OPERATION NUNALIVUT:

OPERATION NUNALIVUT:
Joint Task Force (North) News • Les nouvelles de la Force opérationnelle interarmées (Nord)
Summer 2013 • Été 2013
OPERATION NUNALIVUT:
Operation NUNALIVUT 2013 Patrols the High Arctic
Archipelago
Twin Otters Prove Vital to Operation NUNALIVUT 2013
ALSO IN THIS ISSUE:
The Commissioners of three territories out on the
land with the Canadian Rangers
New Junior Canadian Ranger Patrol Opens in
Iqaluit
OPÉRATION NUNALIVUT :
Des patrouilles dans l'archipel du HautArctique dans le cadre de l'Opération
Nunalivut 2013
Les Twin Otter se révèlent indispensables à
l'Opération Nunalivut 2013
AUSSI DANS CETTE ÉDITION :
Les Commissaires des trois territoires sur le
terrain avec les Rangers canadiens
Ouverture d'une nouvelle patrouille de Rangers
juniors canadiens à Iqaluit
Follow Joint Task Force (North) on social media:
Suivez la Force opérationnelle interarmées (Nord)
sur les médias sociaux :
www.jtfn.forces.gc.ca
www.facebook.com/foin.jtfn
@JointTaskForceN
www.flicker.com/jtf-north
www.youtube.com/JTFNorthPA
IN THIS ISSUE DANS CE NUMÉRO
04Joint Task Force (North) Command Team Message
Message de l’équipe de Commandement de la Force
Opérationnelle Interarmées (Nord)
09Operation Nunalivut 2013 Patrols the High Arctic
Archipelago
Des patrouilles dans l’archipel du Haut-Arctique
dans le cadre de l’Opération Nunalivut 2013
15Twin Otters Prove Vital to Operation Nunalivut 2013
Les Twin Otter se révèlent indispensables à
l’Opération Nunalivut 2013
19Canadian Rangers Expand into Watson Lake, Yukon
Création d’une nouvelle patrouille des Rangers
canadiens à Watson Lake, au Yukon
22Canadian Armed Forces Visit Whitehorse for the
Yukon Sourdough Rendezvous Festival
Les Forces armées canadiennes envahissent
Whitehorse à l’occasion du festival Yukon Sourdough
Rendezvous
26The Commissioners of Three Territories out on the
Land with the Canadian Rangers
Les Commissaires des trois territoires sur le terrain
avec les Rangers canadiens
30Exercise Northern Mercury 2013
Exercice Northern Mercury 2013
33New Junior Canadian Ranger Patrol Opens in Iqaluit
Ouverture d’une nouvelle patrouille de Rangers
juniors canadiens à Iqaluit
35Interview with Master Corporal Tommy Cote-Bérubé
Entrevue avec le Caporal-chef Tommy Cote-Bérubé
38Yellowknife Company Takes to the Ice – Firing
Range Exercise a Success
La Compagnie Yellowknife à l’assaut des glaces : un
exercice de tir couronné de succès
On the Cover En couverture
Ranger James Anguti, from
Kugaaruk, Nunavut, after a
two week Arctic patrol during
the closing ceremony of
Operation NUNALIVUT on 24
April, 2013.
Contributors Contributeurs
Editorial
Brigadier-General Guy Hamel
Chief Warrant Officer Gilles Laroche
Lieutenant (RCN) Paul Pendergast
Captain Steve Watton
Captain Sandra Lévesque
Second Lieutenant Robin Levesconte
Master Warrant Officer Paul Ellsworth
Éditorial
Brigadier-général Guy Hamel
Adjudant-chef Gilles Laroche
Lieutenant de vaisseau Paul Pendergast
Capitaine Steve Watton
Capitaine Sandra Lévesque
Sous-lieutenant Robin Levesconte
Adjudant-maître Paul Ellsworth
Note from the Editor
Note du rédacteur en chef
Please forward any questions or comments to
Public Affairs:
Prière de soumettre toute question ou tout
commentaire aux affaires publiques.
Captain Sandra Lévesque / Capitaine Sandra Lévesque
Public Affairs Officer / Officier des affaires publiques
Joint Task Force (North) /
Force opérationnelle interarmées (Nord)
Phone / Téléphone : 867-873-0700, ext / poste 6043
Fax / Télécopieur : 867-766-6803
sandra.levesque2@forces.gc.ca
Le Ranger James Anguti de
Kugaaruk, au Nunavut, pose
pendant la cérémonie de
clôture après une patrouille de
souveraineté de deux semaines
dans le cadre d’Opération
Nunalivut le 24 avril 2013.
Photo: Corporal Pierre Letourneau, 19 Wing Imagery Comox, © 2013 DND-MDN Canada
Photo : Caporal Pierre Letourneau, Section d’imagerie de la 19e Escadre Comox, © 2013 DND-MDN Canada
3
JOINT TASK FORCE
(NORTH) COMMAND TEAM
MESSAGE
It seems like just yesterday that the Joint Task
Force (North) (JTFN) Chief Warrant Officer (CWO)
Laroche and I arrived at Yellowknife to serve as
your Command team at JTFN. The past three years
have gone by so fast and with mixed emotions it
is time to pass on the torch to the new Command
team. In reflection on the past three years, I wanted
to communicate and highlight the outstanding
accomplishments that Team North achieved.
In keeping with my Mission, Vision and Intent, I
will highlight the many accomplishments as set
in my priorities as Commander. My five priorities
were:
Operations and Canadian Armed Forces Northern
Capabilities
Over the last three years, all of the major JTFN
operations (NANOOK, NUNALIVUT, and NUNAKPUT)
have steadily become larger, more complex, more
integrated with whole of government partners,
and frequently feature international participation.
There was significant increased support to, and
oversight of, the Canadian Armed Forces units
operating in the North, such as Exercise ARCTIC
MESSAGE DE L’ÉQUIPE DE
COMMANDEMENT DE LA
FORCE OPÉRATIONNELLE
INTERARMÉES (NORD)
L’Adjudant-chef Laroche, adjudant-chef de la Force
opérationnelle interarmées (Nord) (FOIN), et moimême, sommes arrivés à Yellowknife il y a trois
ans pour former votre équipe de commandement.
Pourtant, il me semble que c’était hier. En effet,
ces trois années passées à la FOIN se sont écoulées
tellement vite! C’est donc avec des sentiments quelque
peu mêlés que nous devons passer le flambeau à la
nouvelle équipe de commandement. En réflexion
par rapport aux trois dernières années, j’ai pensé
vous présenter une rétrospective des extraordinaires
réalisations accomplies par l’Équipe du Nord.
Conformément à ma mission, à ma vision et à mon
intention, j’aimerais souligner les nombreuses
réalisations qui figuraient parmi mes priorités à
titre de Commandant. Mes cinq priorités étaient les
suivantes :
Opérations et capacités des Forces armées
canadiennes dans le Nord
Au cours des trois dernières années, les opérations
d’envergure de la FOIN (Nanook, Nunalivut et
Nunakput) n’ont pas cessé de prendre de l’ampleur, de
Brigadier-General Guy Hamel, Commander JTFN
Chief Warrant Officer Gilles Laroche, JTFN CWO
Brigadier-général Guy Hamel, Commandant de la FOIN
Adjudant-chef Gilles Laroche, Adjudant-chef de la FOIN
4
RAM 2012, EXERCISE ARCTIC DAGGER 2012, and
numerous Search and Rescue exercises.
We created Operation QIMMIQ, JTFN’s consolidated
surveillance and presence plan, as well as the
ongoing development of a Commander’s Assessment
Team capability. JTFN also assumed command of
Operation NEVUS, the annual maintenance of the
High Arctic Data Communications System between
Alert and Eureka.
As for Command and Control, which includes
robust communications, we conducted trials
on commercial communications products that
have been accepted as viable equipment by
the Canadian Armed Forces, such as the Solara
Tracker, small aperture satellite terminals,
and the Iridium Constellation and Open Port
with Light Communications Suite kits for high
Arctic operations. We increased the Northern
support element through the Joint Task Force
Support Component and actively supported and
operationalized plans that evolved from the
Canadian Armed Forces Northern Employment and
Support Plan.
Relationships
JTFN continued to enhance regional relationships
with federal, territorial, community, and Aboriginal
partners, as well as enhancing our regional
circumpolar relationships with the United States/
Alaska, Denmark/Greenland, and Norway. JTFN
significantly moved the yardsticks forward in terms
of greater whole of government cooperation and
information sharing through the Arctic Security
Working Group, including:
The Northern Communications and Information
Systems Working Group; and
The Northern Interdepartmental Intelligence
Working Group.
Canadian Rangers and Junior Canadian Rangers
One of our mandates was to expand the
Canadian Ranger and Junior Canadian Ranger
programs and we were successful in doing this
as we expanded the Canadian Ranger program
from 1500 Rangers in 57 patrols in 2010, to over
1800 Rangers in 60 patrols.
se complexifier et de s’intégrer toujours davantage
dans un cadre pangouvernemental, et souvent même
international. L’appui que nous avons offert aux
unités des Forces armées canadiennes menant des
opérations dans le Nord (p.ex. les exercices Arctic
Ram 2012 et Arctic Dagger 2012 et de nombreux
exercices de recherche et de sauvetage) a augmenté
considérablement et nous avons assuré une
surveillance accrue de ces opérations.
Nous avons créé l’Opération Qimmiq, le plan général
de surveillance et de présence de la FOIN. De plus,
nous mettons actuellement sur pied une Équipe
d’évaluation du Commandant. La FOIN a en outre
assumé le Commandement de l’Opération Nevus,
assurant la maintenance annuelle du système de
transmission des données de l’Extrême-Arctique
situé entre les stations Alert et Eureka.
En matière de commandement et contrôle,
ce qui nécessite de solides réseaux de
communication, nous avons fait l’essai de
produits de communication du commerce. Parmi
les produits jugés viables par les Forces armées
canadiennes, citons entre autres les terminaux
satellites à antenne à petite ouverture Solara
Tracker et la constellation Iridium et OpenPort
avec suites de communication légères pour les
opérations menées dans le Haut-Arctique. Nous
avons renforcé l’élément de soutien du Nord
grâce à la composante de soutien de la Force
opérationnelle interarmées et nous avons appuyé
activement et opérationnalisé des plans découlant
du Plan d’emploi et de soutien des Forces armées
canadiennes dans le Nord.
Relations
La FOIN n’a pas cessé de renforcer ses relations
avec ses partenaires fédéraux, territoriaux,
communautaires et autochtones dans la région,
ainsi que ses relations circumpolaires avec les
États-Unis/Alaska, le Danemark/Groenland et la
Norvège. La FOIN a beaucoup fait avancer les
choses en améliorant la coopération et le partage
de l’information avec l’ensemble du gouvernement
par l’entremise du Groupe de travail sur la sécurité
dans l’Arctique, y compris :
Le Groupe de travail sur les systèmes
d’information et de communication du Nord; et
5
Photo: Corporal Aydyn Neifer, CFJIC High Readiness, © 2013 DND-MDN Canada.
Photo : Caporal Aydyn Neifer, CIIFC, © 2013 DND-MDN Canada
Brigadier-General Guy Hamel (left) Commander of Joint Task Force (North), asks a question during a briefing on Operation NUNALIVUT 2013
while Lieutenant-Colonel Glen MacNeil (right) Commander of Task Force NUNALIVUT looks on.
Le Brigadier-général Guy Hamel, Commandant de la Force opérationnelle interarmées (Nord) (à gauche) pose une question lors d'un breffage sur Opération
Nunalivut 2013 pendant que le Lieutenant-colonel Glen MacNeil, Commandant de la Force opérationnelle Nunalivut (à droite) écoute attentivement.
We also saw a major growth in the expansion of
the Junior Canadian Ranger program from 1200
Junior Canadian Rangers in 37 patrols in 2010, to
approximately 1600 Junior Canadian Rangers in
41 patrols.
Infrastructure and Organization
With higher focus on the North by the government,
and the growth of numerous exercises and
operations from other organizations south of 60,
JTFN was successful in expanding the organization
to meet the greater demand for support within
its area of responsibility and to be a robust
operationally focused formation.
Key positions, including the Deputy Commander,
Director of Staff, Intergovernmental Affairs
6
Le Groupe de travail interministériel sur le
renseignement du Nord.
Rangers canadiens et Rangers juniors canadiens
Un de nos mandats consistait à accroître l’ampleur
des programmes des Rangers canadiens et des
Rangers juniors canadiens et nous y sommes
parvenus. En effet, le programme des Rangers
canadiens, qui comptait 1 500 Rangers dans
57 patrouilles en 2010, en compte aujourd’hui plus
de 1 800 dans 60 patrouilles.
Le programme des Rangers juniors canadiens
a également pris énormément d’expansion,
passant de 1 200 Rangers juniors canadiens dans
37 patrouilles en 2010 à environ 1 600 dans
41 patrouilles.
Infrastructure et organisation
Photo: Captain Sandra Lévesque, Joint Task Force (North) Public Affairs
Photo : Capitaine Sandra Lévesque, Affaires publiques de la Force opérationnelle interarmées (Nord)
Le gouvernement mettant
davantage l’accent sur le Nord et
d’autres organisations au sud du
60e parallèle menant un plus grand
nombre d’exercices et d’opérations,
la FOIN s’est développée afin de
répondre à une plus forte demande
de soutien dans sa zone de
responsabilité et afin de devenir
une formation musclée axée sur les
opérations.
Grâce à des postes clés,
notamment ceux de commandant
adjoint, de directeur d’étatmajor, de conseiller en affaires
intergouvernementales, de
contrôleur, etc. ainsi qu’à un
état-major interarmées et une
unité de soutien de secteur
(Nord) réorganisés, la FOIN est
devenue plus efficace sur le plan
opérationnel. Nous poursuivons
les efforts entrepris en vue
d’acquérir 43 nouveaux postes.
Nous avons de plus augmenté
la connaissance de la situation
dans notre zone de responsabilité
en procédant à la modernisation
et à l’agrandissement du Centre
opérationnel interarmées. Il
Canadian Rangers stand during the graduation parade of the Patrol Commanders
a également fallu faire des
Course on 10 February, 2013 in Cambridge Bay, Nunavut.
rénovations afin d’appuyer
Des Rangers canadiens participent à la parade de graduation du Cours de commandant de patrouille, le
la reconfiguration du Centre
10 février 2013, à Cambridge Bay, au Nunavut.
opérationnel interarmées et faire
les agrandissements nécessaires
advisor, Comptroller, etc, and the reorganized
à l’installation des systèmes informatiques
Joint Staff and Area Support Unit (North)
permettant la création d’une capacité permanente
ensured that JTFN became more operationally
(24 h sur 24 / sept jours sur sept), dans le
effective. We are still moving forward
but d’accroître la connaissance de la situation
with acquiring 43 new positions. We also
dans le Nord. Nous avons aussi rénové le
expanded the situational awareness of our
quartier général de la FOIN (bâtiment Evans) et
area of responsibility by completing the
réattribué les locaux en regroupant le personnel
Joint Operational Centre modernization and
de soutien et des opérations afin d’assurer une
expansion. This included renovations to support
meilleure coordination et de ménager un espace
the reconfiguration of the Joint Operational
supplémentaire pour le personnel d’appoint
Centre and the required expansion for computer
pendant les périodes de pointe, ce qui contribue
systems to create a 24/7 capability, in order
grandement à l’efficacité opérationnelle de la FOIN.
to increase northern situational awareness. We
7
also completed the JTFN Headquarters (Evans
Building) renovations and space re-allocations
by grouping together support and operations
personnel to increase coordination and create
additional space for augmentees during peak
activity levels, greatly contributing to JTFN’s
operational effectiveness.
As well as doing the aforementioned activities we
also completed associated telecommunications and
information services projects, such as updating
the Joint Operational Centre and correlated
aspects of the JTFN J35 Planning Room (Bull Pen),
the Inukshuk Room, the JTFN J2 facility, and
the underlying CNet / CSNI architecture at JTFN
Headquarters.
In planning for the future there were also
numerous other projects, such as expanding and
improving the Area Support Unit (North) facilities
(Joe Tobie Building), moved forward on the MultiPurpose Building project, finalized the evacuation
plans for the Forward Operating Locations,
purchasing of a Small Arms Trainer, and assuming
direct responsibility for, and reorganized, the North
of 60 Military Family Resource Centre to better
meet the needs of Team North.
None of these accomplishments would have been
possible if it wasn’t for the true professionalism,
dedication, hard work, and support of all Team
North. I am proud to say that it was an honour
and pleasure to have served as your Commander
over the past three years. The Chief and I wish all
members of Team North including the families who
support each and every one of you all the best in
the remainder of your time in the North.
As we move on to our new challenges, I am excited
about the upcoming opportunities which you will
face over the next few years, and I commend
everyone for their contribution to exercising
sovereignty, and to contributing to safety, security
and defence operations in Canada’s North.
CUSTOS BOREALIS
8
Outre les activités susmentionnées, nous avons
mené à bien des projets liés aux services de
télécommunications et d’information connexes.
En effet, nous avons notamment mis à niveau
le Centre opérationnel interarmées et la salle
de planification du J35 FOIN (l’enclos), la salle
Inukshuk, l’installation du J2 FOIN et l’architecture
IRSC/ CNet au quartier général de la FOIN.
En prévision de l’avenir, nous avons mené de
nombreux autres projets comme l’agrandissement
et l’amélioration des installations de l’Unité de
soutien du secteur (Nord) (bâtiment Joe Tobie),
fait avancer le projet du bâtiment multifonctionnel,
apporté la touche finale aux plans d’évacuation
des emplacements d’opérations avancés, acheté un
simulateur vidéo de tir aux armes légères et assumé
la responsabilité directe du Centre de ressources
pour les familles des militaires au nord du 60e
parallèle, que nous avons réorganisé afin de mieux
répondre aux besoins de l’Équipe Nord.
Rien de tout cela n’aurait été possible sans le
travail acharné et le soutien de tous les membres
de l’Équipe Nord, qui ont fait preuve d’un grand
professionnalisme et d’un dévouement à toute
épreuve. Je suis fier d’avoir eu l’honneur et le
plaisir d’être votre Commandant pendant les trois
dernières années. L’Adjudant-chef se joint à moi
pour souhaiter à tous les membres de l’Équipe du
Nord, ainsi qu’aux familles qui les appuient, une
bonne fin de séjour dans le Nord.
Alors que nous nous apprêtons à relever de
nouveaux défis, nous nous réjouissons du fait
que de belles possibilités s’offriront à vous au
cours des prochaines années. Je vous félicite
tous de votre contribution à l’affirmation de la
souveraineté du Canada et de votre participation
aux opérations de sécurité, de protection et de
défense dans le Nord canadien.
CUSTOS BOREALIS
OPERATION NUNALIVUT
2013 PATROLS THE HIGH
ARCTIC ARCHIPELAGO
By Lieutenant (RCN) Paul Pendergast, Joint Task Force
(North) Public Affairs
The population of Resolute Bay, Nunavut, normally
a quiet hamlet of 250, undergoes a dramatic
expansion every April during Operation NUNALIVUT,
one of the major sovereignty operations conducted
annually in the High Arctic. This April, more than
120 participants arrived, including Canadian Rangers,
Search and Rescue technicians, and support staff
from Navy, Army and Air Force units across Canada.
Par le Lieutenant de vaisseau Paul Pendergast,
Affaires publiques de la Force opérationnelle
interarmées (Nord)
La population de Resolute Bay, au Nunavut,
normalement un hameau tranquille de 250
habitants, explose chaque avril pendant Opération
Nunalivut, une des principales opérations de
souveraineté menées chaque année dans le
Haut-Arctique. Cette fois, elle comptait plus de
120 participants, notamment des membres des
Rangers canadiens, des techniciens en recherche
et sauvetage et du personnel de soutien provenant
d’unités de la Marine, de l’Armée et de l’Aviation de
partout au Canada.
Photo: Corporal Aydyn Neifer, CFJIC High Readiness, © 2013 DND-MDN Canada
Photo : Caporal Aydyn Neifer, CIIFC, © 2013 DND-MDN Canada
Canadian Rangers conducted long-range sovereignty
patrols over land and sea ice from Resolute Bay
north to Isachsen, Nunavut, as well as east to
Devon Island, more specifically in Griffon Inlet and
Gascoyne Inlet. With four different Ranger patrols
out on the land for two weeks, more than 125,000
square kilometres of the Arctic Archipelago were
patrolled during Operation NUNALIVUT 2013.
Des patrouilles dans
l’archipel du
Haut-Arctique dans
le cadre de l’Opération
Nunalivut 2013
Ranger Samson Simeonie (left) indicates the next leg of their journey to Ranger James Anguti (center) and Ranger Desmond Massettoe (right)
while on their two week arctic patrol during Operation NUNALIVUT on 12 April, 2013.
Le Ranger Samson Simeonie (à gauche) indique le prochain chemin à prendre au Ranger James Anguti (au centre) et au Ranger Desmond Massettoe (à droite)
pendant une patrouille de souveraineté de deux semaines dans le cadre d’Opération Nunalivut le 12 avril 2013.
9
Photo: Corporal Aydyn Neifer, CFJIC High Readiness, © 2013 DND-MDN Canada
Photo : Caporal Aydyn Neifer, CIIFC, © 2013 DND-MDN Canada
A Canadian Rangers patrol beside Beechey Island, while on their two week arctic patrol during Operation NUNALIVUT on 12 April, 2013.
Une patrouille de Rangers canadien s’arrête à côté de Beechey Island, pendant leur patrouille de souveraineté de deux semaines dans le cadre d’Opération
Nunalivut le 12 avril 2013.
Three Royal Canadian Air Force CC-138 Twin Otters
from 440 Transport Squadron, based in Yellowknife,
supported the Operation by providing tactical airlift
for, and resupply of, Canadian Ranger patrols on
the sea ice. The CC-138 Twin Otters also provided
a platform for surveillance and reconnaissance
missions extending from Resolute Bay 675 km
west to Mould Bay, Northwest Territories, and 830
km north to Tanquary Fjord, on Ellesmere Island,
Nunavut.
“The unique knowledge and skills of the Canadian
Rangers to thrive in this austere environment and
the ski-landing capability of the Royal Canadian Air
Force CC-138 Twin Otter were both integral to the
success of this Operation,” said Brigadier-General
Guy Hamel, Commander of Joint Task Force (North).
“By sharing their extensive knowledge of the land
and environment, the Canadian Rangers are a major
contributor to the readiness and effectiveness of
Joint Task Force (North).”
The High Arctic in April presents some of the most
challenging terrain and weather conditions Canada
10
Les Rangers canadiens ont mené des patrouilles de
souveraineté à long rayon d’action sur la terre et la
glace marine de Resolute Bay jusqu’à Isachsen, au
Nunavut, au Nord, ainsi que vers l’Est jusqu’à l’île
Devon, plus précisément Griffon Inlet et Gascoyne
Inlet. Les quatre patrouilles des Rangers ont passé
deux semaines sur le terrain et ont patrouillé plus
de 125 000 kilomètres carrés de l’archipel arctique
dans le cadre de l’Opération Nunalivut 2013.
Trois CC-138 Twin Otter de l’Aviation royale
canadienne appartenant au 440e Escadron de
transport, basé à Yellowknife, ont soutenu
l’Opération en offrant du transport aérien
tactique et du réapprovisionnement aux
patrouilles des Rangers canadiens sur la glace
marine. Ces appareils ont également permis
de mener des missions de surveillance et de
reconnaissance partant de Resolute Bay pour
se rendre à Mould Bay, aux Territoires du NordOuest, à 675 kilomètres à l’Ouest, et au fjord
Tanquary, sur l’île d’Ellesmere, au Nunavut,à 875
kilomètres au Nord.
Photo: Corporal Pierre Letourneau, 19 Wing Imagery Comox, © 2013 DND-MDN Canada
Photo : Caporal Pierre Letourneau, Section d’imagerie de la 19e Escadre Comox, © 2013 DND-MDN Canada
« Les connaissances et les compétences uniques
des Rangers canadiens, qui leur permettent de se
démarquer dans cet environnement difficile, ainsi
que les capacités d’atterrissage sur skis des CC-138
Twin Otter de l’Aviation royale canadienne, ont
été essentielles au succès de cette opération »,
explique le Brigadier-général Guy Hamel,
Commandant de la Force opérationnelle interarmées
(Nord). « En mettant en commun leur vaste
connaissance du terrain et de l’environnement, les
Rangers canadiens contribuent grandement à la
disponibilité opérationnelle et à l’efficacité de la
Force opérationnelle interarmées (Nord). »
Le terrain et les conditions climatiques du HautArctique en avril figurent parmi les plus difficiles
au Canada. En plus de ces défis, la région est
extrêmement reculée, peu peuplée et ne dispose pas
d’infrastructures importantes comme des routes, des
aéroports, des hôpitaux et autres installations que
la plupart des Canadiens considéreraient essentielles
à la vie de tous les jours.
Ranger Chris Altaok from Cambridge Bay, Nunavut, during
Operation NUNALIVUT in Resolute Bay, Nunavut, on 10 April 2013.
Le Ranger Chris Altaok de Cambridge Bay, au Nunavut, pendant Opération
Nunalivut à Resolute Bay, au Nunavut, le 10 avril 2013.
has to offer. In addition to those challenges, the
region is extremely remote and lacks a population
base and significant infrastructure, such as roads,
airports, hospitals, and other facilities that most
Canadians would consider essential for day-to-day
living.
Due to the lack of local infrastructure, everything
needed for Operation NUNALIVUT 2013 had to be
brought in by air, including fuel, food, equipment,
spare parts and supplies. Fuel caches were placed in
selected locations to enable patrols to re-fuel
hundreds of km from Task Force NUNALIVUT
Headquarters in Resolute Bay. In this way, patrols
were able to venture out to the farthest reaches of
the Arctic Archipelago. At the end of the operation,
En raison du manque d’infrastructures locales, tout
le nécessaire pour l’Opération Nunalivut 2013 a
dû arriver par les airs, y compris le carburant, la
nourriture, l’équipement, les pièces de rechange
et les provisions. Des caches à carburant étaient
placées dans des endroits précis pour permettre
aux patrouilles de se réapprovisionner à des
centaines de kilomètres du quartier général de la
Force opérationnelle Nunalivut, à Resolute Bay. Les
patrouilles ont ainsi pu se rendre dans les coins
les plus reculés de l’archipel arctique. À la fin de
l’Opération, les caches à carburant ont été retirées
afin de préserver l’écosystème vierge de l’Arctique.
Les patrouilles ont également eu l’occasion
de vérifier l’état des infrastructures du
Nord, comme les bandes d’atterrissage, les
stations météorologiques et les installations
de communication. Cela permet à la Force
opérationnelle interarmées (Nord) de maintenir
une image à jour de l’état des installations
dans sa zone de responsabilité au cas où elles
deviendraient nécessaires lors d’une urgence en
matière de sûreté ou de sécurité.
Opération Nunalivut se déroule en avril car c’est
également dans cette période que le niveau
d’activité des aventuriers dans le Nord est le
11
the fuel caches were removed in order to maintain
the pristine Arctic ecosystem.
The patrols also took the opportunity to check on the
condition of Northern infrastructure, such as airstrips,
weather stations and communications facilities. This
enables Joint Task Force (North) to maintain an
up-to-date assessment of the condition of facilities in
its area of responsibility in the event they are needed
during a safety or security emergency.
Operation NUNALIVUT is conducted in April partly
because it coincides with the highest level of
adventurer activity in the North, but also due to the
favourable ice conditions and the ample daylight. If
an adventurer group requires assistance, there are
members of the Canadian Armed Forces already prepositioned in the High Arctic conducting Operation
NUNALIVUT. During past Operations Joint Task Force
(North) has been called on to provide assistance.
Dans le Haut-Arctique, les patrouilles dépendent
des compétences spécialisées de nombreux
spécialistes pour prendre leurs décisions. Un
technicien météorologique affecté à la Force
opérationnelle Nunalivut a effectué des analyses
approfondies qui ont permis aux patrouilles sur
le terrain de réagir rapidement aux conditions
changeantes. De plus, un spécialiste de la glace
d’Environnement Canada a présenté des images
satellites en temps réel des conditions glaciaires
qui ont permis aux patrouilles de planifier leurs
routes plus efficacement afin d’éviter les ondins
glaciels dangereux et toute zone de glace instable
ou d’eau libre.
Les ondins sont formés par des morceaux de
glace de diverses tailles qui forment des radeaux
Photo: Corporal Aydyn Neifer, CFJIC High Readiness, © 2013 DND-MDN Canada
Photo : Caporal Aydyn Neifer, CIIFC, © 2013 DND-MDN Canada
In the High Arctic, patrols rely on the specialized
skills of a variety of experts when making decisions.
A meteorological technician attached to Task
Force NUNALIVUT provided expert weather analysis
that allowed patrols in the field to rapidly react
to dynamic weather conditions. As well, an ice
plus élevé, en raison des conditions favorables
relativement à la glace et de l’abondance de la
lumière naturelle. Si un groupe d’aventuriers a
besoin d’aide, des membres des Forces armés
canadiennes sont déjà prépositionnées dans
le Haut-Arctique pour Opération Nunalivut.
Il est déjà arrivé que l’on appelle la Force
opérationnelle interarmées (Nord) à l’aide lors
d’opérations antérieures.
A Royal Canadian Air Force CC-138 Twin Otter delivers supplies to a Canadian Ranger patrol on Sherard Osborn Island, Nunavut, during Operation
NUNALIVUT on 14 April, 2013.
Un CC-138 Twin Otter de l’Aviation royale canadienne livre des vivres à une patrouille de Rangers canadiens sur l’île Sherard Osborn, au Nunavut, dans le cadre
d’Opération Nunalivut le 14 avril 2013.
12
Photo: Corporal Aydyn Neifer, CFJIC High Readiness, © 2013 DND-MDN Canada
Photo : Caporal Aydyn Neifer, CIIFC, © 2013 DND-MDN Canada
Sergeant Kaulin Damron shows students of Qarmartalik School in Resolute Bay, Nunavut, the medical tools that Search and Rescue Technicians
use, while at a school visit and demonstration during Operation NUNALIVUT on 23 April, 2013.
Le Sergent Kaulin Damron montre aux étudiants de l’École Qarmartalik à Resolute Bay, au Nunavut, les outils médicaux que les techniciens en recherche et
sauvetage utilisent, lors de la visite des membres de la Force opérationnelle Nunalivut dans le cadre d’Opération Nunalivut le 23 avril 2013.
specialist from Environment Canada provided realtime satellite imagery of ice conditions that enabled
the patrols to more effectively plan their routes in
order to avoid dangerous ice ridges and any areas of
unstable ice or open water.
Ridges are formed by floating ice chunks of various
sizes that form ice floes and are moved around by
the currents in the summer and fall when the ice is
still mobile. By late fall when freeze-up occurs, the
floes become stationary and form ridges rising up
to 10 metres or more in some places. Colliding with
an ice ridge can damage snowmobiles and is very
dangerous for personnel.
Another type of danger on the ice is a polynya,
an area of open water that can be anywhere from
a few metres wide, up to several kilometres. A
polynya forms when two factors are present – deep
water and strong currents. Water at the bottom of
a deep channel tends to be warmer than water at
the surface in winter. Topography on the sea floor,
combined with currents, can cause the deep water
to be deflected upwards and rise to the surface.
If the water reaching the surface is warmer than
minus 1.8 degrees Celsius (the freezing point of
salt water), the result will be a polynya. They
can persist throughout the entire winter, despite
extremely cold temperatures.
glaciels et se font déplacer par les courants à
l’été et à l’automne, quand la glace est toujours
mobile. À la fin de l’automne, quand le gel se
produit, ces radeaux deviennent stationnaires et
forment des ondins pouvant dépasser dix mètres
de haut à certains endroits. Une collision avec un
ondin glaciel peut endommager les motoneiges et
représente un grand danger pour le personnel.
Un autre type de danger est présent sur la glace :
les polynies, des étendues d’eau libre pouvant
atteindre plusieurs kilomètres de largeur. Une
polynie se forme quand deux facteurs sont
présents, soit de l’eau profonde et de forts
courants. Le fond d’un cours d’eau profond tend
à être plus chaud que la surface pendant l’hiver.
La topographie du fond marin, en combinaison
avec les courants, peuvent faire en sorte que
l’eau profonde soit détournée vers la surface.
Si la température de l’eau atteignant la surface
est supérieure à -1,8 degré Celsius (le point de
congélation de l’eau salée), une polynie sera
formée. Celles-ci peuvent durer tout l’hiver, malgré
le froid extrême.
La présence du spécialiste des glaces, en plus de
la connaissance locale des Rangers canadiens,
ont permis à la Force opérationnelle Nunalivut de
13
Photo: Cpl Pierre letourneau, 19 Wing Imagery Comox, © 2013 DND-MDN Canada
Photo : Caporal Pierre Letourneau, Section d’imagerie de la 19e Escadre Comox, © 2013 DND-MDN Canada
A Royal Canadian Air Force CC-138 Twin Otter, from 440 Transport Squadron based in Yellowknife, Northwest Territories, flies over a Canadian
Ranger patrol on the sea ice of Barrow Strait, Nunavut, during Operation NUNALIVUT, on 23 April, 2013.
Un CC-138 Twin Otter de l’Aviation royale canadienne du 440e Escadron de transport basé à Yellowknife, dans les Territoires du Nord-Ouest, vole au-dessus d’une
patrouille de Rangers canadiens circulant sur le Détroit Barrow, au Nunavut, pendant Opération Nunalivut le 23 avril 2013.
The ice specialist, along with local knowledge from
Canadian Rangers, enabled Task Force NUNALIVUT
to identify the locations of polynyas in the area of
operation, and the patrols avoided them successfully.
With Operation NUNALIVUT covering such a large
area, communications were also challenging. To
meet those challenges, Task Force NUNALIVUT
utilized satellite networks and mobile terminals
to provide connectivity. Ranger patrols deployed
with satellite phones, as well as back-up systems to
ensure dependable communications.
“Operating more than 1,000 kilometres north of the
Arctic Circle the temperature in April is typically
minus 20 to minus 30, with wind chill factor of
minus 40 or colder,” said Lieutenant-Colonel Glen
MacNeil, Commander of Task Force NUNALIVUT.
“With patrols venturing hundreds of kilometers from
the headquarters in Resolute Bay, and the weather
often changing without notice, there is little room
for error,” he added.
Despite the challenging conditions, Operation
NUNALIVUT succeeded in demonstrating to
Canadians that Canadian Armed Forces can operate
in the remotest regions of the High Arctic at any
time of the year.
14
déterminer les emplacements des polynies dans la
zone d’opérations, et les patrouilles ont ainsi pu
les éviter.
Comme l’Opération Nunalivut couvre un très vaste
territoire, les communications représentaient
également un défi. Pour le relever, la Force
opérationnelle Nunalivut a utilisé des réseaux à
satellites et des terminaux mobiles pour assurer
la connexion. Les patrouilles de Rangers ont été
déployées avec des téléphones satellites, ainsi
que des systèmes de secours, pour assurer des
communications fiables.
« À plus de 1 000 kilomètres au Nord du cercle
polaire arctique, la température en avril est
typiquement de -20 à -30, avec un facteur vent
de -40 ou pire encore », explique le Lieutenantcolonel Glen MacNeil, Commandant de la Force
opérationnelle Nunalivut. « Comme les patrouilles
s’aventurent à des centaines de kilomètres du
quartier général à Resolute Bay, et comme la météo
peut changer sans crier gare, nous n’avons pas
beaucoup de marge de manœuvre. »
Malgré les conditions difficiles, Opération Nunalivut
a été un succès, car elle a démontré à la population
que les Forces armées canadiennes peuvent opérer
dans les régions les plus reculées du Haut-Arctique,
et ce, toute l’année.
Twin Otters Prove
Vital to Operation
NUNALIVUT 2013
By Lieutenant (RCN) Paul Pendergast, Joint Task
Force (North) Public Affairs
The Royal Canadian Air Force (RCAF) plays an
important role in exercising Canadian sovereignty,
operating in the North throughout the year,
conducting reconnaissance and surveillance
patrols, carrying out search and rescue operations,
and enabling the various operations conducted by
Joint Task Force (North).
Par le Lieutenant de vaisseau Paul Pendergast,
Affaires publiques de la Force opérationnelle
interarmées (Nord)
L’Aviation royale canadienne joue un rôle important
dans l’affirmation de la souveraineté du Canada en
menant des activités dans le Nord à l’année longue,
en effectuant des patrouilles de reconnaissance
et de surveillance, ainsi que des opérations de
recherche et de sauvetage, et, enfin, en fournissant
le soutien approprié à la Force opérationnelle
interarmées (Nord) dans le cadre des diverses
opérations qu’elle mène.
Pendant Opération Nunalivut 2013, la plus
importante opération d’affirmation de la
souveraineté menée en hiver dans le HautArctique, les quatre patrouilles de motoneige
des Rangers canadiens se sont aventurées jusqu’à
700 kilomètres du quartier général de la Force
Photo: Corporal Aydyn Neifer, CFJIC High Readiness, © 2013 DND-MDN Canada
Photo : Caporal Aydyn Neifer, CIIFC, © 2013 DND-MDN Canada
During Operation NUNALIVUT 2013, the premiere
winter sovereignty operation conducted in the High
Arctic, four separate Canadian Ranger snowmobile
patrols ventured up to 700 kilometres from Task
Force NUNALIVUT headquarters in Resolute Bay,
Nunavut. In this vast and remote region with few
roads, all re-supply and sustainment of ground
operations had to be done by air. With very few
airstrips in the High Arctic Archipelago, an aircraft
with ski-landing capability was essential.
Les Twin Otter se
révèlent indispensables
à l’Opération
Nunalivut 2013
A Royal Canadian Air Force CC-138 Twin Otter delivers supplies to a Canadian Ranger patrol on Sherard Osborn Island, Nunavut, during Operation
NUNALIVUT on 14 April, 2013.
Un CC-138 Twin Otter de l’Aviation royale canadienne livre des vivres à une patrouille de Rangers canadiens sur l’île Sherard Osborn, au Nunavut, pendant Opération
Nunalivut le 14 avril 2013.
15
Photo: Corporal Aydyn Neifer, CFJIC High Readiness, © 2013 DND-MDN Canada
Photo : Caporal Aydyn Neifer, CIIFC, © 2013 DND-MDN Canada
Captain Bryan Sullivan, Captain Lee Burrows (left), Corporal Brian Peers (Second from right), and
Lieutenant (RCN) Joel MacDonald (Right), dig out fuel barrels from a snow-covered fuel cache located at Mould Bay, NWT,
during Operation NUNALIVUT on 19 April, 2013.
Photo: Corporal Pierre Letourneau, 19 Wing Imagery Comox, © 2013 DND-MDN Canada
Photo : Caporal Pierre Letourneau, Section d’imagerie de la 19e Escadre Comox, © 2013 MND-DND Canada
Le Capitaine Bryan Sullivan, le Capitaine Lee Burrows (à gauche), le Caporal Brian Peers (deuxième à partir de la droite) et
le Lieutenant de vaisseau Joel MacDonald (à droite), creusent autour des barils de carburant à la cache à carburant située à
Mould Bay, aux Territoires du Nord-Ouest, pendant Opération Nunalivut le 19 avril 2013
opérationnelle
Nunalivut, qui se
trouve à Resolute
Bay, au Nunavut. Dans
cette vaste région
éloignée comportant
peu de routes, le
ravitaillement et le
maintien en puissance
des opérations
terrestres doivent
être effectués par
voie aérienne. Comme
l’archipel du HautArctique canadien
comporte très peu de
pistes d’atterrissage,
il était essentiel
d’utiliser un avion
capable d’atterrir avec
des skis.
Par conséquent,
l’Aviation royale
canadienne a fourni
deux CC-138 Twin
The RCAF provided that capability with two CC-138
Otter provenant du 440e Escadron de transport,
Twin Otters from 440 Transport Squadron, based
qui est basé à Yellowknife, dans les Territoires du
in Yellowknife, Northwest Territories. Able to take
Nord-Ouest. Capables de décoller et d’atterrir sur
off and land on snow and sea ice, these Canadian
la neige et la glace marine, ces aéronefs bimoteurs
designed and built twin engine turbo-props
turbopropulsés,
conçus et construits
au Canada, ont
offert un service
vital aux patrouilles
des Rangers, en leur
livrant du carburant,
de la nourriture et des
pièces de rechange, et
en transportant des
passagers. La capacité
d’atterrir près de la
patrouille, de livrer
les marchandises et
ensuite de pouvoir
décoller et retourner
à Resolute Bay s’est
révélée essentielle à
la réussite d’Opération
Two CC-130 Hercules aircraft refueling at Resolute Bay airport on April 9th 2013.
Nunalivut 2013.
Deux avions CC-130 Hercules attendent pour le ravitaillement à l’aéroport de Resolute Bay le 9 avril 2013.
16
provided an essential lifeline to Ranger patrols,
delivering fuel, food and replacement parts, as well
as passenger transport. The ability to land next
to a patrol, deliver their cargo, then take off and
return to Resolute Bay, proved to be vital to the
success of Operation NUNALIVUT 2013.
« Le fait qu’un Twin Otter participe à l’Opération
accroît l’étendue des patrouilles, leur permettant
d’aller plus loin et de se rendre jusqu’aux endroits
les plus éloignés », a expliqué le Capitaine Rich
Layden, Officier des opérations du 1er Groupe de
patrouille des Rangers canadiens.
“Having the Twin Otter on the operation increases
the range of the patrols, enabling them to go
farther and reach more remote areas,” said Captain
Rich Layden, Operations Officer at 1st Canadian
Ranger Patrol Group.
Les conditions climatiques qui évoluent rapidement
représentent l’aspect le plus difficile des opérations
aériennes dans l’Arctique. Des systèmes à haute
pression et à basse pression se déplacement
rapidement dans la région, ce qui entraîne
des changements soudains dans les conditions
météorologiques. De plus, un avion qui effectue
un long trajet peut traverser plusieurs différents
systèmes avant d’atteindre sa destination.
Rapidly changing weather is the most challenging
aspect of air operations in the Arctic. High
pressure and low pressure systems move quickly
through the region, causing the weather to change
suddenly without warning. In addition, a long
flight may pass through several different weather
systems before reaching its destination.
Photo: Corporal Pierre Letourneau, 19 Wing Imagery Comox, © 2013 DND-MDN Canada
Photo : Caporal Pierre Letourneau, Section d’imagerie de la 19e Escadre Comox, © 2013 MND-DND Canada
“The presence patrol to Mould Bay, N.W.T. was ready
to launch for five days, but due to low ceilings
and poor visibility the mission was on hold until
favourable weather was forecast across the entire
« La patrouille de présence à la Mould Bay, dans
les Territoires du Nord-Ouest, était prête à être
déployée pour cinq jours, mais en raison de
plafonds bas et de visibilité réduite, la mission
a été retardée jusqu’à ce que des conditions
météorologiques plus favorables soient prévues
pour l’entière trajectoire de vol de 675 km »,
a affirmé le
Major Bob Mitchell,
Directeur de
l’élément de l’Ouest
du commandement
de la composante
aérienne (Nunalivut).
« Nous voulions
être certains que
l’équipage serait en
mesure d’atterrir
lors de son arrivée
à Mould Bay, afin
qu’il puisse terminer
sa mission dès la
première tentative
et revenir en toute
sécurité à Resolute
Bay ».
Master Warrant Officer Robert Winton (left), from Joint Task Force (North) Headquaters and Corporal
Brian Peers, Flight Engineer with 440 (Transport) Squadron both based in Yellowknife, Northwest Territories, search for any
degradations or spills from the fuel barrels at a fuel cache in Parks Canada Tanquary Fiord warden station, Nunavut, during
Operation NUNALIVUT on 17 April, 2013.
L’Adjudant-maître Robert Winton (à gauche), du quartier général de la Force opérationnelle interarmées (Nord), et le Caporal
Brian Peers, mécanicien de bord, inspectent une cache de carburant située au poste des gardes de Parcs Canada, à Tanquary
Fiord (Nunavut), le 17 avril 2013, dans le cadre de l’Opération Nunalivut, afin de déceler tout signe de dégradation et tout
déversement provenant des barils.
Une patrouille
de présence a
également été
effectuée jusqu’au
fjord Tanquary, ce
qui représente une
distance de 830
17
Photo: Corporal Pierre Letourneau, 19 Wing Imagery Comox, © 2013 DND-MDN Canada
Photo : Caporal Pierre Letourneau, Section d’imagerie de la 19e Escadre Comox, © 2013 MND-DND Canada
A Royal Canadian Air Force CC-138 Twin Otter from 440 Transport Squadron based in Yellowknife, Northwest Territories, stops at the Parks Canada
warden station at Tanquary Fiord, Nunavut, during Operation NUNALIVUT on 17 April, 2013.
Un CC-138 Twin Otter de l’Aviation royale canadienne du 440e Escadron de transport, basée à Yellowknife, aux Territoires du Nord-Ouest, s’arrête à la station des
gardes de Parcs Canada au Fjord Tanquary, au Nunavut, dans le cadre d’Opération Nunalivut le 17 avril 2013.
675 km flight path,” said Major Bob Mitchell, Air
Component Command Element (NUNALIVUT) Director.
“We wanted to ensure that the aircrew would be
able to land when they arrived in Mould Bay, so they
could complete their mission on the first attempt and
return successfully to Resolute Bay.”
A presence patrol was also conducted to Tanquary
Fiord, a distance of 830 kilometres north of
Resolute Bay, near the top of Ellesmere Island.
“That’s one of the most rewarding aspects of flying
the Twin Otter, the opportunity to land in the most
isolated parts of Northern Canada,” said Captain
Lee Burrows, a pilot with 440 Transport Squadron.
“The landscape was spectacular, something very
few people get to experience first hand.”
Exercising Canada’s Arctic sovereignty is a key
element of the Canada First Defence Strategy,
and Operation NUNALIVUT 2013 demonstrated
the Canadian Armed Forces ability to operate
effectively in the High Arctic archipelago. The
CC-138 Twin Otter showed once again why it is
known as “the workhorse of the North.”
18
kilomètres au Nord de Resolute Bay, près du haut
de l’île Ellesmere. « Il s’agit là d’un des aspects
les plus enrichissants de piloter un Twin Otter –
l’occasion de se poser dans les parties les plus
éloignées du Nord du Canada », a expliqué le
Capitaine Lee Burrows, un pilote du 440e Escadron
de transport. « Le paysage était spectaculaire,
et très peu de personnes ont la chance d’en faire
l’expérience directement ».
L’affirmation de la souveraineté dans l’Arctique
canadien est un élément clé de la stratégie de
défense Le Canada d’abord, et l’Opération Nunalivut
2013 a démontré la capacité des Forces armées
canadiennes d’opérer de façon efficace dans
l’archipel du Haut‑Arctique. On a encore compris
la raison pour laquelle le CC-138 Twin Otter est
considéré comme l’avion utilitaire du Nord.
Canadian Rangers
Expand into Watson
Lake, Yukon
By Captain Steve Watton, 1st Canadian Ranger Patrol
Group Information Officer
Dressed sharply in their distinctive red sweatshirts,
red ball-caps and camouflage pattern pants, and
surrounded by family and friends, 15 Canadian Rangers
formed up for the official opening ceremony of the
Watson Lake Patrol at the Morgan Chaddock Community
Hall on February 27, 2013.
Reviewing Officer Captain (RCN) Derek Moss, Joint
Task Force (North) Deputy Commander, assisted by the
Honourable Doug Phillips, Commissioner of the Yukon
Territory, presided over the ceremony, inspected the
troops and signed the official stand-up scroll for the
newly formed Patrol.
Photo: Lieutenant (Navy) Paul Pendergast, Joint Task Force (North) Public Affairs
Photo : Lieutenant de vaisseau Paul Pendergast, Affaires publiques de la Force opérationnelle (Nord)
“You often hear it said that the Canadian Rangers are
the eyes and ears of the Canadian Forces in the North,”
said Captain (RCN) Moss. “But you are also much more
than that. There are now Canadian Ranger patrols in
60 of 73 communities across the three territories.
More than 1750 Rangers represent the Canadian
Armed Forces in these communities and increase our
Création d’une nouvelle
patrouille des Rangers
canadiens à Watson
Lake, au Yukon
Par le Capitaine Steve Watton, Officier d’information
du 1er Groupe de patrouilles des Rangers canadiens
C’est vêtus de leur tenue distinctive, soit le pull
molletonné et la casquette de baseball de couleur
rouge, de même que le pantalon à dessin de
camouflage, que 15 Rangers canadiens se sont
rassemblés en formation devant famille et amis
pour la cérémonie d’inauguration officielle de la
patrouille Watson Lake au centre communautaire
Morgan Chaddock le 27 février 2013.
L’officier de revue, le Capitaine de vaisseau
Derek Moss, Commandant adjoint de la Force
opérationnelle interarmées (Nord), secondé par
l’honorable Doug Phillips, Commissaire du Territoire
du Yukon, a présidé la cérémonie, inspecté les
troupes et signé le document officialisant la mise
sur pied de la nouvelle patrouille.
« On entend souvent dire que les Rangers
canadiens sont les yeux et les oreilles des Forces
canadiennes dans le
Nord », a expliqué
le Capitaine de
vaisseau Moss.
« Mais vous êtes
beaucoup plus
que cela. Il y a
maintenant des
patrouilles des
Rangers canadiens
dans 60 des 73
collectivités
des trois
territoires. Plus
de 1 750 Rangers
représentent les
Forces armées
canadiennes dans
ces communautés.
The Honourable Doug Phillips, Commissioner of the Yukon, talks with a Canadian Ranger of the newly stood
Ils améliorent notre
up Watson Lake Canadian Ranger Patrol during a parade at Morgan Chaddock Community Hall on February 27, 2013.
connaissance de la
L’honorable Doug Phillips, Commissaire du Yukon, s’entretient avec un Ranger canadien de la nouvelle patrouille de Watson Lake
situation et notre
lors d’un défilé au Centre communautaire Morgan Chaddock, le 27 février 2013.
19
Photo: Lieutenant (Navy) Paul Pendergast, Joint Task Force (North) Public Affairs
Photo : Lieutenant de vaisseau Paul Pendergast, Affaires publiques de la Force opérationnelle (Nord)
capacité d’intervention
en cas de crise. Nous
sommes ici aujourd’hui
pour vous souhaiter la
bienvenue dans l’équipe,
pour vous remercier pour
votre contribution, et
étudier l’environnement
difficile dans lequel vos
compétences uniques
vous permettront
d’opérer. »
Captain (RCN) Derek Moss, Deputy Commander of Joint Task Force (North), presents the Top Shot Medal
and certificate to Ranger Master Corporal Ronald Taylor at Morgan Chaddock Community Hall on February 27, 2013. Ranger
Master Corporal Taylor was awarded Top Shot during the Annual Ranger Training that took place in February 2013.
Le Capitaine de vaisseau Derek Moss, Commandant adjoint de la Force opérationnelle interarmées (Nord), remet la
médaille et le certificat de meilleur tireur au Caporal-chef des Rangers Ronald Taylor au Centre communautaire Morgan
Chaddock le 27 février 2013. Le Caporal-chef Taylor a été consacré meilleur tireur au cours de l’exercice annuel des
Rangers qui s’est tenu en février 2013.
situational awareness and ability to respond, if so
asked and directed, in the event of any crisis. We are
here today to welcome you to the team, to thank you
for your contribution, and to reflect upon the difficult
environment in which your unique skills allow you to
operate.”
Members of the Watson Lake Patrol completed the
Development Phase One Basic Recruit Course, November
8 to 18, 2012, and their first Annual Type One training
exercise, February 16 to 26 that consisted of classroom
and on-the-land training.
Annual Type One training includes traditional skills,
search and rescue techniques, Global Positioning
System, rifle handling and navigation. In addition,
candidates were also instructed in general military
service knowledge.
The mission of the Canadian Rangers is to provide
lightly equipped, self sufficient, mobile forces in
support of the Canadian Armed Forces’ domestic
operations in Canada’s North. The Canadian Rangers
are one of the principle instruments to demonstrate
20
Les membres de la
patrouille de Watson
Lake ont suivi la Phase
de perfectionnement 1
– cours élémentaire
des Rangers, du 8 au
18 novembre 2012, et
participé à leur premier
exercice annuel de
type 1, comprenant de
l’instruction en classe et
sur le terrain, du 16 au 26
février 2013.
L’exercice annuel de
type 1 porte sur les compétences traditionnelles,
les techniques de recherche et sauvetage,
l’utilisation du Système de positionnement mondial
GPS, le maniement du fusil et la navigation. Les
élèves ont également acquis des connaissances
militaires générales.
La mission des Rangers canadiens est de fournir
aux Forces armées canadiennes une force mobile
légère et autonome afin de soutenir les opérations
nationales dans le Nord canadien. Les Rangers
canadiens sont l’un des principaux instruments
du Canada pour démontrer sa souveraineté dans
les communautés isolées, éloignées et côtières de
partout dans le Nord.
« Nous avons maintenant une patrouille de
Rangers pour aider à préserver la sécurité de
notre collectivité en cas d’urgence », a déclaré
le Sergent des Rangers Laird MacMillan. « Nous
sommes tous très fiers de participer à la mise sur
pied officielle de notre patrouille. » Photo: Lieutenant (Navy) Paul Pendergast, Joint Task Force (North) Public Affairs
Photo : Lieutenant de vaisseau Paul Pendergast, Affaires publiques de la Force opérationnelle (Nord)
The Honourable Doug Phillips, Commissioner of the Yukon (front, center) and Joint Task Force (North) leaders pose for a commemorative photo
with the newly stood up Watson Lake Canadian Ranger Patrol at Morgan Chaddock Community Hall on February 27, 2013.
L’honorable Doug Phillips, Commissaire du Yukon (en avant, au centre) et des dirigeants de la Force opérationnelle interarmées (Nord) posent pour une photo
souvenir avec la nouvelle patrouille des Rangers canadiens de Watson Lake, au Centre communautaire Morgan Chaddock, le 27 février 2013.
Canadian sovereignty in isolated, remote and coastal
communities throughout the North.
“We now have a Ranger patrol to assist in keeping our
town safe should an emergency take place.” said Ranger
Sergeant Laird MacMillan, “We are all excited to be part
of the official stand-up of our patrol”.
The Watson Lake Rangers are responsible for 300
kilometre radius around the community. They are
looking forward to recruiting new members and
building a strong team.
Situated in the rolling hills of southeast Yukon, Watson
Lake was the last stop of a Joint Task Force (North)
operational visit to inspect the state of readiness of
Canadian Ranger Patrols and Cadets Corps in the Yukon
area. The visit also included stops in Dawson City,
Mayo, Pelly Crossing, Carmacks, Haines Junction, Faro,
Ross River, and Whitehorse.
The operational visit provided an opportunity to
strengthen Joint Task Force (North) partnerships
with territorial and municipal partners and Northern
residents, by participating in local meetings with
community leaders, visiting schools and meeting with
Canadian Rangers, Junior Canadian Rangers and Cadets.
Les Rangers de Watson Lake sont responsables
d’un rayon de 300 kilomètres autour de leur
communauté. Ils sont impatients de recruter de
nouveaux membres afin de construire une équipe
solide.
Situé dans les collines du sud-est du Yukon,
Watson Lake était la dernière étape d’une visite
officielle de la Force opérationnelle interarmées
(Nord) visant à inspecter l’état de préparation
des patrouilles de Rangers canadiens et des
corps de cadets du Yukon. La visite comprenait
également des arrêts à Dawson City, Mayo, Pelly
Crossing, Carmacks, Haines Junction, Faro, Ross
River et Whitehorse.
Cette visite opérationnelle a été l’occasion de
renforcer les relations entre la Force opérationnelle
interarmées (Nord) et ses partenaires territoriaux
et municipaux, de même que les résidents du Nord,
en participant notamment à des réunions avec les
leaders communautaires locaux, en visitant les
écoles, et en rencontrant des Rangers canadiens,
des Rangers juniors canadiens et des cadets.
21
Canadian armed Forces
Visit Whitehorse for
the Yukon Sourdough
Rendezvous Festival
By Lieutenant (RCN) Paul Pendergast, Joint Task
Force (North) Public Affairs
The Canadian Armed Forces share a historic
relationship with the Yukon, going back more
than 100 years to the Yukon Field Force in 1898,
so it was fitting that more than 100 Canadian
Armed Forces members from across western
Canada followed in the footsteps of pioneers of
the Klondike Gold Rush by making the trek to
Whitehorse for the Yukon Sourdough Rendezvous
Festival from February 22 to 24, 2013.
“Yukon Sourdough
Rendezvous Festival
provides an excellent
opportunity to
interact with
northern Canadians.
It gives us the
opportunity to
give people a first
hand look at the
equipment, training,
and specialized skills
of the Canadian
Armed Forces. Equally
important, it also
affords Canadian
Armed Forces men
and women from
down south some
exposure to the
north, and the unique
22
Par le Lieutenant de vaisseau Paul Pendergast,
Affaires publiques de la Force opérationnelle
interarmées (Nord)
Les Forces armées canadiennes ont une relation
historique avec le Yukon, relation qui remonte à
plus de 100 ans jusqu’à la Troupe de campagne du
Yukon, en 1898. Il était donc de bon ton que plus
de 100 membres des Forces armées canadiennes
provenant de partout dans l’Ouest du Canada
suivent les traces des pionniers de la ruée vers
l’or du Klondike en se rendant à Whitehorse
à l’occasion du festival Yukon Sourdough
Rendezvous, du 22 au 24 février 2013.
Le Sourdough Rendezvous constitue un répit
bien mérité de l’écrasante solitude du long
hiver septentrional et offre des feux d’artifice
en soirée et un concours de sculpture sur neige,
Photo: Lieutenant (RCN) Paul Pendergast, Joint Task Force (North) Public Affairs
Photo : Lieutenant de vaisseau Paul Pendergast, Affaires publiques de la Force opérationnelle
interarmées (Nord)
Sourdough Rendezvous is a welcome break from
“Cabin Fever” during the long northern winter,
with fireworks at night and a snow sculpture
competition among the most popular attractions.
It is a time to celebrate being Yukon Sourdoughs
(those who have lived there for many winters),
and introduce Cheechakos (those who haven’t yet
lived there through the winter) to the wonders of
being a Yukoner.
Les Forces armÉes
canadiennes envahissent
Whitehorse à l’occasion
du festival Yukon
Sourdough Rendezvous
Crowds line up to board the CP-140 Aurora during the static air display at Erik Nielson Whitehorse
International Airport, which has become a Sourdough tradition.
Des visiteurs font la file pour monter à bord du CP140 Aurora lors de l’exposition au sol à l’Aéroport international ErikNielsen de Whitehorse, maintenant une tradition du Festival.
Photo: Lieutenant (RCN) Paul Pendergast, Joint Task Force (North) Public Affairs
Photo : Lieutenant de vaisseau Paul Pendergast, Affaires publiques de la Force opérationnelle interarmées (Nord)
pour ne citer que
deux des activités
les plus populaires.
C’est l’occasion
de célébrer le fait
d’être un « Yukon
Sourdough »
(quelqu’un qui
habite là depuis de
nombreux hivers)
et de faire goûter
aux « Cheechakos »
(ceux qui n’y ont
pas encore passé un
hiver) les merveilles
d’être un Yukonnais.
« Le festival
Yukon Sourdough
Rendezvous offre
une excellente
Master-Corporal Alain Beaulieu from First Battalion of Princess Patricia’s Canadian Light Infantry, provides
occasion de
a tour of the LAV III (Light Armoured Vehicle) to a young Yukoner at Shipyards Park in Whitehorse, during Yukon Sourdough
rencontrer des
Rendezvous Festival.
Canadiens du Nord
Le Caporal-chef Alain Beaulieu, du 1er Bataillon du Princess Patricia’s Canadian Light Infantry, fait visiter le véhicule
blindé léger (VBL) III à un jeune Yukonnais au parc Shipyards, à Whitehorse, pendant le festival Yukon Sourdough
et de leur donner
Rendezvous.
un aperçu de
l’équipement, de
nature of life North of 60.” said Captain (RCN)
la formation et des compétences spécialisées
Derek Moss, Deputy Commander of Joint Task
des membres des Forces armées canadiennes.
Force (North) in Yellowknife. “Chief Warrant
L’évènement permet également aux militaires
Officer Laroche and I were overwhelmed by the
canadiens du « sud » une exposition au Nord et
hospitality our team received from the City of
à son unique nature », a affirmé le Capitaine de
Whitehorse and all the festival participants.”
vaisseau Derek Moss, Commandant-adjoint de
la Force opérationnelle interarmées (Nord). «
Yukoners and visitors flocked to see the
L’Adjudant-chef Laroche et moi-même avons été
activities in Shipyards Park, where the LAV III
très impressionnés par l’accueil que la ville de
(Light Armoured Vehicle) from First Battalion
Whitehorse et tous les participants du Festival
of Princess Patricia’s Canadian Light Infantry,
ont réservé à nos membres. »
based at Canadian Forces Base Edmonton, was
a favourite of the kids. Many parents were left
waiting on the ground while their children,
supervised by the LAV III crew, climbed all over
the huge eight-wheeled vehicle and disappeared
inside it to see the view from the hatch.
The Royal Canadian Navy brought their
interactive naval display bus, complete with
naval operations computers and periscopes to
keep an eye on the activities outside. The bus
was extremely popular with more than 1,000
people enjoying a taste of life at sea.
Malgré le froid glacial, les Yukonnais et les visiteurs
sont venus en grand nombre assister aux activités
au parc Shipyards, où le véhicule blindé léger (VBL)
III du premier bataillon du Princess Patricia’s
Canadian Light Infantry, basé à la BFC Edmonton,
a été l’une des attractions préférées des enfants.
Bien des parents ont attendu au sol pendant que
leurs enfants montaient sur l’énorme véhicule à huit
roues et disparaissaient à l’intérieur pour voir la vue
depuis l’écoutille.
23
The Royal Canadian Air Force came out in full
strength for the static air display at Erik Nielson
Whitehorse International Airport. A variety of
aircraft were featured, including a CP-140 Aurora,
a CH-149 Cormorant Helicopter and CC-150
Buffalo from 19 Wing Comox, British Columbia;
a CT-155 Hawk and CT-156 Harvard from 15 Wing
Moose Jaw, Saskatchewan; and two Bell 412
helicopters from Canadian Forces Flight Training
School in Portage la Prairie, Manitoba. “The
crowds were steady all day, with the Aurora
drawing the most attention,” said Air Display
Director, Major Trevor Juby. “The Sourdough
CanCan dancers also dropped by and had their
pictures taken with all the aircraft and crews.”
L’Aviation royale canadienne était très bien
représentée lors de l’exposition au sol à
l’Aéroport international Erik-Nielsen de
Whitehorse. Diverses cellules s’y trouvaient,
notamment un CP140 Aurora, un hélicoptère
CH149 Cormorant et un CC150 Buffalo de la
19e Escadre Comox, en Colombie-Britannique,
un CT155 Hawk et un CT156 Harvard de la 15e
Escadre Moose Jaw, en Saskatchewan et deux
hélicoptères Bell 142 de l’École de pilotage des
Forces canadiennes, à Portage la Prairie, au
Manitoba. « Il y a eu beaucoup de monde toute
la journée, et ce sont les Aurora qui ont attiré le
plus d’attention »,
a déclaré le Directeur de la démonstration
aérienne, le Major Trevor Juby. « Les danseuses
du Sourdough CanCan sont venues également
et se sont fait prendre en photo avec tous les
aéronefs et les équipages. »
Photo: Lieutenant (RCN) Paul Pendergast, Joint Task Force (North) Public Affairs
Photo : Lieutenant de vaisseau Paul Pendergast, Affaires publiques de la Force opérationnelle interarmées (Nord)
The Royal Canadian Artillery Band from
Edmonton performed two shows per day for very
appreciative crowds. “We alternated between
Celtic/Traditional style and Pop/Rock style for
the shows here, and we like to get the audience
involved by getting them up to dance and sing
along,” said lead singer Sergeant Janine Bremault
Bamford. “Many in the audience were surprised
to hear a military band play that type of music.”
La Marine royale canadienne a apporté son
autobus de promotion interactif, équipé
d’ordinateurs et de périscopes d’opérations navales
pour surveiller les activités à l’extérieur. L’autobus
s’est avéré extrêmement populaire, et plus de
1 100 personnes sont montées à son bord.
Captain Pam Cooper-Hollahan prepares to enjoy the ride while her team awaits the start of the bed-push
race during Yukon Sourdough Rendezvous Festival.
Le Capitaine Pam Cooper-Hollahan se prépare à profiter de la promenade alors que son équipe attend le début de la course de
lits pendant le festival Yukon Sourdough Rendezvous.
24
La Musique de
l’Artillerie royale
canadienne,
d’Edmonton,
a donné deux
spectacles par
jour devant des
foules ravies.
« Nous avons
alterné entre un
style celtique/
traditionnel et
un style rock/
pop pour les
spectacles ici,
et nous aimons
faire participer
la salle en la
faisant danser
et chanter », a
dit la première
voix, le sergent
Janine Bremault
Photo: Lieutenant (RCN) Paul Pendergast, Joint Task Force (North) Public Affairs
Photo : Lieutenant de vaisseau Paul Pendergast, Affaires publiques de la Force opérationnelle interarmées (Nord)
Bamford. « Bien des
spectateurs ont été
surpris d’entendre un
orchestre militaire
jouer ce genre de
musique. »
Sergeant Janine Bremault Bamford leads the Royal Canadian Artillery Band in front of a standingroom-only audience at the performance tent during Yukon Sourdough Rendezvous Festival.
Une équipe de six
personnes a représenté
les Forces armées
canadiennes lors du
Défi communautaire,
qui comprenait des
épreuves empreintes
d’humour comme un
tir à la corde, une
course de tricycles
et une course de lits.
L’équipe a fait honneur
aux Forces armées
canadiennes mais,
après le comptage des
points pour l’ensemble
des épreuves, elle a
terminé au quatrième
rang.
Lors de la compétition
Madam Trapper, qui
faisait appel à des
compétences de pionnier comme le lancer de la
hache, l’épreuve de sciage et le lancer du tronc,
le Capitaine Pam Cooper-Hollahan, de la Force
opérationnelle interarmées (Nord), a terminé
première au lancer de la hache et seconde au
classement général. « C’était une rare occasion
de représenter les Forces canadiennes dans
une compétition aussi amusante », a affirmé
le Capitaine Cooper-Hollahan. « C’était bien
d’entendre les encouragements de la foule, et
nous avons vraiment créé des liens avec les
autres concurrentes. »
Le Sergent Janine Bremault Bamford dirige la Musique de l’Artillerie royale canadienne dans un concert à guichet
fermé pendant le festival Yukon Sourdough Rendezvous.
A team of six represented the Canadian Armed
Forces in the Community Challenge, which
included events such as tug-of-war, tricycle
race, and bed-push race. In the Mad(am) Trapper
competition, which tested pioneer skills such
as axe throw, chainsaw chuck, and log toss,
Captain Pam Cooper-Hollahan of Joint Task Force
(North) placed first in the axe throw event, and
second overall. “It was a rare opportunity to
represent the Canadian Armed Forces in such a
fun competition,” said Captain Cooper-Hollahan.
“It was nice to have the support from the
crowd cheering us on, and it was a real bonding
experience with the other contestants.”
A steady stream of visitors dropped in to the
Joint Task Force (North) tent at Shipyards Park
Saturday and Sunday to take a break from the
weather, see the displays, and interact with
representatives of Joint Task Force (North) and
Canadian Rangers.
Samedi et dimanche, un flot continu de visiteurs
est venu faire un tour dans la tente de la Force
opérationnelle interarmées (Nord) au parc
Shipyards pour se réchauffer, voir l’exposition
et rencontrer des représentants de la Force
opérationnelle interarmées (Nord) et des Rangers
canadiens.
25
The Commissioners of
three territories out
on the land with the
Canadian Rangers
Les Commissaires des
trois territoires sur
le terrain avec les
Rangers canadiens
By Captain Sandra Lévesque, Joint Task Force (North)
Public Affairs
Par le Capitaine Sandra Lévesque, Affaires publiques
de la Force opérationnelle interarmées (Nord)
It is cold, approximately minus 41 Celcius, but
sunny in Cambridge Bay, Nunavut, we are Friday, 8
February, 2013, and I am about to take part in my
first Canadian Rangers patrol during the winter!
Il fait froid. Le mercure est descendu à environ
moins 41 degrés Celsius, mais le soleil brille à
Cambridge Bay, au Nunavut. C’est le vendredi
8 février 2013 et je m’apprête à participer à ma
première patrouille de Rangers canadiens en hiver!
Photo: Captain Sandra Lévesque, Joint Task Force (North) Public Affairs
Photo : Capitaine Sandra Lévesque, Affaires publiques de la Force opérationnelle interarmées (Nord)
Notre groupe, constitué entre
autres du Commandant de la
Force opérationnelle interarmées
(Nord), le Brigadier-général Guy
Hamel, et des trois Commissaires
territoriaux, M. Douglas Phillips,
du Yukon, M. George Tuccaro,
des Territoires du Nord-Ouest,
et Mme Edna Elias, du Nunavut,
compte se rendre au camp
principal des Rangers canadiens
participant à la période de
perfectionnement 2 (Cours de
commandant de patrouille) pour
y passer la nuit.
Il est environ 14 h 30 quand le
soleil commence à descendre,
nous sommes prêts pour
le départ. Les moteurs des
motoneiges se réchauffent. Il y
a de la fumée partout en raison
du froid glacial. Je mets mes
lunettes de protection et je suis
prête à sauter sur ma motoneige
pour parcourir ce vaste territoire
qui est maintenant mon chezmoi : l’Arctique canadien.
The Canadian flag flutters in the wind while the first snowmobile of the patrol departs
Cambridge Bay, Nunvut, to reach the Canadian Rangers out on the land on 8 February, 2013.
Le drapeau canadien flotte dans le vent alors que la première motoneige de la patrouille quitte la communauté
de Cambridge Bay, au Nunavut, pour rejoindre le camp des Rangers canadiens le 8 février 2013.
26
Nous quittons l’emplacement
du Système d’alerte du Nord
vers une destination à environ
35 kilomètres au sud-ouest de
Cambridge Bay. La première
motoneige a le privilège
Accompanying the Commander
of Joint Task Force (North),
Brigadier-General Guy
Hamel, and the three
Commissioners of the three
territories, Commissioners
Douglas Phillips of the Yukon
Territory, George Tuccaro of
the Northwest Territories,
and Edna Elias of Nunavut,
the plan is to reach the main
camp of Canadian Rangers
who are participating in the
Ranger’s Developmental Period
2 (Patrol Commanders Course)
and to stay overnight.
We are leaving the North
Warning System Site to head
approximately 35 kilometres
southwest of Cambridge
Bay. The first snowmobile
has the privilege of carrying
the Canadian Flag, which is
securely tied to the komatik,
and represents the perfect
picture; the sun bringing
different tones of colour with
the Canadian flag waving in
the Arctic sky.
Photo: Captain Sandra Lévesque, Joint Task Force (North) Public Affairs
Photo : Capitaine Sandra Lévesque, Affaires publiques de la Force opérationnelle interarmées (Nord)
It is around 2:30 p.m. when the
sun starts to come down and
we are ready for the departure.
Snowmobiles are warming up,
we can see smoke everywhere
around the snowmobiles given
the cold temperature. I put my
goggles on, and I am ready to
jump on my snowmobile and
ride in this vast territory that
I am now calling HOME: The
Canadian Arctic.
Ranger Sergeant Samson Ejangiaq, from Arctic Bay, Nunavut, adjusts his fishing line at the
Canadian Ranger main camp, approximately 35 kilometres southwest of Cambridge Bay, Nunavut, during the Patrol
Commanders Course on 9 February, 2013.
Le Sergent des Rangers Samson Ejangiaq, d’Arctic Bay, au Nunavut, ajuste sa ligne de pêche au camp principal
des Rangers canadiens, à environ 35 kilomètres au sud-ouest de Cambridge Bay, au Nunavut, pendant le cours de
commandant de patrouille, le 9 février 2013.
After a long hour of snowmobiling and several
breaks, we can perceive a camp on the horizon. At
that moment, I can hardly imagine how Canadian
Rangers can ride snowmobiles from 8 to 12 hours
a day during regular sovereignty patrols. I am
already exhausted and feel lost in the incredible
white landscape.
de transporter le drapeau canadien, solidement
attaché au komatik, et qui ferait soit dit en
passant une photo parfaite : le drapeau flottant
dans le ciel de l’Arctique prenant diverses couleurs
sous le reflet du soleil couchant.
Après une longue heure de motoneige et plusieurs
pauses, nous pouvons enfin apercevoir un camp
à l’horizon et à ce moment précis je me demande
27
Photo: Captain Sandra Lévesque, Joint Task Force (North) Public Affairs
Photo : Capitaine Sandra Lévesque, Affaires publiques de la Force opérationnelle interarmées (Nord)
comment font les Rangers
canadiens pour faire des
trajets de 8 à 12 heures
par jour en motoneige
pendant des patrouilles
régulières d’affirmation de
la souveraineté. Moi, je suis
déjà épuisée et je me sens
si perdue au milieu de cet
incroyable paysage blanc.
The Honourable Edna Elias, Commissioner of Nunavut, smiles at a Canadian Ranger during the
graduation parade which marks the end of the Patrol Commanders Course on 10 February, 2013.
L’honorable Edna Elias, Commissaire du Nunavut, adresse un sourire à un Ranger canadien pendant la parade de
graduation marquant la fin du cours de commandant de patrouille, le 10 février 2013.
Once arrived at the main camp, Canadian Rangers
are ready to welcome the Commander and his
guests. It is also an opportunity for Canadian
Rangers to practice one of the numerous elements
they have learned on the course, such as how to
conduct an Honour Guard.
“The aim of the Patrol Commanders Course,
conducted over a three week period, is to develop
Ranger Sergeants to command the different
Ranger Patrols throughout the North”, said Major
Jeff Allen, Commanding Officer of 1st Canadian
Ranger Patrol Group. “As a key component of the
Canadian Rangers Program, the Patrol Commanders
Course provides Canadian Ranger leaders with the
basic leadership principles, skills and knowledge
necessary to perform their duties within a patrol.“
After having had the opportunity to meet with
Canadian Rangers, sleep one night in the High
Arctic in a tent, fire a .303 Lee Enfield in an
austere range at minus 40 Celcius, visit igloos
that each section had to build earlier during the
training, try ice fishing, and finally to be witness to
outstanding northern lights, it was unfortunately
28
À notre arrivée au camp
principal, les Rangers
canadiens sont prêts à
souhaiter la bienvenue
au Commandant et à ses
invités. C’est également
l’occasion pour les Rangers
canadiens de mettre
en pratique l’une des
nombreuses compétences
acquises pendant le
cours, comme par exemple
exécuter une garde
d’honneur.
« Le Cours de commandant de patrouille, d’une
durée de trois semaines, a pour but d’enseigner aux
sergents des Rangers provenant d’un peu partout
dans le Nord, les techniques de commandement »,
indique le Major Jeff Allen, Commandant du 1er
Groupe de patrouilles des Rangers canadiens.
« Étant l’un des éléments clés du Programme
des Rangers canadiens, le Cours de commandant
de patrouille enseigne aux chefs des Rangers
canadiens les principes de leadership, les
compétences et les connaissances dont ils auront
besoin pour s’acquitter de leurs fonctions au sein
de leur patrouille. »
Après avoir eu la possibilité d’échanger avec les
Rangers canadiens, de passer une nuitée dans une
tente dans le Haut-Arctique, de tirer de la carabine
.303 Lee Enfield sur un champ de tir rudimentaire
à moins 40 degrés Celsius, de visiter les igloos que
chaque section était chargée de construire pendant
le cours, de s’exercer à la pêche sur la glace et,
finalement, d’admirer de magnifiques aurores
boréales, nous devons malheureusement retourner
à Cambridge Bay pour nous préparer en vue de la
parade de graduation.
Photo: Captain Sandra Lévesque, Joint Task Force (North) Public Affairs
Photo : Capitaine Sandra Lévesque, Affaires publiques de la Force opérationnelle interarmées (Nord)
Commissioners George Tuccaro of the Northwest Territories, Douglas Phillips of the Yukon Territory, and Edna Elias of Nunavut stand with Major
Jeff Allen, Commanding Officer of 1st Canadian Ranger Patrol Group (left) and Brigadier-General Guy Hamel, Commander of Joint Task Force (North) (right) during
the graduation parade on 10 February, 2013, in Cambridge Bay, Nunavut.
Les Commissaires George Tuccaro, des Territoires du Nord-Ouest, Douglas Phillips, du Yukon, et Edna Elias, du Nunavut, en compagnie du Major Jeff Allen,
Commandant du 1er Groupe de patrouilles des Rangers canadiens (à gauche) et du Brigadier-général Guy Hamel, Commandant de la Force opérationnelle
interarmées (Nord) (à droite) pendant la parade de graduation, le 10 février 2013, à Cambridge Bay, au Nunavut.
time to go back to Cambridge Bay and get prepared
for the graduation parade.
Indeed, a graduation parade marked the end of the
Patrol Commanders Course on Sunday, 10 February
at the Community Centre in Cambridge Bay.
During this parade several medals were presented,
including the Queen’s Diamond Jubilee and the
Special Service Medal for Canadian Rangers. A
special honour was bestowed on Brigadier-General
Hamel and Chief Warrant Officer Laroche when they
were made Honorary Rangers.
Despite the frigid temperature, all the participants
and visitors enjoyed their unique experience. After
all, the best way to appreciate the work of the
Canadian Rangers is to spend a full day and a night
with them out on the land when the thermometer
dips to minus 40.
En effet, une parade de graduation a marqué la fin
du Cours de commandant de patrouille, le dimanche
10 février, au Centre communautaire de Cambridge
Bay. On a profité de cette occasion pour remettre
plusieurs médailles, notamment la médaille du
Jubilé de diamant de la Reine et la médaille du
service spécial des Rangers canadiens. Un hommage
spécial a aussi été rendu au Brigadier-général
Hamel et à l’Adjudant-chef Laroche, qui ont été
nommés Rangers honoraires.
Malgré le froid, tous les participants et les visiteurs
ont apprécié cette expérience unique. Après tout,
rien de mieux que de passer une journée et une
nuit complète sur le terrain avec les Rangers
canadiens à moins 40 degrés Celsius pour vraiment
apprécier le travail qu’ils accomplissent.
29
Exercise NORTHERN
MERCURY 2013
Exercice Northern
Mercury 2013
By Master Warrant Officer Paul Ellsworth, Joint Task
Force (North)
Par l’Adjudant‑maître Paul Ellsworth, Force
opérationnelle interarmées (Nord)
In February 2013, Joint Task Force (North)
brought together a team of communications
operators and technicians to conduct the first
northern high frequency exercise in an austere
and remote environment: The Canadian Arctic.
En février 2013, la Force opérationnelle
interarmées (Nord) a réuni une équipe interarmées
d’opérateurs et de techniciens en communication
pour mener le premier exercice nordique sur
les communications à haute fréquence dans un
environnement austère et éloigné : l’Arctique
canadien.
Exercise NORTHERN MERCURY 2013 took place
in six different locations: Iqaluit, Resolute Bay,
Cambridge Bay, and Canadian Force Station Alert,
in Nunavut, as well as Yellowknife and Inuvik,
Northwest Territories.
“The signals section of Joint Task Force (North)
developed a concept for a high Arctic long range
high frequency communications exercise that
deployed six, three-person detachments into
Canada’s Arctic,“ said Major Thomas Bachelder,
Joint Task Force (North) Signal Officer. “Having
six different locations increases the level of
difficulty and allows us to test our long range
high frequency capabilities in communities where
operations and exercises are often conducted by
the Canadian Armed Forces.”
Signals personnel from across Canada
participated in the Exercise; three detachments
from Valcartier, Quebec, one detachment from
Maritime Forces Atlantic in Halifax, Nova Scotia,
one detachment from 39 Canadian Brigade Group
Signal Regiment in Vancouver, British-Columbia,
and one detachment from 1 Canadian Air Division
in Winnipeg, Manitoba. This exercise was truly a
joint affair; all three elements of the Canadian
Armed Forces were included.
All detachments gathered at CFB Trenton
for five days to conduct the pre-deployment
training. Instructors from both Aerospace
and Telecommunications Engineering Support
Squadron and Canadian Forces School of
Communications and Electronics, came together
and provided instruction on basic setup and
opening up procedures, conducting high frequency
Internet protocol programming, basic antenna
theory and erecting the three antenna types.
30
L’Exercice Northern Mercury 2013 a été mené dans
six endroits différents : Iqaluit, Resolute Bay, la
Cambridge Bay, la Station des Forces canadiennes
Alert au Nunavut, Yellowknife et Inuvik, dans les
Territoires du Nord‑Ouest.
« En septembre 2013, la section des transmissions
de la Force opérationnelle interarmées (Nord)
a été chargée de concevoir un exercice de
communication à haute fréquence et à longue
portée dans le Haut‑Arctique. Après avoir effectué
des vérifications préliminaires du personnel, la
section a proposé de déployer six détachements
de trois personnes dans l’Arctique canadien »,
a affirmé le Major Thomas Bachelder, Officier
des transmissions de la Force opérationnelle
interarmées (Nord). « Le fait de travailler dans
six endroits accroît le niveau de difficulté et
nous permet de mettre à l’essai nos capacités en
matière de communication à haute fréquence et
à longue portée dans des communautés où les
Forces armées canadiennes mènent souvent des
opérations et des exercices. »
Des membres du personnel des transmissions des
quatre coins du pays ont participé à l’exercice :
trois détachements provenant de Valcartier,
Québec; un détachement des Forces maritimes
de l’Atlantique, de Halifax, Nouvelle‑Écosse;
un détachement provenant du Régiment des
transmissions du 39e Groupe-brigade du Canada
à Vancouver, en Colombie‑Britannique, et un
détachement de la 1re Division aérienne du
Canada. Il s’agissait réellement d’un exercice
interarmées, puisque les trois éléments des FAC
étaient inclus.
Tous les détachements se sont réunis à la BFC
Trenton pour cinq jours afin de suivre l’instruction
de pré-déploiement. L’instruction a été donnée
par des instructeurs de l’Escadron de soutien
technique des télécommunications et des moyens
aérospatiaux et de l’École de l’électronique et
des communications
des Forces
canadiennes. Les
sujets suivants
ont été abordés :
les procédures
d’installation
et de mise en
marche de base, la
programmation de
protocoles haute
fréquence pour
l’Internet, la théorie
des antennes de
base et la mise en
place de trois types
d’antennes.
Photo: Courtesy of National Defence
Photo : Courtesie de la Défense nationale
The first couple of days in location were used
by the detachments to setup their equipment
and get ready for the exercise. One day on the
exercise was dedicated to single sideband,
voice communications, aimed at linking in as
many exercise particpants as possible. “This
Army Communication and Information Systems Specialists are
erecting high frequency antenna in Resolute Bay, Nunavut, during Exercise
NORTHERN MERCURY 2013.
Des spécialistes de systèmes de communication et d’information de l’Armée
de terre érigent des antennes à haute fréquence à Resolute Bay, au Nunavut,
pendant l’Exercice NORTHERN MERCURY 2013.
Au cours des deux
premiers jours
sur place, les
détachements ont
installé l’équipement
et se sont préparés
pour l’exercice. Une
journée de l’exercice
a été consacrée aux
communications
vocales à bande
latérale unique,
afin de lier le plus
de participants
possibles. « C’est
à ce moment que
les participants
extérieurs ont
pu se joindre à
l’exercice » a expliqué
l’Adjudant-maître Paul
Ellsworth, membre
de la section des
transmissions de la
Force opérationnelle
interarmées (Nord).
31
is where the outside players were able to join
the exercise,” said Master Warrant Officer Paul
Ellsworth, member of the signal section at Joint
Task Force (North). “This was probably the most
exciting and gratifing day of the exercise as
the 22 Canadian Forces Affiliate Radio Service
stations, two Royal Canadian Mounted Police
detachments from the Northwest Territories, one
amateur radio operator from the Yukon Territory,
and two Royal Canadian Air Force stations in
Trenton, Ontario, all communicated over high
frequency means to some or all of our six
detachments.“
“Now things were really beginning to get
interesting, not only were we conducting a
high frequency exercise across Canada’s North
for the first time in a long time, but now we
had the potential to incorporate our southern
neighbours, and reach all three coasts east to
west and north to south,“ highlighted Master
Warrant Officer Paul Ellsworth.
The exercise tested high frequencies between
the 15 - 30 Mhz frequency band; well above
the norm for high frequency operations in the
High Arctic environment. The detachments were
also able to conduct phone patches through the
Naval Radio Stations located at Halifax, Nova
Scotia, and Esquimalt, British-Columbia. A phone
patch allows the operator to call over the Public
Telephone Switch Network via the HF radio and
make a call to a business or home telephone.
Detachment members were able to successfully
call their home units, parents and spouses while
on the exercise.
The successes achieved on Exercise NORTHERN
MERCURY 2013 are directly attributable to
the incredible dedication and the collective
effort put forth by all participants. Exercise
NORTHERN MERCURY 2013 has barely scratched
the surface on what can be achieved with high
frequency equipment, the prospects of future
high frequency operations is only limited by our
collective imagination to collaborate and plan.
32
« Cette journée a probablement été la plus
satisfaisante et la plus enrichissante de l’exercice,
puisque 22 stations du réseau radio affilié des
Forces armées canadiennes, deux détachements
de la Gendarmerie royale du Canada, provenant
des Territoires du Nord‑Ouest, un opérateur de
radio amateur dans le territoire du Yukon et deux
stations de l’Aviation royale canadienne à Trenton,
en Ontario, ont tous communiqué avec certains
détachements ou avec les six détachements ».
« L’Exercice commençait à devenir vraiment
intéressant; non seulement menions-nous un
exercice de communication à haute fréquence
dans l’ensemble du Nord canadien pour la
première fois depuis longtemps, mais nous avions
maintenant la possibilité de faire participer
nos voisins du Sud et de joindre les trois côtes,
d’Est en Ouest et du Nord en Sud », a souligné
l’Adjudant-maître Paul Ellsworth.
L’Exercice a mis à l’essai des hautes fréquences
qui se situaient dans la bande allant de
15 à 30 MHz, soit bien au‑dessus de la norme
pour les opérations haute fréquence dans le
Haut‑Arctique. Les détachements ont aussi été
en mesure d’établir des raccords téléphoniques
par le biais de stations radio navales situées à
Halifax, en Nouvelle‑Écosse, et à Esquimalt, en
Colombie‑Britannique. Un raccord téléphonique
permet à l’opérateur de téléphoner à une résidence
ou à une entreprise au moyen du réseau commuté
téléphonique public, par l’entremise d’une radio
haute fréquence. Pendant l’exercice, les membres
du détachement ont réussi à téléphoner à leur
unité d’appartenance, à leurs parents et à leur
conjoint.
Les réalisations accomplies au cours de l’Exercice
Northern Mercury 2013 sont directement
attribuables à l’incroyable dévouement et à
l’effort collectif des participants. L’Exercice
Northern Mercury 2013 n’est que le début de ce
qui peut être réalisé avec l’équipement haute
fréquence. L’envergure des opérations futures
sur les communications à haute fréquence n’est
limitée que par notre capacité collective de
collaborer et de planifier.
New Junior Canadian
Ranger Patrol Opens in
Iqaluit
By Lieutenant (RCN) Paul Pendergast, Joint Task Force
(North) Public Affairs
The Nanook Elementary School gymnasium was
packed with parents, beaming with pride as 45
Iqaluit youths received their green hats and hooded
sweatshirts that signified their membership in the
Junior Canadian Rangers.
An impressive group of dignitaries was also on
hand to witness the ceremony, including Nunavut
Commissioner Edna Elias, MLA Ron Elliott, former
Mayor Madeleine Redfern, current Mayor John Graham
and community elders.
Photo: Lieutenant (RCN) Paul Pendergast, Joint Task Force (North) Public Affairs
Photo : Lieutenant de vaisseau Paul Pendergast, Affaires publiques de la Force
opérationnelle interarmées (Nord)
“We have to say a special thank-you to the families
and the community for their support, which has made
this new patrol possible,” said Brigadier-General Guy
Hamel, Commander of Joint Task Force (North). “The
support you are providing now will allow these young
people to reach their potential as future leaders in
their community, in Nunavut, and also for Canada.”
Ouverture d’une
nouvelle patrouille
de Rangers juniors
canadiens à Iqaluit
Par le Lieutenant de vaisseau Paul Pendergast,
Affaires publiques de la Force opérationnelle
interarmées (Nord)
Dans le gymnase de l’École élémentaire Nanook, on
pouvait lire la fierté sur les visages des parents des
45 jeunes d’Iqaluit qui recevaient la coiffure verte
et le chandail molletonné à capuchon, symbole
de leur appartenance à la Patrouille des Rangers
juniors canadiens.
Un important groupe de dignitaires assistaient
également à la cérémonie, notamment l’honorable
Edna Elias, Commissaire du Nunavut, le Député Ron
Elliott, l’ex-mairesse Madeleine Redfern et le Maire
actuel, John Graham, ainsi que des anciens de la
communauté.
« Nous nous devons de remercier tout spécialement
les familles et la communauté. C’est en effet
grâce à leur appui que cette nouvelle patrouille
a pu être mise sur pied », a
déclaré le Brigadier-général Guy
Hamel, Commandant de la Force
opérationnelle interarmées (Nord).
« Avec le soutien que vous leur
offrez, ces jeunes pourront réaliser
leur plein potentiel de futurs
dirigeants de leur communauté, non
seulement au Nunavut, mais aussi
ailleurs au Canada. »
À l’heure actuelle, plus de
4 000 jeunes sont membres de
133 patrouilles au Canada. Au nord
du 60e parallèle, on compte environ
1 600 Rangers juniors canadiens
dans 41 patrouilles, dont 22 au
Nunavut.
Nunavut Commissioner Edna Elias presents a Junior Canadian Ranger hat to Paddy
Iqaluk during the official opening ceremony of the Iqaluit Junior Canadian Ranger patrol at Nanook
Elementary School, December 4, 2012.
L’honorable Edna Elias, Commissaire du Nunavut, remet une coiffure des Rangers juniors canadiens
à Paddy Iqaluk lors de la cérémonie d’inauguration officielle de la patrouille des Rangers juniors
canadiens d’Iqaluit, qui avait lieu à l’École élémentaire Nanook le 4 décembre 2012.
« Le Programme des Rangers
juniors canadiens est une initiative
structurée et utile qui aide à
préserver la culture et les traditions
propres à chaque collectivité.
33
Photo: Lieutenant (RCN) Paul Pendergast, Joint Task Force (North) Public Affairs
Photo : Lieutenant de vaisseau Paul Pendergast, Affaires publiques de la Force opérationnelle
interarmées (Nord)
Members of the newly formed Iqaluit Junior Canadian Ranger Patrol pose for a group picture with Junior Canadian Ranger patrol leader
Corporal Monica Nuqingaq on December 4, 2012.
Les membres de la nouvelle Patrouille des Rangers juniors canadiens d’Iqaluit prennent la pose pour une photo de groupe en compagnie du chef de la patrouille, le
Caporal Monica Nuqingaq le 4 décembre 2012.
There are currently more than 4,000 youth
participating in 133 patrols in Canada. North of 60,
there are about 1600 Junior Canadian Rangers in 41
patrols, with 22 patrols in Nunavut.
“The Junior Canadian Rangers program is a structured
and meaningful enterprise that helps preserve culture
and traditions unique to each community, promoting
healthy living and a positive self-image, and
reflecting the proud military legacy of the Canadian
Rangers,” said Major Jeff Allen, Commanding Officer
of 1st Canadian Ranger Patrol Group.
The City of Iqaluit offers many organized activities
for youth to participate in, which foster athletic,
social and life skills, and positive ways for teens to
contribute to their community. The Junior Canadian
Ranger program is now another option for Iqaluit
youth to enjoy.
Junior Canadian Rangers are girls and boys aged
12 to 18 who operate under the supervision of
Canadian Rangers. They are taught traditional skills,
life skills, and Ranger skills in their curriculum.
Ranger skills include the ability to survive out on
the land, navigation and marksmanship. However,
the community can also infuse cultural norms, local
language, regional skills, and social needs into the
program, encouraging youth to become active and
engaged citizens in their communities.
34
Il favorise un mode de vie sain et valorise une
image de soi positive en s’inspirant de la tradition
militaire qui fait la fierté des Rangers canadiens »,
a poursuivi le Major Jeff Allen, Commandant du 1er
Groupe de patrouille des Rangers canadiens.
La Ville d’Iqaluit organise de nombreuses activités
pour les jeunes. Ces activités favorisent le
développement des compétences sportives et
sociales et l’acquisition des habiletés nécessaires
à la vie courante. Elles offrent également aux
adolescents des moyens positifs d’aider leur
collectivité. Le programme des Rangers juniors
canadiens vient donc s’ajouter à l’éventail de
possibilités qui sont offertes aux jeunes d’Iqaluit.
Les Rangers juniors canadiens sont des filles et
des garçons de 12 à 18 ans qui travaillent sous la
supervision des Rangers canadiens. Ils reçoivent
une formation qui vise à acquérir des compétences
traditionnelles, des aptitudes à la vie quotidienne
et des compétences propres aux Rangers, c’està-dire la survie dans la nature, la navigation et
l’adresse au tir. Cependant, une collectivité peut
inclure ses normes culturelles, la langue locale, les
habiletés régionales et les besoins sociaux dans le
programme, encourageant ainsi les jeunes à devenir
des citoyens plus actifs et plus engagés au sein de
leur collectivité.
Interview with
Master Corporal
Tommy Cote-Bérubé
Entrevue avec le
Caporal-chef Tommy
Cote-Bérubé
1. How long have you been working with Joint
Task Force (North)?
1. Depuis combien de temps travailles-tu à la
Force opérationnelle interarmées (Nord)?
I was posted to Joint Task Force (North) in August
2011, so I’ve been here for two years now.
J’ai été affecté à la Force opérationnelle
interarmées (Nord) en août 2011, je suis donc ici
depuis près de deux ans maintenant.
2. Can you give me a brief description of your
work and your role in the organisation?
Mon métier est technicien en géomatique, je
recueille donc des données géospatiales à l’aide de
l’imagerie, de systèmes mondiaux de localisation et
de matériel d’arpentage. La section de géomatique
saisit, analyse, traite, présente, diffuse et gère
Photo: Captain Sandra Lévesque, Joint Task Force (North) Public Affairs
Photo : Capitaine Sandra Lévesque, Affaires publiques de la Force opérationnelle interarmées (Nord)
My occupation is geomatics technician, so I
collect geospatial data using imaging, global
positioning systems and survey equipment. The
geomatics section captures, analyses, processes,
presents, disseminates and manages these data
in support of the operations carried out by Joint
2. Est-ce que tu peux m’expliquer un peu ton
travail et ton rôle au sein de l’organisation?
Master Corporal Cote-Bérubé executes reprography tasks in the geomatic cell at Joint Task Force (North) headquarters.
Caporal-chef Cote-Bérubé exécute les tâches reprographiques dans la cellule géographique au quartier général de la Force opérationnelle interarmées (Nord).
35
Master Corporal Cote-Bérubé teaches archery to students at JH Sissons School.
Le Caporal-chef Cote-Bérubé enseigne aux élèves de l’école primaire JH Sissons.
Task Force (North) each year north of the 60th
parallel.
My work involves creating geomatics products to
assist the chain of command in their strategic
decisions. I create a broad variety of products,
including maps, graphics and terrain analyses
constructed from digital elevation models.
I also produce training aids consisting of maps in
digital or paper formats that enable the different
sections of the organization to conduct their
training with the appropriate tools.
3. I believe you’re involved in community
activities, what exactly do you do?
That’s right, I do community work here in
Yellowknife. I teach archery to students in grades
3, 4 and 5 at JH Sissons School.
Every Friday, my superior allows me to leave
work a little early to go and teach at the school.
My wife and I have also organized an archery
36
ces données afin de soutenir les opérations que
la Force opérationnelle interarmées (Nord) mène
chaque année au nord du 60e parallèle.
En fait, mon travail consiste à créer des produits
géomatique afin d’aider la chaîne de commandement
dans leurs décisions stratégiques. Les produits
que je crée varient beaucoup, cela peut inclure
des cartes, des graphiques ou bien des analyses du
terrain faites à partir de modèle d’élévation digital.
Je produis aussi des aides à l’entraînement, ce qui
consiste en des cartes en format numérique ou sur
papier qui permettent aux différentes sections de
l’organisation de poursuivre leur entraînement en
ayant les outils appropriés.
3. Je crois que tu es impliqué au sein de la
communauté, que fais-tu exactement?
Oui c’est vrai je suis impliquée dans la communauté
de Yellowknife. J’enseigne le tir à l’arc aux élèves
de 3e, 4e et 5e année à l’École J. H. Sissons.
competition so families at every level can show
their talents.
We’ve already registered several families who are
attending evening practices to prepare for the
competition.
4. What motivates you to volunteer?
I think the fact it’s archery helps a bit … (laughs)
With the fast pace at work and at home, I’m
glad I was asked to help. It does you good to do
something different and offer your time.
It’s a wonderful opportunity for me to teach an
activity I’m passionate about and that I really
enjoy doing.
5. What would you say to someone who’s
debating whether to choose Yellowknife as their
next posting?
Well… I’d tell him that the North is an amazing
place and that there are a ton of things to do,
contrary to what people might think.
As for the work, you don’t get bored. It’s really
busy but also very rewarding from a professional
standpoint.
The fishing is good, the hunting even better,
and the opportunities to travel to different
communities make it very interesting.
The quality of life here is very good. There’s no
traffic, so I can spend a lot more time with my
family every day. There are a lot of benefits to
living in a small community.
At the end of the day, I really think it’s the
experience of a lifetime!
Chaque vendredi, mon supérieur me permet de
quitter le travail un peu plus tôt afin d’aller enseigner
à l’école. Ma femme et moi avons aussi organisé une
compétition de tir à l’arc afin que les familles de tous
les niveaux puissent exercer leur talent.
Jusqu’à maintenant, nous avons déjà plusieurs
familles qui ce sont inscrites et qui participent aux
soirées de pratique mises en place en vue de la
compétition.
4. Qu’est-ce qui te motive à faire du bénévolat?
Je crois que le fait que se soit pour le tir à l’arc
aide un peu… (rires)
Avec le tempo très rapide au travail et à la maison,
je suis heureux d’avoir été approché pour aider.
Cela fait du bien de se changer les idées et de
donner du temps.
C’est une excellente opportunité pour moi de
pouvoir enseigner un sujet dont je suis passionné
et que j’aime vraiment faire.
5. Que dirais-tu à quelqu’un qui hésite à choisir
Yellowknife comme prochaine affectation?
Et bien… je lui dirais que le Nord est un endroit
magnifique et qu’il y a des tonnes de choses à faire,
contrairement à ce que les gens peuvent penser.
Côté travail, on ne s’ennuie pas. C’est extrêmement
occupé, mais également très enrichissant
professionnellement parlant.
La pêche est bonne, la chasse l’ait encore plus et
les opportunités de voyager dans les différentes
communautés sont extrêmement intéressantes.
La qualité de vie est très bonne! Il n’y a aucun trafic
ce qui me permet de passer beaucoup plus de temps
avec ma famille quotidiennement. Il y a beaucoup
d’avantages à vivre dans une petite communauté.
En fin de compte, je crois vraiment que c’est
l’expérience d’une vie!
37
Yellowknife Company
Takes to the Ice –
Firing Range Exercise a
Success
By Second Lieutenant Robin Levesconte, The
Yellowknife Company Loyal Edmonton Regiment Unit
public affairs representative
As the sole Army Reserve organization north of
the 60th parallel, the Yellowknife Company Loyal
Edmonton Regiment seizes every opportunity to
practice their infantry skills during cold weather
operations.
Par Sous-lieutenant Robin Levesconte, Représentant
des affaires publiques, Compagnie Yellowknife, Loyal
Edmonton Regiment Étant la seule organisation de la Réserve de l’Armée
de terre au nord du 60e parallèle, la Compagnie
Yellowknife du Loyal Edmonton Regiment saisit
chaque occasion qui lui est donnée de renforcer
ses compétences d’infanterie lors d’opérations par
temps froid.
Ainsi, le 22 mars 2013, 24 militaires ont participé à
l’Exercice Wolverine Shooter, un exercice de tir réel
Photo: Major Conrad Schubert, The Yellowknife Company Loyal Edmonton Regiment
Photo : Major Conrad Schubert, Compagnie Yellowknife, Loyal Edmonton Regiment On 22 March 2013, 24 soldiers participated in
Exercise Wolverine Shooter, a weekend, live-fire
exercise near the Sub Islands on Great Slave Lake.
The aim of the exercise was to confirm basic winter
La Compagnie
Yellowknife à
l’assaut des glaces :
un exercice de tir
couronné de succès
The Yellowknife Company members fire the C9 light machine gun on Saturday 23 March, 2013.
Les membres de la Compagnie Yellowknife tirent à la mitrailleuse légère C9, le samedi 23 mars 2013.
38
Photo: Major Conrad Schubert, The Yellowknife Company Loyal Edmonton Regiment
Photo : Major Conrad Schubert, Compagnie Yellowknife, Loyal Edmonton Regiment Private Devon Alloolloo, member of the Yellowknife Company, concentrates on his sight picture while watched
by Master Corporal Tyler Dunphy on Saturday 23 March, 2013.
Le Soldat Devon Alloolloo, un membre de la compagnie Yellowknife, se concentre sur son image de visée, sous le regard attentif du
Caporal-chef Tyler Dunphy, le samedi 23 mars 2013.
operations in sub-zero temperatures with the safe
and efficient conduct of a field firing range.
The Company moved on Friday by wheeled vehicles
to the Dettah Ice Road, where they switched to
snowmobiles for the remaining five kilometres to a
remote bivouac site. The bivouac was established
using the very bright spring moon to illuminate the
set up of three 10-man arctic tents near the site
the advance party had prepared for the rifle range
earlier in the week.
On Saturday morning, firing began with the C6,
general purpose machine gun in both the light
and sustained fire roles, and the C9 light machine
gun. Firing ceased in the early evening and began
again on Sunday morning with personal weapons
tests using the shotgun and 9mm pistol. Each
soldier accurately engaged targets from a variety of
distances in a number of different firing positions.
While trained members of the Company were on the
range, newer members were learning navigation,
camouflage and field craft skills nearby as part of
their basic military qualification course.
“We could not have done this training in this
location without the support and guidance of
Environment Canada, the Department of Fisheries
and Oceans, and the City of Yellowknife,” said
qui s’est déroulé
le temps d’une fin
de semaine dans
le secteur des îles
Sub sur le Grand
lac des Esclaves.
Le but de cet
exercice était
de confirmer la
capacité de mener
des opérations
hivernales de
base à des
températures
inférieures à zéro
en effectuant
un exercice de
tir en campagne
sécuritaire et
efficace.
La Compagnie s’est déplacée dès le vendredi par
véhicules à roues sur la route de glace de Dettah,
pour ensuite mettre pied à terre et parcourir à
motoneige les cinq kilomètres restants jusqu’à
un site de bivouac rudimentaire. Le bivouac a été
établi sans lumière artificielle, les trois tentes
arctiques d’une capacité de dix personnes ayant
été montées à la lueur de la lune printanière, près
du site qu’un détachement précurseur avait préparé
pour l’exercice de tir plus tôt dans la semaine.
Le samedi matin, les exercices de tir ont commencé
avec la mitrailleuse polyvalente C6, en rôles de tir
soutenu et léger, puis avec la mitrailleuse légère
C9. L’Exercice a pris fin en début de soirée, pour
ensuite reprendre le dimanche matin avec les
épreuves de tir avec l’arme personnelle au moyen
du fusil de chasse et du pistolet de 9 mm. Les
militaires devaient viser avec précision des cibles
depuis diverses distances et en adoptant plusieurs
positions de tir.
Pendant que les membres qualifiés de la
Compagnie étaient au champ de tir aménagé, les
nouveaux membres acquéraient des compétences
en navigation et en camouflage, ainsi que des
techniques de campagne, dans le cadre de leur
cours de qualification militaire de base.
39
Photo: Major Conrad Schubert, The Yellowknife Company Loyal Edmonton Regiment
Photo : Major Conrad Schubert, Compagnie Yellowknife, Loyal Edmonton Regiment Behind the firing point and in the sheltered administration area, Company members wait to move forward onto
the firing point on Saturday 23 March, 2013.
Derrière la ligne de tir, à l’abri dans la zone d’administration, des membres de la compagnie attendent leur tour au poste de tir, le
samedi 23 mars 2013.
Captain Dave Collins, Company Operations Officer
and Range Safety Officer for the exercise.
« Nous n’aurions
pas pu faire cet
entraînement ici
sans le soutien
et les conseils
d’Environnement
Canada, du
ministère des
Pêches et des
Océans et de
la ville de
Yellowknife »,
a déclaré le
Capitaine Dave
Collins, Officier
des opérations de
la Compagnie et
responsable de la
sécurité du champ
de tir pour la durée
de l’exercice.
Community elders and representatives in Yellowknife,
Dettah and Ndilo were notified of the exercise well in
advance, as were recreational users and commercial
fishers. Sentries were positioned to monitor the
entire range area to ensure public safety.
Les membres des communautés de Yellowknife,
Dettah et Ndilo, ont été avisés de l’Exercice à
l’avance, de même que les adeptes des activités
récréatives et les pêcheurs commerciaux du
secteur. Des sentinelles ont été placées de façon
à avoir une vue d’ensemble du champ de tir afin
d’assurer la sécurité du public.
The Commander of 41 Canadian Brigade Group,
Colonel Roy Boehli, and the Brigade Sergeant
Major, Chief Warrant Officer Emmett Kelly, arrived
by snowmobile to visit the troops on Saturday
morning. “It’s good to see the enthusiasm and
energy of the Company members,” remarked
Chief Warrant Officer Kelly. “The members of the
Yellowknife Company are making excellent use
of this unique training environment,” mentioned
Colonel Boehli.
Le Commandant du 41e Groupe-brigade du Canada,
le Colonel Roy Boehli, et le Sergent-major de la
brigade, l’Adjudant-chef Emmett Kelly, sont allés
en motoneige visiter les troupes le samedi matin.
« C’est bon de voir l’enthousiasme et l’énergie des
membres de la compagnie », a souligné l’Adjudantchef Kelly. « Les membres de la Compagnie
Yellowknife font un excellent usage de cet
environnement d’entrainement unique », a renchéri
le Colonel Boehli.
Sunday at noon, after all firers had successfully
completed shooting, a thorough clean-up took
place before redeployment back to town, where
final post-exercise drills and de-briefs were
completed.
Le dimanche à midi, tous les tireurs ayant terminé
avec succès les épreuves de tir, on a procédé au
nettoyage avant le redéploiement vers la ville pour
effectuer les derniers drills post-exercice.
“This exercise took a lot of work to get off the
ground, but it was worth it,” said Company
Sergeant Major Blair Neatby.
40
« Cet exercice a nécessité un énorme travail de
préparation, mais ça en a valu le coup », a déclaré
le Sergent-major de compagnie Blair Neatby.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising