Second Session Deuxième session de la Forty-first Parliament, 2013-14

Second Session Deuxième session de la Forty-first Parliament, 2013-14
Second Session
Forty-first Parliament, 2013-14
Deuxième session de la
quarante et unième législature, 2013-2014
Proceedings of the Standing
Senate Committee on
Délibérations du Comité
sénatorial permanent des
Human Rights
Droits de la personne
Chair:
The Honourable MOBINA S. B. JAFFER
Présidente :
L’honorable MOBINA S. B. JAFFER
Monday, March 24, 2014
Le lundi 24 mars 2014
Issue No. 4
Fascicule no 4
Third meeting on:
Troisième réunion concernant :
Monitor issues relating to human rights and,
inter alia, to review the machinery of government
dealing with Canada’s international
and national human rights obligations
Surveiller l’évolution de diverses questions ayant trait aux
droits de la personne et à examiner, entre autres choses,
les mécanismes du gouvernement pour que le Canada
respecte ses obligations nationales et internationales
en matière de droits de la personne
WITNESSES:
(See back cover)
TÉMOINS :
(Voir à l’endos)
51265
STANDING SENATE COMMITTEE ON
HUMAN RIGHTS
COMITÉ SÉNATORIAL PERMANENT DES
DROITS DE LA PERSONNE
The Honourable Mobina S. B. Jaffer, Chair
Présidente : L’honorable Mobina S. B. Jaffer
The Honourable Salma Ataullahjan, Deputy Chair
Vice-présidente : L’honorable Salma Ataullahjan
and
et
The Honourable Senators:
Les honorables sénateurs :
Andreychuk
Ataullahjan
* Carignan, P.C.
(or Martin)
* Cowan
(or Fraser)
Eggleton, P.C.
Hubley
Ngo
Seidman
Unger
Andreychuk
Ataullahjan
* Carignan, C.P.
(ou Martin)
* Cowan
(ou Fraser)
Eggleton, C.P.
Hubley
Ngo
Seidman
Unger
* Ex officio members
(Quorum 4)
* Membres d’office
(Quorum 4)
Change in membership of the committee:
Modification de la composition du comité :
Pursuant to rule 12-5, membership of the committee was
amended as follows:
Conformément à l’article 12-5 du Règlement, la liste des membres
du comité est modifiée, ainsi qu’il suit :
The Honourable Senator Meredith was removed from the
membership of the committee, replacement pending (March 11,
2014).
L’honorable sénateur Meredith a été retiré de la liste des membres
du comité, remplacement à venir (le 11 mars 2014).
Published by the Senate of Canada
Available on the Internet: http://www.parl.gc.ca
Publié par le Sénat du Canada
Disponible sur internet: http://www.parl.gc.ca
24-3-2014
Droits de la personne
MINUTES OF PROCEEDINGS
PROCÈS-VERBAL
OTTAWA, Monday, March 24, 2014
(6)
OTTAWA, le lundi 24 mars 2014
(6)
[English]
4:3
[Traduction]
The Standing Senate Committee on Human Rights met this
day, at 5 p.m., in room 160-S, Centre Block, the chair, the
Honourable Mobina S. B. Jaffer, presiding.
Le Comité sénatorial permanent des droits de la personne se
réunit aujourd’hui, à 17 heures, dans la pièce 160-S de l’édifice du
Centre, sous la présidence de l’honorable Mobina S. B. Jaffer
(présidente).
Members of the committee present: The Honourable Senators
Andreychuk, Ataullahjan, Eggleton, P.C., Jaffer, Ngo, Seidman
and Unger (7).
Membres du comité présents : Les honorables sénateurs
Andreychuk, Ataullahjan, Eggleton, C.P., Jaffer, Ngo, Seidman
et Unger (7).
In attendance: Julia Nicol and Shauna Troniak, Analysts,
Parliamentary Information and Research Service, Library of
Parliament.
Également présentes : Julia Nicol et Shauna Troniak, analystes,
Service d’information et de recherche parlementaires,
Bibliothèque du Parlement.
Pursuant to the order of reference adopted by the Senate on
Tuesday, November 19, 2013, the committee continued its study
to monitor issues relating to human rights and, inter alia, to
review the machinery of government dealing with Canada’s
international and national human rights obligations. (For the
complete text of the order of reference, see proceedings of the
committee, Issue No. 2.)
Conformément à l’ordre de renvoi adopté par le Sénat le mardi
19 novembre 2013, le comité poursuit son étude pour surveiller
l’évolution de diverses questions ayant trait aux droits de la
personne et examiner, entre autres choses, les mécanismes du
gouvernement pour que le Canada respecte ses obligations
internationales en matière de droits de la personne. (Le texte
intégral de l’ordre de renvoi figure au fascicule n o 2 des
délibérations du comité.)
WITNESSES:
TÉMOINS :
Foreign Affairs, Trade and Development Canada:
Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada :
Kerry Buck, Political Director and Assistant Deputy Minister,
International Security;
Kerry Buck, directrice politique et sous-ministre adjointe,
Sécurité internationale;
Gloria Wiseman, Director, Human Development and Gender
Equality.
Gloria Wiseman, directrice, Développement humain et Égalité
entre les sexes.
National Defence:
Défense nationale :
Jill Sinclair, Assistant Deputy Minister Policy;
Jill Sinclair, sous-ministre adjointe, Politiques;
Major Glenn Sylvester, Deputy Commandant of the Peace
Support Training Centre.
Major Glenn Sylvester, commandant adjoint, Centre de
formation pour le soutien de la paix.
Nobel Women’s Initiative:
Liz Bernstein, Executive Director.
Canadian Voice of Women for Peace:
Marilou McPhedran, Member of the Board of Directors.
Women, Peace and Security Network — Canada:
Jessica Tomlin, Executive Director, MATCH International.
UN Women:
Nahla Valji, Policy Adviser and Officer in Charge, Peace and
Security Cluster (by video conference).
International Civil Society Action Network:
Sanam Naraghi-Anderlini, Co-founder (by video conference).
Institute for Inclusive Security:
Jacqueline O’Neill, Director (by video conference).
Nobel Women’s Initiative :
Liz Bernstein, directrice exécutive.
La Voix des femmes canadiennes pour la paix :
Marilou McPhedran, membre du conseil d’administration.
Réseau Les femmes, la paix et la sécurité — Canada :
Jessica Tomlin, directrice générale, MATCH International.
Femmes de l’ONU :
Nahla Valji, conseillère en politiques et responsable, secteur
Paix et sécurité (par vidéoconférence).
International Civil Society Action Network :
Sanam Naraghi-Anderlini, cofondatrice (par vidéoconférence).
Institute for Inclusive Security :
Jacqueline O’Neill, directrice (par vidéoconférence).
4:4
Human Rights
24-3-2014
La présidente prend la parole.
The chair made an opening statement.
Ms. Buck and Ms. Sinclair each made a statement and,
together with Ms. Wiseman and Major Sylvester, answered
questions.
Mmes Buck et Sinclair font chacune un exposé puis, avec
Mme Wiseman et le major Sylvester, répondent aux questions.
At 6 p.m., the committee suspended.
À 18 heures, la séance est suspendue.
At 6:09 p.m., the committee resumed.
À 18 h 9, la séance reprend.
Ms. McPhedran, Ms. Bernstein and Ms. Tomlin each made a
statement and answered questions.
Mmes McPhedran, Bernstein et Tomlin font chacune un
exposé et répondent aux questions.
At 6:58 p.m., the committee suspended.
À 18 h 58, la séance est suspendue.
At 7:12 p.m., the committee resumed.
À 19 h 12, la séance reprend.
Ms. Valji, Ms. Naraghi-Anderlini and Ms. O’Neill each made
a statement and answered questions.
Mmes Valji, Naraghi-Anderlini et O’Neill font chacune un
exposé et répondent aux questions.
At 8:08 p.m., the committee adjourned to the call of the chair.
À 20 h 8, le comité s’ajourne jusqu’à nouvelle convocation de la
présidence.
ATTEST:
ATTESTÉ :
Le greffier du comité,
Adam Thompson
Clerk of the Committee
24-3-2014
Droits de la personne
4:5
EVIDENCE
TÉMOIGNAGES
OTTAWA, Monday, March 24, 2014
OTTAWA, le lundi 24 mars 2014
The Standing Senate Committee on Human Rights met this
day at 5 p.m. to monitor issues relating to human rights and, inter
alia, to review the machinery of government dealing with
Canada’s international and national human rights obligations
(topic: United Nations Security Council Resolution 1325 on
women, peace and security).
Le Comité sénatorial permanent des droits de la personne se
réunit aujourd’hui, à 17 heures, pour surveiller l’évolution de
diverses questions ayant trait aux droits de la personne et
examiner, entre autres choses, les mécanismes du gouvernement
pour que le Canada respecte ses obligations nationales et
internationales en matière de droits de la personne (sujet : la
résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies sur les
femmes, la paix et la sécurité).
Senator Mobina S. B. Jaffer (Chair) in the chair.
[English]
The Chair: Honourable senators, welcome to the sixth meeting
of the Second Session of the Forty-first Parliament of the
Standing Senate Committee on Human Rights.
[Translation]
The Senate mandated this committee to examine matters
related to human rights both in Canada and abroad. My name is
Mobina Jaffer, and I am a senator from British Columbia as well
as the chair of the Standing Senate Committee on Human Rights.
[English]
La sénatrice Mobina S. B. Jaffer (présidente) occupe le fauteuil.
[Traduction]
La présidente : Chers collègues, bienvenue à la sixième réunion
de la deuxième session de la 41e législature du Comité sénatorial
permanent des droits de la personne.
[Français]
Le Sénat a confié au comité la tâche d’examiner les questions
liées aux droits de la personne au Canada et à l’échelle
internationale. Je m’appelle Mobina Jaffer, je suis sénatrice de
la Colombie-Britannique et présidente du Comité sénatorial
permanent des droits de la personne.
[Traduction]
I would like to welcome all of you here today. We’re happy
today. We have three good panels on a very important issue.
Before I proceed any further, I will have the rest of the committee
members introduce themselves, starting with the deputy chair,
Senator Ataullahjan.
Bienvenue à tous. Nous sommes heureux aujourd’hui. Nous
accueillons trois bons groupes de témoins venus discuter d’un
sujet très important. Avant que nous commencions, je vais laisser
les autres membres du comité se présenter, et c’est la viceprésidente, la sénatrice Ataullahjan qui commencera.
Senator Ataullahjan: I am Senator Salma Ataullahjan, and I
represent Toronto, Ontario.
La sénatrice Ataullahjan : Je suis la sénatrice Salma
Ataullahjan, et je représente Toronto, en Ontario.
Senator Ngo: Senator Ngo, representing Ontario.
Le sénateur Ngo : Sénateur Ngo, de l’Ontario.
Senator Unger: Betty Unger from Alberta.
La sénatrice Unger : Betty Unger, de l’Alberta.
Senator Eggleton: Art Eggleton, a senator from Toronto.
Le sénateur Eggleton : Art Eggleton, sénateur de Toronto.
[Translation]
The Chair: At its December 2, 2013 meeting, the committee
agreed to receive a briefing note on the United Nations Security
Council resolutions on women, peace and security and Canada’s
actions on the issue since announcing its corresponding action
plan in October 2010.
[English]
To begin our hearings today, I would like to welcome our first
witnesses, from Foreign Affairs, Trade and Development Canada.
Before I ask you to make your presentations, I would like to say
to Ms. Buck and to Ms. Wiseman that I’m very fortunate that I
get to meet with women all over the world. I want to tell you that
the specific work you do on Resolution 1325 does make a
difference. I salute the work you do.
[Français]
La présidente : À sa réunion du 2 décembre 2013, le comité a
convenu d’obtenir une note d’information concernant les
résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies sur les
femmes, les pays et la sécurité et sur les mesures prises par le
Canada à ce sujet depuis qu’il a annoncé son plan d’action en
octobre 2010.
[Traduction]
Je veux commencer par souhaiter la bienvenue à nos premiers
témoins, qui représentent Affaires étrangères, Commerce et
Développement Canada. Avant de vous laisser présenter vos
exposés, j’aimerais dire à Mme Buck et à Mme Wiseman que j’ai
le bonheur de rencontrer des femmes de partout dans le monde. Je
veux vous dire que votre travail sur la résolution 1325 est utile. Je
vous en félicite.
4:6
Human Rights
24-3-2014
I also want to recognize Ms. Sinclair, who is the Assistant
Deputy Minister Policy, National Defence, and Major Sylvester,
Deputy Commandant of the Peace Support Training Centre. I’m
also very happy to have both of you here today. Ms. Sinclair and
I have done a lot of work in Israel — 13 round tables in Israel and
Palestine — so I know you’re very familiar with the work of
Resolution 1325.
Je veux également remercier les représentants du ministère de la
Défense nationale : la sous-ministre adjointe, politiques,
Mme Sinclair; et le commandant adjoint du Centre de
formation pour le soutien de la paix, le major Sylvester. Je suis
très heureuse de votre présence également. Mme Sinclair et moi
avons beaucoup travaillé en Israël — 13 tables rondes en Israël et
en Palestine —, et je sais que vous êtes au courant du travail
accompli au sujet de la résolution 1325.
To all four of you, I want you to go back to your departments
and please tell them that we do appreciate the difference you
make in people’s lives, especially the Armed Forces. I always say
when I used to travel with the Armed Forces in the Sudan, most
people, after a tough day, go to the barracks or back to their
hotel. Our men and women go back to build orphanages. That’s
why we’re proud of the work you do on behalf of Canada to save
lives all over the world.
Lorsque vous retournerez dans vos ministères respectifs,
j’aimerais que vous disiez aux gens qui y travaillent que nous
les remercions de faire une différence dans la vie des gens, en
particulier les membres des forces armées. Lorsque je voyageais
avec les forces armées au Soudan, je disais toujours qu’après une
dure journée, la plupart des gens retournent à leur caserne ou à
leur hôtel. Nos hommes et nos femmes retournent construire des
orphelinats. C’est pourquoi nous sommes fiers du travail que vous
accomplissez au nom du Canada pour sauver des vies partout
dans le monde.
Please proceed.
Allez-y, s’il vous plaît.
Kerry Buck, Political Director and Assistant Deputy Minister,
International Security, Foreign Affairs, Trade and Development
Canada: Good afternoon. I thank you for the opportunity to
provide to members of the committee an update on DFATD’s
recent activities to promote the role of women in international
peace and security and the implementation of Canada’s national
action plan — Canada’s Action Plan for the Implementation of
United Nations Security Council Resolutions on Women, Peace
and Security — which I will refer to as C-NAP.
Kerry Buck, directrice politique et sous-ministre adjointe,
Sécurité internationale, Affaires étrangères, Commerce et
Développement Canada : Bonjour, je vous remercie de l’occasion
qui nous est offerte de fournir aux membres du comité une mise à
jour sur les récentes activités du MAECD visant la promotion du
rôle des femmes dans le maintien de la paix et de la sécurité
internationales et dans la mise en œuvre du Plan d’action national
du Canada — le Plan d’action du Canada pour la mise en œuvre
des résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies sur les
femmes, la paix et la sécurité —, que j’appellerai le PAC.
You’ll be aware that we’ve now amalgamated the foreign
affairs, trade and development functions into the new
Department of Foreign Affairs. I’m pleased today to speak on
behalf of the entire department, with the support of my
development colleague, Gloria Wiseman, who is Director of
Human Development and Gender Equality. She will be prepared
to answer development-related questions in some detail.
Comme vous le savez, nous avons fusionné les fonctions des
affaires étrangères, du commerce et du développement, qui sont
maintenant intégrées au nouveau ministère des Affaires
étrangères. Je suis ravie aujourd’hui de m’exprimer au nom du
ministère, avec le soutien de ma collègue au développement,
Gloria Wiseman, qui est directrice du Développement humain et
de l’égalité entre les sexes. Elle pourra répondre en détail à vos
questions sur le développement.
You will also be aware that the government has tabled in
Parliament the first two action plan annual reports for fiscal years
2011-12 and 2012-13, and both reports are now posted on the
DFATD website. These reports are exciting for us. They represent
a very public commitment to openness, transparency and
accountability, and they also represent for us an important
venue to showcase our work and highlight Canada’s leadership.
Vous savez également que le gouvernement a déposé devant le
Parlement les deux premiers rapports annuels du plan d’action,
pour les exercices financiers 2011-2012 et 2012-2013, et les deux
rapports sont affichés sur le site web du MAECD. Il s’agit d’une
étape très stimulante pour nous. Elle représente un engagement
public à l’ouverture, à la transparence et à la responsabilité et c’est
pour nous une occasion importante de présenter notre travail et
de souligner le rôle moteur que joue le Canada.
On a personal note, the panel members have been working
together on women’s human rights issues since last the
millennium, for over two decades, and also with some members
of the committee. When I say we’re pleased to be able to speak
about this, we really are, and personally are as well.
Je veux signaler au passage que les membres du groupe
collaborent sur les enjeux des droits des femmes depuis le dernier
millénaire, depuis plus de deux décennies, et que nous collaborons
aussi avec des membres du comité. Lorsque je dis que nous
sommes ravis de pouvoir en discuter, c’est la réalité, et c’est
également vrai sur le plan personnel.
24-3-2014
Droits de la personne
4:7
First, on advocacy, DFATD’s activities to promote the role of
women in international peace and security and prevent sexual
violence are undertaken as part of the government’s leading
international role in advancing the human rights and well-being
of women and girls. We are leaders on women, peace and security
internationally. We’re leaders on sexual violence in conflict, in
seeking to prevent sexual violence in conflict and to tackle
impunity, and to prevent child, early and enforced marriage and
to promote maternal, newborn and child health. Canada’s
leadership is recognized, Madam Chair, and I thank you for
your reference to that in your opening.
Je vais parler tout d’abord de la défense des intérêts. Les
activités du MAECD visant la promotion du rôle des femmes
dans le maintien de la paix et de la sécurité internationales et dans
la prévention de la violence sexuelle sont entreprises dans le cadre
du rôle de premier plan que joue le gouvernement à l’échelle
internationale dans l’avancement des droits de la personne et du
bien-être des femmes et des filles. Nous sommes des chefs de file
concernant les enjeux liés aux femmes, à la paix et à la sécurité; la
prévention de la violence sexuelle liée aux conflits; la lutte contre
l’impunité; ainsi que la prévention du mariage des enfants, du
mariage précoce et du mariage forcé ainsi que la promotion de la
santé des mères, des nouveau-nés et des enfants. Madame la
présidente, le rôle prépondérant du Canada est reconnu et je vous
remercie de l’avoir mentionné au début de la séance.
I will give you some examples to illustrate not only Canada’s
leadership but also some important international developments
that may guide the committee’s work. Last April, in London,
Minister Baird and his G8 colleagues launched the Declaration on
Preventing Sexual Violence in Conflict, which was endorsed by
G8 leaders at the Lough Erne Summit. Canada co-sponsored
Security Council Resolution 2106 at the United Nations in June.
This resolution adds greater operational detail to previous
resolutions on preventing sexual violence and reiterates that
member states and United Nations entities must do more to
combat impunity for these crimes. Also in June, Canada led at the
Human Rights Council in Geneva the development of the
resolution on eliminating violence against women, which
contains strong language on the prevention of sexual violence in
conflict. In September at the UN General Assembly, Minister
Baird, with others, launched the Declaration of Commitment to
End Sexual Violence in Conflict, which has now been endorsed by
137 UN member states.
Je vais vous donner des exemples du rôle de premier plan que
joue le Canada, mais également des changements importants
survenus à l’échelle internationale qui peuvent aider le comité à
orienter ses travaux. En avril dernier, le ministre Baird et ses
collègues du G8 ont adopté, à Londres, la Déclaration sur la
prévention des violences sexuelles dans les conflits, qui a été signée
par les chefs du G8 au sommet de Lough Erne. Le Canada a aussi
coparrainé la résolution 2106 du Conseil de sécurité à l’ONU, en
juin. Cette résolution ajoute des définitions opérationnelles plus
détaillées aux résolutions antérieures sur la prévention de la
violence sexuelle, et réitère que les États membres et entités des
Nations Unies doivent s’impliquer davantage pour lutter contre
l’impunité à l’égard de ces crimes. Dans le cadre de la séance du
Conseil des droits de l’homme à Genève, également en juin, le
Canada a dirigé l’élaboration de la résolution sur l’élimination de
la violence contre les femmes, qui contient des termes clairs sur la
prévention de la violence sexuelle dans les conflits. En septembre,
dans le cadre de l’Assemblée générale de l’ONU, le ministre Baird
a présenté avec d’autres collègues la Déclaration d’engagement en
vue de mettre fin à la violence sexuelle en période de conflits, qui,
à ce jour, a été signée par 137 États membres de l’ONU.
[Translation]
[Français]
I will now turn to countries of recent concern. We have also
been addressing the well-being of women and girls in specific
situations of concern. For example, last December, in Geneva,
Canada co-sponsored a round table on the role of Syrian women
in resolving the crisis. This event brought together female and
male representatives of Syrian civil society, including
Mr. Brahimi, and other interested parties, to highlight the
positive role that Syrian women can play in a Syrian peace
process. Canada has committed $353.5 million in humanitarian
assistance to address the needs of those affected by the Syrian
crisis, including women and children.
J’aborderai maintenant la question des pays sources de
préoccupations récentes. Nous avons également abordé le bienêtre des femmes et des filles dans certaines situations
préoccupantes. Par exemple, en décembre dernier, le Canada a
coparrainé à Genève une table ronde sur le rôle des Syriennes
dans la résolution de la crise. Cette activité a réuni des femmes et
des hommes représentant la société civile syrienne, dont
M. Lakhadar Brahimi et d’autres parties intéressées, pour faire
ressortir le rôle positif que peuvent remplir les femmes syriennes
dans le processus de paix syrien. Le Canada s’est engagé à verser
353,5 millions de dollars en aide humanitaire pour répondre aux
besoins des gens touchés par la crise en Syrie, dont des femmes et
des enfants.
In response to the troubling situation in the Central African
Republic, this past December, Canada’s ambassador to the UN
convened a high-level meeting in Geneva involving states and key
international humanitarian agencies to bring attention to the
plight of civilians in the CAR, including women and children, and
En réaction à la situation préoccupante en République
centrafricaine en décembre dernier, l’ambassadeur du Canada à
l’ONU, à Genève, a convoqué une réunion de haut niveau faisant
intervenir les États et d’importantes agences humanitaires
internationales afin d’attirer l’attention sur le sort des civils
4:8
Human Rights
24-3-2014
to plan appropriate responses. In Afghanistan, promoting and
protecting the rights of women and girls continues to be a priority
for Canada. Examples of our programming to this end include
our support of $9.5 million from 2011 to 2014 to the Afghanistan
Independent Human Rights Commission, making Canada its
largest donor.
dans la RCA, y compris des femmes et des enfants, et de prévoir
des interventions appropriées. La promotion et la protection des
droits des femmes et des filles en Afghanistan, par exemple,
demeurent une priorité pour le Canada. Des exemples de notre
programmation à cette fin comprennent notre soutien de
9,5 millions de dollars de 2011 à 2014 à la Commission
indépendante des droits de la personne en Afghanistan, faisant
du Canada son plus important donateur.
Also in Afghanistan, a very exciting project is under way and
the results have been tremendous. We have helped to establish the
remarkable first family support call centre.
En Afghanistan, également, il y a un projet très intéressant qui
a produit des résultats phénoménaux. Nous avons contribué à la
création du tout premier et remarquable centre d’appel pour le
soutien familial.
We have been outspoken on the need for the Afghan
government to implement the law on the Elimination of
Violence Against Women and to ensure that no compromises
are made on the hard-won rights Afghan women have gained.
Minister Baird and Minister of State Yelich made statements to
that effect in February of this year.
Nous avons beaucoup parlé de la nécessité pour le
gouvernement afghan de mettre en œuvre la Loi sur
l’élimination de la violence contre les femmes et de garantir
qu’il n’y ait aucun compromis aux droits durement acquis par les
femmes afghanes. Le ministre Baird et la ministre d’État Yelich
ont fait des déclarations à cet effet en février dernier.
Canada’s strong advocacy at the UN has helped to strengthen
the language regarding the protection of women’s rights in
resolutions on Afghanistan.
La puissante plaidoirie du Canada auprès des Nations Unies a
permis de renforcer le libellé ayant trait à la protection des droits
des femmes dans les résolutions sur l’Afghanistan.
[English]
[Traduction]
Briefly, committee members, I will turn to programming. I’d
also like to highlight a few country-specific examples to illustrate,
as I said, not only our leadership but also the important results
that we and other international actors are bringing on the issue of
women, peace and security.
Mesdames et messieurs les membres du comité, je vais dire
quelques mots sur les programmes. Je veux également parler de
certains pays pour mettre en évidence, comme je l’ai dit, non
seulement le rôle de premier plan que nous jouons, mais
également ce qui résulte du travail que nous et d’autres acteurs
sur la scène internationale effectuons sur les enjeux concernant les
femmes, la paix et la sécurité.
The government works to promote the role of women and to
prevent sexual violence in conflict and post-conflict situations
through programming in partnership with countries and nongovernmental organizations that have the capacity and the
experience to make a difference in the field.
Le gouvernement travaille à promouvoir le rôle des femmes et
à prévenir la violence sexuelle dans les situations de conflit et
d’après-conflit, dans le cadre de programmes en partenariat avec
des pays et organisations non gouvernementales qui ont la
capacité et l’expérience qu’il faut pour faire la différence dans ce
domaine.
An example from Colombia: Canada supported training to
300 public prosecutors in Colombia, specialized professionals and
advisers to the Attorney General on the implementation of the
country’s new criminal prosecution policy. Technical advice is
also provided to the ombudsman’s office on how to address Afro
and indigenous women victims, taking into account their customs
and the role of women within those marginalized societies in
Colombia.
Par exemple, en Colombie, le Canada a appuyé la formation de
300 procureurs de l’État, professionnels spécialisés et conseillers
au procureur général pour la mise en œuvre de la nouvelle
politique du pays en matière de poursuite. Des conseils techniques
sont également fournis au Bureau de l’ombudsman sur la façon de
traiter les femmes victimes africaines et autochtones en tenant
compte de leurs coutumes et du rôle des femmes au sein de ces
sociétés marginalisée en Colombie.
Through its development efforts, Canada disbursed almost
$165 million in fiscal year 2012-13 to tackle issues related to
women, peace and security, including activities related to human
rights and humanitarian assistance.
Dans le cadre de ses interventions en matière de
développement, le Canada a versé 165 millions de dollars au
cours de l’exercice 2012-2013 afin de s’attaquer aux problèmes liés
aux femmes, à la paix et à la sécurité, incluant les activités liées
aux droits de la personne et à l’aide humanitaire.
One final example before I close: In Burma’s border areas,
Canadian support is enabling women to take on community
leadership roles and promoting greater inclusion of women on
Je vous donne un dernier exemple avant de conclure. Dans les
régions frontalières de la Birmanie, l’appui du Canada permet aux
femmes d’exercer un rôle de premier plan dans les communautés
24-3-2014
Droits de la personne
4:9
women’s human rights. As a result, ethnic civil society
organizations have increased women’s representation in
leadership positions from 22 per cent in 2009 to 41 per cent in
2013.
et de promouvoir une plus grande inclusion des femmes en
matière de droits des femmes. Par conséquent, la représentation
des femmes dans des postes importants est passée de 22 p. 100 en
2009 à 41 p. 100 en 2013 dans les organisations ethniques de la
société civile.
Committee members, these are some concrete examples of
where our programming, our diplomacy, advocacy and leadership
have made a difference on the ground. There are other examples.
I’d like to close with outlining our plans for the conduct of the
mid-term review of the action plan, which is currently in progress.
Mesdames et messieurs les membres du comité, ce sont des
exemples de cas où nos programmes, nos efforts diplomatiques et
notre leadership ont fait une différence sur le terrain. Il y a
d’autres exemples. J’aimerais terminer mon exposé en vous
donnant un aperçu de nos plans pour la tenue de l’examen à
mi-parcours du plan d’action actuel.
The action plan, which we finalized it in 2010, recognizes that
conflict situations change. They’re dynamic. You need to respond
to changing needs and lessons when you’re working in conflict
situations. Sustainable change is a long-term endeavour.
Le plan d’action, que nous avons terminé en 2010, reconnaît la
nature dynamique des situations de conflit et la nécessité de
répondre aux besoins changeants et de tirer des leçons. Le
changement durable est un travail à long terme.
The mid-term review we’re doing is drawing on the experience
and lessons of the past three years, including the two published
reports, and will recommend changes to ensure that the actions
and indicators remain relevant to our work in conflict-affected
and fragile states. The review will include consultations with
interested Canadian stakeholders, and the results of this review
will be included in the next action plan report for fiscal year 201314.
L’examen s’appuie sur l’expérience et les leçons des trois
dernières années, y compris les deux rapports déjà publiés, et il
recommandera tout changement nécessaire permettant de veiller à
ce que les mesures et les indicateurs demeurent pertinents pour
notre travail dans les situations de fragilité et de conflit. L’examen
inclura des consultations avec les intervenants canadiens, et les
résultats de l’examen seront inclus dans le prochain rapport du
plan d’action pour l’exercice financier 2013-2014.
Thank you. My colleagues and I will be pleased to answer your
questions. Before that, I will pass to my colleague from the
Department of National Defence, Ms. Sinclair.
Je vous remercie. C’est avec plaisir que mes collègues et moi
répondrons à vos questions. Auparavant, ma collègue du
ministère de la Défense nationale, Mme Sinclair, vous
présentera son exposé.
The Chair: Before we ask Ms. Sinclair to speak, Senator
Andreychuk has just joined us. She’s a long-time member of the
committee, and I’m pleased to see that Ms. Bennett, the critic on
the status of women, is with us today. Welcome to our committee.
We’re happy to have you here as well.
La présidente : Avant de céder la parole à Mme Sinclair, je
veux souligner que la sénatrice Andreychuk vient de se joindre à
nous. Elle est membre du comité depuis longtemps, et je suis ravie
de voir que Mme Bennett, qui est porte-parole en matière de
condition féminine, est parmi nous aujourd’hui. Bienvenue. Nous
sommes ravis de votre présence.
We’ll now go on to hear from Ms. Sinclair, from the
Department of National Defence.
Nous allons maintenant entendre d’exposé de Mme Sinclair,
qui représente le ministère de la Défense nationale.
Jill Sinclair, Assistant Deputy Minister Policy, National
Defence: Thank you so much, Madam Chair, for your kind
comments to the Canadian Armed Forces and to us.
Jill Sinclair, sous-ministre adjointe, Politiques, Défense
nationale : Madame la présidente, je vous remercie beaucoup de
vos mots sur les Forces armées canadiennes et à notre sujet.
[Translation]
[Français]
Madam Chair, thank you for the opportunity to provide the
committee with an update on the progress the Department of
National Defence has made in carrying out Canada’s Action Plan
for the Implementation of United Nations Security Council
Resolutions on Women, Peace and Security.
Madame la présidente, je vous remercie de me donner
l’occasion de faire le point avec vous sur les progrès réalisés par
le ministère de la Défense nationale dans l’application du Plan
d’action du Canada pour la mise en œuvre des résolutions du
Conseil de sécurité des Nations Unies sur les femmes, la paix et la
sécurité.
The Department of National Defence and the Canadian
Armed Forces are committed to continuing their efforts to
implement these resolutions in an effective and efficient manner.
Le ministère de la Défense nationale et les Forces armées
canadiennes sont résolus à poursuivre leur travail afin de mettre
en œuvre ces résolutions de manière efficace.
4:10
Human Rights
[English]
24-3-2014
[Traduction]
We do that by collaborating closely with our partners in
Foreign Affairs, as Kerry has said, and other government
departments to ensure we are aligned and supporting Canada’s
priorities and objectives as stated in Canada’s national action
plan.
Pour ce faire, nous collaborons étroitement avec nos
partenaires des Affaires étrangères, comme l’a dit Kerry, et
d’autres ministères afin de nous assurer que nous respectons et
appuyons les priorités et les objectifs du Canada tels qu’ils sont
énoncés dans le Plan d’action national.
I’d like to focus my comments today on three main areas that I
think are illustrative of National Defence’s and the Canadian
Armed Forces’ progress in mainstreaming gender as well as in
promoting women’s roles in international peace and security.
These areas are training provided to both Canadian and foreign
military personnel; the promotion of the women, peace and
security agenda in NATO; and integration of women in Canada’s
Armed Forces.
Mes propos porteront essentiellement sur trois aspects qui, à
mon sens, illustrent les progrès du ministère de la Défense
nationale et des Forces armées canadiennes dans l’intégration des
questions d’égalité entre les sexes ainsi que dans la promotion du
rôle des femmes dans la paix et la sécurité internationales. Les
trois aspects sont l’instruction donnée aux militaires canadiens et
étrangers; la promotion du programme sur les femmes, la paix et
la sécurité à l’OTAN; et l’intégration des femmes dans les Forces
armées canadiennes.
In terms of training, the first step towards implementing the
UN Security Council resolutions on women, peace and security
and protecting the rights of women and girls in armed conflict is
raising awareness about how women become more vulnerable and
exposed to violence in conflict situations.
En ce qui concerne l’instruction, la première étape pour mettre
en œuvre les résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies
sur les femmes, la paix et la sécurité et protéger les droits des
femmes et des filles dans les conflits armés consiste à faire
comprendre à quel point les femmes sont vulnérables et exposées à
la violence dans les situations conflictuelles.
From this point of view, training, of course, is essential. That’s
why National Defence has incorporated women, peace and
security issues, and I might say the subsequent resolutions, too,
because, as we know, Resolution 1325 is just part of a package, a
family of resolutions that deal with these issues, six in total. We
incorporate these issues in our pre-deployment training. For
example, as part of our military observer course given by the
Peace Support Training Centre, the women and conflict
presentation exposes deploying military personnel to the impact
of conflict on women. The course is designed to familiarize
deploying personnel with the international standards on gender
equality and integration, which are derived from the Security
Council resolutions, the family of them, including
Resolution 1325. I might say Resolution 1325 is explicitly part
of the curriculum. I’m delighted to have Major Sylvester, Deputy
Commandant of the centre, to answer more detailed questions.
De ce point de vue, la formation est essentielle. C’est pourquoi
le ministère de la Défense nationale a intégré les questions
concernant les femmes, la paix et la sécurité, et j’ajouterais les
résolutions subséquentes également, car comme nous le savons, la
résolution 1325 n’est qu’un élément d’un ensemble de résolutions
qui portent sur ces questions; il y en a six en tout. Nous intégrons
ces questions dans l’instruction préalable au déploiement. Par
exemple, dans le cours d’observateur militaire offert par le Centre
de formation pour le soutien de la paix, l’exposé Femmes et
conflits permet au personnel militaire de connaître les
conséquences des conflits sur les femmes. Le cours vise à
enseigner au personnel affecté à des missions les normes
internationales sur l’intégration des questions d’égalité entre les
sexes, qui découlent des résolutions du Conseil de sécurité des
Nations Unies, dont la résolution 1325. Je dois dire que la
résolution 1325 fait expressément partie du programme. Je suis
ravie d’être accompagnée du commandant adjoint du centre, le
major Sylvester, qui pourra répondre de façon détaillée aux
questions.
These issues are also integrated in pre-deployment training
covering human rights, code of conduct and ethics, cultural
awareness and the Law of Armed Conflict.
Ces questions sont également traitées dans l’instruction
préalable au déploiement qui porte sur les droits de la personne,
le code de conduite et l’éthique, la sensibilisation à la culture et le
droit des conflits armés.
Making women, peace and security issues part of predeployment training equips Canadian Armed Forces personnel
deployed in operations around the world with the necessary tools
and knowledge to help them carry out their responsibilities related
to the prevention of violence against women and girls.
Grâce à l’intégration des questions concernant les femmes, la
paix et la sécurité dans l’instruction préalable au déploiement, les
membres des Forces armées canadiennes qui participent à des
opérations ailleurs dans le monde disposent des outils et des
connaissances nécessaires pour exercer leurs responsabilités
associées à la prévention de la violence faite aux femmes et aux
filles.
24-3-2014
Droits de la personne
4:11
In fact, this multi-dimensional training helped enables
Canadian Armed Forces personnel to deal effectively with
cultural and gender sensitivities, whether they are deployed to
Afghanistan, Haiti, the Democratic Republic of the Congo or
South Sudan or elsewhere in the world.
En fait, cette formation multidimensionnelle aide les membres
des Forces armées canadiennes à traiter avec doigté les questions
délicates qui touchent la culture et l’égalité des sexes, qu’ils se
trouvent en Afghanistan, en Haïti, en République démocratique
du Congo, au Soudan du Sud, ou ailleurs.
National Defence also contributes to raising awareness of
women, peace and security issues by incorporating these issues
into the training we provide under the department’s Military
Training and Cooperation Program.
La Défense nationale participe aussi à la sensibilisation aux
questions concernant les femmes, la paix et la sécurité en les
intégrant à la formation que nous offrons dans le cadre du
Programme d’instruction et de coopération militaires du
ministère.
For example, we have a Tactical Operations Staff Course,
which is a three-week program that includes, amongst other
issues, training on the role of women in the military and
preventing violence against women and girls.
À titre d’exemple, nous offrons un cours d’état-major sur les
opérations tactiques. Il s’agit d’un programme de trois semaines
qui comprend, notamment, une formation sur le rôle des femmes
dans les forces militaires et la prévention de la violence faite aux
femmes et aux filles.
From 2006 to 2013, all our African member countries,
including Kenya, Tanzania, Senegal, Botswana, Nigeria and
Ghana, have sent at least one participant to this course. We also
have similar courses with which we have managed to encompass
countries of the Caribbean and elsewhere in Africa.
De 2006 à 2013, tous les pays d’Afrique membres, y compris le
Kenya, la Tanzanie, le Sénégal, le Botswana, le Nigeria et le
Ghana, ont envoyé au moins un participant à ce cours. Nous
offrons également des cours semblables qui nous ont permis
d’inclure des pays des Caraïbes et d’autres pays africains.
Our efforts to implement the United Nations Security Council
resolutions on women, peace and security don’t stop at training.
Our department also promotes the role of women in international
peace and security within international organizations such as
NATO.
Les efforts que nous consacrons à la mise en œuvre des
résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies sur les
femmes, la paix et la sécurité ne se limitent pas à l’instruction.
Notre ministère fait également la promotion du rôle que jouent les
femmes dans la paix et la sécurité internationales au sein
d’organisations internationales telles que l’OTAN.
DND participates actively in NATO’s efforts to mainstream
gender. We’re represented at the NATO Committee on Gender
Perspectives, which is focused on the effective implementation of
UN Security Council Resolution 1325 and related resolutions.
Le MDN participe activement aux efforts de L’OTAN visant à
intégrer pleinement l’égalité entre les sexes. Nous sommes
représentés au Comité OTAN sur la dimension de genre, qui
s’intéresse à la mise en œuvre efficace de la résolution 1325 du
Conseil de sécurité des Nations Unies et des résolutions connexes.
We also submit annual reports on our department’s genderrelated activities into the work that NATO compiles on behalf of
all NATO members.
Nous soumettons également des rapports annuels sur les
activités sexospécifiques de notre ministère dans le cadre des
rapports que l’OTAN établit au nom de ses membres
At the NATO summit in Chicago in 2012, the allies
recommitted themselves to this by endorsing a strategic progress
report on mainstreaming UN resolutions in NATO-led
operations, and NATO has done considerable work in this
regard.
Au sommet de l’OTAN, tenu à Chicago en 2012, les alliés se
sont de nouveau prononcés en faveur de cette cause en
approuvant un rapport périodique stratégique sur l’intégration
des résolutions de l’ONU dans les opérations dirigées par
l’OTAN, qui a fait un énorme travail à cet égard.
That report resulted in an implementation plan, which was
endorsed by Canada, by defence ministers, just this past October,
that aims at fully implementing the family of resolutions that
relate to women, peace and security.
Ce rapport a donné lieu à un plan de mise en œuvre, accepté
par le Canada, par les ministres de la Défense, en octobre dernier,
qui a pour but d’appliquer dans leur intégralité les résolutions du
Conseil de sécurité des Nations Unies sur les femmes, la paix et la
sécurité.
Madam Chair and senators, women have played, and continue
to play, an essential role in the Canadian Armed Forces and our
department.
Madame la présidente, messieurs et mesdames les sénateurs, les
femmes ont joué et continuent de jouer un rôle essentiel dans les
Forces armées canadiennes et à notre ministère.
As we have reported in the first two progress reports of
Canada’s national action plan, which I will also call C-NAP to
keep it short, Canada is a world leader in terms of the number of
women in the military and the functions in which they serve.
Comme nous l’avons mentionné dans les deux premiers
rapports annuels consacrés au Plan d’action du Canada, que
j’appelle également PAC pour être brève, le nombre de femmes au
sein des Forces armées canadiennes et les fonctions qu’elles
4:12
Human Rights
24-3-2014
Women in the Canadian Armed Forces are eligible to serve in all
military occupations, including combat occupations and serving
on submarines.
peuvent y occuper font du Canada un chef de file mondial. Les
femmes sont admissibles à tous les groupes professionnels
militaires, y compris les spécialités de combat et le service dans
les sous-marins.
In fact, we are one of the few NATO allies who have fully
integrated women into the armed forces, and we have been so
doing for many years. We’re a leader.
En fait, le Canada est l’un des rares alliés de l’OTAN qui ont
entièrement intégré les femmes dans les forces armées, et ce,
depuis de nombreuses années. Nous sommes des chefs de file.
Today, Canadian Armed Forces personnel serve in a variety of
roles in international operations around the world, and we are
proud of the progress we have made in integrating women into the
Armed Forces and the model they serve when serving abroad on
behalf of Canada.
Aujourd’hui, le personnel féminin des Forces armées
canadiennes remplit des rôles variés dans des opérations
internationales partout dans le monde, et nous sommes fiers des
progrès que nous avons réalisés en ce qui concerne l’intégration
des femmes dans les forces armées et du modèle qu’elles sont en
servant à l’étranger pour le Canada.
While we recognize that work still needs to be done to fully
implement all of the resolutions related to these important
themes, we think that National Defence and the Canadian Armed
Forces are doing a very good job, and we are certainly committed
to doing our best on our part and continuing efforts to promote
this important agenda.
Bien sûr, nous reconnaissons qu’il reste du travail à accomplir
pour achever la mise en œuvre de toutes les résolutions sur ces
différents volets importants; toutefois, nous croyons que le
ministère de la Défense nationale et les Forces armées
canadiennes font du très bon travail. Nous nous sommes
engagés à faire de notre mieux et à poursuivre nos efforts afin
de promouvoir cet important programme.
Thank you again for the opportunity to address the committee
this afternoon. I look forward to your questions.
Je vous remercie encore de m’avoir donné l’occasion de
prendre la parole devant le comité, et je me ferai maintenant un
plaisir de répondre à vos questions.
The Chair: Thank you very much to both of you for your
presentations. I know the committee really appreciates it.
La présidente : Je vous remercie beaucoup toutes les deux de
vos exposés. Je sais que les membres du comité sont ravis de vous
entendre.
I will put all my questions at once and ask you to answer them.
Je vais poser toutes mes questions, et je vous demande d’y
répondre.
Ms. Buck, I have a question for you. The last time the
committee met on this report, we were assured that the national
action plan would be tabled shortly, and it wasn’t. My concern is
that two plans were tabled this year, one in January and one in
March. Why did you table two reports, one after the other? Why
has there been a delay? That gives me concern. What steps have
been taken to complete the mid-term review provided for in the CNAP?
Madame Buck, j’ai une question à vous poser. La dernière fois
que le comité a discuté du rapport, on nous a assuré que le plan
d’action national serait déposé bientôt, mais il n’en a pas été ainsi.
Ce qui me préoccupe, c’est que deux plans ont été présentés cette
année, un en janvier, et l’autre en mars. Pourquoi en avez-vous
présenté deux de suite? Qu’est-ce qui explique le retard? Cela me
préoccupe. Quelles mesures ont été prises pour terminer l’examen
à mi-parcours qui est fourni dans le cadre du PAC?
I’ve read both of the national action plan reports that the
minister tabled in Parliament, and yes lots of very good activity
has taken place, but at this point on everybody’s mind are the
peace talks — or not the peace talks for now — on Syria. I would
appreciate very much if you could tell the committee what you are
doing to make sure that Resolution 1325 — Canada has always
played an important role in making sure women are at the table.
We know in Syria they have been at the edges of the table. I’d like
to know what our government is doing to make sure that women
come from the government side, which we have done in the past,
come from the opposition and also have their own forum. What
kind of financial support is Canada providing towards that?
J’ai lu les deux rapports sur le plan d’action national que le
ministre a déposés au Parlement et il est vrai qu’il se passe
beaucoup de bonnes choses, mais en ce moment, ce sont les
pourparlers de paix en Syrie qui préoccupent tout le monde — ou
l’absence de pourparlers pour l’instant. J’aimerais beaucoup que
vous disiez au comité quelles mesures vous prenez pour faire en
sorte que la résolution 1325 — le Canada a toujours grandement
contribué à assurer la participation des femmes. Nous savons
qu’en Syrie, elles ont joué un rôle marginal. Quelles mesures notre
gouvernement prend-il pour garantir que des femmes provenant
de gouvernements, ce que nous avons rendu possible dans le
passé, et de partis de l’opposition aient leur propre tribune. Quel
appui financier le Canada offre-t-il à cet égard?
I’ll start with that, and then I have a question for Ms. Sinclair.
Ms. Buck?
Ce sont mes premières questions, et j’en aurai une à poser à
Mme Sinclair par la suite. Allez-y, madame Buck.
24-3-2014
Droits de la personne
4:13
Ms. Buck: First, why was the tabling of the C-NAP report
delayed? Yes, Marie Gervais-Vidricaire appeared before you and
said that the next report was to be tabled imminently, and there
was a delay. The release of the first report took longer than
anticipated, and for that we apologize. We are learning as we go
along. That’s an important part of preparing the reports.
Mme Buck : Pourquoi le dépôt du rapport sur le PAC a-t-il
tardé? Effectivement, Marie Gervais-Vidricaire a comparu devant
votre comité et elle a dit que le rapport allait être déposé sous peu,
mais il y a eu un retard. La publication du premier rapport a eu
lieu plus tard que prévu, et nous nous en excusons. Nous
apprenons au fur et à mesure. C’est une partie importante de la
préparation des rapports.
The second report was released more expeditiously, and we’re
working to do even better with the 2013-14 report. You have both
reports before you now. They’re public. In a way, it’s an
opportunity to ask questions on both of them and to track some
of the important progress that has been made.
Il nous a fallu moins de temps pour publier le deuxième
rapport, et nous essayons de faire encore mieux pour le rapport de
2013-2014. Vous avez maintenant les deux rapports. Ils ont été
rendus publics. Dans un sens, c’est l’occasion de poser des
questions au sujet des deux rapports et de suivre certains des
progrès importants qui ont été réalisés.
The mid-term review is at an early stage. We haven’t scoped
out every step for the mid-term review. It will include consultation
with interested Canadian stakeholders. We anticipate that the
mid-term review will be concluded this spring, and our intention is
to include the results of the mid-term review into the third annual
report on the action plan for 2013-14.
Nous en sommes aux premières étapes de l’examen à miparcours. Nous n’en avons pas défini toutes les étapes. Il inclura
des consultations auprès d’intervenants canadiens. Nous nous
attendons à ce que l’examen à mi-parcours se termine ce
printemps et nous avons l’intention d’intégrer les résultats de
l’examen dans le troisième rapport annuel sur le plan d’action
pour 2013-2014.
On Syria, we’re taking special steps to ensure the participation
of women in peace talks on Syria. Just to step back from Syria for
a second, women’s participation in peace processes has been a
particular focus of our work on women, peace and security, so
Syria is one part of a larger effort we’ve made to ensure women
are included in peace process post-conflict political transitions.
En ce qui concerne la Syrie, nous adoptons des mesures
spéciales pour assurer la participation des femmes dans les
pourparlers de paix sur la Syrie. Avant de parler de la question de
la Syrie, je veux seulement dire que la participation des femmes
dans les processus de paix est l’une de nos priorités dans le cadre
de notre travail sur les femmes, la paix et la sécurité, de sorte que
la Syrie est un volet de notre entreprise plus globale qui consiste à
nous assurer que les femmes participent aux transitions politiques
après les conflits.
In December, in Geneva, we co-sponsored a round table
specifically on the role of Syrian women in resolving the crisis.
The event brought together women representatives of Syrian civil
society, Mr. Brahimi, as I said, UN Women, as well as the Office
of the High Commissioner for Human Rights. It highlighted the
positive role that Syrian women can play and should play in the
ongoing Syrian peace process.
En décembre, à Genève, nous avons coparrainé une table
ronde précisément sur le rôle des Syriennes dans le règlement de la
crise. L’événement réunissait des femmes de la société civile
syrienne, M. Brahimi, comme je l’ai dit, ONU Femmes et le
Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme. On
a mis en évidence le rôle positif que les Syriennes peuvent jouer
dans le processus de paix en Syrie.
We continue to work closely with those actors, to closely
monitor all developments on the peace process and to support
efforts to ensure that women’s voices are heard in the Geneva II
peace process.
Nous continuons de collaborer avec ces acteurs, de surveiller de
près l’évolution du processus de paix et de soutenir les efforts
visant à s’assurer que les femmes puissent s’exprimer dans le cadre
des pourparlers de Genève II sur la Syrie.
Our contributions on Syria go well beyond that, of course. You
asked specifically about women’s participation in the peace
process, so I may confine myself to that now, but add as a codicil
that we’ve also done a significant amount of work with partners
on conflict-related sexual violence to ensure that sexual and
gender-based crimes are tracked, that evidence is preserved and
that they can be investigated and prosecuted; on funding for the
documentation of violations of international humanitarian law
and human rights in Syria; and on support for pro-democracy
actors, non-violent Syrian opposition, et cetera.
Bien entendu, les efforts que nous déployons dans la situation
de la Syrie ne s’arrêtent pas là. Votre question porte sur la
participation des femmes dans le processus de paix, et je m’en
tiendrai à cela pour le moment, mais je veux ajouter que nous
collaborons aussi énormément avec nos partenaires concernant
les problèmes liés à la violence sexuelle dans les conflits pour faire
en sorte que les crimes sexuels et les crimes fondés sur le sexe sont
divulgués, que les éléments de preuve sont conservés et qu’on
puisse mener des enquêtes et intenter des poursuites; le
financement de la documentation sur les violations du droit
international humanitaire et des droits de la personne en Syrie; et
l’appui aux partisans de la démocratie, à l’opposition syrienne
non violente, et cetera.
4:14
Human Rights
24-3-2014
Overall, to date we’ve committed over $350 million in
humanitarian assistance to meet the needs of those affected by
the conflict in Syria, and that includes a majority of women and
children in regional countries. It also includes a specific arm on
efforts to reduce sexual and gender-based violence.
En général, jusqu’à maintenant, nous avons consacré plus de
350 millions de dollars à l’aide humanitaire afin de répondre aux
besoins des gens touchés par le conflit en Syrie, ce qui inclut une
majorité de femmes et d’enfants dans les pays de la région. Cela
comprend également un volet visant à réduire la violence sexuelle
et fondée sur le sexe.
The Chair: To both of you, one of the things that I have a
concern with — it actually also applies to DFATD — under
Action 10 regarding active and meaningful participation of
women, as outlined in the progress reports, Indicator 10-3
addresses the numbers of women deployed in peace operations.
For example, 10.8 per cent of RCMP officers participating in
peace operations in 2011-12 were women, and in 2012-13, the
number increased to 12 per cent.
La présidente : Je m’adresse à vous deux. L’un de mes sujets de
préoccupation est le suivant, en fait, cela s’applique aussi au
MAECD : en vertu de la mesure 10, sur la participation active
et utile des femmes décrite dans les rapports d’étape,
l’indicateur 10-3 porte sur le nombre de femmes déployées dans
des opérations de maintien de la paix. Par exemple, 10,8 p. 100
des agents de la GRC qui ont participé à ces opérations
en 2011-2012 étaient des femmes, et, en 2012-2013, leur
proportion est passée à 12 p. 100.
Were targets established against which these statistics could be
compared? If so, how well are the military, the RCMP and
civilian departments and agencies doing in achieving these
targets? I respect that you may only be able to speak for the
military. What targets have you set? Are we achieving them?
What are your future targets?
Est-ce que des objectifs ont été établis auxquels ces statistiques
pourraient être comparées? Si oui, dans quelle mesure l’armée, la
GRC et les ministères et organismes civils les atteignent-ils? Je suis
bien consciente que vous ne pouvez parler que pour l’armée.
Quels objectifs vous êtes-vous fixés? Est-ce que vous les atteignez?
Quels sont vos prochains objectifs?
Ms. Sinclair: Thank you very much. To begin, I will tell you
that in the last year, 13 per cent of deployed Canadian Armed
Forces personnel were women, to answer that specifically.
Mme Sinclair : Merci beaucoup. Pour répondre d’abord
précisément à votre question, je dirai que, dans l’année qui vient
de s’écouler, 13 p. 100 du personnel déployé des Forces armées
canadiennes étaient des femmes.
With regard to targets, I must say that we don’t set targets. We
don’t set targets for the very best of reasons, and that is that the
CAF is completely integrated and people are deployed based on
their merit, qualification and experience, and frankly, their gender
has nothing to do with it.
En ce qui concerne les objectifs, je dois avouer que nous n’en
fixons pas. Pour la meilleure des raisons. En effet, les forces
armées sont tout à fait intégrées, et le déploiement du personnel se
fonde sur le mérite, les compétences et l’expérience. Bien
franchement, le sexe n’a rien à y voir.
The Chair: I respect when you say gender has nothing to do
with it, but I can tell you that when I was the envoy in Darfur, one
request that had been made was to have women who were in the
military, so we brought women who were in the military
specifically because women have something special to contribute.
La présidente : Je comprends, mais je peux vous dire que quand
j’ai été envoyée au Darfour, on a notamment réclamé des
militaires de sexe féminin. Nous avons accédé à cette demande,
en raison, précisément, de la contribution spéciale des femmes.
I respect what you say, but I also respectfully disagree with you
because there is, from time to time, a need for women to be there.
That’s why Resolution 1325 is in place. I highly urge you to
rethink what you just said for the future.
Donc, avec tout le respect que je vous dois, je ne suis pas
d’accord, parce que, de temps à autre, c’est de femmes dont on a
besoin. C’est la raison d’être de la résolution 1325. Je vous incite
vivement à réfléchir à ce que vous venez de dire, pour l’avenir.
Senator Ataullahjan: Thank you for your presentation this
afternoon. My question is regarding Afghanistan, now that
Canada has ended operations in Afghanistan. Do we know the
impact on Afghan women? Specifically, I know Canada has
talked about being gender-sensitive. I know when we had training
personnel there, some women were involved in training Afghan
women, whether in the police or the army. Last year, we discussed
our government’s focus on capacity building.
La sénatrice Ataullahjan : Merci de votre exposé. Ma question
concerne l’Afghanistan, maintenant que le Canada n’y mène plus
d’opérations. Connaissons-nous les répercussions subies par les
Afghanes? Plus précisément, je sais que le Canada a parlé de tenir
compte de la différence entre les sexes. Je sais que lorsque nous
avions là-bas du personnel affecté à la formation, des femmes
participaient à celle des Afghanes, soit dans la police, soit dans
l’armée. L’année dernière, nous avons discuté de l’insistance de
notre gouvernement sur le renforcement des capacités.
Have the Afghan women been empowered to facilitate their
participation in decision making? It’s a two-part question.
A-t-on donné aux Afghanes les moyens pour faciliter leur
participation à la prise des décisions? C’est une question à deux
volets.
24-3-2014
Droits de la personne
4:15
Ms. Buck: I can start, but I think Jill will have something to
say. I also have some answers, if you wish, Madam Chair, on your
question about police deployments, targets and percentages.
Mme Buck : Je vais me lancer la première, mais je pense que
Jill aura quelque chose à ajouter. J’ai aussi des réponses, si vous
voulez les entendre, madame la présidente, à votre question sur le
déploiement, les objectifs et les pourcentages dans la police.
On Afghanistan, you asked whether a difference has been made
in Afghan women’s participation in decision making. Absolutely.
The Afghan women parliamentarians that I met during multiple
trips to Afghanistan, the Afghan women police officers that I met,
the head of the Afghanistan Independent Human Rights
Commission, these are strong women who have a voice, exercise
that voice, are visible and are quite powerful. They’ve always been
that powerful, but they didn’t have that space to express that
political role prior to the intervention. It would not be
appropriate for Canada to claim that as the result only of us or
the international community. It’s Afghan women leading that. We
have certainly helped to make some of the space for that.
Vous avez demandé si les Afghanes participent davantage aux
décisions. Absolument! Les parlementaires afghanes que j’ai
rencontrées durant mes nombreux voyages en Afghanistan, les
agentes de police afghanes aussi, et la chef de la commission
indépendante des droits de la personne de l’Afghanistan, toutes
sont des femmes fortes, vraiment puissantes, qui se font
remarquer et entendre. Elles ont toujours possédé cette
puissance, mais elles ne disposaient pas de l’espace voulu pour
jouer ce rôle politique avant notre intervention. Il serait déplacé
que le Canada prétende que cela découle seulement de lui ou de la
communauté internationale. Cela vient des Afghanes. Nous les
avons sûrement aidées à se tailler une place pour exercer cette
puissance.
One of the examples I gave was on the Afghan call centre, for
instance. I might have some statistics that might be of use to you.
L’un des exemples que j’ai donnés portait sur le centre d’appel
afghan, par exemple. Je pourrais avoir des statistiques utiles.
I’ll give you another Afghanistan example. We had a
responsive fund for women in Afghanistan where we supported
more than 30,000 Afghan women and girls to access information,
training on advocacy, education, professional training to enter the
workforce.
Voici un autre exemple sur l’Afghanistan. Nous avions un
fonds de soutien qui a permis à plus de 30 000 Afghanes, femmes
et filles, d’avoir accès à l’information, à la formation sur la
défense de leurs droits, à l’éducation, à la formation
professionnelle pour intégrer le marché du travail.
We’ve got multiple examples, for instance, on demining in
Afghanistan. Traditional Afghan society wouldn’t have seen
women participating in that. We had a special project to promote
and encourage Afghan women to participate in demining teams,
and it gives underprivileged women a steady source of income.
Part of the project was to give them daycare and access to other
skills training to move on from that kind of work as well.
Nous pourrions citer de nombreux exemples sur, notamment,
le déminage en Afghanistan. Dans la société afghane
traditionnelle, nous n’aurions jamais vu de femmes y participer.
Nous avions mis sur pied un projet spécial pour encourager les
Afghanes à faire partie des équipes de déminage, ce qui procure
des revenus stables aux femmes des milieux défavorisés. Le projet
visait en partie à les faire bénéficier d’un service de garde de jour
et à leur donner accès à de la formation dans d’autres domaines
pour leur permettre aussi de changer de profession.
There are multiple examples of programming we have used in
Afghanistan to help bring Afghan women into that political space
where they can have that space to be decision makers, absolutely.
En Afghanistan, nous avons appliqué de nombreux
programmes pour aider à amener les Afghanes dans cet espace
politique où elles peuvent prendre des décisions. Absolument!
Ms. Sinclair: To supplement on that, Canada, as part of the
overall international efforts, the ISAF mission and the NATO
Training Mission in Afghanistan certainly put a lot of effort, with
our NATO partners, into training and raising issues of gender
awareness, sensitivity, and the role of girls and women in conflict.
Mme Sinclair : Dans le même ordre d’idées, le Canada, dans le
cadre de l’ensemble de ses efforts internationaux, la mission de la
Force internationale d’assistance à la sécurité, ou FIAS, et la
mission de formation de l’OTAN en Afghanistan, a sûrement
consacré beaucoup d’efforts, avec ses partenaires de l’OTAN, à la
formation et aux questions touchant la sensibilisation aux
différences entre les hommes et les femmes et à l’équité entre les
sexes, et le rôle des filles et des femmes dans les conflits.
As you know, we trained many thousands of Afghan National
Security Forces. In terms of the work done while we were there, I
think the awareness of gender issues, special attention to the role
of girls and women, was absolutely part of the work that we did at
that point. We were working in close support, as Kerry was
saying, to make sure we draft in behind Afghan-led initiatives, so
a national action plan for women in Afghanistan, an extremely
Comme vous le savez, nous avons formé plusieurs milliers
d’agents des forces nationales afghanes de sécurité. Je pense que la
sensibilisation aux différences entre les sexes et l’attention
particulière que nous avons manifestée à l’égard du rôle des
filles et des femmes faisaient absolument partie de notre travail, à
ce moment-là. Nous travaillions « en appui rapproché », comme
disait Kerry, pour inspirer, après nous, des initiatives afghanes.
4:16
Human Rights
24-3-2014
important reference point for our trainers too. I think a number
of initiatives related to giving a voice to Afghan female leaders
were included within the Afghan National Security Forces.
Un plan national d’action pour les Afghanes constitue donc pour
nos formateurs un point de comparaison extrêmement important.
Je pense qu’un certain nombre d’initiatives visant à donner la
parole aux dirigeantes afghanes ont été confiées aux forces
nationales afghanes de sécurité.
It’s very difficult work for women in Afghanistan, obviously,
but Canada is part of the NATO Training Mission and did its
part to bring those issues to the fore.
Il est très difficile de travailler pour les femmes en Afghanistan,
visiblement, mais le Canada fait partie de la mission de formation
de l’OTAN et il a contribué à mettre de l’avant ces questions.
Senator Ataullahjan: In 2009, the law on Elimination of
Violence against Women was drafted into the Constitution of
Afghanistan, yet in 2012, we saw Karzai’s government give in to
pressure, and he had the code of conduct where they asked
women to comply with the hijab, respect polygamy, refrain from
travelling alone and no mingling of men and women in public.
La sénatrice Ataullahjan : Depuis 2009, la loi sur la suppression
de la violence contre les femmes fait partie de la constitution
afghane. Pourtant, en 2012, nous avons vu que le gouvernement
Karzai a cédé à la pression et qu’il a promulgué un code de
conduite qui prescrivait aux femmes de porter le hijab, de
respecter la polygamie, d’éviter de se déplacer seules et qui
interdisait aux hommes et aux femmes de se mêler dans les lieux
publics.
We saw again this year where women were asked to keep silent
if the violence directed at them came from a member of the
family. Quite a bit of the violence that the women do face in that
society is from male members.
Cette année encore, nous avons vu qu’on demandait aux
femmes de se taire si la violence qu’elles subissaient provenait
d’un membre de la famille. Dans cette société, une grande partie
de cette violence provient des hommes.
Because of the outcry raised by the rest of the world, the law
was redrafted, but does that mean we have to be constantly
vigilant where Afghanistan is concerned and constantly watch?
Le tollé mondial a fait modifier la loi, mais est-ce que cela
signifie pour nous de devoir être constamment vigilants à l’égard
de l’Afghanistan?
You talk about the role Canada has played. As a member of
the IPU, I have seen it personally. We had a young Afghan girl
who had just been elected to the jirga, or the parliament, and she
came looking for Canada. She came looking for us three, four
times before she had an opportunity to speak to me.
Vous avez parlé du rôle du Canada. En ma qualité de membre
de l’Union interparlementaire, je peux personnellement en
témoigner. Une jeune Afghane qui venait d’être élue à la Djirga,
c’est-à-dire au Parlement, est venue nous voir trois ou quatre fois,
avant de pouvoir me parler.
This young girl was interested in running for a position at the
IPU, but she didn’t know how to do it. She came to Canada.
There were 163 countries present, but she chose Canada. She said,
‘‘Can you teach me, because of the amazing influence you have
and how you speak on human rights?’’ This girl was elected, and
last week in Geneva she became chair of the Third Standing
Committee.
Elle voulait se porter candidate pour un poste à l’Union
interparlementaire, mais elle ignorait comment s’y prendre. Pour
apprendre, elle est venue au Canada, qu’elle a choisi parmi les
163 pays présents, en raison de son influence considérable et du
discours qu’il tient sur les droits de la personne. Elle a été élue, et,
la semaine dernière, à Genève, elle est devenue présidente du
troisième comité permanent.
It is a great success story for Canada. I just feel that we can’t
afford to turn our face away for a minute. I mean, there is an
election coming on April 5, and from what I hear, Ashraf Ghani
will probably be elected, which is what the women talk about.
C’est une belle réussite pour le Canada. Seulement, j’ai
l’impression que nous ne pouvons pas nous permettre un seul
moment de distraction. C’est qu’il y a des élections, le 5 avril.
D’après ce que j’entends, Ashraf Ghani sera probablement élu, et
c’est ce dont les femmes parlent.
I see the women of Afghanistan, and I sense the frustration
when they come to these international conferences, because
they’re smarter than a lot of their male colleagues, and a lot of
them are well educated. There is that sense of frustration, because
the men will take the decision and go vote in a certain way.
Chez les Afghanes qui participent à ces conférences
internationales, je perçois de la frustration, parce qu’elles sont
plus futées que beaucoup de leurs collègues masculins, et
beaucoup d’entre elles sont instruites. Cette frustration est
nourrie par la façon dont les hommes prennent leurs décisions
et votent ensuite.
I’m just sort of speaking about being vigilant and being aware
of the women in Afghanistan, because Canada made a huge
commitment, and we just have to make sure that through the
commitment we made that the women don’t lose the gains they
have made.
Je parle d’être vigilants et de prendre conscience des Afghanes,
parce que le Canada s’est énormément engagé, et nous devons
nous assurer que, à cause de cet engagement, les femmes ne
perdront pas leurs acquis.
24-3-2014
Droits de la personne
4:17
Ms. Buck: While there’s been a drawdown of our troop
presence under ISAF, Canada remains firmly committed to
Afghanistan. We have committed ongoing funding, ongoing
considerable development funding for Afghanistan, security
sector funding for Afghanistan, with a very clear focus on the
rights of women and girls, a focus on education, maternal health,
human rights. So we are there, and I do agree with you that
ongoing vigilance is needed.
Mme Buck : Malgré la réduction de la présence des troupes
sous l’égide de la FIAS, l’engagement du Canada à l’égard de
l’Afghanistan reste inébranlable. Pour ce pays, nous nous sommes
engagés à un financement permanent, à un financement
permanent considérable pour le développement, à un
financement du secteur de la sécurité, en insistant très
clairement sur les droits des femmes et des filles, l’éducation, la
santé des mères, les droits de la personne. Voilà où nous sommes,
et je suis d’accord avec vous, notre vigilance ne doit pas se
relâcher.
The Chair: Did you want to give the figures for the RCMP,
Ms. Buck?
La présidente : Madame Buck, vouliez-vous communiquer des
chiffres sur la GRC?
Ms. Buck: Just to say there has been a very clear rise in the
percentage of civilian deployments that are women. To give you a
couple of examples from START, the Stabilization and
Reconstruction Task Force in DFATD, our non-police expert
deployments are at roughly 33 per cent women.
Mme Buck : Je voulais simplement mentionner une
augmentation très marquée du pourcentage de déploiements de
civils de sexe féminin. Pour vous donner quelques exemples, au
Groupe de travail sur la stabilisation et la reconstruction, le
GTSR, au MAECD, nos déploiements d’experts civils féminins se
chiffrent environ à 33 p. 100.
In RCMP deployments, over the years we have seen an
incredible rise, and we can be proud of it. I’ll give you some
historical context.
Dans les déploiements de la GRC, au fil des ans, nous avons
constaté une augmentation incroyable, et nous pouvons en être
fiers. En voici un aperçu historique.
In 1989, deployments were at about 5 per cent women in
former Yugoslavia. In former Yugoslavia, the second round of
deployments, in 1992, was up to over 10 per cent. For the period
being reported between the two reports, deployments were
hovering between 12 and 13 per cent, and I know that this
fiscal year we’re higher than that. I don’t want to give you a figure
because it’s still fluctuating — we haven’t finished the year — but
it’s well over 15 per cent.
En 1989, les femmes constituaient environ 5 p. 100 des
déploiements dans l’ex-Yougoslavie. En 1992, dans la deuxième
série de déploiements dans la même région, la proportion est
passée à plus de 10 p. 100. Dans la période située entre les deux
rapports, elle a varié entre 12 et 13 p. 100, et je sais que, dans le
présent exercice budgétaire, le taux est plus élevé. Je ne citerai pas
de chiffre, parce qu’il est toujours fluctuant et que l’exercice n’est
pas terminé, mais c’est bien supérieur à 15 p. 100.
We are doing fairly well in terms of percentages. We are not at
the UN percentage of 20 per cent. There are some good reasons
for that, but we can always do better. You can see that through
the rise in the numbers and the percentage of deployments.
Ce sont de bons pourcentages. Nous n’avons pas égalé celui de
l’ONU, qui est à 20 p. 100. Il y a d’excellentes explications à cela,
mais nous pouvons toujours nous améliorer. On le constate par
l’augmentation des effectifs et des pourcentages déployés.
The Chair: When you do have the figures, Ms. Buck, we would
appreciate it if you could send them to the clerk.
La présidente : Quand vous aurez les chiffres, madame Buck,
veuillez les communiquer à notre greffier. Nous vous en serons
très reconnaissants.
Since Afghanistan was mentioned, I would like to take this
opportunity to recognize the work of two Canadian women who
worked very hard on behalf of Afghan women, Dr. Roshan
Thomas and Zeenab Kassam, who was a teacher, individual
Canadians who gave their lives for women of Afghanistan, and I
would like at this point to recognize their work.
Puisqu’il est question de l’Afghanistan, je profite de l’occasion
pour reconnaître le travail de deux Canadiennes, qui ont travaillé
très fort pour les Afghanes et qui ont donné leur vie pour elles : la
Dre Roshan Thomas et Mme Zeenab Kassam, qui était
institutrice.
Senator Eggleton: Thank you very much for your presentations
and for your good work. Let me try to cover three quick subjects,
if I can: training, gender analysis and benchmarking.
Le sénateur Eggleton : Merci beaucoup pour votre exposé et
pour votre bon travail. Permettez-moi de vous questionner sur
trois sujets : la formation, l’analyse comparative entre les sexes et
l’établissement de normes de référence.
In the training area, I understand from these two reports that
the RCMP are doing a terrific job on training on women, peace
and security issues, those personnel who are being deployed
overseas, but for DFATD — you must have a better acronym —
your department, which now includes CIDA, of course, hence the
D’après ces deux rapports, je comprends que la GRC fait de
l’excellent travail dans la formation du personnel déployé à
l’étranger sur les questions touchant les femmes, la paix et la
sécurité, mais, pour votre ministère, le MAECD — il faudrait un
meilleur sigle —, qui comprend maintenant l’ACDI, bien sûr, ce
4:18
Human Rights
24-3-2014
name change, why are you doing less in terms of focusing on
training? Actually, from what I read, I don’t see anything about
DND, so I’d like to hear about DND as well.
qui explique le changement de nom, pourquoi insistez-vous moins
sur la formation? En fait, d’après ce que je lis, je ne trouve rien au
sujet de la Défense nationale. Parlons-en donc aussi.
Also, this uneven training situation raises the question of who
provides the training. Is it common training? Is it interactive? Is
the effectiveness of it measured?
De plus, cette asymétrie dans la formation pose la question de
qui donne la formation. Est-ce une formation commune? Est-elle
interactive? Est-ce qu’on en mesure l’efficacité?
Ms. Buck: Thank you very much. We do two types of training
in DFATD. And, no, we don’t have a better acronym right now.
Mme Buck : Merci beaucoup. Nous donnons deux types de
formation au MAECD. Et non, nous n’avons pas de meilleur sigle
pour le moment.
Senator Eggleton: Too bad.
Le sénateur Eggleton : Tant pis!
Ms. Buck: There are two kinds of training. We do predeployment training for postings. To be frank, this isn’t fully
reflected in the report we tabled, and I think that’s a gap we need
to fix. If a Canadian political officer is going abroad to deal with
WPS issues plus plus, human rights training has been a feature of
pre-posting training for over two decades. It includes a very
strong component on women’s rights and gender-based analysis
in all the reporting that people are doing. The vast majority of
folks going out on postings have received that training. In the past
year alone, for instance, we trained over 200 people on human
rights, plus an additional 120 on child, early and forced marriage.
Mme Buck : Nous donnons deux types de formation, dont la
formation avant déploiement, pour les affectations. Bien
honnêtement, le rapport que nous avons déposé n’en donne pas
une juste idée. Nous devrons corriger cette lacune. Pour les agents
politiques canadiens envoyés à l’étranger s’occuper de questions
touchant les femmes, la paix et la sécurité et beaucoup d’autres,
les droits de la personne font partie de la formation donnée avant
affectation depuis plus de deux décennies. Une très forte
proportion est consacrée aux droits de la femme et à l’analyse
comparative entre les sexes d’après tous les rapports produits.
L’immense majorité des personnes envoyées en affectation l’ont
reçue. Par exemple, rien que l’année dernière, nous avons formé
plus de 200 personnes aux droits de la personne, plus de
120 autres sur les mariages précoces et forcés.
As a subset of that, for temporary deployments into conflict
situations, fragile states post-conflict, where we are doing our
stabilization and reconstruction programming within START,
we’ve developed specific training modules. There, we don’t train
100 per cent of our staff before they go out on deployments. I will
say that we put in place a new training module on women, peace
and security over the last year. The vast majority of our officers
have taken that training. Some of our civilian deployments
include folks from other departments, and some of them very
technical, specialized deployments and some of them very rapid
deployments. In those cases, we don’t hit our 100 per cent mark
because we might not have time. For instance, after a natural
disaster, we will have folks getting on a plane and into the field in
under 12 hours after a natural disaster. Sometimes they have
already received their training, but not always. We might have
engineers going out into the field to do specialized stuff, and those
guys won’t have that specific training, but anyone who is working
on projects with a WPS component will have got that training.
À l’intérieur de cette formation, nous avons élaboré des
modules particuliers, pour les déploiements temporaires dans les
situations de conflit, dans les États fragiles au lendemain d’un
conflit, où nous exécutons nos programmes de stabilisation et de
reconstruction avec le GTSR. Dans ce cas, nous ne formons pas la
totalité de notre personnel avant son déploiement. Je précise que,
au cours de l’année, nous avons créé un nouveau module sur les
femmes, la paix et la sécurité. L’immense majorité de nos agents a
reçu cette formation. Certains de nos déploiements de civils
comprennent des fonctionnaires d’autres ministères, et ces
déploiements sont parfois très techniques, très spécialisés, tandis
que d’autres se font très rapidement. Faute de temps, nous
n’atteignons pas alors le taux de 100 p. 100. Par exemple, après
une catastrophe naturelle, les déploiements suivent moins de
12 heures après. Parfois, le personnel est déjà formé, mais pas
toujours. Nous pouvons envoyer sur le terrain des ingénieurs qui
feront du travail spécialisé, sans leur donner cette formation
particulière, mais tous ceux qui travaillent à des projets touchant
les femmes, la paix et la sécurité l’auront reçue.
The story is a bit better than the 42 per cent you see in the
report. As I said, the vast majority of folks going out who will
work on political security reporting, WPS issues, will have
received that training.
Nos résultats sont un peu meilleurs que les 42 p. 100 cités dans
le rapport. Comme j’ai dit, l’immense majorité des personnes
envoyées à l’étranger pour travailler à des rapports sur la sécurité
politique, aux questions touchant les femmes, la paix et la
sécurité, toutes auront reçu cette formation.
There’s also a significant amount of work that you haven’t
asked about on training of personnel from abroad on WPS that I
think is very interesting as well, but I take time from my
colleague.
Nous abattons aussi beaucoup de travail, sur lequel vous ne
nous avez pas questionnés, sur la formation du personnel étranger
sur les questions touchant les femmes, la paix et la sécurité. C’est
un travail que j’estime très intéressant aussi, mais je m’aperçois
que j’empiète sur le temps de ma collègue.
24-3-2014
Droits de la personne
4:19
Ms. Sinclair: I’d like to invite Major Sylvester to join in on
this. I focus on two types of training. The first bit is what we do
under our Military Training and Cooperation Program. Here, we
have about 61 member countries that go through our program.
We had 850 personnel trained under this program last year. As I
mentioned in my opening comments, women, peace and security,
1325, gender, children, sexual violence, all of this is encompassed
in the training that we provide through our Military Training and
Cooperation Program. We train countries in all parts of Africa, in
the Caribbean, Latin America and throughout Europe. It’s quite
extensive. I can assure you that 1325 is explicitly in the curriculum
there.
Mme Sinclair : J’invite le major Sylvester à intervenir sur cette
question. Je m’arrête à deux types de formation. Le premier est la
formation que nous donnons dans le cadre de notre Programme
d’instruction et de coopération militaires à 61 pays membres.
L’année dernière, 850 membres de notre personnel ont été formés
dans le cadre de ce programme. Comme j’ai dit, dans ma
déclaration préliminaire, les femmes, la paix et la sécurité, la
résolution 1325, la problématique hommes-femmes, les enfants, la
violence sexuelle, toutes ces questions sont abordées dans la
formation que nous donnons dans le cadre de ce programme.
Nous la donnons à des pays de toute l’Afrique, des Caraïbes,
d’Amérique latine et de toute l’Europe. La matière est énorme. Je
peux vous assurer que la résolution 1325 fait explicitement partie
du programme.
In terms of the pre-deployment training for the Canadian
Armed Forces, I would invite Major Sylvester to speak to that.
En ce qui concerne la formation avant déploiement des forces
armées, je cède la parole au major Sylvester.
Major Glenn Sylvester, Deputy Commandant of the Peace
Support Training Centre, National Defence: At the Peace Support
Training Centre, we offer two pre-deployment training streams
for people going overseas. We offer what in Canada is called the
Peace Support Operator Course, which is essentially the United
Nations Military Observers course. We also offer generic predeployment training for people going on regional missions, most
of them being peacekeeping missions. In the past fiscal year, we
trained about 238 members. Not every single one is deployed
overseas. Some have been on standby. Both of these streams of
training have two 40-minute periods that deal with human rights,
and specifically one of these periods is UN Security Council
Resolution 1325.
Major Glenn Sylvester, commandant adjoint, Centre de
formation pour le soutien de la paix, Défense nationale : Au
Centre de formation pour le soutien de la paix, nous offrons deux
cours de formation avant déploiement aux personnes envoyées à
l’étranger. Nous offrons le cours qui, au Canada, est appelé cours
d’opérateur de soutien de la paix qui, essentiellement, est le cours
d’observateur militaire de l’ONU. Nous offrons aussi une
formation générale avant déploiement aux personnes envoyées
en missions régionales, pour la plupart des missions de maintien
de la paix. Au cours du dernier exercice budgétaire, nous avons
formé 238 membres. Ils ne sont pas tous déployés à l’étranger.
Certains sont en disponibilité. Ces deux cours comprennent deux
périodes de 40 minutes touchant les droits de la personne et, plus
particulièrement, l’une de ces périodes est consacrée à la
résolution 1325 du Conseil de sécurité de l’ONU.
With regard to training our UN military observers, that is an
accredited course that we have to be accredited by the United
Nations to teach. They come over every five years and look at our
course, watch it be delivered and go through our training
material. I actually sat down and went through the material
that we received from the United Nations for this portion of the
course, and actually UN Security Council Resolution 1325 is
mentioned only three times: once as a reference, once as a note to
instructors and once as speaking points to students. Our training
material, which I would be happy to give you a copy of, literally
has an entire 40-minute lesson on 1325. This is something we have
had for quite a while.
Pour ce qui est de nos observateurs militaires des Nations
Unies, ils suivent un cours que nous pouvons seulement donner
avec l’accréditation de l’ONU. Ses responsables viennent tous les
cinq ans pour examiner notre cours, y assister et passer en revue
notre matériel de formation. J’ai pris le temps de regarder la
documentation que l’ONU nous a remise pour cette partie du
cours, et on y mentionne seulement trois fois la résolution 1325 du
Conseil de sécurité : une fois comme référence, une autre fois dans
une note aux instructeurs et une dernière fois dans des notes aux
apprenants. Notre matériel de formation — et je serais heureux de
vous en remettre une copie — comprend une leçon de 40 minutes
sur la résolution 1325. Nous la donnons depuis un bon bout de
temps.
Senator Eggleton: I guess what I’m concerned with here is that
it appears to be an uneven participation. Ms. Buck, you have said
the 42 per cent doesn’t adequately reflect the situation. The
RCMP claim 100 per cent. Nevertheless, what I have also asked
you about is, do you share information? Do you share best
practices? Is there some commonality? Is there some measurement
of the effectiveness of the training?
Le sénateur Eggleton : Je suppose que ce qui me préoccupe,
c’est que la participation semble inégale. Madame Buck, vous
avez dit que le chiffre de 42 p. 100 ne reflète pas convenablement
la situation. La GRC parle d’ailleurs d’une participation de
100 p. 100. Je vous ai tout de même demandé si vous
communiquez l’information. Échangez-vous les renseignements
sur les pratiques exemplaires? Y a-t-il certaines similitudes? Y a-til une certaine mesure de l’efficacité de la formation?
Ms. Buck: My apologies, senator. I had forgotten that part of
it.
Mme Buck : Excusez-moi, sénateur. J’ai oublié d’en parler.
4:20
Human Rights
24-3-2014
We don’t do one common training session, but what we have
done over the past year is compare training modules to use some
of our partner department training modules to ensure better
consistency. As well, on pre-peace operation deployments, we do
joint civil-military pre-deployment training that is very intense,
and, to be frank, I think it is one of the best civ-mil integrated predeployment training approaches of all of our partners. It’s really
good, and there are women, peace and security issues embedded
in that training, but it’s joint training. We did this in Afghanistan.
A lot of important lessons were learned with that joint civ-mil
training. Do we have one training course for the entire
government pre-deployment? No, we have it tailored across
different departments.
Nous ne faisons pas de séances de formation communes. Par
contre, depuis un an, nous comparons les modules de formation
et utilisons en partie ceux de nos partenaires pour garantir une
meilleure harmonisation. De plus, avant les missions de paix,
nous suivons une formation militaire-civile très intense, et, pour
être franche, je pense qu’il s’agit d’une des meilleures approches
intégrées de formation préalable au déploiement parmi celles de
tous nos partenaires. Elle est excellente et porte notamment sur
des questions concernant les femmes, la paix et la sécurité, mais
c’est une formation conjointe. C’est celle que nous avons suivie
pour l’Afghanistan. Beaucoup de leçons importantes ont été
apprises grâce à cette formation militaire-civile. Avons-nous un
cours de formation pangouvernemental préalable au
déploiement? Non. La formation est adaptée aux divers
ministères.
Senator Eggleton: You don’t need to. If you’re sharing best
practices and that kind of thing, I think that is helpful.
Le sénateur Eggleton : Je ne pense pas que vous n’en ayez
besoin d’un dans la mesure où vous mettez en commun les
pratiques exemplaires et autres choses du genre.
If I could move on to gender analysis, if we have time here, you
mentioned the Stabilization and Reconstruction Task Force,
START. There are also uneven statistics, questionable statistics,
with respect to gender analysis; according to this report, 2012-13,
46 such projects included no gender analysis, 53 included limited
analysis, 21 integrated some and 9 included specific gender
analysis. Why is gender analysis not a part of all of these projects?
Si nous avons le temps, j’aimerais parler de l’analyse
comparative entre les sexes. Vous avez mentionné le Groupe de
travail pour la stabilisation et la reconstruction, le GTSR.
L’analyse comparative fait également l’objet de statistiques
irrégulières et discutables. Selon le rapport de 2012-2013,
46 projets similaires n’en comportaient aucune, 53 avaient des
analyses limitées, 21 en comprenaient certaines et 9 comportaient
des analyses spécifiques. Pour quelle raison n’en fait-on pas une
pour chacun de ces projets?
Ms. Buck: Thank you, senator. It is now. Some of the projects
that had disbursements in 2012-13 were projects that had begun in
previous years, before establishment of the action plan, and
gender analysis was not necessarily applied to the project
activities and design. Earlier performance measurement
frameworks didn’t require sex-disaggregated performance
indicators, so it was a gap in our programming, absolutely, but
since the introduction of the action plan, we’ve introduced special
training on the application of gender-based analysis into all
project activity.
Mme Buck : Merci, sénateur. Nous le faisons maintenant.
Certains des projets ayant fait l’objet de décaissements
en 2012-2013 avaient été mis en œuvre au cours des années
précédentes, avant l’établissement du plan d’action, et on ne
réalisait pas nécessairement d’analyse comparative entre les sexes
dans le cadre de leurs activités et de leur conception. À l’époque,
les cadres de mesure du rendement ne nécessitaient pas
d’indicateurs ventilés par sexe. C’était sans aucun doute une
lacune dans nos programmes, mais depuis la mise en œuvre du
plan d’action, nous offrons une formation spéciale sur l’utilisation
de l’analyse comparative entre les sexes dans tous nos projets.
Senator Eggleton: That’s good. Let me ask a final question on
benchmarks and timelines. This apparently came out a couple of
years ago in a report from the Secretary-General on these issues
on Resolution 1325. His report contains not just indicators but
benchmarks backed up by timelines to be used to measure
whether or not the goals with respect to women, peace and
security issues are being implemented. He apparently urged that
national action plans include concrete benchmarks for measuring
the success of the peace and security initiatives they undertake. Is
that going to be incorporated into our Canadian national action
plan?
Le sénateur Eggleton : C’est une bonne chose. Permettez-moi
de poser une dernière question concernant les normes de référence
et les délais. Il en a apparemment été question il y a quelques
années dans un rapport du secrétaire général sur la résolution
1325. Il contient non seulement des indicateurs, mais aussi des
normes de références appuyées de délais qui doivent servir à
déterminer si l’on maintient le cap sur les objectifs concernant les
femmes, la paix et la sécurité. Le secrétaire général a
apparemment insisté pour que les plans d’action nationaux
comprennent des normes de référence concrètes pour mesurer
les progrès des initiatives en matière de paix et de sécurité. Y en
aura-t-il dans le Plan d’action du Canada?
Ms. Buck: In my introductory remarks, I focused on how
pleased we are with the progress we’ve made. This is year three
now of our action plan. We have reported with specific indicators
on progress, but no, we hadn’t set out benchmarks in the C-NAP
Mme Buck : Dans ma déclaration liminaire, j’ai mis l’accent
sur notre degré de satisfaction par rapport aux progrès que nous
avons réalisés. Nous en sommes maintenant à la troisième année
de notre plan d’action. Nous avons produit des rapports avec des
24-3-2014
Droits de la personne
4:21
at the beginning. It’s something the UN has developed further
since we first implemented or first put in place our C-NAP and, as
part of our mid-term review, that’s one of the questions we are
asking.
indicateurs de progrès concrets, mais, non, nous n’avions pas
établi de normes de référence lorsque le plan d’action a été mis en
œuvre. C’est une chose que l’ONU a élaborée par la suite, et une
des questions sur lesquelles nous nous penchons dans le cadre de
notre examen de mi-parcours.
To be frank, we’ve got benchmarks and progress indicators
embedded in all of our individual projects, but, across the board
on WPS, some elements lend themselves to benchmarks while
other elements, like advocacy, don’t lend themselves as easily to
benchmarks. It’s something we have to think through very
carefully, but we are thinking it through carefully in the mid-term
review.
Pour être franche, chacun de nos projets comprend des normes
de référence et des indicateurs de progrès, mais, en général, quand
il est question des femmes, de la paix et de la sécurité, certains
éléments s’y prêtent et d’autres un peu moins, comme la défense
des droits. C’est une chose à laquelle nous devons réfléchir
attentivement, et c’est d’ailleurs ce que nous faisons dans le cadre
de l’examen de mi-parcours.
Senator Eggleton: So it is on the table.
Le sénateur Eggleton : Vous vous penchez donc là-dessus.
Ms. Buck: Yes.
Mme Buck : Oui.
Senator Seidman: I was going to ask you about training, but
you’ve answered that quite thoroughly. If I might, I’d like to ask a
more general question, and that is your assessment of the
effectiveness of this resolution from the point of view of the
United Nations and its system. Have you found that there has
been a sufficient commitment at the highest levels? Have adequate
resources and mechanisms been put in place in the UN system to
ensure that it’s being implemented effectively?
La sénatrice Seidman : Je m’apprêtais à vous poser des
questions sur la formation, mais vous y avez répondu de long
en large. Si vous le permettez, j’aimerais poser une question plus
générale concernant l’évaluation de l’efficacité de cette résolution
du point de vue des Nations Unies et de son système. Pensez-vous
que l’on s’est suffisamment engagé à cet égard aux plus hauts
échelons? A-t-on mis en place dans le système onusien des
ressources et des mécanismes adéquats pour garantir que la
résolution est mise en œuvre de manière efficace?
Ms. Buck: I started working on the issue of violence against
women, for Canada but at the UN, in 1991. Some of this is my
personal perspective on this. At the time, it was a brave thing to
start talking about; and it was confined to some very small human
rights circles inside the UN apparatus. To have the UN Security
Council pronounce on it in Resolution 1325 was absolutely
ground-breaking. It galvanized the harder security parts of the
UN to understand the importance of this and the importance that
the council placed on it, and that the system had to work better.
Mme Buck : J’ai commencé à travailler sur la question de la
violence faite aux femmes en tant que représentante du Canada à
l’ONU en 1991. Une partie de ce que je dis à ce sujet est mon
point de vue personnel. À l’époque, il fallait être courageux pour
en parler; et seuls certains cercles très restreints des droits de la
personne le faisaient au sein de l’appareil onusien. Le fait que le
Conseil de sécurité se soit prononcé là-dessus avec la
résolution 1325 était absolument sans précédent. Les cellules les
plus résistantes de l’ONU dans le domaine de la sécurité ont été
galvanisées lorsqu’elles ont compris l’importance de la question,
l’importance que lui a accordée le conseil et le fait que le système
devait mieux fonctionner.
Violence against women was brought out of the — I have to
watch my language — softer parts of the UN and brought into the
mainstream; and the visibility shot up. With the number of times
the Security Council has dealt with that issue, it’s an important
message back to the rest of the system. You have a UN special
representative on sexual violence and you have very strong and
powerful figures inside the UN working on the issue. Has it been
effective? From my close-up perspective watching this thing since
1991, I would say yes, very much.
La question de la violence faite aux femmes a émané des
cellules — je dois surveiller mon langage — plus flexibles de
l’ONU pour être portée à l’attention de la majorité; et sa visibilité
est montée en flèche. Le nombre de fois que le Conseil de sécurité
s’est penché sur la question est un message important pour le reste
de l’organisation. Les Nations Unies ont maintenant une
représentante spéciale pour la violence sexuelle, et des personnes
très vigoureuses et influentes qui travaillent là-dessus. Est-ce que
cela s’est avéré efficace? Je suis le dossier de très près depuis 1991,
et je dirais que oui, c’est très efficace.
The UN system is big. The UN system is all of its member
states; so there is still more work to be done, but that’s normal. I
see it embedded now in the work. Most major reports in the UN
are going to have some WPS element to them, even if they are not
about that at their core. So the answer is yes.
Le système onusien est énorme avec tous ses États membres, ce
qui veut dire qu’il y a encore du travail à faire, mais c’est normal.
Je vois qu’on planche maintenant sur la question. La majorité des
rapports importants de l’ONU contiendront certains éléments
concernant les femmes, la paix et la sécurité, même si ce n’est pas
le sujet principal. Donc, la réponse est oui.
4:22
Human Rights
Senator Seidman: It’s mainstreamed, which is key here.
Ms. Buck: Yes.
24-3-2014
La sénatrice Seidman : Tout le monde y accorde une place
importante. C’est ce qui compte ici.
Mme Buck : Oui.
The Chair: I would like to follow up on the question that I had
asked Ms. Sinclair and also Ms. Buck, indirectly. I was asking
about more involvement of women because the C-NAP report of
2011-12 talks about why the Government of Canada has returned
the report, and we talk about the substantive equality of men and
women. The 2012-13 C-NAP report, under Action 22 at page 74,
talks about engaging UN member states and agencies in
improving the comprehensiveness of their approach to
substantive equality of men and women.
La présidente : J’aimerais revenir à la question que j’ai posée à
Mme Sinclair ainsi qu’à Mme Buck, indirectement, au sujet d’une
plus grande participation des femmes. Le Rapport d’étape de
2011-2012 indique pourquoi le gouvernement du Canada a
renvoyé le rapport, et nous parlons de l’égalité réelle entre les
hommes et les femmes. À la page 74 du Rapport d’étape
de 2012-2013, sous « Mesure 22 », on parle d’engager les États
membres et les organismes de l’ONU à élargir la portée de leur
approche à l’égard de l’égalité réelle des hommes et des femmes.
Your reports note concern substantive equality of men and
women at all stages of conflict, prevention and peacemaking, and
you have put a focus on that in the reports over formal equality.
Given that, I have difficulty understanding your explanation
regarding the lack of development targets and treating men and
women the same. How is Canada to implement the women, peace
and security agenda if we don’t look at including women even
from our country? We have to include them as well. Therefore, I
have a concern in the answer you gave, Ms. Sinclair.
Vos rapports sur l’égalité réelle à toutes les étapes des conflits,
de la prévention et du maintien de la paix indiquent que vous
mettez l’accent là-dessus. Pour cette raison, j’ai de la difficulté à
comprendre vos explications concernant le manque d’objectifs en
matière de développement et l’égalité entre les hommes et les
femmes. Comment le Canada peut-il mettre en œuvre le
programme sur les femmes, la paix et la sécurité si nous
n’essayons pas d’inclure les femmes dans notre propre pays?
Nous devons nous aussi prendre des mesures en ce sens. J’ai donc
une préoccupation par rapport à la réponse que vous avez
donnée, madame Sinclair.
Ms. Sinclair: I welcome the opportunity to go back again,
because I think that I was a little too blunt, perhaps.
Mme Sinclair : Je suis heureuse d’avoir l’occasion d’y revenir,
car j’ai peut-être été un peu trop directe.
If in the course of a peace operation a country were to
specifically say, in the example that you pointed out, that it
actually needed qualified women to come and help in a peace
support operation, there is no question that we would consider
that. We have many, many qualified women who could be put to
that task.
Dans le cadre d’une mission de paix, si un pays nous signalait
clairement, dans un cas comme celui que vous avez présenté, qu’il
avait besoin du soutien de femmes qualifiées, il ne fait aucun
doute que nous en tiendrions compte. Nous avons énormément de
femmes compétentes sur qui nous pouvons compter.
In responding about the targets in sort of the abstract, it wasn’t
to suggest we wouldn’t deploy women as required. It’s just that
women are neither privileged nor disadvantaged because they are
women in the Canadian Armed Forces as they have the same skill
set and opportunities. But in certain cases, certain operations
require certain skill sets, and if those are ones that women have,
then of course we would step to the fore on that. I am sure we
have seen that in the training we do through the Peace Support
Training Centre.
À propos des objectifs en général, il ne s’agissait pas de laisser
entendre qu’aucune femme ne serait déployée lorsque c’est
nécessaire. Il était juste question du fait que les femmes des
Forces armées canadiennes ne sont ni privilégiées, ni
désavantagées, car elles ont les mêmes compétences et
opportunités. Cela dit, certaines opérations nécessitent des
connaissances particulières, et si les femmes les possèdent, elles
se feront évidemment remarquer. Je suis persuadée que c’est ce
qui est arrivé pendant la formation offerte au Centre de formation
pour le soutien de la paix.
The Chair: That’s a given. We have moved on from that stage.
There is no issue that we would not send our men and women.
Our men and women are the best in the world in armed forces,
and we would not send them if they were required for one skill
and they didn’t have it. That would be another day’s discussion if
that were the reality. I’m concerned because when we started on
the women, peace and security agenda in 2000, it was to look at
how we could include more women to make the changes.
Therefore, I’m very concerned with your answer. We’ve heard it
forever that we choose the best to send abroad. That’s not what
this women, peace and security agenda is about. The women,
La présidente : C’est un fait établi. Nous avons franchi cette
étape. Il est évident que nos hommes et nos femmes des forces
armées, qui sont les plus qualifiés au monde, seraient déployés.
Nous n’en ferions pas autant s’il n’avait pas les compétences
nécessaires. Nous aurions pu en parler un autre jour si c’était le
cas. Ce qui me préoccupe, c’est que lorsque nous avons instauré le
programme sur les femmes, la paix et la sécurité en 2000, l’objectif
était d’inclure davantage de femmes pour changer les choses.
Votre réponse me préoccupe donc beaucoup. Nous entendons
depuis toujours que ce sont les meilleurs qui sont déployés à
24-3-2014
Droits de la personne
4:23
peace and security agenda is to make sure there is full
participation of women, both from Canada and abroad. I leave
that with you.
l’étranger, mais ce n’est pas le but du programme, qui vise plutôt à
garantir l’entière participation des femmes du Canada et
d’ailleurs. Je vous laisse en juger.
I was taken aback by your answer because that was what we
said in 2000, and that’s why this resolution was put in place.
Votre réponse m’a décontenancée, car c’est ce que nous avons
dit en 2000 et la raison pour laquelle cette résolution a été
adoptée.
Ms. Sinclair: If I might, Madam Chair, we understood very
much the purpose, intent, spirit and letter of the resolutions and
subsequent ones: Women are present in our peace support
operations and women are present in the training programs. The
issues of women, peace and security are incorporated throughout
the training. In our engagement with foreign militaries, we
certainly led the charge within NATO. The deputy gender adviser
to the Supreme Allied Commander Transformation is a Canadian
Forces woman. We actually make a deliberate effort to do that. I
hope that clarifies it a bit. I hope that it suggests that we have
moved forward, and we continue to drive this agenda.
Mme Sinclair : Si je peux me permettre, madame la présidente,
nous avons très bien compris l’objectif, l’esprit et la lettre des
résolutions et de celles qui ont suivies : les femmes participent à
nos missions de maintien de la paix et suivent nos programmes de
formation. Les questions concernant les femmes, la paix et la
sécurité sont intégrées à l’ensemble de la formation. Dans le cadre
de notre collaboration avec les forces armées étrangères, nous
avons sans aucun doute pris les devants au sein de l’OTAN. La
conseillère adjointe en matière d’égalité entre les sexes du
commandant suprême allié Transformation est d’ailleurs une
femme des Forces armées canadiennes. Nous déployons
délibérément des efforts en ce sens. J’espère que c’est un peu
plus clair et que cela laisse entendre que nous avons progressé.
Nous continuons de tenir les rênes du programme.
The Chair: I look forward to hearing from you next year to
learn that we have made even more improvements to meet the
20 per cent as required by the UN.
La présidente : Je suis impatiente de vous entendre de nouveau
l’année prochaine et d’apprendre que nous avons progressé encore
davantage pour atteindre l’objectif de 20 p. 100 établi par l’ONU.
Senator Andreychuk: I have a short intervention. I’m pleased to
see there is progress. We have come a fair distance in three years
to identify this issue. I’m aware of the work being done in NATO,
which was not there before. Every time I look somewhere within
the military, I see that there is attention to this from a Canadian
perspective, probably from a Western European perspective, and
increasingly from Eastern Europe as those countries have come
into NATO. There’s been less progress in the countries that
probably need it most, where conflicts have occurred and then
have stabilized. You’ve given us some examples of some
movement that you are incorporating. It seems that if this
program is going to be a success, it’s not the Canadian portion of
it. It’s going to be those countries that have found themselves in
conflict.
La sénatrice Andreychuk : Mon intervention sera brève. Je suis
ravie de voir que nous réalisons des progrès. Nous avons
parcouru un bon bout de chemin en trois ans pour cerner la
question. Je suis au courant du travail qui est accompli à l’OTAN.
Chaque fois que j’examine une facette de l’armée, je constate que
l’on accorde de l’attention à cette question, qu’il s’agisse du
Canada, probablement de l’Europe de l’Ouest et, de plus en plus,
de l’Europe de l’Est, à mesure que les pays concernés se joignent à
l’OTAN. Ce sont les pays les plus concernés, ceux qui se sont
stabilisés à la suite de conflits, qui ont le moins progressé. Vous
nous avez donné des exemples de certains mouvements auxquels
vous donnez suite. Cela dit, il semble que ce n’est pas au Canada
que le programme s’avérera une réussite, mais plutôt dans les pays
où un conflit a eu lieu.
One area that no one seems to talk about, if we’re going to give
1325 any meaning, is working with the parliaments. The cultural
differences often are highlighted there, and the resistance is often
pointed out there. When there is a conflict and the entire
international community is there, there’s a tension to 1325 and
women’s issues. Shortly thereafter, it’s business as usual. Are you
paying attention to a broader interpretation of 1325, which was
contemplated?
Un aspect de la question dont personne ne semble parler est
que nous devons travailler avec les Parlements pour que la
résolution 1325 veuille dire quelque chose. Les différences
culturelles y sont souvent mises en évidence, tout comme la
résistance à ce sujet. Lorsqu’il y a un conflit et que l’ensemble de
la communauté internationale est sur place, la résolution et les
questions concernant les femmes sont une source de tension. Peu
de temps après, les choses reprennent leur cours normal.
Considérez-vous une interprétation plus large de la
résolution 1325, comme on l’a envisagé?
Ms. Buck: Yes, I was looking for an example, and I may have
to turn to my friends. We don’t need 1325 to do that, but it helps.
We have been focused very much, as I said, in our programming
on ensuring women’s participation in peace processes as well as in
political transitions post-conflict. There’s an example from Libya,
and this is where I’ll fall a bit short because I don’t have the
Mme Buck : Oui, je cherchais un exemple, et je vais peut-être
devoir m’adresser à mes collègues. Nous n’avons pas besoin de la
résolution pour y arriver, mais c’est utile. Comme je l’ai dit, notre
programme accorde beaucoup d’attention à la participation des
femmes dans les processus de paix et la transition politique
d’après-conflit. Il y a entre autres l’exemple de la Lybie, et c’est ici
4:24
Human Rights
24-3-2014
details, so I may provide them to you later. It’s one example of
where we are working with women parliamentarians or women
political actors to help them participate in political transitions.
We’ve done some of that in Afghanistan, too. We’re very
conscious of that post-conflict phase and the importance of
women.
que je vais manquer de détails, mais je pourrai peut-être vous les
fournir plus tard. C’est un exemple d’endroit où nous travaillons
avec les femmes parlementaires ou celles qui jouent un rôle en
politique pour qu’elles participent à la transition. C’est également
ce que nous avons fait en Afghanistan. Nous accordons beaucoup
d’importance au rôle essentiel des femmes dans cette phase
d’après-conflit.
To get back to your earlier comment that yes, we are better in
NATO but the places where the conflicts are we are not so good,
we have been focusing much of our WPS programming in those
areas. I’ll give you one broad example that might be of interest to
you: the Peace Operations Training Institute, Geneva Centre for
Democratic Control of Armed Forces. We developed with them a
number of peacekeeping e-learning courses on gender perspectives
and peace operations, preventing violence against women, and
two courses specifically on implementation of UNSC
Resolution 1325.
Pour revenir à ce que vous avez dit plus tôt sur le fait que nous
nous en sortons mieux à l’OTAN, mais pas aussi bien là où il y a
des conflits, nos programmes sur les femmes, la paix et la sécurité
mettent l’accent sur les régions concernées. Je vais vous donner un
exemple général qui pourrait vous intéresser : l’Institut de
formation aux opérations de paix et le Centre pour le contrôle
démocratique des forces armées de Genève. Nous avons préparé
un certain nombre de cours en ligne sur l’égalité entre les sexes et
les opérations de maintien de la paix, la prévention de la violence
faite aux femmes, et deux cours qui portent précisément sur la
mise en œuvre de la résolution 1325 du Conseil de sécurité des
Nations Unies.
Our funding helps support 155,335 tuition-free enrolments for
students from 77 nations in Africa, Latin America and the
Caribbean, which amounted to 71 per cent of the enrolment for
individuals on current peace missions. This means that we get it.
We need to make sure that we’re targeting those folks who are
participating in peace support operations or who should be
participating in peace support operations to make sure they do
participate and that, when they do, they do so in a way that
addresses not only WPS and women’s sexual violence in conflict
but also broader women’s participation in peace and security.
Notre financement rend possible l’inscription gratuite de
155 335 étudiants de 77 pays de l’Afrique, de l’Amérique latine
et des Antilles, ce qui représente 71 p. 100 des personnes qui
participent actuellement à des missions de paix. Nous faisons
donc les choses comme il faut. Nous devons nous assurer de cibler
ceux qui participent à des missions de paix dans des zones de
conflit ou qui devraient y participer pour qu’ils tiennent compte
des questions concernant les femmes, la paix, la sécurité et la
violence sexuelle, et pour accroître la participation des femmes à
cet égard.
The Chair: I’d like to take this opportunity to thank you for the
work you do and for your presentation today. As you know, the
committee, on a regular basis, has the desire to meet with you and
work with you. We look forward to the tabling of your next
report, and we look forward to working with you.
La présidente : J’aimerais profiter de l’occasion pour vous
remercier de votre travail et de votre exposé. Comme vous le
savez, les membres du comité désirent régulièrement vous
rencontrer et travailler avec vous. Nous attendons avec
impatience votre prochain rapport, et c’est avec plaisir que nous
travaillerons de nouveau avec vous.
For our second panel today, we have Liz Bernstein, from
Nobel Women’s Initiative; from Canadian Voice of Women for
Peace, Marilou McPhedran, Member of the Board of Directors;
and from Women, Peace and Security Network — Canada,
Jessica Tomlin, Executive Director of MATCH International. All
three of you are not new to our committee. We always appreciate
your support, and if it’s okay with all of you, we will start with
Marilou McPhedran.
Pour la deuxième partie, nous accueillons Liz Bernstein, de la
Nobel Women’s Initiative; Marilou McPhedran, membre du
conseil d’administration de La Voix des femmes canadiennes pour
la paix; et Jessica Tomlin, directrice générale, MATCH
International, du Réseau Les femmes, la paix et la sécurité —
Canada. Vous avez toutes les trois déjà comparu devant notre
comité. Nous vous sommes toujours reconnaissants de votre
soutien, et, si vous n’y voyez pas d’inconvénient, nous allons
commencer par Marilou McPhedran.
Marilou McPhedran, Member of the Board of Directors,
Canadian Voice of Women for Peace: Thank you so much,
Madam Chair.
Marilou McPhedran, membre du conseil d’administration, La
Voix des femmes canadiennes pour la paix : Merci beaucoup,
madame la présidente.
Honourable senators, civil society colleagues, members of
Parliament, if I may, I’d like to say hello to students in my human
rights class who are watching the live stream of this hearing from
the University of Winnipeg instead of hearing me lecture in
person in class today. Thank you also for the opportunity to
speak at this point to bring brief remarks on behalf of Canadian
Honorables sénateurs et chers collègues de la société civile et
députés, si vous le permettez, j’aimerais saluer mes étudiants en
droits de la personne qui regardent en direct cette séance à partir
de l’Université de Winnipeg plutôt que de m’écouter donner mon
cours d’aujourd’hui. Je vous remercie également de me donner
l’occasion à cette étape-ci de vous faire part au nom de La Voix
24-3-2014
Droits de la personne
4:25
Voice of Women for Peace to express concerns and suggestions
regarding Canada’s national action plan of 2010 and the two
annual progress reports on its implementation released recently
by the government.
des femmes canadiennes pour la paix de brèves observations ainsi
que de préoccupations et de propositions concernant le Plan
d’action du Canada de 2010 et ses deux rapports d’étape annuels
publiés récemment par le gouvernement au sujet de sa mise en
œuvre.
Since its founding in 1960, Canadian Voice of Women for
Peace members have advocated domestically and internationally
for the abolition of war, demilitarization, and the inclusion of
women in decision making at all levels related to peace and
security.
Depuis sa création en 1960, les membres de La Voix des
femmes canadiennes pour la paix ont plaidé au Canada et à
l’étranger en faveur de l’abolition de la guerre, de la
démilitarisation et de l’inclusion des femmes à tous les échelons
dans la prise de décisions concernant la paix et la sécurité.
My remarks today fix on the nexus of women’s human rights
and women’s human security as essential components to law,
policy and actions in our constitutional democracy in a global
context.
Mes observations d’aujourd’hui portent sur les droits et la
sécurité des femmes en tant qu’éléments essentiels des lois, des
politiques et des décisions dans notre démocratie constitutionnelle
et dans un contexte mondial.
The adoption of 1325 by the Security Council in 2000
confirmed further the decades-long Voice of Women rationale
for women’s inclusion for the prevention of violent conflict,
protection from its harms and participation in the machinery of
decision making. Voice of Women members are pleased to be a
founding member organization of the Women, Peace and Security
Network - Canada, as well as active with many other peace-linked
affiliations, including accreditation by the United Nations
Economic and Social Council.
L’adoption en 2000 par le Conseil de sécurité de la résolution
1325 confirme davantage le raisonnement de La Voix des femmes
qui compte sur leur inclusion pour prévenir les conflits violents,
les protéger lorsqu’ils surviennent et les faire participer dans le
processus décisionnel. Nos membres sont heureuses de faire partie
d’une des organisations fondatrices du Réseau Les femmes, la
paix et la sécurité — Canada en plus d’être actives au sein de
nombreuses autres associations de promotion de la paix, y
compris par l’entremise d’une accréditation du Conseil
économique et social des Nations Unies.
Last week I returned from the fifty-eighth session of the UN
Commission on the Status of Women, where Voice of Women,
for the twenty-fourth time, participated. This year we hosted a
packed intergenerational, international dialogue on peace
education, featuring young Canadian women leaders from
Newfoundland, Ontario, Manitoba and British Columbia,
outlining peace camps that they are building for girls, with
Voice of Women support, which have generated strong
international interest in adaptation of this model. When I
presented to this committee last May, I shared with you one of
these peace education projects, resulting in a new women and
peace and security badge being developed with Girl Guides in
Manitoba.
La semaine dernière, je suis revenue de la 58e séance de la
Commission de la condition de la femme de l’ONU. C’était la
24e fois que La Voix des femmes y participait. Cette année, nous
avons organisé un dialogue intergénérationnel et international sur
l’éducation à la paix. La salle était pleine à craquer. Nous avons
mis en vedette des leaders de Terre-Neuve, du Manitoba et de la
Colombie-Britannique, qui ont parlé des camps de la paix qu’elles
construisent pour les filles, avec l’appui de La Voix des femmes. À
l’échelle internationale, ils sont nombreux à être très intéressés à
adapter le modèle. Quand j’ai comparu devant votre comité au
mois de mai dernier, je vous ai parlé d’un de ces projets
d’éducation à la paix qui a entraîné la création d’un nouveau
badge des Guides du Manitoba concernant les femmes, la paix et
la sécurité.
In my closing remarks, I will make four recommendations on
behalf of Voice of Women, but let me highlight now our deep
conviction that military training and practice in non-violent
responses to conflict need to be essential and immediate priorities,
utilizing women’s leadership at every level.
En guise de conclusion, je vais vous faire part de quatre
recommandations de La Voix des femmes, mais laissez-moi
souligner dès maintenant que nous sommes convaincues que la
formation et les pratiques militaires pour intervenir de manière
non violente dans les conflits sont essentielles et prioritaires, et
qu’il faut recourir au leadership des femmes à tous les échelons.
Let me put my remarks in the context of the agreed conclusions
reached just a few days ago at the fifty-eighth session of the CSW:
Permettez-moi de situer mes observations dans le contexte des
conclusions concertées auxquelles on est parvenu il y a seulement
quelques jours à la 58e séance de la CCF :
The Commission notes the universal context of gender
equality and recognizes that almost fifteen years after the
Millennium Development Goals were launched, no country
has achieved equality for women and girls, and significant
levels of inequality between women and men persist . . . The
Commission reaffirms the vital role of women as agents of
La Commission prend note du contexte universel de l’égalité
des sexes et reconnaît que près de 15 ans après le lancement
des Objectifs du Millénaire pour le développement, aucun
pays n’a atteint l’égalité pour les femmes et les filles, et des
degrés d’inégalité considérables persistent... La Commission
réaffirme le rôle vital des femmes en tant qu’agent de
4:26
Human Rights
24-3-2014
development, and recognizes that gender equality and the
empowerment of women must be achieved to realize the
unfinished business . . .
développement et reconnaît que l’égalité des sexes et
l’autonomie des femmes doivent devenir réalité pour
terminer le travail...
Lest anyone listening make the mistake of isolating women,
peace and security in a silo, separate from women’s human rights,
including the right to development, let me assure you that women
the world over can thrive at the nexus of human rights and human
security when supported by the normative framework constructed
with the Convention on the Elimination of All Forms of
Discrimination against Women, CEDAW, the suite of women,
peace and security council resolutions, beginning with 1325, and
other rights defined by international law, to which Canada is
legally obligated.
Au cas où une personne qui m’écoute ferait l’erreur de mettre
les femmes en vase clos et d’ignorer leurs droits, y compris leur
droit au développement, dans la promotion de la paix et de la
sécurité, je peux vous assurer que les femmes du monde entier
peuvent s’épanouir à la convergence des droits de la personne et
de la sécurité humaine grâce au soutien du cadre normatif que
constituent la Convention sur l’élimination de toutes les formes de
discrimination à l’égard des femmes, la CEDAW; l’ensemble des
résolutions du Conseil de sécurité sur les femmes, la paix et la
sécurité, en commençant par la 1325; et d’autres droits prévus par
les lois internationales, que le gouvernement est tenu de respecter.
To illustrate the alignment of this most recent consensus
statement from the UN on women’s rights, let us remember the
key commitments made by the C-NAP in 2010. As civil society
leaders have brought to this committee’s attention previously, the
C-NAP was rather disappointing and weak, given the absence of
any specific commitments on resources to implement the
aspirations. We appreciate the release of the long-awaited
reports this year, but we ask for more sharing of information in
a timely and open manner by the Department of Foreign Affairs,
Trade and Development and the Department of Defence and
other agencies such as the RCMP and departments working in
this area.
Afin d’illustrer l’alignement du plus récent protocole d’accord
de l’ONU sur les droits des femmes, rappelons-nous des
principaux engagements pris en 2010 dans le cadre du Plan
d’action du Canada. Comme les dirigeants de la société civile l’ont
déjà signalé au comité, le Plan d’action du Canada était plutôt
décevant et faible compte tenu de l’absence d’engagements précis
en matière de ressources pour réaliser les aspirations. Nous nous
réjouissons de la publication cette année de ce rapport tant
attendu, mais nous demandons que davantage de renseignements
soient communiqués en temps voulu et de manière ouverte par le
ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du
Développement, le ministère de la Défense et d’autres ministères
et organismes qui travaillent dans le domaine, comme la GRC.
Canadian officials have consistently been hospitable, open and
generous to students that I bring to Ottawa and to the UN and
New York, for which we are sincerely appreciative. However, as
the coordinating author of the Canada chapter and the recently
released 2013 Civil Society Monitoring Report on Security
Council Resolution 1325 by the Global Network of Women
Peacebuilders, I want you to know it was a tough day to be with
my students at the launch of this report hosted by the Canadian
mission to the UN in New York and to see that Canada’s rating
on the international scorecard could have been so much better if
only information had been shared by government departments
when it was requested for the Canada chapter, because the
websites are so out of date. No one benefits when Canada appears
to be underperforming on international indicators on women,
peace and security.
Les représentants du Canada sont toujours accueillants,
ouverts et généreux avec les étudiants que j’amène à Ottawa et
à l’ONU, à New York, et nous en sommes sincèrement
reconnaissants. Cependant, en tant qu’auteur et coordonnateur
du chapitre sur le Canada et du rapport de surveillance de la
société civile de 2013 sur la résolution 1325 des Nations Unies qui
a été publié récemment par le Global Network of Women
Peacebuilders, je veux que vous sachiez que ce n’était pas une
bonne journée pour être avec mes étudiants lorsque le rapport a
été présenté par la mission du Canada auprès de l’ONU à New
York et que nous avons constaté que la note du Canada aurait pu
être beaucoup plus élevée que celles des autres pays si seulement
les ministères avaient transmis l’information demandée pour le
chapitre sur le Canada, car les sites web sont complètement
désuets. Ce n’est avantageux pour personne lorsque les
indicateurs régionaux semblent indiquer que la performance du
Canada est inférieure en ce qui a trait aux femmes, à la paix et à la
sécurité.
Let me end with four recommendations for specific actions to
augment effective implementation of the lofty words in C-NAP.
Recommendation 1: That the recently merged and renamed
Department of Foreign Affairs, Trade and Development adopt a
new, clear, strong gender equality policy with an entrenched,
adequately resourced mechanism for reporting and measuring
intra-departmental progress toward implementation targets
across all areas of the department’s work, within the normative
framework, consistent with Canada’s human rights and human
Laissez-moi conclure en vous recommandant quatre mesures
concrètes pour accroître l’efficacité de la mise en œuvre des belles
paroles du Plan d’action du Canada. La première est que le
ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du
Développement, qui a récemment fait l’objet d’une fusion et été
renommé, adopte une nouvelle politique claire et ferme sur
l’égalité entre les sexes avec un mécanisme intégré et doté de
ressources adéquates pour produire des rapports et mesurer les
progrès intraministériels en vue d’atteindre les cibles de mise en
24-3-2014
Droits de la personne
4:27
security obligations under CEDAW, the new CEDAW general
recommendation 30, the full suite of women, peace and security
resolutions.
œuvre relatives à toutes les facettes de son travail, dans le cadre
normatif, conformément aux obligations du Canada en matière
de droits de la personne et de sécurité imposées par la CEDAW,
sa nouvelle recommandation générale no 30 et l’ensemble des
résolutions sur les femmes, la paix et la sécurité.
Recommendation 2: That the Harper government appoint a
high-level champion on women, peace and security issues — and
on this we strongly agree with our sister organization, the
Women, Peace and Security Network — with a dedicated budget
for liaison and inclusion of women’s civil society organizations
with demonstrated expertise in this field.
La deuxième recommandation est que le gouvernement Harper
nomme un champion de haut rang pour les questions concernant
les femmes, la paix et la sécurité — et nous sommes tout à fait
d’accord à ce sujet avec notre organisation sœur, le Réseau Les
femmes, la paix et la sécurité — avec un budget pour la liaison
avec les organisations de la société civile des femmes qui ont
démontré leur savoir-faire dans ce domaine et leur inclusion.
Recommendation 3: We urge this committee to examine the
unjust impact of Canada’s restricting funding for women’s access
to the full range of reproductive health services in humanitarian
crises and conflict situations. This restriction is contrary to the
spirit of the most recent Security Council Resolution 2122, which
specifically states:
Troisièmement, nous recommandons fortement à votre
comité d’examiner les répercussions injustes des restrictions
financières du Canada concernant l’accès des femmes à
l’ensemble des services de santé génésique en cas de crises
humanitaires et de conflits. Ces mesures vont à l’encontre de
l’esprit de la plus récente résolution du Conseil de sécurité. En
effet, la résolution 2122 précise ce qui suit :
Recognizing the importance of Member States and
United Nations entities seeking to ensure humanitarian aid
and funding includes provision for the full range of medical,
legal, psychosocial and livelihood services to women
affected by armed conflict and post-conflict situations, and
noting the need for access to the full range of sexual and
reproductive health services, including regarding
pregnancies resulting from rape, without discrimination . . .
Considérant qu’il importe que les États Membres et les
entités des Nations Unies cherchent à s’assurer que l’aide et
le financement humanitaires couvrent tout l’éventail des
services médicaux, juridiques et psychosociaux, ainsi que
l’aide à la subsistance, dont les femmes ont besoin dans les
situations de conflit armé ou d’après conflit, et notant la
nécessité de ménager un accès sans discrimination à
l’ensemble des services de santé sexuelle et procréative, y
compris en cas de grossesse résultant d’un viol...
Lastly, Voice of Women uses evidence-based advocacy, but
solid, up-to-date evidence from our government needs to be more
openly shared in Canada and in countries where Canada is
helping to support peace building. We recommend that Canada
collect regularly and disseminate statistics on the minimum set of
gender indicators and the core set of violence against women
indicators adopted by the United Nations Statistical Commission
in 2013.
Pour finir, La Voix des femmes canadiennes pour la paix fait de
la sensibilisation axée sur des données probantes, mais il faut
faciliter l’accès aux données à jour du gouvernement ici et dans les
pays où le Canada appuie les efforts de consolidation de la paix.
Nous recommandons que le Canada recueille régulièrement et
diffuse des statistiques concernant l’ensemble minimal
d’indicateurs sexospécifiques et l’ensemble de base d’indicateurs
de la violence à l’égard des femmes qui ont été adoptés en 2013
par la Commission de statistique des Nations Unies.
Thank you for this opportunity to bring feasible
recommendations for immediate steps to implement C-NAP on
behalf of the Canadian Voice of Women for Peace.
Je vous remercie de cette occasion de vous faire part au nom de
La Voix des femmes canadiennes pour la paix de recommandations
réalistes concernant des mesures immédiates de mise en œuvre du
Plan d’action du Canada.
The Chair: Thank you. Can we now hear from Ms. Bernstein?
La présidente : Merci. Pouvons-nous passer à Mme Bernstein?
Liz Bernstein, Executive Director, Nobel Women’s Initiative:
Thank you. Madam Chair, senators, colleagues, thank you for the
opportunity to speak with you today.
Liz Bernstein, directrice exécutive, Nobel Women’s Initiative :
Merci. Madame la présidente, honorables sénateurs et chers
collègues, je suis reconnaissante d’avoir l’occasion de m’adresser à
vous aujourd’hui.
The Nobel Women’s Initiative was founded in 2006 by six
courageous women Nobel Peace Prize laureates to magnify the
power and visibility of women working in countries around the
world for peace with justice and equality. Over the last eight
years, we have supported grassroots women’s organizations and
movements by spotlighting and promoting their work —
La Nobel Women’s Initiative a été créée en 2006 par six
courageuses lauréates du prix Nobel de la paix dans le but
d’accroître le pouvoir et la visibilité des femmes qui travaillent
partout dans le monde pour la paix en s’appuyant sur la justice et
l’égalité. Au cours des huit dernières années, nous avons soutenu
les organisations communautaires et les démarches des femmes en
4:28
Human Rights
24-3-2014
important work on the ground building peace in their
communities — providing access to officials, amplifying their
messages to the international community and the media, and
bringing them together to build new networks. The women we
support come from a range of conflict-affected areas, including
but certainly not limited to Sudan, Burma, the Democratic
Republic of the Congo, Liberia, Guatemala, Honduras, Mexico
and Iran.
attirant l’attention et en faisant la promotion de leur travail — qui
est important sur le terrain pour consolider la paix dans leurs
collectivités —, en les mettant en contact avec des responsables, en
faisant entendre leurs messages à la communauté internationale et
aux médias, et en les rassemblant pour créer de nouveaux réseaux.
Nous soutenons des femmes qui viennent d’une multitude de pays
touchés par les conflits, y compris le Soudan, la Birmanie, la
République démocratique du Congo, le Libéria, le Guatemala, le
Honduras, le Mexique et l’Iran, pour n’en nommer que quelquesuns.
Three weeks ago, we took a delegation of Canadian and
American women to the Democratic Republic of the Congo.
There we met with local women activists, sexual violence
survivors, government officials and representatives from the UN
and other international organizations. As you’ve probably heard
before, sexual violence in the DRC is a crisis of epic proportions.
A recent study estimated that 48 women are raped there every
hour. It’s hard to know if that statistic is true or not, but I can tell
you from this trip that it was hard to meet a woman in the Congo
who has not been touched in some way by sexual violence.
Il y a trois semaines, nous avons accompagné une délégation de
femmes canadiennes et américaines en République démocratique
du Congo. Nous y avons rencontré des militantes locales, des
survivantes de violences sexuelles, des représentants du
gouvernement de même que des représentants de l’ONU et
d’autres organisations internationales. Comme vous l’avez
probablement déjà entendu, la violence sexuelle en République
démocratique du Congo est une crise incommensurable. Selon
une étude récente, 48 femmes y sont violées toutes les heures. Il est
difficile de savoir si cette statistique est bel et bien réelle, mais lors
de notre voyage, la presque totalité des femmes du Congo que
nous avons rencontrées étaient touchées d’une façon ou d’une
autre par la violence sexuelle.
I want to tell you about some of the extraordinary women we
met. From October 2012 to May 2013, 16-year-old Mireille was
held by militia men and repeatedly raped, sometimes by 10 men at
once. She became pregnant and now has an eight-month-old son.
She told us that she wonders what she will tell her son. Every time
she looks at her child, she sees the faces of her attackers. She told
us her story in hopes that we would speak out and share it with
others in the international community, as we’re doing here today,
as she wants us to rally to stop the atrocities. She echoed the calls
of so many women we met who told us, ‘‘On a soif de la paix’’ —
‘‘We thirst for peace.’’
J’aimerais vous parler des femmes extraordinaires que nous
avons rencontrées. D’octobre 2012 à mai 2013, Mireille, une fille
de 16 ans, est demeurée captive des miliciens. Elle a été violée à
répétition, parfois par 10 hommes à la fois. Elle est tombée
enceinte et a maintenant un fils de huit mois. Elle nous a dit
qu’elle se demandait ce qu’elle allait lui dire. Chaque fois qu’elle le
regarde, elle voit le visage de ses attaquants. Elle nous a raconté
son histoire dans l’espoir que nous la transmettions à d’autres
intervenants dans la communauté internationale, comme nous le
faisons ici aujourd’hui; elle souhaite que nous unissions nos
efforts pour mettre fin à ces atrocités. Elle veut la même chose que
tant d’autres femmes, qui nous ont dit : « On a soif de la paix. »
The war in DRC is meant to be over. The peace agreement was
signed in 2009, yet peace has not come for the women of DRC.
What we have learned in the DRC, and indeed in so many
countries around the world, is that sexual violence does not abate
with the signing of peace agreements. In many cases, women are
not in a physical or psychological state to take care of the children
born of rape, rejecting or even abusing them. Fragile legal systems
do not often prioritize prosecutions of rape, and some even allow
or encourage rapists to marry their victims in order to escape
punishment. And the cycle of violence continues.
La guerre en République démocratique du Congo devrait être
terminée. L’accord de paix a été signé en 2009; or, les Congolaises
n’ont toujours pas trouvé la paix. Ce que nous avons appris, en
République démocratique du Congo et dans de nombreux autres
pays, c’est que la violence sexuelle ne s’efface pas avec la signature
des accords de paix. Dans de nombreux cas, l’état physique ou
psychologique des femmes ne leur permet pas de s’occuper de leur
enfant né du viol; souvent, elles le rejettent ou le maltraitent
même. Les systèmes juridiques fragiles n’accordent souvent pas la
priorité aux poursuites liées au viol; certains encouragent même
les violeurs à marier leur victime pour éviter d’être punis, et le
cycle de la violence se poursuit.
Lucky for Mireille, she received support from other women
who directed her to SOFEPADI, Solidarité Féminine pour la Paix
et le Développement Intégral. SOFEPADI was founded in 2003
by 24 women in the Congo committed to fighting against
impunity for sexual violence in the Ituri and North Kivu
provinces of DRC. As they so proudly showed us around their
clinic in Bunia that morning, they told us how it is the only one in
Heureusement pour Mireille, elle a reçu le soutien d’autres
femmes qui l’ont guidée vers l’organisation SOFEPADI,
Solidarité Féminine pour la Paix et le Développement Intégral.
La SOFEPADI a été créée en 2003 par 24 femmes du Congo
déterminées à lutter contre l’impunité des violences sexuelles dans
les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu, en République
démocratique du Congo. Alors qu’elles nous montraient
24-3-2014
Droits de la personne
4:29
an area the size of Spain that supports rape victims holistically by
providing medical services, legal accompaniment and
psychological services. It does not get government funding or
international support, but it is an example of everything that our
governments and international organizations aspire to.
SOFEPADI delivers highly effective services and support to
women, tailored to their specific needs and at a very low cost. It is
sustainable because the idea came from the grassroots, their
solutions are homegrown, and the women who once entered the
doors as victims carry on to become the next care providers and
change agents.
fièrement leur clinique à Bunia ce matin-là, elles nous ont dit que
leur organisation était la seule dans une région de la taille de
l’Espagne à aider les victimes de viol de façon holistique, en leur
offrant des services médicaux, un accompagnement juridique et
des services psychologiques. L’organisation ne reçoit aucun
soutien du gouvernement ni de la communauté internationale,
mais elle est un exemple de ce à quoi aspirent nos gouvernements
et nos organisations internationales. La SOFEPADI offre aux
femmes des services et un soutien très efficaces, adaptés à leurs
besoins particuliers, à très faible coût. C’est une organisation
durable puisque l’idée est née dans la région, les solutions sont
locales et les femmes qui y entrent en tant que victimes deviennent
les prochains fournisseurs de soins et agents du changement.
That afternoon, we had the privilege of meeting 30 women
from organizations supported by the Fonds pour les Femmes
Congolaises. SOFEPADI launched the Congolese women’s fund
to provide small grants of $1,000 to $5,000 to small women’s
organizations in villages far from cities and far from the eyes of
international donors. It was one of the most inspiring afternoons
of the trip, as woman after woman shared what she and her
organization, their villages, were doing to support women, end
violence and build peaceful communities on such a shoestring. It’s
exactly these kinds of efforts that the UN Security Council
Resolution 1325 is meant to support and foster.
Cet après-midi-là, nous avons eu le privilège de rencontrer
30 femmes des organisations appuyées par le Fonds pour les
femmes congolaises, qui a été créé par la SOFEPADI et qui offre
des subventions de 1 000 à 5 000 $ aux petites organisations de
femmes dans les villages éloignés des villes, qui ne reçoivent pas
l’aide des donateurs internationaux. Cela a été l’un des moments
les plus inspirants de notre voyage : les unes après les autres, les
femmes nous ont dit ce qu’elles, leur organisation et leur village
faisaient pour aider les femmes, mettre fin à la violence et établir
des collectivités paisibles, avec de très petits budgets. La
résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies vise
exactement à appuyer et à favoriser ce genre d’efforts.
As you well know, 1325 came into being and was a historic
moment and significant milestone for women working for peace
with justice and equality. It is meant to spearhead mechanisms
and policies that would bring women to the peace tables to
negotiate their future in post-conflict settings, to highlight the
impact of war on women and to eliminate violence against women
in conflict, including sexual violence.
Comme vous le savez, l’adoption de la résolution 1325 a été un
moment historique et un jalon important pour les femmes qui
travaillent pour la paix, la justice et l’égalité. Elle vise à établir des
mécanismes et des politiques qui permettraient aux femmes de
prendre part aux tables de négociations de paix pour négocier leur
avenir dans un contexte d’après-conflit, de souligner les
conséquences de la guerre sur les femmes et d’éliminer la
violence faite aux femmes dans les situations de conflits, ce qui
comprend la violence sexuelle.
Sadly, governments around the world have failed to live up to
their promise to bring women to the centre of peace processes.
Women have represented fewer than 8 per cent of participants
and fewer than 3 per cent of signatories, and no woman has ever
been appointed chief or lead mediator in UN-sponsored peace
talks.
Malheureusement, les gouvernements du monde entier n’ont
pas réussi à remplir leur promesse de placer les femmes au cœur
des processus de paix. Les femmes représentent moins de 8 p. 100
des participants et moins de 3 p. 100 des signataires, et aucune
femme n’a été nommée au poste de chef ou de médiateur principal
dans les pourparlers de paix parrainés par les Nations Unies.
For 14 years now, women have worked hard to ensure
governments around the world are implementing UN Security
Resolution 1325, but they face tremendous obstacles,
discrimination, and indeed threats as they organize for peace in
their communities.
Depuis maintenant 14 ans, les femmes travaillent fort pour
veiller à ce que les gouvernements du monde entier mettent en
œuvre la résolution 1325 du Conseil de sécurité de l’ONU, mais
elles sont confrontées à des obstacles considérables, à la
discrimination et même à la menace lorsqu’elles s’organisent
pour la paix dans leurs collectivités.
Let me give you two examples. As we heard earlier, the women
of Syria were excluded from the peace talks that took place in
January 2014 in Geneva, known as Geneva II. Although they’ve
had events such as the one we heard, Syrian women campaigned
for months to be included. On the day of the negotiations, they
were standing outside ready to participate, but the doors
remained closed to the women of Syria.
J’aimerais vous donner deux exemples. Comme nous l’avons
entendu, on a exclu les femmes syriennes des pourparlers de paix
tenus à Genève en janvier 2014, connus sous le nom de
pourparlers « Genève II ». Malgré les événements dont nous
avons entendu parler, les Syriennes ont lutté pendant des mois
pour être incluses dans les pourparlers. Le jour des négociations,
elles se tenaient à l’extérieur de l’immeuble et étaient prêtes à y
participer, mais les portes sont demeurées fermées.
4:30
Human Rights
24-3-2014
Another example is in Burma, or Myanmar. Women have been
under attack as part of military offensives by the Burmese military
against ethnic groups. Women’s grassroots organizations have
spared no efforts to document thousands of cases of rape
committed by the military and have advocated for years for an
international inquiry into rape as a weapon of war in Burma.
Moreover, they have organized trainings at the community level
about 1325. Yet as another chance of a nationwide ceasefire is
approaching, they seem to be systematically excluded once again.
And we know from a 2012 study of 83 peace agreements that they
are 60 per cent less likely to fail when they’re inclusive.
La Birmanie, ou le Myanmar, est un autre bon exemple. Les
femmes ont été la cible d’attaques dans le cadre des offensives du
régime militaire birman contre les groupes ethniques. Les
organisations de femmes communautaires n’ont ménagé aucun
effort pour documenter les milliers de cas de viols commis par les
militaires et ont milité pendant des années pour la tenue d’une
enquête internationale sur le viol à titre d’arme de guerre en
Birmanie. De plus, elles ont organisé des séances de formation
communautaires sur la résolution 1325. Or, à l’approche d’un
nouveau cessez-le-feu à l’échelle nationale, elles semblent être
systématiquement exclues une fois de plus. D’après une étude de
2012 portant sur 83 accords de paix, nous savons que les accords
inclusifs sont 60 p. 100 moins susceptibles d’échouer que les
autres.
Throughout the numerous delegations we have had the
privilege to undertake, we have witnessed the inspiring work of
women’s organizations like those I shared today in the DRC,
Syria and Burma, and there are peacemakers stitching their
communities back together after violence and insecurity.
Dans le cadre des nombreux voyages que nous avons eu la
chance de faire, nous avons été témoins du travail inspirant des
organisations de femmes comme celles dont j’ai parlé en
République démocratique du Congo, en Syrie et en Birmanie, et
des artisans de la paix qui reconstituent les collectivités après la
violence et l’insécurité.
The challenges are vast, but there is much that Canada and the
international community can do to support these women in
bringing peace to their communities. Most pressingly, we must
work together to stop rape and sexual violence in conflict. Rape is
used as a war strategy to destroy communities, as I’ve shared, and
indeed the social fabric of society.
Les défis sont grands, mais le Canada et la communauté
internationale peuvent faire beaucoup pour aider ces femmes à
rétablir la paix dans leurs collectivités. Nous devons surtout
travailler ensemble pour mettre fin au viol et à la violence sexuelle
en situation de conflit. Comme je l’ai dit, le viol est utilisé comme
stratégie de guerre pour détruire les collectivités, et le tissu social
de la société.
Two years ago, the laureates of the Nobel Women’s Initiative,
together with dozens of experts and grassroots organizations,
came together to form the International Campaign to Stop Rape
& Gender Violence in Conflict. The campaign calls for powerful
and urgent leadership on the local, national, regional and
international levels to prevent and stop rape and gender
violence in war and conflict situations; a dramatic increase in
resources for prevention and protection for psychosocial and
physical healing for survivors, their families and communities,
including concerted efforts to end the stigma of survivors; and
justice for victims, including prosecution of perpetrators at
national, regional and international levels, and comprehensive
reparations for survivors.
Il y a deux ans, les lauréates de la Nobel Women’s Initiative de
même que des dizaines d’experts et d’organisations
communautaires se sont réunis pour lancer la Campagne
internationale pour mettre fin aux viols et à la violence fondée
sur le genre en situation de conflit. La campagne demande la prise
de mesures urgentes à l’échelle locale, nationale, régionale et
internationale pour prévenir et arrêter le viol et la violence fondée
sur le genre en situation de guerre et de conflit; une augmentation
considérable du nombre de ressources affectées à la prévention et
à la protection pour la guérison psychosociale et physique des
survivantes, des familles et des collectivités, ce qui comprend des
efforts concertés pour mettre fin à la stigmatisation des
survivantes; et la justice pour les victimes, notamment la
poursuite des agresseurs à l’échelle nationale, régionale et
internationale, et des réparations considérables pour les
survivantes.
Governments have indeed taken note of our concerted efforts.
We are pleased to see that this issue is gaining momentum on the
international agenda, and the first ever Global Summit to End
Sexual Violence in Conflict will be hosted by the U.K. this June.
It is time for all our governments to show leadership in living up
to their commitments and ensuring UNSCR 1325, along with all
the related resolutions, is fully implemented.
Les gouvernements ont pris connaissance de nos efforts
concertés. Nous nous réjouissons de voir que la question gagne
du terrain dans l’actualité internationale, et que le premier
sommet mondial pour mettre fin à la violence sexuelle en situation
de conflit se tiendra au Royaume-Uni en juin. Il est temps pour
tous nos gouvernements de faire preuve de leadership, de
respecter leurs engagements et de veiller à ce que la
RCSNU 1325 et toutes les autres résolutions connexes soient
pleinement mises en œuvre.
24-3-2014
Droits de la personne
4:31
Canada has a key role to play in this effort. Today I join with
my colleagues — we’re also proud members of the Women, Peace
and Security Network in Canada — to ask for bold leadership by
the Canadian government to support efforts around the world to
end sexual violence in conflict.
Le Canada a un rôle important à jouer dans cet effort. Je me
joins aujourd’hui à mes collègues — nous sommes également de
fières membres du réseau Les femmes, la paix et la sécurité —
Canada — pour demander au gouvernement canadien de prendre
des mesures audacieuses dans le but d’appuyer les efforts du
monde entier pour mettre fin à la violence en situation de conflit.
Some of the specific requests that the campaign is calling on the
Government of Canada to do are to participate meaningfully at
the ministerial level in the Global Summit to End Sexual Violence
in Conflict in London in June and to work with civil society —
we’re ready to work with you — to develop concrete, long-term
commitments. Leadership requires resources, as you well know,
so the campaign is calling on Canada to create a global fund to
support women’s organizations and women’s human rights
defenders working on women’s rights, specifically on sexual
violence.
La campagne demande notamment au gouvernement du
Canada de participer de façon significative, à l’échelle
ministérielle, au sommet mondial pour mettre fin à la violence
sexuelle en situation de conflit qui se tiendra à Londres en juin, et
de collaborer avec la société civile — nous sommes prêts à
travailler avec vous — pour établir des engagements concrets à
long terme. Comme vous le savez, pour avoir du leadership, il faut
des ressources. La campagne demande donc au Canada de créer
un fonds mondial à l’appui des organisations de femmes et des
défenseurs des droits des femmes, qui se concentrent sur la
violence sexuelle.
We’re also calling for the Government of Canada to fund the
full range of sexual and reproductive health services, as my
colleague Marilou mentioned earlier, as indeed she pointed out,
recognized in Security Council Resolution 2122.
Nous demandons également au gouvernement du Canada de
financer l’ensemble des services en matière de santé sexuelle et
génésique, qui sont reconnus dans la résolution 2122 du Conseil
de sécurité, comme l’a fait valoir ma collègue Marilou.
The campaign is also calling on the Government of Canada to
sign the arms trade treaty as soon as possible, and the campaign is
asking that the commitments made by the Government of Canada
through Canada’s Action Plan for the Implementation of United
Nations Security Council Resolutions on Women, Peace and
Security be fully implemented and that women’s organizations in
Canada be included as allies in the full process.
La campagne demande également au gouvernement du Canada
de signer le traité sur le commerce des armes le plus tôt possible, et
de mettre en œuvre pleinement ses engagements pris dans le Plan
d’action du Canada pour la mise en œuvre des résolutions du
Conseil de sécurité des Nations Unies sur les femmes, la paix et la
sécurité, et à ce que les organisations de femmes du Canada soient
incluses à titre d’alliées dans l’ensemble du processus.
To help accomplish this, the campaign is asking for the
appointment of a high-level champion for ending sexual violence
in conflict that can liaise between government departments and
with civil society and help us monitor the implementation of the
C-NAP.
Pour ce faire, la campagne demande la nomination d’un
champion de niveau supérieur pour la lutte contre la violence
sexuelle en situation de conflit, qui pourra assurer la liaison entre
les ministères du gouvernement et la société civile, et nous aider à
surveiller la mise en œuvre du PAC.
In conclusion, thank you for the opportunity to appear today.
We look forward to continuing this discussion in the future.
En conclusion, j’aimerais vous remercier de m’avoir donné
l’occasion de témoigner devant vous aujourd’hui. Nous serons
heureuses de poursuivre la discussion avec vous.
The Chair: Thank you very much, Ms. Bernstein. We will now
go to Ms. Jessica Tomlin of the Women, Peace and Security
Network.
La présidente : Merci beaucoup, madame Bernstein. Nous
passons maintenant à Jessica Tomlin, du réseau Les femmes, la
paix et la sécurité — Canada.
Jessica Tomlin, Executive Director, MATCH International,
Women, Peace and Security Network — Canada: Thank you very
much, Madam Chair, and good evening to all. I would like to
thank the committee for the opportunity to appear before you
today. My name is Jess Tomlin and I am the executive director of
the MATCH International Women’s Fund, which is a proud
member also of the Women, Peace and Security Network of
Canada.
Jessica Tomlin, directrice générale, MATCH International,
réseau Les femmes, la paix et la sécurité — Canada : Merci
beaucoup, madame la présidente. Bonjour à tous. Je vous
remercie de me permettre de témoigner devant vous. Je
m’appelle Jess Tomlin, et je suis directrice générale du Fonds
pour les femmes du MATCH International, qui est également un
fier membre du réseau Les femmes, la paix et la sécurité - Canada.
The network itself is entirely volunteer-based and is made up of
Canadian organizations and individuals from around the country
who do two things, primarily. The first is promoting and
monitoring the efforts of the Government of Canada to
implement and support the United Nations Security Council on
Le réseau est entièrement formé de bénévoles, et comprend des
organismes et des particuliers canadiens de partout au pays qui
font principalement deux choses : d’abord, ils favorisent et
surveillent les efforts du gouvernement du Canada en vue de la
mise en œuvre des résolutions du Conseil de sécurité des Nations
4:32
Human Rights
24-3-2014
women, peace and security issues, and the second is providing a
forum for exchange and action amongst Canadian civil society
specifically on issues in relation to women, peace and security.
Unies sur les femmes, la paix et la sécurité; ensuite, ils offrent une
tribune pour les échanges et la prise de mesures dans la société
civile canadienne, surtout en ce qui a trait aux enjeux relatifs aux
femmes, à la paix et à la sécurité.
Many of us within the group represent organizations or work
individually in regions of conflict such as the Congo, Colombia
and the Middle East, and we work directly with partners who are
struggling to build peace first-hand and promote the rights of
women in these processes. The groups that I’m representing here
today continue to look to Canada for leadership on these issues.
Les membres du groupe représentent des organisations ou
travaillent de façon individuelle dans les zones de conflit comme le
Congo, la Colombie et le Moyen-Orient; nous travaillons
directement avec nos partenaires qui luttent pour instaurer la
paix et nous promouvons les droits des femmes dans ces
processus. Les groupes que je représente aujourd’hui comptent
toujours sur le leadership du Canada dans ces dossiers.
I can take a moment to tell you about the MATCH
International Women’s Fund. MATCH International is an
organization that has been a feminist development organization
for the last 40 years but has recently become a grant-making
agency that works to support women’s rights organizations in the
global south. We make an intentional grant-making effort to
support women particularly in situations of conflict, and like
Nobel Women’s Initiative we have a great deal of interest and
presence in places where women are most disproportionately
affected by rape and violent conflict. Specifically, we work on
forced disappearance of women brought on by the conflict in
Colombia. We work to support women’s rights organizations in
the Congo, specifically mobilizing young women within the
national women’s rights movement to harness technology and
social media to talk about rape and violent conflict.
J’aimerais prendre un moment pour vous parler du Fonds pour
les femmes du MATCH International. MATCH International est
un organisme de développement féministe établi depuis 40 ans,
mais qui est récemment devenu un organisme subventionnaire qui
aide les organisations de défense des droits de la femme dans
l’hémisphère sud. Nous veillons à aider les femmes, surtout en
situation de conflit, et tout comme l’organisme Nobel Women’s
Initiative, nous avons de grands intérêts et une présence accrue
dans les régions où les femmes sont touchées de façon
disproportionnée par le viol et les conflits violents. De façon
précise, nous travaillons au dossier des disparitions forcées des
femmes en Colombie en raison du conflit. Nous appuyons les
organisations de défense des droits des femmes du Congo, et nous
travaillons surtout à mobiliser les jeunes femmes du mouvement
national de défense des droits des femmes pour miser sur les
technologies et les médias sociaux pour parler du viol et des
conflits violents.
We are working in Uganda incorporating women’s meaningful
participation in the peace negotiations within the Great Lakes
conflict conversation.
Nous travaillons en Ouganda pour une participation
significative des femmes aux négociations de paix dans le cadre
de la conversation sur le conflit des Grands Lacs.
When we speak about the issue of women, peace and security,
we are referring, as the Women, Peace and Security Network, to
the broad suite of issues addressed by the UN Security Council on
this theme. Since 2000, seven resolutions have been adopted that
call for women’s equal and full participation as active agents in
the prevention and resolution of conflict, peacekeeping, peace
building and post-reconstruction.
Lorsqu’il parle de la question des femmes, de la paix et de la
sécurité, le réseau Les femmes, la paix et la sécurité — Canada fait
référence au vaste ensemble de questions abordées par le Conseil
de sécurité des Nations Unies sur ce thème. Depuis l’année 2000,
sept résolutions ont été adoptées pour favoriser la participation
entière et équitable des femmes à titre d’agents actifs dans la
prévention et la résolution des conflits, le maintien de la paix, la
consolidation de la paix et la reconstruction d’après-conflit.
If I can take a few moments of your time to reflect on
the C-NAP, while the days are early and the C-NAP has just
recently been circulated, we do have some preliminary comments.
J’aimerais prendre quelques minutes pour vous parler du PAC.
Bien qu’il soit encore tôt et que le PAC vienne juste d’être lancé,
nous avons formulé quelques observations préliminaires.
As you know, the Government of Canada released its national
action plan on women, peace and security in October 2010. After
the long delay we were pleased to see that the government released
its second annual report earlier this month, as was mentioned
earlier.
Comme vous le savez, le gouvernement du Canada a publié son
plan d’action national pour les femmes, la paix et la sécurité en
octobre 2010. Comme nous l’avons dit, nous sommes heureuses
de voir qu’après un long retard, le gouvernement a enfin publié
son deuxième rapport annuel au début du mois.
While our analysis of these reports is still ongoing, the reports
are long and full of detail, and it can be difficult for us to pull out
overall themes or identify gaps. I will, though, try to make some
preliminary observations on behalf of the network.
Bien que nous n’ayons pas terminé l’analyse de ces rapports,
nous trouvons qu’il est difficile d’en dégager les thèmes généraux
ou de cibler les lacunes, étant donné leur volume et leur
exhaustivité. Je vais toutefois tenter d’émettre certaines
observations préliminaires, au nom du réseau.
24-3-2014
Droits de la personne
4:33
First, we would like to applaud the government and Minister
Baird for the statements in support of ending violence against
women in conflict. We appreciate seeing the listing of
departmental initiatives, funded projects and activities, and we
note that Canada has funded some important work on women,
peace and security around the world, including support for the
crucial work of the Women’s League of Burma and a national
conference on 1325 in South Sudan.
Premièrement, nous tenons à féliciter le gouvernement et le
ministre Baird pour les énoncés à l’appui de la lutte contre la
violence envers les femmes en situation de conflit. Nous
apprécions la liste des initiatives ministérielles et des projets et
activités financés, et nous remarquons que le Canada a financé
d’importants travaux sur les femmes, la paix et la sécurité partout
dans le monde, ce qui comprend un appui envers le travail
important de la Ligue des femmes de Birmanie et une conférence
sur la résolution 1325 au Soudan du Sud.
Second, we are pleased to see that the second report notes —
and I emphasize — ‘‘the empowerment of women in decisionmaking processes, including for conflict resolution, is central to
Canada’s foreign policy.’’ This is a strong statement, and we hope
to see this centrally reflected in future initiatives.
Deuxièmement, nous sommes heureuses de voir que le
deuxième rapport souligne ceci — et j’insiste — :
« L’autonomisation des femmes au regard des processus
décisionnels, y compris en ce qui a trait à la résolution de
conflits, constitue le cœur de la politique étrangère du Canada. »
C’est une déclaration forte, et nous espérons qu’elle sera au cœur
des prochaines initiatives.
Third, despite all the information in the report, it is
unfortunately difficult to actually get a sense of the overall
priority these issues have in Canadian policy-making and
programming. Information is presented anecdotally, often
without an overall context on how these specific initiatives
inform broader diplomatic, defence or development initiatives.
Given that the C-NAP did not have targets, it is also difficult to
know if progress was made more or less than anticipated or
planned. Finally, most of the report focuses on activities carried
out, rather than on analysis of changes or results to be achieved.
Troisièmement, malgré tous les renseignements que contient le
rapport, il est malheureusement difficile de savoir quelle place
occupent ces questions dans l’élaboration des politiques et des
programmes canadiens. L’information est présentée de façon
anecdotique, souvent sans un contexte général sur la façon dont
ces initiatives particulières orientent les initiatives plus vastes en
matière de diplomatie, de défense ou de développement. Comme
le PAC n’établit pas d’objectifs, il est également difficile d’évaluer
les progrès par rapport à ce qui était prévu. Enfin, la majeure
partie du rapport se concentre sur les activités réalisées plutôt que
sur l’analyse des changements ou les résultats à atteindre.
Fourth, given how the information is presented in the reports,
it is difficult to track the financial investments in women, peace
and security initiatives and how these investments compare to the
total of overall investments. We do note, however, and I think this
is an important point, that according to the reporting under
Indicator 3-1, the projects reported on by the stabilization and
reconstruction program, only 7 per cent or 9 projects specifically
targeted gender equality issues. Furthermore, and
disappointingly, close to four out of five projects in this same
group had no or only limited gender analysis.
Quatrièmement, la façon dont les renseignements sont
présentés dans le rapport rend difficile le suivi des
investissements financiers consacrés aux initiatives sur les
femmes, la paix et la sécurité, et de les comparer à l’ensemble
des investissements. Nous avons toutefois constaté — et je crois
qu’il est important de le souligner — sous l’indicateur 3-1 que
seulement 7 p. 100 ou 9 des projets du programme de stabilisation
et de reconstruction visaient de façon spécifique les questions
d’égalité entre les sexes. De plus, et cela est décevant, près de
quatre projets sur cinq de ce même groupe ne visaient aucune
analyse des genres, ou visaient une analyse restreinte.
Finally, to this point, and in looking at the two reports, it
would have been interesting to see a discussion, rather an honest
reflection of what did not go as planned and where the
government thinks it could be doing better. Furthermore, it is
not clear how having a national action plan is contributing
increased resources going to these important issues or if Canada is
achieving improved results in this area. It is a telling story indeed
that builds on our effectiveness in promoting both the role and the
rights of women in situations of conflict. Are we telling the right
story? Are we reflecting effectively the progress that we have
made, or are we simply just reporting back on simple information
and anecdotally? Ultimately, I think we all want this information
to be useful.
Enfin, au point où nous sommes et après avoir étudié les deux
rapports, nous croyons qu’il aurait été intéressant de voir une
discussion, ou plutôt une réflexion honnête, sur les imprévus et
sur les améliorations que le gouvernement pourrait apporter. De
plus, le plan d’action national n’établit pas clairement comment il
contribue à accroître les ressources pour ces questions
importantes ou si le Canada obtient de meilleurs résultats dans
ce domaine. C’est un récit révélateur qui mise sur notre efficacité à
promouvoir le rôle et les droits des femmes en situation de conflit.
Est-ce qu’on raconte la bonne histoire? Est-ce qu’on réfléchit de
manière efficace sur les progrès réalisés ou est-ce qu’on ne fait que
rapporter des renseignements simples de façon anecdotique? En
fin de compte, je crois que nous voulons tous que ces
renseignements soient utiles.
4:34
Human Rights
24-3-2014
It is useful to be here today to engage in this discussion, and if
you will allow me, I will now take a moment to present some of
the recommendations as a part of my testimony based on
the C-NAP.
Notre présence ici aujourd’hui est utile pour entreprendre cette
discussion, et si vous le permettez, je vais prendre un moment
pour vous faire part de certaines de nos recommandations sur le
PAC.
My first overarching recommendation is in relation to
leadership. In general, across the board we urge the
Government of Canada to meaningfully embrace the role of
leadership, which means a long-term commitment and resources
to women, peace and security issues. This specifically includes
supporting survivors and ending sexual violence in conflict.
Ma première recommandation générale porte sur le leadership.
De façon générale, nous demandons au gouvernement du Canada
d’assumer clairement son rôle de leader, ce qui veut dire un
engagement à long terme et l’affectation de ressources aux
questions relatives aux femmes, à la paix et à la sécurité. De
façon particulière, cela comprend le soutien aux survivantes et
l’élimination de la violence sexuelle en situation de conflit.
Being a leader involves significant resource investments.
Minister Leitch recently noted at the Commission on the Status
of Women that Canada had contributed $2.85 billion to the
Muskoka Initiative on maternal and child health. A commitment
of comparable size to ending violence against women at home and
abroad would truly enable Canada to claim the title of leader in
the women, peace and security sector and the violence against
women sector more broadly. Being a leader involves ensuring that
there is a robust policy framework guiding our international
relations that truly does have the rights of women and girls as one
of its guiding principles. Will the newly merged Department of
Foreign Affairs, Trade and Development adopt a strong gender
equality policy that mandates consistent gender analysis of all
initiatives and gives priority to explicit gender equality results
across all areas — trade, development and defence — in all areas
of the department’s work, including peace and security?
Pour être un leader, il faut investir massivement dans les
ressources. La ministre Leitch a récemment fait valoir à la
Commission de la condition de la femme que le Canada avait
consacré 2,85 milliards de dollars à l’initiative de Muskoka sur la
santé des mères, des nouveau-nés et des enfants. Un engagement
semblable envers la lutte contre la violence faite aux femmes au
pays et à l’étranger permettrait au Canada de revendiquer le titre
de leader dans le domaine des femmes, de la paix et de la sécurité,
et dans le domaine de la lutte contre la violence envers les femmes
en général. Pour être un leader, il faut veiller à établir un cadre
politique robuste qui oriente nos relations internationales et qui
fait du droit des femmes et des filles son principe directeur. Est-ce
que le nouveau ministère des Affaires étrangères, du Commerce et
du Développement, récemment fusionné, adoptera une politique
robuste en matière d’égalité entre les sexes qui exigera une analyse
comparative entre les sexes cohérente pour toutes les initiatives et
accordera la priorité aux résultats explicites en matière d’égalité
entre les sexes dans tous les domaines — le commerce, le
développement et la défense — et dans tous les volets des travaux
du ministère, y compris la paix et la sécurité?
In conclusion, if I can just take a quick moment to build on a
couple of additional recommendations, I cannot underscore
enough in a moment the importance of grassroots women’s
rights organizations and human rights defenders and the role that
they play in situations of conflict. These organizations are the
kinds of organizations that my organization supports. We know
that the average annual budget of these organizations is under
$20,000 a year. We know that one in five do not know where their
rent is coming from next month. We know they are volunteer
driven, they have no reserves, and yet they are the ones who
continue to persevere in the most troubling and complex
circumstances.
En conclusion, j’aimerais rapidement faire quelques
recommandations supplémentaires. Je ne peux insister
suffisamment sur l’importance des organisations de femmes
communautaires et des défenseurs des droits de la personne
locaux, et sur le rôle qu’ils jouent en situation de conflit. Mon
organisation soutient ce type d’organisations. Nous savons que
leur budget annuel moyen est de moins de 20 000 $. Nous savons
qu’une organisation sur cinq ne sait même pas comment elle
paiera son loyer du mois suivant. Nous savons que les
organisations sont dirigées par des bénévoles et qu’elles n’ont
aucune réserve; or, elles persévèrent dans des circonstances des
plus complexes et troublantes.
We would like to see a real and legitimate commitment to
supporting the grassroots movements of women’s rights
organizations who are holding ground and breaking ground in
Syria, in the Congo and all over the world. We have
recommendations for you, if you need them.
Nous aimerions voir un engagement sincère et légitime envers
l’appui des mouvements locaux des organisations de défense des
droits des femmes qui tiennent le terrain et innovent en Syrie, au
Congo et partout dans le monde. Nous avons des
recommandations à vous proposer, si vous en avez besoin.
The second thing I would like to highlight is that the future
NAP reporting will facilitate an understanding of how the
government has actually contributed to changes and how
women, peace and security objectives inform and influence
broader policy and programming directions, and that the
government should consult with and involve Canadian civil
J’aimerais aussi souligner que les prochains rapports sur le
PAC permettront de mieux comprendre la façon dont le
gouvernement a contribué au changement et comment les
objectifs relatifs aux femmes, à la paix et à la sécurité guident et
influencent les orientations en matière de politiques et de
programmes; de plus, ils souligneront que le gouvernement doit
24-3-2014
Droits de la personne
4:35
society — I think that’s something you’ve heard from all three of
us here today — which includes women’s organizations,
development NGOs and peace organizations in future stages of
the NAP. We want to work with you.
consulter et faire participer la société civile canadienne — je crois
que tous les témoins ont fait valoir ce point aujourd’hui —, ce qui
comprend les organisations de femmes, les ONG d’aide au
développement et les organisations de paix au cours des
prochaines étapes du PAC. Nous voulons travailler avec vous.
Finally, we strongly believe that Canadian progress on women,
peace and security issues will be possible only in the context of a
Canadian foreign policy that includes broad support for gender
equality and women’s empowerment. The newly merged
Department of Foreign Affairs, Trade and Development offers
an excellent opportunity to ensure that women’s rights are
supported across the entire department. However, in order to take
advantage of this opportunity, the department will have to invest
resources, strengthen policy commitments and put the rights of
women and girls at the centre rather than at the margins of policy
and action.
Enfin, nous croyons fermement que les progrès du Canada
relatifs aux questions qui touchent les femmes, la paix et la
sécurité seront uniquement possibles dans le contexte d’une
politique étrangère qui offre un soutien général à l’égalité entre les
sexes et à l’autonomisation des femmes. La création d’un nouveau
ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du
Développement offre une excellente occasion de veiller à
appuyer les droits des femmes dans l’ensemble du ministère.
Toutefois, pour tirer profit de cette occasion, le ministère devra
investir des ressources, renforcer ses engagements politiques et
placer les droits des femmes et des filles au centre — et non en
marge — des politiques et mesures.
In conclusion, we would like to thank the senators for the
opportunity to appear here today and welcome the opportunity to
engage and further discuss these issues with you both today and in
the future.
En conclusion, nous tenons à vous remercier de nous avoir
donné l’occasion de témoigner devant vous aujourd’hui, et nous
nous réjouirons d’approfondir la discussion sur ces sujets
aujourd’hui et dans l’avenir.
The Chair: Thank you very much for all three presentations.
We appreciate your continuing work on the issue of women,
peace and security. You are a very integral part of this agenda, so
thank you very much for all of your three presentations.
La présidente : Merci beaucoup à vous trois. Nous
reconnaissons votre travail continu sur la question des femmes,
de la paix et de la sécurité. Vous faites partie intégrante de ce
programme; nous vous remercions beaucoup.
When we heard from you earlier on last year, one of the
concerns was consultation between your groups and the
government before preparing the national action plan. I
understand that from 2006 to 2010 the government said they
were consulting, so it took them that long to table the first plan. I
would appreciate it if you could tell the committee what
consultations look like these days between you and the
government.
Lorsque nous vous avons entendues l’année dernière, vous
vous préoccupiez notamment des consultations entre vos groupes
et le gouvernement avant la préparation du plan d’action
national. Je comprends que de 2006 à 2010, le gouvernement
disait être en consultation; il a donc mis beaucoup de temps à
déposer le premier plan. Pouvez-vous nous dire à quoi
ressemblent les consultations entre vous et le gouvernement ces
jours-ci?
Ms. Tomlin: I can answer generally. Since the NAP was
adopted, there has been one meeting with the interdepartmental
committee, as per our records at the Women, Peace and Security
Network.
Mme Tomlin : Je peux vous répondre de façon générale. Selon
les dossiers du réseau Les femmes, la paix et la sécurité —
Canada, il y a eu une réunion avec le comité interministériel
depuis l’adoption du PAC.
The Chair: Is there anything else to add?
La présidente : Avez-vous autre chose à ajouter?
Ms. McPhedran: Since the C-NAP was adopted, I’m not aware
of any invitation for any consultation to Canadian Voice of
Women for Peace to participate in the kind of meetings that we
saw much more of prior to 2006.
Mme McPhedran : Depuis l’adoption du PAC, je ne crois pas
que La Voix des femmes canadiennes pour la paix ait été
consultée ou invitée à participer aux réunions, qui étaient
beaucoup plus fréquentes avant 2006.
The Chair: You said you were in New York, so I’m sure you
networked with many of the other women’s groups. What is the
experience of other women’s groups in other countries about
consultation between them and their governments?
La présidente : Vous êtes allée à New York; je suis certaine que
vous avez établi des liens avec de nombreux autres groupes de
femmes. Quelle est l’expérience des groupes de femmes des autres
pays quant aux consultations avec leur gouvernement?
Ms. McPhedran: I think there is a range of experiences.
However, for countries that would be considered perhaps in an
equivalent category of advantage to Canada, we have very clear
evidence of a higher level of participation, a higher level of
funding, and I’ll give some specific examples: Sweden, the
Mme McPhedran : Je crois que les expériences varient.
Toutefois, dans les pays qui font partie de la même catégorie
que le Canada, le taux de participation et de financement est
beaucoup plus élevé, par exemple en Suède, aux Pays-Bas, en
Allemagne, au Royaume-Uni et aux États-Unis. Nous sommes en
4:36
Human Rights
24-3-2014
Netherlands, Germany, the United Kingdom and the United
States. There is a definite disadvantage that we have to honestly
acknowledge in many of these situations. We’re not going in with
the information. We haven’t had the discussions.
situation de désavantage réel dans de nombreux cas, et nous
devons le reconnaître. Nous ne recevons pas l’information; nous
n’avons pas participé aux discussions.
Actually, I’ll just speak anecdotally for a moment. I’ve been
doing this now for 20 years and I think I can probably claim
seniority on this panel. It’s a very different experience now to be a
Canadian in the international context because we don’t have the
information a lot of the time where we can make significant
contributions to the drafting and the forward-looking strategies
that are so badly needed.
En fait, j’aimerais vous donner quelques renseignements
anecdotiques. Je fais ce travail depuis 20 ans maintenant, et je
crois être la plus ancienne à cette table. C’est très différent d’être
Canadienne dans le contexte international actuel, puisque nous
n’avons souvent pas les renseignements nécessaires pour
contribuer de manière importante à l’établissement des
stratégies d’avant-garde dont on a grandement besoin.
Ms. Bernstein: I would agree that for us as well the experience
is the same as what Ms. McPhedran has outlined.
Mme Bernstein : Je suis d’accord. Notre expérience est
similaire à celle décrite par Mme McPhedran.
Senator Ataullahjan: Thank you for your presentations. We
know that the advancement of the rights of women and girls must
also involve men and boys. The government has made a conscious
effort to analyze the differential impact of conflict on women,
girls, men and boys in order to provide effective protection to
vulnerable groups.
La sénatrice Ataullahjan : Nous vous remercions de vos
exposés. Nous savons que l’avancement des droits des femmes
et des filles doit également comprendre la participation des
hommes et des garçons. Le gouvernement a en toute conscience
décidé d’analyser les différentes répercussions des conflits sur les
femmes, les filles, les hommes et les garçons dans le but de
protéger efficacement les groupes vulnérables.
To what extent are we focusing our efforts on men and boys
with regard to women, peace and security? How important is it to
focus our attention on the male population with regard to 1325?
Dans quelle mesure concentre-t-on nos efforts sur les hommes
et les garçons dans le cadre de la question sur les femmes, la paix
et la sécurité? Dans quelle mesure est-il important de nous
concentrer sur la population masculine en ce qui a trait à la
résolution 1325?
Ms. McPhedran: We would agree that it’s very important. We
would agree also that the gathering of evidence, the
disaggregation of data and the analysis of that for gender
differences is crucial. In many cases, as has been acknowledged in
the progress reports that were released within the last two months,
this is an area which needs a great deal more attention and
resources.
Mme McPhedran : Nous croyons que c’est très important.
Nous croyons également qu’il est essentiel de recueillir des
données probantes, de ventiler les données et de les analyser
afin de dégager les différences entre les sexes. Dans de nombreux
cas, il s’agit d’un domaine auquel nous devons accorder beaucoup
plus d’attention et de ressources, comme le soulignent les rapports
d’étape publiés au cours des deux derniers mois.
From the perspective of civil society, I can tell you that for the
first time in 24 years the Voice of Women for Peace included two
men as delegates as part of our delegation to the Commission on
the Status of Women. This year we also had one male involved in
working with us. They have come to it not simply because they
are male, but because they are actively working in their
communities on issues of human rights and women, peace and
security. They see, both individually and from their respective
organizations, the very strong importance of there being an
alignment. The shared focus though is on women’s equality — the
human rights of women and girls.
Sur le plan de la société civile, je peux vous dire que pour la
première fois en 24 ans, La Voix des femmes canadiennes pour la
paix comptait deux hommes dans sa délégation auprès de la
Commission de la condition de la femme. Cette année, nous
avions également un homme au sein de notre équipe. Ils
travaillent avec nous non seulement parce qu’ils sont des
hommes, mais aussi parce qu’ils travaillent activement au sein
de leur collectivité pour faire avancer les questions relatives aux
femmes, à la paix et à la sécurité. Ils constatent, tant sur le plan
individuel qu’au sein de leurs organisations respectives, la très
grande importance de l’harmonisation. Notre objectif commun
est toutefois l’égalité des femmes — les droits des femmes et des
filles.
In one of the annual reports that have been released recently
there’s been a very strong and positive indication of a shift under
the title of ‘‘A Key Lesson Learned.’’ The government’s report
clearly states the benefit of casting the implementation of the
women, peace and security resolutions as an important means of
contributing to the full realization of human rights, peace and
security and to the effectiveness of responses by the international
Dans sa section portant sur la principale leçon apprise, l’un des
rapports publiés récemment montrait clairement une tendance au
changement. Le rapport du gouvernement exprime clairement
l’avantage de désigner la mise en œuvre des résolutions sur les
femmes, la paix et la sécurité à titre d’important moyen de
contribuer à la pleine réalisation des droits de la personne, de la
paix et de la sécurité de même qu’à l’efficacité des interventions de
24-3-2014
Droits de la personne
4:37
community to conflict situations or cases of acute fragility,
thereby building peace that advances equality between women
and men.
la communauté internationale en situation de conflit ou de
fragilité aiguë, pour consolider la paix et faire progresser l’égalité
entre les hommes et les femmes.
Along a similar line, further down in the report, there is, again,
under ‘‘Lessons Learned,’’ a commitment to more analysis, more
gathering of data that does in fact help us understand the
differential impact and what works and doesn’t work through a
gender lens.
Dans le même ordre d’idée, dans sa section portant sur les
leçons apprises, le rapport réitère son engagement envers une
analyse approfondie et la collecte de données accrue, qui nous
permettent de comprendre les diverses conséquences, les réussites
et les échecs selon le sexe.
Ms. Bernstein: I’ll add something briefly. As part of the
international campaign to stop rape and gender violence, we are
certainly aware of the necessity to work together. Two members
of the advisory committee, the Sonke Gender Justice Network
based in South Africa and Promundo based in Brazil, are part of
an international network alliance working with organizations
internationally on the importance, as Marilou said, of engaging
men in the work for gender equality and for women’s equality,
and it’s fantastic. We were able to meet partners of theirs, for
example, in Congo, the Congo Men’s Network. We were able to
meet with them and they are doing work with men, particularly
around positive notions of fatherhood and things like this,
because a lot of the analysis coming out is really the levels of
violence perpetrated by the army, but so many of those men were
themselves abused in the army. Finding new ways to work with
them as well is very important and interesting to learn from. It
seems they are just starting some of this work.
Mme Bernstein : J’aimerais ajouter quelque chose, rapidement.
À titre de participants à la campagne internationale pour mettre
fin aux viols et à la violence fondée sur le genre, nous savons que
la collaboration est essentielle. Deux membres du comité
consultatif, le Réseau pour la justice de genre de Sonke en
Afrique du Sud et l’institut Promundo au Brésil, font partie d’une
alliance internationale qui travaille avec des organisations de
partout dans le monde pour faire comprendre l’importance,
comme l’a fait valoir Marilou, de faire participer les hommes au
travail pour l’égalité entre les sexes et pour l’égalité des femmes;
c’est fantastique. Nous avons pu rencontrer leurs partenaires,
notamment le Congo Men’s Network. Ils travaillent de façon
positive avec les hommes, surtout sur la question de la paternité et
d’autres sujets du genre; les analyses font souvent état des
violences perpétrées par l’armée, mais de nombreux hommes ont
eux-mêmes été maltraités dans l’armée. C’est donc intéressant de
trouver de nouvelles façons de travailler avec eux et d’apprendre
de leurs expériences. Il me semble qu’ils viennent tout juste
d’entreprendre certains de ces travaux.
Again, there is a caution that we not too quickly shift funding
into men’s networks rather than women’s rights organizations.
On the ground, I believe we still need to keep the support going to
the women’s rights organizations.
Encore ici, il faut faire attention de ne pas consacrer trop
rapidement le financement aux réseaux d’hommes plutôt qu’aux
organisations de défense des droits des femmes. Je crois que nous
devons continuer d’appuyer le travail de ces organisations sur le
terrain.
Ms. Tomlin: To emphasize Liz’s point, what we see when we
support women’s rights organizations working at the grassroots
level is that they are working in all sorts of innovative and creative
ways to work amongst men in their villages, communities and
provinces. Really, it’s that leadership that we get behind and
what’s safe, what works, what doesn’t work, what’s culturally
appropriate and what’s not. That leadership is something we
strive to just support and they direct.
Mme Tomlin : Pour revenir sur le point de Liz, les
organisations communautaires de défense des droits des femmes
que nous appuyons ont recours à toutes sortes de moyens
novateurs et créatifs pour travailler avec les hommes de leur
village, de leur collectivité et de leur province. C’est le genre de
leadership que nous appuyons. Il faut déterminer ce qui est
sécuritaire, ce qui fonctionne ou ne fonctionne pas, et ce qui est
approprié ou non sur le plan culturel. Nous voulons appuyer ce
leadership et laisser le soin aux organisations de prendre les
décisions.
Senator Eggleton: I have a question, but first a comment.
Thank you for your good efforts and presentations today. I come
away with several suggestions that I’m very receptive to, for
example, the idea of Canada taking stronger leadership, a higher
level champion in these efforts; full reproduction services; and the
concern I also share with you about the suffering of Canada’s
international reputation on this and many other issues at the
moment. I won’t get into that too much further or I’ll be accused
of getting too political on the issue.
Le sénateur Eggleton : J’ai une question à poser, mais
j’aimerais d’abord faire un commentaire. Je vous remercie de
vos efforts et de vos exposés d’aujourd’hui. J’en retire plusieurs
suggestions, auxquelles je suis très réceptif, comme l’idée
d’accroître le leadership du Canada, et de nommer un
champion d’échelon supérieur à cette fin; l’offre de services de
reproduction complets; et nos préoccupations communes quant à
la réputation entachée du Canada à l’échelle internationale à cet
égard et pour de nombreuses autres questions. Je ne veux pas trop
m’attarder à ce sujet, parce qu’on pourrait m’accuser de verser
dans la politique.
4:38
Human Rights
24-3-2014
Also, with regard to the arms proliferation, we need to sign the
Arms Trade Treaty.
De plus, en ce qui a trait à la prolifération des armes, nous
devons signer le Traité sur le commerce des armes.
Ms. Tomlin, you mentioned grassroots organizations, and I
assume you are talking about grassroots organizations of women
in conflict countries. You mentioned that they operate on a
shoestring; they have very little money to survive and do their
work. Is the Canadian government currently giving any of these
organizations any money?
Madame Tomlin, vous avez parlé des organisations
communautaires, et je présume qu’il s’agit des organisations de
femmes dans les pays en situation de conflit. Vous avez dit
qu’elles fonctionnaient avec des budgets restreints; elles ont très
peu d’argent pour survivre et pour faire leur travail. Est-ce que le
gouvernement canadien finance actuellement ces organisations?
Ms. Tomlin: No, not really, not in a significant way. The big
challenge is the way the development agenda has moved over the
last number of years in efforts to be publicly accountable,
demonstrate impact and results. It really doesn’t align with how
these organizations function, which sometimes is under a tree.
They may not have the monitoring and evaluation assessment
tools that are required. We know that 90 per cent of women’s
rights organizations working in the global south cannot access
funds from multilateral or bilateral sources, and that’s largely
because they don’t have the right accountancy procedures. Yet,
these organizations have been around for 30 years and they’ll be
around for 30 more, and they are the catalytic component of true
and transformative change.
Mme Tomlin : Non, pas vraiment; pas de façon significative.
Notre grand défi, c’est que le programme pour le développement a
beaucoup changé au cours des dernières années dans le but de
rendre des comptes publics et de démontrer son incidence et ses
résultats. Le programme ne s’harmonise pas au fonctionnement
de ces organisations. Elles n’ont parfois même pas de locaux. Elles
ne sont pas dotées des outils de surveillance et d’évaluation requis.
Nous savons que 90 p. 100 des organisations de défense des droits
des femmes qui travaillent dans l’hémisphère sud n’ont pas accès
aux fonds des ressources multilatérales ou bilatérales, surtout
parce qu’elles n’ont pas les procédures comptables appropriées.
Or, ces organisations sont établies depuis 30 ans, et seront encore
là dans 30 ans; elles sont le catalyseur d’un changement réel en
profondeur.
Senator Eggleton: Are there other countries under their
programs similar to C-NAP, their national action programs?
Are they providing some assistance, direct funding or other forms
of assistance to those same organizations?
Le sénateur Eggleton : Y a-t-il d’autres pays dont les
programmes d’action nationaux ressemblent à notre PAC? Estce qu’ils fournissent une aide, du financement direct ou d’autres
formes de soutien aux mêmes organisations?
Ms. Tomlin: Yes, and Marilou may want to weigh in, but there
are a number of movements afoot.
Mme Tomlin : Oui, et Marilou voudra peut-être intervenir,
mais il y a divers mouvements en branle.
First of all, the role of women’s funds is really significant.
There are a number of big global women’s funds, and MATCH is
Canada’s face to that, but certainly there are others and they are
working in significant figures. They are grant-making, raising
money in countries of wealth and getting that money into the
hands of women’s rights organizations. We are not talking big
numbers here; we are talking sometimes $10,000 or $20,000 in
terms of annual contributions and sometimes more for larger or
regional institutions.
Premièrement, il faut dire que les fonds réservés aux femmes
jouent un rôle très important. Il existe divers grands fonds
mondiaux pour les femmes, et MATCH en est la version
canadienne, mais il en existe d’autres qui représentent des
sommes importantes. Ils créent des bourses et lèvent des fonds
dans des pays riches afin de remettre cet argent entre les mains
d’organisations de défense de droits des femmes. Il ne s’agit pas
nécessairement de gros montants, il peut parfois s’agir de 10 000 $
ou de 20 000 $ en contributions annuelles ou un peu plus pour les
grandes institutions ou des institutions régionales.
The U.K. has had some leadership there in relation to ensuring
that they have mechanisms that allow them to be funding
women’s rights organizations at the grassroots level. The
Netherlands as well has been a leader in that regard. I don’t
know, Liz, or Marilou, if you would like to add.
Le Royaume-Uni est un chef de file en la matière et veille
vraiment à ce qu’il y ait des mécanismes qui lui permettent de
financer les organisations qui défendent les droits des femmes sur
le terrain. Les Pays-Bas sont un autre leader en la matière. Liz ou
Marilou, voulez-vous ajouter quelque chose?
Ms. Bernstein: I will add to the example of the Netherlands. Six
years ago, they started to fund the MDG3 Fund to achieve the
third millennium development goal of equality of 50 million euros
over three years for women’s rights organizations specifically.
When that finished, they launched another fund of 70 million
euros, which is called the Funding Leadership and Opportunities
for Women fund. And it’s fantastic investing in women’s
organizations and women’s rights organizations, but when faced
with this challenge, they couldn’t necessarily fund these small
groups we’re talking about. They did things like support women’s
Mme Bernstein : J’aimerais ajouter l’exemple des Pays-Bas. Il y
a six ans, les Pays-Bas ont commencé à financer le Fonds des
OMD pour atteindre le troisième objectif du Millénaire pour le
développement d’atteindre l’égalité de 50 millions d’euros sur
trois ans pour les organisations qui défendent les droits des
femmes en particulier. Lorsque cet objectif a été atteint, ils ont
lancé un autre fonds de 70 millions d’euros appelé le Fonds du
leadership et des débouchés pour les femmes. C’est un
investissement fantastique dans les organisations de défense des
femmes et de leurs droits, mais devant le défi, ils n’arrivaient pas
24-3-2014
Droits de la personne
4:39
funds to then have them re-grant to the smaller groups who could
manage that. Jessica’s counterpart in the United States, for
example, the Global Fund for Women, was a recipient of some of
that funding from the Dutch government.
nécessairement à financer tous les petits groupes dont nous avons
parlé. Ils ont pris diverses mesures comme de contribuer à des
fonds pour les femmes pour que l’argent soit redistribué sous
forme de subventions à des plus petits groupes pouvant les gérer.
L’homologue de Jessica aux États-Unis, par exemple, qui dirige le
Global Fund for Women, a reçu des fonds du gouvernement
néerlandais.
Ms. McPhedran: I would add one additional point on that
model. It includes essentially a public-private partnership model
where you end up with governmental funds linking with private
foundation funds, and sometimes also you will see, for example,
Cordaid in the Netherlands, the largest federation of funding
agencies that are faith-based, and you get sources of funding
coming together to then get flowed not only to send technical
assistance, which is often very important, but also to help to
sustain on the ground, on the front lines, the work that these
grassroots organizations are doing. The cost-benefit analysis of
this work comes out with sterling benefit-for-cost results time and
time again. In some ways, we’re asking for the wrong thing in
wanting the accountancy to meet the models that in our country
we feel are essential. This is not something we should be
exporting.
Mme McPhedran : J’aimerais ajouter une chose à ce modèle.
C’est essentiellement un partenariat public-privé, dans lequel les
fonds gouvernementaux sont liés à des fonds de fondations
privées (c’est le cas de Cordaid, aux Pays-Bas, le plus grand
regroupement d’organismes de financement confessionnels), si
bien que les sources de financement convergent non seulement
pour offrir de l’assistance technique, un élément souvent très
important, mais pour aider les organismes locaux à faire leur
travail sur le terrain, en première ligne. L’analyse des coûts et des
résultats de ce travail montre que les avantages surpassent de loin
les coûts. D’une certaine façon, nous faisons fausse route lorsque
nous exigeons une reddition de comptes correspondant aux
modèles qui nous semblent essentiels dans notre pays. Nous ne
devrions pas chercher à exporter ce modèle.
Senator Andreychuk: I just want clarification. You say that
some women’s groups are not being funded. But I know that
Canada does fund women’s groups, so which groups and how do
you catalogue them as projects? I don’t think we have time, but if
you would let me know what groups you were talking about and
give that to the clerk, it would be helpful. I’m in contact with
many groups that are being funded and work on women’s issues
and on violence, so I’m a little confused as to what we’re talking
about here, really. It may be that DFID funds some and the
Netherlands funds some and does it on a specific MDG basis or
on a women’s basis, but there are other projects that are under
maternal health that attack violence issues in conflict areas, so I’m
baffled as to which organization, because, obviously, Canada
can’t fund them all but neither does DFID. Can we figure out
what groups you are talking about, and then I think we should
ask the government to respond on what they’re doing. I’m
confused, basically, and I would certainly like a clarification. If
there are best practices, that may be a way to flush them out.
La sénatrice Andreychuk : J’aimerais avoir une précision. Vous
avez dit que certains groupes de femmes n’étaient pas financés. Je
sais pourtant que le Canada finance les groupes de femmes, donc
pouvez-vous nous dire de quels groupes il s’agit et dans quelle
catégorie entreraient leurs projets? Je doute que nous ayons le
temps d’entendre votre réponse, mais si vous pouviez me dire de
quels groupes vous parliez et transmettre l’information au
greffier, ce serait apprécié. Je suis en contact avec beaucoup de
groupes qui sont financés et luttent pour les femmes et contre la
violence, donc je suis un peu perplexe, je ne sais pas trop de quoi
nous parlons ici. Il se pourrait que le DFID en finance certains et
que les Pays-Bas en financent d’autres, dans le contexte des OMD
ou pour la défense des femmes en général, mais il y a d’autres
projets qui portent sur la santé maternelle et qui combattent la
violence en zone de conflit, donc je ne sais pas trop de quelles
organisations vous parlez parce qu’évidemment, le Canada ne
peut pas les financer toutes, et le DFID non plus. Pouvons-nous
savoir de quels groupes vous parlez, après quoi je pense que nous
pourrions demander au gouvernement de nous expliquer les
mesures qu’il prend. Je suis confuse et j’aimerais qu’on m’éclaire.
S’il y a de meilleures façons de faire, ce pourrait être la façon de
les découvrir.
The Chair: Could you do that, Ms. Tomlin? Could you help us
with that?
La présidente : Serait-ce possible, madame Tomlin? Pouvezvous nous aider à obtenir l’information?
Ms. Tomlin: I certainly can.
The Chair: Thank you. The women, peace and security agenda
is about getting women to participate in peacemaking, peace
building, peacekeeping and reconstruction. The one big issue at
the moment is Syria. I am disappointed with the role our
government has played in bringing women to the peace tables in
Mme Tomlin : Certainement.
La présidente : Merci. Le programme des femmes, de la paix et
de la sécurité vise à permettre aux femmes de participer à
l’établissement, au maintien et à la consolidation de la paix ainsi
qu’à la reconstruction. La grande situation qui retient l’attention
en ce moment est celle en Syrie. Je suis déçue du rôle joué par
4:40
Human Rights
24-3-2014
Geneva for the Syria peacekeeping process or peacemaking
process. Could I get your comments on that?
notre gouvernement pour faire participer les femmes au processus
de négociation ou de maintien de la paix à Genève pour la Syrie.
Pourrais-je savoir ce que vous en pensez?
Ms. McPhedran: In this regard, I think there is one primary
focus in the situation that we are seeing coming out of Syria and
the Geneva I and II, and that is the Secretary-General of the
United Nations and the Security Council of the United Nations
and members of the General Assembly of the United Nations and
members of the United Nations Human Rights Council all have
to pay attention to the fact that there is a United Nationsappointed mediator, special envoy, Brahimi, who is breaking the
rules. We have Security Council resolutions — seven of them now
— from 2000 to 2013, that clearly and consistently set out, right
from Resolution 1325 on, the inclusion of women in peace
agreements, in peace negotiations in post-conflict rehabilitation
— you can slice the salami very thinly here, many parts to this
whole — and this is inconsistent with the international law that
comes out of those Security Council resolutions and the internal
UN policy. Why are countries not demanding the SecretaryGeneral deal with this situation and change it?
Mme McPhedran : Je pense qu’il y a un enjeu central dans la
situation qui découle du conflit en Syrie et du processus de
Genève I et II. Le secrétaire général des Nations Unies, le Conseil
de sécurité des Nations Unies, ainsi que les membres de
l’Assemblée générale des Nations Unies et ceux du Conseil des
droits de l’homme doivent tous porter attention au fait que l’un
des médiateurs nommés par l’ONU, l’envoyé spécial Brahimi,
contrevient aux règles. Le Conseil de sécurité a adopté maintes
résolutions, sept jusqu’ici entre 2000 et 2013, qui dictent toutes
sans exception, depuis la résolution 1325, que les femmes doivent
être incluses dans les accords de paix, dans les négociations de la
paix pour la reconstruction après un conflit (et vous pouvez
couper le salami très fin ici, il y a beaucoup d’aspects à tout cela),
et ce qui s’observe ici va à l’encontre du droit international établi
par les résolutions du Conseil de sécurité et la politique interne de
l’ONU. Pourquoi les pays n’exigent-ils pas que le secrétaire
général fasse quelque chose pour corriger le problème?
The Chair: I understand that when he met with the women, he
spoke and didn’t even wait for them to make a presentation. He
left, so that was his involvement.
La présidente : D’après ce que je comprends, lorsqu’il a
rencontré les femmes, il a parlé, mais n’a même pas attendu
qu’elles présentent leur point de vue. Il est parti, et là s’est
terminée sa contribution.
Ms. Tomlin, Ms. Bernstein, do you have anything else to add
to that?
Madame Tomlin, madame Bernstein, avez-vous quelque chose
à ajouter à cela?
Ms. Bernstein: No, I would completely agree with what
Marilou has shared and would encourage whatever we can
encourage the Government of Canada to do and take our
concerns to the Secretary-General and to our counterparts at the
UN and other governments to ensure we put pressure on the UN
to implement these resolutions in this important case of Syria.
Mme Bernstein : Non, je suis totalement d’accord avec
Marilou et je serais prête à appuyer toute mesure potentielle du
gouvernement du Canada pour exprimer notre indignation au
secrétaire général, à nos homologues de l’ONU et aux autres
gouvernements, afin de faire pression sur l’ONU pour qu’elle
fasse respecter ses résolutions dans la situation grave de la Syrie.
The Chair: Thank you very much for all three presentations.
We certainly appreciate your continuing support of this
committee’s work. The committee is very much aware that
without the support you give, we would not be able to push this
issue as well, and so we appreciate your support in our work. We
look forward to seeing you again in the future.
La présidente : Je vous remercie toutes les trois infiniment de
vos exposés. Nous vous sommes très reconnaissants de votre
appui constant aux travaux du comité. Nous sommes bien
conscients que sans votre aide, nous ne pourrions pas défendre
aussi bien ce dossier, donc nous apprécions beaucoup votre aide
en ce sens. Nous nous réjouissons déjà à l’idée de retravailler avec
vous à l’avenir.
We will start our next panel. I’m very pleased to welcome three
people who are real experts on the issue of women, peace and
security: Nahla Valji, Policy Adviser and Officer In Charge, Peace
and Security Cluster, UN Women, who is situated in New York;
Sanam Naraghi-Anderlini, Co-founder of the International Civil
Society Action Network; and Jacqueline O’Neill, Director of the
Institute for Inclusive Security.
Nous allons maintenant faire place à notre prochain groupe de
témoins. C’est avec beaucoup de plaisir que je souhaite la
bienvenue à trois véritables spécialistes des enjeux des femmes, de
la paix et de la sécurité : Nahla Valji, conseillère en politiques et
responsable du secteur Paix et sécurité des Femmes de l’ONU, qui
se trouve à New York; Sanam Naraghi-Anderlini, co-fondatrice
de l’International Civil Society Action Network; ainsi que
Jacqueline O’Neil, directrice de l’Institute for Inclusive Security.
If there were three experts on this issue, the three of you would
be the experts. We are really looking forward to hearing from
you.
S’il y a trois grandes spécialistes de la question, c’est bien vous.
Nous avons très hâte de vous entendre.
24-3-2014
Droits de la personne
4:41
Nahla Valji, Policy Adviser and Officer in Charge, Peace and
Security Cluster, UN Women: Senator Jaffer, thank you very
much for inviting me to be here today. It’s a real privilege, as a
Canadian, to be speaking to all of you, but it’s also a privilege to
be presenting on an issue that Canada has really played a
historical leadership role globally on.
Nahla Valji, conseillère en politiques et responsable, secteur Paix
et sécurité, Femmes de l’ONU : Madame Jaffer, je vous remercie
infiniment de m’avoir invitée ici aujourd’hui. C’est un grand
privilège pour moi, à titre de Canadienne, de pouvoir m’entretenir
avec vous tous, et c’est également un privilège de le faire sur un
enjeu pour lequel le Canada a véritablement joué un rôle de leader
mondial dans l’histoire.
For those of us based at the UN in New York, Canada plays
the role of convening the Friends of 1325 group here, and it has
been an incredibly important forum for member states, civil
society and the United Nations to come together on consistent
messaging and how we strengthen this agenda together and share
information across the relevant actors.
Pour ceux et celles qui travaillent pour l’ONU à New York, le
Canada assume la responsabilité de rassembler le groupe des
Amis de la résolution 1325, une tribune extrêmement importante
pour les États membres, la société civile et les Nations Unies, qui
leur permet de se réunir pour rappeler constamment le message de
la résolution, discuter de la façon dont nous pouvons renforcer ce
programme ensemble et échanger de l’information entre acteurs
concernés.
I will make my brief remarks today on three points. I’d like to
start with where we are at the moment on the women, peace and
security agenda, and then share with you a little bit about UN
Women’s work in this area, briefly, and conclude with a few
remarks on the role that I feel Canada could play to continue its
leadership role in this area, in particular as we come up to an
important year of 2015 for this agenda.
Je vais concentrer mon bref exposé d’aujourd’hui sur trois
éléments. J’aimerais commencer par vous présenter l’état de la
situation sur le programme des femmes, de la paix et de la
sécurité, vous parler ensuite quelque peu du travail des Femmes
de l’ONU en la matière et conclure avec quelques observations sur
le rôle que le Canada pourrait jouer à mon avis pour continuer
d’assumer son rôle de leadership, particulièrement en vue de
l’année importante que constitue 2015 pour ce programme.
As a member of your last panel mentioned, today we are sitting
with seven resolutions on women, peace and security, many of
them successively passed in the last five years. In the last year, we
have made remarkable gains normatively. We have the Arms
Trade Treaty with a binding provision on recognizing the linkages
to gender-based violence. We have a new CEDAW general
recommendation which spells out women’s rights in conflict
prevention and conflict-affected settings.
Comme un témoin du dernier groupe l’a mentionné, nous nous
appuyons actuellement sur sept résolutions sur les femmes, la paix
et la sécurité, dont beaucoup ont été adoptées successivement au
cours des cinq dernières années. L’année dernière, nous avons
réalisé des gains normatifs remarquables. En effet, le Traité sur le
commerce des armes contient une disposition contraignante sur la
reconnaissance des liens avec la violence fondée sur le sexe. De
plus, la CEDAW contient désormais une nouvelle
recommandation générale qui protège les droits des femmes
dans la prévention des conflits et en situation de conflit.
Then we had two successive Security Council Resolutions:
2106, and most importantly for this agenda, 2122. I think 2122
was particularly timely and necessary, and it shifted the focus of
the council and of this agenda back to the issues of women’s
leadership and participation, strongly. Whilst 1325 was a critically
important resolution, the first time that the council recognized
women’s participation and leadership in relation to peace and
security, 2122 for the first time takes the intentions of 1325 and, to
some extent, gives them teeth. It provides accountability and
commitments for a range of actors, including the Security
Council, for example, to be implementing women, peace and
security across all of its areas of work, to be requesting that all
briefings and reports that come to the council include information
on the situation of women in those contexts and what is being
done to facilitate their participation.
Il y a ensuite eu deux résolutions successives du Conseil de
sécurité : la résolution 2106 et surtout, la 2122. Je pense que la
résolution 2122 est arrivée particulièrement à point et qu’elle était
nécessaire pour recadrer résolument les travaux du conseil et
remettre à l’avant-plan les enjeux liés au leadership des femmes et
à leur participation. Bien que la résolution 1325 revête une
importance capitale, puisque c’était la première fois que le conseil
reconnaissait l’importance de la participation et du leadership des
femmes en matière de paix et de sécurité, la résolution 2122 prend
pour la première fois les intentions formulées dans la
résolution 1325 et leur donne du mordant. Elle accroît la
responsabilité de divers acteurs, y compris du Conseil de
sécurité, qu’elle oblige à intégrer le programme des femmes, de
la paix et de la sécurité à tous les aspects de son travail, de
manière à ce qu’il exige que tous les documents d’information et
les rapports qui lui sont présentés contiennent des renseignements
sur la situation des femmes dans ces contextes et ce qui est fait
pour faciliter leur participation.
4:42
Human Rights
24-3-2014
Resolution 2122 also calls for the ramping up of targets and
ambitious indicators and goals ahead of 2015, and this includes
within national action plans and regional action plans. Then, of
course, it establishes the foundations for next year, which will be
the 15-year, high-level review of the council of 1325.
La résolution 2122 exhorte les acteurs à accélérer
l’établissement de cibles et d’indicateurs ou d’objectifs ambitieux
en vue de 2015, ce qui sous-entend de se doter de plans d’action
nationaux et régionaux. Elle jette également les assises de
l’examen prévu pour l’an prochain, soit l’examen de haut
niveau du 15e anniversaire de la résolution 1325 par le conseil.
In this regard, requests the Secretary-General of the United
Nations, this task has now been handed to UN Women to lead on
to provide a global study and a review on the implementation of
1325, which I think gives us a real opportunity to assess, audit,
and look at the challenges and gaps of the last 15 years and how it
is that we can galvanize implementation in the forthcoming years.
À cet égard, à la demande du secrétaire général de l’ONU, la
tâche de mener une étude exhaustive sur l’application de la
résolution 1325 dans le monde a été confiée aux Femmes de
l’ONU, une occasion en or, à mon avis, de déterminer, d’évaluer
et d’analyser les difficultés et les lacunes des 15 dernières années et
de nous pencher sur les façons dont nous pouvons en stimuler
l’application au cours des prochaines années.
We have a normative framework that has grown enormously in
the past few years, and we have consistent messaging, I believe,
and rhetoric at the international level across the number of actors.
Notre cadre normatif a énormément évolué au cours des
dernières années, et nous martelons constamment, je crois, le
même message et la même rhétorique auprès des divers acteurs sur
la scène internationale.
We are still failing in a number of areas on implementation.
Whilst we have the consistent messaging and we have the policy
frameworks in place, if we take just one example, and that is
women’s formal participation in peace processes and peace talks,
we continue to see real gaps in this area.
Il y a encore des ratés au chapitre de son application. Malgré
nos efforts pour marteler constamment le même message et les
cadres stratégiques qui sont mis en place, nous continuons
d’observer de réelles lacunes en ce domaine, et la faible
participation officielle des femmes aux processus de paix n’en
est qu’un exemple.
The number for women’s participation lingers at less than
10 per cent. Some ad hoc and inconsistent gains have been made
in the last year. For example, in Colombia, where absolutely no
women are involved, the government then appointed two of the
five mediators on their side, taking us up to a 40 per cent
representation rate, and most recently in the Philippines, the
government mediation with the MNLF rebels there had a
75 per cent representation rate on their delegation.
Les statistiques sur la participation des femmes stagnent sous la
barre des 10 p. 100. Quelques gains variables et ponctuels ont été
réalisés au cours de la dernière année. Par exemple, en Colombie,
où il n’y avait absolument aucune femme à la table de
négociation, le gouvernement a nommé deux médiatrices sur
cinq médiateurs en tout de son côté, ce qui nous confère un taux
de représentation de 40 p. 100. Plus récemment, aux Philippines,
l’équipe de médiateurs délégués par le gouvernement pour
négocier avec les rebelles du MNLF comportait un taux de
représentation de 75 p. 100.
We are making some gains, but they are still inconsistent and
ad hoc. If we look, for example, at Syria, we see that these gains
have remained inconsistent. We have no process to date where we
have managed to secure significant numbers of women’s
representation within the formal parties to the talks, as well as
an inclusive process which includes civil society’s representation,
of which a significant proportion should be women’s civil society,
then the gender expertise that we need within these mediation
processes to ensure that we are getting the outcomes in peace
agreements that we need to further gender equality and women’s
empowerment.
Nous enregistrons donc des gains, mais ils demeurent variables
et ponctuels. Dans l’exemple de la Syrie, ces gains restent
variables. Aucun mécanisme n’a été mis en place à ce jour pour
garantir des taux importants de représentation des femmes au sein
des délégations officielles prenant part aux pourparlers, de même
qu’un processus participatif qui inclurait des représentants de la
société civile, dont une proportion élevée se composerait de
femmes, de même que des spécialistes des différences entre les
sexes dans les activités de médiation, afin que les accords de paix
aient pour effet de favoriser l’égalité entre les sexes et de donner
du pouvoir aux femmes.
I know that my fellow panellists will be speaking a little bit
more to the issues of inclusive peace processes, but I want to just
note that one of the opportunities of the next year and of this
forthcoming global study is to really strengthen our own
argumentation around these issues and to note that this is not
just an issue of women’s representation, as critically important as
that is. That is critically important. We know that where women
are not represented at the peace talks, the knock-on effect, in all
areas of post-conflict reconstruction — transitional justice
Je sais que les autres témoins de ce groupe vont vous parler un
peu plus des processus de paix participatifs, mais je tiens à
souligner que l’exercice de la prochaine année et l’étude
internationale qui s’en vient pourraient vraiment nous aider à
renforcer notre argumentation sur ces enjeux et à faire valoir qu’il
ne s’agit pas simplement de la représentation des femmes, toute
importante cette question soit-elle. C’est une absolue nécessité.
Nous savons que, lorsque les femmes ne sont pas représentées
dans les pourparlers de paix (les mécanismes juridiques
24-3-2014
Droits de la personne
4:43
mechanisms, post-conflict elections — is women’s exclusion
throughout those processes. So we cannot be building
democratic, inclusive societies if we’re excluding women from
the foundational discussions around these processes. More
importantly, I think we need to start looking at inclusive
processes and the research and data that we have on inclusive
processes and the contribution that they make to the
sustainability and durability of peace processes in the long run.
transitoires, les élections suivant le conflit), on se heurte
inévitablement à l’exclusion des femmes dans tous les processus
qui suivent pour la reconstruction après le conflit. On ne peut pas
construire des sociétés démocratiques et inclusives si l’on exclut
les femmes des discussions sur leurs fondements mêmes. D’abord
et avant tout, je crois qu’il faut commencer à s’intéresser aux
mécanismes participatifs ainsi qu’aux études et aux données dont
nous disposons sur la participation et la contribution des femmes
à la durabilité à long terme des accords de paix.
As I mentioned, that’s where we are at the moment in terms of
the normative and the implementation. I want to turn a little bit
to sharing with you some of the work that UN Women does in
this area.
Comme je l’ai mentionné, c’est là où nous en sommes dans le
processus normatif et la mise en œuvre. J’aimerais maintenant
vous présenter un peu le travail que les Femmes de l’ONU
réalisent à cet égard.
As you know, UN Women is the newest entity within the UN
system. We were created by a General Assembly resolution in
2010 and came into being in 2011, so we are still a very new entity.
However, women, peace and security is one of the five pillars of
work that we organize around. We have the lead in the UN
system on ensuring that the UN’s own commitments in this area
are carried through, and we then work closely to provide research,
technical expertise and support to countries to implement their
commitments within the women, peace and security agenda. Of
course, we also provide support to civil society organizations in
conflict settings. Just to echo the voices of my fellow panellists
from the previous panel, the focus on women’s civil society in
conflict settings is crucially important. We’re often looking at
countries that have had their own state institutions and capacity
to deliver to their citizens destroyed in the course of conflict, and
women’s civil society organizations are often the ones who are
providing services, who are embedded in the communities and
who, in relation to the participation agenda, are able to mobilize
and support women’s participation in peace and security
processes.
Comme vous le savez, les Femmes de l’ONU sont la dernière
entité créée dans le système de l’ONU. Notre organisme a été créé
par résolution de l’assemblée générale en 2010 et a vu le jour en
2011, ce qui en fait une entité très nouvelle. Cependant, les
femmes, la paix et la sécurité sont l’un des cinq piliers auxquels
nous nous organisons. Nous assurons le leadership dans le
système de l’ONU pour assurer le respect des engagements de
l’ONU à cet égard, et nous nous efforçons d’offrir toute la
recherche, l’expertise technique et l’appui voulus aux différents
pays pour les aider à respecter leurs engagements dans le cadre du
programme des femmes, de la paix et de la sécurité. Bien sûr, nous
aidons également les organisations de la société civile en zones de
conflit. Pour faire écho aux témoins du groupe qui m’a précédée,
il est crucial de mettre l’accent sur les femmes de la société civile
en zones de conflit. Nous nous penchons souvent sur la situation
de pays dont les institutions nationales et les structures censées
offrir des services aux citoyens ont été détruites pendant le conflit,
et ce sont souvent des organisations de femmes de la société civile
qui y assurent les services. Ces organisations sont bien ancrées
dans leurs communautés, ce qui leur permet de mobiliser les
femmes et d’acquérir leur appui pour favoriser la participation des
femmes aux processus de paix et de sécurité.
With regard to the work that we’ve been doing, I think there
are a number of areas for which we can talk about good practice,
but I wanted to highlight one focus area to note that it’s critically
important. That is to focus our attention on women’s
participation because we’ve really noted the transformative
impact that participation has with regard to peace and security
and post-conflict recovery. UN Women research shows, for
example, that where we invest our post-conflict economic
dividends in women, the knock-on effects on families and
communities for recovery are direct and exponential. We know
that there’s a linkage between economic empowerment and
recovery and the stability of communities in particular. We
have research that shows that where we employ temporary special
measures or quotas for post-conflict elections, women are actually
returned to office at even higher numbers in the second election
post-conflict. We believe that the reason for this is that, just by
virtue of modelling women’s participation in contexts where this
has not been the norm, this shifts perceptions of women’s role in
society and can have a tremendously important impact, both
Pour ce qui est de notre travail tangible, il y a sans doute bien
des éléments pour lesquels nous pourrions parler de bonnes
pratiques, mais j’aimerais attirer votre attention sur un élément
essentiel. Il est crucial de prêter attention à la participation des
femmes parce que nous observons véritablement la
transformation qui s’opère lorsqu’elles participent à la paix, à la
sécurité et au rétablissement après un conflit. Les recherches
menées par les Femmes de l’ONU montrent par exemple que
lorsqu’on investit les dividendes économiques d’après-conflit dans
les femmes, les effets sur le rétablissement des familles et des
communautés se font ressentir directement de manière
exponentielle. Nous savons qu’il existe un lien entre
l’autonomisation économique, le rétablissement et la stabilité
des communautés. Nous avons des recherches qui montrent que
lorsqu’on emploie des mesures spéciales temporaires ou qu’on
impose des quotas dans les élections organisées après le conflit, les
femmes sont réélues en plus grande proportion que les hommes
lors de l’élection suivante. Nous croyons que cela s’explique
simplement par le fait que la modélisation de la participation des
4:44
Human Rights
24-3-2014
within public office and in how women are viewed and their role
in society is viewed. Quotas and temporary special measures are
very important tools that should be used. Then, of course, as
mentioned, there are inclusive peace processes. Where we have
inclusive processes that include civil society and women’s
representation, we are coming across nascent research that
shows that the chance of sustainability of these processes goes
up exponentially.
femmes dans des contextes où ce n’était pas la norme fait changer
la perception du rôle que jouent les femmes dans la société, ce qui
peut avoir une incidence phénoménale, tant sur la fonction
publique que sur la perception des femmes et de leur rôle dans la
société. Les quotas et les mesures spéciales temporaires sont des
outils très importants à utiliser. Comme je l’ai déjà mentionné, il y
a bien sûr aussi les processus de paix participatifs. Lorsque les
mécanismes participatifs mis en place prévoient une
représentation de la société civile et des femmes, on observe,
selon les recherches les plus récentes, que le potentiel de durabilité
des mécanismes en question augmente exponentiellement.
Given that we know where the areas are that we need to be
focused on, what role can Canada play to continue to take this
agenda forward and play the leadership role that has been played
historically? I think one of the areas in relation to preparing for
2015 and the high-level review is the support to the global study of
the implementation of 1325. That is, to use the role that Canada
has as the head of Friends of 1325 to bring member states
together around this agenda, to own the agenda, to give guidance
to conduct regional consultations and consultations with women
so that we can really look at what the impact of this agenda has
been over the last 15 years, move away from a focus that has been
largely on processes and ticking boxes and looking for numbers
and, rather, look at what the impact has been on the ground.
What evidence do we have, and how do we bring this evidence to
strengthen our agenda and our own argumentation going
forward?
Comme nous savons sur quoi nous devons nous concentrer,
quel rôle le Canada peut-il jouer pour continuer de faire avancer
ce programme et d’assumer le leadership qui le caractérise depuis
longtemps? Je crois que pour se préparer à l’examen de haut
niveau prévu en 2015, il serait à son avantage d’appuyer l’étude
internationale sur l’application de la résolution 1325, c’est-à-dire
d’utiliser le rôle qu’il joue à la tête des Amis de la résolution 1325
pour mobiliser les États membres autour de cet enjeu, pour les
inviter à s’approprier ce programme et leur donner des conseils
sur la tenue de consultations régionales et de consultations des
femmes pour que nous puissions véritablement étudier l’incidence
de ce programme depuis 15 ans. Plutôt que de nous concentrer
encore sur les processus, les échéances et les chiffres, regardons
quels en sont les effets sur le terrain. Quelles sont les données dont
nous disposons et comment pouvons-nous les utiliser pour
renforcer notre programme et notre propre argumentation à
partir de maintenant?
Other key areas in which Canada could use their foreign policy,
in particular, to influence processes is to ensure that where we are
involved in donor conferences and in peace processes, there is
consistent messaging, that there’s incentivization for women’s
participation. For donor conferences, for example, ensuring that
women’s civil society is at the table and assisting to set the agenda
for where post-conflict spending is directed in terms of recovery.
For peace processes, ensuring that women’s civil society and
women’s participation has dedicated and stand-alone funding so
that women can influence these processes and be where they need
to be and have the funding to be flexible and the resources that
they need in order to ensure their messaging and the outcomes.
Lastly, to ensure that funding is being directed at civil society
organizations and women’s civil society organizations in countries
emerging from conflict so that, as that transition period occurs,
we are ensuring that we are providing the resources and the
support that’s required to ensure women’s full participation in all
processes directed at conflict prevention, conflict resolution and
post-conflict economic recovery.
Par ailleurs, le Canada pourrait utiliser sa politique étrangère,
en particulier, pour influencer les mécanismes en place lorsque
nous participons aux conférences des donateurs et aux processus
de paix, afin qu’on y martèle toujours le même message et qu’on
incite les pays à favoriser la participation des femmes. Aux
conférences des donateurs, par exemple, nous pouvons veiller à ce
que des représentantes de la société civile soient présentes à la
table pour déterminer comment l’argent sera dépensé pour assurer
le rétablissement après un conflit. On pourrait aussi veiller à ce
que les processus de paix comprennent un financement permanent
réservé pour la participation des femmes et de la société civile,
pour que les femmes puissent influencer les processus, pour
qu’elles soient présentes là où c’est nécessaire et qu’elles aient les
moyens et la liberté de communiquer leur message et d’atteindre
les résultats escomptés. Pour terminer, nous veillons à ce que les
organisations de défense de la société civile et des femmes dans les
pays qui sortent d’un conflit soient suffisamment financées pour
avoir accès aux ressources et au soutien requis en période de
transition pour assurer la pleine participation des femmes à toutes
les mesures prises pour prévenir les conflits, les résoudre et assurer
le rétablissement économique de la société après le conflit.
The Chair: Thank you very much for your presentation.
We will have questions, but we’ll finish all the presentations
first.
La présidente : Je vous remercie beaucoup de cet exposé.
Nous avons des questions à vous poser, mais nous allons
commencer par terminer d’entendre les exposés.
24-3-2014
Droits de la personne
4:45
Sanam Naraghi-Anderlini, Co-founder, International Civil
Society Action Network: Thank you very much for inviting me,
Senator Jaffer. It’s an honour to be here with you tonight. I feel
like an honorary Canadian, if you would allow me to be one.
Sanam Naraghi Anderlini, cofondatrice, International Civil
Society Action Network : Je vous remercie infiniment de m’avoir
invitée, madame Jaffer. C’est un honneur pour moi d’être avec
vous ce soir. Je me sens comme une Canadienne honoraire, si vous
voulez bien me permettre d’en être une.
I wanted to start by talking to you a little bit about Canada’s
leadership in this agenda. For those of us who have been involved
in this work before it had a name and number, Canada holds a
very special place in our hearts. It was on the Security Council in
1999 and one of the first countries not only to support the vision
and the ideals but also to take a strategic stance on it. I remember
meeting with the Canadian mission in New York and asking if
they would convene the first meeting at the Security Council on
women, peace and security, and the ambassador at the time said
that it wouldn’t be tactically correct to do so because Canada had
championed the children-in-armed-conflict agenda. There would
be a danger that women and children would once again be lumped
together and that it would be seen as a sideline social issue as
opposed to a very central security issue. Therefore, it was
important to separate the issues out. Of course, at the time,
Canada understood that human security was at the heart and the
core of the national security and international security challenges
that we’re faced with today, and that’s something we’ve seen over
and over in many of the conflicts we’re dealing with.
J’aimerais commencer par vous parler un peu du leadership du
Canada dans ce programme. Le Canada occupe une place très
spéciale dans le cœur de tous ceux et celles qui luttaient déjà pour
cette cause bien avant qu’elle n’ait un nom et un numéro. Le
Canada faisait partie du Conseil de sécurité en 1999, et il a été l’un
des premiers pays non seulement à appuyer cette idée et ces
idéaux, mais à prendre une position stratégique en ce sens. Je me
rappelle avoir rencontré alors la mission canadienne à New York
pour demander à ses membres s’ils voulaient bien organiser la
première réunion du Conseil de sécurité sur les femmes, la paix et
la sécurité. L’ambassadeur d’alors avait répondu que ce ne serait
pas tactiquement avisé parce que le Canada s’était déjà fait le
champion des enfants en conflit armé. Il y avait donc un danger
qu’on associe encore les femmes aux enfants et qu’on voie cet
enjeu comme un seul et un même enjeu social secondaire plutôt
que comme une question de sécurité très centrale. Il était donc
important de séparer les deux enjeux. Bien sûr, à l’époque, les
Canadiens comprenaient que la sécurité humaine était au cœur
des défis liés à la sécurité nationale et internationale de notre
temps, et nous l’avons constaté à répétition dans les nombreux
conflits qui nous ont occupés depuis.
Canada was also the power behind the scenes. As Nahla
mentioned, the mission in New York led the way in forming the
Friends of 1325 group, and it boasts growing membership and
continues to meet today. Again, for those of us who have been
active on this agenda, we feel so strongly that Canada’s role in the
international community and leadership on this agenda is of
particular importance. It’s a country that doesn’t carry the same
military history that the neighbours to the south, where we sit,
have, and it doesn’t carry the colonial history that many of the
European countries have. It’s viewed in a different way, and it had
a different role at the start of this agenda. Frankly speaking, I
think we’ve been very saddened to see Canada recede from the
helm and allow others to take on that leadership role. I think the
effect is evident in a number of ways. I just wanted to point those
out to you briefly before moving on to talk about the work of civil
society and organizations like my own and then also what we
would like to see Canada doing moving forward.
Le Canada était également la grande puissance à œuvrer en
coulisse. Comme Nahla l’a mentionné, la mission à New York a
pris les commandes de la formation du groupe des Amis de la
résolution 1325, dont le nombre de membres ne cesse de croître et
qui continue de se réunir encore aujourd’hui. Encore une fois,
ceux et celles d’entre nous qui luttent activement pour la cause
depuis longtemps sont persuadés que le rôle que le Canada a joué
sur la scène internationale et le leadership déterminant qu’il a
assumé sont de la plus grande importance. Il ne porte pas
l’histoire militaire de ses voisins du sud, là même où nous nous
trouvons, ni l’histoire coloniale de beaucoup de pays européens. Il
est donc perçu différemment et a joué un rôle différent au début
de cette croisade. En toute honnêteté, je dois dire que nous avons
été très attristés de voir le Canada se retirer de l’avant-scène pour
laisser ce leadership à d’autres. Les effets s’en font sentir de
manière évidente de bien des façons. J’aimerais vous expliquer
brièvement comment avant de vous parler un peu plus du travail
de la société civile et des organismes comme le mien et de ce que
nous espérons du Canada à l’avenir.
First, as Nahla mentioned, there is a challenge with
implementation. As the agenda has expanded across many
sectors in the past 15 years, many of us worry that while it’s
gained breadth, it has lost a lot of its depths, if you want. In
Washington, for example, there is a discussion in the Department
of Defense around the U.S. priding itself on opening combat
positions for women. As an advocate of this particular agenda, I
Premièrement, comme Nahla l’a mentionné, l’application de la
résolution pose tout un défi. Bien qu’elle ait acquis de la visibilité
dans bien des secteurs depuis une quinzaine d’années, nous
sommes nombreux à craindre que si son rayonnement s’est élargi,
le programme a perdu en profondeur, si l’on veut. À Washington,
par exemple, au département de la Défense, on raconte que les
États-Unis s’enorgueillissent du fait qu’ils ouvrent des postes de
4:46
Human Rights
24-3-2014
would not put the role of women as fighters and improving war
making as one of the goals of the women, peace and security
agenda.
combat aux femmes. En tant que militante pour la participation
des femmes, je ne verrais pas le rôle des combattantes pour
améliorer la guerre comme l’un des objectifs du programme des
femmes, de la paix et de la sécurité.
Also, we see the demand for women in decision making, with
very little thought given to what it is these women may represent.
To many of us, this was not just another path for advancement,
bureaucracies, militaries and parliaments on the basis of our
biological features. It’s really about a gendered lens, and I really
mean looking at the hardest of the issues we tackle from the
standpoint of how men and women are affected by it and also
how men and women tackle these problems; what are their
perspectives on the issues? Of course, we are very much related to
conflict and crisis.
De même, nous observons une tendance à chercher à tout prix
à attirer les femmes au niveau décisionnel, sans vraiment se
préoccuper de ce que ces femmes représentent. Pour bon nombre
d’entre nous, ce n’est pas qu’une question de promotion au sein
des bureaucraties, des armées et des parlements sur la base de nos
caractéristiques biologiques. C’est vraiment la perception des
femmes qui compte, je veux dire l’analyse des enjeux les plus
complexes du point de vue de leurs incidences sur les hommes et
les femmes et de la façon dont les hommes et les femmes les
abordent; quelles sont leurs façons de voir ces enjeux? Bien sûr,
notre travail est très lié au concept du conflit et de la crise.
At the core of it, if we look at it in terms of what
Resolution 1325 advocates strongly, which is the participation
lens — the protection and peacekeeping issues I can come to as
well — but what really has a transformative impact is the message
of participation of women, and particularly of civil society, as
actors and voices for peace at the tables in the rooms where the
futures of countries are being decided.
Fondamentalement, si l’on se penche sur l’intention exprimée
fortement par la résolution 1325, c’est-à-dire la participation des
femmes (et je vais également vous parler de protection et de
maintien de la paix un peu plus tard), ce qui a l’effet le plus
transformateur, c’est le message de la participation des femmes, et
particulièrement de la société civile, en tant qu’actrices et voix en
faveur de la paix aux tables de négociations où se décide l’avenir
des pays.
Why do we talk about these women? In my experience, and I
think my colleagues have seen this as well, we are talking about
women who, in the midst of the most dangerous situations, have
the courage to stand up, speak out and act for peace and
normalcy in their societies. Very often, there is somehow a
perception that this agenda has an idealistic bend to it. Frankly,
as far as I’m concerned, the women are not idealists; they are very
strong pragmatists in what they are doing. They know that if you
don’t fight for rights and justice, if you don’t engage in
reconciliation or mediation — or ceasefire negotiations as we
are seeing in Syria today at a local level — unless these issues are
addressed comprehensively, peace itself will never be achieved or
be sustainable. It comes from a pragmatic lens.
Pourquoi parlons-nous de ces femmes? Selon mon expérience,
et je crois que mes collègues ont observé la même chose que moi, il
s’agit de femmes qui, dans les situations les plus dangereuses, ont
eu le courage de se tenir debout, de réclamer la paix et la
normalité dans leur société et d’agir en conséquence. Très
souvent, des gens semblent juger cet objectif idéaliste.
Franchement, à mon humble avis, les femmes ne sont pas
idéalistes, ce sont de très grandes pragmatiques dans ce qu’elles
font. Elles savent que si l’on ne se bat pas pour les droits et la
justice, si l’on ne s’engage pas sur la voie de la réconciliation ou de
la médiation (ou dans des négociations de cessez-le-feu, comme en
Syrie en ce moment), si l’on ne tient pas compte de tous les
aspects, la paix elle-même ne sera jamais possible ou ne pourra
pas durer. C’est un point de vue pragmatique.
It’s really about a shift in power, and that’s where we see the
real obstacles, if you want. At the moment, we have an ongoing
practice of business as usual in diplomacy. I would like to frame
this agenda in the context of international diplomacy or
traditional, historic diplomacy. What does that mean? It means
that we focus a lot of our attention on power diplomacy — on
engaging with powerful states — as opposed to looking within
states to see who the actors are.
C’est en réalité une réorientation du pouvoir, et c’est là où l’on
se heurte aux plus grands obstacles, si l’on veut. En ce moment,
on continue d’exercer la diplomatie comme à l’habitude.
J’aimerais qu’on inscrive ce concept dans le contexte de la
diplomatie internationale ou de la diplomatie traditionnelle et de
son histoire. Qu’est-ce que cela signifie? Cela signifie qu’on
consacre beaucoup d’attention à la diplomatie par la puissance,
qu’on cherche à négocier avec les États puissants plutôt que de se
demander qui sont les véritables acteurs au sein de ces États.
It means that we give privilege, if you want, to those who come
in with arms. Twenty years ago we would not talk to rebel groups;
we would say, ‘‘These are non-state actors; they should not be
talked to.’’ Today, we fly them in, give them allowances and
provide training for them to put them on an equal footing with
the governments they have been fighting. But we privileged armed
Cela signifie qu’on privilégie ceux qui portent des armes, d’une
certaine façon. Il y a une vingtaine d’années, on ne négociait pas
avec les groupes rebelles; on disait qu’il s’agissait d’acteurs non
étatiques et qu’il n’y avait pas lieu de négocier avec eux.
Aujourd’hui, on leur paie l’avion pour les faire venir, on leur
offre toutes sortes d’allocations, ainsi que de la formation pour les
24-3-2014
Droits de la personne
4:47
non-state actors over unarmed non-state actors. We still question
who the unarmed non-state actors are, which is civil society and
often dominated by women.
mettre sur un pied d’égalité avec les représentants des
gouvernements contre qui ils se battent. Mais ce faisant, on
privilégie les acteurs non étatiques armés au détriment des acteurs
non étatiques non armés. On se demande toujours qui sont les
acteurs non étatiques non armés, c’est-à-dire les membres de la
société civile, des groupes souvent dominés par les femmes.
Our own organizations’ cultures, if I look to the UN and other
multilateral institutions, there is still a skepticism about what civil
society is and who they are. I will talk to you about what we have
been looking at in terms of this work.
Dans nos propres cultures organisationnelles, si je regarde un
peu le modèle de l’ONU et d’autres institutions multilatérales, il y
a toujours un scepticisme à l’égard de la composition de la société
civile et de ses acteurs. Je vais vous parler un peu de ce que nous
avons étudié dans le cadre de notre travail.
There are also other factors. One of the issues we deal with as a
persistent problem is that there is a perception that what we’re
trying to achieve when we’re dealing with peace processes is that
‘‘negative peace’’ — just that minimal ending of the violence, as if
that in and of itself should be a goal. Ending violence is an
important element, but if it results in a state of negative peace,
where we basically bring together armed actors of the political
elite and have a carving-up of the pie — a power-sharing deal,
which is the terminology we use — the hump toward getting
toward a more positive side and dealing with the root causes is
never really addressed very well. I think that is one of the reasons
why we see that 50 per cent of the few peace processes that we’ve
dealt with over the last 30 years really fail, and that needs to be
addressed.
Il y a d’autres facteurs également. L’un des problèmes
persistants, c’est la perception que notre objectif dans les
processus de paix est la « paix négative », c’est-à-dire la simple
fin de la violence, comme si ce devait être un objectif en soi. La fin
de la violence est un élément important, mais si elle produit un
état de paix négative, où l’on se contente de rassembler les acteurs
armés de l’élite politique afin qu’ils se divisent la tarte, qu’ils
conviennent du partage des pouvoirs, comme on le dit souvent,
l’objectif de créer une situation plus positive et de s’attaquer aux
causes profondes du conflit ne sera jamais vraiment atteint. Je
pense que c’est l’une des raisons pour lesquelles 50 p. 100 des
quelques processus de paix menés au cours des 30 dernières
années ont vraiment échoué. Il faut y remédier.
There is another aspect of this, and it’s a challenge to
governments, to the UN system and to international
organizations. We have all become very good advocates, but
who is doing the acting? This agenda came from women who took
the stand, who went out, whether in Northern Ireland, Israel or
Palestine, South Africa or elsewhere, and over the years we have
seen it in many other countries, like Sri Lanka, Pakistan and
Afghanistan. In other words, they were women who decided to be
the change they wanted to see, to quote Gandhi.
Il y a aussi un autre aspect qui représente un défi pour les
gouvernements, le système de l’ONU et les organisations
internationales. Nous sommes tous en train de devenir de très
bons défenseurs, mais qui agit vraiment? Ce programme est né de
femmes qui ont décidé de se lever debout, qui ont pris position, en
Irlande du Nord, en Israël, en Palestine, en Afrique du Sud ou
ailleurs, et avec le temps, d’autres les ont imitées dans bien
d’autres pays comme le Sri Lanka, le Pakistan et l’Afghanistan.
Autrement dit, il y a des femmes qui ont décidé d’être le
changement qu’elles souhaitaient, pour reprendre les mots de
Gandhi.
Unfortunately, we have reached the point now where we have
the norms, but we are expecting somebody else to make it normal
for us and take the action. There is a lot of advocacy, but who
acts and who is taking responsibility to take the step forward and
act within whatever capacities they have? That’s still missing, and
that’s really a challenge we deal with.
Malheureusement, nous avons atteint un stade où il y a des
normes, mais où chacun s’attend à ce que quelqu’un d’autre
normalise la situation et intervienne. Il y a beaucoup de groupes
de défense, mais qui agit vraiment, qui assume la responsabilité de
prendre des mesures et de faire ce qu’il peut avec ses ressources? Il
y a un manque, ici, et c’est l’une des grandes difficultés auxquelles
nous nous heurtons.
Another issue I grapple with is that knowledge alone does not
mean action. Just because we know women are being raped in the
DRC or that we are seeing a flow of refugees across the Middle
East right now doesn’t mean it spurs us to action. In fact, there is
a danger of inaction because it becomes overwhelming. This is
something we have to grapple with. We need the information, but
there are moments in time when we need to act, and acting may
mean taking a risk and doing things differently.
Je dois aussi déplorer que le savoir à lui seul ne signifie pas
l’action. Le simple fait que nous sachions que des femmes se font
violer en RDC ou que les réfugiés affluent au Moyen-Orient ne se
traduit pas nécessairement par des mesures concrètes. Je dirais
même que l’inaction est dangereuse en soi, parce qu’on devient
vite dépassé. Il faut y réfléchir. Nous avons certes besoin
d’information, mais il vient un temps où il faut agir, ce qui peut
sous-entendre de prendre des risques et de faire les choses
différemment.
4:48
Human Rights
24-3-2014
I will come to what we from civil society are trying to do and
what we want from Canada. From a conceptual perspective, one
of the ways to think about this is that we want to shift people’s
perspectives on peacemaking from the notion that these are places
where we do power sharing to actually talk about responsibility
sharing and how people who sit at the table are responsible for the
constituents and the communities they are dealing with.
J’en arrive à ce que nous essayons de faire à partir de la société
civile et à ce que nous attendons du Canada. Sur le plan
conceptuel, l’un de nos objectifs est de changer la conception
générale de la paix pour qu’au lieu d’y voir un lieu de partage des
pouvoirs, on parle du partage des responsabilités, de la
responsabilité de chacun des acteurs envers les citoyens et les
collectivités qui en dépendent.
This is where civil society comes in very importantly. The
research shows that when civil society has been involved in peace
processes, the chances of failure are reduced by 64 per cent. This
is an important piece of quantitative data that needs to be
qualified, and we need to look into it a bit more, but we know this
anecdotally; we have seen it from the places we have worked and
the research we have done, specifically in terms of women’s work.
C’est là où la société civile revêt toute son importance. Les
recherches montrent que quand la société civile participe aux
processus de paix, les risques d’échec s’en trouvent réduits de
64 p. 100. C’est une donnée quantitative importante qu’il importe
de qualifier, si bien qu’il faudra l’analyser davantage, mais nous
pouvons déjà vous dire d’expérience que c’est ce que nous avons
observé dans notre travail et nos recherches, surtout du point de
vue du travail des femmes.
What does that mean in practice? We need to challenge some of
the blockages we have. In work that we have done, I and my team
in 2010 consistently came across this notion of ‘‘who is civil
society?’’ Who are they and who do they represent? This is a
question that comes up in the case of Syria. It came up in the case
of Libya, and it will no doubt come up in the cases of the next
countries we deal with.
Que cela signifie-t-il concrètement? Il faut remettre en question
certains de nos blocages. Dans le cadre de nos travaux réalisés en
2010, mon équipe et moi nous sommes constamment heurtés à la
même question : qui est la société civile? De qui s’agit-il
exactement et qui représente-t-elle? C’est une question qui se
pose dans le cas de la Syrie. Elle s’est posée dans celui de la Libye
et elle se posera sans nul doute encore dans le contexte d’autres
pays à l’avenir.
There is a perception that these actors are not legitimate.
Whom do they represent? Frankly speaking, if we look at peace
tables around the world, it’s very hard to say that any of the
actors currently sitting at them are representative or legitimate in
that way, or representative of particular constituencies or large
swaths of the population. Yet we talk to them.
Il existe une idée préconçue selon laquelle ces acteurs ne
seraient pas légitimes. Qui représentent-ils? En toute honnêteté, si
l’on regarde un peu qui siège aux tables de négociation de la paix
un peu partout dans le monde, il est très difficile d’affirmer que
ces acteurs sont vraiment représentatifs de leur société ou qu’ils
sont légitimes de ce point de vue, qu’ils représentent des citoyens
ou de grands pans de la population. Pourtant, on accepte de leur
parler.
We need to shift the perception from ‘‘who are they?’’ to ‘‘what
is it they do?’’ If we are looking at civil society, and we know there
are groups on the ground who are active, let’s look at how they
are contributing to peace. What are their value bases? What kinds
of constituents do they have? What are their activities? Do they
have expertise in relief and recovery work, and ceasefires and
mediation? Are they working across the lines of conflict?
Il faut cesser de se demander de qui il s’agit pour plutôt se
demander ce qu’elle fait. Si nous savons qu’il y a des groupes de la
société civile qui sont actifs sur le terrain, regardons en quoi ils
contribuent à la paix. Quelles sont leurs valeurs de base? Quel
genre de citoyens en font partie? Quelles sont leurs activités? Ontils des compétences en reconstruction ou en secours humanitaires,
en cessez-le-feu et en médiation? Est-ce que leur travail transcende
les lignes de conflit?
In the case of Syria, we did this work together with intrusive
security, and we found that both international experts who have
worked on these issues as well as Syrian civil society actors are
identifying the same broad set of criteria that could be applied to
the notion of selecting civil society participation. It’s not perfect;
we don’t want to be hand-picking civil society, but from an
international community perspective, we can certainly create and
facilitate the space for them to address these issues and for them
to learn from the past, go forward in a strategic way around how
they get involvement and linking what would traditionally be
called track 2 to those track 1 processes. We can share with you
the analysis and the papers we have on this issue.
Dans l’exemple de la Syrie, nous avons examiné le travail de la
société civile parallèlement à la sécurité intrusive et nous avons
constaté que les deux experts internationaux qui ont étudié ces
questions de même que les acteurs de la société civile syrienne
privilégient la même liste de critères généraux pour sélectionner
des participants de la société civile. Elle n’est pas parfaite, on ne
veut pas choisir des membres de la société civile au détriment
d’autres, mais du point de vue de la communauté internationale,
on peut sûrement créer un espace où ces gens pourraient discuter
des enjeux et des leçons tirées du passé, pour se tourner vers
l’avenir de façon stratégique. On peut sûrement établir un pont
entre ce qu’on appellerait généralement la deuxième voie et les
processus réservés à la première voie. Nous pourrions vous
transmettre l’analyse et les articles que nous avons en notre
possession à ce propos.
24-3-2014
Droits de la personne
4:49
Another aspect of this, and I think Nahla touched on this, is
the importance of having an independent civil society peace fund.
We have to recognize and acknowledge women’s peace work —
and, right now, especially in the Middle East and North Africa,
women’s rights work is political also — and that we may have
civil society that is at loggerheads with their own governments. So
if we have funding mechanisms that come through multilateral
organizations only, and those organizations are bound to inform
their governments or the missions that funding is going to civil
society, the groups that are really independent, active and
transformative are often the last to be supported.
Il y a encore un autre aspect, dont Nahla a un peu parlé, c’està-dire l’importance de nous doter d’un fonds de la paix
indépendant pour la société civile. Il faut reconnaître le travail
des femmes pour la paix — et je dois dire qu’en ce moment,
particulièrement au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, la
défense des droits des femmes revêt un caractère politique
également —, il faut reconnaître aussi que la société civile peut
être à couteaux tirés avec son propre gouvernement. Ainsi, si les
mécanismes de financement ne passent que par des organisations
multilatérales et que ces organisations sont tenues d’informer
leurs gouvernements ou leurs missions des groupes de la société
civile qui reçoivent du financement, les groupes les plus
indépendants, actifs et transformateurs seront souvent les
derniers à recevoir de l’aide.
Moreover, the time it takes to apply for funds and the
complications in applying for these types of funds really put many
organizations behind and unable to compete. Instead,
international organizations are going forward, and the funds
don’t get to the people who really need it. We would suggest that
maybe for 2015 there should be the launch of an independent,
civil society women’s peace fund — a 1325 peace fund — that sits
independently and allows for small amounts of money to be
transferred in a timely way with very clear parameters of what
type of work it would be going for to mobilize both strategic and
tactical actions around peace and security and not just a generic
women’s fund.
De plus, le temps qu’il faut pour présenter une demande de
financement et toutes les complications qui s’ensuivent
ralentissent vraiment beaucoup d’organisations au point qu’elles
ne peuvent plus être concurrentielles. Les organisations
internationales prennent donc leur place, mais les fonds ne se
rendent pas aux personnes à qui ils sont destinés. Nous vous
recommanderions, pour 2015 peut-être, de créer un fonds
indépendant des femmes de la société civile pour la paix, un
fonds pour la paix selon la résolution 1325, qui serait administré
avec indépendance et pourrait verser de petites sommes d’argent
rapidement, selon des paramètres très clairs, en fonction du type
de travail, afin de mobiliser les femmes dans des interventions
stratégiques et tactiques en vue de la paix et de la sécurité. Ce ne
serait donc pas un simple fonds général pour les femmes.
The third element, and this again is something that we at
ICAN have been doing, is the issue of making sure that we are
linking regional capacities and experiences together. For example,
in our work we have been allowing for the exchange of civil
society actors from one country in the Middle East and Asia to
another so that they can learn amongst themselves. It is incredibly
cost-effective. We don’t have offices in these countries, but we
have counterparts that are local activists. We grant them small
grants, maybe $6,000, maybe $10,000, to allow for this exchange.
When they go, they find incredible opportunities for engaging at
that local level. Even though a country like Sri Lanka, for
example, may have issues dealing with the international
community around certain factors to do with security and
women’s rights, our Sri Lankan counterparts can find
opportunities to engage and share their lessons of what they’ve
done with their counterparts in Pakistan, Afghanistan, Iran and
beyond.
Le troisième élément revient encore une fois à l’un des aspects
du travail de notre réseau, à savoir l’importance de lier les
ressources aux expériences régionales. Par exemple, nous avons
créé un programme d’échange pour les acteurs de la société civile
du Moyen-Orient et de l’Asie, afin qu’ils puissent apprendre les
uns des autres. C’est extrêmement efficace. Nous n’avons pas de
bureaux dans ces pays, mais nous travaillons avec des partenaires,
qui sont des militants locaux. Nous leur accordons de petites
bourses, peut-être 6 000 $ ou 10 000 $, pour rendre l’échange
possible. Les personnes qui y participent constatent toutes les
possibilités qui existent de s’engager à l’échelle locale. Même un
pays comme le Sri Lanka, dont les rapports avec la collectivité
internationale ne sont pas toujours faciles en raison de facteurs
liés à la sécurité et aux droits des femmes, peut trouver des
occasions d’échanger sur le fruit des expériences de ses citoyens
avec des groupes du Pakistan, de l’Afghanistan, de l’Iran et
ailleurs.
This is an important way of taking things forward to show that
it is not to route but to reroute the notion of women’s activism
and rights, peace and security across the world. These are
universal values, not Western agendas couched in colonial values
or history, which is sometimes the way some governments view
them.
C’est une manière importante de faire avancer les choses, de
montrer qu’il ne s’agit seulement pas de tenir compte des femmes
et de leurs droits dans le contexte de la paix et de la sécurité dans
le monde, mais de revoir la conception que nous en avons. Ce sont
des valeurs universelles et non des principes occidentaux fondés
sur des valeurs ou une histoire coloniale, comme certains chefs
d’État l’estiment parfois.
The Chair: May I stop you there? Many people have questions.
La présidente : Est-ce que je peux vous arrêter ici? Beaucoup de
gens ont des questions à poser.
4:50
Human Rights
Ms. Naraghi-Anderlini: Yes.
Mme Naraghi-Anderlini : D’accord.
The Chair: Ms. O’Neill, please.
La présidente : Madame O’Neill, s’il vous plaît.
24-3-2014
Jacqueline O’Neill, Director, Institute for Inclusive Security: I
will pick up on a few things that Sanam might have mentioned as
well as comment on Nahla’s remarks. I want to delve more deeply
into Canada’s national action plan and talk about some ways to
strengthen its implementation. Of course, I’ll echo what Nahla
was saying that as a Canadian, it is a particular honour to address
this committee to dive into my own country’s national action plan
and to use the word ‘‘we’’ when talking about many of these
initiatives.
Jacqueline O’Neill, directrice, Institute for Inclusive Security :
Je vais reprendre quelques thèmes abordés par Sanam et quelques
observations de Nahla. J’aimerais aborder plus en profondeur la
question du plan d’action national du Canada et quelques façons
d’en renforcer l’application. Bien sûr, à l’instar de Nahla, je dois
vous dire que c’est un très grand honneur pour moi, en tant que
Canadienne, de m’exprimer devant ce comité pour examiner le
plan d’action national de mon propre pays et d’utiliser le mot
« nous » pour parler de ces projets.
As the final speaker, I want to bring us back to the reason that
we’re having these conversations at all: why 1325 matters and why
national action plans are important. It is a link that is often lost.
Recognizing women everywhere as powerful agents of change and
incorporating them fully into our work is not something we do
because it benefits women and girls themselves; we do this because
it’s a strategic necessity. Canada’s national action plan is a foreign
policy tool that when implemented well fundamentally
strengthens all of our work to forge peace and security around
the world. Ultimately, it is about returns on our investment of
money and Canadian lives in Afghanistan, for example; it is about
seeing peace talks in Syria actually lead to an agreement that
endures; it is about reaching a negotiated solution between
Israelis and Palestinians that will actually be accepted by people
in both communities; and, as Sanam was talking about, it is about
defining and practising Canadian leadership.
Comme je suis la dernière présentatrice, j’aimerais nous
rappeler la raison même de cette conversation : nous sommes ici
pour nous demander pourquoi la résolution 1325 et les plans
d’action nationaux sont importants. On l’oublie souvent en cours
de route. S’il importe de reconnaître la puissance des femmes
partout comme agents de changement et de les intégrer
pleinement à notre travail, ce n’est pas parce que c’est à
l’avantage des femmes et des filles, mais parce que c’est une
nécessité stratégique. Le plan d’action national du Canada est un
outil de politique étrangère qui, lorsqu’il est bien appliqué,
renforce fondamentalement tous nos efforts pour forger la paix et
la sécurité dans le monde. Ultimement, l’objectif est de tirer
pleinement profit de nos investissements en argent et en vies
canadiennes en Afghanistan, par exemple; de faire en sorte que les
pourparlers de paix en Syrie mènent à un accord durable; de
trouver une solution négociée entre Israéliens et Palestiniens, qui
sera acceptée par les peuples des deux groupes; et enfin, de définir
et d’exercer le leadership canadien, comme Sanam nous en a déjà
parlé.
My organization is called the Institute for Inclusive Security.
When we were founded about 15 years ago, we were called
Women Waging Peace, which was a much more resonant and
somewhat easier-to-remember name. However, we changed it
because we wanted to reinforce the message that these
conversations were fundamentally about security and not
fundamentally about women and girls. I want to emphasize this
because the link to this broader question is often forgotten. We
are a non-profit organization based in Washington, D.C. Our
goal is to increase the inclusion of women in peace and security
processes around the world. One of the most effective ways to
ensure this inclusion is through national action plans. NAPs have
the potential to compel governments, multilateral institutions and
civil society to develop coordinated and actionable changes and to
deliver sustained results.
Je suis directrice de l’Institute for Inclusive Security. Lorsque
notre organisation a été mise sur pied il y a une quinzaine
d’années, elle s’appelait Women Waging Peace, un nom beaucoup
plus percutant et facile à retenir. Nous l’avons toutefois changé
afin d’insister sur le fait qu’il s’agissait fondamentalement de
problèmes de sécurité, et non pas uniquement de questions
touchant les femmes et les filles. Je tenais à le préciser parce qu’on
néglige souvent de considérer les choses dans ce contexte plus
vaste. Nous sommes un organisme sans but lucratif dont le siège
social est à Washington. Nous avons pour objectif une plus
grande intégration des femmes dans les processus de paix et de
sécurité partout dans le monde. Les plans d’action nationaux
figurent parmi les moyens les plus efficaces dont nous disposons à
cet effet. Ces plans peuvent contribuer à inciter les
gouvernements, les institutions multilatérales et la société civile
à coordonner leurs efforts pour concevoir des solutions
applicables et produire des résultats durables.
Nearly two years ago in collaboration with UN Women and
ICAN and various others, we created an initiative called
Resolution to Act, which has the goal of creating more highimpact national action plans around the world. We did that
because we believe every country has something to learn and
something to teach when it comes to national action plans. When
Canada first created its NAP in 2010, about 18 countries in the
Il y a près de deux ans, nous avons créé en collaboration
notamment avec ONU Femmes et ICAN, une initiative intitulée
Resolution to Act, qui vise l’élaboration d’un plus grand nombre
de plans d’action nationaux plus efficaces. Nous l’avons fait parce
que nous croyons que chaque pays a quelque chose à apprendre et
des connaissances à partager relativement aux plans d’action
nationaux. Lorsque le Canada s’est donné un premier plan
24-3-2014
Droits de la personne
4:51
world had plans. Now, there are about 43. That means various
other countries can learn from Canada’s experiences, and there
are a lot of lessons from Canada to take away.
d’action national en 2010, quelque 18 autres pays en avaient déjà
un. Il y en a maintenant autour de 43. C’est dire que bien des pays
pourraient tirer des enseignements de l’expérience du Canada, et
que le Canada lui-même peut beaucoup en apprendre des autres.
I want to do two things today: One is to bring those lessons
into the room to flag a few key trends or learnings in national
action plan implementation globally; and the second is to offer
some specific recommendations for strengthening the
implementation of Canada’s NAP.
Il y a deux choses que je voudrais faire aujourd’hui. J’aimerais
d’abord vous parler de ces enseignements tirés à l’échelle
planétaire quant à la mise en œuvre des plans d’action
nationaux et signaler quelques tendances importantes qui se
dégagent. Je voudrais ensuite formuler certaines
recommandations en vue d’assurer une mise en œuvre plus
efficace du plan d’action national du Canada.
In terms of NAP good practices, colleagues on some of the
other panels have highlighted several, so I’m not going to repeat
them, but I will mention three. First, there is a growing focus on
impact, not just on activity. As Nahla was talking about, we need
to focus and strengthen our argumentation on this case. Over
these 12 or so years, a lot of time and money have been invested in
creating national action plans. The question rightly is being
asked: What difference does it make? In particular to my earlier
point, it makes a difference not only in the lives of the women and
girls who participate in activities but also to the overall security.
Comme des collègues des groupes de témoins précédents ont
déjà souligné plusieurs pratiques exemplaires en la matière, je ne
vais pas toutes les répéter, mais j’aimerais tout de même en
mentionner trois. Premièrement, on met de plus en plus l’accent
sur les résultats, plutôt qu’uniquement sur les actions. Comme
Nahla le soulignait, nous devons orienter nos efforts de manière à
nous donner des arguments plus probants. Depuis une douzaine
d’années, on a investi beaucoup de temps et d’argent dans la
création des plans d’action nationaux. On peut se demander à
juste titre si ces plans font vraiment une différence. À ce sujet, je
répète qu’ils font une différence non seulement dans la vie des
femmes et des filles qui participent aux activités, mais aussi du
point de vue de la sécurité générale.
NAPs need to be set up to measure the difference that women’s
participation makes, not just whether they were present, as Sanam
was talking about. A lot of NAPs are making good progress, but
their indicators track what is easier to measure, which is process
and inputs. If we can’t collectively make the case that effective
NAPs lead to greater security, we will lose the global momentum
that we have, and the quality of foreign policy everywhere will
suffer. The good news is that this can be done. We are becoming
increasingly sophisticated in our ability to evaluate impact, in part
through the sharing of good practices, and we can accelerate the
shift significantly.
Les plans d’action doivent être conçus de façon à permettre
d’évaluer l’apport additionnel découlant de la participation des
femmes, et non seulement de déterminer si elles sont présentes,
comme le soulignait Sanam. De nombreux pays progressent bien
dans la mise en œuvre de leur plan d’action national, mais leurs
indicateurs ne visent que les éléments les plus faciles à mesurer, à
savoir ceux qui touchent les processus et les intrants. Si nous
n’arrivons pas tous ensemble à faire valoir que des plans d’action
nationaux efficaces permettent une sécurité accrue, nous ne
pourrons pas poursuivre sur la lancée planétaire actuelle, et la
qualité des politiques étrangères de tous les pays en souffrira. La
bonne nouvelle c’est que cela est tout à fait réalisable. Nous
arrivons de mieux en mieux à évaluer les impacts, notamment via
la mise en commun des pratiques exemplaires, et nous pouvons
accélérer considérablement cette tendance vers l’amélioration.
Second, we are seeing a real streamlining and simplification of
indicators. The majority of countries who review their NAP and
issue revised versions, issue versions that track fewer things and
set clearer targets and resources for those things. There was a
conversation earlier about targets, and some of the most effective
NAPs have targets and then they track those things more
thoroughly than they did in previous versions. For example,
Bosnia with our support just issued a revised national action plan
that reduced the number of indicators from 120 to about 50.
Deuxièmement, nous constatons un véritable effort de
rationalisation et de simplification des indicateurs. La majorité
des pays qui revoient leur plan d’action national en produisent
une version révisée qui assure le suivi d’éléments moins nombreux
et définit plus clairement les objectifs à atteindre et les ressources à
déployer. Vous avez discuté précédemment de la question des
objectifs, et certains des plans d’action les plus efficaces sont ceux
qui établissent de tels objectifs pour ensuite les suivre de plus près
qu’avec les versions précédentes. À titre d’exemple, la Bosnie vient
tout juste d’établir avec notre aide un plan d’action national révisé
qui porte de 120 à une cinquantaine seulement le nombre
d’indicateurs utilisés.
Third, there needs to be sustained attention to explicitly linking
national action plans to other national security policies. One of
the fastest ways to ensure that a NAP is irrelevant is to isolate it
Troisièmement, il faut que l’on cherche sans cesse à lier
explicitement les plans d’action aux autres politiques nationales
en matière de sécurité. Si vous isolez le plan d’action national du
4:52
Human Rights
24-3-2014
from the rest of the government’s policies, priorities and
strategies. Strong NAPs are integrated into national security
strategies, military doctrine, et cetera; and they’re also developed
and implemented as Canada’s is through a whole-of-government
approach.
reste des politiques, des priorités et des stratégies gouvernementales,
vous pouvez être assurés qu’il se révélera rapidement sans utilité.
Les plans d’action efficaces sont ceux qui sont intégrés aux
stratégies nationales de sécurité, à la doctrine militaire et à tout le
reste, tout en étant conçus et mis en œuvre, comme ce fut le cas au
Canada, dans le cadre d’une approche pangouvernementale.
In terms of Canada’s NAP, there are a lot of strong elements.
The 2012-13 progress report referenced a lot of great work that
puts Canada at the forefront on a number of issues. For example,
Canada now includes a gender-based analysis directly in many
terms of reference for deployments, whereas before it did not.
Prior to the merger of DFAIT and CIDA, DFAIT actually
adopted CIDA’s standard gender assessment tool and is working
to ensure that we get this assessment phase right from the
beginning. The RCMP is also doing similar work by developing a
concept of operations that addresses gender. Multilaterally,
Canada is still leading the Friends of 1325 at the UN and is
active in Geneva as well. We have been pushing the G8 and
NATO, including by funding women affected by conflict to
address those bodies directly.
Le plan d’action national du Canada comporte de nombreux
éléments positifs. Le rapport d’étape de 2012-2013 a mis en
lumière l’excellent travail qui a propulsé le Canada à l’avantgarde relativement à différents enjeux. À titre d’exemple, l’analyse
comparative entre les sexes est désormais directement intégrée à
de nombreux cadres de référence de déploiement. Avant la fusion
du MAECI et de l’ACDI, le ministère avait adopté l’outil
normalisé d’évaluation de l’égalité entre les sexes de l’ACDI et
s’emploie à faire le nécessaire pour que l’on procède à cette
évaluation dès le début du processus. La GRC déploie également
des efforts en ce sens en élaborant un concept opérationnel qui
prend en compte l’égalité entre les sexes. À l’échelle
internationale, le Canada dirige toujours le groupe Amis de la
1325 aux Nations-Unies en plus d’être actif à Genève. Nous
exerçons des pressions sur le G8 et sur l’OTAN en offrant
notamment du financement pour que les femmes touchées par les
conflits puissent s’adresser directement à ces instances.
Where do we go from here? I have three suggestions. First, we
must be sure to not let our recent focus on sexual violence come at
the expense of the focus on participation. There is a trend in
global north or so-called industrialized countries to speak
exclusively about sexual violence in conflict. This violence is
shocking, outrageous and offensive and is also a lot easier to
understand than is the need to have women directly at peace
negotiations. The focus on sexual violence addresses a symptom
or consequence of a lack of women in decision making, not its
root causes. When women are at peace talks, the more likely it is
to raise the issue of rape as a weapon of war, to insist against
perpetrators getting a blanket amnesty, to ensure that reformed
police and military forces include greater numbers of women, and
to call for treatment and justice for victims.
Quelles devraient être les prochaines étapes? J’ai trois
suggestions à formuler. Premièrement, nous devons veiller à ce
que l’attention portée récemment sur la violence à caractère sexuel
n’agisse pas au détriment des objectifs de participation. Dans
l’hémisphère Nord ou au sein des pays que l’on qualifie
d’industrialisés, on a tendance à parler exclusivement de la
violence à caractère sexuel en situation de conflit. Cette violence
est troublante, outrageante et répugnante; c’est aussi un
phénomène beaucoup plus facile à saisir que celui de la
nécessité d’une participation directe des femmes aux
négociations pour la paix. La violence à caractère sexuel est un
symptôme ou une conséquence du nombre insuffisant de femmes
dans le processus décisionnel, plutôt qu’une cause profonde du
problème. Plus il y aura de femmes qui prendront part aux
pourparlers pour la paix, plus il y aura de chances que l’on
soulève le problème du viol comme arme de guerre, que l’on
insiste pour que les coupables n’obtiennent pas une amnistie
générale, que l’on veille à ce que la composition des forces
policières et militaires soit révisée pour intégrer davantage de
femmes, et que l’on réclame que les victimes aient accès à des
traitements et obtiennent justice.
With the U.K.’s mobilization of the global community on this
topic at the upcoming major conference in June, sexual violence is
going to gain much broader attention, as it should, but Canada
can play an essential role of consistently making clear that if we
care about sexual violence, we have to act on participation.
Comme le Royaume-Uni compte mobiliser la communauté
internationale à ce sujet lors de l’importante conférence qui se
tiendra en juin, la violence à caractère sexuel va retenir l’attention
encore davantage, ce qui est une bonne chose. Le Canada peut
toutefois jouer un rôle essentiel en s’employant sans relâche à faire
valoir que si la violence à caractère sexuel est un problème qui
nous interpelle, nous devons aussi agir pour accroître la
participation des femmes.
24-3-2014
Droits de la personne
4:53
There is a danger, I think, of equating 1325 and this entire
agenda exclusively with sexual violence, but it is actually much
broader than that.
Selon moi, on risque d’associer la résolution 1325 et l’ensemble
du processus uniquement à la problématique de la violence à
caractère sexuel, alors que les enjeux sont beaucoup plus vastes.
Second, we have to send stronger signals externally and
internally that this is a Canadian government policy priority and
also a commitment, a personal commitment, by some of our most
senior political leaders.
Deuxièmement, nous devons montrer de façon plus sentie, à
l’externe comme à l’interne, qu’il s’agit d’une priorité stratégique
pour le gouvernement du Canada, mais aussi d’un engagement,
un engagement personnel de certains de nos plus hauts dirigeants
politiques.
Externally, there have been a number of positive steps. For
example, Minister Baird emphasized the importance of women’s
leadership in his remarks to the G8 at Camp David, at NATO
summits and elsewhere, but as Sanam highlighted, we need to
continue to seize and sometimes create even more of these
opportunities.
À l’extérieur du pays, un certain nombre de mesures positives
ont été prises. Par exemple, le ministre Baird a insisté sur
l’importance du leadership exercé par les femmes dans ses
remarques devant le G8 à Camp David, lors de sommets de
l’OTAN et sur d’autres tribunes, mais comme le soulignait
Sanam, nous devons continuer de profiter des occasions
semblables et même en créer de nouvelles.
At the upcoming NATO summit, for example, Canadian
ministers could address women’s inclusion in their remarks, they
could fund women’s civil society leaders to attend, and they could
support the establishment of a permanent NATO special envoy
on women, peace and security.
Lors du prochain sommet de l’OTAN, les ministres canadiens
pourraient par exemple traiter dans leurs remarques de l’inclusion
des femmes, payer pour la participation des organisations
féminines de la société civile, et appuyer l’établissement d’un
poste permanent d’envoyé spécial de l’OTAN pour les femmes, la
paix et la sécurité.
As Sanam mentioned, at peace and security negotiations,
including the ongoing Syria talks, Canada can ensure that
women’s inclusion is not just an afterthought but bring it
immediately into the conversation.
Comme Sanam le mentionnait, le Canada peut veiller à ce que
l’intégration des femmes soit considérée dès l’amorce des
négociations pour la paix et la sécurité, y compris les
pourparlers qui se poursuivent avec la Syrie, plutôt que de
n’être envisagée qu’après coup.
Internally, Canadian personnel need to hear this message too.
So at Foreign Affairs, for example, the minister could send out a
broadcast message to all staff. To my knowledge, there hasn’t
been one specifically about the NAP sent from a ministerial level.
It had a solid rollout when released, and it was accompanied by
guidance from the head of START, but that was some time ago,
and as we all know, there is no substitute for Canadian personnel
to hear directly from the minister, or better yet, the Prime
Minister, that NAP is an essential and strategic tool.
Au pays, le même message doit être communiqué à nos
fonctionnaires. Ainsi, le ministre des Affaires étrangères pourrait
envoyer un message à cet effet à tous ses employés. À ma
connaissance, il n’y a pas eu de tels messages concernant le plan
d’action national. Son déploiement a fait l’objet d’une vaste
campagne assortie des directives de l’administrateur général du
GTSA, mais c’était il y a un bon moment déjà et, comme nous le
savons tous, il n’y a rien pour les fonctionnaires canadiens comme
d’entendre directement leur ministre, ou mieux encore, le premier
ministre, leur dire que le plan d’action national est un outil
stratégique essentiel.
This is something Sanam and I jointly advocated for in the
U.S, and in the months after the release of the U.S. national
action plan, which I’ll note came two years after Canada’s,
Secretary Clinton issued an operational plan for the State
Department, and there were similar ones at USAID and DoD.
C’est une chose que Sanam et moi-même avons préconisée
conjointement aux États-Unis. Dans les mois qui ont suivi la
diffusion du plan d’action national américain, lequel est arrivé
deux ans après celui du Canada, la secrétaire Clinton a rendu
public un plan opérationnel pour le département d’État, et des
mesures similaires ont suivi pour USAID et le département de la
Défense.
One of the cables that Secretary Clinton sent was particularly
effective —
Un des messages envoyés par la secrétaire Clinton a été
particulièrement efficace...
The Chair: Ms. O’Neill, may I stop you? We have so many
questions. I apologize for that.
La présidente : Madame O’Neill, je me dois de vous
interrompre. Je vous prie de m’en excuser, mais nous avons
beaucoup de questions à vous poser.
Senator Ataullahjan: In 2012-13, the NGO Working Group on
Women, Peace and Security, which is a coalition of nongovernmental organizations based at the UN headquarters in
La sénatrice Ataullahjan : En 2012-2013, le Groupe de travail
des ONG sur les femmes, la paix et la sécurité, une coalition
d’organisations non gouvernementales travaillant à partir du
4:54
Human Rights
24-3-2014
New York, found that women, peace and security was more of an
add-on that is addressed when it does not challenge priorities.
Would you agree with this?
siège des Nations Unies à New York, en est arrivé à la conclusion
que les enjeux liés aux femmes, à la paix et à la sécurité sont
davantage considérés comme un élément accessoire qui est pris en
compte lorsque les priorités ne sont pas remises en cause. Êtesvous d’accord avec cette conclusion?
My other question is this: What role does maternal and child
health play under Resolution 1325, if any?
J’aimerais également savoir ce qui en est des questions liées à la
santé des mères et des enfants dans le cadre de la résolution 1325.
Ms. Naraghi-Anderlini: In terms of the add-on, I think that’s
absolutely correct. I think that, as Jacqueline mentioned, there
needs to be a linkage between the women, peace and security
agenda and the broader foreign policy agendas. I would actually
take this even further.
Mme Naraghi-Anderlini : Je suis tout à fait d’accord avec leur
conclusion concernant le caractère accessoire conféré à ces
questions. J’estime qu’il faut établir un lien, comme Jacqueline
l’indiquait, entre les mesures prises au bénéfice des femmes, de la
paix et de la sécurité et les initiatives plus vastes de politique
étrangère. J’irais même d’ailleurs plus loin.
In some of the work that we have been doing recently looking
at the rise of extremism across the Middle East, in West Africa,
East Africa and parts of Asia, what we’re looking at is trying to
understand extremism through a gender lens. What is going on?
Who are these young men who are being recruited into Salafi
movements, Talibs, other types of groups, violent and nonviolent? What are the social dimensions affecting them?
Dans certains travaux que nous avons menés récemment
concernant la montée de l’extrémisme dans tout le Moyen-Orient,
en Afrique de l’Ouest, en Afrique de l’Est et dans certaines parties
de l’Asie, nous avons cherché à comprendre le phénomène dans
l’optique de la différence entre les sexes. Qu’est-ce qui se passe
exactement? Qui sont ces jeunes hommes qui sont recrutés au sein
des mouvements salafistes, talibans ou autres, qu’ils soient
violents ou non violents? Quelles dimensions sociales influent
sur leur comportement?
The breadth and richness of information that you get really can
shape and help us determine foreign policy, development policies
and so forth, as opposed to just thinking we set an agenda here
and this is just another piece of it that we try and fit in. It really
should be melded together in a more significant way, because the
problems that we’re dealing with are very complex and rooted in
many of the socio-cultural issues we are dealing with.
L’ampleur et la richesse de l’information que l’on peut ainsi
accumuler peuvent vraiment nous aider à façonner notre politique
étrangère, nos politiques de développement et différentes autres
mesures, plutôt que de simplement établir un programme au
Canada et d’essayer d’y intégrer cet enjeu qui vient s’y ajouter.
Toutes ces questions devraient vraiment être amalgamées de façon
plus significative, car les problèmes avec lesquels nous devons
composer sont très complexes et bien ancrés dans bon nombre des
contextes socioculturels où nous devons agir.
On maternal health and child issues, 1325 does not directly deal
with this issue. However, what it does do is situate and give voice
and shape to the existence of women in conflict and crisis settings
and, therefore, their needs, whether housing, the types of health
care they need and so forth. It’s the first time that we begin to see
the people who are affected by war and how they’re affected by
war.
Pour ce qui est de la santé des mères et des enfants, la
résolution 1325 ne traite pas directement de ces questions. Elle
permet toutefois de situer chaque élément dans son contexte et
d’exprimer et concrétiser l’existence des femmes en situation de
conflit ou de crise, en faisant valoir par le fait même leurs besoins,
notamment pour ce qui est du logement et des soins de santé.
C’est la première fois que l’on cherche ainsi à voir qui sont les
gens affectés par les conflits et en quoi ils sont touchés.
I think that’s really the strength of this. It’s not so much that
this is a women’s agenda. It’s that it is a peace and security or
crisis and conflict context agenda in which we begin to look at the
ordinary people who are affected by it, whether they are men and
women, old or young, children and so forth.
Selon moi, c’est vraiment là que cette mesure prend toute son
utilité. Ce n’est pas tant un plan d’action pour les femmes. C’est
un plan d’action pour la paix et la sécurité ou pour les situations
de crise et de conflit qui nous permet d’examiner enfin la situation
des gens ordinaires qui sont affectés, qu’il s’agisse d’hommes ou
de femmes, de personnes âgées, de jeunes ou d’enfants.
One of the things we have seen over the years is that as we have
broadened and talked about women, for example, a whole sort of
movement has emerged said, ‘‘What about widows?’’ All of a
sudden, we are looking at the subcategory of young women in
Asia and Nepal and Sri Lanka and the challenges of widowhood
and being single mothers, for example.
Au fur et à mesure que notre discours a évolué pour parler des
femmes en général, nous avons notamment pu observer
l’émergence d’un mouvement qui s’intéresse au sort des veuves.
Nous en sommes ainsi venus à nous pencher sur la situation de ces
jeunes femmes en Asie, au Népal et au Sri Lanka et des difficultés
avec lesquelles elles doivent composer à titre de veuves et de mères
seules, par exemple.
24-3-2014
Droits de la personne
4:55
It has also opened up the door for us to talk about men and
sexual violence around men and their health care needs. It is it is a
lens through which we begin to look at war and peace and from a
human perspective.
Cette nouvelle ouverture nous a aussi permis de nous intéresser
aux hommes dans le contexte de la violence à caractère sexuel et à
leurs besoins en matière de santé. C’est donc sous l’angle
humanitaire que nous observons désormais des situations de
conflit et de paix.
Senator Eggleton: Thank you very much for the presentations.
They were all quite excellent, very informative.
Le sénateur Eggleton : Merci beaucoup pour vos exposés qui
étaient fort intéressants et qui nous ont appris beaucoup de
choses.
Ms. Naraghi-Anderlini, you mentioned an independent fund
that could be used to support women’s grassroots movements and
civil society organizations as a means of strengthening their voice
and dealing with peace and security issues in conflict areas.
Mme Naraghi-Anderlini, vous avez parlé d’un fonds
indépendant qui pourrait être utilisé pour appuyer les
mouvements populaires de femmes et leurs organisations au
sein de la société civile afin de leur permettre de s’exprimer d’une
voix plus forte tout en traitant des enjeux liés à la paix et à la
sécurité dans les zones de conflit.
Can you tell me a little bit more about how that would work?
Who would administer it, and who would contribute the funding
to it, and how we could be sure it would get to the organizations
when past efforts, multilateral efforts, have not produced that
kind of flow-through?
Pourriez-vous m’en dire davantage sur le fonctionnement d’un
tel fonds? Qui l’administrerait, qui contribuerait au financement
et comment pourrions-nous nous assurer que l’argent se rend
jusqu’aux organisations concernées, contrairement à ce qui s’est
passé avec les efforts multilatéraux en ce sens jusqu’à maintenant?
Ms. Naraghi-Anderlini: I think one of the things that have
emerged over the last 15 years is that we have a community of
international organizations that are very widely connected with
networks across conflict areas worldwide.
Mme Naraghi-Anderlini : Parmi les éléments qui sont ressortis
au cours des 15 dernières années, il y a l’émergence d’une
communauté d’organisations internationales à la faveur de vastes
réseaux s’intéressant aux zones de conflit à l’échelle planétaire.
In my own organization, we house the Global Network of
Peacebuilders for example. They have over 70 member
organizations. What’s extraordinary is that I think between the
three of us today, if somebody said, ‘‘We need to identify what is
happening to women in Ukraine,’’ we would probably, after two
emails, be able to find the activists and groups that are beginning
to emerge.
À titre d’exemple, le Global Network of Women Peacebuilders
est un programme partenaire de ma propre organisation. Le
réseau regroupe plus de 70 membres. Ces réseaux nous sont
extrêmement utiles. Si quelqu’un voulait par exemple savoir ce
qu’il advient des femmes en Ukraine actuellement, je pense qu’il
nous suffirait à toutes les trois d’un ou deux courriels pour savoir
quels sont les activistes et les groupes qui commencent à émerger.
We have at the international level sort of a community that has
emerged, and I think this community can, together, manage and
administer such a fund. Of course, the funding would be a mixture
of sources. It would be a mixture of governments that are
supportive and don’t want to retail. They actually want to give
large funds and allow the $10,000, $20,000 grants to be given. It
could be from the corporate sector, provided it’s ethical. It could
be from private individuals. It can be a mixture of different types
of organizations that could provide it.
C’est donc en quelque sorte une communauté qui a vu le jour
au niveau international et j’estime que ses membres pourraient
administrer conjointement un tel fonds. Bien évidemment, il
proviendra de différentes sources. Il viendra notamment de
gouvernements qui appuient l’initiative et ne veulent pas
saupoudrer le financement. Ils préfèrent octroyer d’importantes
enveloppes et permettre que des subventions de 10 000 $ ou
20 000 $ soient versées. L’argent pourrait aussi venir du secteur
privé, pour autant que les règles d’éthique soient respectées. Les
dons de particuliers sont une autre possibilité. Il y a donc
différents types d’organisations qui pourraient y contribuer.
I would be happy to give you more details. We’ve developed a
concept note around this idea, and it’s an evolving notion.
Je serais heureuse de vous fournir de plus amples détails. Nous
avons rédigé un document évolutif à ce sujet.
Senator Eggleton: Please send it to the clerk of the committee,
and we would be happy to look at.
Le sénateur Eggleton : Si vous voulez bien le faire parvenir au
greffier du comité; nous aimerions bien en prendre connaissance.
The Chair: I have a comment to make, and then I would
appreciate input from the three of you.
La présidente : J’aurais une observation à faire et j’aimerais
savoir ce que toutes les trois vous en pensez.
I have to share with you, and I think some of you heard me ask
a number of witnesses beforehand, how disappointed I am with
the Syrian peace process and how women have really stayed
outside. I have absolutely come to the conclusion, if there was
Je dois vous dire à quel point je suis déçue du déroulement du
processus de paix en Syrie et de la manière dont les femmes en
sont exclues. Vous m’avez d’ailleurs peut-être entendue poser des
questions à ce sujet aux témoins qui vous ont précédées. J’en suis
4:56
Human Rights
24-3-2014
another resolution around Resolution 1325, there would be one
that nobody would be allowed to be the meditator until they
understand the resolutions, made a commitment that they would
implement those resolutions and really understand the
resolutions.
arrivée à la conclusion que si l’on devait adopter une nouvelle
résolution dans la foulée de la 1325, il faudrait faire en sorte que
personne ne puisse agir comme médiateur sans avoir compris tous
les éléments des résolutions précédentes et s’être engagé à les
mettre en œuvre.
As you heard Ms. Marilou McPhedran speak earlier, the
mediator for the Syrian peace process has not followed the seven
UN resolutions. I am very much aware of the work that UN
Women has done around the margins to get women to the peace
process, but truthfully, I don’t believe that’s good enough. The
women should be sitting at the table. As we know in the peace
processes, if women are not being trained with the men on how to
negotiate and all the different issues, then they are already at a
disadvantage.
Comme vous avez pu entendre Mme Marilou McPhedran le
dire tout à l’heure, le médiateur du processus de paix en Syrie n’a
pas suivi les sept résolutions des Nations Unies. Je suis tout à fait
consciente de tout le travail accompli en coulisse par ONU
Femmes pour intégrer les femmes au processus de paix, mais je ne
crois pas que cela soit suffisant. Les femmes devraient participer
aux discussions. Comme nous le savons, si les femmes ne
reçoivent pas la même formation que les hommes relativement
aux techniques de négociation et aux différents enjeux de ces
processus de paix, elles sont défavorisées d’emblée.
Enough said by me, I would very much appreciate hearing
from all three of you what you think we could do differently the
next time around. I know the Dutch government has played an
instrumental role in enabling the women to come to Geneva. I
know that Canada has not played as big a role, but hopefully we
can learn from this. What can Canada do in the future to ensure
that women are embedded in the peace process, not around the
peace process?
Mais j’ai assez parlé, et j’aimerais bien connaître votre point de
vue à toutes les trois. Que pourrions-nous faire de différent la
prochaine fois? Je sais que le gouvernement néerlandais a joué un
rôle déterminant quant à la présence des femmes à Genève. Je sais
par ailleurs que le Canada n’a pas été aussi actif à ce chapitre,
mais j’ose espérer que nous pouvons en tirer une leçon. Que
pourrait faire le Canada à l’avenir pour veiller à ce que les femmes
jouent un rôle de premier plan dans le processus de paix, plutôt
que d’être laissées en marge de ce processus?
Ms. Valji: Senator Jaffer, thank you for the question and for
raising the role that UN Women has been trying to play in this
regard. As you noted, we have been trying to bring together
women and an inclusive group to Geneva, and prior to that
organizing in Jordan and working with inclusive security on that
as well. But you’re absolutely right; these women continue to be
marginalized. They continue to be outside of the process. I think
we’re starting to hear a shift in messaging. We’re starting to hear
that as Geneva talks fall apart, this is the only inclusive group of
Syrians there is that continues to keep the issue of peace alive.
Mme Valji : Sénatrice Jaffer, merci pour votre question et pour
votre commentaire concernant le rôle qu’ONU Femmes essaie de
jouer à cet égard. Comme vous l’avez indiqué, nous nous sommes
efforcés de mobiliser les femmes au sein d’un groupe intégré à
Genève, après avoir organisé leur participation pour la Jordanie
et collaboré en ce sens avec ICAN et l’Institute for Inclusive
Security. Mais vous avez tout à fait raison : ces femmes
demeurent marginalisées. Elles sont encore exclues du processus.
Mais je pense que le message commence à changer. Au moment
où les pourparlers de Genève achoppent, on commence à entendre
que c’est le seul groupe inclusif de Syriens qui continue à
promouvoir l’idée de la paix.
I think there are two issues here. The first issue is that we need
to be pushing for women’s representation in the formal talks. We
need to be pushing for inclusivity in the role of civil society, for
the gender expertise at the talks. Special envoy Brahimi has
committed to having a senior gender adviser on this team. We
need to ensure we’re doing the follow-up to make sure he has this
expertise.
Je crois qu’il y a deux questions à considérer. Il y a d’abord le
fait que nous devons exercer des pressions pour que les femmes
soient représentées lors des négociations formelles. Compte tenu
de leur rôle au sein de la société civile et de leur expertise des
enjeux sexospécifiques, nous devons intervenir en faveur de leur
intégration dans ces pourparlers. L’envoyé spécial Brahimi s’est
engagé à doter l’équipe d’un conseiller principal relativement à
l’égalité des sexes. Nous devons assurer le suivi pour veiller à ce
que ce conseiller ait l’expertise voulue.
In the international community, we also need to shift the focus.
Who is at Geneva discussing the peace talks? Why are we not
questioning the fact, the challenge it has brought to women’s civil
society, who do you represent, how do we know you’re legitimate?
Are we asking these questions about the two parties we’ve invited
to the talks, first? We say Assad’s regime is not legitimate, yet
we’re willing to negotiate with them. Have we placed the same
Au sein de la communauté internationale, nous devons aussi
nous demander si nous visons les bonnes cibles. Qui est à Genève
pour participer aux pourparlers de paix? On demande aux
organisations de femmes de la société civile qui elles
représentent et comment on peut savoir si elles sont légitimes.
Pourquoi ne posons-nous pas les mêmes questions aux deux
parties invitées à prendre part aux discussions? Nous soutenons
24-3-2014
Droits de la personne
4:57
demands on the opposition that we place on women?
que le régime d’Assad n’est pas légitime, mais nous sommes tout
de même disposés à négocier avec lui. Est-ce que les opposants
sont soumis aux mêmes exigences que les groupes de femmes?
In the international community, there was a question about
Iran’s participation in the talks. It is one of the most difficult
discussions the international community could have, and yet
there’s still no discussion at that level about women’s
participation and a dedicated role for women at the talks. It’s
critical that we question and shift, and that’s a role that Canada
can play. We also need to shift the focus to where the women are,
what they’re achieving at the moment and how we build on that.
Many of these women have been responsible in communities for
brokering local ceasefires to ensure humanitarian assistance can
reach their families and communities. We’re not achieving that at
a national level. Perhaps we need to shift our focus and highlight
attention to what women are achieving at the community level.
How do we build on that, build resilience in communities that
haven’t been affected by the conflict so it doesn’t spread to those
communities?
Au sein de la communauté internationale, on a évoqué la
possibilité que l’Iran participe aux pourparlers. Malgré qu’il
s’agisse de discussions particulièrement délicates, il n’est
nullement question au niveau international de la participation
des femmes et du rôle précis qu’on pourrait leur confier dans ces
négociations. Il est essentiel que nous posions ces questions et
revoyons notre orientation, et le Canada peut exercer son
influence à ce chapitre. Nous devons également en venir à
considérer la situation actuelle des femmes afin de pouvoir miser
sur leurs accomplissements. Ce sont bien souvent des femmes qui
doivent faire le nécessaire pour obtenir un cessez-le-feu de telle
sorte que l’aide humanitaire puisse se rendre jusqu’à leurs familles
et leurs collectivités. Ces réalisations ne se concrétisent pas à
l’échelon national. Peut-être devrions-nous mettre davantage en
lumière ce que les femmes accomplissent au sein de leurs
collectivités. Comment miser sur leur travail pour renforcer la
résilience des collectivités qui n’ont pas été touchées par le conflit
afin qu’elles n’en subissent pas les contrecoups?
Those are some of the roles that Canada can draw attention to
and really be a voice on with regard to Syria.
Ce sont autant des exemples des choses que pourrait faire le
Canada pour attirer l’attention sur ces questions et les mettre
vraiment en valeur pour ce qui est de la Syrie.
Ms. O’Neill: What we’re seeing play out in Syria is a reflection
of broader structural problems related to special envoys and lead
mediators in the sense that they’re essentially only positive
incentives. You will get praised for doing a positive job or
bringing women into negotiations, but there is no accountability
and effectively no consequences for special envoys and lead
mediators who choose to disregard Security Council
Resolution 1325, who choose to come to meetings but not
actually listen to women’s presentations and listen to them
effectively, trying to get to the table. There’s a lot of positive
incentive for those to be recognized when they do it well and very
little accountability or consequence.
Mme O’Neill : Le dossier de la Syrie est en quelque sorte un
reflet fidèle des problèmes structurels plus généraux liés au travail
des envoyés spéciaux et des médiateurs principaux en ce sens que
l’on se fonde essentiellement sur des incitatifs positifs. Vous avez
droit à des louanges si vous faites un bon travail ou si vous
intégrez les femmes aux négociations, mais il n’y a aucun compte
à rendre ni aucune conséquence véritable pour les envoyés
spéciaux et les médiateurs principaux qui ne se conforment pas
à la résolution 1325 du Conseil de sécurité, qui participent aux
réunions sans vraiment prêter une oreille attentive aux exposés
des femmes de manière à ce qu’elles puissent être véritablement
intégrées aux discussions. Il y a donc beaucoup d’incitatifs positifs
pour ceux qui font de bonnes choses, mais très peu de comptes à
rendre ou de conséquences à subir pour les autres.
I know the department of political affairs in collaboration with
UN Women is trying to address that by implementing high-level
awareness raising about the implications of not having women
involved in negotiations, et cetera. But it’s still very much a
consequence-free environment. I think it all goes back to what
Nahla was saying at the beginning: We’re not articulating our
case in a way that links to the outcomes of those negotiations. If
Canada can step in from the beginning and start talking about
how this is not just a women’s rights issue or a fairness issue, but
ultimately an issue of effectiveness and sustainability of all we’re
trying to accomplish, I think that will resonate when a male, in
particular a foreign minister or minister of defence, raises this
with his male counterparts as a core issue, not a side or peripheral
nice to have.
Je sais que le Département des affaires politiques essaie
d’apporter des correctifs en collaboration avec ONU Femmes
en cherchant à sensibiliser les plus hautes instances aux
conséquences de la non-participation des femmes aux
négociations. Mais l’environnement demeure à toutes fins utiles
exempt de conséquences. Je pense que cela nous ramène à ce que
disait Nahla dès le départ. Nous ne présentons pas notre
argumentation de manière à faire le lien avec les résultats de ces
négociations. Si le Canada peut intervenir dès le début du
processus pour faire valoir que ce n’est pas une question de droits
des femmes ou d’équité, mais une affaire d’efficacité et de
pérennité dans tout ce que nous essayons d’accomplir, je crois que
cela donnera beaucoup de poids aux paroles d’un homme, et
surtout d’un ministre des Affaires étrangères ou de la Défense, qui
4:58
Human Rights
24-3-2014
soulèvera la question auprès de ses homologues masculins comme
s’il s’agissait d’un enjeu fondamental, plutôt que d’un élément
accessoire qu’il serait bon d’ajouter.
Ms. Naraghi-Anderlini: Imagine if we had Syrian civil society
in Geneva involved in the process. It could be that the talks would
have carried on. That’s what we’re talking about, because it could
have been that their determination to keep the process going, their
willingness to try to find ways around the issues and alternative
approaches to tackling the hard issues or sequencing of events,
these are all conversations that the women’s groups were having
and they understood. Yet, basically they were in Geneva, too.
They just happened to be in Geneva at the same time, as many of
us were.
Mme Naraghi-Anderlini : Imaginez si des représentantes de la
société civile syrienne avaient participé au processus de Genève.
Peut-être que les pourparlers se seraient poursuivis. C’est
exactement ce que nous essayons de faire valoir. On aurait
peut-être pu bénéficier de leur détermination à voir le processus se
poursuivre et à trouver des façons de surmonter les écueils et de
dénicher d’autres solutions à l’égard des problématiques délicates
ou concernant la séquence des événements, car ce sont tous des
enjeux que les groupes de femmes comprennent bien pour en avoir
largement discuté. Mais tout ce qu’on peut dire, c’est qu’elles
étaient à Genève elles aussi. Elles se sont simplement retrouvées à
Genève en même temps qu’un bon nombre d’entre nous.
We have to shift the discourse from thinking that it would be
nice to have the women at the table, as if they’re an icing on the
cake and just a bonus, to thinking they could play an integral role
in enabling this process to happen. To me, this means that we
need to make sure engagement with women in civil society is
integral to the mediation strategy of the envoys and the
appointees from the very beginning. The minute you have an
envoy appointed, they are making contact with different actors.
The contact that is made can help undermine or empower those
actors, especially in the case of Syria and Libya. We in the
international community anointed the opposition. They emerged
and we enabled them to be those people. We have been integral to
the whole process of determining who gets the voice and who
doesn’t get a voice. Yet, engagement with civil society in a
systematic and structured way has not been evident in any of
these cases, except in the case of Yemen.
Il faut changer notre façon de voir les choses. Plutôt que de
penser qu’il serait bien que les femmes participent aux discussions,
comme si c’était la cerise sur le gâteau ou simplement un bonus, il
faut considérer qu’elles peuvent jouer un rôle essentiel dans le
processus. Ainsi, nous devons nous assurer que la mobilisation
des femmes de la société civile fait, dès le tout début du processus,
partie intégrante de la stratégie de médiation des envoyés spéciaux
et des personnes désignées. Dès qu’un envoyé spécial est nommé,
il entre en contact avec les différents intervenants. Cette prise de
contact peut marginaliser ou habiliter ces intervenants, surtout
dans le cas de la Syrie et de Libye. La communauté internationale
a endossé l’opposition. Ces gens-là sont sortis du lot et nous leur
avons donné les moyens de jouer un rôle actif. Nous étions
présents à toutes les étapes lorsqu’il s’agissait de déterminer qui
allait avoir son mot à dire et qui n’aurait pas voix au chapitre. La
mobilisation de la société civile de façon systématique et
structurée n’a pourtant été manifeste dans aucun de ces
dossiers, exception faite du Yémen.
In the case of Yemen, we had an envoy that went out, engaged,
used the UN, the norms, to push for 30 per cent women in the
national dialogue process. Was it perfect? No. Will there be
problems? Yes. He did it in Yemen, one of the poorest countries
in the world, and they have women at the table. Yet, in the case of
Syria, which is one of the most sophisticated, educated
populations in the world with some of the most incredible
social capital, we’re still seeing them pushed back. It’s not part of
the mediation strategy. As Jacqueline said, there’s no recourse if
you don’t abide by these seven resolutions. In fact, so long as the
words are spoken, it’s okay. So long as we’re told he is supportive,
it’s okay. It’s been two years since the need for the appointment of
a gender adviser. It hasn’t happened. There needs to be more
accountability at the senior level.
Dans le cas du Yémen, nous avions un envoyé qui s’est engagé
sur place en faisant valoir les normes des Nations Unies de telle
sorte que les femmes comptent pour 30 p. 100 des participants au
processus national de dialogue. Était-ce parfait? Non. Y aura-t-il
des problèmes? Oui. Il l’a fait au Yémen, l’un des pays les plus
pauvres de la planète, et des femmes ont pu participer aux
discussions. Dans le dossier de la Syrie, un pays qui peut compter
sur un capital social incroyable et une des populations les plus
instruites au monde, nous constatons pourtant encore que les
femmes sont repoussées. Elles ne sont pas considérées dans la
stratégie de médiation. Comme le disait Jacqueline, il n’y a aucune
conséquence pour ceux qui ne se conforment pas à ces sept
résolutions. De fait, les belles paroles suffisent. En autant qu’on
dise qu’on est favorable, tout va bien. Deux années se sont
écoulées depuis qu’on a convenu de la nécessité de nommer un
conseiller en matière d’égalité entre les sexes. Rien n’a été fait. Il
faut que les têtes dirigeantes aient davantage de comptes à rendre.
I’m coming to the question of the role of Canada. As I said
before, we can advocate or we can act. Those of us who worked
with the Dutch, it was an act. It was an action to bring the voice,
Syrian civil society, to New York at a strategic moment to engage
Cela m’amène à parler du rôle que peut jouer le Canada.
Comme je l’indiquais précédemment, nous pouvons militer ou
bien prendre des mesures concrètes. Notre travail avec les
Néerlandais est un exemple de mesures concrètes. On est passé
24-3-2014
Droits de la personne
4:59
with the envoy to ask for systematic engagement with him. They
changed the dynamics, and that’s why we got as far as we did in
terms of the UN Women role and the interactions between Syrian
activists and very high-level diplomats and government personnel
across the world.
à l’action à un moment stratégique pour que la société civile
syrienne puisse s’exprimer à New York afin de réclamer un rôle
systématique auprès de l’envoyé spécial. La dynamique a été
changée, ce qui nous a permis de faire des avancées aussi
importantes quant au rôle d’ONU Femmes et aux interactions
entre les activistes syriens et les diplomates et fonctionnaires de
très haut niveau dans toute la planète.
But we need to now redo that and go back to the drawing
board, in a sense. I think Canada can take a leading role and
engage with the Dutch and other countries that are so supportive
of this and change the framework a little bit.
Il nous faut maintenant pouvoir reproduire ces résultats et
revoir nos façons de procéder pour ce faire. Je crois que le Canada
peut jouer un rôle de premier plan pour faire évoluer un peu les
choses en s’engageant auprès des Néerlandais et des autres pays
qui préconisent vivement des mesures semblables.
The Chair: I want to thank all three of you. Ms. O’Neill and
Ms. Naraghi-Anderlini are not new to this committee, and we
look forward to hearing from Ms. Valji in the future. We do this
on a regular basis. I want to thank all three of you. On a personal
note, I want to say that we sitting here are proud to see that two
Canadians are representing us in New York and Washington,
D.C. It gives us great pride.
La présidente : Je veux vous remercier toutes les trois.
Mmes O’Neill et Naraghi-Anderlini n’en sont pas à leur
première comparution devant notre comité, et nous espérons
bien avoir l’occasion de pouvoir discuter à nouveau avec
Mme Valji. C’est une chose que nous faisons assez
régulièrement. D’un point de vue plus personnel, je dois vous
dire que nous sommes très fiers de voir deux Canadiennes nous
représenter à New York et à Washington.
Ms. Naraghi-Anderlini, you’ve been a great friend of Canada
for many years, working with us since 2000. As you said, you’re
an honorary Canadian. We take pride in the work you do and
how you represent the issues of women, which are close to our
committee as well. Thank you very much for your presentations.
Madame Naraghi-Anderlini, vous êtes une grande amie du
Canada depuis de nombreuses années; vous travaillez d’ailleurs
avec nous depuis 2000. Comme vous l’avez dit, vous êtes une
Canadienne honoraire. Nous sommes fiers du travail que vous
accomplissez et de la manière dont vous défendez les enjeux
touchant les femmes, des questions qui revêtent une grande
importance aux yeux des membres du comité. Merci beaucoup
pour vos exposés.
(The committee adjourned.)
(La séance est levée.)
WITNESSES
Foreign Affairs, Trade and Development Canada:
TÉMOINS
Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada :
Kerry Buck, Political Director and Assistant Deputy Minister,
International Security;
Kerry Buck, directrice politique et sous-ministre adjointe, Sécurité
internationale;
Gloria Wiseman, Director, Human Development and Gender
Equality.
Gloria Wiseman, directrice, Développement humain et Égalité entre
les sexes.
National Defence:
Défense nationale :
Jill Sinclair, Assistant Deputy Minister Policy;
Jill Sinclair, sous-ministre adjointe, Politiques;
Major Glenn Sylvester, Deputy Commandant of the Peace Support
Training Centre.
Major Glenn Sylvester, commandant adjoint, Centre de formation
pour le soutien de la paix.
Nobel Women’s Initiative:
Liz Bernstein, Executive Director.
Canadian Voice of Women for Peace:
Marilou McPhedran, Member of the Board of Directors.
Women, Peace and Security Network — Canada:
Jessica Tomlin, Executive Director, MATCH International.
UN Women:
Nahla Valji, Policy Adviser and Officer in Charge, Peace and
Security Cluster (by video conference).
International Civil Society Action Network:
Sanam Naraghi-Anderlini, Co-founder (by video conference).
Institute for Inclusive Security:
Jacqueline O’Neill, Director (by video conference).
Available on the Internet: http://www.parl.gc.ca
Nobel Women’s Initiative :
Liz Bernstein, directrice exécutive.
La Voix des femmes canadiennes pour la paix :
Marilou McPhedran, membre du conseil d’administration.
Réseau Les femmes, la paix et la sécurité — Canada :
Jessica Tomlin, directrice générale, MATCH International.
ONU Femmes :
Nahla Valji, conseillère en politiques et responsable, secteur Paix et
sécurité (par vidéoconférence).
International Civil Society Action Network :
Sanam Naraghi-Anderlini, cofondatrice (par vidéoconférence).
Institute for Inclusive Security :
Jacqueline O’Neill, directrice (par vidéoconférence).
Disponible sur internet: http://www.parl.gc.ca
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising