Fisheries AND OCEANS Pêches ET DES OCÉANS

Fisheries AND OCEANS Pêches ET DES OCÉANS
First Session
Forty-first Parliament, 2011
Première session de la
quarante et unième législature, 2011
Proceedings of the Standing
Senate Committee on
Délibérations du Comité
sénatorial permanent des
Fisheries AND OCEANS
Pêches ET DES OCÉANS
Chair:
Président :
The Honourable FABIAN MANNING
L’honorable FABIAN MANNING
Tuesday, December 6, 2011
Le mardi 6 décembre 2011
Issue No. 4
Fascicule no 4
Fifth meeting on:
Cinquième réunion concernant :
The study on the management of the grey seal
population off Canada’s East Coast
L’étude de la gestion de la population de phoques
gris au large de la côte est du Canada
WITNESSES:
(See back cover)
TÉMOINS :
(Voir à l’endos)
49241
STANDING SENATE COMMITTEE ON
FISHERIES AND OCEANS
COMITÉ SÉNATORIAL PERMANENT DES
PÊCHES ET DES OCÉANS
The Honourable Fabian Manning, Chair
Président : L’honorable Fabian Manning
The Honourable Elizabeth Hubley, Deputy Chair
Vice-présidente : L’honorable Elizabeth Hubley
and
et
The Honourable Senators:
Les honorables sénateurs :
Cochrane
* Cowan
(or Tardif)
Harb
* LeBreton, P.C.
(or Carignan)
Losier-Cool
Lovelace Nicholas
MacDonald
Oliver
Patterson
Poirier
Poy
Raine
Cochrane
* Cowan
(ou Tardif)
Harb
* LeBreton, C.P.
(ou Carignan)
Losier-Cool
*Ex officio members
* Membres d’office
(Quorum 4)
(Quorum 4)
Published by the Senate of Canada
Available on the Internet: http://www.parl.gc.ca
Publié par le Sénat du Canada
Disponible sur internet: http://www.parl.gc.ca
Lovelace Nicholas
MacDonald
Oliver
Patterson
Poirier
Poy
Raine
6-12-2011
Pêches et océans
MINUTES OF PROCEEDINGS
PROCÈS-VERBAL
OTTAWA, Tuesday, December 6, 2011
(10)
OTTAWA, le mardi 6 décembre 2011
(10)
4:3
[Traduction]
[English]
The Standing Senate Committee on Fisheries and Oceans met
this day at 5:12 p.m., in room 9, Victoria Building, the chair,
the Honourable Fabian Manning, presiding.
Le Comité sénatorial permanent des pêches et des océans se
réunit aujourd’hui à 17 h 12, dans la pièce 9 de l’édifice Victoria,
sous la présidence de l’honorable Fabian Manning (président).
Members of the committee present: The Honourable Senators
Cochrane, Hubley, Losier-Cool, MacDonald, Manning, Oliver,
Patterson, Poirier, Poy and Raine (10).
Membres du comité présents : Les honorables sénateurs
Cochrane, Hubley, Losier-Cool, MacDonald, Manning, Oliver,
Patterson, Poirier, Poy et Raine (10).
Other senator present: The Honourable Senator Watt (1).
Autre sénateur présent : L’honorable sénateur Watt (1).
In attendance: Claude Emery, Analyst, Parliamentary
Information and Research Services, Library of Parliament.
Également présent : Claude Emery, analyste, Service
d’information et de recherche parlementaires, Bibliothèque du
Parlement.
Pursuant to the order of reference adopted by the Senate on
Thursday, October 20, 2011, the committee continued its study
on the management of the grey seal population off Canada’s East
Coast. (For complete text of the order of reference, see proceedings
of the committee, Issue No. 2.)
Conformément à l’ordre de renvoi adopté par le Sénat
le jeudi 20 octobre 2011, le comité poursuit son étude sur la
gestion de la population de phoques gris au large de la côte Est du
Canada. (Le texte intégral de l’ordre de renvoi figure au
fascicule no 2 des délibérations du comité.)
WITNESSES:
TÉMOINS :
NuTan Furs Inc.:
NuTan Furs Inc. :
Dion Dakins, Director.
Dion Dakins, directeur.
Fur Institute of Canada:
Institut de la fourrure du Canada :
Rob Cahill, Executive Director.
Rob Cahill, directeur exécutif.
University of Prince Edward Island:
Université de l’Île-du-Prince-Édouard :
Pierre-Yves Daoust, Professor of Anatomic Pathology and
Wildlife Pathology, Atlantic Veterinary College.
Pierre-Yves Daoust, professeur de pathologie anatomique et de
pathologie de la faune, Collège vétérinaire de l’Atlantique.
M. Dakins, M. Cahill and M. Daoust each made a statement
and, together, answered questions.
MM. Dakins, Cahill et Daoust font chacun une déclaration
puis, ensemble, répondent aux questions.
At 7:05 p.m., the committee adjourned to the call of the chair.
À 19 h 5, le comité s’ajourne jusqu’à nouvelle convocation de la
présidence.
ATTEST:
ATTESTÉ :
La greffière du comité,
Danielle Labonté
Clerk of the committee
4:4
Fisheries and Oceans
6-12-2011
EVIDENCE
TÉMOIGNAGES
OTTAWA, Tuesday, December 6, 2011
OTTAWA, le mardi 6 décembre 2011
The Standing Senate Committee on Fisheries and Oceans met
this day at 5:12 p.m. to study the management of the grey seal
population off Canada’s East Coast.
Le Comité sénatorial permanent des pêches et des océans se
réunit aujourd’hui à 17 h 12 pour étudier la gestion de la
population des phoques gris au large de la côte est du Canada.
Senator Fabian Manning (Chair) in the chair.
[English]
Le sénateur Fabian Manning (président) occupe le fauteuil.
[Traduction]
The Chair: It is my pleasure to welcome you to this meeting of
the Standing Senate Committee on Fisheries and Oceans.
My name is Fabian Manning. I am a senator from
Newfoundland and Labrador, and I am chair of this committee.
Le président : Je suis ravi de vous accueillir à cette séance du
Comité sénatorial permanent des pêches et des océans. Mon nom
est Fabian Manning, je suis sénateur de Terre-Neuve-et-Labrador
et je préside ce comité.
Before I ask the witnesses to say a few words, I would like to
invite them to introduce themselves to the committee, please.
Avant de laisser nos témoins nous dire quelques mots,
j’aimerais les inviter à se présenter au comité, s’il vous plaît.
Dion Dakins, Director, NuTan Furs Inc.: I am Dion Dakins,
from NuTan Furs Incorporated, Trinity Bay, Newfoundland. I
am also chairman of the Sealing Committee of the Fur Institute of
Canada, and I sit on the board of the Fur Institute of Canada as
well.
Dion Dakins, directeur, NuTan Furs Inc. : Je m’appelle Dion
Dakins, de NuTan Furs Incorporated, à Trinity Bay, à TerreNeuve. Je suis également président du comité de la chasse au
phoque de l’Institut de la fourrure du Canada, dont je suis
membre du conseil d’administration.
Rob Cahill, Executive Director, Fur Institute of Canada: I am
Rob Cahill, executive director of the Fur Institute of Canada here
in Ottawa.
Rob Cahill, directeur exécutif, Institut de la fourrure du
Canada : Je suis Rob Cahill, directeur exécutif de l’Institut de la
fourrure du Canada, ici, à Ottawa.
Pierre-Yves Daoust, Professor of Anatomic Pathology and
Wildlife Pathology, Atlantic Veterinary College, University of
Prince Edward Island: I am Pierre-Yves Daoust. I am a wildlife
veterinarian at the Atlantic Veterinary College, University of
Prince Edward Island, and I am on the board of directors of the
Fur Institute of Canada, representing the Canadian Association
of Zoo and Wildlife Veterinarians.
Pierre-Yves Daoust, professeur de pathologie anatomique et de
pathologie de la faune, Collège vétérinaire de l’Atlantique,
Université de l’Île-du-Prince-Édouard : Je m’appelle Pierre-Yves
Daoust. Je suis vétérinaire de la faune au Collège vétérinaire de
l’Atlantique de l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard, et je suis
membre du conseil d’administration de l’Institut de la fourrure du
Canada en tant que représentant de l’Association canadienne des
vétérinaires de zoo et de la faune.
The Chair: Thank you very much. The committee is continuing
its study on the management of the grey seal population off
Canada’s East Coast. We are hearing from the witnesses today to
add to the discussion we have been having for the past number of
weeks and intend to have for the next number of months. We are
hoping to present a report to the Senate by June of 2012, if
possible. On behalf of members of the committee, I would like to
thank our witnesses for being here today. I would now ask that
the senators introduce themselves to you.
Le président : Merci beaucoup. Le comité poursuit son étude
sur la gestion de la population des phoques gris au large de la côte
est du Canada. Les témoignages que vous présenterez aujourd’hui
s’ajouteront aux discussions que nous avons depuis quelques
semaines et que nous souhaitons poursuivre au cours des
prochains mois. Nous espérons être en mesure de présenter un
rapport au Sénat au plus tard en juin 2012. Au nom des membres
du comité, j’aimerais remercier les témoins d’être venus nous
parler aujourd’hui. Je demanderai maintenant aux sénateurs de se
présenter.
Senator MacDonald: I am Senator Michael MacDonald, from
Cape Breton Island, Nova Scotia.
Le sénateur MacDonald : Je suis Michael MacDonald,
de l’île du Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse.
Senator Hubley: Senator Elizabeth Hubley from
Prince Edward Island.
Le sénateur Hubley : Je suis Elizabeth Hubley, de l’Île-duPrince-Édouard.
6-12-2011
Pêches et océans
[Translation]
Senator Losier-Cool: Senator Losier-Cool, from
New Brunswick.
[English]
4:5
[Français]
Le sénateur Losier-Cool : Sénatrice Losier-Cool, du NouveauBrunswick.
[Traduction]
Senator Cochrane: Senator Ethel Cochrane from the west coast
of Newfoundland.
Le sénateur Cochrane : Ethel Cochrane, de la côte ouest de
Terre-Neuve.
Senator Raine: I am Senator Nancy Raine from the West Coast
of Canada.
Le sénateur Raine : Je suis Nancy Raine, de la côte ouest du
Canada.
[Translation]
Senator Poirier: My name is Rose-May Poirier, from
New Brunswick.
[English]
Senator Poy: I am Senator Vivienne Poy, from Toronto,
Ontario.
Senator Patterson: Dennis Patterson, senator from Nunavut.
The Chair: As you can see, we have people from right across
the country. We are just joined by?
Senator Watt: Senator Watt from Nunavik.
[Français]
Le sénateur Poirier : Je suis Rose-May Poirier, du NouveauBrunswick.
[Traduction]
Le sénateur Poy : Je suis Vivienne Poy, de Toronto, en Ontario.
Le sénateur Patterson : Dennis Patterson, sénateur du
Nunavut.
Le président : Comme vous voyez, les membres viennent de
partout au pays. Qui vient de se joindre à nous?
Le sénateur Watt : Le sénateur Watt, du Nunavik.
The Chair: Our study started a few weeks ago, and we have had
some great presentations here. We look forward to having more
over the next couple months and to doing some travelling to the
East Coast of Canada as we do that.
Le président : Nous avons commencé notre étude il y a
quelques semaines et nous avons entendu quelques excellents
exposés. Nous sommes impatients d’en entendre d’autres au fil
des prochains mois et pour ce faire, nous irons faire un tour sur la
côte est du Canada.
We have asked the witnesses to make some opening remarks.
Following the opening remarks, we will have questions and
answers from senators, for an hour or an hour and 45 minutes.
Whoever would like to go first, feel free to do so. We look
forward to hearing from you.
Nous avons demandé aux témoins de présenter leurs
observations préliminaires. Ensuite, nous aurons une période de
questions avec les sénateurs, qui devrait durer une heure ou une
heure 45 minutes. Si vous êtes prêt à passer en premier, allez-y.
Nous avons hâte de vous entendre.
Mr. Dakins: Thank you very much. As chair of our committee,
I would like to thank everyone for this opportunity to present on
an issue that is becoming certainly an ecological challenge for the
eastern provinces of Canada, recognizing that there are also some
of our committee members from B.C. who are actively pursuing
and who continue to liaise with the government on initiatives to
manage seal populations on the West Coast of Canada.
M. Dakins : Merci beaucoup. En tant que président de notre
comité, j’aimerais remercier tout le monde pour cette occasion de
parler d’un enjeu qui est sans doute en train de devenir un défi
écologique pour les provinces de l’est du Canada, et j’aimerais
souligner que certains membres de notre comité viennent de la
Colombie-Britannique, et ils travaillent d’arrache-pied sur des
initiatives de gestion des populations de phoques sur la côte ouest
du Canada. À ce sujet, ils sont toujours en communication avec le
gouvernement.
This issue is globally reaching a pinnacle, I believe, in terms of
management of seal-fish interactions and how nations that have
seal resources will manage going forward. Certainly, the challenge
as it pertains to grey seals has come to a head. We follow closely
on the East Coast of Canada the Fisheries Resource Conservation
Council’s, FRCC’s, recommendation for the recent cull of grey
seals. Our committee has been involved particularly with grey
seals in discussing options for management for some years now,
based on our membership out of Nova Scotia. Our company, the
À mon avis, à l’échelle planétaire, la question relative à la
gestion des interactions entre les phoques et les poissons est plus
importante que jamais; c’est de même pour la question de la
gestion future des ressources en phoques par les pays où ils sont
présents. Les enjeux concernant les phoques gris sont capitaux.
Au large de la côte est du Canada, nous respectons à la lettre la
recommandation du Conseil pour la conservation des ressources
halieutiques relativement à la chasse au phoque gris. Notre comité
se concentre sur le phoque gris et discute des options liées à leur
4:6
Fisheries and Oceans
6-12-2011
company I am employed by, NuTan Furs Incorporated, has been
involved in attempts to develop a grey seal industry in Nova
Scotia region, particularly on Hay Island, for nearly 10 years now.
gestion depuis quelques années maintenant avec nos membres
situés au large de la Nouvelle-Écosse. Notre entreprise, celle pour
laquelle je travaille, NuTan Furs Incorporated, participe aux
efforts de mise sur pied d’une industrie liée au phoque gris dans la
région de la Nouvelle-Écosse, en particulier sur l’île de Hay,
depuis une dizaine d’années.
You will notice that I did bring some hides with me. Those are
juvenile or younger-age-class grey seals. We purchase them from
Nova Scotia fishermen, dress them and market the products to try
to figure out what the acceptability of the product to the market
is. We also produce Terra Nova Omega 3 seal oil capsules, which
we market internationally and here in Canada. The oil of the harp
seal was also evaluated for suitability for this type of product, and
it is suitable. I understand, though our company was not directly
involved, that other companies also investigated the suitability of
seal meat from both younger and older animals as a marketable
product, and it shows that it can be marketed, in fact.
Vous remarquerez que j’ai apporté quelques fourrures avec
moi. Il s’agit de jeunes phoques ou de phoques faisant partie du
groupe d’âge le plus jeune. Nous les achetons de pêcheurs de
Nouvelle-Écosse, nous les corroyons et mettons les produits en
marché de manière à en connaître l’acceptabilité sur le marché.
Nous produisons également des capsules d’huile de phoque
oméga-3 de marque Terra Nova, que nous mettons en marché
partout dans le monde, y compris ici même, au Canada. L’huile
du phoque du Groenland a également été évaluée pour ce type de
produit et elle convient à cet usage. Même si notre entreprise
n’était pas directement impliquée, j’ai cru comprendre que
d’autres entreprises avaient étudié la possibilité de vendre la
viande des phoques, jeunes et moins jeunes, comme produits, et en
fait, il y a un marché pour ces produits.
We look at this abundant resource of grey seals, and we see an
opportunity. We do not see it necessarily as a pest, though we see
it as a challenge. The discussion of seal-fish interactions is
becoming extremely heated right now in Atlantic Canada because
fishermen are experiencing tough economic times and decreasing
quotas in nearly all species. Meanwhile, we have grey seals in the
same area competing for the same resources.
Nous examinons cette ressource abondante que constitue le
phoque gris et nous voyons là une occasion. Nous ne le
considérons pas nécessairement comme un parasite, même s’il
constitue un défi pour nous. Le débat concernant les interactions
entre les phoques et les poissons est de plus en plus vigoureux en
ce moment dans les provinces de l’Atlantique parce que les
pêcheurs, qui voient leurs quotas diminuer chez presque toutes les
espèces, vivent des moments difficiles sur le plan économique.
Pendant ce temps, les phoques gris, dans la même région, leur font
concurrence pour les mêmes ressources.
We believe that, as Canadians, we should be adhering to the
basic principles as they were established by the Malouf
commission some years ago. Our federal government spent
some time and effort and money to figure out the guiding
principles for the harvesting of marine mammals. What they
found at that time was that as long as we did not endanger the
species, conservation was adhered to, best practices were
employed from an animal welfare perspective, and the end use
is pragmatic or practical use of the products, be it hides or meat or
oil, we could achieve international endorsement for our products.
Under the International Union for Conservation of Nature,
IUCN, all nations prescribe to the wise and sustainable use of this
world’s natural resources.
En tant que Canadiens, nous croyons que nous devrions
respecter les principes de base établis par la commission Malouf il
y a quelques années. Le gouvernement fédéral a mis du temps, de
l’argent et des efforts pour comprendre les principes qui régissent
l’exploitation des mammifères marins. À l’époque, on avait
conclu que tant que nous ne mettions pas une espèce en danger,
que nous en faisions la conservation, que les pratiques
exemplaires étaient utilisées du point de vue du bien-être de
l’animal, et que l’utilisation finale des produits était pragmatique
ou pratique, que ce soit la fourrure, la viande ou l’huile, nous
aurions l’appui de la communauté internationale pour ces
produits. Selon l’Union internationale pour la conservation de
la nature (UICN), tous les pays visent l’utilisation sage et durable
des ressources naturelles de la planète.
I am available to answer any questions on our development
initiatives. When both our executive director Rob Cahill and one
of my colleagues at the Fur Institute present on their animal
welfare and broader perspectives on fur use, particularly as it
pertains to grey seals, I think we can certainly realize that we are
not alone in this discussion.
Je suis à votre disposition pour répondre à toute question sur
nos initiatives de développement. Lorsque notre directeur exécutif
Rob Cahill, ainsi qu’un de mes collègues de l’Institut de la
fourrure parleront du bien-être des animaux et de leur point de
vue général sur l’utilisation de la fourrure, en particulier par
rapport au phoque gris, je pense que nous pourrons aisément
réaliser que nous ne sommes pas les seuls intervenants dans le
débat.
6-12-2011
Pêches et océans
4:7
If you look at such a piece of work as this, this was endorsed by
the European Union only five years ago, and there are continuing
initiatives within the European Union to commercialize the
products of their own grey seal harvest. On the back of this cover
and on some other promotional materials, you will see that the
European parliament was the key contributor to the tune of
500,000 euros for a three-year program. All the products they
secured were grey seals. In fact, from the Europeans, we can
possibly have a little leg-up and a little bit of the work already
pre-done for us so we are not starting at ground zero.
Si vous jetez un coup d’œil à cet ouvrage, vous constaterez que
celui-ci a été approuvé par l’Union européenne il y a à peine cinq
ans; il y a constamment des initiatives au sein de l’Union
européenne pour commercialiser les produits de leur propre
récolte du phoque gris. Au verso de la couverture et dans d’autres
documents promotionnels, vous verrez que le parlement européen
a versé une contribution des plus importantes, ayant fourni
500 000 euros dans le cadre d’un programme de trois ans. Tous les
produits obtenus venaient des phoques gris. En fait, nous
pourrions peut-être prendre de l’avance en utilisant le travail
qu’ils ont déjà fait pour nous; nous ne partons donc pas de rien.
Further to that, it is difficult when we have to talk to our
fishermen and understand why seal species come under such a
microscope when we have already proven that what we do is
sustainable and we are willing to do best practices. We would
encourage this committee to explore every option. We would be
willing participants as industry — we have sealer associations and
animal welfare experts — and we would like to see this resource
valued and find a way to go forward so we can define what the
population should be for best ecosystem outcomes for fish and the
best economic outcome for our local communities in Eastern
Canada.
Par ailleurs, lorsque nous parlons à nos pêcheurs, il est difficile
de comprendre pourquoi le phoque est à ce point scruté à la loupe
quand nous avons déjà prouvé que nos efforts sont durables et
que nos pratiques sont exemplaires. Nous encourageons le comité
à explorer toutes les avenues. Nous voulons participer en tant
qu’industrie — nous comptons des associations de chasseurs et
des experts du bien-être des animaux — et nous aimerions voir
cette ressource être mise en valeur tout en trouvant un moyen
d’aller de l’avant afin de définir quelle doit être la population de
phoques pour que les poissons jouissent d’un écosystème optimal
et que nos collectivités de l’Est du Canada obtiennent les meilleurs
résultats économiques possible.
Thank you again for this opportunity. I pass it over to my
colleagues.
Je vous remercie encore de nous avoir donné l’occasion de
témoigner. Je cède la parole à mes collègues.
Mr. Cahill: Good evening, everyone. It is a pleasure to be here.
Thank you for your time to allow us to present to you some of the
work that the Fur Institute of Canada undertakes on the sealing
issue and on other issues that are related to the sustainable and
wise use of Canada’s fur resources.
M. Cahill : Bonsoir à tous. Je suis ravi d’être ici. Merci de nous
donner le temps de vous présenter une partie des travaux réalisés
par l’Institut de la fourrure du Canada relativement à la question
de la chasse au phoque et à d’autres questions connexes
concernant l’utilisation sage et durable des ressources
canadiennes dans le domaine de la fourrure.
We are a national non-governmental organization with broad
stakeholder members in governments and industry players.
Provincial and territorial wildlife agencies are members.
Industry players are members. Hunter-harvester-trapper
organizations are members. Veterinarian groups are members.
Animal welfare conservation groups are members, to look at the
issues around the use of animals. We were established in 1983 on
the order of the Wildlife Ministers’ Council of Canada to
establish this round table of stakeholders to deal with the
challenging issue of fur. In fact, 1983 was just after the first great
seal war, when it was a challenging issue at the time and Canada
felt it needed a body in which to address many issues around fur.
Nous sommes un organisme non gouvernemental national qui
compte de nombreux intervenants au sein des gouvernements et
de l’industrie parmi ses membres, notamment les organismes
provinciaux et territoriaux de protection de la faune, des joueurs
de l’industrie, des associations de chasseurs-pêcheurs-trappeurs,
ainsi que des vétérinaires. Les groupes de protection des animaux
sont membres et peuvent étudier les problèmes liés à l’utilisation
des animaux. Notre organisme a été mis sur pied en 1983 par
ordre du Conseil des ministres de la Faune du Canada afin de
mettre sur pied une table ronde d’intervenants qui avait pour
mandat de composer avec ce dossier difficile que constituait la
fourrure. En fait, 1983 se situe juste après la première grande
guerre contre la chasse au phoque, qui était un problème épineux
à l’époque et au sujet duquel le Canada croyait avoir besoin d’un
organisme qui s’occuperait des nombreux problèmes entourant la
fourrure.
We had established a sealing committee under the Fur Institute
of Canada in 2005. Our members who had an interest in the
sealing issue felt that we needed to address issues coming from
management, best practices and international trade.
L’Institut de la fourrure du Canada a mis sur pied un comité
sur la chasse au phoque en 2005. Les membres qui avaient un
intérêt dans la chasse au phoque sentaient le besoin de traiter des
questions concernant la gestion, les pratiques et le commerce
international.
4:8
Fisheries and Oceans
6-12-2011
We have on that sealing committee seal hunters, Inuit, nonInuit groups, seal product processors and traders, Mr. Dakins,
veterinarians, provincial and territorial governments and in
regions of Canada east and north, and also in Norway as well.
Des chasseurs de phoques, des groupes d’Inuits et de nonInuits, des transformateurs et commerçants de produits liés au
phoque, M. Dakins, des vétérinaires, des gouvernements
provinciaux et territoriaux de l’est et du nord du Canada ainsi
que de la Norvège participent au comité sur la chasse au phoque.
The committee objectives are really to look at not only national
issues here in Canada but also internationally: Where are seals
and how are they managed, interpreted, utilized in other regions
where they are found? We are not alone in Canada. Even the
European Union’s trade ban from 2009 specifically indicates that
seals are hunted inside and outside of the EU. We know that. I
will cover some of that a little bit later. We are not alone. We have
attempted to reach out to some of these other sealing nations to
compare work and best practices and ways in which to
collaborate.
Les objectifs du comité ne se limitent pas à observer les
questions qui touchent le Canada; ils sont aussi internationaux :
où sont les phoques et comment en fait-on la gestion,
l’interprétation et l’utilisation dans les autres régions où ils se
trouvent? Le Canada n’est pas seul. Il est même indiqué
clairement dans l’interdiction de commerce de l’Union
européenne de 2009 qu’on chasse le phoque à l’intérieur et à
l’extérieur de l’Union européenne. Nous le savons. J’en parlerai
un peu plus tard. Nous ne sommes pas seuls. Nous avons tendu la
main à quelques-uns des autres pays où on chasse le phoque pour
comparer nos travaux et nos pratiques exemplaires et trouver des
pistes de collaboration.
Our interests are to bring all stakeholders together that have an
interest in this sealing issue and work towards a solution to the
many problems it faces, issues of communication and strategy
development. Our firm belief is the promotion of professionalism
and best practices. The foundation of the Fur Institute of Canada
is that we are the official testing agency for Canada for
implementation of the Agreement on International Humane
Trapping Standards, which is a standard based on the best
practices of trapping and managing wild fur-bearing animals. We
are bringing that scientific and coordination background to this
issue and bringing that perspective of professionalism, and we act
as a central point for sealing issues in collaboration with
government, industry and the science stakeholders.
Nous voulons regrouper tous les intervenants qui s’intéressent
à la question de la chasse au phoque et trouver des solutions aux
nombreux problèmes auxquels ils sont exposés, notamment en
matière de communication et d’élaboration de stratégies. Nous
croyons fermement en la promotion du professionnalisme et des
pratiques exemplaires. L’Institut de la fourrure du Canada a été
fondé en tant qu’organisme officiel d’essai au Canada pour la
mise en œuvre de l’Accord sur les normes internationales de
piégeage sans cruauté, une norme fondée sur les pratiques
exemplaires en matière de piégeage et de gestion des animaux à
fourrure sauvages. Nous offrons ce contexte scientifique et une
coordination pour régler cet enjeu de façon professionnelle et
nous sommes le point de contact principal, en collaboration avec
les intervenants des gouvernements, de l’industrie et du milieu
scientifique, pour les questions concernant la chasse au phoque.
We had presented a proposal to the Department of Fisheries
and Oceans in 2010 in a response to the feasibility studies that
were released to the public in 2009 that refer to a grey seal
incineration program or an immunocontraceptive program to
manage the grey seals, neither of which any of our members felt
were reasonable approaches forward for managing this abundant
resource. We also believe that there is a third option that was not
considered, and the third option, we felt, was a market-based
management plan utilizing the people on the land who are
currently hunters of seals and the processing companies, the
industry, that are utilizing and prepared to utilize further the
various products that a seal harvest could generate.
En 2010, nous avons présenté une proposition au ministère des
Pêches et des Océans en réponse aux études de faisabilité qui ont
été rendues publiques en 2009 au sujet d’un programme de gestion
des phoques gris par incinération des phoques gris ou par
immunocontraception. Aucun de ces deux programmes n’a été
jugé par nos membres comme constituant une approche
raisonnable pour gérer cette ressource abondante. Nous croyons
également qu’il existe une troisième option qui n’a pas été prise en
compte. Il s’agit, à notre avis, d’un plan de gestion axé sur le
marché, utilisant les gens sur le terrain qui sont actuellement des
chasseurs de phoque ainsi que les entreprises de transformation et
l’industrie, qui utilisent les divers produits que la récolte du
phoque pourrait générer, et qui sont prêtes à accroître leur
utilisation.
We look at the sustainability of a plan. An incineration
program is perhaps irresponsible, but we look at it as a
sustainable program; and also looking at the price tag of some
$20 million, it is not a reasonable or efficient one.
Nous évaluons la durabilité d’un plan. Un programme
d’incinération est peut-être irresponsable, mais nous l’examinons
en considérant qu’il s’agit d’un programme durable; si on examine
son coût, soit environ 20 millions de dollars, il ne s’agit pas d’un
programme raisonnable ou efficient.
We look at the logistics of how a management plan for grey
seals could be undertaken, using best practices, focusing on
animal welfare, responsible use, commercial value and full
Nous étudions la logistique nécessaire dans le contexte de la
mise en œuvre d’un plan de gestion des phoques gris axé sur les
pratiques exemplaires, le bien-être de l’animal, l’usage
6-12-2011
Pêches et océans
4:9
utilization of the resources that are taken. Clearly,
communication elements are very important in this issue, which
is a controversial and sensitive issue, but one that must be tackled,
and we must also be consultative with all sectors.
responsable, la valeur marchande et l’utilisation complète de
toutes les ressources prises. Bien entendu, les éléments de
communication sont très importants en ce qui concerne cette
question, qui est controversée et délicate, mais doit être réglée;
nous devons donc consulter tous les secteurs.
The proposal partners that we had presented to undertake this
feasibility study would be the science and academic community,
government representatives from federal, provincial and
territorial governments, sealing associations, the industry and
the private sector. We felt this type of feasibility study could be
delivered within a three-month time period.
Les partenaires visés par la présentation que nous avons faite
pour entreprendre cette étude de faisabilité sont les communautés
scientifique et universitaire, les représentants des gouvernements
fédéral, provinciaux et territoriaux, les associations de chasseurs
de phoques, l’industrie et le secteur privé. Nous avons cru que ce
type d’étude de faisabilité pourrait être réalisé dans une période de
trois mois.
We also have another proposal that has been with the
Department of Fisheries and Oceans on addressing the great
challenge of advancing animal welfare in and around the harvest
of seals. Probably we look at, again, what we faced in Europe.
The focus was on animal welfare, yet the end game was in trade.
We have felt, and with our experience in addressing welfare
aspects of capturing wildlife, that we could bring that experience
to the issue of sealing, and in collaboration with veterinarian,
industry and government sectors, we prepared a plan that could
be a long-term comprehensive plan that we believe that the
Government of Canada could utilize for the development of,
ideally, seal-hunting standards.
Nous avons présenté une autre proposition au ministère des
Pêches et des Océans pour relever ce grand défi visant à améliorer
le bien-être des animaux relativement à la récolte des phoques et à
ce qui l’entoure. Nous pourrions peut-être, une fois de plus,
observer ce qui a été fait en Europe. Là-bas, on s’est concentré sur
le bien-être des animaux, mais l’enjeu, c’était la
commercialisation. Nous avons cru, avec notre expérience du
respect du bien-être des animaux dans ce qui entoure la chasse aux
animaux sauvages, que nous pouvions transposer cette expérience
à la chasse au phoque, et en collaboration avec les vétérinaires,
l’industrie et le gouvernement, nous avons préparé un plan
exhaustif qui pourrait être réalisé à long terme et qui, à notre avis,
pourrait idéalement être utilisé par le gouvernement du Canada
pour l’élaboration de normes concernant la chasse au phoque.
Again, we are not the only ones in the world to undertake this
type of practice. We are not the only ones in the world that are
being criticized for practices. We believe that more scientific
evaluations need to be done. I will allow my colleague
Mr. Daoust to discuss that in more detail.
Une fois de plus, nous ne sommes pas les seuls au monde à
entreprendre ce genre de pratique. Nous ne sommes pas les seuls
au monde dont les pratiques sont critiquées. Nous croyons que de
nouvelles évaluations scientifiques doivent être réalisées. Je vais
laisser mon collègue, M. Daoust, vous donner plus de détails à ce
sujet.
We believe it is consistent with other Canadian initiatives
around animal welfare, the establishment of the Canadian
Council on Animal Care guidelines, the Agreement on
International Humane Trapping Standards, and many others in
the use of agriculture animals. This is consistent.
Nous croyons que cette proposition s’inscrit dans la lignée des
autres initiatives canadiennes entourant le bien-être des animaux,
l’établissement des normes du Conseil national pour le soin des
animaux d’élevage, l’Accord international sur les normes de
piégeage sans cruauté, ainsi que de nombreuses autres dans
l’utilisation des animaux à des fins agricoles. Cette proposition est
cohérente.
It is addressing a clearly legitimate public concern to ensure
that when we are undertaking this kind of work, we are doing it in
the best possible way we can.
Elle vise une crainte tout à fait légitime du public qui exige que
nous entreprenions ces travaux de la meilleure manière possible.
We also believe this type of work can be important for
endorsing and securing the international markets for the products
that would come out of such a harvest.
Nous croyons également que ce type de travail peut être
important pour nous assurer des appuis et des marchés
internationaux pour les produits issus d’une telle récolte.
The outline of the plan is based around the applied animal
welfare principles in general. We looked at expanding the
database of animal welfare aspects of sealing, traditional
hunting tools and practices that are used, morphological
comparisons between seals and whether similar technologies can
be related from one seal to another, and looking at alternative
Les grandes lignes de ce plan sont fondées, en règle générale,
sur l’application des principes liés au bien-être des animaux. Nous
avons étudié la possibilité d’étendre la base de données sur le bienêtre des animaux à la chasse au phoque, aux pratiques et aux
outils traditionnels de chasse qui sont utilisés, aux comparaisons
morphologiques entre les phoques, à l’utilisation d’autres outils
4:10
Fisheries and Oceans
6-12-2011
hunting tools. Can there be other hunting tools that can be more
effective, more efficient and perhaps more acceptable? We have
had the endorsement of all sectors to address these issues.
de chasse et à la question de savoir si des technologies similaires
peuvent être utilisées d’un phoque à l’autre. Y a-t-il d’autres outils
plus efficaces, plus efficients et peut-être même plus acceptables?
Nous avons eu l’appui de tous les secteurs pour répondre à ces
questions.
Looking at sealer professionalism, training is important — and
again, communications.
En ce qui concerne l’aspect professionnel des chasseurs de
phoques, la formation, ainsi que la communication, sont
importantes.
One of the other issues that we have had discussions on around
the sealing committee table, and what we are looking at with this
grey seal issue in particular, is this word ‘‘cull.’’ How is it defined?
Often when we hear that term used, it means to reduce an animal
population and dispose of it.
Une autre question ayant fait l’objet de débats au sein du
comité sur la chasse au phoque, et que nous examinons plus
particulièrement relativement à la question du phoque gris,
touche la définition du terme « abattage sélectif ». Quelle est sa
définition? Souvent, lorsqu’on entend ce terme, on parle de
réduire une population d’animaux et d’élimination.
From the perspective of the Fur Institute of Canada and all of
our members, we do not find that to be a reasonable or long-term
way forward. We believe that the sustainable use principles are
the way to go, consistent with the IUCN, the International Union
for Conservation of Nature, and the Convention on Biological
Diversity — both organizations in which Canada is a member. It
is consistent with public opinion, as Mr. Dakins identified from
the Malouf report, and we still believe. From our public opinion
polling, we have found that when people understand more about
conservation issues, welfare issues and socio-economic issues,
there is more acceptance of the product and the practice.
Du point de vue de l’Institut de la fourrure du Canada et de
nos membres, il ne s’agit pas d’une façon raisonnable ou durable
d’aller de l’avant. Nous croyons que les principes d’utilisation
durable constituent la marche à suivre, conformément à l’UICN,
l’Union internationale pour la conservation de la nature, ainsi que
la Convention sur la biodiversité, deux organisations dont fait
partie le Canada. Ces principes respectent l’opinion publique,
comme M. Dakins l’a souligné à partir du rapport Malouf, et
nous avons toujours confiance. Selon les sondages que nous avons
menés auprès de la population, nous avons constaté que lorsque
les gens comprennent les questions entourant la conservation, le
bien-être des animaux, ainsi que les questions socio-économiques,
on accepte mieux le produit et la pratique.
We see that this pest control idea of reducing a population, or
culling, is very much a European Union-based wildlife
management approach. Upwards of one million muskrats are
trapped in Western Europe every year and incinerated. In some
countries, the Netherlands and Belgium in particular, it is illegal
to utilize the products of a muskrat that is trapped. Between the
two of them, it could be 500,000 muskrats a year.
Nous constatons que cette idée de contrôle parasitaire visant à
réduire la population, ou à en faire l’abattage sélectif est une
approche de gestion de la faune très prisée au sein de l’Union
européenne. Plus d’un million de rats musqués sont piégés chaque
année en Europe de l’Ouest. Ils sont ensuite incinérés. Dans
certains pays, plus particulièrement aux Pays-Bas et en Belgique,
il est illégal d’utiliser ce qui pourrait être produit à partir d’un rat
musqué qui a été piégé. Pour ces deux seuls pays, on parle
d’environ 500 000 rats musqués annuellement.
We see that for the red fox in many countries in Europe, while
they may not allow trapping because they do not think it is
correct, they will allow hunting. However, in some countries, such
as Switzerland, they will not allow the use of the pelt.
Nous avons constaté qu’en ce qui concerne le renard roux dans
de nombreux pays d’Europe, même si le piégeage n’est pas permis
parce qu’on ne considère pas ce geste comme étant correct, la
chasse est autorisée. Cependant, dans certains pays comme la
Suisse, la fourrure ne peut pas être utilisée.
This is not about the relationship of humans and animals and
the taking of an animal’s life. What seems to be the issue that
people are focusing on is the end use. It does not matter if you are
going to kill the animal, that is okay; just do not use it. From our
perspective, that is completely backwards. We should be
benefiting from these resources, all of our people and
communities.
Il n’est pas question de la relation entre les humains et les
animaux et le fait de tuer un animal. Il semble que le problème
concerne l’utilisation finale. Le fait de tuer l’animal ne change
rien, c’est permis. On ne peut juste pas l’utiliser. De notre point de
vue, c’est une vision complètement arriérée. Nous gagnerions
tous, les gens comme les collectivités, à utiliser ces ressources.
Another example is the grey squirrel in the United Kingdom.
The forestry department has a plan to trap one million a year over
the next number of years to reduce the grey squirrel, which is an
introduced species that is now out-competing the domestic red
squirrel, which is becoming an endangered species. They even
On pourrait également utiliser l’exemple de l’écureuil gris au
Royaume-Uni. Le ministère des Forêts s’est doté d’un plan visant
à piéger un million de bêtes par année au cours des prochaines
années pour réduire la population d’écureuils gris, une espèce qui
a été importée et qui est en train de chasser l’écureuil roux, qui
6-12-2011
Pêches et océans
4:11
have an outline of how they believe any individual should be
trapping and knocking these squirrels on the head to put them
out. This is their plan. It is documented. This is another European
country that feels it is immoral to use seal products.
était déjà là et qui est en voie de devenir une espèce en péril. Ils ont
même préparé un tableau de la manière qu’ils croient appropriée
pour piéger et frapper l’écureuil sur la tête afin de l’éliminer. C’est
leur plan. Il est documenté. Il s’agit d’un autre pays qui considère
qu’il est immoral d’utiliser les produits du phoque.
We look at another example that is slightly different in
Germany. There are wonderful statistics there of Germans
hunting around 1.2 million deer a year, roe deer, and about
500,000 wild boar. The meat of those wild hunts goes into their
food supply; it supplies restaurants. There is an economic value of
about 40 million euros a year.
Jetons un coup d’œil à un exemple légèrement différent en
Allemagne. Les statistiques allemandes sont très intéressantes : on
y chasse environ 1,2 million de chevreuils et 500 000 sangliers par
année. La viande produite par cette chasse entre dans la chaîne
alimentaire : elle sert à fournir les restaurants. Cette chasse
constitue une valeur économique d’environ 40 millions d’euros
par année.
There are these great inconsistencies around the world,
especially among our friendly neighbours in Europe. We believe
that if this grey seal cull starts going down this road, it is the
wrong model to be using. We believe we should be using all our
resources and best practices to do it the correct way.
On trouve ces grandes incohérences partout dans le monde,
particulièrement chez nos amis européens. Nous croyons que si
l’abattage sélectif des phoques gris prend cette voie, nous
utiliserons le mauvais modèle. Nous croyons que nous devrions
utiliser toutes nos ressources et faire appel à des pratiques
exemplaires pour faire une gestion correcte.
As I mentioned, other nations are hunting seals, such as
Norway and Iceland. Scotland has recently revised their sealhunting regulations to allow the hunting of seals by fishermen
where the seals are impacting their fish stocks or fishing
equipment.
Comme je l’ai mentionné, d’autres pays chassent le phoque,
comme la Norvège et l’Islande. L’Écosse a récemment révisé sa
réglementation en matière de chasse au phoque pour que les
pêcheurs puissent en faire la chasse là où les phoques ont une
incidence sur les stocks de poisson ou sur l’équipement de pêche.
In Sweden, Finland and Norway, the ministers in 2006 issued a
joint statement saying they believe the grey seal population in the
Baltic Sea, which at that time was estimated at 40,000 seals, was a
problem and needed to be managed. They have management
plans that allow the hunting of seals in those nations.
En 2006, les ministres suédois, finlandais et norvégiens ont
signé une déclaration commune selon laquelle ils croyaient que la
population de phoques gris de la mer baltique, évaluée alors à
40 000 phoques, constituait un problème qui devait être géré. Ils
se sont dotés de plans de gestion permettant la chasse au phoque
dans ces pays.
This cookbook was part of the program out of Finland,
Sweden and Norway for the people to utilize the resources coming
out of that. Unfortunately, the seal ban that is in place in Europe
will no longer allow a restaurant to buy the meat unless it is on a
non-profit basis, which cannot sustain the harvesting of a seal.
Ce livre de recettes a été publié dans le cadre du programme
finlandais, suédois et norvégien afin que les gens utilisent les
ressources tirées de la chasse au phoque. Malheureusement,
l’interdiction du phoque en place en Europe ne permettra plus aux
restaurants d’en acheter la viande à moins que ce ne soit fait de
façon non lucrative, ce qui ne permet pas le maintien de la récolte
des phoques.
We believe that working with these international partners to
develop an international comprehensive strategic plan, working
with various groups — scientific groups and other nations — is
the way to work toward a solution for this problem that we are
facing here in Canada, and this committee in particular is faced
with.
Nous croyons qu’en travaillant avec ces partenaires étrangers
afin d’élaborer un plan stratégique exhaustif à l’échelle
internationale, en collaboration avec divers groupes — des
scientifiques et d’autres pays —, nous pourrons trouver une
solution à ce problème que nous avons ici au Canada, et que doit
régler le présent comité.
With that, I will close. Thank you for the opportunity to
present, and I look forward to any questions and follow-up.
Cela dit, je vais conclure. Merci de m’avoir donné la chance de
présenter mon exposé, et je suis prêt à répondre à vos questions et
à discuter plus en détail.
[Translation]
Mr. Daoust: Thank you for the invitation. I have already
distributed a document containing many details. I have no
intention of going over all of them, but I think it is important to
[Français]
M. Daoust : Je vous remercie de m’avoir invité. J’ai distribué
un texte au préalable qui inclut beaucoup de détails. Je n’ai pas
l’intention de passer à travers tous ces détails, mais je crois qu’il
4:12
Fisheries and Oceans
6-12-2011
do a quick overview to show you what kind of work still needs to
be done in terms of animal welfare and a better understanding of
the seal population’s health.
est important de faire le tour un peu pour vous démontrer tout le
travail qu’il reste à faire au point de vue du bien-être animal et
d’une meilleure compréhension de la santé de la population de
phoques.
It is very important for the federal and provincial governments
to work with scientists and industry on gaining a better
understanding of those populations in terms of their health and
animal welfare.
Il est très important que les gouvernements fédéral et
provinciaux, avec la coopération de scientifiques et de
l’industrie investissent dans une meilleure connaissance de ces
populations du point de vue de leur santé et du bien-être animal.
I have been independently observing — and I want to stress the
word ‘‘independently’’ — seal hunts for ten years. I have had the
opportunity to watch the hunting around the Magdalen Islands,
Cape Breton and Newfoundland and Labrador. My interest as a
veterinarian came from my great respect for animals, especially
wild animals, and the importance of ensuring that our
exploitation of natural resources was done in a respectful manner.
Cela fait plus de dix ans maintenant que je travaille comme
observateur indépendant, et j’insiste sur le mot « indépendant »,
de la chasse aux phoques. J’ai eu l’occasion d’observer la chasse
autour des Îles-de-la-Madeleine, du Cap-Breton et de TerreNeuve et Labrador. Mon intérêt en tant que vétérinaire était mon
grand respect envers les animaux, surtout les animaux sauvages,
et l’importance de m’assurer que si nous allons exploiter nos
ressources naturelles que nous le fassions de manière
respectueuse.
Soon after I began working in this area, I realized the extent of
hunters’ knowledge of their environment. I also realized that they
were committed to using their regions’ natural resources as a
source of income. I have developed a great respect for those
people, and that is where much of my satisfaction with this type of
work comes from.
Très tôt, après avoir commencé à travailler dans ce domaine,
j’ai réalisé l’ampleur des connaissances que détenaient les
chasseurs sur leur environnement et le fait qu’ils ont à cœur de
profiter des ressources naturelles dans leur région pour pouvoir en
obtenir une source de rémunération. J’ai développé un grand
respect pour ces personnes et de là vient une grande partie de la
satisfaction que j’ai à travailler dans ce domaine.
I focused on animal welfare. I became interested in seal hunting
because I wanted to develop a personal opinion on what was
really happening on the ice.
Je me suis concentré sur le bien-être animal, et la raison pour
laquelle j’ai commencé à être intéressé à la chasse au phoque, c’est
que je voulais avoir une perspective personnelle sur ce qui se
passait vraiment sur la glace.
It is true that improvements needed to be made. I feel that we
have done much to improve the way we hunt and use seals over
the last ten years.
C’est vrai qu’il y avait des améliorations à apporter et, selon
moi, depuis dix ans, nous avons beaucoup contribué à améliorer
la manière dont nous exploitons les phoques.
I am very worried that the proposal for culling grey seals will
seriously affect all the work done over the last ten years. In my
document, I voice my disagreement with the culling of that
population because it leads to wastefulness. In addition, I do not
know of any specific discussions on how the culling of those
animals is supposed to take place. That worries me greatly.
Je crains beaucoup, avec la proposition d’abattage sélectif des
phoques gris, que tout le travail fait depuis dix ans en soit
gravement affecté. Dans mon texte, je dis que je ne suis pas
d’accord avec un abattage sélectif de cette population, d’une part
parce que cela produit du gaspillage, et d’autre part parce que je
n’ai aucune connaissance de discussions précises sur la manière
dont on a l’intention d’abattre ces animaux de manière sélective.
Cela m’inquiète beaucoup.
I have some major misgivings in terms of that. I still doubt that
it can be done in a way that is appropriate with respect to animal
welfare. Before we can proceed with this method, some extensive
studies need to be carried out. In my document, I mention the use
of a silencer as an example. But how can a silencer be used in
Canada?
J’ai des questions importantes de ce point de vue. Je doute
encore que cela puisse se faire de manière appropriée pour le bienêtre des animaux. Avant de pouvoir le faire, nous avons besoin
d’études importantes. Dans mon texte, juste comme exemple, je
mentionne l’emploi d’un silencieux, mais au Canada, comment
employer un silencieux?
If we opt for a drastic method of controlling our grey seal
population, we need to use the right tools. That means investing
sufficient effort into figuring out whether the use of a silencer
could solve many of the problems when it comes to animal
welfare. Once again, there are certain questions we need to ask
ourselves.
Si nous proposons une méthode draconienne d’aménager notre
population de phoques gris, il faut employer des outils appropriés.
Cela veut dire déployer des efforts suffisants pour voir si l’emploi
d’un silencieux ne pourrait pas résoudre beaucoup de problèmes
quant au bien-être animal. Encore là, il y a des questions qu’on a
besoin de se poser.
6-12-2011
Pêches et océans
4:13
I also mentioned immunocontraception. I know that many
studies were carried out on that method at Dalhousie University
in the early 1990s.
J’ai mentionné aussi l’immunocontraception. Je suis au
courant qu’à l’Université Dalhousie, au début des années 1990,
beaucoup d’études ont été faites en ce domaine.
There were even attempts to administer the vaccine in the field,
but it did not work as well as hoped. The project was abandoned.
Could that project be revived? I think it could. It would require a
lot of effort, work and research, with potentially uncertain results.
Et même qu’on a essayé d’administrer le vaccin sur le terrain,
mais cela n’a pas fonctionné aussi bien qu’on le voulait. Le projet
a été abandonné. Est-il possible de revenir à ce projet? C’est
possible, selon moi. Cela va demander beaucoup d’efforts, de
travail et de recherche, avec une perspective de résultats
incertains.
The third option I suggest — and I arrived at this option
independently of the Fur Institute of Canada’s opinion — is once
again prioritizing the compensation needs of our coastal
communities in the Maritimes and Newfoundland. Before we
do that, we need to research the appropriate ways of killing those
animals because the challenges young grey seals present are rather
different from those adult seals do. My brief contains details
about that.
La troisième option que je suggère, j’en suis venu à cette option
indépendamment de la perspective de l’Institut de la fourrure du
Canada, encore là, ayant à cœur les besoins de rémunération de
nos communautés côtières dans les Maritimes et à Terre-Neuve.
Avant de faire cela, il va falloir faire de la recherche sur les
manières appropriées d’abattre ces animaux parce que les défis
sont passablement différents entre les jeunes phoques gris et les
phoques adultes. Je donne des précisions à ce sujet dans mon
exposé.
In addition, if we want to use as much as possible of what
comes from those seals, including subcutaneous fatty tissue — or
fat — and meat, we will once again need to answer important
questions in terms of public health. That means developing
appropriate methods for carcass examination, which would very
likely be done by the hunters themselves. Information workshops
would be needed to explain to them the examination criteria for
ensuring that carcasses are healthy. We also need to objectively
consider the potential presence of infectious agents that could
cause problems in human health, as we already do when it comes
to domestic animals.
Également, si nous voulons profiter autant que possible des
produits de ces phoques, ce qui inclut le pannicule adipeux — la
graisse — et la viande, encore là, il va falloir répondre à des
questions importantes qui ont trait à la santé publique. Cela veut
dire développer des méthodes appropriées d’examen des
carcasses, et fort probablement de la part des chasseurs euxmêmes, cela veut dire des ateliers d’information pour leur
expliquer les critères à examiner pour s’assurer que les carcasses
sont en bonne santé. Il faut également considérer de manière
objective la présence possible d’agents infectieux qui pourrait
causer un problème du point de vue de la santé humaine, comme
on le fait pour les animaux domestiques d’ailleurs.
So, a number of steps are needed before we can use seals fully
and kill them in the right way. That may take time, and I know
that the fishing industry may not be patient enough. However, I
feel it is very important to work with industry to ensure that this
information comes together as quickly as possible, so that we can
use our resources in a way that truly reflects our Canadian values.
Donc, plusieurs étapes doivent être franchies avant de pouvoir
utiliser pleinement les produits de ces phoques et les abattre d’une
manière appropriée. Cela peut prendre du temps, et je suis
conscient que l’industrie de la pêche n’a peut-être pas la patience
pour cela, mais selon moi, c’est très important de travailler avec
l’industrie pour nous assurer que cette information va s’accumuler
aussi rapidement que possible pour qu’en fin de compte nous
puissions employer nos ressources d’une manière qui reflète
vraiment nos valeurs canadiennes.
[English]
[Traduction]
The Chair: Thank you all for that interesting commentary. I
look forward to questions.
Le président : Merci à tous pour ces commentaires intéressants.
J’ai hâte de passer aux questions.
We have now been joined by Senator Oliver from Nova Scotia,
who is a permanent member of our committee.
Le sénateur Oliver, de la Nouvelle-Écosse, membre permanent
du comité, se joint maintenant à nous.
Senator Hubley: Welcome, and thank you very much for your
valuable presentation this evening.
Le sénateur Hubley : Bienvenue, et merci pour vos exposés
enrichissants présentés ce soir.
The witnesses that we have heard to date, including the
organizations that represent the hunters and the people from the
sealing industry, without exception look on this as a resource.
They are not in favour of a cull. They believe that this is a
Les témoins que nous avons entendus jusqu’à maintenant, ce
qui comprend les chasseurs et les membres de l’industrie de la
chasse au phoque, sont unanimes à considérer le phoque comme
une ressource. Ils ne sont pas en faveur d’un abattage sélectif. Ils
4:14
Fisheries and Oceans
6-12-2011
resource that has much potential. Their first choice would be to
try to develop markets and explore other avenues. It has been
impressed upon this committee that they do not want to see a
resource of this magnitude wasted, that it must be managed.
croient qu’il s’agit d’une ressource dont le potentiel est élevé. Leur
premier choix consisterait à essayer de développer les marchés et à
explorer d’autres avenues. Le comité a eu l’impression qu’ils ne
voulaient pas assister au gaspillage d’une ressource de cette
importance, qu’il fallait la gérer.
Mr. Daoust, from your understanding of animal behaviour,
what do you think the scientific community has contributed to the
solution of this problem and how would you like to see it go
forward from here?
Monsieur Daoust, selon ce que vous comprenez du
comportement des animaux, quelle a été, à votre avis, la
contribution de la communauté scientifique à la résolution de ce
problème et comment voyez-vous la situation évoluer à l’avenir?
Mr. Daoust: This is a relatively new proposition for people in
my position. From an independent perspective, I am sorry to say
that there has been no concerted study of appropriate methods of
harvesting this group of animals. We are talking mainly about the
adult group, which seems to have the major impact on our
fisheries.
M. Daoust : Il s’agit d’une proposition relativement nouvelle
pour des gens à mon poste. D’un point de vue indépendant, je suis
désolé de dire qu’aucune étude concertée sur les méthodes
appropriées de récolte de ce groupe d’animaux n’a été réalisée.
Nous parlons surtout des animaux adultes, qui semblent avoir un
effet important sur nos pêches.
The Canadian Veterinary Medical Association has always been
very supportive of my involvement in the sealing industry because
it believes, as a national professional organization, that it is
important that veterinarians, who are in the best position to assess
issues of animal welfare, be involved in the industry and better
understand it in order that we can find pragmatic ways to help the
sealing community use those resources.
L’Association canadienne des médecins vétérinaires a toujours
appuyé mon engagement envers l’industrie de la chasse au phoque
parce qu’à titre d’organisation professionnelle nationale, elle croit
qu’il est important que les vétérinaires, qui sont les mieux placés
pour évaluer les questions liées au bien-être des animaux,
s’impliquent au sein de l’industrie et en aient une meilleure
compréhension afin de nous permettre de trouver des façons
pragmatiques d’aider les chasseurs de phoque à utiliser ces
ressources.
I am hoping that I succeeded in saying in my presentation that
we should move forward. The work that I am proposing should
have been started 10 years ago. It is now time to proceed with it in
a serious manner.
J’espère que j’ai réussi à exprimer dans mon exposé que nous
devions aller de l’avant. Ce que je propose aurait dû être entrepris
il y a 10 ans. Il est maintenant temps d’agir avec sérieux.
Senator Hubley: We have been told that great deal of work has
been done on behalf of sealing organizations. They have identified
many possible uses of seal, including in the medical field, pelts,
and omega-3s, all of which are beneficial. It has been suggested
that trade irritants may be holding back the advancement of a
commercial business in the sealing industry. Can you comment on
that?
Le sénateur Hubley : On nous a dit que beaucoup de travail
avait été effectué pour le compte des organismes liés aux chasseurs
de phoque. On a trouvé de nombreuses utilisations possibles du
phoque, y compris des applications médicales, les fourrures ou les
oméga-3, qui sont toutes bénéfiques. On a suggéré que les irritants
au commerce pourraient être ce qui empêche la commercialisation
des produits de la chasse au phoque. Avez-vous des commentaires
à formuler à ce sujet?
Mr. Dakins: I left with you a market opinion for the North of
Smokey Fishermen’s Association, which I wrote for them in 2008
to assist them in their attempts to develop a market at that time.
The challenges for the sealing industry on the international stage
from a marketing perspective have increased since then. At that
time, one of the problems with developing markets for particular
products was securing enough resource. Access to the resource
will become a larger challenge for us in the future because the
Canadian government is currently looking at establishing Sable
Island, where the largest population resides, as the primary area
where we could access enough resource to stimulate and sustain
an industry. As marketers or proprietors of seal products, we do
not want to see a huge influx of material and then non-stable
M. Dakins : Je vous ai distribué une étude de marché pour la
North of Smokey Fishermen’s Association, que j’ai rédigée pour
eux en 2008 afin de les aider à développer un marché. À l’échelle
internationale, les difficultés auxquelles sont confrontés les
chasseurs de phoque sur le plan de la mise en marché ont
augmenté depuis. À l’époque, un des problèmes liés au
développement des marchés pour certains produits était l’accès
à une ressource suffisante. L’accès à la ressource deviendra plus
difficile pour nous à l’avenir parce que le gouvernement du
Canada envisage actuellement d’établir l’île de Sable, où se trouve
la plus grande population de phoques, comme point d’accès
principal à une ressource suffisante permettant de stimuler et de
maintenir une industrie. En tant que promoteurs ou propriétaires
6-12-2011
Pêches et océans
4:15
supply for the long term. In order to encourage people to invest in
the creation of a line and for customer demand, it is nice to have a
stable supply.
des produits du phoque, nous ne voulons pas être inondés de
ressources pour ensuite devoir composer avec un
approvisionnement instable à long terme. Pour encourager les
gens à investir dans la création d’un secteur et pour favoriser la
demande des consommateurs, un approvisionnement stable est
utile.
There is additional work to be done in figuring out different
age class developments. An interesting thing about this study and
proposed actions to date is that there is no long-term plan. A
recommendation has been made to reduce the population by
70,000 seals in a two-year entry. How do we maintain the
population at a low level? Will it come back to the Canadian
government to spend additional funds in the next five years to
reduce the population again by 70,000, or could we develop a
viable, long-term industry that maintains the population at a
lower level as we want it prescribed for fish recovery?
On doit travailler plus longuement sur la compréhension des
différents groupes d’âge. Un élément intéressant au sujet de cette
étude et des mesures proposées à ce jour, c’est qu’il n’y a pas de
plan à long terme. Il a été recommandé de réduire la population
de 70 000 phoques dans une période d’entrée de deux ans.
Comment maintenir la population à un niveau aussi bas?
Reviendra-t-il au gouvernement du Canada de dépenser des
sommes additionnelles au cours des cinq prochaines années pour
réduire encore une fois la population de 70 000 phoques, ou
pouvons-nous mettre sur pied une industrie viable, axée sur le
long terme, qui maintient la population de phoques à un niveau
bas qui permet le rétablissement des poissons?
Senator Poirier: Thank you for your presentation. The study
on the grey seal is touchy for many people around the world. We
are getting tons of emails, 80 to 90 per cent of which, if not more,
are coming from people in countries other than Canada.
Le sénateur Poirier : Je vous remercie pour votre exposé.
L’étude sur le phoque gris est un sujet délicat pour de nombreuses
personnes partout dans le monde. Nous recevons des tonnes de
courriels, de 80 à 90 p. 100 d’entre eux viennent de gens de
l’extérieur du Canada.
In my notes from April 2010 I have indicated that the Fur
Institute of Canada commissioned a public opinion poll, with the
help of the governments of Newfoundland and Labrador,
Nunavut, Quebec and Nova Scotia, on Canadian attitudes on
seal hunting. Could you briefly highlight the results of this
opinion survey?
Dans mes notes d’avril 2010, j’avais indiqué que l’Institut de la
fourrure du Canada avait commandé un sondage avec l’aide des
gouvernements de Terre-Neuve-et-Labrador, du Nunavut, du
Québec et de la Nouvelle-Écosse pour connaître l’opinion des
Canadiens relativement à la chasse au phoque. Pouvez-vous nous
résumer les résultats de ce sondage d’opinion?
Mr. Cahill: I am not sure that I actually have a copy of that
one with me. Yes, I do.
M. Cahill : Je ne suis pas sûr d’avoir une copie de ce sondage
avec moi. Oui, j’en ai une.
We heard many things from many people in Europe and North
America saying that Canadians are against this product and do
not want to see it utilized. We felt that that might not have been
representative of the Canadian opinion, so we commissioned an
independent organization to do a study. We worked with them to
establish questions that we felt were fair and that they felt were
correct in terms of asking from an independent perspective. Of
course, anyone who commissions a study can guide the questions
in the way that they want, but we wanted to find out what people
felt.
Beaucoup de monde nous a dit plein de choses en Europe et en
Amérique du Nord : on nous disait que les Canadiens étaient
contre ce produit et qu’ils ne voulaient pas qu’il soit utilisé. Nous
étions d’avis que ces déclarations n’étaient pas représentatives de
l’opinion des Canadiens. Nous avons donc commandé une étude
à un organisme indépendant. Nous avons travaillé avec cet
organisme pour établir les questions de manière à ce qu’elles
soient justes pour nous, et appropriées pour l’organisme, pour
qu’elles soient posées d’un point de vue indépendant. Bien
entendu, quand on commande un sondage, on peut guider les
questions dans le sens qu’on veut, mais nous voulions savoir ce
que les gens ressentaient.
We think it was interesting that people felt that, generally, the
utilization of seals was acceptable. They felt that if the seal
population was high and was impacting fish, the hunting of those
seals would be appropriate. They also felt that when we are going
to be hunting those seals, we should use the best practices.
Nous pensons qu’il était intéressant de constater que les gens
considéraient que l’utilisation du phoque était généralement
acceptable. Ils pensaient que si la population des phoques était
élevée et qu’elle avait des effets sur le poisson, la chasse au phoque
était alors appropriée. Ils pensaient aussi que lorsque nous
chassons ces phoques, nos pratiques doivent être exemplaires.
We asked, ‘‘Do you think that the seal populations should be
managed to help maintain and restore the abundance of
important fish stocks?’’ Eighty-five per cent felt that it would be
reasonable to undertake that activity.
Nous avons posé la question suivante : « Croyez-vous que les
populations de phoques devraient être gérées pour maintenir ou
préserver l’abondance des importants stocks de poisson? » Cette
activité semblait raisonnable pour 85 p. 100 des répondants.
4:16
Fisheries and Oceans
6-12-2011
What I thought was also very interesting was that the average
Canadian had absolutely no concept of the relative size of the
populations of seals in Canada. We have even seen, in
documentation and in reports, that the harvesting of seals at
the levels that they have been harvested at for years might
jeopardize the future viability of the population of seals. When we
asked Canadians what they believed the populations to be, only
6 per cent of people recognized that there were 6.9 million harp
seals at that time. There is that disconnect between the knowledge
of what the problem is, what the issues are and what, perhaps, the
reality is.
Ce que j’ai aussi trouvé très intéressant, c’est le fait que le
Canadien moyen n’avait absolument aucune idée de la taille
relative de la population des phoques au Canada. Nous avons
même vu, dans la documentation et dans les rapports, que
l’exploitation des phoques au niveau que celui que nous avons eu
pendant des années pourrait mettre en danger la viabilité future
de la population des phoques. Lorsque nous avons demandé aux
Canadiens d’évaluer cette population, seulement 6 p. 100 des
répondants reconnaissaient qu’il y avait 6,9 millions de phoques
du Groenland à l’époque. On ne connaît pas la nature du
problème, ni les enjeux, ni la réalité.
We also found it interesting that 47 per cent of the respondents
knew about fur products, while only 25 per cent knew about meat
products. We commissioned this study just after it came out that
the meat was served in Parliament, so the awareness was higher.
Yet, only 14 per cent of the Canadian population knew that there
are omega-3s in seal oils. We believe that if the Canadian
population were more aware of many of the conservation, welfare
and product issues and the implications with other food supplies,
general acceptance of this undertaking would be higher.
Il était également intéressant pour nous de constater que
47 p. 100 des répondants savaient qu’on pouvait en produire de la
fourrure, alors que seulement 25 p. 100 savaient qu’on pouvait en
produire de la viande. Nous avons commandé cette étude juste
après la dégustation de la viande de phoque au Parlement, il y
avait donc plus de gens au courant. Pourtant, seulement 14 p. 100
de la population canadienne savait qu’on retrouve des oméga-3
dans l’huile de phoque. Nous croyons que si la population
canadienne était mieux informée au sujet des questions de
conservation, de bien-être et de production, ainsi que sur les
incidences de la population des phoques sur les autres sources de
nourriture, l’appui général envers cette production serait plus
élevé.
Senator Poirier: Some of the different groups that have spoken
to us have commented that they feel that the fact that people have
the right to apply to observe the seal hunt and do not have the
right to observe the moose or deer hunt or anything else could
have played a role for the people voicing their concerns. Some felt
it was not fair to compare it. They commented that it is not
necessarily that people are so against it. It is that the ones who are
against it are doing a good job of being loud about it and voicing
their concerns. The results of the survey that I have read through
and that you just commented on kind of reflect that. Would you
like to comment on that?
Le sénateur Poirier : Certains des groupes à qui nous avons
parlé ont dit qu’ils croyaient que le fait que les gens avaient le
droit d’observer la chasse au phoque et qu’ils n’avaient pas le
droit de faire de même pour la chasse à l’orignal, au chevreuil ou
d’autres animaux, aurait pu jouer un rôle sur le fait que les gens
aient exprimé leurs doléances. Certains ont cru que la
comparaison n’était pas juste. Ils disent que les gens ne
s’opposent pas aussi fermement qu’on le pense. Ce qui se passe,
c’est que les opposants sont très bons pour crier haut et fort leurs
préoccupations. Le résultat du sondage, que j’ai lu au complet, et
au sujet duquel vous avez commenté, reflète plutôt cette opinion.
Qu’avez-vous à dire à ce sujet?
Mr. Daoust: Could I comment on that?
M. Daoust : Puis-je dire quelques mots?
Senator Poirier: Sure.
Le sénateur Poirier : Bien sûr.
Mr. Daoust: We know that wildlife resources are used
throughout the world. If you start looking at the little
documentation that is available and compare it to the seal hunt,
personally, as an independent observer, I have a lot of difficulty in
seeing a difference, except that the seal hunt is concentrated
within a short period of time and is in the open.
M. Daoust : Nous savons que les ressources fauniques sont
utilisées partout dans le monde. Si on jette un coup d’œil à la
documentation disponible et qu’on la compare à la chasse au
phoque, personnellement, en tant qu’observateur indépendant,
j’ai beaucoup de mal à voir une différence, sauf peut-être dans le
fait que la chasse au phoque est concentrée sur une courte période
et qu’elle se fait au grand jour.
Millions of white-tailed deer are killed in North America every
year. A certain proportion of them, probably around 10 per cent,
do not die right away. Up to 40 million waterfowl are killed by
sport hunters throughout the year. A good number of them will
be crippled. Some of them may survive; others will die. In
Scotland, every year 75,000 red deer are killed. Roughly
10 per cent of them are not killed with the first shot. Therefore,
if you start looking at all those forms of exploitation of wildlife
Des millions de cerfs de Virginie sont abattus en Amérique du
Nord chaque année; un certain nombre d’entre eux, probablement
autour de 10 p. 100, ne meurent pas immédiatement. Jusqu’à
40 millions de sauvagines sont tuées chaque année par les
chasseurs sportifs. Bon nombre d’entre elles seront grièvement
blessées, certaines survivront, d’autres, non. En Écosse,
75 000 wapitis sont tués annuellement. Environ 10 p. 100 de ces
bêtes ne sont pas abattues à la première tentative. Par conséquent,
6-12-2011
Pêches et océans
4:17
and you compare it to the little, I admit, that we know about the
seal hunt, personally, I do not see any difference. The observation
I have made, in as objective a manner as I could, is that roughly
5 per cent of the seals are not killed in as proper a manner as I
would have liked to see, for a variety of reasons. It is not
necessarily negligence because we are dealing with a hunt. I am
not blaming the Scottish people for hunting red deer or the sport
hunters in North America for harvesting waterfowl and whitetailed deer. It is part of the hunt. Therefore, I try to look at it as
objectively as I can, and I do not see a difference between the seal
hunt and other forms of exploitation of wildlife.
si vous observez toutes ces formes d’exploitation de la faune et les
comparez au peu que nous savons, j’en conviens, sur la chasse au
phoque, personnellement, je ne vois aucune différence. Ce que j’ai
observé de la manière la plus objective possible, c’est qu’environ
5 p. 100 des phoques ne sont pas tués d’une manière aussi
appropriée que je l’aurais souhaité, pour diverses raisons. Ce n’est
pas nécessairement une question de négligence; on parle de chasse.
Je ne veux pas critiquer les Écossais qui chassent le wapiti ou les
chasseurs sportifs nord-américains qui chassent la sauvagine et le
cerf de Virginie. Ça fait partie de la chasse. Par conséquent,
j’essaie d’avoir l’œil le plus objectif possible, et je ne vois pas de
différence entre la chasse au phoque et les autres formes
d’exploitation de la faune.
Mr. Dakins: May I add a comment from our committee? We
are encouraging the Canadian government to increase the amount
of veterinary, scientific, peer-reviewed research that pertains to
seal hunting. Currently, we are lucky to have one veterinarian
from the Canadian Veterinary Medical Association who is willing
to donate his time, cost free, to the Canadian government and the
industry to evaluate what would be the largest, most extensive
scientific review of the seal hunt. The people that oppose the
Canadian seal hunt do not have one scientific, peer-reviewed
study. What we need is less observation and more interaction and
scientific review about what we are doing. We are endowed with a
wonderful resource. It is becoming abundantly clear that we are
forced to manage that in concert with other resources that we
have in our waters. We are actually encouraging the fishermen
and the processors because we also require a veterinary inspection
for market assurance and food safety purposes.
M. Dakins : Puis-je ajouter un commentaire de la part de notre
comité? Nous encourageons le gouvernement du Canada à
augmenter le nombre de recherches vétérinaires et scientifiques
évaluées par les pairs dans le domaine de la chasse au phoque. En
ce moment, nous avons la chance d’avoir un vétérinaire membre
de l’Association canadienne des médecins vétérinaires prêt à
donner de son temps, gratuitement, au gouvernement du Canada
et à l’industrie, pour faire l’évaluation de ce qui constituerait la
plus grande et exhaustive recherche sur la chasse au phoque. Les
opposants à la chasse au phoque ne peuvent s’appuyer sur aucune
étude scientifique évaluée par les pairs. Ce dont nous avons
besoin, c’est moins d’observation et plus de communication et de
recherche scientifique sur ce que nous faisons. Nous avons cette
ressource fantastique. Il devient très évident que nous sommes
forcés d’en faire la gestion de concert avec d’autres ressources qui
se trouvent dans nos eaux. Nous encourageons présentement les
pêcheurs et les transformateurs parce que nous avons également
besoin d’une inspection vétérinaire pour rassurer le marché et à
des fins de salubrité alimentaire.
Mr. Cahill: I think many of us who, perhaps, are not hunters
— and the majority of people who often see these pictures or
videos would not be hunters or farmers or fishermen — have not
had any experience with the taking of a life. The viewing of any
taking of a life is a difficult thing to watch or to participate in.
When people are being inundated with these types of images, it is
a challenging thing to deal with. We know, in speaking to many
people, whether here or in Europe, that they just really wanted to
stop seeing these videos over and over again.
M. Cahill : Je pense qu’un grand nombre d’entre nous qui ne
sommes peut-être pas des chasseurs — et la majorité de ceux qui
voient ces photos ou vidéos ne seront pas des chasseurs, des
agriculteurs ou des pêcheurs —, nous n’avons pas eu d’expérience
avec le fait de tuer. Il est difficile de voir quelqu’un tuer un animal
ou d’y participer. Quand on est inondé par ce genre d’images, on a
du mal à composer avec celles-ci. Après avoir discuté avec de
nombreuses personnes ici ou en Europe, nous savons que tout ce
qu’on souhaite, c’est que ces vidéos cessent d’être diffusées à
répétition.
A lot of the groups that are taking these videos and showing
them are PR-type firms, using this for their fundraising activities.
They are given these opportunities to observe the hunts. Our
organization, as Mr. Dakins indicated, is encouraging more
observation. We do not think it should be by organizations that
are going out for public relations opportunities. These should be
professionals. They would be veterinarians and official observers.
If there is a feeling that more observers should be there to observe
De nombreux groupes qui filment et diffusent ces vidéos sont
des firmes de relations publiques qui utilisent ces images pour se
financer. Ils ont la possibilité d’observer la chasse. Notre
organisme, comme l’a indiqué M. Dakins, favorise une
observation accrue. Nous ne croyons pas que cette observation
doive être faite par des organismes qui s’en servent à des fins de
relations publiques. On doit envoyer des professionnels, des
vétérinaires et des observateurs officiels. Si on sent qu’un plus
4:18
Fisheries and Oceans
6-12-2011
this wild hunt, as compared to other wild hunts, then we would
endorse more people coming out who are official and who could
write official reports and make recommendations.
grand nombre d’observateurs est nécessaire pour surveiller cette
chasse, en comparaison avec la chasse d’autres animaux sauvages,
nous encouragerons la venue d’un plus grand nombre de vrais
représentants qui pourront rédiger des rapports officiels et
présenter des recommandations.
I was speaking to a woman representing Romania’s
environment department during the discussions in Europe. She
said, ‘‘Do you have bears there?’’ I said, ‘‘Yes, we have lots of
bears.’’ She said, ‘‘We have so many bears now. We are having to
hunt many, many different bears, in all of these places, to keep
them from getting into our towns and that sort of thing.’’ This
became the opening of our discussion.
Je discutais avec une représentante du ministère roumain de
l’Environnement pendant les discussions que nous avons eues en
Europe. Elle m’a demandé si nous avions des ours ici. J’ai
répondu que nous en avions beaucoup. Elle m’a répondu ceci :
« Nous avons tellement d’ours, maintenant. Nous devons en
chasser un grand nombre, des ours différents, en toutes sortes
d’endroits, pour éviter qu’ils entrent dans nos villages et ailleurs. »
Nous avons en quelque sorte commencé nos discussions de cette
manière.
I asked her, ‘‘Do you have to have observers with every hunter
who goes out to hunt a bear?’’ She said, ‘‘No, of course we could
not do that.’’ It led into her demanding, as the Europeans
demanded, that we have more observers and saying that we are
not managing and watching it closely enough, which I found quite
bizarre.
Je lui ai demandé : « Avez-vous des observateurs derrière
chaque chasseur d’ours? » Elle m’a répondu : « Non, bien
entendu, nous ne pouvons pas faire ça! », puis, comme les
autres Européens l’ont fait, elle a exigé que nous augmentions le
nombre d’observateurs tout en se plaignant que notre gestion et
notre surveillance n’étaient pas assez serrées. J’ai trouvé cela
plutôt étrange.
Senator Poy: Thank you for your presentation. From what you
have said about what European countries do with the grey seals, I
find it is a real contradiction that they think they can cull their
grey seals and we cannot hunt them as a resource.
Le sénateur Poy : Merci pour votre exposé. À partir de ce que
vous avez dit au sujet de ce que font certains pays européens avec
le phoque gris, je considère qu’il s’agit d’une grande contradiction
s’ils pensent qu’ils peuvent faire l’abattage sélectif de leurs
phoques gris pendant que nous ne pouvons pas les chasser en
tant que ressource.
Is it because of all the advertising with observation of the hunt
and with the celebrities? Is that what it is doing to Canada?
Est-ce en raison de toute cette publicité entourant l’observation
de la chasse et les célébrités? Est-ce que c’est ce qu’ils font au
Canada?
Mr. Cahill: From my perspective in watching this issue — I
was first exposed to the Fur Institute of Canada in 1991 as a
board member — the groups that are opposed to the utilization of
animals are the ones having impact, influence on policy,
legislation, regulations in European countries and other places
around the world as well. That is not leading to better practices
for animals or a reduction of the taking; it is leading to a non-use
of what is being taken, which is then at a taxpayer cost.
M. Cahill : De mon point de vue — j’ai été exposé pour la
première fois à l’Institut de la fourrure du Canada en 1991 comme
membre du conseil d’administration — les groupes opposés à
l’utilisation des animaux sont ceux qui ont du pouvoir et de
l’influence sur les politiques, les lois et les règlements dans les pays
européens et ailleurs dans le monde. Ils ne favorisent en rien les
meilleures pratiques pour les animaux ou une réduction des prises,
ils favorisent seulement une non-utilisation de ce qui a été pris, et
ce, aux frais des contribuables.
Senator Poy: Do they criticize European governments for
culling seals or other animals, such as muskrat? Do these other
governments get the same treatment as Canadians do?
Le sénateur Poy : Est-ce qu’ils critiquent les gouvernements
européens pour l’abattage sélectif de phoques ou d’autres
animaux tels que le rat musqué? Ces autres gouvernements
subissent-ils le même traitement que les Canadiens?
Mr. Cahill: I am not aware of any public relations campaigns
to address the culling activities in Europe.
M. Cahill : Je n’ai pas eu vent de campagnes de relations
publiques au sujet des activités d’abattage sélectif en Europe.
Senator Poy: It is public relations that are making it necessary
for Canadians to justify using seals as a resource. Is that what it
is?
Le sénateur Poy : Ces campagnes de relations publiques qui
obligent les Canadiens à justifier l’utilisation des phoques comme
ressource. Est-ce exact?
Mr. Dakins: As Mr. Cahill said regarding how we got to where
we are, or public perceptions, particularly as they pertains to fur
products, the seal being one, the stinger is the commercial return
to someone for doing that. When you make money from it, then
M. Dakins : Comme l’a indiqué M. Cahill concernant ce qui
nous a menés à la situation actuelle ou la perception du public,
particulièrement en ce qui a trait aux produits de la fourrure —
dont le phoque fait partie —, le problème, c’est que cette activité
6-12-2011
Pêches et océans
4:19
all of a sudden it is immoral to do. Making a derogation in the
European regulation for product that has to be done because you
have to manage the seals because they are impacting fish
resources — that sums it up. It is okay if you do it, as long as
you do not make a profit from it. If we look at IUCN guiding
principles, the greatest examples of good conservation as it
pertains to the utilization of abundant species or resources is
actually when monetary value is associated with the resource. The
highest level of respect will be given to the animal and
conservation will be paramount when the animal has a
monetary value.
est lucrative. En faisant de l’argent avec cette activité, celle-ci
devient soudainement immorale. Il faut faire ajouter une clause
dérogatoire à la réglementation européenne pour ce produit qui
découle de la nécessité de gérer la population des phoques parce
que ceux-ci ont des répercussions sur nos ressources en poisson —
voilà qui résume la situation. Si on jette un coup d’œil aux
principes directeurs de l’UICN, les meilleurs exemples de bonne
conservation dans le cadre de l’utilisation d’une espèce ou d’une
ressource abondante sont justement ceux où une valeur monétaire
est associée à la ressource. On est plus respectueux de l’animal
lorsqu’il a une valeur monétaire, et sa conservation devient
essentielle.
Senator Poy: When you mention incineration, what does that
mean? They just burn these animals? Is that what happens?
Le sénateur Poy : Lorsque vous parlez d’incinération, qu’est-ce
que vous voulez dire? Qu’ils font simplement brûler ces animaux?
C’est de cela qu’il s’agit?
Mr. Dakins: Yes.
M. Dakins : Oui.
Senator Poy: In huge numbers, obviously?
Le sénateur Poy : En grand nombre, bien entendu?
Mr. Cahill: Hundreds of thousands.
M. Cahill : Par centaines de milliers.
Senator Poy: To them, it is fine if you kill the animals and burn
them instead of making use of the animals. What we are trying to
prove is that it is better to use them as a resource.
Le sénateur Poy : À leurs yeux, il n’y a rien de mal à tuer les
animaux et à les incinérer plutôt qu’à s’en servir. Ce que nous
tentons de prouver, c’est qu’il vaut mieux s’en servir comme
ressource.
Mr. Dakins: The first feasibility study that was released under
Access to Information was also incineration of grey seals that
would be harvested on Sable Island. That created an immediate
lash-out by Canadians because we believe in the use of the
products. If we are going to have to kill the animal because of
ecological reasons — if we want to encourage fish recovery —
why should we take a perfectly good product and burn it?
M. Dakins : La première étude de faisabilité qui a été rendue
publique dans le cadre de la Loi sur l’accès à l’information portait
également sur l’incinération des phoques gris chassés à l’île de
Sable. Cela a provoqué la colère des Canadiens parce que nous
croyons que nous devons utiliser ce que nous produisons. Si nous
tuons l’animal pour des raisons environnementales — pour
encourager le rétablissement des poissons —, pourquoi
devrions-nous prendre cet excellent produit et le brûler?
As someone who sits in the industry, sees the challenges and
the amount of propaganda over 40 years — which this industry
has managed to withstand and has reshaped itself — I have to
wonder why such a report was ever commissioned. Is it because
we felt that type of approach would be acceptable to the world?
We should worry less about what the rest of the world thinks of us
and start reflecting on how we want to be reviewed by the rest of
the world. We should start to take strong messages to educate not
only our own people — who do not understand the problems or
challenges we face with seals and fish in our waters — and start
trying to message both internally externally, so people can
comprehend and understand the magnitude of the issue.
En tant que personne de l’industrie qui voit les défis et la
quantité de propagande lancée à notre sujet depuis 40 ans —
contre laquelle l’industrie a résisté en se remodelant —, je dois me
demander pourquoi un tel rapport a été demandé. Est-ce parce
qu’on sentait qu’une approche de ce type serait acceptable pour le
reste de la planète? Nous devons passer moins de temps à nous
préoccuper de l’opinion du reste du monde et commencer à
réfléchir sur la façon dont le reste du monde nous étudiera. Nous
devons commencer à lancer des messages forts pour conscientiser
non seulement nos compatriotes — qui ne comprennent pas les
problèmes et les défis qui nous attendent en ce qui concerne les
phoques et les poissons dans nos eaux —, mais aussi à envoyer des
messages autant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays, pour que les
gens comprennent l’ampleur de la question.
Senator Poy: Dr. Daoust, can I ask you something? You
mentioned vaccine. Can you elaborate on using vaccine to
control?
Le sénateur Poy : Monsieur Daoust, puis-je vous poser une
question? Vous avez parlé de vaccins. Pouvez-vous en dire plus
sur l’utilisation du vaccin aux fins de contrôle?
Mr. Daoust: It is to prevent the females from conceiving a
fetus. This approach of immunocontraception has been used in
other resources, including wild horses. In some parts of the
Western United States, they have a big problem with wild horses.
They have tried to use that to control their population. They have
M. Daoust : Le vaccin vise à empêcher les femelles de
concevoir un fœtus. Cette approche immunocontraceptive a été
utilisée avec d’autres ressources, dont les chevaux sauvages. Dans
certaines parties de l’ouest des États-Unis, on a un gros problème
avec les chevaux sauvages. Les Américains ont tenté d’utiliser
4:20
Fisheries and Oceans
6-12-2011
also tried to use that with white-tailed deer in the New England
area, and with various degrees of success is my understanding.
Basically, you want to administer a vaccine to an adult female
with extracts of ovaries from pigs that go through the
slaughterhouse. By injecting it into the muscle mass of the
female seal, it results in the production of antibodies that will
interfere with the fertilization of the egg. The problem that was
encountered when this vaccine was used in the field was that grey
seals have a tough skin and a thick layer of fat. These bullets just
did not make it through the thick layers. Therefore, the research
was abandoned.
cette méthode pour contrôler la population. On a également tenté
d’utiliser cette méthode pour contrôler le cerf de Virginie en
Nouvelle-Angleterre, et le succès n’aurait pas été uniforme
partout. En gros, on administre à une femelle adulte un vaccin
comprenant des extraits d’ovaires de truies destinées à l’abattoir.
En injectant ce vaccin dans la masse musculaire de la femelle
phoque, il en résulte une production d’anticorps qui gêneront la
fertilisation de l’œuf. Le problème que nous avons avec ce vaccin,
c’est que les phoques gris ont une peau dure et une épaisse couche
de gras. Les balles utilisées ne traversent pas ces couches épaisses.
La recherche a donc été abandonnée.
Senator Poy: You mentioned bullets. They do not have to
catch the females; they just shoot them.
Le sénateur Poy : Vous avez dit des balles. On n’essaie pas
d’attraper les femelles, on se contente de tirer dessus?
Mr. Daoust: That is correct. The alternative that was
considered was to physically capture and restrain those animals.
I can speak from personal experience that grey seals are cranky
animals. They are big animals. They can be dangerous. It would
require a large amount of physical work. I have a hard time
conceiving how it would be possible.
M. Daoust : C’est exact. L’autre solution étudiée consistait à
les capturer et à les retenir. Je peux dire, par expérience, que le
phoque gris a mauvais caractère. Ce sont de gros animaux qui
peuvent être dangereux. Ça aurait demandé beaucoup d’effort
physique. J’ai beaucoup de mal à concevoir comment ce serait
possible.
Senator Patterson: I am delighted to hear the presentation. I
am familiar with the work of the Fur Institute since my
involvement with them in the Northwest Territories, when they
were successful in educating the public and developing humane
trapping methods.
Le sénateur Patterson : Je suis ravi d’avoir pu entendre vos
exposés. Je suis familier avec les travaux de l’Institut de la
fourrure depuis mes premiers rapports avec l’organisme dans les
Territoires du Nord-Ouest, où ils ont réussi à sensibiliser le public
et élaborer des méthodes de piégeage sans cruauté.
Our committee will be advising the Minister of Fisheries and
Oceans. With great respect to the department, hearing about these
feasibility studies that were undertaken at the expense of the
department — which are directly against sustainability and
utilization of a very valuable, nutritional, medicinal, good for
useful and attractive clothing, and promoting our renewable
resource economy — I think they will need some advice from us.
Notre comité conseillera le ministre des Pêches et des Océans.
Malgré le grand respect que nous avons envers le ministère, le fait
d’entendre parler de ces études de faisabilité qui ont été menées
aux dépens du ministère — des études qui vont directement à
l’encontre de la durabilité et de l’utilisation d’une ressource de
grande valeur, qui est nutritive et utile sur le plan médical, qui
peut être utilisée pour confectionner des vêtements utiles et
attrayants, et qui permettrait de mettre de l’avant une économie
fondée sur les ressources renouvelables —, je pense qu’on a besoin
de quelques conseils de notre part.
I think most members of the committee realize a cull would be
a public relations disaster and against the things we should
support in this committee: sustainability and developing our
marine economy.
Je crois que la plupart des membres du comité réalisent qu’un
abattage sélectif serait un désastre sur le plan des relations
publiques et irait à l’encontre de ce que nous soutenons comme
comité : la durabilité et le développement de notre économie
maritime.
I think you said in 2010 you made a proposal to the
Department of Fisheries and Oceans, and it was to take a
sustainable approach. Could you outline in more detail what was
in the proposal, when it was made, and what the response was?
Would you be willing to share with us a copy of your proposal?
Je crois que vous avez dit qu’en 2010, vous avez proposé au
ministère des Pêches et des Océans une approche durable.
Pourriez-vous donner plus de détails sur le contenu de cette
proposition, à quel moment vous l’avez présentée et quelle a été la
réponse? Partageriez-vous une copie de votre proposition avec
nous?
Mr. Cahill: I did speak to this somewhat in my opening
remarks. When we did see these feasibility studies, the two of
them that were commissioned and came out, as Mr. Dakins said,
in the Access to Information, we were quite upset with that. The
department that we were trying to work with on a range of issues,
from professionalization and education and training of sealers to
animal welfare, working with this broad range of stakeholders,
had not considered what we considered to be this third option of
M. Cahill : J’en ai glissé quelques mots dans ma déclaration
préliminaire. Lorsque nous avons vu ces études de faisabilité, les
deux qui ont été commandées et publiées, comme M. Dakins l’a
dit, dans le cadre de la Loi sur l’accès à l’information, nous étions
plutôt en colère. Le ministère avec lequel nous tentions de
travailler sur diverses questions comme la professionnalisation,
l’éducation et la formation de chasseurs de phoques, le bien-être
des animaux, en collaboration avec tous les intervenants
6-12-2011
Pêches et océans
4:21
utilizing the people that are already there and in place and can
utilize these resources, harvesters that were being trained,
veterinarians that were engaged in advancing best practices,
conditions of licence towards regulations that were changing to
address those best practices. There was no consideration or
opportunity for us to present that.
concernés, ce ministère n’a pas tenu compte de ce que nous
considérions être la troisième option, soit l’utilisation des
personnes qui sont déjà en place, des chasseurs qui étaient
formés, des vétérinaires engagés dans l’avancement des pratiques
exemplaires, et la modification des conditions d’octroi de permis
selon des règlements pour refléter ces pratiques exemplaires. On
n’a pas pensé à nous pour présenter cette proposition, on nous a
encore moins invités.
We met with the department officials in July of 2010. We were
then asked to present a feasibility study of our own about what we
felt we would be interested in undertaking. In that feasibility
study, and I will refer to the notes of my presentation, there
needed to be a broad, long-term, sustainable plan for the
management of this resource, as we have for virtually every
other resource. There will be logistical issues around this, such as,
as Mr. Dakins mentioned, access to the resource and the practices
that are being used. Can the practices that we know be effectively
used to manage that number of resources? What about the use of
the product? Can it be used down the line? When the sealers
would be taking these resources from the sea, could it filter into
the systems that the processors have? What about available
markets? Clearly the European market is not open, but there are
other markets. Are there other markets willing to take those?
There are communication elements around it, similar to what we
expressed in our public opinion survey. We needed a consultative
approach with all stakeholders, bringing in the science people,
government, sealing associations and industry. That was the
essence of what we presented to the department as our interest in
undertaking a feasibility study, and would they contribute to us
undertaking that study, interacting with the various stakeholders
and presenting a report to the department of where we felt some
of the challenges would be, where some of the opportunities are,
what a program may cost, not unlike what was done with the
CBCL study where it indicated $20 million to $30 million of
taxpayer money for an incineration program. We believed that
our plan would actually be market-driven. The result would be
market-driven and sustainable and a net income rather than a net
cost. We presented that concept.
Nous avons rencontré les représentants du ministère en juillet
2010. On nous a demandé de présenter nous-mêmes une étude de
faisabilité sur ce que nous voulions entreprendre. Dans cette étude
de faisabilité, je vous renvoie aux notes de ma déclaration, il y
avait un besoin pour un plan à grande échelle, à long terme et
durable pour la gestion de cette ressource, comme nous le faisons
pour à peu près toutes les autres. On devra régler certains
problèmes logistiques tels que, comme l’a mentionné M. Dakins,
l’accès à la ressource et les pratiques utilisées. Les pratiques que
nous connaissons peuvent-elles être utilisées efficacement pour
gérer une telle quantité de ressources? Qu’en est-il de l’utilisation
du produit? Pourra-t-on l’utiliser au bout du compte? Lorsque les
chasseurs de phoques prendront ces ressources dans la mer,
pourront-ils se retrouver dans les systèmes des transformateurs?
Quels sont les marchés disponibles? Il est évident que le marché
européen n’est pas ouvert, mais il y en a d’autres. Ces autres
marchés sont-ils prêts à accepter ces produits? C’est une question
de communication similaire à ce que nous avons exprimé dans
notre sondage. Nous avions besoin d’une approche consultative à
laquelle participeraient tous les intervenants, notamment les
scientifiques, le gouvernement, les associations de chasseurs de
phoques et l’industrie. C’est en gros ce que nous avons présenté au
ministère en ce qui concerne notre volonté de faire une étude de
faisabilité, et le ministère pourrait nous aider à mener cette étude,
à communiquer avec les intervenants et lui présenter un rapport
pour montrer quels sont selon nous les défis à relever, où se
trouvent les possibilités, combien coûterait un tel programme,
semblable à ce qui a été fait avec l’étude de CBCL, où on a
indiqué qu’il en coûterait entre 20 et 30 millions de dollars aux
contribuables pour un programme d’incinération. Nous avons cru
que notre plan serait en fait axé sur le marché. Le résultat serait
axé sur le marché, il serait durable et il constituerait un revenu net
plutôt qu’une dépense nette. C’est le concept que nous avons
présenté.
We have not had much uptake, frankly. There were some
movements in DFO. We have had some challenges with getting
some of our proposals addressed. What we have had in the last
little while, though, is a call from the department to re-explore
this proposal. We had a meeting with Minister Ashfield and
Minister Fast this morning where we also raised this, and we were
told by Minister Ashfield that it is back up under a pile of papers
and being considered. We are hopeful that that could be given
some consideration as another way forward, a third option that
still has not been, to our minds, legitimately considered.
Franchement, notre proposition n’a pas suscité beaucoup
d’intérêt. Il y a eu un peu de mouvement au sein du MPO. Nous
avons eu de la difficulté à faire examiner certaines de nos
propositions. Mais, il y a quelque temps, nous avons reçu un
appel du ministère, qui souhaitait examiner de nouveau cette
proposition. Nous avons rencontré les ministres Ashfield et Fast
ce matin, et nous avons une fois de plus soulevé la question; le
ministre Ashfield nous a dit que notre proposition était de
nouveau sous une pile de dossiers et qu’on l’examinait. Nous
espérons qu’on la considérera comme un autre moyen d’aller de
l’avant, une troisième solution qui, dans notre esprit, n’a pas
encore été examinée à juste titre.
4:22
Fisheries and Oceans
6-12-2011
Senator Patterson: I believe the Fur Institute of Canada was
instrumental in working with the veterinarians to develop the
three-step proposal for humane harvesting of seals. You have
been working with provincial governments and sealers
associations on workshops with sealers, I believe. Could you tell
us about that and whether you think more could be done in this
area to help persuade the European and international public that,
indeed, we can and do harvest seals in a humane manner?
Le sénateur Patterson : Je crois que l’Institut de la fourrure du
Canada joue un rôle essentiel en collaborant avec des vétérinaires
dans le but de mettre au point la proposition en trois étapes pour
que la récolte des phoques se fasse sans cruauté. Vous avez
travaillé à la création d’ateliers avec les gouvernements
provinciaux et les associations de chasseurs de phoque, si je ne
m’abuse. Pouvez-vous nous en parler et nous dire si, à votre avis,
il serait possible d’en faire plus à cet égard dans le but de
persuader les Européens et l’opinion publique internationale que,
en effet, nous pouvons chasser le phoque sans cruauté et nous le
faisons?
Mr. Cahill: I will defer on the three-step process. We were not
involved in the development of that recommendation. That came
out of a report and a group that Dr. Daoust is working on.
M. Cahill : Je ne vais pas parler du processus en trois étapes.
Nous n’avons pas pris part à l’élaboration de cette
recommandation issue de rapports préparés par un groupe dont
fait partie M. Daoust.
Subsequent to that, and with our collaborative effort, we did
work with this report and these recommendations and with
veterinarians to consult and present in workshop format these
concepts, how they would be practised, when it was considered to
be a condition of licence, so precondition of licence or regulation
on the three-step process. The way we do things is we try to bring
as many people together as possible to address the issues. We had
workshops around Newfoundland and Labrador, the lower north
shore of Quebec and the Magdalen Islands. Dr. Daoust and
Mr. Dakins and I traveled around Newfoundland, and others
were in other locations to present these issues to the sealers and
work on these best practices. This was in 2008. I am pleased to see
that the outcome of some of our work has become part of what is
now becoming the training programs that are being implemented
through the professional fish harvester associations at the
provincial level. We are pleased that we were part of that. I
defer to Mr. Daoust to talk more.
Nous avons toutefois utilisé ce rapport et ces recommandations
dans le cadre de nos travaux et consulté des vétérinaires pour
pouvoir présenter ces concepts sous la forme d’un atelier, décrire
la façon dont on les met en pratique, parler du moment où ils sont
devenus une condition préalable à l’obtention d’un permis, une
condition préalable ou un règlement au regard du processus en
trois étapes. Notre démarche consiste à réunir le plus grand
nombre de gens possible pour s’attaquer à ces questions. Nous
avons présenté des ateliers partout à Terre-Neuve-et-Labrador,
sur la Basse-Côte-Nord et aux Îles-de-la-Madeleine. M. Daoust,
M. Dakins et moi-même avons voyagé partout à Terre-Neuve, et
d’autres personnes se sont rendues ailleurs pour parler de ces
questions aux chasseurs de phoque et favoriser la mise en œuvre
de ces pratiques exemplaires. C’était en 2008. Je suis heureux de
constater que le fruit de notre travail fait maintenant partie des
programmes de formation présentés par l’entremise des
associations de pêcheurs professionnels à l’échelle provinciale.
Nous nous réjouissons d’avoir pu contribuer à cette solution. Je
m’en remets maintenant aux connaissances de M. Daoust, qui
pourra vous en dire plus sur le sujet.
Mr. Daoust: I was involved directly in those information
workshops, as we describe them. We do not want to train the
sealers who have been on the ice for years; we want to inform
them. It was an example of an excellent cooperation between the
Department of Fisheries and Oceans, on the one hand, and our
perspective from the sealing industry, on the other hand, in that
we are not coming with regulations, such as, ‘‘Sealers, this is what
you will have to do.’’ We came in first with, ‘‘Sealers, this is the
anatomic and physiological information on those animals that
makes it practical or makes sense that you use those particular
methods of killing the animal, the three-step process,’’ and then
DFO can come with its regulations and then it becomes much
more acceptable on the part of the sealers.
M. Daoust : J’ai contribué directement à ces ateliers
d’information, comme nous les appelons. Notre but n’est pas de
former les chasseurs de phoque qui font leur travail depuis des
années; nous voulons les informer. Ces ateliers sont l’exemple
d’une collaboration parfaite entre le ministère des Pêches et des
Océans, d’une part, et l’industrie de la chasse au phoque, d’autre
part, en ce sens que nous ne proposons pas de réglementation
pour dire aux chasseurs de phoque ce qu’ils doivent faire. Nous
sommes plutôt venus leur donner de l’information sur l’anatomie
et la physiologie de ces animaux pour les amener à comprendre
que l’utilisation de certaines méthodes d’abattage, comme le
processus en trois étapes, est pratique et sensée. Après avoir été
informés, les chasseurs sont plus disposés à accepter la
réglementation imposée par le MPO.
I have had two grand tours of Newfoundland, going in
different small communities and giving those workshops, in
conjunction with Mr. Dakins and DFO, and I have been
personally amazed at the response we had from the sealers.
They were interested in what we had to offer. They listened to
J’ai fait deux grandes tournées à Terre-Neuve; je suis allé
présenter ces ateliers dans différentes petites collectivités, en
collaboration avec M. Dakins et le MPO. Personnellement, j’ai
été étonné de la réponse que nous avons reçue de la part des
chasseurs de phoque. Ils étaient intéressés par ce que nous avions
6-12-2011
Pêches et océans
4:23
what we had to offer. I am not saying this automatically
translated into better, more professional behaviour on their
vessels or on the ice. I would argue there is still work to be done
there. However, I think the progress we have made in this country
in Eastern Canada to address animal welfare issues when it comes
to the sealing industry is a well-kept secret. There is still work to
be done.
à offrir. Ils ont écouté ce que nous avions à proposer. Je ne dis pas
que leur comportement à bord de leur embarcation ou sur la glace
est devenu tout d’un coup exemplaire. Je crois qu’il y a encore du
travail à faire à cet égard. Par contre, je pense que les progrès que
nous avons réalisés dans l’Est du Canada en ce qui a trait au bienêtre des animaux dans l’industrie de la chasse au phoque
constituent un secret bien gardé. Il y a encore du travail à faire.
I am honest in saying that this country could become a leader
in animal welfare when it comes to harvesting our wildlife
resources, including seals, not to the exclusion of others. I would
like to think that this country could become a leader to the point
where it could export its knowledge to other countries that
harvest seals throughout the world.
Je n’exagère pas en disant que le Canada pourrait devenir un
modèle à suivre en ce qui a trait au bien-être des animaux dans le
cadre de l’exploitation des ressources fauniques, notamment le
phoque, sans toutefois exclure les autres espèces. Je voudrais que
le Canada devienne un modèle de sorte qu’il puisse transmettre ses
connaissances à d’autres pays qui pratiquent la chasse au phoque
partout dans le monde.
Senator Patterson: We are privileged to have a vet here. There
is a misconception in the animal welfare world, I believe, that
seals are being skinned alive. Could you explain, as a vet, how it is
that the three-step process ensures that the animal is dead before
it is bled and otherwise dealt with, and why these animals
sometimes have movement that gives the impression that they are
not dead? Could you go over that, please?
Le sénateur Patterson : Nous sommes privilégiés de compter un
vétérinaire parmi nos invités. À mon avis, les défenseurs du bienêtre des animaux croient à tort que les phoques sont écorchés vifs.
Pourriez-vous expliquer, en tant que vétérinaire, de quelle façon
ce processus en trois étapes permet de garantir que l’animal est
mort avant d’être vidé de son sang et avant qu’on en fasse quoi
que ce soit? Pourriez-vous aussi nous dire pourquoi il arrive qu’on
voie ces animaux bouger après qu’ils ont été tués, nous donnant
l’impression qu’ils ne sont pas morts? Pouvez-vous nous en dire
davantage là-dessus, s’il vous plaît?
Mr. Daoust: As a wildlife pathologist, I will be happy to use
graphic words to describe the process. This three-step process is
simple. It can be so easily incorporated into the normal killing
practices of the sealers. It simply consists of using a regulation
tool or weapon, which is the hakapik. By the way, I will defend
the use of the hakapik any time for that group of animals that it is
used for, that is, the harp seal beaters. It can be hakapik, the club,
or a high-powered rifle. You want to stun the animal, ideally, to
kill it right away. Since it is a hunt, it does not always work. It
does not work 100 per cent of the time.
M. Daoust : En tant que pathologiste de la faune, je vais
décrire le processus de façon très explicite. Ce processus en trois
étapes est simple. Il peut s’intégrer très facilement dans les
pratiques d’abattage habituelles des chasseurs de phoque. Il s’agit
simplement d’utiliser un outil ou une arme réglementaire, le
hakapik. Au fait, je préconise l’utilisation du hakapik en tout
temps pour ce groupe d’animaux, c’est-à-dire les jeunes phoques
du Groenland qu’on appelle les brasseurs. Il peut s’agir d’un
hakapik, d’un gourdin ou d’une carabine à haut calibre. Le but est
idéalement d’assommer l’animal pour le tuer d’un seul coup.
Mais, comme c’est de la chasse, cela ne fonctionne pas toujours.
L’animal ne meurt pas chaque fois du premier coup.
To my colleagues and myself, the most important step is what
we call the skull palpation. It is very simple. For the sealer, it
simply means, just with a gloved hand, feeling the top of the head.
If the animal has been killed, if the top of the head is crushed —
again, it is a graphic term — then the cerebral hemispheres, the
brain underneath the skull, will be severely damaged. We know
that the centre of pain perception sits right below the skull,
basically. If you destroy the skull you destroy the brain, and there
is no potential for pain perception.
Pour mes collègues et moi-même, l’étape la plus importante est
ce que nous appelons la palpation du crâne. C’est très simple.
Pour le chasseur, il s’agit simplement de toucher le dessus de la
tête de l’animal avec une main gantée. Si l’animal a été tué, si son
crâne a été broyé — j’utilise un terme très explicite — alors
l’hémisphère cérébelleux, la partie du cerveau qui se trouve juste
en dessous du crâne, est très endommagé. Nous savons que,
essentiellement, le centre de perception de la douleur se trouve
immédiatement sous le crâne. Si on défonce le crâne, on détruit le
cerveau, et l’animal ne perçoit plus la douleur.
When we are not using the hakapik or high-powered rifle, we
are not talking about surgical tools here. However, some people
will argue that in some cases the animal may not be quite dead
because the part of the brain along the floor of the cranial cavity
is still intact, et cetera, it may or may not regain
Quand les chasseurs n’utilisent pas le hakapik ou une carabine
à haut calibre — il ne s’agit pas ici d’instruments chirurgicaux.
Quoi qu’il en soit, certaines personnes diront que, parfois,
l’animal n’est pas tout à fait mort, notamment parce que la
partie du cerveau qui se trouve à la base de la cavité crânienne est
4:24
Fisheries and Oceans
6-12-2011
consciousness. The third step is to bleed the animal as quickly as
possible, because then you ensure there is no blood supply to the
brain and the animal is truly dead.
toujours intacte et qu’il peut ou non reprendre connaissance. La
troisième étape consiste à vider l’animal de son sang le plus
rapidement possible, parce que, lorsque le sang n’irrigue plus le
cerveau, on sait que l’animal est vraiment mort.
We say recognizing the safety aspect for the sealer is
paramount to us, otherwise our message may not go anywhere.
We realize there may be delays because of the difficulty of ice
conditions and so on. We ask you to do the second step as soon as
possible after the first, and the third step as soon as possible after
the second.
Pour nous, il est primordial de reconnaître l’importance de la
sécurité pour le chasseur, sinon, notre message n’irait nulle part.
Nous comprenons qu’il est possible que le processus soit retardé
en raison des conditions, comme la glace, qui rendent le travail
difficile. Nous demandons aux chasseurs de procéder à la
deuxième étape le plus rapidement possible après la première, et
de procéder à la troisième étape le plus rapidement possible après
la deuxième.
It is such a simple method, and yet I believe that it has and will
go a long way to ensuring there is minimal suffering on the part of
those animals.
Cette méthode est simple, et pourtant, je suis convaincu qu’elle
a contribué et qu’elle contribuera largement à garantir que ces
animaux souffrent le moins possible.
This three-step process is not necessarily applicable to the
adults. That is another issue to deal with, and that is what I
suggested in my presentation. If, in the context of the
management of the grey seal hunt, you want to target adult
animals, you have to re-examine this aspect and look at the
logistical issues of implementing something that is a three-step
process or comparable to it.
Ce processus en trois étapes ne s’applique pas nécessairement à
l’abattage des phoques adultes. C’est un autre aspect sur lequel
nous devons nous pencher, et c’est ce que j’ai laissé entendre dans
ma présentation. Si, dans le contexte de la gestion de la chasse au
phoque gris, vous souhaitez cibler les animaux adultes, vous devez
réexaminer la question et analyser la logistique nécessaire pour
mettre en œuvre un processus en trois étapes ou un processus
comparable.
Senator Patterson: That is valuable information. Thank you.
[Translation]
Le sénateur Patterson : Ces renseignements sont très utiles.
Merci.
[Français]
Senator Losier-Cool: I will be very quick, since you have
answered many of my questions, such as the one on contraceptive
inoculation. I thought that would be an option we could look
into, but you made me see that it would be rather difficult.
Le sénateur Losier-Cool : Je serai très brève puisque vous avez
répondu à plusieurs de mes questions, comme celle sur
l’inoculation contraceptive. Je croyais que c’était une option que
l’on pouvait considérer, mais vous m’avez fait comprendre que ce
serait assez difficile.
My question is for Mr. Cahill. It is about Canadians’ opinion,
that is, the many shortcomings in Canadians’ knowledge of seal
hunting. I was reading this week that smelt fishers in southeastern
New Brunswick were overrun by grey seals. Whose responsibility
is it to educate Canadians about seal hunting, and what can you
suggest to the committee for improving people’s understanding of
the dangers grey seals pose?
Ma question s’adresse à M. Cahill et porte sur l’opinion des
Canadiens, à savoir qu’il existe des lacunes par rapport à
l’éducation des Canadiens sur la chasse au phoque. Je lisais
cette semaine que les pêcheurs d’éperlans, dans le sud-est du
Nouveau-Brunswick, étaient envahis par les phoques gris. À qui
appartient la responsabilité de faire connaître la chasse au phoque
aux Canadiens et que pourriez-vous conseiller au comité à ce sujet
afin que les gens soient en mesure de bien connaître les dangers du
phoque gris?
[English]
Mr. Cahill: It is a challenge. When we try to engage people
about awareness and understanding of an animal-use issue, as I
mentioned earlier, so many people are not aware of the nuances
and have no experience, no reference point of where to begin.
Finding the time to communicate the many aspects of this, from
population ecosystem complexities, predator-prey relationships,
animal welfare issues, population, historic levels of populations of
the animals, the socio-economics and the benefit and the available
resources is not easy. All of these issues take time and the
requirement of the person to give you more than three seconds.
[Traduction]
M. Cahill : C’est un défi. Lorsqu’on essaie de sensibiliser les
gens à propos de l’exploitation des animaux, comme je l’ai
mentionné plus tôt, on constate qu’ils sont nombreux à ne pas
connaître les nuances et à n’avoir aucune expérience, aucun point
de référence. Ce n’est pas facile de trouver le temps d’informer les
gens sur les nombreux aspects de ce dossier, notamment la
complexité des écosystèmes, les relations entre le prédateur et la
proie, le bien-être des animaux, la population, les niveaux
historiques des populations animales, les données socioéconomiques, les avantages et la disponibilité des ressources.
6-12-2011
Pêches et océans
4:25
However, we know that for the average person, being impressed
upon with a message, that is about all they have; especially with
Facebook and Twitter right now, it is probably less than that.
Cela prend du temps, et la personne à qui l’on parle doit nous
accorder plus de trois secondes. Cependant, nous savons qu’il ne
faut que quelques secondes pour faire comprendre un message au
citoyen ordinaire; de nos jours, surtout avec Facebook et Twitter,
c’est probablement moins.
We believe that all levels of governments can play a role, that
industry needs to play a role and that the professional community
needs to play a role. We try, in some way, to roll these issues up.
However, again we are not a PR agency. We do not have a budget
to run educational campaigns for the average citizen.
Nous croyons que tous les ordres de gouvernement ont un rôle
à jouer, de même que l’industrie et l’ensemble des professionnels.
Nous essayons, d’une certaine façon, de rassembler de
l’information sur ces questions. Mais, je le répète, nous ne
sommes pas une agence de relations publiques. Nous n’avons pas
de budget pour mener des campagnes éducatives à l’intention du
citoyen moyen.
We do believe, however, that there are some good examples.
We have seen in Newfoundland, certainly in places where people
have a reasonable reference point, that there are school-type
programs that are educating people on these issues.
Nous croyons, cependant, qu’il y a de bons exemples à suivre.
À Terre-Neuve, par exemple, sans doute dans des endroits où l’on
a de bons points de référence, on offre des programmes scolaires
pour informer les gens.
Generally, I would say, especially when it comes to seals, that it
is a coastal issue. It is not like beavers or squirrels, which most
people in the country have experience with, and most people have
lost trees to beavers and that sort of thing. It is a challenging point
to get across this complex issue on a broad scale.
De façon générale, je dirais que ce dossier touche
principalement la côte, surtout en ce qui a trait aux phoques.
C’est différent des castors ou des écureuils, qui causent des
problèmes à presque tous les Canadiens; la plupart des gens ont
perdu des arbres à cause des castors, par exemple. Il est difficile de
parler de ce dossier complexe sur une grande échelle.
[Translation]
Senator Losier-Cool: As far as seal marketing goes, do you
receive federal funding through certain programs? I am thinking
of ACOA, for instance.
[English]
[Français]
Le sénateur Losier-Cool : Concernant la mise en marché du
phoque, recevez-vous, par certains programmes, des fonds du
gouvernement fédéral? Je pense à l’APECA, par exemple.
[Traduction]
Mr. Dakins: In late 2009 to 2010 we did form a group between
our company and two other competing companies to try to do
some generic international marketing of seal products. We were
supported, pleasantly, by the Atlantic Canada Opportunities
Agency, DEC — which is the equivalent of the Atlantic Canada
Opportunities Agency in Quebec — Innovation Norway,
Fisheries Norway, the Province of Newfoundland and
Labrador’s fisheries department and the Province of Quebec
through their fisheries department.
M. Dakins : À la fin de 2009 et en 2010, nous avons en effet
formé un groupe — notre entreprise et deux autres entreprises
concurrentes — pour essayer de mettre en marché certains
produits génériques du phoque à l’échelle internationale. Nous
sommes très heureux d’avoir été appuyés par l’Agence de
promotion économique du Canada atlantique, par l’Agence de
développement économique du Canada pour les régions du
Québec, par Innovation Norvège, par le ministère des Pêches de la
Norvège ainsi que par les ministères des Pêches de la province de
Terre-Neuve-et-Labrador et de la province de Québec.
All departments, in the provincial, territorial and federal
systems, realize that the commercialization of the seal products,
certainly though challenged, is a better option to just seeing the
industry dying and losing our capacity to be able to handle it. We
have not done additional applications for further funding there
because we feel that there is a broader, more important strategy
that needs to be implemented. When you speak about education
and whose responsibility it is, we feel that every Canadian has a
responsibility on this issue either to educate or to be educated.
Tous les ministères, tant au niveau provincial, territorial que
fédéral, reconnaissent que la mise en marché des produits du
phoque, bien qu’elle soit contestée, est préférable à une inertie qui
entraînerait la mort de l’industrie et qui réduirait notre capacité de
la gérer. Nous n’avons pas demandé de fonds supplémentaires
parce que, à notre avis, la mise en place d’une stratégie plus vaste
et plus importante s’impose. Lorsqu’on parle de sensibilisation et
qu’on s’interroge à savoir de qui relève cette tâche, nous croyons
que chaque Canadien a la responsabilité de s’informer ou
d’informer les autres à cet égard.
We have asked the federal government, as recently as today, to
help formulate a strategy that would incorporate all partners —
academia, industry, hunters and others — to come up with a
coordinated strategy to handle this not only nationally but also
Pas plus tard qu’aujourd’hui, nous avons demandé au
gouvernement fédéral de nous aider à formuler une stratégie qui
engloberait tous les partenaires — le milieu universitaire, le
secteur privé, les chasseurs et les autres. Le but serait de mettre au
4:26
Fisheries and Oceans
6-12-2011
internationally as well. The challenges are 40 years old now, and it
is an issue that certainly will not go away. The challenges we will
face in the future, if we are not commercializing the products, is
how we will justify the required slaughter and loss of revenues
from such a huge resource, as I mentioned in my opening
comments, not to ignore the 10-million-strong harp seal
population on the East Coast and the northeast coast of
Labrador, but also the grey seals.
point une stratégie coordonnée pour gérer ce dossier non
seulement à l’échelle nationale, mais aussi à l’échelle
internationale. L’industrie est l’objet de contestations depuis
maintenant 40 ans, et la situation n’est pas sur le point de
changer. Si nous ne procédons pas à la mise en marché des
produits du phoque, nous allons devoir justifier l’abattage
nécessaire et la perte de revenus d’une ressource aussi
importante, comme je l’ai mentionné dans mon exposé, soit une
population de phoques du Groenland qui est évaluée à un nombre
impressionnant de 10 millions d’individus sur la côte est et la côte
nord-est du Labrador, mais aussi la population de phoques gris.
Senator Losier-Cool: This strategic plan could be a
recommendation that this committee could put in its report?
Le sénateur Losier-Cool : Ce plan stratégique pourrait-il
reprendre une recommandation que le comité aurait formulée
dans son rapport?
Mr. Dakins: Most definitely. We would encourage that. We
hope we do not have to wait for the Senate recommendation to
get there, because this is something we have been trying to
coordinate with provincial, territorial and federal governments
for some time. We hope to have a quicker response.
M. Dakins : Absolument. C’est une approche que nous
favoriserions. Nous souhaitons toutefois ne pas avoir à attendre
la recommandation du Sénat pour aller de l’avant, parce que c’est
une démarche que nous essayons de coordonner avec les
gouvernements provinciaux, territoriaux et fédéral depuis un
bout de temps. Nous espérons obtenir une réponse rapidement.
Senator Oliver: Welcome to the three of you, and thank you for
your excellent presentations. They were very helpful.
Le sénateur Oliver : Bienvenue à vous trois, et merci pour vos
exposés, ils étaient excellents. C’est très utile pour nous.
Perhaps the thing that jumped out at me more than all of the
other things that you have said is to tell us here in Canada about
the seal harvesting that is currently going on by countries in
Europe. I first want to make sure my facts are correct. Did I hear
you correctly when you said that in Norway, Iceland, Scotland,
Sweden and Finland there is in fact now a seal harvest going on?
Is that correct?
De tous les renseignements que vous avez fournis, ce qui a le
plus retenu mon attention, c’est que vous nous dites, à nous, au
Canada, que certains pays d’Europe récoltent actuellement le
phoque. Je voudrais d’abord m’assurer d’avoir bien compris.
Avez-vous dit que l’on récoltait actuellement le phoque en
Norvège, en Islande, en Écosse, en Suède et en Finlande? Est-ce
exact?
Mr. Cahill: There is the hunting of seals going on. In fact, an
additional European country is Estonia. Months after the
European Union ban went into effect, Estonia announced that
it was undertaking a management of grey seals for population and
ecosystem management measures.
M. Cahill : On chasse actuellement le phoque dans ces pays.
En fait, on peut ajouter l’Estonie à la liste. Quelques mois après
l’entrée en vigueur de l’interdiction décrétée par l’Union
européenne, l’Estonie a annoncé qu’elle allait prendre des
mesures pour gérer la population de phoques gris et son
écosystème.
Senator Oliver: I used the word ‘‘harvest’’ and you used the
word ‘‘hunt.’’ Are they not harvesting? They are just hunting and
killing them. Is that right?
Le sénateur Oliver : J’ai utilisé le mot « récolter » et vous avez
utilisé le mot « chasser ». Ces pays ne font-ils pas la récolte du
phoque? Ils ne font que chasser et tuer ces animaux. Est-ce exact?
Mr. Cahill: They are hunting and killing them in the northern
countries. Norway, while it is not part of the European Union,
has an opportunity to commercially utilize the hunt. The
European countries can only use the product as country food.
M. Cahill : Dans les pays du Nord, on les chasse et on les tue.
La Norvège, ne faisant pas partie de l’Union européenne, a la
possibilité de chasser à des fins commerciales. Les pays européens
peuvent utiliser le produit comme aliment local seulement.
Senator Oliver: Can they not export it?
Le sénateur Oliver : Peuvent-ils exporter?
Mr. Cahill: They cannot sell it commercially. For example,
they cannot sell the meat to a restaurant, and they cannot
commercially utilize the oils.
M. Cahill : Ils ne peuvent pas vendre le produit
commercialement. Par exemple, ils ne peuvent vendre la viande
à un restaurant ni utiliser les huiles à des fins commerciales.
Senator Oliver: Do you have details of the manner in which
they go about killing seals? What methods do they use? Are they
meeting the tests and standards of animal welfare? Are their
methods humane?
Le sénateur Oliver : Avez-vous des renseignements sur les
méthodes que les chasseurs utilisent pour tuer les phoques? Est-ce
qu’ils satisfont aux critères et aux normes en ce qui a trait au bienêtre des animaux? Ont-ils recours à des méthodes sans cruauté?
6-12-2011
Pêches et océans
4:27
Mr. Cahill: Mr. Daoust was on a review panel in Europe that
has studied hunting methods around the world. I defer to him on
this question.
M. Cahill : M. Daoust a fait partie d’un comité d’examen en
Europe dont les travaux portaient sur les méthodes de chasse
employées partout dans le monde. Je m’en remets à lui pour
répondre à cette question.
Mr. Daoust: In Norway, they have a variation of our three-step
process. It is almost the same because they harvest those animals
for commercial purposes. My understanding is that in many other
countries, the hunt is mainly for sport. Therefore, the harvest is
limited and single animals are targeted. The hunt is mainly with
rifles. In many of those countries, the hunt is more in the context
of a sport.
M. Daoust : La Norvège dispose d’un processus semblable à
notre processus en trois étapes. La ressemblance vient du fait que
les chasseurs chassent ces animaux à des fins commerciales. Je
crois comprendre que, dans de nombreux autres pays, la chasse
est principalement un sport. Par conséquent, la récolte est limitée
et on cible des animaux seuls. La chasse se fait principalement au
moyen d’une carabine. Dans bon nombre de ces pays, la chasse se
pratique davantage dans le contexte du sport.
We must not forget Namibia on the West Coast of Africa.
After Canada, Namibia has the largest harvest of seals for
commercial purposes. I find it interesting in Namibia because, like
we do with our harp seals, they harvest the young animals. Their
target is the cape fur seal. They harvest the young animals and the
adults. I was a member of the European Food Safety Authority in
2007 when we looked at various forms of seal hunting throughout
the world. We had the opportunity to see some videos of a
number of hunts, including one in Namibia. I was not impressed
by the way the young animals were harvested; there was a lot of
room for improvement. Interestingly, when they hunt the adults,
they use silencers on their rifles because when they shoot one
animal with a high-powered rifle, all the other animals go in the
water, and it becomes a free-for-all, basically. It is then impossible
to kill more animals without injuring them. Therefore, the hunters
in Namibia are allowed to use silencers on their rifles when they
hunt those animals. We can export our knowledge, and we can
learn from other countries.
N’oublions pas la Namibie, sur la côte ouest de l’Afrique.
Après le Canada, c’est la Namibie qui fait la plus grande chasse au
phoque à des fins commerciales. Ce que je trouve intéressant en
Namibie, c’est que, comme nous le faisons pour le phoque du
Groenland, on y chasse les jeunes phoques. L’animal ciblé est le
phoque à fourrure du Cap, les jeunes et les adultes. J’étais membre
de l’Autorité européenne de sécurité des aliments en 2007 lorsque
celle-ci s’est penchée sur diverses formes de chasse au phoque
partout dans le monde. Nous avons eu l’occasion de voir quelques
vidéos, dont celle d’une partie de chasse qui se déroulait en
Namibie. La façon dont on chasse les jeunes phoques là-bas ne
m’a pas impressionné; il y avait encore beaucoup de progrès à
faire. Fait intéressant, les chasseurs utilisent des carabines munies
de silencieux pour tuer les phoques adultes parce que, en tirant sur
un animal avec une carabine à haut calibre, ils font fuir tous les
autres individus, qui se réfugient dans l’eau; c’est le branle-bas
général, essentiellement. Il est alors impossible de tuer d’autres
phoques sans les blesser. C’est la raison pour laquelle les chasseurs
en Namibie sont autorisés à utiliser des silencieux lorsqu’ils
chassent. Nous pouvons exporter nos connaissances, et nous
pouvons apprendre des autres pays.
Senator Oliver: We knew about Namibia, but I was asking you
about Europe because we are aware of what the European
Parliament has done and said about our practices in Canada and
how much of a burden that has been on our East Coast fishery. Is
there research that you can point us to about whether the seals are
eating some of their groundfish, such as cod, and so on? Could
you make that research available to us?
Le sénateur Oliver : Nous étions au courant de la situation en
Namibie, mais je m’interrogeais à propos de l’Europe, car on sait
ce que le Parlement européen a fait et a dit à propos de nos
pratiques, au Canada. On sait aussi quelles en ont été les
conséquences pour l’industrie de la pêche sur la côte est. Y a-t-il
des études que nous pourrions consulter pour savoir si les
phoques mangent une partie de leurs poissons de fond, comme la
morue? Seriez-vous en mesure de nous fournir ces études?
Mr. Daoust: I will defer to Mr. Cahill.
M. Daoust : Je vais laisser M. Cahill vous répondre.
Mr. Cahill: We will put you in touch with the organizations we
have been in contact with in government departments.
M. Cahill : Nous allons vous mettre en relation avec les
organisations ministérielles que nous avons contactées.
Senator Oliver: Would that be in countries like Norway,
Iceland, Scotland, Sweden and Estonia?
Le sénateur Oliver : Dans des pays comme la Norvège,
l’Islande, l’Écosse, la Suède et l’Estonie?
Mr. Cahill: Yes.
Senator Oliver: My final question is much like the one put to
you by Senator Losier-Cool, but mine will be hypothetical.
M. Cahill : Oui.
Le sénateur Oliver : Ma dernière question est semblable à celle
que vous a posée le sénateur Losier-Cool, mais la mienne est
hypothétique.
4:28
Fisheries and Oceans
6-12-2011
If you had the opportunity to write the recommendations that
this committee will give to the Government of Canada, what
would be one of the first two recommendations that you would
like to see come forward?
Si vous aviez la possibilité de rédiger les recommandations que
le comité formulera à l’intention du gouvernement du Canada,
quelle serait l’une des deux premières recommandations que vous
proposeriez?
Mr. Cahill: I would like to see the grey seals considered a
valuable resource, with a plan in place to utilize the resources with
the best practices by the best-trained people and provide those
resources on an economic-benefit basis to an industry that can
utilize them.
M. Cahill : J’aimerais que le phoque gris soit considéré comme
une ressource précieuse; je voudrais qu’un plan soit mis en place
pour que les personnes les mieux formées utilisent cette ressource
en se fondant sur des pratiques exemplaires, un plan permettant
de gérer cette ressource de manière à offrir des avantages
économiques à une industrie qui peut l’utiliser.
Mr. Dakins: Consultation with the people who have been
closely involved with the issue is necessary in order to formulate
the correct plan on a go-forward basis.
M. Dakins : Il faut consulter les gens qui ont joué un rôle de
premier plan dans le dossier pour pouvoir mettre en place le plan
approprié pour l’avenir.
Senator Oliver: Do you mean the fishermen?
Le sénateur Oliver : Parlez-vous des pêcheurs?
Mr. Dakins: The fishermen, the processors and the animal
welfare experts. I would suggest that we have a great deal of
knowledge on harp seal and grey seal products. Certainly, we
want it done to a high animal welfare standard so we can give
market assurance. We want to see our coastal economies continue
and we want to continue to operate our fishing plant to the
benefit of those communities. I would encourage the Department
of Fisheries and Oceans, in order to encourage the best way
forward, to invite animal welfare experts and industry
representatives to the table to formulate an appropriate plan
versus taking highly emotive positions and approaches to the
management of a valuable resource.
M. Dakins : Les pêcheurs, les transformateurs et les spécialistes
du bien-être des animaux. Nous croyons très bien connaître les
produits du phoque du Groenland et du phoque gris. Nous
voulons bien sûr que tout soit fait selon une norme élevée pour le
bien-être des animaux de manière à pouvoir donner une assurance
pour la mise en marché. Nous voulons que nos économies côtières
se portent bien, et nous voulons que nos usines de transformation
du poisson poursuivent leurs activités dans l’intérêt de ces
collectivités. Pour déterminer la meilleure voie à suivre, je
conseillerais au ministère des Pêches et des Océans d’inviter des
spécialistes du bien-être des animaux et des représentants de
l’industrie à contribuer à l’élaboration d’un plan approprié plutôt
que d’adopter des positions et des façons de faire hautement
émotives pour gérer cette ressource précieuse.
Mr. Daoust: I agree with what Mr. Cahill and Mr. Dakins
have said.
M. Daoust : Je suis d’accord avec M. Cahill et M. Dakins.
I would like to suggest to the federal and provincial
governments that they have the courage to invest in our wildlife
resources and in the sustainable use of our wildlife resources
ultimately for the sustainability of those resources and for the
benefit of our coastal communities, which really deserve it.
J’inviterais les gouvernements fédéral et provinciaux à faire
preuve de courage et à investir dans nos ressources fauniques et
dans l’utilisation durable de ces ressources pour assurer la
viabilité à long terme de l’industrie, dans l’intérêt de nos
collectivités côtières, qui le méritent vraiment.
Senator Oliver: Is time of the essence? Do we have another two
years to do more studies on this?
Le sénateur Oliver : Est-ce que le temps presse? Avons-nous
deux années de plus pour faire d’autres études sur le sujet?
Mr. Dakins: As someone who sells the products and is dealing
with the current market conditions, I think there is a level of
urgency to ensure that the resource continues to be valued and not
disrespected. There is huge pressure coming from our economies.
I do not think that we are unprepared. We have done a lot of
work over the last decade about the products. We need to
encourage our federal department to qualify and quantity the
fish-seal interactions. As we go forward with any type of
population reduction or further harvesting, we need to evaluate
the impacts on our fish stocks and to encourage other nations to
come on board to find solutions because they are also faced with
similar challenges.
M. Dakins : Étant donné que je vends ces produits et que je
dois composer avec les conditions actuelles du marché, je pense
que nous n’avons pas de temps à perdre si nous voulons que la
ressource demeure appréciée et respectée. Une énorme pression
découle de notre économie. À mon avis, nous sommes prêts. Nous
avons beaucoup travaillé au cours des dix dernières années pour
préparer ces produits. Nous devons inciter le MPO à qualifier et à
quantifier les interactions poissons-phoques. Si nous allons de
l’avant en réduisant ou en augmentant la récolte d’une
population, nous devons en évaluer les conséquences pour nos
stocks de poissons et encourager d’autres pays à se joindre à nous
afin de trouver des solutions, parce qu’ils font face à des
problèmes semblables.
6-12-2011
Pêches et océans
4:29
In Alaska, for example, we see that the United States is faced
with a huge challenge related to their fur seal resources and the
impacts on their fish stocks. Until Canada steps forward as the
leading nation, because we are the world’s largest harvester of
marine mammal resources, this global problem and global
conflict between fish, seals and humans will only escalate.
Aux États-Unis par exemple, en Alaska, il y a un énorme
problème lié au phoque à fourrure, dont la présence a des
répercussions sur les stocks de poissons. D’ici à ce que le Canada
décide de s’imposer comme chef de file, parce qu’il est le plus
grand exploitant de la ressource que constituent les mammifères
marins, ce problème mondial de même que ce conflit opposant le
poisson, le phoque et l’être humain ne feront que s’aggraver.
Senator Raine: The problem with going last is that everyone
else has asked all the questions.
Le sénateur Raine : Le problème, quand on passe en dernier,
c’est que les autres ont déjà posé toutes les questions.
The Chair: You are not last.
Le président : Vous n’êtes pas la dernière.
Senator Raine: Good. We have heard a lot of interesting things
tonight. My first question is for Mr. Daoust. You said that
research still needs to be done on the best harvesting method for
various age groups of the grey seals. If it is properly funded, how
long would it take to get that research done? Are we talking
months or years? We are hearing some urgency. Every year that
goes by, it is that much more out of balance.
Le sénateur Raine : Très bien. Nous avons entendu des choses
intéressantes ce soir. Ma première question s’adresse à
M. Daoust. Vous avez dit que des études devaient être menées
afin de déterminer quelle est la meilleure méthode de récolte pour
les divers groupes d’âge chez le phoque gris. Si des fonds
appropriés y étaient consacrés, combien de temps faudrait-il pour
mener à bien ces travaux? Faudrait-il des mois ou des années?
Nous comprenons que le temps presse. Chaque année qui passe
est une année de moins.
Mr. Daoust: It would be risky for me to suggest a time frame.
The challenge with the sealing industry is that you have only one
chance every year to do this kind of work; and it does not last very
long. You have to be at the right place at the right time. That is
why it is important that we get going for this coming season.
M. Daoust : Je n’oserais pas parler de dates. La difficulté, c’est
que, dans l’industrie de la chasse au phoque, on ne dispose que
d’une période par année pour faire ce genre de travail, et cette
période n’est pas très longue. Il faut se trouver au bon endroit, au
bon moment. C’est la raison pour laquelle il est important que la
machine se mette en marche pour la saison qui vient.
Already we have made some progress with the young grey
seals. I have been working on that with colleagues at the
Department of Fisheries and Oceans for about three years. We
are not satisfied completely, but we are getting close. My response
to Senator Hubley was that we do not have much knowledge on
the adult grey seals. If there were an opportunity to begin to
address this in the upcoming season, it would be useful. I do not
dare say whether it would take one or two seasons to achieve, but
the sooner we start, the more rapidly we will be able to provide an
answer to the sealing and fishing communities.
Nous avons déjà fait des progrès relativement aux jeunes
phoques gris. Je travaille là-dessus depuis environ trois ans avec
des collègues du ministère des Pêches et des Océans. Nous ne
sommes pas tout à fait satisfaits, mais nous nous rapprochons du
but. Ce que j’ai répondu au sénateur Hubley, c’est que nous
n’avons pas beaucoup de connaissances sur les phoques gris
adultes. Si nous avions l’occasion de commencer à combler cette
lacune au cours de la prochaine saison, ce serait utile. Je n’ose pas
me prononcer à savoir s’il faudrait une ou deux saisons pour y
arriver, mais plus vite nous commencerons, plus vite nous serons
en mesure de répondre aux collectivités qui dépendent de la pêche
et de la chasse au phoque.
Senator Raine: We heard last week from witnesses that there
are silos happening between the various provinces and the federal
government with regard to whether it is a fish or a mammal and
how it is regulated. You cannot sell seal meat from
Newfoundland into British Columbia. We do not even have a
marketing system worked out for this wonderful protein in our
own country, let alone for export.
Le sénateur Raine : La semaine dernière, des témoins nous ont
dit que diverses provinces et le gouvernement fédéral travaillaient
de façon isolée pour déterminer si le phoque est un poisson ou un
mammifère et pour établir une façon de le réglementer. Vous ne
pouvez vendre de la viande de phoque provenant de Terre-Neuve
en Colombie-Britannique. Nous n’avons même pas de système de
commercialisation établi pour ce merveilleux aliment protéiné
dans notre propre pays, encore moins pour ce qui est de
l’exportation.
Do you have any comment on that, or is that more or less out
of your purview, which is more with regard to the Fur Institute of
Canada?
Avez-vous des commentaires à faire à ce sujet, ou cela dépasset-il plus ou moins votre champ de compétence, qui a trait
davantage à l’Institut de la fourrure du Canada?
Mr. Dakins: We sell meat products. In Newfoundland, because
of the way it is classified within Newfoundland and Labrador, we
can ship transborder and interprovincially. There are no
M. Dakins : Nous vendons des produits de viande. À TerreNeuve-et-Labrador, en raison de la façon dont ces produits sont
classés dans la province, nous pouvons en expédier à l’étranger et
4:30
Fisheries and Oceans
6-12-2011
restrictions on the sale of seal meat say to British Columbia or
Ontario because we process it as a fish. In Quebec, it is identified
as a meat product, so it comes under a separate category. I do not
operate a facility in Quebec, but this is my understanding.
dans les autres provinces. Il n’y a aucune restriction qui s’applique
à la vente de la viande de phoque, par exemple en ColombieBritannique ou en Ontario, parce que nous la transformons
comme s’il s’agissait d’un poisson. Au Québec, on considère qu’il
s’agit d’un produit de viande, qui entre dans une catégorie
distincte. Je n’ai pas d’installation au Québec, mais c’est ce que je
comprends.
You are certainly right in that we need to ensure we have our
i’s dotted and our t’s crossed within our own borders. However, I
do not think the largest challenges are necessarily what we will do
with the products once we have them. Our biggest challenges will
come with access to the resource I mentioned earlier. If Sable
Island is identified as a national park, what type of challenge will
the industry face at that time? These are the things that we need to
address immediately and head off before they become barriers in
the future to an activity we know we have to conduct.
Vous avez tout à fait raison; nous devons mettre les points sur
les i en ce qui a trait à nos propres frontières. Je ne crois toutefois
pas que les obstacles les plus grands que nous devrons surmonter
auront nécessairement trait aux produits une fois que nous les
aurons. Les plus grandes difficultés seront liées à l’accès à la
ressource, comme je l’ai mentionné plus tôt. Si l’île de Sable
devient un parc national, quels seront les défis auxquels l’industrie
sera alors confrontée? Nous devons réfléchir maintenant à ces
aspects pour éviter qu’ils ne nuisent, dans l’avenir, à une activité
que nous devons mener.
Senator Raine: It is interesting because I know they have done
animal culls in national parks, but what you want to do is
harvesting rather than culling. In our parks, we are against
commercialization. Maybe that is something we need to wrap our
heads around. You do not have to work too hard to convince us
that sustainable use of this resource is the right thing to do, but if
we have regulations that make it hard, then it must be frustrating.
Le sénateur Raine : C’est intéressant, parce que je sais qu’ils ont
fait de l’abattage sélectif dans les parcs nationaux, mais ce que
vous souhaitez faire, c’est de récolter plutôt que d’abattre. Dans
nos parcs, la commercialisation est interdite. Nous devrions peutêtre chercher à bien comprendre. Vous n’avez pas besoin de
travailler très fort pour nous convaincre que l’utilisation durable
de cette ressource est la bonne chose à faire; mais si la
réglementation vous met des bâtons dans les roues, ce doit être
très frustrant.
Mr. Dakins: I live on the doorstep of Gros Morne National
Park, and the moose there are destroying the understory. This
national park was established to protect something unique for all
Canadians, and what is happening is that an introduced species in
the province is destroying that which we are trying to protect. It is
interesting that they are allowing a cull of moose in Gros Morne
right now, but people eat those moose. They do not have to
incinerate them, but they do not commercially trade them, so we
define that as a cull. Mr. Cahill asked the question earlier: What
is a cull, what is a harvest and what is a hunt?
M. Dakins : J’habite à côté du parc national du Gros-Morne,
où les orignaux sont en train de détruire le sous-étage. Ce parc
national a été créé pour protéger un endroit qui revêt une
importance particulière pour tous les Canadiens. Ce qui se passe
actuellement, c’est qu’une espèce introduite dans la province est
en train de détruire ce que nous essayons de protéger. Fait
intéressant, le gouvernement permet l’abattage sélectif des
orignaux dans le parc national du Gros-Morne en ce moment,
mais les gens se nourrissent de ces orignaux. Ils n’ont pas besoin
de les incinérer, mais ils ne les utilisent pas à des fins
commerciales, alors c’est considéré comme un abattage sélectif.
M. Cahill a posé la question plus tôt : Qu’est-ce qu’un abattage
sélectif, qu’est-ce qu’une récolte et qu’est-ce qu’une chasse?
Senator Raine: Which agency in Canada should make those
decisions? I think that is a big challenge. We have to make the
right decisions.
Le sénateur Raine : Quel organisme au Canada est chargé de
prendre ces décisions? Je trouve que c’est tout un défi. Nous
devons prendre les bonnes décisions.
Mr. Cahill: The jurisdiction is with Parks Canada under
Environment Canada. In fact, last year after we submitted our
grey seal proposal, we put together a briefing note to Parks
Canada on grey seal management on Sable Island National Park
outlining some of the challenges that Canada will be faced with if
indeed a grey seal harvest would be necessary. We put that in
writing, and I believe it was submitted to this committee for
consideration.
M. Cahill : Cette compétence relève de Parcs Canada, qui fait
partie d’Environnement Canada. En fait, l’an dernier, après avoir
présenté notre proposition concernant le phoque gris, nous avons
rédigé une note d’information à l’attention de Parcs Canada sur la
gestion du phoque gris dans le parc national de l’île de Sable, dans
laquelle nous avons décrit certaines des difficultés que le Canada
devrait surmonter si, effectivement, une récolte du phoque gris
s’avérait nécessaire. Nous l’avons couché sur papier, et je crois
que notre note d’information vous a été envoyée.
Senator Raine: Thank you very much. We appreciate your
sharing all this information with us.
Le sénateur Raine : Merci beaucoup. Tous ces renseignements
nous sont très utiles.
6-12-2011
Pêches et océans
4:31
Senator MacDonald: Thank you, gentlemen, for being here. I
would like to commend Mr. Daoust for his work on this. I think
it is very important for us if we want to get something done with
this problem to have professionals like you who have an obvious
commitment to the preservation of animal life and the proper
treatment of animals. I want to take the time to commend you for
your involvement in this.
Le sénateur MacDonald : Merci d’être ici, messieurs. J’aimerais
féliciter M. Daoust pour le travail qu’il a accompli dans ce
dossier. Si nous voulons parvenir à régler ce problème, il est très
important pour nous de travailler avec des professionnels comme
vous, des gens qui ont une volonté manifeste de préserver la vie
des animaux et de faire en sorte qu’ils soient traités correctement.
Je tiens à prendre le temps de saluer votre engagement à cet égard.
There are so many questions. I will try to keep it to a few.
J’ai tellement de questions à vous poser. Je vais essayer de me
limiter à quelques-unes.
We have an immediate problem. As someone who lives on the
coast down there and grew up in the fishing community, arguing
about culls or harvests or hunts and what they mean and how
they are defined — we have no fish left. The small communities on
the East Coast, not only on the Atlantic coast — I think it is fair
to say that Nova Scotia is stuck right in the middle of this when it
comes to the grey seal. The small communities are disappearing.
The longer we take to find a solution, the worse the problem will
become.
Nous faisons face à un problème que nous devons régler dans
les plus brefs délais. Je vis sur la côte, pas très loin d’ici, et j’ai
grandi dans une collectivité de pêcheurs. On a beau discuter
d’abattage sélectif, de récolte ou de chasse, de ce que ces activités
signifient et de la façon dont elles sont définies — nous n’avons
plus de poissons. Les petites collectivités de la côte est, pas
seulement le long de la côte de l’Atlantique — je pense qu’il est
juste de dire que la Nouvelle-Écosse se trouve en plein cœur du
problème en ce qui a trait au phoque gris. Les petites collectivités
sont en train de disparaître. Plus nous tarderons à trouver une
solution, plus le problème empirera.
With regard to the proposed harvest — there is that
terminology again. With regard to the reducing of the seals that
are foraging in the gulf, a proposed 73,000, what are the longterm implications if we reduce there but do not do an active
reduction on Sable Island where most of them tend to inhabit? Is
it sustainable? With that large group of seals on Sable Island, will
they replenish all those numbers unless we reduce them
simultaneously?
La récolte proposée — encore cette terminologie. On propose
de réduire de 73 000 le nombre de phoques qui se nourrissent dans
le golfe. Que se passera-t-il à long terme si nous réduisons leur
nombre à cet endroit, mais que nous ne procédons à aucune
réduction active sur l’île de Sable, où la plupart d’entre eux ont
tendance à habiter? Est-ce une solution durable? Compte tenu du
nombre important de phoques que compte l’île de Sable, n’y a-t-il
pas un risque qu’ils se reproduisent et que cela nous ramène au
point de départ si leur nombre n’est pas réduit simultanément?
Mr. Daoust: If we use a proper method of harvesting the
animals, it will take a while to do so in a proper manner. We have
to consider the market for it. I think Mr. Dakins can address that
better than I. As I think he pointed out, the market should not be
flooded.
M. Daoust : Si nous avons recours à une méthode de récolte
appropriée, il va falloir du temps pour y arriver correctement. Il
faut tenir compte de la demande. Je pense que M. Dakins est
mieux placé que moi pour vous en parler. Comme il l’a dit, je
crois, le marché ne doit pas être inondé.
Sealers are concerned about the large population of harp seals
and grey seals, but they will say they do not want to eliminate that
population because they depend on it as a source of income.
Therefore, we want to reduce it because it has some impact on our
fisheries, and the Department of Fisheries and Oceans agrees with
us with respect to some parts of the Gulf of St. Lawrence. They
want to reduce it, but not to the point where they cannot have a
sustainable harvest. I think Mr. Dakins referred to that.
La taille importante de la population de phoques du
Groenland et de phoques gris inquiète les chasseurs de phoque;
ceux-ci ne veulent pas d’élimination parce qu’ils dépendent
financièrement de cette ressource. Nous voulons réduire cette
population parce qu’elle nuit aux pêches, ce qui a été confirmé par
le ministère des Pêches et des Océans relativement à certaines
parties du golfe du Saint-Laurent. On veut la réduire, mais pas au
point de nuire à la viabilité à long terme de la récolte. Je pense que
M. Dakins a fait allusion à cela.
I would love the coastal communities to have access year after
year to a relatively stable fur market that they can depend on. For
that, they have to have a healthy seal population.
J’aimerais que les collectivités côtières aient accès, année après
année, à un marché de la fourrure relativement stable sur lequel ils
peuvent compter. Pour que cela soit possible, ils doivent avoir une
population de phoques viable.
Senator MacDonald: With regard to the market, the sag of the
harp seal is fairly well-known, going back to the white coats and
the problems with the Europeans that we have encountered.
However, the proposed grey seal market is relatively new. What
Le sénateur MacDonald : Le fléchissement du marché pour ce
qui est du phoque du Groenland n’est un secret pour personne et
est attribuable à l’épisode des blanchons et aux problèmes que
nous avons rencontrés avec les Européens. Par contre, le marché
4:32
Fisheries and Oceans
6-12-2011
restrictions are out there now that have been ratified and put up
against the marketing of grey seals around the world? Are there
any that are as onerous as the harp seal?
que l’on propose d’établir en ce qui a trait au phoque gris est assez
nouveau. Sur quelles restrictions les pays étrangers se sont-ils
entendus pour s’opposer à la mise en marché du phoque gris? Ces
restrictions sont-elles aussi pénalisantes que celles qui avaient
touché le phoque du Groenland?
Mr. Dakins: The prohibition on seal products within the EU is
all seal products. By default, grey seals are also under that.
M. Dakins : Dans les pays de l’Union européenne,
l’interdiction en vigueur touche tous les produits de phoque. Le
phoque gris est donc lui aussi visé.
It is interesting that there is a derogation in the European
regulation that if the seals are harvested for fisheries management
purposes, then the products are allowed to enter the market. We
still see China, Taiwan and Korea as other opportunities. A lot of
nations have not put up trade barriers to our products; a lot of
nations have.
Il est intéressant de constater qu’une dérogation à la
réglementation européenne permet la mise en marché des
produits si les phoques font l’objet d’une récolte aux fins de
gestion des pêches. La Chine, Taïwan et la Corée sont toujours
des possibilités. De nombreux pays n’ont pas mis de barrières
commerciales à l’égard de nos produits; de nombreux autres pays
l’ont fait.
If we are to look at this from a long-term approach, no doubt
recognizing the immediate requirement for an immediate
reduction for some fisheries management outcomes, then we
certainly have our challenges in understanding the pressures on
the fish resources in Nova Scotia.
Si nous examinions la question dans une perspective à long
terme, il est évident qu’une réduction immédiate s’impose pour
obtenir des résultats au chapitre de la gestion des pêches, mais
nous avons certainement des difficultés à comprendre les
pressions que subissent les ressources halieutiques en NouvelleÉcosse.
I think there are options. If Canada decides that it needs to
remove 70,000 adult seals to have an adequate result in
groundfish recovery in your region, I think there are options to
be explored for the utilization of those animals. However, in
concert with that, if we take 70,000 out now and we witness the
same population growth that we have seen over the last three
decades on the resource, there is no doubt that new seals will
occupy the niche zones that exist.
À mon avis, il y a des solutions. Si le Canada décide qu’il est
nécessaire d’éliminer 70 000 phoques adultes pour permettre la
restauration des stocks de poissons de fond dans votre région, je
pense qu’il y a des solutions à envisager pour exploiter la
ressource adéquatement. Parallèlement, si on élimine
70 000 phoques adultes maintenant et que la population
enregistre le même taux de croissance que celui enregistré au
cours des trois dernières décennies, il ne fait aucun doute que de
nouveaux phoques vont venir occuper les niches existantes.
This is where our struggle with the proposal is to date. Even the
Fisheries Resource Conservation Council’s recommendation is
not necessarily a plan on how to conduct such a harvest. We need
to have a long-term plan to keep the population at some
prescribed level. That can only be achieved through long-term
sustainable harvesting techniques, marketing the products to an
educated market. I do not think it is impossible that nations like
those in the EU will eventually realize that if they want access,
Canada is a food basket for the world. If they want the privilege
of buying seafood or other resources from us, they will have to
understand that we are endowed to manage all of our ecosystem
for the greatest net benefit for humanity.
Voilà où en est notre bataille en ce qui a trait à la proposition.
Même la recommandation du Conseil pour la conservation des
ressources halieutiques ne constitue pas nécessairement un plan
sur la façon de réaliser une telle récolte. Nous devons mettre en
place un plan à long terme pour maintenir la population à un
niveau donné. Cela n’est réalisable qu’au moyen de techniques
viables à long terme et de la commercialisation des produits sur
un marché informé. À mon avis, des pays comme ceux de l’Union
européenne pourraient très bien se rendre compte un jour que,
s’ils veulent avoir accès à nos produits — le Canada est un panier
d’épicerie pour le monde — s’ils veulent avoir le privilège
d’acheter nos fruits de mer ou nos autres ressources, ils vont
devoir comprendre que nous avons le pouvoir de gérer la totalité
de notre écosystème dans l’intérêt de l’humanité.
Mr. Cahill: I want to make one clarification to what
Mr. Dakins has just said, that the European Union ban has a
derogation to allow import of products from a hunt that is
conducted for fisheries management purposes. It is actually a
condition on the placing of the market, but further to it being
done for conservation purposes, it also must be done on a nonprofit basis. That is what the regulation says.
M. Cahill : J’aimerais préciser une chose à propos de ce que
vient de dire M. Dakins, à savoir que l’interdiction décrétée par
l’Union européenne prévoit une dérogation qui permet d’importer
des produits issus d’une chasse réalisée à des fins de gestion des
pêches. Il s’agit en fait d’une condition pour la mise en marché,
mais en plus de devoir viser un objectif de conservation, cette
chasse doit aussi être réalisée sans but lucratif. C’est ce que dit la
réglementation.
6-12-2011
Pêches et océans
4:33
Senator MacDonald: I have some quick questions about the
European hunt, because I want to get some context.
Le sénateur MacDonald : J’ai quelques questions rapides à
propos de la chasse en Europe, parce que j’aimerais avoir un peu
de contexte.
In Norway, Scotland, the Baltic countries, are these all harp
seal? What type of seal is being hunted? What are the numbers of
all these species over there in comparison to ours?
En Norvège, en Écosse, dans les pays baltes, est-il partout
question du phoque du Groenland? Quel type de phoque y chasset-on? Combien d’individus toutes ces espèces comptent-elles
comparativement à ici?
Mr. Cahill: In the Baltic Sea it is a grey seal; in the North Sea
around Scotland it is a grey seal. In and around Norway they do
hunt some grey seal but also are involved in the harp seal harvest.
Iceland is primarily harp seal, with some grey seal.
M. Cahill : Dans la mer Baltique, c’est le phoque gris; dans la
mer du Nord, autour de l’Écosse, c’est le phoque gris. Et autour
de la Norvège, on chasse un peu le phoque gris, mais on chasse
aussi le phoque du Groenland. En Islande, c’est principalement le
phoque du Groenland, et un peu de phoque gris.
Senator MacDonald: How do those seal numbers compare to
ours, in particular the grey seal?
Le sénateur MacDonald : Comment les chiffres se comparentils aux nôtres pour ce qui est des populations de phoques, plus
particulièrement en ce qui concerne le phoque gris?
Mr. Cahill: It is much lower, in fact. In the Baltic where the
three Nordic nations plus Estonia have established that the grey
seal are a problem to the fishery conservation and fishery activity,
the population as of two years ago was about 40,000 grey seal.
Our population, as you know, is in around the 400,000 range.
M. Cahill : Les populations sont beaucoup moins grandes, en
fait. Dans les pays baltes, où les trois pays nordiques et l’Estonie
ont établi que le phoque gris nuisait à la conservation des
ressources halieutiques et aux pêches, la population de phoques
gris comptait environ 40 000 individus il y a deux ans. La nôtre,
comme vous le savez, est évaluée à environ 400 000 individus.
Not many other nations have good science on the populations
like we have in Canada. We also have found that the regulatory
mechanisms in place and the management of them are also not as
rigorous as we have in Canada. Much of the science is not there,
but we are aware of the hunting activities.
Il n’y a pas beaucoup d’autres pays qui disposent de données
fiables sur les populations de phoques comme le Canada. Nous
avons aussi constaté que le mécanisme de réglementation dont ces
pays disposent et la gestion qu’ils en font ne sont pas aussi
rigoureux qu’ici. Nous n’avons pas beaucoup de données
scientifiques, mais nous savons que des activités de chasse ont
cours.
The harvesting in countries like Sweden and Finland in
particular is relatively low. Perhaps there are 10,000 to 15,000
animals taken but, again, it is of a population of 40,000.
Dans des pays comme la Suède et la Finlande en particulier, la
récolte est relativement faible. On prend peut-être de 10 000 à
15 000 animaux mais, une fois de plus, c’est sur une population de
40 000 individus.
Senator MacDonald: It is fairly obvious to me that this is very
much a public relations exercise as well. Over the years, we
obviously have not done a good job in certain parts of the world
telling our side of the story. I assume you are all familiar with the
efforts of Canadian governments in the past making presentations
to the European Parliament on these issues.
Le sénateur MacDonald : À mes yeux, cela semble assez évident
qu’il s’agit aussi d’un exercice de relations publiques.
Manifestement, au fil des ans, nous ne sommes pas parvenus à
faire connaître notre version des faits dans certaines parties du
monde. Je suppose que vous êtes tous au courant des efforts que
les gouvernements canadiens ont déployés par le passé en
témoignant devant le Parlement européen à ce sujet.
I would like your opinion on the type of presentations that we
have made and where they have been deficient, and if there is
some way we can address these deficiencies.
J’aimerais savoir ce que vous pensez du type de témoignages
que nous avons présentés et des lacunes qu’ils comportaient, et s’il
existe des moyens qui nous permettraient de corriger ces lacunes.
Mr. Cahill: Perhaps I can make a comment first. Mr. Dakins
and I were both involved in some of those delegation tours in
Europe. From our perspective, we were taking a rather defensive
position that this is our inherent right. They are our resources and
we believe we are doing the right thing and outlining clearly the
types of research being done in animal welfare, population
management or population studies, that sort of thing.
M. Cahill : Permettez-moi de faire d’abord un commentaire.
M. Dakins et moi-même avons tous les deux pris part à ces
tournées en Europe. De notre point de vue, nous étions plutôt sur
la défensive en disant qu’il s’agissait de notre droit inhérent. Cette
ressource nous appartient, et nous croyons faire la bonne chose;
nous précisons clairement le type de recherche que nous faisons
sur le bien-être des animaux, la gestion des populations ou les
études sur les populations, par exemple.
4:34
Fisheries and Oceans
6-12-2011
I do not think that there was a clear understanding of what we
were up against or a context of that. Clearly there is an issue of
animal welfare in these foreign countries that are markets or
potential markets. I do not think that we presented in a way that
was broad in its context, that this issue is much larger than seals;
it is much larger than harp seals and seals in Canada. It is really
the first step toward the use and hunting of any wildlife species.
Part of our recommendations in those discussions was to engage
in the practices of the science and ensure that anyone who is doing
it is involved in that regard. What we did bring was our experience
with the Agreement on International Humane Trapping
Standards. Europe actually has a ban on the importation of
Canadian wild fur, unless you either have banned the leghold trap
or implemented humane trapping standards within your country.
Our organization is the coordinator for that standard in Canada
and the research agency for that.
Je ne pense pas que les gens aient bien compris le contexte dans
lequel nous nous trouvions. Le bien-être des animaux est
manifestement en cause dans ces pays étrangers qui constituent
des marchés ou des marchés éventuels. Dans le cadre de nos
témoignages, je ne crois pas que nous ayons décrit le contexte
dans son ensemble. Car le problème ne touche pas uniquement les
phoques; il ne s’agit pas que du phoque du Groenland et des
phoques au Canada. C’est en fait le premier pas vers l’exploitation
et la chasse de toute espèce faunique. Les recommandations que
nous avons formulées dans le cadre de ces discussions visaient en
partie à favoriser le recours aux pratiques de la science et à
s’assurer que tous ceux qui le font tiennent compte de ces
pratiques. Nous avions toutefois dans nos bagages notre
expérience de l’Accord sur les normes internationales de
piégeage sans cruauté. L’Europe a interdit l’importation de
fourrures d’animaux sauvages du Canada, à moins que les
pièges à mâchoire aient été interdits ici ou que des normes de
piégeage sans cruauté aient été mises en œuvre. C’est notre
organisation qui s’occupe de la coordination à l’égard de cette
norme au Canada et qui joue le rôle d’organisme de recherche à
cet égard.
We have found that by addressing that public concern for
animal welfare with good science and with negotiations with
foreign nations, we are able to come to a common ground that
these are important principles. We will invest in these resources;
we will implement this in this way. In that regard, it is respected
and understood that this is then a legitimate product taken in a
legitimate way.
Nous avons découvert que, si nous répondons aux
préoccupations de la population en ce qui concerne le bien-être
des animaux en recourant à des données scientifiques valables et
en négociant avec les pays étrangers, nous réussissons à nous
entendre sur le fait que ces principes sont importants. Nous allons
investir dans ces ressources; nous allons procéder de cette façon
pour la mise en œuvre. À cet égard, les gens font preuve de respect
et comprennent qu’il s’agit alors d’un produit légitime obtenu à
l’aide d’une méthode légitime.
We believe that this standard could well have been used as an
example of how to address the sealing issue, and we still do. We
still have not received a response back from Fisheries and Oceans
on whether they believe that this could be a reasonable
comparable international treaty addressing a welfare issue.
Nous croyons que cette norme aurait très bien pu et pourrait
toujours servir de modèle pour résoudre le problème lié à la chasse
au phoque. Nous n’avons toujours pas reçu de réponse de la part
des fonctionnaires de Pêches et Océans à savoir s’ils estiment que
cette norme pourrait constituer une convention internationale
comparable et acceptable pour régler la question du bien-être des
animaux.
Senator Poirier: One of the reasons we are doing the study is
because we are hearing a lot about the impact it is having on the
groundfish, the cod and everything else that is being consumed by
the grey seal. At the same time, we know that most groups do not
believe in the cull of the grey seal; they would prefer that we do
something with the product that we are harvesting. There are
groups that we met with that told us that they felt that very little
research had been done in the past, whether the product of the
grey seal could be used like the product of the harp seal is being
used, for example, with the omega-3, the furs, the meat, even the
valve that they are using for the heart now and experimenting on
and different things like that.
Le sénateur Poirier : L’une des raisons pour lesquelles nous
menons cette étude, c’est qu’on entend beaucoup parler des effets
négatifs que subissent les poissons de fond, la morue et tout ce
dont se nourrit le phoque gris. Parallèlement, nous savons que la
plupart des groupes ne croient pas que l’abattage sélectif du
phoque gris soit une solution; ils préféreraient que nous
transformions le produit que nous chassons. Des groupes que
nous avons rencontrés nous ont dit qu’ils avaient l’impression que
très peu de recherches avaient été réalisées par le passé pour savoir
si les produits du phoque gris pouvaient être utilisés comme les
produits du phoque du Groenland, par exemple pour les oméga-3,
la fourrure, la viande et même les valvules qu’on utilise
maintenant pour le cœur à titre expérimental.
Are there any reasons why the grey seal product could not
compete with the harp seal product?
Y a-t-il des raisons pour lesquelles les produits du phoque gris
pourraient ne pas faire concurrence aux produits du phoque du
Groenland?
6-12-2011
Pêches et océans
4:35
Mr. Dakins: Absolutely not. As I said, when we were trying to
develop the industry from 2001, when we were first dealing with
the Grey Seal Research and Development Society, which actually
held the quota for a number of years in Nova Scotia, our
company did purchase 100 per cent of the landed product for
three consecutive years. We managed to evaluate that product
and produced some sample products. There is interest by buyers
and there was certainly more interest at that time when seals were
a desired commodity when we were purchasing harp seals from
sealers at $100 per hide. Had we been given the opportunity, I do
not think we would be here today with such a resource of grey
seals.
M. Dakins : Absolument pas. Comme je l’ai mentionné,
lorsque nous cherchions à favoriser l’essor de l’industrie, ce qui
remonte à 2001, lorsque nous avons eu à travailler pour la
première fois avec la Grey Seal Research and Development
Society, qui a en fait détenu le quota pendant plusieurs années en
Nouvelle-Écosse, notre entreprise a bel et bien acheté la totalité
du produit débarqué pendant trois années consécutives. Nous
avons cherché à évaluer ce produit et avons créé certains
échantillons. Les acheteurs sont intéressés; l’intérêt était
certainement plus grand à cette époque, alors que le phoque
était un produit recherché et que nous achetions le phoque du
Groenland des chasseurs à 100 $ la peau. Si on nous en avait
donné l’occasion, je ne crois pas que nous en serions là
aujourd’hui, avec une telle quantité de phoques gris.
As I said, from the young ‘‘beater’’ age class of the grey seal,
you can produce omega-3 capsules for human consumption or
animal feed, whatever you want to do. You can use the furs to
generate any product you would use to create another seal
product.
Comme je l’ai dit, avec les jeunes phoques gris qu’on appelle les
« brasseurs », on peut produire des capsules d’oméga-3 destinées
à l’alimentation humaine ou animale. On peut utiliser la fourrure
pour produire autre chose.
Though our company did not do the research specifically, I
have been advised that the meat products are also acceptable and
palatable.
On m’a dit que les produits de viande étaient aussi acceptables
et agréables au goût, bien que notre entreprise n’ait mené aucune
étude précise à ce sujet.
Mr. Daoust: You mentioned the potential utilization of heart
valves. This has been explored with the young harp seal
population. Some work has been done using the young grey
seals as a potential source of heart valves because they are larger
than the young harp seals. You can have a series of sizes of valves
that, obviously, would fit into different sizes of human beings for
transplant. Therefore, if the potential for heart valves materializes
with the harp seals, I can easily see this also materializing for the
grey seal.
M. Daoust : Vous avez parlé de l’utilisation possible des
valvules cardiaques. C’est une avenue qui est explorée en
rapport avec la population de jeunes phoques du Groenland.
Certains travaux ont été réalisés relativement à l’utilisation des
jeunes phoques gris comme source possible de valvules cardiaques
parce que ces phoques sont plus gros que les jeunes phoques du
Groenland. On peut donc avoir différentes tailles de valvules qui,
évidemment, conviendraient à des êtres humains de différentes
tailles pour la transplantation. Par conséquent, si cette possibilité
se concrétisait pour ce qui est du phoque du Groenland, je peux
facilement imaginer qu’elle se concrétiserait aussi pour ce qui est
du phoque gris.
Senator Cochrane: How long will that research take?
Le sénateur Cochrane : Combien de temps prendront ces
travaux?
Mr. Daoust: I do not know. I guess it is done in cooperation
with physicians in Europe. Researching use of animal products
for human transplants takes a long time. However, if it
materializes, it will be a very large and important source of
material for human medicine.
M. Daoust : Je ne sais pas. J’imagine qu’ils sont réalisés en
collaboration avec des médecins européens. Les recherches qui
portent sur l’utilisation de produits d’animaux aux fins de
transplantation sur des humains nécessitent beaucoup de temps.
Par contre, si cela se concrétise, nous disposerons d’une très
grande source de matériel pour la médecine humaine.
Mr. Dakins: I understand that the company involved is hoping
to present to the Senate committee as well. I believe that the
timeline is about 15 years from clinical trial to acceptance to
marketability of the product. That program is about two years
old now.
M. Dakins : Je crois comprendre que l’entreprise concernée
espère pouvoir faire une présentation au comité sénatorial elle
aussi. Je pense qu’il faut environ 15 ans pour passer de l’essai
clinique à l’acceptation du produit à des fins de mise en marché.
Ce programme a été lancé il y a environ deux ans.
Senator Patterson: We have not talked about the Asian market.
Have you any advice that we might give to the Government of
Canada about how this should be approached? I know that the
Fur Institute of Canada has had experience in Asia as well as in
Le sénateur Patterson : Nous n’avons pas parlé du marché
asiatique. Avez-vous des conseils que nous pourrions donner au
gouvernement du Canada sur la façon dont il faudrait aborder
cette question? Je sais que l’Institut de la fourrure du Canada a
4:36
Fisheries and Oceans
6-12-2011
Europe. What would be the appropriate roles of DFO and the
Department of Foreign Affairs? Could you give us some advice
on how you would see that market being cultivated strategically?
déjà fait des affaires en Asie ainsi qu’en Europe. Quel rôle
devraient jouer le MPO et le ministère des Affaires étrangères?
Pourriez-vous nous donner quelques conseils sur la façon dont on
devrait s’y prendre pour percer ce marché de façon stratégique?
Mr. Cahill: I will make a comment structurally and then ask
Mr. Dakins to comment on the market opportunities there.
M. Cahill : Je vais faire un commentaire sur l’aspect structurel,
puis demander à M. Dakins de vous parler des possibilités
commerciales qu’offrent ces marchés.
The Chinese market is important for any product in the world
today. They do have standards. For some of the oil and meat
products they have rigorous standards that they want our
products to meet, and we believe that we should be supporting
the mechanisms in Canada to ensure that we are able to meet
those standards, be it quality for consumption or the way in which
the animals are harvested. That is an important mechanism from
a management standpoint.
De nos jours, le marché chinois est important pour n’importe
quel produit dans le monde. Mais il y a des normes auxquelles il
faut satisfaire. Pour l’huile et la viande, les normes sont
rigoureuses, et nous croyons que le Canada devrait disposer
d’un mécanisme nous permettant de nous assurer que nos
produits répondent à ces normes, qu’elles aient trait à la qualité
des produits aux fins de consommation ou aux méthodes de
chasse utilisées. Du point de vue de la gestion, ce mécanisme est
important.
From a cooperation and communication standpoint, we
believe it could be useful for the Canadian government to liaise
with its political allies in China to again communicate the
challenges of this issue and that it should be taken seriously. This
should be considered as a legitimate and important trade product.
Au chapitre de la collaboration et de la communication, le
gouvernement canadien devrait être en rapport avec ses alliés
politiques en Chine pour leur faire part une fois de plus des défis
relatifs à ce dossier et pour leur dire que la question doit être prise
au sérieux. Le produit du phoque doit être considéré comme un
produit commercial légitime et important.
Mr. Dakins: We have been there for each of the volleys and
attempts, and we have seen the complications with formalizing
the trade. However, we are very encouraged by the request for
product from China. We hope that will come to fruition soon.
M. Dakins : Nous étions présents à chaque tentative, et nous
avons été témoins des complications qui surviennent au moment
d’officialiser la transaction. Nous sommes toutefois très
encouragés par la demande provenant de la Chine. Nous
espérons que cela va bientôt se concrétiser.
One challenge for Canada in general as it pertains to seal is that
we need to bolster our position and educate people internationally
about the number of seals we have and the requirement or the
necessity to harvest them in conjunction with identified fisheries
management objectives. China is a very large importer of
Canadian seafood. I suspect that the seafood companies there
would be receptive to information and would understand that if
they want to continue to buy lobster, crab or groundfish from
Canada, we have no option but to manage our strong and
abundant seal resources, be it grey seals, ring seals or harp seals.
De façon générale, en ce qui a trait au phoque, l’un des défis
auxquels le Canada est confronté tient au fait que nous devons
renforcer notre position et renseigner les gens à l’échelle
internationale sur le nombre de phoques que nous avons et sur
la nécessité d’en faire la chasse en fonction d’objectifs établis liés à
la gestion des pêches. La Chine est un très gros importateur de
poissons et de fruits de mer canadiens. À mon avis, les entreprises
qui achètent nos poissons et fruits de mer là-bas seraient
réceptives à cette information et comprendraient que, si elles
veulent continuer d’acheter du homard, du crabe ou du poisson
de fond du Canada, nous n’avons pas d’autre choix que de gérer
nos ressources abondantes, qu’il s’agisse du phoque gris, du
phoque annelé ou du phoque du Groenland.
Senator Poirier: In your view is seal seafood?
Le sénateur Poirier : À votre avis, le phoque entre-t-il dans la
catégorie des poissons et fruits de mer?
Mr. Dakins: In my view, the inherent characteristics of seal
make it a meat, but because of the environment it lives in and the
interactions it has with other species, I would have to classify it as
a fish.
M. Dakins : Je crois que les caractéristiques inhérentes au
phoque en font une viande, mais, en raison de l’environnement
dans lequel il vit et de ses interactions avec d’autres espèces, je le
classerais dans la catégorie des poissons.
I will tell you a short, funny story. My grandmother was a
devout Catholic. Around Easter, the vessels would come back
from the hunt loaded down and would have plenty of seal meat
available. When my father first started dating my mother, he
showed up at her house as she was sitting down to a big feed of
seal on Good Friday. He proceeded to correct her for eating meat
Permettez-moi de vous raconter une petite anecdote. Ma
grand-mère était une fervente catholique. Vers Pâques, les
bateaux revenaient de la chasse rapportant de la viande de
phoque en abondance. Quand mon père a commencé à fréquenter
ma mère, il s’est présenté chez elle au beau milieu d’un gros repas
de phoque le Vendredi saint. Il s’est mis à lui reprocher de manger
6-12-2011
Pêches et océans
on Good Friday. Needless to say, I almost did not come into
being because of my father challenging my grandmother’s belief
that seal was a fish.
The Chair: That is a debate for another day.
As you can see by the questions of our senators, we are very
interested in this topic. If you have any further information that
you think would be helpful, feel free to forward it to us.
On behalf of the committee, thank you very much.
4:37
de la viande un Vendredi saint. Inutile de vous dire que je suis
passé à un cheveu de ne pas exister parce que mon père avait mis
en doute la croyance de ma grand-mère selon laquelle le phoque
était un poisson.
Le président : Nous en reparlerons une autre fois.
Comme en témoignent les questions de nos sénateurs, c’est un
sujet qui nous intéresse beaucoup. Si vous avez d’autres
renseignements qui pourraient nous être utiles, n’hésitez pas à
nous les transmettre.
Au nom du comité, merci beaucoup.
Mr. Dakins: I understand that the Senate committee may
travel to do further consultation. We cordially invite you to our
processing facility in Trinity Bay, Newfoundland and Labrador. I
spoke to the other large processor, who also invites you to their
facility to show you more about how we process and the end uses
for the products.
M. Dakins : Je crois comprendre qu’il arrive que le comité
sénatorial se déplace pour mener d’autres consultations. Nous
vous invitons cordialement à notre usine de transformation à
Trinity Bay, à Terre-Neuve-et-Labrador. J’ai parlé au
propriétaire de l’autre grande entreprise de transformation, et il
vous invite lui aussi à venir visiter ses installations pour en
apprendre davantage sur les méthodes de transformation que
nous employons et sur les utilisations finales auxquelles sont
destinés les produits.
Thank you once again for this opportunity. I wish you all great
luck and success.
Merci encore de nous avoir donné l’occasion de témoigner. Je
vous souhaite à tous beaucoup de chance et de succès.
(The committee adjourned.)
(La séance est levée.)
WITNESSES
TÉMOINS
Tuesday, December 6, 2011
Le mardi 6 décembre 2011
NuTan Furs Inc.:
NuTan Furs Inc. :
Dion Dakins, Director.
Fur Institute of Canada:
Rob Cahill, Executive Director.
University of Prince Edward Island:
Pierre-Yves Daoust, Professor of Anatomic Pathology and Wildlife
Pathology, Atlantic Veterinary College.
Available on the Internet: http://www.parl.gc.ca
Dion Dakins, directeur.
Institut de la fourrure du Canada :
Rob Cahill, directeur exécutif.
Université de l’Île-du-Prince-Édouard :
Pierre-Yves Daoust, professeur de pathologie anatomique et de
pathologie de la faune, Collège vétérinaire de l’Atlantique.
Disponible sur internet: http://www.parl.gc.ca
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising