Second Session Deuxième session de la Forty-first Parliament, 2013-14-15

Second Session Deuxième session de la Forty-first Parliament, 2013-14-15
Second Session
Forty-first Parliament, 2013-14-15
Deuxième session de la
quarante et unième législature, 2013-2014-2015
Standing Senate Committee on
National Security and Defence
Comité sénatorial permanent de la
sécurité nationale et de la défense
Proceedings of the Subcommittee on
Délibérations du Sous-comité des
Veterans Affairs
Anciens combattants
Chair:
The Honourable JOSEPH A. DAY
Président :
L’honorable JOSEPH A. DAY
Wednesday, February 25, 2015
Wednesday, March 11, 2015
Monday, March 23, 2015
Le mercredi 25 février 2015
Le mercredi 11 mars 2015
Le lundi 23 mars 2015
Issue No. 10
Fascicule nº 10
Second, third and fourth meetings:
Deuxième, troisième et quatrième réunions :
Bill C-27, An Act to amend the Public Service
Employment Act (enhancing hiring opportunities for
certain serving and former members of the
Canadian Forces)
Projet de loi C-27, Loi modifiant la Loi sur l’emploi dans la
fonction publique (accès élargi à l’embauche pour certains
militaires et anciens militaires des Forces canadiennes)
APPEARING:
The Honourable Erin O’Toole, P.C., M.P.,
Minister of Veterans Affairs
COMPARAÎT :
L’honorable Erin O’Toole, C.P., député,
ministre des Anciens Combattants
WITNESSES:
(See back cover)
TÉMOINS :
(Voir à l’endos)
51939-51963-51984
SUBCOMMITTEE ON VETERANS AFFAIRS
SOUS-COMITÉ DES ANCIENS COMBATTANTS
The Honourable Joseph A. Day, Chair
Président : L’honorable Joseph A. Day
The Honourable Carolyn Stewart Olsen, Deputy Chair
Vice-présidente : L’honorable Carolyn Stewart Olsen
and
et
The Honourable Senators:
Les honorables sénateurs :
Lang
Mitchell
Wallace
Lang
Mitchell
Wallace
(Quorum 3)
Changes in membership of the committee:
(Quorum 3)
Modifications de la composition du comité :
Pursuant to rule 12-5, membership of the committee was
amended as follows:
Conformément à l’article 12-5 du Règlement, la liste des membres
du comité est modifiée, ainsi qu’il suit :
The Honourable Senator Wallace replaced the Honourable
Senator White (March 23, 2015).
L’honorable sénateur Wallace a remplacé l’honorable sénateur
White (le 23 mars 2015).
The Honourable Senator Lang replaced the Honourable Senator
Beyak (March 11, 2015).
L’honorable sénateur Lang a remplacé l’honorable sénatrice
Beyak (le 11 mars 2015).
The Honourable Senator Beyak replaced the Honourable Senator
Lang (March 10, 2015).
L’honorable sénatrice Beyak a remplacé l’honorable sénateur
Lang (le 10 mars 2015).
Published by the Senate of Canada
Available on the Internet: http://www.parl.gc.ca
Publié par le Sénat du Canada
Disponible sur internet: http://www.parl.gc.ca
23-3-2015
Anciens combattants
MINUTES OF PROCEEDINGS
PROCÈS-VERBAUX
OTTAWA, Wednesday, February 25, 2015
(23)
OTTAWA, le mercredi 25 février 2015
(23)
[English]
10:3
[Traduction]
The Subcommittee on Veterans Affairs of the Standing Senate
Committee on National Security and Defence met this day
at 11:59 a.m., in room 257, East Block, the chair, the Honourable
Joseph A. Day, presiding.
Le Sous-comité des anciens combattants du Comité sénatorial
permanent de la sécurité nationale et de la défense se réunit
aujourd’hui, à 11 h 59, dans la pièce 257 de l’édifice de l’Est, sous
la présidence de l’honorable Joseph A. Day (président).
Members of the subcommittee present: The Honourable
Senators Day, Lang, Mitchell, Stewart Olsen and White (5).
Membres du sous-comité présents : Les honorables sénateurs
Day, Lang, Mitchell, Stewart Olsen et White (5).
In attendance: Jean-Rodrigue Paré and Isabelle LafontaineÉmond, Analysts, Parliamentary Information and Research
Service, Library of Parliament.
Également présents : Jean-Rodrigue Paré et Isabelle
Lafontaine-Émond, analystes, Service d’information et de
recherche parlementaires, Bibliothèque du Parlement.
Also present: The official reporters of the Senate.
Aussi présents : Les sténographes officiels du Sénat.
Pursuant to the order of reference adopted by the Senate on
Thursday, December 11, 2014 and delegated on Monday,
February 2, 2015 by the Standing Senate Committee on
National Security and Defence, the subcommittee continued its
examination of Bill C-27, An Act to amend the Public Service
Employment Act (enhancing hiring opportunities for certain
serving and former members of the Canadian Forces). (For
complete text of the order of reference, see proceedings of the
committee, Issue No. 9.)
Conformément à l’ordre de renvoi adopté par le Sénat le jeudi
11 décembre 2014, qui lui a été délégué le lundi 2 février 2015 par
le Comité sénatorial permanent de la sécurité nationale et de la
défense, le sous-comité poursuit son étude du projet de loi C-27,
Loi modifiant la Loi sur l’emploi dans la fonction publique (accès
élargi à l’embauche pour certains militaires et anciens militaires
des Forces canadiennes). (Le texte intégral de l’ordre de renvoi
figure au fascicule no 9 des délibérations du comité.)
APPEARING:
COMPARAÎT :
The Honourable Erin O’Toole, P.C., M.P., Minister of
Veterans Affairs.
L’honorable Erin O’Toole, C.P., député, ministre des Anciens
Combattants.
WITNESSES:
TÉMOINS :
Veterans Affairs Canada:
Anciens Combattants Canada :
General (Ret’d) W. J. Natynczyk, Deputy Minister;
Général (à la retraite) W. J. Natynczyk, sous-ministre;
Bernard Butler, Acting Associate Assistant Deputy Minister,
Policy, Communications and Commemoration;
Bernard Butler, sous-ministre adjoint délégué par intérim,
Politiques, Communications et Commémoration;
Maureen Sinnott, Director General, Finance Division, and
Acting Chief Financial Officer.
Maureen Sinnott, directrice générale des Finances et chef par
intérim des Finances.
The chair made an opening statement.
Le président prend la parole.
The minister made a statement and, together with General
(Ret’d) Natynczyk, Mr. Butler and Ms. Sinnott, answered
questions.
Le ministre fait un exposé puis, avec le général (à la retraite)
Natynczyk, M. Butler et Mme Sinnott, répond aux questions.
At 1:16 p.m., the subcommittee adjourned to the call of the
chair.
À 13 h 16, le sous-comité s’ajourne jusqu’à nouvelle
convocation de la présidence.
ATTEST:
ATTESTÉ :
10:4
Veterans Affairs
OTTAWA, Wednesday, March 11, 2015
(24)
[English]
23-3-2015
OTTAWA, le mercredi 11 mars 2015
(24)
[Traduction]
The Subcommittee on Veterans Affairs of the Standing Senate
Committee on National Security and Defence met this day
at 12:02 p.m., in room 257, East Block, the chair, the Honourable
Joseph A. Day, presiding.
Le Sous-comité des anciens combattants du Comité sénatorial
permanent de la sécurité nationale et de la défense se réunit
aujourd’hui, à 12 h 2, dans la pièce 257 de l’édifice de l’Est, sous la
présidence de l’honorable Joseph A. Day (président).
Members of the subcommittee present: The Honourable
Senators Beyak, Day, Mitchell, Stewart Olsen and White (5).
Membres du sous-comité présents : Les honorables sénateurs
Beyak, Day, Mitchell, Stewart Olsen et White (5).
In attendance: Jean-Rodrigue Paré and Isabelle LafontaineÉmond, Analysts, Parliamentary Information and Research
Service, Library of Parliament.
Également présents : Jean-Rodrigue Paré et Isabelle
Lafontaine-Émond, analystes, Service d’information et de
recherche parlementaires, Bibliothèque du Parlement.
Also present: The official reporters of the Senate.
Aussi présents : Les sténographes officiels du Sénat.
Pursuant to the order of reference adopted by the Senate on
Thursday, December 11, 2014 and delegated on Monday,
February 2, 2015 by the Standing Senate Committee on
National Security and Defence, the subcommittee continued its
examination of Bill C-27, An Act to amend the Public Service
Employment Act (enhancing hiring opportunities for certain
serving and former members of the Canadian Forces). (For
complete text of the order of reference, see proceedings of the
committee, Issue No. 9.)
Conformément à l’ordre de renvoi adopté par le Sénat le jeudi
11 décembre 2014, qui lui a été délégué le lundi 2 février 2015 par
le Comité sénatorial permanent de la sécurité nationale et de la
défense, le sous-comité poursuit son étude du projet de loi C-27,
Loi modifiant la Loi sur l’emploi dans la fonction publique (accès
élargi à l’embauche pour certains militaires et anciens militaires
des Forces canadiennes). (Le texte intégral de l’ordre de renvoi
figure au fascicule no 9 des délibérations du comité.)
WITNESSES:
TÉMOINS :
Royal Canadian Legion:
Légion royale canadienne :
Steven Clark, Director, Administration;
Steven Clark, directeur, Administration;
Carolyn Gasser, Service Officer, Dominion Command Service
Bureau.
Carolyn Gasser, agente de service, Bureau d’entraide de la
Direction nationale.
Veterans Transition Network:
Réseau de transition des vétérans :
Tim Laidler, Executive Director.
Tim Laidler, directeur administratif.
The chair made an opening statement.
Le président prend la parole.
Mr. Clark and Mr. Laidler each made a statement and,
together with Ms. Gasser, answered questions.
At 12:43 p.m., the subcommittee suspended.
MM. Clark et Laidler font chacun un exposé puis, avec
Mme Gasser, répondent aux questions.
À 12 h 43, la séance est suspendue.
At 12:44 p.m., pursuant to rule 12-16(1)(d), the subcommittee
resumed in camera for the consideration of a draft agenda (future
business).
À 12 h 44, conformément à l’article 12-16(1)d) du Règlement,
la séance se poursuit à huis clos afin que le sous-comité examine
un projet d’ordre du jour (travaux futurs).
It was agreed that senators’ staff be permitted to remain in the
room.
Il est convenu de permettre au personnel des sénateurs de rester
dans la salle pendant la séance à huis clos.
It was agreed that clause-by-clause consideration of Bill C-27
be done at a later date.
Il est convenu de reporter l’étude article par article du projet de
loi C-27 à une date ultérieure.
At 1:03 p.m., the subcommittee adjourned to the call of the
chair.
À 13 h 3, le sous-comité s’ajourne jusqu’à nouvelle convocation
de la présidence.
ATTEST:
ATTESTÉ :
23-3-2015
Anciens combattants
OTTAWA, Monday, March 23, 2015
(25)
[English]
10:5
OTTAWA, le lundi 23 mars 2015
(25)
[Traduction]
The Subcommittee on Veterans Affairs of the Standing Senate
Committee on National Security and Defence met this day
at 12:46 p.m., in room 505, Victoria Building, the chair, the
Honourable Joseph A. Day, presiding.
Le Sous-comité des anciens combattants du Comité sénatorial
permanent de la sécurité nationale et de la défense se réunit
aujourd’hui, à 12 h 46, dans la pièce 505 de l’édifice Victoria, sous
la présidence de l’honorable Joseph A. Day (président).
Members of the subcommittee present: The Honourable
Senators Day, Mitchell, Stewart Olsen and Wallace (4).
Membres du sous-comité présents : Les honorables sénateurs
Day, Mitchell, Stewart Olsen et Wallace (4).
In attendance: Isabelle Lafontaine- Émond, Analyst,
Parliamentary Information and Research Service, Library of
Parliament.
Également présente : Isabelle Lafontaine-Émond, analyste,
Service d’information et de recherche parlementaires,
Bibliothèque du Parlement.
Also present: The official reporters of the Senate.
Aussi présents : Les sténographes officiels du Sénat.
Pursuant to the order of reference adopted by the Senate on
Thursday, December 11, 2014 and delegated on Monday,
February 2, 2015 by the Standing Senate Committee on
National Security and Defence, the subcommittee continued its
examination of Bill C-27, An Act to amend the Public Service
Employment Act (enhancing hiring opportunities for certain
serving and former members of the Canadian Forces). (For
complete text of the order of reference, see proceedings of the
subcommittee, Issue No. 9.)
Conformément à l’ordre de renvoi adopté par le Sénat le jeudi
11 décembre 2014, qui lui a été délégué le lundi 2 février 2015 par
le Comité sénatorial permanent de la sécurité nationale et de la
défense, le sous-comité poursuit son étude du projet de loi C-27,
Loi modifiant la Loi sur l’emploi dans la fonction publique (accès
élargi à l’embauche pour certains militaires et anciens militaires
des Forces canadiennes). (Le texte intégral de l’ordre de renvoi
figure au fascicule no 9 des délibérations du comité.)
It was agreed that the subcommittee proceed to clause-byclause consideration of Bill C-27, An Act to amend the Public
Service Employment Act (enhancing hiring opportunities for
certain serving and former members of the Canadian Forces).
Il est convenu que le sous-comité procède à l’étude article par
article du projet de loi C-27, Loi modifiant la Loi sur l’emploi
dans la fonction publique (accès élargi à l’embauche pour certains
militaires et anciens militaires des Forces canadiennes).
It was agreed that the title stand postponed.
It was agreed that clause 1, which contains the short title, stand
postponed.
Il est convenu de reporter l’étude du titre.
Il est convenu de reporter l’étude de l’article 1, qui contient le
titre abrégé.
It was agreed that clause 2 carry.
Il est convenu d’adopter l’article 2.
It was agreed that clause 3 carry.
Il est convenu d’adopter l’article 3.
It was agreed that clause 4 carry.
Il est convenu d’adopter l’article 4.
It was agreed that clause 5 carry.
Il est convenu d’adopter l’article 5.
It was agreed that clause 6 carry.
Il est convenu d’adopter l’article 6.
It was agreed that clause 7 carry.
Il est convenu d’adopter l’article 7.
It was agreed that clause 8 carry.
Il est convenu d’adopter l’article 8.
It was agreed that clause 9 carry.
Il est convenu d’adopter l’article 9.
It was agreed that clause 10 carry.
Il est convenu d’adopter l’article 10.
It was agreed that clause 11 carry.
Il est convenu d’adopter l’article 11.
It was agreed that clause 12 carry.
Il est convenu d’adopter l’article 12.
It was agreed that clause 13 carry.
Il est convenu d’adopter l’article 13.
It was agreed that clause 14 carry.
Il est convenu d’adopter l’article 14.
It was agreed that clause 15 carry.
Il est convenu d’adopter l’article 15.
It was agreed that clause 1, which contains the short title,
carry.
Il est convenu d’adopter l’article 1, qui contient le titre abrégé.
10:6
Veterans Affairs
It was agreed that the title carry.
Il est convenu d’adopter le titre.
It was agreed that the bill carry.
Il est convenu d’adopter le projet de loi.
23-3-2015
It was agreed that the chair report this bill, without
amendment, to the Standing Senate Committee on National
Security and Defence.
Il est convenu que le président fasse rapport du projet de loi
sans amendement au Comité sénatorial permanent de la sécurité
nationale et de la défense.
At 12:49 p.m., the subcommittee adjourned to the call of the
chair.
À 12 h 49, le sous-comité s’ajourne jusqu’à nouvelle
convocation de la présidence.
ATTEST:
ATTESTÉ :
La greffière du comité,
Josée Thérien
Clerk of the Committee
23-3-2015
Anciens combattants
10:7
EVIDENCE
TÉMOIGNAGES
OTTAWA, Wednesday, February 25, 2015
OTTAWA, le mercredi 25 février 2015
The Subcommittee on Veterans Affairs of the Standing Senate
Committee on National Security and Defence met this day,
at 11:59 a.m., to continue its consideration of Bill C-27, An Act
to amend the Public Service Employment Act (enhancing hiring
opportunities for certain serving and former members of the
Canadian Forces).
Le Sous-comité des anciens combattants du Comité sénatorial
permanent de la sécurité nationale et de la défense se réunit
aujourd’hui, à 11 h 59, pour poursuivre son étude du projet de
loi C-27, Loi modifiant la Loi sur l’emploi dans la fonction
publique (accès élargi à l’embauche pour certains militaires et
anciens militaires des Forces canadiennes).
Senator Joseph A. Day (Chair) in the chair.
[Translation]
The Chair: Today, we are continuing our consideration of
Bill C-27, An Act to amend the Public Service Employment Act
(enhancing hiring opportunities for certain serving and former
members of the Canadian Forces).
[English]
Le sénateur Joseph A. Day (président) occupe le fauteuil.
[Français]
Le président : Aujourd’hui, nous continuons notre étude du
projet de loi C-27, Loi modifiant la Loi sur l’emploi dans la
fonction publique (accès élargi à l’embauche pour certains
militaires et anciens militaires des Forces canadiennes).
[Traduction]
Today from the Department of Veterans Affairs, we’re very
pleased to welcome the Honourable Erin O’Toole, P.C., M.P., the
new Minister of Veterans Affairs.
Aujourd’hui, nous sommes très heureux d’accueillir
l’honorable Erin O’Toole, C.P., député, le nouveau ministre des
Anciens Combattants.
Minister, this is the first opportunity in this committee, at least
in the Senate, that we have had to congratulate you on your
appointment. We were very pleased to learn of your appointment
and look forward to working with you.
Monsieur le ministre, c’est la première fois que le comité — du
moins, celui du Sénat — a l’occasion, de vous féliciter de votre
nomination. Nous avons été ravis d’apprendre votre nomination,
et nous nous réjouissons à l’idée de travailler avec vous.
Hon. Erin O’Toole, P.C., M.P., Minister of Veterans Affairs:
Thank you very much, Senator Day.
L’honorable Erin O’Toole, C.P., député, ministre des Anciens
Combattants : Merci beaucoup, sénateur Day.
The Chair: I will introduce the others with you, if I may: retired
General W.J. Natynczyk, who is the new Deputy Minister. We are
equally very proud that you were appointed to that position and
look forward to working with you, General Natynczyk.
Le président : Je vais présenter ceux qui vous accompagnent,
notamment monsieur W.J. Natynczyk, général à la retraite, qui
est le nouveau sous-ministre. Nous avons aussi été très contents
d’apprendre votre nomination à ce poste, et nous avons hâte de
travailler avec vous, monsieur Natynczyk.
Maureen Sinnott, Director General, Finance Division, and
Acting Chief Financial Officer. Ms. Sinnott, I think you and I
have met before along the way. Welcome back.
Nous accueillons aussi Mme Maureen Sinnott, directrice
générale des Finances et chef par intérim des Finances.
Madame Sinnott, je crois que nous nous sommes déjà
rencontrés, vous et moi. Bienvenue.
And Bernard Butler, Acting Associate Assistant Deputy
Minister, Policy, Communications and Commemoration. You
have more adjectives attached to your title than anyone else.
There is a prize for that here. Commemorations are very
important to this committee, as you’re fully aware.
Enfin, nous souhaitons la bienvenue à M. Bernard Butler,
sous-ministre adjoint délégué par intérim des Politiques,
Communications et Commémoration. Vous avez plus d’adjectifs
accolés à votre titre que n’importe qui d’autre. Notre comité
décerne un prix dans ces cas. Comme vous le savez, les
commémorations sont très importantes pour nous.
Minister O’Toole, I give the floor to you. We’re dealing
primarily with Bill C-27, but you’re the minister.
Monsieur le ministre O’Toole, je vous cède la parole. Notre
étude porte principalement sur le projet de loi C-27, mais vous
êtes le ministre.
Mr. O’Toole: Thank you very much, Senator Day.
[Translation]
Honourable senators, I am happy to be making my first official
appearance before the committee as Minister of Veterans Affairs.
M. O’Toole : Merci beaucoup, sénateur Day.
[Français]
Honorables sénateurs, je suis heureux de faire ma première
apparition officielle devant le comité en tant que ministre des
Anciens Combattants.
10:8
Veterans Affairs
[English]
23-3-2015
[Traduction]
It is an honour for me to appear before this body today
because, like me, you share a passion for serving the men and
women who served Canada. In particular, Senator Day, it’s good
to see you. Between me, the deputy minister, and yourself, the
Royal Military College of Canada is well represented here today.
Thank you for your service both in uniform and in Canada’s
Parliament.
C’est un honneur pour moi de comparaître devant le comité
aujourd’hui parce que nous éprouvons la même passion de servir
les hommes et les femmes qui ont servi le Canada. Sénateur Day,
je suis particulièrement heureux de vous voir. Vous et moi, nous
représentons bien le Collège militaire royal du Canada ici
aujourd’hui. Je vous remercie de votre service tant comme
militaire que comme sénateur au Parlement du Canada.
If you would indulge me, ladies and gentlemen, for a few
moments, I’ll tell you why this opportunity to serve as Minister of
Veterans Affairs is so important to me on a personal level and as a
parliamentarian. At 18, I attended RMC and joined the Canadian
Armed Forces, and that was a transformative part of my life. I
was very proud to have served next to exceptional men and
women from across Canada during my 12 years in the military. I
then transitioned out of the Canadian Armed Forces, like all
veterans do. That’s why the transition piece, which is essentially
the focus of your Senate study, is such a critical area not only to
study and understand but also to improve and to ensure there are
more and more men and women having a seamless and smooth
transition to civilian life after they serve, whether it’s a few years
or 40 years of service. The transition can often be daunting.
Si vous me le permettez, mesdames et messieurs, j’aimerais
profiter de l’occasion pour vous dire pourquoi il est si important
pour moi d’occuper le poste de ministre des Anciens
Combattants, sur le plan personnel et en tant que
parlementaire. À l’âge de 18 ans, j’ai commencé mes études au
Collège militaire royal et je me suis engagé dans les Forces
canadiennes. Ce que j’ai vécu pendant ces années a transformé ma
vie. J’ai été très fier de servir aux côtés d’hommes et de femmes
exceptionnels d’un bout à l’autre du Canada pendant mes
12 années dans les forces armées. J’ai ensuite fait la transition à
la vie civile, comme tous les anciens combattants le font. Il est
d’une importance critique non seulement d’étudier et de
comprendre cette transition — qui est essentiellement l’objet de
votre étude —, mais aussi de l’améliorer et de veiller à ce que de
plus en plus d’hommes et de femmes puissent effectuer une
transition harmonieuse après avoir servi comme militaire, que
cela ait été pendant quelques années ou 40 années de service.
Souvent, la transition peut être décourageante.
Like many young Canadians, I joined the military at 18 and
didn’t write a resumé again until I was applying for jobs as a
lawyer. The longer you serve in uniform, the more detached you
are from applying for a job, interviewing and these sorts of things.
While we empower our men and women to serve Canada around
the world with distinction and courage, often that transition can
be uncomfortable because it’s a change. The transition also
impacts the service member’s family, decisions about where to
live, where to work, and of course health is at the epicenter.
Comme beaucoup d’autres jeunes Canadiens, je me suis engagé
dans l’armée à l’âge de 18 ans et je n’ai pas rédigé d’autre
curriculum vitae avant de solliciter un poste d’avocat. Plus vous
servez longtemps comme militaire, plus vous perdez l’habitude de
faire une demande d’emploi, d’aller à une entrevue et de faire
toutes les démarches de ce genre. Nous encourageons nos hommes
et nos femmes à servir le Canada à l’étranger avec distinction et
courage, mais souvent la transition à la vie civile peut les rendre
mal à l’aise parce que c’est nouveau. La transition a aussi des
répercussions sur les membres de la famille des militaires, sur
l’endroit où ils vont décider de vivre et, bien sûr, sur leur santé,
qui est au cœur de nos priorités.
My transition was a smooth one. When I established my
second career, I devoted a considerable amount of time to trying
to serve my comrades that were still in uniform, through my work
with True Patriot Love Foundation, with the Legion, with the
Royal Military College Board of Governors, with great groups of
Canadians from across the country, like Wounded Warriors and
BCIT. Many of the great witnesses that appeared before your
committee, I had the great fortune of working with prior to
becoming a parliamentarian. Reviewing your report was a great
reminder to me of how many Canadians out there, whether they
served or not, are promoting a hire-a-veteran culture, are helping
men and women transition, and are helping some of our ill and
injured veterans transition into a new life post-military. I’m really
glad you heard not only from our department, which prides itself
on serving veterans, but also from the groups across the country
Ma transition s’est faite en douceur. Après avoir choisi ma
deuxième carrière, j’ai passé beaucoup de temps à essayer d’aider
mes compagnons d’armes qui étaient encore dans l’armée en
travaillant avec la fondation La patrie gravée sur le cœur, la
Légion, le conseil d’administration du Collège militaire royal et
des groupes formidables d’un bout à l’autre du pays comme
Wounded Warriors et BCIT. Avant de devenir député, j’ai eu le
bonheur de travailler avec beaucoup des témoins formidables qui
ont comparu dans le cadre de votre étude. En lisant votre rapport,
cela m’a rappelé combien de Canadiens — qu’ils aient été
militaires ou non — favorisent la mise en œuvre du programme
Embauchez un vétéran et aident les militaires à faire la transition
à une nouvelle vie après le service militaire, notamment certains
anciens combattants qui sont malades ou blessés. Je suis très
content de voir que vous avez entendu le témoignage de
23-3-2015
Anciens combattants
10:9
that have been doing exceptional work in this regard. To see their
remarks reflected in your report was very reassuring for me as
minister.
représentants de notre ministère, qui est très fier de servir les
anciens combattants, et aussi de représentants de groupes d’un
bout à l’autre du pays, qui font un travail exceptionnel. En tant
que ministre, j’ai été très rassuré de voir leurs témoignages figurer
dans le rapport.
If you would indulge a few more minutes, Senator Day, I’d like
to touch on a few of the important parts of your report that I
appreciated in particular. The government certainly commends
the report and fully agrees with the spirit of your
recommendations. As you note throughout the report, many of
the modernization efforts to improve the transition for people
post-military were initiatives of our government, and we’re
committed to continuing to make that transition a smooth one
for the veteran and their family.
Si vous me le permettez, sénateur Day, j’aimerais aborder
quelques-unes des parties importantes de votre rapport, que j’ai
particulièrement aimées. Le gouvernement salue les mérites du
rapport et souscrit parfaitement à l’esprit de vos
recommandations. Comme vous le faites remarquer tout au
long du rapport, bon nombre des efforts de modernisation en vue
de faciliter la transition des militaires à la vie civile sont des
initiatives du gouvernement, et nous sommes résolus à continuer
d’améliorer les services offerts afin que la transition des militaires
et de leur famille à la vie civile se fasse en douceur.
First, I’d like to speak to the Life After Service Study, which is
probably the best point for me to start off with because it was
your first area of recommendation. This is an opportunity for us
to continue to work on the Life After Service Study commenced in
2010, with Statistics Canada expertise to sample our veterans. It
was actually a far superior approach to the old client-satisfaction
survey that was in the news this week, which was rightly criticized
for not doing enough data drilling down on groups that need
particular attention in the transition.
J’aimerais commencer par parler de l’Enquête sur la vie après le
service, du fait qu’il s’agit du premier domaine thématique de vos
recommandations. C’est l’occasion idéale pour nous de continuer
à travailler à l’Enquête sur la vie après le service, qui a commencé
en 2010 quand des experts de Statistique Canada ont fait une
enquête auprès des anciens combattants. En fait, leur approche
était de loin supérieure à celle de l’ancienne enquête sur la
satisfaction de la clientèle dont il a été question dans les actualités
cette semaine et qui a été critiquée, à juste titre, pour n’avoir pas
posé assez de questions pointues aux groupes qui devraient faire
l’objet d’une attention toute particulière pendant la transition.
What I would like to see, and I’ve directed the department
already, is to actually expand the next Life After Service Survey to
drill down on two particular groups that your committee
highlighted as needing particular attention. The most important
group is the ill and injured, which you highlight at page 14 of
your report, which have a higher incidence of unemployment
post-career in the Canadian Armed Forces. That’s a group that
we need to get better survey information on so that we can
improve vocational rehabilitation programming.
J’aimerais que la portée de la prochaine Enquête sur la vie
après le service soit étendue de manière à poser des questions très
pointues à deux groupes en particulier qui, selon votre rapport,
ont besoin d’une attention particulière — d’ailleurs j’ai déjà donné
des consignes au ministère à ce sujet. Le premier groupe de
militaires qu’il faudrait aider en priorité est celui des malades et
des blessés, dont vous avez parlé à la page 14 de votre rapport.
Ces personnes ont une incidence plus élevée de chômage après
leur carrière dans les Forces canadiennes. Nous devons obtenir
des données plus précises concernant ces personnes pour
améliorer les programmes de réadaptation professionnelle.
As you know, senators, because you mentioned in your report,
our government has increased the envelope of funds available for
an individual veteran in the vocational rehabilitation and
education space to $75,000 per veteran. So we’ve been
increasing the opportunity for veterans to make a strong
transition to a civilian career, but clearly the first group that
needs more analysis on where there are challenges are those
people, the 1,200 or so per year that medically release from the
Canadian Armed Forces. I’ve asked that the Life After Service
Survey do a deeper dive on that subset. So of the 5,000 or so that
release each year, that 1,200 is an acute group that we need to
know more about so that we can refine some of our programming
for them.
Comme vous l’avez mentionné dans votre rapport, le
gouvernement a porté à 75 000 $ par ancien combattant le
financement des programmes de réadaptation professionnelle et
de formation. Par conséquent, nous augmentons le nombre
d’occasions pour les anciens combattants de faire une bonne
transition vers une carrière civile. Cependant, il est clair qu’il
faudrait commencer par analyser les problèmes des quelque
1 200 militaires qui sont libérés des Forces armées canadiennes
chaque année pour des raisons médicales. J’ai demandé que
l’Enquête sur la vie après le service fasse des recherches plus
poussées sur ce sous-groupe. Parmi les quelque 5 000 militaires
qui sont libérés chaque année, 1 200 forment un groupe de cas
graves que nous devons apprendre à mieux connaître pour
pouvoir peaufiner certains de nos programmes afin de les aider
davantage.
10:10
Veterans Affairs
23-3-2015
The other group I’d like to highlight here, which you’ve also
highlighted in several instances throughout your report, and I
appreciated the comments of Andrea Siu from the Royal
Canadian Legion, was releasing women, female veterans, which
also we don’t have a lot of data on, even though in the last
25 years there have been more and more women serving with
distinction in the Canadian Armed Forces. We need a better
understanding of the transition challenges they face and a better
understanding of why they have a higher incidence of
unemployment than other veterans. We need more data on that
so that we can make more informed public policy decisions.
L’autre groupe de militaires qu’il faudrait aider en priorité et
dont il a aussi été question à plusieurs reprises dans votre
rapport — et je reconnais l’importance des commentaires
d’Andrea Siu, de la Légion royale canadienne —, est celui des
anciennes combattantes qui ont été libérées. Nous n’avons pas
beaucoup de données à leur sujet, malgré le fait que, depuis
25 ans, de plus en plus de femmes servent avec distinction au sein
des Forces armées canadiennes. Il faudrait mieux comprendre les
problèmes auxquelles elles sont confrontées au moment de la
transition et pourquoi elles affichent une incidence plus élevée de
chômage que les autres anciens combattants. Il faudrait recueillir
plus de données pour pouvoir prendre des décisions plus éclairées
sur le plan des politiques gouvernementales.
Overall, it was refreshing that your report showed that veterans
have a lower unemployment rate than the general population. But
I would like more data on those two subsets of the veterans’
population, medically released veterans and women. The Life
After Service Survey is the perfect opportunity to bring the
expertise of Statistics Canada and the department to bear on
those specific subsets. In fact, Mr. Stoffer and others who have
been critical of the client satisfaction survey in the past would find
this to be a smart approach to get important data on a very
important group.
Dans l’ensemble, c’était agréable de voir dans votre rapport
que les anciens combattants ont un taux de chômage moins élevé
que celui de l’ensemble de la population. Cependant, j’aimerais
obtenir davantage de données sur ces deux sous-groupes d’anciens
combattants, les anciens combattants libérés pour des raisons
médicales et les anciennes combattantes. L’Enquête sur la vie après
le service offre l’occasion idéale pour Statistique Canada et le
ministère d’apporter leur expertise à l’analyse de ces sous-groupes
en particulier. En fait, M. Stoffer et d’autres qui ont critiqué
l’enquête sur la satisfaction de la clientèle dans le passé
trouveraient que cette approche est une bonne façon d’obtenir
des données importantes sur un groupe très important.
Two other items, senators, I’d like to touch on, although I did
find with interest everything in your report to be very thorough
and helpful in our pursuit of service excellence. The second piece
recognizes that the Department of National Defence and Veterans
Affairs Canada, which for 50 years have operated almost as two
distinct entities, have been making great strides in the last five
years in collaborating. In the Veterans 20/20 mission statement
I’ve been refining and sharing with veterans groups and
stakeholders, making the department at every level and every
position focused on veterans and their families, the second
principle of that mission statement is that seamless transition
from uniform. The very fact that your second and several other
recommendations focus on that is good. The Canadian Armed
Forces Transition Program, the bundling together of what is
offered by the Canadian Armed Forces and by Veterans Affairs
Canada, is going to be a unique area of continued focus. I think
both departments have made great strides to collaborate better.
Even in your report you say that more could be done to assist
prior to the release of the serving member.
Je vais parler de deux recommandations, bien que j’estime que
tout le rapport est très approfondi et qu’il pourra nous aider à
atteindre l’excellence sur le plan des services. La deuxième
reconnaît que les ministères de la Défense nationale et des
Anciens Combattants, qui fonctionnent en quelque sorte comme
deux entités distinctes depuis 50 ans, ont fait de grands progrès au
cours des cinq dernières années sur le plan de la collaboration.
Dans l’énoncé de mission 20/20 d’Anciens Combattants, que je
peaufine et dont je fais part aux groupes d’anciens combattants et
aux intervenants, et qui demande à tous les employés de tous les
échelons du ministère d’axer leurs efforts sur les anciens
combattants et leurs familles, le deuxième principe consiste à
faire en sorte que la transition à la vie civile soit harmonieuse. Il
est bon que votre deuxième recommandation et plusieurs autres
par la suite portent sur ce sujet. Nous allons continuer d’axer nos
efforts sur le programme de transition des Forces armées
canadiennes et le regroupement des services offerts par les
Forces armées canadiennes et Anciens Combattants Canada. À
mon avis, les deux ministères ont fait de grands progrès pour
mieux collaborer. Même dans votre rapport, vous mentionnez que
plus de choses pourraient être faites avant de libérer un militaire.
Senators, I hope you’d be happy to find out that that’s been an
area of particular focus in my first few months as minister, closing
that gap. In fact, I’ve been very encouraged working with General
Natynczyk, my deputy minister, on strengthening that continued
collaboration between National Defence and Veterans Affairs.
Lieutenant-General Millar, Chief of Military Personnel, has been
at specific working meetings on closing this gap. I see progress,
but we’re striving for more. Here’s why I highlighted going back
Mesdames et messieurs les sénateurs, vous serez sûrement
heureux d’apprendre que, au cours des premiers mois de mon
mandat, j’ai accordé beaucoup d’importance à ce dossier pour
combler ce fossé. En fait, depuis que je travaille avec le sousministre, le général Natynczyk, je suis très encouragé du travail
effectué pour renforcer la collaboration à long terme entre la
Défense nationale et Anciens Combattants. Le lieutenant-général
Millar, chef du personnel militaire, prend part à des séances de
23-3-2015
Anciens combattants
10:11
to the challenge we face with medically releasing veterans: On
average, a medically releasing veteran serves three to five years in
uniform post-incident, post-medical issue, through to release.
We’ve got to use that three-to-five years better, senators; and our
department is already making great strides to do that. That is a
core part of your recommendations. We would like to see a day
when, once a career medical review board is ordered for a man or
woman based on an injury, Veterans Affairs immediately becomes
involved in the wellness and the planning for that serving
member. The goal is recovery and return to work in the
Canadian Armed Forces, and that’s what anyone who has been
injured in active duty wants to do. They want to get back to their
comrades and their post. If they do, Veterans Affairs has started a
file and has started collaborating with DND.
travail visant à combler ce fossé. Nous réalisons des progrès, mais
nous nous efforçons d’en accomplir davantage. Voilà pourquoi
j’ai souligné l’importance de régler les problèmes des anciens
combattants qui ont été libérés pour des raisons médicales. En
moyenne, un ancien combattant sert dans les Forces canadiennes
entre trois et cinq ans après l’événement déclencheur, après
l’apparition du problème médical, avant d’être libéré. Nous
devons mieux utiliser ces trois à cinq ans, et notre ministère prend
déjà d’importantes mesures pour faire cela. De telles mesures sont
au cœur de vos recommandations. Nous aspirons au jour où, dès
qu’un Conseil médical de révision des carrières sera saisi du
dossier d’un homme ou d’une femme en raison d’une blessure, le
ministère des Anciens Combattants prendra part immédiatement
au bien-être du militaire et à la planification de son avenir.
L’objectif est son rétablissement et son retour au travail au sein
des Forces armées canadiennes, et c’est bien ce à quoi aspire tout
militaire blessé au cours de son service actif. Il souhaite retourner
à son poste, aux côtés de ses compagnons d’armes. S’il le fait,
Anciens Combattants ouvre un dossier et commence à collaborer
avec le ministère de la Défense nationale.
But if they don’t return and medical release is on the horizon,
let’s have the disability assessment and vocational rehabilitation,
which does start before release through SISIP and through
Veterans Affairs. Let’s have more resources in order to use that
time. In recent years, our government has stood up the Joint
Personnel Support Units around bases; so these injured men and
women are part of a JPSU. Let’s use that time when the man or
woman is making 100 per cent salary, and they’re in uniform and
their family is on a posting in a community that they’re
comfortable with. That’s an area of particular focus for me. I
was very glad to see it in your report, and I’m very appreciative of
Minister Kenney and the senior leadership of the Canadian
Armed Forces for making this a priority as well.
Toutefois, s’il ne retourne pas à son poste et qu’on envisage de
le libérer pour des raisons médicales, il faudrait prévoir une
évaluation de l’invalidité et une réadaptation professionnelle qui
commencerait avant sa libération par le RARM et Anciens
Combattants. Mettons en place plus de ressources pour aider les
militaires pendant ce temps. Depuis quelques années, le
gouvernement renforce les Unités interarmées de soutien au
personnel autour des bases pour que les hommes et femmes
blessés fassent partie d’une UISP. Profitons de ce temps où le ou
la militaire touche un plein salaire et est encore en affectation
dans un milieu où sa famille se sent à l’aise. C’est un domaine qui
me tient particulièrement à cœur. J’ai été heureux de voir qu’il en
a été question dans votre rapport et que le ministre Kenney et la
haute direction des Forces armées canadiennes ont aussi choisi
d’en faire une priorité.
Mr. Chair and senators, the last area I’d like to highlight
briefly is another successful initiative by our government: the
Veteran Transition Advisory Council, which I’m happy to say I
advised on as a board member of the True Patriot Love
Foundation before I became a member of Parliament. At the
time, I applauded Mr. Steven Blaney, then Minister of Veterans
Affairs, for reaching out to senior private sector leaders to try to
generate a higher veteran culture in Canada. Your report
dedicates considerable time and attention to successes in the
U.S. on that front and to terrific groups in Canada working on
this effort, such as Canada Company and their military
employment program, Wounded Warriors and some of their
work with employers, the True Patriot Love Foundation and
other individual initiatives at places like the Royal Bank,
McDonald’s and Home Depot. That’s certainly very
encouraging to see. We need to foster a culture that does more
of that. The Navigator survey highlighted, at page 26 of your
report, the most frustrating number of those who served and then
worked in corporate Canada was that statistic cited by Jaime
Watt before your committee: Only 4 per cent of employers
La dernière chose que j’aimerais souligner brièvement, c’est
une autre initiative du gouvernement à avoir donné de bons
résultats, soit le Conseil sur la transition des vétérans. Je suis fier
de dire que j’y ai siégé en tant que membre de la fondation La
patrie gravée sur le cœur avant d’avoir été élu comme député. À
l’époque, j’ai salué la démarche du ministre des Anciens
Combattants de l’époque, M. Steven Blaney, qui a tendu la
main aux hauts dirigeants du secteur privé pour tenter de
renforcer la culture des anciens combattants au Canada. Votre
rapport met beaucoup d’accent sur les bons résultats obtenus aux
États-Unis à cet égard et sur les groupes canadiens extraordinaires
qui déploient des efforts dans ce sens, comme la Compagnie
Canada et leur programme d’embauche de militaires, Wounded
Warriors et une partie de leur travail auprès d’employeurs, la
fondation La patrie gravée sur le cœur et d’autres initiatives dans
des sociétés comme la Banque Royale, McDonald et Home
Depot. Il est encourageant de voir toutes ces initiatives. Nous
devons favoriser une culture qui en fait plus dans ce sens. L’étude
réalisée par la firme Navigator dont il est question à la page 29 de
votre rapport a souligné le faible nombre d’anciens combattants
10:12
Veterans Affairs
23-3-2015
surveyed expressed an interest in developing and implementing a
hire-a-veteran program in their company. We have to work on
this area — Veterans Affairs Canada, the Canadian Armed
Forces and the Government of Canada. We’ve set the tone with
the proposed veterans hiring act and opening up public service
priority hiring for injured veterans.
qui ont ensuite obtenu un emploi dans une grande société au
Canada, statistique que Jaime Watt a citée devant le comité :
seulement 4 p. 100 des employeurs interrogés ont indiqué
souhaiter élaborer et mettre en œuvre une initiative d’embauche
d’anciens combattants dans leur entreprise. À Anciens
Combattants Canada, aux Forces armées canadiennes et au
gouvernement du Canada, nous devons tous faire des progrès à
cet égard. Nous avons donné le ton avec le projet de loi sur
l’embauche des anciens combattants et la priorité d’embauche des
anciens combattants blessés à la fonction publique.
This is a place that non-profits, the private sector and the
government can work together to promote a higher veteran
culture, as I’ve said in the house countless times, to show that it’s
not just altruistic. It’s not just a good thing to do because these
men and women served us. It’s a bonus to their businesses because
they’re getting people who are inherently loyal, as they’ve been in
the regimental structure of the military, to the organization at a
time when a huge cost to companies is the rehiring and training of
people in high-turnover jobs. When businesses understand that
they’re getting men and women with exceptional experience, team
skills, a track record of working under pressure, collaboration
skills, high education and high training, they’ll see that this isn’t
just the nice thing to do; it’s a very smart business decision. I was
very happy to see extensive coverage of that issue in your report. I
think you’ll see more of that under my watch as minister.
Voilà un endroit où les organismes à but non lucratif, le secteur
privé et le gouvernement peuvent collaborer en vue de renforcer la
culture des anciens combattants, comme je l’ai dit à la Chambre à
maintes reprises, pour montrer qu’il ne s’agit pas seulement
d’altruisme. Ce n’est pas seulement la chose à faire parce que ces
hommes et femmes ont servi notre pays. Il s’agit d’une bonne
chose pour l’entreprise qui les embauche parce que ce sont des
personnes qui, ayant fait partie de la structure régimentaire de
l’armée, sont par nature très loyales à l’organisation, ce qui est
appréciable à une époque où il coûte cher aux entreprises de
réembaucher et de former du personnel pour des postes faisant
l’objet d’un roulement élevé du personnel. Quand les entreprises
comprennent qu’elles embauchent des hommes et des femmes qui
ont des talents exceptionnels, un bon esprit d’équipe et une
capacité extraordinaire de travailler sous pression et en équipe,
qui ont fait des études supérieures et ont reçu une formation
avancée, elles comprennent que c’est non seulement la bonne
chose à faire, mais c’est aussi une très bonne décision sur le plan
des affaires. J’ai été très heureux de voir que vous avez parlé en
longueur de cette question dans votre rapport. À mon avis, vous
verrez plus d’entreprises prendre de telles décisions au cours de
mon mandat en tant que ministre.
Thank you for your study and your report. I’m prepared to
take questions.
Je vous remercie de mener cette étude et d’avoir rédigé ce
rapport. Je suis prêt à répondre à vos questions.
The Chair: Mr. Minister, thank you very much for those
compliments and for thoroughly reviewing our report. We had
some very good witnesses, and the report is reflective of the good
testimony we heard.
Le président : Monsieur le ministre, je vous remercie pour ces
compliments et aussi d’avoir examiné soigneusement notre
rapport. Nous avons fait comparaître d’excellents témoins, et ce
rapport reflète les témoignages que nous avons recueillis.
With respect to Bill C-27, which we’ll be dealing with for the
next two or three meetings and then take back to the main Senate
body, last week we heard from the two ombudsmen, one for
Veterans Affairs and one for the Canadian Armed Forces. They
seemed to be of one mind with respect to one aspect, which maybe
you could comment on. You’ve talked about transitioning
veterans and the period of time after an injury. Before injured
veterans exit and take the uniform off, the injury or the medical
reason can be attributable to service — activity while serving. The
two ombudsmen felt that that assessment could better be done
while the individual is in that period — after the injury and before
the uniform is removed — rather than as the act now provides for
the attribution test to be done by Veterans Affairs. The
implication was that Veterans Affairs wouldn’t be doing that
until after the person is out of uniform and, therefore, there would
be a delay problem. Can you help us with that?
En ce qui concerne le projet de loi C-27, dont nous traiterons
au cours des deux ou trois prochaines séances et que nous
renverrons ensuite au Sénat, nous avons entendu les deux
ombudsmans la semaine dernière, celui des vétérans et celui de
la Défense nationale. Les deux s’entendaient sur un aspect, et
vous pourriez peut-être nous en parler. Vous avez abordé la
question de la transition des anciens combattants et du temps qui
s’écoule après avoir subi une blessure. Avant que ces gens ne
quittent l’armée et délaissent l’uniforme, il faut déterminer si leur
blessure ou leur maladie est attribuable au service — à une activité
pendant le service. Les deux ombudsmans estimaient qu’on
devrait procéder à cette évaluation durant cette période — c’est-àdire à la suite de la blessure mais avant la libération pour raisons
médicales —, étant donné que la loi actuelle prévoit que cette
évaluation soit menée par Anciens Combattants Canada. On a
laissé entendre que le ministère des Anciens Combattants
23-3-2015
Anciens combattants
10:13
n’interviendrait pas tant que la personne n’était pas libérée de son
service militaire et, par conséquent, il y aurait un problème de
délai. Pourriez-vous nous en dire davantage à ce sujet?
Mr. O’Toole: I certainly can, senator. Thank you for the
question. I was hoping that question would be raised.
M. O’Toole : Certainement, sénateur. Je vous remercie pour
cette question. J’espérais qu’on me la pose.
We’re in a great position in that we have passionate advocates
in both the National Defence ombudsman and the Veterans
Affairs ombudsman, Mr. Parent, whom I work with closely. The
DND ombudsman came from the Veterans Affairs ombudsman’s
office. This is an area where both share a need to improve in this
space.
Nous sommes dans une excellente position, car l’ombudsman
de la Défense nationale et l’ombudsman des vétérans, M. Parent,
sont deux défenseurs passionnés avec qui je collabore étroitement.
L’ombudsman de la Défense nationale vient du Bureau de
l’ombudsman des vétérans. C’est un aspect que tous les deux
souhaitent améliorer.
You’ll notice, Senator Day, I highlighted this as the second
point of my presentation to you based on your report. I sincerely
hope that the need for the suggestion of the National Defence
ombudsman here will be eliminated by our changes on making
better use of collaboration in that three- to five-year span for
medically releasing a veteran.
Vous remarquerez, sénateur, qu’il s’agit du deuxième point
soulevé dans mon exposé que j’ai préparé à la lumière de votre
rapport. J’espère sincèrement que la proposition de l’ombudsman
de la Défense nationale n’aura pas lieu d’être grâce à une
meilleure collaboration au cours de la période de trois à cinq ans
précédant la libération pour raisons médicales des anciens
combattants.
I see why he made that suggestion. He’s saying that you’re
injured in uniform, let’s let DND take care of that. The issue is we
at Veterans Affairs have that expertise, and now that we’re going
to be collaborating far earlier in the Canadian Forces life of that
future veteran, we will eliminate the delay and frustration that the
ombudsman highlighted.
Je peux comprendre pourquoi il a fait cette suggestion. Puisque
la personne s’est blessée alors qu’elle était en service, il estime
qu’elle doit être confiée au MDN. À Anciens Combattants
Canada, nous avons cette expertise, et maintenant que nous allons
collaborer beaucoup plus tôt dans la vie militaire des futurs
anciens combattants, nous allons éliminer les retards et les
frustrations dont a parlé l’ombudsman.
I see why he made his suggestion, but why would we create a
second parallel review-type body when that expertise is resonant
within Veterans Affairs? The problem has been really not using
that time when the serving member is at the Joint Personnel
Support Unit. They’ve had their injury, they’re recovering — and
we all hope, as I said, they recover or redeploy and go back to
their unit. But if they don’t and if Veterans Affairs is activated
after the injury or before the career medical review board, we can
use that time when they’re still in uniform, still in the Canadian
Armed Forces, to assess the injury, to start both medical and
vocational rehabilitation and provide supports to the family so
that by the time they hang up their uniform, all of those questions
are resolved. That’s my commitment.
Je comprends son point de vue, mais pourquoi est-ce qu’on
voudrait mettre sur pied un deuxième organisme d’examen
parallèle alors qu’on a déjà cette expertise à Anciens
Combattants Canada? Le problème, c’est que par le passé, on
ne profitait pas du temps à notre disposition lorsque les membres
actifs se trouvaient à l’Unité interarmées de soutien du personnel.
Lorsqu’ils subissaient une blessure, nous espérions tous, comme je
l’ai dit, qu’ils se rétablissent ou qu’ils soient redéployés et
retournent au sein de leur unité. Toutefois, si ce n’est pas le cas
et qu’ACC prend les choses en main, à la suite de la blessure ou
avant l’audience devant le Conseil médical de révision des
carrières, le ministère pourrait mener une évaluation,
entreprendre la réadaptation médicale et professionnelle et offrir
du soutien à la famille, et ce, pendant qu’ils font encore partie des
FAC, de sorte qu’au moment où ils accrocheraient leur uniforme,
toutes les questions seraient réglées. C’est mon engagement.
The Chair: Thank you very much. I think that’s very important
to have that on the record.
Le président : Merci beaucoup. Je crois qu’il est très important
de le mentionner.
I’ll begin with Honourable Senator Stewart Olsen from New
Brunswick, deputy chair.
Je vais maintenant céder la parole à la vice-présidente du
comité, l’honorable sénatrice Stewart Olsen, du NouveauBrunswick.
Senator Stewart Olsen: Thank you. I’m very pleased that this is
helping with our veterans during their transition period. That’s
one of the most important parts. Years ago the ombudsman
raised that with me, and this is an ongoing problem that we need
to work on. This particular bill does a lot in that way.
La sénatrice Stewart Olsen : Merci. Je suis ravie qu’on veuille
aider nos anciens combattants pendant cette période de transition.
C’est l’une des parties les plus importantes. L’ombudsman m’en
avait parlé il y a quelques années déjà. C’est un problème qui
persiste, et je considère qu’il est temps d’y remédier. Ce projet de
loi nous aidera énormément à cet égard.
10:14
Veterans Affairs
23-3-2015
We had the public service people with us at the last meeting.
The Public Service Employment Act covers what you’re trying to
do in this bill. Are you considering perhaps extending the
Veterans Hiring Bill to Crown corporations and other agencies
that are not covered by that particular act but that would offer a
wider spectrum of employment opportunities for our veterans?
Nous avons discuté avec des représentants de la Commission
de la fonction publique du Canada lors de notre dernière séance.
La Loi sur l’emploi dans la fonction publique prévoit ce que vous
avez inclus dans ce projet de loi sur l’embauche des anciens
combattants. Envisagez-vous de l’appliquer aux sociétés d’État et
aux autres organismes qui ne sont pas visés par cette loi, de
manière à accroître considérablement les possibilités d’emploi
pour nos anciens combattants?
Mr. O’Toole: Thank you, Senator Stewart Olsen, for that
question. You and I have spoken on a number of occasions. I
know how passionate you are on these issues, and I appreciate
that.
M. O’Toole : Merci, sénatrice, pour votre question. Nous nous
sommes entretenus sur le dossier à plusieurs reprises. Je sais à quel
point ces questions vous passionnent et je vous en remercie.
With Bill C-27 and the culture, we’re creating, both in the
private sector and within government, a tremendous first start.
With the Public Service Employment Act, we’ve made available a
potential pool of thousands of jobs for priority hiring. I’m also
very careful to say not every opportunity that comes up will be
suitable for a medically releasing veteran. We still want to make
sure that people have the right set of skills and qualifications, but
there are also geographic issues. The serving member may be in
Ontario when they leave the military, but they may decide to go
back to Atlantic Canada or Western Canada where they enrolled.
Therefore family supports, geographic consideration and all these
things factor in to see whether there’s going to be a fit.
Le projet de loi C-27 et la culture que nous tentons de créer, à
la fois dans le secteur privé et au gouvernement, constituent une
première étape. Grâce à la Loi sur l’emploi dans la fonction
publique, les anciens combattants qui bénéficient d’une priorité
d’embauche auront accès à des milliers d’offres d’emploi. Je
prends soin de signaler que ce ne sont pas tous les emplois qui
conviendront à un ancien combattant libéré pour des raisons
médicales. Nous voulons nous assurer que les personnes
possèdent les compétences et qualifications adéquates, mais il
faut également tenir compte des questions géographiques. Le
membre peut être en Ontario lorsqu’il quitte l’armée, mais il peut
décider de retourner dans le Canada atlantique ou dans l’Ouest, là
où il s’est enrôlé. Par conséquent, le soutien familial,
l’emplacement géographique et d’autres facteurs entrent en ligne
de compte pour déterminer si ces personnes cadrent bien avec les
emplois offerts.
What we have to do as a government, which we’ve been doing,
is expand the wider pool of potential employment opportunities.
The good thing is this is a big first start with this bill. There have
been basic-level communications with other departments and with
Crown agencies about adopting the spirit of this bill. As you see
this roll out over time, and as we take up some of the
recommendations of your committee to try to make sure that
there’s more coordination of these opportunities, both in the
public sector and in the private sector, to the veterans community,
you’ll see more organizations and more departments orienting
their recruiting and programming to veterans.
Le gouvernement doit continuer d’élargir les possibilités
d’emploi pour les anciens combattants. Ce projet de loi
représente donc un bon point de départ. Il y a eu des échanges
avec d’autres ministères et sociétés d’État pour qu’ils adoptent
l’esprit de ce projet de loi. Au fur et à mesure de sa mise en œuvre
et à la suite des recommandations du comité visant à assurer une
meilleure coordination des possibilités offertes aux anciens
combattants, autant dans le secteur public que dans le secteur
privé, vous verrez de plus en plus d’organismes et de ministères
aligner leurs programmes d’embauche sur les besoins des anciens
combattants.
The survey conducted by the Veteran Transition Advisory
Council, which I looked at because I was an early supporter of
VTAC, the human resource departments at a lot of Canadian
companies, for instance, didn’t even understand military training.
I used to use the example some companies out there don’t know
the difference between a corporal and a colonel, or a light blue
uniform and a green uniform. So one of the last things I did as
part of the True Patriot Love Foundation before running for
Parliament was to set up a conference called From Battlefield to
Boardroom with Wounded Warriors, with another group of
veterans called Treble Victor, with a number of groups in this
sector, and it wasn’t just to get companies in the door to showcase
our exceptional men and women and to educate them; we wanted
HR leaders.
D’après un sondage mené par le Conseil sur la transition des
vétérans, que j’ai examiné car j’appuie le conseil depuis ses débuts,
les services de ressources humaines de nombreuses entreprises
canadiennes, par exemple, ne savaient rien à propos de la
formation militaire. J’utilisais souvent l’exemple des entreprises
qui ne connaissent pas la différence entre un caporal et un colonel
ou un uniforme bleu pâle et un uniforme vert. Par conséquent,
avant de me présenter au poste de député, lorsque j’étais au sein
de la fondation True Patriot Love, j’ai organisé une conférence
intitulée « Du champ de bataille à la salle de conférence », en
collaboration avec un autre groupe d’anciens combattants appelé
Treble Victor, et d’autres groupes dans ce domaine. Le but de
cette conférence n’était pas seulement de mettre en valeur nos
femmes et nos hommes exceptionnels et de renseigner les
entreprises à leur sujet; nous voulions des dirigeants des RH.
23-3-2015
Anciens combattants
10:15
It was more important for that conference to have a vicepresident of human resources than it was to have the president of
the company because the people from the HR department are the
ones who could make sure they’re considering military experience
as being just as valuable as some experience in a rival industry.
On comptait davantage sur la présence du vice-président des
ressources humaines que du président de l’entreprise, parce que
les responsables des RH sont ceux qui veillent à ce qu’on accorde
autant de valeur à l’expérience militaire qu’à n’importe quelle
expérience acquise dans un autre milieu.
Fostering a higher veteran culture in Canada is something I’ve
long been passionate about. The Public Service Employment Act
is a great first start and a great pool of thousands of potential
opportunities for that fit. I think you’ll see it continue as we have
better success with that start.
Je veux qu’on sensibilise davantage le grand public à la culture
des vétérans. C’est une question qui me passionne depuis
longtemps. La Loi sur l’emploi dans la fonction publique est un
très bon début, tout comme la création d’un bassin de milliers
d’emplois. Je pense que vous constaterez vous-mêmes les progrès
au fil du temps.
Senator White: Thank you very much for being here, folks. I
really appreciate your finding the time.
Le sénateur White : Merci beaucoup, messieurs, de vous être
libérés pour discuter avec nous aujourd’hui.
When I look at the Veterans Hiring Bill, one of the aspects I
appreciate the most is the fact that these veterans will be able to
move to the front of the line. I think it’s helpful to them and even
helpful to us.
Quand je regarde le projet de loi sur l’embauche des anciens
combattants, je me réjouis notamment du fait que les anciens
combattants se verront accorder la priorité. Je pense que ce sera
bénéfique, autant pour eux que pour nous.
However, having worked in government agencies that aren’t
controlled under the Public Service Employment Act, I’m just
trying to figure out how the RCMP and others fit. I think there
are great opportunities for these veterans having potential
employment opportunities in those other agencies. I’m trying to
figure out how we reach out to those organizations, particularly
the RCMP. They’re in 800 communities across Canada, many of
which will have veterans returning that may not have access to
other public sector employment opportunities.
Toutefois, ayant travaillé au sein d’organismes
gouvernementaux qui ne sont pas visés par la Loi sur l’emploi
dans la fonction publique, j’essaie de voir où est la place de la
GRC et des autres organismes dans tout cela. Je pense qu’il y a
d’excellentes possibilités d’emploi pour ces anciens combattants
dans ces organismes. J’essaie de voir comment on peut les
rejoindre, particulièrement la GRC. Elle est présente dans 800
collectivités partout au pays, et il se peut que des vétérans n’aient
pas accès à d’autres possibilités d’emploi dans le secteur public.
Mr. O’Toole: Thank you, Senator White. I do have to remark,
Mr. Chair, that before Ottawa was finally served by the senator
as chief of police he was stolen from the Durham region of
Ontario, which is the area I have the good fortune to represent. I
was very glad to become his colleague as an MP.
M. O’Toole : Merci, sénateur White. Je tiens à signaler,
monsieur le président, qu’avant de devenir sénateur à Ottawa,
M. White dirigeait le service de police régional de Durham, en
Ontario, qui est la région que j’ai la chance de représenter. Je suis
heureux d’être devenu son collègue en tant que député.
That’s a really good question. I think our intention over time is
to make sure the ill and injured from our national police force and
their families can access the same opportunities. That’s one thing
I try and talk about in some of my round tables as minister. While
I’m Minister of Veterans Affairs, I also administer programs for
members of the RCMP that Veterans Affairs does for the force,
and that’s certainly a very important part of my role.
C’est une très bonne question. Je pense que notre intention, au
fil des ans, est de nous assurer que les membres malades et blessés
de notre corps policier national, ainsi que leurs familles, peuvent
jouir des mêmes possibilités. C’est l’une des choses dont je parle
dans le cadre de mes tables rondes à titre de ministre. Même si je
suis ministre des Anciens Combattants, j’administre également les
programmes à l’intention des membres de la GRC, et c’est un
aspect important de mon rôle.
The good thing about that is that some of the learnings the
Department of National Defence and Veterans Affairs are having
on issues like operational stress injuries are also germane to the
RCMP and to police forces and uniformed service more generally.
Certainly, our intention is to make sure that there are
opportunities for people who have served in uniform both in
the military and the RCMP.
Ce qui est bien, c’est que l’expérience du ministère de la
Défense nationale et du ministère des Anciens Combattants sur
des questions telles que le syndrome de stress opérationnel est
également pertinente à la GRC, aux corps policiers et aux services
en uniforme en général. Chose certaine, nous veillons à offrir les
mêmes possibilités à ces gens qui ont servi dans l’armée et dans la
GRC.
Senator White: Thanks, minister. I don’t think I was clear,
though. My concern is veterans who don’t have opportunities to
work in those agencies that aren’t covered by the Public Service
Employment Act. I gave the RCMP as one of those examples. My
Le sénateur White : Merci, monsieur le ministre. Je pense que je
n’ai toutefois pas été clair. Je m’inquiète des anciens combattants
qui n’ont pas la possibilité de travailler au sein des organismes qui
ne sont pas visés par la Loi sur l’emploi dans la fonction publique.
10:16
Veterans Affairs
23-3-2015
other question was going to surround how RCMP would be
served. I appreciate your knowing what my second question was
going to be.
J’ai donné la GRC en exemple. Ma deuxième question portait sur
les services offerts aux anciens membres de la GRC. Je vous
remercie d’avoir anticipé ma question.
I am concerned about these agencies set out there. I don’t think
CBSA is covered either, if I’m correct.
Je suis préoccupé par les organismes qui ne sont pas assujettis à
la loi, comme l’ASFC, si je ne me trompe pas.
There are a number of those Crown corporations and agencies
that I think have great opportunities for veterans who are going
to provinces and territories that have those agencies operating
and who may not be served. Are we going to include those
agencies and Crown corporations, because they sit outside of the
act and of this legislation?
Il y a plusieurs sociétés d’État et organismes qui pourraient
offrir de belles occasions à ces anciens combattants puisqu’ils ont
des bureaux dans les provinces et les territoires. Allons-nous
inclure ces organismes et ces sociétés d’État, étant donné qu’ils ne
relèvent ni de cette loi ni de ce projet de loi?
General (Ret’d) W. J. Natynczyk, Deputy Minister, Veterans
Affairs Canada: My understanding is that the three key
organizations that are outside of the Public Service
Employment Act are the Canadian Food Inspection Agency,
Parks Canada and the CRA. My understanding is that all three of
those organizations have indicated that they will follow the spirit
of the veterans employment act, even though they are outside of
the Public Service Employment Act. I have contacted my
counterparts in each of those three organizations recently, and
they’ve confirmed, when this whole legislation is being discussed,
that they would be bound by the act. So they will follow the spirit,
which is important because a lot of those veterans are outside of
the national capital, as you know, and those three organizations
have a significant number of employees who are coast to coast.
For those young soldiers, sailors and airmen and women across
the country, there will be a lot of opportunity with those other
organizations.
Général (à la retraite) W. J. Natynczyk, sous-ministre, Anciens
Combattants Canada : Si j’ai bien compris, les trois principales
organisations qui ne sont pas visées par la Loi sur l’emploi dans la
fonction publique sont l’Agence canadienne d’inspection des
aliments, Parcs Canada et l’ARC. À ma connaissance, ces trois
organisations ont indiqué qu’elles respecteraient l’esprit de la loi
sur l’embauche des anciens combattants, même si elles ne relèvent
pas de la Loi sur l’emploi dans la fonction publique. J’ai
communiqué récemment avec mes homologues de ces trois
organisations, et ils m’ont bel et bien confirmé qu’ils se
conformeraient à l’esprit de la loi, ce qui est important, puisque
de nombreux anciens combattants se trouvent à l’extérieur de la
capitale nationale, comme vous le savez, et ces trois organisations
comptent un grand nombre d’employés d’un bout à l’autre du
pays. Ces jeunes soldats, marins et aviateurs, hommes et femmes,
de partout au pays, auraient donc accès à de nombreuses
possibilités d’emploi au sein de ces organisations.
Senator White: Mr. Chair, only because he answered two
questions and I only asked one, could I ask a second question if
that’s possible?
Le sénateur White : Monsieur le président, étant donné qu’il a
répondu à deux questions alors que je ne lui en avais posé qu’une
seule, pourrais-je lui en poser une autre, si c’est possible?
The Chair: Is it related?
Senator White: Absolutely. It’s almost identical, actually.
Le président : Sur le même sujet?
Le sénateur White : Absolument. En fait, la question est très
semblable.
Thank you for that, general. The next question I have — and I
asked it last week as well — is this: As you know, a lot of our
veterans are returning to Old Crow in Yukon, or New Waterford
on Cape Breton Island, where there may not be the same
opportunities. Have we considered reaching out to provinces and
territories and asking them to adopt what we’re doing here or
mirror legislation in the provinces, as we saw after World War II,
to ensure that we have as much opportunity as possible for the
men and women who will be looking for that employment?
Merci, général. Ma prochaine question — et je l’ai posée la
semaine dernière également — est la suivante : Comme vous le
savez, un grand nombre de nos anciens combattants retournent à
Old Crow, au Yukon, ou à New Waterford sur l’île du CapBreton, où on ne retrouve pas les mêmes possibilités. Avez-vous
songé à demander aux provinces et aux territoires d’adopter des
lois semblables, comme nous l’avons vu après la Deuxième
Guerre mondiale, pour nous assurer qu’on offre le maximum de
possibilités d’embauche à ces hommes et à ces femmes?
Mr. O’Toole: Thank you, senator. That’s a good point to
make. I’m happy to say that while I’m not familiar specifically
with provincial responses that are similar to Bill C-27 — and I
will let my team answer that — it has been refreshing, in the last
five to ten years, to see other provincial ministries or officials,
parliamentarians, provincial parliamentarians, creating an office
of military affairs. I know Nova Scotia and New Brunswick and I
believe Alberta had an elected official who had a responsibility for
the military community. Even though the military, of course, is a
M. O’Toole : Merci, sénateur. Cette question est très
pertinente. Même si je ne connais pas précisément les lois
provinciales qui pourraient s’apparenter au projet de loi C-27
— et je vais laisser les membres de mon équipe répondre à cette
question —, j’ai été ravi de voir, au cours des cinq à dix dernières
années, d’autres ministères, représentants ou parlementaires
provinciaux créer des bureaux des affaires militaires. Je sais que
c’est le cas notamment de la Nouvelle-Écosse, du NouveauBrunswick, et de l’Alberta, si je ne me trompe pas, où c’est un
23-3-2015
Anciens combattants
10:17
federal department, an area of federal jurisdiction, it recognized
the important role that those families play in the community, not
just as employers and with the employment impact of the
Department of National Defence, but also the fact that
communities like Fredericton, like Edmonton, like Winnipeg
have very large military family populations and also large veteran
populations, because many will stay near the place of their final
posting.
représentant élu qui est responsable de la communauté militaire.
Même si la défense nationale relève de la compétence fédérale, on
reconnaît dans ces provinces le rôle important que jouent ces
familles dans la communauté, non seulement en tant
qu’employeurs, compte tenu de l’incidence sur l’emploi du
ministère de la Défense nationale, mais aussi le fait que les
collectivités comme Fredericton, Edmonton et Winnipeg
comptent une forte population de militaires et d’anciens
combattants. Bon nombre d’entre eux s’y sont installés, car
c’était la ville de leur dernière affectation.
The provinces have been working on these general initiatives.
We could report back to the committee on whether there is similar
provincial priority hiring or if my officials know of a specific
province that has an act. I think we could see some in the future.
Les provinces travaillent sur ces initiatives générales. Nous
pourrions faire rapport au comité pour lui dire si oui ou non il y a
des priorités d’embauche semblables au niveau provincial ou si
mes fonctionnaires sont au courant de telles mesures législatives.
Je pense qu’il pourrait y en avoir dans l’avenir.
Bernard Butler, Acting Associate Assistant Deputy Minister,
Policy, Communications and Commemoration, Veterans Affairs
Canada: Thank you, minister. Yes, it’s an excellent point, and I
can tell you that, to date, as part of the initiatives that the minister
has identified in terms of the three pillars of service excellence,
veteran-centric initiatives and closing the seam, the issue around
reaching out to the provinces on issues like employment, as it
relates to transition, has certainly been contemplated. In the past,
we have not done that on a formal basis, but there certainly have
been some discussions in the context of Bill C-27, federally, for
the Government of Canada and the example that it sets. We
certainly have that on our to-do list, if you will, to reach out to
map what the provinces are doing and where there may be
opportunities for us to exploit in this regard. That’s really where it
is at the moment, but it’s a very important point that you raised,
senator.
Bernard Butler, sous-ministre adjoint associé par intérim,
Politiques, Communications et Commémoration, Anciens
Combattants Canada : Merci, monsieur le ministre. Vous
soulevez un excellent point, et je peux vous dire qu’à ce jour,
dans le cadre des initiatives que le ministre a considérées comme
les trois piliers de l’excellence du service, les initiatives axées sur
les anciens combattants et la réduction des écarts, on a
certainement envisagé la possibilité de discuter avec les
provinces sur des questions comme l’emploi, dans le contexte de
la transition. On ne l’a pas fait de façon officielle, mais on a quand
même tenu des discussions dans le cadre des débats sur le projet
de loi C-27, au niveau fédéral, pour le gouvernement du Canada
et l’exemple qu’il donne. Cela figure certainement sur notre liste
de choses à faire, c’est-à-dire de voir ce que font les provinces et
s’il n’y aurait pas de nouvelles possibilités à exploiter. Voilà où
nous en sommes pour l’instant, mais c’est une question très
importante que vous soulevez, sénateur.
Senator Lang: I, too, want to welcome Minister O’Toole to his
new responsibilities. I have to say that after listening to you for
over 10 minutes, no one will ever be able to say that you don’t
know your file, which we appreciate. I very much appreciate the
fact that you obviously took the time not only to read but also to
study the report that this committee brought forward because, as
the chair said, we spent a lot of time and effort listening to
witnesses and coming up with what I thought were some pretty
realistic recommendations.
Le sénateur Lang : Je tiens moi aussi à souhaiter la bienvenue
au ministre O’Toole dans ses nouvelles attributions. Je vous
écoute depuis plus de 10 minutes, et je vous assure que personne
ne peut vous reprocher de ne pas connaître votre dossier. Nous
vous en sommes reconnaissants. J’apprécie également le fait que
vous ayez pris le temps non seulement de lire, mais aussi d’étudier
le rapport du comité car, comme le président l’a dit, il nous a fallu
beaucoup de temps et d’efforts pour recueillir les témoignages des
témoins et en arriver à des recommandations que je considère très
réalistes.
I would like to pursue two elements, if I could. First is the
question by Senator White and Senator Stewart Olsen regarding
expansion within the federal government’s responsibilities for the
purposes of the hiring of the veterans, whether they be injured or
otherwise, with respect to the priority that they’re given for
positions. It’s not just the three organizations that General
Natynczyk referred to. There are corporations as well, a
significant number of corporations, and I would strongly
recommend that they be, one way or the other, legislatively put
Cela dit, j’aimerais donner suite à deux questions, si vous me
permettez. Tout d’abord, j’aimerais revenir à la question soulevée
par le sénateur White et la sénatrice Stewart Olsen au sujet de
l’accroissement des responsabilités du gouvernement fédéral aux
fins de l’embauche des anciens combattants, qu’ils soient blessés
ou autrement inaptes, en ce qui a trait à la priorité qui leur est
accordée pour ces postes. Il ne s’agit pas uniquement des trois
organisations dont a parlé le général Natynczyk. Il y a également
des entreprises, un grand nombre d’entreprises, en fait, et je
10:18
Veterans Affairs
23-3-2015
under this umbrella. It’s fine to say they’re under the spirit and
intend to follow it. That doesn’t mean they’re going to.
recommanderais fortement qu’elles soient visées par cette loi,
d’une façon ou d’une autre. C’est bien de dire qu’elles vont
respecter l’esprit de la loi, mais cela ne veut pas nécessairement
dire qu’elles vont le faire en réalité.
Second, with respect to the provinces, Senator Mitchell and I
have both served at the provincial-territorial level. I think you
would find it unanimous across this country that, if asked, all
provincial governments, no matter what their political stripe,
would be happy to initiate legislatively something similar to what
is being proposed in this bill. That gives that many more
opportunities to those veterans who choose to go back to the
Yukon or go to New Brunswick or Newfoundland, because the
provinces, we know, have more responsibilities directly within the
communities than the federal government does, and it would be a
good working relationship with the Government of Canada. So I
would strongly recommend that.
Ensuite, en ce qui concerne les provinces, le sénateur Mitchell
et moi avons tous deux siégé aux assemblées provinciales et
territoriales. Je pense que tous les gouvernements provinciaux,
quelle que soit leur allégeance politique, seraient heureux
d’adopter des mesures législatives semblables à ce qui est
proposé dans ce projet de loi. Ainsi, on offrirait davantage de
possibilités d’emploi à ces anciens combattants qui décident de
retourner au Yukon, au Nouveau-Brunswick ou à Terre-Neuve,
parce que les provinces, comme nous le savons, assument plus de
responsabilités au sein des communautés que le gouvernement
fédéral, et elles auraient une bonne relation de travail avec le
gouvernement du Canada. Par conséquent, je recommanderais
fortement que ce soit fait.
Going back further to what you stated in your opening
remarks about the rehabilitation and the education aspect and the
skill levels, that’s another tool that we should be utilizing in our
provinces and universities. Once again, it’s the provinces and
territories that have that responsibility. If we take the steps
forward, we can help pool our resources federally, provincially
and territorially so that we can help those individuals that need
that updating of their skill sets. That’s another area that I would
strongly recommend. If we reach out at the federal level, I don’t
think there is a province or territory that would say no to
somehow coming to some agreements and working with those
individual veterans in order to ensure that they can have those
opportunities that we’d like them to have.
Je reviens encore à ce que vous disiez dans votre exposé au sujet
de la réadaptation et de l’éducation ainsi que des niveaux de
compétence; c’est un autre outil que nous devrions utiliser dans
nos provinces et dans nos universités. Encore une fois, c’est aux
provinces et aux universités que cette responsabilité incombe. Si
nous allons de l’avant, nous pouvons contribuer à la mise en
commun de nos ressources à l’échelle fédérale, provinciale et
territoriale, ce qui aiderait les personnes qui ont besoin de mettre
leurs compétences à niveau. C’est une autre chose que je
recommande fortement. Si le fédéral offre son aide, je ne pense
pas qu’une seule province ou un seul territoire refuserait de
conclure des ententes et de travailler avec ces anciens combattants
pour leur garantir les possibilités que nous leur souhaitons.
One other thing, to conclude, Mr. Chair, is that one of the
areas that I have raised since I’ve been on this committee is the
fact that we’re well over $4 billion, getting close to $5 billion a
year, towards the taxpayers’ contribution to Veterans Affairs. So
the taxpayer is making a significant contribution to ensuring that
the veterans are taken care of. At the same time, there has been
criticism, some of it justified, perhaps some of it not. Looking
forward, I think it was 37 programs that were under the auspices,
one way or the other, of Veterans Affairs. Frankly, when I looked
at it, I got confused. When I got from number 10 to 11, I didn’t
figure where he or she would fit in. I wanted to make that
observation, going forward, from your point of view and the
department.
Pour conclure, monsieur le président, j’ajouterais ce que je dis
depuis que je fais partie du comité, et c’est que nous dépassons
nettement les 4 milliards de dollars et que nous nous approchons
des 5 milliards de dollars par année concernant la contribution du
contribuable au ministère des Anciens Combattants. Le
contribuable paie donc un montant élevé pour veiller à ce qu’on
prenne soin des anciens combattants. En même temps, il y a des
critiques dont certaines sont justifiées alors que d’autres ne le sont
peut-être pas. Je pense que c’est 37 programmes qui relevaient
d’une manière ou d’une autre du ministère des Anciens
Combattants. Franchement, je m’y suis perdu quand je me suis
penché là-dessus. Quand je suis passé du numéro 10 au
numéro 11, je n’ai pas pu voir ce qui conviendrait à une
personne en particulier. Je voulais souligner cela, de votre point
de vue et de celui du ministère.
Mr. O’Toole: Thank you, senator. There are three specific
parts. You said two questions, but then you snuck one in. So
there are three there. They’re effective like that, Mr. Chair.
M. O’Toole : Merci, sénateur. Il y a trois éléments. Vous avez
dit que vous aviez deux questions, mais vous en avez glissé une
troisième. Ils sont à ce point efficaces, monsieur le président.
The first one was expansion of priority hiring. I should add
that just in the last week I exchanged correspondence with
Premier McNeil in Nova Scotia. That’s why I highlighted Nova
Scotia as one of the provinces that does designate an MLA in that
case to be responsible for military affairs within the province,
seeking to expand what they’ve created at the provincial level, and
La première portait sur l’expansion de l’embauche prioritaire.
Je dois ajouter que la semaine dernière, j’ai eu un échange de
lettres avec le premier ministre McNeil, en Nouvelle-Écosse. C’est
la raison pour laquelle j’ai souligné que la Nouvelle-Écosse fait
partie des provinces qui désignent un député provincial
responsable des affaires militaires dans le but d’étendre la
23-3-2015
Anciens combattants
10:19
I look forward to working with his government on that. His
brother was a former chief of police in the Halifax region, so I
think his family knows uniformed service well.
portée de ce qu’ils ont créé à l’échelon provincial, et je suis
enthousiaste à l’idée de travailler à cela avec son gouvernement.
Son frère a déjà été chef de police dans la région d’Halifax, alors je
pense que sa famille sait très bien ce que signifie porter l’uniforme.
One part of the question you asked was should we legislate
private sector employment levels. I don’t agree with that. I will get
to where I think we can fit that in better.
Vous avez entre autres demandé si nous devrions légiférer sur
les niveaux d’emploi dans le secteur privé. Je ne suis pas d’accord
avec cela. Je vais vous dire où je pense que cela pourrait mieux
convenir.
Canada has not had a hire-a-veteran culture in large part
because, unlike our friends to the south and my colleague
Secretary McDonald, who serves 22 million veterans, we have a
population of approximately 700,000. There has been less history
of programs within corporations of using the military population
as a great recruiting ground. The American military has a lot of
short-engagement people and turnover, where we have about
5,000 releasing per year, with about 1,200 being medically
released from the Canadian Armed Forces. So a smaller
population, but probably an even better educated population
with more training.
Le Canada n’a pas de culture axée sur l’embauche des anciens
combattants, et ce, principalement parce que contrairement à nos
amis du sud et à mon collègue le secrétaire McDonald, qui sert
22 millions d’anciens combattants, nous avons une population
d’environ 700 000 anciens combattants. Nous n’avons pas autant
de programmes, au sein des entreprises, dont le but est de faire du
recrutement parmi les militaires. Il y a, dans l’armée américaine,
beaucoup d’engagements de courte durée et de roulement, alors
que nous avons environ 5 000 membres libérés des Forces
canadiennes par année, dont 1 200 le sont pour des raisons
médicales. C’est donc une population moins nombreuse, mais
probablement encore plus instruite et mieux formée.
We have to build that culture in, because it didn’t exist 25 years
ago. I think Senator Day would agree with that. When he was
leaving the Canadian Armed Forces, there weren’t the recruiting
programs at Royal Bank and at other companies that there are
now. We are making great progress.
Nous devons instaurer cette culture, car elle n’existait pas il y a
25 ans. Je pense que le sénateur Day serait d’accord. Quand il a
quitté les Forces canadiennes, il n’y avait pas les mêmes
programmes de recrutement que des entreprises comme la
Banque Royale offrent aujourd’hui. Nous faisons de grands
progrès.
There is a lot more work we can do with the provinces, not just
on priority hiring but on the training piece you identified.
Alberta, in particular, which has experienced labour shortages,
has had companies like TransCanada Pipelines and others
indicate a sincere willingness to hire more veterans and seeing
the value of hiring veterans.
Nous pouvons accomplir beaucoup plus de travail avec les
provinces, et non seulement pour l’embauche prioritaire, mais
aussi pour la formation. L’Alberta, en particulier, a connu des
pénuries de main-d’œuvre, et des entreprises comme TransCanada
Pipelines ont manifesté la volonté sincère d’embaucher plus
d’anciens combattants, au vu des avantages que cela comporte.
CN, which participated in the Veteran Transition Advisory
Council and appeared before your committee, has committed to
hiring veterans. BCIT, which appeared before your committee,
has been doing this in British Columbia.
Le CN, qui a participé au Conseil sur la transition des vétérans
et comparu devant le comité, s’est engagé à embaucher d’anciens
combattants. La BCIT, qui a comparu devant le comité, le fait en
Colombie-Britannique.
Recommendation 8 of your report is a good one, because I
think where the government has a role of some sort is
coordinating all the efforts, provincial efforts, federal
government efforts led by Bill C-27 and our focus on this area,
but also complementing what Canada Company, Wounded
Warriors, Treble Victor and all these non-profit groups are doing.
La recommandation 8 de votre rapport est excellente, car je
pense que là où le gouvernement peut jouer un rôle, c’est dans la
coordination de tous les efforts, les efforts des provinces, du
gouvernement fédéral, conformément au projet de loi C-27 —
l’attention que nous portons à cela —, mais aussi dans le soutien
du travail de La Compagnie Canada, de Wounded Warriors, de
Treble Victor et de tous ces groupes sans but lucratif.
Can we coordinate that better so that a veteran who starts
looking at post-Canadian Armed Forces employment can find all
of this in front of them instead of having to search it out? General
Millar, Chief of Military Personnel for the Canadian Armed
Forces, understands this, as does General Natynczyk.
Pouvons-nous mieux coordonner cela de sorte que l’ancien
combattant qui se met à la recherche d’un emploi à sa sortie des
Forces canadiennes puisse tout avoir à portée de la main plutôt
que de devoir fouiller pour trouver? Le général Millar, chef du
personnel militaire des Forces canadiennes, comprend cela, tout
comme le général Natynczyk.
Men or women leaving the Canadian Armed Forces don’t wait
until their last 30 days in uniform to start thinking about
transition. They may say, ‘‘Is this my last posting? Is this my last
Les hommes et femmes qui quittent les Forces canadiennes
n’attendent pas qu’il ne leur reste que 30 jours en uniforme pour
se mettre à penser à leur transition. Ils peuvent se poser des
10:20
Veterans Affairs
23-3-2015
three years? I’m going to end up in Ottawa at National Defence
headquarters, or I’m going to Shilo. Will I do a posting after
this?’’ They’re constantly saying, ‘‘What’s best for my family? Is
my career rewarding?’’
questions. « Est-ce ma dernière affectation? Est-ce que j’en suis à
mes trois dernières années? Je vais aboutir à Ottawa, au quartier
général de la Défense nationale, ou à Shilo. Serai-je affecté
ailleurs, après cela? » Ils se demandent toujours : « Qu’est-ce qui
est le mieux pour ma famille? Ma carrière est-elle valorisante? »
We have to have tools out there so that when they’re
contemplating this, usually a year or two before ever leaving,
whether they’re injured or not injured, because if they’re injured,
they’re still in uniform for three to five years, we have to have a
better way to organize the goodwill that is out there now that it’s
popping up in the private sector, within government at the
provincial level.
Il leur faut des outils pour quand ils vont se pencher là-dessus,
habituellement un an ou deux avant leur départ, qu’ils aient été
blessés ou pas, parce que s’ils ont été blessés, ils portent toujours
l’uniforme pour trois à cinq ans. Nous devons avoir une meilleure
façon d’organiser la bonne volonté qu’on voit maintenant
apparaître dans le secteur privé et au sein des gouvernements
provinciaux.
The final thing I will say on your third issue about budget and
investment is that as a department, we’re spending on average
$700 million more than the last government. As I’ve said in many
of my round tables, we’re spending it in different areas and ways,
because post-Afghanistan, where we had between 30,000 and
40,000 people serve for 12 years, we have an environment where
we have traditional war veterans in their nineties, who are
remarkable. Mr. Côté, here in Ottawa, is 101. He would still likely
beat me in an arm wrestle. We also have veterans in their late
twenties with serious injuries from combat who may need
different services, but they will certainly want to draw their
services in different ways.
Je dirais une dernière chose au sujet de la question du budget et
de l’investissement dans ce domaine. Le ministère consacre en
moyenne 700 millions de dollars de plus que le dernier
gouvernement. Comme je l’ai dit à l’occasion de bon nombre de
mes tables rondes, nous consacrons l’argent à des choses
différentes, et ce, de manières différentes, car à la suite de notre
intervention en Afghanistan, où nous avions de 30 000 à
40 000 personnes pendant 12 ans, nous avons toujours
d’anciens combattants traditionnels qui sont maintenant
nonagénaires, ce qui est remarquable. M. Côté, ici à Ottawa, a
101 ans. Il me battrait probablement au tir au poignet. Mais nous
avons aussi d’anciens combattants qui en sont à la fin de la
vingtaine et qui ont été blessés gravement au combat. Ils ont peutêtre besoin de services différents, mais ils voudront certainement
obtenir leurs services de manières différentes.
Even with employment programs, we have to recognize that
opportunities shift and change. So we’re spending more, but we
have to spend it in new ways. We have to spend it smartly to meet
the needs of this new cohort of veterans from the Gulf War and
Afghanistan who have different expectations in how to draw
services from Veterans Affairs.
Même avec les programmes d’emploi, nous devons reconnaître
que les possibilités changent et évoluent. Alors nous dépensons
davantage, mais nous devons dépenser différemment. Nous
devons dépenser l’argent judicieusement pour répondre aux
besoins de cette nouvelle cohorte d’anciens combattants de la
guerre du Golfe et de l’Afghanistan, lesquels ont des attentes
différentes quant à la façon de se prévaloir des services des
Anciens Combattants.
Senator Lang: I want to clarify the record if I misspoke. I do
not think the private sector should be legislated. I was talking
about the provincial and territorial governments recognizing that
we have to work with the private sector, but I certainly would not
support legislating them, either.
Le sénateur Lang : J’aimerais faire une précision pour le
compte rendu, si je me suis mal exprimé. Je n’ai pas dit qu’il fallait
légiférer sur le secteur privé. Je disais que les gouvernements
provinciaux et territoriaux devaient reconnaître que nous devons
travailler avec le secteur privé. Je ne voudrais certainement pas
qu’on légifère sur le secteur privé.
Senator Mitchell: Thank you, minister, for an excellent
presentation and for the passion you show for your job.
Le sénateur Mitchell : Merci, monsieur le ministre, de votre
excellente présentation et de votre passion pour votre travail.
It is nice to see the general here again. I would like to note his
great service to the country over many, many years.
Je suis ravi de voir le général de nouveau. Je tiens à souligner
l’excellent service qu’il rend au pays depuis de très nombreuses
années.
I’m interested in some specifics. One is that clearly, a medical
reason would encompass PTSD. Is there any kind of priority, and
there shouldn’t be, but between PTSD because of the deployment
to Afghanistan and PTSD because of a situation in Canada, or is
everyone treated equally? If they have PTSD, they have PTSD no
matter what the reason.
J’aimerais entrer dans certains détails. Le premier, c’est que
l’ESPT ferait manifestement partie des raisons médicales. Est-ce
qu’il y a une sorte de priorité — il ne devrait pas y en avoir —
pour un ESPT causé par une affectation en Afghanistan par
rapport à un ESPT causé par une situation au Canada, ou est-ce
que tout le monde est traité de la même manière? Une personne
souffre d’un ESPT, peu importe la raison.
23-3-2015
Anciens combattants
10:21
Mr. O’Toole: Great question. Whenever I speak about our
medically released or injured, and when I meet with groups, I
always speak about physical and mental injuries from service.
This is something we’re getting better at as a country, but it is an
area of rising need.
M. O’Toole : C’est une excellente question. Quand je parle de
membres libérés pour des raisons médicales ou de membres
blessés, et quand je rencontre des groupes, je parle toujours des
blessures physiques et mentales subies pendant le service militaire.
Nous nous améliorons sur ce plan, en tant que pays, mais c’est
aussi un domaine où les besoins augmentent.
Your own report showed that 13 per cent from the
Afghanistan mission have an operational stress injury of some
sort. Eight per cent PTSD, which is a psychiatric diagnosis, but
there can be anxiety, depression, a range of operational stress
injuries. That type of injury as a result of service makes that
veteran eligible for these programs.
Vous dites dans votre propre rapport que 13 p. 100 des
membres ayant participé à la mission en Afghanistan souffrent
d’un traumatisme lié au stress opérationnel. Il y a 8 p. 100 de cas
d’ESPT — un diagnostic psychiatrique —, mais il peut y avoir de
l’anxiété, de la dépression, tout un éventail de traumatismes liés
au stress opérationnel. Les anciens combattants ayant subi de
telles blessures pendant le service sont admissibles aux
programmes.
As some of your witnesses have described, we have to work on
not just the stigma for people to put their hand up to get support,
because if they do, there is tremendous support out there for
them, but we also have to break down the stigma that exists
somewhat in the private sector, that if someone had an
operational stress injury, they might not be suitable for
employment in the future. Men and women can recover, can
redeploy or manage their symptoms very well.
Comme certains de vos témoins l’ont dit, nous devons non
seulement travailler à prévenir la stigmatisation des personnes de
sorte qu’elles se manifestent pour obtenir de l’aide, car il y a
énormément d’aide pour ces personnes si elles le font, mais aussi
s’efforcer de mettre fin aux préjugés qui existent dans une certaine
mesure dans le secteur privé et selon lesquels une personne ayant
subi un traumatisme lié au stress opérationnel risque de ne pas
pouvoir travailler plus tard. Les hommes et les femmes peuvent
s’en remettre, peuvent être réaffectés et peuvent gérer très
efficacement leurs symptômes.
I think that in the last 10 years Canadian society has come to
grips with talking more rationally about mental health issues
broadly. This is an area where I think the Canadian Forces has
been leading the discussion to try to break down the barriers of
talking about mental injuries from service.
Je pense qu’au cours des 10 dernières années, la société
canadienne en est venue à parler plus rationnellement des
problèmes de santé mentale en général. C’est un domaine où je
pense que les Forces canadiennes ont mené la discussion et ont
essayé de faire tomber les obstacles à la discussion sur les blessures
mentales subies pendant le service.
If you will indulge me, senator, I speak about my predecessor
quite regularly in the house and in my speeches. A hundred years
ago, he was the MP for the area of Ontario that I represent. He
died as a result of service in World War I. He was re-elected in
1917 while fighting in France, yet we only have one statue in
Centre Block — to George Baker, who died in World War I, and
the official history said he was the only serving MP that died. No,
there were two. The other one, Sam Sharpe, took his life. He
represented my area a hundred years ago.
Si vous me le permettez, sénateur, je parle très régulièrement de
mon prédécesseur à la Chambre et dans mes discours. Il y a
100 ans, il était le député de la région de l’Ontario que je
représente. Il est mort à la suite de son service au cours de la
Première Guerre mondiale. Il a été réélu en 1917 alors qu’il se
battait en France, mais nous n’avons qu’une statue dans l’édifice
du Centre, laquelle est dédiée à George Baker, mort durant la
Première Guerre mondiale. Et selon l’histoire, il est le seul député
mort en service. En réalité, il y en a eu deux. L’autre, Sam Sharpe,
s’est enlevé la vie. Il représentait ma région, il y a 100 ans.
Why I use this story is to show we have come a long way from
Sam Sharpe’s time when one of these significant figures in the
country was not talked about because of his a sad and tragic
death.
Je relate cette histoire pour montrer que nous avons parcouru
beaucoup de chemin depuis l’époque de Sam Sharpe, un
personnage important de l’histoire dont on ne parlait pas au
pays à cause de sa fin triste et tragique.
We now have a network of, by the end of the year, 26 to
27 operational stress injury clinics. We’re investing money, but
most importantly, with the Road to Mental Readiness Program,
the Canadian Armed Forces is running, with the awareness of
General Lawson and others within the Canadian Armed Forces in
terms of encouraging a culture for people to get support, we’re
starting to tackle these issues better. I look forward to continuing
to work with your former colleague retired Senator Dallaire and
others to continue to break down these stigmas. That will help
Nous avons maintenant un réseau qui comptera, d’ici la fin de
l’année, 26 ou 27 cliniques de traitement des traumatismes liés au
stress opérationnel. Nous investissons de l’argent, mais surtout,
nous commençons à mieux nous attaquer à ce problème grâce à
l’adoption du programme « En route vers la préparation
mentale » par les Forces canadiennes et à la sensibilisation du
général Lawson et d’autres membres des Forces qui encouragent
une culture dans laquelle les gens iraient chercher du soutien. Je
suis ravi à l’idée de travailler avec votre ancien collègue, le
10:22
Veterans Affairs
23-3-2015
employers recognize that someone may have had an operational
stress injury but they sought treatment and would be a great
addition to your company. We have to break down those barriers.
sénateur Dallaire, et avec d’autres personnes à faire tomber ces
préjugés. Cela aidera les employeurs à reconnaître qu’une
personne qui a subi un traumatisme lié au stress opérationnel
peut avoir obtenu un traitement et constituer un atout formidable
pour l’entreprise. Il faut faire tomber ces obstacles.
Gen. Natynczyk: I want to reinforce what the minister said and
add a few things. What’s key is that men and women in the
Canadian Forces are coming forward, unlike past generations, if
they’ve had or suffered a mental health injury. The challenge we
have is assessing whether that was a pre-existing condition or
whether that mental health injury is as a result of service, and that
is in answer to your question.
Gén Natynczyk : Je veux confirmer ce que le ministre a dit et
ajouter quelques petites choses. Ce qui est essentiel, c’est que les
hommes et les femmes des Forces canadiennes se manifestent,
contrairement à ce que faisaient les générations passées, s’ils
souffrent ou ont souffert d’un problème de santé mentale. Ce qui
est difficile pour nous, c’est de déterminer s’il s’agit d’un problème
préexistant ou d’un problème causé par le service, et cela répond à
votre question.
What is terrific is that the dialogue happening now in Canada
is encouraging those who have kept their situation to themselves,
and they’re finally coming forward. This is addressing the stigma.
It’s vital that we do it. It’s a leadership issue, not a medical issue.
Ce qui est formidable, c’est que nous avons ce dialogue en ce
moment au Canada et que cela encourage ceux et celles qui
taisaient leur situation à finalement se manifester. Nous nous
attaquons aux préjugés. Il est essentiel que nous le fassions. C’est
une question de leadership, et non une question d’ordre médical.
When I visit our Veterans Affairs offices, I am thrilled to hear
that for the first time, veterans of World War II, Korea, the
1950s, 1960s and 1970s are coming forward and asking for help.
The research we have at Veterans Affairs is interesting in that
basically over 50 per cent of those coming for help come to us
from the second year after they release out through to 60 or
70 years after they’ve released. For the most part, it is those with
mental health injuries. It is a smaller proportion of those still in
uniform. The larger proportion comes after the fact.
Quand je visite nos bureaux d’Anciens Combattants, je suis
ravi d’entendre que, pour la première fois, des anciens
combattants de la Deuxième Guerre mondiale, de la guerre de
Corée et des événements des années 1950, 1960 et 1970 se
manifestent et demandent de l’aide. Selon la recherche que nous
avons à Anciens Combattants, nous constatons avec intérêt qu’en
gros, 50 p. 100 de ceux qui demandent de l’aide le font à compter
de la deuxième année suivant leur libération et que cela peut aller
jusqu’à 60 ou 70 ans après leur libération. Ce sont pour la plupart
des cas de problèmes de santé mentale. La proportion est plus
faible chez ceux qui portent encore l’uniforme. La plus forte
proportion se manifeste après coup.
Senator Mitchell: Maybe we should put a plaque for Sam
Sharpe beside that —
Le sénateur Mitchell : Nous devrions peut-être placer une
plaque pour Sam Sharpe à côté de...
Mr. O’Toole: That’s my project. I’m glad I have a new ally.
M. O’Toole : J’ai comme projet de le faire. Je suis heureux
d’avoir un nouvel allié.
Senator Mitchell: I encourage it. The general mentioned
leadership, and I don’t mean to be critical, but Mr. Minister
you listed a great list of characteristics and traits that members of
the Armed Forces bring to an employer, and one that I think you
neglected to mention is leadership qualities. It is one of the few
places where you really learn leadership. The leadership training
in the Armed Forces is outstanding, and I have always been
impressed by it. We need that in business and in government.
Le sénateur Mitchell : J’encourage cela. Le général a mentionné
le leadership, et je ne veux pas critiquer, mais monsieur le
ministre, vous avez dressé une belle liste de caractéristiques et de
traits de caractère que les membres des Forces canadiennes
apportent à un employeur, en négligeant toutefois de mentionner
le leadership. C’est l’un des rares endroits où vous apprenez
vraiment à faire preuve de leadership. La formation au leadership
au sein des Forces est exceptionnelle, et cela m’a toujours
impressionné. Nous avons besoin de cela dans les entreprises et au
gouvernement.
My second question goes back to what Senator White talked
about, which is the RCMP. From my observation, I believe that
the military has made great strides in a way that the RCMP hasn’t
yet with PTSD. I think they’re trying, but it’s not the same. I
noticed that the RCMP members who were released are a priority
4 release for medical reasons — I may have that wrong — and
they’re not a priority 1.
Ma deuxième question porte sur ce dont le sénateur White a
parlé, soit la GRC. D’après mes observations, je pense que
l’armée a fait de grands progrès que la GRC n’a pas faits en
matière d’ESPT. Je pense qu’ils essaient, mais ce n’est pas la
même chose. J’ai remarqué que les membres de la GRC qui sont
libérés pour des raisons médicales ont une priorité 4, plutôt
qu’une priorité 1 — je me trompe peut-être.
23-3-2015
Anciens combattants
10:23
I am wondering, Mr. Minister and general, whether you and
your staff are in direct contact with Commissioner Paulson and
the RCMP about the three to five years before some of their
members leave for medical reasons and PTSD. These are not
insignificant matters in the RCMP. I wonder whether you can
apply or are applying the kind of methodology and approach that
you use in the Armed Forces, if you can see that applied in the
RCMP.
Monsieur le ministre, général, je me demande si vous et votre
personnel êtes en contact direct avec le commissaire Paulson et la
GRC concernant les trois à cinq ans qui doivent s’écouler avant
que certains de leurs membres puissent partir pour des raisons
médicales et parce qu’ils sont atteints de l’ESPT. Cela n’est pas
négligeable, à la GRC. Je me demande s’il est possible de recourir
aux mêmes méthodes et démarches à la GRC que dans les Forces.
Mr. O’Toole: I will pass it over to General Natynczyk in a
moment because I think he can speak to this. He’s uniquely suited
to speak to this. I understand the RCMP has been looking at the
Road to Mental Readiness approach that the Canadian Armed
Forces has adopted, and some of the mental health expertise
within the Canadian Armed Forces. That is smart, and some of
the large police forces across the country are also looking or
should look at the approach the Canadian Forces has taken on
this because it is seen as operational readiness, making sure that
the mental health needs of your men and women are addressed.
M. O’Toole : Je vais laisser le général Natynczyk parler dans
un petit moment, car je pense pouvoir parler de cela. Il est
particulièrement bien positionné pour parler de cela. Je crois
comprendre que la GRC se penche sur le programme « En route
vers la préparation mentale » que les Forces canadiennes ont
adopté, ainsi que sur certaines des compétences en santé mentale
qui se trouvent au sein des Forces canadiennes. C’est judicieux, et
certains des importants corps de police à l’échelle du pays
s’intéressent, ou devraient s’intéresser à la démarche adoptée par
les forces canadiennes à ce sujet, car c’est perçu comme un
élément de préparation opérationnelle. On s’assure de répondre
aux besoins en santé mentale de nos hommes et de nos femmes.
Often, if these issues are caught early, people can have training
and education prior to deployment, or to that trigger or crisis.
Even over the course of 12 years in Afghanistan, the Canadian
Armed Forces was always refining their pre-deployment training
on mental health and operational stress, and their postdeployment and decompression training, so that you were
equipping men and women before, supporting them after and
creating an environment where you’re encouraged to come
forward and get help, just like if you had a serious leg or
physical injury.
Souvent, si les problèmes sont décelés rapidement, les
personnes peuvent avoir de la formation et de l’éducation avant
leur affectation, ou avant le déclenchement ou la crise. Même
pendant les 12 années en Afghanistan, les Forces canadiennes ont
toujours peaufiné leur instruction préalable au déploiement sur la
santé mentale et le stress opérationnel ainsi que leur instruction
post-déploiement et leur instruction de décompression, de sorte
que les hommes et les femmes soient bien équipés avant et bien
soutenus après, et qu’ils évoluent dans un environnement où ils
sont encouragés à se manifester et à aller chercher de l’aide, tout
comme s’ils avaient subi une blessure physique.
The general can speak to this far better than I could.
Le général peut vous parler de cela bien mieux que moi.
Gen. Natynczyk: Thank you very much for the question.
Gén Natynczyk : Je vous remercie beaucoup de cette question.
It’s always interesting. We two are the new folks, and the
wisdom of Bernard Butler and Maureen Sinnott will chime in here
if I go too far off track.
C’est toujours intéressant. Nous sommes les deux nouveaux, et
nous profitons de la sagesse de Bernard Butler et de Maureen
Sinnott si nous nous égarons un peu trop.
The act under which the minister and the department operate is
focused on the Canadian Forces, and Veterans Affairs is a service
provider for the Royal Canadian Mounted Police. You’ll know
better than I do that several years ago, the Royal Canadian
Mounted Police decided to stay with the Pension Act and not
move with the New Veterans Charter. We include them in our
strategic planning and policy discussions, trying to give them the
options to move forward. I’ve met with the Commissioner of the
RCMP, had his senior human resources assistant commissioner
participate in all of our planning, saying we’re there to provide
services as they wish. But it’s up to the leadership of the RCMP,
under the means of how they act, to determine what kind of
services we can provide them.
La loi en vertu de laquelle le ministre et le ministère
fonctionnent se concentre sur les Forces canadiennes, et le
ministère des Anciens Combattants est un fournisseur de service
pour la Gendarmerie royale du Canada. Vous savez mieux que
moi qu’il y a plusieurs années, la Gendarmerie royale du Canada
a décidé de demeurer assujettie à la Loi sur les pensions plutôt que
de passer à la Nouvelle Charte des anciens combattants. Nous les
incluons dans nos discussions sur la planification stratégique et les
politiques et essayons de leur donner des options pour aller de
l’avant. J’ai rencontré le commissaire de la GRC et j’ai invité son
adjoint responsable des ressources humaines à participer à toutes
nos séances de planification. Je leur ai dit que nous sommes là
pour leur donner tous les services qu’ils souhaitent. Cependant,
c’est au leadership de la GRC de déterminer ses façons d’agir et
les types de services que nous pouvons leur fournir.
10:24
Veterans Affairs
23-3-2015
With regard to the RCMP, my concern when I was Chief of
Defence was that they were poaching all of our great guys,
especially my military police. I would hear from the RCMP, as
well as the OPP and the Quebec forces, about the quality of the
people and wishing to offer them employment. When it comes to
providing support to the RCMP, they have the initiative.
En ce qui concerne la GRC, ce qui me préoccupait quand
j’étais chef d’état-major de la Défense, c’est qu’elle nous chipait
nos bons hommes, particulièrement au sein de la police militaire.
J’entendais la GRC, la police provinciale de l’Ontario et les forces
du Québec vanter la qualité des militaires et souhaiter leur offrir
du travail. Pour ce qui est de donner du soutien à la GRC, ses
membres peuvent se prévaloir de l’initiative.
Senator Mitchell: Are they taking that initiative? I know that in
the past the offer was extended, several years ago, under
Lieutenant-Colonel Stéphane Grenier’s program of mentoring
to the RCMP and it was never taken up. Apparently they would
say they would, and then wouldn’t.
Le sénateur Mitchell : Profitent-ils de cette initiative? Je sais
qu’on leur a offert cette possibilité il y a plusieurs années, dans le
cadre du programme de mentorat de la GRC du lieutenantcolonel Stéphane Grenier, et que personne ne s’en est prévalu. Ils
ont apparemment dit qu’ils le feraient, mais ils ont changé d’idée.
Gen. Natynczyk: I can say that the RCMP is using our
operational stress injury clinics. We are providing those services
to them. Our Veterans Affairs offices are providing the full suite
of services to them.
Gén Natynczyk : Je peux vous dire que la GRC utilise nos
cliniques de traitement des traumatismes liés au stress
opérationnel, où nous leur offrons des services. Les bureaux
d’Anciens Combattants Canada leur proposent toute la gamme
de services.
The Chair: I have two senators who have indicated an interest
in engaging in round two, which has the short snappy questions
and answers, as we all know.
Le président : Deux sénateurs ont exprimé le souhait de
participer au deuxième tour, qui donne lieu à de brefs échanges
de questions et de réponses, comme nous le savons tous.
Senator Stewart Olsen: I have a quick question: Do the RCMP
have access to the specialized clinics that we have set up across the
country for the military?
La sénatrice Stewart Olsen : J’ai une brève question. La GRC
a-t-elle accès aux cliniques spécialisées que nous avons établies au
pays à l’intention des militaires?
Mr. O’Toole: Yes, the general indicated that the operational
stress injury clinics, including the satellite clinics and some of the
ones we have been expanding, are accessible. Our hope on that
strategy, in terms of the network of clinics, is to have geographic
dispersion across the country, working alongside the Canadian
Armed Forces, which operates some, and Veterans Affairs to
ensure that for populations with high numbers of Canadian
Forces families and veterans. But it is also to have geographic
dispersion so that we cover those families, as I indicated earlier in
my remarks, that move back home after service. Our goal is that
we get to a point where almost 80 per cent of the Canadian
population is within an hour’s drive or so from those locations.
M. O’Toole : Oui, le général a indiqué que les cliniques de
traitement des traumatismes liés au stress opérationnel, y compris
les cliniques satellites et certaines de celles que nous avons
agrandies, leur sont accessibles. En ce qui concerne cette stratégie
et le réseau de cliniques, nous espérons assurer la dispersion
géographique des cliniques en collaborant avec les Forces armées
canadiennes, qui en exploitent quelques-unes, et avec Anciens
Combattants Canada pour servir les populations comptant un
nombre élevé de familles et d’anciens combattants des Forces
canadiennes. Nous voulons que cette dispersion géographique
nous permette de couvrir aussi les familles qui retournent à la
maison après le service, comme je l’ai souligné plus tôt dans mon
exposé. Ce que nous voulons, c’est en arriver au point où près de
80 p. 100 de la population canadienne vit à une heure de route de
ces cliniques.
Remember, the first operational stress injury clinic opened in
my last year in the Canadian Armed Forces, 2002. Even these
front-facing mental health support clinics are relatively new for
Canada, and we’ve been expanding rapidly. Like the general said,
as we’re making some headway on the stigma issue, more people
are coming forward, and not just immediately after release.
Souvenez-vous que la première clinique de traitement des
traumatismes liés au stress opérationnel a ouvert ses portes au
cours de ma dernière année au sein des Forces armées
canadiennes, en 2002. Même ces cliniques de soutien de la santé
mentale officielles sont relativement nouvelles au Canada, et elles
prennent rapidement de l’expansion. Comme le général l’a
indiqué, à mesure que nous réalisons des progrès au chapitre de
la stigmatisation, plus de gens se manifestent, et pas seulement
immédiatement après leur libération.
The general is right; I’m amazed in encountering Korean War
veterans who have been struggling in silence for decades but now
feel there is an environment and now they know there are
resources out there. That’s a good thing, because we hate to think
of those people continuing to struggle as a result of repressing
some of their challenges.
Le général a raison; je suis ravi de rencontrer des anciens
combattants de la guerre de Corée qui ont souffert en silence
pendant des décennies et comprendre qu’il existe maintenant un
environnement et des ressources pour eux. C’est une bonne chose,
car il nous déplairait de penser qu’ils continuent de souffrir parce
qu’ils répriment certains de leurs problèmes.
23-3-2015
Anciens combattants
The Chair: Your question was short and succinct. Thank you,
Senator Stewart Olsen.
Senator White: You expect the same from me.
10:25
Le président : Votre question était brève et succincte. Merci,
sénatrice Stewart Olsen.
Le sénateur White : Vous vous attendez à ce que je fasse de
même.
General, I appreciate your comments in relation to the RCMP.
I’m a retiree from the RCMP. There is still a difficult connection,
I have to say, in the relationship between the RCMP, Veterans
Affairs and the retiree. When this bill first came in, I had close to
a hundred emails from retired RCMP officers saying, ‘‘Are we
finally going to be taken care of by Veterans Affairs, because
we’re not exactly sure?’’ There really isn’t an RCMP
representative that we could contact if I had issues. In fact,
after I retired, if I had tried to figure out if I had an operational
stress injury, I don’t know what I would have done, to be fair.
This isn’t actually sitting on the commissioner’s desk or yours,
deputy. It’s I think maybe sitting on the desk of the department
trying to figure out where do we go to be clear.
Général, j’apprécie votre commentaire concernant la GRC.
Étant retraité de la GRC, je dois dire que la relation entre la
GRC, Anciens Combattants Canada et le retraité est encore
difficile. Lors du dépôt initial de ce projet de loi, j’ai reçu près
d’une centaine de courriels d’anciens agents de la GRC qui
demandaient : « Anciens Combattants Canada va-t-il enfin
s’occuper de nous? Nous n’en sommes pas exactement sûrs. » Il
n’y a pas vraiment de représentant de la GRC que nous pourrions
joindre en cas de problème. En fait, si j’avais dû déterminer si je
souffrais d’une blessure liée au stress opérationnel après avoir pris
ma retraite, j’ignore ce que j’aurais fait, pour être franc. Ce dossier
ne relève pas du commissaire ou du sous-ministre adjoint délégué.
Je pense qu’il revient peut-être au ministère de tenter de
comprendre ce qu’il faut faire pour éclaircir les choses.
Today there are 30,000 RCMP employees, of which
22,000 would be eligible for Veterans Affairs afterwards. What
is the step for them? I think it’s clear for the military. I think the
military understands the steps. I’m not so clear. I have a card I
was looking for that told me who to contact at Veterans Affairs,
but I’ve called that number post-retirement and I can tell you
their answer was, ‘‘We’re not actually sure what support we would
offer you. You should contact the local division of the RCMP,’’
who would say, ‘‘We have no idea what they’re talking about.’’
La GRC compte actuellement 30 000 employés, dont
22 000 seraient admissibles à l’aide d’Anciens Combattants
Canada après leur départ à la retraite. Mais que doivent-ils
faire? Je pense que c’est clair pour les militaires, car je crois qu’ils
comprennent les démarches à prendre. Ce n’est pas aussi clair
pour moi. J’ai une carte qui m’indique qui joindre à Anciens
Combattants Canada, mais j’ai composé ce numéro après mon
départ à la retraite et je me suis fait répondre : « Nous ne sommes
pas vraiment certains de savoir quel soutien nous pourrions vous
offrir. Vous devriez communiquer avec la division locale de la
GRC. » Mais là, on m’a répondu : « Nous n’avons aucune idée
de ce dont ils parlent. »
I do think we have to have a discussion going forward outside
of this. This legislation for me is very helpful for what we want to
do. I think a further discussion around the connectivity between
RCMP retirees and Veterans Affairs would be helpful to the
veterans of the RCMP themselves and to Veterans Affairs.
Je pense que nous devons tenir une discussion dans l’avenir
dans un autre contexte. À mon avis, ce projet de loi est très utile
pour ce que nous voulons faire. Je pense qu’il serait utile de
discuter davantage des liens entre les retraités de la GRC et
Anciens Combattants Canada, et ce, tant pour les anciens
combattants eux-mêmes que pour le ministère.
Thank you for coming today. I hope you enjoy your day. I
have to form this into a question.
Merci de témoigner aujourd’hui. J’espère que vous passez une
belle journée. Je dois formuler mon idée pour en faire une
question.
The Chair: What do you think about that?
Le président : Qu’en pensez-vous?
Senator White: Yes, what do you think about that?
Le sénateur White : Oui, qu’en pensez-vous?
Gen. Natynczyk: Can I just make a comment? Mr. Chair,
senator, when in doubt, call the great staff sergeant of the RCMP
who’s on my staff in Charlottetown. I have a permanent liaison
officer inside the organization. When we had our strategic
gathering on December 5, in came the assistant commissioner
for HR, Dan Dubeau, participating. Coast to coast, RCMP
officers, both serving and retired, are walking into our Veterans
Affairs offices and getting a full suite of services.
Gén Natynczyk : Puis-je juste faire une observation? Monsieur
le président, sénateur, en cas de doute, appelez l’excellent sergent
d’état-major de la GRC, qui fait partie de mon effectif à
Charlottetown. Il y a un agent de liaison permanent dans mon
organisation. Quand nous avons tenu notre réunion stratégique le
5 décembre, le commissaire adjoint aux RH, Dan Dubeau, était
présent. Dans toutes les régions du pays, des agents de la GRC,
qu’ils soient en service ou retraités, se rendent dans les bureaux
d’Anciens Combattants Canada pour se prévaloir de toute la
gamme de services qui y sont offerts.
10:26
Veterans Affairs
23-3-2015
I’ve met with the leadership of the RCMP Veterans’
Association and said to them that we’re there to support them.
The door is open, and I’ve met with the commissioner and
provided the same information. I was speaking to Mr. Guy
Parent, our ombudsman. He has engaged with the senior
leadership of the RCMP as well. We’re going in a full
envelopment, saying that the door is open; whatever they
require, we’re there to serve.
J’ai rencontré les dirigeants de l’Association des anciens de la
GRC et je leur ai indiqué que nous sommes là pour les aider. La
porte est ouverte, et je l’ai indiqué au commissaire également. J’ai
parlé à M. Guy Parent, notre ombudsman. Il discute lui aussi
avec la haute direction de la GRC. Nous leur ouvrons grand les
bras, disant que la porte est ouverte. Nous sommes là pour les
servir, peu importe ce dont ils ont besoin.
The Chair: Bringing you back briefly to Bill C-27, since we will
be required to vote on that in the not-too-distant future, a couple
of issues were brought up by the ombudsman and others. One of
them is going back to this question of attribution to service, the
reason for the release and the injury. We’ve already talked about
for attribution that you’re hoping to have better collaboration
with National Defence, so while the person is still in uniform we
can start doing some of this assessment. Is same process available
to assess financial benefits and to assess eligibility to public
service? Are there also assessment processes that can take place
when the person is still in uniform?
Le président : Pour en revenir brièvement au projet de loi C-27,
puisque nous serons appelés à nous prononcer à ce sujet dans un
avenir pas si distant, l’ombudsman et d’autres parties ont soulevé
quelques questions, en ce qui concerne notamment l’attribution
au service, le motif de libération et la blessure. Au chapitre de
l’attribution, vous avez déjà indiqué que vous espérez une
meilleure collaboration avec la Défense nationale pour que nous
puissions commencer l’évaluation pendant que l’intéressé porte
encore l’uniforme. Est-il possible de faire de même pour
l’évaluation des avantages financiers et de l’admissibilité à la
fonction publique? Existe-t-il aussi des processus d’évaluation qui
peuvent être mis en œuvre pendant que la personne porte encore
l’uniforme?
Mr. O’Toole: Great question. The answer is yes, that is our
goal. So within that period I mentioned in the remarks, the three
to five years on average that a medically releasing member of the
Canadian Armed Forces remains in uniform and remains
receiving their Canadian Forces salary waiting for recovery or
determination with respect to their military occupation, it is our
sincere goal to have the disability claim and assessment done, but
also plugging in the client relationship with Veterans Affairs
earlier, where all of these things can be explored, such as eligibility
for priority hiring, which retraining and rehabilitation options are
there as we’ve expanded the amount of re-education and
retraining that’s available. Start accessing that while the person
is at the JPSU, while they’re in uniform.
M. O’Toole : Excellente question. La réponse est oui, c’est
notre objectif. Pendant la période de trois à cinq dont j’ai parlé
dans mon exposé, au cours de laquelle le membre des Forces
armées canadiennes continue de porter l’uniforme et de recevoir
son salaire en attendant son rétablissement ou une décision sur sa
carrière militaire, nous entendons sincèrement régler la question
de la demande de prestations d’invalidité et de l’évaluation, mais
aussi mettre le client en rapports plus tôt avec Anciens
Combattants Canada. Là, tout peut être examiné, comme
l’admissibilité à l’embauche prioritaire et les options qui
s’offrent au chapitre du recyclage et de la réadaptation, qui sont
maintenant plus nombreuses. Il faut commencer à évaluer cela
pendant que la personne est encore à l’unité interarmées de
soutien au personnel et en uniforme.
One of the important things we moved on very quickly after
the House of Commons Standing Committee on Veterans Affairs
report on the New Veterans Charter, which I think was their first
recommendation and their most important, it’s now the policy of
the federal government that no one will be released from the
Canadian Armed Forces until their medical situation has
stabilized and until Veterans Affairs case management has
connected with them and begun that process. Our goal in
working in collaboration, very quickly, with the Canadian Armed
Forces and the Chief of Military Personnel is to make sure that
happens quite early after a service-related injury so that we can
use that time to work with the man or woman on their transition
plan.
Une des choses importantes au sujet de laquelle nous avons agi
rapidement après le dépôt du rapport du Comité permanent des
anciens combattants de la Chambre des communes sur la
Nouvelle Carte des anciens combattants, laquelle faisait, je
crois, l’objet de la première et plus importante recommandation,
c’est la politique du gouvernement fédéral, qui veut maintenant
qu’aucun membre ne soit libéré des Forces armées canadiennes
avant que sa situation médicale ne soit stabilisée et qu’un agent de
gestion de cas d’Anciens Combattants Canada n’ait communiqué
avec lui et entamé le processus. Notre objectif, en travaillant en
collaboration très rapidement avec les Forces armées canadiennes
et le chef du personnel militaire, est de veiller à ce qu’on
intervienne très rapidement après la blessure liée au service pour
pouvoir utiliser ce temps afin de travailler au plan de transition
avec la personne concernée.
I say in my remarks quite regularly that there are three
successes — and it’s also in your report but I’m distilling it into
the three I like to use. There are prongs of success for somebody
transitioning out of the Canadian Armed Forces: health — and
Je dis très régulièrement dans mes exposés que la réussite a
trois facettes. Votre rapport traite aussi de la question, mais j’en
intègre le contenu aux trois que j’aime utiliser. Pour ceux qui
quittent les Forces armées canadiennes, la réussite comprend trois
23-3-2015
Anciens combattants
10:27
we’re making sure they are medically stable and all that stuff is
taken care of; family wellness; and career transition. If any one of
those three doesn’t go well, it affects the other two. If there is a
challenge with career transition, that can affect stresses on the
family. The same with health. We’ve had cases in the past where
people were leaving before the full extent of their injury may have
been known. That doesn’t allow us to set them up in the right
health and vocational rehabilitation plan if the extent of their
injury is not understood.
facettes : la santé — et nous nous assurons qu’ils sont
médicalement stables et que toutes les questions sont réglées —,
le bien-être de la famille et la réorientation de carrière. Si une de
ces trois facettes ne va pas bien, cela a une incidence sur les deux
autres. Si la réorientation de carrière est problématique, cela peut
causer du stress au sein de la famille. Il en va de même pour la
santé. Il est arrivé par le passé que des gens partent avant qu’on ne
connaisse toute l’étendue de leurs blessures. En pareil cas, nous ne
pouvons établir de plan adéquat en ce qui concerne la santé et la
réhabilitation professionnelle.
If you let me, Senator Day, two of the stats I had hoped to
have in my remarks I had written down but couldn’t find in my
marked-up copy of your report, when I spoke about the Life After
Service Study and the focus on women. The statistic that I was
struck by in your report was that women veterans experience a
30 per cent decline in income in their first three years following
release. That shows why we need to drill down further on
medically released who have higher unemployment and then some
of our female veterans who don’t have the outcomes we’d like to
see.
Si vous me permettez une remarque, sénateur Day, j’avais noté
deux des statistiques dont j’espérais parler dans mon exposé, mais
je n’ai pu les trouver dans ma copie annotée de votre rapport
quand j’ai parlé de l’Étude sur la vie après le service et de
l’attention accordée aux femmes. Ce qui m’a frappé dans votre
rapport, c’est le fait que les anciennes combattantes voient leur
revenu diminuer de 30 p. 100 au cours de leurs trois premières
années suivant leur libération. Voilà qui montre pourquoi il faut
effectuer des recherches plus approfondies concernant les
personnes libérées pour raisons médicales qui ont un taux de
chômage plus élevé et les femmes qui n’ont peut-être pas les
résultats que nous voudrions qu’elles obtiennent.
The Chair: Thank you. A couple of other points were brought
up that I think it would be helpful for us to have your comment
on. One of them was the survivor of a veteran. That definition
wasn’t changed. The veteran in that particular instance is a
veteran of the Korean War or the Second World War. The
survivor is the wife, and the wife is likely to be in excess of
70 years of age now, yet we’re still in the act giving a priority or
preference for hiring for that person but not for the survivor of
other veterans. The term ‘‘veteran,’’ the priority is given to other
veterans with the change here in Bill C-27 to three years and
honourably discharged or honourably released. Was that an
oversight not to change the definition with respect to the survivor
of the veteran, or am I misinterpreting the legislation?
Le président : Merci. Je pense qu’il nous serait utile que vous
formuliez des commentaires sur certains autres points qui ont été
soulevés, notamment au sujet du survivant d’un ancien
combattant, dont la définition n’a pas changé. Dans ce cas
précis, l’ancien combattant est considéré comme étant quelqu’un
qui a pris part à la guerre de Corée ou la Seconde Guerre
mondiale. Son survivant est son épouse, qui a probablement plus
de 70 ans maintenant. Pourtant, nous lui accordons la priorité ou
la préférence au chapitre de l’emploi, mais pas aux survivants
d’autres anciens combattants. Le présent projet de loi élargit la
définition d’« ancien combattant » afin d’accorder la priorité à
ceux qui ont cumulé trois ans de service et qui ont fait l’objet
d’une libération honorable. Est-ce en raison d’un oubli qu’on n’a
pas modifié la définition de « survivant », ou est-ce que
j’interprète mal la mesure législative?
Mr. O’Toole: I’ll say something quickly on that before passing
to Mr. Butler specifically. One thing that the New Veterans
Charter has done better and has been a focus of our government
has been the veteran’s family. I speak about that regularly. You’ll
notice your own study indicates in some detail that vocational
rehabilitation training and re-education can be transferred to the
survivor. Those sorts of inherent recognition are there to make
sure that the transition is available for a family under the
vocational rehab or some of the benefits.
M. O’Toole : Je ferai un bref commentaire à ce sujet avant de
céder la parole à M. Butler. La Nouvelle Charte des anciens
combattants a apporté des améliorations concernant la famille des
anciens combattants, à laquelle le gouvernement accorde une
attention particulière. Je traite régulièrement de la question. Vous
remarquerez que votre propre étude indique de façon assez
détaillée que la réadaptation professionnelle et la mise à niveau de
l’éducation peuvent être transférées au survivant. Il s’agit d’une
forme de reconnaissance inhérente qui permet à la famille de se
prévaloir de la réadaptation professionnelle ou d’autres
avantages.
The family has been more of an active participant. Our change
is to make sure that family have had a massive increase in the
amount of psychological counselling available because we do
know that an operational stress injury of a serving member causes
La famille a participé de façon plus active. Cette modification
vise à permettre à la famille de bénéficier d’une augmentation
substantielle des services de counseling psychologique, car nous
savons que les blessures liées au stress opérationnel d’un ancien
10:28
Veterans Affairs
23-3-2015
repercussions for the family. In that three-pronged approach to
transition, if the family wellness isn’t there, it won’t help the
veteran’s transition.
combattant peuvent avoir des répercussions sur elle. Si le bien-être
de la famille n’est pas assuré dans le cadre de la transition en trois
volets, la transition de l’ancien combattant s’en ressentira.
In terms of the time frames selected for the act, the five-year
time frame for Bill C-27 was selected based on the five-year
period of time allowed for vocational rehabilitation to be part of
that transition so that the member could take advantage of reeducation, retraining to qualify for a federal government
opportunity. We wanted the same general approach to be there
for the survivor as well. It’s specific on that.
Pour ce qui est des périodes choisies dans la mesure législative,
la période de cinq ans prévue dans le projet de loi C-27 a été fixée
en fonction de la période de cinq ans accordée pour la
réadaptation professionnelle lors de la transition afin de
permettre au membre de se prévaloir de la mise à niveau de
l’éducation et de se recycler pour se qualifier dans le cadre d’une
occasion d’emploi au gouvernement. Nous voulions que la même
approche s’applique au survivant. C’est précisément pour cela.
The Chair: Would you be open to an amendment to make sure
that the survivor of the veteran is a modern-day veteran as well?
Le président : Seriez-vous disposé à apporter un amendement
pour inclure les survivants des anciens combattants de l’ère
moderne également?
Mr. O’Toole: One thing we would add is that the goal of this
hiring program is to plug someone with the exceptional skills and
services they gained in the Canadian Armed Forces into another
part of the job. We wanted to extend that as well to the family
somewhat, but the priority still remains on the serving member
because of that inherent service and training they’ve gained in the
Canadian Armed Forces. I can only suggest that that’s possibly
the reason why there was a slight difference.
M. O’Toole : Nous ajouterions que l’objectif de ce programme
d’embauche consiste à caser une personne ayant acquis des
compétences et des services exceptionnels au sein des Forces
armées canadiennes dans un poste connexe. Nous voulions, dans
une certaine mesure, offrir cette possibilité à la famille également,
mais le militaire actif conserve la priorité en raison du service et de
la formation faite au sein des Forces armées canadiennes. Tout ce
que je peux dire, c’est que c’est peut-être la raison pour laquelle il
y a une légère différence.
The focus really is on that serving member, recognizing they’ve
served the federal government in perhaps the highest form of
service, which is the unlimited liability that’s inherent in donning
a uniform. I would suggest that’s likely why there was a slightly
different threshold for a survivor who has not served in the
military.
La priorité est réellement accordée aux militaires actifs,
puisqu’ils ont servi le gouvernement fédéral en accomplissant ce
qui est peut-être la forme la plus élevée de service, c’est-à-dire en
assumant la responsabilité illimitée qui va de pair avec le port de
l’uniforme. C’est probablement pourquoi le seuil est légèrement
différent pour le survivant qui n’a pas fait de service militaire.
The Chair: Mr. Butler, were you going to add something there?
Le président : Monsieur Butler, alliez-vous ajouter quelque
chose?
Mr. Butler: No, I would simply confirm what the minister is
suggesting. Certainly I would not suggest that it was an oversight
at the time.
M. Butler : Non, je confirmerais simplement les propos du
ministre. Je ne dirais certainement pas qu’un oubli a été commis à
l’époque.
The Chair: It might be better to take out the provision giving
preference to the survivor. When you know the survivor is over 80
years of age, it doesn’t make good drafting sense to have it in
there. But that’s a comment that has been made by others as well,
and I just wanted to pass it on to you so you could think about
that one.
Le président : Il serait peut-être préférable d’enlever la
disposition accordant la préférence au survivant. Quand on sait
que le survivant a plus de 80 ans, cette disposition n’est guère
appropriée. Mais c’est une remarque que d’autres ont également
formulée, et je voulais simplement vous en faire part pour que
vous puissiez y réfléchir.
Going back to the five years to determine whether the veteran
is eligible for employment in the public service, after he or she is
determined to be eligible, there’s another five-year period
provided for in the legislation. There’s some question as to why
that is capped at five years. Was that because the Public Service
Commission wanted some sort of a finite top-out to that? Why is
the second five years in there at all? Why could it not be that once
they’re ready for employment, there’s no limit on time?
Pour en revenir à la période de cinq ans prévue pour
déterminer si l’ancien combattant est admissible à un emploi à
la fonction publique, le projet de loi prévoit une autre période de
cinq ans une fois que la personne concernée a été jugée admissible.
Certains se demandent pourquoi cette période se limite à cinq ans.
Est-ce parce que la Commission de la fonction publique voulait
que cette période d’admissibilité ait une durée limitée? Pourquoi
offrir la deuxième période de cinq ans? Pourquoi n’y aurait-il pas
de limite de temps quand les intéressés sont prêts à l’emploi?
Mr. O’Toole: Thank you, senator. I wasn’t minister at the time
this was being drafted, but I spoke probably more than any other
MP in the house on the bill. What I can say is this: The five-year
M. O’Toole : Merci, sénateur. Je n’étais pas ministre à
l’époque où ce projet de loi a été élaboré, mais j’en ai
probablement parlé plus que tout autre député à la Chambre.
23-3-2015
Anciens combattants
10:29
period, as I indicated, was selected to try to make sure they could
take advantage of the rehabilitation and re-education
opportunities provided for a veteran. I think the goal of
transition written all through your report, and the goal of the
New Veterans Charter, really, is to help with that transition piece.
Voici ce que je puis vous dire : la période de cinq ans a, comme je
vous l’ai indiqué, été offerte pour tenter de permettre aux anciens
combattants de profiter des occasions de réadaptation et de
recyclage qui leur sont proposées. Je pense que l’objectif de la
transition, qui transparaît tout au long de votre rapport, et de la
Nouvelle Charte des anciens combattants, consiste en fait à
favoriser cette transition.
The extended period I think comes from the fact that, as the
veteran is engaged in vocational rehabilitation and training and
potential post-secondary education, all these sorts of things, they
may then determine after the education piece that they want to
work within the Department of Finance. They may find that the
rehabilitation process itself leads to a new career path. We want to
encourage a quick and seamless transition because the more
success in your first few years out of uniform, the more likelihood
overall wellness is achieved. The goal was to always encourage
that transitional piece up front, and then the expanded time I
think just recognizes the fact that that training may lead to a new
career opportunity, and we want to make sure that priority hiring
is still available.
Je pense que la période a été prolongée parce que lorsque
l’ancien combattant fait sa réadaptation professionnelle, sa
formation ou son éducation postsecondaire potentielle, il peut
décider ensuite de travailler pour le ministère des Finances. Il
découvrira peut-être que le processus de réadaptation lui-même
l’oriente vers une nouvelle carrière. Nous voulons favoriser une
transition rapide et sans heurt, car plus les anciens combattants
connaissent de succès au cours de leurs premières années à
l’extérieur de l’armée, plus susceptibles ils sont de connaître un
bien-être généralisé. L’objectif a toujours consisté à encourager la
transition professionnelle dès le départ; la prolongation de la
période a été prévue parce que la formation peut les mener à de
nouvelles possibilités de carrière, et nous voulons nous assurer
qu’ils puissent toujours se prévaloir de la priorité d’embauche.
Is there anything to add specifically?
Vouliez-vous ajouter quelque chose de précis?
Gen. Natynczyk: I just wanted to make a couple of remarks to
reinforce what the minister had indicated. Anecdotally, from
knowing many of the soldiers who had some of the most serious
injuries, what was really tough is they didn’t want to leave their
units for years. We tried to encourage them to go to school, tried
to encourage them on a number of paths, and it was so important
for them to be part of their regimental squadron, ship, family;
they didn’t want to leave. It’s tough to actually encourage them to
go when they’ve sacrificed so much.
Gén Natynczyk : Je voulais simplement formuler quelques
remarques pour appuyer les propos du ministre. Sachez, pour
l’anecdote, que je connais de nombreux soldats qui ont subi des
blessures des plus sérieuses, et ce qui était le plus difficile pour
eux, c’est qu’ils ne voulaient pas quitter leur unité pendant des
années. Nous avons essayé de les encourager à fréquenter l’école
et à emprunter diverses voies, mais il était si important pour eux
de faire partie de leur escadron, de leur navire ou de leur famille
qu’ils ne voulaient pas partir. Il est difficile de les encourager à
partir quand ils ont tant sacrifié.
I’m thrilled at having seen some of them over the past couple of
years, after about five years since their injury, in the mindset that
they’re ready to move on. Many of their peers have moved on and
are doing other things, and they’re ready to move on. As I’m
being briefed on this five years, I’m comfortable based upon what
I’m hearing.
Je suis extrêmement heureux d’avoir vu certains d’entre eux, au
cours des dernières années, se sentir capables de passer à autre
chose environ cinq ans après avoir subi leur blessure. Nombre de
leurs pairs ont repris le cours de leur vie et font autre chose, et ils
sont prêts à faire de même. Les propos qu’on me tient sur ces cinq
ans me rassurent à cet égard.
Also that second window of five years, you want them to get
into something, whether public service or industry, because it’s so
important to their health. If they’re unable because of their
personal injuries, whether physical or mental, to handle it, then
it’s so important for their partners and spouses to have that
opportunity to contribute to the family. That’s why I’m very
comfortable with what’s being laid out here.
De plus, au cours de cette deuxième période de cinq ans, il faut
qu’ils occupent un poste, que ce soit au sein de la fonction
publique ou de l’industrie, car c’est important pour leur santé. Si
leurs blessures physiques ou mentales les en empêchent, il importe
alors que leur partenaire ou leur conjoint puisse se prévaloir de
cette occasion de faire une contribution au sein de la famille. Voilà
pourquoi les dispositions proposées me conviennent tout à fait.
The Chair: Five years and five years. Thank you very much.
You hear the bell ringing.
Le président : Cinq ans et cinq ans. Merci beaucoup. La
sonnerie retentit.
Mr. Minister, thank you very much for being with us. This was
a very good discussion and very helpful to us. Mr. Natynczyk,
thank you, and good luck to both of you. I’m sure that
Ms. Sinnott and Mr. Butler will keep a close eye on both of you.
Monsieur le ministre, nous vous remercions d’avoir comparu
devant nous. Nous avons tenu une excellente discussion qui nous
sera très utile. Monsieur Natynczyk, merci, et bonne chance à
vous deux. Je suis certain que Mme Sinnott et M. Butler vous
surveilleront de près.
10:30
Veterans Affairs
The meeting is now concluded. Thank you.
La séance est maintenant terminée. Merci.
(The committee adjourned.)
(La séance est levée.)
23-3-2015
OTTAWA, Wednesday, March 11, 2015
OTTAWA, le mercredi 11 mars 2015
The Subcommitte on Veterans Affairs of the Standing Senate
Committee on National Security and Defence met this day,
at 12:02 p.m., to continue its study of Bill C-27, An Act to amend
the Public Service Employment Act (enhancing hiring
opportunities for certain serving and former members of the
Canadian Forces).
Le Sous-comité des anciens combattants du Comité sénatorial
permanent de la sécurité nationale et de la défense se réunit
aujourd’hui, à 12 h 2, pour poursuivre son étude du projet de
loi C-27, Loi modifiant la Loi sur l’emploi dans la fonction
publique (accès élargi à l’embauche pour certains militaires et
anciens militaires des Forces canadiennes).
Senator Joseph A. Day (Chair) in the chair.
[Translation]
The Chair: Honourable senators, today, we are completing our
study of Bill C-27, An Act to amend the Public Service
Employment Act (enhancing hiring opportunities for certain
serving and former members of the Canadian Forces).
[English]
Le sénateur Joseph A. Day (président) occupe le fauteuil.
[Français]
Le président : Honorables sénateurs, aujourd’hui nous
finalisons notre étude du projet de loi C-27, Loi modifiant la
Loi sur l’emploi dans la fonction publique (accès élargi à
l’embauche pour certains militaires et anciens militaires des
Forces canadiennes).
[Traduction]
We have with us today two members of the Royal Canadian
Legion. We welcome Mr. Steven Clark, who is Director of
Administration, and Carolyn Gasser, who is Service Officer with
the Dominion Command Service Bureau.
Nous accueillons aujourd’hui deux représentants de la Légion
royale canadienne. Nous souhaitons la bienvenue à M. Steven
Clark, qui est directeur de l’Administration, et à Carolyn Gasser,
qui est agente de service pour la Direction nationale.
We’ll also be hearing from a representative of the Veterans
Transition Network, Mr. Tim Laidler, Executive Director.
Nous accueillons aussi un représentant du Réseau de transition
des vétérans, M. Tim Laidler, qui est directeur exécutif.
We will start with the submission from the Royal Canadian
Legion, and then we’ll go to Mr. Laidler.
Nous allons d’abord donner la parole aux représentants de la
Légion royale canadienne, et ensuite à M. Laidler.
Mr. Clark, you have the floor, sir.
Monsieur Clark, la parole est à vous.
Steven Clark, Director, Administration, Royal Canadian Legion:
Mr. Chair, committee members, ladies and gentlemen, good
afternoon. It is a great pleasure for the Royal Canadian Legion to
appear in front of your committee once again. We thank you for
that. On behalf of the Dominion President of the Royal Canadian
Legion, Tom Eagles, we offer our support for your continuing
advocacy on behalf of veterans of all ages and their families.
Steven Clark, directeur, Administration, Légion royale
canadienne : Monsieur le président, membres du comité,
mesdames et messieurs, bonjour. La Légion royale canadienne
est heureuse encore une fois de s’adresser au comité. Nous vous
remercions de nous avoir invités. Au nom du président de la
Légion royale canadienne, Tom Eagles, je tiens à dire que nous
appuyons les efforts que vous déployez pour défendre sans relâche
les intérêts des anciens combattants de tous les âges et de leurs
familles.
Thank you for inviting us to appear. As Senator Day had said,
I’m Steven Clark, Acting Dominion Secretary and Director of
Administration, and with me is Carolyn Gasser, Service Officer
with the Dominion Command Service Bureau. The Legion has
been assisting veterans and their families since 1926 through our
legislative mandate in both the Pension Act and the New Veterans
Charter.
Je vous remercie de nous avoir invités à comparaître devant
vous. Comme le sénateur Day l’a dit, je m’appelle Steven Clark et
je suis secrétaire national intérimaire et directeur de
l’Administration. Je suis accompagné de Carolyn Gasser, agent
de service à la Direction nationale. La Légion royale soutient les
anciens combattants et leurs familles depuis 1926 conformément à
son mandat législatif, aux termes de la Loi sur les pensions et de la
Nouvelle Charte des anciens combattants.
In regard to the issue before the committee today, Bill C-27,
An Act to amend the Public Service Employment Act, last
October the Royal Canadian Legion informally expressed our
agreement in principle with the intent of Bill C-27, providing
priority hiring for Canadian Armed Forces members. It is a good
Au sujet de la mesure législative dont est saisi le comité
aujourd’hui, à savoir le projet de loi C-27, Loi modifiant la Loi
sur l’emploi dans la fonction publique, je peux dire qu’en octobre
dernier, la Légion royale canadienne a exprimé officieusement son
accord avec le principe et l’intention du projet de loi C-27, qui
23-3-2015
Anciens combattants
10:31
initiative and one that should make a significant difference in the
quality of life of Canadian Armed Forces members who are
medically released for injuries related to their service by increasing
access to hiring opportunities. However, we do have some
concerns.
donne accès à la priorité d’embauche aux membres des Forces
armées canadiennes. Il s’agit d’une bonne mesure qui devrait
avoir une incidence considérable sur la qualité de vie des membres
des Forces armées canadiennes libérés pour des raisons médicales
à cause d’une blessure liée au service, grâce à un accès élargi à
l’embauche. Nous avons cependant quelques préoccupations.
The first concern is the inclusion of RCMP members in this
process. We would request that VAC, PSC and the RCMP review
the process to include RCMP members.
La première est l’inclusion des membres de la GRC. Nous
demandons que le ministère des Anciens Combattants, la
Commission de la fonction publique et la GRC revoient le
processus pour inclure les membres de la GRC.
The second concern is that we believe all medical releasing
personnel should be treated the same way. There should be no
differentiation of those attributed to military service as those
medically released. However, the fact that Canadian Armed
Forces members who are medically released for service-related
injuries or illnesses will be raised to the highest level of statutory
priority, ahead of other priorities, and persons released for other
medical reasons that are non-service-related will be considered
under regulatory-level staffing, shows a solid commitment by the
government.
La deuxième préoccupation tient au fait que nous estimons que
tous les membres des forces armées libérés pour des raisons
médicales devraient être traités de la même façon. Il ne devrait pas
y avoir de différence entre les militaires libérés pour des raisons
médicales liées au service et ceux libérés pour des raisons
médicales non liées au service. Toutefois, le gouvernement
démontre un engagement ferme en établissant que les membres
des Forces armées canadiennes libérés pour des raisons médicales
à cause d’une blessure ou d’une maladie liée au service seront
bénéficiaires d’un droit de priorité statutaire, tandis que les
militaires libérés pour des raisons médicales non liées au service
bénéficieront d’un droit de priorité réglementaire.
The proposed veterans hiring act is good news for medically
releasing members and their families.
Ce projet de loi sur l’embauche des anciens combattants est une
bonne nouvelle pour les membres des forces armées libérés pour
des raisons médicales et leurs familles.
Carolyn Gasser, Service Officer, Dominion Command Service
Bureau, Royal Canadian Legion: The draft legislation proposes
that Veterans Affairs Canada adjudicate the service relationship
of the injury or illness. Providing service relationship earlier in the
process is a positive step in the right direction. However, one must
keep in mind that determining service relationship of a medically
released member is not the same as determining disability benefits
for a specific chronic illness or injury.
Carolyn Gasser, agente de service, Bureau d’entraide de la
Direction nationale, Légion royale canadienne : Le projet de loi
propose que le ministère des Anciens Combattants détermine le
lien entre la blessure ou la maladie et le service. Procéder à cette
détermination plus tôt dans le processus constitue un pas dans la
bonne direction. Cependant, il faut garder en tête que de
déterminer le lien entre un problème médical et le service n’est
pas la même chose que déterminer les prestations d’invalidité dans
le cas d’une maladie chronique ou d’une blessure particulière.
This raises some questions: How will the decision on service
relationship for a military release affect a request for disability
benefits along the line? Will there be delays associated with the
bureaucracy that is needed to administer the process to determine
service relationship? When and how will the processes be
communicated to ensure medically releasing Canadian Armed
Forces members can benefit from priority hiring?
Cela soulève quelques questions : De quelle façon la décision
fondée sur le lien entre le problème médical et le service aura une
incidence sur une demande de prestations d’invalidité en cours de
route? Est-ce qu’il y aura des retards attribuables aux formalités
administratives liées à la détermination du lien entre le problème
médical et le service? Quand et comment le processus sera-t-il
communiqué afin que les membres des Forces armées canadiennes
libérés pour des raisons médicales puissent bénéficier de la priorité
d’embauche?
Our veterans have been injured while on service to our country
and they deserve to be treated fairly with respect and in a timely
manner, and they must trust the process. The implementation
must be simple, transparent and communicated to our veterans
and their families.
Nos anciens combattants qui ont été blessés en service méritent
d’être traités équitablement et avec respect. Ils doivent avoir
confiance dans le processus, qui doit être rapide. La mise en
œuvre doit être simple et transparente et le processus doit être
communiqué à nos anciens combattants et à leurs familles.
In conclusion, I re-emphasize to you that we believe that the
veterans hiring act is a good bill that needs to be passed
expeditiously in order to give ill and injured soldiers, sailors,
airmen and airwomen better access to potential jobs in the public
service.
En terminant, je répète que nous croyons que ce projet de loi
sur l’embauche des anciens combattants est une bonne mesure
législative, qui doit être adoptée rapidement de façon à donner à
nos soldats, nos marins et nos aviateurs et aviatrices un meilleur
accès à des emplois au sein de la fonction publique.
10:32
Veterans Affairs
23-3-2015
While we are looking for other improvements to ensure the
highest quality of lifelong care for injured veterans, these changes
are a definite step in the right direction. They will definitely help
in the transition process from the military to the civilian
environment.
Même si nous souhaitons d’autres améliorations pour assurer
la meilleure qualité possible de soins continus à nos anciens
combattants blessés, ces changements sont sans contredit un pas
dans la bonne direction. Ils faciliteront sans aucun doute la
transition de la vie militaire à la vie civile.
Mr. Clark: On behalf of our president, Tom Eagles, and our
300,000 members, I would be remiss if I did not seek about our
disappointment, however, that the federal government did not
address the urgent financial shortcomings of the New Veterans
Charter in the government’s latest response to the ACVA report.
We will continue to press on the issues still requiring immediate
resolution, including the earnings loss benefit, which must be
improved to provide 100 per cent of pre-release income, continue
for life, and include increases for projected career earnings for a
Canadian Armed Forces member.
M. Clark : Au nom de notre président, Tom Eagles, et de nos
300 000 membres, je m’en voudrais toutefois de ne pas
mentionner notre déception à l’égard du fait que le
gouvernement fédéral n’a pas cru bon de remédier aux graves
lacunes financières de la Nouvelle Charte des anciens combattants
dans sa dernière réponse au rapport du Comité des anciens
combattants de la Chambre des communes. Nous continuerons de
faire pression sur le gouvernement pour faire progresser les enjeux
qui demandent une solution immédiate, dont l’allocation pour
perte de revenus, qui doit être bonifiée à hauteur de 100 p. 100 du
salaire pré-libération, être maintenue toute la vie durant et
calculée en fonction des gains projetés pour l’ensemble de la
carrière du membre des Forces armées canadiennes.
Also, the maximum disability award must be increased and be
consistent with what is provided to injured civilian workers who
receive general damages in law court.
En outre, le montant maximum de l’indemnité d’invalidité doit
être augmenté, compte tenu de ce qui est accordé aux employés
civils blessés qui se voient accorder des dommages-intérêts par les
tribunaux.
Finally, the third main priority: The current inequity with
regard to the earnings loss benefit for class A and class B
reservists for service-attributed injuries must cease immediately.
Enfin, la troisième grande priorité est l’iniquité actuelle quant à
l’allocation pour perte de revenus versée aux réservistes de
classe A et de classe B ayant subi des blessures dues au service.
Cette iniquité doit cesser immédiatement.
The Royal Canadian Legion will hold the torch high and
continue to advocate for those much-needed improvements to the
financial compensation for our injured veterans and their families.
The government needs to give the men and women who have been
injured in the service of our country hope — the hope for a better
tomorrow and a brighter future.
La Légion royale canadienne continuera de porter très haut le
flambeau et de militer pour ces améliorations tant attendues des
compensations financières à apporter à nos vétérans blessés et à
leurs familles. Le gouvernement a besoin de redonner à ces
hommes et femmes qui ont été blessés au service de notre pays
l’espoir d’un avenir meilleur et plus positif.
The Chair: Thank you, each of you, for your submission. I
point out to honourable senators that we have the folder with
some background material from the Royal Canadian Legion that
amplifies the points that have been made here, and we thank you
for doing that. It’s helpful for us in our review.
Le président : Je vous remercie tous les deux pour votre exposé.
Je signale aux honorables sénateurs que nous avons reçu des
documents de la Légion royale canadienne qui donnent davantage
de détails sur les points qui viennent d’être abordés. Nous vous
remercions pour cette information. Elle sera utile dans le cadre de
notre étude.
Mr. Laidler.
Monsieur Laidler, la parole est à vous.
Tim Laidler, Executive Director, Veterans Transition Network:
Thank you very much for having me here today to present. I’ll
start by giving an introduction of the organization that I’m
involved with, and some of the key players that helped make this
organization a success, before making a few recommendations on
the bill in front of you.
Tim Laidler, directeur administratif, Réseau de transition des
vétérans : Je vous remercie beaucoup de m’accueillir aujourd’hui.
Avant de formuler quelques recommandations sur le projet de loi
dont vous êtes saisis, je vais donner un aperçu de l’organisme pour
lequel je travaille et des principaux acteurs qui ont contribué à sa
réussite.
The Veterans Transition Network is an organization that was
started at the University of British Columbia in 1997 by
Dr. Marvin Westwood and Dr. David Kuhl. They came
together and realized there was a need amongst the veteran
community at the time to bring veterans together in a group
setting and help them to tell their stories about things they
Le Réseau de transition des vétérans est un organisme sans but
lucratif qui a vu le jour à l’Université de la Colombie-Britannique
en 1997 et qui a été créé par MM. Marvin Westwood et David
Kuhl. Ils s’étaient rendu compte qu’il fallait permettre à des
anciens combattants de se réunir en groupe et les aider à raconter
ce qu’ils avaient vécu à l’étranger, dans des pays comme la Croatie
23-3-2015
Anciens combattants
10:33
experienced overseas in places like Croatia and others from
previous conflicts. It allowed the veterans to ideally transition and
integrate part of their stories, and it helped with some of the
problems associated with post-traumatic stress disorder.
et d’autres pays en proie à des conflits. Cet exercice facilite la
transition à la vie civile et contribue à atténuer certains des
problèmes liés au trouble de stress post-traumatique.
I came across the program when I came back from
Afghanistan, having served in the Canadian Forces. I took the
program at UBC and then went on to work for Marv Westwood
at UBC to get my master’s degree in counselling psychology and
start the non-profit Veterans Transition Network. We now deliver
the program across the country. Dr. Timothy Black came on as
our clinical director from the University of Victoria and helped us
to train clinicians across the country. With much-needed support
from the government and other stakeholders, we have been able
to deliver this program to over almost 500 veterans to date.
J’ai été mis au courant de ce programme lorsque je suis revenu
d’Afghanistan, où j’ai servi dans les Forces canadiennes. J’ai
participé au programme à l’Université de la ColombieBritannique et j’ai ensuite commencé à travailler avec Marv
Westwood à cette même université en vue d’obtenir mon diplôme
de maîtrise en psychologie-conseil et de commencer à m’occuper
du Réseau de transition des vétérans. Nous offrons maintenant le
programme partout au pays. M. Timothy Black, de l’Université
de Victoria, nous a aidés, à titre de directeur clinique, à former des
cliniciens partout au pays. Grâce au soutien bien nécessaire du
gouvernement et d’autres intervenants, nous avons été en mesure
d’offrir ce programme à près de 500 anciens combattants jusqu’à
maintenant.
Our success came from working with partners like Dr. Alice
Aitken, Director, Canadian Institute for Military & Veteran
Health Research, CIMVHR. We collect research to make sure
that the program is effective, and we present every year at the
conference they hold. Moreover, other stakeholders came to the
table to help, such as Wounded Warriors Canada, True Patriot
Love and, most importantly, The Royal Canadian Legion.
Notre succès découle de notre collaboration avec des
partenaires tels que la Dre Alice Aitken, directrice de l’Institut
canadien de recherche sur la santé des militaires et des vétérans,
ou ICRSMV. Nous recueillons des données afin de nous assurer
de l’efficacité du programme et nous présentons chaque année un
exposé dans le cadre de la conférence de l’institut. De plus,
d’autres acteurs ont apporté leur contribution, comme Wounded
Warriors Canada, la fondation La patrie gravée sur le cœur et,
surtout, la Légion royale canadienne.
In 1997, the BC/Yukon Command of the Royal Canadian
Legion brought us the initial funding for this program. In 2012,
the Royal Canadian Legion Dominion Command advocated for
our program here in Ottawa and came up with $500,000. The
government also came up with funding, which is ongoing and has
allowed us to deliver this program right across the country.
Without the Legion’s advocacy and the support of these other
players, we never would have been able to get the organization to
the place it is at. It’s given me today a unique perspective, having
grown the program in different provinces, running it and
spending 10 days with veterans who are in crisis and in
troubling transitions to hear what their needs are. I offer that
perspective today.
En 1997, la Direction de la Colombie-Britannique et du Yukon
de la Légion royale canadienne nous a fourni le financement
initial pour ce programme. En 2012, la Direction nationale de la
Légion royale canadienne a plaidé en faveur de notre programme
ici, à Ottawa, et a recueilli 500 000 $. Le gouvernement a aussi
fourni un financement, qui est permanent et qui nous permet
d’offrir le programme partout au pays. Sans l’aide de la légion et
le soutien de ces autres intervenants, nous n’aurions jamais pu
amener l’organisme là où il est maintenant. Après avoir mis en
oeuvre le programme dans différentes provinces, l’avoir
administré et avoir passé 10 jours avec d’anciens combattants
en situation de crise et dont la transition vers la vie civile est
difficile, je suis en bonne position aujourd’hui pour comprendre
leurs besoins. Je vous offre cette perspective aujourd’hui.
After reading the Bill C-27, I was impressed by the eligibility
criteria. I understand that it will encompass both reserve and
regular force units, members who have been in for at least three
years. That’s something that I think is very important.
À la lecture du projet de loi C-27, j’ai été impressionné par les
critères d’admissibilité. Je comprends que cela englobera les
militaires des unités de la Réserve et de la Force régulière ayant
cumulé au moins trois ans de service. Je pense que c’est très
important.
I would like to highlight one thing from the reserve perspective.
I joined the Canadian Forces as a reservist while I was going to
school. When I came back from Afghanistan, my transition
started almost immediately. It wasn’t when I was releasing from
the forces. I came back from Afghanistan and was on full-time
pay under a class C contract for about three weeks after my tour.
Then I was back into my civilian life. I worked hard while
J’aimerais souligner une chose en ce qui concerne la Réserve. Je
me suis enrôlé dans les Forces canadiennes comme réserviste
pendant mes études. À mon retour d’Afghanistan, j’ai commencé
presque immédiatement ma transition. Je n’ai pas attendu de
quitter les forces. Après mon retour, j’ai touché une solde à temps
plein en vertu d’un contrat de service de classe C pendant environ
trois semaines. Puis, je suis retourné à la vie civile. J’ai fait le
10:34
Veterans Affairs
23-3-2015
overseas to make sure I got into my classes at UBC so I continued
my degree as soon as I came home. It contributed a lot to my
successful transition.
nécessaire, pendant que j’étais à l’étranger, pour m’inscrire aux
cours de l’UBC; j’ai donc poursuivi mes études dès que je suis
revenu. Cela m’a beaucoup aidé à réussir ma transition.
That being said, many of my colleagues and many reservists we
help today are still in limbo. They finished their tour, are in the
process of medical release, in a joint personnel support unit
perhaps and looking for their next career move, yet they’re not
being paid full time by the military. They only get paid when they
show up for their weekly training sessions. I wanted to ask if
there’s any possibility for this eligibility to start sooner in the
process rather than waiting until after medical release. Starting
the process further upstream while the military is still in contact
with them at one of these JPSUs would be a great advantage in
particular to the reserve units.
Cela dit, beaucoup de mes collègues et de réservistes que nous
aidons aujourd’hui sont encore dans une situation précaire. Ils
ont terminé leur affectation, ils sont en voie d’être libérés pour
raisons médicales, ils ont peut-être été affectés à une unité
interarmées de soutien du personnel et ils planifient leur
changement de carrière, mais ils ne sont pas rémunérés à temps
plein par les Forces armées canadiennes. Ils sont payés
uniquement pour leurs séances d’instruction hebdomadaires. Je
voulais vous demander s’il y aurait une possibilité que
l’admissibilité commence plus tôt au cours du processus plutôt
qu’après la libération pour raisons médicales. Il serait grandement
avantageux, en particulier pour les unités de la Réserve, que le
processus puisse être entamé plus en amont, pendant que le
militaire est encore en contact avec l’une des UISP.
Moreover, I know the Canadian Forces are doing a number of
great things, including the program for the Road to Mental
Readiness, R2MR. This program tracks Canadian Forces
throughout their careers and finds opportunities to flag issues
around mental health. If this program could be implemented
somehow, if somebody knows they’re on track for medical
release, then perhaps they could start the application process
sooner. That’s in regular forces units. We found with the program
that when people have the security and peace of mind from
knowing they’ll have something to do when they release, it helps
with all the other symptoms and issues that pose barriers to
transition.
En outre, je sais que les Forces canadiennes font beaucoup de
bonnes choses; on peut parler par exemple du programme En
route vers la préparation mentale, qui permet de suivre les
membres des Forces canadiennes tout au long de leur carrière et
de cerner les problèmes liés à la santé mentale. Si ce programme
pouvait être mis en œuvre, lorsqu’un militaire sait qu’il est en voie
d’être libéré pour des raisons médicales, il pourrait peut-être
commencer plus tôt le processus de demande d’emploi. C’est dans
les unités de la Force régulière. Ce que nous avons constaté, en ce
qui concerne le programme, c’est que lorsque les gens se sentent
rassurés de savoir qu’ils auront une occupation après leur
libération, cela les aide à surmonter tous les autres symptômes
et problèmes qui nuisent à leur transition.
Those are my points.
Voilà les points que je voulais aborder.
The Chair: There may well be some questions to expand on
this. We heard from the two ombudsmen, one from Veterans
Affairs and one from National Defence. They were of the view
that the provision in this proposed legislation that requires the
termination of the cause for release — attribution, I guess, is the
term they use. Who should make that determination for these
soldiers? Should it be done by Veterans Affairs or should it be
done by National Defence? They were of the view that National
Defence should do it and as soon as possible. Both of you have
mentioned as soon as possible. I understand your point about
determining whether the person is eligible for benefits as one test
and determining the cause of release as another test.
Le président : On vous demandera sans doute de nous en dire
davantage sur cette question. Nous avons entendu les deux
ombudsmans, celui des Anciens Combattants et celui de la
Défense nationale. Ils étaient d’avis que la disposition du projet de
loi qui exige que la détermination de la cause de la libération... je
crois qu’ils ont utilisé le terme attribution. Qui devrait le
déterminer en ce qui concerne ces militaires? Le ministère des
Anciens Combattants ou celui de la Défense nationale? Ils étaient
d’avis que la Défense nationale devrait le faire, et le plus tôt
possible. Vous avez tous les deux indiqué qu’on devrait le faire le
plus tôt possible. Je comprends votre argument lorsque vous dites
que déterminer si la personne est admissible à des prestations est
une chose, et que déterminer la cause de la libération en est une
autre.
Have you a point of view in relation to which department
should make the determination as to why the individual is to be
released? Was it service related or not service related? Could you
tell us what your position is on that?
Pourriez-vous nous dire, selon vous, quel ministère devrait
établir si la libération d’un militaire est attribuable ou non à son
service? Pourriez-vous nous dire ce que vous en pensez?
Mr. Clark: Absolutely. I know the bill specifies that the
determination will be made by the Minister of Veterans Affairs.
Veterans Affairs does have particular expertise in reviewing those
situations, so they are well positioned now to make that
M. Clark : Certainement. Je sais que le projet de loi précise que
c’est le ministre des Anciens Combattants qui le déterminera.
Étant donné que ce ministère a une expertise particulière pour
analyser ces situations, il est donc en bonne position pour prendre
23-3-2015
Anciens combattants
10:35
determination. It is a very good point that you and Tim raised: It
has to be done quickly so that the individual member is not
disadvantaged in any way.
cette décision. Tim et vous avez soulevé un très bon point : cela
doit se faire rapidement, de façon à ce que le membre ne soit
aucunement désavantagé.
That being said, noting that Veterans Affairs does have a
current expertise, Carolyn I believe you can expand on the issue
that the ombudsmen were referring to.
Cela dit, en soulignant que le ministère des Anciens
Combattants dispose actuellement d’une expertise, je crois que
vous pouvez nous parler plus en détail, Carolyn, de ce à quoi
faisaient référence les ombudsmans.
Ms. Gasser: Yes. What the ombudsmen seem to be referring to
is that earlier in the process when a member is going to be
medically released, they’re informed by paper message about six
months before they’re releasing. At that point, it is reviewed by
the Director of Medical Policy at DND. We feel that would be an
ideal time to determine whether it was caused by service or not. It
gives six months for a member to get on the priority list to have an
opportunity earlier to know what they’re going to be doing as
soon as they get out of the military.
Mme Gasser : Oui. Ce à quoi les ombudsmans semblaient faire
allusion, c’est que lorsqu’il est prévu qu’un militaire sera libéré
pour des raisons médicales, on pourrait agir plus tôt dans le
processus et l’informer par écrit environ six mois avant sa
libération. À cette étape, son dossier est examiné par le directeur
des politiques de santé au MDN. Selon nous, ce serait le moment
idéal pour établir si la libération est attribuable ou non au service.
Le militaire aurait six mois pour s’inscrire sur la liste de priorité
afin de savoir plus tôt ce qu’il va faire dès qu’il sortira des forces.
The Chair: You’re supporting the position taken by the
ombudsmen.
Le président : Vous appuyez donc la position adoptée par les
ombudsmans.
Ms. Gasser: As long as it’s expedited, yes.
The Chair: That was the point they were making as well.
Mme Gasser : Oui, pourvu qu’on accélère le processus.
Le président : C’est l’argument qu’ils faisaient valoir également.
Senator Stewart Olsen is a New Brunswick senator and deputy
chair of the committee. She will be the first questioner.
La sénatrice Stewart Olsen vient du Nouveau-Brunswick et elle
est vice-présidente du comité. Elle sera la première à poser ses
questions.
Senator Stewart Olsen: Thank you for the work you do for our
veterans and for your dedication. I work a lot with the Legion and
I’m always so impressed. You’ve put your case clearly, and I’m
grateful for that.
La sénatrice Stewart Olsen : Je tiens à vous remercier de votre
travail et de votre dévouement à l’égard des anciens combattants.
Je travaille beaucoup avec les gens de la légion, et ils
m’impressionnent toujours. Vous avez exposé clairement vos
arguments, et je vous en remercie.
Ms. Gasser, you had a list of things that you would like to see
more follow-up on when you gave your statement. That list was
very instructive. Would you mind expanding on it and sending it
to the committee in written form, please, as well as more on
expediting the medical release? Those are key.
Madame Gasser, lors de votre exposé, vous aviez une liste de
choses pour lesquelles vous aimeriez qu’il y ait davantage de suivi.
Cette liste était très intéressante. Voudriez-vous nous en dire
davantage à ce sujet dans un document écrit que vous feriez
parvenir au comité, s’il vous plaît, et nous en dire plus également
sur l’accélération du processus de libération pour raisons
médicales? Ce sont des questions importantes.
Mr. Laidler, in the casework we do, the main problem is that it
just doesn’t happen with the degree of quickness that our veterans
need to have stability. I’m optimistic that the changes proposed in
the bill, with Veterans Affairs coming in earlier and working more
closely with Defence, will expedite what’s happening with our
veterans because it’s all for the good of the veterans that we’re
here.
Monsieur Laidler, dans les dossiers que nous examinons, le
principal problème, c’est que les choses ne se font pas aussi
rapidement que ce qui serait nécessaire pour que nos anciens
combattants aient une certaine stabilité. J’ai bon espoir que les
changements proposés dans le projet de loi, notamment
l’intervention plus rapide d’Anciens Combattants Canada et sa
collaboration plus étroite avec la Défense, permettront d’accélérer
les choses pour nos anciens combattants, car c’est pour leur bien
que nous sommes ici.
I’d be grateful if you could send all of that to us because I’d like
to follow them up.
Je vous serais reconnaissante de nous faire parvenir tout cela,
car j’aimerais faire le suivi de ces questions.
Ms. Gasser: Absolutely, we can put that together for you.
Mme Gasser : Absolument, nous pouvons réunir l’information
pour vous.
10:36
Veterans Affairs
23-3-2015
Senator Stewart Olsen: Your points on transition and the
reservists are also well taken. I’m impressed with our witnesses
and I just wanted to tell them that. I thank all of you for the
information you shared with us because it’s a great help as we
move forward.
La sénatrice Stewart Olsen : Les points que vous avez soulevés
à propos de la transition et des réservistes sont très valables. Je
suis impressionnée par nos témoins et je voulais simplement le
leur mentionner. Je vous remercie tous des renseignements que
vous nous avez fournis, car ils nous seront très utiles.
The Chair: Are there any comments you’d like to make in
relation to Senator Stewart Olsen’s points?
Le président : Y a-t-il des observations relativement aux points
qu’a soulevés la sénatrice Stewart Olsen?
Mr. Clark: Yes.
M. Clark : Oui.
With regard to receiving information about the other issues,
that type of request is very encouraging because the Legion, as
you know, advocates on behalf of veterans on a number of issues.
Knowing that you are interested and we can have that
opportunity or avenue to share this information with you is a
positive thing. So thank you very much for that welcome for
input.
En ce qui concerne la demande d’information au sujet des
autres questions, je trouve que c’est très encourageant, car comme
vous le savez, la légion défend les intérêts des anciens combattants
dans un certain nombre de dossiers. C’est une bonne nouvelle de
savoir que cela vous intéresse et que nous avons la possibilité de
vous communiquer ces renseignements. Je vous remercie
beaucoup de cette ouverture.
Senator Stewart Olsen: If it goes to the clerk of the committee,
then all of us on the committee can receive that. I think that
would be very helpful.
La sénatrice Stewart Olsen : Si vous faites parvenir les
documents au greffier, il pourra les distribuer à tous les
membres du comité. Je pense que ce serait très utile.
Mr. Clark: Absolutely. We do have some information that’s
included in the package, called ‘‘Veterans Matter,’’ but we can
certainly expound on that.
M. Clark : Tout à fait. Nous avons des renseignements dans le
document intitulé « Nos vétérans sont importants », mais nous
pouvons certainement vous en dire davantage sur cette question.
Senator Stewart Olsen: Thank you so much.
The Chair: Mr. Laidler, any comment?
La sénatrice Stewart Olsen : Merci beaucoup.
Le président : Monsieur Laidler, avez-vous un commentaire à
formuler?
Mr. Laidler: I agree with everything that’s being said. The
overlap between Veterans Affairs and DND is essential. I
definitely agree that if DND can make the first assessment, if
things are attributable to service, during the release process and
the disclosure that happens they can make a baseline decision and
then Veterans Affairs is equipped to deal with the appeal process
after that.
M. Laidler : Je suis d’accord sur tout ce qui est dit. Le
chevauchement entre Anciens Combattants et le MDN est
essentiel. Je conviens tout à fait que si le MDN peut effectuer la
première évaluation, si les choses sont attribuables au service,
durant le processus de libération et la communication
d’informations, il peut prendre une décision initiale, et Anciens
Combattants dispose des outils nécessaires pour s’occuper ensuite
du processus d’appel.
The Chair: You know the process a lot better than we do, so
maybe you could help us here. If a soldier is injured, typically he
or she would stay in the Armed Forces for a couple of years
before release.
Le président : Puisque vous connaissez le processus beaucoup
mieux que nous, vous pourrez donc peut-être nous éclairer.
Lorsqu’un militaire est blessé, en général, il reste dans les forces
armées pendant un an ou deux avant d’être libéré.
Mr. Laidler: Correct.
M. Laidler : C’est exact.
The Chair: Is there any reason why, during that two-year
period, Veterans Affairs or National Defence couldn’t make a
determination as to attribution of the injury, whether it was
service related or not?
Le président : Durant cette période de deux ans, y a-t-il une
raison qui empêcherait Anciens Combattants Canada ou la
Défense nationale de déterminer si la blessure est attribuable ou
non au service?
Mr. Laidler: Quite often that does happen. A number of my
colleagues are still in the Canadian Forces and have put forward
claims to Veterans Affairs while still being in and have had them
accepted and are receiving the payments and the benefits from
them. We find that the personnel who are going through a
medical release process tend to be case managed, are monitored
quite closely and do get quite a bit of support, but not in all cases.
M. Laidler : Cela se fait assez souvent. Certains de mes
collègues sont encore membres des Forces canadiennes et ont
présenté une demande à Anciens Combattants Canada même s’ils
font encore partie des forces; leur demande a été acceptée, et ils
touchent des paiements et des prestations. Nous constatons que
les militaires qui passent par le processus de libération pour
raisons médicales font l’objet, en général, d’une gestion de cas et
d’un suivi étroit et obtiennent beaucoup de soutien, mais pas dans
tous les cas.
23-3-2015
Anciens combattants
10:37
The ones we deal with in our network tend to be people who
have started to see the symptoms of post-traumatic stress. They
have said, ‘‘The military is just too much for me,’’ and they’ve
quit. They haven’t gone through a medical release process,
haven’t asked for help and have shown up five years, ten years
down the road. The symptoms have worsened and they’ve coming
back and they’re starting to go through Veterans Affairs. That’s
where they’re saying, ‘‘Well, send us all the paperwork; we need to
see where your injury came from.’’ They are then saying, ‘‘I didn’t
see a counsellor,’’ or ‘‘I didn’t go get an assessment while I was in
the military.’’ Now they’re trying to meet a doctor and remember
things that happened five or ten years before.
Ceux dont nous nous occupons, dans notre réseau, sont en
général des gens qui ont commencé à présenter des symptômes de
stress post-traumatique. Ils se sont dit que la vie militaire était
tout simplement trop difficile pour eux et ils ont quitté les forces.
Ils ne sont pas passés par un processus de libération pour raisons
médicales, ils n’ont pas demandé d’aide. Ils se présentent cinq ou
dix ans plus tard. Leurs symptômes se sont aggravés. Ils
reviennent et entament le processus avec Anciens Combattants
Canada. On leur dit alors qu’ils doivent envoyer tous leurs
documents afin que l’on puisse déterminer d’où vient la blessure.
Ils mentionnent alors qu’ils n’ont pas vu de thérapeute ou qu’ils
ne se sont pas fait évaluer quand ils étaient encore militaires. Ils
essaient maintenant de voir un médecin et de se rappeler les choses
qui se sont produites cinq ou dix ans auparavant.
I believe that’s where a lot of the breakdown happens. It’s a big
part of the reason that in our organization we’ve made sure to
partner with third parties and get funding not only from the
government, who will pay for any client of Veterans Affairs, but
we also have a pot of money from the Legion, True Patriot Love
and Wounded Warriors. If someone is going through the process
of appealing and trying to figure out whether it’s attributable or
not, we can put them through out program with the community
funding so they get at least some support at the beginning and
then hopefully they’ll get the government support later.
Je crois que c’est là où surviennent la majorité des problèmes.
C’est en grande partie la raison pour laquelle nous avons décidé,
dans notre organisation, de collaborer avec des tiers et de ne pas
uniquement compter sur le financement du gouvernement, qui
paie pour tous les clients d’Anciens Combattants Canada, mais
d’obtenir aussi la contribution de la légion, de la Fondation La
patrie gravée sur le cœur et de Wounded Warriors. Lorsqu’une
personne est engagée dans le processus d’appel et qu’on tente de
déterminer si sa blessure est liée ou non au service, nous pouvons
l’inscrire au programme de financement de la communauté afin
qu’elle reçoive au moins du soutien au début, et idéalement, elle
obtiendra plus tard l’aide du gouvernement.
The Chair: It’s in our interest, all of us who support the Armed
Forces and veterans, especially for an injured soldier who is going
through other traumatic psychological issues, to try to make this
as seamless as possible. I think that’s your objective as well.
Le président : Il est dans l’intérêt de tous ceux qui appuient les
forces armées et les anciens combattants — surtout les militaires
blessés qui sont atteints d’autres troubles liés à un traumatisme
psychologique — de tenter de leur faciliter les choses le plus
possible. Je pense que c’est aussi votre objectif.
Mr. Laidler: Yes.
M. Laidler : Oui.
The Chair: That’s why we have these questions: Who should be
making the determination, first of all, about attribution of injury;
and second, what programs will be available for that injured
warrior? They’re the issues we’ve been struggling with here from
the witnesses’ point of view.
Le président : Voilà pourquoi nous nous demandons qui
devrait déterminer, premièrement, à quoi est attribuable la
blessure, et deuxièmement, quels programmes seront offerts à ce
militaire blessé. Voilà les questions auxquelles nous tentons
d’obtenir des réponses du point de vue des témoins.
Senator Mitchell: I may have missed this but, Mr. Clark, I
think you were making the point that one of the issues is trying to
make the maximum award of damages for a military veteran
comparable or equal to those that somebody would get from a
private-sector insurance program. Could you verify that? Could
you tell us what kind of differences we are talking about? Could
you give an example of somebody who loses an arm in industry
versus losing an arm in the military?
Le sénateur Mitchell : Monsieur Clark, vous avez souligné, je
crois, que l’un des enjeux est de tenter de faire en sorte que le
montant maximum de dommages-intérêts que reçoit un ancien
combattant soit comparable ou égal à ce qu’une personne
obtiendrait dans le cadre d’un programme d’assurance du
secteur privé. Pourriez-vous nous le confirmer? Pourriez-vous
nous parler des différences dont il est question, en comparant, par
exemple, la perte d’un bras dans le secteur privé à la perte d’un
bras dans les forces armées?
Mr. Clark: That’s exactly the point. We want the award, if I
can say that, given to a military member that’s leaving to be the
same as a civilian that’s awarded through courts. Quite often
courts are more generous in what is actually given to the
individual. Where there is an upper limit for any military member
that would receive such injuries, there may not be that specific
limit for a civilian.
M. Clark : C’est exactement ce que nous disons. Nous voulons
que ce qu’on accorde à un militaire qui quitte les forces soit
comparable à ce que les tribunaux accordent à un civil. Bien
souvent, les tribunaux accordent des montants plus généreux. Il
existe un plafond relativement à ce que reçoivent les militaires
pour de telles blessures, mais il est possible qu’il n’y en ait pas
pour un civil.
10:38
Veterans Affairs
23-3-2015
With regard to a specific example, I cannot provide that.
However, Carolyn, from the service bureau point of view, having
worked with specific veterans who may have gone through the
process, may have further information.
Je ne saurais vous donner d’exemple précis, mais Carolyn, du
Bureau d’entraide, qui a travaillé avec des anciens combattants
qui sont peut-être passés par le processus, pourrait avoir d’autres
renseignements à vous fournir.
Ms. Gasser: Yes. We do hear several complaints about the
amount they receive because it has changed their life so much.
The maximum I believe right now is just over $300,000, and that
is only attributable if somebody is deceased from their conditions.
That’s what their spouse would receive.
Mme Gasser : Oui. Les gens se plaignent souvent du montant
qu’ils reçoivent, étant donné que cela a complètement changé leur
vie. Je crois que le montant maximum est actuellement d’un peu
plus de 300 000 $, mais ce montant n’est accordé que si la
personne est décédée. C’est ce que recevrait son conjoint ou sa
conjointe.
It’s difficult to say. I’m not sure what is out there in civilian
courts right now. I can’t attest to that, but it is significantly lower
with Veterans Affairs.
C’est difficile à dire. Je ne sais pas trop ce qui se passe dans les
tribunaux civils actuellement. Je ne saurais vous le dire.
Cependant, je crois qu’Anciens Combattants Canada accorde
un montant nettement inférieur.
As Tim was alluding to with PTSD and other mental health
conditions, often they may get about 50 per cent of that $300,000.
At that time too, that’s a lump-sum award. Thank goodness Tim’s
organization is actually there to help with some of the treatment.
Comme Tim l’a mentionné, en ce qui concerne le TSPT et
d’autres problèmes de santé mentale, les militaires peuvent
souvent obtenir environ la moitié de ces 300 000 $. Là aussi, il
s’agit d’une indemnité sous forme de montant forfaitaire.
Heureusement, l’organisme de Tim apporte son aide en ce qui
concerne une partie des traitements.
We hear lots of complaints.
The Chair: I don’t mean to interrupt you, but could we clarify
the record? The $300,000 was a figure that we heard about for
some time at $250,000. It’s now been increased to $300,000.
Ms. Gasser: Yes.
Beaucoup de plaintes sont formulées.
Le président : Je ne veux pas vous interrompre, mais pourrionsnous clarifier les choses? On nous a longtemps parlé d’un montant
de 250 000 $; maintenant, ce montant est passé à 300 000 $.
Mme Gasser : Oui.
The Chair: That’s for deceased or total disability as well?
Le président : Est-ce dans le cas d’un décès et d’une invalidité
totale également?
Ms. Gasser: Yes, that’s correct. Every year it increases slightly.
Mme Gasser : Oui. Ce montant augmente légèrement chaque
année.
The Chair: Yes, but you don’t have to be deceased?
Le président : Oui, mais ce n’est pas uniquement dans les cas de
décès?
Ms. Gasser: No, totally disabled.
Mme Gasser : Non, c’est aussi pour les personnes atteintes
d’une invalidité totale.
The Chair: Total disability.
Le président : Une invalidité totale.
Ms. Gasser: Yes.
Mme Gasser : Oui.
The Chair: Who makes that assessment?
Le président : Qui le détermine?
Ms. Gasser: Veterans Affairs and the doctors who would assess
the veteran.
Mme Gasser : Anciens Combattants Canada et les médecins
qui procèdent à l’évaluation de l’ancien combattant.
Mr. Clark: If I might follow up, Senator Mitchell, I will get
you specific information so you will have that for comparison
purposes.
M. Clark : Si vous le permettez, sénateur Mitchell, je vous ferai
parvenir des renseignements à ce sujet que vous pourrez utiliser à
des fins de comparaison.
Senator Mitchell: I appreciate that.
When you say you’re working to equalize, what steps are you
taking? Do you have a position paper? Are you lobbying the
government? Is it something you see as an amendment to this
legislation? Is it a policy or regulatory initiative?
Le sénateur Mitchell : Je vous remercie.
Vous dites vouloir que le montant accordé soit comparable;
quelles mesures prenez-vous en ce sens? Avez-vous un exposé de
position? Exercez-vous des pressions auprès du gouvernement?
Selon vous, devrait-on proposer un amendement au projet de loi?
S’agit-il d’une initiative en matière de politique ou de
réglementation?
23-3-2015
Anciens combattants
10:39
Mr. Clark: It is a position paper that we have that we
continually advocate. It’s not something we would have or see as
included in this particular act, but it is something that we have
stated on a few occasions. We have as well recently issued a paper
called ‘‘Veterans Matter.’’ You have a copy of it in your portfolio.
It summarizes the main points that the Royal Canadian Legion
has been advocating — there’s nothing new in this paper — for
the last number of months that we would like to see that would
assist and improve the benefits for ill and injured veterans.
M. Clark : C’est un exposé de position que nous défendons
continuellement. Cela ne devrait pas nécessairement être inclus
dans cette loi, mais nous en avons parlé à quelques occasions.
Nous avons aussi publié récemment un document intitulé Nos
vétérans sont importants. Vous en avez une copie dans votre
documentation. On y résume les principales recommandations
formulées depuis plusieurs mois par la Légion royale canadienne
— il n’y a rien de nouveau dans ce document — auxquelles nous
aimerions qu’on donne suite et qui permettraient d’aider les
vétérans malades et blessés et d’améliorer leurs avantages.
Something that we do on every occasion that we can is make
sure that we are continuing to advocate to government to make
sure that the position is known so that perhaps we may see some
progress.
Nous essayons, chaque fois que nous le pouvons, de continuer
à les défendre auprès du gouvernement et à faire connaître notre
position, dans l’espoir de voir un jour certains progrès.
Senator Mitchell: The RCMP members run into some of the
same problems, sometimes for the same reasons, action;
sometimes for the same reasons, harassment; sometimes for
different reasons. Do you represent them? Have you made
comparisons between the benefits they get and the benefits that
the military get?
Le sénateur Mitchell : Les membres de la GRC se heurtent aux
mêmes problèmes, parfois pour les mêmes raisons, que ce soit les
actions, les cas de harcèlement ou autre. Est-ce que vous les
représentez? Avez-vous fait des comparaisons entre les prestations
qu’ils reçoivent et celles que les militaires reçoivent?
Mr. Clark: We work closely with the RCMP. Carolyn can
expound on this if I omit something.
M. Clark : Nous travaillons étroitement avec la GRC. Carolyn
peut vous en dire plus si j’oublie quelque chose.
Something we had recently done at our dominion convention
in Edmonton this past year was expand our definition of a
veteran: regular members of the RCMP; police officers on special
duty operation or in special duty areas are now, in the eyes of the
legion, considered to be a veteran.
À notre congrès national à Edmonton cette année, nous avons
élargi notre définition d’un vétéran : les membres réguliers de la
GRC, les policiers dans des opérations de service spécial ou dans
des zones de service spécial sont maintenant, aux yeux de la
légion, considérés comment étant des vétérans.
Now what does that do? That basically means those individuals
are now eligible to receive funding through the poppy funds.
Previously it would have had to be a military Canadian Armed
Forces member who received that funding, but we can now assist
members of the RCMP and police officers in those particular
situations.
Qu’est-ce que ce changement fait? Essentiellement, ces gens
peuvent maintenant recevoir du financement par l’entremise du
fonds du coquelicot. C’était auparavant les membres des Forces
armées canadiennes qui recevaient ce financement, mais nous
pouvons maintenant aider les membres de la GRC et les agents de
police dans ces situations particulières.
We have worked closely with the RCMP veterans association.
They applauded this inclusion and we’re very happy to do so. In
fact, we have represented RCMP members in the past and even
more so now in the future.
Nous avons travaillé en étroite collaboration avec l’Association
des anciens de la GRC. Elle a applaudi cette inclusion, et nous
sommes très heureux de le faire. En fait, nous avons représenté les
membres de la GRC dans le passé et nous le ferons encore plus à
partir de maintenant.
Ms. Gasser: I have many veterans I’m assisting from the
RCMP currently. We attended a mental health awareness event at
their headquarters last year and many have been coming forward
to us.
Mme Gasser : J’aide de nombreux vétérans de la GRC à
l’heure actuelle. Nous avons assisté à une activité de
sensibilisation à la santé mentale à son quartier général l’an
dernier, et un grand nombre de membres s’adressent à nous.
The difference between the RCMP and regular force or reserve
force military members is that the RCMP is still under the
Pension Act for their disability pensions, which is the monthly
amount. Canadian Forces, for anybody after 2006, it’s the New
Veterans Charter.
La différence entre les membres de la GRC et les membres de la
Force régulière ou de la Force de réserve, c’est que les membres de
la GRC sont encore assujettis à la Loi sur les pensions pour leurs
prestations d’invalidité, soit le montant mensuel. Dans les Forces
canadiennes, tous les membres, après 2006, sont visés par la
Nouvelle Charte des anciens combattants.
It’s a lump-sum award, so there is some disparity. We do hear
complaints about what one gets and what one doesn’t all the time.
An RCMP member may complain because they want that lump
sum. They want to be able to do something with it. A Canadian
C’est un montant forfaitaire, si bien qu’il y a des divergences.
Nous entendons constamment des plaintes sur ce qu’untel obtient
et ce qu’un autre n’obtient pas. Un membre de la GRC peut se
plaindre parce qu’il veut recevoir ce montant forfaitaire. Il veut
10:40
Veterans Affairs
23-3-2015
Forces member sometimes, when they’re young, says, ‘‘That
pension would be nice because I’d receive it for 40, 50 years.’’ I
don’t think there is going to be one thing that fits all. There are
differences.
pouvoir l’utiliser. Un membre des Forces canadiennes peut dire,
lorsqu’il est jeune, « Ce serait bien de toucher cette pension car je
la recevrais pendant 40 ou 50 ans ». Je ne pense pas qu’il y aura
une solution universelle. Il y a des différences.
The Chair: The Pension Act versus the New Veterans Charter.
Your recommendation that the RCMP should be included is in
relation to the priority hiring in the public service.
Le président : Il y a la Loi sur les pensions et la Nouvelle
Charte des anciens combattants. Votre recommandation d’inclure
les membres de la GRC est en lien avec la priorité d’embauche
dans la fonction publique.
Ms. Gasser: Yes.
The Chair: You believe the RCMP should be included in this
legislation.
Ms. Gasser: Yes, absolutely.
Mme Gasser : Oui.
Le président : Vous croyez qu’on devrait inclure la GRC dans
cette loi.
Mme Gasser : Oui, absolument.
Mr. Clark: Absolutely, but we didn’t know if it could be
included in this legislation or if it would have to be something
done separately or after the fact. We suspected the latter would be
the case.
M. Clark : Absolument, mais nous ne savions pas si ce serait
inclus dans cette loi ou s’il faudrait créer une loi distincte ou
l’inclure après coup. Nous soupçonnions que ce serait la deuxième
option.
The Chair: I suspect you’re right, but it’s good that you made
the point.
Le président : Je crois que vous avez raison, mais vous avez fait
valoir un bon point.
Mr. Clark: We wanted to make the point.
The Chair: I wanted to make sure that you weren’t going so far
as to say that the RCMP should no longer be under the Pension
Act.
M. Clark : Nous voulions le soulever.
Le président : Je voulais m’assurer que vous n’iriez pas jusqu’à
dire que la GRC ne devrait plus être visée par la Loi sur les
pensions.
Ms. Gasser: No.
Mme Gasser : Non.
The Chair: You’re not.
Le président : Ce n’est pas ce que vous dites.
Ms. Gasser: No, not at all.
Mme Gasser : Non, pas du tout.
Senator White: Thanks to all of you for being here. I apologize;
I introduced myself to the other two and didn’t see you there,
Tim.
Le sénateur White : Merci à tous d’être ici. Je m’excuse. Je me
suis présenté aux deux autres témoins et je ne vous avais pas vu,
Tim.
We had a discussion around what would happen when it came
to benefits, but that is appealable. So there is an option as well,
regardless of what the first decision is. Seldom is it the last
decision is what I understand.
Nous avons eu une discussion sur ce qui arriverait avec les
prestations, mais il est possible d’interjeter appel. Il y a donc aussi
une autre option, peu importe la première décision qui a été
rendue. D’après ce que je comprends, c’est rarement la dernière
décision.
The second question surrounds your referencing court cases
because that changes by province. In British Columbia and
Western Canada, much greater amounts and sums are being
found in some of these claims, compared to Eastern Canada, as
an example, except when you look workers’ compensation or the
equivalent by province. They are much more closely aligned to
each other.
La deuxième question porte sur les affaires judiciaires que vous
avez mentionnées, car c’est différent d’une province à l’autre. En
Colombie-Britannique et dans l’Ouest canadien, les sommes dans
certaines de ces réclamations sont beaucoup plus élevées, par
rapport à l’est du Canada, par exemple, sauf lorsqu’on regarde les
indemnités des accidentés du travail ou l’équivalent par province.
Ces montants se ressemblent beaucoup plus.
Have you done a comparison to what the survivor benefit
would be in direct comparison to provincial workers’
compensation instead of the court cases?
Avez-vous comparé quelle serait la prestation du survivant par
rapport à l’indemnité provinciale des accidentés du travail plutôt
que de regarder les causes judiciaires?
Ms. Gasser: I myself have not conducted that study.
Senator White: From my perspective, it might actually have
greater relevance.
Mme Gasser : Je n’ai pas fait cette comparaison.
Le sénateur White : À mon avis, ce serait peut-être plus
pertinent.
23-3-2015
Anciens combattants
Secondly, we did have a Supreme Court decision as a result of
a decision from Yellowknife that actually ended up walking its
way, for a decade, through Alberta in relation to a claim put
forward from a civil perspective in relation to the Giant Mine
investigation. That’s why I know about it. The Supreme Court of
Canada deemed that workers’ compensation had to be the
decision maker, so it didn’t give an option from a legal
perspective. I only point that out — and I’ll pose a question at
the end, maybe a do-you-agree kind of thing — because the last
thing I would like to see is us lose what we have and take a chance
on the courts finding out later that we couldn’t actually do both. I
take it from your nodding head that you understand.
Ms. Gasser: We will look into it.
10:41
Deuxièmement, il y a eu une décision de la Cour suprême à la
suite d’une décision rendue à Yellowknife qui a fait son chemin,
pendant une décennie, jusqu’en Alberta relativement à une
réclamation civile et à l’enquête sur la mine Giant. C’est la
raison pour laquelle je connais la cause. La Cour suprême du
Canada a jugé que la commission des accidents du travail devait
être le décideur. Elle n’a donc pas donné d’option du point de vue
juridique. Je ne fais que le signaler — et je vais poser une question
à la fin, peut-être pour vous demander si vous êtes d’accord — car
la dernière chose que je voudrais, c’est de perdre ce que nous
avons et de miser sur les tribunaux pour apprendre plus tard que
nous ne pourrions pas faire les deux. Puisque vous hochez la tête,
j’en déduis que vous comprenez.
Mme Gasser : Nous nous pencherons là-dessus.
Senator White: It would be a good comparison for us, to me,
more relevant than court cases.
Le sénateur White : Ce serait une bonne comparaison pour
nous, pour moi, qui serait plus pertinente que les causes
judiciaires.
Mr. Laidler: If I could respond on the conversation about
compensation, we spend a lot of team in our program educating
the military coming in, the veterans coming in, about what they’re
actually eligible for. They’ve heard a lot in the media about lumpsum payment versus pension, and the vast majority come in
thinking that they’re only eligible for a lump-sum payment if
they’ve been injured. We’ve let them know that there is the
earnings loss benefit. They will get 75 per cent of their pay as a
monthly payment if they’re unable to work due to their injury.
That can last for a couple of years until they’re back into the
workforce, or it can last right up to age 65. With the latest
announcement, now they are eligible to get some of that money
again until they are past 65.
M. Laidler : Si vous me permettez de répondre à ce que vous
avez dit au sujet de l’indemnisation, nous passons beaucoup de
temps dans le cadre de notre programme à éduquer les militaires
et les anciens combattants sur ce à quoi ils ont droit. Ils ont
beaucoup entendu parler dans les médias des paiements
forfaitaires par rapport à la pension, et la grande majorité
d’entre eux pensent qu’ils n’ont droit à un montant forfaitaire que
s’ils ont été blessés. Nous les avons informés qu’il existe une
allocation pour perte de revenus. Ils toucheront 75 p. 100 de leur
paie chaque mois s’ils ne peuvent pas travailler à cause de leur
blessure. Cette allocation peut être versée pendant quelques
années jusqu’à ce qu’ils réintègrent le marché du travail ou jusqu’à
ce qu’ils atteignent l’âge de 65 ans. Avec la dernière annonce qui a
été faite, ils peuvent maintenant toucher une partie de cet argent
après l’âge de 65 ans.
I would also let everyone know that there is also the PIA, the
permanent impairment allowance. It ranges from $500 to $1,700.
That’s also paid out monthly. There is the permanent impairment
allowance supplement. That’s another monthly payment that goes
on top, and then there are a bunch of other programs like ours.
There is money for school and training.
J’informerais tout le monde qu’il y a également l’allocation
pour déficience permanente. Elle varie entre 500 et 1 700 $. Elle
est également versée chaque mois. Il y a le supplément à
l’allocation pour déficience permanente. C’est un autre montant
qui s’ajoute, et il y a toute une panoplie d’autres programmes
comme le nôtre. Il y a l’argent pour l’éducation et la formation.
Comparing it to the civil courts, they usually pay it all at one
time for the total loss of earnings over a lifetime. When you’re
comparing that just to the lump-sum payment, the courts often
are much bigger, but when you put in the rest of the programs,
that is where I think we need to have that included in the
conversation.
Pour faire une comparaison avec les tribunaux civils, la totalité
du paiement est habituellement versée en une seule fois pour la
perte totale des revenus au cours de toute une vie. Lorsque l’on
compare cela au paiement forfaitaire, c’est souvent plus élevé avec
les tribunaux, mais lorsqu’on intègre le reste des programmes,
c’est là où, je pense, il faut en discuter.
If I can advocate for one thing, it’s to push that out there to the
veteran community to realize that they can get monthly payments,
and if they just step forward and ask for help, there is something
available. More could always be done, but we spend so much time
trying to educate.
Si je peux préconiser une chose, c’est qu’il faut informer les
anciens combattants pour qu’ils sachent qu’ils peuvent recevoir
des paiements mensuels, et s’ils se manifestent et demandent de
l’aide, il y a quelque chose de disponible. Nous pourrions faire
plus, mais nous dépensons trop de temps à essayer d’éduquer les
membres.
10:42
Veterans Affairs
23-3-2015
Senator Stewart Olsen: This is just further to your point,
Mr. Laidler. The Legion magazine that comes out is very helpful
in listing the benefits that veterans may access, and I found that a
good resource for me as well. If you can think of some way to get
it to all veterans, that would be fantastic.
La sénatrice Stewart Olsen : Pour faire suite à votre argument,
monsieur Laidler, le magazine Legion est très utile pour faire
connaître les prestations auxquelles les anciens combattants
peuvent avoir accès, et je trouve que c’est une bonne ressource
pour moi également. Si vous pouvez penser à une façon pour que
tous les anciens combattants puissent recevoir cette publication,
ce serait fantastique.
The Chair: Good suggestion. We’re all working on the same
team, just from different points of view.
Le président : C’est une bonne suggestion. Nous faisons tous
partie de la même équipe, mais travaillons à partir de différents
points de vue.
Senator White: I won’t say I’m absolutely convinced, but I also
believe that the monthly payments are non-taxable, as are the
lump-sum payments.
Le sénateur White : Je ne peux pas dire que je suis tout à fait
convaincu, mais je crois également que les paiements mensuels ne
sont pas taxables, tout comme les paiements forfaitaires.
Mr. Laidler: The lump-sum payment is not taxable, as I
understand it, and then the monthly payments are taxable.
M. Laidler : Le paiement forfaitaire n’est pas taxable, si je
comprends bien, et les paiements mensuels sont taxables.
Senator White: But the monthly payments made in relation to
disability are not.
Le sénateur White : Mais les paiements mensuels en cas
d’invalidité ne le sont pas.
Mr. Laidler: If they take the lump-sum payment as a monthly
payment, they’re not, but the ELB, the earning loss benefit —
M. Laidler : S’ils prennent le paiement forfaitaire sur une base
mensuelle, alors ce n’est pas taxable, mais l’allocation pour perte
de revenus...
Senator White: I see; okay. So if they take the lump sum, it’s
non-taxable. If they spread that out, it’s non-taxable, but the
ELB, which is the —
Le sénateur White : Je vois, d’accord. Donc, s’ils prennent le
paiement forfaitaire, ce n’est pas taxable. S’ils l’étalent, ce n’est
pas taxable, mais l’allocation pour perte de revenus, qui est la...
Mr. Laidler: Earning loss benefit.
M. Laidler : L’allocation pour perte de revenus.
Senator White: — is taxable.
Le sénateur White : ... est taxable.
Mr. Laidler: Yes. As well, the permanent impairment
allowance, that $500 to $1,700 a month, is also taxable.
M. Laidler : Oui. De plus, l’allocation pour déficience
permanente, qui varie entre 500 et 1 700 $ par mois, est
également taxable.
Senator White: If I may, Mr. Chair, just to understand, the
total amount of money is much different when you figure out that
it would have been in a 39 per cent tax bracket as well, I guess,
which we often don’t take into account. From a court perspective,
there are also court costs, legal fees, typically 25 to 40 per cent of
the total amount that’s allocated.
Le sénateur White : Si vous le permettez, monsieur le président,
pour que je comprenne, le montant total est très différent lorsque
vous calculez ce qu’il aurait été dans une tranche d’imposition de
39 p. 100, j’imagine, ce que nous ne prenons pas souvent en
considération. Du point de vue du tribunal, il y a également des
frais judiciaires, généralement entre 25 et 40 p. 100 du montant
total qui est alloué.
The Chair: I think all of these factors make life pretty
complicated for a wounded soldier who is trying to think about
the rest of his life and how he is going to adjust.
Le président : Je pense que tous ces facteurs compliquent pas
mal la vie d’un soldat blessé qui essaie de penser au reste de sa vie
et à la façon dont il va s’adapter.
The minister, I believe, has made the announcement that he is
going to try to consolidate these various types of awards and
payments so that there won’t be this challenge about which
category you fit into, like the earnings loss, et cetera. You named
two or three of them here, and good for you to know those.
Je crois que le ministre a annoncé qu’il va essayer de consolider
ces différents types d’indemnités et de paiements pour que les
militaires n’aient pas le problème d’essayer de trouver dans quelle
catégorie ils appartiennent, dans celle de l’allocation pour perte de
revenus, et cetera. Vous en avez nommé deux ou trois, et c’est bien
que vous les connaissez.
Senator Mitchell: I’m interested in testing your skill in this way
a little bit more. If I get non-taxable lump sum of $300,000 today,
I can certainly see why some might say, ‘‘So I’m not tempted to
fritter it away, I would like to take it out over a period of time,
but, if I take it out over 30 years, the dollar paid to me 30 years
from now is worth a lot less than the dollar that would’ve been
Le sénateur Mitchell : J’aimerais tester vos compétences un peu
plus. Si je reçois aujourd’hui un montant forfaitaire non taxable
de 300 000 $, je peux comprendre que certains diront, « Je ne
veux pas dilapider cet argent; j’aimerais l’étaler sur une certaine
période, sur 30 ans, mais le montant qui me sera versé dans 30 ans
d’ici vaudra beaucoup moins que ce qu’il vaut aujourd’hui,
23-3-2015
Anciens combattants
10:43
paid to me today, given present value and the potential to earn
something.’’ Does the veteran who chooses to get paid that nontaxable lump sum get the benefit of earning interest on that lump
sum over time?
compte tenu de la valeur actuelle et du potentiel de toucher des
intérêts ». L’ancien combattant qui choisit de recevoir le montant
forfaitaire non taxable peut-il toucher des intérêts sur cette
somme avec le temps?
Mr. Laidler: You’re at the upper limit of my knowledge. I
think there is an index.
M. Laidler : C’est au-delà de mes connaissances. Je pense qu’il
y a un index.
Senator Mitchell: I’m at the upper limit of my knowledge, too.
In fact, I’m way past it.
Le sénateur Mitchell : C’est au-delà de mes connaissances aussi.
En fait, bien au-delà.
Mr. Laidler: I do believe that there was talk of indexing for the
latest benefit announced, the after-65 payments. There was
discussion about it, and I can’t recall if it was decided or not.
M. Laidler : Je crois qu’on parle d’indexation pour la dernière
prestation qui a été annoncée, soit les paiements après l’âge de
65 ans. On en a discuté, et je n’arrive pas à me rappeler si une
décision a été prise ou non.
Senator Mitchell: It would be worth knowing. We should try to
find that out.
Le sénateur Mitchell : Ce serait bien de le savoir. Nous
devrions essayer de connaître la réponse.
The Chair: I’m informed by the Library of Parliament that
there is a formula that applies to this.
Le président : La Bibliothèque du Parlement m’informe qu’une
formule s’applique.
Mr. Laidler: My understanding is that the vast majority of
veterans take the lump-sum payment.
M. Laidler : Je crois savoir que la grande majorité des anciens
combattants choisissent le paiement forfaitaire.
The Chair: Ninety-eight per cent is the figure that has been
provided by the Library of Parliament, just for the record. That’s
very close to the vast majority.
Le président : Je tiens à signaler que la Bibliothèque du
Parlement a fourni le pourcentage de 90 p. 100. C’est très près de
la grande majorité.
Senator White: There was a reference to the RCMP officers.
Emails I get are typically RCMP officers asking why they can’t be
a part of something they’re not part of. Have they done any
research on RCMP members who wanted to access lump-sum
payments?
Le sénateur White : On a mentionné les agents de la GRC. Les
courriels que je reçois proviennent habituellement d’agents de la
GRC qui demandent pourquoi ils ne peuvent pas faire partie de
quelque chose dont ils ne font pas partie. A-t-on fait des
recherches sur les membres de la GRC qui voulaient avoir accès
à ces paiements forfaitaires?
The Chair: This would be Veterans Affairs, I suppose?
Senator White: Do you know of any information about the
percentage of RCMP members who have approached about
accessing ‘‘lump sum’’ over ‘‘monthly’’?
Mr. Clark: I’m not aware.
Le président : Vous parlez d’Anciens Combattants, je suppose?
Le sénateur White : Avez-vous des données sur le pourcentage
de membres de la GRC qui ont communiqué avec le ministère
pour avoir accès à un paiement « forfaitaire » au lieu d’un
paiement « mensuel »?
M. Clark : Je ne le sais pas.
Ms. Gasser: I’m not aware of any either. Most of them that I
have personally dealt with are happy with the Pension Act, the
monthly payments.
Mme Gasser : Je n’en connais aucun moi non plus. La plupart
d’entre ceux avec lesquels j’ai traité personnellement sont
satisfaits de la Loi sur les pensions et des versements mensuels.
The Chair: That’s our understanding. That’s why I asked that
question earlier about the benefits that might be available in terms
of payments and programs. Many Armed Forces personnel have
wished that they were still under the Pension Act. That’s what we
are discussing but not what we will be deciding here. Bill C-27
deals with priority hiring within the public service, and your
recommendation is that the RCMP should be included in that
priority hiring.
Le président : C’est ce que nous avions compris. C’est pourquoi
j’ai posé la question tout à l’heure sur les prestations qui
pourraient être disponibles pour les paiements et les
programmes. De nombreux membres des forces armées
voudraient toujours être assujettis à la Loi sur les pensions.
C’est ce dont nous discutons, mais pas ce que nous déciderons. Le
projet de loi C-27 porte sur la priorité d’embauche dans la
fonction publique, et vous recommandez que les membres de la
GRC soient inclus dans cette priorité d’embauche.
Mr. Clark: Yes.
The Chair: Have you done any thinking about the issue of
preference hiring for open competitions where the survivor is isn’t
entitled to that preference for hiring if the spouse who was in the
M. Clark : Oui.
Le président : Avez-vous fait quoi que ce soit au sujet de
l’embauche préférentielle pour les appels d’offres ouverts où le
survivant n’est pas admissible à cette priorité d’embauche si
10:44
Veterans Affairs
Armed Forces has died? The rule hasn’t been changed in relation
to definition of survivor for that particular purpose. If it is a
Second World War veteran, that would mean that this preference
is being made available to an 85-year-old survivor of a veteran. It
would be easy to change that definition, but it hasn’t been
changed. Have you focused on that issue?
Mr. Clark: The Legion has not, no.
The Chair: Mr. Laidler, did you focus on that one?
Mr. Laidler: I did not but that seems to be common sense to
change that to make it eligible for the more relevant population.
Most of the veterans coming through our organization now
started in later years and now they’re in their twenties and thirties,
and it would be more applicable for their spouses to have that sort
of option.
Senator Mitchell: That’s what I thought.
23-3-2015
l’époux qui était dans les forces armées est décédé? La règle a
changé pour ce qui est de la définition du survivant à cette fin
particulière. Si c’est un ancien combattant de la Seconde Guerre
mondiale, alors cette priorité serait accordée au survivant de
85 ans. Il serait facile de changer cette définition, mais on ne l’a
pas changée. Vous êtes-vous penchés sur cette question?
M. Clark : Non, la légion ne s’est pas penchée là-dessus.
Le président : Monsieur Laidler, vous êtes-vous penché làdessus?
M. Laidler : Non, mais il me semble logique de la changer pour
que cette priorité soit accordée aux groupes à qui il serait plus
pertinent de l’offrir. La majorité des anciens combattants qui
passent par notre organisation ont commencé à le faire ces
dernières années, et ils sont maintenant dans la vingtaine et la
trentaine. Il serait plus sensé que leurs épouses aient ce type
d’option.
Le sénateur Mitchell : C’est ce que je pensais.
The Chair: Thank you. Good answer. That may be an
opportune time to adjourn this meeting.
Le président : Merci. Bonne réponse. Ce serait peut-être le
moment idéal de lever la séance.
On behalf of our committee, I would like to thank the Royal
Canadian Legion, Mr. Clark and Ms. Gasser, for being here, and
Mr. Laidler, and thank you for the work that you’re doing on
behalf of veterans. We assure that you that we’re working in
tandem with you, and hopefully this legislation will, if and when
passed, improve the situation for veterans. There will be other
challenges, as has been pointed out by Mr. Clark, and we’ll be
here to work with you to continue to improve the situation with
respect to veterans.
Au nom du comité, j’aimerais remercier la Légion royale
canadienne, M. Clark et Mme Gasser, d’être ici, ainsi que
M. Laidler. Merci du travail que vous faites pour les anciens
combattants. Nous vous assurons que nous travaillons de concert
avec vous, et nous espérons que ce projet de loi, s’il est adopté,
améliorera la situation des anciens combattants. Il y aura d’autres
défis, comme M. Clark l’a souligné, et nous serons ici pour
travailler avec vous afin de continuer d’améliorer la situation des
anciens combattants.
Honourable senators, I would ask you to stay for an in camera
meeting following this adjournment.
Chers collègues, je vous demanderais de rester pour une
réunion à huis clos après la séance.
(The committee adjourned.)
(La séance est levée.)
OTTAWA, Monday, March 23, 2015
OTTAWA, le lundi 23 mars 2015
The Subcommittee on Veterans Affairs of the Standing Senate
Committee on National Security and Defence, to which was
referred Bill C-27, An Act to amend the Public Service
Employment Act (enhancing hiring opportunities for certain
serving and former members of the Canadian Forces), met this
day, at 12:46 p.m., to give clause-by-clause consideration to the
bill.
Le Sous-comité des anciens combattants du Comité sénatorial
permanent de la sécurité nationale et de la défense, auquel a été
renvoyé le projet de loi C-27, Loi modifiant la Loi sur l’emploi
dans la fonction publique (accès élargi à l’embauche pour certains
militaires et anciens militaires des Forces canadiennes), se réunit
aujourd’hui, à 12 h 46, pour procéder à l’étude article par
article du projet de loi.
Senator Joseph A. Day (Chair) in the chair.
[English]
The Chair: Honourable senators, this meeting has been called
for the purpose of clause-by-clause consideration of Bill C-27, An
Act to amend the Public Service Employment Act (enhancing
hiring opportunities for certain serving and former members of
the Canadian Forces). Is it agreed, honourable senators, that we
proceed to clause-by-clause consideration of Bill C-27 at this
time?
Le sénateur Joseph A. Day (président) occupe le fauteuil.
[Traduction]
Le président : Honorables sénateurs, la présente séance a été
convoquée afin que nous procédions à l’étude article par
article du projet de loi C-27, Loi modifiant la Loi sur l’emploi
dans la fonction publique (accès élargi à l’embauche pour certains
militaires et anciens militaires des Forces canadiennes). Est-il
convenu, honorables sénateurs, que nous procédions dès
maintenant à l’étude article par article du projet de loi C-27?
23-3-2015
Anciens combattants
Hon. Senators: Agreed.
Des voix : D’accord.
The Chair: Thank you.
Le président : Merci.
Shall the title stand postponed?
Est-il convenu de reporter l’étude du titre?
Hon. Senators: Agreed.
Des voix : D’accord.
The Chair: Agreed.
Le président : Convenu.
Shall clause 1, which contains the short title, stand postponed?
Hon. Senators: Agreed.
The Chair: It has never been entirely clear to me why we
postpone these various portions, but I will follow the script.
Est-il convenu de reporter l’étude de l’article 1, qui contient le
titre abrégé?
Des voix : D’accord.
Le président : Je n’ai jamais vraiment compris pourquoi nous
reportons ces parties, mais je vais suivre le script.
Shall clause 2 carry?
L’article 2 est-il adopté?
Hon. Senators: Agreed.
Des voix : D’accord.
The Chair: Thank you.
Le président : Merci.
Shall clause 3 carry?
L’article 3 est-il adopté?
Hon. Senators: Agreed.
Des voix : D’accord.
The Chair: Carried.
Le président : Adopté.
Shall clause 4 carry?
L’article 4 est-il adopté?
Hon. Senators: Agreed.
Des voix : D’accord.
The Chair: Agreed.
Le président : Adopté.
Shall clause 5 carry?
L’article 5 est-il adopté?
Hon. Senators: Agreed.
Des voix : D’accord.
The Chair: Agreed.
Le président : Adopté.
Shall clause 6 carry?
L’article 6 est-il adopté?
Hon. Senators: Agreed.
Des voix : D’accord.
[Translation]
[Français]
The Chair: Shall clause 7 carry?
Le président : L’article 7 est-il adopté?
Hon. Senators: Agreed.
Des voix : D’accord.
The Chair: Carried.
Le président : Adopté.
[English]
10:45
[Traduction]
Shall clause 8 carry?
L’article 8 est-il adopté?
Hon. Senators: Agreed.
Des voix : D’accord.
The Chair: Agreed.
Le président : Adopté.
Shall clause 9 carry?
L’article 9 est-il adopté?
Hon. Senators: Agreed.
Des voix : D’accord.
The Chair: Agreed.
Le président : Adopté.
Shall clause 10 carry?
L’article 10 est-il adopté?
Hon. Senators: Agreed.
Des voix : D’accord.
The Chair: Agreed.
Le président : Adopté.
Shall clause 11 carry?
L’article 11 est-il adopté?
10:46
Veterans Affairs
Hon. Senators: Agreed.
Des voix : D’accord.
The Chair: Agreed.
Le président : Adopté.
Shall clause 12 carry?
L’article 12 est-il adopté?
Hon. Senators: Agreed.
Des voix : D’accord.
The Chair: Agreed.
Le président : Adopté.
Shall clause 13 carry?
L’article 13 est-il adopté?
Hon. Senators: Agreed.
Des voix : D’accord.
The Chair: Agreed.
Le président : Adopté.
Shall clause 14 carry?
L’article 14 est-il adopté?
Hon. Senators: Agreed.
Des voix : D’accord.
The Chair: Agreed.
Le président : Adopté.
Shall clause 15 carry?
L’article 15 est-il adopté?
Hon. Senators: Agreed.
Des voix : D’accord.
The Chair: Agreed. Thank you.
Le président : Adopté. Merci.
Now we should be back to clause 1, which contains the short
title. Shall that now carry?
23-3-2015
Revenons maintenant à l’article 1, qui contient le titre abrégé.
L’article 1 est-il adopté?
Hon. Senators: Agreed.
Des voix : D’accord.
The Chair: Thank you.
Le président : Merci.
Shall the title carry?
Le titre est-il adopté?
Hon. Senators: Agreed.
Des voix : D’accord.
The Chair: Agreed. Thank you.
Le président : Adopté. Merci.
It has been agreed that we would not propose to attach any
observations. That was discussed at the last meeting, so that is not
up for discussion again.
Il a été convenu que nous ne proposerions pas d’annexer des
observations au projet de loi. Nous en avions discuté à la dernière
séance; cela ne fera donc pas l’objet d’une autre discussion.
Having heard no amendments, shall the bill carry without
amendment?
Puisqu’il n’y a aucun amendement, le projet de loi est-il adopté
tel quel?
Hon. Senators: Agreed.
The Chair: In this instance, shall I report the bill to the
Standing Senate Committee on National Security and Defence
and advise them as to what we’ve done?
Des voix : D’accord.
Le président : Dans ce cas, est-il convenu que je fasse rapport
du projet de loi au Comité sénatorial permanent de la sécurité
nationale et de la défense et que je l’informe de ce que nous avons
fait?
Hon. Senators: Agreed.
Des voix : D’accord.
The Chair: Thank you.
Le président : Merci.
Is there anything else to come before this meeting? Seeing
nothing, this meeting is now concluded.
(The committee adjourned.)
Y a-t-il autre chose à ajouter? Puisqu’il n’y a rien d’autre, la
séance est levée.
(La séance est levée.)
APPEARING
Wednesday, February 25, 2015
The Honourable Erin O’Toole, P.C., M.P., Minister of Veterans
Affairs.
COMPARAÎT
Le mercredi 25 février 2015
L’honorable Erin O’Toole, C.P., député, ministre des Anciens
Combattants.
WITNESSES
TÉMOINS
Wednesday, February 25, 2015
Le mercredi 25 février 2015
Veterans Affairs Canada:
Anciens Combattants Canada :
General (Ret’d) W. J. Natynczyk, Deputy Minister;
Général (à la retraite) W. J. Natynczyk, sous-ministre;
Bernard Butler, Acting Associate Assistant Deputy Minister,
Policy, Communications and Commemoration;
Bernard Butler, sous-ministre adjoint délégué par intérim,
Politiques, Communications et Commémoration;
Maureen Sinnott, Director General, Finance Division, and Acting
Chief Financial Officer.
Maureen Sinnott, directrice générale des Finances et chef par
intérim des Finances.
Wednesday, March 11, 2015
Le mercredi 11 mars 2015
Royal Canadian Legion:
Légion royale canadienne :
Steven Clark, Director, Administration;
Steven Clark, directeur, Administration;
Carolyn Gasser, Service Officer, Dominion Command Service
Bureau.
Carolyn Gasser, agente de service, Bureau d’entraide de la Direction
nationale.
Veterans Transition Network:
Tim Laidler, Executive Director.
Available on the Internet: http://www.parl.gc.ca
Réseau de transition des vétérans :
Tim Laidler, directeur administratif.
Disponible sur internet: http://www.parl.gc.ca
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Related manuals

Download PDF

advertising