Second Session Deuxième session de la Forty-first Parliament, 2013-14-15

Second Session Deuxième session de la Forty-first Parliament, 2013-14-15
Second Session
Forty-first Parliament, 2013-14-15
Deuxième session de la
quarante et unième législature, 2013-2014-2015
Proceedings of the Standing
Senate Committee on
Délibérations du Comité
sénatorial permanent des
National Finance
Finances nationales
Chair:
The Honourable JOSEPH A. DAY
Président :
L’honorable JOSEPH A. DAY
Tuesday, May 12, 2015
Wednesday, May 13, 2015
Le mardi 12 mai 2015
Le mercredi 13 mai 2015
Issue No. 31
Fascicule nº 31
Seventh and eighth meetings:
Septième et huitième réunions :
The expenditures set out in the Main Estimates for
the fiscal year ending March 31, 2016
Les dépenses prévues dans le Budget principal des dépenses
pour l’exercice se terminant le 31 mars 2016
WITNESSES:
(See back cover)
TÉMOINS :
(Voir à l’endos)
52126-52136
STANDING SENATE COMMITTEE ON
NATIONAL FINANCE
COMITÉ SÉNATORIAL PERMANENT DES
FINANCES NATIONALES
The Honourable Joseph A. Day, Chair
Président : L’honorable Joseph A. Day
The Honourable Larry W. Smith (Saurel), Deputy Chair
Vice-président : L’honorable Larry W. Smith (Saurel)
and
et
The Honourable Senators:
Les honorables sénateurs :
Bellemare
* Carignan, P.C.
(or Martin)
Chaput
* Cowan
(or Fraser)
Eaton
Gerstein
Hervieux-Payette, P.C.
Oh
Rivard
Wallace
Bellemare
* Carignan, C.P.
(ou Martin)
Chaput
* Cowan
(ou Fraser)
Eaton
Gerstein
Hervieux-Payette, C.P.
Oh
Rivard
Wallace
*Ex officio members
* Membres d’office
(Quorum 4)
(Quorum 4)
Changes in membership of the committee:
Modifications de la composition du comité :
Pursuant to rule 12-5, membership of the committee was
amended as follows:
Conformément à l’article 12-5 du Règlement, la liste des membres
du comité est modifiée, ainsi qu’il suit :
The Honourable Senator Oh replaced the Honourable Senator
Mockler (May 12, 2015).
L’honorable sénateur Oh a remplacé l’honorable sénateur
Mockler (le 12 mai 2015).
The Honourable Senator Mockler replaced the Honourable
Senator Maltais (May 12, 2015).
L’honorable sénateur Mockler a remplacé l’honorable sénateur
Maltais (le 12 mai 2015).
The Honourable Senator Maltais replaced the Honourable
Senator Mockler (May 11, 2015).
L’honorable sénateur Maltais a remplacé l’honorable sénateur
Mockler (le 11 mai 2015).
Published by the Senate of Canada
Available on the Internet: http://www.parl.gc.ca
Publié par le Sénat du Canada
Disponible sur internet: http://www.parl.gc.ca
13-5-2015
Finances nationales
MINUTES OF PROCEEDINGS
PROCÈS-VERBAUX
OTTAWA, Tuesday, May 12, 2015
(90)
OTTAWA, le mardi 12 mai 2015
(90)
[English]
31:3
[Traduction]
The Standing Senate Committee on National Finance met this
day at 9:30 a.m., in room 9, Victoria Building, the chair, the
Honourable Joseph A. Day, presiding.
Le Comité sénatorial permanent des finances nationales se
réunit aujourd’hui, à 9 h 30, dans la pièce 9 de l’édifice Victoria,
sous la présidence de l’honorable Joseph A. Day (président).
Members of the committee present: The Honourable Senators
Bellemare, Chaput, Day, Eaton, Gerstein, Hervieux-Payette,
P.C., Maltais, Rivard, Smith (Saurel) and Wallace (10).
Membres du comité présents : Les honorables sénateurs
Bellemare, Chaput, Day, Eaton, Gerstein, Hervieux-Payette,
C.P., Maltais, Rivard, Smith (Saurel) et Wallace (10).
In attendance: Sylvain Fleury and Raphaëlle Deraspe,
Analysts, Parliamentary Information and Research Services,
Library of Parliament.
Également présents : Sylvain Fleury et Raphaëlle Deraspe,
analystes, Service d’information et de recherche parlementaires,
Bibliothèque du Parlement.
Also present: The official reporters of the Senate.
Aussi présents : Les sténographes officiels du Sénat.
Pursuant to the order of reference adopted by the Senate on
Thursday, February 26, 2015, the committee continued its
examination of the Main Estimates for the fiscal year ending
March 31, 2016. (For complete text of the order of reference, see
proceedings of the committee, Issue No. 28.)
Conformément à l’ordre de renvoi adopté par le Sénat le jeudi
26 février 2015, le comité poursuit son examen des dépenses
prévues dans le Budget principal des dépenses pour l’exercice se
terminant le 31 mars 2016. (Le texte intégral de l’ordre de renvoi
figure au fascicule no 28 des délibérations du comité.)
WITNESSES:
TÉMOINS :
Telefilm Canada:
Téléfilm Canada :
Carolle Brabant, Executive Director (by video conference);
Carolle Brabant, directrice générale (par vidéoconférence);
Denis Pion, Director, Administration and Corporate Services
(by video conference).
Denis Pion, directeur, Administration et Services d’entreprises
(par vidéoconférence).
Canadian Museum of History:
Musée canadien de l’histoire :
Mark O’Neill, President and Chief Executive Officer;
Mark O’Neill, président et directeur général;
David Loye, Chief Operating Officer and Senior Vice
President.
David Loye, directeur administratif et vice-président principal.
Aboriginal Affairs and Northern Development Canada:
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada :
Paul Thoppil, Chief Financial Officer;
Paul Thoppil, dirigeant principal des finances;
Scott Stevenson, Senior Assistant Deputy Minister, Regional
Operations;
Scott Stevenson, sous-ministre adjoint principal, Secteur des
opérations régionales;
Stephen Van Dine, Assistant Deputy Minister, Northern
Affairs.
Stephen Van Dine, sous-ministre adjoint, Affaires du Nord.
Mr. O’Neill made a statement and, together with Mr. Loye,
answered questions.
M. O’Neill fait une déclaration puis, avec M. Loye, répond
aux questions.
Ms. Brabant made a statement and, together with Mr. Pion,
answered questions.
Mme Brabant fait une déclaration puis, avec M. Pion, répond
aux questions.
At 10:36 a.m., the committee suspended.
À 10 h 36, la séance est suspendue.
At 10:40 a.m., the committee resumed.
À 10 h 40, la séance reprend.
Mr. Thoppil made a statement and, together with
Mr. Stevenson and Mr. Van Dine, answered questions.
M. Thoppil fait une déclaration puis, avec MM. Stevenson et
Van Dine, répond aux questions.
31:4
National Finance
At 11:34 a.m., the committee adjourned to the call of the chair.
ATTEST:
OTTAWA, Wednesday, May 13, 2015
(91)
[English]
13-5-2015
À 11 h 34, le comité s’ajourne jusqu’à nouvelle convocation de
la présidence.
ATTESTÉ :
OTTAWA, le mercredi 13 mai 2015
(91)
[Traduction]
The Standing Senate Committee on National Finance met this
day at 6:45 p.m., in room 9, Victoria Building, the chair, the
Honourable Joseph A. Day, presiding.
Le Comité sénatorial permanent des finances nationales se
réunit aujourd’hui, à 18 h 45, dans la pièce 9 de l’édifice Victoria,
sous la présidence de l’honorable Joseph A. Day (président).
Members of the committee present: The Honourable Senators
Bellemare, Chaput, Day, Eaton, Gerstein, Hervieux-Payette, P.C.,
Oh, Rivard, Smith (Saurel) and Wallace (10).
Membres du comité présents : Les honorables sénateurs
Bellemare, Chaput, Day, Eaton, Gerstein, Hervieux-Payette, C.P.,
Oh, Rivard, Smith (Saurel) et Wallace (10).
In attendance: Sylvain Fleury and Raphaëlle Deraspe,
Analysts, Parliamentary Information and Research Services,
Library of Parliament.
Également présents : Sylvain Fleury et Raphaëlle Deraspe,
analystes, Service d’information et de recherche parlementaires,
Bibliothèque du Parlement.
Also present: The official reporters of the Senate.
Aussi présents : Les sténographes officiels du Sénat.
Pursuant to the order of reference adopted by the Senate on
Thursday, February 26, 2015, the committee continued its
examination of the Main Estimates for the fiscal year ending
March 31, 2016. (For complete text of the order of reference, see
proceedings of the committee, Issue No. 28.)
Conformément à l’ordre de renvoi adopté par le Sénat le jeudi
26 février 2015, le comité poursuit son examen des dépenses
prévues dans le Budget principal des dépenses pour l’exercice se
terminant le 31 mars 2016. (Le texte intégral de l’ordre de renvoi
figure au fascicule no 28 des délibérations du comité.)
WITNESSES:
TÉMOINS :
Agriculture and Agri-Food Canada:
Agriculture et Agroalimentaire Canada :
Greg Meredith, Assistant Deputy Minister, Strategic Policy
Branch;
Greg Meredith, sous-ministre adjoint, Direction générale des
politiques stratégiques;
Pierre Corriveau, Assistant Deputy Minister, Corporate
Management;
Pierre Corriveau, sous-ministre adjoint, Gestion intégrée;
Kristina Namiesniowski, Assistant Deputy Minister, Programs
Branch.
Kristina Namiesniowski, sous-ministre adjointe, Direction
générale des programmes.
Administrative Tribunals Support Service of Canada:
Service canadien d’appui aux tribunaux administratifs :
Marie-France Pelletier, Chief Administrator;
Marie-France Pelletier, administratrice en chef;
Luc Robitaille, Acting Director General and Chief Financial
Officer, Corporate Services.
Luc Robitaille, directeur général par intérim et dirigeant
principal des finances, Services de gestion.
Public Works and Government Services Canada:
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada :
Alex Lakroni, Chief Financial Officer, Finance and
Administration Branch;
Alex Lakroni, dirigeant principal des finances, Direction
générale des finances et de l’administration;
Pierre-Marc Mongeau, Assistant Deputy Minister, Real
Property Branch;
Pierre-Marc Mongeau, sous-ministre adjoint, Direction
générale des biens immobiliers;
Lisa Campbell, Assistant Deputy Minister, Acquisitions
Branch.
Lisa Campbell, sous-ministre adjointe, Direction générale des
approvisionnements.
Mr. Lakroni made a statement and, together with
Mr. Mongeau and Ms. Campbell, answered questions.
M. Lakroni fait une déclaration puis, avec M. Mongeau et
Mme Campbell, répond aux questions.
Ms. Pelletier made a statement and, together with
Mr. Robitaille, answered questions.
Mme Pelletier fait une déclaration puis, avec M. Robitaille,
répond aux questions.
13-5-2015
Finances nationales
31:5
Mr. Meredith made a statement and, together with
Mr. Corriveau and Ms. Namiesniowski, answered questions.
M. Meredith fait une déclaration puis, avec M. Corriveau et
Mme Namiesniowski, répond aux questions.
At 8:40 p.m., the committee adjourned to the call of the chair.
À 20 h 40, le comité s’ajourne jusqu’à nouvelle convocation de
la présidence.
ATTEST:
ATTESTÉ :
La greffière du comité,
Jodi Turner
Clerk of the Committee
31:6
National Finance
13-5-2015
EVIDENCE
TÉMOIGNAGES
OTTAWA, Tuesday May 12, 2015
OTTAWA, le mardi 12 mai 2015
The Standing Senate Committee on National Finance met this
day, at 9:30 a.m., to consider the expenditures set out in the Main
Estimates for the fiscal year ending March 31, 2016.
Le Comité sénatorial permanent des finances nationales se
réunit aujourd’hui, à 9 h 30, pour poursuivre son étude sur les
dépenses prévues dans le Budget principal des dépenses pour
l’exercice se terminant le 31 mars 2016.
Senator Joseph A. Day (Chair) in the chair.
[Translation]
The Chair: Honourable senators, this morning, we are
continuing our study of the 2015-16 Main Estimates.
[English]
Le sénateur Joseph A. Day (président) occupe le fauteuil.
[Français]
Le président : Honorables sénatrices et sénateurs, ce matin,
nous poursuivons notre étude du Budget principal des dépenses
de 2015-2016.
[Traduction]
In our first hour this morning, we’re pleased to welcome a
number of officials. From the Canadian Museum of History, we
welcome Mr. Mark O’Neill, President and Chief Executive
Officer; and Mr. David Loye, Chief Operating Officer and
Senior Vice President. By video conference from Montreal, we
welcome officials from Telefilm Canada: Carolle Brabant,
Executive Director; and Denis Pion, Director, Administration
and Corporate Services.
Au cours de la première heure, nous allons rencontrer quelques
fonctionnaires. Du Musée canadien de l’histoire, nous accueillons
M. Mark O’Neill, président et directeur général, et M. David
Loye, directeur administratif et vice-président principal. Par
vidéoconférence de Montréal, nous accueillons des cadres de
Téléfilm Canada, à savoir Carolle Brabant, directrice générale, et
Denis Pion, directeur, Administration et Services d’entreprises.
I understand that each organization will have brief
introductory remarks, and then we will proceed with our usual
question and answer session.
Chaque organisme présentera de brèves remarques liminaires,
après quoi nous précéderons avec la période habituelle de
questions et réponses.
We will start with Mr. O’Neill, followed by Ms. Brabant.
Nous allons commencer par M. O’Neill, suivi de
Mme Brabant.
Mark O’Neill, President and Chief Executive Officer, Canadian
Museum of History: Thank you very much, Mr. Chair. It really is
a pleasure to appear before the Senate, and we’ve appeared before
you on several occasions in the past couple of years. I am happy
to be back. I’ll try to be brief.
Mark O’Neill, président et directeur général, Musée canadien de
l’histoire : Merci beaucoup, monsieur le président. C’est toujours
un plaisir de comparaître devant le Sénat où nous avons déjà
comparu à de nombreuses reprises au cours des dernières années.
Je suis heureux d’être de retour. Je tenterai d’être bref.
These are exceptionally productive times at both the history
and war museums, as many of you will know. I appreciate the
opportunity to talk about some of our work with the honourable
senators today.
Comme vous le savez, nous vivons une période
exceptionnellement productive au Musée canadien de l’histoire,
tout comme d’ailleurs au Musée canadien de la guerre. Je suis
donc heureux de pouvoir vous parler de notre travail aujourd’hui.
[Translation]
[Français]
My opening remarks will focus primarily on the three major
items highlighted in that document. They are the renovation
of the Canadian History Hall, and our new role as the
administrators of both the Virtual Museum of Canada and the
Online Works of Reference.
Mes observations préliminaires seront axées principalement sur
les trois grands thèmes qui se dégagent de ce document. Il s’agit de
la rénovation de la Salle de l’histoire canadienne ainsi que de
notre nouveau rôle à titre d’administrateur du Musée virtuel du
Canada et des Ouvrages de référence en ligne.
I will conclude by speaking more generally about our current
activities and how they align with our new mandate.
Je terminerai en parlant de façon plus générale de nos activités
courantes et de leur conformité à notre mandat.
[English]
The single largest addition to our appropriation this year is
earmarked for the renovation of the Canadian History Hall. I
think the word ‘‘renovation,’’ which is used in the estimates, might
be somewhat of an understatement. We are not refreshing or
[Traduction]
Le montant le plus élevé ajouté cette année à nos crédits
parlementaires est consacré à la rénovation de la salle de l’histoire
canadienne. On pourrait dire que le mot « rénovation », qui est
utilisé dans le Budget principal des dépenses, constitue un
13-5-2015
Finances nationales
31:7
updating an existing exhibition; we’re dismantling, reimagining
and rebuilding close to 40,000 square-feet of gallery space —
almost two entire floors of the Canadian Museum of History.
euphémisme. Il ne s’agit pas de renouveler ou d’actualiser le
contenu d’une exposition. Non, nous démontons, redessinons et
reconstruisons près de 40 000 pieds d’aire d’exposition, soit près
de deux étages complets du Musée canadien de l’histoire.
We’re doing so to create something entirely new. It will be the
largest, most comprehensive exhibition about Canadian history
ever developed. For decades to come, this inclusive and engaging
exhibition will be the signature gallery in Canada’s museum of
human history and the destination for anyone who wants to learn
about this country and its people.
Ces travaux visent à créer une exposition entièrement nouvelle.
Il s’agira de l’exposition la plus vaste et la plus complète jamais
consacrée à l’histoire du Canada. Pour les décennies à venir, cette
exposition inclusive et participative constituera l’exposition
emblématique du musée de l’histoire sociale du Canada et la
destination par excellence pour quiconque veut en apprendre
davantage sur notre pays et ses habitants.
[Translation]
[Français]
This is, as you can imagine, a huge undertaking. We have
already been working on the project for the better part of two
years. At this point, we are on the verge of finalizing the
exhibition’s story line and content as well as the architectural
design, defining the visitor’s experience and developing the
exhibition design. It will then be time to start the construction
and our team of historians, curators and museologists are hard at
work.
Comme vous pouvez l’imaginer, il s’agit d’une énorme
entreprise. Nous travaillons à ce projet depuis près de deux ans
déjà. Nous sommes à mettre la dernière main au synopsis du
contenu de l’exposition ainsi qu’à sa conception architecturale, ce
qui définira l’expérience des visiteurs et orientera le concept de
l’exposition. Il sera ensuite temps de commencer la construction.
Notre équipe d’historiens, de conservateurs et de muséologues
travaille d’arrache-pied à la réalisation du projet.
Hence the need for this new appropriation, which represents
almost half of the government’s total commitment to the project,
as announced in October 2012.
Voilà pourquoi nous avons besoin de ces nouveaux crédits
parlementaires qui représentent près de la moitié de l’engagement
total du gouvernement à l’égard du projet, tel qu’il a été annoncé
en octobre 2012.
[English]
[Traduction]
By the way, I’m pleased to report that we’re still on schedule
for a public unveiling on July 1, 2017, the 150th anniversary of
Confederation.
En passant, je suis ravi d’annoncer que, conformément
au calendrier établi, nous inaugurons la nouvelle salle le
1er juillet 2017, date qui marquera le 150e anniversaire de la
Confédération.
I look forward to answering any questions you may have about
the Canadian History Hall.
Je serai heureux de répondre à toute question que vous
pourriez poser au sujet de la salle de l’histoire canadienne et de sa
conception.
I’ll turn briefly, Mr. Chair, to the Virtual Museum of Canada
and the Online Works of Reference, whose administration was
recently transferred to our museum from the Department of
Canadian Heritage.
Je vais maintenant aborder brièvement le sujet du Musée
virtuel du Canada et des ouvrages de référence en ligne dont le
ministère du Patrimoine canadien nous a récemment confié
l’administration.
I referred at length to these programs during an appearance
before the Standing Senate Committee on Social Affairs, Science
and Technology in May last year, as some of you who also sit on
that committee will recall. Given the time limits, I will not repeat
that testimony but will review the basics with you.
En mai de l’an dernier, j’ai longuement parlé de ces
programmes au cours d’une audience devant le Comité
sénatorial des affaires sociales, des sciences et de la technologie,
comme ceux d’entre vous qui sont aussi membres de ce comité
s’en souviennent peut-être. Compte tenu du temps limité qui m’est
accordé aujourd’hui, je ne répéterai pas ce témoignage. Je vais
toutefois en rappeler les points essentiels.
The Virtual Museum is primarily an aggregator of digital
information produced by public not-for-profit institutions
throughout the country. Its website provides free access to
hundreds of virtual exhibits and collections, videos, teaching
resources and other materials relating to teaching and educational
resources. It’s a wonderful place for educators and others to
access this information.
Le Musée virtuel est principalement un agrégateur de
renseignements numériques produits par des institutions
publiques sans but lucratif de tout le pays. Son site web offre
un accès gratuit et des centaines d’expositions virtuelles ainsi que
des collections, des vidéos, des ressources pédagogiques et autres
documents connexes, y compris des documents à valeur éducative
et culturelle. C’est une ressource exceptionnelle.
31:8
National Finance
[Translation]
13-5-2015
[Français]
The museum also promotes the creation of new digital content
through a funding vehicle called the Virtual Exhibits Investment
Program. That funding will now come from our museum, as
reflected in the new appropriation.
Le musée favorise également la création de nouveaux contenus
numériques au moyen d’un instrument de financement appelé le
Programme d’investissement pour des expositions virtuelles. Ce
financement proviendra désormais de notre musée, comme il est
indiqué dans les nouveaux crédits parlementaires.
The other program is the Online Works of Reference. It
provides free access to The Canadian Encyclopedia and the
Dictionary of Canadian Biography.
L’autre programme est celui des Ouvrages de référence en
ligne. Ce programme offre un accès gratuit à l’Encyclopédie du
Canada ainsi qu’au Dictionnaire biographique du Canada.
[English]
[Traduction]
The encyclopedia is published by Historica Canada, and the
dictionary is produced through a partnership between University
of Toronto and L’Université Laval. That will remain the case
going forward, and both educational institutions are satisfied with
that arrangement.
L’encyclopédie est publiée par Historica Canada. Quant au
dictionnaire, il résulte d’un partenariat entre l’Université de
Toronto et l’Université Laval. Ce partenariat se poursuivra à la
satisfaction des deux institutions.
All transfers have gone very smoothly, and we’re eager to work
with our partner institutions to further build upon the success of
these programs.
Je suis ravi de signaler que tous les transferts se sont effectués
en douceur et nous sommes impatients de travailler avec les
institutions partenaires pour continuer d’assurer le succès de tous
ces programmes.
[Translation]
As I said at the outset, these are exceptionally productive and
exciting times at both our museums. At the Museum of History,
our recent exhibition Canada’s Titanic — The Empress of Ireland,
and our current exhibition Terry Fox — Running to the Heart of
Canada, have drawn attention and acclaim across the country.
[English]
[Français]
Comme je l’ai mentionné, nous vivons une période
exceptionnellement productive et prometteuse dans nos deux
musées. Au Musée canadien de l’histoire, l’exposition Le Titanic
canadien — L’Empress of Ireland, qui vient de se terminer, et
l’exposition Terry Fox — Courir au cœur du Canada,
actuellement à l’affiche, ont retenu l’attention et ont été saluées
partout au pays.
[Traduction]
They’re proving once again that Canadians have a thirst for
stories about their history and heritage, and a desire to see those
stories told in their national museums.
Ces expositions prouvent encore une fois que les Canadiens
sont mus par l’appétit d’en savoir davantage sur leur histoire et
leur patrimoine et par le désir de voir leurs musées nationaux
raconter ces récits.
We are also looking forward to our presentation this summer
of original copies of the Magna Carta and the Charter of the
Forest, two documents that helped lay the foundation of modern
democratic life in Canada and around the world. In June, we will
celebrate the opening of The Greeks — Agamemnon to
Alexander the Great. It’s the most remarkable exhibition about
ancient Greece ever to tour North America, and the Canadian
Museum of History was instrumental in its development.
Nous sommes également impatients de présenter, cet été, des
originaux de la Magna Carta et de la Charte de la forêt, deux
documents qui ont aidé à jeter les bases de la vie démocratique
moderne au Canada et dans le monde entier. Nous célébrerons
aussi en juin l’ouverture de l’exposition Les Grecs —
d’Agamemnon à Alexandre Le Grand. Il s’agit de la plus
remarquable exposition consacrée à la Grèce antique jamais
présentée en Amérique du Nord et le Musée canadien de l’histoire
a joué un rôle important dans sa conception.
At the War Museum, where we just celebrated the museum’s
tenth anniversary already, our commemoration of the First
World War centenary is enhancing public understanding of this
pivotal chapter in Canadian history. The museum’s presentation
this summer of Gladiators and the Colosseum — Death and
Glory will provide visitors with a captivating and enlightening
look at these iconic figures from ancient Rome.
Au Musée canadien de la guerre, dont nous venons de célébrer le
10e anniversaire, notre commémoration du centenaire de la
Première Guerre mondiale aide le public à mieux comprendre ce
chapitre crucial de l’histoire canadienne. En outre, la présentation,
cet été, de l’exposition Les gladiateurs et le Colisée — Mort et
gloire fournira aux visiteurs un aperçu captivant et instructif des
figures emblématiques de la Rome antique.
13-5-2015
Finances nationales
[Translation]
Our new mandate calls on us to enhance Canadians’
knowledge, understanding and appreciation of events,
experiences, people and objects that reflect and have shaped
Canada’s history and identity, and also to enhance their
awareness of world history and cultures.
[English]
31:9
[Français]
Notre nouveau mandat nous appelle à parfaire les
connaissances des Canadiens et à approfondir leur
compréhension des événements, des expériences, des personnes
et des objets qui témoignent de l’histoire et de l’identité
canadiennes qui les ont façonnés, et à les sensibiliser à l’histoire
et aux cultures du monde.
[Traduction]
I’m proud of our success in fulfilling our mandate, and I look
forward to continuing to do so. Thank you for your attention. I
look forward to your questions.
Je suis fier que nous parvenions à remplir notre mandat et je
suis impatient de poursuivre dans cette voie. Je vous remercie de
votre attention. Je suis prêt à répondre à vos questions.
The Chair: Thank you. It sounds like you have some exciting
times ongoing at the two museums.
Le président : Merci. Il semblerait, à vous entendre, que les
deux musées vivent une période emballante.
I will now proceed to Telefilm Canada.
[Translation]
Carolle Brabant, Executive Director, Telefilm Canada:
Mr. Chairman, members of the committee, thank you very
much for the invitation to take part in the committee’s
examination of the Main Estimates for 2015-16.
[English]
My comments will focus on the following three areas: a brief
overview regarding Telefilm Canada’s role and support for the
Canadian feature film industry, our successes and challenges, and
our priorities in our new strategic plan.
[Translation]
Passons maintenant à Téléfilm Canada.
[Français]
Carolle Brabant, directrice générale, Téléfilm Canada :
Monsieur le président, membres du comité, merci beaucoup de
votre invitation à participer à l’examen du comité portant sur le
Budget principal des dépenses pour l’année 2015-2016.
[Traduction]
Mes commentaires toucheront principalement les trois points
suivants : une brève présentation du rôle de Téléfilm et de son
soutien à l’industrie canadienne du cinéma; nos réussites et nos
défis, et nos priorités établies dans le cadre de notre nouveau plan
stratégique.
[Français]
Telefilm Canada is a federal cultural agency with the mandate
to foster and promote the development of the audiovisual
industry in Canada. We play a leadership role through financial
support and initiatives that contribute to the industry’s cultural,
industrial and commercial success.
Téléfilm Canada est un organisme culturel fédéral ayant le
mandat de favoriser et de promouvoir le développement de
l’industrie audiovisuelle au Canada. Nous y jouons un rôle de
leader grâce à notre soutien financier et à nos initiatives qui
contribuent au succès de l’industrie sur les plans culturel,
industriel et commercial.
Last year, we supported the production and marketing of some
90 feature films and the development of more than 300 projects,
while also helping to promote Canadian talent in Canada and
international festivals, for a total investment of $92.2 million.
L’an dernier, nous avons soutenu la production et la mise en
marché de quelque 90 longs métrages et le développement de plus
de 300 projets, tout en contribuant à promouvoir les talents
canadiens dans les festivals canadiens et internationaux, pour un
investissement total de 92,2 millions de dollars.
Telefilm also administers funding programs for the Canada
Media Fund, which totaled $354.5 million in 2013-14. Finally, we
make recommendations regarding the certification of audiovisual
treaty co-productions to the Minister of Canadian Heritage and
Official Languages.
Téléfilm administre également les programmes de financement
du Fonds des médias du Canada qui totalisaient 354,5 millions de
dollars en 2013-2014. Enfin, nous effectuons des recommandations
concernant les coproductions audiovisuelles réalisées en vertu des
traités officiels auprès du ministre du Patrimoine canadien et des
Langues officielles.
Building on almost 50 years of investment, Telefilm, together
with its partners, has helped shape a landscape conducive to
creativity in movies and audiovisual storytelling. We have now
reached a maturity that enables us to produce and export works
En près de 50 ans d’investissement, Téléfilm, de concert avec
ses partenaires, a contribué à façonner un paysage propice à la
créativité dans le récit cinématographique et audiovisuel. Nous
avons maintenant atteint une maturité qui nous permet de
31:10
National Finance
13-5-2015
of excellent quality. As CMPA research indicates, Canadian and
foreign film production in 2013-2014 reached $1.4 billion and
accounted for over 26,000 full-time jobs.
produire et d’exporter des œuvres d’une excellente qualité.
Comme l’étude de la CMPA l’indique, la production de films
canadiens et étrangers en 2013-2014 a atteint la somme de
1,4 milliard de dollars, ce qui équivaut à plus de 26 000 emplois à
temps plein.
Whether it is TIFF, Sundance, Berlin, Cannes, Venice, or at
our own Canadian Screen Awards and Jutra, the profile or our
talent has never been higher than it is today. More and more, we
are being seen as a country that produces talent. A number of
Canadian directors are increasingly in demand outside Canada.
Que ce soit au TIFF, à Sundance, à Berlin, à Cannes, à Venise
ou lors des cérémonies de nos Prix Écrans canadiens et de nos
Jutra, la visibilité de nos talents n’a jamais été aussi forte
qu’aujourd’hui. De plus en plus, nous sommes reconnus comme
un pays qui produit des talents. Plusieurs réalisateurs canadiens
sont sollicités à l’extérieur du Canada.
Despite these successes, we still face challenges. They include
the following: independent films occupy less screen time and fewer
screens in mainstream cinemas; most viewers watch feature films
at home and not in theatres; and the distinctions between
platforms, territories and launch windows for the content have
changed.
Malgré tous ces succès, nous avons toujours des défis à relever.
En voici quelques-uns : les films indépendants occupent moins de
temps d’écran et moins d’écrans dans les salles de cinéma
commerciales; la plupart des spectateurs regardent des films à la
maison et non au cinéma; et les distinctions entre les plateformes,
les territoires et les fenêtres de diffusion du contenu ont changé.
While the market’s appetite for content is strong, the
marketplace is increasingly crowded. Our greatest challenge is
the discoverability of our films. In a world of overabundance of
content, how do we attract Canadian consumers with our
compelling and engaging films on multiple platforms?
Si l’appétit pour le contenu est grand, le marché est de plus en
plus engorgé. Notre plus grand défi concerne la découvrabilité de
nos films. Comment attirer les consommateurs canadiens vers nos
films inspirants et captivants, diffusés sur de multiples
plateformes dans un monde où il y a surabondance de contenu?
[English]
[Traduction]
Our new 2015-2018 strategic plan, Inspired by Talent. Viewed
Everywhere., addresses how we will face this and other challenges
ahead. First, we need to promote the excellence of Canadian
content by conducting effective promotion of the industry and its
successes directly to consumers.
Notre nouveau plan stratégique 2015-2018, Du talent. À portée
de vue, explique comment nous allons nous attaquer à ces défis et
aux nombreux autres qui nous attendent. Premièrement, nous
devons faire connaître l’excellence du contenu canadien par une
promotion efficace de l’industrie et de ses succès directement
auprès des consommateurs.
Second, we need to foster more ground-breaking marketing
practices by connecting with a larger number of viewers. We
encourage the industry to find new ways of getting viewers to be
more engaged with homegrown stories by, for example, trying out
new marketing strategies adapted to viewers’ new expectations.
Deuxièmement, il faut favoriser une plus grande innovation
dans les pratiques de mise en marché en rejoignant un plus grand
nombre de spectateurs. Nous encourageons tous ceux qui
travaillent dans l’industrie à trouver des façons inédites
d’intéresser davantage les auditoires aux histoires d’ici en
expérimentant, par exemple, des stratégies de mise en marché
adaptées aux nouvelles attentes des auditoires.
Take Corner Gas: The Movie, which was launched during a
three-week period last December and drew more than 7 million
viewers on multiple platforms all driven by a large and loyal fan
base. It’s one Canadian out of five that saw that film.
Un bon exemple est celui de Corner Gas : Le film, qui a été
lancé sur plusieurs plateformes pendant une période de trois
semaines en décembre et qui a attiré plus de 7 millions de
spectateurs, tout cela grâce à l’appui enthousiaste d’une large
communauté d’amateurs loyaux. Un Canadien sur cinq a vu ce
film.
Third, we need to take decisions supported by meaningful
metrics. It’s vital that we make informed decisions based on
value-added research.
Troisièmement, il faut prendre des décisions fondées sur des
mesures pertinentes. Il est essentiel de prendre des décisions
éclairées basées sur des recherches à valeur ajoutée.
Fourth, we need to help the industry diversify its sources of
funding by attracting new funding partners, which is the main
objective of the Talent Fund.
Quatrièmement, nous devons aider l’industrie à diversifier ses
sources de financement en attirant de nouveaux partenaires
financiers, ce qui constitue l’objectif principal du Fonds des
talents.
13-5-2015
Finances nationales
31:11
Fifth, we want to work towards creating an ecosystem of
companies such that we can offer production companies that have
achieved an outstanding level of performance access to a fasttrack funding stream. This approach provides for greater
autonomy and accountability for Telefilm’s clients while also
giving them predictability for project funding.
Cinquièmement, nous voulons créer un écosystème
d’entreprises permettant d’offrir aux sociétés de production
ayant atteint un niveau de performance exceptionnel l’accès à
un volet de financement accéléré. Cette approche renforce
l’autonomie et la responsabilité des clients de Téléfilm, tout en
leur permettant d’effectuer de meilleures prévisions en matière de
financement de projet.
Finally, our sixth objective is to achieve organizational
excellence. We are very proud that Telefilm received the Award
of Excellence in Financial Reporting for Crown corporations in
2014 from the Chartered Professional Accountants, and we have
also been recognized by the Gartner consulting firm as being the
top 25 per cent of companies in a comparative study they
conducted on the use of information technologies.
Enfin, notre sixième objectif est l’atteinte de l’excellence
organisationnelle. Nous sommes très fiers que Téléfilm ait été
Lauréat du prix d’excellence en information d’entreprise pour les
sociétés d’État en 2014, prix qui est décerné par les comptables
professionnels agréés du Canada. De plus, le Cabinet-conseil
Gartner nous a également classés parmi les 25 p. 100 des
entreprises les plus performantes dans une étude comparative
qu’il a menée sur l’utilisation des technologies de l’information.
As our client surveys reveal, the level of satisfaction with
regard to Telefilm’s programs and their implementation has
improved with 85 per cent of clients expressing their satisfaction.
Telefilm will continue to maintain its low administrative expenses,
not exceeding 6 per cent. In fact, for 2014-15 our rate of
administrative expense will be 5.2 per cent.
Comme l’indiquent les sondages réalisés auprès de nos clients,
le niveau de satisfaction à l’égard des programmes de Téléfilm et
de leur mise en œuvre s’est amélioré, plus de 85 p. 100 des clients
ayant exprimé leur satisfaction. Téléfilm maintiendra le niveau
peu élevé de ses frais d’administration, qui ne dépasseront pas
6 p. 100. En fait, pour l’exercice 2014-2015, notre taux de frais
d’administration se chiffrera à 5,2 p. 100.
Telefilm’s vision for the future is clear: We want Canadian
creative content to be accessible and to be viewed everywhere. To
succeed, we need to have all our support mechanisms working
together to fund the initiatives that are needed. This means taking
creative risks, experimenting with marketing and promotion
strategies, as well as leveraging strategic partnerships and
industry-wide resolve.
Téléfilm a une vision très nette de l’avenir : Nous voulons que
le contenu créatif canadien soit accessible et vu partout. Pour y
parvenir, il faut que tous nos mécanismes de soutien fonctionnent
ensemble pour financer les initiatives qui s’avèrent nécessaires.
Cela signifie prendre des risques sur le plan créatif, expérimenter
des stratégies de mise en marché et de promotion, et miser sur les
partenariats stratégiques et une volonté commune de l’industrie.
Canadians are naturally drawn to their stories, and what more
powerful way to experience them than through film? Today, I am
very inspired by the success of our industry and its future, now
more than ever. We have taken the opportunity to send the
committee a more detailed background presentation that you
should have received. Thank you once again for inviting us to
appear today. We welcome your questions.
Les Canadiens sont naturellement attirés vers leurs histoires et
quelle meilleure façon pour eux de les découvrir que par nos films?
Aujourd’hui, le succès de notre industrie et son avenir m’inspirent
plus que jamais. Nous avons saisi cette occasion pour envoyer au
comité une présentation plus détaillée que vous devriez avoir
reçue. Je vous remercie encore une fois de nous avoir invités
aujourd’hui. C’est avec plaisir que nous répondrons à vos
questions.
The Chair: Thank you very much, Ms. Brabant. We appreciate
the background and we will see that the other material you
indicated you have sent to us is circulated.
Le président : Merci beaucoup, madame Brabant. Merci de
cette mise en contexte et nous nous assurerons que les documents
que vous venez de mentionner nous seront communiqués.
Before I go to honourable senators, could you explain to us the
synergies and relationship between Telefilm Canada and the
National Film Board? We had the National Film Board here last
week, and if I look at the mandates, they seem to be pretty close.
Avant de céder la parole aux honorables sénateurs, pourriezvous nous expliquer les synergies et les liens qui existent entre
Téléfilm Canada et l’Office national du film? Nous avons reçu
l’Office national du film la semaine dernière et vos mandats
respectifs me semblent bien semblables.
[Translation]
Ms. Brabant: The National Film Board is an organization that
is a producer. Telefilm Canada oversees the development of the
industry and its promotion by investing in private-sector
producers who produce content for the broadcasters, for the
cinemas. Therefore, we are not owners of our content; we are not
investors or producers of content. We develop private sector
[Français]
Mme Brabant : L’Office national du film est un organisme qui
est un producteur. Téléfilm Canada voit au développement de
l’industrie et à sa promotion en investissant dans des maisons de
production privées qui produisent du contenu pour les diffuseurs,
pour les salles. Donc, nous ne sommes pas propriétaires de notre
contenu; nous ne sommes pas des investisseurs ou des producteurs
31:12
National Finance
13-5-2015
content production, which it is achieved with a great deal of
success, in my opinion, because Canada’s private sector
audiovisual industry is thriving.
de contenu. Nous développons l’industrie privée de production de
contenu, qui s’est réalisée avec beaucoup de succès, selon moi,
parce que l’industrie privée de l’audiovisuel au Canada est très
florissante.
The Chair: Thank you. We will now begin with Senator Eaton,
from Toronto.
Le président : Merci. Nous allons commencer par la sénatrice
Eaton, de Toronto.
Senator Eaton: To follow up on Senator Day —
[English]
You’re very different from the National Film Board, and
obviously Radio-Canada and the CBC, but surely when you talk
about broadcasting your products, could you not use the
National Film Board in its big new building at the Place des
Festivals in Montreal? And TIFF, Radio-Canada, will they not
help you market your very excellent products?
[Translation]
Ms. Brabant: As I mentioned in my introductory remarks, we
work very closely with our partners, whether it be CBC/RadioCanada or the National Film Board. As you know, I sit on the
National Film Board board of directors, and Mr. Joli-Coeur sits
on ours. We work very closely together and we have parallel
mandates, but that do not overlap. We use the facilities as much
as possible; we work with Radio-Canada on the Tou.tv platform
and with the NFB on its new platform. When the new buildings
are ready, we will work very closely with them. We work with the
CBC/Radio-Canada for the promotion of our content. The
broadcasters are our significant partners for broadcasting the
content that is produced and financed by Telefilm Canada.
Senator Eaton: Thank you.
[English]
La sénatrice Eaton : Pour enchaîner avec le sénateur Day —
[Traduction]
Vous êtes bien différent de l’Office national du film et,
évidemment, de Radio-Canada et de la CBC, mais lorsque vous
parlez de la diffusion de vos produits, ne pourriez-vous pas
profiter de l’Office national du film et de son somptueux nouvel
édifice situé à la Place des Festivals à Montréal? Le Festival
international des films de Toronto et Radio-Canada ne
pourraient-ils pas vous aider à mettre en marché vos excellents
produits?
[Français]
Mme Brabant : Comme je l’ai mentionné dans mes remarques
d’introduction, on travaille de façon très étroite avec nos
partenaires, que ce soit CBC/Radio-Canada ou l’Office national
du film. Comme vous le savez, je siège au conseil d’administration
de l’Office national du film, et M. Joli-Coeur siège au nôtre. Nous
travaillons de façon très étroite et nous avons des mandats
parallèles, mais qui ne se chevauchent pas. Nous utilisons autant
que possible les aménagements; nous travaillons avec RadioCanada sur sa plateforme Tou.tv, et avec l’ONF sur sa nouvelle
plateforme. Lorsque leurs nouveaux bâtiments seront prêts, nous
travaillerons avec eux de façon très étroite. Nous travaillons avec
CBC/Radio-Canada pour la promotion de nos contenus. Les
diffuseurs sont nos partenaires importants pour la diffusion du
contenu qui est produit et financé par Téléfilm Canada.
La sénatrice Eaton : Merci, madame.
[Traduction]
Mr. O’Neill, you talked about the Virtual Museum of Canada
and online works of reference, the Virtual Exhibits Investment
Program. Out of all those things, and with this wonderful new
museum of Canadian history, are you going to put together a
virtual museum that teachers all across Canada can use in their
classrooms to teach Canadian students the history they’re not
getting?
Monsieur O’Neill, vous avez parlé du Musée virtuel du Canada
et des ouvrages de référence en ligne qu’est le Programme
d’investissement pour des expositions virtuelles. Grâce à tout cela
et grâce à ce merveilleux nouveau Musée canadien de l’histoire,
allez-vous concevoir un musée virtuel que tous les enseignants du
Canada pourraient utiliser en classe pour enseigner à leurs élèves
l’histoire qu’ils ne peuvent voir en personne?
Mr. O’Neill: Thank you very much, senator, for the question.
Yes, we are and I should pay some regard to my former colleagues
in the Department of Canadian Heritage where the Virtual
Museum came from. In fact, already there was a huge amount of
content that teachers were using from the work that was done on
the Virtual Museum over many years. We certainly think this is
an opportunity for the Canadian Museum of History to reach out
to more institutions, more history museums and also other users
M. O’Neill : Merci de cette question, sénatrice. Oui, et je me
dois de rendre hommage à mes anciens collègues du ministère de
Patrimoine canadien d’où provient le Musée virtuel. En fait, une
grande partie du contenu employé par les enseignants est le fruit
du travail qui a été fait sur le Musée virtuel au fil des ans. Nous
croyons que cette initiative représente pour le Musée canadien de
l’histoire une chance de rejoindre plus d’institutions, plus de
musées de l’histoire et aussi d’autres utilisateurs de ce musée
13-5-2015
Finances nationales
31:13
of that virtual museum to add even more content. Yes, we think
we can, and we think the Virtual Museum will be an important
part of the visitor experience to our museum.
virtuel pour ajouter encore plus de contenus. Oui, nous pensons
que nous le pouvons et nous pensons que le Musée virtuel aura un
rôle important à jouer dans l’expérience du visiteur.
Senator Eaton: You know, of course, that there are only four
provinces that teach Canadian history in a chronological fashion
in Canada.
La sénatrice Eaton : Vous savez évidemment qu’il n’y a que
quatre provinces qui enseignent l’histoire du Canada dans un
ordre chronologique.
Mr. O’Neill: Yes.
M. O’Neill : Oui.
Senator Eaton: The other six and the territories are kind of
starving.
La sénatrice Eaton : Les six autres et les territoires sont en
quelque sorte les parents pauvres.
Mr. O’Neill: Senator, I know you have had some of the
attendance numbers of our two museums, and combined, it’s
about 1.8 million Canadians. What’s gratifying for the members
of the committee to know is that the Canadian War Museum, for
example, in the summer months, 60 per cent of the attendees are
families from outside the capital who are coming to see a war
museum that is now attracting approximately half a million
visitors a year.
M. O’Neill : Madame la sénatrice, je sais que vous avez pris
connaissance du taux de fréquentation de nos deux musées, qui
attirent environ 1,8 million de visiteurs. Nous nous réjouissons
par ailleurs de constater que, pendant les mois d’été, 60 p. 100 de
la clientèle du Musée canadien de la guerre sont des familles de
l’extérieur de la capitale. Le musée reçoit aujourd’hui environ un
demi-million de visiteurs par année.
I think the museum corporation is offering an historical
experience to Canadians that they value.
Je pense que la société du musée offre une expérience historique
appréciée par les Canadiens.
Some of you will be familiar with the American online
community called BuzzFeed, which recently considered the
Canadian War Museum to be one of 39 must-see museums in
the world. It was number eight and the only Canadian museum to
make the list. I think Canadian museums are demonstrating to
visitors around the world an importance in promoting history and
culture and heritage.
Certains d’entre vous connaissent peut-être la collectivité
américaine en ligne du nom de BuzzFeed. Celle-ci a établi
récemment que le Musée canadien de la guerre figure parmi
39 musées dans le monde qu’il faut absolument voir. Le musée est
au huitième rang et est le seul musée canadien à faire partie de la
liste. Je pense que les musées canadiens montrent aux visiteurs du
monde entier qu’il est important de faire la promotion de
l’histoire, de la culture et du patrimoine.
Senator Eaton: I’m thrilled about that. I worry about students
in our six other provinces who are not getting any Canadian
history in a chronological fashion, and they’re not all going to
come to Ottawa or they can’t come to Ottawa.
La sénatrice Eaton : J’en suis ravie. Je suis préoccupée par les
étudiants des six autres provinces qui ne reçoivent pas de cours
d’histoire chronologique du Canada et qui n’auront pas l’occasion
de venir à Ottawa.
Mr. O’Neill: I think you’re right about that, and I think we
know that our museums have to have very rich presences in all
those communities across the country. I think the virtual museum
allows our museum, along with our travelling exhibitions and our
loans of artifacts through a history museums network that we
established two years ago, to reach more and more Canadians
where they live. You’re quite correct, senator. We’re very
conscious that we have to be in the communities where
Canadians are, we have to attract more and more educators
and we have to be virtually much more prominent. The Virtual
Museum of Canada will help us do that.
M. O’Neill : Je pense que vous avez raison et c’est pourquoi
nos musées doivent avoir une présence très riche dans toutes ces
collectivités. Je pense que le Musée virtuel, les expositions
itinérantes et les pièces prêtées dans le cadre du réseau de
musées de l’histoire que nous avons mis sur pied il y a deux ans,
permet de rejoindre de plus en plus de Canadiens chez eux. Vous
avez tout à fait raison, sénatrice. Nous sommes très conscients de
la nécessité d’être présents dans les collectivités où vivent les
Canadiens et d’attirer davantage d’éducateurs. Il faut donc pour
cela accroître notre présence virtuelle et le Musée virtuel du
Canada nous aidera en ce sens.
Senator Eaton: Do you think you will have a budget for that
when you open?
La sénatrice Eaton : Pensez-vous que vous disposerez d’un
budget pour cela lorsque vous entamerez vos opérations?
Mr. O’Neill: Yes, I do.
M. O’Neill : Oui, je le crois.
The Chair: The encyclopedia is published by Historica Canada.
Will there be a transfer of funds from the museum to Historica
Canada to look after the costs?
Le président : L’encyclopédie est publiée par Historica Canada.
Y aura-t-il un transfert de fonds du musée vers cet organisme
pour absorber les coûts?
Mr. O’Neill: I wonder, senator, if I could ask Mr. Loye to
answer that question, as chief operating officer.
M. O’Neill : Sénateur, je vais demander à M. Loye de
répondre à cette question puisqu’il est le directeur administratif.
31:14
National Finance
13-5-2015
David Loye, Chief Operating Officer and Senior Vice President,
Canadian Museum of History: Yes, there will be. What was
transferred to us for what’s called the Online Works of Reference
is essentially from a contribution program at Canadian Heritage.
It was the sum of $2.1 million, and those funds support two
initiatives in two institutions. One is Historica, which has the
Canadian Encyclopedia. They receive $1.1 million per year now
from the museum. The other institution is the Dictionary of
Canadian Biography, and that’s managed by the University of
Toronto and the University of Laval, and they will receive
$1 million a year. Those numbers are consistent with what
heritage was funding, and now that has been transferred to us. We
have maintained those funding levels to those two institutions.
David Loye, directeur administratif et vice-président principal,
Musée canadien de l’histoire : Oui, il y aura un budget. Ce qui
nous a été transféré pour les ouvrages de référence en ligne
provient essentiellement d’un programme de contribution du
ministère du Patrimoine. Il s’agit d’un montant de 2,1 millions de
dollars en soutien de deux initiatives dans deux établissements.
L’une est Historica qui s’occupe de l’Encyclopédie canadienne et
qui reçoit maintenant 1,1 million de dollars par année de la part
du musée. L’autre institution est le Dictionnaire biographique du
Canada géré par l’Université de Toronto et l’Université Laval, qui
recevront un million de dollars par année. Ces chiffres sont
conformes au programme du ministère du Patrimoine qui nous a
été transféré. Nous avons conservé ces niveaux de financement
pour ces deux institutions.
The Chair: We will see that in future estimates, grants and
contributions, from the Canadian Museum of History to
University of Toronto and University of Laval.
Le président : Nous pourrons le constater dans les prochains
budgets, subventions et contributions transférés du Musée
canadien de l’histoire à l’Université de Toronto et à l’Université
Laval.
Mr. Loye: We have already signed a new three-year agreement
with both institutions which guarantees that funding for the next
three years.
M. Loye : Nous avons déjà signé avec les deux institutions une
nouvelle entente triennale qui leur garantit ce financement pour
les trois prochaines années.
The Chair: Thank you.
[Translation]
Le président : Merci.
[Français]
Senator Chaput: My first question is for Mr. O’Neil of the
Canadian Museum of History. I know that I asked this kind of
question when you appeared before the Standing Senate
Committee on Social Affairs, Science and Technology on which
I also sit, but I would like to ask it again today. It deals with the
Virtual Museum, the digital content, the Online Works of
Reference and everything that adds to this component.
La sénatrice Chaput : Ma première question s’adresse à
M. O’Neill, du Musée canadien de l’histoire. Je sais que j’avais
posé ce genre de question lors de votre comparution au Comité
sénatorial permanent des affaires sociales, des sciences et de la
technologie, auquel je siège également, mais j’aimerais la reposer
aujourd’hui. Elle porte sur le musée virtuel, les contenus
numériques, les ouvrages de référence en ligne et tout ce qui
s’ajoute à cette composante.
My question is very simple. Is all of this done in both of
Canada’s official languages?
Ma question est très simple. Est-ce que tout se fait dans les
deux langues officielles du Canada?
[English]
[Traduction]
Mr. O’Neill: Thank you very much for the question. The
museum operates in both official languages. All of our projects,
whether they are online, travelling exhibitions, research projects
or public programs, are in both official languages. We strive very
hard to make sure that we also work with partners who are able to
distribute and create content in both official languages.
M. O’Neill : Merci beaucoup pour la question. Le musée
fonctionne dans les deux langues. Tous nos projets, que ce soit des
projets en ligne, des expositions itinérantes, des projets de
recherche ou publics, sont présentés dans les deux langues
officielles. Nous travaillons très fort pour nous assurer que nous
travaillons aussi avec des partenaires capables de créer et de
distribuer du contenu dans les deux langues officielles.
There is no question that from time to time our efforts are not
sufficient, which is clear when you read the commissioner’s
annual report on official languages, so we’re constantly trying to
improve, but subject to the act, we take it seriously and we work
and deliver our projects in both official languages.
Sans doute que de temps à autre nos efforts ne suffisent pas,
comme en témoigne le rapport annuel du commissaire aux
langues officielles. Nous essayons donc sans cesse de nous
améliorer et en ce qui concerne la loi, nous la prenons au
sérieux et nous travaillons et réalisons nos projets dans les deux
langues.
13-5-2015
Finances nationales
[Translation]
31:15
[Français]
Senator Chaput: What is the biggest challenge you face in terms
of providing all of the information in both official languages?
What is the greatest difficulty? Is it an issue of money or of human
resources?
La sénatrice Chaput : Quel est le plus grand défi auquel vous
faites face quant à la question de fournir tous les renseignements
dans les deux langues officielles? Quelle est la plus grande
difficulté? Est-ce une question d’argent ou de ressources
humaines?
Mr. O’Neil: That is a very good question. I think it is the
ability of partners elsewhere in the country to do their work in
both official languages. As you are no doubt aware, not all
institutions in the country work in both official languages. In the
case of our company, it is important as a national entity to work
with the institutions that have committed to promoting both
official languages.
M. O’Neill : C’est une très bonne question. Je pense que c’est
la capacité des partenaires ailleurs au pays de faire leur travail
dans les deux langues officielles. Comme vous le savez sans doute,
ce ne sont pas toutes les institutions au pays qui travaillent dans
les deux langues officielles. Dans le cas de notre société, il est
important, en tant qu’entité nationale, de travailler avec les
institutions qui se sont engagées à faire la promotion des deux
langues officielles.
As the president of the Canadian Museum of History, I think it
is probably the greatest challenge.
En tant que président du Musée canadien de l’histoire, je pense
que c’est probablement le défi le plus grand.
Senator Chaput: My next question is for Telefilm Canada.
Reading the documents that we have before us, including the
strategic plan, I see that you have four offices in Canada. Where
are these offices located, and are employees assigned to them?
La sénatrice Chaput : Ma prochaine question s’adresse à
Téléfilm Canada. En lisant les documents que nous avons sous
la main, dont un plan stratégique, entre autres, je vois que vous
avez quatre bureaux au Canada. Où se situent ces bureaux, et des
employés y sont-ils affectés?
Ms. Brabant: Thank you for your question, Senator Chaput.
Our four offices are located in Halifax, Montreal — where our
head office is located — Toronto and Vancouver. Our employees
travel regularly across Canada to meet with our various clients,
including producers.
Mme Brabant : Sénatrice Chaput, merci de votre question. Nos
quatre bureaux sont situés à Halifax, à Montréal où se trouve le
siège social, à Toronto et à Vancouver. Nos employés voyagent
régulièrement à travers le Canada pour rencontrer nos différentes
clientèles, y compris des producteurs.
For example, last summer, they travelled to Manitoba to meet
with francophone producers, to introduce them to our programs
and to consult with them on the various problems they are facing.
Our main program organizers travel. There are indeed employees
in all of our offices.
Par exemple, l’été dernier, ils se sont rendus au Manitoba pour
rencontrer des producteurs francophones, leur présenter nos
programmes et les consulter sur les différents enjeux auxquels ils
font face. Nos principaux organisateurs de programmes voyagent.
Effectivement, il y a des employés dans chacun des bureaux.
Senator Chaput: How many employees are in each of the
offices?
La sénatrice Chaput : Combien d’employés sont affectés dans
les différents bureaux?
Ms. Brabant: Obviously, given that most of the production in
Canada takes place in Montreal or in Toronto, the majority of
our employees are found in those two cities. In Vancouver, we
have some 20 employees, in Halifax we have four, and in Toronto
some 40 employees.
Mme Brabant : Évidemment, étant donné que le cœur de la
production au Canada se fait à Montréal et à Toronto, la majorité
de nos employés sont situés dans ces deux villes. À Vancouver,
nous avons une vingtaine d’employés, à Halifax, quatre employés,
et à Toronto, une quarantaine d’employés.
Denis Pion, Director, Administration and Corporate Services,
Telefilm Canada: We have approximately 140 employees in
Montreal.
Denis Pion, directeur, Administration et Services d’entreprises,
Téléfilm Canada : Nous avons environ 140 employés à Montréal.
Senator Chaput: Do all of these offices operate in both official
languages?
La sénatrice Chaput : Est-ce que ces bureaux fonctionnent tous
dans les deux langues officielles du Canada?
Ms. Brabant: Absolutely. We ensure that the service is
provided in both official languages, in each of every one of our
offices in Canada.
Mme Brabant : Absolument. Nous nous assurons que le service
est fourni dans les deux langues officielles, et ce, dans tous les
bureaux au Canada.
Senator Chaput: As the chair was saying, the National Film
Board’s representatives have offices across the country. Are your
offices situated in the same places as those of the National Film
Board?
La sénatrice Chaput : Comme monsieur le président le disait,
les représentants de l’Office national du film avaient des bureaux
à travers le Canada. Est-ce que vos bureaux sont situés aux
mêmes endroits que ceux de l’Office national du film?
31:16
National Finance
13-5-2015
Ms. Brabant: Some of the offices are in the same locations. For
example, in Vancouver, in an effort to achieve some economies of
scale, we moved our offices to Radio-Canada’s offices. If memory
serves me well, the National Film Board has a few more offices
than we do, but we have never had more than four offices across
the country. The people are now served through specific meetings
or by electronic communications.
Mme Brabant : Certains bureaux sont situés aux mêmes
endroits. Par exemple, à Vancouver, justement pour réaliser des
économies d’échelle, nous avons déménagé nos bureaux dans les
bureaux de Radio-Canada. Si ma mémoire est bonne, l’Office
national du film a un peu plus de bureaux que nous, mais nous
avons toujours eu seulement quatre bureaux à travers le Canada.
La population est maintenant desservie dans le cadre de
rencontres particulières ou au moyen de communications
électroniques.
Senator Chaput: I see that you administer the Canada Media
Fund’s funding programs, and that you have done so for several
years. Have you done so from the outset?
La sénatrice Chaput : Je vois que vous administrez les
programmes de financement du Fonds des médias du Canada et
que vous le faites depuis plusieurs années. Est-ce que vous le faites
depuis le début du Fonds?
Ms. Brabant: Yes. Since the creation of the Canada Media
Fund in 2005, Telefilm administers its programs. We are very
proud of this cooperation. We have just renewed a three-year
agreement, and I think that this partnership works perfectly.
Mme Brabant : Oui. Depuis la création du Fonds des médias
du Canada en 2005, Téléfilm en administre les programmes. Nous
sommes très fiers de cette collaboration. Nous venons de
renouveler une entente sur trois ans, et je pense que la
collaboration fonctionne de manière impeccable.
Senator Chaput: Given that you are responsible for the
administration of these programs, can you withhold a
percentage of the funding as an administration fee?
La sénatrice Chaput : Puisque vous êtes responsables de
l’administration de ces programmes, pouvez-vous retenir un
pourcentage du fonds à titre de frais d’administration?
Ms. Brabant: Yes. An agreement between the Canada Media
Fund and Telefilm Canada provides that Media Fund will cover
the costs incurred by Telefilm, which will result in economies of
scale for both organizations.
Mme Brabant : Oui. Une entente entre le Fonds des médias du
Canada et Téléfilm Canada prévoit que le Fonds des médias
couvrira les coûts engendrés par Téléfilm, ce qui occasionnera des
économies d’échelle pour les deux organismes.
In one of the documents we sent you, last year, the figure was
approximately $10 million in administration fees that were
transferred from the Canada Media Fund to Telefilm Canada
to administer the programs. Approximately half of Telefilm
Canada’s employees work on program delivery for the Canada
Media Fund and that will be in all of the offices.
Dans l’un des documents que l’on vous a envoyés, l’année
dernière, il s’agissait d’environ 10 millions de dollars de frais
d’administration qui avaient été transférés du Fonds des médias
du Canada à Téléfilm Canada pour administrer les programmes.
Environ la moitié des employés de Téléfilm Canada travaille à la
livraison des programmes du Fonds des médias du Canada, et ce,
dans tous les bureaux.
Mr. Pion: This definitely contributes to ensuring our regional
presence as well as maintaining the quality of the information
systems that we have in place.
M. Pion : Cela contribue certainement à assurer notre présence
régionale ainsi qu’à maintenir la qualité des systèmes
d’information qu’on a en place.
Senator Chaput: As for the renewal of the fund, have the
criteria changed? Are the criteria and the way to proceed the same
as in the past?
La sénatrice Chaput : Quant au renouvellement de ce fonds, les
critères ont-ils changé? Les critères et la façon de procéder sont-ils
les mêmes qu’auparavant?
Ms. Brabant: The agreement signed between the Canada
Media Fund and Telefilm Canada is an administrative one.
There are changes every year in the administration of their
programs, but there have been no major changes except to
facilitate the administration between the two organizations.
Mme Brabant : L’entente signée entre le Fonds des médias du
Canada et Téléfilm Canada en est une d’administration. Il y a des
changements chaque année dans l’administration de leurs
programmes, mais aucun changement majeur n’a eu cours,
sinon que pour faciliter l’administration entre les deux
organismes.
Mr. Pion: Given that the agreement is over a longer time
frame, we built some flexibility into the overall management so
that we would not have to review it every year in order to make
the necessary administrative changes. That is the main difference.
M. Pion : L’entente étant sur une plus longue période, on a
ajouté de la souplesse dans la gestion de l’ensemble pour ne pas
avoir à la revoir chaque année afin d’y apporter les changements
administratifs requis. C’est la principale différence.
Senator Chaput: As for the allocation of these funds, are the
criteria the same? If I am not mistaken, I believe there were
guidelines concerning the fact that a percentage of these funds
La sénatrice Chaput : Dans le cas de la répartition de ces fonds,
les critères sont-ils les mêmes? Si je ne m’abuse, il me semble qu’il
y avait des lignes directrices concernant le fait qu’un pourcentage
13-5-2015
Finances nationales
31:17
would go, for example, to French productions in Quebec, and
that another percentage would be allocated to French
productions outside Quebec, et cetera. Is that still the case?
de ces fonds irait, par exemple, à des productions francophones
du Québec, et qu’un autre pourcentage serait consacré à des
productions francophones hors Québec, et cetera. Est-ce encore le
cas?
Ms. Brabant: That is still the case, but all policy matters come
under the Canada Media Fund. Telefilm Canada is only the
administrator of the programs. Any decisions related to policies
or to the programs as such come under the Canada Media Fund,
but if memory serves me well, there have been no changes.
Mr. Pion could confirm that.
Mme Brabant : C’est encore le cas, mais toute la question des
politiques relève du Fonds des médias du Canada. Téléfilm
Canada n’est que l’administrateur des programmes. Les décisions
liées aux politiques et aux programmes comme tels relèvent du
Fonds des médias du Canada, mais, de mémoire, il n’y a pas de
changement. M. Pion pourra le confirmer.
Mr. Pion: I can confirm that all of the programs are still in
place.
M. Pion : Je confirme que tous ces programmes sont toujours
en place.
Senator Chaput: Thank you very much.
[English]
La sénatrice Chaput : Merci beaucoup.
[Traduction]
Senator L. Smith: Mr. O’Neill, what type of measurement
systems do you have besides the number of people who come into
the museums; what type of measurement systems will you set up
for your virtual exhibits, your online works and Historica
Canada? It seems like you’re into new areas.
Le sénateur L. Smith : Monsieur O’Neill, mis à part le
décompte du nombre de personnes qui visitent le musée, quel
système de mesure avez-vous mis en place? Comment allez-vous
mesurer le succès de vos expositions virtuelles, de vos projets en
ligne et d’Historica Canada? Vous vous aventurez en terrain
inconnu.
I don’t have the backup information, but there’s no discussion
of revenue. Is there a revenue generation element of what you do?
What is it and how much? We need to understand how you’re not
getting funded but you’re doing something proactively.
Je n’ai pas de contexte, mais on ne parle pas de revenus. Y a-t-il
un aspect de création de revenus dans vos projets? À quoi cela
ressemble-t-il et combien générez-vous? Nous devons comprendre
comment vous faites en l’absence de financement.
Mr. O’Neill: I thought I would let Mr. Loye handle the
revenue generation aspect, if that’s all right.
M. O’Neill : Si vous n’y voyez pas d’inconvénient, je vais
laisser M. Loye traiter de cette question.
Generally speaking, we do have a visitor studies component.
We fund and staff a visitor studies area in our museum. We rely
upon topic testing, some of the evaluations, we talk to visitors on
site and we have adopted churn studies on visitors who don’t
come. We have a good sense of what visitors are interested in and
what they are looking to see.
En général, nous avons un volet d’études des visiteurs. Nous
dotons et finançons une zone d’études des visiteurs dans le musée.
Nous utilisons certaines des évaluations fournies par les visiteurs,
nous leur parlons dans le musée même et nous avons adopté des
études de roulement pour ceux qui ne le visitent pas. Nous avons
une bonne idée de ce qui intéresse les visiteurs et de ce qu’ils
veulent voir.
In terms of measuring outcomes, we have participated in the
past in general polls. Learning outcomes in museums are very
difficult to do to really try and demonstrate the impact. That is
why a lot of museums rely upon the satisfaction rates of visitors
and attendance. I will mention briefly, senator, what is a standard
practice in museums.
Pour ce qui est de la mesure des résultats, nous avons déjà
participé à des sondages généraux. Mesurer ce que les gens ont
appris après une visite au musée est très difficile. Voilà pourquoi
bon nombre de musées se fient au taux de satisfaction des
visiteurs, ainsi qu’à la fréquentation. Permettez-moi de vous
décrire brièvement, sénateur, une pratique normalisée dans les
musées.
Most museologists will use the amount of time that visitors
spend in a museum, the length of their visit, as a proxy for
learning outcome. We know, for example, the average visit to one
of our two museums is four and a half hours, which is considered
to be quite a substantive visit. Then we are able to break down the
people who visit the museum in many different ways based upon
who they are, their levels of education, and we solicit feedback
from them in many different ways.
La plupart des muséologues se basent sur la durée des visites
pour mesurer approximativement les apprentissages. Nous savons
par exemple que la durée moyenne d’une visite à l’un de nos
deux musées est de 4 heures et demie, ce qui est considéré
comme une longue visite. Nous sommes ensuite capables de
ventiler les visiteurs selon leurs caractéristiques, leurs niveaux de
scolarisation, et nous cherchons à obtenir leurs commentaires
de toutes sortes de manières.
If that’s all right, Mr. Chair, I will ask Mr. Loye to handle the
question on revenue generation.
Si vous n’y voyez pas d’inconvénient, monsieur le président, je
demanderais maintenant à M. Loye de répondre à la question au
sujet des revenus.
31:18
National Finance
13-5-2015
Mr. Loye: We do have our own records as well. About
20 per cent of our total budget will come from our own revenues
and primarily comes from gate admission fees charged to visitors.
Then we have what you’d expect to find in most museums. We
have boutiques and food operations, facility rentals where we rent
our spaces out for evening events, parking concessions, as you
would find in most typical museums. We average $14 million to
$15 million a year from those sources.
M. Loye : Nous avons nos propres bilans aussi. Près de
20 p. 100 de notre budget total provient de nos propres ressources
de revenus, en majorité les frais d’admission exigés des visiteurs.
Ensuite, il y a tout ce que l’on trouve habituellement dans la
plupart des musées : des boutiques, des comptoirs de nourriture,
des forfaits de location de salles pour des événements, un
stationnement payant, qui nous rapportent entre 14 et 15
millions de dollars par an.
Senator L. Smith: If I understand correctly, if your total ask is
increased because of the fact that the museum is being completed
in terms of the renovation of the Canadian Museum of History
for $11.5 million, of the $83.3 million, about 20 per cent of that
comes back as revenue; is that what you’re saying?
Le sénateur L. Smith : Si j’ai bien compris, vous demandez
davantage de fonds parce que le Musée canadien de l’histoire est
en cours de rénovation au prix de 11,5 millions de dollars. Des
83,3 millions de dollars du budget total, 20 p. 100 proviennent de
vos propres recettes, n’est-ce pas?
Mr. Loye: On that number it would be slightly less than
20 per cent.
M. Loye : Sur le total que vous venez de mentionner, le
pourcentage serait d’un peu moins de 20 p. 100.
Senator L. Smith: Right; are we talking $14 million to
15 million?
Le sénateur L. Smith : D’accord. Est-ce de l’ordre de
14 à 15 millions de dollars?
Mr. Loye: That’s right.
M. Loye : C’est bien cela.
Senator L. Smith: Do you talk about whether that would be
considered a good accomplishment in terms of results?
Le sénateur L. Smith : Pensez-vous que c’est un bon résultat?
Mr. Loye: There was a study done by Canadian Heritage a
number of years ago which compared revenue generation of all
major museums in the country. The Museum of History was one
of the leaders in the country, with some of the other large
museums such as the AGO or the ROM, in terms of what it’s
generating from its own sources.
M. Loye : Selon une étude menée il y a quelques années par
Patrimoine Canada sur les revenus de tous les grands musées au
pays, le Musée de l’histoire était en tête de la liste aux côtés du
Musée des beaux-arts de l’Ontario et du Musée royal de l’Ontario.
Senator L. Smith: Getting back to Senator Eaton’s question,
Mr. O’Neill, maybe you could help us. A number of provinces
actually use some of the content. Could you explain whether you
actually have a conscious plan of trying to increase that number?
Here we have Canadian history, including the various elements
and packaging that you’re doing to get into the virtual market
and the high-tech market. Is it only six provinces that use some of
the content?
Le sénateur L. Smith : Pour revenir à la question de la sénatrice
Eaton, monsieur O’Neill, j’aimerais avoir des précisions. Un
certain nombre de provinces utilisent déjà en partie votre contenu.
Avez-vous un plan pour faire accroître leur nombre? Il est
question ici de l’histoire canadienne dont vous adaptez la
présentation au marché virtuel et de haute technologie. N’y a-til que six provinces qui utilisent votre contenu?
Senator Eaton: Four provinces in high school: Nova Scotia,
Quebec, Manitoba and Ontario.
La sénatrice Eaton : Quatre provinces le font au niveau du
secondaire, soit la Nouvelle-Écosse, le Québec, le Manitoba et
l’Ontario.
Senator L. Smith: We recognize education is in the domain of
the provinces, but would trying to get some influence into those
areas not be a priority high on the list?
Le sénateur L. Smith : Nous reconnaissons que l’éducation
relève des provinces, mais ne pensez-vous pas qu’il y aurait lieu
d’exercer davantage d’influence dans ce secteur?
Mr. O’Neill: Senator, you’ve mentioned the difficulty of the
constitutional provisions, I suppose, for us as a Crown when it
comes to education, but we do work with a variety of educators
and educational associations at the national level — teachers,
historians across the country, and other professions — and
they’re very much engaged in our museum in helping us do
outreach.
M. O’Neill : Sénateur, vous avez fait allusion aux difficultés
constitutionnelles que l’éducation nous pose en tant que
représentant de la Couronne, mais nous travaillons déjà, à
l’échelle nationale, avec divers éducateurs, associations scolaires,
enseignants, historiens et autres professionnels, qui prennent tous
une grande part au rayonnement du musée.
13-5-2015
Finances nationales
31:19
Specifically, as I mentioned briefly in my earlier comments, two
years ago we created a history museums network of large and
small museums. The idea is to collaborate, share more resources
and work with like-minded museums across the country. I will
give you a brief example, if I may.
Comme je l’ai dit dans mon allocution, nous avons créé il y a
deux ans un réseau national composé de musées de l’histoire de
toutes tailles dans le but de collaborer et de partager nos
ressources. Permettez-moi de vous donner brièvement un exemple
de cette collaboration.
Right after this committee meeting I go on to the opening of an
exhibition at the Royal British Columbia Museum in Victoria,
which we’re partnering on as a national museum, and there are
other examples of this. As a museum, we feel the best contribution
we can make is to work physically with as many like-minded
institutions to loan objects, create public programs and travelling
exhibitions.
Tout de suite après cette réunion, j’assisterai au vernissage
d’une exposition au Royal British Columbia Museum à Victoria,
qui est un de nos partenaires nationaux. Je pourrais vous donner
d’autres exemples. En tant que musée, notre plus grande
contribution est de travailler avec le plus grand nombre de
musées possible pour se prêter mutuellement des objets, créer des
programmes publics et monter des expositions itinérantes.
As I mentioned to Senator Eaton, we have had the transfer of
the Virtual Museum of Canada to our museum and our already
existing online tools. Even without the Virtual Museum of
Canada I believe we get about 55 million visits a year on our
website, and we’ve already digitized a significant portion of our
objects over the past 25 years. We also have the Virtual Museum
of New France, which has been part of our museum corporation
for a good 25 years or so. We’re working with as many tools and
partners as we can within our jurisdiction to reach as many
Canadians as we possibly can.
Comme je l’ai dit à la sénatrice Eaton, le Musée virtuel du
Canada a été transféré à notre musée, s’ajoutant ainsi à nos autres
outils en ligne. Même sans le musée virtuel, il y a environ
55 millions de visites de notre site web par an. Nous avons
numérisé une grande partie de nos objets au cours des 25 dernières
années. Nous avons aussi le Musée virtuel de la Nouvelle-France,
qui fait partie de notre société muséale depuis plus ou moins
25 ans. Nous travaillons avec autant d’outils et de partenaires que
possible, dans les limites de nos compétences, pour rejoindre un
maximum de gens au pays.
I share your concern about history and we’re working out a
way in which we can be a major player right across the country.
Je partage vos inquiétudes au sujet de l’enseignement et de
l’apprentissage de l’histoire et nous cherchons le moyen de devenir
un intervenant national incontournable dans ce domaine.
Senator L. Smith: A sensitive subject, of course, in terms of
various elements of investment by government is with Aboriginal
Affairs. Excuse my ignorance for asking the question, but is there
an important element of Aboriginal history involved at all with
your museum?
Le sénateur L. Smith : S’agissant des investissements divers que
fait le gouvernement, je pense au sujet délicat des rapports avec les
Affaires autochtones. Excusez mon ignorance, mais votre musée
a-t-il un volet important sur l’histoire autochtone?
Mr. O’Neill: Absolutely. What I can mention to you briefly is
in terms of content. We have the Grand Hall in the museum,
which is the large hall that showcases the totem poles, among
other artifacts, and behind it the First Peoples Hall, which is a
massive four-zone gallery. In the new Canadian History Hall,
we’re going to begin the Canadian narrative with First Peoples
from time immemorial. That story is not there now. The actual
experience begins with the arrival of the Europeans in the
11th century.
M. O’Neill : Absolument. Je peux vous parler brièvement du
contenu. Nous avons la Grande galerie, une grande salle qui met
en valeur les mâts totémiques, entre autres objets, et derrière, la
Salle des Premiers Peuples, une immense galerie répartie en quatre
zones. Dans la nouvelle salle sur l’histoire du Canada, nous allons
relater les rapports que vous avons avec les Premiers Peuples
depuis des temps immémoriaux, les premiers contacts remontant
à l’arrivée des Européens au XIe siècle.
I should also mention that the museum is actively involved in
the Treaty Tables right across the country, given the richness of
our collection and the fact that a large percentage of the
museum’s collection, with the nature of archaeology in Canada,
is Aboriginal in nature.
Étant donné la richesse de nos collections archéologiques, et
notamment de l’archéologie autochtone, le musée prend une part
active aux tables de négociation dans l’ensemble du pays.
[Translation]
Senator L. Smith: Hello to the people of Montreal. Go Habs
Go! Are you hockey fans?
Ms. Brabant: Yes. Go Habs Go!
Senator L. Smith: You mentioned your priorities, including
two points in particular.
[Français]
Le sénateur L. Smith : Bonjour aux gens de Montréal. Go Habs
Go! Êtes-vous amateurs de hockey?
Mme Brabant : Oui. Go Habs Go!
Le sénateur L. Smith : Vous avez mentionné vos priorités, dont
deux points en particulier.
31:20
National Finance
[English]
Marketing practices to enlarge the new marketing strategies in
number of viewers.
[Translation]
13-5-2015
[Traduction]
L’un concerne les nouvelles stratégies de mise en marché
adaptées aux attentes des auditoires.
[Français]
The other is the ecosystem. You want to play a role in the
development of production companies. Can you give us some
examples of your philosophy? It is good to put these two points in
your strategy, but what are your activities, if you could briefly
summarize them?
L’autre est l’écosystème. Vous voulez jouer un rôle dans le
développement des compagnies de production. Pouvez-vous nous
donner des exemples de votre philosophie? C’est bien de mettre
ces deux points dans votre stratégie, mais quelles sont vos
activités, dans un bref sommaire?
Ms. Brabant: As far as marketing strategies are concerned, I
will take the example of Corner Gas. Until recently, we would
market Canadian films in the same way, more or less, as we would
present a film like X-Men. There is the theatrical release, and the
platforms are quite distinct. Our studies have shown that,
particularly for independent film — which Telefilm Canada
funds, and independent cinema is not funded by the major
American studios — consumer habits have significantly changed.
People prefer to watch films where and when they please; on their
platform, on their own big screen and in cinemas. They choose to
go and see a film such as X-Men in theatres, but they will choose
to watch another film on their own screen. We wanted to receive
innovative film marketing projects, and Corner Gas is an excellent
example. For those who are not familiar with the series, this was a
television series that was enormously successful in the late 2000s.
The producer finished her film last year, and along with the
broadcaster, the cinema operators decided to maximize the
viewing window over three weeks.
Mme Brabant : En ce qui a trait aux stratégies de marketing, je
vais prendre l’exemple de Corner Gas. Jusqu’à tout récemment, on
faisait le marketing des films canadiens de la même manière, ou à
peu près, qu’on présente un film comme X-Men. Il y a la sortie en
salle, et les plateformes sont vraiment très distinctes. Nos études
ont démontré que, particulièrement pour le cinéma
indépendant — que Téléfilm Canada finance, et le cinéma
indépendant n’est pas financé par les grands studios
américains —, les habitudes des consommateurs ont changé de
manière importante. Ils préfèrent voir les films où et quand ils le
veulent; sur leur plateforme, sur leur grand écran et dans les salles
de cinéma. Ils choisissent d’aller voir un film comme X-Men en
salle, mais ils vont choisir de voir un autre film sur leur écran. On
a voulu recevoir des projets innovateurs en termes de marketing
de films, et Corner Gas en est un excellent exemple. Pour ceux qui
ne connaissent pas la série, il s’agit d’une série télé qui a eu
énormément de succès à la fin des années 2000. La productrice est
arrivée avec son film l’année dernière et, de concert avec le
diffuseur, les exploitants de salles ont décidé de maximiser la
période de visionnement sur trois semaines.
Therefore, at the same time as it came out in theatres, the film
was also available on CTV. Everyone worked together — it was
not easy to change old habits — and the result was that 7 million
Canadians saw the film over a three-week period. We hope that
will happen again. It is pretty amazing. In the end, we fund films
so they will be seen by Canadians. This is part of one of the
innovative practices we hope to see more and more.
Donc, simultanément avec la sortie en salle, le film était aussi
disponible à la chaîne CTV. Tout le monde a travaillé de
concert — il n’a pas été facile de changer les vieilles habitudes —,
et le résultat a été que 7 millions de Canadiens ont vu le film sur
une période de trois semaines. On espère que cela se reproduira.
C’est assez formidable. Dans le fond, on finance des films pour
qu’ils soient vus par les Canadiens. Cela fait partie de l’une des
pratiques novatrices que l’on aimerait voir de plus en plus.
Now, we have to move away from a one-size fits all approach.
We must understand the public for which the film was intended
and adapt the marketing practices in that regard. Another
example I will give you is the film Aurélie Laflamme. We choose
to use social media to attract fans. We want to address a young
audience, because young people often go to the cinema. In a short
period of time — we have many ideas — these are two examples
that I believe illustrate what we want to do well.
Maintenant, il faut s’éloigner des contenus à taille unique. On
doit bien comprendre le public auquel le film est destiné et adapter
les pratiques de marketing à cet égard. Je vous donne pour autre
exemple le film Aurélie Laflamme. On a choisi d’utiliser les médias
sociaux pour solliciter les admirateurs. C’est un public jeune
auquel on veut s’adresser, parce que les jeunes vont beaucoup au
cinéma. Dans un court laps de temps — on a beaucoup d’idées —,
ce sont deux exemples qui, je crois, illustrent bien ce qu’on veut
faire.
Senator L. Smith: Congratulations on your contribution to the
success of Corner Gas, with its audience of 7 million people. From
a marketing perspective, give me one component to demonstrate
Telefilm Canada’s strategy. It is good that everyone is working
Le sénateur L. Smith : Félicitation pour votre contribution au
succès de Corner Gas avec son auditoire de 7 millions de
personnes. Au point de vue marketing, nommez-moi un élément
pour démontrer une stratégie de Téléfilm Canada. Que tout le
13-5-2015
Finances nationales
31:21
together, but what have you done specifically to contribute to the
success of this programming element?
monde travaille ensemble, c’est bon, mais qu’avez-vous fait
spécifiquement pour contribuer au succès de cet élément de
programmation?
Ms. Brabant: In fact, we do not do any direct marketing for the
productions, because they belong to the producers and the
distributors. We called for innovation. Normally, this project
should not have received the support of Telefilm Canada, because
it off the beaten path. We found that it was a well-structured
project, and we gave our consent for a pilot project with the hope
of understanding the new mechanisms and being able to draw
conclusions that could help us adapt other projects in the future.
Mme Brabant : En fait, on ne fait pas de marketing direct pour
les productions, parce qu’elles appartiennent aux producteurs et
aux distributeurs. On a fait appel à l’innovation. Normalement, ce
projet n’aurait pas dû recevoir l’appui de Téléfilm Canada, parce
qu’il sortait des sentiers battus. On a constaté qu’il s’agissait d’un
projet bien structuré, et on a donné notre assentiment à un projetpilote avec l’espoir d’en comprendre les nouveaux mécanismes et
d’en tirer des conclusions que nous pourrons adapter à d’autres
projets dans l’avenir.
Senator L. Smith: On the topic of ‘‘ecosystems,’’ do you
approach production centres? Do you work upstream or
downstream with them? Is it you that decides, after having
identified a few production houses, to approach them, because
they have an interesting record, or do they approach you to ask
for assistance?
Le sénateur L. Smith : Si on parle d’écosystème, sollicitez-vous
des centres de production? Travaillez-vous en aval ou en amont?
Est-ce vous qui décidez, après avoir identifié quelques maisons de
production, de les approcher, parce qu’elles ont un bilan
intéressant, ou sont-ce eux qui vous approchent pour vous
demander un coup de main?
Ms. Brabant: I would say that it is a bit of both. Our success
index is innovation, which we are very proud of.
Mme Brabant : Je vous dirais que c’est un peu des deux. Notre
indice de succès est l’innovation, dont laquelle nous sommes le
plus fiers.
[English]
[Traduction]
What gets measured gets done. It was very important to
implement a better tool for measuring the success of the
production companies as well as the film and the filmmakers.
So we introduced a measure called the Success Index, which
enables us to measure the success of the production company
based not only on the box office but also on their capacity to
attract international sales, international investment, selections at
festivals and events as well as prizes received at certain festivals,
and so on. It is a composed index that helps us to identify the
companies over a certain period of time, five years at least because
it is an industry of research and development where successes are
not easy to predict. We were able to identify the 11 most
successful companies in Canada.
Ce qui est mesuré est fait. Il était très important de mettre en
œuvre un meilleur outil pour mesurer les réussites des entreprises
de production ainsi que les films et les cinéastes. Nous avons donc
introduit une mesure qu’on appelle l’Indice de réussite, qui nous
permet de mesurer le succès des compagnies de production à
partir, non seulement des recettes dans les salles de cinéma, mais
aussi de leur capacité de conclure des ventes à l’étranger, d’attirer
l’investissement international, d’être choisies pour des festivals et
des événements, ainsi que de recevoir des prix à certains festivals,
et ainsi de suite. C’est un indice composite qui nous aide à
identifier les entreprises sur une certaine période de temps, au
moins cinq ans, parce qu’il s’agit d’une industrie de recherche et
de développement dans laquelle il est difficile de prévoir le succès.
Nous avons pu ainsi identifier les 11 compagnies qui ont connu le
plus de succès au Canada.
These companies have been allowed fast-track financing. The
remaining funding, because we also have a mandate to encourage
newcomers and emerging talent, is done more selectively based on
the project and the associated team.
On a offert à ces compagnies un financement accéléré. Le reste
des fonds — nous avons aussi le mandat d’encourager les
nouveaux venus et les talents émergents — est octroyé de manière
plus sélective, en fonction des projets présentés et des équipes.
Senator L. Smith: There are other questions and we could go
on.
Le sénateur L. Smith : Il y aurait bien d’autres questions à
traiter.
The Chair: They were all good questions and good answers.
Le président : Toutes les questions et les réponses étaient
bonnes.
Ms. Brabant: If you are interested in more detail, I would be
very pleased to give the details of the index.
Mme Brabant : Si vous voulez plus de détails, je me ferai un
plaisir de vous en donner sur l’indice.
The Chair: You may find that some other senators have an
interest as well. I have six senators who wish to engage in
questions and answers; and we have 15 minutes left. I will ask
each senator to put his or her questions first and then if
Le président : Sachez que d’autres sénateurs voudraient
intervenir. Il y en a six qui voudraient poser des questions et il
nous reste 15 minutes. Je vais demander à chaque sénateur ou
sénatrice de poser ces questions en premier lieu, et ensuite, si
31:22
National Finance
Mr. O’Neill and Ms. Brabant feel that the answer would take
some time, perhaps you could provide a written response. I want
to make sure that all senators get their questions on the record.
[Translation]
Senator Bellemare: My first question is for Mr. O’Neill. The
Auditor General produced a special examination report in 2013,
and on page 2, it says, and I quote:
The Canadian Museum of Civilizations Corporation —
— which you represent —
13-5-2015
M. O’Neill et Mme Brabant jugent que la réponse prendrait un
certain temps, ils pourraient la fournir ultérieurement par écrit. Je
veux m’assurer que chaque sénateur ait la possibilité de poser ses
questions.
[Français]
La sénatrice Bellemare : Ma première question s’adresse à
M. O’Neill. Le vérificateur général a produit un rapport
d’examen spécial en 2013, et à la page 2, on peut y lire ce qui
suit, et je cite :
La Société...
— du Musée canadien des civilisations, d’où vous êtes issu —
— has put in place a corporate governance framework that
meets the expectations of best practices. However, the
effectiveness of the corporate governance framework is
limited by the board not fulfilling some of its roles and
responsibilities, and by weaknesses relating to the board’s
continuity; the orientation and training offered to trustees;
values, ethics, and conflicts-of-interest practices for board
members; and information the board receives.
... dispose d’un cadre de gouvernance qui satisfait aux attentes
en matière de pratiques exemplaires. L’efficacité de ce cadre
est toutefois limitée parce que le Conseil d’administration
n’exerce pas tous ses rôles et responsabilités. D’autres
faiblesses, qui touchent notamment la continuité au sein du
Conseil d’administration, l’orientation et la formation des
administrateurs, les pratiques en matière de valeurs, d’éthique
et de conflits d’intérêts visant les membres du Conseil
d’administration, et l’information que ces membres
reçoivent, minent aussi l’efficacité du cadre de gouvernance.
Could you comment on this exit and tell us what you have
done since to remediate the situation?
Pourriez-vous commenter ce passage et nous dire ce que vous
avez fait depuis pour remédier à la situation?
The Chair: Senator Bellemare, do you have another question
after that?
Le président : Sénatrice Bellemare, avez-vous une autre
question à poser ensuite?
Senator Bellemare: My question is for Mr. O’Neill.
La sénatrice Bellemare : C’est la question pour M. O’Neill.
The Chair: For Telefilm Canada? I will take all of the questions
at the same time.
Le président : Pour Téléfilm Canada? Je vais prendre toutes les
questions en même temps.
Senator Bellemare: In regard to Telefilm Canada, you provide
assistance for private films. You have a pool of good candidates
and, I believe, you select them based on merit. However, I would
like more clarification on the criteria you use in making your
choice. The film industry benefits from a tax credit. Is this tax
credit enough in comparison with tax relief offered by other
countries?
La sénatrice Bellemare : En ce qui concerne Téléfilm Canada,
vous accordez de l’aide au cinéma indépendant. Vous disposez
d’un bassin de bons candidats que vous choisissez, je crois, selon
leurs mérites. Toutefois, j’aimerais avoir plus de précisions sur les
critères sur lesquels vous vous appuyez pour faire votre choix.
L’industrie du cinéma bénéficie d’un crédit d’impôt. Est-ce que
ce crédit est suffisant par rapport aux aides fiscales qu’offrent
d’autres pays?
[English]
Mr. O’Neill: Very quickly, the board of trustees has worked
very diligently in the past two years to respond to all of those
concerns by the Auditor General. As a very quick example, all of
the terms of references of the committees of the board and the
bylaws of the board have been reviewed and updated. The
corporation continues to work on the other governance issues as
identified by the Auditor General.
[Translation]
Ms. Brabant: We take into account several criteria, including
the record of the people associated with the project, such as the
production house, the director, the screenwriter and the actors.
[Traduction]
M. O’Neill : Pour être bref, depuis deux ans, le conseil
d’administration travaille avec diligence afin de répondre à
toutes les préoccupations du vérificateur général. Pour vous en
donner rapidement un exemple, tous les mandats des comités du
conseil et les règlements d’ordre intérieur du conseil ont été
réexaminés et actualisés. La société continue de travailler sur les
autres questions de gouvernance qu’a mentionnées le vérificateur
général.
[Français]
Mme Brabant : Nous tenons compte de plusieurs critères,
y compris le bilan des personnes associées au projet, par exemple
la maison de production, le réalisateur, le scénariste et les acteurs.
13-5-2015
Finances nationales
31:23
The script is an important aspect, as is the application submitted
to Telefilm Canada, the editing, the proposed marketing strategy
for the project, the film’s budget and the financial partners who
have already bought into the project. As for larger projects, we
require market interest, either on the part of a distributor or a
sales agent in Canada or elsewhere, to guarantee that there is an
interest, within the market, to fund the specific project.
Le scénario est un élément important, de même que la demande
faite à Téléfilm Canada, le montant, la stratégie de marketing
proposée pour le projet, le budget du film et les partenaires
financiers qui ont déjà donné leur aval au projet. En ce qui
concerne les projets de plus grande envergure, nous demandons
d’avoir un intérêt du marché, soit de la part d’un distributeur ou
d’un agent de vente au Canada ou ailleurs, pour nous assurer qu’il
y a un intérêt, au sein du marché, à financer le projet en question.
The Chair: Can you send us a written response regarding the
tax credits?
Le président : Pouvez-vous nous transmettre une réponse écrite
au sujet des crédits fiscaux?
Ms. Brabant: Yes, we can send you a written response. Perfect.
Mme Brabant : Oui, nous pouvons envoyer une réponse écrite.
Parfait.
Senator Maltais: Mr. O’Neill, I have two short questions for
you. As part of the 150th anniversary of Confederation, will the
battle of Quebec — I am not talking about Wolfe and Montcalm,
but the battle of Quebec with Montgomery and Carleton — be
showcased as the war of 1812-13 was? And will the group in
charge of rebuilding the armoury participate in the project?
Le sénateur Maltais : Monsieur O’Neill, j’ai deux courtes
questions à vous poser. Dans le cadre du 150e anniversaire de la
Confédération, la bataille de Québec — je ne parle pas de Wolfe et
de Montcalm, mais de la bataille de Québec avec Montgomery et
Carleton — sera-t-elle mise de l’avant comme on l’a fait pour la
guerre de 1812-1813? De plus, le conseil sur la reconstruction du
manège militaire participe-t-il à ce projet?
As for Ms. Brabant, I would like to know if you look at the
scripts before granting a subsidy. If yes, is the quality of the
French an important factor to you? Thank you.
Quant à Mme Brabant, j’aimerais savoir si vous prenez
connaissance des scénarios avant d’accorder une subvention. Si
oui, le facteur de la qualité de la langue française est-il important
pour vous? Je vous remercie.
[English]
Mr. O’Neill: For the first question, I will get back to you with
the specifics. I will talk to our curators. For the second question,
no, we are not involved in that particular project.
[Translation]
Ms. Brabant: The first answer is yes. We read the scripts for all
proposed films. We respect the director’s specifications for the
proposed project.
[English]
[Traduction]
M. O’Neill : Pour ce qui est de la première question, je vous
communiquerai les détails plus tard. Il faut que je consulte nos
conservateurs. Pour ce qui est de la deuxième, non, nous ne
participons pas à ce projet en particulier.
[Français]
Mme Brabant : La première réponse, c’est oui. Nous lisons
tous les scénarios des films proposés. Nous respectons les
caractéristiques du réalisateur pour le projet qui est présenté.
[Traduction]
Senator Gerstein: Mr. O’Neill, you are the president of two of
Canada’s great gems, the War Museum and the Museum of
History. I must say when any family or friends suggest a visit, it is
always a great highlight. The only complaint I have ever heard is
that they didn’t allocate more time to their visit.
Le sénateur Gerstein : Monsieur O’Neill, vous êtes le président
de deux des grandes merveilles du Canada, le Musée de la guerre
et le Musée de l’histoire. Je dois dire que lorsque la famille ou les
amis proposent d’y aller, c’est toujours une magnifique
expérience. La seule plainte que j’ai entendue, c’était qu’on n’a
pas assez de temps pour la visite.
My question is with regard to something Senator Smith raised,
which is accessibility for Canadians as it relates to your need to
generate revenue. I would be interested to know how you
determine what the entrance fee is that you charge Canadians
when they visit the capital.
Ma question concerne un point soulevé par le sénateur Smith,
c’est-à-dire l’accessibilité par rapport aux recettes dont vous avez
besoin. J’aimerais savoir comment vous établissez le prix d’entrée.
Mr. O’Neill: Mr. Loye can respond to that very quickly. It is
under his auspices.
M. O’Neill : M. Loye peut vous répondre rapidement, puisque
cette question est de son ressort.
Mr. Loye: It is a great question. We also have to juggle
between attendance and revenue generation. We do watch other
museums. Some museums around the world have free admission,
M. Loye : C’est une très bonne question. Nous devons
concilier les deux facteurs que sont la fréquentation du musée et
les recettes dont nous avons besoin. Nous suivons ce que font les
31:24
National Finance
13-5-2015
for example. Most Canadian museums do have an admission fee.
How we set the fee is based on marketing studies and comparisons
of like institutions. It is also based on feedback we get from
visitors. We ask people, ‘‘When you visited the museum, did you
get value for money?’’ We gauge that feedback, and all that comes
into analysis in terms of how we set our prices. It is also driven to
some extent by the marketplace as well. Its a complicated analysis
we go through in terms of pricing.
autres musées. Dans certains musées du monde, l’entrée est libre.
La plupart des musées canadiens ont des frais d’admission. Nous
fixons les frais à partir de données marketing et de comparaisons
avec d’autres institutions de même nature. On se base aussi sur la
rétroaction des visiteurs, auxquels nous demandons s’ils pensent
en avoir eu pour leur argent. Leur réponse et d’autres éléments
d’analyse nous permettent de fixer le prix. On tient aussi compte
du marché dans une certaine mesure. La tarification implique une
analyse complexe.
One thing we always do is make sure that a period of time is set
aside for free admission so that anyone who has an economic
barrier to attending can attend. Right now, it is Thursday
evenings for four hours. It has been that way for a number of
years. If people do feel a barrier from an economic perspective,
there’s always an amount of time set aside to be free.
Nous nous assurons toujours de prévoir des moments où
l’entrée est libre afin que le prix ne constitue pas une barrière.
Depuis plusieurs années, c’est le jeudi soir pendant quatre heures.
In addition, we have a fund-raising program called the School
Access Program where donors support a program that allows us
to subsidize school visits. In many cases, those visits become free.
We target inner-city schools and what are called beacon schools
so that those schools also, because of economic disadvantages,
don’t feel a barrier to visit the museum.
De plus, nous avons un programme de collecte de fonds appelé
le Programme d’accessibilité scolaire dans le cadre duquel les dons
reçus nous permettent de subventionner les visites scolaires. Dans
de nombreux cas, les visites sont gratuites. Nous visons les écoles
en milieu urbain et ce qu’on appelle les écoles phares de quartiers
défavorisés.
Senator Gerstein: I appreciate that answer. I was particularly
interested in the free period you set aside. Thank you for
clarifying that.
Le sénateur Gerstein : J’apprécie cette réponse et je trouve
particulièrement intéressante l’idée d’avoir prévu des périodes
d’entrée libre. Merci de cette précision.
The Chair: Before the War Museum was opened, there was a
major public fund-raising campaign. General Paul Manson, I
know, was instrumental as chair of that committee. Do you
continue that public fund-raising activity?
Le président : Avant l’ouverture du Musée de la guerre, il y a eu
une grande campagne de souscription publique, dans laquelle le
général Paul Manson a joué un rôle déterminant en tant que
président du comité. Est-ce que la campagne se poursuit?
Mr. O’Neill: We do, Mr. Chair. The Passing the Torch
campaign that you referred to was, at that time, the most
successful national capital cultural fund-raising project in
Canada, at some $18 million at that time.
M. O’Neill : Oui, monsieur le président. La campagne dont
vous parlez et qui s’intitule Passez le Flambeau a été à l’époque la
collecte de fonds de la capitale nationale la plus fructueuse de tout
le Canada dans le secteur culturel, ayant amassé quelque
18 millions de dollars.
We do continue. Fund-raising is very difficult right now, as
many members of the committee will know, particularly for noncapital projects, but we do have a fund-raising strategy in place.
We do have a dedicated development branch, and we are working
with our board of trustees and others to try and raise as many
funds as we can from diverse sources.
La collecte se poursuit, mais comme beaucoup d’entre vous le
savez, elle se fait aujourd’hui dans des conditions difficiles,
surtout pour des projets autres que d’immobilisations. En tout
cas, nous avons une stratégie. Un de nos services se consacre
entièrement au développement et nous travaillons en
collaboration avec notre conseil d’administration et d’autres
pour se procurer le plus de fonds possible provenant de sources
diverses.
Senator Wallace: Ms. Brabant, as you point out, Telefilm
Canada has four offices across the country — Halifax, Montreal,
Toronto and Vancouver. I’m wondering if your organization has
a predetermined formula for allocating your financial resources
among the regions of Canada. For example, being from Atlantic
Canada, I’m always interested to know if there’s a fair allocation
of funding being allocated to the Atlantic region. As we have seen,
in particular from Newfoundland and the comedic success of
Newfoundland productions, which I think for the most part have
been done in Halifax, there is great talent. I’m wondering how
your funding is allocated to ensure there is equity across the
regions of the country.
Le sénateur Wallace : Comme vous l’avez dit, madame
Brabant, Téléfilm Canada a quatre bureaux au pays — à
Halifax, Montréal, Toronto et Vancouver. Votre organisme a-til une formule pour répartir les ressources financières entre les
régions. Comme je viens de l’Atlantique, je suis curieux de savoir
si cette région en reçoit une part équitable. Comme le montrent les
productions humoristiques terre-neuviennes, qui ont connu un
grand succès et qui ont été réalisées pour la plupart à Halifax, il
y a beaucoup de talent. Bref, je voulais savoir si vous vous assurez
de répartir équitablement les fonds entre les régions.
13-5-2015
Finances nationales
31:25
Mr. O’Neill, I was interested in Senator Smith’s question
concerning the national network of history museums, which
developed within the last year or so. As of a year ago, eight
provinces, I understand, had signed. Have any additional
provinces signed at this point? Being from New Brunswick and
the home of the oldest museum in the country in Saint John, I’m
interested to know if New Brunswick and, in particular, that
museum are part of the network.
Monsieur O’Neill, j’ai écouté avec intérêt la question du
sénateur Smith concernant le réseau national des musées
d’histoire qui s’est formé au cours de la dernière année. D’après
ce que j’ai compris, il y a un an, huit provinces y participaient.
Y en a-t-il eu d’autres depuis? Je viens du Nouveau-Brunswick,
où se trouve, à Saint John, le plus ancien musée du pays.
J’aimerais donc savoir si le Nouveau-Brunswick, et précisément ce
musée, fait partie du réseau.
Ms. Brabant: I can give you a short answer and provide you
more detail in writing. The short answer is that we allocate our
funds in order to have a diversified portfolio that will reflect the
diversity of Canada. We do finance projects from all regions of
Canada. Particularly in the Atlantic region, last year was a very
successful year. As you know, we had The Grand Seduction, Cast
No Shadow, a short microbudget program that competed for the
screen awards as the best film. We also financed How to be
Deadly, Relative Happiness, Heartbeat, all films coming from the
Atlantic region.
Mme Brabant : Je peux tout de suite vous donner un bref
aperçu et vous fournir ultérieurement plus de détails par écrit. En
bref, nous répartissons les fonds afin d’avoir un portefeuille qui
reflète la diversité du Canada. Nous finançons donc des projets
dans toutes les régions. L’année dernière a été très fructueuse,
surtout dans la région de l’Atlantique. Comme vous le savez, il y a
eu le court métrage à microbudget The Grand Seduction, Cast no
Shadow, qui était en lice pour le prix du meilleur film. Nous avons
aussi financé How to be Deadly, Relative Happiness, Heartbeat,
autant de films en provenance de la région de l’Atlantique.
Yes, we are. I can provide you with more information in
writing.
Je réponds donc oui à votre question et peux vous fournir plus
de renseignements par écrit.
Mr. O’Neill: Senator, I might be wrong, but I believe there are
close to 18 members of the network at present. I’m pleased to tell
you that the New Brunswick museum in Saint John, as you point
out, the continuously oldest operating museum in Canada —
most Canadians don’t know that it predates Confederation — is a
proud member of that network. We do very good work with the
New Brunswick museum. We consciously ensure that we have
museums from across the country.
M. O’Neill : Si je ne me trompe pas, sénateur, le réseau compte
aujourd’hui près de 18 membres et je suis ravi de vous dire que le
musée du Nouveau-Brunswick à Saint John, qui, comme vous
l’avez dit, est le plus vieux musée en exercice du Canada, en est un
fier membre. À propos, la plupart des gens ignorent qu’il date
d’avant la Confédération. Notre collaboration avec lui est
excellente. Enfin, nous nous efforçons d’avoir des musées dans
toutes les régions du pays.
[Translation]
The fact that the institutions can respect both official languages
is a very important factor in the context as well.
[English]
[Français]
Le fait que les institutions soient en mesure de respecter les
deux langues officielles est un facteur très important dans ce
contexte également.
[Traduction]
We reach right across the country. I can literally say, at this
point, from coast to coast. I’m not sure about the other coast just
now.
Nous avons une portée nationale qui s’étend carrément d’un
océan à l’autre, mais peut-être pas jusqu’au troisième.
The network continues to grow. We’re developing an affiliate
program of smaller museums that don’t have the capacity to be
reciprocal in this relationship, so we can involve them as well. We
had the last meeting of the network at the recent Canadian
Museums Association Conference in Banff, Alberta.
Le réseau continue de prendre de l’expansion. Nous sommes en
train d’élaborer un programme affilié pour faire participer les
musées plus petits qui ne sont pas en mesure d’offrir une
réciproque. La dernière réunion du réseau a eu lieu à la
Conférence de l’Association des musées canadiens à Banff, en
Alberta.
[Translation]
[Français]
Senator Rivard: My first question is for Telefilm. The Talent
Fund is a fund made up of Canadian companies, donors and
patrons. Does Telefilm contribute to this fund?
Le sénateur Rivard : Ma première question s’adresse à Téléfilm.
Le Fonds des talents est un fonds qui est composé d’entreprises
canadiennes, de donateurs et de mécènes. Est-ce que Téléfilm
contribue à ce fonds?
Ms. Brabant: It was created with two objectives in mind. The
first is to link Canadians from other business communities to the
film industry, and to engage them in this successful industry
Mme Brabant : Il a été créé avec deux objectifs en tête. Le
premier est de relier les Canadiens des autres milieux des affaires à
l’industrie du cinéma, et de les engager dans cette industrie
31:26
National Finance
13-5-2015
which contributes significantly to Canada’s GDP. That was the
first objective. The second is to collect funds. The fund was
recognized by the CRTC, and the largest portion of the
$14 million dollars collected comes from the agreements signed
when Astral was sold to Chorus and Bell. Telefilm does not
contribute directly to the Talent Fund. The money comes from
private donors.
florissante qui contribue largement au produit intérieur brut du
Canada. C’était le premier objectif. Le deuxième était d’amasser
des fonds. Le fonds a été reconnu par le CRTC, et la plus grande
partie des 14 millions de dollars récoltés provient des ententes
conclues lors de la vente d’Astral à Chorus et à Bell. Téléfilm ne
contribue pas directement au Fonds des talents. L’argent provient
de contributeurs privés.
Senator Rivard: I am thinking, among other things, about
specialty TV Channels, like Évasion, and almost all of the shows
where the credits indicate ‘‘with the participation of the
Government of Canada,’’ and often ‘‘the Government of
Quebec.’’ Does that money come from Telefilm or from another
organization?
Le sénateur Rivard : Je pense, entre autres, à des chaînes
spécialisées de télévision, comme le canal Évasion, à presque
toutes les émissions dont le générique indique la mention « Avec
la participation du gouvernement du Canada », et souvent, « du
gouvernement du Québec ». Est-ce que cet argent provient de
Téléfilm ou d’un autre organisme?
Ms. Brabant: It probably comes from tax credits, and often,
from the Canada Media Fund. When you see something saying
that the program has been produced with a contribution from the
Government of Canada, it is referring to tax credits.
Mme Brabant : Il provient probablement des crédits d’impôt,
et souvent, du Fonds des médias du Canada. Lorsqu’on voit
l’indication selon laquelle une émission a été réalisée avec la
contribution du gouvernement du Canada, on fait référence aux
crédits d’impôt.
Senator Rivard: I have one last question. I asked it of the
people from the NFB last week. You have a board with members
who are spread across Canada, people who have experience in the
film industry. Give me the highlights of the past fiscal year. Which
successful initiatives were taken by the board? You may answer in
writing, unless you have some examples in mind.
Le sénateur Rivard : J’ai une dernière question. Je l’ai posée
aux gens de l’ONF la semaine dernière. Vous avez un conseil
d’administration dont les membres sont répartis à travers le
Canada, des gens qui ont de l’expérience dans l’industrie du
cinéma. Donnez-moi les points saillants du dernier exercice
financier. Quelles sont les initiatives à succès qui ont été prises
par le conseil d’administration? Vous pourrez répondre par écrit,
à moins que vous ayez quelques éléments en tête.
Ms. Brabant: The Telefilm board members must be completely
independent.
Mme Brabant : Les membres du conseil d’administration de
Téléfilm doivent être complètement indépendants.
Senator Rivard: They are appointed by the Governor-inCouncil.
Le sénateur Rivard : Ils sont nommés par le gouverneur en
conseil.
Ms. Brabant: And free of any conflict of interest.
Mme Brabant : Et libres de tout conflit d’intérêts.
Senator Rivard: My question was not on that aspect. I know
that there is no conflict of interest. I know that the members are
appointed by the Governor-in-Council. Generally, they are
chosen for their experience in their respective industries in
Canada. Their first role is to appoint an external auditor, to
review the financial statements and to deal with criticism. Above
and beyond those tasks, the people from the NFP told us, ‘‘More
specifically, our board recommended such and such a thing that
has proven successful.’’ I am asking the same question. Which
accomplishments flow from the guidance provided by the Telefilm
Canada board?
Le sénateur Rivard : Ma question ne portait pas sur cet aspect.
Je sais qu’ils n’ont pas de conflit d’intérêts. Je sais que les
membres sont nommés par le gouverneur en conseil.
Généralement, ils sont choisis en raison de leur expérience dans
les affaires du domaine de l’industrie du Canada qu’ils
connaissent. Leur premier rôle est de nommer le vérificateur
externe, de voir les états financiers et de traiter les critiques. Audelà de ces tâches, les gens de l’ONF nous disent :
« Particulièrement, notre conseil d’administration nous a
suggéré telle ou telle chose qui s’est avérée un succès. » Je pose
la même question. Quelles sont les réalisations qui découlent des
orientations données par le conseil d’administration de Téléfilm
Canada?
Ms. Brabant: We can provide a written answer. The most
significant accomplishment from last year is the Telefilm’s
strategic plan. The board is responsible for developing the
Telefilm strategic plan and for governance. Telefilm has
extremely sound governance, and the board plays a very
important role in that.
Mme Brabant : On pourra vous répondre par écrit. La
première réalisation importante de l’année dernière est le plan
stratégique de Téléfilm. C’est le conseil d’administration qui est
responsable de l’élaboration du plan stratégique de Téléfilm et de
la gouvernance. Téléfilm a une gouvernance extrêmement solide,
et le conseil d’administration y joue un rôle très important.
13-5-2015
Finances nationales
31:27
Senator Rivard: I am very satisfied with your answer,
Ms. Brabant. Thank you.
Le sénateur Rivard : Votre réponse me satisfait beaucoup,
madame. Merci.
The Chair: Mr. O’Neill, does the Auditor General of Canada
have jurisdiction over you? Does he visit you?
Le président : Monsieur O’Neill, le vérificateur général du
Canada a-t-il compétence? Est-ce qu’il vous rend visite?
[English]
[Traduction]
Do they come in and see you on a regular basis as the Auditor
General, and how frequently?
Est-ce que le Bureau du vérificateur général vous rend visite
régulièrement? À quelle fréquence?
Mr. O’Neill: They do, Mr. Chair. The senator referred earlier
to the special exam of a few years ago, which the Auditor General
can undertake, and the Auditor General is our auditor. For our
annual test, the Auditor General works with us.
M. O’Neill : Oui, monsieur le président. Tout à l’heure, le
sénateur a fait allusion à un examen spécial qui a eu lieu il y a
quelques années. Le vérificateur général peut proposer ce genre
d’examen et le vérificateur général est notre vérificateur. Il
collabore avec nous au test annuel.
The Chair: On an annual basis.
Le président : De façon annuelle.
Mr. O’Neill: Correct.
M. O’Neill : Tout à fait.
[Translation]
[Français]
Senator L. Smith: You mentioned the success index and the 11
most successful companies. Could you send us a short overview of
the success index for the 11 companies and a breakdown of the
way that funding was shared among the groups that were the
most successful and the other people or production companies in
Canada? Would it be possible to prepare a one-page overview?
Le sénateur L. Smith : Vous avez mentionné l’index de succès et
les 11 compagnies qui ont obtenu le plus grand succès. Pourriezvous nous envoyer un petit aperçu de l’index de succès des
11 compagnies et de l’équilibre du partage des fonds entre les
groupes qui ont du succès et les autres gens ou compagnies de
production du Canada? Serait-ce possible de préparer un aperçu
d’une page?
Ms. Brabant: We would be pleased to provide you with that
information.
Mme Brabant : C’est avec plaisir que nous vous ferons
parvenir cette information.
[English]
[Traduction]
The Chair: Unfortunately, we have run out of time. There is a
lot of interest in both of our witnesses today.
Le président : Malheureusement, notre temps s’est écoulé. Nos
deux témoins ont suscité beaucoup d’intérêt aujourd’hui.
Colleagues, thank you for your cooperation in getting through
our list. On your behalf, we thank the Canadian Museum of
History, the Canadian War Museum and Telefilm Canada.
Chers collègues, je vous remercie de votre précieuse
collaboration. De la part de tous, nous remercions le Musée
canadien de l’histoire, le Musée canadien de la guerre et Téléfilm
Canada.
We look forward to receiving your written undertakings as
soon as possible so we can get our report in, so we can then
approve the appropriations for each of you for the coming year.
Nous vous remercions d’avance pour l’envoi de vos
engagements écrits dès que possible, afin que nous puissions
soumettre notre rapport, puis approuver vos crédits budgétaires
respectifs pour l’année à venir.
[Translation]
For the next part of our session this morning, we will continue
our consideration of the Main Estimates for 2015-16.
[English]
From Aboriginal Affairs and Northern Development Canada,
we’re very pleased to welcome Paul Thoppil, Chief Financial
Officer; Scott Stevenson, Senior Assistant Deputy Minister,
Regional Operations; and Stephen Van Dine, Assistant Deputy
Minister, Northern Affairs.
[Français]
Pour la prochaine partie de la séance, ce matin, nous allons
poursuivre notre étude du Budget principal des dépenses
de 2015-2016.
[Traduction]
En provenance d’Affaires autochtones et Développement du
Nord Canada, nous avons le plaisir d’accueillir Paul Thoppil,
dirigeant principal des finances; Scott Stevenson, sous-ministre
adjoint principal, Secteur des opérations régionales; ainsi que
Stephen Van Dine, sous-ministre adjoint, Affaires du Nord.
31:28
National Finance
13-5-2015
Mr. Thoppil, we’re glad that you are here. You are the only
group in this second panel, and we look forward to your
presentation.
Monsieur Thoppil, nous sommes heureux de vous revoir. Vous
êtes les seuls témoins pendant la deuxième heure, et c’est avec
plaisir que nous anticipons votre exposé.
Paul Thoppil, Chief Financial Officer, Aboriginal Affairs and
Northern Development Canada: It’s a pleasure to be back before
the committee. My colleagues and I are looking forward to this
time with you to review the department’s 2015-16 Main
Estimates.
Paul Thoppil, dirigeant principal des finances, Affaires
autochtones et Développement du Nord Canada : C’est un plaisir
de me retrouver devant le comité. Mes collègues et moi sommes
heureux de vous présenter le Budget principal des dépenses
de 2015-2016 du ministère.
[Translation]
[Français]
Before I do, I first want to draw the senators’ attention to a
document entitled ‘‘2015-2016 Main Estimates and Financial
Overview,’’ which I have tabled.
Avant de commencer, je voudrais d’abord attirer l’attention
des sénateurs sur le document portant sur le Budget principal des
dépenses et la situation financière en 2015-2016, que j’ai déposé.
The deck provides an overview of the 2015-16 Main Estimates,
as well as expenditure information trends for major program
areas, and ends with a summary of the demographic and
geographic profile of our clients.
Le document offre un aperçu du Budget principal des dépenses
de 2015-2016, ainsi que des renseignements sur les tendances au
sein des grands secteurs de programme, et se conclut par un
sommaire du profil démographique et géographique de nos
clients.
[English]
Turning to slide 2, with respect to financial highlights, as
presented in the Main Estimates, proposed spending under the
minister’s portfolio, in 2015-16, is estimated at $8.3 billion
approximately and includes Aboriginal Affairs and Northern
Development, at $8.257 million; Canadian Polar Commission,
$2.6 million; and Indian Residential Schools Truth and
Reconciliation Commission at $3.7 million.
[Translation]
On slide 3, it should be noted that the 2015-16 Main Estimates
are the first step in the fiscal cycle and do not include additional
approvals or funding stemming from Budget 2015. Funding for
additional approvals will be accessed through future Main
Estimates and supplementary estimates.
[English]
On slide 4, expenditures in the 2015-16 Main Estimates for
Aboriginal Affairs and Northern Development Canada comprise:
one, about $7 billion or 85 per cent of our funding flows through
grants, about 18 per cent, and contributions, 67 per cent; about
$1.1 billion or 14 per cent in operating, of which about
36 per cent or $407 million relates to salaries and benefits for
about 4,500 full-time equivalents. It should be noted that
operating expenditures include statutory and fiduciary
obligations of around $530 million; direct program delivery
costs of $369 million, negotiation costs of $70 million; and
administrative overhead of $164 million.
[Traduction]
En ce qui concerne les données financières mises en relief dans
le Budget principal des dépenses, les dépenses proposées pour le
portefeuille du ministre en 2015-2016 sont estimées à 8,3 milliards
de dollars et incluent Affaires autochtones et Développement
du Nord Canada (8,257 millions de dollars), la Commission
canadienne des affaires polaires (2,6 millions de dollars) et la
Commission de vérité et réconciliation du Canada (3,7 millions de
dollars).
[Français]
À la diapositive 3, il convient de remarquer que le Budget
principal des dépenses de 2015-2016 représente la première étape
du cycle financier et n’inclut pas les approbations ni le
financement supplémentaire provenant du budget de 2015. Le
financement pour les approbations supplémentaires sera présenté
dans le prochain Budget principal des dépenses et dans les budgets
supplémentaires.
[Traduction]
Comme vous le voyez à la diapositive 4, les dépenses d’Affaires
autochtones et Développement du Nord Canada comprises dans
le Budget principal des dépenses de 2015-2016 sont les suivantes :
environ 7 milliards de dollars ou 85 p. 100 de notre financement
consiste en subventions (18 p. 100) et contributions (67 p. 100);
environ 1,1 milliard de dollars ou 14 p. 100 en dépenses de
fonctionnement, parmi lesquelles 36 p. 100 ou 407 millions de
dollars sont liés aux salaires et prestations pour environ
4 500 équivalents temps plein. Il convient de remarquer que les
dépenses de fonctionnement comprennent les obligations
statutaires et fiduciaires (530 millions de dollars); les coûts
directs d’exécution (369 millions de dollars); le coût des
négociations (70 millions de dollars) et les frais généraux
administratifs (164 millions de dollars).
13-5-2015
Finances nationales
31:29
The remaining funding, less than half a per cent, is for loans
for claimants involved in negotiations, $70 million, and for capital
requirements, primarily for the Canadian High Arctic Research
Station, and software system development of around $36 million.
Le reste du financement (moins de 1 p. 100t) est pour les prêts
aux requérants qui sont engagés dans des négociations
(70 millions de dollars) et pour les besoins en capitaux,
principalement pour la Station canadienne de recherche dans
l’Extrême-Arctique et pour le développement de logiciels et de
systèmes (36 millions de dollars).
Slide 5 shows that, of the $8.3 billion departmental spending,
$8.1 billion is captured by four strategic outcomes covering
15 programs, with the remaining funding, $234 million, for
internal services programs, which support all of the strategic
outcomes. It should be noted that the ‘‘people’’ strategic outcome
makes up the largest portion of the funding, $4 billion or
48 per cent, and includes the two largest programs, education and
social development, with funding at $1.8 billion and $1.7 billion
respectively. The ‘‘government’’ strategic outcome accounts for a
further 25 per cent or $2.1 billion, and the ‘‘land and economy’’
strategic outcome accounts for 19 per cent or $1.6 billion. The
remaining funding is allocated to the North for about
$395 million.
Comme le montre la diapositive 5, des 8,3 milliards de dollars
de dépenses ministérielles, 8,1 milliards sont répartis entre quatre
résultats stratégiques (qui englobent 15 programmes). Le reste des
fonds (234 millions de dollars) se rapporte aux programmes de
services internes qui facilitent l’atteinte de tous les résultats
stratégiques. Il convient de noter que le résultat stratégique Les
gens récolte la majeure partie du financement (4 milliards de
dollars ou 48 p. 100). Il rassemble les deux plus grands
programmes du ministère, soit l’éducation et le développement
social, qui reçoivent respectivement 1,8 milliard et 1,7 milliard de
dollars. Par ailleurs, 25 p. 100 des fonds (ou 2,1 milliards de
dollars) sont attribués au résultat stratégique Le gouvernement et
19 p. 100 (ou 1,6 milliard de dollars), au résultat stratégique Les
terres et l’économie. Le reste des fonds est réservé au résultat
stratégique Le Nord (395 millions de dollars).
In slide 6, overall, the 2015-16 Main Estimates reflect a net
increase of approximately $177.8 million, or 2.2 per cent, above
last year’s Main Estimates. Furthermore, most of the major
increases, the only exception being the 2 per cent growth for
ongoing First Nation and Inuit programs, relate to items that
were not included in last year’s Main Estimates but were accessed
through the 2014-15 supplementary estimates.
Comme vous le voyez à la diapositive 6, le Budget principal des
dépenses de 2015-2016 reflète dans l’ensemble une augmentation
nette d’environ 177,8 millions de dollars ou 2,2 p. 100 de plus
que celui de l’an dernier. De plus, la plupart des augmentations
majeures (à la seule exception d’une croissance de 2 p. 100 pour
les programmes actuels des Autochtones et des Inuits) sont liées à
des éléments qui n’étaient pas compris dans le Budget principal
des dépenses de l’an dernier, mais qui étaient accessibles dans le
Budget supplémentaires des dépenses de 2014-2015.
Of note, the 2014-15 Supplementary Estimates (A) included
funding for the First Nations Water and Wastewater Action Plan,
federal contaminated sites, and comprehensive claims and selfgovernment negotiations.
Il convient de remarquer que le Budget supplémentaire (A)
comprenait le financement pour le Plan d’action de
l’approvisionnement en eau potable et le traitement des eaux
usées des Premières Nations, les lieux fédéraux contaminés, les
revendications globales et les négociations concernant
l’autonomie gouvernementale.
Further, the 2014-15 Supplementary Estimates (B) included
funding for the Canadian High Arctic Research Station and
Aboriginal participation in West Coast energy development.
Par ailleurs, le Budget supplémentaire (B) pour 2014-2015
comprenait le financement pour la Station canadienne de
recherche dans l’Extrême-Arctique et pour la participation des
Autochtones dans les projets d’infrastructure énergétique de la
côte Ouest.
Finally, the Supplementary Estimates (C) included funding for
emergency management, the First Nations Infrastructure Fund
and the Nutrition North Canada program.
Finalement, le Budget supplémentaire (C) comprenait le
financement pour la gestion des urgences, le Fonds
d’infrastructure pour les Premières Nations et le programme
Nutrition Nord Canada.
[Translation]
In addition, on slides 7 to 10, we have provided additional
information — including expenditure trends and major budget
investments — for major program areas. These major program
areas — namely education, social development, infrastructure and
capacity, and specific claims — account for about $5.5 billion, or
two-thirds of the overall $8.3 billion in the Main Estimates.
[Français]
Aux diapositives 7 à 10, des renseignements supplémentaires
sont également fournis pour les grands secteurs de programme,
dont les tendances en matière de dépenses et les investissements
budgétaires majeurs. Ces grands secteurs de programme — à
savoir l’éducation, le développement social, l’infrastructure et la
capacité, ainsi que les revendications particulières — représentent
31:30
National Finance
13-5-2015
environ 5,5 milliards de dollars, soit les deux tiers des dépenses
totales de 8,3 milliards de dollars du Budget principal des
dépenses.
[English]
[Traduction]
In this regard, actual expenditures on education have increased
by about 22 per cent over the period 2006-07 to 2013-14, or about
2.9 per cent annually, while actual expenditures on social
development have increased by about 28 per cent, or about
3.6 per cent annually, over the same period. Further, actual
expenditures on infrastructure and capacity have averaged about
$1.2 billion annually over this period, while 125 specific claims,
valued at $2.2 billion, have been settled in this time frame.
À cet égard, les dépenses réelles de l’éducation ont augmenté
d’environ 22 p. 100 au cours de la période allant de 2006-2007 à
2013-2014, soit environ 2,9 p. 100 annuellement, tandis que les
dépenses réelles pour le développement social ont augmenté
d’environ 28 p. 100, soit environ 3,6 p. 100 annuellement au
cours de la même période. De plus, au cours de cette même
période, les dépenses annuelles réelles pour l’infrastructure et la
capacité étaient en moyenne de 1,2 milliard de dollars tandis que
125 revendications particulières évaluées à environ 2,2 milliards
de dollars ont été réglées.
Finally, the last few slides, 11 to 14, provide an overview of
program delivery at the department, as well as outlining the
demographic and geographic realities we face: an Aboriginal
population that is young — almost half of Aboriginal people are
less than 25 years of age — along with small and dispersed First
Nation communities across our country.
Enfin, les dernières diapositives 11 à 14 offrent un aperçu de la
prestation de programmes au ministère, ainsi qu’un aperçu des
réalités démographiques et géographiques actuelles; une
population autochtone jeune (près de la moitié des Autochtones
sont âgés de moins de 25 ans) au sein de collectivités des Premières
Nations petites et éparses.
[Translation]
Mr. Chair, the Main Estimates reinforce our government’s
commitment to improve the quality of life of aboriginal people
and northerners. This funding will strengthen our department’s
ability to improve social well-being and economic prosperity in
aboriginal and northern communities. It will support the efforts
of aboriginal people and northerners as they develop healthier,
more sustainable communities and participate more fully in
Canada’s political, social and economic development.
[English]
[Français]
Monsieur le président, le Budget principal des dépenses
renforce l’engagement pris par notre gouvernement d’améliorer
la qualité de vie des Autochtones et des résidents du Nord. Ce
financement viendra accroître la capacité du ministère d’améliorer
le bien-être et la prospérité économique des collectivités
autochtones et nordiques, en plus de soutenir les efforts des
Autochtones et des résidents du Nord quant à la mise en place de
collectivités saines et durables, de sorte qu’ils puissent participer
plus activement au développement politique, social et économique
du Canada.
[Traduction]
I look forward to discussing any aspects of the Main Estimates
with you, and, together with my colleagues, we welcome your
questions regarding my presentation. Thank you very much.
Il me tarde de discuter avec vous de tous les aspects du Budget
principal des dépenses et mes collègues et moi-même sommes à
votre disposition pour répondre à toute question concernant ma
présentation. Merci beaucoup.
The Chair: Mr. Thoppil, thank you for a detailed presentation.
We appreciate getting the slide deck as well. You have been before
us before, fairly regularly, because of the supplementary
estimates. There were quite a few last year. We’re into the Main
Estimates now for this fiscal year. Should we expect to see you
back again because of significant supplementary estimates, or do
you know at this stage?
Le président : Monsieur Thoppil, je vous remercie pour cette
présentation détaillée. Vos diapositives sont fort appréciées aussi.
Vous avez comparu périodiquement devant ce comité pour nous
faire part du Budget supplémentaire des dépenses. Il y en a eu
beaucoup l’an dernier. Aux fins de l’exercice en cours, nous en
sommes à l’étape du Budget principal des dépenses. Devrionsnous vous revoir en raison d’importants budgets supplémentaires
des dépenses, ou est-ce trop tôt pour le savoir?
Mr. Thoppil: It’s always a pleasure to be back at the
committee.
M. Thoppil : C’est toujours pour moi un plaisir de
comparaître.
The Chair: That’s why you spread it out.
Le président : Voilà pourquoi vous prolongez le plaisir.
Mr. Thoppil: I do expect to be back.
M. Thoppil : Je m’attends en effet à comparaître de nouveau.
The Chair: Thank you. We can expect to see you then.
Le président : Merci. Dans ce cas, nous vous attendrons.
13-5-2015
Finances nationales
31:31
Senator Eaton: It is a nice morning to see the three of you here
again. On slide 11, you say: ‘‘About 80 per cent of resources are
used to fund programs delivered by First Nations community
governments, tribal councils, et cetera. The federal government is
committed to providing services on reserves, comparable to those
typically provided by the provinces. Provincial standards guide
program delivery leading to variability across regions.’’
La sénatrice Eaton : Je suis heureuse de vous accueillir tous les
trois de nouveau. À la diapositive 11, on peut lire : « Environ
80 p. 100 des ressources servent à financer les programmes
administrés par les gouvernements des Premières Nations, les
conseils tribaux, et cetera. Le gouvernement fédéral s’est engagé à
offrir dans les réserves des services comparables à ceux
typiquement offerts par les provinces. Les normes provinciales
orientent l’exécution des programmes, ce qui entraîne des écarts
entre les régions ».
Are you being challenged in any way, or what are Aboriginal
Affairs and Northern Development’s main challenges when you
think of those three things you’ve just said with regard to
accountability, transparency and governance? I’m thinking of
provincial standards guide programs. I’m thinking of housing or
clean water. Are those still challenging for the department, or how
are you dealing with them?
Avez-vous des défis particuliers à relever ou quels sont les défis
principaux pour Affaires autochtones et Développement du Nord
par rapport aux trois éléments que vous venez de mentionner,
soit, la responsabilité, la transparence et la gouvernance? Je pense
aux normes provinciales qui orientent les programmes, aux
normes régissant le logement ou l’eau potable. S’agit-il toujours
de défis pour votre ministère, comment les gérez-vous?
Mr. Thoppil: All very good questions. I’ll start and then ask my
colleague Scott Stevenson to continue. To answer your question
at the very beginning, provincial variation in standards does
provide an added complexity. That being said, we take the view in
principle that residents in a province should be treated the same,
so we need to work together with our provincial counterparts in
ensuring delivery of programs to First Nations.
M. Thoppil : Voilà de très bonnes questions. Je vais
commencer, puis je céderai la parole à mon collègue Scott
Stevenson. Pour répondre à votre première question, les
différences de normes entre les provinces compliquent les
choses. Cela dit, nous partons du principe que les citoyens
d’une province doivent être traités comme ceux des autres
provinces. Nous devons donc travailler avec nos homologues
provinciaux pour assurer la prestation des programmes aux
Premières Nations.
Senator Eaton: Are there some provinces where you have an
easier time going on reserve or getting better reports than others?
La sénatrice Eaton : Est-ce que dans certaines provinces, il est
plus facile pour vous d’aller dans les réserves ou d’obtenir de
meilleurs rapports?
Mr. Thoppil: Every province has a different level of
engagement with First Nations. They are not all the same, as
we know, in terms of their existing capacity and the degree of —
M. Thoppil : Dans chaque province, l’engagement auprès des
Premières nations est différent. Comme nous le savons, il diffère
en fonction des capacités et du niveau de...
Senator Eaton: Accountability.
La sénatrice Eaton : De responsabilité.
Mr. Thoppil: — accountability or ministerial portfolio,
perhaps, and the existing bureaucracy and systems that support
that. That being said, we have found in the past recent years a
tremendous uptake with our provincial counterparts to engage,
understanding the importance of this part of the population in
terms of improving their quality of life and their contribution to
the economic development of the province.
M. Thoppil : ... de responsabilité ou peut-être du portefeuille
ministériel, ainsi que des systèmes administratifs correspondants.
Cela dit, on constate ces dernières années un immense regain
d’engagement de la part de nos homologues provinciaux qui
comprennent mieux l’importance d’améliorer la qualité de vie de
cette population et sa contribution à l’essor économique de la
province.
Senator Eaton: I know this is very difficult, but from our point
of view, from the taxpayer’s point of view, we hear constant
complaints from First Nations: They don’t have clean water, they
don’t have fire engines, their buildings aren’t up to code. It’s very
hard for us when you come here. How is this going to help First
Nations in the long run if we can’t find out which provinces are
really good at accountability and which are not? Which systems
are working and which are not?
La sénatrice Eaton : Je sais que la situation est très difficile,
mais de notre point de vue, du point de vue du contribuable, nous
entendons sans cesse des plaintes de la part des Premières
Nations. Ils n’ont pas d’eau potable, ils n’ont pas de camions de
pompiers, leurs bâtiments ne sont pas conformes aux règlements.
Notre travail est très difficile quand vous comparaissez. Comment
est-ce que cet exercice va aider les Premières Nations à long terme
si on ne peut pas savoir quelles provinces sont fortes par rapport à
la responsabilité et lesquelles le sont moins? Quels systèmes
fonctionnent et quels systèmes ne fonctionnent pas?
I’m sure you can sense our frustration when we see all this
money going out the door, yet it’s like Jell-O on a wall; you can’t
pin it down anywhere. You can’t go on reserves, can you? You
Vous pouvez certainement comprendre notre frustration de
voir tout cet argent s’envoler sans savoir à quoi il sert. Vous ne
pouvez pas aller dans les réserves, n’est-ce pas? Vous ne pouvez
31:32
National Finance
13-5-2015
can’t check housing. Some First Nation communities must be
more cooperative than others. Shouldn’t they be singled out as
examples of something that is working well? All we hear from are
the ones that aren’t working well.
pas vérifier l’état des logements. Certaines collectivités des
Premières Nations doivent être plus coopératives que d’autres.
Ne devrions-nous pas les mettre en valeur comme modèles de ce
qui fonctionne bien? On entend toujours parler des Premières
Nations où les choses vont mal.
Mr. Thoppil: I think that’s a very good comment, senator. You
are totally correct. What you will hear about, primarily through
media, are only those First Nations that are not working well, but
there are a tremendous number of First Nations that have
successes in economic and social development.
M. Thoppil : C’est un très bon commentaire, madame la
sénatrice. Vous avez entièrement raison. Ce qu’on entend,
principalement par l’entremise des médias, ce sont des histoires
sur les Premières Nations qui ne fonctionnent pas très bien même
s’il y en a un très grand nombre de qui ont fait de grandes
avancées sur le plan du développement socioéconomique.
I’d like to ask my colleague Scott Stevenson, who is responsible
for the regions, to elaborate.
Je vais demander à mon collègue Scott Stevenson, responsable
des régions, de vous en dire plus.
Scott Stevenson, Senior Assistant Deputy Minister, Regional
Operations, Aboriginal Affairs and Northern Development Canada:
Mr. Chair and senator, if I may, your question gets into
accountability, transparency and governance, particularly
around areas of water and housing but also infrastructure and
sustainable funding for infrastructure.
Scott Stevenson, sous-ministre adjoint principal, Secteur des
opérations régionales, Affaires autochtones et Développement du
Nord Canada : Monsieur le président, madame la sénatrice, je
pense que votre question a trait à la responsabilité, à la
transparence et à la gouvernance surtout dans les domaines de
l’eau et du logement, mais aussi dans les domaines de
l’infrastructure et de son financement durable.
I think the experience of the department in implementing the
policies of the government touch on a couple of areas. One,
certainty with regard to standards, as you have explained, is
something that in implementing Bill S-8, in relation to clean water
for First Nations, we are now in the stage of regulatory
development. We’re working to take a model that is regionally
based and to take into account provincial standards and
conditions on reserve and to build those regulations —
L’expérience du ministère dans la mise en œuvre des politiques
du gouvernement touche plusieurs domaines. Premièrement, il
faut avoir des certitudes quant aux normes et, comme vous l’avez
expliqué, la mise en œuvre du projet de loi S-8 va nous permettre,
sur le plan de l’alimentation des Premières Nations en eau propre
et saine, d’élaborer un règlement. À cette fin, nous visons un
modèle régional qui tienne compte des normes provinciales et des
conditions dans les réserves...
Senator Eaton: But will you be able to go on reserve? Who will
check that those poor people living on reserve will actually get the
standards that we all have outside the reserve?
La sénatrice Eaton : Mais allez-vous pouvoir aller dans les
réserves? Qui va vérifier que ces pauvres gens qui vivent dans les
réserves vont pouvoir profiter des mêmes normes que celles que
nous avons tous en dehors des réserves?
Mr. Stevenson: Full implementation of that law will require an
enforcement and compliance capability. The specific enforcement
and compliance capability — who will do it and where — will
depend on the jurisdiction. The department is currently working
with the provinces, First Nations and other federal departments
to arrive at which model will work best in each jurisdiction. For
example, the Atlantic region is the most advanced right now in
terms of those discussions, and we have four provinces to work
with. We’re working actively on developing that solution.
M. Stevenson : Pour que cette loi soit entièrement mise en
œuvre, il va falloir pouvoir la faire appliquer et respecter. Le choix
des personnes qui s’en chargeront dépend de la province. Le
ministère travaille à l’heure actuelle avec les provinces, les
Premières Nations et d’autres ministères fédéraux pour établir le
modèle idéal pour chaque province. Par exemple, c’est dans la
région atlantique que les discussions ont le plus progressé, car
elles touchent quatre provinces à la fois. Nous travaillons donc
activement à trouver la solution.
Another jurisdiction that’s more advanced because it’s simpler
is the Yukon. South of 60, in the Atlantic, we’re the most
advanced, and then we’ll learn from that and apply it in the other
jurisdictions.
Le Yukon, où le système est plus simple, a bien progressé lui
aussi. Au sud du 60e parallèle, c’est la région atlantique qui a le
plus avancé. Nous allons donc tirer les leçons de ce modèle et les
appliquer dans les autres régions.
We are actively engaged in discussions on the development of
regulations in the other areas, such as Ontario, where we have the
largest Aboriginal population. We want to be able to get those
regulations in place sooner rather than later, but it is a
painstaking process.
Nous sommes en train d’élaborer la réglementation pour
d’autres régions, comme l’Ontario, où il y a la plus forte
population autochtone. Nous voulons mettre en œuvre ces
règlements au plus vite, mais le processus est long et compliqué.
Senator Eaton: Thank you. I should let me colleagues have
their turn.
La sénatrice Eaton : Merci. Je devrais céder la parole à mes
collègues.
13-5-2015
Finances nationales
31:33
The Chair: Shall I put you down for round two?
Le président : Est-ce que je vous inscris pour le deuxième tour?
Senator Eaton: Yes. Thank you.
La sénatrice Eaton : Oui, merci.
The Chair: Could you clarify: Ontario has the largest
Aboriginal community in Canada?
Le président : Vous dites que l’Ontario a la plus forte
population autochtone du Canada?
Mr. Stevenson: I believe that demographically, the Aboriginal
population in Ontario is larger than any other jurisdiction.
M. Stevenson : Je crois que oui.
The Chair: I would have thought British Columbia was up
there.
Le président : J’aurais cru que c’était la Colombie-Britannique.
Mr. Stevenson: It may be by proportion, as well as Manitoba, I
believe. I don’t want to put myself forward as an expert on
Aboriginal demographics in Canada, but my understanding is
that the population served by this department in Ontario is larger
than any other region.
M. Stevenson : Proportionnellement peut-être, de même que le
Manitoba, si je ne m’abuse. Je ne prétends pas être expert en
démographie autochtone, mais si je comprends bien, le nombre de
personnes servies par ce ministère en Ontario est plus élevé que
dans toute autre région.
The Chair: Could you provide to us a written reply in that
regard? It would be helpful for us to have that information.
Le président : Pouvez-vous nous fournir une réponse écrite à
cet égard? Cette information nous serait utile.
[Translation]
[Français]
Senator Hervieux-Payette: I would like to refer to page 8,
which deals with housing and the program.
La sénatrice Hervieux-Payette : J’aimerais faire référence à la
page 8, qui concerne les habitations et le programme
Near my home in Quebec, there are currently five-room homes
housing 14 people. There is clearly a major shortage, and it is not
simply a question of eligibility.
Au Québec, tout près de chez moi, à l’heure actuelle, il y a des
maisons de cinq pièces qui hébergent déjà 14 personnes. Il y a
certainement une pénurie importante, et il ne s’agit pas
simplement d’une question d’habileté ou d’inhabileté.
Was your section also responsible for the issue of home
ownership for people living on reserve, as to whether or not they
were eligible for ownership? Can they deal with the CMHC? Can
they, like in the rest of Canada, buy their homes, especially since
the interest rates are at 3 per cent? Has this basic issue been
resolved?
Votre secteur a-t-il aussi réglé la question des titres de propriété
des gens qui habitent dans les réserves, à savoir s’ils peuvent être
propriétaires? Peuvent-ils faire affaire avec la SCHL? Peuvent-ils,
comme partout dans le reste du Canada, acheter leur propriété,
surtout depuis que les taux d’intérêt sont à 3 p. 100? La question
de base est-elle réglée?
Mr. Stevenson: As regards the basic issue, yes. I will give you
some data, but the answer may not be as detailed as you would
like it to be, if you are looking for a list of all of the aboriginal
communities where members can be owners. There are some
communities, like Orange, in Saskatchewan, where they have put
in place a system allowing community members to buy their own
homes and be owners, but the system exists in a context where
management for all housing belongs to the community. There are
also cases where members have financed and purchased their own
homes.
M. Stevenson : En ce qui concerne la question de base, oui. Je
vais vous citer des données, mais la réponse n’est peut-être pas
aussi détaillée que vous le souhaitiez, s’il s’agissait de nommer
toutes les communautés autochtones où les membres qui peuvent
être propriétaires. Il y a certaines communautés, comme l’Orange,
en Saskatchewan, qui ont mis en place un régime où les membres
de la communauté peuvent acheter leurs propres maisons et être
propriétaires, mais ce régime existe dans un cadre où la gestion de
toutes les maisons appartient à toute la communauté. Il existe
aussi des cas où des membres ont financé et acheté leur propre
maison.
The implementation of this system varies and depends on the
governance of each community that is prepared to move in that
direction. Policies for property management, such as the CMHC’s
policies, are in place, but these are initiatives that depend on a
partnership. They are possible and we promote them.
La mise en place de ce régime varie et dépend de la
gouvernance de chaque collectivité qui est prête à aller dans
cette direction. Des politiques de gestion immobilière, telles que
celles de la SCHL, sont en place, mais il s’agit d’initiatives qui
dépendent d’un partenariat. Elles sont possibles et nous les
mettons de l’avant.
In other communities, our programs are based on capacity
development and access to finance, in other words departmental
guarantees and direct subsidies under our program.
Dans d’autres communautés, nos programmes sont axés sur le
développement des capacités et l’accès au financement, soit sur
des garanties ministérielles et au moyen de subventions directes
dans notre programme.
31:34
National Finance
13-5-2015
Senator Hervieux-Payette: That does not give me any
indication as to how people will be housed in the months and
years to come.
La sénatrice Hervieux-Payette : Cela ne me donne aucune idée
de la façon dont les gens seront logés dans les mois et les années
qui viennent.
My other question deals with the Nutrition North Canada
program, to which you have added $14.6 million. Is work
underway to ensure that the people who live in Canada’s north,
who enable us to claim sovereignty over the territory where they
live — have access to fresh food at the same price as in any other
large Canadian city? You won’t solve the problem for
85,000 people with $16 million.
Mon autre question porte sur le programme Nutrition Nord
Canada, auquel vous avez ajouté 14,6 millions de dollars. Des
travaux sont-ils en cours pour veiller à ce que les gens qui habitent
le Nord du Canada, qui nous permettent de réclamer la
souveraineté sur l’ensemble du territoire où ils habitent, aient de
la nourriture fraîche au même prix que dans n’importe quelle
grande ville au Canada? Ce n’est pas avec 16 millions qu’on va
régler le problème de 85 000 personnes.
That represents 17.5 per cent of the population, or
85,639 people who live in areas where their food must be flown
in. When can we expect to see these 85,000 people be able to eat
fresh fruit and vegetables and buy their food at prices that are
comparable to prices in each province?
Cela représente 17,5 p 100 de la population, donc
85 639 personnes qui habitent à des endroits où il faut
nécessairement livrer la marchandise par avion. À quel moment
peut-on s’attendre à ce que ces 85 000 personnes puissent manger
des fruits et des légumes frais et acheter leur nourriture à des prix
qui respectent les barèmes de chaque province?
It is completely unacceptable for milk and orange juice, and
most products, to cost two or three times more. That causes
people to turn to foods with no food value. Do you have a
five-year action plan that aims to ensure that these people can eat
like all Canadians?
Il est absolument inacceptable que le lait et le jus d’orange
coûtent deux à trois fois le prix ordinaire, de même que la plupart
des produits, ce qui fait que les gens se tournent vers des aliments
qui n’ont aucune valeur nutritive. Est-ce que vous avez un plan
d’action sur cinq ans qui vise à faire en sorte que ces gens puissent
manger comme tous les Canadiens?
Stephen Van Dine, Assistant Deputy Minister, Northern Affairs,
Aboriginal Affairs and Northern Development Canada: Thank you
for your question. You have raised a very important point. We
began work on the Nutrition North program in 2011, and since
the program has been in place, the cost of food has gone down by
approximately $27 per month for a family of four.
Stephen Van Dine, sous-ministre adjoint, Affaires du Nord,
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada : Je vous
remercie pour votre question. Vous avez soulevé un point très
important. Nous avons commencé ces travaux avec le programme
Nutrition Nord en 2011 et, depuis que le programme est en place,
le coût de la nourriture a diminué d’environ 27 $ par mois pour
une famille de quatre personnes.
Senator Hervieux-Payette: What percentage is that?
La sénatrice Hervieux-Payette : Cela représente quel
pourcentage?
Mr. Van Dine: In terms of percentages, it is an improvement
over the Food Mail program. In terms of comparability with
people who live in Montreal, Ottawa, Halifax and Vancouver,
there will never be price comparability, because of the fact that it
costs a great deal less to deliver food products to large cities than
it does to deliver the same products to remote regions.
M. Van Dine : En termes de pourcentage, c’est une
amélioration comparativement au programme Aliments-poste.
En ce qui concerne la comparabilité entre les gens qui habitent
Montréal, Ottawa, Halifax et Vancouver, il n’y aura jamais de
comparabilité entre les prix, en raison du fait que le coût de
livraison des produits alimentaires dans les grandes villes est
beaucoup moins élevé que le coût de livraison des mêmes produits
dans les régions isolées.
Consequently, we have focused on how suppliers could offer
products effectively so that they are accessible in a situation where
the program does not exist.
En conséquence, nous avons mis l’accent sur la façon dont les
fournisseurs pourraient offrir les produits de façon efficace afin
qu’ils soient accessibles dans une situation où le programme
n’existe pas.
[English]
So you are right. The cost of milk in many small communities
would actually be significantly higher than it is today if the
program did not exist. To be able to provide the program with the
same cost as it would be for other Canadians in other parts of
Canada, it would require a significant reexamination of how we’re
offering the program.
[Traduction]
Vous avez donc raison. Le prix du lait dans beaucoup de
petites collectivités serait bien plus élevé si le programme n’existait
pas. Il faudrait revoir fondamentalement les modalités du
programme pour qu’il puisse être appliqué au même coût que
dans d’autres régions du Canada.
13-5-2015
Finances nationales
[Translation]
31:35
[Français]
Senator Hervieux-Payette: There are two options. Either you
give the people more money so that they can buy the expensive
food, or you pay the transportation costs. I know that Loblaw’s
delivers goods to the Caribbean. So that company is certainly in a
position to deliver to the Territories, except that the cost of
transportation is exorbitant and should be taken care of by the
federal government, which has the fiduciary responsibility.
La sénatrice Hervieux-Payette : Il y a deux façons. Ou on
donne plus d’argent aux gens pour qu’ils achètent de la nourriture
dispendieuse, ou on paie les frais de transport. Je sais que
Loblaws livre de la marchandise dans les Caraïbes. Donc, celle-ci
serait certainement en mesure de livrer dans les territoires, sauf
que le coût de transport est exorbitant, et devrait être pris en
charge par les fiduciaires, c’est-à-dire le gouvernement canadien.
People in the Territories should not have to pay the price,
because they are the people who are being of service to us and to
will eventually enable us to develop the North and to maintain the
territorial integrity of this very wealthy part of the country.
People from Toronto and Montreal are certainly not going to
move there to guarantee Canada’s sovereignty in the Far North.
That will be done by the inhabitants of these regions, and they
should not be punished.
Les gens des territoires ne devraient pas avoir à en payer le
prix, parce que ces gens nous rendent service et vont
éventuellement nous permettre de développer le Nord, et de
garder en place toute cette partie très riche du pays. Ce ne sont
certainement pas les gens de Toronto et de Montréal qui vont y
déménager pour assurer la souveraineté du Canada dans le Grand
Nord. Ce sont les habitants de ces régions, et ils n’ont pas à être
punis.
They can no longer feed themselves in the traditional way, and
at present, they are in the worst situation. There traditional foods
have practically disappeared, and ours is unaffordable. So what
do they eat? Potatoes from New Brunswick that must be
expensive to deliver by plane, and rice? Foods which,
ultimately, are not necessarily good for raising healthy children.
Ils ne peuvent plus se nourrir selon leurs moyens traditionnels
et, en fait, à l’heure actuelle, ils ont la pire situation. Leur
nourriture traditionnelle est pratiquement disparue, et la nôtre
n’est pas achetable. Alors, que vont-ils manger? Des pommes de
terre du Nouveau-Brunswick, qui doivent coûter cher à acheminer
en avion, et du riz? Des choses qui, finalement, ne sont pas
nécessairement bonnes pour la santé des enfants.
The diabetes rate there is the highest in the country. I urge you
to do your homework, to calculate how much it would cost and to
submit an evaluation to the Department of Aboriginal Affairs
and Northern Development. You should simply accept that it is
the Canadian government’s responsibility. I do not know any
Canadians who would disagree with that.
On y trouve le taux de diabète le plus élevé de tout le pays. Je
vous supplie de faire vos devoirs, de calculer ce que ça coûte et de
proposer une évaluation au ministre des Affaires autochtones et
du Développement du Nord. Vous devez simplement accepter que
c’est la responsabilité du gouvernement canadien. Je ne connais
pas de Canadiens qui ne seraient pas d’accord avec cela.
Mr. Van Dine: The issue is very complex. There are a number
of factors that have an impact on the price of food. First of all, the
Government of Canada has transferred to the territorial
governments approximately 45 per cent of the budget
earmarked for programs.
M. Van Dine : La question est vraiment complexe. Il y a de
nombreux facteurs qui influent sur le prix de la nourriture.
D’abord, le gouvernement du Canada a transféré au
gouvernement des territoires environ 45 p. 100 du budget alloué
aux programmes.
[English]
As a government, through Finance Canada, we transferred to
each territorial government, through the Territorial Formula
Financing, about 85 per cent of their operating budget. In the
case of Yukon, it is just under a billion dollars; Northwest
Territories, it is just over a billion dollars; and for Nunavut, it is
close to $1.4 billion.
[Translation]
The governments of the three territories are responsible for
social programming —
[Traduction]
Par l’entremise du ministère des Finances du Canada, nous
avons transféré à chaque gouvernement territorial, selon la
formule de financement des territoires, environ 85 p. 100 du
budget opérationnel. Cela représente juste en deçà d’un milliard
de dollars au Yukon, juste un peu plus d’un milliard pour les
Territoires-du-Nord-Ouest et environ 1,4 milliard pour le
Nunavut.
[Français]
Ce sont les gouvernements des trois territoires qui ont la
responsabilité des programmes sociaux —
31:36
National Finance
[English]
13-5-2015
[Traduction]
— income assistance, education, public health — all those factors
which do touch on individuals’ circumstances.
— l’aide au revenu, l’éducation, la santé publique — tous ces
éléments qui ont un effet sur la vie des gens.
The Nutrition North Canada works in cooperation with many
other programs to increase the access of healthy and perishable
foods to individuals, who might not otherwise have access to it.
Nutrition Nord Canada est coordonné à bien d’autres
programmes pour améliorer l’accès aux aliments sains et
périssables.
In addition to that, the program works with the First Nations
Inuit Health branch and all the jurisdictions that the programs
serves, to ensure that nutrition education programs are offered to
increase the level of understanding and technique with respect to
how to provide nutritious meals at costs that are more affordable.
En outre, les responsables du programme travaillent avec la
direction de la santé des Premières Nations et des Inuits, et toutes
les régions concernées pour offrir des programmes d’information
sur la nutrition qui permettent d’apprendre à préparer des repas
nourrissants à moindre coût.
Without question there are some people in very dire
circumstances living in the North. In the case of Nunavut, the
income support payments per family are about $23,000 per
individual. As you can imagine, the cost of living in Nunavut is
quite a bit higher.
Il ne fait aucun doute que des gens vivent dans des conditions
extrêmement difficiles dans le Nord. Au Nunavut, les paiements
de soutien au revenu par famille s’élèvent à environ 23 000 $ par
personne. Comme vous pouvez l’imaginer, le coût de la vie est
beaucoup plus élevé au Nunavut.
It is performing far better than the previous program in terms
of: maximizing benefit to individuals; more nutritious food
shipped; and lower prices. We have the program information to
compare that to. Again, it is difficult to make the comparison, as
you have mentioned, between the larger centres and living in the
North. Food costs in Canada have been increasing on average by
about 2.5 per cent since the program began, while in the North,
that same average has actually gone down because of the
program.
Ce programme est beaucoup plus utile que le précédent par
rapport aux avantages offerts et à l’expédition d’aliments sains et
à meilleur marché. Les comparaisons le prouvent. Mais je le
répète, et vous l’avez d’ailleurs mentionné, il est difficile de
comparer les grands centres urbains et les régions du Nord. Le
coût de l’alimentation au Canada a augmenté en moyenne de
2,5 p. 100 depuis le début du programme alors que, grâce au
programme, il a baissé dans le Nord.
So demands are high. The need is high. The program is
targeted to nutritious and perishable goods whereas the previous
program wasn’t. The dollars are working harder and actually
producing more, but as you have correctly pointed out, the needs
are quite significant.
Ainsi, les exigences sont élevées, tout comme les besoins
d’ailleurs. Le programme cible les produits nutritifs et périssables,
ce qui n’était pas le cas avec le programme précédent. Les fonds
sont utilisés à meilleur escient et donnent plus de résultats, mais
comme vous l’avez dit, les besoins sont considérables.
[Translation]
Senator Hervieux-Payette: Mr. Thoppil, how many aboriginals
work at the Department of Aboriginal Affairs and Northern
Development? I see that 2 per cent of the departmental budget
goes to operations. So how many Aboriginals work in the
department?
[English]
Mr. Thoppil: We are the leading ministry in terms of
employment of aboriginals in the public service. It hovers
between 28 to 30 per cent of the ministry that is Aboriginal.
Senator Hervieux-Payette: I see.
The Chair: Mr. Van Dine, it perhaps would be helpful for us
who have an imperfect recollection of the old subsidization
program for the North if it were compared to the new program
that came in a couple of years ago: Are you able to briefly tell us
what the focus difference is?
[Français]
La sénatrice Hervieux-Payette : Monsieur Thoppil, combien
d’Autochtones travaillent au ministère des Affaires autochtones et
du Développement du Nord? Je constate que 2 p. 100 du budget
de ce ministère est consacré aux dépenses opérationnelles. Alors,
combien d’Autochtones travaillent au sein du ministère?
[Traduction]
M. Thoppil : Nous sommes le ministère qui emploie le plus
d’Autochtones dans la fonction publique, Autochtones qui
représentent entre 28 p. 100 et 30 p. 100 de l’effectif.
La sénatrice Hervieux-Payette : Je vois.
Le président : Monsieur Van Dine, il serait peut-être utile pour
nous d’avoir un aperçu même imparfait de l’ancien programme de
subventions pour le Nord et que vous le compariez avec le
nouveau programme qui a vu le jour il y a environ deux ans. Êtesvous en mesure de nous dire brièvement en quoi leurs objectifs
diffèrent?
13-5-2015
Finances nationales
31:37
Mr. Van Dine: Briefly, as I know the committee’s time is very
precious: the former Food Mail Program appropriated originally
from Parliament about $28 million annually, but it spent in excess
of $58 million in the last year of the program. That was an
overrun.
M. Van Dine : Brièvement, car je sais que le temps du comité
est très précieux, l’ancien Programme aliment-poste obtenait
initialement du Parlement environ 28 millions de dollars
annuellement mais au cours de sa dernière année d’existence,
son budget s’est élevé à plus de 58 millions de dollars, ce qui
constitue un dépassement de coûts.
Various parliamentary committees looked at the former food
program, and the department undertook a number of studies to
see how that program could be better engineered and structured.
Divers comités parlementaires ont examiné l’ancien
programme alimentaire et le ministère a aussi mené quelques
études pour voir comment améliorer le programme et sa structure.
The dominant changes that were made from the former
program to this program were the following: Canada Post was the
primary delivery agent, and through Canada Post there were
subcontracts to a number of airlines to help move the items from
here to there. We have changed that model to a direct service
relationship between retailers. We’re no longer involved with the
airline companies. Through that change we have allowed the
retailers to determine the most cost-effective way to get goods
from the supplier to northerners.
Les principaux changements apportés à l’ancien programme
portent sur les éléments suivants : Postes Canada était le principal
agent d’exécution du programme. Ce ministère faisait appel à des
compagnies aériennes pour le transport des marchandises. Ce
modèle a été changé de sorte qu’il y ait une relation de service
direct entre les détaillants. Nous ne faisons plus affaire avec les
compagnies aériennes. Grâce à ce changement, nous avons permis
aux détaillants de trouver la façon la plus rentable d’acheminer les
produits du fournisseur vers les habitants du Nord.
We have seen some positive results on that approach.
Cette approche a donné des résultats positifs.
The second component was also transportation-related.
Perhaps members of the committee will recall that Val-d’Or was
a mandatory point of entry into the North. As a result of the way
we engineered the program previously, there was a cost associated
with getting the goods to Val-d’Or, from Val-d’Or onto the planes
and then up North. We have removed the mandatory entry
points, allowing it to be much more efficient and market driven.
L’autre changement concerne aussi la méthode de transport.
Les membres du comité se souviendront peut-être que Val-d’Or
était le point d’entrée obligatoire vers le Nord. Par conséquent, la
façon dont le programme antérieur avait été conçu faisait en sorte
qu’il y avait des coûts associés au transport des biens à Val-d’Or
et ensuite de Val-d’Or jusque dans le Nord, par voie aérienne. En
éliminant les points d’entrée obligatoires, nous avons rendu le
processus beaucoup plus efficient et axé sur le marché.
The third change is that we made it a focus program on healthy
and perishable foods. The previous program included all kinds of
things. As anecdotal evidence, snow machine parts to ornamental
pumpkins were things being shipped by air at the cost of
taxpayers. We have put the emphasis particularly on healthy and
perishable foods.
Le troisième changement que nous avons apporté permet de
mettre l’accent sur les aliments sains et périssables. L’ancien
programme comprenait toutes sortes de produits. Par exemple, il
pouvait viser tant les pièces de motoneige que les citrouilles
ornementales et le tout était expédié en avion aux frais des
contribuables. Nous mettons maintenant l’accent sur les aliments
sains et périssables.
We have added a little bit of money with respect to our First
Nations and Inuit health programming, having people involved in
nutrition education, which didn’t exist before.
Nous avons prévu un modeste financement pour les
programmes de santé des Premières Nations et des Inuits qui
offrent des services d’éducation en matière de nutrition, ce qui
n’existait pas auparavant.
The final large area I will speak to is around transparency and
engagement. With the previous program there wasn’t a lot of
performance data. There wasn’t a lot of information in terms of
what was available that one could see on the Internet or by
publication, so we did a couple of things. The minister formed the
Nutrition North Canada Advisory Board. That advisory board is
composed of northerners who have mandatory meetings up to
three times a year in each of the areas. We try to hit all of the
regions in the North that the program is served by.
Et finalement, le dernier grand changement porte sur la
transparence et l’engagement. L’ancien programme ne nous
permettait pas d’obtenir beaucoup de données sur le rendement.
Peu d’information était accessible sur Internet ou dans des
publications. Nous avons donc fait quelques changements. Le
ministre a mis sur pied le Conseil consultatif de Nutrition Nord
Canada. Ce conseil consultatif est constitué d’habitants du Nord
qui doivent obligatoirement se réunir jusqu’à trois fois par année
dans chacune des régions. Nous essayons de viser toutes les
régions du Nord desservies par le programme.
We have publications in terms of how we are performing, the
performance data on what is being shipped and how much is
being consumed. We are using that information.
Nous publions maintenant des données sur le rendement, c’està-dire des données sur ce qui est expédié et la quantité de produits
consommés. Et nous nous servons de cette information.
31:38
National Finance
13-5-2015
Since the program began — and I will conclude on this
point — it was subject to an internal evaluation by the
department. It was also subjected to an internal audit by the
department, and both those audit documents and the evaluations
were provided to the Auditor General of Canada, who did their
own report that came out last November. In many instances the
Auditor General confirmed many of the changes we were
beginning to undertake were necessary. We are doing that.
Depuis la mise sur pied du programme — et je vais conclure sur
ce point — le ministère a procédé à son évaluation interne. Le
ministère a aussi mené un audit interne du programme et les deux
documents de l’évaluation et de l’audit ont été transmis au
vérificateur général du Canada qui a produit son propre rapport,
lequel a été publié en novembre dernier. Dans bien des cas, le
vérificateur général a confirmé que bon nombre des changements
que nous avions commencé à apporter étaient nécessaires. Voilà
ce que nous faisons.
The biggest recommendation that the Auditor General made,
which we implemented April 1 of this year, is that we have
changed the contribution agreement with each of the retailers to
require them to make it absolutely clear that profit information
and historical profit information needs to be made available to
our audit team to ensure that the subsidy is being passed on.
La recommandation la plus importante faite par le vérificateur
général et que nous avons mise en œuvre le 1er avril de cette année
porte sur les ententes de contribution conclues avec chacun des
détaillants. Dans le cadre de ces ententes, on demande que
l’information sur les bénéfices actuels et passés soit mise à la
disposition de nos équipes d’audit pour s’assurer que les
consommateurs profitent de la subvention.
We were very sensitive to that recommendation, and we acted
immediately to make sure that our contribution agreements with
the retailers were very clear that that requirement be there.
Nous avons été très sensibles à cette recommandation et nous
avons agi immédiatement pour l’intégrer clairement dans les
ententes de contribution conclues avec les détaillants.
The program has not been around for a long time, as you have
pointed out. We have seen some increases in the amount of goods
shipped. We have seen prices come down, and we have seen some
increased accountability tools being applied to this particular
program.
Comme vous l’avez dit, le programme est relativement
nouveau. Depuis sa mise en œuvre, nous avons constaté une
augmentation de la quantité de produits expédiés, une baisse des
prix ainsi que la multiplication des mesures de reddition de
comptes.
The Chair: Thank you for that summary.
[Translation]
Le président : Merci pour ce résumé.
[Français]
Senator Chaput: I have two questions. The first one, about the
Nutrition North Canada initiative, was asked by my colleague
Senator Hervieux-Payette. I fully support her comments. I am a
member of the Standing Senate Committee on Social Affairs,
Science and Technology, where we are studying the issue of
healthy foods and possible causes of obesity in Canada. We have
heard evidence on this initiative, and the comments are not very
flattering. The initiative does not really seem to help people living
in the north to eat a healthy diet. I would like to get a better
understanding — because we are short on time we would like to
receive information in writing — and analyze the difference
between the first initiative and the one we are currently dealing
with as regards criteria, changes made and outcomes.
La sénatrice Chaput : J’ai deux questions à poser. La première
a été posée par ma collègue, la sénatrice Hervieux-Payette, à
propos de l’initiative Nutrition Nord Canada. J’appuie
entièrement les commentaires de ma collègue. Je suis membre
du Comité sénatorial permanent des affaires sociales, des sciences
et de la technologie, où nous étudions la question d’une
alimentation saine et des causes possibles de l’obésité au
Canada. Nous avons entendu des témoignages au sujet de cette
initiative, et les commentaires ne sont pas très flatteurs. Cette
initiative ne semble pas vraiment aider les habitants du Nord à
s’alimenter sainement. J’aimerais comprendre un peu mieux —
faute de temps, on aimerait recevoir l’information par écrit — et
analyser la différence entre la première initiative et celle dont il est
maintenant question en ce qui concerne les critères, les
modifications apportées et les résultats.
After that, I would like you to carry out a very methodical and
scrupulous analysis of the initiative’s impact on people of this
region to make sure that the program truly meets the food needs.
I’m not convinced that this program is working. Do you have any
comments to make?
Par la suite, j’aimerais que vous fassiez une évaluation très
méthodique et scrupuleuse de l’impact de cette initiative sur les
gens de cette région pour vous assurer que ce programme répond
vraiment à leurs besoins en matière d’alimentation. Je ne suis pas
convaincue que ce programme fonctionne. Avez-vous des
commentaires à ajouter?
Mr. Van Dine: Thank you for your question. This gives me the
opportunity to give you a more in-depth answer. A certain
number of indices show that the current program works better
than the former one. However, you and your colleague mentioned
that the demand for healthy food is rather important, especially in
M. Van Dine : Je vous remercie pour votre question. Cela me
donne l’occasion de répondre plus en profondeur. Un certain
nombre d’indices montrent que le programme actuel fonctionne
mieux que l’ancien. Cependant, vous et votre collègue avez
mentionné que la demande en matière de nourriture saine est
13-5-2015
Finances nationales
northern Manitoba, Saskatchewan, Ontario, and Quebec. That is
the reason why it is important to take into account the context in
which this program is offered.
[English]
31:39
assez importante, particulièrement dans les régions situées dans
le Nord du Manitoba, de la Saskatchewan, de l’Ontario et du
Québec. C’est la raison pour laquelle il est important de tenir
compte du contexte dans lequel le programme est offert.
[Traduction]
It is responding to a specific requirement to allow retailers to
offer goods at a better price than they would be able to otherwise
offer.
Cela répond à une exigence bien précise qui vise à permettre
aux détaillants d’offrir des produits meilleur marché.
In terms of the other program suite that is necessary to get at
healthy education, healthy early childhood education components
or other aspects, there are other programs offered by the province
or by the First Nation with which the program operates in
cooperation.
Quant à la série de programmes nécessaires pour une bonne
éducation en matière de santé et d’éducation sur la santé des
jeunes enfants, ce sont les provinces qui les offrent ou bien les
Premières Nations qui en assurent la réalisation en collaboration
avec les autorités responsables.
As to the long-term impact of the program, it is early days. I
believe your question is fair in terms of being able to attempt to
measure its impact. At the end of the day we need to know
whether it is making a measurable positive improvement on
overall health status. We are beginning to collect some of that
information, but we will need a bit more time before we’re able to
determine, in comparison to the former program, the extent of its
impact.
Pour ce qui est des répercussions à long terme du programme,
il est encore trop tôt pour les connaître. Votre question est
légitime, on doit pouvoir en mesurer les répercussions. Après tout,
il faut être en mesure de déterminer si le programme contribue de
façon positive et mesurable à l’amélioration générale de la santé
des gens. Nous commençons à recueillir une partie de ces
renseignements, mais nous aurons besoin de plus de temps pour
pouvoir faire des comparaisons avec l’ancien programme.
Senator Chaput: In your evaluation, will you also be evaluating
the retailers themselves? You are working with them, right?
La sénatrice Chaput : Dans votre évaluation, allez-vous aussi
examiner ce que font les détaillants? Vous travaillez également
avec eux, n’est-ce pas?
Mr. Van Dine: Yes.
[Translation]
You have raised an important point.
[English]
The Nutrition North Canada Advisory Board is interested in
making sure that retailers are not gaining at the expense of the
beneficiaries. We are making sure that we have the accountability
instruments, the checks and balances, in place in terms of
performance audits, other compliance mechanisms to ensure the
retailers are doing what they are supposed to be doing and
bringing a benefit to their customers.
We have just been made aware of a federation.
[Translation]
The Fédération des coopératives d’alimentation du Québec has
implemented a program to make sure that each factor shows the
percentage reached under the Nutrition North initiative.
[English]
So they’ve just started that transparency program. Our
advisory board is going to be offering our minister advice on
whether that clarity should be rolled out across the country where
the program is being served.
M. Van Dine : Oui.
[Français]
Vous avez soulevé un point important.
[Traduction]
Le Conseil consultatif de Nutrition Nord Canada veut
s’assurer que les détaillants ne font pas de profits aux dépens
des clients. Nous nous assurons de mettre en place des outils de
reddition de comptes, des freins et contrepoids ainsi que des
vérifications de gestion et d’autres mécanismes de conformité
pour faire en sorte que les détaillants font ce qu’ils ont à faire pour
offrir des avantages à leurs clients.
On vient tout juste de nous aviser de l’existence d’une
fédération.
[Français]
La Fédération des coopératives d’alimentation du Québec a
mis en œuvre un programme pour s’assurer que chaque facteur
montre le pourcentage atteint au titre de l’initiative Nutrition
Nord.
[Traduction]
Ils viennent donc de mettre sur pied ce programme de
transparence. Notre conseil consultatif va formuler des conseils
au ministre pour déterminer si cette mesure devrait s’appliquer
partout où le programme est déployé.
31:40
National Finance
[Translation]
Senator Chaput: I have another question that I could ask
during second round if we still have the time.
[English]
13-5-2015
[Français]
La sénatrice Chaput : J’ai une autre question que je pourrais
poser au deuxième tour, si nous avons le temps.
[Traduction]
The Chair: I would assume, to conclude that line of
questioning, Mr. Van Dine, that there are a lot of retailers in
the North who are pretty much monopolies. There are very few, if
any, competitive forces that would help keep the prices down. So
you need something else to try to control that, and presumably
that’s what you are trying to do with this program of requiring the
retailers who are involved with receiving subsidies to do some
accounting.
Le président : Pour terminer cette série de questions, je
suppose, monsieur Van Dine, qu’il y a de nombreux détaillants
dans le Nord qui forment essentiellement des monopoles. Il y a
très peu ou pas du tout de forces concurrentielles qui pourraient
contribuer à réduire les prix. Vous avez donc besoin d’un autre
mécanisme pour les contrôler. Je présume que c’est ce que vous
essayez de faire avec ce programme, en exigeant des détaillants
qui reçoivent des subventions de rendre des comptes.
Mr. Van Dine: That’s absolutely correct, Mr. Chair. Thank
you for highlighting that. Yes, there are very few retailers; and of
the larger ones that are operating in the remote settings, they’re
operating in an environment where they have a higher cost
structure. That’s why there are so few retailers operating; the cost
of doing business in the North is incredible when you are taking
into account things like heat, fuel, electricity, labour costs and
other business costs.
M. Van Dine : C’est tout à fait exact, monsieur le président. Je
vous remercie de l’avoir signalé. Oui, les détaillants sont très peu
nombreux et les plus importants qui opèrent dans des régions
éloignées doivent absorber des coûts plus élevés. C’est pourquoi
ils sont si peu nombreux. Les coûts d’exploitation dans le Nord
sont incroyablement élevés lorsqu’on tient compte de divers
éléments comme le chauffage, le carburant, l’électricité, les coûts
de main-d’œuvre et autres.
[Translation]
The North West Company gave a presentation to us that
compares a Giant Tiger in Winnipeg and a store in the north.
[English]
[Français]
La North West Company nous a remis une présentation qui
fait la comparaison entre le Tigre Géant de Winnipeg et un
magasin dans le Nord.
[Traduction]
It compares the cost structure between the two. I think they
would be very happy to talk to members of the Senate around the
cost of doing business.
On y compare les deux structures de coûts. Je pense qu’ils
seraient très heureux de parler aux membres du Sénat des coûts
d’exploitation.
The interest for us in trying to counteract transparency
questions is to make sure that we have as much transparency as
possible about how much subsidy is going out, who is getting it,
how much goods are going out as a result of that, and where those
payments are going to in terms of the type of food and the
random audits we’re doing on each of the retailers. We are
publishing the results of those audits on our website as well for
each of the retailers.
Notre intervention consiste à avoir le plus de transparence
possible sur les subventions qui sont versées, leurs bénéficiaires,
les quantités de produits subventionnés expédiés et la répartition
des paiements en fonction de chacun des audits que nous
effectuons chez les divers détaillants. Nous publions sur notre
site web les résultats des audits effectués pour chacun des
détaillants.
[Translation]
[Français]
Senator Bellemare: First and foremost, I would like to
congratulate you for the slides that you have provided as they
are full of information.
La sénatrice Bellemare : Je voudrais tout d’abord vous féliciter
pour les diapositives que vous nous avez fournies; elles sont très
instructives.
I also have a general comment about slide 5 where we see a
breakdown of the Main Estimates by general fields. I am taken
aback by the numbers that I see and I hope that they will be
temporary because we see that certain elements are paired with
significant expenditures that, we hope, will not extend into the
long term.
J’aurais peut-être un commentaire général à faire, notamment
par rapport à la diapositive 5 où on voit le Budget principal des
dépenses selon les grands thèmes. Je suis un peu surprise par les
chiffres que j’y vois, et j’espère qu’ils sont temporaires, parce
qu’on constate que certains éléments sont assortis de dépenses
importantes qui, on l’espère, ne s’étendront pas à long terme.
I will give you an example and I would like you to comment on
it. If the answer is too long, you could always send us a written
submission on the subject. In the ‘‘Government’’ section, there are
Je vais vous donner un exemple que j’aimerais que vous
commentiez. Si la réponse est trop longue, vous pourriez nous
envoyer un commentaire écrit à ce sujet. Dans la rubrique « Le
13-5-2015
Finances nationales
31:41
two elements, ‘‘Governance and institutions of Government’’ and
‘‘Management and implementation of agreements and treaties.’’
The latter is paired with a $740 million budget. This is a
significant envelope compared to ‘‘Community economic
development’’ and ‘‘Aboriginal entrepreneurship’’ for example,
which are sectors where we would like to see good progress being
made but where hardly $300 million has been allocated.
Gouvernement », il y a deux éléments, « Gouvernance et
institutions gouvernementales » et « Gestion et mise en œuvre
des ententes et des traités ». Ce dernier élément est doté d’un
budget de 740 millions de dollars. Il s’agit d’une enveloppe
importante par rapport, par exemple, aux éléments
« Développement économique des communautés » et
« Entrepreneuriat autochtone », qui sont des secteurs où l’on
voudrait vraiment que les gens se prennent en main, mais
auxquels on a accordé à peine 300 millions de dollars.
In the ‘‘Education’’ section, we are glad to see a $1.8 million
sum. These are small seeds we sow that will produce flourishing
results. However, with regard to the general sectors, there is an
imbalance that, I hope, is merely temporary, especially when it
comes to governance.
À l’élément « Éducation », on constate tout de même un total
de 1,8 million de dollars; ce sont de petites graines que l’on sème
et qui donneront des résultats. Cependant, dans le cas des grands
secteurs, il y a un déséquilibre qui, j’espère, est temporaire en
matière de gouvernance, notamment.
I also have a particular question that I would like you to
answer even though we do not have a lot of time. It concerns the
‘‘Urban Aboriginal Participation’’ section. Is this $53.5 million
sum for aboriginal persons who live off reserves? In slides 12
and 14 I noticed that there are 1.4 million aboriginal people in our
country, 500,000 of whom live on reserve. So, if I understand
rightly, there are approximately 900,000 aboriginal persons who
live in cities. Is this $53 million sum allocated to this significant
population that lives off reserve?
J’ai aussi une question particulière à laquelle j’aimerais que
vous répondiez, même si on n’a pas beaucoup de temps, qui
concerne l’élément « Participation des Autochtones vivant en
milieu urbain ». Est-ce que cette somme de 53,5 millions est
destinée aux Autochtones qui habitent hors réserve? J’ai vu dans
vos diapositives 12 et 14 qu’il y avait 1,4 million d’Autochtones au
pays, dont 500 000 vivent dans les réserves. Donc, si je comprends
bien, il y a environ 900 000 Autochtones qui vivent en milieu
urbain. Est-ce que les 53 millions qui leur sont attribués sont
prévus pour cette grande population hors réserve?
[English]
Mr. Thoppil: Many questions, all are valid.
In terms of the money allocated under the government, some of
that is actually permanent. It is about self-government
agreements, and that is long standing. That’s where we want to
engage with First Nations to act more on their own in terms of
responsibilities, in terms of their functions, in terms of managing
the reserves. What we would like to see is an uptick in terms of
self-government agreements, as long as they’re willing and able, in
order to achieve that. That is the agenda. Putting money into the
governance and institutions line item is, in fact, temporary — in
part, in order to get to the self-government agenda that we’re all
working toward.
That’s the answer. Hopefully I have responded to your first
question.
You are also correct, based on what we’ve provided you: There
are a number of Aboriginals living off reserve, and we do provide
some programs to assist those people. Obviously, the majority of
our money goes toward those communities on reserve.
[Translation]
Senator Bellemare: But did I understand correctly? There are
approximately 900,000 people who live off reserve? There are
1.4 million Aboriginal persons, 500,000 of who live on reserve.
[Traduction]
M. Thoppil : Toutes ces questions sont valables.
Pour ce qui est de l’argent distribué par le gouvernement, une
partie en fait est permanente. Ces versements découlent des
accords sur l’autonomie gouvernementale et ces versements
existent depuis longtemps. C’est pourquoi nous voulons
collaborer avec les Premières Nations afin qu’elles soient plus
autonomes pour assumer leurs responsabilités et gérer les
réserves. Nous voudrions voir une augmentation des accords
d’autonomie gouvernementale dans la mesure où les Premières
Nations le veulent et sont capables d’atteindre les objectifs. Voilà
notre programme. Le financement de la gouvernance et des divers
postes liés aux institutions est temporaire en attendant de mener à
bien les programmes d’autonomie gouvernementale que nous
souhaitons tous.
Voilà, j’espère avoir répondu à votre première question.
Votre commentaire est juste compte tenu de l’information que
nous vous avons fournie. Il y a des Autochtones qui vivent hors
réserve et bénéficient de certains programmes. Mais la majorité du
financement vise manifestement les collectivités des Premières
Nations vivant dans des réserves.
[Français]
La sénatrice Bellemare : Mais est-ce que j’ai bien compris qu’il
y a à peu près 900 000 personnes qui vivent hors réserve? Il y a
1,4 million d’Autochtones, 500 000 habitent dans les réserves, ce
31:42
National Finance
This must therefore mean that the others live off reserve. The
information is on slide 12 and 13. I am trying to understand which
populations will be targeted.
[English]
13-5-2015
qui veut dire que tous les autres habitent hors réserve. C’est aux
diapositives 12 et 13. Je cherche à comprendre quelles sont les
populations visées.
[Traduction]
Mr. Thoppil: That’s correct. In fact, the number is probably
even larger because there are a number of people who don’t selfidentify.
M. Thoppil : C’est exact. En fait, leur nombre est
probablement plus important parce qu’il y a certaines personnes
qui ne s’autodéclarent pas.
Senator Wallace: On page 6 of your deck, you indicate that
there’s a $17-million increase to facilitate Aboriginal participation
in West Coast energy development. Can you tell us what is meant
by ‘‘Aboriginal participation’’? Is it to attend meetings, to hear the
approval processes and formalized hearings, or is there more to it
than that?
Le sénateur Wallace : À la page 6 de votre présentation, vous
parlez d’une augmentation de 17 millions de dollars pour faciliter
la participation des Autochtones au développement de l’énergie
sur la côte Ouest. Pouvez-vous nous dire ce que vous entendez par
« participation des Autochtones »? S’agit-il d’assister à des
réunions, de prendre connaissance des processus d’approbation
et des délibérations officielles ou d’une participation plus
importante?
It again refers to ‘‘West Coast energy developments.’’ What
projects were considered when that amount was budgeted? What
projects and what participation by the Aboriginal community is
anticipated?
Une fois encore, on fait référence aux « Projets énergétiques de
la côte Ouest ». De quels projets était-il question lorsque ce
montant a été prévu au budget? Quels projets et quelle
participation des collectivités autochtones étaient-ils prévus?
Mr. Thoppil: Thank you, senator, for the question. It can be
overwhelming for a community when you have a large company
or companies come in and explain that they want to do something
for which they have no historical or cultural background. It is
hard, therefore, to then go through that duty to consult and get
their approval in order to do that project that’s on their
traditional lands, which is a key component.
M. Thoppil : Merci, sénateur, de votre question. Une
collectivité peut se sentir dépassée lorsqu’une ou plusieurs
grandes entreprises viennent lui expliquer qu’elles veulent mener
à bien des activités à propos desquelles, elles n’ont aucun contexte
historique ou culturel. Par conséquent, il est difficile de s’acquitter
ensuite de ce devoir de consulter et d’obtenir leur approbation
afin de mener à bien le projet en question sur leurs territoires
traditionnels, ce qui est une composante clé.
Therefore, the program aspires to achieve a number of
objectives, which is information; education; availability of
procurement opportunities in order to maximize their ability to
generate economic benefits from the major project; understanding
what is essentially just the governance process associated with
trying to achieve that approval in terms of environmental
assessments; what are their rights under that, and so on.
Par conséquent, le programme vise la réalisation d’un certain
nombre d’objectifs, à savoir, l’information, l’éducation, les
possibilités d’approvisionnement pour optimiser les retombées
économiques du grand projet. Les collectivités doivent
comprendre en quoi consiste essentiellement le processus de
gouvernance quand il s’agit d’approuver les évaluations
environnementales. Et elles doivent comprendre la nature de
leurs droits à ce chapitre, et cetera.
Then, of course, there are other issues, such as environmental
aspects, to make them aware of what may result from the project.
What type of projects are we talking about? You may be familiar
with a number of LNG projects that are being considered in
British Columbia, and those are typically multi-billion dollar
projects. That’s exactly what this program tries to do; namely,
engage Aboriginals to give them an understanding and hopefully
get their support in fostering these LNG projects.
Ensuite, il y a bien entendu d’autres enjeux, comme les
répercussions environnementales dont les collectivités doivent être
informées. De quel type de projets parle-t-on? Il se peut que vous
soyez au courant d’un certain nombre de projets de GNL qui sont
à l’étude en Colombie-Britannique et qui représentent
généralement des projets de plusieurs milliards de dollars. C’est
exactement ce que ce programme tente de réaliser, à savoir, de
solliciter la participation des Autochtones pour leur permettre de
mieux comprendre ces projets de GNL et, on l’espère, obtenir leur
appui.
Senator Wallace: You describe it as funding the participation
in the development. But from what you said, it could also be
funding participation that would oppose the development. It
would enable people to attend hearings and voice their opinions,
which they’re fully entitled to do. It seems to position it in a
Le sénateur Wallace : Vous dites que vous financez leur
participation au développement. Mais à la lumière de ce que
vous venez de dire, il se pourrait que vous financiez une
participation qui irait à l’encontre de ces projets. Cela
permettrait aux gens d’assister à des audiences et de faire part
13-5-2015
Finances nationales
31:43
positive way to encourage development, but am I correct that it
could also fund opposition to projects?
de leurs opinions, ce à quoi ils ont pleinement droit. On semble
présenter les choses de façon positive pour favoriser les projets de
mise en valeur, mais aurais-je raison de dire que cela pourrait
aussi servir à financer des mouvements d’opposition à ces projets.
Mr. Thoppil: The issue is one of education and understanding.
If you don’t understand, you’re most likely going to say ‘‘no’’
right from the get-go.
M. Thoppil : Il est question d’éducation et de compréhension.
Lorsqu’on ne comprend pas quelque chose, il y a plus de chance
que l’on se prononce contre dès le départ.
So the issue is sitting down and understanding what the
implications and opportunities are for the community in terms of
what a project will bring them. But if you don’t bring that
education to them or if they start off with the status quo they’ll
probably say ‘‘no,’’ and I don’t think that is the objective, either.
La question est donc de discuter et de comprendre quelles sont
les implications et les occasions qui découleront de ce projet pour
la collectivité. Mais si vous n’intégrez pas cet élément d’éducation
ou que le projet débute sans que la collectivité n’y soit préparée,
elle va probablement dire « non » et je ne crois pas que cela soit là
l’objectif.
Senator Wallace: It’s just that you described it not as
participation in the process; but as participation in the energy
development. That’s the point I’m getting to. You’re talking
about funding participation in the process.
Le sénateur Wallace : C’est simplement que vous n’avez pas
décrit les choses comme une participation au processus, mais
plutôt comme une participation à la mise en valeur énergétique.
C’est là que je veux en venir. Vous parlez de financer une
participation au processus.
Mr. Thoppil: It’s early and ongoing engagement —
M. Thoppil : Il s’agit plutôt d’une mobilisation précoce et
continue...
Senator Wallace: It might not actually be the development.
Le sénateur Wallace : Cela n’est donc pas forcément le projet
lui-même.
Mr. Thoppil: It’s about dealing with mitigating concerns on
environmental action, creating jobs and growth in the
communities, and fish habitat restoration that may be impacted.
It’s all part of that process of seeking their approval.
M. Thoppil : Il s’agit de limiter les préoccupations du point de
vue de l’environnement, de la création d’emplois et de croissance
dans les collectivités, et du rétablissement de l’habitat des poissons
qui pourrait en résulter. Tout cela s’inscrit dans le cadre du
processus consistant à obtenir leur approbation.
[Translation]
[Français]
Senator Chaput: Mr. Chair, if we do not have the time, perhaps
the information could be submitted to us in writing.
La sénatrice Chaput : Monsieur le président, si nous n’avons
pas le temps, peut-être que l’information pourrait nous être
envoyée par écrit.
On page 6, it is said that there will be a progressive elimination
of targeted funding to improve education in the first nations. This
is a $133.4 million decrease. How long has this initiative existed?
When did it begin? How much money has been spent on a yearly
basis up to now? What have the results been? What improvements
have been made to first nations education? Do you have tangible
examples? Why is it being eliminated and will it be replaced by
something else?
À la page 6, on parle de l’élimination progressive du
financement ciblé pour améliorer l’éducation des Premières
Nations. Il s’agit d’une diminution de 133,4 millions de dollars.
Depuis quand cette initiative existe-t-elle? Quand a-t-elle
commencé? Combien d’argent a été dépensé annuellement
jusqu’à présent? Quels en ont été les résultats? Quelles
améliorations a-t-on apportées à l’éducation des Premières
Nations, en avez-vous des exemples concrets? Pourquoi
l’élimine-t-on et sera-t-elle remplacée par autre chose?
The Chair: This is a question with —
Le président : C’est une question avec...
Senator Chaput: These are sub-questions.
La sénatrice Chaput : Des sous-questions.
The Chair: Could you give us a brief answer now?
Mr. Thoppil: Perhaps I could give you a quick answer.
Le président : Pouvez-vous nous donner une courte réponse
maintenant?
M. Thoppil : Peut-être que je peux répondre rapidement.
31:44
National Finance
[English]
13-5-2015
[Traduction]
The economic action plan was a sunsetted program, and like a
lot of those programs, they can’t continue. In fact, it has
continued; Canada’s Economic Action Plan 2015 had announced
$200 million in terms of the renewal of Strong Schools, Successful
Students Initiative and the Education Partnerships Program. As
well, $500 million is being advanced toward school infrastructure.
Comme bien des programmes, le plan d’action économique
devait prendre fin. Or, il a été maintenu. Le Plan d’action
économique du Canada 2015 a permis l’annonce de 200 millions
de dollars pour le renouvellement de l’Initiative pour des écoles
efficaces favorisant la réussite des élèves et le Programme des
partenariats en éducation. En outre, 500 millions de dollars sont
affectés aux infrastructures scolaires.
Those items have not yet shown up in the mains, and you will
see them, potentially, in future supplementary estimates.
Ces postes budgétaires n’apparaissent pas encore dans le
budget principal, mais vous les verrez probablement dans les
prochains budgets supplémentaires des dépenses.
[Translation]
Senator Chaput: But what did this one accomplish? I
understand that work is still underway, but what has been done
in real terms to improve first nations education thanks to money
that has been spent up to now?
[English]
What was done?
[Français]
La sénatrice Chaput : Mais, celle-ci, qu’est-ce qu’elle a
accompli? Je comprends que le travail se poursuit, mais qu’estce qui a été fait, en termes de résultats concrets, pour améliorer
l’éducation des Premières Nations grâce à l’argent dépensé
jusqu’à maintenant?
[Traduction]
Qu’a-t-on fait?
The Chair: There must have been a briefing note prepared
saying, ‘‘We should continue this; this is what we achieved and we
should continue.’’
Le président : On a fort probablement rédigé une note
d’information disant : « Nous devrions continuer telle ou telle
chose; voilà ce que nous avons fait et nous devrions continuer ».
Mr. Thoppil: We would be pleased to provide that response to
you.
M. Thoppil : Nous serions ravis de vous fournir cette réponse.
The Chair: As soon as you can would be helpful, because we
are anticipating doing a report on this to support our position in
relation to appropriations.
Le président : Ce serait utile de la recevoir le plus tôt possible,
car nous prévoyons rédiger un rapport à ce sujet pour appuyer
notre position en ce qui a trait aux crédits.
On behalf of the Standing Senate Committee on National
Finance, we would like to thank each of you for being here, for
responding clearly to our questions and accepting the
undertakings you have given. We’ve been hearing from
Aboriginal Affairs and Northern Development Canada, and we
look forward to receiving your other answers.
Au nom du Comité sénatorial permanent des finances
nationales, nous tenons à remercier chacun et chacune d’entre
vous de votre présence, d’avoir répondu clairement à nos
questions et d’avoir accepté les tâches que nous vous avons
confiées. Nous avons entendu les représentants des Affaires
autochtones et du Développement du Nord Canada et avons bien
hâte de recevoir leurs autres réponses.
(The committee adjourned.)
(La séance est levée.)
OTTAWA, Wednesday, May 13, 2015
OTTAWA, le mercredi 13 mai 2015
The Standing Senate Committee on National Finance met this
day at 6:45 p.m., to continue its study of the expenditures set out
in the Main Estimates for the fiscal year ending March 31, 2016.
Le Comité sénatorial permanent des finances nationales se
réunit aujourd’hui, à 18 h 45, pour poursuivre son étude des
dépenses prévues dans le Budget principal des dépenses pour
l’exercice se terminant le 31 mars 2016.
Senator Joseph A. Day (Chair) in the chair.
The Chair: Honourable senators, this evening, we are
continuing our study of the 2015-16 Main Estimates.
Le sénateur Joseph A. Day (président) occupe le fauteuil.
Le président : Honorables sénatrices et sénateurs, ce soir, nous
allons continuer notre étude du Budget principal des dépenses
de 2015-2016.
13-5-2015
Finances nationales
[English]
31:45
[Traduction]
This evening we are very pleased to welcome officials from
three different organizations. We will have the one panel for our
designated two-hour period. That doesn’t mean that you can ask
longer questions; it just means we hope to finish within the
two-hour time frame.
Ce soir, nous avons l’immense plaisir de recevoir des
fonctionnaires de trois organismes. Nous entendrons ce groupe
de témoins au cours de notre période allouée de deux heures. Cela
ne signifie pas que vous pouvez poser des questions plus longues,
mais simplement que nous espérons pouvoir terminer dans ce laps
de temps.
From Public Works and Government Services Canada we
welcome Alex Lakroni, Chief Financial Officer, Finance and
Administration Branch; Pierre-Marc Mongeau, Assistant Deputy
Minister, Real Property Branch; and Lisa Campbell, Assistant
Deputy Minister, Acquisitions Branch.
Nous souhaitons la bienvenue à Alex Lakroni, dirigeant
principal des finances, Direction générale des finances et de
l’administration; Pierre-Marc Mongeau, sous-ministre adjoint,
Direction générale des biens immobiliers; et Lisa Campbell, sousministre adjointe, Direction générale des approvisionnements, de
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada.
From the Administrative Tribunals Support Service of
Canada — you will recall that we helped create that in voting
for it on one of the budget implementation bills a while back —
we have Marie-France Pelletier, Chief Administrator; and Luc
Robitaille, Acting Director General and Chief Financial Officer,
Corporate Services.
Nous recevons également Marie-France Pelletier,
administrateur en chef; et Luc Robitaille, directeur général par
intérim et dirigeant principal des finances, Services de gestion, du
Service canadien d’appui aux tribunaux administratifs. Vous vous
souviendrez que nous avons contribué à sa création en votant en
faveur de cet organisme dans un des projets de loi d’exécution du
budget, il y a quelque temps.
From Agriculture and Agri-Food Canada, we welcome Greg
Meredith, Assistant Deputy Minister, Strategic Policy Branch;
Pierre Corriveau, Assistant Deputy Minister, Corporate
Management; and Kristina Namiesniowski, Assistant Deputy
Minister, Programs Branch.
Nous entendrons aussi Greg Meredith, sous-ministre adjoint,
Direction générale des politiques stratégiques; Pierre Corriveau,
sous-ministre adjoint, Gestion intégrée; ainsi que Kristina
Namiesniowski, sous-ministre adjointe, Direction générale des
programmes, d’Agriculture et Agroalimentaire Canada.
We also have a number of officials in the audience who are
available to come forward and who will be introduced in the event
that a question is asked, if you would prefer to have one of your
support staff come forward. That’s fine.
De plus, il y a dans l’assistance un certain nombre de
fonctionnaires qui peuvent intervenir et que nous présenterons
si quelqu’un pose une question à laquelle vous préféreriez qu’ils
répondent.
I understand each of the organizations has brief opening
comments, and perhaps we can go in the order in which I have
introduced the witnesses.
Je crois comprendre que chaque organisme a un bref exposé à
faire. Peut-être pouvons-nous suivre l’ordre de présentation des
témoins.
Alex Lakroni, Chief Financial Officer, Finance and
Administration Branch, Public Works and Government Services
Canada: Thank you, Mr. Chair, members of the committee.
Joining me today is Lisa Campbell, Assistant Deputy Minister,
Acquisitions Branch; and Pierre-Marc Mongeau, Assistant
Deputy Minister, Real Property Branch.
Alex Lakroni, dirigeant principal des finances, Direction
générale des finances et de l’administration, Travaux publics et
Services gouvernementaux Canada : Merci, monsieur le président
et honorables membres du comité. Je suis accompagné
aujourd’hui de Lisa Campbell, sous-ministre adjointe, Direction
générale des approvisionnements, et de Pierre-Marc Mongeau,
sous-ministre adjoint, Direction générale des biens immobiliers.
I appeared in February to discuss PWGSC’s Supplementary
Estimates (C) for 2014-15. Today, I’m discussed pleased to discuss
the 2015-16 Main Estimates.
En février, j’ai comparu devant le comité pour traiter du
Budget supplémentaire des dépenses (C) de TPSGC pour
2014-2015. Aujourd’hui, je suis heureux de vous présenter le
Budget principal des dépenses de 2015-2016.
[Translation]
With our broad mandate, PWGSC supports federal
departments and agencies in the achievement of their mandated
objectives as their central purchasing agent, real property
manager, linguistic authority, treasurer, accountant, and pay
and pension administrator. Our goal is to manage our business in
[Français]
En vertu de son mandat, TPSGC aide les ministères et
organismes fédéraux à atteindre les objectifs qui leur sont
confiés en agissant comme acheteur central, gestionnaire des
biens immobiliers, spécialiste des questions linguistiques,
trésorier, comptable et administrateur de la paie et des pensions.
31:46
National Finance
13-5-2015
a way that demonstrates integrity, accountability, transparency
and adds value to our client departments and Canadians.
Notre but consiste à gérer nos activités d’une manière qui favorise
l’intégrité, la responsabilisation et la transparence et qui offre une
valeur ajoutée à nos ministères clients et à la population
canadienne.
Sound financial management is a cornerstone of PWGSC. The
department is committed to delivering high-quality central
programs and services that ensure sound stewardship while
keeping in mind the importance of prudent financial
management. This is demonstrated by an outstanding
management accountability framework assessment by central
agencies regarding budget and investment management, financial
controls and payments being made on time.
La saine gestion financière est un principe fondamental à
TPSGC. Le ministre s’engage à fournir des programmes et des
services centraux de grande qualité afin d’assurer une saine
intendance tout en gardant à l’esprit l’importance d’une gestion
financière prudente. Cet engagement est démontré par une
évaluation exceptionnelle du cadre de responsabilisation de
gestion réalisée par les organismes centraux sur les plans de la
gestion du budget et des investissements, des contrôles financiers
et du respect des délais établis pour les paiements.
[English]
[Traduction]
For the 2015-16 Main Estimates, PWGSC’s net spending is
anticipated to increase by $30.6 million from 2014-15 levels to
$2.9 billion.
Pour ce qui est du Budget principal des dépenses de 2015-2016,
les dépenses nettes de TPSGC devraient augmenter de
30,6 millions de dollars par rapport aux niveaux de 2014-2015,
pour s’établir à 2,9 milliards de dollars.
This increase is primarily related to the transfer of former
Enterprise Cape Breton Corporation activities to PWGSC, an
increase of $34.2 million, as per the 2014 budget implementation
act. With this new mandate, PWGSC will be responsible for
delivering and managing a benefits program for former miners,
the long-term maintenance and monitoring plans for
environmentally impacted lands, and the management of a
diverse real estate portfolio encompassing over 800 properties.
Cette augmentation est principalement attribuable au transfert
des activités de l’ancienne Société d’expansion du Cap-Breton au
ministère — une hausse de 34,2 millions de dollars —
conformément à la Loi d’exécution du budget de 2014. En vertu
de ce nouveau mandat, TPSGC sera responsable de l’exécution et
de la gestion d’un programme d’avantages sociaux destiné aux
anciens mineurs, de l’entretien à long terme des terrains
contaminés, de la surveillance des plans relatifs à ces terrains, et
de la gestion d’un portefeuille immobilier diversifié comptant plus
de 800 biens.
Another variance to note is an increase of $57.5 million to
cover the planned program of work to be undertaken for the
rehabilitation of the Parliament buildings, including the Senate
interim accommodation, West Block and its adjacent visitor
welcome centre. PWGSC continues to develop and implement the
long-term vision and plan on time, on scope and on budget. This
important program will preserve our historic and symbolic
Parliament buildings.
Cette augmentation est également attribuable à une hausse de
57,5 millions de dollars pour couvrir le programme prévu de
travaux qui seront exécutés dans le cadre de la rénovation des
édifices du Parlement, y compris les locaux provisoires du Sénat,
l’édifice de l’Ouest et le Centre d’accueil des visiteurs adjacents à
celui-ci. TPSGC continue d’élaborer et de mettre en œuvre ses
projets liés à la vision et au plan à long terme, et ce, dans le respect
des délais, de la portée et du budget. Cet important programme
permettra de préserver les édifices historiques et symboliques du
Parlement.
This increase is counterbalanced by the following decreases:
first, a decrease of $28.8 million due to the savings generated from
the measures identified in the 2012 budget.
Cette augmentation est d’abord contrebalancée par une baisse
de 28,8 millions de dollars attribuable aux économies réalisées
grâce aux mesures indiquées dans le budget de 2012.
As additional information regarding efficiencies, I would offer
the following: The department remains on track to achieve its
savings, representing a cumulative impact of $222 million by
2015-16. Furthermore, PWGSC is committed to delivering
$178 million in annual savings starting in 2018-19. These
savings will be generated by offering best-value services through
key initiatives, such as modern government accommodation
solutions and standards.
En ce qui concerne les économies, sachez en outre que le
ministère demeure en bonne voie d’atteindre son objectif à ce
chapitre, c’est-à-dire des économies cumulatives de 222 millions
de dollars d’ici 2015-2016. De plus, il s’est engagé à réaliser des
économies annuelles de 178 millions de dollars à compter de 20182019. Ces économies seront réalisées en offrant des services
présentant le meilleur rapport qualité-prix dans le cadre
d’initiatives clés, comme les solutions et les normes modernes
pour la gestion des locaux gouvernementaux.
13-5-2015
Finances nationales
31:47
The second decrease is $18.2 million and is related to the
completion of project stages as part of Phase II of the engineering
assets portfolio. Phase II focuses on the repair and rehabilitation
of major federal assets, such as bridges and crossings. PWGSC is
the custodian of 19 engineering assets that constitute critical
public infrastructure and that provide key benefits to
communities and regions across Canada.
En outre, une diminution de 18,2 millions de dollars est
attribuable à l’achèvement des étapes de projet dans le cadre de la
phase Il du portefeuille des ouvrages techniques. La phase Il est
axée sur la réparation et la remise en état de grands ouvrages
fédéraux, comme les ponts et les passages. TPSGC est le gardien
de 19 ouvrages techniques qui constituent l’infrastructure
publique clé offrant d’importants avantages aux collectivités et
aux régions à l’échelle du pays.
Over the last two years, PWGSC has delivered several capital
projects and further expanded its understanding of this unique
portfolio through a comprehensive and vigorous inspection
regime and numerous portfolio studies. The decrease in funding
reflects the wind-down of these projects.
Au cours des deux dernières années, TPSGC a réalisé plusieurs
projets d’immobilisations et a approfondi sa compréhension de ce
portefeuille unique par l’entremise d’un régime d’inspection
complet et vigoureux et de nombreuses études de portefeuille.
La diminution du financement reflète l’aboutissement de ces
projets.
Last is a decrease of $10.3 million due to the completion of
planned activities for the pay modernization project. This project
will replace the Government of Canada’s 40-year-old
administration system with a modern, commercial, off-the-shelf
solution. Once fully implemented, this modern system will save
taxpayers $78 million a year and will have created 550 stable jobs
in Miramichi.
Enfin, une diminution de 10,3 millions de dollars est
attribuable à la réalisation des activités prévues dans le cadre du
Projet de modernisation des services et des systèmes de paye. Ce
projet permettra au gouvernement du Canada de remplacer son
système d’administration de la paye, vieux de 40 ans, par une
solution commerciale moderne. Une fois sa mise en œuvre
achevée, ce système moderne permettra aux contribuables de
réaliser des économies de 78 millions de dollars par année et aura
créé 550 emplois stables à Miramichi.
Keeping with our stewardship responsibilities, we seek wholeof-government solutions that are efficient and cost-effective while
striving to deliver high-quality service to Canadians. There are
many ways that PWGSC achieves this. For example, through a
fair and open contract process, the Build in Canada Innovation
Program matches innovations with the needs of federal
departments. It helps small- and medium-sized enterprises
throughout the country transfer new products and services from
the lab to the marketplace.
Conformément à notre responsabilité de gérance, nous
recherchons des solutions pangouvernementales qui sont
efficaces et rentables, tout en nous efforçant d’offrir des services
de grande qualité à la population canadienne. Pour ce faire, le
ministère dispose de nombreux moyens. Par exemple, grâce à un
processus de gestion des contrats ouvert et équitable, le
Programme d’innovation Construire au Canada établit un
jumelage entre les innovations et les besoins des ministères
fédéraux. II aide les petites et moyennes entreprises des quatre
coins du pays à transférer leurs nouveaux produits et services du
laboratoire au marché.
Also in the area of acquisitions, the Defence Procurement
Strategy aims to deliver the right equipment to the Canadian
Armed Forces in a timely manner, leveraging these purchases to
create jobs and growth and streamline procurement processes.
Par ailleurs, dans le domaine des acquisitions, la Stratégie
d’approvisionnement en matière de défense vise à fournir le bon
équipement aux Forces armées canadiennes en temps opportun, à
tirer profit de ces achats pour créer des emplois et stimuler la
croissance, et à rationaliser les processus d’approvisionnement.
[Translation]
In the area of accommodation and real property services,
PWGSC acts as steward for various public works such as
buildings, bridges and dams, and national treasures such as the
Parliamentary Precinct and other heritage assets across Canada.
PWGSC also provides other federal departments, agencies and
the Parliament of Canada with responsive and cost-effective real
property services. These are just some of the ways PWGSC
continues to foster innovation, achieve cost savings, reduce red
tape and improve services. Thank you for your attention. My
colleagues and I would be pleased to answer your questions.
[Français]
Dans le domaine des services de gestion des locaux et des biens
immobiliers, le ministère assure l’intendance de divers travaux
publics, tels les immeubles, les ponts et les barrages, de trésors
nationaux tels que la Cité parlementaire, ainsi que d’autres biens
patrimoniaux partout au pays. Il fournit également aux ministères
et aux organismes fédéraux, de même qu’au Parlement du
Canada, des services immobiliers souples et économiques. Ce ne
sont là que quelques-unes des façons dont le ministère continue de
promouvoir l’innovation, de réaliser des économies, de réduire les
formalités administratives et d’améliorer les services. Je vous
remercie de votre attention. Mes collègues et moi serons heureux
de répondre à vos questions.
31:48
National Finance
[English]
13-5-2015
[Traduction]
Marie-France Pelletier, Chief Administrator, Administrative
Tribunals Support Service of Canada: Thank you for the
opportunity to appear before this committee. With me, as you
know, is Luc Robitaille, Director General of Corporate Services
at the Administrative Tribunals Support Service of Canada. He
also acts as our CFO.
Marie-France Pelletier, administrateur en chef, Service canadien
d’appui aux tribunaux administratifs : Je vous remercie de me
donner l’occasion de témoigner devant le comité. Comme vous le
savez, je suis accompagnée de Luc Robitaille, directeur général
par intérim, Services de gestion du Service canadien d’appui aux
tribunaux administratifs, où il agit également à titre de dirigeant
principal des finances.
As you are aware, the Administrative Tribunals Support
Service of Canada, or ATSSC, was established on November 1,
2014, with the coming into force of the ATSSC Act. The creation
of the ATSSC is consistent with the government’s commitment to
improve the effectiveness and efficiency of its administration and
operations.
Comme vous le savez, le Service canadien d’appui aux
tribunaux administratifs, ou SCDATA, a vu le jour le
1er novembre 2014, lors de l’entrée en vigueur de la Loi sur le
SCDATA. La création du SCDATA concorde avec l’engagement
du gouvernement à améliorer l’efficacité et l’efficience de son
administration et de ses activités.
[Translation]
The ATSSC is mandated to provide comprehensive support
services and facilities to 11 administrative tribunals. This
organization will strengthen capacity and modernize operations,
while enabling us to better serve the needs of the administrative
tribunals, thereby improving access to justice for Canadians.
[English]
[Français]
Le SCDATA a pour mandat de fournir des installations et des
services d’appui exhaustifs à 11 tribunaux administratifs. Cette
organisation renforcera les capacités et modernisera les activités,
tout en nous permettant de mieux répondre aux besoins des
tribunaux administratifs et d’améliorer l’accès à la justice pour les
Canadiens et les Canadiennes.
[Traduction]
With six months behind us, we can proudly look back and say
that the ATSSC managed the commencement of its operations
well and with minimal disruptions to our clients and to
Canadians.
Six mois se sont maintenant écoulés, et c’est avec fierté que
nous pouvons regarder en arrière et dire que le SCDATA a bien
géré le début de ses activités, tout en perturbant le moins possible
ses clients et la population canadienne.
During those first six months, we have fully integrated and colocated corporate services teams.
Durant ces six premiers mois, nous avons parfaitement intégré
et réuni au même endroit des équipes de services généraux.
[Translation]
In doing so, we have also been able to consolidate a number of
legacy financial and human resources systems, and have replaced
them with common platforms that will better enable our capacity
to manage in these areas. We have also maintained secretariats
dedicated to providing specialized core mandate services to each
administrative tribunal we serve.
[English]
[Français]
Ce faisant, nous avons également pu consolider un certain
nombre de systèmes financiers et de ressources humaines, et nous
les avons remplacés par des plateformes communes qui
rehausseront notre capacité à fournir des services de gestion
dans ces secteurs. Pour chacun des tribunaux administratifs que
nous servons, nous avons établi des secrétariats consacrés à la
prestation de services spécialisés liés au mandat de base de ces
tribunaux.
[Traduction]
We have developed and begun to implement our governance
structure, which allows for full participation of senior executives,
in both corporate and secretariat services, in decisions regarding
the overall management of the ATSSC.
Nous avons mis au point et commencé à implanter notre
structure de gouvernance, qui permet aux cadres, tant dans les
services généraux que dans les services de secrétariat, de participer
entièrement aux décisions relatives à la gestion globale du
SCDATA.
Our governance structure also provides for the engagement of
chairpersons at key stages on matters that may have an impact for
their administrative tribunal.
Notre structure de gouvernance permet également aux
présidents de participer aux étapes importantes des affaires
susceptibles d’avoir une incidence sur leurs tribunaux
administratifs.
13-5-2015
Finances nationales
[Translation]
We have conducted a rigorous budget allocation exercise
through extensive consultation with secretariat executive directors
and tribunal chairpersons. This budget planning process was very
well received, as it demonstrated our commitment to meeting the
needs of the tribunals we serve, while ensuring stewardship and
probity in the expenditure of public funds.
[English]
31:49
[Français]
Nous avons mené un rigoureux exercice d’affectation
budgétaire en procédant à de nombreuses consultations avec les
directeurs généraux des secrétariats et les présidents des
tribunaux. Ce processus de planification budgétaire a été fort
bien accueilli, car il a démontré que nous étions résolus à répondre
aux besoins des tribunaux que nous servons, tout en faisant
preuve d’une saine gestion et de probité en ce qui concerne la
dépense des fonds publics.
[Traduction]
We have also undertaken an operational planning exercise for
the upcoming year of operations and will also undertake a
strategic planning exercise to plan for the years ahead.
Nous avons également entrepris un exercice de planification
opérationnelle pour la prochaine année d’activités et un exercice
de planification stratégique est prévu pour les années à venir.
In this first year of operations and beyond, we are committed
to monitoring ATSSC and tribunal requirements very closely so
as to be able and prepared to respond to emerging needs
responsibly.
Pour cette première année d’activités et dans l’avenir, nous
sommes déterminés à surveiller de très près les exigences du
SCDATA et des tribunaux afin d’être prêts à répondre de manière
responsable aux nouveaux besoins.
Though we have made great strides since our creation, our
work is by no means done. As the ATSSC continues to evolve
into a fully functional, service-oriented organization, we remain
committed to working with the administrative tribunals to
support them in meeting their statutory obligations while
respecting their independence.
Nous avons fait de grands progrès depuis notre création, mais
notre travail n’est pas terminé. Alors que le SCDATA continue
d’évoluer en vue de devenir une organisation entièrement
fonctionnelle axée sur le service, nous demeurons résolus à
travailler avec les tribunaux administratifs afin de les aider à
s’acquitter de leurs obligations légales, tout en respectant leur
indépendance.
[Translation]
Our continued success in meeting our mandate, while fostering
an organizational culture based on service delivery excellence and
engagement, requires sound management of our resources. As
you may recall, the legislation that created the ATSSC included a
provision for the resources of the tribunals to be managed
through deemed appropriations following the ATSSC’s coming
into force on November 1. The creation of the ATSSC did not
result in increases in funding; rather it was created within the
existing budgetary envelopes for each of the tribunals.
[English]
[Français]
Notre succès continu relativement à l’accomplissement de
notre mandat, tout en prônant une culture organisationnelle
fondée sur l’excellence et l’engagement en matière de prestation de
services, nous oblige à gérer sainement nos ressources. Comme
vous vous en souvenez peut-être, la loi en vertu de laquelle le
SCDATA a été créé comportait une disposition prévoyant que les
ressources des tribunaux seraient gérées au moyen de crédits
réputés avoir été transférés à la suite de l’entrée en vigueur du
SCDATA le 1er novembre. La création du SCDATA n’a pas
donné lieu à des augmentations quant au financement; il a plutôt
été créé à même les enveloppes budgétaires existantes de chaque
tribunal.
[Traduction]
Therefore, this represents our first Main Estimates for your
consideration.
Nous soumettons à votre examen notre premier budget
principal des dépenses.
ATSSC’s planned expenditures for fiscal year 2015-16 is
$78.6 million. This includes $60.9 million requested as
appropriations through these Main Estimates and $17.7 million
in re-spendable recoveries through a vote-netted authority.
Le montant total des dépenses budgétaires du SCDATA pour
2015-2016 s’élève à 78,6 millions de dollars, montant qui inclut
une somme de 60,9 millions de dollars demandée sous forme de
crédits dans le cadre du présent budget principal des dépenses,
ainsi qu’un montant de 17,7 millions de dollars en recouvrement
disponible au moyen d’une autorisation de crédit net.
These planned expenditures and associated appropriations are
consistent with amounts previously appropriated to the tribunals
through estimates in 2014-15 and prior years.
Ces dépenses prévues et les crédits connexes sont cohérents
avec les fonds qui ont été affectés antérieurement aux tribunaux
dans le Budget principal en 2014-2015 et des années précédentes.
31:50
National Finance
[Translation]
13-5-2015
[Français]
Of these funds, 88.7 per cent is allocated to support operating
expenditures, such as salaries, professional services and
transportation, with the remainder to statutory expenditures,
such as employee benefit plans. This spending will support the
wide-ranging and important services that the ATSSC provides to
all the tribunals it serves.
Notamment, 88,7 p. 100 de ces fonds seraient affectés au
soutien des dépenses de fonctionnement, tels les salaires, les
services professionnels, les déplacements et ainsi de suite; le reste,
aux dépenses législatives telles que les régimes d’avantages sociaux
des employés. Ces dépenses étayeront toute la gamme des services
importants que le SCDATA fournit aux tribunaux qu’il appuie.
Mr. Chair, approximately $63.7 million is dedicated to
programs directly supporting the mandate of tribunals.
Monsieur le président, environ 63,7 millions de dollars sont
consacrés aux activités des programmes de secrétariat qui
soutiennent le mandat des tribunaux.
[English]
[Traduction]
These activities include the provision of expert core mandate
services, such as research and analysis, legal support and registry
services.
Ces activités incluent la prestation de services d’expert liés au
mandat de base, tels que les services de recherche, d’analyse et de
soutien juridique, ainsi que les services de greffe.
Approximately $14.9 million is allotted to internal services
operations, which includes key support services such as IT,
translation, procurement, finance, human resources and
communications, among others.
Une somme d’environ 14,9 millions de dollars est affectée aux
activités de service internes, dont des services de soutien clés,
comme les Tl, la traduction, l’approvisionnement, les finances, les
ressources humaines et les communications, pour n’en nommer
que quelques-uns.
As I’ve indicated previously, we will continue to monitor the
budget and implement strategies to direct funds where they are
needed the most in order to continue to be responsive and flexible
to the needs of the tribunals, as well as to ensure that public funds
are spent responsibly.
Comme je l’ai dit plus tôt, nous allons continuer de surveiller le
budget et de mettre en œuvre des stratégies pour affecter les fonds
là où ils sont les plus nécessaires afin de continuer à être réceptifs
et souples à l’égard des besoins des tribunaux et veiller à ce que
l’on dépense les fonds publics de manière responsable.
[Translation]
The ATSSC has taken strides toward putting in place a serviceoriented organization that contains many promising
opportunities. The organization is fortunate to count on
dedicated employees who are fully intent on maintaining the
administrative tribunals’ outstanding reputation and the quality
of the work they perform.
[English]
The ATSSC is committed to a vision of setting the standard for
service excellence, efficient and effective operations, and support
for improved access to justice for Canadians.
Mr. Chair, this concludes my remarks.
The Chair: Thank you. I’m sure there will be some questions,
but congratulations on your first appropriation request. We’re
pleased that you’re here.
I believe Mr. Meredith is next.
[Translation]
Greg Meredith, Assistant Deputy Minister, Strategic Policy
Branch, Agriculture and Agri-Food Canada: I would like to take
this opportunity to open the discussion on the 2015-16 Main
Estimates for Agriculture and Agri-Food Canada.
[Français]
Le SCDATA a fait des progrès vers la mise en place d’une
organisation de service qui offre de nombreuses occasions
prometteuses. L’organisation a la chance de pouvoir compter
sur des employés dévoués, pleinement engagés à préserver
l’exceptionnelle réputation des tribunaux administratifs, ainsi
que la qualité du travail accompli.
[Traduction]
Le SCDATA a adopté une vision consistant à fixer la norme en
matière d’excellence du service, d’efficience et d’efficacité des
activités, et d’appui en ce qui concerne l’amélioration de l’accès à
la justice des Canadiens et Canadiennes.
Voilà, monsieur le président, qui met fin à mon exposé.
Le président : Merci. Je suis certain qu’il y aura des questions,
mais je vous félicite pour votre première demande de crédits.
Nous sommes heureux que vous soyez ici.
Je pense que M. Meredith est le prochain témoin.
[Français]
Greg Meredith, sous-ministre adjoint, Direction générale des
politiques stratégiques, Agriculture et Agroalimentaire Canada : Je
profite de l’occasion pour ouvrir la discussion sur le Budget
principal des dépenses d’Agriculture et Agroalimentaire Canada
pour 2015-2016.
13-5-2015
Finances nationales
31:51
As you mentioned, I am joined by my superb colleagues,
Kristina Namiesniowski and Pierre Corriveau. We have other
colleagues with us today who will also be able to answer your
questions, if necessary.
Comme vous l’avez remarqué, je suis accompagné de mes
superbes collègues, Kristina Namiesniowski et Pierre Corriveau.
Nous avons aussi d’autres collègues qui sont présents et qui
pourront répondre à vos questions si nécessaire.
I noticed that you have met with a wide range of departments
and agencies here this evening. My remarks will be a little
different. We are here to discuss the department’s financial
situation. But first let me provide you with some context.
J’ai remarqué que vous avez réuni une grande diversité de
ministères et d’agences ici ce soir. Mes remarques seront un peu
différentes. Nous sommes ici pour discuter de la situation
financière du ministère. Toutefois, laissez-moi d’abord vous
mettre en contexte.
The agriculture and agri-food sectors are important economic
drivers for Canada. We are talking about sectors that represent
over $50 billion in exports for Canada, namely, half of our
primary agriculture, $100 billion for gross domestic product, close
to 7 per cent of the country’s entire economic activities, and
about $14 billion in trade surplus.
Les secteurs agricoles et alimentaires sont des moteurs
économiques importants pour le Canada. Nous parlons ici de
secteurs qui représentent plus de 50 milliards de dollars
d’exportations pour le Canada, soit environ la moitié de notre
production agricole primaire, 100 milliards de dollars pour le
produit intérieur brut, près de 7 p. 100 de l’ensemble des activités
économiques du pays, et près de 14 milliards de dollars en
excédents commerciaux.
[English]
[Traduction]
Agricultural exports are at a record high level currently.
Producer incomes and balance sheets are expected to remain very
healthy for the foreseeable future. This year farm incomes are
projected to be $13 billion, and the farm net worth on average
exceeds $2 million. Meanwhile, global demand for food is
increasing and expected to be 60 per cent higher by 2050, so
there is going to be a tremendous demand for Canada’s ability to
feed the world.
Les exportations de produits agricoles sont actuellement à un
niveau record. Les revenus et les bilans des producteurs devraient
rester au beau fixe dans un avenir prévisible. Cette année, les
revenus des exploitations agricoles devraient atteindre
13 milliards de dollars, la valeur nette de la ferme excédant
2 millions de dollars en moyenne. Pendant ce temps, la demande
mondiale en aliments s’accroît et devrait augmenter de 60 p. 100
d’ici 2050; la capacité du Canada à nourrir la planète sera donc
fortement mise à contribution.
To help the sector do that, federal, provincial and territorial
governments have developed a policy framework to guide
agricultural activities across the country, called Growing
Forward 2 or GF2 in our parlance. GF2 has sharpened the
focus from its predecessor framework on strategy investments
that improve innovation, drive competitiveness and ensure
market development for producers.
Pour aider le secteur à répondre à la demande, les
gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux ont, pour
orienter les activités agricoles du pays, établi un cadre stratégique
appelé Cultivons l’avenir 2, ou CA2 dans notre jargon. Par
rapport à son prédécesseur, ce cadre met davantage l’accent sur
les investissements stratégiques qui améliorent l’innovation,
stimulent la compétitivité et assurent le développement de
marché pour les producteurs.
The estimates that you have before you reflect $2.3 billion in
federal funding this year, and that funding includes monies that
we would spend ourselves at the federal level but also our
contributions to provinces and territories. That’s an amount
50 per cent higher than our previous framework, so the
government has worked very hard to ensure that there is
considerable funding for provincial activities across the country.
Le budget devant vous prévoit 2,3 milliards de dollars en fonds
fédéraux cette année, financement qui inclut l’argent que nous
dépenserons nous-mêmes à l’échelon fédéral, mais aussi nos
contributions aux provinces et territoires. Ce montant est de
50 p. 100 supérieur à celui prévu dans le cadre précédent; le
gouvernement a donc travaillé très fort pour veiller à ce qu’il y ait
un financement substantiel pour les activités provinciales au pays.
GF2 is designed to help producers across Canada capture the
new markets we expect to develop as demand for food grows,
harness innovation, strengthen sustainability and boost
competitiveness against aggressive competitors internationally.
CA2 vise à aider les producteurs des quatre coins du pays à
percer les nouveaux marchés que nous prévoyons développer à
mesure que croît la demande en aliments; à tirer parti de
l’innovation; à renforcer la durabilité; et à stimuler la
compétitivité à l’égard des concurrents étrangers agressifs.
GF2 does include a federal-provincial investment of
$320 million over five years to help farmers sustainably produce
their products. Sustainable agriculture contributes to profitability
by safeguarding the productive capacity of the land. It enhances
CA2 comprend un investissement fédéral-provincial de
320 millions de dollars sur cinq ans afin d’aider les agriculteurs
à produire leurs produits de façon durable. L’agriculture durable
contribue à la rentabilité en préservant la capacité de production
31:52
National Finance
13-5-2015
our extremely positive image as an economic steward
internationally, and that helps maintain market access and open
new markets as they develop.
de la terre, renforce notre image d’intendant économique
extrêmement favorable sur la scène internationale, et contribue
à maintenir l’accès au marché et à percer de nouveaux marchés à
mesure qu’ils se développent.
Trade, as you can imagine, as you’ve already seen, is a key
pillar of Growing Forward 2 and is in line with the government’s
very active overall trade agenda. Canadian farmers, depending on
the sector they’ve involved in, export as much as 85 per cent of
their production. We simply don’t have the population to absorb
what our farmers can produce, so exporting is extremely
important.
Comme vous pouvez l’imaginer et l’avez déjà constaté, le
commerce constitue un pilier essentiel de Cultivons l’avenir 2 et
cadre avec le programme commercial global très actif du
gouvernement. Les agriculteurs canadiens, selon le secteur dont
ils font partie, exportent jusqu’à 85 p. 100 de leur production. Le
pays n’a tout simplement pas la population pour absorber ce que
nos agriculteurs peuvent produire; l’exportation revêt donc une
importance capitale.
Under GF2 we’re investing $341 million in our AgriMarketing
Program, which helps producers and processors market their
products abroad.
Dans le cadre de CA2, nous investissons 341 millions de dollars
dans le programme Agri-marketing, qui aide les producteurs et les
transformateurs à mettre leurs produits en marché à l’étranger.
[Translation]
The budget tabled last month indicates that the federal
government has increased funding for this program by
$12 million, while investing over $18 million to broaden the
activities of our Market Access Secretariat. These activities
include the services of new trade commissioners abroad and a
more active and larger role in establishing international technical
and scientific standards.
[English]
[Français]
Le budget présenté le mois dernier indique que le
gouvernement fédéral a augmenté le financement consacré à ce
programme de 12 millions de dollars, tout en versant plus de
18 millions de dollars pour élargir les activités de notre Secrétariat
de l’accès aux marchés. Ces activités comprennent les services de
nouveaux délégués commerciaux à l’étranger et un rôle plus actif
et plus important dans l’établissement de normes techniques et
scientifiques internationales.
[Traduction]
Today Canada has trade agreements that comprise nearly half
the world’s agriculture and agri-food markets. The agreements
most recently entered into include one with Korea and one with
the European Union, so opening important new markets on two
separate continents.
Aujourd’hui, le Canada a des accords commerciaux avec près
de la moitié des marchés agricoles et agroalimentaires du monde.
Il en a dernièrement conclu avec la Corée et l’Union européenne,
ouvrant ainsi d’importants nouveaux marchés sur deux continents
distincts.
The Canada-Korea Free Trade Agreement came into force at
the beginning of this year and will level the playing field for
exporters in our canola, beef, pork, and grain sectors by
eliminating all tariffs, which are currently quite significant.
L’Accord de libre-échange Canada-Corée du Sud, entré en
vigueur au début de l’année, permettra d’égaliser les conditions
pour nos exportateurs de canola, de bœuf, de porc et de grain en
éliminant tous les tarifs, qui sont actuellement considérables.
When the Canada-EU agreement is completed, Canada will be
one of the only developed countries in the world to have
preferential access to two of the richest economies in the world —
the European Union and the United States. That’s a considerable
advantage over our competitors. Our industries have estimated
that our agreement with the European Union will generate
$1.5 billion a year in new sales to the EU.
Une fois l’accord entre le Canada et l’Union européenne
paraphé, le Canada sera le seul pays développé du monde à jouir
d’un accès privilégié à deux des économies les plus riches de la
planète, soit celles de l’Union européenne et des États-Unis. C’est
un avantage de taille sur ses concurrents. Nos industries estiment
que notre accord avec l’Union européenne générera des ventes
supplémentaires de 1,5 milliard de dollars par année dans cette
région.
As you know, the government is also actively involved in the
Trans-Pacific Partnership negotiations. The TPP is extremely
important to the government and extremely important to our
department because it comprises 12 key countries around the
Pacific Rim that represent 40 per cent of the world’s GDP and a
market of 800 million people.
Comme vous le savez, le gouvernement participe également
activement aux négociations relatives au Partenariat
transpaficique. Ce partenariat est extrêmement important pour
le gouvernement et pour notre ministère, car il englobe 12 pays
clés de la région du Pacifique, lesquels représentent 40 p. 100 du
PIB mondial et un marché de 800 millions d’habitants.
To keep our products moving, last year the government passed
the Fair Rail for Grain Farmers Act. That bill put into law clear
and achievable solutions to ensure that Canada could continue to
Pour faciliter la circulation de nos produits, le gouvernement a
adopté la Loi sur le transport ferroviaire équitable pour les
producteurs de grain l’an dernier. Cette mesure législative
13-5-2015
Finances nationales
31:53
move our grain to market in a predictable, timely and efficient
way. As a result of that effort, shipments from port this year are
up 31 per cent over last year at this time and up over 25 per cent
over the five-year average.
comprend des solutions claires et réalisables pour permettre
l’acheminement du grain vers le marché de manière prévisible, en
temps opportun et de façon efficace au Canada. Grâce à cet
effort, les expéditions portuaires ont augmenté de 31 p. 100 par
rapport à l’an dernier et de 25 p. 100 par rapport à la moyenne
des cinq dernières années.
Innovation is a key part of our ability to continue to compete
and a key aspect of Growing Forward 2. We increased our
investments in innovation and science in GF2 by 40 per cent over
the previous framework in recognition of the importance to the
health of the sector.
L’innovation joue un rôle essentiel dans notre capacité à
continuer d’affronter la concurrence et constitue une facette clé de
Cultivons l’avenir 2. Dans ce cadre, nous augmentons nos
investissements en innovation et en sciences de 40 p. 100 par
rapport au cadre précédent, reconnaissant que c’est important
pour la santé du secteur.
Investments in the science cluster model have nearly doubled
under GF2 to put greater emphasis on collaborative research and
to leverage the resources and skills of others. Those investments
of $127 million have leveraged an additional $60 million from
industry in sectors from livestock through grain and bioproducts.
Dans le cadre de CA2, les investissements dans le modèle de
grappe scientifique ont presque doublé afin de mettre davantage
l’accent sur la collaboration en recherches et de tirer parti des
ressources et des compétences des autres. Ces investissements de
127 millions de dollars ont incité l’industrie à en investir
60 millions de plus dans des secteurs comme le bétail, le grain et
les bioproduits.
An important measure that we brought into force this year to
support investment by the private sector is the Agricultural
Growth Act, which brought in better intellectual property rights
for plant breeders, which means that we’ll now see greater
investment in developing new varieties for Canadian conditions
across the country.
Cette année, pour soutenir l’investissement du secteur privé,
nous avons pris une mesure importante en adoptant la Loi sur la
croissance dans le secteur agricole, qui prévoit une meilleure
protection de la propriété intellectuelle des obtentions végétales.
Cela signifie qu’il y aura maintenant des investissements plus
importants dans le développement de nouvelles variétés adaptées
aux conditions qui règnent dans les diverses régions du pays.
Mr. Chair, this is good news for Canada’s agriculture and food
sector and for Canada’s economy overall.
Monsieur le président, c’est là une bonne nouvelle pour le
secteur agricole et agroalimentaire et l’ensemble de l’économie du
Canada.
Thank you and the senators for the time. It’s much
appreciated, and we would be happy to respond to any
questions you might have.
Je vous remercie, ainsi que les sénateurs, du temps que vous
avez bien voulu nous accorder. Nous vous en sommes
reconnaissants, et nous répondrons avec plaisir aux questions
que vous pourriez avoir.
The Chair: Thank you. That was a very positive statement in
regard to agriculture and agri-foods.
Le président : Merci. Vous avez fait un exposé très favorable
sur le secteur agricole et agroalimentaire.
[Translation]
[Français]
We are going to start with a senator from Quebec, Senator
Rivard.
Nous allons commencer avec un sénateur du Québec, le
sénateur Rivard.
Senator Rivard: I have a question or two for Agriculture and
Agri-Food Canada. I will then have some questions for Public
Works and Government Services Canada.
Le sénateur Rivard : J’aurais une question ou deux pour
Agriculture et Agroalimentaire Canada. Je poserai ensuite des
questions à Travaux publics et Services gouvernementaux
Canada.
In your presentation, you mentioned the transition costs for
the Canadian Wheat Board. That program came to an end during
the 2014-2015 financial year, correct?
Dans votre présentation, vous avez parlé du coût de transition
de la Commission canadienne du blé. Ce programme est venu à
échéance au cours de l’exercice 2014-2015. Est-ce exact?
Pierre Corriveau, Assistant Deputy Minister, Corporate
Management, Agriculture and Agri-Food Canada: I would like to
make a little correction. In 2012-2013, the government announced
a transition program worth $349 million. The expectation was
that the costs would gradually decrease after the transition period.
The transition period is not over but the major part of the
Pierre Corriveau, sous-ministre adjoint, Gestion intégrée,
Agriculture et Agroalimentaire Canada : J’aimerais apporter une
petite correction. En 2012-2013, le gouvernement a annoncé un
programme de transition de 349 millions de dollars. Il était prévu
que, graduellement, les dépenses seraient réduites après la période
de transition. La période de transition n’est pas terminée, mais la
31:54
National Finance
13-5-2015
expenditure has already been committed. About $205 million
have been spent. In the estimates before you, you will see that a
sum remains for the Canadian Wheat Board.
majeure partie des dépenses est déjà engagée. Environ
205 millions de dollars ont été dépensés. Vous remarquerez,
dans les estimations que vous avez devant vous, qu’il reste une
somme pour la Commission canadienne du blé.
Senator Rivard: It looks like a reduction of $6 million if you
compare it with the other financial year.
Le sénateur Rivard : Il s’agit d’une baisse d’environ 6 millions
de dollars si on compare avec l’autre exercice.
Mr. Corriveau: In the Main Estimates, yes, but, last year, we
added funds in the Supplementary Estimates (B).
M. Corriveau : Dans le Budget principal des dépenses, oui,
mais l’année dernière, nous avons aussi accordé des fonds
supplémentaires dans le cadre du Budget supplémentaire des
dépenses (B).
Senator Rivard: What impact did the abolition of the single
desk marketing approach for wheat have on Canadian producers
as a whole?
Le sénateur Rivard : Quel a été l’impact de l’abolition du
guichet unique de commercialisation du blé sur l’ensemble des
producteurs canadiens?
[English]
[Traduction]
Mr. Meredith: Just by way of background, the government
announced in 2011 that it was going to remove what we call the
‘‘single desk.’’ What the senator was referring to is essentially the
Wheat Board’s monopoly on the sale of wheat and barley. Up
until that point, farmers would have to deliver their crops to the
CWB if they were wheat and barley, and CWB would market
them.
M. Meredith : Pour vous mettre en contexte, le gouvernement
a annoncé en 2011 l’élimination de ce que nous appelons le
« guichet unique ». Le sénateur faisait référence à ce qui était
essentiellement le monopole de la Commission canadienne du blé
sur la vente du blé et de l’orge. Jusque-là, les agriculteurs devaient
lui remettre leurs récoltes de blé et d’orge pour qu’elle les mette en
marché.
In removing the single desk, we’ve seen a great deal of
investment in the sector. In fact, we just announced an investment
of $250 million in acquiring the CWB just last month.
En éliminant le guichet unique, nous avons suscité beaucoup
d’investissements dans le secteur. En fait, nous avons annoncé un
investissement de 250 millions de dollars en acquérant la CCB le
mois dernier.
We’ve seen a 20 per cent increase in the number of licensed
grain agents through the Canadian Grain Commission, and we
saw greater investment in the wheat crop and cereal crop
development in Canada last summer. Bayer CropScience
Canada, for example, announced a $10 million investment in
cereals development.
Le nombre de négociants en grains titulaires d’une licence de la
Commission canadienne du blé s’est accru de 20 p. 100, et les
investissements ont augmenté dans le développement de cultures
de blé et de céréales l’été dernier. Par exemple, Bayer CropScience
Canada a annoncé un investissement de 10 millions de dollars
dans le développement de céréales.
A great deal of entrepreneurial activity has been unleashed.
The Wheat Board itself is building new infrastructure, new
elevators where farmers can now bring their grain and sell it. So
there is a new buyer on the market, greater competition for
producers out West and their grain, closer opportunities to deliver
grain and basically just a much more vibrant and competitive
market as a result of removing the single desk.
Bien des activités entrepreneuriales ont été entreprises. La
Commission canadienne du blé elle-même construit de nouvelles
infrastructures et de nouveaux silos où les agriculteurs peuvent
maintenant apporter leurs grains pour les vendre. Il y a donc un
nouvel acheteur sur le marché, une concurrence accrue pour les
producteurs de l’Ouest et leur grain, des endroits plus proches
pour livrer le grain et essentiellement un marché bien plus
dynamique et concurrentiel, résultat de l’élimination du guichet
unique.
[Translation]
[Français]
Senator Rivard: I now have a question for Public Works and
Government Services Canada. Do you have an idea of the
percentage of vacant space that the Government of Canada owns?
Le sénateur Rivard : J’aurais maintenant une question à poser à
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada. Avez-vous
une idée du pourcentage des locaux vacants qui appartiennent au
gouvernement du Canada?
Pierre-Marc Mongeau, Assistant Deputy Minister, Real
Property Branch, Public Works and Government Services
Canada: I could calculate it but I cannot give you an exact
figure. But I will give you one percentage. There are two kinds of
vacant space in buildings. There are buildings under construction;
Pierre-Marc Mongeau, sous-ministre adjoint, Direction générale
des biens immobiliers, Travaux publics et Services
gouvernementaux Canada : Je pourrais faire le calcul, mais je
n’ai pas le nombre exact. Je vais vous donner un pourcentage par
contre. Il y a deux types de locaux vacants dans les immeubles. Il y
13-5-2015
Finances nationales
31:55
they are not considered vacant in our calculations. Our objective
with buildings or with space that is ready to be occupied is under
4 per cent or 5 per cent. The latest figures are in that region. The
rate is still under 4 per cent. It is between 2.5 per cent and
4 per cent on an annual basis. The way we operate is that, each
time we receive a request from a department wanting to occupy
some space, we look at our inventory of buildings that the
government owns. We try to fill those buildings first. If the space
is not available, we go into the market to look for the leases we
need. We are a good deal lower than the private sector average in
that respect.
a les immeubles qui sont sous construction, et on ne les considère
pas comme des immeubles vacants dans notre calcul. On se donne
comme objectif, quant aux immeubles et aux espaces prêts à être
occupés, un taux de moins de 4 ou 5 p. 100. Les derniers chiffres
sont de cet ordre-là. Le taux de situe toujours à moins de 4 p. 100,
environ de 2,5 à 4 p. 100, d’une façon annuelle. Selon notre mode
de fonctionnement, chaque fois que nous recevons une demande
d’un ministère qui veut occuper des locaux, nous examinons notre
inventaire des immeubles qui appartiennent au gouvernement.
Nous tentons de remplir ces immeubles d’abord, et si l’espace
n’est pas disponible, à ce moment-là, nous allons sur le marché
pour chercher des baux nécessaires. Nous nous situons
passablement en dessous de la moyenne du secteur privé à ce
chapitre.
Senator Rivard: When you last appeared, I asked you about the
status of the conversion of the former Nortel building. The work
was on the way to being finished. I think the Department of
National Defence is going to be taking over that building. Is the
work finished, or almost finished?
Le sénateur Rivard : Lors de votre dernière comparution, je
vous avais questionné sur l’état de conversion de l’ancien édifice
de Nortel. Les travaux étaient en voie d’être terminés. Je crois que
c’est le ministère de la Défense qui prend la relève de cet
immeuble. Est-ce que les travaux sont terminés, ou sur le point de
l’être?
Mr. Mongeau: That is the Carling Campus. By 2019,
8,500 people from the Department of National Defence will be
located there. There are three buildings that are not linked to each
other. So it is a series of buildings, meaning that we can start work
in one without having to wait for the first one to be completed.
Unfortunately, we have recently done some more extensive testing
and found that a part of the curtain wall is in poor condition.
When we first looked, we saw that the panels were in poor
condition, but we felt that they were good for another ten or
fifteen years. We knew that we would have to replace them but we
have just seen that some parts of the curtain walls in four
buildings are in worse condition than we thought. So, instead of
doing the repairs later, in a few years, when the buildings are
occupied, we have decided to do them right away. That has an
impact on our timeline and our budget. Phase 1 may go over a
little, but, overall, we will still be able to meet the 2019 completion
date.
M. Mongeau : On parle du campus Carling. C’est l’endroit où
seront logés, d’ici 2019, 8 500 représentants de la Défense
nationale. Il y a trois bâtiments qui ne sont pas reliés les uns
aux autres. Il s’agit d’une série de bâtiments, donc, nous pouvons
entamer le travail dans un immeuble sans avoir à attendre que le
premier soit terminé. Récemment, malheureusement, en faisait
une analyse plus approfondie, nous avons constaté qu’une partie
des murs-rideaux est en mauvais état. Lors de notre première
exploration, nous avions vu que les panneaux étaient en mauvais
état, mais nous les croyions encore bons pour une dizaine ou une
quinzaine d’années. Nous savions que nous aurions à les
remplacer, mais nous venons de nous rendre compte que
certaines parties des murs-rideaux dans quatre immeubles sont
en plus mauvais état que nous le croyions. Alors, au lieu de
remettre la réparation à plus tard, dans plusieurs années, lorsque
les bâtiments seront occupés, nous avons décidé de le faire tout de
suite. Cela a un impact sur notre échéancier et sur notre budget. Si
la phase 1 déborde un peu, nous serons encore capables,
globalement, de respecter notre échéance de 2019.
Senator Hervieux-Payette: I have a question for Public Works
and Government Services Canada, another for the Administrative
Tribunals Support Service of Canada and another for Agriculture
and Agri-Food Canada.
La sénatrice Hervieux-Payette : J’ai une question pour Travaux
publics et Services gouvernementaux Canada, une autre pour le
Service canadien d’appui aux tribunaux administratifs, et une
pour Agriculture et Agroalimentaires Canada.
For Public Works and Government Services Canada, are we at
the point of being able to find an administrative way to make sure
that all subcontractors are paid within a reasonable time? Just this
year, we were visited by a trade group, according to whom the
major contractors working on government sites are paid in
accordance with our standards. But they asked us for legislation.
We did not need legislation in the past; they were paid on time.
Administratively, would it be possible to make small deductions
from the general contractors? They are not paying their
subcontractors, the small- and medium-sized businesses in
various trades. They use a huge amount of materials and, once
Dans le cas de Travaux publics et Services gouvernementaux
Canada, est-ce qu’on est sur le point de trouver une façon
administrative de s’assurer que tous les sous-traitants sont payés
dans des délais raisonnables? Nous avons reçu la visite, encore
cette année, d’un corps de métier selon lequel les entrepreneurs
principaux qui travaillent sur tous les chantiers du gouvernement
reçoivent les paiements selon nos normes, mais ils nous
demandent de faire une loi. On n’avait pas besoin de loi dans le
passé, et ces gens étaient payés à temps. Sur le plan administratif,
serait-il possible de faire de petites retenues aux entrepreneurs
généraux? Ils ne paient pas leurs sous-traitants. Or, ce sont de
31:56
National Finance
13-5-2015
they have reached their credit limit, the banks no longer loan
them money. Are you dealing with this problem or am I going to
have to ask you again next year? Are we going to have to pass
legislation? I find that having legislation is not the smart solution.
We have to figure out how to administer the payments and make
sure that our small- and medium-sized businesses all across the
country can be paid within 30 days of completing the work.
petites et moyennes entreprises, des gens de différents corps de
métier, qui utilisent énormément de matériaux et à qui les
banques, une fois qu’ils ont atteint leur marge de crédit,
n’avancent plus d’argent. Êtes-vous en train de régler ce
problème, ou est-ce que je devrai vous poser la question encore
l’année prochaine, et que nous devrons faire une loi? Je trouve que
ce n’est pas intelligent de faire une loi. Il faudrait savoir
administrer les paiements et veiller à ce que nos petites et
moyennes entreprises partout au pays puissent être payées dans
les 30 jours qui suivent la fin des travaux.
Mr. Mongeau: That subject is indeed on our radar; we have
talked about it recently. I can say, Mr. Chair, that our contracts
are with the general contractors, not with the subcontractors,
unfortunately. Normally, we ask for a payment framework. As
soon as we receive a request for payment from a general
contractor, we take the time to check it, and if everything is in
order, we make the payment within 30 days. At that point, the
general contractor can pay his subcontractors as soon as he has
received the money, so you have to allow 30 to 60 days.
M. Mongeau : C’est effectivement un sujet qui est d’actualité,
parce qu’on en a parlé dernièrement. Je peux vous dire, monsieur
le président, que nous avons des contrats avec les entrepreneurs
généraux, mais pas avec les sous-traitants, malheureusement.
Pour notre part, normalement, nous demandons un cadre de
paiements. Dès que nous recevons la demande de paiement de
l’entrepreneur général, nous prenons le temps de la vérifier, et si
les éléments sont bons, nous effectuons le paiement dans les 30
jours. À ce moment-là, l’entrepreneur général, une fois l’argent
reçu, peut payer son sous-traitant, donc il faut compter de 30 à 60
jours.
In some cases, we have been able to reduce the timeframe to
45 days. With major contracts with some management
companies, it is possible for the timeframe to be reduced. It is
still a difficult problem to solve, even when we do a lot of followup. Each year, I meet with representatives of the Canadian
Construction Association, but the fact remains that our contracts
are not with the subcontractors. So we continue to put pressure
on the general contractors.
Dans certains cas, nous avons pu réduire le délai à 45 jours.
Dans le cas des contrats majeurs avec certaines compagnies de
gestion, il est possible de réduire les délais, mais cela restera
toujours un problème difficile à régler, même lorsque nous faisons
de nombreux suivis. Chaque année, je rencontre des représentants
de l’Association canadienne de la construction, mais il reste que
nous n’avons pas de contrats avec les sous-traitants. Nous
continuons donc à faire de la pression sur les entrepreneurs
généraux.
Senator Hervieux-Payette: Mr. Mongeau, do not tell me that,
given the interest rates available from the banks these days, the
factor that is blocking the small businesses is just that they no
longer have a line of credit. The interest rates for borrowing
money to buy materials have never been so low. You could hold
back 10 per cent of the payment if they do not pay their
subcontractors. If you need advice, I will come and meet with
you to show you how to make sure that people are paid within
30 days.
La sénatrice Hervieux-Payette : Monsieur Mongeau, ne me
dites pas que, compte tenu du taux d’intérêt offert par les banques
présentement, le facteur qui bloque les petits entrepreneurs, c’est
simplement qu’ils n’ont plus de marge de crédit. Il n’y a jamais eu
de taux d’intérêt aussi bas pour emprunter de l’argent pour l’achat
des matériaux. Vous pourriez retenir 10 p. 100 du paiement s’ils
ne paient pas leurs sous-traitants. Si vous avez besoin de conseils,
j’irai vous rencontrer et je vous indiquerai comment s’assurer que
les gens sont payés dans les 30 jours.
My second question goes to Ms. Pelletier. How many tribunals
are you in charge of? How many staff members? On page 5, you
list benefits. Are the famous sick days calculated under the
current method or under the method that reduces them?
Ma deuxième question s’adresse à Mme Pelletier. Combien de
tribunaux chapeautez-vous? Combien de membres du personnel?
À la page 5, vous parlez des avantages sociaux. Est-ce que les
fameux congés de maladie sont calculés selon la méthode actuelle
ou selon la méthode qui consiste à les réduire?
Ms. Pelletier: We provide support services for 11 federal
administrative tribunals. They include the Canada Agricultural
Review Tribunal, the Canadian Industrial Relations Board, the
Canadian Cultural Property Export Review Board and the
Canadian Human Rights Tribunal.
Mme Pelletier : Nous donnons des services d’appui à
11 tribunaux administratifs fédéraux. Entre autres, il y a la
Commission de révision agricole du Canada, le Conseil canadien
des relations industrielles, la Commission canadienne des examens
des exportations de biens culturels, et le Tribunal canadien des
droits de la personne.
13-5-2015
Finances nationales
31:57
There is also the Competition Tribunal, the Public Servants
Disclosure Protection Tribunal, the Public Service Labour
Relations Board, the Specific Claims Tribunal, the Social
Security Tribunal and the Transportation Appeal Tribunal of
Canada.
Il y a aussi le Tribunal de la concurrence, le Tribunal de la
protection des fonctionnaires divulgateurs d’actes répréhensibles,
la Commission des relations de travail et de l’emploi dans la
fonction publique, le Tribunal des revendications particulières du
Canada, le Tribunal de la sécurité sociale et le Tribunal d’appel
des transports du Canada.
In all, we have about 400 employees and we make payments for
the salaries of about 190 tribunal members. That is the extent of
our workforce.
Donc, dans son ensemble, nous avons environ 400 employés, et
nous effectuons les paiements liés aux salaires d’environ
190 membres des tribunaux. C’est l’ampleur de notre force
d’emploi.
As for the question about sick leave, honestly, I would have to
check. Perhaps Mr. Robitaille knows the answer.
Quant à la question des congés de maladie, honnêtement, il
faudrait que je vérifie. M. Robitaille connaît peut-être la réponse.
[English]
Luc Robitaille, Acting Director General and Chief Financial
Officer, Corporate Services, Administrative Tribunals Support
Service of Canada: The payments in terms of sick days are
administered in line with the terms and conditions of employment
set by the employment. So the collective agreements that are
currently in place are what we respect and what we apply.
[Translation]
[Traduction]
Luc Robitaille, directeur général par intérim et dirigeant
principal des finances, Services de gestion, Service canadien
d’appui aux tribunaux administratifs : Les paiements des congés
de maladie sont gérés conformément aux conditions d’emploi
établies par l’employeur. Nous respectons et appliquons donc les
conventions collectives en vigueur.
[Français]
Senator Hervieux-Payette: My question now goes to
Agriculture and Agri-Food Canada. I have been reading a little
and I see that, with the Green Law, it has been necessary to
legislate to force transportation companies to ship wheat. I have
to say that is ridiculous.
La sénatrice Hervieux-Payette : Ma question s’adresse
maintenant à Agriculture et Agroalimentaire Canada. J’ai lu un
peu, parce qu’avec la Green Law, on est obligé de légiférer pour
forcer les compagnies de transport à transporter le blé. Je dois
dire que c’est ridicule.
On page II-46, in the French section of your estimates, we see
that your operating expenses for 2013-14 were $703 million. If we
look at 2014-15 or 2015-16, we see a difference of $150 million.
How many people have you laid off? How did you make up for
$150 million? That is a lot of money.
Dans votre budget, à la page II-46, en français, on voit que les
dépenses de fonctionnement, pour 2013-2014, sont de 703 millions
dollars. Si on regarde pour 2014-2015 ou 2015-2016, il y a
150 millions de dollars de différence. Combien de personnes avezvous mises à la porte? Comment avez-vous pu récupérer
150 millions de dollars? C’est beaucoup.
Mr. Corriveau: Yes, there was indeed a reduction in our
operating budget. That was the last year of the impact of the
deficit reduction action plan. To meet that objective, our
department had to lay off about 600 employees. Much of the
savings come from those layoffs.
M. Corriveau : Oui, il y a effectivement une réduction de notre
budget de fonctionnement. En fait, c’est la dernière année de
l’impact lié à l’exercice de réduction du déficit. Dans le cadre de
cet objectif, notre ministère a dû mettre à pied environ
600 employés. Une bonne partie de cette économie est liée à
cette mise à pied.
We also had a reduction in our voted appropriation because of
two exercises that are mentioned here. Some of the funds were
transferred to the administrative tribunal that supports our
department and, with our colleagues at Public Works, we are in
the process of transferring the administration of our payroll to
Miramichi. So, although it shows as a reduction in the
department’s budget, there is an increase for both departments,
plus the creation of Shared Services Canada, to which we have
transferred resources.
Il y a aussi une réduction de nos ressources en crédits votés qui
contribue à deux exercices et qui a été mentionnée ici. Une partie
des fonds a été transférée au tribunal administratif qui appuyait
notre ministère, et nous procédons, avec l’aide de nos collègues de
Travaux publics, au transfert de l’administration de notre paie à
Miramichi. Donc, bien que cela montre une réduction du budget
du ministère, il y a une augmentation, dans les deux ministères,
ici, et également la création de Services Partagés Canada, auquel
nous avons transféré des ressources.
Senator Hervieux-Payette: But the biggest part of the budget is
still the 600 employees who were let go.
La sénatrice Hervieux-Payette : Mais la plus grande partie du
budget, c’est tout de même les 600 employés qui ont été mis à
pied.
Mr. Corriveau: Approximately, yes.
M. Corriveau : Environ, oui.
31:58
National Finance
13-5-2015
Senator Hervieux-Payette: I suppose that the famous food
inspectors were among the 600 employees who were let go. Will
the final report on the investigation of the beef out west that was
contaminated because of self-inspection be applied to all packing
plants, including pork and chicken? Apparently, there is also a big
problem with complying with the standards recommended by
veterinarians.
La sénatrice Hervieux-Payette : Je suppose que les fameux
inspecteurs des produits alimentaires sont parmi les 600 employés
qui ont été mis à pied. Est-ce que le résultat de l’enquête finale sur
la contamination du bœuf dans l’Ouest à partir de l’autoinspection sera appliqué dans tous les abattoirs, qu’il s’agisse de
porc ou de poulet? Apparemment, il y a également un gros
problème lorsqu’il s’agit de respecter les normes recommandées
par les vétérinaires.
Can you tell me what controls you have over this selfregulation?
Pouvez-vous me dire quel moyen de contrôle vous avez sur
l’auto-administration des règlements?
Mr. Corriveau: In financial terms, food inspection is the
responsibility of the Canadian Food Inspection Agency, whose
budgets are not part of Agriculture Canada’s. So I could not give
you any information about that. The simple answer is that none
of our reductions affects the number of inspectors, given that —
M. Corriveau : Du côté financier, la question de l’inspection
des aliments relève de l’Agence canadienne de l’inspection des
aliments, qui ne fait pas partie des budgets d’Agriculture Canada.
Je ne pourrai donc pas vous donner de renseignements à ce sujet.
La réponse simple, c’est qu’aucune de nos réductions ici n’affecte
le nombre d’inspecteurs, étant donné...
Senator Hervieux-Payette: — you have no inspectors.
La sénatrice Hervieux-Payette : ... qu’il n’y a pas d’inspecteurs.
Mr. Corriveau: Right.
M. Corriveau : Voilà.
[English]
[Traduction]
Senator Wallace: Mr. Lakroni, being from New Brunswick, I’d
like to get a little more detail on the pay modernization project.
The location of the new facility in Miramichi is obviously
significant.
Le sénateur Wallace : Monsieur Lakroni, étant originaire du
Nouveau-Brunswick, j’aimerais obtenir davantage de détails sur
le Projet de modernisation des services et des systèmes de paye.
L’emplacement de la nouvelle installation à Miramichi est de
toute évidence important.
In your presentation, you said that this new system replacing
what has existed will save taxpayers $78 million a year. I’m
wondering: How do you measure that? What’s that based on?
Dans votre exposé, vous avez indiqué que ce nouveau système
qui remplace l’ancien se traduira par des économies annuelles de
78 millions de dollars en fonds publics. Sur quoi ce chiffre se
fonde-t-il?
Mr. Lakroni: The simple answer to your question is twofold.
Number one is that when you centralize, you reduce the operating
cost of the Government of Canada. So duplication of managing
the pay in 57 departments is going to be in one department. That’s
going to be PWGSC. I can give you examples of the efficiencies
there, but just in the consolidation alone, there are savings there.
M. Lakroni : La réponse simple à votre question comprend
deux parties. Tout d’abord, quand on centralise un service, on en
réduit le coût d’exploitation pour le gouvernement fédéral. La
gestion de la paye, repartie dans 57 ministères, s’effectuera
désormais dans un seul ministère : TPSGC. Je peux vous donner
des exemples d’économies à cet égard, mais le simple fait de
centraliser les activités permettra de réaliser des économies.
The other thing is leveraging the technology, so using a system
that is more effective in responding to the users’ needs. Basically,
the users could get their own services for the simple HR
transactions, which leaves basically a couple of transactions
done by the employees. So there would be some automation,
some self-serve, et cetera,
Nous tirerons également parti de la technologie en utilisant un
système plus efficace afin de répondre aux besoins des utilisateurs,
lesquels pourront essentiellement se charger de leurs propres
services simples de RH, ne laissant plus que quelques transactions
aux employés. Il y aura donc des services automatisés en libreservice, et cetera.
Senator Wallace: I’m sure it is more efficient, but I’m just
trying to tie that back to the dollar amount you that have here.
Improved efficiencies are one thing, but how do you equate that
improved customer service to dollar savings? Is $78 million a
number just pulled out of the air, or is there a spreadsheet that
shows what comprises the $78 million in savings?
Le sénateur Wallace : Je suis certain que c’est plus efficace,
mais j’essaie simplement d’établir un lien avec le montant que
vous avez là. C’est une chose que d’améliorer l’efficacité, mais
comment faites-vous le lien entre ce service à la clientèle amélioré
et les économies? Ce montant de 78 millions de dollars sort-il de
nulle part ou existe-t-il un tableur montrant d’où viennent ces
économies?
Mr. Lakroni: This $78 million is $78.1 million a year and
distributed as follows. It’s two components. I am going to give
you the precise numbers. It’s $10.8 million for the pay
M. Lakroni : Il s’agit en fait d’économies de 78.1 millions de
dollars par année, lesquelles se répartissent en deux volets. Je vais
vous donner les chiffres précis. La centralisation du service de
13-5-2015
Finances nationales
31:59
consolidation, for consolidating the workforce in one centre. The
$67.3 million is based on the new pay system, which is the
automation of certain processes, self-use, that type of thing. So
these are the numbers. How we arrived at these numbers was
through several iterations of calculations. These numbers were
shared with Treasury Board Secretariat. They passed due
diligence, several layers of it, and we are confident that these
numbers are going to materialize starting in 2016-17, where both
the consolidation and the system will be operating on a fullcapacity basis.
paye et de l’effectif en un seul centre permet des économies de
10.8 millions de dollars. Le montant de 67.3 millions de dollars est
attribuable au nouveau système de paye, à l’automatisation de
certains processus, au libre-service et à ce genre de dispositions.
Voilà donc les chiffres, qui sont le résultat de moult calculs. Nous
les avons communiqués au Secrétariat du Conseil du Trésor. Ils
ont été vérifiés et contre-vérifiés, et nous sommes convaincus
qu’ils se concrétiseront à partir de 2016-2017, une fois que la
centralisation sera achevée et que le système sera pleinement
fonctionnel.
Senator Wallace: You’ve indicated that when it’s fully
operational, it will employ 550 people in Miramichi. How
would that compare to the number of employees that would
exist today?
Le sénateur Wallace : Vous avez indiqué qu’une fois que le
centre sera pleinement fonctionnel, 550 employés travailleront à
Miramichi. Comment ce chiffre se compare-t-il au nombre
d’employés actuel?
Mr. Lakroni: You mean government-wide or —
M. Lakroni : Voulez-vous dire pour l’ensemble du
gouvernement ou...
Senator Wallace: No. Is the 550 a reduction in —
Le sénateur Wallace : Non. Est-ce que le chiffre de
550 employés est moins élevé que...
Mr. Lakroni: The 550 is net new for Miramichi.
M. Lakroni : C’est le chiffre net pour le nouvel effectif de
Miramichi.
Senator Wallace: I realize that. They aren’t in Miramichi now.
I understand that. But with 550 jobs being created as part of this
new, off-the-shelf solution pay administration system, how many
have been employed in performing that function to date? Is it a
reduction in total employee numbers, and if so, how much?
Le sénateur Wallace : Je le comprends. Ces employés ne sont
pas à Miramichi actuellement. Mais si l’on crée 550 emplois pour
s’occuper de ce nouveau système de gestion de la paye
commercial, combien d’employés ont déjà accompli ces
fonctions jusqu’à présent? Le nombre total d’employés diminuet-il, et si c’est le cas, de combien?
Mr. Lakroni: That number is difficult to basically give you a
precise answer on because the hiring of employees comes from
various sources. We offer, on a first-come, first-served basis, to
employees from government departments who want to relocate to
Miramichi. Those are priority basis. How many of those count in
the 550? I don’t have that precise number because we have an
open competition. Preference is given to employees of the
Government of Canada. When that is exercised, then we can
consider employees who are interested in taking the job in
Miramichi.
M. Lakroni : Il est difficile de vous donner un chiffre précis,
car les employés embauchés viennent de diverses sources. Nous
offrons suivant le principe du premier arrivé premier servi l’option
aux employés des divers ministères gouvernementaux d’aller à
Miramichi. C’est en fonction de la priorité. Qu’est-ce qui compte
dans les 550? Je n’ai pas le chiffre précis, car nous avons un
concours ouvert. La préférence est accordée aux employés du
gouvernement du Canada. Une fois que ces employés se sont
prévalus de cette option, nous pouvons envisager les personnes
qui souhaitent accepter un emploi à Miramichi.
Senator Wallace: One more, if I could, chair. Another question
I’ll go to second round on.
Le sénateur Wallace : J’ai une autre question, si vous me le
permettez, monsieur le président. Pour une autre question, ce sera
au deuxième tour.
I’m just trying to get a sense. Will the implementation of this
new pay administration system result in a reduction in the number
of employees? You don’t have to give me the number, but will it
result in a reduction in the number of employees that have been
employed to this point to provide service under the existing
system?
J’essaie simplement de comprendre. Est-ce que la mise en
œuvre de ce nouveau système de paie va entraîner une réduction
du nombre d’employés? Vous n’avez pas à me donner de chiffre,
mais j’aimerais que vous me disiez s’il y aura une réduction du
nombre d’employés par rapport à l’effectif qu’il y a à ce jour pour
fournir ce service avec le système actuel.
Mr. Lakroni: It is conceivable. The whole idea of consolidation
and generating the savings is that there will be a lesser workforce,
government-wide, doing the transactions of pay.
M. Lakroni : On peut s’y attendre. Le but de la consolidation
et des économies qu’elle entraînera est d’avoir un effectif réduit à
l’échelle du gouvernement pour s’occuper de la paie.
31:60
National Finance
13-5-2015
Senator Wallace: It’s conceivable. It should be more than
conceivable. I realize I’m not going to get a number from you, but
is it fair to say that there has been or will be a reduction? Or do
you not know?
Le sénateur Wallace : On peut s’y attendre. On devrait avoir
une plus grande certitude que cela. Je comprends que vous n’allez
pas me donner de chiffre, mais est-il juste de dire qu’il y a eu ou
qu’il y aura une réduction? Ne le savez-vous pas?
Mr. Lakroni: The reason why I don’t want to give you a
number is because I don’t have a number and because there are so
many variables to determine that number. You have people who
retire, you have attrition, you have so many variables. Instead of
giving you an absolute number, I will say it’s conceivable, and for
the amount, I don’t have it.
M. Lakroni : La raison pour laquelle je ne veux pas vous
donner de chiffre, c’est que je n’ai pas le chiffre et que bien des
variables entrent dans la détermination de ce chiffre. Il y a les
retraites et l’attrition. Il y a tant de variables. Plutôt que de
donner un chiffre absolu, je vais dire qu’on peut s’attendre à une
réduction. Quant au chiffre, je ne l’ai pas.
Senator Wallace: That’s fine. Well, I’m not sure if it’s fine, but I
hear what you’re saying. I’m trying to tie it back to the number
you presented, that there is going to be an overall saving of
$78 million. I’m trying to get a sense that’s based on X number of
employees no longer being employed, less square footage of office
space occupied, greater efficiency in your system. That’s it; I’m
trying to get confirmation of that.
Le sénateur Wallace : C’est bon. Eh bien, je ne sais pas
vraiment si c’est bon, mais je comprends ce que vous dites. J’essaie
de lier cela au montant que vous nous avez dit — qu’il y aura une
économie générale de 78 millions de dollars. J’essaie de lier cela à
un nombre d’employés qui partiraient, moins la superficie des
bureaux occupés, et à une plus grande efficacité de votre système.
C’est cela que je veux qu’on me confirme.
Mr. Lakroni: The answer is yes, and there is $10.8 million
attributed to what you just said.
M. Lakroni : La réponse est oui, et 10,8 millions de dollars
sont attribués à ce que vous venez de dire.
The Chair: No savings in salaries included in that $78 million?
Le président : Les 78 millions de dollars n’incluent pas les
économies salariales?
Mr. Lakroni: There would be savings in salaries in that
$78 million. That’s the conceivable portion. The question of
precisely how much, I can’t tell you.
M. Lakroni : Les 78 millions engloberaient des économies
salariales. C’est l’élément auquel on peut s’attendre. Pour ce qui
est de savoir combien précisément, je ne peux le dire.
The Chair: That’s as good an answer as we’re going to get.
Le président : C’est la meilleure réponse que nous allons
obtenir.
Senator Wallace: Yes.
Senator L. Smith: Mr. Lakroni, I have an easy question then
maybe a tougher one. On page 3 it says that furthermore,
PWGSC is committed to delivering $178 million in annual savings
starting in 2018-19. These savings will be generated by offering
best-value services through key initiatives such as modern
government accommodations solutions and standards. That
sounds like the type of answer Mr. Mongeau would be giving me.
The Chair: Do you want equal time?
Le sénateur Wallace : Oui.
Le sénateur L. Smith : Monsieur Lakroni, j’ai une question
facile, puis une autre, peut-être plus difficile. À la page 3, on dit
que, de plus, TPSGC s’est engagé à réaliser des économies
annuelles de 178 millions de dollars à compter de 2018-2019. Ces
économies seront réalisées en offrant des services présentant le
meilleur rapport qualité-prix grâce à des initiatives clés comme les
solutions et les normes modernes pour la gestion des locaux
gouvernementaux. Cela ressemble au genre de réponse que
M. Mongeau me donnerait.
Le président : Voulez-vous le même temps?
Senator L. Smith: I’m sorry; I didn’t realize it was you who
asked that.
Le sénateur L. Smith : Je suis désolé; je n’avais pas compris que
c’était vous qui aviez demandé cela.
Mr. Mongeau: The innovation, Mr. Chair, is again twofold.
M. Mongeau : Monsieur le président, encore une fois,
l’innovation comporte deux éléments.
[Translation]
The first aspect is about restructuring. We have implemented
what is called Workplace 2.0 and reduced office space. Formerly,
per-employee space could go up to 21 m2. Today, with more
contemporary designs, that space can be reduced to 18 m2 or even
16 m2 per employee.
[Français]
Le premier élément concerne la restructuration. Nous avons
mis en place ce qu’on appelle le Milieu de travail 2.0 en réduisant
les espaces à bureaux. Jadis, l’espace pouvait aller jusqu’à 21 m2
par employé. Aujourd’hui, gr â ce à des designs plus
contemporains, on peut réduire l’espace à 18 m2 et même à
16 m2 par employé.
13-5-2015
Finances nationales
31:61
Offices are more compact, meaning that it is possible to reduce
space a lot, including wireless technology that is adapted to the
new workplace. The first consideration is to design the offices
with a view to optimizing the space.
Les bureaux sont plus compacts, ce qui veut dire qu’il est
possible de réduire de beaucoup l’espace tout en prévoyant une
technologie sans fil qui s’adapte au nouvel espace de travail. Le
premier élément, c’est de conceptualiser les bureaux en misant sur
l’optimisation de l’espace.
Senator L. Smith: Does that include open spaces? Are there
other types of space that can accommodate your staff?
Le sénateur L. Smith : Est-ce que cela inclut les espaces
ouverts? Est-ce qu’il y a d’autres types d’espace qui peuvent
accommoder votre personnel?
Mr. Mongeau: Yes, exactly. The offices are smaller, but there is
also common workspace in the rooms that are more easily
configured or where the space can be separated into two.
M. Mongeau : Oui, exactement. Ce sont de plus petits bureaux,
mais il y a aussi de l’espace de travail collectif dans des salles qui
sont plus facilement aménageables, où il est possible de les séparer
en deux.
In those spaces, we see people solving problems in the office by
walking together in the morning, for example. We have decided to
keep creating that kind of open space so that our employees and
those from other departments can have access to different spaces
inside the organization. The spaces are more modern.
Dans ces espaces, on se rend compte que beaucoup de gens
règlent leurs problèmes de bureau, par exemple en marchant
ensemble le matin. Nous avons décidé de continuer à créer ce
genre d’espace ouvert afin que nos employés et ceux des autres
ministères aient accès à différents types d’espace à l’intérieur de
l’organisation. Ce sont des espaces plus modernes.
When you look at what is being done in other countries, in
Europe, for example, the trend is to about 21 m2. But in England,
the space has been reduced to 10 m2 per person. So trends differ.
Here, we consider that 16 m2 or 18 m2 makes for a reasonable
space, as long as there are common open spaces around the offices
where people can get together and have discussions. It creates a
much more dynamic space.
Lorsqu’on regarde ce qui se fait dans d’autres pays, on voit
que, par exemple, en Europe, la tendance est à peu près à 21 m2.
Par contre, en Angleterre, l’espace est réduit jusqu’à 10 m2 par
personne. On voit donc qu’il existe différentes tendances. Ici, nous
considérons que 16 ou 18 m2 constitue un espace raisonnable, à
condition qu’il y ait des espaces communs ouverts autour des
bureaux où les gens puissent se réunir pour discuter. Cela crée un
espace beaucoup plus dynamique.
That is why we use the wording you see in the text of the
report, because we think that it is a major innovation and it is
what allows us to make most of our savings over a number of
years.
C’est pourquoi nous utilisons les libellés que vous voyez dans le
texte du rapport, car nous croyons qu’il s’agit d’une grande
innovation, et que c’est ce qui nous permet de faire la majorité de
nos économies sur plusieurs années.
Senator L. Smith: Have you studied the impact of that
approach on your employees’ morale? I imagine you conducted
a study to find out their opinions before coming to that
conclusion. Can you tell us what the impact was on morale?
Le sénateur L. Smith : Avez-vous étudié l’impact moral de cette
mesure sur vos employés? Pour connaître leur opinion, j’imagine
que vous avez mené une étude avant d’en arriver à cette
conclusion. Pourriez-vous nous dire quel était l’impact moral?
Mr. Mongeau: Thank you for your question, Senator. When
you announce to someone that their space is going to go from
21 m2 to 18 m2, he does not accept it easily. However, when we
know that a department wants to implement Workplace 2.0, we
set up complete spaces in a building that employees can go and see
so that they can better understand how they will be able to
function in that environment.
M. Mongeau : Je vous remercie pour votre question, sénateur.
Habituellement, lorsqu’on annonce à quelqu’un que son espace
passera de 21 à 18 m2, il a de la difficulté à l’accepter. Cependant,
lorsque l’on sait qu’un ministère veut mettre en œuvre le concept
Milieu de travail 2.0, on réaménage des espaces complets dans
l’immeuble, lesquels les employés peuvent aller visiter pour mieux
comprendre comment ils pourront fonctionner dans cet
environnement.
There are all kinds of solutions. As I explained earlier, with the
common areas, with the spaces where people can eat, the interest
grows. We reduce the size of panels to let in more natural light
from outside.
Il y a toutes sortes de solutions. Comme je l’expliquais plus tôt,
il y a des espaces communs, des espaces où les gens peuvent
manger, qui deviennent plus intéressants. On réduit la taille des
panneaux pour laisser entrer la lumière naturelle qui provient de
l’extérieur.
As for closed offices, a lot of people think that they will finally
be getting one. Well, no, that will not be the case, because we are
still going to be providing open offices, even for managers. This
represents a change in our organization.
En ce qui a trait aux bureaux fermés, beaucoup de gens se
disent qu’enfin ils en auront un. Eh bien non, ce ne sera pas le cas,
parce que nous allons continuer d’aménager davantage de
bureaux ouverts, et ce, même pour les gestionnaires. Il s’agit
donc d’un changement à l’intérieur de notre organisation.
31:62
National Finance
13-5-2015
The people who are most often on the road will be located in
the centre of the building and those who work more in their
offices will be located around the outside. We are basing ourselves
a lot on what is being done in other countries, but we also have
our own team right here with the ability to respond to the
requirements of different departments.
Dans les faits, les gens qui sont le plus souvent sur la route
seront situés au centre de l’immeuble, et ceux qui travaillent
davantage à leur bureau seront situés au pourtour. On se base
beaucoup sur ce qui se fait dans les autres pays, mais on a aussi
notre équipe, ici sur place, qui a la capacité de répondre aux
exigences des différents ministères.
Will everyone like it? Probably not, but I have to say that I
only hear from satisfied people.
Est-ce que cela plaira à tout le monde? Probablement pas, mais
je dois dire que je n’entends que les gens qui sont satisfaits.
Senator L. Smith: My question is still for Public Works and
Government Services Canada. We have received a report from the
Department of National Defence.
Le sénateur L. Smith : Ma question concerne encore Travaux
publics et Services gouvernementaux Canada. Nous avons reçu
un rapport du ministère de la Défense nationale.
[English]
It says that the Defence Procurement Secretariat will supply
timely, coordinated decision making and will work with key
partners to streamline defence procurement processes.
[Translation]
[Traduction]
Selon ce rapport, le Secrétariat d’approvisionnement en
matière de défense va offrir un processus décisionnel coordonné
et opportun et travailler avec des partenaires clés à simplifier les
processus d’approvisionnement en matière de défense.
[Français]
As you know, there has been a lot in the news lately about
Canadian Forces ships, aircraft and equipment. What kind of
vessel are you going to build and what will your role be with the
Department of National Defence?
Comme vous le savez, dans les actualités, il a beaucoup été
question des bateaux, des avions et des équipements des Forces
canadiennes. Quel type de navire allez-vous construire, et quel
sera votre rôle auprès du ministère de la Défense?
For example, about four months ago, we found out on the
news that it was impossible for one of our ships in the Pacific to
carry food.
Par exemple, il y a environ quatre mois, on apprenait au
bulletin d’information qu’un de nos bateaux, qui était dans le
pacifique, était dans l’impossibilité d’acheminer la nourriture.
[English]
[Traduction]
It was one of our supply ships. It was falling apart, and it was
grounded and couldn’t supply the ships. Now we don’t have a
supply ship because both supply ships appear to be in peril. The
question is, as an example, how do we streamline so it’s not going
to take 10 years to get another supply ship to be able to supply
our other ships? What impact do you guys have on the
procurement process to streamline it so that we can cut down
the lead time, make sure we get the right manufacturers, make
sure the pricing and the people are not taking advantage of us
from a manufacturing perspective?
C’était un de nos navires de ravitaillement. Il tombait en
morceaux, était en cale sèche et ne pouvait servir à ravitailler les
bateaux. Maintenant, nous n’avons pas de navire de
ravitaillement, car les deux navires de ravitaillement semblent
être à risque. Ce que j’aimerais savoir, par exemple, c’est la façon
dont nous pourrions simplifier les choses de sorte qu’il ne faille
pas 10 ans pour obtenir un autre navire de ravitaillement capable
de ravitailler nos autres bateaux. Comment pouvez-vous
simplifier le processus d’approvisionnement de manière à
réduire le délai, veiller à ce que nous obtenions les bons
fabricants, à ce que le prix soit juste et à ce que les gens ne
profitent pas de nous concernant la fabrication?
Lisa Campbell, Assistant Deputy Minister, Acquisitions Branch,
Public Works and Government Services Canada: Those are
excellent questions, and I’m glad to address them both. First I
will speak to the Defence Procurement Strategy and the specific
example that was offered.
Lisa Campbell, sous-ministre adjointe, Direction générale des
approvisionnements, Travaux publics et Services gouvernementaux
Canada : Ce sont d’excellentes questions, et je suis contente d’y
répondre. Je vais d’abord parler de la Stratégie
d’approvisionnement en matière de défense et de l’exemple
particulier qui a été donné.
The Defence Procurement Strategy was announced last year, in
February 2014, and the goal is to deliver the right equipment to
the Canadian Armed Forces in a timely manner, leveraging these
purchases to create jobs and growth in Canada and also
streamline procurement processes.
La Stratégie d’approvisionnement en matière de défense a été
annoncée l’année passée, en février 2014, et elle a pour objectif de
fournir le bon équipement aux Forces armées canadiennes, en
temps opportun, de tirer profit des achats de matériel pour créer
des emplois et stimuler la croissance économique au Canada, et de
simplifier le processus d’approvisionnement.
13-5-2015
Finances nationales
31:63
The strategy is the result of a strong collaboration between
industry and government, and by government I mean the
Department of National Defence, Public Works, Industry
Canada, Foreign Affairs. It represents a fundamental change in
defence procurement. We have made a lot of progress since
implementing the strategy. We established a secretariat that is
responsible for coordinating all this work and doing some of the
policy coordination. Value propositions for ensuring that there is
jobs growth in Canada are starting to be applied to procurements.
I will give you two examples. One is medium lift helicopters for
the Coast Guard and the other is headquarters shelter systems
projects, and it will continue to be applied in a systematic basis
going forward.
La stratégie découle d’une solide collaboration entre l’industrie
et le gouvernement, et par gouvernement, j’entends le ministère de
la Défense nationale, Travaux publics, Industrie Canada, Affaires
étrangères. Il s’agit d’un changement fondamental dans
l’approvisionnement en matière de défense. Nous avons fait
beaucoup de progrès depuis la mise en œuvre de la stratégie. Nous
avons créé un secrétariat responsable de coordonner tout le
travail et de s’occuper d’une partie de la coordination des
politiques. On commence à associer aux processus
d’approvisionnement des propositions de valeur dont le but est
de garantir la croissance des emplois au Canada. Je vais vous
donner deux exemples. Il y a les hélicoptères de transport moyen
destinés à la Garde côtière, et les projets visant les systèmes
d’abris pour quartier général. On va continuer d’appliquer cela de
façon systématique à l’avenir.
Work is also under way to streamline procurement processes.
We have a new governance structure in place at my level, at the
assistant deputy minister level, at the deputy minister level and
also at the ministerial level. We are also making final
arrangements to increase the Department of National Defence’s
delegated contracting authority. They will have contracting
authority for the lower level procurements up to $5 million so
they can handle these themselves. These are more routine, and
there is a fair volume of transactions at the zero to $1 million
level, and they will do those themselves, with our support, of
course.
On travaille aussi en ce moment à simplifier les processus
d’approvisionnement. Nous avons une nouvelle structure de
gouvernance à mon niveau, au niveau du sous-ministre adjoint,
du sous-ministre et du ministre. Nous prenons aussi en ce moment
les dispositions finales pour hausser le pouvoir de passation de
marchés délégué du ministère de la Défense nationale. Ils auront
un pouvoir de passation de marchés ne dépassant pas 5 millions
de dollars et pourront eux-mêmes s’en occuper. Il s’agit de
marchés plutôt routiniers, et il y a un assez grand nombre de
transactions qui se situent entre 0 et 1 million de dollars. Ils vont
s’en occuper eux-mêmes, mais avec notre soutien, bien sûr.
I have a couple of key facts. In June 2014, the Department of
National Defence put out the Defence Acquisition Guide to tell
industry about the potential procurements that we foresee over
the next 20 years. Industry feedback was very positive. They said
this helps them plan their business case and prepare for these
things, and a new iteration of the guide will be released this year.
So every year the Department of National Defence will put one of
those out.
J’ai quelques faits saillants à vous donner. En juin 2014, le
ministère de la Défense nationale a publié le Guide d’acquisition
de la Défense pour faire part à l’industrie des achats potentiels
que nous entrevoyons pour les 20 prochaines années. La réaction
de l’industrie a été très positive. Les gens ont dit que cela les aide à
faire leurs analyses de rentabilisation et à se préparer. Un tel guide
sera de nouveau publié cette année. Donc, chaque année, le
ministère de la Défense nationale va en publier un.
Also, in December 2014, Industry Canada released something
called a Value Proposition Guide, explaining to industry, ‘‘Here is
how we expect you to conduct yourselves when we’re trying to
promote jobs and growth in Canada,’’ and also to ensure a broad
awareness in industry of a new approach of leveraging these
major procurements to benefit Canadians.
De plus, en décembre 2014, Industrie Canada a publié le Guide
sur la proposition de valeur par lequel le ministère dit à
l’industrie : « Voici comment nous espérons que vous allez vous
conduire alors que nous essayons de faire la promotion de
l’emploi et de la croissance au Canada. » Le guide sert aussi à
garantir que l’industrie est généralement au fait d’une nouvelle
démarche qui mise sur ces achats importants pour qu’ils profitent
aux Canadiens.
Our priorities for this fiscal year are to focus on a whole-ofgovernment, streamlined approach to managing procurements,
and we also have a couple of major developments: One, the
Department of National Defence now has in place an
independent, third-party challenge function for high-level
mandatory requirements. What I mean by that is that when
they put in requirements that bidders have to meet, there will be a
challenge function questioning those, making sure that, where
possible, we buy off the shelf, that we aren’t spiralling into years
Nos priorités pour cet exercice sont de nous concentrer sur une
approche pangouvernementale simplifiée de gestion de
l’approvisionnement, et nous avons aussi deux nouveautés : la
première, c’est que le ministère de la Défense nationale a
maintenant une fonction indépendante de remise en question
par des tiers des exigences obligatoires de haut niveau. Ce que je
veux dire, c’est que quand nous imposons des exigences aux
soumissionnaires, une fonction va les remettre en question et
veiller, quand c’est possible, à ce que nous achetions du commerce
31:64
National Finance
13-5-2015
of R&D design something that doesn’t exist. So, where possible,
Canada will be buying off the shelf, and then sometimes tailoring
these things for Canada-specific needs.
et à ce que nous ne nous lancions pas dans des années de R-D
pour quelque chose qui n’existe pas. Donc, quand c’est possible, le
Canada va acheter du commerce, puis parfois adapter ces choses
aux besoins particuliers du Canada.
We are also establishing a defence procurement industry
advisory group. We want to engage with industry early on.
That will help tell us what capacity is available in Canada, what
we need to go elsewhere for, what needs to be developed. Then
we’re also going to measure other performance, in other words,
look at these procurements and make sure that the outcomes are
what we’re trying to achieve.
Nous établissons aussi un groupe consultatif de l’industrie sur
l’approvisionnement en matière de défense. Nous voulons obtenir
la participation de l’industrie dès le début. Cela nous aidera à
connaître la capacité au Canada, à déterminer ce que nous devons
aller chercher ailleurs et ce que nous devons concevoir. Puis nous
allons travailler à mesurer le rendement, c’est-à-dire que nous
allons regarder ces approvisionnements et vérifier que les résultats
sont ceux que nous essayons d’obtenir.
To the point you raised about Joint Support Ships, these are
the ships that actually help and supply other ships that are in
operation, both for combat and not in combat. The navy
identified a couple of years ago that they need two support
ships, with an option to build a third to replace the ones that were
mentioned. They’re called auxiliary oiler replenishment ships.
These two ships will be built in Vancouver Shipyards as part of a
non-combat package that they were awarded. Those are only
going to be operational in probably 2020; the first ship will be
built.
En ce qui concerne les navires de soutien interarmées que vous
avez mentionnés, ce sont les navires qui aident et ravitaillent les
autres navires en service, qu’ils soient au combat ou pas. La
Marine a constaté, il y a quelques années, qu’il faut deux navires
de soutien, avec la possibilité d’en construire un troisième pour
remplacer ceux qui ont été mentionnés. On les appelle des
pétroliers ravitailleurs d’escadre. Ces deux navires seront
construits par la Vancouver Shipyards dans le cadre d’un
contrat de construction de navires autres que de combat qui
leur a été octroyé. Ils ne seront probablement opérationnels qu’en
2020; le premier navire va être construit.
But the navy is also considering options to address the gap
between the retirement of the existing ships, which is happening a
little sooner than expected, and the delivery of Joint Support
Ships. We can get help from allies. There is also the possibility of
other ships that could be refitted to fulfill this function. They’re
looking at that right now. The budget for these Joint Support
Ships, the two that will be built, is currently $2.3 billion.
Mais la Marine étudie aussi des options pour la période entre le
moment du retrait des navires existants, qui se produit un peu
plus tôt que prévu, et celui de la livraison des navires de soutien
interarmées. Nous pouvons obtenir de l’aide de nos alliés. Il est
aussi possible que d’autres navires soient rénovés pour remplir
cette fonction. Ils se penchent là-dessus en ce moment. Le budget
pour les deux navires de soutien interarmées qui seront construits
est en ce moment de 2,3 milliards de dollars.
I’m happy to answer any other questions.
Senator L. Smith: First of all, it seems like you have a lot of
players when you have Defence, Public Works — who else? You
have three or four players.
Ms. Campbell: Industry Canada.
Je serai ravie de répondre à toute autre question.
Le sénateur L. Smith : Pour commencer, il semble que vous
ayez beaucoup d’intervenants, avec la Défense, les Travaux
publics... qui d’autre? Vous avez trois ou quatre intervenants.
Mme Campbell : Industrie Canada.
Senator L. Smith: You have so many players involved in this
process now. It would appear, then, that this took place because
there are some weaknesses or holes in the procurement policy that
existed before, and somebody needs help.
Le sénateur L. Smith : Vous avez tellement d’intervenants dans
ce processus. Cela donne à croire que c’est le cas parce que la
politique d’approvisionnement comportait des faiblesses, ou des
trous, et que quelqu’un a besoin d’aide.
With the number of players you have involved, who makes the
decisions? Is everything like a joint panel decision? You have so
many players. It would appear that one of the challenges you face
is who will make the decisions and what type of competition and
leveraging will exist between the various departments.
Compte tenu du nombre d’intervenants, qui prend les
décisions? Est-ce que les décisions se prennent comme dans un
groupe d’examen conjoint? Vous avez tant d’intervenants. Je
dirais qu’une des difficultés que vous devez rencontrer est de
savoir qui prend les décisions, en plus de la concurrence et de
l’influence entre les divers ministères.
Ms. Campbell: I’m happy to break it down in the function and
roles of each. Public Works is responsible for acquisitions, for the
actual procurement. The largest public spend in Canada is
National Defence. They are the ones who set the requirements.
Meanwhile, we also have Industry Canada, who is trying hard to
Mme Campbell : Je serai ravie de vous décrire les fonctions et
les rôles de chacun. Travaux publics s’occupe des acquisitions, de
l’approvisionnement comme tel. La plus grosse dépense publique
au Canada se fait au ministère de la Défense nationale. Ce sont
eux qui établissent les besoins. Dans l’intervalle, nous avons
13-5-2015
Finances nationales
31:65
help Canadian businesses — to help them innovate, to help them
become part of the global supply chain. They do a lot of work in
that area and they know Canadian industry well.
Industrie Canada qui travaille fort à essayer d’aider les entreprises
canadiennes — à les aider à innover, à s’insérer dans la chaîne
d’approvisionnement mondiale. Ils font beaucoup de travail sur
ce plan et connaissent bien l’industrie canadienne.
We also have the Department of Foreign Affairs and
International Trade, which is trying to help Canadian
companies be part of the global supply chain. So they do have
a role, and the goal of all of this is to make sure we have a
coordinated Government of Canada approach.
Nous avons aussi le ministère des Affaires étrangères et du
Commerce international, qui essaie d’aider les entreprises
canadiennes à faire partie de la chaîne d’approvisionnement
mondiale. Ils ont effectivement un rôle à jouer, et le but de tout
cela est de veiller à ce que le gouvernement du Canada ait une
démarche coordonnée.
Earlier there was some discussion about small- and mediumsized enterprises. Public Works actually does a lot of work with
small- and medium-sized enterprises. They get 40 per cent of the
public procurements that we spend, close to $6 billion. We have
six offices across Canada that help them. We want those
companies to be able to avail themselves of opportunities in
defence procurement — not only because it helps for jobs and
growth in Canada, but also it helps give them a leg up in exports.
Précédemment, il y a eu une discussion au sujet des petites et
moyennes entreprises. Travaux publics accomplit en réalité
beaucoup de travail avec les petites et moyennes entreprises.
Elles obtiennent 40 p. 100 des sommes que nous consacrons aux
marchés publics, soit près de 6 milliards de dollars. Nous avons
six bureaux à l’échelle du Canada pour les aider. Nous voulons
que ces entreprises soient en mesure de se prévaloir des occasions
qu’offre l’approvisionnement en matière de défense, non
seulement parce que cela contribue aux emplois et à la
croissance au Canada, mais aussi parce que cela les aide à faire
de l’exportation.
How decisions are made: There is project governance at the
director level — so specific project governance to make sure it’s
on time and within or under budget, and also troubleshooting
when issues arise. There is governance at my level. My
counterparts in those other departments that I mentioned, we
look at all of the procurements now, so basically the ones that
were started some years ago and the new ones. I mentioned a
couple where we’re actually applying value proposition, in other
words, how we are structuring this to ensure that, as much as
possible, keeping open, transparent and competitive processes, we
are providing opportunities for Canadian companies.
Pour ce qui est de la prise de décisions, il y a la gouvernance des
projets à l’échelon de directeur. C’est donc la gouvernance de
projets particuliers : on veille au respect de l’échéancier et du
budget et on règle les problèmes. Il y a la gouvernance à mon
niveau. Avec mes homologues des autres ministères que j’ai
mentionnés, nous examinons tous les achats maintenant, ce qui
comprend donc ceux qui sont en cours depuis quelques années et
les nouveaux achats. J’en ai mentionné quelques-uns qui font
l’objet d’une proposition de valeur. Autrement dit, c’est la façon
dont nous structurons cela pour qu’à l’aide de processus qui
demeurent autant que possible ouverts, transparents et
concurrentiels, nous donnions des occasions aux entreprises
canadiennes.
Then there’s also a deputy minister’s committee that looks at
these, and then, as appropriate, ministerial working groups on
some of the complex, high-profile projects. I can give you a couple
of examples: The Maritime Helicopter Project has a ministerial
working group. The Canadian Surface Combatant Project is
another big one. That’s 15 ships that will be built out of Halifax.
It’s a really important initiative. It’s Canada’s biggest public
procurement.
Il y a aussi un comité de sous-ministres qui se penche là-dessus,
de même qu’au besoin, des groupes de travail ministériels pour
certains des projets complexes de haut niveau. Je peux vous
donner deux exemples : un groupe de travail ministériel s’occupe
du projet des hélicoptères maritimes. Le projet de navire de
combat canadien est un autre gros projet. Ce sont 15 navires qui
seront construits à Halifax. C’est une initiative très importante. Il
s’agit du marché public canadien le plus important.
We announced on May 1 that a request for qualification for
firms is going to be put out. That has been posted now on
Buyandsell, and it’s essentially to invite firms to come in and
identify themselves as combat systems integrators and warship
designers. That process is already under way, and that will feature
value proposition.
Le 1 er mai, nous avons annoncé qu’une demande de
qualification d’entreprises serait lancée. Elle est maintenant sur
Achats et ventes, et il s’agit en gros d’inviter les entreprises à
s’identifier en tant qu’intégrateurs de systèmes de combat et
concepteurs de navires de guerre. Le processus est lancé et sera
soumis à une proposition de valeur.
Senator L. Smith: Will Canadian industry be able to move fast
enough to supply you the equipment before the equipment
becomes obsolete?
Le sénateur L. Smith : Est-ce que l’industrie canadienne va être
en mesure de bouger assez rapidement pour vous fournir
l’équipement avant qu’il soit dépassé?
31:66
National Finance
13-5-2015
Ms. Campbell: That’s an excellent question. That’s why we do
so much industry engagement. For example, on that project, this
big one, Canadian Surface Combatant, we have had 15 industry
engagement sessions. I have been at some of them myself. We
engage with them regularly, making sure they have capacity and
making sure they’re ready not only to do it by themselves but
also, as appropriate, to partner with other companies and
leverage their capacity.
Mme Campbell : C’est une excellente question. C’est la raison
pour laquelle nous en faisons autant pour obtenir la mobilisation
de l’industrie. Par exemple, pour le gros projet, celui des navires
de combat de surface canadiens, nous avons tenu 15 séances de
mobilisation de l’industrie. Je suis allée à certaines de ces séances.
Nous faisons cela régulièrement et essayons de veiller à ce que les
entreprises aient la capacité nécessaire et soient prêtes non
seulement à le faire d’elles-mêmes, mais aussi à s’associer à
d’autres entreprises pour mieux tirer parti de leur capacité.
Senator L. Smith: Thank you, chair. I’ll give everyone else a
chance. It’s a fascinating topic. There are lots more questions we
can ask. Thank you very much.
Le sénateur L. Smith : Merci, monsieur le président. Je vais
donner la chance à tout le monde. C’est un sujet fascinant. Nous
pourrions poser bien d’autres questions. Je vous remercie
beaucoup.
The Chair: I was wondering: The expertise that you’re
developing with respect to procurement for DND, are you
using it for other government procurement projects?
Le président : Je me posais une question. Le savoir-faire que
vous perfectionnez concernant l’approvisionnement du MDN,
est-ce que vous l’utilisez pour d’autres projets
d’approvisionnement gouvernemental?
Ms. Campbell: That’s an excellent question. As I think my
colleagues were saying, what Canada is doing is not unique. There
are all sorts of international best practices, international
contracting organizations. We actually are tapping into that
expertise. What we’re learning on the defence side, we’re trying to
apply on the non-defence side, because what the acquisition
program procures is really quite varied. It’s things to test vaccines;
it’s clothing for our men and women in the military. It’s really
very vast. So yes, we are applying those lessons.
Mme Campbell : C’est une excellente question. Comme mes
collègues le disaient, je pense, ce que le Canada fait n’est pas
unique. Il y a toutes sortes de pratiques exemplaires à l’étranger,
au sein d’organisations étrangères d’approvisionnement. Nous
puisons en ce moment dans ce savoir-faire. Ce que nous
apprenons du côté de la défense, nous essayons de l’appliquer
ailleurs, car le programme d’acquisition couvre des achats très
variés, en réalité. Il peut s’agir de l’essai de vaccins, de vêtements
pour nos hommes et nos femmes au sein des Forces. C’est
vraiment très vaste. Donc, oui, nous tirons profit de ces leçons.
I should mention, because you’ve raised it, that we are in the
middle of a pretty big transformation process. We will be
procuring a solution that will provide better information and
services to our clients, suppliers and Canadians, and we’re going
to be using web-based access. Really, this is responding to
businesses’ needs. That’s how businesses work now, and we need
to react in the same way.
Je devrais mentionner, parce que vous avez soulevé la question,
que nous sommes en plein milieu d’un processus de
transformation très important. Nous allons offrir une solution
qui se traduira par des renseignements et des services supérieurs à
nos clients, aux fournisseurs et aux Canadiens, et nous allons
recourir à un accès web. Cela répond en réalité aux besoins des
entreprises. C’est ainsi que les entreprises fonctionnent
maintenant, et nous devons réagir de la même manière.
It’s a $16-billion spend, overseen by our department. This
transformation will support what we call the smart procurement
approach: early engagement of clients and suppliers, effective
governance, independent advice, and benefits for Canadians. It’s
also going to do something else that I think is particularly
important. It’s going to give us better data: What are the trends?
How fast are we paying people? How fast are the procurements
coming in? It will give us much more accurate analytics to allow
us to adjust as we go forward.
C’est une dépense de 16 milliards de dollars que notre ministère
supervise. Cette transformation soutiendra ce que nous appelons
l’approche de l’Approvisionnement éclairé; mobilisation hâtive
des clients et des fournisseurs, gouvernance efficace, conseils
indépendants et avantages pour la population canadienne. La
transformation va avoir un autre effet que je trouve
particulièrement important. Elle va nous donner de meilleures
données. Quelles sont les tendances? Combien de temps faut-il
pour payer les gens? Combien de temps faut-il pour recevoir les
achats? Cela va nous donner des analyses plus précises qui nous
permettront de nous adapter au fur et à mesure.
Senator Eaton: Ms. Campbell, you are so articulate, but if we
were going to war tomorrow, it seems to me we would be right
back on our heels. I hope you don’t mistake this; this is not an
attack, but I’m stunned by the process. The process is year after
year, we have the defence department. We went through this
wonderful thing about the ships being built in Halifax, and other
ships being built out West. It seems to me we never quite catch up.
La sénatrice Eaton : Madame Campbell, vous vous exprimez si
clairement, mais si nous allions en guerre demain, j’ai l’impression
que nous nous retrouverions de nouveau avec un retard. Je ne
veux pas que vous preniez cela comme une attaque, mais le
processus me renverse. Année après année, nous avons le
ministère de la Défense. Nous avons déjà vu ce projet
formidable de construction de navires à Halifax et dans l’Ouest.
13-5-2015
Finances nationales
31:67
It would be so nice if, for once, when we had the generals here and
the head of the navy, or you guys, you would say, ‘‘Yes, they are
actually being built; yes, they are coming off the line in June.’’
On dirait que nous ne reprenons jamais le dessus. Ce serait
formidable si, pour une fois, nous avions ici des généraux, des
dirigeants de la marine et vous qui nous disaient : « Oui, ils sont
en construction. Oui, ils seront prêts en juin. »
The F-35s, we don’t even hear about them anymore. I hear
now we’re fixing up the CF-18s to last to 2020. Does it never
worry you guys what we would do if we went into a major war?
How would we get ourselves up and going? Why does everything
take so long?
Nous n’entendons même plus parler des F-35. Ce que j’entends
maintenant, c’est que nous réparons les CF-18 pour qu’ils durent
jusqu’en 2020. Ne vous inquiétez-vous jamais de ce que nous
ferions si nous devions participer à une guerre importante?
Comment feriez-vous pour que nous soyons prêts à nous lancer?
Pourquoi faut-il tant de temps pour tout faire?
Ms. Campbell: Thank you for the question. Some of what I
described earlier is, quite frankly, government’s efforts to do
better at this. We recognized that some of these procurements
take too long; sometimes they’re over budget. It creates a trust
and confidence issue, and we need better information earlier.
Some of what was raised in the question is more appropriately
answered by my colleagues at the Department of National
Defence, but for the part that is Public Works —
Mme Campbell : Je vous remercie de votre question. Bien
franchement, ce que j’ai décrit précédemment fait partie des
efforts du gouvernement pour s’améliorer. Nous avons reconnu
que dans certains cas, l’approvisionnement prend trop de temps;
parfois, le budget est dépassé. Cela mène à des problèmes de
confiance, et nous avons besoin de meilleurs renseignements dès le
début. Mes collègues du ministère de la Défense nationale
pourraient mieux répondre à certains aspects de la question qui
a été posée, mais pour ce qui est de Travaux publics...
Senator Eaton: Well, they turn to us and say, ‘‘Ah, but you
know our colleagues at procurement, Public Works, they’ll tell
you everything.’’
La sénatrice Eaton : Et eux nous disent : « Vous pouvez vous
adresser à nos collègues responsables de l’approvisionnement à
Travaux publics; ils vous diront tout ce que vous voulez savoir. »
Ms. Campbell: If I may, I’m glad to share some of the early
successes that we have seen through the National Shipbuilding
Procurement Strategy, which is a bit of a precursor to the Defence
Procurement Strategy, which covers everything.
Mme Campbell : Si je puis me le permettre, j’aimerais vous
faire part des premiers succès que nous avons obtenus dans le
cadre de la Stratégie nationale d’approvisionnement en matière de
construction navale, qui est en quelque sorte le précurseur de la
Stratégie d’approvisionnement en matière de défense, laquelle
couvre tous les aspects.
The National Shipbuilding Strategy was created a couple of
years ago, and it’s estimated to provide $2 billion in annual
economic benefits to Canada and 15,000 jobs.
La Stratégie nationale d’approvisionnement en matière de
construction navale a été mise en place il y a quelques années déjà,
et on estime qu’elle engendre des retombées économiques
annuelles de l’ordre de 2 milliards de dollars et crée
15 000 emplois.
Senator Eaton: Believe me, but we have been through that and
know how good it is. I’m just hoping that by the time the first ship
is coming off that we keep on procuring, so we never find
ourselves in a position where we have no supply ships, where
we’re taking CF-18s — which are how old now, 20 years old —
and we’re fixing them up to last until 2025. It’s like building
subways in Toronto — if only we’d start, but instead we keep on
talking about it.
La sénatrice Eaton : Je peux vous assurer que nous sommes
parfaitement au courant de tout cela. J’espère simplement qu’au
moment de la mise en service du premier navire, nous
poursuivrons le processus d’acquisition de manière à ne pas
nous retrouver sans aucun navire de ravitaillement et à réparer les
CF-18, qui ont maintenant 20 ans, pour qu’ils durent jusqu’en
2025. C’est comme le métro de Toronto — arrêtons d’en parler et
passons à l’action.
Ms. Campbell: That’s an excellent question. One of the benefits
of these strategies is that they are long-term. The NSPS is a
30-year strategy. Through a competitive process we awarded a
combat package of work to Irving Shipyards, so it is a long
program of work that can be planned to avoid the boom and bust
problems, to ensure efficiencies over time and to allow us to see
issues far into the future. So it allows a very detailed level of
planning. There is the same thing with Vancouver where a noncombat package of work was awarded. Very detailed planning
goes on years ahead and buying equipment in advance. It’s called
Mme Campbell : C’est une excellente question. L’un des
avantages de ces stratégies, c’est qu’elles sont à long terme. La
SNACN s’échelonne sur 30 ans. Dans le cadre d’un processus
d’approvisionnement concurrentiel, nous avons attribué un
contrat au chantier naval Irving Shipbuilding, qui construira les
navires de combat. Il s’agit d’un programme de travaux de grande
envergure qui nécessite beaucoup de planification si on ne veut
pas se retrouver avec un processus en dents de scie et si on veut
réaliser des gains d’efficience et prévoir les problèmes longtemps
d’avance. C’est la même chose pour Vancouver Shipyards, à qui
31:68
National Finance
13-5-2015
long-lead items, ensuring that you buy things like engines that you
know you will need enough in advance that you can ensure
continuity of work.
on a attribué un contrat visant les navires non destinés au combat.
Une planification très détaillée qui s’étale sur plusieurs années
nous permettra d’acheter de l’équipement à l’avance, notamment
ce qu’on appelle les articles à long délai de livraison, comme les
moteurs, afin d’assurer la continuité des travaux.
Senator Eaton: May I ask agriculture a question? Regarding
the TPP, is the United States going to try to block our
participation, or is our participation in the TPP assured? I don’t
see anything in the estimates here allowing for costs, or was that
also apportioned last year?
La sénatrice Eaton : Puis-je poser une question aux
représentants d’Agriculture et agroalimentaire Canada? En ce
qui concerne le Partenariat transpacifique, est-ce que les ÉtatsUnis vont tenter de nous empêcher de participer, ou si notre
participation est assurée? Je ne vois rien dans le budget qui se
rapporte au PTP, à moins que les coûts figurent dans le budget de
l’an dernier?
Mr. Meredith: For the Trans-Pacific Partnership, no, there are
no costs built into our estimates because the negotiating teams are
part of our complement, but also the Department of Foreign
Affairs and International Trade has a negotiations unit, and
that’s basically the expenditure for now.
M. Meredith : En ce qui a trait au Partenariat transpacifique,
non, il n’y a pas de coût prévu dans le budget, étant donné que les
équipes de négociation relèvent de nous, mais aussi du ministère
des Affaires étrangères et du Commerce international, et les
dépenses se limitent à cela pour l’instant.
I would never say that anything is assured. We are in a
negotiation with 12 other countries. But you know that the
government has made it a priority. We are at the table.
Rien n’est garanti. Nous négocions avec 12 autres pays. Mais
sachez que le gouvernement considère ce partenariat comme une
priorité. Nous participons aux discussions.
Senator Eaton: I know that, but I’ve also heard that it could be
conditional, if President Obama doesn’t fast track it in the
Congress. Or if he decides he doesn’t want us as part of the TPP,
then can he keep us out?
La sénatrice Eaton : Je le sais, mais j’ai également entendu dire
que tout pourrait être conditionnel, si le président Obama ne
réussissait pas à convaincre le Congrès d’adopter la procédure
accélérée ou s’il décidait de nous exclure du PTP.
Mr. Meredith: So far they have been very anxious to have us
in. With respect to Congress, you’re talking about Trade
Promotion Authority, which allows for Congress to have an up
or down vote on the acceptance of an eventual deal — it’s not the
deal itself at this stage. That got additional support in the Senate
today with a package that the house leader put together with the
democratic senators. We’ll see if TPA comes forward, but we
think it will eventually.
M. Meredith : Jusqu’à maintenant, ils souhaitent vivement
négocier avec nous. Quant au Congrès, vous parlez de la
procédure accélérée, dite TPA, qui lui permet de se prononcer
pour ou contre une entente éventuelle — à ce stade-ci, il ne s’agit
pas de l’entente en tant que telle. Le Sénat s’est également
prononcé en faveur aujourd’hui après que le leader au Sénat se
soit entendu avec des sénateurs démocrates. Nous allons voir si le
Congrès autorisera la procédure accélérée, mais nous croyons que
oui.
Right now, I would say that the President and maybe some of
his colleagues in Congress have expressed a certain amount of
concern about the pace of our negotiations with the U.S. I
hesitate to suggest that that’s putting us on the path of being
outside of the agreement. I think there is quite a bit of domestic
politics at work.
À l’heure actuelle, je dirais que le président et certains de ses
collègues au Congrès ont exprimé quelques préoccupations quant
à la lenteur de nos négociations avec les États-Unis. J’hésite à dire
que cela va nous exclure de l’accord. Je pense que c’est plutôt une
question de politique intérieure.
Senator Eaton: Why are we negotiating with the U.S.? Is it over
our dairy products?
La sénatrice Eaton : Pourquoi négocions-nous avec les ÉtatsUnis? Est-ce au sujet des produits laitiers?
Mr. Meredith: No, it’s the mode of engagement. There’s a lot
of bilateral negotiation that goes on. It’s not all what the trade
people would call pluri-lateral negotiations. But those
negotiations en groupe do happen. For example, towards the
end of the month, ministers will be getting together from all of the
TPP nations to negotiate at once. We’re working out, bilaterally,
a number of aspects of the agreement.
M. Meredith : Non, c’est plutôt le mode de négociation. Nous
menons beaucoup de négociations bilatérales. Il n’y a pas
seulement que ce que les gens du domaine appellent les
négociations plurilatérales. N’empêche que ces pourparlers ont
quand même lieu. Par exemple, vers la fin du mois, les ministres
de tous les pays membres du Partenariat transpacifique se
réuniront pour négocier. Nous discutons de plusieurs aspects de
l’accord de façon bilatérale.
Senator Eaton: It depends how we well we do with the U.S.,
whether we can go on to New Zealand and — ?
La sénatrice Eaton : Selon le déroulement des négociations
avec les États-Unis, nous pourrions ensuite traiter avec la
Nouvelle-Zélande et...?
13-5-2015
Finances nationales
Mr. Meredith: No, it’s not sequential like that.
M. Meredith : Non, ce n’est pas séquentiel comme cela.
Senator Eaton: Oh, it’s not sequential.
La sénatrice Eaton : D’accord, ce n’est pas séquentiel.
Mr. Meredith: No.
M. Meredith : Non.
31:69
The Chair: I haven’t figured out how this is working either.
Maybe just for the record, you might explain this. We were a little
late coming in and expressing an interest in the Trans-Pacific
Partnership. The United States was in there from the beginning
with a number of countries. My understanding was that Canada
would have to accept whatever those initial countries negotiated.
All we’re doing is trying to convince some of the initial countries
about our position.
Le président : Je ne comprends pas du tout comment cela
fonctionne. Vous pourriez peut-être nous l’expliquer. Nous avons
mis du temps à nous intéresser au Partenariat transpacifique. Les
États-Unis, et d’autres pays, ont manifesté leur intérêt dès le
départ. Si j’ai bien compris, le Canada devra accepter ce qui a déjà
été négocié par ces pays. Tout ce que nous faisons, c’est essayer de
convaincre ces pays de notre position.
Mr. Meredith: Senator, those are pertinent points, but I would
rather not go too deeply into them. I think they really lie with the
Department of Foreign Affairs and International Trade and our
own chief negotiator.
M. Meredith : Sénateur, ce sont des questions très pertinentes,
mais je préférerais ne pas trop m’avancer. Vous devriez les poser
aux représentants des Affaires étrangères et du Commerce
international et à notre propre négociateur en chef.
The Chair: It’s from the agricultural point of view that we’re
interested in knowing, and in supply management. That’s what
we’re dancing around here. We’d like to know what’s on the table.
Le président : D’accord, mais ce sont des questions qui
touchent l’agriculture et la gestion de l’offre. Nous aimerions
savoir sur quoi portent les négociations.
Mr. Meredith: Everything is on the table. Everything is being
negotiated. As our minister has said many times, every country
has sensitivities in these negotiations. I would hesitate to
characterize the current negotiations as us trying to get into the
TPP. There were a certain number of dimensions of an eventual
deal that we’ve already agreed to, but there is a great deal that
remains on the table for negotiation. I wouldn’t quite characterize
it as Canada trying to accede to a fully developed agreement.
M. Meredith : Tous les aspects font l’objet de négociations.
Comme notre ministre l’a dit à plusieurs reprises, chaque pays a
ses dossiers sensibles dans le cadre de ces pourparlers. J’hésiterais
à dire que les négociations actuelles visent à nous inclure dans le
PTP. Il y a un certain nombre de dimensions de l’éventuel accord
sur lesquelles nous nous sommes déjà entendus, mais il reste
encore beaucoup de choses à négocier. Je ne dirais pas que le
Canada essaie d’adhérer à un accord entièrement au point.
The Chair: We will take your suggestion and bring in some
other witnesses to help us.
Le président : Nous allons donc prendre votre suggestion et
peut-être inviter d’autres témoins pour nous aider à comprendre.
Mr. Meredith: That will make me very popular, I’m sure.
Senator Eaton: I’m so popular tonight that perhaps I should
cede my place to Senator Chaput.
[Translation]
M. Meredith : Cela va me rendre très populaire, j’en suis
certain.
La sénatrice Eaton : Je suis si populaire ce soir que je crois que
je vais céder mon temps de parole à la sénatrice Chaput.
[Français]
Senator Chaput: My first question goes to the officials from the
Administrative Tribunals Support Service of Canada.
Ms. Pelletier and Mr. Robitaille, first, I must congratulate you.
We have often wondered about this project in the past. But it saw
the light of day in November 2014.
La sénatrice Chaput : Ma première question s’adresse aux
représentants du Service canadien d’appui aux tribunaux
administratifs. Madame Pelletier et monsieur Robitaille, je dois
d’abord vous féliciter. Nous nous sommes souvent interrogés sur
ce projet dans le passé. Or, vous avez vu le jour en novembre 2014.
In your presentation, you said that you had established
secretariats for each of these 11 tribunals. Did we not have
them beforehand? If so, what is the difference?
Dans votre présentation, vous avez dit avoir établi des
secrétariats pour chacun de ces 11 tribunaux. N’y en avait-il pas
auparavant? Dans l’affirmative, quelle est la différence?
Ms. Pelletier: Beforehand, the tribunal employees reported to
the tribunals. Now, with the establishment of the Administrative
Tribunals Support Service, all the employees who used to report
to the tribunals actually report to us. We wanted to make sure
that there would always be expert employees to serve the tribunals
exclusively in their areas of expertise. When we say secretariat, we
mean that employees who fulfill the mandate of the tribunals in
those specific areas of expertise are always assigned to them. It is
an organizational structure, an organizational arrangement that
Mme Pelletier : Auparavant, les employés des tribunaux
relevaient des tribunaux. Effectivement, avec la création du
service d’appui aux tribunaux administratifs, tous les employés
qui relevaient des tribunaux relèvent maintenant de nous. Nous
voulions nous assurer qu’il y aurait toujours des employés experts
qui serviraient les tribunaux exclusivement dans ces domaines
d’expertise. Quand on parle de secrétariat, c’est pour s’assurer que
les employés qui remplissent le mandat des tribunaux, dans ces
domaines d’expertise particuliers, sont toujours affectés à ces
31:70
National Finance
13-5-2015
we have put in place so that, although all the employees have been
brought together under one roof, it is clear that the tribunals keep
the expertise of their staff and can call on them to help fulfill their
mandate.
tribunaux. C’est une structure organisationnelle, un aménagement
organisationnel que l’on a mis en place de sorte que, même si tous
les employés étaient rapatriés sous un même toit, il soit clair que
les tribunaux maintenaient une expertise quant au personnel à qui
ils font appel pour les aider à remplir leur mandat.
Senator Chaput: So we are probably talking about the same
employees.
La sénatrice Chaput : Il se pourrait qu’on parle des mêmes
employés.
Ms. Pelletier: Yes.
Mme Pelletier : Oui.
Senator Chaput: The difference is in the structure?
La sénatrice Chaput : C’est la structure qui est différente?
Ms. Pelletier: Exactly.
Mme Pelletier : C’est exact.
Senator Chaput: In your presentation, you also said that you
allow the chairs to participate in major decisions. In your
2015-16 Main Estimates, you list expenses of $17.1 million in
payments to the chairs and to the tribunal members.
La sénatrice Chaput : Dans votre présentation, vous avez dit
également que vous permettiez aux présidents de participer aux
décisions importantes. Dans votre Budget principal des dépenses
de 2015-2016, vous prévoyez des dépenses de 17,1 millions de
dollars en paiements aux présidents et aux membres des
tribunaux.
How many chairs are there? Is there one chair for each
tribunal, meaning 11 in total? And what kinds of payments are
involved?
Combien y a-t-il de présidents? S’agit-il d’un président pour
chaque tribunal, soit 11? Et de quel type de paiement s’agit-il?
Ms. Pelletier: I will check the figures to make sure that I give
you the right answer. The amount of $17.05 million is to pay the
salaries of the chairs and the members of the tribunals. So these
are the salaries of the tribunal members.
Mme Pelletier : Je vais vérifier les chiffres afin de vous donner
la bonne réponse. Le montant de 17,05 millions est lié au
paiement des salaires des présidents et des membres des
tribunaux. Il s’agit donc des salaires des membres de ces
tribunaux.
Also, you asked me the number of chairs. There is one chair
per tribunal, for a total of 11.
Aussi, vous me demandiez le nombre de présidents. Il y a un
président par tribunal, soit 11.
Senator Chaput: My next questions are for the officials from
Public Works and Government Services Canada. They will be
along the same lines as the questions Senator Wallace asked about
payroll systems.
La sénatrice Chaput : Mes prochaines questions s’adressent aux
représentants de Travaux publics et Services gouvernementaux
Canada, et elles seront dans la même veine que celles du sénateur
Wallace, qui vous a questionné au sujet des systèmes de paie.
You say that the new payroll system will allow the Government
of Canada to replace the outdated system by a modern solution.
However, you state that there is already a reduction of $10 million
due to the activities involved in this. How can there be a reduction
in the appropriation with the system not yet in place?
Vous dites que le nouveau système de paie permettra au
gouvernement du Canada de remplacer le système désuet par une
solution moderne. Cependant, vous affirmez qu’il y a déjà une
diminution de 10 millions de dollars attribuable à la réalisation
des activités prévues à ce titre. Comment peut-il y avoir une
diminution des crédits, alors que ce système n’est pas encore
instauré?
Mr. Lakroni: Thank you for the question. I would like to
specify that the savings I referred to are identified for 2016-17.
M. Lakroni : Je vous remercie pour la question. J’aimerais
préciser que les économies auxquelles j’ai fait référence sont
prévues pour 2016-2017.
Senator Chaput: On page 3 of the French text, there is a
mention of a reduction of $10.3 million.
La sénatrice Chaput : On parle de la réduction de 10,3 millions
de dollars, à la page 3 du texte français.
Mr. Lakroni: The $10.3 million shows that we are spending less
this year than we did last year. This year, we are spending
$10.3 million, and last year, we spent $44.5 million. In 2015-16,
we plan to spend only $34.2 million.
M. Lakroni : Les 10,3 millions de dollars illustrent le fait que,
cette année, nous dépensons moins que l’année passée. Nous
dépensons 10,3 millions cette année, et l’an passé, nous avons
dépensé 44,5 millions de dollars. En 2015-2016, nous prévoyons
dépenser seulement 34,2 millions de dollars.
Senator Chaput: How is the amount allocated?
La sénatrice Chaput : À quoi est-ce attribué?
13-5-2015
Finances nationales
31:71
Mr. Lakroni: It is the cash flow from the project, because it is
not linear. When we are putting a system in place, the planning
stage if you will, we spend less. During the design phase, we spend
less. The years when we spend more are in the implementation
stage. I can give you the total cost of the project if you are
interested.
M. Lakroni : Il s’agit du cash flow du projet, parce que ce n’est
pas linéaire. Quand on met en place un système, comme la phase
de planification, on dépense moins. Durant la phase de
conception, on dépense moins. Les années où on dépense
davantage, c’est lors des étapes de mise en œuvre. Je peux vous
donner le coût total du projet si cela vous intéresse.
Senator Chaput: The project is scheduled to be fully
implemented in 2016.
La sénatrice Chaput : La mise en œuvre complète du projet est
prévue pour 2016.
Mr. Lakroni: Exactly.
Senator Chaput: The savings of $78 million will not start before
2016.
Mr. Lakroni: In 2016-17.
M. Lakroni : Exactement.
La sénatrice Chaput : L’économie de l’ordre de 78 millions de
dollars ne commencera pas avant 2016.
M. Lakroni : En 2016-2017.
Senator Chaput: Very well. Thank you. I have another question
for Agriculture and Agri-Food Canada regarding the AgriRisk
initiatives. In your 2015-16 budget, you are seeking an increase of
$5 million in the Main Estimates for those initiatives. What do
these initiatives entail? What are the criteria you use to approve a
project?
La sénatrice Chaput : Très bien. Je vous remercie. J’ai une autre
question qui s’adresse à Agriculture et Agroalimentaire Canada
concernant les Initiatives Agri-risques. Dans votre budget de
2015-2016, vous demandez une augmentation s’élevant à
5 millions de dollars pour le budget principal destiné à ces
initiatives. En quoi consistent ces initiatives? Quels sont les
critères que vous utilisez pour approuver un projet?
Mr. Corriveau: Last year, a little like what Mr. Lakroni
explained in reverse, not a lot of funding was allocated. This
year, given that this is the second year of the initiative, we expect
to spend more money. My colleague in charge of implementing
the program will explain the precise mechanics.
M. Corriveau : L’an dernier, un peu à l’inverse de ce que
M. Lakroni a expliqué, il n’y avait pas beaucoup de fonds qui
avaient été prévus. Cette année, étant donné qu’il s’agit de la
deuxième année de l’initiative, on prévoit dépenser plus d’argent.
Ma collègue qui est chargée de la mise en œuvre du programme
vous en expliquera la nature même.
Kristina Namiesniowski, Assistant Deputy Minister, Programs
Branch, Agriculture and Agri-Food Canada: Thank you,
Mr. Chair. I will answer in English so that my explanations are
clear and precise.
Kristina Namiesniowski, sous-ministre adjointe, Direction
générale des programmes, Agriculture et Agroalimentaire
Canada : Je vous remercie, monsieur le président. Je vais
répondre en anglais pour que mes explications soient claires et
précises.
[English]
[Traduction]
We have an AgriRisk program, and it is a program that, in the
context of the GF2 framework, was a new initiative that
government felt should be an important part of our framework.
This program supports two streams of activity. One stream we
refer to as research and development. What do I mean by that?
We support research and development by providing federal-only,
time-limited financial assistance to project proponents to
undertake research and development activities related to the
development of new risk management tools. We also have a
stream of activity that we refer to as the administrative capacitybuilding stream, and that stream is cost-shared with provinces
and territories. It supports pilot administration during early years
of delivering new risk management tools.
Nous avons le nouveau programme Agri-risques, une initiative
à laquelle le gouvernement accordait une grande importance dans
le contexte du cadre Cultivons l’avenir 2. Ce programme appuie
deux volets d’activités. Tout d’abord, nous avons le volet des
activités de recherche et de développement. De quoi s’agit-il
exactement? Nous appuyons la R-D en fournissant une aide
financière, de durée limitée et relevant exclusivement du fédéral,
aux promoteurs de projets en R-D pour qu’ils mettent au point de
nouveaux outils de gestion des risques. Nous avons également le
volet du renforcement des capacités administratives, dont les
coûts sont partagés avec les provinces et les territoires. Ce volet
soutient les administrations pilotes durant les premières années de
mise en œuvre des nouveaux outils de gestion des risques.
One of the initiatives that our minister certainly refers to on a
regular basis as one of the pilots that we’re supporting through
the risk management, the AgriRisk Initiatives program, is the
Western Livestock Price Insurance Pilot Program. This is a new
initiative that was developed between the federal government and
the Western provinces where we’ve put in place a new risk
management tool that supports the livestock industry in terms of
L’une des initiatives que nous appuyons dans le cadre du
programme Agri-risques et dont notre ministre parle
régulièrement est le Programme pilote d’assurance des prix pour
le bétail de l’Ouest. Il s’agit d’un modèle unique de collaboration
entre le gouvernement fédéral et les provinces de l’Ouest. Nous
avons mis en place un nouvel outil de gestion des risques qui
appuie le secteur de l’élevage au chapitre de l’assurance des prix.
31:72
National Finance
offering price insurance. Through this program, we were able to
provide support to that initiative, which is a pilot. As I’ve
indicated, we’re working with the provinces and the industry in
assessing the impact that that tool is having on producers. To
date, it’s been a very positive initiative that has been welcomed by
producers and has provided support to the development of an
insurance tool that hadn’t existed up to that point.
[Translation]
Senator Chaput: In terms of the pilot project, how many
applications have you received? How many initiatives have you
supported in Canada?
[English]
13-5-2015
Par l’intermédiaire de ce programme, nous avons été en mesure de
soutenir cette initiative, qui se veut un projet pilote. Comme je l’ai
indiqué, nous collaborons avec les provinces et l’industrie pour
évaluer l’incidence de cet outil sur les producteurs. Jusqu’à
présent, il s’agit d’une initiative très positive qui est bien accueillie
par les producteurs et qui a permis de mettre au point un outil
d’assurance dont nous ne disposions pas jusque-là.
[Français]
La sénatrice Chaput : Lorsqu’on parle du projet pilote,
combien de demandes avez-vous reçues? Combien d’initiatives
avez-vous appuyées au Canada?
[Traduction]
Ms. Namiesniowski: To date, under the stream of research and
development, we have nine projects that we’ve approved to date.
Under the administrative capacity-building stream, we have had
one project that has been approved. This is a new initiative, as I
indicated, that was developed and announced as part of our new
framework. We’re in the process of working with industry, and
we’re increasingly getting new demands that are seeking support
through the program to fund different initiatives.
Mme Namiesniowski : Jusqu’à présent, dans le cadre du volet
des activités de recherche et de développement, neuf projets ont
été approuvés. Du côté du renforcement des capacités
administratives, un seul projet a été approuvé. Comme je l’ai
indiqué, il s’agit d’une nouvelle initiative qui s’inscrit dans notre
nouveau cadre. Nous collaborons actuellement avec l’industrie, et
nous recevons de plus en plus de nouvelles demandes de gens qui
veulent bénéficier du programme pour financer diverses
initiatives.
My colleague made reference to the fact that the funding
profile for this program is ramping up, and there is a reason it’s
ramping up. When we first started it, we knew we would have to
work with the industry to develop demand, and we’re now seeing
that demand increase. So we fully expect to be in a position to
support additional projects between now and the end of the
framework.
Mon collègue a parlé plus tôt du profil de financement pour ce
programme qui est à la hausse, et il y a une raison qui explique cet
accroissement. Au départ, nous savions qu’il fallait travailler avec
l’industrie pour créer la demande, et aujourd’hui, nous observons
une augmentation de la demande. Par conséquent, nous croyons
être en mesure d’appuyer des projets additionnels d’ici la fin du
cadre.
[Translation]
[Français]
Senator Chaput: Have you turned down any applications so
far?
La sénatrice Chaput : Avez-vous refusé des demandes jusqu’à
présent?
Ms. Namiesniowski: I’m not sure whether we have turned
down any applications, but I know that sometimes there are
proposals —
Mme Namiesniowski : Je ne sais pas si on a refusé des
demandes, mais je sais que parfois il y a des propositions —
[English]
I know there are proposals where we need to work a little bit
with the industry to make sure it fits the requirements of the
program.
[Translation]
Senator Chaput: I understand. Is there a limit in terms of the
funding for your pilot project or other initiatives? And have you
set a time-frame?
[English]
Ms. Namiesniowski: Again, from the point of view of the two
streams of activities, on the research and development side, the
parameters of the program allow us to provide up to
$500,000 worth of support per fiscal year for a project. But
[Traduction]
Je sais qu’il y a des propositions pour lesquelles nous devons
travailler avec l’industrie afin de nous assurer qu’elles satisfont
aux exigences du programme.
[Français]
La sénatrice Chaput : Je comprends. Y a-t-il une limite quant
au financement que vous accordez au projet pilote ou aux autres
initiatives? Et avez-vous fixé un échéancier?
[Traduction]
Mme Namiesniowski : Encore une fois, pour ce qui est des deux
volets d’activités, du côté de la recherche et du développement, les
paramètres du programme nous permettent de verser jusqu’à
500 000 $ de soutien par exercice financier pour un projet donné.
13-5-2015
Finances nationales
that’s an up-to amount, so it very much depends on the nature of
the proposal and what is being requested and whether everything
requested falls within the terms and conditions of our program.
[Translation]
Toutefois, il s’agit d’un montant maximal, alors tout dépend de la
nature de la proposition, de ce qui est demandé et si tout
correspond aux modalités de notre programme.
[Français]
Senator Chaput: Is that the maximum?
La sénatrice Chaput : Est-ce le maximum?
Ms. Namiesniowski: That’s the maximum.
Mme Namiesniowski : C’est le maximum.
[English]
That’s the maximum on the R&D side. On the administrative
capacity-building side, we can make available up to $8 million per
year in total, but we cost-share that with provinces and territories.
[Translation]
Senator Chaput: Does the private sector provide assistance?
[English]
Ms. Namiesniowski: In terms of the eligible applicants that
come to us, they are not-for-profit, industry organizations and
co-operative mutual insurance companies. They can be academic
institutions. As I’ve said, on the administrative capacity-building
stream, we cost-share that with the provincial governments, so
they’re often a partner. Our expectation is that the proponent is
putting some of their money on the table, so we leverage.
Typically, it’s a 33-66 per cent cost-share.
[Translation]
Senator Bellemare: I will continue with a question for
Agriculture and Agri-Food Canada. You gave us some good
news about the opening up of markets and the increase in demand
in the agricultural sector. You must surely have a strategic vision
of the industry. Do you think that this momentum in the
Canadian economy will promote intensive agriculture at the
expense of local products? Or on the contrary, do you think that it
could also give a meaningful boost to smaller producers who
provide more specific products? Is your thinking neutral in terms
of those two types of agriculture or do you have preferences in
your programs?
[English]
31:73
[Traduction]
C’est le montant maximal pour la R-D. En ce qui concerne le
renforcement des capacités administratives, nous pouvons offrir
jusqu’à 8 millions de dollars par année au total, mais ce sont des
coûts que nous partageons avec les provinces et les territoires.
[Français]
La sénatrice Chaput : Le secteur privé apporte-t-il de l’aide?
[Traduction]
Mme Namiesniowski : Pour ce qui est des demandeurs, il s’agit
d’organismes à but non lucratif et de coopératives et sociétés
mutuelles d’assurance. Il peut également s’agir d’établissements
d’enseignement. Comme je l’ai dit, sur le plan du renforcement
des capacités administratives, nous partageons les coûts avec les
gouvernements provinciaux, alors les provinces sont souvent un
partenaire. Nous nous attendons également à ce que le promoteur
investisse dans le projet. Habituellement, les projets sont financés
en partie par le fédéral selon un partage des coûts de 33-66 p. 100.
[Français]
La sénatrice Bellemare : Je vais poursuivre en posant ma
question à Agriculture et Agroalimentaire Canada. Vous nous
avez annoncé de bonnes nouvelles en ce qui concerne l’ouverture
des marchés et l’augmentation de la demande dans le secteur
agricole. Vous avez sûrement une vision stratégique de l’industrie.
Croyez-vous que cet élan dans l’économie canadienne favorisera
une agriculture intensive au détriment des produits régionaux? Ou
bien croyez-vous, au contraire, que cela peut donner aussi une
poussée intéressante aux plus petits producteurs qui offrent des
produits plus particuliers? Dans ce questionnement, vos
programmes sont-ils neutres par rapport à ces deux types
d’agriculture ou avez-vous des préférences dans vos programmes?
[Traduction]
Mr. Meredith: Thank you very much. I really appreciate the
interest in agriculture. It is a very diverse sector in two senses. The
size of farms varies quite dramatically, and the nature of the
products that they’re growing or producing varies quite
dramatically; they vary across the country and within provinces.
M. Meredith : Merci beaucoup. J’apprécie l’intérêt que vous
portez à l’agriculture. Il s’agit d’un secteur très diversifié à deux
égards. La taille des exploitations agricoles varie énormément,
tout comme la nature des produits que nous cultivons ou
produisons, et ce, à l’échelle du pays et au sein d’une même
province.
There a couple of interesting trends which I’m sure you’re
familiar with. There does seem to be, in Canada and in most
developed economies, a much greater interest in very specialized
Il y a quand même des tendances intéressantes dont vous êtes
sans doute au courant. Au Canada et dans la plupart des
économies développées, on semble avoir un plus grand appétit
31:74
National Finance
13-5-2015
foods. So niche markets are growing either for organics or for new
kinds of crops that weren’t very popular a few years ago; suddenly
they have become popular.
pour les aliments spécialisés. Par conséquent, les marchés à
créneaux pour les cultures biologiques ou pour toutes sortes de
cultures qui n’étaient pas populaires il y a quelques années
prennent de l’expansion et deviennent soudainement très en
demande.
There is a great deal of interest amongst consumers in local
food, and there’s a great deal of interest in the provenance of
food, how it is produced and processed, where it comes from and
how it has been treated. In this framework, we’ve deliberately
increased the flexibility for provinces to be able to target those
kinds of industry, and they treat smaller farms differently than
very large farms, just like we would do as a government with very
small firms versus large firms.
Les consommateurs s’intéressent de plus en plus aux aliments
locaux et accordent ainsi une plus grande importance à la
provenance des aliments, à la façon dont ils ont été produits et
transformés et ainsi de suite. Cela dit, nous avons délibérément
accru la flexibilité des provinces afin qu’elles puissent être en
mesure de cibler ces types d’industrie et qu’elles traitent les petites
exploitations agricoles différemment des grandes, tout comme
nous le ferions au gouvernement.
There is a desire to connect the producer more directly with the
consumer because that’s what the consumer wants. We try to
work on programs that give visibility through the supply chain, so
producers understand where consumer tastes are evolving. We
give provinces the ability to respond to things like local markets
or the creation of niche markets and a variety of other small,
tailored programs that respond to what consumers are looking for
but don’t know how to find.
On souhaite établir un lien plus direct entre le producteur et le
consommateur, car au bout du compte, c’est ce que veut le
consommateur. Nous essayons d’élaborer des programmes qui
améliorent la visibilité de la chaîne d’approvisionnement, de sorte
que les producteurs comprennent bien de quelle façon évoluent les
goûts des consommateurs. Nous donnons aux provinces la
capacité de s’adapter aux marchés locaux ou d’exploiter des
marchés à créneaux en offrant divers autres petits programmes
adaptés qui répondent aux besoins des consommateurs qui ne
savent souvent pas où trouver leurs produits.
[Translation]
Senator Bellemare: I am pleased with your answer since our
province has a lot of those regional initiatives. My understanding
is that you also support that type of agriculture, not just largescale farming.
Mr. Meredith: No.
[Français]
La sénatrice Bellemare : Je suis contente de votre réponse, car
dans notre province, il y a beaucoup de ces initiatives régionales.
Ce que je comprends, c’est que vous favorisez ce type aussi, et pas
seulement la grande culture.
M. Meredith : Non.
Senator Bellemare: I have another question for Public Works
and Government Services Canada about the changes in operating
expenditures. In the estimates, we see that the operating
expenditures, which were $2.085 billion in 2013-14, declined
significantly in 2014-15, and you are maintaining this downward
trend in 2015-16 with $1.651 billion. At the same time, you are
consolidating services. How do you pull off this feat of providing
more services with a lower operating budget?
La sénatrice Bellemare : J’ai une autre question pour Travaux
publics et Services gouvernementaux Canada par rapport à
l’évolution des dépenses de fonctionnement. Dans le budget des
dépenses, on constate que les dépenses de fonctionnement, qui
étaient de 2,085 milliards de dollars en 2013-2014, ont baissé de
façon importante en 2014-2015, et vous maintenez cette tendance
à la baisse en 2015-2016 avec 1,651 milliards. En même temps,
vous concentrez des services. Comment réussissez-vous ce tour de
force avec un budget de fonctionnement moins élevé, tout en
offrant davantage de services?
Mr. Lakroni: Thank you for the question. It is quite a technical
question, but I will make it interesting, since the objective is the
same. Two years ago, the Auditor General pointed out that the
departments had to review the definition of capital, if capital
expenditures were planned for in the operational budget. Capital
was redefined, but not by the departments; the rules were
established by the Treasury Board. The departments had two
years to clean things up and transfer the operating funds to
capital. The Department of Public Works has a lot of assets, just
like the Department of National Defence, among others. So we
were able to transfer about $250 million from operations to
capital.
M. Lakroni : Merci pour la question. C’est une question assez
technique, mais je vais la rendre intéressante, parce que l’objectif
est le même. Il y a deux ans, le vérificateur général a souligné le
fait que les ministères devaient revoir la définition de capital, s’il y
avait des dépenses de capital prévues au budget opérationnel. On
a redéfini ce qu’est le capital, et ce n’était pas laissé au soin des
ministères; les règles ont été établies par le Conseil du Trésor. Les
ministères ont eu deux ans pour faire le ménage et transférer les
fonds des opérations au capital. Le ministère des Travaux publics
est un ministère lourd en matière d’actifs, tout comme le ministère
de la Défense nationale, entre autres. On a donc pu transférer
environ 250 millions de dollars des opérations au capital.
13-5-2015
Finances nationales
31:75
The second aspect is that some leases considered to be capital
in nature were transferred to the same capital budget, because a
lease can be either operational or capital. It all depends on the
department’s exposure. The good news is that, if you remember, a
few years ago, we were often going back asking for funding
through the supplementary estimates. At the same time, we used
the opportunity to renew our formula for the funding for real
property. We are now funded mainly according to realistic needs,
meaning that the needs of the departments are assessed in a
realistic way, rather than being based on forecasts. That has
enabled us to request the funding as part of the current Main
Estimates. There are about $90 million from the funding that we
would have otherwise requested under the supplementary
estimates. It is a mix of things.
Le deuxième aspect, c’est que certains baux jugés à caractère
capital ont été transférés au même budget de capital, parce qu’un
bail peut être soit opérationnel, soit de capital. Tout dépend du
risque posé au ministère. La bonne nouvelle, ici, c’est que, si vous
vous souvenez, il y a quelques années, nous revenions souvent
demander des fonds au moyen du budget supplémentaire. Nous
en avons profité, par la même occasion, pour renouveler notre
formule de financement des biens immobiliers. Nous sommes
maintenant financés principalement en fonction de besoins
réalistes, c’est-à-dire que les besoins des ministères sont évalués
de façon réaliste, plutôt que sur une base de projection. Cela nous
a permis de demander les fonds dans le cadre du présent budget
principal. Il y a environ 90 millions de dollars liés au financement
que nous aurions autrement demandé dans le budget
supplémentaire. C’est une combinaison de choses.
Senator Bellemare: In the summary table listed in the Main
Estimates, on page II-290, where we see $2 billion for 2013-14, the
base for 2013-14 does not have the same definition as 2015-16?
La sénatrice Bellemare : Est-ce que cela veut dire, dans le
tableau du Budget principal des dépenses à la page II-290, où l’on
voit 2 milliards pour 2013-2014, la base de 2013-2014 n’a pas la
même définition que celle de 2015-2016?
Mr. Lakroni: In 2014-15, the base is the same.
Senator Bellemare: But in 2015-16, is the base different?
Mr. Lakroni: No. The base for 2014-15 is the same as for
2015-16.
M. Lakroni : En 2014-2015, la base est la même.
La sénatrice Bellemare : Mais en 2015-2016, la base est-elle
différente?
M. Lakroni : Non. La base de 2014-2015 est la même que celle
de 2015-2016.
Senator Bellemare: It’s 2013.
La sénatrice Bellemare : C’est 2013.
Mr. Lakroni: Exactly, it’s in 2013.
M. Lakroni : Exactement, c’est en 2013.
Senator Bellemare: How many employees did you have in
2013-14 and how many do you have now?
La sénatrice Bellemare : Vous aviez combien d’employés en
2013-2014, et combien maintenant?
Mr. Lakroni: In the budget, I can tell you that we have almost
12,000 employees now; about 11,900, if I’m not mistaken. We had
just over 12,000 employees before.
M. Lakroni : Dans le budget, je peux vous dire que,
maintenant, nous avons presque 12 000 employés; environ
11 900, si je ne me trompe pas. Auparavant, nous avions un
peu plus de 12 000 employés.
Senator Bellemare: Thank you for your answers.
[English]
The Chair: I have on my list for second round Senators Rivard,
Wallace and Chaput, just following up on points that hadn’t been
cleared up previously. If at any time a question requires you to do
some research or to send us back a letter, that’s fine as well, too,
especially if we’re asking for tables and that kind of thing.
[Translation]
Senator Rivard: I would like to go back to Senator HervieuxPayette’s question for Ms. Pelletier. I want to make sure I
understood your answer. The question was whether, in your
budget requests, you factored in the policy changes regarding the
compensation for banked sick leave. I think I heard you say that
you were not sure, and you added that when you prepare the
budget requests for the salaries of unionized workers, you rely on
La sénatrice Bellemare : Merci pour vos réponses.
[Traduction]
Le président : Pour la deuxième série de questions, j’ai sur ma
liste le nom des sénateurs Rivard, Wallace et Chaput, qui
aimeraient simplement revenir sur des questions qui ont besoin
d’éclaircissement. S’il s’avère qu’une question nécessite de la
recherche de votre part, vous pourrez nous transmettre la réponse
ultérieurement, surtout si l’on vous demande des tableaux et ce
genre de chose.
[Français]
Le sénateur Rivard : Je voudrais revenir à la question soulevée
par la sénatrice Hervieux-Payette, adressée à Mme Pelletier. Je
veux m’assurer d’avoir bien compris votre réponse. On vous
demandait si, dans vos demandes budgétaires, vous avez tenu
compte du changement de politique concernant la rémunération
des congés de maladie accumulés. Il me semble que je vous ai
entendu dire que vous n’étiez pas certaine, et vous avez ajouté que
31:76
National Finance
13-5-2015
the existing collective agreement; in the case of non-unionized
workers, you follow the wage policies established. What I am
trying to understand is that you could not have accounted for the
policy changes regarding the compensation of sick leave, because
it is proposed in Bill C-59, which is at second reading in the
House and whose pre-study we will start next week.
lorsqu’on prépare les demandes budgétaires liées aux salaires des
syndiqués, vous vous basez sur la convention collective en cours;
dans le cas des non-syndiqués, vous suivez les politiques salariales
établies. Ce que j’essaie de comprendre, c’est que vous ne pouvez
pas avoir escompté le changement de politique pour la
rémunération des congés de maladie, parce qu’il est proposé
dans le projet de loi C-59, qui est à l’étape de la deuxième lecture
en Chambre, et dont nous allons commencer l’étude préalable la
semaine prochaine.
Am I to understand that you cannot ignore it because the bill
has not passed yet? So it’s not a matter of not knowing but rather
that it cannot be taken into account? The question applies to all
the departments. You follow the existing collective agreements,
and if the decision is to change them unilaterally through a piece
of legislation, we will find out when Bill C-59 is passed.
Dois-je comprendre que vous ne pouvez pas l’ignorer, parce
que le projet n’est pas encore adopté; plutôt que de ne pas le
savoir, c’est qu’on ne peut pas en tenir compte? La même question
s’adresse à tous les ministères. Vous suivez les conventions
collectives existantes, et si on décide par une loi de les modifier de
façon unilatérale, nous le saurons lors de l’adoption du projet de
loi C-59.
Ms. Pelletier: Absolutely. I will let our director of corporate
services clarify that.
Mme Pelletier : Absolument. Je vais laisser le soin à notre
directeur des services corporatifs de le préciser.
Mr. Robitaille: That’s exactly it. The collective agreements in
place today are the ones governing the application of sick leave,
those that we follow and that we have considered in our budget
request today.
M. Robitaille : C’est exactement cela. Les conventions
collectives en place aujourd’hui sont celles qui gouvernent
l’application des congés de maladie, ce sont celles auxquelles
nous adhérons et dont nous avons tenu compte dans la demande
de notre budget aujourd’hui.
Senator Rivard: I just wanted to clarify that, because the
measure is proposed in Bill C-59. Thank you.
Le sénateur Rivard : Je voulais strictement clarifier cela, parce
que la mesure est proposée dans le projet de loi C-59. Merci.
[English]
[Traduction]
Senator Wallace: Mr. Meredith, a couple of questions for
Agriculture Canada. I was interested in your comments about
your Growing Forward 2 program — I guess you call it GF2 —
and that is a sizable program indeed, as you’re well aware,
$3 billion over five years. You are now in your third year, and
you’re seeking an increase of $5.7 million in the current year. As
you’ve described it, GF2 is available to promote competitiveness,
market development and innovation in the agriculture field.
Again, I understand it’s a joint program between federal,
provincial and territorial governments.
Le sénateur Wallace : Monsieur Meredith, j’aimerais vous
adresser quelques questions au sujet d’Agriculture Canada. J’ai
écouté avec intérêt ce que vous avez dit à propos du programme
Cultivons l’avenir 2, que vous appelez CA2. Comme vous le
savez, il s’agit d’un programme d’envergure dont le financement
s’élève à 3 milliards de dollars sur cinq ans. Vous en êtes
maintenant à votre troisième année et vous demandez une
augmentation de 5,7 millions de dollars pour l’exercice en cours.
Comme vous l’avez dit vous-même, CA2 est axé sur
l’amélioration de la compétitivité, le développement des marchés
et l’innovation dans le domaine agricole. Encore une fois, si j’ai
bien compris, il s’agit d’un programme conjoint entre les
gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux.
Are all of the provinces involved in that program? Are they all
contributing to it?
Est-ce que toutes les provinces prennent part à ce programme
ou y contribuent?
Mr. Meredith: Yes; they are.
M. Meredith : Absolument.
Senator Wallace: Obviously all the provinces are receiving
some benefit from the program.
Le sénateur Wallace : Évidemment, toutes les provinces
bénéficient du programme dans une certaine mesure.
Is the federal government funding that would be part of the
program allocated to the provinces on a fixed formula basis so
that the provinces know when they put their money in what they
will receive from the federal government?
Dans le cadre du programme, est-ce que le financement du
gouvernement fédéral est versé aux provinces selon une formule
fixe, de sorte que les provinces savent ce qui leur reviendra du
gouvernement fédéral une fois qu’elles ont investi leur argent?
13-5-2015
Finances nationales
31:77
Mr. Meredith: Yes. The formula is basically the percentage of
the national farm-gate cash receipts that exist in a given province.
That formula was negotiated with the provinces some time ago,
and it still applies today.
M. Meredith : Oui. En fait, la formule repose sur le
pourcentage des recettes monétaires agricoles au sein d’une
province donnée. Cette formule a été négociée avec les
provinces il y a quelque temps déjà et elle s’applique toujours.
Senator Wallace: Approximately what would be the percentage
of federal contribution to the GF2 program versus the provinces
and territories?
Le sénateur Wallace : Pourriez-vous nous dire
approximativement quel est le pourcentage de la contribution
fédérale au programme CA2 par opposition à celle des provinces
et des territoires?
Mr. Meredith: It is 60-40, with 60 being the federal.
M. Meredith : Je crois que c’est un partage 60-40, 60 étant la
contribution fédérale.
Senator Wallace: My sense of it from your comments is that
you’re pleased with the program. It has success and is assisting in
the Canadian agriculture trade, but how do you measure the
success of that program? Do you have a quantifiable
methodology that you’ve used? I guess that’s it. How do you
measure the success of that program?
Le sénateur Wallace : À vous écouter, j’ai l’impression que
vous êtes satisfait du programme. Il s’agit d’une réussite et ce
programme facilite le commerce agricole au Canada, mais
comment mesure-t-on son succès? Utilisez-vous une
méthodologie quantifiable? J’imagine que oui. Comment
mesurez-vous le succès de ce programme?
Mr. Meredith: Luckily, I just do the negotiations. My colleague
will answer.
M. Meredith : Dieu merci, je m’occupe seulement des
négociations. Ma collègue sera mieux en mesure que moi de
répondre à cette question.
Ms. Namiesniowski: Thank you very much, Mr. Chair, for the
question.
Mme Namiesniowski : Merci beaucoup, monsieur le président,
pour cette question.
To clarify in the context of the Growing Forward 2 framework,
we have a number of different types of programs. There are some
that we refer to as federal-only programs that are not cost-shared
with the provinces, and then there are those programs that are
cost-shared with the provinces and delivered by the provinces, but
delivered in the context of the framework agreement that’s been
negotiated with them.
Dans le contexte du cadre de Cultivons l’avenir 2, sachez que
nous avons différents types de programmes. Il y a ceux qui
relèvent exclusivement du fédéral et dont les coûts ne sont pas
partagés avec les provinces et il y a ceux dont les coûts sont
partagés avec les provinces et qui sont offerts par les provinces,
dans le cadre d’une entente négociée avec elles.
In the context of this current agreement, a lot of work was
done and continues to be done with the provinces on the question
of measurement and how do we collectively ensure that we’re
getting the kind of outcomes that we believe are the right ones in
the context of that significant level of investment.
Pour ce qui est de cet accord, on a beaucoup collaboré avec les
provinces et on continue de le faire sur la question de la mesure et
pour s’assurer d’obtenir les bons résultats dans le contexte d’un
investissement aussi important.
Concerning what has been done, we’ve worked with the
provinces and territories to develop what we refer to as a
performance measurement framework. In the context of that
framework, we have ensured there is linkage directly to the
department’s performance activity, architecture and our strategic
outcomes. We measure at the outcome level, at the program level
and at the individual project level. Through all of that,
collectively, we’re able to make a determination through the
collection of data that is specific to different projects and at a
program level whether we’re making an impact.
Dans cette optique, nous avons travaillé avec les provinces et
les territoires à l’élaboration d’un cadre de mesure du rendement.
Nous nous sommes assurés d’établir un lien entre l’architecture
des activités de programme du ministère et nos objectifs
stratégiques. Nous mesurons ensuite les résultats au niveau des
programmes et des projets. Grâce à ces mesures, nous pouvons
ensuite déterminer l’efficacité de ces programmes et de ces projets
en nous appuyant sur des données précises.
This is a different model than what had been in place under the
last framework, where there seemed to be more ability for
provinces and territories to pick and choose what they were going
to measure. This time we recognized there was real benefit in
coming up with a standardized approach and the picking of
specific types of indicators that we’re tracking. We asked for
feedback from the provinces on an annual basis. We have annual
discussions with them where we actually talk specifically about
performance. We also have some formal measurement tools that
Le modèle est différent de celui qui avait été mis en place dans
le programme précédent, où les provinces et les territoires
semblaient davantage pouvoir choisir ce qu’ils allaient mesurer.
Cette fois-ci, nous avons convenu qu’il y avait un avantage réel à
définir une approche uniforme et à choisir des indicateurs
particuliers à surveiller. Nous demandons chaque année les
commentaires des provinces. Nous leur parlons plus
particulièrement du rendement tous les ans. Nous employons
aussi des outils d’évaluation officiels. En effet, dans le cadre du
31:78
National Finance
13-5-2015
we deploy. In fact, in the context of the cost-shared programming,
we are about to have a formal survey where we’re going out and
surveying recipients of program dollars to be able to get a sense of
how the investments that have been made have had an impact on
them in terms of making a difference.
programme à coûts partagés, nous sommes sur le point d’entamer
une enquête officielle et poser des questions aux bénéficiaires pour
avoir une idée de l’incidence des investissements sur leurs activités
et savoir si les fonds ont changé la donne.
We have something that’s more robust than what we had in the
previous framework. At the end of the five-year period, we’ll have
a much better sense of the kind of impact we’ve made.
La procédure est plus rigoureuse qu’elle ne l’était auparavant.
Nous aurons une bien meilleure idée de notre incidence après la
période de cinq ans.
Senator Wallace: It will be important throughout. At the end of
five years, there may well be a desire to continue the program
onward. Having that data to measure the success will be
obviously helpful for politicians to make the decision.
Le sénateur Wallace : Ce sera important à tous les égards. À la
fin des cinq années, on pourrait bien vouloir prolonger le
programme. Ces données permettant d’évaluer la réussite
aideront évidemment les politiciens à prendre une décision.
Ms. Namiesniowski: Right.
Mme Namiesniowski : C’est vrai.
Senator Wallace: Mr. Meredith, in your presentation you said
that farm incomes are roughly $13 billion in Canada. If we were
to look at those incomes over the last three to five years, what is
the trend?
Le sénateur Wallace : Monsieur Meredith, vous avez dit en
exposé que les revenus agricoles s’élèvent à quelque 13 milliards
de dollars au Canada. Quelle est la tendance de ces revenus depuis
trois à cinq ans?
Mr. Meredith: The trend is definitely increasing. Forgive me
for not knowing the exact growth over the last two frameworks,
but the last three years have been record years for farm incomes.
The trend is definitely positive.
M. Meredith : La tendance est bel et bien à la hausse.
Pardonnez-moi de ne pas connaître la croissance exacte au
cours des deux derniers programmes, mais les trois dernières
années ont généré des revenus agricoles record. La tendance est
bel et bien favorable.
A lot of that has been driven by a couple of important changes
in the markets. Grains and oilseeds have come back in terms of
prices. They’re off their record highs of last year but still fairly
robust. In the pork and beef sectors, we’ve seen a real turnaround.
Pork producers were struggling in the past, say, 2008-11 period;
likewise beef producers around the same period. A large part of
that struggle has been the COOL legislation, the mandatory
country-of-origin labelling in the United States. That shaves
about a billion dollars a year off the sector. It has diminished our
trade with the United States about 50 per cent and 36 per cent
for cattle and hogs respectively.
Ce résultat est en grande partie attribuable à deux ou trois
changements importants sur les marchés. Les cours des céréales et
des oléagineux ont remonté; ils ne sont plus aux niveaux records
de l’année dernière, mais se portent encore relativement bien.
Dans les secteurs du porc et du bœuf, nous avons été témoins d’un
véritable revirement de situation. Les éleveurs de porcs étaient en
difficulté entre 2008 et 2011, disons, et les éleveurs de bovins de
boucherie aussi. Une grande partie de ces difficultés étaient
attribuables à la réglementation américaine relative à la mention
obligatoire du pays d’origine sur l’étiquette. Voilà qui enlève
environ 1 milliard de dollars par année aux secteurs. La
réglementation est responsable d’une baisse d’environ 50 et
36 p. 100 de nos échanges commerciaux avec les États-Unis
dans le cas respectif des bovins et des porcs.
That program has been running in the United States since
2008, and we were hoping very much to have a resolution of that
very soon.
Le programme est en vigueur depuis 2008 aux États-Unis, et
nous espérons vraiment trouver une solution très bientôt.
Senator Wallace: Have we seen a change in the export of
Canadian organically grown products?
Le sénateur Wallace : Avons-nous constaté un changement
dans l’exportation de produits canadiens biologiques?
Mr. Meredith: Percentage increase, yes, but it’s still a very
small export market.
M. Meredith : Il y a effectivement eu un pourcentage
d’augmentation, mais il s’agit encore d’un marché d’exportation
très restreint.
Senator L. Smith: Mr. Meredith, I sat and I listened, for
example, to $50 billion export, 7 per cent of GNP farming,
$13 billion, 60 per cent higher demand by 2050 going forward to
strategy plan capturing new markets, innovation, competitiveness
trade, 85 per cent of our capacity.
Le sénateur L. Smith : Monsieur Meredith, j’ai écouté ce qui a
été dit : 50 milliards de dollars d’exportations; 7 p. 100 du PIB
attribuable à l’agriculture; 13 milliards de dollars; une demande
qui sera 60 p. 100 plus élevée d’ici 2050, nécessitant un plan
stratégique de nouveaux marchés, d’innovation et d’échanges
concurrentiels; et l’exportation de 85 p. 100 de notre capacité.
13-5-2015
Finances nationales
31:79
So Canada-EU you said $1.5 billion of agri-products potential.
How do we gear up, and what role do you folks play in helping
our country gear up to be able to supply the demand that is going
to be out there and maintain our product quality?
Vous avez dit qu’il pourrait y avoir 1,5 milliard de dollars
d’exportations de produits agricoles du Canada vers l’Union
européenne. Comment pouvons-nous nous préparer? Quel rôle
jouerez-vous pour aider notre pays à s’équiper afin de pouvoir
répondre à la demande de demain tout en préservant la qualité de
notre produit?
I saw under your name that you are the assistant deputy
minister for strategy policy. I’m not trying to pick on you.
Je vois sous votre nom que vous êtes sous-ministre adjoint des
politiques stratégiques. Je n’essaie pas de vous critiquer.
Mr. Meredith: It’s impressive, isn’t it? Every day I wake up, I
can’t tell you.
M. Meredith : C’est impressionnant, n’est-ce pas? Je ne saurais
vous dire comment je me sens chaque jour, à mon réveil.
Senator L. Smith: It is. I’m jealous; I’m just a senator.
Le sénateur L. Smith : C’est vrai : je suis jaloux puisque je ne
suis qu’un sénateur.
Mr. Meredith: No. The sector is doing well — $56 billion in
exports last year. I think the question you’re asking is fairly
strategic because we do worry about that exact type of thing —
that is, negotiating a trade agreement, and then my colleague
running a market access secretariat that deals with accessing those
markets is not enough. The sector has to respond.
M. Meredith : Non. En fait, le secteur se porte bien, avec ses
exportations de 56 milliards de dollars l’an dernier. Je pense que la
question que vous posez est assez stratégique, puisque nous nous
soucions justement de ce genre de choses — à savoir la
négociation d’une entente commerciale. Il ne suffit pas que mon
collègue à la tête du Secrétariat à l’accès au marché s’attarde à
l’accès à ces marchés. Le secteur doit intervenir.
These are sophisticated operators. Producers are very well
organized into commodity groups and associations that are
preoccupied with issues like getting their particular commodity
group ready for export markets. Our job, I think, is three or
fourfold.
Ce sont des exploitants à la fine pointe. Les éleveurs sont très
bien organisés en groupements et en associations de producteurs
qui s’occupent d’enjeux comme la préparation de leurs membres
aux marchés d’exportation. Je crois que notre travail compte trois
ou quatre volets.
One is to negotiate the access and maintain it; one is to do
some marketing on behalf of the industry. The minister has been
all over the world on behalf of producers to ensure that the
markets are developed and that there are opportunities there for
producers. A lot of those missions are with producer groups and
industry representatives. Some door opening has to go on.
Il faut d’abord négocier l’accès au marché et le maintenir. Il
faut donc s’occuper de la commercialisation au nom de
l’industrie. Le ministre a parcouru le monde entier au nom des
éleveurs pour veiller à percer les marchés et à offrir des occasions
à l’étranger aux producteurs. Des représentants de groupements
de producteurs et de l’industrie participent à bon nombre de ces
missions. Il faut donc ouvrir des portes.
Then we work closely with the associations. In the agriculture
sector, there are a large number of commodity groups that are
active globally. I will give you a small example. When you go to
ministerial trade negotiation meetings in the WTO or elsewhere,
the overwhelming number of stakeholders who attend are
agriculture; out of 100, 90 will be from agriculture. They’re very
active and sophisticated.
En outre, nous collaborons étroitement avec les associations.
Dans le secteur agricole, un grand nombre de groupements de
producteurs sont actifs à l’échelle mondiale. Je vais vous donner
un petit exemple : à l’occasion des réunions ministérielles de
négociations commerciales à l’Organisation mondiale du
commerce ou ailleurs, la grande majorité des parties intéressées
appartiennent au domaine agricole, dans une proportion de
quelque 90 p. 100. Ce sont des organisations très actives et de
pointe.
We have a mechanism, again, through my colleague’s
responsibilities. We call them value-chain round tables. They
bring everybody involved in a supply chain together to develop
strategies. We act as a facilitator for them. So you will have input
supplier, farmers, initial primary processors and final processors
at the table. A lot of what they’re doing is developing strategies
for global trade.
Nous avons encore ici un mécanisme qui fait partie des
responsabilités de mon collègue. C’est ce que nous appelons des
tables rondes sur les chaînes de valeur. L’objectif est de réunir
tous les intervenants de la chaîne d’approvisionnement afin de
créer des stratégies. Nous assumons un rôle d’animation.
Fournisseurs, exploitants agricoles, transformateurs primaires et
transformateurs finaux se réunissent donc à une même table,
principalement pour créer des stratégies en matière de commerce
international.
31:80
National Finance
13-5-2015
Ms. Namiesniowski: I can also add in terms of what we do
specifically on the programming side. We have programming that
supports — Canada is doing very well, but we’re very conscious
that we can’t rest on our laurels. There are other competitors out
there that are also doing well and are nipping at our heels.
Mme Namiesniowski : Je peux également vous dire ce que nous
faisons plus particulièrement du côté de la programmation. Nous
offrons un programme d’aide — le Canada réussit très bien, mais
nous sommes très conscients du fait que nous ne pouvons pas
nous reposer sur nos lauriers. Il y a d’autres compétiteurs qui
obtiennent également de bons résultats et qui nous talonnent.
In the context of our programming, through the framework,
there is a real focus on helping the industry to remain innovative.
We have federal-only programming, as well as programming
offered at the provincial level, that is focused on innovation and
trying to drive our industry to continue to be more innovative
going forward.
Dans le contexte de nos programmes, le cadre cherche
véritablement à aider l’industrie à innover. Nous avons un
programme exclusivement fédéral, de même qu’un programme
provincial axé sur l’innovation dans le but d’inciter l’industrie à
continuer d’innover.
We also have specific programming in support of the industry’s
market-development efforts. The government’s opening the door
will bring the industry so far, but it’s really important — the
industry is the best place to actually get out there and sell their
product. So we have programming that supports the industry
directly to do that.
Nous offrons également un programme particulier pour
appuyer les efforts de développement des marchés déployés par
l’industrie. L’ouverture de portes du gouvernement permettra à
l’industrie de faire un bout de chemin, mais il est vraiment
important que... L’industrie est la mieux placée pour aller vendre
ses produits. Nous avons donc un programme qui l’aide
directement à ce chapitre.
We feel that together with the government and the industry,
that’s two sides of the same coin, and you can’t be successful
without each of them. Through our programming, we provide
support to the industry to be doing market development in the
different markets around the world to help them support their
product sales.
Nous sommes d’avis que le gouvernement et l’industrie sont les
deux côtés d’une même médaille, et qu’il est impossible de réussir
sans les deux. Grâce à nos programmes, nous aidons l’industrie à
développer les différents marchés du monde afin de favoriser la
vente de ses produits.
Senator L. Smith: Are you folks, and Ms. Campbell — you’re
coordinating with industry, groups, associations, et cetera. What
about infrastructure? I guess industry plays a part in developing
more infrastructure, but if you’re suddenly going to increase your
capacity by a major level — it appears that once the Canada-EU
deal kicks in, you will have a big bump. With Korea, you will
have a big bump. Are we going to be equipped, or are we going to
‘‘Growing Forward 3’’ and ‘‘Growing Forward 4’’ quickly,
including our infrastructure requirements?
Le sénateur L. Smith : Est-ce que vous, et madame Campbell
aussi... Vous coordonnez vos activités avec l’industrie, les
groupements, les associations, et ainsi de suite. Qu’en est-il de
l’infrastructure? J’imagine que l’industrie a un rôle à jouer dans la
construction d’infrastructure supplémentaire, mais si vous devez
soudainement augmenter considérablement votre capacité... Il
semble qu’il y aura une augmentation substantielle lorsque
l’entente entre le Canada et l’Union européenne entrera en
vigueur, de même que celle avec la Corée. Serons-nous prêts,
devrons-nous rapidement passer à Cultivons l’avenir 3 et 4 pour
nos exigences en matière d’infrastructure?
From the federal and provincial perspectives, there will be
requirements for cash to make sure that not only industry will put
their money in but also government will, through its various
vehicles, have to put its money in.
Du point de vue des instances fédérales et provinciales, il
faudra des fonds pour veiller à l’investissement non seulement de
l’industrie, mais du gouvernement aussi, par divers moyens.
I’m wondering where that thought process is at. Are we ready
for it? You don’t want the big wave to come and suddenly we get
whacked. You want to make sure you’re proactive. You know
better than I do. Where are you?
J’aimerais savoir où en est cette réflexion. Sommes-nous prêts?
Il ne faudrait pas être frappé soudainement par la marée. Nous
devons plutôt être proactifs, et vous le savez mieux que moi. Où
en sommes-nous?
Mr. Meredith: It’s an excellent question because, last winter —
not the winter just passed but a year ago — we ran into some
major infrastructure bottlenecks — to the point where grain
shipments were behind by 78,000 cars. A car carries nearly
100 tonnes of grain. That had to do with weather and capacity on
both of the major railroads.
M. Meredith : C’est une excellente question. L’hiver dernier —
pas celui qui vient de se terminer, mais il y a un an —, il y a eu des
engorgements majeurs dans les infrastructures, au point où les
expéditions de céréales accusaient un retard de 78 000 wagons.
Un wagon transporte près de 100 tonnes de céréales. Le retard
était attribuable aux conditions météorologiques et à la capacité
de deux voies ferrées majeures.
13-5-2015
Finances nationales
31:81
I have to say that we’re very preoccupied by the infrastructure.
So is the industry. We have a foresight group that sits down and
regularly looks over the horizon to see where the pressure is
coming from for more capacity.
Je dois dire que l’infrastructure nous préoccupe beaucoup, et
l’industrie aussi. Nous avons un groupe de prévision qui se réunit
et scrute régulièrement l’horizon pour déterminer d’où vient le
besoin pour une capacité accrue.
The capacity that we’re looking at is primarily rail. An average
bushel of grain has to travel 1,500 kilometres to get to tidewater.
We’re looking at railroads, the inland infrastructure, the terminal
infrastructure and increasingly port infrastructure. The sector has
been investing a great deal of money in building port terminal
capacity. All the major companies are expanding there. There are
opportunities for railroads, ports and others to access the
Building Canada Fund to develop P3s, and that’s going on as
well.
Nous nous attardons principalement à l’augmentation de la
capacité du chemin de fer. Un boisseau de céréales doit franchir
en moyenne 1 500 kilomètres pour atteindre les côtes. Il s’agit
donc des voies ferrées, de l’infrastructure dans les terres, des
terminaux, et de plus en plus souvent des ports. Le secteur a
beaucoup investi pour améliorer la capacité des terminaux
portuaires. Toutes les grandes entreprises prennent de
l’expansion. Les chemins de fer, les ports et les autres
intervenants peuvent bénéficier du Fonds Chantiers Canada
pour conclure des partenariats public-privé, et c’est ce qu’ils font.
You’ve hit on a very important point. We have basically
three — maybe four — but three major outlets for all of these
products. One is south, of course; one is east, either through the
Great Lakes, the Port of Halifax or the Port of Quebec; and one is
west through Vancouver and Prince Rupert.
Vous avez mis le doigt sur un élément des plus important. Nous
avons essentiellement peut-être quatre, mais certainement trois
voies majeures pour l’expédition de tous ces produits. Il y en a une
vers le sud, bien sûr; une autre à l’est, avec les Grands Lacs, le
port d’Halifax ou le port de Québec; et la troisième vers l’ouest, à
Vancouver et à Prince-Rupert.
The overwhelming pressure right now is toward Asia because
of the growth of incomes, populations and urbanization in Asia.
À l’heure actuelle, les pressions énormes sont attribuables aux
expéditions vers l’Asie, en raison de la croissance des revenus, de
la population et de l’urbanisation sur le territoire.
But you’re right: We’re talking about shipping a billion or a
billion and a half dollars more to Europe. That preoccupies
people who are concerned with the functioning and efficiency of
the whole value chain.
Mais vous avez raison : nous envisageons d’expédier entre
1 milliard et 1,5 milliard de dollars en plus vers l’Europe. Voilà
qui inquiète ceux qui se soucient du fonctionnement et de
l’efficacité de l’ensemble de la chaîne de valeurs.
The Chair: Ms. Pelletier, I’m going to give you the last word. In
your presentation, you talked about a vote-netted authority.
Could you explain for the record what you meant by ‘‘vote-netted
authority’’?
Le président : Madame Pelletier, je vais vous laisser le dernier
mot. Vous avez parlé dans votre exposé d’une autorisation de
crédit net. À titre indicatif, pourriez-vous expliquer ce que vous
entendez par là?
[Translation]
Or is this Mr. Robitaille’s area?
[English]
[Français]
Ou peut-être est-ce le domaine de M. Robitaille?
[Traduction]
Ms. Pelletier: In our case, the $17.7 million of vote-netted
authority stems from the Social Security Tribunal. The Social
Security Tribunal is largely funded by the Canada Pension Plan
and the Employment Insurance program. The net vote provides
the ATSSC with the authority to make recoverable expenditures
up to $17.7 million on behalf of those two accounts.
Mme Pelletier : Dans notre cas, les 17,7 millions de dollars
faisant l’objet d’une autorisation de crédit net découlent du
Tribunal de la sécurité sociale, qui est financé en majeure partie
par le Régime de pensions du Canada, ou RPC, et le régime
d’assurance-emploi, ou AE. L’autorisation de crédit net permet
au Service canadien d’appui aux tribunaux administratifs
d’engager des dépenses recouvrables à concurrence de
17,7 millions de dollars au nom de ces deux comptes.
Essentially, this means that the Social Security Tribunal
operations are funded out of these accounts as opposed to
funded out of the Main Estimates.
Cela signifie essentiellement que les activités du Tribunal de la
sécurité sociale sont financées par ces comptes plutôt que par le
Budget principal des dépenses.
This is the arrangement that was made for the operations of
this tribunal.
C’est donc l’entente qui a été conclue en ce qui a trait aux
activités de ce tribunal.
31:82
National Finance
13-5-2015
The Chair: You have $17-plus million at page II-2 of the
estimate request here. Do you get other funds in addition to that
which come from these two sponsoring agencies? Is that what
you’re saying? Am I understanding you correctly?
Le président : Vous demandez plus de 17 millions de dollars à
la page II-262 du budget. Obtenez-vous d’autres montants en plus
de ceux qui proviennent des deux organismes parrains? Est-ce
bien ce que vous dites? Vous ai-je bien comprise?
Ms. Pelletier: I want to make sure I understand you correctly.
Just one moment.
Mme Pelletier : Je veux m’assurer de bien saisir la question; un
instant, s’il vous plaît.
The Chair: You talked about $17.7 million in re-spendable
recoveries. That’s $17.7 million you’ve received from these other
funding departments that you have mentioned.
Le président : Vous avez parlé de 17,7 millions de dollars en
recouvrement disponible. Vous recevez donc 17,7 millions de
dollars des autres sources de financement que vous avez
mentionnées.
Ms. Pelletier: Exactly.
The Chair: Is that in addition to what you’re claiming of
$60 million total?
Mme Pelletier : C’est exact.
Le président : Est-ce que la somme s’ajoute au total de 60
millions de dollars que vous réclamez?
Ms. Pelletier: Yes.
Mme Pelletier : Oui.
The Chair: That’s in addition to that?
Le président : C’est un montant supplémentaire?
Ms. Pelletier: Yes. So voted through the Main Estimates are
$60.9 million.
The Chair: Yes.
Ms. Pelletier: And the authority to spend $17.7 million
additionally as vote-netted revenue. This amount is exclusively
directed to funding the operation of the Social Security Tribunal.
The Chair: But do you need to get that authority through —
Mme Pelletier : Oui. Le montant du Budget principal des
dépenses s’élève à 60,9 millions de dollars.
Le président : C’est exact.
Mme Pelletier : Et nous avons l’autorisation de dépenser
17,7 millions de dollars de plus sous forme de revenu de crédit
net. La somme vise exclusivement à financer les activités du
Tribunal de la sécurité sociale.
Le président : Mais devez-vous tout de même obtenir cette
autorisation dans le...?
Ms. Pelletier: Not through the Main Estimates, no. Let me just
double-check with my CFO here.
Mme Pelletier : Non, pas dans le Budget principal des
dépenses. Permettez-moi simplement de m’en assurer auprès de
notre dirigeant principal des finances.
Mr. Robitaille: For the Social Security Tribunal, the overall
spending is estimated to be $18.1 million. There is $400,000 that
we are asking for through these Main Estimates to be
appropriated directly to us.
M. Robitaille : Les dépenses globales du Tribunal de la sécurité
sociale sont estimées à 18,1 millions de dollars. Nous demandons
dans le Budget principal des dépenses qu’une somme de 400 000 $
nous soit affectée directement.
The $17.7 million is funded through the statutory votes for
CPP and EI. We’ve asked Treasury Board and have received the
authority to seek those resources through — once we have
expensed for those resources, we would then seek a claim for
reimbursement from the holders of those statutory votes.
Les 17,7 millions de dollars sont financés au moyen des crédits
législatifs du RPC et de l’AE. Nous avons demandé la permission
au Conseil du Trésor, et avons obtenu l’autorisation de demander
ces ressources. Lorsque nous les aurons épuisées, nous
demanderons un remboursement aux détenteurs de ces crédits
législatifs.
The authority here being requested is not for that net vote
component itself; it’s simply for the share that is being
appropriated to us directly.
L’autorisation demandée ici ne porte pas sur la partie ayant
trait au crédit net, mais plutôt sur celle qui nous est versée
directement.
The Chair: And because it’s statutory, we don’t need to see a
transfer in here?
Le président : Et nous ne voyons aucun transfert au budget
parce que c’est législatif?
Mr. Robitaille: In the online tables associated with the Main
Estimates, there is a table that depicts clearly that there are two
amounts that are credited to our appropriations, totalling the
$17.7 million, whereby those would be sought through the net
vote sources.
M. Robitaille : Parmi les tableaux en ligne qui accompagnent le
Budget principal des dépenses, il y en a un qui montre clairement
que deux sommes totalisant 17,7 millions de dollars sont ajoutées
à nos crédits, et qu’elles seront obtenues auprès des sources de
crédit net.
13-5-2015
Finances nationales
31:83
The Chair: Is that the same wording that I see in the schedule
attached to the Main Estimates, A-2, ‘‘Administrative Tribunal
Support Services of Canada — Program expenditures and
authority to make recoverable expenditures on behalf of . . .’’
Le président : Est-ce ce que je vois dans l’annexe de la page A-2
du Budget principal des dépenses? On y lit : « Service canadien
d’appui aux tribunaux administratifs — Dépenses du programme
et autorisation d’effectuer des dépenses recouvrables au titre
du... ».
Mr. Robitaille: That’s for CPP and EI operating accounts.
Those are the $17.7 million, which we have.
M. Robitaille : C’est ce qui se rattache aux comptes des
opérations du RPC et de l’AE. Ce sont les 17,7 millions de
dollars que nous avons.
The Chair: We normally like to be able to trace the money and
know where it’s going. That’s part of our job here.
Le président : Nous aimons normalement pouvoir retracer
l’argent et savoir où il est dépensé. Voilà qui fait partie du travail
de notre comité.
Mr. Robitaille: Absolutely.
M. Robitaille : Tout à fait.
The Chair: However, since the time is done, and my team is
anxious to get home and watch a hockey game, I will call it an
evening. Thank you.
Le président : Mais puisque le temps est écoulé et que nos
membres ont hâte d’arriver chez eux pour écouter la partie de
hockey, je vais m’arrêter ici. Merci.
On behalf of the Standing Senate Committee on National
Finance, we thank you very much for being here. We have seen
some of you before. At our next meeting we will be dealing with
Supplementary Estimates (A). If you are in the Supplementary
Estimates (A), we may well see you again. We will start in the
afternoon on the budget implementation bill two weeks from
Tuesday past.
Au nom du Comité sénatorial permanent des finances
nationales, nous vous remercions infiniment d’avoir été des
nôtres. Nous avions déjà rencontré certains d’entre vous. Nous
nous pencherons sur le Budget supplémentaire des dépenses (A) à
la prochaine séance. Si vous y participez, nous nous reverrons
assurément. Nous allons commencer notre étude du projet de loi
d’exécution du budget en après-midi, deux semaines après la
séance de mardi dernier.
Thank you very much. This meeting is now concluded.
Merci beaucoup. La séance est levée.
(The committee adjourned.)
(La séance est levée.)
WITNESSES
TÉMOINS
Tuesday, May 12, 2015
Le mardi 12 mai 2015
Telefilm Canada:
Téléfilm Canada :
Carolle Brabant, Executive Director (by video conference);
Carolle Brabant, directrice générale (par vidéoconférence);
Denis Pion, Director, Administration and Corporate Services (by
video conference).
Denis Pion, directeur, Administration et Services d’entreprises (par
vidéoconférence).
Canadian Museum of History:
Musée canadien de l’histoire :
Mark O’Neill, President and Chief Executive Officer;
Mark O’Neill, président et directeur général;
David Loye, Chief Operating Officer and Senior Vice President.
David Loye, directeur administratif et vice-président principal.
Aboriginal Affairs and Northern Development Canada:
Affaires autochtones et Développement du Nord Canada :
Paul Thoppil, Chief Financial Officer;
Paul Thoppil, dirigeant principal des finances;
Scott Stevenson, Senior Assistant Deputy Minister, Regional
Operations;
Scott Stevenson, sous-ministre adjoint principal, Secteur des
opérations régionales;
Stephen Van Dine, Assistant Deputy Minister, Northern Affairs.
Stephen Van Dine, sous-ministre adjoint, Affaires du Nord.
Wednesday, May 13, 2015
Le mercredi 13 mai 2015
Agriculture and Agri-Food Canada:
Agriculture et Agroalimentaire Canada :
Greg Meredith, Assistant Deputy Minister, Strategic Policy Branch;
Greg Meredith, sous-ministre adjoint, Direction générale des
politiques stratégiques;
Pierre Corriveau, Assistant Deputy Minister, Corporate
Management;
Pierre Corriveau, sous-ministre adjoint, Gestion intégrée;
Kristina Namiesniowski, Assistant Deputy Minister, Programs
Branch.
Kristina Namiesniowski, sous-ministre adjointe, Direction générale
des programmes.
Administrative Tribunals Support Service of Canada:
Service canadien d’appui aux tribunaux administratifs :
Marie-France Pelletier, Chief Administrator;
Marie-France Pelletier, administrateur en chef;
Luc Robitaille, Acting Director General and Chief Financial
Officer, Corporate Services.
Luc Robitaille, directeur général par intérim et dirigeant principal
des finances, Services de gestion.
Public Works and Government Services Canada:
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada :
Alex Lakroni, Chief Financial Officer, Finance and Administration
Branch;
Alex Lakroni, dirigeant principal des finances, Direction générale
des finances et de l’administration;
Pierre-Marc Mongeau, Assistant Deputy Minister, Real Property
Branch;
Pierre-Marc Mongeau, sous-ministre adjoint, Direction générale des
biens immobiliers;
Lisa Campbell, Assistant Deputy Minister, Acquisitions Branch.
Lisa Campbell, sous-ministre adjointe, Direction générale des
approvisionnements.
Available on the Internet: http://www.parl.gc.ca
Disponible sur internet: http://www.parl.gc.ca
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising