First Session Première session de la Forty-first Parliament, 2011-12-13

First Session Première session de la Forty-first Parliament, 2011-12-13
First Session
Forty-first Parliament, 2011-12-13
Première session de la
quarante et unième législature, 2011-2012-2013
Proceedings of the Standing
Senate Committee on
Délibérations du Comité
sénatorial permanent des
Social Affairs,
Science and
Technology
Affaires sociales,
des sciences et de
la technologie
Chair:
The Honourable KELVIN KENNETH OGILVIE
Président :
L’honorable KELVIN KENNETH OGILVIE
Wednesday, May 22, 2013
Thursday, May 23, 2013
Le mercredi 22 mai 2013
Le jeudi 23 mai 2013
Issue No. 40
Fascicule no 40
First and second meetings on:
Première et deuxième réunions concernant :
Subject matter Bill C-314, An Act respecting
the awareness of screening among women
with dense breast tissue
La teneur du projet de loi C-314, Loi concernant
la sensibilisation au dépistage chez les femmes
ayant un tissu mammaire dense
WITNESSES:
(See back cover)
TÉMOINS :
(Voir à l’endos)
50160-50166
STANDING SENATE COMMITTEE ON
SOCIAL AFFAIRS, SCIENCE AND
TECHNOLOGY
COMITÉ SÉNATORIAL PERMANENT DES
AFFAIRES SOCIALES, DES SCIENCES ET
DE LA TECHNOLOGIE
The Honourable Kelvin Kenneth Ogilvie, Chair
Président : L’honorable Kelvin Kenneth Ogilvie
The Honourable Art Eggleton, P.C., Deputy Chair
Vice-président : L’honorable Art Eggleton, C.P.
and
et
The Honourable Senators:
Les honorables sénateurs :
Cordy
* Cowan
(or Tardif)
Dyck
Eaton
Enverga
* LeBreton, P.C.
(or Carignan)
Martin
Merchant
Munson
Seidman
Seth
Verner, P.C.
Cordy
* Cowan
(ou Tardif)
Dyck
Eaton
Enverga
* LeBreton, C.P.
(ou Carignan)
Martin
Merchant
Munson
Seidman
Seth
Verner, C.P.
* Ex officio members
* Membres d’office
(Quorum 4)
(Quorum 4)
Changes in membership of the committee:
Modifications de la composition du comité :
Pursuant to rule 12-5, membership of the committee was
amended as follows:
Conformément à l’article 12-5 du Règlement, la liste des membres
du comité est modifiée, ainsi qu’il suit :
The Honourable Senator Enverga replaced the Honourable
Senator Tannas (May 22, 2013).
L’honorable sénateur Enverga a remplacé l’honorable sénateur
Tannas (le 22 mai 2013).
The Honourable Senator Munson replaced the Honourable
Senator Hubley (May 9, 2013).
L’honorable sénateur Munson a remplacé l’honorable sénatrice
Hubley (le 9 mai 2013).
The Honourable Senator Cordy replaced the Honourable Senator
Jaffer (May 9, 2013).
L’honorable sénatrice Cordy a remplacé l’honorable sénatrice
Jaffer (le 9 mai 2013).
Published by the Senate of Canada
Available on the Internet: http://www.parl.gc.ca
Publié par le Sénat du Canada
Disponible sur internet: http://www.parl.gc.ca
23-5-2013
Affaires sociales, sciences et technologie
40:3
ORDRE DE RENVOI
ORDER OF REFERENCE
Extract from the Journals of the Senate, Thursday,
February 28, 2013:
Extrait des Journaux du Sénat du jeudi 28 février 2013 :
Resuming debate on the motion of the Honourable
Senator Seth, seconded by the Honourable Senator Doyle,
for the second reading of Bill C-314, An Act respecting the
awareness of screening among women with dense breast
tissue;
Reprise du débat sur la motion de l’honorable sénateur
Seth, appuyée par l’honorable sénateur Doyle, tendant à la
deuxième lecture du projet de loi C-314, Loi concernant la
sensibilisation au dépistage chez les femmes ayant un tissu
mammaire dense;
And on the motion in amendment of the Honourable
Senator Seidman, seconded by the Honourable Senator
Eaton, that Bill C-314 be not now read a second time but
that the subject matter thereof be referred to the Standing
Senate Committee on Social Affairs, Science and
Technology; and
Et sur la motion d’amendement de l’honorable sénateur
Seidman, appuyée par l’honorable sénateur Eaton, que le
projet de loi C-314 ne soit pas maintenant lu pour la
deuxième fois mais que la teneur en soit renvoyée au Comité
sénatorial permanent des affaires sociales, des sciences et de
la technologie;
That the Order to resume debate on the motion for the
second reading of the bill not appear on the Order Paper
and Notice Paper until the committee has tabled its report
on the subject matter of the bill.
Que l’ordre pour la reprise du débat sur la motion
portant deuxième lecture du projet de loi n’apparaisse pas
au Feuilleton et Feuilleton des préavis jusqu’à ce que le
comité ait déposé son rapport sur la teneur du projet de loi.
Après débat,
After debate,
The question being put on the motion in amendment, it
was adopted.
La motion d’amendement, mise aux voix, est adoptée.
Le greffier du Sénat,
Gary W. O’Brien
Clerk of the Senate
40:4
Social Affairs, Science and Technology
MINUTES OF PROCEEDINGS
PROCÈS-VERBAUX
OTTAWA, Wednesday, May 22, 2013
(87)
OTTAWA, le mercredi 22 mai 2013
(87)
[English]
23-5-2013
[Traduction]
The Standing Senate Committee on Social Affairs, Science and
Technology met this day at 4:14 p.m., in room 2, Victoria
Building, the chair, Honourable Kelvin Kenneth Ogilvie,
presiding.
Le Comité sénatorial permanent des affaires sociales, des
sciences et de la technologie se réunit aujourd’hui, à 16 h 14, dans
la pièce 2 de l’édifice Victoria, sous la présidence de l’honorable
Kelvin Kenneth Ogilvie (président).
Members of the committee present: The Honourable Senators
Cordy, Dyck, Eaton, Eggleton, P.C., Enverga, Martin, Ogilvie,
Seidman, Seth and Verner, P.C. (10).
Membres du comité présents : Les honorables sénateurs Cordy,
Dyck, Eaton, Eggleton, C.P., Enverga, Martin, Ogilvie, Seidman,
Seth et Verner, C.P. (10).
In attendance: Sonya Norris, Analyst, Parliamentary
Information and Research Service.
Également présente : Sonya Norris, analyste, Service
d’information et de recherche parlementaires, Bibliothèque du
Parlement.
Also in attendance: The official reporters of the Senate.
Aussi présents : Les sténographes officiels du Sénat.
Pursuant to the order of reference adopted by the Senate on
Thursday, February 28, 2013, the committee began its study of
the subject matter on Bill C-314, An Act respecting the awareness
of screening among women with dense breast tissue.
Conformément à l’ordre de renvoi adopté par le Sénat le jeudi
28 février 2013, le comité entreprend son étude du projet de
loi C-314, Loi concernant la sensibilisation au dépistage chez les
femmes ayant un tissu mammaire dense.
WITNESSES:
TÉMOINS :
Public Health Agency of Canada:
Agence de la santé publique du Canada :
Kimberly Elmslie, Acting Assistant Deputy Minister, Health
Promotion and Chronic Disease Prevention Branch.
Canadian Institutes of Health Research:
Morag Park, Scientific Director, Institute of Cancer Research.
Health Canada:
Kimberly Elmslie, sous-ministre adjointe par intérim,
Direction générale de la promotion de la santé et de la
prévention des maladies chroniques.
Instituts de recherche en santé du Canada :
Morag Park, directrice scientifique, Institut de recherche sur le
cancer.
Santé Canada :
Dr. John Patrick Stewart, Interim Senior Executive Director,
Therapeutic Products Directorate, Health Products and
Food Branch.
John Patrick Stewart, directeur exécutif principal intérimaire,
Direction des produits thérapeutiques, Direction générale
des produits de santé et des aliments.
The chair made a statement.
Le président fait une déclaration.
Ms. Elmslie and Ms. Park each made a statement and,
together with Dr. Stewart, answered questions.
Mme Elmslie et Mme Park font chacune une déclaration, puis,
avec M. Stewart, répondent aux questions.
At 5:43 p.m., the committee adjourned to the call of the chair.
À 17 h 43, le comité s’ajourne jusqu’à nouvelle convocation de
la présidence.
ATTEST:
OTTAWA, Thursday May 23, 2013
(88)
[English]
The Standing Senate Committee on Social Affairs, Science and
Technology met this day at 10:27 a.m., in room 2, Victoria
Building, the chair, Honourable Kelvin Kenneth Ogilvie,
presiding.
ATTESTÉ :
OTTAWA, le jeudi 23 mai 2013
(88)
[Traduction]
Le Comité sénatorial permanent des affaires sociales, des
sciences et de la technologie se réunit aujourd’hui, à 10 h 27, dans
la pièce 2 de l’édifice Victoria, sous la présidence de l’honorable
Kelvin Kenneth Ogilvie (président).
23-5-2013
Affaires sociales, sciences et technologie
40:5
Members of the committee present: The Honourable Senators
Cordy, Dyck, Eaton, Eggleton, P.C., Enverga, Martin, Munson,
Ogilvie, Seidman, Seth and Verner, P.C. (11).
Membres du comité présents : Les honorables sénateurs Cordy,
Dyck, Eaton, Eggleton, C.P., Enverga, Martin, Munson, Ogilvie,
Seidman, Seth, Verner, C.P. (11).
In attendance: Sonya Norris, Analyst, Parliamentary
Information and Research Service.
Également présente : Sonya Norris, analyste, Service
d’information et de recherche parlementaires.
Also in attendance: The official reporters of the Senate.
Aussi présents : Les sténographes officiels du Sénat.
Pursuant to the order of reference adopted by the Senate on
Thursday, February 28, 2013, the committee continued its study
of the subject matter of Bill C-314, An Act respecting the
awareness of screening among women with dense breast tissue.
Conformément à l’ordre de renvoi adopté par le Sénat le jeudi
28 février 2013, le comité poursuit son étude sur l’examen de la
teneur du projet de loi C-314, Loi concernant la sensibilisation au
dépistage chez les femmes ayant un tissu mammaire dense.
WITNESSES:
TÉMOINS :
Canadian Breast Cancer Screening Initiative:
Initiative canadienne de dépistage du cancer du sein :
Gregory Doyle, président, comité national.
Gregory Doyle, Chair, National Committee.
Partenariat canadien contre le cancer :
Canadian Partnership Against Cancer:
Shelly Jamieson, présidente-directrice générale.
Shelly Jamieson, Chief Executive Officer.
British Columbia Cancer Agency :
British Columbia Cancer Agency:
Dr. Christine Wilson, Medical Director, Screening
Mammography Program of British Columbia.
Dre Christine Wilson, directrice médicale, Programme
Mammographie de dépistage de la Colombie-Britannique.
The chair made a statement.
Le président fait une déclaration.
Ms. Jamieson, Mr. Doyle and Dr. Wilson each made a
statement and, together, answered questions.
Mme Jamieson, M. Doyle et la Dre Wilson font chacun une
déclaration puis, ensemble, répondent aux questions.
At 11:43 p.m., the committee adjourned to the call of the chair.
À 11 h 43, le comité s’ajourne jusqu’à nouvelle convocation de
la présidence.
ATTEST:
ATTESTÉ :
La greffière du comité,
Jessica Richardson
Clerk of the Committee
40:6
Social Affairs, Science and Technology
23-5-2013
EVIDENCE
TÉMOIGNAGES
OTTAWA, Wednesday, May 22, 2013
OTTAWA, le mercredi 22 mai 2013
The Standing Senate Committee on Social Affairs, Science and
Technology met this day at 4:14 p.m. to study Bill C-314, An Act
respecting the awareness of screening among women with dense
breast tissue.
Le Comité sénatorial permanent des affaires sociales, des
sciences et de la technologie se réunit aujourd’hui, à 16 h 14, pour
étudier le projet de loi C-314, Loi concernant la sensibilisation au
dépistage chez les femmes ayant un tissu mammaire dense.
Senator Kelvin Kenneth Ogilvie (Chair) in the chair.
[Translation]
The Chair: Welcome to the Standing Senate Committee on
Social Affairs, Science and Technology.
[English]
Le sénateur Kelvin Kenneth Ogilvie (président) occupe le
fauteuil.
[Français]
Le président : Je vous souhaite la bienvenue au Comité
sénatorial permanent des affaires sociales, des sciences et de la
technologie.
[Traduction]
My name is Kelvin Ogilvie. I am a senator from Nova Scotia. I
will invite my colleagues to introduce themselves, starting on my
left.
Je m’appelle Kelvin Ogilvie. Je suis un sénateur de la NouvelleÉcosse. J’inviterais mes collègues à se présenter, en commençant
par la gauche.
Senator Eggleton: Art Eggleton, senator from Toronto and
deputy chair of the committee.
Le sénateur Eggleton : Art Eggleton, sénateur de Toronto et
vice-président du comité.
Senator Cordy: I am Jane Cordy and I am a senator from Nova
Scotia. Welcome.
La sénatrice Cordy : Je suis Jane Cordy et je suis une sénatrice
de la Nouvelle-Écosse. Bienvenue.
Senator Dyck: Lillian Dyck, senator from Saskatchewan.
La sénatrice Dyck : Lillian Dyck, sénatrice de la Saskatchewan.
Senator Enverga: Tobias Enverga from Ontario.
Le sénateur Enverga : Tobias Enverga, de l’Ontario.
Senator Eaton: Nicky Eaton from Ontario.
La sénatrice Eaton : Nicky Eaton, de l’Ontario.
Senator Seth: Asha Seth from Ontario.
La sénatrice Seth : Asha Seth, de l’Ontario.
Senator Martin: Yonah Martin from British Columbia.
La sénatrice Martin : Yonah Martin, de la ColombieBritannique.
Senator Seidman: Judith Seidman from Montreal, Quebec.
La sénatrice Seidman : Judith Seidman, de Montréal, au
Québec.
The Chair: Thank you, colleagues. Before I address our
witnesses directly, I will remind us that our committee is now
beginning a study of the subject matter of Bill C-314, An Act
respecting the awareness of screening among women with dense
breast tissue.
Le président : Merci, chers collègues. Avant que je m’adresse
directement à nos témoins, j’aimerais vous rappeler que notre
comité entreprend maintenant l’étude de la teneur du projet de
loi C-314, Loi concernant la sensibilisation au dépistage chez les
femmes ayant un tissu mammaire dense.
This piece of legislation was tabled in the House of Commons
on October 3, 2011, was studied in the House of Commons
Standing Committee on Health and then passed by the house and
sent to the Senate on May 9, 2012. The bill was referred to this
committee on February 28 of this year, and we need to make a
report to the Senate before second reading can proceed further in
the Senate chamber.
Ce projet de loi a été déposé à la Chambre des communes le
3 octobre 2011, il a été soumis à l’étude du Comité permanent de
la santé de la Chambre des communes et adopté à la Chambre
avant d’être envoyé au Sénat le 9 mai 2012. Il a été renvoyé à
notre comité le 28 février de cette année, et nous devons en faire
rapport au Sénat avant de pouvoir continuer en deuxième lecture
au Sénat.
We have today, starting off our study of this subject matter,
three experts with us, one of whom is here to answer questions but
will not make a formal presentation, and that is Dr. Stewart, the
Interim Senior Executive Director of the Therapeutic Products
Directorate, Health Products and Food Branch, Health Canada.
It is my understanding he is prepared to answer our questions, but
Pour commencer notre étude d’aujourd’hui, nous accueillons
trois experts, dont un qui ne fera pas de remarques liminaires,
mais répondra aux questions, et c’est M. Stewart, directeur
exécutif principal intérimaire de la Direction des produits
thérapeutiques à la Direction générale des produits de santé et
des aliments de Santé Canada. Je crois savoir qu’il est disposé à
23-5-2013
Affaires sociales, sciences et technologie
he will not make a formal presentation because the other two
witnesses represent those areas of government that deal directly
with issues of the regulation and monitoring of issues.
répondre à nos questions, mais qu’il ne fera pas de remarques
liminaires parce que les deux autres témoins représentent des
secteurs gouvernementaux directement chargés des questions de
réglementation et de surveillance.
Senator Eggleton: They get more time.
Le sénateur Eggleton : Ils auront plus de temps.
The Chair: Nice try.
Le président : Vous êtes malin, mais non.
I will invite, by prior agreement, Kimberly Elmslie, Acting
Assistant Deputy Minister of Health Promotion and Chronic
Disease Prevention Branch.
[Translation]
Kimberly Elmslie, Acting Assistant Deputy Minister, Health
Promotion and Chronic Disease Prevention Branch, Public Health
Agency of Canada: Mr. Chair, honourable Senators, thank you
for inviting me here today. I appreciate your consideration of the
issue of breast density, particularly as it pertains to raising
awareness of screening.
[English]
40:7
J’invite, comme il a été convenu, Kimberly Elmslie, sousministre adjointe par intérim à la Direction générale de la
promotion de la santé et de la prévention des maladies
chroniques.
[Français]
Kimberly Elmslie, sous-ministre adjointe par intérim, Direction
générale de la promotion de la santé et de la prévention des maladies
chroniques, Agence de la santé publique du Canada : Monsieur le
président, honorables sénateurs, merci de m’avoir invitée ici
aujourd’hui. J’apprécie l’attention que vous accordez à la
question de la densité mammaire, particulièrement en ce qui
concerne la sensibilisation au dépistage.
[Traduction]
Sadly, many Canadians are aware of the impact of breast
cancer, either through personal experience or through the
experience of a family member, friend or neighbour.
Malheureusement, plusieurs Canadiennes sont conscientes des
répercussions du cancer du sein, que ce soit en raison d’une
expérience personnelle ou de celle d’un membre de la famille,
d’une amie ou d’une voisine.
As we all know, breast cancer is a devastating disease. In
Canada, it is the most common form of cancer among women and
an important health issue for Canadian women. Statistics tell us
that one in nine Canadian women is expected to develop breast
cancer during her lifetime.
Comme nous le savons tous, le cancer du sein est une maladie
dévastatrice. Au Canada, il est la forme de cancer la plus courante
et un problème de santé important chez les Canadiennes. Les
statistiques montrent qu’une Canadienne sur neuf pourrait
développer un cancer du sein au cours de sa vie.
Today, many women are struggling to overcome breast cancer,
and thousands more family members and friends are coping with
the loss of someone close or dealing with uncertainty over the fate
of a loved one. However, we know that early detection of breast
cancer can lead to timely treatment. We know breast cancer
screening can save lives. We also know that women with dense
breast tissue face added challenges with breast cancer screening.
Actuellement, plusieurs femmes luttent pour vaincre le cancer
du sein, et des milliers de familles et de personnes doivent
surmonter la perte d’un être cher ou vivre avec l’incertitude quant
au sort de celui-ci. Nous savons toutefois que le dépistage précoce
du cancer du sein peut permettre un traitement rapide et sauver
des vies. Nous savons également que les femmes ayant des tissus
mammaires denses font face à d’autres défis en ce qui a trait au
dépistage de ce type de cancer.
Breast density refers to the ratio of fat and fibroglandular
tissue in the breast. Dense breast tissue has less fat than
fibroglandular tissue.
La densité mammaire désigne la proportion de gras et de tissus
fibroglandulaires dans le sein. Les tissus mammaires denses ont
moins de gras que de tissus fibroglandulaires.
We understand that this is an issue of importance for many
Canadians. The government continues to invest in research,
surveillance and monitoring, and information sharing in support
of raising awareness and the early detection of breast cancer.
Nous sommes conscients de l’importance de cette question
pour plusieurs Canadiennes. Le gouvernement continue d’investir
dans la recherche, la surveillance et la diffusion de l’information
pour favoriser la sensibilisation et la détection précoce du cancer
du sein.
Through raising awareness of dense breast tissue, we can assist
Canadian women in understanding how breast density may affect
screening for breast cancer.
En sensibilisant davantage la population à la densité
mammaire, nous pouvons aider les Canadiennes à comprendre
comment ce facteur peut avoir une incidence sur le dépistage du
cancer du sein.
40:8
Social Affairs, Science and Technology
23-5-2013
Let me take a few moments to speak to the importance of
breast cancer screening, early detection of breast cancer, and how
dense breast tissue affects detection.
Je prendrai maintenant quelques minutes pour parler de
l’importance du dépistage du cancer du sein et de la façon dont
les tissus mammaires denses peuvent avoir une incidence sur ces
tests.
First, Canada’s breast cancer screening programs, as you
know, are delivered by provincial and territorial governments
under their jurisdiction for health care delivery. Breast cancer
screening is most commonly done with mammography.
Mammograms may find cancer early, before any signs or
symptoms are noticed by women or by their doctors.
Premièrement, comme vous le savez, les gouvernements
provinciaux et territoriaux, qui sont responsables de la
prestation de soins de santé, offrent des programmes canadiens
de dépistage du cancer du sein. Le dépistage du cancer du sein se
fait généralement au moyen d’une mammographie, qui permet la
détection précoce du cancer avant que des signes ou des
symptômes puissent être observés par la patiente ou son médecin.
For women with dense breast tissue, changes in breast tissue
that may turn out to be cancer are harder to detect on a
mammogram. While fat appears as a dark spot on a
mammogram, denser fibroglandular tissues, as well as cancer,
appear white on a mammogram, making it more difficult to detect
the cancer.
Les changements du tissu mammaire, qui sont susceptibles de
se développer en cancer, sont plus difficiles à détecter lors de la
mammographie chez les femmes ayant des tissus mammaires plus
denses. Sur un cliché mammaire, le gras apparaît en zones foncées
et les tissus fibroglandulaires, en zones blanches, ce qui complique
le dépistage du cancer.
We also know that women with dense breast tissue have an
increased risk of breast cancer. There is research evidence that
mammographic breast density is one of the strongest predictors of
breast cancer risk. Only age and genetics indicate a greater
relative risk for breast cancer.
Les femmes dont les tissus mammaires sont denses sont plus à
risque de développer un cancer du sein. Il existe un nombre
considérable de données probantes qui montrent que la densité
mammaire est l’un des indicateurs les plus importants du risque de
cancer du sein. Seuls l’âge et la génétique indiquent un risque
relatif plus grand de cancer du sein.
Provinces and territories have put in place protocols under
their breast cancer screening programs relating to further testing
when mammography identifies dense breast tissue. Women with
dense breast tissue need to be made aware of their increased risk
and the challenges presented. They also need to be aware that
further testing is sometimes necessary to obtain a clear result in
light of the challenges of imaging dense tissue.
Dans le cadre de leurs programmes de dépistage du cancer du
sein, les provinces et les territoires ont mis des protocoles en place
relativement aux tests supplémentaires nécessaires lorsque la
mammographie indique la présence de tissus mammaires denses.
Les femmes dont les tissus mammaires sont plus denses doivent
être conscientes du risque accru qu’elles courent et des défis que
cela représente. Elles doivent également savoir que d’autres tests
sont parfois nécessaires pour obtenir un résultat clair en raison
des défis associés à l’imagerie des tissus denses.
Armed with better information concerning the relationship
between breast density and breast cancer screening, women can be
more confident in discussing screening practices with their doctors
and in their decision making.
En connaissant mieux le lien entre la densité mammaire et le
dépistage du cancer du sein, les femmes peuvent discuter en toute
connaissance de cause des pratiques de dépistage avec leur
médecin et prendre une décision plus éclairée.
One of the key ways the federal government is taking action on
cancer is through investment in the Canadian Partnership Against
Cancer, which leads the implementation of the Canadian Strategy
for Cancer Control. The partnership works with groups and
agencies across Canada to generate new knowledge and to
accelerate the implementation of existing knowledge about cancer
control. It plays a key role in raising awareness and in providing
information to women on cancer screening. By providing women
with information about breast density in the context of breast
cancer screening, they are able to have informed discussions and
make decisions with their doctor or health care provider on
screening and overall breast health.
L’une des principales façons dont le gouvernement fédéral
prend des mesures à l’égard du cancer est par l’entremise
d’investissements continus dans le cadre du Partenariat
canadien contre le cancer, qui dirige la mise en œuvre de la
Stratégie canadienne de lutte contre le cancer. Le partenariat
travaille en collaboration avec des groupes et des organismes de
partout au Canada pour créer de nouvelles connaissances et
accélérer l’application des connaissances actuelles sur le contrôle
du cancer. Il joue un rôle clé dans le cadre de la sensibilisation et
de la communication de l’information sur le dépistage du cancer.
En ayant en main des renseignements sur la densité mammaire et
ses répercussions sur le dépistage du cancer, les femmes sont en
mesure d’avoir des discussions éclairées et de prendre une décision
avec leur médecin au sujet du dépistage du cancer du sein et de
leur santé générale.
23-5-2013
Affaires sociales, sciences et technologie
40:9
Through its investment in the Canadian Partnership Against
Cancer, the federal government supports the provinces and
territories in raising awareness of breast density and its
screening implications through the Canadian Breast Cancer
Screening Initiative. Through this initiative, the performance of
breast cancer screening programs across the country is measured.
All jurisdictions regularly share screening program information,
best practices, challenges and mutual questions of importance in
an effort to improve their services to Canadian women. This is
how we can save more lives — by ensuring women have important
information when making decisions regarding breast cancer
screening.
Grâce à son investissement dans le Partenariat canadien contre
le cancer, le gouvernement fédéral aide les provinces et les
territoires à sensibiliser la population à la densité mammaire et
aux répercussions de cette dernière sur le dépistage au moyen de
l’Initiative canadienne pour le dépistage du cancer du sein. Le
rendement des programmes de dépistage du cancer de partout au
pays est mesuré dans le cadre de cette initiative. Toutes les
administrations échangent régulièrement des renseignements et
des pratiques exemplaires et discutent des défis et des questions
communes sur les programmes de dépistage afin d’améliorer les
services qu’elles offrent aux Canadiennes. Voilà comment nous
pouvons sauver plus de vies — en veillant à ce que les femmes
aient accès à des renseignements essentiels au moment de prendre
une décision au sujet du dépistage du cancer du sein.
Through the federal-provincial-territorial National Committee
for the Canadian Breast Cancer Screening Initiative, participating
provincial and territorial screening programs collaborate on
screening recommendations and approaches, including for dense
breast tissue.
Par l’entremise du Comité national FPT sur l’Initiative
canadienne pour le dépistage du cancer du sein, les programmes
de dépistage provinciaux et territoriaux participants collaborent à
l’élaboration de recommandations et d’approches en matière de
dépistage et de densité mammaire.
The committee also maintains the federal-provincial-territorial
Canadian Breast Cancer Screening Database. The database is a
source of valuable information on breast cancer screening.
Research on dense breast tissue and breast cancer screening can
strengthen the information available and address any identified
gaps.
Le comité tient également à jour la Base de données canadienne
sur le dépistage du cancer du sein. Cette base de données est une
source précieuse d’information sur le dépistage du cancer du sein.
La recherche sur la densité mammaire et le dépistage du cancer du
sein peut améliorer l’information disponible et combler les lacunes
relevées.
The federal government has made significant progress in filling
key knowledge gaps related to breast cancer. Investments in
health research through the Canadian Institutes of Health
Research, or CIHR, are supporting scientific discoveries for all
types of cancer, including breast cancer.
Le gouvernement fédéral a réalisé d’importants progrès pour
combler les lacunes importantes en matière de connaissances sur
le cancer du sein. Les investissements dans la recherche en santé
par l’entremise des IRSC, soit les Instituts de recherche en santé
du Canada, appuient des découvertes scientifiques pour tous les
types de cancer, y compris le cancer du sein.
You will hear shortly from my colleague Dr. Morag Park on
how the scientific research undertaken through CIHR is leading
to a better understanding of breast cancer, including breast
density, as well as enhanced screening practices. These efforts will
enable Canadians to make well-informed decisions about breast
cancer screening.
Vous entendrez bientôt ma collègue, Mme Park, qui expliquera
comment la recherche scientifique réalisée par les IRSC permet de
mieux comprendre le cancer du sein, y compris la densité
mammaire, et d’élaborer de meilleures pratiques de dépistage.
Cela permettra aux Canadiennes de faire des choix éclairés
relativement au dépistage du cancer du sein.
National non-governmental organizations, such as the
Canadian Cancer Society and the Canadian Breast Cancer
Foundation, as well as women’s health organizations, also play
integral roles in raising awareness about breast cancer. All of
these organizations work to promote cancer prevention, early
detection, effective treatments and research. They also provide
education and awareness programs and work to improve the
quality of life for those living with breast cancer.
Des organisations nationales non gouvernementales, comme la
Société canadienne du cancer et la Fondation canadienne du
cancer du sein, ainsi que des organismes voués à la santé des
femmes jouent aussi des rôles fondamentaux en matière de
sensibilisation au cancer du sein. Tous ces organismes s’emploient
à promouvoir la prévention du cancer, le dépistage précoce, les
traitements efficaces et la recherche. Ils offrent également des
programmes de formation et de sensibilisation et améliorent la
qualité de la vie des personnes vivant avec le cancer du sein.
Recognizing that many organizations have a role to play in
cancer prevention, the federal government encourages
collaboration in order to develop better information and raise
awareness on breast cancer.
Étant conscient que plusieurs organismes ont un rôle à jouer
relativement à la prévention du cancer, le gouvernement fédéral
encourage la collaboration afin d’améliorer l’échange de
renseignements et de sensibiliser la population au cancer du sein.
40:10
Social Affairs, Science and Technology
[Translation]
The federal investment in the Canadian Partnership Against
Cancer supports working across sectors, mobilizing action to
prevent and control cancer, and working to improve the quality of
life for those living with cancer. These initiatives address
knowledge gaps, improve information, and increase awareness
about breast density related to cancer screening. By providing
Canadians with better information and raising awareness around
dense breast tissue, they can make informed decisions that
support the early detection of breast cancer.
[English]
23-5-2013
[Français]
L’investissement fédéral dans le cadre du Partenariat canadien
contre le cancer appuie les travaux intersectoriels, mobilise les
intervenants afin de prévenir et de contrôler le cancer, et améliore
la qualité de la vie des personnes vivant avec le cancer. Ces
initiatives comblent des lacunes en matière de connaissances,
améliorent l’information et sensibilisent à la densité mammaire et
à son incidence sur le dépistage du cancer. En étant davantage
informées et sensibilisées à la densité mammaire, les Canadiennes
pourront faire des choix éclairés qui appuient le dépistage précoce
du cancer du sein.
[Traduction]
The Chair: Thank you very much, Ms. Elmslie. I neglected to
point out that you are with the Public Health Agency of Canada.
My apologies.
Le président : Merci beaucoup, madame Elmslie. J’ai oublié de
préciser que vous étiez à l’Agence de la santé publique du Canada.
Toutes mes excuses.
Now, from the Canadian Institutes of Health Research, we
have Dr. Morag Park, Scientific Director for the Institute of
Cancer Research.
Maintenant, des Instituts de recherche en santé du Canada,
nous accueillons Mme Morag Park, directrice scientifique de
l’Institut de recherche sur le cancer.
Morag Park, Scientific Director, Institute of Cancer Research,
Canadian Institutes of Health Research: Honourable senators,
thank you for the invitation to speak to the issue of research on
breast density, particularly as it pertains to raising awareness of
breast cancer screening.
Morag Park, directrice scientifique, Institut de recherche sur le
cancer, Instituts de recherche en santé du Canada : Honorables
sénateurs, je vous remercie de m’avoir invitée pour parler de la
recherche sur la densité mammaire, particulièrement en ce qui a
trait à la sensibilisation au dépistage du cancer du sein.
As you have heard from Kimberly Elmslie, statistics show that
one in nine women in Canada is expected to develop breast cancer
during her lifetime, and one in twenty-nine will die of it.
Comme vous l’a dit Kimberly Elmslie, les statistiques révèlent
qu’une Canadienne sur neuf développera un cancer du sein et
qu’une sur 29 y succombera.
Although new treatment protocols and early detection have
improved outcomes, the current mortality rate from breast cancer
in Canada is 21 per cent; or, in 2012, 5,200 women died of the
disease. This highlights a need to improve the outcomes from the
disease.
Bien que de nouveaux protocoles de traitement et un dépistage
précoce aient permis d’améliorer les résultats, le taux de mortalité
du cancer du sein est actuellement de 21 p. 100 au Canada, ou
5 200 femmes en 2012, des statistiques qui témoignent de la
nécessité d’agir contre cette maladie.
Risk factors for breast cancer can be both genetic and
environmental, and breast tissue density is one of those factors.
Les facteurs de risque de cancer du sein peuvent être à la fois
génétiques et environnementaux, et la densité mammaire figure
parmi ces facteurs.
Breast tissue density, as you have heard, is related to the
amount of fat tissue versus glandular tissue in the breast. Women
with dense breast tissue, which has a relative glandular-to-fattissue ratio greater than 50, are at a greater risk that cancer will
not be detected by mammography, because the radiological signal
of breast cancer can then be masked by the dense breast tissue.
Comme vous l’avez entendu, la densité mammaire a trait à la
proportion de tissu adipeux par rapport au tissu glandulaire dans
le sein. Les femmes qui présentent une densité mammaire élevée,
c’est-à-dire celles chez qui le ratio tissu glandulaire-tissu adipeux
est supérieur à 50 p. 100, courent un plus grand risque que le
cancer ne soit pas détecté au moyen d’une mammographie, car la
densité du tissu pourrait masquer la marque radiologique du
cancer du sein.
Through raising awareness of dense breast tissue, we can assist
Canadian women in understanding how breast density may affect
screening for breast cancer. At the same time, drawing increased
public attention to breast cancer density serves to highlight the
impact of research and to generate more support for it.
C’est en sensibilisant davantage les femmes à la question de la
densité du tissu mammaire que nous pouvons aider les
Canadiennes à comprendre comment ce facteur peut nuire au
dépistage du cancer du sein. Parallèlement, le fait d’attirer
l’attention du public sur la densité liée au cancer du sein permet
de mettre en relief l’impact de la recherche et de susciter un plus
grand soutien à cet égard.
23-5-2013
Affaires sociales, sciences et technologie
40:11
One of the key ways the federal government is taking action on
breast cancer is through the support of research. The federal
government has made significant progress in filling key
knowledge gaps related to breast cancer and breast cancer
density.
L’une des principales mesures du gouvernement fédéral contre
le cancer du sein est le soutien de la recherche. À cet égard,
d’importants progrès ont été réalisés pour combler de grandes
lacunes en matière de connaissances sur le cancer du sein et la
densité liée au cancer du sein.
Through the Canadian Institutes of Health Research, or
CIHR, the Government of Canada is funding breast cancer
research. As you are aware, the CIHR is not involved in breast
cancer screening. Our role, our mandate, is to support the
creation of new knowledge based on rigorous scientific evidence
and to foster translation of this knowledge into better health and
better health care for Canadians.
Le gouvernement du Canada finance la recherche sur le cancer
du sein par l’entremise des Instituts de recherche en santé du
Canada, ou IRSC. Comme vous le savez, les IRSC
n’interviennent pas dans le dépistage du cancer du sein. Notre
rôle, notre mandat, consiste à appuyer la création de nouvelles
connaissances fondées sur de solides données scientifiques et à
favoriser l’application de ces connaissances de manière à
améliorer la santé et les soins pour les Canadiens.
It should also be noted that knowledge acquired in one area of
cancer research increases the total knowledge brought to bear in
all areas of cancer research. For example, in 2011-12, CIHR
committed $166 million to cancer research, of which $25 million
was focused on breast cancer research. In the last five years,
CIHR has funded more than $110 million specifically focused on
breast cancer research.
Il convient également de signaler que les connaissances
acquises dans un secteur de la recherche sur le cancer
permettent d’enrichir l’ensemble des connaissances déjà mises à
profit dans tous les secteurs de la recherche sur le cancer. Par
exemple, en 2011-2012, les IRSC ont consacré 166 millions de
dollars à la recherche sur le cancer, dont 25 millions au cancer du
sein. Au cours des cinq dernières années, les IRSC ont versé plus
de 110 millions de dollars dans la recherche sur le cancer du sein.
Investments in health research through the CIHR are leading
to a better understanding of breast cancer, including breast
density, as well as enhanced screening procedures.
Les investissements dans la recherche en santé par l’entremise
des IRSC aident à mieux comprendre le cancer du sein, y compris
la densité mammaire, et à améliorer les pratiques de dépistage.
So far, CIHR has funded multiple studies on breast density.
For instance, CIHR supported a study conducted by Dr. Norman
Boyd and his collaborators from the University of Toronto.
Dr. Boyd’s research has revealed that dense breast tissue is
associated with increased breast cancer risk.
Les IRSC ont financé plusieurs études sur la densité
mammaire. Nous avons notamment soutenu une étude du
Dr Norman Boyd et de ses collaborateurs de l’Université de
Toronto. La recherche du Dr Boyd a révélé qu’un tissu mammaire
dense est associé à un risque accru de cancer du sein.
Dr. Boyd and his collaborators have also identified that the
prevalence of high breast density was nearly three times higher in
younger women — and that is defined as women under the
median age of 56 years — than in older women, mostly postmenopausal women.
Le Dr Boyd et ses collaborateurs ont aussi établi que la
prévalence de densité mammaire élevée était près de trois fois plus
forte chez les jeunes femmes (plus jeunes que l’âge médian de
56 ans) que chez les femmes plus âgées, principalement celles qui
sont déjà ménopausées.
To identify the best technology to screen for breast cancer in
women with dense breasts, Dr. Boyd and his team are using
CIHR funds to evaluate alternative optical techniques, including
magnetic resonance and ultrasound in studies of breast
composition in younger women.
Afin de déterminer la meilleure technologie permettant de
dépister le cancer du sein chez les femmes ayant une densité
mammaire élevée, le Dr Boyd et son équipe utilisent le
financement des IRSC pour évaluer d’autres techniques
optiques, notamment la résonance magnétique et l’échographie,
dans leur étude de la composition du tissu mammaire chez les
jeunes femmes.
Other imaging studies are funded by CIHR, and these include
studies by Dr. Lothar Lilge at the University of Toronto. He has
evaluated alternative optical techniques to identify breast tissue at
increased risk of cancer development, particularly in younger
women where exposure to radiation is of particular concern.
Les IRSC ont aussi financé d’autres études dans le domaine de
l’imagerie, dont celle du Dr Lothar Lilge de l’Université de
Toronto qui a évalué d’autres techniques optiques pour identifier
le tissu mammaire le plus vulnérable au cancer, en particulier chez
les jeunes femmes, pour qui l’exposition à la radiation est
préoccupante.
CIHR, in partnership with the Canadian Breast Cancer
Foundation, has launched a new competition this year with
funding of $6 million to support a national research team focused
on breast cancer in young women. This new research funding
opportunity has been designed to facilitate progress in this
Les IRSC, en partenariat avec la Fondation canadienne du
cancer du sein, ont lancé un nouveau concours assorti de
6 millions de dollars pour appuyer une équipe nationale de
recherche sur le cancer du sein chez les jeunes femmes. Cette
nouvelle possibilité de financement de la recherche est destinée à
40:12
Social Affairs, Science and Technology
23-5-2013
research area toward improving the awareness of breast cancer in
young women, the clinical outcomes and quality of life for young
women with breast cancer.
favoriser l’avancement des connaissances dans ce domaine de
recherche afin d’accroître la sensibilisation des jeunes femmes au
cancer du sein et d’améliorer les résultats cliniques ainsi que la
qualité de vie des jeunes femmes atteintes de ce cancer.
CIHR is also supporting research on the use of the current
mammographic imaging modalities to detect breast cancers.
Les IRSC appuient en outre la recherche sur l’utilisation des
méthodes actuelles d’imagerie mammographique pour détecter le
cancer du sein.
One such study by Dr. Anna Chiarelli and her team at the
University of Toronto used the largest cohort of women to
compare traditional film mammography with digital radiography
and computed radiography. This included 8,000 women in
Ontario undergoing regular mammographic screening. These
analyses revealed that screen film mammography and direct
radiography performed better than computed radiography. This
research will inform policy-makers and will inform decisions for
breast cancer screening programs and provide informed choices
for Canadian women undergoing mammography screening.
Ils soutiennent entre autres la Dre Anna Chiarelli et son
équipe, à l’Université de Toronto, qui cherchent à comparer, dans
une vaste cohorte de femmes, la mammographie conventionnelle
sur film à la radiographie numérique et à la radiographie assistée
par ordinateur. L’étude porte sur 8 000 Ontariennes qui se prêtent
périodiquement à un dépistage mammographique. Leurs analyses
ont révélé que la mammographie sur film et la mammographie
par radiographie directe sont plus efficaces que la radiographie
assistée par ordinateur. Cette recherche permettra d’éclairer les
responsables des politiques dans leurs décisions relatives aux
programmes de dépistage du cancer du sein, mais aussi les
Canadiennes qui doivent subir une mammographie.
CIHR also invests in innovative new approaches to assess
breast cancer risk, including breast density and amongst younger
women.
Les IRSC investissent également dans de nouvelles approches
novatrices pour évaluer le risque du cancer du sein, notamment
chez les jeunes femmes et celles qui ont une densité mammaire
élevée.
In collaboration with Genome Canada, within the Personalized
Medicine Signature Initiative, CIHR has recently funded a team
led by Dr. Jacques Simard at the Université Laval and Dr. Bartha
Maria Knoppers at McGill University. This team is developing a
genomic-based screening clinical trial program aimed at
identifying young women with a high risk of breast cancer,
providing additional approaches to mammography to identify
high-risk individuals.
En collaboration avec Génome Canada et dans le cadre de leur
initiative phare sur la médecine personnalisée, les IRSC ont
récemment financé une équipe dirigée par les Drs Jacques Simard,
de l’Université Laval et Bartha Maria Knoppers, de l’Université
McGill. Ces chercheurs s’emploient à concevoir un programme
d’essais cliniques pour le dépistage génomique destiné à repérer
les jeunes femmes qui présentent un risque élevé de cancer du sein,
dans l’espoir d’offrir d’autres méthodes que la mammographie
pour cerner les personnes à risque.
Increasing clinical trial capacity such as these in Canada is one
of the objectives of the Strategy for Patient-Oriented Research.
Through this strategy, also referred to as SPOR, CIHR is working
with the provinces and territories, health care associations, private
partners and patients in establishing and supporting patientoriented research networks that will help develop our capacity for
clinical trials in areas of benefit for Canadian patients, including
breast cancer.
Le développement de la capacité d’essai clinique au Canada
s’inscrit parmi les objectifs de la Stratégie de recherche axée sur le
patient (SRAP) qui exige une collaboration entre les IRSC et les
provinces et territoires, les associations de soins de santé, les
partenaires du secteur privé et les patients, pour établir et soutenir
des réseaux de recherche axée sur le patient qui aideront à
développer notre capacité d’essai clinique dans des domaines
profitables aux patients canadiens, comme le cancer du sein.
As you can thus see, these initiatives address knowledge gaps,
improve information and increase awareness about breast density
related to cancer screening.
Vous aurez compris que ces initiatives visent à combler le
manque de connaissances ainsi qu’à accroître la diffusion
d’information et la sensibilisation au sujet de la densité
mammaire dans le dépistage du cancer.
Honourable senators, I am pleased to say that CIHR, within its
mandate and in collaboration with various partners, will continue
to support biomedical, clinical and evaluative research that will
provide decision makers and other federal agencies, such as the
Canadian Partnership Against Cancer, with evidence used in
raising awareness and in providing information to women on
cancer screening.
Honorables sénateurs, je tiens à vous assurer que les IRSC,
dans le cadre de leur mandat et en collaboration avec divers
partenaires, continueront d’appuyer la recherche biomédicale,
clinique et évaluative qui dotera les décideurs et d’autres
organismes fédéraux, comme le Partenariat canadien contre le
cancer, de données pour sensibiliser et informer les femmes au
sujet du dépistage du cancer.
Thank you for your attention.
Merci de votre attention.
23-5-2013
Affaires sociales, sciences et technologie
40:13
The Chair: Thank you very much. I will now open the floor up
to questions from my colleagues.
Le président : Merci beaucoup. Je vais maintenant laisser la
parole à mes collègues qui ont des questions à vous poser.
Senator Seidman: Thank you very much. I will ask about the
National Committee for the Canadian Breast Cancer Screening
Initiative, which I believe Ms. Elmslie referred to. Could you tell
us what their role is exactly? You mentioned that they collaborate
on screening recommendations and approaches, including for
dense breast tissue. If you could give us some information, I
would appreciate that.
La sénatrice Seidman : Merci beaucoup. J’ai une question au
sujet du Comité national chargé de l’Initiative canadienne pour le
dépistage du cancer du sein. Je crois d’ailleurs que c’est vous,
madame Elmslie, qui y avez fait référence. Pourriez-vous nous
dire en quoi consiste exactement le rôle de ce comité? Vous avez
indiqué qu’il collaborait à la formulation de recommandations et
d’approches en matière de dépistage, notamment pour ce qui est
de la densité mammaire. Je vous serais reconnaissante de bien
vouloir nous fournir plus de détails.
Ms. Elmslie: The national committee is one that includes the
directors of breast cancer screening programs from each of the
provinces and territories, along with representation from
stakeholder groups, women’s groups that are interested in
breast cancer. The role of that committee is to share
information about issues that screening programs are facing, to
talk about best practices across the country so that people who
are facing similar problems have a forum to come to and talk
about their challenges and issues and work together on ways they
can address them.
Mme Elmslie : Le comité national est composé des directeurs
responsables des programmes de dépistage du cancer du sein dans
chaque province et territoire, ainsi que des représentants des
groupes féminins et des autres organisations qui s’intéressent à la
problématique du cancer du sein. Ce comité a pour objectif la
mise en commun de l’information au sujet des problèmes
touchant les programmes de dépistage ainsi que des meilleures
pratiques en usage à l’échelle du pays. Tous ces gens qui doivent
composer avec des problèmes semblables disposent ainsi d’une
tribune où ils peuvent échanger au sujet de leurs défis et de leurs
difficultés, et travailler ensemble à la recherche de solutions.
Importantly, this group oversees the national database that I
referred to. That group decides collectively on the analyses that
will be performed using the data in the national database, which
comes from provincial and territorial jurisdictions.
Ce groupe a aussi la responsabilité importante de superviser la
gestion de la base de données nationale dont je vous parlais. Ses
membres déterminent collectivement les analyses qui seront
effectuées à partir de cette base de données en provenance des
autorités provinciales et territoriales.
Each period the committee uses those data to understand the
performance of breast cancer screening programs across the
country. This is a very important and instrumental partnership in
bringing together those who are responsible day to day for breast
cancer screening programs not only to look at new opportunities
but also to look at ways that, collectively, improvements can be
made in breast cancer screening programs. These, as you know,
fall under the jurisdiction of provinces and territories. Having all
of those representatives around that table is a very important
asset for the country.
Pour chacune des périodes visées, le comité se sert de ces
données pour évaluer l’efficacité des différents programmes de
dépistage du cancer du sein au pays. Il s’agit d’un partenariat
essentiel en vue de mobiliser ceux qui sont responsables de ces
programmes au quotidien, non seulement pour examiner les
possibilités nouvelles, mais aussi pour trouver des moyens
d’améliorer collectivement les programmes de dépistage. Ceuxci, comme vous le savez, relèvent de la compétence des provinces
et des territoires. La possibilité de réunir tous ces intervenants
autour d’une même table constitue un atout important pour notre
pays.
Senator Seidman: Exactly, and that is precisely why I am
asking you the questions. It is critical, because there are
jurisdictional aspects to this, as you have put forward.
La sénatrice Seidman : Tout à fait, et c’est justement pour cela
que je vous pose ces questions. C’est extrêmement important, car
cela fait intervenir des enjeux liés au partage des compétences,
comme vous l’avez souligné.
You say that this committee has put forward screening
recommendations and approaches, including for dense breast
tissue. What screening recommendations and approaches may
this committee have already put forward?
Vous avez dit que ce comité a déjà mis de l’avant des
recommandations et des approches en matière de dépistage,
notamment pour ce qui est de la densité mammaire. Pouvez-vous
nous dire quelles sont ces recommandations et ces approches?
Ms. Elmslie: In that context, in provinces and territories, there
are protocols that are in place for further testing of women who
have dense breast tissue. Through this committee, discussions
have been had that then inform what each jurisdiction puts in
place to ensure that women with dense breast tissue, for instance,
are getting the appropriate follow-up that is needed. That, again,
is an asset of this committee. They do that together and then
Mme Elmslie : Par exemple, il y a dans les provinces et les
territoires des protocoles en vigueur pour le suivi des femmes
ayant un tissu mammaire dense. Dans le contexte de ce comité
national, on a discuté de ces questions de telle sorte que chaque
instance a pu faire le nécessaire pour que ces femmes aient droit
au suivi dont elles ont besoin. C’est un autre avantage de ce
comité. On se concerte de cette manière, puis chaque province et
40:14
Social Affairs, Science and Technology
23-5-2013
jurisdictionally, in each province and territory, decisions are taken
around the protocols that will be put in place. It is based on
science and the best available evidence.
territoire responsable décide des protocoles à mettre en place.
C’est une approche fondée sur la science et les meilleures données
disponibles.
Senator Seidman: You are saying there already are existing
protocols that are used provincially and in the territories?
La sénatrice Seidman : Vous nous dites qu’il y a déjà des
protocoles en vigueur dans les provinces et les territoires?
Ms. Elmslie: Yes, there are existing protocols used in the
context of breast cancer screening programs.
Mme Elmslie : Oui, il existe déjà des protocoles applicables aux
programmes de dépistage du cancer du sein.
Senator Seidman: With dense breast tissue?
La sénatrice Seidman : Y compris dans les cas de densité
mammaire?
Ms. Elmslie: Including with dense breast tissue, yes.
Mme Elmslie : C’est inclus également.
Senator Seidman: That is very helpful.
La sénatrice Seidman : Voilà qui est très utile.
I would ask a question about the technology, because I believe
both Ms. Park and Ms. Elmslie mentioned it. You talked about
mammograms, but of course there are other technologies as well.
You talked about the specific challenges of identifying potential
cancers in dense breast tissue.
J’aurais une question au sujet de la technologie, car vous y avez
fait allusion toutes les deux. Vous avez parlé de mammographie,
mais il y a bien sûr d’autres technologies. Vous avez traité des
difficultés particulières associées au dépistage du cancer dans un
tissu mammaire dense.
Could you tell us a bit about the changes in the technology and
whether we have advanced beyond the sort of basic
mammography into other technologies that are much more
helpful in diagnosing cancers in dense breast tissue?
Pourriez-vous nous parler un peu plus des changements
technologiques et nous dire si nous allons dépasser le stade de
la simple mammographie pour adopter d’autres technologies qui
seront beaucoup plus efficaces afin de diagnostiquer des cancers
malgré la densité mammaire?
Ms. Park: I can give you some information on the research
that is ongoing at the moment that is funded by CIHR and in
Canada.
Mme Park : Je peux vous fournir quelques renseignements sur
les recherches actuellement menées au Canada grâce au
financement des IRSC.
You said ‘‘beyond mammography.’’ I think the first important
point to make is the study by Dr. Chiarelli, which compared
8,000 women undergoing regular mammography with the
different mammographic technologies available at the moment.
This is the computed radiology, direct radiology and traditional
film-based radiology.
Vous avez indiqué qu’il fallait dépasser le stade de la simple
mammographie. Je pense qu’il faut d’abord mentionner
l’importante étude menée par la Dre Chiarelli auprès de
8 000 femmes pour comparer les résultats de la mammographie
conventionnelle à ceux des différentes technologies désormais
disponibles. On a donc comparé la radiographie assistée par
ordinateur, la mammographie par radiographie directe et la
mammographie conventionnelle sur film.
That was a very important study because it identified that the
computed radiology approach is less efficient at detecting breast
cancers, and this may be associated with the density of the breasts
in these women. That information must be computed and
compared to the different types of breast tissue density, so this
is not clear-cut at the moment. However, that is one position that
the computed radiology may be less efficient. I think this
information has already been transferred to the provinces and
the territories, which may influence their decision making in
focusing on using film-based mammography techniques and the
digital radiography techniques that already exist in the provinces.
Cette étude a été très utile, car elle a révélé que la radiographie
assistée par ordinateur est moins efficace dans la détection du
cancer du sein, un résultat qui pourrait être attribuable à la
densité mammaire des patientes. Les chiffres doivent encore être
compilés et comparés suivant les différents degrés de densité
mammaire, ce qui fait qu’on ne sait pas encore vraiment à quoi
s’en tenir. C’est toutefois une situation où la radiographie
informatisée pourrait être moins efficace. Je pense que
l’information a déjà été transmise aux provinces et aux
territoires, ce qui pourrait les inciter à se tourner davantage vers
les technologies de mammographie sur film et de radiographie
numérique déjà disponibles.
In addition, as I mentioned, Dr. Boyd and Dr. Lilge are using
different optical techniques, and some of these include the
ultrasound-type technologies, as well as MRI, to compare
breast density and to screen individuals with dense breast tissue.
These studies are not finalized yet and the data is not available for
discussion. That data should be available quite soon.
En outre, comme je l’ai indiqué, les Drs Boyd et Lilge évaluent
d’autres techniques optiques, notamment la résonance
magnétique et l’échographie, pour comparer la densité
mammaire et dépister les femmes à risque. Ces études n’ont pas
encore été menées à terme, mais leurs résultats devraient être
disponibles sous peu.
23-5-2013
Affaires sociales, sciences et technologie
40:15
Senator Seidman: Based on your expertise on the research that
is out there, would you say that all women with dense breast
tissue should be part of some kind of specialized screening
program beyond general basic mammography, or would you say
that there are combinations of risk that go beyond the dense
breast tissue? It could be, for example, age plus dense breast
tissue. I am just putting out possibilities, but that it could be a
combination of characteristics as opposed to one general
protocol.
La sénatrice Seidman : En vous fondant sur votre connaissance
des recherches qui ont été effectuées, diriez-vous que toutes les
femmes ayant un tissu mammaire dense devraient participer à un
programme spécial de dépistage allant au-del à de la
mammographie conventionnelle, ou croyez-vous que la densité
mammaire n’est qu’un facteur de risque parmi d’autres? Il
pourrait s’agir, par exemple, d’une combinaison de l’âge et de la
densité mammaire. Je ne fais qu’évoquer des possibilités, mais
plusieurs caractéristiques pourraient entrer en jeu, plutôt qu’un
seul élément qui serait responsable de tout.
Ms. Park: Yes. Breast cancer is actually quite a complex
disease. Interestingly, the more we know about it, the more we
understand how complex it is. It is not one disease. There are
genetic components, epigenetic components, and in addition,
there is dense breast tissue. It is a combination of the
accumulation of alterations both with breast density plus
genetic components that contribute to the development of
breast cancer. Not all women with dense breasts will develop
breast cancer.
Mme Park : En fait, le cancer du sein est une maladie plutôt
complexe. Chose intéressante, plus nous en apprenons à son sujet,
plus nous prenons conscience de sa grande complexité. Ce n’est
donc pas une maladie simple. Il y a des composantes génétiques et
épigénétiques qui entrent en jeu, sans compter la problématique
de la densité mammaire. C’est l’effet combiné de l’altération de
ces différents éléments qui contribue au développement du cancer
du sein. Ce ne sont pas toutes les femmes ayant un tissu
mammaire dense qui vont souffrir d’un cancer.
The research would indeed support that, as we mentioned, one
of the challenges with dense breast tissue is that it is more difficult
to detect breast cancer. In that context, what that means in many
ways is that for these individuals, if they do have a breast cancer,
the cancer has a better chance of growing more before it is
detected. This is one of the challenges.
La recherche devrait nous indiquer, comme nous l’avons
mentionné, que la densité mammaire est notamment
problématique du fait qu’elle rend plus difficile la détection du
cancer du sein. Pour les femmes ayant un tissu mammaire dense, il
en ressort donc qu’un éventuel cancer du sein risquerait
davantage de pouvoir se développer plus longtemps avant d’être
détecté. C’est l’un des problèmes.
As I mentioned, there are initiatives under way to use other
types of risk factors that are genomic-based, which we have just
funded within the Personalized Medicine Signature Initiative.
Depending on the outcome of that clinical trial, this may be an
alternative way to screen women, particularly young women,
where you do not want to subject them to enhanced radiological
exposure for increased risk to breast cancer, so that is one
alternative.
Je vous rappelle qu’il y a d’autres initiatives en cours en vue
d’examiner d’autres types de facteurs de risque ayant une base
génomique pour lesquelles nous venons tout juste d’accorder du
financement dans le cadre de notre initiative phare en médecine
personnalisée. Si les résultats de ces essais cliniques sont
concluants, nous pourrions disposer d’un nouveau mode de
dépistage auprès des femmes, surtout les jeunes, que l’on ne
souhaite pas exposer davantage aux traitements radiologiques
afin de ne pas augmenter leurs risques de développer un cancer du
sein.
Senator Seidman: Thank you. That answered my question.
La sénatrice Seidman : Cela répond bien à ma question, je vous
remercie.
Senator Eaton: Thank you very much. The subject, as you say,
gets more and more complicated.
La sénatrice Eaton : Merci beaucoup. Comme vous venez de
nous le dire, c’est un sujet qui devient de plus en plus complexe.
In terms of enhanced screening, let us start with the province of
Ontario, where there was a headline the other day saying they will
spend another $25 million because they are going to buy more
machines. Are they buying the same old machines or are they
going toward something new?
Pour ce qui est de l’amélioration des techniques de dépistage,
parlons d’abord de l’Ontario. Nous avons pu lire récemment une
manchette indiquant que la province allait dépenser 25 millions de
dollars supplémentaires pour acquérir de nouveaux équipements.
Savez-vous si l’on veut acheter encore les mêmes machines ou si
l’on veut se procurer des équipements différents?
Ms. Park: To be honest, I do not know exactly what Ontario
will buy, but at least I read the same article. I assume you are
referring to the article in The Globe and Mail.
Mme Park : J’ai lu le même article que vous, mais, en toute
franchise, je ne sais pas exactement ce que l’Ontario compte
acheter. Je présume que vous faites référence à l’article paru dans
le Globe and Mail.
40:16
Social Affairs, Science and Technology
23-5-2013
This is based on the study by Dr. Chiarelli on the comparison
of the radiological machines used for mammography at the
moment, the computed radiology versus the direct radiology
versus the film-based mammography.
C’est fondé sur une étude de la Dre Chiarelli concernant les
différents équipements de mammographie utilisés actuellement.
Elle comparait la radiographie assistée par ordinateur, la
mammographie par radiographie directe et la mammographie
sur film.
Senator Eaton: Could you stop for a moment? There are a lot
of women sitting here. Perhaps you could explain this to us. When
we have a breast exam and we see the technician and the screen
comes up, is that what you call a computer-driven
mammography?
La sénatrice Eaton : Puis-je vous interrompre un instant? Nous
sommes plusieurs femmes ici présentes. Peut-être pourriez-vous
nous expliquer la distinction entre toutes ces techniques. Lorsque
nous subissons un examen mammaire et qu’un écran apparaît
devant nous, est-ce ce que vous appelez la mammographie assistée
par ordinateur?
Ms. Park: We have to be careful there, because the screen will
come up even if you have a film-based mammogram, because that
is just like an X-ray and you would now see it in a digital manner.
I am not an expert on mammography because that is not my
research area. However, my understanding is that in the
computed radiography, you essentially take an image, which is
a radiological image of the breast, and then that is computerized,
digitalized, before you would see it, say, on a computer screen.
That is the distinction between the direct film radiography and the
direct radiography. There is a distinction between the two.
Mme Park : Il faut faire attention, car ce même écran va
apparaître aussi pour la mammographie sur film. En fait, le test
demeure semblable à un examen aux rayons X; c’est simplement
que le résultat est désormais numérisé. Je ne suis pas une experte
en mammographie, car ce n’est pas mon domaine de recherche.
Cependant, je crois que la technique de radiographie assistée par
ordinateur consiste essentiellement à prendre une image du sein,
puis à la numériser de manière à ce que vous puissiez la voir, par
exemple, sur un écran d’ordinateur. C’est ce qui la distingue de la
mammographie sur film.
From Dr. Chiarelli’s study, the results suggested that the
computed radiography predicted 20 per cent fewer breast cancers.
My understanding is that the discussion that the Province of
Ontario is having at the moment is whether to invest in, to be
honest, the older-style direct film or direct radiology
mammogram versus the computed radiology.
Selon l’étude menée par la Dre Chiarelli, la radiographie
assistée par ordinateur permet un taux de détection 20 p. 100
inférieur pour les cancers du sein. Je pense que l’Ontario essaie
actuellement de déterminer si elle va investir dans les technologies
plus conventionnelles de mammographie sur film ou par
radiographie directe, plutôt que dans la radiographie assistée
par ordinateur.
Dr. John Patrick Stewart, Interim Senior Executive Director,
Therapeutic Products Directorate, Health Products and Food
Branch, Health Canada: I can provide some additional
information on the different mammography technologies if you
would like.
John Patrick Stewart, directeur exécutif principal intérimaire,
Direction des produits thérapeutiques, Direction générale des
produits de santé et les aliments, Santé Canada : Si vous le
voulez, je peux vous fournir de plus amples détails sur les
différentes techniques de mammographie.
Up until around 2000, the vast majority of mammography was
done by standard film mammography, where the X-ray going
through the tissue would expose an X-ray film, and that would be
developed and you would have one copy of a film to look at.
Jusqu’au tournant des années 2000, la vaste majorité des tests
étaient effectués au moyen de la mammographie conventionnelle
sur film. Un film est produit par l’exposition du tissu aux
rayons X, et une seule copie est développée pour visionnement.
Computed radiography was an advancement that started to
come in in 2000. We had a lot of medical device licence
applications from 2004 to 2010. You could still use a standard
mammography X-ray tube, but instead of an X-ray plate, it had a
receptor that generated an image. That was taken and digitalized,
and then you had an image in a computer.
La radiographie assistée par ordinateur est une avancée
technologique qui a fait son apparition en 2000. De 2004 à
2010, nous avons reçu un grand nombre de demandes
d’homologation de matériels médicaux. On pouvait alors encore
utiliser un tube à rayons X conventionnel pour la mammographie,
mais la plaque radiographique était remplacée par un capteur qui
générait une image. Cette image est ensuite numérisée pour
consultation sur un ordinateur.
The further step, which is now digital mammography,
radiography, is where you do not have that plate to take the
image. The X-ray goes through the tissue and has a digital
receptor and generates a digital image, so that there is less
processing of information. It is felt to be more sharp and accurate
in producing an image of tissue, and it can be enlarged and looked
at in detail.
Cette nouvelle étape correspondant à ce qu’on appelle
maintenant la mammographie numérique permettait ainsi de
diminuer l’information à traiter en produisant l’image à l’aide
d’un capteur numérique, plutôt que d’une plaque radiographique.
On estime que cela procure une image plus précise du tissu
examiné, une image qui peut être agrandie et étudiée en détail.
23-5-2013
Affaires sociales, sciences et technologie
40:17
Presently, licence applications that are coming into the Medical
Devices Bureau, since 2010, we have only had digital radiography
mammograms. That is presently what we see as the type of
technology that companies are bringing to market.
Les demandes d’homologation soumises au Bureau des
matériels médicaux depuis 2010 ne portent que sur des
équipements de mammographie numérique. D’après ce que
nous pouvons constater, c’est le genre d’appareils que les
entreprises mettent maintenant sur le marché.
Senator Eaton: I understand that if one has dense breast tissue,
you need someone who is trained to read the results of a
mammogram. Is that not right? Do we have enough trained
people to interpret and read them?
La sénatrice Eaton : Si une femme a un tissu mammaire dense,
il faut quelqu’un de spécialement formé pour lire les résultats du
cliché mammaire, n’est-ce pas? Avons-nous suffisamment de
personnel spécialisé dans l’interprétation de ces résultats?
Dr. Stewart: In my role at Health Canada, I am not sure I am
the person to answer that. I know there is an accreditation
program by the Canadian Association of Radiologists. They
accredit mammography programs and centres. I believe there are
450 centres that are accredited. It is within the jurisdiction of the
provinces to oversee the practice of medicine and the quality of
care delivered in hospitals. There are downstream effects after
mammography machines are approved, processes put in place to
ensure the quality of that. I think it is critical that the user reading
the mammography has a lot of experience.
M. Stewart : Je ne suis pas certain d’être la personne la mieux
placée pour répondre à cette question à Santé Canada. Je sais que
l’Association canadienne des radiologistes a un mécanisme
d’agrément pour les centres et les programmes de
mammographie. Je pense qu’il y a 450 centres qui sont agréés.
C’est aux provinces qu’il incombe de superviser la pratique de la
médecine et la qualité des soins dispensés dans les hôpitaux. Il y a
des effets en aval des suites de l’approbation des appareils de
mammographie et de la mise en place des mesures de contrôle de
la qualité nécessaires. J’estime essentiel que ce soit une personne
très expérimentée qui interprète les clichés mammaires.
Senator Eaton: Ms. Elmslie, should women inquire of their
doctors whether they have dense breast tissue? Is this something
that a woman should know?
La sénatrice Eaton : Madame Elmslie, est-ce que les femmes
devraient demander à leur médecin si leur tissu mammaire est
dense? Est-ce quelque chose que toute femme devrait savoir?
Ms. Elmslie: One of the objectives we have in the Public Health
Agency and in the work that we do is to raise awareness so that
women can choose to have that conversation with their health
care provider. That is why it is important, from our perspective,
to use the existing programs that we have federally to better
inform and to identify gaps so that we can provide that
information to women. Then women can make their own
decisions about the conversations they want to have with their
physician.
Mme Elmslie : L’Agence de la santé publique s’est notamment
donné pour objectif de sensibiliser les femmes de telle sorte
qu’elles soient à même de décider si elles veulent poser la question
à leur pourvoyeur de soins. C’est pourquoi nous estimons
important de mettre à contribution les programmes déjà
existants à l’échelon fédéral afin de mieux informer les femmes.
Celles-ci pourront ensuite décider si elles souhaitent en parler à
leur médecin.
Senator Eaton: If someone finds out they have dense breast
tissue, should their next question be this one: How many times
should I be screened a year? Is there an onus on the doctor to
push for more breast examinations or for more screening or a
different kind of screening? Should that be part of it?
La sénatrice Eaton : Si une femme apprend qu’elle a un tissu
mammaire dense, ne devrait-elle pas demander ensuite combien
de tests de dépistage elle doit subir chaque année? N’incombe-t-il
pas au médecin d’insister pour que ces tests soient plus fréquents
ou que l’on ait recours à d’autres formes de dépistage?
Ms. Elmslie: I would say that the onus is on the doctor and the
patient to talk about what is the best course of action for that
particular patient. I do not think that there is a cookie-cutter
approach. It will depend on other risk factors, and it will depend
on other concerns that the individual patient may have in that
context. However, by doing things that raise awareness, we are
informing that conversation.
Mme Elmslie : Je dirais que le médecin et sa patiente doivent
discuter pour déterminer ensemble la démarche à privilégier. Je ne
crois pas qu’il existe une approche pouvant s’appliquer à toutes
les femmes. Tout dépend des autres facteurs de risque, et aussi des
autres préoccupations que la patiente peut avoir dans sa situation.
Cependant, en favorisant la sensibilisation, nous permettons aux
femmes de discuter de ces questions en toute connaissance de
cause.
Senator Eggleton: With respect to the technology again, I am
hearing that the direction for mammography seems to be in
digital form now instead of film. Is that proving to be much more
successful? Supposedly, it is a better detection system. Is there any
Le sénateur Eggleton : Pour revenir à l’aspect technologique,
j’entends que la mammographie semble emprunter la voie
numérique, de préférence à la technologie sur film. A-t-il été
établi que cette technologie est beaucoup plus efficace? On
40:18
Social Affairs, Science and Technology
23-5-2013
study to indicate that in the usage of it? Dr. Stewart, I think you
said that nothing but these things were being bought since 2010.
What do we know so far about how well it is working?
pourrait présumer que c’est un meilleur système de détection.
Existe-t-il une étude qui le confirme dans la pratique? Monsieur
Stewart, je crois que vous nous avez dit que ce sont les seuls
appareils mis sur le marché depuis 2010. Qu’a-t-on pu apprendre
jusqu’à maintenant au sujet de leur rendement?
Ms. Park: I can refer again to the study by Dr. Chiarelli with
8,000 women in Ontario, which identified that the digital
radiography performed better than the computed radiography,
even adjusting for other factors. These other factors would be agerelated, weight-related and other components.
Mme Park : Je vous renvoie encore une fois à l’étude effectuée
par la Dre Chiarelli auprès de 8 000 Ontariennes. Elle a permis de
constater que la radiographie numérique donne de meilleurs
résultats que la radiographie assistée par ordinateur, même après
rajustement en fonction d’autres facteurs, comme l’âge ou le
poids.
Senator Eggleton: What about the ultrasound? This is
something the U.S. Food and Drug Administration apparently
has approved. How does that relate to the digital mammography,
or is it a replacement?
Le sénateur Eggleton : Qu’en est-il de l’échographie? Il
semblerait que la Food and Drug Administration l’ait
approuvée aux États-Unis. Comment peut-elle se combiner à la
mammographie numérique? Peut-elle la remplacer?
The Chair: Before we come to that question, Dr. Stewart, did
you have something to add to his last question?
Le président : Avant d’en venir à cette question, aviez-vous
quelque chose à ajouter, monsieur Stewart, en réponse à la
précédente?
Dr. Stewart: If you look at that study and the actual techniques
being used, there are numbers of how many women were screened
by digital radiography, computer radiography and standard film
radiography. It gives you a sense of the different types of
technology that are in the Ontario health care system. These are
not straightforward things to change over. They are fairly large
and expensive, so in moving forward, if a regional health body or
province wants to change focus on which technology to use, it
does require planning.
M. Stewart : Si vous prenez connaissance de cette étude
portant sur les différentes techniques utilisées, vous y trouverez
des statistiques sur le nombre de femmes examinées par
radiographie numérique, radiographie assistée par ordinateur et
mammographie conventionnelle sur film. Cela vous donne un
aperçu des technologies disponibles au sein du système de santé en
Ontario. Comme il s’agit d’équipement très coûteux, une régie
régionale de la santé ou une province doit planifier longtemps à
l’avance si elle désire changer de technologie.
There are presently, from what we understand, a number of
different mammography technologies in the health care system in
Canada.
Il semble donc que différentes techniques de mammographie
soient actuellement utilisées au sein du système de soins de santé
au Canada.
Senator Eggleton: What about ultrasound? Where does that
come into play here?
Le sénateur Eggleton : Qu’en est-il de l’échographie? Cette
technologie a-t-elle un rôle à jouer?
Dr. Stewart: If I can speak from the Health Canada licensing
perspective, there are presently three technologies licensed and
labelled for mammography: the standard film mammography, the
computer mammography and digital.
M. Stewart : Du point de vue de Santé Canada, il y a
actuellement trois technologies reconnues et homologuées pour
le dépistage : la mammographie conventionnelle sur film, la
radiographie assistée par ordinateur et la radiographie
numérique.
Ultrasounds are licensed for general ultrasonography, so they
are licensed for a number of different indications to image
different parts of the body. There is only one ultrasound that has
been reasonably authorized by Health Canada for the use in
assessing breast tissue. It is not, as far as I understand, endorsed
in any of the provincial screening programs as an accepted
technology.
L’échographie est homologuée pour les examens généraux par
ultrasons, c’est-à-dire aux fins de plusieurs utilisations permettant
de produire une image de différentes parties du corps. Une seule
technologie échographique a été autorisée par Santé Canada pour
l’examen des tissus mammaires. Pour autant que je sache, aucun
programme provincial de dépistage n’a approuvé le recours à
cette technologie.
The same is also true for MRI. MRI is approved and licensed
for imaging different parts of the body. None of them at this point
have an indication as a mammography screening tool.
Il en est de même pour l’IRM. L’IRM est approuvée et
homologuée pour générer des images de différentes parties du
corps. Jusqu’à maintenant, aucune de ces technologies n’a été
indiquée comme outil de dépistage par mammographie.
23-5-2013
Affaires sociales, sciences et technologie
40:19
Senator Eggleton: Is there anything we can learn from other
countries or sub-federal jurisdictions somewhere else in terms of
leadership on this issue? Where might that be, and why would
they be doing so well with this issue, unless you think we are
number one in the world?
Le sénateur Eggleton : Y a-t-il d’autres pays ou des
gouvernements infranationaux qui pourraient nous servir de
modèle quant au rôle à jouer à cet égard? Lesquels, et pourquoi
réussissent-ils bien, à moins que vous pensiez que nous sommes les
meilleurs au monde?
Ms. Park: I can comment from a research perspective, and I
can state with confidence that Dr. Boyd is a world leader in
understanding breast density. His studies on breast density and
the impact of breast density for risk are cited worldwide. He does
work with international teams, and that includes both Europe and
the United States.
Mme Park : Je suis du domaine de la recherche, et je peux vous
dire avec certitude que le Dr Boyd est un chef de file mondial pour
ce qui est des connaissances sur la densité mammaire. On fait
référence à ses études sur la densité mammaire et les risques
qu’elle pose partout dans le monde. Il collabore avec des équipes
internationales, ce qui inclut l’Europe et les États-Unis.
Senator Eggleton: Ms. Elmslie, you mentioned a number of
endeavours, for example, the Canadian Partnership Against
Cancer, the screening initiative, et cetera.
Le sénateur Eggleton : Madame Elmslie, vous avez fait
référence au Partenariat canadien contre le cancer, à l’initiative
pour le dépistage, et cetera.
Could you briefly comment on how these are interrelated?
Who is the Canadian Partnership Against Cancer? Who formed it
and who is part of it?
Pourriez-vous nous expliquer brièvement en quoi ils sont
interreliés? Qu’est-ce que le Partenariat canadien contre le cancer?
Qui l’a créé et qui en fait partie?
Ms. Elmslie: The Canadian Partnership Against Cancer was
formed in 2006, established by the federal government in order to
implement the Canadian Strategy for Cancer Control. Its
mandate is to bring together partners from across the country
to accelerate the use of existing evidence on cancer prevention and
control overall, to accelerate research and to provide a forum
where we can come together as a country and share best practices
to get things going across the country.
Mme Elmslie : Le Partenariat canadien contre le cancer a été
créé en 2006 par le gouvernement fédéral pour la mise en œuvre la
Stratégie canadienne de lutte contre le cancer. Il a le mandat de
réunir des partenaires de partout au pays pour accélérer
l’utilisation des données actuelles sur la prévention du cancer et
la lutte contre cette maladie en général, accélérer la recherche et
fournir un cadre dans lequel nous pouvons unir nos efforts et
communiquer des pratiques exemplaires pour faire avancer les
choses au pays.
I think you may be hearing from that group.
The Chair: They are coming tomorrow.
Je pense que des représentants de ce groupe comparaîtront
devant votre comité.
Le président : Oui, demain.
Ms. Elmslie: That is wonderful. That partnership is a federally
funded non-governmental organization that works to bring
together partners in the prevention and control of cancer.
Mme Elmslie : C’est formidable. Il s’agit d’une organisation
non gouvernementale financée par le gouvernement fédéral qui
favorise la collaboration des partenaires pour la prévention du
cancer et la lutte contre le cancer.
Senator Eggleton: Since they are coming tomorrow, I will save
any other questions for them.
Le sénateur Eggleton : Puisqu’elle comparaîtra, je vais attendre
à demain pour poser d’autres questions.
Senator Enverga: Thank you for your presentations. I just
heard that there are more women with high-density tissue that
have breast cancer. Can you give me the ratio? What percentage
of people have high-density tissue? Is it 50 per cent or
60 per cent?
Le sénateur Enverga : Je vous remercie de vos exposés. On vient
de dire que plus de femmes qui présentent une forte densité
mammaire développent un cancer du sein. Pouvez-vous me dire
quelle est la proportion? Quelle proportion de femmes présente
une forte densité mammaire? Parle-t-on de 50 ou de 60 p. 100?
Ms. Park: I cannot give you absolute ratios because this does
vary by age. All younger women tend to have denser breasts, and
as women age, their breasts become less dense. It is part of the
aging process.
Mme Park : Je ne peux pas vous donner le pourcentage exact,
car tout dépend de l’âge. Toutes les femmes plus jeunes ont des
seins plutôt denses et, à mesure qu’elles vieillissent, la densité
diminue. Cela fait partie du processus du vieillissement.
Post-menopausal women tend not to have dense breasts, so it is
difficult to have an absolute number.
Les femmes postménopausiques n’ont habituellement pas les
seins denses, et il est donc difficile d’avoir des chiffres absolus.
Senator Enverga: Have we categorized those who have breast
cancer?
Le sénateur Enverga : A-t-on établi des catégories pour les
femmes qui ont le cancer du sein?
40:20
Social Affairs, Science and Technology
23-5-2013
Ms. Park: It is very difficult to categorize women as to who
gets cancer. In addition to breast density, there are genetic factors
which could be environmental or could be related to lifestyle.
Many factors have to be calculated for breast cancer risk.
Mme Park : Il est très difficile d’établir des catégories
déterminant quelles femmes développent un cancer. En plus de
la densité mammaire, il y a des facteurs génétiques qui peuvent
être liés à l’environnement ou au mode de vie. Bien des facteurs
doivent être pris en compte pour évaluer les risques de cancer du
sein.
Nowadays, we are beginning to look from a genomic
perspective at genomic risk factors that we can then follow
through time, and these studies are just starting now. This is one
of the studies we have just funded at CIHR. This again has been
an international collaboration with multiple countries to identify
these genomic risk factors, a little bit like heart disease that we
have heard about for 20 years. One goal we should learn over a
10- or 15-year period is how that could impact our understanding
of breast cancer and risk.
De nos jours, nous commençons à regarder du côté de la
génomique, des facteurs de risques ayant une base génomique que
nous pouvons suivre au fil du temps, et on commence à peine à
faire ce genre d’études. C’est l’une des études que les IRSC
viennent de financer. C’est aussi dans le cadre d’une collaboration
entre de nombreux pays visant à cibler les facteurs de risques
ayant une base génomique, un peu comme ce qui a été fait pour
les maladies du cœur il y a environ 20 ans. L’un des objectifs est
d’apprendre, au cours d’une période de 10 ou de 15 ans, comment
cela pourrait avoir des répercussions sur notre compréhension du
cancer du sein et les risques.
Senator Enverga: If there are a lot of factors to consider, could
it be that it is not because of the density that it is happening?
Le sénateur Enverga : S’il y a beaucoup de facteurs à prendre
en considération, se pourrait-il que la densité n’y soit pour rien?
Ms. Park: There are two components to be aware of from a
research perspective on breast density. One is that we have heard
it is more difficult to identify the breast cancer in dense breasts
with screening technologies such as mammography. One
challenge is that you just do not see it.
Mme Park : Du côté de la recherche, il y a deux choses qu’il
faut savoir sur la densité mammaire. Premièrement, nous avons
appris qu’il est plus difficile de dépister le cancer du sein au moyen
de la mammographie, par exemple, lorsque le tissu mammaire est
dense. L’un des problèmes, c’est que ce n’est tout simplement pas
visible.
The other, from a research perspective, is that dense breast
tissues have more cells that give rise to breast cancer cells; these
are called ‘‘epithelial cells,’’ and because there are more of them,
by chance, you will have a greater chance of having an alteration
in one of these cells that will give rise to breast cancer. There is a
strong association, but if you have dense breast tissue it does not
mean you will develop breast cancer.
Deuxièmement, dans une perspective de recherche, le tissu
mammaire dense contient un plus grand nombre de cellules à
l’origine du développement du cancer du sein; ce sont les « cellules
épithéliales », et, parce qu’elles sont plus nombreuses, les risques
d’altération de l’une de ces cellules causant le cancer du sein sont
plus grands. Il y a des liens étroits, mais ce n’est pas parce qu’on a
un tissu mammaire dense qu’on souffrira nécessairement du
cancer du sein.
Senator Dyck: I was also going to ask the question that Senator
Enverga brought up as to the incidence of dense breast tissue and
whether it is high enough to create a problem that needs to be
addressed critically. It sounds as though it is difficult to say
whether the incidence of dense breast tissue is high because of
other factors that might contribute to the detection or the
development of cancer.
La sénatrice Dyck : J’allais poser la même question que le
sénateur Enverga concernant la proportion de personnes dont le
tissu mammaire est dense, et je voulais savoir si cela peut même
entraîner des problèmes graves requérant une intervention. Il
semble difficile de déterminer si la proportion de femmes ayant
une densité mammaire forte est élevée à cause d’autres facteurs
qui peuvent contribuer au dépistage ou au développement du
cancer.
Ms. Park: Studies by Norman Boyd have identified that twins
tend to have very similar breast densities. What that would say is
that this is genetically associated. If twins have low breast density,
they both have low breast density. If they have high breast
density, they both have high breast density. Those types of studies
would support that this is not something that is influenced by the
environment or other cancer-causing conditions. This is
something we are born with, and it is part of our own physiology.
Mme Park : Les études de Norman Boyd montrent que les
jumelles ont plutôt une densité mammaire très similaire. Cela
signifierait qu’il y a un lien génétique. Si la densité mammaire
d’une jumelle est faible, il en sera de même pour l’autre jumelle,
par exemple. Selon ce type d’études, ce n’est pas causé par
l’environnement ou d’autres situations à l’origine du cancer. On
est né comme cela et cela fait partie de la physiologie d’une
personne.
Senator Dyck: You looked like you wanted to add something.
La sénatrice Dyck : Vous sembliez vouloir ajouter quelque
chose.
23-5-2013
Affaires sociales, sciences et technologie
40:21
Dr. Stewart: From the licensing point of view, there are a
number of standards we look at in approving mammography
devices. Presently in Canada, there are no mammography devices
labelled as being particularly sensitive for dense breast tissue.
However, when the licence application comes in, they have to
demonstrate that the clinical studies that were done to show that
it is an effective tool for diagnosing breast cancer had a
population of patients that were representative of the Canadian
perspective. Some of the information in the literature around
screening tools for breast cancer says that there is something
called a BI-RADS scale, which goes from 1 to 4 and rates the
density of breast tissue. Our understanding is that, in a population
where screening is happening, 80 per cent of women fall into
either a BI-RADS 2 or 3. The high-density breast tissue would be
a 4, and breast tissue that was predominantly fat would be a 1.
The files that come in and that are authorized are evaluated based
on whether the studies evaluated a spectrum of women who
represent the Canadian population. It is approved as a general
screening tool but not licensed specifically for its effectiveness at
picking up high-density breast tissue.
M. Stewart : En ce qui concerne l’homologation, il y a un
certain nombre de normes dans le cadre de l’approbation
d’appareils de mammographie. À l’heure actuelle, au Canada,
aucun appareil de mammographie n’est reconnu comme étant
particulièrement efficace pour détecter la densité du tissu
mammaire. Toutefois, lorsqu’on présente une demande
d’homologation, il faut démontrer que les études cliniques qui
ont été réalisées pour montrer que c’est un outil efficace pour
diagnostiquer le cancer du sein comprenaient des patientes
représentant la situation canadienne. Les documents portant sur
le matériel de dépistage du cancer du sein contiennent des
renseignements sur l’existence de la classification BI-RADS, une
classification de 1 à 4, servant à évaluer la densité du tissu
mammaire. Nous croyons comprendre que dans une population
pour laquelle on fait le dépistage, 80 p. 100 des femmes font
partie de la catégorie 2 ou 3. La forte densité correspond à la
catégorie 4, et lorsque le sein est presque entièrement graisseux, il
s’agit de la catégorie 1. Les dossiers reçus qui sont autorisés sont
évalués si les études ont porté sur un ensemble de femmes
représentant la population canadienne. C’est approuvé en tant
qu’outil de dépistage général, mais ce n’est pas homologué
précisément pour son efficacité à détecter un tissu mammaire très
dense.
Senator Dyck: If a woman has had a mammogram and it looks
as though she has dense breast tissue, what happens now? Does
her physician tell her that that is the case and that she might need
some additional follow-up? What would happen after the passage
of this bill? How would the passage of this bill change what is
happening currently?
La sénatrice Dyck : Si une femme a subi une mammographie et
qu’il semble que son tissu mammaire soit dense, qu’est-ce qui se
passe par la suite? Est-ce que son médecin lui dit que c’est le cas et
qu’elle pourrait faire l’objet d’un suivi? Que se passerait-il après
l’adoption du projet de loi? En quoi son adoption changerait-elle
la situation actuelle?
Ms. Elmslie: Yes, in the case where a woman was found to
have dense breast tissue, protocols are in place in the provinces
and territories to ensure that the appropriate follow-up is done,
depending on the discussion with the patient and the findings of
the radiologist.
Mme Elmslie : Oui, dans le cas d’un tissu mammaire dense, les
provinces et les territoires ont des protocoles à suivre pour
s’assurer qu’on fasse le suivi qui convienne sur la base de la
discussion avec la patiente et ce que découvre le radiologiste.
In terms of the importance of awareness raising and filling gaps
in information, that helps women to understand what it means to
have dense breast tissue but also what the gaps in information are.
It is all about better-informed women being able to have a betterinformed discussion about their overall breast health and about
breast density and what it means for that woman as she considers
her screening options.
Pour ce qui est de l’importance de sensibiliser les femmes
davantage et de combler les lacunes en matière de connaissances,
cela aide les femmes à savoir non seulement ce que signifie avoir
un tissu mammaire dense, mais aussi quelles sont ces lacunes. Il
s’agit de mieux informer les femmes pour qu’elles puissent avoir
des discussions plus éclairées sur la santé du sein en général et sur
la densité mammaire et savoir ce que cela signifie pour elles
lorsqu’elles examinent les choix de dépistage.
Senator Dyck: As a practical example, then, would there be
standard information or a way of getting that information to the
patient that is not there now?
La sénatrice Dyck : Pour donner un exemple concret, y a-t-il
des renseignements normalisés ou une façon de faire connaître ces
renseignements à la patiente qu’il n’y a pas ici?
Ms. Elmslie: There could be. That could be part of what would
be built on under the existing initiatives — giving more attention
to providing information through either breast cancer screening
programs or even looking at other sources of information and
ways of getting information on this issue out to women that
recognize that this is not about alarming women. It is about
Mme Elmslie : Oui. Cela pourrait faire partie de ce qui serait
établi dans le cadre des initiatives existantes — se concentrer
davantage sur la diffusion des renseignements par l’intermédiaire
des programmes canadiens de dépistage du cancer du sein, ou
même envisager d’autres sources de renseignements et d’autres
façons de donner l’information aux femmes à cet égard en partant
40:22
Social Affairs, Science and Technology
23-5-2013
ensuring that they have information that empowers them to have
a discussion. It could be a variety of different ways of using
existing sources to get information out.
du principe qu’il ne s’agit pas d’éveiller des craintes chez les
femmes. Il s’agit plutôt de faire en sorte qu’elles aient
l’information leur permettant d’en discuter. Il pourrait y avoir
toutes sortes de façons d’utiliser les sources actuelles pour
communiquer l’information.
Senator Dyck: What about men? Men develop breast cancer
too. Is there such a thing as dense breast tissue in men? I would
think that, because of the different function, perhaps there would
be more epithelial cells in men than in women.
La sénatrice Dyck : Qu’en est-il des hommes? Le cancer du sein
touche les hommes également. Peuvent-ils aussi avoir un tissu
mammaire dense? Je serais portée à croire qu’en raison de la
fonction qui est différente, les hommes auraient peut-être plus de
cellules épithéliales que les femmes.
Ms. Park: I have not seen any literature on that. To be honest,
how men develop breast cancer is poorly understood compared to
how women develop breast cancer.
Mme Park : Je n’ai rien lu là-dessus. En toute honnêteté, on
comprend moins bien comment le cancer du sein se développe
chez les hommes.
Senator Seth: Thank you for your presentations. It is a very
interesting topic and very important for women.
La sénatrice Seth : Je vous remercie de vos exposés. C’est un
sujet très intéressant et très important pour les femmes.
I know technique is very important in detecting breast cancer.
Bill C-314 suggests awareness of screening in women with dense
breast tissue and also correction of the gaps, which we have not
been doing in the past. That is the follow-up. Then the patient
goes for the breast screening, and, if the physician or radiologist
finds that the patient has dense breast tissue but no cancer, will we
have a follow-up, sending a letter to the patient and calling the
patient and making them aware of the importance of dense breast
tissue? Do we have this kind of procedure in practice?
Je sais que la technologie joue un rôle très important dans le
dépistage du cancer du sein. Le projet de loi C-314 préconise la
sensibilisation au dépistage chez les femmes ayant un tissu
mammaire dense et également la correction des lacunes, ce que
nous n’avons pas fait auparavant. C’est le suivi. Ensuite, la
patiente subit le test de dépistage du cancer du sein et, si le
médecin ou le radiologiste découvre que son tissu mammaire est
dense, mais qu’il n’y a pas de cancer, y aura-t-il un suivi, écrira-ton à la patiente et l’appellera-t-on pour l’informer de l’importance
qu’a la densité mammaire? Existe-t-il un processus de ce type?
Ms. Elmslie: The answer to that question resides within
provincial and territorial jurisdiction around how they run their
organized breast cancer screening programs. That is a question
for a province or territory or the director of a breast cancer
screening program.
Mme Elmslie : Ce sont les provinces et les territoires qui ont la
réponse à cette question, dépendamment de la façon dont ils
gèrent leurs programmes organisés de dépistage du cancer du sein.
Il faut poser la question aux provinces, aux territoires ou au
directeur d’un programme de dépistage du cancer du sein.
The raising of awareness relates to the broader issue of
empowering women, through existing federal initiatives, to better
understand what dense breast tissue means in the context of
screening and of their overall breast health so that women are
informed and can have that conversation with their health care
provider.
La sensibilisation accrue est liée à la question plus générale de
permettre aux femmes, par des initiatives fédérales, de mieux
comprendre ce que signifie la densité mammaire dans le contexte
du dépistage et de leur santé mammaire en général, de sorte
qu’elles soient au courant de cela et puissent en parler avec leur
fournisseur de soins de santé.
Senator Seth: It is not a routine practice, you mean?
The Chair: Senator, tomorrow we have Dr. Wilson from the
B.C. centre, to whom I think your question will relate directly.
Senator Seth: Okay.
Senator Eggleton asked about the automated ultrasound
imaging, which is in conjunction with digital or the usual
mammography and is supposed to have given good results,
from what I have read so far and from what I understand,
especially in the younger patient group. Mammography is
damaging, given the X-ray radiation and all of that.
La sénatrice Seth : Vous voulez dire que ce n’est pas une
pratique courante?
Le président : Madame la sénatrice, la Dre Wilson, du centre de
la Colombie-Britannique, comparaîtra demain, et je pense que
vous pourrez lui poser la question.
La sénatrice Seth : D’accord.
Le sénateur Eggleton a parlé de l’imagerie ultrasonore
automatisée, qui s’ajoute à la mammographie numérique ou à
la mammographie habituelle et qui est censée donner de bons
résultats, d’après ce que j’ai lu jusqu’ici et d’après ce que je crois
comprendre, surtout pour patientes plus jeunes. La
mammographie cause des dommages en raison des rayons X, et
cetera.
23-5-2013
Affaires sociales, sciences et technologie
40:23
Dr. Stewart, maybe you can answer, as a scientific person.
Would it be just a single use of automated ultrasound imaging in
young women to detect dense breast tissue for cancer?
Monsieur Stewart, étant donné que vous êtes un chercheur,
vous pourrez peut-être répondre à ma question. Est-il question du
recours à l’imagerie ultrasonore automatisée pour évaluer la
densité mammaire et dépister le cancer chez les jeunes femmes?
Dr. Stewart: I do not think I am the right person to answer.
The role of Health Canada is to approve devices to ensure that
they are safe and efficacious for their use. Presently, the vast
majority of ultrasound machines licensed are licensed for general
use in hospitals for imaging different parts of the body. The
decision of a physician or a screening centre to use it to screen for
cancer would be outside the indication that Health Canada said it
is useful for. As I mentioned, there is one ultrasound machine that
has recently been approved with an indication of an adjunct to
mammography. As for its actual role in evaluating breast disease
and breast cancer, I think you would have to ask the screening
programs. From Health Canada’s perspective, the evidence has
been put to us, as a regulator, to approve indications. We have
not had it come forward as to that type of technology having that
role in screening for breast cancer. If the evidence is there and a
manufacturer would wish to bring it forward for that indication,
we would evaluate it, but, to date, that has not come to our
attention. I cannot support that because we have not seen the
evidence that might indicate that it is a useful tool to screen
women maybe at a younger age when they are worried about the
lifelong exposure to radiation and the challenges of
mammography, women under 50.
M. Stewart : Je ne crois pas être bien placé pour répondre à
cette question. Le rôle de Santé Canada consiste à approuver le
matériel pour s’assurer qu’il est sécuritaire et efficace. À l’heure
actuelle, la grande majorité des appareils à ultrasons qui sont
homologués le sont pour une utilisation générale dans les
hôpitaux, pour la production d’images de différentes parties du
corps. Si un médecin ou un centre de dépistage décide d’utiliser le
matériel pour le dépistage du cancer, ce n’est pas une utilisation
homologuée par Santé Canada. Comme je l’ai dit, un appareil à
ultrasons a été récemment approuvé comme système
complémentaire à la mammographie. Pour ce qui est de son
rôle dans l’évaluation de mastopathies et du cancer du sein, je
pense qu’il faut poser la question aux responsables des
programmes de dépistage. Pour ce qui est de Santé Canada, les
données nous ont été présentées, en tant qu’organisme de
réglementation, pour l’approbation des utilisations. On n’a pas
présenté ce type de technologie comme ayant un rôle dans le
dépistage du cancer du sein. Si les données probantes existent et
qu’un fabricant souhaite cette utilisation, nous l’évaluerons, mais
jusqu’à maintenant, rien de cela n’a été porté à notre attention. Je
ne peux pas l’appuyer, car nous n’avons pas vu les données
probantes qui pourraient nous indiquer que c’est un outil utile
pour faire le dépistage chez les femmes plus jeunes si l’on est
préoccupé par l’exposition à la radiation et les problèmes liés à la
mammographie; les femmes qui ont moins de 50 ans.
[Translation]
Senator Verner: I have a number of questions about various
things. My first has to do with technology. The breast disease
clinic at the Hôpital du Saint-Sacrement in Quebec City serves
eastern Quebec. One of the doctors there told me that they intend
to privately acquire a machine that could do a sort of radiograph
on a section of tissue in the case of dense tissue. Are you familiar
with the concept? They are talking about getting the device from
the United States, California to be precise, if I am not mistaken.
Are you familiar with this technology?
Mr. Stewart: It depends.
[English]
There is a CT-like technology. A standard mammography
involves imaging the breast in two planes after it is compressed. A
CT scan involves taking slices of tissue. There is a new technology
called digital breast tomosynthesis, which is a 3-D mammogram.
It is currently indicated under Health Canada licences as an
adjunct to conventional 2-D mammography.
[Français]
La sénatrice Verner : J’ai plusieurs questions qui portent sur
différents aspects. Ma première concerne les technologies. La
clinique des maladies du sein de l’Hôpital du Saint-Sacrement,
située à Québec, dessert l’Est du Québec. Un des médecins là-bas
me disait qu’ils comptent, de façon privée, acquérir une machine
qui pourrait, dans le cas de tissus denses, faire une espèce de
radiographie par tranche de tissu. Connaissez-vous bien ce
concept? Ils parlent de se procurer cet appareil des États-Unis,
plus particulièrement de la Californie, si je ne m’abuse.
Connaissez-vouscette technologie?
M. Stewart : Tout dépend.
[Traduction]
Il y a une technologie qui ressemble au tomodensitogramme.
Une mammographie classique comporte la production d’une
image du sein sous deux angles après sa compression. Un
tomodensitogramme comporte le retrait d’une partie du tissu. Il
y a une nouvelle technologie qui s’appelle la tomosynthèse
mammaire numérique, et il s’agit d’une mammographie 3D. C’est
présentement homologué à Santé Canada comme une
mammographie complémentaire à la mammographie 2D
habituelle.
40:24
Social Affairs, Science and Technology
Its role in screening needs to be determined. Because it involves
more images, it exposes the breast to more radiation, but it
probably has some imaging advantages. However, its role in the
broader screening of breast cancer I think still needs to be
determined. There are some technologies authorized in Canada
for an indication of adjunct.
[Translation]
23-5-2013
Son rôle dans les tests de dépistage reste à déterminer. Parce
qu’elle fournit plus d’images, les seins sont exposés encore plus à
la radiation, mais il y a probablement des avantages pour ce qui
est de l’image. Cependant, son rôle dans le cadre du dépistage du
cancer du sein reste encore à déterminer. Certaines technologies
sont autorisées au Canada à des fins d’utilisation complémentaire.
[Français]
Senator Verner: My next question has to do with other
jurisdictions. I understand that, in the United States, some states
have some kind of regulation that ensures that women are
systematically informed whether they have dense breast tissue. If
they do, when doctors get that information, they refer those
women for a test that is different from the conventional
mammogram, which is considered a waste of time and money,
as it does not detect anything that might be concealed in woman
with dense breast tissue. However, it seems clear that that is not
the case here. There is no legislation or regulation to do this.
La sénatrice Verner : Ma prochaine question touche d’autres
juridictions. J’ai cru comprendre qu’aux États-Unis, certains
États ont un genre de réglementation qui fait en sorte que les
femmes sont informées systématiquement si elles ont des tissus
mammaires denses. Le cas échéant, lorsque le médecin est saisi de
cette information, il réfère ces femmes à un test qui diffère de la
mammographie traditionnelle. Cette dernière, considérée comme
une perte de temps et d’argent, ne détecte pas ce qui pourrait se
cacher, du fait qu’il s’agit de tissus mammaires denses. Or, il
apparaît clairement qu’ici ce n’est pas le cas. Il n’existe ni
législation ni réglementation pour procéder ainsi.
You have to respect the jurisdiction of the provinces and
territories. Quebec is almost always alone, on the grounds that it
is its jurisdiction. I do not want to get into government
discussions. However, I am thinking about the women. I am a
woman from Quebec, and I would like to know whether there is a
way to get best practices and information to women, the various
jurisdictions notwithstanding. In other words, I suppose the
information and best practices can be given to medical bodies
without going through the government. I am thinking of the
Canadian Association of Physicians, among others. There must
be groups or associations that dialogue with one another,
regardless of provincial boundaries.
Vous devez respecter la juridiction des différentes provinces et
territoires. Le Québec fait presque toujours cavalier seul, sous
prétexte que c’est sa juridiction. Je ne vais pas entrer dans des
discussions gouvernementales. Toutefois, je pense aux femmes. Je
suis une femme du Québec, et j’aimerais savoir s’il y a moyen de
transmettre les meilleures pratiques et informations aux femmes,
nonobstant les différentes juridictions? Autrement dit, ces
informations et les meilleures pratiques, je présume, peuvent
être transmises au corps médical sans passer par le gouvernement.
Je pense, entre autres, à l’Association canadienne des médecins
spécialistes. Il doit exister des groupes ou associations qui
échangent entre eux, peu importe les frontières provinciales?
[English]
Ms. Elmslie: You are absolutely right, there are groups. Just
coming back to the Canadian Breast Cancer Screening Initiative,
that is precisely why that initiative is in place, so that the directors
across the country, the directors of breast cancer screening
programs, systematically come together to share best practices
and bring up questions that they may be facing in one jurisdiction
so that other jurisdictions can become involved in the
conversation. That is why that group is so important in the
country.
The Chair: They are coming tomorrow.
[Traduction]
Mme Elmslie : Vous avez tout à fait raison. Il existe des
groupes. Pour revenir à l’Initiative canadienne pour le dépistage
du cancer du sein, c’est précisément la raison de son existence. Elle
permet aux directeurs de partout au pays, les directeurs des
programmes de dépistage du cancer du sein, de se réunir pour
communiquer des pratiques exemplaires et soulever des questions
auxquelles fait face une province afin que les autres provinces
participent à la conversation. C’est pourquoi ce groupe est aussi
important.
Le président : Il témoignera demain.
Ms. Elmslie: It seems you will hear more about that tomorrow.
Mme Elmslie : Il semble que vous en saurez plus à ce sujet
demain.
It is really important because the jurisdiction for the delivery of
breast cancer screening services, as you have said, is with
provinces and territories. It is very important that these
mechanisms for partnership exist. Through the Canadian Breast
Cancer Screening Initiative, through the Canadian Partnership
Against Cancer, which you also, I understand, will hear from
tomorrow, you will get a really good sense of how information is
coming together and best practices are being shared. In that way,
C’est vraiment important, car comme vous l’avez dit, les
services de dépistage du cancer du sein relèvent des provinces et
des territoires. Il est très important que ces partenariats existent.
Les représentants de l’Initiative canadienne pour le dépistage du
cancer du sein et du Partenariat canadien contre le cancer, dont
vous entendrez aussi le témoignage demain si j’ai bien compris,
vous donneront une très bonne idée de la façon
dont l’information et les pratiques exemplaires sont
23-5-2013
Affaires sociales, sciences et technologie
40:25
the decisions taken on what to do in individual jurisdictions is
based on the best available scientific evidence and also on what
works in practice.
communiquées. De cette façon, les décisions prises sur ce qu’il
faut faire dans chaque province ou territoire se fondent sur les
meilleures données probantes qui existent et sur ce qui fonctionne
concrètement.
Senator Cordy: Just going back to Senator Eaton’s comments
about young women, or just women generally who have dense
breast tissue, how does a woman find out whether or not she has
dense breast tissue? If she does, her chances of it not being
detected increase significantly. Does she find out at a doctor’s
appointment or the first time she would go for breast screening?
How does she find out?
La sénatrice Cordy : Pour en revenir aux commentaires de la
sénatrice Eaton au sujet des jeunes femmes, ou des femmes en
général qui ont un tissu mammaire dense, comment une femme
apprend-elle que son tissu mammaire est dense ou pas? S’il l’est,
les risques qu’un cancer ne soit pas décelé augmentent
considérablement. L’apprend-elle lors d’un rendez-vous chez le
médecin ou la première fois qu’elle se soumet à un dépistage?
Comment l’apprend-elle?
Ms. Park: That would be the first time she would go for a
mammography screen and that is how she would find out.
Mme Park : Elle l’apprend la première fois qu’elle subit un test
de dépistage par mammographie.
Senator Cordy: I guess it depends on the doctor whether or not
she had been told that the mammography may not work as well.
La sénatrice Cordy : Je présume qu’il appartient au médecin de
lui dire qu’il se pourrait que la mammographie ne fonctionne pas
aussi bien.
What percentage of women actually have regular breast
screening, whether they have dense breast tissue or not? What is
the percentage? Certainly that seems to be an indicator of early
detection for breast cancer.
Quel est le pourcentage des femmes qui passent régulièrement
des tests de dépistage du cancer du sein, indépendamment de la
densité de leur tissu mammaire? Quel est ce pourcentage?
Assurément, cela semble être un indicateur du dépistage précoce
du cancer du sein.
Ms. Elmslie: It actually does vary a bit across the country.
Because of the work that the Canadian Breast Cancer Screening
Initiative is doing, and the data that group collects, we have
information on that. I just do not have it at my fingertips, but I
can give it to you and ensure you have it. You may want to raise
that question tomorrow when you speak to the chair of that
initiative. Yes, that information does exist.
Mme Elmslie : Les pourcentages varient un peu d’une région à
l’autre. Nous avons ces données grâce au travail effectué par
l’Initiative canadienne pour le dépistage du cancer du sein. Je ne
les ai cependant pas avec moi, mais je vous les ferai parvenir et je
m’assurerai vous en disposiez. Vous auriez peut-être intérêt à
poser cette question au président de cette initiative, lorsque vous
lui parlerez, demain. Oui, cette information existe.
Senator Cordy: Thank you. That would be good, if I remember
to ask tomorrow.
La sénatrice Cordy : Merci. Je tâcherai de m’en souvenir
demain.
Ms. Elmslie: If you do not, I will remember to have it sent to
you.
Mme Elmslie : Que vous y pensiez ou non, je vais vous la faire
parvenir.
Senator Cordy: Thank you. In relation to new advances and
studies, Dr. Park, in your comment you said that the studies by
Dr. Chiarelli showed that screen film mammography and direct
radiography performed better than computer radiography for
women with dense breast tissue.
La sénatrice Cordy : Merci. En ce qui concerne les nouvelles
avancées et les études, madame Park, vous avez dit dans vos
observations que les études de la Dre Chiarelli indiquaient
qu’avec un tissu mammaire dense, la mammographie à film
radiographique et la radiographie directe étaient plus efficaces
que les radiographies assistées par ordinateur.
Ms. Park: Women with breast cancer in general.
Senator Cordy: It has nothing to do with the density?
Ms. Park: Density will be a component, because the
population has a variety of breast density, but it was not
specifically targeted to look at women with dense breasts.
Senator Cordy: It was overall.
Mme Park : Cela est vrai pour les femmes qui ont le cancer du
sein en général.
La sénatrice Cordy : Ça n’a donc rien à voir avec la densité?
Mme Park : La densité est une composante dont il faut tenir
compte, car elle varie beaucoup d’une personne à l’autre, mais
cette technologie ne cible pas les femmes qui ont des seins denses
en particulier.
La sénatrice Cordy : C’était une observation générale.
40:26
Social Affairs, Science and Technology
23-5-2013
Ms. Park: There are some studies ongoing by Dr. Boyd and
Dr. Lilge that are directed to look specifically at dense breast
tissue, but that study was general mammography in the province
of Ontario.
Mme Park : Certaines études actuelles dirigées par le Dr Boyd
et le Dr Lilge s’intéressent au tissu mammaire dense en particulier,
mais l’étude dont je vous parle concernait la mammographie en
général, dans la province de l’Ontario.
Senator Cordy: Out of curiosity, does the new technology still
require compression?
La sénatrice Cordy : Par simple curiosité, la nouvelle
technologie exige-t-elle aussi qu’il y ait compression?
Ms. Park: I believe so.
Mme Park : Je crois que oui.
Senator Cordy: You spoke, Dr. Stewart, about the role of
Health Canada in terms of mammography and breast screening.
Is your role strictly approval of the machinery?
La sénatrice Cordy : Monsieur Stewart, vous avez parlé du rôle
de Santé Canada en ce qui a trait à la mammographie et au
dépistage du cancer du sein. Votre rôle se limite-t-il à approuver
les appareils?
Dr. Stewart: Basically our role lies in our mandate under the
Food and Drugs Act and the Radiation Emitting Devices Act and
ensuring that devices that are sold comply with those acts and
their associated regulations. We evaluate them. The applications
are brought in with a proposed indication and we look at the
information provided in the file to look at the information around
the safety and efficacy. We look to international standards,
electrical and radiation standards, preclinical standards, as well as
our own safety standards to ensure that the devices are in fact in
the best interests of the patients, that they are able to do what they
say they do and that they will perform consistently and will not
put the patient or the users at undue risk.
M. Stewart : Essentiellement, notre rôle est lié au mandat que
nous avons aux termes de la Loi sur les aliments et drogues et de
la Loi sur les dispositifs émettant des radiations, et nous devons
nous assurer que les appareils qui sont vendus sont conformes à
ces lois et aux règlements connexes. Nous les évaluons. Les
demandes sont présentées avec une proposition d’indication, et
nous examinons les renseignements inscrits au dossier et tout ce
qui concerne la sécurité et l’efficacité. Nous examinons les
appareils en fonction des normes internationales, des normes en
matière d’électricité et de radiation, des normes précliniques, de
même qu’en fonction de nos propres normes de sécurité afin
d’assurer qu’ils sont bel et bien dans l’intérêt fondamental des
patients, qu’ils sont vraiment en mesure de faire ce pour quoi ils
sont conçus et qu’ils fonctionneront de manière uniforme sans
exposer les patients ou leurs utilisateurs à des risques indus.
Senator Cordy: Before the provinces can buy a breast screening
device, it would have to pass Health Canada standards?
La sénatrice Cordy : Avant que les provinces puissent acheter
un appareil de dépistage du cancer du sein, il faudrait que ce
dernier ait satisfait aux normes de Santé Canada, n’est-ce pas?
Dr. Stewart: Yes. Before a medical device can be imported
and/or sold in Canada, it has to have a medical device licence.
Once that is there, it would be up to purchasing bodies to decide
what technology they would want to buy for the uses they are
looking to use the machine for.
M. Stewart : Oui. Avant qu’un appareil médical puisse être
importé ou vendu au Canada, son fabricant doit obtenir une
homologation de matériel médical. Une fois cette dernière
obtenue, ce sont aux organismes acheteurs de décider quel
appareil ils souhaitent acheter en fonction de l’utilisation qu’ils
comptent en faire.
Senator Cordy: What about the role of the Public Health
Agency and CIHR in terms of breast screening? What is your
role? CIHR, I am assuming, is just to fund research.
La sénatrice Cordy : Quel est le rôle de l’Agence de la santé
publique et de l’IRSC dans le dépistage du cancer du sein? Quel
est votre rôle? Je présume que l’IRSC voit essentiellement au
financement de la recherche.
Ms. Park: CIHR’s mandate is not in breast screening, but we
fund the research. This study we have been talking about by
Dr. Chiarelli was funded by CIHR, as was Dr. Boyd’s study.
These new technologies to detect dense breasts are funded by
CIHR, but it is primarily research.
Mme Park : Le mandat de l’IRSC n’est pas directement lié au
dépistage du cancer du sein, mais nous finançons la recherche en
la matière. L’étude du Dr Chiarelli dont nous parlions a été
financée par l’IRSC, comme celle du Dr Boyd. Ces nouvelles
technologies mises au point pour le dépistage du tissu mammaire
dense sont financées par l’IRSC, mais le financement est
principalement consacré à la recherche.
Senator Cordy: Not doing, but funding the research?
Ms. Park: Yes.
Senator Cordy: And the Public Health Agency of Canada?
La sénatrice Cordy : Vous ne faites pas de recherche, mais vous
la financez. C’est bien cela?
Mme Park : Oui.
La sénatrice Cordy : Qu’en est-il de l’Agence de la santé
publique du Canada?
23-5-2013
Affaires sociales, sciences et technologie
40:27
Ms. Elmslie: At the Public Health Agency, our role is working
to ensure national coordination and to support those efforts. That
is why we support the Canadian Breast Cancer Screening
Initiative and the national committee, working in partnership
with the Canadian Partnership Against Cancer. We are trying to
bring together across the country those individuals who are
working in breast cancer screening so they have the benefit of
each other’s experience and expertise.
Mme Elmslie : Le rôle de l’agence est de coordonner les efforts
à l’échelle nationale et de les appuyer. Voilà pourquoi nous
soutenons l’Initiative canadienne pour le dépistage du cancer du
sein et le comité national, et que nous travaillons en collaboration
avec le Partenariat canadien contre le cancer. Nous tentons de
relier tous ceux qui travaillent au dépistage du cancer du sein à
l’échelle du pays afin qu’ils puissent profiter collectivement de
l’expérience et du savoir-faire de chacun.
We have also for a long time been housing the Canadian Breast
Cancer Screening Database, which is a database that provincial
and territorial jurisdictions provide information to, and that is the
basis upon which those jurisdictions look at the performance of
breast cancer screening programs.
De plus, nous hébergeons depuis longtemps la Base de données
canadienne sur le dépistage du cancer du sein dans laquelle les
administrations provinciales et territoriales versent des données.
C’est en fonction de cette base de données que ces administrations
sont en mesure de jauger l’efficacité de leurs programmes de
dépistage.
Senator Cordy: Would you do the education programs,
perhaps to bump the numbers up of women who get regular
breast screening, or would that be Health Canada? I know you
work closely together, but who would be responsible for that kind
of initiative?
La sénatrice Cordy : La mise en œuvre de programmes
d’éducation pour augmenter le nombre de femmes qui passent
régulièrement des tests de dépistage serait-elle de votre ressort ou
de celui de Santé Canada? Je sais que vous travaillez en étroite
collaboration avec le ministère, mais à qui confierait-on une telle
initiative?
Ms. Elmslie: In terms of awareness raising for women, the
Public Health Agency would work in collaboration with the
provinces and territories and with other national organizations —
for example, the Canadian Cancer Society and others — in raising
awareness.
Mme Elmslie : Pour ce qui est de sensibiliser les femmes au
dépistage, l’Agence de la santé publique travaillerait en
collaboration avec les provinces, les territoires et d’autres
organismes nationaux — par exemple, la Société canadienne du
cancer ou d’autres.
Dr. Stewart: It would be delinquent not to point out that we
also monitor authorized medical devices in the post-market
environment. We do have a problem-reporting surveillance
system. We do monitor how devices, once marketed, perform. If
there are safety or performance concerns, we will evaluate those
on an ongoing basis. If there are studies that bring up new
information around effectiveness of various tools, we will
monitor. We continue monitoring whether the device and the
information around the device still supports.
M. Stewart : Il serait négligent de ma part de ne pas souligner
que nous faisons aussi le suivi du matériel médical autorisé après
sa mise en marché. Nous avons un système de surveillance pour le
signalement des problèmes. Nous suivons comment les appareils
se comportent une fois sur le marché. Les problèmes de sécurité
ou de rendement constatés sont évalués en continu. Nous
surveillons les études qui font état de nouveaux renseignements
sur l’efficacité de divers outils. Nous faisons un suivi permanent
pour nous assurer que les appareils et l’information qui s’y
rapporte sont toujours pertinents.
Senator Cordy: Are all the machines in hospital settings? I
would assume so, but are they?
La sénatrice Cordy : Est-ce que tous ces appareils se retrouvent
en milieu hospitalier? Je présume que oui, mais, est-ce le cas?
Dr. Stewart: Again, that is a provincial jurisdiction, but I
believe that some of the breast screening programs are in the freestanding clinics.
M. Stewart : Encore une fois, il s’agit d’une compétence
provinciale, mais je crois que certains programmes de dépistage
du cancer du sein sont offerts dans des cliniques indépendantes.
Senator Cordy: Or clinics, yes; clinics or hospitals.
Ms. Elmslie: I was just going to add one thing. I should also
have mentioned that another role of the Public Health Agency is
cancer surveillance. Again in collaboration with our partners, we
monitor trends in cancer across the country, including breast
cancer. Each year, the agency, along with Statistics Canada and
the Canadian Cancer Society, publishes a report on cancer in
Canada. It is a comprehensive report that looks at the rates of
La sénatrice Cordy : Ou dans des cliniques, oui; dans des
cliniques ou des hôpitaux.
Mme Elmslie : J’allais juste ajouter une chose. J’aurais dû
mentionner qu’un des autres rôles de l’Agence de la santé
publique est la surveillance du cancer. Ainsi, toujours en
collaboration avec ses partenaires, l’agence surveille l’évolution
des tendances en matière de cancer à l’échelle du pays, dont le
cancer du sein. Chaque année, de concert avec Statistique Canada
et la Société canadienne du cancer, l’agence publie un rapport sur
40:28
Social Affairs, Science and Technology
23-5-2013
various types of cancer. Are we seeing increases? Are we seeing
decreases? That is the basis upon which we do monitor cancer
over time.
la situation du cancer au pays. C’est un rapport exhaustif qui fait
état des taux des divers types de cancer. Avons-nous constaté des
augmentations? Des diminutions? Ces rapports nous fournissent
les points de repère en fonction desquels nous arrivons à suivre
l’évolution de la maladie.
Senator Martin: I think my colleagues have asked a lot of good
questions, and many of my questions have been answered. I still
want to understand the ‘‘how’’ of valuable information being
transferred to the people who need to have it in order for this
informed discussion to take place between the doctor and the
woman.
La sénatrice Martin : Je crois que mes collègues ont posé
beaucoup de bonnes questions et qu’un grand nombre des
miennes ont trouvé réponse. Toutefois, j’aimerais quand même
comprendre comment se transmettent ces renseignements
névralgiques aux personnes qui en ont besoin afin que puisse se
tenir cette discussion éclairée entre le médecin et sa cliente.
In terms of this Canadian Breast Cancer Screening Initiative
committee, which I think is important in bringing together the
federal and territorial partners and stakeholders, who sets that
agenda? If there is a need for education, for instance, how would
that come to the table? From there on, how would certain action
plans be implemented?
Qui fixe le programme de ce comité national sur l’Initiative
canadienne pour le dépistage du cancer du sein, qui, à mon avis,
est un trait d’union important entre les partenaires fédéraux et
territoriaux et les autres joueurs? Comment, par exemple, la
question de la sensibilisation arrive-t-elle sur le tapis? À partir de
là, comment met-on en œuvre certains plans d’action?
Ms. Elmslie: That is a great question. In terms of who sets the
agenda for the committee, since its membership includes all
provinces and territories, as well as stakeholders from other
organizations, such as the Canadian Breast Cancer Network, for
instance, it is a collective setting of the agenda. The committee
decides collectively what the important issues are that the group
should address together. If the need for greater education or
filling gaps in information is brought forward to that committee,
then they, as a group, would determine the best mechanisms for
providing more information or filling knowledge gaps. They may,
for instance, identify a research gap that is important in order to
help us learn more about breast density and its impacts. That,
then, through the work that Dr. Park does at CIHR, can be
brought into the research conversation.
Mme Elmslie : C’est une excellente question. C’est
collectivement que le comité, qui compte parmi ses membres
toutes les provinces et tous les territoires, ainsi que des joueurs
d’autres organisations telles que le Réseau canadien du cancer du
sein, par exemple, établit son programme. Il décide collectivement
des enjeux prioritaires auxquels il fera face collectivement. Si on
signale au comité le besoin d’une plus grande sensibilisation ou
celui de combler des lacunes dans l’information, c’est en groupe
qu’il détermine les meilleurs mécanismes pour y répondre. Par
exemple, il peut constater une lacune dans la recherche qu’il
importe de combler pour parfaire nos connaissances sur la densité
mammaire et ses conséquences. Ensuite, grâce au travail de
Mme Park, aux IRSC, ces questions peuvent faire partie des
sujets de préoccupation de la recherche.
Because of the expertise of that committee and because its
members are, shall I say, on the ground, working at delivering,
through provincial and territorial health care systems, breast
cancer screening programs, they are very well placed to know
what are the information gaps we are facing and what are the
education issues or awareness issues that need to be raised in the
context of helping women understand, in this conversation, breast
density, and how we can do a better job in getting that
information out.
Grâce aux compétences de ce comité, ses membres qui, faut-il
le préciser, travaillent sur le terrain, à l’application, dans les
réseaux de santé des provinces et des territoires, des programmes
de dépistage du cancer du sein, sont très bien placés pour
connaître les lacunes dans l’information, les questions à poser en
matière de sensibilisation ou d’éducation pour aider des femmes à
comprendre, dans ce contexte, la notion de densité mammaire et
la façon de mieux communiquer cette information.
That committee, under the leadership of the Canadian
Partnership Against Cancer, and being facilitated under that
partnership, enables it to take advantage of other educational
mechanisms to get the message out.
Ce comité, sous la direction du Partenariat canadien contre le
cancer et grâce à ce partenariat, permet de profiter d’autres
mécanismes de sensibilisation pour livrer le message.
Senator Martin: I am curious to analyze and take a closer look
at this.
La sénatrice Martin : Je suis curieuse d’analyser cela et de
l’examiner de plus près.
My other question is with regard to some effective models that
we have in this country. In B.C., for instance, at the Royal
Columbian Hospital, there is a breast clinic. I do not know the
actual name. I have seen it. It is a one-stop centre for women. I
admit that I was supposed to have gone many times, and I did
not. I have thought about the centre, because I can go and get
everything done there.
Ma question suivante concerne certains modèles efficaces que
nous possédons au Canada. En Colombie-Britannique, à l’hôpital
Royal Columbian, j’ai, par exemple, visité une clinique de
dépistage des maladies du sein dont j’ignore le nom. C’est un
centre multiservice pour les femmes. J’avoue que j’étais censée y
aller plusieurs fois, mais que je ne l’ai pas fait. J’y avais pensé,
parce qu’on peut y recevoir tous les traitements.
23-5-2013
Affaires sociales, sciences et technologie
40:29
These are shared best practices. Are such centres being
established? Are they available in every province? Would you
talk a bit about these centres that do exist and that are very
effective?
Ce sont des pratiques exemplaires partagées. Est-ce qu’on crée
de tels centres? Est-ce qu’il y en a qui sont accessibles dans toutes
les provinces? Pourriez-vous parler de ceux qui sont très efficaces?
Ms. Elmslie: I am not the best person to answer that question.
Perhaps Ms. Park will have something to add. Again, that resides
within the jurisdictions. As you have more conversations with
people from provinces and territories, I think you will get the
answer to your question.
Mme Elmslie : Je ne suis pas la mieux placée pour répondre.
Peut-être que Mme Park aurait quelque chose à ajouter. Encore
une fois, cela relève des compétences des provinces. En parlant
davantage aux gens des provinces et des territoires, vous aurez, je
pense, la réponse à votre question.
Ms. Park: I can just add — and it is partly because I am myself
a breast cancer researcher — that research has identified that
having those centres that are one-stop shopping provides a more
fulfilled and integrated environment that helps the understanding,
both from the individual and from the clinicians. However, I
cannot judge from a provincial basis.
Mme Park : Je peux simplement ajouter — et c’est en partie
parce que je suis moi-même chercheuse dans le domaine du cancer
du sein — que la recherche a permis de constater que ces centres
multiservices permettent d’instaurer un climat plus intégré et plus
complet, qui aide l’individu et les cliniciens à comprendre.
Toutefois, je ne peux pas juger d’un point de vue provincial.
Senator Martin: One last question. This is just some
information that I have, and I do not have the details. I know
we talked about how high breast density can be linked to an
increased risk of breast cancer. However, a recent study indicates
that the fatality rate may be higher among women with less dense
breast tissue. I do not know whether you are aware of that study
and whether any of you can comment on this discrepancy or
conflicting information.
La sénatrice Martin : Une dernière question. C’est simplement
une bribe d’information que je détiens. Je sais que nous avons
parlé de la forte corrélation entre la densité mammaire et un
risque accru de cancer du sein. Cependant, d’après une étude
récente, le taux de mortalité serait plus élevé chez les femmes dont
les tissus mammaires sont moins denses. J’ignore si vous êtes au
courant de cette étude et si l’un d’entre vous peut réagir à cette
anomalie ou à cette contradiction.
Ms. Park: I personally am not aware of that study. I would
have to look at that publication. Quite a few studies have just
been published recently, some saying that when breast cancer is
detected in younger women, it is more advanced. I think I would
have to look at the evidence for me to comment on that.
Mme Park : Personnellement, je ne suis pas au courant de cette
étude. Il faudrait que j’en prenne connaissance. Dernièrement, on
a publié très peu d’études, et certaines prétendent que le cancer du
sein détecté chez de jeunes femmes est plus avancé. Je pense que je
devrais prendre connaissance des faits avant de me prononcer.
The Chair: We will get information on that latter question
because there have been some recent studies on what we have
suggested. Perhaps there is an age factor as well, and as you have
already indicated, density changes with age and there are some
significant factors there.
Le président : Nous obtiendrons l’information pour répondre à
cette dernière question, parce qu’il y a eu des études récentes sur
nos propositions. L’âge joue peut-être aussi et, comme vous avez
déjà dit, la densité évolue avec l’âge, et certains facteurs sont
importants.
I would like to put a question to you, because this is an
important issue with regard to advice that anyone receives for any
particular disease, but in this case we are talking about breast
cancer: In the area of dense breast tissue, are the numbers of false
positives higher than in the general population?
Je voudrais vous interroger sur un problème important qui
concerne les conseils qu’on reçoit sur une maladie, parfois le
cancer du sein : pour le tissu mammaire dense, le nombre de faux
positifs est-il supérieur à celui qu’on trouve dans la population
générale?
Ms. Park: This is my opinion, but I would predict no. Because
it is more difficult to detect cancer in dense breast tissue, you
would have an increased number of false negatives.
Mme Park : Je dirais que non, mais c’est mon opinion. Comme
il est plus difficile de déceler le cancer dans un tissu mammaire
dense, le nombre de faux positifs serait accru.
The Chair: That is interesting. I will not put you on the spot; we
will probably hear some evidence that indicates both false
positives and false negatives may be higher in dense breast
tissue for the difficulties that you have all indicated, but I thought
you might have some specific figures on it, which is one of the
issues with regard to advising women. One of the concerns that
the medical practice has is the issue of aggressive treatment of
false positives with regard to these issues, so we will look into
that.
Le président : C’est intéressant. Je ne vous mettrai pas sur la
sellette; nous entendrons probablement des témoignages selon
lesquels les faux positifs et les faux négatifs peuvent être plus
nombreux dans le tissu mammaire dense, en causant les difficultés
dont vous avez tous parlé, mais j’espérais que vous auriez des
chiffres précis à ce sujet, ce qui est l’un des enjeux des conseils à
donner aux femmes. Face à ces maladies, la médecine doit
notamment résoudre le problème du traitement agressif des faux
positifs. Nous allons donc examiner cette question.
40:30
Social Affairs, Science and Technology
23-5-2013
We know that in breast cancer, there are a number of different
types. Indeed, the more we learn about the basis of breast cancer,
it has reached the point now that it is even known that certain
genetic bases of breast cancer will not respond to certain types of
treatment and others will respond very well.
Nous savons qu’il existe différents types de cancers du sein.
D’ailleurs, nous savons même, grâce à une meilleure connaissance
de cette maladie, que certaines de ses bases génétiques ne
réagiront pas à certains types de traitement, tandis que d’autres
y réagiront très bien.
My question is this: In women with dense breast tissue, when
they develop cancer, is the range of cancers they develop the same
as the distribution in the general population, or do you know?
Voici ma question : savez-vous si les femmes dont les tissus
mammaires sont denses contractent la même gamme de cancers
du sein que la population générale?
Ms. Park: I can comment on that. Again, it is linked to age.
There is no strong evidence to show that there is a distinct
sub-type of breast cancer that develops in women with denser
breasts than non-dense breasts.
Mme Park : Je peux répondre. Encore une fois, c’est une
question d’âge. Il n’y a pas de corrélation forte entre un sous-type
distinct de cancer du sein qui apparaît chez la femme dont les
tissus mammaires sont denses par rapport aux femmes dont les
tissus ne ne le sont pas.
There is some evidence to show that in younger women, there is
a higher prevalence of what is called triple-negative breast cancer.
There is also some evidence to show in younger women that when
breast cancers are detected, they are often at stage IV, so they
appear to be a more aggressive disease. That is not directly linked
to dense breasts, but younger women do have denser breasts.
Therefore, it may be that the disease in younger women is
somewhat different than the disease that progresses in an older
woman in a post-menopausal situation.
Des faits montrent que, chez certaines jeunes femmes, il existe
une plus grande prévalence du cancer du sein dit « triple négatif ».
Il semble aussi que les cancers du sein décelés chez les jeunes
femmes sont souvent au stade IV. Ils paraissent donc plus
agressifs. Ce n’est pas lié directement à des seins aux tissus denses,
mais les seins des jeunes femmes ont un tissu plus dense. Il se peut
donc que, chez elles, la maladie diffère quelque peu de celle qu’on
observe chez les femmes ménopausées.
The Chair: You touched briefly on the genetic issue wherein
twins are likely to have the same breast structure development,
and the studies that are just starting with regard to the genetic
basis of breast cancer probably do not lead to the point where the
question I was going to ask would be meaningful, so I will switch
to Dr. Stewart. You made a statement that caught my attention,
and that is that you deal with post-market surveillance of these
instruments.
Le président : Vous avez effleuré l’aspect génétique, selon
lequel des jumelles sont susceptibles de développer des seins ayant
la même structure, et l’acquis des études, qui débutent à peine, sur
les bases génétiques du cancer du sein ne suffit probablement pas
à rendre pertinente la question que je me préparais à poser. Je vais
donc passer à M. Stewart. Vous avez capté mon attention quand
vous avez dit que vous vous occupez de la surveillance postcommercialisation des instruments.
We have been looking into this issue in another area of
medicine, and I was struck by your comment. How do you
monitor the equipment that is designed to be used to detect breast
cancer? What are you looking for? Are you looking for how well
the equipment simply lasts and its character when you investigate
it, or are you looking at how well it is doing in terms of detecting
actual breast cancers?
Nous avons examiné cette question dans un autre domaine
médical, et votre observation m’a frappé. Comment surveillezvous l’équipement conçu pour déceler le cancer du sein? Que
cherchez-vous? Vous arrêtez-vous surtout à sa durabilité ou à son
état, au moment de l’examen, ou bien cherchez-vous à connaître
son taux d’efficacité réelle dans la détection des cancers du sein?
Dr. Stewart: The post-market surveillance program for medical
devices falls into the post-market directorate, which monitors
drugs, biologics and medical devices. For the medical device
program, they look at problem reports coming out from hospitals
and physicians. We have a sentinel network of hospitals that
commit to regularly reporting on issues, so if they are seeing issues
with the functioning or performance of a medical device,
including related to mammography, we would see that as an
individual report or as a series of reports that might trigger an
issue with a group of devices or a specific manufacturer’s device.
M. Stewart : Le programme de surveillance après la mise sur le
marché de l’équipement médical relève d’une direction qui
surveille les médicaments, les produits biologiques et les
instruments médicaux. Dans ce dernier cas, elle examine les
signalements de problèmes par des hôpitaux et des médecins.
Nous avons un réseau sentinelle d’hôpitaux qui s’engage à publier
régulièrement des rapports sur d’éventuels problèmes. S’il
constate des problèmes de fonctionnement ou de rendement
d’un instrument médical, y compris de mammographie, cela
donnera lieu à un rapport ou à une série de rapports sur un
groupe d’instruments ou l’instrument d’un fabriquant particulier.
The HECSB, the Healthy Environments and Consumer Safety
Branch, also has an area that inspects the post-market
performance of radiation-emitting devices. I cannot speak to
their inspection program, but they do inspect to ensure that the
La Direction générale de la santé environnementale et de la
sécurité des consommateurs, la DGSESC, possède aussi des
inspecteurs pour le fonctionnement post-commercialisation des
appareils émetteurs de rayonnement. Je ne suis pas en mesure de
23-5-2013
Affaires sociales, sciences et technologie
40:31
device is supposed to emit this amount of radiation in this focused
area and does not scatter. They would monitor that type of
performance.
parler de leur programme d’inspection, mais leur travail vise à
s’assurer que les appareils émettent telle quantité concentrée de
rayonnement sur une surface donnée et non un rayonnement
diffus. C’est ce qu’ils surveillent.
Regarding the question of efficacy, I think we would look to
evidence that is coming out either from individual reports or from
studies like the one that came out from Cancer Care Ontario
looking at the relative sensitivity of various devices. It would not
be something we would necessarily take action on with one
report, but if there is building a mass of scientific evidence around
the relative advantage of various tools, then we would certainly
look at changing labelling or releasing a communication that
would alert health practitioners to the evolution of our
understanding of the role of the various devices.
En ce qui concerne l’efficacité, je pense que nous examinerions
les faits signalés dans un rapport ou dans des études comme celle
d’Action Cancer Ontario sur la sensibilité relative de divers
instruments. Nous ne donnerions pas nécessairement suite à un
seul rapport, mais si les données scientifiques s’accumulent sur
l’avantage relatif de divers outils, nous envisagerions certainement
de modifier l’étiquetage ou de publier un communiqué pour
alerter les praticiens sur l’évolution de notre compréhension du
rôle des divers instruments.
The Chair: Thank you. That is very helpful.
Le président : Merci pour ces renseignements très utiles.
Senator Seidman: If I might ask you about the U.S., over the
last couple of years, increased attention has been paid to exactly
this kind of raising-awareness program. In fact, there has been
legislation in at least seven states regarding this, and the idea is
exactly the kind of thing we are discussing here, where women
should be notified after mammography that they have dense
breasts. It was kind of awareness raising so they could discuss it
with their physicians.
La sénatrice Seidman : Si je peux vous questionner au sujet des
États-Unis : ces dernières années, c’est exactement ce genre de
programme de sensibilisation qui a retenu de plus en plus
l’attention. En fait, au moins sept États ont adopté des lois à ce
sujet, qui est celui dont nous discutons, c’est-à-dire de notifier aux
femmes, après une mammographie, que leurs tissus mammaires
sont denses. C’était en quelque sorte pour les sensibiliser, pour les
amener à en discuter avec leur médecin.
The American College of Radiology in April 2012 produced a
position statement that raised a multitude of controversial issues
related to this kind of awareness legislation. Among them, for
example, were things such as the assessment of breast density is
not reliably reproducible; we may convey a false sense of security
about negative mammography results; the significance of breast
density as a risk factor for breast cancer is highly controversial;
and the inclusion of breast density information in a lay summary
could result in demands for additional non-mammographic
screening, which then leads to enormous numbers of false
positives.
En avril 2012, l’American College of Radiology a publié une
déclaration de principes qui a soulevé une multitude de questions
controversées sur ce genre de loi visant la sensibilisation,
notamment : l’évaluation selon laquelle la densité du tissu
mammaire n’est pas reproductible de façon fiable; le résultat
négatif d’une mammographie risque de procurer un faux sens de
sécurité aux patientes; on est loin de s’entendre sur la signification
de la densité des tissus mammaires comme facteur de risque du
cancer du sein; l’inclusion de renseignements sur la densité des
tissus mammaires dans un résumé non scientifique pourrait
entraîner des demandes supplémentaires de dépistage non
mammographique, qui pourraient, à leur tour, conduire à un
nombre énorme de faux positifs.
I know this is a lot of information, but the fact is that there is
some degree of controversy around this, especially in the United
States where they are already well into this kind of approach with
awareness legislation. I would be interested to hear what you have
to say about that.
Je sais que cela représente beaucoup d’information, mais le fait
est qu’un certain degré de controverse entoure cette question,
particulièrement aux États-Unis, où on est déjà bien engagé dans
la démarche en ce qui concerne ce genre de lois visant la
sensibilisation. J’aimerais connaître votre opinion à ce sujet.
Ms. Elmslie: Thank you very much. You raise a very important
issue. It is precisely why we need to be looking at this issue within
the context of the important institutions that exist in the country,
to both promote and undertake research and also to come
together as professional communities around the issue of breast
density and breast cancer screening.
Mme Elmslie : Merci beaucoup. Voilà une question très
importante. C’est pourquoi nous devons examiner la question
dans le contexte des établissements importants que nous
possédons au Canada, à la fois pour promouvoir la recherche et
l’entreprendre et, aussi, nous réunir, nous les comités de
professionnels, pour discuter de la question de la densité des
tissus mammaires et du dépistage du cancer du sein.
This is not about just holus-bolus providing information. It
must be given in a context, and it must be given in a way that
women can have a very balanced discussion about what this really
means.
Il ne s’agit pas simplement de fournir de l’information tout
d’un coup. Il faut le faire dans un contexte donné, d’une façon qui
permet aux femmes d’avoir une discussion objective sur la
signification réelle du résultat.
40:32
Social Affairs, Science and Technology
23-5-2013
By using existing federal initiatives, such as the Canadian
Breast Cancer Screening Initiative, which is a well-established
initiative that is respected across the country, we will be able to, in
a very responsible way, ensure that information is being provided
in the context that it can be used appropriately.
Grâce à des initiatives fédérales existantes, comme l’Initiative
canadienne pour le dépistage du cancer du sein, bien établie et
respectée partout au pays, nous pourrons, de manière très
responsable, veiller à ce que l’information communiquée dans ce
contexte puisse être utilisée à bon escient.
It is an important issue that you have put on the table, and we
need to be sensitive to it. As the discussions continue around
filling gaps in information and providing women with the
information they need, we need to think about the best settings
to do so and the best sources of support around women as they
receive that information. Thank you very much for raising that.
Vous avez posé une question très importante. Nous devons y
être sensibles. Pendant que les discussions se poursuivent sur la
manière de combler les lacunes de l’information et de renseigner
les femmes selon leurs besoins, nous devons réfléchir au cadre
idéal pour le faire et aux meilleures sources de soutien pour
entourer les femmes qui reçoivent cette information. Merci
beaucoup d’avoir posé la question.
Senator Seidman: If I could ask, further to what you are saying,
do you think it would be a good idea to use the same process here?
You are saying that the setting is important, how women are
supported, how the subject is broached and how it is discussed are
important. How do you do that?
La sénatrice Seidman : Si je peux vous relancer, pensez-vous
que c’est une bonne idée d’utiliser le même processus ici? Vous
dites que le cadre, la façon d’appuyer les femmes, la façon
d’aborder le sujet et d’en discuter, tout cela est important.
Comment s’y prendre?
In the U.S., following mammography, women are sent a letter
saying they have dense breasts, and this causes a whole series of
complications for them. How do you see this happening?
Ultimately, what would be your proposal for supporting,
informing and raising awareness of women without enduring
the kind of controversy that the U.S. has had with this kind of
legislation?
Aux États-Unis, après la mammographie, les femmes reçoivent
une lettre dans laquelle elles apprennent que leur tissu mammaire
est dense, ce qui entraîne toute une série de complications pour
elles. Comment, d’après vous, cela se passera-t-il ici? Au bout du
compte, que proposeriez-vous pour appuyer, informer et
sensibiliser les femmes sans entraîner le genre de controverse
qu’ont connue les États-Unis avec ce genre de lois?
Ms. Elmslie: Clearly, we can learn from the U.S. That is one
point.
Mme Elmslie : Visiblement, nous pouvons tirer des leçons de ce
qui est arrivé aux États-Unis. Voilà un point d’acquis.
The other point I would make is that as we think about how to
inform women through existing federal initiatives, then we will be
bringing forward the advice from experts, those working in
provincial and territorial screening programs who are on the
ground knowing what kinds of issues women are facing and who
have the experience to best advise on how to do this.
Ensuite, je veux dire que pendant que nous réfléchissons à la
façon d’informer les femmes par l’entremise des initiatives
fédérales existantes, nous susciterons ensuite l’avis des
spécialistes, ceux qui travaillent dans les programmes
provinciaux et territoriaux de dépistage, qui sont sur le terrain,
qui connaissent le genre de problèmes que les femmes affrontent
et dont l’expérience leur permet de donner les meilleurs conseils
pratiques.
As we go down this road, we need to use those experts and
design with them and with women’s groups interested in this issue
information-giving processes.
En cours de route, nous devons consulter ces spécialistes et
concevoir, avec eux et les groupes de femmes intéressées à ce
problème, des processus d’information.
Senator Eggleton: Bill C-314, the Breast Density Awareness
Bill, has passed the House of Commons and is presently sitting in
the Senate. What we are doing here is discussing the subject
matter of that bill, but I want to ask you specifically about the
proposals under that bill — as I understand it, there are three —
that would require the federal government to identify information
gaps pertaining to breast density in the context of cancer
screening, to identify approaches for improving the provision of
information to women to address the challenges of detecting
breast cancer and dense issue, to raise awareness about those
Le sénateur Eggleton : Le projet de loi C-314, Loi concernant
la sensibilisation au dépistage chez les femmes ayant un tissu
mammaire dense, a été adopté par la Chambre des communes, et
le Sénat en est maintenant saisi. Aujourd’hui, nous discutons de la
teneur de ce projet de loi, mais je tiens à vous interroger
précisément sur les propositions sous-jacentes au projet de loi — à
ce que je sache, il y en a trois — qui exigeraient que le
gouvernement fédéral détermine s’il existe des lacunes dans
l’information relative à la densité mammaire dans le contexte
du dépistage du cancer du sein; qu’il trouve des façons d’améliorer
23-5-2013
Affaires sociales, sciences et technologie
40:33
challenges and to share information via the Canadian Breast
Cancer Screening Initiative about identifying dense breast tissue
during screening and whether there are follow-up measures to be
taken.
l’information fournie aux femmes subissant des tests de dépistage
du cancer du sein, afin de surmonter les difficultés liées au
dépistage chez les femmes ayant un tissu mammaire dense, et
d’accroître la sensibilisation à ces difficultés; qu’il communique
l’information, au moyen de l’Initiative canadienne pour le
dépistage du cancer du sein, concernant la détection du tissu
mammaire dense et la nécessité d’adopter des mesures de suivi.
Do I take it that all three of those proposals would come within
the jurisdiction of the Public Health Agency of Canada? Would
the agency be responsible for implementing those?
J’imagine que ces trois propositions relèveraient de l’Agence de
la santé publique du Canada. Est-ce que l’agence serait chargée de
les mettre en œuvre?
Ms. Elmslie: With partners. We would rely on partnership with
the provincial and territorial agencies that are delivering breast
cancer screening programs.
Mme Elmslie : Avec des partenaires. Nous compterions sur un
partenariat avec les organismes provinciaux et territoriaux qui
exécutent les programmes de dépistage de cancer du sein.
Senator Eggleton: You would be taking the lead role since this
requires the federal government for that?
Le sénateur Eggleton : Est-ce que vous chargeriez de la
direction des opérations, puisque cela exige le concours fédéral?
Ms. Elmslie: Exactly, yes.
Mme Elmslie : C’est exact, oui.
Senator Eggleton: What is different from what you do now as
compared to those three proposals?
Le sénateur Eggleton : Qu’est-ce qui diffère, entre ces
propositions et ce que vous faites maintenant?
Ms. Elmslie: The proposals put an emphasis on this particular
aspect of the work we are doing in a way that has not been done
before. It is the emphasis.
Mme Elmslie : Les propositions font une mise en relief
originale de cet aspect particulier de notre travail. C’est la mise
en relief.
Senator Eggleton: You are doing it, but this adds emphasis.
Okay.
Le sénateur Eggleton : Vous faites cela, mais les propositions
ajoutent une mise en relief. D’accord.
The Chair: Thank you all very much. I think this has been a
good start to our study, and you have helped us with the issues
from your roles in dealing with this.
Le président : Mesdames et messieurs, merci beaucoup. Je
pense que c’est bien parti pour notre étude et vous nous avez aidés
à mieux voir vos rôles dans la résolution de ce problème.
I think your last comments, Ms. Elmslie, put this into
perspective in terms of relating it back to the act. I think we
understood what you have said.
Je pense que vos dernières observations, madame Elmslie,
permettent de mieux relativiser le projet de loi. Je pense que nous
vous avons comprise.
I want to thank all three of you on behalf of the committee for
the clarity of your answers. With that, I declare the meeting
adjourned.
Je tiens à vous remercier tous les trois au nom du comité pour
la clarté de vos réponses. Sur ce, je lève la séance.
(The committee adjourned.)
(La séance est levée.)
OTTAWA, Thursday, May 23, 2013
OTTAWA, le jeudi 23 mai 2013
The Standing Senate Committee on Social Affairs, Science and
Technology met this day at 10:27 a.m. to examine Bill C-314, An
Act respecting the awareness of screening among women with
dense breast tissue.
Le Comité sénatorial permanent des affaires sociales, des
sciences et de la technologie se réunit aujourd’hui, à 10 h 27, pour
étudier le projet de loi C-314, Loi concernant la sensibilisation au
dépistage chez les femmes ayant un tissu mammaire dense.
Senator Kelvin Kenneth Ogilvie (Chair) in the chair.
[Translation]
The Chair: Welcome to the Standing Committee on Social
Affairs, Science and Technology.
Le sénateur Kelvin Kenneth Ogilvie (président) occupe le
fauteuil.
[Français]
Le président : Je vous souhaite la bienvenue au Comité
sénatorial permanent des affaires sociales, des sciences et de la
technologie.
40:34
Social Affairs, Science and Technology
[English]
My name is Kelvin Ogilvie, a senator from Nova Scotia, chair
of the committee. I will invite my colleagues to introduce
themselves, starting on my right.
23-5-2013
[Traduction]
Je m’appelle Kelvin Ogilvie, je suis un sénateur de la NouvelleÉcosse et président du comité. J’invite mes collègues à se
présenter, à commencer par ma droite.
Senator Seidman: Judith Seidman from Montreal, Quebec.
La sénatrice Seidman : Judith Seidman, de Montréal.
Senator Eaton: Nicky Eaton, Toronto, Ontario.
La sénatrice Eaton : Nicky Eaton, de Toronto.
Senator Enverga: Tobias Enverga from Ontario.
Le sénateur Enverga : Tobias Enverga, de l’Ontario.
Senator Cordy: Jane Cordy from Nova Scotia.
La sénatrice : Jane Cordy, de la Nouvelle-Écosse.
Senator Dyck: Lillian Dyck, Saskatchewan.
La sénatrice Dyck : Lillian Dyck, de la Saskatchewan.
Senator Eggleton: Art Eggleton, senator from Toronto and
deputy chair of this committee.
Le sénateur Eggleton : Art Eggleton, sénateur de Toronto et
vice-président du comité.
The Chair: Thank you, colleagues, and welcome, guests. I will
identify our witnesses individually as I invite them to make their
presentations.
Le président : Merci, chers collègues, et bienvenue à nos invités.
Je les présenterai au fur et à mesure quand je leur demanderai de
faire leurs exposés.
I remind everyone that we are studying the subject matter of
Bill C-314, An Act respecting the awareness of screening among
women with dense breast tissue.
Je vous rappelle que nous étudions la teneur du projet de
loi C-314, Loi concernant la sensibilisation au dépistage chez les
femmes ayant un tissu mammaire dense.
We have three very important witnesses with us today. By prior
agreement, we will start with Shelly Jamieson, Chief Executive
Officer for the Canadian Partnership Against Cancer.
Nous accueillons trois témoins importants et il a été convenu
que nous débuterions par Shelly Jamieson, présidente-directrice
générale du Partenariat canadien contre le cancer.
Shelly Jamieson, Chief Executive Officer, Canadian Partnership
Against Cancer: Honourable senators, I would like to thank the
committee for inviting me to speak. Today I plan to discuss the
partnership’s mandate, provide a brief overview of the
partnership’s unique model and discuss our role with regard to
breast cancer screening.
Shelly Jamieson, présidente-directrice générale, Partenariat
canadien contre le cancer : Honorables sénateurs et sénatrices, je
vous remercie de m’avoir invitée à vous adresser la parole. Je
compte vous parler aujourd’hui du mandat du partenariat, de
l’originalité de notre organisme et de notre rôle dans le dépistage
du cancer du sein.
Since joining the Canadian Partnership Against Cancer as
CEO last year, I have been ever more struck by the impact cancer
has on the lives of Canadians. Raising awareness about risk for
cancer and what that may mean for individuals is an important
aspect of how we can work together to reduce the impact of
cancer in the future. My fellow witnesses are examples of the
kinds of experts we work with to understand how evidence
informs the best approach to accomplish that.
Depuis que je me suis jointe comme présidente-directrice
générale au Partenariat canadien contre le cancer l’an dernier, je
ne cesse d’être frappée par l’impact du cancer sur la vie des
Canadiens. La sensibilisation au risque du cancer et à ses
conséquences pour les individus fait partie intégrante des
moyens dont nous disposons pour réduire l’impact de la
maladie. Ceux qui témoignent avec moi font partie des experts
avec qui nous travaillons pour comprendre comment les données
scientifiques peuvent nous aider à accomplir de notre mission.
The partnership was established by the Government of Canada
in 2007 and is funded by Health Canada. We are a pan-Canadian
organization that is mandated to implement the Canadian
Strategy for Cancer Control, which is a 30-year vision for
achieving key outcomes. It is noteworthy that Canada is one of a
handful of countries with a national cancer control plan.
Établi par le gouvernement du Canada en 2007 et financé par
Santé Canada, le partenariat est un organisme pancanadien
chargé de mettre en œuvre la Stratégie canadienne de lutte contre
le cancer, un plan d’action sur 30 ans visant à obtenir des résultats
concrets dans la lutte contre le cancer. Il est à noter que le Canada
compte parmi une poignée de pays qui se sont dotés d’un plan
national de lutte contre le cancer.
The partnership supports the uptake of knowledge and
evidence emerging from cancer research and best practices. We
do this through large-scale, multi-jurisdictional and
organizational efforts that drive toward the important outcomes
of, one, reducing the incidence of cancer; two, improving the
quality of life of those going through an experience of cancer; and
three, lessening the likelihood of Canadians dying from cancer.
Le partenariat favorise la mise en application des
connaissances et des données issues de la recherche et des
pratiques exemplaires. Nous y parvenons par des efforts
intergouvernementaux et interorganisationnels de grande
ampleur visant à réduire l’incidence du cancer, à améliorer la
qualité de vie de ceux que le cancer frappe et à réduire les
probabilités de mort par cancer chez les Canadiens. Nous agissons
23-5-2013
Affaires sociales, sciences et technologie
40:35
We work across the continuum of cancer control, from
prevention and screening, through treatment, to survivorship
and palliative and end-of-life care.
sur tous les aspects de la lutte contre le cancer, depuis la
prévention, le dépistage et le traitement jusqu’à la survie et aux
soins palliatifs et de fin de vie.
The partnership’s unique contribution to the cancer landscape
is rooted in our collaborative approach, where all our activities
are done jointly with partners across the country, provincial and
territorial governments and cancer agencies, cancer researchers
and clinicians, NGOs and patient groups, and many other
organizations. We ensure partners realize value for participating
in the work so that together we can make progress in cancer
control more quickly, more effectively and more efficiently across
the country than if we had worked alone.
Le partenariat apporte au paysage du cancer ceci d’original
qu’il mise sur la collaboration, c’est-à-dire qu’il mène toutes ses
actions de concert avec des partenaires de partout au pays,
gouvernements provinciaux et territoriaux, organismes de
revendication, chercheurs, cliniciens, ONG, groupes de patients,
et j’en passe. Nous veillons à ce que l’action de nos partenaires
nous permette de progresser dans la lutte contre le cancer dans de
meilleures conditions de rapidité, d’efficacité et d’efficience que si
chacun travaillait de son côté.
One of the partnership’s strategic priorities is to develop highimpact, population-based cancer screening approaches. We do
this through a network model that engages experts and partners
responsible for the delivery of screening programs in the provinces
and territories. A key role of the networks is assessing and
disseminating new evidence and emerging best practices to drive
improvements in screening programs and to increase Canadians’
participation in evidence-based screening, specifically across four
disease sites: colorectal cancer, cervical cancer, lung cancer and,
more recently, breast cancer.
Le partenariat a pour priorité stratégique de mettre au point
des méthodes de dépistage à grand rendement et à ciblage
démographique. Nous y parvenons au moyen de réseaux
d’experts et de partenaires responsables des programmes de
dépistage provinciaux et territoriaux. Ces réseaux ont pour
mission d’évaluer et de diffuser les données nouvelles et les
pratiques exemplaires pour améliorer les programmes de
dépistage et augmenter la participation des Canadiens au
dépistage scientifique des cancers colorectal, du col de l’utérus,
du poumon et, depuis peu, du sein.
For instance, we have recently brokered a dialogue regarding
prostate cancer screening and the use of low-dose CT scanning for
smokers at high risk of lung cancer. We do this by engaging
partners and experts about what the evidence tells us and by
coming up with practical solutions with them for acting on that
evidence.
Nous venons par exemple d’amorcer un dialogue sur le
dépistage du cancer de la prostate et l’utilisation de la
tomographie par ordinateur à faible dose chez les fumeurs à
risque élevé afin que partenaires et experts nous renseignent sur la
signification des données et leur mise en application pratique.
Because of the partnership’s mandate and the strategic focus of
several components of the Canadian Breast Cancer Screening
Initiative, it was transferred from the Public Health Agency of
Canada to the partnership just last month. The partnership will
work with the Canadian Breast Cancer Screening Initiative to
support its efforts to improve screening.
À cause du mandat et de la focalisation stratégique du
partenariat, plusieurs volets de l’Initiative canadienne pour le
dépistage du cancer du sein ont été transférés de l’Agence de la
santé publique du Canada au partenariat le mois dernier. Le
partenariat secondera les efforts de l’Initiative canadienne pour le
dépistage du cancer du sein.
As new evidence becomes available, the partnership will work
with and through the network and other experts to assess that
evidence and its implications for screening to inform planning and
practice. For example, we need to better understand whether
there is a link between increased screening of women with high
breast density and mortality from cancer. This could provide an
opportunity to investigate it further.
Au fur et à mesure qu’émergent de nouvelles données, il va, en
collaboration avec le réseau et d’autres experts, en faire
l’évaluation et en saisir les incidences sur la planification et la
pratique. Il nous faut par exemple déterminer s’il y a un lien entre
l’augmentation du dépistage chez les femmes à forte densité
mammaire et la mortalité par cancer et, si oui, l’étudier plus à
fond.
In addition, the database of the Canadian Breast Cancer
Screening Initiative provides longitudinal data that allows us to
investigate gaps or areas of emerging evidence, and to improve
quality in breast cancer screening. As another example, more
information is needed about the over-diagnosis that could result
from an increase in screening frequency among women with dense
breasts.
En outre, les données longitudinales dont dispose l’Initiative
canadienne pour le dépistage du cancer du sein nous permettent
de déceler les lacunes ou les données émergentes et d’améliorer la
qualité du dépistage. Il nous faudrait par exemple de plus amples
données sur le surdiagnostic pouvant résulter d’une augmentation
de la fréquence de dépistage chez les femmes à forte densité
mammaire.
Translating evidence into practice and communicating with
Canadians in a way that is supportive and drives positive
behaviour change are other aspects of the screening networks’
Les réseaux de dépistage s’emploient aussi à mettre en
application les données et à communiquer avec les Canadiens
d’une manière constructive et qui les pousse à des changements de
40:36
Social Affairs, Science and Technology
23-5-2013
work. Where there is a gap between evidence and Canadians’
behaviours, specific tactics to engage with the public are delivered
locally within jurisdictions and communities.
comportement salutaires. Lorsque les comportements des
Canadiens vont à l’encontre des données, des tactiques de
sensibilisation du public sont mises en œuvre au niveau
provincial, territorial et local.
Our experience has been that when opportunities to develop
joint tools and approaches to outreach exist, a systematic and
coordinated approach, working through and with a variety of
organizations and professionals to raise awareness, can have
really positive results. This was the case with Colonversation, an
awareness program out of the Colorectal Cancer Screening
Network that was developed through our work and leveraged
by many jurisdictions across the country.
L’expérience nous apprend que quand il est possible de
développer des outils et des méthodes de conscientisation, il
peut être avantageux d’adopter en la matière une démarche
systématique et coordonnée à laquelle organismes et
professionnels prennent part. Ce fut le cas de Côlonversation,
un programme de sensibilisation issu du réseau de dépistage du
cancer colorectal par nos soins et largement disséminé au pays.
We also know that each time there are changes in screening
guidelines, people pay close attention. We have a responsibility to
always ensure information is grounded in evidence, that it
provides clear direction and that it minimizes unnecessary
anxiety by helping Canadians navigate through sometimes
conflicting perspectives.
Nous savons aussi que chaque fois que des changements sont
apportés aux lignes directrices de dépistage, les gens s’y intéressent
de près. Nous avons le devoir de toujours nous assurer que
l’information est fondée en science, donne une orientation claire
et réduit au minimum l’anxiété en aidant les Canadiens à s’y
retrouver dans des points de vue parfois contradictoires.
My intention is to reassure the committee that we understand
the burden breast cancer places on women and that the
partnership is working to ensure there continues to be a
coordinated approach to breast cancer screening in Canada.
The partnership and all its partners are committed to identifying
and addressing gaps in evidence and ensuring that new evidence is
reviewed and acted on in a timely and effective manner. This
includes raising awareness of risks for cancer and the role of
screening to improve the lives of Canadians.
Je tiens à assurer au comité que nous comprenons la menace
que fait peser sur les femmes le cancer du sein et que le partenariat
s’emploie à maintenir la coordination des efforts de dépistage du
cancer du sein au Canada. Le partenariat et tous ceux qui
collaborent avec lui sont déterminés à repérer et combler les
lacunes dans les données et à examiner les données et à les mettre
en application dans de bonnes conditions de rapidité et
d’efficacité afin de sensibiliser les femmes aux risques du cancer
et au rôle du dépistage et d’améliorer ainsi la vie des Canadiens.
I would like to thank the committee for providing the
Canadian Partnership Against Cancer an opportunity to speak
today.
Je remercie le comité d’avoir offert au Partenariat canadien
contre le cancer l’occasion de témoigner devant lui.
The Chair: I will turn to Gregory Doyle, Chair of the National
Committee of the Canadian Breast Cancer Screening Initiative.
Le président : Passons à Gregory Doyle, président du comité
national de l’Initiative canadienne de dépistage du cancer du sein.
Gregory Doyle, Chair, National Committee, Canadian Breast
Cancer Screening Initiative: Honourable senators, on behalf of the
Canadian Breast Cancer Screening Initiative, I am pleased to
speak on Bill C-314, the Breast Density Awareness Bill.
Gregory Doyle, président, comité national, Initiative canadienne
pour le dépistage du cancer du sein : Distingués membres du Sénat,
je suis heureux de vous entretenir aujourd’hui, au nom de
l’Initiative canadienne pour le dépistage du cancer du sein, du
projet de loi C-314, Loi sur la sensibilisation à la densité
mammaire.
Organized breast cancer screening began in Canada in 1988. In
2013, screening programs exist in all provinces and two territories.
The evidence for breast cancer screening comes from eight
randomized controlled trials. These trials showed that if
70 per cent of the population is routinely screened, mortality
from breast cancer can be reduced by 25 to 30 per cent. Since
1990, the mortality rate from breast cancer in Canada has fallen
by over 35 per cent. This decline can be attributed both to early
detection and to improved treatment.
Le dépistage organisé du cancer du sein a commencé au
Canada en 1988. Aujourd’hui, en 2013, il existe des programmes
de dépistage dans toutes les provinces et dans deux territoires. Les
éléments de preuve qui militent en faveur du dépistage du cancer
du sein proviennent de huit essais cliniques comparatifs. Ces
essais ont montré que si on soumet sur une base régulière
70 p. 100 de la population à des tests de dépistage, il est possible
de réduire de 25 à 30 p. 100 la mortalité due au cancer du sein.
Depuis 1990, le taux de mortalité associé au cancer du sein au
Canada a chuté de plus de 35 p. 100; cette baisse peut être
attribuée à la fois à la détection précoce et aux progrès des
traitements.
23-5-2013
Affaires sociales, sciences et technologie
40:37
In 1993, Health Canada established the Canadian Breast
Cancer Screening Initiative. It is a partnership of provincial
screening programs, non-governmental organizations and
professional organizations. Its purpose is to develop quality
programs that deploy best practice and to monitor and assess
program performance. In 2012, the initiative was transferred to
the Canadian Partnership Against Cancer.
En 1993, Santé Canada a mis sur pied l’Initiative canadienne
pour le dépistage du cancer du sein, l’ICDCS. C’est un partenariat
de programmes provinciaux de dépistage, d’ONG et
d’organisations professionnelles. L’initiative a pour objet de
mettre au point des programmes de qualité en misant sur les
meilleures pratiques observées ainsi que de faire un suivi et une
évaluation du rendement des programmes. En 2012, l’initiative a
été transférée au Partenariat canadien contre le cancer.
Measures of mammographic breast density are captured in the
Canadian Breast Cancer Screening Database. However, the
assessment and categorization of breast density are not
standardized.
Les mesures de la densité mammaire à la mammographie sont
consignées dans la Base de données canadienne sur le dépistage du
cancer du sein. Leur évaluation et leur catégorisation n’ont
toutefois pas été normalisées.
There are several factors that increase a woman’s risk of
developing breast cancer. High mammographic breast density is
one of them. Increasing age is the most common risk factor.
Plusieurs facteurs augmentent le risque d’une femme de
développer un cancer du sein. Un de ces facteurs est une densité
mammaire élevée à la mammographie. L’avancement en âge est le
facteur de risque le plus courant.
The routine interval for breast cancer screening is two years. A
few screening programs provide annual screening for women with
high mammographic breast density and other significant risk
factors.
L’intervalle courant entre les dépistages du cancer du sein est
de deux ans, encore que certains programmes prévoient un
dépistage annuel pour les femmes présentant une densité
mammaire élevée à la mammographie et d’autres facteurs de
risque importants.
Breast screening programs have concerns with Bill C-314, and
in particular legislative mandates concerning breast density. The
provisions of the bill are vague and indeterminate. The bill could
be interpreted to infer that breast screening programs should
routinely inform women of their mammographic breast density.
Not all programs make determinations of mammographic
densities, and the measure of density is very subjective, not
consistently reproducible, and there is significant inter- and intraobserver variability. In addition, high breast density can be a
transitory condition that often decreases with age.
Les responsables des programmes de dépistage entretiennent
des réserves à l’égard du projet de loi C-314, et notamment à
l’égard de mandats législatifs concernant la densité mammaire.
Les dispositions du projet de loi sont floues et mal définies. Il
serait possible de donner au projet de loi une interprétation qui
reviendrait à dire que les programmes de dépistage devraient
informer systématiquement les femmes de leur densité mammaire
à la mammographie. Les programmes ne font pas tous le calcul de
la densité mammaire et la mesure de la densité est très subjective,
n’est pas reproductible uniformément et présente une grande
variabilité inter-observateur et intra-observateur. De plus, une
densité mammaire élevée peut être un phénomène transitoire qui
se résorbe avec l’âge.
The bill refers to heterogeneous or dense breasts. Limited data
from the Canadian Breast Cancer Screening Database suggest
that 35 to 40 per cent of women have heterogeneous dense or
dense breasts. This begs the question: Does the bill impose the
obligation on screening programs to inform up to 40 per cent of
women that they possibly have the condition of heterogeneously
dense or dense breasts?
Le projet de loi fait référence à des seins hétérogènes ou denses.
Selon les données limitées de la Base de données canadienne sur le
dépistage du cancer du sein, entre 35 et 40 p. 100 des femmes ont
des seins hétérogènes ou denses, d’où la question suivante : le
projet de loi obligera-t-il les programmes de dépistage à informer
jusqu’à 40 p. 100 des femmes qu’elles ont peut-être une condition
de seins hétérogènes ou denses?
The dual mandate of breast cancer screening programs is, one,
to detect breast cancer early, and therefore reduce the mortality
from breast cancer; and, two, to confirm the absence of disease.
Le double mandat des programmes de dépistage du cancer du
sein consiste à détecter le cancer du sein tôt et donc à réduire la
mortalité attribuable à ce cancer et à confirmer l’absence de
maladie.
In 1968, the World Health Organization established the
principles of screening. Breast screening programs satisfy these
principles. We have no evidence to believe that screening for the
condition of heterogeneously dense or dense breasts satisfies the
WHO principles. We do know breast density is a risk factor for
breast cancer, as are other factors and conditions. We also know
that it makes the interpretation of the mammogram more
L’établissement de ces principes de dépistage par
l’Organisation mondiale de la santé remonte à 1968. Les
programmes de dépistage du cancer du sein satisfont à ces
principes. Rien ne porte à croire que le dépistage de la condition
de seins hétérogènes ou denses respecte les principes de l’OMS.
Nous savons que la densité mammaire est un facteur de risque du
cancer du sein, au même titre que d’autres facteurs et conditions.
40:38
Social Affairs, Science and Technology
23-5-2013
challenging and that digital mammography is more effective in
detecting cancer among women with high mammographic breast
density.
Nous savons aussi qu’elle rend l’interprétation du
mammogramme plus compliquée et que la mammographie
numérique réussit mieux à détecter un cancer chez les femmes
présentant une densité mammaire élevée à la mammographie.
In 2011, the Canadian Task Force on Preventive Health Care
set guidelines for breast screening. The task force recommends
women age 50 to 74 undergo routine screening with
mammography every two to three years. For women aged 40 to
49, the task force recommends against routine screening. The task
force undertook a systematic review to assess the benefits and
harms of screening. As for benefits, the task force determined that
screening reduces the number of deaths from breast cancer with
the greatest impact being in women aged 50 to 74. As for harms,
the task force considered the harms of screening to include false
positive test results, which could lead to anxiety, unnecessary
biopsies and lumpectomies.
En 2011, le Groupe d’étude canadien sur les soins de santé
préventifs a établi des lignes directrices régissant le dépistage du
cancer du sein. Il recommande que les femmes de 50 à 74 ans
subissent un dépistage avec mammographie tous les deux ou trois
ans. Pour les femmes de 40 à 49 ans, le groupe d’étude
recommande de ne pas faire de dépistage systématique. L’étude
qu’il a menée pour évaluer le pour et le contre du dépistage a
révélé, du côté des avantages, que le dépistage réduit le nombre de
décès du cancer du sein, surtout chez les femmes de 50 à 74 ans.
Quant aux désavantages, le groupe d’étude signale les résultats
positifs erronés, lesquels peuvent donner lieu à de l’anxiété et à des
biopsies et des tumorectomies inutiles.
Advocates for informing women of breast density claim that
the primary benefit is gaining a better understanding of the
relative risk of breast cancer and the awareness of supplemental
imaging options. There is no evidence that providing information
on breast density will impact the mortality from breast cancer. A
recent study in the Journal of the National Cancer Institute
indicated that breast density does not influence death among
breast cancer patients. In other words, even though women with
high breast density have a higher relative risk of breast cancer,
they respond equally well or better to breast cancer treatment.
Les partisans de la théorie voulant que l’on informe les femmes
de leur densité mammaire font valoir que l’avantage premier est
de leur faire mieux comprendre le risque relatif de cancer du sein
et de les sensibiliser à d’autres options d’imagerie médicale.
Cependant, rien ne prouve que donner de l’information sur la
densité mammaire aura une incidence sur la mortalité due au
cancer du sein. Une récente étude du Journal of the National
Cancer Institute indique en effet que la densité mammaire n’influe
pas sur les décès attribuables au cancer du sein parmi les patientes
atteintes de ce cancer. Autrement dit, même si les femmes
présentant une densité mammaire élevée ont un risque relatif plus
élevé de développer un cancer du sein, elles répondent aussi bien
sinon mieux au traitement du cancer du sein.
What of the harms of informing women of breast density?
Women will be informed of a risk factor, but we are unable to tell
them how to reduce this risk. This will increase anxiety. Indeed,
many women will seek alternative imaging techniques, which will
result in higher false positive rates, lower positive biopsy rates and
more unnecessary surgeries. Furthermore, we have no evidence
that additional imaging or other interventions will make any
difference in terms of breast cancer mortality.
Qu’en est-il des inconvénients d’informer les femmes de leur
densité mammaire? Les femmes seront informées d’un facteur de
risque mais nous ne pourrons pas leur dire comment réduire ce
risque, ce qui les rendra plus anxieuses. Elles seront nombreuses à
se tourner vers d’autres techniques d’imagerie, mais cela fera
augmenter le nombre de résultats positifs erronés, diminuer le
taux de biopsies positives et augmenter les chirurgies inutiles.
Rien n’indique non plus qu’un recours accru à l’imagerie médicale
ou à d’autres interventions aura une influence quelconque sur le
taux de mortalité attribuable au cancer du sein.
The Canadian Breast Cancer Screening Database has been
working on standardizing how breast density is recorded. The
initiative is collaborating with Dr. Norman Boyd on his
mammogram breast density and cancer outcomes project.
Dr. Boyd is using the database to identify subjects for his study,
which is investigating the association between cumulative breast
density and breast cancer. Dr. Boyd theorizes that cumulative
breast density is the stronger and more meaningful measure of
breast cancer risk. It is also a more complex measure.
Un des objectifs de la Base de données canadienne sur le
dépistage du cancer du sein est de normaliser la méthode utilisée
pour consigner la densité mammaire. L’initiative collabore avec le
Dr Norman Boyd, responsable du projet portant sur les résultats
de densité mammaire et de cancer à la mammographie. Le
Dr Boyd se sert de la base de données pour trouver les sujets de
son étude, qui consiste à faire des liens entre la densité mammaire
cumulative et le cancer du sein. Le Dr Boyd est d’avis que la
densité mammaire cumulative est la mesure de risque de cancer du
sein la plus solide et la plus significative. Mais cette mesure est
plus complexe que cela.
While breast density is an exciting research area, it is of limited
value in the clinical setting. Before screening programs undertake
to communicate this information to women, we need to know
what causes a woman to have dense breasts, why breast density
La densité mammaire a beau constituer un sujet d’étude
prometteur, elle présente une valeur limitée dans le contexte
clinique. Avant que les programmes de dépistage communiquent
cette information aux femmes, il importe de connaître les causes
23-5-2013
Affaires sociales, sciences et technologie
40:39
decreases over time, what the nature is of dense breast tissue, how
cumulative best density affects cancer risk and how breast density
can be reliably measured.
de la densité mammaire chez les femmes; les raisons de la
diminution de la densité mammaire avec le temps; la nature des
tissus mammaires denses; le lien entre la densité mammaire
cumulative et le risque de cancer; et la façon d’obtenir une mesure
fiable de la densité mammaire.
Before we have the answers to these questions, it is premature
to require screening programs to systematically inform women of
their breast density. If and when we do have answers to these
questions, we will know who needs more frequent and intense
screening and who may need chemo prevention. Thank you.
Tant que nous n’aurons pas de réponses à ces questions, il sera
prématuré d’obliger les programmes de dépistage à informer
systématiquement les femmes de leur densité mammaire. Ce n’est
que lorsque nous aurons ces réponses que nous saurons qui a
besoin d’un dépistage plus fréquent et plus intense et qui pourrait
bénéficier d’une chimio-prévention. Merci.
The Chair: Now I will turn to Dr. Christine Wilson, Medical
Director, Screening Mammography Program of British Columbia
through the British Columbia Cancer Agency.
Le président : Passons maintenant à la Dre Christine Wilson,
directrice médicale, Programme Mammographie de dépistage de
la Colombie-Britannique, British Columbia Cancer Agency.
Dr. Christine Wilson, Medical Director, Screening
Mammography Program of British Columbia, British Columbia
Cancer Agency: I would also like to thank the committee for this
opportunity to speak on breast density. I will begin by discussing
the most commonly used description of breast densities and use
this opportunity to show you specifics that relate back to some of
the points that Mr. Doyle made in his introductory speech. I will
also briefly discuss the state of breast density legislation in the
U.S., and follow this with a summary of the Canadian task force
recommendations, which you have just heard about. I will also
relate this to the impact that this has had on some of the breast
screening programs in Canada.
Dre Christine Wilson, directrice médicale, Programme
Mammographie de dépistage de la Colombie-Britannique, British
Columbia Cancer Agency : Je tiens moi aussi à remercier le comité
de l’occasion offerte de traiter du sujet de la densité mammaire. Je
vais commencer par parler des descriptions les plus courantes de
la densité mammaire et profiter de l’occasion pour vous montrer
des détails en rapport avec certains points soulevés par M. Doyle
dans son allocution. Je vais aussi traiter de l’état d’avancement de
la législation américaine concernant la densité mammaire et je
résumerai ensuite les recommandations formulées par le groupe
de travail canadien dont vous venez d’entendre parler. J’établirai
enfin un lien entre cet aspect et les répercussions sur certains
programmes de dépistage du cancer du sein au Canada.
To begin, I will talk to you about the BI-RADS classification
system. This is only for a portion; you should have notes. This is
in the notes, and then I will show you some examples of
mammograms in a few moments.
Commençons par la classification BI-RADS. Ceci n’est qu’une
partie; vous devriez avoir en main des papiers. C’est là-dedans. Je
vais ensuite vous montrer des mammographies.
The BI-RADS classification system stands for Breast Imaging
Reporting and Data System. This classification system was
developed and standardized mammographic reporting in the
U.S. It began in conjunction with, and parallel to, the MQSA or
Mammography Quality Standards Act. This was an act that came
into law in the U.S. in 1992 and brought into effect the review of
outcome data from mammograms by making mandatory followup of positive mammograms and correlation of these
mammograms with biopsy results. Normally in those days it
was surgical biopsy results. Also, the MQSA made it mandatory
that the final assessment category of the BI-RADS classification
lexicon was in the report; basically this was a bottom line for the
referring physician. They could read the report and they knew
what to do with the woman from looking at that report. These
final regulations went into effect in 1999, so BI-RADS has been in
place in the U.S. for a number of years, and the MQSA has done
a great job in improving the quality of mammography in that
country.
L’appellation BI-RADS est l’acronyme de Breast Imaging
Reporting and Data System. Il s’agit d’un système de
classification élaboré destiné à uniformiser les résultats de
mammographie aux États-Unis. L’initiative a débuté
simultanément avec la mise en œuvre de la loi sur la norme de
qualité des mammographies, ou MQSA, pour Mammography
Quality Standards Act. Cette loi a été adoptée aux États-Unis en
1992 et a mis en vigueur l’examen des résultats de mammographie
en rendant obligatoires le suivi en cas de résultat positif et la mise
en corrélation de ces mammographies et des résultats de biopsie.
À cette époque, on faisait habituellement une biopsie chirurgicale.
Cette loi a également rendu obligatoire l’utilisation de la
terminologie BI-RADS pour désigner la catégorie d’évaluation
finale dans le rapport; au fond, c’était logique pour le médecin
traitant. Il pouvait lire le rapport et savoir tout de suite quoi faire.
Ces dernières règles sont entrées en vigueur en 1999, soit plusieurs
années après la mise en application de la classification BI-RADS
aux États-Unis et après que la norme ait réussi à grandement
améliorer la qualité des mammographies dans le pays.
40:40
Social Affairs, Science and Technology
23-5-2013
The inclusion of best density in the report was not mandatory
but it was encouraged. The idea was to give the referring
physician an idea of the likelihood of cancer being obscured in
that mammogram by the density. It was not given as any kind of
indication of risk.
L’indication de la meilleure densité mammaire dans le rapport
n’était pas obligatoire, mais était encouragée. L’objectif était de
signaler au médecin traitant dans quelle mesure la densité du sein
risquait de cacher un cancer sur la mammographie en question.
L’information ne se voulait pas un indice du risque de cancer.
When we talk about the BI-RADS classification system, we
talk about four types of breasts. The first one is mostly fatty, and
I will refer you now to the images; the second is scattered
fibroglandular densities; third is heterogeneously dense; and
fourth is extremely dense.
Dans la classification BI-RADS, il y a quatre types de seins. Le
premier est essentiellement adipeux, et je vous renvoie maintenant
aux images; le deuxième type présente des opacités glandulaires
éparses, le troisième type présente une densité hétérogène et le
quatrième type présente une extrême densité.
That is a great view, but the light obscures the images over
here. Later you can look at these images.
C’est une superbe image, mais la lumière dans la salle empêche
de bien voir. Vous regarderez ces images plus tard.
That is an example of a mostly fatty breast. You can see there
is lots of grey tissue there. That is the fat. The small amount of
white is the fibroglandular tissue.
Voici un exemple d’un sein presque entièrement composé de
graisse. Vous pouvez voir beaucoup de gris; c’est de la graisse. Le
peu de blanc correspond au tissu glandulaire.
Number 2 is the scattered fibroglandular densities. There is
more white scattered amongst the grey, and that is the
fibroglandular tissue. Number 3 is heterogeneously dense. You
can see there is a lot more white and some grey intermixed.
However, this is getting to be a dense breast. Number 4 is
extremely dense breast tissue.
Le numéro deux montre des opacités glandulaires éparses. Il y
a plus de trainées blanches et elles représentent le tissu fibreux. Le
numéro trois montre un sein à densité hétérogène. Vous pouvez
voir qu’il y a beaucoup plus de traînées blanches mélangées à un
peu de gris. Pourtant, cela va se révéler être un sein dense. Le
numéro quatre montre un tissu mammaire extrêmement dense.
The take-home points here are that you can realize just by
looking at these images how much more difficult it would be to
find a cancer in that breast — and there is a cancer there — in
comparison to that breast.
Ce dont il faut se souvenir, c’est qu’il suffit de regarder ces
images pour savoir qu’il sera beaucoup plus difficile de détecter
un cancer dans ce sein-ci — et nous sommes ici en présence d’un
cancer — que dans celui-ci.
Also, you can see how different people would make
interpretations differently about these types of breasts,
particularly between 2 and 3, and 3 and 4. There is a lot of
variation. This is a subjective determination; there is no program
that determines this at this time, though those sorts of things are
being worked on.
De plus, vous pouvez vous imaginer à quel point ces types de
seins prêtent à interprétation selon la personne qui regarde les
clichés, en particulier si on compare le deux et le trois ou le trois et
le quatre. Les interprétations peuvent être très différentes.
L’analyse est subjective et il n’existe pas de programme qui
encadre cela pour le moment, même si c’est le genre de choses sur
lesquelles on travaille.
I would also like to mention one of the technological advances
that has really helped in looking at dense breast tissue, and that is
the development of digital mammography. The DMIST study,
which was released in 2005, demonstrated that digital
mammography performed significantly better in younger
women — women under 50; women in their forties having
mammograms — pre- or perimenopausal women, and women
with heterogeneously or extremely dense breasts. You can see
there is lots of overlap in those three. This demonstrated that
there was a sensitivity of digital mammography to detect cancer at
70 per cent compared to a 55 per cent sensitivity in film screen
mammography, and there was no loss of specificity.
J’aimerais également mentionner l’une des percées
technologiques qui a réellement permis d’examiner le tissu
mammaire dense, soit le développement de la mammographie
numérique. L’étude DMIST, publiée en 2005, a démontré que la
mammographie numérique donne des résultats de loin meilleurs
chez les jeunes femmes, soit les femmes âgées de moins de 50 ans
ou les femmes dans la quarantaine subissant un dépistage par
mammographie, chez les femmes pré- ou périménopausées et chez
les femmes dont la densité mammaire est hétérogène ou élevée.
Vous pouvez constater qu’il y a beaucoup de chevauchements
dans ces trois-là. Cela a montré que la mammographie numérique
offre une sensibilité de 70 p. 100 dans la détection du cancer,
comparativement à 55 p. 100 pour la mammographie sur film,
sans pour autant rien perdre à la spécificité.
Also, to give you some background, when a woman is having a
digital mammogram, she cannot tell she is having one from the
way that it is performed — it is performed exactly the same; the
machines appear to be very similar. One of the advantages is that
De plus, pour vous donner quelques notions générales, une
femme qui subit une mammographie numérique n’est pas en
mesure de le savoir, parce que les deux types de mammographies
sont effectués de la même façon; les deux machines sont très
23-5-2013
Affaires sociales, sciences et technologie
40:41
radiation exposure is reduced with digital mammography. It can
be up to 50 per cent of, but the average is probably more around
a third less than film screen.
similaires. Un des avantages de la mammographie numérique,
c’est que l’exposition au rayonnement est moindre. Cette
réduction par rapport à la mammographie sur film peut
atteindre 50 p. 100, mais en moyenne, elle tourne plutôt autour
du tiers.
Image acquisition takes just a few seconds. There are no films
to process. The image goes directly to a radiologist’s workstation.
It makes the examinations shorter in the terms of the woman not
having to wait around to see if the film turned out.
L’image apparaît en quelques secondes. Il n’y a pas de pellicule
à traiter. Elle s’affiche directement sur l’écran du poste de travail
du radiologiste. L’examen dure ainsi moins longtemps pour la
femme, qui n’a plus à attendre que l’on vérifie la qualité de
l’image avant de partir.
To move now to the state of affairs in the U.S., right now there
are six states that have mandatory breast density legislation in
place: Connecticut, Texas, Virginia, California, New York and
Hawaii. Such legislation requires that radiologists notify women
with dense breasts on screening mammograms of the limitations
of mammography in identifying tumours in the breast.
Pour passer maintenant à l’état de la situation aux États-Unis,
pour le moment, six États rendent obligatoire la notification de la
densité mammaire : le Connecticut, le Texas, la Virginie, la
Californie, New York et Hawaï. La législation oblige les
radiologistes à informer les femmes dont le tissu mammaire est
dense à la mammographie de dépistage des limites de cette
technique pour déceler les tumeurs dans le sein.
However, only Connecticut law requires insurance companies
to cover additional ultrasound screening of the entire breast if the
density is BI-RADS 3 or 4. Believe me, there is lots of controversy
in the radiology community in America around this. In the other
states, therefore, or if another test, ultrasound or an MRI is
suggested and the woman does not have coverage, that very much
limits her access.
Pourtant, seule la loi du Connecticut oblige les compagnies
d’assurance à rembourser le coût d’un dépistage par échographie
additionnel de tout le sein en cas de densité de catégorie 3 ou 4
selon le BI-RADS. Croyez-moi quand je vous dis que cette
question est source de grande controverse au sein de la
communauté des radiologistes en Amérique. Dans les autres
États, par conséquent, si un autre examen, une échographie ou
une IRM est proposée et que la femme concernée n’est pas
assurée, l’accès est très limité.
We do not have the same sort of limitations in access here in
terms of coverage, however we do have limitations in accessibility
of the technology. I can speak directly from my experience in
British Columbia that we do not have a surfeit of ultrasound
technologists; there can be a wait of up to six weeks for a routine
breast ultrasound. We would be making the queues longer and
would perhaps be delaying the diagnosis of breast cancer in those
women who have it.
L’accès n’est pas restreint ici de la même manière, quand on
parle de couverture, mais l’accès à la technologie est limité. Je
peux témoigner moi-même de mon expérience en ColombieBritannique, où nous n’avons pas une masse de technologues en
échographie; l’attente pour une échographie mammaire de routine
peut être de six semaines. Nous prolongerions les délais et
retarderions la pose d’un diagnostic de cancer du sein chez les
femmes atteintes.
There is also legislation pending in an additional 16 states in
the U.S., and a bill has been presented to the House of
Representatives. In Texas, they have taken a different approach;
their legislation promotes a dialogue between women and their
physicians to find the most effective clinical pathway.
Dans 16 autres États américains, des lois sont en attente et un
projet de loi a été soumis à la Chambre des représentants. Le
Texas a adopté une autre approche : la loi favorise le dialogue
entre la femme et son médecin en vue de déterminer le meilleur
cheminement clinique.
There has been now enough time in Connecticut that they have
had a chance to look at their outcomes. The first year of screening
with the additional ultrasounds revealed 3.2 cancers per 1,000.
There is a mistake in the material; it should be not per 100 but per
1,000. An additional 3.2 cancers per 1,000 women screened has
been detected with the ultrasounds in addition to mammography.
Il s’est écoulé suffisamment de temps au Connecticut pour
qu’on étudie les résultats obtenus. La première année de
dépistage, avec l’ajout de l’échographie, on a dépisté 3,2 cancers
de plus pour 1 000 femmes. Une erreur s’est glissée dans le
document qu’on vous a distribué : il faudrait lire 1 000 au lieu de
100. Donc, en ajoutant l’échographie à la mammographie, on a
pu déceler 3,2 cancers de plus.
These results are very similar to other large ultrasound
screening studies that have been done. I will direct you to the
ACRIN 6666 results. It has been the largest randomized trial
performed using ultrasounds in addition to mammography. It
was two arms: one, screening mammography only; the other arm,
screening mammography and ultrasound. In the screening
mammography plus ultrasound arm, there were four times as
Ces résultats ressemblent beaucoup à ceux obtenus dans
d’autres études de grande envergure ayant porté sur le dépistage
par échographie. Je vous renvoie aux résultats de l’ACRIN 6666.
C’est le plus large essai à répartition aléatoire jamais réalisé, qui
combine échographie et mammographie. Il comprenait deux
groupes : le premier subissait une mammographie de dépistage
seulement, le second, une mammographie de dépistage et une
40:42
Social Affairs, Science and Technology
23-5-2013
many false positives as in the mammography arm alone. That
means that one in ten women had an unnecessary biopsy, whereas
only one in forty women had a biopsy that turned out to be
benign in the mammography arm. We have evidence that shows
that there are more biopsies being performed in these women.
échographie. Dans ce dernier groupe, il y a eu quatre fois plus de
faux positifs que dans le premier groupe. Donc, dans le second
groupe, une femme sur dix a subi une biopsie inutile, alors que
dans le premier groupe, une femme sur quarante a subi une
biopsie qui a révélé une tumeur bénigne. Nous avons la preuve
que ces femmes subissent un plus grand nombre de biopsies que
les autres.
I will turn now to the Canadian scene. Just to refresh your
memory on the Canadian Task Force on Preventive Health Care
recommendations on breast screening released in November 2011
in the Canadian Medical Association Journal, these
recommendations apply to women of average risk from
ages 40 to 74. They do not apply to high-risk women, that is,
women who have had a personal history of breast cancer, women
who have a BRCA mutation-positive demonstrated, or women
who have had previous chest wall radiation. There are also no
recommendation for women 75 years or older as there is a lack of
data in that group.
Je passe maintenant à la scène canadienne. Dans le seul but de
vous rafraîchir la mémoire, je rappelle que les recommandations
sur le dépistage du cancer du sein du Groupe d’étude canadien sur
les soins de santé préventifs publiées en novembre 2011 dans le
Canadian Medical Association Journal concernent les femmes de
40 à 74 ans présentant un risque moyen. Elles ne visent pas les
femmes à risque élevé, soit les femmes qui ont déjà eu un cancer
du sein, les femmes qui ont connu une mutation des gènes BRCA
ou les femmes qui ont déjà subi une irradiation au niveau de la
paroi thoracique. Aucune recommandation ne porte sur les
femmes âgées d’au moins 75 ans, car les données sont
insuffisantes pour ce groupe d’âge.
For magnetic resonance imaging screening in the average-risk
woman, the task force recommended not routinely screening with
MRI. That is not a controversial recommendation; that is pretty
standard.
En ce qui concerne le dépistage par IRM chez la femme
présentant un risque moyen, le groupe d’étude n’en recommande
pas l’usage systématique. Cette recommandation n’est pas
controversée; c’est plutôt la norme.
However, for women aged 40 to 49 years, the Canadian task
force recommended not routinely screening with mammography.
I have a quotation directly from that article:
Par contre, pour les femmes de 40 à 49 ans, le groupe d’étude
ne recommande pas le dépistage systématique par
mammographie. Voici une citation tirée de cet article :
This recommendation places a relatively low value on a
very small absolute decrease in mortality and reflects
concerns with false-positive results, the incidence of
unnecessary biopsies and overdiagnosis of breast cancer.
Cette recommandation accorde une importance
relativement faible à une très légère diminution absolue du
risque de mortalité par cancer du sein et tient compte des
préoccupations concernant les résultats faussement positifs,
les biopsies inutiles et le surdiagnostic du cancer du sein.
For mammography in women 50 to 69, the task force
recommended routinely screening with mammography every
two to three years, and for women 70 to 74, routinely screening
with mammography every two to three years. In British
Columbia, since these guidelines came out, we have seen a
decrease in attendance at the screening mammography program
of women in their forties — but not only women in their forties
but women in their fifties as well.
Quant à la mammographie pour les femmes de 50 à 69 ans, le
groupe d’étude recommande le dépistage systématique par
mammographie tous les deux ou trois ans. En ColombieBritannique, depuis la parution de ces lignes directrices, nous
remarquons une baisse de la participation au programme de
dépistage par mammographie chez les femmes dans la
quarantaine — et pas seulement dans ce groupe, mais également
chez les femmes dans la cinquantaine.
Also, the task force recommended not routinely performing
clinical breast examinations alone or in conjunction with
mammography to screen for breast cancer. They recommended
not advising women to routinely practice breast self-examination.
That is highly controversial among my primary-care physician
colleagues. They have concerns about that. There are, of course,
randomized trials that show convincing evidence about these two
areas, but it is an area of concern. I will just highlight that.
De plus, le groupe d’étude recommande de ne pas effectuer
systématiquement l’examen clinique des seins seul ou en
association avec la mammographie pour dépister le cancer du
sein. Il recommande de ne pas conseiller aux femmes de pratiquer
l’auto-examen des seins. Cette position soulève une vive
controverse chez mes confrères du secteur des soins primaires.
Ils sont inquiets. Il y a, bien sûr, des essais à répartition aléatoire
qui montrent des éléments convaincants dans ces deux domaines,
mais c’est un sujet de préoccupation. Je vais simplement
m’étendre sur la question.
I want to show you very briefly what the background is for the
concern from the task force about screening women in their
forties. This next table shows you the age groups on the left-hand
side, the number of trials, and they are listed on the next page.
Je veux vous expliquer très rapidement ce qui motive
l’inquiétude du groupe d’étude en rapport avec le dépistage chez
les femmes dans la quarantaine. Le tableau qui suit montre, à
gauche, les groupes d’âge, et, dans la colonne suivante, le nombre
23-5-2013
Affaires sociales, sciences et technologie
40:43
These are the randomized trials that Mr. Doyle referred to. They
are international trials and highly regarded — all of them
randomized.
d’essais, lesquels sont énumérés à la page suivante. Voilà les essais
à répartition aléatoire dont parlait M. Doyle. Ils sont d’envergure
internationale et sont fortement pris en compte — tous sont à
répartition aléatoire.
They showed a definite benefit to women in the screened group
in terms of mortality in the three age groups of 39 to 49, 50 to 59,
and 60 to 69. That is what the third column refers to. You can see
that, in those age groups, the value is less than one: 0.85, 0.86 and
0.68. This indicates there is a statistically significant decrease in
mortality in those women.
Ils montrent que le dépistage est clairement avantageux pour
réduire la mortalité dans les trois groupes d’âge, soit les 39 à
49 ans, les 50 à 59 ans et les 60 à 69 ans. C’est ce qu’indique la
troisième colonne. Vous pouvez lire que, pour ces groupes d’âge,
la valeur est inférieure à un, avec 0,85, 0,86 et 0,68, ce qui veut
dire qu’il y a une réduction statistiquement significative du risque
de mortalité chez ces femmes.
The controversial area is the next column — the fourth
column. You can see that they determined the number needed to
invite is over 1,900 women in that group of women in their forties
as opposed to 1,339 women for the fifties. They felt it was
exposing too many women who are normal to the possibility of
having additional investigations, including additional
mammograms, ultrasounds, biopsies and possibly surgery.
L’élément controversé se situe dans la colonne suivante, la
quatrième colonne. Vous pouvez constater qu’il a été établi que le
nombre de femmes dans la quarantaine qui doivent subir un test
de dépistage pour éviter un décès par cancer du sein dans ce
groupe d’âge est de 1 900 femmes, alors qu’il est de 1 339 femmes
chez les 50 à 59 ans. Les chercheurs considèrent que c’est exposer
un trop grand nombre de femmes sans problème au risque de
subir d’autres examens, dont de nouvelles mammographies, une
échographie, des biopsies, voire une intervention chirurgicale.
That was the reason for their statement.
C’est ce qui explique leur déclaration.
In British Columbia, we have taken a bit of a different stance.
We have reviewed our guidelines. We have not released them yet;
we will be shortly, hopefully. We have added an additional group
of women that we consider to be higher-than-average risk. We are
will allow them to attend the screening mammography program
annually. These are women with a first-degree relative with breast
cancer — a mother, sister, daughter, brother or father who has
had breast cancer. These women will be able to attend annually.
En Colombie-Britannique, nous avons adopté une position
quelque peu différente. Nous avons révisé nos lignes directrices.
Ces dernières ne sont pas encore publiées, mais ça ne saurait
tarder. Nous avons ajouté un groupe de femmes qui, à notre avis,
présentent un risque supérieur à la moyenne. Ces femmes auront
le droit de subir une mammographie de dépistage tous les ans. Ces
femmes ont des parents au premier degré — mère, père, sœur,
frère — ou une fille ayant eu un cancer du sein. Elles seront
autorisées à participer au programme tous les ans.
I will just give you again briefly some background on the
screening mammography program in British Columbia. This is
the oldest screening mammography program in the country. It
began in 1988, so we are celebrating 25 years of operation this
year. We have performed 1.4 million screening mammograms,
and we have detected breast cancer in over 16,000 women in that
time.
Je vais simplement vous répéter brièvement certaines
informations générales sur le programme de mammographie de
dépistage en Colombie-Britannique. Ce programme de dépistage
est le plus ancien au pays. Il a commencé en 1988, donc nous
célébrons ses 25 ans d’activité cette année. Le programme a
permis de réaliser 1,4 million de mammographies de dépistage et
de déceler le cancer du sein chez plus de 16 000 femmes durant
cette période.
At this time, we do screen women aged 40 to 49 annually and
they can self-refer. Women 50 to 79 are screened every two years;
they can also self-refer. They need to have a family doctor or
nurse practitioner to receive results, however, so that can be a bit
of a problem for those women who do not have a doctor.
À l’heure actuelle, les femmes de 40 à 49 ans subissent un
dépistage tous les ans; elles peuvent demander à subir le test. Les
femmes de 50 à 79 ans subissent un dépistage tous les deux ans;
elles aussi peuvent demander à subir le test. Cependant, les
résultats sont remis uniquement à un omnipraticien ou à une
infirmière praticienne, ce qui peut poser un problème à celles qui
n’ont pas de médecin.
Women are not eligible if they are symptomatic, if they have a
past history of breast cancer or if they have breast implants.
Une femme n’est pas admissible si elle présente des symptômes,
a des antécédents de cancer du sein ou porte un implant
mammaire.
In 2011, the year for which we have the most complete statistics
at this time, we performed over 305,000 mammograms and
detected 1,464 cancers. We do perform standard two-view
mammograms, as do all of the programs across Canada. We
En 2011, l’année pour laquelle nous possédons les données
statistiques les plus complètes à ce jour, nous avons effectué plus
de 305 000 mammographies et décelé 1 464 cancers. Les
mammographies sont prises sous deux angles, comme partout
40:44
Social Affairs, Science and Technology
23-5-2013
have 38 fixed centres in urban settings and three mobile vans that
visit over 120 smaller B.C. communities, including First Nation
communities and some hard to reach communities such as
Downtown Eastside Vancouver. They also go to large utility
corporations and that type of setting. The mobile performs
10 per cent of the exams per year. Screening mammography is
funded by the Ministry of Health with its own separate budget
and is coordinated by the BC Cancer Agency Screening
Mammography Program. Screens are delivered, performed in
health authority clinics in hospitals as well as in community
imaging clinics, which may be owned and operated by the
radiologists who work in the hospital across the street.
au Canada. Trente-huit centres desservent les milieux urbains et
trois fourgonnettes font le tour de plus de 120 petites localités
britanno-colombiennes, dont les communautés des Premières
Nations et les secteurs difficiles tels que l’Eastside Vancouver.
Elles se rendent sur place également pour les grandes entreprises
de services publics et ce genre de structures. Le service mobile
assure 10 p. 100 des tests annuellement. Le programme de
mammographie de dépistage est financé par le ministère de la
Santé, qui lui réserve un budget distinct, et la coordination est
assurée par la BC Cancer Agency. Les mammographies sont
prises dans les cliniques publiques des hôpitaux ou dans les
cliniques d’imagerie communautaires, lesquelles peuvent être
exploitées par les radiologistes qui travaillent à l’hôpital situé en
face.
The cost to the system for a screening mammogram is $73. We
screen over 300,000 women per year, and about 7 per cent of
those women will require a diagnostic workup.
Le coût d’une mammographie de dépistage pour le régime de
santé public est de 73 $. Plus de 300 000 femmes sont testées tous
les ans et environ 7 p. 100 de celles-ci devront subir d’autres tests
de diagnostic.
Diagnostic breast imagining refers to mammograms performed
for women who are symptomatic, but also those who have
positive screens. They may include additional mammographic
views, ultrasounds, biopsies and other tests. They are also
performed for women referred by family doctors or other
physicians. However, this is a fee-for-service service funded by
the Medical Services Plan and also delivered by health authority
and community imagining clinics. The cost of a bilateral
mammogram to the system is $131. There is a considerable
savings to the system by having asymptomatic women go through
screening mammography.
La visualisation diagnostique concerne les femmes qui
présentent des symptômes ou qui ont obtenu des résultats de
mammographie positifs. De nouvelles mammographies sont
prises sous d’autres angles, des échographies, des biopsies et
d’autres examens sont réalisés. Elle est également effectuée à la
demande d’un omnipraticien ou autre médecin. Cependant, ce
service est payé à l’acte; le financement est assuré par le régime de
services médicaux et la prestation, par les cliniques publiques et
communautaires. Le coût d’une mammographie bilatérale, pour
le régime de santé, s’établit à 131 $. Le régime économise
beaucoup d’argent en dirigeant les femmes qui ne présentent
pas de symptômes vers la mammographie de dépistage.
This slide shows the volumes that we perform and how they
have increased with the population over the past number of years.
The blue shading shows the women attending for the first time.
Cette diapositive montre les volumes de mammographies
atteints et leur croissance en même temps que la population ces
dernières années. La partie sur fond bleu indique le nombre de
femmes participant au programme de dépistage pour la première
fois.
The next slide shows the participation rates of women in breast
screening programs across the country. British Columbia has
about 56 per cent participation. The red line shows the national
participation rate of about 46 per cent. This slide shows the
regional participation rate in the screening mammography
program throughout the province. We do have regional
variation, a little lower in the northern part of the province,
higher in the urban centres such as Vancouver and Vancouver
Island.
La diapositive suivante montre les taux de participation des
femmes aux programmes de dépistage du cancer du sein partout
au pays. En Colombie-Britannique, ce taux est de 56 p. 100. La
ligne rouge indique le taux de participation national, soit
46 p. 100 à peu près. Cette diapositive montre le taux de
participation régional au programme de mammographie de
dépistage de la province. Le taux varie d’une région à l’autre :
la participation est un peu plus faible dans le nord de la province
et elle est supérieure dans les centres urbains comme Vancouver et
l’île de Vancouver.
This is an interesting slide that shows the number of cancers
detected in the age groups from 2007 through 2010. You can see
that they stay remarkably stable. In women in their forties, the
cancer detection rate is around 16 per cent. The number of
cancers found in the age group is 16 per cent on average. In the
50 to 59 group it is 30 per cent, 60 to 69 around 30 per cent, and
70 to 79 is about 20 per cent. There is only 2 per cent in the those
Cette diapositive est intéressante, car elle montre le nombre de
cancers décelés pour chaque groupe d’âge, de 2007 à 2010. Vous
pouvez voir que les chiffres sont incroyablement stables. Chez les
femmes dans la quarantaine, le taux de détection du cancer du
sein est de 16 p. 100 environ. Le nombre de cancers décelés dans
ce groupe d’âge équivaut à une moyenne de 16 p. 100. Pour le
groupe des 50 à 59 ans, le taux est de 30 p. 100, c’est le même taux
23-5-2013
Affaires sociales, sciences et technologie
40:45
aged 80 and above. It stays pretty consistent year to year, and
80 per cent of the cancers detected by the screening
mammography program are in woman 50 and older.
chez les 60 à 69 ans et, pour les 70 à 79 ans, c’est un taux de
20 p. 100. Chez les personnes âgées d’au moins 80 ans, ce taux est
de 2 p. 100 seulement. Les données se ressemblent d’une année à
l’autre et 80 p. 100 des cancers décelés grâce au programme de
mammographie de dépistage se situent dans le groupe des femmes
âgées d’au moins 50 ans.
I have one small note about outcomes because this is very
important; this is why we are doing this. You can see from this
slide, which is taken from a Lancet article of 2010, these countries
keep large population cancer registry databases. This shows the
one-year and five-year survival rates of women who have had
breast cancer by percentage. The outcomes are very good in
Canada, but you can see that British Columbia has better
outcomes than the Canadian average and our outcomes are as
good as the Swedish outcomes.
J’ai une brève remarque à faire au sujet des résultats, parce que
cet exercice est très important; c’est pour cette raison que nous
agissons ainsi. Sur cette diapositive, dont le contenu est extrait
d’un article du Lancet publié en 2010, on peut voir que les pays en
question tiennent de vastes bases de données démographiques
liées au cancer. Ce tableau montre les taux de survie après un an et
après cinq ans chez les femmes ayant souffert d’un cancer du sein.
Les résultats sont très bons pour le Canada, mais vous pouvez
constater que la Colombie-Britannique a une meilleure moyenne
que le Canada et que ses résultats sont comparables à ceux de la
Suède.
Thank you for your time; that concludes my presentation.
Je vous remercie d’avoir pris le temps de m’écouter; c’est ici que
se termine ma présentation.
The Chair: Thank you. I will turn to my colleagues, beginning
with Senator Seidman.
Le président : Merci. Je vais me tourner vers mes collègues, en
commençant par la sénatrice Seidman.
Senator Seidman: Thank you. That is an awful lot of
information to digest all at once, so I will start trying to pick a
bit at the major issues you put forward.
La sénatrice Seidman : Merci. Cela fait énormément
d’informations à digérer d’un coup, alors je vais essayer de
revenir quelque peu sur les grands thèmes que vous avez abordés.
First, I will start with a bit of conversation about the Canadian
Breast Cancer Screening Initiative because, Mr. Doyle, the
initiative is directly implicated in this bill. I would like to start
by asking you this: Did anyone consult you or the initiative when
this bill was discussed and designed by the promoters?
D’abord, j’aimerais que nous parlions un peu de l’Initiative
canadienne de dépistage du cancer du sein, monsieur Doyle, car
l’initiative est directement concernée par ce projet de loi. Est-ce
que vous-même ou l’initiative avez été consultés pendant que ce
projet de loi était conçu et discuté par ses promoteurs?
Mr. Doyle: No, this is our first opportunity to talk about the
bill here today.
M. Doyle : Non, c’est la première fois aujourd’hui que nous
avons l’occasion de parler du projet de loi.
Senator Seidman: Even when this bill was discussed in the
House of Commons, no one had you there to discuss the
implications for the initiative?
La sénatrice Seidman : Même quand ce projet de loi était
débattu à la Chambre des communes, vous n’avez pas été invité
pour discuter de ses répercussions sur l’initiative?
Mr. Doyle: No.
Senator Seidman: I am asking because the initiative is directed
with responsibility in this bill.
It says:
(c) sharing through the Canadian Breast Cancer
Screening Initiative information related to the
identification of heterogeneous or dense breast tissue
during screening and any follow-up procedures.
M. Doyle : Non
La sénatrice Seidman : Je pose cette question parce que ce
projet de loi confère certaines responsabilités à l’initiative.
Il y est dit :
c) en communiquant, au moyen de l’Initiative canadienne
pour le dépistage du cancer du sein, l’information
concernant la détection du tissu mammaire hétérogène
ou dense durant le dépistage et toutes méthodes de suivi.
That would be the requirement in the bill, would it?
C’est ce qu’exige le projet de loi, n’est-ce pas?
Mr. Doyle: Yes, that is correct.
M. Doyle : Oui, c’est exact.
Senator Seidman: Is there a current sharing of information
across jurisdictions now?
La sénatrice Seidman : Est-il désormais courant de partager des
informations d’une organisation à l’autre?
Mr. Doyle: With respect to mammographic breast density?
M. Doyle : Concernant la densité mammaire?
Senator Seidman: Yes.
La sénatrice Seidman : Oui.
40:46
Social Affairs, Science and Technology
23-5-2013
Mr. Doyle: As I mentioned in my submission, currently breast
density is recorded by some provincial screening programs. It is
not consistently categorized in a systematic way across the
country, and some provincial screening programs do not record
breast density. We do not do it consistently and the method for
recording is not consistent across the country at this point in time.
M. Doyle : Comme je l’ai indiqué dans mon mémoire, les
données sur la densité mammaire sont actuellement enregistrées
par des programmes de dépistage provinciaux. Elle ne fait pas
pour l’instant l’objet d’un classement systématique par catégorie
de façon homogène d’un bout à l’autre du pays, et certains
programmes provinciaux de dépistage n’enregistrent pas de
données sur la densité mammaire. Nous ne le faisons pas de
façon systématique et, à l’heure actuelle, la méthode de mesure
n’est pas homogène d’un lieu à l’autre
Senator Seidman: You referred to that and went further, in
fact. The point that you make about breast density in your
presentation is also identified by the American College of
Radiology in their comments on the American legislation in the
various states on breast density awareness. You say that the
measure of density is subjective, not consistently reproducible and
dependent on observer variation.
La sénatrice Seidman : Vous l’avez indiqué en effet et vous êtes
même allé plus loin. Ce que vous avez dit à propos de la densité
mammaire dans votre exposé a également été évoqué par
l’American College of Radiology dans ses commentaires à
propos de la loi américaine, dans les différents États,
concernant la sensibilisation à la densité mammaire. Vous dites
que la mesure de la densité est subjective, qu’elle n’est pas
reproductible de façon systématique et qu’elle est sujette à
variation selon l’observateur.
Mr. Doyle: That is very true. We know from screening
programs in the provinces that do collect breast density records
that sometimes it depends on which radiologist is interpreting the
image. It could go from one category to another. Currently in the
country, some provincial screening programs use the BI-RADS
methodology that categorizes breast density in quartiles. Other
provinces use a method where it is recorded as greater than 75 or
less than 75. It is a binary classification, which makes it easier,
and that reduces the variability because you can only be in one of
two categorizations. There is no real consistent methodology to
capture that currently.
M. Doyle : C’est tout à fait exact. Nous savons, grâce aux
programmes de dépistage dans les provinces qui collectent des
données sur la densité mammaire, que cela varie parfois selon le
radiologue qui interprète l’image. On peut passer d’une catégorie
à l’autre. Actuellement, au Canada, certains programmes de
dépistage provinciaux utilisent la méthode BI-RADS qui classe la
densité mammaire en quartiles. D’autres provinces utilisent une
méthode qui classe au-dessus ou en dessous de 75. C’est une
classification binaire, ce qui facilite les choses, et réduit la
variabilité parce qu’il n’y a que deux possibilités. Il n’y a pas
vraiment de méthodologie cohérente aujourd’hui pour enregistrer
ces données.
Senator Seidman: The assessment of breast density is not
reliably reproducible in that sense?
La sénatrice Seidman : L’évaluation de la densité mammaire
n’est donc pas reproductible de façon fiable?
Mr. Doyle: No.
M. Doyle : Non.
Senator Seidman: That leads to the next point you made. We
all know that the screening programs can be good, but one always
has to be sure that the benefits outweigh the risks.
La sénatrice Seidman : Cela nous amène à ce que vous avez dit
ensuite. Nous savons tous que les programmes de dépistage
peuvent être positifs, mais on doit toujours s’assurer que le
bénéfice est supérieur aux risques.
Mr. Doyle: When I spoke about the dual mandate of screening,
we try to find cancers early but we also attempt to confirm the
absence of disease. The idea of breast density is a condition that
the bill is implying that we should inform women about. We are
not detecting disease and we are not confirming the absence. We
are telling women about a condition that may be a risk factor, but
we have nothing to offer them when we inform them of this
condition.
M. Doyle : J’ai parlé du double mandat du dépistage, nous
essayons de détecter les cancers de façon précoce, mais nous
essayons aussi de confirmer l’absence de la maladie. Le projet de
loi sous-entend que nous devrions informer les femmes de leur
situation sur le plan de la densité mammaire. Nous ne détectons
pas de maladie, mais nous ne confirmons pas non plus l’absence
de maladie. Nous informons les femmes de l’existence d’une
caractéristique qui peut entraîner un facteur de risque, mais nous
n’avons rien d’autre à leur proposer quand nous les informons sur
cet état de santé.
Senator Seidman: That is the point, right?
La sénatrice Seidman : C’est l’enjeu, n’est-ce pas?
Mr. Doyle: Yes.
M. Doyle : Oui.
23-5-2013
Affaires sociales, sciences et technologie
40:47
Senator Seidman: If you have a screening program and are
telling women you have this condition, you need to be able to
offer them something to make that of any value?
La sénatrice Seidman : S’il y a un programme de dépistage et
qu’on apprend aux femmes qu’elles présentent ce risque, il faut
pouvoir leur proposer quelque chose pour que ce diagnostic ait
une utilité, n’est-ce pas?
Mr. Doyle: The purpose of a screening program is to either
find disease or confirm the absence of disease. This is the idea of
screening as set out by the World Health Organization. There is a
set of principles, and when you apply screening for
heterogeneously dense or dense breasts to these principles, it
sort of fails. It does not satisfy the principles of screening as set
out by the WHO.
M. Doyle : Le but d’un programme de dépistage est soit de
trouver une pathologie, soit d’en confirmer l’absence. C’est le
principe du dépistage tel que le définit l’Organisation mondiale de
la santé. Il y a une série de principes et quand l’on applique ces
principes au dépistage pour des seins hétérogènes ou denses, c’est
en quelque sorte un échec. Cela ne remplit pas les conditions du
dépistage définies par l’OMS.
Senator Seidman: There is another concern here. You say that
the prevalence of dense breasts is close to 40 per cent.
La sénatrice Seidman : Il y a un autre sujet d’inquiétude. Vous
dites que la fréquence des seins denses est proche des 40 p. 100.
Mr. Doyle: The terminology that is used in the bill is
heterogeneously dense or dense breasts. That is terminology
that corresponds to the BI-RADS system used in the United
States that Dr. Wilson spoke of. Heterogeneously dense is the
categorization of greater than 50 and less than 75, and very dense
or dense is greater than 75. We have limited data because, as I
said, all provinces do not collect it, but we can look at the
provinces that did collect in the quartile. Some collected greater
than 50 or less than 50, but we come up with an estimate of
somewhere approaching 40 per cent. The American College of
Radiology says it is higher, and they quote it as being closer to
50 per cent. That is the challenge, then, because if as a screening
program we inform women of this condition then women are
going to be looking for supplemental imagining and it defeats the
purpose of screening.
M. Doyle : La terminologie utilisée dans le projet de loi parle
de seins hétérogènes ou denses. Cette terminologie correspond au
système BI-RADS utilisé aux États-Unis et dont a parlé la
Dre Wilson. Hétérogène correspond à la catégorie supérieure à
50 et inférieure à 75, très dense ou dense correspond à plus de 75.
Nos données sont limitées, car, comme je l’ai dit, toutes les
provinces ne les collectent pas, mais nous pouvons regarder les
données des provinces qui ont utilisé les quartiles. Certaines sont
arrivées à plus de 50 p. 100 ou à moins de 50 p. 100, mais nous
proposons une estimation d’environ 40 p. 100. L’American
College of Radiology dit que le chiffre est plus élevé, et l’estime
aux environs de 50 p. 100. Il y a là un défi, parce que si, à l’aide
du programme de dépistage, nous informons les femmes de leur
état, elles vont chercher à obtenir une imagerie supplémentaire et
cela va à l’encontre du but du dépistage.
Senator Seidman: Are you suggesting that there needs to be,
and I think Dr. Wilson also addressed this, perhaps a more
sensitive screen, that you cannot just use one risk indicator such
as dense breast tissue but you might have to add to that things like
a first-level relative with breast cancer or age or something?
La sénatrice Seidman : Suggérez-vous qu’il faille, comme en a,
je crois, parlé la Dre Wilson, un outil de sélection plus précis qui,
plutôt que d’utiliser un indicateur de risque unique tel que la
densité mammaire, prendrait en compte d’autres paramètres
comme l’existence d’un parent proche atteint d’un cancer du sein,
l’âge ou autre?
Mr. Doyle: The routine interval for screening is two years. The
task force recommends two to three years. A number of screening
programs bring a set of women back on an annual basis, and that
is based on risk factor, so it is based on family history. Density
influences that in a number of provinces. If a woman had
radiation for leukemia or lymphoma to her chest in her early
years, that would influence it. That influences the interval of
screening. The routine interval is two years, but some sets of
women we screen more frequently.
M. Doyle : L’intervalle habituel entre deux dépistages est de
deux ans. Le groupe de travail recommande un intervalle de deux
ou trois ans. Nombre de programmes de dépistages font revenir
certaines femmes tous les ans, en fonction des facteurs de risque et
des antécédents familiaux. La densité joue un rôle dans certaines
provinces. Si une femme a reçu des radiations pour une leucémie
ou pour un lymphome à la poitrine dans son enfance, cela est pris
en compte. Cela joue sur la fréquence du dépistage. L’intervalle de
routine est de deux ans, mais nous dépistons certaines femmes
plus fréquemment.
Senator Seidman: My concern is the false positive and the
points that you make, and perhaps all three of you have referred
to it, the concern that this will create unusual anxiety in women,
who then go off for many other kinds of tests and are put through
additional radiation exposure at the minimal, or biopsies or
surgeries. That is a concern, there is a no question, especially if
you are talking about upwards of 40 per cent to 50 per cent of
women with this condition, as you described.
La sénatrice Seidman : Ce qui me préoccupe, ce sont les faux
positifs et les points sur lesquels vous avez insisté, vous en avez
peut-être parlé tous les trois, je crains que cela ne provoque une
anxiété anormale chez les femmes, qui devront ensuite passer
toutes sortes d’autres tests, être de nouveau exposées aux
radiations, subir des biopsies ou des interventions chirurgicales.
C’est très certainement préoccupant, surtout si l’on parle de plus
de 40 ou 50 p. 100 de femmes qui présentent ce profil, comme
vous l’avez décrit.
40:48
Social Affairs, Science and Technology
Mr. Doyle: The crux of the problem is that we do not have any
test that is reliable that we would apply on this large group of
women to add any value. We can only see that it is going to do
more harm than good.
The Chair: Dr. Wilson, do you wish to comment?
23-5-2013
M. Doyle : Le cœur du problème, c’est que nous n’avons pas de
test fiable que nous pourrions mettre en œuvre sur un grand
effectif de femmes pour améliorer les choses. Tout ce que nous
voyons, c’est que cela va faire plus de mal que de bien.
Le président : Docteure Wilson, souhaitez-vous faire une
remarque?
Dr. Wilson: In British Columbia, we can reliably determine
family history, as that is something that women report every time
they come for screening, and we also have international data and
also data from our own program to show that women with a firstdegree relative do have twice the risk of developing breast cancer.
We have elected to use that as our determinant of annual recall.
Most women are recalled every other year; those women will be
eligible to come back every year.
Dre Wilson : En Colombie-Britannique, nous pouvons établir
les antécédents familiaux de façon fiable, car les femmes les
signalent à chaque dépistage, nous avons aussi les données
internationales ainsi que les données de notre propre programme
pour montrer que les femmes ayant un parent au premier degré
atteint ont un risque deux fois plus élevé de développer un cancer
du sein. Nous avons choisi d’utiliser cela pour déterminer le
rappel annuel. La plupart des femmes sont contactées tous les
deux ans, mais ces femmes en particulier sont admissibles au
dépistage annuel.
Senator Seidman: This is not for woman with dense breast
tissue necessarily?
La sénatrice Seidman : Il ne s’agit pas nécessairement de
femmes ayant une densité mammaire élevée?
Dr. Wilson: No, this is everyone. There really is not any
evidence that shows that women of average risk but with denser
breasts should be recalled at a greater rate than anyone else. That
may be something that comes out of some of the studies that are
ongoing, but as it stands now, we do not have that evidence.
Dre Wilson : Non, cela concerne toutes les femmes. Il n’est pas
vraiment avéré que des femmes présentant un niveau de risque
moyen, mais ayant des seins plus denses, devraient faire l’objet
d’un dépistage plus fréquent que les autres. C’est peut-être une
chose qui ressort de certaines études en cours, mais, dans l’état
actuel des connaissances, nous n’avons pas de preuve.
Senator Seidman: I have one last thing, and maybe I can ask for
your conclusion on the subject matter and the potential
legislation, which could have serious consequences.
La sénatrice Seidman : J’ai une dernière question, et peut-être
pourrais-je vous demander vos conclusions sur le sujet et sur la
législation potentielle qui pourrait avoir des conséquences
sérieuses.
Mr. Doyle, you also mentioned in your presentation, and I am
familiar with the study, that the Journal of the National Cancer
Institute indicated that breast density does not influence breast
cancer deaths amongst breast cancer patients.
Monsieur Doyle, vous avez également mentionné dans votre
exposé, et je connais cette étude, que le Journal of the National
Cancer Institute a indiqué que la densité mammaire n’a pas
d’incidence sur la mortalité chez les patientes atteintes d’un cancer
du sein.
Mr. Doyle: This was a study done by a group called the Breast
Cancer Consortium in the United States. They are similar to the
Canadian Breast Cancer Screening Initiative. They do not cross
all U.S. states, but there is a consortium of states, and they have a
database just as we have a database. Because they have that act in
the states about the BI-RADS and the MQSA, they have always
categorized density. They have categorical information on a
woman’s breast density according to the mammogram, and then
they looked at outcomes of women who had low-density breasts
versus women with high-density breasts, of a set of women who
had breast cancer, and they found there was no difference.
M. Doyle : C’est une étude qui a été réalisée par un groupe
nommé Breast Cancer Consortium aux États-Unis. Il est
semblable à l’Initiative canadienne pour le dépistage du cancer
du sein. Ce groupe ne couvre pas l’ensemble des États, mais c’est
un consortium d’États qui a une base de données tout comme
nous. Parce qu’il y a là-bas cette loi au sujet du BI-RADS et du
MQSA, le groupe a toujours utilisé les catégories de densité. Les
clichés mammaires leur ont permis d’obtenir des données
catégorielles concernant la densité mammaire des femmes, ils
ont ensuite comparé les résultats des femmes ayant des seins peu
denses avec ceux de femmes ayant des seins denses et se sont
aperçus qu’il n’y avait aucune différence.
Women who have dense breasts respond well to treatment. If
you know anything about breast cancer treatment or if you know
any women who have had breast cancer, you will hear them talk
about triple-positive estrogen, ER PR positive, and the negative.
Woman who are positive are more inclined to have the dense
breasts and they respond much better to treatment. There is a
Les femmes qui ont des seins denses réagissent bien au
traitement. Si vous vous y connaissez un peu en traitement du
cancer du sein ou si vous connaissez des femmes qui souffrent de
ce cancer, vous les entendrez parler d’œstrogène triple positif,
d’ER PR positif, et négatif. Les femmes positives ont plus
fréquemment des seins denses et répondent beaucoup mieux au
23-5-2013
Affaires sociales, sciences et technologie
40:49
correlation between the type of cancer that you get with high
mammographic breast density versus the type of cancer you get
with low density.
traitement. Il existe une corrélation entre le type de cancer
constaté chez des femmes ayant une densité mammaire élevée
d’un côté et le type de cancer que l’on trouve chez les femmes
ayant une densité mammaire faible, d’un autre côté.
Senator Seidman: The women who have high-density breast
tissue respond equally well or better to treatment and therefore
have no additional risk of death compared to other women?
La sénatrice Seidman : Les femmes ayant une densité
mammaire élevée répondent aussi bien, ou mieux au traitement,
et ne présentent par conséquent pas un risque accru de mortalité
comparé aux autres femmes?
Mr. Doyle: Yes. That was a study that came out last August. It
is a very good study.
M. Doyle : C’est exact. Cette étude a été publiée en août
dernier. C’est une très bonne étude.
Senator Seidman: I appreciate that.
La sénatrice Seidman : Je comprends.
Based on everything I have heard from you, and everything
you have added, Dr. Wilson, in your experience in screening for
breast cancer, have you had an opportunity to look at this bill and
do you have something to suggest in terms of what we might add,
subtract, whatever?
D’après tout ce que vous avez dit, et tout ce que vous avez
ajouté, docteure Wilson, avez-vous eu au regard de votre
expérience du dépistage du cancer du sein, l’occasion de lire ce
projet de loi et avez-vous des suggestions au sujet de choses que
nous devrions ajouter, retirer ou que sais-je?
Dr. Wilson: First, the bill is to be lauded in that it does bring
attention to this. Anything that brings attention to the detection
of breast cancer is probably a good thing. I think going too far
down the road with the legislation is a problem, and it is a
problem as I have outlined particularly with access for additional
testing, because again we do not have the data to show how
beneficial that additional testing will be. We know there will be a
large downside, which is access and additional unnecessary
testing.
Dre Wilson : Tout d’abord, il faut se féliciter de ce projet de loi
parce qu’il attire l’attention. Tout ce qui attire l’attention sur le
dépistage du cancer du sein est sans doute une bonne chose. Je
crois que le fait d’aller trop loin dans la législation pose problème.
Cela pose particulièrement problème comme je l’ai souligné en ce
qui concerne l’accès aux examens supplémentaires, parce que,
encore une fois, nous n’avons pas de données prouvant que ces
examens supplémentaires sont bénéfiques. Nous savons qu’il y
aura des inconvénients de taille : le problème de l’accès et celui des
tests supplémentaires inutiles.
As the task force has already indicated, they feel that screening
mammography already may contribute to that. Particularly, in
younger women, that is a bit of a problem.
Comme il l’a indiqué, le groupe de travail craint que les
mammographies de dépistage ne contribuent déjà à ce problème.
En particulier, cela pose problème pour ce qui est des femmes
jeunes.
Certainly, the mandatory legislation that is in place in the U.S.
would not work here, in our setting.
Il est clair que les dispositions législatives en place aux ÉtatsUnis ne fonctionneraient pas ici, dans notre contexte.
Senator Seidman: Thank you. I appreciate that.
La sénatrice Seidman : Merci. Je comprends.
Senator Eggleton: Let me follow up on the bill itself, Bill C-314.
Mr. Doyle, in your presentation you said that you have concerns
about the bill, about legislative mandates concerning breast
density. Provisions of the bill are vague and indeterminate, you
also said, and you go on from there to explain that.
Le sénateur Eggleton : Permettez-moi d’enchaîner sur le projet
de loi lui-même, le projet de loi C-314. Monsieur Doyle, vous avez
dit, dans votre exposé, que vous aviez des inquiétudes au sujet du
projet de loi, au sujet des mandats législatifs concernant la densité
mammaire. Vous avez ajouté que les dispositions du projet de loi
sont vagues et imprécises, puis vous partez de ce point et vous
nous expliquez votre point de vue.
Picking up on what Senator Seidman was talking about,
further on in your written comments you state:
Pour poursuivre sur ce que disait la sénatrice Seidman, plus
loin dans vos remarques écrites, vous dites :
So what of the harms of informing women of their breast
density? Women will be informed of a risk factor, but we are
unable to tell women how to reduce this risk; this will
increase anxiety.
Qu’en est-il des inconvénients d’informer les femmes de leur
densité mammaire? Les femmes seront informées de
l’existence d’un facteur de risque, mais nous sommes dans
l’incapacité de dire à ces femmes de quelle manière elles
peuvent réduire ce risque; et cela augmentera leur anxiété.
Are you saying that this legislation could actually be harmful?
Dites-vous que cette législation pourrait, en fait, être néfaste?
40:50
Social Affairs, Science and Technology
23-5-2013
Mr. Doyle: If we apply the principles that the Canadian Task
Force on Preventive Health Care applied to evaluating the harms
and benefits of screening I would say yes, it would be harmful.
That would be my assessment.
M. Doyle : Si nous appliquons les principes que le Groupe
d’étude canadien sur les soins de santé préventifs a utilisés pour
évaluer les avantages et les inconvénients du dépistage, alors je
dirais que oui, cela pourrait être néfaste. Cela serait mon analyse.
Senator Eggleton: I direct this question to all the witnesses. Do
you think there are amendments that could be made to this bill to
remove that harm, reduce that harm or make the bill more useful?
Just a few moments ago Dr. Wilson said it adds some emphasis to
this thing and provides a further focus so that might be good, but
how can we amend this?
Le sénateur Eggleton : Cette question s’adresse à tous les
témoins. Pensez-vous que des amendements à ce projet de loi
pourraient en réduire ou en supprimer les inconvénients, ou
pourraient rendre ce projet de loi plus utile? La Dre Wilson a
déclaré il y a quelques instants que cela permettait de mettre
l’accent sur le dépistage et de mieux cibler les interventions, ce qui
peut être positif, mais comment pouvons-nous modifier le texte?
If you do not have an answer to that now, I would be happy if
you sent us some thoughts on specific amendments.
Si vous n’avez pas la réponse à cette question tout de suite,
vous pourriez nous envoyer vos remarques concernant des
amendements en particulier plus tard.
Mr. Doyle: My forte is not amending bills, but before we
would go to this area I mentioned five questions that we need
answered. If the bill wanted to achieve something it would look at
trying to provide the necessary infrastructure and research agents
to answer those questions.
M. Doyle : Je ne suis pas spécialisé en modification de projets
de loi, mais, avant d’en venir à ce sujet, j’ai mentionné
cinq questions qui exigent des réponses. Si nous voulons que le
projet de loi serve à quelque chose, il faudrait qu’il fournisse
l’infrastructure et les agents de recherche nécessaires pour qu’on
puisse trouver la réponse à ces questions.
Within the initiative and working with CPAC, if the bill is as it
is, we would obviously work with it and try to standardize how
breast density is measured. We are very doubtful that we are
going to have any impact on mortality, and from a public health
consideration that is what screening programs are about. They are
impacting mortality rates writ large.
En ce qui concerne l’initiative, en collaboration avec le PCCC,
si le projet de loi demeure tel qu’il est, nous travaillerons
évidemment dans ce cadre et nous tenterons de normaliser la
manière dont on mesure la densité mammaire. Nous doutons
fortement que cela puisse avoir le moindre impact sur la mortalité
ou sur la santé publique, c’est à cela que servent les programmes
de dépistage. Ils ont une incidence sur les taux de mortalité dans
leur ensemble.
The Chair: Before I go to Ms. Jamieson, I will ask you this
question: The medical profession has a model of ‘‘do no harm.’’ In
its current form, is the answer to that question yes or no?
Le président : Avant de passer la parole à Mme Jamieson, je
voudrais vous poser une question : le corps médical a pour
principe de « ne pas nuire ». Dans sa forme actuelle, votre
réponse à cette question est-elle oui ou non?
You have been very careful in the breadth of your answers.
Mr. Doyle: I thought about being questioned on the bill and
giving a one-word response; I would say the bill is unnecessary.
Dr. Wilson: I have to agree.
Vous avez formulé des réponses très prudentes.
M. Doyle : Je m’étais préparé à l’éventualité de devoir
exprimer mon point de vue sur le projet de loi en un seul mot;
je dirais que le projet de loi est inutile.
Dre Wilson : Je ne puis qu’approuver.
The Chair: I will leave it there and go to Ms. Jamieson for her
comment and her answer to my question as well.
Le président : Je vais en rester là et donner la parole à
Mme Jamieson pour connaître son point de vue et sa réponse à
ma question.
Senator Eggleton: I would like an answer to my question as
well.
Le sénateur Eggleton : J’aimerais obtenir une réponse à ma
propre question également.
The Chair: I apologize, senator. Yes, would you respond to
Senator Eggleton’s question and then to the question I put?
Le président : Je suis désolé, sénateur. Pouvez-vous répondre à
la question du sénateur Eggleton et ensuite à la mienne?
Ms. Jamieson: I will try to do both at once and say, as
Dr. Wilson said, whenever we raise awareness about specific
issues to do with cancer we are doing a service to the people of
Canada. We need more people talking about and more people
aware of risk factors, lifestyle choices and screening obligations as
a person. We need all of that and we do it in a lot of ways. We can
do that through policy or procedure, or a guideline or the way the
Mme Jamieson : Je vais essayer de répondre aux deux
questions à la fois en disant, comme l’a indiqué la Dre Wilson,
qu’à chaque fois que nous informons les gens sur des enjeux précis
liés au cancer, nous rendons service à la population canadienne. Il
nous faut davantage de gens sensibilisés, davantage de gens qui
parlent des facteurs de risque, des choix de modes de vie et des
obligations individuelles de dépistage. Tout cela est nécessaire et
23-5-2013
Affaires sociales, sciences et technologie
40:51
system is structured. We could do it through media campaigns
and we have done that. We need anything that raises awareness.
In that tool kit, legislation is one of the options. It would be
helpful if a piece of legislation came along and spoke to the issue
of screening and said that more research needed to be done to
understand the role of breast density. I think we would all
applaud that.
nous y travaillons de bien des manières. Nous pouvons le faire au
moyen de politiques ou de procédures, par une directive ou par la
manière dont le système est structuré. Nous pourrions le faire
grâce à des campagnes dans les médias et nous l’avons déjà fait.
Nous avons besoin de tout ce qui peut sensibiliser. Dans cette
boîte à outils, la législation est l’une des possibilités. Il serait utile
qu’une loi prenne en compte les enjeux du dépistage et prescrive
davantage de recherches pour comprendre le rôle de la densité
mammaire. Nous serions très en faveur de cela.
The way I would say our partnership is set up is that we listen
to experts who help us understand what is truly evident so we are
not winging around with whatever can happen and unnecessarily
scaring people. I would say that the screening initiative would
love to sit down and talk about what is next in this regard. As
with other kinds of cancer, at CPAC we help people across the
country in cancer control collect information in the same way and
understand best practice.
Je dirais que notre partenariat repose sur le fait que nous
écoutons les experts qui nous aident à comprendre, ce qui est
vraiment évident afin que nous ne nous agitions pas autour des
différentes possibilités, effrayant ainsi les gens inutilement. Je
dirais que l’initiative de dépistage serait ravie de débattre des
perspectives en ce sens. En ce qui concerne les autres types de
cancer, au sein du PCCC nous aidons les gens de la lutte contre le
cancer dans tout le pays à recueillir des données d’une manière
homogène et à comprendre les pratiques exemplaires.
This morning I have heard people say there is not enough
information across the country, we do not collect it in the same
way and we are not sure if there is evidence that leads to one path
or another. Those are all good things to investigate; we are just
not there yet.
J’ai entendu ce matin des gens dire qu’il n’y avait pas assez de
données dans le pays, que nous ne recueillons pas ces données
selon les mêmes méthodes et que nous n’avons pas de preuves
susceptibles de nous orienter vers une voie ou vers une autre. Tout
cela constitue de bonnes pistes, mais nous ne sommes pas encore
arrivés à destination.
Senator Seth: I would be very interested to know if we are
concerned about dense breast tissue in women, or heterogeneous
breasts. Is it a problem? Have you done any major study that
proves that cancer is more common in dense breast tissue? You
have said there is no evidence that providing information on
dense breast tissue will impact mortality from breast cancer.
La sénatrice Seth : J’aimerais vraiment savoir si l’on s’inquiète
des femmes ayant un tissu mammaire dense ou des seins
hétérogènes? S’agit-il d’un problème? Avez-vous réalisé des
études d’envergure qui prouvent que le cancer est plus prévalent
chez les femmes ayant un tissu mammaire dense? Vous avez dit
que rien n’indique que le fait de fournir de l’information sur les
tissus mammaires denses a une incidence sur la mortalité liée au
cancer du sein.
When I look at the picture here of dense breast tissue it looks
white. When a patient goes for screening, and for mammography,
a tiny cancer looks white and dense breast tissue looks white as
well. It will hide. When it shows that, what are we supposed to tell
the patient? Do you say that you have a very heavy, dense breast
and it could be a cancer there, maybe, but you are not sure?
Should we not have some provision for follow-up?
Quand je regarde la photo des tissus mammaires denses, ils
apparaissent en blanc. Lorsqu’une patiente va passer un test de
dépistage et une mammographie, un cancer de petite taille
apparaît également en blanc. Il se confondra donc avec le reste.
Lorsqu’on voit une telle chose, qu’est-on censé dire à la patiente?
Qu’elle a des seins très denses et qu’il pourrait s’agir d’un cancer,
mais que vous n’en êtes pas sûr? Ne faudrait-il pas prendre des
dispositions pour effectuer un suivi?
Now you are saying if dense breast tissue is detected there will
be a follow-up, more mammography, more biopsies will be
performed and there will be more false positive results. Do you
not think that with 1 in 10 false positive determinations, in terms
of life, if you follow those other 9 patients they may have a cancer
hiding underneath that white patch, which looks white anyway?
Cancer looks white and dense breast tissue looks white. Would we
be saving a life, too?
Maintenant, vous dites que si l’on détecte des tissus mammaires
denses, on effectuera un suivi, ainsi que des mammographies et
des biopsies supplémentaires et que l’on obtiendra encore plus de
faux positifs. Pensez-vous qu’avec un diagnostic sur 10 qui est un
faux positif, si vous suivez ensuite ces neuf autres patientes,
pensez-vous qu’elles pourraient avoir un cancer caché dans cette
masse blanche qui s’y confondrait, car il apparaît en blanc
également? Le cancer apparaît en blanc et les tissus mammaires
denses apparaissent en blanc. Pourrions-nous alors sauver des
vies, également?
What is the wrong with having awareness and being more
careful, with more follow-up by doing the mammography or
automatic ultrasound, in order to be able to save a life?
Qu’y a-t-il de mal à sensibiliser et à faire plus attention, à
assurer plus de suivi en faisant des mammographies ou des
échographies automatiques pour pouvoir sauver des vies?
40:52
Social Affairs, Science and Technology
23-5-2013
Dr. Wilson: You have completely outlined the controversy. To
begin with, this is the controversy we deal with in mammography
screening and then also extending this now into other testing.
Dre Wilson : Vous avez complètement cerné la controverse.
Pour commencer, c’est la même controverse à laquelle nous
sommes confrontés pour les mammographies de dépistage et les
autres types de tests.
With screening mammography, unlike other areas of testing,
we have the randomized control trials that show that there is a
reduction in mortality for the women who receive breast
screening. We know that from the randomized trials. Women
who get breast screening do have a reduction in breast cancer
mortality. We do not have that evidence for those other tests.
Pour les mammographies de dépistage, contrairement aux
autres types de tests, nous disposons d’essais aléatoires qui
indiquent qu’il y a une réduction de la mortalité chez les femmes
qui ont subi un dépistage du cancer du sein. Nous le savons
d’après les essais aléatoires. Chez les femmes qui se font dépister
pour le cancer du sein, on constate une baisse de la mortalité due
au cancer du sein. Nous ne disposons pas des mêmes données
probantes pour les autres tests.
I do the breast ultrasound; I am the province’s breast expert in
MR, and I believe strongly in both of these as tools. However, we
do not have the evidence to show that for average-risk women.
These women are still considered to be average risk because we,
again, do not have evidence that would elevate them just on the
basis of breast density to higher-than-average risk.
Je m’occupe des échographies mammaires; dans la province, je
suis l’experte en RM et je crois fermement en ces deux outils.
Toutefois, nous n’avons pas de données probantes nous indiquant
la même chose pour les femmes à risque moyen. Ces dernières
sont toujours considérées comme étant à risque moyen, car, je le
répète, nous ne disposons d’aucune preuve qui ferait augmenter le
niveau de risque supérieur à la moyenne, uniquement sur la base
de leur densité mammaire.
We are talking about average-risk women, and we do not have
evidence to show that doing further testing will detect breast
cancer sooner and enhance their longevity. That is really the crux.
Nous sommes en train de parler de femmes présentant des
risques moyens et rien, dans les preuves dont nous disposons, ne
montre qu’en faisant des tests plus poussés, on puisse détecter le
cancer du sein plus tôt et accroître leur longévité. C’est vraiment
là le cœur de la question.
Of course, you are also getting to another very important
point, and that is the emotionality around breast cancer and
breast cancer detection. It is something that many people feel
strongly about. I am not saying that is a bad thing — I feel
strongly about it — but it does interfere with people’s
interpretation of the data and of what needs to be done. It does
add a flavour that we try to, by using the randomized control
data, take that step back and look at what we can defend, and
certainly what we can defend in a publicly funded health care
system such as we have in Canada.
Bien évidemment, vous avez également soulevé un autre point
très important, à savoir l’émotivité qui entoure le cancer du sein et
sa détection. C’est quelque chose qui touche une corde sensible
chez les gens. Je ne suis pas en train de dire que c’est mauvais, car
c’est une question qui me tient à cœur, mais cela nuit à
l’interprétation des données et avec ce qui doit être fait. Cela
vient ajouter une couche supplémentaire et nous essayons, par le
biais de tests aléatoires, de prendre un peu de recul pour voir ce
que nous pouvons défendre et, certainement, ce que nous pouvons
défendre au sein d’un régime public de soins de santé, comme
celui que nous avons au Canada.
Senator Seth: I still think, to my knowledge — what I see — it
is a good thing to be careful. The patient should be counselled.
Anxiety will be there if you say, ‘‘Oh, you have dense breast
tissue.’’ We are supposed to tend to the patients when the report
comes.
La sénatrice Seth : J’estime toujours, du moins à ma
connaissance, d’après ce que je vois, que c’est une bonne chose
d’être prudent. La patiente devrait être conseillée. Elle sera
anxieuse si vous lui dites : « Oh, vous avez des tissus mammaires
denses. » Nous sommes censés nous occuper des patients lorsque
le rapport arrive.
Not only that, because you can under diagnose breast cancer
that is early stage — we can do a lot better than just leaving,
saying the mortality is not high enough. I do not know. It does
not —
Plus encore, étant donné que l’on peut sous-diagnostiquer le
cancer du sein qui en est au premier stade — nous pouvons faire
beaucoup mieux que simplement partir après avoir dit que le
risque de mortalité n’est pas suffisamment élevé. Je ne sais pas.
Cela ne...
Dr. Wilson: We are not saying that. As we have also said and
emphasized, women knowing about their breast density is a
positive thing. It is not a negative thing; it is a positive thing. Yes,
there may be increased anxiety, which in some cases may be
unnecessary, but these women probably do need to be a little
more cautious. They should be attending the screening program
Dre Wilson : Ce n’est pas ce que nous disons. Comme nous
l’avons également indiqué et souligné, le fait que les femmes
connaissent leur densité mammaire est une bonne chose. Ce n’est
pas une mauvaise chose, au contraire. Effectivement, cela peut
causer une anxiété accrue, ce qui dans certains cas n’est pas
nécessaire, mais ces femmes ont probablement besoin de faire un
23-5-2013
Affaires sociales, sciences et technologie
40:53
more regularly and should be having these discussions with their
doctor, particularly if they have a change in family history, which
can happen.
petit peu plus attention. Elles devraient participer au programme
de dépistage plus régulièrement et devraient avoir ces discussions
avec leur médecin, surtout s’il y a des changements dans leurs
antécédents familiaux — ce qui peut arriver.
We are saying, and I think the Canadian task force also
emphasized this, these are the sorts of conversations women need
to have on an individual level with their own family physicians.
They have to understand what the limitations of the technology
are, and they have to be comfortable with their choice in that they
do not just blankly do whatever you tell them or they do not
refuse to do things. They need to have some sort of understanding
of where they lie, where their risks are, and they try to deal with
that appropriately for them.
Nous sommes en train de dire — et je crois que le groupe de
travail canadien a également mis l’accent là-dessus — que c’est le
genre de conversations que les femmes doivent avoir
individuellement avec leur propre médecin de famille. Elles
doivent comprendre les limites de la technologie et elles doivent
être à l’aise avec leur choix, à savoir qu’elles ne se conforment pas
aveuglément à tout ce qu’on leur dit ou qu’elles ne refusent pas de
faire les choses. Elles doivent pouvoir comprendre où elles en
sont, les risques auxquels elles sont exposées et y faire face d’une
manière appropriée pour elles.
The Chair: Let us allow Mr. Doyle to intervene.
Le président : Permettons à M. Doyle de prendre la parole.
Mr. Doyle: We should always recognize that we are talking
about population screening, so we are talking about large
numbers of people. When we think about screening, there are
40 per cent of women who would have heterogeneous or dense
breasts. It is just inconceivable then that we would offer that set of
women supplemental imaging like ultrasound, and I know that
many of the advocates of this type of breast density legislation are
all about advocating for ultrasound.
M. Doyle : Nous devrions toujours souligner le fait qu’il s’agit
de dépistage au sein de la population et que cela concerne donc un
grand nombre de personnes. Si l’on pense au dépistage, il existe
40 p. 100 de femmes qui ont des seins hétérogènes ou à tissus
denses. Il est tout simplement inconcevable que l’on offre à ce
groupe de femmes des services d’imagerie supplémentaires comme
les échographies et je sais que bien des partisans de ce type de loi
sur la sensibilisation au dépistage chez les femmes ayant un tissu
mammaire dense sont entièrement pour les échographies.
However, we know that ultrasound is very good for diagnostic
purposes, so we have to understand the difference between
screening and diagnostic examinations. We screen women who
are well; all the women who come to screening programs are well.
Out of the thousand women who come, 995 or 994 of them do not
have breast cancer. However, we are talking about 400 out of that
thousand having dense breasts.
Toutefois, nous savons que les échographies sont très utiles à
des fins diagnostiques et il nous faut comprendre la différence
entre le dépistage et les examens diagnostiques. Nous faisons
passer un test de dépistage aux femmes qui sont en bonne santé;
toutes les femmes qui viennent aux programmes de dépistage se
portent bien. Sur les 1 000 femmes qui viennent, 995 ou 994 n’ont
pas de cancer du sein. En revanche, elles sont à peu près 400 sur
1 000 à avoir un tissu mammaire dense.
Presently, out of that thousand women, 940 or 930 of them we
tell them to go home, not worry about it and come back in a year
or two. However, with this type of legislation, we would have to
tell 400 of those thousand women to have supplemental imaging
— go get an ultrasound. This would still be screening, because we
would not have a mammogram report that indicated an
abnormality — an area that an ultrasound would want to focus
and do imaging on. They would have to do general imaging on
the breast, looking for a needle in a haystack, not knowing where
they were looking. Therefore, we would have 400 of these women
having ultrasounds, and they would have no more information,
by and large, because those cancers do not exist.
À l’heure actuelle, sur ces 1 000 femmes, 940 ou 930 se font dire
de rentrer chez elles, de ne pas s’en faire et de revenir dans un an
ou deux. Toutefois, avec ce genre de projet de loi, nous aurions à
dire à 400 femmes sur ces 1 000 de se soumettre à des tests
d’imagerie supplémentaires — d’aller passer une échographie. Il
s’agirait toujours de dépistage, car nous n’aurions pas de rapport
de mammographie indiquant une anomalie — une zone sur
laquelle une échographie se concentrerait et dont elle donnerait
une image. Il faudrait avoir recours à une imagerie générale du
sein, chercher une aiguille dans une botte de foin, chercher à
l’aveuglette. Ainsi, nous aurions 400 femmes à qui on ferait une
échographie et qui, en grande partie, n’auraient pas plus
d’information, car ces cancers n’existent pas.
Out of the thousand women, there are six cancers. The
screening program finds five of them and there is one of them out
there that we do not find. We do not even know if it is among
those 400 who would have an ultrasound; it might be in the
600 who are not having any supplemental imaging. It is the
proverbial needle in the haystack. We would do these
Sur les 1 000 femmes, il y en a six qui ont un cancer. Le
programme de dépistage en trouvera cinq et il y en a une que l’on
ne trouvera pas. Nous ne savons même pas si elles se trouvent
parmi les 400 qui auraient une échographie; il se peut qu’elles se
situent parmi les 600 femmes qui ne subissent aucun service
d’imagerie complémentaire. C’est l’aiguille dans la botte de foin,
40:54
Social Affairs, Science and Technology
23-5-2013
ultrasounds, the radiologist would be looking at the ultrasound
and saying, ‘‘I do not even know what I am supposed to be
looking for.’’
comme on dit. Nous ferions ces échographies, le radiologue les
examinerait et dirait : « Je ne sais même pas ce que je suis censé
chercher. »
Ms. Jamieson: I will add one thing to that. The impact of that
on the system might be that people who really needed to be
screened cannot get in and are waiting longer and detection is
delayed. It has a cumulative effect in the system, as well.
Mme Jamieson : J’aimerais ajouter un point à cela. L’effet de
tout cela sur le système fera en sorte que des personnes qui ont
vraiment besoin de subir un dépistage n’arriveront pas à profiter
du programme et devront attendre plus longtemps, de sorte que la
détection sera retardée. Tout cela a également des effets
cumulatifs sur le système.
Dr. Wilson: It is where there are long waits at times for
diagnostic ultrasound, in particular.
Dre Wilson : Ça se produit lorsqu’il y a de longs temps
d’attente, parfois, pour les échographies diagnostiques en
particulier.
The Chair: You made that point in your presentation,
Dr. Wilson, very clearly — namely, that there could be a
significant negative impact on women as a whole with regard to
this particular issue.
Le président : Vous l’avez indiqué très clairement dans votre
exposé, docteure Wilson — à savoir qu’il pourrait y avoir des
retombées assez négatives sur les femmes, en général, en ce qui
concerne cet enjeu précis.
Do you have a different question?
Senator Seth: Still, I would say prevention is a lot better than
cure, and that is the whole idea of having this bill.
The Chair: Senator, could you move on to another question?
Senator Seth: Another question is —
Avez-vous une question différente?
La sénatrice Seth : Quoi qu’il en soit, je dirais qu’il vaut mieux
prévenir que guérir et que c’est là toute l’idée derrière ce projet de
loi.
Le président : Madame la sénatrice, pourriez-vous passer à une
autre question?
La sénatrice Seth : Mon autre question est...
Mr. Doyle: I would like to respond to prevention. We do not
prevent breast cancers in breast screening; prevention is not in our
tool kit. We do not prevent cancer in breast screening. We detect
it early, but we do not prevent it.
M. Doyle : J’aimerais réagir à la question de la prévention.
Nous ne faisons pas de la prévention des cancers du sein en faisant
du dépistage; la prévention ne fait pas partie de notre trousse à
outils. Nous ne prévenons pas les cancers en faisant du dépistage
du cancer du sein. Nous les détectons de manière précoce, mais
nous ne les prévenons pas.
Senator Seth: That is a key factor — detecting early stage. It
means saving lives and doing better treatment.
La sénatrice Seth : Il s’agit là d’un facteur clé — détecter à un
stade précoce. Cela permet de sauver des vies et de prodiguer un
meilleur traitement.
Go ahead, it is an argument.
Allez-y, il s’agit d’un échange.
My second question is about something you mentioned in your
speech. You said self-examination — you do not encourage it.
Ma deuxième question porte sur quelque chose que vous avez
mentionné dans votre allocution. Vous avez dit que vous
n’encouragiez pas l’auto-examen.
Dr. Wilson: I did not say that. I said the Canadian Task Force
on Preventative Health Care, in their November 2011
recommendations, said that they do not recommend advising
women to perform breast self-examination. That is their
guideline. It is controversial.
Dre Wilson : Ce n’est pas ce que j’ai dit. J’ai dit que le Groupe
d’étude canadien sur les soins de santé préventifs, dans ses
recommandations de novembre 2011, a dit qu’il recommandait de
ne pas conseiller aux femmes de pratiquer l’auto-examen des
seins. Il s’agit là de leur ligne directrice. Cela prête à controverse.
Senator Seth: Do you agree with that?
La sénatrice Seth : Êtes-vous d’accord avec cela?
Dr. Wilson: Do I agree with that? Well —
Dre Wilson : Suis-je d’accord avec cela? Eh bien...
The Chair: I think we are getting away from the topic here, so I
will direct you to your next question, if you have one.
Senator Seth: Thank you, but I think it was related to that.
Le président : Je crois que nous nous écartons du sujet, ici, et je
vais donc vous demander de poser votre prochaine question, si
vous en avez une.
La sénatrice Seth : Merci, mais je crois qu’elle portait là-dessus.
23-5-2013
Affaires sociales, sciences et technologie
The Chair: That is a separate issue, senator.
40:55
Le président : Il s’agit d’une question séparée, madame la
sénatrice.
The issues that we have covered here this morning have been, I
think, exceptionally helpful to us in understanding this issue, and
in understanding the significance of different aspects of the
discussion around the issue. It would be extremely unfortunate
for a parliament to pass legislation that would be harmful to its
citizens. If doctors have a model, ‘‘do no harm,’’ surely a
government must at least meet that test.
Les sujets que nous avons abordés ici, ce matin, ont été, je
crois, exceptionnellement utiles pour nous aider à comprendre
cette question et à comprendre l’importance des différents aspects
de la discussion sur la question. Il serait extrêmement fâcheux
qu’un parlement adopte un projet de loi qui nuise à la santé de ses
citoyens. Si les médecins adhèrent au principe de précaution et
d’innocuité, il est évident qu’un gouvernement doit au moins
répondre à ce critère.
Our issue here is to further consider the issue before us in terms
of the subject matter, and to reach conclusions and advise the
Senate of Canada with regard to the issue that is before us.
Notre rôle, ici, consiste à étudier davantage le sujet dont nous
sommes saisis, d’en tirer des conclusions et de conseiller le Sénat
du Canada sur cette question.
First, I really want to thank my colleagues for asking —
Tout d’abord, j’aimerais vraiment remercier mes collègues
pour leurs questions...
Senator Cordy: I agree with what you are saying, but I did not
expect it to end so quickly.
La sénatrice Cordy : Je suis d’accord avec vos propos, mais je
ne m’attendais pas à ce que les choses se terminent si rapidement.
The Chair: There was no indication from you that you wanted
to ask a question.
Le président : Vous n’avez pas signalé que vous désiriez poser
une question.
Senator Cordy: You are absolutely right.
La sénatrice Cordy : Vous avez tout à fait raison.
The Chair: I will pause in mid-flight and invite the late Senator
Cordy to ask her question.
Le président : Je vais donc m’interrompre à mi-chemin et
inviter notre retardataire, la sénatrice Cordy, à poser sa question.
Senator Cordy: I do not disagree with what you are saying,
even about my being late.
La sénatrice Cordy : Je suis d’accord avec ce que vous dites,
même au sujet de mon retard.
It is not disagreeing with any one thing. I am quite interested in
the participation in provincial breast cancer screening programs.
Dr. Wilson, in the table that you gave us, the Maritime provinces
are quite high, which is good. Newfoundland is low. I am
assuming that is because of the controversy they had a few years
ago. Oh, it is not about that?
Je ne suis pas en désaccord avec quoi que ce soit. Je suis
grandement intéressée par la participation aux programmes
provinciaux de dépistage du cancer du sein. Docteure Wilson,
dans le tableau que vous nous avez remis, les provinces maritimes
affichent des taux assez élevés — et je m’en réjouis. En revanche,
Terre-Neuve affiche un taux qui est bas. J’imagine que c’est à
cause de la controverse qu’ils ont connue, il y a quelques années.
Ou bien cela n’est-il pas à cause de cela?
Dr. Wilson: I will let Mr. Doyle speak to that, as he is from
there.
Dre Wilson : Je vais laisser le soin à M. Doyle de vous
répondre, puisqu’il est de là-bas.
Mr. Doyle: It is actually unfortunate that table was the one
given you by Dr. Wilson. In Canada, women access
mammography through two different methods: One is through
organized screening programs, and the other is just through
getting a requisition from their doctor and going to a diagnostic
mammography centre, where they do routine mammography,
which is screening.
M. Doyle : Il est en fait dommage que ce soit ce tableau que la
Dre Wilson ait choisi de vous donner. Au Canada, les femmes ont
accès aux mammographies de deux façons : l’une, par le biais des
programmes de dépistage qui sont organisés et l’autre,
simplement en obtenant une requête de leur médecin et en se
rendant à un centre de mammographie diagnostique, où l’on fait
des mammographies de routine, ce qui équivaut à du dépistage.
If we looked at data from the Canadian Community Health
Survey, we would find that pattern across the country is very
even — approaching 70 per cent. I saw that and I thought,
‘‘Oh —’’
Si l’on consultait les données de l’Enquête sur la santé dans les
collectivités canadiennes, on trouverait que cette tendance est très
égale à travers le pays — à savoir près de 70 p. 100. J’ai vu cela et
je me suis dit : « Oh... »
Senator Cordy: Alberta is a 0.6 and I thought, ‘‘Wow. Why?’’
La sénatrice Cordy : L’Alberta se situe à 0,6 et je me suis dit :
« Wow. Pourquoi? »
40:56
Social Affairs, Science and Technology
Dr. Wilson: It is for the same reason: They mostly go through
the private offices, what I refer to as the CIC, the community
imaging clinics. Also, only a very small percentage are done by
their mobiles.
Mr. Doyle: So that —
23-5-2013
Dre Wilson : C’est pour la même raison : elles se font en
majorité dans des cabinets privés, ce que j’appelle les CIC, à
savoir les cliniques d’imagerie communautaires. En outre, seul un
petit pourcentage se fait dans leurs centres mobiles.
M. Doyle : Et donc...
The Chair: Let us examine that stream of thought here, and
then Dr. Wilson can clarify.
Le président : Examinons ce courant de pensée et, ensuite, la
Dre Wilson pourra apporter des éclaircissements.
Mr. Doyle: We can provide an update to give you a better
picture of the utilization of routine mammography across the
country, because that only captures a portion. It is how provinces
organize the delivery of services, and we are capturing only a
portion of that delivery. However, when we look at it on a panCanadian basis through a couple of different data sets, it is a very
similar pattern and it is approaching 70 per cent across the
country.
M. Doyle : Nous pouvons vous donner une mise à jour et vous
brosser un meilleur tableau de l’utilisation des mammographies de
routine, à travers le pays, car ce tableau n’en reflète qu’une partie.
Il s’agit de la façon dont les provinces organisent la prestation de
services et nous ne tenons compte que d’une partie de cette
prestation. Néanmoins, lorsque nous regardons les choses d’un
point de vue pancanadien, en utilisant deux différents ensembles
de données, on voit qu’il s’agit d’une tendance assez semblable et
qu’elle avoisine les 70 p. 100, à l’échelle du pays.
Senator Cordy: That would be helpful because for
Newfoundland, I made the assumption — you should never
make assumptions — and for Alberta I wondered because I
thought financially they would be in a much better position.
La sénatrice Cordy : Ce serait utile, car, pour Terre-Neuve,
j’avais présumé certaines choses — et on ne devrait jamais
présumer — tandis que pour l’Alberta, je me suis posé la question,
car financièrement parlant, j’aurais pensé qu’elle serait en bien
meilleure posture.
Mr. Doyle: There is another table we can provide you.
M. Doyle : Il y a un autre tableau que nous pouvons vous
fournir.
Senator Cordy: I am also interested in breast screening in the
North. One of you mentioned earlier that participation rates in
urban areas are much higher. What about the northern
communities, the Yukon, Northwest Territories?
La sénatrice Cordy : Je m’intéresse aussi au dépistage du cancer
du sein dans le Nord. L’un d’entre vous a mentionné que les taux
de participation dans les zones urbaines étaient beaucoup plus
élevés. Qu’en est-il des collectivités du Nord, au Yukon ou dans
les Territoires du Nord-Ouest?
Dr. Wilson: They do have a screening program in the Yukon
and Northwest Territories. However, I think it is sporadic, is it
not, in the Northwest Territories?
Dre Wilson : Ils ont un programme de dépistage au Yukon et
dans les Territoires du Nord-Ouest. Malgré cela, je crois que c’est
sporadique dans les Territoires du Nord-Ouest, n’est-ce pas?
Mr. Doyle: They have an organized program in Yellowknife.
M. Doyle : Ils ont un programme qui est organisé à
Yellowknife.
Senator Cordy: Does it travel around like a mobile unit?
La sénatrice Cordy : S’agit-il d’un programme itinérant comme
l’unité mobile?
Mr. Doyle: No.
Dr. Wilson: We do a lot of mobile. Ontario uses a lot of
mobile, and so does Alberta.
Senator Cordy: Thank you, chair.
Senator Dyck: Thank you for your presentations this morning.
They were very clear, helpful. Dr. Doyle, you made it clear that it
might be premature to pass this bill because there are more
negatives than positives with respect to what the bill will do, that
it will likely increase false positives, increase anxiety, increase
unnecessary testing and treatment. Later on it was brought up
that it might even harm not only those people who have dense
breast tissue, but might also have a negative impact on those who
do not because the resources available would be utilized to a
greater extent.
M. Doyle : Non.
Dre Wilson : Nous utilisons beaucoup les unités mobiles.
L’Ontario s’en sert beaucoup, tout comme l’Alberta.
La sénatrice Cordy : Merci, monsieur le président.
La sénatrice Dyck : Merci pour vos exposés ce matin. Ils
étaient très clairs et utiles. Monsieur Doyle, vous avez clairement
indiqué qu’il serait peut-être prématuré d’adopter ce projet de loi,
car il aura plus d’effets négatifs que positifs, dans la mesure où il
va probablement faire augmenter le nombre de faux positifs,
exacerber les niveaux d’anxiété et accroître le nombre de tests et
de traitements inutiles. Plus tard, on a signalé qu’il ne risquait pas
de nuire uniquement aux femmes aux tissus mammaires denses,
mais qu’il risquait d’avoir des retombées négatives sur celles dont
ce n’est pas le cas, car les ressources disponibles seront déjà
largement grevées.
23-5-2013
Affaires sociales, sciences et technologie
40:57
When I was listening to what you said, Dr. Wilson, I noticed
with the breast screening guidelines now for women aged 40 to 49
it is no longer recommended that they have routine screening. I
am wondering if that is an equivalent situation because in that
case there are greater concerns about false positives, unnecessary
biopsies and over-diagnosis. Would you say that is a similar
situation?
En vous écoutant, docteure Wilson, je me suis rendu compte
que, avec les lignes directrices concernant le dépistage du cancer
du sein pour les femmes âgées entre 40 et 49 ans, on ne
recommande plus qu’elles se soumettent à un dépistage de
routine. Je me demande s’il s’agit d’une situation équivalente,
car, dans ce cas précis, on s’inquiète davantage des faux positifs,
des biopsies qui ne sont pas nécessaires et des surdiagnostics.
Diriez-vous qu’il s’agit d’une situation semblable?
Dr. Wilson: Yes, that is why I brought that point up. It is
because we are now placing 40 per cent to 60 per cent of women
who are screened in the same category of having additional
testing, which may or may not be necessary. We feel that largely it
is not necessary or we do not have the data to show how effective
it is and in what percentage we need to have this. That is the
point.
Dre Wilson : Oui, c’est pour cela que j’en ai parlé. C’est parce
que nous mettons désormais 40 à 60 p. 100 des femmes qui ont
subi un dépistage dans la même catégorie de femmes qui doivent
subir des tests additionnels, mais cela n’est pas obligatoirement
nécessaire. Nous pensons que cela n’est pas nécessaire, en grande
partie, et nous ne disposons pas des données pour nous en
indiquer l’efficacité, ni nous préciser pour quel pourcentage de
femmes c’est nécessaire. C’est ce que je voulais dire.
The Chair: I will now appeal to my colleagues, and I am seeing
no hands going up. I will now conclude by again thanking you for
the way in which you have explained this very important issue,
which obviously has a considerable amount of emotion around it,
in addition to, if I could be so bold to say, the pure medical or
clinical issue that is under discussion in general.
Le président : Je vais maintenant me tourner vers mes collègues
et je ne vois personne lever la main. Je vais donc conclure en vous
remerciant, encore une fois, pour la façon dont vous nous avez
expliqué cette question très importante, question qui évidemment
suscite beaucoup d’émotions, et, si je peux me le permettre, tous
les éléments purement médicaux ou cliniques qui la sous-tendent.
I think you have been exceedingly helpful to us. On behalf of
my colleagues, I want to thank you very much for that.
Je crois que vous nous avez été d’une aide très précieuse. Au
nom de mes collègues, je tiens à vous en remercier
chaleureusement.
(The committee adjourned.)
(La séance est levée.)
WITNESSES
TÉMOINS
Wednesday May 22, 2013
Le mercredi 22 mai 2013
Public Health Agency of Canada:
Agence de la santé publique du Canada :
Kimberly Elmslie, Acting Assistant Deputy Minister, Health
Promotion and Chronic Disease Prevention Branch.
Canadian Institutes of Health Research:
Morag Park, Scientific Director, Institute of Cancer Research.
Health Canada:
Dr. John Patrick Stewart, Interim Senior Executive Director,
Therapeutic Products Directorate, Health Products and Food
Branch.
Kimberly Elmslie, sous-ministre adjointe par intérim, Direction
générale de la promotion de la santé et de la prévention des
maladies chroniques.
Instituts de recherche en santé du Canada :
Morag Park, directrice scientifique, Institut de recherche sur le
cancer.
Santé Canada :
John Patrick Stewart, directeur exécutif principal intérimaire,
Direction des produits thérapeutiques, Direction générale des
produits de santé et des aliments.
Thursday May 23, 2013
Le jeudi 23 mai 2013
Canadian Breast Cancer Screening Initiative:
Initiative canadienne de dépistage du cancer du sein :
Gregory Doyle, Chair, National Committee.
Canadian Partnership Against Cancer:
Shelly Jamieson, Chief Executive Officer.
British Columbia Cancer Agency:
Dr. Christine Wilson, Medical Director, Screening Mammography
Program of British Columbia.
Available on the Internet: http://www.parl.gc.ca
Gregory Doyle, président, comité national.
Partenariat canadien contre le cancer :
Shelly Jamieson, présidente-directrice générale.
British Columbia Cancer Agency :
Dre Christine Wilson, directrice médicale, Programme
Mammographie de dépistage de la Colombie-Britannique.
Disponible sur internet: http://www.parl.gc.ca
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising