First Session Première session de la Forty-first Parliament, 2011-12

First Session Première session de la Forty-first Parliament, 2011-12
First Session
Forty-first Parliament, 2011-12
Première session de la
quarante et unième législature, 2011-2012
Proceedings of the Standing
Senate Committee on
Délibérations du Comité
sénatorial permanent des
Fisheries AND OCEANS
Pêches ET DES OCÉANS
Chair:
The Honourable FABIAN MANNING
Président :
L’honorable FABIAN MANNING
Thursday, November 29, 2012
Friday, November 30, 2012
Le jeudi 29 novembre 2012
Le vendredi 30 novembre 2012
Issue No. 12
Fascicule no 12
Ninth, tenth, eleventh
and twelfth meetings on:
Neuvième, dixième, onzième
et douzième réunions concernant :
The study on the lobster fishery
in Atlantic Canada and Quebec
L’étude de la pêche au homard au Canada
atlantique et au Québec
WITNESSES:
(See back cover)
TÉMOINS :
(Voir à l’endos)
49869-49873-49874-49875
STANDING SENATE COMMITTEE ON
FISHERIES AND OCEANS
COMITÉ SÉNATORIAL PERMANENT DES
PÊCHES ET DES OCÉANS
The Honourable Fabian Manning, Chair
Président : L’honorable Fabian Manning
The Honourable Elizabeth Hubley, Deputy Chair
Vice-présidente : L’honorable Elizabeth Hubley
and
et
The Honourable Senators:
Les honorables sénateurs :
* Cowan
(or Tardif)
Harb
Hubley
* LeBreton, P.C.
(or Carignan)
Lovelace Nicholas
MacDonald
McInnis
Munson
Oliver
Poirier
Raine
Unger
Watt
* Cowan
(ou Tardif)
Harb
Hubley
* LeBreton, C.P.
(ou Carignan)
Lovelace Nicholas
MacDonald
*Ex officio members
* Membres d’office
(Quorum 4)
(Quorum 4)
Published by the Senate of Canada
Available on the Internet: http://www.parl.gc.ca
Publié par le Sénat du Canada
Disponible sur internet: http://www.parl.gc.ca
McInnis
Munson
Oliver
Poirier
Raine
Unger
Watt
30-11-2012
Pêches et océans
MINUTES OF PROCEEDING
PROCÈS-VERBAUX
MONCTON, Thursday, November 29, 2012
(30)
MONCTON, le jeudi 29 novembre 2012
(30)
[English]
12:3
[Traduction]
The Standing Senate Committee on Fisheries and Oceans met
this day at 9:10 a.m., in the Rendez-vous Room, Future Inns
Moncton, the chair, the Honourable Fabian Manning, presiding.
Le Comité sénatorial permanent des pêches et des océans se
réunit aujourd’hui, à 9 h 10, dans la salle Rendez-vous de l’hôtel
Future Inns Moncton, sous la présidence de l’honorable Fabian
Manning (président).
Members of the committee present: The Honourable Senators
Hubley, Manning, McInnis, Poirier and Unger (5).
Membres du comité présents : Les honorables sénateurs
Hubley, Manning, McInnis, Poirier et Unger (5).
In attendance: Odette Madore, Analyst, Parliamentary
Information and Research Services, Library of Parliament;
Mona Ishack, Communications Officer, Communications
Directorate of the Senate.
Également présentes : Odette Madore, analyste, Service
d’information et de recherche parlementaires, Bibliothèque du
Parlement; et Mona Ishack, agente de communications, Direction
des communications du Sénat.
Also present: The official reporters of the Senate.
Aussi présents : Les sténographes officiels du Sénat.
Pursuant to the order of reference adopted by the Senate on
Thursday, March 8, 2012, the committee continued to examine
issues relating to the lobster fishery in Atlantic Canada and
Quebec. (For complete text of the order of reference, see
proceedings of the committee, Issue no. 6.)
Conformément à l’ordre de renvoi adopté par le Sénat
le jeudi 8 mars 2012, le comité poursuit son examen des
questions relatives à la pêche au homard au Canada atlantique
et au Québec. (Le texte intégral de l’ordre de renvoi figure au
fascicule no 6 des délibérations du comité.)
WITNESSES:
TÉMOINS :
Government of New Brunswick:
Gouvernement du Nouveau-Brunswick :
The Honourable Michael Olscamp, MLA, Minister of
Agriculture, Aquaculture and Fisheries;
L’honorable Michael Olscamp, MAL, ministre de
l’Agriculture, de l’Aquaculture et des Pêches;
Joseph LaBelle, Director, Policy, Advocacy and Strategic
Projects Branch, Department of Agriculture, Aquaculture
and Fisheries;
Joseph LaBelle, directeur, Direction des politiques, de la
promotion et des projets stratégiques, Ministère de
l’Agriculture, de l’Aquaculture et des Pêches;
Gilles LeBlanc, Senior Processing Development Officer,
Business Development Branch, Department of Agriculture,
Aquaculture and Fisheries.
Gilles LeBlanc, agent principal de développement de la
transformation, Direction du développement des entreprises,
Ministère de l’Agriculture, de l’Aquaculture et des Pêches.
Government of Prince Edward Island:
Gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouard :
The Honourable Ron W. MacKinley, MLA, Minister of
Fisheries, Aquaculture and Rural Development;
L’honorable Ron W. MacKinley, MAL, ministre des Pêches,
de l’Aquaculture et du Développement rural;
Richard Gallant, Deputy Minister, Department of Fisheries,
Aquaculture and Rural Development;
Richard Gallant, sous-ministre, Ministère des Pêches, de
l’Aquaculture et du Développement rural;
Barry MacPhee, Director, Department of Fisheries,
Aquaculture and Rural Development.
Barry MacPhee, directeur, Ministère des Pêches, de
l’Aquaculture et du Développement rural.
It was agreed that coverage by electronic media of the
committee’s public proceedings with the least possible
disruption of its hearings be permitted.
Il est convenu de permettre la diffusion des délibérations
publiques du comité par les médias d’information électroniques
de manière à déranger le moins possible ses travaux.
Minister Olscamp made a statement and, together with Messrs.
LaBelle and LeBlanc, answered questions.
M. Olscamp fait une déclaration puis, avec MM. LaBelle et
LeBlanc, répond aux questions.
At 10:30 a.m., the committee suspended.
À 10 h 30, la séance est suspendue.
At 10:40 a.m., the committee resumed.
À 10 h 40, la séance reprend.
12:4
Fisheries and Oceans
30-11-2012
Minister MacKinley and Mr. Gallant made a statement and,
together with Mr. MacPhee, answered questions.
MM. MacKinley et Gallant font une déclaration puis, avec
M. MacPhee, répondent aux questions.
At 12:10 p.m., the committee adjourned to the call of the chair.
À 12 h 10, le comité s’ajourne jusqu’à nouvelle convocation de
la présidence.
ATTEST:
MONCTON, Thursday, November 29, 2012
(31)
[English]
ATTESTÉ :
MONCTON, le jeudi 29 novembre 2012
(31)
[Traduction]
The Standing Senate Committee on Fisheries and Oceans met
this day at 2:05 p.m., in the Rendez-vous Room, Future Inns
Moncton, the chair, the Honourable Fabian Manning, presiding.
Le Comité sénatorial permanent des pêches et des océans se
réunit aujourd’hui, à 14 h 5, dans la salle Rendez-vous de l’hôtel
Future Inns Moncton, sous la présidence de l’honorable Fabian
Manning (président).
Members of the committee present: The Honourable Senators
Harb, Hubley, Manning, McInnis, Poirier and Unger (6).
Membres du comité présents : Les honorables sénateurs Harb,
Hubley, Manning, McInnis, Poirier et Unger (6).
Other senator present: The Honourable Senator Stewart Olsen (1).
Autre sénateur présent : L’honorable sénateur Stewart Olsen (1).
In attendance: Odette Madore, Analyst, Parliamentary
Information and Research Services, Library of Parliament;
Mona Ishack, Communications Officer, Communications
Directorate of the Senate.
Également présentes : Odette Madore, analyste, Service
d’information et de recherche parlementaires, Bibliothèque du
Parlement; et Mona Ishack, agente de communications, Direction
des communications du Sénat.
Also present: The official reporters of the Senate.
Aussi présents : Les sténographes officiels du Sénat.
Pursuant to the order of reference adopted by the Senate on
Thursday, March 8, 2012, the committee continued to examine
issues relating to the lobster fishery in Atlantic Canada and
Quebec. (For complete text of the order of reference, see
proceedings of the committee, Issue No. 6.)
Conformément à l’ordre de renvoi adopté par le Sénat
le jeudi 8 mars 2012, le comité poursuit son examen des
questions relatives à la pêche au homard au Canada atlantique
et au Québec. (Le texte intégral de l’ordre de renvoi figure au
fascicule no 6 des délibérations du comité.)
WITNESSES:
TÉMOINS :
Prince Edward Island Fishermen’s Association:
Prince Edward Island Fishermen’s Association :
Mike McGeoghegan, President;
Mike McGeoghegan, président;
Ian MacPherson, Executive Director.
Ian MacPherson, directeur général.
Fish, Food and Allied Workers:
Keith Sullivan, Market Analyst.
Alliance des pêcheurs professionnels du Québec:
O’Neil Cloutier, Vice-President.
Maritime Fishermen’s Union:
Fish, Food and Allied Workers :
Keith Sullivan, analyste de marchés.
Alliance des pêcheurs professionnels du Québec :
O’Neil Cloutier, vice-président.
Union des pêcheurs des Maritimes :
Christian Brun, Executive Secretary;
Christian Brun, secrétaire exécutif;
Reginald Comeau, Regional Coordinator.
Reginald Comeau, coordonnateur régional.
LFA 24 Lobster Advisory Board:
LFA 24 Lobster Advisory Board :
Norman Peters, President, North Shore Fisherman’s
Association;
Norman Peters, président, North Shore Fisherman’s
Association;
Peter Boertien, President, Eastern Kings Fisherman’s
Association.
Peter Boertien, président, Eastern Kings Fisherman’s
Association.
LFA 25 Lobster Advisory Board:
Lee Knox, President, Prince County Fisherman’s Association.
LFA 25 Lobster Advisory Board :
Lee Knox, président, Prince County Fisherman’s Association.
30-11-2012
Pêches et océans
Maritime Fishermen’s Union:
Carl Allen, Fisherman;
Réjean Comeau, Fisherman.
Regroupement des pêcheurs professionnels du sud de la Gaspésie:
O’Neil Cloutier, Executive Director.
Eastern Shore Fishermen’s Protective Association:
Peter Connors, President.
LFA 26A Lobster Advisory Board:
Bobby Jenkins, President, Southern Kings and Queens
Fisherman’s Association.
Western Gulf Fisherman’s Association:
Craig Avery, President.
Gulf of Nova Scotia Fishermen’s Coalition:
Leonard Leblanc, President.
Messrs. MacPherson, Sullivan, Cloutier and Brun each made a
statement and, together with Messrs. McGeoghegan and
Comeau, answered questions.
Union des pêcheurs des Maritimes :
Carl Allen, pêcheur;
Réjean Comeau, pêcheur.
Regroupement des pêcheurs professionnels du Sud de la Gaspésie :
O’Neil Cloutier, directeur général.
Eastern Shore Fishermen’s Protection Association :
Peter Connors, président.
LFA 26A Lobster Advisory Board :
Bobby Jenkins, président, Southern Kings and Queens
Fisherman’s Association.
Western Gulf Fisherman’s Association :
Craig Avery, président.
Gulf of Nova Scotia Fishermen’s Coalition :
Leonard Leblanc, président.
MM. MacPherson, Sullivan, Cloutier et Brun font chacun une
déclaration puis, avec MM. McGeoghegan et Comeau, répondent
aux questions.
At 3:52 p.m., the committee suspended.
À 15 h 52, la séance est suspendue.
At 4:03 p.m., the committee resumed.
À 16 h 3, la séance reprend.
Messrs. Knox, Boertien, Peters, Cloutier, Allen and Comeau
each made a statement and answered questions.
12:5
MM. Knox, Boertien, Peters, Cloutier, Allen et Comeau font
chacun une déclaration, puis, répondent aux questions.
At 5:29 p.m., the committee suspended.
À 17 h 29, la séance est suspendue.
At 5:39 p.m., the committee resumed.
À 17 h 39, la séance reprend.
Messrs. Connors, Jenkins, Avery, Leblanc, Sullivan and
MacPherson each made a statement and answered questions.
MM. Connors, Jenkins, Avery, Leblanc, Sullivan et
MacPherson font chacun une déclaration, puis, répondent aux
questions.
At 7:05 p.m., the committee adjourned to the call of the chair.
À 19 h 5, le comité s’ajourne jusqu’à nouvelle convocation de la
présidence.
ATTEST:
MONCTON, Friday, November 30, 2012
(32)
[English]
ATTESTÉ :
MONCTON, le vendredi 30 novembre 2012
(32)
[Traduction]
The Standing Senate Committee on Fisheries and Oceans met
this day at 9:05 a.m., in the Rendez-vous Room, Future Inns
Moncton, the chair, the Honourable Fabian Manning, presiding.
Le Comité sénatorial permanent des pêches et des océans se
réunit aujourd’hui, à 9 h 5, dans la salle Rendez-vous de l’hôtel
Future Inns Moncton, sous la présidence de l’honorable Fabian
Manning (président).
Members of the committee present: The Honourable Senators
Hubley, Harb, Manning, McInnis, Poirier and Unger (6).
Membres du comité présents : Les honorables sénateurs
Hubley, Harb, Manning, McInnis, Poirier et Unger (6).
In attendance: Odette Madore, Analyst, Parliamentary
Information and Research Services, Library of Parliament;
Mona Ishack, Communications Officer, Communications
Directorate of the Senate.
Également présentes : Odette Madore, analyste, Service
d’information et de recherche parlementaires, Bibliothèque du
Parlement; et Mona Ishack, agente de communications, Direction
des communications du Sénat.
Also present: The official reporters of the Senate.
Aussi présents : Les sténographes officiels du Sénat.
12:6
Fisheries and Oceans
30-11-2012
Pursuant to the order of reference adopted by the Senate on
Thursday, March 8, 2012, the committee continued to examine
issues relating to the lobster fishery in Atlantic Canada and
Quebec. (For complete text of the order of reference, see
proceedings of the committee, Issue No. 6.)
Conformément à l’ordre de renvoi adopté par le Sénat
le jeudi 8 mars 2012, le comité poursuit son examen des
questions relatives à la pêche au homard au Canada atlantique
et au Québec. (Le texte intégral de l’ordre de renvoi figure au
fascicule no 6 des délibérations du comité.)
WITNESSES:
TÉMOINS :
Nova Scotia Fishpackers Association:
Nova Scotia Fishpackers Association :
Marc Surette, Executive Director.
Acadian Fishermen’s Co-operative Association Ltd.:
Jeff Malloy, General Manager and C.E.O. and President of the
Prince Edward Island Seafood Processors Association.
Atlantic Policy Congress of First Nations Chiefs:
Rick Simon, Director of Fisheries.
Messrs. Surette and Malloy each made a statement and
answered questions.
Marc Surette, directeur général.
Association coopérative des pêcheurs acadiens Ltée :
Jeff Malloy, directeur général et chef de la direction, président
de la Prince Edward Island Seafood Processors Association.
Atlantic Policy Congress of First Nations Chiefs :
Rick Simon, directeur des Pêches.
MM. Surette et Malloy font chacun une déclaration, puis,
répondent aux questions.
At 10:56 a.m., the committee suspended.
À 10 h 56, la séance est suspendue.
At 11:10 a.m., the committee resumed.
À 11 h 10, la séance reprend.
Mr. Simon made a statement and answered questions.
M. Simon fait une déclaration, puis, répond aux questions.
At 12:15 p.m., the committee adjourned to the call of the chair.
ATTEST:
MONCTON, Friday, November 30, 2012
(33)
[English]
À 12 h 15, le comité s’ajourne jusqu’à nouvelle convocation de
la présidence.
ATTESTÉ :
MONCTON, le vendredi 30 novembre 2012
(33)
[Traduction]
The Standing Senate Committee on Fisheries and Oceans met
this day at 1:10 p.m., in the Rendez-vous Room, Future Inns
Moncton, the chair, the Honourable Fabian Manning, presiding.
Le Comité sénatorial permanent des pêches et des océans se
réunit aujourd’hui, à 13 h 10, dans la salle Rendez-vous de l’hôtel
Future Inns Moncton, sous la présidence de l’honorable Fabian
Manning (président).
Members of the committee present: The Honourable Senators
Harb, Manning, Poirier and Unger (4).
Membres du comité présents : Les honorables sénateurs Harb,
Manning, Poirier et Unger (4).
In attendance: Odette Madore, Analyst, Parliamentary
Information and Research Services, Library of Parliament;
Mona Ishack, Communications Officer, Communications
Directorate of the Senate.
Également présentes : Odette Madore, analyste, Service
d’information et de recherche parlementaires, Bibliothèque du
Parlement; et Mona Ishack, agente de communications, Direction
des communications du Sénat.
Also present: The official reporters of the Senate.
Aussi présents : Les sténographes officiels du Sénat.
Pursuant to the order of reference adopted by the Senate on
Thursday, March 8, 2012, the committee continued to examine
issues relating to the lobster fishery in Atlantic Canada and
Quebec. (For complete text of the order of reference, see
proceedings of the committee, Issue No. 6.)
Conformément à l’ordre de renvoi adopté par le Sénat
le jeudi 8 mars 2012, le comité poursuit son examen des
questions relatives à la pêche au homard au Canada atlantique
et au Québec. (Le texte intégral de l’ordre de renvoi figure au
fascicule no 6 des délibérations du comité.)
WITNESSES:
TÉMOINS :
Homarus Inc.:
Homarus Inc. :
Martin Mallet, Director.
Martin Mallet, directeur.
30-11-2012
Pêches et océans
12:7
Fishermen and Scientists Research Society :
Fishermen and Scientists Research Society:
Patty King, directrice générale.
Patty King, General Manager.
Pêches et Océans Canada :
Fisheries and Oceans Canada:
Marc Lanteigne, Manager, Aquatic Resources Division;
Marc Lanteigne, gestionnaire, Division des ressources aquatiques;
Stefan Leslie, Regional Director, Fisheries Management;
Stefan Leslie, directeur régional, Gestion des pêches;
Alain Hébert, Director of Resource Management — Gulf
Region.
Alain Hébert, directeur, Gestion des ressources — Région du
Golfe.
Mr. Mallet, Ms. King and Messrs. Lanteigne, Leslie and
Hébert each made a statement and answered questions.
M. Mallet, Mme King, ainsi que MM. Lanteigne, Leslie et
Hébert font chacun une déclaration, puis, répondent aux
questions.
At 3:10 p.m., the committee adjourned to the call of the chair.
À 15 h 10, le comité s’ajourne jusqu’à nouvelle convocation de
la présidence.
ATTEST:
ATTESTÉ :
La greffière du comité,
Danielle Labonté
Clerk of the committee
12:8
Fisheries and Oceans
30-11-2012
EVIDENCE
TÉMOIGNAGES
MONCTON, Thursday, November 29, 2012
MONCTON, le jeudi 29 novembre 2012
The Standing Senate Committee on Fisheries and Oceans met
this day at 9:10 a.m. to study the lobster fishery in Atlantic
Canada and Quebec.
Le Comité sénatorial permanent des pêches et des océans se
réunit aujourd’hui, à 9 h 10, pour étudier la pêche au homard au
Canada atlantique et au Québec.
Senator Fabian Manning (Chair) in the chair.
[English]
Le sénateur Fabian Manning (président) occupe le fauteuil.
[Traduction]
The Chair: I am pleased to welcome you this morning to the
meeting of the Standing Senate Committee on Fisheries and
Oceans. My name is Fabian Manning. I am a senator from
Newfoundland and Labrador and I am chair of this committee.
Le président : Je suis heureux de vous souhaiter la bienvenue ce
matin à la réunion du Comité sénatorial permanent des pêches et
des océans. Je m’appelle Fabian Manning et je suis sénateur de
Terre-Neuve-et-Labrador. C’est moi qui assure la présidence de ce
comité.
I would like to invite the members of the committee to
introduce themselves.
Je vais demander aux membres de notre comité de bien vouloir
se présenter.
Senator McInnis: Senator Tom McInnis from Nova Scotia.
Le sénateur McInnis : Sénateur Tom McInnis de Nouvelle-Écosse.
Senator Unger: Senator Betty Unger from Edmonton, Alberta.
Le sénateur Unger : Sénateur Betty Unger d’Edmonton,
Alberta.
Senator Poirier: Senator Rose-May Poirier, New Brunswick.
Le sénateur Poirier : Sénateur Rose-May Poirier, NouveauBrunswick.
Senator Hubley: Senator Elizabeth Hubley, Prince Edward
Island.
Le sénateur Hubley : Sénateur Elizabeth Hubley, Île-du-PrinceÉdouard.
The Chair: Senator Mac Harb from Ontario will join us this
afternoon.
Le président : Le sénateur Mac Harb de l’Ontario nous
rejoindra cet après-midi.
Honourable senators, before I continue, I would like to ask the
committee if it agrees to allow media to record proceedings while
we are here in Moncton and if there is agreement that covers
electronic media of the committee’s public proceedings with the
least possible disruption of these hearings be permitted.
Honorables sénateurs, avant de poursuivre, je souhaite
demander au comité s’il veut bien autoriser les médias à
enregistrer nos délibérations tandis que nous siégeons à
Moncton et si nous sommes d’accord pour autoriser le
reportage électronique de nos audiences publiques par les
médias, à condition que cela crée le moins de dérangement
possible à nos travaux.
The Chair: Agreed?
Le président : Sommes-nous d’accord?
Everyone is agreed.
Accord unanime.
The committee is continuing its study of the lobster fishery in
Atlantic Canada and Quebec and is pleased to be in Moncton
today and tomorrow to hear from various participants in the
lobster industry, including provincial government representatives,
who will be our first panel this morning; lobster harvesters, buyers
and shippers; seafood producers, industry associations and
researchers. The meetings in Moncton are an opportunity for
the members of the committee to gain a better understanding of
current strengths and weaknesses of the lobster industry,
emerging threats and opportunities. We have had several
meetings in Ottawa and more are planned for December, but
the opportunity to come to the region to hear from people
firsthand is always a positive for the committee.
Le comité poursuit l’étude de la pêche au homard dans le
Canada atlantique et au Québec. Nous nous réjouissons de siéger
à Moncton aujourd’hui, et demain afin d’entendre les
témoignages de différents opérateurs du secteur de la pêche au
homard, ainsi que des représentants du gouvernement provincial,
dont la délégation sera la première à siéger devant nous
aujourd’hui. Nous entendrons également des pêcheurs, des
acheteurs et des expéditeurs; producteurs de fruits de mer,
associations professionnelles et chercheurs. Les réunions qui se
tiennent à Moncton donnent aux membres du comité l’occasion
de mieux comprendre les points forts ainsi que les points faibles de
l’industrie du homard, de même que les menaces et les
perspectives futures. Nous avons déjà tenu plusieurs réunions à
Ottawa et d’autres sont prévues pour le mois de décembre;
cependant, c’est toujours une bonne chose pour notre comité que
de pouvoir venir sur place afin d’entendre directement le point de
vue des personnes de la région.
30-11-2012
Pêches et océans
12:9
I am very pleased this morning to welcome the Honourable
Michael Olscamp, Minister of Agriculture, Aquaculture and
Fisheries for the Government of New Brunswick, and his officials.
Je suis donc très heureux d’accueillir ce matin l’honorable
Michael Olscamp, ministre de l’Agriculture, de l’Aquaculture et
des Pêches du gouvernement du Nouveau-Brunswick ainsi que les
fonctionnaires qui l’accompagnent.
I ask the minister to introduce his officials and to bring some
opening remarks.
Je demande au ministre de bien vouloir présenter ses
collaborateurs et de nous faire son exposé liminaire.
Hon. Michael Olscamp, MLA, Minister of Agriculture,
Aquaculture and Fisheries, Government of New Brunswick:
Mr. Chairman, thank you for the opportunity to meet with
your committee, some of whom I have known for awhile. I am a
little disappointed Senator Munson is not here because we went to
school together, if you can believe it. I had a nice chat with
Senator Unger about Gary Unger, and she asked, ‘‘How do you
know all about that?’’ I said, ‘‘I was doing hockey cards when I
should have been doing geometry.’’ It explains why I became a
history teacher.
L’hon. Michael Olscamp, MAL, ministre de l’Agriculture, de
l’Aquaculture et des Pêches, gouvernement du Nouveau-Brunswick :
Monsieur le président, merci de nous donner l’occasion de
comparaître devant votre comité, dont je connais certains
membres depuis déjà quelque temps. Je dois dire que je suis un
peu déçu que le sénateur Munson ne soit pas présent, car, croyezle si vous le voulez, nous avons été camarades d’école. J’ai eu une
agréable conversation avec la sénatrice Unger à propos de Gary
Unger et elle m’a demandé comment je connaissais tout ça, à quoi
j’ai répondu que j’échangeais des cartes de hockey au lieu de faire
mes devoirs de géométrie. Ce qui explique pourquoi je suis devenu
professeur d’histoire.
With me today are Gilles LeBlanc, Senior Processing
Development Officer of the Business Development Branch of
our department and Joseph LaBelle, Director of the Policy,
Advocacy and Strategic Projects Branch. I also have sitting
behind me my EA, Maureen Conley, whom some of you might
know because she worked in Ottawa for a fair period of time.
Je suis accompagné de Gilles LeBlanc, agent principal du
développement de la transformation, Direction du développement
des entreprises de notre ministère, et de Joseph LaBelle, directeur,
Direction des politiques, de la promotion et des projets
stratégiques. Je suis également accompagné de mon adjointe
exécutive, Maureen Conley, que certains d’entre vous connaissent
peut-être étant donné qu’elle a travaillé à Ottawa pendant assez
longtemps.
My presentation will be short, and then we are at your disposal
to respond to any questions.
Permettez-moi de faire un bref exposé, ensuite de quoi nous
serons à votre disposition pour répondre à toutes vos questions.
For New Brunswick, the lobster fishery is very important. That
is an understatement. We experienced the seventh wave, if you
will, this past summer in terms of the problems associated with
the lobster industry, in our LFA 25 in particular, and that is why
we are very happy to present to you our position, where we are,
where we are looking at going as we move forward.
Dire que la pêche au homard est une activité importante pour le
Nouveau-Brunswick, c’est énoncer un euphémisme. L’été dernier,
nous avons connu ce que j’appellerais la septième vague, si l’on me
passe le mot, de problèmes touchant notre industrie du homard,
notamment dans notre ZPH 25. C’est pourquoi nous nous
réjouissons de pouvoir exposer ici notre situation et de vous
décrire les perspectives que nous nous sommes tracées.
I assume that you have your folders. We were supposed to have
a visual presentation, but because of no electronic equipment here
I trust that you will be able to follow closely from the handouts
we have given you.
Je pense qu’on vous a remis vos dossiers. Nous étions censés
faire un exposé audiovisuel, mais en l’absence d’équipement
électronique dans ces lieux, je suis certain que vous allez pouvoir
suivre de près grâce aux documents qui vous ont été distribués.
The lobster fishery, as I have mentioned, plays a significant
role in the economy of New Brunswick. There are currently
1,408 primary core lobster licences that are divided between the
Gulf fishery and the Bay of Fundy fishery.
Comme je l’ai dit, la pêche au homard joue un rôle important
dans l’économie du Nouveau-Brunswick. On compte aujourd’hui,
1 408 permis primaires d’exploitation du homard qui se
répartissent entre la pêche du golfe et celle de la baie de Fundy.
[Translation]
[Français]
The lobster fishery plays a significant role in the economy of
New Brunswick. New Brunswick is not just the largest exporter of
lobster products in Canada; it is also one of the leading processors
of the product.
La pêche au homard joue un rôle important dans l’économie du
Nouveau-Brunswick. Non seulement le Nouveau-Brunswick est le
plus grand exportateur de produits du homard au Canada, mais il
est également l’un des principaux transformateurs du produit.
There are currently 1,408 primary core lobster licences that are
divided between the Gulf and the Bay of Fundy.
À l’heure actuelle, il y a 1 408 permis de pêche au homard de
base qui sont répartis entre le Golfe du Saint-Laurent et la Baie
de Fundy.
12:10
Fisheries and Oceans
[English]
30-11-2012
[Traduction]
Landings have increased from a critical low of 6,500 metric
tonnes in 2004 to over 11,000 metric tonnes in 2011. This
represents an increase of approximately 65 per cent since 2004 in
both the Bay of Fundy and the Gulf region. As you can see from
the slide, New Brunswick processes a great deal of lobster, 65 to
70 million pounds. Of this, only 21 per cent comes from the New
Brunswick east coast where most of our processing facilities are
located. Over the past two years we have been developing new
markets and have put over 50 per cent more of this high end
product onto international markets. We remain very confident
that there is still significant unrealized potential for economic
growth in this sector.
Les débarquements, qui avaient atteint un étiage critique de
6 500 tonnes en 2004, sont passés à 11 000 tonnes en 2011, soit
une augmentation d’environ 65 p. 100 depuis 2004, tant dans la
baie de Fundy que dans la région du golfe. Comme l’indique cette
diapositive, l’activité de transformation du homard est très
importante au Nouveau-Brunswick, avec un volume de 65 à
70 millions de livres. Je précise que 21 p. 100 seulement de ce
volume proviennent de la côte orientale du Nouveau-Brunswick,
là où se trouve la majeure partie de nos usines de transformation.
Au cours des deux dernières années, nous avons développé de
nouveaux marchés et réussi à augmenter de 50 p. 100 le
placement de ce produit de qualité sur les marchés
internationaux. Nous pensons aussi que l’on peut tabler sur un
important potentiel encore inexploité de croissance économique
dans ce secteur.
It is important to note that if we were forced to rely only on
locally landed lobster or if for some reason Maine lobster was no
longer available, the effect would be a substantial reduction in the
number of processing plants in our province. Without the
processing plants, current gluts would worsen as product
currently channelled to processing plants would have to find
markets on the already overtaxed live market.
Il importe d’insister sur le fait que, si nous étions contraints de
compter exclusivement sur les prises locales de homard ou si, pour
une quelconque raison le homard du Maine n’était plus
disponible, on assisterait à une contraction marquée du nombre
d’usines de transformation dans notre province. Or, sans le
nombre nécessaire d’usines, on verrait s’aggraver les goulots
d’étranglement, si bien que les produits qui sont actuellement
dirigés vers ces usines devraient trouver des débouchés sur le
marché déjà sollicité à l’excès du homard vivant.
New Brunswick lands lobster valued at $84.6 million per year.
Our exports of lobster products are $455 million or 44 per cent of
the Canadian total. New Brunswick is the single largest exporter
of lobster products in Canada. The export numbers represent our
success in importing product from other jurisdictions, adding
value in re-exporting it to market. Last year the U.S. exported
52 million pounds of lobster to Canada, with the majority of it
going to New Brunswick processors. At the same time, in the last
year we have diversified our export destinations and dropped our
reliance on the U.S. from 93 per cent to 88 per cent.
On évalue les prises de homard au Nouveau-Brunswick à
84,6 millions de dollars par an. Quant à nos exportations de
produits à base de homard, elles se chiffrent à 455 millions, soit
44 p. 100 du total canadien. Le Nouveau-Brunswick est le
premier exportateur de produits à base de homard au Canada.
Ce classement démontre que nous avons su importer la matière
première d’autres régions et la réexporter après en avoir augmenté
la valeur. L’année dernière, les États-Unis ont exporté 52 millions
de livres de homard au Canada, et la plus grosse part de ce
volume a été dirigée vers les transformateurs du NouveauBrunswick. Parallèlement, au cours de la dernière année, nous
avons diversifié nos destinations d’exportation et réduit notre
dépendance à l’égard des États-Unis de 93 p. 100 à 88 p. 100.
New Brunswick’s approach to fish and seafood development is
outlined in our fisheries renewal framework, of which you have
been given copies that include annual work plans.
L’approche du Nouveau-Brunswick en matière de mise en
valeur du poisson et des fruits de mer est illustrée par notre cadre
de renouvellement des pêches, dont nous vous avons distribué des
exemplaires qui contiennent notamment nos plans d’activité
annuels.
[Translation]
New Brunswick has provided $1 million in loans to fishers’
organizations on the east coast to reduce licences as part of the
DFO’s Atlantic Lobster Sustainability Measures Program, and
161 licences have been retired.
[Français]
Le Nouveau-Brunswick a accordé des prêts totalisant
11 millions de dollars à des organisations de pêcheurs de la
côte, et afin de réduire les permis au titre du programme de
mesures de durabilité pour l’industrie du homard de l’Atlantique
du ministère des Pêches et Océans, 161 permis ont été retirés.
30-11-2012
Pêches et océans
[English]
12:11
[Traduction]
New Brunswick provided $11 million in loans to fishermen’s
organizations on the East Coast to reduce licences as part of
DFO’s Atlantic lobster sustainability measures program. One
hundred sixty-one licences have been retired from the fishery.
Dans le cadre des mesures de durabilité de la pêche au homard
de l’Atlantique lancées par le ministère des Pêches et des Océans,
le Nouveau-Brunswick a accordé pour un montant de 11 millions
de dollars de prêts aux associations de pêches de la côte atlantique
afin de réduire le nombre de permis. C’est ainsi que 166 permis
ont été retirés du secteur des pêches.
We have seen impressive results by working with producers to
develop new markets. Our primary focus has been on China. We
have gone from virtually no sales four years ago to a projected
$12 million in sales for 2012. We have successfully launched
harvester, buyer, plant worker and processor workshops on
quality lobster handling practices, and we have provided support
in a funding mechanism for fishermen to organize and fund their
organizations since the early 1990s.
Nos efforts pour coopérer avec les producteurs à l’ouverture
des nouveaux marchés ont été couronnés de succès, en particulier
en direction de la Chine où nous sommes passés d’un volume
quasi nul de ventes voici quatre ans à des prévisions de 12 millions
de dollars de ventes pour 2012. Nous avons mis sur pied des
ateliers sur les pratiques propices à la bonne qualité du homard,
qui ont été bien accueillis par les pêcheurs, les acheteurs, les
travailleurs d’usine et les transformateurs auxquels ils étaient
destinés; en outre, depuis le début des années 1990, nous
alimentons un mécanisme de financement destiné aux pêcheurs
afin qu’ils organisent et financent leurs associations.
Lobster landings show no sign of slowing. The challenge we
face is how to put the best product onto the market in a
sustainable manner.
Les débarquements de homard ne montrent aucun signe de
ralentissement et notre défi consiste aujourd’hui, à placer sur le
marché le meilleur produit possible de manière durable.
A number of issues need to be addressed. One issue is that our
fishing seasons do not always coincide with when lobster is at its
best in terms of size and quality, especially in LFA 25. Poor
handling all along the value chain is robbing us of value. As well,
very high daily landings adversely affect the lobsters’ condition
and increase the overall cost to the system. Also, different
products require different lobster in terms of size, meat fill,
minimum production lots, et cetera. We have recently seen
increasing market resistance to smaller lobster. These are
lobsters under 76 millimetres in carapace length. The market for
small canner lobsters has difficulty absorbing the supply, putting
downward pressure on price for all lobster. Market demand and
sustainability should dictate carapace size.
Parmi les problèmes qu’il convient de régler, je citerai en
premier lieu le fait que nos saisons de pêche ne coïncident pas
toujours avec la période de meilleure maturité du homard, du
point de vue de la taille comme de la qualité, en particulier dans
la ZPH 25. Les mauvaises conditions de manutention tout le long
de la chaîne nuisent à la valorisation du produit. En outre, le
volume important des débarquements quotidiens tend à
endommager les homards et, partant, à augmenter les coûts
subis par le système. J’ajouterai que selon le produit proposé,
nous devons utiliser différentes catégories de homard, notamment
au plan de la taille, de la teneur en chair et de la dimension
minimum des lots de production. Récemment, nous avons noté
une résistance du marché à la diffusion de homards de petite
taille. Il s’agit des homards dont la longueur de la carapace est
inférieure à 76 millimètres. Le marché des petits homards destinés
au boîtage a du mal à absorber la production, exerçant de ce fait
une pression à la baisse sur le prix de l’ensemble des homards.
C’est donc la demande émanant du marché et la durabilité qui
doivent dicter la taille de la carapace.
In terms of market conditions, we have increased our reliance
on lower priced markets. As a result, our vulnerability to
economic downturns has increased. There are also challenges in
terms of industry structure. Many small undercapitalized
enterprises compete with each other for sales to fewer and fewer
larger distributors in our destination markets. Too often,
enterprise has tried to buy market share for volume or are
forced to sell inventory for cash flow.
S’agissant de la conjoncture en matière de débouchés, je dirais
que nous nous appuyons davantage sur les tranches de prix
inférieures, ce qui tend à nous rendre plus vulnérables au
ralentissement de l’économie. Il faut également signaler les
difficultés posées par la structure du secteur, étant donné qu’un
grand nombre de petites entreprises sous-capitalisées rivalisent
pour écouler leurs produits auprès d’un nombre toujours plus
restreint de distributeurs importants vers nos marchés de
destination. Bien trop souvent, ces entreprises tentent de créer
une tête de pont pour écouler du volume, ou elles sont contraintes
de vendre leur inventaire pour soutenir leur trésorerie.
12:12
Fisheries and Oceans
30-11-2012
Fisheries management does not directly consider the issues
facing those who take the product from the wharf to the market,
nor does it effectively involve them in decision making. In the
past, fisheries management relied only on the harvesting sector to
set the pace of any adjustment to customer requirements or
market issues. However, I am encouraged by recent discussions
that have involved all sectors, including the federal government.
La gestion des pêches ne s’attaque pas directement aux
problèmes que connaissent les opérateurs qui acheminent le
produit depuis le débarcadère jusqu’au marché, et elle ne les
implique pas non plus dans la prise de décisions. Dans le passé, la
gestion des pêches s’en remettait exclusivement aux pêcheurs pour
fixer les paramètres d’adaptation aux besoins du client ou aux
problèmes causés par le marché. Cependant, je trouve que les
récentes consultations qui ont englobé tous les secteurs, y compris
le gouvernement fédéral, constituent un encouragement.
So what is to be done? Fish when conditions are at their best.
Fishing season should be set according to market demand and
optimum lobster quality and condition rather than on fixed
calendar dates. There needs to be recognition that optimum
quality may vary for different products and sectors. For example,
the requirements for processing versus live market are different.
Que convient-il donc de faire? Il faut pêcher lorsque les
conditions sont optimales. Il faut organiser la campagne de pêche
en fonction de la demande et des conditions optimales du homard,
plutôt que d’avoir des dates fixes. Il faut aussi reconnaître que cette
qualité optimale peut varier selon les produits et les secteurs. Je
citerai, en exemple, les paramètres différents pour le marché de la
transformation et celui du homard vivant.
Adjust the size to market requirements. There needs to be
better acknowledgement of how the market has changed.
Different sizes of lobster have different values because they are
destined for different markets. Current size regulations reflect
past preferences. An increase in the minimum size to reflect new
market preferences will improve market performance and
contribute to better resource sustainability.
Il faut adapter la taille aux exigences du marché et mieux
comprendre la façon dont ce dernier a évolué. La valeur des
différentes tailles de homard tient aussi au fait qu’ils sont destinés
à des marchés différents. Les réglementations qui fixent les tailles
actuelles ne font que refléter les préférences du passé. Si l’on
augmente la taille minimale pour tenir compte des nouvelles
préférences du marché, on améliorera la commercialisation et on
contribuera à une meilleure durabilité de la ressource.
Control the landing peaks. Landing gluts can lower the market
price and significantly increase the working capital requirements
to meet a few weeks of peak landings. Landing gluts also
negatively influence the condition of lobster brought to market.
Il faut également maîtriser les crêtes d’activité de
débarquement. Lorsqu’il y a goulot d’étranglement par suite de
débarquements excessifs, cela risque de provoquer un tassement
des cours et d’augmenter de façon marquée les besoins en capital
actif afin de répondre à quelques semaines de période de pointe.
En outre, ces périodes d’encombrement nuisent à la qualité du
homard acheminé vers les marchés.
Improve the handling of lobster. Industry must reinforce the
quality control of lobster from fishing boat to market.
Il faut améliorer la manutention du homard et renforcer le
contrôle de la qualité depuis le bateau de pêche jusqu’au marché.
What is to be done on marketability? Baseline standards: Most
would agree that lobsters should not die before they get to
market, that meat yield should reach certain minimums or that
each lobster landing should meet certain minimum value yields.
Lobster quality standards will not be easy to establish. High
quality for one type of product or market is not the same as high
quality for another. For example, a lobster that may not be top
quality for the live market can still be high quality for the
processed market. High quality must be determined by the quality
of the final product.
Que faut-il faire pour améliorer la mise en marché? Je dirais
qu’il faut satisfaire à des normes élémentaires : la plupart des gens
conviendront que le homard ne doit pas mourir avant d’arriver
sur le marché, que la teneur en chair doit atteindre certains
niveaux minimums, et que chaque débarquement de homard doit
offrir un rendement minimum du point de vue de sa valeur. Il ne
sera guère facile de fixer des normes de qualité pour le homard. Ce
qui représente une qualité élevée pour un type de produit ou de
marché ne se réplique pas sur un autre marché. À titre d’exemple,
un homard qui ne tiendra pas le haut du panier dans le marché du
homard vivant peut toujours représenter une très bonne qualité
pour le marché de la transformation. Ce que l’on appelle haute
qualité doit être déterminé par ce que l’on attend du produit final.
Market diversification: Increasing our sales into the Asian and
the EU markets will lessen our reliance on the traditional U.S.
market and provide more protection against economic cycles in
individual countries and against currency fluctuations. New
Parlons de la diversification du marché : si nous augmentons
nos ventes en direction de l’Asie et de l’Union européenne, nous
serons ainsi moins dépendants à l’égard du marché traditionnel
que constitue le marché américain, et nous serons ainsi mieux
30-11-2012
Pêches et océans
12:13
Brunswick has had success in diversification by working in
partnership with our producing companies and importing
companies in the emerging markets.
préservés non seulement contre les fluctuations économiques dans
les différents pays, mais aussi contre les fluctuations des taux de
change. Le Nouveau-Brunswick a réussi sa diversification en
oeuvrant en partenariat avec nos compagnies productrices de
même qu’avec les sociétés d’importation des marchés émergents.
For New Brunswick, lobster is the most significant part of the
fish and seafood sector. We are experiencing challenges and
successes in that sector. Our challenges are that we currently are
not maximizing the potential of the lobster industry to provide the
highest return to our economy. Changes are needed, such as
modifying the seasons to ensure that we are fishing lobster when it
is at its best condition and optimum size and recognizing the
different needs of the live market versus the process market when
setting standards. The industry needs to be better positioned to
respond to events like climate change. We need to improve the
way we fish to protect the quality of the lobster, including
improving how quickly we land lobster and how we handle it
from the boat to the market. Most importantly, we have to
improve our products to generate value for the customer.
S’agissant du Nouveau-Brunswick, le homard représente la
part prépondérante du secteur du poisson et des fruits de mer.
Nous connaissons à la fois des difficultés et des succès dans ce
secteur. Nos difficultés tiennent au fait qu’à l’heure actuelle, nous
ne maximisons pas le potentiel de l’industrie du homard pour
qu’elle fournisse le meilleur rendement à notre économie. Il faut
apporter des changements, par exemple modifier la saison des
campagnes afin de pouvoir récolter le homard lorsqu’il est au
mieux de sa condition et présente une taille optimale; il nous faut
également, lorsque nous fixons des normes, prendre acte des
exigences différentes du marché du homard vivant relativement au
marché de la transformation. Il faut aussi que le secteur se prépare
davantage à réagir aux événements tels que le changement
climatique. Nous devons veiller à améliorer nos méthodes de
pêche afin de protéger la qualité du homard, notamment pour
raccourcir les délais de débarquement et les modalités
d’acheminement, depuis le bateau jusqu’au marché. Et surtout,
nous devons améliorer la qualité de nos produits afin de valoriser
la transaction pour nos acheteurs.
In closing, I would be remiss if I did not emphasize that lobster
represents one of the only economic resources for many of our
coastal and rural communities here in New Brunswick. A solution
to the selling of lobster licences out of communities, as we have
recently seen on Grand Manan, must be found. Over the past
20 years the lobster industry in New Brunswick has demonstrated
it can adapt to difficult and challenging circumstances. We have
grown to being the largest exporter of lobster products in the
country. We believe we have the knowledge and skills to generate
even more value from lobster to the extent that we can further
adapt and innovate how we fish, ship, process and market
product to generate value for customers.
Pour conclure, je m’en voudrais de ne pas souligner que le
homard est l’une des seules ressources économiques pour un
grand nombre de nos communautés côtières et rurales du
Nouveau-Brunswick. Il faut trouver une solution au problème
des ventes des permis d’exploitation de homard à l’extérieur de
nos communautés, comme cela s’est récemment produit à Grand
Manan. Au cours des 20 dernières années, l’industrie du homard
du Nouveau-Brunswick a montré qu’elle était capable de
s’adapter à des conditions difficiles et changeantes. Grâce à
notre croissance, nous sommes devenus le principal exportateur
de produits à base de homard du pays. Nous pensons avoir les
connaissances et le savoir-faire permettant de valoriser encore la
vente du homard et d’améliorer encore notre adaptation et le
coefficient d’innovation dans nos méthodes de pêche,
d’expédition, de transformation et de commercialisation, afin de
rendre la transaction plus attrayante pour nos clients.
I would like to thank you for your time and attention, and I
and my staff would be more than happy to answer any questions
you might have.
Permettez-moi de vous remercier du temps et de l’attention que
vous nous avez consacrés. Mes collaborateurs et moi-même nous
ferons un plaisir de répondre à vos questions.
The Chair: Minister, you have touched on some very important
topics here this morning. I am sure we have several questions
from our senators, but before we do that, the purpose of our
study is to find issues and concerns that are out there and
hopefully make recommendations to the minister and the
department at the end in relation to improving the
opportunities and to address some of the challenges you have
Le président : Monsieur le ministre, vous avez abordé ce matin
des sujets d’une grande importance. Je suis sûr que les sénateurs
ont déjà plusieurs questions à vous poser, mais auparavant, je
précise que notre étude vise à mettre au jour les problèmes et les
préoccupations que connaissent les opérateurs du secteur, car
nous souhaitons, en fin de processus, être en mesure de formuler
des recommandations au ministre en vue d’améliorer les
12:14
Fisheries and Oceans
30-11-2012
touched on here this morning. In regard to modifying the season,
have efforts been made on that front, and, if so, in what way and
have you received any answers or any cooperation in that regard?
perspectives de ce secteur et de chercher une solution aux
difficultés que vous avez évoquées ce matin. S’agissant de la
modification du calendrier de pêche, est-ce que des initiatives ont
été prises dans ce sens et, dans l’affirmative, selon quelles
modalités? J’aimerais aussi savoir si vous avez reçu des réponses
ou bénéficié d’une coopération en la matière.
Mr. Olscamp: As we sailed through the crisis of last summer,
Minister Ashfield made a commitment that he would have staff
investigate the changing of the season and the measure. To this
point, I do not have any concrete information with regard to that,
but my understanding is that is an ongoing process. We as a
province are certainly expecting that the federal government will
come to us with some recommendations. We see those two areas
as being very, very important to the good health of our fishery, in
LFA 25 in particular.
M. Olscamp : Alors que nous traversions la crise de l’été
dernier, le ministre Ashfield s’est engagé à mettre du personnel au
travail sur la question du calendrier de la saison de pêche et des
mesures à prendre. Je n’ai pas d’information concrète à ce sujet,
mais je crois comprendre que le processus est lancé. Nous
attendons sans aucun doute du gouvernement fédéral qu’il
revienne vers nous, en tant que province, avec quelques
recommandations. Nous pensons que ces deux domaines sont
d’une extrême importance pour la bonne santé de nos pêches,
dans la ZPH 25 en particulier.
The Chair: You mentioned in your remarks the increase in the
size, and we have also seen a great increase in the last couple of
years in relation to the catch. I guess you are looking at the
increase of the size from a quality point of view and sustainability
point of view. Have you received any feedback from harvesters on
that issue?
Le président : Vous avez aussi parlé, dans votre exposé, de
l’augmentation de la taille des crustacés, et l’on a également
assisté à une augmentation importante du volume des prises au
cours des deux dernières années. J’imagine que, parallèlement à
l’augmentation du volume, vous vous préoccupez de la qualité et
de la durabilité. Avez-vous des échos de la part des pêcheurs sur
cette question?
Mr. Olscamp: In LFA 25, since I have been the minister and I
was critic prior to being the minister, there seems to be an appetite
there for an increase in the carapace size. Market forces are
dictating now that, in our area at least, there is not as much of a
demand for canners. As a result, increase in the carapace size
would address the fact that markets for canners are very soft at
this point.
M. Olscamp : En ce qui concerne la ZPH 25, depuis que je suis
ministre — et je rappelle qu’avant d’être ministre j’étais porteparole dans l’opposition — il semble qu’il y ait un intérêt pour
l’augmentation de la taille de la carapace. Dans notre secteur tout
au moins, les forces du marché tendent à dicter cela, et il n’y a pas
beaucoup de demandes pour les homards destinés au boîtage. Par
conséquent, l’augmentation de la taille de la carapace permettrait
de compenser le fait que la demande est très poussive pour les
homards de conserve.
The Chair: You have reduced exports to the U.S. from 93 to
88 per cent. That seems to be a concentrated effort on your
behalf. Can you touch on how you are diversifying a little bit
more?
Le président : Vous avez réduit vos exportations vers les ÉtatsUnis de 93 à 88 p. 100. Il semble que vous ayez accompli dans ce
domaine un effort concerté. Pourriez-vous nous parler plus de vos
efforts de diversification?
Mr. Olscamp: For many years, the American market was
lucrative for lobster, not just from New Brunswick but for the
entire Atlantic area. Because of the downturn in the American
economy, there was a parallel downturn in the demand for the
product, Until that downturn the American markets had been
taken for granted, I guess is the best way to put it. Since that time,
staff have been going full out, very dedicated. We have at least
two people almost full time dedicated to establishing markets in
Asia, in particular in China, and that is starting to pay dividends,
as evidenced by the statistics we provided you. We had become
too familiar with the Americans in terms of markets, not unlike a
lot of other products, I suspect, and our response to that has been
to increase markets in other parts of the world.
M. Olscamp : Pendant bien des années, le marché américain a
été un débouché lucratif pour le homard, non seulement en
provenance du Nouveau-Brunswick, mais également de
l’ensemble de la région atlantique. Avec le ralentissement de
l’économie américaine, on voit également fléchir la demande pour
ces produits. Jusqu’à l’arrivée de la récession, on tendait à prendre
pour acquis, pour ainsi dire, le débouché offert par les marchés
américains. Mais depuis, nos agents se sont lancés à fond dans la
recherche de nouveaux marchés. Nous avons au moins deux
personnes qui se consacrent à plein temps à l’ouverture de
débouchés en Asie, et notamment en Chine où nos efforts
commencent à donner des résultats, comme l’indiquent les
statistiques que nous vous avons fournies. Nous avions
tendance à nous reposer un peu trop sur le marché américain,
et j’imagine que c’est un peu la même chose pour d’autres
produits, mais nous avons fait face à la situation en essayant
d’augmenter les débouchés dans d’autres parties du monde.
30-11-2012
Pêches et océans
12:15
We have been very active and the results to date have been very
good. Unlike the Americans, the Chinese are particular about
how they want their product prepared, so we have sent chefs over
recently to prepare the food to see if we can encourage them to
buy more. We also have a lobster academy in St. Andrews where
potential buyers are invited from all over the world to see how the
industry works from catch to preparation. That is all starting to
pay dividends.
Nous n’avons pas ménagé nos efforts et, jusqu’ici, les résultats
sont très bons. Contrairement aux Américains, les Chinois sont très
pointilleux sur la façon dont le produit doit être préparé, si bien que
nous avons récemment envoyé des chefs cuisiniers chez eux pour
apprendre les techniques de préparation et les encourager ainsi à
acheter davantage. Nous avons, à St. Andrews, une académie du
homard où des acheteurs potentiels du monde entier sont invités à
venir voir comment fonctionne notre industrie, depuis la capture
jusqu’à la préparation. Et tout cela commence à nous rapporter des
dividendes.
Gilles LeBlanc, Senior Processing Development Officer,
Business Development Branch, Department of Agriculture,
Aquaculture and Fisheries, Government of New Brunswick: On
the Asian market, I would add that New Brunswick has been
going to shows, starting with Hong Kong back in 2004, I believe,
Hong Kong being kind of the gateway into China. Initially it was
for processed products, which is a frozen product. It was hard to
penetrate the Chinese market because of the cold chain that was
not there, especially going to the bigger cities, but also the
secondary cities, which are cities below 30 million. Since 2010, it is
unbelievable how fast they are developing infrastructure to handle
frozen products. New Brunswick being primarily a processing
province for lobster is providing opportunity for that market.
Gilles LeBlanc, agent principal de développement de la
transformation, Direction du développement des entreprises,
ministère de l’Agriculture, de l’Aquaculture et des Pêches,
gouvernement du Nouveau-Brunswick : S’agissant du marché
asiatique, je voudrais préciser que nos représentants sont allés
participer à des foires, à commencer par celle de Hong Kong,
depuis 2004 je crois, car Hong Kong c’est tout de même la porte
d’accès à la Chine. Dans un premier temps, il s’agissait de
produits transformés, c’est-à-dire congelés. Or, la Chine était un
marché difficilement pénétrable pour ces produits étant donné
l’absence de chaîne du froid, notamment dans les grandes
agglomérations, mais aussi dans les villes secondaires, je veux
dire celles de moins de 30 millions d’habitants. Depuis 2010,
l’infrastructure destinée aux produits congelés s’est développée à
une rapidité incroyable. Étant donné que le Nouveau-Brunswick
est principalement tourné vers la transformation du homard, il y a
là une opportunité pour ce marché.
To come back to the carapace size and the seasons to add a
little bit to the minister’s comments, there is a working group
established where all three provinces are involved — the industry,
government and DFO — to explore solutions to try to prevent
what happened in LFA 25 last year, and everything is on the
table. There are discussions on sizes and starts of seasons, and
there is, of course, when you have three provinces, you have
diverging of opinions. That is where the challenge lies, but the
working group is working and there are also working groups in
P.E.I. and New Brunswick feeding into that process.
Pour revenir à la taille de la carapace et à la saison de pêche, je
voudrais ajouter à ce qu’a dit le ministre qu’il existe un groupe de
travail auquel participent les trois provinces atlantiques et qui
réunit des représentants du secteur, du gouvernement et du MPO
afin d’explorer les solutions permettant d’éviter ce qui s’est
produit l’an dernier dans la ZPH 25. Ce groupe se penche sur tout
l’éventail des problèmes, notamment le problème des tailles et des
dates de démarrage des saisons. Bien entendu, lorsque vous
réunissez trois provinces, vous avez des divergences d’opinions.
C’est là le défi à relever, mais le groupe de travail existe et il en
existe d’autres dans l’Île-du-Prince-Édouard et au NouveauBrunswick, qui contribuent tous à ce processus.
Senator Hubley: Welcome to you and thank you for your
presentation this morning. It is nice to hear about the lobster and
how important it is to our area.
Le sénateur Hubley : Je vous souhaite la bienvenue et vous
remercie de votre exposé. Cela fait plaisir d’entendre parler du
homard et de son importance pour notre région.
The Lobster Council of Canada seems to be a successful body
in working with the provinces and the industry. I am wondering if
you will comment on their work generally. They are trying to
establish a quality branding system for the Canadian lobster. I
would like say Atlantic lobster because I think that is the best. To
that end, I am wondering how imports from Maine will play into
that branding system and given the amount that we import from
Maine, are there standards for the quality of the lobster that has
to follow that import?
Il semble que le Conseil canadien du homard réussisse dans sa
mission de coopération avec les provinces et avec l’industrie, et
j’aimerais que vous nous fassiez part de vos commentaires sur leur
travail en général. Je sais qu’ils essaient de mettre sur pied un
système de reconnaissance de la marque pour le homard canadien,
et je pense en particulier au homard de l’Atlantique, car je crois
que c’est le meilleur. À ce propos, j’aimerais savoir quelle
influence les importations en provenance du Maine auront sur
ce système de reconnaissance de la marque et, compte tenu du
volume importé depuis cet État, si l’on fixe des normes de qualité
pour ce homard d’importation?
12:16
Fisheries and Oceans
30-11-2012
Joseph LaBelle, Director, Policy, Advocacy and Strategic
Projects, Department of Agriculture, Aquaculture and Fisheries,
Government of New Brunswick: When we look at quality and the
standards, we include the physical characteristics of the lobster
that we are buying, and also the product forms, the reliability of
distribution and supply. From our perspective, the brand has to
represent something. It has to be the guarantee that we are
making to our customer in both the fish itself and the physical
product, but also how reliable we are in delivering it, delivering it
over the full year, maintaining consistency of price, hopefully a
high price that is consistently high, but avoiding some of those
other pratfalls. Our experience in the processing sector is that the
lobster that we are bringing in from Maine is excellent quality
product for us to make the products that we want.
Joseph LaBelle, directeur, Direction des politiques, de la
promotion et des projets stratégiques, ministère de l’Agriculture,
de l’Aquaculture et des Pêches, gouvernement du NouveauBrunswick : S’agissant de la qualité et des normes, nous
incorporons effectivement les caractéristiques physiques du
homard que nous achetons ainsi que la forme prise par le
produit, ainsi que la fiabilité de la distribution et de la production.
Pour nous, il faut que la marque représente quelque chose. Elle
doit être la garantie que nous donnons à notre client concernant le
poisson lui-même et le produit fourni, mais aussi la fiabilité de
notre livraison, tout au long de l’année, avec un prix uniforme —
autant que possible élevé, mais en évitant les ruptures. D’après
notre expérience dans le secteur de la transformation, le homard
en provenance du Maine est d’excellente qualité et nous permet
d’obtenir le produit que nous visons.
When it comes to standards, it is dangerous to have too limited
a definition just at the wharf side. A lobster that may not store in
a storage facility or a holding facility for three or four months
until you are ready to ship it can make excellent top quality
processed product, and we are seeing that now because we can
produce some of the best world class frozen product, but that fish
may not travel for 48 hours or 72 hours by plane all over the
world and it may not store for three, six or up to eight months for
the live trade. When it comes to establishing standards, it is
important to realize that about 60 per cent of the value of lobster
exports in Canada is from processed lobster, but there is also a
very important market in the live trade as well. The standards will
have to balance out what those are.
Pour ce qui est des normes, il faut éviter de se laisser piéger par
une définition trop restrictive applicable au débarcadère. Un
homard qui ne se prête pas à un entreposage pendant trois ou
quatre mois, jusqu’au moment où on est prêt à l’expédier, peut
servir à fabriquer un produit transformé d’excellente qualité.
Nous en avons la preuve, car nous sommes en mesure de
fabriquer un produit de qualité mondiale en surgelé, mais ce
poisson n’est pas apte à voyager pendant 48 ou 72 heures par
avion jusqu’aux antipodes, et on ne peut pas non plus l’entreposer
pendant trois, six ou huit mois. Donc, lorsqu’il s’agit de fixer des
normes, il est important de comprendre qu’environ 60 p. 100 de
la valeur des exportations de homard canadien proviennent du
homard transformé. Cela dit, le marché du homard vivant reste
très important. Il faut donc que les normes correspondent à la
réalité du produit.
An incidental or indicative thing is shell hardness. At a certain
point a very hard shell lobster ships very well. At a certain point it
becomes more difficult to work in the process side without an
extremely hard shell lobster. So that is just one example of how we
will have to find ways of establishing standards that meet the
requirements of the different products that we make as we realize
that value growth, from our perspective, has to do with the future
growth that we see in the processed product.
Il y a un facteur indicatif, et c’est la dureté de la carapace.
Arrivé à un certain stade, un homard dont la carapace est très
dure se prête très bien à l’expédition, et à un stade donné, il
devient plus difficile de faire de la transformation si la carapace
n’est pas très dure. C’est là un cas parmi tant d’autres pour
illustrer le fait que nous devons établir des normes qui répondent
aux exigences des différents produits que nous fabriquons, à
mesure que nous comprenons que la valorisation est liée, pour
nous, à l’expansion qu’aura le produit transformé à l’avenir.
Senator Hubley: It was indicated that there are better times for
fishing lobster. How difficult should it be to change that, or what
structure should be in place to do that assessment on an ongoing
basis to let our fishermen know that the season will be perhaps a
week later or a week earlier depending on weather, climate,
temperature and all the indicators? Is that something that is
happening now and is it something that should happen? What
would be the body to change that or to make it happen?
Le sénateur Hubley : Il semble qu’il y ait de meilleures périodes
pour la pêche au homard. Serait-il difficile de modifier les dates?
Quelle structure faudrait-il mettre en place afin d’assurer un suivi
permanent pour que les pêcheurs puissent être informés que la
saison commencera peut-être avec une semaine d’avance ou de
retard; en fonction de la météo, du climat, de la température et des
autres indicateurs? Est-ce le cas actuellement? Est-ce que ça
devrait être le cas? Quel organisme pourrait prendre en charge ce
type de changements ou mettre un tel régime en place?
Mr. LaBelle: Our lobster seasons and our timing are part of the
Atlantic Canada tradition. They date back to the 19th century
basically when the logistics chain was different and the technology
was different. Basically industry, including the people who are
bringing the product to market, have to establish what their
requirements are and have mechanisms in order to measure those
M. LaBelle : Nos saisons de pêche au homard et notre
calendrier font partie des traditions du Canada atlantique qui
remontent au XIXe siècle, lorsque la technologie et la chaîne
logistique étaient différentes. Le secteur, jusqu’à ceux qui mettent
le produit sur le marché, doit définir ses exigences et disposer d’un
mécanisme qui vérifie si ces exigences sont respectées avant
30-11-2012
Pêches et océans
12:17
before opening the season. There are lots of examples across
North America of seasons that change depending on the
condition of the fish. Unfortunately, lobster cannot read the
calendar and they do not know that the first of May the season
opens and they have to be in prime condition. We are seeing more
and more variability of that, as well, as water temperatures
change and things like that. As an example, the Dungeness crab
fishermen on the West Coast in Oregon and Washington this
month have delayed their season start by three weeks, four weeks
because they have gone out and measured the condition of their
crab and found that it is not adequate for market requirements.
Collectively their councils — made up of harvesters, government
regulators and the people who bring the product to market —
said that they should delay it for a month to make sure they are
getting good value.
d’ouvrir la saison. Il y a de nombreux exemples en Amérique du
Nord où les dates de début et de fin de saison varient selon l’état
du poisson. Hélas les homards ne se préoccupent pas du
calendrier et ils ignorent que la saison démarre le 1er mai et
qu’ils doivent être en pleine forme ce jour-là. Nous constatons
qu’il y a de plus en plus de variabilité, avec les changements de
température de l’eau et cetera. Par exemple ce mois-ci, les
pêcheurs de crabe dormeur de la côte Ouest de l’Oregon et de
l’État de Washington ont retardé l’ouverture de la saison de trois ou
quatre semaines après avoir constaté que l’état des crabes ne
correspondait pas encore aux exigences du marché. Leurs
conseils — composés de pêcheurs, de représentants d’organismes
de réglementation et de vendeurs — ont collectivement pris la
décision de retarder l’ouverture d’un mois pour s’assurer qu’ils
vendraient leur produit à bon prix.
Senator Hubley: Can that happen within the lobster industry?
Le sénateur Hubley : Est-ce envisageable pour l’industrie du
homard?
Mr. LaBelle: It should.
M. LaBelle : Cela devrait être possible.
Mr. LeBlanc: When it comes to seasons, it is a very complex
thing and it is kind of a moving target. One of the factors is the
gluts. If everyone were to fish at the same time, I mean if you land
225 million pounds on the northeastern shores of North America
at the same time, it would not be good for markets or the industry
in general. That is one thing.
M. LeBlanc : Les saisons sont une chose très complexe et
mouvante. La saturation est l’un des paramètres à prendre en
compte. Si tout le monde pêchait en même temps, je veux dire si
vous rameniez 225 millions de livres sur les côtes nord-est de
l’Amérique du Nord au même moment, cela ne serait pas bon
pour les marchés, ni pour le secteur en général. C’est l’un des
éléments à prendre en compte.
The other thing is the complexity that we are seeing even within
one LFA. Sometimes you will have one part of the LFA where the
lobster are a certain way, maybe hard shell, and another part of the
LFA where the lobster are soft shell. The other moving part is that
it can change from year to year because, for example, we are seeing
climate change. Another phenomenon is that the catches have been
increasing exponentially, and many think the reason is that the
lobster in general may be looking for an optimum temperature. You
are seeing less lobster in the southern states, like New York and
Massachusetts, and you are seeing more coming up the coast, which
is good for Canada I guess in the long term.
D’autre part, il y a la complexité qui existe au sein même d’une
ZPH. Parfois les homards auront une carapace dure dans une
partie de la ZPH tandis qu’ils auront une carapace molle dans une
autre partie. L’autre variable, c’est que cela peut changer d’une
année sur l’autre, par exemple, à cause des effets du changement
climatique. Nous constatons également une augmentation
exponentielle des prises et nombreux sont ceux à penser que les
homards cherchent la température optimale. On trouve de moins
en moins de homards dans les États du Sud, tels que New York et
le Massachusetts; ils remontent de plus en plus vers le nord, ce qui
à long terme est bon pour le Canada, je suppose.
Many of these factors, even for scientists who spend their
whole careers trying to understand the biology of lobster do not
understand it yet, create a moving target.
Beaucoup de ces paramètres, qui restent en partie mystérieux
même pour les scientifiques qui passent toute leur carrière à
étudier la biologie du homard, font que nous sommes confrontés
à une situation qui évolue sans cesse.
One other point, lobster feeds or traps better sometimes in a
certain time of the year and what affects that can be, it is at a
certain point and it is either at the molting stage or whatever and
needs to feed because it is hungry. That is a factor. In the United
States, most of the fishing is done in July, August and September.
Many people would say that is really not a good time to be out
there because a lot of the lobsters are soft shell, post-molt.
Il y a un autre aspect : les homards se nourrissent plus, et il est
plus facile de les piéger à certaines périodes de l’année, en
particulier au moment de la mue, car ils ont faim. Aux États-Unis,
la pêche a lieu essentiellement en juillet, août et septembre.
D’aucuns diraient que ce n’est pas vraiment le bon moment étant
donné que beaucoup de homards ont une carapace molle parce
qu’ils viennent de muer.
Mr. Olscamp: Getting back to your original question, although
there were rough waters, I think the events of this summer were a
watershed or turning point in the industry. I really do. I have
made some copious notes about where we have been, where we
could go. For too many years there was a disconnect between the
fishers, the processors, governments, with all due respect, the
M. Olscamp : Pour revenir à votre question de départ, bien
qu’il y ait eu des turbulences, je pense que les événements de cet
été ont constitué un tournant pour l’industrie du homard. J’en
suis convaincu. J’ai pris beaucoup de notes sur ce que nous avons
fait et sur ce que nous pourrions faire. Pendant trop d’années, il y
a eu un manque de communication entre les pêcheurs, le secteur
12:18
Fisheries and Oceans
30-11-2012
federal government, because I do not have control over quota,
over seasons or over licences. My role is processing and marketing
the product.
de la transformation, les gouvernements et, avec tout le respect
que je vous dois, le gouvernement fédéral, parce que je n’ai aucun
contrôle sur les quotas, sur les saisons et sur les permis. Mon rôle
est de transformer le produit et de le mettre sur le marché.
However, since the events of this past summer — and my
friends here sitting next to me can either agree or disagree — we
have seen an improvement in relationships between those various
groups. We have had some really good meetings. I have a
roundtable on fisheries. The last one we had was a congenial
meeting in comparison to finger-pointing in the past. I think all
sectors of the industry have realized that this is crisis time, if you
will, and one group of the parties involved in this cannot solve
that problem by themselves. I am satisfied as that we have a good
dialogue going at this point.
Cependant, depuis les événements de cet été — comme
pourront peut-être le confirmer les amis qui sont assis à mes
côtés — nous avons vu une amélioration des relations entre ces
différents groupes. Nous avons eu des réunions très bénéfiques.
J’organise une table ronde sur les pêches. La dernière était une
réunion agréable comparée aux précédentes, quand chacun
pointait son voisin du doigt. Je crois que tous les acteurs de ce
secteur ont compris qu’il y a une crise et que désunis, ils ne
pourront pas résoudre le problème. Je suis heureux que nous
ayons instauré un dialogue de qualité.
As Gilles has suggested, the whole biology of lobster is more
complicated than getting five or six groups together, but at least
that provides us an opportunity to go looking at, for example,
why all of a sudden we have a glut. I see more positives as a result
of what happened this past summer.
Comme l’a suggéré Gilles, il est plus difficile de comprendre la
biologie du homard que de réunir cinq ou six groupes, mais au
moins cela nous donne l’occasion de nous pencher, par exemple,
sur les causes de cette soudaine saturation. Il me semble que les
retombées de ce qui s’est passé cet été sont positives.
The Chair: In your closing remarks you mentioned the selling
of lobster licences recently as seen in Grand Manan, and The
Telegraph-Journal recently reported that the Grand Manan
Fishermen’s Association protested the transfer of lobster
licences from the Grand Manan area in New Brunswick to
Nova Scotia harvesters. The Department of Fisheries and Oceans
have agreed to a temporary freeze on lobster licence transfers. I
wonder for the benefit of the committee could you just expand on
that a little bit; what happened and your concern with that
situation?
Le président : Dans votre conclusion, vous avez évoqué la vente
de permis de pêche au homard comme on l’a vu récemment à
Grand Manan, et The Telegraph-Journal a récemment révélé que
le Grand Manan Fishermen’s Association a protesté contre le
transfert de permis de pêche au homard de la région du Grand
Manan au Nouveau-Brunswick vers les pêcheurs de NouvelleÉcosse. Le ministère des Pêches et des Océans a donné son accord
pour un gel temporaire des transferts de permis de pêche au
homard. Pourriez-vous éclairer le comité à ce propos, nous dire ce
qui s’est passé et nous faire part de vos préoccupations à ce sujet?
Mr. Olscamp: Personally, I have great concern. The premier
and I share the opinion that losing the licences equates to losing a
natural resource that we see as ours. Every time we lose a boat to
another jurisdiction, we also lose a licence, as you know, and we
lose the ability to capture that product, be it lobster or any other
product. As it cascades down, of course we lose employment.
M. Olscamp : Personnellement, je suis très inquiet. Le premier
ministre et moi-même sommes d’accord sur le fait que perdre des
permis équivaut à perdre une ressource naturelle que nous
estimons être nôtre. À chaque fois que nous perdons un bateau
au profit d’une autre province, nous perdons aussi un permis,
comme vous le savez, et donc la possibilité de capturer le produit,
que cela soit le homard ou d’autres produits. La conséquence est
naturellement la perte d’emplois.
If you speak with people from Grand Manan, which is a small
island which relies almost exclusively on fishing, the loss of a
dozen jobs or two dozen jobs is very significant indeed. As a
result, we are adamant about protecting those licences for the
good of, in this case, the economy of Grand Manan, but that
could happen anywhere. As we speak, there could be a transfer of
licences from my area, which is on the Northumberland Strait, to
people who want to buy the licences on the P.E.I. side of the Strait
and vice-versa. We are really concerned. We are very grateful to
Minister Shea, as you know, for having imposed the temporary
freeze. It gives us an opportunity to work with the people of
Grand Manan in more detail.
Si vous parlez aux gens de Grand Manan, une petite île qui vit
presque exclusivement de la pêche, la perte de quelques dizaines
d’emplois est très grave. Par conséquent, nous sommes déterminés
à protéger ces permis dans l’intérêt de l’économie de Grand
Manan, en l’occurrence, mais cela pourrait se produire n’importe
où. À l’heure actuelle, il pourrait y avoir des transferts de permis
de mon secteur, sur le détroit de Northumberland, à des gens qui
veulent les acheter du côté Î.-P.-É. du détroit et vice versa. Nous
sommes très reconnaissants envers la ministre Shea d’avoir
imposé un gel temporaire. Cela nous permet de collaborer plus
étroitement avec les gens de Grand Manan.
My department has been very progressive in working with
them, introducing what we think are good ideas, but they need to
digest them. They are in charge of their own destiny from where I
sit. All of that does not happen quickly, but all of that could be
Mon ministère a travaillé de façon très progressive avec eux, en
présentant ce que nous pensons être de bonnes idées, mais ils
doivent maintenant les assimiler. De mon point de vue, ils tiennent
leur destin entre leurs mains. Tout cela n’est pas très rapide, mais
30-11-2012
Pêches et océans
12:19
solved if the licences would be protected. I think there is a study
right now to see if those could be protected based on the fact that
we would lose natural resources if they should be allowed to
move. Some bidders from Nova Scotia, for instance, have very
deep pockets, and I know the Province of New Brunswick cannot
get involved in that to the degree that they are.
tout pourrait être résolu si les permis étaient protégés. Il me semble
qu’une étude est en cours pour voir si l’on pourrait les protéger à
cause de la perte de ressources naturelles que causerait leur
transfert. Certains soumissionnaires de Nouvelle-Écosse par
exemple ont les poches bien garnies, et je sais que la province du
Nouveau-Brunswick ne peut pas s’investir autant qu’eux.
I hope I have answered your question. Senator Unger is here. It
would be like British Columbia or Alberta allowing its oil to be
bought by another jurisdiction before Alberta can recover the cost
of it. It is all right if you get your royalties, but we would lose
everything in this case.
J’espère avoir répondu à vos questions. La sénatrice Unger est
parmi nous. Cela serait comme si la Colombie-Britannique ou
l’Alberta permettait que son pétrole soit simplement acheté par
une autre province avant que les coûts soient amortis. Ça va
encore si vous récupérez votre redevance, mais dans le cas présent
nous perdrions tout.
Senator McInnis: Why were the licences sold? Was it fishermen
retiring and wanted to recoup?
Le sénateur McInnis : Pourquoi les permis ont-ils été vendus?
S’agit-il de pêcheurs partant à la retraite qui voulaient engranger
ce montant?
Mr. Olscamp: Yes. You can see yourself as a fisherman who
wants out.
M. Olscamp : Oui, mettez-vous à la place du pêcheur qui veut
prendre sa retraite.
I want to go back to the rationalization that I spoke of in my
address. That did not apply to the Bay of Fundy. That was just
the eastern part of New Brunswick. If you are 60 or 65 years old
and you want out and someone comes to you and says ‘‘Look, I
will buy your licence for $400,000,’’ it is a pretty nice retirement
package. The unfortunate part of it as it exists right now is that
there is no opportunity for the community, if we are referring to
Grand Manan, to counteract that offer. That is what we were
looking at, models that could say to the Grand Manan people
‘‘Do not allow that resource to go. Compete with the bidders from
other jurisdictions.’’
Je voudrais revenir à la rationalisation dont j’ai parlé dans mon
exposé. Elle ne s’est pas appliquée à la baie de Fundy, mais
seulement à la partie est du Nouveau-Brunswick. Si vous avez 60 ou
65 ans, que vous voulez cesser votre activité et que quelqu’un vient
vous dire : « Je vous achète votre licence pour 400 000 $ », ça fait
un joli cadeau de départ à la retraite. Le problème c’est qu’il n’existe
actuellement aucun moyen pour la communauté, si l’on parle de
Grand Manan, de contrer cette offre. Voilà ce à quoi nous
réfléchissons, nous cherchons des exemples pour pouvoir dire aux
gens de Grand Manan : « Ne laissez pas partir cette ressource.
Rivalisez avec les soumissionnaires d’autres provinces. »
Recently too, there were some native fishers. There were
10 licences there, I believe. As you know, you cannot sell those
licences but you can lease them. So people from Nova Scotia were
leasing the First Nations licences and fishing with them. As a
result, and I am repeating myself, the people of Grand Manan
were not only losing the natural resource, but the human resource
too, people who would have fished or crewed those boats.
Récemment, il y a eu des pêcheurs autochtones. Il y a eu
10 permis là-bas, je crois. Comme vous le savez, on ne peut pas
vendre ces permis, mais on peut les louer. Donc des gens de
Nouvelle-Écosse louaient des permis à des Autochtones et
pêchaient avec. Le résultat, comme je l’ai déjà dit, est que non
seulement les gens de Grand Manan ont perdu les ressources
naturelles, mais aussi les ressources humaines, des gens qui
auraient péché ou qui auraient travaillé sur les bateaux.
Senator McInnis: I fully appreciate the detriment to the rural
communities, having come from a rural community on the eastern
shore of Nova Scotia. However, you face some real challenges in
that for many fishermen that is the equity that they have built up
in their boats, their licence and so on. I am just wondering how do
you prevent this from happening. You either have an alternative,
and the alternative quite often comes from government and the
taxpayers, and quite often they are not able to be resold to a
community like that. There are some real challenges there.
Le sénateur McInnis : Je mesure pleinement le préjudice que
cela représente pour les communautés rurales, étant moi-même
originaire d’une communauté rurale de la côte est de la NouvelleÉcosse. Cependant c’est un véritable défi dans la mesure où
beaucoup de pêcheurs considèrent que leur bateau, leur permis et
ainsi de suite représentent un capital qu’ils ont bâti. Je me
demande simplement comment on peut empêcher cela. La
solution vient souvent du gouvernement et des contribuables, et
quand le gouvernement achète des permis il est généralement
difficile de les revendre à une communauté. C’est un véritable défi.
I fully appreciate what you are saying. It has a deleterious
effect on these rural communities because of the fact that the
lobster industry has picked up where the ground fishery has fallen
off. Therefore, there is some real difficulty and challenges there in
coping with that situation. That is why I was asking the question
as to how possibly you might be able to do that.
Je comprends tout à fait ce que vous dites. Cela a un effet
délétère sur ces communautés rurales étant donné que l’industrie
du homard a pris la relève de la pêche de fond. Par conséquent
cette situation présente de nombreuses difficultés. C’est pourquoi
je demandais dans quelle mesure vous pourriez y faire face.
12:20
Fisheries and Oceans
30-11-2012
Mr. Olscamp: I am not an expert on the residency clause that
might have pre-existed, but that is being studied. Minister Shea
has promised me that she would get an opinion on that. I am a
firm believer in co-ops. Moses Coady was a bit of an idol of mine,
and that is the idea that I proposed the staff bring to Grand
Manan people, to pool their resources and possibly come up with
enough resources to say ‘‘Joseph’s licence is being threatened. He
is being offered some money from someone and from another
jurisdiction. Let us save it.’’
M. Olscamp : Je ne suis pas expert en ce qui concerne la clause
de résidence qui était peut-être préexistante, mais c’est à l’étude.
La ministre Shea m’a promis qu’elle allait obtenir un avis
là-dessus. Je crois fermement aux coopératives. Moses Coady a
été une sorte d’idole pour moi et j’ai proposé que mon équipe
soumette aux gens de Grand Manan l’idée qu’ils pourraient
mettre leurs ressources en commun et qu’ils pourraient peut-être
ainsi réunir suffisamment de moyens pour pouvoir dire : « Le
permis de Joseph est menacé. Quelqu’un d’une autre province lui
propose de l’argent. Sauvons sa licence. »
As a provincial government, we have a new entrant program. If
there was a young fisher aspiring to fish off Grand Manan, with
the pooled resources of the community plus what we could do to
help, we might be able to save that licence. My feeling is that the
Grand Manan people want to hang on. They are pushing for the
residency clause. If there is a legal opinion that you can protect it
through that, so be it. If there is not, then you need to have a
back-up.
En tant que gouvernement provincial, nous avons un programme
pour les nouveaux venus. Si un jeune pêcheur aspirait à pêcher au
large de Grand Manan, grâce aux ressources mises en commun par
la communauté, plus les aides que nous pourrions apporter, nous
pourrions peut-être sauver ce permis. J’ai le sentiment que les gens
de Grand Manan veulent s’accrocher. Ils militent pour une clause
de résidence. S’il est établi d’un point de vue juridique que l’on peut
protéger les permis de cette manière, alors il faut le faire. Sinon, il
faut une solution de rechange.
Senator McInnis: The other danger, in my opinion, is the
concentration of those licences with a few large corporations.
Speaking as a senator from Nova Scotia, that is what we have to
be careful of.
Le sénateur McInnis : À mon avis, l’autre danger c’est la
concentration des permis entre les mains de quelques grandes
entreprises. En tant que sénateur de la Nouvelle-Écosse, voilà ce
qui m’inquiète.
[Translation]
[Français]
Senator Poirier: I would like to thank the minister and the
departmental officials for being here. It is always a pleasure to
come back to New Brunswick to work and so to be here with you.
I have a couple of questions to ask you. I am very much aware of
the problems, as much as I can keep up with them, of what went
on this summer. I talked to a number of fishers in the region who
were concerned and worried about what was happening. I have a
couple of questions I would like to ask.
Le sénateur Poirier : Merci d’être ici monsieur le ministre et les
officiers du ministère. C’est toujours un plaisir de revenir au
Nouveau-Brunswick travailler et donc, d’être avec vous. J’ai une
couple de questions à poser. Je suis vraiment au courant des
problèmes, autant que je peux, de ce qui s’est passé cet été. J’ai
parlé avec plusieurs des pêcheurs de la région qui étaient
préoccupés et concernés par les choses qui se passaient. J’ai une
couple de questions que j’aimerais poser.
The first question is on page four of your presentation, at
paragraph five. It talks a little about what I wanted to discuss.
La première question, c’est à la page quatre de votre
présentation, au paragraphe cinq. On parle un peu de ce dont je
voulais discuter.
We know that last summer, the problems that happened that
you had to deal with in area 25 certainly had to do with the price
and also the number of lobsters coming from Maine to our fish
plants. So because of that and because of the price, it was difficult
for our fishers to get a good price and also to be able to sell their
products to the plant.
On sait que l’été passé, les problèmes qui sont arrivés et
auxquels on a fait face dans la zone 25 avaient certainement à
faire avec le prix et aussi avec le nombre de homards qui viennent
du Maine, et qui montait dans nos usines de poissons. Donc, dû à
ça et au prix qui était là, c’était difficile pour nos pêcheurs d’aller
chercher un bon prix et aussi de pouvoir vendre leurs produits à
l’usine.
Here you say: if for some reason Maine lobster was no longer
available, what would the impact be? I recall that during the
summer when the crisis was underway, one of the comments we
heard in the media and from other people was that Maine was
also looking at the problem in area 25, because it affected them
too, up to a certain point. At one point, there were comments
coming from Maine itself to the effect that maybe it was time for
them to start thinking about whether the solution might not be to
build their own plants there. That was certainly a little worrying
for me, since I know a lot of people here who work in the plants
Ici, vous mentionnez, pour quelque raison, si le homard du
Maine ne deviendrait pas si disponible, quel en serait l’impact? Je
me rappelle durant l’été, quand la crise était en marche, un des
commentaires qu’on a entendu à travers les médias et à travers
d’autres personnes était que le Maine était aussi en train de
regarder au problème qui s’est passé dans la zone 25, parce que ça
les affectait eux aussi jusqu’à un certain point. À un moment
donné, il y avait des commentaires qui avaient été faits par le
Maine eux-mêmes à savoir que peut-être c’était le temps qu’on
commence à regarder si ça ne serait pas une solution de bâtir nos
30-11-2012
Pêches et océans
12:21
and earn their living there, because automatically, if they start
opening plants in Maine, that means they will be sending less
product here, and the number of weeks or months when there will
be jobs available in our plants could be seriously affected. And
that will certainly affect people’s jobs here. I would like to hear
your comments about that.
propres usines chez nous. C’est certainement pour moi — car je
connais beaucoup de gens chez nous qui travaillent dans les usines
et qui font leur vie là — un petit peu inquiétant parce
qu’automatiquement, s’ils commencent à ouvrir des usines au
Maine, ça veut dire qu’ils envoient moins de produits chez nous,
et s’il y a moins de produits qui viennent chez nous, ça veut dire
que le nombre de semaines ou de mois où il va y avoir de l’emploi
disponible dans nos usines pourrait être gravement affecté, et cela
va certainement affecter les emplois des gens de chez nous.
J’aimerais d’avoir vos commentaires à ce sujet.
Mr. Olscamp: Thank you for the question. Yes, there are factors
in play. We hear rumours, I think, and my staff can talk about that
after, that there is at least one application from New Brunswick to
build a processing plant in Maine. I am told that processing plant is
something that is very costly to build. As well, there is a technology,
if I can put it that way, for processing lobster that seems to exist in
the Atlantic provinces more than in Maine because they have not
done much processing for a number of years. As well, senator, don’t
forget that the crisis occurred during an election campaign in the
United States, and there may have been promises made, but there is
no evidence. There would have to be several plants built before it
would have a very significant impact on our ability to keep our
processing plants open.
M. Olscamp : Merci beaucoup pour la question. Oui, il y a des
facteurs qui sont en jeu là. On entend des rumeurs, je crois, et mon
personnel peut parler après, qu’il y a au moins une application du
Nouveau-Brunswick pour construire une usine de transformation
au Maine. Une usine de transformation, on me dit que c’est quelque
chose qui est très dispendieux à construire. Aussi, il y a une
technologie, si vous voulez, pour la transformation du homard, qui
semble exister dans les provinces de l’Atlantique plus qu’au Maine
parce qu’ils n’ont pas fait beaucoup de transformation depuis
plusieurs années. Puis, n’oubliez pas aussi, madame la sénatrice, que
la crise est arrivée durant une période d’élection aux États-Unis et
puis, il y avait peut-être des promesses de faite, mais il n’y a pas de
preuve. Il faudrait que plusieurs usines soient construites avant que
ça ait un effet très marqué sur notre habileté de garder nos plants de
transformation ouverts.
The importance of lobster from Maine is very carefully
calculated, if you like, since without lobster from Maine, our
processing plants would not exist. There would not be many left.
L’importance du homard du Maine est très bien calculée, si
vous voulez, puisque sans le homard du Maine, nos plants de
transformation n’existeraient presque pas. Il n’y en aurait pas
plusieurs.
During the crisis, there were still all sorts of accusations like
‘‘why are you buying lobster from Maine?’’ We cannot stop
Maine lobster from crossing the border from Maine-New
Brunswick border. People did not know, or forgot, that even
though we imported 70 per cent of the raw product from Maine,
when the processing from Maine was finished, over 80 per cent of
the processed product went back to the United States, and to have
blocked that, because we could not do it, would have had very
serious implications for our trade with the Americans.
Durant la crise, il y avait toujours toutes sortes d’accusations
telles que « pourquoi achetez-vous le homard du Maine? » On ne
peut pas arrêter le homard du Maine de bouger entre la borne du
Maine et la borne du Nouveau-Brunswick. Le monde ne savait
pas ou oubliait que même si on importait 70 pour cent du produit
brut du Maine, quand la transformation du Maine était finie, plus
de 80 pour cent du produit transformé retournait aux États-Unis,
et puis, d’avoir bloqué ça, parce qu’on ne le pouvait pas, aurait eu
des implications très sérieuses avec nos échanges avec les
Américains.
There were big American players involved, who were
spokespersons during that period. I was in contact with my
counterpart in Maine just about every day and I spoke often with
Mr. Binns, who is in Boston. My staff can tell you. Even if they
build one or two plants, I do not believe there would be very
significant consequences for our ability to produce. It is very
costly, and I think we have a lot of skills when it comes to fish
processing. Gilles once owned a processing plant, so I am going to
let him talk about that, because it is very familiar with it. A good
question, and I have to tell you I was initially afraid, but since
talking to some processors, because I did my tour after that, they
do not seem to be very nervous about it. Gilles can clarify it a
little more than I can.
Il y avait plusieurs gros joueurs américains qui étaient impliqués,
des porte-paroles durant la période. J’étais en contact presqu’à
chaque jour avec mon homologue au Maine et puis j’ai parlé à
M. Binns souvent, qui est à Boston. Mon personnel peut le dire.
Même s’ils construisent un plants ou deux plants, je ne crois pas qu’il
y aurait des circonstances très marquées sur notre habileté de
pouvoir produire. C’est très dispendieux, et nous avons, je crois,
beaucoup d’habiletés dans la transformation de poissons.Gilles a
déjà été propriétaire d’une usine de transformation, donc je vais lui
laisser parler de ça, parce qu’il connait beaucoup plus ça. Bonne
question, mais j’avais peur au début, je dois te dire, mais depuis que
j’ai parlé à des transformateurs, parce que j’ai fait mon tour après,
ils ne semblent pas être très nerveux avec ça. Gilles peut clarifier un
peu plus que moi.
12:22
Fisheries and Oceans
30-11-2012
Mr. LeBlanc: Yes, lobster processing is concentrated.
A 400-mile or so radius between here and Moncton, it would
cover the region where 95 per cent of the lobster on the planet is
processed: frozen lobster, homarus americanus, the American
lobster. You have to understand that homarus americanus is a
species. There are no American or Canadian lobsters. They have
no passports. It is a species, and the lobster industry, Canadian
and American, is integrated. The industry is really divided in half.
The live lobster industry is the big strength of Nova Scotia, and
the processing industry is the strength of New Brunswick and
Prince Edward Island.
M. LeBlanc : Oui, la transformation de homard est concentrée.
Si on faisait un rayon d’ici à Moncton, on ferait 400 milles à peu
près. Ça couvrirait la région où 95 p.100 du homard de la planète
est transformé, le homard gelé, le homarus americanus, le homard
américain. Il faut comprendre que le homarus americanus est une
espèce. Pour le homard, ils ne sont pas américains ou canadiens.
Ils n’ont pas de passeport. C’est une espèce, puis l’industrie du
homard est intégrée, canadien et américain. L’industrie est
vraiment divisée en deux. C’est l’industrie du vivant, qui est la
grosse force de la Nouvelle-Écosse, puis l’industrie de la
transformation, qui est la force du Nouveau-Brunswick et de
l’Ile du Prince-Édouard.
In the past, there was a lot of competition for lobster because
catches were limited, and a lot of processors went bankrupt.
In 1990, lobster catches in the United States started to increase.
The increase has been exponential since then. That gave plants in
Canada an opportunity to survive and diversify. There were
plants that were processing snow crab and other species. When
the cod were wiped out in 1992 or 1993, snow crab, shrimp and
lobster started to increase, and that gave the plants in Prince
Edward Island and New Brunswick, and now Quebec and Nova
Scotia, an opportunity to diversify their source of lobster. Had it
not been for that resource, there might have been two or three
plants left standing and probably not even that, and they would
be operating for only six weeks in the spring and three or four
weeks in the fall. It is an opportunity. The increases in the lobster
catches in Canada and the United States are an opportunity for
our industry. That was the biggest factor for the economic health
of the processing industry in Canada, to be able to get supply
from American sources. But also, we see there is the same type of
growth in Canada. There was a time when 60 per cent of the total
lobster catch was sent to market live and 40 per cent was
processed, but now that has changed. It is about 60 to
65 per cent processed and 40 per cent live. But that does not
mean that volumes have declined, because there is more. That is
how the industry works. One complements the other, and it is
important to understand that.
Dans le passé, il y avait beaucoup de compétition pour le
homard parce que les prises étaient limitées, puis il y a beaucoup
de transformateurs qui ont fait banqueroute. Depuis 1990, les
prises de homard aux États-Unis ont commencé à augmenter.
L’augmentation est exponentielle depuis. Ça a donné une
opportunité à des usines du Canada de survivre et de se
diversifier. Il y avait des usines qui faisaient du crabe des neiges
et qui faisaient d’autres espèces. Quand la morue s’est écrasée
en 1992, 1993, le crabe des neiges, les crevettes et le homard se
sont mis à augmenter, puis ça a donné une opportunité aux usines
de l’Île-du-Prince-Edouard, du Nouveau-Brunswick, puis
maintenant le Québec et la Nouvelle-Écosse de diversifier sa
source de homard. Si ce n’était pas de cette ressource, il y aurait
peut-être deux ou trois usines de reste et probablement même pas,
et ils fonctionneraient seulement pour six semaines au printemps
et de trois à quatre semaines à l’automne. C’est une opportunité.
Les augmentations de prises de homard au Canada et aux ÉtatsUnis sont une opportunité pour notre industrie. Ça a été le plus
gros facteur pour la santé économique de l’industrie de
transformation au Canada, de pouvoir s’approvisionner des
sources américaines. Mais là, aussi, on voit qu’il y a le même
type de croissance au Canada, puis maintenant, il y a un temps
que c’était 60 p. 100 du homard qui était pris globalement qui
était envoyé sur le marché vivant, puis 40 p. 100 qui était
transformé, mais maintenant, ça a changé. C’est à peu près
60 à 65, qui est transformé puis 40 p. 100 qui va sur le vivant.
Mais ça ne veut pas dire que les volumes ont diminué, parce qu’il
y en a plus. L’industrie fonctionne comme ça. Un complémente
l’autre, et c’est important de comprendre ça.
Guys like John Risley and Colin MacDonald from Clearwater
often said that, at our meetings. If it were not for the processing
industry, it would be catastrophic. The 30 per cent or 40 per cent
of the lobster that is strong enough, based on blood protein or
shell tests, that can go and be put on planes and sent around the
globe is important, and we have to maximize its value. But there is
the other 60 per cent that cannot be put on a plane to travel
around the globe. Something else has to be done with that
60 per cent. Its value has to be maximized, and the best way of
doing that is to process it into the best possible product, that the
best restaurants and the best customers on the planet will want to
eat: if a restaurant in Paris wants to put this little lobster claw on
its lobster bisque, that comes from a processing plant. There are
Des gars comme John Risley et Colin MacDonald de
Clearwater le disaient souvent à nos réunions. Si ce n’était pas
de l’industrie de la transformation, ça serait catastrophique parce
que le 30 p. 100 ou 40 p.100 de homard qui est fort assez, basé sur
les tests de blood protein ou de coquilles, qui peut aller et être mis
sur des avions puis envoyé à faire le tour de la planète, c’est
important, puis on devrait maximiser sa valeur, mais il reste le
60 p. 100 qui ne peut pas être mis sur un avion pour faire le tour
de la planète. Ce 60 p. 100, il faut faire quelque chose avec. Il faut
le valoriser et il faut optimiser sa valeur, et la meilleure manière de
le faire, c’est de le transformer en meilleur produit possible, que
les meilleurs restaurants, les meilleurs clients de la planète veulent
consommer, que ce soit un restaurant à Paris qui veut mettre cette
30-11-2012
Pêches et océans
12:23
all sorts of global opportunities. This is a product that the planet
wants, and live lobster and the processing industry are
complementary. That is how it works.
petite patte de homard sur sa bisque de homard, ça vient d’une
usine de transformation. Il y a toutes sortes d’opportunités
globales. C’est un produit que la planète veut, puis le vivant et le
secteur de la transformation se complémentent. C’est comme ça
que ça travaille.
If the plants in New Brunswick — and there are 16 relatively
large plants in New Brunswick — limited their activity to
processing lobster from New Brunswick, there would be enough
work, I would say, for about one and a half plants for 6 weeks.
There are 16 plants.
Si les usines du Nouveau-Brunswick, et il y 16 relativement
grosses usines au Nouveau-Brunswick, se limitaient à transformer
le homard du Nouveau-Brunswick, il y aurait assez de travail à
peu près, je dirais, pour une usine et demie pour six semaines. Il y
en a 16.
Senator Poirier: Given the importance of the plants to the
province of New Brunswick and to the economy of the province,
certainly, now that the elections in the United States are over, are
there ongoing communications with the United States? Do you
communicate in particular with the Maine region, to perhaps find
solutions other than letting them go ahead or encouraging them
to go ahead and build plants?
Le sénateur Poirier : Dû à l’importance des usines pour la
province du Nouveau-Brunswick et pour l’économie de la province,
certainement, maintenant que les élections aux États-Unis sont
terminées, est-ce qu’il y a des communications qui continuent avec
les États-Unis, surtout avec la région du Maine, pour peut-être
trouver des solutions autres que les laisser aller de l’avant ou les
encourager à aller de l’avant et construire des usines?
Are there other solutions, working with our fishers, with the
province, with all the partners at the table, to see what solutions
there might be to deal with problems like the ones we had this
summer, but also to find a way to protect our plants and make
sure our lobster products are processed here?
Est-ce qu’il y a d’autres solutions, en travaillant avec nos
pêcheurs, avec la province, avec tous les partenaires qui sont à la
table, pour voir quelle seraient les solutions pour faire face à des
problèmes comme ceux qu’on a connus cet été, mais aussi de
trouver une solution pour protéger nos usines et pour que nos
produits de homard soient traités ici?
Mr. Olscamp: During the crisis, as I said, there were
communications every day. We also have to see that when it
comes to the United States, as Minister of Fisheries, it is not my
place to negotiate with them. It is the Department of
Intergovernmental Affairs that does that. I have suggested that
we should continue. At the end of the day, there are problems
associated with that. Fishers in Maine fish almost eight or nine
months a year. They have the opportunity.
M. Olscamp : Durant la crise, il y avait des communications,
comme je le disais, à chaque jour. Il faut voir aussi que quand ça
vient aux États-Unis, comme ministre des Pêches, ce n’est pas ma
place de négocier avec eux. C’est le ministère des Affaires
intergouvernementales qui fait cela. J’ai suggéré qu’on devrait
continuer. À la fin de la journée, il y a des problèmes associés à
cela. Les pêcheurs du Maine pêchent presque huit mois à neuf
mois par année. Ils ont l’occasion.
Mr. LeBlanc: If I understand correctly, they have no season.
They are the ones who decide when they will go out. In winter,
they do not go out because of the weather. They really have
no season.
M. LeBlanc : Si je comprends bien, ils n’ont pas vraiment de
saison. Ce sont eux qui décident quand ils y vont. L’hiver, ils n’y
vont pas en raison de la température. Ils n’ont pas vraiment
de saison.
Mr. Olscamp: Our fishers take 250 pots, and in the north they
take 300 pots. In Maine, I believe they have lowered the limit to
700 or 800 pots. Right away, they have the opportunity to catch
more lobster because their season is longer, and they have more
pots for fishing. That does not mean it harms the lobster, because
even with 250, they can fish. In English, they say ‘‘we fish hard’’.
That is something that should be discussed. The Premier is aware
of what has gone on, because he spoke often with Governor
Lepage, and I have asked that our talks with them continue, but
that is intergovernmental. Joseph might be able to add to that, if
he wants.
M. Olscamp : Nos pêcheurs pêchent 250 casiers, et dans le nord,
ils pêchent 300 casiers. Au Maine, je crois qu’ils ont baissé la limite
à 700 ou 800 casiers. Immédiatement, ils ont l’occasion de prendre
plus de homards parce que leur saison est plus longue, et ils ont plus
de casiers pour pêcher. Ça ne veut pas dire que ça nuit aux le
homard, parce que même à 250, ils peuvent pêcher. En anglais, ils
disent we fish hard. C’est quelque chose qui devrait être discuté. Le
premier ministre est au courant de ce qui s’est passé, parce qu’il
parlait au gouverneur Lepage souvent, et moi, j’ai demandé qu’on
continue nos pourparlers avec eux, mais c’est intergouvernemental.
Joseph pourrait peut-être ajouter à ça s’il le veut.
Mr. LaBelle: I think one of the good things that came out of
this summer is the discussions between the people who bring the
product to market and the fishers. As Gilles mentioned, if we
relied solely on the lobster that is landed in New Brunswick, we
would have very few plants and a very short season. We now have
a season that starts in April and runs until January of the next
M. LaBelle : Je pense qu’une des bonnes choses qui est ressorti
de cet été, ce sont les discussions entre les gens qui apportent le
produit au marché et les pêcheurs. Comme Gilles l’a mentionné, si
on se fiait seulement sur le homard qu’on débarque au NouveauBrunswick, on aurait très peu d’usines, on aurait très peu de
saison. On est maintenant rendus à une saison qui commence au
12:24
Fisheries and Oceans
30-11-2012
year. To illustrate the size, all fish and seafood exports from
Canada come to about $4 billion. That is the sales figure for one
company in the United States, Sysco Seafood, as it happens.
mois d’avril et qui va jusqu’au mois de janvier de l’année suivante.
Pour donner un ordre de grandeur, l’ensemble des exportations de
poisson et fruits de mer de l’ensemble du Canada est de 4 milliards
de dollars à peu près. Ça, c’est la valeur de vente d’une compagnie
aux États-Unis, en passant les fruit de mer de Sysco.
So when we do business with the distribution chains, we have
to be able to deliver in the long term. We also have to provide
work for our employees so they will stay. And there are also
substantial depreciation costs in a modern plant. We have
adapted to the new circumstances in New Brunswick, in
processing, by expanding our supply. If we had not done that,
all of that cost, to bring the product to market, we would have
confined ourselves to $84 million in New Brunswick lobster, and
there would have been a lot less money available for New
Brunswick fishers. So if we lose the diversified supply we have, it
is our fishers too, and not just our plant employees, who will
suffer, but our fishers will be in very serious trouble.
Donc, quand on fait affaires avec des chaines de distribution, il
faut pouvoir livrer à long terme. Il faut donner assez de travail à
nos employés pour qu’ils restent. On a aussi des coûts
d’amortissement considérables dans une usine moderne. On s’est
adaptés à cette nouvelle réalité là au Nouveau-Brunswick, dans la
transformation, en agrandissant notre approvisionnement. Si on
n’avait pas fait ça, tout ce coût là, pour emmener le produit sur le
marché, on serait confiné à 84 millions de dollars de homard du
Nouveau-Brunswick. Donc, l’argent disponible pour les pêcheurs
au Nouveau-Brunswick serait beaucoup moindre. Donc, si on
perd l’approvisionnement diversifié qu’on a, c’est nos pêcheurs
aussi, et non seulement nos employés d’usine qui vont en souffrir,
mais nos pêcheurs seront en très grande difficulté.
On the question of working with the United States, obviously
some of the people who were most concerned last summer were
the people in the United States who import our products. There
are very good relations on the processing side between the
companies here and the companies in the United States.
Throughout the crisis, the Fisheries Council of Canada worked
very closely with the National Fisheries Institute, which is the
industry organization in the United States. There are quite big
importers in the United States that have plants here and in Prince
Edward Island, and there is a lot of work done by the industry to
keep the borders open.
Sur la question de travailler avec les États-Unis, c’est évident
que parmi les plus préoccupés l’été passé, c’était les gens aux
États-Unis qui importent nos produits. Il y a de très bonnes
relations du côté de la transformation entre les entreprises ici et les
entreprises aux États-Unis. Pendant toute cette crise là, le Conseil
des pêches du Canada était en très étroite collaboration avec le
National Fisheries Institute qui est l’organisation de l’industrie au
États-Unis. Il y a des importateurs aux États-Unis assez
importants qui ont des usines ici à l’Île-du-Prince-Édouard, puis
il y a beaucoup de travail qui se fait du côté de l’industrie pour
garder ces frontières ouvertes.
And as Gilles and the Minister said, it is very difficult to
generate a profit from operating lobster processing plants. A lot
of people have tried. Up to now, the skills, the employees, who are
one of our strategic advantages, and the knowledge about
processing this species, which is very difficult, have mainly been
concentrated in New Brunswick and Prince Edward Island. It is
not like other things.
Finalement, comme Gilles et le ministre l’ont mentionné, c’est
très difficile de générer un profit à opérer des usines de
transformation de homard. Il y a beaucoup de gens qui l’ont
essayé. Jusqu’à maintenant c’est surtout au Nouveau-Brunswick
et à l’Île-du-Prince-Édouard qu’on a les compétences, les
employés, qui sont un de nos avantages stratégiques, et les
connaissances de traiter cet animal, ce qui est très difficile. Ce
n’est pas comme autre chose.
Mr. LeBlanc: I would just add to Joseph’s comments, if I may.
The biggest fear on the part of the processing plants in New
Brunswick is probably when governments get into the game. In
the United States, if the government of Maine and the American
government give big subsidies to build plants, the plants in New
Brunswick are going to have to compete against government
money. That applies to the other governments as well. It applies
anywhere. The biggest fear of plant owners in New Brunswick is
having to compete against governments, whether it be the
provincial or federal or American government. That is what
changes the playing field. If the money is invested by a private
party, the plants in New Brunswick are not afraid of competing
against anyone on the planet.
M. LeBlanc : J’aimerais juste ajouter, si possible, aux
commentaires de Joseph. La plus grosse crainte des usines de
transformation au Nouveau-Brunswick, c’est probablement quand
les gouvernements se mettent dans la game. Si aux États-Unis, le
gouvernement du Maine et le gouvernement américain donnent des
gros octrois pour construire des usines, les usines du NouveauBrunswick doivent concurrencer contre l’argent des gouvernements.
Ça s’applique aussi aux autres gouvernements. Ça s’applique
n’importe où. La plus grosse crainte des entrepreneurs d’usine au
Nouveau-Brunswick, c’est de concurrencer contre les
gouvernements, que ce soit le gouvernement provincial, fédéral,
américain. C’est là que ça change le playing field. Si l’argent est
investi par un privé, les usines du Nouveau-Brunswick n’ont pas
peur de concurrencer contre n’importe qui sur la planète.
Senator Poirier: My last question relates to a different subject.
As a majority of us realize when we do our shopping, grocery bills
go up year over year, and that means that costs are constantly
Le sénateur Poirier : Ma dernière question touche un sujet
différent. Donc, comme la majorité d’entre nous le réalisent
quand on fait notre épicerie, la facture d’épicerie, d’année en
30-11-2012
Pêches et océans
12:25
rising. Here, we have a situation where the volume of lobster has
risen by a fairly large amount, a fairly large figure. If I look at
your presentation, it has gone from 6,500 in 2004 to 11,000 at this
point. I wondered whether you could tell me, particularly if all
food prices are going up, what the problem is with our lobster.
Even though we have a good quantity of a product that is in
demand around the world and is seen as a choice product, a
quality product, why do you think the price is not going up and
this is still a factor and a problem?
année, augmente toujours, ce qui veut dire que les coûts
augmentent toujours. Ici, on a une situation où la quantité de
homard a monté d’un assez gros montant, un assez gros chiffre. Si
je regarde votre présentation, c’est de 6 500 en 2004 à 11 000 à ce
point-ci. Je me demandais si vous pourriez me dire, surtout si
toute nourriture augmente en prix, quel est le problème de notre
homard? Même si on en a une bonne quantité, un produit qui est
en demande à la grandeur du monde, qui est vu comme un
produit de choix et de qualité, pour quelle raison, quant à vous, le
prix n’augmente-t-il pas et que ça reste toujours un facteur et un
problème?
Mr. LeBlanc: The biggest reason is very simple, and we
mentioned it earlier. It is the exponential increase in catches.
Since 1998, more or less, the amount of lobster landed in the
United States and Canada has doubled. It was fine up until 2004,
and then what happened is the Canadian dollar started to get
stronger and the American dollar got weaker. There was one
point when the difference was 40 per cent, and it even went up to
50 per cent, so for each American dollar you brought into
Canada, you had $1.50 Canadian. You could pay more for the
resource.
M. LeBlanc : La plus grosse raison est très simple et on en a
parlé tantôt. C’est l’augmentation exponentielle des débarquements.
Depuis 1998, plus ou moins, le montant de homard débarqué aux
États-Unis et au Canada a doublé. Ça a bien été jusqu’en 2004, puis
ensuite, ce qui est arrivé, c’est que le dollar canadien a commencé à
renforcir et le dollar américain à faiblir. Il y a un moment où la
différence était de 40 p. 100, elle est même allée jusqu’à 50 p. 100,
alors pour chaque dollar américain que tu apportais au Canada, tu
avais un 1,50 $ canadien. Tu pouvais mieux payer pour la ressource.
Then there was the economic problem in Europe and Canada
and everywhere. Markets shrank at the same time as supply
doubled, and the only way to adjust quickly was to expand the
market, and to expand the market, prices had to be lowered. You
had a number of factors in play at the same time, a little like a
perfect storm that exerted downward pressure. That is why Asia
and the new emerging markets are so important. All of a sudden,
you go into a new market that can absorb a lot of volume. When
the Chinese discover the quality of the lobster, potentially, the
idea is that demand and price will rise. Before 2004-05, the price
had risen constantly. The price even got too high and restaurants
in the United States were taking lobster off their menus. Lobster
tails and lobster meat were selling for nearly $20 a pound. That
was for frozen product. There was a lot of resistance to that price
and a lot of markets shrank. Now, with these new prices, the
markets have expanded, but the speed of growth in the catches
and the speed in which the market is developing are a little out of
sync. They are not marching in step. And the minute lobster
catches start to decline, the price will rise. It will jump. Sancton
has done its analysis every year, and Michael Gardner also did an
analysis where you see that the majority, 75 to 80 per cent of the
wholesale price of lobster, still goes to the fishers, so when the
price goes up, fishers will get a better price.
Ensuite, il y a eu le problème économique en Europe, au
Canada et partout. Les marchés ont rétréci en même temps que le
supply a doublé, puis la seule manière de s’ajuster rapidement,
c’était de expander le marché, puis pour expander le marché, il a
fallu baisser les prix. Tu avais plusieurs facteurs en jeu en même
temps. Un peu comme un perfect storm qui a mis de la pression
vers le bas. C’est pour ça que l’Asie et les nouveaux marchés
émergeants sont si importants. Tout d’un coup, tu vas dans un
nouveau marché qui peut absorber beaucoup de volume. Quand
les Chinois vont découvrir la qualité du homard potentiellement,
l’idée, c’est que la demande et le prix vont augmenter.
Avant 2004-2005, le prix continuait à augmenter. Le prix est
même devenu trop cher et les restaurants aux États-Unis
enlevaient le homard de leur menu. Les queues de homard et la
chair de homard se vendaient presque 20 $ la livre. Ça, c’est pour
le produit gelé. Il y avait trop de résistance à ce prix-là et il y a
beaucoup de marchés qui ont reculé. Là, maintenant, à ces
nouveaux prix-là, les marchés ont expandé, mais il y a un petit
déphasement entre la vitesse de la croissance des prises et à quelle
vitesse le marché se développe. Il y a un déphasement. Et à la
minute que le homard va commencer à descendre dans les
débarquements, le prix va monter. Ça va jumper. Sancton fait son
analyse à tous les ans et aussi Michael Gardner avait fait une
analyse où tu vois que la majorité, 75 à 80 p. 100 du prix
wholesale du homard retourne toujours aux pêcheurs, alors quand
le prix va augmenter, les pêcheurs vont avoir un meilleur prix.
Senator Poirier: Do you think it is going to stay like that for a
few years, or are we starting to see the light at the end of the
tunnel at this point?
Le sénateur Poirier : Est-ce que vous pensez que ça va rester
comme ça pour quelques années ou bien est-ce qu’on commence à
voir la lumière au bout du tunnel à ce point-ci?
Mr. LeBlanc: There are a number of factors in play, and it is
the American and European economies, and also the Japanese
economy, and we are seeing our sales to Japan rising; it helps us if
those economies get stronger, and that is going to be a factor. The
M. LeBlanc : Il y a plusieurs facteurs en jeu, et c’est l’économie
américaine, européenne et aussi japonaise, et on voit que nos
ventes au Japon sont en train d’augmenter, ça nous aide si ces
économies là se renforcissent, ça va être un facteur. L’échange est
12:26
Fisheries and Oceans
exchange rate is a factor. We don’t know, but you do have to
realize that this is the status quo. The big factor for lobster, the
big opportunity, again, and we have all realized it in the industry
for at least two years — it may have started in 2006 — is the Asian
market.
Senator Poirier: Thank you.
30-11-2012
un facteur. On ne sait pas, mais il faut quand même réaliser que
c’est le statu quo. Le gros facteur pour le homard, la grosse
opportunité, encore une fois, et puis on l’a tous réalisé dans
l’industrie depuis au moins deux ans, ça a commencé peut-être
en 2006, c’est le marché asiatique.
Le sénateur Poirier : Merci bien.
Mr. LaBelle: As long as we are selling a product that is a
foodstuff, we are going to have trouble creating a place for
ourselves on the market and getting the value. For a year and a
half, the market value of various sizes of tails has become more or
less equal. A two-ounce or three-ounce tail sells for the same price
as a four-ounce tail. Our customers ask themselves why they
would put a two-ounce or three-ounce tail on the plate when they
can get the same thing in four ounces. And we had a very big
customer this spring who said, ‘‘Fine, this year we are not buying
any two- to three-ounce tails at all. Deal with it.’’
M. LaBelle : Aussi longtemps qu’on vend un produit qui est
une denrée, on va avoir de la difficulté à faire notre place sur le
marché et avoir la valeur. Depuis un an et demi, la valeur sur le
marché des queues de différentes tailles est devenue à peu près
égale. Une queue de deux à trois onces se vend pour le même prix
qu’une queue de quatre onces. Nos clients se disent pourquoi je
vais mettre sur l’assiette une queue de deux onces à trois onces
quand je peux avoir la même chose pour quatre onces? Et on avait
un client très important ce printemps qui nous a dit « bon, cette
année, on n’achète pas du tout des queues de deux à trois onces.
Organisez-vous avec ça. »
So there is not necessarily a structured solution. It is a matter
of being on the market and seeing what changes are happening
and being able to adapt ourselves to the level of products being
produced, in the processing we do, and that also sometimes means
changing the way we fish. So there have to be fishers, processors,
people in the market, who understand the market and who are
also able to change over time.
Donc, il n’y a pas nécessairement une solution structurée. Il
s’agit d’être sur le marché et de voir quels sont les changements et
de pouvoir s’adapter nous aussi au niveau des produits qu’on
produit, dans la transformation qu’on fait et ça, ça veut dire aussi
certaines fois de changer la manière qu’on pêche. Donc, il faut
avoir les pêcheurs, les transformateurs, les gens en marché, qui
comprennent les marchés et aussi qui sont habiles à changer avec
le temps.
Mr. LeBlanc: Just one more little comment. The CanadaEurope agreement is really important for lobster, because there is
a 15 per cent tariff on processed lobster and snow crab products.
I think that in the agreement, that tax is going to be lifted over a
few years or several years, and that is really important because it
could open up the European market to processed lobster.
M. LeBlanc : Juste un autre petit commentaire. L’entente
canadienne-européenne, est vraiment importante pour le homard
car il y a un tarif de 15 p. 100 sur les produits transformés de
homard, de crabe des neiges. Je pense que dans cette entente, cette
taxe va être enlevée au cours de plusieurs années ou quelques
années, et ça, c’est vraiment important car ça pourrait ouvrir le
marché européen pour le homard transformé.
Mr. Olscamp: I just want to add in English.
[English]
M. Olscamp : Je veux juste ajouter en anglais.
[Traduction]
The talks occurring right now with regard to the European
markets, if things go the way we are hoping, will open up
opportunities for seafood product in this area. Again, it is always
a question of supply and demand. As Mr. LaBelle mentioned,
when a big buyer pulled the big contract for the tails — that is the
way a processor described it to me — the American economy
tanked. The American economy tanked for different reasons, but
I cannot remember the names of those lending institutions. Fanny
Mae, or whatever it was, they were kind of the catalyst that
triggered the avalanche. It is not always just those companies.
Si les choses se passent comme nous le souhaitons, les discussions
qui ont lieu en ce moment même au sujet des marchés européens
ouvriront des débouchés pour les poissons et les fruits de mer.
Encore une fois c’est une question d’offre et de demande. Comme
l’a souligné M. LaBelle, quand un gros acheteur a remporté le gros
contrat pour les queues — c’est ainsi qu’un transformateur m’a
décrit la chose — l’économie américaine a coulé. L’économie
américaine a coulé pour différentes raisons, je ne me souviens plus
du nom de ces institutions de prêt, Fannie Mae je crois, cela a été le
déclencheur de l’avalanche. Il ne s’agit pas toujours uniquement de
ces entreprises.
What happened in the lobster industry at the time, as
Mr. LeBlanc has mentioned, climate is a factor; we have
identified that. Markets are a big factor. The decline in the
American economy is a big factor. This big company that pulled
the contract was the catalyst that really precipitated some of the
problems that we had.
Il y a eu plusieurs choses qui ont affecté l’industrie du homard
à cette époque. Comme l’a dit M. LeBlanc, le climat est un
paramètre, cela ne fait plus de doute. Les marchés sont un
paramètre de premier ordre. Le déclin de l’économie américaine
également. Cette grosse entreprise qui a remporté le contrat a été
le catalyseur qui a provoqué une partie de nos problèmes.
30-11-2012
Pêches et océans
12:27
It was hard for me as a minister to communicate that. How do
you tell an irate fisherman, and you saw them as well as I did,
‘‘Hey, you cannot throw American lobster around.’’ You cannot
say ‘‘Stop buying American lobster.’’ We had to explain that we
need that American lobster to keep those plants working. That in
a way comes back to the disconnect that we are starting to shore
up, that there did not seem to be in the minds of a lot of fishers
that if they do not have those processing plants, they are not
going to be able to sell their product. There was always a cool
feeling between processors and fishers, and I think we have
managed to make some very important inroads there to the point
where they are now assuming ownership for the entire industry
versus ‘‘You are doing us in.’’ I am happy as a minister that we are
able, with a lot of work on the part of my staff, to bring that all
together.
En ma qualité de ministre, il m’était difficile de communiquer
là-dessus. Comment dire à un pêcheur furieux, et vous les avez vus
comme moi, « Vous ne pouvez pas nous balancer du homard
américain ». On ne peut pas dire : « Arrêtez d’acheter du homard
américain. » Il nous a fallu expliquer que nous avions besoin du
homard américain pour faire fonctionner les usines. En un sens,
cela nous ramène au fossé qui existe dans la tête des pêcheurs et
que nous commençons à rétablir, relativement au fait que, si nous
n’avions pas ces usines de transformation, ils ne pourraient pas
vendre leur produit. Il y a toujours eu un froid entre pêcheurs et
transformateurs, et je crois que nous avons fait des avancées si
bien qu’ils assument désormais la responsabilité de la filière
entière plutôt que de s’accuser mutuellement et de dire : « Vous
nous menez à notre perte. » En tant que ministre, je me réjouis
que nous ayons réussi, grâce notamment au travail de mon
équipe, à accomplir cela.
There are so many factors, Senator Poirier, that enter the
picture here. The American dollar tanked. As Mr. LeBlanc will
tell you, although we are a big exporter we cannot declare war on
the Americans in terms of lobster. There are already rumours that
‘‘Hey, we are going to stop buying potatoes from you.’’ We are
big potato exporters, but you cannot start playing that game. It is
called protectionism. I am not an expert, but in my experience it
has never worked. Some jurisdictions play a little more, but we
should not get into a war of protectionism.
Il y a énormément de paramètres à prendre en compte, sénateur
Poirier. Le dollar américain s’est effondré. Comme M. LeBlanc
vous le dira, bien que nous soyons de gros exportateurs, nous ne
pouvons pas déclarer la guerre aux Américains au sujet du homard.
Il y a déjà des rumeurs : « Nous allons arrêter de vous acheter des
pommes de terre. » Nous sommes de gros exportateurs de pommes
de terre, mais on ne peut pas jouer à ce jeu-là. Cela s’appelle du
protectionnisme. Je ne suis pas expert, mais selon mon expérience,
ça n’a jamais fonctionné. Certains gouvernements s’y risquent un
peu plus, mais nous ne devrions pas déclencher une guerre de
protectionnisme.
I go back to my thesis of a turning point, a watershed, at least
from the human side of it, and hopefully Mother Nature will
cooperate. I think my staff will agree that we need to continue
moving forward. The industry is too important. However, we still
have a lot of rough sea to manoeuvre through.
Je reviens à ma thèse sur l’existence d’un tournant, au moins du
point de vue humain et nous pouvons espérer que mère Nature se
montrera coopérative. Je pense que mon équipe sera d’accord
avec moi pour dire qu’il faut continuer à avancer. Cette industrie
est trop importante. Il nous reste néanmoins des eaux agitées à
traverser.
Senator McInnis: Did I understand correctly that with
processed lobsters 70 per cent comes from the U.S.?
Le sénateur McInnis : Si j’ai bien compris, 70 p. 100 du
homard transformé provient des États-Unis?
Mr. LaBelle: No.
M. LaBelle : Non.
Senator McInnis: What was the percentage?
Le sénateur McInnis : Quel est le pourcentage alors?
Mr. LaBelle: Seventy per cent comes from outside of New
Brunswick.
M. LaBelle : Soixante-dix pour cent ne viennent pas du
Nouveau-Brunswick.
Senator McInnis: You said that you provided $11 million in
loans to the fishermen organizations. Who pays this back?
Le sénateur McInnis : Vous avez dit avoir octroyé des prêts
d’un montant total de 11 millions de dollars aux organisations de
pêcheurs. Qui rembourse?
Mr. Olscamp: The federal government had offered an
$11 million grant to rationalize. We counteracted by offering an
$11 million loan payable over a period of time. I will keep it
simple. The MFU negotiated with us that those payments would
come through their snow crab allocation money. So that is how
the province will recover our money. Eight communities of the
MFU get a certain allocation of the snow crab. They generate
money that way and that is where we are getting our payments.
M. Olscamp : Le gouvernement fédéral avait proposé une
subvention de 11 millions de dollars pour rationaliser. Nous
avons contrecarré son offre en proposant un prêt de 11 millions de
dollars remboursable sur une certaine période. Je ne vais pas entrer
dans les détails. L’Union des pêcheurs des Maritimes a négocié avec
nous pour que les paiements soient prélevés sur leur subvention
pour le crabe des neiges. Voilà comment la province va récupérer
l’argent. Huit communautés de l’Union des pêcheurs des Maritimes
reçoivent une subvention pour le crabe des neiges. Ils perçoivent de
l’argent et c’est de cette manière que nous sommes remboursés.
12:28
Fisheries and Oceans
30-11-2012
Senator McInnis: You say that poor handling along the value
chain is robbing us of value. I read where the refrigeration of
lobsters as quickly as possible, actually on the vessel, is best. Is
that practical? Is it expensive? Is it something that we should
really be doing more of?
Le sénateur McInnis : Vous dites qu’une mauvaise gestion de la
chaîne de valeur fait perdre de la valeur au produit et nous fait
perdre de l’argent. J’ai lu qu’il fallait réfrigérer les homards le plus
rapidement possible, le mieux étant de le faire directement sur le
bateau. Est-ce faisable? Est-ce coûteux? Est-ce quelque chose que
nous devrions développer?
Mr. LaBelle: We do not need elaborate refrigeration systems.
Ice does very well. It is a question of in what condition is the
lobster when you take it out of the water. Is it strong and vibrant?
You have to keep the sun, the heat and the rainwater or fresh
water off it. That can be done fairly well. You need to make sure
that you have compartmentalization on your boat so you are not
putting a lot of lobster into one bin and crushing it. These are all
very practical solutions for most fisheries. For some fisheries in
Southwest Nova in the first week, this week, it is difficult because
there are 6,000 pounds coming in on some of those boats per day,
so that becomes more of a problem. For most of the places, these
are very easily addressed issues on the boats with minimum cost
to the harvester. We have issues like what kind of bait is used. If
you use fresh mackerel, it is very hard on the lobster because of
the histamines that develop. Where there is going to be a cost is
how do you generate all that ice, because we do not have it now.
There are some issues about capacity for ice.
M. LaBelle : Nous n’avons pas besoin de systèmes de
réfrigération sophistiqués. La glace suffit amplement. Ce qui
compte c’est l’état du homard à sa sortie de l’eau. Est-il fort et vif?
Ensuite il faut le protéger du soleil, de la chaleur et de la pluie ou
de l’eau douce. Ce n’est pas très compliqué. Il est indispensable
d’avoir des compartiments sur le bateau pour ne pas entasser un
grand nombre de homards dans une caisse et les écrabouiller. Ce
sont des solutions très faciles à mettre en œuvre pour la plupart
des pêcheries. Pour certaines pêcheries du sud-ouest de la
Nouvelle-Écosse, c’est difficile la première semaine, cette
semaine, car certains bateaux ramènent 6 000 livres par jour,
donc ça devient problématique. Mais presque partout ce sont des
problèmes faciles à gérer et qui ne sont pas très coûteux pour le
pêcheur. Ce qui pose problème, c’est le choix des appâts. Si on
utilise du maquereau frais, c’est mauvais pour le homard à cause
des histamines qui se développent. Ce qui coûte cher, c’est la
fabrication de toute la glace dont nous avons besoin, il y a un
problème de capacité pour la fabrication de glace.
Senator McInnis: Is it prevalent?
Mr. LaBelle: This summer it started to become more relevant.
Let us put it that way. There have been attempts in the past to
doing things like recirculating tanks on boats, as well, but even
there we find that if you have a recirculating system and you are
coming into harbour and the water is very warm, that does
not work.
Senator McInnis: Exactly.
Le sénateur McInnis : Est-ce fréquent?
M. LaBelle : Disons que cet été le problème a commencé à se
faire sentir sérieusement. Il y a eu par le passé des tentatives
d’utilisation de cuves de recirculation sur les bateaux, mais même
avec ces systèmes, lorsqu’on entre au port et que l’eau est très
chaude, ça ne fonctionne pas.
Le sénateur McInnis : Exactement.
Mr. LaBelle: Ice appears to be the best. We ran about
18 workshops on the East Coast this year and some in the Bay
of Fundy. We brought in a veterinary and he talked about ‘‘If you
do this, this is what it is going to do to the lobster.’’ That was very
good. We had very good uptake, very good response, and that
involved fishermen, buyers on the wharves, people working in the
plants, everybody along the value chain. He was good because he
said, ‘‘I am not going to tell you how to run your boat, but I can
tell you if you do this to a lobster, this is what is going to be bad.’’
We are very comfortable the fishermen will find innovative cost
effective ways not to do those bad things to lobster.
M. LaBelle : Le mieux, c’est la glace. Nous avons organisé
environ 18 ateliers sur la côte Est cette année et quelques-uns dans
la baie de Fundy. Nous avons fait venir un vétérinaire et il nous a
expliqué : « Si vous faites ceci, ça aura tel effet sur le homard. »
C’était très bien. Les gens ont bien compris, ils se sont engagés; il
y avait les pêcheurs, les acheteurs sur les quais, les gens qui
travaillent dans les usines, tous les intervenants de la chaîne de
valeur. Il était bien parce qu’il nous a dit : « Je ne vais pas vous
apprendre votre métier, mais je peux vous dire que si vous faites
telle chose au homard, voilà pourquoi ça va mal se passer. » Nous
sommes certains que les pêcheurs vont trouver des solutions
innovantes et rentables pour ne pas endommager le homard.
Mr. Olscamp: Quality has been identified by every player in the
sector as being important. We had humidex readings in the high
30s, low 40s this summer in August, if you can believe it, in this
part of the world. For the Maritimes that is unusual.
M. Olscamp : Tous les acteurs du secteur s’accordent à dire
que la qualité est primordiale. Cet été, au mois d’août, avec le
facteur humidex, la température a dépassé les 40 degrés et, dans
cette région, c’est incroyable. Dans les Maritimes, c’est inhabituel.
Senator McInnis: Quality is one of the three pillars that
Gardner Pinfold in the report to the Lobster Council identified. If
you are going to brand your product, it better have good quality if
you are going to get good prices.
Le sénateur McInnis : La qualité est l’un des trois piliers
identifiés par Gardner Pinfold dans le rapport qui a été remis au
Conseil du homard. Si vous voulez estampiller votre produit et en
tirer un bon prix, la qualité doit être au rendez-vous.
30-11-2012
Pêches et océans
12:29
Another matter I think will really be a challenge, it is
interesting to hear that you are working on it, is fixed calendar
dates. The word ‘‘fixed’’, would it rather be floating dates, and
who would monitor these dates? Would they be different? Would
the fishermen have to wait to see what time of the year they are
going to go fishing when the calendar turns January 1? How
would that work?
Le calendrier à dates fixes constitue un autre défi, c’est
intéressant d’entendre que vous y travaillez. Des dates flottantes
seraient-elles plus adaptées? Qui déciderait des dates? Seraientelles différentes de celles d’aujourd’hui? Les pêcheurs se verraientils contraints d’attendre le 1er janvier pour savoir quand ils auront
le droit de pêcher cette année? Comment cela fonctionnerait-il?
Mr. LaBelle: Some very interesting work has been done in
Southwestern Nova in terms of their pre-molt studies that the
AVC Lobster Science Centre was doing where they actually go
out early in the year and they start monitoring. They have some
test traps and they monitor the hardness of the shell and when it is
going to molt and what the blood content is like. They did it long
enough that they were predicting very clearly what the quality
would be in three weeks. It would be possible for industry, and it
is done in other fisheries, to say, ‘‘We are not going to start on
August 8 this year because it looks like the cycle is later and we
should be targeting August 16 or September 1.’’
M. LaBelle : Des travaux très intéressants ont été faits dans le
sud-ouest de la Nouvelle-Écosse. Le Centre de la science du
homard du Collège vétérinaire de l’Atlantique a fait des
recherches avant la mue, en opérant une surveillance tôt dans
l’année. Des pièges tests permettent de surveiller la dureté de la
carapace, de savoir quand se déroule la mue et de surveiller les
taux sanguins. Le suivi a été suffisamment long pour qu’il soit
possible de prévoir très précisément la qualité du homard trois
semaines à l’avance. Il serait possible pour le secteur de dire,
comme c’est le cas dans d’autres pêcheries : « Nous n’allons pas
commencer le 8 août cette année parce que le cycle est en retard et
nous devrions attendre le 16 août ou le 1er septembre. »
It is done in other fisheries. I mentioned the Dungeness crab
fishery on the West Coast. At one time in New Brunswick we used
to do it for herring roe where we would go out and measure and
see what the maturity of the herring roe was before we would fish
it, rather than fish it by calendar. We do not lack the science and
the ability to have the data and the information to make the
decisions. What we lack is the ability collectively to actually take
those decisions.
D’autres pêcheries fonctionnent de cette manière. J’ai
mentionné la pêcherie de crabe dormeur sur la côte Ouest. À
une époque, au Nouveau-Brunswick, nous faisions cela pour la
rogue de hareng. Nous en mesurions la maturité avant de pêcher,
plutôt que de se fier à un calendrier. Nous ne manquons pas de
connaissances scientifiques, de données ou d’informations pour
prendre des décisions. Ce qui nous manque c’est la capacité de
prendre ces décisions collectivement.
Senator McInnis: Since your province is responsible after the
lobster gets ashore, it has been observed that ACOA recently
sponsored trade missions and had chefs come out in Florida and
so on. It has been said by some that private companies pay their
own way to do this. I think it was Michael Gardner who actually
said that it seems to be unfair that they have to pay their way and
yet the Government of Canada is sponsoring others to put on
these trade missions. Obviously benefits accrue from that, but
people wonder why the national government would be paying
when the private sector is paying on their own.
Le sénateur McInnis : Votre province est responsable à compter
du moment où le homard est débarqué, et on a constaté que
l’APECA a récemment financé des missions commerciales et
notamment envoyé des chefs de cuisine en Floride. Certains ont
fait remarquer que les entreprises privées doivent elles-mêmes
financer de tels voyages. C’est Michael Gardner, je crois, qui a dit
qu’il semble injuste qu’elles doivent payer leurs frais alors que le
gouvernement du Canada finance des gens pour qu’ils organisent
ces missions commerciales. Évidemment, cela rapporte des
bénéfices, mais les gens se demandent pourquoi le gouvernement
national donne de l’argent alors que le secteur privé doit payer pour
ses propres activités.
Mr. LeBlanc: It is a good question. What we found even within
our industry, take Asia for example, in 2006, 2007, 2008, the way
we see it, government has a role to play when you are trying to
develop a new market. Once a market start maturing and
business-to-business relationships have developed and are
maturing, then it becomes very dangerous if government keeps
on promoting, bringing buyers and all that. What has happened,
and we have seen that over the last couple of years, is that
sometimes you will bring in somebody, introduce him to a whole
bunch of processors or whatever, but this guy has been doing
business with this other guy and they had developed that
relationship over the last 10 years. That is very dangerous, so
the line we are trying to develop is emerging business, new
markets.
M. LeBlanc : C’est une bonne question. Nous avons découvert
que, même dans notre industrie, en Asie par exemple, en 2006, 2007
et 2008, le gouvernement doit contribuer au développement des
nouveaux marchés. Dès qu’un marché commence à bien
fonctionner et que les relations entre entreprises sont établies et
prospères, il devient très dangereux de laisser le soin au
gouvernement de faire la promotion, d’attirer de nouveaux
acheteurs et tout cela. Nous avons constaté, ces dernières années,
qu’il arrive que nous attirons quelqu’un, que nous le mettons en
contact avec beaucoup de transformateurs, par exemple, pour
découvrir que ce nouvel arrivant entretient déjà une solide relation
d’affaires avec une autre entreprise depuis 10 ans. C’est très
dangereux, voilà pourquoi nous misons davantage sur les
nouvelles occasions d’affaires et les nouveaux marchés.
12:30
Fisheries and Oceans
30-11-2012
Even if you go to China, certain cities are more mature, say
Shanghai, and some people are concentrating on second tier cities
that are 30 million and below; some are on the coast so they are
already seafood hungry, if you can put it that way. It comes to
understanding the market, understanding what has been done in
that market, and then trying to complement or diversify and not
compete.
Même en Chine, certaines villes représentent des marchés
parvenus à maturité, comme Shanghai, et certains préfèrent se
concentrer sur des villes de second ordre dont la population est
inférieure à 30 millions d’habitants. Certaines villes sont sur la
côte, alors leur appétit pour les fruits de mer est déjà développé, si
je puis m’exprimer ainsi. Cela se résume à comprendre le marché,
à comprendre ce qui y a été fait, puis, à essayer d’ajouter quelque
chose ou de diversifier l’offre, mais pas à faire concurrence.
One of the worst things is somebody is successful in Canada, let
us say one company. Everybody follows in that path and fights
for the same customer. The market is big enough for this industry.
This resource is limited to the Northwest Atlantic from the
Atlantic Ocean point of view. It is the only place in the world
where we have homarus americanus. The world is big and we have
a good product, it is a luxury product. I think we should start on
that premise and work at distributing it enough that we obtain the
top value from the marketplace.
L’un des pires scénarios, c’est quand l’entreprise a déjà du
succès au Canada. Tous les autres veulent l’imiter et tenter de
séduire le même consommateur. Le marché est suffisamment
grand pour cette industrie. La ressource ne se trouve que dans le
Nord-Ouest de l’océan Atlantique, seul endroit au monde où l’on
trouve du Homarus americanus. Le monde est vaste et nous avons
un bon produit, un produit de luxe. Je crois que nous devrions
prendre conscience de cela au départ pour ensuite chercher à
distribuer notre produit de sorte à profiter des meilleures affaires
qu’offre le marché.
Mr. Olscamp: I will just give you the political answer to that.
M. Olscamp : Je vais simplement vous donner la réponse
politique qui s’impose.
Senator McInnis: Good. I was waiting for a political answer.
Le sénateur McInnis : Bien. J’attendais justement une réponse
politique.
Mr. Olscamp: We are all operating under economic stress. The
federal people are and we are. We see our role in marketing as
opening the doors, but our philosophy is to wean eventually.
Given the limited budgets that I have, I think our department is
being very generous in dedicating the number of staff we do to the
marketing of this particular product. I am all in favour of
weaning, if you know what I mean. If only I had more money.
Mr. LeBlanc is right in saying that if you keep supporting the
private sector, they will come back. I think we have been pretty
successful in opening doors because we have been able to grow the
markets, as you saw from the statistics. If new markets are
identified, then we still will be there to introduce producers to the
possibility of establishing those markets, but there is a cue point
there where we need to wean.
M. Olscamp : Nous devons tous composer avec un climat
économique tendu. Les gens du fédéral et nous aussi. En ce qui
concerne la promotion, nous croyons que notre rôle consiste à
ouvrir des portes, mais nous croyons aussi que nous devons nous
effacer après un certain temps. Vu le budget limité dont je dispose,
j’estime que notre ministère fait preuve d’une grande générosité
quand il affecte autant d’employés à la promotion de ce produit en
particulier. Je suis tout à fait d’accord avec l’idée que nous devons
nous effacer, si vous me comprenez bien. Si seulement j’avais plus
d’argent. M. LeBlanc a raison quand il dit que le secteur privé va
revenir si on continue de l’appuyer. Je crois que nous avons réussi à
créer beaucoup d’occasions parce que nous sommes parvenus à
développer les marchés, comme vous l’avez vu dans les statistiques.
Si de nouveaux marchés sont découverts, nous serons toujours là
pour étudier la possibilité d’y accéder avec les producteurs, mais il y
a un moment où nous devons nous effacer.
Mr. LeBlanc: Where we find success is when government takes
a generic promotion position, and if you promote Canadian
lobster in Asia, the whole industry can benefit from that. For
example, they made videos that were on the Chinese TV stations
and the Chinese cooks were preparing Canadian lobster, talking
about Canadian lobster, Canadian lobster. That is generic.
Everybody benefits. If you look at that on the Internet, it is
amazing. It is a cooking show in China and they are talking about
Canadian lobster. Those types of activities benefit the whole
industry and we try to focus on that type of activity.
M. LeBlanc : Nous réussissons quand le gouvernement fait une
promotion générale du produit. Si vous faites la promotion du
homard canadien en Asie, toute l’industrie peut en profiter.
Certaines vidéos ont été diffusées à la télévision chinoise, par
exemple. On y voyait des chefs chinois cuisiner du homard
canadien et parler du produit. Voilà un exemple de promotion
générale. Tout le monde en profite. Vous pouvez voir cela sur
Internet, c’est formidable. C’est une émission de cuisine diffusée
en Chine, et il y est question du homard canadien. Nous voulons
nous concentrer sur ce genre d’activités, car elles profitent à toute
l’industrie.
Senator Unger: My questions have already been asked, but I
would like to say, minister, your reference to Alberta’s oil was a
very good one. We are obviously both having problems getting
Le sénateur Unger : Quelqu’un a posé ma question avant moi,
mais j’aimerais quand même dire, monsieur le ministre, que votre
analogie avec le pétrole albertain était très pertinente. De toute
30-11-2012
Pêches et océans
12:31
our product to market. So good luck to you, and I know you
would wish the same for us since many folks from your region are
working in Alberta.
évidence, nous avons tous deux de la difficulté à amener notre
produit sur le marché. Je vous souhaite donc bonne chance, et je
suis sûre que vous nous souhaiteriez la même chose parce que
beaucoup de gens de votre région travaillent en Alberta.
The Chair: I thank the minister and the officials. Certainly it
has been an enlightening presentation and the questions and
answers have been great and will add very much to our study.
Hopefully some of the ideas and suggestions you have put
forward will be a part of our recommendations at the end of the
day to improve this very wonderful industry. It is full of
challenges but also full of opportunities. Thank you for your time.
Le président : Je remercie le ministre et les représentants. Cet
exposé était très instructif, tout comme les questions et les réponses.
Tout cela va apporter beaucoup de matière à notre étude. Avec un
peu de chance, certaines des idées et des suggestions dont vous nous
avez fait part vont se retrouver parmi nos recommandations visant
à améliorer cette merveilleuse industrie. Les difficultés sont
nombreuses, mais les possibilités le sont tout autant. Merci de
nous avoir accordé de votre temps.
We knew we were going to have a long day but we are over a
half hour behind already after our first panel. We apologize for
that and thank Minister MacKinley from Prince Edward Island
and his officials for their patience.
Nous savions que la journée serait longue, mais nous avons
déjà plus d’une demi-heure de retard après seulement un groupe
d’intervenants. Nous nous en excusons et remercions le ministre
MacKinley, de l’Île-du-Prince-Édouard, et ses collègues pour leur
patience.
Minister, please introduce your officials and make your
opening remarks.
Monsieur le ministre, veuillez nous présenter vos collègues et
enchaîner avec votre déclaration.
Hon. Ron W. MacKinley, MLA, Minister of Fisheries,
Aquaculture and Rural Development, Government of Prince
Edward Island: Richard Gallant is my deputy minister, and
Barry MacPhee is the Director of Fisheries for the Province of
Prince Edward Island.
L’honorable Ron W. MacKinley, MAL, ministre des Pêches, de
l’Aquaculture et du Développement rural, gouvernement de l’Île-duPrince-Édouard : Richard Gallant est mon sous-ministre, et Barry
MacPhee est le directeur des Services des pêches de l’Île-duPrince-Édouard.
It is a pleasure to be here today, to sit before the Senate
Committee on Fisheries and Oceans and present some of the
initiatives and incentives that the Province of Prince Edward
Island has been undertaking to support our lobster industry.
C’est un plaisir d’être ici aujourd’hui, devant le Comité
sénatorial des pêches et des océans, pour présenter certaines des
initiatives et des incitatifs adoptés l’Île-du-Prince-Édouard pour
appuyer son industrie du homard.
Before we get too far, I heard New Brunswick talking about
carapace size. Apparently from what I know about it, and I stand
to be corrected, is the processors in New Brunswick were having a
hard time selling the canner lobsters so they requested from DFO
that it look at raising the carapace size. I think the fishermen
support it. However, in our case, our processors have no problem
selling the canner lobsters or the smaller lobsters because they are
more delicate, they are more efficient. If you are in a place like
China where they give you a cup to eat dinner out of or
something, they give you a plate about half the size, you know
what it is like, it keeps the costs within the range. Of the total
canner lobsters caught in Atlantic Canada, 80 per cent are caught
in P.E.I., 20 per cent are caught in New Brunswick, and I believe
there are none in Nova Scotia and Newfoundland, or not enough
to size up anyway. The canner size is very important to us because
65 per cent of our lobster, on average over the last ten years, have
been canners.
Avant d’aller plus loin, j’aimerais revenir sur la question de la
taille de la carapace dont les représentants du Nouveau-Brunswick
ont parlé. Pour autant que je sache, et reprenez-moi si je me trompe,
il semble que les transformateurs néo-brunswickois ont demandé au
MPO s’il était possible d’augmenter la taille de la carapace parce
qu’ils avaient de la difficulté à vendre le homard de conserverie. Je
crois que les pêcheurs sont d’accord avec ça. Chez nous, cependant,
les transformateurs n’éprouvent aucune difficulté à vendre ces
homards ou ceux de petite taille, car ils sont plus délicats et plus
pratiques. Dans certains pays, comme en Chine, les repas sont
souvent servis dans de petits récipients. On vous sert l’équivalent
d’une demi-assiette, vous savez de quoi je parle, pour réduire les
coûts. Dans le Canada atlantique, 80 p. 100 des homards de
conserverie sont pêchés à l’Île-du-Prince-Édouard et 20 p. 100 au
Nouveau-Brunswick. Je crois qu’il n’y en a pas du tout en NouvelleÉcosse et à Terre-Neuve-et-Labrador, ou du moins pas
suffisamment pour qu’on en tienne compte. Le homard de
conserverie est très important pour nous, puisqu’au cours des 10
dernières années, il constituait 65 p. 100 de nos prises, en moyenne.
Let me put it this way, if you were in Newfoundland and the
Alberta government came down with a rule to say Newfoundland
cannot sell this oil and that oil, when Alberta does not have any of
that oil to sell, or very little of it, but they figured they would try
to drive up the price, it would not sit too well with Newfoundland.
That is where we have the problem with New Brunswick on that
Imaginez que vous soyez à Terre-Neuve-et-Labrador et que
l’Alberta décide que votre province n’a pas le droit de vendre tel
ou tel type de pétrole, bien si qu’elle n’en ait pas elle-même à en
vendre, ou très peu, mais imaginons que l’Alberta ait décidé
d’essayer de faire monter ses prix. La nouvelle risque d’être plutôt
mal accueillie dans votre province. C’est le problème que nous
12:32
Fisheries and Oceans
30-11-2012
particular issue. A lot of issues we agree on, but in this particular
situation we have a problem. One of the solutions would be, given
the fact they only catch about 20 per cent, to raise their own
sizing mechanism through their fishing association and let those
lobsters walk away because their processors are having problems
processing them. In our case at that time of year, the lobsters are
coming in and our processors are pretty well filled up trying to
process.
avons avec le Nouveau-Brunswick sur cette question. Nous nous
entendons sur beaucoup de choses, mais il y a un problème sur ce
point en particulier. Puisque ce type de homard ne représente que
20 p. 100 de ses pêches, l’une des solutions pourrait être de
proposer au Nouveau-Brunswick qu’il fixe ses propres normes en
matière de taille par l’entremise de son association de pêcheurs et
qu’il cesse de pêcher ces homards que les entreprises ont de la
difficulté à transformer. De notre côté, les homards arrivent à
cette période de l’année et nos transformateurs s’affairent à
conditionner la totalité des prises.
There is another problem I see with the lobster industry. Great
strides have been made in Atlantic Canada for new markets.
Whether it be New Brunswick, Nova Scotia and even as far away
as Quebec, they are getting new markets. For instance, the United
States is 330 million people. Canada is 38 million to 40 million.
China has 1.3 billion and they love fish. I just came back from
China and it is unbelievable the amount of fish and the different
fish products they eat.
Je vois un autre problème en ce qui concerne l’industrie du
homard. D’importants progrès ont été réalisés pour distribuer le
homard du Canada atlantique sur de nouveaux marchés. Le
Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse et même le Québec,
aussi loin soit-il, ont accédé à de nouveaux marchés. Par exemple,
les États-Unis comptent 330 millions d’habitants. Le Canada n’en
compte que 38 à 40 millions. La Chine en a 1,3 milliard, et les
Chinois aiment le poisson. Je reviens tout juste de Chine et c’est
stupéfiant de voir la quantité de poisson et de différents produits à
base de poisson qui y sont consommés.
We are going in the right direction. It is not a problem, but
when New Brunswick and Nova Scotia, in my opinion and I am a
business person, I am not a fisherman, tied up their boats, the
price of lobster seemed to go up and they seemed to hold up. Then
the spring came and I am sitting there praying because I am a new
minister, not a fisherman, hoping the price will go up because it
will make my life and my job much easier if the price goes up. The
price did go up in the spring. It went up about 27 per cent. In the
spring we had about 1,000 boats fishing. The vast majority is
caught in the spring. The catch went up 35 per cent, I believe. If
the catch is up in P.E.I. by 35 per cent, well it is going to be up in
New Brunswick and Nova Scotia.
Nous avançons dans la bonne direction. Ce n’est pas un
problème, mais lorsque les pêcheurs du Nouveau-Brunswick et de
la Nouvelle-Écosse se sont gardés de quitter le port, à mon avis, et
je suis un homme d’affaires, pas un pêcheur, le prix du homard a
semblé monter et se maintenir. Ensuite le printemps arrivé, j’ai
prié, en tant que nouveau ministre, pas en tant que pêcheur, parce
que j’espérais que le prix du homard augmenterait, car cela
m’aurait de beaucoup faciliter la vie et mon travail, et le prix a en
effet augmenté. Il a fait un bond d’environ 27 p. 100. Au
printemps, nous avions environ 1 000 bateaux au large. C’est
pendant cette saison que la majeure partie de la pêche se fait. Je
crois que le volume total a augmenté de 35 p. 100. Et si le volume
augmente de 35 p. 100 à l’Î.-P.-É., il augmente certainement aussi
au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse.
We came out of that really good. The lobsters were all sold and
processed. Then the fall season hit and the price went down and
that is very hard on the fishermen in that particular area. The
fortunate thing is the fishermen sort of understood because out of
210 boats, 160 belong to co-ops. Co-ops is where you look at your
own books or whatever. You have the Royal Star, which is a very
successful co-op, and you have Acadian Fisheries, another co-op.
Then we had about 60 boats in the middle there that were like
open market boats. The catch went up quite a bit for them too.
Do you know how much it was?
Nous en avons beaucoup profité. Tous les homards ont été
vendus et transformés. Ensuite, l’automne est arrivé et le prix a
chuté. C’est très difficile pour les pêcheurs de cette région en
particulier. Le beau côté est que les pêcheurs ne le prenaient pas si
mal puisque 160 des 210 bateaux appartenaient à des coopératives.
Ce sont des entreprises où les pêcheurs font leur propre comptabilité,
je crois. Il y a la Royal Star, qui est une coopérative très prospère, il y
a l’Acadian Fisheries, une autre coopérative. De plus, il y avait
environ 60 bateaux qui se trouvaient là également et qui opéraient
comme des marchés ouverts. Eux aussi ont vu leur nombre de prises
augmenter considérablement. Savez-vous de combien?
Richard Gallant, Deputy Minister, Department of Fisheries,
Aquaculture and Rural Development, Government of Prince
Edward Island: Twenty-five per cent.
Richard Gallant, sous-ministre, ministère des Pêches, de
l’Aquaculture et du Développement rural, gouvernement de l’Îledu-Prince-Édouard : De 25 p. 100.
Mr. MacKinley: The catch went up and the price still went
down to around $2.50 to $2.75 a pound. You just cannot make
any money. When you look at that, marketing is where it is all at
for the lobster industry. I remember being in meetings with our
fishermen in LFA 25, and they were talking about climate change,
the heat and all this. In Southwest Nova, if you talk to Minister
M. MacKinley : Les prises ont augmenté et le prix a descendu
de nouveau à environ 2,50 ou 2,75 $ la livre. Il est tout
simplement impossible de dégager un profit. La promotion est
donc la clé du succès pour l’industrie du homard. Je me souviens
d’avoir assisté à des réunions avec certains de nos pêcheurs de la
ZPH 25. Ils parlaient des changements climatiques, de la chaleur
30-11-2012
Pêches et océans
12:33
Sterling Belliveau or with the fishermen, and the difference in
climate change compared to when they started fishing, whether
the water is warmer or the fish are trapping easier, whether seals
are eating all the other fish and the lobsters are hungrier, I do not
know what the answer is. That is something that we are working
on and trying to find out. In the meantime, our catch is up. It is
good that the catch is up because that shows you that there are
lots of lobsters there.
et de tout ça. Il faudrait demander au ministre Sterling Belliveau
ou aux pêcheurs du sud-ouest de la Nouvelle-Écosse si le climat a
changé depuis qu’ils ont commencé à pêcher, si l’eau est plus
chaude, si les poissons sont plus faciles à prendre, si les phoques
mangent tous les autres poissons ou si les homards mangent
davantage. Je me demande quelle serait leur réponse. C’est
quelque chose que nous avons tenté de comprendre. En attendant,
nos prises sont à la hausse. Et c’est une bonne chose, car cela nous
permet de savoir qu’il y a beaucoup de homard.
Another thing is, and I am looking at the bright spot of it all,
that lobster is going to move. Some fishermen got a bad price and
for Nova Scotia it is not too good right now, about $3.50 a
pound. One of the things I see is that the fishers and government
have to watch that we do not cry too much about the price being
down, because consumers in China are going to look for things to
be cheaper. You do not see Alberta coming out and saying the
price of oil is too low. You do not see Shell saying that. The
lobsters, farming, fishing and tourism here are like the oil is to
Alberta. My sons are working out there. It is a great place to be
working if you are young. It is a tremendous place. The boom is
just unbelievable, and you have to give them a lot of credit for
that. It is great that we have oil in Canada and it is great that we
have got it in Nova Scotia and Newfoundland and anywhere else
we can get it because that is all money that is coming in here.
J’aimerais aussi dire, et je suis optimisme à ce sujet, que
l’industrie du homard va finir par prendre son essor. Certains
pêcheurs ne sont pas parvenus à obtenir un bon prix à la vente et
les choses sont également difficiles pour la Nouvelle-Écosse en ce
moment; le prix est d’environ 3,50 $ la livre. J’aimerais souligner
que les pêcheurs et les gouvernements devraient veiller à ne pas
trop se plaindre de la faiblesse du prix, car les consommateurs
chinois s’attendent à ne pas payer cher. On ne voit pas l’Alberta
aller dire que le prix du pétrole est trop bas. On ne verrait pas
Shell dire une chose pareille non plus. Le homard, les fermes, la
pêche et le tourisme sont pour nous ce que le pétrole est à
l’Alberta. Mes fils travaillent là-bas. C’est un bon endroit où
travailler pour les jeunes. C’est un endroit incroyable. L’essor est
tout simplement fantastique, ils ont beaucoup de mérite. C’est une
bonne chose que nous ayons du pétrole au Canada et c’est une
bonne chose qu’il y en ait en Nouvelle-Écosse, à Terre-Neuve-etLabrador et partout ailleurs où nous pouvons l’extraire, car c’est
de l’argent qui nous revient.
These are things that I see facing the lobster industry. The
lobster issue in our government has been front and centre. At one
time in the province of P.E.I. the Minister of Fisheries and
lobsters was with agriculture or something else. One of our
commitments was we would have our own Minister of Fisheries.
If you look at the second most important industry in the province,
it is fisheries. Not only lobster but fisheries. It is important to
have a minister responsible for that, and that is one thing that our
government has done.
Ce sont des choses que j’entrevois pour l’industrie du homard.
La pêche au homard est une priorité pour notre gouvernement. À
une certaine époque, à l’Î.-P.-É., les pêches et le homard relevaient
du même ministère que l’agriculture ou un autre secteur. Nous
nous étions notamment engagés à créer notre propre ministère des
Pêches. Les pêches sont la seconde industrie de la province. Pas
seulement le homard, mais les pêches en général. Il est important
d’avoir un ministre qui s’occupe uniquement de cela, et c’est l’une
des réalisations de notre gouvernement.
Since being appointed minister responsible for fish and
aquaculture our government has done more for the sector than
any government over the history of time. That has nothing to do
with the politics, that just means that you have a minister there
full-time looking after the industry and dealing directly through
his deputies or his staff. It gives you more time to get out and
listen to the fishers and hear what they want. We have fishermen
in our Liberal caucus too and we are very fortunate for that. We
have Charlie McGeoghegan and Francis Buck Watts. Charlie is a
young fisherman and has been fishing probably ten years. I think
Buck Watts has sold his gear. He retired and he sold it to his son
or something. They are very invaluable to bringing fishing issues
to the attention of government. Both are very passionate about
the fisheries and work very hard for their consistencies and all the
fishers to and ensure their issues are known and understood by
the government.
Depuis qu’il a nommé un ministre pour s’occuper des pêches et
de l’aquaculture, notre gouvernement a fait plus pour ce secteur à
lui seul que tous les gouvernements précédents. Ce n’est pas du tout
une question de politiques, il ne s’agit que d’avoir un ministre qui
s’occupe de l’industrie à temps plein et qui traite ses dossiers avec
l’aide directe de ses adjoints et de son personnel. Ainsi, le ministre a
plus de temps pour écouter ce que les pêcheurs ont à dire et ce qu’ils
veulent. Le caucus libéral compte aussi quelques pêcheurs, et c’est
une très bonne chose pour nous. Nous avons Charlie
McGeoghegan et Francis Buck Watts. Charlie est un jeune
pêcheur qui pratique le métier depuis une dizaine d’années. Je
crois que Buck Watts a vendu son équipement. Il a pris sa retraite et
vendu son équipement à son fils. Ils font un travail inestimable pour
ce qui est d’exposer au gouvernement les questions relatives à la
pêche. Les deux sont passionnés par l’industrie de la pêche et
travaillent très fort pour leur circonscription et les pêcheurs, et ils
font en sorte que le gouvernement entende et comprenne les
préoccupations de ceux-ci.
12:34
Fisheries and Oceans
30-11-2012
Lobster is the most valuable sector of our P.E.I. fisheries,
involving more than 1,200 boats in total for nearly 60 per cent of
the landing values. When I get into landing values, one of the
problems we have is that the federal government right now is
coming down hard on unemployment with new regulations, and
that could be devastating. They have also come down hard on us
in quotas. Our halibut quota was cut back. We go out to fish
halibut right now and we can fish our quota before dinner. How
do you keep working if you are not getting your fair share of the
quotas? That is one of the things that has been bad for Prince
Edward Island. Prince Edward Island does not have gas, we do
not have oil. I am not complaining, it is just the way we are made
up. We are surrounded by water and we have a tremendous
fishing industry and people working there. Today over
6,000 people are employed in the fishing industry on the Island.
Le homard est le segment le plus lucratif de l’industrie de la
pêche à l’Î.-P.-É. Il occupe plus de 1 200 bateaux et représente
près de 60 p. 100 de la valeur au quai totale. À propos de la valeur
au quai, l’un de nos problèmes vient de la nouvelle réglementation
très sévère du gouvernement fédéral en ce qui concerne le
chômage. Elle pourrait avoir des effets dévastateurs. Le fédéral
nous a aussi frappés durement en ce qui a trait aux quotas. Il a
réduit notre quota de flétan. En ce moment, nous pouvons aller
pêcher le flétan et remplir notre quota avant le dîner. Comment
peut-on continuer à travailler si l’on n’obtient pas sa juste part des
quotas? C’est l’une des ombres au tableau pour l’Île-du-PrinceÉdouard. L’île n’a ni gaz ni de pétrole. Je ne me plains pas, les
choses sont simplement faites ainsi. Nous sommes entourés d’eau
et l’industrie de la pêche et les gens qui y travaillent sont
extraordinaires. À ce jour, plus de 6 000 personnes travaillent
dans l’industrie de la pêche à l’Île-du-Prince-Édouard.
Lobster alone contributes more than $250 million to the P.E.I.
economy. We will today talk about how the provincial
government has worked with the lobster sector to address the
challenges faced by the industry as a result of a major downturn
in our market in the United States. We will also explain how our
support programs will help build a stronger fishery for the future.
As everybody knows, one of the problems with 80 per cent of the
Canadian lobsters are going to the U.S., the U.S. went into a
recession, the dollar went up to par, all that affects trade. This is
maybe where we fell back some.
À lui seul, le homard rapporte plus de 250 millions de dollars à
l’économie de l’Île-du-Prince-Édouard. Aujourd’hui, nous
parlerons du travail que le gouvernement provincial a accompli
avec le secteur du homard pour pallier les difficultés qu’a connues
l’industrie à la suite d’un ralentissement majeur de nos affaires sur
le marché américain. Nous allons également expliquer comment
nos programmes d’appui vont rendre les pêches meilleures dans
l’avenir. Comme tout le monde le sait, l’un des problèmes réside
dans le fait que 80 p. 100 des homards canadiens sont vendus aux
États-Unis et que ceux-ci ont connu une récession qui a fait
grimper le dollar canadien au pair avec le dollar américain et que
tout cela nuit au commerce. C’est probablement là que nous
avons commencé à éprouver des difficultés.
If you are a processor and you are used to selling the market,
you are taking your commission, you are making your profit,
things are fine, but we were not prepared to get with the Chinese
and that early enough, maybe if we got in there earlier. We are
there now and we are putting the drive on it.
Si vous êtes un transformateur et que vous vendez sur le
marché en général, vous prenez votre commission, vous empochez
des bénéfices, tout va bien, mais nous n’étions pas prêts à avoir les
Chinois, et pas si tôt, peut-être si nous étions arrivés plus tôt.
Nous sommes là maintenant et nous poussons fort.
When we were out in Western Canada and Alberta, we put on
a lobster demonstration out there and what we found is that they
like their lobsters live and they want them in the shell, but you do
not have the expertise for cooking and freight is dear. We are
looking at equipment right now that the processors can pick up
the lobsters, keep them fresh for 32 days and load a tractor trailer.
By the way, we are getting into the Calgary Stampede with a
corporate tent next year. We are going to have a lobster boil and I
hope the senator will come to that. We will make sure you get an
invitation. We have to find new ways of doing things too, and that
is where the federal government or provincial governments can
come in and help us. New ideas, new ways and then talk. You
have to get the fishers on side and you have to get the processors
on side.
Quand nous étions dans l’Ouest du Canada et en Alberta, nous
avons fait une démonstration sur le homard là-bas et nous avons
découvert qu’ils aiment le homard vivant et qu’ils le veulent dans
sa coquille, mais si vous n’avez pas l’expertise pour le cuire, le
transport est cher. Il faut maintenant des appareils qui permettent
aux transformateurs de ramasser les homards, de les garder frais
pendant 32 jours avant de les charger dans la remorque du
camion. À propos, nous aurons une tente ministérielle au
Stampede de Calgary l’année prochaine. Nous allons bouillir
des homards, et j’espère que monsieur le sénateur viendra. Nous
nous assurerons de vous envoyer une invitation. Il faut aussi que
nous trouvions de nouvelles façons de faire les choses, et c’est à
cela que le gouvernement fédéral et les gouvernements
provinciaux pourraient nous aider. De nouvelles idées, de
nouvelles méthodes, et ensuite en discuter. Il faut attirer les
pêcheurs et les transformateurs de notre côté.
You talk about quality as I was talking about earlier, our
fishermen this year, due to the hot days, 30 degrees, had boats
coming out and taking their catch after so long, so much of the
catch and taking it back in with ice in order to keep the lobsters in
Vous parlez de qualité, et comme je le disais plus tôt, cette
année à cause de la période très chaude, 30 degrés, les pêcheurs
sortaient les bateaux et rentraient leur prise au bout d’un certain
temps, après avoir récolté une certaine quantité et ils mettaient les
30-11-2012
Pêches et océans
12:35
better condition. The quality is very important, and it is very
important when it lands on the wharf. They started a shuttle
service. When it comes to handling and looking after lobsters, the
fishermen are more astute than anybody else and adapt to the
conditions that they are in.
prises dans la glace pour que les homards restent en bon état. La
qualité est très importante, et elle est très importante quand elle
arrive au quai. Ils ont organisé un service de navette. En ce qui
concerne la manutention et le maintien des homards en bon état,
les pêcheurs sont extrêmement astucieux et ils s’adaptent aux
conditions dans lesquelles ils se trouvent.
We recognize that industry restructuring, recovering of existing
market, developing new markets and other improvements cannot
happen overnight. We also recognize that we are one player in a
lobster industry that involves almost 10,000 fishery enterprises in
Atlantic Canada and a large fishery in the State of Maine. We
made a commitment to work closely with the industry and
provincial governments while improvements are made.
Nous reconnaissons que la restructuration du secteur, la reprise
du marché existant, le développement de nouveaux marchés et les
autres améliorations ne se feront pas du jour au lendemain. Nous
reconnaissons aussi que nous ne sommes qu’un acteur au sein d’une
industrie du homard qui comprend environ 10 000 entreprises de
pêche dans les provinces canadiennes de l’Atlantique et un vaste
secteur de pêche dans l’État du Maine. Nous nous sommes engagés
à collaborer de près avec l’industrie et avec les gouvernements
provinciaux pendant cette période d’améliorations.
We are here today to stress importance of the federal
government’s role as a partner to support our lobster fisheries
while the market recovers and industry restructures. The
provinces cannot assume responsibility for all the work needed
to support the sector through these difficult times. When I talk
about the ways the federal government can help we need to find
new ways to be able to deliver fresh lobster, longer life. Today, if
you cook a lobster in Prince Edward Island, it has to be kept at a
chilled temperature, and 72 hours later it has to be consumed.
Europe has products where they get that particular lobster in
32 days. I was talking to them and they guarantee their customers
about 22 days. You have a lobster, fresh on your plate, shell and
all. I thought, when I first got into looking at this, that it should
be bagged meat because that is the cheapest way to sell the meat.
When we did a study of the market, especially the Western
Canada, they want the lobster in the shell, the same as in China.
Nous sommes ici aujourd’hui, pour souligner le rôle important
de partenaire que joue le gouvernement fédéral pour soutenir les
pêcheurs de homard pendant que le marché reprend et que
l’industrie se restructure. Les provinces ne peuvent pas assumer
tout le travail à accomplir pour soutenir le secteur en ces temps
difficiles. Comme je le disais, le gouvernement fédéral peut nous
aider à trouver de nouveaux moyens de livrer du homard qui reste
frais plus longtemps. À l’heure actuelle, si vous cuisez un homard à
l’Île-du-Prince-Édouard, il faut le conserver au frais et le
consommer dans les 72 heures qui suivent. En Europe on obtient
ce même homard en 32 jours. Je leur ai parlé, et ils garantissent que
leurs clients peuvent l’obtenir en environ 22 jours. Vous obtenez un
homard frais sur l’assiette, en coque et tout. Au début, en entendant
ça, j’ai pensé que c’était de la viande empaquetée parce que c’est la
façon la plus économique de vendre la viande. Quand nous avons
mené une étude de marché, surtout dans l’Ouest du Canada, ils
veulent le homard en coque, comme en Chine.
Those are things that the federal government can help with.
Ce sont des choses auxquelles le gouvernement fédéral peut
nous aider.
We are here today to emphasize that the federal government
needs to step back and take a second look at the recent
announcement to modernize the fisheries, such as online
licences, distributing of tags for traps and other measures such
as EI reform which I mentioned earlier. That will cause further
hardship for those who work in the fisheries. Our federal
government, in particular Fisheries and Oceans, need to stay at
the table and find ways to support market development,
diversification and other measures in the coming months.
Nous sommes ici aujourd’hui, pour souligner que le
gouvernement fédéral devrait réexaminer l’annonce faite
dernièrement sur la modernisation des pêches, comme les
permis en ligne, la distribution d’étiquettes de casiers et les
autres mesures telles que la réforme de l’AE que j’ai mentionnée
plus tôt. Ces choses vont rendre la vie encore plus difficile à ceux
qui travaillent dans l’industrie des pêches. Il faut qu’au cours des
mois à venir, notre gouvernement fédéral, surtout Pêches et
Océans, reste à la table et trouve des moyens de soutenir le
développement des marchés, la diversification et d’autres mesures.
Deputy Minister Richard Gallant will make a short slide
presentation on some of these initiatives. Following that, we will
entertain questions.
Le sous-ministre Richard Gallant va présenter quelques
diapositives sur certaines de ces initiatives. Après cela, nous
répondrons aux questions.
Mr. Gallant: Mr. Chair, we are certainly pleased to be here
today to present in front of your committee, particularly around
the very important topic of lobster.
M. Gallant : Monsieur le président, nous sommes très heureux
de nous présenter aujourd’hui, devant votre comité, surtout pour
parler du sujet très important de l’industrie du homard.
We have a short slide deck and I will go through it quickly. The
first slide was just a statement on the mandate of the department.
Nous avons un bref exposé en Powerpoint que je vous
présenterai rapidement. La première diapositive est simplement
un énoncé du mandat du ministère.
12:36
Fisheries and Oceans
30-11-2012
As the minister indicated, we are a separate department in
government, that being Fisheries, Aquaculture and Rural
Development. The mandate was passed out in the slide. The
focus of the presentation is on lobster. We have 1,225 licensed
fishers in the province and they employ over 1,800 helpers. On the
water alone fishing lobster, we are looking at over 3,000 people.
Forty-five fishing harbours are maintained and managed, by and
large, by fishermen through harbour authorities. The province
tracks lobster landings so we have fairly up-to-date information,
and in 2012, 27 million pounds of lobster were landed with a value
of $113 million. The minister had indicated that is almost
$250 million to the provincial economy and that is very
significant for a population of 140,000 people.
Comme l’a indiqué le ministre, nous représentons un ministère
distinct, celui de Pêches, Aquaculture et Développement rural.
Passons donc la diapositive du mandat et concentrons-nous sur
l’industrie du homard. La province compte 1 225 pêcheurs
titulaires de permis qui emploient plus de 1 800 aides. Nous avons
donc plus de 3 000 personnes occupées à capturer le homard en
mer. Les pêcheurs entretiennent et gèrent 45 ports de pêche par
l’entremise des autorités portuaires. La province retrace les quais
de débarquement du homard, donc cette information est
passablement à jour. En 2012, on a débarqué 27 millions de
livres de homard, soit une valeur de 113 millions de dollars. Le
ministre vous a dit que ce secteur injecte presque 250 millions de
dollars dans l’économie provinciale, ce qui est considérable pour
une population de 140 000 personnes.
We harvest lobster from three LFAs, 24 on the north shore,
26A southeast P.E.I., and 25 which is called the fall fishery in the
Northumberland Strait.
Nous récoltons le homard de trois ZPH : la 24 sur la côte
Nord, la 26A dans le Sud-Est de l’Î-P.-É. et la 25, pour la pêche
d’automne, dans le détroit de Northumberland.
Landed value by species in P.E.I., in 2011 lobster represented
about 60 per cent of the landed value of the entire fishery. You
will note that in 2011 the landed value of lobster was
$79.5 million. It speaks to every $.25, $.50, $.75 cents or $1 a
pound of landed value has a huge impact on the landed value and
the dollars that are paid to the fishermen and end up in the
economy. Our fishery used to be about $100 million landed value
and in one year, in 2009, it declined to $75 million. That was
$25 million in one year of landed value out of the pockets of the
fishermen who were harvesting the resource and that is very
significant in these rural areas.
En 2011, la valeur des débarquements par espèce à l’Î.-P.-É.
s’élevait à près de 60 p. 100 de la valeur de toute l’industrie.
Soulignons qu’en 2011, la valeur des débarquements de homard a
été de 79,5 millions de dollars. Cela en dit long sur chaque
25, 50, 75 cents ou dollar par livre de la valeur des débarquements
de homard qui ont d’énormes répercussions sur la valeur des
débarquements et sur les dollars payés aux pêcheurs et qui se
retrouvent dans l’économie. Dans le passé, la valeur de nos
débarquements s’élevait à environ 100 millions de dollars et en un
an, en 2009, elle a baissé à 75 millions de dollars. Il s’agissait de
25 millions de dollars en une année de valeur de débarquement de
cette ressource que les pêcheurs qui la capturaient n’ont pas reçus,
ce qui est très grave dans ces régions rurales.
The next slide is on lobster landings, a 26-year average, 1987
to 2012, the point being that the resource fundamentally in Prince
Edward Island is in good shape. There are areas of low landings,
but overall, the big picture is that the resource is fundamentally in
good shape and we are pleased and proud of that.
La prochaine diapo présente la moyenne des débarquements
sur 26 ans, de 1987 à 2012, ce qui indique qu’en principe, cette
ressource est en bon état à l’Île-du-Prince-Édouard. Dans
certaines régions les débarquements sont plus faibles, mais
somme toute cette ressource est en bon état, et nous en sommes
heureux et fiers.
The next slide is a running total on canner lobster which shows
that, as the minister said, — and that lobster this year is from
71 millimetres to 81 millimetres, next year it is going to 72 —
canner lobster is a very important component of the fishery in
Prince Edward Island. Markets have been developed around that
product. We represent about 20 per cent of the Canadian lobster
landings.
La prochaine diapo montre le total cumulé du homard de
conserverie, ce qui démontre que, comme l’a dit le ministre — et
ce homard cette année va de 71 millimètres à 81 millimètres,
l’année prochaine il passera à 72 —, le homard de conserverie est
un élément très important des pêches à l’Île-du-Prince-Édouard.
Bien des marchés se sont développés pour ce produit. Il représente
environ 20 p. 100 des débarquements de homard canadien.
The key role of the department is in licensing and inspection.
That has been our traditional role when the lobster hits the wharf.
There are about 48 companies buying lobster. There are about
166 licences in the spring that are issued for buying lobster, that is
one licence per buyer per wharf, so 166 locations, and 23 licences
buying lobster in the fall. There are about 19 processing plants
eligible to process lobster. There has been a moratorium in place
since 1994 on lobster processing and licensing, but 19 can process
and about nine are active in the province.
Le rôle principal du ministère est l’octroi de permis et
l’inspection. C’est notre rôle traditionnel dès que le homard
tombe sur le quai. On compte environ 48 entreprises qui achètent
du homard. Nous délivrons chaque printemps environ 166 permis
d’achat de homard, soit un permis par acheteur par quai, donc
166 endroits, et nous délivrons 23 permis d’achat de homard en
automne. Nous comptons environ 19 usines de transformation
qui ont l’autorisation de transformer le homard. Il y a un
moratorium depuis 1994 sur la transformation et sur l’octroi de
permis, mais 19 usines ont l’autorisation de transformer, et neuf
d’entre elles environ sont actives dans la province.
30-11-2012
Pêches et océans
12:37
People also peddle lobster roadside and there are 36 peddlers.
Our government made a regulatory amendment to allow the core
fishermen to peddle their own catch and that was put in place in
2008 and we have about 19 fishermen licensed this year to peddle
their own catch and about 17 non-fishermen that peddle lobster.
We have two fishery inspectors that enforce our legislation.
Les gens vendent aussi le homard au bord des routes, et nous
comptons 36 vendeurs. Notre gouvernement a modifié son
règlement pour permettre aux principaux pêcheurs de vendre
leurs propres prises, et ce règlement est en vigueur depuis 2008.
Nous avons environ 19 pêcheurs titulaires d’un permis de vendre
leurs prises cette année et environ 17 vendeurs de homard qui ne
sont pas pêcheurs. Nous avons deux inspecteurs des pêches qui
appliquent nos lois.
The next slide, one program that is very unique to Prince
Edward Island is a lobster resource monitoring program. We have
been collecting data on the status of the lobster resource
since 1998. It began as a partnership between us and DFO and
the industry and, by and large, it still is a partnership.
Over 100 fishermen collect information on the lobster resource
and that is anything from the size of lobster in the traps, to the
abundance of lobster in the traps, to the type of bait that is used,
water temperature, whether they have egg-bearing females or not,
how many lobsters are in the window size that the fishermen
throw back. Fishermen collect information on the resource which
is invaluable and it is the only program in the Southern Gulf
where that information is collected. If you do not understand the
resource, making management decisions in a vacuum just does
not work.
La prochaine diapo présente un programme que l’on ne trouve
qu’à l’Île-du-Prince-Édouard. C’est un programme de surveillance
de la ressource de homard. Nous recueillons des données sur l’état
de la ressource de homard depuis 1998. Nous avons lancé ce
programme en partenariat avec le MPO et avec l’industrie, et
grosso modo, nous sommes toujours en partenariat. Plus
de 100 pêcheurs récoltent de nombreux renseignements sur la
ressource de homard, comme la taille des homards dans les
casiers, l’abondance des homards dans les casiers, le type d’appâts
utilisés, la température de l’eau, la capture ou non de femelles
oeuvées, le nombre de homards que les pêcheurs rejettent à la mer.
Les renseignements que les pêcheurs recueillent sur la ressource
sont extrêmement précieux. C’est le seul programme qui récolte
ces renseignements dans le sud du golfe. Si l’on ne comprend pas
la ressource, il est inutile de prendre des décisions sur sa gestion
sans disposer d’information.
By and large, the department funds the entire program now,
but without the program we would know very little about the
structure of the resource in the southern gulf.
En fin de compte, le ministère finance maintenant tout le
programme, mais sans ce programme, nous n’aurions que très peu
de connaissances sur la structure de cette ressource dans le sud
du golfe.
New Brunswick referred to overall lobster landings, 2011,
between Canada and the U.S., nearly 260 million pounds of
lobsters were landed. If you go back to 2007, that is almost a
50 per cent increase over 2007. The minister referenced market
development and this is one reason why markets need to be
expanded and new markets developed with the increased landings
of lobster between Atlantic Canada and the State of Maine.
Les représentants du Nouveau-Brunswick ont indiqué
qu’en 2011, le total des débarquements de homard entre le
Canada et les États-Unis s’élevait à près de 260 millions de livres.
Si l’on remonte à 2007, cela représente presque une augmentation
de 50 p. 100. Le ministre a parlé de développement des marchés,
et nous avons ici une des raisons pour lesquelles il est important
d’étendre les marchés et de développer de nouveaux marchés :
l’augmentation des débarquements de homards entre les
provinces canadiennes de l’Atlantique et l’État du Maine.
The next slide was just on the exchange rate. We do not need to
spend much time on it other than saying with the dollar at par our
processors have been at a disadvantage over the additional dollars
they made on that product that was exported a number of
years ago.
La prochaine diapo présente simplement les taux de change.
Nous n’allons pas entrer dans les détails, mais soulignons que
comme nos dollars sont à égalité, nos transformateurs sont
désavantagés par rapport aux profits supplémentaires qu’ils
faisaient sur ce produit quand ils l’exportaient il y a plusieurs années.
The next slide is on spring lobster prices. Again, the crash in
prices in 2009 with the recession in the U.S. and a recession in
Europe and the exchange rate at par drastically affected shore
prices. Shore prices have improved in the spring fishery somewhat
and the minster referenced some improvements again the spring
of 2012, but they have not returned to the levels of $5 and $6 a
pound lobster that we have seen between the period of 2000
and 2007. When we listen to the fishermen in the media say they
need $5, $6 a pound lobster, that certainly was the price between
the period 2000 and 2007.
La prochaine diapo présente les prix du homard capturé au
printemps. Nous voyons de nouveau la chute des prix en 2009 à
cause de la récession aux États-Unis et en Europe. De plus, le taux
de change à égalité a eu des retombées désastreuses sur les prix au
quai. Les prix au quai ont quelque peu remonté lors de la pêche de
printemps, et le ministre a mentionné une nouvelle faible
amélioration au printemps de 2012, mais les prix ne sont pas
remontés à 5 et 6 $ pour une livre de homard comme ils l’avaient
été entre 2000 et 2007. Quand on entend dans les médias les
pêcheurs dire qu’il leur faut cinq ou six dollars la livre de homard,
c’est en fait le prix du homard entre 2000 et 2007.
12:38
Fisheries and Oceans
30-11-2012
Fall lobster prices, again, are separated out here and the very
low price of $2.50, $2.75 certainly does not cut it in terms of the
fall fishery this year. We do acknowledge that discussions are
ongoing to look at the season, modify the season in LFA 25, the
fall fishery. There are different views. Our sector, our industry in
P.E.I. is comfortable with the canner lobster going to
72 millimetres but not going anywhere beyond it. Our co-ops
have developed markets for that canner lobster and they want to
continue to service those markets, but adjusting the opening day
of the season is something that is worthy of discussion.
Vous voyez ici les prix du homard capturé en automne. Les très
bas prix de 2,50 $ et 2,75 $ cet automne n’ont certainement pas aidé
les pêcheurs. Nous confirmons que les discussions se poursuivent
sur la possibilité de modifier la saison de la ZPH 25, la pêche
d’automne. On entend différents points de vue. Notre secteur, notre
industrie à l’Î.-P.-É. accepte que le homard de conserverie passe à
72 millimètres, mais pas plus que ça. Nos coopératives ont
développé des marchés pour ce homard de conserverie et elles
veulent continuer à servir ces marchés, mais il serait utile de discuter
d’un ajustement du jour de l’ouverture de la saison.
I just wanted to roll back to 2009. In response to the lobster
crisis the province had launched a five point lobster plan. It
included a number of elements to support the sector. I want to
focus a little on the low-interest loan program on marketing, and
rationalization, and we will mention something around EI.
Je voudrais juste revenir à 2009. Lors de la crise du homard, la
province a instauré un plan en cinq volets pour la pêche au homard.
Ce plan comprenait plusieurs éléments destinés à soutenir le secteur.
Je voudrais parler un peu du programme de prêts à faibles taux
d’intérêt pour la commercialisation et pour la rationalisation, puis,
nous mentionnerons une chose au sujet de l’AE.
A program that was unique to Prince Edward Island was the
low-interest loan program. Basically, fishermen who had net
available cash below a certain level, $40,000, were eligible to apply
to the P.E.I. lending agency and receive loans, consolidate fishing
loans at 4 per cent interest. It was originally offered to fishermen
in LFA 25 and 26A, and was expanded to fishermen in LFA 24
when things crashed in 2009. To date over 300 fishermen of the
1,200 have participated through that program. They have had
interest on their loans at 4 per cent extended over a six year
period. The savings alone — because a lot of their debt was at
higher levels, some at financial institutions at 6 per cent and
7 per cent, others financed their debt on credit cards at
18 per cent and 20 per cent, others at processors because they
can borrow money sometimes from processors at 18 per cent and
20 per cent — is in excess of $10 million in interest payments, and
almost $47 million was loaned out to that sector.
Seule l’Île-du-Prince-Édouard offrait ce programme de prêts à
faibles taux d’intérêt. En bref, les pêcheurs dont la trésorerie
disponible ne dépassait pas un certain niveau, 40 000 $, pouvaient
faire une demande auprès d’un établissement de crédit de l’Î.-P.-É.
et recevoir des prêts de consolidation de la pêche à 4 p. 100
d’intérêt. Initialement, ce programme était offert aux pêcheurs des
ZPH 25 et 26A, puis, on l’a étendu aux pêcheurs de la ZPH 24
quand les choses se sont effondrées en 2009. Jusqu’à présent, plus
de 300 pêcheurs sur les 1 200 ont pris part à ce programme. Le
taux d’intérêt de 4 p. 100 sur leurs prêts a été prolongé pour une
période de six ans. Les économies à elles seules — parce qu’une
grande partie de leurs dettes portaient des intérêts plus élevés,
certaines à des institutions qui offraient 6 et 7 p. 100; d’autres
finançaient leurs dettes sur leurs cartes de crédit à 18 et à
20 p. 100, d’autres avaient accumulé des comptes payables chez
les transformateurs parce que parfois ils peuvent emprunter de
l’argent des transformateurs à 18 et 20 p. 100 d’intérêt — ces
économies s’élèvent à plus de 10 millions de dollars en intérêts, et
nous avons octroyé des prêts pour plus de 47 millions de dollars à
ce secteur.
Fleet rationalization, the province was instrumental in assisting
our associations in the province to hire consultants to develop
sustainability plans, to access funding under DFO’s Atlantic
Lobster Sustainability Measures Program. In LFA 25 the Prince
County Association borrowed $3 million from the province to
match a $3 million grant from DFO and retired 34 licences.
In 26A they had a permanent reduction in traps which leveraged
funding under the DFO program and they retired 31 licences, and
they have funding for two more licences that they would like to
retire. In LFA 24 they did not retire any licences or reduce any
traps but they did implement a quality program to improve
handling of lobster from the harvester to the processor.
En ce qui concerne la rationalisation des flottes, la province a
joué un rôle clé en aidant les associations de la province à engager
des experts-conseils pour élaborer des plans de durabilité afin
d’obtenir du financement du Programme de durabilité pour
l’industrie du homard de l’Atlantique du MPO. Dans la ZPH 25,
l’Association de Prince County a emprunté trois millions de
dollars de la province pour fournir la contrepartie de la
subvention de trois millions de dollars du MPO et elle a retiré
34 permis. Dans la ZPH 26A, ils ont effectué une réduction
permanente des casiers pour équilibrer le financement du
programme du MPO et ils ont retiré 31 permis; ils ont le
financement nécessaire pour deux autres permis qu’ils voudraient
retirer. Dans la ZPH 24 ils n’ont pas retiré de permis et n’ont pas
réduit le nombre de casiers, mais ils ont lancé un programme sur
la qualité pour améliorer la manutention du homard de la capture
à la transformation.
30-11-2012
Pêches et océans
12:39
The minister referenced market activity. We are highly export
dependant in Prince Edward Island. Our department, Innovation
P.E.I., focuses on promoting products to new markets and
expanding volumes in current markets. There has been a solid
investment in this area and a solid investment continues to be
made in this area because it is of strategic importance. The
minister mentioned promotions in some Canadian cities. I think it
is important to promote lobster across Canada. He was recently
in Calgary and Edmonton and before that we did some work in
Vancouver, Ottawa and Toronto.
Le ministre a parlé d’activité des marchés. À l’Île-du-PrinceÉdouard, nous dépendons beaucoup de l’exportation. Notre
organisme, Innovation P.E.I., cherche avant tout à promouvoir
les produits dans de nouveaux marchés et à accroître les volumes
dans les marchés actuels. Nous avons beaucoup investi dans ce
domaine et nous continuons à le faire à cause de son importance
stratégique. Le ministre a mentionné nos promotions dans
quelques villes canadiennes. Selon moi, il est important de faire
la promotion du homard dans tout le Canada. Il s’est rendu
dernièrement à Calgary et à Edmonton, et avant cela nous avons
fait un peu de travail à Vancouver, à Ottawa et à Toronto.
With regard to international trade shows, we have a solid
presence in Boston at the Seafood Show and the European
Seafood Show in Brussels. We have worked hard with New
Brunswick the last several years to expand the presence at the
Seafood Expo in China. The minister was recently back and led
the mission from Prince Edward Island to China and maybe he
will make some comments on that later.
En ce qui concerne les foires commerciales internationales,
nous sommes très présents au Seafood Show de Boston et à la
European Seafood Exposition de Bruxelles. Ces dernières années,
nous avons collaboré de près avec le Nouveau-Brunswick afin
d’accroître notre présence à la Seafood Expo en Chine. Le
ministre revient d’une mission que l’Île-du-Prince-Édouard a
menée en Chine. Il fera peut-être quelques commentaires à ce
propos un peu plus tard.
We have also accepted incoming buyers’ missions and buyers
from all over the world and chefs and media. It is very important
to get the message out through chefs and media on lobster, as
New Brunswick said in their presentation. We have had
delegations from India, China, Japan, United States and
Europe come and learn firsthand what fishing lobster and
lobster generally is all about; how it is handled, sustainability
and those kinds of things.
Nous avons aussi accueilli des missions d’acheteurs et des
acheteurs de partout au monde ainsi que de grands cuisiniers et
des représentants des médias. Il est très important de faire
connaître nos produits du homard par l’intermédiaire des grands
cuisiniers et des médias, comme l’a indiqué le Nouveau-Brunswick
dans son exposé. Nous avons accueilli des délégations de l’Inde,
de la Chine, du Japon, des États-Unis et d’Europe qui ont pu
observer directement en quoi consiste la pêche au homard et
l’industrie du homard en général : sa manutention, sa durabilité et
tout ce genre de choses.
We wanted to put a slide in on Lobster Council of Canada. It is
an organized industry group of buyers, processors, fishermen. It
represents all of the sectors. It has the ability to provide and
coordinate the Canadian approach, the Atlantic Canadian
approach to marketing and addressing other measures in the
fishery. The provinces have been on side for the last three to four
years supporting that lobster council. The federal government has
provided some support, although they have struggled somewhat
in terms of sustaining their support to that lobster council and
they really need to look at that.
Nous avons tenu à présenter une diapositive sur le Conseil
canadien du homard. Il s’agit d’un groupe organisé de l’industrie
qui comprend des acheteurs, des transformateurs et des pêcheurs.
Il représente tous les secteurs. Il peut ainsi élaborer et coordonner
l’approche canadienne ainsi que l’approche des provinces
canadiennes de l’Atlantique à la commercialisation et aborder
d’autres mesures du secteur de la pêche. Depuis trois ou quatre
ans, les provinces s’entendent pour soutenir ce conseil du homard.
Le gouvernement lui a apporté un certain appui bien qu’il ait eu
de la difficulté à soutenir le conseil de façon durable; il faudrait
vraiment qu’il examine cette question.
We wanted to mention also a program that is very unique to
Prince Edward Island called a Future Fishers Program. It is for
new entrants who are buying an existing fleet, to provide them
mentoring and some financial support to become more
knowledgeable about the complexities of the lobster sector and
better position them for success. We have had over 74 entrants,
male and female, approved under this program since 2009. They
do several training things around quality handling, biology of
lobster, marketing, processing, managing their business, the value
chain and marine safety. They are eligible for a maximum of
$10,000 financial assistance, and that is tied to their loans that
they have at recognized institutions, but that is only $3,000 a year.
Nous tenions aussi à mentionner un programme très spécial de
l’Île-du-Prince-Édouard, le Programme de pêcheurs du futur.
Celui-ci s’adresse aux nouveaux pêcheurs qui achètent une flotte
existante. Ce programme leur offre du mentorat et un certain
appui financier pour qu’ils comprennent mieux les complexités du
secteur du homard et qu’ils aient plus de chances de réussir.
Depuis 2009, ce programme a approuvé plus de 74 nouveaux
pêcheurs, hommes et femmes. Il offre plusieurs cours de
formation sur la qualité de la manutention, la biologie des
homards, la commercialisation, la transformation, la gestion de
l’entreprise, la chaîne de valeur et la sécurité en mer. Les
participants peuvent recevoir jusqu’à 10 000 $ en aide financière
12:40
Fisheries and Oceans
30-11-2012
It is an incentive for them to come and do the training elements in
the program and get to meet each other and get to know who the
players are in the lobster sector.
liée aux prêts qu’ils ont dans des institutions reconnues, mais ils ne
reçoivent que 3 000 $ par année. Nous les encourageons ainsi à
suivre les cours de formation du programme, à rencontrer des
collègues et à connaître les acteurs du secteur du homard.
There is one slide on additional challenges. The minister
referenced EI reform. The Temporary Foreign Worker Program
has some real potential, depending on how far this EI reform goes
to impact workers on the boats, fishermen and workers in the
plants. Our plants do rely on some foreign workers because we
have an aging demographic and with increased landings of
lobster, we need workers in the plants to process these products to
get them into the markets. As New Brunswick said, the market for
processed lobster is increasing, so we need workers to process that
lobster in an efficient manner.
Nous avons une diapo sur quelques autres défis. Le ministre a
parlé de la réforme de l’AE. Le Programme des travailleurs
étrangers temporaires pourra faire preuve d’un potentiel réel
suivant les répercussions que cette réforme de l’AE aura sur les
travailleurs des bateaux, sur les pêcheurs et sur les travailleurs
dans les usines. Nos usines dépendent aussi de quelques
travailleurs de l’étranger à cause de notre démographie
vieillissante et de l’augmentation du nombre de débarquements
de homards. Nous avons besoin de travailleurs dans les usines
pour transformer ces produits afin de les amener dans les
marchés. Comme le Nouveau-Brunswick l’a expliqué, le marché
du homard transformé s’accroît, donc il nous faut des travailleurs
qui transforment ce homard d’une manière efficace.
DFO’s changes in fisheries management programs have the
potential to cause further hardship. I guess we are not against
change, but when an industry is struggling to get back on its feet
in terms of markets, rationalization and all of these other
measures, and you add more requirements on licensing, tags,
log books, observer coverage and these things it is cumulative and
it could impact the sector.
Les changements que le MPO a apportés à ses programmes de
gestion des pêches pourraient rendre la vie encore plus difficile. Je
ne pense pas que nous nous opposions au changement, mais
quand une industrie lutte pour se remettre à flot dans les marchés
en rationalisant et en prenant ces autres mesures et que vous
ajoutez des exigences d’octroi de permis, des étiquettes, des
registres, des observateurs à bord et ainsi de suite, toutes ces
choses s’accumulent et cela pourrait nuire au secteur.
The minister has mentioned the lack of access to other fish
species like halibut, tuna, snow crab and gulf shrimp in our P.E.I.
waters. If we do not get lobster right, we have not been able to
advocate strong enough to get access to these other species to make
a difference on the 1,225 fishermen harvesting fish in our waters.
Le ministre a mentionné le manque d’accès à d’autres espèces
de fruits de mer tels que le flétan de l’Atlantique, le thon, le crabe
des neiges et la crevette du Golfe dans les eaux de l’Î.-P.-É. Si nous
ne réussissons pas à capturer assez de homard, nous n’aurons pas
lutté assez fort pour obtenir l’accès à ces autres espèces pour aider
les 1 225 pêcheurs qui récoltent le poisson dans nos eaux.
In summary, lobster continues to be the most single important
seafood species in Prince Edward Island, and the government will
continue to partner with the industry to develop and foster
market development, innovate, strengthen our organizations and
enhance the viability and sustainability of the sector. The federal
government has a key role to play as well.
En résumé, le homard demeure l’espèce de fruit de mer la plus
importante à l’Île-du-Prince-Édouard, et notre gouvernement
continuera à collaborer avec l’industrie pour favoriser le
développement des marchés, pour innover, pour renforcer nos
organismes et pour améliorer la viabilité et la durabilité du
secteur. Le gouvernement fédéral a un rôle clé à jouer lui aussi.
The Chair: We are hearing some very worthwhile suggestions
and advice here, and I am looking forward to an opportunity to
explore some of the things you have laid on the table.
Le président : Vous nous présentez des suggestions et des
conseils très précieux, et je me ferai un plaisir d’examiner certaines
de ces choses.
I would like to touch on the Lobster Resource Monitoring
Program. It was initiated in 1998 and seems to be creating great
success for you. I think I caught what you said when you said it is
the only like it in Atlantic Canada. If you could just elaborate on
it a little bit for us. It is a partnership between the province, DFO
and the industry. I am just wondering why it has not caught on in
other places to that extent?
Je voudrais parler un peu plus du programme de surveillance
de la ressource de homard. Vous l’avez lancé en 1998, et il semble
être très efficace. Je crois vous avoir bien compris quand vous
avez dit que c’est un programme unique dans les provinces
canadiennes de l’Atlantique. Voudriez-vous nous donner un peu
plus de détails sur ce programme? Il s’agit d’un partenariat entre
la province, le MPO et l’industrie. Je me demande seulement
pourquoi il n’a pas été aussi efficace à d’autres endroits.
Mr. Gallant: Well, I think the comment Atlantic Canada, I
know Nova Scotia is now operating a similar program. In the
southern gulf it is the only program that is collecting that volume
of information on the lobster resource. I am not able to answer
the question of why similar programs have not been implemented
M. Gallant : Eh bien, je pense que la mention des provinces
canadiennes de l’Atlantique... je sais que la Nouvelle-Écosse dirige
maintenant un programme similaire. Dans le sud du golfe, c’est le
seul programme qui recueille un tel volume d’information sur la
ressource de homard. Je ne peux pas vous dire pourquoi l’on n’a
30-11-2012
Pêches et océans
in the other areas but this program takes an investment from the
province, one full-time lobster biologist, and we have a full-time
lobster technician and two casual staff to run the program and
collect, analyze and input that level of detail and information. It
does take a significant commitment on behalf of the province to
do that.
12:41
pas mis en oeuvre des programmes similaires dans d’autres
régions, mais un tel programme nécessite l’investissement de la
province, un spécialiste en biologie du homard à temps plein, et
nous avons un technicien spécialiste du homard à temps plein
ainsi que deux employés occasionnels pour diriger le programme
et recueillir, analyser et saisir les détails des données. La province
doit s’y engager considérablement.
Mr. MacKinley: One other thing, too, if I might add.
M. MacKinley : Si vous me permettez d’ajouter une chose...
The Chair: Go ahead.
Le président : Allez-y.
Mr. MacKinley: Since 2007, P.E.I. has had a full-time minister
responsible for fisheries for the province who is dedicated to fish
and aquaculture. It is easier to get things through cabinet when
you have explained the whole thing. Having a full-time Minister
of Aquaculture, Fisheries and Rural Development has been a
great idea of ours.
M. MacKinley : Depuis 2007, l’Î.-P.-É. a un ministre
responsable à plein temps des pêches pour la province qui se
consacre au poisson et à l’aquaculture. Il est plus facile de faire
adopter les choses au Cabinet quand on les explique bien. Le
gouvernement a eu une excellente idée quand il a nommé un
ministre de l’Aquaculture, des Pêches et du Développement rural.
The Chair: Is information that is gathered shared with the
Lobster Council of Canada?
Le président : Est-ce que vous transmettez l’information
recueillie au Conseil canadien du homard?
Mr. Gallant: The information that is collected is inputted into
a computer, it is shared with DFO, and an annual presentation is
made to any of the fishing groups that wish to have it, including
the lobster council. Have we formally presented to the lobster
council in the past? I do not believe so, but elements of the
information that is collected could be used and discussed in
various matters when we are talking about lobster with the lobster
council.
M. Gallant : L’information recueillie est saisie dans un
ordinateur et nous la transmettons au MPO. Nous la
présentons aussi chaque année à tous les groupes de pêcheurs
qui la désirent, ce qui comprend le Conseil du homard. Avonsnous déjà fait des présentations au Conseil du homard dans le
passé? Je ne crois pas, mais nous avons probablement utilisé des
renseignements recueillis pour discuter de divers sujets ayant trait
au homard avec le Conseil du homard.
The Chair: There seems to be a bit of a contentious issue in
regard to adjusting the opening day of the season and the season
versus what processors may be asking versus for and what
harvesters are asking. What feedback is your government
receiving from all the players?
Le président : Il semble y avoir quelque conflit en ce qui
concerne l’ajustement de la journée d’ouverture et la durée de la
saison entre ce que demandent les transformateurs et les pêcheurs.
Quels commentaires votre gouvernement reçoit-il de tous les
intervenants?
Mr. MacKinley: For the processors they closed the season for
an extra three days, I believe, was it not? Did they not back the
start of the season up three days?
M. MacKinley : Pour les transformateurs ils ont fermé la
saison trois jours plus tard je crois, n’est-ce pas? Est-ce qu’ils
n’ont pas retardé le début de la saison de trois jours?
Mr. Gallant: This year.
M. Gallant : Cette année.
Mr. MacKinley: Yes, and it was a very late notice. I know it
cost one large processor a lot of money because he had the crew
coming in and his freezers were all flying high to be cold, and he
lost three days when he had to pay all of these people with no
work. That was one complaint. I have not heard anything from
the fishermen. Have you heard anything on the fishers?
M. MacKinley : Oui, et ils l’ont annoncé au dernier moment. Je
sais qu’un grand transformateur a perdu beaucoup d’argent parce
que son équipe était arrivée et ses congélateurs étaient en pleine
réfrigération, et il a perdu trois jours qu’il a dû payer à tous ses
gens sans leur donner de travail. C’est une des plaintes que nous
avons reçues. Je n’ai rien entendu des pêcheurs. Avez-vous
entendu quelque chose des pêcheurs?
Mr. Gallant: Yes, I think on the fall season, LFA 25, the
fishermen are having discussions. I believe they are going to
present here today. They have discussed either leaving the season
where it is or moving it back earlier and maybe getting ahead of
the molt. There are concerns that if they push it back and start in
the fall, while the lobster may be recovering after molt and the
meat starting to fill out in the shell, the quality of the fishing days
are getting limited. If the season is later, there are areas in the
strait, and this is very complex, where fishermen feel that those
lobster will already have moved out to deeper water, particularly
M. Gallant : Oui, je crois que dans la saison d’automne, la
ZPH 25, les pêcheurs en discutent. Je crois qu’ils vont présenter
un exposé ici aujourd’hui. Ils ont parlé de laisser la saison telle
quelle, ou alors d’en avancer l’ouverture et de commencer avant la
mue. Ils craignent que s’ils la repoussent et qu’ils commencent à
l’automne quand le homard reprend après la mue et que la viande
commence à remplir la coque, la qualité des journées de capture
sera limitée. Si la saison a lieu plus tard, et ceci est très complexe,
les pêcheurs de certains endroits du détroit pensent que ces
homards se seront déjà déplacés vers des eaux plus profondes,
12:42
Fisheries and Oceans
30-11-2012
in areas around Egmont Bay. Again, we do not have a lot of good
information that suggests where the lobster may be at certain
times. It is a very complex discussion.
surtout dans les régions autour de la baie Egmont. Je le répète,
nous n’avons pas assez d’information pour savoir où le homard se
trouve à certaines périodes. C’est un sujet extrêmement complexe.
Mr. MacKinley: I met with the fishers, and they know more
about whether the season should be opened or not. I asked, ‘‘If in
the spring there are good lobsters, why do we not just back it up?’’
However, if you back up the season in the fall, there are no
lobsters there where they fish. That is what they tell me. They
would not get any lobsters. Now, you can back it up a certain
percentage but if you come back too far, there are no lobsters
there. It is just not as easy as it looks.
M. MacKinley : J’ai rencontré les pêcheurs, qui savent mieux
s’il faut ou non ouvrir la saison. Je leur ai demandé : « S’il y a du
bon homard au printemps, pourquoi est-ce que nous ne reprenons
pas la saison? » Mais si vous reprenez la saison à l’automne, il n’y
a plus de homards là où ils pêchent. C’est ce qu’ils m’ont répondu.
Ils ne trouveraient pas de homards. Alors vous pouvez la
reprendre pour un certain pourcentage, mais si vous revenez
trop loin, il n’y a plus de homards. Ce n’est pas aussi simple qu’on
ne le pense.
I mentioned to some of them that maybe they should move and
fish other ground. Well then they said the fishermen in that area
do not want them in there. It is not as easy as it looks. Whatever
you do, we have got to be well planned. Processors could lose
$50,000 or $100,000, or whatever, and that has to come out of the
fishers because you are not going to get it out of the market.
J’ai dit à quelques-uns d’entre eux qu’ils devraient peut-être
aller pêcher ailleurs. Ils m’ont répondu que ce serait bien, mais
que les pêcheurs de l’endroit ne les voudront pas là. Ce n’est pas
aussi simple qu’on ne le pense. Quoi que nous fassions, il faudra
avoir bien planifié. Les transformateurs pourraient perdre
de 50 000 $ à 100 000 $, ou autre, et ce sont les pêcheurs qui
devront payer parce qu’on ne pourra pas recouvrer ces sommes
dans le marché.
There has got to be better planning than just a quick notice. If
we go too late in the season, unlike New Brunswick which
apparently is more sheltered, ours is more open and we cannot get
the fishing days. It is just not an easy thing to figure out. That is
where I have got to go with the fishers’ advice, and they will be
talking about it later. I am certainly not going to listen to my
bureaucrats on that one. I will listen to the fishers.
Il faut absolument planifier mieux qu’envoyer une annonce de
dernière minute. Si nous commençons la saison trop tard, ce n’est
pas comme au Nouveau-Brunswick où ils sont plus abrités, nos
eaux sont plus exposées et nous n’avons pas les journées de pêche.
Ce n’est pas facile à décider. C’est pourquoi je dois suivre les
conseils des pêcheurs, et ils vont en parler plus tard. Je ne vais
définitivement pas écouter les conseils de mes bureaucrates làdessus. Je vais écouter les pêcheurs.
The Chair: I am sure that is music to their ears.
Le président : Je suis sûr qu’ils sont très heureux de vous
entendre dire cela.
Senator Unger: Regarding your Lobster Resource Monitoring
Program and Future Fishers Program, are they shared other
provinces and if not, why not?
Le sénateur Unger : En ce qui concerne votre programme de
surveillance de la ressource de homard et de votre Programme de
pêcheurs du futur, est-ce que vous les partagez avec d’autres
provinces et sinon, pourquoi pas?
Mr. MacKinley: Well, the thing is we saw a need. Our fishers
are getting older and we saw a need where we had to entice people
to get into the fisheries. It is a big business. You have to be a
bookkeeper, an environmentalist, you have to know where the
fish are, et cetera, so we came in with an incentive up
to $10,000 over three years. Basically, it is $3,000 a year. It is
not very much money, but it got fishers involved around the table
and involved in new technology.
M. MacKinley : Eh bien, c’est que nous avons découvert un
besoin. Nos pêcheurs vieillissent et nous avons vu la nécessité
d’attirer des gens dans notre secteur des pêches. C’est toute une
entreprise. Vous devez savoir tenir les livres, respecter
l’environnement, vous devez savoir où se trouvent les poissons
et ainsi de suite, alors nous avons fixé l’incitatif à 10 000 $ sur
trois ans. En fait, il s’agit de 3 000 $ par année. Ce n’est pas
beaucoup d’argent, mais cela a incité les pêcheurs à participer à la
table et à acquérir de nouvelles technologies.
I was very pleased that at the last meeting about 40 per cent of
the new fishers were females. They have their own boats, their
own captains of boats, and that is a really good thing too because
it is great to have people from all walks of life out there.
Maybe 50 or 30 years ago you would not see as much of that, but
we are definitely seeing that. It is a good program.
J’ai été très heureux de voir à notre dernière réunion
qu’environ 40 p. 100 des nouveaux pêcheurs sont des femmes.
Elles ont leurs propres bateaux, leurs propres capitaines, et c’est
vraiment bien parce que c’est excellent d’avoir des pêcheurs qui
viennent de toutes les couches de la société. Il y a 50 ou 30 ans, on
ne voyait pas tellement ça, mais à l’heure actuelle c’est ce que nous
observons. C’est un bon programme.
30-11-2012
Pêches et océans
If other provinces want to do it, they can, but we do not work
with other provinces in something like that. We are the province
of P.E.I. It would be the same thing as Alberta being unable to
work with B.C. regarding that pipeline, so it is hard.
Senator Unger: No, it is not quite the same.
12:43
Si d’autres provinces veulent le faire, elles peuvent, mais nous
ne collaborons pas avec d’autres provinces pour une chose comme
celle-ci. Nous sommes la province de l’Î.-P.-É. C’est un peu
comme l’Alberta qui ne peut pas collaborer avec la C.-B. pour
installer le pipeline, c’est difficile.
Le sénateur Unger : Non, ce n’est pas tout à fait la même chose.
Me. MacKinley: Pretty close. They can copy us. We will give them
plans anytime they want. Anytime the minister of New Brunswick wants
plans I will ship them over to him. It is not very far.
M. MacKinley : C’est assez semblable. Ils peuvent nous copier.
Nous leur remettrons les plans s’ils nous les demandent. Dès que
le ministre du Nouveau-Brunswick me demande les plans, je les
lui enverrai. Ce n’est pas très loin.
Senator Unger: For the betterment of all of the industry as a
whole, and as you now know there are some senators advocating
for one province —
Le sénateur Unger : Dans l’intérêt de toute l’industrie, et
comme vous le savez certains sénateurs soutiennent une
province...
Mr. MacKinley: Yes, but that poor senator, the problem with
him is he was out of touch so long with reality in P.E.I. I know
him. He is a great fellow, smart, but he lived all of his life away
and then he is never home much, only maybe to give a cheque out
now and again. He is mostly still in Ottawa. He loves the area and
I will get him around this summer. Actually, I am a pupil of his.
When I was on the Canadian Horticultural Council, Duff, Bill
McKnight, and others used to hang out at the Press Club. I call
myself sort of a pupil, but I have got my feet on the ground in
P.E.I., so I would not get into Senator Duffy’s —
M. MacKinley : Oui, mais pauvre sénateur, il n’est plus au
courant des réalités de l’Î.-P.-É. depuis bien longtemps. Je le
connais. C’est un monsieur très sympathique, intelligent, mais il a
vécu toute sa vie loin de la province et il ne revient pas souvent chez
lui, juste peut-être pour remettre un chèque de temps en temps. Il
passe le plus clair de son temps à Ottawa. Il adore cette région et je
l’attraperai cet été. En fait, je suis un de ses élèves. Quand je siégeais
au Conseil canadien de l’horticulture, Duff, Bill McKnight et
d’autres fréquentaient le Cercle national des journalistes. Je dis que
j’étais en quelque sorte son élève, mais je vis à l’Î.-P.-É., alors je ne
veux pas prendre le sénateur Duffy à rebrousse...
Senator Unger: I am sorry I mentioned that, but I still see a
great advantage to working together. These are great programs
and if you truly are the only province doing them then, again —
Le sénateur Unger : Excusez-moi d’avoir mentionné cela, mais
malgré tout je trouve que la collaboration apporte de grands
avantages. Ces programmes sont excellents, et si vous êtes
vraiment la seule province qui les mette en oeuvre, alors je le
répète...
Mr. MacKinley: Yes, but there is nothing stopping the other
provinces.
M. MacKinley : Oui, et rien n’empêche les autres provinces de
le faire aussi.
The Chair: There may be different types of programs in
different provinces. It just happened that your program was called
the Future Fishers Program whereas in other provinces there are
similar programs, maybe not exactly the same.
Le président : Il y a probablement différents types de
programmes dans les différentes provinces. Votre programme
s’intitule Pêcheurs du futur alors que dans d’autres provinces il y a
peut-être des programmes similaires mais pas exactement la même
chose.
Mr. MacKinley: I do not know. He probably just did not
explain it as well as we did.
M. MacKinley : Je ne sais pas. Il ne l’a probablement pas
expliqué aussi bien que nous.
The Chair: New Brunswick touched on something there earlier
this morning, and it may take a collection of all of these ideas
together to form something that works for everybody.
Le président : Le Nouveau-Brunswick a mentionné une chose
un peu plus tôt ce matin, et il faudra peut-être allier toutes ces
idées pour créer quelque chose qui réussisse à tout le monde.
The thing is, Senator Unger, in Atlantic Canada, and I know it
from Newfoundland and Labrador, what works in P.E.I. may not
work in Newfoundland and Labrador and vice versa sometimes,
so we take the best of each of them and hopefully come up with a
program that works.
En réalité, sénateur Unger, dans les provinces de l’Atlantique, et
j’en sais quelque chose parce que je connais Terre-Neuve-etLabrador, ce qui réussit à l’Î.-P.-É. ne réussira peut-être pas à TerreNeuve-et-Labrador et vice versa, alors nous prenons les meilleures
idées de chacun en espérant générer un programme efficace.
Mr. Gallant: Both programs certainly are shared with Nova
Scotia and New Brunswick. The Future Fisher Program in P.E.I.
was modelled after a Future Farmer Program that has been in
place for a number of years and the Fishermen’s Association had
come forward and said we are interested in two things, a way to
M. Gallant : Nous partageons ces deux programmes avec la
Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick. Le Programme
pêcheurs du futur de l’Î.-P.-É. a été conçu à partir d’un
programme intitulé Future Farmer qui est en oeuvre depuis
plusieurs années, et la Fishermen’s Association est venue nous
12:44
Fisheries and Oceans
30-11-2012
rationalize and take some of the older fishermen out of the
industry but we cannot do that alone, and we want to support
some of the young fishermen that need to come into the industry.
The solution is not just rationalization, also you need to attract
some of the younger ones and work with them. Because they have
been fairly vocal with the province, we very quickly kind of
implemented a program and that is kind of the history of it.
dire que deux choses l’intéressaient : une rationalisation qui
permettrait de retirer certains des pêcheurs les plus âgés de
l’industrie, mais l’Association ne pouvait pas le faire à elle seule,
et elle désirait soutenir certains des jeunes pêcheurs qui voudraient
entrer dans le secteur. On ne pouvait pas uniquement rationaliser
pour régler le problème; il fallait aussi attirer certains des plus
jeunes et les aider. Comme dans notre province ils s’expriment très
fort, nous avons vite mis en oeuvre un programme et c’est à peu
près comment les choses se sont passées.
The Chair: You will find the same thing happening in the crab
fishery in the Newfoundland. I live in a community with almost
70 boats. There are very few people under the age of 50 on those
boats, and in the plants we have the same problem. The average
age is 54.
Le président : Vous constaterez que la même chose s’est passée
dans le secteur de la pêche au crabe à Terre-Neuve. Je vis dans une
région qui a presque 70 bateaux. On ne voit que très peu de gens
de moins de 50 ans dans ces bateaux, et dans les usines nous avons
le même problème. L’âge moyen des travailleurs est de 54 ans.
Mr. MacKinley: That is where we are getting into the same thing.
M. MacKinley : C’est là que nous avons des choses en commun.
Senator Poirier: This program that you are talking about, the
$10,000, is that a repayable loan or a grant?
Le sénateur Poirier : Ce programme dont vous parlez, ces
10 000 $, est-ce que c’est un prêt remboursable, ou une subvention?
Mr. MacKinley: No. That is a cheque of $3,000 a year.
M. MacKinley : Non. C’est un chèque de 3 000 $ par année.
Senator Poirier: It is a grant?
Le sénateur Poirier : C’est une subvention?
Mr. MacKinley: Signed by the minister in a letter. It is not a
grant. A grant is when you give somebody something that they
are going to develop something or do something or do nothing.
This is mandatory. They have to go attend all of these meetings
and they have got to learn, it takes them three years. So they get a
cheque for $3,000 each year.
Senator Poirier: That they do not have to reimburse?
Mr. MacKinley: No. You would never make them reimburse if
you are going to train them and bring them into the industry. It is
very little when you say it is $10,000 for somebody to learn, come
in and spend different days and then go around and talk to other
young fishermen. It is very cheap for the province, one of the best
investments we have ever made.
M. MacKinley : Signé par le ministre et envoyé avec une lettre.
Ce n’est pas une subvention. Une subvention, c’est quand vous
donnez à quelqu’un quelque chose et il va développer quelque
chose ou faire quelque chose ou ne rien faire. Dans notre
programme, c’est obligatoire. Ils doivent assister à toutes les
réunions et ils doivent apprendre. Il leur faut trois ans pour cela.
C’est pourquoi ils reçoivent un chèque de 3 000 $ chaque année.
Le sénateur Poirier : Et ils n’ont pas à le rembourser?
Mr. MacKinley : Non. Vous n’allez pas les faire rembourser si
vous les formez et que vous les attirez dans l’industrie. C’est très
peu de donner 10 000 $ pour apprendre, pour venir dans le
secteur et pour passer différentes journées et ensuite pour aller
rencontrer d’autres jeunes pêcheurs pour leur parler. Ce n’est pas
cher du tout pour la province, c’est un des meilleurs
investissements que nous ayons faits.
Senator Poirier: I was not arguing it.
Le sénateur Poirier : Je ne contestais pas ce que vous disiez.
Mr. MacKinley: No, no.
M. MacKinley : Non, non.
Senator Poirier: I was just getting clarification. Each province
has different programs that are unique and answer to their needs.
I was just looking for a clarification on your program.
Le sénateur Poirier : Je demandais juste un éclaircissement.
Chaque province dirige des programmes différents qui répondent
de façon particulière à ses besoins. Je demandais juste quelques
précisions sur votre programme.
Barry MacPhee, Director, Department of Fisheries, Aquaculture
and Rural Development, Government of Prince Edward Island: The
$3,000 a year adds up to $9,000. The other $1,000 would be for
travel expenses for the participants to travel to meetings and
participate in those meetings, some of which are out of province,
also in New Brunswick and Nova Scotia.
Barry MacPhee, directeur, ministère des Pêches, de l’Aquaculture
et du Développement rural, gouvernement de l’Île-du-PrinceÉdouard : Ces sommes de 3 000 $ par année s’élèvent en tout à
9 000 $. Le 1 000 $ qui reste vise les dépenses de voyage quand les
participants doivent se rendre à des réunions pour y participer.
Certaines ont lieu hors de la province, comme au NouveauBrunswick et en Nouvelle-Écosse.
Senator Poirier: Are these conditions obligated to anybody
getting a new licence? Is it an obligation that they participate into
this program of training?
Le sénateur Poirier : Est-ce que toutes les personnes qui
reçoivent un permis doivent respecter ces conditions? Elles sont
obligées de participer à ce programme de formation?
30-11-2012
Pêches et océans
12:45
Mr. MacPhee: No. It is not for the new licence, it is an
obligation under the program. As a requirement to enter the
program, you must be a new licence holder.
M. MacPhee : Non. Ce n’est pas pour les nouveaux permis,
c’est une obligation dans le cadre du programme. Mais pour être
admis au programme, vous devez être un nouveau titulaire de
permis.
Senator Hubley: Thank you for your presentations today. It is
certainly nice to see Ron MacKinley again. We shared some seats
in the legislature at one time, and I believe he is the dean now of
the Prince Edward Island legislature and has been for many years.
Welcome to you all.
Le sénateur Hubley : Je vous remercie de vos exposés. Nous
sommes ravis de revoir Ron MacKinley. Nous avons été députés
en même temps à l’Assemblée législative et je crois qu’il est
maintenant depuis de nombreuses années le doyen de l’Assemblée
législative de l’Île-du-Prince-Édouard. Bienvenue à vous tous.
Sixty-five per cent of island lobster is in the processing sector.
Sur l’île, le secteur de la transformation reçoit 65 p. 100 des
homards.
Mr. MacKinley: Sixty-five per cent is the canner.
M. MacKinley : Les conserveries représentent 65 p. 100.
Senator Hubley: Canner.
Le sénateur Hubley : Les conserveries.
Mr. MacKinley: The average. Last year it could be 60 per cent,
another year it could be 54 per cent and could be as high as
70 per cent, but when you take the lobsters in, our total
production last year was 65 per cent.
M. MacKinley : C’est une moyenne. L’an dernier, c’était peutêtre 60 p. 100, une autre année ce sera 54 p. 100 et cela peut aller
jusqu’à 70 p. 100, mais notre production totale l’an dernier a été
de 65 p. 100.
Mr. Gallant: Probably 95 per cent of the lobsters that landed
get processed.
M. Gallant : Il est probable que 95 p. 100 des homards
débarqués sont transformés.
Mr. MacKinley: Yes, most get processed. Let us say that you
had 100 per cent, and all of a sudden you lost your canners, that
would take you down to 40 per cent of your normal catch, and
40 per cent of a $250-million spin-off takes you down pretty low,
to something like $80 million, and it would be a disaster. The
difference between us and New Brunswick is of their total catch,
80 per cent are for markets, 20 per cent is canners, and in P.E.I.’s
situation, we are roughly 40 per cent markets and 60 per cent
canners.
M. MacKinley : Oui, la majorité est transformée. Si c’était
100 p. 100 et si l’on perdait tout d’un coup les conserveries, on
descendrait à 40 p. 100 des prises normales, et 40 p. 100 d’une
industrie secondaire de 250 millions de dollars reviendrait à
quelque chose comme 80 millions de dollars, et ce serait une
catastrophe. Contrairement à nous, le Nouveau-Brunswick envoie
80 p. 100 de ses prises sur le marché du frais et 20 p. 100 aux
conserveries, alors qu’à l’Île-du-Prince-Édouard, 40 p. 100 sont
acheminés sur le marché et 60 p. 100 aux conserveries.
Senator Hubley: The percentage of the lobsters that are
marketed as live lobsters and the percentage of those that are
marketed as processed lobsters, either canned or in some other
form, what are the figures approximately?
Le sénateur Hubley : Quel est le pourcentage approximatif des
homards vendus sur le marché du frais et de ceux qui sont
transformés, mis en conserve ou autre?
Mr. Gallant: It is probably 90 per cent to 95 per cent. It is kind
of a misnomer because a canner is a lobster right now between
71 and 81 millimetres, and the market is 81 millimetres and up,
but many of the market-size lobsters are processed. So they could
be taken as green tails and meats from front ends or it could be
processed as splits or into different packs. The bulk of our lobster
landed in Prince Edward Island is processed. Some plants rely on
imports of lobster from Maine for processing as well. That Maine
lobster is very important to P.E.I. as well.
M. Gallant : Il est probablement de 90 à 95 p. 100, mais c’est
un peu trompeur parce que le homard mis en conserve mesure
entre 71 et 81 millimètres et que celui vendu sur le marché du frais
est de 81 millimètres et plus, mais un grand nombre de homards
de cette taille sont transformés. Ils peuvent donc être pris pour la
queue et les pinces ou transformés en moitiés ou dans des
emballages différents. La majeure partie de notre homard
débarqué à l’Île-du-Prince-Édouard est transformée. Certaines
usines transforment également le homard en provenance du
Maine. Le homard du Maine est aussi très important pour l’Îledu-Prince-Édouard.
Senator Hubley: Just getting to the process sector, because it is
an important part of the industry on Prince Edward Island, what
innovations have you been able to see within the industry in the
last while, whether it is new ways of handling lobster, new ways of
processing it? I would like you also to comment briefly on the
need for skilled workers within our fish plants and how the EI
Le sénateur Hubley : Pour ce qui est du secteur de la
transformation, puisque c’est une composante importante de
l’industrie de l’Île-du-Prince-Édouard, quelles sont les innovations
que vous avez constatées dans l’industrie ces derniers temps, que
ce soit de nouvelles façons de manipuler le homard ou de
nouveaux modes de transformation? J’aimerais également que
12:46
Fisheries and Oceans
30-11-2012
system is going to impact on that, and what percentage would be
temporary foreign workers within the lobster industry, especially
in the processing plants?
vous nous parliez brièvement des besoins en travailleurs qualifiés
dans nos usines de poisson et de l’incidence qu’aura le régime
d’assurance-emploi à cet égard. Pouvez-vous nous dire également
quel serait le pourcentage des travailleurs étrangers temporaires
dans l’industrie du homard, en particulier dans les usines de
transformation?
Mr. MacKinley: Perhaps the next time you are down in P.E.I.
we can take a tour of some of these plants. It is amazing for me,
not being a fisherman or a processor, to go in and see where they
are today given where they were ten years ago. For instance, they
have machines now that will take the meat out of lobster legs. The
knuckles are automatically done through a machine. All of those
machines have been invented in P.E.I. The same as our mussel
industry. It is just amazing to go in there and see how they have
adapted for the tuna and stuff like that.
M. MacKinley : La prochaine fois que vous vous rendrez à
l’Île-du-Prince-Édouard, nous pourrions visiter certaines de ces
usines. N’étant ni un pêcheur ni un transformateur, je trouve que
leur évolution depuis 10 ans est extraordinaire. Par exemple, il
existe maintenant des machines qui tirent la chair des pattes des
homards. Les segments sont automatiquement cassés par une
machine. Toutes ces machines ont été inventées à l’Île-du-PrinceÉdouard. Il en est de même pour notre industrie des moules. Il est
tout simplement incroyable de voir à quel point les usines se sont
adaptées pour le thon et d’autres produits.
Five or six years ago back they were lugging the tuna and now
they have developed ways to take that tuna off before it hits the
line. They are entrepreneurs and in order to run a processing plant
or even a fishing boat, you have to be a mechanic, a
businessperson and a fisher besides. A lot of these processing
plants are run by what you call entrepreneurs and they come up
with ideas and it is amazing.
Il y a cinq ou six ans, on traînait le thon alors que maintenant,
on a des moyens qui permettent de prendre le thon au large avant
qu’il ne touche la ligne. Ce sont des entrepreneurs et pour
exploiter une usine de transformation ou même un bateau de
pêche, il faut être aussi mécanicien, homme d’affaires et pêcheur.
Bon nombre de ces usines sont gérées par des entrepreneurs qui
ont de très bonnes idées. C’est incroyable.
Senator Hubley: What is the funding? Do you get funding for
that, minister? Are you able to fit into programs that allow you
develop these ideas?
Le sénateur Hubley : Quelles sont vos sources de financement?
Recevez-vous des fonds à cet égard, monsieur le ministre? Y a-t-il
des programmes qui vous permettent de donner suite à ces idées?
Mr. MacKinley: A little would be through ACOA. It would
not be through the province. We do not have the finances to fund
something like that.
M. MacKinley : Nous recevons quelques fonds par le biais de
l’APECA. La province n’a pas les moyens de financer quelque
chose de ce genre.
Mr. Gallant: The average age of employees in the fish plants is in
the range of 55 years plus. The chair referenced that Newfoundland
is very similar, and Prince Edward Island, I am assuming, is similar
to New Brunswick. It has often been said that the last generation of
fish plant workers are working in the plants now. The younger
generation does not aspire to those kinds of jobs.
M. Gallant : L’âge moyen des employés dans les usines de
poisson est de 55 ans et plus. Le président a dit que c’est la même
chose à Terre-Neuve et à l’Île-du-Prince-Édouard. Je suppose que
c’est la même chose au Nouveau-Brunswick. On a souvent dit que
nous en sommes à la dernière génération des travailleurs dans les
usines de transformation. La jeune génération n’est pas intéressée
par ce genre d’emplois.
We are very much at a crossroads where the processing sector
needs some significant change in direction to greater automation.
Some strides have been made, but many of the processes that the
plants use are very similar to what they used 25 or 30 years ago.
There needs to be a significant investment in automation
recognizing that the labour force is not there.
Nous nous trouvons à la croisée des chemins et le secteur de la
transformation doit s’orienter vers une plus grande automatisation.
Certains progrès ont été accomplis, mais bon nombre des procédés
qu’utilisent les usines n’ont pas changé depuis 25 ou 30 ans. On doit
consentir d’importants investissements dans l’automatisation
compte tenu du manque de main-d’oeuvre.
What many plants are using on a temporary basis are a lot of
Newfoundland workers, Cape Breton workers and foreign
workers. Those workers are invaluable to getting the work
done, to process the lobster that are landed into the packs that the
marketplace desires. Any significant changes in that could turn
kind of seafood processing upside down.
De nombreuses usines font appel de façon temporaire à des
travailleurs de Terre-Neuve et du Cap-Breton et à des travailleurs
étrangers. Ces travailleurs jouent un rôle inestimable en faisant ce
travail, en transformant les homards débarqués de la façon
souhaitée par le marché. Tout changement important de la
situation pourrait complètement modifier la transformation des
fruits de mer.
These are seasonal jobs, highly reliant on EI. The plants are
reliant on foreign workers to fill the gaps left by good quality
workers that they cannot get. Radical changes could have a
Ce sont des emplois saisonniers, largement tributaires de
l’assurance-emploi. Les usines dépendent des travailleurs étrangers
pour combler le vide laissé par les travailleurs qualifiés qu’elles ne
30-11-2012
Pêches et océans
12:47
significant impact on seafood processing, and it could be the
unskilled jobs or the skilled jobs. If you have a power engineer
who runs your freezer and you are only able to employ him six or
eight months of the year, and with these changes he is forced to
head West or find a job someplace else in another area, then
where do you get a new power engineer if you live in Tignish,
Prince Edward Island? There could be some real issues here for
the seafood processing sector.
peuvent pas obtenir. Des changements radicaux pourraient avoir
une forte incidence sur le traitement des fruits de mer, ce serait des
emplois non qualifiés et des emplois qualifiés. Si un ingénieur
électricien dirige votre congélateur, s’il ne peut travailler que six ou
huit mois dans l’année et si, avec ces changements, il est obligé
d’aller dans l’Ouest pour trouver un emploi quelque part dans un
autre domaine, où allez-vous trouver un nouvel ingénieur, si vous
habitez à Tignish, dans l’Île-du-Prince-Édouard? Le secteur de la
transformation des fruits de mer pourrait faire face à des problèmes
bien réels.
There needs to be investment in innovation to get better
processes so that we are not as reliant on the aging workforce that
is not being replaced by young workers.
Il faut investir dans l’innovation pour améliorer les procédés
afin de ne pas dépendre autant d’une main-d’oeuvre âgée qui n’est
pas remplacée par des jeunes travailleurs.
The Chair: Those are very good points. The entire fishing
industry all of our provinces is facing that situation and power
engineers are becoming an issue as we go forward.
Le président : Ce sont de très bons points. Toute l’industrie de
la pêche de nos provinces fait face à la même situation et le
manque d’ingénieurs électriciens va devenir problématique à
l’avenir.
Senator Poirier: Thank you for being here and for your
presentation. Going to your presentation sheets under the slide
that says ‘‘Licensing and Inspection,’’ I am just curious. On your
third point, there are 36 peddlers, 19 core and 17 non-core. What
do you mean by peddlers? Are these actual lobster fishermen who
instead of selling to the buyer sell to industry or local Islanders? If
that is the case, then how does it work price wise? Are they
determining their own price or do they have to follow a market
price that is set? Are they getting the same price that the buyers
are giving the other fishermen?
Le sénateur Poirier : Je vous remercie de votre présence et de
votre exposé. Dans votre documentation, il y a une diapositive
intitulée « Permis et inspection ». Au troisième point, il est dit
qu’il y a 36 colporteurs, 19 désignés et 17 non désignés.
Qu’entendez-vous par colporteur? S’agit-il de pêcheurs de
homard qui, au lieu de vendre à l’acheteur vend à l’industrie
locale ou à la population locale? Si tel est le cas, quels sont leurs
prix? Fixent-ils leurs propres prix ou doivent-ils suivre un cours
qui est fixé? Reçoivent-ils le même prix que les acheteurs offrent
aux autres pêcheurs?
Mr. MacKinley: The peddlers have a licence. We have a peddler
licence with Nova Scotia, for instance. Anybody who comes in gets
inspected. Core peddlers would be the fishers. The 17 non-core
peddlers can be anywhere in Nova Scotia, maybe New Brunswick,
P.E.I. They sell whatever price they want to sell at.
M. MacKinley : Les colporteurs sont titulaires d’un permis.
Nous avons un permis de colporteur avec la Nouvelle-Écosse, par
exemple. Tous ceux qui se présentent font l’objet d’une inspection.
Les colporteurs désignés sont les pêcheurs. Les 17 colporteurs non
désignés peuvent être de la Nouvelle-Écosse, du NouveauBrunswick ou de l’Île-du-Prince-Édouard. Ils peuvent vendre au
prix qu’ils veulent.
The Chair: Are we talking about people who sell at roadside?
Le président : Est-ce que vous voulez parler des gens qui
vendent sur le bord de la route?
Mr. MacKinley: Out of the back of a half-ton truck at a
K-mart; we license them and they are inspected to make sure that
they have quality control. We have to make sure they have ice,
basically they need the right things. We have to make sure the
lobsters are not overloaded. It was funny; they warned me when I
became Minister of Fisheries, do not go buy unless they have got
a licence. Nova Scotia lobsters were in around Christmas time. I
went to buy some, and everybody who was there saw me. I said,
‘‘I hope you got a licence.’’ and they said ‘‘Yeah, the minister just
signed it yesterday; it is on the dash of the truck.’’ so I could buy
the lobsters. Basically, the peddler licence is just to make sure that
the lobsters are live, they have the right ice and everything else.
M. MacKinley : À l’arrière d’un demi-tonne sur le
stationnement d’un K-Mart; nous leur accordons un permis et
ils sont inspectés pour assurer le contrôle de la qualité. Nous
devons nous assurer qu’ils ont de la glace et tout ce qui leur faut.
Nous devons faire en sorte que les homards ne sont pas entassés.
Lorsque je suis devenu ministre des Pêches, on m’a averti de ne
pas acheter à moins que le vendeur ait un permis. Les homards de
Nouvelle-Écosse étaient arrivés pour la période de Noël. Je suis
allé en acheter et tous les gens qui étaient là m’ont vu. J’ai dit :
« J’espère que vous avez un permis », et ils ont répondu : « Oui, le
ministre vient de signer hier, c’est sur le tableau de bord du
camion. » J’ai donc pu acheter les homards. Le permis de
colporteur a simplement pour but de s’assurer que les homards
sont vivants, qu’il y a de la glace et tout le reste.
Senator Poirier: Okay, but your 19 core are fishermen? They
are fishermen who have their own boat; they go out and fish their
own lobster?
Le sénateur Poirier : D’accord, mais vos 19 colporteurs
désignés sont des pêcheurs? Ce sont des pêcheurs qui ont leur
propre bateau; ils pêchent leurs propres homards?
12:48
Fisheries and Oceans
30-11-2012
Mr. MacKinley: They can sell their own lobster.
M. MacKinley : Ils peuvent vendre leurs propres homards.
Senator Poirier: Do these fishermen sell to buyers?
Le sénateur Poirier : Ces pêcheurs vendent-ils aux acheteurs?
Mr. MacKinley: I would not say they would never sell to the
buyer. They would never sell all their own. I would say that what
they would do is, on a weekend or something, go to Canadian
Tire or somewhere with say a tub of lobsters and sell them. They
would still be selling to the buyer too.
Senator Poirier: Is that a disadvantage to them in a way?
M. MacKinley : Je ne dirais pas qu’ils ne vendent jamais à
l’acheteur. Ils ne vendraient jamais la totalité de leur prise. Mais
pendant un week-end, par exemple, ils s’installent sur le
stationnement de Canadian Tire ou autre avec une caisse de
homards et les vendent sur place, mais ils vendent aussi toujours à
l’acheteur.
Le sénateur Poirier : Est-ce un désavantage pour eux d’une
certaine façon?
Mr. MacKinley: No. It is an advantage to them because they
can sell their own lobsters and instead of getting $3.50 or $4.00 a
pound at the wharf they get around $5.50, $6.00 so they are
getting more money.
M. MacKinley : Non. C’est un avantage parce qu’ils peuvent
vendre leurs propres homards et plutôt que d’obtenir 3,50 ou
4 $ la livre au quai, ils obtiennent environ 5,50 ou 6 $. Ils
reçoivent donc plus d’argent.
Senator Poirier: But don’t they make their EI by selling it to the
buyer?
Le sénateur Poirier : Mais ils ne reçoivent pas leur assuranceemploi en vendant à l’acheteur?
Mr. MacKinley: Well, EI is unemployment insurance. Maybe
the fisher is doing some other fishing too of some other product.
The person in the boat is not selling the lobster, it is the fisher
himself. So that fisher himself is selling the lobster and, yes he
would not get any stamps for that, but the way the season was this
year and you have got 40,000 pounds at $4.50 a pound, you do
not need that many lobsters for a stamp.
M. MacKinley : Eh bien, l’AE est une assurance pour l’emploi.
Il est possible que le pêcheur pêche d’autres produits. La personne
qui se trouve sur le bateau ne vend par le homard, c’est le pêcheur
lui-même. Ce pêcheur vend le homard et, effectivement, il ne
recevrait pas ses prestations pour cette activité, mais compte tenu
de la saison de pêche cette année avec 40 000 livres à 4,50 $ la
livre, il n’a pas besoin de tant de homards pour être admissible.
Senator Poirier: Is there a limit of how many core licences that
are available or any fisherman can do this?
Le sénateur Poirier : Le nombre de permis de colporteur
désigné disponibles est-il limité ou les pêcheurs peuvent-ils tous
procéder ainsi?
Mr. MacKinley: No. If you want to come in tomorrow, we will
get you a licence, providing you follow the details.
M. MacKinley : Non. On peut obtenir un permis n’importe
quand à condition de suivre les détails.
Mr. Gallant: I just want to clarify something. Until 2008 all
peddlers in the province had to buy their fish from a licensed
registered processing facility, and that is for quality control
reasons. We changed the regulation to say a core fisherman could
sell his own catch and not have to go through a licensed fisherman
provided it is only your catch. You can sell your own crustaceans,
lobster, crab or gutted ground fish but nothing else. It has been
beneficial because the fishermen then can go out and peddle their
catch, talk to the consumer. They are not selling huge volumes,
the big volume is processed to the buyer and into the processing
plant. However, they are able to go out and talk to the people
who are buying. and they are learning a lot about the value chain
and about the value of lobster and what people really want.
M. Gallant : J’aimerais une précision. Jusqu’en 2008, tous les
colporteurs de la province devaient acheter leur poisson d’une
usine de transformation agréée, pour des raisons de contrôle de la
qualité. Nous avons modifié les règles pour qu’un pêcheur désigné
puisse vendre sa propre prise sans avoir à obtenir un permis, à
condition de ne vendre que sa propre prise. Il peut vendre ses
propres crustacés, homards, crabes ou poissons de fond éviscérés,
mais rien d’autre. Cette mesure a un effet positif car les pêcheurs
peuvent vendre leur prise et parler au consommateur. Ils ne
vendent pas de grandes quantités. Les grandes quantités sont
envoyées au transformateur et à l’usine de transformation. Mais
ils peuvent parler aux clients et apprendre beaucoup sur la chaîne
de valeurs, sur la valeur du homard et sur ce que les gens veulent
vraiment.
Senator Poirier: So your non-core then, that is not a fisherman,
they would buy it from the processor, the buyer?
Le sénateur Poirier : Les colporteurs non désignés ne sont donc
pas des pêcheurs, ils achèteraient au transformateur, à l’acheteur?
Mr. MacKinley: No, they could buy it from the fishermen.
M. MacKinley : Non, ils pourraient acheter au pêcheur.
Mr. Gallant: They have to buy from a processor.
M. Gallant : Ils doivent acheter au transformateur.
Mr. MacKinley: Well, they could buy it from the fishermen if
they have a core licence. I would say a lot of them would buy from
the core fishermen or a processor. You can also buy them on the
wharf from the fish buyer who just marks them up about 25 cents
M. MacKinley : Eh bien, ils peuvent acheter aux pêcheurs s’ils
ont un permis de pêcheur désigné. Je dirais que beaucoup d’entre
eux achètent aux pêcheurs désignés ou à un transformateur. Ils
peuvent également acheter sur le quai à l’acheteur de poisson qui
30-11-2012
Pêches et océans
12:49
a pound. You have the processors, and some processors will buy
directly from the fishermen but also they have these buyers on the
wharf and they get roughly 25 cents a pound for buying them and
catching them, handling them and bringing them in. If you are a
non-core fisherman, I would say they buy them from the buyers
on the wharf at about 25 or 30 cents mark-up, maybe 40 cents,
something like that.
augmente simplement le prix de 25 cents la livre environ. Il y a
certains transformateurs qui achètent directement aux pêcheurs,
mais il y a aussi ces acheteurs sur le quai et ils reçoivent environ
25 cents la livre pour acheter, attraper, manipuler et ramener les
homards. Si ce n’est pas un pêcheur désigné, il achète sans doute
aux acheteurs sur le quai à environ 25 ou 30 cents plus cher, peutêtre 40 cents, quelque chose comme ça.
When you talk about unemployment, it is important to the
people who are working in the processing plants, driving trucks or
crewing on boats. Once the fisher makes a certain amount of
dollars, his unemployment is clawed back. Basically,
unemployment insurance is for the fisher if he has a bad year.
Once you make a certain income all of your unemployment is all
clawed back in income tax.
Le chômage est un aspect important de la vie des gens qui
travaillent dans les usines de transformation, qui conduisent les
camions ou qui forment les équipages sur les bateaux. Une fois
que le pêcheur gagne un certain montant d’argent, il doit rendre
ses prestations de chômage. L’assurance-chômage est destinée au
pêcheur qui a une mauvaise année. Une fois qu’il gagne un certain
revenu, la totalité de l’assurance-chômage est récupérée sous
forme d’impôt sur le revenu.
Senator Poirier: My next question is on the slide that was
entitled ‘‘P.E.I. Five Point Lobster Plan.’’ You talked about the
five points, but the first point, there is really no explanation for
that. I am curious about the purchase and storage of canner
lobster. Who is the purchaser and who arranges storage, the
provincial government?
Le sénateur Poirier : Ma question suivante porte sur la
diapositive intitulée « P.E.I. Five Point Lobster Plan ». Vous
avez parlé de cinq points, mais je ne vois pas d’explication pour le
premier. J’aimerais en savoir plus sur l’achat et le stockage dans
les conserveries de homard. Qui est l’acheteur et qui s’occupe du
stockage, le gouvernement provincial?
Mr. Gallant: Yes. In 2009, a large volume of lobster was being
caught, markets were depressed and the shore price was down
below $3.00, $2.75. It was chaos. The purchase of canner lobster
was one of the initiatives in our five point plan. It was a pilot
project where the province bought 40,000 or 50,000 pounds of
lobster. It was a pilot project to buy them and store them until
sometime in June when landings declined and the processors
would buy them back. It was set up to take the pressure off
because lobsters were getting backed up in the traps and the
processors were saying they could not handle all of this lobster.
They told the fishermen not to bring them in, to bring in only
500 pounds a day. It was an initiative of the government to say,
‘‘We will enter this business, lease space and buy them, and when
conditions are right we will sell them back and recover our costs
from the processor.
M. Gallant : Oui. En 2009, les prises ont été très importantes,
les marchés étaient déprimés et le prix à quai était inférieur à 3 $,
2,75 $. C’était le chaos. L’achat de homard de conserve a été une
des initiatives de notre plan en cinq points. Il s’agissait d’un projet
pilote qui prévoyait que la province achète 40 000 ou 50 000 livres
de homard. Ce projet consistait à acheter les homards et à les
stocker jusqu’en juin environ au moment où les débarquements
diminuent et les transformateurs les rachètent. Il s’agissait
d’alléger la pression car le nombre des homards augmentait
dans les casiers et les transformateurs disaient qu’ils ne pouvaient
pas les traiter tous. Ils ont dit aux pêcheurs de ne leur apporter
que 500 livres par jour. Le gouvernement a décidé de se lancer
dans ce secteur, de louer de l’espace et d’acheter les homards puis,
lorsque les conditions sont favorables, de les vendre et de
recouvrer ses coûts auprès du transformateur.
Senator Poirier: Were they stored live?
Le sénateur Poirier : Étaient-ils entreposés vivants?
Mr. Gallant: They were stored live.
M. Gallant : Ils étaient entreposés vivants.
Mr. MacKinley: They are called holding tanks. We have a
program called Island Community Fund whereby if a cooperative
or somebody came up and wanted to put in a holding tank, we
would assist them maybe up to 30 per cent or something. I know
one processor who has the holding tanks. They grade these
lobsters, so they have, say, one pound then maybe a pound a
quarter or a little over that and then they have another one. When
the phone rings, especially in the summer in the tourist season —
when the lobster season starts, our tourist numbers are not
high — they go up in July when we are not fishing — they draw
on these holding tanks. They keep the water very cold in the
holding tanks and it keeps the lobster from deteriorating. It also
helps during a depressed market, all at once, because you can
manage better. Nova Scotia, I believe, is big on that. In Southwest
Nova, they are using the sea because it is colder down there. To
M. MacKinley : Ce sont des viviers. Nous avons un
programme intitulé Fonds communautaire de l’Île-du-PrinceÉdouard qui prévoit que nous aiderons à hauteur d’environ
30 p. 100 une coopérative ou autre qui veut installer un vivier. Je
connais un transformateur qui a des viviers. Il classe les homards,
par exemple, une livre, éventuellement une livre et quart ou un
peu plus et puis, une autre catégorie. Lorsque le téléphone sonne,
surtout en été pendant la saison touristique — lorsque la saison
du homard commence, les touristes ne sont pas nombreux — le
nombre augmente en juillet, une période où nous ne pêchons
pas — il puise dans les viviers. L’eau y est maintenue très froide
pour éviter que les homards ne se détériorent. Ces viviers sont
également utiles lorsque le marché est déprimé en permettant une
meilleure gestion. Je crois que la Nouvelle-Écosse les utilise
beaucoup. Dans le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse, on utilise
12:50
Fisheries and Oceans
30-11-2012
build a holding tank in P.E.I. you pretty well have to go into salt
groundwater and bring it in to get the temperature. If you take it
out of the sea you would have to chill it, and that has been
working good too.
l’océan parce que l’eau est plus froide. Pour construire un vivier à
l’Île-du-Prince-Édouard, il faut aller chercher de l’eau souterraine
salée pour obtenir la bonne température. Si on prend de l’eau de
la mer, il faut la refroidir, ce qui marche bien également.
Senator Poirier: Is that the only year you have done the pilot
project or was that pilot project in place again this past summer
with the problems of zone 25?
Le sénateur Poirier : Est-ce la seule année où ce projet pilote a
été utilisé ou l’a-t-il été à nouveau cet été avec les problèmes de la
zone 25?
Mr. MacKinley: No, but Mr. Gallant knows more about that.
M. MacKinley : Non, mais M. Gallant pourra mieux vous
renseigner à ce sujet.
Mr. Gallant: New Brunswick referenced in their presentation
there needs to be an orderly flow of product into the processing
plants. In the lobster sector, in the spring, there are two or three
weeks when landings are very large. The conditions, if they are
good and the water temperature is good, the lobsters trap really
well. Either you need to leave the lobster in the water or you need
to store them temporarily so that you can get them in the best
packs to get the best value out of the marketplace.
M. Gallant : Dans sa présentation, le Nouveau-Brunswick a
parlé de la nécessité d’un flux ordonné du produit vers les usines de
transformation. Dans le secteur du homard, au printemps, on a de
très gros débarquements pendant deux à trois semaines. Si les
conditions sont bonnes et si l’eau est à la bonne température, les
casiers se remplissent bien. On doit soit laisser le homard dans l’eau
soit l’entreposer temporairement pour les emballer de la meilleure
façon possible afin d’obtenir le meilleur prix sur le marché.
Yes, it did happen somewhat this fall. One of the co-ops in
P.E.I. told their fishermen to only bring in 800 pounds a day.
Leave those lobsters out in your traps. That helped create an
orderly flow of product into the plant. The other option would
have been to bring them in and we will store them, but the fall
lobster, because it is coming out of very warm water, does not
store nearly as well as the spring lobster. They tend not to put it in
wet storage in the fall. I believe there were some restrictions on
some of the New Brunswick boats as well.
Oui, c’est arrivé cet automne. Une des coopératives de l’Île-duPrince-Édouard a demandé aux pêcheurs de ne lui apporter que
800 livres par jour et de laisser des homards dans les casiers. On a
ainsi créé un flux ordonné du produit vers l’usine. L’autre
possibilité aurait consisté à amener tous les homards et de les
entreposer, mais le homard d’automne, du fait qu’il vient d’une
eau très chaude, ne s’entrepose pas aussi facilement qu’un homard
de printemps. On ne les place pas dans un milieu humide à
l’automne. Je crois que l’on a également imposé des restrictions
sur certains bateaux au Nouveau-Brunswick.
Senator Poirier: From my understanding, that also created
other problems because if you leave a certain number of lobsters
in the trap then you have to lift the trap and re-feed those lobsters
because they do not have access to food. Some of the fishermen
were telling me that leaving some in the traps was actually
bringing their costs up. Could you please comment on that?
Le sénateur Poirier : Je crois comprendre que cela a également
créé d’autres problèmes parce que si on laisse un certain nombre de
homards dans le casier, il faut le soulever et nourrir les homards
parce qu’ils n’ont pas accès à de la nourriture. Certains pêcheurs
m’ont dit que le fait de laisser certains homards dans les casiers
faisait grimper leurs coûts. Que pouvez-vous nous dire à ce sujet?
Mr. MacKinley: If the processor is only taking 800 pounds,
you have three choices to make, find another buyer, let them go
where they caught them or feed them. It may drive the cost up but
at least they have a profit.
M. MacKinley : Si le transformateur ne prend que 800 livres, il
y a trois possibilités : trouver un autre acheteur, relâcher les
homards à l’endroit de la capture ou les nourrir. Cela peut faire
grimper le coût, mais au moins ils font un profit.
Senator Poirier: That is why I was asking about this pilot
project you had done in 2009 in storing some of the canned
lobster, if you had done it this summer during the crisis time.
Le sénateur Poirier : C’est pourquoi je vous ai demandé si vous
aviez repris ce projet pilote de 2009 de stockage des homards cet
été, pendant cette période de crise.
Mr. Gallant: We did not do it this year. Lobsters are
cannibalistic and will eat each other in the trap unless they are
banded. It is not a perfect situation. The fall lobster would not
store as well on land in refrigerated storage as the spring lobster.
There are challenges there.
M. Gallant : Nous ne l’avons pas fait cette année. Les homards
sont des cannibales et se mangent entre eux si on ne leur attache
pas les pinces. Ce n’est pas une solution parfaite. Le homard
d’automne ne se prête pas aussi bien au stockage dans l’eau
réfrigérée que le homard de printemps. C’est une méthode qui
pose des problèmes.
Mr. MacPhee: I have one point on that. This year there was no
request from the processors or buyers in the fall to assist in this
area. Whereas in 2009 in the spring, the buyers and the processors
were saying that there is too much lobster and they needed
something to sort this out.
M. MacPhee : J’aimerais intervenir à ce sujet. Ni les
transformateurs ni les acheteurs n’ont demandé de l’aide cet
automne à cet égard. Alors qu’au printemps 2009, les acheteurs et
les transformateurs avaient dit qu’il y avait trop de homards et
qu’il fallait faire quelque chose pour régler le problème.
30-11-2012
Pêches et océans
12:51
Mr. MacKinley: One processor requested funds to look after
storage of frozen lobsters and our answer to them was no. He
wanted financing to store lobsters because he was not selling them
quick enough, but we said no.
M. MacKinley : Un transformateur a demandé des fonds pour
stocker des homards congelés et nous avons refusé. Il voulait des
fonds pour stocker les homards parce qu’il ne les vendait pas assez
rapidement, mais nous avons dit non.
Senator Poirier: You mentioned a made-in-P.E.I. machine that
was made to help the processing of lobsters, and you talked about
the knuckles of the lobster going through the machines. Has
P.E.I. looked at selling this machine or sharing this idea to help
the economy? Is that another industry that could help other
processing plants? Is that something that is available?
Le sénateur Poirier : Vous avez parlé d’une machine inventée à
l’Île-du-Prince-Édouard pour faciliter le traitement des homards,
ainsi que des segments des homards qui passaient par cette
machine. Avez-vous envisagé de vendre cette machine ou de
partager cette idée pour contribuer à l’économie? Est-ce que cela
pourrait aider d’autres usines de transformation? Est-ce quelque
chose de disponible?
Mr. MacKinley: You would need other processing plants;
maybe they already have them. I am not that familiar with other
areas, and they might have their own machine. I was touring
Acadia Fishery with the federal minister, and it had this machine.
Royal Star had the machine for taking the meat out. Other
processing plants down East have the crab coming in and the
body of the crab is going through. So the shells are going out here
and the meat is coming in here, and that was invented in Atlantic
Canada. Those particular knuckle things were invented in the
province of P.E.I.
M. MacKinley : Il faudrait d’autres usines de transformation;
elles en disposent peut-être déjà. Je ne suis pas très au courant de
ce qui se passe dans d’autres installations, elles ont peut-être leur
propre machine. Lorsque j’ai visité l’Acadia Fishery avec le
ministre fédéral, cette machine était utilisée. Royal Star l’avait
pour retirer la chair. Dans d’autres usines de transformation dans
l’Est, on fait passer le crabe dans une machine qui permet de les
décortiquer et de faire sortir la chair à l’autre bout. Cette machine
a été inventée dans le Canada atlantique. Cette machine qui
décortique les segments a été inventée à l’Île-du-Prince-Édouard.
What is the name of that company in the industrial park that
makes that stuff?
Quel est le nom de l’entreprise dans le parc industriel qui la
fabrique?
Mr. Gallant: Charlottetown Metal Products.
M. Gallant : Charlottetown Metal Products.
Mr. MacKinley: Charlottetown Metal Products makes stuff
that is sold all over the world. I would not know because that
comes under development, but they are putting stuff all over the
world.
M. MacKinley : Charlottetown Metal Products fabrique des
machines qui sont vendues dans le monde entier. Je n’ai pas les
détails car cela relève du développement, mais l’entreprise vend
dans le monde entier.
The Chair: In many processing1 plants innovation is alive and
well and people adapt to what you need to adapt to, just like the
fishermen on the water. They can find ways to adapt when you
need to adapt.
Le président : De nombreuses usines de transformation font
preuve d’innovation et les gens s’adaptent, tout comme les
pêcheurs sur l’eau. Ils trouvent des moyens de s’adapter quand il
le faut.
Mr. MacKinley: I will finish up like this: This young fellow
came over from Newfoundland and he was working with me in a
snow removal business. He was waiting to get into Holland
College for an electrician course or something. Once you knew he
came from Newfoundland you knew you were going to hire him
because I have never seen anybody lazy come from there before in
my life. One night I go out in the building at three o’clock in the
morning, and he had the front end of the plow all apart. I took a
look at him and I said, ‘‘How in the world do you know that?’’
Well, he says, ‘‘Where I come from in Newfoundland, if you
cannot fix your own rigs, you walk.’’ He took that machine apart,
put it back together, and it was going an hour and a half later. He
is over in Moncton, one of the top people in one of those places
that works with refrigeration units.
M. MacKinley : Je vais finir par cet exemple : un jeune homme
de Terre-Neuve a travaillé pour moi dans une entreprise de
déblaiement de la neige. Il attendait de suivre des cours
d’électricien au Holland College. Quand on sait que quelqu’un
vient de Terre-Neuve, on sait que l’on peut l’engager car je n’ai
jamais vu de ma vie un paresseux venir de Terre-neuve. Une nuit,
alors que j’allais dans le bâtiment à trois heures du matin, j’ai vu
qu’il avait démonté tout le devant du chasse-neige. Je l’ai regardé
et je lui ai demandé comment diable il savait faire ça. Et il m’a
répondu : « Eh bien, d’où je viens à Terre-Neuve, si on ne sait pas
réparer son matériel, on marche. » Il a démonté cette machine, l’a
remontée et, une heure et demie plus tard, elle était sur la route. Il
est maintenant à Moncton, un des responsables d’une entreprise
d’installations frigorifiques.
The Chair: My next-door neighbour has been in P.E.I. for over
12 years working in the lobster industry.
Le président : Mon voisin travaille dans le secteur du homard à
l’Île-du-Prince-Édouard depuis 12 ans.
Touching on the peddlers, we have them in Newfoundland and
they are alive and well too, but I am not going to discuss them
here.
Concernant les colporteurs, nous en avons à Terre-Neuve qui
se débrouillent très bien, mais je ne vais pas en parler ici.
12:52
Fisheries and Oceans
Senator McInnis: If the Conservative’s national convention is
in Calgary the same time as the Calgary Stampede, would we be
welcome in the big tent?
30-11-2012
Le sénateur McInnis : Si la convention nationale des
conservateurs se déroule à Calgary en même temps que le
Stampede, serons-nous les bienvenus dans la grande tente?
Mr. MacKinley: You guys would be welcome anywhere.
M. MacKinley : Vous serez les bienvenus n’importe où.
Senator McInnis: Good.
Le sénateur McInnis : Tant mieux.
Mr. MacKinley: It is not my tent. It is actually a corporate
restaurateur out there who we met on the Calgary tour. I said to
him that it takes 10, 15 years to get in the Stampede. He said, ‘‘I
have a corporate tent.’’ He tells me that Harper and a group of
them out there eat at his restaurant on a regular basis, so you
would have no problem getting in the tent.
M. MacKinley : Ce n’est pas ma tente. C’est celle d’un
restaurateur d’entreprises que nous avons rencontré quand nous
sommes allés à Calgary. Je lui ai dit qu’il fallait 10 à 15 ans pour
trouver une place au Stampede. Il m’a dit : « J’ai une tente
d’entreprise. » Il me dit que Harper et tout un groupe mangent
régulièrement à ce restaurant, vous n’auriez donc aucun mal à
entrer.
Senator McInnis: As you know, we will be doing a report.
P.E.I. has three lobster fishing areas. You have 24, 25 and 26A,
and when I look at the map that was provided to us, it looks like
25 covers an area from New Brunswick to the shores of P.E.I.,
and it even touches a portion of northern Nova Scotia. And
26 covers a portion of P.E.I. and runs into the northern part of
Nova Scotia, up around Pictou County. You mentioned smaller
lobsters, and I did not quite get exactly what you were talking
about in terms of increasing the size by regulation. Could you
elaborate on that? If it is between you and New Brunswick, how
could it be done without affecting both provinces, particularly if
you are looking at 25?
Le sénateur McInnis : Comme vous le savez, nous allons
remettre un rapport. L’Île-du-Prince-Édouard compte trois zones
de pêche du homard, soit les zones 24, 25 et 26A. En regardant la
carte qui nous a été remise, il me semble que la zone 25 recouvre
une zone qui va du Nouveau-Brunswick aux côtes de l’Île-duPrince-Édouard et qui touche même une partie du nord de la
Nouvelle-Écosse. La zone 26 recouvre une partie de l’Île-duPrince-Édouard et va jusqu’au nord de la Nouvelle-Écosse, vers le
comté Pictou. Vous avez parlé des petits homards, mais je n’ai pas
très bien compris ce que vous avez dit au sujet de l’augmentation
de la taille par réglementation. Pourriez-vous expliquer? Si c’est
une question entre vous et le Nouveau-Brunswick, comment faire
sans que les deux provinces soient touchées, en particulier pour la
zone 25?
Mr. MacKinley: You would have to draw a line or something.
M. MacKinley : Il faudrait tracer une ligne de séparation.
Senator McInnis: Where would you draw a line?
Le sénateur McInnis : Où se situerait cette ligne?
Mr. MacKinley: That would be a great bit of confusion, where
you would draw the line. What you would have to do is, look at our
total production of 26B, 26A, 25, those areas. When we put in the
traps and take them out, at the end of the year roughly 60 per cent
are canner lobsters that come out of that particular area.
Senator McInnis: Out of what, 26?
M. MacKinley : Ce serait difficile. Il faudrait regarder la
totalité de notre production des zones 26B, 26A et 25. À la fin de
l’année, environ 60 p. 100 des homards dans les casiers provenant
de cette zone sont destinés aux conserveries.
Le sénateur McInnis : Sur quoi, 26?
Mr. MacKinley: Twenty-five, 26A and 26B, when you add
them, the total catches of all of them together.
M. MacKinley : Vingt-cinq, 26A et 26B, quand on les ajoute,
on a le total des prises de toutes les zones.
Senator McInnis: You are in the ocean, how are you going to
draw some kind of line?
Le sénateur McInnis : On est dans l’océan, comment va-t-on
tracer une ligne quelconque?
Mr. MacKinley: With GPS today, they can do anything they
want to do. The thing is that if New Brunswick wants to go to
bigger lobsters because their processors apparently want this; that
is where I read about it first, the processors had problems selling
them. So if the processors do not want the smaller canner lobsters
in New Brunswick, all the New Brunswick fishermen have got to
do is put on a bigger escape mesh and the lobsters will walk out.
They will get out of the traps.
M. MacKinley : Avec le GPS, on peut faire tout ce qu’on veut.
Si le Nouveau-Brunswick veut des homards plus gros parce que
c’est ce que veulent apparemment ses usines de transformation;
c’est ce que j’ai lu, les transformateurs ont des problèmes à vendre
ces homards. Par conséquent, s’ils ne veulent pas les petits
homards de conserve au Nouveau-Brunswick, tout ce que les
pêcheurs du Nouveau-Brunswick doivent faire, c’est d’utiliser des
mailles plus larges pour que les homards s’échappent. Ils sortiront
des casiers.
Senator McInnis: How does the United States feel about this,
the Maine lobster fishermen?
Le sénateur McInnis : Qu’en pensent les États-Unis, les
pêcheurs de homard du Maine?
30-11-2012
Pêches et océans
Mr. MacKinley: We do not have a clue. They fish year-round
there.
Senator McInnis: Yes.
Mr. MacPhee: What Minister MacKinley was referring to in
terms of a line or additional lines, is that would involve a
regulatory change.
Senator McInnis: By the federal government, DFO?
12:53
M. MacKinley : Nous n’en avons aucune idée. Ils pêchent
toute l’année dans cette région.
Le sénateur McInnis : Oui.
M. MacPhee : Ce que M. MacKinley voulait dire en parlant
d’une ligne ou de plusieurs, c’est qu’il faudrait modifier les
règlements.
Le sénateur McInnis : Par le gouvernement fédéral, le MPO?
Mr. MacPhee: Yes, DFO would have to make that regulatory
change. There is a simpler way, without making a regulatory
change. You have a minimum size right now of 71 millimetres; it
will be 72 in 2013. There is no regulatory requirement for a buyer
to purchase lobster at 72 millimetres. They are free and able to
purchase whichever product they want. If they are not interested
in a smaller size lobster then perhaps they need to negotiate or
speak with the fishermen they buy from and say, ‘‘We will not be
purchasing these size lobster and we will only be purchasing these
sized lobsters.’’ It is a business decision and a business choice.
Whereas in Prince Edward Island the processors and buyers have
indicated to us that they, in fact, have sales for all of their product
and there is not an issue with a 72 millimetre size lobster.
M. MacPhee : Oui, le MPO devrait modifier la réglementation,
mais il existe un moyen plus simple qui permettrait de l’éviter. On
a actuellement une taille minimum de 71 millimètres, qui sera de
72 en 2013. Rien n’oblige un acheteur d’acheter des homards de
72 millimètres. Il est libre d’acheter tous les produits qu’il veut.
S’il ne veut pas un petit homard, il peut négocier avec les pêcheurs
à qui il achète et leur dire qu’il n’achètera pas cette taille de
homard, mais en achètera une autre. C’est une décision
commerciale, un choix commercial. À l’Île-du-Prince-Édouard,
les transformateurs et les acheteurs nous ont dit qu’ils vendaient
tous leurs produits et n’avaient aucun problème à vendre les
homards de 72 millimètres.
What makes this country great is that we are all different and
we are from all walks of life, and you have a choice to participate
or to conduct whatever business you would like to without
imposing on other individuals or other bodies. If you want to
make a choice and practice a different business model, you are
free and able to do so without imposing on other folks in the same
area. You do not have to change the regulatory environment to
make that business transaction happen.
Ce qui fait la grandeur de notre pays, c’est que nous sommes
tous différents, que nous venons de tous les horizons et que nous
avons le choix de faire ce que nous voulons sans gêner d’autres
personnes ou d’autres organismes. Si vous choisissez un modèle
économique différent, vous êtes libre de le faire sans nuire à
d’autres personnes dans le même domaine. Vous n’avez pas à
modifier le cadre réglementaire pour que cette transaction se
produise.
Senator McInnis: You are saying let the market do it?
Le sénateur McInnis : Vous voulez dire que nous laisserions le
marché s’en charger?
Mr. MacPhee: That is correct. The market will dictate what the
market wants. If companies from New Brunswick are indicating
that the company or companies that they sell to want a larger size
lobster they can get it.
M. MacPhee : C’est exact. Le marché dictera ce qu’il veut. Si
les entreprises du Nouveau-Brunswick indiquent que la
compagnie ou les compagnies à qui elles vendent veulent des
homards plus gros, elles peuvent les obtenir.
Senator McInnis: Those companies are located 80 per cent
where?
Le sénateur McInnis : Ces compagnies sont situées à 80 p. 100 où?
Mr. MacPhee: Primarily in the U.S. I understand.
M. MacPhee : Surtout aux États-Unis, il me semble.
Senator McInnis: Are they consensual to that?
Le sénateur McInnis : Sont-elles d’accord?
Mr. MacPhee: I cannot answer for the New Brunswick
processors, but what I understand from meeting with them, as
Mr. LeBlanc referenced in LFA 25 working group, the main
buyer for them indicated that they wanted a three and four ounce
tail which would correspond to an increase in the carapace size.
Again, as a business choice, you are free and able to make that
change. You do not necessarily have to make a regulatory change
to force the rest of the people in the industry to go along with
your change. The business model in P.E.I. is currently working. If
at some point down the road, the market says to the P.E.I.
processors that we are not taking these size lobsters any more, I
guess then the P.E.I. processors will have to make a decision as to
what to do.
M. MacPhee : Je ne peux pas répondre pour les transformateurs
du Nouveau-Brunswick, mais d’après mes rencontres avec eux,
comme M. LeBlanc l’a dit dans le groupe de travail sur la ZPH 25,
je crois comprendre que leur principal acheteur a indiqué vouloir
une queue de trois et quatre onces, ce qui correspondrait à une
augmentation de la taille de la carapace. Encore une fois, c’est un
choix commercial et ils sont libres de faire ce changement. Il n’est
pas forcément nécessaire de modifier la réglementation pour obliger
le reste de l’industrie à faire le même changement. Le modèle
commercial de l’Île-du-Prince-Édouard fonctionne. Si à l’avenir, les
clients disent aux transformateurs de l’Île-du-Prince-Édouard qu’ils
ne veulent plus les homards de cette taille, je suppose qu’ils devront
prendre une décision.
12:54
Fisheries and Oceans
30-11-2012
Senator McInnis: Is the smaller size harmful to the species?
Le sénateur McInnis : Est-ce qu’une plus petite taille a un effet
néfaste sur l’espèce?
Mr. MacPhee: No, it is not. At 72 millimetres, size at maturity
will be 50 per cent. That means 50 per cent of the lobster that you
remove from the fishery at 72 millimetres would have spawned
once. The 50 per cent size at maturity for Prince Edward Island is
far and away higher than other areas.
M. MacPhee : Non. À 72 millimètres, la taille à maturité sera
de 50 p. 100, c’est-à-dire que 50 p. 100 des homards pêchés à
72 millimètres se seraient déjà reproduits une fois. La taille de
50 p. 100 à maturité pour l’Île-du-Prince-Édouard est bien
supérieure à celle d’autres régions.
I do not want to pit area against area, but different fisheries
from different areas are affected by climate, weather. The size of
maturity in LFA 34 is under 20 per cent. Yet, that is a thriving
fishery. They may have some issues with the fishery but certainly
not a real issue in terms of stock. In 25 at 72 millimetres,
50 per cent is the size at maturity. At 72 to 81 in 34 it is roughly
under 20 per cent. It is not a sustainability question, it is a
business question.
Je ne veux pas opposer région contre région, mais différents
types de pêche de différentes régions sont affectées par le climat,
la météo. La taille de maturité dans la ZPH 34 est inférieure à
20 p. 100. Pourtant, c’est une pêche prospère. Il peut y avoir
quelques problèmes, mais certainement pas un réel problème de
stock. Dans la zone 25 à 72 millimètres, 50 p. 100 des homards
ont la taille à maturité. De 72 à 81 millimètres dans la zone 34, le
chiffre est à peu près de 20 p. 100. Ce n’est pas une question de
durabilité de l’espèce, mais une question commerciale.
Mr. Gallant: I just want to add to what Mr. MacPhee is saying.
Over the history of the lobster fishery, particularly in the southern
gulf, carapace size has been an extremely contentious issue. To
support what the minister from New Brunswick said on this issue,
right now at least all the players are at the table. The fishermen
and processors from New Brunswick and the provincial
government were at the table with our processors and fishermen
and provincial government and Nova Scotia interests and DFO.
All of these discussions are happening now. We all recognize that
some things happened in LFA 25 last fall and we would like to see
some changes made that make things more orderly and whatnot.
What they are, we do not know. You may be able to compare it to
the collective bargaining agreement in the NHL, they do not
know where they are going either. The important part is at least
we are talking.
M. Gallant : Je voudrais ajouter quelque chose à ce qu’a dit
M. MacPhee. Tout au long de l’histoire de la pêche au homard,
en particulier dans le golfe du sud, la taille de la carapace a été une
question extrêmement controversée. À l’appui de ce que le
ministre du Nouveau-Brunswick a dit à ce sujet, en ce moment,
tous les acteurs se parlent. Les pêcheurs et les transformateurs du
Nouveau-Brunswick et le gouvernement provincial ont discuté
avec nos transformateurs et nos pêcheurs, le gouvernement
provincial, les intérêts de la Nouvelle-Écosse et le MPO. Ces
discussions se déroulent actuellement. Nous savons tous que des
choses se sont produites dans la ZPH 25 l’automne dernier et nous
aimerions que des changements soient apportés pour que les
choses soient un peu plus ordonnées. Ce qu’ils vont faire, nous ne
le savons pas. On peut comparer avec les discussions sur la
convention collective de la LNH où on ne sait pas non plus où ils
vont, mais l’important est de se parler.
Senator McInnis: Normally when you are dealing with areas
that encompass more than one province it simply can be done by
regulation. I rather suspect it would not be driven by market.
That is the clarification that I wanted and that is good. We did
not hear much from New Brunswick on that.
Le sénateur McInnis : Normalement, dans des secteurs qui
chevauchent plus d’une province, on peut simplement recourir
aux règlements. Je soupçonne que ce sera le marché qui décidera.
C’est la précision que je voulais et c’est bien. Nous n’avons pas
beaucoup entendu le Nouveau-Brunswick sur cette question.
There seems to be no concern in P.E.I. with respect to the
extraction of licences and the reduction of traps and that type of
thing.
On ne semble pas se préoccuper à l’Île-du-Prince-Édouard du
retrait des permis et de la réduction des casiers, et cetera.
Mr. MacKinley: We had done that.
M. MacKinley : Nous l’avons déjà fait.
Senator McInnis: You did not do any last year.
Le sénateur McInnis : Pas l’année dernière.
Mr. MacKinley: No1.
M. MacKinley : Non.
Senator McInnis: So you are happy and there appears to be no
problem in P.E.I. in that respect?
Le sénateur McInnis : Donc vous êtes satisfaits et il ne semble
pas y avoir de problème à l’Île-du-Prince-Édouard à cet égard?
Mr. MacKinley: If the federal government wanted to give us
some more money we would probably take it.
M. MacKinley : Si le gouvernement fédéral voulait nous
donner de l’argent, nous l’accepterions probablement.
Senator McInnis: That is what it is about, is it?
Mr. MacKinley: That is what it is about, is it not? We are out
of money. If they want to come down with another $6 or
7 million, we would definitely give it a try.
Le sénateur McInnis : C’est bien la question, n’est-ce pas?
M. MacKinley : C’est bien la question. Nous n’avons plus
d’argent. Si on veut nous donner six ou sept millions de dollars de
plus, nous ferions certainement un effort.
30-11-2012
Pêches et océans
12:55
Senator McInnis: It seems to me that under the sustainability
agreement there is a sizeable block of money that runs through
until the year 2014, and I rather suspect that it has not run out. Is
it gone?
Le sénateur McInnis : Il me semble que dans le cadre de
l’accord de durabilité, il y a un montant considérable qui va
jusqu’en 2014. Je ne pense pas qu’il soit épuisé. Est-il épuisé?
Mr. Gallant: The funds under DFO’s program have been fully
allotted. The fishermen in LFA 25 in P.E.I. got off the mark.
They were the first plan approved in Atlantic Canada, so they
retired the 34 licences back in 2010, I believe.
M. Gallant : Les fonds reçus dans le cadre du programme du
MPO ont été entièrement attribués. Les pêcheurs de la ZPH 25 à
l’Île-du-Prince-Édouard ont été les premiers. Il s’agissait du
premier plan approuvé au Canada atlantique et les 34 permis ont
été retirés en 2010, je crois.
Senator McInnis: Our researchers will have to put the date
of 2012, not 2014.
Le sénateur McInnis : Nos recherchistes devront mettre la date
de 2012 et non 2014.
Mr. Gallant: All of the measures that were approved have to be
implemented by March 31, 2014.
M. Gallant : Toutes les mesures approuvées doivent être
appliquées avant le 31 mars 2014.
Senator McInnis: If monies were available, would you still
continue to reduce?
Le sénateur McInnis : Si vous aviez de l’argent, est-ce que vous
continueriez les réductions?
Mr. MacKinley: We would look at it, definitely look at it. The
fisher who owns the licence will make the final decision.
M. MacKinley : Nous l’envisagerions, certainement. C’est le
pêcheur titulaire du permis qui prendra la décision.
Senator McInnis: Exactly.
Le sénateur McInnis : Exactement.
Mr. MacKinley: If you can get Harper to send us down another
cheque, go right ahead. We will even give him a free lobster dinner
out there in Calgary.
M. MacKinley : Si vous pouvez demander à Harper qu’il nous
envoie un autre chèque, allez-y. Nous lui offrirons même un dîner
au homard à Calgary.
The Chair: The process has been completed for now. It has
been a very thorough process, from what I understand, and
anybody who wanted to participate has had the opportunity to do
so. Those who have not have decided to stay in the industry, and I
think they have reached a level where everybody seems to be
comfortable at the present time. We certainly would like to see
more reduction in maybe fishers and traps, but people decide
whether they want to stay in the industry or not. It is not a forced
retirement, it is totally voluntary.
Le président : Le processus est terminé pour l’instant. Je crois
savoir que ce processus a été très rigoureux et que tous ceux qui
voulaient participer ont pu le faire. Ceux qui n’ont pas encore
décidé de rester, je pense qu’ils ont atteint un niveau où tout le
monde semble être satisfait à l’heure actuelle. Nous aimerions
certainement une plus grande réduction des pêcheurs et des
casiers, mais ce sont les gens qui décident de rester ou non. Ce
n’est pas une retraite forcée, c’est complètement volontaire.
Mr. MacPhee: Mr. Chairman, I would just like to make a
clarification. You had asked earlier about the lobster resource
monitoring program and as the deputy indicated carapace size has
always been a contentious issue in the southern gulf. This
program was actually started in 1998 because of a proposed
carapace size increase, and the lack of information that was
available to fishermen as to what effect that carapace size increase
would have on their catch. The province indicated to DFO, that
they need to do something, that they are going to put some money
on the table to find answers for this. That was the genesis of that
program.
M. MacPhee : Monsieur le président, je voudrais apporter une
précision. Vous avez posé une question un plus tôt au sujet du
programme de surveillance des ressources de homard et le sousministre a dit que la taille de la carapace a toujours été une
question controversée dans le golfe du sud. Ce programme a été
lancé en 1998 en raison d’un projet d’augmentation de la taille de
la carapace et du manque d’information offerte aux pêcheurs sur
l’effet que cette augmentation aurait sur leurs prises. La province
a demandé au MPO de faire quelque chose, de mettre un peu
d’argent sur la table pour trouver des solutions. Voilà la genèse de
ce programme.
The Chair: Hopefully in the future we are proactive instead of
reactive.
Le président : Espérons qu’à l’avenir, nous serons plus
proactifs que réactifs.
Senator Poirier: Following Senator McInnis’ line of questioning
a few moments ago, we were talking about zones 25, 26A and 26B.
Le sénateur Poirier : Pour faire suite aux questions posées par
le sénateur McInnis il y a un moment, nous parlions des zones 25,
26A et 26B.
Mr. MacKinley: And 24.
M. MacKinley : Et 24.
12:56
Fisheries and Oceans
30-11-2012
Senator Poirier: Right. There was a comment that maybe part
of the solution, because of the size of the lobster tails the people
want, would be moving the lines. Did that suggestion come from
the fishermen?
Le sénateur Poirier : En effet. Quelqu’un a dit qu’une des
solutions, étant donné que les gens veulent une certaine taille pour
les queues de homard, serait de déplacer les lignes. Cette
suggestion vient-elle des pêcheurs?
Mr. MacKinley: I do not know. We were just giving you a
suggestion there.
M. MacKinley : Je ne sais pas. Nous ne faisions qu’une
suggestion.
Senator Poirier: I am wondering if it was something fishermen
shared with you, that they would like to see.
Le sénateur Poirier : Je me demande si c’est une idée dont les
pêcheurs vous ont fait part, quelque chose qu’ils aimeraient voir.
Mr. MacKinley: I have heard them talk about it. You can ask
them. They do not want to do it.
M. MacKinley : Je les ai entendus parler de cette question.
Vous pouvez leur demander. Ils n’en veulent pas.
Senator Poirier: Thank you.
Le sénateur Poirier : Merci.
Mr. MacKinley: They are going to be here this afternoon.
M. MacKinley : Ils seront ici cet après-midi.
Senator Poirier: Yes, I just wanted to clarify.
Le sénateur Poirier : Oui, je voulais simplement vérifier.
Mr. MacKinley: They do not want anything to do with raising
the carapace size either.
M. MacKinley : Ils ne veulent pas entendre parler non plus
d’une augmentation de la taille des carapaces.
Senator MacKinley: I had not heard about it down on my end
either and I was just wondering.
Le sénateur MacKinley : Je n’en avais pas entendu parler de
mon côté non plus et je me posais la question.
The Chair: I am sure we will hear about it this afternoon.
Le président : Je suis sûr que nous en entendrons parler cet
après-midi.
Thank you once again. It has been another interesting panel
with some different perspectives that make our study all the more
interesting. I think we are all of the same goal, to try to improve in
any way we can the lobster industry, which is a very important
part of your province and a needed part of Atlantic Canada and
the country as a whole.
Je vous remercie une fois de plus. Ce fut un autre groupe
intéressant qui a présenté des perspectives différentes qui rendent
notre étude d’autant plus intéressante. Je pense que nous avons
tous le même but : tenter d’améliorer autant que possible
l’industrie du homard, un secteur très important pour votre
province et une composante nécessaire du Canada atlantique et
du pays dans son ensemble.
Mr. MacKinley: I want to thank you for having us here. It is a
good effort and very informative for me too. Every time I go
somewhere, not being a fisherman myself, I pick something up. It
was great to be here.
M. MacKinley : Je tiens à vous remercier de nous avoir invités.
Il s’agit d’un bel effort, très instructif pour moi aussi. Chaque fois
que je vais quelque part, n’étant pas un pêcheur moi-même,
j’apprends quelque chose. J’ai été ravi d’être parmi vous.
The Chair: We had Nova Scotia and Newfoundland scheduled
for presentations this morning but due to flights, the
Newfoundland delegation did not make it here. The flight was
cancelled out of St. John’s, and we are rescheduling Nova Scotia
for later. We will reconvene at two o’clock.
Le président : Nous devions avoir des exposés de la NouvelleÉcosse et de Terre-Neuve ce matin, mais en raison d’un problème de
vol, la délégation de Terre-Neuve n’a pas réussi à arriver à temps.
Le vol a été annulé à St. John, et nous entendrons la NouvelleÉcosse plus tard. Nous reprendrons la séance à deux heures.
(The committee adjourned.)
(La séance est levée.)
MONCTON, Thursday, November 29, 2012
MONCTON, le jeudi 29 novembre 2012
The Standing Senate Committee on Fisheries and Oceans met
this day at 2:05 p.m. to study the lobster fishery in Atlantic
Canada and Quebec.
Le Comité sénatorial permanent des pêches et des océans se
réunit aujourd’hui, à 14 h 5, pour étudier la pêche au homard au
Canada Atlantique et au Québec.
Senator Fabian Manning (Chair) in the chair.
[English]
The Chair: I welcome you all here. This is a meeting of the
Standing Senate Committee on Fisheries and Oceans. My name is
Fabian Manning. I am a senator from Newfoundland and
Labrador and I am the chair of this committee.
Le sénateur Fabian Manning (président) occupe le fauteuil.
[Traduction]
Le président : Je vous souhaite à tous la bienvenue. Vous
assistez à une séance du Comité sénatorial permanent des pêches
et des océans. Je m’appelle Fabian Manning. Je suis sénateur de
Terre-Neuve-et-Labrador et j’assume la présidence du comité.
30-11-2012
Pêches et océans
Before I ask our witnesses to say a few words, I would like our
senators to introduce themselves.
12:57
Avant de demander à nos témoins de prendre la parole,
j’aimerais demander aux sénateurs de se présenter.
Senator McInnis: Senator Tom McInnis, Nova Scotia.
Le sénateur McInnis : Sénateur Tom McInnis, Nouvelle-Écosse.
Senator Unger: Senator Betty Unger, Edmonton, Alberta.
Le sénateur Unger : Sénateur Betty Unger, Edmonton, Alberta.
Senator Hubley: Senator Elizabeth Hubley, Prince Edward
Island.
Le sénateur Hubley : Le sénateur Elizabeth Hubley, Île-duPrince-Édouard.
Senator Poirier: Senator Rose-May Poirier, New Brunswick.
Le sénateur Poirier : Le sénateur Rose-May Poirier, NouveauBrunswick.
The Chair: We will be joined shortly by Senator Mac Harb
from Ontario.
Le président : Le sénateur Mac Harb de l’Ontario se joindra à
nous sous peu.
The committee is continuing its study of lobster fishing in
Atlantic Canada and Québec and is pleased to be here in
Moncton this afternoon to hear from lobster harvesters. The
committee is interested in learning more on the work and the
initiatives as well as the concerns of harvesters, and we are very
pleased to hear from various provincial and regional
organizations this afternoon.
Le comité poursuit son étude de la pêche au homard au
Canada Atlantique et au Québec et est heureux d’être ici à
Moncton cet après-midi pour entendre le témoignage des
pêcheurs de homard. Le comité souhaite en apprendre
davantage sur le travail et les initiatives ainsi que les
préoccupations des pêcheurs, et nous sommes très heureux de
recevoir cet après-midi le témoignage de diverses organisations
provinciales et régionales.
On behalf of the members of the committee I thank you for
taking the time to join us here today.
Au nom des membres du comité, je vous remercie de prendre le
temps de vous joindre à nous aujourd’hui.
Whoever would like to begin, please state your name and who
you represent.
Quiconque souhaite commencer, il vous suffit de dire votre
nom et de nommer l’organisation que vous représentez.
Ian MacPherson, Executive Director, Prince Edward Island
Fishermen’s Association: My name is Ian MacPherson. I am the
Executive Director of the Prince Edward Island Fishermen’s
Association.
Ian MacPherson, directeur général, Association des pêcheurs de
l’Île-du-Prince-Édouard : Je m’appelle Ian MacPherson. Je suis le
directeur général de l’Association des pêcheurs de l’Île-du-PrinceÉdouard.
Thank you, Chairman Manning, for the opportunity to speak
this afternoon.
Je vous remercie, monsieur le président Manning, de me
permettre de vous adresser la parole cet après-midi.
Unfortunately I was not able to catch all of the session this
morning, but some very good information was exchanged. I think
if I had an opening comment it is that most of us in the industry
realize that there are no silver bullets. It would be nice if there
were one or two solutions but it is a fairly complex industry and
that is why we appreciate the opportunity to speak to the senators
about various bits and pieces about what makes our industry so
interesting and challenging.
Malheureusement, je n’ai pas été en mesure d’assister à toute la
séance de ce matin, mais des informations intéressantes y ont été
échangées. Je pense que si j’avais une déclaration préliminaire à
faire, ce serait de dire que la plupart des acteurs de cette industrie
se rendent compte qu’il n’y a pas de panacées. Ce serait bien si
nous pouvions trouver une ou deux solutions, mais comme c’est
une industrie complexe, ce n’est pas le cas, c’est pourquoi nous
sommes heureux d’avoir la possibilité de nous adresser aux
sénateurs pour leur parler des diverses composantes qui rendent
notre industrie si intéressante mais qui constituent également des
défis à relever.
Without further ado, I have put together a brief summary of
what we in P.E.I. call the canner lobster and why it is important
to our fishery and our economy.
Sans plus tarder, j’ai préparé un petit résumé de ce que nous
appelons à l’Île-du-Prince-Édouard les homards de conserverie et
l’importance qu’ils revêtent pour notre pêche et notre économie.
I will begin with a bit of background on the PEIFA. We were
originally formed in the early 1950s to enable Island fishers to
discuss the effects of a proposed trap limit. While holding
community meetings across the Island to discuss the issue, we
soon realized that we needed a representative group to express our
concerns to government on a host of industry issues. Many years
later it does not seem like things have changed in that regard. The
fishers recognize the benefit of having an organization such as
Je vais d’abord vous donner un peu de contexte sur notre
association de pêcheurs. Elle a été initialement fondée au début
des années 1950 pour permettre aux pêcheurs de l’île de discuter
des effets des limites de casiers proposées. C’est en organisant
diverses réunions d’un bout à l’autre de l’île pour discuter de cette
question que nous nous sommes rendu compte que nous avions
besoin d’un groupe représentatif pour faire valoir nos
préoccupations au gouvernement sur toute une série de
12:58
Fisheries and Oceans
30-11-2012
ours where we can communicate amongst ourselves to our
communities and also, importantly, other fishing organizations in
our area.
questions touchant cette industrie. De nombreuses années plus
tard, il semble que les choses n’ont toujours pas changé à cet
égard. Les pêcheurs reconnaissent les avantages d’avoir une
organisation comme la nôtre qui leur permet de communiquer
entre eux, ainsi qu’avec leurs collectivités et, ce qui est important,
avec d’autres organisations de pêcheurs dans notre région.
The primary objective of the FA when it was formed is to
speak with a unified voice to government and it appears today is a
perfect opportunity. We currently represent 1,260 core fishers
on P.E.I.
Le principal objectif de notre association, lorsqu’elle a été
formée, consistait à parler d’une seule voix au gouvernement, et il
semble qu’aujourd’hui, l’occasion est parfaite. Nous représentons
actuellement 1 260 pêcheurs professionnels désignés sur l’Île-duPrince-Édouard.
Just a brief history on the canner: I believe you heard this
morning from our provincial counterparts that we are in the
process of going from 71 millimetres up to 72 millimetres in 2013.
It is a fully developed mature lobster. A lot of people are under
the impression that we are taking immature lobsters out of the
ocean and harvesting them prematurely but that is not the case. I
am certainly not a scientist, but I know one of the mitigating
factors or significant factors is the colder ocean temperatures.
Although the lobster is older, the colder temperatures do slow
down that growth, hence the smaller lobster.
Voici un bref historique du homard de conserverie : je pense
que ce matin nos homologues provinciaux vous ont dit que nous
nous apprêtions à passer des homards de 71 millimètres jusqu’à
72 millimètres en 2013. Il s’agit d’un homard mature tout à fait
développé. Bon nombre de personnes pensent que nous pêchons
des homards juvéniles dans l’océan et qu’il s’agit de homards
immatures, mais ce n’est pas le cas. Je ne suis certainement pas un
scientifique, mais je sais qu’un des facteurs atténuants ou qu’un
facteur considérable, c’est la température plus froide de l’océan.
Même si les homards sont plus âgés, l’eau plus froide ralentit leur
croissance, par conséquent les homards sont de plus petite taille.
The name ‘‘canner’’ has a historic meaning that because they
were smaller lobsters generally they were allocated to canning. It
has been a number of years since there has been canning in the old
style, but certainly a lot of new and innovative ways to have
lobster have come forward. Actually, on P.E.I. we are looking at
developing a new name for this one. It is not term that is used too
much in the trade. Mainly the lobsters are referred to by their
weight, but it can have somewhat of a negative connotation
although that certainly is not the case. When our president, Mike
McGeoghegan, was over in China, the term came up through an
interpreter. There was an immediate impression from the buyers
that it was a very substandard product because some of the
products over in that area of the world certainly are not noted or
felt to be the quality products. That is one of the challenges we are
trying to address.
Le nom « homard de conserverie » a un sens historique parce
qu’il s’agissait généralement de homards plus petits qui étaient
réservés pour la mise en boîte. Il y a un bon nombre d’années que
nous avons abandonné nos anciennes habitudes de mise en
conserve, mais il existe certainement de nombreuses nouvelles
façons innovatrices de transformer le homard. À l’heure actuelle, à
l’Île-du-Prince-Édouard, nous essayons d’élaborer un nouveau nom
pour ce type de homard. Ce n’est pas un terme qui est fréquemment
utilisé dans ce secteur industriel. On parle essentiellement du poids
des homards, bien que cela puisse avoir une connotation négative
même si ce n’est absolument pas le cas. Lorsque notre président,
Mike McGeoghegan, est allé en Chine, ce terme a été mentionné par
un interprète. Il y a eu une impression immédiate de la part des
acheteurs qu’il s’agissait d’un produit non conforme aux normes
parce que certains des produits dans cette partie du monde ne sont
pas perçus comme étant des produits de qualité. C’est un des défis
que nous essayons de relever.
In terms of statistics on how it relates to our industry on P.E.I.
canner lobster constitutes 60 per cent to 65 per cent of our fall
catch. Today, 89 per cent of our export value comes from our
canning market, so this is a pretty significant impact to P.E.I.
With the smaller lobsters generally the three things that are
focused on in P.E.I. are whole cooked lobsters and tails — they
are in around 53 per cent of what we export — then the popsicles
in the frozen packs and then broken down for meat, that is about
20 per cent.
Pour ce qui est des statistiques liées à l’industrie de l’Île-duPrince-Édouard, les homards de conserverie représentent de 60 à
65 p. 100 de toutes nos prises. De nos jours, 89 p. 100 de la valeur
d’exportation provient du marché du homard de conserverie, il
s’agit donc d’une répercussion importante pour l’Île-du-PrinceÉdouard. Pour ce qui est des petits homards en général nous
mettons essentiellement l’accent sur trois types à l’Île-du-PrinceÉdouard : les homards entiers et les queues cuites — ils représentent
environ 53 p. 100 de nos exportations —, viennent ensuite les
homards-glaçons, qui sont emballés dans des enveloppes plastiques
et congelés et troisièmement il y a ceux qui sont décortiqués pour la
viande et qui représentent environ 20 p. 100.
Tomorrow people from the processing industry will be speaking
to the committee. As Barry MacPhee, from the province mentioned
this morning, there are different business models out there between
Demain, des représentants de l’industrie de la transformation
s’adresseront au comité. Comme Barry MacPhee, représentant
provincial, l’a mentionné ce matin, il existe différents modèles
30-11-2012
Pêches et océans
12:59
Prince Edward Island and New Brunswick, the two provinces that
do the bulk of the processing. Again, our focus is mainly on the
whole cooked lobster or processed product, and New Brunswick
has developed some strong markets in the predominantly meat and
lobster tail market.
d’affaires entre l’Île-du-Prince-Édouard et le NouveauBrunswick, les deux provinces qui font l’essentiel de la
transformation. Encore une fois, nous mettons essentiellement
l’accent sur les homards entiers cuits ou sur des produits de
homard transformé, tandis que le Nouveau-Brunswick a
développé de solides marchés essentiellement pour les queues de
homard et la viande de homard.
We have had good success in developing niche markets. There
are definite markets that are seeking a smaller size product; the
cruise ship lines, the casino business and also the buffet business.
Perhaps the best way to explain this in straightforward terms is
that if someone is advertising a special on a whole lobster, it
provides some uniformity in that everyone gets a lobster of the
same size or very close. From there it translates down into
packing. The smaller weights do produce a package that is easy to
ship and that the end-user customers are happy with.
Nous avons eu beaucoup de succès dans le développement de
marchés à créneaux. Il existe des marchés bien précis où l’on
cherche à obtenir un produit de plus petite taille; les croisiéristes
par exemple, les casinos et les restaurants-buffets. Peut-être que la
meilleure façon de vous expliquer cela de façon claire, c’est que si
quelqu’un annonce un rabais sur un homard entier, cela apporte
une certaine uniformité de sorte que tout le monde obtient un
homard d’à peu près la même taille. Ensuite, c’est une question
d’emballage. Les produits de plus petite taille nous permettent de
les conditionner de façon qu’ils soient faciles à expédier et à
garantir la satisfaction des clients en bout de ligne.
Referring to some of the things I mentioned earlier, this is a
high-quality lobster. It offers a high-quality lobster experience for
a lesser price. There is no comparable or alternative product
available in the marketplace. Our smaller lobster is unique to
Canada and they are not seeing it Maine and other parts of the
world even if it is a warm water lobster product or a crayfish or
whatever similar product is caught. This certainly gives the
customers, the end users, a wider range of product sizes.
Pour ce qui est de certains points que j’ai soulevés plus tôt, c’est
un homard de haute qualité. Cela permet d’offrir un homard de
haute qualité pour un prix moindre. Il n’y a pas de produit
comparable ou de rechange sur le marché. Nos homards de plus
petite taille sont uniques au Canada, et il n’y en a pas au Maine ni
dans d’autres parties du monde même s’il s’agit d’un produit
pêché dans des eaux moins froides et qui ne se compare pas aux
écrevisses ou à tout autre produit semblable. Cela permet d’offrir
aux clients, aux utilisateurs finaux, une plus grande gamme de
produits de différentes tailles.
One of the most positive things is with the biomass. The stock
is resilient so it is a strong recommendation for DFO to go up
to 72. There was a lot of discussion around that over the last
number of years and that is where we would like to stay. If we do
increase the carapace size above 72 millimetres that is going to
weaken the two primary markets on P.E.I., the whole cooked
market and the popsicle packs, which would definitely have an
economic impact.
L’un des éléments les plus positifs porte sur la biomasse. Les
stocks sont résilients, de sorte qu’il est fortement recommandé
pour le MPO de passer à 72 mm. Il y a eu beaucoup de discussions
sur cette question au cours des dernières années et nous voudrions
rester à cette taille. Si nous augmentons la taille de la carapace
au-delà de 72 mm, cela affaiblira les deux principaux marchés de
l’Île-du-Prince-Édouard, soit le marché des homards entiers cuits
et le marché des homards-glaçons, ce qui aurait sans aucun doute
des répercussions économiques.
Like anything, size diversity is good in the marketplace. You
do not want to have a market that is two stratified and too many
options out there. Consumers and end users just get confused.
However, I do not think it would help any of our local economies
to have us all competing, five provinces, over one carapace size or
one range of size. We have economic challenges in many areas
and we do not want to add to that. Quite frankly, we feel that
increases above this size for Prince Edward Island would result in
some missed economic opportunity.
Comme pour toute autre chose, la diversité de la taille est un
atout dans les marchés. On ne veut pas avoir un marché trop
stratifié qui comprenne trop d’options. Les consommateurs et les
utilisateurs finaux ne s’y retrouveraient pas. Toutefois, je ne pense
pas que cela serait favorable à nos économies locales si nous nous
faisions tous la concurrence, soit cinq provinces, relativement à
une taille unique de carapace ou une fourchette unique de taille.
Nous avons des défis économiques à relever dans bien des
domaines et nous ne voulons pas empirer les choses.
Honnêtement, nous estimons que des augmentations de cette
taille pour l’Île-du-Prince-Édouard se traduiraient par des pertes
de perspectives économiques.
There are a couple of things that we felt would be of interest to
the committee. We had a very challenging fall season. I know that
there has been discussion and will be further discussion about
some of the challenges that this year presented. One Island
processor could not use 0.6 per cent of their catch, which was a
Nous estimons que le comité serait intéressé par certains
points. Notre saison d’automne a été très difficile. Je sais qu’il y a
eu des discussions et qu’il y en aura d’autres sur les défis que nous
avons dû surmonter cette année. Un transformateur de l’île n’a
pas pu utiliser 0,6 p. 100 de ses prises, ce qui est un pourcentage
12:60
Fisheries and Oceans
30-11-2012
very low percentage, so we did see some very significant changes.
With regard to water temperature changes and ambient
temperature, everyone was up against high temperatures.
Harvesters used a number of methods, coming in twice a day if
required, making sure they had sufficient ice. It took
extraordinary efforts all along the supply chain to make sure
losses were minimized.
très faible, de sorte que nous avons constaté des changements
assez considérables. Quant aux changements de température de
l’eau et de la température ambiante, il faut noter que tout le
monde a dû faire face à des températures plus élevées. Les
pêcheurs ont eu recours à diverses méthodes, soit revenir au quai
deux fois par jour si nécessaire afin de s’assurer d’avoir
suffisamment de glace. On a d û déployer des efforts
extraordinaires tout au long de la chaîne d’approvisionnement
pour nous assurer de réduire les pertes au minimum.
One of the things that is certainly becoming more and more
prevalent in the marketplace is the request from consumers that
products be certified by some sort of third party organization.
P.E.I. is participating in a pilot project with the Fisheries Council
of Canada, and it is based on an FAO global trust model. We are
trying to develop a Canadian standard that would be hopefully as
well respected and as high profile as the Marine Stewardship
Council, MSC, certification. Certainly Alaska has done a good
job on this. They have both a mix of MSC products and their own
Alaska certification. Once they got the recommendation and
established in the marketplace that was a good way to go and it
has certainly worked out well for them. We have had our Marine
Stewardship Council pre-assessment done.
L’une des choses qui devient de plus en plus courante sur le
marché, c’est la demande des consommateurs pour des produits
certifiés par une organisation indépendante quelconque. L’Île-duPrince-Édouard participe à un projet pilote en collaboration avec
le Conseil canadien des pêches, qui se fonde sur un modèle de
confiance global de la FAO. Nous essayons de développer une
norme canadienne qui, nous l’espérons, serait tout aussi respectée
que la certification accordée par le Marine Stewardship Council,
ou MSC. L’Alaska a très certainement fait un bon travail à cet
égard. Cet État offre une diversité de produits certifiés par le MSC
en plus de produits portant sa propre certification. Une fois que
l’Alaska a obtenu la recommandation et qu’il s’est établi dans le
marché, les choses se sont bien déroulées et ont certainement bien
fonctionné pour eux. Nous avons déjà procédé à une
pré-évaluation du Marine Stewardship Council.
It is not that we are saying we are going one direction or the
other but certainly we are seeing more demand. We are hearing
from some of our processors that big volume chain stores are
asking for this type of thing, so we are seriously looking at it.
Nous ne disons pas que nous nous orientons dans une direction
plutôt que dans l’autre, mais nous constatons une demande
croissante. Certains de nos transformateurs nous disent que les
magasins à succursale et à gros volume exigent d’obtenir ce genre
de produit, par conséquent nous y songeons sérieusement.
Whether it be the live market or processed one of the
challenges, of course, has been supply. Again if down the road
everyone was at a similar sized lobster or within a certain range
we could see that market over supplied. Historically when we get
into those situations unfortunately the price does not go up, it
tends to go down and can stay down if catches are significant.
Qu’il s’agisse du marché du homard vivant ou du homard
transformé l’un des défis, bien sûr, relève de l’offre. Encore une
fois, si dans l’avenir tout le monde offre à peu près la même taille
de homard ou la même fourchette de tailles ce marché pourrait
être surapprovisionné. Historiquement, malheureusement lorsque
nous nous retrouvons dans ce genre de situation les prix
n’augmentent pas, ils ont plutôt tendance à diminuer et à rester
bas si les prises sont importantes.
On a positive note in terms of the pricing structure, certainly
we have seen a narrowing of the gap. Historically the difference
between the smaller lobster and the market sized lobster on Prince
Edward Island has been anywhere from 50 cents to 75 cents a
pound. There have been times in the last year or so when we have
seen very little difference in price or, in fact, the same price. We
feel this is a unique product with a lot of value, and it would be a
great day when we can get a better price for that unique product.
Il y a une note positive relativement à la structure de prix où
nous avons constaté un rétrécissement de l’écart. Historiquement,
la différence entre les homards de plus petite taille et les homards
de table à l’Île-du-Prince-Édouard varie entre 50 et 75 cents la
livre. Il y a eu des périodes au cours de la dernière année où il y a
eu très peu de différence dans les prix et, en fait, les prix étaient
identiques. Nous estimons qu’il s’agit d’un produit unique à
grande valeur, et ce serait merveilleux de pouvoir un jour obtenir
de meilleurs prix pour ce produit unique.
The last comment I want to leave the committee with is from
John Sackton. He is a well-respected editor of seafood.com.
Although it is a U.S. based organization and publication it
certainly covers the Canadian market in great detail five days a
week. John had made a presentation to us in 2010, and I would
like to leave you with a direct quote. ‘‘Any further increase in size
beyond 72 millimetres would be a disaster for P.E.I.’’ We feel that
quite clearly states it. Mr. MacPhee this morning alluded to two
La dernière observation que je voudrais faire au comité a été
prononcée par John Sackton. Il s’agit du rédacteur en chef
respecté de seafood.com. Même s’il s’agit d’une organisation et
d’une publication basées aux États-Unis elle couvre aussi le
marché canadien de façon très détaillée cinq jours par semaine.
John nous a fait un exposé en 2010, et je voudrais vous citer
directement ce qu’il nous a dit « Toute augmentation
supplémentaire de la taille au-delà de 72 millimètres serait
30-11-2012
Pêches et océans
unique business models in LFA25. We are not saying that one is
better or one is more important but there are unique markets with
different customer bases, and we would like to see that
maintained.
The Chair: Thank you, Mr. MacPherson.
12:61
désastreuse pour l’Île-du-Prince-Édouard. » Nous estimons que
c’est très clair. Monsieur MacPhee, ce matin, a parlé de deux
modèles d’affaires distincts dans la ZPH25. Nous ne disons pas
que l’une est meilleure ou plus importante que l’autre, mais qu’il
existe des marchés distincts avec des clientèles différentes et nous
voudrions que cela continue.
Le président : Merci monsieur MacPherson
I would like to welcome Senator Mac Harb from Ontario who
has just arrived. I notice in the audience Senator Carl Stewart Olsen
from here in New Brunswick. Welcome to Senator Olsen also.
Je veux maintenant souhaiter la bienvenue au sénateur
Mac Harb de l’Ontario qui vient tout juste d’arriver. Et je
remarque dans le public le sénateur Carl Stewart Olsen qui est
originaire du Nouveau-Brunswick. Je vous souhaite également la
bienvenue Sénateur Olsen.
We will hear from everybody before we open it up to questions.
That would be the best thing because there is no doubt that there
is a variety of opinions here.
Nous allons maintenant entendre tous nos témoins avant de
passer à la série de questions. Je pense que c’est la meilleure façon
de procéder parce que, manifestement, vous avez toutes sortes
d’opinions à exprimer.
Keith Sullivan, Market Analyst, Fish, Food and Allied Workers: I
am Keith Sullivan, a staff representative and market analyst with
the Fish, Food and Allied Workers Union out of Newfoundland.
The organization represents about 17,000 workers in the province
primarily in the fishing industry. Nearly half would be from the
harvesting sector and certainly a large number in the plant sector,
as well.
M. Keith Sullivan, analyste de marchés, Fish, Food and Allied
Workers : Je m’appelle Keith Sullivan, je représente le personnel
et je suis analyste de marchés à Fish, Food and Allied Workers
Union de Terre-Neuve. Cette organisation représente environ
17 000 travailleurs de la province essentiellement dans l’industrie
de la pêche. Près de la moitié d’entre eux proviennent du secteur
des pêcheurs et un grand nombre travaillent dans le secteur de la
transformation.
I would like to thank the committee for allowing me to speak
today. I am quite pleased to see that this committee has been quite
active. Lobster is certainly an important fishery to us all and like
Mr. MacPherson said it is complex and therefore important to get
a diversity of views from different areas in the industry.
Je veux remercier le comité de me permettre de prendre la
parole aujourd’hui. Je suis très heureux de voir que le comité a été
très actif. La pêche au homard est sans aucun doute une industrie
très importante pour nous tous et comme M. MacPherson l’a dit,
c’est un secteur complexe de sorte qu’il est important d’obtenir
une diversité de points de vue de différents intervenants de
l’industrie.
I will quickly go through my points and try to hit on most of
the important ones. I certainly look forward to follow-up
questions.
Je vais vous présenter rapidement mes observations tout en
essayant d’insister sur ce qu’il y a de plus important. Et je me
réjouis à l’avance des questions qui suivront.
In Newfoundland there are approximately 2,700 lobster
harvesting licence holders. In recent years the landed value from
that industry has been in the vicinity of $20 million per year. That
is down from around $30 million in previous years just a short
while ago. It has been a significant drop in return to harvesters. It
is important to note that there is a lot of additional value that
comes from this resource, as is often seen in export figures from
other Atlantic Canadian provinces where the lobster is either
processed further or shipped live, which is primarily the case in
the Maritimes.
À Terre-Neuve, il y a environ 2 700 détenteurs de permis de
pêche au homard. Au cours des dernières années, la valeur au
débarquement pour cette industrie se situait aux alentours de
20 millions de dollars par année. C’est une diminution par
rapport aux 30 millions de dollars obtenus il y a quelques années à
peine. Il s’agit donc d’une perte considérable de revenus pour les
pêcheurs. Il est important de signaler que cette ressource
comporte beaucoup de valeur ajoutée supplémentaire. Comme
on le constate souvent dans les statistiques d’exportation
provenant d’autres provinces atlantiques du Canada où le
homard est soit transformé davantage ou expédié vivant, et c’est
essentiellement le cas dans les Maritimes.
In lobster fishing areas 11 to 14 on the south and west coasts of
Newfoundland are almost 1,000 lobster enterprises, and lobster
would be the main fishery for most of those enterprises.
Sometimes the numbers or the landed value does not necessarily
speak to the importance of the fishery in Newfoundland.
Sometimes we see higher landed values in shrimp, for example,
Dans les zones de pêche au homard 11 à 14 sur les côtes sud et
ouest de Terre-Neuve, il y a environ 1 000 entreprises de homard, et
la pêche au homard constitue la pêche principale pour la plupart de
ces entreprises. Quelquefois les chiffres ou la valeur au
débarquement ne représentent pas nécessairement l’importance de
cette pêche à Terre-Neuve. Quelquefois, les valeurs au
12:62
Fisheries and Oceans
30-11-2012
but every dollar that is earned in the lobster fishery is spent in
those communities and these are rural regions of the province.
The lobster fishery occurs in other regions of the province — the
northeast coast, for example — but it is usually not the primary
fishery. For example, in Senator Manning’s neck of the woods or
where I am from, on the same coast as St. John’s; it is a relatively
minor fishery.
débarquement sont plus élevées dans le cas de la crevette, par
exemple, mais chaque dollar généré dans la pêche au homard est
dépensé dans les diverses collectivités qui se trouvent dans des
régions rurales de la province. La pêche au homard est pratiquée
dans d’autres régions de la province — sur la côte Nord-Est —,
mais elle ne représente pas la principale pêche. Par exemple, dans la
région du sénateur Manning, et d’où je viens également, soit sur la
même côte que St. John’s, cette pêche y est relativement mineure.
The lobster fishery is managed with input controls and
conservation measures such as limited entry, licensing, trap
limits and seasons. In Newfoundland lobsters are only harvested
in the early spring and summer, from mid-April to early July, and
no individual LFAs have seasons longer than 10 weeks. Lobster
that is harvested is typically robust, hard shelled and all are
market size considering the legal size is 82.5 millimetres. Other
conservation tools include maximum size limits, v-notching
programs and closed areas.
La pêche au homard est gérée au moyen du contrôle des
intrants et de mesures de conservation comme la restriction de
l’accès, de l’attribution de permis, des limites imposées sur les
casiers et de l’établissement de saisons. À Terre-Neuve, les
homards ne sont pêchés qu’au début du printemps et de l’été,
soit de la mi-avril au début de juillet, et aucune ZPH distincte n’a
une saison de plus de 10 semaines. Les homards qui sont capturés
sont habituellement robustes, et ils ont une carapace dure. Ils sont
aussi de toutes les tailles au-delà de la taille légale de 82,5 mm.
D’autres outils de conservation portent sur des limites de la taille
maximale, le marquage par encoche en V et la fermeture de
certaines zones.
The Canadian lobster fishery has been shown to be one of the
most sustainable fisheries over the long term with these
management tools, the input controls in effect. There are no
options for wheeling and dealing in quotas or ITQs or similar
schemes and nor should there be. Input controls have proved that
they have worked for this fishery. We cannot really listen to
advocates of ITQs as conservation tools. For example, every
groundfish stock that was placed under moratorium was managed
either completely or in part by ITQs. We often hear of that as an
option but I do not think you will hear it coming from the lobster
fishing industry. It is often advocated by a very small few. We are
not sure what the motives are but it certainly does not come from
the harvesting sector.
La pêche au homard au Canada a démontré qu’elle était l’une
des pêches les plus durables à long terme grâce à l’utilisation de ces
outils de gestion et à la mise en œuvre du contrôle des intrants. On
ne laisse pas de place au marchandage quant aux quotas ou aux
quotas individuels transférables, d’ailleurs cela ne devrait pas avoir
lieu. Le contrôle des intrants a fait ses preuves dans cette pêche. On
ne peut pas vraiment écouter ceux qui préconisent les QIT en tant
que mesure de conservation. Par exemple, chaque stock de poisson
de fond ayant fait l’objet d’un moratoire a été géré en partie ou
complètement par l’entremise des QIT. Les gens proposent souvent
cette solution, mais je ne pense pas que cela viendra des
représentants de l’industrie de la pêche au homard. Ce ne sont
bien souvent que quelques acteurs qui sont en faveur de ces quotas.
Nous ne savons pas exactement quels sont leurs motifs, mais cela ne
vient certainement pas du secteur des pêcheurs.
It is important for DFO and the Government of Canada to
work with harvesters to continue successful programs that were
initiated by harvesters and supported by DFO. The Atlantic
Lobster Sustainability Measures program announced by DFO
in 2009 with albeit modest but very important investment saw
Newfoundland harvesters in LFAs 11 to 14B, the major lobster
fishing areas in Newfoundland, voluntarily reduce traps by
47,000 or around 17 per cent of their overall efforts. It is also
important here to recognize the contribution the Newfoundland
government to that program as well. They matched the federal
contribution that was given in that ALSM program.
Il est important que le MPO et le gouvernement du Canada
travaillent avec les pêcheurs pour assurer la continuité des
programmes fructueux qui ont été initiés par les pêcheurs et
appuyés par le MPO. Le Programme de mesures de durabilité pour
l’industrie du homard de l’Atlantique, qui a été annoncé par le
MPO en 2009 et qui somme toute constituait un investissement
modeste mais très important, a fait en sorte que les pêcheurs de
Terre-Neuve dans les ZPH 11 à 14B, soit les zones de pêches au
homard les plus importantes de Terre-Neuve, ont réduit
volontairement leur nombre de casiers de 47 000 casiers, soit
environ 17 p. 100 de leur effort de pêche total. Il est également
important de reconnaître la contribution du gouvernement de
Terre-Neuve à ce programme. Le gouvernement provincial a jumelé
le montant de la contribution fédérale pour le programme MDIHA.
Both levels of government partnered with the fish harvesters to
support a program that is a good first step in looking toward
long-term stability and increased incomes for harvesters, who
remain committed and continue to invest in the fishery and
contribute to the local economies primarily in rural regions. To
Les deux ordres de gouvernement ont collaboré avec les
pêcheurs pour appuyer un programme qui est un bon premier
pour assurer la stabilité et une augmentation de revenu à long
terme pour les pêcheurs, qui demeurent engagés et continuent
d’investir dans la pêche et de contribuer aux économies locales qui
30-11-2012
Pêches et océans
12:63
date, 134 licences have been offered to be bought in this lobster
enterprise retirement program, which continues to 2014. I did
mention that as a first step but that program will pay dividends in
the future for us. However, it is really imperative that we look for
ways to continue this rationalization in areas where it is needed. I
do not necessarily advocate that for all areas but in areas where it
is needed government should be certainly willing to discuss
options with harvesters and look for solutions to the problems.
Like I said, that was definitely a good first step.
sont essentiellement situées en régions rurales. À ce jour,
134 permis ont été offerts pour être rachetés dans le cadre de ce
programme de rachat de permis du homard qui se poursuivra
jusqu’en 2014. J’ai mentionné qu’il s’agissait d’une première
étape, mais il faut savoir que ce programme sera rentable pour
nous dans l’avenir. Toutefois, il est impératif que nous cherchions
des façons de poursuivre la rationalisation dans les secteurs où
c’est nécessaire. Je ne préconise pas nécessairement cela pour tous
les secteurs, mais dans les endroits où c’est nécessaire le
gouvernement devrait certainement être ouvert à discuter des
diverses possibilités avec les pêcheurs et à chercher des solutions
aux problèmes. Comme je l’ai dit, il s’agit définitivement d’un bon
premier pas.
We also believe that DFO must do meaningful consultation
with legitimate harvester organizations when seeking input on
public policy and all issues related to the management of our
fisheries. DFO stressed the importance of a more inclusive
approach to policy planning in the Atlantic fish policy review.
DFO deviated from this approach in the future of Canada’s
commercial fisheries exercise. The process did not focus enough
on the resource users who are most affected in the industry and
the consultation was perhaps misguided. It certainly was not
transparent and it caused a lot of headaches for people in every
aspect of the industry.
Nous croyons également que le MPO doit mener des
consultations valables auprès des organisations de pêcheurs
légitimes lorsqu’ils cherchent à obtenir de la rétroaction sur des
politiques publiques et toute question ayant trait à la gestion de
nos pêches. Le MPO a insisté sur l’importance d’une approche
plus inclusive en matière de planification des politiques publiques
dans le cadre de l’examen des politiques de pêche au Canada
atlantique. Le MPO n’a pas respecté cette approche dans le cadre
de l’examen de l’avenir des pêches commerciales au Canada. Le
processus n’a pas suffisamment mis l’accent sur les utilisateurs de
la ressource qui sont les premiers touchés dans l’industrie, et la
consultation a probablement été mal avisée. Elle n’a pas été
transparente et a occasionné de nombreux maux de tête pour les
acteurs de toutes les composantes de l’industrie.
That approach, which I said deviated from the DFO policy,
and what would probably be a logical format to create positive
change actually forced harvesters from 36 independent core
commercial inshore and midshore fishing fleets to unite on
common concerns. The independent fish harvesters movement
represents almost all the harvesters in Atlantic Canada, including
lobster harvesters. The organization will be a very strong voice for
lobster harvesters and will be a huge asset for the industry and
managers in the years to come.
Cette approche, qui comme je l’ai dit déviait de la politique du
MPO, constituerait probablement une façon logique d’apporter des
changements positifs, mais elle a en fait obligé les pêcheurs faisant
partie du noyau de 36 flottes de pêche commerciale côtière et semihauturière indépendantes à s’unir autour de préoccupations
communes. Le mouvement des pêcheurs indépendants représente
presque tous les pêcheurs au Canada atlantique, y compris les
pêcheurs de homard. L’organisation apportera aux pêcheurs de
homard une voix puissante et constituera un atout important pour
l’industrie et les gestionnaires au fil des ans.
Out of a lot of negatives in the air, that was one positive, and
hopefully it will be an important voice in the fishery for years to
come. We are often criticized of being fragmented and things like
that so it was good to see one voice emerge from this process.
Parmi toutes les choses négatives qui se sont produites, celle-là
était positive, et nous espérons qu’elle constituera une tribune
importante pour les pêches dans les années à venir. On nous
reproche souvent d’être fragmentés, entre autres, de sorte qu’il est
bien de voir qu’une tribune a pris naissance aux termes de ce
processus.
The industry gave a collective sigh of relief when Minister
Ashfield announced the fleet separation and owner/operator
policies in Atlantic Canada would remain intact. Harvesters are
still quite concerned that the independent core lobster harvesters’
voices are still not going to be given full consideration and policy
changes that could destabilize our industry in communities could
still result from this what is called modernization process.
L’industrie a poussé un soupir collectif lorsque le ministre
Ashfield a annoncé qu’il n’apporterait aucun changement aux
politiques de séparation de la flottille et des propriétairesexploitants au Canada atlantique. Les pêcheurs craignent
toujours que les voix des pêcheurs de homard indépendants
faisant partie du noyau ne seront toujours pas considérées à leur
juste valeur et que ce que l’on appelle le processus de
modernisation et les changements de politique pourraient
toujours déstabiliser notre industrie dans les diverses collectivités.
12:64
Fisheries and Oceans
30-11-2012
The minister’s announcement will be totally hollow unless the
federal government sticks to the April 2014 deadline for getting
out controlling agreements, which are basically contracts by
which someone other than the licence holder has control over the
disposition of a fishing licence. We firmly oppose any extension of
that deadline or grandfathering of any licences which are under
controlling agreements. People were given seven years to comply
and in no way, shape or form should they be rewarded for not
complying or failing to do so. Seven years is a long time to adjust
in this industry. We certainly wish sometimes we were given that
long to deal with some decisions that stem from DFO.
L’annonce du ministre sera totalement inutile à moins que le
gouvernement fédéral ne respecte le délai d’avril 2014 pour
l’établissement des accords de contrôle, qui sont essentiellement
des contrats en vertu desquels quelqu’un d’autre que le détenteur
de permis obtient le contrôle sur l’utilisation d’un permis de
pêche. Nous nous opposons fermement à la prolongation de ce
délai ou à la rétroactivité de tout permis faisant l’objet d’accords
de contrôle. Les gens ont eu sept ans pour se conformer et en
aucune façon ils ne devraient être récompensés pour ne pas l’avoir
fait. Sept ans, ça représente beaucoup de temps pour s’ajuster
dans cette industrie. Nous aimerions bien quelquefois avoir
autant de temps pour faire face aux décisions prises par le MPO.
For example, this year some monumental decisions came from
DFO. Basically we were shocked by harvesters having to supply
their own trap tags, changes to the observer programs, licensing
programs and logbook programs. This was late in the year and
there was insufficient time to allow harvesters to develop
alternatives to the programs that DFO would have done in the
past. For example, last year DFO administered trap tag
programs. Harvesters are willing to take on these challenges but
the short time frame certainly could cause problems, confusion
and perhaps costly mistakes this year.
Par exemple, cette année des décisions monumentales ont été
prises par le MPO. Nous avons essentiellement été abasourdis
lorsque nous avons appris que les pêcheurs devront fournir leurs
propres étiquettes de casiers, qu’il y aurait des changements aux
programmes d’observateur, aux programmes d’attribution des
permis et aux programmes des journaux de bord. Il était tard dans
l’année et il n’y avait pas suffisamment de temps pour permettre
aux pêcheurs d’établir des solutions de rechange aux programmes,
contrairement à ce que le MPO aurait fait par le passé. Par
exemple, l’an dernier le MPO gérait le programme des étiquettes
de casiers. Les pêcheurs sont prêts à relever ces défis, mais le peu
de temps qu’il leur est alloué pourrait très certainement leur poser
problème, semer la confusion et occasionner probablement des
erreurs coûteuses cette année.
The changes are exerting extreme pressure on industry due to
the significantly increased costs. In 2009 the federal government
responded to this crisis in industry with support in the form of the
ALSM program. This year when it is certainly an equally big
crisis a lot of the factors have not changed. Things like increased
landings, an uncertain world economy, exchange rates and the
whole host of things I am sure you have heard a lot about have
put us in a similar position, and this year more costs were piled on
the harvesting industry, which is certainly problematic.
Les changements exercent des pressions extrêmes sur l’industrie
en raison de l’accroissement considérable des coûts. En 2009, le
gouvernement fédéral a répondu à la crise que subissait l’industrie
par de l’appui sous la forme du programme MDIHA. Cette
année, la crise est toute aussi importante et bon nombre de
facteurs n’ont pas changé. Les facteurs comme les débarquements
accrus, une économie mondiale incertaine, les taux de change et
toute une série d’éléments dont vous avez déjà sûrement beaucoup
entendu parler font en sorte que nous nous retrouvons dans une
situation semblable, et qui plus est cette année davantage de coûts
sont imposés à l’industrie de la pêche, ce qui est très certainement
problématique.
Perhaps the most significant challenge in recent years for the
lobster industry has been creating new higher valued markets to
match the increased lobster availability. As an industry we have not
capitalized on a luxury product and collectively concentrated on
increasing demand for safe, quality and sustainable proteins. We
have a great selling point in promoting the independent harvester
image supplying this seafood to the world as technology and
traceability programs improve. For the past couple of years the
FFAW harvesters have been involved in a traceability project which
kind of promotes that image and food security issues. It is called
Thisfish. I will not go into the details here but that is certainly one
good option to increase value for the lobster business.
Le défi le plus important que l’industrie de la pêche au homard
a connu au cours des récentes années a probablement été la
création de marchés pour un produit de plus grande valeur en vue
de contrebalancer l’accroissement de la disponibilité du homard.
En tant qu’industrie, nous n’avons pas su miser sur un produit de
luxe ni nous concentrer collectivement sur la demande accrue
pour des protéines sûres, de qualité et durables. Nous avons un
excellent argument de vente en faisant la promotion de l’image
des pêcheurs indépendants qui approvisionnent le monde en
homard au fur et à mesure que la technologie et les programmes
de traçabilité s’amélioreront. Au cours des deux dernières années,
les pêcheurs de FFAW ont participé à un projet de traçabilité qui
fait la promotion en quelque sorte de cette image et des questions
liées à la sécurité alimentaire. Le projet s’appelle Thisfish. Je
n’entrerai pas dans les détails, mais il s’agit d’une bonne option
pour accroître la valeur de nos entreprises de pêche au homard.
30-11-2012
Pêches et océans
It has to be multifaceted. There are a lot of different things we
can do to increase the value and the concentration should be on
increasing the value for everybody in the industry, and not just
playing tug-of-war and fighting over our share of it. This is where
the Lobster Council of Canada can contribute. I am on the board
of directors for Newfoundland. It has made some good strides in
the first few years that it has been here in building trust, getting all
sectors of the industry around the table and focused on some of
these challenges. Right now it may not be easy to see the
dividends paying off. Like I said, we are in crisis due to a lot of
external factors, in particular. Some of the priorities set out in the
realm that it is operating, such as increasing quality and branding
initiatives, are important. The Lobster Council of Canada has
brought support of industry and governments. Now we need to
enhance that support, if at all possible, to get us to the next step
where all can work on the past year’s building blocks and turn
that goodwill and hard work into dividends for all of our
industry.
The Chair: Thank you, Mr. Sullivan.
[Translation]
12:65
Toute approche doit se faire sur plusieurs volets. Nous pouvons
faire toutes sortes de choses pour accroître la valeur de notre
produit, mais il faut viser à accroître la valeur pour tous les
intervenants de l’industrie et non pas se couper l’herbe sous le pied
ou lutter pour s’en accaparer une plus grande part. Voilà où le
Conseil canadien du homard peut apporter une contribution. Je
siège au conseil d’administration pour Terre-Neuve. Le conseil a fait
d’importants progrès pendant les premières années de son existence,
et il inspire confiance et permet à tous les secteurs de l’industrie de
s’asseoir autour d’une table et de mettre l’accent sur certains défis. À
l’heure actuelle, les avantages ne sont peut-être pas évidents.
Comme je l’ai dit, nous sommes en pleine crise en raison de facteurs
externes plus particulièrement. Certaines des priorités qui ont été
établies dans le cadre de fonctionnement du conseil, comme
l’augmentation de la qualité et des initiatives portant sur l’image
de marque sont importantes. Le Conseil canadien du homard a su
susciter l’appui de l’industrie et des gouvernements. Il nous faut
maintenant améliorer cet appui, dans la mesure du possible, pour
nous faire progresser jusqu’à la prochaine étape et profiter des
assises de la dernière année pour faire en sorte que toute cette bonne
volonté et tous ces efforts puissent se transformer en résultats pour
l’ensemble de notre industrie.
Le président : Merci, monsieur Sullivan.
[Français]
O’Neil Cloutier, Vice-President, Alliance des pêcheurs
professionnels du Québec: Mr. Chair, I will be making two
presentations this afternoon, one concerning our Quebec
provincial organization, which includes the Magdalen Islands
and Gaspe, and another, on behalf of my organization: a regional
organization that I represent as director general.
O’Neil Cloutier, vice-président, Alliance des pêcheurs
professionnels du Québec : Monsieur le président, je vais faire
deux allocutions cet après-midi, une concernant notre
organisation provinciale au Québec, qui regroupe le secteur des
Îles-de-la-Madeleine et de la Gaspésie, et une autre, au niveau de
mon organisation : une organisation régionale que je représente à
titre le directeur général de l’organisation.
My name is O’Neil Cloutier. I am a professional fisherman,
and also work all year round as a fishermen’s representative, paid
to work for them. Today, I would like to tell you about several
problems in the lobster fishery, as well as about three problems we
foresee and which are in my opinion, major issues that present
certain dangers, the full force of which we will feel over the
coming years.
Je m’appelle O’Neil Cloutier. Je suis un pêcheur professionnel,
et aussi un représentant de pêcheurs payé à l’année pour travailler
pour eux. Je voudrais exprimer aujourd’hui, plusieurs problèmes
dans la pêche au homard, ainsi que trois problèmes qu’on voit et
qui sont, à mon avis, d’ordre majeur et qui sont des dangers qui
vont nous toucher de plein fouet dans les prochaines années.
The first problem is the huge distortion caused by the
Department of Fisheries and Oceans of Canada with respect to
each province that exports lobster; there are totally different
regulations from one province to another, and this creates a glut
in the market. We will come back to that in a little while.
Le premier problème est celui de cette immense distorsion
provoquée par le ministère des Pêches et Océans Canada par
rapport à chacune des provinces exportatrices de homard où on
voit des réglementations totalement différentes d’une province à
l’autre et qui viennent créer des problèmes de surcapacité sur le
marché. On va en parler un peu.
The second problem is the new reform of the employment
insurance program which, once again, hits coastal fishing
activities very hard, including lobster fishing, and therefore
sustainability.
Le deuxième problème est celui de la nouvelle réforme de
l’assurance-emploi qui va toucher, encore une fois, de plein fouet
l’activité des pêcheurs côtiers, notamment ceux du homard, donc
la viabilité.
And the third problem is the monitoring being done by
Fisheries and Oceans, which is linked to its wish to modernize
fishing in Canada by abolishing the two underlying principles of
fishing over the last 30 years: the owner-operator and fleet
Et le troisième problème est celui du contrôle de Pêches et
Océans, qui est relié à sa volonté de moderniser les pêches au
Canada par l’abolition des deux principes qui sous-tendent les
pêches depuis environ 30 ans et qui sont le owner-operator et celui
12:66
Fisheries and Oceans
30-11-2012
separation, which are closely related to a lack of monitoring by
the Department of Fisheries and Oceans or to a lack of
willingness to apply the same regulations in each province. We
will be able to provide you with an example of this.
de la séparation de la flotille, qui sont intimement liés à un
manque de contrôle du ministère des Pêches et Océans Canada ou
à un manque de volonté de vouloir appliquer la même
réglementation dans chacune des provinces. On pourra vous
donner un exemple à ce moment là.
As to the lobster crisis, to return to the initial issue, you will
understand that currently, the lobster crisis is essentially due to a
problem of oversupply in the market, which itself is due to
Fisheries and Oceans’ inability to enact the same conservation
rules in each of the provinces. Here is an example. In Baie-desChaleurs in Gaspe and in the Magdalen Islands, we adopted a
new approach as requested. We adopted a sustainable approach
at a time when the FRCC had developed toolkits, in 1997 and
in 2007, which it asked us to look at, to have a sustainable
development vision for the lobster fishery because they felt there
were enormous pressures on the lobster fisheries across Atlantic
Canada. Fishers in the province of Quebec adopted this new
approach, made it into a work plan using elements contained in
that document in order to change our own fishing behaviour and
our vision of the future of the fishery. So, over several years, we
worked very hard to ensure that the lobster fishery would last and
be practised in a sustainable manner.
Concernant la crise du homard, si on revient au premier
problème, on comprend qu’actuellement, la crise du homard est
due essentiellement à un problème de surcapacité sur le marché,
qui elle-même relève d’une incapacité de Pêches et Océans à faire
adopter les mêmes réglementations de conservation dans chacune
des provinces. Je vais vous donner un exemple. Dans la Baie-desChaleurs en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine, on a adopté
une approche qui nous avait été demandée, une approche de
durabilité à l’époque où le CCRH avait déposé des coffres
d’outils, en 1997 et en 2007, où le CCRH nous a demandé de
regarder, d’avoir une vision de développement durable de la pêche
au homard parce qu’ils sentaient qu’il y avait énormément de
pressions sur la pêche au homard à travers le Canada atlantique,
et nous, dans la province de Québec, on l’a adopté et on s’en est
fait un plan de travail des éléments contenus dans ce document
pour modifier notre comportement face à la pêche et à la vision
du futur de la pêche. Donc, on a, sur plusieurs années, travaillé
très fort pour assurer que la pêche au homard perdure et
s’exploite de façon durable.
At the same time, certain provinces — and please understand I
am not trying to inflame passions — either completely or almost
completely ignored the will expressed at that time by FRCC to
move forward together across all the Atlantic, which means that
today, all this has led directly to the current glut in the market in
which two kinds of products are being offered. Unlike my friend
Ian who thinks very highly of small lobsters and thinks consumers
love them so much, it is my opinion that small lobsters are
currently driving lobster prices down, whereas in many regions,
including ours and in the Magdalen Islands in Quebec, we are
working hard to increase the price of lobster, to drive the price of
lobster upwards with high-quality lobster.
En même temps, certaines provinces — et il faut bien
comprendre qu’on ne veut pas jeter d’eau sur le feu — ont
totalement ou presque totalement ignoré la volonté de l’époque
du CCRH de faire progresser à un niveau égal à travers
l’Atlantique, ce qui fait qu’aujourd’hui, ça conduit directement
au problème de surcapacité qu’on a sur le marché et où on offre
deux types de produits. Contrairement à mon ami Ian qui pense
que les petits homards, c’est super intéressant pour les
consommateurs, moi je pense que le petit homard,
présentement, conditionne le prix du homard vers le bas, alors
que dans beaucoup de régions, notamment la nôtre et aux Iles-dela-Madeleine au Québec, on s’organise ou on travaille pour faire
augmenter le prix du homard, pousser le prix du homard vers le
haut avec un homard de grande qualité.
It is quite simple to see how the market perceives all of this.
When small lobsters are being sold by large distributors, and bigbox stores, it destroys all the efforts we have made to obtain a
decent price for quality lobster. We see that in the Montreal
market, which, by the way, is also the second largest market after
Boston. It is Montreal after all, and that is our market. While our
wholesalers are trying to sell good quality lobster of over
82 millimetres to the Montreal market, the Metros and IGAs
and Sobeys, who buy their product in the Maritimes, are offering
up lobster at $4.88. One sees clearly that there is a game afoot,
and the game is drawing people into the stores, it is ‘‘I will give
you more lobster, you will have more lobster. They are smaller,
but you can have two instead of one.’’ When you are a consumer,
that is what you look at, especially if you do not have a lot of
C’est très simple de voir comment c’est perçu sur le marché. Les
petits homards, lorsqu’ils sont offerts par les grands distributeurs,
les grandes surfaces, ça vient carrément détruire tout l’effort
qu’on fait pour avoir un prix décent pour un homard de qualité.
Ça, on le voit sur le marché de Montréal, et je dois vous souligner
aussi que c’est le deuxième marché en importance après Boston.
C’est quand même Montréal, et c’est sur notre marché. On voit
carrément quand nos industriels tentent d’acheminer leur homard
de bonne qualité de taille supérieure à 82 millimètres vers le
marché de Montréal, et quand on voit les Métro et les IGA et les
Sobeys, qui s’alimentent dans les Maritimes, offrir du homard
à 4,88 $, on peut comprendre qu’il y a un jeu qui se fait, et le jeu
pour attirer le monde dans les magasins, c’est « je vais te donner
plus de homards, tu vas avoir plus de homards. Ils sont plus
30-11-2012
Pêches et océans
12:67
money or if you have less money. How can I offer lobster to my
family and make sure everyone gets to eat at least one? Those
practices really hurt us.
petits, mais tu vas en avoir deux au lieu d’en avoir un. » C’est cela
qu’on regarde quand on s’appelle consommateur et qu’on n’a pas
beaucoup d’argent ou qu’on a moins d’argent. Comment
pourrais-je offrir du homard à ma famille afin que tout le
monde puisse en manger au moins un. Ça, ça vient vraiment nous
faire mal.
In Baie-des-Chaleurs, we worked very hard with our New
Brunswick colleagues to help them understand this vision of
things: you must understand that only 20 or 30 kilometres
separate the north shore and the south shore, and we wanted
them to understand that our lobster was 82 millimetres long
whereas theirs was 70 millimetres. Luckily, they went up to 76.
They understood. I think those fishermen today, in this Baie-desChaleurs on the New Brunswick side, in my opinion, and I am
speaking as a fisherman, are very happy about having made the
move. So, if people could just understand that reducing the supply
in the market would give us a few years to stabilize supply and
demand, it could greatly help us across the entire Maritimes. It is
not such a great sacrifice, given the high volumes we catch in
those regions.
Dans la Baie-des-Chaleurs, on a travaillé très fort avec nos
collègues du Nouveau-Brunswick pour leur faire comprendre
cette vision des choses : vous devez comprendre qu’on est à
quelques 20 kilomètres, 30 kilomètres de distance entre la rive
Nord et la rive Sud, et on voulait leur faire comprendre que nous
on avait une taille de homard de 82 millimètres, et que leurs
homards étaient à 70 millimètres. Heureusement, ils sont rendus
à 76. Ils ont compris. Les pêcheurs d’aujourd’hui, de cette la Baiedes-Chaleurs du côté du Nouveau-Brunswick, à mon avis, et
parce que je suis un pêcheur, je comprends qu’ils sont très heureux
d’avoir fait le move. Alors, si les gens pouvaient comprendre que
de réduire le volume sur le marché nous permettrait pour quelques
années de stabiliser le jeu de l’offre et la demande, ça pourrait
grandement nous aider partout dans les Maritimes. Le sacrifice
n’est pas si grand que ça, compte tenu des hauts volumes que
capturent ces régions là.
The second problem is employment insurance. As you know,
the Senate adopted an amendment, a new employment insurance
act which will have terrible consequences on lobster fishing in the
whole Atlantic region because of the seasonal nature of that
fishery, and because of the parallel fact that the Canadian
government is requiring longer periods of work for each sector of
activity. The Canadian government has forgotten that 20 years
ago, 15 years ago, 25 years ago, it took away the only tool we had
to guarantee that we could spend more time out working on the
water during the year, which is the tool of versatility. They took
away our versatility and created specialized fishermen for certain
fisheries, and now we are being told ‘‘you don’t work long
enough.’’
Le deuxième problème est celui de l’assurance-emploi. Vous
avez vu passer au Sénat une modification, une nouvelle loi sur
l’assurance-emploi qui va avoir des conséquences très néfastes sur
la pêche au homard dans l’ensemble de l’Atlantique du fait que
cette pêche est une pêche saisonnière et du fait que parallèlement
au fait que le gouvernement canadien réclame de plus grandes
périodes de travail pour chacun des secteurs d’activé. Le
gouvernement canadien a oublié qu’il y a 20 ans, 15 ans, 25 ans
passés, il nous a enlevé le seul outil qu’on avait pour pouvoir
garantir que nous allions travailler plus longtemps sur l’eau
durant une année, qui est, en fait, l’outil de la polyvalence. Du
moment où on nous a enlevé toute notre polyvalence pour créer
des pêcheurs spécialisés dans certaines pêches, on nous dit
maintenant « vous ne travaillez pas assez longtemps. »
What we want to tell this government, and we have begun to,
and you have seen some protests on that issue, is: ‘‘if you want us
to work longer, let’s go back to the model we used to use in
fisheries in the past, to a greater period of activity over periods of
at least six months a year.’’ The government is going to have to
think about it, otherwise, it is going to strip all of our know-how
from the fisheries. We were told that owner-operators would not
be affected, that fishers would not be affected. We were not told
that fisher helpers would not be affected for example, and fisher
helpers are the know-how of our industry. They are the future of
our industry. Right now, those fisher helpers are forced to find an
employer who is willing to sign a little piece of paper, three times a
week, and charge them $15, because they will not do it for free
anymore. Regional employers are sick of signing these papers,
given our high numbers, to demonstrate that workers are
searching for employment. These fisher helpers are becoming
increasingly annoyed with the system, and they will go elsewhere
to find jobs after being treated that way, they may even go up
Nous, ce qu’on veut dire au gouvernement, et on a commencé à
le dire, et vous avez vu certaines manifestations à ce sujet, « si tu
veux qu’on travaille plus longtemps, reviens au modèle qui a
conduit les pêches dans les années passées à une plus grande
période d’activité sur des périodes d’au moins six mois par
année. » Il va falloir que le gouvernement y réfléchisse, sinon, il va
carrément soustraire de la pêche tout notre savoir-faire. On nous
a dit que ça ne touchait pas les capitaines-propriétaires, que cela
ne touchait pas les pêcheurs. On ne nous a pas dit que ça ne
touchait pas les aides-pêcheurs par exemple, et les aides-pêcheurs,
c’est le savoir-faire de notre industrie. C’est la relève de notre
industrie. Ces aides-pêcheurs, en ce moment, sont obligés, trois
fois par semaine, de se trouver un employeur qui veut bien signer
un petit papier, lui charger 15 $, parce qu’ils ne le font plus
gratuitement. Les employeurs régionaux sont écoeurés de signer
des papiers, au nombre qu’on est, et de démontrer qu’ils font de la
recherche d’emploi. Ces aides-pêcheurs sont en train de se faire
écoeurer par le système, et ces aides-pêcheurs vont trouver de
12:68
Fisheries and Oceans
30-11-2012
north, to work in large-scale projects because there is no lack of
those as you know, in Quebec and in Alberta, and those people
will disappear, and with them, our future will disappear and our
know-how will vanish.
l’emploi ailleurs après s’être fait écoeurer, ils vont possiblement
s’en aller dans le Nord, dans les grands projets parce qu’on en a
plein, vous le savez, au Québec et en Alberta, et ils vont
disparaître, et en même temps, ça va être notre relève qui va
disparaître et notre savoir-faire qui va disparaître.
I think the Canadian government is making a huge mistake. I
am counting on you, the senators, because you are also
legislators, to try to call a certain MP or minister to order,
because they are really making a mistake in burdening all the
Maritime provinces with this problem in addition to the ones we
already have. I think they should take a look at what they are
doing because right now they do not know what they are doing.
Je pense que le gouvernement canadien fait une énorme erreur
et moi, je compte sur vous les sénateurs, car vous êtes au niveau
législatif quand même, pour essayer de rappeler à un certain
député ou un certain ministre qu’ils font vraiment une erreur
d’accabler l’ensemble des provinces maritimes avec ce problème
en surplus des autres problèmes qu’on a. Je pense qu’ils devraient
regarder ce qu’ils font, parce qu’à ce moment-ci, ils ne savent pas
ce qu’ils font.
The third problem I would like to discuss is this attempt by the
federal government, by the Minister of Fisheries once again a few
years ago, to modernize the fishery by sacrificing two principles,
that is owner-operator and fleet separation. That is a war, a battle
in which we won the first round, which meant that the federal
government backed down on those two principles and decided to
suspend its decision to abolish them.
Le troisième problème dont je voudrais discuter, c’est celui de
la tentative, encore une fois, du gouvernement canadien, du
ministre des Pêches, il y a quelques années de moderniser la pêche
en voulant sacrifier les deux principes qui sont le owner-operator
et celui de la séparation de la flotille. Une guerre, un enjeu, une
bataille pour laquelle nous avons remporté une première manche,
qui est celle que le gouvernement a reculé sur ces deux principes et
a décidé de surseoir à sa décision de les abolir.
I would like to raise a problem that underlies this desire by the
government and that is the controlling agreements. In Quebec —
and do not be surprized by this — the Minister of Fisheries and
Mr. Ashfield, the federal Minister of Fisheries, have in their
hands the controlling agreements. In Quebec, these agreements
are controlled. It is not our fault if they are not controlled by the
Minister of Fisheries and Oceans in the other provinces. In
Quebec, the law removed three permits from a fisherman who
controlled them. He was fined $145,000 last September and the
controlling agreement was dismantled. So if this can be done in
Quebec, why can it not be done in the Maritimes? Do not give us
this baloney. The problem is not the owner-operator and fleet
separation: the problem is the lax attitude of Fisheries and Oceans
that does not know how to manage the fishery in Canada. That is
the problem. Quebec demonstrated that there was a lax attitude
because it recognized that Mr. Hearne’s 2007 legislation did exist,
had teeth and could be used. Let them use it to solve problems in
the Maritimes, in Nova Scotia among others, these controlling
agreement problems that are undermining fisheries in Atlantic
Canada. That is something extremely serious.
Je voudrais soulever une problématique qui sous-tend cette
volonté et c’est celle des accords de contrôle. Au Québec, et là, ne
soyez pas surpris, la ministre des Pêches et M. Ashfield, le
ministre fédéral des pêches, ont dans les mains les accords de
contrôle. Au Québec ces accords sont contrôlés. Ce n’est pas notre
problème s’ils ne sont pas contrôlés par le ministère des Pêches et
Océans dans les autres provinces. Au Québec, la justice a enlevé
trois permis à un pêcheur qui contrôlait trois permis. On lui a
donné 145,000 $ d’amende en septembre dernier, et l’accord de
contrôle a été démoli. Alors, si ça se fait au Québec, pourquoi cela
ne se fait-il pas dans les provinces maritimes? Qu’on ne vienne pas
nous raconter n’importe quoi comme gouvernement. Le
problème, ce n’est pas le owner-operator et la séparation de la
flotille : le problème c’est le laxisme de Pêches et Océans Canada
qui ne sait plus comment gérer ses pêches au Canada. C’est ça le
problème. La justice québecoise a démontré qu’il y avait un
laxisme parce qu’elle a reconnu que la loi de M. Hearne de 2007,
elle était là, elle avait des dents, et on pouvait s’en servir. Qu’ils
s’en servent pour régler des problèmes dans les maritimes, en
Nouvelle-Écosse, entre autres, des problèmes d’accords de
contrôle qui sont en train de miner la figure de la pêche au
Canada atlantique. C’est quelque chose d’extrêmement grave.
If I am here today, it is to tell you this. What is being done is
very serious. The government is destroying the image of Canadian
fisheries while bragging all around the world that they are good
managers. I find that cheap. I am sorry, really cheap. That is what
I have to say for now.
Si je suis ici aujourd’hui, c’est pour vous le dire. C’est très grave
ce qu’on fait. On est en train de détruire l’image de la pêche au
Canada alors qu’on se proclame partout dans le monde comme
étant des bons gestionnaires. Je trouve ça cheap, excusez-moi,
vraiment cheap. C’est ce que j’ai à dire pour l’instant.
[English]
[Traduction]
The Chair: Thank you, Mr. Cloutier.
Le président : Merci, monsieur Cloutier.
Mr. Brun?
Monsieur Brun?
30-11-2012
Pêches et océans
[Translation]
12:69
[Français]
Mr. Christian Brun, Executive Secretary, Maritime Fishermen’s
Union: My name is Christian Brun, and I am the Executive
Secretary of the Maritime Fishermen’s Union. Just to put things
in perspective, I would like to point out that the Maritime
Fishermen’s Union has a membership of about 1,300 in New
Brunswick and Nova Scotia. Our members are involved mainly in
a multispecies fishery, and therefore mainly harvest lobster and
also fish for herring, scallops, halibut, et cetera. It is often said
that the lobster-harvesting industry is fragmented. In the past few
years, we have made a great effort to try to find ways to rally. We
did so recently and for the past few years we worked with the
Canadian Lobster Council. Mr. Sullivan mentioned that. So we
are also part of this organization which seeks mainly to bring
together fishermen’s associations as well as buyers and processing
plants in Atlantic Canada so that they can work on quality and
promoting lobster.
Christian Brun, directeur général, Union des pêcheurs des
maritimes : Je m’appelle Christian Brun, directeur général avec
l’Union des Pêcheurs des Maritimes. Aux fins d’encadrement,
j’aimerais souligner que l’Union des pêcheurs des Maritimes a
quelques 1 300 membres au Nouveau-Brunswick et en NouvelleÉcosse. Nos membres font surtout une pêche multi-espèces, donc,
pêchent le homard principalement, le hareng, le pétoncle, le flétan,
et cetera. On dit souvent que l’industrie de la pêche au homard est
fragmentée. On a fait beaucoup d’efforts depuis les dernières années
pour trouver des façons de rallier nos efforts. Récemment, et on a
depuis quelques années travaillé au Conseil canadien du homard.
Monsieur Sullivan l’a mentionné. On fait donc partie aussi de cette
organisation qui vise surtout à regrouper les associations de
pêcheurs et les acheteurs et usines de transformation au Canada
atlantique pour qu’ils puissent effectuer des travaux sur la question
de qualité et de promotion du homard.
There is also another movement, one which Mr. Sullivan
referred to earlier, and that is the Canadian Independent Fish
Harvesters’ Movement, which oversees 36 fishing associations in
the Atlantic in order to lead the reforms in conjunction with, as
Mr. Cloutier was saying, the independence of fishing and
harvesting businesses.
Il y a un autre mouvement aussi, et encore, M. Sullivan l’a
mentionné plus tôt, le Mouvement des pêcheurs indépendants du
Canada qui, quant à lui, regroupe 36 associations de pêcheurs en
atlantique pour mieux diriger des réformes sur la base justement,
ce que M. Cloutier mentionnait, sur la base de l’indépendance des
entreprises de pêche et de la récolte.
I could perhaps begin by adding to what Mr. Sullivan and
Mr. Cloutier had to say about the issue of the owner-operator
policy, namely, the independence of the harvesting sector in the
Atlantic region. I could talk to you about this subject to great
length. I think that we are here today primarily to discuss the
lobster sector, but this policy is so crucial for the lobster fishery,
which is the main fishery in the Atlantic. I would like to mention
that I caught wind that discussions were held earlier this week
between Mr. Gardner and one of the senators who was part of
your committee.
J’aimerais peut-être commencer en mentionnant, pour ajouter
aux propos de M. Sullivan et M. Cloutier sur la question de la
politique du propriétaire-opérateur, donc, sur l’indépendance du
secteur de la récolte en atlantique. Je pourrais vous en parler
longuement. Je pense que c’est plutôt pour le homard qu’on est ici
aujourd’hui, mais c’est tellement crucial pour la pêche homard,
qui est la pêche principale en atlantique : j’aimerais mentionner
que j’ai eu vent qu’il y avait eu des discussions entre M. Gardner
et un des sénateurs qui fait partie de votre comité plus tôt cette
semaine.
In a nutshell, I would simply like to say that this owneroperator policy, fleet separation, has surfaced three times already
in the past 10 years and has been debated to great length. We have
already spent too much energy discussing this topic. Now we need
to focus on reforms to ensure that the fundamentals of this policy
move ahead. In other words, what we are saying, and what the
36 organizations that are part of this movement are saying, is that
enough is enough. We want to build on this foundation and we
have already talked about this. We have had this debate. There
are things that we can do, building on this, which will improve the
situation for all of the players in our industry, including the
people in the industrial sector.
Pour résumer, j’aimerais tout simplement dire que cette
politique du propriétaire-opérateur, la séparation de la flotille, a
été engagée à trois reprises déjà dans les derniers 10 ans et a été
amplement débattue. Ce débat répété a dégagé déjà trop
d’énergie. On doit maintenant se concentrer sur des réformes
pour progresser sur la base de cette politique. En d’autres mots,
nous, ce qu’on est en train de dire, et les 36 organisations qui font
partie de ce mouvement, c’est que assez c’est assez. On veut bâtir à
partir de ces fondements et puis, on a déjà débattu. On a fait le
débat. Il y a des choses qu’on peut faire, à partir de là, qui peuvent
améliorer la situation pour tous les joueurs dans notre industrie, y
compris les gens qui sont dans le secteur industriel.
We also feel that our approach could lead to tremendous
opportunities, but we are not looking for them. We are too busy,
being at loggerheads amongst ourselves. We have marketing
opportunities for these smaller fleets that have a story to tell
which consumers like. So, in our opinion, we have to find ways to
tell this story, convey it to the consumer to improve our situation,
and also look at ways to streamline the process so that we can all
On est également de l’avis que notre approche peut avoir
d’énormes opportunités, mais on n’est pas en train de les
rechercher. On est trop occupés, comme on dit en bon Acadien,
à s’obstiner entre nous autres. On a des opportunités de mise en
marché pour ces plus petites flotilles qui ont une histoire à
raconter et qui plait aux consommateurs. Donc, à notre avis, il
faut trouver des façons de la raconter cette histoire, de la
12:70
Fisheries and Oceans
30-11-2012
help improve profitability for everyone. I am in complete
agreement with the deadline of 2014, and with this policy being
implemented. It is essential that we respect this deadline.
communiquer au consommateur pour améliorer notre situation
puis, aussi miser sur des plans de rationalisation où on peut tous
contribuer pour améliorer la rentabilité de tout le monde. À ce
niveau là, je suis très d’accord avec le fait qu’il y a une date limite
pour 2014, qu’il y a une politique qui a été instaurée. On doit
absolument la respecter.
As for the lobster fishery, we have 10,000 fishermen in Atlantic
Canada, who create 30,000 jobs. The fishery creates the largest
number of private sector jobs in Atlantic Canada and, for many
of our communities, it is the primary economic driver. And when
I tell you this, I am not making this all up. I am telling you that,
for the residents in these towns — some of them are here today —
Petit-Rocher, Inkerman, Miscou, Néguac, Pointe-Sapin,
Richibouctou, Cormier-Ville, Cap-Pelé, Shemogue, Murray
Corner, Pictou, Debec, Pointe-à-l’Église, Meteghan, they are
just like the people who live in the large economic centres, they
just want to earn a living. They simply want to enable their
children to fulfil their potential. This is the same thing that
everybody wants, but the economic drivers for these people are
limited, and the fishery is the main economic driver. So I would
suggest that you keep this aspect in mind. This is very important
for everything else, particularly with respect to the lobster fishery,
which is the most important for most of these people.
Pour ce qui est du homard, on a 10 000 pêcheurs au Canada
atlantique qui créent 30 000 emplois. C’est le créateur d’emploi
privé le plus important au Canada atlantique, et puis, pour
plusieurs de nos communautés, c’est le principal moteur
économique. Et là, quand je vous parle de ça, ce n’est pas dans
la fiction que je vous parle de ça. Je vous dis que pour les résidents
de village — plusieurs d’entre eux sont ici aujourd’hui — de PetitRocher, Inkerman, Miscou, Néguac, Pointe-Sapin, Richibouctou,
Cormier-Ville, Cap-Pelé, Shemogue, Murray Corner, Pictou,
Debec, Pointe-à-l’Église, Meteghan, ils n’ont rien de différent
ces gens des gens qui vivent dans des grands centres économiques,
mais ils veulent tout simplement générer un gagne-pain. Ils
veulent tout simplement réaliser le potentiel de leurs enfants. La
même chose que tout le monde, mais ils ont des limites pour les
moteurs économiques, et la pêche, c’est le principal moteur. Donc,
je vous recommanderais de maintenir cet aspect là en tête. C’est
très important pour tout le reste, surtout que la pêche au homard,
c’est plus importante pour la plupart de ces gens.
With respect to lobster, at the outset it is important to
understand — because that can create some immediate
confusion — that there are two equally important but
interdependent sectors targeting different markets. There is the
frozen lobster market and the live lobster market, and these are
very different from each other. The two sectors offer quality
products to meet a varying demand. The frozen food sector
accounts for 50 per cent of the Canadian lobster market and, in
the opinion of some people, this will grow in the future because
the culinary habits of new generations are changing. The frozen
sector will grow significantly in importance if we listen to the
experts who are looking at future trends. More and more of the
lobster caught by our members in New Brunswick, primarily in
the United States, account for more than 80 per cent, and this
lobster is destined primarily for the restaurants, buffets, large
tourism centres, et cetera. Sixty per cent of processed lobster
sales, primarily in New Brunswick, are sold as lobster tails and the
rest as lobster meat and whole lobsters.
Pour ce qui est du homard, il faut tout de suite comprendre, au
début — parce que ça peut tout de suite arriver à créer de la
confusion — qu’il y a deux secteurs tout aussi importants, interdépendants qui visent des marchés différents. Il y a le marché du
homard congelé, et il y a le marché du homard vivant, et ça, ça peut
créer beaucoup de différences. Les deux secteurs offrent des
produits de qualité qui répondent à une demande variée. Le
secteur du congelé partage les marchés du homard canadien à
50 p. 100, et selon plusieurs, prendra beaucoup d’ampleur dans
l’avenir parce que les habitudes culinaires des nouvelles générations
changent. Le secteur du congelé prend beaucoup plus d’importance
si on écoute les experts qui regardent un peu en avant dans l’avenir.
De plus en plus de homards capturés par nos membres au NouveauBrunswick, essentiellement aux États-Unis, compte pour plus de
80 p. 100, donc, principalement dans des marchés de produits
congelés pour des restaurants, pour des buffets, pour des grands
centres de touristes, et cetera. Soixante p. 100 de ces ventes des
transformateurs, spécifiquement au Nouveau-Brunswick, sont
vendus sous forme de queues de homard et la balance en chair de
homard et de coquilles entières.
You have no doubt heard that there have been many recent
problems in the lobster fishery, including the latest problem that
occurred this summer in the south-east region of New Brunswick.
In our opinion, the following factors are without question the
reason why we are experiencing these problems now. Since
the 1970s, lobster landings have tripled in Canada, and
since 1985, lobster landings in the United States have
quadrupled, the result being that more than 250 million pounds
were caught in 2011, divided more or less equally between the
United States and Canada, with each country catching
Vous avez sûrement entendu parler qu’il y a eu plusieurs
problèmes récemment dans la pêche au homard dont un dernier
éclat cet été dans la région du sud-est du Nouveau-Brunswick. À
notre avis, les faits suivants sont incontestables pour expliquer le
problème actuel. Les débarquements de homard ont triplé au
Canada depuis les années 1970, et quadruplé aux États-Unis
depuis 1985, ce qui résulte en des volumes qui ont dépassé
250 millions de livres en 2011, divisé à peu près également entre
ceux du Canada et des États-Unis, donc 125 millions de livres à
peu près entre les deux pays, un plateau vraiment historique. Ça
30-11-2012
Pêches et océans
12:71
approximately 125 million pounds, which was truly a record level.
As others have mentioned, this explains a large part of the
problem. It should be noted that in 2011, of these 125 million
pounds of lobster processed or produced in Canada, more than
half, more than 70 million pounds, were processed in New
Brunswick. The Canadian business model is now based on a
currency exchange rate that is standing at parity. We all know
this. We know that the business plan, particularly for the lobster
fishery and others as well, has changed over the past few years.
explique, comme d’autres l’ont mentionné, une grosse partie du
problème. Donc, il faut noter que la transformation au NouveauBrunswick aussi de ce montant qui est transformé ou produit au
Canada, a utilisé au-delà de 70 millions de livres en 2011, donc
quand même une très grosse partie du 125 millions de livres, plus
la moitié. Le modèle d’affaires canadien est maintenant fondé sur
un taux de change à parité. On le sait tous. On sait que le plan
d’affaires, surtout pour la pêche au homard et d’autres pêches, a
changé depuis les dernières années.
On the marketing side, one of the largest American buyers of
frozen products, Darden Restaurants, which owns Red Lobster,
recently made a major change with respect to its procurements. It
no longer purchases lobster tails under four ounces, which,
according to the processing plants, means a lobster the size of
about 77 millimetres. The minimum size of lobster harvested in
most of the Gulf regions will be, in 2013, about 72 millimetres,
which would give a lobster tail of about two to three ounces. In
my opinion, this decision is one of the main reasons for the crisis
we experienced this fall, and it is important to bear this in mind.
In our opinion, this change is what really upset things.
Côté marché, l’un des plus gros acheteurs américains de
produits congelés Darden Restaurants, qui sont propriétaires de
Red Lobster, a récemment effectué un changement majeur
d’approvisionnement en éliminant l’achat de queues de homard
en deça de quatre onces, ce qui donne une taille équivalente d’à
peu près 77 millimètres, selon les usines de transformation, tandis
que la taille minimale pêchée dans la plupart des régions du Golfe
seront à 72 millimètres en 2013, ce qui donne un équivalent de
deux à trois onces pour une queue de homard. Cette décision, à
mon avis, a constitué une des principales causes de la crise qu’on a
vécu cet automne, et ça, c’est important de le retenir. À notre avis,
c’est ce changement qui a vraiment bouleversé les choses.
On the processing side, we have a serious problem because the
Canadian processing sector is too fragmented. It does not have
the same weight as the American markets and those that bring the
lobster product to the American market. Our local processing
sector is not strong enough to be able to negotiate prices that
reflect the markets.
Côté secteur de la transformation, il y a un problème sérieux
qui réside dans le fait que le secteur canadien de la transformation
est trop fragmenté. Il détient un faible rapport de force vis-à-vis
les marchés américains et ceux qui amènent le produit du homard
jusqu’au marché américain. Ce qui nous appartient localement, en
termes de notre transformation, n’est pas assez fort pour pouvoir
créer une force de négociation suffisante pour négocier des prix
qui reflètent les marchés.
On the biological side of things, although there may be an
abundance of lobster elsewhere, there is one region, in the centre
of the Northumberland Strait, which has huge recruitment
problems and that is evident from the landings that are
significantly lower than what we see throughout the Atlantic
region. So although things may appear to be going well in the
Atlantic, there are still regions where the situation is not very
good. The problem is that we cannot explain why. This problem is
becoming serious, and in our opinion, we should be making more
investments to understand what is going on in this particular
region. We do not know if this situation will spread to the rest of
the Atlantic, we do not know if this is something temporary,
which will disappear. We have no answers to these questions. In
our opinion, this is very dangerous.
Côté biologique, même s’il existe une abondance de homard
ailleurs, il y a une région toujours dans le centre du Détroit de
Northumberland, qui a d’énormes problèmes de recrutement, et
ça se manifeste avec les débarquements qui sont beaucoup moins
élevés que la norme dans tout l’Atlantique. Donc, ça semble bien
aller en Atlantique, mais il y a quand même des régions où ça va
encore très mal. Le problème, c’est qu’on ne peut pas encore
expliquer le pourquoi. Ça devient sérieux, et, à notre avis, on
devrait avoir davantage d’investissements pour mieux
comprendre ce qui se passe dans cette région-là. On ne sait pas
si c’est quelque chose qui va se propager en Atlantique, on ne sait
pas si c’est quelque chose qui est temporaire et qui va disparaître
comme problème, mais on n’a pas de réponses à ces questions.
Donc, ça, c’est très dangereux à notre avis.
It should also be noted that, according to the biologists,
according to the FRCC reports published in 1987 and 2007, a
significant increase in minimum size means that it would be wise,
in order to improve the biological chances of lobster recruitment,
particularly in these regions, to increase the minimum size of the
lobster significantly.
Il faut noter aussi qu’une augmentation substantielle de la taille
minimale selon les biologistes, selon les rapports du CCRH qui
ont été produits en 1987 et en 2007, dénotent qu’il serait sage afin
d’améliorer les chances biologiques pour le recrutement de
homard, surtout dans ces régions là, d’augmenter la taille
minimale de façon considérable, la taille minimale du homard.
I would like to say something about harvesting. For the Gulf
region in particular, which is experiencing these problems,
particularly in the centre of the Strait, since the entire Gulf has
a smaller minimum size, and therefore a smaller lobster, this
whole issue of increasing the size is an excellent investment for the
Côté récolte pour la région du Golfe en particulier qui vit ces
problèmes, surtout pour le centre de Détroit, puis, tout le Golfe
qui a une taille minimale plus petite, donc, qui est un homard plus
petit, l’augmentation de la taille est un excellent investissement
pour un pêcheur de homard. C’est ce qu’on a arrivé à comprendre
12:72
Fisheries and Oceans
30-11-2012
lobster fisherman. This is what we have gleaned from certain
studies, and several fishermen have been saying this as well. For a
small group of fishermen, the efforts have led to an improvement
in size. This provides threefold benefits to the harvester. Not just
an advantage for a few fishermen, and their outlooks. They are
saying that the small-sized lobsters that are thrown back into the
water will be harvested the next year and weigh 40 per cent more:
they will grow after they moult, when they change their lobster
shell, up to 15 millimetres in size. The percentage of large lobsters
will rise, leading to better sales opportunities.
avec certaines études, et plusieurs pêcheurs nous le disent aussi.
La preuve existe dans les résultats au Québec, dans le Golfe de la
Nouvelle-Écosse, dans le nord du Nouveau-Brunswick aussi, qui
ont fait pour un petit groupe de pêcheurs un bond pour améliorer
la taille. Pour le pêcheur, ça donne un triangle de bénéfices. Pas
juste un bénéfice pour plusieurs pêcheurs, leurs perspectives, ils
disent que de un, les homards de petites tailles qui sont remis à
l’eau vont être pêchés l’année suivante avec 40 p. 100 plus de
poids : ils vont augmenter avec la mue, avec le changement de
coquille de homard, jusqu’à une quinzaine de millimètre de
grandeur. Le pourcentage de gros homards augmenterait pour
donner un peu d’option de vente.
Secondly, a greater knowledge of the biology of the lobster
leads to better catch stability, and therefore we will have a better
chance of having high quality, more resistant eggs which in turn
leads to a greater chance of the lobster improving its biology.
Le deuxième point, c’est que la biologie du homard est enrichie
et amène une meilleure stabilité des captures, donc, il a plus la
chance de produire des oeufs de qualité, plus résistants, et puis, ça
donne une meilleure chance au homard d’améliorer sa biologie.
The third point, the third benefit, is that this change also
complies with the wishes of the markets in general. For the past few
years, the markets have been saying, because of the change made at
Red Lobster and elsewhere, that the minimum size must be
increased to meet their needs. The market is asking for this. In
addition, New Brunswick and Prince Edward Island, with its
smaller-sized lobsters, are not really able to compete with the lobster
from other provinces, such as Nova Scotia, and from Maine. So we
have to come up with a way to be competitive in order to have a
similar product. Unfortunately, efforts made over the past 10 years
to increase this minimum size, to try to improve the situation of the
fishermen and the biology and to meet the needs of the market,
have been curtailed by the fishing fleets from other provinces and by
a succession of federal fisheries ministers who, over the years, have
elected to protect these interests, interests in keeping niche markets,
instead of taking the overall view, instead of keeping in mind all of
the fishermen, and this situation makes it very difficult for us to
adapt to the market as well.
Le troisième point, le troisième bénéfice, c’est que ce changement
répond aussi au désir des marchés en général. Il faut comprendre
que les marchés indiquent depuis quelques années qu’en raison du
changement de Red Lobster et autres, que la taille minimale doit
être augmentée pour répondre à leurs besoins. Ils en font la
demande. En plus de ça, quand on regarde au Nouveau-Brunswick
et à l’Île-du-Prince-Édouard, avec la taille minimale plus petite, on
n’est pas trop compétitif avec le homard qui entre d’autres
provinces, parfois de la Nouvelle-Écosse et du Maine, donc, il
faut trouver une façon d’être compétitif pour avoir un produit
semblable. Malheureusement, les efforts qui ont été entrepris au
cours des 10 dernières années pour augmenter cette taille minimale
et pour essayer d’améliorer la situation des pêcheurs et de la
biologie et pour répondre au marché, ont été freinés par des flotilles
de pêcheurs d’autres provinces, puis, a aussi été freinée par une
succession de ministres fédéraux des Pêches qui, au fil des années,
ont choisi de protéger ces intérêts, des intérêts qui veulent garder des
marchés de niche au lieu de l’ensemble, au lieu d’un plus grand
nombre de pêcheurs, puis, ça, on trouve que c’est difficile pour
pouvoir s’adapter au marché aussi.
In our opinion, now more than ever is the time to act so that
the Gulf region will not see a repeat of the crisis we went through
in the summer of 2012, because we find ourselves in a situation
where we can meet the needs of the market, improve market
biology, improve the biology for the regions that are in a critical
state and then improve profitability for fishermen at the same
time. That is our theory and we know that there is no magic
solution, but it is a factor for change in our opinion, one of the
only ones that we control, one of the only ones where the harvest
can make a difference and that is the one that we recommend.
À notre avis il est temps d’agir plus que jamais pour que la
région du Golfe ne répète pas cette crise qu’on a vécu l’été dernier,
en 2012, puis, qu’on se retrouve dans une situation où on peut
répondre aux besoins du marché, améliorer la biologie du marché,
améliorer la biologie pour les régions qui sont dans un état
critique et puis, améliorer la rentabilité des pêcheurs en même
temps. C’est notre thèse et puis, on sait qu’il n’y a pas de recette
miracle, mais c’est un facteur de changement à notre avis, un des
seuls qu’on contrôle, un des seuls que la récolte peut faire le
changement et puis, c’est celui qu’on recommande.
[English]
[Traduction]
The Chair: Thank you. That is a large amount of information.
We will go right to questions, beginning with Senator Hubley.
Le président : Merci. C’est beaucoup d’information. Nous
allons passer directement aux questions en commençant par le
sénateur Hubley.
Senator Hubley: I welcome you all today. It is nice to see the
room full.
Le sénateur Hubley : Je souhaite la bienvenue à tous et je suis
ravie de voir que la salle est pleine.
30-11-2012
Pêches et océans
I am going to speak about the carapace size because that has
come up a number of times and in a number of ways. In speaking
about 71 millimetres to 72 millimetres how much is that in weight
generally?
Je vais parler de la grosseur de la carapace parce que la
question a été soulevée plusieurs fois et de différentes façons. Quel
est le poids d’un homard dont la carapace mesure 71 ou
72 millimètres, en règle générale?
Audience Member: Point seven-five of one pound.
Membre de l’assistance : Trois quarts de livre.
Senator Hubley: Three quarters of a pound.
Le sénateur Hubley : Trois quarts de livre.
In my knowledge of lobster, there are canners and there are
markets and that depended on the carapace size, but when I see it
broken down into a different measurement then I am a little bit
confused. If I knew what I was speaking about as far as the size of
a canner it might help and the minimum weight of a market.
[Translation]
Mr. Cloutier: In fact, madam, a 76-millimetre lobster
corresponds to a three-quarter pounder. An 82-millimetre lobster
corresponds to 0.95 lb., almost a pound, and a 72-millimetre lobster
corresponds to 0.60 lb., so almost a half-pound.
12:73
Je sais qu’il y a des homards de conserverie et que le marché
dépend de la taille de la carapace, mais lorsqu’on parle de
différentes grosseurs, je m’y perds un peu. Si je savais quelle est la
taille d’un homard de conserverie, et le poids minimal pour le
marché, cela m’aiderait peut-être.
[Français]
M. Cloutier : En fait, madame, un homard de 76 millimètres,
ça correspond à un homard de 0,75 livres. Un homard de
82 millimètres correspond à un 0,95 livres, proche d’une livre, et
un homard de 72 millimètres correspond à un homard de 0,60,
alors près d’une demi-livre.
Senator Poirier: Could you repeat the last one, please?
Le sénateur Poirier : Pouvez-vous répéter le dernier, s’il vous plait?
Mr. Cloutier: The size?
M. Cloutier : La taille?
Senator Poirier: No, the 76-millimetre one.
Le sénateur Poirier : Non, le 76 millimètres.
Mr. Cloutier: 76 millimetres, three quarters of a pound, 0.75.
M. Cloutier : Le 76 millimètres, trois-quart de livre, 0,75.
Senator Poirier: Yes, but what was it in millimetres?
Le sénateur Poirier : Oui, mais c’était quoi en millimètre?
Mr. Cloutier: Seventy-six millimetres.
M. Cloutier : Soixante-seize millimètres.
Senator Poirier: Seventy-six.
Le sénateur Poirier : Soixante-seize.
Mr. Cloutier: Yes, 82 millimetres is 0.95 of a pound, and
72 millimetres is close to 0.60, a half-pound. These lobsters, when
they moult, gain 40 per cent of their weight, so if we allow this
category of lobsters to change their carapace, that is to say if we
leave them for an extra year in the water, they will gain
40 per cent in weight, therefore they will fall into the category
of lobsters over three quarters of a pound.
[English]
Senator Hubley: Which one? Three quarters of a pound, yes.
[Translation]
Mr. Cloutier: I do not want to be drawn into a war of words,
but we know the Quebec market well. We come from Quebec, so
it does not really bother me when the other provinces want to fish
lobster of one size or another, but what I am saying is that if they
want to do so, keep it at home. Do not come and hamper my
market when I am making efforts, I am obliged to make efforts
because the government requires my doing so, so do not come and
clog my market, and compete with the price of our good lobster,
our quality lobster on our market. Keep it at home. I have no
problem with that. But that is not how things happen in real life,
because there are no borders at the market level in Canada. You
know that. There is no big boundary. The market is open. It is
free trade. But this lobster ends up in Montreal on our spring
M. Cloutier : Oui, 82 millimètres, c’est 0,95 d’une livre, et
72 millimètres, c’est proche de 0,60, une demi-livre. Ces homards,
lorsqu’ils muent, prennent 40 p. 100 de poids, donc si on permet à
cette catégorie de homards de changer de carapace, donc si on les
laisse à l’eau une année de plus, ils vont prendre 40 p. 100 de
poids, donc, ils vont tomber à un homard au-dessus de trois-quart
de livres.
[Traduction]
Le sénateur Hubley : Lequel? Trois quarts de livre, oui.
[Français]
M. Cloutier : Je ne voudrais pas m’embarquer dans une guerre
d’échange de mots, mais le marché du Québec, on le connaît très
bien. On vient du Québec, alors moi, ça ne me dérange pas
vraiment que dans les différentes provinces, on veuille pêcher du
homard d’une taille ou d’une autre, mais ce que je dis, c’est que si
vous voulez faire ça, gardez-le chez-vous par exemple. Ne venez
pas obstruer mon marché alors que moi je fais des efforts, que je
suis obligé de faire des efforts parce que le gouvernement me
demande de faire des efforts, ne venez pas l’obstruer, puis, venir
concurrencer le prix de notre bon homard, de notre qualité de
homard sur notre marché. Gardez-le chez-vous. Je n’ai pas de
problèmes avec ça. Mais, ce n’est pas ce qui se passe en réalité,
parce qu’il n’y a pas de frontière au niveau des marchés au
12:74
Fisheries and Oceans
30-11-2012
markets just at the time that we are starting to fish. It is
competing with, it offers — and I would even go a step further —
it offers the big retailers the possibility of reducing the price of
lobster in general with the help of the small live lobster.
Canada. Vous le savez. Il n’y a pas de grande frontière. Le marché
est ouvert. C’est le libre-échange. Mais ce homard vient à
Montréal sur nos marchés printaniers au moment où on
commence à pêcher. Il vient concurrencer, il vient offrir — on
va dire mieux que ça — il vient offrir aux grands détaillants des
possibilités de réduire le prix en général du homard avec l’aide du
petit homard vivant.
If they want to can them, they should go ahead and do so, but
do not allow them to come onto the market in Quebec for
example, because if that happens, Quebeckers will be obliged to
ask our province to adopt stricter measures, market protection
measures because we are going bankrupt as a result of this.
Si on veut faire des boîtes de conserve avec, qu’on en fasse,
mais qu’on ne le laisse pas entrer sur le marché du Québec par
exemple, sinon, les Québecois, on va être obligé de demander à
notre province d’adopter des mesures plus strictes, des mesures de
protection du marché parce qu’on est en train de faire
banqueroute avec ça.
There is one thing you have to understand. In Quebec, in my
region, our fishermen land 12,000 lbs. per year on average. So
12,000 lbs. per year fished at $6 a pound as it used to be, we could
get by on. But at $4.50, that just prevents us from being viable and
the big distributors use the small lobster to reach their objective of
reducing the market price. If you want to know if that is true or
not, look at the value chain committee. There was a report in
November 2011 where the members of this committee were saying
that the price of all commodities in Canada absolutely had to be
reduced, therefore, I am sorry, but lobster is also a commodity.
That is where it hurt us, and that is what we do not agree with.
We should have a single vision, that of ensuring that they do not
toy with us, and the way in which the large stores toy with us is by
using the small lobster. I am sorry, but that is the truth.
Il faut comprendre une chose. Au Québec, dans ma région à
moi, nos pêcheurs prennent en moyenne 12 000 livres de homard
par année. Alors 12 000 livres de homard par année pêché à 6 $ la
livre comme c’était antérieurement, on pouvait s’en sortir. Mais
à 4,50 $, on vient juste de nous empêcher d’être viables et les
grands distributeurs se servent du petit homard pour atteindre
leur objectif de réduire le prix sur le marché. Si vous voulez savoir
si c’est vrai ou pas, regardez le fameux comité sur la chaîne de
valeur. Il y a eu un rapport de novembre 2011 où les membres de
ce comité-là disent qu’il faut absolument réduire les prix de base
pour tous les produits au Canada, alors, je m’excuse, mais le
homard, c’est un produit de base aussi. C’est là où ça nous fait
mal, et c’est là où on n’est pas d’accord. On devrait avoir juste une
vision, celle de s’assurer qu’ils ne jouent pas avec nous, et la façon
dont ces grandes surfaces jouent avec nous, c’est en utilisant du
petit homard. Je suis désolé, mais c’est la réalité.
[English]
[Traduction]
Senator Hubley: Thank you. My question has to do with the
different sizes in lobsters, market demands, what the consumer
wants, at a time when we are looking at changing eating habits,
certainly different styles of cooking, and the aggressive or nonaggressive market that goes behind your product.
Le sénateur Hubley : Merci. Ma question porte sur les différentes
grosseurs de homard, les exigences du marché, les souhaits des
consommateurs, au moment où les habitudes alimentaires sont en
train de changer. Il y a également des différentes façons d’apprêter
le homard et aussi la commercialisation énergique ou non de votre
produit.
The first problem that I have is that I am not sure that a canner
describes that particular type of animal, that small lobster, nor am
I sure that market is going to be well known in the public as being
that larger one. Certainly it is here in the Maritimes. There have
been many species of fish where they have enhanced its
marketability by identifying perhaps a more favourable name to
them. That is going to be important to marketing.
Je dirais d’abord que le terme « homard de conserverie » ne
décrit pas nécessairement bien ce genre d’animal, le petit homard;
je ne crois pas non plus que le terme « homard de table » désigne
clairement le homard plus gros dans l’esprit des gens. C’est sans
doute le cas ici dans les Maritimes. On a amélioré la
commercialisation de différentes sortes de poisson en les
désignant par des termes peut-être plus favorables. Cet aspect
sera important pour le marketing du homard.
There are very few commodities out there that you cannot get
in many different sizes and shapes and prepared in many different
ways. It is incumbent upon the industry to try to address those,
not one, maybe not two, but maybe look at all the possibilities
within the marketing framework to decide where your size and
shape of lobster is going to find the best market niche.
Il y a peu de denrées qu’on ne puisse obtenir dans différentes
tailles et formes, et apprêtées de différentes façons. Il appartient à
l’industrie d’en tenir compte et de penser, pas à une, pas à deux,
mais à toutes les possibilités au moment de commercialiser le
homard afin de trouver le meilleur créneau pour les différentes
tailles et parties du homard.
Is the present carapace size the same throughout 24, 25 and 26?
À l’heure actuelle, est-ce que la taille minimale de la carapace
est la même dans les zones 24, 25 et 26?
30-11-2012
Pêches et océans
Mr. Sullivan: Yes, in Prince Edward Island.
12:75
M. Sullivan : Oui, dans l’Île-du-Prince-Édouard.
Senator Hubley: Yes, and on Prince Edward Island we would
like to maintain that smaller lobster to fulfill the markets that we
have identified over the years. Although you are using a different
size lobster — you may be using it for a different reason or for a
different product — is it not possible for both of you to be
successful?
Le sénateur Hubley : Oui, et à l’Île-du-Prince-Édouard nous
aimerions continuer à pêcher les plus petits homards pour
répondre aux besoins des marchés qu’on a trouvés au fil des
ans. Bien que vous pêchiez un homard de taille différente, qui
peut être destiné à un produit différent ou utilisé pour une autre
raison — ne pourriez-vous pas tous les deux prospérer?
Mike McGeoghegan, Prince Edward Island Fishermen’s
Association: Absolutely.
Mike McGeoghegan, Association des pêcheurs de l’Île-duPrince-Édouard : Absolument.
Of course, there is market diversification. Our market model in
Prince Edward Island is totally different than the mainland and
the Maggies in Quebec. We have no problem selling this fish at
this size we have right now. That is the market model that we are
working with. It is sustainable. The fishery is sustainable on
Prince Edward Island. Why would we jump into the same
marketplace as them? The competition is going to be a whole lot
tougher. Right now we have our own diversification within the
lobsters.
Bien sûr, il y a la diversification des marchés. À l’Île-du-PrinceÉdouard, nous avons un modèle de commercialisation tout à fait
différent de celui qui existe sur le continent et dans les Îles de la
Madeleine, au Québec. Nous n’avons aucun mal à vendre du
homard de la taille que nous pêchons en ce moment. Cela dépend
du modèle de marché que nous visons. C’est une pêche durable à
l’Île-du-Prince-Édouard. Pourquoi tenterions-nous de percer le
même marché qu’eux? Cela mènerait à une concurrence bien plus
farouche. En ce moment, nous avons une diversification dans le
domaine du homard.
Talking about sizes it all depends on what area you fish in. Our
71 millimetre canner lobsters in the Northumberland Strait
actually way three-quarters of a pound to a pound. It all
depends on the area when you are talking about millimetres
because the meat content inside is totally different. Every district
is different when you are dealing with meat content.
Lorsqu’on parle de la taille de la carapace, tout dépend de la
zone dans lequel vous pêchez. Nos homards de conserverie, d’une
taille de 71 millimètres, que nous pêchons dans le détroit de
Northumberland pèsent en fait entre trois quarts de livre et une
livre. Cela dépend de la zone dans laquelle on pêche le homard car
la teneur en chair du homard est complètement différente. En ce
qui concerne la quantité de chair de homard dans l’animal, la
situation de chaque zone est tout à fait différente.
Senator Hubley: Would you like to comment as well?
[Translation]
Mr. Cloutier: Today, given that the American market has
changed over the last four or five years because of the
depreciation of the American dollar, 90 per cent of our lobsters,
perhaps 100 per cent of our lobsters are consumed by the Quebec
market. There is perhaps a group that buys some, a New
Brunswick group called Pier 99, a company that buys Prince
Edward Island lobster from an anglophone group, and I am not
sure where they ship them, but I know that a portion of their
lobsters go to the Montreal market as well. But I would say that
90 per cent of Quebec lobster is bought on the Quebec market,
and we land approximately 8 million pounds per year, the
Magdalen Islands and Gaspe combined, with approximately
600 fishermen.
[English]
The Chair: As a point of clarification, I understand your
frustration. How much lobster is caught in Quebec and shipped
elsewhere, percentage-wise?
[Translation]
Mr. Brun: If I may, Mr. Chairman, I would like to make a
comment.
Le sénateur Hubley : Vous voulez également intervenir?
[Français]
M. Cloutier : Aujourd’hui, compte tenu que le marché
américain a changé depuis quatre ou cinq ans à cause de la
dévaluation du dollar américain, 90 p. 100 de nos homards, peutêtre 100 p. 100 de nos homards sont consommés par le marché
québecois. Il y a peut-être un groupe qui en achète, un groupe du
Nouveau-Brunswick qui s’appelle Pier 99, une compagnie qui
achète du homard de l’Île-du-Prince-Édouard d’un groupe
d’anglais, et lui, je ne sais pas où il l’envoie, mais je sais qu’il y
une partie de son homard qui va sur le marché de Montréal aussi,
mais je dirais que 90 p. 100 du homard québecois est consommé
sur le marché québecois, et on capture huit millions de livres à peu
près par année, Îles-de-la-Madeleine et Gaspésie ensemble pour
600 pêcheurs à peu près.
[Traduction]
Le président : Je comprends votre frustration. Quel pourcentage
du homard pêché au Québec est expédié à l’extérieur de la province?
[Français]
M. Brun : Si possible, j’aimerais faire un commentaire,
monsieur le président.
12:76
Fisheries and Oceans
30-11-2012
We have a region where I would say we have the majority, a
high percentage of the difficulties and problems, and that is the
centre of the Strait, area 25, which is in fact the area where there
was a recent crisis last summer. This area has a small span of
water, and so the space available for the fishery is not very big.
Therefore, there is a tradition which developed over the years
where fishermen from that particular area would fish throughout
the area and therefore along the shores of both provinces, both
New Brunswick and Prince Edward Island.
On a une région où je disais qu’on avait la majorité, une grande
partie des problèmes, des difficultés, c’est le Centre de Détroit qui
est la zone 25, et qui est en fait la zone où il y a eu une dernière
crise l’été dernier qui a éclaté. Cette zone-là a une petite étendue
d’eau, alors l’espace qui est disponible pour faire la pêche n’est
pas très grand. Donc, il y a une tradition qui s’est développée au
fil des années que les pêcheurs dans cette zone-là pêchent un peu
partout et donc côtoient les deux provinces, et le NouveauBrunswick et l’Île-du-Prince-Édouard.
There are also a few Nova Scotia fishermen, a very small
number. Therefore, for a group in this area that has a different
market or that is operating with a different business plan, if one
province decides to increase the minimum size, the lobsters that
are left in the water are obviously fished by the fishermen of the
neighbouring province or of the other area, who will land those
lobsters, and that is of no benefit to the environment or to
conservation, to lobster biology. In other words, these lobsters
will be left by one group of fishermen and will be recuperated by
the other during the same season. That is what is happening, and
that is what often creates an impasse between the two groups. It
has happened over the past few years that fishermen did not
accept to make changes that would have benefited the other
group, and so they did not benefit from the change themselves,
you see.
Il y a aussi quelques pêcheurs de la Nouvelle-Écosse, un très petit
nombre. Donc, pour un groupe dans cette zone qui a un marché
différent ou qui fonctionne avec un plan d’affaires différent, si on
décide d’augmenter la taille minimale dans une province, les
homards qui sont laissés à l’eau, évidemment, les pêcheurs de la
province voisine ou de l’autre zone vont capturer ces homards et ça
ne donnera aucun bénéfice pour l’environnement ou la
conservation, la biologie du homard. En d’autres mots, ces
homards seront laissés aller par un groupe de pêcheurs et seront
récupérés par l’autre groupe durant la même saison. C’est ce qui
arrive, et c’est ce qui crée cette impasse souvent entre les groupes de
pêcheurs. C’est arrivé au cours des dernières années que les pêcheurs
n’acceptent pas de faire un changement pour que d’autres groupes
en bénéficient et qu’ils ne réussissent pas à en bénéficier eux-mêmes
dans le fond, vous voyez.
I would like to mention another point that is also important.
Regarding New Brunswick processors, that is the New Brunswick
processing sector, when people say that the two sectors are
separate in Prince Edward Island and in New Brunswick, that is
not quite true because 50 per cent of the lobster from Prince
Edward Island is in fact processed in New Brunswick processing
plants. Therefore, for fishermen to say that the minimum size for
lobster will be increased and then, to have them be impacted by
allowing other fishermen to land them is unfair. Some fishermen
said ‘‘no, we did not want to follow, we did not want to increase
the size, but we are going to send lobster to be processed in the
province where the fishermen made the effort to make that
change’’, and that is unfair. It is unacceptable for the fishermen to
bow to that and manage to make a change that seems to be
necessary. In any case, for the New Brunswick business plan, it is
necessary because the markets have changed.
En plus, j’aimerais vous mentionner un autre point qui est
important. Les transformateurs au Nouveau-Brunswick, donc, le
secteur de la transformation au Nouveau-Brunswick, quand on dit
que c’est deux secteurs sont séparés à l’Île-du-Prince-Édouard et au
Nouveau-Brunswick, ce n’est pas tout à fait vrai puisque 50 p.100
du homard qui provient de l’Île-du-Prince-Édouard est en réalité
transformé dans des usines de transformation du NouveauBrunswick. Donc, pour des pêcheurs de dire qu’on va augmenter
la taille minimale du homard et ensuite, on va prendre le contrecoup de le laisser être pêché par d’autres pêcheurs, et ensuite, ces
pêcheurs qui ont dit « non, nous on ne voulait pas suivre, on ne
voulait pas augmenter la taille, mais on va envoyer du homard pour
être transformé dans la province où les pêcheurs ont fait cet effort
de faire le changement », c’est inacceptable pour les pêcheurs
d’accepter ça et d’arriver à faire un changement qui semble être
nécessaire. En tout cas, pour le plan d’affaires du NouveauBrunswick, c’est nécessaire puisque les marchés ont changé.
[English]
The Chair: Do you want to answer?
[Translation]
Reginald Comeau, Regional coordinator, Maritime Fishermen’s
Union: I think that it is difficult for fishermen from outside the
area, whether it be New Brunswick or Nova Scotia, to force other
fishermen to adopt different fishing practices, for example
increasing the size of the catch. From the moment that
fishermen and myself in area 24, for example, in Prince Edward
Island, who are the only ones to engage in fishing in management
area 24, fish for lobster that in their opinion is worth a given price
[Traduction]
Le président : Vous voulez répondre?
[Français]
Reginald Comeau, coordonnateur régional, Union des pêcheurs
des maritimes : Je pense que c’est difficile pour des pêcheurs de
l’extérieur, que ce soit de la Nouvelle-Écosse ou du NouveauBrunswick, de forcer d’autres pêcheurs à adopter d’autres
pratiques de pêche, comme par exemple, augmenter la taille. Du
moment que les pêcheurs et moi-même de la zone 24, par exemple
à l’Île-du-Prince-Edouard, qui sont seuls à pratiquer la pêche sur
ce terrain dans la zone de gestion 24, pêchent un homard qui,
30-11-2012
Pêches et océans
12:77
and for which there is a market that does not affect markets for
others, provided that the lobster be processed by island processors
and marketed by island industries, personally I find it difficult to
see how one could oppose the request of the island fishermen. On
the other hand, when a territory is shared such as area 25, that is
altogether another story.
selon eux, commande un tel prix et pour lequel il y a des marchés
qui n’affectent pas les marchés des autres, à condition que ce
homard soit transformé par les industriels de l’île et mis en marché
par les industriels de l’île, c’est difficile personnellement de voir
comment on peut s’opposer à la demande des pêcheurs de l’île.
Par contre, lorsqu’on partage un territoire comme la zone 25, c’est
une toute autre histoire.
We saw last summer, and I believe this is perhaps one of the
reasons why you are here this afternoon, that there was a crisis
that might have been the last straw and become really serious,
with great consequences for our trade with the United States. The
fact that we were fishing a small lobster that was not commanding
the same prices, and was more difficult to process than a Maine
lobster, at ridiculously low prices or under $2, there is a word for
that but I will not say it. Everyone knows what it is. There were
huge shipments from Maine for almost nothing, and the New
Brunswick industries wanted at all costs to process this lobster
because it cost them almost nothing, and we were obliged to
compete with that. We were fishing for ridiculously low prices,
and we will fish for laughable prices again next summer if nothing
is done to try and change that. How can we change that? Perhaps
by being as competitive as the Maine fishermen, but I strongly
doubt that we can manage it. I think it may be something that the
Senate committee could look at, given that you made the effort to
come down and see us in the Maritimes; perhaps you could look
at how trade happens between Maine and New Brunswick, for
example, Maine and the Maritimes and Quebec.
On a vu cet été, et je pense que c’est peut-être une des raisons
pour lesquelles vous êtes ici cet après-midi, il y a eu une crise qui
aurait pu déborder et être très sérieuse, avec des conséquences très
sérieuses au niveau du commerce qu’on fait avec les États-Unis. Le
fait qu’on pêchait un petit homard qui ne commandait pas les
mêmes prix et qui était plus difficile à transformer qu’un homard en
provenance du Maine à des prix ridiculement bas ou en-dessous
de 2 $, il y a un mot pour ça mais je ne le dirai pas. Tout le monde
sait ce que c’est. Il y eu des gros arrivages du Maine pour presque
rien, et puis, les industriels du Nouveau-Brunswick voulaient à tout
prix transformer ce homard parce que ça ne leur coûtaient rien, et
nous, on était pris à concurrencer avec ça. On a pêché pour des prix
dérisoires, et on va encore pêcher l’été prochain pour des prix
dérisoires s’il n’y a rien de fait pour essayer de changer ça. Comment
peut-on changer ça? Peut-être en étant aussi compétitifs que les
pêcheurs du Maine, mais je doute fort qu’on puisse y arriver. Je
pense que ce serait peut-être quelque chose que le comité sénatorial,
vu que vous avez pris la peine de descendre chez-nous dans les
Maritimes, peut-être que vous pourriez voir comment se fait le
commerce entre le Maine et le Nouveau-Brunswick, par exemple, le
Maine et les Maritimes et le Québec.
Are supply and demand working properly, is there healthy
competition? You would be kidding yourself if you thought we
could be competitive with our small lobster in New Brunswick’s
Northumberland Straight, given what is currently going on in the
large scale landings in Maine, the huge landings. New Brunswick
may have processed some 70 million pounds of lobster in 2011,
and maybe more in 2012, and half of that came from Maine, half
of the landings. That is the competition we are stuck with.
Harvesters in Maine may have been paid $1.80 per pound or
$2 per pound, we do not know. Apparently, those were the prices.
Est-ce que le jeu de l’offre et de la demande ou de la
compétition est vraiment sain? C’est se compter des histoires que
de penser qu’on va pouvoir au Nouveau-Brunswick dans le
Détroit de Northumberland concurrencer avec un petit homard,
avec ce qui se passe actuellement et avec les gros arrivages du
Maine, des arrivages massifs. Le Nouveau-Brunswick a peut-être
transformé 70 millions de livres de homard en 2011, peut-être plus
en 2012, et la moitié de ça étaient des arrivages du Maine, la
moitié. On est pris à concurrencer avec ça. Les pêcheurs du Maine
ont peut-être pêché pour 1,80 $ la livre, 2 $ la livre, on ne le sait
pas. Semble-t-il que c’étaient les prix.
That may be the main problem. There is no end in sight, but we
are going to get together and tell harvesters in New Brunswick
and in Prince Edward Island, who fish in the Northumberland
Straight, that they have a much bigger challenge than harvesters
in area 24 or area 26 of Prince Edward Island.
Le gros problème est peut-être là. Ça ne s’arrête pas, mais il va
falloir se mettre ensemble et qu’on dise aux pêcheurs du NouveauBrunswick, et à ceux de l’Île-du-Prince-Édouard, qui pêchent dans
le Détroit de Northumberland, qu’ils ont un défi grandement
supérieur à ce que peuvent vivre les pêcheurs de la zone 24 ou de
la zone 26 de l’Île-du-Prince-Édouard.
In the Northumberland Straight, we can anticipate some other
problems if this one isn’t solved. People in New Brunswick are
saying that the thing to do is to increase the carapace to give
conversion a chance and to be able to compete on an equal footing
with people in Maine. People in PEI do not agree, but I am told that
50 per cent of the lobster processed from PEI catches goes to New
Brunswick, so I do not know. I do not really have the numbers.
Dans le Détroit de Northumberland, il y a d’autres problèmes en
vue si on n’arrive pas à régler ce problème. Les gens du NouveauBrunswick disent que la manière de faire, c’est d’augmenter la
carapace pour donner une chance à la conversion et pour pouvoir
jouer sur un equal footing, si je peux utiliser cette expression, avec les
gens du Maine. Les gens de l’Île-du-Prince-Édouard disent non,
mais par contre, on me dit que 50 p. 100 du homard transformé à
partir des captures de l’île s’en vient au Nouveau-Brunswick, alors je
ne sais pas, je n’ai pas les chiffres vraiment.
12:78
Fisheries and Oceans
Is it true? One thing is for sure. In the Northumberland
Straight, the status quo cannot be maintained, so changes are
going to have to be made, progressive changes, otherwise, I think
the game is not over.
[English]
30-11-2012
Est-ce que c’est véridique? Une chose est sûre. Dans le Détroit
de Northumberland, le statu quo ne peut pas être préservé, alors il
va falloir faire des changements, des changements progressifs,
sinon, je pense que la game n’est pas finie.
[Traduction]
The Chair: Mr. MacPherson, do you want to comment? We
want to hear from you but we have two other panels so I ask that
we try to keep our questions and answers as succinct as possible.
Le président : Monsieur MacPherson, voulez-vous ajouter
quelque chose? Nous voulons vous entendre mais nous avons
deux autres groupes de témoins après vous. Voilà pourquoi nous
essayons de nous en tenir à des questions et à des réponses aussi
brèves que possible.
Mr. MacPherson: I will be brief. Mr. Brun touched on the
challenge certainly in North America of record catches and that is
a whole different discussion and a very complex one. One thing
that has not been mentioned today that is really critical is that we
are too dependent on one market in Atlantic Canada. Certainly a
lot of our problems started when the U.S. economy slowed
significantly. It is a very important market to us. However, I was
out in Western Canada when the mad cow disease hit, and the
beef industry there went through a very similar point of turmoil.
The thinking was that market will never go away; it probably will
not slow down very much; the sky is the limit. Then one day it was
gone at the snap of a finger. That is part of it. We have to be very
cautious in putting more lobster of a similar size into one
marketplace that we are probably overexposed in.
M. MacPherson : Je serai bref. M. Brun a parlé du défi que
posent en Amérique du Nord des prises record; c’est un tout autre
débat qui est également très complexe. Ce qu’on n’a pas
mentionné aujourd’hui, et c’est un élément capital, c’est que
dans l’Atlantique du Canada, nous dépendons beaucoup trop
d’un marché. Beaucoup de nos problèmes ont commencé quand
l’économie américaine a beaucoup ralenti. C’est un marché très
important pour nous. Toutefois, j’étais dans l’Ouest du pays
lorsque la maladie de la vache folle nous a frappés, et l’industrie
du bœuf a connu des bouleversements très semblables. On croyait
que le marché ne disparaîtrait jamais et qu’il ne ralentirait
probablement pas beaucoup; les perspectives étaient illimitées.
Puis, tout d’un coup, le marché s’est évanoui du jour au
lendemain. C’est un élément dont il faut tenir compte. Il faut
être très prudent lorsqu’on songe à mettre plus de homards d’une
dimension semblable sur un marché unique dans lequel nous
sommes probablement surexposés.
Some of our people have had success in developing their
markets in other emerging markets in other locations. I just
thought I would mention that.
Certains de nos gens ont réussi à se tailler une place sur
d’autres marchés émergents dans d’autres pays. Je voulais le
signaler.
The Chair: That was a good point. Not only with our fishing
industry do we have that problem but with oil and many other
industries in Canada. We are very dependent on the U.S. market
and hopefully through the efforts of everybody we can find those
emerging markets.
Le président : Vous faites bien, car c’est un élément pertinent.
Nous avons le même problème dans l’industrie pétrolière et
beaucoup d’autres secteurs au Canada. Nous dépendons
beaucoup du marché américain et nous espérons que grâce aux
efforts de tout le monde, on pourra percer ces marchés émergents.
[Translation]
[Français]
Senator Poirier: There were some questions about the numbers
you gave us on lobster size. I think that some of you did a really
good job of summarizing part of the problem. None of us wants
to go through another crisis. That is for sure. So I am positive that
the harvesters are more interested than anyone else in avoiding
another crisis. So we have to look at how we can go about finding
solutions to the existing problems.
Le sénateur Poirier : On questionnait les nombres que vous
nous donniez pour la grosseur du homard. Je pense que certains
d’entre vous avez vraiment bien résumé tantôt une partie du
problème. Personne d’entre nous veule revivre une autre crise.
C’est garanti, et donc, je suis sûre et certaine que les pêcheurs sont
les premiers à ne ps vouloir une autre crise. Donc, il faut regarder
de quelle manière on peut en venir à une solution et trouver des
solutions aux problèmes qui existent.
I think Mr. Comeau talked about that a little bit. First,
everyone is going to have to sit down at the table and reach a
consensus as Atlantic provinces, all helping one another. Right
away, we hear presentations like the ones we just heard this
morning. We have already heard that apparently in PEI there is
quite a substantial market for canner lobster. And in New
Brunswick, they apparently want to increase size to meet the
Je pense que M. Comeau en a parlé un petit peu.
Premièrement, il faut s’asseoir autour de la table, et il faut
pouvoir en venir à un consensus comme provinces de l’Atlantique
où on s’aide l’un et l’autre. Tout de suite, on entend des
présentations qu’on a eu juste depuis ce matin. On entend déjà
qu’il semble y avoir à l’Île-du-Prince-Édouard un marché assez
élevé pour le homard, dans ce que nous autres on appelle le
30-11-2012
Pêches et océans
12:79
demand here in New Brunswick. My first question is: why is the
demand different when we are so close? I do not know who can
give me an answer.
fameux canner, tant qu’au Nouveau-Brunswick on semble croire
qu’ils veulent remonter la grosseur pour pouvoir répondre à la
demande qu’on a ici au Nouveau-Brunswick. Ma première
question, ça serait, pourquoi la demande est différente et quand
on est si proches? Je ne sais pas qui peut me répondre.
Mr. Brun: I can try to answer that. The processing industry has
evolved differently in PEI and New Brunswick. About 10 years
ago, the industry in New Brunswick got rid of certain products
and focused on lobster tails, which restaurants like Red Lobster
are interested in, as I said before. They produce more lobster
meat. They also produce other products, but less of them. Instead,
they have diversified their various types of products, whereas in
New Brunswick, they have instead focused on what are called
whole cooks, i.e. cooked lobster, sold in a can, or popsicles, which
are lobsters in a block of ice that are exported like that. So each
province seems to have a different marketing strategy, but
harvesters in both provinces share the same waterways, and to
suggest a division of those waterways is practically impossible
because there is not enough room in the straight. When you look
at a map, you can see that the space between New Brunswick and
PEI is quite small. We have wound up with two different
marketing strategies in our industry, and our harvesters are
caught in the middle.
M. Brun : Je peux tenter de répondre. Le secteur industriel de
la transformation à l’Île-du-Prince-Édouard et au NouveauBrunswick a évolué différemment. Depuis une dizaine d’années, le
secteur du Nouveau-Brunswick s’est départi de certains produits
et ils ont essayé de s’en aller dans le secteur des queues de homard
qui visait plus les restaurants, comme je l’ai mentionné tantôt, du
style Red Lobster. Ils font plus de chair de homard. Ils font aussi
d’autres produits mais ils en font moins. Ils ont plutôt diversifié
leurs différents types de produits, tandis qu’au NouveauBrunswick, ils se sont plutôt concentrés sur ce qu’on appelle des
whole cooks, donc, c’est un homard cuit, mis dans une boîte et
vendu comme ça, ou bien des popsicles qui sont des homards dans
un bloc de glace qui sont exportés comme tel. Ça fait que chaque
province semble avoir une différente stratégie de marché, mais les
pêcheurs dans les deux provinces partagent les mêmes eaux, et de
dire qu’on va diviser ces eaux là, c’est pratiquement impossible
parce qu’il n’y a pas assez d’espace dans le Détroit. Quand vous
allez regarder une carte, vous allez voir que l’espace entre le
Nouveau-Brunswick et l’Île-du-Prince Édouard est très petite. On
finit par avoir deux stratégies de marché avec nos industriels, et
nos pêcheurs sont pris dans cette impasse.
Senator Poirier: Knowing that we have this problem, are any
discussions being held with the industry to see whether we can
diversify our market a bit more in both provinces or should we be
trying to achieve more of a consensus on lobster size?
Le sénateur Poirier : Sachant que ce problème existe, est-ce
qu’il y a des discussions avec l’industrie pour voir si on peut
diversifier notre marché un peu plus dans les deux provinces ou
est-ce que ça pourrait devenir plus un consensus sur quel grosseur
de homard qu’on devrait traiter ou avoir?
Mr. Brun: I would say we are doing a decent job of it. I think
our colleagues from P.E.I., Quebec and Newfoundland have all
managed to work together to improve the promotion of lobster.
We belong to an organization. We are all at the table. We work
together a lot on issues we can agree on. There are always some
points we cannot agree on, and size is one of them, but we are
making a big effort with emerging countries, like China, where
sales have been almost doubling every year over the past few
years. Huge efforts have been made over the past four to five
years to develop the market in China. I believe governments have
also been working to reduce tariffs in Europe. These are all things
that will help, but in the longer term. What happens is that we
find ourselves currently in a short-term crisis with no solution
within our control as harvesters or as a harvesting industry other
than what we have proposed, and there is a deadlock over that,
and there are two groups or various groups that appear to see
things differently.
M. Brun : Je dirais qu’on fait ça assez bien. Je pense que nos
collègues de l’Île-du-Prince-Édouard, du Québec et Terre-Neuve, on
a réussi à travailler ensemble pour améliorer la promotion du
homard. On fait partie d’une organisation. On est tous là autour de
la table. On travaille beaucoup plus en commun sur des questions
où on peut s’entendre. Il y a toujours des points sur lesquels on ne
peut pas s’entendre, et s’en est un la taille, mais on fait beaucoup
d’efforts dans les pays émergeants en Chine d’ailleurs, où les ventes
doublent presqu’à chaque année depuis les derniers deux à trois ans.
Il y a eu d’énormes efforts depuis les derniers quatre à cinq ans pour
développer le marché de la Chine. Je pense que les gouvernements
travaillent aussi pour ouvrir ou diminuer les tarifs en Europe. Ce
sont toutes des choses qui vont aider mais à plus long terme. Ce qui
arrive, c’est qu’on se retrouve dans une crise à court terme
actuellement avec aucune solution qu’on contrôle comme pêcheur
ou comme secteur de la récolte autre que celle qu’on a proposé, et il
y a une impasse sur celle là, et il y a deux groupes ou divers groupes
qui semblent percevoir ça différemment.
[English]
The Chair: Mr. MacPherson wanted to make a comment.
[Traduction]
Le président : M. MacPherson voulait intervenir.
12:80
Fisheries and Oceans
30-11-2012
Mr. MacPherson: Senator Poirier, two weeks ago we had a
meeting with all stakeholders to discuss the LFA 25 situation
from last fall — fishing groups, processors, harvesters and the
provinces. We had a one-day brainstorming session to get ideas
out. A lot of information was exchanged, which is good because
typically we do not have a format for those groups to sit down.
M. MacPherson : Madame le sénateur Poirier, voilà deux
semaines nous avons organisé une réunion avec toutes les parties
prenantes pour discuter de la situation de la zone de pêche au
homard ZPH 25 au cours de l’automne dernier : nous avons
rassemblé les associations de pêcheurs, les transformateurs, les
pêcheurs eux-mêmes et les provinces. Nous avons consacré une
journée à une séance de remue-méninges pour pouvoir générer les
idées. Nous avons échangé beaucoup d’information, ce qui est
excellent parce qu’en général tous ces groupes ne se rencontrent pas.
I am disappointed to report that at the end of the meeting both
the Province of New Brunswick and the New Brunswick
processors did not feel that there was a sufficient value from
that exchange to hold another meeting. We just got the
documents for that session and we are going through them. I
just think that as an industry with significant problems we need to
deal with to expect that we could solve them in one day is
incredibly arrogant and very disappointing. I just wanted to
update you on that.
Malheureusement, je dois vous dire qu’à la fin de la réunion, la
province du Nouveau-Brunswick et ses transformateurs ont
conclu que la réunion n’avait pas donné beaucoup de résultats
et qu’il n’était pas justifié d’en organiser une autre. Nous venons
de recevoir le compte rendu de cette réunion et nous sommes en
train d’en prendre connaissance. À mon avis, étant donné les
graves problèmes qu’éprouve notre industrie, il était extrêmement
arrogant et très décevant de penser qu’on pouvait tous les régler
en une seule journée. Je voulais vous mettre au courant.
[Translation]
Mr. Cloutier: You mentioned that there were two markets,
why there are two markets — I do not necessarily believe that
theory — and you said it is because there are two types of supply.
That does not necessarily mean there are two types of demand. In
Quebec, in the Gaspe region, I head up a group with a three-year
budget to find markets for live lobster abroad, so for the past two
years, we have been working on France, Spain, Italy and China.
We are going to add Brazil next year, for industrial harvesters and
marketing. What people are asking us for in those markets, and I
have done a number of trips, is just high-quality lobster. We are
talking about 84-millimetre lobster. In general, there is no
demand for small lobster, they want 84-millimetre lobster. The
supplier or company with the most expertise, if you will, in the
Atlantic, in the Gulf, outside the Gulf, is Clearwater, and
Clearwater, in my opinion, is not in a small lobster producing
area. In Southwestern Nova Scotia, and we are talking about
84-millimetre size here, they are the ones with the greatest
expertise. They say so in China and elsewhere. Clearwater sells a
lot of live lobster if it sells any at all. And it does not sell any
lobster under 84 millimetres. And that is the problem. And when
you look at top quality — there is always a top quality for better
factory yield — they are not going to use a big lobster, a two- or
three-pound lobster, to produce meat. It is not profitable because
the carapace is too heavy, so it is not economically advantageous
to process a big, heavy lobster. You use a standard size lobster,
and the standard size lobster I am familiar with, and the one that
is most often used, is the one pound or one-and-a-quarter-pound
lobster. It is the same for small lobster. Some think processing
small lobster is extremely profitable, but it is just the same pricequality ratio. There is a distortion there too, and I am no expert in
the industry, but I am an observer. I have been working in this
field for 34 years. I think there may be a false problem: the
problem is that we are not all after the same size. We understand
[Français]
M. Cloutier : Vous avez mentionné qu’il y a deux marchés,
pourquoi il a deux marchés — moi, je ne crois pas nécessairement
à cette hypothèse — c’est parce qu’il y a deux offres. Ça ne veut
pas nécessairement dire qu’il y a deux demandes. Au Québec, en
Gaspésie, je suis à la tête d’un groupe qui ont pour trois ans de
budget pour trouver des marchés à l’extérieur dans le vivant, alors
on fait depuis deux ans la France, l’Espagne, l’Italie et la Chine.
On va rajouter le Brésil l’an prochain, pour les pêcheurs
industriels et la commercialisation. Ce qu’on nous demande sur
ces marchés, et j’ai fait plusieurs voyages, c’est strictement du
homard de grosse qualité. On parle de homard de 84 millimètres.
En général, on ne demande pas de petits homards, on demande du
homard de 84 millimètres. Le vendeur ou la compagnie la plus
experte, si on veut, dans l’Atlantique, dans le Golfe, hors Golfe,
c’est Clearwater, et Clearwater, à mon avis, n’est pas dans une
région où on exploite du petit homard. Dans le sud-ouest de la
Nouvelle-Écosse, et on parle d’une taille de 84 millimètres ici, c’est
elle qui a la plus grande expertise. On se le fait dire en Chine
entres autres. Si Clearwater vend du homard vivant, elle en vend
beaucoup. Elle ne vend pas de homard en bas de 84 millimètres.
Et, c’est là le problème. Quand on regarde aussi la qualité
optimum — il y a toujours une qualité optimum pour avoir un
meilleur rendement en usine — on ne va pas pour faire de la chair
et prendre un gros homard, un homard de deux livres ou trois
livres. Ce n’est pas payant parce que la carapace est trop pesante,
donc, dans le rapport qualité-poids, tu perds à transformer un
gros homard. Tu vas chercher un homard de taille standard, et le
homard de taille standard, que moi je connais et qui est celui qui
est le plus souvent utilisé, c’est le homard d’une livre, une livre et
quart. C’est la même chose pour le petit homard. Ceux qui
pensent que transformer du petit homard c’est excessivement
payant, c’est le même rapport qualité-prix. Il y a une distorsion là
aussi, et je ne suis pas un industriel mais je vois aller les choses. Ça
30-11-2012
Pêches et océans
12:81
that there are reasons for wanting to harvest lobster because it is
available in large quantities, but that creates problems for the
other regions.
fait 34 ans que je suis dans le métier. Je me dis qu’il y a peut-être
un faux problème : le problème, c’est qu’on exploite pas tous à la
même taille. On comprend qu’il y a des raisons pour ceux qui
veulent exploiter leur homard parce qu’il y a des grandes
quantités, mais ça crée des problèmes pour les autres régions.
Senator Poirier: In the presentation by Mr. Keith Sullivan, he
referred to the Independent Fish Harvesters’ Movement, and
Mr. Brun referred to the Canadian Fish Harvesters’ Movement,
which is made up of 36 organizations.
Le sénateur Poirier : Dans la présentation de M. Keith
Sullivan, il a parlé du Independent Fish Harvesters Movement,
et M. Brun a parlé du Mouvement des Pêcheurs du Canada, qui
contenait 36 organisations.
How long has this group been in existence? Is it something new,
and if so, has the process begun? What kind of results can the
group produce? Are there harvester representatives or any actual
harvesters in the group, at the table?
Depuis combien de temps ce groupe existe-t-il? Est-ce que c’est
quelque chose de nouveau, et si oui, est-ce que le processus est
commencé? Quels sont les résultats que le groupe peut apporter?
Est-ce qu’on a des pêcheurs représentants, des pêcheurs même sur
ce groupe qui s’assoient à la table?
The provincial minister from New Brunswick mentioned that if
there was one positive thing that came out of this summer’s crisis,
it was that, at least, everyone came to the table and tried to find
solutions, perhaps more than ever, including governments,
harvesters and so on. I would just like to have your opinion on
that. Is there any movement? Are people working cooperatively to
find solutions and where do things stand with that and do we
belong to the group you just mentioned?
Le ministre des provinces du Nouveau-Brunswick a mentionné
que s’il y avait un point positif qui était ressorti de la crise de cet
été, c’était que, au moins, tout le monde était autour de la table et
qu’on essayait de trouver des solutions, peut-être plus
qu’auparavant, incluant les gouvernements, les pêcheurs ainsi de
suite. Je voudrais juste avoir votre point de vue sur ça. Est-ce qu’il
y a du mouvement? Est-ce qu’on travaille en collaboration pour
trouver des solutions et où en est-on rendu avec ça et est-ce qu’on
fait partie de ce groupe que vous venez de mentionner?
[English]
The Chair: We can queue up that particular question. We need
to move on.
Go ahead, Mr. Sullivan.
[Traduction]
Le président : On pourra réserver cette question, mais nous
devons passer à autre chose.
Allez-y, monsieur Sullivan.
Mr. Sullivan: I mentioned this group earlier and it came
together I guess more officially in 2012. Many of these groups
worked together in the past so there is a long history of
cooperation. This time there was a particularly big threat to the
industry or at least perceived threat, which I think most people
would think was real. The most important thing came from this
modernization document produced by DFO and how there was
so little consultation. People believed that the owner/operators
and the fleet separation policies in particular were in jeopardy,
and the harvesters did not seem to have much opportunity for real
consultation. These legitimate organizations that represent many
independent core fish harvesters were not getting fair and proper
consultation in their view and there seemed to be a serious threat
to that. They were forced to unite to show their solidarity on this
issue, but from that there came an opportunity. It is a very
effective way to communicate to people to show that you have got
most of the independent harvesters in Canada, Atlantic Canada in
particular, on one side.
M. Sullivan : Ce groupe que j’ai mentionné tout à l’heure a été
formé officiellement en 2012. Beaucoup de ces associations ont
travaillé ensemble dans le passé, si bien qu’il y a une longue histoire
de coopération entre eux. Cette fois-ci, l’industrie faisait face à une
menace particulièrement grave, ou du moins perçue comme telle, et
que la plupart des gens croyaient réelle. Le résultat le plus important
du processus a été la production de ce document de modernisation
par le MPO; et il y a eu très peu de consultations. Les gens croyaient
que les politiques de propriétaires-exploitants et de séparation des
flottilles étaient remises en question, et on ne semblait pas avoir
donné aux pêcheurs une grande possibilité d’être consultés. Ces
organismes légitimes qui représentent beaucoup de pêcheurs
indépendants n’étaient pas dûment consultés à leur avis et il
semblait y avoir un danger réel. Ils ont été obligés de s’unir pour
montrer leur solidarité sur cette question, mais cela a créé des
possibilités. C’est une excellente façon de montrer aux gens que la
plupart des pêcheurs indépendants du Canada, et particulièrement
ceux de l’Atlantique, faisaient front commun.
I would say the first result would probably be the
announcement that Minister Ashfield made saying that those
two policies are not in jeopardy. That is one tangible result to
date. I would hope that there are many more. Like I mentioned,
that group will be working hard, I am sure, to ensure that there is
no change to the date or any moving around of the rules that were
Le premier résultat qu’on a obtenu, c’est probablement la
déclaration par le ministre Ashfield que ces deux politiques
n’étaient pas remises en question. C’est là un résultat concret que
nous avons obtenu jusqu’à maintenant. Nous espérons qu’il y en
aura beaucoup d’autres. Comme je l’ai dit, ce groupe va travailler
fort pour qu’on n’apporte pas de changement à la date ni aux
12:82
Fisheries and Oceans
30-11-2012
associated with Minister Hearn’s announcement back in 2007
when he gave the deadline for the ending of controlling
agreements.
règles entourant ce que le ministre Hearn avait annoncé en 2007
en fixant la date à laquelle les accords de contrôle viendraient
à échéance.
There will be many other issues that we can work together on.
Hopefully that vehicle can be used a lot in the next little while.
Il peut y avoir beaucoup d’autres dossiers sur lesquels nous
pouvons travailler ensemble. J’espère que ce sera un mécanisme
dont on se servira beaucoup dans les prochaines années.
The Chair: I am going to allow one more person to answer.
Le président : Je vais permettre à une personne de plus
de répondre.
[Translation]
Mr. Comeau: I do not believe, Senator Poirier, that these
movements, which may improve the atmosphere for the lobster
fishery and perhaps even improve the fishery itself in the future,
can do anything about this summer’s crisis. This summer’s crisis
was due to the fact that there were several harvesters on the east
coast of New Brunswick, in your part of the country, who were
told by processors that they could not buy their lobster this
summer. They could not buy it because there was no market for
small tails, but there were extraordinary landings coming in from
Maine. The plants were working at full capacity, and this was
happening in the month of July, and the harvesting could not
start until the month of August. They simply said ‘‘we have too
much lobster. We cannot take your lobster.’’ That was what the
problem was. There is nobody who wants to talk about it. I know
that it is not that easy to control. We cannot prevent free trade.
We cannot stop trucks from coming here from Maine.
We sell 80 to 85 to 90 per cent of the lobster we process to
Maine. We sell it to the United States. We know all that. But, as
long as we cannot get our acts together, as long as we keep
squabbling in the Northumberland Strait, I think we run the risk
of having other problems. The problem is not going to change
overnight if attitudes do not change, if the government does not
understand that attitudes need to change; but in order to change
attitudes, steps have to be taken. We are talking about lobster
size, about promoting quality. Until we do that, we are going to
have the same problems, because there is no way harvesters in
Maine are going to stop harvesting just to make us happy.
[English]
[Français]
M. Comeau : Je ne pense pas, sénatrice Poirier, que ces
mouvements, qui vont peut-être assainir le climat des pêches et
améliorer les pêches dans le futur, peuvent faire quelque chose
pour la crise de cet été. La crise de cet été était due au fait qu’il y
avait plusieurs pêcheurs sur la côte est du Nouveau-Brunswick
dans votre coin de pays qui se sont fait dire par les
transformateurs qu’ils ne pouvaient pas acheter leur homard cet
été. Ils ne pouvaient pas l’acheter parce qu’il n’y avait pas de
marché pour les petites queues, par contre il y avait des arrivages
extraordinaires qui arrivaient du Maine. Les usines étaient pleines
à capacité, et ça se passait au mois de juillet et on n’a pas pu
commencer à pêcher avant le mois d’août. Ils nous ont dit tout
simplement « on en a trop de homard. On ne peut pas prendre
votre homard. » C’est ça le problème qui s’est passé. Il n’y a
personne qui veut en parler. Je sais que ça ne se contrôle pas
comme ça. On ne peut pas empêcher le libre-échange. On ne peut
pas arrêter les camions du Maine de venir chez-nous. On vend de
80 à 85 à 90 p. 100 du homard qu’on transforme au Maine. On le
vend aux États-Unis. On sait tout ça. Mais, tant qu’on va
continuer à s’amuser entre nous, à se battre entre nous dans le
Détroit de Northumberland, je pense qu’on court le risque d’avoir
d’autres problèmes. Le problème ne va pas changer du jour au
lendemain si les attitudes ne changent pas. Si le gouvernement ne
comprend pas qu’il faut changer les attitudes, mais pour changer
les attitudes, il faut mettre des mesures en place. On parle de taille
de homard, on peut parler de promouvoir la qualité. Tant qu’on
ne fera pas ça, on va avoir les mêmes problèmes, parce que ce
n’est pas vrai que les pêcheurs du Maine vont arrêter de pêcher
pour nos beaux yeux.
[Traduction]
Senator McInnis: This is a good segue into the comment I was
going to make because sometimes when there is not compromise
there is regulation.
Le sénateur McInnis : Cela me permettra de faire la transition
vers un fait que j’aimerais signaler : là où il n’y a pas de
compromis, il y a des règlements.
We heard this morning from the ministers from P.E.I. and New
Brunswick on the size of the lobster and there was no agreement.
This committee, at the end of the day, will write a report and quite
often Fisheries and Oceans Canada will listen to us. This is an
opportunity for you to make some reasonable compromises and
reasonable recommendations. Today we have heard debate,
discussion on the size of the lobster, particularly in LFA 25. We
have heard problems with the possibility of certification. We hear
the Lobster Council of Canada talking about a branding with the
three pillars of quality, price and, of course, the brand. We hear
Ce matin, les ministres de l’Île-du-Prince-Édouard et du
Nouveau-Brunswick nous ont signalé qu’il n’y avait pas
d’accord quant à la taille des homards. Au bout de cet exercice,
notre comité rédigera un rapport et il arrive très souvent que le
ministère des Pêches et Océans nous écoute. Vous avez
aujourd’hui l’occasion de proposer des compromis raisonnables
et des recommandations raisonnables. Aujourd’hui, on nous a
expliqué le débat entourant la taille du homard, particulièrement
dans la ZPH 25. On nous a dit que la possibilité de certification
faisait problème. Le Conseil canadien du homard a fait valoir la
30-11-2012
Pêches et océans
12:83
problems of markets, problems with price, problems with
exploitation, market interference vis-à-vis perhaps with the
U.S., over capacity, and DFO involvement.
valorisation de la marque, soulignant les trois piliers de
l’industrie, soit la qualité, le prix et bien sûr l’image de marque
du produit. On nous a fait part des problèmes liés au marché, au
prix, à l’exploitation, à l’ingérence dans les marchés en ce qui a
trait aux États-Unis, la surcapacité et l’intervention du MPO.
This is a suggestion: If it were me, I would be putting together a
critical path as to what your most important challenges are in the
lobster industry. Then this committee will do the best we can to
put the recommendations forth to those in the decision making
role. Not all the time do solutions have to emanate from
government. They can emanate from compromise amongst you.
Permettez-moi de vous faire une suggestion. Si j’étais à votre
place, je tracerais un chemin critique décrivant les plus importants
défis qui se posent à l’industrie du homard. Ensuite, notre comité
mettrait tout en œuvre pour adresser des recommandations en
question aux autorités décisionnelles. Les solutions n’ont pas
toujours besoin de venir du gouvernement. Elles peuvent émaner
d’un compromis entre vous tous.
Your presentations here this afternoon have been compelling. I
listened with attention but not once on one particular issue did I
hear a whimper of any form of compromise. I heard that there
were meetings and then there was the suggestion that the meetings
should not go any further because it was felt fruitless.
Vous nous avez présenté des exposés fort convaincants. Je vous
ai écouté attentivement, mais je n’ai jamais entendu même le début
de l’ombre d’un compromis sur quelque dossier que ce soit. On
nous dit qu’il y a eu des réunions et que certains ont jugé qu’il ne
valait plus la peine d’en tenir parce qu’elles n’aboutissaient à rien.
This is not a lecture; it is just a suggestion. I come from rural
Nova Scotia and I can tell you when the ground fishery fell off
and almost died, but for the lobster industry I do not know where
we would be in the small towns throughout Atlantic Canada, and
so it is important. It is a very important product and it is a very
important industry so all of us have to work together for
solutions. We will make a report to the Senate and then to the
Department of Fisheries hopefully, and this is your golden
opportunity.
Je ne peux pas vous faire un discours, seulement une
suggestion. Je suis originaire d’un petit village de la NouvelleÉcosse et je peux vous dire que lorsque la pêche au poisson de
fond s’est effondrée et a presque disparu, je ne sais pas ce qu’on
aurait pu faire dans les petits villages du Canada atlantique s’il n’y
avait pas eu la pêche au homard, qui est extrêmement importante.
C’est un produit très important et un secteur également très
important; voilà pourquoi nous devons tous travailler ensemble
pour trouver des solutions. Nous allons présenter un rapport au
Sénat, puis, au ministère des Pêches, et vous avez la meilleure
occasion de vous faire entendre aujourd’hui.
Finally, I simply want to ask you this question because I think
one of the panaceas with respect to marketing might be the
Lobster Council of Canada. It is my understanding when we had
them before us a week or so ago that not all of the lobster fishing
areas belong to that organization. It strikes me that if you really
want to get into the Asia market, which apparently is quite
important, it would be important to harness your wagon to that
horse to get into those markets, and you will be working in
tandem with a group that hopefully will have all of you together
on one team marketing your product. That is just a suggestion.
You do not have to respond.
Enfin, comme je crois que le Conseil canadien du homard peut
être le meilleur outil de commercialisation du homard, je vous pose
la question suivante. Le conseil a comparu devant nous la semaine
dernière et il nous a dit que toutes les zones de pêche au homard ne
font pas partie de cet organisme. Or, si vous voulez percer le marché
asiatique, qui semble-t-il est extrêmement important, il faudrait que
tous se rallient au conseil, de manière à travailler à l’unisson au sein
d’un groupe qui, espérons-nous, formera une équipe pour la
commercialisation de votre produit. C’est une simple suggestion, et
vous n’avez pas besoin d’y répondre.
I know time is of restraint here, but please understand this
business in which you are engaged. The Senate as a body is not
adversarial. It is one that can bring about solutions, and we work
very well — and there are all kinds of precedents — in bringing
about recommendations to those who make the decisions. We can
only do that predicated on evidence we get from you, so please
understand that.
Je sais qu’il y a des contraintes de temps, mais je voudrais que
vous compreniez bien le processus auquel vous participez. Le
Sénat n’est pas une institution de confrontation. Il peut
contribuer à trouver des solutions, et tous les sénateurs
collaborent ensemble, comme on l’a vu relativement à différents
dossiers dans le passé, pour formuler des recommandations à
l’intention des décideurs. Mais nous ne pouvons le faire que dans
la mesure où vous nous communiquez de l’information. Je
voudrais que vous le compreniez bien.
Mr. MacPherson: I just wanted to touch on two points very
briefly.
M. MacPherson : Permettez-moi d’aborder deux questions très
brièvement.
Since the Senate committee has met with the Lobster Council
of Canada there was a small working group put together to kind
of clarify that path and it was unanimous in that group that we
Depuis la comparution du Conseil canadien du homard devant
le comité sénatorial, on a formé un petit groupe de travail afin de
dégager l’orientation à suivre et tout le monde était d’accord pour
12:84
Fisheries and Oceans
30-11-2012
should focus on quality first. That is, I think, the direction you
will see the council going, focus on quality and then branding and
price will naturally follow suit. However, until we have clear
guidelines that resonate with all sectors, and that is going to be a
real challenge, that is going to be the focus.
mettre d’abord l’accent sur la qualité. Et je pense que c’est la voie
que suivra le conseil, soit de mettre l’accent sur la qualité, la
création d’une marque favorable et des bons prix s’ensuivront
naturellement. Toutefois, tant que tous les secteurs n’adhèreront
pas à des lignes de conduite claires, cela va continuer à présenter
des difficultés.
The other thing was in reference to the meetings several weeks
ago with the provinces and the other stakeholder groups, I did
suggest that we would like to see third party facilitation. Take
DFO, have them as a resource around the table, but we did not
feel that was an appropriate venue. The other groups that were
there did agree, and I remain optimistic that there will be another
meeting and that it will be facilitated by a third party. I think that
is the direction of the future.
Par ailleurs, pour revenir aux réunions qui ont eu lieu avec les
provinces et d’autres parties prenantes voilà plusieurs semaines,
j’ai lancé l’idée de faire appel à un tiers pour faciliter un
consensus. Le MPO, par exemple, pourrait être une ressource
présente à la table, mais nous ne pensions pas que c’était le bon
endroit. Les autres groupes présents étaient d’accord et je reste
optimiste quant à la possibilité d’une autre réunion qui serait
animée par une tierce partie. Je crois que c’est la voie à suivre dans
l’avenir.
The Chair: We need quick responses now because we are way
over time.
Le président : Il faudra donner des réponses brèves à présent
parce que nous dépassons largement le temps prévu.
[Translation]
[Français]
Mr. Brun: Perhaps I could just quickly respond with respect to
the meeting and what Senator McInnis said. I think it is important
to point out that we have already been talking about these issues in
the lobster fishery for around 15 years, and constantly. There has
been a lot of effort and discussion and debate over these issues, to
try to find compromises, to try to find ways of working together.
And we did succeed, after all, with the Canadian Council of Fish
Harvesters. We are all working together even if today, we take
different positions on size or something else. I would also like to
point out that at the meeting that took place a few weeks ago, it was
not because we did not want to continue the discussion, it was
because in fact, there were no other options available, in my
opinion, to improve the situation.
M. Brun : J’aurais peut-être un petit droit de réplique en ce qui
concerne la réunion et puis, le commentaire au sénateur McInnis.
Je pense qu’il est important de souligner que ça fait déjà une
quinzaine d’années qu’on parle quand même de ces sujets-là dans
la pêche au homard, continuellement. Il y a eu énormément
d’efforts et de discussions et de débats autour de ces questions
pour essayer de trouver des compromis et d’essayer de trouver des
façons, des pistes pour travailler ensemble. Et puis, on a réussi
quand même avec le Conseil canadien des pêcheurs. On travaille
tous ensemble même si on diverge sur des positions aujourd’hui,
sur le point de la taille ou autre. J’aimerais souligner aussi qu’à la
réunion qui a eu lieu il y a quelques semaines, ce n’est pas parce
qu’on ne veut pas continuer les discussions, c’est qu’en fait, il n’y
a pas d’autres options qui sont disponibles, à mon avis, pour
améliorer la situation.
In our opinion, we discussed existing options that can really
ensure a change with regard to the situation facing area 25 in
particular, and for New Brunswick. Given our situation, if it is
not an option, we have been talking about it for 15 years now, We
have not been able to find any others in that time, so that is why it
is difficult to continue the discussions and to try to find other
compromises, when we have already had that discussion for an
extremely long time. With regard to the issue of quality, everyone
is in agreement. We can improve the quality, and that is a way to
improve things in other areas.
À notre avis, on a discuté des options qui existent et qui
peuvent vraiment faire un changement pour la situation de la
zone 25 en particulier et pour le Nouveau-Brunswick, dans la
situation dans laquelle on est, et puis, si ce n’est pas une option
celle là, ça fait déjà 10 à 15 ans qu’on en parle, on n’a pas pu en
trouver d’autres durant ces années-là, donc, c’est pour cette raison
qu’on trouve difficile de continuer les discussions et de chercher
d’autres compromis lorsqu’on fait déjà cette discussion là depuis
très longtemps. Sur la question de la qualité, tout le monde est
d’accord. On peut améliorer la qualité, et c’est une façon de
pouvoir améliorer les choses sur d’autres points.
Mr. Cloutier: In actual fact, senator, there are different tools
by which to control the market. The current problem is an issue
with supply and demand. Supply is increasing, volumes in
Atlantic Canada are increasing astronomically. They have
doubled over the past 12 or 13 years. You were told earlier that
the increase in carapace size is a means by which to control supply
to some extent, in order to reduce supply so as to stabilize prices. I
am not saying that it is a very long-term option; however, it is
something we have used in Quebec thinking that everyone in the
M. Cloutier : En fait, sénateur, il y a différents outils pour
contrôler le marché. Le problème qu’on a actuellement, c’est un
problème d’offre et de demande. L’offre augmente, les volumes en
Atlantique augmentent énormément. Ils ont doublé depuis 12 ou
13 ans. On vous l’a dit tout à l’heure que l’augmentation de la
taille, c’est le moyen pour contrôler l’offre un peu, pour réduire
l’offre de façon à stabiliser le prix. Je ne dis pas que c’est un
moyen à très long terme, mais c’est un moyen qu’on a utilisé au
Québec en pensant que tout le monde dans les Maritimes allaient
30-11-2012
Pêches et océans
Maritimes would use it since it was also recommended by the
FRCC, and unfortunately, some groups are not doing that.
Market demand is such that small lobsters are being pitted against
large lobsters, and prices are dropping. That is the problem.
People have to confront the issue since they are wondering what
they can do to help resolve the problem. We will not resolve this
problem with the market, but perhaps, one day, the Americans
will come out of this crisis too. We have to get there.
[English]
12:85
l’utiliser puisqu’il était recommandé, encore une fois, par le
CCRH, et malheureusement, il a des groupes qui n’ont pas suivi
aujourd’hui. Là, la demande sur le marché fait en sorte qu’on joue
le petit homard contre le gros homard et les prix baissent. C’est ça
le problème. Il faut que les gens regardent le problème de face
puisqu’ils se demandent comment peut-on faire pour aider à
régler ce problème. On ne règlera pas le problème de marché, mais
peut-être qu’un jour les Américains vont sortir de la crise aussi. Il
faut se rendre jusque là.
[Traduction]
Mr. Sullivan: In response to Senator McInnis’ comments, like I
said, we could probably touch on a lot of them. I already
referenced the Lobster Council of Canada in my opening remarks
so I am going to concentrate on one thing. You mentioned that
over capacity is a persistent problem, particularly when I talk
about the lobster fishery in Newfoundland. There is a program
ongoing now but there will be need to transition to continue that
in those areas.
M. Sullivan : Pour répondre à l’intervention du sénateur
McInnis, je crois qu’on pourrait en aborder beaucoup. Dans ma
déclaration préliminaire, j’ai parlé du Conseil canadien du
homard, alors je vais insister sur un point. Vous avez dit que le
problème de la surcapacité persistait, particulièrement dans la
pêche au homard à Terre-Neuve. Il existe actuellement un
programme mais il faudra assurer une transition pour pouvoir
le continuer dans ces zones-là.
I think harvesters have already presented some solutions, but
we still need government to listen to those solutions and ensure
that there are grassroots workable rather than top down
approaches. We also need government to work closely if there
is need for regulatory changes and things of this nature, so it is
really important. We still need the support of government even
though industry promotes solutions. The lobster enterprise
retirement program, for example, that is ongoing right now is a
good example but we have to transition into that. I still think
there is a need for that rationalization and that investment is
certainly beneficial for people in the industry and all Canadians,
as well.
Je crois que les pêcheurs ont déjà présenté des solutions, mais il
nous faut tout de même que le gouvernement écoute ces solutions
et s’assure qu’elles viennent de la base plutôt que du haut. Il faut
aussi que les gouvernements travaillent ensemble s’il faut apporter
des changements à la réglementation ou des choses de cette
nature, alors c’est très important. Il nous faut le soutien du
gouvernement même si l’industrie propose des solutions. Le
programme de rachat de permis de pêche au homard par exemple,
qui est en cours à l’heure actuelle, est un bon exemple, mais il faut
y aller graduellement. J’estime tout de même qu’il faut une
rationalisation et un investissement car c’est bénéfique pour les
gens de l’industrie et pour tous les Canadiens également.
Mr. McGeoghegan: I agree with Mr. Sullivan on the
rationalization that needs to continue.
M. McGeoghegan : Je suis d’accord avec M. Sullivan comme
quoi il faut continuer la rationalisation.
On the south side of Prince Edward Island we took
33,000 traps off the water through that program, and if we had
the money we could do that again, so we can do rationalization to
affect the industry.
Sur le côté sud de l’Île-du-Prince-Édouard, le programme nous
a permis de retirer 33 000 casiers de l’eau et, si nous avions
l’argent, nous pourrions refaire la même chose. Nous pouvons
mettre de l’avant la rationalisation pour avoir une incidence sur
l’industrie.
Fifty per cent of Maine’s catch is being processed in Atlantic
Canada. That is one of the big problems that we have too coming
into the marketplace, which puts huge pressure on Canadian
fishermen. Right now, and we probably have to have discussions
with Americans on this, but if we had a 15 per cent reduction
straight across the board that would take a lot of the pressure off.
It would start a war within the fishing community, but we are
going to have to come up with some kind of solution, and putting
the carapace size up is not one of them.
Cinquante pour cent des prises de l’État du Maine sont
transformées au Canada atlantique. Voilà un des grands
problèmes qui s’en vient dans le marché et qui exerce de
grandes pressions sur les pêcheurs canadiens. En ce moment, et
il faut probablement discuter avec les Américains sur la question,
si nous avions 15 p. 100 de réduction de façon globale, cela
réduirait la pression exercée. Cela déclencherait une guerre parmi
les pêcheurs, mais nous allons devoir trouver une solution
quelconque et d’accroître la taille de la carapace n’en est pas une.
Everybody needs to just back off realizing that if you are not
going to get paid for these fish why bring them in and give them
away? That is what we are doing right now. I mean the price is so
low for some harvesters in some areas it is just not profitable for
them to be fishing. Now they are trying to bring in huge amounts
of lobsters in order to try to pay the bills. It would have to be a
Les gens devraient prendre un peu de recul et se rendre compte
qu’ils ne seront pas payés pour ces poissons alors pourquoi aller
les pêcher pour ensuite les donner? C’est ce que l’on fait en ce
moment. Dans certaines zones les prix sont si faibles pour certains
pêcheurs que ce n’est simplement pas rentable pour eux d’aller à la
pêche. Maintenant ils essaient de rapporter de grandes quantités
12:86
Fisheries and Oceans
30-11-2012
discussion around the table, more of a shouting match than
anything else, but a 15 per cent reduction for all fishermen would
be good, and we would have to have Americans online with this
too. That would definitely take this so-called crisis out of the area
that it is in right now.
de homard afin de pouvoir payer leurs factures. Il faudrait une
discussion autour de la table, ce serait plutôt un échange très vif,
mais 15 p. 100 de réduction pour tous les pêcheurs serait une
bonne chose et il faudrait que les Américains soient aussi de la
partie. Cela pourrait définitivement nous sortir de la soi-disant
crise actuelle.
Every fisherman would take a 15 per cent reduction in his
catch right now. That would stop these huge catches from coming
in and the price would go up.
Chaque pêcheur réduirait ses prises de 15 p. 100 immédiatement.
Cela mettrait fin aux énormes prises et le prix augmenterait.
The Chair: Just to make sure we are clear here because it is an
important point you are making. —
Le président : J’aimerais m’assurer d’avoir bien compris parce
que c’est un point important que vous soulevez...
Mr. McGeoghegan: Absolutely.
M. McGeoghegan : Absolument.
The Chair: — we do not operate on ITQs?
Le président : ... nous n’exploitons pas en fonction des QIT?
Mr. McGeoghegan: No, we are not talking ITQs.
M. McGeoghegan : Non il ne s’agit pas des QIT.
The Chair: No. So you are talking?
Le président : Non. Vous parlez donc de...?
Mr. McGeoghegan: Not mandatory but voluntary.
M. McGeoghegan : Pas obligatoire mais volontaire.
The Chair: If we are not operating on ITQs, how would you
base that number?
Le président : Si nous n’exploitons pas en fonction des QIT, sur
quoi s’appuierait ce chiffre?
Mr. McGeoghegan: Well, usually the catches are pretty
standard in every area that you are in so 15 per cent of that
catch would be down.
M. McGeoghegan : Eh bien, habituellement les prises sont
plutôt standards dans chaque zone, alors ce serait une baisse des
prises de 15 p. 100.
The Chair: Are you talking about the area or per fisherman?
Le président : S’agit-il de prises par zone ou par pêcheur?
Mr. McGeoghegan: Per fisherman. It would be a hot topic.
M. McGeoghegan : Par pêcheur. Ce serait un sujet épineux.
The Chair: I do not think we are going to get that one
straightened out here today.
Le président : Je ne crois pas que nous arriverons à la réponse
ici aujourd’hui.
Mr. McGeoghegan: You asked for solutions; I gave you one.
The Chair: We are open to suggestions.
Mr. McGeoghegan: I did not say they were going to be easy, I
just said that was one.
The Chair: Certainly that is why we are here.
I want to thank you all for your presentations today.
M. McGeoghegan : Vous avez demandé des solutions alors je
vous en ai donné une.
Le président : Nous sommes ouverts aux suggestions.
M. McGeoghegan : Je n’ai pas dit qu’elles seraient faciles, j’ai
simplement dit que c’en était une.
Le président : Bien sûr c’est la raison pour laquelle nous
sommes ici.
J’aimerais vous remercier pour vos exposés d’aujourd’hui.
We are hoping to present to the Senate sometime in
February or March, if all goes well. It may be a bit later than that.
Nous espérons faire rapport au Sénat en février ou en mars si
tout va bien. Il se pourrait aussi que ce soit un peu plus tard.
Do not close yourself off today to what you have presented to
us here. If you have ideas or suggestions feel free to get them to us
in writing. We have competent people around our table who are
assisting us in putting this together, but you may have something
in the next month or two, meetings that you may be having and
there is something that our committee would be able to take
forward.
Ne croyez pas que c’est terminé suite à ce que vous avez présenté
ici aujourd’hui. Si vous avez des idées ou suggestions, veuillez nous
les envoyer par écrit. Nous avons des gens compétents autour de la
table qui nous aident à rassembler tous les renseignements. Vous
aurez peut-être quelque chose dans un mois ou deux suite à des
réunions auxquelles vous pourriez assister alors il pourrait y avoir
quelque chose pour faire avancer les travaux du comité.
Following up on Senator McInnis’ comments, we did a
lighthouse study back a little while ago. The government had
pretty well made a decision to shut down a lot of lighthouses
throughout Canada, mostly in Newfoundland and British
Columbia, and we changed the tide on that a little bit. We are
Pour donner suite aux observations du sénateur McInnis, nous
avons mené une étude sur les phares il y a un certain temps. Le
gouvernement avait décidé de fermer un grand nombre de phares
partout au Canada, surtout à Terre-Neuve et en ColombieBritannique, et nous avons pu renverser un peu le courant. Nous
30-11-2012
Pêches et océans
12:87
not saying we will change the tide on any of those issues but there
is no doubt in my mind that our report will be read and listened
to. Whether they act upon it, that is somebody else’s decision to
make, but I certainly welcome the opportunity for any feedback
that you think will be positive for the industry.
ne disons pas que nous allons renverser le courant sur ces questions,
mais il est certain à mon avis que notre rapport sera lu et pris en
compte. La décision revient à quelqu’un d’autre d’agir en
conséquence, mais j’accueillerais certainement l’occasion de
recevoir votre rétroaction si vous croyez que ce sera positif pour
l’industrie.
I would like to now welcome our second panel. We would ask
you to speak your piece and then we will have questions for you.
J’aimerais maintenant accueillir notre second groupe d’experts.
Nous vous prions de faire vos déclarations, puis nous vous
poserons des questions.
Mr. Knox, lead the way.
Monsieur Knox, allez-y.
Lee Knox, President, Prince County Fisherman’s Association
(LFA 25 Advisory Board): My name is Lee Knox. I am President
of the Prince County Fisherman’s Association. I represent the
fishermen on P.E.I. on district 25. The crisis in district 25 this year
is mainly the reason why we are here. This panel was put in place
to look at this problem, and the problem we have right now
would not be here if U.S. lobsters did not come in in such
abundance as they did in July and August. That is the problem.
Lee Knox, président, Association des pêcheurs du comté de
Prince (Conseil consultatif — ZPH 25) : Je m’appelle Lee Knox.
Je suis le président de l’Association des pêcheurs du comté de
Prince. Je représente les pêcheurs de l’Île-du-Prince-Édouard pour
la zone 25. La crise dans la zone 25 est la raison principale pour
laquelle nous sommes ici. Ce groupe d’experts s’est réuni pour se
pencher sur le problème. Le problème que nous avons à l’heure
actuelle n’existerait pas si les homards des États-Unis n’arrivaient
pas aussi abondamment comme ça a été le cas en juillet et en août.
Voilà le problème.
We are here trying to change carapace sizes to reflect the price of
lobster. If we were all selling market lobsters this summer, price
would have been the same because of the U.S. lobster coming in.
New Brunswick is pushing a larger canner lobster to accommodate
the processors. The processors are asking for it. Lobster stocks in
LFA 25 are in real good shape. We met with Science, and they told
us when we signed the agreement with them on our rationalization
that 72 millimeters would be high enough to take care of the fishing
industry. There would be enough recruitment to take care of all our
fishery. Catches have gone from 9,000 to 10,000 per boat say
six years ago today are 20,000 to 25,000 per boat. So I do not know
where Mr. Brun was coming from saying that LFA 25 catches have
been dropping because catches have gone from 8,000 to 9,000 per
boat to 20,000 to 25,000. So the industry itself is in real good shape.
Nous tentons de changer la taille des carapaces pour refléter le
prix du homard. Si nous avions tous vendu des homards du marché
cet été, les prix auraient été les mêmes puisque le homard des ÉtatsUnis arrivait. Le Nouveau-Brunswick met l’accent sur le homard de
conserve pour accommoder les transformateurs. C’est ce que
demandent les transformateurs. Les stocks de homard dans la
ZPH 25 se portent vraiment bien. Nous avons rencontré des
scientifiques qui nous ont dit lorsque nous avons signé l’accord sur
la rationalisation avec eux, que 72 millimètres seraient suffisants
pour assurer l’industrie de la pêche. Il y aurait assez de recrutement
pour que toute l’industrie de la pêche se porte bien. Les prises sont
passées de 9 000 à 10 000 par bateau il y a environ six ans et
aujourd’hui, elles sont de 20 000 à 25 000 par bateau. Alors je ne
sais pas d’où M. Brun tenait que les prises de la ZPH 25 ont baissé
car les prises sont passées de 8 000 à 9 000 par bateau jusqu’à
20 000 à 25 000. Alors l’industrie elle-même se porte très bien.
LFA 25 had a rational plan put in place in 2010 and we
borrowed $3 million from provincial government, and the federal
government gave us $3 million. Right now, like Mr. Brun said, on
their rationalization in New Brunswick, that they are paying their
loan off with crab allocation money. P.E.I. fishermen are paying
it out of their pocket. Every year we collect $1,000 from each
fisherman to pay a $200,000 loan.
La ZPH 25 a mis en place un plan rationnel en 2010. Nous
avons emprunté 3 millions de dollars du gouvernement provincial
et le gouvernement fédéral nous a donné 3 millions de dollars. En
ce moment, comme M. Brun l’a dit, pour ce qui est de la
rationalisation au Nouveau-Brunswick, ils remboursent leur prêt
avec l’argent du crabe. Les pêcheurs de l’Île-du-Prince-Édouard
remboursent leur prêt de leurs poches. Chaque année, nous
recueillons 1 000 $ de chaque pêcheur pour rembourser un prêt
de 200 000 $.
The canner lobster is a very important product in P.E.I. As you
heard earlier, 60 to 65 per cent comes in. We have plants that thrive
on canner lobster. We had one plant that did lobsters this year. For
the fall season in P.E.I., for example, one processor did 1 million
pounds of lobsters and he only had 0.6 per cent of the catch that
could not be used in the processing plant, which is real good.
Le homard de conserve est un produit très important à l’Île-duPrince-Édouard. Comme vous l’avez entendu plus tôt, c’est 60 à
65 p. 100 qui entrent. Nous avons des usines qui réussissent très
bien grâce au homard de conserve. Nous avons une usine qui a
fait les homards cette année. À l’automne, à l’Île-du-PrinceÉdouard par exemple, un transformateur a fait 1 million de livres
de homard et seulement 0,6 p. 100 de la prise n’a pas pu être
utilisée dans l’usine de transformation, ce qui est excellent.
12:88
Fisheries and Oceans
30-11-2012
P.E.I. fishermen work with the processing plants to take care of
their lobsters and other parts of LFA 25 did not see the same
results, like the plants in New Brunswick, because lack of
communication or lack of information that the fishermen bring in
quality product. You hear rumours all the time. We heard one
rumour that boats were going out in this heat in the summer with
three pans of ice at the start of the season, going to fish lobster
with one tank aboard, with a tarp at the back of the boat,
bringing in lobsters that are hardly fit to be processed. That is
where we have got to work with our fishermen to get quality to
the plants.
Les pêcheurs de l’Île-du-Prince-Édouard travaillent de concert
avec les usines de transformation pour qu’elles prennent soin de
leur homard. D’autres sections de la ZPH 25 n’ont pas vu les
mêmes résultats. C’est le cas notamment au Nouveau-Brunswick
car il y a eu un manque de communication ou de renseignement
pour faire savoir que les pêcheurs rapportaient des produits de
qualité. On entend constamment des rumeurs. Nous avons
entendu une rumeur voulant que les bateaux sortaient en pleine
chaleur pendant l’été avec trois contenants de glace au début de la
saison, allaient pêcher le homard avec un réservoir à bord, avec
une bâche à l’arrière du bateau et rapportaient des homards à
peine adéquats pour la transformation. Nous devons encourager
nos pêcheurs à rapporter des produits de qualité aux usines.
Traditional catch trends. The first three days of the catch is
high, and this is upwards of 30 per cent of the start of the season’s
catch, so it is important for P.E.I. plants that we start the season
from Wednesday or Thursday so that a back load of lobsters can
be done on a Sunday. We do not fish lobsters on Sunday so the
plants can catch up on their product. This year started at the start
of the week.
Les tendances des prises traditionnelles. Les trois premiers
jours des prises sont élevés et c’est plus de 30 p. 100 des prises du
début de la saison, alors c’est important pour les usines de l’Îledu-Prince-Édouard que nous commencions la saison à partir du
mercredi ou jeudi afin que les surplus de homards puissent être
faits le dimanche. Nous ne pêchons pas le homard les dimanches
afin que les usines puissent faire leur rattrapage. Cette année nous
avons commencé en début de semaine.
As far as weather and stuff, on the Northumberland Strait we are
talking about extending the season. In the past four years fishermen
have only been able to fish three days out of the six days of the last
week because of high wind storms. As a matter of fact, in 2011 we
had to land one week early because of high wind storms that were
clocked at 50 knots. Fishermen who left their traps out had them
smashed or badly damaged. Probably 30 fishermen out of 215 left
their traps out. In 2010, fishermen’s lives were put at risk because of
another four-day storm at the end of the season. We approached
DFO for a one-day extension when the storm was over to land our
gear and they would not give it to us. We landed gear in 35 to
40 knot winds, which was dangerous. This wind storm was from the
West, so it did not bother the New Brunswick fishermen. The west
wind comes off the land over there.
Pour ce qui est de la météo, dans le détroit de Northumberland
nous envisageons de prolonger la saison. Depuis quatre ans les
pêcheurs n’ont pu pêcher que trois jours sur six pendant la
dernière semaine vu les vents violents. En fait, en 2011 nous avons
dû cesser une semaine plus tôt puisque les vents violents
soufflaient à 50 nœuds. Les pêcheurs qui avaient laissé leurs
casiers ont subi des dégâts importants. Il y avait probablement
30 des 215 pêcheurs qui avaient laissé leurs casiers. En 2010, la vie
des pêcheurs a été menacée à cause d’une tempête qui a duré
quatre jours à la fin de la saison. Nous avons demandé au MPO
une journée supplémentaire lorsque la tempête s’est calmée afin de
ramener notre équipement à terre mais ils ont refusé. Nous avons
ramené l’équipement sous des vents de 35 à 40 nœuds, ce qui était
dangereux. La tempête de vent venait de l’Ouest alors les pêcheurs
du Nouveau-Brunswick n’ont pas été touchés. Les vents là-bas
sont terrestres.
An early August start is better weather, better lobster quality,
calmer weather and longer fishing days. We would like to suggest a
pilot project for P.E.I. documenting catches and gathering other
specific data, such as the number of egg-bearing females. We see a
significant increase on the egg-bearing females. The lobsters at the
start of the season are in real good shape and we would like Science
to see that. We have two co-op plants and they do probably
70 per cent of P.E.I.’s lobster They have been telling us that the last
four years the first two weeks of the season produced the best
quality lobster. You are getting the lobster before they go into molt
and you are getting a lobster with more meat. SCIENCE also
agreed with us when we talked this year about going as late as
September 1. The plants in New Brunswick wanted to go as late as
Nous avons une meilleure qualité de homard, un temps meilleur
et plus calme et de plus longues journées de pêche lorsque nous
commençons tôt au mois d’août. Nous aimerions suggérer un projet
pilote pour l’Île-du-Prince-Édouard pour documenter les prises et
recueillir des données spécifiques comme le nombre de femelles
œuvées. Nous nous apercevons qu’il y a une augmentation
considérable des femelles œuvées. En début de saison, nous
voyons des homards en très bonne condition et nous aimerions
que les scientifiques le voient aussi. Nous avons deux usines de type
coopératif et elles transforment 70 p. 100 du homard de l’Île-duPrince-Édouard. Ces usines nous ont dit que depuis les quatre
dernières années, les deux premières semaines de la saison ont
produit la meilleure qualité de homard. Ainsi, vous obtenez un
30-11-2012
Pêches et océans
12:89
September. They said that by September 1 probably all the lobsters
will have molted, and that the quality of lobster will be significantly
worse, and Science agreed with the plants.
homard avant qu’il ne mue et vous obtenez plus de chair. Lorsque
nous avons parlé d’aller aussi tard que le 1er septembre, les
scientifiques étaient d’accord avec nous. Les usines au NouveauBrunswick voulaient aller aussi tardivement que septembre. Ils ont
dit que d’ici le 1er septembre tous les homards auraient
probablement mué et que la qualité du homard serait beaucoup
moins bonne. Les scientifiques étaient d’accord avec les usines.
An earlier season would work due to the frequent storms in
P.E.I. and the lobsters would be caught before their molt and that
would give processing plants a better quality lobster. That is why I
do not understand the New Brunswick processors wanting a later
season when our processors are saying the lobsters are better
quality at the start — more meat yield, more profit in the
processor’s pocket. People always say ‘‘Why can you not fish in
Northumberland Strait like they do in Southwest Nova?’’ In
Northumberland Strait we have depths, water of 100 feet and
major storms can wreck your gear and in Southwest Nova they
are fishing in 300 feet of water. It is altogether different. Quality
also has been seen to drop at the end of the season.
Un début de saison plus précoce serait souhaitable étant donné
les tempêtes fréquentes à l’Île-du-Prince-Édouard. Les homards
seraient pris avant qu’ils ne muent et cela donnerait aux usines de
transformation une meilleure qualité de homard. C’est pourquoi je
ne comprends pas que les transformateurs du Nouveau-Brunswick
veulent une saison tardive lorsque nos transformateurs nous disent
que les homards sont de meilleure qualité en début de saison — plus
de chair, plus de profit dans la poche des transformateurs. Les gens
nous disent toujours « Pourquoi ne pouvez-vous pas pêcher dans le
détroit Northumberland comme ils le font à Southwest Nova? »
Dans le détroit de Northumberland, nous avons des profondeurs de
100 pieds et des tempêtes fortes qui peuvent endommager
l’équipement tandis qu’à Southwest Nova ils pêchent dans des
eaux de 300 pieds de profondeur. C’est tout à fait différent. La
qualité a également subi une baisse à la fin de la saison.
Another reason against a later start is lobsters, and Nova
Scotia people here will probably agree with me on this, start to
move out of the Northumberland Strait mid-October, such as
they have this year in the central straits. In the last two weeks the
catches had dropped significantly and fishermen started landing
traps earlier.
Une autre raison pour laquelle nous favorisons une saison hâtive,
et les gens de Nouvelle-Écosse seront probablement d’accord avec
moi à cet égard, c’est que les homards quittent le détroit de
Northumberland à la mi-octobre tout comme ils l’ont fait cette
année dans les détroits centraux. Pendant les deux dernières
semaines, les prises avaient chuté considérablement et les pêcheurs
avaient commencé à ramener à terre leurs casiers plus tôt.
Our biggest problem at district 25 this year was quality. The
lobster is in good quality when it comes out of the trap. It is what
happens to the condition of the lobster from the trap to the
processing plant. We need to work at keeping the lobster in good
condition until it gets into the plant. We need to keep educating
our fishermen and buyers at the wharf for proper handling and
storage of lobsters. We need proper tanks on our boats and lots of
ice in them to keep them in good condition. If we can get lobsters
to the plant in good condition, the biggest part of our problem
will be solved.
Notre plus grand problème dans la ZPH 25 cette année était la
qualité. Le homard est de bonne qualité lorsqu’il sort du casier.
C’est ce qui se passe au niveau de l’état du homard entre le casier
et l’usine de transformation. Nous devons garder le homard en
bon état jusqu’à ce qu’il arrive à l’usine. Nous devons sensibiliser
les pêcheurs et les acheteurs au quai pour bien manipuler et
stocker les homards. Il nous faut de bons réservoirs sur nos
bateaux et beaucoup de glace pour les garder en bon état. Si les
homards arrivent à l’usine en bon état, la plus grande partie de
notre problème sera résolue.
Marketing and quality recommendations: Something the
industry needs to change is its perception of fall lobster from a
shredder, soft-shell image. We need to promote our lobster, whole
lobster and lobster tails, as being very flavourful and tender. This
will reflect in no discount in the marketplace for processed fall
product. People say there is a big difference between fall and
spring, but the only difference between spring and fall is meat
yield, not quality. Quality is just as good in the fall as it is in the
spring. Quality measures such as insulated tanks are required.
Funding requests are currently being developed to submit to
various levels of government. It is critical to establish an industry
wide protocol for the proper handling of lobsters.
Les recommandations en matière de qualité de marketing :
L’industrie doit changer sa perception du homard d’automne à
savoir un homard en mû à carapace molle. Nous devons
promouvoir nos homards, les homards entiers et les queues de
homard comme étant très savoureux et tendres. Ainsi, il n’y aura pas
de rabais dans le marché pour les produits d’automne transformés.
Les gens disent qu’il y a une grande différence entre l’automne et le
printemps, mais la seule différence est la quantité de chair et non pas
la qualité. La qualité est tout aussi bonne à l’automne qu’elle ne l’est
au printemps. Des mesures en matière de qualité telles que des
réservoirs isolés sont nécessaires. Nous préparons des demandes de
financement pour les présenter aux différents ordres de
gouvernement. Il est essentiel d’établir un protocole pour toute
l’industrie visant la bonne manipulation des homards.
12:90
Fisheries and Oceans
30-11-2012
Peter Boertien, President, Eastern Kings Fisherman’s
Association (LFA 24 Lobster Advisory Board): Thank you for
the opportunity and honour to speak, Mr. Chairman, honourable
senators.
Peter Boertien, président, Eastern Kings Fisherman’s
Association (ZPH 24 Conseil consultatif du homard) : Merci de
me donner l’occasion et le privilège de vous parler monsieur le
président et honorables sénateurs.
I live in Surrey, P.E.I. and I fish from North Lake Harbour. I
am speaking today as chairman of Lobster Fish area 24. Our
fishing area encompasses the entire north shore of P.E.I. from
North Lake Harbour to the east and to west point’s closest
harbour, Seacow Pond. We represent slightly over 600 fish
harvesters. Also amongst us is a number of First Nations fishers
who have their own spokesperson, but we regularly work together
on issues.
J’habite à Surrey, à l’Île-du-Prince-Édouard et je pêche à partir
du port de North Lake. Je prends la parole aujourd’hui, à titre de
président de la ZPH 24. Notre zone de pêche comprend tout le
nord de l’Île-du-Prince-Édouard, du port North Lake à l’est
jusqu’au port le plus proche à l’ouest, soit Seacow Pond. Nous
représentons un peu plus de 600 pêcheurs. Nous avons également
un certain nombre de pêcheurs des Premières nations qui ont leur
propre porte-parole, mais nous travaillons régulièrement
ensemble sur certains enjeux.
I will now ask my colleague to introduce himself.
Je vais maintenant demander à mon collègue de se présenter.
Norman Peters, President, North Shore Fisherman’s Association
(LFA 24 Lobster Advisory Board): I fish on the north shore of
Prince Edward Island, about four miles from Cavendish. I am
also known as the ‘‘Bearded Skipper.’’ I have been fishing for
50 years and I have seen many things. I have attended meetings
here in the 1980s and 1990s and the same thing was on the table,
carapace size and P.E.I. had to go up.
Norman Peters, président, North Shore Fisherman’s Association
(ZPH 24 Conseil consultatif du homard) : Je pêche sur la côte nord
de l’Île-du-Prince-Édouard, à environ quatre milles de Cavendish.
Je suis aussi connu sous le nom de « Capitaine barbu ». Je pêche
depuis 50 ans et j’ai vu bien des choses. J’ai assisté à des réunions ici
dans les années 1980 et 1990 et ce sont les mêmes discussions, taille
de la carapace qui doit augmenter à l’Île-du-Prince-Édouard.
I would like to say thank you to the committee for being able
present.
Je tiens à remercier le comité de me donner l’occasion de faire
une déclaration.
I am President of North Shore Fisherman’s Association
representing roughly the 600 fishers of LFA 24. We meet often
throughout the year to discuss important issues, both in the area
and within the southern gulf. LFA 24 advisory group works
closely with other LFA advisories on related issues including
promotion and marketing of our product. I would like to review
some of the initiatives we have taken in LFA 24 and Mr. Boertien
will give you the challenges when I am done.
Je suis le président de la North Shore Fisherman’s Association,
laquelle représente quelque 600 pêcheurs de la ZPH 24. Nous
nous réunissons fréquemment, tout au long de l’année, pour
discuter d’importants enjeux, qui touchent non seulement notre
région, mais aussi le sud du golfe. Le groupe consultatif de la
ZPH 24 travaille en étroite collaboration avec d’autres groupes
sur des questions connexes, dont la promotion et la
commercialisation de notre produit. J’aimerais passer en revue
quelques-unes des initiatives que nous avons mises en œuvre dans
la ZPH 24, ensuite M. Boertien vous expliquera les défis qui se
posent à nous.
We have undertaken many management changes which reflect
a healthy lobster resource, not only for ourselves but also for our
children and grandchildren. Recent changes include two more
increases in carapace size. The two I mean is 71, which would go
to 72 in 2013 season. This was recommended by the FRCC report
to give 50 per cent of the female lobsters another chance to
reproduce. We are also using larger escape mechanisms and we
are using biodegradable twine to eliminate ghost fishing. We have
ongoing certification efforts and continued science and data
collection each year.
Nous avons apporté de nombreux changements dans notre
mode de gestion, dans le but d’assurer la pérennité de la ressource
en homard, non seulement pour nous-mêmes, mais aussi pour nos
enfants et nos petits-enfants. Au nombre de ces changements,
nous avons augmenté à deux reprises la taille de la carapace.
Ainsi, pour la saison de 2013, la taille passera de 71 à 72,
conformément à une recommandation que renferme le rapport du
CCRH dans le but de donner à 50 p. 100 des homards femelles
une autre occasion de se reproduire. Nous avons agrandi les
dispositifs de fuite, et nous utilisons une ficelle biodégradable
pour éliminer la pêche fantôme. Nous poursuivons nos efforts
d’accréditation, et nous recueillons des données, scientifiques et
autres, chaque année.
The LFA lobster quality program through the Atlantic
Sustainability Measures Program provides assistance to fishers
to enhance quality equipment. Initiatives under this program
include insulated tanks, live well systems, Logtek boxes and other
quality enhancing equipment for lobster vessels which assist in
maintaining cool temperatures and shelter from harsh weather
Le programme de qualité du homard de la ZPH, dans le cadre
du Programme de mesures de durabilité pour l’industrie du
homard de l’Atlantique aide les pêcheurs à améliorer la qualité de
leur équipement. Au nombre des initiatives mises en œuvre grâce à
ce programme, citons des réservoirs isolés, des systèmes de viviers,
des boîtes Logtek et d’autres équipements d’amélioration de la
30-11-2012
Pêches et océans
12:91
and which will ensure top quality products. Within this program
we, area 24, took it upon ourselves, got a little group together and
we got some money, federal government money I assume, and we
put it out there that we could pay a third back if fishers wanted to
buy insulated tanks or whatever. Quite a number took the
initiative to do that. Lee Knox’s group is going to have to do that,
too, to make sure that you have a real top quality product.
qualité pour les bateaux de pêche au homard qui contribuent à
maintenir des températures fraîches et de mettre les prises à l’abri
du mauvais temps, afin d’assurer une qualité supérieure des
produits. Dans le cadre de ce programme, nous, pêcheurs de la
zone 24, avons rassemblé un petit groupe et nous avons reçu des
fonds, je suppose du gouvernement fédéral, et nous avons
annoncé que nous pourrions rembourser un tiers des coûts des
réservoirs isolés achetés par des pêcheurs, ou d’autres
équipements du genre. Beaucoup de pêcheurs ont profité de
cette offre. Le groupe de Lee Knox devra en faire autant pour
s’assurer d’avoir un produit de très grande qualité.
P.E.I. LFA 24 representatives participated in lobster
promotions to develop markets in China and Japan through
trade missions and seafood shows. As a representative of PEIFA,
I recently was part of a trade mission to China and Japan to help
promote lobster. Our delegation successfully participated in a
world seafood show in China. PEIFA assisted with the
production of a P.E.I. lobster brochure and developed a video
on the story of lobster fishermen on P.E.I. Through initiatives
taken by the fishers of P.E.I., the status of our stocks is very good,
and we will hear more of the same from different ones, but we
have to do that because we have to say what we feel.
Les représentants de la ZPH 24 de l’Île-du-Prince-Édouard ont
participé à des initiatives de promotion du homard pour pénétrer
dans des marchés en Chine et au Japon, à l’occasion de missions
commerciales et de salons des poissons et fruits de mer. En ma
qualité de représentant de la PEIFA, j’ai récemment fait partie
d’une mission commerciale en Chine et au Japon, dans le but de
contribuer à faire la promotion du homard. Notre délégation a
participé avec succès à un salon international des poissons et
fruits de mer en Chine. La PEIFA a contribué à la production
d’une brochure sur le homard de l’Île-du-Prince-Édouard et a
conçu une vidéo sur l’histoire des pêcheurs de homard de l’île.
Grâce aux efforts des pêcheurs de l’Île-du-Prince-Édouard, nous
avons de très bons stocks de homard, et c’est ce que vous diront
d’autres personnes aussi, mais nous estimons qu’il est de notre
devoir de le mentionner parce que nous nous devons d’exprimer
nos sentiments.
Considering my comments and with the comments of other
fisher representatives of P.E.I. in general and LFA 24 in
particular, I feel confident you will come to realize that we have
certainly done our part and you will respect our request that the
lobster carapace size remain at 72 millimetres. We have markets
for the 72 millimetre lobster. The 72 millimetre lobster keeps our
small processing plants open, creates jobs and leaves money in the
small communities.
Compte tenu de mes observations et de celles d’autres
représentants des pêcheurs de l’Île-du-Prince-Édouard de façon
générale et de la ZPH 24 en particulier, je ne doute pas que nous
saurons reconnaître que nous avons fait notre part et que vous
comprendrez notre demande de maintenir à 72 millimètres la taille
de la carapace. Nous avons des marchés pour des homards
de 72 millimètres. C’est grâce à ces homards que nos petites
usines de transformation restent ouvertes, que des emplois sont
créés et que de l’argent est dépensé dans des petites collectivités.
There is not a whole lot to take down because we are repeating
a lot of the same things. It is the only industry we have got left
and we have to look after it. I know New Brunswick wants to go
up and over the years we have always said when I got back from
the meetings in Rustico ‘‘Oh, why again do they want to go up?’’
We are at a place where we have a niche market and we will lose
that. We will all be on the big lobster, the whole thing. In China I
saw a few lobsters. I did not see a whole lot, but what I saw in a
glass cage, and I think they were from either New Brunswick or
Nova Scotia, were lobsters about that long. They were not a big
lobster. They might have been three-quarters of a pound. People
were looking at them and pointing at them, and there were
127 top of the line chefs. It was a show with 900 exhibitions,
everybody from all over the world with their food. The chefs, at a
certain time of day, did up the tails, and you could not tell them
from frozen or fresh lobster. I met a lot of people and a lot of
processors as well as individuals. About 15,000 people went
through the show and there was the odd picture taken. It was an
Il n’y a pas grand-chose à retenir, puisque nous nous répétons
beaucoup. C’est la seule industrie qui nous reste, et nous devons la
protéger. Je sais que le Nouveau-Brunswick souhaite augmenter
la taille de la carapace, et tous les ans, quand je reviens de
réunions à Rustico, je m’exclame « Mais pourquoi veulent-ils
encore augmenter la taille? » Nous en sommes au point où nous
avons ce créneau, et nous allons le perdre. Nous pêcherons tous
du gros homard. En Chine, je n’ai vu que peu de homards, et ceux
que j’ai vus, dans un aquarium, venaient du Nouveau-Brunswick
ou de la Nouvelle-Écosse, je crois, c’était des homards de cette
longueur-là. Ils n’étaient pas très gros. Peut-être pesaient-ils trois
quarts de livre. Les gens les regardaient, les pointaient du doigt, et
il y avait là les 127 plus grands chefs cuisiniers. C’était un salon où
il y avait 900 exposants, du monde entier, avec leurs aliments. Les
chefs cuisiniers, à un moment donné, préparaient les queues, et on
n’aurait pas su dire si c’était du homard congelé ou du homard
frais. J’ai rencontré beaucoup de gens et de transformateurs.
Quelque 15 000 personnes ont assisté à ce salon, et de temps à
12:92
Fisheries and Oceans
30-11-2012
eye opener for me to be there, and it is hard to explain what you
saw by just words. I think it is something like heaven — you
would never be able to explain what it is like if you came back.
autre, les photos étaient prises. Y avoir participé a été pour moi
une révélation et j’ai du mal à trouver les mots pour décrire ce que
j’ai vu. Je pense que c’est un peu comme le paradis — on serait
incapable de le décrire si on en revenait.
I have one more little thing. This summer I met two fishermen
on the wharf in Rustico from the Magdalen Islands. We chatted,
as fishermen do. They asked what our size was and I said ‘‘Well,
we are going up to 72 millimetres.’’ They both started to speak at
once. I asked, ‘‘What is the trouble?’’ They said ‘‘If you are going
to 72 millimetres, for God’s sake try and stay there. We are quite a
ways above that. We have got stuff in crates now and we cannot
get rid of it.’’ I have the names and phone numbers of these two
fishermen, and they said ‘‘We just went too big.’’ That is what
they said and that is gospel.
Une dernière chose. L’été dernier, sur le quai de Rustico, j’ai
rencontré deux pêcheurs des îles de la Madeleine. Nous avons
discuté, comme le font les pêcheurs entre eux. Ils m’ont demandé
la taille de nos carapaces, et j’ai répondu « Eh bien, nous passons
à 72 millimètres ». Ils se sont mis à parler en même temps. J’ai
demandé « Mais qu’est-ce qui se passe? » Ils ont répondu, « Si
vous passez à du 72 millimètres, de grâce, essayez de ne pas aller
plus loin. Nous sommes bien au-dessus. Nous avons des produits
dans des caisses, en ce moment, mais dont nous ne pouvons pas
nous débarrasser ». J’ai les noms et numéros de téléphone de ces
deux pêcheurs, et ils ont dit « Nous sommes allés trop loin ».
C’est ce qu’ils ont dit, et c’est parole d’évangile.
Mr. Boertien: In addition to the initiatives that Mr. Peters just
presented to your panel, we fishers still face many new challenges
in the near future. If I may, I will briefly make you aware of them.
M. Boertien : Outre les initiatives dont a parlé M. Peters, de
nouveaux défis se dressent pour les pêcheurs, dans un proche
avenir. Si vous le permettez, je vous les expliquerai rapidement.
Price is first and foremost in the minds of all fishermen. I have
fished my own enterprise now for 22 years, have done well in
providing for my family and raising three children who are now
out of high school and attending post-secondary schools. For the
last four or five years it has been quite a struggle. Area 24 and
P.E.I. as a whole must be diligent to keep pressing for more
marketing and promotion. Either on our own or in partnership
with the Lobster Council of Canada this should be possible,
whether it be by obtaining certification or some other means.
Funds have to be acquired to do this through partnerships with
federal, provincial and harvester contributions.
Le prix occupe une première place dans l’esprit de tout
pêcheur. J’ai pêché pour ma propre entreprise pendant 22 ans, j’ai
pu assurer la subsistance de ma famille et élever trois enfants qui
font maintenant des études postsecondaires. Depuis quatre ou
cinq ans, c’est devenu assez difficile. La ZPH 24 et l’Île-du-PrinceÉdouard dans son ensemble doivent avec diligence continuer
d’exercer des pressions en faveur de plus de commercialisation et
de promotion. Ce devrait être possible, que ce soit seul de notre
côté ou en partenariat avec le Conseil canadien du homard, que ce
soit par l’obtention de la certification ou par d’autres moyens.
Pour ce faire, il faut un financement établi au moyen de
partenariats entre les gouvernements fédéral et provincial et de
la cotisation des pêcheurs.
Our U.S. neighbours to the south, especially Maine, are miles
ahead of us on this initiative. The Department of Fisheries and
Oceans seems to be in a spiral of wholesale budget downsizing.
The Science budget is all but gone. They are discarding the
issuance of tags for lobster traps which we as fishers see as a
major step backwards on conservation. We even offered to pay
more for our yearly fees this year to offset costs of tags. If it is too
late for DFO to do it themselves, then they must act more quickly
to award the PEIFA the contract to issue tags to our own
fishermen. Time is of the essence in meeting this challenge.
Nos voisins du Sud, aux États-Unis, et surtout au Maine, ont
sur nous une bonne longueur d’avance. Le ministère des Pêches et
des Océans semble s’être engagé dans une spirale de réductions
budgétaires à tous crins. Le budget scientifique n’existe que pour
ainsi dire plus. Le ministère se débarrasse du mécanisme de
délivrance des étiquettes pour les pièges à homard ce qui constitue
pour nous, les pêcheurs, un important pas en arrière sur le plan de
la conservation. Nous avons même offert d’augmenter nos
cotisations annuelles pour compenser le coût des étiquettes. S’il
est trop tard pour que le MPO puisse le faire lui-même, il doit agir
très rapidement pour attribuer à la PEIFA le contrat de
délivrance des étiquettes pour nos propres pêcheurs. Cela
devient urgent, si on veut relever ce défi.
We feel that one issue of utmost importance also to fishers has
been set on the back burner because of these other issues that we
are hearing about today. That is DFO’s decision to switch all
licensing and other services to be done online instead of by mail or
in person at a DFO office. Our organization took a poll at our
last annual general meeting and it was discovered that over
25 per cent of fishers are not computer literate enough to renew
licences or meet other functions required if DFO goes ahead with
this plan. It is widely known that the age demographic of most
Nous avons l’impression que l’enjeu primordial, aussi, pour les
pêcheurs, a été mis en veilleuse à cause de tous ces autres problèmes
dont on entend parler ces temps-ci. Il s’agit de la décision du MPO
de fournir tous les services d’octroi de permis et autres en ligne
plutôt que par courrier ou en personne à un bureau du MPO. Notre
organisation a effectué un sondage lors de son dernier congrès
annuel, et a découvert que plus de 25 p. 100 des pêcheurs ne sont
pas suffisamment versés en informatique pour renouveler leur
permis ou s’acquitter d’autres tâches nécessaires si le MPO allait de
30-11-2012
Pêches et océans
12:93
fishers on P.E.I. is well over 55 years of age and are just not
schooled on computers, myself included, and I am not even
50 yet.
l’avant avec ce projet. Tout le monde sait que la moyenne d’âge de
la plupart des pêcheurs de l’Île-du-Prince-Édouard est bien audessus des 55 ans, et qu’ils ne sont pas cultivés en informatique et je
suis de ceux-là, et je n’ai même pas 50 ans.
It is too quick of a transition that DFO is trying to impose.
They say all services must be done online by March 31, 2013, next
spring. Area 24 believes that through other budget cuts, they are
eliminating licensing and other front counter staff at just the time
it will be most needed in our offices, whether it be on P.E.I. or
New Brunswick or Nova Scotia. We feel if positions must go, why
not from the top instead of the front line workers who will be
needed when we need them the most next spring.
La transition que veut effectuer le MPO est trop rapide. Il est
question de faire passer les services en ligne d’ici le 31 mars 2013,
c’est-à-dire le printemps prochain. Les pêcheurs de la ZPH 24
estiment que par d’autres réductions budgétaires, ils éliminent les
services de délivrance de permis et du personnel de soutien au
moment même où ils seront plus nécessaires dans les bureaux, que
ce soit à l’Île-du-Prince-Édouard, au Nouveau-Brunswick ou en
Nouvelle-Écosse. D’après nous, si des postes doivent être
éliminés, pourquoi ne le sont-ils pas en haut de l’échelle plutôt
que parmi les travailleurs de première ligne qui seront nécessaires
quand nous en aurons le plus besoin, au printemps prochain?
To change licensing we feel that a major compromise would be
to grant the ability to do business over the phone. The EI system
has a program that allows people to file and report. Why would
DFO not be able to create a phone program to renew licences
from year to year? They already now have a phone number tollfree to call for help. We are suggesting they expand it, make it user
friendly.
Si on veut changer le mode d’octroi des permis, à notre avis, un
compromis important pourrait être fait, soit une capacité de faire
la transaction par téléphone. Un programme de l’assuranceemploi permet aux gens de s’inscrire et de faire leur déclaration
par téléphone. Pourquoi le MPO ne pourrait-il pas créer un
programme téléphonique pour le renouvellement des permis une
année sur l’autre? Il a déjà une ligne téléphonique d’assistance
sans frais. Nous pensons qu’il serait possible d’aménager les
fonctions, de les rendre conviviales.
In conclusion, I feel as a representative of many rural fishers, it
is our constitutional right to be offered these other services, not
just online with a computer. Furthermore, we fishers are doing
our best to be good stewards of the natural resource we are given
the right to use, and we will continue these efforts so that the
lobster resource will be available to future generations. It is
important to note and remember that we need government
institutions like DFO to recognize that we sometimes need extra
help and understanding to help conquer these challenges
presented to us.
Pour terminer, j’estime en ma qualité de représentant d’un
grand nombre de pêcheurs de régions rurales qu’il est de notre
droit constitutionnel de recevoir ces services et d’autres, non pas
seulement en ligne et au moyen d’un ordinateur. De plus, les
pêcheurs font de leur mieux pour être des bons intendants de la
ressource naturelle qu’ils ont été autorisés à exploiter et nous
continuerons de déployer ces efforts afin que la ressource de
homards soit disponible pour les générations futures. Il importe
de souligner et de ne pas oublier qu’il est indispensable que les
institutions publiques comme le MPO reconnaissent qu’il nous
arrive d’avoir besoin d’un petit coup de main et de compréhension
pour pouvoir relever le défi qui se pose à nous.
The Chair: Mr. Cloutier?
[Translation]
Mr. Cloutier: Mr. Chair, if I may distribute to you a copy of
the conservation plan we tabled, as did our colleagues from the
maritime provinces, New Brunswick, Newfoundland, Prince
Edward Island and Nova Scotia; it is a plan that we had to
table in 2010 in order to have access to the second part of
Ms. Shea’s package which required us to make major efforts to
respect a development vision or a sustainable lobster fishery. I
apologize that it is in French, but I have been promised a
translation of the last two or three pages on the different measures
taken by Quebec in order to respect the federal Fisheries and
Oceans’ sustainable development vision.
Le président : Monsieur Cloutier?
[Français]
M. Cloutier : Monsieur le président, permettez-moi de vous faire
distribuer une copie d’un plan de conservation qu’on a déposé au
même titre que ceux de nos collègues des provinces maritimes qui
sont le Nouveau-Brunswick, Terre-Neuve, l’Île-du- Prince-Édouard
et la Nouvelle-Écosse, c’est un plan qu’on a du déposer en 2010
pour avoir accès au deuxième volet de Mme Shea qui nous
conjurait à faire d’énormes efforts pour rentrer dans une vision de
développement ou de pêche durable dans la pêche au homard. Je
suis désolé qu’il soit en français, mais on m’a promis de traduire les
deux ou trois dernières pages sur les différentes mesures qui ont été
prises au Québec afin de faire correspondre ce plan à la vision
fédérale de Pêches et Océans du développement durable.
12:94
Fisheries and Oceans
30-11-2012
Today, I find it unfortunate, given that there is this sustainable
development project which has cost our fishermen greatly in terms
of measures and efforts, to see that my colleagues on the right do
not want to understand what we have done and what we must do
to ensure sustainable development, both in terms of economic
sustainability and conservation.
Aujourd’hui, je trouve malheureux que compte tenu qu’on ait
embarqué dans ce projet de développement durable, qui a coûté
énormément en mesures et en efforts à nos pêcheurs, je trouve
malheureux de voir que mes collègues de droite ne veulent pas
comprendre ce qu’on fait puis ce qu’on doit faire pour assurer
qu’on développe de façon durable, et ce autant de façon
économiquement viable au niveau de la conservation.
Prior to this program, the fisheries capacity in the Gaspé had
been cut by 17 per cent. Once this program was established, we
received some help. The federal government helped us to cut the
fishing effort by 12 per cent. So, we cut the fishing effort by
29 per cent. These compromises were made in the hope that we
would be able to maintain lower volumes on the market. That was
the goal also in terms of sustainability, but with consequential
pricing; however, unfortunately, the lack of efforts from our
colleagues meant that we got caught out and we did not get more
for our lobsters.
Avant le dépôt de ce projet, on avait réduit de 17 p.100 la
capacité de pêche en Gaspésie. Suite au dépôt de ce projet, on
nous a aidés. Le gouvernement fédéral nous a aidés à réduire de
12 p. 100 l’effort de pêche. Donc, on était à 29 p.100 de réduction
de l’effort de pêche. On a fait ces compromis en espérant que nous
allions être capables de maintenir évidemment un volume plus bas
sur le marché. C’était ça la vision aussi en terme de viabilité, mais
avec un prix conséquent, mais malheureusement, le manque
d’efforts de nos collègues fait en sorte qu’on se fait rattraper dans
le passage et on n’en a pas plus pour nos homards.
We talked to the fishermen, both in the Gaspe and the
Magdalen Islands, and we had asked a great deal of them, we had
asked them to make significant efforts to reduce the number of
traps and the number of fishing days, increase the size from
76 millimetres to 82 millimetres for the Gaspé, and 83 millimetres
in the Magdalen Islands, all that to wind up 10 years later in such
a major impasse when it comes to the weak market price.
On avait demandé à des pêcheurs, autant en Gaspésie qu’aux
Îles-de-la-Madeleine, on leur avait demandé énormément à des
pêcheurs, on leur avait demandé de faire des efforts énormes de
réduction de casiers, de réduction du nombre de jours de pêche,
d’augmentation de la taille de 76 millimètres à 82 millimètres, dans
le cas de la Gaspésie, et de 83 millimètres dans le cas des Îles-de-laMadeleine, tout ça pour arriver 10 ans après dans un cul-de-sac
aussi important au niveau de la faiblesse du prix payé sur le marché.
I do not want to leave things unspoken, because I will not be
able to continue the debate much longer, but the niche markets
are dangerous for my friends and my colleagues on Prince
Edward Island, because the niche markets in Quebec are major
stores like Loblaws, IGA and Metro, and they are the ones now
dictating the price of lobster in Quebec. They are using small
lobsters from Prince Edward Island and New Brunswick to set the
price. We cannot accept that anymore in Quebec. Now you have
been told.
Je ne voudrais pas laisser passer sous silence, parce que je ne
pourrai pas faire longtemps parti du débat, mais les marchés de
niche qu’exposent mes amis et mes collègues de l’Île-du-PrinceÉdouard, pour moi, c’est de la foutaise, parce que les marchés de
niche qu’on a au Québec, ce sont des grandes surfaces, c’est
Loblaws, IGA et Métro, et ce sont eux qui présentement dictent le
prix du homard au Québec. Ils se servent du petit homard de l’Îledu-Prince-Édouard et du Nouveau-Brunswick pour dicter le prix.
Nous, au Québec, on ne peut plus tolérer ça. On vous l’a dit.
In the Gaspé, there are lobster fishermen taking in
12,000 pounds of lobster. If the price paid is $4.50 a pound
in 2012, that means $52,000 or $53,000 in gross revenues per
fishing company. I understand that, in Prince Edward Island, they
are more interested in doing nothing because they can harvest
30,000 or 35,000 pounds of lobster, particularly in the north, so at
$4.50 a pound, it is a really different type of problem, you know.
We have a much bigger problem because we are not viable. We
need to get $6 a pound for our catch, but we cannot do that. At
the same time as we are working on conservation, we need to
address the issue that smaller lobsters on our own markets mean
that prices are dropping. They are dropping, and we are taking
steps in our province, and that is not fair.
En Gaspésie, il y a des pêcheurs de homard qui acceptent
12 000 livres de homard. Si on prend un prix payé en 201,2 à
4,50 $ la livre, ça fait 52 000 $ ou 53 000 $ de revenu brut par
entreprise de pêche. Je comprends qu’à l’Île-du-Prince-Édouard
ils sont plus intéressés à ne rien faire parce qu’ils vont capturer,
surtout dans le nord, 30 000 ou 35 000 livres de homard, donc, à
4,50 $ la livre, c’est vraiment différent comme problème, vous
comprenez. Nous, on a un problème beaucoup plus grand parce
qu’on n’est pas viable. Il faudrait qu’on pêche à 6 $ la livre, puis
ça, on ne peut pas le faire. En même temps qu’on travaille sur la
conservation, on se fait attaquer sur nos propres marchés par du
homard de plus petite taille ce qui en fait en sorte que nos prix
baissent. Ils baissent, et c’est dans notre province qu’on fait des
efforts, et ça, ce n’est pas juste.
After I leave here today, I am going to see my provincial
fisheries minister, and I am going to ask him for something,
because I am certain that this work is not being done. I am going
to ask him to close the Quebec markets to lobster under the legal
size in Quebec. If that is what they want, we will do it, and if he
responds, we will see just how far we can push him, because we
En sortant d’ici aujourd’hui, je m’en vais voir mon ministre des
Pêches au provincial et je vais lui demander une chose, parce que
je suis convaincu qu’on ne fait pas les efforts. Je vais lui demander
de fermer les marchés québecois au homard en deça de notre taille
légale au Québec. Si c’est ça qu’on veut, on va le faire, et s’il
répond, on va voir jusqu’où on va le pousser, parce que l’industrie
30-11-2012
Pêches et océans
are really fed up in our industry, we are really fed up with having
to deal with this, so I am going to ask him — I am seeing him next
week — and officially I am going to ask him, and I am sending a
copy of that letter to Ms. Shea.
[English]
12:95
chez-nous, on est vraiment écoeurés, on est vraiment tannés de
voir qu’on est poignés avec ça, alors je vais lui demander, — je le
vois la semaine prochaine — et officiellement, je lui demande, et
j’envoie une copie de cette lettre là à Mme Shea.
[Traduction]
The Chair: I just want to let you know that your minister was
invited, as all ministers in Atlantic Canada were invited, to attend
either here or in Ottawa, and he is not attending.
Le président : Je tiens à préciser pour vous que votre ministre a
été invité, comme tous les ministres des provinces de l’Atlantique,
à assister à une audience, que ce soit ici ou à Ottawa, et il ne l’a
pas fait.
Be aware that we are open to listening and hearing from
everybody. We understand everybody is not going to agree. I live
in a community of less than 400 people in Newfoundland and we
do not agree all the time either when it comes to the fishery. There
is no doubt I am used to it, but the fact is that we have an open
opportunity here to hear from everybody. The committee
understands frustrations exist, but only by talking and working
together can we find hopefully some solutions. So I just wanted to
let you know that your minister was invited and he refused to
attend, or she refused to attend.
Sachez que nous sommes disposés à entendre tout le monde.
Nous savons bien que tout le monde ne sera pas d’accord sur tout.
Je vis dans une collectivité de moins de 400 personnes à TerreNeuve, et nous ne sommes pas toujours d’accord non plus quand
il s’agit des pêches. Évidemment, j’y suis habitué, mais le fait est
que nous avons la possibilité, ici, d’apprendre de tout le monde.
Le comité est conscient qu’il y a des frustrations, mais ce n’est
qu’en dialoguant et en travaillant ensemble que nous pourrons, je
l’espère, trouver des solutions. Je tenais donc à ce que vous
sachiez que votre ministre a été invité et a refusé d’assister à notre
audience.
[Translation]
Mr. Cloutier: Thank you for that information. We will
continue our efforts elsewhere, but thank you very much.
[English]
[Français]
M. Cloutier : Je vous remercie de l’information. On va mener
nos efforts ailleurs, mais merci beaucoup.
[Traduction]
The Chair: Thank you.
Le président : Merci.
Next is Mr. Carl Allen.
C’est maintenant le tour de M. Carl Allen.
Carl Allen, Fisherman, Maritime Fishermen’s Union: I have
been asked to speak for the fishermen in LFA 25, the contested
area. Although there is a major sticking point that myself and
Mr. Knox cannot agree on, there are some points that we do
agree very much on, and that is the season start date. The
majority of the fishermen in New Brunswick in LFA 25 would
like to see that remain in early August. There is not too many who
have much of an appetite to fish in the latter part of October. We
also agree that there are a lot of things that we can do to improve
the condition of lobsters when they reach the wharf. There are
many things that we can do on that front to make them better.
Carl Allen, pêcheur, Union des pêcheurs des Maritimes : J’ai été
invité à parler au nom des pêcheurs de la ZPH 25, la zone
contestée. Bien que M. Knox et moi ne puissions pas nous
entendre sur un élément important, nous nous entendons sur
certaines choses, notamment sur le début de la saison. La majorité
des pêcheurs du Nouveau-Brunswick de la ZPH 25 souhaiteraient
que ça reste au début d’août. Peu de pêcheurs sont friands de
pêche à la fin d’octobre. Nous convenons aussi que beaucoup
peut être fait pour améliorer l’état des homards à leur arrivée au
quai. On peut faire beaucoup, à cet égard, pour qu’ils soient en
meilleur état.
The area that is most contested obviously is the carapace size,
and I find myself somewhere between Mr. Cloutier and
Mr. Knox. Whereas Mr. Cloutier would like to see us go to
somewhere in the 82, 83 millimetre range, myself, I like
the 76, 77 range. We are not talking about doing away with
canners. We are talking about going to a canner select. In reality,
the lobster that I myself or Mr. Knox or these other two
gentlemen want to keep to take home to eat are the bigger ones.
We do not take the less than 76. We take the choice canners.
La pierre d’achoppement c’est évidemment la taille de la
carapace, et je me situe entre M. Cloutier et M. Knox. Alors que
M. Cloutier souhaite que nous montions à quelque 82 ou
83 millimètres, je me situe plutôt vers les 76 ou 77 millimètres. Il
n’est pas question de renoncer aux homards de conserverie. Il s’agit
plutôt de pêcher un produit de choix à cette fin. En réalité, le
homard que moi-même, M. Knox ou ces deux messieurs voulons
rapporter chez nous pour la consommation, ce sont les plus gros.
Nous ne prenons pas les homards de moins de 76 millimètres. Nous
ne prenons que les homards de conserverie de choix.
Being 32 years old, I am the youngest fisherman here and in
theory, God willing, I have to look the furthest ahead of anybody.
The reason I would like to go to a larger size is to increase egg
À 32 ans, je suis le plus jeune pêcheur ici, et en théorie, si Dieu
le veut, je dois regarder vers un horizon plus lointain que
n’importe qui d’autre. La raison pour laquelle je souhaite
12:96
Fisheries and Oceans
30-11-2012
production. The bigger the size, the more females have a chance
to spawn at least one time. Although, right now, things look great
as far as catches go, because we are on an upswing, there are
peaks and valleys in lobster catches. Right now we are heading for
a peak, and that peak will come. At some point in time the catches
will drop. It has been proven in areas that have raised their
measure the further you raise your measure, the more you
stabilize the lows, the higher the lows are. So instead of having
high, high peaks and low lows, you kind of get this effect where
you go up and you do real good, but when you do come down,
you do not drop drastically, because the stock has been given the
opportunity to take care of those measures.
augmenter la taille de la carapace, c’est pour accroître la
production d’œufs. Plus les femelles sont grosses, plus elles ont
de chance de frayer au moins une fois. Bien qu’actuellement, tout
semble aller pour le mieux en ce qui concerne les prises, puisque
nous sommes en phase ascendante, il y a toujours des hauts et des
bas dans la pêche au homard. En ce moment, nous nous dirigeons
vers un sommet, et nous allons l’atteindre. À un moment donné,
les prises diminueront. C’est arrivé dans des zones où la mesure
avait été augmentée. Plus elle augmente, plus les périodes creuses
se stabilisent, et plus profondes elles sont. Alors au lieu d’avoir
des sommets très élevés et des creux profonds, on fonctionne en
dents de scie, où les prises grimpent et tout va pour le mieux, mais
quand on retombe, la chute n’est pas vertigineuse, parce que les
stocks réagissent à ces mesures.
I cannot really speak to LFA 24, but as far as LFA 25 on the
Island wanting to keep the canner for a niche market, I would like
to point out that Mr. Knox received less for his lobsters this year
than I did. If the market for canners was so great and there was
such a demand for this niche market, you would think that he
would have got a price accordingly. In reality, the Island
fishermen got a lower price than the New Brunswick fishermen.
Maybe that was because we processed it so much that we forced
our buyers to give us a higher price, I am not really sure.
Je ne peux pas vraiment m’exprimer pour la ZPH 24, mais en
ce qui concerne l’objectif de la ZPH 25, sur l’île, qui voudrait
garder le homard de conserverie pour un marché à créneaux,
j’aimerais souligner que M. Knox s’est fait payer moins cher cette
année pour ses homards que moi. Si le marché du homard de
conserverie est tellement prospère et qu’il a tellement de demandes
pour lui, on pourrait supposer qu’il en aurait un meilleur prix. En
réalité, les pêcheurs de l’île ont eu un prix inférieur pour le
homard à celui des pêcheurs du Nouveau-Brunswick. Il se peut
que ce soit parce que nous l’avons tellement transformé que nous
avons forcé nos acheteurs à nous en donner un meilleur prix, je ne
sais pas vraiment.
Mr. Knox talked about the last ten years and how catches have
been on the rise in LFA 25. They have, and if you look at some of
the things that we have done in the last ten years, one is that we
raised our measure. We were at 68 millimetres, and we have
slowly raised our measure. That has paid off in dividends. Also,
areas such as the northern part of LFA 25 and the north side of
Prince Edward Island have benefited in recruitment from areas
that have gone up in measure. Just because a lobster lays her eggs
here does not mean that those lobster grow up here. When those
larvae hatch, they go up in the water column float along and settle
somewhere else. So the lobsters that they are catching on the
north side could have actually been hatched in the Magdalen
Islands, whereas the lobsters that I catch in Cap Pelé could have
been hatched in Richibucto or Bouctouche. There is no set
guarantee that where they hatch is where they land. So they are
reaping the benefits of the measures that others have taken such
as Mr. Cloutier and the northern part of the Bay of Chaleur.
M. Knox a parlé des dix dernières années et de la manière dont
les prix sont en hausse dans la ZPH 25. C’est vrai, et quand on
pense à ce que nous avons fait depuis une dizaine d’années, nous
avons notamment augmenté la mesure. Nous étions à
68 millimètres, et nous avons progressivement augmenté cette
mesure. Ça a été lucratif. Aussi, des régions comme le nord de la
ZPH 25 et le nord de l’Île-du-Prince-Édouard on bénéficie de la
hausse de la mesure dans d’autres régions. Le fait que les femelles
pondent leurs œufs quelque part ne signifie pas que les petits
resteront là. Quand les œufs éclosent, les petits sont emportés par
les colonnes d’eau, ils flottent et se posent ailleurs. Donc, les
homards qui sont pris dans le côté nord peuvent très bien provenir
des îles de la Madeleine, alors que ceux que j’attrape à Cap Pelé
peuvent être nés à Richibucto ou à Bouctouche. Rien ne garantit
que les homards restent là où ils sont nés. C’est donc que certains
tirent parti des mesures que d’autres ont mises en place, comme
M. Cloutier et la région nord de la Baie-des-Chaleurs.
There was a reference earlier to the crash in the beef market,
and one thing that was not said is that the beef farmers in Alberta
all made drastic changes. Being there has been a crash in this
industry, I think that there has to be major changes. Personally, I
think that carapace size is one of the good changes. There can be
some common ground or there can be a happy medium struck.
We do not have to go straight from here to here. We can find a
middle ground or happy medium and get there in a reasonably
timely fashion.
Il a été question, tout à l’heure, de la chute du marché du bœuf, et
une chose que l’on n’a pas dite, c’est que les éleveurs de bœuf de
l’Alberta ont tous fait des changements radicaux. Puisqu’il y a eu
une chute de l’industrie, je pense qu’il faut faire des changements
radicaux. Personnellement, je pense que la taille de la carapace est
l’un de ces changements positifs. Il peut y avoir les lieux communs,
ou des compromis acceptables. Il n’est pas nécessaire d’aller
directement d’un point à l’autre. Il est possible de trouver un juste
milieu, ou un compromis acceptable, dans un temps raisonnable.
The Chair: Go ahead, Mr. Comeau.
Le président : Vous avez la parole, monsieur Comeau.
30-11-2012
Pêches et océans
[Translation]
12:97
[Français]
Réjean Comeau, Vice-President, Maritime Fishermen’s Union:
Thank you, senators, for the opportunity to speak here today. My
name is Réjean Comeau, I am vice-president of the MFU, but I
am speaking today as a fisherman. I want to tell you about my
experience.
Réjean Comeau, vice-président, Union des pêcheurs des
maritimes : Merci messieurs et mesdames les sénateurs de la
chance de pouvoir parler ici. Mon nom c’est Réjean Comeau, je
suis vice-président de l’UPM, mais je vais parler ici comme
pêcheur. Je vais vous dire ce que je vis.
Where to start and how to keep it short? We are here to talk
about lobster, the lobster fishery crisis. The lobster fishery crisis
has been going on for perhaps 10 or 12 years, maybe longer.
When we started talking about increasing the size, Carl said it
was 68. In 2008 or 2009, we were hit with the lobster fishery crisis,
and the exchange rate of the Canadian dollar hit parity. All that
was part of the lobster fishery crisis. As a fisherman on a boat, I
cannot do much about the markets. When I am home, on my
boat, when I am on the wharf, I try to think about what I could
do. There is no big solution. I have been fishing for 32 years. I am
still fairly young. I have sat around a number of roundtables on
the ground fishery, the cod fishery, the scallop fishery and all that.
The big problem with all these roundtables is that no one is
realistic about the goals. No one is honest about the reality and
there is a lack of a long-term vision. We are now in the midst of
another crisis, the lobster fishery, and again today, we are sitting
around tables and no one wants to find a long-term solution. We
are looking at the short term, we are looking at protecting
ourselves, our own little markets, our own little corners, and if we
do that, we will do the same thing we did with the cod fishery and
all the other species and we are going to wind up with another
crisis. There are no more crises in the cod fishery; there is no more
cod. It is quite simple. We no longer need to talk about cod and I
do not get any more calls to come sit around any tables, because
there are none anymore. I hope that I will not see the same thing
come to pass with the lobster fishery. We absolutely need a
long-term vision. I think that this is what our politicians and
decision-makers need to look at, long-term goals.
Comment commencer et être bref? On est ici pour parler du
homard, d’une crise du homard. La crise du homard on est
dedans ça fait 10 ou 12 ans peut-être, même plus. Quand on a
commencé à parler d’augmenter la mesure, Carl disait qu’on était
à 68. En 2008 ou 2009, c’est là qu’on a frappé la crise du homard
et le taux de change avec le dollar qui est devenu à parité. Tout ça
fait partie de la crise du homard. Les marchés, moi, comme
pêcheur sur mon bâteau, je ne peux pas faire grand chose pour ça.
Quand je suis chez-nous, sur mon bateau, quand je suis sur le
quai, j’essaie de penser à ce que je pourrais faire. Il n’y a pas de
grande solution. Moi, ça fait passé 32 ans que je pêche. Je suis
encore jeune. J’ai été assis autour de plusieurs tables de
consultation sur le poisson de fond, la morue, le pétoncle et
tout ça. Le gros problème de toutes ces tables de discussion, c’est
qu’on a refusé de regarder les objectifs avec réalité. On s’est
toujours cachés la réalité et on a manqué de vision à long terme.
On est dans une autre crise, le homard, et encore aujourd’hui, on
est assis autour des tables et on ne veut absolument pas trouver de
solutions à long terme. On regarde à court terme, on regarde à se
protéger, nos petits marchés, nos petites choses, et si on fait ça, on
va faire la même chose qu’on a fait avec la morue et toutes les
autres espèces, on va se retrouver dans une crise. Il n’y a plus de
crise dans la morue; il n’y a plus de morue. C’est simple. On n’a
plus besoin de parler de la morue et on ne m’appelle plus pour
aller à des tables, il n’y en a plus. J’espère que je ne verrai pas ça
avec le homard. Il faut absolument avoir une vision à long terme.
Je pense que c’est ce que nos politiciens et les gens qui prennent les
décisions doivent regarder, des choses à long terme.
My main concern as a fisherman is my viability. That is what I
am interested in. I do not have a shop and I am not a broker. How
can I ensure that my company is viable? We looked at this from
every possible angle and in terms of whatever we could do. We
started to talk about the sustainability of the resource 10 years
ago. It was extremely important. We started to get down to work.
We increased the size to 72, because the biologists told us that at
72 millimetres, the island would get there next year only. It would
be 49.2 per cent of our eggs. They told us that with that, our
resource was more or less safe, but not economically speaking for
me. We did not want to go further than that. Why go to 76? It is
simple: in any company, I want stability, so going to 76, I am
going to bring my eggs to 75 per cent. If I were there today,
because in New Brunswick, there are areas. In Baie-des-Chaleurs,
the guy fishing next to me has gone up to 76. He used to catch
8,000 pounds of lobster, now he takes some that are 25 and 28. In
my region, they do not want that. They say ‘‘Réjean, you are
crazy. We are going to lose it all: our market, our little lobster’’. In
his area next door, it is even worse than in ours. They did not
want to have that long-term vision. They played it safe. No, they
Ma préoccupation principale comme pêcheur, c’est ma
viabilité. Moi, c’est ce qui m’intéresse. Je n’ai pas de shop, et je
ne suis pas un broker. Comment faire pour rendre mon entreprise
viable? On a regardé ça de tous les côtés possibles, les moyens
qu’on pouvait prendre. On a commencé par parler, 10 ans passés,
de durabilité de la ressource. Ça, c’était très important. On a
commencé à travailler. On a augmenté la mesure jusqu’à 72, parce
que les biologistes nous ont dit qu’à 72 millimètres, l’île va juste
arriver-là l’année prochaine. On serait à 49,2 p. 100 de nos oeufs.
Ils nous ont dit qu’avec ça, vous êtes plus ou moins safe pour la
ressource, mais pour mon économie à moi, non. Mais on n’a pas
voulu aller plus loin. Pourquoi veut-on aller à 76? C’est simple :
moi, ce que je recherche dans n’importe quelle entreprise, c’est une
stabilité, alors, en allant à 76, je vais emmener mes oeufs à
75 p. 100. Si j’étais là aujourd’hui, parce qu’au NouveauBrunswick, il faut dire qu’on a des zones. Dans la Baie-desChaleurs, le gars qui pêche juste à côté de moi, il a monté à 76. Il
prenait 8 000 livres de homard, il en prend 25 et 28. Moi, cheznous, ils n’ont pas voulu. Ils ont dit « Réjean, tu es un fou. On va
tout perdre, notre marché, notre petit homard. » Dans sa zone à
12:98
Fisheries and Oceans
30-11-2012
did not change a thing. Then, the economic crisis hit with the
dollar and all that, and some people paid more than others. Those
who did not want to move forward paid more dearly. Today, that
is where we are. The biologists are recommending a precautionary
approach. That is why we went to 76, like they said, because that
is how lobsters are, it will go back down again, but perhaps there
will be big waves, so a little less.
lui à côté, c’est encore pire que chez nous. Ils n’ont pas voulu
avoir de vision à long terme. Ils sont restés en sécurité. Non, on ne
bouge rien. Là, il y a une crise économique qui frappe avec le
dollar et tout ça, et il y en a qui paient plus cher que d’autres.
Ceux qui n’ont pas voulu aller de l’avant, ça coûte plus cher.
Aujourd’hui, on en est là. Les biologistes préconisent une
approche de précaution. C’est pour ça qu’on veut aller à 76,
comme ils le disaient, parce que le homard il est comme ça, il va
redescendre à nouveau, mais peut-être que ça sera des grosses
vagues, un peu moins.
I will be brief. We need to have a long-term vision. Each time
we talk, we talk about canners and the market. It is not just
the 72 and the 76, they come in all sizes. When I fish, I catch 72,
76, 80, 82, 85, 86. I have even had some 100s. People buy
everything I get for the same price. They get different prices for
the tails. They sort my lobster, they sell it on different markets. I
tell the shop: ‘‘Why are you not paying me?’’. ‘‘Ah, well, you are
selling little ones and that is what we are paying you for.’’ I am
just a small businessman, I tell myself why not get more for a
lobster with a five-ounce, four-ounce or six-ounce tail, why do I
not take that lobster if it is worth more? So, as a fisherman, you
have to provide what the market wants. If you want a big steak,
the producer will get you the steak you want for the price you are
prepared to pay. As fishermen, we do not think like businessmen.
We are wanting to sell lobster on the market that is paying less.
We want to sell the lobster to the people who pay the least. Is that
logical? It is not logical. Canners command the lowest prices, and
that is what I fish, that is what I push. As a business decision, it is
not logical.
Je vais être bref. Il faut voir à long terme. Chaque fois qu’on
parle, on parle du petit homard et de market. Il n’y a pas juste
du 72 et du 76, du homard, il y en a de toutes les grosseurs. Quand
je pêche j’ai du 72, du 76, du 80, du 82, du 85, du 86. J’en ai
du 100. Ils me l’achètent tout pour le même prix. Ils font des
queues qui ont différents prix. Ils trient mon homard. Ils le
vendent sur différents marchés. Moi, je dis à la shop « pourquoi
vous ne me payez pas? » « Ah, bien, tu vends du petit, on te
paie. » Comme entreprise, je suis un petit peu homme d’affaires,
je me dis, pourquoi ne pas mettre un homard dont la queue de
cinq onces, de quatre onces ou de six onces est plus payée,
pourquoi je n’apporte pas ce homard-là, si c’est ce qui vaut plus
d’argent. Aussi, comme pêcheur, il faut que tu mettes ce que le
marché veut. Toi, si tu veux un gros steak, celui qui fait le boeuf, il
va te faire le steak que tu veux et pour lequel tu es prêt à payer.
Nous, comme pêcheurs, on a pas ces notions d’hommes d’affaires.
On veut mettre du homard sur le marché qui est moins payant. On
veut mettre le homard pour lequel on a le moins de prix. Est-ce
que c’est logique? Ce n’est pas logique. Le canner, c’est lui qui est
moins payé, et c’est lui que je force à pêcher, c’est celui que je fais
pousser. Comme question d’affaires, je ne pense pas.
I understand that Prince Edward Island has a niche market. I
asked the plants about that. We had a two- or three-day meeting
at the plants, because New Brunswick also does popsicle packs,
not just Prince Edward Island. All plants do some, but New
Brunswick is more diversified, because there is more money to be
made with tails, meat, and other things. I said ‘‘will it create a
problem for you if we go up to 76? Will you lose that niche
market?’’ All of the plants told me they would adapt. It is simple,
and I understand. I said to them: ‘‘Explain it to me.’’ If consumers
no longer want to buy small lobster at 72, they will buy the
smallest one. If it is 76, they will buy lobster at 76. Prince Edward
Island is a province where, like New Brunswick, they fish the
smallest lobster. It will still be the smallest lobster. They will not
lose that niche market. If the smallest lobster is 76, people will
continue to buy the smallest lobster. Those who want small
lobster will keep buying it. They will still have their niche market.
We will protect ourselves in terms of sustainability and stability.
We will be able to compete in a market, because you saw what
happened in the summer with the Americans from Maine. We
have no choice. We must compete with what the others bring us.
Je comprends qu’à l’Île-du-Prince-Édouard, il y a un marché
niche. J’ai posé la question aux usines. On avait une rencontre de
deux ou trois jours aux usines, parce qu’au Nouveau-Brunswick
aussi, ils font du petit homard en sac, ce n’est pas juste l’Île-duPrince-Édouard. Toutes les usines en font en peu, mais au NouveauBrunswick c’est plus diversifié parce qu’il y a plus d’argent à faire
dans la queue, dans la chair et dans d’autre chose. J’ai dit « pour
vous, si on va à 76, est-ce que ça va créer un problème? Est-ce que
vous allez perdre ce marché niche-là? » Toutes les usines m’ont dit
qu’ils allaient s’adapter. C’est simple et je comprends. Je lui ai dit
« explique-moi ça. » Si le consommateur ne peut plus acheter de
petit homard à 72, il va acheter le plus petit. Si c’est du 76, il va
acheter du homard de 76. L’Île-du-Prince-Édouard est une province,
l’endroit où ils pêchent, le Nouveau-Brunswick aussi, le plus petit
homard. Il y a aura encore le plus petit homard. Ils ne vont pas
perdre ce marché niche. Si le plus petit homard, c’est du 76, les gens
vont continuer à acheter le plus petit homard. Ceux qui veulent avoir
du petit homard, ils vont continuer. Ils auront encore le marché
niche. On va se protéger côté durabilité et stabilité. On va être
capable de concurrencer sur un marché, parce qu’avec les Américains
du Maine, vous avez vu ce qui est arrivé cet été. On n’a pas le choix.
Il faut concurrencer avec ce que les autres nous apportent.
30-11-2012
Pêches et océans
In a crisis like the one in the summer, we cannot stop Maine
from bringing lobster in here, nor can we stop producing it. We
must find a solution and adapt. I think that by adapting, the
island will not lose its niche market. We may put lobster on the
market and have a chance to get a little bit more money for it;
then perhaps we will be able to weather the crisis. The only thing
we control is the resource. We do not control the market. As a
fisher, I have no control over the Canadian dollar going from
$1.10 to $1.12 or $1.15. As for the rest, I would just be repeating
what has been said around the table.
[English]
12:99
Une crise comme celle qu’on a eu cet été, on ne pourra pas
arrêter le Maine de venir apporter du homard par ici et on ne
pourra pas arrêter vice-versa de le produire. Il faut trouver une
solution pour s’adapter. Je pense qu’en s’adaptant, l’île ne perdre
pas son marché niche. On mettra peut-être un homard sur le
marché pour lequel j’aurai la chance d’avoir un petit peu plus de
prix pour, puis, peut-être qu’on va pouvoir réussir à passer à
travers la crise. C’est la seule chose qu’on contrôle : la ressource.
Le marché, on ne le contrôle pas. Si le dollar canadien vient
à 1,10 $, 1,12 $ ou 1,15 $, comme pêcheur, je n’ai aucun contrôle.
Le reste, ça serait répéter ce qui a déjà été dit autour de la table.
[Traduction]
The Chair: Thank you all of you. Once again, it is great to hear
from the people that make a living on the ocean. It is always
productive.
Le président : Nous vous remercions tous. C’est encore une fois
un plaisir que d’entendre les témoignages de gens qui vivent de
l’océan. C’est toujours productif.
Senator Poirier: One of the gentlemen here mentioned that
getting the lobster from the water to the plant in good quality was
50 per cent of the problem. Can you give me some
recommendations you feel you would need to be implemented
in order to fix that problem?
Le sénateur Poirier : Un de ces messieurs a dit que la moitié du
problème était d’amener le homard de l’océan à l’usine en bon
état. Est-ce que vous pouvez me dire ce qu’il faudrait faire pour
régler ce problème?
Mr. Knox: P.E.I. government has had a protocol in place since
our last meeting — neither New Brunswick or Nova Scotia has
it — whereby people go down to the wharves to check to make
sure that the guy at the wharf is handling his lobster properly, has
the proper ice, has the proper storage for the lobsters and that the
lobsters are in good quality. One thing that should be mandatory
is fishermen should have enough Logteks or insulated tanks and
ice to hold the lobster they bring in. They should not be allowed
to come ashore with lobsters underneath a tarp, for instance, and
that happens in different places. Lobsters should be taken care of
and there should be laws. The processors should not be buying
them from fishermen who are bringing them in underneath tarps.
The next time they go out, they would not do it. We have got to
put things in place to bring in top quality lobsters to the plant and
insulating the tanks and ice is the way to go.
M. Knox : Le gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouard a
établi un protocole depuis notre dernière réunion — il n’existe
ni au Nouveau-Brunswick ni en Nouvelle-Écosse — selon lequel
des gens vont sur les quais vérifier que le gars, sur le quai,
manipule correctement le homard, qu’il y a assez de glace, que les
homards ont assez de place dans les caisses et qu’ils sont de bonne
qualité. Une chose devrait être obligatoire, et c’est que les
pêcheurs devraient avoir suffisamment de Logtek ou de réservoirs
isolés et de glace pour y loger les homards qu’ils pêchent. Ils ne
devraient pas être autorisés à venir au quai avec des homards sous
une bâche, par exemple, comme cela se fait à divers endroits. Les
homards devraient être bien traités, et il devrait y avoir des lois
pour cela. Les transformateurs ne devraient pas les acheter de
pêcheurs qui les amènent sous des bâches. Ainsi, ils ne
recommenceraient pas. Il faut établir des règles pour que des
homards de grande qualité soient amenés à l’usine, et isoler les
réservoirs et avoir de la glace. C’est comme ça qu’il faut faire.
Senator Poirier: Has that suggestion ever been brought to DFO?
Le sénateur Poirier : Est-ce que cela a déjà été suggéré au MPO?
Mr. Knox: We are meeting with DFO now. We are putting in
recommendations, quality measures. We are putting in a funding
request now, this year. This year was an abnormal year because of
the heat. We keep saying, and it was stated at that last meeting,
that the only reason we are here is because of the glut of lobsters
coming from Maine. Right now we want to change our carapace
size because of six processors in New Brunswick. They do lobsters
in the spring, May and June. Then they go to the Maine lobsters
in July and August. They want us to move our fall season to
September so they can do the Maine lobsters for the two months
and do us in September and October and move over and do
Southwest Nova. I mean, they are doing this for their pocket.
They are not making all these changes to help fishermen’s
pockets. You have got to see both sides of it. These guys want
change to help their bottom line. The guy that is buying the
M. Knox : Nous rencontrons actuellement les représentants du
MPO. Nous faisons des recommandations, proposons des
mesures pour assurer la qualité. Nous faisons cette année une
demande de financement. Ça a été une année peu ordinaire, à
cause de la chaleur. Nous disons toujours, et nous l’avons fait lors
de la dernière réunion, que la seule raison pour laquelle nous
sommes là, c’est à cause de la quantité de homards en provenance
du Maine. Actuellement, nous voulons changer la taille de la
carapace à cause de six transformateurs du Nouveau-Brunswick.
Ils transforment le homard au printemps, en mai et juin. Ensuite,
ils vont transformer le homard du Maine en juillet et août. Ils
veulent qu’on repousse notre saison d’automne à septembre pour
qu’ils puissent transformer les homards du Maine en juillet et
août, puis, les nôtres en septembre et octobre, avant d’aller dans le
sud-ouest de la Nouvelle-Écosse. En fait, ils ne font cela que pour
12:100
Fisheries and Oceans
30-11-2012
biggest majority of lobsters in the U.S. is a broker. He also sells
the majority of lobsters processed in New Brunswick plants. He is
buying these lobsters in the States and he needs a place to process
them. He sells the lobsters to these fishermen and he is telling
them to make the changes. This is stuff that is done behind closed
doors and we are taking the brunt of it, which is not right.
leur propre intérêt. Ils ne font pas tous ces changements pour faire
gagner plus aux pêcheurs. Il faut voir les deux côtés de la médaille.
Ces gens-là veulent changer les choses pour accroître leurs
bénéfices. Le type qui achète la grande majorité des homards
des États-Unis, c’est un courtier. Il vend aussi la majorité des
homards à transformer dans les usines du Nouveau-Brunswick. Il
achète ses homards aux États-Unis, et il a besoin d’un endroit
pour les transformer. Il vend le homard aux pêcheurs et leur dit de
faire les changements. C’est le genre de chose qui se passe derrière
des portes fermées, et c’est nous qui en subissons les
conséquences, et ce n’est pas très juste.
Senator Poirier: Mr. Allen I understood that you said that one
of the things that you agreed on was the start date of the lobster
with New Brunswick and P.E.I.
Le sénateur Poirier : Monsieur Allen, vous avez dit vous
entendre avec le Nouveau-Brunswick et l’Île-du-Prince-Édouard
sur la date du début de la pêche au homard.
Mr. Allen: Yes.
M. Allen : Oui.
Senator Poirier: That is kind of different than what he just
told me.
Le sénateur Poirier : C’est un peu différent de ce qu’il vient
de dire.
Mr. Allen: We both agree that we want to stay with an early
start. We want to stay with an August start. Even though I am
from New Brunswick, I have a sneaking suspicion that one of the
main reasons, like Mr. Knox says, that New Brunswick lobster
plants would like to see us start September 1 — originally we were
asked to start September 17 — can be found if you look at the
statistics of the lobsters that come from Maine and when they do
the majority of their fishing. The lobster fishery in Maine begins
to slow down around the first to the middle of September, so he is
absolutely right when he says that they want us to start late so
they can process all the Maine lobster, then deal with whatever we
may bring in after that.
M. Allen : Nous nous entendons sur le fait que nous voulons
qu’elle commence tôt. Nous voulons que ça reste au début août.
Même si je suis du Nouveau-Brunswick, j’ai comme l’impression,
comme M. Knox, qu’il suffirait, pour comprendre pourquoi les
usines de transformation du homard du Nouveau-Brunswick
souhaitent qu’on commence le 1er septembre — à l’origine, il était
question du 17 septembre — de voir les statistiques relativement
aux homards qui proviennent du Maine, et de la période où s’y
fait le plus gros de la pêche. La pêche au homard, dans le Maine,
commence à ralentir entre le début et la mi-septembre, alors il a
tout à fait raison quand il dit qu’ils veulent qu’on commence tard
pour qu’ils puissent transformer tout le homard du Maine, et
ensuite s’occuper du nôtre.
Senator Poirier: The fishermen agree.
Mr. Allen: We agree on that. The carapace size is the main
sticking point.
[Translation]
Le sénateur Poirier : Les pêcheurs sont d’accord.
M. Allen : Nous nous entendons là-dessus. Nous achoppons
surtout sur la taille de la carapace.
[Français]
Senator Poirier: I know that you told me that the lobster crisis
did not begin a couple of months ago. It has been ongoing for
10 or 12 years.
Le sénateur Poirier : Je sais que vous m’avez dit que la crise de
homard n’est pas quelque chose des deux derniers mois. C’est
quelque chose qui existe depuis environ 10, 12 ans.
You also talked about the importance, to your mind, of
increasing from 72 to 76. It is for the quantity of eggs that will
remain. You also mentioned that in the past, the size was 68. It
went up to 72. At that time, when you succeeded in changing from
68 to 72, how did you get all of the provinces to cooperate and
agree to the same approach? Or was it something determined by
the Fisheries Department, who put regulations in place that gave
no one any choice?
Vous m’avez parlé aussi de l’importance, à vos yeux, des
raisons pour lesquelles on devrait monter de 72 à 76. C’est pour la
quantité des oeufs qui vont rester. Vous avez aussi mentionné que
par les années passées, la grosseur était de 68. Elle a monté à 72.
Durant ces années quand vous avez réussi à faire le changement
de 68 à 72, de quelle manière vous êtes venus en collaboration
avec toutes les provinces pour être sur la même voie, ou est-ce que
c’était quelque chose qui a été déterminé par le ministère des
Pêches et puis, la réglementation a été mise en place et tout le
monde n’avait pas le choix?
30-11-2012
Pêches et océans
12:101
Mr. Comeau: That came from the FRCC recommendations.
The department kind of imposed it for conservation reasons. Let
us just say that people more or less agreed, but there were always
places that did not want the increase. It was kind of imposed, yes.
M. Comeau : Ça venait du CCRH, ces recommandations. C’est
un peu le ministère qui l’a imposé pour des motifs de
conservation. Disons que les gens étaient plus ou moins
d’accord, mais il y avait toujours des endroits qui ne voulaient
pas augmenter. Ça nous a été un peu imposé, oui.
Senator Poirier: But at the end of the day, there was some
collaboration among the regions?
Le sénateur Poirier : Mais à la fin de la journée, il y a quand
même eu une certaine collaboration entre les régions?
Mr. Comeau: Not necessarily, because there are regions in New
Brunswick where it went up much more quickly. We are at 72 in
the Miramichi region; in and around Néguac, they are still at 71.
They will only hit 72 in 2012. We have already been at 72 for
almost four years.
M. Comeau : Pas nécessairement, parce qu’il y a des régions au
Nouveau-Brunswick qui ont monté beaucoup plus vite. Nous
autres, on a 72, dans la région de la Miramichi, à Néguac, dans ce
bout-là, ils sont encore à 71. Ils vont seulement être à 72 en 2012.
Nous autres, ça fait déjà presque quatre ans qu’on est à 72.
Senator Poirier: I am not sure if one of you knows the answer
to my next question, because in reality Mr. Cloutier raised the
matter and he has left; but perhaps one of you knows the answer.
Le sénateur Poirier : Ma prochaine question - et je ne suis pas
sûre si quelqu’un connaît la réponse, parce qu’en réalité, c’était
M. Cloutier qui l’a soulevé et il est parti - mais peut-être qu’un de
vous connaît la réponse.
Earlier, he mentioned the Quebec region: they went from 82
to 83; the Magdalen Islands were at 83; and the others at 82. I was
wondering if that had been decided in conjunction with the
fishers, or if it was a size quota established by the Department of
Fisheries and Oceans that had to be complied with?
Il a parlé tantôt que dans la région de Québec, ils ont été
de 82 à 83, les Îles-de-la-Madeleine ont été à 83, les autres à 82. Je
me demandais si c’était quelque chose qu’ils ont décidé de faire en
collaboration avec les pêcheurs ou si c’était un quota de grandeur
qui a été donné par le ministère des Pêches et qu’il fallait qu’ils le
respectent?
Mr. Comeau: I think that O’Neil Cloutier answered that. They
received the FRCC recommendations at the same time we did.
They followed them almost to the letter, especially on the market
issue. There was some conservation, but they really wanted to
target a market, so they went farther than we did. If we had done
the same thing, the crisis may have had less of an effect on us.
M. Comeau : Je pense qu’O’Neil Cloutier avait répondu. Ils
ont reçu les recommandations du CCRH en même temps que
nous. Ils l’ont suivi un peu plus à la lettre, surtout sur la question
de marché. Il y a eu conservation, mais ils voulaient vraiment
cibler un marché, alors ils ont été plus loin que nous. Si on avait
fait la même démarche, la crise aurait peut-être un peu moins
d’effet sur nous.
[English]
Senator Poirier: Somebody else wanted to answer.
Mr. Boertien: When the FRCC report was done about five, six,
seven years ago, their recommendation for 50 per cent chance of
having eggs before the lobster were caught and sold basically was
70 millimetre, and P.E.I. went along with that. In the interim, new
science was developed, new methods, and that was changed from
a 70 to a 72. The only reason we are going from 70 to a 72 is that
we were forced by DFO through the Lobster Sustainability
Measures program. We did not go from 70 to 72 willingly. We
were forced to go. I would like to make that point.
[Translation]
Senator Poirier: If I am not mistaken, I think it was perhaps
Mr. Comeau who made this comment. Earlier, he talked about
why lobster tails could not be priced the way beef is. So there are
different qualities and different prices. Why can you not do that
with the different sizes to get a better price for the lobster tail or
something like that? In your view, where do we start with those
ideas, with whom and how? Who can resolve that?
[Traduction]
Le sénateur Poirier : Quelqu’un d’autre voulait répondre.
M. Boertien : Quand le CCRH a remis son rapport, il y a cinq,
six ou sept ans, il disait qu’à 70 millimètres, il y avait 50 p. 100 de
chance que le homard ait eu des œufs avant d’être attrapé et
vendu, et l’Île-du-Prince-Édouard a été d’accord. Entre-temps, il y
a eu de nouvelles méthodes scientifiques, et on est passé de 70
à 72. La seule raison pour laquelle nous passons de 70 à 72, c’est
que nous y avons été forcés par le MPO par le biais du
Programme de mesures de durabilité pour l’industrie du homard.
Nous ne l’avons pas fait volontairement. Nous y avons été forcés.
Je tiens à le préciser.
[Français]
Le sénateur Poirier : Je pense, si je ne me trompe pas, que c’est
peut-être M. Comeau qui a fait ce commentaire. Il a parlé tantôt
de la raison pour laquelle on ne pouvait pas mettre le prix sur les
queues de homard comme on fait pour le boeuf. Donc, on a
différentes qualités, différents prix. Pour quelle raison ne peut-on
pas faire ça avec les différentes grosseurs pour avoir un meilleur
prix de la queue de homard ou quelque chose comme ça? Selon
vous avec qui, et comment et où on commence avec ces idées? Qui
peut régler ça?
12:102
Fisheries and Oceans
30-11-2012
Mr. Comeau: We have to start by getting industry and fishers
to sit down together. That is the first thing. We have to start a
dialogue. We have always been like cats and dogs. The fishers
always say that industry is stealing from them and vice versa, but
reality has caught up to us in the market, our American market,
which represents 90 per cent. Before that, there was a big
difference between the tails, but increasingly, the market
appears to be evening out. Tails weighing four or five ounces
are coming in at the same price as tails weighing six or seven
ounces. That is why we must urgently look at what the consumers
want so that we can give them quality lobster. And getting what
they want may be the only way consumers will be prepared to pay
a little more during a crisis for our products. In the end, the
consumer is the one who decides, as with everything else.
M. Comeau : Il faut commencer par asseoir l’industrie et les
pêcheurs ensemble. C’est la première chose. Il faut commencer à
se parler. On a toujours été comme chien et chat. Le pêcheur a
toujours dit que l’industrie vole le pêcheur et vice-versa, mais il y a
une réalité qui nous a rattrapé sur le marché, notre marché
américain, qui est 90 p. 100 de notre marché. Avant ça, il y avait
une grande différence entre les queues, mais là, de plus en plus, le
marché semble devenir égal, les queues de quatre, cinq onces avec
celles de six ou sept onces arrivent au même prix, alors, voilà
l’urgence qui nous pousse encore plus à regarder ce que le
consommateur veut afin de remettre un homard de qualité. Et ce
qu’il veut, c’est peut-être la seule manière que le consommateur
sera prêt à payer un peu plus en temps de crise pour notre produit.
En bout de ligne, c’est le consommateur qui décide, comme dans
n’importe quoi.
Senator Poirier: Thank you. It will not be easy, as we can see,
to come up with a recommendation that will satisfy everyone
100 per cent. Of course we will continue to listen, but there
certainly are some difficulties. Thank you.
Le sénateur Poirier : Merci bien. Ça ne va pas être facile,
comme on le voit, de trouver une recommandation où on pourra
dire que tout le monde sera 100 p. 100 satisfait. C’est certain
qu’on va continuer à écouter, mais c’est sûr et certain qu’il y a
bien des difficultés. Merci.
Mr. Comeau: One final comment: if we could convince
everyone to look at the long term and not just the short term,
we would already be a big step ahead.
M. Comeau : Un dernier commentaire : si on pouvait
convaincre tout le monde de regarder à long terme et non pas
simplement à court terme, déjà on aurait un grand pas de fait.
[English]
[Traduction]
Senator McInnis: You mentioned registration by phone versus
online, a very practical point. In rural Nova Scotia you have older
fishermen who sometimes do not have access. Is it staffing? What
do you perceive is the problem?
Le sénateur McInnis : Vous avez parlé d’inscription par
téléphone plutôt qu’en ligne, et c’est intéressant. Dans les
régions rurales de la Nouvelle-Écosse, certains pêcheurs plus
âgés n’ont pas forcément accès à l’Internet. Est-ce que c’est une
question d’effectifs? À votre avis, d’où vient le problème?
Mr. Boertien: I perceive the problem to be that DFO is
downsizing, trying to cut their budget because they have been told
to. People in the offices are being either laid off or given their
walking papers. The problem is what that creates for 25,
30 per cent of our fishermen. There are over 1,200 fishermen on
P.E.I., and if 300 or 400 of them do not know what they are
doing, the one person left in that licensing office is going to be
bombarded with requests to help?
M. Boertien : Pour moi, le problème, c’est que le MPO réduit
ses effectifs et essaie de réduire son budget parce qu’il en a reçu
l’ordre. Les gens des bureaux sont soit mis à pied, soit congédiés.
Le problème, c’est ce que ça veut dire pour 25 ou 30 p. 100 de nos
pêcheurs. Il y a plus de 1 200 pêcheurs à l’Île-du-Prince-Édouard,
et si 300 ou 400 d’entre eux ne savent pas ce qu’ils font, la seule
personne qui reste au bureau de délivrance des permis se fera
bombarder de demandes d’aide.
Senator McInnis: In the scheme of things as and what we are
talking about here today, it seems small, but it is a practical thing
and it can be a problem in rural areas. I just want you know that I
hear you. Times are a changing, as you know, and we all have to
face them, but for some of the older fishers it is a little more
challenging when they do not have access. I just wanted to
acknowledge that.
Le sénateur McInnis : Dans le contexte de la situation dont
nous traitons aujourd’hui, cela semble être peu de chose, mais
c’est une question d’ordre pratique, et cela peut poser problème
dans les régions rurales. Je tiens à ce que vous sachiez que je
comprends votre préoccupation. Les temps changent, vous le
savez, et nous devons tous y faire face, mais pour certains
pêcheurs plus âgés, ce peut être plus difficile quand ils n’ont pas
accès. Je tenais à vous dire que je le comprends.
Lobster landings currently are very high, and I have read that it
is not really well understood as to why that is. Tomorrow
afternoon I understand we have researchers and scientists coming
before the committee and we will pose that question. However,
the former Fisheries Conversation Council said that there is a
need to reduce exploitation and establish better controls over
Les débarquements de homards, actuellement, sont très élevés,
et j’ai lu quelque part qu’on ne comprend vraiment pourquoi.
Demain après-midi, si j’ai bien compris, des chercheurs et
scientifiques doivent comparaître devant le comité et je leur
poserai la question. Cependant, le Conseil pour la conservation
des ressources halieutiques a dit qu’il fallait réduire l’exploitation
30-11-2012
Pêches et océans
fishing effort. Are your organizations concerned about this, and if
you are concerned, is this more of a problem in specific LFAs as
opposed to others? What would your recommendation be?
Mr. Knox: Are you speaking to me?
Senator McInnis: Well, any of you.
12:103
et établir des meilleurs mécanismes de contrôle en ce qui concerne
la pêche. Est-ce que vos organisations s’en inquiètent, et le cas
échéant, est-ce que cela pose plus un problème dans certaines
ZPH que dans d’autres? Qu’est-ce que vous recommanderiez?
M. Knox : C’est à moi que vous posez la question?
Le sénateur McInnis : À vous ou aux autres, en fait.
Mr. Boertien: If I may, because of the carapace size increases
that we have already done — from 68 to 70, three years later from
70 to 71 — we skipped a year — next spring we are going
from 71 to 72 — more lobsters are being left on the bottom. More
lobsters are reproducing. They are bigger. They are coming
ashore. They are a bigger animal, so they weigh more. If the
science is done and if we go from a 72 to a 76 and the lobsters are
going to gain weight by 40 per cent, it creates a bigger problem.
P.E.I. caught almost 30 million pounds last year; add 40 per cent
to that. How are we going to sell them? It is just more of a
problem.
M. Boertien : Si vous le permettez, je dirais que, du fait de
l’augmentation des tailles de carapaces déjà effectuée — de 68 à
70, puis, trois ans plus tard, de 70 à 71, puis, une année sans
changement, puis, au printemps prochain, de 71 à 72 — il reste
plus de homards au fond. Les homards sont plus nombreux à se
reproduire, ils sont plus gros, ils se rapprochent des rives. Ce sont
de plus gros animaux, plus lourds. Si les mesures scientifiques sont
appliquées et si nous passons de 72 à 76 et que le poids du homard
augmente de 40 p. 100, cela augmente le problème. L’Î.-P.-É. a
attrapé près de 30 millions de livres l’an dernier; ajoutez-y
40 p. 100. Comment allons-nous les vendre? Le problème va en
grandissant.
What can I give you as a recommendation? I do not know. Not
this spring, the spring before, nature looked after it. Our catches
were way down because we had storms. About once a week we
had northeast or southeast winds. With drastic temperatures,
water temperatures, those winds were making our catch stop on
their own.
Qu’est-ce que je peux faire comme recommandation? Je ne sais
pas. Pas ce printemps, mais le printemps d’avant, la nature s’est
chargée de régler les choses. Nos prises ont chuté, du fait de
tempêtes. Environ une fois par semaine, on avait des vents du nordest ou du sud-est. Avec des températures rigoureuses, la température
de l’eau, ces vents diminuaient automatiquement nos prises.
Senator McInnis: I did not intend to get specifically into that. I
was talking about lobster industry generally. It would be a
catastrophic event if we lost the lobster if there was such a
downturn. I am not envisioning that there is a cliff here anywhere
soon, but what if? How can we preserve? We hear about leaving
the smaller lobsters to grow larger. We hear all about those
conservation measures, but how can we get to a point that we will
not have to worry about that eventuality?
Le sénateur McInnis : Ce n’est pas cet aspect que je voulais
particulièrement approfondir. Je parlais de l’industrie du homard
en général. Ce serait une catastrophe si nous perdions le homard,
s’il y avait une telle réduction. Je ne pense pas que nous courions à
la perte d’un moment à l’autre, il n’empêche qu’il faut envisager
l’éventualité. Comment pouvons-nous préserver l’espèce? On
entend parler de laisser les petits homards devenir grands. On
entend beaucoup parler de ces mesures de conservation, mais
comment pouvons-nous arriver à un stade où nous n’aurons pas à
nous soucier de ce risque?
Mr. Knox: Science will tell you that. Science will tell you that
when you meet with them. We have been meeting with Science. In
going from 70 to 72, we met with MFU the fishermen on P.E.I.
and district 25, and decided we are going to 72 because of our
rationalization plan. We went to 71, then skipped a year and went
to 72. We did that. The industry is in great shape. With regard to
the recruitment on the bottom and the studies that we are doing
on P.E.I. on recruitment for the upcoming years, a fellow from
Science told me, ‘‘If anyone is going to buy gear, now is the time
to buy it.’’ The recruitment in LFA 25 is significantly strong.
M. Knox : La science nous le dira. La science vous le dira
quand vous aurez votre réunion. Nous rencontrons les
scientifiques de notre côté. Quand nous sommes passés
de 70 à 72, nous avons eu une réunion avec l’Union des
pêcheurs des Maritimes, les pêcheurs de l’Î.-P.-É. et le
district 25, et nous avons décidé de passer à 72 à cause de votre
plan de rationalisation. On est passé à 71, puis, on a sauté une
année et on est passé à 72. C’est ce que nous avons fait. Le secteur
se porte on ne peut mieux. Pour ce qui est du recrutement au fond
et des études que nous effectuons à l’Île-du-Prince-Édouard sur le
recrutement dans les années à venir, un chercheur m’a dit : « Si
vous avez l’intention d’acheter de l’équipement, c’est le moment. »
Le recrutement dans la ZPH 25 est particulièrement fort.
Yes, it is lower in the central strait. You guys would not have
sat in, but we had a meeting in Moncton here a number of weeks
ago. DFO Science sat down with us. They have been doing studies
from 2007 to the last year on the water of the Northumberland
Strait, how it is moving, water temperature, silt, iron and it is not
good. The central strait is dying because of the heat. One
Ceci dit, c’est plus faible dans le détroit central. Vous n’étiez
pas présent, mais nous avons eu une réunion à Moncton, il y a
quelques semaines. Les chercheurs du MPO ont discuté avec
nous. Ils effectuent des études depuis 2007 et jusqu’à l’an dernier
sur l’eau dans le détroit de Northumberland : comment elle se
déplace, sa température, le limon, le fer et ce n’est pas brillant. Le
12:104
Fisheries and Oceans
30-11-2012
professor from New Brunswick, I think he was from Fredericton,
predicts that by 2030, 2035, there will be no fishery in the central
straits because the water will be so warm that there will be no
oxygen in it and fish will not be able to live. What can we do to
help out the central straits? Science cannot even answer that. It is
global warming. The rest of the strait is thriving because the water
temperature is good, the water is clear, the lobsters are in real
good shape.
détroit central se meurt à cause de la chaleur. Un professeur du
Nouveau-Brunswick, je crois qu’il était de Fredericton, prédit
que, d’ici 2030, 2035, il n’y aura plus de pêche dans les détroits
centraux parce que l’eau y sera si chaude qu’elle n’aura plus
d’oxygène et que les poissons ne pourront plus y vivre. Que
pouvons-nous faire pour aider les détroits centraux? La science
n’est même pas en mesure de trouver une solution. C’est le
réchauffement climatique. Le reste du détroit prospère, parce que
la température de l’eau est bonne, l’eau est claire et le homard se
porte vraiment bien.
I understand the New Brunswick fishermen wanting to
increase. They wanted to stay at 72, but they are being forced
to go higher because their plants are saying they are not going to
buy their lobster at 72. The processors want to go to a bigger
lobster because they are doing meat and tail. The bigger the
lobster, the lower the labour cost, and it comes back to the dollar.
Je comprends que les pêcheurs du Nouveau-Brunswick
veuillent augmenter. Ils voulaient rester à 72, mais sont
contraints d’augmenter parce que leurs usines disent qu’elles
n’achèteront pas leur homard à 72. Les transformateurs veulent
un plus gros homard parce qu’ils s’intéressent à la chair et à la
queue. Plus le homard est gros, moins la main-d’œuvre est
coûteuse et tout est une question de sous.
Senator McInnis: Mr. Chairman, I think I would like to have
these hearings, not in a court of law, but at least in a hearing
where I could cross-examine and then hopefully have someone
adjudicate who is a little more intelligent than I in respect to the
fishery. I did not intend to get into that. In Newfoundland there
was never going to be an end to the cod. It came quickly. Look
where the ground fishery is today. The young fisherman said he
will be in the field for a long time and it is the future that we all
have to think about. It can be global warming and there are things
that we can do to combat that, as well. However, the point is that
we have to think of the future and that, I am sure, will be an
important segment in our report. What can we do to ensure that
the future of this fishery will be there and intact for those who
follow all of us here in the room today?
Le sénateur McInnis : Monsieur le président, j’aimerais tenir
ces audiences non dans un tribunal mais au moins dans un cadre
où je pourrais effectuer un contre-interrogatoire et, avec un peu
de chance, avoir quelqu’un en mesure de trancher et de décider
qui est un peu plus intelligent que moi en matière de pêche. Je ne
voulais pas explorer cet aspect des choses. À Terre-Neuve, il y
allait avoir de la morue jusqu’à la fin des temps. Pourtant la fin est
venue rapidement. Voyez où en est la pêche de fond de nos jours.
Le jeune pêcheur a dit qu’il avait l’intention d’exercer pendant
longtemps et c’est l’avenir que nous devons tous préserver. Il y
aura peut-être un réchauffement climatique et nous pouvons
lutter contre cela, aussi. Il faut, en tout cas, se soucier de l’avenir,
qui constituera, j’en suis sûr, une part importante de notre
rapport. Que pouvons-nous faire pour assurer un futur à cette
pêche, pour la garder intacte, pour ceux qui suivent tout ce qui se
dit dans cette salle aujourd’hui?
Mr. Knox: That is why we went to 72, to secure that.
M. Knox : C’est pourquoi nous sommes passés à 72, pour
assurer cela.
Senator McInnis: I know.
Le sénateur McInnis : Je sais.
Mr. Knox: That was Science telling us to do that.
M. Knox : Ce sont les scientifiques qui nous ont dit de faire cela.
Senator McInnis: Yes, I appreciate that.
Le sénateur McInnis : Oui, je comprends cela.
[Translation]
[Français]
Mr. Comeau: We do not really have a problem with
conservation. The lobster crisis is caused by a problem with the
market. For me as a fisher, it is a market issue. We go to China,
and there is market demand for a certain size of lobster. The
Americans demand a certain size of lobster, and we must provide
what the market is demanding. We cannot force the market. The
market is doing the dictating.
M. Comeau : On n’a pas vraiment un problème de conservation.
La prise du homard est provoquée par un problème de marché.
Moi, comme pêcheur, c’est le marché. On s’en va en Chine, et le
marché demande une certaine grosseur de homard. Les Américains
demandent une certaine grosseur de homard, et il faut que nous, on
fournisse ce que le marché demande. On ne peut pas forcer le
marché. C’est le marché qui dicte.
We have done a great deal on conservation and that is where
we are at, but in reality, it is a market issue. The Americans bring
lobster into our shops, the shops dump them, and we must
compete with that. So if we have to go with a slightly bigger
lobster because the market wants a slightly bigger lobster, and if
En conservation, on a fait de beaux efforts et on est rendus là,
mais la réalité, c’est le marché. Tu as les États-Unis qui amènent
du homard dans nos shop, qui le dump, et nous autres, il faut
concurrencer avec ça. S’il faut y aller avec un homard un peu plus
gros parce que le marché veut en avoir un peu plus gros, et qu’on
30-11-2012
Pêches et océans
we supply our plants with the lobster they need, and tell them
‘‘Whoa, down there in the United States, slack off a bit because
our fishers are bringing us what we want.’’ — that is the only
solution.
[English]
12:105
puisse fournir nos usines avec un homard dont ils ont besoin, et
qu’ils leur disent, « whoa, vous autres, les États-Unis, slackez,
parce que nos pêcheurs nous emmènent ce qu’on veut. » C’est la
seule solution.
[Traduction]
Senator Harb: How much is the price of the tag?
Le sénateur Harb : Combien coûte l’étiquette?
Mr. Boertien: Thirteen cents.
M. Boertien : Treize cents.
Senator Harb: Why is it you want to have an extension?
Le sénateur Harb : Pourquoi voulez-vous une prolongation?
Mr. Boertien: We are told by the suppliers who make the tags it
takes so long to take the orders, get them manufactured, ship
them. Our season starts May 1, but our fishermen start putting
traps out and tagging April 1, about a month before.
M. Boertien : Les fournisseurs qui fabriquent les étiquettes
nous disent qu’il faut tout ce temps pour prendre les commandes,
les fabriquer et les expédier. Notre saison commence le 1 er mai,
mais le pêcheur commence à poser des casiers et des étiquettes
le 1er avril, environ un mois auparavant.
Senator Harb: Size seems to really matter when it comes to the
sector that you are in. We have heard different sizes, 70, 72, 76, 83,
and so on. What size is the Maine lobster that is sold to the
Canadian processor?
Le sénateur Harb : Il semblerait que la taille, ce soit important,
dans votre secteur. Nous avons entendu parler de différentes
tailles : 70, 72, 76, 83 et cetera. De quelle taille est le homard du
Maine vendu aux usines de transformation canadiennes?
Mr. Boertien: The lobster that goes to Maine?
M. Boertien : Le homard qu’on envoie au Maine?
Senator Harb: No, the ones that come here.
Le sénateur Harb : Non, le homard qui vient ici.
Mr. Boertien: Comes from Maine. It is a market and it is 83.
M. Boertien : Qui vient du Maine. C’est un marché et le homard
fait 83.
Senator Harb: Your fishermen’s association was doing a study
in order to find out what can be done so the price will move up.
What happened to that study? Where is it now? Do you know
much about that?
Le sénateur Harb : Votre association de pêcheurs effectuait une
étude pour voir ce qui pouvait être fait pour que le prix augmente.
Qu’en est-il de cette étude? Où en sont-ils? Êtes-vous au courant?
Mr. Boertien: I do not know what study you are talking about.
M. Boertien : Je ne sais pas de quelle étude vous parlez.
Senator Harb: The P.E.I. Fishermen’s Association is doing a
study.
Le sénateur Harb : L’Association des pêcheurs de l’Île-duPrince-Édouard effectue une étude.
Mr. Knox: There is a study in place right now, what is going on
in the industry and how can we improve it, but that study has not
been finished yet.
M. Knox : Il y a une étude en cours sur ce qui se passe dans
notre secteur et sur la façon dont on peut améliorer les choses,
mais cette étude n’est pas achevée.
Senator Harb: You raised the issue about the Science budget at
DFO being cut. Is there anything in the alternative that the
industry is looking at, perhaps as a means of resolving the
problem, pooling together some funding to hire some scientists to
look at the various issues of disagreement? I do not think you
agree on anything, honestly. You agree on one thing, that the
price should be more.
Le sénateur Harb : Vous avez soulevé la question des coupures
au budget de science du MPO. Est-ce que le secteur envisage une
alternative, pour tâcher de résoudre le problème, peut-être une
mise en commun de fonds pour embaucher des scientifiques qui se
pencheraient sur les différentes questions sujettes à controverse?
Je dois dire que je n’ai pas l’impression que vous soyez d’accord
sur quoi que ce soit. Vous êtes d’accord sur une chose seulement :
que le prix devrait être plus élevé.
Mr. Knox: No, we agree on the season. We agree that the
season should be left as is, not moved to accommodate six
processing plants in New Brunswick. We do not agree on
carapace size because we have no problem selling our canners.
New Brunswick does meat and tail, and they have to catch an
abundance of lobsters because their yield is so low. Their profit is
so low that they have to do a lot of lobsters to make money. P.E.I.
does not do that. We work in the spring and the fall, and most of
our plants are closed the rest of the year. This year, the plant that
M. Knox : Non, on est d’accord aussi pour la saison. On est
d’accord pour dire que la saison devrait rester comme elle est et
non déplacée pour arranger six usines de traitement au NouveauBrunswick. Nous ne sommes pas d’accord sur la taille des
carapaces, parce que nous n’avons pas de problème à vendre
notre homard de conserve. Le Nouveau-Brunswick fait la chair et
la queue et doit attraper beaucoup de homards, parce que le
rendement est si faible. Leur profit est si minime qu’ils doivent
avoir beaucoup de homards pour gagner de l’argent. Ce n’est pas
12:106
Fisheries and Oceans
30-11-2012
did that 1 million pounds had a zero mortality rate that he did not
have to process. He could pay more on his canner lobsters than
his markets.
comme ça à l’Île-du-Prince-Édouard. Nous travaillons au
printemps et à l’automne et la plupart de nos usines sont
fermées le restant de l’année. Cette année, l’usine qui a transformé
ce million de livres a eu un taux de mortalité de zéro qu’elle n’a
pas eu à transformer. Le gars pouvait payer plus pour son
homard de conserve que pour ses marchés.
Senator Harb The market is limited, and everybody seems to
agree on that. We have the product, which is finite. I think
Mr. Allen pointed out that if we do not conserve properly, at
some point in time we may run out of product. The price is low,
so the industry does have a crisis.
Le sénateur Harb : Le marché est limité, tout le monde semble
en convenir. Nous avons un produit qui est fini. C’est M. Allen, je
crois, qui a souligné que faute de le conserver correctement, nous
risquons de manquer de produits, à un moment donné. Le prix est
bas, si bien que le secteur est en crise.
Back in 2007, the Fishery Resource Council brought up a lot of
points. One of their concerns was the sustainability of the product
itself. They also raised concerns about the overall management of
the stock and productivity, as well as the issue of enforcement. I
am sorry to say this, but somebody is taking a shortcut. All the
points are very important. Personally, as a consumer of your
product and loves it, I think the price is low. Is there no cool head
in the industry to say that the government is not going to resolve
my problem so I have to figure it out myself? Then you decide
what you are going to do. We are going to have a summit, a
meeting or a convention where we are going to sit together and we
are going to take these concerns and give them to a third party in
order to make some sort of a reasonable recommendation that we
can agree to collectively. Mr. Allen said it. He said that we need
some sort of a compromise, that there has got to be some sort of a
mechanism. Government is not going to do it for you. In 2007,
one massive report was done by the FRCC and in 2009 a
parliamentary committee reported on the same thing, and here we
are in 2012 doing the same thing all over again. I am not confident
that government can do anything for you. So the solution has to
come from within. How do you feel about that?
En 2007, le Conseil pour la conservation des ressources
halieutiques avait souligné toute une série de points, dont la
durabilité du produit lui-même, la gestion d’ensemble du stock et
de la productivité, ainsi que la question des mesures pour faire
respecter la loi. Je regrette de devoir le dire, mais il y a quelqu’un
qui tourne les coins ronds. Chaque point est très important. Pour
ma part, en tant que consommateur de votre produit et grand
amateur, je trouve le prix bas. N’y a-t-il pas dans votre secteur des
gens qui ont le sang-froid pour décider que, puisque le
gouvernement ne va pas résoudre leur problème, ils vont s’y
attaquer eux-mêmes? Après cela, vous décidez ce que vous allez
faire : tenir un sommet, organiser une réunion ou une convention
et, d’un commun accord, décider d’exposer le problème à un tiers
en mesure de faire une recommandation raisonnable sur laquelle
tomber d’accord collectivement. M. Allen l’a dit : il faut un
compromis, il faut un mécanisme quelconque. Le gouvernement
ne va pas le faire pour vous. En 2007, le CCRH a rédigé un
énorme rapport; en 2009, un comité parlementaire a publié un
rapport sur le même sujet; et nous voici maintenant en 2012 à
refaire tout cela une fois de plus. Je suis loin d’être sûr que le
gouvernement puisse faire quelque chose pour vous il faut que les
solutions viennent de l’intérieur. Qu’en pensez-vous?
Mr. Boertien: Can government do it? I have no idea. Will
putting the carapace size up do it? I do not know that either,
because Southwest Nova is bringing in market size lobsters now,
and they are getting $2.75 a pound.
M. Boertien : Est-ce que le gouvernement peut le faire? Je n’en
ai aucune idée. La solution est-elle d’augmenter la taille de la
carapace? Je ne le sais pas non plus. À l’heure où nous nous
parlons, les pêcheurs du sud-ouest de la Nouvelle-Écosse
ramènent du homard de taille suffisante pour être du homard
de table et se font payer 2,75 $ la livre.
Where is the fix? We do not know. If you go up to 76 and the
market starts to demand a smaller size, there is no way we are
coming back down. DFO will never put it back down, even if we
all wanted it together.
Quelle est la solution? Nous ne le savons pas. Si on passe à 76
et que le marché commence à demander une taille moindre, on ne
pourra pas revenir en arrière, jamais. Le MPO ne diminuerait
jamais la taille, même si nous le demandions tous ensemble.
Mr. Knox: The reason we are here is the glut. There is such a
glut. The Eastern Seaboard has increased their catches by
30 per cent over the last number of years. Just last year alone
the Eastern Seaboard went up 25 per cent or 30 per cent from the
year before. It is increasing and increasing and supply and
demand are there. If we went to a market lobster next year, it will
not help us out, as far as I can see, because there is so much
lobster out there that if you have a market to sell something, sell
it. If we would have been selling market lobsters this fall, the price
would have been the same because the price was dictated by the
M. Knox : Si nous sommes ici, c’est parce qu’il y a
surabondance. Il y a une véritable surabondance. Ces dernières
années, le littoral de l’Atlantique a augmenté ses prix de
30 p. 100. L’année dernière seulement, il y a eu une progression
de 25 p. 100 ou 30 p. 100 par rapport à l’année d’avant. Plus cela
va, plus cela augmente, et l’offre et la demande sont là. Si nous
passions au homard de table l’an prochain, cela ne nous aiderait
pas, autant que je puisse juger, parce qu’il y a tant de homards sur
le marché que si on a un marché où vendre ses prises, il faut les
vendre. Si nous avions vendu du homard de table cet automne, le
30-11-2012
Pêches et océans
U.S. lobster coming in, and it is all markets. Nova Scotia is the
same. The problem is too much lobster. Nothing is wrong with
the industry, just too much lobster.
[Translation]
Mr. Comeau: I want to set the record straight. We are talking
about market lobster. The 76 millimetre lobster is not a market
lobster. A one-pound lobster is an 82 millimetre lobster. So at 76,
we are still talking about canners, about the canner market. We
seem to be forgetting that there was a crisis in the summer. There
will probably be another one. We have had discussions, we have
had conferences, we have done everything. There seems to be a
desire on the part of the government to not want to resolve the
matters. They are letting us fight amongst ourselves. Even if we
come very close to solutions, they don’t make the decision. I
apologize, but someone somewhere is not playing his role. We are
clearly not the ones who are not doing our jobs.
[English]
12:107
prix aurait été le même, parce que c’était un prix dicté par l’afflux
de homards des États-Unis, et c’est tout du homard de table.
Même chose en Nouvelle-Écosse. Le problème est qu’il y a trop de
homards. Il n’y a aucun problème dans le secteur, seulement trop
de homards.
[Français]
M. Comeau : Je veux rectifier quelques tirs. On parle de
homard de table. Un homard de 76 millimètres, ce n’est pas un
homard de table. Un homard d’une livre, c’est un homard de
82 millimètres. Alors, à 76, on est encore dans ce qu’on appelle du
canner, encore pour faire du marché de canner. On semble oublier
qu’il y avait une crise cet été. Il va probablement y en avoir une
autre. On a discuté, on a fait des colloques, on a tout fait. Il
semble y avoir une volonté quelque part au gouvernement de ne
pas vouloir régler les choses. Ils nous laissent nous disputer.
Même si on en vient à des solutions très près, ils ne la prennent
pas la décision. Je m’excuse, mais, il y a quelqu’un qui ne joue pas
son rôle quelque part, mais c’est pas nous autres qui ne font pas
notre travail, ça c’est sûr.
[Traduction]
Senator Hubley: Mr. Chair, Mr. Comeau had written out an
answer to a question that I asked on the carapace size, the
poundage, the number of eggs on that particular female and the
number of females sexually mature. I just want to let you know
that I have received that, and I will turn it over to our researcher.
Le sénateur Hubley : Monsieur le président, M. Comeau a
rédigé une réponse à la question que j’avais posée sur la taille des
carapaces, le poids en livre, le nombre d’œufs de cette femelle en
particulier et le nombre de femelles parvenues à maturité sexuelle.
Je voulais vous signaler que j’avais reçu cette réponse et que je la
transmettrai à notre analyste.
My question is on marketing and the price of lobster. The
lobster industry, has established the lobster as a luxury product
and the pricing has followed along that line. In most restaurants,
the lobster would probably be the most expensive item on the
menu. I would like your comments on pricing going from there to
a place where most families might be able to afford a lobster
dinner. I think now on Prince Edward Island we look at Mother’s
Day, and if people are home for the summer we try to take them
to a lobster supper. Certainly our specialty meal during the
summer is lobster. That means we do not eat it on what I would
call a regular basis. I am wondering what you think would have to
happen, price wise and marketing wise, to change that so that it
would be more accessible to more people.
Ma question porte sur le marketing et le prix du homard. Le
secteur du homard a établi le homard comme produit de luxe, ce
qui a déterminé son prix. Dans la plupart des restaurants, le
homard est sans doute le plat le plus cher au menu. J’aimerais
avoir vos réactions à une suggestion : passer de ce prix élevé à un
stade où la plupart des familles pourraient s’offrir un dîner de
homard. De nos jours, sur l’Île-du-Prince-Édouard, on y pense
pour la fête des Mères et, si les gens sont à la maison l’été, on
essaye de leur faire un dîner de homard. Notre repas spécial
durant l’été est indubitablement du homard. Autrement dit, on ne
peut pas dire qu’on en mange tous les jours. Selon vous, comment
le prix et le marketing devraient-ils changer pour que ce soit
accessible à plus de gens?
Mr. Allen: To adjust the price for an everyday meal, you would
almost have to see the price go down even more.
M. Allen : Pour rendre le homard abordable pour un repas de
tous les jours, il faudrait que le prix diminue encore plus.
Senator Hubley: That is what I am afraid of.
Mr. Allen: We do not want that, do we, boys? At the same
time, I think that you will see, from the most recent couple of
years with the price crisis, that lobster is being eaten maybe not an
everyday basis, but more commonly. When we were fishing this
fall, there were lots of specials on lobsters and everybody was out
buying them. I think the price has done that. Obviously supply is
outstretching demand. The resource took off and the markets are
not catching up. From our end more effort needs to be done to
create more markets. We cannot ignore Asia in trying to open up
more markets where we get more lobsters flowing at a better
Le sénateur Hubley : C’est ce que je craignais.
M. Allen : Et ça ne ferait pas notre affaire, n’est-ce pas,
collègues? Cela dit, je crois que vous constaterez que, ces deux
dernières années, avec la crise des prix, sans manger du homard
tous les jours, on en mange plus communément. Pendant la saison
des pêches cet automne, il y avait beaucoup de promotions sur le
homard et tout le monde en profitait. Je pense que c’est grâce au
prix. Manifestement, l’offre dépasse la demande. La ressource a
progressé en flèche et les marchés ne l’ont pas rattrapée. Plus
d’efforts sont nécessaires, selon nous, pour pénétrer d’autres
marchés. Il ne faut surtout pas perdre de vue l’Asie dans la
12:108
Fisheries and Oceans
30-11-2012
price. To get it where it is an everyday item is not going to help
fishermen. You will have to drop the prices so low on the boats
that it might not be worth going out.
recherche de nouveaux marchés, pour écouler plus de homards à
un meilleur prix. En faire un plat de tous les jours n’arrangera pas
les pêcheurs. Les prix chuteraient si bas pour les pêcheurs que cela
ne vaudrait peut-être plus la peine de sortir pêcher.
Mr. Knox: On the price of lobsters, you can buy bologna
cheaper than you can buy lobsters this fall. If you want a few
lobsters, no problem going to the wharves. With the lobsters if the
end price drops a tiny bit, it comes right back to the fishermen.
The middle men do not drop any. I belonged to the Tignish
Fisheries Co-op a number of years ago on the board and the
brokers would all make 3 to 5 per cent. Now they are making
10 to 12 per cent, 20 per cent. It is all the middle steps that are
making more money and the fishermen are paying for it. The end
user is paying a relatively high price right now, but it is the
fishermen getting the low price. My son is in Korea. He took a
picture this fall of a price sign on the wall, one lobster, $29 for a
pound and a quarter. I was getting $2.50 a pound at the boat.
Somebody is making money. Not me.
M. Knox : Pour le prix du homard, on peut acheter de la
mortadelle moins chère que du homard, cet automne. Si vous
voulez quelques homards, allez donc à la jetée. Pour le homard, si
le prix de vente au détail diminue le moins du monde, les pêcheurs
en subissent directement le contrecoup. La part des intermédiaires
ne diminue pas, elle. Je faisais partie d’une coopérative il y a
quelques années, la Tignish Fisheries Co-op, et j’étais au conseil
d’administration. Les courtiers touchaient de 3 à 5 p. 100.
Maintenant ils se font de 10 à 12 p. 100, voire 20 p. 100. Ce
sont les intermédiaires qui gagnent plus d’argent et les pêcheurs
qui en sont pour leurs frais. Le consommateur en bout de ligne
paye assez cher, à l’heure actuelle, mais les pêcheurs n’obtiennent
pas grand-chose. Mon fils est en Corée. Il a pris une photographie
cet été d’un prix affiché au mur : 29 $ pour un homard d’une livre
un quart. Moi, j’avais 2,50 $ la livre au débarquement. Il y a des
gens qui gagnent de l’argent. Mais pas moi.
Senator Hubley: I have a further comment on the large box
stores, the large supermarkets that uses lobsters as a loss leader.
Are they buying those at the market price or are they getting them
at a reduced price? Are they losing a little bit by allowing those
lobsters to be sold at $5 apiece or whatever? Is that affecting your
bottom line? I think someone had an argument about it affecting
the lobster fishery in Quebec.
Le sénateur Hubley : J’aurais un autre commentaire, sur les
grandes surfaces qui utilisent le homard comme produit d’appel à
prix choc. Ces magasins achètent-ils le homard au prix du marché
ou l’obtiennent-ils à prix réduit? Est-ce qu’ils vendent un peu à
perte quand ils fixent le prix du homard à 5 $ pièce ou quelque
chose de ce genre? Est-ce que cela affecte vos résultats nets? Je
pense que quelqu’un disait que cela affectait la pêche au homard
au Québec.
[Translation]
Mr. Comeau: Yes. Clearly, superstores and companies like that
are affecting us. They are holding fire sales. They buy lobster and
they sell it. They buy it perhaps at $5, and then sell it for $5 or
$4 dollars. There are also companies that liquidate lobster. That
plays a big role. For us to get a good price, we need good quality
lobster. We need a brand and we need to turn to markets other
than the United States. We have started going to China, but we
must provide the size of lobster consumers are asking for. I am a
lobster fisher, and 50 per cent of the time I fish market lobster,
but not U.S. market lobster. I fish lobster at 72 millimetres and
81 millimetres. Why do they give me 504 a pound more for my
lobster at 81? Why am I so bent on fishing lobster at 72, to receive
504 less? If they give me 504 more for lobster at 81, it is probably
because they have a better price. It is easier to sell. It is easier to
market. That is what the consumers want. But do I stop? No, I
continue to fish.
[English]
Mr. Peters: When the lobster comes in Sobeys or Superstore
mark it up 100 per cent from what they bought it. Whatever they
got it for, Lord knows, it is marked up 100 per cent.
[Français]
M. Comeau : Oui. Disons que c’est sûr que les superstores et les
compagnies et tout ça, ça touche. Ils font des ventes de feu. Ils
achètent du homard, et ils le vendent. Ils l’achètent peut-être
à 5 $ pour le vendre à 5 $ ou à 4 $. Il y a aussi des compagnies qui
se débarrassent du homard. Ça joue un grand rôle. Nous autres,
pour aller chercher un prix, il faut faire un homard de qualité. Il
faut une marque et il faut aller vers d’autres marchés que celui des
États-Unis. On commence à aller vers la Chine, mais il faut quand
même donner du homard que ce consommateur va demander. Moi,
je pêche du homard, et il y a 50 p. 100 que je pêche du market, mais
pas du market aux États-Unis. Je pêche du 72 et du 81. Pourquoi
est-ce qu’ils me donnent 0,50 $ la livre de plus pour mon 81?
Pourquoi je m’entête à pêcher du 72 pour avoir 0,50 $ de moins?
S’ils me donnent 0,50 $ de plus pour un 81, c’est parce que
probablement, ils ont un meilleur prix. C’est plus facile à vendre.
C’est plus facile à mettre sur le marché. C’est ce que le
consommateur veut. Mais je m’entête, non, je vais continuer
à pêcher.
[Traduction]
M. Peters : Sobeys et Superstore majorent le prix du homard
de 100 p. 100 par rapport au prix qu’ils ont payé. Dieu sait
combien ils paient pour le homard, mais je sais que leur marge de
profit est de 100 p. 100.
30-11-2012
Pêches et océans
Senator Hubley: I will leave that question because I am not sure
what it is.
The Chair: We will leave that one hanging.
Senator Poirier: Just a clarification to make sure that I
understood, if the market was at 76 millimetres, we are still
talking canner?
Mr. Peters: Yes.
[Translation]
Mr. Comeau: A canner is under 81 millimetres.
[English]
12:109
Le sénateur Hubley : Non, je n’insiste pas parce que je ne suis
pas sûre de ce qu’est leur profit.
Le président : Restons-en là.
Le sénateur Poirier : Une petite précision, je vous prie, pour
que je comprenne bien : le homard de 76 millimètres, c’est un
homard de conserverie?
M. Peters : Oui.
[Français]
M. Comeau : Un homard de conserverie, c’est en bas de
81 millimètres.
[Traduction]
The Chair: I would like to thank our panelists for the great
information they have provided.
Le président : Je remercie tous nos témoins des précieuses
informations qu’ils nous ont données.
We now welcome our final panel for today. We will start with
Mr. Connors.
J’accueille maintenant notre dernier groupe de témoins pour
aujourd’hui. Nous commençons par M. Connors.
Peter Connors, President, Eastern Shore Fishermen’s Protective
Association: I am from the Eastern Shore Fishermen’s Protective
Association. That is the eastern shore, east of Halifax. I represent
harvesters for the most part. We do have some buyers who are
associate members of our association for advice but we are not
into the marketing end of it at all, more or less harvesters. I am
going to address the things that are of concern to the harvesters,
and the independent harvesters in particular.
Peter Connors, président, Eastern Shore Fishermen’s Protective
Association : Je représente l’Eastern Shore Fishermen’s Protective
Association. Il s’agit de la côte Est de la Nouvelle-Écosse, à l’est
de Halifax. Je représente surtout des pêcheurs, mais aussi
quelques acheteurs qui, à titre de membres associés, nous
offrent des conseils. Nous ne faisons pas de mise en marché,
nous sommes des pêcheurs. Je vous ferai part des préoccupations
des pêcheurs, plus particulièrement des pêcheurs indépendants.
I would like to thank the committee for this opportunity to
express our views on the state of the lobster industry in Atlantic
Canada and Quebec. I would also compliment the committee on
their pertinent questions and the previous presenters on their
presentations and their competent responses to your questions. As
most of the subject matter and concepts we are dealing with here are
predicated on or flow from the Gardner Pinfold report, I will be
referring to Mr. Gardner’s earlier testimony before this committee
and the assertions in his report. I would concur with most of the
testimony submitted to your committee thus far, and I believe
Mr. Gardner has very astutely identified the various considerations
with regard to our industry. However, I would qualify my support
with the following remarks and recommendations.
Je remercie le comité de solliciter nos vues sur la situation du
secteur du homard dans la région Atlantique et au Québec. Je
félicite aussi les membres du comité des questions pertinentes qu’ils
ont posées, ainsi que les témoins précédents de leurs exposés et
réponses instructifs. Étant donné que les sujets et les concepts dont il
sera question reposent sur le rapport Gardner Pinfold ou en
découlent, je citerai le témoignage de M. Gardner devant votre
comité et les affirmations formulées dans son rapport. Je souscris à
presque tous les témoignages que vous avez entendus jusqu’à
présent, et j’estime que M. Gardner a très judicieusement relevé les
questions importantes pour notre secteur. Je nuancerai toutefois
mon appui par les remarques et recommandations suivantes.
I would like to respond to Mr. Gardner’s depiction of the
challenges posed by the fairest competition in the industry. The
lack of trust among participants and the assertion that the owneroperator and fleet separation policies and lack of a quota system
stand in the way of structural change that would provide more
predictability and better coordination in the industry. I would
suggest there are other ways to achieve that structural change. I
ask you to appreciate that we are descended from one-industry
communities where the community was perpetually indebted to
the merchants, to whom they were obliged to sell their fish and
also buy their supplies. Monopolization for us is not an option.
That is one thing the removal of owner-operator and fleet
separation would cause.
J’aimerais répondre à la façon dont M. Gardner a décrit les
défis que présente la concurrence au sein de notre secteur. Selon
lui, le manque de confiance entre les participants, les politiques de
la séparation des flottilles et du propriétaire exploitant et
l’absence d’un système de quotas font obstacle à un changement
de structure qui donnerait plus de prévisibilité et une meilleure
coordination à notre industrie. J’estime qu’il y a d’autres façons
d’apporter des changements structurels. N’oubliez pas que nous
venons de localités dépendant d’un seul secteur et que nos
ancêtres étaient toujours endettés envers les marchands à qui ils
devaient vendre leur poisson et de qui ils devaient acheter leurs
fournitures. Nous refusons d’envisager la monopolisation, qui
serait une des conséquences de la disparition du propriétaire
exploitant et de la séparation de la flotte.
12:110
Fisheries and Oceans
30-11-2012
Overcapitalization is another. Competition has advantages and
disadvantages but we are prepared to support a managed
coordinated approach in order to gain the benefits accruing
from that approach. To establish such a collaborative
coordinated approach as distinguished from a monopolized
corporate approach requires a great deal of maturity from the
participants. Enforceable rules and sharing must govern it and
securing transparent monitoring mechanisms must be developed
in order to instill trust and confidence.
La surcapitalisation serait une autre conséquence. La
concurrence présente des avantages et des inconvénients, mais
nous sommes prêts à appuyer une approche de gestion
coordonnée afin d’en retirer des avantages. Pour établir une
approche coordonnée axée sur la collaboration, par opposition à
un monopole d’entreprise, il faut des participants d’une grande
maturité. Un partage et des règles applicables doivent régir le
secteur et des mécanismes de surveillance transparents doivent
être conçus pour inspirer la confiance.
We discount the whole concept of quota management as a tool
for either conservation or flow controls. It has been proven by
experience that quotas are neither enforceable nor accurately
reported, and are totally rejected by harvesters in our area, even
as a consolidation method.
Nous rejetons le concept de la gestion des quotas comme outil de
conservation ou de contrôle. L’expérience nous a prouvé que l’on ne
peut faire respecter les quotas qui, d’ailleurs, ne font pas l’objet de
rapports précis. Les pêcheurs de notre région ne souhaitent pas de
quotas, même comme méthode de consolidation.
Effort controls such as seasons and gear limits are endorsed by
harvesters because it leaves us with accurate information. We
must not confuse theoretical solutions with the applicable
solutions that have real effect in practice. The owner-operator
and fleet separation policies have just been dealt with recently,
and members of government have assured us that they support
them, period. I will not recount the whole debate here other than
to say that they serve to protect the whole socio-economic fabric
of rural coastal communities in Atlantic Canada and Quebec, and
have the support of the public and their representatives. The
removal of them would cause polarization and a multitude of
other problems in the communities and industry.
Les pêcheurs préconisent des mesures telles que l’imposition de
limites aux engins et aux saisons de pêche, sur lesquelles nous
avons des informations précises. Il ne faut pas confondre les
solutions théoriques et les solutions concrètes qui se traduisent
par des résultats réels. On a récemment traité des politiques du
propriétaire exploitant et de la séparation des flottilles et des
députés ministériels nous ont assuré qu’ils appuient ces politiques,
point final. Je ne reprendrai pas tout le débat ici; je dirais
simplement que ces politiques servent à protéger le tissu
socioéconomique des localités côtières rurales de l’Atlantique et
du Québec et qu’elles jouissent du soutien du public et de ses
représentants. Leur retrait entraînerait la polarisation et de
nombreux autres problèmes pour ces collectivités et l’industrie.
In thanking Minister Ashfield for his announcement of support
for these policies, we pledge to reciprocate by developing an
alternative model that will have an even superior effect in
modernizing our industry because it would have more support in
industry and the public. It would be more universal and would
not increase capitalization as with other corporate concentration
models. Consistent with our commitment, we have endorsed the
concept of the Lobster Council of Canada and have entered into
discussions with the various competing participants, harvesters,
buyers, shippers and processors and government, to serve the
objective of reconciling the various invests and ambitions.
Lorsque le ministre Ashfield a annoncé sa décision d’appuyer
ces politiques, nous l’avons remercié et nous nous sommes
engagés à faire notre part et à élaborer un nouveau modèle qui
modernisera encore mieux notre industrie car il serait appuyé par
le secteur et le public, il serait plus général et n’augmenterait pas
la capitalisation, comme le feraient les modèles fondés sur la
concentration des entreprises. Conformément à notre
engagement, nous avons adopté le concept mis de l’avant par le
Conseil canadien du homard et avons entamé des discussions avec
les participants concurrents, les pêcheurs, les acheteurs, les
expéditeurs et les transformateurs, ainsi que le gouvernement,
dans le but de concilier les divers intérêts et ambitions.
Supplementary to Mr. Gardner’s observations concerning
competition and mistrust, industry is making great strides in
relationships with each other and recognizing the importance of
working together. Trust agreements constitute a circumvention of
the owner-operator and fleet separation policies, and everything
they are intended to affect. They are a major obstacle to the
collaborative approach and potential price-setting mechanisms
which will be integral to the operational success of this initiative.
Monsieur Gardner a fait état de concurrence et de méfiance dans
notre secteur, mais nous estimons avoir beaucoup amélioré nos
relations mutuelles et avoir reconnu l’importance de la
collaboration. Les accords de fiducie permettent de contourner les
politiques du propriétaire exploitant et de la séparation des flottilles
et leurs effets. Ils nuisent considérablement à la collaboration et aux
éventuels mécanismes d’établissement des prix qui seront essentiels à
la réussite opérationnelle de cette initiative.
There are alternative solutions to the processors requirements
through a collaborative approach. That possibly should be at the
forefront of negotiations towards a new structure to correct the
structural deficiencies cited by Mr. Gardner. Harvesters accept
the evolving circumstances and will respond accordingly.
L’approche collaborative permettra de trouver des solutions de
rechange aux exigences des transformateurs. Cela pourrait être
une priorité lors de négociations devant mener à une nouvelle
structure pour combler les lacunes structurelles relevées par
M. Gardner. Les pêcheurs savent que les circonstances évoluent
et s’adapteront en conséquence.
30-11-2012
Pêches et océans
12:111
We have also entered into a parallel process to address
organizational, administrative and management policy issues,
which is outside the purview of the Lobster Council as the council
has no mandate to deal with management issues, although several
changes may be required. These are the same harvesters and
potentially include buyers who strive to complement the Lobster
Council of Canada mandate of promoting quality, brand and
markets.
Nous avons aussi amorcé un processus parallèle pour régler les
problèmes organisationnels, administratifs et de gestion qui ne
relèvent pas du mandat du Conseil du homard. Il faudra apporter
plusieurs changements. Ces pêcheurs, auxquels pourraient se
joindre des acheteurs, veulent compléter les efforts du Conseil
canadien du homard dans la promotion de la qualité, de la
marque et des marchés.
I was most impressed with Nadia Bouffard’s assessment of the
state of organization of harvesters, and it is important. Harvesters
recognize the need to make improvements, and I would suggest
that her department could promote our efforts by requiring better
standards, especially in the decision-making process, and by
giving their recommendations more consideration, thereby
making them more relevant in the management of their fishery.
The new initiative referenced earlier is intended to make these
improvements and progress is being made.
Nous avons été impressionnés par l’évaluation qu’a faite Nadia
Bouffard de la situation des organisations de pêcheurs, et c’est
important. Les pêcheurs reconnaissent la nécessité d’apporter des
améliorations, et son ministère pourrait encourager nos efforts en
imposant des normes plus strictes, surtout concernant le processus
décisionnel, et en donnant plus de poids aux recommandations
des organisations de pêcheurs afin de les rendre plus pertinentes à
la gestion des pêches. L’initiative dont je viens de faire mention
vise à apporter ces améliorations et des progrès sont réalisés.
Rationalization or viability is a concern yet in some areas,
especially along the eastern shore with the collapse of the ground
fishery. Even at this time of peak performance, some sections are
marginal and a 25 per cent reduction in licences and a better
distribution of them should be a consideration. Putting a figure
on the reduction is difficult because of the subjective nature of
abundance given the considerable impact environmental
conditions have on it. Short-term funding for these
improvements is a challenge, especially at this time of depressed
value, and long-term funding for generational change is also of
the upmost importance in order to sustain the inshore fishery and
the regions it supports.
La rationalisation ou la viabilité demeure un sujet de
préoccupation dans certaines régions, surtout le long de la côte
Est qui connaît un effondrement de la pêche du poisson de fond.
Même avec un rendement optimal comme en ce moment, la pêche
est marginale dans certains secteurs et une réduction de 25 p. 100
des permis, ainsi qu’une meilleure distribution, devraient être
envisagées. La nature de l’abondance étant subjective en raison de
l’influence considérable exercée par les conditions
environnementales, il est difficile de définir l’ampleur de cette
réduction. Il est difficile de trouver des fonds à court terme pour
apporter ces améliorations, surtout avec la dépréciation du homard,
et un financement à long terme pour aider les générations suivantes
à s’adapter est essentiel pour assurer la durabilité de la pêche côtière
et des régions qui en dépendent.
Finally, I must express our concern with the proliferation of
open pen finfish aquaculture. The prospect of our area losing its
image as pristine waters could affect marketing, and we fear the
use of pesticides in these operations could also be to the detriment
of the lobster stocks.
Enfin, je dois exprimer notre préoccupation en ce qui concerne
la prolifération de la pisciculture à enclos ouvert. Le fait que notre
région puisse perdre son image de lieu où l’on trouve des eaux
cristallines pourrait nuire à notre commercialisation. Nous
craignons également que le recours aux pesticides risque de
nuire aux stocks de homards.
Bobby Jenkins, President, Southern Kings and Queens
Fisherman’s Association (LFA 26A Lobster Advisory Board):
Ladies and gentleman of the Senate, I appreciate the chance to
come over here today and present something on behalf of the
375 fishermen I represent in LFA 26A. I am not going to take up
much of your time. I have a small brief here. I will go through it
quickly and welcome any questions later.
Bobby Jenkins, président, Southern Kings and Queens
Fisherman’s Association (Comité consultatif sur le homard
ZPH 26A) : Mesdames et messieurs les sénateurs, je suis ravi
d’avoir la chance de comparaître aujourd’hui et de vous parler au
nom des 375 pêcheurs que je représente dans le cadre de la
ZPH 26A. Je serai bref. Je n’ai qu’un court mémoire. Je le lirai
rapidement et serai ravi ensuite de répondre à vos questions.
The P.E.I. LFA 26A Lobster Advisory Board includes
members from three local fishermen’s associations on P.E.I.
including the Eastern Kings Fishermen’s Association, Southern
Kings and Queens Fishermen’s Association and Central
Northumberland Fishermen’s Association. This includes at least
one representative lobster fisher from every port beginning in
Surrey around the Northumberland Strait as far as Victoria,
P.E.I. The advisory board meets frequently to discuss issues of
Le Comité consultatif sur le homard de la ZPH26A de l’Île-duPrince-Édouard comprend des membres qui proviennent des trois
associations locales de pêcheurs de l’Île-du-Prince-Édouard. Il
s’agit de la Eastern Kings Fishermen’s Association, de la
Southern Kings and Queens Fishermen’s Association et de la
Central Northumberland Fishermen’s Association. Ces
associations comprennent au moins un représentant de pêcheur
de homards pour chaque port, en commençant par celui de Surrey
12:112
Fisheries and Oceans
30-11-2012
concern for 26A P.E.I. lobster fishers. The LFA lobster fishing
area is shared with Nova Scotia fishers as well as Island
harvesters.
et du détroit de Northumberland jusqu’à Victoria, à l’Île-duPrince-Édouard. Le comité consultatif se rencontre fréquemment
afin de discuter des enjeux qui préoccupent les pêcheurs aux
homards de la ZPH 26A de l’Île-du-Prince-Édouard. Cette zone
de pêche du homard est partagée avec les pêcheurs de la NouvelleÉcosse ainsi que ceux de l’île.
Initiatives — Atlantic Lobster Sustainability Measures
Program and LFA 26A. The P.E.I. LFA 26A Lobster Advisory
Board has worked tirelessly to ensure the success of the ALSM
program and reducing fishing effort in the 26A area. Advisory
members have had countless meetings and discussions with their
fishers, working on a plan that could truly benefit their fishery.
Lobster fishers have contributed significantly to this program
through two carapace sizing increases, skate mechanisms increase,
as well as major trap reduction efforts. Most importantly, the
ALSM program has allowed for 33 lobster licences to be bought
out thus significantly decreasing the fishing effort in LFA 26A.
We are proud of such efforts and proud of our fishers for having
worked so hard to get to this point.
Parlons maintenant du Programme des mesures de durabilité
pour l’industrie du homard de l’Atlantique (MDIHA et de la
ZPH 26A). Le Comité consultatif sur le homard de la ZPH 26A
de l’Île-du-Prince-Édouard a travaillé sans relâche pour s’assurer
du succès du programme MDIHA et afin de réduire la pêche dans
la zone 26A. Les membres du comité ont eu d’innombrables
rencontres et discussions avec les pêcheurs, afin de travailler sur
un plan qui pourrait réellement profiter à leurs pêches. Les
pêcheurs de homards ont contribué de manière considérable à ce
programme en procédant à deux reprises à des augmentations de
la taille de la carapace, en augmentant les mécanismes de sortie et
en déployant des efforts pour réduire la taille des cages à homard.
Qui plus est, le programme MDIHA a permis de racheter
33 permis de pêche au homard ce qui a eu pour conséquence de
réduire de manière considérable l’effort de pêche dans la
ZPH 26A. Nous sommes fiers de ces efforts et fiers de nos
pêcheurs qui ont travaillé si fort pour atteindre ces objectifs.
Challenges: A major challenge for LFA 26A is ensuring that
the success and efforts resulting from the ALSM remain intact
and not be compromised by the downloading of services and
financial cutbacks of DFO. Currently, the DFO tag service and
delivery will cease to exist by the end of 2012. Without a lobster
tags program, our entire efforts spent on trap reduction and
fishing effort control will have been for nothing. DFO needs to
recognize the importance of this program to lobster fishers and
reinstate this most valuable service.
Qu’en est-il de nos défis? Un défi majeur pour la ZPH 26A est de
s’assurer que les succès et efforts qui proviennent du MDIHA ne
soient pas mis en péril par la réduction des services et les
compressions budgétaires du MPO. Le service d’approvisionnement
en étiquettes du MPO cessera à la fin de 2012. Sans programme
d’étiquetage des homards, tous les efforts que nous avons déployés
pour réduire le nombre de cages et pour contrôler nos efforts de
pêche auront été inutiles. Le MPO doit reconnaître à quel point ce
programme est important pour les pêcheurs de homards et doit
remettre en œuvre ce service fort utile.
Maintaining our unique lobster size on P.E.I. is also an
important focus for the Advisory. Fishers have had to
compromise over the years with many increases in carapace size
to a final 72 millimetre science-recommended milestone which will
be reached next spring. Each size increase directly impacts on the
economic bottom line for our Island fishers. P.E.I. businesses
have developed niche markets for this unique size, and recent
trade missions have assisted in expanding the demand for this
quality size.
Le comité consultatif met également l’accent sur l’importance
de préserver la taille unique qu’ont nos homards sur l’Île-duPrince-Édouard. Les pêcheurs ont dû accepter au fil des années
bon nombre d’augmentations de la taille des carapaces et, le
printemps prochain, on en sera à une nouvelle augmentation, qui
a été recommandée par des scientifiques, et qui est de l’ordre de
72 millimètres. Chaque augmentation de la taille a une
conséquence directe pour la performance économique des
pêcheurs de l’île. Les entreprises et l’Île-du-Prince-Édouard ont
créé des créneaux pour cette taille unique de homard, des missions
commerciales récentes ont permis d’augmenter la demande pour
cette taille intéressante.
Craig Avery, President, Western Gulf Fishermen’s Association:
I would like to thank everyone before I read my presentation.
I passed out a presentation to follow along with. I think
everybody received it.
Craig Avery, président Association des pêcheurs du Golfe de
l’Ouest : Avant de vous lire ma déclaration préliminaire,
j’aimerais vous remercier tous et toutes de m’avoir invité à
comparaître. Je fais circuler mon mémoire afin que vous puissiez
le suivre. Je pense que tout le monde l’a reçu.
I was a little late coming in but I would like to thank
Mr. Chairman and especially Senator Hubley who I had the
pleasure of meeting in person here a few minutes ago. We only
live about five minutes apart and it was nice to have a little chat
Je suis arrivé un peu en retard, mais j’aimerais néanmoins
remercier le président et tout particulièrement le sénateur Hubley,
que j’ai eu la chance de rencontrer il y a quelques minutes.
J’habite à environ cinq minutes de chez elle et c’était très agréable
30-11-2012
Pêches et océans
12:113
before the presentation. Thank you for allowing us the
opportunity to speak with you today as part of your study on
the lobster fishery in Canada.
de pouvoir parler avec elle avant de faire mon exposé. Merci de
nous avoir donné l’occasion de prendre la parole aujourd’hui et
de prendre part à votre étude sur la pêche au homard au Canada.
I am President of the Western Gulf Fishermen’s Association.
I am a third generation fisherman who has been fishing lobster in
Lobster Fishing Area 24 for over 35 years. I am here today to
speak on behalf of lobster fishermen whom I represent within the
Western Gulf Fishermen’s Association.
Je suis président de l’Association des pêcheurs du Golfe de
l’Ouest. Je suis un pêcheur de troisième génération qui pêche le
homard dans la Zone de pêche du homard 24 depuis plus
de 35 ans. Je suis venu vous voir aujourd’hui afin de vous parler
au nom des pêcheurs de homard que je représente dans le cadre de
l’Association des pêcheurs du Golfe de l’Ouest.
Our group is a localized association within the P.E.I.
Fishermen’s Association framework and holds two seats in the
PEIFA board of directors. We represent 242 core fish harvesters
with home ports in Sea Cow Pond, Tignish, Alberton and Hardy’s
Channel, Prince Edward Island. We have attached a map to our
handout illustrating what areas we encompass. Within our local
and western Prince Edward Island, there are three major fishing
cooperatives, including the Tignish Co-op, Alberton Fisheries and
Hardy’s Channel Co-op. Over 80 per cent of local fish harvesters
belong to these co-ops. These well established entities have been
buying, processing and selling their quality seafood products for
70 plus years. The lobster fishery is the main driver for these
co-operative owned businesses. Other species, including snow
crab, rock crab, bluefin tuna, groundfish, herring, mackerel, also
play an important role in the diversity of the products the co-ops
are able to handle. There are many challenges facing the lobster
fishery in Canada, as I am sure you are hearing today. I would
like to focus on some of the key points today which are of
significant importance to the fish harvesters which we represent
on Prince Edward Island.
Notre groupe est une association locale qui a été créée dans le
cadre de l’Association des pêcheurs de l’Île-du-Prince-Édouard et
nous détenons deux sièges au conseil d’administration de la
PEIFA. Nous représentons 242 pêcheurs du noyau dont les ports
se trouvent à Sea Cow Pond, Tignish, Alberton et à Hardy’s
Channel, à l’Île-du-Prince-Édouard. Nous avons inclus une carte
dans notre mémoire afin que vous puissiez voir les régions que
nous représentons. Nous représentons l’Ouest de l’Île-du-PrinceÉdouard dans lequel se trouvent trois coopératives de pêche
importantes, soit la Tignish Co-op, la Alberton Fisheries et la
Hardy’s Channel Co-op. Plus de 80 p. 100 des pêcheurs locaux
sont membres de ces coopératives. Cela fait plus de 70 ans que ces
entités réputées achètent, transforment et vendent des fruits de
mer d’excellente qualité. La pêche au homard est le moteur
principal de ces coopératives. D’autres espèces, telles que le crabe
des neiges, le crabe commun, le thon rouge, le poisson de fond, le
hareng et le maquereau jouent également un rôle important en ce
qui concerne la diversité des produits que fournissent les
coopératives. La pêche au homard fait face à bon nombre de
défis au Canada, et j’imagine que vous en avez entendu parler
aujourd’hui. J’aimerais mettre l’accent aujourd’hui, sur des enjeux
qui ont une importance considérable pour les pêcheurs que nous
représentons sur l’Île-du-Prince-Édouard.
First, the importance of conservation and lobster habitat
protection: The Western Gulf Fishermen’s Association has
participated in a wide range of projects over the years with the
goal of broadening our knowledge of the lobster in our fishery as
well as ensuring the protection of our most valuable resource. For
example, we initiated the project looking into the potential
impacts of the bar clam dragging fishery on the local lobster
habitat. We participated in a voluntary scallop fishing buffer zone
leading to increased protection of prime lobster grounds.
Tout d’abord, nous voulons préserver et protéger l’habitat du
homard. L’Association des pêcheurs du Golfe de l’Ouest a pris
part à une vaste gamme de projets au fil des années afin d’élargir
notre connaissance du homard et de nous assurer de protéger une
de nos ressources les plus importantes. Par exemple, nous avons
initié un projet qui étudiait l’impact potentiel du dragage de la
mactre d’Amérique sur l’habitat du homard. Nous avons
également pris part à la création d’une zone tampon volontaire
pour la pêche des pétoncles afin de protéger davantage les régions
où se trouvent les homards.
In terms of lost gear, the Western Gulf Fishermen’s
Association takes part in an annual lost trap retrieval grappling
program, as well as the introduction of new measures to eliminate
ghost fishing through effective biodegradable mechanisms on all
of our lobster traps. We have also partnered with the Prince
Edward Island Fishermen’s Association and the Provincial
Fisheries Department on important data collection programs,
namely the Lobster Resource Monitoring Program which
includes the voluntary Logbook Program and At Sea Sampling
Program.
En ce qui concerne le matériel perdu, l’Association des
pêcheurs du Golfe de l’Ouest prend part annuellement à un
programme de récupération des casiers perdus et nous avons mis
en œuvre de nouvelles mesures pour nous débarrasser de la pêche
fantôme en utilisant des mécanismes biodégradables efficaces
pour tous nos casiers de homard. Nous avons également créé un
partenariat avec la Prince Edward Island Fishermen’s Association
ainsi qu’avec le ministère provincial des Pêches afin de prendre
part à des programmes importants de collecte des données, dont,
notamment, le Programme de suivi du homard qui comprend luimême le programme de journaux de bord volontaire ainsi que le
programme d’échantillonnage en mer.
12:114
Fisheries and Oceans
30-11-2012
In 2009, the Western Gulf Fishermen’s Association also began
an annual collection of information on post-larvae settlement
using lobster collector cages strategically placed on the site off
Alberton, Prince Edward Island. LFA 24 has strict management
measures in place including a strict two month fisheries and a
voluntary no Sunday fishing practice. Over the years, this group
has added additional management measures including significant
increases in carapace size, increased escape mechanism heights
allowing for natural release of sub-legals, in the addition to the
release of all female optimal window size, which allows us to
maintain a healthy lobster resource in our area.
En 2009, l’Association des pêcheurs du Golfe de l’Ouest a
commencé une collecte d’information annuelle sur l’établissement
des post-larves en créant des récifs artificiels stratégiquement
placés à proximité d’Alberton, à l’Île-du-Prince-Édouard qui
serviraient d’habitats aux homards. La ZPH 24 a mis en œuvre
des mesures de gestion rigoureuses qui comprennent une période
restreinte de deux mois de pêche et une pratique volontaire selon
laquelle on ne pêcherait pas le dimanche. Au fil des années, notre
groupe a rajouté d’autres mesures de gestion qui comprennent
notamment des augmentations considérables à la taille de la
carapace, des augmentations de la hauteur des mécanismes de
sortie qui permettent à ce que l’on relâche de manière naturelle les
prises trop petites et nous avons également libéré toutes les
femelles d’une taille optimale, ce qui nous a permis de préserver
une population de homards saine dans notre région.
This leads me to another key component of our fishery which is
the importance of the canner lobster to the local and to P.E.I.
There has been pressure from other groups to conform to a larger
market size lobster. The pressure does not come from science as
the positive trends continue in LFA 24 with increased lobster
landings recorded each year, encourage and recruitment trends, as
well as some of the highest number of post-larvae lobster
settlement in Atlantic via our lobster collector site in Alberton.
Cela me permet de vous parler d’une autre composante
essentielle dans nos pêches, soit de l’importance du homard en
conserve pour notre association locale et pour l’Île-du-PrinceÉdouard. Nous avons subi des pressions d’autres groupes pour
nous pousser à vendre un homard d’une taille plus importante.
Ces pressions ne sont pas issues de données scientifiques puisque,
dans la ZPH 24 nous continuons à connaître une tendance
positive dans laquelle nous enregistrons chaque année de plus en
plus de prises de homard. Nos habitats artificiels de homards à
Alberton enregistrent l’un des taux les plus élevés d’établissement
de homard post-larve dans l’Atlantique.
As stated previously, we have three longstanding co-operatives
in our area. We have developed specific markets for the unique
size range with recent investments in development of new market,
particularly in Asia and Europe. The potential for this prime
quality product continues to thrive. We find no reason to increase
further in carapace size considering the healthy resource we are
protecting to establish niche markets created for this product size
and the new opportunities obtained through recent trade missions
and promotions.
Tel que je l’ai mentionné auparavant, nous avons trois
coopératives de longue date dans notre région. Nous avons créé
des marchés spécifiques pour adhérer à la taille unique du
homard. L’Asie et l’Europe ont investi dernièrement dans
l’élaboration de ce nouveau créneau. Le potentiel que revêt ce
produit de qualité supérieure continue de fleurir. Nous estimons
qu’il n’y a aucune raison d’augmenter davantage la taille de la
carapace étant donné que nous sommes en train de protéger une
ressource saine qui nous permet de créer des créneaux pour un
produit de cette taille et étant donné les nouvelles occasions qui se
sont offertes à nous par l’entremise de missions commerciales et
de promotions qui ont eu lieu dernièrement.
Lastly, I want to discuss the importance of fish harvester input
in management decisions. Fishers do want what is best for their
industry and their resource and often have effective ideas to
improve. Western Gulf Fishermen’s Association successfully
participated in a port freeze in order to control overcapacity
within the concentrated area and sustain a viable fishery in
western Prince Edward Island. We want to recognize the need to
maintain and respect local management decisions such as the port
freeze which assists in enhanced protection of our fishery.
En dernier lieu, j’aimerais mettre l’accent sur l’importance des
conseils des pêcheurs lors des décisions de gestion. Les pêcheurs
veulent ce qu’il y a de mieux pour leur industrie et ont souvent des
bonnes idées pour améliorer les choses. L’Association des
pêcheurs du golfe de l’Ouest a pris part à un gel lié aux ports
de débarquement qui a été couronné de succès afin de contrôler la
surcapacité dans la région et permettre de faire durer une pêcherie
viable dans l’ouest de l’Île-du-Prince-Édouard. Nous voulons
souligner l’importance de préserver et respecter les décisions de
gestion locale, telle que le gel des ports, qui permettent
d’améliorer la protection de nos pêches.
If you have any questions on my presentation, I will be happy
to answer them to the best of my ability.
Si vous avez des questions au sujet de mon exposé, je serai ravi
d’y répondre de mon mieux.
30-11-2012
Pêches et océans
12:115
Leonard Leblanc, President, Gulf of Nova Scotia Fishermen’s
Coalition: On behalf of the industry, we are very appreciative for
the time that the Senate Standing Committee and Fisheries and
Oceans is giving to this resource. I think it demonstrates the value
of the industry to Canada as a whole.
Léonard Leblanc, président, Coalition des pêcheurs de la
Nouvelle-Écosse : L’industrie des pêches aimerait remercier le
Comité sénatorial permanent des pêches et océans du temps qu’il
consacre à cette ressource. Cela démontre à quel point cette
industrie est importante pour le Canada.
I will talk on behalf of the Lobster Council, and then I will
move on to my local association and describe what we have done
to help ourselves basically without government help.
J’aimerais d’abord parler au nom du Conseil du homard, puis,
j’aimerais vous parler de mon association locale et vous décrire ce
que nous avons fait pour nous aider sans l’aide du gouvernement.
There is much talk about the Gardner Pinfold report and I
know he presented before you. The Gardner Pinfold report was
an independent review, arm’s length of the Lobster Council,
although we paid for it. Unlike other reports that are involved
and weaved and twisted to reflect who is paying the costs, this one
was not. We told him to go have a review, come back with a
report. We respect his opinion, but we do not necessarily agree
with everything that is put forth, just to clarify where the Lobster
Council stands on that report. Sometimes people will quote the
Gardner Pinfold report and state it as representative of the
Lobster Council and it is not.
On a beaucoup parlé du rapport Gardner Pinfold. Je sais qu’il a
déjà comparu devant le comité. Ce rapport était un examen
indépendant, sans lien de dépendance avec le Conseil du homard,
même si nous en avons défrayé les coûts. Contrairement aux autres
rapports qui sont trafiqués pour témoigner du point de vue de
l’organisation qui en défraie les coûts, cela n’a pas été le cas pour ce
rapport. Nous lui avons dit de faire un examen et de nous en faire
un rapport. Nous respectons son point de vue, mais nous ne
sommes pas nécessairement d’accord avec tout ce qu’il a indiqué. Je
voulais tout simplement vous expliquer le point de vue du Conseil
du homard en ce qui concerne ce rapport. Il y a des gens qui citent le
rapport Gardner Pinfold et qui indiquent qu’il représente le point de
vue du Conseil du homard, mais ce n’est pas vrai.
I will move on to my presentation which I have given you
copies of. It is kind of a site report of what we have done in
26B North in our lobster fishery post 2005. At the time, I was
fishing cod long-line when the minister of the day, Mr. Crosbie,
announced the closure of the groundfish fishery, so we knew that
that form of income was gone probably forever. We had to look
at what we had left which was basically lobster, which was our
basic bread and butter, and snow crab.
Je vais maintenant passer à mon exposé. Je vous l’ai fait
distribuer. Il s’agit en fait d’un rapport de sites qui indique ce que
nous avons fait après 2005 dans la zone de pêche du homard
26B nord. Lorsque le ministre de l’époque, M. Crosbie, a annoncé
la fermeture de la pêche du poisson de fond, je pêchais la morue
avec une longue ligne. Nous savions alors que ce genre de revenu
disparaissait sans doute à tout jamais. Nous devions alors regarder
ce qu’il nous restait. Il s’agissait surtout du homard, qui était notre
gagne-pain principal, et du crabe des neiges.
In 2005, I assembled my executive in a room, and it was kind of
an interesting concept. The hall where we hold our meetings is
next to what we call the ‘‘green door’’ and that is where the
mentally challenged work, where they go every day to do their
work. I figured it was an ideal place to hold our meeting because if
we could not do it in our room, we would probably get some very
good advice in the next room. It kind of brought everybody to a
focus, that we needed to fix our problem.
En 2005, j’ai rassemblé les membres exécutifs de mon
organisation dans une pièce. C’était intéressant. La pièce dans
laquelle nous avons nos réunions se trouve à côté d’un endroit que
nous appelons « la porte verte » et qui est un lieu où travaillent les
gens qui ont une déficience mentale. Ils s’y rendent chaque jour
pour faire leur travail. Je trouvais qu’il s’agissait d’un endroit idéal
pour avoir une réunion parce que si on ne pouvait pas le faire dans
notre pièce, on pourrait obtenir d’excellents conseils dans la salle d’à
côté. Cela a permis à tout le monde de se concentrer et de se rendre
compte que nous devions régler notre problème.
We took our fishery and we dissected every part of it, and the
end result was twofold: to increase our income, reduce our effort
and make sure that, at the end of the day, we actually had
something left in our wallet. It does not matter how much money
you make, it is how much is left at the end of the day that counts.
Nous avons examiné notre pêche à la loupe. Cela a mené à
deux résultats : augmenter notre revenu, réduire nos efforts et
nous assurer que, au bout du compte, il nous restait quelque chose
dans notre portefeuille. Peu importe le montant d’argent que vous
faites, au bout du compte, ce qui importe véritablement, c’est
combien d’argent il vous reste à la fin de la journée.
What did we do? We increased our size from 70 millimetres,
and then last year we were up to 81 millimetres. After we get the
results from our consultant that we have hired, and we will
probably provide you with a copy of that, we are going to decide
if it is feasible to go to 82, 83 millimetres.
Qu’avons-nous fait? Nous avons augmenté notre taille à
70 millimètres puis, l’année dernière, nous l’avons augmenté à
81 millimètres. Une fois que nous recevrons les résultats du
consultant dont nous avons retenu les services, nous vous en
fournirons sans doute un exemplaire, nous allons pouvoir décider
si nous pourrons l’augmenter à 82 ou 83 millimètres.
12:116
Fisheries and Oceans
30-11-2012
When we first started our sexual maturity was in the
35 per cent range, we are up to 94 per cent as of last spring.
The last at-sea sampling in our area was done in 2003 by Michel
Comeau and his staff. Actually, I participated in it as one of the
boats. At the time, they found 1,007 males. After all of the
changes we have done, we found 5,756. When I got the number,
my pen dropped also on that day. I said, holy cow, what have we
accomplished?
Lorsque nous avons commencé, la maturité sexuelle était de
l’ordre de 35 p. 100. Ce chiffre a atteint 94 p. 100 au printemps
dernier. Le dernier échantillonnage en mer de notre région a été
effectué en 2003 par Michel Comeau et son équipe. J’y ai pris part
puisque j’étais dans un des bateaux. À l’époque, ils avaient trouvé
1 007 mâles. Suite à tous les changements que nous avons
apportés, nous en avons trouvé 5 756. Quand j’ai reçu ces
données, j’étais bouche bée. Je me suis dit, bon sang, qu’avonsnous réussi à accomplir?
What did we do? We also reduced from 300 traps to 150. We
bought nine licences through the buy-back program which, as I
stated in Ottawa, was greatly appreciated. Locally in the Moncton
and Antigonish areas, three individuals from DFO staff need to
be identified for working so diligently on this file, and they are
Régean Hébert, Isabelle Frenette and Leroy MacEachern. I
remember specifically calling them on weekends and they were
picking up the phone. We needed answers to the questions. I do
not think you get that from all civil servants, but they were really
dedicated to this program.
Qu’avons-nous fait? Nous avons également réduit le nombre de
casiers en les faisant passer de 300 à 150. Nous avons acheté neuf
permis par l’entremise du programme de rachat qui, comme je l’ai
mentionné à Ottawa, était fort apprécié. J’aimerais d’ailleurs
féliciter le travail admirable qui a été effectué par Régean Hébert,
Isabelle Frenette et Leroy MacEachern du MPO dans les régions
de Moncton et Antigonish. Je me rappelle que je les appelais en
fin de semaine et ils répondaient toujours au téléphone. On avait
besoin qu’on réponde à nos questions. Je ne pense pas que tous les
fonctionnaires agissent de la sorte, mais ceux-là étaient vraiment
dévoués au programme.
We also closed Cheticamp Harbour because we noticed there
were big females going in there so we needed to use that as a
reduction effort also. We tied our traps to a minimum of five per
line, we used to have singles. So what are the actual results that we
noticed instantly? First, our fuel costs were reduced. Mine went
down by about 30 to 40 litres a day, and I saved about one to
three hours per day on the water; it was great for my back. We
reduced our bait expenses. Overall, our carbon footprint has gone
down.
Nous avons également fermé le port de Cheticamp parce que
nous avions remarqué que des femelles de grande taille s’y rendaient
et nous devions agir de la sorte dans nos efforts de réduction. Nous
avons établi qu’il y aurait un minimum de cinq casiers par ligne,
alors qu’auparavant nous procédions avec un seul casier par ligne.
Quels résultats se sont fait ressentir immédiatement? Tout d’abord,
nos coûts de combustible ont chuté. Ma consommation personnelle
a chuté de 30 ou 40 litres par jour et j’ai économisé une à trois
heures par jour sur l’eau, ce qui était fantastique pour mon dos.
Nous avons réduit nos dépenses en matière d’appâts. En général,
notre empreinte carbonique a chuté.
Even though we cut all of these things, our landings went up.
My landings went up by 5,000 pounds last spring, and we were
paid an average of $4.50 to $5.00 a pound last spring. As I said,
last year after we reached our goal of 81 millimetres we did a
scientific exercise to see what we had gained. We hired a PhD
student and a master’s student to do some at-sea research for us.
The report is being tabulated, as I mentioned, and we will forward
it to you when it is finished. So far, the preliminary figures are
very interesting.
Bien que nous ayons réduit toutes ces choses, nos prises ont
augmenté. Nos prises ont augmenté de l’ordre de 5 000 livres au
printemps dernier. L’on nous payait en moyenne 4,50 $ à 5 $ la
livre au printemps dernier. Comme je l’ai déjà mentionné, l’année
dernière, après avoir atteint notre objectif de 81 millimètres, nous
avons procédé à un exercice scientifique pour voir ce que cela
nous avait permis de gagner. Nous avons embauché un étudiant
au doctorat et un étudiant à la maîtrise pour faire de la recherche
en mer pour nous. Le rapport est près d’être terminé et nous vous
l’enverrons quand il le sera. Jusqu’à présent, les données
préliminaires sont fort intéressantes.
On sustainability, as you know, all harvesters have to generate
enough financial revenue to be feasible in this industry, and it is
not easy. We are now becoming more dependent on the lobster
industry. There is probably one year out of the last four when I
actually made money. Most of the years, a helper made more
money than I did. Because I managed my business as an
enterprise, I managed to survive. I did not spend it all on trucks
and skidoos and everything when I made money; I actually
banked a little bit for the rainy day which I knew would come.
En ce qui concerne la durabilité, comme vous le savez, les
pêcheurs doivent générer assez de revenus pour être viables dans
cette industrie, et ce n’est pas toujours facile. Nous dépendons de
plus en plus de l’industrie du homard. Je n’ai véritablement fait de
l’argent qu’une année au cours des quatre dernières années. La
plupart du temps, les aides-pêcheurs faisaient plus d’argent que
moi. Mais, parce que j’ai géré cela comme on gère une entreprise,
j’ai réussi à survivre. Je n’ai pas dépensé tous les fonds sur des
camions et des skidoos lorsque je faisais de l’argent. Au lieu, je le
mettais dans un fonds de réserve afin de l’utiliser quand j’en
aurais besoin.
30-11-2012
Pêches et océans
12:117
The entire lobster industry, from harvesters to processors to
shippers, is feeling outside pressure that they have never seen
before. The era of simply landing our catch and going home has
drastically changed. We have MSC certification hovering over u,
and I think we are going to have to deal with it probably sooner
than we think. We have a problem with animal husbandry
overseas, which is popping up in Germany and other places.
Traceability and government cutbacks to programs and services
will impact harvesters at a time when market forces are widely
unpredictable.
C’est l’industrie du homard dans son intégralité, des pêcheurs,
aux transformateurs aux expéditeurs, qui fait face à une pression
externe qu’elle n’a jamais connue auparavant. L’époque à laquelle
on ne faisait que prendre une prise et qu’on rentrait ensuite à la
maison a tout à fait changé. Nous vivons sous la menace de la
certification MSC et je pense qu’il va falloir y faire face plus tôt
que nous ne pensons. Nous avons un problème avec l’élevage des
animaux à l’étranger, et cela se voit en Allemagne et ailleurs. Les
questions de traçabilité ainsi que les compressions
gouvernementales au niveau des programmes et des services
toucheront les pêcheurs à un moment où les forces du marché
sont fort imprévisibles.
Harvesters understand that their catches cannot be certified as
coming from a sustainable and well-managed fishery. If this does
not happen they risk losing traditional markets and probably
losing new markets. The costs of what I am describing, are
expensive. However, it is a bullet I think industry is going to have
to bite. It is a devil we are going to have to deal with, no choice.
Les pêcheurs comprennent que leurs prises ne peuvent pas être
certifiées comme étant le produit d’une pêche viable et bien gérée.
Si cela ne se fait pas, ils pourraient perdre les marchés
traditionnels et même les nouveaux. Les coûts associés à ce que
je suis en train d’énumérer sont élevés. Pourtant, l’industrie va
devoir prendre le taureau par les cornes. C’est un mal avec lequel
il faut composer, nous n’avons pas le choix.
I am also concerned, as Mr. Connors mentioned, about the
changes in the demographic of our industry. The average age of
harvesters now is probably 50, 55 and more. The cost of acquiring
our enterprise, even though the catches are low, is extremely high.
They do not actually reflect the actual income that is generated,
which is good if you are selling but not very good if you are
buying, if you can add or subtract.
Je m’inquiète aussi, comme a dit M. Connors, des changements
démographiques dans notre industrie, l’âge moyen des pêcheurs
atteint probablement 50, 55 et plus. Le coût d’achat de notre
entreprise, même quand les prix sont faibles, est très élevé. Ce coût
ne reflète pas le revenu généré, qui est bon si on réussit à vendre
mais moins bon si on achète, si on ajoute ou on en enlève.
We have yet to have a detailed discussion on the future
generation, who is going to be buying our enterprise. Our
association believes that we have taken the steps on the biological
side. We have done everything we could thus far short of quitting
fishing.
Nous n’avons pas encore eu une discussion détaillée sur la
relève, qui achètera nos entreprises. Notre association croit que
nous avons entrepris toutes les démarches en ce qui concerne la
biologie. Nous avons tout fait jusqu’à présent à part abandonner
la pêche.
The next step that we are willing to entertain, provided our
request for a subzone restriction and mobility are approved by the
minister in Ottawa, we are willing to move on licensing policy
reform and review under the banner of owner-operator and fleet
separation. We want to tear that one apart too and see what tools
are in there that we can actually change to make us more viable
for those in the fishery and those coming into the fishery. We are
willing to entertain everything from quotas to stacking,
everything should be discussed. Most of it is going to be thrown
out but hopefully we are left with enough to make ourselves more
viable than what we are presently.
La prochaine étape que nous sommes prêts à considérer, si notre
demande de restriction et de mobilité dans les sous-zones est
approuvée par le ministre fédéral, est d’aller de l’avant avec la
réforme et l’examen de la politique en matière des permis par
rapport à la question de l’exploitant propriétaire et la séparation des
flottilles. Nous voulons également nous y attaquer et voir quels sont
les outils que nous pouvons changer afin de nous rendre plus viables
aux yeux de tous les pêcheurs actuels et futurs. Nous sommes prêts à
tout considérer, des contingents jusqu’au cumul, tout devrait être
discuté. La plupart de nos propositions seront rejetées, pourtant
nous espérons en garder suffisamment pour nous rendre plus viables
que nous ne le sommes actuellement.
In regards to community and sustainability, the lobster fishery
industry, in my opinion, is the backbone of our coastal
communities. It is the economic engine in most, if not all, coastal
communities attached to lobster fishery. My community has not
been spared from the downturn in the fishery. We used to have
three hardware stores, we now have one. We used to have nine
garages, we now have three, and there are a lot fewer people going
to church because they are all out west. It is simple. Collections are
getting smaller and they have to go for donations if a repair is
needed. Collection does not do it anymore. As I said, our youth is
migrating more and more out west. Even my son-in-law has gone
En ce qui concerne la collectivité et la durabilité, l’industrie de
la pêche au homard est, à mon avis, le pilier de nos collectivités
situées le long du littoral. C’est le moteur économique dans la
plupart sinon la totalité de ces communautés côtières ayant un
lien à la pêche au homard. Ma région n’a pas été épargnée par le
ralentissement dans cette industrie. À une époque, nous avions
trois quincailleries, nous en avons maintenant une seule. À une
époque, il y avait neuf garages, maintenant il y en a trois, et les
églises sont moins pleines parce que tout le monde est parti dans
l’Ouest. C’est simple. La quête est moindre, et on demande des
dons en cas de réparation nécessaire. La quête ne suffit plus.
12:118
Fisheries and Oceans
30-11-2012
out there; he had no choice. So every spring we scramble for crews
and it is getting worse every year. Plant owners now are hiring
migrant workers and I foresee, in the very near future, that I am
going to be doing it too. I see that coming. So every community is
faced with the problem of maintaining its economic, social and
cultural identity. It is a struggle.
Comme j’ai dit, nos jeunes sont de plus en plus nombreux à partir
vers l’Ouest. Même mon beau-fils y est allé; il n’avait pas le choix.
Donc, au printemps on a du mal à recruter un équipage, et chaque
année ça devient plus difficile. Les propriétaires d’usine
embauchent maintenant des travailleurs migrants, et dans un
avenir très rapproché, je pense que je le ferai aussi. Je le vois venir.
Par conséquent, chaque collectivité essaie de maintenir son
identité économique, sociale et culturelle. C’est une lutte.
In conclusion, as people know, I am rather optimistic. I said it
in Ottawa and I will say it here again, I think we can get over this
hurdle. I like to use the phrase which is used quite often when they
talk about Canada, ‘‘There is no ‘cannot’ in Canada. There
is C-A-N in Canada.’’ We have to use that philosophy everyday
when we talk about the lobster fishery, and make positive changes
that put us in a better place than we were yesterday. I think we
can bring our communities back to prosperity by committing
ourselves to ensuring that the lobster fisheries are on the path of
biological, because you need a healthy resource, and economical
sustainability.
En guise de conclusion, je dirais, comme tout le monde le sait,
que je suis plutôt optimiste. Je l’ai dit à Ottawa et je le répéterai
ici, je pense qu’on peut surmonter ce problème. J’aime répéter
qu’on dit souvent en parlant du Canada, il y a le mot « can » dans
Canada, qui veut dire « pouvoir » en anglais. Il faut puiser dans
cette philosophie au quotidien quand on parle de la pêche au
homard, et apporter les changements positifs qui amélioreront
notre situation. À mon avis, nous pourrons rétablir la prospérité
chez nous en nous engageant à assurer que les pêches au homard
s’orientent vers le biologique, parce qu’il faut avoir une ressource
saine, ainsi qu’une économie durable.
In my mind here are the players that need to be at the table.
Most of the members of the Lobster Council, I would say, are
there already. Harvester organizations are there, and some of
them spoke up in support of the Lobster Council today and I
greatly appreciate that. We need DFO science and management,
management in the sense that the Lobster Council can go to the
gate on suggesting things but after the gate, it is up to the different
LFAs to carry the ball. We do not get involved in management,
but there might be something that we can bring forth to industry
to suggest where a change could be. You need the Atlantic
Veterinary College because I think the health of the resource is
based on not only DFO Science but also veterinarian science. We
need provincial governments and federal governments. We need
corporate Canada. When I talk about corporate Canada, I am
talking about the Sobeys, the Loblaws, the Carrefours. You need
all these supermarkets that are dealing with their clients, our
clients on a daily basis.
À mon avis, ce sont les intervenants qui doivent être à la table.
La plupart des membres du Conseil du homard, y sont déjà, je
dirais. Les organismes de pêcheurs sont présents, et certains ont
parlé en faveur du Conseil du homard aujourd’hui, et je les en
remercie. Nous avons besoin de la science et de la gestion du
MPO, gestion en ce sens que le Conseil du homard puisse faire des
propositions, mais qu’au bout du compte, les différentes ZPH
aient le dernier mot. Nous ne nous mêlons pas de la gestion, mais
nous pouvons peut-être faire une contribution à l’industrie pour
suggérer des changements. On a besoin du Collège vétérinaire de
l’Atlantique, parce que selon moi, la santé des ressources est
fondée non seulement sur les sciences du MPO, mais aussi sur la
science vétérinaire. Nous avons besoin des gouvernements
provinciaux et du gouvernement fédéral. Nous avons besoin des
entreprises canadiennes. Lorsque je parle des entreprises, je parle
de Sobeys, de Loblaws, de Carrefour. Nous avons besoin de ces
supermarchés qui composent avec les clients, soit nos clients, au
quotidien.
When we start on the path of quality and working on the three
pillars, we have to start on the right path. We do not want to
work for a whole year only to find out we started the wrong way.
Everybody has to be at the table.
Si nous voulons emprunter le chemin de la qualité et travailler
sur ces trois piliers, il faut commencer par trouver le bon chemin.
Nous ne voulons pas travailler pendant toute une année pour
nous rendre compte que nous avons pris le mauvais chemin. Tous
les intervenants doivent être à la table.
We need Agriculture and Agri-food also because they deal with
quality standards. It was interesting when we met with
Agriculture and Agri-Food in Ottawa. Loblaws, I think was
across the street. We went to see what they were doing with
lobster. There was a holding tank and there were ten lobsters; two
were dead and eight were alive. They had a special on tails in the
frozen part, $1.99, and they looked like they were freezer burned
since quite a while. Something has to change at the consumer level
to derive a better price. If I was a consumer and I saw two dead
lobsters, I would not be impressed to buy the eight remaining in
Nous avons besoin d’Agriculture et Agroalimentaire aussi
parce qu’ils composent avec les normes de qualité. C’était
intéressant de rencontrer les représentants d’Agriculture et
Agroalimentaire à Ottawa. Je crois que Loblaws était de l’autre
côté de la rue. Nous sommes allés voir comment le homard était
traité. Il y avait des réservoirs et il y avait 10 homards; deux
étaient morts et huit étaient vivants. Les queues de homard étaient
en promotion à 1,99 $, et elles avaient l’air d’avoir été brûlées par
le froid depuis un certain temps. Quelque chose doit changer au
niveau des consommateurs pour entraîner de meilleurs prix. Si
30-11-2012
Pêches et océans
12:119
that tank. I would simply walk away and buy something else.
That is why I am saying we need all the players at the table at the
same time.
j’étais un consommateur et que je voyais deux homards morts, je
ne serais pas impressionné ni incité à acheter les huit homards
restants dans le réservoir. J’irais simplement acheter autre chose.
C’est pourquoi je dis qu’il faut avoir tous les intervenants à la
table en même temps.
Collectively, we have no choice; we have to bring this thing to a
better position. You have 10,000 harvesters, you have a pile of
plant workers, you have truck drivers, and you are talking about
a massive industry that we need to protect and make sure it stays.
I am not minimizing the effect of the groundfish collapse.
However, next to this one in some areas, it was very sensitive but
it might be this high, and the lobster collapse would be up here, if
we measure it in what it represents to individual communities.
Collectivement, nous n’avons pas le choix; il faut améliorer la
situation. Nous avons 10 000 pêcheurs, nous avons un grand
nombre de travailleurs d’usine, nous avons des camionneurs et
nous parlons d’une industrie massive qu’il faut protéger et dont il
faut assurer la survie. Je ne minimise pas les effets de
l’effondrement des stocks de poissons de fond. Toutefois,
comparativement à d’autres domaines, c’est un sujet très délicat,
mais ce pourrait être pire, tout comme l’effondrement du homard,
si on pense à ces effets dans diverses collectivités.
I am chair of the Lobster Council, and I still think we can fix
this somehow. Somewhere there is a fix to bring it back. It is going
to take some time. There are variables over which we have no
control. We cannot control the European economy or the
American economy. They are going to have to come back on
their own. We need to do our homework to be ready for the
recovery of those economies. The Americans are getting ready
and we need to do the same.
Je suis le président du Conseil du homard, et je crois toujours
que nous pouvons régler le problème d’une façon ou d’une autre.
Je crois en une relance. Ça prendra un certain temps. Il y a des
variables sur lesquelles nous n’avons aucun contrôle. Nous ne
pouvons pas contrôler l’économie européenne ni l’économie
américaine. Ces problèmes ne relèvent pas de nous. Nous
devons faire nos devoirs pour être prêts lors de la relance de ces
économies. Les Américains se préparent et nous devons faire la
même chose.
Hopefully I have given you a snapshot of what we have done
on our own as an association.
J’espère vous avoir donné un aperçu de ce que nous avons fait
nous-mêmes en tant qu’association.
The Chair: Mr. Sullivan, do you have a few comments you
would like to make?
Le président : Monsieur Sullivan, avez-vous quelques
commentaires à faire?
Mr. Sullivan: First of all, I say jokingly that everyone has to
re-examine their position on the Lobster Council of Canada; if
you cannot solve the problems in the economies of Europe, well, I
do not know. You are in tough with the lobster business.
M. Sullivan : D’abord, j’ai dit à la blague que tout le monde
doit revenir sur sa position sur le Conseil du homard du Canada;
je ne sais pas trop ce qui va se passer si on ne peut pas régler les
problèmes des économies européennes. Les temps sont durs pour
l’industrie du homard.
We all have unique problems. In Newfoundland, for example,
carapace size would not be an issue on the forefront really at all.
We have a market size lobster that kind of suits our fishery, there
is not much debate. I am not saying it is better for some areas
than others, but it is kind of a localized issue that has an effect for
the rest of us in the business, but it is certainly not the major issue
all over.
Nous avons tous des problèmes uniques. À Terre-Neuve, par
exemple, la taille de la carapace ne serait pas du tout un enjeu.
Nous avons un marché du homard fondé sur la taille qui se prête
à notre secteur des pêches et qui ne donne pas lieu à beaucoup de
débats. Je ne dis pas que c’est mieux pour certaines régions que
d’autres; c’est le genre d’enjeu localisé qui a un effet sur le reste de
l’industrie, mais ce n’est certainement pas l’enjeu le plus
important de tous.
On the issue of government support, I got into it briefly earlier,
and I just want to bring up a couple of things again that I may not
have got into in as much detail. It does not necessarily need to be
tons of money, but we do need governments to listen to us and
facilitate some of the changes that come from industry. For
example, there will probably be regulation changes and
management changes that are needed. They really have to be
willing to consult with the industry and take the approaches that
will work, that people will work with. We have seen too many
kind of top down agendas pushed. Like Mr. Connors said, some
of them are theoretical and they seem good and might have
Pour ce qui est du soutien gouvernemental dont j’ai parlé
brièvement plus tôt, j’aimerais aborder de nouveau certains
éléments pour lesquels je n’ai pas donné beaucoup de détails.
Nous n’avons pas nécessairement besoin de tonnes d’argent; nous
avons besoin que les gouvernements nous écoutent et facilitent
certains changements dans l’industrie. Par exemple, il y aura
probablement des changements qui s’imposeront au chapitre de la
réglementation et de la gestion. Le gouvernement doit vraiment
être prêt à consulter l’industrie et à adopter les approches qui vont
fonctionner, que les gens sont prêts à adopter. On a vu trop de
programmes imposés d’en haut. Comme M. Connors l’a dit,
12:120
Fisheries and Oceans
30-11-2012
applied to another industry somewhere else but not necessarily in
other locations. They need to work more closely with the fleets
and their proposals.
certains sont théoriques et semblent bien et ont peut-être été
appliqués à d’autres industries ailleurs, mais pas nécessairement à
d’autres endroits. Il faut travailler en plus étroite collaboration
avec les flottes et tenir compte de leurs propositions.
One of the key things is ensuring that the people who harvest
the fish get the benefits from the resource. As a solution people
sometimes talk about things like ITQs and they just throw that
out. For example, in another lobster fishery, I was just reading
last week on seafood.com — someone mentioned the John Saxton
site earlier — the lobster fishery, crayfish fishery in New Zealand
are having problems. They were getting $80 per kilo for their
product and the price had dropped to $60 per kilo. We would like
to have a problem of that magnitude. The thing was the harvester
in the ITQ system they have was paying $50 per kilo just to get
access to catch that fish. Even though he is getting that increased
price he is probably no better off than what our harvesters would
be. In that same country, which is famous for ITQs, we heard all
kinds of things about having Korean-based vessels with slave
labour on them and things like that. We have to wonder where the
profits are, and is it a good policy for a country to get foreign
vessels with foreign labour in order to have the cheapest labour
possible? I do not know how that benefits the people of
Cheticamp or fish harvesters in Newfoundland. We have to be
careful of where some of these proposals for rationalization come
from. I think rationalization is still needed, but I think it has to
come from the fleets and people have to work with the fleets to
find those solutions.
Il faut entre autres veiller à ce que les pêcheurs puissent profiter
des ressources. Les gens proposent parfois des contingents
individuels transférables, ou CIT, comme solution, mais cette
proposition est rejetée. Par exemple, en lisant un article sur le site
seafood.com la semaine dernière — quelqu’un a parlé de John
Saxton plus tôt —, j’ai appris que les industries de la pêche au
homard et de la pêche à l’écrevisse éprouvent des problèmes en
Nouvelle-Zélande. Le prix de leur produit est passé de 80 $ à 60 $ le
kilo. Nous aimerions être aux prises avec un problème de cette
proportion. Le hic, c’est que le pêcheur issu du système de CIT en
vigueur payait 50 $ le kilo simplement pour pouvoir attraper le
poisson. Même s’il obtient le prix bonifié, il n’est probablement pas
mieux loti que nos pêcheurs. Dans ce même pays, qui est célèbre
pour ces CIT, nous avons entendu des choses sur des vaisseaux de la
Corée avec des esclaves à bord et ainsi de suite. Il faut se demander
qui empoche les profits, et s’il s’agit d’une bonne politique pour un
pays d’avoir des vaisseaux et des travailleurs étrangers pour avoir la
main-d’œuvre la plus bon marché possible. Je ne sais pas quels en
sont les avantages pour les résidents de Chéticamp ou les pêcheurs à
Terre-Neuve. Il faut prendre soin de vérifier la provenance de ces
propositions. Je crois qu’une justification est toujours nécessaire,
mais il faut qu’elle vienne de la flotte, avec qui il faut collaborer
pour trouver des solutions.
Another change this year was to the Employment Insurance
Program which a colleague mentioned earlier as well. These
changes were done with very little consultation from what I can
see, and it is certainly a problem for seasonal industries, be it
tourism, the mining sector, the fisheries or forestry. We work in
harsh environments which by nature are seasonal. For example,
we do not see tourists going around L’Anse Meadows or out in
Cape St. Mary’s, Newfoundland and other remote tourist sites in
February. It is just not a hospitable climate, the same as fishing is
not in February either. You cannot deliver a good product. The
recent changes will make it hard for the small business people, the
enterprise owners to maintain these professional crew members.
These skills are not easily replaced. You do not just pick up good
crew members on the street, pay them low wages and have a
successful enterprise. That stuff does not happen.
Cette année, il y a aussi eu des changements au programme
d’assurance-emploi, comme l’a mentionné un collègue plus tôt.
D’après ce que je peux constater, ces changements ont été apportés
après très peu de consultation, et il s’agit certainement d’un
problème pour les industries saisonnières, qu’il s’agisse du tourisme,
des mines, des pêches ou de la foresterie. Nous travaillons dans des
environnements difficiles qui sont, de par leur nature, saisonniers.
Par exemple, je ne vois pas de touristes en février à l’Anse Meadows
ou à cap Ste-Marie, à Terre-Neuve, ou à d’autres endroits isolés. Il
ne s’agit tout simplement pas d’un climat accueillant, tout comme la
pêche ne l’est pas en février non plus. On ne peut pas offrir un bon
produit. Ces changements récents feront en sorte qu’il sera difficile
pour les gens d’affaires et les propriétaires d’entreprise de garder des
employés professionnels. Ces compétences ne sont pas facilement
remplacées. On ne peut pas simplement trouver des bons membres
d’équipage dans la rue, les payer des salaires bas et obtenir du
succès en affaires. C’est impossible.
Going back to a Senate report in 2009 by this same committee,
I see so many recommendations that would probably still apply.
The third one there is still applicable. I talked about
recommending a comprehensive plan for the lobster fishery
including voluntary fleet rationalization to reduce capacity where
needed. The federal government should contribute to the costs for
removing lobster licences from fishery. I probably could not write
a better one.
J’aimerais revenir au rapport de 2009 de notre comité
sénatorial. Je vois de nombreuses recommandations qui
s’appliqueraient encore aujourd’hui. La troisième ici est encore
applicable. J’ai parlé de recommander un plan détaillé pour la
pêche au homard, y compris une rationalisation volontaire de la
flotte pour réduire la capacité, au besoin. Le gouvernement
fédéral devrait contribuer aux coûts associés au retrait des permis
de pêche au homard. Je ne pourrais probablement pas rédiger une
meilleure recommandation.
30-11-2012
Pêches et océans
12:121
There was also reference to Employment Insurance
considerations at the time. I still think they are very applicable
and even more so considering some of the rather regressive
changes that are being applied this season and next season.
Il y a aussi l’assurance-emploi, qui faisait l’objet de
recommandations à l’époque. Je crois toujours que ces
recommandations sont applicables, voire même davantage
quand on pense à certains des changements rétrogrades qui ont
été apportés pour la présente saison et la prochaine.
I also wanted to touch on the DFO cuts. The cuts are
challenging everybody in the industry. Cutbacks to science do not
leave us in a better place to get sustainability, certifications, and
prove we are sustainable. It makes it hard to manage our fisheries.
There is less environmental monitoring when observer programs
are cut. Costs are being downloaded. That is very difficult. I
talked about the tags as well. It is not necessarily the huge costs
with tags. They are both major problems but it is probably more
so the timing. You have to find a manufacturer to make sure they
can deliver a reliable product that DFO can enforce. Fishermen
lose tags and how do we replace them? There are a lot of
complications. On the surface, it would not seem to be a very
complicated process, but there are issues of privacy, of how
people get these.
Je voulais aussi parler des compressions au MPO, qui
représentent un défi pour tous les intervenants de l’industrie.
Les compressions dans le secteur des sciences rendent la situation
plus difficile pour ce qui est d’obtenir des certifications et
d’assurer et de prouver notre durabilité. Il est difficile de gérer
nos pêches. Il y a moins de surveillance environnementale
lorsqu’on réduit les programmes d’observation. Les coûts sont
transférés. C’est très difficile. J’ai parlé des étiquettes également.
Elles ne représentent pas nécessairement un coût énorme. Ce sont
des problèmes importants, mais ce qui dérange le plus, c’est
probablement le moment choisi. Il faut trouver un fabricant qui
va livrer un produit fiable que le MPO peut appuyer. Des
pêcheurs perdent des étiquettes, mais comment les remplacer? Les
complications sont nombreuses. À priori, le processus n’a pas l’air
très compliqué, mais il y a des questions de vie privée et la façon
dont on obtient les étiquettes.
There is the short timing, and you do not want to get into a
short season. People catch their lobsters probably in five, six
weeks in a lot of places, particularly in Newfoundland, a relatively
short season but it is when the lobster is at the highest quality and
potentially has the most value. So we cannot afford to have
complications and that kind of chaos to start the season.
Le préavis était court, et on ne veut pas d’une saison courte. La
pêche au homard dure probablement cinq ou six semaines à de
nombreux endroits, particulièrement à Terre-Neuve. La saison est
relativement courte, mais c’est à ce moment-là que la qualité du
homard est à son meilleur et qu’il vaut probablement le plus cher.
Nous ne pouvons donc pas nous permettre d’avoir des
complications de ce genre au début de la saison.
We do not need setbacks when we are talking about making
sure we have got sustainable resources. We talked about the input
controls which are most important in managing lobster fisheries,
the number of traps. If we do not know how many traps are out
there because we do not have tags, we do not have a reliable
system, and the whole basis for how we manage the fishery is in
jeopardy. That is why the tags are an extremely important thing.
In some other fisheries where they happen to get good biological
estimates and have quotas, the tags are probably not as important
an issue. In lobster, the short timing is a major problem. We are
still not out of the woods, and we are not sure how that will turn
out. Hopefully, DFO would reconsider and continue the service
that they had in the past and, if not, we will certainly do our best
to meet the challenge.
Nous ne voulons pas reculer lorsqu’il est question de veiller à la
durabilité de nos ressources. Nous avons parlé de contrôles qui
sont importants dans la gestion de la pêche au homard, du
nombre de casiers. Si nous ne savons pas combien nous avons de
casiers parce que nous n’avons pas d’étiquette, notre système n’est
pas fiable, et tout le mode de gestion de la pêche est compromis.
C’est pourquoi les étiquettes sont extrêmement importantes. Dans
d’autres pêches où l’on fait des estimations biologiques et où il y a
des contingents, les étiquettes ne sont probablement pas aussi
importantes. Pour le homard, le court préavis est un problème
important. Nous n’avons pas encore réglé la question, et nous ne
savons pas comment elle va se régler. Nous espérons que le MPO
reviendra sur sa décision et continuera d’offrir le service comme il
le faisait auparavant; sinon, nous allons certainement faire notre
possible pour relever le défi.
The Chair: Mr. MacPherson, you want to make a comment?
Mr. MacPherson: Yes, it is just a little more on tags. Senator
Harb had asked earlier about the cost and I just wanted to clarify.
Apparently the current cost to DFO right now is 13 cents per tag,
but what is going to change is that it is going to be outsourced.
We are going to have to put more information on the tags so it
will not be millions in a run or hundreds of thousands.
Every 270 to 300 fishers you are going to have to generate a
new tag. One of the issues that we have the most problem with is
that tag manufacturers are actually in the list of people that can
Le président : Monsieur MacPherson, vous vouliez faire une
observation?
M. MacPherson : Oui, j’aimerais parler un peu plus
longuement des étiquettes. Le sénateur Harb a posé une
question plus tôt sur le coût, et je tenais à donner des
précisions. Il semblerait qu’actuellement, le coût pour le MPO
est de 13 cents l’étiquette, mais ce qui va changer, c’est la
provenance. Nous allons devoir inscrire davantage d’information
sur les étiquettes afin qu’une série n’en comprenne pas des
millions ou des centaines de milliers. Ainsi, de nouvelles étiquettes
seraient générées à chaque tranche de 270 à 300 pêcheurs. Ce qui
12:122
Fisheries and Oceans
30-11-2012
distribute those tags if they qualify. We could have a situation
there. It is more than one manufacturer in Canada but we could
have a situation where you are a distributor and you are
competing against a company that is manufacturing them.
There are lots of areas of concern.
nous préoccupe, c’est que les fabricants d’étiquettes figurent sur la
liste des gens qui peuvent en faire la distribution, si on leur en
donne le droit. Ce pourrait être un problème. Il y a plus d’un
fabricant au Canada, mais il se pourrait qu’un distributeur et vous
soyez obligés de livrer concurrence à une entreprise qui les
fabrique. Il y a beaucoup de sujets de préoccupation.
I want to reiterate that the industry’s first choice was for DFO
to hold onto this function with a user fee, if that is what it needed
to be. That looks like that may not be the option but that is still
our preferred option. Certainly there are lots of concerns about
how this program is being rolled out.
Je veux répéter que le premier choix de l’industrie, c’était que le
MPO retienne cette fonction en imposant des frais d’utilisateur, au
besoin. Apparemment, ce n’est pas une option, mais c’est quand
même ce que nous préférons. Il y a clairement de nombreuses
préoccupations concernant la mise en œuvre du programme.
Mr. Leblanc: I have a supplementary comment to what I said,
and I think it reflects what Mr. Sullivan was saying about DFO’s
financial cutbacks. We have lost two enforcement officers in Gulf
Nova Scotia which we find totally unacceptable. These guys are
going to be placed about two, two and a half miles from where
they were stationed before. If I get a call or an officer gets a call
about something happening, by the time he gets there the lobster
would be cooked, shelled and gone. We find this totally
unacceptable.
M. Leblanc : J’aimerais ajouter une observation qui, à mon
avis, reflète ce que M. Sullivan a dit au sujet des compressions à
Pêches et Océans. Nous avons perdu deux agents d’exécution de
la loi dans le secteur du golfe de la Nouvelle-Écosse, ce qui est
tout à fait inacceptable. Ces agents seront postés à environ deux
milles et demi de leur ancien port d’attache. Si un agent ou moimême recevons un appel, quand l’agent arrivera sur place, le
homard sera cuit, décortiqué et mangé. À notre avis, c’est tout à
fait inacceptable.
DFO says that lobster tags are a conservation measure. As an
industry representative, why would I accept DFO getting out of
conservation? To me, it does not make any sense. They are asking
us to make conservation measures, to help our stock being
sustainable and they were actually taking steps to get out of
conservation.
Selon le MPO, les étiquettes constituent une mesure de
conservation. En tant que représentant de l’industrie, pourquoi
est-ce que j’accepterais que le ministère abandonne la conservation?
À mon avis, ce n’est pas logique. On nous demande d’adopter des
mesures de conservation et de faire en sorte que notre pêche soit
durable, mais en même temps, le ministère a entamé des démarches
pour laisser tomber la conservation.
One other thing, I met with science in Ottawa and they asked
me, Leonard, what is your big beef with science? I said global
warming and water temperature. He said, why? I said that the
stock is very healthy, the reproductive cycle is very healthy but we
might actually be catching more lobster than we should on a
yearly basis because of warmer water. He said, ‘‘Well, what is the
side effect of that?’’ I said that the steep curve on the other end
will not be gradual, it is going to be dramatic, a big cut on the
other side. I asked them and they agreed that they would study
water temperature very closely and monitor it. It is a big item that
is coming upon us in the lobster fishery.
De plus, j’ai rencontré des scientifiques à Ottawa qui m’ont
demandé ceci : « Leonard, pourquoi en voulez-vous tellement à la
science? » J’ai répondu le réchauffement planétaire et la
température de l’eau. On m’a demandé pourquoi. J’ai expliqué
que la population et le cycle de reproduction se portent très bien,
mais qu’on était peut-être en train de prendre plus de homards
qu’on ne le devrait chaque année à cause des eaux plus chaudes.
On m’a dit, « Eh bien, quelles sont les conséquences? » J’ai
répondu que cette énorme courbe de l’autre côté ne serait pas
progressive mais plutôt très accentuée, ce qui représenterait une
grande baisse de l’autre côté. J’ai demandé aux scientifiques
d’étudier et de surveiller de très près la température de l’eau, ce
qu’ils ont accepté de faire. C’est une grande préoccupation pour
nous tous qui œuvrons dans le secteur de la pêche au homard.
Mr. Jenkins: I have a further comment on the tags issue,
Mr. Chairman.
M. Jenkins : J’ai une autre observation à faire au sujet de
l’étiquetage, monsieur le président.
When we met with Minister Ashfield at the Delta in
Charlottetown in July, I do not think we could have stressed
any more seriously than we did that day the importance of the
tags issue to the fishermen we represent. We offered to pay for the
tags; we did the whole nine yards. We waited all summer long for
consultations with DFO and his department, and it was late
September before they got back to us. The tags are a very
important conservation issue. If we are not tagging, forget it. Do
not worry about carapace size.
Lorsque nous avons rencontré le ministre Ashfield au Delta à
Charlottetown en juillet, nous n’aurions pas pu, à mon avis, faire
plus que ce que nous avons fait ce jour-là pour souligner
l’importance de l’étiquetage pour nos pêcheurs. Nous avons offert
de payer ces étiquettes; nous avons joué le tout pour le tout. Nous
avons attendu tout l’été pour des consultations entre le MPO et
son ministère, et on nous a répondu vers la fin de septembre. Les
étiquettes constituent une question de conservation extrêmement
importante. Si nous n’étiquetons pas, aussi bien laisser tomber.
Ne vous inquiétez pas de la taille des carapaces.
30-11-2012
Pêches et océans
The Chair: What is the reason for not tagging?
12:123
Le président : Quelle est la raison de ne pas étiqueter?
Mr. Jenkins: We were told five or six different things that day
we met with them in July. One thing is they are downloading the
costs of the tags to the industry. That was the number one thing.
We offered that our preference is DFO to keep this program, but
if you do not keep it, we will take it over. PEIFA will take the
traps. Like Ian MacPherson mentioned, there are a whole lot of
submissions in there now, there are a whole lot of proposals on
who is going to tag, we will not know until December 7 who gets
what. We were told it was downloading of costs.
M. Jenkins : On nous a raconté cinq ou six histoires différentes
le jour de notre rencontre en juillet. D’abord, le ministère refile le
coût de l’étiquette à l’industrie. C’était le premier point. Nous
avons dit préférer que le ministère maintienne le programme, mais
si vous ne le gardez pas, nous en assumerons la responsabilité. La
PEIFA prendra les casiers. Comme l’a dit M. Ian MacPherson, il
y a toute une série de soumissions et de propositions sur qui sera
responsable de l’étiquetage, mais nous ne saurons pas avant
le 7 décembre qui fera quoi. On nous a dit qu’il s’agissait d’un
transfert de coûts.
The Chair: It seems like something that all you people involved
in the industry want. I see a positive side and a benefit to it, and it
just boggles my mind. That is something we should check out.
Le président : Cela semble être quelque chose que vous tous qui
travaillez dans cette industrie souhaitez. J’en vois le côté positif et
l’avantage, et c’est renversant. Il faudrait explorer cette
possibilité.
Senator Hubley: Mr. Leblanc, as the President of the Lobster
Council of Canada, with regard to sustainability of the resource,
you have outlined a number of things that have happened in your
district that have had a major impact on your operation. I am just
wondering is that information getting out to other organizations?
Do other fishing groups look at the different things that you have
done? I am just wondering how that information disseminates
through the industry?
Le sénateur Hubley : Monsieur Leblanc, à titre de président du
Conseil du homard du Canada, en ce qui concerne la viabilité de
cette ressource, vous avez décrit plusieurs initiatives menées dans
votre district qui ont eu une incidence majeure sur vos activités. Je
me demande si cette information est transmise aux diverses
organisations. Est-ce que d’autres groupes de pêcheurs examinent
vos initiatives? Je voudrais savoir si l’information est diffusée à
l’ensemble des intervenants de l’industrie.
Mr. Leblanc: Thank you for that good question. First, when I
spoke about the changes, I spoke on behalf of our local
association, not as President of the Lobster Council, because
you guys tend to write everything that is say, just to be clear. I
have made this similar presentation at other scientific meetings. I
have also presented on our e-logging program that we did, pilot
project with science, and we had instant data right after the
fishery. Last year DFO decided to cancel that program, go back
to paper. When we were done with our science at the end of June,
we asked for the numbers and they told us they would be ready in
2014. In previous years we had them instantly under our pilot
project. Sustainability is all within LFAs. All I can do, and I am
not bragging and I am not preaching, I am just telling you — and
I am willing to talk to anybody that wants to hear — what we
have done. I have spoken at national conferences and at science
meetings here in Moncton, and most people are aware of what we
have done. That is about all I can do as a representative, just tell
them what we have done.
M. Leblanc : Merci de cette excellente question. Premièrement,
lorsque j’ai discuté de ces changements, je parlais au nom de notre
association locale, et non à titre de président du Conseil du
homard du Canada. Je tenais à apporter cette précision car je sais
que vous consignez tout ce qui est dit. J’ai fait un exposé de ce
genre à d’autres réunions scientifiques. J’ai également parlé de
notre programme d’enregistrement électronique, un projet pilote
scientifique, grâce auquel nous avons obtenu des données au
terme de la saison de pêche. L’année dernière, le MPO a décidé
d’abroger le programme et de revenir au système papier. Une fois
nos activités scientifiques terminées à la fin du mois de juin, nous
avons demandé ces données et on nous a dit qu’elles ne seraient
pas prêtes avant 2014. Or, les années précédentes, nous les avions
immédiatement dans le cadre du projet pilote. La viabilité
concerne les diverses zones de pêche du homard. Tout ce que je
peux dire, sans vouloir me vanter ni prêcher, et je le dirais à
quiconque veut m’entendre, c’est ce que nous avons fait. J’ai pris
la parole à diverses conférences nationales et réunions
scientifiques ici à Moncton, et la plupart des gens savent ce que
nous avons essayé de faire. C’est tout ce que je peux faire en tant
que représentant : expliquer ce que nous avons accompli.
Mr. Connors: What Mr. Leblanc is saying I think is having a
kindling effect already. In southwest Nova Scotia, I know, this
fall they had votes up there. They suggested that they shorten
their season and reduce the number of traps. It did not pass but
there was a pretty good buy in. Just a couple of weeks ago, we
voted to set our season back to improve the quality of our lobster
and the marketing situation. Three years ago, the guy who
brought it up was booed out of the hall. We had 58.3 per cent
acceptance of that measure, and I have had calls since where
fishermen called to say they made that move in area of 31B, and
M. Connors : Ce que M. Leblanc est en train de dire a déjà fait
tache d’huile. Dans le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse, je sais
qu’on a tenu des votes à l’automne. On a proposé de réduire la
durée de la saison ainsi que le nombre de pièges. La proposition a
été rejetée, mais on me dit que l’idée était assez bien vue. Il y a à
peine quelques semaines, nous avons voté pour faire reculer notre
saison afin d’améliorer la qualité du homard et la mise en marché.
Or, il y a trois ans, on avait conspué le type qui avait proposé la
même idée. Cette année, l’idée a été acceptée par un vote de
58,3 p. 100, et depuis, d’autres pêcheurs m’appellent pour me dire
12:124
Fisheries and Oceans
30-11-2012
now they are seeing that they are ahead of us. They are calling me
saying they want to revote, so it will have a kindling effect. If the
organizations that are making these changes can be seen to be
benefiting from them, then that is where the government can play
a role, by recognizing these things.
qu’ils ont fait la même chose dans la zone 31B et qu’ils sont donc
en avance sur nous. Ils m’appellent pour me dire qu’ils veulent
passer un nouveau vote, donc on voit que l’idée fait tache d’huile.
Si les organisations qui apportent ce genre de changements
finissent par en bénéficier, alors le gouvernement peut jouer un
rôle en reconnaissant cet état de fait.
If the Lobster Council of Canada promotes these fishermen
who are making these changes and improving quality, everybody
else eventually will have to follow along. It is a work in progress.
We have accepted the responsibility, and it is a lot about
organization. Mr. Leblanc is saying that they have a good
organization, and we have a good organization and there are
lots of others in Nova Scotia, but there are some gaps as well. We
could certainly use some help from the government, by giving the
organizations standards to live up to so that their decisionmaking process is transparent and acceptable to DFO, and then
they can accept those recommendations and act on them. That
will help organize the fishermen.
Si le Conseil du homard du Canada fait la promotion des
pêcheurs qui apportent ce genre de changements afin d’améliorer
la qualité de la pêche, tout le monde finira par leur emboîter le
pas. Mais c’est un projet en devenir. Nous avons accepté cette
responsabilité, et tout est une question d’organisation.
M. Leblanc affirme qu’ils ont une bonne organisation, et nous
avons également une bonne organisation, comme il y en a tout un
tas en Nouvelle-Écosse, mais il y a également des problèmes.
Nous pourrions utiliser l’aide du gouvernement, en donnant aux
organisations des normes qu’elles doivent respecter afin que leur
processus de prise de décision soit transparent et acceptable pour
le MPO. C’est ainsi que nous pourrons accepter ces
recommandations et y donner suite. Je pense que cela aidera à
organiser les pêcheurs.
Senator Hubley: How do you balance the retirement of licences
with the new entrants program?
Le sénateur Hubley : Comment atteignez-vous un équilibre
entre le retrait des permis et l’octroi de nouveaux permis en vertu
du programme pour les nouveaux pêcheurs?
Mr. Sullivan: I think you may have been talking to
Mr. Leblanc directly but we have similar programs too. We
have to deal with the overcapacity first because right now it is not
a very attractive industry, particularly where there is
overcapacity. The incomes are too low. In areas where the
fishery is good and people are doing well, we have been able to
attract young people into the industry. That applies to most of the
things in life, if there is good pay, it will not be too hard to find
people to do that. It kind of takes care of itself. We have got to
make sure we can make things like intergenerational transfers and
make sure that we facilitate that. It happens naturally in some
places where incomes are good. Before it is an attractive industry
we really have to make sure that we have got good incomes for the
people who are fishing and on the water.
M. Sullivan : Je pense que vous avez parlé à M. Leblanc
directement, mais nous avons des programmes semblables. Nous
devons d’abord régler le problème de la surcapacité car notre
secteur n’est pas très attrayant à l’heure actuelle, notamment là où il
y a des problèmes de surcapacité. Les revenus sont trop faibles.
Dans les régions où le secteur de la pêche se porte bien et les gens
gagnent bien leur vie, nous n’avons aucun problème à attirer des
jeunes dans notre industrie. Mais cela vaut dans la plupart des
domaines; si la paye est bonne, il ne sera pas difficile de trouver des
gens qui seront disposés à faire le travail. C’est un problème qui se
résout de lui-même. Il nous suffit de faciliter les transferts
intergénérationnels. Ces transferts se font naturellement dans
certaines régions où les revenus sont intéressants, mais afin de
rendre le secteur attrayant, nous devons nous assurer que les
revenus sont assez élevés pour les pêcheurs et les membres
d’équipage.
Mr. Leblanc: To build on what Mr. Sullivan said, when we did
our buyback we wanted to share equally amongst every harbour.
Everybody was paying the same so they had to gain the same. The
first effect was that there was less gear in the bottom, less
competition in certain areas, you could actually find certain rocks
where you could stay for a couple of days and not be
overwhelmed. Another point is that the catches actually went
up because there was less taken away from the pie. That
automatically makes it more attractive for new entrants. I think
we had two, three new entrants last spring that bought into our
fishery, and they were buying into what we are doing. They are
seeing a future.
M. Leblanc : Pour revenir sur ce que disait M. Sullivan,
lorsque nous avons racheté les permis, nous voulions répartir
les bénéfices de façon équitable entre tous les ports. Comme tout
le monde payait le même montant, tout le monde devait obtenir
les mêmes bénéfices. La première conséquence a été qu’il y avait
déjà beaucoup moins d’équipement de pêche sur le fond marin,
donc moins de concurrence dans certaines régions. Les pêcheurs
pouvaient, pour la première fois, pêcher au même endroit pendant
deux jours de suite sans se faire prendre d’assaut. Deuxième
conséquence, les prises ont augmenté car il y avait moins de
concurrence. Bien entendu, cela rend la chose beaucoup plus
attrayante pour les nouveaux pêcheurs. Je pense que nous avons
eu deux ou trois nouveaux pêcheurs l’année dernière, et ils
s’intéressaient à ce que nous faisions, car ils y voyaient un avenir.
30-11-2012
Pêches et océans
12:125
Mr. Connors: The new entrants are where I was coming from,
and I am going back to the owner-operator and the fleet
separation policies. It is very important that the licence be
connected to the operator, because that is the connection, if you
will, to the fish. When the fishermen are being paid for fishing the
fish, without getting the value of the fish in the water, it is not
going to sustain the industry. New entrants are not going to come
in for minimum wage jobs, running about for somebody else. You
have to look at the industry in British Columbia, the amount of
rent that they pay for fish to catch. It is the ownership of the fish
that is going to sustain these communities, which is why it is so
important. We have a whole package of policies — adjacency
policies, owner-operator, fleet separation — and they are all
designed to distribute the benefit of the fishery adjacent to the
province or to the shore where these communities are. They are
historic communities. They are a tourist attraction and it is
important that we maintain them. If we do away with the owneroperator and fleet separation policies, recognizing that the lobster
fisher right now is the mainstay of those communities, it would in
effect be like a relocation program. They would just dwindle away
within a generation.
M. Connors : Je posais ma question du point de vue des
nouveaux pêcheurs, et je souhaite revenir à la question des
propriétaires-exploitants et de la séparation de la flottille. Il est
important que les permis soient liés aux exploitants, car c’est
également un lien au poisson. Lorsque les pêcheurs sont payés
pour pêcher, sans aucun lien avec la valeur du poisson, cela n’est
pas soutenable. Les nouveaux pêcheurs ne vont certainement pas
se lancer dans ce travail pour un salaire minimum, ils ne vont pas
se démener pour le bénéfice d’autrui. Il suffit d’examiner le secteur
en Colombie-Britannique, le montant du loyer qu’il faut verser
pour pêcher le poisson. Mais c’est la propriété des poissons qui
soutient ces communautés, d’où l’importance des permis de
propriétaires-exploitants. Il y a toutes sortes de politiques —
politiques de contiguïté, des propriétaires-exploitants, de
séparation de la flottille — et elles visent toutes à distribuer les
bénéfices de la pêche aux provinces ou aux communautés côtières
adjacentes. Ce sont des communautés historiques. Elles
représentent une attraction touristique, et il vaut la peine de les
maintenir en vie. Si l’on abandonne ces politiques des
propriétaires-exploitants et de séparation de la flottille, étant
donné que les pêcheurs de homard font vivre ces communautés, il
faudrait alors relocaliser les habitants. Bref, dans l’espace d’à
peine une génération, elles finiraient par disparaître.
I want to make another point I made earlier. For the
Aboriginal community, the government bought licences and
bought quota so that they could build and sustain a better
economy. These rural communities have the same situation. In the
Aboriginal community, the individuals cannot sell the licences so
that they will stays in the community. We need that same kind of
support, and we keep working at this owner-operator, fleet
separation and adjacency policies to make sure that these
communities maintain the benefit. We have already lost so
much. Our members only have 1.5 per cent of the groundfish
quota down the eastern shore, and that was through corporate
concentration. When I was a kid, I saw big flood lights out there
just off my door. There are little hard lumps where we used to
catch codfish, levelled them, mud now, no fish there. Now, if the
fish ever come back, they have access to it because they
historically caught it. However, they destroyed it at the same time.
Je veux revenir sur quelque chose que j’ai dit plus tôt. Pour les
collectivités autochtones, le gouvernement a acheté des permis et
des quotas afin qu’elles puissent construire et maintenir une
économie plus robuste. Ces communautés rurales sont dans la
même situation. Dans les collectivités autochtones, les particuliers
ne peuvent pas vendre leurs permis, qui doivent rester dans la
communauté. Il nous faut le même genre de soutien, et c’est
pourquoi nous revenons toujours sur ces politiques de
propriétaires-exploitants, de séparation de la flottille et de
contiguïté, de façon que les communautés adjacentes bénéficient
de la pêche. Nous avons déjà perdu beaucoup dans ces
communautés. Nos membres n’ont que 1,5 p. 100 du quota de
poisson de fond de la côte Est, et ce, en raison de la concentration
des entreprises. Lorsque j’étais enfant, il y avait des éclairages de
nuit à nos portes. À l’époque, il y avait des protubérances où l’on
attrapait la morue, mais elles sont maintenant couvertes de boue
et on n’y trouve plus de poisson. Si le poisson devait revenir, nos
pêcheurs y auraient accès puisqu’ils ont toujours pêché le poisson.
Ils ont cependant tout détruit.
We are down to the lobster fishery now and some snow crab,
and the snow crab is not as protected from an owner-operator
point of view because it is a quota fishery. I can give you the
example of where that is going, it is half way there now. Those
small communities eventually are going to be paying rent to catch
that snow crab. When I started, I had 18 fishermen who wanted to
catch that snow crab. I am down to two now because they do not
make enough money after we pay the owner of the resource. That
is why it is important that the fishermen own the resource,
because it takes that to make a viable operation of catching it.
Nous en sommes réduits à la pêche au homard, et parfois le
crabe des neiges, mais le crabe des neiges n’est pas protégé du
point de vue du propriétaire-exploitant car il s’agit d’une pêche à
quota. Je peux vous dire l’objectif vers lequel nous nous dirigeons,
car nous sommes déjà à moitié chemin. Ces petites communautés
vont devoir payer un loyer pour pêcher le crabe des neiges. À mes
débuts, il y avait 18 pêcheurs qui souhaitaient pêcher le crabe des
neiges. Maintenant, il n’y en a plus que deux, car ce n’est pas
rentable une fois qu’on a payé le propriétaire de la ressource.
C’est pourquoi il est si important que les pêcheurs soient
propriétaires de la ressource, car c’est ce qui rend la pêche viable.
12:126
Fisheries and Oceans
Mr. Jenkins: In response to Senator Hubley’s question, in our
case, in 26A, with the 33 licences we bought up in the buyback, we
took 9,900 traps out of the water. The in-kind contribution from
the existing fishers was another 10,000 traps, pretty near a total of
20,000 traps out of the water. It is actually more attractive to our
new entrants and our young fishers now to get in than it was
before we started.
The Chair: That is a good point.
30-11-2012
M. Jenkins : En réponse à la question du sénateur Hubley,
dans notre cas, dans la zone 26A, nous avons racheté 33 permis et
retiré 9 900 casiers de l’eau. La contribution en nature des
pêcheurs était de 10 000 casiers supplémentaires, pour un total de
presque 20 000 casiers retirés des eaux. C’est maintenant
beaucoup plus intéressant pour les nouveaux pêcheurs et pour
les jeunes pêcheurs.
Le président : C’est un plus.
Senator McInnis: Perhaps I could just ask my questions all at
once and you can respond.
Le sénateur McInnis : Je vais vous poser toutes mes questions,
et vous pourrez y répondre en bloc.
What vehicle would you recommend be put in place that would
bring an end to the top-down policy announcements? What
consultative vehicle would you put in place? The Lobster Council
of Canada, I heard Mr. Leblanc say.
Quel système pensez-vous que nous devrions instaurer pour
mettre fin à ce système d’annonces politiques unilatéral venant
d’en haut? Quel genre de système consultatif devrait-on mettre en
place? M. Leblanc a proposé le Conseil du homard du Canada.
How will the free trade agreement with the U.K., now in the
EU, help your markets and pricing? The quality of lobsters, I keep
coming back to this, how well-equipped are the fishers and their
vessels currently? Is it a predominantly good thing? I heard earlier
today that it was a problem, particularly in certain parts of P.E.I.
Ensuite, comment l’accord de libre-échange avec le RoyaumeUni, et maintenant l’Union européenne, touchera-t-il vos marchés
et vos prix? Qu’en est-il pour la qualité du homard — j’y reviens
sans cesse — et l’équipement des pêcheurs et des navires? Est-ce
une bonne chose, dans l’ensemble? On a dit tout à l’heure que ce
serait problématique, particulièrement dans certaines régions de
l’Île-du-Prince-Édouard.
There is a matter, Mr. Connors, you raised in the last
paragraph of your brief. I simply want to say that it has been
raised here many times in the committee, and the Chairman has
asked me not to mention it again for a period of time, so I am not
going to get into that but suffice it to say, and you do not have to
respond, in fact, you are not to respond, but it is an issue that has
been brought before us.
Enfin, monsieur Connors, vous avez soulevé une question dans le
dernier paragraphe de votre mémoire. Je voulais tout simplement
dire que cette question a déjà été soulevée à maintes reprises au
comité, et le président m’avait d’ailleurs demandé de ne pas en
parler, donc je vais m’abstenir. Vous n’avez pas besoin d’y
répondre; en fait, je vous enjoins de ne pas y répondre. Il suffit de
dire que c’est une question qui a déjà été portée à notre attention.
I finally want to say this, Mr. Chairman and members of the
committee. Mr. Connors is a neighbour of mine from Sober
Island. Ladies and gentlemen, the Senate was put in place for a
sober second thought. It might be a good idea that we have a
meeting in Sober Island at some point.
Ce que je veux dire, monsieur le président et mesdames et
messieurs les membres du comité, c’est que M. Connors est l’un
de mes voisins sur l’île de Sober Island. Mesdames et messieurs, le
Sénat se veut un lieu de sober second thought, de second examen
objectif. Il serait donc intéressant de délibérer sur ce second
examen objectif à un moment donné.
Those are just some questions and I think the most important
one is how, on a consistent basis, there can be a vehicle put in
place so that you will not read about the policy in the newspaper?
Voilà certaines des questions que je voulais poser, la plus
importante étant comment nous pouvons mettre en place un
mécanisme de consultation permanente afin que vous n’appreniez
pas la mise en œuvre des nouvelles politiques dans les journaux?
The Chair: Senator McInnis is a rookie. He has only been here
for a few weeks, so he is still in training. The only reason I tell him
not to bring up something is because there is only so much you
can deal with at a time and, even today, we have crossed a few
lines here. What he is talking about, we were hoping to get to next
year, please God.
Le président : Le sénateur McInnis est un nouveau membre.
Comme il ne siège au comité que depuis quelques semaines, il est
encore en formation. Si je lui dis de ne pas soulever une question,
c’est tout simplement parce que notre temps est limité et, même
aujourd’hui, nous sommes déjà allés trop loin. Nous espérons
pouvoir nous pencher sur le sujet dont il parle l’année prochaine,
si Dieu le veut.
Mr. Leblanc: I have mentioned it to Ottawa in Moncton many
times. When we have discussions with DFO, industry meets with
DFO up to a certain level, and then when it gets to the ivory
tower, which is 200 Kent, the doors are shut. They come back and
they tell us after going through many levels and many desks, the
outcome. I mean it takes off from Antigonish, one desk, goes to
Moncton, five or six desks, goes to Ottawa, probably 50 or
M. Leblanc : J’en ai déjà parlé à Ottawa et à Moncton à
maintes reprises. Lorsque nous avons des discussions avec le
MPO, notre secteur consulte le ministère dans une certaine
mesure, puis le MPO se retire dans sa tour d’ivoire, située
au 200 rue Kent, et ferme les portes derrière lui. Ensuite, il émerge
et nous dit ce qu’il va faire après que maints bureaux ont été saisis
du dossier. Autrement dit, le dossier part d’Antigonish, est envoyé
30-11-2012
Pêches et océans
12:127
100 desks, and then we get the decision. There are actually too
many hands in the pot for the decision to be made, which to us is
mind boggling. Three or four guys sitting at the table in my house
with a cup of coffee can come up with something. It takes many
people to come out with a decision which is simply a yes or a no,
which to me is mind boggling. You have got to open the doors to
200 Kent.
à divers bureaux à Moncton, pour ensuite aboutir à Ottawa, où il
est remis encore à 50 ou 100 bureaux, après quoi on nous
communique la décision qui a été prise. Les décisions et les
dossiers sont soumis à trop grand nombre d’intermédiaires, ce qui
dépasse notre entendement. Trois ou quatre gars qui prennent un
café autour de ma table de cuisine pourraient faire mieux. C’est
incroyable le nombre de personnes qui doivent participer à une
décision qui requiert un simple oui ou non. Vous devez
absolument ouvrir les portes du 200 rue Kent.
When Minister Shea was there, to her credit, she was
accessible. We could talk to her when necessary. When I went
to Ottawa, I spent an hour and a half with her, talking about our
issues in our local area. We do not get that from all ministers. So
open the doors to 200 Kent, and when the decision is made, bring
the industry from step one to the decision at the end, and you will
do away with the top-down approach. Industry would be in at all
levels. In my opinion, that is what needs to change.
Lorsque la ministre Shea était là-bas, elle était accessible, ce qui
est tout à son honneur. Nous pouvions lui parler sur demande.
Lorsque je suis allé à Ottawa, elle m’a consacré une heure et demie
de son temps, et nous avons parlé de problèmes qui touchent ma
région. Mais ce n’est pas tous les ministres qui sont aussi
disponibles. Ouvrez donc les portes au 200 rue Kent, et lorsque
des décisions sont prises, faites-y participer l’industrie du début à
la fin. C’est ainsi que vous mettrez fin à cette approche
descendante. L’industrie devrait participer aux décisions à tous
les niveaux. C’est ce qui doit changer, à mon avis.
You talked about the free trade agreement. I was at the airport
with Peter MacKay when he made the announcement. To me, for
the fishery it is all positive. When you talk about 10 per cent to
20 per cent tariffs in Europe, if you eliminate that, that is a big
thing for the lobster industry or the shrimp industry. It is a big
ticket item.
Vous avez parlé de l’accord de libre-échange. J’étais à
l’aéroport avec Peter MacKay lorsqu’il a fait l’annonce. En ce
qui me concerne, pour les pêches, c’est une annonce très positive.
Lorsque l’on parle des droits de douane de 10 ou 20 p. 100 sur les
produits allant vers l’Europe, si on les éliminait, ce serait un
fameux coup de pouce pour les secteurs du homard et de la
crevette. Il est question ici de sommes importantes.
As far as quality practices, in our area, we went from a fishery
where people would take the lobster and fire it in the pan,
measure it at 15 knots and throw them overboard. Now, they take
them, put them in separate pipes and measure them individually.
We have also demanded that the fishery officer charge people who
do not do it according to the law, because you are supposed to
measure it as soon as it comes out of the trap. Putting it in a pan
was illegal. We told the fishery officers to go and charge them.
The whole thing has been wiped out. We are bringing A1 lobsters
to the wharf.
En ce qui concerne la qualité, dans notre région, nous sommes
passés à une pêche où les gens attrapaient du homard, les
jaugeaient à même le panier alors que le bateau se déplaçait à une
vitesse de 15 nœuds, et les rejetaient par-dessus bord. Maintenant,
nous mettons chaque homard dans des paniers différents et les
mesurons individuellement. Nous avons également demandé que
l’agent des pêches sanctionne les pêcheurs qui ne mesurent pas les
homards correctement, car on est censé mesurer les homards dès
qu’on les sort du casier. Il est illégal de les mettre dans un panier.
Nous avons donc demandé aux agents des pêches de mettre ces
gens à l’amende. Maintenant, tout le monde respecte la loi et nous
pêchons plus que du homard de qualité A1.
Mr. Sullivan: I still think that ideally they are the people who
would be doing the consultation. I would not want to remove
them from the equation and have somebody else and another
interface for it to get lost in translation. They already have the
policy. I referred earlier to the Atlantic fish policy review stuff.
They always put an emphasis on the consultation and grass roots
stuff so I think it is written. I think they should know how to do it.
I am not sure if it is budgetary cuts or if it is just that it is really
micro-managed from Ottawa more now. I think there should be
more decision-making power and policy setting in the regions. It
has to be consistent with the overarching DFO policy, but I think
the regions could have more influence because some of the policy
discussions that we are getting from DFO seem to be kind of
foreign. It is like we are talking different languages.
Newfoundland might get fed something that may work in a
fishery in B.C. or something or a model here. If the regions had
M. Sullivan : Je pense qu’idéalement, ce sont ces gens-là qui
participeraient aux consultations. Je ne voudrais certainement pas
les retirer de l’équation et les remplacer par des représentants, qui
ensuite perdraient certains éléments en cours de route. Il y a déjà
une politique. Tout à l’heure, j’ai parlé de la révision des politiques
des pêches dans l’Atlantique. On y mettait toujours l’accent sur la
consultation et sur les consultations à la base. Le ministère devrait
donc savoir comment s’y prendre. Je ne sais pas si c’est une question
de compressions budgétaires ou si on fait beaucoup plus de
microgestion à partir d’Ottawa maintenant, mais il me semble qu’on
devrait effectivement prendre davantage de décisions dans les
régions. Cela doit bien entendu cadrer avec la politique du MPO,
mais je pense que les régions pourraient et devraient avoir une plus
grande influence car certaines des discussions politiques qui ont lieu
au MPO semblent peu refléter la réalité. C’est comme si on parlait
deux langues différentes. Terre-Neuve se voit imposer des mesures
12:128
Fisheries and Oceans
30-11-2012
more influence, that would be helpful. We definitely want to be
discussing things with DFO and have science, management
policy, and all the people in DFO in the room when we are
discussing these things.
qui fonctionnent en Colombie-Britannique, ou un modèle qui
fonctionne là-bas. Si les régions avaient davantage d’influence, cela
ne pourrait qu’améliorer le processus. Il nous faut discuter des
divers dossiers avec le MPO et avoir des données scientifiques, des
politiques de gestion et des représentants des pêches dans ces
discussions.
As to the recent CIDA talks, not a lot of details have been
released, at least to the general public. The simplest answer is we
will be able to compete better on a lot of our fish products in
Europe. There are powerful economies and it is a huge market so it
should make us more competitive and be able to increase value.
There are some positives there but all the details remain to be seen.
En ce qui concerne les récentes discussions de l’ACDI, nous
n’avons pas reçu beaucoup de détails, du moins le public n’a pas
connu les détails. La réponse la plus simple, c’est de dire que nous
pourrons livrer concurrence aux Européens grâce à nos produits
de la pêche. Il y a des économies très puissantes en jeu et le marché
est très important, ce qui devrait nous permettre d’améliorer notre
compétitivité et la valeur de nos produits. Il y a donc des points
positifs, mais nous n’en connaissons pas encore les détails.
Senator McInnis: I am not suggesting there be another level of
bureaucracy or anything like that, but it seems what occurred here
today in a couple of instances, is that there have been councils,
there have been groups that have been abandoned. What kind of
permanency can we put in place so that the fishers have a constant
voice, a constant monitoring? Ministers will come and go.
Governments will come and go. So what can you put in place
that will be consistent and continuous in terms of that? You do
not have to think about it tonight but it would be important, I
think, for the committee, in the interest of all of you, to be able to
recommend something. That is why I raise it. I think it is
important because we hear it and I have heard it in my past on
numerous occasions. As I said earlier, you have not been
consulted but you will open up The Globe and Mail or you will
open up the newspaper and there it will be.
Le sénateur McInnis : Je ne propose pas que l’on mette en place
une énième couche de bureaucratie, mais il me semble que ce qui
s’est produit, c’est qu’il y a eu des tas de conseils et des groupes,
qui ont tous été abandonnés. Peut-on mettre en place un
mécanisme permanent de façon que les pêcheurs aient voix au
chapitre de façon continue? Les ministres vont et viennent, les
gouvernements vont et viennent. Que peut-on faire pour que les
pêcheurs soient toujours entendus de façon continue, peu importe
le gouvernement du jour? Vous n’avez pas besoin de me répondre
ce soir, mais je pense qu’il serait important pour le comité, mais
également pour vous, de nous recommander un mécanisme. C’est
pourquoi je soulève la question. J’en parle car on m’en a déjà
parlé à de nombreuses reprises dans ma circonscription. Comme
je le disais tout à l’heure, on ne vous consulte pas, puis, vous
apprenez la mise en œuvre de nouvelles politiques dans le Globe
and Mail ou le journal local.
Mr. Avery: I am going to answer all three questions as well
because everybody else has had the privilege.
M. Avery : Je vais répondre aux trois questions également, car
les autres ont tous eu la chance de le faire.
On policy announcements, the Prince Edward Island
Fishermen’s Association is the sole representative of fishermen
in P.E.I., all 1,300. We are one organization. We have not
got 40 like in some provinces and, basically, we have a hard time
getting information. I am going to give you a quick example.
Canfish, is your online licensing system. I made a trip to Moncton
to a meeting to find out information about Canfish. It is all new
to us. I can use computers as well as anybody. I should not say as
well as anybody, but I can get by with them, and I got some
information at that particular meeting. I have been asking the
people that are carrying this around to bring it to P.E.I. and I
have had no luck.
Pour ce qui est de l’annonce des politiques, la Prince Edward
Island Fishermen’s Association est le seul représentant des
1 300 pêcheurs à l’Île-du-Prince-Édouard. Nous ne sommes
qu’une organisation. Nous n’en avons pas 40 comme dans
certaines provinces et nous avons du mal à obtenir de
l’information. Je vais vous donner un exemple rapidement.
Canfish est le système de délivrance des permis en ligne. Je me
suis rendu à Moncton pour assister à une réunion et obtenir des
renseignements sur Canfish. C’est tout nouveau pour nous. Je
peux me servir d’un ordinateur aussi bien que n’importe qui. Je ne
devrais pas dire aussi bien que n’importe qui, mais je peux me
débrouiller et j’ai obtenu de l’information à cette réunion. J’ai
demandé aux responsables du système d’amener de l’information
à l’Île-du-Prince-Édouard, et je n’ai pas eu de chance jusqu’ici.
A week ago, I made another trip to Dartmouth to see an online
demonstration. I do not think I should have to drive to
Dartmouth. We have 1,300 fishermen in P.E.I. and I am trying
to learn about it, our manager is trying to learn about it. I figure
there is a real breakdown there. We have an organization and we
Il y a une semaine, je me suis rendu à Dartmouth pour assister
à une démonstration en ligne. Je ne pense pas que je devrais avoir
à conduire jusqu’à Dartmouth. Nous avons 1 300 pêcheurs à l’Îledu-Prince-Édouard et j’essaie d’en apprendre à ce sujet, notre
gérant essaie d’en apprendre à ce sujet aussi. Je crois qu’il y a un
30-11-2012
Pêches et océans
12:129
should be the one that gets the information from the top. We will
be sending you something on that to make sure you have it in
your report.
véritable problème ici. Nous avons une organisation et nous
devrions être de ceux qui reçoivent de l’information d’en haut.
Nous allons vous envoyer quelque chose là-dessus pour nous
assurer que vous l’incluez dans votre rapport.
Getting on to free trade, I am not a marketer of lobster. I am a
fisherman but I did dabble in it a bit, I spent about five years
operating my own fish mart and sending lobster all over Canada
and some to the United States. Any time you are lifting tariffs,
you are definitely going to enhance your prices. Hopefully, that
reflects back to the fishermen. I find every time you hear
something like this, it sounds like it is going to be wonderful, same
as the U.S. dollar, but the price does not reflect us. What happens
with the processors is they will come up with something different.
They will have another excuse where they are not making any
money, oil is up, the dollar is down. If the Canadian dollar went
down to 80 cents, it would be a wonderful world but then they
would find something else. I hope it is positive.
Pour ce qui est du libre-échange, je ne commercialise pas le
homard. Je suis un pêcheur, mais j’ai fait un petit peu de
commercialisation. J’ai passé environ cinq ans à exploiter mon
propre marché de poisson et j’ai envoyé du homard partout au
Canada et même aux États-Unis. Chaque fois que vous levez les
droits de douane, vous allez effectivement rehausser vos prix.
Idéalement, les pêcheurs en bénéficient. Je trouve que chaque fois
que l’on entend une annonce comme celle-ci, cela a l’air d’être
quelque chose de magnifique, tout comme le dollar américain,
mais le prix ne le reflète pas pour nous. Ce qui arrive avec les
transformateurs, c’est qu’ils trouvent toujours quelque chose de
différent. Ils auront toujours une autre excuse pour expliquer
pourquoi ils ne gagnent pas d’argent, que le prix du carburant est
à la hausse ou que le dollar est à la baisse. Si le dollar canadien
baissait à 80 cents, ce serait formidable, mais ils trouveraient autre
chose. J’espère que c’est positif.
I spent four days in your lovely province of Newfoundland
with the Fishery Council of Canada meetings. John Saxton was
highly respected and people know him from seafood.com, and he
talked about the tariffs being taken off and their dues taken off.
That is definitely really positive and I hope that helps their price
because it is a challenge.
J’ai passé quatre jours dans votre magnifique province de
Terre-Neuve pour les réunions du Conseil canadien des pêches.
John Saxton était hautement respecté et les gens le connaissaient
de seafood.com. Il a parlé du fait que les droits de douane avaient
été levés et que leurs cotisations avaient été retirées. C’est
effectivement quelque chose de très positif et j’espère que ce
sera une bonne chose pour leurs prix, car c’est un défi.
Quality is another real big issue where I fish. Starting around
May 1, April 30, we set our gear, very cold. In southwest Nova,
Senator McInnis knows what it is like down there, I am sure. I do
not know if you have ever been taken aboard fishing boats but I
have had ice in the ‘‘oar spores’’ of the boat. I did not have worry
about that coming on the end of June, the last couple of weeks,
but it has been warming up the last few years and we are
addressing those. We have got a couple of hundred thousand
dollars from government, and we are sharing it around to all our
fishermen on the insulated tanks, some are putting in water
circulating pumps.
La qualité est un autre gros enjeu dans la région où je pêche. À
partir du 1er mai environ ou du 30 avril, nous préparons notre
équipement. Il fait très froid. Dans le sud-ouest de la NouvelleÉcosse, le sénateur McInnis connaît bien le temps qu’il fait là-bas,
j’en suis certain. Je ne sais pas si vous avez déjà été à bord de
bateaux de pêche, mais j’ai déjà eu de la glace dans certains
endroits du bateau. Je n’avais pas à m’en soucier vers la fin juin,
pendant les deux dernières semaines, mais la température s’est
réchauffée au cours des dernières années et nous sommes en train
de régler le problème. Nous avons reçu quelques centaines de
milliers de dollars du gouvernement et nous partageons cette
somme avec tous les pêcheurs qui ont des citernes isolées, tandis
que certains installent des pompes de circulation d’eau.
Those are my answers to those three questions and I hope it is
helpful.
Voilà mes réponses à ces trois questions et j’espère qu’elles vous
seront utiles.
Mr. Leblanc: We have been asking DFO locally to hold
Southern Gulf Lobster Advisory Committee meetings more often.
We did our pre-assessment on MSC and one question was how
often do you consult as the Southern Gulf Lobster Advisory
Committee and, I think at the time, it was five years when the last
meeting was held. So you have an industry that is worth billions
of dollars and you are meeting only every five years. To us, that is
unacceptable. Now they want to go to a plan where we would
meet every three years or so. I am assuming within these three
years you are going to have bush fires that are going to turn into
forest fires because they are not addressed in a timely fashion.
M. Leblanc : Vous avez demandé au MPO, à l’échelle locale,
d’organiser plus souvent des réunions du Comité consultatif sur le
homard du sud du Golfe. Nous avons fait notre pré-évaluation du
MSC et l’une des questions était de savoir à quelle fréquence le
Comité consultatif sur le homard du sud du Golfe se réunit et, je
crois qu’à cette époque-là, cela faisait cinq ans que la dernière
réunion avait eu lieu. Vous avez donc une industrie qui vaut des
milliards de dollars et vous ne vous réunissez que tous les cinq
ans. À nos yeux, c’est inacceptable. Maintenant, le comité veut
adopter un plan en vertu duquel il se réunirait tous les trois ans
environ. J’imagine que vous allez avoir des feux de brousse qui
12:130
Fisheries and Oceans
30-11-2012
One suggestion to make to the minister would be that the lobster
advisory committee meet at least once a year. It is vital to our
industry.
vont se transformer en feux de forêt parce que vous ne serez pas
intervenus assez rapidement. Une suggestion à faire au ministre
serait que le Comité consultatif sur le homard se réunisse au
moins une fois par an. C’est vital pour notre industrie.
On accessing information from DFO, I asked to get John
Hannah’s report, it was an independent report on enforcement. We
were being cut back and I was wondering where it was coming
from. I was told it was going to be kept private and confidential.
They were not going to release it to industry. So how can we talk
about enforcement if we cannot have access to that study and see on
what basis they made their recommendation. As you see, many
changes have to happen within the department to apply openness
and transparency. In some cases, it is working, in most cases it
is not.
Pour ce qui est de l’accès à l’information du MPO, j’ai
demandé à obtenir le rapport de John Hannah. Il s’agissait d’un
rapport indépendant sur l’application. Nous faisions face à des
compressions et je voulais en connaître les raisons. On m’a dit que
l’information resterait confidentielle, qu’on n’allait pas la
divulguer à l’industrie. Comment peut-on parler d’application
de la loi si nous ne pouvons pas avoir accès à cette étude et voir les
motifs pour lesquels le ministère a fait sa recommandation?
Comme vous le voyez, bien des changements sont survenus au
sein du ministère en vue de faire preuve d’ouverture et de
transparence. Dans certains cas, cela fonctionne, mais dans la
plupart des cas, cela ne fonctionne pas.
Senator Unger: Thank you, panelists. It has been very
interesting listening to your comments. I have certainly learned
a lot. Someone from the last panel mentioned toward the end of
their presentation that the middleman is doubling and tripling
what he makes on the backs of the harvesters. I am just
wondering, why that is, why it is accepted and what can be done
about it if it is true? I assume it is.
Le sénateur Unger : Merci à nos témoins. J’ai trouvé vos
observations très intéressantes. J’ai certainement appris beaucoup.
Un témoin du groupe précédent a indiqué, vers la fin de son exposé,
que l’intermédiaire double et triple ce qu’il gagne aux dépens des
pêcheurs. Je me demande simplement pourquoi on accepte cela et ce
que l’on peut faire, si c’est vrai. J’imagine que ça l’est.
Mr. Sullivan: There have been comments recently by very
prominent processors and shippers saying the volumes are good.
Most people in the industry, the harvesters, seem to be the worst
off now. There is a lot of product moving, a lot of people in the
value chain, their margins stay the same or similar. If they have
got a little bit of extra volume to make up on a slightly lower
margin, they are still doing okay. For example, people on the
shore often work on a set commission. If that is 50 cents, it may
be decreased a little bit but it does not fluctuate in proportion to
the overall market. Proportionately, the harvester seems to get it
the worst.
M. Sullivan : Récemment, d’importants transformateurs et
expéditeurs ont indiqué que les volumes étaient bons. La plupart
des gens de l’industrie, les pêcheurs, semblent être les moins bien
lotis à l’heure actuelle. Il y a beaucoup de produits qui se transigent,
beaucoup de personnes dans la chaîne de valeur, et leurs marges
restent les mêmes ou à peu près. S’ils ont un petit peu plus de
volumes supplémentaires pour compenser leurs marges quelque peu
inférieures, ils s’en sortent toujours bien. Par exemple, à terre, les
gens travaillent souvent moyennant une commission fixe. S’il s’agit
de 50 cents — c’est peut-être un petit peu moins —, mais cette
commission ne fluctue pas en fonction du marché global.
Proportionnellement, le pêcheur semble être le plus frappé.
I am not in the business and I do not have detailed reports but
often people who are brokering are able to maintain the same
amount of money and similar margins as they would on cheap
product or more expensive product. Even retailers, a lot of the
times, are willing to sell slightly less product. For example, it has
been famous in the lobster industry in recent years for retailers to
get lower price product, maintain their prices higher, and just sell
a little bit less but the margins will be better. All that leads to
similar profits for a lot of people in the value chain, but the
harvester is still really coming out on the bottom end of it.
Je ne travaille pas dans ce domaine et je n’ai pas de rapports
détaillés, mais souvent les gens qui sont des courtiers sont
capables de maintenir les mêmes sommes d’argent et des marges
semblables, qu’il s’agisse d’un produit de qualité supérieure ou de
moins bon marché. Même les détaillants, bien souvent, sont prêts
à vendre un peu moins de produits. Par exemple, on sait que dans
l’industrie du homard, au cours des dernières années, les
détaillants obtiennent un produit à un prix inférieur,
maintiennent leurs prix élevés et ne font que vendre un petit
moins, mais leurs marges seront meilleures. Tout cela mène à des
profits semblables pour bien des gens dans la chaîne de valeur,
mais le pêcheur est vraiment toujours celui qui arrive en dernier.
As an industry talking about price setting, we would like to
look into fair sharing of the profits. Hopefully the lobster council
can do something that can address some of that stuff. We would
probably be here a couple of weeks if we wanted to get into all of
it, but that is, very briefly, what I can see that happens sometimes.
Alors que l’industrie est en train de parler d’établissement des
prix, nous aimerions examiner le partage équitable des profits.
Nous espérons que le conseil du homard pourra faire quelque
chose pour résoudre ce genre de problème. Nous serions
probablement encore ici dans deux semaines si nous voulions
entrer dans tous les détails, mais voilà, très brièvement, mon
compte rendu de la situation.
30-11-2012
Pêches et océans
12:131
Mr. Connors: If I remember Michael Gardner right, he blamed
a lot on competition. There are so many competing shippers that
it left that industry, the buyers, the international markets and the
retailers, in a place where they can be picked off and get reduced
prices. I suggest that the answer to that is organization. We really
have to get our processors, buyers and fishermen to solve our own
problem. We simply have to sit around the table and decide how
we can get the best price, how we can create a Canada brand, a
Canada industry. Right now you have American companies
setting right up in the harbours and buying directly from the boat.
That product is not going to China. You know where that
product is going to go.
M. Connors : Si je me souviens bien de ce que Michael Gardner
a dit, il a imputé une bonne partie du problème à la concurrence.
Il y a tellement d’expéditeurs qui se livrent concurrence que
l’industrie, les acheteurs, les marchés internationaux et les
détaillants se retrouvent dans une situation où ils peuvent
devenir des cibles et obtenir des prix réduits. Je crois que la
solution, c’est l’organisation. Il faut vraiment faire en sorte que
nos transformateurs, nos acheteurs et nos pêcheurs puissent
résoudre leurs propres problèmes. Il faut simplement s’asseoir
autour de la table et déterminer comment nous pouvons obtenir le
meilleur prix et créer une marque Canada, une industrie Canada.
À l’heure actuelle, vous avez des compagnies américaines qui
s’installent directement dans les ports et qui achètent directement
des bateaux. Le produit ne s’en va pas en Chine. Vous savez où il
s’en va.
If we want to get the most out of our industry and exploit
opportunities by diversifying international markets, we have to
have a Canada brand, we have to have a Canada industry, and we
have to organize ourselves. The government can help by
recognizing us, helping us organize and getting that message out
to industry that we are going to benefit from that.
Si nous voulons retirer le maximum de notre industrie et
profiter de toutes les occasions en diversifiant les marchés
internationaux, nous devons avoir une marque et une industrie
Canada et nous organiser nous-mêmes. Le gouvernement peut
nous aider en nous reconnaissant, en nous aidant à nous organiser
et en faisant savoir à l’industrie que nous allons en bénéficier.
In Southwest Nova, when they were asked to make those
changes to improve their quality, they asked can you guarantee
me I am going to make more? Well, if we make the right moves,
next year or the year after, we can say, yes, we can. This is what
happened here, this is what is happening there, this is the progress
we are making.
Dans le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse, lorsqu’on nous a
demandé d’apporter ces changements pour améliorer la qualité,
les pêcheurs nous ont demandé si nous pouvions leur garantir
qu’ils allaient gagner plus. Eh bien, si nous prenons les bonnes
décisions, l’an prochain ou l’année suivante, nous pourrons dire
que oui, c’est possible. Voilà ce qui s’est passé ici, voilà ce qui se
passe là-bas et voilà les progrès que nous sommes en train de
réaliser.
Drawing things to a conclusion, we can command the market,
if you will. That is where I see it going. I am an idealist, I grant
you that. That is what I am working towards and I think that is
the answer, if we can achieve it. I know there are a lot of other
people in the industry, I talk to them everyday, who understand
that and are working towards that too. At a certain point,
everybody is going to have to come on board. I am convinced that
that will not only solve our problem, it will solve the government’s
problem as well. If they can help us solve our problem, it will
solve their problem. When the government was in a spot, the way
we got out of it was by creating a circumstance where everybody
got the most of what they wanted, and we recommended that to
government and they simply enforced it when it came right down
to it. Nobody got everything they wanted. That is the kind of
solution I see and that is what I am working toward.
Pour conclure, je dirais que nous pouvons commander le
marché, si je puis dire. C’est ainsi que je vois les choses évoluer. Je
suis un idéaliste, je vous l’accorde. Je travaille à l’atteinte de cet
objectif et je crois que c’est la solution, si nous y arrivons. Je sais
qu’il y a de nombreuses autres personnes dans l’industrie — je
leur parle tous les jours — qui comprennent et qui travaillent pour
atteindre cet objectif également. À un moment donné, tout le
monde va devoir se rallier à cette cause. Je suis convaincu que cela
permettra non seulement de résoudre nos problèmes, mais aussi
de résoudre les problèmes du gouvernement du même coup. S’ils
peuvent nous aider à résoudre notre problème, cela résoudra le
leur. Lorsque le gouvernement était en mauvaise posture, nous
nous en sommes sortis en créant des conditions où tout le monde
pouvait retirer le maximum de ce qu’il voulait. Nous avons
recommandé au gouvernement de prendre cette mesure, mais il
s’est contenté de l’appliquer le moment venu. Personne n’a eu tout
ce qu’il avait demandé. C’est le genre de solution que j’envisage et
c’est ce vers quoi je travaille.
Mr. Leblanc: I can tell you as Chairman of the Lobster Council
of Canada, I thought I knew how lobsters were being sold until
I became chairman. I knew the harvesting part quite well,
conservation and what have you, dealing with DFO, but I
found out very quickly that I knew very little about marketing.
I made assumptions that, after talking to buyers, were not quite
accurate. To say that the middleman is making three times, I
M. Leblanc : Je peux vous dire, en tant que président du
Conseil canadien du homard, que je croyais savoir comment les
homards étaient vendus jusqu’à ce que je devienne président. Je
connaissais la partie de la pêche assez bien, la conservation et tout
le reste, puisque je traitais avec le MPO, mais je me suis aperçu
très rapidement que je ne connaissais que très peu de choses sur la
commercialisation. Je faisais des suppositions qui, une fois que
12:132
Fisheries and Oceans
30-11-2012
think there are many middlemen making 50, 60, 70 cents each,
and that is why every time it changes hands, the price escalates
before it gets to China. I think that is what is happening.
j’avais parlé aux acheteurs, n’étaient pas aussi justes que je le
pensais. Quand on dit que l’intermédiaire gagne trois fois plus, je
crois qu’il y a beaucoup d’intermédiaires qui gagnent 50, 60
ou 70 cents chacun, et c’est pour cette raison que chaque fois que
le homard change de mains, son prix augmente avant d’arriver en
Chine. Je crois que c’est ce qui se passe.
What I would suggest is that maybe the Senate or standing
committee can do an actual study of how the marketing is done
when it leaves the fishermen and how many hands it actually goes
through. It would be an interesting exercise, and it would be
helpful for harvesters because then you could circulate it back to
us and educate us. I think there is some misconception as to what
is actually happening. I am not defending buyers; they are quite
qualified to do that by themselves. I am, first of all, a harvester,
but I think the exercise would be very useful to establish exactly
what is happening and when it is happening because I think a
great deal of things are being said that are not quite accurate.
Some are but not all.
Ce que je suggérerais, c’est que peut-être le Sénat ou le comité
permanent fasse une étude pour voir comment se passe la
commercialisation quand le homard quitte le pêcheur et
déterminer combien il y a d’intermédiaires. Ce serait un exercice
intéressant qui serait utile pour les pêcheurs, car vous pourriez
ensuite leur transmettre l’information pour les éduquer. Je crois
qu’il y a certaines idées fausses qui circulent sur ce qui se passe
réellement. Je ne défends pas les acheteurs. Ils sont suffisamment
qualifiés pour le faire eux-mêmes. Je suis d’abord et avant tout un
pêcheur, mais je crois que l’exercice serait très utile pour savoir
exactement ce qui se passe et quand cela se passe, car je crois
qu’un flot considérable d’informations qui circulent sont
erronées. Certaines, mais pas toutes.
Mr. Avery: I would just like to touch a little bit on the carapace
size before this session is over.
M. Avery : J’aimerais vous toucher quelques mots de la taille et
de la carapace avant la fin de la réunion.
I know a gentleman from Quebec earlier was quite upset
because he felt everybody should go up in carapace size. Well, in
my area, we have done lots of measures. We went from 68 to
72 millimetres and we put escape mechanisms on our traps. Every
time we turn around it is costing money.
Un peu plus tôt, un des messieurs du Québec s’est dit
mécontent à ce sujet; il était d’avis que tout le monde devrait
pêcher des homards plus gros. Dans ma région, nous avons pris
de nombreuses mesures. Nous sommes passés de 68 à
72 millimètres et avons ajouté un dispositif d’évasion à nos
casiers. Mais chacune de ces mesures entraîne des frais.
I was doing the math here a minute ago, and I fished 47 days
last year. In southwest Nova Scotia, they fish six months of the
year. They talked a little bit about trying to cut down the catch
this year and they are getting rave reviews for it, but they have not
actually done anything to hurt their bottom line. We have already
taken a lot of measures that cost money. My catch in 2012 was the
biggest in my history. I have been fishing with my own licence for
30 years and I ran the gear with my father for five years before
that, and that was the highest historical catch I have had in
30 years. So when I go back to my fishermen they are going to tell
me, if it ain’t broke, why fix it.
J’ai fait le calcul il y a un moment, et j’ai pêché 47 jours l’an
dernier. Dans le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse, on pêche six mois
par année. On y a évoqué la possibilité de réduire le nombre de
prises cette année, ce qui a été applaudi, mais ces pêcheurs n’ont rien
fait qui ait réduit leur profit. Nous avons déjà pris de nombreuses
mesures qui ont entraîné des frais. En 2012, j’ai fait le plus grand
nombre de prises de toute ma vie. Je suis détenteur de mon propre
permis de pêche depuis 30 ans et, pendant les cinq années
précédentes, je pêchais avec mon père. Cette année, j’ai fait plus
de prises que jamais auparavant en 30 ans. Alors, les pêcheurs que je
représente me diront que le mieux est l’ennemi du bien.
If you look at different Quebec areas, your backyard
fishermen, they had subsidies to help them in their fishery. We
have never gotten anything like that. We have got a little bit of
money for quality stuff like I talked about a little while ago.
Maybe that is right, maybe it is wrong, I do not know, I do not
fish in Quebec. Different areas have different structures and I just
wanted to touch on it a little bit. The reason I am going back to
that now, I do not know how much longer we are going to be
here, is that I wanted to make sure that it was in the transcripts
that I defended my fishermen on the carapace size.
Dans différentes régions du Québec, les pêcheurs ont reçu de
l’aide sous forme de subventions. Nous n’avons jamais rien reçu
de semblable. Nous avons un peu d’argent pour l’assurance de la
qualité, dont j’ai fait mention un peu plus tôt. Je ne sais pas si c’est
bien ou si c’est mal, car je ne pêche pas au Québec. Les structures
diffèrent selon la région. Je voulais simplement vous le signaler. Je
pense que la réunion s’achève et je voulais m’assurer que l’on
puisse lire dans le compte rendu que j’ai défendu les pêcheurs que
je représente au sujet de la taille des carapaces.
I know there are lots of good points and people want to go up,
but in the area I fish in, area 24, that is who I am speaking for
today, and I think I can speak for all of Prince Edward Island,
that we do not want to change things when it comes to carapace.
Je sais que des gens voudraient qu’on pêche des homards plus
gros et que cela présente bien des avantages, mais là où je pêche,
dans la zone 24 que je représente aujourd’hui, mais aussi, je crois,
dans toute l’Île-du-Prince-Édouard, nous ne voulons pas de
30-11-2012
Pêches et océans
12:133
We will do other measures, we have taken other measures, trap
reductions, we have done all kinds of different measures over
P.E.I. and we would like to stick to the carapace 72 millimetres.
changement concernant la taille de la carapace. Nous sommes
prêts à prendre d’autres mesures, et nous en avons d’ailleurs déjà
pris; nous avons réduit la taille des casiers et pris d’autres mesures
à l’échelle de l’île, et nous préférons maintenir la taille actuelle,
soit 72 millimètres.
The Chair: I want to thank you for your patience, as we are
running a bit late. It certainly has been a very interesting day. We
have heard lots and look forward to hearing more tomorrow.
Le président : Je vous remercie de votre patience, car nous
avons un peu de retard. La journée a été très intéressante. Nous
avons entendu de nombreux témoignages et nous sommes
impatients d’en entendre d’autres demain.
(The committee adjourned.)
(La séance est levée.)
MONCTON, Friday, November 30, 2012
MONCTON, le vendredi 30 novembre 2012
The Standing Senate Committee on Fisheries and Oceans met
this day at 9:05 a.m. to study the lobster fishery in Atlantic
Canada and Quebec.
Le Comité sénatorial permanent des pêches et des océans se
réunit aujourd’hui, à 9 h 5, pour étudier la pêche au homard au
Canada atlantique et au Québec.
Senator Fabian Manning (Chair) in the chair.
[English]
Le sénateur Fabian Manning (président) occupe le fauteuil.
[Traduction]
The Chair: I am pleased to welcome you to this meeting of the
Standing Senate Committee on Fisheries and Oceans. My name is
Fabian Manning. I am a senator from Newfoundland and
Labrador and I am the chair of this committee.
Le président : Je suis heureux de vous souhaiter la bienvenue à
cette réunion du Comité sénatorial permanent des pêches et des
océans. Je m’appelle Fabian Manning. Je suis sénateur de TerreNeuve-et-Labrador et j’assure la présidence du comité.
Before I give the floor to our witnesses, I would ask the
senators who are joining me here this morning to would introduce
themselves to our witnesses.
Avant de laisser la parole à nos témoins, j’aimerais demander
aux sénateurs qui sont avec nous ce matin de se présenter à nos
témoins.
Senator McInnis: Senator Tom McInnis, Nova Scotia.
Senator Unger: Senator Betty Unger, Edmonton, Alberta.
Senator Harb: Mac Harb, Ontario.
Le sénateur McInnis : Sénateur Tom McInnis, Nouvelle-Écosse.
Le sénateur Unger : Le sénateur Betty Unger, Edmonton,
Alberta.
Le sénateur Harb : Mac Harb, Ontario.
Senator Hubley: Senator Elizabeth Hubley, Prince Edward
Island.
Le sénateur Hubley : Le sénateur Elizabeth Hubley, Île-duPrince-Édouard.
Senator Poirier: Senator Rose-May Poirier, Saint-Louis-deKent, New Brunswick.
Le sénateur Poirier : Le sénateur Rose-May Poirier, SaintLouis-de-Kent, Nouveau-Brunswick.
The Chair: I take this opportunity to remind members of the
committee, our witnesses and the general public that there are
simultaneous interpretation services, so feel free to speak
whatever language you are most comfortable in.
Le président : Je profite de l’occasion pour rappeler aux
membres du comité, à nos témoins et au public que nous offrons
des services d’interprétation simultanée, par conséquent n’hésitez
pas à vous exprimer dans la langue dans laquelle vous êtes le plus
à l’aise.
Our committee is continuing its study of the lobster fishery in
Atlantic Canada and Quebec. The committee has heard from
provincial fisheries departments and harvesters yesterday, and we
are looking forward today to hearing from lobster shippers,
buyers and processors.
Notre comité poursuit son étude sur la pêche au homard au
Canada atlantique et au Québec. Hier, le comité a entendu des
représentants des ministères des Pêches provinciaux et des
pêcheurs, et nous nous réjouissons aujourd’hui, d’entendre les
témoignages d’expéditeurs, d’acheteurs et de transformateurs.
On behalf of the members of the committee I thank you for
being here and joining us today. I would ask now that you
introduce yourselves. I understand you have some opening
remarks, and we look forward to asking you questions and
engaging in some conversation.
Au nom des membres du comité, je vous remercie de vous
joindre à nous aujourd’hui. Je vous demanderais de vous
présenter. Je pense que vous avez des déclarations préliminaires,
et nous avons hâte de vous poser des questions et d’entamer la
conversation.
12:134
Fisheries and Oceans
30-11-2012
We had a great day yesterday. We learned very much about
this industry, the great opportunities that are here and the serious
challenges that it faces. We are hoping over the next few months
to be able to assist in whatever way we can, but today we look
forward to hearing from you. The floor is yours.
Nous avons eu une excellente journée hier. Nous avons appris
beaucoup de choses sur cette industrie, les merveilleuses
possibilités qui existent et les sérieux défis auxquels elle doit
faire face. Nous espérons au cours des prochains mois d’être en
mesure d’aider le plus possible, mais aujourd’hui, nous sommes là
pour vous entendre. La parole est à vous.
Marc Surette, Executive Director, Nova Scotia Fishpackers
Association: Good morning. I am Marc Surette from the Nova
Scotia Fishpackers Association
Marc Surette, directeur général, Nova Scotia Fishpackers
Association : Bonjour. Je m’appelle Marc Surette de la Nova
Scotia Fishpackers Association.
I left Halifax with an education and some life experience under
my belt and returned to Yarmouth with visions of getting
involved in the lobster business. What better for a budding
accountant than the glitz, glamour and excitement of being part
of the richest fishery in Canada, LFA 34 lobster. That was 1997.
J’ai quitté Halifax avec une éducation et un peu d’expérience
sous le toupet avant de rentrer à Yarmouth avec l’espoir de
participer à l’industrie de la pêche au homard. Quoi de mieux
pour un comptable en herbe que le clinquant, le prestige et
l’excitation de faire partie de la pêche la plus riche au Canada,
c’est-à-dire dans la ZPH 34. C’était en 1997.
If I had the same decision to make today I would do it in a
heartbeat. Regretfully few if any of my peers would view it in the
same way they would have 15 years ago and who could blame
them.
Si je devais prendre la même décision aujourd’hui, je le ferais
sans hésiter. Malheureusement, peu de mes homologues
percevraient cette pêche de la même façon qu’il y a 15 ans et on
ne pourrait pas les blâmer.
Catches today are nearly double what they were, yet the landed
value is only up modestly. Costs are skyrocketing, margins are
evaporating, and for the first time the best lobster in the world is
questioning if it can still legitimately claim that moniker. Yet it
remains the staple of the economy for my town and countless
others throughout Nova Scotia.
De nos jours, les prises ont presque doublé par rapport à ce
qu’elles étaient, néanmoins la valeur au débarquement n’a
augmenté que modestement. Les coûts montent en flèche, les
marges de profits s’élaborent et pour la première fois le meilleur
homard au monde se demande s’il peut toujours réclamer
légitimement ce sobriquet. En dépit de tout cela, cette pêche
demeure le moteur de l’économie de ma ville et de bon nombre
d’autres collectivités de la Nouvelle-Écosse.
As Executive Director of the Nova Scotia Fishpackers
Association, I represent over 60 small and medium size
companies that cover the gamut of Nova Scotia seafood. About
a third of those members are lobster buyers, dealers and shippers.
Some have been in it for decades. Others use it to offset the
collapse and moratoriums in the ground fishery. But the common
denominator is that they are community-based companies that
offer employment to hundreds of families all around them. In
many cases these are family businesses with three generations
working side by side, more common than you would think.
En tant que directeur exécutif de la Nova Scotia Fishpackers
Association, je représente plus de 60 petites et moyennes
entreprises œuvrant dans tous les secteurs d’activité des produits
de la mer de la Nouvelle-Écosse. Environ un tiers des membres
sont des acheteurs, des négociants et des expéditeurs de homard.
Certains sont dans cette industrie depuis des décennies. D’autres y
ont eu recours pour compenser l’effondrement des pêches de
poissons de fond et les moratoires qui ont été imposés. Mais le
dénominateur commun, c’est que ce sont des entreprises axées sur
la collectivité qui offrent de l’emploi à des centaines de familles
avoisinantes. Dans bien des cas, ce sont des entreprises familiales
où on retrouve trois générations qui travaillent côte à côte, ce qui
est plus courant qu’on ne le pense.
I learned the lobster industry inside two family enterprises that
did just that. To this day I feel honoured and privileged to have
been given those opportunities to see how to be successful and in
these times just survive. What you can learn from gentlemen who
started in this industry at the tail end of the Great Depression
make the parchments and papers that hang in my den seem
worthless.
J’ai appris la pêche au homard en travaillant pour deux
entreprises familiales qui s’adonnaient à cette pêche. Jusqu’à
aujourd’hui, je me sens honoré et privilégié d’avoir pu profiter de
ces occasions pour apprendre à réussir et ces temps-ci à tout
simplement survivre. Ce que l’on peut apprendre des hommes qui
ont commencé à travailler dans cette industrie à la fin de la grande
dépression semble rendre les parchemins et les documents
accrochés dans mon bureau sans valeur.
As we move into the 2012-13 lobster season in Southwest
Nova, people are worried, anxious and scared. This is not limited
to the harvesting sector but to the buying side of the equation as
Au fur et à mesure que nous arrivons à la saison de pêche au
homard 2012-2013 dans le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse, les
gens sont préoccupés, anxieux et effrayés. Et cela ne se limite pas
30-11-2012
Pêches et océans
12:135
well. I have members who have decided that they would not
participate this year. There is only so much that you can bear
before you realize that the profits are no longer there.
au secteur de la pêche mais également au volet acheteur. Il y a des
membres de mon association qui ont décidé de ne pas participer
cette année. Il y a des limites à ce que l’on peut endurer avant de
se rendre compte que les profits ne sont plus au rendez-vous.
Some members have refused to take on new boats, new supply.
Others have gone as far as turning away loyal fishermen simply
because they cannot handle the volume profitably. Others keep
going status quo, admitting that they too are only going to be able
to handle this for so long before they will have to make drastic
changes to their business models.
Certains membres ont refusé d’acheter de nouveaux bateaux ou
du nouvel équipement. D’autres sont allés aussi loin que de
refuser des pêcheurs loyaux tout simplement parce qu’ils ne
pouvaient plus traiter le volume de homards offert tout en
demeurant rentables. D’autres maintiennent le statu quo, tout en
admettant qu’ils ne pourront également continuer de faire face à
cette situation qu’à court terme avant qu’ils ne soient obligés
d’apporter des changements draconiens à leurs modèles d’affaires.
With the strengthening Canadian dollar the industry has
watched a large portion of their advantage in profit disappear.
Add to that record and near-record landings over the past number
of seasons and the supply is at an all-time high. Coupled with
sluggish economies in the EU and United States we are seeing the
demand shrink. China, along with other Asian markets, has been
the bright spot.
En raison de la valeur croissante du dollar canadien, l’industrie
a vu une grande part de ses avantages financiers disparaître. Il
faut aussi ajouter à cela les débarquements record ou presque au
cours des dernières saisons, pour constater que l’offre atteint des
sommets sans précédent. Par ailleurs, le ralentissement
économique en Union européenne et aux États-Unis font en
sorte que la demande diminue. La Chine, ainsi que d’autres
marchés asiatiques, ont été les seules lueurs d’espoir.
Through tremendous efforts from the industry, with the
support of provincial and federal governments, the lobster
sector has been able to find a spot to expand while the
traditional markets shrink. But with a new market comes
competition, not from outside but from within.
Grâce aux importants efforts de l’industrie, avec le soutien des
gouvernements provinciaux et fédéral, le secteur du homard a été
en mesure de trouver un marché en expansion pendant que ces
marchés traditionnels s’atrophient. Mais avec les nouveaux
marchés viennent la concurrence, et non pas de l’extérieur mais
de l’intérieur.
As with any industry once a market is found people want to
jump on the bandwagon. The wagon is usually loaded with people
who are new to the industry and have little to no experience in
running successful enterprises. They see fast money and little risk.
They work on bargain basement prices and suck the value out of
the market. It happens all the time in this industry. People jump on,
lose a bundle, shut down and leave many in the industry holding the
bag with millions in unpaid invoices. They do not make investments
in plants and holding facilities. They do not employ people in the
communities where the lobsters come ashore.
Comme pour toute industrie, une fois que l’on trouve un
débouché, les gens veulent tous en profiter. Par conséquent,
l’industrie est submergée de néophytes qui n’ont pratiquement pas
d’expérience dans l’administration d’une entreprise fructueuse. Ils
pensent faire de l’argent rapidement avec peu de risque. Ils
acceptent de brader les prix; ce qui réduit la valeur du produit
dans le marché. Cela arrive constamment dans notre industrie.
Les gens entrent dans la ronde, perdent une fortune, plient bagage
et laissent bon nombre de joueurs les mains vides en raison des
millions de dollars de factures impayées. Ils n’investissent pas
dans des usines ni dans des viviers. Ils n’embauchent personne
dans les collectivités où les homards sont débarqués.
As the adage goes, their office is a phone booth and their
overhead is a light bulb in the box of their truck: no investment,
no long term strategy, no consequences. Within months they
re-establish as a new name on the same truck. They are a problem,
a huge problem. They will always be willing to pay a dime or a
quarter more than the well-established buyers are. They
artificially inflate shore prices without facing the repercussions.
When times are as tough as they have been people will jump for
the extra money, but few understand what damage that causes.
Comme on le dit si bien, leur bureau est une cabine
téléphonique et leurs frais généraux servent à l’achat d’une
ampoule pour l’arrière de leur camion : aucun investissement,
aucune stratégie à long terme et aucune conséquence. En l’espace
de quelques mois, ils prennent leurs activités en affichant un
nouveau nom sur le même camion. Ils constituent un problème,
un immense problème. Ils sont toujours prêts à payer 10 ou
25 cents de plus que les acheteurs bien établis. Et ils gonflent
artificiellement les prix au débarquement sans faire face aux
répercussions. Lorsque les temps sont durs comme ce que nous
connaissons actuellement, les gens vont sauter pour quelques sous
de plus, mais ils sont peu nombreux à comprendre les dommages
que cela occasionne.
12:136
Fisheries and Oceans
30-11-2012
It is difficult from the industry level to do anything to stop this
behaviour. It becomes a cost of doing business, a cost we certainly
can do without. But as an industry we do not have the
organizational structure to come together to push to have this
cycle stopped. This is where government can truly effect positive
change in this industry.
Il est difficile, du point de vue de l’industrie, de faire quoi que
ce soit pour arrêter ce genre d’activités. Cela s’ajoute au coût lié à
l’exploitation de l’entreprise, un coût dont on pourrait très
certainement se passer. Mais, en tant qu’industrie, nous ne
disposons pas de la structure organisationnelle pour nous réunir
afin de faire des pressions pour mettre un terme à ce cercle
vicieux. C’est là que le gouvernement peut réellement apporter des
changements positifs dans notre industrie.
As is happening in the harvester sector mandatory dues and
membership to an industry association is the beginning to
organization. As you can appreciate businesses have differing
business plans. They do not always want to brag about how tough
things really are. As I have learned in my position it is my job to
convey the real and damaging effects that are being felt
throughout the industry. But without mandatory membership
only a small fraction come to the table and contribute to having
someone take their plight to the public to air their concerns to
government departments. The rest ride the coattails, free riders.
Eventually the voice will become too small to be heard. That is
what my members hope you can help them avoid.
Comme on peut le voir dans le secteur des pêcheurs, le fait de
payer des cotisations et des droits d’adhésion à une association de
l’industrie permet à cette industrie de commencer à s’organiser.
Comme vous le savez, les entreprises ont différents plans
d’affaires. Les propriétaires ne veulent pas toujours se vanter
des énormes problèmes auxquels ils font face. Mais j’ai appris en
occupant ce poste que mon travail consiste à présenter les
véritables effets dommageables qui sont ressentis dans l’ensemble
de l’industrie. Mais sans adhésion obligatoire, seuls quelques-uns
viennent à la table de discussion et contribuent pour que
quelqu’un fasse valoir son point de vue au public et présente ses
préoccupations aux ministères gouvernementaux. Les autres sont
des profiteurs. Éventuellement, notre voix deviendra trop faible
pour être entendue. C’est ce que les membres espèrent que vous
nous aiderez à éviter.
Self-rationalization will work. The strong will survive; the
weak will leave. Until we get a commitment to stop allowing
everyone entry, stop propping up poor business models and poor
choices, this cannot happen. With strong, well-managed
companies on the shore buying and paying for lobsters this
industry can survive. If we continue to allow people entrance who
take value from the industry while leaving a trail of unpaid bills
with no assets backing their credits the industry will not be able to
strengthen.
L’autorationalisation va fonctionner. Les plus forts vont
survivre et les plus faibles quitteront l’industrie. Jusqu’à ce que
nous ayons un engagement pour empêcher quiconque d’entrer
dans cette industrie, que l’on arrête de soutenir de mauvais
modèles d’affaires et de mauvais choix, cela ne se produira pas.
Grâce à des entreprises solides et bien gérées à quai pour acheter
et payer des homards notre industrie peut survivre. Si nous
continuons de permettre à n’importe qui de s’adonner à ce
commerce et de saper la valeur de l’industrie tout en laissant dans
leur sillage des factures non payées sans actifs pour rembourser
leurs dettes, l’industrie ne pourra pas se renforcer.
In this regard you can recommend following what has been
spelled out in countless studies: support good business with sound
ideas while letting the remora starve.
À cet égard, vous pouvez recommander ce qui a été décrit dans
de nombreuses études : soutenir de bonnes entreprises ayant de
bonnes idées tout en laissant disparaître les parasites.
Legislated limitations to access without a proven track record
in community investment, jobs without government propping, is
key. Everyone seems to want capitalistic approaches. Let us have
some capitalistic reality as we achieve it.
Il est essentiel de légiférer l’accès à l’industrie pour ceux qui n’ont
pas un bilan incontestable en ce qui touche l’investissement dans
leur collectivité et la création d’emplois sans aide gouvernementale.
Tout le monde semble vouloir adopter une approche capitaliste.
Pour ce faire, il faut avoir une attitude réaliste.
Fleet separation and owner operator policy must be revisited.
Under the current structure we are headed for a two-tier
arrangement that allows vertical integration for harvesters while
making it illegal for buyers and dealers to do the same. The fear of
big corporations buying up the fishery is an illusion.
Il faut revoir la politique de la séparation des flottilles et du
propriétaire exploitant. Aux termes de la structure actuelle, nous
nous dirigeons vers un arrangement à deux niveaux qui permet
l’intégration verticale pour les pêcheurs, mais l’interdit aux
acheteurs et aux négociants. Les craintes voulant que de
grandes sociétés achètent les pêches ne sont qu’une illusion.
As we hear repeatedly harvesters are having a difficult time
making ends meet. Why would people think that corporations are
going to want to take on that? The majority of the companies
involved in trust agreements are small community-based
businesses. They provide the opportunity for harvesters to enter
Comme on l’entend dire constamment, les pêcheurs ont de la
difficulté à joindre les deux bouts. Pourquoi alors penser que de
grandes entreprises voudraient se lancer dans cette activité? La
grande majorité des entreprises ayant des accords de fiducie sont
des entreprises axées sur la collectivité. Elles permettent à des
30-11-2012
Pêches et océans
12:137
the fishery who would otherwise be excluded if forced to use
traditional means of financing. They use these arrangements to
put local fishermen on the water which in turn creates shore based
jobs for others in their community. What is the difference between
a shore buyer with a couple of trust agreements and a harvester
who owns two or three vessels and a holding facility? Perhaps
someone could enlighten us because we do not see it.
pêcheurs d’entrer dans le secteur de la pêche et qui, s’ils avaient
été obligés d’avoir recours à des moyens de financement
traditionnel, n’auraient pas pu y entrer. Ils ont recours à ce
genre d’accord pour permettre à des pêcheurs locaux de s’adonner
à la pêche, ce qui permet en retour de créer davantage d’emplois à
quai pour d’autres personnes dans leur collectivité. Quelle est la
différence entre un acheteur à quai ayant conclu quelques accords
de fiducie et un pêcheur propriétaire de deux ou trois bateaux et
d’un vivier? Peut-être que quelqu’un pourrait nous éclairer parce
que nous n’en voyons aucune.
The elimination of trust agreements will be another stumbling
block for an industry that is already under enormous pressure.
Allowing for current arrangements to be left as is and moving
forward with consultative change is the least my members can
accept. We ask that you support the negotiations regarding
CETA and other trade agreements. Eliminating and reducing
tariff on lobster products will put more money into the Canadian
industry for harvesters through to processors.
L’élimination des accords de fiducie constituera un autre obstacle
pour une industrie qui subit déjà d’énormes pressions. Il ne faut pas
toucher aux accords actuels et apporter des changements à la suite
de consultations, c’est un minimum que peuvent accepter mes
membres. Nous vous demandons de soutenir les négociations
concernant l’accord économique et commercial global et d’autres
accords commerciaux. L’élimination et la réduction des tarifs sur les
produits du homard permettront à cette industrie canadienne de
générer davantage de revenus pour tous les intervenants allant des
pêcheurs aux transformateurs.
This is what governments are expected to do. We are not
asking for intervention but for support. Allow what is a
component of a global machine to do its job, not mask it. Just
support our rural communities and the economies they strive to
keep above board. With support on trade policies our industry
could become more competitive.
C’est ce qu’on attend de la part des gouvernements. Nous ne
leur demandons pas d’intervenir mais d’offrir leur appui. Qu’ils
permettent à un des engrenages d’une machine mondiale de faire
son travail et non pas de le masquer. Il vous suffit de soutenir les
collectivités rurales et les économies qu’elles tentent de maintenir
à flot. Grâce à un appui concernant les politiques commerciales,
notre industrie pourrait devenir plus compétitive.
The Lobster Council of Canada is an initiative that is
addressing the broad-based concerns of the industry as a whole.
By bringing together all parties within the fishery we are trying to
effect change with broad strokes. The work must be allowed to
continue with government’s continued support. It must continue
to be an industry-driven part of the solution process where
industry groups and associations could bring their vast and
varying concerns to a forum where people understand each
other’s language, share ideas and rebuild the value of this
important resource.
Le Conseil canadien du homard est une initiative permettant
d’examiner les préoccupations générales de l’industrie dans son
ensemble. En rassemblant tous les acteurs de cette pêche, nous
essayons d’apporter des changements globaux. Il faut permettre à
ce travail de continuer avec l’appui continu du gouvernement. Il
faut poursuivre ce processus d’établissement de solutions axées
sur l’industrie dans le cadre duquel des associations et des groupes
de l’industrie pourraient faire valoir toutes leurs préoccupations
dans le cadre d’une tribune où les membres se comprennent les
uns les autres, partagent des idées et contribuent à la
reconstruction de la valeur liée à cette importante ressource.
Support, consultation and transparency, those are the
fundamentals we need you to provide Canada’s most lucrative
fishery.
L’appui, la consultation et la transparence, voilà les éléments
fondamentaux que vous devez garantir à la pêche la plus lucrative
du Canada.
Jeff Malloy, General Manager and CEO, Acadian Fishermen’s
Co-operative Association Ltd.: Good morning, honourable
senators, ladies and gentlemen. My name is Jeff Malloy. I am
the general manager and CEO of Acadian Fishermen’s Co-op.
We are located in Abram Village, a small fishing community on
the south shore of Prince Edward Island. I also sit as vice-chair on
the Lobster Council of Canada. I am a board member of the
Fishery Council of Canada and the current President of the P.E.I.
Seafood Processors Association.
Jeff Malloy, chef de la direction et directeur général, Association
coopérative des pêcheurs acadiens Ltée : Bonjour, honorables
sénateurs, mesdames et messieurs. Je m’appelle Jeff Malloy. Je
suis le chef de la direction et le directeur général de l’Association
coopérative des pêcheurs acadiens Ltée. Nous sommes situés au
village Abram, une petite collectivité de pêcheurs située sur la rive
sud de l’Île-du-Prince-Édouard. Je siège également en tant que
vice-président au Conseil canadien du homard. Je suis également
membre du Conseil canadien des pêches et président actuel de la
Seafood Processors Association de l’Île-du-Prince-Édouard.
12:138
Fisheries and Oceans
30-11-2012
I will give a bit of background on our company. Acadian
Fishermen’s Co-op was formed in 1955. It is located in a very
small fishing community, an Acadian community on the south
shore of P.E.I. AFC is a seafood processing company specializing
in lobster and crab but also produces several other species such as
scallops, herring, mackerel, et cetera. We are owned 100 per cent
by 99 shareholder member fishermen. It is a co-op that is
completely owned by fishermen.
J’aimerais vous présenter un peu de contexte sur notre
compagnie. L’Association coopérative des pêcheurs acadiens a
été fondée en 1955. Elle se situe dans une très petite communauté
de pêcheurs, une communauté acadienne sur la rive sud de l’Îledu-Prince-Édouard. L’association est une entreprise de
transformation de produits de la mer se spécialisant dans le
homard et le crabe, mais qui transforme aussi plusieurs espèces
comme le pétoncle, le hareng et le maquereau entre autres.
L’entreprise appartient à 100 p. 100 aux 99 membres pêcheurs
actionnaires. C’est une coopérative qui appartient entièrement
aux pêcheurs.
All member fishermen are from seven different ports in
LFA 25. These fishermen have been hit very hard by the decline
in shore prices over the last several years. The products we process
in the fall season are direct from our fishermen, but we also buy
lobsters from a commissioned supplier in area 24 which we call
the spring fishery. We also buy lobsters sometimes out of Nova
Scotia.
Tous les membres pêcheurs proviennent de sept ports différents
dans la ZPH 25. Ces pêcheurs ont été touchés très durement par le
déclin des prix au débarquement au cours des dernières années.
Les produits que nous transformons en automne proviennent
directement de nos pêcheurs, mais nous achetons également du
homard d’un fournisseur à la commission dans la ZPH 24, que
nous appelons notre pêche du printemps. Nous achetons aussi
quelquefois des homards en provenance de la Nouvelle-Écosse.
Our present business model does not include bringing lobsters
in from the U.S. As we can talk about later that is a completely
different business model from what a lot of the processors on
P.E.I. are involved with right now.
Notre modèle d’entreprise actuel ne vise pas l’importation de
homard en provenance des États-Unis. On pourra en parler plus
tard, mais c’est un modèle d’entreprise complètement différent de
la plupart des transformateurs de l’Île-du-Prince-Édouard.
Figures from the Department of Fisheries and Oceans indicate
that average net income of fishermen from LFA 25 varies
depending on catch rates and obviously shore prices but over the
last number of years it has been as much as 87 per cent lower than
that of north side fishermen in LFA 24.
Des statistiques du ministère des Pêches et Océans indiquent
que les revenus moyens des pêcheurs de la ZPH 25 varient en
fonction du taux de captures et manifestement du prix au
débarquement, mais au cours des dernières années ces revenus ont
été jusqu’à 87 p. 100 inférieurs à ceux des pêcheurs de la rive nord
dans la ZPH 24.
Turning to sales for our company, just to give some context of
what it means for a small community, the sales for our small
company were close to $24 million in 2011. We have a plant
payroll for 2011 of over $3 million with an additional $1 million
paid out to fishermen’s helpers for a total of over $4 million. The
total number of T4 slips issued to plant workers and fishermen’s
helpers totalled over 400.
Pour ce qui est des ventes de notre compagnie, pour vous
donner une idée de ce que cela représente pour une petite
collectivité, nos ventes s’élevaient à près de 24 millions de dollars
en 2011. En 2011, la masse salariale pour notre usine de
transformation s’élevait à un peu plus de 3 millions de dollars
et 1 million de dollars supplémentaire a été versé aux aidespêcheurs, ce qui fait un total de plus de 4 millions de dollars. Nous
avons délivré plus de 400 T4 aux travailleurs de l’usine et aux
aides-pêcheurs.
I am sure you spent the day yesterday listening to the
challenges. I probably do not have a whole lot more to add. I
guess specific to our company, and these are not in any particular
order of importance, things have hit the processing industry over
the last number of years. Certainly a big change was the exchange
rates between the Canadian dollar and the U.S. dollar. Many
people said in the past that any idiot could make money when we
were getting $1.59. It was very easy at that time to mask the
problems the industry was facing.
Je suis sûr que vous avez passé la journée d’hier à entendre les
divers défis auxquels nous faisons face. Je n’ai probablement pas
grand-chose à rajouter là-dessus. Je peux vous parler de certains
éléments propres à notre compagnie, et ce n’est pas dans un ordre
d’importance décroissant. L’industrie de la transformation a dû
faire face à de nombreux obstacles au cours des quelques
dernières années. Bien sûr, le taux de change entre les dollars
canadiens et américains a apporté de nombreux changements. Par
le passé, bien des gens disaient que n’importe quel idiot pouvait
faire de l’argent lorsque nous obtenions 1,59 $. Il était très facile à
l’époque de masquer les problèmes de l’industrie.
Many of us met in those years because we could see the
exchange rates and that problems were coming for the industry.
But when people are making money they do not want to meet.
With all the meetings we have had over the last three or four years
Nous avons été nombreux à nous réunir pendant ces années
parce que nous pouvions voir les changements de taux de change
et les problèmes qui se pointaient à l’horizon pour l’industrie.
Mais lorsque les gens font de l’argent, ils ne veulent pas tenir de
30-11-2012
Pêches et océans
12:139
and because of low shore prices in the industry these challenges
have come to the forefront. These challenges to the industry are
not something new, not something that has only taken place the
last three years because of low shore prices. They were masked in
the past because of the extremely high dollar which allowed us to
get through some very difficult situations.
réunions. Mais avec toutes les réunions que nous avons tenues au
cours des trois à quatre dernières années et en raison du faible prix
au débarquement, on entend maintenant beaucoup plus parler des
divers défis. Les défis auxquels fait face l’industrie ne sont pas
nouveaux, ce n’est pas quelque chose qui s’est produit au cours
des trois dernières années en raison des faibles prix au
débarquement. Ce sont des problèmes qui étaient masqués par
le passé en raison de la valeur extrêmement élevée du dollar qui
nous permettait de nous tirer de situations très difficiles.
Obviously the world economy over the last few years has not
helped. One of the big problems has been the higher than normal
landings in most areas of Canada and the U.S. When we have
landings of 120-odd million pounds this year out of the U.S., the
landings that have occurred in the Bay of Fundy, and what has
been landed and is expected to be landed this year in Southwest
Nova, we do not have as an industry the infrastructure to handle
those kinds of increases. That has contributed to the problems we
are facing today.
Manifestement, l’économie mondiale au cours des dernières
années n’a pas aidé non plus. L’un des principaux problèmes ont
été les débarquements supérieurs à la normale dans la plupart des
zones de pêche du Canada et des États-Unis. Lorsque nous
obtenons des débarquements qui s’élèvent à quelque 120 millions
de livres cette année en provenance des États-Unis, les
débarquements que nous avons eus dans la baie de Fundy et ce
qui a été débarqué et que nous débarquerons au cours de l’année
au sud-ouest de la Nouvelle-Écosse, nous constatons qu’en tant
qu’industrie nous n’avons pas l’infrastructure pour traiter ce
genre d’augmentations. Voilà le problème auquel nous faisons
face aujourd’hui.
With regard to some of the problems for the processing
industry, we would certainly like to have an even playing field.
Over the last few years some provinces have certainly provided a
number of subsidies that have created an uneven playing field
which in itself is not a huge issue except that it has affected what
those companies are able to sell in the marketplace and pushed
the market down. Because of the lack of money in the industry the
market now has adjusted. Whoever the low guy is, that is where
the new market price is. None of us is in a position that we can
hold inventory, allow it to work itself out of the system and wait
for the price to increase in the marketplace.
Pour ce qui est de certains des problèmes de l’industrie de la
transformation, nous voudrions très certainement nous retrouver
sur un même pied d’égalité. Au cours des quelques dernières
années, certaines provinces ont fourni des subventions qui ont
déséquilibré la donne. En soi, cela ne pose pas un immense
problème, sauf que cela a eu une incidence sur ce que ces
entreprises peuvent vendre sur le marché, ce qui se traduit par une
réduction des prix. En raison du manque d’argent dans
l’industrie, le marché s’est maintenant rajusté. Peu importe qui
est le moins-disant, le prix du marché se fixe sur ce qu’il offre.
Personne n’est en mesure de stocker du homard, d’attendre que
les stocks s’épuisent pour que les prix remontent.
The industry itself is starved for cash. When we have these
seasons pressure is put upon the companies to sell the product as
quickly as possible. When it comes to the processing sector, we are
forced to push a big part of the product that traditionally takes
12 months to consume, especially on P.E.I. where it is landed in a
two-month period in the spring and then another two-month
period in the fall, through and into the marketplace in a very
quick manner. That does not allow for the best return to the plant
and in turn to fishermen.
L’industrie elle-même manque de capitaux. Lorsque nous
faisons face à des saisons record les entreprises subissent des
pressions pour vendre leurs produits le plus rapidement possible.
Quant au secteur de la transformation, nous sommes obligés de
nous départir d’une grande partie des produits qui habituellement
prennent 12 mois à se vendre, surtout sur l’Île-du-Prince-Édouard
où les débarquements se font au printemps dans une période de
deux mois et ensuite à l’automne pendant encore deux mois et que
le tout est mis en marché de façon très rapide. Ce système ne nous
permet pas d’avoir une grande rentabilité, ni pour les usines de
transformation, ni pour les pêcheurs.
Canada is falling far behind the U.S. in its marketing efforts.
For the last few years the LCC tried to push to have the provinces
put something in place that could allow money to be taken from
the industry and put into efforts that would increase our
marketing ability in the world and try to keep up with the U.S.
That has not happened. The LCC in particular has now relied on
government to prop it up and to limp through this last two years.
Le Canada prend du retard par rapport aux États-Unis dans
ses efforts de mise en marché. Au cours des dernières années, le
Conseil canadien du homard a essayé de faire en sorte que les
provinces mettent quelque chose en place qui permettrait de
recueillir des fonds de l’industrie et de les investir dans des efforts
pour accroître notre capacité de mise en marché à l’échelle
mondiale afin de ne pas prendre de retard par rapport aux ÉtatsUnis. Cela ne s’est pas produit. Le Conseil canadien du homard
en particulier a dû avoir recours à des fonds du gouvernement
pour lui permettre de survivre au cours des deux dernières saisons.
12:140
Fisheries and Oceans
30-11-2012
There have been many discussions that have worked well in
bringing all facets of the industry together, which is very good,
but at the end of the day there needs to be some money injected
into this industry. We are hoping it would come from the industry
itself. I do not think it is healthy that it all comes from
government. In order to own it the industry itself should be
paying for it. That is where the whole idea of a penny a pound
came from to begin with. Whether it is that program or some
other program we have to allow industry to own these programs.
Il y a eu de nombreuses discussions qui ont permis de
rassembler tous les acteurs de l’industrie, et c’est très bien, mais
au bout du compte, il faut injecter des fonds dans cette industrie.
Nous espérons que cela puisse provenir de l’industrie elle-même.
Je trouve que ce n’est pas sain de s’attendre à ce que tout l’argent
provienne du gouvernement. Si l’industrie veut s’administrer, elle
devrait débourser elle-même les fonds nécessaires. C’est de là
qu’est venue l’idée d’un cent la livre au tout début. Que nous
adoptions ce programme ou un autre, il faut que l’industrie
s’approprie ces programmes.
Another problem is much higher freight costs out of Canada
than out of the U.S. I know it is a big problem in the live business.
A lot of product makes its way down to the U.S. just to be
shipped out of there. That has taken jobs away from Canadians.
It is a lot more stress on the lobster. To be honest with you, it
allows the U.S. lobster to become a lot higher standard because it
is Canadian lobster being shipped out of the U.S.
Il y a aussi le problème des coûts beaucoup plus élevés des frais
d’expédition hors du Canada par rapport à ceux des États-Unis.
Je sais que c’est un immense problème dans le secteur du homard
vivant. Une bonne partie du produit se rend aux États-Unis afin
qu’il puisse être expédié à partir de là. Cela a fait disparaître des
emplois au Canada. Et ça occasionne beaucoup plus de stress sur
le homard. Honnêtement, cela permet au homard américain
d’atteindre une qualité supérieure parce qu’il s’agit en fait de
homards canadiens qui sont expédiés depuis les États-Unis.
It does not affect the process sector it as much, but even freight
rates, containers and those types of things are much cheaper out
of the U.S. than out of Canada. The new employment insurance
reforms we anticipate coming through will certainly have an
impact on the processing sector, which is a seasonal industry.
Some of those reforms will make it very difficult for us to keep
many of our main employees that we need in key positions such as
engineers and those types of things that we only need at a certain
time of the year.
Cela ne touche pas autant le secteur de la transformation, mais
même les frais d’expédition et de conteneurs, notamment, sont
beaucoup moins élevés aux États-Unis qu’au Canada. Les
nouvelles réformes de l’assurance-emploi qui viendront auront
certainement une incidence sur le secteur de la transformation, qui
est une industrie saisonnière. Certaines de ces réformes feront en
sorte qu’il sera très difficile pour nous de conserver bon nombre
de nos principaux employés qui occupent des postes clés comme
des ingénieurs, notamment, dont nous n’avons besoin qu’à
certains moments de l’année.
We focus too much on the problems of the industry in general
and do not take the time to understand that the industry is made
up of many different parts. We have a variety of seasons and
catch rates, along with two completely different industries using
the resource: the live business and the processing business. Even
within the processing sector there are two completely different
models. One is in New Brunswick which they have done an
excellent job at taking advantage of it. The other model takes
place in particular on P.E.I. We need to examine smaller pieces at
a time, take the time to look at them individually and hopefully
they will make a difference in the larger picture.
Nous mettons trop l’accent sur les problèmes de l’industrie en
général et ne prenons pas suffisamment de temps pour comprendre
que l’industrie est constituée de nombreuses composantes. Nous
avons diverses saisons et taux de prise, et il y a aussi deux industries
complètement différentes qui comptent sur la ressource : l’industrie
du homard vivant et l’industrie de la transformation. Même dans le
secteur de la transformation, il existe deux modèles complètement
différents. Un des modèles est utilisé au Nouveau-Brunswick, et
cette province a fait un excellent travail pour profiter des avantages
qui en découlent. L’autre modèle a lieu plus particulièrement à l’Îledu-Prince-Édouard. Nous devons examiner les diverses
composantes une à la fois, prendre le temps de les étudier de
façon distincte et ainsi, espère-t-on, cela fera une différence dans la
vue d’ensemble.
We certainly have some positive, very good new markets in
Asia. Five years ago 75 per cent to 80 per cent of our company’s
product was sold within Canada and the U.S. Over the last
12 months 70 per cent to 75 per cent was sold within Europe and
Asia and 20 per cent to 25 per cent was sold within Canada and
the U.S. There certainly is a huge emerging market in Asia. We
hope that will continue because of the huge volumes now
coming in.
Sans aucun doute, nous jouissons maintenant de certains
excellents marchés très positifs en Asie. Il y a cinq ans, 75 à
80 p. 100 des produits de notre entreprise se vendaient au Canada
et aux États-Unis. Au cours des 12 derniers mois, de 70 à 75 p.100
ont été vendus en Europe et en Asie, et de 20 à 25 p. 100 étaient
vendus au Canada et aux États-Unis. Il existe un immense marché
émergeant en Asie. Nous espérons que cela se poursuivra en
raison des volumes faramineux que nous connaissons.
We have a stable resource. We talk about the volumes coming
in. Obviously the things we have done in the past are working but
that has come with its own set of difficulties. The history of the
Notre ressource est stable. Nous parlons des volumes qui sont
récoltés. Manifestement, ce que nous avons fait par le passé
fonctionne, mais cela occasionne aussi certains problèmes.
30-11-2012
Pêches et océans
12:141
people in the Maritimes and the Atlantic provinces shows they are
very good at adapting and overcoming major problems in a
number of the fisheries over the years. If we all work together I
think we can get through these.
L’histoire des gens des Maritimes et des provinces de l’Atlantique
démontrent que les habitants de ces provinces s’adaptent très bien et
qu’ils ont pu surmonter les problèmes majeurs de certaines pêches
au fil des ans. Si nous travaillons tous de pair, je pense que nous
pouvons résoudre nos problèmes actuels.
Thank you very much for the opportunity to speak today.
Merci de m’avoir donné l’occasion de vous adresser la parole
aujourd’hui.
The Chair: Before I give some senators the opportunity to ask
some questions, I want your feedback on the lobster resource
monitoring program. We heard a lot of that yesterday, but what is
your take on that from a quality perspective? I understand the
program has been instituted on Prince Edward Island to a great
extent.
Le président : Avant de permettre aux sénateurs de vous poser
des questions, j’aimerais connaître votre avis sur le Programme de
surveillance du homard. Nous en avons entendu beaucoup parler
hier, mais j’aimerais savoir ce que vous en pensez du point de vue
de la qualité. Je pense que c’est un programme qui a été mis sur
pied en grande mesure à l’Île-du-Prince-Édouard.
Mr. Malloy: There have been a number of things. The resource
has been strong. There have been increases size-wise. P.E.I. in
particular is going up to 72 millimetres. That certainly covers off
the egg reproduction that is needed, something that we can get
into a bit later.
M. Malloy : Il faut tenir compte de différentes composantes.
La ressource a été solide. Il y a eu des augmentations au plan de la
taille. Par exemple, l’ Île-du-Prince-Édouard passera à
72 millimètres. Cela permet la production d’œufs nécessaire, et
nous pourrons en reparler un peu plus tard.
There have been discussions over the last number of weeks
because of some issues that have taken place in LFA 25 and
because of the timing of the season there. Weather-wise there has
been a lot of discussion. DFO hosted a meeting a few weeks ago
where New Brunswick and P.E.I. got together.
Il y a eu des discussions au cours des dernières semaines en
raison des problèmes qui ont eu lieu dans la ZPH25 et en raison
de la période de la saison dans cette zone. Du point de vue du
climat, il y a eu de nombreuses discussions. Le MPO a été l’hôte
d’une réunion, il y a quelques semaines, à laquelle les
représentants du Nouveau-Brunswick et de l’Île-du-PrinceÉdouard ont assisté.
A lot has to be done in terms of the quality of products out of
that season. The quality has changed. I mean I used to run a live
business out of Southwest Nova for several years and every
lobster that came out of the water was as hard as this floor. You
had fractions of a per cent that were soft.
Il faut s’attarder sur la qualité des produits qui ont été pêchés à
ce moment-là. La qualité a changé. Autrefois, je vendais du
homard vivant à partir d’une entreprise sur la côte du sud-ouest
de la Nouvelle-Écosse pendant plusieurs années et chaque homard
qui sortait de l’eau avait une carapace aussi dure que le plancher.
Il n’y en avait qu’une fraction d’un pourcentage qui avait une
carapace molle.
The environment has changed. In the last number of years we
have had issues with the quality of product coming out of the
water. I guess that is something we certainly have to work on, but
at the end of the day the resource is very stable. We hope this is
not just a high and it goes back the other way. A number of things
have to be looked at on the resource side and the quality side. The
two have to be worked together. The government has to do a little
bit better job of putting the two together. In the past we have
focused primarily on the resource and the management of it, but
there is a model somewhere that we can go with to allow a lot
more input from the business relations side which has not been
looked at in the past. It has just the resource itself and
conservation that have been looked at.
L’environnement a changé. Au cours des dernières années,
nous avons eu des problèmes avec la qualité du homard une fois
sorti de l’eau. Je pense qu’il va falloir corriger la situation, mais
finalement, la ressource est très stable. Nous espérons que nous ne
vivons pas simplement une bonne période et qu’ensuite les choses
se gâtent. Il faut examiner les facteurs en ce qui concerne la
ressource et la qualité. Il faut travailler sur les deux éléments à la
fois. Le gouvernement doit lui aussi mieux coordonner les deux
éléments. Dans le passé, on s’est surtout concentré sur la ressource
et sa gestion, mais il doit y avoir une façon de faire qui permettrait
une bien plus grande contribution des entreprises. Jusqu’à
maintenant, on s’est seulement arrêté à la ressource proprement
dite et à sa conservation.
Mr. Surette: I will echo that. Quality from my neck of the
woods was never a problem. I mean these lobsters came ashore.
They were world-class lobsters. We are hearing reports already
that this year catches are as strong or stronger in the first days of
the season, yet the quality is still not there. We were hopeful water
M. Surette : Je suis tout à fait d’accord. Pour nous non plus, la
qualité n’a jamais fait défaut. Les homards qu’on débarquait
étaient les meilleurs du monde. D’après ce qu’on entend, déjà
cette année, aux premiers jours de la saison, les prises sont aussi
bonnes ou encore meilleures, pourtant la qualité n’est toujours
12:142
Fisheries and Oceans
30-11-2012
temperatures were down a bit this year but we are not seeing it.
We definitely need to have a look at this if we are to have quality
standards across the board. It is going to become a necessity.
pas au rendez-vous. Nous avions espéré que la température de
l’eau soit plus basse cette année, mais ce n’est pas ce qui se
produit. Nous devrons absolument nous pencher sur cela pour
pouvoir établir les mêmes normes de qualité partout. Cela va
devenir nécessaire.
We do need to have the Canadian brand and the Canadian
quality lobster. It is going to be a requirement to ship to Europe
and to ship to China. They want to know they will get the same
kind of lobster time after time. We have to look at that especially
in Southwest Nova where there is such a tremendous amount of
lobsters coming ashore that basically are not of a quality where
they can spend 48 hours to 72 hours in a box getting them to
Beijing. We need to address that. It is a program we have to
continue to support and make more widespread.
Il faut valoriser la marque canadienne de homard et garantir la
qualité du homard canadien. Ce sera indispensable pour exporter
en Europe et en Chine. Là-bas, ils veulent avoir l’assurance qu’ils
recevront chaque fois la même qualité de homard. Il faudra
réfléchir à la question particulièrement pour le homard pêché
dans le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse; on en prend une quantité
colossale, mais il n’est pas de si bonne qualité pour pouvoir passer
48 à 72 heures dans une boîte quand on l’expédie à Beijing. Il faut
régler le problème. Nous devons continuer à soutenir le
programme et même l’élargir.
The Chair: Going back again to a lot of the feedback we
received yesterday, what is your view with regard to opening dates
for the season?
Le président : Pour revenir aux commentaires qu’on nous a
faits hier, quel est votre avis au sujet des dates d’ouverture de la
saison de pêche?
Mr. Surette: In our area the Fishermen’s Management Board
attempted to change the season. From our perspective for the
dealers it was not a great idea at this point because of the time for
making Christmas markets. Not knowing what you are going to
get, how much are you going to get or what the quality is, a few
more days or losing a week was not going to make a big difference
to the quality. What it was going to do was shrink up the window
to both deal with lower quality lobsters and establish what you
will be able to supply your markets for Christmas.
M. Surette : Le conseil de gestion des pêcheurs de notre région a
essayé de changer les dates de la saison de pêche. Quant à nous, les
commerçants, nous n’étions pas très chauds à l’idée parce qu’il
fallait approvisionner les marchés à temps pour Noël. Si on ne sait
pas combien de homards on va pouvoir obtenir, ni de quelle qualité
il sera, quelques jours de plus ou perdre une semaine ne change pas
grand-chose à la qualité. Si on avait retardé l’ouverture de la saison,
on aurait eu moins de temps pour s’occuper des homards de
moindre qualité et déterminer ce que l’on pourrait livrer aux
marchés pour Noël.
Changing the season is not necessarily a correction at that end
of the province. Closing part of the season in the middle of winter
where there is a lot less fishing anyway is something that has been
discussed, but as far as changing the start date I do not think a
few days is going to make the difference and changing it by two or
three weeks is going to devastate the industry.
Changer la saison de pêche n’est pas nécessairement une
solution dans cette région-là de la province. On a bien parlé de la
possibilité d’interdire la pêche pendant la partie de la saison qui se
trouve au milieu de l’hiver et où beaucoup moins de pêcheurs sont
actifs de toute façon, mais retarder l’ouverture de quelques jours
ne changera pas grand-chose et si on la retarde de deux ou trois
semaines, ce sera une catastrophe pour l’industrie.
Mr. Malloy: I was not here yesterday to hear what was
discussed, but I can go back to the meeting of a few weeks ago
with P.E.I., New Brunswick and DFO. Certainly there have been
major discussions in LFA 25.
M. Malloy : Je ne sais pas ce qui s’est dit hier parce que je
n’étais pas là, mais à la réunion d’il y a quelques semaines avec le
MPO, l’Île-du-Prince-Édouard et le Nouveau-Brunswick, on a
beaucoup discuté de la ZPH 25.
As far as thing go that is a unique situation because of the
weather when they are fishing lobsters. It is not only difficult to
keep those lobsters alive. This past season there was a lot of media
attention on that. I bought 1.4 million pounds. I lost less than
one-half of 1 per cent but that is because our fishermen have done
a tremendous job looking at the quality aspect.
C’est une situation particulière à cause du temps qu’il fait
lorsqu’on pêche le homard. Il n’est pas facile de garder ses
homards en vie. Pendant la dernière saison, les médias en ont
beaucoup parlé. J’ai acheté 1,4 million de livres de homard et j’en
ai perdu moins d’un demi-pour cent, parce que nos pêcheurs ont
fait un excellent travail pour préserver la qualité.
Is it the ideal time to be fishing lobster? It certainly was not in
August this year, especially when it was 90-odd degrees. When a
concerted effort is made by both fishermen and buyers by
supplying ice and by looking after them once they leave the boat
to get them to the plant, it can be worked through. We all have to
make a more concerted effort in that regard to maximize what we
are getting from this resource. If the reports we have all seen in the
media this past year are all true, that certainly is not happening. I
Est-ce que c’est le meilleur moment pour pêcher le homard? Ce
n’était certainement pas le cas au mois d’août dernier, quand il
faisait autour de 90 degrés Fahrenheit. On peut s’en tirer
cependant lorsque les pêcheurs et les acheteurs conjuguent leurs
efforts en fournissant de la glace et en veillant aux conditions de
transport du homard vers l’usine. Nous devons tous collaborer
davantage à cet égard pour tirer le maximum de profit de cette
ressource. Or, si tout ce qu’on a lu dans les médias au cours des
30-11-2012
Pêches et océans
12:143
can only report on what ours are. I am in the situation where I am
a co-op. My business is sort of an open book. I have to report
back to my fishermen and have a meeting once a year where our
books are completely open. At the end of the day we all have to
do a better job.
dernières années est vrai, ce n’est certainement pas ce qui se
produit. Moi, je ne peux parler que de notre cas. Nous sommes
une coopérative et, du coup, nos chiffres sont publics. Je dois
rendre des comptes à mes pêcheurs et nous avons une réunion une
fois par année où nous ouvrons complètement nos livres. En
définitive, nous devons tous travailler mieux.
Is it an ideal time to be fishing? No. Are the lobsters in most of
those ports at that time? Yes. Can it be changed? I do not know
because to be perfectly honest with you we have not had the
science. We have not had money put back into this industry like
many other industries have had. The odd report comes back on
lobster, but if you compare it to industries like the snow crab
where they can tell you down to the day when crabs are molting,
where the soft crabs are, where the best places to fish are,
et cetera, that type of work has not been done in the lobster
industry. It is remarkable considering how much of an economic
impact the lobster industry has in the Maritimes. Whether it is
through government or whether it is through programs where we
take a bit of money back out of the industry to invest in those
types of things, it is information that we need. If we make
decisions right now on such as changing seasons, in all honesty
people would be doing that on a guess and not on facts and hat is
something we need to change.
Est-ce le moment idéal pour pêcher? Non. Y a-t-il du homard
dans la plupart de ces ports en ce moment? Oui. Peut-on changer la
saison? Je ne le sais pas parce que très honnêtement nous ne
disposons pas des données scientifiques qui permettraient de le
savoir. Contrairement à beaucoup d’autres industries, l’argent n’a
pas été réinvesti dans notre secteur. De temps en temps, il y a bien
une étude sur la pêche du homard, mais si on la compare à celle du
crabe des neiges, par exemple, où on peut vous dire exactement le
jour où les crabes vont muer, où les crabes à carapace molle se
trouvent, où les meilleures zones de pêche sont, et ainsi de suite, eh
bien, on n’a pas les données équivalentes pour l’industrie du
homard. C’est assez surprenant, compte tenu de l’importance
économique de l’industrie du homard dans les Maritimes. Nous
avons besoin d’information, qu’elle nous vienne du gouvernement
ou de programmes dans lesquels les participants de l’industrie
pourraient investir pour obtenir ce genre de données. Si nous
décidions en ce moment de modifier la saison de pêche, par exemple,
je vous dirais très franchement qu’on n’aurait pas les données sur
lesquelles se fonder, et c’est quelque chose qui doit changer.
Senator Hubley: Welcome and thank you both for your
presentations. It has been certainly a learning experience for our
committee and I think we are really encouraged by the interest the
fishing associations and the fishermen are taking in our project.
Le sénateur Hubley : Merci et soyez les bienvenus. Notre
comité a appris beaucoup de choses ici et l’intérêt que les
associations de pêcheurs manifestent pour notre projet nous
encourage vivement.
I was taken with the amount of attention that has been given to
the carapace size by all of our fishermen. I am wondering if you
might comment on the difference in the carapace size. Are you
prepared for an increase from 71 to 72 millimetres next year in
Prince Edward Island? Is Prince Edward Island uniquely situated
to be able to process those smaller lobsters and have the market
accept them as well?
J’ai été frappée par toute l’attention que nos pêcheurs portent à
la taille de la carapace. Pourriez-vous commenter la différence de
la taille de la carapace. Êtes-vous prêts pour l’augmentation
prévue pour l’année prochaine à l’Île-du-Prince-Édouard, qui fera
passer la taille de 71 à 72 mm? L’Île-du-Prince-Édouard est-elle en
mesure de transformer ces petits homards et de les écouler sur son
marché?
We have heard about the Asian market take-up several times
so I am just wondering if you would comment on the smaller
lobster and how it fits into that market and if that 75 per cent for
Europe and Asia includes the addition of that smaller lobster.
On nous a beaucoup parlé du marché asiatique. Quelle est
votre position sur les petits homards et les marchés auxquels ils
sont destinés. Ces 75 p. 100 destinés à l’Europe et à l’Asie
incluent-ils ces petits homards?
Mr. Malloy: Certainly there is a different model in particular
on P.E.I. There are only two producers that bring lobsters in from
Maine, for instance, to process meat and tails. That is what I said
earlier. The processing industry has two different models that it is
running under right now. New Brunswick has done an excellent
job with their industry. They have gone with the model of a lot
bigger volumes per day. They have focused primarily on a meat
and tail business, with the exception of the spring when the canner
fishery out of LFA 24 is on. They bring in a lot and do it into a
popsicle pack for Europe, which is also a high volume model.
M. Malloy : L’Île-du-Prince-Édouard a certainement un modèle
différent. Il n’y a que deux producteurs qui importent du homard
du Maine, par exemple, afin de transformer la chair et les queues.
C’est ce que j’ai dit tout à l’heure. Le secteur de la transformation
repose en ce moment sur deux modèles différents. Le NouveauBrunswick a fait de l’excellent travail dans son industrie. Ils ont opté
pour un modèle reposant sur des volumes quotidiens beaucoup plus
importants. Les transformateurs se sont concentrés essentiellement
sur la production de chair et de queues de homard, sauf pendant le
printemps lorsque l’on pêche du homard de conserverie dans la
ZPH 24. Ils en achètent beaucoup et préparent des homards-glaçons
pour l’Europe, également en grande quantité.
12:144
Fisheries and Oceans
30-11-2012
Like I have said, they have gone primarily with 10 months of
the year almost and strictly pushed the volume through. There are
two bigger plants left on P.E.I. There is one that has gone after
that model. It is a U.S. company down the eastern end that
bought a plant. They brought in foreign workers. They primarily
are bringing up Maine lobsters and producing out of the old
Beach Point plant that they bought from Ocean Choice.
Ainsi, ils fonctionnent 10 mois par année et privilégient
strictement le volume. À l’Île-du-Prince-Édouard, il reste deux
grandes usines. La première a adopté le même modèle. C’est une
compagnie américaine de l’est de la province qui a acheté une
usine et importé de la main-d’œuvre étrangère. Elle achète des
homards du Maine et exploite la vieille usine de Beach Point
qu’elle a achetée d’Ocean Choice.
In our case I do not buy any market lobsters out of the spring
fishery whatsoever. I buy 1.4 million or 1.5 million pounds of
what everybody refers to as canner lobsters. That product is very
highly sought after in Europe and Asia. They prefer that product.
If a lobster is 350 or 400 grams or whatever they can get more
pieces per 10-pound box, for instance. Therefore the price per
plate is much cheaper. It fills a niche in the businesses like cruise
lines, on buffets in Vegas, Atlantic City, Florida and those type of
places. With a product like lobster tail that could run, we all hope,
$15, $16 or $17 a pound they can use the smaller lobster in those
types of situations. They can say they have lobster but yet it is not
a big cost per plate for them.
Nous, nous n’achetons pas du tout de homards de table
pendant la pêche au printemps. J’achète 1,4 ou 1,5 million de
livres de ce que tout le monde appelle du homard de conserverie.
C’est un produit très recherché en Europe et en Asie. Là-bas, on
préfère ce homard, qui pèse 350 ou 400 grammes et on peut en
mettre plusieurs dans une boîte de 10 livres. Cela leur revient
beaucoup moins cher par assiette. Ces produits sont destinés au
créneau des navires de croisière, des buffets à Las Vegas, Atlantic
City, de la Floride et d’ailleurs. En achetant des queues de
homard au coût de 15 $, 16 $ ou 17 $ la livre, espérons-nous, ils
pourraient servir ces plus petits homards dans ces endroits. Cela
leur permet de dire qu’ils offrent du homard sans que ça leur
coûte trop cher par assiette.
In Europe, and especially Japan, they prefer the smaller
lobster. They prefer the smaller tails. That is where a lot of that
product is going, whereas if you are focusing on meat and tails
and higher volume, you might have a list of probably 20 products.
En Europe, et particulièrement au Japon, on préfère les petites
queues de homard. Une bonne part de ces produits sont exportés
vers ces marchés-là. Mais si on préfère vendre un gros volume de
chair et de queues de homard, on pourrait avoir une liste de
20 produits.
Our company and Royal Star, the other big co-op on P.E.I.,
have specialty products. I have, for instance, two four-inch
binders with different products. We offer a lot more specialty
products. That is the model we have gone after.
Notre compagnie et Royal Star, l’autre grosse coopérative de
l’Île-du-Prince-Édouard, offrent des produits de spécialités. Pour
ma part, j’ai deux classeurs de quatre pouces décrivant les
différents produits que j’offre. Nous offrons beaucoup plus de
produits de spécialités, car c’est le modèle que nous avons adopté.
We cannot compete. A plant here in New Brunswick can do
100,000 pounds a day of Maine lobsters. If I did it, it would be
15,000 pounds of meat and tails because it is highly intensive labourwise to get the meat out. At the end of the day with low volumes I
cannot make the margin off it. That is why we go that way.
Nous ne pouvons soutenir la concurrence. Ici au NouveauBrunswick, une usine peut transformer 100 000 livres de homards
du Maine par jour. Si moi je le faisais, ce serait 15 000 livres de
chair et de queues de homard, parce qu’il faut beaucoup de maind’œuvre pour extraire la chair de la carapace. Comme mes
volumes sont moins importants, je n’arriverais pas à avoir une
marge bénéficiaire suffisante. Voilà pourquoi nous avons opté
pour ce modèle.
The majority of plants on P.E.I. want to keep the canner
fishery alive because it is a niche. There is only a limited volume of
it. Instead of putting more product into the overall big pot of all
markets, which limits very few different products, we should not
necessarily be expanding but taking advantage of the unique
things we have that are sustainable and try to get more back for
the fishermen in that regard.
La plupart des usines sur l’Île-du-Prince-Édouard veulent
garder le homard de conserverie parce qu’il correspond à un
créneau. Il n’y en a qu’un volume limité. Au lieu de lancer une
plus grande quantité de produits sur tous les marchés et d’être
limités à très peu de produits différents, nous ne devons pas
nécessairement prendre de l’expansion, mais plutôt tirer parti des
produits uniques que nous offrons, et qu’on peut pêcher de façon
durable, afin d’obtenir davantage pour nos pêcheurs.
Senator Hubley: The reason you do not bring product in from
Maine, is that a cooperative decision? Is that something your
fishermen would not want to see happen or is it because you have
enough product from your fishermen?
Le sénateur Hubley : Si vous n’importez pas de produits du
Maine, est-ce parce que votre coopérative en a décidé ainsi? Est-ce
parce que vos pêcheurs ne le souhaitent pas ou parce que vous
avez assez de produits provenant de vos pêcheurs?
Mr. Malloy: In our case we do not bring it in because I cannot
make any money off it. I cannot bring in the huge volumes you
have to be set up for. Typically it is not huge margins but you
M. Malloy : Dans notre cas, nous n’en prenons pas puisque ce
n’est pas rentable. Je ne peux pas transformer les volumes
énormes que ça prendrait. Typiquement, il ne s’agit pas de marges
30-11-2012
Pêches et océans
12:145
make up for it with volume. My plant in particular and most of
the plants on P.E.I. are smaller plants. The only big one that we
had is closed so we cannot put the volume through in order to
make up the difference.
énormes, mais c’est compensé par le volume. Mon usine en
particulier et la plupart des usines sur l’Île-du-Prince-Édouard
sont plus petites. La seule grosse usine que nous avions est
maintenant fermée, donc nous ne pouvons pas traiter le volume
requis pour faire la différence.
It is a dollars and cents thing. If I could make money at the end
of the day it would go back to my fishermen. We would do it but
we cannot make any money off it. To New Brunswick’s credit it
has done a wonderful job being able to explore it.
C’est une question d’argent. Si je pouvais en tirer profit,
ultimement, cet argent serait récupéré par mes pêcheurs. Nous le
ferions bien, mais c’est impossible de le rentabiliser. Je félicite le
Nouveau-Brunswick, qui a très bien su l’explorer.
Senator Poirier: I have a couple of questions. Actually Senator
Hubley in her first line of questioning dealt with where I wanted
to go. The size of lobster seems to be an issue that has come up
quite a few times. For the sizes we received yesterday we went
back to the old measurements which we understand a bit better
because that is what we learned in our days in school. The
72-millimetre lobster was equivalent to approximately half a
pound and the 76 would be approximately .75 of a pound in size.
That is what we got yesterday.
Le sénateur Poirier : J’ai quelques questions. En fait, le
sénateur Hubley avec ses premières questions a abordé le sujet
qui m’intéressait. La taille du homard semble être un enjeu que
plusieurs témoins ont soulevé jusqu’ici. Afin de mieux
comprendre les tailles dont il était question hier, nous avons
utilisé le vieux système de mesure que nous comprenons un peu
mieux puisque c’est ce que nous avons appris à l’école. Le homard
de 72 mm était équivalent à environ une demi-livre, alors que celui
de 76 pèserait environ trois quarts de livre. Voilà ce que nous
avons compris hier.
Mr. Malloy: Seventy-two will not give you half a pound. That
is an eight-ounce lobster. Right now we are running at
71 millimetres and I would say in our case less than 4 per cent
run from eight to ten ounces. Less than 4 per cent of the canner
product that comes in is in that size range.
M. Malloy : Soixante-douze ne vous donnera pas une demilivre. Ça, c’est un homard de huit onces. À l’heure actuelle, nous
transformons du homard de 71 mm et je dirais que dans notre cas,
moins de 4 p. 100 sont entre 8 et 10 onces. Moins de 4 p. 100 du
produit de conserve que nous recevons se trouvent dans cette
gamme.
Years ago when the size allowance was a lot smaller we used to
do a pack of two-ounce tails. They do not really exist anymore.
We do two to three packs but that is product that is usually two
and a half or closer to three ounces.
Il y a bien des années, lorsque le seuil était beaucoup moins
élevé, nous faisions des paquets de queues de deux onces. Ceux-là
n’existent plus. Nous faisons des paquets de deux ou trois, mais il
s’agit d’un produit qui pèse généralement deux onces et demie ou
plus près de trois onces.
I would say eight-ounce lobsters that are 71 would be
a per cent maybe.
D’après moi, le homard de huit onces dont la taille est
de 71 représente peut-être 1 p. 100.
Senator Poirier: If you are fishing a canner right now at the
72-millimetre level, it would be approximately what? Would it be
an eight-ounce lobster? Is that what you are telling me?
Le sénateur Poirier : Si vous pêchez les homards de conserve à
l’heure actuelle au niveau de 72 mm, qu’est-ce que cela représente
environ? S’agit-il d’un homard de huit onces? C’est bien cela que
vous me dites?
Mr. Malloy: When we go to 72 you will not see any eight-ounce
lobsters.
M. Malloy : Lorsqu’on arrive à 72, on ne verra pas de homards
de huit onces.
Senator Poirier: What will be the size approximately?
Le sénateur Poirier : Alors quelle en serait la taille approximative?
Mr. Malloy: The size will be a minimum of nine ounces but
you will have very few of those. They will be closer to ten ounces.
M. Malloy : La taille serait d’au moins neuf onces, mais vous
en aurez très peu de ceux-là. Ça se rapprochera davantage de
dix onces.
Senator Poirier: At 76 millimetres what size of lobster am I
looking at? It is still a canner but what size am I looking at in
ounces?
Le sénateur Poirier : Et dans le cas du homard de 76 mm alors?
Il s’agit toujours d’un homard de conserve, mais combien pèse-t-il
en onces?
Mr. Malloy: You are probably up to 14 ounces.
Senator Poirier: I think you said awhile ago that 75 per cent
were sold in the Asian market. If I understood the answer you
gave to Senator Hubley, it is that your market for that is more the
M. Malloy : Là, vous serez probablement rendue dans les
14 onces.
Le sénateur Poirier : Je crois vous avoir entendu dire il y a un
instant que 75 p. 100 étaient vendus sur le marché asiatique. Si
j’ai bien compris la réponse que vous avez fournie au sénateur
Hubley, votre marché pour ce produit se trouve surtout du côté
12:146
Fisheries and Oceans
30-11-2012
hotels, cruise ships and different things like that. They are looking
for more in a box, more bang for the buck, to be able to serve in
restaurants.
des hôtels, des bateaux de croisière et de ce genre de choses. Ils
recherchent un nombre plus élevé par boîte, un meilleur prix, et de
pouvoir le servir dans les restaurants.
In packing that many lobsters in a box that you are selling off
to the Asian market or whatever, how many lobsters difference
would that be?
En plaçant ce nombre de homards dans une boîte que vous
vendez au marché asiatique ou ailleurs, qu’est-ce que ça peut
représenter en terme du nombre de homards?
Mr. Malloy: If we were talking of going to a lobster out of
Southwest Nova, for instance, we would not have anything under
a pound. So it would be a one-pound lobster. As we get down to
10 to 12 ounce lobsters, 12 to 14 or 14 to 16, we could have 14 to
15 lobsters 10 to 12 ounces in a 10-pound box. It is increasing the
per piece price by a third.
M. Malloy : Si nous parlons du homard provenant du sudouest de la Nouvelle-Écosse, par exemple, nous n’aurions rien de
moins d’une livre. Il s’agirait donc d’un homard d’une livre.
Lorsqu’on passe aux homards de 10 à 12 onces, de 12 à 14 ou
de 14 à 16, il pourrait s’agir de 14 à 15 homards de 10 à 12 onces
dans une boîte de 10 livres. Cela fait augmenter le prix à l’unité
d’un tiers.
Senator Poirier: Of the 75 per cent that is sold to the Asian and
European markets, what percentage is the canner market?
Le sénateur Poirier : Des 75 p. 100 qui sont vendus aux
marchés asiatiques et européens, quel est le pourcentage de
homard de conserverie?
Mr. Malloy: In our case?
M. Malloy : Dans notre cas?
Senator Poirier: Yes, in your case right now.
Le sénateur Poirier : Oui, dans votre cas, à l’heure actuelle.
Mr. Malloy: In our case when I bought 1.4 million pounds out of
the spring fishery I did not produce any markets. One
hundred per cent of what went into Europe and Asia was canners.
M. Malloy : J’ai acheté 1,4 million de livres des débarquements
du printemps, mais je n’ai pas produit de homard de table. Tout
ce qui a été vendu à l’Europe et à l’Asie était du homard de
conserverie.
Senator Poirier: You also mentioned that there were only two
processing plants in P.E.I. that brought in lobster from Maine.
That is two out of how many plants in P.E.I.?
Le sénateur Poirier : Vous avez aussi dit que seulement deux
usines de transformation à l’Île-du-Prince-Édouard achètent du
homard du Maine. Il s’agit de deux usines sur combien, à l’Île-duPrince-Édouard?
Mr. Malloy: I mean some dabble in it, bring a bit in, but there
are two that do it with any regularity. Right now there are eight
plants left altogether that are processing. So it would be two of
the eight.
M. Malloy : Il y en a plus qui achètent de temps en temps du
homard du Maine, mais il y en a deux qui le font régulièrement. Il
y a actuellement huit usines de transformation. Ce sont donc deux
usines sur huit.
Senator Poirier: You mentioned in your slides that you had
close to 400 copies of T4 slips. That is the amount of employees
you have in your plant, but a portion of that goes to help pay for
fishermen helpers. The balance of it was for people working in the
plant, I assume.
Le sénateur Poirier : Vos diapositives indiquent que vous avez
près de 400 copies de relevés T4. C’est le nombre d’employés dans
votre usine, mais une partie de ces sommes sert à payer les aidespêcheurs. Le reste, c’est pour ceux qui travaillent à l’usine, je
présume.
Mr. Malloy: Yes.
M. Malloy : Oui.
Senator Poirier: Because you are doing all of your plant work
basically with the lobster from home, not from United States,
how long a season do the people in the fish plants get to work?
How many months a year or how many weeks?
Le sénateur Poirier : Parce que vous transformez du homard
local et non pas du homard provenant des États-Unis, combien de
temps dure la saison de travail pour les employés des usines?
Combien de semaines ou combien de mois par année travaillent-ils?
Mr. Malloy: Our workers work generally from May 1 through
until we just stopped two weeks ago. We are starting back up
again Monday and will run a minimum of three weeks through
December doing Southwest Nova lobster.
M. Malloy : Ils travaillent généralement du 1er mai jusqu’à la
fin de la saison, qui s’est terminée il y a deux semaines. Le travail
reprendra lundi pour au moins trois semaines, jusqu’à
décembre, pour la transformation du homard du sud-ouest de
la Nouvelle-Écosse.
Senator Poirier: Is that pretty well full time all the time?
Le sénateur Poirier : Est-ce du travail à temps plein?
Mr. Malloy: Yes.
M. Malloy : Oui.
Senator Poirier: Is it full weeks.
Le sénateur Poirier : Ce sont de pleines semaines de travail?
Mr. Malloy: Yes.
M. Malloy : Oui.
30-11-2012
Pêches et océans
12:147
Senator McInnis: You received a sizeable block of money from
ACOA, that is to say the processors in terms of marketing and in
terms of innovation in the lobster facilities. Were the $3.6 million
and $514,000, respectively, well spent? Did those taxpayers’
dollars go to a worthy cause?
Le sénateur McInnis : Vous recevez une somme considérable de
l’APECA qui aide les transformateurs de homard pour la mise en
marché et l’innovation des installations. Est-ce que les 3,6 millions
de dollars et 514 000 $, respectivement, ont été bien dépensés?
Est-ce que ces deniers publics ont servi à une bonne cause?
Mr. Malloy: I cannot speak for the other provinces as far as
the different programs and how they took advantage of some of
that money. I can say on P.E.I. some money went into some
product development and some equipment development. Actually
we have two pieces of equipment that are ready for the
marketplace to help control costs for the ease of extracting
meat from the claw and arm of lobster. That project there was
around $280,000.
M. Malloy : J’ignore quels sont les différents programmes dans
les autres provinces et ce qu’on y a fait de cet argent, mais je peux
vous dire qu’à l’Île-du-Prince-Édouard, une part de ces sommes a
servi à la conception de produits et à la mise au point
d’équipement. Nous avons déjà deux pièces d’équipement prêtes
pour la mise en marché qui contribueront à réduire les coûts
d’extraction de la chair des pinces et des bras du homard. Ce
projet a coûté environ 280 000 $.
There was another project on P.E.I. where we put almost
$200,000 into product development. I know some of those
products have been taken advantage of by some of the plants.
Près de 200 000 $ ont aussi été versés à un autre projet de
développement de produits à l’Île-du-Prince-Édouard. Je sais que
certaines usines ont adopté ces produits.
At the end of day I think some of that money could have been
pulled together a bit better. Some of the stuff was helter-skelter
type projects. When that money was announced everybody was
scrambling to get their piece of it, obviously. Some projects were
not completely thought out like they should have been. More time
could be spent on evaluating those projects, on evaluating how we
could bring other people together to work on those types of
projects.
En dernière analyse, je crois qu’on aurait pu mieux coordonner
ces dépenses. Les projets ont été mis sur pied de façon un peu
désordonnée. Quand on a annoncé que cet argent serait
disponible, tout le monde s’est précipité pour essayer d’avoir sa
part, bien sûr. Certains projets ont été lancés sans avoir été bien
conçus. On pourrait consacrer plus de temps à l’évaluation de ces
projets, à déterminer comment on pourrait mieux coordonner
tous ceux qui travaillent à ce genre de projets.
When money gets put into the pot from ACOA and everybody
sees their portion of it, I think there is a rush to take advantage of
it. A lot of times some more communication and working
together would allow that money to be spent a little more
effectively and allow more people to take advantage of it. A lot of
programs or projects took place that would be beneficial to other
provinces and other areas in the business. Delay on that is
harmful to the overall goodness of the project.
Quand l’APECA offre du financement, tout le monde se
précipite pour en profiter. Si la communication et la coordination
étaient meilleures, on pourrait dépenser cet argent plus
efficacement et davantage de gens en profiteraient. Bien des
projets et des programmes auraient pu profiter à d’autres
provinces ou à d’autres secteurs. De plus, les retards nuisent à
la validité globale des projets.
Was that pool of money well spent? I think some really
good things came from it. Could it have been better spent?
Probably, yes.
Cet argent a-t-il été bien dépensé? Il a servi à réaliser de bonnes
choses. Aurait-on pu mieux le dépenser? Probablement, oui.
Senator McInnis: I presume as opposed to policies, in that
policies normally come from the top down, these funds normally
emanate from the industry. I presume there was a request and
there were discussions, meetings and so on as to the need.
Le sénateur McInnis : Je présume que, par opposition à des
politiques qui sont imposées, ces fonds provenaient de la base, de
l’industrie. Je présume qu’il y a eu une demande, qu’il y a eu des
discussions, des rencontres, et cetera, pour déterminer les besoins.
Normally there are not sufficient funds. That is always a
problem and that brings about some scrambling, but obviously it
was presumably thought out reasonably well.
Normalement, le financement est toujours insuffisant. C’est
dans ce cas-là qu’il y a bousculade. Mais je présume aussi que, en
l’occurrence, on avait réfléchi à ce qu’on voulait faire.
Mr. Malloy: Yes. I think each individual area, each individual
association and each individual province looked at what was best
for them, but a lot of times when there is that scramble on to get
your piece of it you are concentrating completely on what is best
for your individual, smaller area. Sometimes there should be a bit
of a step back to take a look at the bigger picture to see how much
better some of these projects could be with the inclusion of more
people, more areas, more pooling and those types of things, but
sometimes that does not happen in my opinion.
M. Malloy : Oui. Chaque région, chaque association et chaque
province a déterminé ce qui serait le mieux pour elle, mais
souvent, quand on doit se précipiter pour s’assurer d’avoir sa
part, on se concentre uniquement sur son petit coin à soi. Il serait
parfois bon de prendre un peu de recul pour avoir une meilleure
idée du tableau d’ensemble, pour voir si certains de ces projets ne
profiteraient pas de l’inclusion de plus de gens, d’autres régions,
d’une mise en commun des ressources, mais cela ne se produit pas
toujours, à mon avis.
12:148
Fisheries and Oceans
30-11-2012
Senator Unger: With this helter-skelter approach, people trying
to get their share of the money from the government, should
government money be targeted?
Le sénateur Unger : Étant donné que c’est un peu le désordre
quand tout le monde tente ainsi d’obtenir sa part du financement
provenant du gouvernement, celui-ci ne devrait-il pas mieux cibler
son aide financière?
Mr. Malloy: It should be targeted in some degree. Like I said
there are lots of different components to the industry. Therefore
there are lots of different problems that affect everybody. Again I
think there is a bit just too much of a rush to satisfy the needs of a
particular area. With that same money or maybe putting some
money together from different sectors, different areas, different
provinces or whatever, more could be done with as much or even
sometimes in some cases less money. I do not know who does it. I
do not know who you get to actually be the one that is the overall
coordinator or brings all these groups together, but when you
have systems that allow any project or whatever it is every region,
every different sector or whatever that is putting their own project
together and is competing for that money. Inherently you are
looking after your own interest.
M. Malloy : Oui, dans une certaine mesure. Comme je l’ai dit,
l’industrie comprend différents éléments. Mais il y a différents
problèmes qui touchent tout le monde. Mais quand il y a
bousculade, on ne peut pas répondre aux besoins particuliers de
chaque région. Si l’argent accordé aux différents secteurs, aux
différentes régions, aux différentes provinces était mis en
commun, on pourrait en faire plus, et peut-être même avec
moins. Je ne sais pas qui pourrait faire cela. Je ne sais pas qui
pourrait coordonner tout cela, rassembler tous ces groupes, mais
quand il y a concurrence entre les différentes régions, les différents
secteurs ou les différents projets pour l’obtention de fonds, il est
inévitable que chacun défende ses propres intérêts.
When we have money available for some things that may be
beneficial to more people, somehow we have to come up with a
way to bring people together and maybe take more advantage.
Quand de l’argent sert à financer des projets qui pourraient
profiter à d’autres, il faut trouver une façon d’assurer une
meilleure coordination et peut-être mieux en tirer profit.
Senator Unger: Is that something the Lobster Council of
Canada can help to organize? I am just trying to understand that
process.
Le sénateur Unger : Est-ce que le Conseil canadien du homard
pourrait faire cela? Aidez-moi à mieux comprendre le processus?
Mr. Malloy: I certainly think it is. The Lobster Council of
Canada has been trying to get everybody around the table. Again
that has brought its own share of problems because, like I said,
the live industry in Southwest Nova is completely different from
the live business out of Newfoundland or the process business
in P.E.I.
M. Malloy : Certainement. Le Conseil canadien du homard
s’efforce de rassembler tous les joueurs. Cela n’a pas été facile,
parce que, comme je l’ai dit, le secteur du homard vivant du sudouest de la Nouvelle-Écosse est tout à fait différent de celui de
Terre-Neuve ou du secteur de la transformation de l’Île-duPrince-Édouard.
We have all come together. We all have our own sets of
problems. When you have that many problems with that many
different agendas and groups it makes it very difficult. The
Lobster Council of Canada certainly has its hands full.
Nous nous sommes réunis, mais nous avons nos propres
problèmes. Quand il y a de si nombreux problèmes touchant des
groupes si différents, c’est difficile. La tâche n’est pas facile pour
le Conseil canadien du homard.
That is why we have narrowed it down. Right now at the end
of the day we hope we can increase the price but at the end of the
day I think we can all agree that we need marketing for Canadian
lobster. We also need to improve the quality of the Canadian
lobster to be able to market the brand of Canadian lobster. That
is something that is generic that we can all agree upon. If a focus
could be put on that and we tackle that one first some of the other
things can come along. I mean there is certainly a place for the
Lobster Council.
Voilà pourquoi nous avons ciblé nos efforts. Pour l’instant,
nous espérons pouvoir faire augmenter le prix, mais, en dernière
analyse, je crois que nous pouvons tous convenir qu’il faut une
méthode de mise en marché du homard canadien. Il faut aussi
améliorer la qualité du homard canadien pour qu’il devienne, sur
le marché, une marque de commerce. Ce grand objectif fait
l’unanimité. Si nous pouvions donc nous concentrer là-dessus,
une fois cet objectif atteint, nous pourrons tenter de trouver des
solutions aux autres problèmes. Le Conseil canadien du homard
peut certainement être mis à contribution.
On a lot of these things they have already made inroads to
allow a lot of these groups to be together. When some of these
projects come up, yes, I think they would be a decent vehicle to
allow them to bring together some of the groups so that we could
benefit most from some of these projects. We could work on them
together and I think it would be better for everybody.
Beaucoup de progrès ont déjà été réalisés à bien des chapitres
pour permettre à un grand nombre de ces groupes de se réunir.
Lorsque certains de ces projets se présenteront, oui, j’estime que le
conseil pourrait contribuer à réunir certains groupes afin que ces
projets profitent au plus de gens possibles. Nous pourrions travailler
à ces projets ensemble et ce serait mieux pour tout le monde.
Senator McInnis: Does ACOA ever come back and ask? Do
they ever do an analysis after the fact as to effectiveness?
Le sénateur McInnis : Est-ce que l’APECA vous demande des
comptes? Est-ce qu’elle évalue ces projets, leur efficacité?
30-11-2012
Pêches et océans
12:149
Mr. Malloy: I think they do. At the end of the day we have to
prove the money was well spent and that type of thing. I do not
know the inner workings of ACOA by any stretch so I cannot
really speak for them on how they analyze whether a project or a
program worked, but I think there could certainly be more
communications.
M. Malloy : Je crois que oui. Nous devons prouver que les
sommes ont été bien dépensées. Je ne sais pas comment
fonctionne l’APECA, je ne peux vous dire comment on
détermine si un programme ou un projet a été fructueux, mais
on pourrait certainement améliorer la communication.
I have been part of many projects. When that is done maybe a
role for ACOA would be to bring the people around the table that it
may affect or may benefit from it. They could say they have spent
$200,000 on a project. It is federal money along with provincial
money but who else can it help? Let us bring them all around the
table and discuss this to see what we can extract that may be of
benefit to other regions, other provinces and other parts of the
industry. I think we could bring more benefit from the dollars at the
end of the day. In my history I have not really seen that.
J’ai participé à bien des projets. Une fois cela fait, l’APECA
pourrait rassembler tous les éventuels bénéficiaires d’une initiative
quelconque pour présenter, disons, un projet auquel elle a
consacré 200 000 $. Ce sont des fonds provenant d’Ottawa et
des provinces; mais pourraient-ils aider quelqu’un d’autre? En
réunissant ainsi les intéressés, on pourrait déterminer si d’autres
régions, d’autres provinces ou d’autres secteurs ne pourraient pas
en profiter. Je pense que cet argent pourrait être encore plus
profitable. Moi, je n’ai jamais vu ce genre de coordination.
Should that be a role that ACOA takes on? Probably in my
opinion it should be part of the projects. When they see the results
at the end or see the final report that is written up, they would not
just write an initial and say ‘‘Good job, here is your final cheque.’’
They would ask ‘‘Okay, who else in the area under ACOA’s
jurisdiction could benefit from this?’’
L’APECA devrait-elle assumer ce rôle? Probablement; à mon
avis, cela devrait faire partie des projets. À la réception du rapport
sur chaque projet, l’agence ne se contenterait pas d’envoyer le
dernier chèque avec des félicitations. Elle demanderait aussi :
« Qui d’autre dans la région qui relève de l’APECA pourrait
profiter de cette initiative? »
We could take a day and we ask for the presentation of the
person or the group that did the project. We could we are going to
have a day, an afternoon or whatever to bring other people
around the table. We will chair it and share with everybody else to
see if there are other things that could be beneficial.’’ Maybe in
another province, another group or whatever the work would
only go so far. They may have some money or something they can
add on to extend the project, make it better or whatever.
Chaque groupe pourrait venir présenter son projet. Nous
pourrions prendre une journée ou un après-midi pour réunir tout
le monde. Nous pourrions présider ces rencontres au cours
desquelles on pourrait voir si ces projets ne pourraient pas
profiter à d’autres, dans une autre province, à un autre groupe.
On pourrait peut-être même trouver des sommes supplémentaires
pour élargir la portée du projet ou l’améliorer.
Has ACOA done that in the past? In my opinion they have not.
Est-ce que l’APECA a déjà fait cela dans le passé? Je ne crois pas.
Senator McInnis: Mr. Surette, in your brief you talk about
buyers and suggest there should possibly be some kind of
legislation with respect to fly-by-night buyers. I will use those
words; those are not yours. The test that you were alluding to is
that they have a credible business background.
Le sénateur McInnis : Monsieur Surette, dans votre mémoire,
au sujet des acheteurs, vous dites qu’on devrait envisager des
mesures législatives qui régiraient les acheteurs que j’appellerai
des acheteurs sans scrupules. C’est moi qui les qualifie ainsi, pas
vous. Vous avez suggéré qu’on détermine leur fiabilité en fonction
de leurs antécédents d’affaires.
I am not sure but you will tell me whether there is an
association representing buyers. I presume there is not but if there
is normally when the harvest lands ashore it is the responsibility
of the provinces to regulate how that is handled. I only presume
that you would be talking about legislation under the auspices of
the provinces.
J’ignore s’il y a une association qui représente les acheteurs. Je
présume que non, mais s’il y en a une, et normalement, il incombe
à la province de réglementer les débarquements. Je présume donc
que vous proposez des dispositions législatives provinciales.
Legislation sometimes can be a little strong. It takes two parties
to waltz and in this instance you have the harvesters who are
willing when they come in, presumably some of them, to sell to
whoever is there that will give a buck more or 50 cents more a
pound or whatever it is.
Une loi n’est pas toujours nécessaire. Pour danser, il faut être
deux et, en l’occurrence, on peut supposer qu’il y a des pêcheurs
qui sont disposés à vendre à ceux qui leur donneront 50 cents,
1 $ ou plus la livre.
Elaborate on that, will you? Is it a possibility that they can police
themselves? It appears to me that legislation might be a bit strong as
to how to do it. We heard yesterday from the minister from P.E.I.,
Pourriez-vous nous en dire un peu plus long? Les acheteurs
peuvent-ils se réglementer eux-mêmes? Il me semble qu’il ne serait
pas nécessaire d’adopter une loi pour cela. Hier, nous avons
12:150
Fisheries and Oceans
quite a flamboyant, practical guy. They have peddlers that go
around and sell and in order to do that they have to be licensed. Is
there a licensing procedure now with buyers?
30-11-2012
accueilli le ministre de l’Île-du-Prince-Édouard, un homme
flamboyant, mais à l’esprit pratique. Dans cette province, ceux
qui veulent faire de la vente itinérante doivent obtenir un permis.
Les acheteurs doivent-ils être titulaires d’un permis?
Mr. Surette: Yes.
M. Surette : Oui.
Senator McInnis: How do they get in?
Le sénateur McInnis : Comment obtiennent-ils ce permis?
Mr. Surette: They basically pay a fee.
M. Surette : Essentiellement, en payant les frais.
Senator McInnis: And that is it?
Le sénateur McInnis : C’est tout?
Mr. Surette: It really is that simple. There are associations in
Nova Scotia, for example, that represent buyers and I represent
20 of them. But there are 300-plus lobster buying licences issued in
the province of Nova Scotia. I represent such a small part that I
cannot really go to the Lobster Council and speak on behalf of
Nova Scotia buyers. I can only speak on behalf of the buyers that
I represent. It makes it very difficult.
M. Surette : Oui, c’est tout aussi simple que cela. Il y a des
associations, en Nouvelle-Écosse par exemple, qui représentent les
acheteurs et moi, j’en représente 20. Mais la Nouvelle-Écosse
délivre plus de 300 permis de vente du homard. Je ne représente
qu’un très petit nombre d’entre eux et je ne peux m’adresser au
Conseil du homard et prétendre représenter les acheteurs de la
Nouvelle-Écosse. Je ne peux que me faire le porte-parole de ceux
que je représente. Cela rend la situation difficile.
As far as these fly-by-night buyers are concerned—and that is
what I called them during one of the Lobster Council sessions this
past winter—they literally will show up and buy for a couple of
weeks, fill an order or fill a commitment for somebody and
disappear. These same boats will return to their original wharves.
They will sell to the buyer they were selling to before these people
showed up and they are back again. The minute somebody else
shows up with their little truck and a chequebook they will take it.
En ce qui concerne les acheteurs sans scrupules — c’est ainsi
que je les ai qualifiés lors d’une réunion du Conseil du homard
l’hiver dernier — ils sont là pour deux ou trois semaines, pour
remplir une commande particulière puis, ils disparaissent. Les
bateaux retournent à leur port d’origine et vendent à ceux qui
étaient là pour acheter leurs produits avant que ces prétendus
acheteurs arrivent. Mais dès que quelqu’un est là avec sa
camionnette et son carnet de chèques en main, il trouve à acheter.
We have other companies that basically are just brokering and
they are working on extremely small margins. They do not have
facilities. They have an office in Halifax or an office in Sydney or
an office in Charlottetown. They do not have a plant. They are
basically getting other people to pack the lobsters for them. They
are shipping them overseas and dumping them into the market at
bargain basement price, undercutting everybody else that is trying
to look at 1.5 billion people in China saying ‘‘There should be
plenty of market for all of us.’’ Instead people are going in there
and doing the same thing that they like to do, that is move more
lobsters cheap and if they go under they will close their doors.
They will say ‘‘We are somebody else next week and who cares
who we hurt?’’
Il y a aussi des entreprises qui sont essentiellement des
courtiers. Leur marge est très faible, ils n’ont pas d’installations,
ils n’ont qu’un bureau à Halifax, à Sydney ou à Charlottetown. Ils
n’ont pas d’usines. Ils trouvent quelqu’un pour empaqueter le
homard pour eux, puis ils l’expédient outre-mer et en inondent le
marché à un prix ridiculement bas, coupent l’herbe sous le pied à
tous ceux qui pensent avoir leur place sur le marché chinois de
1,5 milliard de gens en disant que le marché est suffisamment
grand pour accueillir tout le monde. Il y en a qui préfèrent vendre
le plus de homards possible à bas prix, quitte à tout simplement
fermer leurs portes et à disparaître. Ils se disent que, de toute
façon, ils peuvent se créer une entreprise sous un autre nom la
semaine suivante et peu importe qui en souffre.
Millions of dollars have been lost in Yarmouth County alone
in the last five or six years. The number would easily be
$30 million that has been wiped out from people who just show
up, pay for product, sell it for the cheapest they can possibly get
it, and if things do not work they will not pay for their lobsters.
They will take the last cheques. It has got to stop. I think
legislation is the only way. We cannot police ourselves.
Des millions de dollars ont été perdus dans le comté de
Yarmouth seulement au cours des cinq ou six dernières années. Ce
sont au moins 30 millions de dollars qui ont été perdus aux mains
d’acheteurs qui arrivent sans crier gare, achètent un produit pour
le revendre le moins cher possible, mais refusent de payer ce qu’ils
ont acheté s’il y a un pépin. Ils prennent les derniers chèques. Cela
doit cesser. Selon moi, il faut une loi. Nous ne pouvons nous régir
nous-mêmes.
We are having trouble with the Lobster Council, for example,
with the penny a pound and trying to get five provinces with
identical legislation to go forward with. At some point it is going
to become a necessity for DFO to play a part in having that
legislation even at a provincial level. It is going to take a
partnership to get that instated. With that could come other
things as far as associations and mandatory memberships that can
Nous avons des difficultés avec le Conseil du homard, par
exemple, au sujet de la contribution d’un cent la livre qui ne
pourra être prélevé qu’une fois que les cinq provinces auront
adopté une loi identique. À un moment donné, le MPO devra
intervenir pour que cette loi soit adoptée par les provinces. Cela
nécessitera un partenariat. Une fois que cela sera en place, on
pourra prendre d’autres mesures comme la création d’associations
30-11-2012
Pêches et océans
12:151
come off of licensing. It is much like they are doing with
harvesters in Nova Scotia right now. They are in process. The
legislation has passed. It basically gives a cohesive voice for
sectors of the industry.
et l’adhésion obligatoire à ces associations pour l’obtention d’un
permis. C’est très semblable à ce qu’on fait dans le cas des
pêcheurs en Nouvelle-Écosse actuellement. Le processus a été
enclenché. La loi a été adoptée. Essentiellement, elle permet à tous
les secteurs de parler d’une seule voix.
I think that is what we need at this point. We cannot have
fragmentation anymore. It is really starting to show how bad it
can be for the industry. Our backs are against the wall today.
There is no doubt about it. To have this sort of behaviour
continue is something, as I have been preaching within the
Lobster Council for the last year and will continue to preach, that
is hurting our communities.
Je crois que c’est ce qu’il nous faut en ce moment. La
fragmentation qui existe au sein de notre industrie nous nuit, on le
voit de plus en plus. Nous sommes maintenant acculés au pied du
mur. Ça ne fait aucun doute. Comme je le dis et comme je le
répète au Conseil du homard depuis un an et comme je
continuerai à le répéter, ce genre de pratique est néfaste pour
nos collectivités.
Senator McInnis: I am trying to understand because the
committee will write a report. If this is such an urgent problem we
want to try to resolve it.
Le sénateur McInnis : Je veux bien comprendre ce que vous
dites, car notre comité rédigera un rapport. Si c’est un problème
urgent, nous voulons vous aider à le résoudre.
I presume there are regulations now if they have to get a
licence. Is it the test or the questions before a licence is given?
When licences are given normally there is some form of a test or
questions that have to be responded to. Is that not the mechanism
you are looking for?
Si les acheteurs doivent obtenir un permis, je présume qu’il existe
un règlement. Doit-on répondre à des questions ou se conformer à
des critères pour obtenir un permis? Normalement, pour obtenir un
permis, on doit se soumettre à un test ou répondre à des questions.
N’est-ce pas là le mécanisme qu’il vous faudrait?
Mr. Surette: Really the mechanism I would like to see is a
moratorium on issuing buying licences, much as we have done
with harvesting licences. A moratorium would be the ultimate
solution. If somebody leaves and all of a sudden we have
somebody that has a spot open, we can take a new person into the
industry. At some levels they are trying to close the door but it is
not happening. We do seriously need to put a stop to this.
M. Surette : Ce que je souhaite, c’est l’imposition d’un
moratoire sur les permis d’achat, comme on l’a fait pour les
permis de pêche. La meilleure solution, ce serait un moratoire. Ce
ne sera que si un acheteur part qu’on pourra accorder un permis à
un nouvel acheteur. On a tenté de limiter le nombre d’acheteurs,
mais ça n’a pas marché. Il faut vraiment régler ce problème.
We have too many people. We have overcapacity as it is. We
do not need more people trying to wriggle more nickels and dimes
out of an industry that is running out of nickels and dimes. There
is a litmus test of sorts to get your licence but it is really not a
fantastic process. I am sure that within a week or two with the
right pieces of paper and an idea I could have one. I sure as heck
do not want one. I see what the people in my communities are
going through.
Il y a trop d’acheteurs. Il y a déjà surcapacité. Nous ne voulons
pas encore plus d’acheteurs qui tenteront de soutirer quelques
dollars de plus d’un secteur qui est déjà pressé comme du citron. Il
y a quelques exigences à remplir pour l’obtention d’un permis,
mais ce processus est loin d’être idéal. Je suis sûr qu’en une
semaine ou deux, avec les bons documents et une idée, je pourrais
obtenir un permis. Mais je n’en voudrais certainement pas, car je
vois à quel point les collectivités en souffrent.
If you are going to have a licence you need to have a plan. You
need to be certified by CFIA. You need to follow all these rules
that so many people have to follow. You need to allow others to
be in the same industry and to be given the same credit. Literally
they have a truck and nothing else. They have no fixed address. It
is ruining the industry. Part of the problem that has been
snowballing for the last 15 years is that everybody wants to get in,
grab their scraps and run. There are no scraps left.
Si vous voulez un permis, vous devez avoir un plan. Vous devez
être agréé par l’ACIA. Vous devez respecter les règles que tous les
autres respectent. Vous devez accepter la concurrence et être sur
un pied d’égalité avec les autres. Ces acheteurs sans scrupules
n’ont littéralement qu’un camion, rien d’autre. Ils n’ont pas
d’adresse fixe, et ils font du tort à notre industrie. Le problème ne
fait qu’empirer depuis 15 ans parce que tout un chacun tente de
mettre la main sur une part des profits pour ensuite disparaître. Il
n’y a plus rien à grappiller.
The Chair: If I could follow up on that for a second, is that a
provincial buyer’s licence?
Le président : Si je peux me permettre une question
complémentaire, le permis d’acheteur est délivré par la province?
Mr. Surette: That is provincial.
The Chair: That is what I thought. It is under the provincial
government. We have heard about the differences and the
challenges in the different provinces, but from a federal legislative
point of view it would be a Canada-wide piece of legislation.
M. Surette : Oui.
Le président : C’est ce que je croyais. Cela relève du
gouvernement provincial. On nous a parlé des différences entre
les provinces et des défis qui existent dans l’une et l’autre, mais si
le gouvernement fédéral légifère, la loi s’appliquera à tout le pays.
12:152
Fisheries and Oceans
Mr. Surette: Yes.
The Chair: They would not be in a position to legislate
provincial legislation. I just want to make sure that we are clear
on that.
Mr. Malloy: Yes, that is true.
30-11-2012
M. Surette : Oui.
Le président : Ottawa ne peut adopter une loi ne s’appliquant
qu’à une province. Je tiens à ce que cela soit bien clair.
M. Malloy : Oui, en effet.
Mr. Surette: I understand, yes. It would have to become a
nationwide.
M. Surette : Oui, je comprends. Ce serait une loi nationale.
The Chair: In order to have it nationwide we would have to set
the same rules for every province.
Le président : Pour que la loi s’applique à tout le pays, il
faudrait que toutes les provinces adoptent les mêmes règles.
Mr. Surette: Yes. With no slight to Senator Unger, I do not
think we will have to worry about too many people applying for
buying licences in the province of Alberta.
M. Surette : Oui. Sauf le respect que je dois au sénateur Unger,
je ne crois pas qu’il faille s’inquiéter du nombre de gens
demandant un permis d’acheteur de homard en Alberta.
The Chair: No, but from what we have heard in the past couple
of days there are different concerns in different provinces in
relation to how things are purchased, how they are shipped and
the size. Someone made a comment yesterday, and I am trying to
listen to it all, as an example that Clearwater does not sell any
lobster under 84 millimetres. Would that be correct?
Le président : Non, mais d’après ce que nous avons entendu au
cours des deux dernières journées, il existe différentes inquiétudes
dans différentes provinces sur la façon dont les choses sont
achetées, dont elles sont expédiées et par rapport à leur taille.
Quelqu’un a fait un commentaire hier, et j’essaie de tout écouter,
disant que Clearwater ne vendait pas de homards de moins de
84 millimètres. Cela est-il vrai?
Mr. Surette: I would think so. Where would that be? Is that the
Nova Scotia measure?
M. Surette : J’imagine. Où est-ce que cela se produit? S’agit-il
d’une mesure pour la Nouvelle-Écosse?
Mr. Malloy: That is not true.
M. Malloy : Cela n’est pas vrai.
The Chair: It is not true?
Le président : Cela n’est pas vrai?
Mr. Surette: It is possible.
M. Surette : C’est possible.
The Chair: Somebody made that comment here yesterday and I
find it rather strange that we keep talking about 72 and 76. I do
not know what their market is, but I am saying it is difficult. I
agree with you. I am from a small community in Newfoundland
and Labrador. I know very well what you are talking about in
that regard. I am trying to address that concern. It has been an
ongoing concern for the past two decades but it is a provincial
matter to a great extent. It has to be dealt with now.
Le président : Quelqu’un a dit cela hier et je trouve assez
bizarre que nous continuions de parler de 72 et 76. Je ne sais pas
ce qu’est leur marché, mais je dis que c’est difficile. Je suis
d’accord avec vous. Je viens d’une petite collectivité à TerreNeuve-et-Labrador. Je sais très bien de quoi vous parlez à ce sujet
et j’essaie d’aborder le problème. C’est un problème qui dure
depuis 20 ans, mais il s’agit d’un enjeu provincial en grande partie.
Il faut le résoudre dès maintenant.
Whether we can assist in coming up with something as a
recommendation from our committee to the federal government
to begin that process or something, I do not know. We would
have to discuss that but it is an issue of licences. I just want to
make sure we are all clear it is an issue of licences.
Je ne sais pas si nous pouvons vous aider à formuler une sorte
de recommandation qui irait de notre comité au gouvernement
fédéral pour entamer un processus. Il faudrait en discuter, mais
c’est une question de permis. Je veux juste m’assurer que nous
nous rendions tous compte qu’il s’agit clairement d’une question
de permis.
Senator McInnis: That is the point I was getting to.
Le sénateur Innis : C’est exactement ce à quoi je voulais en venir.
Mr. Surette: I am fully aware that it would be a provincial
issue. We are facing that problem. It is an issue in all provinces at
this point. Basically at some point we are going to need some help
to get this done. I have stacks of reports on my desk that talk
about that.
M. Surette : Je suis tout à fait conscient qu’il s’agit d’un enjeu
provincial. Nous faisons face à ce problème. Il s’agit d’un
problème que l’on retrouve dans toutes les provinces à l’heure
actuelle. En fait, à un moment donné, nous allons avoir besoin
d’aide pour le régler. J’ai des piles de rapports sur mon bureau qui
soulèvent cette question.
Mike Gardner has produced several for different factions of
the industry and they all point to that as being one of the
problems. Overcapacity is one. Self-rationalization is another and
the fly-by-nighters have constantly been a problem in various
Mike Gardner a produit plusieurs de ces rapports pour
différents groupes de l’industrie et ils indiquent tous qu’il s’agit
là d’un des problèmes. La surcapacité est un problème.
L’autorationalisation en est un autre et les gens sans scrupules
30-11-2012
Pêches et océans
12:153
sectors. The lobster industry at this point is the only one left that
has got money in it, so they will keep coming. They will keep
stealing a little money out of it, stealing a little more value and
taking a little more value. At the end of the day that value is not
being returned to communities in Nova Scotia, New Brunswick,
P.E.I., Newfoundland and Labrador, or Quebec. That money is
escaping. Instead, like I said in my county, we have companies in
Nova Scotia that lost millions and millions of dollars from people
who performed these sorts of stunts. I am sure everything is done
with the best of intention. I would not say that these people are
intentionally going out and running away from their bills, but
what they are doing is basically another example of a helterskelter process. They buy, sell or do whatever is going to be easy.
They will do this but it is not as easy as they think. I mean it is
tough to make money.
ont constamment été un problème dans différents secteurs.
L’industrie du homard à l’heure actuelle est la seule qui reste et
qui est rentable et donc ils continueront à venir. Ils vont continuer
à lui voler un peu d’argent, à lui voler un peu plus de valeur et lui
prendre un peu plus de valeur. En fin de compte, cette valeur n’est
pas restituée aux collectivités de la Nouvelle-Écosse, du NouveauBrunswick, de l’Île-du-Prince-Édouard, de Terre-Neuve-etLabrador ou du Québec. Cet argent s’échappe. Au lieu de cela,
comme je l’ai dit dans mon comté, nous avons des compagnies en
Nouvelle-Écosse qui ont perdu des millions et des millions de
dollars à cause de gens qui se sont livrés à ce genre de manœuvres.
Je suis certain que tout cela se fait avec les meilleures intentions.
Je ne dis pas que ces gens cherchent intentionnellement à se
débiner de leur dette, mais ce qu’ils font est un autre exemple de
processus désordonné. Ils achètent, vendent ou font tout ce qui est
facile à faire. Ils le font, mais ce n’est pas aussi facile qu’ils le
pensent. Je veux dire que c’est difficile de gagner de l’argent.
That goes to a question I heard Senator Unger address last
night, wondering about the middlemen making two and three
times their profits based on the backs of harvesters. It is untrue.
The lobster industry is riddled with myths, folklore and a lot of
the time basic lies. The margin used to be that you wanted your
50 cents and anything you could make above 50 cents was great.
Today you are playing with 35. It is going to cost you 15 to
18 cents just to get that product to market on a truck and then
you have to pay your employees. All of a sudden you are skating
on very thin ice.
Cela revient à la question posée par le sénateur Unger hier soir, à
propos des intermédiaires qui gagnaient deux et trois fois plus
d’argent au détriment des pêcheurs. Cela n’est pas vrai. L’industrie
du homard regorge de mythes, de folklore et souvent de véritables
mensonges. Auparavant, vous vouliez obtenir vos 50 cents et tout ce
que vous pouviez gagner au-delà de ce montant était formidable.
Aujourd’hui, il s’agit de 35 cents. Cela vous coûte 15 à 18 cents
uniquement pour acheminer ce produit vers le marché à bord d’un
camion et ensuite vous devez payer vos employés. Tout d’un coup,
vous vous retrouvez sur la corde raide.
These are all major problems that need to be addressed and the
Lobster Council, which I am proud to be a part of, is making
great strides in that. Legislation is about the only way we can do
it. It would be great if it could be recommended to the provinces
that they address this problem. If the federal government sees that
it could play a role in facilitating again that would be great, but
industry has its back against the wall and it is from harvesters
straight through to the processors. This is getting tougher by the
minute. We need to be cohesive. We need to be on a level playing
field. We need to be investing in this industry, not stealing from it.
Ce sont tous de graves problèmes qui doivent être résolus et le
Conseil du homard, dont je suis fier d’être membre, fait de grands
progrès à cet égard. La loi est le seul moyen d’y arriver. Ce serait
vraiment bien si l’on pouvait recommander aux provinces de
résoudre ce problème. Si le gouvernement fédéral estime qu’il
pourrait jouer un rôle de facilitateur une fois de plus, cela serait
excellent, mais l’industrie est acculée au pied du mur, des pêcheurs
jusqu’aux transformateurs. Les choses se compliquent de minute
en minute. Nous devons faire preuve de cohésion. Nous devons
être sur un même pied d’égalité. Nous devons investir dans cette
industrie et non pas l’exploiter.
Senator Poirier: On that issue and knowing that the legislation
for the buyer’s licence is provincial jurisdiction, are there any
communications or any ongoing talks? Have you approached the
provincial governments to see if this can be addressed? Are there
amendments you want to suggest to change the legislation? Are
you working with the province on this at all?
Le sénateur Poirier : À ce sujet et sachant que la législation
relative aux permis des acheteurs relève des provinces, y a-t-il des
communications ou des pourparlers en cours? Avez-vous
demandé aux gouvernements provinciaux s’ils pouvaient
résoudre ce problème? Y a-t-il des modifications que vous
désirez suggérer pour modifier la loi? Travaillez-vous avec la
province là-dessus?
Mr. Surette: Yes. I sit on a committee for Nova Scotia, a
processors’ committee that is co-chaired by industry and the
province. They are fully aware and every time we meet at the top
of the agenda is: When are we going to start addressing these
issues? It is not popular politically and therefore it gets pushed to
the back of the room.
M. Surette : Oui. Je siège à un comité pour la Nouvelle-Écosse,
un comité de transformateurs qui est coprésidé par l’industrie et la
province. Ils sont totalement au courant de la situation et chaque
fois que nous nous rencontrons, en tête d’ordre du jour, on peut
lire : quand allons-nous commencer à aborder ces enjeux? Cela
n’est pas populaire du point de vue politique et donc on a
tendance à le reléguer en queue de liste.
12:154
Fisheries and Oceans
30-11-2012
Like I say these reports have been out for over 10 years in some
instances in salt fish and ground fish. These are the sorts of
problems we need to address and regretfully nobody has the will
on the political side of the spectrum to go forward with these
tough changes.
Comme je l’ai dit, ces rapports existent depuis plus de 10 ans
dans certains cas pour le poisson salé et le poisson de fond. Voilà
le genre de problème que nous devons résoudre et
malheureusement personne ne veut, du côté politique, aller de
l’avant avec ces changements difficiles.
People are losing money repeatedly. There are shrinking
workforces. I am watching my province move to Alberta. The
jobs are not there anymore because we do not have the value. That
value is being sucked out of the industry and we need to put a stop
to it. Yes, we are working but it has not been taken seriously.
Les gens perdent constamment de l’argent. Les effectifs se
rétrécissent. Je regarde les gens dans ma province déménager en
Alberta. Les emplois ne sont plus là, car nous n’avons plus la
valeur. Cette valeur est en train d’être siphonnée de l’industrie et
nous devons y mettre fin. Effectivement, nous y travaillons, mais
la chose n’a pas été prise au sérieux.
The Chair: On that note we went through it back in
Newfoundland and Labrador a few years ago in relation to
trying to create a raw market sharing system. The big issue that
came up—and maybe this is an opportunity for you to address it
here—over and over and over again was the elimination of
competition for fishermen to be able to sell. That seemed to be the
concern of the people in my neck of the woods in Newfoundland.
They were afraid of consolidation of the fish buyers,
consolidation of plants or consolidation of people who were
actually on the wharf buying their product. The concern was the
negative impact that it would have on fair competition and free
enterprise for the fishermen to sell to whom they liked.
Le président : À ce sujet, nous avons abordé la question à
Terre-Neuve-et-Labrador, il y a quelques années de cela pour
essayer d’y créer un système de partage du marché. Le gros enjeu
qui en est ressorti — et peut-être que c’est ici une occasion pour
vous d’en parler — à plusieurs reprises, c’était l’élimination de la
concurrence afin que les pêcheurs puissent vendre. Cela semblait
être l’inquiétude des gens dans ma région à Terre-Neuve-etLabrador. Ils avaient peur de la fusion entre acheteurs de
poissons, la fusion des usines ou la fusion entre les gens qui étaient
en fait sur le quai pour acheter leurs produits. L’inquiétude
concernant les effets négatifs que cela aurait sur la concurrence
loyale et la libre entreprise pour les pêcheurs pour qu’ils puissent
vendre à qui ils voulaient.
We all know that many fishermen are tied in with different
companies and so on and so forth, but that was the concern raised
with me. I was a provincial MLA at the time. Over and over and
over again everywhere I went that was a concern to people.
Nous savons tous que de nombreux pêcheurs sont liés à
différentes compagnies, mais c’était là l’inquiétude dont on m’a
fait part. J’étais député provincial à l’époque. Partout où je me
rendais, c’était de cela que les gens me parlaient incessamment.
There may be an opportunity to address that when it comes to
reducing the amount of buyers. I understand where you are
coming from because I have people I know very well in the
processing industry also. It is balancing that with the issue you
raised here this morning in that regard in my view.
On pourrait peut-être résoudre ce problème en réduisant le
nombre d’acheteurs. Je comprends votre situation, car je connais
très bien des gens qui sont également dans l’industrie de la
transformation. À cela vient s’ajouter la question que vous avez
soulevée ce matin à cet égard.
Mr. Surette: I fully understand and I am not asking to see
competition eliminated. I mean I would like to see a cap. I do not
want to see the number of buyers shrink, much like I do not want
to see the number of harvesters shrink. Nor do I want to see the
number of harvesters increase. I think we need to have a level
playing field on both sides.
M. Surette : Je comprends tout à fait et je ne demande pas à ce
que l’on élimine toute la concurrence. Ce que je veux dire, c’est
que j’aimerais qu’un plafond soit imposé. Je ne veux pas voir le
nombre d’acheteurs diminuer, tout comme je ne veux pas non plus
voir le nombre de pêcheurs diminuer. Je ne veux pas que le
nombre de pêcheurs augmente non plus. Je crois que les règles du
jeu doivent être équitables des deux côtés.
As for the owner-operator policy Minister Ashfield made very
clear that is here to stay. That is creating a two-tier system. By
allowing anybody and everybody to come in and buy lobsters
while fishermen are basically capped with licences—they are not
issuing those anymore—we are creating a two-tier system and that
is not going to help matters.
Pour ce qui est de la politique sur les propriétaires-exploitants,
le ministre Ashfield a dit très clairement qu’elle n’allait pas
disparaître. Cela crée un système à deux vitesses. En permettant à
n’importe qui de venir acheter du homard alors que les pêcheurs
doivent respecter les limites assorties à leur permis — on n’émet
désormais plus ces permis —, on finit par créer un système à deux
vitesses, ce qui ne va pas aider à résoudre les problèmes.
I do not want to see the lobster industry reduced to three
lobster buyers in five provinces. I do not want to see that. The
companies that have been there for 60 and 70 years have made
contributions to their communities. They have put infrastructures
in their communities. I want to see them be allowed to survive
Je ne veux pas voir l’industrie du homard réduite à trois
acheteurs dans cinq provinces. Ce n’est pas ce que je souhaite. Les
compagnies qui sont là depuis 60 et 70 ans ont contribué à leurs
collectivités. Elles ont mis en place des infrastructures dans leurs
collectivités. Mais je voudrais que ces compagnies puissent
30-11-2012
Pêches et océans
12:155
because they put in the effort, because they are planning and
because they are trying to run a business. They are not in there
trying to make a fast buck. That is what we have got to see go.
survivre, car elles déploient les efforts voulus, planifient leurs
activités et s’efforcent de faire tourner une entreprise. Elles ne sont
pas là pour essayer de s’en mettre rapidement plein les poches.
C’est à cela que nous devons mettre fin.
No, I do not want to see a consolidation that would reduce the
number of buyers. I think we need to see a cap on it, much as we
have got a cap on harvesting.
Non, je ne veux pas assister à une fusion qui réduirait le
nombre d’acheteurs. Je crois que nous devons y imposer un
plafond, tout comme nous le faisons pour la pêche.
The Chair: That is a good point.
Le président : C’est un bon point.
Senator Unger: I have one question that could be to both of
you. Since 2009 the federal government has invested millions of
dollars in the industry and money has been provided from that to
the LCC. Has this situation changed beneficially in any way? If
not, are there one or two reasons you could give me?
Le sénateur Unger : J’ai une question qui pourrait s’adresser à
vous deux. Depuis 2009, le gouvernement fédéral a investi des
millions de dollars dans l’industrie et une partie de ces fonds ont
été transférés au CCH. La situation s’est-elle améliorée d’une
façon ou d’une autre? Si ce n’est pas le cas, y a-t-il une ou deux
raisons que vous pourriez me donner?
Mr. Surette: I want to say that money has made a world of
difference within the industry. If for nothing else it brings people
together in a room where they can actually have conversations.
M. Surette : Je voudrais dire que cet argent a fait une énorme
différence au sein de l’industrie. Ne serait-ce que parce qu’elle a
permis de réunir les gens dans une salle, où ils pouvaient avoir des
conversations.
At my first Lobster Council meeting I was nervous to be in that
room basically because there were some people in that room that I
had known for a long time through the business. I knew who they
were, reputable people, big-time players. To see them in a room
with harvesting groups I assumed was going to come to fisticuffs.
That is the way the lobster industry is at wharf level. I mean they
are adversaries. Although there were 15 people in the room there
were probably 25 opinions. People did it respectfully and
courteously. That in itself is a step in the right direction. That is
what the Lobster Council is doing and that is what the Lobster
Council I think is going to continue to do in different ways.
Lors de ma première réunion du Conseil du homard, j’étais
nerveux, car il y avait des gens dans la salle que je connaissais
depuis longtemps par l’entremise de ma compagnie. Je savais qui
ils étaient, des gens réputés, des gros joueurs. De les voir ainsi
dans la salle avec des groupes de pêcheurs, je me suis dit que la
rencontre allait se terminer par des coups de poing. C’est ainsi que
les gens de l’industrie du homard se comportent sur les quais. Ils
se voient comme des adversaires. Même s’il y avait 15 personnes
dans la salle, il y avait probablement 25 opinions différentes. Mais
les gens se sont comportés de manière respectueuse et courtoise.
C’est un pas dans la bonne direction. C’est ce que fait le Conseil
du homard, et je pense que c’est ce qu’il va continuer de faire de
différentes façons.
It was phenomenal to see what the working groups went
through last winter. People sat around the table from many
different areas of the country and different areas of the industry
to bang their heads together, to be productive and to come out
with what they came out with. It is a big step for the lobster
industry. It has always been a divisive and adversarial industry,
much more so than many of the other fisheries.
C’était extraordinaire de voir ce que les groupes de travail ont
vécu l’hiver dernier. Des gens de différentes régions du pays et de
différents secteurs de l’industrie se sont réunis pour rassembler
leurs idées, être productifs et en arriver au résultat auquel ils sont
parvenus. Il s’agit d’une étape importante pour l’industrie du
homard. Elle a toujours été une industrie divisée et antagoniste,
bien plus que pour les autres types de pêche.
It is refreshing to see at this point that we all realize we are in it
together. There is one lobster industry. We are all part of it. To
see us be able to sit around the table is your money’s worth right
there. Only good things are going to come from that if we
continue to do that and we are seeing that now. I think
Mr. Malloy will agree.
Il est agréable de voir que nous savons maintenant tous que
nous sommes dans le même bateau. Il n’y a qu’une seule industrie
du homard. Nous en faisons tous partie. Que nous ayons pu tous
nous asseoir autour de la table est tout un exploit. Il n’y a que des
bonnes choses qui vont découler de cela si nous continuons sur
cette voie, et nous nous en rendons compte maintenant. Je crois
que M. Malloy sera d’accord avec moi.
Mr. Malloy: At the end of the day a lot of money has been put
into this problem as far as money that was put into the LCC.
More or less our statement is that we appreciate what government
has put in but by no means is it enough. The problem is that you
have an organization, the LCC, where you have one employee, an
executive director. All the other work is done is by the executive
and then by the board of directors.
M. Malloy : Au bout du compte, beaucoup d’argent a été
investi pour résoudre ce problème, si l’on regarde les fonds qui ont
été versés au CCH. Le problème, c’est que vous avez une
organisation, le CCH, où vous avez un employé, un directeur
exécutif. Tout le reste du travail est fait par l’exécutif et le conseil
d’administration.
12:156
Fisheries and Oceans
30-11-2012
We stretch out as much as we possibly can to as many
members. The whole idea is trying to push for more funding, for it
to be self-funded, to get that pot of money. You can look at
models like Alaska and what is taking place in Maine. They have
a problem. They have an issue. They need to put money into
marketing. When we bring it up it is that you have to jump
though this hoop and you have to jump through that hoop.
Nous faisons notre possible pour rejoindre un maximum de
membres. Nous essayons de solliciter plus de financement pour
pouvoir nous autofinancer et avoir accès à cette source d’argent.
Vous pouvez regarder le modèle de l’Alaska et ce qui se fait dans le
Maine. L’industrie est aux prises avec un problème. Elle éprouve
des difficultés. Elle doit investir dans la commercialisation.
Lorsqu’on le mentionne, il faut faire des pirouettes par-ci et faire
des pirouettes par-là.
Provinces really do not want to give you that money, but it is
politically not the greatest if they bring in legislation to extract a
penny a pound or whatever the number is from the industry. It
might take the next five years before that will ever happen.
Les provinces ne veulent vraiment pas vous donner cet argent,
mais du point de vue politique, ce n’est pas la meilleure solution
pour elles d’adopter une loi pour extraire un cent la livre ou quel
que soit le montant de l’industrie. Cela pourrait prendre cinq ans
avant même que cela se produise.
The provinces and the federal government have to either step
up and fund the LCC properly so that we have people in there for
communications, so that the information is communicated to
fishermen in both official languages, so that we can expand the
marketing efforts and that type of thing, and not have just one
executive director that is constantly for 11.5months of the year
trying to get enough funding to keep the LCC going. Half of the
time of our meetings is taken up in figuring out how we can keep
the funding going. Who we are going to get? Can we get some
money or some contribution from processors, fishermen groups
and all the rest of an industry that has not been making any
money? Can we get them to kick in money to do this on an
individual basis?
Les provinces et le gouvernement fédéral doivent répondre à
l’appel et financer le CCH comme il se doit pour que nous ayons
du personnel chargé des communications, que l’information soit
communiquée aux pêcheurs dans les deux langues officielles et
que nous puissions élargir nos efforts de commercialisation, entre
autres, et ne pas seulement compter sur un directeur exécutif qui
s’efforce pendant 11 mois et demi de l’année de trouver
suffisamment de fonds pour maintenir le CCH en vie. Nous
passons la moitié de nos réunions à essayer de voir comment nous
pouvons maintenir notre financement. Qui allons-nous trouver?
Pouvons-nous obtenir de l’argent ou une sorte de contribution des
transformateurs, des groupes de pêcheurs et de tous les autres
intervenants d’une industrie qui ne réalise pas de bénéfices?
Pouvons-nous faire en sorte qu’ils versent de l’argent à titre
personnel?
In my opinion we have to do some of the things that other
jurisdictions have done. I am not saying easily. Maine decided
that they were going to bring in a marketing program and extract
money from the industry. They brought in legislation. Instead we
have talked with the provinces. Yes, we are talking with five
different provinces and it is against a brick wall.
À mon avis, nous devons prendre quelques-unes des mesures
que d’autres régions ont prises. Je ne dis pas que ce sera facile. Le
Maine a décidé qu’il allait mettre sur pied un programme de
commercialisation et soutirer de l’argent à l’industrie. Il a adopté
une loi. Au lieu de faire pareil, nous avons discuté avec les
provinces. Oui, nous parlons avec cinq provinces différentes et
nous nous heurtons à un mur.
What about money from other areas? There is the great job
that the Alaskan project has done. We can pick up any magazine.
We can go to any seafood show. We can go to any of those types
of things and they are front and centre. They have done a
remarkable job of marketing their product.
Qu’en est-il de l’argent des autres domaines? Il y a le travail
exceptionnel qui a été effectué dans le cadre du projet de l’Alaska.
Nous pouvons ouvrir n’importe quelle revue et assister à n’importe
quel salon sur les fruits de mer et à d’autres d’événements de ce
genre, le projet sera mis à l’avant-plan. L’Alaska a fait un travail
remarquable pour commercialiser ses produits.
Maine lobster right now is creeping up there and it has
surpassed us. I mean customers over in China. There is Canadian
lobster going in there and they are calling them Boston lobster,
just because they have done a lot better job of marketing their
brand. We have to do that. Whether it is the industry, whether it
is government or whoever it is that is going to fund this, let us just
get it done one way or the other. If the governments are not
willing to take it on themselves and they want industry to do it
then give us the legislation to allow us to do it and be done with it
so that the money can be spent and spent in the right manner to
increase the value of what we are bringing out of the water.
L’industrie du homard dans le Maine prend de l’ampleur à
l’heure actuelle et nous a même surpassés. Et je parle des clients
jusqu’en Chine. On y envoie du homard canadien et les Chinois
l’appellent du homard de Boston, simplement parce que le Maine
fait un bien meilleur travail pour commercialiser sa marque. Il
faut faire la même chose. Qu’il s’agisse de l’industrie, du
gouvernement ou de quiconque est prêt à offrir du financement,
assurons-nous de faire le nécessaire d’une façon ou d’une autre. Si
les gouvernements ne veulent pas s’en charger eux-mêmes et
veulent que l’industrie le fasse, eh bien, qu’ils nous donnent une
loi qui nous permette de le faire et finissons-en pour que l’argent
puisse être dépensé judicieusement afin d’accroître la valeur de ce
que nous sortons de l’eau.
30-11-2012
Pêches et océans
12:157
Senator Unger: In what way has ACOA helped in your efforts
and provided assistance, money or otherwise?
Le sénateur Unger : De quelle manière l’APECA vous a-t-elle
aidés dans vos efforts et vous est-elle venue en aide,
financièrement ou d’une autre manière?
Mr. Malloy: I can only speak for my company. It has used
ACOA over a number of years in different projects we have taken
part in. It has given us the ability to be able to do different
projects. One project we have through ACOA was a crab line that
has enabled us to extend crab season and so on.
M. Malloy : Je ne peux parler que pour ma compagnie. Nous
nous sommes servis de l’APECA pendant un certain nombre
d’années dans différents projets auxquels nous avons participé.
Elle nous a permis de mener à bien différents projets. L’un d’eux,
que nous avons pu mener grâce à l’APECA, concernait une
chaîne de production de crabe qui nous a permis de prolonger la
saison du crabe, entre autres.
As far as the industry in general and ACOA I think the
intentions were right. I think there were some good projects. I do
not know enough about what was accomplished in the other
provinces or how all the money was spent. I know with the money
spent through ACOA on P.E.I. there were some good projects
done that will help the industry in the long run. All that
information has to be coordinated and shared a little more by
ACOA. At the end of the day I think the money that was spent
was not completely wasted on their part.
Pour ce qui est de l’industrie en général et de l’APECA, je crois
que les intentions étaient bonnes. Je crois qu’il y a eu de bons
projets. Je n’en sais pas assez sur les réalisations dans les autres
provinces ni sur la façon dont tous les fonds ont été dépensés. Je sais
qu’avec l’argent dépensé par l’entremise de l’APECA à l’Île-duPrince-Édouard, il y a eu certains bons projets qui aideront
l’industrie à long terme. Toute cette information a été coordonnée et
communiquée un peu plus par l’APECA. En fin de compte, je crois
que l’argent qui a été dépensé n’a pas été complètement gaspillé.
The Chair: Since we began our study, we have heard nothing
but positive comments on the Lobster Council of Canada. I have
been involved with some of these organizations over the years and
it takes a while to get a footing, but I am sure my committee
members and I think it is headed in the right direction. Maybe we
need a little extra push from some of the suggestions you made
today.
Le président : Depuis le début de notre étude, nous n’avons
entendu que des commentaires positifs sur le Conseil canadien du
homard. Au fil des ans, j’ai eu l’occasion de travailler avec
certaines de ces organisations et il faut un certain temps avant de
se familiariser avec ces dernières, mais je suis certain que mes
collègues et moi-même pensons que les choses vont dans la bonne
direction. Nous avons peut-être besoin d’un petit coup de pouce
supplémentaire avec certaines des suggestions que vous avez faites
aujourd’hui.
As with any avenue of government, if you see a concentrated
effort by the industry it bodes well. I think we need to get to a
point but how we get there could be through legislation or some
other route. It is always a little easier to get a dollar when you
have a dollar. If there is something on the table from the industry
and all the players in the industry in my experience of 20 years it
makes it a hell of a lot easier to get both levels of government
onside too.
Comme dans n’importe quelle initiative du gouvernement, si
vous voyez des efforts concertés de la part de l’industrie, cela
augure bien. Je crois qu’il faut aller de l’avant, mais devrions-nous
procéder par l’entremise d’une loi ou autrement? C’est toujours
plus facile d’obtenir un dollar lorsqu