Veterans Affairs Anciens combattants

Veterans Affairs Anciens combattants
First Session
Forty-first Parliament, 2011
Première session de la
quarante et unième législature, 2011
Standing Senate Committee on
National Security and Defence
Comité sénatorial permanent de la
sécurité nationale et de la défense
Proceedings of the Subcommittee on
Délibérations du Sous-comité des
Veterans Affairs
Anciens combattants
Chair:
The Honourable ROMÉO ANTONIUS DALLAIRE
Président :
L’honorable ROMÉO ANTONIUS DALLAIRE
Wednesday, November 23, 2011
Wednesday, November 30, 2011
Wednesday, December 14, 2011
Le mercredi 23 novembre 2011
Le mercredi 30 novembre 2011
Le mercredi 14 décembre 2011
Issue No. 3
Fascicule no 3
Fourth, fifth and sixth meetings on:
Quatrième, cinquième et sixième réunions concernant :
Services and benefits provided to members
of the Canadian Forces; to veterans;
to members and former members of the
Royal Canadian Mounted Police and their families
Les services et les prestations dispensés aux membres
des Forces canadiennes; aux anciens combattants;
aux membres et anciens membres de la
Gendarmerie royale du Canada et leurs familles
WITNESSES:
(See back cover)
TÉMOINS :
(Voir à l’endos)
49194-49218-49271
SUBCOMMITTEE ON VETERANS AFFAIRS
SOUS-COMITÉ DES ANCIENS COMBATTANTS
The Honourable Roméo Antonius Dallaire, Chair
Président : L’honorable Roméo Antonius Dallaire
The Honourable Donald Neil Plett, Deputy Chair
Vice-président : L’honorable Donald Neil Plett
and
et
The Honourable Senators:
Les honorables sénateurs :
Day
Nolin
Wallin
(Quorum 3)
Day
Nolin
Wallin
(Quorum 3)
Changes in membership of the committee:
Modifications de la composition du comité :
Pursuant to rule 85(4), membership of the committee was
amended as follows:
Conformément à l’article 85(4) du Règlement, la liste des
membres du comité est modifiée, ainsi qu’il suit :
The Honourable Senator Nolin replaced the Honourable Senator
Stratton (November 30, 2011).
L’honorable sénateur Nolin a remplacé l’honorable sénateur
Stratton (le 30 novembre 2011).
The Honourable Senator Stratton replaced the Honourable
Senator Nolin (November 29, 2011).
L’honorable sénateur Stratton a remplacé l’honorable sénateur
Nolin (le 29 novembre 2011).
The Honourable Senator Nolin replaced the Honourable Senator
Manning (November 25, 2011).
L’honorable sénateur Nolin a remplacé l’honorable sénateur
Manning (le 25 novembre 2011).
The Honourable Senator Day replaced the Honourable Senator
Dawson (November 24, 2011).
L’honorable sénateur Day a remplacé l’honorable sénateur
Dawson (le 24 novembre 2011).
Published by the Senate of Canada
Available on the Internet: http://www.parl.gc.ca
Publié par le Sénat du Canada
Disponible sur internet: http://www.parl.gc.ca
14-11-2011
Anciens combattants
MINUTES OF PROCEEDINGS
PROCÈS-VERBAUX
OTTAWA, Wednesday, November 23, 2011
(6)
OTTAWA, le mercredi 23 novembre 2011
(6)
[English]
3:3
[Traduction]
The Subcommittee on Veterans Affairs of the Standing Senate
Committee on National Security and Defence met this day
at 12 p.m., in room 257, East Block, the chair, the Honourable
Roméo Antonius Dallaire, presiding.
Le Sous-comité des anciens combattants du Comité sénatorial
permanent de la sécurité nationale et de la défense se réunit
aujourd’hui, à midi, dans la salle 257 de l’édifice de l’Est, sous la
présidence de l’honorable Roméo Antonius Dallaire (président).
Members of the subcommittee present: The Honourable
Senators Dallaire, Dawson, Manning, Plett and Wallin (5).
Membres du sous-comité présents : Les honorables sénateurs
Dallaire, Dawson, Manning, Plett et Wallin (5).
In attendance: Martin Auger, Analyst, Parliamentary
Information and Research Service, Library of Parliament.
Également présent : Martin Auger, analyste, Service d’information
et de recherche parlementaires, Bibliothèque du Parlement.
Pursuant to the order of reference adopted by the Senate on
Wednesday, June 22, 2011, and delegated on Monday October 3,
2011 by the Standing Senate Committee on National Security and
Defence, the subcommittee continued its study on the services and
benefits provided to members of the Canadian Forces; to veterans;
to members and former members of the Royal Canadian Mounted
Police and their families. (For complete text of the order of reference,
see proceedings of the subcommittee, Issue No. 2.)
Conformément à l’ordre de renvoi adopté par le Sénat
le mercredi 22 juin 2011 et délégué le lundi 3 octobre 2011 par le
Comité sénatorial permanent de la sécurité nationale et de la défense,
le sous-comité poursuit son étude sur les services et les prestations
dispensés aux membres des Forces canadiennes, aux anciens
combattants, aux membres et anciens membres de la Gendarmerie
royale du Canada et leurs familles. (Le texte intégral de l’ordre de
renvoi figure au fascicule no 2 des délibérations du sous-comité.)
WITNESSES:
TÉMOINS :
Treasury Board of Canada Secretariat:
Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada :
Marc O’Sullivan, Assistant Comptroller General, Acquired
Services and Assets;
Marc O’Sullivan, contrôleur général adjoint, Secteur des
services acquis et des actifs;
Shirley Jen, Senior Director, Real Property and Materiel Policy
Division.
Shirley Jen, directrice principale, Politique des biens
immobiliers et du matériel.
Public Works and Government Services Canada:
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada :
Pablo Sobrino, Associate Assistant Deputy Minister, Acquisitions
Branch;
Pablo Sobrino, sous-ministre adjoint délégué, Direction
générale des approvisionnements;
Vincent Robitaille, Senior Director, Professional Services
Procurement Directorate, Acquisitions Branch.
Vincent Robitaille, directeur principal, Direction de
l’acquisition des services professionnels, Direction générale
des approvisionnements.
Messrs. O’Sullivan and Sobrino each made a statement and,
together, all the witnesses answered questions.
MM. O’Sullivan et Sobrino font chacun une déclaration et,
ensemble, tous les témoins répondent aux questions.
At 12:58 p.m., the subcommittee adjourned to the call of the
chair.
À 12 h 58, le sous-comité s’ajourne jusqu’à nouvelle
convocation de la présidence.
ATTEST:
OTTAWA, Wednesday, November 30, 2011
(7)
[English]
The Subcommittee on Veterans Affairs of the Standing Senate
Committee on National Security and Defence met this day
at 12:05 p.m., in room 257, East Block, the chair, the Honourable
Roméo Antonius Dallaire, presiding.
ATTESTÉ :
OTTAWA, le mercredi 30 novembre 2011
(7)
[Traduction]
Le Sous-comité des anciens combattants du Comité sénatorial
permanent de la sécurité nationale et de la défense se réunit
aujourd’hui, à 12 h 5, dans la salle 257 de l’édifice de l’Est, sous la
présidence de l’honorable Roméo Antonius Dallaire (président).
3:4
Veterans Affairs
Members of the subcommittee present: The Honourable
Senators Dallaire, Day, Plett and Stratton (4).
Other senator present: The Honourable Senator Manning (1).
14-11-2011
Membres du sous-comité présents : Les honorables sénateurs
Dallaire, Day, Plett et Stratton (4).
Autre sénateur présent : L’honorable sénateur Manning (1).
In attendance: Martin Auger, Analyst, Parliamentary
Information and Research Service, Library of Parliament.
Également présent : Martin Auger, analyste, Service d’information
et de recherche parlementaires, Bibliothèque du Parlement.
Pursuant to the order of reference adopted by the Senate on
Wednesday, June 22, 2011, and delegated on Monday October 3,
2011 by the Standing Senate Committee on National Security and
Defence, the subcommittee continued its study on the services and
benefits provided to members of the Canadian Forces; to veterans;
to members and former members of the Royal Canadian Mounted
Police and their families. (For complete text of the order of reference,
see proceedings of the subcommittee, Issue No. 2.)
Conformément à l’ordre de renvoi adopté par le Sénat
le mercredi 22 juin 2011 et délégué le lundi 3 octobre 2011 par le
Comité sénatorial permanent de la sécurité nationale et de la défense,
le sous-comité poursuit son étude sur les services et les prestations
dispensés aux membres des Forces canadiennes, aux anciens
combattants, aux membres et anciens membres de la Gendarmerie
royale du Canada et leurs familles. (Le texte intégral de l’ordre de
renvoi figure au fascicule no 2 des délibérations du sous-comité.)
WITNESSES:
TÉMOINS :
The Royal Canadian Legion:
Légion royale canadienne :
Andrea Siew, Director of the Dominion Command Service
Bureau;
Andrea Siew, directrice du Bureau d’Entraide de la Direction
nationale;
Brad White, Dominion Secretary.
Brad White, secrétaire de la Direction nationale.
Mr. White and Ms. Siew each made a statement and, together,
the witnesses answered questions.
M. White et Mme Siew font chacun une déclaration puis,
ensemble, répondent aux questions.
At 1:14 p.m., the subcommittee adjourned to the call of the
chair.
À 13 h 14, le sous-comité s’ajourne jusqu’à nouvelle
convocation de la présidence.
ATTEST:
OTTAWA, Wednesday, December 14, 2011
(8)
[English]
ATTESTÉ :
OTTAWA, le mercredi 14 décembre 2011
(8)
[Traduction]
The Subcommittee on Veterans Affairs of the Standing Senate
Committee on National Security and Defence met this day at
12:05 p.m., in room 2, Victoria Building, the chair, the
Honourable Roméo Antonius Dallaire, presiding.
Le Sous-comité des anciens combattants du Comité sénatorial
permanent de la sécurité nationale et de la défense se réunit
aujourd’hui à 12 h 5, dans la salle 2 de l’édifice Victoria, sous la
présidence de l’honorable Roméo Anotnius Dallaire (président).
Members of the subcommittee present: The Honourable
Senators Dallaire, Day, Nolin, Plett and Wallin (5).
Membres du sous-comité présents : Les honorables sénateurs
Dallaire, Day, Nolin, Plett et Wallin (5).
Other senator present: The Honourable Senator Manning (1).
Autre sénateur présent : L’honorable sénateur Manning (1).
In attendance: Martin Auger, Analyst, Parliamentary
Information and Research Service, Library of Parliament.
Également présent : Martin Auger, analyste, Service d’information
et de recherche parlementaires, Bibliothèque du Parlement.
Pursuant to the order of reference adopted by the Senate on
Wednesday, June 22, 2011, and delegated on Monday October 3,
2011 by the Standing Senate Committee on National Security and
Defence, the subcommittee continued its study on the services and
benefits provided to members of the Canadian Forces; to veterans;
to members and former members of the Royal Canadian Mounted
Police and their families. (For complete text of the order of reference,
see proceedings of the subcommittee, Issue No. 2.)
Conformément à l’ordre de renvoi adopté par le Sénat
le mercredi 22 juin 2011 et délégué le lundi 3 octobre 2011 par le
Comité sénatorial permanent de la sécurité nationale et de la défense,
le sous-comité poursuit son étude sur les services et les prestations
dispensés aux membres des Forces canadiennes, aux anciens
combattants, aux membres et anciens membres de la Gendarmerie
royale du Canada et leurs familles. (Le texte intégral de l’ordre de
renvoi figure au fascicule no 2 des délibérations du sous-comité.)
14-11-2011
Anciens combattants
WITNESSES:
TÉMOINS :
Veterans Affairs Canada:
Anciens Combattants Canada :
3:5
Keith Hillier, Assistant Deputy Minister, Service Delivery;
Keith Hillier, sous-ministre adjoint, Prestation des services;
Anne-Marie Pellerin, Director, Rehabilitation and Case
Management.
Anne-Marie Pellerin, directrice, Réadaptation et Gestion de cas.
Défense nationale :
National Defence:
Rear-Admiral Andrew Smith, Chief Military Personnel;
Contre-amiral Andrew Smith, chef du personnel militaire;
Colonel Gérard Blais, Director Casualty Support Management.
Colonel Gérard Blais, directeur, Gestion du soutien aux blessés.
Mr. Hillier and Rear-Admiral Smith each made a statement
and, together, all the witnesses answered questions.
M. Hillier et le contre-amiral Smith font chacun une déclaration
puis, ensemble, tous les témoins répondent aux questions.
At 1:20 p.m., the subcommittee adjourned to the call of
the chair.
À 13 h 20, le sous-comité s’ajourne jusqu’à nouvelle
convocation de la présidence.
ATTEST:
ATTESTÉ :
La greffière du sous-comité,
Josée Thérien
Clerk of the Subcommittee
3:6
Veterans Affairs
14-11-2011
EVIDENCE
TÉMOIGNAGES
OTTAWA, Wednesday, November 23, 2011
OTTAWA, le mercredi 23 novembre 2011
The Subcommittee on Veterans Affairs of the Standing Senate
Committee on National Security and Defence met this day
at 12 p.m. to study the services and benefits provided to members
of the Canadian Forces; to veterans; to members and former
members of the Royal Canadian Mounted Police and their
families.
Le Sous-comité des anciens combattants du Comité sénatorial
permanent de la sécurité nationale et de la défense se réunit
aujourd’hui, à midi, pour étudier les services et les prestations
dispensés aux membres des Forces canadiennes; aux anciens
combattants; aux membres et anciens membres de la Gendarmerie
royale du Canada et leurs familles.
Senator Roméo Antonius Dallaire (Chair) in the chair.
[Translation]
Le sénateur Roméo Antonius Dallaire (président) occupe le fauteuil.
[Français]
The Chair: Good afternoon. Welcome to this meeting of the
Subcommittee on Veterans Affairs. We are continuing our study
on the Corps of Commissionaires, and the parameters around
that organization and the federal government, as well as the
procedures that enable them to become preferred contractors, if I
may use that term.
Le président : Bon après-midi. Bienvenue à cette séance du
Sous-comité des anciens combattants. Nous continuons notre
étude sur le Corps des commissionnaires et des paramètres
entourant cette organisation et le gouvernement fédéral, ainsi que
les processus par lesquels ils deviennent des contractuels
privilégiés, si je peux utiliser ce terme.
Our witnesses today are Marc O’Sullivan, Assistant
Comptroller General at Acquired Services and Assets, and his
team; and Pablo Sobrino, Associate Assistant Deputy Minister at
the Acquisitions Branch, who is also joined by a member of his
team.
Nos témoins d’aujourd’hui sont M. Marc O’Sullivan,
contrôleur général adjoint au Secteur des services acquis et des
actifs et son équipe, ainsi que M. Pablo Sobrino, sous-ministre
adjoint délégué à la Direction générale des approvisionnements
qui est, lui aussi, accompagné d’un membre de son équipe.
Mr. O’Sullivan, you may go ahead with your presentation.
Mr. Sobrino will speak after you, and then we will move on to the
question period.
Monsieur O’Sullivan, on va vous laisser faire votre
présentation, M. Sobrino vous suivra, et nous passerons ensuite
à la période des questions.
I want to point out that our committee is being televised, and I
hope that many veterans are following our proceedings.
J’aimerais mentionner que notre comité est télédiffusé et
j’espère que beaucoup de vétérans suivent nos délibérations.
[English]
[Traduction]
Marc O’Sullivan, Assistant Comptroller General, Acquired
Services and Assets, Treasury Board of Canada Secretariat: My
name is Mark O’Sullivan. I am the Assistant Comptroller General
for Acquired Services and Assets of the Treasury Board
Secretariat. With me is Shirley Jen, Senior Director, Real
Property and Materiel Policy Division. She is responsible for,
among many other things, the Common Services Policy. We
understand that the subcommittee has expressed an interest in the
Canadian Corps of Commissionaires’ right of first refusal. Since
1945, the federal government has awarded guard services
contracts to the Corps of Commissionaires on a right-of-refusal
basis, that is, without competition. The purpose of the right of
first refusal was to provide job opportunities to veterans, and this
continues to be its primary objective.
Marc O’Sullivan, contrôleur général adjoint, Secteur des services
acquis et des actifs, Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada :
Mon nom est Mark O’Sullivan et je suis le contrôleur général
adjoint du Secteur des services acquis et des actifs du Bureau du
contrôleur général du Secrétariat du Conseil du Trésor. Je suis
accompagné aujourd’hui de Shirley Jen, directrice principale,
Direction de la politique des biens immobiliers et du matériel. Elle
est responsable, entre autres, de la Politique sur les services
communs. Je crois savoir que le sous-comité a fait part de son
intérêt à l’égard du droit de premier refus accordé au Corps
canadien des commissionnaires. Depuis 1945, le gouvernement
fédéral accorde des contrats de services de gardiens de sécurité au
Corps des commissionnaires sur la base d’un droit de premier
refus, c’est-à-dire, sans concours. L’octroi de ce droit de premier
refus visait à offrir des occasions d’emploi aux anciens
combattants, et cet objectif premier demeure.
This goal, the employment of veterans, provides a justification,
under government contract regulations, for awarding these
contracts without competition. These regulations normally
require the soliciting of bids before entering into contracts.
However, an exception is allowed when the nature of the work is
such that it would not be in the public interest to solicit bids. The
Cet objectif, soit d’offrir des occasions d’emploi aux anciens
combattants, justifie, au titre du Règlement sur les marchés de
l’État, l’attribution de ces contrats sans concours. Le règlement
exige normalement qu’une autorité contractante lance un appel
d’offres avant de passer un marché. Une exception est toutefois
prévue dans les cas où la nature du marché est telle qu’un appel
d’offres ne servirait pas l’intérêt public. On juge que le droit de
14-11-2011
Anciens combattants
right of first refusal accorded to the Corps of Commissionaires is
deemed to be in the public interest insofar as it can be directly
linked to the employment of veterans.
[Translation]
3:7
premier refus accordé au Corps canadien des commissionnaires
sert l’intérêt public dans la mesure où l’emploi des anciens
combattants en résulte.
[Français]
Departments are required by the Common Services Policy to
use Canadian Corps of Commissionaires’ guard services on a
mandatory basis. The contracting mechanism is the National
Master Standing Offer, which was created and is managed by
Public Works and Government Services Canada. Departments
are required to hire commissionaires under this contract before
being allowed to consider other contracting options.
Conformément à la politique sur les services communs, les
ministères doivent avoir recours impérativement aux services de
gardiens de sécurité du Corps canadien des commissionnaires. Le
mécanisme d’impartition est l’offre à commande principale et
nationale, établie et gérée par Travaux publics et Services
gouvernementaux Canada. Les ministères sont tenus d’embaucher
des commissionnaires en vertu de ce contrat avant de pouvoir
envisager d’autres options d’impartition.
The current National Master Standing Offer was renewed in
April 2011 for another five years, until 2015-16. The estimated
value of this contract is $1.35 billion over a five-year period. This
right of first refusal awarded to the Corps of Commissionaires
underwent two Treasury Board reviews: one in 2004 and another
one in 2006. The 2004 review was triggered by concerns that the
right of first refusal was unfair to security companies, particularly
as it was not clear how many veterans were actually employed
under these contracts.
L’offre à commande principale et nationale a été renouvelée en
avril 2011 pour cinq ans, soit jusqu’en 2015-2016. La valeur de ce
contrat est estimée à 1,35 milliard de dollars pour cinq ans. Le
Conseil du Trésor a examiné à deux reprises, en 2004 et 2006, ce
droit de premier refus accordé au Corps des commissionnaires.
L’examen de 2004 a été effectué suite à des craintes exprimées que
des droits de premier refus ne soient injustes envers les entreprises
de sécurité, surtout parce qu’on ignorait alors le nombre exact
d’anciens combattants qui avaient effectivement été embauchés au
terme de ces contrats.
The 2004 review resulted in a requirement for a 70 per cent
minimum veteran participation rate on contracts awarded to the
Corps of Commissionaires without competition. This was deemed
necessary to establish the direct employment benefits to veterans
from the right of first refusal contracts.
Suite à l’examen de 2004, la décision a été prise de fixer à
70 p. 100 le taux minimum de participation des anciens
combattants aux contrats attribués sans concours au Corps des
commissionnaires. On a jugé que ces critères s’imposaient afin
d’instaurer des avantages d’emploi directs pour les anciens
combattants liés aux contrats assortis du droit de premier refus.
Subsequently, the Corps of Commissionaires expressed
concerns about meeting these new veteran participation rates.
As a result, in 2006, the Treasury Board reviewed the issue and
approved some amendments to make it easier for the corps to
meet those requirements.
Par la suite, le Corps des commissionnaires a craint de ne
pouvoir respecter ces nouveaux taux de participation des anciens
combattants. Par conséquent, en 2006, le Conseil du Trésor a
réexaminé la question et a approuvé des modifications dans le but
d’aider le corps à respecter ces exigences.
These amendments included lowering the minimum number of
hours worked by veterans from 70 per cent to 60 per cent of the
total contract hours. The 60 per cent participation rate was to be
calculated on a national basis, instead of by each individual
contract, and the definition of ‘‘veterans’’ was extended to include
former members of the Royal Canadian Mounted Police.
On a notamment abaissé de 70 à 60 p. 100 la proportion
minimale du total des heures de travail que doivent effectuer des
anciens combattants, on a calculé le seuil de participation de
60 p. 100 sur une base nationale, plutôt que sur une base de
contrat individuel, et on a étendu la définition d’« ancien
combattant » afin d’y inclure les anciens membres de la
Gendarmerie royale du Canada.
[English]
Beginning in July 2009 the Corps of Commissionaires engaged
the President of the Treasury Board with a proposal to remove the
60 per cent veteran quota and replace it with a new accountability
framework recognizing the Corps of Commissionaires as providing
services on behalf of all veterans and not just those who work under
contract with the federal government.
[Traduction]
En juillet 2009, le Corps des commissionnaires a entamé des
discussions avec le président du Conseil du Trésor au sujet d’une
proposition selon laquelle on pourrait abolir le quota de 60 p. 100
relatif aux anciens combattants et le remplacer par un nouveau
cadre de responsabilisation reconnaissant que le Corps des
commissionnaires fournit des services au nom de tous les
anciens combattants, et non uniquement au nom de ceux qui
travaillent en vertu de contrats pour le gouvernement fédéral.
3:8
Veterans Affairs
14-11-2011
In June 2010 after lengthy consideration, the then President of
the Treasury Board informed the Corps of Commissionaires that
its proposal could not be accepted. In doing so, he cited the 2004
and 2006 reviews and noted the absence of a compelling reason to
revisit the Treasury Board decision yet again. The president also
referred to the requirement to comply with government contract
regulations.
Après avoir examiné longuement la demande, le président du
Conseil du Trésor a informé, en juin 2010, le Corps des
commissionnaires que sa proposition ne pouvait être acceptée.
Dans sa réponse, il a cité les revues effectuées en 2004 et 2006 et a
noté l’absence d’une raison justifiant de revoir à nouveau la
décision du Conseil du Trésor. Le président a également fait
référence à l’obligation de se conformer au Règlement sur les
marchés de l’État.
As I mentioned at the beginning of my remarks, these
regulations require a direct public-interest justification for
awarding the contract without competition. The direct
employment of veterans constitutes that public-interest
exception. This was the purpose of instituting the 60 per cent
threshold for veterans. Removing the threshold would no longer
support a public-interest rationale for the exception to the rule
that you must bid for contracts. It would, thus, be contrary to
government contract regulations.
Comme je l’ai mentionné précédemment, ce règlement exige
que l’on justifie l’intérêt public pour l’attribution de contrats
avant de pouvoir procéder sans concours. L’embauche directe des
anciens combattants constitue cette exception d’intérêt public.
Cela était l’intention de la mise en place du seuil d’emploi de
60 p. 100 pour les anciens combattants. En retirant le seuil, le
raisonnement relatif à l’intérêt public ne tiendrait plus pour
l’adjudication de contrats au Corps des commissionnaires et il
serait contraire au Règlement sur les marchés de l’État.
This approach is in keeping with the government’s
commitment, under the Federal Accountability Act, to promote
fairness, openness and transparency in the bidding process for
contracts.
Cette approche respecte l’engagement du gouvernement en
vertu de la Loi fédérale sur la responsabilité de promouvoir
l’équité, l’ouverture et la transparence dans le processus d’appel
d’offres pour les contrats.
This concludes my remarks.
[Translation]
The Chair: Thank you very much, Mr. O’Sullivan, for your
concise but clear presentation.
[English]
Pablo Sobrino, Associate Assistant Deputy Minister, Acquisitions
Branch, Public Works and Government Services Canada: I am
pleased to be here today, and I thank you for the opportunity to
appear before the subcommittee to speak about how the
Government of Canada procures guard services from the
Canadian Corps of Commissionaires.
[Translation]
Voilà qui met fin à ma déclaration préliminaire.
[Français]
Le président : Merci beaucoup, monsieur O’Sullivan, pour
votre présentation succincte mais claire.
[Traduction]
Pablo Sobrino, sous-ministre adjoint délégué, Direction générale
des approvisionnements, Travaux publics et Services gouvernementaux
Canada : Je suis heureux d’être ici aujourd’hui. Je vous remercie
pour cette occasion de témoigner devant le sous-comité sur la façon
dont le gouvernement du Canada acquiert les services de sécurité du
Corps des commissionnaires.
[Français]
I am Pablo Sobrino, the Associate Assistant Deputy Minister
for the Acquisitions Branch at Public Works and Government
Services Canada.
Je m’appelle Pablo Sobrino et je suis le sous-ministre adjoint
délégué, responsable de la Direction générale des approvisionnements
à Travaux publics et Services gouvernementaux Canada.
With me is Vincent Robitaille, the Senior Director for the
Professional Services Procurement Directorate of the Acquisitions
Branch.
Je suis accompagné de M. Vincent Robitaille, directeur principal
à la Direction de l’acquisition des services professionnels de la
Direction générale des approvisionnements.
[English]
Public Works and Government Services Canada plays the role
of common service provider for acquisitions in the Government of
Canada. For the purposes of security guard services, PWGSC is
responsible for negotiating and managing the procurement tool,
in this case a standing offer, to meet the requirements of client
departments.
[Traduction]
TPSGC joue le rôle de fournisseur de services communs en
matière d’approvisionnement au sein du gouvernement du
Canada. En ce qui a trait aux services de gardiens de sécurité,
TPSGC est chargé des négociations et de la gestion entourant
l’outil d’approvisionnement, soit, dans le présent cas, une offre à
commandes, en réponse aux besoins des ministères clients.
14-11-2011
Anciens combattants
[Translation]
As Mr. O’Sullivan said, the policy direction with regards to the
procurement of security guard services dates back to 1945, when a
Treasury Board decision set out that consideration would be
given to the employment of veterans supplied by the Canadian
Corps of Commissionaires. The Treasury Board last revised this
in 2006, as Mr. O’Sullivan mentioned.
[English]
The Treasury Board’s Common Services Policy provides the
framework under which Public Works manages the procurement of
guard services. This policy authorizes us, as the common service
provider for acquisitions, to enter on an annual basis into a noncompetitive National Master Standing Offer with the corps.
[Translation]
The National Master Standing Offer is an umbrella agreement
that any department needing security guard services must use to
enter into a contract. This umbrella agreement provides the corps
with a right of first refusal and identifies a minimum threshold for
veteran participation.
[English]
To comply with the policy, veterans must perform an average
of 60 per cent of the hours worked under the National Master
Standing Offer on a national basis. We ensure compliance with
this requirement by obtaining a formal annual audit from the
corps’ third-party financial auditor. According to these audits,
veteran participation has decreased from 73 per cent in 2006-07
to 62 per cent in 2009-10.
[Translation]
Public Works and Government Services Canada has also
established secondary competitive regional master standing offers.
The purpose behind them is to allow departments to enter into
contracts if the corps cannot meet the terms and conditions under
the National Master Standing Offer. The corps is permitted to
compete for the secondary standing offers and, in fact, holds
regional master standing offers in all regions of Canada.
[English]
In fiscal year 2010-11, the Government of Canada spent
approximately $215 million on security guard services. The corps
provided approximately 97 per cent of these services under the
National Master Standing Offer.
3:9
[Français]
Comme l’a dit M. O’Sullivan, l’orientation stratégique en
matière d’acquisition de services de gardiens de sécurité remonte
à 1945. À l’époque, dans une décision du Conseil du Trésor, il
avait été établi de prendre en considération l’embauche d’anciens
combattants fournis par le Corps canadien de commissionnaires.
Le Conseil du Trésor a révisé sa décision la dernière fois en 2006,
tel que M. O’Sullivan l’a mentionné.
[Traduction]
La Politique sur les services communs du Conseil du Trésor
établit le cadre en vertu duquel TPSGC doit gérer
l’approvisionnement en services de gardiens. Elle autorise le
ministère, à titre de fournisseur de services communs en matière
d’approvisionnement, à attribuer au corps une offre à commandes
principale et nationale en régime non concurrentiel.
[Français]
Cette offre à commandes principale et nationale sert d’ententecadre à laquelle doit recourir tout ministère pour établir un
marché en vue de l’obtention des services de gardiens de sécurité.
Cette entente-cadre prévoit que le corps doit profiter du droit de
premier refus ainsi qu’un seuil concernant la participation des
anciens combattants.
[Traduction]
En vertu de la politique, les anciens combattants doivent
travailler, en moyenne, 60 p. 100 des heures disponibles, à
l’échelle nationale, dans le cadre de l’offre à commandes
principale et nationale. TPSGC veille au respect de cette
exigence au moyen d’une vérification annuelle officielle qu’il
obtient auprès du vérificateur financier indépendant du corps.
Selon cette vérification, la participation des anciens combattants
est passée de 73 p. 100 pour l’exercice 2006-2007 à 62 p. 100 pour
l’exercice 2009-2010.
[Français]
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada a
également établi des offres à commandes principales et régionales
secondaires en régimes concurrentiels. Le but de ces offres
secondaires est de permettre aux ministères d’attribuer des
marchés lorsque le corps n’est pas en mesure de respecter les
modalités de l’offre à commandes principale et nationale. Le corps
est aussi autorisé à soumissionner sur les offres à commandes
secondaires et, de ce fait, détient des offres à commandes principales
et régionales dans toutes les régions du Canada.
[Traduction]
En 2010-2011, le gouvernement du Canada a dépensé environ
215 millions de dollars en services de gardiens de sécurité. Le
corps a fourni environ 97 p. 100 de ces services en vertu de l’offre
à commandes principale et nationale.
3:10
Veterans Affairs
[Translation]
In conclusion, I assure you that Public Works continues to
fulfil its role in implementing Treasury Board policy with respect
to security guard services, while meeting the Government of
Canada’s security needs.
[English]
I would be happy to answer your questions. Thank you
very much.
[Translation]
The Chair: Thank you very much. I appreciate the fact that you
were brief. We can now begin the discussion.
[English]
14-11-2011
[Français]
Pour terminer, je vous assure que Travaux publics continue
d’assurer son rôle dans la mise en œuvre de la politique du Conseil
du Trésor à l’égard des services de gardiens de sécurité, tout en
répondant aux besoins du gouvernement du Canada en matière de
sécurité.
[Traduction]
Je serai heureux de répondre à vos questions. Merci beaucoup.
[Français]
Le président : Merci beaucoup. J’apprécie que vous ayez été
succinct. Nous pouvons maintenant entamer la discussion.
[Traduction]
Senator Plett: I am certainly very supportive of ensuring that
our veterans are given every possible opportunity to provide
services wherever we can do this. Certainly our government has
been very supportive of that, and I am extremely happy.
Le sénateur Plett : Je suis tout à fait d’accord avec l’idée de tout
faire pour permettre à nos anciens combattants d’obtenir un
emploi. Notre gouvernement a été très favorable à cette idée et
j’en suis très heureux.
Clearly, we have heard over the last while and are seeing even
by the percentages that you gave us here this morning that it is
becoming a little more difficult to employ high percentages of
veterans. I guess that is as a result of veterans today being
younger; they may be more highly educated and they are going
into other fields. Clearly that is presenting a problem.
Nous avons remarqué dernièrement, et les chiffres que vous
avancez le confirment, qu’il est devenu un peu plus difficile
d’embaucher autant d’anciens combattants. J’imagine que c’est
parce qu’ils sont aujourd’hui plus jeunes et plus éduqués, et qu’ils
se trouvent des emplois dans d’autres domaines. Il est clair que
cela constitue un problème.
I have a few questions surrounding that. First, let me clarify
the 60 per cent. The contract that is now out there for 60 per cent
is for 60 per cent of hours worked; it is not that 60 per cent of the
staff needs to be veterans. Is that correct?
J’aurais quelques questions à ce sujet. Premièrement, j’aimerais
obtenir des précisions concernant les 60 p. 100 en question. En
vertu du contrat actuel, les 60 p. 100 concernent les heures
travaillées et non le pourcentage du personnel que doivent
représenter les anciens combattants. Est-ce exact?
Mr. Sobrino: That is correct; it is 60 per cent of the hours
worked.
M. Sobrino : C’est exact. Il s’agit de 60 p. 100 des heures
travaillées.
Senator Plett: It could be 50 per cent of the personnel working
as long as it is 60 per cent of the hours?
Le sénateur Plett : Ils pourraient représenter 50 p. 100 du
personnel, pourvu qu’ils travaillent 60 p. 100 des heures?
Mr. Sobrino: That is correct.
M. Sobrino : C’est exact.
Senator Plett: That is an average across the country. In my city
of Winnipeg, or possibly in Senator Wallin’s province of
Saskatchewan, I know our numbers are probably a little lower
than they are on the East Coast, maybe Halifax. If you would
have 90 per cent in Halifax and 50 per cent in Winnipeg, that
would be averaged, is that also correct?
Le sénateur Plett : Il s’agit ici d’une moyenne nationale. Dans ma
ville, Winnipeg, ou peut-être même dans la province du sénateur
Wallin, la Saskatchewan, ces pourcentages sont probablement un
peu moins élevés que sur la côte Est, disons Halifax. Si les chiffres
étaient de 90 p. 100 d’heures travaillées à Halifax et 50 p. 100 à
Winnipeg, le corps ferait la moyenne, c’est exact?
Mr. Sobrino: That is correct. We calculate it as a national
average.
M. Sobrino : En effet. Nous établissons une moyenne nationale.
Senator Plett: That is great. Even at this point, you have a
contract or there is a contract that is going to expire in 2015, 2016.
Is a review done annually, and what are the consequences if we
drop? If we are at 62 per cent now; I am afraid that in a year from
now we might be at 59 per cent. What are the consequences if that
happens?
Le sénateur Plett : Excellent. Le contrat actuel doit prendre fin
en 2015-2016. Fait-il l’objet d’une révision annuelle? Qu’arrive-t-il
si le pourcentage baisse? Si ce pourcentage s’élève actuellement à
62 p. 100, je crains que, dans un an, il tombe à 59 p. 100. Quelles
seraient les conséquences d’une telle baisse?
14-11-2011
Anciens combattants
3:11
Vincent Robitaille, Senior Director, Professional Services
Procurement Directorate, Acquisitions Branch, Public Works and
Government Services Canada: This is why we have a secondary
competitive standing offer. Basically, the corps would have to
refuse the work, and it would be done under the competitive
contracts that we have for security guard services. They would
have to refuse the incremental work, but they could still keep
providing the core work that they can do while respecting the
60 per cent.
Vincent Robitaille, directeur principal, Direction de l’acquisition des
services professionnels, Direction générale des approvisionnements,
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada : C’est la
raison pour laquelle nous avons une offre à commandes
concurrentielle secondaire. Essentiellement, il faudrait que le corps
refuse le travail en vertu des marchés concurrentiels que nous avons
conclus pour les services de sécurité. Il faudrait qu’il refuse le travail
secondaire, mais il pourrait continuer à fournir des agents pour le
travail principal tout en respectant le seuil de 60 p. 100.
Senator Plett: By refusing the work, are you saying they could
not do the work or they say they will not do the work? To me,
there would be a difference. I think one of our problems, maybe
even in the past, has been with perhaps an overly optimistic
presentation that has been made occasionally, saying we can;
maybe we are struggling with that. I would like to make sure that
our veterans are protected every step of the way and I am
concerned about that.
Le sénateur Plett : Il pourrait refuser le travail parce qu’il ne
peut pas ou ne veut pas l’exécuter? À mon avis, il y a une
différence. Je crois qu’un des problèmes que nous avons et même
avions, c’est que le corps acceptait parfois le travail peu importe
sa situation. Je veux m’assurer que nous protégeons toujours nos
anciens combattants. Ça m’inquiète.
If the corps says we will do the work but they are failing, what
would happen?
Si le corps accepte de faire le travail, mais qu’il n’y arrive pas,
que se passe-t-il?
Mr. Robitaille: It is a two-step process. First, they could refuse
the work, as I mentioned. Otherwise, you would stop awarding
new contracts to them until the average comes back above
60 per cent. Again, it is only the incremental work, not the bulk
of the work. We would not be in the situation where a contract is
cancelled all of a sudden or anything like that.
M. Robitaille : C’est un processus à deux étapes. D’abord,
comme je l’ai dit, il peut refuser le travail. L’autre option, c’est de
ne plus conclure de contrat avec lui jusqu’à ce que la moyenne
remonte au-dessus du seuil de 60 p. 100. Encore une fois, je ne
parle ici que du travail secondaire, et non du travail principal. On
n’annulerait pas soudainement un marché.
Mr. O’Sullivan: If I may, I think it is noteworthy that although
the corps would not be able to do the work under their contract,
under their right of first refusal, the corps has competed and won
under the regional National Master Standing Offers — I think in
all of the regions, with the exception of Quebec. Therefore, even if
the corps cannot do the contract under their right of first refusal,
having won the competitions and being on the standing offer in all
provinces except Quebec, it can fulfill that contract under that
standing offer, which was competed for.
M. O’Sullivan : Je crois qu’il est important de mentionner que,
même si le corps était incapable de faire le travail en vertu de son
contrat, qui lui octroie le droit de premier refus, il a remporté un
appel d’offres dans le cadre de l’offre à commandes principale et
nationale dans toutes les régions, si ma mémoire est bonne, sauf
au Québec. Par conséquent, même si le corps refuse le contrat en
vertu de son droit de premier refus, étant donné qu’il a remporté
des appels d’offres dans toutes les provinces, sauf au Québec, il
peut satisfaire aux exigences du contrat en vertu de cette offre à
commandes permanente à laquelle il a participé.
Senator Plett: There they would not be required to use veterans
if they have competed, correct?
Le sénateur Plett : Il n’aurait pas à utiliser les services d’anciens
combattants dans le cadre de cet appel d’offres, c’est exact?
Mr. O’Sullivan: That is correct.
M. O’Sullivan : C’est exact.
Senator Plett: That is wonderful. I think that is great. What
services are the corps permitted to provide under their standing
order? Is there a range of services that you have?
Le sénateur Plett : Excellent. C’est merveilleux. Quels services
le corps offre-t-il en vertu de ces offres à commandes? Les services
sont-ils diversifiés?
Mr. Sobrino: I can list them for the record. They are
intervention responsibilities, such as access control; patrol of
buildings and restricted areas using physical or technological
means, so they can either watch it through video cameras or be
present at the entrances; custodial duties of information and
assets, including locksmith responsibilities, which is the work of
managing the keys and access control to buildings and facilities;
administrative duties that can be assigned in the performance of
their services, such as recording of information and getting
information through the system, getting information off
computers to identify people and arrange for people to come
M. Sobrino : Je peux vous en dresser une liste. Il y a les
responsabilités en matière d’interventions, comme le contrôle
d’accès; la surveillance d’édifices et de zones d’accès restreint à
l’aide de caméra vidéo ou de patrouilles; la surveillance de
l’information et des biens, y compris les services de serrurier, ce
qui signifie la gestion des clés et le contrôle d’accès aux édifices et
aux installations; les tâches administratives connexes, comme
l’enregistrement d’information et le versement de cette
information dans le système, la recherche de renseignements
électroniques permettant d’identifier des gens et de contacter le
personnel de bureau lorsqu’il y a des visiteurs, par exemple; la
3:12
Veterans Affairs
14-11-2011
down and meet the visitors, for instance; reception information
desk duties at restricted points of access, which is probably the
one that is most visible to everyone who enters into a building
that has commissionaire service; security scanning of incoming
mail, parcels and freight at central receiving areas — they do that
initial screening of packages and material that come into
buildings, which is a back office kind of responsibility that they
fulfill; fingerprinting and other identification services — when you
go in to get a pass or whatever, it is mostly commissionaires who
are doing that service of making sure that all the ID requirements
are met; and involvement on the information management side in
the proper disposal of records and issues like that. Again, all these
areas are places where you want to have people with bona fide
security credentials to be able to handle this kind of stuff. That is
the list of services.
gestion de comptoirs d’accueil ou de réception là où l’accès est
restreint, probablement une des responsabilités les plus visibles
pour quiconque pénètre dans un édifice où il y a un
commissionnaire; le contrôle de sécurité du courrier, des colis et
des marchandises reçus dans les aires de réception centrales — les
agents font le contrôle initial des colis et du matériel qui arrivent
dans les édifices, une de leurs tâches administratives; la prise
d’empreintes et autres services d’identification — lorsque vous
avez besoin d’une carte d’accès ou d’un autre document d’accès,
ce sont principalement des commissionnaires qui offrent ce service
et qui vérifient que toutes les exigences relatives à la carte
d’identité sont respectées; la participation à la gestion de
l’information par l’entremise de l’élimination adéquate de
dossiers et d’autre matériel confidentiel. Encore une fois, vous
voulez des gens ayant un niveau de sécurité adéquat pour faire ces
tâches. Ce sont là les services offerts.
Senator Plett: You may have mentioned this in your opening
remarks, and I apologize if I missed it: What are the results of the
last audit on the participation of veterans right now?
Le sénateur Plett : Vous en avez peut-être parlé dans votre
déclaration préliminaire, et je m’excuse si je ne l’ai pas remarqué,
mais, selon la dernière vérification qui a été faite, quel est le
pourcentage d’heures travaillées par les anciens combattants
actuellement?
Mr. Sobrino: For the last year, 62 per cent.
Senator Plett: Thank you. I will save any other questions,
Mr. Chair, if there is time later.
[Translation]
M. Sobrino : Au cours de la dernière année, ils ont travaillé
62 p. 100 des heures.
Le sénateur Plett : Merci. Monsieur le président, je vais réserver
mes autres questions pour plus tard, s’il nous reste du temps.
[Français]
The Chair: When answering Senator Plett’s question, you said
that there is a standing offer for all regions except Quebec. What
was the exception you mentioned involving Quebec?
Le président : Vous avez soulevé, en réponse à la question du
sénateur Plett, qu’une offre à commandes existe pour toutes les
régions sauf le Québec. Quelle était l’exception que vous avez
soulevée au sujet du Québec?
Mr. Sobrino: A competitive process took place, and the
Canadian Corps of Commissionaires beat out all the other
companies that bid on the contract. In Quebec’s case, private
companies bid and won the contract for the province in terms of
secondary services.
M. Sobrino : Il y avait un processus compétitif. Alors, le Corps
canadien des commissionnaires a gagné parmi toutes les autres
compagnies qui se présentaient. Pour le Québec, des compagnies
privées se sont présentées et ont gagné le concours pour la
province pour les services secondaires.
The Chair: In competition with the private sector?
Le président : En compétition avec le secteur privé?
Mr. Sobrino: In competition with the private sector.
M. Sobrino : En compétition avec le service privé.
[English]
Senator Wallin: To clarify the 97 per cent figure, the three
occurs there. Is that in Quebec City?
Mr. Robitaille: This is correct.
Senator Wallin: I want to drill a little deeper on the issue that
my colleague raised on the changes that we have seen from
70 per cent to 62 per cent. What is your assessment? We have all
come to a general conclusion that it is because the vets returning
are younger, more highly educated and have more options at this
point. What does your audit tell you?
[Traduction]
Le sénateur Wallin : Simplement pour que tout soit clair à
propos du 97 p. 100, les 3 p. 100 manquants correspondent à la
ville de Québec, c’est exact?
M. Robitaille : C’est cela.
Le sénateur Wallin : J’aimerais poursuivre dans la foulée de
mon collègue concernant le pourcentage qui est passé de 70 p. 100
à 62 p. 100. Quelle est votre évaluation de cette baisse? Nous
convenons tous que c’est parce que les anciens combattants sont
plus jeunes et plus éduqués, et qu’ils ont plus d’options. Que vous
révèle le rapport de vérification à ce sujet?
14-11-2011
Anciens combattants
Mr. Sobrino: The audit information does not give us any
insight into that because it is very much a factual report. Anything
we can say would be pure speculation. You have heard more
testimony than we have heard on the issue.
Senator Wallin: Your sense of it, as well, is what we have
stated here.
3:13
M. Sobrino : Le rapport de vérification est très factuel. Donc,
nous n’avons pas cette information. Je ne ferais que spéculer.
Vous en avez entendu plus que nous à ce sujet de la part des autres
témoins.
Le sénateur Wallin : Mais vous êtes d’accord avec nous.
Mr. Sobrino: The demographic is changing, which is clearly
the issue.
M. Sobrino : Le profil démographique change, et c’est
certainement un problème.
Senator Wallin: On the minimum hours down from 70 to 60 and
the national base, do you have any information on the geographic
distances? We speculated Halifax high and Saskatoon low because
many of our veterans are in rural areas, not in cities. Is there any
data on that collected anywhere?
Le sénateur Wallin : Au sujet de la baisse du pourcentage qui
est passé de 70 à 60 p. 100 et de la moyenne nationale, auriezvous des données sur les écarts qui existent entre les régions? Nous
avançons des hypothèses au sujet du pourcentage d’heures
travaillées à Halifax et à Saskatoon, car bon nombre de nos
anciens combattants vivent dans les régions rurales, et non dans
les grandes villes. Avez-vous recueilli des données à ce sujet?
Mr. Robitaille: The information that we obtained is from the
financial auditor, which provides us with the national average.
This is the data we use and rely on. We do not have the
breakdown because we do not get that information.
M. Robitaille : Les données que nous avons concernent la
moyenne nationale et nous proviennent du vérificateur financier.
Ce sont les données que nous recevons et sur lesquelles nous nous
appuyons. Je ne pourrais pas vous donner d’autres détails, car
nous n’avons pas cette information.
Senator Wallin: Do you know who has that?
Le sénateur Wallin : Savez-vous qui aurait cette information?
Mr. Sobrino: Presumably the Corps of Commissionaires would
have that kind of information.
M. Sobrino : J’imagine que le Corps des commissionnaires
pourrait vous fournir ces renseignements.
Senator Wallin: The notion of the exemption because of special
circumstances started in 1945, as you say. Is that principle still
intact, as far as you understand? Do we believe that there is a
special circumstance owed or a special responsibility owed to
veterans?
Le sénateur Wallin : Comme vous l’avez souligné, l’exemption
relative à l’intérêt public a été concédée en 1945. S’applique-t-elle
encore? L’emploi des anciens combattants justifie-t-il encore cette
exemption?
Mr. O’Sullivan: Yes. The standing offer was renewed, which is
a decision of the Treasury Board. It signals the commitment to
pursue and the recognition of a valid public interest objective —
the employment of veterans. No one will argue against that.
M. O’Sullivan : Oui. Le Conseil du Trésor a décidé de
renouveler l’offre à commandes. Cela témoigne de l’engagement
du gouvernement à poursuivre et à reconnaître un objectif
d’intérêt public raisonnable, soit l’emploi des anciens
combattants. Personne ne dira le contraire.
Senator Wallin: That has not been changed anywhere. There is
no suggestion of a change.
Le sénateur Wallin : Il n’y a eu aucun changement à ce chapitre
et aucun n’est prévu?
Mr. O’Sullivan: No.
M. O’Sullivan : Aucun.
Senator Wallin: As you suggested, if the corps could not reach
the standard on the right of first refusal — if it is 59 per cent as
opposed to 60 per cent, they could immediately go into the
standing offer category. Is that correct? At that minute, do they
know it? Do they have to indicate that or do you indicate that?
How does that process work?
Le sénateur Wallin : Vous avez dit que, si le corps ne peut pas
respecter le seuil de 60 p. 100 dans le cadre de son droit de
premier refus, il peut immédiatement se tourner vers l’offre à
commandes. Est-ce exact? À ce moment, sait-il qu’il ne respecte
pas le seuil établi? Est-ce sa responsabilité de le signaler, ou la
vôtre? Comment fonctionne ce processus?
Mr. Robitaille: With the information they have available, they
know whether they are at risk of not meeting that requirement, in
which case they can reallocate the work to the competitive
standing offer. The prices are slightly different, so they would not
have to meet the veteran requirement for that part of the work.
M. Robitaille : Avec les renseignements dont il dispose, le
corps sait s’il risque de ne pas se conformer à cette exigence. Dans
ce cas, il peut se tourner vers l’offre à commandes concurrentielle
pour fournir le personnel nécessaire. Puisque les prix sont
légèrement différents, il n’est pas tenu de respecter l’exigence
relative à l’emploi des anciens combattants.
3:14
Veterans Affairs
Senator Wallin: I am trying to figure out what special
circumstances there might be. Is there another discussion inside
the right of first refusal category? Are there considerations other
than 60 per cent?
Mr. Robitaille: Yes.
14-11-2011
Le sénateur Wallin : J’essaie de voir quelles pourraient être les
raisons pour accorder cette exemption. Y a-t-il un autre aspect à
ce droit de premier refus? Y a-t-il des facteurs autres que le seuil
de 60 p. 100?
M. Robitaille : Oui.
Senator Wallin: Can they say, ‘‘We are the best for the job; or
we have a history?’’ How else can they make that case?
Le sénateur Wallin : Le corps peut-il soutenir qu’il est le mieux
placé pour faire le travail ou qu’il a l’expérience nécessaire? De
quel autre moyen dispose-t-il?
Mr. Robitaille: The right of first refusal means that we have to
go to them. They do not need to demonstrate that they are the
best; we already assigned it.
M. Robitaille : En vertu du droit de premier refus, nous devons
lui offrir le travail. Il n’est pas tenu de prouver qu’il est le mieux
placé pour faire le travail, car nous avons déjà conclu un contrat
avec lui.
Senator Wallin: If they are at 59 per cent as opposed to
60 per cent, is there any right of appeal at that point such that
they could say, ‘‘Look, we know the bar is 60 per cent and we are
at 59 per cent, but these are the reasons we should do this
anyway?’’ Is that simply impossible, and they must go into the
standing offer category?
Le sénateur Wallin : Si la moyenne n’est que de 59 p. 100 au
lieu de 60 p. 100, le corps a-t-il un droit d’appel à sa disposition?
Peut-il dire : « Nous savons que nous sommes sous les 60 p. 100,
mais voici les raisons pour lesquelles nous devrions obtenir ce
contrat? » Est-ce possible, ou doit-il se tourner vers l’offre à
commande?
Mr. Robitaille: It is not possible. They have to demonstrate
that they were the most capable through a competitive process.
They have been very successful at that in all regions except
Quebec. This is the process that we use.
M. Robitaille : Non, ce n’est pas possible. Il doit démontrer,
dans le cadre d’un processus concurrentiel, qu’il est le mieux placé
pour faire le travail. Le corps a connu beaucoup de succès à ce
chapitre dans toutes les régions, sauf au Québec. C’est le
processus que nous utilisons.
Senator Wallin: There is no deviance from that.
Le sénateur Wallin : Il n’y a aucune façon de le contourner.
Senator Plett: I would like to continue with that. Using the
illustration I used before, in Halifax we could have 90 per cent, in
Winnipeg we could be down to whatever and, overall, the
national average could be 59 per cent. However, there is a
contract in a certain region where the veterans make up
80 per cent of the hours worked. I do not want to intervene in
contract negotiations, but I find it a little disturbing that in a
region at 80 per cent while the national average is 59 per cent
they would not be given some special treatment. I believe in free
enterprise, let us be straight, but I also believe in giving our
veterans every opportunity possible. If that is the case, at least I
have gone on record stating that it is a bit concerning for me.
Le sénateur Plett : J’aimerais poursuivre dans la foulée de ma
collègue. J’aimerais reprendre mon exemple de tantôt, soit
Halifax à 90 p. 100, et Winnipeg à, peu importe, pour une
moyenne nationale de 59 p. 100. Cependant, il y a une région où
les anciens combattants travaillent 80 p. 100 des heures
disponibles. Je ne veux pas m’ingérer dans les négociations de
contrats, mais je trouve quelque peu inquiétant que, dans une
région où les anciens combattants travaillent 80 p. 100 des heures
disponibles, alors que la moyenne nationale est de 59 p. 100, ils ne
pourraient pas profiter d’une exemption. Soyons clairs : je crois
en la libre entreprise, mais je crois également qu’il faut donner à
nos anciens combattants toutes les possibilités. Si c’est le cas, au
moins j’aurai dit officiellement que cette situation m’inquiète.
Mr. Robitaille: The way the Common Services Policy is
structured, the Treasury Board decision uses a national average.
We are leaving it to the Corps of Commissionaires to make the
decision on how they allocate the work to achieve the 60 per cent.
We do not do that on their behalf.
M. Robitaille : Compte tenu de la structure de la Politique sur
les services communs, le Conseil du Trésor utilise une moyenne
nationale. C’est le Corps des commissionnaires qui décide de la
façon de répartir le travail pour atteindre les 60 p. 100. Nous ne le
faisons pas à sa place.
Senator Dawson: In terms of the changing nature of our
veterans, Mr. Sobrino, you talked about computer skills. Are we
studying ways to widen the scope for returning veterans so they
can participate in a favourable environment? Are other contracts
awarded by the government that would categorize the new type of
veterans so they could be favoured? We are talking about those
with computer skills, military skills and better education than
Le sénateur Dawson : Nos anciens combattants ne sont plus ce
qu’ils étaient et vous avez parlé, monsieur Sobrino, des aptitudes en
informatique. Cherche-t-on à élargir la portée de la politique de
manière à ce que les anciens combattants puissent, à leur retour,
bénéficier d’un environnement favorable? Le gouvernement
attribue-t-il d’autres contrats qui catégoriseraient le nouveau type
d’anciens combattants de manière à ce qu’ils soient favorisés? Nous
14-11-2011
Anciens combattants
3:15
those we used to see; as well, they are much younger. Are you or
the Corps of Commissionaires studying what type of projects they
could be favoured for?
parlons d’anciens combattants qui ont des aptitudes en
informatique, des compétences militaires et plus d’années d’études
qu’ils n’en avaient autrefois; par ailleurs, ils sont beaucoup plus
jeunes. Est-ce que votre organisation ou le Corps des
commissionnaires étudie des projets qui pourraient les favoriser?
Mr. O’Sullivan: You have to understand that the right of first
refusal operates within certain limits established by our trade
agreements. Under the North American Free Trade Agreement
and our agreements with the World Trade Organization, guard
services are excluded, so we do not have a problem. We are not
running afoul of our trade agreements by giving right of first
refusal to the Corps of Commissionaires because guard services
are excluded.
M. O’Sullivan : Il faut comprendre que le droit de préemption
est assujetti à certaines limites établies par nos accords
commerciaux. En vertu de l’Accord de libre-échange nordaméricain et des accords que nous avons conclus avec
l’Organisation mondiale du commerce, les services de gardiens
sont exclus, alors il n’y a aucun problème. Nous n’agissons pas à
l’encontre de nos accords commerciaux en consentant un droit de
préemption au Corps des commissionnaires puisque les services
de gardiens sont exclus.
If we were to examine other types of commercial activities that
could be undertaken by the veterans, you would have to verify
whether those activities are covered by trade agreements. If they
are covered by trade agreements, then you have to open them up
to competition. You cannot remove the requirement for
competition. The public interest exception that I mentioned in
my opening remarks applies to Canada’s regulations on contracts,
but it does not apply to our trade obligations. We are a bit
hampered to what extent we can decree that we will give
preferential sourcing strategy for a given product or service.
Avant d’examiner d’autres types d’activités commerciales qui
pourraient être entreprises par des anciens combattants, il
faudrait vérifier si ces activités sont visées par des accords
commerciaux. Si c’est le cas, il faut alors lancer un processus
concurrentiel. Vous ne pouvez pas vous soustraire à cette
exigence. L’exception concernant l’intérêt public que j’ai
mentionnée dans ma déclaration préliminaire s’applique aux
règlements du Canada en matière de contrats, mais elle ne
s’applique pas à nos obligations commerciales. Nous sommes un
peu limités lorsque nous décidons de recourir à une stratégie
préférentielle pour l’acquisition d’un produit ou un service donné.
Senator Dawson: Is there a process by which we are studying
whether there is that little category beyond security that is not
covered by trade agreements? I agree with trade agreements and
our commitments towards other countries.
Le sénateur Dawson : Cherche-t-on à savoir s’il y a un petit
créneau en dehors de la sécurité qui n’est pas visé par les accords
commerciaux? Je respecte les accords commerciaux et nos
engagements envers les autres pays.
In that zone, are there other jobs not covered by trade
agreements where we could define a category in which they could
be favoured? We know the growth industry in security is the
airports, and in the Canadian Air Transport Security Authority,
CATSA, in particular. We know that because of CATSA and the
very strong contracts given to guards for G4S and Securitas, there
is a competitive environment that is now influencing the
Canadian Corps of Commissioners. They are having trouble
competing with these people because they have now these very
important, lucrative contracts in cities. When a bid, preferential
or not, is put on the table, the growth of those three companies in
particular has made the Canadian Corps of Commissionaires’ job
a little more difficult.
Dans ce même ordre d’idées, y a-t-il d’autres emplois qui ne
sont pas visés par des accords commerciaux et pour lesquels nous
pourrions définir une catégorie qui pourrait les favoriser? Nous
savons que les activités de sécurité sont en croissance dans les
aéroports, et plus particulièrement à l’Administration canadienne
de la sûreté du transport aérien, l’ACSTA. Nous savons qu’en
raison de l’ACSTA et des très gros contrats accordés à G4S et
Securitas pour des services de gardiens, il s’est créé un milieu
concurrentiel qui a des incidences sur le Corps canadien des
commissionnaires. Il a du mal à faire concurrence à ces entreprises
qui ont maintenant ces très gros contrats lucratifs dans les villes.
La croissance de ces trois entreprises en particulier rend le travail
du Corps canadien des commissionnaires un peu plus difficile
lorsqu’un appel d’offres, préférentiel ou non, est lancé.
[Translation]
[Français]
I told you that Quebec was an exception. Is Quebec’s
performance so much poorer because of the competitiveness of
organizations already in the market? Or is it due to the fact that
there are fewer francophone veterans in Quebec City, for
instance?
Je vous avais dit que le Québec était une exception; est-ce que
l’analyse des raisons pour lesquelles le Québec a une performance
tellement inférieure est basée sur des raisons de compétitivité du
marché par des organismes déjà existants? Ou bien est-ce parce
qu’on a moins de vétérans francophones dans la ville de Québec,
pour donner cet exemple?
What kind of feedback have you received to explain why
Quebec in particular is weaker when it comes to this?
Quels sont les commentaires que vous avez reçus pour expliquer
pourquoi le Québec en particulier est affaibli à ce niveau?
3:16
Veterans Affairs
14-11-2011
Mr. Robitaille: In terms of the outcome of the secondary
standing offer in an open competition, we based our selection on
the statement of work and obtained the best prices. This was an
open competition, and we did not go any further than the results
obtained.
M. Robitaille : Au niveau du résultat de l’offre à commande
secondaire en régime concurrentiel, nous nous sommes basés sur
un énoncé de travail et nous avons obtenu les meilleurs prix. Il
s’agit là d’un régime de concurrence et nous ne sommes pas allés
plus loin que les résultats obtenus dans ce cas.
Senator Dawson: If we were to ask Public Works and
Government Services Canada or the Canadian Corps of
Commissionaires itself, could they explain to us why Quebec’s
performance is so poor?
Le sénateur Dawson : Si on demandait à Travaux publics et
Services gouvernementaux Canada ou le Corps canadien des
commissionnaires lui-même, pourraient-ils nous expliquer quelle
est la raison pour laquelle le Québec détient une si faible
performance?
Also, what can be done to improve the role of the Corps of
Commissionaires in Quebec? Whom should we turn to for the
answer to this question?
Également, que pourrait-on faire pour améliorer le rôle du Corps
des commissionnaires au Québec? À qui doit-on demander ça?
Mr. O’Sullivan: The outcome of the competition was not an
assessment of the performance of the Corps of Commissionaires,
but rather an assessment of the bids submitted in response to an
invitation to tender. It is not a comment on the performance of
the Corps of Commissionaires.
M. O’Sullivan : Le résultat du concours n’était pas une
évaluation de la performance du Corps des commissionnaires,
mais une évaluation des soumissions faites suite à un appel
d’offres. Ce n’est pas un diagnostic de la performance du Corps
des commissionnaires.
Senator Dawson: However, since there must be a reason behind
their being less competitive, could regulations or negotiation be
used to influence things? Or is this something — since it is the
case — that is not seen as very important; it concerns Quebec and
we will live with the fact that there is less competitiveness?
Le sénateur Dawson : Mais puisqu’il y a certainement une
raison derrière le fait qu’ils soient moins compétitifs, je vous
demande s’il est possible d’avoir une influence par un règlement
ou par une négociation? Ou bien est-ce quelque chose pour
laquelle — puisque c’est le cas — on se dit que ce n’est pas grave,
c’est Québec et on va vivre avec le fait qu’il y en ait moins?
They have lost more contracts in Quebec, and we would like to
know why.
Ils ont perdu plus de contrats au Québec et nous aimerions
savoir pourquoi ils les ont perdus.
Mr. Sobrino: At the end of a procurement process, we can
conduct a general examination to see what factors led to the
results. It is not really a study, but rather a consultation with
those who participated in the procurement process. However, my
duties do not include figuring out which areas — in other words,
which other services — the Corps of Commissionaires could get
involved in. I also do not think that this has to do with policy. It
has more to do with the Corps of Commissionaires putting some
thought into what role it could play.
M. Sobrino : Dans le cadre de ce que nous faisons à la fin d’un
processus d’approvisionnement, nous pouvons faire une demande
générale pour voir quels sont les éléments ayant produit ces
résultats. Ce n’est pas vraiment une étude, mais plutôt une
consultation avec ceux qui ont participé au processus
d’approvisionnement, mais de savoir quels sont les domaines où
le Corps des commissionnaires pourrait s’impliquer, donc dans
d’autres services, ce n’est pas mon domaine d’étudier cela. Je ne
pense pas non plus que cela relève du domaine politique. Ce serait
davantage de l’ordre d’une présentation ou d’une réflexion faite
par le Corps des commissionnaires sur le rôle qu’il peut jouer.
Mr. O’Sullivan: When the corps suggested, in 2009, a new
accountability framework to replace the threshold requirement of
60 per cent of hours worked by veterans, they were mostly
interested in knowing whether they could have the right of first
refusal on services other than security guard services.
M. O’Sullivan : Lorsque le corps avait proposé, en 2009, un
nouveau cadre de responsabilisation pour remplacer l’exigence du
seuil de 60 p. 100 d’heures travaillées par les anciens combattants,
ils avaient invoqué de façon générale la question de savoir si on
pouvait avoir le droit de premier refus sur des services autres que
les services de garde.
We then explained that our international obligations placed
some limitations on us. The discussion did not go any further. In
other words, the corps did not specifically suggest that the
security guard services be expanded to include other kinds of
services.
C’est à ce moment que nous avons expliqué que nous avions
des contraintes suite à nos obligations internationales. La
discussion n’a pas été plus loin, c’est-à-dire que le Corps n’a pas
proposé de façon spécifique d’étendre les services de garde pour
inclure d’autres services.
14-11-2011
Anciens combattants
I do not think that there are many exceptions in our trade
agreements. The list is very short. In addition, I do not know how
effective that approach could be because the norm, in terms of
international agreements, is to allow competition.
The Chair: I would like to raise a few issues.
3:17
Je crois qu’il n’y a pas beaucoup d’exclusions dans nos ententes
commerciales et la liste est très courte. Aussi, je ne sais pas jusqu’à
quel point cette démarche pourrait donner des résultats puisque la
norme, dans les ententes internationales, est de permettre la
concurrence.
Le président : J’aimerais soulever quelques points.
Without a doubt, if we are discussing the issue mentioned by
Senator Dawson, the Corps of Commissionaires itself should be
responsible for determining why it lost the contract.
Il ne fait aucun doute que si nous parlons du problème énoncé
par le sénateur Dawson, le Corps des commissionnaires devrait
lui-même être responsable de l’analyse des raisons pour lesquelles
il a perdu le contrat.
However, since we are talking about a specific type of contract,
a preferred contract, is it not up to the Treasury Board Secretariat
and the government to see whether the market may tend to
jeopardize the prerogative of the Corps of Commissionaires to
meet that need?
Toutefois, puisque c’est un contrat avec une orientation
particulière, c’est-à-dire un contrat privilégié, ne relève-t-il pas
du Secrétariat du Conseil du Trésor et du gouvernement
d’examiner s’il y aurait potentiellement une tendance, à cause
du marché, de mettre en péril la prérogative du Corps des
commissionnaires pour satisfaire à ce besoin?
Mr. O’Sullivan: If I understand your question correctly, you
want to know whether the trend is ongoing, that is, whether the
number of hours worked by veterans is in constant decline.
M. O’Sullivan : Si je comprends bien votre question, vous
entendez par là si la tendance se poursuit ou s’il y a un déclin
continu dans le nombre d’heures effectuées par les anciens
combattants?
The Chair: No. Let us say that we are taking that for granted.
However, let us say that competitors have become more
competitive and, potentially, our results have dipped below the
threshold of 60 per cent of hours worked by veterans. Is it not
your responsibility to examine that issue with your client, the
Canadian Corps of Commissionaires, in order to figure out if
certain criteria should be revised?
Le président : Non. Disons que nous tenons cela pour acquis.
Mais si des compétiteurs deviennent plus compétitifs et que,
potentiellement, nos résultats baissent sous le seuil de 60 p. 100
des heures travaillées par les anciens combattants, cela ne relève-til pas de votre domaine d’examiner cette problématique avec votre
client, le Corps canadien des commissionnaires, afin de voir si on
ne devrait pas réviser certains critères?
Mr. O’Sullivan: A distinction needs to be made between a
contract awarded under the right of first refusal and contracts
awarded through an open competition. Our policy applies only to
contracts with the right of first refusal and contracts associated
with that right of first refusal. As for whether the Canadian Corps
of Commissionaires is successful in invitations to tender for other
contracts, that has to do with competition.
M. O’Sullivan : Il faut faire une distinction entre le contrat
accordé sous le droit de premier refus et les contrats accordés sous
un régime compétitif. Notre politique concerne uniquement la
question du contrat avec le droit de premier refus et les contrats
associés à ce droit de premier refus. Concernant le fait de savoir si
le Corps canadien des commissionnaires réussit ou non lors
d’appels d’offre pour d’autres contrats, cela relève du domaine de
la concurrence.
The Chair: Yes.
Le président : Oui.
Mr. O’Sullivan: It is difficult to see how the government can
try to influence the results of a competitive process to award
contracts. That would be interference, and competition must be
open, transparent and fair.
M. O’Sullivan : Il est difficile d’imaginer comment le
gouvernement peut, d’une part, chercher à influencer le résultat
d’un processus compétitif pour accorder des contrats. Ce serait
alors de l’ingérence, et la concurrence doit être ouverte,
transparente et équitable.
We are focusing on the only competition where the corps was
unsuccessful, but let us not forget that the Canadian Corps of
Commissionaires has won the competitions in all the other
provinces, so, in most of the country. Even in the cases where they
are below the threshold of 60 per cent of hours worked, they can
access other contracts with Public Works and Government
Services Canada.
On s’attarde à l’unique cas où le corps n’a pas réussi, mais
n’oublions pas que le Corps canadien des commissionnaires a
remporté les concours pour les autres provinces, donc pour la
vaste majorité du pays. Et même dans les cas où ils ont un
problème avec le seuil correspondant à 60 p. 100 des heures
travaillées, ils peuvent avoir recours aux autres contrats détenus
avec Travaux publics et Services gouvernementaux Canada.
[English]
Senator Manning: Thank you for your presence here today.
[Traduction]
Le sénateur Manning : Je vous remercie de votre présence
aujourd’hui.
3:18
Veterans Affairs
14-11-2011
I would like to follow up in regards to other contracts. Are
there any other contracts within the government of Canada
creating employment opportunities for our veterans similar to
security services through the commissionaires?
J’aimerais revenir aux autres contrats. Le gouvernement du
Canada attribue-t-il d’autres contrats qui créent des possibilités
d’emploi pour nos anciens combattants, comme les services de
sécurité le sont pour les commissionnaires?
Mr. O’Sullivan: As I mentioned earlier, the difficulty is that we
are hampered by our trade agreements. Guard services work
because they are excluded from our main trade agreements.
However, if we were to contemplate other types of services, we
would have to check what the coverage is in our trade agreements.
The trade agreements are premised first and foremost on open
competition for contracts. The exceptions are few.
M. O’Sullivan : Comme je l’ai mentionné tout à l’heure, le
problème, c’est que nous sommes limités par nos accords
commerciaux. Les services de gardiens ne posent pas de
problèmes puisqu’ils sont exclus de nos principaux accords
commerciaux. Toutefois, si nous devions envisager d’autres types
de services, il faudrait vérifier ce qui est prévu dans nos accords
commerciaux. Ces accords reposent avant tout sur la libre
concurrence pour l’obtention de contrats. Les exceptions sont rares.
Senator Manning: In other countries, are guards protected
when we have a trade agreement?
Le sénateur Manning : Dans les autres pays avec lesquels nous
avons conclu un accord commercial, les services de gardiens sontils protégés?
Mr. O’Sullivan: I understand that we excluded guard services
in NAFTA, but the United States did not.
M. O’Sullivan : Je crois comprendre que nous avons exclu les
services de gardiens de l’ALENA, mais les États-Unis ne l’ont pas
fait.
Shirley Jen, Senior Director, Real Property and Materiel Policy
Division, Treasury Board of Canada Secretariat: With the WTO, a
number of countries who are signatories to that agreement would
also exclude guard services, but some may include guard services.
Shirley Jen, directrice principale, Politique des biens immobiliers
et du matériel, Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada : Un
certain nombre de pays qui ont signé l’accord de l’OMC ont aussi
exclu les services de gardiens, mais d’autres peuvent les inclure.
Mr. Sobrino: This is anecdotal, but the reality is that many
veterans are employed through contracts the Government of
Canada enters into. We do not track that number, and there is no
requirement to track that number. Certainly, with companies that
we do business with, we know there are veterans who work for
those companies. That is a piece where we cannot ask people to
report that information; there is no authority to do that. In other
countries, they do report that information as to how many
veterans they have employed in an organization, but we do not. I
do not have any figures other than to tell you that many
companies that we work with employ veterans.
M. Sobrino : Ce que je vais dire n’a rien de scientifique, mais le
fait est que beaucoup d’anciens combattants obtiennent un emploi
grâce aux contrats accordés par le gouvernement du Canada.
Nous n’avons pas de données, et il n’y a pas d’exigence en ce sens.
Or, nous savons que d’anciens combattants travaillent pour les
entreprises avec lesquelles nous faisons affaire. Nous ne pouvons
pas demander aux gens de nous transmettre cette information;
nous n’avons pas le pouvoir de le faire. Dans d’autres pays, les
entreprises et les organismes doivent signaler combien d’anciens
combattants ils engagent, mais ce n’est pas le cas ici. Je n’ai pas de
chiffres, mais je peux vous dire que de nombreuses entreprises
avec lesquelles nous travaillons engagent des anciens combattants.
Senator Manning: My understanding is that for last year you
have expressed it as being around 62 per cent. Do you have any
numbers for the previous three or four years to see what type of
trend we are hitting there? I know there is a new five-year
agreement that was signed in 2011. Were there any national
averages before that?
Le sénateur Manning : Vous avez dit, je crois, que c’était autour
de 62 p. 100 l’année dernière. Avez-vous des chiffres pour les trois
ou quatre années précédentes qui nous montreraient quelle est la
tendance? Je sais qu’une nouvelle entente de cinq ans a été signée
en 2011. Y a-t-il eu des moyennes nationales avant cela?
Mr. Robitaille: Yes, the average decreased slightly since 2006-07.
It was 73 per cent then, and it is now 62 per cent. There has been a
growth in the number of commissionaires’ contracts, so it does not
mean the absolute number of veterans working under the contract
decreased; it is just the proportion of all the hours decreased.
M. Robitaille : Oui, la moyenne a légèrement diminué
depuis 2006-2007. Elle était de 73 p. 100, et elle est maintenant
de 62 p. 100. Le nombre de contrats de service de commissionnaires
a augmenté, alors cela ne signifie pas nécessairement que le nombre
absolu d’anciens combattants qui travaillent dans le cadre d’un
contrat a diminué; c’est la proportion du total des heures de travail
qui a connu une baisse.
Senator Manning: The hours may have decreased, and
therefore the numbers would decrease. Is that correct?
Le sénateur Manning : Le nombre d’heures peut avoir diminué,
et donc les chiffres seraient à la baisse. Est-ce exact?
The Chair: I believe the point is that there have been more
contracts allotted and so they have employed more veterans
hours.
Le président : L’essentiel, je crois, c’est que plus de contrats ont
été attribués et les anciens combattants ont donc effectué plus
d’heures de travail.
14-11-2011
Anciens combattants
3:19
Senator Manning: My understanding is that we recently
renegotiated a new five-year contract to 2015-16. Is that correct?
Le sénateur Manning : Je crois comprendre que nous avons
renégocié récemment un nouveau contrat de cinq ans, qui sera
donc valable jusqu’en 2015-2016. Est-ce exact?
Mr. Robitaille: Yes. We do sign a national standing offer on an
annual basis because we negotiate the price annually. We have
authority and we will sign those annually up to 2016.
M. Robitaille : Oui. Nous signons une offre à commandes
nationale chaque année parce que nous négocions les tarifs
annuellement. Nous avons le pouvoir nécessaire et nous signerons
ces ententes chaque année jusqu’en 2016.
Senator Manning: When you are negotiating the rates with the
corps, how is that done? Can you explain when and how it is
done? Is it based on national averages?
Le sénateur Manning : Comment négociez-vous les tarifs avec
le Corps des commissionnaires? Pouvez-vous nous dire quand et
comment cette négociation s’effectue? Est-elle basée sur des
moyennes nationales?
Mr. Sobrino: When we entered the negotiations, we had
negotiated a rate structure every year based on wages and
corporate overhead, and we have agreement on what the costing
principles are. We also carry out those negotiations on a divisionby-division basis with the corps, so different regions of the
country would have different levels.
M. Sobrino : Lorsque nous avons entamé les négociations,
nous avons négocié une structure tarifaire pour chaque année en
fonction des salaires et des coûts indirects de l’entreprise. Nous
convenons aussi des principes d’établissement des coûts. Nous
menons également ces négociations pour chaque division du
Corps des commissionnaires, si bien que différents niveaux
s’appliquent à chaque région du pays.
The review of the corporate overhead includes things like
employee benefits, training and administrative overhead. Any
increases for wages for commissionaires are based on the
consumer price index or the annual provincial average wage
increase for that particular year.
L’examen des coûts indirects inclut différentes choses comme les
avantages sociaux des employés, la formation et l’administration
générale. Toutes les augmentations de salaire des commissionnaires
sont basées sur l’indice des prix à la consommation ou la hausse
annuelle du salaire moyen provincial.
In some cases, in places where there is a market where the CPI
does not properly reflect the increase, we consider that as well. It
is done annually, division by division, and negotiated with the
corps using some agreed principles in the standing offer.
Dans certains cas, là où l’IPC ne reflète pas l’augmentation, nous
tenons compte aussi de cet élément. Cet exercice a lieu chaque
année, pour chaque division, et les négociations sont menées suivant
des principes déjà convenus dans l’offre à commandes.
Senator Manning: I agree with my colleagues. It is a wonderful
program and gives an opportunity for our veterans that they may
not otherwise have. It seems that apart from what they are pretty
well guaranteed they also do well even on competitive contracts,
so we are very pleased to hear that.
Le sénateur Manning : Je suis d’accord avec mes collègues. Il
s’agit d’un excellent programme, qui offre à nos anciens
combattants des débouchés qu’ils n’auraient peut-être pas
autrement. Mis à part le travail qu’on leur garantit, il semble
qu’ils se tirent assez bien d’affaire également pour ce qui est des
marchés concurrentiels, et nous sommes ravis de l’entendre.
Senator Wallin: As I recall from earlier testimony, there are
other preferential hiring programs in government for veterans. Is
that correct?
Le sénateur Wallin : Si je me rappelle bien ce qu’ont dit des
témoins précédents, le gouvernement a d’autres programmes
d’embauche préférentielle pour les anciens combattants. Est-ce
exact?
The Chair: Yes, it is.
Le président : Oui.
Senator Wallin: I mean separate from this, nothing to do with
the corps.
Le sénateur Wallin : Je parle de programmes distincts, qui
n’ont rien à voir avec le Corps des commissionnaires.
Mr. Sobrino: The only thing I am aware of is through priorities
to enter into the public service. That is direct hiring as employees
coming from their National Defence work into the public service
of Canada.
M. Sobrino : La seule chose que je sais, c’est qu’ils ont une
priorité d’embauche dans la fonction publique. Ils sont
embauchés directement dans la fonction publique du Canada en
tant qu’employés de la Défense nationale.
Senator Manning: To be clear on the contract that is now in
place, it is renewed annually. Is that in place for five years? The
agreement that you have presently is until 2015-16, but it is
renewed annually. I want to clarify that.
Le sénateur Manning : Si j’ai bien compris, le contrat
actuellement en vigueur est renouvelé chaque année. Est-il
valable pendant cinq ans? L’entente que vous avez présentement
est valable jusqu’en 2015-2016, mais elle est renouvelée
annuellement. J’aimerais clarifier cette question.
3:20
Veterans Affairs
14-11-2011
Mr. Sobrino: The value or the contract amounts that you pay
for hourly wages, et cetera, are negotiated annually, but it is in the
frame of something that will continue. Its terms and conditions
will continue until 2015-16.
M. Sobrino : La valeur du contrat ou les tarifs horaires que
vous payez, et cetera, sont négociés chaque année, mais c’est dans
le cadre d’une entente qui est maintenue. Les modalités du contrat
seront valables jusqu’en 2015-2016.
Senator Plett: Further to the negotiations of rates, if it is
security services, obviously, other security companies would
provide similar services. I understand that the corps has the
first right of refusal, but when you negotiate the rate for those
services, would you take into account what other private
companies would be charging for that same service, so that we
have something comparable to what we would be paying private
companies?
Le sénateur Plett : Pour en revenir à la négociation des tarifs,
s’il s’agit de services de sécurité, d’autres entreprises de sécurité
fourniraient évidemment des services semblables. Je comprends
que le Corps des commissionnaires a un droit de préemption, mais
lorsque vous négociez les tarifs, tenez-vous compte de ce que les
autres entreprises privées demanderaient pour les mêmes services,
de manière à payer une somme comparable à ce que vous
verseriez à des entreprises privées?
Mr. Robitaille: It is based on the contract cost principle that we
have agreed to. It is based on the cost that the commissionaires
incur in providing the services, so we are focusing on that. Our
understanding is that the cost is approximately 15 per cent more
than what the private sector provides.
M. Robitaille : Le tarif est basé sur le principe des coûts
contractuels dont nous avons convenu. Il est basé sur les coûts
que doivent assumer les commissionnaires dans la prestation des
services. Nous nous concentrons donc sur cela. Nous croyons
comprendre que les coûts sont environ 15 p. 100 de plus que ceux
du secteur privé.
The Chair: It is interesting because it is a non-profit outfit. I am
finding that difficult to understand.
Le président : C’est intéressant, puisqu’il s’agit d’un organisme
à but non lucratif. C’est difficile à comprendre.
Do spouses and children of the veterans count in the figure for
veterans?
Est-ce que les chiffres concernant les anciens combattants
comprennent les conjoints et les enfants des anciens combattants?
Second, could they not do tasks, for example, as part of
guarding or security, such as security clearances that the Royal
Canadian Mounted Police are doing now, which is a real drain on
RCMP resources?
Deuxièmement, ne pourraient-ils pas accomplir d’autres tâches,
dans le cadre des services de gardiens ou de sécurité, comme les
attestations de sécurité que fait présentement la Gendarmerie royale
du Canada et qui accaparent considérablement ses ressources?
Third, with respect to the expansion of security, can they do
contracts where the security requirements require the carrying of
weapons?
Troisièmement, concernant la place de plus en plus grande
qu’occupe la sécurité, pourraient-ils obtenir des contrats qui
exigeraient le port d’arme?
Is there anything in particular about injured veterans in regard
to that requirement that goes beyond purely the term ‘‘guarding’’
or the strict definition of ‘‘guarding’’?
Au-delà de la stricte définition de « service de gardien »
rattachée à cette exigence, y a-t-il quelque chose en particulier qui
intéresse les anciens combattants blessés?
Mr. O’Sullivan: First, under the Common Services Policy, a
Canadian Forces veteran is defined as a former member of the
Canadian Forces who has qualified in his or her military
occupation and is honourably discharged. Therefore, that would
not apply to spouses and children.
M. O’Sullivan : D’abord, aux termes de la Politique sur les
services communs, un ancien combattant des Forces canadiennes
est un ancien membre des Forces canadiennes qui était qualifié
dans son emploi militaire et qui a été libéré de façon honorable.
Par conséquent, les conjoints et les enfants ne sont pas visés.
The Chair: If we are building policies, however, that are
including the families more and more, including, for example, the
New Veterans Charter, and if we wanted to include the families
within those contexts, would it need a requirement to change the
policy?
Le président : Toutefois, si nous concevons des politiques
incluant de plus en plus les familles, par exemple la Nouvelle
Charte des anciens combattants, et si nous voulons inclure les
familles dans ces contextes, faudrait-il modifier la politique?
Mr. O’Sullivan: You would need a requirement to change the
policy. The public interest aspect of that would have to be
considered. You have to have a link between your public-interest
objective, namely, the employment of veterans, and the contract
that you are awarding. There has to be a rationale for saying why
you are awarding this contract without competition to an
organization that is employing veterans.
M. O’Sullivan : Il faudrait qu’il y ait un besoin pour changer la
politique. Il faudrait tenir compte de l’intérêt public. Il faudrait un
lien entre l’objectif d’intérêt public, c’est-à-dire l’embauche
d’anciens combattants, et le contrat que vous attribuez. Vous
devez justifier pourquoi vous attribuez ce contrat sans appel
d’offres à une organisation qui embauche des anciens
combattants.
14-11-2011
Anciens combattants
3:21
The notion of providing employment to veterans per se is one
thing. Providing employment to veterans and their families is
another question, and that would have to be reconsidered. We
have to be mindful of not leaving the government vulnerable to
legal challenges on this front because there are competitors out
there who are looking at this, and if they were to challenge it, we
have to be certain that we have a position that is defensible.
Donner un emploi à des anciens combattants est une chose. En
donner aux anciens combattants et à leurs familles est une autre
chose qu’il faudrait reconsidérer. Il faut faire attention de ne pas
exposer le gouvernement à des contestations judiciaires sur ce
plan. Il y a des compétiteurs qui s’intéressent à cette question et
s’ils devaient contester des décisions, il faudrait être en mesure de
les défendre.
The Chair: Thank you for the first answer. I will only mention
that our work on future transition, which does include the
families, may in fact raise a point on this, including the
employment of veterans throughout the public service and
Canadian industry.
Le président : Merci pour votre première réponse. Je
mentionnerai seulement que notre travail sur la transition
future, qui inclut les familles, pourrait soulever des questions à
ce sujet, y compris l’embauche des anciens combattants dans la
fonction publique et l’industrie canadienne.
Thank you again for your first answer. Do you have an answer
for my other questions?
Merci encore pour votre première réponse. Pouvez-vous
répondre à mes autres questions?
Mr. Sobrino: On the second and third points, those would be
requirements that a client department looks for. When we issue a
new standing offer, if we have to look at whether those
requirements can be incorporated, that would be considered. It
is really a need that must be expressed by the department needing
those services.
M. Sobrino : Concernant le deuxième et le troisième points, ce
seraient des besoins qu’un ministère client chercherait à combler.
Lorsque nous établissons une nouvelle offre à commandes, il faut
considérer ces besoins et voir s’ils peuvent être intégrés. C’est un
besoin que doit exprimer le ministère qui requiert ces services.
From our perspective, we provide the instrument, but it is the
client department that must ask for it. This deals with duties, to be
more open to the kind of duties they could perform.
Pour notre part, nous fournissons l’instrument, mais c’est le
ministère client qui doit en faire la demande. Cela concerne les
fonctions, et il s’agit d’être plus ouvert aux types de fonctions
qu’ils peuvent effectuer.
In addition, there is nothing explicit that we follow around
injured veterans.
Par ailleurs, il n’y a aucune règle explicite que nous devons
suivre à propos des anciens combattants blessés.
Senator Plett: I would like you to explain Regional Master
Standing Offers. After you have explained that, I would like to
know what other companies hold them.
Le sénateur Plett : J’aimerais que vous nous expliquiez ce que
sont les offres à commandes principales et régionales. Après cette
explication, j’aimerais savoir avec quelles autres entreprises ces
offres ont été établies.
Mr. Robitaille: I will start with the standing offer. It is not
technically a contract. It is an agreement where we have a service
provider — in this case, the Corps of Commissioners — that
offers to provide certain services at a certain price. It is kind of
like a catalogue. When departments tell commissionaires they
need to guard the entrance to this building with two security
guards 24 hours a day, seven days a week, that request is done
through a call-up, which is the actual contract. It is like using a
catalogue: I want this. That is the nature of a standing offer.
M. Robitaille : Je vais d’abord parler de l’offre à commandes.
En principe, il ne s’agit pas d’un contrat. C’est une entente que
nous avons conclue avec un fournisseur — dans ce cas-ci, le Corps
des commissionnaires —, qui offre de fournir un certain service à
un certain prix. C’est comme un catalogue. Lorsqu’un ministère
dit aux commissionnaires que l’entrée d’un édifice doit être
surveillée par deux gardiens de sécurité 24 heures par jour, sept
jours par semaine, cette demande est faite au moyen d’une
commande subséquente, qui constitue le vrai contrat. C’est
comme si on choisissait un article dans un catalogue. Voilà la
nature d’une offre à commandes.
When we say ‘‘national,’’ it means across Canada, and
‘‘master’’ is for every department. In our jargon, that is what
‘‘National Master Standing Offer’’ stands for.
Nous disons qu’une offre à commandes est « nationale »
lorsqu’elle est en vigueur partout au Canada et qu’elle est
« principale » parce qu’elle s’applique à chaque ministère. Dans
notre jargon, c’est ce que signifie une offre à commandes
principale et nationale.
Senator Plett: Are there companies other than the corps that
operate that way?
Le sénateur Plett : Y a-t-il d’autres entreprises que le Corps des
commissionnaires qui fonctionnent de cette façon?
Mr. Robitaille: As we mentioned, there is one Regional Master
Standing Offer in each region of Canada — the Atlantic, Quebec,
Ontario, Alberta and the Pacific. For the two largest regions,
M. Robitaille : Comme nous l’avons mentionné, il y a une offre
à commandes principale et régionale dans chaque région du
Canada : la région de l’Atlantique, le Québec, l’Ontario, l’Alberta
3:22
Veterans Affairs
14-11-2011
Quebec and Ontario, we have two companies in case the first one
cannot meet their obligations. The corps holds all of them, except
for Quebec. The first rank is Securitas, and we hold the second
rank as well. If the corps cannot meet obligations under the
national regime with the 60 per cent right of first refusal, then it
goes to Securitas. If Securitas cannot do so, it goes back to the
corps.
et la région du Pacifique. Pour les deux plus grandes régions, le
Québec et l’Ontario, nous avons deux entreprises au cas où la
première ne pourrait respecter ses obligations. Le Corps des
commissionnaires détient toutes ces offres, sauf au Québec. La
première est Securitas, et nous détenons le deuxième rang
également. Si le Corps des commissionnaires ne peut répondre à
ses obligations dans le cadre du régime national, avec les
60 p. 100 assortis au droit de préemption, le contrat est attribué
à Securitas. Si Securitas ne peut l’exécuter, il revient aux
commissionnaires.
In Ontario, the corps has the first rank, and the second rank is
again Securitas. I hope that helps.
En Ontario, le Corps des commissionnaires occupe le premier
rang, et Securitas est encore au deuxième. J’espère que ces
explications vous sont utiles.
Senator Plett: It certainly explains it. Thank you.
What role does Public Works and Government Services
Canada play in the Helmets to Hardhats program commitment
in Budget 2011?
Le sénateur Plett : Certainement. Je vous remercie.
Quel rôle joue Travaux publics et Services gouvernementaux
Canada concernant l’engagement pris dans le budget de 2011 à
l’égard du programme Helmets to Hardhats?
Mr. Sobrino: We play no role at all.
M. Sobrino : Nous ne jouons aucun rôle.
Senator Plett: Thank you.
Le sénateur Plett : Merci.
Senator Dawson: How many provinces use the services of the
Corps of Commissioners? Do any of the provinces give them the
same preferential treatment? Even if it is only by standing offers,
do some provinces use them? If so, which ones?
Le sénateur Dawson : Combien de provinces ont recours aux
services du Corps des commissionnaires? Est-ce que certaines
d’entre elles lui réservent le même traitement préférentiel? Même
si ce n’est que par des offres à commandes, est-ce que certaines
provinces utilisent ses services? Si oui, lesquelles?
Mr. Robitaille: This question should be put to the Corps of
Commissioners. We are aware they provide services to some
provinces.
M. Robitaille : Cette question devrait être posée au Corps des
commissionnaires. Nous savons qu’il fournit des services à
certaines provinces.
Mr. Sobrino: To be clear, the provinces do not use our standing
offer to access that; they use their own.
M. Sobrino : Je dois préciser que les provinces n’utilisent pas
notre offre à commandes pour accéder à ces services; elles ont
leurs propres ententes.
Senator Dawson: Do they use your model of cost comparison
between what they would charge a province versus what they
would charge the federal government? Is that part of the process?
Le sénateur Dawson : Utilisent-elles votre modèle de
comparaison des coûts, soit les coûts demandés à une province
par rapport à ceux demandés au gouvernement fédéral? Ce
modèle fait-il partie du processus?
Mr. Robitaille: We were not consulted, so we cannot speak on
behalf of provinces.
M. Robitaille : Nous n’avons pas été consultés, alors nous ne
pouvons pas parler au nom des provinces.
[Translation]
[Français]
The Chair: There are no further questions, and the answers
have been rather complete, but I have one last question anyway.
Senator Dawson’s question meant the following: are there any
provincial governments that have developed a policy similar to
the one the Treasury Board Secretariat established for veterans in
terms of security guard needs?
Le président : Il n’y a plus de questions et les réponses ont été
assez complètes, mais j’ai une dernière question tout de même. La
question du sénateur Dawson voulait dire : est-ce qu’il y a des
gouvernements provinciaux qui ont établi une politique semblable
à celle que le Secrétariat du Conseil du Trésor a établie vis-à-vis
des vétérans pour le besoin de gardiens?
Mr. O’Sullivan: Unfortunately, I do not know that and cannot
answer your question.
M. O’Sullivan : Malheureusement, je ne suis pas au courant et
je ne peux pas répondre à votre question.
The Chair: Thank you for your answer. We are very concerned
about the future of veterans, their transition, as well as their
families.
Le président : Merci pour votre réponse. Nous sommes très
soucieux du futur des vétérans, de leur transition, ainsi que pour
leur famille.
14-11-2011
Anciens combattants
[English]
3:23
[Traduction]
One question remains on the role of government when we
deploy overseas and contract overseas security requirements as
well and whether they receive preferential contractual
arrangements for missions overseas, for example in Afghanistan
with guarding civilian infrastructure and so on. Does this policy
cover guarding requirements not only within Canada but within
any of the federal government operations overseas?
Il reste une question concernant le rôle que joue le gouvernement
lorsque nous déployons nos troupes outre-mer et attribuons des
contrats pour satisfaire aux besoins de sécurité là-bas. On ne sait pas
s’ils bénéficient d’ententes contractuelles préférentielles pour les
missions à l’étranger, par exemple en Afghanistan, où il faut assurer
la sécurité des infrastructures civiles, et cetera. Cette politique
s’applique-t-elle aux services de gardiens dont on a besoin non
seulement au Canada, mais aussi pour n’importe quelle opération
du gouvernement fédéral à l’étranger?
Mr. Robitaille: I am aware that we use some commissionaires
for services in our embassies abroad, but, unfortunately, I cannot
speak to the details as to whether it is a mandatory first step. I do
know we use the NMSO.
M. Robitaille : Je sais que nous avons recours aux services de
certains commissionnaires dans nos ambassades à l’étranger mais,
malheureusement, je ne peux pas vous dire précisément s’il faut
obligatoirement faire appel à leurs services en premier lieu. Je sais
que nous utilisons l’OCPN.
The Chair: Therefore, it applies?
Le président : Elle s’applique donc?
Mr. Robitaille: Yes.
M. Robitaille : Oui.
The Chair: Very good. Ladies and gentlemen, thank you very
much for the work you are doing with assisting in advancing a
fundamental policy of our country, as well as the application by
the government of this social contract to our veterans and the
continued work in that regard. We are most appreciative of your
candid responses and for appearing before us today. Thank you
for that.
Le président : Très bien. Mesdames et messieurs, je vous remercie
de contribuer à l’avancement d’une politique fondamentale pour
notre pays, ainsi qu’à l’application, par le gouvernement, de ce
contrat social envers nos anciens combattants et aux efforts qui sont
faits dans ce sens. Nous vous remercions de vos réponses franches et
de votre présence aujourd’hui. Merci.
For my colleagues, before closing, the steering committee will
be reviewing the terms of reference that we will introduce next
week regarding the study we are embarking on, which the
commissionaires are being rolled into, about the transition of
veterans and their families to civilian life. Thank you.
Chers collègues, avant de terminer, le comité de direction
examinera le mandat que nous proposerons la semaine prochaine
au sujet de l’étude que nous entreprenons, dans laquelle les
commissionnaires sont intégrés, et qui porte sur la transition à la
vie civile des anciens combattants et de leurs familles. Je vous
remercie.
(The committee adjourned.)
(La séance est levée.)
OTTAWA, Wednesday, November 30, 2011
OTTAWA, le mercredi 30 novembre 2011
The Subcommittee on Veterans Affairs of the Standing
Committee on National Security and Defence met this day
at 12:05 p.m. for a study of the services and benefits provided to
members of the Canadian Forces; veterans; members and former
members of the Royal Canadian Mounted Police and their
families.
Le Sous-comité des anciens combattants du Comité permanent
de la sécurité nationale et de la défense se réunit aujourd’hui,
à 12 h 5, pour une étude sur les services et les prestations
dispensés aux membres des Forces canadiennes; aux anciens
combattants; aux membres et anciens membres de la Gendarmerie
royale du Canada et leurs familles.
Senator Roméo Antonius Dallaire (Chair) in the chair.
[Translation]
The Chair: The meeting is called to order. Hello, everyone. In a
few minutes, all the members of the committee will be seated, but
I’ll take advantage of these few moments to say that at present
our study is focused on veterans’ transition to civilian life. After
discussions with our guests today, we will explain to you how we
Le sénateur Roméo Antonius Dallaire (président) occupe le fauteuil.
[Français]
Le président : La séance est ouverte. Bonjour à tous. Dans
quelques minutes, tous les membres du comité auront pris place,
mais je profite de ces quelques instants pour vous dire que
présentement notre étude porte sur la transition à la vie civile des
anciens combattants. Après avoir discuté avec nos invités
3:24
Veterans Affairs
will proceed next year to integrate what takes place with the
Legion and the commissionaires to help veterans become
independent in civilian life, as indicated in the new charter.
[English]
14-11-2011
d’aujourd’hui, nous vous expliquerons comment nous allons
procéder dans la prochaine année pour intégrer ce qui se fait avec
la Légion et les commissionnaires pour aider les anciens
combattants à devenir autonome dans la vie civile, tel que la
nouvelle charte l’indique.
[Traduction]
I will speak to the introduction of the details of that at the end,
so I will need about five minutes then. We will now go right into
today’s session with regard to The Royal Canadian Legion and
the avant-garde role, at times I think, it has taken on in relation to
assisting veterans transitioning into civilian life. We hope to hear
more about that.
À la fin, je vous parlerai de la mise en oeuvre détaillée de ce
programme et j’aurai besoin pour cela de cinq minutes environ.
Nous allons sans plus tarder passer à la partie de la réunion qui
concerne la Légion royale canadienne et le rôle occasionnel
d’avant-garde qu’elle a, je pense, assumé pour aider les anciens
combattants à passer de la vie militaire à la vie civile. Nous
espérons donc en entendre davantage à ce sujet.
We have with us today Ms. Andrea Siew, Dominion
Command Service Bureau and navy intelligence; is that right?
Nous accueillons Mme Andrea Siew, directrice du Bureau
d’Entraide; c’est cela?
Andrea Siew, Director of the Dominion Command Service
Bureau, The Royal Canadian Legion: That is correct, sir.
Andrea Siew, directrice du Bureau d’Entraide de la Direction
nationale, Légion royale canadienne : C’est exact, monsieur.
The Chair: Also we have Mr. Bradley White, Dominion
Secretary, under the Chair of the Dominion Command, and
cavalry officer of the past. We will not hold that against him. I am
sure we will see the cavalry in his presentation. I believe you have
a short presentation.
Le président : Nous accueillons aussi Bradley White, secrétaire
de la Direction nationale auprès de la présidence et ancien officier
de cavalerie. Je suis sûr qu’on ne lui en voudra pas pour cela,
d’ailleurs il n’y aura sûrement rien de cavalier dans son
intervention. Je crois comprendre que vous avez de brèves
remarques liminaires.
[Translation]
[Français]
Then we will initiate a series of questions for clarification.
Par la suite, nous entamerons une série de questions de
clarification.
Brad White, Dominion Secretary, The Royal Canadian Legion:
Honourable senators, we will give our presentation in English,
but you will find before you a copy of this presentation in both
official languages.
Brad White, secrétaire de la Direction nationale, Légion royale
canadienne : Honorables sénateurs, nous ferons notre présentation
en anglais, mais vous trouverez devant vous une copie de cette
présentation dans les deux langues officielles.
[English]
[Traduction]
It is, once again, a great pleasure to appear before your
committee. I am the Dominion Secretary of the Royal Canadian
Legion. With me today is Andrea Siew, my new director of the
Dominion Command Service Bureau, on the retirement of Pierre
Allard, who is retiring on January 6. We welcome Andrea into the
process.
C’est un plaisir, encore une fois, de comparaître devant votre
comité. Je suis secrétaire de la Direction nationale de la Légion
royale canadienne et je suis accompagné d’Andrea Siew, ma
nouvelle directrice du Bureau d’Entraide, qui a succédé à Pierre
Allard, lequel a pris sa retraite le 6 janvier. Nous sommes heureux
d’accueillir Andrea parmi nous.
On behalf of our Dominion President, Comrade Patricia
Varga, and the 342,000 members of The Royal Canadian Legion,
we offer our support to your continuing advocacy on behalf of all
veterans, including still-serving members of the Canadian Forces,
members of the Royal Canadian Mounted Police and, of course,
their families. The Legion has been asked to discuss the programs,
services and support that The Royal Canadian Legion offers our
veterans and their families in their transition to civilian life.
Au nom de la présidente nationale, Patricia Varga, et
des 342 000 membres de la Légion royale canadienne, nous
vous offrons notre appui dans votre plaidoyer continu à l’appui
de tous les vétérans, y compris aux membres des Forces
canadiennes en service actif, aux membres de la Gendarmerie
royale du Canada et bien sûr, à leurs familles. On a demandé à la
Légion de présenter les programmes, les services et l’appui qu’elle
offre aux anciens combattants ainsi qu’à leurs familles à
l’occasion de leur transition à la vie civile.
The positive transition to life after release is essential for all
Canadian Forces members, whether they be regular or reserve,
the RCMP and, of course, their families, because that is an
Une transition positive à la vie après la libération est essentielle
pour tous les membres des Forces canadiennes, qu’ils soient de la
force régulière ou de la réserve, de la GRC, de même que pour
14-11-2011
Anciens combattants
3:25
important aspect as well. The experience of life after release is
different and unique for each veteran. Some voluntarily leave
after a short period of service; some are single; some have young
families; and some are in need of employment. Others retire
after 30 or 35 years of service, with grown families and with very
good financial security. Some members who retire are injured in
service to their country and they must make this transition under
difficult circumstances. Therefore, it is important that the
Department of National Defence, Veterans Affairs Canada and
the RCMP put in place complementary policies, practices and
programs supported by a sustainable research program with the
goal of enabling that healthy transition of all veterans and their
families through this change in their life course.
leurs familles pour qui cet aspect est également important.
L’expérience de la vie après la libération est différente et unique
pour chaque vétéran. Quelques-uns quittent de bon gré après une
courte période de service, sont célibataires ou ont une jeune
famille et ont besoin d’un emploi. D’autres prennent leur retraite
après 30 ou 35 ans de service, après avoir élevé leur famille et
acquis une certaine sécurité financière. Certains ont été blessés en
service et doivent effectuer la transition dans des conditions
difficiles. Par conséquent, il est important que le ministère de la
Défense nationale, Anciens Combattants Canada et la GRC
adoptent des politiques complémentaires, des pratiques et des
programmes soutenus par un programme de recherche viable
dont l’objectif doit être de permettre une transition adéquate pour
tous les vétérans et leurs familles au cours de leur vie.
A recent Veterans Affairs Canada Life after Service study that
measured the health and determinants of health of former regular
force personnel after release from service concluded that
62 per cent of Canadian Forces regular force veterans who
released from service from 1998 to 2007 reported a fairly easy
adjustment to post-military life. Twenty-five per cent reported a
difficult adjustment to civilian life. That 25 per cent highlights
that there is an urgent and unmet need, that some programs do
not reach all veterans and that there is still more work to be done.
Une récente étude effectuée par Anciens Combattants Canada
sur la vie après la cessation du service, étude qui a consisté à
mesurer la santé et les facteurs déterminants de la santé chez les
anciens membres de la force régulière après leur libération,
conclut que 62 p. 100 de ces vétérans, libérés entre 1998 et 2007,
déclaraient un ajustement facile à la vie civile. Vingt-cinq pour
cent d’entre eux signalaient des difficultés d’ajustement, ce qui
souligne l’existence d’un besoin non rempli, que certains
programmes ne sont pas à la portée de tous les vétérans et qu’il
y a encore beaucoup de travail à faire.
The Royal Canadian Legion has been delivering programs to
veterans and their families since 1926. The Legion is an iconic
cornerstone of Canadian communities, at the forefront of support
for military and RCMP members and, very much so, for their
families. Today, a new generation of veterans is coming home.
Veterans and their families will continue to turn to the Legion for
support in affordable housing, representation, benevolent assistance,
career-transition counselling, trauma relief and recognition.
La Légion royale canadienne administre des programmes pour les
anciens combattants et leurs familles depuis 1926. La Légion est une
pierre angulaire emblématique dans les collectivités canadiennes, qui
se situe à l’avant-plan du soutien apporté aux militaires, aux
gendarmes et à leurs familles. Aujourd’hui, une nouvelle génération
de vétérans rentre au pays et ces personnes ainsi que leurs familles
continueront de se tourner vers la Légion pour obtenir du soutien
afin de trouver un logement abordable, d’être représentées, de
recevoir une aide gratuite, de bénéficier de services de conseil en
matière de réorientation professionnelle, d’être reconnues et d’être
soutenues dans la guérison des traumatismes subis.
As the only national veterans service organization, the Legion,
through its extensive infrastructure, with 1,500 branches across
the country, offers a range of programs to all veterans, including
still-serving members of the Canadian Forces, regular and reserve,
members of the RCMP, and their families. First and foremost, we
offer camaraderie in our branches. This past summer, to celebrate
the completion of the combat mission in Afghanistan, Legion
branches across the country honoured over 7,000 Canadian
Forces members, regular and reserve, who served in Afghanistan
and their families with a dinner, reception, gifts or a parade. This
program continues.
Seule organisation nationale de services aux vétérans, la Légion,
par le truchement de son vaste réseau, de ses 1 500 filiales partout au
Canada, dispense une gamme de programmes variés à tous les
anciens combattants, y compris aux membres des Forces
canadiennes en service actif, aux membres des forces régulières et
de réserve, aux gendarmes et à leurs familles. D’abord et avant tout,
nous offrons de la camaraderie dans nos filiales. L’été dernier, pour
célébrer la fin de la mission de combat en Afghanistan, les filiales de
la Légion de partout au pays ont honoré plus de 7 000 membres des
Forces canadiennes qui avaient servi en Afghanistan ainsi que leurs
familles en organisant des dîners, des réceptions, en leur remettant
des cadeaux ou en organisant des défilés. Ce programme se poursuit.
To ensure camaraderie continues after service, the Legion offers
a one-year free membership as part of the release process for all
veterans. This is a new program, and already nearly 1,000 members
have signed on. Membership offers veterans and their families the
opportunity to volunteer to help other veterans, as part of the
community building that is an important value of military culture.
Some veterans simply want to support a veterans service
Afin d’assurer le maintien de cette camaraderie après la cessation
du service, la Légion offre à tous les anciens combattants la
possibilité d’adhérer gratuitement pendant une année à son
programme du processus de libération. Il s’agit d’un nouveau
programme et, jusqu’à ce jour, 1 000 anciens combattants s’en sont
prévalus. Cette adhésion offre aux vétérans et à leurs familles
l’occasion de se porter volontaires et d’aider d’autres anciens
3:26
Veterans Affairs
14-11-2011
organization through their membership contribution. However,
there are many programs offered by Legion branches, supported by
thousands of volunteers. These are core Legion programs for
veterans, and membership is not a requirement to attain these
programs.
combattants à bâtir l’esprit de corps qui est une valeur importante
de la culture militaire. Certains vétérans choisissent d’appuyer une
organisation de service aux anciens combattants en adhérant à la
Légion. Cependant, il existe de nombreux programmes offerts par
les filiales de la Légion, appuyés par des milliers de bénévoles. Ce
sont des programmes de base pour les vétérans et une adhésion n’est
pas nécessaire.
Ms. Siew: The Legion’s advocacy program is core to our
mission. The Legion provides representation to assist veterans
and their families with obtaining disability benefits from Veterans
Affairs Canada. Disability entitlement is key to accessing other
health benefits and services and financial compensation from
Veterans Affairs. The Legion Service Bureau Network has over
1,500 branch service officers and 25 command service officers
across the country. They provide representation from first
application to Veterans Affairs Canada through to appeal and
reconsideration to the Veterans Review and Appeal Board.
Through legislation, the Legion has access to the members’
service health records and departmental files to provide a
comprehensive, yet fully independent, representation, at no cost
to the veteran or their family, irrespective of Legion membership.
We are an active participant in Veterans Affairs Canada’s
transformation agenda in the transition to electronic data
transfer, as well as in streamlining new business processes.
Mme Siew : Le programme de Plaidoyer de la Légion est au coeur
de notre mission. La Légion assure une représentation qui vise à
aider nos vétérans et leurs familles à obtenir des prestations
d’invalidité d’Anciens Combattants Canada. Le droit à une
pension d’invalidité est primordial dans l’évaluation des autres
prestations et services de santé ainsi que des indemnités financières.
Le réseau du Bureau d’entraide de la Légion, qui compte
1 500 officiers d’entraide dans les filiales et 25 officiers d’entraide
au niveau du commandement, offre une représentation, dès la
première demande à Anciens Combattants, par l’entremise des
appels et réexamens assurés par la Division de révision et des appels
du Tribunal des anciens combattants. Par le truchement de la
législation, la Légion a accès aux dossiers de santé et aux dossiers
ministériels pour pouvoir assurer une représentation complète,
indépendante et gratuite aux anciens combattants et aux membres
de leurs familles, même s’ils n’appartiennent pas à la Légion. Nous
participons activement au programme de transformation d’Anciens
Combattants Canada qui vise à assurer le transfert électronique des
données et à rationaliser les processus d’affaires.
Our benevolent assistance program provides financial grants to
meet the essential needs of veterans and their families who have
limited financial means. The program is available at all levels of
the Legion and is accessible to veterans, including still-serving
members, and their families. We also assist allied veterans living
in North America with obtaining benevolent assistance from a
variety of resources. Our network of service officers, at all levels
of the Legion from coast to coast, coordinates grants with other
agencies, including the Canadian Forces Military Families Fund,
to ensure that the veterans’ needs are met.
Notre programme d’aide de bienfaisance accorde des
subventions destinées à répondre aux besoins essentiels des
vétérans et de leurs familles à faible revenu. Ce programme est
disponible à tous les niveaux de la Légion et il est accessible aux
vétérans, aux membres des Forces canadiennes en service et à
leurs familles. Nous fournissons aussi de l’aide aux anciens
combattants alliés domiciliés en Amérique du Nord pour leur
permettre d’obtenir une aide provenant de différentes sources.
Notre réseau d’officiers d’entraide, à tous les niveaux de la
Légion, coordonne les subventions avec d’autres agences, y
compris avec le Fonds pour les familles des militaires afin que
les besoins des vétérans soient comblés.
The Poppy Fund is available at the Legion across branches
across the country to assist veterans and their families in need.
For example, in Calgary, the Legion Poppy Fund supports a food
bank for veterans. We also contribute to non-government-funded
programs provided by the Military Family Resource Centres. At
the Edmonton Military Family Resource Centre, the Poppy Fund
supports the Children With Parents Who Have Experienced
Trauma program.
Le Fonds du Coquelicot est accessible partout au Canada et il est
destiné à aider les vétérans dans le besoin ainsi que leurs familles.
Par exemple, à Calgary, le Fonds du Coquelicot de la Légion appuie
une banque d’alimentation pour vétérans. Nous contribuons ainsi à
des programmes qui ne sont pas financés par le gouvernement et qui
sont assurés par des centres de ressources pour les familles des
militaires. Au Centre de ressources pour les familles des militaires
d’Edmonton, le Fonds du Coquelicot appuie le programme
« Enfants avec parents qui ont connu le trauma ».
The Legion also maintains an extensive outreach program to
inform all veterans and their families about health promotion,
independent living, community resources, and healthy lifestyles.
This includes information for the needs of both men and women.
La Légion mène un programme de diffusion externe extensive
dans le but d’informer tous les anciens combattants sur la promotion
de la santé, leur autonomie, les ressources communautaires offertes et
des styles de vie sains. Ceci comprend de l’information sur les besoins
14-11-2011
Anciens combattants
3:27
The Legion has a presence at most of the Canadian Forces
Integrated Personnel Support Centres, IPSCs, on each base to
assist veterans and their families, as part of the transition process.
des hommes et des femmes. La Légion est présente dans la plupart
des unités intégrées de soutien du personnel de chaque base afin
d’aider les vétérans et leurs familles dans le cadre du processus de
transition.
We offer information on our programs and on representation and
financial assistance, as well as on other programs and initiatives.
Nous offrons de l’information sur nos programmes, sur la
représentation que nous assurons, sur l’aide financière, sur d’autres
programmes gouvernementaux et sur différentes initiatives.
The Legion has been engaged in assisting homeless veterans for
many years. Through Poppy Funds, we can provide emergency
assistance, housing, food, clothing, bus tickets, et cetera. Across
Canada, Legion Provincial Commands are working closely with
Veterans Affairs, shelters and community organizations to get
veterans off the street and into transition programs. For example,
in Victoria, Cockrell House, sponsored by the Legion, is a
transition home for approximately 12 veterans. The success of this
program is overwhelming. Veterans receive addiction counselling,
education and skills training to transition back into the
community. In Ontario, through the Leave the Streets Behind
Program, Ontario Command works with Veterans Affairs
Canada and with various shelters in downtown Toronto to
provide transition assistance to homeless veterans. The Legion
will continue to build on these programs as a framework for the
Legion’s national Homeless Veterans Program.
La Légion fournit de l’aide aux vétérans sans abri depuis
nombre d’années. Par l’entremise des Fonds du Coquelicot, nous
offrons du logement d’urgence, de la nourriture, des vêtements,
des billets d’autobus, et cetera. Partout au Canada, les directions
provinciales de la Légion travaillent en étroite collaboration avec
Anciens Combattants Canada et avec des organisations
communautaires pour sortir les anciens combattants de la rue et
les inscrire à des programmes de transition. À Victoria, par
exemple, la Maison Cockrell, parrainée par la Légion, est un foyer
de transition qui peut accueillir une douzaine de vétérans. Le
succès de ce programme a été écrasant. Les anciens combattants
reçoivent des informations et du counselling en matière de
toxicomanie et on leur inculque de nouvelles compétences pour
favoriser leur retour au sein de la communauté. En Ontario, par
l’entreprise de son programme « Quitter la rue », la Direction
provinciale, en collaboration avec Anciens Combattants Canada
et différents abris du centre-ville de Toronto, fournit une aide de
transition aux vétérans sans abri. Nous nous appuierons sur ces
programmes qui demeureront la structure de base du Programme
national des vétérans sans abri de la Légion.
The Legion has a national affordable housing program for
seniors and veterans. We have an inventory of over 7,000 units
across the country, and this continues to grow. We provide an
affordable option to veterans and their families.
La Légion possède un programme de logement abordable pour
les aînés et les vétérans. Avec un inventaire de plus de 7 000 unités,
qui continue d’augmenter, nous offrons des options valables aux
vétérans et à leurs familles.
Some of the unique programs that we have are the following:
In Vancouver, the Legion has been a partner in the development
of Honour House, which provides free interim accommodation
for the families of Canadian Forces members, as well as those of
ambulance, fire and law enforcement services, while the members
are receiving care. Honour House is a place of refuge, where
families may enjoy a degree of normal family life, despite the
stress of their circumstances.
Certains programmes sont uniques. À Vancouver, la Légion est
partenaire dans le développement d’Honour House qui propose
un logement intérimaire aux membres des familles de membres
des Forces canadiennes, de même que des familles
d’ambulanciers, de pompiers et de policiers pendant qu’ils
reçoivent des soins. Honour House est un refuge où les familles
peuvent mener une vie normale en dépit du stress occasionné par
les circonstances.
The impact that military service has on our sailors, soldiers and
airmen and women often makes the transition back to civilian life
challenging. The Legion in Alberta has partnered with Outward
Bound Canada to offer a specialized program to bridge that gap
for veterans. The program involves one-week wilderness courses
designed to help participants build a supportive community with
other veterans and facilitate discussions on readjustment and
transition challenges.
L’impact sur nos marins, nos soldats et nos aviateurs et
aviatrices fait que, très souvent, la transition à la vie civile est un
défi considérable. La Légion de l’Alberta, en partenariat avec
Outward Bound Canada, offre un programme spécialisé visant à
jeter une passerelle pour les vétérans. Le programme comprend
des cours d’une semaine en pleine nature, cours qui visent à les
aider à s’appuyer mutuellement et à faciliter les discussions sur les
problèmes que représentent la réadaptation et la transition.
The Veterans Transition Program, the only program of its kind
in Canada, assists former members of the Canadian Forces in
their transition to civilian life. This program was developed to
address the invisible wounds of our soldiers so that they can
function and have healthy relationships with their families,
friends, at work and with themselves. This program was
Le Programme de transition des vétérans, seul programme du
genre au Canada, offre de l’aide aux anciens militaires pour leur
transition à la vie civile. Ce programme a été mis au point pour
traiter les blessures invisibles que subissent nos militaires afin qu’ils
puissent fonctionner et qu’ils aient des rapports sains avec leurs
familles, leurs amis, leurs collègues de travail et avec eux-mêmes. Ce
3:28
Veterans Affairs
14-11-2011
established in 1999 with funding from BC/Yukon Command. It is
a group-based program facilitated by the University of British
Columbia’s Faculty of Medicine. It is free of charge to former
members of the RCMP and the Canadian Forces. This program is
expanding nationally and is planning to offer sessions uniquely
for women.
programme a été établi en 1999 grâce au financement de la Direction
provinciale de la Colombie-Britannique et du Yukon. Il s’agit d’un
programme axé sur des groupes qui est animé par la Faculté de
médecine de l’Université de la Colombie-Britannique. Il est offert
gratuitement aux anciens membres de la GRC et des Forces
canadiennes. Le programme est en train de prendre une ampleur
nationale et il offrira des séances s’adressant spécialement
aux femmes.
The Legion in British Columbia has also partnered with the
British Columbia Institute of Technology to deliver the Legion
Military Skills Conversion Program to help accelerate and
advance the civilian careers of former and current reserve and
regular force members. This program offers fast-track education,
with accreditation at BCIT, through credits for military
experience and assistance with developing your own business
and finding a job.
La Légion, en Colombie-Britannique, a formé un partenariat
avec le British Columbia Institute of Technology pour offrir un
programme de conversion des compétences militaires destiné à
accélérer et à promouvoir les carrières civiles de membres actuels et
anciens de la force de réserve et de la force régulière. Ce programme
offre un enseignement et une accréditation accélérée au BCIT sous
la forme de crédits pour expérience militaire, il aide les étudiants à
monter leur propre entreprise ou à se trouver un emploi.
Last year, to better understand the experiences and issues of
service women, the Legion hosted a seminar with Senator Lucie
Pépin, which included women who had served from World War II
through to today. They were from all three environments,
married, single, with children and without, and were at different
rank levels. Some had served, and some were still serving. This
was an eye-opening experience. Women do have unique needs,
and there needs to be more quantitative research to determine the
lifelong effects of military service on women.
L’an dernier, afin de mieux comprendre les expériences et les
enjeux concernant les femmes militaires, la Légion a organisé un
colloque avec le sénateur Lucie Pépin, colloque auquel ont
participé des femmes ayant porté l’uniforme entre la Seconde
Guerre mondiale et aujourd’hui. Elles provenaient des trois
armes, étaient mariées ou célibataires, avec ou sans enfants, et
étaient de différents grades. Certaines avaient quitté l’armée,
d’autres y étaient encore. Ce fut une expérience révélatrice. Les
femmes ont des besoins uniques et il faudrait mener des
recherches plutôt quantitatives afin de déterminer les effets
permanents du service militaire sur les femmes.
While the Legion continues to deliver many programs to
veterans and their families, to ensure quality of life after release
and ease the transition from service, more research is required to
determine the effects of service unique to the Canadian military
demographic and unique to Canadian operations. There is a lack
of dedicated, independent research in Canada on military and
veterans’ health. The Legion is currently engaged with the
evolving Canadian Institute for Military and Veteran Health
Research to ensure that this capability is implemented.
Bien que la Légion continue d’offrir de nombreux programmes
aux vétérans et à leurs familles afin de leur assurer une qualité de
vie adéquate après la cessation du service et de faciliter la
transition à la vie civile, une recherche plus étendue est nécessaire
pour déterminer les effets qui sont propres aux réalités
démographiques de la vie militaire et aux opérations menées par
le Canada. Il n’y actuellement pas de recherche autonome
spécialisée au Canada portant particulièrement sur la santé des
militaires et des anciens combattants. La Légion a conclu un
accord de collaboration avec l’Institut canadien de recherche sur
la santé des militaire et des vétérans qui est en pleine évolution
afin de nous assurer que nous disposerons de cette capacité.
Mr. White: Our plans for the future include expanding
programs to ensure their sustainability and accessibility across
the country. We will develop a formal partnership with the
Canadian Institute for Military and Veteran Health Research, to
ensure that Canada has a credible and independent military and
veteran health research capacity. We do not currently have that in
this country.
M. White : Nos plans pour l’avenir comprennent le
développement de programmes afin d’assurer leur viabilité et leur
accessibilité partout au pays. Nous conclurons un partenariat
officiel avec l’Institut de recherche sur la santé des militaires et des
vétérans afin de nous assurer que le Canada possède une capacité
crédible et indépendante de recherche sur la santé pour les militaires
et les anciens combattants, ce qui n’est actuellement pas le cas.
We will expand our outreach to our traditional veterans, who are
often isolated at home due to limited mobility, and to our modern
veterans, including members of the Canadian Forces, both regular
and reserve, and their families. We are also embarking on
modernization of our service bureau network to ensure continued
effective service to all veterans and their families.
Nous comptons aussi étendre notre action auprès des vétérans
traditionnels qui sont souvent isolés dans leurs foyers en raison de
problèmes de mobilité réduite ainsi que de nos vétérans des temps
modernes, y compris les membres des forces régulières et de
réserve et leurs familles. Nous venons aussi d’entreprendre la
modernisation de notre réseau du Bureau d’Entraide afin
d’assurer la prestation d’un service continu et efficace à tous les
vétérans et à leurs familles.
14-11-2011
Anciens combattants
3:29
This is but a brief snapshot of some of the programs that the
Legion provides to support the transition to life after service. The
Legion has been delivering these programs to veterans and their
families since 1926. The Legion is very proud of the work
accomplished and all that has been done to assist all of these
people.
Voici un bref aperçu de quelques-uns des programmes que la
Légion fournit à l’appui de la transition à la vie après le service.
La Légion offre des programmes aux vétérans et à leurs familles
depuis 1926. La Légion est très fière de son travail qui vise à aider
les vétérans et leurs familles.
Our programs will continue to evolve to meet the changing
demographics while still supporting our traditional veteran
community. However, notwithstanding the capacity of The Royal
Canadian Legion, we certainly believe that the Department of
National Defence and Veterans Affairs Canada have a
responsibility to ensure that policies, practices and programs,
supported through a sustainable research program, are accessible
and meet the unique needs of all veterans, with the goal of enabling
the healthy transition of all veterans and their families through this
very changing and sometimes difficult life course.
Nous continuons de développer nos programmes pour
répondre aux changements démographiques, tout en appuyant
notre communauté traditionnelle de vétérans. Nonobstant la
capacité de la Légion royale canadienne, le ministère de la
Défense nationale et Anciens Combattants Canada ont la
responsabilité de s’assurer que les politiques, pratiques et
programmes, appuyés par un programme de recherche viable,
soient accessibles et répondent aux besoins uniques des anciens
combattants avec pour objectif de permettre une transition facile
de tous les vétérans et leurs familles dans des périodes souvent
difficiles de leur vie.
The Chair: Thank you very much. That was a very complete
review of your programs. I will now open the floor. I usually like to
let the co-chair have the first questions, so I will go to Senator Plett.
Le président : Merci beaucoup. Voilà qui était un survol très
complet de vos programmes. Nous allons maintenant passer aux
questions et comme j’ai l’habitude de commencer par céder la
parole au vice-président, je me tourne vers le sénateur Plett.
Senator Plett: I want to express my absolute support for the
Legion and its work. However, I will pass along the first question
to my colleague, Senator Manning. I am asking him to ask my
question.
Le sénateur Plett : Je tiens à souligner mon appui inconditionnel
à la Légion et au travail qu’elle effectue. Cependant, je vais passer
pour cette première question et laisser la place au sénateur Manning
que j’invite à poser une question à ma place.
The Chair: With that unusual precedent, we will proceed.
Le président : Eh bien, voilà qui est inusuel, mais nous ferons
ainsi.
Senator Manning: I did not need to jump the queue. We will all
get our time to ask questions.
Le sénateur Manning : Je n’ai pas eu besoin de faire la queue et
nous aurons tous la possibilité de poser des questions.
I would echo the comments of my colleague, Senator Plett, and
congratulate the Legion for the work it does right across our
country. I am very close to a couple of Legions in my own
province of Newfoundland and Labrador. A very close friend,
Eugene Breen, was once president of the Legion in Riverhead,
St. Mary’s Bay, Newfoundland. He passed away a year and a half
ago. He certainly taught me many things about the Legion and
the service they provide.
Je voulais faire écho à la remarque de mon collègue, le sénateur
Plett, pour féliciter la Légion pour le travail qu’elle effectue partout
au Canada. Je suis voisin de deux filiales de la Légion dans ma
province de Terre-Neuve-et-Labrador. Un très bon ami à moi,
Eugene Breen, a été président de la Légion à Riverhead, St. Mary’s
Bay, à Terre-Neuve. Il est décédé il y a 18 mois. Il m’a beaucoup
appris au sujet de la Légion et des services qu’elle offre.
I would like to ask a couple of questions in relation to the
lessons you have learned from your involvement with the
Veterans Transition Program. As we have heard from witnesses
from time to time, it seems difficult to return to civilian life, to
adjust and to find employment opportunities and to settle back in,
especially for those who have been part and parcel of some of the
involvement our country has had in other parts of the world.
J’aimerais vous poser deux ou trois questions au sujet des
enseignements que vous avez tirés de votre Programme de
transition à la vie civile des anciens combattants. Des témoins
nous ont dit qu’il semble difficile pour les anciens militaires de
réintégrer la vie civile, de s’ajuster à une nouvelle vie, de trouver
un emploi et de s’installer, surtout pour ceux qui ont suivi
entièrement notre pays dans son engagement dans d’autres parties
du monde.
I understand you have been involved with that for some time.
Could you give us an idea of the challenges you face with that? Is
there something we could be furthering here to ensure that the
work you do is supplemented in some way by our support?
J’ai cru comprendre que vous travailliez sur ce programme
depuis un certain temps déjà. Pourriez-vous nous donner un
aperçu des défis auxquels vous êtes confrontés à ce sujet? Y a-t-il
quoi que ce soit que nous puissions faire, ici, pour vous aider dans
votre travail?
3:30
Veterans Affairs
14-11-2011
Mr. White: The transition to life post-military is sometimes
difficult. If someone has received an injury or is suffering from a
mental health issue, it is compounded and even more difficult.
The military programs a person one way, and, at the end of their
service, they sometimes have to be deprogrammed to be able to
reintegrate back into what people would consider a normal
community. The military community is sometimes a community
that is set aside by itself.
M. White : La transition à la vie civile est parfois difficile pour
les militaires. C’est encore plus difficile pour ceux et celles qui ont
été blessés ou qui souffrent de troubles mentaux. À l’armée, on
programme les gens d’une certaine façon et, quand ils arrivent au
terme de leur service, il faut parfois les déprogrammer pour
favoriser leur réinsertion dans ce qu’on considère autrement
comme une vie communautaire normale. Parfois, l’univers
militaire se place en marge de l’univers civil.
We have sponsored the Veterans Transition Program
since 1999 in B.C. This program has been extremely valuable
for people suffering with mental health issues. They learn a lot,
but they have also learned that peer counselling really helps the
process along. That is really the aim of the Veterans Transition
Program at UBC: to bring the individuals in, teach them coping
mechanisms as part of a peer group, and eventually train the
individuals to be peer counsellors.
En Colombie-Britannique, nous finançons le Programme de
transition à la vie civile des anciens combattants depuis 1999. Ce
programme s’est avéré extrêmement utile pour les personnes
souffrant de problèmes mentaux. Elles apprennent beaucoup, mais
elles ont aussi appris que c’est véritablement le conseil par les pairs
qui les aide dans le processus. C’est là l’objet même du programme
de transition offert à l’Université de Colombie-Britannique : il est
question de rassembler les anciens combattants, de leur apprendre
les mécanismes d’adaptation dans le cadre d’un groupe de pairs et,
au bout du compte, de les former pour qu’ils deviennent eux-mêmes
des conseillers.
Tim Laidler is part of the program, and he is becoming one of
their chief spokesmen. He is a simple soldier who is having
difficulty transitioning through some of the issues he has. He has
learned those coping mechanisms and is now able to help his
peers. This is the type of program that we want to help transition
across the country.
Tim Laidler fait partie du programme et il est en train d’en
devenir l’un des principaux porte-parole. C’est un simple soldat
qui a de la difficulté à faire la transition à cause de certains
problèmes personnels. Il a acquis des mécanismes d’adaptation et
il est maintenant en mesure d’aider ses camarades. Voilà le genre
de programme dont nous avons besoin pour aider les vétérans à
faire la transition partout au pays.
Ms. Siew: If I understand your question, it is about where we
need to go with the program and the help that is required. It has
been in implementation since 1999, which is a long time, and it is
primarily focused in British Columbia through UBC. We want to
expand it nationally. We have been seeking additional support for
the particular program through Veterans Affairs Canada, and we
need to expand it nationally to increase the number of courses
that are available. It needs additional support from other
government organizations, such as the Department of National
Defence and Veterans Affairs Canada.
Mme Siew : Si je comprends votre question, vous vous
demandez si le programme est nécessaire et quel genre d’aide
s’impose. Il existe depuis 1999, ce qui fait longtemps déjà, et il
s’adresse principalement aux anciens combattants résidant en
Colombie-Britannique, par l’intermédiaire de l’UBC. Nous
voulons l’étendre à l’échelle nationale. Nous nous sommes
adressés à Anciens Combattants Canada pour obtenir un
financement supplémentaire pour ce programme qu’il faut
étendre à l’échelle nationale afin d’augmenter le nombre de
cours offerts. D’autres organisations gouvernementales devront
apporter leur soutien à ce projet, comme le ministère de la
Défense nationale et Anciens Combattants Canada.
Currently the program is offered to those who have released
from the Canadian Forces, and it is a valuable transition
program. It has incredible success stories. So far they have put
over 200 veterans through the program. There are no group
counselling programs like this for female veterans to get together
to discuss their unique needs. The Legion is funding the program,
but the costs will continue to grow as a national program. We
believe the need nationally will increase because of the number of
veterans we see facing challenges in the UBC transition program.
Actuellement, le programme est proposé à ceux et à celles qui
ont été libérés des Forces canadiennes et il s’avère être un
programme de transition très valable. Il a donné d’excellents
résultats puisque, jusqu’ici, plus de 200 vétérans l’ont suivi. Il
n’existe aucun autre programme de counselling de groupe comme
celui-ci s’adressant aux anciennes combattantes et où celles-ci
peuvent discuter de leurs besoins particuliers. La Légion finance le
programme, mais les coûts vont augmenter quand il deviendra un
programme national. Nous pensons que le besoin se fera de plus
en plus sentir à l’échelle nationale compte tenu du nombre
d’anciens combattants que nous accueillons dans le Programme
de transition de l’UBC et qui sont aux prises avec des difficultés.
Both departments, Veterans Affairs and DND, have done a
tremendous job in providing the practical transition, including
how to get a job, where to go for your pension, the Second Career
Assistance Network, but those are the administrative processes
Anciens Combattants Canada et le MDN ont fait un travail
fantastique pour offrir des services de transition d’ordre pratique,
notamment en matière de recherche d’emploi, sur la façon
d’obtenir sa pension, en partie grâce au Service de préparation
14-11-2011
Anciens combattants
3:31
needed to become a civilian. When you join the military, you go
through a cultural indoctrination to become a soldier, sailor,
airman or airwoman, to do as you are told, to do the right thing
for that military life. You are in a military community. You are
looked after. It is unique.
à une seconde carrière; mais ce sont là des outils administratifs
militaires qu’il faut appliquer dans le civil. Toute nouvelle recrue
dans l’armée passe par une phase d’endoctrinement culturel à la
vie militaire pour devenir soldat, marin, aviateur ou aviatrice,
pour faire ce qu’on lui dit de faire, pour faire ce qu’il faut dans la
vie militaire. Après ça, on appartient à la communauté militaire.
On s’occupe de vous. C’est tout à fait particulier.
When you are released, there is no process to transition you to
say that the next day you do not have that military community
looking after you. This is where this program is really important
in helping individuals to transition, particularly those who have
challenges.
Une fois qu’on a été libéré, il n’y a pas de transition qui vous
prépare à la disparition de tout le soutien qu’apportait la structure
militaire. C’est à cet égard que le programme est vraiment
important, car il permet aux gens de faire la transition, surtout à
ceux qui ont des difficultés.
Senator Manning: I personally believe that transition of our
military is one of the biggest challenges we face today. Am I
correct in hearing you say that the project that is available now,
mostly in British Columbia, is funded solely by the Legion? If not,
then how is it funded?
Le sénateur Manning : J’estime personnellement que la
transition à la vie civile représente, pour nos militaires, le plus
grand défi auquel nous serions confrontés aujourd’hui. Ai-je
raison de penser que le projet, pour le moment essentiellement en
Colombie-Britannique, est entièrement financé par la Légion? Si
tel n’est pas le cas, comment est-il financé?
Mr. White: Right now it is funded solely by the Legion. We
have been sponsoring it since 1999 out of our BC/Yukon
Command on the West Coast.
M. White : Pour l’instant, il est uniquement financé par la
Légion. C’est ce que nous faisons depuis 1999 et c’est notre
direction de la Colombie-Britannique et du Yukon, sur la côte
Ouest, qui s’en occupe.
Senator Manning: In order to expand nationally, as you plan —
and I certainly support that notion wholeheartedly — you mention
the need for extra financial assistance from either National Defence,
Veterans Affairs, other government departments or agencies,
whatever the case may be. What efforts have been made to
involve other levels of government and the provinces? What are you
doing to move it across the national stage?
Le sénateur Manning : Afin d’en faire un programme national,
comme vous l’envisagez — et je suis totalement d’accord avec
cette idée —, vous avez dit qu’il serait nécessaire d’obtenir une
aide financière additionnelle soit de la Défense nationale,
d’Anciens Combattants Canada ou d’autres ministères ou
organismes fédéraux, selon le cas. Qu’avez-vous fait jusqu’ici
pour faire appel aux autres ordres de gouvernement et aux
provinces? Que faites-vous pour transformer ce programme en
programme national?
Mr. White: At this stage, we are looking at it from our own
national perspective as to how we want to transition this program
and how much funding we are able to provide from the Legion to
the program. We have also made the Minister of Veterans Affairs
aware of the Veterans Transition Program by introducing it to
Veterans Affairs. The program has also been introduced at the
Canadian Institute for Military and Veteran Health Research,
who have made a few presentations; so they will work within that
network.
M. White : Pour l’instant, nous examinons la question du
point de vue de la Légion et du genre de budget qu’il nous
faudrait débloquer pour faire en sorte que ce programme
devienne national. Par ailleurs, nous avons fait connaître le
programme de transition au ministre des Anciens Combattants.
Par ailleurs, le programme a aussi été présenté à l’Institut
canadien de recherche sur la santé des militaires et des vétérans
afin que celui-ci fasse partie du réseau.
Similar to the health research network, the program is trying to
bring together other universities to join this program. We are
looking for a wide range of partnering to get this program in
position so we can transition it across the country. It is a mobile
program in that the individuals can be sent from B.C. to run
seminars in local areas. That is what the overall aim will be as it
spreads across the country and more people get involved. It will
have that kind of transportability with partners to support and
sponsor it.
Un peu à la manière du réseau sur la recherche en santé, le
programme vise à mobiliser d’autres universités. Nous voulons
étendre le partenariat le plus possible afin que ce programme nous
permette d’offrir une transition à l’échelle du pays. Il s’agit d’un
programme mobile, en ce sens que nous pouvons envoyer des
animateurs de la Colombie-Britannique à l’extérieur pour
organiser des séminaires. C’est ce que nous cherchons à faire en
étendant ce programme à l’échelle du pays afin que de plus en plus
de gens y participent. Nous offrirons ce genre de mobilité à nos
partenaires qui le financeront et le commanditeront.
3:32
Veterans Affairs
14-11-2011
Senator Manning: I would assume that you have had or are
having conversations with National Defence and Veterans Affairs
about being involved in the program across the country and
assisting the Legion to deliver the program.
Le sénateur Manning : Je suppose que vous avez pris langue
avec la Défense nationale et Anciens Combattants pour voir
comment ces deux ministères pourront participer au programme
national et aider la légion à l’offrir un peu partout.
Mr. White: Currently, it is mostly focused with VAC. I do not
think we have branched out to DND yet.
M. White : Pour l’instant, nous concentrons nos efforts sur le
MAC. Jusqu’ici, nous n’avons rien fait du côté du MDN.
Senator Manning: Are you at liberty to tell us how those
conversations are going at this time?
Le sénateur Manning : Pouvez-vous me dire comment se
déroulent ces entretiens pour l’instant?
Mr. White: We have introduced the programs to Veterans
Affairs Canada.
M. White : Nous avons présenté les programmes à Anciens
Combattants Canada.
Senator Stratton: My questions revolve around these
programs. I am always curious, when I hear about an
association such as yours, to know whether you have links to
other countries, such as Great Britain, Australia and the United
States. They have legions as well, I am sure, that would have
examples of what they do for their veterans. Do you have such
links so that you are able to talk to those folks to get an idea of
what they provide to their veterans and what programs they need?
Le sénateur Stratton : Mes questions vont porter sur ces
programmes. Quand nous accueillons des représentants
d’associations comme la vôtre, j’ai toujours envie de savoir si
l’organisme entretient des liens avec d’autres pays, comme la
Grande-Bretagne, l’Australie et les États-Unis qui, dans votre cas,
ont aussi des légions, j’en suis sûr, et qui pourraient nous montrer
ce qu’ils font pour leurs anciens combattants. Entretenez-vous de
tels liens qui vous permettent d’échanger des idées sur le genre de
services que ces pays offrent à leurs vétérans et sur les
programmes jugés nécessaires?
Mr. White: Canada is a founding member of the Royal
Commonwealth Ex-Services League RCEL. We are in constant
communications with members of the RCEL around the world, in
particular the other founding nations of Australia, New Zealand,
South Africa and Great Britain. We meet every year to discuss
veterans’ issues. The Veterans Transition Program is trying to get
into the University of Queensland in Australia to make a
presentation on the program and how it could be used to assist
Australian veterans. We are in contact with our fraternal
associations through the RCEL. We also support all of the
Commonwealth veterans in the Caribbean through the RCEL.
We exchange a lot of information.
M. White : Le Canada est un des membres fondateurs de la
Royal Commonwealth Ex-Services League, la RCEL. Nous
sommes en liaison permanente avec les membres de la RCEL
partout dans le monde, surtout avec les autres pays fondateurs
que sont l’Australie, la Nouvelle-Zélande, l’Afrique du Sud et la
Grande-Bretagne. Nous nous réunissons tous les ans pour
discuter des questions concernant les vétérans. Les responsables
du programme de transition veulent faire une présentation à la
University of Queensland, en Australie, pour expliquer la façon
dont le programme pourrait être appliqué dans le cas des vétérans
australiens. Nous sommes donc en contact avec nos associations
soeurs par le truchement de la RCEL. C’est également par le biais
de la RCEL que nous apportons un soutien à tous les anciens
combattants du Commonwealth dans la région caraïbe. Nous
échangeons énormément d’informations.
The one organization we are not connected to directly is The
American Legion, which is a huge organization. We have
established some fairly good contacts and are hoping that if we
need information, we will be able to get it through the U.S.
Department of Veterans Affairs and the legion.
La seule organisation avec laquelle nous n’entretenons pas de
lien direct est l’American Legion, qui est énorme. Nous avons
établi de bons contacts et espérons pouvoir passer par le
Department of Veterans Affairs et par l’American Legion si
nous avons besoin d’information.
Senator Stratton: I am interested in the fact that you have all
these links, which is wonderful. I was aware of the RCEL, but I
was a little concerned that you were not linked with the United
States because they have a huge program, as you know.
Le sénateur Stratton : Je trouve merveilleux que vous ayez
établi tous ces liens. Je connaissais l’existence de la RCEL, mais je
craignais que vous n’ayez pas de lien avec les États-Unis, parce
que, comme vous le savez, le programme américain est énorme.
Have you learned anything from those other countries that
indicates they are ahead of us? Could we benefit from their
experience and knowledge and bring something forward to this
table? It is important that we have a clear understanding of what
is happening across the board in all these countries.
Avez-vous appris quoi que ce soit des autres pays qui pourrait
nous amener à conclure qu’ils sont en avance par rapport au
Canada? Pourrait-on bénéficier de leur expérience et de leurs
connaissances que nous pourrions reprendre ici, à cette table? Il
est important de bien comprendre ce qui se passe de façon
générale dans tous ces pays.
14-11-2011
Anciens combattants
3:33
Mr. White: I would say that Canada has a fairly well developed
system to look after our veterans. We have transported that
system to places like Australia and New Zealand. Through the
exchange of information, we have been fairly successful.
M. White : Je dirais que le Canada dispose d’un système
relativement bien élaboré pour s’occuper de ses vétérans. Nous
avons été expliquer notre système dans d’autres pays, comme en
Australie et en Nouvelle-Zélande et, grâce à l’échange
d’information, nous avons obtenu de bons résultats.
As a primary example, two years ago we learned that the U.S.
Department of Veterans Affairs had accepted amyotrophic lateral
sclerosis as a benefit symptom for their veterans. A complete
research study by them produced the causal effects of military
service and the preponderance of people with ALS to show that it
was higher with people who had served in the military, given the
environment and stressful conditions. We took that to our
government through VAC. We brought the study and asked them
to have a look at it. Unfortunately, that was not successful. We
worked through the ALS Society of Canada to push forward the
issue on ALS. Last year, ALS was recognized as a benefit symptom.
Il y a deux ans, par exemple, nous avons appris que le
Department of Veterans Affairs aux États-Unis a reconnu que la
maladie de Lou Gehrig ouvre droit à pension. Une recherche
fouillée réalisée par les Américains a permis d’établir un lien causal
entre le service militaire et la prépondérance plus élevée de cette
maladie chez les anciens militaires à cause de l’environnement et des
conditions stressantes dans lesquels ils avaient évolué. Nous avons
transmis cette information à notre gouvernement par le truchement
du MAC. Nous avons déposé l’étude en question et avons demandé
aux gens du ministère de l’examiner. Malheureusement, notre
démarche n’a pas abouti. Nous avons aussi collaboré avec la Société
canadienne de sclérose latérale amyotrophique pour faire avancer ce
dossier. L’année dernière, la société a reconnu que cette maladie
devait ouvrir droit à pension.
That is the type of work we try to do; we try to bring together
the information that is out there, share that information not only
with the legions but also with other veterans associations. We run
a consultation group every October with all the veterans
associations to try to bring all that information together and
use it to advocate on behalf of veterans and change some of the
situations.
Voilà le genre de travail que nous faisons; nous essayons de
rassembler l’information existante, de la faire circuler non
seulement au sein de la Légion, mais aussi auprès d’autres
associations d’anciens combattants. Tous les ans au mois
d’octobre, nous organisons un groupe de consultation auquel
participent toutes les associations de vétérans pour essayer de
rassembler l’information en question et de nous en servir pour
faire avancer la cause des anciens combattants et pour modifier
certaines situations.
Senator Stratton: How would Canada measure up as compared
to these other countries, if you were grading us? It is critical that
we know where we are relative to these other countries.
Le sénateur Stratton : Si l’on vous demandait de classer le
Canada par rapport aux autres pays, comment se comparerait-il?
Il est très important que nous sachions où nous nous situons par
rapport aux autres pays.
Mr. White: Relative to other countries, we are all in the same
boat at this stage in the game. We are experiencing new things.
We are discovering new things. We are recognizing PTSD, which
was never done before; it was hidden away to the side. We still do
not have the needed research in all of the countries that will tell us
where we will go down the road and how we will transition. In
terms of the latent effects of some of the conditions that will come
forward after we finish our job internationally, we do not know
when they will come forward. We have to be out there and ready
to evolve and go forward.
M. White : Pour l’instant, nous sommes dans la même
situation que les autres pays. Nous expérimentons. Nous
découvrons de nouvelles choses. Nous sommes en train de
reconnaître le syndrome de stress post-traumatique, ce qui est
tout à fait nouveau, parce qu’on l’avait caché dans un coin
jusqu’ici. Nous ne disposons encore pas de toute la recherche
effectuée par les autres pays pour nous indiquer ce qui se passera
dans l’avenir et la façon dont nous ferons la transition. Pour ce
qui est des effets latents de certains états pathologiques qui seront
reconnus une fois que nous aurons fini notre travail à l’échelle
internationale, je ne sais pas ce que ça donnera. Nous devons être
prêts à évoluer et à progresser.
Canada is doing very well at that. People knock the New
Veterans Charter, but it has brought in a new sense of assisting a
veteran to ensure that they are looked after as best we can to
make them part of the community again. The NVC looks at the
whole wellness of the individual, not just symptomatically from
one condition to the next. Canada is doing well, but all veterans
associations are still vigilant to ensure that we bring to the
government those issues that must be changed.
Le Canada fait bonne figure. Les gens critiquent la nouvelle
Charte des anciens combattants, mais celle-ci donne de nouveau
l’impression qu’on veut aider les vétérans du mieux possible pour
leur permettre de réintégrer la vie civile. La Charte parle du bienêtre complet de la personne, pas uniquement du traitement de ses
états pathologiques. Le Canada fait d’excellentes choses, mais
toutes les associations d’anciens combattants demeurent
vigilantes pour attirer l’attention du gouvernement sur les
problèmes qu’il convient de régler.
3:34
Veterans Affairs
14-11-2011
On a par of one to the others, it would be difficult for me to
give you a rating. We do a fairly good job, and we need to
continue to do so and improve as we evolve to find out new things
as they happen.
Il me serait difficile de vous donner un classement comparatif.
Nous faisons du bon travail, mais nous devons continuer et nous
améliorer dans notre recherche de nouvelles solutions.
Senator Day: I notice two things from your presentation. One
is the reliance on the Poppy Fund and the other is how many of
your programs seem to have been initiated in British Columbia.
Could you comment on each of those? Why are the programs out
in B.C.? Do they raise more money from the Poppy Fund? How is
it administrated?
Le sénateur Day : J’ai relevé deux choses dans ce que vous avez
dit au début. D’abord, votre dépendance du Fonds du Coquelicot
de même que le nombre de programmes qui semblent émaner de
la Colombie-Britannique. Pourriez-vous nous en dire davantage
sur ces deux aspects? Quels programmes ont été conçus en
Colombie-Britannique? Permettent-ils de recueillir plus d’argent
que le Fonds du Coquelicot? Comment cela est-il administré?
Mr. White: The Poppy Fund is the result of the annual Poppy
Campaign conducted by the legion branches from the last Friday
in October through to Remembrance Day. That fund is a sacred
trust with Canadians. It is held nationally, provincially and
locally. Funds collected at legion branches through the offerings
of poppies to the general public are kept at the branch level. If
there is a veteran at a branch who needs assistance, all he has to
do is go into his branch and ask for that assistance. The poppy
committee at the branch is there to assist him. We hold funds
provincially, and I hold funds nationally as well.
M. White : Le Fonds du Coquelicot est alimenté par la
campagne annuelle organisée par les filiales des légions entre le
dernier vendredi d’octobre et le jour du Souvenir. Ce fonds est
sacré pour les Canadiens. Il est administré à l’échelle nationale, à
l’échelle provinciale et à l’échelle locale et il est constitué à partir
des collectes réalisées par nos filiales auprès de la population; les
sommes sont conservées au niveau local. Il suffit à l’ancien
combattant inscrit dans une filiale qui a besoin d’assistance de
s’adresser à cette filiale pour être aidé. Le Comité du Coquelicot
de la filiale va lui donner un coup de main. Nous avons aussi des
fonds qui sont administrés à l’échelle provinciale et,
personnellement, j’administre les fonds à l’échelle nationale.
The monies collected through the Poppy Campaign are held
specifically to support our veterans and their families. They do
not go into the general ledger of the branches; they are not held
that way. They are kept separately because that fund is designed
specifically to assist veterans, ex-service people and their families.
That is solely what those funds are designed to be used for.
L’argent recueilli à l’occasion de la Campagne du Coquelicot
sert spécifiquement à aider les vétérans et leurs familles. Nous ne
nous en servons pas pour les dépenses générales des filiales; ce
n’est pas à cela que sert cet argent. Il est conservé à part parce
qu’il est destiné précisément à aider les vétérans, les anciens
militaires des trois armes et leurs familles. C’est uniquement à
cette fin que servent ces fonds.
Senator Day: How would you get funds nationally?
Le sénateur Day : Comment obtenez-vous les fonds à l’échelle
nationale?
Mr. White: Through the distribution of wreaths and poppies.
We coordinate the distribution of wreaths and poppies nationally
with our supplier, Dominion Regalia, in Toronto.
M. White : Grâce à la distribution de couronnes et de
coquelicots. Nous coordonnons la distribution de couronnes et
de coquelicots à l’échelle nationale en collaboration avec notre
fournisseur, Dominion Regalia, de Toronto.
Senator Day: For a local branch that promotes Remembrance
Week and collects funds from poppies that they distribute, do you
get a fee for providing the poppies to them?
Le sénateur Day : Exigez-vous des frais des filiales locales qui
font la promotion de la Semaine du Souvenir et qui recueillent des
fonds grâce à la vente de coquelicots?
Mr. White: No, they have to purchase those poppies from the
central supplier. They purchase them at a certain level through
their provincial command and then they distribute the poppies for
donations from Canadians.
M. White : Non, elles doivent acheter leurs coquelicots auprès
du fournisseur national. Elles les achètent en passant par leur
direction provinciale et elles distribuent ensuite les coquelicots
pour recueillir les dons des Canadiens.
Senator Day: Does the supplier then provide you with some
money?
Le sénateur Day : C’est donc le fournisseur qui vous donne de
l’argent.
Mr. White: No.
M. White : Non.
Senator Day: Do you do a national fundraising campaign?
Le sénateur Day : Organisez-vous des campagnes de financement
nationales?
Mr. White: No, we do not do it on a national level. From the
distribution and sale of the poppies down through the provincial
level, there is a fee in there for us.
M. White : Non, nous ne faisons rien à l’échelle nationale.
Nous percevons un droit auprès des organisations provinciales,
droit qui est prélevé sur la distribution et la vente de coquelicots.
14-11-2011
Anciens combattants
Senator Day: That is where the funds come back to you.
3:35
Le sénateur Day : C’est donc là que vous allez chercher l’argent.
Mr. White: Yes. On your second question about B.C. and
Yukon, I guess it is typical if you live on that other side of the
mountain range. We make fun of it all the time. BC/Yukon
Command has been very progressive in how they are handling
some of the veterans’ issues and some of the programs they have
brought forward.
M. White : Oui. Pour ce qui est de votre seconde question, au
sujet de la Colombie-Britannique et du Yukon, je dirais que c’est
tout à fait classique pour ceux qui résident de l’autre côté de la
chaîne montagneuse. C’est pour nous une source de plaisanteries.
La Direction de la Colombie-Britannique et du Yukon a toujours
été progressiste dans sa façon de s’attaquer à certaines des
questions concernant les anciens combattants et dans le genre de
programmes qu’elle met en oeuvre.
The Veterans Transition Program is a good example of it.
Cockrell House is another good example of the types of programs
that they have instituted out there through their military
community committee to support the military and the military
families.
Le Programme de transition en est un bon exemple. La Maison
Cockrell est un autre excellent exemple du genre de programmes
lancés par le comité communautaire militaire pour appuyer les
militaires et leurs familles.
Now we are trying to take some of that programming and
move it nationally. It has taken a while, but every individual is
proud of the accomplishments they have made, and now we have
to spread that sort of wealth across the country.
Nous essayons maintenant d’adapter ces programmes à
l’échelle nationale. Il a fallu du temps, mais tout le monde est
très fier des réalisations jusqu’ici et nous devons maintenant faire
profiter le reste du pays de ces bonnes trouvailles.
Senator Day: There are at least two programs that you referred
to that you are hoping to spread nationwide that have started in
British Columbia. What is holding you up — is it funding? Is that
what you need in order to do that?
Le sénateur Day : Vous avez mentionné au moins deux
programmes que vous aimeriez étendre à l’échelle nationale et qui
émanent de la Colombie-Britannique. Qu’est-ce qui vous retient, le
financement? Est-ce ce dont vous avez besoin pour y parvenir?
Mr. White: Every command we have — each is aligned generally
on provincial boundaries — has different resources. B.C. and
Ontario have good resources. Predominantly, that is where a lot of
our membership is, in Ontario and B.C. They have resources to be
able to commit to some of these types of programs.
M. White : Chaque direction — généralement définie en fonction
de limites provinciales — dispose de ressources différentes. Ces
ressources sont bonnes en Colombie-Britannique et en Ontario.
Nous avons d’ailleurs le plus grand nombre de membres dans ces
deux provinces qui disposent des ressources nécessaires pour
administrer de tels programmes.
What we are looking at from a national perspective is how we
can assist in resourcing some of these programs. That is what we
are looking at right now.
À l’échelon national, nous cherchons à voir comment alimenter
nous-mêmes certains de ces programmes et c’est ce que nous
faisons actuellement.
Senator Day: I hope you do find the funds to do this, because
these programs sound like they are very complementary to other
programs that Veterans Affairs, Canadian Forces and National
Defence are doing. The Legion has always played a very
important role in support of veterans. If these programs have
been successful, which they clearly have been in British Columbia,
we should do what we can to help you introduce them in the rest
of the country.
Le sénateur Day : J’espère que vous trouverez les fonds
nécessaires pour cela parce que j’ai l’impression que ces
programmes s’inscrivent idéalement en prolongement d’autres
programmes offerts par Anciens Combattants Canada, par les
Forces canadiennes et par la Défense nationale. La Légion a
toujours joué un rôle très important à l’appui des anciens
combattants. Si ces programmes ont donné des résultats, ce qui a
clairement été le cas en Colombie-Britannique, nous devrions faire
tout en notre pouvoir pour vous aider à les étendre au reste du pays.
Have you had discussions with Veterans Affairs and National
Defence? Is that part of the ongoing efforts?
Avez-vous eu des entretiens à ce sujet avec Anciens Combattants
Canada et avec la Défense nationale? Cela fait-il partie de leur
action régulière?
Mr. White: It is part of the ongoing, particularly with the
Veterans Transition Program. The program out of Alberta with
Outward Bound seems to be working fairly well and we are
monitoring how that is going.
M. White : C’est ce qui se fait régulièrement, surtout avec le
Programme de transition des vétérans. Celui de l’Alberta,
Outward Bound, semble assez bien fonctionner et nous le suivons.
Senator Day: That one intrigued me because military people
are already well trained in Outward Bound-type activities. Why
would you be involved in that?
Le sénateur Day : Celui-ci m’intrigue, parce que les militaires
sont déjà bien entrainés aux activités sur le terrain. Pourquoi ce
programme?
3:36
Veterans Affairs
Mr. White: It is putting people together with like conditions.
14-11-2011
M. White : Il permet de rassembler des gens qui présentent des
états pathologiques semblables.
Ms. Siew: It is something they like to do. They are comfortable
in that environment.
Mme Siew : C’est quelque chose qu’ils aiment faire, ils sont à
l’aise dans ce genre d’environnement.
Mr. White: It is also comfortable to take them out of uniform,
to allow them to do it out of uniform so they do not feel any of
the constraints that they may have felt in uniform when they have
rank up. It is nice to get out of rank every once in a while and go
into these programs and just be a person. That is what the
Outward Bound program does.
M. White : Ils se sentent mieux sans uniforme; c’est bien de
leur permettre de laisser tomber l’uniforme et de ne plus avoir à
subir les contraintes qu’ils avaient avant, notamment à cause de la
hiérarchie. C’est bien, de temps en temps, de laisser tomber les
grades, de suivre un programme comme n’importe qui d’autre.
C’est à cela que sert le programme Outward Bound.
The other really good program that we hope will be spread
nationally is the one being sponsored out of Ontario — particularly
in Toronto right now — with the Homeless Veterans Program. That
is an excellent program. To date, they have probably coordinated
with about four shelters in Toronto. There is a Veterans Affairs case
manager who has been assigned down there as well.
L’autre programme excellent qui, nous l’espérons, deviendra un
programme national, est celui que nous avons commandité en
Ontario — surtout à Toronto —, je veux parler du Programme des
vétérans sans abri. Il est excellent. Jusqu’ici, il a permis de
coordonner l’action de quatre abris à Toronto. Un gestionnaire de
cas d’Anciens Combattants a été détaché auprès de ce programme.
What they are doing is coordinating resources, instead of
infrastructure, to ensure they are going into the shelters and
having the veterans identify themselves. A large issue is to ensure
that they do self-identify and that they come forward for some of
the assistance. At times they are reluctant to do so.
Il est question de coordonner les ressources et non les
infrastructures pour s’assurer qu’elles bénéficient aux abris et
que les anciens combattants s’auto-identifient. L’autoidentification est d’ailleurs une grande partie du problème parce
qu’il faut s’assurer que les vétérans réclament l’aide dont ils ont
besoin. Certains hésitent à le faire.
Then they are offering them the services of either a place to get
better, or a place to get assistance, clothing, and all the other
things we can offer them, including the counselling they need to
start to take back control of their lives.
Ensuite, on leur offre des services comme un lieu où se faire
soigner, où obtenir une assistance, des vêtements et d’autres
services comme du counselling afin de reprendre leur vie en main.
Senator Day: Did you have any dealings with the Veterans
Ombudsman with respect to this particular aspect? That was one
of his reports — that there were a good number of veterans who
were on the street, homeless, and needing some help.
Le sénateur Day : Est-ce que vous traitez avec l’ombudsman
des anciens combattants à ce sujet? Ça a été le thème d’un de ses
rapports, soit qu’un grand nombre de vétérans se retrouvent dans
la rue, sans abri, et qu’ils ont besoin d’aide.
Mr. White: No, we did not.
M. White : Non.
Senator Day: That was one of the challenges there.
Le sénateur Day : C’était un des problèmes mentionnés.
The other item I wanted to ask you both, and then I will go on
second round, if I could, is that we have learned through other
committees that Veterans Affairs Canada will be reducing the
amount of funds they have available by $232 million over the next
few years. That is because they are saying that they do not need as
much money to service the veterans to the same extent because a
lot of them are aging, but there are a lot of new veterans coming
along under the New Veterans Charter.
L’autre aspect dont je veux vous parler à tous deux — après quoi
je passerai à une deuxième série de questions, si on me le permet —
concerne ce que nous avons appris d’autres comités, c’est-à-dire
qu’Anciens Combattants Canada envisage de réduire le budget qu’il
consacre au service des vétérans de 232 millions de dollars dans les
prochaines années. Le ministère affirme qu’il n’a plus besoin
d’autant parce que la population d’anciens combattants vieillit,
même si beaucoup de nouveaux vétérans tombent sous le coup de la
Nouvelle Charte des anciens combattants.
Have you had some discussions in that regard, and what is
your role with respect to the new veterans?
Avez-vous eu des échanges à ce sujet avec le ministère et quel
rôle jouez-vous dans le cas des nouveaux vétérans?
Mr. White: I will speak to the issue of the funding, and then
Ms. Siew can speak to what we are doing for newer veterans.
M. White : Je vais vous parler de la question du financement,
puis Mme Siew vous répondra au sujet de ce que nous faisons
pour les nouveaux vétérans.
People are playing with numbers between $220 million and
$230 million. It is an issue of demographics. The veteran
population is declining. We understand that these are statutory
funds, that if they are needed and the demographics prove wrong,
Les gens jouent sur les chiffres qui varient de 220 à 230 millions
de dollars. Tout est question de statistiques. La population
d’anciens combattants est en déclin. Nous croyons savoir qu’il
s’agit de fonds prévus dans la loi et que si les besoins sont
14-11-2011
Anciens combattants
3:37
then the funds will be there to ensure that the programs, as
legislated programs, will be there to support the veterans. We
fully understand that.
confirmés, ils permettront de financer les programmes à
l’intention des vétérans, programmes également prévus dans la
loi. Ça, nous le comprenons très bien.
We do also believe that if there are surplus funds, why not turn
them over to other programs that have maybe been held in
abeyance or some of the new programs that might be out there to
assist not only the older veterans, but some of the newer ones as
well? If Canada has committed that money to support our
veterans, then why not use it to support our veterans? If it can be
evolved, rolled over into different programming, I do not think
you would have anyone at the Legion standing up and saying do
not do that.
En revanche, s’il y a des fonds excédentaires, pourquoi ne pas
les transférer à d’autres programmes qui ont pu être mis en
suspens ou à d’autres nouveaux programmes susceptibles d’aider
non seulement les anciens combattants, mais aussi les nouveaux
vétérans? Dans la mesure où le Canada a réservé ces sommes pour
assister les anciens combattants, pourquoi ne pas s’en servir pour
les aider? S’il était possible d’appliquer ces fonds excédentaires à
d’autres programmes, je ne pense pas que qui que ce soit à la
Légion s’en offusquerait et s’y opposerait.
Ms. Siew: I think Veterans Affairs needs to proceed very
cautiously with their plans and priorities with the estimates for the
decreased funding as a result of the changing demographics. We
do not know what the long-term impact will be with the Canadian
Forces veteran in terms of how that client will evolve or if there
will be increased numbers as a result of the number of
deployments we have done over the last 20 years. We do not
know that yet.
Mme Siew : Je pense qu’Anciens Combattants Canada doit être
très prudent dans ses plans et priorités pour calculer la réduction
budgétaire qui s’impose au vu des baisses de population d’anciens
combattants. Nous ne savons pas encore comment va évoluer la
population d’anciens combattants des Forces canadiennes et si l’on
ne va pas assister à une augmentation de leur nombre dans la foulée
des déploiements effectués ces 20 dernières années. Nous ne savons
pas encore où nous en sommes.
What we do know is that we have Canadian Forces still serving
and veterans in communities across the country. Veterans Affairs
must ensure that they have the staffing levels, so that the storefront
where the veteran approaches us for services is not a 1-800 number,
that it can answer the questions.
Cependant, nous savons qu’il y a encore des militaires et qu’il y a
aussi des anciens combattants qui vivent un peu partout au pays.
Anciens Combattants Canada doit veiller à disposer du personnel
nécessaire pour que le service offert aux vétérans ne se résume pas à
des réponses toutes faites au bout d’un numéro 1-800; il doit y avoir
au bout du fil des gens aptes à répondre aux questions posées.
Sometimes the veterans or their family do not know what
questions to ask. If you are calling in to a line that has a list of
answers, depending on which question the veterans ask, my
comment is sometimes they do not know which question to ask. If
they ask the wrong question, they will not get the answer they are
looking for or the help they need.
Il arrive que les vétérans ou les membres de leur famille ne
sachent pas quelles questions poser. Quand il appelle la ligne 1-800
où le préposé dépend d’une liste de réponses prédéterminées, il
arrive que le vétéran ne sache pas quelle question poser. S’il pose la
mauvaise, il n’obtiendra pas la réponse qu’il cherche ni celle qui sera
susceptible de l’aider.
As Veterans Affairs are looking at cutting staff, they also have
to ensure they have the right staff in the right places — on bases,
in the Integrated Personnel Support Centres where the veteran is
transitioning out of the Canadian Forces, where they need the
care.
À l’heure où Anciens Combattants Canada envisage de réduire
ses effectifs, le ministère devrait veiller à mettre le personnel
qualifié au bon endroit, c’est-à-dire dans les bases, dans les centres
intégrés de soutien du personnel là où les vétérans effectuent la
transition des Forces canadiennes à la vie civile et là où ils ont
besoin d’un coup de main.
Within the last year, Veterans Affairs has hired 25 new case
managers across the country. That is not a lot of case managers to
meet the complex needs of the Canadian Forces veteran. I know
that on some bases, they are not seeing case managers until they
have a release message in their hand.
Dans les 12 derniers mois, Anciens Combattants Canada a
engagé 25 nouveaux gestionnaires de cas à l’échelle du pays. Ça ne
fait pas beaucoup pour répondre aux besoins complexes des
anciens combattants des Forces canadiennes. Je sais que, dans
certaines bases, les gens n’ont pas de contact avec un gestionnaire
de cas avant d’avoir reçu leur message de libération.
Sometimes there is a long time between when you know you
will be released with a medical category until the time you get
your release. You are in limbo, wondering what services are
available and where you need to go for help.
Il s’écoule parfois longtemps entre le moment de la libération
pour motif médical et le moment où la libération intervient.
Pendant toute cette période, le vétéran est dans les limbes, il se
demande quels services on pourrait lui offrir et à qui il doit
s’adresser pour obtenir un coup de main.
The services and the resource need to be available at the IPSCs.
They still need to be available at the district offices. The staffing
levels of case managers, area counsellors and disability benefit
Or, les services et les ressources nécessaires sont offerts aux
CISP. Il faudrait offrir également ces services dans les bureaux de
district. Il sera encore très important de maintenir les effectifs de
3:38
Veterans Affairs
14-11-2011
officers are still very important. Yes, there is a declining
demographic with the traditional veteran, but the Canadian
Forces veterans need to have the services available where they
need them.
gestionnaires de cas, de conseillers régionaux et d’agents de
prestations d’invalidité. Il est vrai que le nombre d’anciens
combattants diminue dans la catégorie des vétérans traditionnels,
mais Anciens Combattants Canada doit continuer d’offrir les
services là où ils sont nécessaires.
Mr. White: We are also finding that veterans who are releasing
do not know what they are entitled to and are not being told what
they are entitled to from case managers. That is a real problem. If
they are going in to see someone who is supposed to be
counselling them on what is available to them in their
programs, they should get the gamut of programming and
benefits available to them explained to them, instead of maybe
just symptomatic issues. That is a big issue; case managers do
have to explain the complete availability of programs to the
individuals as they are counselling them.
M. White : On se rend également compte que les anciens
combattants libérés ne savent pas à quoi ils ont droit et qu’on ne
leur dit pas ce qu’ils peuvent attendre d’un gestionnaire de cas.
C’est un vrai problème. Quand ils rencontrent une personne qui
est censée les conseiller sur l’ensemble des programmes mis à leur
disposition, il faudrait que celle-ci leur parle de tous les
programmes et de toutes les prestations auxquels ils ont droit et
leur expliquer ce dont il retourne, plutôt que de se limiter à ce qui
concerne leur condition physique. C’est un grand problème; il faut
que les gestionnaires de cas expliquent tous les programmes
offerts aux vétérans quand ils les rencontrent dans le cadre de
services de counselling.
The Chair: You, by legislation, have a responsibility for
advocacy. I put it that way. I know that 15 to 20 per cent of cases
go through you or make their way back to you. I am wondering
why, unless you have seen the new demands, and we are looking
at the transition program that you have initiated. We also look at
the Legion Military Skills Conversion Program for reservists
through the B.C. Institute of Technology. Why not give you more
responsibilities than under legislation to advance those programs
versus them purely being handled by Veterans Affairs Canada?
Why not give you that mandate and have you pursue it?
Le président : Vous êtes tenus, par la loi, à représenter les
vétérans. Je sais que, dans 15 à 20 p. 100 des cas, vous vous
retrouvez avec leurs dossiers en main. Je me demande pourquoi, à
moins que vous ayez vu les nouvelles demandes, et il est ici
question du programme de transition que vous venez de lancer.
Par ailleurs, il y a aussi le Programme de conversion des
compétences militaires de l’Institute of Technology de la
Colombie-Britannique qui s’adresse aux réservistes. Pourquoi ne
vous confie-t-on pas plus de responsabilités dans la loi, afin que
vous vous occupiez de programmes qui, jusqu’à présent, sont
entièrement administrés par Anciens Combattants Canada?
Pourquoi ne pas vous confier ce mandat et ne pas vous
demander de vous en occuper?
The second angle to that is, who are these people who are
doing it? What are the qualifications of those who are in the
transition mode? Why are they linked to universities? What is
your link with industry to make that work?
D’un autre côté, qui s’occupe de tout ça? Quelles sont les
qualifications de ceux qui travaillent au programme de transition?
Pourquoi ce lien avec les universités? Avez-vous des liens avec
l’industrie pour que ça fonctionne?
Mr. White: We are a not-for-profit organization, a volunteer
organization. Our monies are raised by our members. We are a
members’ dues-based organization. We would love to be able to
expand our programming, but we are hindered by the amount of
money that we have from dues and the amount of money we can
raise. If we had the financing, we would also love to be an
advocate and be independent. I tend to look at the corporate one
card that says we do not want to have the hands in our pocket.
We would love to have the independence as an organization so
that we can go to government and not be hindered by any of the
programs we may be assisting government with or having
government funding coming to us. There is an issue there. We
want to maintain our independence, and we want to have some
very fulfilling programs to use and transition and involve, to be
able to assist the range of veteran out there, from World War II
veterans all the way through to those coming home from
Afghanistan and Libya.
M. White : Nous sommes un organisme sans but lucratif, un
organisme constitué de bénévoles. Notre argent nous vient de nos
membres. Nous sommes une organisation qui est financée par des
cotisations. Nous aimerions beaucoup pouvoir étendre nos
programmes, mais nous sommes limités par les fonds dont nous
disposons grâce aux droits d’adhésion et aux dons que nous
récupérons. Si nous avions les fonds nécessaires, nous adorerions
pouvoir militer en faveur des anciens combattants et être
financièrement autonomes. J’aime bien l’attitude de cette carte
de crédit qui dit dans sa publicité qu’elle n’est pas là pour puiser
dans les poches de ses clients. Nous aimerions être une
organisation autonome qui ne serait pas limitée dans le genre de
programmes qui nous permettraient d’aider le gouvernement, que
ce soit avec ou sans financement de celui-ci. Il y a là un problème.
Nous voulons maintenir notre indépendance et être en mesure
d’offrir des programmes pleinement satisfaisants, nous voulons
être en mesure d’aider les différentes catégories d’anciens
combattants, de ceux de la Seconde Guerre mondiale jusqu’aux
vétérans de l’Afghanistan et de la Libye.
14-11-2011
Anciens combattants
3:39
We need to maintain our independence. We need to raise funds
to do it. We also need to advocate to the government and say,
‘‘Maybe it is your responsibility, government, to be providing
those programs to these individuals. They served the country.’’
There is a responsibility of the government to make sure they look
at the programs, conduct the research needed to justify the
programs, and then have the programs implemented on behalf of
the individuals.
Il faut que nous demeurions indépendants. Pour cela, nous
devons faire des campagnes de financement. Nous devons aussi
pouvoir intervenir auprès du gouvernement en lui disant : « Peutêtre que cela relève de votre responsabilité, que c’est vous qui
devez offrir ces programmes à tous ces gens-là qui ont servi leur
pays. » Il en va de la responsabilité du gouvernement
d’administrer ces programmes, d’effectuer les recherches
nécessaires pour en justifier l’existence, puis de les mettre en
oeuvre au nom des vétérans.
We do not know where the programs will evolve to. We know
how we can evolve our programs, but through our first application
process, and what Ms. Siew does with the service bureau, we are
seeing more and more modern veterans, if you want to call them
that, than we are the other veterans. We are assisting first
applications of more and more modern veterans than we ever
have before. We are busier than we have ever been before.
Nous ne savons pas comment ces programmes vont évoluer.
Toutefois, nous savons comment évoluent nos programmes parce
qu’à l’étape des premières demandes que nous recevons, c’est-àdire ce que fait Mme Siew au Bureau d’Entraide, nous constatons
qu’il y a de plus en plus de vétérans modernes, si vous voulez les
appeler ainsi, et de moins en moins d’anciens combattants. Nous
aidons de plus en plus de vétérans modernes, plus que jamais
auparavant, à remplir leur première demande. Nous sommes plus
occupés que nous l’avons jamais été.
We are also getting some of the older veterans coming back
and saying, ‘‘I think I have been suffering from this all these
years,’’ particularly some older veterans who have been suffering
through PTSD; now that it is out in the open and public and
acceptable to discuss it, they are coming forward and saying they
need assistance as well. Their families are bringing those veterans
forward and saying, ‘‘Our family has suffered all these years from
that time, and we really do need some assistance.’’
Il y a aussi des anciens combattants qui reviennent nous voir en
nous déclarant qu’ils ont souffert de telle ou telle affection durant
toutes ces années, surtout les vétérans atteints de TSPT —
maintenant que cet état est reconnu publiquement, que tout le
monde peut en parler — et ils viennent nous voir en nous disant
qu’eux aussi ont besoin de se faire aider. Il y a aussi les familles de
ces anciens combattants qui nous disent avoir souffert pendant
toutes ces années et avoir vraiment besoin d’assistance.
The Chair: You are answering that you do not need more
legislation, you want more independence, but you need
independent funding to support you and you have to find a
way to do that, including more members from the Canadian
Forces or veterans to be part of the Legion and increase your
recruitment base.
Le président : Ce que vous venez de dire, c’est que vous n’avez
pas besoin de plus de lois, mais de plus d’indépendance, et aussi
que vous devez être financièrement indépendants et que vous
devez trouver une façon d’y parvenir, notamment en augmentant
votre bassin de recrutement grâce aux militaires des Forces
canadiennes et aux anciens combattants qui pourraient adhérer à
la Légion.
The second part of the question is the actual structure of that
institute and the transition program. Who are these people who
are doing that?
La deuxième partie de ma question concernait la structure de
l’institut et le programme de transition. Qui sont les gens qui s’en
occupent?
Mr. White: It is Dr. Marv Westwood and Dr. David Kuhl,
who are in the psychology research environment at UBC. They
were approached many years ago, before 1999, to look at some of
the issues of transitioning people and to talk about PTSD. I met
them two years ago when I was in B.C. They are two very
dedicated and involved individuals. The program is sponsored
through them at UBC, so UBC is the house for it right now.
M. White : Il s’agit des Drs Marv Westwood et David Kuhl,
du Département de recherche en psychologie de l’Université de la
Colombie-Britannique. Nous les avions contactés il y a bien des
années, avant 1999, pour leur demander de se pencher sur la
problématique des militaires devant passer à la vie civile et de
s’intéresser au TSPT. Je les ai rencontrés il y a deux ans, quand
j’étais en Colombie-Britannique. Ce sont deux personnes
dévouées. Le programme est administré par l’Université de la
Colombie-Britannique et c’est pour ça qu’il est logé là-bas.
The Chair: Is funding part of it?
Mr. White: No, we do the funding ourselves from the Legion.
The Chair: Can we say that that has been a pilot program that
is mature enough now to be expanded across the country?
Le président : Est-il également financé par l’Université de la
Colombie-Britannique?
M. White : Non, c’est la Légion qui fournit les fonds.
Le président : Y a-t-il eu un projet pilote qui vous permette
maintenant de dire que ce programme est assez mûr pour être
étendu au reste du pays?
3:40
Veterans Affairs
Ms. Siew: I would not say it is a pilot project. I would say it is a
project that developed out of British Columbia, and there is a
need now to expand it across the country.
14-11-2011
Mme Siew : Je ne parlerais pas de projet pilote. C’est un
programme qui a été mis sur pied en Colombie-Britannique et l’on
constate maintenant qu’il est nécessaire de l’étendre au reste
du Canada.
The Chair: It is mature enough to do it?
Le président : Est-il suffisamment mûr pour cela?
Ms. Siew: Absolutely.
Mme Siew : Tout à fait.
Mr. White: Absolutely.
M. White : Absolument.
The Chair: Thank you very much.
Le président : Merci beaucoup.
Senator Plett: I want to again express my appreciation for what
you do. Congratulations to British Columbia and the Yukon.
Clearly, we need to move some of that east and get some of the
expertise that the people in British Columbia have in developing
these programs.
Le sénateur Plett : Encore une fois, je tiens à vous dire à quel
point j’apprécie ce que vous faites. Félicitations aux gens de la
Colombie-Britannique et du Yukon. Il est évident que nous avons
besoin de ce genre de programme dans l’Est de même que des
compétences que possèdent les gens en Colombie-Britannique
après avoir élaboré ces programmes.
You answered my first question in part, but I do want to ask
the question, and I want you to elaborate a little bit on it. You
said that many of the older vets are now coming back, people who
say they have had PTSD for all these years when people did not
want to talk about it, and it is now becoming more open and
people can.
Vous avez en partie répondu à ma première question, mais je
voudrais que vous m’en disiez davantage. Vous avez dit que vous
voyez revenir un grand nombre d’anciens combattants des
premières vagues, des gens qui ont souffert de TSPT pendant
des années, mais qui ne voulaient pas en parler; maintenant que
c’est plus ouvert, ils se sentent libres de le faire.
Is your homelessness problem also larger now with the new
veterans than it has been? What is the demographic of the
veterans who are homeless? Is it the older vets or the newer ones?
Le problème des sans-abri est-il également plus important
aujourd’hui dans le cas des nouveaux vétérans que par le passé? À
quoi ressemble la population de vétérans sans abri? S’agit-il
d’anciens combattants traditionnels ou de nouveaux vétérans?
Mr. White: I could not give you exact numbers on the
demographics of the homeless program. We have probably
assisted over 70 people to this stage in the game. From my very
brief knowledge of what the program is all about, I am not sure we
are seeing older veterans in the program, but we are seeing people
who have served in Bosnia, in some of our more modern-day
deployments, Rwanda, everywhere. They span in age, from what I
have been told, anywhere from their fifties down through to their
thirties. That is the demographic we are looking at right now. There
will be others out there.
M. White : Je ne peux pas vous dire exactement combien il y en
a. Nous avons sans doute assisté quelque 70 personnes jusqu’ici.
Je ne sais pas grand-chose de ce programme, mais je ne pense pas
qu’il accueille un grand nombre d’anciens vétérans, en revanche, il
y a ceux qui ont servi en Bosnie et d’autres vétérans des temps
modernes, comme ceux du Rwanda et d’autres missions. Ils
varient en âge, d’après ce qu’on m’a dit, entre la trentaine et la
cinquantaine. Voilà pour les données démographiques actuelles,
mais il y en aura d’autres à aider.
Senator Plett: Is the PTSD a large reason for the homelessness,
or is it people who just did not have high education who are
coming out of the military and cannot find work?
Le sénateur Plett : Le TSPT est-il la principale cause pour
laquelle les gens se retrouvent sans abri ou s’agit-il de personnes
qui ne sont pas très instruites à leur sortie de l’armée et qui ne sont
pas parvenues à se trouver un emploi?
Mr. White: There is really a mix of it all. PTSD is definitely
there, because that does have some issues about how individuals
are able to cope with certain circumstances. I could not identify a
number for you that would say such-and-such a percentage is due
to PTSD. An older veteran’s family sent us a letter and said,
‘‘Thank you very much for helping my father because we have
been suffering for this long with him in this condition. We have
never had a name to put to it or an explanation.’’
M. White : C’est un peu tout ça. Le TSPT est évidemment en
cause par l’effet qu’il a sur les personnes qui en sont atteintes et
qui ne parviennent pas à faire face à certaines circonstances de la
vie. Je ne pourrai pas vous exprimer en pourcentage la prévalence
du TSPT. Nous avons reçu une lettre d’une famille d’un vétéran
âgé qui disait ceci : « Merci beaucoup d’avoir aidé mon père parce
que nous avons beaucoup souffert pendant longtemps à ses côtés
en le voyant dans cet état. Nous ne savions pas comment appeler
cela et on ne nous a jamais rien expliqué. »
I still maintain that the Legion was the first PTSD treatment
centre in the country, starting in World War I, where individuals
gathered together as comrades and when people were suffering
the effects of shell shock, PTSD, whatever it was called in those
Personnellement, j’affirme que la Légion a constitué le premier
centre de traitement de TSPT au Canada, au lendemain de la
Première Guerre mondiale, quand des gens se sont regroupés dans
un esprit de camaraderie autour de personnes qui souffraient de
14-11-2011
Anciens combattants
3:41
days, they took them into the Legion branch and they selfmedicated. They looked after individuals until they were ready to
come back out on the street.
ce qu’on appelait alors la névrose des tranchées, quand ils les ont
accueillis au sein de la Légion pour leur donner eux-mêmes des
médicaments. Ils s’en sont occupés jusqu’à ce que ces anciens
combattants soient en mesure de reprendre une vie normale.
My grandfather did that for people who were in his battalion in
Dieppe. They looked after each other in the Legion because there
was nothing else in the community that was able to assist them.
Mon grand-père l’a fait pour ses camarades du bataillon de
Dieppe. Les membres de la Légion se sont entraidés parce qu’il
n’y avait rien dans la collectivité susceptible de les aider.
It was not a badge of honour. It was a badge of shame. Now it
is open and acceptable. I think the Legion has been there for quite
a while on PTSD.
À cette époque, on ne s’en vantait pas, on en avait plutôt
honte. Aujourd’hui, le TSPT est connu et accepté. Je pense que la
Légion agit sur ce plan depuis très longtemps.
Senator Plett: We are celebrating and were just given lapel pins.
Thank you for them. I am not sure where they came from.
Le sénateur Plett : C’est ce que nous sommes en train de
célébrer et on vient de nous remettre des épinglettes. Merci. Je ne
sais pas d’où elles viennent.
Ms. Siew: They are from Mr. White.
Mme Siew : Elles sont à M. White.
Senator Plett: I have put it on and will wear it proudly. Since
we are celebrating 70 years of service of women in the military, tell
me, with some of the issues that you folks deal with that we have
already been discussing, is that largely men? Do you see the same
type of mixture in women coming back with some of these issues
that you need to assist as well?
Le sénateur Plett : J’ai mis la mienne et je vais la porter
fièrement. Puisque nous célébrons 70 années de service féminin
dans l’armée, il semble que tous les problèmes dont vous vous
occupez et dont nous avons déjà parlé concernent essentiellement
les hommes. Avez-vous affaire à peu près aux mêmes populations
chez les femmes qui reviennent de mission et qui auraient elles
aussi des problèmes exigeant une assistance de votre part?
Ms. Siew: With regards to women, we are seeing both. Women
are coming back with post-traumatic stress disorder and with
depression. We are absolutely still seeing operational stress
injuries. It is about 10 per cent of the total veteran population
that are female and have self-identified, which is consistent with
the number of women in the Canadian Forces.
Mme Siew : Dans le cas des femmes, il y en a de deux sortes. Il
y a celles qui rentrent au pays atteintes de stress post-traumatique
et de dépression. On constate que certaines ont subi des blessures
dues au stress opérationnel. Ces femmes représentent environ
10 p. 100 de la population d’anciennes combattantes qui se sont
auto-identifiées, ce qui est conforme à la proportion des femmes
au sein des Forces canadiennes.
We do not have any research or knowledge base on the
understanding of what issues affect women’s health that is related
to their military service. No studies are being done in terms of the
stress that males endure during their military service, as well as
women. We know women typically are mothers. Of course, the
wife does all that work and has responsibilities in the majority of
households in Canada. Yet they serve their country, deploy and
work in a non-traditional environment. Still, it is 11 per cent of
women who are serving in the Canadian Forces and has been
since I joined in 1983. It has not changed. There are very few
senior female officers. You are working in a very male-dominated
environment, and there are unique stresses associated with that.
There has been no research to determine the effects of that.
Nous n’effectuons aucune recherche et ne possédons aucune
connaissance sur le genre de problèmes de santé qu’éprouvent les
femmes à cause du service militaire. Aucune étude n’a été réalisée
sur le stress que les hommes ressentent quand ils portent
l’uniforme, pas plus que sur les femmes. Bien des femmes sont
mères. Ce sont évidemment elles qui font le travail ménager et qui
assument l’essentiel des responsabilités dans la plupart des foyers
canadiens. Il n’empêche qu’elles servent leur pays, qu’elles sont
déployées et qu’elles se retrouvent dans des milieux non
traditionnels. Il demeure que les femmes représentent 11 p. 100
des effectifs des Forces canadiennes, depuis que je me suis engagée
en 1983. Rien n’a changé, Il y a des femmes haut gradées. Elles
doivent évoluer dans un milieu dominé par les hommes, ce qui
occasionne chez elles un stress tout à fait particuliers. On n’a
effectué aucune recherche pour en déterminer les effets.
Mr. White: Senator Pépin came to the Legion and asked us to
host a meeting where Ms. Siew was involved. It was an eyeopener for us all to listen to comments from the meeting. Some of
the issues we had not, from our male-dominated environment,
considered or even thought about. It was a good eye-opener for us
to think we need to look down the road at some of these issues.
M. White : Madame le sénateur Pépin s’est présentée à la
Légion et nous a demandé d’organiser une rencontre à laquelle a
participé Mme Siew. Les remarques des participantes ont été
révélatrices. Dans notre milieu dominé par les hommes, il a été
question de problèmes auxquels nous n’avions même pas pensé.
Cela a été très révélateur pour nous et nous nous sommes dit qu’il
fallait réfléchir sur ces questions à long terme.
3:42
Veterans Affairs
14-11-2011
Ms. Siew: I served 28 years in the Canadian Forces. I sat
around the table and was the moderator. I was really surprised.
We had a WWII veteran and women who were still serving —
from a corporal right through to naval captain — making
comments regarding equipment that did not fit right. Women just
wore that equipment because they had to. It did not matter how
much it hurt, and that should not be there. Then they have these
injuries and disabilities. How does that translate to the future and
to the musculoskeletal conditions that will develop later on. There
was abuse of authority for young women. If you are 22 years of
age, you will just stand there, listen to the comments and take it.
Some will not. Some will just leave and say, ‘‘The Canadian
Forces is not for me.’’
Mme Siew : J’ai servi 28 ans au sein des Forces canadiennes et
j’ai été vraiment surprise en animant la rencontre. Il y avait là des
anciennes combattantes de la Seconde Guerre mondiale et
d’autres femmes encore sous les drapeaux, du grade de caporal
à celui de capitaine de marine, qui nous ont parlé d’équipement
mal adapté pour les femmes. Elles n’ont pas d’autre choix que de
le porter, même si ça leur fait mal à cause d’un truc qui n’a pas
lieu d’être à tel ou tel endroit. Ça les blesse et elles tombent en
incapacité. Qu’est-ce que ça donnera tout ça dans l’avenir et quels
problèmes musculo-squelettiques risquent-elles de développer
plus tard. Des jeunes femmes ont fait les frais d’abus de
pouvoir. Quand on a 22 ans, on fige, et on prend les remarques
en pleine figure. Mais il y a aussi celles qui n’acceptent pas, qui
disent : « Les Forces canadiennes, ça n’est pas fait pour moi », et
qui s’en vont.
I had my career. It was a wonderful career. However to sit
around a table — and consistently every woman that was there
that had the same comment — I was shocked. I think Mr. White
was shocked as well.
J’ai eu une merveilleuse carrière, mais lors de cette réunion —
presque toutes les femmes ont fait les mêmes remarques —, j’ai été
choquée. Je crois que M. White aussi a été choqué.
Not to criticize the Canadian Forces, but I think the research
needs to be done to see what the impact is. It is not anecdotal or
qualitative. It needs to be quantitative so it is credible and
valuable so that we can develop the programs to move forward.
Loin de moi l’idée de critiquer les Forces canadiennes, mais
j’estime qu’il faudrait effectuer des recherches pour voir l’incidence
de tout cela. Il ne faut pas faire de recherche anecdotique ni
qualitative, mais une recherche quantitative pour disposer de
données valables, dignes de foi à partir desquelles il sera possible
d’élaborer des programmes pour progresser dans l’avenir.
Senator Plett: Thank you, and keep up the good work.
Le sénateur Plett : Merci et continuez cet excellent travail.
The Chair: I want to remind you that we did mandate Senator
Pépin to look at women veterans. Contrary even to the
Americans, we have them in infantry battalions, artillery
regiments and so on, which they do not have, except some
artillery. She studied that, and we will have to look at that again.
She was the first one to tell us that there are women veterans now
in combat and the impact of that. We will follow up on that.
Le président : Je tiens à vous rappeler que c’est nous qui avons
demandé au sénateur Pépin d’aller rencontrer les anciennes
combattantes. Contrairement à d’autres pays, même aux ÉtatsUnis, chez nous, les femmes servent dans les bataillons d’infanterie,
dans les régiments d’artillerie et autres, ce qui n’est donc pas le cas
chez nos voisins du Sud, sauf pour l’artillerie. Madame le sénateur
Pépin a étudié la situation et nous reviendrons là-dessus plus tard.
Elle a été la première à nous apprendre qu’il y a maintenant des
femmes vétérans qui ont combattu et que cela n’était pas sans
conséquences. Nous assurerons un suivi à sa mission.
Senator Day: I have two questions. First, tell me who the
Canadian Institute for Military and Veteran Health Research is.
Le sénateur Day : J’ai deux questions à poser. Premièrement,
dites-moi ce qu’est l’Institut canadien de recherche sur la santé des
militaires et des vétérans.
Mr. White: It is a group started by Brigadier-General William
Richard (Ret’d) out of Queen’s University and RMC in Kingston.
They have come together and are working to put together a
research institute that will look at issues for veterans and serving
military. We do not have an institute like that. They are trying to
bring in all the other universities across Canada. It has been
happening for the last two and a half years. They just had their
forum, and Senator Dallaire was there. Ms. Siew was there as well.
M. White : Il s’agit d’un groupe qui a été mis sur pied par le
brigadier-général William Richard, maintenant à la retraite, à
l’Université Queen’s et au CMR à Kingston. Ces deux institutions
se sont unies pour travailler ensemble à la mise sur pied de cet
institut de recherche qui va se charger de toutes les questions
concernant les anciens combattants et les militaires en service. Il
n’existe actuellement pas d’institut de ce genre. Il est question de
regrouper toutes les autres universités canadiennes autour de ce
projet. L’institut a été lancé il y a deux ans et demi. Il vient juste
de tenir son premier forum auquel a assisté le sénateur Dallaire.
Mme Siew y était également.
Senator Day: I did not know the name, but I was aware of the
activity.
Le sénateur Day : Je ne savais pas comment il s’appelait, mais
je savais ce qu’il fait.
14-11-2011
Anciens combattants
3:43
Ms. Siew: Twenty-two universities have signed MOUs and
partnered with this organization.
Mme Siew : Vingt-deux universités ont signé des protocoles
d’entente pour travailler en partenariat avec cette organisation.
Senator Day: Our chair just made a statement in the Senate on
that a couple of days ago.
Le sénateur Day : Notre président a fait une déclaration à cet
égard au Sénat il y a deux ou trois jours.
I would like to expand. You said with respect to homelessness,
you had no contact with the Veterans Ombudsman. On an
ongoing basis, do you deal with the Office of the Veterans
Ombudsman and the National Defence and Canadian Forces
Ombudsman’s office?
J’aimerais revenir sur une chose. À propos des sans-abri, vous
avez dit que vous n’étiez pas en contact avec l’ombudsman des
anciens combattants. Ne traitez-vous pas régulièrement avec le
Bureau de l’ombudsman des anciens combattants et avec le
Bureau de l’ombudsman de la Défense nationale et des Forces
canadiennes?
Mr. White: We have contact with both. The homeless project
in Toronto was not created because of the ombudsman’s office. It
was created because there was a need in Toronto. The people in
Toronto looked at it and said, ‘‘We need to do something about
this.’’ They moved forward to get it done. We have good contact
with both the Veterans ombudsman and Canadian Forces
Ombudsman. We share information, talk, have agreements and,
at times, disagreements on issues. However, we do discuss the
things we are concerned about. Mr. Parent was actually part of
our veterans consultation group. He attended at the end of
October and it was a pleasure to have him there. He could listen
to what the other 15 or 17 groups in the room were talking about.
It is a good information-sharing process.
M. White : Nous sommes en contact avec les deux. Ce n’est pas
grâce au Bureau de l’ombudsman qu’a été mis sur pied le projet des
sans-abri à Toronto. Il a été créé parce que nous en avions besoin
là-bas. Les gens de Toronto se sont penchés sur la question et ont
dit : « Il faut faire quelque chose. » Ils ont fait ce qu’il fallait. Nous
avons d’excellents rapports avec l’ombudsman des anciens
combattants et l’ombudsman des Forces canadiennes. Nous
échangeons des renseignements, nous parlons, nous nous mettons
d’accord et, parfois, nous sommes aussi en désaccord sur certaines
questions. Quoi qu’il en soit, nous parlons de tout ce qui nous
préoccupe. M. Parent a fait partie de notre groupe de consultation
sur les vétérans. Il a participé à la fin octobre et c’était un plaisir que
de le voir là. Il a pu entendre ce que les représentants des 15 ou 17
autres groupes présents avaient à dire. Ce genre de rencontre est
excellente pour échanger des informations.
Senator Day: Thank you. I am glad to hear that.
Le sénateur Day : Merci. Je suis heureux d’entendre ça.
Senator Stratton: I golf with an 80-year-old veteran from the
U.S. forces who fought in Korea. How many older vets are we
losing each year? He is 80 and he still plays golf. We have to be
losing significant numbers of them.
Le sénateur Stratton : Je joue au golf avec un ancien combattant
américain de la guerre de Corée qui a 80 ans. Combien de ces
anciens combattants disparaissent chaque année? Lui, il a 80 ans et
il joue encore au golf. Nous avons perdu plusieurs d’entre eux.
Ms. Siew: I do not know what the exact number is, but it is a
large number. I have heard 15,000 a year.
Mme Siew : Je ne sais pas combien exactement, mais c’est
beaucoup. On m’a dit 15 000 par an.
The Chair: There is an estimate from Veterans Affairs of close
to 2,000 a month.
Le président : D’après une estimation d’Anciens Combattants
Canada, il y en a près de 2 000 qui disparaîtraient chaque mois.
Senator Stratton: That is 24,000 a year. Thank you.
Le sénateur Stratton : Cela fait 24 000 par an. Merci.
The Chair: Thank you. As chair, I would like to bring
conclusion and request the following for our work: We need the
details of your transition program, its status, and structure and
probably the report you have. We cannot bring in the professors,
but we want to know the nuts and bolts of it.
Le président : Merci. Je vais maintenant mettre un terme à nos
travaux en vous adressant une requête pour la suite de notre étude :
Il nous faudra les détails de votre programme de transition, sa
situation, sa structure et sans doute aussi le rapport que vous avez
produit. Il ne nous sera pas possible de convoquer les professeurs,
mais nous aimerions connaître tous les détails.
You also mentioned research, certainly on women’s matters
and the institute for mental health. If you have a listing of other
research areas that should be launched for veterans, we would be
very keen on that. Although VAC has a research capability, it
may not be as versant as your area. I am not asking for something
sophisticated, but for point forms of areas.
Vous avez aussi parlé de recherche sur les questions de femmes
de même que des travaux effectués à l’institut de santé mentale. Si
vous avez une liste des autres domaines de recherche qu’il
conviendrait d’explorer dans le cas des vétérans, nous aimerions
bien la voir. Le MAC a une certaine capacité en matière de
recherche, mais il n’est pas aussi spécialisé que vous dans les
domaines qui vous intéressent. Je ne vous demande rien de très
raffiné, mais quelque chose en format télégraphique.
3:44
Veterans Affairs
14-11-2011
I am surprised that you do not have a much tighter link with
the U.S. legion. I hope you could tell us either why or how you
plan to do that. Although we are on side with the British and the
Australians, we are North American, and there might be an angle
we are not maximizing in Canada as they might be down there.
We would appreciate if you would provide us with that feedback.
Je m’étonne que vous n’ayez pas de lien plus étroit avec la U.S.
Legion. J’espère que vous pourrez nous dire pourquoi ou alors
comment vous envisagez d’en créer. Nous sommes, certes, très
proches des Britanniques et des Australiens, mais nous sommes des
Nord-Américains et il y a peut-être des choses sur lesquelles nous ne
misons pas autant au Canada que nos voisins du Sud. Nous
aimerions beaucoup que vous nous donniez un retour à ce sujet.
With that, thank you very much for being so clear and concise.
Thank you for your handout as well. It is an excellent reference
for us, as is the other work you are doing. There must be a way to
increase not only the recruitment of new veterans but also your
funding. I hope many of these other things, such as true patriot
love, might be keeping you in their crosshairs to support into the
future. Thank you very much.
Cela étant, merci beaucoup pour la clarté et la concision de vos
propos. Merci aussi pour les documents que vous nous avez remis.
Ils constituent une excellente référence, comme le reste du travail
que vous effectuez. Il devrait y avoir une façon d’augmenter non
seulement le nombre de vétérans adhérant à la Légion, mais aussi
votre niveau de financement. J’espère que des choses comme le
véritable amour pour la patrie feront en sorte que les gens
n’oublieront pas de vous appuyer dans l’avenir. Merci beaucoup.
Just to conclude, honourable senators, as you are aware — I
will read it to ensure I have the right words — the committee has
an order of reference that enables it to study different services and
benefits provided to veterans and also allows it to study other
fields related to veterans. Since the return of Parliament in
October, Senator Plett and I have been discussing a way to
encompass the different areas of our mandate in one focus study.
Pour conclure, honorables sénateurs, comme vous le savez — je
vais lire le texte pour m’assurer que je ne m’égare pas —, le comité
a été saisi d’un ordre de renvoi qui lui permet d’étudier les
différents services et prestations offerts aux vétérans, ainsi que les
autres domaines intéressant les anciens combattants. Depuis la
reprise des travaux parlementaires en octobre, le sénateur Plett et
moi-même cherchons une façon d’englober ces différents aspects
dans notre mandat sous la forme d’une étude focalisée.
Senator Plett has suggested a study, and together, with the help
of our analysts, we have developed a new work plan for this
study. The study is entitled Transition to Civilian Life of
Veterans. We are still in discussion about the family dimension
of that, between what the Veterans Charter says for spouses who
are replacing veterans for those veterans who cannot be retrained.
We will not need to receive a new order of reference in the Senate,
so we will be able to move forward.
Le sénateur Plett a recommandé une étude et, ensemble, avec
l’aide de nos analystes, nous avons préparé un nouveau plan de
travail. Cette étude s’intitulera : La transition à la vie civile des
anciens combattants. Nous sommes encore en train de parler de
tout ce qui concerne la famille autour de cette question, c’est-àdire à partir de ce que dit la Charte des anciens combattants à
propos des conjoints et conjointes qui prennent la relève des
vétérans ne pouvant être formés dans un autre emploi. Nous
n’aurons pas besoin d’un nouvel ordre de renvoi du Sénat et nous
allons pouvoir travailler à partir de celui-ci.
We believe it is an essential focus, and we will commit resources
into the New Year, as we will integrate the work we have already
completed with the commissionaires, today with the Legion, the
civil servants that appeared last week and with DND and VAC
representatives who will be appearing in two weeks’ time.
Nous jugeons essentiel de nous arrêter sur ces questions au point
que nous allons prévoir des ressources l’année prochaine quand
nous intégrerons le travail réalisé jusqu’ici grâce à la contribution
des commissaires, à celle de la Légion — aujourd’hui —, à l’apport
des fonctionnaires que nous avons accueillis la semaine dernière et à
celui des représentants du MDN et du MAC qui, eux, viendront
nous voir dans deux semaines.
The steering committee will then do a final review of it. We will
then send it to you for comment, and then we will approve it
hopefully by December 14 in order to bring in what we have
completed so far and structure future witnesses to implement this
program, which I believe will probably carry us through most of
the next session.
Par la suite, le comité de direction examinera le tout. Nous vous
enverrons cela pour recueillir vos commentaires et nous devrions
avoir approuvé notre plan d’attaque avant le 14 décembre pour être
en mesure de regrouper ce que nous avons fait jusqu’ici et de nous
entendre sur une nouvelle liste de témoins au titre de la mise en
oeuvre de ce programme qui, je pense, devrait nous occuper durant
la plus grande partie de la prochaine session.
With that, thank you very much for being here. Thank you to
the witnesses for their presentations and answers.
Sur ce, merci beaucoup de vous être déplacés. Merci aux
témoins pour leurs exposés et leurs réponses.
(The committee adjourned.)
(La séance est levée.)
14-11-2011
Anciens combattants
3:45
OTTAWA, Wednesday, December 14, 2011
OTTAWA, le mercredi 14 décembre 2011
The Subcommittee on Veterans Affairs of the Standing Senate
Committee on National Security and Defence met this day
at 12:05 p.m. to study the services and benefits provided to
members of the Canadian Forces; to members and former
members of the Royal Canadian Mounted Police and their
families.
Le Sous-comité des anciens combattants du Comité sénatorial
permanent de la sécurité nationale et de la défense se réunit
aujourd’hui, à 12 h 5, pour étudier les services et les prestations
dispensés aux membres des Forces canadiennes; aux anciens
combattants; aux membres et anciens membres de la Gendarmerie
royale du Canada et leurs familles.
Senator Roméo Antonius Dallaire (Chair) in the chair.
[Translation]
Le sénateur Roméo Antonius Dallaire (président) occupe le fauteuil.
[Français]
The Chair: Joining us today are representatives from both of
the departments that are heavily involved in veterans issues:
Veterans Affairs Canada and the Department of National
Defence.
Le président : Aujourd’hui, nous recevons des représentant des
deux ministères qui sont bien impliqué auprès des anciens
combattants : le ministère des Anciens Combattants Canada et
le ministère de la Défense nationale.
Mr. Hillier, I assume that you are going to make a
presentation. Here with you are Anne-Marie Pellerin, Director,
Rehabilitation and Case Management, Rear Admiral Andrew
Smith, Chief Military Personnel, and Colonel Gérard Blais,
Director Casualty Support Management.
Je tiens pour acquis, monsieur Hillier, que vous avez une
présentation à nous faire. Vous êtes accompagné de Mme AnneMarie Pellerin, directrice, Réadaptation et Gestion de cas, du
contre-amiral Andrew Smith, chef du personnel militaire et du
colonel Gérard Blais, directeur, Gestion du soutien aux blessés.
What is your classification?
Colonel Gérard Blais, Director Casualty Support Management,
National Defence: Logistics Officer.
[English]
De quelle classification êtes-vous?
Colonel Gérard Blais, directeur, Gestion du soutien aux blessés,
Défense nationale : Officier de logistique.
[Traduction]
Keith Hillier, Assistant Deputy Minister, Service Delivery,
Veterans Affairs Canada: Good afternoon, and thank you for
having me speak to you today. VAC has a two-part mandate to
provide services and benefits that respond to the needs of
veterans, Canadian Forces members and their families and to
ensure that their achievements and sacrifices are remembered by
all Canadians.
Keith Hillier, sous-ministre adjoint, Prestation des services,
Anciens Combattants Canada : Bonjour, et merci de m’avoir invité
à venir vous parler aujourd’hui. ACC a un mandat à deux volets :
fournir des avantages et des services qui répondent aux besoins des
anciens combattants, des membres des Forces canadiennes et de
leur famille, et assurer que leurs réalisations et leurs sacrifices ne
sont pas oubliés par tous les Canadiens et toutes les Canadiennes.
The portfolio includes Veterans Affairs Canada, Veterans
Review and Appeal Board, and the Office of the Veterans
Ombudsman.
Le portefeuille comprend Anciens Combattants Canada, le
Tribunal des anciens combattants (révision et appel) et le bureau
de l’ombudsman des vétérans.
VAC offers a broad range of benefits and services to
traditional and modern day veterans. For our modern-day
veterans, our programs and services are focused on transition,
rehabilitation and re-establishment in civilian life.
ACC offre un éventail d’avantages et de services aux anciens
combattants traditionnels et aux vétérans de l’ère moderne. En ce
qui a trait aux vétérans de l’ère moderne, nos programmes et nos
services sont basés sur la transition, la réadaptation et la
transition à la vie civile.
The demographics of veterans have been shifting and will
continue to do so over the next 10 years. This year for the first
time in Veterans Affairs Canada history, the number of modernday Canadian Forces veterans who are receiving services from the
department is higher than the number of traditional war veterans.
Le profil démographique de nos anciens combattants a changé et
continuera de changer au cours des 10 prochaines années. Cette
année, pour la première fois dans l’histoire d’Anciens Combattants
Canada, le nombre de vétérans de l’ère moderne des Forces
canadiennes qui reçoivent des services de notre ministère est plus
élevé que le nombre d’anciens combattants traditionnels.
Today, the average age of a modern-day releasing Canadian
Forces member is approximately 36 years old.
À l’heure actuelle, l’âge moyen des militaires libérés des Forces
canadiennes est d’environ 36 ans.
Given that statistic, it is safe to say that modern-day veterans
typically leave the forces and continue working full time after
their release. In fact, Canadian Forces veterans themselves have
Compte tenu de cette statistique, il convient de dire que les
vétérans de l’ère moderne quittent les Forces et continuent
habituellement de travailler à temps plein après leur libération. En
3:46
Veterans Affairs
14-11-2011
told us that finding a quality job is one of the most important
things they need help with in terms of their transition to civilian
life.
fait, les vétérans des Forces canadiennes nous ont eux-mêmes dit
que trouver un travail de qualité est l’une des choses les plus
importantes pour laquelle ils ont besoin d’aide lorsqu’ils passent
de la vie militaire à la vie civile.
They have also told us they want a hassle-free service. We are
delivering on that commitment to them by doing everything we
can to provide them with quicker service without the cumbersome
red tape.
Ils nous ont également informés qu’ils voulaient un service sans
tracas, et nous respectons notre engagement envers eux en faisant
tout notre possible pour leur offrir un service plus rapide, sans
formalités administratives lourdes.
The Department of National Defence is a key partner in our
work and support for modern-day veterans. Together we have
made good progress on a number of fronts, including our joint
mental health strategy, casualty protocols, the establishment of
24 integrated personnel support centres, and improved transition
services. In terms of civilian employment, we know that many
civilian recruiters and hiring managers look positively on
candidates with military careers and their accompanying
transferable skills.
Le ministère de la Défense nationale est un partenaire principal
pour ce qui est de notre travail et du soutien que nous offrons aux
vétérans de l’ère moderne. Ensemble, nous avons fait des progrès
à plusieurs égards, notamment pour ce qui est de notre stratégie
conjointe en matière de santé mentale, des protocoles sur
l’administration des pertes, de l’établissement de 24 centres
intégrés du soutien du personnel, et nous avons amélioré nos
services de transition. En ce qui a trait au placement civil, nous
savons que de nombreux recruteurs civils et gestionnaires
recruteurs voient d’un bon oeil l’arrivée de candidats qui ont
une carrière militaire à leur actif et les compétences transférables
qu’ils ont acquises.
Work in partnership with DND, VAC has created a portfolio
of customized career transition services to meet the specific needs
of military personnel. These services include workshops,
individual career counselling and job-finding assistance. Career
Transition Services is only one example of our many modernized
programs the department has in place for our veterans and
wounded or ill members of the Canadian Forces. For veterans
with a career-ending illness, injury or a health problem that
resulted primarily from their service, we offer vocational
rehabilitation services and assistance through our Rehabilitation
Program. Vocational rehabilitation services and assistance helps
the veteran — or in some cases the family member — identify and
acquire the skills needed to begin a civilian career.
En travaillant conjointement avec le MDN, ACC a créé un
dossier de services personnalisés de transition de carrière pour
répondre aux besoins particuliers du personnel militaire,
comprenant des ateliers, des services d’orientation professionnelle
individuelle et d’aide à la recherche d’emploi. Les services de
transition de carrière ne sont qu’un exemple parmi plusieurs
programmes modernisés que le ministère met à la disposition de ses
vétérans et militaires blessés ou malades des Forces canadiennes.
Pour les anciens combattants qui sont aux prises avec une maladie,
une blessure ou un problème de santé découlant essentiellement de
leur service militaire et qui met fin à leur carrière, nous offrons des
services de réadaptation professionnelle et d’assistance
professionnelle par notre programme de réadaptation. Les services
de réadaptation professionnelle et d’assistance professionnelle
aident les anciens combattants — ou le membre de leur famille
dans certains cas —, à cerner et à acquérir les compétences dont ils
ont besoin pour commencer leur carrière civile.
Medically released Canadian Forces members have been
eligible for priority job appointments within the public service
since December 31, 2005. As a result, if a position opens up in the
public service and a veteran has the skills to do the job, the
veteran will be given priority for that appointment.
Les membres des Forces canadiennes libérés pour des raisons
médicales sont admissibles à des placements prioritaires avec la
Commission de la fonction publique depuis le 31 décembre 2005.
Si un poste s’ouvre dans la fonction publique et que l’ancien
combattant possède les compétences qui y sont liées, il sera
nommé au poste de façon prioritaire.
Since 2006, when the suite of new Veterans Charter programs
was first introduced, we have lived up to our commitment to care
for CF veterans and their families in a more complete and
compassionate manner. More support is on the way. In Budget
2011, the Government of Canada announced that it will support
the Helmets to Hardhats program in Canada. This initiative will
help connect releasing Canadian Forces members and veterans
with career opportunities in the construction industry.
Depuis 2006, lorsque l’ensemble de programmes de la Nouvelle
Charte des anciens combattants a été instauré, nous avons respecté
notre engagement de prendre soin des vétérans des FC et de leur
famille de manière plus complète et compatissante. De l’aide
additionnelle est à venir. Dans le budget de 2011, le gouvernement
du Canada a annoncé qu’il appuierait le programme « Helmets to
Hardhats » du Canada. Cette initiative donnera aux membres des
Forces canadiennes et aux anciens combattants des possibilités de
carrière dans l’industrie de la construction.
14-11-2011
Anciens combattants
3:47
We are and will continue to listen to the veterans. They told us
what is important to them and we are delivering the services to
best address the needs they have expressed to us.
Nous sommes à l’écoute de nos vétérans et le demeurerons. Ils
nous ont indiqué ce qui était important pour eux et nous leur
offrons les services qui répondent le mieux aux besoins exprimés.
The Chair: To remind us, we are in a phase of looking into and
with a certain amount of depth the whole exercise of transition to
civilian life for veterans. We are well within the purview of your
responsibilities.
Le président : Je veux rappeler que nous examinons en
profondeur tout le processus de transition à la vie civile des
anciens combattants. Cela a trait directement à vos responsabilités.
I gather from what you will tell us, admiral, that we are also
looking at your side. Do you have an opening statement?
Amiral, je crois comprendre que c’est maintenant à votre tour.
Avez-vous une déclaration préliminaire?
[Translation]
Rear-Admiral Andrew Smith, Chief Military Personnel,
National Defence: Mr. Chair and members of the committee, I
am very pleased to have the opportunity to appear before you
today to address the issue of the Canadian Forces Return to
Work Program and the attendant forms of transition assistance
provided to military personnel. I am Rear Admiral Andrew
Smith, Chief of Military Personnel. With me is Colonel Gérard
Blais, the Director Casualty Support Management.
[English]
[Français]
Contre-amiral Andrew Smith, chef du personnel militaire,
Défense nationale : Monsieur le président et membres du comité,
je suis très heureux d’avoir l’occasion de me trouver devant vous
aujourd’hui pour répondre aux questions concernant le
Programme de retour au travail des Forces canadiennes et les
divers types d’aide à la transition offerts au personnel militaire. Je
suis le contre-amiral Andrew Smith, chef du personnel militaire.
Je suis accompagné du colonel Gérard Blais, directeur de la
gestion du soutien aux blessés.
[Traduction]
I am particularly happy to be here with Mr. Hillier representing
Veterans Affairs, whom I affectionately call our cousins in the
management of transitioning CF personnel.
Je suis particulièrement heureux d’être ici en même temps que
M. Hillier, qui représente Anciens Combattants, et que j’appelle
affectueusement notre cousin de la gestion de la transition des
membres des FC.
When Canadian Forces members are seriously injured or suffer
an illness to the extent that they will be away from their normal
duties for a considerable period of time, their individual case
management typically follows three phases, that being recovery,
rehabilitation and reintegration, which I refer to as the 3Rs.
Si un membre des Forces canadiennes subit une blessure grave
ou souffre d’une maladie qui l’oblige à s’absenter de son travail
pendant une longue période de temps, il doit habituellement
passer par trois étapes : le rétablissement, la réadaptation et la
réintégration, ce que j’appelle les trois R.
Before you I have provided our framework of care document
titled Caring for our Own, which elaborates this in greater detail.
Je vous ai fourni un document qui porte sur notre structure de
soins, intitulé Prendre soin des nôtres, qui en traite en profondeur.
Briefly, recovery is the period of treatment and convalescence
during which patients transition from initial onset of illness or
injury to the point where they are stable and ready to receive
longer term medical care and optimize their functional capacity in
many aspects of their life, be that vocational, social or mobility.
Brièvement, le rétablissement est la période de traitement et de
convalescence qui se situe entre le moment où le patient tombe
malade ou subit une blessure et celui où sa condition est
suffisamment stable pour qu’il puisse recevoir des soins
médicaux à long terme et qu’il puisse améliorer sa capacité à
prendre part à tous les aspects de la vie, qu’il s’agisse de sa vie
professionnelle, de sa vie sociale, ou de sa mobilité.
The phase of rehabilitation is an active process designed to
optimize functional outcomes following injury or illness in order
to regain maximum self-sufficiency. Rehabilitation can take many
forms, such as physical, mental and vocational.
La réadaptation est un processus actif visant à optimiser l’état
fonctionnel d’un patient à la suite d’une blessure ou d’une maladie
afin qu’il retrouve une autonomie maximale. La réadaptation
peut prendre des formes diverses comme la réadaptation
physique, mentale ou professionnelle.
Reintegration, which is often the most complex stage, is the
transition to progressively returning the ill or injured CF
personnel to a normal work schedule and workload in the
regular force or primary reserves, transition to the cadet
organization or rangers, or preparing for a post-service civilian
career and associated work life.
La réintégration, qui est souvent l’étape la plus complexe, est
une période de transition où le militaire malade ou blessé retourne
progressivement à une charge de travail et à un horaire normal au
sein de la Force régulière ou de la Première réserve, se recycle dans
l’organisation des cadets ou des Rangers ou se prépare à entamer
une carrière et à poursuivre sa vie en tant que civil.
3:48
Veterans Affairs
14-11-2011
There can be significant overlap between the three phrases as ill
or injured members move from acute recovery to longer-term
clinical, physical, mental and vocational rehabilitative support
and often simultaneously prepare to reintegrate. The medical care
is relatively straightforward. However, the non-medical care and
support can be extremely complex.
Il peut y avoir un chevauchement considérable entre les trois
étapes, car les militaires malades ou blessés qui passent d’un
rétablissement intensif à la réadaptation clinique, physique,
mentale ou professionnelle à long terme sont souvent également
prêts à entamer la réintégration. Les soins médicaux sont
relativement simples, mais les soins et le soutien non médicaux
sont extrêmement complexes.
The 3Rs are anchored in the principle of universality of service,
and the minimum operational standards associated with this
principle include the requirements to be physically fit, employable
without significant limitations, and deployable for operational
duties. This is a necessary and equitable approach to preserving
the Canadian Force’s trained effective strength and operational
capacity.
Les trois R sont étroitement liés au principe de l’universalité du
service, et les normes opérationnelles minimales dictées par ce
principe exigent que les militaires soient en forme, qu’ils puissent
être employés sans restriction importante et qu’ils soient prêts à
participer à un déploiement dans le cadre de leurs fonctions
opérationnelles. Il s’agit d’une approche nécessaire et équitable
pour préserver les effectifs qualifiés en activité et la capacité
opérationnelle des Forces canadiennes.
[Translation]
To be clear, transition does not just mean release. The primary
goal of the Canadian Forces is to return as many ill and injured
serving personnel as possible to full duties. This return can occur
in the individual’s own occupation or, depending on the extent of
their recovery, in a new occupation. In the unfortunate cases
where it is determined that employment limitations are such that
the person cannot meet the parameters of universality of service,
they will transition out of the CF and into the care of Veterans
Affairs Canada.
[English]
[Français]
Précisons que la transition ne signifie pas seulement une
libération. L’objectif principal des Forces canadiennes est de
permettre au plus grand nombre possible de militaires malades et
blessés de reprendre l’ensemble de leurs fonctions. Le militaire peut
retourner à son ancien poste ou, selon l’état de son rétablissement, il
peut occuper un nouvel emploi. Si on détermine malheureusement
que les contraintes à l’emploi sont trop importantes et que la
personne ne répond pas aux critères de l’universalité du service, elle
devra être libérée des Forces canadiennes et être prise en charge par
Anciens Combattants Canada.
[Traduction]
As soon as a medical officer determines that an ill or injured
person can begin to reintegrate, a return-to-work plan is
developed by a return-to-work coordinator in conjunction with
the individual and their commanding officer. The plan is blessed
by the medical officer, and the individual begins employment. In
keeping with the return-to-work practice, the intensity and
complexity of their assigned tasks increases as the member’s
condition continues to improve. The ultimate aim is to return the
person to full duties as soon as possible, and that is entirely
consistent with return-to-work practices and the principles of the
New Veterans Charter. This step is vital as the individual gains
therapeutic, psychological and social benefits from their return
and may, by extension, enable them to recover more quickly. In
the past year, more than 400 Canadian Forces personnel have
successfully completed a return-to-work program.
Aussitôt qu’un médecin militaire détermine que la personne
malade ou blessée peut commencer la phase de réintégration, le
coordonnateur du retour au travail élabore un plan en
collaboration avec la personne concernée et son commandant.
Lorsque le plan est approuvé par le médecin militaire, le militaire
peut reprendre le travail. Conformément à la pratique de retour au
travail, l’intensité et la complexité des tâches assignées
augmenteront au fur et à mesure que l’état du militaire
s’améliorera. Le but ultime est que la personne réintègre
l’ensemble de ses fonctions le plus tôt possible, et cela correspond
tout à fait à la pratique de retour au travail et aux principes de la
Nouvelle Charte des anciens combattants. Il s’agit d’une étape
essentielle, car le retour au travail présente des avantages
thérapeutiques, psychologiques et sociaux pour les militaires et
peut même accélérer le rétablissement de ces derniers. Plus de
400 membres des Forces canadiennes ont participé avec succès au
programme de retour au travail l’an dernier.
For those unable to continue to serve the Canadian Forces,
there are a number of programs in place to assist them in
returning to gainful employment in the public service or the
private sector. That includes employment with a cadet or rangers
organization for those wishing to remain in the Canadian Forces.
Also included, as mentioned, is a priority hiring practice in the
public service, vocational rehabilitation and training through the
Service Income Security Insurance Plan, which includes income
Pour les personnes qui ne sont plus en mesure de servir au sein
des Forces canadiennes, il existe un certain nombre de
programmes visant à les aider à obtenir un emploi bien
rémunéré dans la fonction publique ou le secteur privé, y
compris dans une organisation de cadets ou de Rangers pour
celles qui souhaitent demeurer dans les Forces canadiennes. De
plus, ces programmes comprennent, comme on l’a mentionné, la
priorité d’embauche dans la fonction publique, la réadaptation
14-11-2011
Anciens combattants
3:49
support, the Canadian Forces Transition Assistance Program
managed by Col. Blais, which links those leaving for medical
reasons to private sector employers and programs offered by
Veterans Affairs Canada.
professionnelle et la formation au moyen du Régime d’assurancerevenu militaire, notamment le soutien du revenu, le Programme
d’aide à la transition des Forces canadiennes, géré par le colonel
Blais, qui fait le pont entre les personnes libérées pour des raisons
médicales et les employeurs du secteur privé, et les programmes
offerts par Anciens Combattants Canada.
It bears mentioning that corporate Canada, including but not
limited to Canada Company, continue to look for ways to assist
us in this regard. In addition, as you may be aware, we signed an
MOU a year ago with the Corps of Commissionaires relating to
employment with them. This is geared towards meaningful
employment and achieving the best possible work-life outcome.
Il convient de mentionner que des organismes canadiens,
notamment la Compagnie Canada, continuent de chercher des
façons de nous aider à cet égard. En outre, comme vous le savez
peut-être, nous avons signé un protocole d’entente avec des
représentants du Corps des commissionnaires concernant l’emploi
au sein de leur organisation il y a un an. Il vise à offrir des
perspectives d’emploi intéressantes.
[Translation]
[Français]
The stand up of the joint personnel support unit and its
24 integrated personnel support centres, in which Veterans
Affairs Canada is co-located, has greatly facilitated the
completion of a seamless transition from CF care to VAC.
Staffs from both departments begin to work hand in hand on the
transition six months prior to the member’s departure to ensure a
seamless transition.
La création de l’Unité interarmée de soutien du personnel et de
ses 24 centres intégrés de soutien du personnel, qui accueille des
bureaux d’Anciens Combattants Canada, a grandement facilité la
réussite de la transition entre les soins des Forces canadiennes et
Anciens Combattants Canada. Le personnel des deux ministères
commence à travailler conjointement à la transition du militaire
six mois avant son départ afin d’en assurer le bon déroulement.
The care of the ill and injured, including their successful
transition, remains my highest priority and we continue to
examine opportunities to improve and to work in collaboration
with public agencies and the private sector to assist those who
ultimately leave the Canadian Forces.
Les soins offerts aux militaires malades et blessés ainsi que la
réussite de leur transition demeurent ma priorité, et nous
continuons d’examiner les possibilités d’amélioration et de
collaboration avec les organismes publics et le secteur privé afin
d’aider ceux qui doivent quitter les Forces canadiennes.
[English]
I would be happy to respond to any questions you may have.
[Traduction]
Je serai ravi de répondre à toutes vos questions.
The Chair: Thank you. To assist us, because we have both
ministries here together, to set the scene of the questions, I would
like to request two elements that have not necessarily come clear
from your presentations.
Le président : Merci. Puisque nous avons des représentants des
deux ministères parmi nous, dans le but d’orienter les questions,
j’aimerais obtenir des renseignements au sujet de deux éléments
qui ne sont pas ressortis clairement de vos exposés.
First, what formal structures do you have between the two
ministries where you are exchanging information, meeting at the
highest levels down to the lowest, and what decision and
authorities do you have in those entities that might exist?
Premièrement, quelles structures formelles permettent aux deux
ministères d’échanger des renseignements et de collaborer, des
niveaux supérieurs aux niveaux inférieurs, et quels sont vos
mandats?
Second, maybe you can give an example to show us how an
injured Canadian Forces person moves from Canadian Forces to
SISIP, which is the insurance program, to Veterans Affairs and
who handles what. With that sort of bridging, that would, I hope,
assist to guide our questions.
Deuxièmement, vous pourriez peut-être nous donner un
exemple pour nous expliquer comment un membre des Forces
canadiennes blessées passe des Forces au RARM, qui est le
régime d’assurance, et ensuite aux Anciens Combattants, et nous
dire qui s’en occupe. Le fait d’établir ces liens nous aidera, je
l’espère, à orienter nos questions.
Rear-Admiral Smith: We have the Veterans Affairs/DND
senior steering committee, which meets two to three times a
year, co-chaired by Mr. Hillier and myself, where we examine a
range of strategic issues related to providing synergies between
programs. We look at communications, commemoration and
initiatives related to topics such as mental health and outreach —
a variety of issues.
Cam Smith : Nous avons le comité directeur supérieur ACCMDN, qui tient deux ou trois rencontres par année et qui est
coprésidé par M. Hillier et moi. Nous étudions une gamme de
questions stratégiques sur la création d’une synergie entre les
programmes. Nous nous penchons sur les communications, la
commémoration et des initiatives liées à des sujets comme la santé
mentale et les services d’approche — différents volets.
3:50
Veterans Affairs
14-11-2011
Stemming from that, there are action directives that are
assigned to the various working levels within each department,
which are often jointly done. That has been an extremely positive
piece to drive greater synergies between our two departments.
Il en résulte que des directives sont données aux différents
niveaux dans les ministères, ce qui est souvent fait conjointement.
Cela permet vraiment de créer une plus grande synergie entre nos
deux ministères.
Mr. Hillier: With the governance structure we have at the
senior level, it has forced discussion at more junior levels. We
have a game plan and priorities, and most of them are joint ones.
However, they have to come back to the committee and report to
us on how they dealt with the issue that we asked them to look
into. It creates that integration at lower levels in the organization
so that they are talking and discussing.
M. Hillier : Notre structure de gouvernance au niveau
supérieur oblige la tenue de discussions aux niveaux inférieurs.
Nous avons une stratégie et des priorités, et la plupart sont
partagées. Toutefois, ils doivent faire rapport à nous, au comité,
sur la façon dont ils règlent la question que nous leur avons
demandé d’étudier. C’est ce qui mène à l’intégration aux niveaux
inférieurs, de sorte qu’il y a des discussions.
For example, I know that with the issue of the integrated
personnel support centres, we are working hand in glove at the
local level, but also in terms of the logistics and what have you at
the headquarters level. I would say that it is not perfect, but I
think we have come a long way in a short period of time.
Par exemple, je sais que pour ce qui est des centres intégrés de
soutien au personnel, nous collaborons étroitement à l’échelle
locale, mais aussi sur le plan de la logistique, notamment, dans les
quartiers généraux. Je dirais que ce n’est pas parfait, mais nous
avons fait beaucoup de chemin en peu de temps.
Rear-Admiral Smith: I would add that if you had the opportunity
to go into any of the joint personnel support units across the
country, you might find it difficult to ascertain which are Canadian
Forces and which are Veterans Affairs employees in that centre.
Cam Smith : J’ajouterais que si vous aviez la possibilité de visiter
n’importe quelle unité interarmées de soutien au personnel du pays,
vous pourriez trouver difficile de différencier les employés des
Forces canadiennes de ceux d’Anciens Combattants.
The Chair: We visited one in Edmonton, and we have seen the
structure. What about the transition exercise?
Le président : Nous en avons visité une à Edmonton, et nous
avons vu la façon dont les choses sont structurées. Qu’en est-il du
processus de transition?
Rear-Admiral Smith: I will ask Col. Blais to map that out in
terms of transition from SISIP and on.
Cam Smith : Je vais demander au colonel Blais d’expliquer le
processus transition du RARM aux étapes subséquentes.
Col. Blais: As soon as a Canadian Forces member is going to
be released for medical reasons, they receive the message
announcing that six months prior to the moment when they are
going to leave. As soon as my staff receives a copy of that
message, we link up with Veterans Affairs Canada to ensure that
they are aware. At the level of the integrated personnel support
centres, the case managers from the Canadian Forces and VAC
begin to exchange information at that point to ensure that the
transition plan is seamless and that when the person leaves, they
have all the services they require.
Col Blais : Dès qu’un membre des Forces canadiennes est sur le
point d’être libéré pour des raisons médicales, ils reçoivent un
message à ce sujet six mois avant son départ. Dès que les membres
de mon personnel reçoivent la copie du message, nous
communiquons avec le personnel d’Anciens Combattants Canada
pour nous assurer qu’il a obtenu l’information. Dans les centres
intégrés de soutien au personnel, les gestionnaires de cas des Forces
canadiennes et d’ACC commencent alors à communiquer des
renseignements entre eux pour que la transition s’effectue sans
heurts et que lorsque la personne partira, elle puisse avoir accès à
tous les services dont elle aura besoin.
The Chair: Where is SISIP in this?
Le président : Et le RARM dans tout cela?
Col. Blais: SISIP is also a partner in the integrated personnel
support centres. As soon as we receive this message, a copy is sent
to SISIP. They are aware of anyone who is going to be releasing
for medical reasons and the process also begins with them
simultaneously.
Col Blais : Le RARM est aussi un partenaire dans les centres
intégrés de soutien au personnel. Dès que nous recevons le
message, une copie est envoyée aux responsables du RARM. Ils
sont au courant de tous les cas de militaires qui seront libérés pour
des raisons médicales, et le processus commence immédiatement.
Senator Plett: One of my questions was related to the
collaboration as well, and you have answered that.
Le sénateur Plett : L’une de mes questions portait également
sur la collaboration, et vous y avez répondu.
In your report, Mr. Hillier, you are talking about veterans with
career-ending illnesses and injuries or health problems. It says
that for problems that resulted primarily from service, you offer
vocational rehabilitation services and assistance through your
rehabilitation program and so on.
Monsieur Hillier, dans la version écrite de votre exposé, vous
parlez des anciens combattants aux prises avec une maladie, une
blessure ou un problème de santé qui met fin à leur carrière. Vous
dites que pour les problèmes qui découlent essentiellement de leur
service militaire, vous offrez des services de réadaptation
professionnelle et d’assistance professionnelle par votre programme
de réadaptation, et cetera.
14-11-2011
Anciens combattants
3:51
What happens if a veteran has an accident driving a car that is
entirely unrelated to the work; or he contracts cancer that is
obviously not related to the work that he are doing? Do we offer
them services as well?
Que se passe-t-il si un ancien combattant a un accident de
voiture ou s’il développe un cancer, des événements qui n’ont
évidemment aucun lien avec son travail? Lui offrons-nous tout de
même des services?
Mr. Hillier: I will answer it in two parts. First, in order to
receive most of our services — and I will clarify that in a
second — the injury must be related to your service to Canada.
Unfortunately, if you have a traffic accident, that would not be
considered service related to Canada unless you happen to be in a
special duty area, where you would be covered.
M. Hillier : Je vais répondre à votre question en deux temps.
Tout d’abord, pour que l’ancien combattant ait droit à la plupart de
nos services — et je vais apporter des précisions dans deux
secondes —, la blessure doit être liée au service. Malheureusement,
cela ne s’applique pas à un accident de la route, à moins qu’il ait eu
lieu lorsque la personne se trouvait dans une zone de service spécial
où elle serait couverte.
However, there are numerous veterans who are in a
rehabilitation program that are having trouble adapting in
society. It may be through a physical or psychological injury.
They do not necessarily need to have had an injury related to their
service; they are just having trouble adapting. They could have
difficulty with finding or keeping a job.
Toutefois, bon nombre d’anciens combattants qui suivent un
programme de réadaptation ont de la difficulté à s’adapter à la vie
en société. Cela peut être lié à une blessure physique ou
psychologique, mais ce n’est pas nécessairement le cas; certains
ont simplement de la difficulté à s’adapter. Dans certains cas, c’est
qu’ils ont de la difficulté à se trouver ou à conserver un emploi.
In order to go into our rehabilitation program, it does not have
to be directly connected to a particular injury that took place at a
certain point in time. The way it is set up, any veteran who has an
adaptation issue can come in. We will then work with the veteran
and the veteran’s family to get to the root of what the issue is; it
could be a variety of issues.
La personne peut suivre notre programme de réadaptation sans
que ce soit nécessairement directement lié à une blessure en
particulier qui a été causée à un moment précis. C’est fait de façon
à ce que tout ancien combattant qui a un problème d’adaptation
puisse suivre le programme. Par la suite, nous collaborons avec
l’ancien combattant et sa famille pour examiner les causes du
problème; il peut s’agir de problèmes variés.
In the program, we have many veterans from conflicts of
maybe 20 years ago, who may have been having difficulty
adjusting into society. They may have had trouble keeping jobs
and other related issues, maybe family issues. We work with these
veterans to try to help them to deal with whatever issues may be
preventing them from maximizing their productivity in society.
Parmi les anciens combattants qui suivent le programme, bon
nombre ont servi durant des conflits qui ont eu lieu il y a peut-être
20 ans et ont de la difficulté à s’adapter à la vie en société. Ils ont
peut-être de la difficulté à conserver un emploi ou des problèmes
d’une autre nature, comme des problèmes familiaux. Nous
travaillons avec ces anciens combattants pour les aider à régler
les problèmes qui les empêchent d’augmenter le plus possible leur
rendement dans la société.
Senator Plett: With a mental illness, post-traumatic stress
disorder and so on, they could perhaps always be traced back to
where they might have been as a result of the veteran’s service.
Le sénateur Plett : Pour ceux qui souffrent de troubles de santé
mentale, de trouble de stress post-traumatique par exemple, on peut
arriver à trouver la cause, qui peut être liée au service militaire.
Mr. Hillier: That is correct. For example, when someone
would appear with one of these diagnoses, we do not wait to
decide whether we will provide a disability award. We can take
them into rehabilitation. I can say that in terms of approval of
applications for the rehab program, we have reduced our wait
time from four to two weeks.
M. Hillier : C’est exact. Par exemple, lorsqu’on établit l’un de
ces diagnostics, nous n’attendons pas de décider si nous allons
verser des indemnités d’invalidité à la personne. Nous pouvons lui
faire suivre le programme de réadaptation. Je peux dire qu’en ce
qui concerne l’approbation des demandes pour le programme de
réadaptation, nous avons réduit le temps d’attente, qui est passé
de quatre à deux semaines.
Senator Plett: I will ask the same question of DND. If someone
is still active and they have an accident off base, a car accident
entirely unrelated to their work, do we help them or would the
same thing apply?
Le sénateur Plett : Je vais poser la même question au MDN. Si
une personne est encore en service et qu’elle a un accident à
l’extérieur de la base, un accident de la route qui n’est aucunement
lié à son travail, l’aidons-nous? Est-ce que la même chose
s’applique?
Rear-Admiral Smith: We make no distinction whether an
individual has a service or a non-service-related injury. Our care,
support and benefit programs apply equally, whether it is a
service-related illness or injury or not.
Cam Smith : Nous ne faisons aucune distinction entre les
blessures liées au service et celles qui n’y sont pas liées. Nos
programmes de soin, d’aide et de prestation s’appliquent de façon
égale, que la maladie ou la blessure soient liées au service ou non.
3:52
Veterans Affairs
14-11-2011
Senator Plett: I think probably that is the more important area
anyway, because they are still actively being employed in the
Canadian Forces, where a veteran is not.
Le sénateur Plett : Je pense que c’est d’autant plus important
de toute façon, car la personne est encore au service des Forces
canadiennes, alors que ce n’est pas le cas d’un ancien combattant.
In your remarks, Mr. Hillier, you also talk about giving
priority for appointments in the public service sector. Obviously,
not every job that you will offer will possibly fit the needs of the
veteran, or the veteran may decide that he or she does not want
that job. Is there a three strikes and you are out policy? How often
would they be offered priority on a job if they turn the first or
second one down?
Dans vos remarques, monsieur Hillier, vous parlez également
de la nomination prioritaire à des postes dans la fonction
publique. De toute évidence, il est impossible que tous les
emplois offerts répondent aux besoins de l’ancien combattant; ou
il peut décider qu’il ne veut pas de l’emploi qu’on lui offre. Existet-il une règle selon laquelle après trois chances, c’est terminé? À
combien de reprises offre-t-on un emploi de façon prioritaire à un
ancien combattant qui en a déjà refusé deux?
Mr. Hillier: I am not aware of any limit to that, but it would be
up to the veteran to apply. The veteran would have to meet the
basic qualifications of the job; this is not trying to put square pegs
in round holes. However, when it would get to a point at the end
of the competition process that you have two equally qualified
individuals, the priority would be given to the veteran.
M. Hillier : À ma connaissance, il n’y a pas de limites, mais il
appartiendrait à l’ancien combattant de présenter sa candidature.
Il faudrait qu’il réponde aux exigences de l’emploi; il ne s’agit pas
de faire en sorte qu’il ne soit pas dans son élément. Toutefois, si à
la fin du concours, il reste deux personnes aussi qualifiées l’une
que l’autre, c’est l’ancien combattant qui a la priorité.
In addition, at Veterans Affairs Canada within the last year, we
have implemented our own process because I think we need to
lead in this area. Without getting into the technicalities of the
Public Service Employment Act, we have tried to open up our
positions more so that Canadian Forces members would apply,
and also use something called an ‘‘asset qualification.’’
De plus, au cours de la dernière année, à Anciens Combattants
Canada, nous avons mis en oeuvre notre propre processus, car je
crois qu’il nous faut être des chefs de file à cet égard. Je ne vais pas
entrer dans les détails de la Loi sur l’emploi dans la fonction
publique, mais nous avons tenté d’ouvrir davantage nos postes de
façon à ce que les membres des Forces canadiennes posent leur
candidature, et nous utilisons ce qu’on appelle un « atout ».
That means when we create a pool of individuals — for
example, it could be case workers or any number of positions at
Veterans Affairs — if we feel experience as a former member of
the Canadian Forces would be an asset to do the job, we can
invoke that as one of the reasons for taking that individual from a
pool of qualified individuals.
Cela veut dire que lorsque nous créons un bassin de
personnes — ce pourrait être, par exemple, des agents de
traitement des cas ou toutes sortes de postes offerts à Anciens
Combattants —, si nous pensons que l’expérience d’un ancien
membre des Forces canadiennes serait un atout pour l’emploi en
question, nous pouvons invoquer entre autres cette raison pour le
choisir parmi les gens qualifiés qui sont dans le bassin.
Senator Plett: As veterans transition into civilian life, what
family support services does DND and/or VAC offer during this
transition process? Could you give us a few examples? Is there
something that needs to be done to further enhance the support to
the military personnel and their families?
Le sénateur Plett : En ce qui concerne la transition des anciens
combattants à la vie civile, quels services de soutien aux familles le
MDN et ACC offrent-ils pendant cette période? Pourriez-vous
nous donner quelques exemples? Y a-t-il des mesures à prendre
pour accroître le soutien offert au personnel militaire et à leur
famille?
Rear-Admiral Smith: First, we have a comprehensive Military
Family Services Program throughout the forces, which will seize a
Military Family Resource Centre on every base across the
country and selected areas outside of Canada as well. It is a
comprehensive suite of services and programs that is well
established and that Canadian Forces members have access to,
irrespective of whether they are ill or injured. That is ongoing.
Cam Smith : Tout d’abord, les Forces canadiennes offrent un
Programme des services aux familles des militaires dans un Centre
de ressources pour les familles des militaires sur chaque base partout
au pays, de même qu’à des endroits précis à l’étranger. Il s’agit d’un
ensemble complet de services et de programmes qui sont bien établis
et auxquels les membres des Forces canadiennes ont accès, qu’ils
soient atteints de maladie ou blessés. C’est permanent.
Specifically with respect to those people who are transitioning
or returning to work, within the Joint Personnel Support Unit,
JPSU, there is a military Family Liaison Officer from this family
support program embedded in the JPSU to address the very
question you asked, in order to assist or enable the families to
participate in this return to work and/or transition piece. That
military family Liaison Officer is a qualified social worker.
En ce qui concerne les gens qui sont en période de transition ou
qui retournent au travail, dans l’Unité interarmées de soutien au
personnel, l’UISP, il y a justement un officier de liaison pour les
familles de militaires du programme d’aide aux familles qui aide
les familles ou leur permet de participer au retour au travail ou à
la période de transition du militaire. Cet officier est un travailleur
social qualifié.
14-11-2011
Anciens combattants
Senator Plett: Mr. Hillier, do you have anything to add?
3:53
Le sénateur Plett : Avez-vous quelque chose à ajouter,
monsieur Hillier?
Mr. Hillier: Yes, I could add to that. With respect to Veterans
Affairs, for our clients that are being case managed, we actively
encourage the veteran to bring the family member or members
into the discussion, whether it is the partner or the kids. Certainly
at some of the initial discussions, we find veterans are somewhat
reluctant to bring their family into the issue, so we try to
encourage them to do so. If a veteran is suffering, chances are the
family is probably feeling some of that pain and suffering as well.
M. Hillier : Oui, je pourrais ajouter quelque chose. À Anciens
Combattants Canada, nous encourageons fortement nos anciens
combattants qui sont pris en charge à intégrer des membres de
leur famille à la discussion, qu’il s’agisse du conjoint ou de la
conjointe, ou des enfants. Il est certain que lors des premières
discussions, nous remarquons que les anciens combattants
hésitent un peu à intégrer leur famille, et nous les encourageons
donc à le faire. Si un ancien combattant souffre, il est possible que
les membres de sa famille le sentent et qu’ils souffrent également.
In terms of a specific example with respect to aiding a family,
with regard to our rehabilitation program, if a veteran is too ill to
actually participate in vocational training as a result of their
injury or illness, that training opportunity can be made available
to the partner. In a typical unit, if I might say, if the soldier is
injured and cannot be retrained, sometimes we find there may be
a spouse who perhaps did not attend college or technical school or
what have you for any number of reasons, so we would support
her in obtaining upgrading or training in a technical school or
university, depending on the assessment. Obviously, there are
professionals who sit with the veteran and their family in terms of
having realistic goals because we want people to succeed and not
take on something for which maybe they do not have a high
percentage of being successful in whatever trade or education they
may take on.
À titre d’exemple, pour ce qui est de l’aide apportée aux
familles, en ce qui concerne notre programme de réadaptation, si
une personne n’est pas en mesure de participer à une formation
professionnelle en raison d’une blessure ou d’une maladie, on peut
offrir cette possibilité au conjoint ou à la conjointe. Dans une
unité typique, si je peux m’exprimer ainsi, si le soldat est blessé et
ne peut pas se recycler, nous constatons parfois que pour toutes
sortes de raisons, sa conjointe n’a pas suivi de cours au collège ou
à l’école technique ou ailleurs, et nous l’aidons à suivre une
formation dans une école technique ou à l’université, selon
l’évaluation. Évidemment, des professionnels aident l’ancien
combattant et sa famille à se fixer des objectifs réalistes, car
nous voulons que les gens réussissent et qu’ils ne choisissent pas
un domaine d’études pour lequel leurs chances de réussites sont
faibles.
Senator Plett: Thank you very much. I want to commend both
departments for their great work.
Le sénateur Plett : Merci beaucoup. Je salue l’excellent travail
des deux ministères.
The Chair: Before going to Senator Day, I have a supplemental,
if I may, to the good questions from my colleague Senator Plett.
Le président : Avant de céder la parole au sénateur Day, si vous
me le permettez, j’ai une autre question qui fait suite aux bonnes
questions de mon collègue, le sénateur Plett.
With regard to people who are injured as a result of work
related to DND, does that also cover reserves with the same
coverage as regular force personnel?
Pour ce qui est des blessures liées au travail au MDN, les
réservistes ont-ils droit à la même couverture que le personnel de
la force régulière?
Rear-Admiral Smith: Yes, it does.
Cam Smith : Oui.
The Chair: If they are going to the armoury or wherever, they
will get the same coverage?
Le président : S’ils vont au manège militaire, ou peu importe, ils
auront droit à la même couverture?
Rear-Admiral Smith: For individuals on full-time reserve
service, yes. If a part-time reservist has a service-related injury,
that equally applies.
Cam Smith : Pour les gens qui sont en service à temps plein
dans une réserve, oui. Si un réserviste à temps partiel se blesse
durant son service, c’est également applicable.
The Chair: A Class A reservist who is injured outside of the
service requirements does not get that support. Is that correct?
Le président : Un réserviste en classe A dont la blessure n’est pas
attribuable au service n’obtiendrait pas ce soutien, n’est-ce pas?
Rear-Admiral Smith: That is correct.
Cam Smith : C’est exact.
The Chair: At VAC, does a person have to have an existing file
to be able to come into the system later on with a non-servicerelated injury?
Le président : À ACC, est-ce qu’une personne doit déjà avoir
un dossier pour être couverte plus tard si elle a une blessure non
attribuable au service?
Mr. Hillier: No, they do not. Actually, we are currently seeing
some of those coming from prior conflicts.
M. Hillier : Non. En fait, nous constatons qu’une partie
découle de conflits précédents.
3:54
Veterans Affairs
14-11-2011
The Chair: As a follow-up question to Senator Plett, do you
know whether the Public Service of Canada actually has a policy
of accommodating injured veterans throughout the public service?
Le président : J’ai une question à poser sur le même sujet
abordé par le sénateur Plett. Savez-vous si la fonction publique a
une politique visant à s’adapter aux besoins des anciens
combattants blessés?
Mr. Hillier: The policy of the public service is much broader
than veterans. Having spent a number of years working around
the employment equity file, accommodation is a basic principle of
staffing in the public service. Whether it is the result of an injury
as a result of service to Canada or whether it is an unfortunate
traffic accident on the Queensway, accommodation is a basic
tenet of public service hiring and retention.
M. Hillier : La politique de la fonction publique est plus vaste
que celle d’Anciens Combattants. J’ai passé un certain nombre
d’années à travailler au dossier de l’équité en matière d’emploi, et
l’adaptation est un principe de base pour l’embauche dans la
fonction publique. Qu’il s’agisse d’une blessure attribuable au
service, ou d’un malheureux accident de la route sur le Queensway,
l’adaptation est un principe fondamental de l’embauche et de la
conservation du personnel de la fonction publique.
The Chair: However, veterans are not specifically identified
within that?
Le président : Toutefois, il n’y a pas de volet spécifique pour les
anciens combattants, n’est-ce pas?
Mr. Hillier: Not in terms of accommodation. The
accommodation is in terms of what the nature of their injury was.
The priority is about their service to Canada.
M. Hillier : Pas pour ce qui est des mesures d’adaptation. C’est
par rapport à la nature de la blessure. La priorité concerne leur
service au Canada.
The Chair: Lastly, the full spectrum of support to families,
which was another excellent question from Senator Plett, does not
cover medical services. Is that correct?
Le président : Pour terminer, le soutien aux familles — un autre
sujet à propos duquel le sénateur Plett a posé une excellente
question — ne couvre pas les services médicaux, n’est-ce pas?
Rear-Admiral Smith: That is correct.
Cam Smith : C’est exact.
The Chair: Any medical attention required by the family with
regard to the injury that might have happened to the member is
not covered by either department. Is that right?
Le président : Aucun des deux ministères ne couvre les soins
médicaux dont les familles auraient besoin en ce qui concerne la
blessure d’un membre, n’est-ce pas?
Rear-Admiral Smith: That is correct. Having said that, the
Military Families Fund does provide for selective assistance to
families in order to address specific issues related to an injury.
Cam Smith : C’est exact. Cela dit, le Fonds pour les familles
des militaires couvre des services ponctuels qui leur sont offerts
pour des problèmes précis liés à une blessure.
The Chair: Is that a non-public fund?
Le président : S’agit-il d’un fonds non public?
Rear-Admiral Smith: Yes.
Cam Smith : Oui.
Mr. Hillier: If I could ask Ms. Pellerin to expand on that.
M. Hillier : J’aimerais demander à Mme Pellerin d’en dire un
peu plus à ce sujet.
Anne-Marie Pellerin, Director, Rehabilitation and Case
Management, Veterans Affairs Canada: To expand for a moment
in terms of access to services for spouses of released veterans, for
those who are accessing mental health services at our OSI,
Operational Stress Injury Clinics, the spouse and family members,
dependent children, are able to access mental health service in
support of the veterans’ recover.
Anne-Marie Pellerin, directrice, Réadaptation et Gestion de cas,
Anciens Combattants Canada : Je vais prendre un moment pour
vous en dire un peu plus au sujet des services offerts aux conjoints
et aux conjointes des anciens combattants libérés. Pour les anciens
combattants qui bénéficient des services de santé mentale de nos
TSO, nos cliniques de traitement des traumatismes liés au stress
opérationnel, les membres de la famille, conjoint et enfants à
charge, peuvent avoir accès à des services de santé mentale pour
aider au rétablissement de l’ancien combattant.
The Chair: As a policy. Thank you very much for that
clarification.
Le président : C’est une politique. Je vous remercie beaucoup
de cette précision.
Senator Day: Welcome to each of you. It is good to see you all
again.
Le sénateur Day : Je vous souhaite à tous la bienvenue. Je suis
content de vous revoir tous.
We have been talking about Armed Forces personnel and
veterans, and then we have talked about veterans being
traditional and non-traditional or modern-day, maybe to put a
positive spin on it. Then we have also talked about injured and
Nous avons parlé du personnel des forces armées et des anciens
combattants, et aussi des anciens combattants — traditionnels,
non-traditionnels ou de l’ère moderne —, peut-être pour utiliser
une formulation positive. Nous avons également parlé des anciens
14-11-2011
Anciens combattants
3:55
non-injured veterans. I would like to try to break that down a
little bit so we can understand the services that are available for
the various categories of veterans.
combattants blessés et non blessés. J’aimerais tenter de démêler
tout cela un peu, de sorte que nous puissions comprendre quels
services s’appliquent à chaque catégorie d’anciens combattants.
First, with respect to traditional veterans versus modern-day
veterans, what year is the cut-off? Was it when the New Veterans
Charter came in or was it at the end of the Korean War?
Tout d’abord, en ce qui concerne les anciens combattants
traditionnels par rapport aux vétérans de l’ère moderne, quelle est
l’année qui sert à faire la distinction? Est-ce que c’est lorsque la
Nouvelle Charte des anciens combattants est entrée en vigueur ou
c’est à la fin de la guerre de Corée?
Ms. Pellerin: ‘‘Traditional veterans’’ typically refers to the
cohort that served in the two World Wars and the Korean
conflict. Post-Korea, we talk about modern-day veterans.
Mme Pellerin : Lorsqu’on parle des anciens combattants
traditionnels, il s’agit de la cohorte qui a servi pendant les deux
guerres mondiales et le conflit en Corée. Les vétérans de l’ère
moderne sont les militaires qui ont servi pendant les conflits qui
ont eu lieu après la guerre de Corée.
The access to service of course will differ because the New
Veterans Charter came into effect in 2006. In fact, some of our
modern-day veterans have accessed and continue to access
benefits under the Pension Act.
Bien entendu, il a des différences pour l’accès au service, car la
Nouvelle Charte des anciens combattants est entrée en vigueur
en 2006. En fait, une certaine partie de nos vétérans de l’ère
moderne ont eu accès et ont toujours accès aux prestations
prévues par la Loi sur les pensions.
Senator Day: From your point of view, modern-day versus
traditional is the end of the Korean War, then?
Le sénateur Day : À votre avis, la guerre de Corée est
l’événement de référence qui sert à distinguer les anciens
combattants des vétérans de l’ère moderne?
Ms. Pellerin: That is correct.
Mme Pellerin : C’est exact.
Senator Day: There are different programs that have come
along. In fact, many of the programs you have talked about are
very new, which is good, because we have been encouraging this
for some time. You may not know how some of these are going to
work or are working because they have not been in place long
enough.
Le sénateur Day : Différents programmes ont été créés. En fait,
une bonne partie des programmes dont vous avez parlé sont très
récents, ce qui est bien, car c’est ce que nous encourageons depuis
un certain temps. Il se peut que vous ne connaissiez pas le
fonctionnement de certains programmes, car cela ne fait pas assez
longtemps qu’ils ont été mis en place.
For example, has anything happened with respect to the
Helmets to Hardhats initiative? You mentioned that here, and it is
an interesting and encouraging program. What has been
happening with that?
Par exemple, s’est-il passé quelque chose concernant l’initiative
« Helmets to Hardhats »? Vous en avez parlé un peu plus tôt, et
c’est un programme intéressant et encourageant. Qu’en est-il de ce
programme?
Ms. Pellerin: The partnership with Helmets to Hardhats was
announced in the budget, and my understanding is that there is
work going on and there will be an announcement providing
further details on the content of that partnership in the coming
weeks or months.
Mme Pellerin : Le partenariat avec « Helmets to Hardhats » a
été annoncé dans le budget, et je crois comprendre que le travail est
en cours, et dans les semaines ou les mois à venir, nous saurons plus
exactement en quoi consiste le partenariat lors d’une annonce.
Senator Day: Is this joint, DND, Canadian Forces or Veterans
Affairs?
Le sénateur Day : Est-ce que cela réunit le MDN, les Forces
canadiennes ou Anciens Combattants?
Rear-Admiral Smith: We are an interested party, but we are not
a primary office in this initiative.
Cam Smith : Nous sommes une partie intéressée, mais nous ne
sommes pas un acteur principal.
Senator Day: You will look forward to hearing what is going
on in due course.
Le sénateur Day : Vous attendez de savoir ce qui se passera en
temps voulu.
Rear-Admiral Smith: I would look at the Helmets to Hardhats
program the same way I would look at the MOU with the
commissionaires or the various programs we have with
Corporations Canada as another enabling piece or another
arrow in the quiver, if you will, as people look to transition.
Cam Smith : Je considérerais le programme « Helmets to
Hardhats » de la même façon que le protocole d’entente avec les
commissionnaires ou les différents programmes que nous avons
avec Corporations Canada, c’est-à-dire comme une mesure
supplémentaire, si l’on veut, pour la transition.
3:56
Veterans Affairs
14-11-2011
Senator Day: I think it is important for us to recognize that
there are a number of initiatives going on, all of which are for the
benefit of veterans, which is something we strongly support here.
Le sénateur Day : Je pense qu’il est important pour nous de
reconnaître qu’un certain nombre d’initiatives sont en cours et
qu’elles aideront les anciens combattants, ce que nous appuyons
fortement.
Let us talk about transitioning from the Armed Forces into the
world outside of the military. You say the average retirement is
about 36 years of age. Is every retiring member of the military
required to go through the transitioning program or is it still
voluntary?
Parlons de la période de transition entre la vie dans les forces
armées et la vie civile. Vous dites que l’âge moyen des militaires
libérés est d’environ 36 ans. Est-ce que tous les militaires doivent
suivre le programme de transition ou ils ont le choix?
Rear-Admiral Smith: Every person releasing from the forces
has the right, and we are quite disciplined on this, to have a
transition interview with Veterans Affairs to ensure, whether they
are ill or injured, that they are fully cognizant of the benefits,
services and programs that could be available to them should they
have a service-related illness or injury post-release.
Cam Smith : Chaque personne qui est libérée des Forces, et
nous sommes très disciplinés à cet égard, a le droit de passer une
entrevue de transition avec Anciens Combattants pour que nous
nous assurions, qu’elle soit malade ou blessée, qu’elle est bien au
fait des avantages, des services et des programmes qui lui sont
offerts si elle a une maladie ou une blessure attribuable à son
service après sa libération.
Senator Day: Do these interviews take place through the Joint
Support Unit of Veterans Affairs?
Le sénateur Day : Les entrevues sont-elles menées par l’Unité
interarmées de soutien d’Anciens Combattants?
Mr. Hillier: Yes, in areas where we have our units or area
offices to provide the service. As Rear-Admiral Smith noted, we
encourage all retiring military personnel to come to the transition
interview, which takes place with one of our experienced
personnel. It is also provides a sense of where the veteran’s
head is in terms of any issues that may be emerging and ensures
that we provide the knowledge that after they leave the Canadian
Forces and take off the uniform, if they an issue, Veterans Affairs
is here for them. We do not expect them to know about all
programs or services, but we want to leave the message: If you
think you have a problem, give us a call.
M. Hillier : Oui, elles sont menées partout où nous avons les
unités ou les bureaux qui fournissent le service. Comme le contreamiral Smith l’a dit, nous encourageons tous les membres du
personnel militaire en voie d’être libérés à passer l’entrevue de
transition, qui est menée par l’un de nos membres d’expérience.
Cela nous donne également une idée de la condition mentale des
anciens combattants, des problèmes qu’ils pourraient avoir, et
cela nous permet de nous assurer qu’ils savent qu’après avoir
quitté les Forces canadiennes et enlevé leur uniforme, s’ils ont des
problèmes, le personnel d’Anciens Combattants sera là pour eux.
Nous ne nous attendons pas à ce qu’ils connaissent tous les
programmes ou les services en profondeur, mais nous voulons
qu’ils sachent que s’ils pensent avoir un problème, ils n’ont qu’à
nous appeler.
Senator Day: Do you believe that a good percentage, over
75 per cent, of retiring personnel go through this?
Le sénateur Day : Croyez-vous qu’une bonne partie du personnel
en voie d’être libéré, plus de 75 p. 100, passent l’entrevue?
Col. Blais: I can guarantee that everyone gets the transition
interview because before you are released from the forces and get
your final pay, there is a certificate of places, supply, and others,
for example, that you have to stop by for before you get your last
financial remuneration.
Col Blais : Je peux vous garantir que tout le monde passe
l’entrevue de transition, car avant d’être libéré des forces et de
recevoir sa dernière paie, l’ancien combattant doit passer pour le
certificat, au sujet des endroits, des ressources, par exemple.
Senator Day: Is this for returning the helmet and rifle, for
example?
Le sénateur Day : Est-ce qu’il s’agit de remettre le casque et les
fusils, par exemple?
Col. Blais: Yes. If you do not have the tick in the box from
Veterans Affairs, you cannot leave.
Col Blais : Oui. La personne ne peut pas être libérée tant
qu’Anciens Combattants n’a pas coché la case.
Senator Day: That is good. Armed forces personnel understand
that they must have these things ticked off so they can receive
their final pay.
Le sénateur Day : C’est bien. Les membres du personnel des
forces armées comprennent qu’ils doivent faire ces choses avant
de recevoir leur dernière paie.
Let us talk about injured personnel and others. I am interested
in a number of the programs that you have. In particular, the
committee was involved a few years ago in discussions about
personnel who can apply internally for positions in other
government departments. The applicants are not injured and so
Parlons maintenant des membres du personnel qui sont blessés
et d’autres cas. Je m’intéresse à un certain nombre de vos
programmes. Il y a quelques années, le comité a participé à des
discussions sur le personnel qui peut postuler à des emplois offerts
par d’autres ministères. Ces personnes ne sont pas blessées et ne
14-11-2011
Anciens combattants
3:57
are not considered for priority hiring. A program under the Public
Service Employment Act provides that armed forces personnel
may apply for a position as a member of the particular
department would apply. How many departments have such a
policy? I know that DND does that, but the last information we
had was that not many other government departments had put
this in place.
peuvent pas être nommées de façon prioritaire. Grâce à un
programme prévu par la Loi sur l’emploi dans la fonction
publique, les membres du personnel des forces armées peuvent
postuler à un poste comme les gens qui font partie du ministère le
feraient. Combien de ministères ont une telle politique? Je sais que
c’est le cas du MDN, mais selon les derniers renseignements qu’on
nous a donnés, peu de ministères ont mis cela en place.
Rear-Admiral Smith: I see that as a two-pronged question.
First, with respect to priority hiring within the public service, that
is an enabling piece. It still remains incumbent upon individual
departments to be proactive in that regard.
Cam Smith : Selon moi, c’est une question à deux volets.
D’abord, en ce qui concerne la priorité d’embauche au sein de la
fonction publique, c’est une mesure spécifique. Il incombe tout de
même à chaque ministère de se montrer proactif à cet égard.
With respect to opportunities for well and non-injured people
to apply to public sector positions, that is an open piece. If it is
posted as an internal competition, Canadian Forces personnel are
invited to apply as if they are members of the public service.
Pour ce qui est de la possibilité pour les personnes en santé et
non blessées de poser leur candidature à des postes de la fonction
publique, c’est une mesure générale. Si le poste est affiché dans le
cadre d’un concours interne, les membres des Forces canadiennes
sont invités à postuler comme s’ils faisaient partie de la fonction
publique.
Senator Day: Is it up to each department to make the
determination?
Le sénateur Day : Est-ce à chaque ministère de le déterminer?
Rear-Admiral Smith: That is correct.
Cam Smith : Oui.
Senator Day: DND has that in place for all civilian positions.
Any retiring member of the armed forces can apply for those
internal positions, as if he or she were a public servant looking for
another position. However, not many other federal government
departments have taken the initiative to set that up. What are you
doing to try to increase the possibilities in that area for retiring
personnel?
Le sénateur Day : Le MDN procède déjà de cette façon pour
tous les postes civils. Tous les membres des forces armées qui
partent à la retraite peuvent poser leur candidature à ces postes
internes comme s’ils étaient des fonctionnaires qui cherchent un
autre poste. Cependant, il y a peu d’autres ministères qui ont pris
une telle initiative. Que faites-vous pour tenter d’améliorer les
possibilités à ce chapitre pour le personnel qui prend sa retraite?
Rear-Admiral Smith: We have not done anything specifically to
vigorously promote that throughout other departments. I see that
more as a Public Service Commission initiative to drive.
Cam Smith : Nous ne faisons rien de particulier pour
promouvoir activement cela dans les autres ministères. Je
considère que c’est davantage à la Commission de la fonction
publique que revient cette initiative.
Senator Day: I might suggest to you that going through a
management change, the Public Service Commission watches the
priorities closely. You may want to push a bit to try to convince
some of these departments to open up. The initiative is there. We
passed it into law about five or six years ago, but a little push
needs to take place to open this up to retiring personnel.
Le sénateur Day : J’aimerais vous faire observer qu’étant
donné les changements dans la gestion, la Commission de la
fonction publique surveille de près les priorités. Il serait peut-être
bon que vous poussiez un peu pour convaincre certains de ces
ministères à s’ouvrir. L’initiative est là. Nous l’avons inscrite dans
la loi il y a cinq ou six ans, mais il va falloir insister un peu pour
ouvrir ce processus au personnel qui prend sa retraite.
Mr. Hillier: As I noted, Veterans Affairs has opened up and
put in place such asset qualifications that in jobs where Canadian
Forces experience is considered valuable, experience can be used
as a selection tool for equally qualified individuals.
M. Hillier : Comme je l’ai indiqué, le ministère des Anciens
Combattants a établi des qualifications constituant un atout, de
sorte que pour des emplois dans lesquels l’expérience dans les
Forces canadiennes est considérée comme utile, cette expérience
peut être utilisée comme un outil de sélection pour des personnes
ayant les mêmes qualifications.
Other than that, we have been doing some moral suasion, so
we had to make sure our own house is in order, and open and
transparent. It is difficult to encourage other people to be open
and provide opportunities for veterans if our rules, as you noted,
say it is up to each department. Therefore, we have taken that
leadership role.
Par ailleurs, nous utilisons de la pression morale; nous devions
donc nous assurer que nos propres affaires étaient en ordre et que
nous agissions nous-mêmes de façon ouverte et transparente. Il
est difficile d’encourager les gens à faire preuve de transparence et
à offrir des débouchés aux anciens combattants si, selon nos
règles, comme vous l’avez souligné, c’est à chaque ministère de
décider. Nous faisons donc preuve de leadership.
3:58
Veterans Affairs
Senator Day: I would expect that VAC, DND and the
Canadian Forces are open to following that initiative; but it is
other departments that are of concern.
[Translation]
14-11-2011
Le sénateur Day : Je présume qu’ACC, le MDN et les Forces
canadiennes sont prêts à soutenir cette initiative, mais ce sont les
autres ministères qui nous préoccupent.
[Français]
Senator Nolin: I am sorry for being late. Perhaps you talked
about this in your opening remarks, but I would like to hear what
you have to say about the decrease in income after military
members are released. Could you specifically talk about the fact
that injured members or female members experience an even more
significant decrease than the average?
Le sénateur Nolin : Excusez mon retard. Vous avez peut-être
soulevé le sujet dans vos remarques préliminaires, mais j’aimerais
vous entendre sur la réduction des revenus suite à la libération
d’un militaire, et plus spécifiquement au fait que dans le cas d’un
militaire blessé ou d’une femme militaire, la réduction est encore
plus grande que pour la moyenne des militaires.
Your studies show that there is a 10 per cent drop in income
after military members are released, but the drop is 30 per cent
for women and 29 per cent for the injured.
Vos études montrent qu’il y a une réduction d’environ 10 p. 100
des revenus après la libération d’un militaire. Dans le cas des
femmes, c’est 30 p. 100 et dans le cas des blessés, c’est 29 p. 100.
Have you taken action to bridge this gap, first, to understand it
and second, to make sure that we can help those members handle
it? I think this is unacceptable.
Avez-vous pris des mesures pour pallier cet écart, premièrement
pour le comprendre et, deuxièmement, pour vous assurer qu’on
puisse aider ces militaires à y faire face? Je ne pense pas que cela soit
acceptable.
Rear-Admiral Smith: Thank you for your question.
[English]
You speak to the Life After Service Study recently conducted
jointly by with Statistics Canada, Veterans Affairs and us.
Senator Nolin: Exactly.
Rear-Admiral Smith: The points raised were helpful for us to
better understand the challenges faced by people upon release,
especially those who are ill and injured. In relation to the specific
question you raise, we have not anything to address that, other
than to look at enabling transition support as much as possible to
get people figuratively and literally back on their feet to find
meaningful work as soon as possible.)
[Translation]
Senator Nolin: I know that we are talking about injured
members today, members affected by their job in the military. But
I would like to understand the situation for women. In 2011, why
are we still seeing a problem and not doing anything about it?
[English]
Rear-Admiral Smith: The Life After Service study showed that
the relative reduction of employment incomes of women was related
to service spouses, not so much to releasing female military
members. It was a service spouse income issue that was in play.
[Translation]
Senator Nolin: Are you telling me that we are not comparing
two equal categories? So we are not comparing male military
members versus female military members, but versus service
spouses, correct?
Cam Smith : Je vous remercie de votre question.
[Traduction]
Vous parlez de l’étude intitulée La vie après le service, qui a été
menée conjointement par Statistique Canada, Anciens Combattants
et nous.
Le sénateur Nolin : Exactement.
Cam Smith : Les points qui ont été soulevés nous ont permis de
mieux comprendre les défis auxquels sont confrontés les militaires
après leur service, en particulier ceux qui sont malades et blessés.
En ce qui a trait à la question dont vous avez parlé, nous ne
pouvons rien faire pour remédier à la situation, sauf peut-être
mettre en place des mesures de soutien à la transition afin d’aider
ces personnes à retomber sur leurs pieds, au sens propre et au sens
figuré, pour trouver un emploi décent le plus vite possible.
[Français]
Le sénateur Nolin : Je comprends qu’aujourd’hui, on parle des
militaires qui ont été blessés, qui sont affectés par leur emploi
dans les forces armées, mais je veux comprendre le cas des
femmes. Comment, en 2011, en est-on encore à constater un
problème et à ne rien faire?
[Traduction]
Cam Smith : L’étude « La vie après le service » a révélé que la
diminution relative des revenus d’emploi des femmes était liée aux
conjoints, et pas vraiment à la libération des femmes militaires. Il
était question du revenu soldé des conjoints.
[Français]
Le sénateur Nolin : Ce que vous me dites, c’est qu’on ne
compare pas des entités équivalentes? Ce ne sont pas des militaires
mâles comparativeemnt aux militaires féminins, mais les conjoints
des militaires?
14-11-2011
Anciens combattants
Rear-Admiral Smith: Exactly.
3:59
Cam Smith : Exact.
Senator Nolin: I will go to the sources and try to have the
situation corrected. But I understand your answer.
Le sénateur Nolin : J’irai aux sources et je verrai à obtenir des
correctifs. Mais je comprends votre réponse.
I have another question, if you do not mind. I am interested in
the second scenario in your presentation that refers to the
transition stage when a primary reservist who is single is stationed
in one place and his family lives in another place. What services
do you provide to the families of single individuals during the
transition?
J’aurais une deuxième question si vous permettez. Je suis
intéressé au scénario B de votre document qui est le cas où, au
moment de la transition, un réserviste de la première réserve,
célibataire, est stationné à un endroit et sa famille vit ailleurs.
Quels services offrez-vous aux familles d’un individu célibataire,
au moment de la transition?
Rear-Admiral Smith: During the transition?
Senator Nolin: I am going by your scenario. He had an injury
and the treatment is working. Rehabilitation is working. So it is
time for reintegration. What do you do for the families of military
members in this case?
Rear-Admiral Smith: In other words, the parents?
Senator Nolin: The parents. If he is single, does he have a
family or not? Does he have a family by your criteria?
Cam Smith : Au moment de la transition?
Le sénateur Nolin : Je me fie à votre scénario. Il a été blessé et
ses traitements fonctionnent. La réadaptation fonctionne. Là, il
s’agit de le réintégrer. Comment vous occupez-vous de la famille
de ce membre des forces?
Cam Smith : Autrement dit, ses parents?
Le sénateur Nolin : Ses parents. Si c’est un célibataire, est-ce
qu’il y a une famille ou pas? Pour vous, est-ce qu’il y en a une?
Rear-Admiral Smith: Yes, definitely.
Cam Smith : Oui, définitivement.
Senator Nolin: What do you do with his parents?
Le sénateur Nolin : Qu’est-ce que vous faites avec ses parents?
Col. Blais: They are always welcome to meetings and treatment
sessions. The injured member decides who he wants with him, his
family, his parents. They can always go to sessions. In terms of
benefits, there are no specific benefits. But, if the injured member
is an amputee and he is going to stay with his parents, we are able
to make adjustments to his parents’ home in order to make things
easier for the member.
Col Blais : Ils sont toujours invités lors des réunions et des
sessions de traitement. La famille, que ce soit ses parents, le blessé
décide de la personne qu’il veut avec lui. Ils ont toujours accès aux
sessions. Pour ce qui est des bénéfices, il n’y a pas de bénéfice
particulier. Par contre, si le blessé est un amputé et qu’il va
demeurer avec ses parents, nous sommes en mesure d’apporter des
modifications au domicile des parents pour faciliter la vie du
blessé.
Senator Nolin: In terms of assistance, whether it is the parent or
the spouse, they are the first ones interested in the health, often
times the psychological health, of their relative, the former
member. What kind of support do you have for those people, who
just want to help with the rehabilitation process?
Le sénateur Nolin : En ce qui concerne l’aide, qu’il s’agisse du
parent ou du conjoint immédiat, ils sont les premiers intéressés
par la santé, souvent psychologique, de leur parent qui était
militaire. Quelle sorte d’appui donnez-vous à ces gens qui,
justement, veulent aider à la réhabilitation?
Col. Blais: We have a specific program for families. It has two
components. There is peer support for the injured and there is a
component for families. So these are people who have lived with
individuals with PTSD injuries or other mental health issues. We
have family members who have experienced similar situations and
who are working for the department in order to provide help.
Col Blais : On a un programme spécifique qui vient en aide aux
familles. C’est un programme à deux volets. C’est un soutien par
les pairs pour les blessés et on a une composante pour les familles.
Donc ce sont des personnes qui ont vécu avec des personnes qui
ont subi des blessures de stress post-traumatique ou d’autres
problèmes de santé mentale. On a des membres de famille, qui ont
déjà vécu des situations pareilles, qui sont à l’emploi du ministère
pour venir en aide.
Senator Nolin: As sponsors?
Le sénateur Nolin : Pour faire du parrainage?
Col. Blais: That is right.
Col Blais : C’est ça.
Senator Nolin: Mr. Chair, we have heard witnesses say that
male military members in particular face a tremendous challenge,
since they keep their condition secret. Spouses are often the ones
who notice there is something going on, a problem. Getting the
member to admit it is a huge challenge. I assume that is the type
of help you give to partners, spouses and families.
Le sénateur Nolin : Monsieur le président, on a entendu des
témoins nous dire que, surtout chez les militaires masculins, il y
avait un défi énorme puisqu’ils gardent le secret sur leur état.
C’est souvent le conjoint qui va détecter un malaise, un problème.
Faire avouer le militaire, c’est déjà un défi énorme. Je présume
que c’est ce genre d’aide que vous offrez aux partenaires, aux
conjoints et à la famille.
3:60
Veterans Affairs
14-11-2011
Col. Blais: Exactly. As commander of support centres, I can
confirm that it is often the mom or the dad calling us to let us
know that their son needs help.
Col Blais : Exactement, je peux confirmer, en tant que
commandant des centres de soutien, que ça arrive très souvent
que c’est la maman ou le papa qui nous donne un coup de fil pour
nous dire que leur fils a besoin d’aide.
Senator Nolin: So they tell you that their son needs help, that
he does not admit it, but that he needs it.
Le sénateur Nolin : Ils vous disent que leur fils a besoin d’aide,
qu’il ne l’avoue pas, mais qu’il en a besoin.
Rear-Admiral Smith: Or the spouse comes with her husband
and asks us to take care of him because he has a problem. He does
not want to talk to us, but she wants him to talk to us.
Cam Smith : Ou encore, c’est l’épouse qui nous amène son
conjoint et nous demande de nous en occuper parce qu’il a un
problème. Lui ne veut pas nous parler, mais elle veut qu’il nous
parle.
Senator Nolin: He does not even want to come and see you.
Le sénateur Nolin : Il ne veut même pas venir vous voir.
Rear-Admiral Smith: But it sure helps a lot.
Cam Smith : Ça aide beaucoup, par exemple.
Senator Nolin: Yes, we are somewhat familiar with the
problem. It is good to hear you talk about it. It is certainly not
perfect, but at least you are aware of the situation, and your
colleagues from Veterans Affairs Canada are too. They are well
aware of the problem because there is an overlap at some stage.
You both work with the same clients.
Mr. Hillier: Yes.
Le sénateur Nolin : Effectivement, on est un peu familier avec
ce problème. Je suis content de vous entendre. Ce n’est
certainement pas parfait, mais au moins vous êtes conscient de
cette réalité et vos collègues du ministère des Anciens
Combattants le sont aussi. Ils sont bien au fait du problème
parce qu’il y a une sorte de chevauchement dans le temps. Vous
travaillez les deux avec les mêmes clients.
M. Hillier : Oui.
Senator Nolin: A client leaves you and goes home. So there has
to be continuity in support.
Le sénateur Nolin : Un client vous quitte puis s’en va chez eux.
Il doit donc y avoir un continuum dans l’appui.
Col. Blais: Not only continuity but also an overlap. Military
members still serving are entitled to some benefits and, through
the centres, we make sure they receive those benefits.
Col Blais : Je dirais non seulement un continuum, mais aussi
un chevauchement. Il y a certains bénéfices auxquels un militaire
qui est encore en service a droit et par l’entremise des centres, on
s’assure qu’ils ont ces privilèges.
The Chair: Senator Nolin, I would like to ask another question,
if I may. Let me go back to the single member on the base in
Edmonton, whose family lives in Lethbridge. Does he receive
assistance to go home during his recovery or care? Do the parents
receive financial support to be able to go to those meetings or is
that up to the individual?
Le président : Sénateur Nolin, si vous me permettez une
question supplémentaire. Je reviens au célibataire qui est sur la
base à Edmonton, mais dont la famille demeure à Lethbridge, estce qu’il reçoit de l’aide pour retourner chez lui pendant sa période
de convalescence ou de soins? Les parents, pour aller à ces
réunions, sont-ils financés pour pouvoir y aller ou si ça relève de
l’individu?
Rear-Admiral Smith: The member can definitely be paid for a
short period of time to go, but the parents get no funding.
Cam Smith : L’individu peut certainement être payé de façon
temporaire pour y aller, mais les parents ne sont pas financés.
[English]
[Traduction]
Senator Wallin: I want to come at this a bit differently. We
have heard from all of you, over the course of the last three
years — at least that is my experience — on many different
occasions. One quick follow-up on Senator Day’s point.
Le sénateur Wallin : J’aimerais examiner cela sous un angle
différent. Nous vous avons tous entendus, au cours des trois
dernières années — du moins, dans mon cas —, à maintes reprises.
Je voudrais poser rapidement une question complémentaire au sujet
du point qu’a soulevé le sénateur Day.
My sense is, and I think we have been told — probably by you,
but certainly by others — that there is not a great demand to go to
work in other government departments. You find that people who
leave the military might want to go into DND, but they do not
actually want to work at Revenue Canada or other places. It is
kind of hard to generate that demand if, in fact, the veterans
themselves are not that interested in it. That seems to be the issue.
Do you have any comment on that?
Je pense que vous nous avez probablement dit, et d’autres nous
l’ont dit également, qu’il n’y a pas énormément de demandes pour
aller travailler dans d’autres ministères. Vous indiquez que les
gens qui quittent la vie militaire veulent travailler au MDN, mais
pas vraiment à Revenu Canada, par exemple. Il est difficile de
susciter cette demande si, en fait, cela n’intéresse pas tellement les
anciens combattants eux-mêmes. C’est ce qui semble poser
problème. Avez-vous des commentaires à ce sujet?
14-11-2011
Anciens combattants
3:61
Rear-Admiral Smith: I do. It is a great point. I think your
comment points to the fact that the Canadian Forces and, by
extension, the Department of National Defence, really is a family.
When people take the uniform off, they often do so reluctantly. If
they are going to do that and want to continue employment in the
public service, their first interest really is to remain part of the
family — if I can use that term — inside the department.
Cam Smith : Oui. C’est une question très intéressante. Je pense
que votre commentaire montre bien qu’en fait, les Forces
canadiennes et, par extension, le ministère de la Défense
nationale, forment une famille. Quand les militaires retirent leur
uniforme, ils le font souvent à contrecœur. Par conséquent,
lorsqu’ils veulent continuer à travailler dans la fonction publique,
leur premier objectif est de demeurer dans la famille — si je peux
employer ce terme —, au sein du ministère.
I think it is an accurate comment. Veterans Affairs, as our
cousins, are seen to be closely associated with that. People in the
navy might see Fisheries and Oceans as a logical extension of that.
However, to go and work in Revenue Canada or Industry Canada
might not be so obvious.
Je crois que c’est une remarque pertinente. Nos cousins, les
anciens combattants, sont considérés comme étant liés de près à
cette question. Les membres de la marine considèrent peut-être le
ministère des Pêches et des Océans comme une suite logique à leur
service. Toutefois, il ne doit pas être si évident d’aller travailler à
l’Agence du revenu ou à Industrie Canada.
Mr. Hillier: I would echo that. Certainly, there are occupations
and trades in government that are compatible. Many are not. I
think that is why, as Rear-Admiral Smith mentioned earlier this
morning, that we have to have a number of tools in the toolbox.
Helmets to Hardhats is one. There are also many other things
going on with industry in Canada, particularly around the reservice, and what have you. This is clearly a situation where one
tool does not suit the vast array of experiences that people have in
the Canadian Forces.
M. Hillier : C’est ce que je pense aussi. Il y a certainement des
professions et des métiers compatibles au sein du gouvernement.
Beaucoup ne le sont pas. C’est pourquoi, comme l’a mentionné le
contre-amiral Smith ce matin, nous nous devons de disposer de
nombreux outils. Le programme « Helmets to Hardhats » en est
un. Il y a également beaucoup d’autres initiatives au sein de
l’industrie au Canada, en particulier en ce qui a trait à la reprise
du service, entre autres. Il s’agit clairement d’une situation où un
seul outil ne convient pas à toute la gamme d’expériences que
possèdent les membres des Forces canadiennes.
Senator Wallin: The other thing I have noticed is that when you
talk with soldiers in Afghanistan, or when they come home, the
average age is 36. That is young. My sense from a lot of these guys
is that they are young. They are just ready to go out and do
something else and start again. I do not mean someone who is
severely injured, but obviously they need help. I do not know
whether you would characterize it as the vast majority, or many,
or what your sense of that would be, but they have done their
service, are proud of what they have done and are moving on.
They do not really need your help, other than with the transition.
Do you see that there might even be some reduction in the
demand for your services, given this younger generation that says,
‘‘I am out of here. I am moving on.’’
Le sénateur Wallin : J’ai remarqué également que les soldats en
Afghanistan ou ceux qui sont revenus ont en moyenne 36 ans.
C’est jeune. Je trouve que beaucoup de ces soldats sont jeunes. Ils
sont prêts à entreprendre quelque chose de nouveau. Je ne parle
pas de ceux qui sont gravement blessés, mais de toute évidence, ils
ont besoin d’aide. Je ne sais pas si vous diriez qu’il s’agit de la
grande majorité ou de bon nombre d’entre eux, ou ce que vous en
pensez, mais ils ont effectué leur service, ils sont fiers de ce qu’ils
ont accompli et ils passent à autre chose. Ils n’ont pas vraiment
besoin de votre aide, sauf pour la transition. Croyez-vous qu’il
pourrait même y avoir une diminution de la demande pour vos
services, étant donné que ces jeunes se disent : « Je m’en vais, je
passe à autre chose »?
Mr. Hillier: Certainly with our job placement services, the
demand has been considerably lower than we had anticipated.
Actually, certainly in some of the trades, the feedback I get from
my case managers doing the transition interviews is that some of
these folks are saying, ‘‘I have a job offer before I walk out the
door.’’ They have probably been headhunted. It is a good thing
that they can take their skills and experience and go elsewhere
with it.
M. Hillier : Il est certain que pour nos services de placement, la
demande est nettement inférieure à ce que nous avions prévu. En
fait, pour certains métiers, d’après ce que disent mes gestionnaires
de cas qui font les entrevues de transition, certains militaires
reçoivent une offre d’emploi avant même d’avoir été libérés. Ils
ont probablement été ciblés par des recruteurs. C’est une bonne
chose qu’ils puissent utiliser leurs compétences et leur expérience
ailleurs.
However, I want to be clear here that while they are younger —
my youngest client is 19 years old — I also have many over 100.
While we have a lot of discussion about Canadian Forces
modern-day veterans, as Senator Day noted, we are in no way
relinquishing our responsibilities to traditional, war-era veterans.
They continue to get case-managed and to get the service they
need. Yes, there is a focus on veterans of more recent conflicts.
However, I want to be clear, from the standpoint of Veterans
Toutefois, je tiens à préciser que même s’il y a des jeunes — mon
plus jeune client a 19 ans —, il y en a aussi plusieurs qui ont plus de
100 ans. Même si nous parlons beaucoup des anciens combattants
des Forces canadiennes d’aujourd’hui, comme l’a souligné le
sénateur Day, nous ne nous soustrayons d’aucune façon à nos
responsabilités envers les anciens combattants traditionnels de
l’époque des guerres. Ils continuent à bénéficier des services dont ils
ont besoin. Il est vrai que nous nous concentrons sur les anciens
3:62
Veterans Affairs
14-11-2011
Affairs, that it is not trading one for the other. Both groups have
very different needs, but they both need services from Veterans
Affairs.
combattants des conflits récents. Cependant, je tiens à préciser que
du point de vue du ministère des Anciens Combattants, cela ne
signifie pas qu’on délaisse un groupe au profit d’un autre. Les deux
groupes ont des besoins très différents, mais ils ont tous deux besoin
des services du ministère.
Senator Wallin: I will make one comment on that. I happened
to spend the weekend with my family, and my father had his new
forms to fill out. I want to commend you, because they are much
simpler than they used to be. We actually only spent about
20 minutes on it. That is one good thing.
Le sénateur Wallin : J’aimerais faire une observation à ce sujet.
Il se trouve que j’ai passé la fin de semaine avec ma famille, et
mon père avait de nouveaux formulaires à remplir. Je tiens à vous
féliciter, car ces formulaires sont beaucoup plus simples
qu’auparavant. Il nous a fallu à peine 20 minutes pour les
remplir. C’est une bonne chose.
Senator Nolin: Except for someone going to Revenue Canada.
Le sénateur Nolin : Sauf pour ce qui est de l’Agence du revenu
du Canada.
Rear-Admiral Smith: With respect to decrease in demand, in
the post-Afghanistan conflict era — noting that we are still
engaged in Afghanistan in a meaningful way — there is a logical
reduction in the number of physical casualties that will present
themselves. Having said that, it would be my expectation, in
keeping with our experience on OSI and PTS-type injuries, those
numbers could grow in the next 24 to 40 months, often as more of
a latent effect. That will certainly continue to bring our services
into demand.
Cam Smith : En ce qui concerne la diminution de la demande, à
l’ère de l’après-conflit en Afghanistan — il faut souligner que nous
sommes encore présents concrètement en Afghanistan —, il y a une
diminution logique du nombre de blessures physiques. Cela dit,
d’après notre expérience relativement aux TSO et aux TSPT, je
m’attends à ce que le nombre augmente au cours des 24 à
40 prochains mois, normalement en raison d’un effet différé. Nos
services seront assurément encore en demande.
With respect to people not necessarily needing either our
services or the Veterans Affairs services as much as they may have
for traditional veterans or pre-2000 and pre-1995, this is reflective
of a change in society. When I joined the public service, people
used to think we were joining for life, or that it was a life sentence,
or a career. Today you see youth fully accepting having two or
three careers. Therefore, they are happy to do something
different, engaging and adventurous, to get some skills and to
move on to have a complete paradigm shift from a career
perspective and do something completely different.
Le fait que les gens n’ont pas nécessairement autant besoin de nos
services ni de ceux du ministère des Anciens Combattants que les
anciens combattants traditionnels ou de ceux d’avant 2000 et 1995
est représentatif d’un changement dans la société. Quand je suis
entré à la fonction publique, les gens pensaient que nous étions
condamnés à y rester toute notre vie, toute notre carrière.
Aujourd’hui, les jeunes acceptent de mener deux ou trois carrières.
Par conséquent, ils sont heureux de faire quelque chose de différent,
d’attrayant et d’audacieux, d’acquérir des compétences, de procéder
à un changement radical dans leur carrière et de faire tout
autre chose.
Senator Wallin: That is the sense I was getting. You may be
right on the PTSD kind of injury. I just came back from Kabul,
where we have 1,000 people stationed there. It is very stressful
there. It is a different kind of security threat and living
arrangement than the combat mission was and, in some cases,
more difficult. It is interesting about the larger numbers.
Le sénateur Wallin : C’est l’impression que j’ai eu. Vous avez
peut-être raison en ce qui concerne les TSPT. J’arrive tout juste de
Kaboul, où 1 000 de nos soldats sont stationnés. C’est très
stressant là-bas. La menace à la sécurité et les conditions de vie
sont différentes de la mission de combat. Dans certains cas, c’est
plus difficile. Ce que vous avez dit à propos de l’augmentation du
nombre de blessures est intéressant.
This is just a quick technical point. Is VA now co-located at all
of the 24 JPSUs, or almost all?
J’aimerais vous poser une brève question d’ordre technique.
Y a-t-il maintenant un bureau d’ACC dans chacune des 24 unités
interarmées de soutien au personnel, ou dans presque toutes?
Col. Blais: There are two sites where we still have a campus
concept that they are not in the same building, but the structures
are going up now to accommodate them together.
Col Blais : À deux endroits, nous avons encore le concept de
campus et ils ne sont pas dans le même immeuble, mais on met
actuellement en place des structures pour les regrouper.
Senator Wallin: That is part of anticipating six months in
advance. When someone knows that becomes easier, too.
Le sénateur Wallin : C’est pourquoi il est important de prévoir
six mois à l’avance. Quand on le sait, c’est plus facile également.
The Chair: Before we go to a second round, you still have 21 year
olds who are veterans, like you did after World War II, and who
will still require your needs. You have to have programs to handle
that. Regarding that lower-end spectrum of the veterans, whether
Le président : Il y a encore des anciens combattants de 21 ans,
comme après la Seconde Guerre mondiale, qui auront encore
besoin de vos services. Il vous faut des programmes pour cela. En
ce qui concerne la limite inférieure du spectre des anciens
14-11-2011
Anciens combattants
3:63
you are not you are doing that to the same scale you did with the
old charter is certainly worthwhile discussing. As an example, for
education, where we used to pay the whole university program, that
is now nowhere near the same for this generation of veterans, and
we have some number of them who have more combat time than
World War II veterans, and in more complex operations, too.
combattants, il vaudrait certainement la peine d’en discuter pour
déterminer si vous procédez selon la même échelle qu’avec
l’ancienne charte. Par exemple, en ce qui concerne l’éducation,
alors que nous financions auparavant l’ensemble du programme
universitaire, nous sommes très loin de faire la même chose pour
la génération actuelle d’anciens combattants et pourtant, un
grand nombre d’entre eux ont combattu plus longtemps que les
anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale, et dans des
opérations plus complexes également.
There is a delta of the services you are providing in that. This
goes to the point we spoke about, namely, going to Revenue
Canada. I would find it difficult for an infantryman, who has no
obvious trade out there, to apply to Revenue Canada except
maybe being a driver. What specifically are you doing in order to
assist that person to be re-skilled — that is, to be competitive
within the public service — in order to get a job at Revenue
Canada? Also, what is Public Service Canada doing regarding
veterans who need to be re-skilled to be competitive in order to
get those jobs?
Il y a une diminution des services que vous offrez à ce chapitre.
Cela nous ramène à la question dont nous avons parlé, à savoir
d’aller travailler à l’Agence du revenu du Canada. Il serait difficile
pour un soldat d’infanterie, qui ne fait partie d’aucun corps de
métier, de postuler à l’Agence du revenu du Canada, sauf peutêtre comme chauffeur. Que faites-vous précisément pour aider
cette personne à se recycler — c’est-à-dire à être compétitive au
sein de la fonction publique — afin d’obtenir un emploi à
l’Agence du revenu du Canada? Et que fait la fonction publique
du Canada pour les anciens combattants qui doivent se recycler
pour être compétitifs et obtenir un emploi?
Ms. Pellerin: I can provide an answer to that. With our
vocational rehabilitation program, which is accessed by those who
are medically released and non-medically released and who
subsequently have a re-establishment health issue, they can
access our vocational rehabilitation program. Once engaged in
that program, we have vocational rehabilitation specialists on
contract with VAC who do an assessment of the individual’s
education, experience, military experience, and look at the
transferable skills from the military to a civilian occupation.
Mme Pellerin : Je peux répondre à cela. Les personnes qui sont
libérées pour raisons médicales ou non et qui par la suite présentent
un problème de réinsertion lié à leur santé peuvent avoir accès à un
programme de réadaptation professionnelle. Dans ce programme,
nous avons des spécialistes de la réadaptation professionnelle
travaillant à contrat pour ACC qui procèdent à une évaluation de la
scolarité, de l’expérience et de l’expérience militaire de la personne et
qui évaluent les compétences transférables pouvant être utilisées
dans un poste civil.
In addition we look at the individual’s health circumstances
and career interests. If the military experience or employment is
not easily transferred and/or the member participant does not
wish to reengage in that type of employment, then our vocational
rehabilitation program will provide training in order that the
participant can get the skills in order to access a job that is more
suitable to their interests in the civilian community. That career
interest could be in the public service or in the private sector.
Nous examinons également son état de santé et ses intérêts de
carrière. Si l’expérience militaire ou l’emploi ne peut facilement être
transféré ou si le participant ne souhaite pas être réembauché dans
ce type d’emploi, notre programme de réadaptation professionnelle
lui permettra de recevoir de la formation afin d’acquérir les
compétences nécessaires à l’obtention d’un emploi qui convient
mieux à ses intérêts dans la vie civile. Il peut être intéressé à
travailler dans la fonction publique ou dans le secteur privé.
All of our vocational programming is tailored to the
individual’s circumstances. Location, labour market factors and
career interests will be taken into consideration.
Tous nos programmes de réadaptation professionnelle sont
adaptés à la situation de chaque personne. On tiendra compte de
l’emplacement, des facteurs liés au marché du travail et des
intérêts de carrière.
The Chair: You are confirming that the public service does not
have a particular policy in doing that so that they can transfer
their pension that is already going and continue it within the
federal service. There is no deliberate dimension from the Public
Service of Canada to go and get the veterans to join them and
retrain them and employ them?
Le président : Vous confirmez donc que la fonction publique
n’a pas de politique précise en ce sens afin de pouvoir transférer la
pension existante au sein de l’administration fédérale. Il n’y a pas
d’initiative volontaire de la part de la fonction publique du
Canada pour amener les anciens combattants à joindre ses rangs,
pour les recycler et les embaucher?
Mr. Hillier: I am not aware of any such initiative.
M. Hillier : Pas à ma connaissance.
The Chair: No, that is right.
Le président : Non, en effet.
Senator Wallin: Send them to Saskatchewan.
Le sénateur Wallin : Envoyez-les en Saskatchewan.
3:64
Veterans Affairs
14-11-2011
Senator Day: The one area that we talked about earlier of
allowing retiring armed forces personnel to apply in an internal
competition is a major step that has been taken and is overseen by
the Public Service Commission. It is important for us to realize
that this is internal. They will not have to apply for a position that
they see in a particular department with everyone else from across
Canada, it is an internal process.
Le sénateur Day : Il a été question tout à l’heure de permettre
aux militaires des forces armées qui prennent leur retraite de
postuler dans le cadre d’un concours interne; il s’agit d’un
important pas en avant qui est supervisé par la Commission de la
fonction publique. Il est important que nous comprenions bien
qu’il s’agit d’un processus interne et qu’il n’y aura pas de
candidats de partout au Canada qui postuleront pour le même
poste dans un ministère.
Rear-Admiral Smith: That goes to the chair’s previous
question. Within the SISIP vocational rehabilitation, similar to
the Veterans Affairs vocational rehab, we have an ability to steer
or tailor vocational rehabilitation toward a job that they might be
interested in.
Cam Smith : Cela nous ramène à la dernière question du
président. Au sein du programme de réadaptation professionnelle
du RARM, semblable à celui des Anciens Combattants, nous
pouvons orienter ou adapter la réadaptation professionnelle en
fonction d’un emploi qui pourrait intéresser le participant.
Also, on an unofficial basis, as they return to work, if, for
example, an infantryman wants to be a heavy lift equipment
operator, we have an ability to place them in any one of the
maintenance or supply depots in order to gain on-the-job
experience in that regard. Equally, we continue to have the base
personnel selection officers who are schooled in matching an
individual’s desires with a training program to help them better
understand and have a realistic expectation of how to approach
the transition, the skill development piece.
De plus, officieusement, lors du retour au travail, si un soldat
d’infanterie, par exemple, veut occuper un poste d’opérateur
d’équipement lourd, nous pouvons le placer dans l’un ou l’autre
des dépôts d’entretien ou d’approvisionnement afin qu’il puisse
acquérir de l’expérience en milieu de travail. De même, les
officiers de sélection du personnel de la base continuent d’être
formés pour faire correspondre les intérêts des militaires à un
programme de formation afin de les aider à mieux comprendre la
façon d’aborder la transition et d’avoir des attentes réalistes en ce
qui concerne le développement des compétences.
Senator Day: I would think a lot of the skills that the armed
forces personnel develop would be ideal for areas like CSIS,
border security and the RCMP. There are a lot of possibilities out
there. It is a shame, for those skills that have been developed —
and, you put a lot of time into training the skills and disciplines
for positions in the armed forces — that we do not take advantage
of that maybe to the extent that we could.
Le sénateur Day : Je pense que les militaires possèdent beaucoup
de compétences qui seraient tout à fait indiquées pour des emplois
au SCRS, dans le domaine de la sécurité frontalière et à la GRC. Il
y a là beaucoup de possibilités. C’est bien dommage que nous ne
tirions pas profit de ces compétences autant que nous le devrions,
car il a fallu beaucoup de temps pour développer les compétences et
les disciplines pour les postes dans les forces armées.
Rear-Admiral Smith: I would agree; noted. I know your
question was more specifically related to a public service
employment piece. My experience with dealing with corporate
Canada is that corporate Canada, be it the bank industry, food
distribution, cartage companies, financial institutions, amon
others, are looking hungrily at the types of skill sets that
Canadian Forces members have, whether it be communication
skills, leadership skills, or organizational skills that we would tend
to take for granted inside the Canadian Forces and that, based on
what I am told, are not as readily apparent outside. The corporal
‘‘infantreer‘‘ that may be transition may not necessarily have all
the knowledge related to distribution inside a food distribution
warehouse. They can give that. What they cannot give them is the
leadership, communication and organizational skills that he
comes to the table with. They are interested in plugging in and
tapping into that resource base.
Cam Smith : Je suis d’accord. Je sais que votre question avait
trait plus précisément à l’emploi dans la fonction publique. Selon
mon expérience, les entreprises canadiennes, que ce soit dans le
secteur des banques, de la distribution alimentaire, des entreprises
de camionnage ou des institutions financières, regardent avec
envie l’ensemble des compétences en communication, en
leadership ou en organisation que possèdent les militaires,
compétences que nous avons tendance à tenir pour acquises au
sein des Forces canadiennes et qui, selon ce qu’on m’a dit, ne se
trouvent pas si facilement à l’extérieur des Forces. Le caporal
d’infanterie qui fait la transition à la vie civile ne possède peut-être
pas toutes les connaissances relatives à la distribution dans un
entrepôt de distribution alimentaire, mais on peut les lui
transmettre. Ce qu’on ne peut lui donner, ce sont les aptitudes
en leadership, en communication et en organisation qu’il apporte
avec lui. On veut exploiter cette base de ressources.
Senator Wallin: This is more in summation, but we have been
taking testimony in all of this, have seen the changes,
improvements, the form that is better, and the actions to the
JPSUs. Many things are improving. You have heard the question
before, but is there one thing you wish you could fix that you
think is still an issue — where someone is missing something — or
do you feel you have the safety net underneath there somewhere?
Le sénateur Wallin : En bref, nous avons entendu des
témoignages sur toutes ces questions, nous avons vu les
changements, les améliorations, la meilleure formule, et les
mesures relatives aux unités interarmées de soutien au
personnel. Bien des choses s’améliorent. Je sais qu’on vous a
déjà posé la question, mais y a-t-il une chose que vous
souhaiteriez améliorer, qui pose encore problème, ou estimezvous avoir un filet de sécurité?
14-11-2011
Anciens combattants
3:65
Rear-Admiral Smith: Off the cuff, I would say if anything, it
would be to raise awareness. A lot of people transitioning, even at
the age of 36, do not naturally see themselves as veterans. They
still see veterans as the folks on Remembrance Day who march of
with a rack full of medals. Everybody in the forces today will
inevitably become a veteran. Whether they become a client of
Veterans Affairs is another issue. However, to raise awareness
that when you transition — should you have an illness or injury
related to service — there are services and programs available.
That is an issue we continue to work on.
Cam Smith : Spontanément, je dirais qu’il faut accroître la
sensibilisation. Bien des militaires qui font la transition à la vie
civile, même à l’âge de 36 ans, ne se considèrent pas comme des
anciens combattants. Pour eux, les anciens combattants, ce sont
les gens couverts de médailles qu’ils voient marcher lors du jour
du Souvenir. Tous les militaires d’aujourd’hui deviendront
inévitablement un jour des anciens combattants. Quant à savoir
s’ils seront des clients d’Anciens Combattants Canada, c’est une
autre question. Néanmoins, il faut leur faire prendre conscience
que lorsqu’ils font la transition, s’ils ont une maladie ou une
blessure liée au service, ils peuvent avoir accès à des services et à
des programmes. Nous continuons à travailler là-dessus.
Mr. Hillier: I would respond by saying the government has
been clear that the New Veterans Charter is a living document,
and it will be adjusted over time as needs are identified or change.
The evidence is that is Bill C-55, which we have put in place and
people are getting the benefits of. I remember being in this
chamber the evening before the election was called for clause by
clause to get that through.
M. Hillier : Je répondrai en disant que le gouvernement a
clairement indiqué que la Nouvelle Charte des anciens
combattants est un document évolutif qui sera adapté au fil du
temps, selon la définition et l’évolution des besoins. Nous en
avons la preuve avec le projet de loi C-55, que nous avons mis en
œuvre et dont les gens tirent profit. Je me souviens que j’étais ici,
la veille du déclenchement des élections, pour l’étude article par
article et l’adoption de ce projet de loi.
I would note that we are ongoing with our policy work,
continuing with our joint research with the Canadian Forces, and
also other veterans’ administrations around the world. In terms of
where we go I would like to highlight that this fall, in late
October, we had the first meeting of a new veterans stakeholder
group. This is a much expanded group that takes in many
modern-day veterans’ organizations. We are listening to those
groups in terms of the issues they are hearing from their
colleagues and from the men and women who have served.
Je tiens à signaler que nous poursuivons notre travail en matière
de politiques, notre étude conjointe avec les Forces canadiennes et
que les autres ministères des anciens combattants dans le monde.
Quant à savoir quelle est notre orientation, j’aimerais souligner que
cet automne, à la fin octobre, nous avons tenu notre première
réunion du groupe d’intérêt d’anciens combattants. Il s’agit d’un
groupe élargi qui comprend de nombreuses organisations d’anciens
combattants d’aujourd’hui. Nous écoutons ces groupes sur les
questions que leur soumettent leurs collègues et les hommes et
femmes qui ont servi dans les forces armées.
The safety net is solid, but it is not perfect. We want to hear
from veterans and veterans’ groups.
Le filet de sécurité est solide, mais pas parfait. Nous voulons
entendre les anciens combattants et les groupes d’anciens
combattants.
Senator Wallin: One thing we discussed at that time was that
the young folks coming back tend to keep in touch, because they
email each other. They are not going to the legion on Tuesday
night in the same way, so you have now found an access point.
Le sénateur Wallin : Nous avons notamment discuté à ce
moment-là du fait que les jeunes qui reviennent restent souvent en
contact grâce aux courriels qu’ils s’envoient. Ils ne se rendent pas à
la Légion le mardi soir; vous avez donc maintenant un point d’accès.
Mr. Hillier: That is correct. We have expanded the stakeholder
group. We met in Ottawa I believe the last week of October, and
spent the better part of a day with them. The minister was there
for part of the day, myself, and other assistant deputy ministers.
We want to listen to them and hear what their concerns are. This
will guide us in our policy work we need to do.
M. Hillier : C’est exact. Nous avons élargi le groupe
d’intervenants. Nous nous sommes rencontrés à Ottawa la
dernière semaine d’octobre, je crois, et nous avons passé
pratiquement toute la journée avec eux. Le ministre était présent
durant une partie de la journée, ainsi que moi-même et d’autres sousministres adjoints. Nous voulons les écouter et connaître leurs
préoccupations. Cela va nous guider dans l’élaboration de politiques.
The Chair: We would be interested in knowing the terms of
reference of your stakeholder group. It was not explained well what
the employment rehabilitation that SISIP provides, when it is
operating, what the employment rehabilitation that VAC provides,
when it is operating, and how the two are communicating with the
same body. You could provide that information to us
subsequently — because we are running out of time — to be able
to meet that requirement.
Le président : Nous aimerions connaître le mandat de votre
groupe d’intérêt. Nous n’avons pas reçu suffisamment
d’explications au sujet du programme de réadaptation au travail
qu’offre le RARM et de celui qu’offre ACC, et comment les deux
communiquent avec le même organisme. Vous pourriez nous
fournir ces renseignements plus tard, car nous manquons de temps.
3:66
Veterans Affairs
14-11-2011
The other question from the chair is about your contracted
people. They are providing employment retraining and advisory
to members or their spouses. Where do you think that is at in
regard to your satisfaction with their performance, as well as your
clients’?
L’autre question de la présidence porte sur les personnes que
vous embauchez à contrat. Elles offrent une rééducation
professionnelle et des conseils aux militaires et à leurs conjoints.
Qu’en est-il de votre satisfaction relativement à leur rendement,
ainsi que de celle de vos clients?
Mr. Hillier: I think we have made a lot of progress over time.
We are not getting many complaints. As a judge of that, I look at
the types of emails I get or the minister gets, and we are not seeing
that. We have had some challenges from time to time when we got
started up. We needed to bring to the attention of the prime
contractor some of the subcontractors that probably did not meet
our expectations. We have a contract which we monitor and we
ensure the results are appropriate. It is all about the outcomes. In
fact, we are able to ensure that we move forward.
M. Hillier : Je pense que nous avons fait beaucoup de progrès
avec le temps. Nous ne recevons pas beaucoup de plaintes. Pour
en être sûr, je vérifie le type de courriels que le ministre et moimême recevons, et nous n’en voyons pas beaucoup. Nous avons
connu quelques difficultés au début. Nous avons dû attirer
l’attention du principal agent contractuel sur quelques-uns des
sous-traitants qui ne répondaient probablement pas à nos
attentes. Nous avons un contrat pour lequel nous exerçons une
surveillance et nous nous assurons que les résultats sont
satisfaisants. Ce qui compte, ce sont les résultats. En fait, nous
pouvons garantir que nous allons de l’avant.
Ms. Pellerin: With our contractor we have a minimum
education requirement. All of our vocational rehabilitation
specialists must meet a certain educational requirement in
counselling, social work, and that type of thing. As well, they
must be registered within their province or nationally, as a
registered rehabilitation professional or vocational professional.
Mme Pellerin : Pour la personne que nous embauchons à
contrat, nous avons une exigence minimale en matière d’études.
Tous nos spécialistes en réadaptation professionnelle doivent
satisfaire une certaine exigence en matière d’études en orientation,
travail social, et cetera. De plus, ils doivent être enregistrés au
niveau provincial ou national à titre de professionnels agréés en
réadaptation ou professionnels en formation spécialisée.
The Chair: Were you able to answer the first question?
Le président : Avez-vous pu répondre à la première question?
Rear-Admiral Smith: SISIP runs the respective vocational
rehabilitation programs through the Canadian Forces and the
equivalent vocational program in Veterans Affairs. They are
complementary and not competing programs. The SISIP piece is
consistent with an insurance vocational rehab program, with a
duration of 30 months. It can start six months prior to release and
go for a period of 30 months. All medically releasing personnel
have access to that program.
Cam Smith : Le RARM gère les programmes de réadaptation
professionnelle dans les Forces canadiennes et le programme de
réadaptation professionnelle équivalent à ACC. Il s’agit de
programmes complémentaires et non concurrentiels. Celui du
RARM correspond à un programme de réadaptation
professionnelle du régime d’assurance, et dure 30 mois. Il peut
commencer six mois avant la libération et s’étendre sur une
période de 30 mois. Tous les militaires libérés pour des raisons
médicales ont accès à ce programme.
The Veterans Affairs vocational rehabilitation program is for
people who release voluntarily and subsequently present with the
service-related vocational rehabilitation need. Or it is for those
who complete the SISIP program, ultimately return to work and
it is not successful. It is a wonderful safety net that the
government has put in place that recognizes service to the
country for veterans to have a second approach to vocational
rehabilitation. One is an insurance program, the other is a social
program that is complementary. Increasingly, we are having
Veterans Affairs case managers have a look early on in the SISIP
piece to better understand what the vocational rehabilitation
goals are for the transitioning member. When they have
completed their SISIP piece, and if there is an issue or
something else VAC can do, they are well aware of that in
advance instead of picking it up after the fact.
Le programme de réadaptation professionnelle d’ACC est
destiné aux militaires qui quittent le service volontairement et qui
présentent par la suite un besoin de réadaptation professionnelle
lié au service. C’est aussi pour ceux qui terminent le programme
du RARM et qui retournent ensuite au travail, mais dont
l’expérience n’est pas fructueuse. Il s’agit d’un formidable filet de
sécurité mis en place par le gouvernement et qui permet aux
anciens combattants qui ont servi leur pays d’avoir une deuxième
option de réadaptation professionnelle. L’une est un programme
d’assurance, l’autre est un programme social complémentaire. Les
gestionnaires de cas d’ACC se penchent du plus en plus tôt sur le
programme du RARM afin de mieux comprendre les objectifs de
réadaptation professionnelle pour les militaires en processus de
transition. Lorsqu’ils ont terminé le programme du RARM, et s’il
y a un problème ou si ACC peut faire autre chose, ils le savent à
l’avance au lieu de l’apprendre par la suite.
Senator Day: You may not be able to give me all the information
now, but the Military Civilian Training Accreditation Program, I
would think would be helpful in recruiting. It would also help your
job in placing retired personnel afterwards if they have an
Le sénateur Day : Vous ne pourrez sans doute pas me donner
toute l’information maintenant, mais selon moi, le Programme
d’accréditation de la formation militaire à des fins civiles serait
utile pour le recrutement. Cela vous aiderait également à placer les
14-11-2011
Anciens combattants
3:67
accreditation for their skill — for the technical train they have
learned while in the armed forces — that they can carry into civilian
life. I note that the lead on this is the Canadian Defence Academy.
Where is it? Is there a briefing note we could get as to know how
well it is moving along? It is not just for people retiring but for those
in the armed forces. On a regular basis, would they be upgraded
within their various skills?
militaires retraités par la suite s’ils possèdent une reconnaissance
professionnelle de leurs compétences — pour la formation
technique qu’ils ont acquise pendant qu’ils étaient dans les
forces armées — qu’ils peuvent transférer dans la vie civile. Je
crois que c’est l’Académie canadienne de la Défense qui s’en
occupe. Où se trouve-t-elle? Pourrions-nous obtenir une note
d’information pour savoir si les choses fonctionnent rondement?
Ce n’est pas seulement pour ceux qui prennent leur retraite, mais
aussi pour les membres des forces armées. Leurs compétences
sont-elles régulièrement mises à niveau?
Rear-Admiral Smith: I will give you an imperfect answer and
take the question on notice. The Canadian Defence Academy has
done a lot of work looking at qualifications, accreditation, and
prior learning. It is an ongoing piece to tie in the various
engineering or technologist societies across the country, to
recognize some of the training we do. That is an ongoing piece.
Quite a bit of work has been done. I would be happy to come
back and provide you with greater detail in a note subsequently.
Cam Smith : Je vais vous donner une réponse imparfaite et
prendre la question en note. L’Académie canadienne de la
Défense s’est beaucoup penchée sur les qualifications, la
reconnaissance professionnelle et la reconnaissance des acquis.
Il faut continuellement collaborer avec les diverses sociétés
d’ingénieurs ou de technologistes du pays pour qu’elles
reconnaissent la formation que nous offrons. C’est un processus
continu. Beaucoup de travail a été fait. Je serai heureux de revenir
pour vous fournir davantage de renseignements dans une note
d’information ultérieurement.
Senator Day: If you could, that would be helpful.
The Chair: Thank you all for being very candid, succinct and
clear in your responses to us in this complex transition exercise
that people are going through.
Le sénateur Day : Si vous le pouviez, ce serait très utile.
Le président : Je vous remercie tous de nous avoir fourni des
réponses honnêtes, concises et claires sur ce processus de
transition complexe.
Thank you, ladies and gentlemen. This session is closed.
Merci, mesdames et messieurs. La séance est levée.
(The committee adjourned.)
(La séance est levée.)
WITNESSES
TÉMOINS
Wednesday, November 23, 2011
Le mercredi 23 novembre 2011
Treasury Board of Canada Secretariat:
Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada :
Marc O’Sullivan, Assistant Comptroller General, Acquired Services
and Assets;
Marc O’Sullivan, contrôleur général adjoint, Secteur des services
acquis et des actifs;
Shirley Jen, Senior Director, Real Property and Materiel Policy
Division.
Shirley Jen, directrice principale, Politique des biens immobiliers et
du matériel.
Public Works and Government Services of Canada:
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada :
Pablo Sobrino, Associate Assistant Deputy Minister, Acquisitions
Branch;
Pablo Sobrino, sous-ministre adjoint délégué, Direction générale
des approvisionnements;
Vincent Robitaille, Senior Director, Professional Services Procurement
Directorate, Acquisitions Branch.
Vincent Robitaille, directeur principal, Direction de l’acquisition des
services professionnels, Direction générale des approvisionnements.
Wednesday, November 30, 2011
Le mercredi 30 novembre 2011
The Royal Canadian Legion:
Légion royale canadienne :
Andrew Siew, Director of the Dominion Command Service Bureau
Andrea Siew, directrice du Bureau d’entraide de la Direction nationale;
Brad White, Dominion Secretary.
Brad White, secrétaire de la Direction nationale.
Wednesday, December 14, 2011
Le mercredi 14 décembre 2011
Veterans Affairs Canada:
Anciens Combattants Canada :
Keith Hillier, Assistant Deputy Minister, Service Delivery;
Anne-Marie Pellerin, Director, Rehabilitation and Case Management.
National Defence:
Keith Hillier, sous-ministre adjoint, Prestation des services;
Anne-Marie Pellerin, directrice, Réadaptation et Gestion de cas.
Défense nationale :
Rear-Admiral Andrew Smith, Chief Military Personnel;
Contre-amiral Andrew Smith, chef du personnel militaire;
Colonel Gérard Blais, Director Casualty Support Management.
Colonel Gérard Blais, directeur, Gestion du soutien aux blessés.
Available on the Internet: http://www.parl.gc.ca
Disponible sur internet: http://www.parl.gc.ca
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Related manuals

Download PDF

advertising