable, par
contre, que l’industrie dise : « Nous voulons croître, nous avons
350 employés et nous en voulons 400 parce que nous avons des
14:124
Fisheries and Oceans
20-11-2014
we want to be able to satisfy those orders but we need more
workers.’’ Is that not a good problem?
commandes qui s’en viennent, et nous voulons être en mesure de
les satisfaire, mais nous avons besoin de plus de travailleurs. »
N’est-ce pas un problème favorable?
Ms. Milewski: Shelburne Harbour, Nova Scotia, is a place
where I have a research project over the last three years. I have
been monitoring the recovery of the sea bottom under a fish farm.
Two years after the fish have been harvested the bottom is still
toxic and dead. In Shelburne Harbour, two or three years ago, in
maybe 2011, the multinational Cooke Aquaculture, Kelly Cove
Salmon came in and said to those people, ‘‘We are going to build
a processing plant here. We are going to grow so many fish.’’ That
processing plant has not materialized and is not expected to
materialize until maybe 2018.
Mme Milewski : Depuis trois ans, je mène un projet de
recherche à Shelburne Harbour, en Nouvelle-Écosse. Je surveille
le rétablissement du plancher océanique en dessous d’une
pisciculture. Deux ans après que les poissons ont été pêchés, le
fond est toujours toxique, et rien n’y vit. Il y a deux ou trois ans,
en 2011, peut-être, à Shelburne Harbour, la division Kelly Cove
Salmon de la multinationale Cooke Aquaculture est venue et a dit
aux habitants : « Nous allons construire une usine de
transformation ici. Nous allons produire un nombre énorme de
poissons. » Cette usine de transformation ne s’est pas concrétisée,
et elle ne devrait pas être construite avant 2018 peut-être.
I think what really needs to happen, and this is where I come
from as a scientist working with data — I work with hard data,
not with what, might, possibly, maybe, or if. Show me the data.
Show me the data around the growth in employment. I do not see
it. The growth in salary and wages, I do not see it. I see
production increasing and I see the increasing amount that the
industry is making, but it is not going to salary and wages. I do
not see this incredible demand for protein from salmon in the
world. I have not seen a single salmon in a food bank. I have not
seen the salmon being shipped to Sub-Saharan Africa to feed the
poor. Salmon is going to feed us tubby North Americans and
Europeans. That is where it’s going.
Je crois que ce qui doit arriver, et je m’inspire de mon
expérience en tant que scientifique qui travaille à l’aide de données
réelles et qui ne tient pas compte des hypothèses ou des
possibilités... Montrez-moi les données. Montrez-moi les
données qui attestent la croissance du domaine de l’emploi. Je
ne la vois pas. L’augmentation des salaires et de la rémunération,
je ne la vois pas. Je vois la production augmenter, et je vois les
profits de l’industrie augmenter, mais cet argent ne va pas aux
salaires et à la rémunération. Je ne vois pas cette incroyable
demande pour des protéines de saumon dans le monde. Je n’ai
jamais vu de saumon dans une banque alimentaire. Je n’ai jamais
vu de saumon être envoyé en Afrique subsaharienne afin de
nourrir les personnes démunies. Le saumon va nous nourrir,
Nord-Américains et Européens gâtés que nous sommes. C’est là
que nous allons.
This is an industry that is making 52 per cent return on its
investment. DFO contracted a firm because they held a special
science review on the value or the importance of the economics of
closed containment aquaculture compared to open net pen
aquaculture. The return on investment is 52 per cent. I would
like that kind of return on my money.
On parle d’une industrie qui a un taux de rendement sur ses
investissements de 52 p. 100. Le MPO a engagé une entreprise
afin qu’elle mène un examen scientifique particulier sur la valeur
ou sur l’importance des retombées économiques de l’élevage en
parcs clos comparativement à ceux de l’aquaculture à parcs à
filets ouverts. Le rendement sur l’investissement est de 52 p. 100.
J’aimerais profiter d’un rendement semblable sur mon argent.
Senator Meredith: Is the return 52 per cent on closed
containment?
Le sénateur Meredith : Le rendement de 52 p. 100 concerne-t-il
l’aquaculture en parcs clos?
Ms. Milewski: No, it’s much lower. It is about 10, 15 per cent.
So which model Would you like as a business person? Remember
they are business people first and they are interested in making
money. At 52 per cent return on your investment, that’s a great
model to hang onto. That is why there is a resistance to moving
these operations on land where there are going to have to pay the
full cost of production which is treating their waste —
Mme Milewski : Non, il est bien plus bas. Il est d’environ 10 ou
15 p. 100. Donc, quel modèle préféreriez-vous en tant que
personne d’affaires? Rappelez-vous que ce sont d’abord des
gens d’affaires, et que c’est l’argent qui les intéresse. Avec un taux
de rendement sur les investissements de 52 p. 100, c’est un
excellent modèle à conserver. C’est pourquoi ils résistent à l’idée
de déplacer leurs activités sur la terre, où ils vont devoir payer le
plein prix de production, soit le traitement de leurs déchets...
Senator Meredith: As well as the energy costs, the space.
Ms. Milewski: That’s right. They have to treat their waste.
They are not allowed to just dump it into the ocean. They are not
allowed to take their chemicals and just allow them to plume out
into the waters and potentially affect other fisheries. This is about
fairness. If we want fair regulations on an industry then we need
Le sénateur Meredith : Ainsi que les coûts énergétiques,
l’espace.
Mme Milewski : C’est exact. Ils vont devoir traiter leurs
déchets. Ils n’ont pas le droit de les déverser dans l’océan. Ils
n’ont pas le droit de prendre leurs produits chimiques et de les
laisser couler dans l’eau pour ainsi avoir un impact potentiel sur
d’autres pêcheries. C’est une question d’équité. Si nous voulons
20-11-2014
Pêches et océans
14:125
to apply that fairness that we apply to pulp and paper mills, to
sewage plants, to finfish farms. If we want to be fair then we force
them to look after their waste, and the only way they are going to
do that is to move it on land.
que l’industrie soit soumise à des règles équitables, nous devons
appliquer la même équité que nous appliquons aux usines de pâte
à papier, aux usines d’épuration des eaux et aux piscicultures. Si
nous voulons être justes, nous devons les forcer à s’occuper de
leurs déchets, et la seule façon de faire cela est de déplacer leurs
activités vers la terre ferme.
Senator Meredith: Mr. Carr or Mr. Ernst, do you want to
weigh in on this at all?
Le sénateur Meredith : Monsieur Carr ou monsieur Ernst,
voulez-vous ajouter quelque chose à ce sujet?
Mr. Carr: I will just add a couple comments with respect to the
non-resident workers, as the Mayor of Blacks Harbour was
saying. We have a lot of non-residents living in St. George, the
community where I live. Across the street from me, for instance,
there are four families in one house. The unemployment rate is
really high in Charlotte County. Most people are going out West
to work. The turnaround in terms of employment in sea cages is
very high. The people working in the sea cages in many respects
are kids who did not graduate from high school. The wages are
really low. The non-residents are coming in, not because there are
so many jobs available that we are saturated, but because people
won’t work for that wage.
M. Carr : Je vais simplement ajouter quelques éléments au
sujet des travailleurs non-résidants dont parlait la mairesse de
Blacks Harbour. Beaucoup de non-résidants vivent à St. George,
la collectivité où je vis. De l’autre côté de la rue, à l’endroit où je
vis, par exemple, quatre familles vivent dans une seule maison. Le
taux de chômage est très élevé dans le comté de Charlotte. La
majorité des gens va vers l’ouest afin de travailler. Le taux de
roulement est très élevé pour le travail sur les cages d’élevage. Les
gens qui travaillent sur les cages d’élevage, en grande partie, sont
des jeunes qui n’ont pas terminé l’école secondaire. Les salaires
sont très bas. Les non-résidants viennent dans notre ville, pas
parce qu’il y a énormément d’emplois disponibles, mais parce que
les gens d’ici ne veulent pas travailler à ce salaire.
Senator Meredith: It is no different in the agricultural industry.
For example, in Ontario we take 6,000, 7,000 migrant workers
from the Caribbean every year to work in the apple groves and
the wineries.
Le sénateur Meredith : Ce n’est pas différent dans l’industrie
agricole. Par exemple, en Ontario, nous accueillons 6 000,
7 000 travailleurs en provenance des Caraïbes chaque année
pour travailler dans les pomicultures et les vineries.
When I look at an industry with a labour force, and if
particular Canadians do not want to do that particular job, then
in order for that industry to grow or that business to survive they
have to find means and ways to satisfy that shortage. There is now
a moratorium because there was abuse in our system. Hopefully
that moratorium will come off shortly so people can get back to
work, the agriculture industry, for example, to be able to get those
workers.
Dans le cas d’une industrie aux prises avec une pénurie de
main-d’œuvre, et, particulièrement si les Canadiens ne veulent pas
occuper ces emplois, l’industrie, si elle veut survivre et croître, doit
trouver des façons de combler cette pénurie. Actuellement, il y a
un moratoire puisqu’il y a eu certains abus dans notre système.
J’espère que ce moratoire sera bientôt levé afin que les gens
puissent retrouver leur travail — dans l’industrie agricole, par
exemple — afin qu’on puisse profiter de cette main-d’œuvre.
I mean, the measure is supportive of an industry because we are
talking about jobs. This is, again, a big industry. They are down
to four major players in Canada, but again, still providing jobs for
thousands of people.
Je veux dire, la mesure soutient une industrie parce que nous
parlons d’emplois. Une fois encore, il s’agit d’une grande
industrie. Il n’y a que quatre joueurs importants au Canada,
mais une fois encore, ils fournissent des emplois pour des milliers
de gens.
Mr. Carr: That is understood, but that said Inka mentioned
52 per cent profit. If wages were higher people would probably
work for the industry. I mean 52 per cent is just unheard of.
M. Carr : Nous le savons, mais, cela dit, Inka a parlé d’un
profit de 52 p. 100. Si les salaires étaient plus élevés, les gens
travailleraient sûrement pour l’industrie. Cinquante-deux pour
cent, c’est un taux incroyable.
Senator Meredith: Maybe we will regulate that rate. How is
that?
Le sénateur Meredith : Peut-être pourrions-nous réglementer ce
taux. Qu’en pensez-vous?
Mr. Carr: Maybe. With land-based closed containment it is
going to require skilled workers. Somebody was mentioning
earlier today about community colleges and universities getting
involved. At the workshops we have been to recently, farmers
who are up and coming are saying they don’t have people to work
for them because they are unskilled with respect to the new
M. Carr : Peut-être. L’aquaculture à terre en parcs clos exigera
des travailleurs qualifiés. Quelqu’un a parlé plus tôt aujourd’hui
de la possibilité que les collèges communautaires et les universités
participent. Dans les groupes de travail auxquels nous avons
participé dernièrement, les agriculteurs dont les affaires vont bien
disent que personne ne peut travailler pour eux parce que les
14:126
Fisheries and Oceans
20-11-2014
technology, and these are high paying jobs. So that is something
that will bring new economic revenue to New Brunswick and to
Atlantic Canada if we have those folks trained.
travailleurs ne sont pas qualifiés en ce qui a trait à la nouvelle
technologie, et ce sont des emplois très payants. Donc, si ces gens
sont formés, cela apportera de nouveaux revenus économiques au
Nouveau-Brunswick et au Canada atlantique.
Just one final comment with respect to the higher start-up costs
associated with closed containment. From the models we have
looked at the operational costs are pretty close to being even with
net pens once you get up and running. It is the capital costs that
are expensive. They are going to come down with time. Inka
referred to a report that the feds had put out, but there are a lot of
things lacking in that report. For instance, with land-based closed
containment you would not have any sea lice problems. Hundreds
of millions of dollars spent annually on sea lice research, why not
put that money into start-up capital for closed containment,
things like that. There are all kinds of other examples I could give
you, but that is just one which I think is just unheard of.
Un dernier commentaire au sujet des coûts de mise en
exploitation plus élevés associés à l’aquaculture en parcs clos.
Selon les modèles que nous avons examinés, les coûts
d’exploitation, une fois que tout est prêt, sont à peu près les
mêmes que ceux des aquacultures à parcs en filets. Ce sont les
coûts en immobilisations qui sont élevés. Ils vont descendre avec
le temps. Inka a parlé d’un rapport que le gouvernement fédéral a
publié, mais beaucoup d’éléments brillent par leur absence dans ce
rapport. Par exemple, avec l’aquaculture à terre en parcs clos, il
n’y aurait pas de problème lié au pou du poisson. Des centaines de
millions de dollars sont dépensées annuellement pour la recherche
sur le pou du poisson. Pourquoi ne pas investir cet argent pour
payer les coûts de préexploitation des aquacultures en parcs clos,
des choses comme ça? Il y a plein d’autres exemples que je
pourrais vous donner, mais celui-ci est incroyable, selon moi.
Mr. Ernst: I have nothing to add to that line of questioning. I
do have another point I would like to raise, if that line of
questioning is over.
M. Ernst : Je n’ai rien à ajouter dans cette veine. J’aimerais
parler d’un nouveau sujet, si cette série de questions est terminée.
Senator Meredith: If the chair permits us.
Le sénateur Meredith : Si le président nous le permet.
The Chair: Go ahead and make your point.
Le président : Allez-y.
Mr. Ernst: We heard several times this morning about the
industry requesting new tools and the research that would go into
developing those tools. Yet it seems strange to me that there is a
facility in this province that could do that but that is being
unused, a very new facility. The capacity to use it has been taken
out of Fisheries and Oceans. The question was asked why that
happened. I do not know. Probably nobody could say for sure
here, but my suspicion is that the chemical research that was
coming out of those facilities through the toxicology labs and
what not was not welcome information. It is very shortsighted to
eliminate that kind of capacity because I am sure you have heard
that this industry is not big enough in its market to warrant the
typical R&D effort that goes into chemical development for
pesticides to treat sea lice or whatever. If that is not being done by
the industry we are stuck with the old tools that are off the shelf
when we could be moving into newer, less risky tools if we
maintained that research capacity within our government agencies
and publicly funded this.
That is my two cents.
The Chair: Thank you. It has been an interesting discussion
and certainly we are receiving a variety of opinions as we travel
across this country. It may be worthwhile someday to organize a
round table where we have people of differing views in a room at
the same time and to see how that would fall out. That is
something we can explore. We just have to determine a site.
M. Ernst : Ce matin, nous avons entendu plusieurs fois que
l’industrie demande de nouveaux outils et nous avons parlé de la
recherche que nécessiterait l’élaboration de ces outils. Toutefois, il
me semble étrange qu’il existe, dans cette province, une
installation inutilisée qui pourrait servir à cela, une installation
très récente. Le ministère des Pêches et des Océans n’a plus la
capacité de l’utiliser. Pourquoi? Je ne sais pas. Probablement que
personne ici ne pourrait le dire à coup sûr, mais je soupçonne que
les recherches du domaine de la chimie qui étaient effectuées par
ces installations par l’entremise des laboratoires de toxicologie
n’étaient pas les bienvenues. C’est manquer de vision que
d’éliminer cette capacité de recherche, puisque je suis certain
que vous avez entendu dire que l’industrie n’est pas assez
importante sur son marché pour justifier les efforts habituels en
recherche et développement qui visent l’élaboration de pesticides
pour traiter le pou du poisson ou d’autre chose. Si cela n’est pas
fait par l’industrie, nous devons nous satisfaire des anciens outils
déjà à notre disposition alors que nous pourrions passer à de
nouveaux outils moins risqués si nous maintenions notre capacité
de recherche au sein de nos organismes gouvernementaux et que
ces recherches étaient financées.
C’est mon opinion.
Le président : Merci. La discussion a été intéressante, et c’est
certain que nous entendons diverses opinions en traversant le
pays. Il pourrait être utile un jour d’organiser une table ronde où
des personnes ayant différents points de vue seraient réunies dans
la même pièce pour voir comment les discussions se dérouleraient.
C’est une possibilité que nous pouvons envisager. Nous devons
seulement déterminer un endroit.
20-11-2014
Pêches et océans
I certainly want to thank you for your time. Your views are
very useful to our discussions. I have said to many other witnesses
before, and certainly I want to say to yourselves, who seem to
have followed our discussions very thoroughly having listened to
your comments today, that if there is anything that you see in the
future that you think we should be made aware of, that you want
to dispute or give a different opinion to, feel free to send it to the
committee. We welcome all opinions. It is a major industry in our
country and we certainly are having a thorough look at it. It is
people like yourselves that add to that discussion and that debate.
(The committee adjourned.)
14:127
Je tiens à vous remercier de votre temps. Vos opinions sont très
utiles à notre discussion. Je l’ai dit à de nombreux autres témoins
avant, et je veux vous le dire aussi. Vous semblez avoir suivi nos
discussions de façon très rigoureuse, et nous avons écouté vos
commentaires, et si vous prenez connaissance d’un fait qui, selon
vous, devrait être porté à notre attention, dont vous voulez
discuter ou au sujet duquel vous voulez nous donner une autre
opinion, n’hésitez pas à le faire savoir au comité. Nous accueillons
toutes les opinions. C’est une industrie importante pour notre
pays, et nous devons certainement nous pencher sérieusement sur
la question. Ce sont des gens comme vous qui alimentent cette
discussion et ce débat.
(La séance est levée.)
MONCTON, Thursday, November 20, 2014
MONCTON, le jeudi 20 novembre 2014
The Standing Senate Committee on Fisheries and Oceans met
this day at 6:30 p.m. to study the regulation of aquaculture,
current challenges and future prospects for the industry in
Canada.
Le Comité sénatorial permanent des pêches et des océans
se réunit aujourd’hui, à 18 h 30, pour poursuivre son étude de
la réglementation de l’aquaculture, des défis actuels et des
perspectives d’avenir de l’industrie au Canada
Senator Fabian Manning (Chair) in the chair.
Le sénateur Fabian Manning (président) occupe le fauteuil.
The Chair: I would like to take the opportunity to welcome our
guests. My name is Fabian Manning. I am a senator from
Newfoundland and Labrador. I chair the Standing Senate
Committee on Fisheries and Oceans. We are travelling across
the country and hearing from people involved in the aquaculture
industry as we try to address the challenges and the opportunities
in this industry. We are delighted that you have taken the time to
join us here this evening.
Le président : Je veux souhaiter la bienvenue à nos invités pour
la séance de ce soir. Je m’appelle Fabian Manning, sénateur de
Terre-Neuve-et-Labrador, et président du Comité sénatorial
permanent des pêches et des océans. Nous nous déplaçons dans
différentes régions du pays pour entendre les intervenants de
l’industrie aquacole dans le cadre de notre étude des défis et des
perspectives de cette industrie. Nous sommes très heureux que
vous ayez pris le temps de venir nous rencontrer ce soir.
Before we begin, I would like to ask our senators to introduce
themselves, beginning with the senator on my right.
Avant de commencer, je vais inviter mes collègues à se
présenter à tour de rôle, en commençant avec la sénatrice à ma
droite.
Senator Poirier: Good evening. Senator Poirier from New
Brunswick.
La sénatrice Poirier : Bonsoir. Sénatrice Poirier, du NouveauBrunswick.
Senator Stewart Olsen: Carolyn Stewart Olsen, New
Brunswick.
La sénatrice Stewart Olsen : Carolyn Stewart Olsen, NouveauBrunswick.
Senator Meredith: Senator Meredith, Ontario.
Le sénateur Meredith : Sénateur Meredith, Ontario.
Senator Lovelace Nicholas: Senator Lovelace from New
Brunswick.
La sénatrice Lovelace Nicholas : Sénatrice Lovelace, du
Nouveau-Brunswick.
The Chair: I understand you have some opening remarks. We
will hear from you and then we will have questions from senators.
Please introduce yourselves for the record.
Le président : Je crois que vous avez une déclaration
préliminaire à nous faire. Les sénateurs vous poseront ensuite
leurs questions. Je vous demanderais d’abord de vous présenter.
Dr. Steven Backman, Aquaculture Veterinarian, Skretting: My
name is Steve Backman. I am a veterinarian employed by
Skretting and I have been involved with the aquaculture industry
since 1988. I hope to give you some of my perceptions of how the
industry has developed over the years and what it needs to
develop further.
Dr Steven Backman, vétérinaire en aquaculture, Skretting : Je
m’appelle Steve Backman. Je travaille comme vétérinaire pour
Skretting et je suis actif dans le secteur de l’aquaculture depuis
1988. Je vais tenter de vous faire part de mes perceptions sur les
progrès réalisés par l’industrie au fil des ans et les éléments dont
elle a besoin pour poursuivre dans la même veine.
14:128
Fisheries and Oceans
Benjamin Forward, Head, Food, Fisheries and Aquaculture
Department, New Brunswick Research & Productivity Council: My
name is Benjamin Forward. I am the head of the Food, Fisheries
and Aquaculture Department for the New Brunswick Research &
Productivity Council. RPC is a contract research and
development agency and analytical service provider to industry.
The Chair: The floor is yours.
20-11-2014
Benjamin Forward, chef, Direction de l’alimentation, des pêches
et de l’aquaculture, Conseil de la recherche et de la productivité du
Nouveau-Brunswick : Je m’appelle Benjamin Forward et je suis
chef de la Direction de l’alimentation, des pêches et de
l’aquaculture au Conseil de la recherche et de la productivité du
Nouveau-Brunswick (RPC), une agence contractuelle de
recherche et développement et un fournisseur de services
d’analyse à l’industrie.
Le président : Vous avez la parole.
Dr. Backman: Mr. Chairman and members of the committee, I
am honoured to be here to speak to you. It is my first time
speaking to such a prestigious group so I hope my protocols are
correct.
Dr Backman : Monsieur le président et mesdames et messieurs
les sénateurs, je suis honoré de prendre la parole devant vous
aujourd’hui. Comme c’est la première fois que je m’adresse à un
groupe aussi prestigieux, j’espère faire les choses comme il se doit.
I have entitled my opening remarks ‘‘Aquaculture in Canada,
what is holding us back.’’ As I see it, the aquaculture industry in
Canada is really standing on the pot of gold at the end of the
rainbow. Canada as a country seems to be looking across the
horizon to the other end of the rainbow, looking for that pot of
gold, when really all we have to do at the moment is to put our dip
net into the water and start harvesting some of that gold.
J’ai intitulé mes observations préliminaires : « Aquaculture au
Canada; qu’est-ce qui nous empêche de progresser? » J’entrevois
un avenir plein de promesses pour notre industrie aquacole. Le
Canada semble scruter des horizons lointains à la recherche de
perspectives de croissance alors qu’il nous suffit pour le moment
de mettre nos filets à l’eau pour commencer à profiter de la manne
qui s’offre à nous.
I am following along on the slides that I think you may have
copies of. To give you an idea of where aquaculture is today, it is
a global industry. To speak about any one particular aspect of
aquaculture individually is fairly complex. To try to take that and
make it into a general statement really does not do it justice
because aquaculture varies from shellfish, from sea plants. It can
range from large, corporate farms producing anywhere from 500
to 1 million fish per site, to a very small family operation with
2,000 or 3,000 fish per site. Each one has its own set of
circumstances and operating conditions.
Mon exposé va suivre les grandes lignes des diapositives dont
vous devriez avoir reçu copie. Il faut d’abord savoir que
l’aquaculture est désormais une industrie planétaire. Il est plutôt
complexe de parler isolément d’un aspect particulier de cette
industrie. En revanche, les constatations générales que l’on
pourrait faire ne rendraient pas vraiment justice à la grande
diversité du secteur aquacole qui s’étend notamment aux fruits de
mer et aux algues. Le spectre peut aller de la très petite
exploitation familiale produisant de 2 000 à 3 000 poissons par
emplacement jusqu’aux très grandes entreprises qui peuvent en
produire entre 500 000 et 1 million. Dans chacun des cas, les
circonstances et les conditions d’exploitation peuvent varier
considérablement.
As a company, we make diets for over 50 species of feeds. I will
touch on that a little later, perhaps with a question, because most
of those diets we probably cannot sell in Canada.
Notre entreprise fabrique des produits alimentaires pour plus
de 50 espèces de poissons. J’y reviendrai tout à l’heure, peut-être
en réponse à une question, mais il faut noter que nous ne
pourrions sans doute pas vendre au Canada la plupart de nos
produits.
The next slide shows a prediction on population growth on the
planet. I originally got that slide from Dr. Ted Leighton in the
late 1980s. The slide was actually created back in the 1960s and
was a forward looking projection on population growth. I have
also highlighted on that. I have added a few more points to show
where we are. If we look at the population in 2003 at 6.3 billion,
you can see that it actually falls right on the predicted curve from
the 1960s forecast. In 2012, we had our seven billionth baby born,
and that also sits very squarely on this graph. This graph forecasts
a global population of between 9 and 12 billion people by 2050.
That is a huge growth in terms of our human population. It has
very far reaching consequences for us.
La diapositive suivante présente une projection de la croissance
de la population mondiale. C’est une diapositive que j’ai obtenue
du Dr Ted Leighton à la fin des années 1980. C’est une projection
de la croissance de la population qui avait été établie dans les
années 1960. J’y ai ajouté quelques indications pour montrer où
nous en sommes. Vous pouvez voir que la population établie à
6,3 milliards d’êtres humains en 2003 correspondait tout à fait à la
courbe de projection dessinée dans les années 1960. En 2012, nous
avons atteint le plateau des 7 milliards, ce qui était encore tout à
fait conforme aux prévisions établies. Ce graphique laisse
entrevoir une population mondiale se situant entre 9 et
12 milliards d’êtres humains en 2050. C’est une croissance
énorme qui a des répercussions considérables pour nous.
20-11-2014
Pêches et océans
14:129
The next slide shows briefly some of the types of aquaculture
by category that takes place around the world. If you look at the
third coloured bar down from the top, it is a light blue colour,
that really represents salmon production globally. So the bulk of
aquaculture production is actually not salmon. It mostly is non
fed species such as mussels, shellfish, plants. In terms of the fed
species, a lot of it is land based and pond based small operations
in developing countries and China.
La diapositive suivante présente un aperçu des différents types
d’aquaculture qui se pratiquent dans le monde. La troisième barre
de couleur à partir du bas, celle qui est en bleu pâle, représente la
production mondiale de saumon. Le saumon ne compte donc pas
pour la plus grande partie de la production aquacole à l’échelle
planétaire. On y retrouve surtout des espèces non engraissées
comme les moules, les mollusques et les algues. Pour ce qui est de
l’aquaculture d’espèces engraissées, elle est pour une bonne part le
fait de petites exploitations sur terre et dans des bassins, en Chine
et dans les pays en développement.
The question that we are really faced with is how do we feed
9 billion people by 2050 in a sustainable way? That question was
posed in another way by the FAO in the statement, ‘‘We will need
more food in the coming decades than we have produced in total
for the last 10,000 years.’’ That is a huge requirement for food and
protein going forward. If we put that in terms of our fish protein,
that is an additional 50 million tonnes of seafood that the planet
will require by 2030. That is a huge amount, considering that our
fisheries plateaued probably a few years ago and have slightly
declined, and are fairly consistent at about 90 million tonnes per
year. Aquaculture production of seafood probably matches that
or is slightly ahead of that, so between 90 million and 100 million
tonnes. You can see that’s a huge increase in our current
production just to meet the demand by 2030.
Nous devons surtout chercher à savoir comment nous
arriverons à nourrir 9 milliards d’êtres humains de façon
durable à compter de 2050. L’Organisation pour l’alimentation
et l’agriculture a posé la même question de façon détournée en
indiquant qu’il nous faudrait au cours des prochaines décennies
davantage d’aliments que nous avons pu en produire au cours des
10 000 dernières années. Les besoins à venir en aliments et en
protéines seront donc énormes. Si on ramène cela à nos protéines
de poisson, il faudra 50 millions de tonnes additionnelles de
produits de la mer pour nourrir la planète dès 2030. C’est
gigantesque quand on sait que nos pêches ont plafonné il y a
quelques années pour diminuer légèrement par la suite avant
d’atteindre un plateau assez constant de 90 millions de tonnes par
an. La production aquacole se retrouve à peu près à la même
hauteur, si elle n’est pas légèrement plus élevée, avec un total
annuel se situant entre 90 millions et 100 millions de tonnes. Vous
pouvez donc voir à quel point il nous faudra augmenter notre
production simplement pour répondre à la demande en 2030.
To give you an agricultural context, if we look at the same
population growth requirements, you will see huge requirements
for cereal grains, oil, crops and meat protein. If we consider that
aquaculture feeds require these grains in order to produce our
feeds to feed our fish, the requirement for this additional plant
protein really is going to affect our ability to produce fish feeds
going forward in the future.
Comme l’industrie agricole sera confrontée aux mêmes
exigences découlant de cette croissance de la population, vous
constaterez de fortes hausses de la demande pour les céréales, les
oléagineux et les protéines de viande. Étant donné que nous avons
besoin de ces mêmes céréales pour produire des aliments aux fins
de l’aquaculture, l’accroissement de la demande pour ces
protéines végétales va miner notre capacité future de fabriquer
des produits alimentaires pour poissons.
My grandfather was a commercial fisherman out of
Lunenburg. The belief in his time was that there would always
be fish in the sea and you could never harvest out the sea. Well,
we have realized that that is not the case. As I said before, the wild
catch or capture fishery has really plateaued at about 90 million
tonnes, and it will not go up. Our only option to replace or to
meet that demand of an additional 50 million tonnes is through
aquaculture production.
Mon grand-père pratiquait la pêche commerciale au large de
Lunenburg. On croyait à son époque qu’il y aurait toujours du
poisson dans la mer et que l’on ne pourrait jamais épuiser cette
ressource. Nous nous sommes rendu compte depuis que ce n’était
pas le cas. Comme je l’indiquais tout à l’heure, la pêche de capture
a plafonné à hauteur d’environ 90 millions de tonnes, et ne va pas
augmenter. La production aquacole est donc notre seule option
de remplacement pour satisfaire à cette demande de 50 millions de
tonnes additionnelles.
Aquaculture production is one of our most efficient forms of
livestock production. It allows more flexible use of ingredients
and it also has a very low carbon footprint, because much of the
effort to raise fish is actually provided by solar and lunar energy.
That is what moves the water through the cage systems.
La production aquacole est sans doute l’une de nos formes
d’élevage les plus efficientes. Elle permet une utilisation plus
flexible des ingrédients en plus d’avoir une empreinte carbone très
faible, car c’est l’énergie du soleil et de la lune qui fait le plus gros
du travail pour faire circuler l’eau entre les différentes cages.
Skretting is a global feed company. We have approximately
3,400 employees globally. We produce about 2 million tonnes of
aquaculture feeds globally. We have production facilities in about
18 countries. We do feed more than 60 species of fish. We have a
Skretting est une entreprise mondiale de fabrication d’aliments
pour l’aquaculture. Nous comptons quelque 3 400 employés à
l’échelle planétaire. Notre production mondiale atteint environ
2 millions de tonnes. Nous avons des installations de production
14:130
Fisheries and Oceans
20-11-2014
global R&D centre based in Stavanger, Norway. Its annual
budget is somewhere in the neighbourhood of about $15 million
Canadian for fish feed research. We also have satellite plants in
Asia and Mozzecane, Italy.
dans 18 pays. Nous produisons des aliments pour plus de
60 espèces de poissons. Nous avons un centre mondial de
recherche et développement qui est installé à Stavanger, en
Norvège. Son budget annuel pour la recherche sur l’alimentation
du poisson est d’environ 15 millions de dollars canadiens. Nous
avons aussi des usines satellites en Asie ainsi qu’à Mozzecane, en
Italie.
Our Aquaculture Research Centre is made up of researchers
from around the globe. We have about 20 nationalities and about
40 of the staff there have advanced university degrees. Our
specialization is mainly in fish nutrition, but we also look at fish
health technology and feed production technology.
Notre centre de recherche sur l’aquaculture regroupe des
chercheurs de partout dans le monde. Quelque 20 nationalités
y sont représentées et pas moins de 40 p. 100 des employés sont
détenteurs d’un diplôme d’études supérieures. L’alimentation des
animaux est notre spécialité, mais nous nous intéressons
également aux technologies pour la santé du poisson et la
production d’aliments.
You will probably notice that fish feed production is one of the
most advanced and complicated systems for producing
agricultural feeds. It is much more sophisticated than what has
been traditionally done with feed compounding and a lot of
science and engineering is involved to produce those pellets in
order to create those real efficiency processes.
Vous constaterez sans doute que la production des aliments
pour le poisson exige des technologies beaucoup plus avancées
et complexes que la production d’aliments pour l’élevage
agricole. C’est beaucoup plus complexe que ce qu’on faisait
traditionnellement pour préparer des aliments à l’intention des
animaux, et ces comprimés offrant un maximum d’efficience sont
le fruit d’un important travail de spécialistes en sciences et en
génie.
Three important innovations have come out of ARC. One is
MicroBalance. This is allowing us the ability to use ingredients
other than straight fishmeal for carnivorous diets. It is very
important in order to use MicroBalance that we have access to
feed ingredients. One of the big stumbling blocks for us in Canada
is the CFIA’s feed regulations and access to new feed ingredients.
Notre Centre de recherche en aquaculture est à l’origine de
trois innovations importantes. Il y a d’abord MicroBalance, un
concept qui nous permet d’utiliser des ingrédients autres que les
farines habituelles pour nourrir les poissons carnivores. Pour que
MicroBalance puisse nous être utile, il faut absolument que nous
ayons accès aux différents ingrédients. La réglementation de
l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) est l’un des
principaux obstacles qui nous empêchent d’accéder à ces
nouveaux ingrédients au Canada.
Protec is the range of products which use what we call active
nutrition or functional nutrients. These products aren’t available
in Canada simply because there is not a regulatory system that
facilitates their approval. CFIA states basically ‘‘regulations are
for nutrients.’’ So if they are not specifically providing nutrition
for the fish, they don’t fall under their regulations. If they have an
effect, they get it moved over to a Veterinary Drugs Directorate
and treat it as a drug. Veterinary Drugs Directorate says that
unless you have a certain level of efficacy, they will not entertain
an application. Functional ingredients provide some basis of
efficacy, but they are not to the level of drugs. So they are sitting
in a no-man’s land between two institutions. These products are
available to farmers in most other countries except Canada.
Protect est une gamme de produits que nous utilisons comme
nutriments fonctionnels dans le cadre de ce que nous appelons la
nutrition active. Ces produits ne sont pas disponibles au Canada,
car il n’existe tout simplement pas de système réglementaire
permettant leur approbation. Essentiellement, l’ACIA fait valoir
que sa réglementation s’applique seulement aux nutriments
devant servir à l’alimentation du poisson. Si un produit a un
effet différent, il est considéré comme un médicament et traité par
la Direction des médicaments vétérinaires qui ne prend une
demande en considération qu’à compter d’un certain degré
d’efficacité. Les ingrédients fonctionnels ont une certaine
efficacité, mais pas autant que les médicaments. Ils se
retrouvent ainsi dans une zone grise entre les sphères de
responsabilité respectives de ces deux institutions.
Contrairement à leurs homologues canadiens, les éleveurs de la
plupart des autres pays du monde ont accès à ces produits.
Optiline Premium is a new product. It is a high energy diet for
salmon. It is highly efficient. It improves growth and it improves
feed efficiency. It has only recently been available in Canada, but
it has been available to competing industries around the world for
about three to four years.
Optiline Premium est un nouveau produit à haute teneur
énergétique pour le saumon. Il permet un régime extrêmement
efficient qui favorise la croissance. Il n’est disponible que depuis
peu de temps au Canada, mais nos concurrents du reste de la
planète y ont accès depuis trois ou quatre ans.
20-11-2014
Pêches et océans
14:131
In terms of aquaculture regulation in Canada, this slide shows
a list of the acts and regulations. I think it covers most of them
which have a jurisdictional role in aquaculture management or
aquaculture regulation. Unfortunately, many of these
departments have conflicting regulations which cause problems.
It also means that there is such a huge amount of regulation. A
farmer almost has to have his own legal staff just to stay within
the regulatory framework and not violate something at some
point.
Cette diapositive présente une liste des lois et des règlements en
vigueur au Canada. Je crois qu’on y retrouve la plupart des textes
législatifs et réglementaires qui s’appliquent à l’aquaculture et à sa
gestion. Il y a malheureusement un manque d’harmonisation
entre les différents règlements, ce qui est problématique. La liste
témoigne aussi du grand nombre de règlements à respecter. Un
aquaculteur a presque besoin de ses propres conseillers juridiques
pour s’assurer de respecter ce cadre réglementaire et de ne pas
enfreindre quelque règle que ce soit à un moment ou à un autre.
For us as feed manufacturers, there are really three acts. If you
notice, the Fisheries Act, the CFIA’s Act and the Feeds Act
largely predate the development of aquaculture. Almost all of
these regulations are trying to fit a round aquaculture peg into a
square hole. Really, there is not the expertise in many of these
departments to properly assess or regulate these industries.
Pour les fabricants d’aliments comme nous, il y a en fait trois
lois applicables. Vous avez peut-être remarqué que la Loi sur les
pêches, la Loi sur l’Agence canadienne d’inspection des aliments
et la Loi relative aux aliments du bétail existaient bien avant que
l’aquaculture voie le jour. La quasi-totalité de ces dispositions
législatives sont mal adaptées à la situation particulière de
l’aquaculture. En fait, bon nombre des ministères concernés ne
disposent pas de l’expertise voulue pour bien évaluer la situation
de l’industrie et la réglementer en conséquence.
Where do we move going forward? We need from CFIA’s
point of view to focus on food safety. A lot of the CFIA
regulations are based on traditional agriculture mills and they
really do not have application. Their regulations tend to be very
restrictive in terms of feed registration. It can take up to a year to
register a new feed. Most of the time, CFA does not have the
expertise to actually comment or review the application. It tends
to sit for a long time or they ask the proponent to provide the
scientific basis for the diet, and they charge extra for reviewing all
that extra information.
Quelles sont donc les prochaines étapes? Il faut que l’ACIA se
concentre sur la sécurité alimentaire. Bon nombre des règlements
de l’ACIA sont fondés sur les produits agricoles traditionnels et
ne sont pas vraiment applicables à notre secteur. C’est une
réglementation qui impose généralement des conditions très
restrictives pour ce qui est de l’enregistrement d’un aliment. Il
faut parfois compter jusqu’à un an pour faire enregistrer un
nouveau nutriment. Plus souvent qu’autrement, l’ACIA ne
dispose pas de l’expertise nécessaire pour évaluer la demande.
Quand la demande n’est pas simplement mise de côté pendant une
longue période, on invite le proposant à fournir les données
scientifiques établissant la valeur nutritive et on exige des frais
supplémentaires pour l’examen de ces informations
additionnelles.
There needs to be recognition of certification programs. Our
feed mills are HACCP certified by FDA, they are ISO certified
and they are Best Aquaculture Practice certified, but yet none of
that carries any weight with CFIA in terms of their inspection
schedule or their requirements. We need consistent application of
the regulations across the jurisdictions. Often different areas of
the country using the same act and the same regulations will apply
them differently. There are often interdepartmental conflicts
where one department says ‘‘You should do it this way’’ and the
other one says ‘‘No, you should do it this way.’’ Then you are
caught in a no-man’s land between the two of them.
Les programmes d’accréditation doivent être reconnus. Nos
usines de production alimentaire ont obtenu l’accréditation
HACCP de la FDA, sont certifiées ISO et sont reconnues pour
leurs pratiques aquacoles exemplaires, mais tout cela n’a aucune
importance aux yeux de l’ACIA lorsque vient le temps d’effectuer
une inspection ou de s’assurer que l’on satisfait à ses exigences. Il
faut que la réglementation soit appliquée de la même manière
dans tout le pays. Il n’est en effet pas rare que la même loi ou le
même règlement s’applique de façon différente selon les régions.
On risque en outre de se retrouver dans une zone floue où un
ministère vous indiquera de faire telle chose alors qu’un autre
vous dira le contraire.
In the Feeds Act, there is Schedule 4 and Schedule 5. These list
the approved feed ingredients. These are largely based on
agriculture. If we want to expand our use of alternate
ingredients to fish protein, we have to register the feed
ingredient. That can take a long period of time. It is actually
disruptive to companies wanting to pursue those, because the
manufacturer of the ingredient has to register it. We, as the feed
manufacturer, can’t buy them until they register it. If the market
isn’t sufficient in Canada, then they are not going to waste their
time and money to register those feeds or those feed ingredients. It
On trouve la liste des ingrédients alimentaires approuvés aux
annexes 4 et 5 du règlement pris en application de la Loi relative
aux aliments du bétail. Cette liste est presque exclusivement
établie dans le contexte de l’agriculture. Si nous voulons utiliser de
nouveaux ingrédients pour remplacer la farine de poisson, nous
devons les enregistrer. C’est un processus qui peut être long. Cela
peut compliquer les choses pour les entreprises souhaitant utiliser
ces ingrédients, du fait que le fabricant doit les enregistrer.
Comme tous les autres fabricants d’aliments pour poissons, nous
ne pouvons pas acheter ces ingrédients tant qu’ils ne sont pas
14:132
Fisheries and Oceans
20-11-2014
can be something simple. We are looking at lots of moluscan
meals. We are looking at alternate products which normally
would go into landfill but can be actually processed to make
suitable fish feeds, but because they are not on the schedule 5 feed
ingredient list they are not available to us to be used unless they
are registered. It really limits our ability to replace fishmeal in our
diets.
enregistrés. Si le marché canadien n’est pas assez grand, ces
entreprises ne vont pas perdre leur temps et leur argent à
enregistrer ces ingrédients. Ce sont parfois des choses très simples.
Nous nous intéressons à différentes farines de mollusques. Nous
essayons de trouver des produits de remplacement qui devraient
normalement aboutir dans les sites d’enfouissement, mais que l’on
peut transformer en aliments pour les poissons. Cependant,
comme ces produits ne figurent pas sur la liste des ingrédients
prévus à l’annexe 5, nous ne pouvons pas les utiliser à moins qu’ils
aient été enregistrés. Il est donc vraiment difficile pour nous de
remplacer la farine de poisson dans nos régimes alimentaires.
Access to functional ingredients: As I mentioned before,
functional ingredients fall into a no-man’s land of feed
ingredients between the two major regulatory bodies; CFIA and
Veterinary Drugs Directorate. So the industry would like access
to things like anti-settlement feed ingredients. These are feed
ingredients which impart a flavour to the mucous in the fish. They
have no drug effect, but they make the sea lice think they are on
the wrong species of fish. We’ve just registered one in Canada
which is no longer now used anywhere else in the world because
they’ve moved onto the next generation. So we are a full
generation behind on those ingredients.
Comme je l’indiquais tout à l’heure, les ingrédients
fonctionnels se retrouvent dans une zone grise entre les sphères
de responsabilité des deux grandes agences réglementaires, soit
l’ACIA et la Direction des médicaments vétérinaires. Ainsi,
l’industrie aimerait avoir accès à des produits comme les
ingrédients alimentaires visant à repousser les parasites. Ces
ingrédients n’ont pas d’effet médicamenteux, mais laissent une
saveur sur les muqueuses du poisson, ce qui fait croire au pou du
poisson qu’il a affaire à une espèce différente. Nous venons tout
juste d’enregistrer au Canada un ingrédient semblable qui n’est
plus utilisé ailleurs dans le monde parce qu’on est déjà passé à la
génération suivante. Nous avons donc une génération complète de
retard pour ces ingrédients.
We have ingredients that will facilitate fish when they are
exposed to higher temperatures which are resulting from global
warming. There are hatcheries in Canada which reach low 20s to
mid-20s now in the summertime because of the water
temperatures, and there are functional diets which are going to
help protect the fish from those high water temperatures. Again,
they are not available in Canada because there is not a sufficient
regulatory process to deal with it.
Nous avons aussi des ingrédients qui vont faciliter la survie des
poissons exposés aux températures élevées résultant du
réchauffement de la planète. Il y a au Canada des écloseries où
la température de l’eau peut atteindre de 20 à 25 degrés en été, et il
existe des ingrédients fonctionnels qui aident à protéger les
poissons dans ces eaux très chaudes. Encore là, ces ingrédients ne
sont pas disponibles au Canada parce que notre processus
réglementaire n’est pas à la hauteur.
There is a huge demand in the market for organic and nonsynthetic ingredients. Currently, there are no approved sources of
pigment that can be used in salmon diets. A number of them are
available, but the process takes a long time. Other countries are
using these compounds but they are not available to us.
Il y a une très forte demande sur le marché pour des ingrédients
biologiques et non synthétiques. Il n’y a pas actuellement de
source de pigment approuvée pouvant être utilisée dans
l’alimentation du saumon. Il y en a un certain nombre de
disponibles, mais le processus est très long. D’autres pays utilisent
déjà ces substances auxquelles nous n’avons pas accès.
Again, back to the alternate protein and oil sources. Things
like algae become a very interesting product for the future. Algae
provide a good source of omega 3 fatty acids, which everybody
wants in their diets. Unfortunately, until they become approved
feed ingredients, they are not accessible to us.
Revenons aux autres sources possibles de protéines et d’huile.
À titre d’exemple, les algues deviennent un produit très intéressant
pour l’avenir. Les algues sont une excellente source d’acide gras
oméga 3 que tout le monde souhaite retrouver dans son régime
alimentaire. Nous n’y aurons malheureusement pas accès tant que
les algues ne seront pas approuvées à titre d’ingrédients pour
l’alimentation.
Moving forward, as Canadians we need to encourage
investment in the aquaculture sector and we need to sort of
take the brakes off it. We need to reduce the regulatory costs. A
very small amount of growth in the industry can send a really
strong message to the investment community. It would only take
an increase of about 10 per cent a year over the next five years for
our plant in St. Andrews to almost double its production. When
we go to our parent and say ‘‘We want to invest in our plant,’’
they base that on how long our plant is operating, what efficiency
Pour la suite des choses, le Canada devrait encourager les
investissements dans le secteur aquacole en supprimant les
restrictions qui s’appliquent à ce chapitre. Il faut réduire les
coûts de la réglementation. Il suffirait d’une croissance
relativement faible de l’industrie pour envoyer un message très
clair aux investisseurs. Une hausse d’à peine 10 p. 100 par année
au cours des cinq prochaines années permettrait à notre usine de
St. Andrews de presque doubler sa production. Si nous faisons
part à notre entreprise mère de notre intention d’investir dans
20-11-2014
Pêches et océans
14:133
it’s operating at and what the potential upside is on the market. If
we can’t show a really positive outlook then that investment
money goes to one of the other 18 countries that we are operating
in.
cette usine, on se demandera depuis combien de temps elle est en
opération, quel est son degré d’efficience et quels sont les
débouchés sur le marché. Si nous ne pouvons pas démontrer
que les perspectives sont vraiment intéressantes, les fonds à
investir vont aller vers l’un des 18 autres pays où notre entreprise
est présente.
Last year our St. Andrews plant was shut down completely for
five months because of the lack of biomass in the water. That is
roughly about 30 employees laid off for five months. That’s
money that wasn’t going into the community. We lost three of
those employees to jobs out West because they wanted to work.
We would like them to work, but we need to have the volume to
put through the plant to make that work. We need the industry to
grow to do that.
L’an dernier, notre usine de St. Andrews a dû cesser
complètement ses activités en raison d’une présence insuffisante
de biomasse dans l’eau. Une trentaine d’employés ont ainsi perdu
leur travail pendant cinq mois. C’est autant d’argent qui n’était
pas réinjecté dans la collectivité. Trois de ces employés sont partis
dans l’ouest du pays parce qu’ils voulaient travailler. Nous
aimerions que ces gens-là puissent continuer à travailler chez
nous, mais il nous faut un volume de production suffisant pour le
justifier. À cette fin, la croissance de l’industrie est essentielle.
One of the ways to do that is investing in infrastructure. I think
I will leave most of that to my colleagues who are actually on the
production side of the business.
Il faut notamment pour ce faire investir dans les
infrastructures. Je crois que je vais laisser le soin à mes
collègues de vous en dire plus long à ce sujet, car ils connaissent
mieux que moi le côté production de l’équation.
Rail systems are something that really reduces our carbon
footprint and reduces our costs for bringing in raw materials. Our
only method of bringing in raw materials right now to our plant is
by truck. Trucking is getting expensive and it is also inefficient.
Rail service to our area or improved rail service would be a huge
benefit for our cost structure going forward.
Un réseau ferroviaire efficace peut vraiment contribuer à
réduire notre empreinte carbone ainsi que nos coûts de transport
des matières premières. Le camion est actuellement le seul moyen
pour nous d’amener des matières premières à notre usine. C’est un
moyen de transport qui est de plus en plus coûteux sans permettre
d’optimiser l’efficience. L’amélioration des services ferroviaires
dans notre région nous aiderait énormément à réduire nos coûts
pour l’avenir.
We need to invest in research. Mr. Forward is going to talk a
lot more about research and development. My experience in the
past is that often the funding agencies fund projects to fail rather
than to succeed. You will submit a grant application and say ‘‘We
need this much money to make this project work.’’ You will have
the project accepted and it will come in with two thirds of the
budget. The budget in that two thirds is allocated to a breakdown
of products. If one area of the project costs more and the other
costs less, you can’t move the money back and forth. It becomes
very inefficient and it almost becomes more of an effort to apply
for the money than the actual money is worth.
Nous devons aussi investir dans la recherche. M. Forward va
d’ailleurs vous en dire plus long au sujet des activités de recherche
et développement. À la lumière de mes expériences passées, je
dirais que le soutien offert par les agences de financement semble
souvent mener les projets tout droit vers un échec, plutôt que sur
les chemins de la réussite. Vous présentez une demande de
subvention en indiquant que vous avez besoin d’un tel montant
pour que le projet puisse fonctionner. Votre projet est accepté et
vous recevez les deux tiers du montant demandé. La somme
allouée est répartie entre les différents produits. Si l’un des volets
du projet coûte plus cher que prévu alors qu’un autre entraîne des
dépenses inférieures aux projections, vous ne pouvez pas faire
passer le budget de l’un à l’autre. Tout l’exercice devient très futile
si bien qu’on en vient à se demander si les sommes obtenues
justifient vraiment l’effort déployé pour en faire la demande.
The last thing is we need to facilitate diversity in the industry.
Salmon is a great part of the industry and it needs to grow, but
there are other areas on our coastline that are far more suitable
to things like shellfish, to things like other finfish species. To
facilitate that, it takes a long time to develop a new species,
understand how that species works, how that species needs to be
cared for. It is not a short term project. Almost all of the funding
is less than five years. Many of these new species developments
can take five to ten years and really need to be supported.
Enfin, il convient aussi de favoriser une plus grande diversité
au sein de l’industrie. Le saumon occupe une place importante
dans notre secteur et doit poursuivre sa croissance, mais il y a
d’autres portions de notre littoral qui se prêtent beaucoup mieux à
des élevages comme ceux des mollusques ou des autres espèces à
nageoires. Dans ce contexte, on doit reconnaître qu’il faut
beaucoup de temps pour se mettre à l’élevage d’une nouvelle
espèce, comprendre quels sont ses modes de fonctionnement et
savoir quels soins elle nécessite. Ce n’est pas un projet à court
terme. La quasi-totalité du financement offert vise une période
14:134
Fisheries and Oceans
20-11-2014
inférieure à cinq ans. Bon nombre de ces projets d’élevage d’une
nouvelle espèce peuvent prendre de cinq à dix ans et doivent
vraiment être appuyés.
With that, thank you very much. I will pass it over to Ben.
Je vais donc maintenant vous remercier et laisser la parole à
Ben.
The Chair: Thank you, Dr. Backman.
Le président : Merci, docteur Backman.
Mr. Forward?
Monsieur Forward?
Mr. Forward: Thank you very much for allowing me to come
and speak this evening. It is a great honour for me to be here in
your company. I am going to speak a little bit about research and
development with particular focus on the aquaculture industry,
touch upon some specific areas and upon things we experience as
researchers working in this area.
M. Forward : Merci beaucoup de me donner l’occasion de
prendre la parole devant vous ce soir. C’est un grand honneur
pour moi de me retrouver en votre compagnie. Je vais vous parler
de recherche et développement, tout particulièrement dans
l’industrie aquacole, traiter de quelques aspects plus précis et
vous relater quelques-unes de nos expériences de chercheurs dans
ce domaine.
When you look at any industry, one can easily identify a
number of critical ingredients that would be considered necessary
for its success. To thrive, develop and be competitive in a global
marketplace, research and development or R&D activities are one
such critical ingredient and form a key support pillar for an
industry’s continued success and its sustainability. On a broad
scale, R&D activities can assist industry to be more competitive,
to overcome challenges as well as to develop new products and
services. R&D can also assist government in development of
policies and regulations that are science based and respect the
needs of a growing industry as well as the environment.
Il est facile de cerner les éléments essentiels à la réussite de
n’importe quelle industrie. Les activités de recherche et
développement sont ainsi un ingrédient incontournable pour
qu’une industrie puisse prospérer, se développer et être capable de
soutenir la concurrence à long terme sur les marchés mondiaux.
D’une manière générale, les efforts de recherche et développement
peuvent aider une industrie à demeurer concurrentielle, à
surmonter les difficultés et à concevoir de nouveaux produits et
services. Les activités de recherche et développement peuvent en
outre aider les gouvernements à établir des politiques et des
règlements fondés sur la science qui tiennent compte à la fois des
besoins d’une industrie en croissance et des préoccupations
environnementales.
Within the Canadian aquaculture industry, R&D has been an
essential ingredient to its success from the very beginning;
something that I think is unique to this industry. Canada has
developed a significant capacity of world class R&D capability
that can be found at a variety of institutions and garage
workshops across this country. The R&D community within the
aquaculture sector is represented by a colourful collection of
dedicated individuals who are engaged with industry.
Depuis les tout débuts, les activités de recherche et
développement sont un ingrédient essentiel à la réussite du
secteur aquacole au Canada, un élément qui permet à cette
industrie de se démarquer. Le Canada a su se doter d’une capacité
de recherche et développement de haut calibre dont on trouve des
exemples dans toute une série d’institutions, comme dans de
simples ateliers partout au pays. À ce chapitre, le secteur aquacole
peut compter sur une grande variété de professionnels qui se
consacrent à leurs activités de recherche et développement en
ayant à cœur l’avenir de l’industrie.
Creative and passionate. We have an addiction to solving
problems and an unwavering desire to help. This community is
well respected internationally and can punch well above its weight
class when it comes to innovative solutions. The New Brunswick
Research & Productivity Council, or RPC, is where I work. It is a
member of this community and has played a significant role in the
development of the industry here in New Brunswick and in
Atlantic Canada. We are a non-profit New Brunswick Crown
corporation whose mandate includes ‘‘The provision of innovate
technical solutions to challenges facing businesses and industries.’’
Aussi créatifs que passionnés, nous adorons régler les
problèmes et nous sommes toujours prêts à apporter notre aide.
Nos professionnels ont su gagner le respect de leurs homologues
étrangers et dénicher plus que leur large part de solutions
novatrices. Dans ce contexte, je travaille au Conseil de la
recherche et de la productivité du Nouveau-Brunswick (RPC),
une institution qui a grandement contribué au développement de
l’industrie, ici au Nouveau-Brunswick comme dans l’ensemble du
Canada atlantique. Nous sommes une société d’État sans but
lucratif du Nouveau-Brunswick dont le mandat consiste
notamment à offrir des solutions technologiques novatrices aux
problèmes qui touchent les entreprises et les industries.
RPC as a whole serves over 1,000 unique clients annually, both
here in New Brunswick and over 30 countries worldwide. RPC’s
focus on market driven research and development and analytical
Notre conseil dessert plus de 1 000 clients par année, au
Nouveau-Brunswick et dans 30 pays du monde. En mettant
l’accent sur les services analytiques et les activités de recherche et
20-11-2014
Pêches et océans
14:135
services has led to the development of numerous capacities that
have supported the development of the aquaculture sector.
Indeed, the RPC Food, Fisheries and Aquaculture Department
came into being some 35 years ago due to the needs of a then
fledgling New Brunswick industry to bring forth R&D capability
and apply it to some very difficult challenges.
développement axées sur le marché, RPC a contribué à
l’acquisition de nombreuses capacités qui ont favorisé l’essor du
secteur aquacole. Ainsi, notre direction de l’alimentation, des
pêches et de l’aquaculture a vu le jour il y a environ 35 ans pour
répondre aux besoins d’une industrie naissante au NouveauBrunswick qui devait miser sur une capacité de recherche et
développement pour pouvoir appliquer des solutions à certains
problèmes très délicats.
To give you a sense of the types of R&D activities that have
been important to this sector, I would like to give you just a few
examples in which my organization has been involved over the
years. Here I am going to focus a little bit on key contributions
with respect to Fish Health. The first is the identification of the
infectious salmon anemia virus as a causative agent of a
devastating disease which began to plague the industry in the
late 1990s and early 2000s. Once identified, diagnostic tool
development ensued and allowed for the monitoring of this virus
to control its spread and avoid costly economic losses.
Subsequent work then focused on the development and
implementation of strain typing tools and disease challenge
models to help us identify and characterize the virulence of the
different viral strains we found out in the environment. This is a
critical development which allowed regulators and farmers to
make informed decisions regarding the health of their fish.
Pour vous donner une idée du genre d’activités de recherche et
développement qui ont été importantes pour ce secteur, j’aimerais
vous citer quelques exemples de projets auxquels mon
organisation a participé au fil des ans. Je vais surtout mettre
l’accent sur quelques réalisations bénéfiques pour la santé du
poisson. Notons tout d’abord l’identification du virus à l’origine
de l’anémie infectieuse du saumon, une maladie qui a ravagé
l’industrie au tournant de l’an 2000. Une fois le virus identifié, un
outil diagnostique a pu être conçu pour permettre sa surveillance
et enrayer son expansion et éviter, par le fait même, de coûteuses
pertes économiques. Nous nous sommes employés par la suite à
concevoir et mettre en œuvre des outils de typage des souches et
des modèles d’inoculation expérimentale afin de déterminer la
virulence des différentes souches virales trouvées dans
l’environnement. Ce fut une découverte essentielle qui a permis
aux instances réglementaires et aux éleveurs de prendre des
décisions éclairées concernant la santé du poisson.
Another example is efficacy testing of disinfectants against a
variety of fish pathogens. This helped to validate the use of these
critical tools in controlling the spread of diseases and dealing with
outbreaks. We also developed a vaccine for bacterial kidney
disease, which is now commercialized by Novartis Animal Health
as Renogen. This vaccine has helped to provide a key Fish Health
tool to protect fish from acquiring a disease that can result in
significant economic losses to farmers.
Je peux aussi vous donner l’exemple des tests d’efficacité menés
sur les désinfectants utilisés pour contrer une variété de
pathogènes du poisson. Nous avons ainsi pu confirmer l’utilité
de ces outils essentiels pour limiter la propagation des maladies et
intervenir en cas de crise. Nous avons par ailleurs conçu un vaccin
pour la rénibactériose qui est maintenant commercialisé par
Novartis Animal Health sous l’appellation Renogen. Ce vaccin a
été d’une grande utilité pour empêcher les poissons de contracter
une maladie qui peut causer d’importantes pertes économiques
aux éleveurs.
There is the use of genomic technologies to understand the
immune response of fish to pathogens and vaccination with the
view to the discovery of biomarkers that can be used to design
more efficacious vaccines, as well as identify disease resistant
families of fish.
Nous avons aussi eu recours à des technologies génomiques
pour comprendre les réactions immunitaires des poissons à des
pathogènes et à la vaccination dans le but de découvrir des
biomarqueurs pouvant favoriser la conception de vaccins plus
efficaces et d’identifier les familles de poissons qui résistent à
certaines maladies.
Another example is the identification of potential local cleaner
fish species has initiated programs that seek to provide
alternatives to existing sea lice treatment methodologies.
Autre exemple, l’identification de possibles espèces locales de
poissons nettoyeurs a donné lieu à la création de programmes
permettant d’offrir des solutions de rechange aux méthodes de
traitement existantes pour le pou du poisson.
The development of probiotic bacteria for use in hatchery
culture of marine finfish and shellfish has delivered a solution to
alleviate a critical bottleneck in the production cycle while
providing an alternative to more costly and less sustainable
alternatives.
Le développement de bactéries probiotiques à l’intention des
écloseries de poissons et de fruits de mer a par ailleurs offert un
moyen de dégager un goulot d’étranglement majeur dans le cycle
de production tout en proposant une solution de rechange à des
méthodes plus coûteuses et moins durables.
14:136
Fisheries and Oceans
20-11-2014
These examples represent just a sampling of the types of R&D
efforts in which we have been involved. Other teams from the
R&D community have also contributed key results, whose
outcomes continue to improve and define the industry.
Ces exemples ne sont qu’un échantillon des efforts de recherche
et développement auxquels nous avons contribué. L’apport
d’autres équipes de recherche et développement a aussi permis
l’atteinte de résultats importants qui continuent à améliorer et à
mieux définir l’industrie.
The establishment of the Bay Management System to help
control the spread of disease, the Decision Support System for sea
lice management, sequencing of the salmon genome, the
development of more efficient feeds and feeding systems, the
development of integrated multi-trophic aquaculture; these are
but a fraction of the R&D activity that will continue to shape
industry’s future.
La mise en place du système de gestion de la baie pour aider à
endiguer la propagation des maladies, l’établissement du système
de soutien décisionnel pour la gestion du pou du poisson, le
séquençage du génome du saumon, la conception de produits
alimentaires et de systèmes d’alimentation plus efficients, et le
développement de l’aquaculture multitrophique intégrée ne sont
que quelques autres exemples des activités de recherche et
développement qui contribueront à façonner l’avenir de
l’industrie.
It’s important to note that these types of R&D activities have
been successful due to the collaborative nature in which this
community is engaged with the various partners that include
industry, universities, community colleges, research facilities,
federal and provincial governments. Numerous research funding
programs, both provincial and federal, have all aided in funding
various R&D projects of key importance to industry. The
provision of such funding is vital to the continued growth and
development of the industry and to nourish a capacity for
research that can meet future and yet unknown challenges.
Il est important de noter que ces activités de recherche et
développement ont pu être couronnées de succès grâce à la
collaboration avec différents partenaires, dont l’industrie, les
universités, les collèges communautaires, les établissements de
recherche et les gouvernements fédéral et provinciaux. Différents
programmes de financement, tant fédéraux que provinciaux,
ont contribué à la réalisation de projets de recherche et
développement revêtant une importance capitale pour
l’industrie. Le maintien d’un tel financement est essentiel à la
croissance soutenue de l’industrie et au perfectionnement d’une
capacité de recherche qui nous permettra de relever des défis qui
nous sont encore inconnus.
Programs which work on an industry timescale and have a low
administrative burden have been among the most successful in
meeting demands. The pace of industry and the fact that we are
working with biological organisms whose life cycles do not follow
a fiscal period, make the need for flexibility in such programming
a necessity. Long term options are also necessary to discover and
develop things such as new therapeutants, which could take 10
years to develop and accomplish.
Les programmes qui tiennent compte des échéanciers de
l’industrie et ne lui imposent pas un fardeau administratif trop
lourd sont souvent ceux qui permettent de mieux répondre à la
demande. Le rythme de développement de l’industrie et le fait que
nous travaillons avec des organismes biologiques dont les cycles
de vie ne suivent pas nécessairement les années fiscales font en
sorte que les programmes offerts doivent absolument offrir une
certaine marge de manœuvre. Des options à long terme sont
ensoutre nécessaires pour permettre la découverte et le
développement de produits comme les nouveaux agents
thérapeutiques qui exigent parfois jusqu’à 10 années de travail.
Personally, I grew up in Charlotte Country at a time when the
traditional fishery was on the wane and aquaculture was just
beginning. My high school years were spent in St. George at
Fundy High School. My undergraduate degree was a Bachelor of
Science with Honours in Biology from the University of New
Brunswick. I later travelled to British Columbia and obtained a
PhD in biochemistry from the University of Victoria. Like the
salmon, I eventually migrated back home and feel very fortunate
to find a career that utilizes my training while keeping me close to
family and friends. I also see many of my old friends working in
jobs that are directly or indirectly supported by the aquaculture
industry. Some are now carpenters, electricians and other business
operators who provide key support services to various
aquaculture operations. Other friends more directly involved are
hatchery technicians, scuba divers and those who oversee entire
J’ai grandi dans le comté de Charlotte à une époque où les
pêches traditionnelles étaient en déclin alors que l’aquaculture en
était à ses premiers balbutiements. J’ai fait mes études secondaires
au Fundy High School de St. George. J’ai fait un baccalauréat en
sciences avec spécialisation en biologie à l’Université du
Nouveau-Brunswick. Je me suis ensuite rendu en ColombieBritannique où j’ai obtenu un doctorat en biochimie de
l’Université de Victoria. Comme le saumon, je suis revenu sur
les lieux de ma naissance où je m’estime chanceux de pouvoir faire
carrière dans mon domaine en restant près de mes parents et amis.
Je vois également plusieurs de mes vieux amis qui travaillent
directement ou indirectement pour le secteur aquacole. Certains
sont désormais charpentiers, électriciens ou à la tête d’une autre
entreprise offrant des services de soutien essentiels à différents
exploitants aquacoles. J’ai d’autres amis qui travaillent plus
20-11-2014
Pêches et océans
14:137
saltwater operations. Aquaculture has provided for many people
in our coastal communities a promising future in which to raise a
family.
directement dans le secteur, que ce soit comme technicien dans
une écloserie, plongeur ou superviseur d’un élevage en milieu
marin. Pour bien des résidants de nos localités côtières,
l’aquaculture est la promesse d’un avenir meilleur où on peut
penser à fonder une famille.
While some say the future is uncertain, there is one thing I
think we can all count on. That is that the demand for one of the
healthiest, most efficiently grown and essential, yes, essential food
groups on the planet will not diminish but only grow in the future
as our global population increases. With aquaculture now
supplying over 50 per cent of the world’s seafood, it will be a
key industry in meeting this future need.
Certains soutiennent que l’avenir est incertain, mais je pense
qu’il y a une chose sur laquelle nous pouvons tous compter. En
effet, la demande pour les produits de l’un des groupes
alimentaires les plus sains et les plus essentiels qui soient,
s’appuyant sur des méthodes parmi les plus efficientes, ne va
pas diminuer, bien au contraire, dans le contexte de
l’augmentation de la population mondiale. Comme
l’aquaculture fournit déjà plus de 50 p. 100 des produits marins
consommés dans le monde, ce sera une industrie clé pour
répondre à la demande alimentaire dans les années à venir.
In summary, for the Canadian industry to grow and take its
rightful place among nations working to meet the global demand
for nutritious food in the coming century, R&D will continue to
be a vital activity; underpinning our ability to overcome the
challenges we will no doubt face in doing so.
En résumé, pour que l’industrie canadienne puisse poursuivre
sa croissance et prendre la place qui lui revient parmi les pays qui
s’emploieront à satisfaire à la demande planétaire d’aliments
nutritifs au cours du prochain siècle, les activités de recherche et
développement devront demeurer un pilier essentiel sur lequel
reposera notre capacité à surmonter les difficultés qui ne
manqueront pas de se présenter en cours de route.
Thank you.
Je vous remercie.
The Chair: Thank you.
Le président : Merci.
Our first questioner is Senator Lovelace Nicholas.
C’est la sénatrice Lovelace Nicholas qui posera la première
question.
Senator Lovelace Nicholas: Dr. Backman, you were talking
about aquaculture regulation in Canada, about the Feeds
Regulation Act. If the feeds are not acceptable in Canada, can
you sell them to other countries?
La sénatrice Lovelace Nicholas : Docteur Backman, vous avez
parlé de la réglementation en matière d’aquaculture au Canada et
de la Loi relative aux aliments du bétail. Si les aliments que vous
produisez ne sont pas approuvés au Canada, pouvez-vous les
vendre à l’étranger?
Dr. Backman: Yes, we do, in fact, but they are manufactured at
our plants in those other countries. Our plant in Canada basically
makes food for Canada. We have some export to the U.S. We can
use those ingredients to sell to our customers in the U.S. but we
cannot use them to sell in Canada.
Dr Backman : Oui, nous le faisons, en fait, mais ils sont
produits dans nos usines dans ces autres pays. Essentiellement,
notre usine au Canada produit des aliments pour le Canada. Nous
en exportons une certaine quantité aux États-Unis. Nous pouvons
utiliser ces ingrédients dans des aliments destinés à la vente aux
États-Unis, mais nous ne pouvons pas les utiliser pour des
aliments qui seront vendus au Canada.
Senator Lovelace Nicholas: Thank you.
La sénatrice Lovelace Nicholas : Merci.
Senator Stewart Olsen: Thank you for your presentations.
They are both very informative. I am just wondering if you have
an opinion, and no one will hold you to it, but why do you think
Canada is so far behind in moving forward on aquaculture?
La sénatrice Stewart Olsen : Merci pour vos exposés. Ils ont
tous les deux été très instructifs. Selon vous — et personne ne vous
prendra au mot —, pourquoi pensez-vous que le Canada accuse
tant de retard dans le domaine de l’aquaculture?
Dr. Backman: It is a very complex question, and I am not sure
I can answer it quickly.
Dr Backman : Il s’agit d’une question très complexe, et je ne
suis pas certain de pouvoir y répondre rapidement.
Senator Stewart Olsen: Then don’t.
Dr. Backman: In summary, there is a regulatory component.
There is the research component, although Canada tends to lead
the way in terms of aquaculture research. If you look at the way
Canada has progressed, the aquaculture industry really has done
in a few decades what the agriculture industry took a couple of
La sénatrice Stewart Olsen : Ne le faites pas alors.
Dr Backman : En résumé, il existe la composante
réglementaire. Il existe la composante recherche, même si le
Canada tend à faire figure de chef de file dans le domaine de la
recherche en matière d’aquaculture. Si vous regardez la manière
dont le Canada a progressé, en quelques décennies, l’industrie de
14:138
Fisheries and Oceans
20-11-2014
centuries to do. It comes down to investment, site availability and
giving investors the confidence to invest in an operation in
Canada. The site application process is very complex. You can
invest a large amount of money up front and then find at the end
that you have no site. If you have no site, you have no company.
l’aquaculture a fait ce que l’industrie agricole a fait en quelques
centaines d’années. Tout se résume aux investissements, à la
disponibilité de sites et au fait de donner aux investisseurs la
confiance nécessaire pour investir dans une entreprise au Canada.
Le processus de demande d’un permis pour exploiter un site est
très complexe. Vous pouvez investir une grande somme d’argent
au départ, puis découvrir à la fin que vous n’avez pas de site. Si
vous n’avez pas de site, vous n’avez pas d’entreprise.
Mr. Forward: In my mind, you just have to look at the
complexity of the number of different acts that regulate this
industry. Steve mentioned some of the conflicting opinions and
advice that you get from different regulators regarding the same
issue. I think that is a major stumbling block, probably the key.
Getting lost in regulatory framework is going to slow anything
down. That is one of the keys. If I had to distill it to one thing, I
would just say the complexity, and you saw Steve’s list of all the
different acts that regulate or impose upon aquaculture.
M. Forward : À mon avis, il suffit de regarder la complexité et
le nombre de différentes lois qui réglementent cette industrie.
Steve a mentionné certaines des opinions et des conseils
contradictoires que différents régulateurs peuvent formuler au
sujet de la même question. Selon moi, il s’agit d’une pierre
d’achoppement importante, probablement la principale. Quand
on se perd dans le cadre de réglementation, cela ralentit les
démarches. Voilà donc un élément clé. Si je devais condenser tous
les éléments pour en arriver à un seul, je dirais qu’il s’agit de la
complexité à elle seule, comme vous avez pu le constater en
entendant la liste de toutes les lois qui réglementent l’aquaculture,
que Steve vous a lue.
Senator Stewart Olsen: Thank you. We ask such questions to
aid in the formulation of our report. Your input is valuable and
lends different observations to what we have been hearing, so
thank you.
La sénatrice Stewart Olsen : Merci. Nous posons des questions
de ce genre pour nous aider à formuler notre rapport. Vos
commentaires sont précieux et nous présentent un autre point de
vue que ceux que nous avons entendus jusqu’à présent. Merci.
Senator Poirier: Thank you both for being here.
La sénatrice Poirier : Je vous remercie tous les deux d’être
parmi nous.
Dr. Backman, at the end of your presentation you talked
about the modern feed regulatory system and about organic
certification. I know in so many other foods; whether it be
vegetables, poultry or beef, the trend seems to be that more and
more people are looking for something that is organic. Do you see
that trend happening in the aquaculture? Is there a demand for it
and how close are we? Are we there? Do we have organic
certification? Do the companies have it? Is there feed that we can
buy now? Is it available in Canada? Is it a demand that is
becoming more prevalent in the world?
Monsieur Backman, à la fin de votre exposé, vous avez parlé
du régime de réglementation moderne des aliments pour poissons
et de la certification biologique. Je sais que dans tant d’autres
aliments, que ce soit des légumes, du poulet ou du bœuf, les gens
tendent de plus en plus à chercher des produits biologiques.
Voyez-vous cette tendance dans l’aquaculture? Existe-t-il une
demande pour des produits biologiques ou est-ce que vous
prévoyez que cette demande existera bientôt? Où en sommesnous? Délivrons-nous une certification? Est-ce que les entreprises
l’ont obtenu? Existe-t-il des aliments biologiques sur le marché en
ce moment? Sont-ils disponibles au Canada? Est-ce que la
demande pour ces produits est de plus en plus forte dans le
monde?
Dr. Backman: I would say there are some available organic fish
feeds in Canada. It really hasn’t taken off to the degree that public
perception would think it should or does, largely because many of
the ingredients that are available in Canada cannot be certified
organic. For instance, canola is a GMO product. The availability
of organic, raw materials is very hard to come by in Canada.
Dr Backman : Je dirais qu’on peut trouver des aliments
biologiques pour les poissons au Canada. Ils ne se sont pas
répandus au point où la population penserait qu’ils devraient
l’être, en grande partie à cause du fait que beaucoup des
ingrédients disponibles au Canada ne peuvent pas être certifiés
biologiques. Par exemple, le canola est un produit OGM. Il est
très difficile de trouver des matières premières biologiques au
Canada.
The second stumbling block for organics is that as food
becomes more and more critical in supply, people become much
more interested in having food on the table than having it organic.
For the last 30 years, the cost of food in our family budget had
dropped. In the past few years, that trend has reversed and will
continue to reverse. Somebody will forecast it. Our family grocery
L’autre obstacle à la production d’aliments biologiques, c’est
que, au fur et à mesure que l’approvisionnement en aliments
devient critique, plus de gens ont comme priorité d’avoir des
aliments sur la table plutôt que de consommer des aliments
biologiques. Au cours des 30 dernières années, la part qu’occupe
la nourriture dans un budget familial a diminué. Depuis quelques
20-11-2014
Pêches et océans
14:139
budget will double over the next 20 to 30 years. As disposable
income becomes less, the more expensive organic type products
will start to fall off the market. I do not really see a long-term
viability for those kinds of products as food becomes more scarce.
années, cette tendance s’est inversée et continuera de s’inverser.
Quelqu’un va en faire la prévision. Le budget destiné à l’épicerie
des familles va doubler au cours des 20 à 30 prochaines années.
Plus le revenu disponible des familles diminuera, moins les
produits biologiques coûteux seront populaires. Je ne prévois pas
vraiment de viabilité à long terme pour des produits de ce genre
au fur et à mesure que la nourriture commencera à se faire plus
rare.
Senator Poirier: Do you know why organic is so much more
expensive?
La sénatrice Poirier : Savez-vous pourquoi les produits
biologiques sont beaucoup plus coûteux?
Dr. Backman: Largely I think it is because the urbanization of
our country. People have much more disposable income, they are
much more educated about their food, they are much more aware.
The internet provides a great deal of information. It’s become
something that is on their radar for the time being. In long terms,
I think access to food will be become a much more important
issue.
Dr Backman : À mon avis, c’est surtout à cause de
l’urbanisation de notre pays. Les gens ont beaucoup plus de
revenus disponibles et ils sont beaucoup mieux informés au sujet
de la nourriture qu’ils mangent. Internet véhicule une grande
quantité de renseignements. Pour l’instant, les gens s’en
préoccupent beaucoup. À long terme, à mon avis, l’accès à de
la nourriture deviendra un problème beaucoup plus important.
Senator Poirier: What I meant was why is organic food
becoming so much more expensive? At some places it is nearly
double the price; whether it be vegetables, meat or whatever.
La sénatrice Poirier : Je voulais dire, pourquoi est-ce que les
produits biologiques deviennent beaucoup plus chers? À certains
endroits, le prix de ces produits est deux fois plus élevé que celui
des autres — qu’il s’agisse de légumes, de viande ou de quoi que ce
soit d’autre.
Dr. Backman: I think it is intrinsically that it costs more to
produce organic foods. As a manufacturer, in order to do an
organic run we have to empty out all of our bins. We have to
clean all the bins to make sure there is no cross contamination
with nonorganic raw materials. We have to dedicate special runs
and that requires a lot of labour. That labour cost gets reflected
into the feed cost.
Dr Backman : Essentiellement, à mon avis, c’est parce que les
coûts de production des aliments biologique sont plus élevés. En
tant que manufacturier, pour produire un lot d’aliments
biologiques, il faut vider tous ses contenants. Il faut nettoyer
tous les contenants pour s’assurer de ne pas avoir de
contamination croisée avec des matières premières non
biologiques. Il faut produire un lot spécial, ce qui nécessite
beaucoup de main-d’œuvre. Le coût de cette main-d’œuvre est
reflété dans le coût des aliments.
Senator Poirier: Okay, thank you.
La sénatrice Poirier : D’accord, merci.
Senator Meredith: Thank you, panellists.
Le sénateur Meredith : Je remercie les témoins.
We have heard from witnesses who have come forward here.
Dr. Backman, you spoke about the reduction of the carbon
footprint. My question to you is about fish health and potential
diseases with respect to the fish feed. Others who have come here
have talked about what the fish are eating, the pollutants going
into the water and so forth and raised the comparison between
wild and contained. Give me your perspective on what you are
doing as a fish food production company to remove or dispel
those myths that are out there.
Nous avons entendu d’autres témoins à ce sujet. Docteur
Backman, vous avez parlé de la réduction de l’empreinte de
carbone. J’aimerais vous poser une question concernant la santé
des poissons et des maladies potentielles qui sont liées aux
aliments pour poissons. D’autres témoins nous ont parlé
notamment de ce que mangent les poissons et des polluants qui
vont dans l’eau, et ils ont soulevé la comparaison entre les
poissons sauvages et les poissons confinés. Décrivez-moi ce que
vous faites en tant qu’entreprise de production d’aliments pour
poissons pour éliminer ou dissiper ces mythes?
Dr. Backman: I like your choice of wording, ‘‘myths’’ because
they largely are myths. There is no doubt that aquaculture
operations impact the bottom. You are putting organic material
into the water and the fish are excreting some of it. The footprint
is very limited to under the actual cage site. An impact measured
on the bottom does not necessarily mean an impact on the
ecosystem. When you look at it from an ecosystem point of view,
there is very little impact to an aguacultural operation versus a
traditional land based operation. In fact, if you look at highway
Dr Backman : J’aime bien votre choix du mot « mythes »,
parce qu’il s’agit surtout de mythes. Il n’y a aucun doute que les
exploitations aquacoles ont une incidence sur le fond marin. Vous
mettez des matières organiques dans l’eau, et les poissons en
excrètent une partie. L’aquaculture laisse une empreinte presque
exclusivement dans la zone qui se trouve directement sous le
parc. Une incidence mesurée sur le fond marin n’équivaut pas
nécessairement à une incidence sur les écosystèmes. Les
exploitations aquacoles ont très peu d’incidence sur les
14:140
Fisheries and Oceans
20-11-2014
development there is much more habitat destruction in producing
20 or 30 miles of four-lane highway than you will ever see from an
aquaculture operation.
écosystèmes comparativement aux exploitations terrestres
traditionnelles. En fait, on détruit beaucoup plus d’habitats en
construisant 20 ou 30 kilomètres d’une autoroute de quatre voies
qu’une exploitation aquacole ne pourrait jamais en détruire.
The feed conversion ratios in aquaculture have been dropping
and feed efficiency has been increasing. In terms of comparing
protein conversion, salmon has a 1.1 to 1.2 FCR, a chicken 1.5, a
pig 1.9 to 2 and a bovine between 3.5 to 5.1. It is far less. You are
putting much less organic matter into the environment to get the
same quantity of protein out.
Les indices de consommation dans l’industrie de l’aquaculture
ont chuté et l’efficience alimentaire augmente. Si nous comparons
les taux de conversion protéinique, celui du saumon va de 1,1 à
1,2, celui du poulet est de 1,5, celui du porc va de 1,9 à 2 et celui
du bœuf va de 3,5 à 5,1. Le taux de conversion du saumon est
beaucoup moins élevé. On met beaucoup moins de matière
organique dans l’environnement pour produire la même quantité
de protéine.
Senator Meredith: So you are saying then that your products
are completely 100 per cent safe, that they are not creating any
adverse effect on the environment at all?
Le sénateur Meredith : Vous êtes en train de dire que vos
produits ne présentent absolument aucun danger et qu’ils n’ont
aucune répercussion négative sur l’environnement?
Dr. Backman: I have actually dived under a lot of cages and I
haven’t seen much of an impact.
Dr Backman : J’ai déjà plongé sous beaucoup de parcs et je n’ai
pas vu une grande incidence.
Senator Meredith: You haven’t lost your hair or anything like
that then?
Le sénateur Meredith : Vous n’avez pas perdu vos cheveux ou
subi autre chose de ce genre?
Dr. Backman: No, and I eat salmon every Monday night.
Dr Backman : Non, et je mange du saumon tous les lundis
soirs.
Senator Meredith: My last question is regarding the
regulations. You have listed about 14 statutes that govern the
aquaculture industry. There are those who have come before us
and are purporting an aquaculture act by itself that would then
comprise pieces of the existing statutes so that they can have a
standalone statute from site selection to zones to feed and so
forth. What are your views on that?
Le sénateur Meredith : Ma dernière question porte sur la
réglementation. Vous avez dressé une liste d’environ 13 lois qui
réglementent l’industrie de l’aquaculture. Certains témoins qui
ont comparu préconisent l’élaboration d’une loi distincte sur
l’aquaculture, qui comprendrait tous les éléments en la matière
des lois existantes de manière à avoir un texte législatif distinct qui
viserait tous les aspects de l’industrie, en allant de la sélection des
sites aux zones à nourrir, entre autres. Qu’en pensez-vous?
Dr. Backman: I think that is an excellent direction to head in
because what investors need and what farmers need is real clarity.
What are the responsibilities? What can they expect? A
standalone aquaculture act would provide that, just as the
traditional farming industry has a standalone Agriculture Act
that lays out the rules and regulations for them. Distinct clarity is
what the aquaculture needs. With this protein deficit that is facing
us, Canada is really sitting here saying ‘‘We have two roads to
take. We can either export our knowledge and our money and
import our food or we can export our food and import money
and jobs.’’ It really comes down to that for me.
Dr Backman : Selon moi, il s’agirait d’une excellente idée
d’aller dans ce sens parce que les investisseurs et les pisciculteurs
ont besoin que tout soit réellement clair. Quelles sont leurs
responsabilités? À quoi doivent-ils s’attendre? Une loi distincte
sur l’aquaculture fournirait ces précisions, tout comme, dans
l’industrie agricole traditionnelle, la Loi sur l’agriculture précise
les règles et la réglementation auxquelles l’industrie est assujettie.
L’aquaculture a besoin que les règles soient clarifiées. En raison
de ce déficit sur le plan des protéines auquel nous sommes
confrontés au Canada, nous sommes en train de nous rendre
compte qu’il nous faut faire un choix : soit exporter nos
connaissances et notre argent et importer notre nourriture soit
exporter notre nourriture et importer de l’argent et des emplois. À
mon avis, voilà les véritables enjeux.
Senator Meredith: Mr. Forward, do you have any comments
on that?
Le sénateur Meredith : Monsieur Forward, aimeriez-vous dire
quelque chose à ce sujet?
Mr. Forward: I would agree with everything that Steve has
said. I think that having a standalone act is an absolutely critical
path for the industry to take and for forging further growth in the
industry. Having that clarity will encourage investors, it will
encourage other companies to grow and expand. I think it is an
absolute essential.
M. Forward : Je suis d’accord avec Steve sur tous les points. Je
pense qu’il est absolument nécessaire d’adopter une loi distincte,
et que cela permettra de renforcer la croissance de l’industrie.
Le fait d’être clair encouragera les investisseurs et les autres
entreprises à prendre de l’expansion. Selon moi, c’est absolument
essentiel.
20-11-2014
Pêches et océans
14:141
Senator Meredith: Mr. Forward, you have come back to your
province. There is the challenge of attracting young people to this
industry. What is it going to take, given the fact that we need to
get 50 million tonnes? How are we going to get there? Again, we
heard today about the challenges some of our witnesses face
because they do not have a pool of employees to choose from.
Individuals leaving the industry are not wanting to work for
certain wages. What, in your opinion, is it going to take if we are
going to really develop and move this industry forward in
Canada, attracting those types of investors who want to come
here and set up a plant but are concerned knowing that they may
face a shortage of labour? What are your thoughts on that?
Le sénateur Meredith : Monsieur Forward, vous êtes revenu
dans votre province. Il est difficile d’attirer les jeunes dans cette
industrie. Que faudrait-il faire, compte tenu du fait que nous
aurons besoin d’avoir 50 millions de tonnes de plus? Comment
allons-nous y arriver? Encore une fois, aujourd’hui, nous avons
entendu certains des témoins parler des défis qu’ils affrontent du
fait qu’ils n’ont pas un bassin d’employés dans lequel ils peuvent
piger. Des gens quittent l’industrie parce qu’ils ne veulent pas
travailler pour certains salaires. À votre avis, que faudrait-il faire
pour développer cette industrie au Canada et pour attirer des
investisseurs qui voudraient venir ici pour établir une usine, mais
qui se préoccupent du fait qu’ils risquent d’être aux prises avec
une pénurie de main-d’œuvre? Qu’est-ce que vous pensez de cela?
Mr. Forward: First, educating our young people. I think that
message becomes stronger when industry has the message that it is
going to be easier to invest and develop and expand. Once the
word gets around that the industry is beginning to grow again and
that there is a demand for jobs, young people become interested
and look around. They look and see what jobs are available. They
talk to one another. They talk to counsellors in their schools and
people on the street to see where the jobs are. When they are in
high school formulating what they are going to do for their
future; are they going to go on and pursue higher education and
what form is that going to take? If the industry is growing and
developing, that message will get to them. They will look toward
aquaculture and invest in their education in an aquaculture field
and become our future leaders in this industry.
M. Forward : Premièrement, il faudrait sensibiliser nos jeunes.
Je pense que le message deviendra plus convaincant quand
l’industrie comprendra qu’il sera plus facile d’investir, de faire du
développement et de prendre de l’expansion. Une fois que les
jeunes apprendront que l’industrie recommence à afficher une
croissance et qu’il y a une demande de travailleurs, cela suscitera
leur intérêt. Ils s’informeront pour voir quels emplois sont
disponibles. Ils s’en parleront entre eux. Ils parleront aux
conseillers dans leurs écoles et aux gens dans la rue pour savoir
où sont les emplois. Quand les jeunes sont à l’école secondaire, ils
forgent des plans pour l’avenir, et ils doivent décider s’ils vont
poursuivre des études supérieures, et si oui, dans quel domaine? Si
l’industrie connaît un essor et prend de l’expansion, ils en
entendront parler. Ils envisageront de travailler dans
l’aquaculture et d’investir dans des études dans le domaine de
l’aquaculture pour devenir les leaders de l’avenir dans cette
industrie.
Senator Meredith: Thank you.
Le sénateur Meredith : Merci.
The Chair: Thank you to our witnesses. We have received many
presentations today. They are all different and deal with different
aspects of the industry. I certainly believe that your commitment
to ensuring that this industry prospers is well evident here this
evening. Thank you for your time.
Le président : Je remercie nos témoins. Nous avons entendu
beaucoup d’exposés aujourd’hui. Ils étaient tous différents et ils
ont abordé différents aspects de l’industrie. Votre engagement à
faire en sorte que l’industrie prospère est très évident ici ce soir.
Merci d’avoir pris le temps de comparaître.
Our study is ongoing and will continue until mid-2015 at least.
If you see anything in the future that would be beneficial to us in
presenting our report and that you think we should be made
aware of, we ask that you forward it to us. Feel free to forward it
to us at any time.
Notre étude va se poursuivre jusqu’au milieu de l’année 2015,
au moins. À l’avenir, si jamais vous voyez quelque chose qu’il
serait utile d’inclure dans notre rapport et dont, à votre avis, nous
devrions être informés, nous vous prions de bien vouloir nous le
faire parvenir. Sentez-vous libres de nous l’envoyer n’importe
quand.
I would like to welcome our next panel of witnesses. We are
certainly delighted that you have taken the time to join us here
this evening. We have had a couple of great days here in the area.
Today has been long, but informative. We thank you for taking
the time to join us this evening as we continue our study into the
aquaculture industry in Canada.
J’aimerais souhaiter la bienvenue à notre prochain groupe de
témoins. Nous sommes ravis que vous ayez pris le temps d’être
parmi nous ce soir. Nous avons vécu quelques jours intéressants
ici, dans la région. La journée d’aujourd’hui a été longue, mais
instructive. Nous vous remercions d’avoir pris le temps de vous
joindre à nous pour prendre part à notre étude sur l’industrie de
l’aquaculture au Canada.
Before we give you the floor, would you be so kind as to
introduce yourselves, starting with my fellow Newfoundlander
over there.
Avant de vous céder la parole, si vous le voulez bien, je vous
demanderais de vous présenter, en commençant par ma
compatriote terre-neuvienne.
14:142
Fisheries and Oceans
20-11-2014
Betty House, Research and Development Coordinator, Atlantic
Canada Fish Farmers Association: Good evening, and thank you
for allowing me to speak. My name is Betty House and I am the
Research and Development Coordinator for the Atlantic Canada
Fish Farmers Association and a member of the Atlantic Canada
Aquaculture Industry Research and Development Network.
Betty House, coordonnatrice de la recherche et du
développement, Atlantic Canada Fish Farmers Association :
Bonsoir, et merci de me permettre de m’adresser à vous. Je
m’appelle Betty House et je suis coordonnatrice de la recherche et
du développement de l’Atlantic Canada Fish Farmers
Association. Je suis également membre de l’Atlantic Canada
Aquaculture Industry Research and Development Network.
Michael Szemerda, Vice-President, Saltwater Division, Cooke
Aquaculture Inc.: Good evening. I am Michael Szemerda, VicePresident, Saltwater Division for Cooke Aquaculture operating
here in Atlantic Canada and with operations worldwide. My
responsibilities are all the salt water operations in North America.
Thank you very much for the opportunity to come and speak.
Michael Szemerda, vice-président, Division des opérations de
l’eau salée, Cooke Aquaculture Inc. : Bonsoir. Je m’appelle
Michael Szemerda, et je suis le vice-président de la Division des
opérations de l’eau salée de Cooke Aquaculture, qui a des
installations ici, dans le Canada atlantique, ainsi que dans le
monde entier. Je suis responsable de toutes les exploitations en
eau salée en Amérique du Nord. Merci beaucoup de me donner
l’occasion de comparaître.
Debbie Plouffe, Vice-President, Research, Centre for
Aquaculture Technologies Canada: My name is Debbie Plouffe. I
am the Vice-President of Research for the Centre for Aquaculture
Technologies Canada. We are located on the east coast of Prince
Edward Island.
Debbie Plouffe, vice-présidente, Recherche, Centre for
Aquaculture Technologies Canada : Je m’appelle Debbie Plouffe.
J’occupe le poste de vice-présidente de la recherche du Centre for
Aquaculture Technologies Canada. Nous sommes situés sur la
côte est de l’Île-du-Prince-Édouard.
The Chair: I understand that you have some opening remarks.
I am not sure who is going to go first, but I am going to leave that
to you.
Le président : Je crois comprendre que vous avez des
observations préliminaires. Je ne suis pas certain qui va parler
en premier, mais je vous laisse le soin de le décider.
Mr. Szemerda: Ladies first.
M. Szemerda : Les femmes d’abord.
The Chair: You have eliminated yourself.
Le président : Vous vous êtes éliminé.
The floor is yours.
La parole est à vous.
Ms. Plouffe: Mine is short, and I have a short package of
slides. Hopefully everybody has a copy of those.
Mme Plouffe : Mon exposé est court, et j’ai une courte série de
diapositives. J’espère que vous en avez tous reçu une copie.
I am just going to talk, and hopefully that will go along with
the slides.
Je vais tout simplement parler, et espérons que cela suivra les
diapositives.
I want to thank you all for inviting me here today to speak to
you. I was telling these fellows that I have gone through a lot of
the transcripts to read what other people have talked about. I
really do not want to reproduce a lot of that, so I tried to come up
with something different to say.
Je vous remercie tous de m’avoir invitée ici aujourd’hui pour
comparaître. Je racontais à mes collègues ici que j’ai lu beaucoup
des transcriptions pour voir ce dont les autres personnes ont
parlé. Je ne souhaite pas répéter ce qui a déjà été dit, alors j’ai
essayé de trouver autre chose à dire.
I want to introduce our company and talk about the
importance of applied aquaculture research to the growth of the
industry in Canada. The first few slides in the package are meant
not only to highlight the role of aquaculture in global food
security, which I am sure you have heard many times, but also to
draw the comparisons to the importance of the application of
technology to commercial agriculture.
J’aimerais vous présenter notre entreprise, et parler de
l’importance que représente la recherche appliquée en matière
d’aquaculture pour la croissance de l’industrie au Canada. Les
premières diapositives visent non seulement à souligner le rôle que
joue l’aquaculture sur le plan de la sécurité alimentaire mondiale,
dont vous avez souvent entendu parler, j’en suis certaine, mais
aussi à établir des comparaisons avec l’importance d’appliquer la
technologie à l’agriculture commerciale.
The 1960s and 1970s are known as the Green Revolution. We
believe that aquaculture is also at a stage in which we can take
advantage of what has been learned from other sectors of
agriculture and apply it to our own industry. Some refer to this
next stage of growth as the Blue Revolution.
Les années 1960 et 1970 sont connues comme ayant été celles
de la révolution verte. À notre avis, l’aquaculture en est au point
où nous pouvons tirer profit des leçons qui ont été tirées des
autres secteurs de l’agriculture et les appliquer à notre industrie.
Certains parlent de la prochaine étape comme étant celle de la
révolution bleue.
20-11-2014
Pêches et océans
14:143
Technology can be used to help address concerns of producers
and consumers or the general public. I have listed a few examples
of that on slide number four; addressing sustainability, food
security and public health issues, helping to increase food
production, tolerance to environmental changes and reduce
labour and costs associated with production, which in turn
increases the margins for producers. It can help to contribute to
environmental protection, targeted use of fish health and
nutrition products, reduction of the environmental footprint
that some feel is associated with aquaculture production.
La technologie peut être utilisée pour aider à apaiser les
craintes des producteurs et des consommateurs ou de la
population en général. J’ai indiqué quelques exemples de façons
qu’elle peut faire cela sur la quatrième diapositive, soit en
cherchant à assurer la viabilité et la sécurité alimentaire, à régler
les problèmes de santé publique, à contribuer à l’augmentation de
la production alimentaire et de la tolérance aux changements
environnementaux et à réduire la main-d’œuvre et les coûts
associés à la production. Toutes ces choses, à leur tour, feront
augmenter les marges bénéficiaires des producteurs. La
technologie peut contribuer à protéger l’environnement, à
promouvoir l’utilisation ciblée des produits de santé à l’usage
des poissons et des produits destinés à l’alimentation des poissons,
et aussi à réduire l’empreinte écologique qui, d’après certains, est
associée à la production aquacole.
In addition, we are also looking forward to climate change and
changes to our planet over the next generations. We need the
ability to respond quickly to tomorrow’s global changes,
including reduced product development time and more
predictability in products compared to more traditional farming
or aquaculture applications.
De plus, n’oublions pas les changements climatiques et les
changements que subira notre planète au cours des prochaines
générations. Nous devons être en mesure de réagir rapidement
aux changements mondiaux de demain, notamment en réduisant
les délais de développement des produits et en assurant une plus
grande prévisibilité des produits comparativement aux pratiques
agricoles ou aux applications aquacoles traditionnelles.
Our company, the Centre for Aquaculture Technologies, is a
private aquaculture research company. We were established in
2012 with the focus on use of advanced technologies to improve
aquaculture productivity. Foreign investment has provided the
funds to set up teams of researchers with laboratories in both San
Diego, California, and Prince Edward Island, Canada.
Combined, our research staff have decades of experience in
finfish and shellfish research.
Le Centre for Aquaculture Technologies est une entreprise
privée de recherche en aquaculture. Fondée en 2012, elle est axée
sur l’utilisation des technologies avancées pour améliorer le
rendement de l’aquaculture. Des investissements étrangers ont
fourni les fonds nécessaires pour constituer des équipes de
chercheurs dans des laboratoires tant à San Diego, en
Californie, et à l’Île-du-Prince-Édouard, au Canada. Pris
ensemble, nos chercheurs ont des dizaines d’années d’expérience
dans la recherche sur les poissons, les mollusques et les crustacés.
The mission of the Centre for Aquaculture Technologies is to
facilitate development of bio-technologies that make aquaculture
more productive and more sustainable. The technologies that we
are interested in are sourced from our own in-house R&D teams.
We also license technologies from others that we believe to have
application in aquaculture and we participate in collaborative
research and development programs with other private sector
companies, academic groups and government researchers as well.
We feel that this is sort of an important growth indicator for
aquaculture and that there is this new class of companies that are
starting to form that are specializing in research related to
aquaculture.
La mission du Centre for Aquaculture Technologies consiste à
faciliter le développement de biotechnologies qui augmentent le
rendement et la viabilité de l’aquaculture. Les technologies qui
nous intéressent sont développées par nos équipes de recherche et
de développement à l’interne. Nous exploitons également des
licences technologiques d’autres sources, qui, d’après nous,
s’appliquent à l’aquaculture et nous participons à des
programmes de recherche et de développement en collaboration
avec d’autres entreprises du secteur privé, des groupes
d’universitaires et aussi des chercheurs du gouvernement. Nous
estimons qu’il s’agit d’un important indicateur de croissance pour
l’aquaculture et qu’il existe une nouvelle catégorie d’entreprises
qui se spécialisent dans la recherche relative à l’aquaculture.
There are two main points that I wanted to make today. The
first one is the importance of science-based regulation in the
growth of the aquaculture industry in Canada. Our decisions that
we make with regard to regulation need to be based on clear
science policy and that needs to be communicated well to the
public. This policy can be applied to several different research and
development goals including introduction of new species and
diversification of the industry. In Canada right now we are fairly
salmon-centric, but there are a number of other species that are
being developed for aquaculture. There is potentially some risk
J’aimerais mettre l’accent sur deux points en particulier
aujourd’hui. Le premier, c’est l’importance de la réglementation
axée sur des données scientifiques pour l’industrie de
l’aquaculture au Canada. Les décisions que nous prenons en
matière de réglementation doivent être fondées sur des politiques
scientifiques claires, et il faudrait que cela soit bien communiqué à
la population. Cette politique peut être appliquée à plusieurs
objectifs de recherche et de développement, notamment
l’introduction de nouvelles espèces et la diversification de
l’industrie. À l’heure actuelle, au Canada, nous sommes plutôt
14:144
Fisheries and Oceans
20-11-2014
associated with that and I think that scares a lot of people. Good
science-based research will help us answer or discover what the
true risks are associated with that type of introduction.
axés sur le saumon, mais un certain nombre d’autres espèces sont
en train d’être développées pour l’aquaculture. Cela pourrait
comporter certains risques et, à mon avis, cela fait peur à
beaucoup de gens. De bonnes recherches fondées sur des données
scientifiques nous aideront à écarter ou à découvrir les risques
réels qui sont associés à ce genre d’introduction.
Improved genetics, whether we are using traditional selective
breeding techniques, as we have used in the past in industrial
agriculture, or whether we are using genetic engineering. New
feeds and feed ingredients are high on the lists of producers. As
well, new fish health options, therapeutics and biologics are
important for producers, and we believe that the addition to
expanding technology can increase productivity of our existing
resources and infrastructure. We have heard a lot about how we
need additional sites, but we feel that the application of
technology and additional research will help us take better
advantage of the resources that we have available right now.
En raison des améliorations génétiques, que nous utilisions les
techniques traditionnels de reproduction sélective — comme nous
l’avons fait dans le passé dans l’agriculture industrielle — ou que
nous utilisions le génie génétique, les nouveaux aliments et les
nouveaux ingrédients des aliments pour poissons sont hautement
prioritaires pour les producteurs. Les nouvelles options en matière
de produits de santé et de produits thérapeutiques et biologiques
pour poissons sont également importantes pour les producteurs,
et nous croyons que les nouvelles technologies pourront
augmenter la productivité de nos ressources et infrastructures
existantes. Nous avons beaucoup entendu dire que nous avions
besoin de nouveaux sites, mais nous considérons que l’application
de nouvelles technologies nous aidera à mieux tirer profit des
ressources présentement à notre disposition.
In order to do the research that is necessary, CATC is investing
about $6 million in a new research facility — there is a picture of
that in your slides — that we are planning to locate in rural P.E.I.,
bringing about upwards of 15 new highly-skilled jobs to that area.
The facility will consist of both wet and dry laboratory space and
will focus on fish health and nutrition as well as genetics and
breeding. The facility will be operated in a regulatory compliant
manner to enable generation of data suitable for supportive
licensing and other regulatory approvals. This project is
supported by our local government, our province and the
federal government as well, and is expected to be open in the
summer of 2015. We are looking forward to working with
stakeholders, private industry and publically-funded
organizations and institutions to generate new tools for the
aquaculture toolbox.
En vue de faire les recherches nécessaires, le CATC investit
6 millions de dollars dans une nouvelle installation de
recherche — dont vous trouverez une image dans les
diapositives — que nous planifions construire dans une région
rurale de l’Île-du-Prince-Édouard, ce qui créera plus d’une
quinzaine d’emplois hautement spécialisés dans la région.
L’installation comprendra des aires de laboratoires humides et
secs et sera axée sur la santé et la nutrition des poissons de même
que sur la génétique et la reproduction. L’installation sera
exploitée conformément à la réglementation de manière à
générer des données qui conviennent à la délivrance de licences
connexes et d’autres approbations régulatrices. Ce projet jouit de
l’appui de notre administration locale, ainsi que des
gouvernements provincial et fédéral, et l’installation devrait
ouvrir ses portes au cours de l’été 2015. Nous avons très hâte
de collaborer avec des intervenants, l’industrie privée de même
que des organismes et des institutions financés par des fonds
publics afin de générer de nouveaux outils pour la boîte d’outils
de l’industrie de l’aquaculture.
The second point that I wanted to make is that research
priorities must be driven by the industry. You have probably
heard a lot of requests, people want money for capital and they
also want money for doing additional research. In order to realize
a good return on those investments that we are making into R&D
and to ensure adoption by the industry, we feel that those research
priorities must be driven by the industry. Unless that criteria is
met, there is little chance that the technology is going to be
adopted by the industry. For example, funding should be
available not only for discovery work but also for
commercialization and application. The technology really needs
to get transferred to the companies. Companies like ours and
others like it need the space to develop and create jobs serving the
aquaculture and aquaculture support industries.
Le deuxième point que je veux faire, c’est que les priorités en
matière de recherche doivent être guidées par l’industrie. Vous
avez probablement entendu beaucoup de demandes; les gens
veulent de l’argent pour financer des immobilisations et aussi
pour faire des recherches supplémentaires. Pour obtenir un bon
rendement des investissements que nous effectuons dans la
recherche et le développement et pour faire en sorte que
l’industrie adopte les nouvelles technologies que nous
développons, nous considérons que les priorités établies pour
nos recherches doivent être guidées par l’industrie. Si ce critère
n’est pas rempli, il y a peu de chances que l’industrie adopte ces
technologies. Par exemple, des fonds devraient être attribués
non seulement aux travaux exploratoires, mais aussi à la
commercialisation et à l’application des technologies. Les
technologies doivent réellement être transférées aux entreprises.
20-11-2014
Pêches et océans
14:145
Des entreprises comme la nôtre ont besoin de latitude pour
développer des technologies et créer des emplois qui serviront
l’industrie de l’aquaculture ainsi que les industries qui l’appuient.
We also think it is fairly crucial that companies should make
direct investments in research projects that will address their
needs and they should be encouraged to work together if
necessary. It is a complicated question, especially for small
producers that are in the red at the moment. How do they invest
in research when they are having trouble meeting their
production?
Nous croyons aussi qu’il serait important pour les entreprises
de faire des investissements directs dans des projets de recherche
et de développement qui répondront à leurs besoins, et qu’elles
devraient être encouragées à collaborer, au besoin. C’est une
question compliquée, surtout pour de petits producteurs qui sont
dans le rouge en ce moment. Comment peuvent-ils investir dans la
recherche quand ils ont du mal à assurer leur production?
One idea is check-off programs or levies that can be put toward
funding research. I think that will lead to development of more
long-term strategies and programs. In addition, and I heard Ben
talk about this earlier, it is really important that whatever funding
programs are available they must be tailored to the life cycles of
our animals. The generation time of a salmon is four years and
many funding programs are less than that, so it is really hard to
get any attraction with our research with such short-term funding
programs.
Une solution serait de mettre en place des programmes de
prélèvement pour financer les recherches. À mon avis, cela
mènerait au développement de plus de stratégies et de
programmes à long terme. De plus — et j’ai entendu Ben parler
de ceci un peu plus tôt —, il serait très important pour tous les
programmes de financement disponibles d’être adaptés aux cycles
de vie de nos animaux. Le temps de génération d’un saumon est
de quatre ans tandis que beaucoup de programmes de
financement sont à plus court terme que cela; il est donc
vraiment difficile d’intéresser les gens à nos recherches.
That is all for me. Thank you.
C’est tout ce que j’ai à dire. Merci.
Ms. House: Thank you for inviting me to speak this evening.
Mme House : Merci de m’avoir invitée à comparaître ce soir.
Atlantic Canada’s salmon farmers depend on new technology
and science-based research to grow their fish and are committed
to building the most responsible and innovative aquaculture
industry in the world. Research and development coordinators,
RDCs, like myself, that make up the Atlantic Canada
Aquaculture Industry Research and Development Network, or
ACAIRDN, foster linkages between the provinces by
coordinating research and development issues for the direct
benefit of our industry. ACAIRDN exists to provide a voice for
the research in the Atlantic Canada aquaculture industry, the
industry in the Atlantic Provinces consolidating and becoming
more connected through similar challenges and opportunities.
Collaboration throughout the region allows us to optimize our
financial and human resources which is critical as research for
funding becomes harder and harder to access.
Les salmoniculteurs du Canada atlantique dépendent des
nouvelles technologies et des recherches fondées sur des données
scientifiques pour cultiver leurs poissons, et ils sont engagés à
créer l’industrie de l’aquaculture la plus responsable et la plus
novatrice du monde. Les coordonnateurs de la recherche et du
développement, comme moi, qui forment l’Atlantic Canada
Aquaculture Industry Research and Development Network, ou
l’ACAIRDN, favorisent l’établissement de liens entre les
provinces en coordonnant des activités de recherche et de
développement pour le bénéfice direct de notre industrie.
L’ACAIRDN défend les intérêts de la recherche dans l’industrie
de l’aquaculture dans le Canada atlantique, la consolidation de
l’industrie dans les provinces atlantiques et l’établissement de liens
plus étroits entre les entreprises du fait qu’elles doivent relever les
mêmes défis et ont les mêmes possibilités. La collaboration dans
l’ensemble de la région nous permet d’optimiser nos ressources
financières et humaines, ce qui sera d’une importance cruciale au
fur et à mesure qu’il deviendra plus difficile d’avoir accès à des
fonds pour la recherche.
From discussions between RDCs and industry, potential
research projects, workshops and/or technology transformation
strategies are developed and funding applications submitted to
support the identified needs and priorities, and these priorities
change over time.
C’est dans le cadre de discussions entre les coordonnateurs de
la recherche et du développement et des représentants de
l’industrie que des projets et des ateliers de recherche potentiels
et/ou des stratégies de transformation de la technologie sont mis
au point et que des demandes de financement sont formulées pour
répondre aux besoins et aux priorités qui ont été déterminés — et
ces priorités évoluent au fil du temps.
My submission includes a list of past and current R&D
projects and activities in which we have been involved. I am not
going to go through the list. The list is there for you, but I wanted
to draw your attention to the variety of research projects in which
we have been involved and, in the case of projects like vaccine
Mon mémoire comprend une liste des projets et des activités de
R-D passés et actuels auxquels nous avons pris part. Je ne vais pas
passer en revue toute la liste. Je vous laisse le soin de la lire, mais
j’aimerais attirer votre attention sur la diversité des projets de
recherche auxquels nous avons pris part et, dans le cas de projets
14:146
Fisheries and Oceans
20-11-2014
models for ISA, well boat technology and SLICE elimination, to
the overall importance of these projects to the regional and
Canadian aquaculture industry.
comme ceux portant sur des modèles de vaccin contre l’AIS, la
technologie des bateaux-viviers et l’élimination de SLICE, sur
l’importance globale de ces projets pour l’industrie de
l’aquaculture dans la région et au Canada.
One of the ACFFA’s key focus areas is the development of a
comprehensive research program that advances responsible fish
health management, developmental research and innovation and
new technology. In recent years, we have seen a shift in
governmental research and funding toward a narrow focus on
regulatory research. We have also seen a significant reduction in
the federal research capacity and we are concerned that the
research facilities in St. Andrews Biological Station are
underutilized.
Un des principaux domaines d’intérêt de l’ACFFA est la
création d’un programme de recherche global visant la promotion
de la gestion responsable des poissons, de même que de la
recherche de développement, de l’innovation et des nouvelles
technologies. Au cours des dernières années, nous avons vu un
virage se produire sur le plan des recherches et du financement du
gouvernement de sorte que maintenant, tout est essentiellement
axé sur la recherche en réglementation. Nous avons aussi été
témoins d’une réduction considérable de la capacité fédérale de
recherche, et nous sommes préoccupés par le fait que les
installations de recherche de la Station biologique de
St. Andrews sont sous-utilisées.
Budget cut-backs at the federal and provincial levels make it
difficult for industry to leverage funding and expertise for
collaborative research. Funding programs available often take
too long to approve projects, leading to industry missing the
necessary biological window, loss of student researchers and/or
the ability to complete the work in the time frame designated.
Some funding can only be leveraged by using researchers within
any given institution but that institution does not often have the
research capacity or personnel to complete the work.
Les compressions budgétaires du fédéral et des provinces font
en sorte qu’il est difficile pour l’industrie de compter sur le
financement et l’expertise nécessaires pour faire de la recherche
collaborative. Les programmes de financement disponibles
prennent souvent trop longtemps pour approuver les projets, ce
qui empêche l’industrie de profiter de la fenêtre biologique
pertinente, lui fait perdre des chercheurs étudiants et l’empêche de
terminer ses travaux dans les délais prescrits. Certains fonds
peuvent seulement être utilisés si l’on a recours à des chercheurs
d’un établissement en particulier. Or, souvent cet établissement
n’a pas la capacité sur le plan de la recherche ou du personnel
pour mener à bien les travaux.
The ACFFA is working in collaboration with other industry
colleagues for the development of a minor use, minor species
program in support of research and registrations for fish health
medicines in Canada. We grow a relatively small number of fish
and less than 3 per cent of salmon feed will ever contain an
antibiotic. This certainly qualifies us as a minor use and a minor
species.
L’ACFFA travaille en collaboration avec d’autres collègues de
l’industrie à l’élaboration d’un programme de médicaments à
usage limité et d’espèces mineures, appelé MUMS, à l’appui de la
recherche et de l’homologation des médicaments pour les poissons
au Canada. Nous cultivons un nombre relativement petit de
poissons, et moins de 3 p. 100 des aliments des saumons
contiennent un antibiotique. De toute évidence, nous tombons
dans la catégorie des médicaments à usage limité et des espèces
mineures.
It is important that veterinarians have options available to
protect their fish if the need arises, and a MUMS program will
help attract pharmaceutical companies to register their products
in Canada.
Il est important pour les vétérinaires d’avoir des options pour
protéger leurs poissons si cela s’avère nécessaire, et un programme
MUMS contribuera à encourager des entreprises
pharmaceutiques à faire homologuer leurs produits au Canada.
The ACFFA has focused significant resources on gaining
support for a science-based integrated pest management plan for
sea lice in the Bay of Fundy since reliance on any single
management option or method of control simply does not work.
L’ACFFA a utilisé beaucoup de ressources pour obtenir un
appui à l’égard d’un plan de gestion intégrée des parasites, ou
PGIP, fondé sur des données scientifiques, qui cible les poux du
poisson dans la baie de Fundy, étant donné que toute option de
gestion ou méthode de contrôle individuelle ne fonctionne tout
simplement pas.
An IPMP framework for sea lice exists but access to a variety
of treatment and management options for Canada is limited. For
an effective IPMP, regulatory approvals for varied treatment
options and timely authorizations to evaluate efficacy of potential
products is required. Canadian fish farmers do not have access to
Bien qu’il existe un cadre de PGIP ciblant les poux du poisson,
au Canada, l’accès à diverses options de traitement et de gestion
est limité. Pour qu’un PGIP soit efficace, il faut avoir obtenu des
approbations réglementaires pour diverses options de traitement
et des autorisations en temps opportun afin d’évaluer l’efficacité
20-11-2014
Pêches et océans
14:147
feed formulations that are available in other jurisdictions despite
the fact that salmon being fed these alternative ingredients are
allowed to be imported.
des produits qui pourraient être utilisés. Les pisciculteurs
canadiens n’ont pas accès aux formulations d’aliments qui sont
disponibles dans d’autres pays, et ce, malgré le fait que les
saumons nourris de ces ingrédients de remplacement peuvent être
importés.
Infectious Salmon Anaemia is a serious threat to the health of
our fish, so rigorous testing and monitoring is an integral part of
farm management. Two pan-Atlantic workshops have been cohosted by the ACFFA and NAIA, the Newfoundland
association, which brought industry, provincial regulators,
provincial veterinarians and federal regulators, including CFIA,
together to review lessons learned during the 2012-13 ISA
incidents and to discuss how to improve early detection, rapid
response and continuously planning to support the development
of a pan-Atlantic ISA management and control program.
L’anémie infectieuse du saumon constitue une grave menace
pour la santé de nos poissons. Par conséquent, des essais et un
contrôle rigoureux font partie intégrante de la gestion des
exploitations. Deux ateliers dans la région de l’Atlantique
coprésidés par l’ACFFA et la NAIA — l’association de TerreNeuve —, ont réuni des représentants de l’industrie, des
régulateurs provinciaux, des vétérinaires provinciaux et des
régulateurs fédéraux, notamment l’ACIA, pour examiner les
leçons tirées au cours des incidents liés à l’AIS de 2012-2013,
discuter des façons d’améliorer la détection précoce et les
interventions rapides et pour continuer d’appuyer l’élaboration
d’un programme de gestion et de contrôle de l’AIS pour toute la
région de l’Atlantique.
We know how to manage ISA but the ability to have a rapid
response plan is critical, and additional industry infrastructure
and approved disposal facilities in all provinces is essential for an
effective program.
Nous savons comment gérer l’AIS, mais il est d’une importance
cruciale d’avoir un plan de réponse rapide, et, pour avoir un
programme efficace, il faudrait que toutes les provinces soient
dotées d’un plus grand nombre d’infrastructures et d’installations
d’élimination approuvées dans l’industrie.
Atlantic salmon farmers work with biologists, oceanographers,
private and government veterinarians and regulators to identify
and address other fish health concerns such as bacterial kidney
disease and ulcer disease that continue to challenge the industry.
Vaccine development must be supported as well as diagnostic
tools and efforts to obtain access to functional and clinical feeds
that are available globally but are not available in Canada.
Les salmoniculteurs de la région de l’Atlantique collaborent
avec des biologistes, des océanographes, des vétérinaires privés et
gouvernementaux et des régulateurs pour dépister et traiter
d’autres problèmes de santé des poissons qui continuent de
constituer un défi pour l’industrie, notamment la maladie rénale
bactérienne et les ulcères. Il faudrait également appuyer le
développement de vaccins et d’outils de diagnostic de même que
les efforts en vue d’avoir accès aux aliments fonctionnels ayant
subi des essais cliniques, qui sont disponibles à l’échelle mondiale,
mais pas au Canada.
The ACFFA participates on the New Brunswick and Nova
Scotia Aquaculture Environment Coordinating Committees.
Because of the similarities between New Brunswick and Nova
Scotia, a harmonized regulatory approach in the region would
enable greater collaboration on R&D.
L’ACFFA siège aux Comités de coordination de l’aquaculture
du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse. En raison des
similarités qui existent entre le Nouveau-Brunswick et la
Nouvelle-Écosse, une approche de réglementation harmonisée
dans la région permettrait une meilleure collaboration en matière
de recherche et développement.
The ACFFA and Sweeney International, through the
Aquaculture Collaborative Research and Development Program
are supporting a two-year project intended to inform any new
standards of practise for environmental monitoring.
Dans le cadre du Programme coopératif de recherche et
développement en aquaculture, l’ACFFA et Sweeney
International appuient un projet de deux ans visant à faire
connaître toutes les nouvelles normes de pratique pour qu’elles
fassent l’objet d’une surveillance environnementale.
The ACFFA and members work collaboratively with a range
of stakeholders to enhance our environmental stewardship. Some
ongoing conservation based projects include the lobster survey
work being conducted by Benson Aquaculture and Sweeney
Marine Corp. and the collaboration between Cooke Aquaculture
and the Atlantic Salmon Federation on enhancement of wild
salmon populations in the Magaguadavic River.
L’ACFFA et les membres collaborent avec un éventail
d’intervenants pour améliorer notre gérance de l’environnement.
Au nombre des projets en cours qui sont axés sur la conservation,
on compte les enquêtes sur les homards effectuées par Benson
Aquaculture et Sweeney Marine Corp. ainsi que la collaboration
entre Cooke Aquaculture et la Fédération du saumon atlantique
pour améliorer les stocks de saumon sauvage dans la rivière
Magaguadavic.
14:148
Fisheries and Oceans
20-11-2014
In 2014 ACFFA was able to facilitate collaboration between
Cooke Aquaculture, Fundy National Park, Fort Folly First
Nation, the Huntsman Marine Centre and the New Brunswick
Department of Agriculture, Aquaculture and Fisheries that will
see a new inner Bay of Fundy salmon recovery project continue
for the next five years.
En 2014, l’ACFFA a facilité une collaboration entre Cooke
Aquaculture, le parc national Fundy, la Première Nation de Fort
Folly, le Centre des sciences de la mer Huntsman et le ministère de
l’Agriculture, de l’Aquaculture et des Pêches du NouveauBrunswick. Cette collaboration donnera lieu à un nouveau
Projet de rétablissement du saumon de l’intérieur de la baie de
Fundy, qui s’étendra sur les cinq prochaines années.
Wild salmon smolt will be caught in the spring, moved to a
quarantine facility at the Huntsman for fish health testing, and
placed at marine farms until the fall of the following year. The
salmon will then be released back into their home river to spawn.
Des saumoneaux sauvages seront pris au printemps, déplacés à
une installation de quarantaine au centre de Huntsman pour
qu’ils fassent l’objet de tests de salubrité, après quoi ils seront
placés dans des fermes marines jusqu’à l’automne de l’année
suivante. Les saumons seront alors remis dans leur rivière
d’origine pour frayer.
This recovery method could become a factor in helping wild
salmon stocks in the Bay of Fundy and elsewhere and potentially
have an impact on the recovery of a species that would not be
possible without this collaboration.
Cette méthode de rétablissement pourrait contribuer à
améliorer les stocks de saumon sauvage dans la baie de Fundy
et ailleurs et pourrait avoir une incidence sur le rétablissement de
l’espèce, qui ne serait pas possible sans cette collaboration.
In conclusion, salmon farming is a science-based sector.
Therefore, ACFFA and ACAIRDN will continue to advocate
for collaborative research that is focused on industry-identified
knowledge gaps. We urge the Senate committee to support a
recommendation for dedicated federal funding that will support
the further development of our sector.
Pour conclure, la salmoniculture est un secteur qui est fondé
sur des données scientifiques. Par conséquent, l’ACFFA et
l’ACAIRDN continueront de promouvoir une recherche
concertée et axée sur les lacunes en matière de connaissances
qui sont cernées par l’industrie. Nous exhortons le comité
sénatorial à appuyer la recommandation d’allouer un
financement fédéral dédié afin de pouvoir continuer de
développer notre industrie.
Thank you.
Merci.
Mr. Szemerda: Good evening to everyone. Thank you for
giving me this opportunity to meet with you today.
M. Szemerda : Bonjour à tous. Je vous remercie de m’accueillir
aujourd’hui.
My name is Michael Szemerda. I am here as a member of the
Cooke Aquaculture management team. This presentation was
developed in collaboration with the following members of our
science team. Dr. Keng Pee Ang is our Vice-President of
Research, Feed and Nutrition and is responsible for our R&D
program or trying to keep track of all of them because they are
substantial. He sends his regrets for not being here in person
because of prior commitment. Dr. Jake Elliott is the VicePresident of Fresh Water and Technical Operations and
oversees our hatchery and breeding programs. Dr. Leighanne
Hawkins is our corporate veterinarian and leads our in-house
team of veterinarians and our fish health technicians. We are also
fortunate to have Alan Donkin as our feed specialist and
nutritionist, and Mitchel Dickie as our fresh water technical
operations manager. These individuals are supported at many
levels by a professional management team and 2,600 employees
worldwide.
Je m’appelle Michael Szemerda. Je suis ici à titre de membre de
l’équipe de gestion de Cooke Aquaculture. L’exposé que je vais
vous présenter a été préparé en collaboration avec les personnes
suivantes qui font partie de notre équipe scientifique : M. Keng
Pee Ang, notre vice-président en recherche, alimentation et
nutrition, qui est responsable de nos programmes de R-D, ou
du moins d’en suivre l’évolution, parce qu’ils sont nombreux. Il
s’excuse de ne pouvoir être présent parce qu’il avait déjà pris un
engagement. M. Jake Elliott, notre vice-président aux opérations
techniques et en eau douce, qui chapeaute nos programmes
d’écloserie et d’élevage. Dre Leighanne Hawkins, notre vétérinaire
d’entreprise qui supervise aussi le travail de notre équipe interne
de vétérinaires et de techniciens en santé du poisson. Nous
sommes aussi heureux d’avoir avec nous Alan Donkin, notre
spécialiste en alimentation et nutritionniste, et Mitchel Dickie,
notre gestionnaire des opérations techniques en eau douce. Ces
personnes sont épaulées par une équipe de gestionnaires
professionnels et 2 600 employés qui travaillent dans divers pays.
As the VP of Salt Water Operations, I am responsible for all of
our North American farming operations and am directly involved
in many of our research projects and development projects. I also
provide technical support on a number of external organizations
that have developed standards for aquaculture, including an
organic standard for Canada.
En tant que vice-président des opérations en eau salée, je suis
responsable des opérations d’élevage en Amérique du Nord et je
participe directement à de nombreuses initiatives de recherche et
de développement. Je fournis aussi du soutien technique à
quelques organismes externes qui ont élaboré des normes en
aquaculture, notamment une norme biologique pour le Canada.
20-11-2014
Pêches et océans
14:149
In presentations made by our VP Communications last May in
Halifax, you were provided with an overview of our company and
its growth from one farm of 5,000 fish 28 years ago to the global
player that we are today, with operations in Canada, the U.S.,
Chili, Spain and Scotland. In spite of our expanded global reach,
we continue to invest at home in Atlantic Canada.
En mai dernier à Halifax, notre vice-président des
communications vous a brossé un portrait de notre entreprise et
de son évolution. Il y a 28 ans, nous avions une seule ferme
d’élevage de 5 000 poissons, et aujourd’hui, nous sommes un
joueur mondial avec des activités au Canada, aux États-Unis, au
Chili, en Espagne et en Écosse. Notre entreprise est présente dans
de nombreux pays et continue néanmoins d’investir au Canada
atlantique.
Our success as an Atlantic Canadian family based company is
the result of vision, strategic planning, a professional management
team and a dedicated workforce. It is also largely due to ongoing
investment in R&D and innovation.
Nous sommes une entreprise familiale du Canada atlantique
dont le succès repose sur notre philosophie, notre planification
stratégique, notre équipe de gestionnaires professionnels et notre
personnel dévoué. Notre succès repose aussi en grande partie sur
nos investissements soutenus en R-D et en innovation.
Scientific research and development has always been core to
our business. We have been at the leading edge of innovation
throughout our company’s history. Our corporate budget for
research and development is now more than $1 million annually.
In addition to the substantial investment, we are also making
continuous improvements in technology and innovation.
La recherche scientifique et le développement ont toujours été
au cœur de nos activités. Nous avons été à la fine pointe de
l’innovation tout au long de notre histoire. Notre budget de
recherche et développement s’élève maintenant à plus de 1 million
de dollars par année. En plus de ces investissements importants,
nous continuons d’améliorer notre technologie et nos
innovations.
There isn’t time today to cover all the work and every project
so I will just leave you with an overview of our R&D program, its
main objectives, our collaborators and some examples of our
current projects.
Comme je n’ai pas le temps aujourd’hui de vous parler de tous
nos travaux et de toutes nos initiatives en cours, je vais vous
donner un aperçu de notre programme de R-D, de ses objectifs,
de nos collaborateurs et de quelques initiatives en cours.
Our current focus in science and research is on three main
areas: fish health, production efficiency and our in-house selective
breeding program. Some of these projects are completely in-house
while others have been developed with external partners and some
with funding support.
Nous concentrons nos activités scientifiques et de recherche
dans trois domaines : la santé du poisson, l’efficacité de la
production et notre programme interne d’élevage sélectif.
Certaines initiatives sont totalement internes, d’autres ont été
élaborées avec des partenaires externes et d’autres ont bénéficié
d’un soutien financier.
Our fish health program covers a wide range of issues but sea
lice management is a major priority for today’s R&D. One thing
I will mention is that if you do a literary search of research
programs on protein production, I think seafood is about
10 per cent of the total protein production worldwide and if
you do a literary search of all the research programs that come
up, it is very biased toward terrestrial. The research programs are
not proportional to the production. So it has been lagging behind,
but as you will hear, there are many projects going on. So I think
that even though it is a worldwide proportion, I think that locally,
we certainly put the time and the money into these projects.
Notre programme de santé du poisson porte sur une grande
diversité de sujets, mais une de nos grandes priorités en R-D à
l’heure actuelle est la gestion du pou du poisson. J’aimerais
souligner que si on effectue une recherche sur les programmes de
recherche qui portent sur la production de protéines, je pense que
les produits de la mer représentent environ 10 p. 100 de la
production mondiale totale, et si on fait une recherche sur tous les
programmes de recherche, on constate que la balance penche
grandement du côté terrestre. Les programmes de recherche ne
sont pas proportionnels à la production. Il y a donc un retard,
mais comme vous le verrez, de nombreuses initiatives sont en
cours. Je pense donc que même s’il s’agit d’une proportion
mondiale, localement, nous investissons assurément temps et
argent dans des initiatives.
So our fish health program covers a wide range of issues
but sea lice management is a major priority for today’s R&D.
This includes significant investment into green non-chemical
technologies. Our cunner fish program is similar to the
Norwegian wrasse program which explores the use of cleaner
fish or fish that can eat sea lice from salmon. We cannot use the
wrasse, although we asked knowing the answer, which is that it is
not a native species. The cunner is native to our area so we have
Je disais donc que notre programme sur la santé du poisson
porte une grande variété de sujets, mais qu’une de nos grandes
priorités en R-D à l’heure actuelle est la gestion du pou du
poisson. Nous investissons notamment des sommes considérables
dans les technologies vertes non chimiques. Notre programme sur
la tanche-tautogue ressemble au programme norvégien sur le
labre, soit l’utilisation de poissons nettoyeurs ou de poissons qui
mangent les poux des saumons. Nous ne pouvons pas utiliser le
14:150
Fisheries and Oceans
20-11-2014
been working on a lab and field trial since 2010. We are also
building a broodstock program at the Huntsman Marine Science
Centre so that we do not have to rely on wild cunner in the future.
labre — nous avons posé la question même si nous connaissions la
réponse — parce qu’il ne s’agit pas d’une espèce indigène. La
tanche-tautogue, par contre, est une espèce qui se trouve dans
notre région, et nous procédons à des essais sur le terrain et en
laboratoire depuis 2010. Nous sommes aussi en train de mettre
sur pied un programme sur les reproducteurs au Huntsman
Marine Science Centre afin de ne pas continuer à dépendre de la
tanche-tautogue sauvage.
The 2010 tank trials confirmed that the cunner loves to eat sea
lice. In 2011, we conducted sea cage trials with varying levels of
cunner in with salmon. In 2012, we expanded those trials to onethird of the farms in New Brunswick. Lab trials by Dr. Les
Burridge at SABS showed that the cunners were unaffected by
treatments with hydrogen peroxide or Salmosan. In fact, we
found we had very low mortality in the cunner population and the
survivors of those trials are now broodstock at the Huntsman
Marine Centre. A similar program has been started in St. John’s,
Newfoundland in collaboration with the Ocean Science Centre,
Memorial University.
Des essais en réservoir réalisés en 2010 ont permis de confirmer
que la tanche-tautogue raffole du pou du poisson. En 2011, nous
avons procédé à des essais dans des cages flottantes en mer en
variant le nombre de tanche-tautogue. En 2012, nous avons élargi
l’expérience à un tiers de nos fermes d’élevage au NouveauBrunswick. Les essais menés en laboratoire par M. Les Burridge à
la SBSA ont révélé que les traitements au peroxyde d’hydrogène
ou au Salmosan ne nuisaient pas à la tanche-tautogue. Le taux de
mortalité au sein de la population a été très faible, en fait, et les
survivants font maintenant partie de nos reproducteurs au
Huntsman Marine Centre. Un programme similaire a été mis
sur pied à St. John’s, Terre-Neuve, en collaboration avec l’Ocean
Science Centre de l’Université Memorial.
We are also developing a lumpfish breeding program similar to
a program in Norway that is showing some success. So there are
some pictures of some of the cunners and lumpfish at Huntsman.
Nous sommes aussi en train de mettre au point un programme
d’élevage de la lompe calqué sur celui de la Norvège qui semble
prometteur. Voilà donc un aperçu des programmes menés sur la
lompe et la tanche-tautogue au Huntsman.
One of the most important areas for research is in the area of
equipment and feed. Through our feed division, Northeast
Nutrition Inc., we conducted a number of laboratory field trials
on feed. This work was discussed in greater detail by Tom Taylor
who represented NNI, Northeast Nutrition, on a panel in Halifax,
Nova Scotia last May.
Un autre de nos domaines de recherche prioritaires est celui de
l’équipement et de l’alimentation. Au sein de notre division de
l’alimentation, Northeast Nutrition Inc., nous procédons à des
essais sur le terrain et en laboratoire sur l’alimentation. En mai
dernier, Tom Taylor, qui représentait NNI, Northeast Nutrition
Inc., lors de la rencontre à Halifax, en Nouvelle-Écosse, en a parlé
plus en détail.
Through GMG, our equipment manufacturing and service
division, we are collaborating with Professor David Fredriksson
at the US Naval Academy in Maryland on cage design. He has a
unique combination of research experience associated with
engineering in the field of marine aquaculture. His efforts
include development of numerical and physical model
techniques with field measurements for fish containment
systems including salmon farms.
Au sein de GMG, notre division de service et de fabrication
d’équipement, nous collaborons avec le professeur David
Fredriksson, de la Naval Academy au Maryland, sur la
conception de cages. Il possède une combinaison unique
d’expérience de recherche et de connaissances techniques dans le
domaine de l’aquaculture marine. Il s’intéresse notamment aux
techniques de modélisation numérique et physique avec mesures
sur le terrain pour les systèmes de parcs clos, y compris les fermes
d’élevage de saumon.
We are also conducting field trials on new net washing
technology that allows us to use robots to wash nets on site and
avoid using anti-foulants. We are investing in stronger net
material with steel thread that will help prevent predator damage.
Nous testons aussi une nouvelle technologie pour nettoyer les
filets à l’aide de robots sur place au lieu d’utiliser des agents
antisalissures. Nous investissons aussi dans la conception d’un
type de filet avec mailles d’acier plus solides pour éviter les
dommages causés par les prédateurs.
Our trademark offspring traceability program is a cornerstone
of our in-house family-based selective breeding program. This
allows us to trace our products through the value chain back to
the egg. The program has benefited from funding from ACOA’s
AIF program.
Nous avons aussi un programme de traçabilité de la
descendance homologué qui constitue une pièce maîtresse de
notre programme interne d’élevage sélectif basé sur les familles.
Ce programme nous permet en effet de retracer nos produits tout
au long de la chaîne de valeur à partir de l’œuf. Pour mettre au
point ce programme, nous avons reçu du financement dans le
cadre du FIA de l’APECA.
20-11-2014
Pêches et océans
14:151
You will see a list of projects going on at the Biological Station
as well as who is part of those and some of the funding agencies,
and I will not go into detail on all of them. Basically, there are a
couple of pages there with our work with DFO in St. John’s,
Newfoundland, MUN Science Centre in Newfoundland, the
DFO Centre in St. Andrews Biological Station and numerous
others. There is the Genome project, Genome Canada looking at
the genome application partnership program for salmon and
chips; Genome Canada for the LSAR, applying genomes to the
marine production stage of salmon aquaculture; the NSERC
project with the Laval University, Dalhousie University, the
utilization of salmon by-products for human medicine; the
NSERC strategic grants which is using the genomes to better
diversify our breeding program; the NSERC Cooke Industrial
Research Chair in Sustainable Aquaculture which was named, I
think it was early in the spring this year, and we are happy to have
Dr. Jon Grant from Dalhousie so named to that research chair.
That has really helped us to pick up the pace in our research and
development but also employ a lot more of the highly-qualified
personnel that we have in Atlantic Canada to research. We have
Sea Run Holding Company that we are part owner in doing
research on applications of salmon by-products in human
medicine including pain mitigation, hemostasis and spinal cord
injury research. We also have some funding there from the
US National Institute of Health.
Vous trouverez dans le document une liste d’initiatives qui sont
en cours à la Station biologique, de même que des participants et
des organismes qui contribuent à leur financement, et je ne les
passerai donc pas en revue. Il y a essentiellement quelques pages
sur les travaux que nous menons avec le MPO à St. John’s, TerreNeuve, le MUN Science Centre à Terre-Neuve, le Centre du MPO
à la Station biologique de St. Andrews et bien d’autres. Il y a aussi
Génome Canada et le Programme de partenariats pour les
applications de la génomique concernant le saumon et les puces;
Génome Canada pour un projet de recherche appliquée à grande
échelle, l’application du génome à l’étape de la production marine
de la salmoniculture; l’initiative du CRSNG avec l’Université
Laval, l’Université Dalhousie, sur l’utilisation des sous-produits
du saumon pour la fabrication de médicaments destinés à
l’humain; les subventions stratégiques du CRSNG sur
l’utilisation du génome pour mieux diversifier notre programme
d’élevage; la Chaire de recherche industrielle CRSNG-Cooke en
aquaculture durable, qui a été baptisée au début du printemps
dernier, si je me souviens bien, et nous sommes heureux que
M. Jon Grant, de l’Université Dalhousie l’ait baptisé ainsi. Cela
nous a vraiment beaucoup aidés à accélérer la cadence en
recherche et développement et aussi à embaucher beaucoup plus
de chercheurs très qualifiés que nous avons au Canada atlantique.
Nous sommes aussi copropriétaires de la Sea Run Holding
Company qui effectue des recherches sur les applications liées aux
sous-produits du saumon qui peuvent entrer dans la fabrication
de médicaments destinés à l’humain pour soigner notamment la
douleur, l’hémostase et les lésions de la moelle épinière.
L’entreprise reçoit aussi des fonds du National Institute of
Health des États-Unis.
I sit on the board of the CIMTAN, the Canadian Integrated
Multi-Trophic Aquaculture Network, and we have been working
with integrated multi-trophic aquaculture for the last 10 years or
so. We have other areas of research, environmental system
performance and species interactions, system design and
engineering — these are some of the projects that are within the
CIMTAN — economics analysis, financial modelling for IMTA,
and the network is in the sixth year of the project. They are also,
again, with DFO and other agencies.
Je siège de plus au conseil d’administration du RCAMTI, le
Réseau canadien d’aquaculture multitrophique intégrée, un
domaine dans lequel nous travaillons depuis environ 10 ans.
Nous effectuons de la recherche dans d’autres domaines,
notamment le rendement du système environnemental et
l’interaction entre les espèces, la conception et l’application
technique des systèmes — ce sont quelques exemples
d’initiatives menées au sein du RCAMTI —, l’analyse
économique, la modélisation financière pour l’AMTI, et le
réseau en est à sa sixième année dans le dossier. Il y a aussi,
encore une fois, le MPO et d’autres organismes.
The previous seven slides outline a series of collaborative
projects and key science and research collaborators. In each case
the partnership involves funding and in-kind support from Cooke
Aquaculture and funding from the agency or program.
Vous avez pu voir sur les sept diapositives précédentes une liste
de diverses initiatives et de nos principaux collaborateurs dans le
domaine de la recherche et de la science. Dans chaque cas, Cooke
Aquaculture fournit un soutien financier et en nature, et
l’organisme ou le programme offre un soutien financier.
The NSERC Industrial Research Chair in Sustainable
Aquaculture program with Dr. Jon Grant is a significant
investment by Cooke into the future of science-based industry.
Dr. Grant has already presented to the Senate committee as part
of a panel last May in Halifax so I will not go into too much
detail there.
Dans le cadre du programme de la Chaire de recherche
industrielle CRSNG-Cooke en aquaculture durable dirigé par
M. Jon Grant, Cooke investit des sommes considérables pour
développer une industrie fondée sur la science. Comme M. Grant
a déjà expliqué le tout au comité en mai dernier à Halifax, je
n’entrerai pas dans les détails.
I would like to make a few comments on the genomics
research.
J’aimerais vous dire quelques mots au sujet de la recherche sur
le génome.
14:152
Fisheries and Oceans
20-11-2014
This should not be confused with the research into GMO
salmon or the production of genetically modified fish. We are
using genomes as a tool in our selective breeding program. The
purpose of the recently announced salmon and chips project is to
accelerate the rate of genetic improvement for important
functional traits in our farmed Atlantic salmon using modern
animal breeding techniques. The goal is to improve our global
competitiveness. Functional traits include improved egg quality
and survival, growth rate, yield, texture, pigmentation, maturity,
disease resistance to ISA, sea lice and BKD.
Il ne faudrait pas confondre cela avec le saumon OGM ou la
production de poissons génétiquement modifiés. Le génome est
un outil pour notre programme d’élevage sélectif. L’initiative
Saumon et Puces qui a été annoncée dernièrement vise à accélérer
l’amélioration génétique des caractères fonctionnels de notre
saumon atlantique d’élevage à l’aide de techniques modernes
utilisées pour l’élevage des animaux. Nous voulons ainsi améliorer
notre compétitivité mondiale. Parmi les caractères fonctionnels
que nous voulons améliorer, mentionnons la qualité des œufs et
leur taux de survie, le taux de croissance, le rendement, la texture,
la pigmentation, la maturité, la résistance aux maladies comme
l’AIS, le pou du poisson et la MRB.
You will have received a presentation from Dr. Thierry
Chopin on the Integrated Multi-Trophic Aquaculture Program
earlier today. We also appreciate your visit to the IMTA Farm in
the Bay of Fundy earlier this week and that is why we have listed
this program but will not take time to offer further detail on it.
M. Thierry Chopin vous a fait un exposé un peu plus tôt sur le
programme d’aquaculture multitrophique intégrée. Nous sommes
aussi heureux de votre visite à la ferme d’élevage d’AMTI dans la
baie de Fundy plus tôt cette semaine, et c’est pourquoi nous
l’avons inclus, mais nous n’entrerons pas dans les détails.
The following slides outline many of the funding agencies and
collaborators we are working with. So I will just run quickly
down: the University of Guelph, Laval University, Memorial
University, University of PEI, Atlantic Veterinary College,
Dalhousie University, University of New Brunswick, University
of Maine, University of Victoria, University of British Columbia,
Simon Fraser University and Vancouver Island University. I
noticed that we have missed a couple.
La diapositive suivante contient une liste des principaux
collaborateurs et organismes de financement avec lesquels nous
travaillons. Je vais donc les énumérer rapidement : l’Université
Guelph, l’Université Laval, l’Université Memorial, l’Université de
l’Île-du-Prince-Édouard, le Collège vétérinaire de l’Atlantique,
l’Université Dalhousie, l’Université du Nouveau-Brunswick,
l’Université du Maine, l’Université Victoria, l’Université de la
Colombie-Britannique, l’Université Simon Fraser et l’Université
de l’île de Vancouver. J’ai remarqué que nous en avions oublié
quelques-uns.
We also have federal government funding agencies. So
DFO Nanaimo, B.C., we have DFO St. John’s, Newfoundland,
DFO St. Andrews, USDA in Franklin, Maine, we have
provincial governments so the DAF, we have Newfoundland
DFA and Nova Scotia DFA. Funding agencies also include
ACOA, ACDRP, IMAP, NSERC, CIHR, the National Research
Council and PARR which is part of DFO and GRDI.
Nous collaborons également avec divers organismes de
financement, au fédéral : le MPO Nanaimo, en ColombieBritannique, le MPO St. John’s, à Terre-Neuve, le MPO
St. Andrews; nous avons aussi l’USDA à Franklin, dans le
Maine, nous avons les gouvernements provinciaux, donc le MPA
Terre-Neuve et le MPA de la Nouvelle-Écosse. Parmi les autres,
nous avons l’APECA, le PCRDA, le PGIA, le CRSNG, les IRSC,
le Conseil national de recherches et le PRRA, parrainé à la fois
par le MPO et l’IRDG.
Finally, I want to make mention of another program in which
we are the industry partner. It is not directly related to production
or to our business, but it touches an area that is of vital
importance to the owners of our company and to many of us as
well. I am referring to the Salmon Conservation Program. We are
obviously partners on salmon conservation. We have the expertise
and the experience to assist with wild salmon conservation. Cooke
Aquaculture has spent close to $250,000 in the last 10 years as
partner of the Magaguadavic River Salmon Recovery Program.
We contribute facilities and personnel in one of our hatcheries on
the Magaguadavic River for raising river fish so that they can be
released at various stages. Our salmon biologists, some with
previous experience with the Atlantic Salmon Federation, tell us
that years of indiscriminate stocking of millions of hatchery raised
salmon into the river system means that there is likely no pure
wild stock left.
Enfin, j’aimerais vous parler d’un autre programme dans lequel
nous sommes le partenaire de l’industrie. Il ne concerne pas
directement la production ou notre entreprise, mais il est d’une
importance fondamentale pour les propriétaires de notre
entreprise, de même que pour bon nombre d’entre nous. Je
parle ici du Programme de conservation du saumon. Nous
sommes bien évidemment des partenaires dans la conservation
du saumon. Nous avons l’expertise et l’expérience nécessaires
pour contribuer à la conservation du saumon sauvage. Cooke
Aquaculture a investi près de 250 000 $ au cours des 10 dernières
années comme partenaire dans le programme de rétablissement
du saumon de la rivière Magaguadavic. Nous fournissons les
installations et le personnel à une de nos écloseries sur la rivière
Magaguadavic pour élever des poissons de rivière qui pourront
être relâchés à divers stades de croissance. Selon nos biologistes
du saumon, dont certains ont déjà travaillé pour la Fédération
20-11-2014
Pêches et océans
14:153
du saumon atlantique, après des années d’ensemencement non
ciblé dans les rivières de millions de saumons élevés en écloserie, il
ne reste sans doute plus de saumons entièrement sauvages.
We are now partnering in the Inner Bay of Fundy Recovery
Program by growing salmon from the inner Bay of Fundy rivers
in one of our sea cages on Grand Manan so that they can be
released as adult salmons back into the rivers. This is an exciting
partnership with Parks Canada, DFO, First Nations that has
already shown some promise. We are eager to find additional
conservation partnerships in Nova Scotia and in Maine.
Nous participons aussi au programme de rétablissement de
l’intérieur de la baie de Fundy en faisant l’élevage du saumon
dans nos cages marines à Grand Manan, afin de les relâcher dans
les rivières lorsqu’ils atteindront l’âge adulte. Il s’agit d’un
partenariat emballant et prometteur auquel nous participons
avec Parcs Canada, le MPO et les Premières Nations. Nous
sommes en quête de nouveaux partenariats dans le domaine de la
conservation en Nouvelle-Écosse et dans le Maine.
I hope this gives you a clearer picture of the tremendous scope
of our investment in scientific research and development and of
our commitment to a science-based salmon farming sector.
J’espère vous avoir donné un portrait plus clair des
investissements considérables auxquels nous procédons dans la
recherche scientifique et le développement, et aussi de
l’importance que nous attachons à la mise en place d’une
industrie basée sur la science.
If I could leave you with one recommendation, we need our
federal government to maintain and increase funding for science,
research and development. It is so fundamental to the success and
the future of Canada’s aquaculture sector.
Si je peux vous faire une recommandation en terminant, ce
serait la suivante : il faut que le gouvernement fédéral maintienne
et accroisse même le financement destiné à la science, à la
recherche et au développement. C’est un élément fondamental
pour assurer le succès et l’avenir de l’aquaculture au Canada.
Thank you very much.
The Chair: I thank all of you. Those were great presentations
and certainly they constitute a side of this industry that needs to
be seriously looked at in regard to science, research and
development.
Our first questions will be from Senator Meredith.
Merci beaucoup.
Le président : Je vous remercie tous. Vous nous avez fait
d’excellents exposés et nous devrons certainement examiner de
près le volet science, recherche et développement au sein de
l’industrie.
Le sénateur Meredith posera les premières questions.
Senator Meredith: Thank you so much for your presentations.
They were very informative.
Le sénateur Meredith : Je vous remercie beaucoup de vos
exposés. Ils ont été très instructifs.
A million dollar question: We heard earlier prior to our break
from Ms. Milewski with respect to the industry and how those
who invest in aquaculture are making a 52 per cent return on
their investment, and all of you in your presentations are looking
at funding. My question is how is it that a greater portion of the
returns are not going back into R&D? I know that you have listed
several partners here. I know, Ms. House, you have mentioned in
your presentation funding not being there. Ms. Plouffe, you also
mentioned it and that your research facility has made investments
in terms of going forward but it also depends upon others
investing.
Voici la grande question qu’il faut se poser. Avant la pause,
Mme Milewski nous a parlé de l’industrie et de son taux de
rentabilité de 52 p. 100 pour les investisseurs, et vous avez tous dit
dans vos exposés que vous étiez à la recherche de financement.
Avec un taux de rentabilité comme celui-ci, pourquoi
n’investissez-vous pas une part plus importante des profits dans
la R-D? Je sais que vous avez mentionné plusieurs partenaires.
Madame House, je sais que vous avez mentionné dans votre
exposé que le financement n’était pas au rendez-vous. Madame
Plouffe, vous avez aussi mentionné cela, et vous avez mentionné
que vous aviez investi pour avancer, mais qu’il faut que d’autres le
fassent aussi.
Do you not feel that the industry should be putting greater
emphasis on its research and reinvesting a greater portion of those
returns? Again, I do not want to negate the fact that governments
have a responsibility in that there are opportunities to create jobs
and to grow this industry. I think all of us have that end goal in
mind, but what about the onus on the industry itself?
Pensez-vous que l’industrie doit mettre davantage l’accent sur
la recherche et réinvestir une partie plus importante de ses profits?
Encore une fois, je ne dis pas que les gouvernements n’ont pas un
rôle à jouer, car on peut créer des emplois et aider l’industrie à
croître. Je pense que nous avons tous cet objectif ultime en tête,
mais quelle est la part qui revient à l’industrie?
The Chair: Just a point of clarification. When the lady spoke of
52 per cent, she was referencing farms that are in the water versus
the ones on land. That is how I took it.
Le président : J’aimerais simplement avoir une précision.
Lorsque la dame a parlé de 52 p. 100, je pense qu’elle
comparait les piscicultures en milieu marin et celles en milieu
terrestre. C’est ainsi que je l’ai compris.
14:154
Fisheries and Oceans
Senator Meredith: That is correct, yes.
20-11-2014
Le sénateur Meredith : C’est exact, oui.
The Chair: I am not agreeing or disagreeing. I am just repeating
what she said. I just wanted to make sure you were clear just in
case you did not hear the comments that she made.
Le président : Je ne dis pas que je suis d’accord ou en
désaccord. Je répète simplement ce qu’elle a dit. Je voulais
simplement m’assurer que vous avez bien compris au cas où vous
n’ayez pas entendu ce qu’elle a dit.
Mr. Szemerda: I honestly don’t know where she got those
numbers either and I will not comment on that other than to say
that obviously, as an Atlantic Canadian company and a privately
held one, we do not make our financials public, but I will say that
in the 28 years that Kelly Cove Salmon/Cooke Aquaculture has
been operating, we have been able to stay in the black and that
includes the years in the late nineties, early 2000s when we were
challenged with ISA and the early 1990s when we were challenged
with sea lice the first time around.
M. Szemerda : Honnêtement, je ne sais pas d’où viennent ces
chiffres non plus, et tout ce que je peux dire à ce sujet, c’est que
nous sommes une entreprise privée du Canada atlantique, et qu’à
ce titre, nous ne publions pas nos états financiers. Je peux vous
dire cependant que Kelly Cove Salmon/Cooke Aquaculture est en
activité depuis 28 ans et qu’elle n’a jamais été dans le rouge, même
à la fin des années 1990 et au début des années 2000 lorsque nous
avions des problèmes avec l’AIS et au début des années 1990
quand le pou du poisson a fait son apparition.
This industry is not for the faint of heart and there are many
challenges as you move forward. I will say that there has been a
lot of consolidation in the industry in Atlantic Canada and the
reason for that is that the margins are not that big. One of the
strategies our company has certainly played in over the years is to
become vertically integrated, meaning we control our destiny
from broodstock program all the way to the product on the plate,
and that has allowed us to weather the storm, so to say, when
global prices take a drop, there is higher competition coming from
other areas or if something happens even closer to us at home.
For example, last year, obviously we had some challenges with
ISA in Nova Scotia and in Newfoundland. Without that vertically
integrated aspect of the company it would have been a challenge
to stay where we are.
Je peux vous dire qu’il ne faut pas avoir froid aux yeux pour
investir dans cette industrie, car il y a de nombreux défis à relever
pour avancer. Il y a eu beaucoup de regroupements au sein de
l’industrie au Canada atlantique, et si c’est le cas, c’est parce que
les marges ne sont pas si importantes que ça. Une stratégie à
laquelle nous avons eu recours au fil des ans a été l’intégration
verticale, c’est-à-dire que nous contrôlons notre destinée depuis
les géniteurs jusqu’au produit dans l’assiette, et cela nous a permis
d’affronter les tempêtes, si on veut, quand les prix mondiaux
piquent du nez, quand la concurrence venant d’autres régions
s’accroît, ou quand des problèmes surgissent même près de
nous. L’an dernier, par exemple, nous avons eu des problèmes
avec l’AIS en Nouvelle-Écosse et à Terre-Neuve. Sans notre
intégration verticale, il aurait été difficile pour nous de nous
maintenir.
We take seriously R&D. We put a lot of direct funds back into
projects. I know I read down the list of collaborators, the
universities as well as DFO and other agencies. We put a lot of
money into those and also a lot of in-kind, a lot of time that
doesn’t necessarily get listed. It is generally our sites that are being
used for the research projects or our fish that they are doing the
projects with. So if you add it all up, it is well over the $2.5 million
a year and probably more. It’s certainly not insignificant and it is
not something that we take for granted. It’s something that we
heavily invest in, we take serious. We put our money back into the
research and development because we believe that it is beneficial,
not only for us but for all Canadians as far as moving ahead in the
aquaculture sector in this country.
Nous misons beaucoup sur la R-D. Nous réinvestissons
beaucoup dans des projets. Je sais que je consulte la liste des
collaborateurs; il y a les universités, le MPO et d’autres
organismes. Nous consacrons beaucoup d’argent à ces projets et
nous offrons une forte contribution en nature; on parle de
beaucoup de temps, qui n’est pas nécessairement comptabilisé. En
général, c’est soit que nos installations sont utilisées pour des
projets de recherche, soit qu’on utilise notre poisson pour mener
les projets. Donc, tout cela pris en compte, on parle de bien plus
de 2,5 millions de dollars par année, probablement plus. Ce n’est
certainement pas négligeable, et ce n’est pas quelque chose que
nous tenons pour acquis. Nous y investissons massivement, et
nous prenons cela au sérieux. Nous réinvestissons en recherchedéveloppement parce que nous considérons que promouvoir le
progrès du secteur de l’aquaculture au Canada est avantageux,
pas seulement pour nous, mais pour l’ensemble des Canadiens.
Ms. Plouffe: I guess what I would have to say is that Cooke
Aquaculture is the model for what it should look like. They are a
big producer and none of our West Coast companies are here to
defend themselves, but they do invest a lot of money in R&D.
They are very forward-thinking and innovative in how they think
about production.
Mme Plouffe : Je suppose que je devrais dire que Cooke
Aquaculture est le modèle à suivre. Il s’agit d’un important
producteur et aucune des sociétés de la côte Ouest n’est ici pour se
défendre, mais il faut savoir qu’ils investissent beaucoup d’argent
en R-D. Ces sociétés abordent la production en fonction de
l’avenir et de façon novatrice.
20-11-2014
Pêches et océans
14:155
So that is the model for what it should look like. I live in P.E.I.
We have a number of small shellfish growers. They are all small,
independent kingdoms growing mussels and oysters that are
barely making money. Maybe Betty can comment a little bit on
this point. I do not know how we would get those guys to invest in
their own industry. Right now, P.E.I. enjoys a large market share
in terms of production of blue mussels, for example, but there are
other countries that are coming along behind them and they are
already investing in breeding programs. These are things that are
not happening in P.E.I. right now. The growers there cannot
afford to make that investment. I think we have to be careful that,
while we need the federal money to kick-start that kind of project,
you start right from the beginning, like Cooke did, start investing
a little bit, as much as you can, so that going forward you do not
end up dependent on government money for your R&D. That is
where our company is sort of becoming affected. You see a lot of
companies that are dependent on government support and
government money, and our company is ending up competing
with our own government to offer services, which is not the way
that we would prefer it to be, myself as a taxpayer and a business
operator. Maybe Betty can comment a little bit on that for the
smaller fish.
Voilà donc le modèle à suivre. J’habite à l’Île-du-PrinceÉdouard, où l’on trouve un certain nombre de petits
conchyliculteurs. Il s’agit de petites entreprises indépendantes
qui élèvent des moules et des huîtres; elles sont à peine rentables.
Betty pourrait faire quelques commentaires à ce sujet. Je ne sais
pas comment on pourrait inciter ces gens à investir dans leur
propre industrie. Actuellement, l’Île-du-Prince-Édouard occupe
une part de marché considérable pour ce qui est de la production
de la moule bleue, par exemple, mais d’autres pays la suivent de
près et investissent déjà dans des programmes d’élevage.
Actuellement, on ne voit pas ce genre d’activités à l’Île-duPrince-Édouard, car les éleveurs n’ont pas les moyens de faire cet
investissement. Je pense qu’il faut être prudent. Bien que le
financement fédéral soit nécessaire pour lancer ce genre de projet,
il faut commencer à investir dès le début et investir le plus
possible — comme l’a fait Cooke Aquaculture — afin de ne pas
dépendre des fonds publics pour mener des activités de R-D à
l’avenir. C’est à ce moment-là que notre entreprise est touchée.
Beaucoup d’entreprises dépendent de l’aide gouvernementale et
des fonds publics, et notre entreprise se retrouve en concurrence
avec son propre gouvernement pour ce qui est de l’offre de
services. En tant que contribuable et exploitante d’entreprise, ce
n’est pas la situation que je préfère. Betty pourrait vous parler de
ce qu’il en est pour les plus petits producteurs.
Ms. House: I really cannot speak too much to the shellfish
industry as I am not directly involved here in New Brunswick,
although from my other ACAIRDN partners, I can talk about
the many small shellfish producers. Again, we have talked about
the funding programs, some of which we have lost, like IMAP,
and some of which have, as ACRDP has, basically taken out of
their program any production-related research. So we have kind
of lost that option. For smaller operators, even for smaller finfish
operators, it is great when you are big enough, you are vertically
integrated and you have the expertise in-house. Small operators
do not have that. They are mom and pop operations. They need
to be able to access DFO researchers and other expertise, and the
only way to get those experts to the table to help you with your
problem is through federal funding sources usually; sometimes
provincial funding sources can help as well. The Province of New
Brunswick, especially, has been well behind us on a lot of these
projects that I have mentioned, but federal funding is something
the industry cannot do without.
Mme House : Je ne peux pas vraiment dire ce qu’il en est de
l’industrie des mollusques, étant donné que je ne participe pas
directement aux activités ici, au Nouveau-Brunswick. Toutefois,
je peux vous parler des nombreux petits producteurs de
mollusques, du point de vue de mes autres partenaires de
l’ACAIRDN. Encore une fois, nous avons parlé des
programmes de financement. Nous en avons perdu certains,
comme le PGIA, tandis que pour d’autres, comme le PCRDA, on
a essentiellement éliminé du programme toute recherche liée à la
production. Nous avons donc perdu cette possibilité, en quelque
sorte. Pour les plus petits exploitants, même ceux du secteur des
poissons à nageoires... Lorsqu’une entreprise atteint la taille
suffisante pour avoir une intégration verticale et pour compter sur
une expertise à l’interne, c’est formidable. Or, ce n’est pas le cas
des petits exploitants. Ce sont des entreprises familiales. Elles
doivent pouvoir avoir accès aux chercheurs du MPO et à d’autres
experts. Habituellement, le financement de sources fédérales est la
seule façon d’obtenir l’aide de ces experts pour régler un
problème. Parfois, le financement de sources provinciales peut
aussi être utile. Le Nouveau-Brunswick, en particulier, nous a
appuyés pour bon nombre de projets dont j’ai parlé, mais
l’industrie ne peut se passer du financement fédéral.
Senator Meredith: You talk about collaborators, Michael, and
you are one of the four largest players here in Canada, Marine
Harvest being the other and there are a couple of others.
Le sénateur Meredith : Vous parlez de collaborateurs, Michael,
et vous êtes l’un des quatre plus grands acteurs au Canada. Il y a
Marine Harvest ainsi que deux autres intervenants.
You mentioned, Ms. Plouffe, this with respect to the smaller
farms. I know that you are focusing on salmon, but what about
collaboration with those industries as you grow your industries
and branch out? Yesterday we toured scallop producers in Gaspé
Madame Plouffe, vous avez parlé de cet aspect par rapport aux
plus petites fermes piscicoles. Je sais que vous vous concentrez sur
l’élevage du saumon, mais qu’en est-il de la collaboration avec ces
industries au moment où votre industrie est en croissance et que
14:156
Fisheries and Oceans
20-11-2014
and we have toured the plants of other shell producers. What are
your thoughts on collaboration with that type of producer going
forward?
vous vous diversifiez? Hier, nous avons visité des producteurs de
pétoncles, à Gaspé, et nous avons visité les usines des producteurs
d’autres mollusques et crustacés. Que pensez-vous de la
collaboration avec ce genre de producteurs à l’avenir?
Mr. Szemerda: Well, obviously, salmon is our bread and butter
and that is our main business, but we have done research projects
on numerous different species in order to move that forward in
Canada. We have done trout, arctic char, cod, haddock, blue
mussels, kelps and we have applied for more. We have applied for
sea cucumbers, sea worms, sea scallops, but each one of those, as
everybody has mentioned, on the research and development side,
takes some time to develop. To be quite honest, it takes a long
time to get through the regulatory process. It took us eight years
from the time we put a mussel on a farm in a research project to
get approval to sell one, because of the regulatory process that we
had to go through. We have spent over five or six years trying to
get an application to put sea scallop on a farm. Once we have that
permission, I think we are always open to collaboration with
other smaller growers.
M. Szemerda : Eh bien, manifestement, le saumon est notre
spécialité et c’est là-dessus que nous misons, mais nous avons
mené des projets de recherche par rapport à diverses espèces pour
promouvoir ces industries au Canada. Nous avons mené des
recherches sur la truite, l’omble chevalier, la morue, l’aiglefin, la
moule bleue et les algues laminaires, et nous avons présenté des
demandes pour d’autres espèces. Ces demandes visent le
concombre de mer, le ver polychète et le pétoncle géant, mais
sur le plan de la R-D, comme tous l’ont mentionné, le
développement de chacune de ces espèces prend un certain
temps. Pour être honnête, franchir toutes les étapes du processus
de réglementation est très long. En raison de ce processus, pour la
moule, il nous a fallu huit ans pour passer de l’étape d’un projet
de recherche en installation à l’autorisation de vendre. Il nous a
fallu plus de cinq ou six ans pour obtenir l’autorisation d’élever le
pétoncle géant sur la ferme piscicole. Lorsque nous avons
l’autorisation, je pense que nous sommes toujours ouverts à la
collaboration avec d’autres petits exploitants.
You mentioned the scallop growers in the Gaspé, and we have
some in Passamaquoddy. For us to try to reinvent the wheel
makes really no sense. It makes more sense to collaborate with a
smaller grower that has expertise, and if we can get the licence and
then further that knowledge base of how to improve those
systems, then they benefit and we benefit. So we are always open
to collaborate with smaller growers, other species, and we are just
looking to broaden the acceptability and the opportunities for
aquaculture in Canada.
Vous avez mentionné les pectiniculteurs de la Gaspésie, et il y
en a dans la baie de Passamaquoddy. Il n’est pas logique d’essayer
de réinventer la roue. Il est plus logique de collaborer avec un
petit éleveur qui a l’expertise. Si nous pouvons obtenir le permis
pour ensuite accroître les connaissances sur la façon d’améliorer
ces systèmes, c’est avantageux pour eux et pour nous. Donc, nous
sommes toujours disposés à collaborer avec les petits exploitants
et les spécialistes d’autres espèces. Nous cherchons seulement à
accroître l’acceptabilité à l’égard de l’aquaculture et à favoriser les
occasions d’affaires dans ce secteur au Canada.
Senator Meredith: Thank you.
Le sénateur Meredith : Merci.
Senator Stewart Olsen: I am wondering how you see the future
unfolding. We have been told by several witnesses that there is
not much room for the expansion of finfish in New Brunswick.
Would Cooke look into closed containment? Are you looking at
expanding your business or just keeping the status quo? You
don’t have to share secrets. You can speak hypothetically.
La sénatrice Stewart Olsen : J’aimerais savoir comment vous
entrevoyez l’avenir. Plusieurs témoins nous ont dit qu’il y a peu de
marge de manœuvre pour la croissance des activités liées aux
poissons à nageoires au Nouveau-Brunswick. Cooke Aquaculture
regarde-t-elle du côté de l’élevage en circuit fermé? Cherchez-vous
à étendre vos activités ou le statu quo vous convient-il? Vous
n’avez pas à révéler vos secrets; cela peut être hypothétique.
Mr. Szemerda: Right now, we are not farming to the potential
that we could in New Brunswick. A lot of that has to do with our
access to products that we were talking about, with treatment
opportunities, with functional feeds. I just touched on some of the
research and development we have in sea lice projects and we are
continuing with other major ones in green technologies in order to
tackle sea lice.
M. Szemerda : Actuellement, nos activités d’élevage au
Nouveau-Brunswick n’ont pas atteint leur plein potentiel. C’est
beaucoup lié à ce dont nous parlions : l’accès aux produits, les
possibilités de traitement et les aliments fonctionnels. J’ai abordé
certains de nos projets de recherche et développement liés au pou
du poisson, et nous poursuivons nos importantes activités de
recherche dans le secteur des technologies vertes pour lutter
contre le pou du poisson.
We are still not up to our potential in New Brunswick. There
are still some opportunities to grow on the finfish side. There is
also opportunity to expand once again if the market dictates that
Nous n’avons toujours pas atteint notre plein potentiel au
Nouveau-Brunswick. Il y a toujours des possibilités de croissance
du côté des poissons à nageoires. Nous avons toujours la
20-11-2014
Pêches et océans
14:157
it is sustainable. When I say ‘‘sustainable,’’ I mean sustainable in
every way, that is, economically, socially and environmentally.
possibilité de diversifier de nouveau nos activités si les conditions
du marché en démontrent la viabilité. J’entends par là une
viabilité à tous les égards, soit sur les plans économique, social et
environnemental.
Other species may come into play. Certainly there has been
halibut, haddock, cod and there may be another species right
around the corner. So we always have our eyes open, and we will
continue to look for opportunities in order to do that.
D’autres espèces pourraient entrer en jeu. Il y a eu le flétan,
l’aiglefin et la morue, et il pourrait y en avoir d’autres. Donc, nous
sommes toujours à l’affût. Nous continuerons d’étudier les
possibilités de diversification.
I think the value is somewhere right around 90 million to
100 million tonnes of aquaculture products worldwide. Almost
half of that is plant-based. So there is a lot of opportunity, but it is
going to take more time and research and development projects to
develop markets and see where the markets are.
Je pense qu’à l’échelle mondiale, on parle d’une production
d’environ 90 à 100 millions de tonnes de produits d’aquaculture,
dont près de la moitié se fait en installation. Les occasions sont
donc nombreuses, mais il faudra plus de temps et plus d’activités
de R-D pour trouver ces marchés et les exploiter.
There are opportunities in New Brunswick. They need the right
timing; they need the right push to get them going. That is where I
see New Brunswick going, optimize what they have, continue to
be a sustainable industry in finfish and salmon, diversify in species
when the timing is right, diversify into plant-based and more
depositional products like sea cucumbers, filter feeding animals
like scallops, products that are valuable and can be marketed. I
am just speaking about the south coast of New Brunswick
because that is what I know best, but there are opportunities in
the north as well.
Il y a des possibilités au Nouveau-Brunswick. Il faut choisir le
bon moment et appuyer adéquatement la mise en œuvre de ces
projets. Voici ce que nous réserve l’avenir au NouveauBrunswick, à mon avis : on cherchera à optimiser les activités
actuelles; les industries des poissons à nageoires et du saumon
demeureront viables et il y aura une diversification vers d’autres
espèces lorsque la situation sera propice. Cette diversification
touchera les produits d’origine végétale et des produits des milieux
de sédimentation comme le concombre de mer, les animaux
filtreurs comme les pétoncles, des produits qui ont de la valeur et
qui peuvent être commercialisés. Étant donné que c’est le secteur
que je connais le mieux, je ne parle que de la côte Sud du
Nouveau-Brunswick, mais il y a aussi des possibilités dans le
Nord.
Senator Stewart Olsen: Thank you.
La sénatrice Stewart Olsen : Merci.
Senator Lovelace Nicholas: Betty, you mentioned other fish
health activities and you addressed other fish health concerns
such as bacterial kidney disease and ulcer disease. How does a fish
get kidney disease? Is it something new or was it always there?
La sénatrice Lovelace Nicholas : Betty, vous avez mentionné
d’autres activités liées à la santé du poisson et vous avez abordé
d’autres enjeux à cet égard, comme la rénibactériose et les ulcères.
Comment les poissons contractent-ils une maladie rénale? Est-ce
nouveau? Cela a-t-il toujours existé?
Ms. House: It is a bacterial disease and we have been dealing
with that since —
Mme House : C’est une maladie bactérienne contre laquelle
nous luttons depuis...
Mr. Szemerda: For 28 years.
M. Szemerda : Depuis 28 ans.
Ms. House: Yes, 28 years. It has been around since the
beginning, but a lot of the problem is again the diagnostic tools. It
is a curious little critter and Dr. Forward could tell you more
about it, but it is very hard to get a diagnostic tool that, as in
human health, does not give you a false positive or a false
negative. So we are still developing proper diagnostic tools to
assess our fish, and then there has also been a problem with access
to antibiotics or something to treat the fish that have this disease.
Mme House : Oui, 28 ans. Cela existe depuis le début, mais
encore une fois, le problème est en grande partie lié aux outils de
diagnostic. C’est une bactérie étrange, et M. Forward pourrait
vous en dire plus à ce sujet. Or, il faut savoir qu’il est très difficile,
comme en santé humaine, d’avoir un outil de diagnostic qui ne
donne pas un faux positif ou un faux négatif. Nous en sommes
donc encore à la conception d’outils de diagnostic pour les
poissons, et il y a également des problèmes quant à l’accès aux
antibiotiques ou à un médicament quelconque pour traiter les
poissons qui sont atteints de cette maladie.
Senator Lovelace Nicholas: Is it because of a lack of funding?
La sénatrice Lovelace Nicholas : Est-ce attribuable à un
manque de financement?
Ms. House: That is a big question. I would say that is what it
comes down to. I mean if you talk to a lot of pharmaceutical
companies they are not even putting money into human
Mme House : C’est une excellente question. Je dirais que c’est
le nœud du problème. Ce que je veux dire, c’est que les grandes
sociétés pharmaceutiques ne financent plus la recherche sur les
14:158
Fisheries and Oceans
20-11-2014
antibiotics and drugs anymore. They are putting money into
Viagra and things that bring a lot of money back, but they are not
investing in the real important things. So for fish it is even further
down the priority list.
antibiotiques et les médicaments destinés aux humains. Elles
investissent dans le Viagra et des choses qui sont très rentables,
mais elles n’investissent plus dans ce qui est vraiment important.
Donc, par rapport au poisson, c’est encore plus bas sur la liste des
priorités.
Senator Lovelace Nicholas: Sorry to hear that, but thank you.
La sénatrice Lovelace Nicholas : Je suis désolée de l’entendre;
merci de la réponse.
Ms. House: Yes, no problem.
Mme House : Il n’y a pas de quoi.
The Chair: Thank you to our panelists this evening for taking
the time to be with us. We have received a lot of information here
today, and whether our report is ready in June of next year
remains to be seen. Certainly we want to thank you for the
opportunity to visit your facilities the other day and also for
taking the time this evening to come and explain and present to us
information that will certainly form part of our study.
Le président : Je remercie nos témoins d’avoir pris le temps de
venir ici ce soir. Nous avons reçu beaucoup de renseignements
aujourd’hui. Quant à savoir si notre rapport sera prêt en juin
prochain, cela reste à voir. Nous tenons à vous remercier de nous
avoir permis de visiter vos installations l’autre jour et d’avoir pris
le temps de venir au comité ce soir pour nous donner des
explications et des renseignements qui seront certainement utiles
pour notre étude.
I will conclude by saying if in the next three, four, five months
as we continue with our study, something comes across your desk
at your place of business that you think would be beneficial to us
in preparing our report, feel free to contact the committee and
pass it on. Do not be limited by your appearance here today.
En terminant, je dirais qu’au cours des trois, quatre ou cinq
prochains mois que durera notre étude, si vous avez des
renseignements que vous estimez utiles pour la préparation de
notre rapport, vous êtes libres de communiquer avec le comité
pour lui transmettre ces informations. Ne vous limitez pas à votre
comparution au comité aujourd’hui.
I would now like to welcome our final witness for today. We
are delighted to have Mr. Randy Angus with us this evening.
J’aimerais maintenant souhaiter la bienvenue à notre dernier
témoin d’aujourd’hui. Nous sommes heureux d’accueillir
M. Randy Angus ce soir.
Mr. Angus, I understand you have some opening remarks. The
floor is yours, sir.
Monsieur Angus, je crois savoir que vous avez un exposé. La
parole est à vous.
Randy Angus, Director, Integrated Resource Management,
Mi’kmaq Confederacy of Prince Edward Island: Thank you and
good evening. My name is Randy Angus and I work with the
Mi’kmaq Confederacy of Prince Edward Island.
Randy Angus, directeur, Gestion intégrée des ressources,
Mi’kmaq Confederacy of Prince Edward Island : Bonsoir, et
merci. Je m’appelle Randy Angus et je représente avec la
confédération des Mi’kmaq de l’Île-du-Prince-Édouard.
The Mi’kmaq Confederacy of Prince Edward Island is a
common forum for the two P.E.I. First Nations to address
outstanding issues related to Aboriginal and treaty rights. It is a
tribal council and provincial territorial organization governed by
a board of directors with membership from the band councils of
Abegweit and Lennox Island First Nations. It provides a common
forum for the two First Nations and is the unified voice for the
advancement of treaty and Aboriginal rights.
La confédération des Mi’kmaq de l’Île-du-Prince-Édouard est
une tribune commune qui permet aux deux Premières Nations de
l’Île-du-Prince-Édouard de traiter des questions en suspens
relatives aux droits ancestraux et aux droits issus de traités. La
confédération est un conseil tribal et une organisation provinciale
territoriale dont la direction est assurée par un conseil
d’administration formé de membres des conseils de bande des
Premières Nations d’Abegweit et de Lennox. La confédération est
une tribune commune pour les deux Premières Nations et est la
porte-parole pour les questions concernant les droits issus de
traités et les droits ancestraux et la défense de ces droits.
Aboriginal groups have unique rights and title regarding
coastal resources and lands. Section 35 of the Constitution Act,
1982, affirms the existence of Aboriginal rights and treaty rights
in Canada. Aboriginal rights are rights which stem from past
practices and occupation of certain territory and/or use of its
resources. Aboriginal title, which is territorial in nature, has now
been recognized when sufficient occupation is demonstrated,
particularly with respect to the nature of the land and the manner
in which it is commonly used.
Les groupes autochtones jouissent de droits et de titres
exclusifs en ce qui concerne les ressources et les terres côtières.
L’article 35 de la Loi constitutionnelle de 1982 confirme les droits
des Autochtones et les droits issus de traités au Canada. Les droits
ancestraux sont des droits qui découlent de pratiques ancestrales
et de l’occupation de certains territoires ou de l’exploitation de ses
ressources. Les titres autochtones, qui sont de nature territoriale,
sont désormais reconnus lorsqu’il est possible de démontrer
l’occupation suffisante, en particulier en ce qui concerne la nature
des terres et leur mode d’utilisation ordinaire.
20-11-2014
Pêches et océans
14:159
The Mi’kmaq of Prince Edward Island claim Aboriginal title to
the lands and waters of Prince Edward Island and adjacent areas
of the offshore, and maintain that they did not give up their land
rights through treaty, voluntary cessation or otherwise.
Les Mi’kmaq de l’Île-du-Prince-Édouard revendiquent un titre
ancestral sur les terres et les eaux de l’Île-du-Prince-Édouard et
sur les régions extracôtières adjacentes; ils affirment qu’ils n’ont
pas concédé leurs droits territoriaux dans le cadre de traités, par
cessation volontaire, ou autrement.
I am the Director of Integrated Resource Management for the
Mi’kmaq Confederacy of Prince Edward Island. My job title was
created very specifically based on the Mi’kmaq understanding,
garnered over thousands of years, that everything is linked or
integrated to each other. Physical processes, biological processes,
chemical processes are all interrelated and integrated to make our
world around us. In other words, every action that we undertake
has an impact on some part of our environment. Aquaculture
development is one of my mandates. Aquaculture leads to
sustainable use of resources and to employment.
Je suis directeur de la gestion intégrée des ressources pour le
compte de la confédération des Mi’kmaq de l’Île-du-PrinceÉdouard. Mon poste a été créé très spécifiquement en fonction de
la vision micmaque, acquise sur des milliers d’années, selon
laquelle tous les aspects sont liés ou intégrés. Les processus
physiques, les processus biologiques ainsi que les processus
chimiques sont tous liés et s’intègrent ensemble pour former le
monde autour de nous. Autrement dit, toute action que nous
entreprenons a une incidence sur une certaine partie de notre
environnement. L’exploitation aquacole est l’un de mes mandats.
L’aquaculture mène à l’utilisation durable des ressources et à la
création d’emplois.
Sustainable aquaculture development has the potential to
restore coastal First Nations to thriving, self-sustaining
communities through increased employment, revenue and
control over their ancestral territories. We have well positioned
communities adjacent to waterways.
L’exploitation aquacole durable a le potentiel de rétablir les
Premières Nations côtières pour qu’elles redeviennent des
collectivités florissantes et autosuffisantes gr â ce à
l’accroissement de l’emploi, des revenus et de gouvernance des
territoires ancestraux. Nous avons des collectivités bien
positionnées, adjacentes aux voies maritimes.
Our two Aboriginal communities in Prince Edward Island are
expressing interest to learn more and get involved in new
opportunities in the aquaculture sector. In response to this
increased interest the Department of Fisheries and Oceans, in
partnership with Aboriginal Affairs and Northern Development,
have implemented the Aboriginal Aquaculture in Canada
Initiative. One of our communities has accessed funding
through this program and we hope it continues so both bands
can benefit from this.
Nos deux collectivités autochtones expriment un intérêt à
apprendre davantage et à participer aux nouvelles possibilités du
secteur aquicole. En réponse à cet intérêt accru, le ministère des
Pêches et des Océans, en partenariat avec Affaires autochtones et
Développement du Nord, a mis en œuvre l’Initiative
d’aquaculture autochtone au Canada. L’une de nos collectivités
a obtenu du financement dans le cadre de ce programme, et nous
espérons qu’il sera maintenu, de façon à ce que les deux bandes
puissent en bénéficier.
Lack of capital is a real issue. For most aquaculture enterprises
it takes a minimum of three years before operations see a positive
cash flow. In the interim, debt must be serviced and salaries and
other operating expenses paid. In most if not all cases band
funding of the enterprise would be exhausted in the process of
developing the aquaculture site beyond the experimental stage.
Le manque de capital est un problème réel. Pour la plupart des
entreprises aquicoles, il faut un minimum de trois ans avant que
les activités produisent une encaisse positive. Entre-temps, la dette
doit être amortie, et les salaires et d’autres dépenses de
fonctionnement doivent être payés. Dans la plupart des cas,
sinon tous, le financement de l’entreprise par la bande autochtone
serait épuisé au cours du processus d’aménagement du site
aquicole au-delà du stade expérimental.
An aquaculture investment by the Government of Canada
would greatly benefit First Nation communities through
employment, capacity development, food security and allow
profits to be put back where they are most needed, in the
communities.
Un investissement dans l’aquaculture par le gouvernement du
Canada serait très avantageux pour les collectivités autochtones;
cela favoriserait la création d’emplois, le renforcement de la
capacité et la sécurité alimentaire, et cela permettrait aussi de
réinvestir les profits là où les besoins sont les plus criants, c’est-àdire dans les collectivités.
Land based aquaculture opportunities, specifically
recirculating aquaculture systems, which are known as RAS, for
Atlantic salmon are seen as a positive, environmentally
sustainable opportunity for Prince Edward Island First Nations.
Les possibilités d’aquaculture terrestre, en particulier les
systèmes d’aquaculture en parc clos, pour le saumon de
l’Atlantique, sont perçues comme une occasion positive et
écologiquement durable pour les Premières Nations de l’Île-duPrince-Édouard.
14:160
Fisheries and Oceans
20-11-2014
There is a concern that the current government is reducing
regulatory impact and is downloading reporting requirements to
the industry. Proposed regulatory changes to regulations
functionally exempt aquaculture operations from the general
provisions under subsection 36(3) of the Fisheries Act which
prohibits the deposit of deleterious substances into water
frequented by fish. They will allow the deposit of pesticides and
drugs into the aquatic environment as long as they are authorized
for use under the Pest Control Products Act or the Food and
Drugs Act.
On s’inquiète du fait que le gouvernement actuel réduit l’effet
des règlements et qu’il refile les responsabilités en matière de
reddition de comptes à l’industrie. Les modifications
réglementaires proposées auraient pour effet de soustraire les
activités aquicoles aux dispositions générales du paragraphe 36(3)
de la Loi sur les pêches, qui interdit le dépôt de substances nocives
dans les eaux où vivent les poissons. Les modifications envisagées
permettront le dépôt de pesticides et de médicaments dans
l’environnement aquatique, à condition que leur utilisation soit
autorisée en vertu de la Loi sur les produits antiparasitaires ou de
la Loi sur les aliments et drogues.
The basic premise of the proposed changes to the Fisheries Act
is that registration under legislation managed by Health Canada
is adequate to ensure aquatic environmental protection.
Le fondement des modifications proposées à la Loi sur les
pêches est que l’homologation aux termes de la loi, gérée par
Santé Canada, est suffisante pour protéger l’environnement
aquatique.
This premise is not supportable for a number of reasons.
Although registration under the Pest Control Products Act
involves an aquatic risk determination, that risk assessment is
done by an agency that does not have a singular environmental
protection mandate such as DFO has under the Fisheries Act.
Ce fondement n’est pas justifiable, et ce, pour un certain
nombre de raisons. Bien que l’homologation aux termes de la Loi
sur les produits antiparasitaires comporte la détermination du
risque aquatique, cette évaluation du risque est effectuée par un
organisme qui n’a pas de mandat particulier en matière de
protection de l’environnement, comme c’est le cas du MPO en
vertu de la Lo sur les pêches.
Our concerns are that the real reason for these regulations is to
allow the industry access to a wider array of more powerful
pesticides and drugs which would be challenged by the current
Fisheries Act provisions based on an understanding of their high
environmental risk. This puts the environment at risk and
protection of the environment is paramount to the Prince
Edward Island First Nations. We will strenuously object to any
attempts to degrade it.
Nos préoccupations sont que la raison réelle de ces règlements
est de permettre à l’industrie d’accéder à un plus large éventail de
pesticides et de médicaments plus puissants qui seraient contestés
aux termes des dispositions actuelles de la Loi sur les pêches, en
fonction de l’interprétation du risque environnemental élevé qu’ils
représentent. Cela met l’environnement à risque alors que la
protection de l’environnement est de la plus haute importance
pour les Premières Nations de l’Île-du-Prince-Édouard. Nous
nous opposerons vigoureusement à toute tentative de le dégrader.
Finally, in Prince Edward Island we potentially will have to
deal with the reconciliation of provincial and federal jurisdictions.
The management of aquaculture in Prince Edward Island is
unique among the provinces. In 1928 an agreement was signed
between the Dominion of Canada and Prince Edward Island
granting the federal government responsibility for aquaculture
leasing in Prince Edward Island. The Governments of Canada
and Prince Edward Island reaffirmed this agreement in a 1987
agreement for commercial aquaculture development. Based on
these agreements DFO has adopted management measures
designed specifically for the Prince Edward Island aquaculture
sector and maintains their jurisdiction over aquaculture leasing.
Enfin, à l’Île-du-Prince-Édouard, il est possible que nous ayons
à composer avec le rapprochement des compétences provinciale et
fédérale. La gestion de l’aquaculture à l’Île-du-Prince-Édouard est
unique parmi les provinces. En 1928, une entente a été conclue
entre le Dominion du Canada et l’Île-du-Prince-Édouard; elle
confiait au gouvernement fédéral la responsabilité des baux
aquacoles à l’Île-du-Prince-Édouard. Les gouvernements du
Canada et de l’Île-du-Prince-Édouard ont confirmé cette entente
en 1987, dans l’Entente pour le développement de l’aquaculture
commerciale. En se fondant sur ces ententes, le MPO a adopté des
mesures de gestion conçues spécifiquement pour le secteur
aquacole de l’Île-du-Prince-Édouard et maintient sa compétence
en matière de baux aquacoles.
The Fisheries Act in Prince Edward Island gives the minister
the authority to make regulations in relation to aquaculture
including the training of aquaculturists, demonstrating
aquaculture techniques and operations, and undertaking
development projects for the improvement of aquaculture
landing sites and licenses processing facilities.
Par rapport à l’Île-du-Prince-Édouard, la Loi sur les pêches
confère au ministre le pouvoir de prendre des règlements
relativement à l’aquaculture, y compris la formation des
aquaculteurs, la démonstration d’activités et de techniques
aquacoles, la mise en œuvre de projets d’aménagement en vue
de l’amélioration des sites de débarquement aquacoles et
d’accorder les permis relatifs aux installations de transformation.
20-11-2014
Pêches et océans
In conclusion, we have many challenges ahead, but we feel the
future prospects are positive and we look forward to joining this
rapidly expanding industry.
14:161
En conclusion, nous avons plusieurs défis devant nous, mais
nous croyons que les perspectives futures sont positives et nous
attendons avec impatience de nous joindre à cette industrie en
expansion rapide.
Thank you.
Merci.
The Chairman: Thank you, Mr. Angus.
Le président : Merci, monsieur Angus.
Senator Poirier: Thank you for your presentation.
La sénatrice Poirier : Merci de cet exposé.
On the first page of your presentation you mentioned that one
of the First Nation communities in Prince Edward Island had
received funding and you were hoping the other one would be
receiving it, if I remember correctly. The one that did receive the
funding, are they doing aquaculture now? At what stage of the
aquaculture development are they? How long have they been
doing it? Are they successful? Just give me a little background on
that.
À la première page de votre document, si je me rappelle bien,
vous avez mentionné qu’une des collectivités des Premières
Nations de l’Île-du-Prince-Édouard a reçu du financement et
que vous espériez que l’autre en recevrait aussi. La collectivité qui
a reçu du financement s’est-elle lancée dans l’aquaculture? À
quelle étape en est-elle quant au développement de l’aquaculture?
Depuis quand mène-t-elle ces activités? Est-ce une réussite?
J’aimerais simplement avoir des informations à ce sujet.
Mr. ANGUS: The band is Abegweit First Nation. They have
an aquaculture facility now that is constructed. It was completed
March 31 of last year. It is a unique project. It is raising Atlantic
salmon and speckled trout for enhancement purposes in Prince
Edward Island, but it is defined as aquaculture. I see from the
news you were in Prince Edward Island. We could have invited
you down to see it. It is about 25 minutes out of Charlottetown.
They are currently raising 120,000 Atlantic salmon and I think
this year around 80,000 speckled trout. They are to be released
back into streams to enhance the streams after they have been
cleaned. It is Abegweit’s attempt to bolster the numbers of
Atlantic salmon and speckled trout in P.E.I. so that they can
resume their food, social and ceremonial fisheries which had been
curtailed because of the low numbers of Atlantic salmon.
M. Angus : La bande en question est la Première Nation
d’Abegweit. Une installation d’aquaculture a été construite; la
construction a été terminée le 31 mars de l’an dernier. Il s’agit
d’un projet unique. On y élève du saumon de l’Atlantique et de la
truite mouchetée à des fins de mise en valeur à l’Île-du-PrinceÉdouard, mais c’est considéré comme de l’aquaculture. En
écoutant le bulletin de nouvelles, j’ai appris que vous êtes all&eacut