SUPREME COURT OF COUR SUPRÊME DU CANADA

SUPREME COURT  OF COUR SUPRÊME DU CANADA
SUPREME COURT OF
CANADA
COUR SUPRÊME DU
CANADA
BULLETIN OF
PROCEEDINGS
BULLETIN DES
PROCÉDURES
This Bulletin is published at the direction of the
Registrar and is for general information only. It
is not to be used as evidence of its content,
which, if required, should be proved by
Certificate of the Registrar under the Seal of the
Court. While every effort is made to ensure
accuracy, no responsibility is assumed for errors
or omissions.
Ce Bulletin, publié sous l'autorité du registraire,
ne vise qu'à fournir des renseignements
d'ordre général. Il ne peut servir de preuve de
son contenu. Celle-ci s'établit par un certificat
du registraire donné sous le sceau de la Cour.
Rien n'est négligé pour assurer l'exactitude du
contenu,
mais
la Cour décline toute
responsabilité pour les erreurs ou omissions.
During Court sessions the Bulletin is usually
issued week ly.
Le Bulletin paraît en principe toutes les
semaines pendant les sessions de la Cour.
Where a judgment has been rendered, requests
for copies should be made to the Registrar, with
a remittance of $15 for each set of reasons. All
remittances should be made payable to the
Receiver General for Canada.
Quand un arrêt est rendu, on peut se procurer
les motifs de jugement en adressant sa
demande au registraire, accompagnée de 15 $
par exemplaire. Le paiement doit être fait à
l'ordre du Receveur général du Canada.
Consult the Supreme Court of Canada website
at www.scc-csc.gc.ca for more information.
Pour de plus amples informations, consulter le
site Web de la Cour suprême du Canada à
l’adresse suivante : www.scc-csc.gc.ca
January 30, 2015
© Supreme Court of Canada (2015)
ISSN 1918-8358 (Online)
150 - 251
Le 30 janvier 2015
© Cour suprême du Canada (2015)
ISSN 1918-8358 (En ligne)
CONTENTS
TABLE DES MATIÈRES
Applications for leave to appeal
filed
150 - 151
Applications for leave submitted
to Court since last issue
152
Demandes d’autorisation d’appel
déposées
Demandes soumises à la Cour depuis la
dernière parution
Judgments on applications for
leave
153 - 201
Jugements rendus sur les demandes
d’autorisation
Motions
202 - 208
Requêtes
Notices of appeal filed since last
issue
Appeals heard since last issue and
disposition
Pronouncements of appeals reserved
209
Avis d’appel déposés depuis la dernière
parution
210 - 211
Appels entendus depuis la dernière
parution et résultat
212
Jugements rendus sur les appels en
délibéré
Headnotes of recent judgments
213 - 225
Sommaires de jugements récents
Agenda
226 - 227
Calendrier
Summaries of the cases
228 - 251
Résumés des affaires
NOTICE
Case summaries included in the Bulletin are prepared by the Office of the Registrar of the
Supreme Court of Canada (Law Branch) for information purposes only.
AVIS
Les résumés de dossiers publiés dans le bulletin sont préparés par le Bureau du registraire
(Direction générale du droit) uniquement à titre d’information.
DEMANDES D’AUTORISATION
D’APPEL DÉPOSÉES
APPLICATIONS FOR LEAVE TO
APPEAL FILED
Anthony Coote
Anthony Coote
Anthony Coote
Anthony Coote
v. (36218)
v. (36226)
Lawyers’ Professional Indemnity Company
(LAWPRO) et al. (F.C.)
Faren H. Bogach
WeirFoulds LLP
Lawyers’ Professional Indemnity Company
(LAWPRO) et al. (F.C.)
Faren H. Bogach
WeirFoulds LLP
FILING DATE: 06.11.2014
FILING DATE: 22.12.2014
Anthony Coote
Anthony Coote
R.M.
Frank Addario
Addario Law Group
v. (36243)
v. (36170)
J. Norris Ormston et al. (F.C.)
Faren H. Bogach
WeirFoulds LLP
Her Majesty the Queen (Ont.)
Robert E. Houston, Q.C.
Burke-Robertson
FILING DATE: 29.12.2014
FILING DATE: 17.12.2014
Procureur général du Canada
Richard Corbeil
P.G. du Canada
Her Majesty the Queen
Andrew S. Davis
A.G. for Saskatchewan
c. (36220)
v. (36216)
Jean-Marc Poulin de Courval, ès qualités de
syndic à la faillite de Sylvain Girard (Qc)
Jean-Philippe Gervais
Gervais & Gervais
Timothy Louie (Sask.)
Bob P. Hrycan
Hrycan Law Firm
DATE DE PRODUCTION : 22.12.2014
FILING DATE: 18.12.2014
Minister of Justice et al.
Roderick Wiltshire
A.G. of Alberta
Mokua Gichuru
Clarence L. Bennett
Stewart McKelvey
v. (36234)
v. (36221)
Alberta Union of Provincial Employees et al.
(Alta.)
William A. Johnson, Q.C.
McGown, Johnson
Howard Smith et al. (B.C.)
Robert S. Anderson, Q.C.
Farris, Vaughan, Wills & Murphy LLP
FILING DATE: 23.12.2014
FILING DATE: 22.12.2014
- 150 -
APPLICATIONS FOR LEAVE TO APPEAL
FILED
DEMANDES D'AUTORISATION D'APPEL
DÉPOSÉES
Mona Lisa Nowak
Eli C. Walker
Aaron Gordon Daykin Nordlinger LLP
Derek Riesberry
Gregory Lafontaine
Lafontaine & Associates
v. (36229)
v. (36179)
Michael Charles John Nowak (B.C.)
Shawna L. Specht
Her Majesty the Queen (Ont.)
Matthew Asma
A.G. of Ontario
FILING DATE: 23.12.2014
FILING DATE: 29.12.2014
Shawn Curtis Keepness
James A.T. Struthers, Q.C.
Legal Aid Saskatchewan
La Presse, ltée
Christian Leblanc
Fasken Martineau DuMoulin LLP
v. (36192)
c. (36233)
Her Majesty the Queen (Sask.)
W. Dean Sinclair
A.G. of Saskatchewan
Guy Drouin et autres (Qc)
Rita Magloé
FILING DATE: 30.12.2014
DATE DE PRODUCTION : 29.12.2014
Érik Charest
David Bourgoin
BGA Avocats s.e.n.c.r.l.
Michelle Landry et autre
Michelle Landry
c. (36251)
c. (36237)
Procureur général du Canada (C.F.)
Julien Matte
P.G. du Canada
Dessau inc. et autres (Qc)
Sébastien Richemont
Woods s.e.n.c.r.l.
DATE DE PRODUCTION : 31.12.2014
DATE DE PRODUCTION : 31.12.2014
Behzad Najafi
Lorne Waldman
Waldman & Associates
Gail Morgan et al.
Nathan J. Whitling
Beresh Aloneissi O’Neill Hurley O’Keefe
Millsap
v. (36241)
v. (36242)
Minister of Public Safety and Emergency
Preparedness (F.C.)
David B. Cranton
A.G. of Canada
Paragon Capital Corporation Ltd. (Alta.)
Andrew K. Maciag, Q.C.
Borden Ladner Gervais LLP
FILING DATE: 05.01.2015
FILING DATE: 05.01.2015
- 151 -
APPLICATIONS FOR LEAVE
SUBMITTED TO COURT SINCE
LAST ISSUE
DEMANDES SOUMISES À LA COUR
DEPUIS LA DERNIÈRE PARUTION
JANUARY 26, 2015 / LE 26 JANVIER 2015
CORAM: Chief Justice McLachlin and Wagner and Gascon JJ.
La juge en chef McLachlin et les juges Wagner et Gascon
1.
Sean Michael Heickert v. Her Majesty the Queen (Man.) (Crim.) (By Leave) (36149)
2.
IEC Holden Inc. c. Commission des normes du travail (Qc) (Civile) (Autorisation) (36135)
3.
Lyse Duchesne c. Procureur général du Québec (Qc) (Civile) (Autorisation) (36016)
4.
Krayzel Corporation et al. v. Equitable Trust Company (Alta.) (Civil) (By Leave) (36123)
5.
Gilbert Liu c. Comité de discipline du centre de santé et de services sociaux Haut-Richelieu-Rouville et autres
(Qc) (Civile) (Autorisation) (36151)
CORAM: Abella, Karakatsanis and Côté JJ.
Les juges Abella, Karakatsanis et Côté
6.
Jonathan Hagedorn v. Her Majesty the Queen (Ont.) (Crim.) (By Leave) (36118)
7.
Aaron Gregory Marriott v. Her Majesty the Queen (N.S.) (Crim.) (By Leave) (36150)
8.
Andrew Clifford Maracle (a.k.a. Sir Andrew C. Miracle and Andrew Clifford Miracle) v. R. Donald Maracle,
Chief of the Mohawks of the Bay of Quinte on behalf of the Tyendinaga Mohawk Council and all members of
the Mohawks of the Bay of Quinte (Ont.) (Civil) (By Leave (36096)
9.
Ganna Begman v. Vladek Mejery (Ont.) (Civil) (By Leave) (36014)
10.
Michael McAteer et al. v. Attorney General of Canada (Ont.) (Civil) (By Leave) (36120)
CORAM: Rothstein, Cromwell and Moldaver JJ.
Les juges Rothstein, Cromwell et Moldaver
11.
Robert Roy v. Her Majesty the Queen (F.C.) (Crim.) (By Leave) (36146)
12.
Stephen Patrick Burrows v. Her Majesty the Queen (F.C.) (Crim.) (By Leave) (36147)
13.
Terrance Parker v. Her Majesty the Queen (F.C.) (Crim.) (By Leave) (36156)
14.
Raymond Turmel v. Her Majesty the Queen (F.C.) (Crim.) (By Leave) (36159)
15.
Grant R. Wilson v. Canada Revenue Agency (F.C.) (Civil) (By Leave) (36139)
- 152 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES
DEMANDES D’AUTORISATION
JANUARY 29, 2015 / LE 29 JANVIER 2015
35102
Gandhi Jean Pierre c. Alliance de la fonction publique du Canada (C.F.) (Civile) (Autorisation)
Coram :
Les juges Abella, Karakatsanis et Wagner
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel de
l’arrêt de la Cour d’appel fédérale, numéro A-91-12, 2013 CAF 223, daté du 24 septembre 2013, est rejetée avec
dépens.
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal from the judgment
of the Federal Court of Appeal, Number A-91-12, 2013 FCA 223, dated September 24, 2013, is dismissed with costs.
CASE SUMMARY
Civil procedure – Application for judicial review of Public Service Labour Relations Board decision – Federal Court
of Appeal dismissing motion for production by Board of transcript of testimony and Board member’s notes –
Application to reconsider dismissed – Whether Federal Court of Appeal erred in refusing to allow application to
reconsider – Whether applicant entitled to obtain copy of transcript and notes.
The applicant, Gandhi Jean Pierre, was a public service employee who filed a complaint against Mr. Arcand, the
regional representative of the respondent union, the Public Service Alliance of Canada (“the Alliance”), alleging a
breach of the duty of fair representation in connection with a grievance. The complaint was dismissed by the Public
Service Labour Relations Board (“PSLRB”).
The applicant applied to the Federal Court of Appeal for judicial review of that decision. He then filed a motion
seeking the production by the PSLRB of the transcript of the testimony and the Board member’s notes.
Noël J.A. of the Federal Court of Appeal dismissed the motion, finding that the absence of a transcript made the
motion to obtain it moot. He dismissed the application for the production of the Board member’s notes on the basis of
the principles set out in Canada (Privacy Commissioner) v. Canada (Labour Relations Board) , [2000] F.C.J. No. 617
(QL). The applicant then applied unsuccessfully to have that decision reconsidered under Rule 397 of the Federal
Courts Rules.
May 28, 2012
Federal Court of Appeal
Noël J.A.
A-91-12
Motion for production of transcripts of testimony and
notes of Public Service Labour Relations Board
dismissed
August 20, 2012
Federal Court of Appeal
Noël J.A.
A-91-12
Application to reconsider dismissed
October 19, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
- 153 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Procédure civile – Demande de contrôle judiciaire à l’encontre d’une décision de la Commission des relations de
travail dans la fonction publique – Requête visant la production, par la Commission, de la transcription des
témoignages et la production des notes du commissaire rejetée par la Cour d’appel fédérale – Demande de réexamen
rejetée – Est-ce à tort que la Cour d’appel fédérale a refusé d’accorder la demande de réexamen? – Le demandeur
avait-il le droit d’obtenir une copie de la transcription et des notes?
Le demandeur, M. Gandhi Jean Pierre, est un employé de la fonction publique qui a déposé une plainte contre
M. Arcand, représentant régional du syndicat intimé, l’Alliance de la Fonction publique du Canada (« l’Alliance »),
alléguant que celui-ci avait manqué à son obligation de représentation équitable dans le cadre d’un grief. La plainte a
été rejetée par la Commission des relations de travail dans la fonction publique (« CRTFP »).
À l’encontre de cette décision, le demandeur a déposé une demande de contrôle judiciaire devant la Cour d’appel
fédérale. Puis il a produit une requête visant la production, par la CRTFP, de la transcription des témoignages et la
production des notes du commissaire.
Le juge Noël de la Cour d’appel fédérale a rejeté la requête. Il a conclu qu’en l’absence de transcription, la requête
visant à l’obtenir était sans objet. Quant à la demande de production des notes du commissaire, il l’a rejetée sur la foi
des principes énoncés dans l’arrêt Canada (Commissaire à la protection de la vie privée) c. Canada (Conseil canadien
des relations de travail), [2000] A.C.F. n o 617 (QL). Le demandeur a alors demandé le réexamen de cette décision en
vertu de la règle 397 des Règles des cours fédérales, mais en vain.
Le 28 mai 2012
Cour d’appel fédérale
Le juge Noël
A-91-12
Requête en production des transcriptions des
témoignages et des notes de la Commission des
relations de travail dans la fonction publique rejetée
Le 20 août 2012
Cour d’appel fédérale
Le juge Noël
A-91-12
Demande de réexamen rejetée
Le 19 octobre 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel déposée
35569
Federal Government Dockyard Trades and Labour Council (Esquimalt, B.C.) and Des
Rogers v. Her Majesty the Queen in Right of Canada as Represented by the Attorney General
of Canada and Attorney General of British Columbia (B.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
LeBel, Karakatsanis and Wagner JJ.
Pursuant to subsection 43(1.1) of the Supreme Court Act, the case forming the basis of the application for
leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia (Vancouver), Number CA039379,
2013 BCCA 371, dated August 19, 2013, is remanded to the Court of Appeal of British Columbia for disposition in
accordance with Meredith v. Canada (Attorney General) , 2015 SCC 2 and Mounted Police Association of Ontario v.
Canada (Attorney General), 2015 SCC 1.
- 154 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Conformément au paragraphe 43(1.1) de la Loi sur la Cour suprême, l’affaire à l’origine de la demande
d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver), numéro CA039379,
2013 BCCA 371, daté du 19 août 2013 est renvoyée à la Cour d’appel de la Colombie -Britannique pour qu’elle statue
en conformité avec les arrêts Meredith c. Canada (Procureur général) , 2015 CSC 2 et Association de la police
montée de l’Ontario c. Canada (Procureur général) , 2015 CSC 1.
CASE SUMMARY
Canadian Charter of Rights and Freedoms — Freedom of association — Arbitration Board awarding members of
applicant union a series of wage increases for 2006 to 2009 — Parliament subsequently passing Expenditure Restraint
Act which nullified wage increase awarded for 2006-2007 fiscal year — Applicants initiating action challenging
constitutionality of Act — Whether Court of Appeal erred in law in finding that impugned provisions of Act not
contrary to s. 2(d) of Charter — Expenditure Restraint Act, S.C. 2009, c. 2, s. 16.
In response to the global financial crisis that occurred in the fall of 2008 and winter of 2008-2009, the Government of
Canada enacted wage restraint legislation. The Expenditure Restraint Act had the effect of nullifying much of a 5.2%
wage increase for the 2006-2007 fiscal year that had previously been awarded through binding arbitration to federal
employees working in naval dockyards on the west coast. The applicant, the Federal Government Dockyard Trades
and Labour Council (“the Council”), is the bargaining agent for tho se employees.
The Council commenced an action seeking a declaration that the Act is unconstitutional because it breached the
freedom of association guaranteed by s. 2(d) of the Charter.
September 8, 2011
Supreme Court of British Columbia
(Harris J.)
2011 BCSC 1210
Action challenging constitutional validity of the
Expenditure Restraint Act, dismissed
August 19, 2013
Court of Appeal for British Columbia
(Victoria)
(Saunders, Kirkpatrick and Garson JJ.A.)
2013 BCCA 371
Appeal dismissed
October 3, 2013
Supreme Court of Canada
Motion to abridge time and application for leave to
appeal, filed
October 15, 2013
Supreme Court of Canada
(Karakatsanis J.)
Motion to abridge time, dismissed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Charte canadienne des droits et libertés — Liberté d'association — La commission d'arbitrage a accordé aux membres
du syndicat demandeur une série d'augmentations de salaires pour les années 2006 à 2009 — Le Parlement a adopté
par la suite la Loi sur le contrôle des dépenses qui a eu pour effet d'annuler l'augmentation des salaires accordée pour
l'exercice 2006-2007 — Les demandeurs ont intenté une action contestant la constitutionnalité de la loi — La Cour
d'appel a-t-elle commis une erreur de droit en concluant que les dispositions contestées de la loi n'étaient pas contraires
- 155 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
à l'al. 2d) de la Charte? — Loi sur le contrôle des dépenses, L.C. 2009, ch. 2, art. 16.
En réponse à la crise financière mondiale qui s'est produite à l'automne 2008 et à l'hiver 2008-2009, le gouvernement a
édicté une loi sur le contrôle des salaires. La Loi sur le contrôle des dépenses a eu pour effet d’annuler une bonne
partie de l'augmentation des salaires de 5,2 % pour l'exercice 2006-2007 qui avait été accordée précédemment par
arbitrage obligatoire aux employés fédéraux qui travaillaient dans les chantiers maritimes de la côte oues t. Le
demandeur, le Conseil des métiers et du travail des chantiers maritimes du gouvernement fédéral (« le Conseil »), est
l'agent négociateur de ces employés.
Le Conseil a intenté une action pour obtenir un jugement déclarant que la Loi était inconstitutionnelle parce qu'elle
portait atteinte à la liberté d'association garantie par l'al. 2d) de la Charte.
8 septembre 2011
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Harris)
2011 BCSC 1210
Action contestant la validité constitutionnelle de la Loi
sur le contrôle des dépenses, rejetée
19 août 2013
Cour d'appel de la Colombie-Britannique
(Victoria)
(Juges Saunders, Kirkpatrick et Garson)
2013 BCCA 371
Appel rejeté
3 octobre 2013
Cour suprême du Canada
Requête en abrègement de
d'autorisation d'appel, déposées
15 octobre 2013
Cour suprême du Canada
(Juge Karakatsanis)
Requête en abrègement de délai, rejetée
délai et
35775
Darryl James Wilcox v. Her Majesty the Queen (B.C.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
Abella, Karakatsanis and Wagner JJ.
demande
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. The
application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia (Vancouver), Number
CA040207, 2014 BCCA 65, dated February 18, 2014, is dismissed without costs .
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est
accueillie. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie -Britannique (Vancouver),
numéro CA040207, 2014 BCCA 65, daté du 18 février 2014, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
Criminal law — Evidence — Admissibility — Whether the Court of Appeal had a duty to raise the obvious issue of
whether the trial judge erred by failing to apply the R. v. W.(D.), [1991] 1 S.C.R. 742 framework and impermissibly
pitting the evidence of the defence against the evidence of the Crown as a credibility contest — Whether the Court of
- 156 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Appeal erred by failing to find that the trial judge shifted the burden of proof, especially since this Court released the
decision of R. v. Sekhon, 2014 SCC 15, two days after the Court of Appeal dismissed the applicant’s appeal.
One kilogram of cocaine was in the applicant’s vehicle and the remaining 17 kilograms were in the nearby vehicle of
another person. The trial judge found that the applicant had just delivered the 17 kilograms to the other person. The
applicant was convicted of possession of cocaine for the purpose of trafficking. The conviction appeal was dismissed.
The application to reopen the conviction appeal was refused.
June 14, 2012
Supreme Court of British Columbia
(McEwan J.)
2012 BCSC 884
http://canlii.ca/t/ftsss
Conviction: possession of cocaine for the purpose of
trafficking
February 18, 2014
Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver)
(Kirkpatrick, Frankel, Goepel JJ.A.)
2014 BCCA 65; CA040207
http://canlii.ca/t/g34rf
Applicant’s appeal dismissed
September 17, 2014
Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver)
(Kirkpatrick, Frankel, Goepel JJ.A.)
2014 BCCA 357
http://canlii.ca/t/g90tv
Application to reopen conviction appeal refused
October 10, 2014
Supreme Court of Canada
Motion for an extension of time to serve and file the
application for leave to appeal and application for
leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit criminel — Preuve — Admissibilité — La Cour d’appel était-elle tenue de soulever la question évidente de
savoir si le juge de première instance avait commis une erreur en n’appliquant pas le cadre d’analyse établi dans l’arrêt
R. c. W.(D.), [1991] 1 R.C.S. 742, et en opposant de façon inadmissible la preuve de la défense à celle du ministère
public comme s’il s’agissait d’un concours de crédibilité? — La Cour d’appel a-t-elle commis une erreur en ne
concluant pas que le juge de première instance avait renversé le fardeau de la preuve, plus particulièrement eu égard à
l’arrêt R. c. Sekhon, 2014 CSC 15, de la Cour, rendu deux jours après le rejet de l’appel du demandeur?
Le véhicule du demandeur contenait un kilogramme de cocaïne et les 17 kilogrammes restants se trouvaient dans le
véhicule d’une autre personne qui était stationné tout près. Le juge de première instance a conclu que le demandeur
venait de livrer ces 17 kilogrammes à l’autre personne. Le demandeur a été déclaré coupable de possession de cocaïne
en vue d’en faire le trafic. L’appel de la déclaration de culpabilité a été rejeté. La demande visant à faire rouvrir
l’appel de la déclaration de culpabilité a été refusée.
- 157 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
14 juin 2012
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge McEwan)
2012 BCSC 884
http://canlii.ca/t/ftsss
Déclaration de culpabilité : possession de cocaïne en
vue d’en faire le trafic
18 février 2014
Cour d’appel de la Colombie-Britannique
(Vancouver)
(Juges Kirkpatrick, Frankel et Goepel)
2014 BCCA 65; CA040207
http://canlii.ca/t/g34rf
Rejet de l’appel du demandeur
17 septembre 2014
Cour d’appel de la Colombie-Britannique
(Vancouver)
(Juges Kirkpatrick, Frankel et Goepel)
2014 BCCA 357
http://canlii.ca/t/g90tv
Refus de la demande de réouverture de l’appel de la
déclaration de culpabilité
10 octobre 2014
Cour suprême du Canada
Dépôt d’une requête en prorogation du délai de
signification et de dépôt de la demande d’autorisation
d’appel, ainsi que de la demande d’autorisation d’appel
35961
London Life Insurance Company v. Her Majesty the Queen (F.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Rothstein, Cromwell and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Federal Court of Appeal, Number A -84-13,
2014 FCA 106, dated April 29, 2014, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel fédérale, numéro A -84-13, 2014 CAF 106,
daté du 29 avril 2014, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Insurance — Surrender value — Garnishment — Insurance company ordered to pay surrender value of 11 insurance
policies held by another company on life of its sole director and shareholder — Policy-holder company owes Canada
Revenue Agency tax debt plus interest — Whether judgment creditor can, through garnishment, force surrender of life
insurance policy for its cash surrender value? — In other words, whether lower courts erred in concluding that they
could order insurance company to pay surrender value of 11 life insurance policies to policy -holder company?
Projexia Conseils Inc. (“Projexia”) holds eleven insurance policies on the life of Sylvie Bologna, its sole director and
shareholder. The death benefits payable under these policies total over $1.5 million, and the annual premiums are
approximately $50,000. As of the date of the final garnishment order discussed below, the surrender value was
approximately $83,172. The eleven life insurance contracts stipulate that upon written request, the applicant, London
Life Insurance Company (“London Life”), shall pay the surrender value of the contract, less any debts. On
October 13, 2011, the Canada Revenue Agency issued a certificate under section 223 of the Income Tax Act, R.S.C.
- 158 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
1985, c. 1 (5th Supp.), that Projexia owes a tax debt of $1,255,298.28 plus interest. The eleven life insurance policies
are Projexia’s last remaining assets. On December 1, 2011, on an ex parte motion by the Crown, a prothonotary of the
Federal Court issued a provisional garnishment order in respect of any amount owing or that will become owing by
London Life to Projexia under the life insurance policies with surrender value, up to the sum of $1,255,298.28 plus
interest. On August 15, 2012, the prothonotary allowed the Crown’s motion for a final garnishment and on August 24,
2012, issued a final garnishment order of the eleven cash surrender values. The Federal Court dismissed London
Life’s appeal of the prothonotary’s orders, and the Federal Court of Appeal dismissed London Life’s later appeal of
that decision.
August 15, 2012
Federal Court
(Prothonotary Morneau)
Crown’s motion for a final order of garnishment allowed.
August 24, 2012
Federal Court
(Prothonotary Morneau)
Final garnishment order issued.
January 30, 2013
Federal Court
(Beaudry J.)
2013 FC 93
Appeal dismissed.
April 29, 2014
Federal Court of Appeal
(Blais C.J. and Gauthier and Mainville JJ.A.)
2014 FCA 106
Appeal dismissed.
June 30, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed.
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Assurance — Valeur de rachat — Saisie-arrêt — Une compagnie d’assurances s’est vu ordonner de payer la valeur de
rachat de onze polices d’assurance détenues par une autre compagnie sur la vie de sa seule administratrice et
actionnaire — La compagnie détentrice des polices a une dette fiscale envers l’Agence du revenu du Canada, plus
intérêt — La créancière judiciaire peut-elle, par une saisie-arrêt, obliger le rachat d’une police d’assurance-vie pour sa
valeur de rachat? — Autrement dit, les juridictions inférieures ont-elles eu tort de conclure qu’elles pouvaient
ordonner à la compagnie d’assurances de verser la valeur de rachat des onze polices d’assurance à la compagnie qui en
est détentrice?
Projexia Conseils Inc. (« Projexia ») détient onze polices d’assurance sur la vie de Sylvie Bologna, sa seule
administratrice et actionnaire. Les prestations de décès payables en vertu des polices totalisent plus de 1,5 million de
dollars et les primes annuelles sont d’environ 50 000 $. En date de l’ordonnance définitive de saisie-arrêt dont il est
question ci-dessous, la valeur de rachat était d’environ 83 172 $. Les onze contrats stipulent que sur demande par
écrit, la demanderesse, London Life, Compagnie d’Assurance-Vie (« London Life ») paie la valeur de rachat du
contrat, déduction faite de toute dette. Le 13 octobre 2011, l’Agence du revenu du Canada a délivré un certificat en
application de l’art. 223 de la Loi de l’impôt sur le revenu, L.R.C. 1985, ch. 1 (5e suppl.), confirmant une dette fiscale
de Projexia au montant de 1 255 298,28 $ plus intérêt. Les onze contrats d’assurance -vie sont les derniers éléments
- 159 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
d’actif que possède Projexia. Le 1er décembre 2011, statuant sur une motion ex parte de Sa Majesté, un protonotaire
de la Cour fédérale a prononcé une ordonnance provisoire de saisie-arrêt à l’égard de toute somme due ou qui
deviendrait due par London Life à Projexia en vertu des polices d’assurance -vie avec valeur de rachat, et ce, jusqu’à
concurrence de la somme de 1 255 298,28 $ plus intérêt. Le 15 août 2012, le protonotaire a accueilli la requête de Sa
Majesté sollicitant une saisie-arrêt définitive et, le 24 août 2012, il a rendu une ordonnance définitive de saisie -arrêt
des onze valeurs de rachat. La Cour fédérale a rejeté l’appel des ordonnances du protonotaire interjeté par London
Life et la Cour d’appel fédérale a rejeté l’appel formé contre cette décision par London Life.
15 août 2012
Cour fédérale
(Protonotaire Morneau)
Décision accueillant la requête de Sa Majesté sollicitant une
ordonnance définitive de saisie-arrêt.
24 août 2012
Cour fédérale
(Protonotaire Morneau)
Délivrance d’une ordonnance définitive de saisie-arrêt.
30 janvier 2013
Cour fédérale
(Juge Beaudry)
2013 FC 93
Rejet de l’appel.
29 avril 2014
Cour d’appel fédérale
(Juge en chef Blais, juges Gauthier et Mainville)
2014 FCA 106
Rejet de l’appel.
30 juin, 2014
Cour suprême du Canada
Dépôt de la demande d’autorisation d’appel.
35972
Attorney General of Canada and Institutional Head of Ferndale Institution v. William Wei
Lin Liang AND BETWEEN Attorney General of Canada and Institutional Head of Ferndale
Institution v. Leslie John McCulloch (B.C.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Wagner and Gascon JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver), Numbers CA041276 and CA041275, 2014 BCCA 190, dated May 20, 2014, is dismissed without
costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver),
numéros CA041276 et CA041275, 2014 BCCA 190, daté du 20 mai 2014, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
Charter of Rights and Freedoms – Criminal Law – Benefit of Lesser punishment – Parole – Whether Abolition of
Early Parole Act, S.C. 2011, c. 11, applies to offenders who committed their offences before the Act came into effect
but who were sentenced after Act came into effect – Whether s. 11(i) of the Charter guarantees offenders the most
favourable parole eligibility scheme under the Corrections and Conditional Release Act, S.C. 1992, c. 20, between
- 160 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
offence commission and sentencing – Whether Canada (A.G.) v. Whaling, 2014 SCC 20, is determinative of what
constitutes a variation of punishment before sentencing under s. 11(i) of the Charter.
Mr. Liang and Mr. McCulloch were first time federal offenders given penitentiary sentences for non -violent offences
committed on June 30, 2010 and August 26, 2009, respectively. Had they been sentenced at the time they committed
their offences, they would have been eligible under the former accelerated parole regime for accelerated day parole.
Before either was sentenced, the Abolition of Early Parole Act, S.C. 2011 c. 11, came into force on March 28, 2011,
and abolished accelerated parole. Both Mr. Liang and Mr. McCulloch had to meet the discretionary and more
stringent test for release at later dates under s. 102 of the Corrections and Conditional Release Act, S.C. 1992, c. 20.
October 10, 2013
Supreme Court of British Columbia
(Smith J.)
2013 BCSC 1859
Abolition of Early Parole Act declared not valid to
extent it applies to offenders sentenced for offences
committed before March 28, 2011
May 20, 2014
Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver)
(Newbury, Mackenzie, Stromberg-Stein JJ.A.)
CA041276, CA041275; 2014 BCCA 190
Appeal dismissed
July 18, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Charte des droits et libertés — Droit criminel — Droit de bénéficier de la peine la moins sévère — Libérations
conditionnelles — La Loi sur l’abolition de la libération anticipée des criminels, L.C. 2011, c. 11, s’applique-t-elle
aux délinquants ayant commis leurs infractions avant l’entrée en vigueur de la Loi, mais ayant été condamnés après
l’entrée en vigueur de celle-ci? — L’alinéa 11i) de la Charte garantit-il le régime le plus favorable d’admissibilité à la
libération conditionnelle établi en vertu de la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition,
L.C. 1992, c. 20, entre le moment de la perpétration de l’infraction et celui de la sentence? — L’arrêt Canada (P.-G.)
c. Whaling, 2014 CSC 20, est-il déterminant quant à ce qui constitue une modification de la peine avant le prononcé de
la sentence au sens de l’al. 11i) de la Charte?
Messieurs Liang et McCulloch étaient des détenus purgeant une première peine dans un pénitencier fédéral pour des
infractions sans violence commises le 30 juin 2010 et le 26 août 2009, respectivement. S’ils avaient été condamnés au
moment de la perpétration des infractions, ils auraient été admissibles à la semi-liberté anticipée en vertu de l’ancien
régime d’examen expéditif. Entrée en vigueur le 28 mars 2011, la Loi sur l’abolition de la libération anticipée des
criminels, L.C. 2011, c. 11, a aboli la procédure d’examen expéditif avant le prononcé de leur sentence. En application
de l’art. 102 de la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition , L.C. 1992, c. 20, MM. Liang et
McCulloch devaient tous deux satisfaire à un critère discrétionnaire plus exigeant pour obtenir leur libération à des
dates ultérieures.
Déclaration d’invalidité de la Loi sur l’abolition de la
libération anticipée des criminels dans la mesure où
elle s’applique aux délinquants condamnés pour des
infractions commises avant le 28 mars 2011
10 octobre 2013
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Smith)
2013 BCSC 1859
- 161 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
20 mai 2014
Cour d’appel de la Colombie-Britannique
(Vancouver)
(Juges Newbury, Mackenzie et Stromberg-Stein)
CA041276, CA041275; 2014 BCCA 190
Rejet de l’appel
18 juillet 2014
Cour suprême du Canada
Dépôt de la demande d’autorisation d’appel
35980
Syndicat canadien de la fonction publique, section locale 675, Jacqueline Turgeon, Francine
Durocher et Jacques Gobeil c. Procureur général du Canada, Association des réalisateurs et
société Radio-Canada (Qc) (Civile) (Autorisation)
Coram :
Les juges LeBel, Karakatsanis et Gascon
Conformément au paragraphe 43(1.1) de la Loi sur la Cour suprême, l’affaire à l’origine de la demande
d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-09-022922-124, 2014 QCCA
1068, daté du 27 mai 2014, est renvoyée à la Cour d’appel du Québec pour qu’elle statue en conformité avec les
arrêts Meredith c. Canada (Procureur général) , 2015 CSC 2 et Association de la police montée de l’Ontario c.
Canada (Procureur général), 2015 CSC 1.
Pursuant to subsection 43(1.1) of the Supreme Court Act, the case forming the basis of the application for
leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Number 500-09-022922-124, 2014
QCCA 1068, dated May 27, 2014, is remanded to the Court of Appeal of Quebec for disposition in accordance with
Meredith v. Canada (Attorney General) , 2015 SCC 2 and Mounted Police Association of Ontario v. Canada
(Attorney General), 2015 SCC 1.
CASE SUMMARY
Canadian Charter of Rights and Freedoms — Freedom of association — Collective bargaining — Act to restrain the
Government of Canada’s expenditures in relation to employment having effect of limiting pay increases for federal
public sector employees from 2006 to 2011 — Limits set out in Act applying retroactively to collective agreement
entered into by Union and Canadian Broadcasting Corporation in 2007 — Act having effect of reducing annual
income of affected employees by about 1% compared to amounts negotiated — Quebec Superior Court declaring that
Act contrary to s. 2(d) of Charter and that impugned provisions of no effect against Union and members represented
by it — Appeal allowed by Federal Court of Appeal — Whether Court of Appeal erred in law in finding that
impugned provisions of Act not contrary to s. 2(d) of Charter — Act to restrain the Government of Canada’s
expenditures in relation to employment, S.C. 2009, c. 2, ss. 16, 19, 21, 23, 24, 26, 27, 29, 56 and 57.
In October 2007, the Canadian Union of Public Employees entered into a collective agreement with the Canadian
Broadcasting Corporation. The agreement, which provided for pay increases, took effect on October 1, 2007 and
terminated in September 2010.
On March 12, 2009, the Act to restrain the Government of Canada’s expenditures in relation to employment ,
S.C. 2009, c. 2 (“Act”), came into force. The Act imposed limits on the pay increases that could be granted to all
federal public sector employees, including employees of Crown corporatio ns like the Canadian Broadcasting
Corporation. The rates of increase set out in the Act also applied to employees whose collective agreement had been
- 162 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
entered into before December 2008, which was the case for the employees represented by the Union. The Ac t also
stated that any provision of a collective agreement that granted any form of pay increase exceeding the rates set out in
the Act was of no effect. The Union had not been consulted before the Act was passed.
Relying on s. 2(d) of the Charter, the Union brought a motion to institute proceedings for a declaratory judgment.
Through that proceeding, it sought a declaration that certain provisions of the Act were inapplicable in relation to its
members and a declaration that the Canadian Broadcasting Corporation had an obligation to comply with the
collective agreement entered into in October 2007.
July 11, 2012
(corrected judgment issued on August 10, 2012)
Quebec Superior Court
(Matteau J.)
2012 QCCS 3223
File No. 500-17-050958-092
Motion to institute proceedings for declaratory
judgment allowed; ss. 16, 19, 21, 23, 24, 26, 27, 29, 56
and 57 of Act to restrain the Government of Canada’s
expenditures in relation to employment, S.C. 2009,
c. 2, declared invalid, constitutionally inapplicable or
of no force or effect in relation to Union and members
of bargaining units represented by it
May 27, 2014
Quebec Court of Appeal (Montréal)
(Dalphond, Lévesque and Savard JJ.A.)
2014 QCCA 1068
File No. 500-09-022922-124
Appeal allowed; motion for declaratory judgment
dismissed
July 30, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Charte canadienne des droits et libertés — Liberté d’association — Négociation collective — Loi visant à contrôler
les dépenses du gouvernement du Canada à l’égard de l’emploi ayant pour effet de limiter les augmentations salariales
des employés du secteur public fédéral de 2006 à 2011 — Limites prévues par la Loi s’appliquant rétroactivement à la
convention collective conclue entre le Syndicat et la Société Radio-Canada en 2007 — Loi ayant pour effet de réduire
revenus annuels des employés visés d’environ 1 % par rapport aux montants négociés — Cour supérieure du Québec
déclarant que Loi contrevient à l’art. 2(d) de la Charte et que les dispositions contestées sont sans effet à l’égard du
Syndicat et des membres qu’il représente — Appel accueilli par la Cour d’appel du Québec — La Cour d’appel a-telle commis une erreur de droit en concluant que les dispositions contestées de la Loi ne contreviennent pas à l’al. 2d)
de la Charte? — Loi visant à contrôler les dépenses du gouvernement du Canada à l’égard de l’emploi , L.C. 2009, ch.
2, art. 16, 19, 21, 23, 24, 26, 27, 29, 56 et 57.
En octobre 2007, le Syndicat canadien de la fonction publique a conclu une convention collective avec la Société
Radio-Canada. Cette convention collective, qui prévoyait des augmentations salariales, entrait en vigueur le 1 e
octobre 2007 et prenait fin en septembre 2010.
Le 12 mars 2009 entre en vigueur la Loi visant à contrôler les dépenses du gouvernement du Canada à l’égard de
l’emploi, L.C. 2009, ch. 2 (« Loi »). La Loi impose des limites aux augmentations salariales pouvant être accordées à
l’ensemble des employés du secteur public fédéral, y inclut les employés des so ciétés d’État telles que la Société
Radio-Canada. Les taux d’augmentation prévus à la Loi s’appliquent également aux employés dont la convention
collective a été conclue avant décembre 2008, ce qui est le cas des employés représentés par le Syndicat. La Loi
prévoit également que toute disposition d’une convention collective qui octroie toute forme d’augmentation à la
- 163 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
rémunération qui excède les taux prescrits par la Loi est inopérante. Le Syndicat n’a pas été consulté préalablement à
l’adoption de la Loi.
En se fondant sur l’article 2d) de la Charte, le Syndicat a intenté une requête introductive d’instance pour jugement
déclaratoire. Par le biais de ce recours, il réclamait une déclaration d’inapplicabilité de certaines dispositions de la Loi
à l’égard de ses membres ainsi qu’une déclaration voulant que la Radio -Canada ait l’obligation de respecter la
convention collective convenue en octobre 2007.
Le 11 juillet 2012
(jugement rectifié émis le 10 août 2012)
Cour supérieure du Québec
(La juge Matteau)
2012 QCCS 3223
No. de dossier 500-17-050958-092
Requête introductive d’instance pour jugement
déclaratoire, accueillie; Articles 16, 19, 21, 23, 24, 26,
27, 29, 56 et 57 de la Loi visant à contrôler les
dépenses du gouvernement du Canada à l’égard de
l’emploi, L.C. 2009, ch. 2, déclarés invalides,
inapplicables constitutionnellement ou inopérants à
l’égard du Syndicat et des membres des unités de
négociation dont il représente
Le 27 mai 2014
Cour d’appel du Québec (Montréal)
(Les juges Dalphond, Lévesque et Savard)
2014 QCCA 1068
No. de dossier 500-09-022922-124
Appel accueilli; requête en jugement déclaratoire,
rejetée
Le 30 juillet 2014
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée
36003
Enzo Vincent Chiarelli v. Law Society of Upper Canada (Ont.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Wagner and Gascon JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C56952,
2014 ONCA 391, dated May 14, 2014, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C56952, 2014 ONCA
391, daté du 14 mai 2014, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Law of professions — Practice of law or provision of legal services — Self-representation — Law Society
investigates layperson after receiving two complaints about his provision of unauthorized legal services — Layperson
takes position with Law Society that he fits within definition of “landlord” under Residential Tenancies Act because he
acts as a “personal representative” of landlord and therefore, is not required to comply with licensing regime for
paralegals — Law Society brought application seeking order prohibiting layperson from providing, or holding himself
out as able to provide, legal services — Law Society’s application granted — Application judge concluded that
layperson was providing legal services and that he was not exempt from licensing requirements in Law Society Act —
Appeal dismissed — Whether lower courts erred in concluding that layperson was engaging in practice of law or in
provision of legal services? — Whether there exists constitutional right to litigate in person, that is, to repres ent
oneself rather than be represented by lawyer? — Whether there is right to litigate in person that, if not constitutional,
is nonetheless inherent in system of justice? — If right exists, what limits, if any, can be placed on it? — Residential
- 164 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Tenancies Act, 2006, S.O. 2006, c.17 — Law Society Act, R.S.O. 1990, c. L.8.
The applicant, Mr. Chiarelli, operates a sole proprietorship called “Landlord Services”. Through that business he
provides a wide variety of property management services to property owners for a flat monthly fee, including
appearances before the Landlord and Tenant Board (the “Board”). In 2007, the Law Society Act, R.S.O. 1990, c. L.8
was amended to provide for the regulation of paralegals by the Law Society of Upper Canada (the “Law Society”).
Prior to the change in the law, Mr. Chiarelli operated as a paralegal. When the law was amended, he applied to be
licensed as a paralegal under the Law Society’s licensing regime. However, Mr. Chiarelli withdrew from the licensing
process when faced with the prospect of a good character hearing. In July of 2011, the Law Society began an
investigation of Mr. Chiarelli after receiving two complaints about his provision of unauthorized legal services. In the
course of its investigation, the Law Society determined that Mr. Chiarelli had appeared on multiple occasions before
the Board. Mr. Chiarelli took the position with the Law Society that he fit within the definition of “landlord” under
the Residential Tenancies Act because he acts as a “personal representative” of the landlord. Therefore, he submitted
that he was not required to comply with the licensing regime for paralegals. After receiving numerous written
submissions from Mr. Chiarelli, the Law Society brought an application seeking a permanent order prohibiting him
from providing, or holding himself out as able to provide, legal services. The Law Society’s application for a
permanent injunction was granted. In making that order, the application judge concluded that Mr. Chiarelli was
providing legal services and that he was not exempt from the licensing requ irements found in the Law Society Act.
The Court of Appeal dismissed the appeal.
March 19, 2013
Ontario Superior Court of Justice
(Goldstein J.)
2013 ONSC 1428
Permanent injunction issued preventing the applicant from
providing legal services in Ontario.
May 14, 2014
Court of Appeal for Ontario
(Juriansz, Hourigan and Benotto JJ.A.)
2014 ONCA 391
Appeal dismissed.
August 13, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed.
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit des professions — Pratique du droit ou prestation de services juridiques — Plaideurs non représentés par un
avocat — Le Barreau enquête sur un non-juriste après avoir reçu deux plaintes concernant sa prestation de services
juridiques non autorisés — Le non-juriste fait valoir au Barreau qu’il est visé par la définition de locateur au sens de la
Loi sur la location à usage d’habitation parce qu’il agit comme « représentant personnel » du locateur, si bien qu’il
n’est pas tenu de se conformer au régime de permis applicable aux parajuristes — Le Barreau a demandé une
ordonnance pour interdire au non-juriste de fournir des services juridiques ou de se présenter comme étant capable de
fournir de tels services — La demande du Barreau a été accueillie — Le juge de première instance a conclu que le
non-juriste fournissait des services juridiques et qu’il n’était pas exempté des exigences sur les permis prévues dans la
Loi sur le Barreau — Appel rejeté — Les juridictions inférieures ont-elles eu tort de conclure qu’un non-juriste se
livrait à la pratique du droit ou à la prestation de services juridiques? — Existe-t-il un droit constitutionnel de plaider
soi-même, c’est-à-dire sans être représenté par un avocat? — Existe-t-il un droit de plaider soi-même qui, sans être
constitutionnel, est néanmoins inhérent au système de justice? — Si ce droit existe, quelles limites peuvent y être
imposées, le cas échéant ? — Loi de 2006 sur la location à usage d’habitation , 2006, L.O. 2006, c.17 — Loi sur le
Barreau, L.R.O. 1990, ch. L.8.
- 165 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Le demandeur, M. Chiarelli, exploite une entreprise individuelle appelée « Landlord Services » (« services aux
locateurs »). Par cette entreprise, il fournit aux propriétaires d’immeubles, en contrepartie d’un tarif mensuel fixe, une
gamme étendue de services de gestion immobilière, y compris des comparutions devant la Commission de la location
immobilière (« la Commission »). En 2007, la Loi sur le Barreau, L.R.O. 1990, ch. L.8 a été modifiée pour prévoir la
réglementation des parajuristes par le Barreau du Haut-Canada (« le Barreau »). Avant les modifications apportées à
la loi, M. Chiarelli agissait comme parajuriste. Lorsque la loi a été modifiée, il a demandé qu’on lui délivre un permis
de parajuriste sous le régime d’octroi de permis du Barreau. Toutefois, M. Chiarelli s’est retiré du processus de
délivrance de permis lorsqu’on l’a informé qu’il devait faire l’objet d’une audience visant à déterminer s’il était de
bonnes mœurs. En juillet 2011, le Barreau a entrepris une enquête sur M. Chiarelli après avoir reçu deux plaintes
concernant sa prestation de services juridiques non autorisés. Au cours de son enquête, le Barreau a déterminé que
M. Chiarelli avait comparu à de nombreuses reprises devant la Commission. Monsieur Chiarelli a fait valoir au
Barreau qu’il était visé par la définition de locateur au sens de la Loi sur la location à usage d’habitation parce qu’il
agissait comme « représentant personnel » du locateur. Par conséquent, selon lui, il n’était pas tenu de se conformer
au régime de permis applicable aux parajuristes. Après avoir reçu de nombreuses observations écrites de M. Chiarelli,
le Barreau a présenté une demande en vue d’obtenir une ordonnance permanente lui interdisant de fournir des services
juridiques ou de se présenter comme étant capable de fournir de tels services. La demande du Barreau en vue
d’obtenir une injonction permanente a été accueillie. En rendant cette ordonnance, le juge de première instance a
conclu que M. Chiarelli fournissait des services juridiques et qu’il n’était pas exempté des exigences sur les permis
prévues dans la Loi sur le Barreau. La Cour d’appel a rejeté l’appel.
19 mars 2013
Cour supérieure de justice de l’Ontario
(Juge Goldstein)
2013 ONSC 1428
Octroi d’une injonction permanente empêchant le demandeur
de fournir des services juridiques en Ontario.
14 mai 2014
Cour d’appel de l’Ontario
(Juges Juriansz, Hourigan et Benotto)
2014 ONCA 391
Rejet de l’appel.
13 août 2014
Cour suprême du Canada
Dépôt de la demande d’autorisation d’appel.
36010
Intact, Compagnie d’assurance c. Les Constructions G.S.S. Gauthier 2000 Inc. ET ENTRE
Intact Compagnie d’assurance c. Carmela Scaffidi Argentina, Jacques Lasne et Les
Constructions G.S.S. Gauthier 2000 Inc. (Qc) (Civile) (Autorisation)
Coram :
Les juges Abella, Karakatsanis et Wagner
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéros 500-09023177-124 et 500-09-023176-126, 2014 QCCA 991, daté du 16 mai 2014, est rejetée avec dépens.
Numbers
costs.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal),
500-09-023177-124 and 500-09-023176-126, 2014 QCCA 991, dated May 16, 2014, is dismissed with
- 166 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
CASE SUMMARY
Insurance – Liability insurance – Exclusions – Commercial general liability policy – Coverage provided for defective
work performed by insured company – Whether insurer required to pay cost of replacing defective work – Whether
work constituted [T RANSLAT ION] “loss” or “property damage” within meaning of policy – In alternative, whether
damage was excluded from insurance coverage.
In 2005, the respondents Carmela Scaffidi Argentina and Jacques Lasne (“the owners”) hired the respondent Les
Constructions G.S.S. Gauthier 2000 Inc. (“the builder”) to do some roof construction work. In 2008, water leakage
was found inside the building. The owners eventually sued the roof builder, which called its insurer, the applicant
Intact Insurance Company, in warranty. The damages claimed covered, among other things, the damage caused to the
building by the water leakage and the costs involved in redoing the work. The insurer denied coverage, refused to
defend the builder and refused to indemnify the builder under a commercial general liability policy for the costs
associated with the defective work and the general damage resulting from it.
The Superior Court found the builder liable for the damage sustained by the owners. Tessier J. also found that the
damage was covered by the insurance policy, such that a solidary award had to be made against the bu ilder and its
insurer. The judge also allowed the action in warranty brought by the builder and ordered the insurer to indemnify the
builder in full and to reimburse it for all the expert and other fees incurred to defend the principal action. The Court of
Appeal dismissed the insurer’s appeals.
October 24, 2012
Quebec Superior Court
(Tessier J.)
2012 QCCS 5417
Action against insurer and insured allowed in part;
insured’s action in warranty against insurer allowed
May 16, 2014
Quebec Court of Appeal (Montréal)
(Giroux, Gascon and Bélanger JJ.A.)
500-09-023176-126; 500-09-023177-124;
991
Insurer’s appeals dismissed
2014
QCCA
August 15, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Assurances – Assurance de responsabilité – Exclusions – Police d’assurance couvrant la responsabilité civile des
entreprises – Garantie offerte en regard de travaux défectueux réalisés par l’entreprise assurée – L’assureur est-il tenu
de payer le coût de remplacement des travaux défectueux? – Les travaux constituaient-ils un « sinistre » ou un
« dommage matériel » au sens de la police? – Dans l’alternative, les dommages étaient-ils exclus de la couverture
d’assurance?
En 2005, les intimés Carmela Scaffidi Argentina et Jacques Lasne (« les propriétaires ») confient des travaux de
construction de toiture à l’intimée Les Constructions G.S.S. Gauthier 2000 Inc. (« le constructeur »). En 2008, des
infiltrations d’eau sont constatées à l’intérieur du bâtiment. Les propriétaires poursuivent éventuellement le
constructeur de la toiture, qui appelle en garantie son assureur, la demanderesse Intact Compagnie d’assurance. Les
dommages-intérêts réclamés couvrent notamment les dommages causés au bâtiment par les infiltrations d’eau et les
- 167 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
coûts associés à la reprise des travaux. L’assureur nie couverture, refuse d’assumer la défense du constructeur et
refuse de l’indemniser en vertu d’une police d’assurance de responsabilité des entreprises pour les coûts associés aux
travaux défectueux et les dommages généraux qui en résultent.
La Cour supérieure déclare le constructeur responsable des dommages subis par les propriétaires. La juge Tessier
estime aussi que ceux-ci étaient couverts par la police d’assurance, de sorte qu’une condamnation solidaire contre le
constructeur et son assureur s’imposait. La juge accueille aussi le recours en garantie intenté par le constructeur, et
condamne l’assureur à indemniser entièrement le constructeur et à lui rembourser tous les honoraires et frais d’experts
encourus pour se défendre contre le recours principal. La Cour d’appel rejette les appels de l’assureur.
Le 24 octobre 2012
Cour supérieure du Québec
(La juge Tessier)
2012 QCCS 5417
Action dirigée contre l’assureur et l’assurée accueillie
en partie; Action en garantie dirigée par l’assurée
contre son assureur accueillie
Le 16 mai 2014
Cour d’appel du Québec (Montréal)
(Les juges Giroux, Gascon et Bélanger)
500-09-023176-126; 500-09-023177-124;
991
Appels de l’assureur rejetés
2014
QCCA
Demande d’autorisation d’appel déposée
Le 15 août 2014
Cour suprême du Canada
36013
Association des réalisateurs c. Procureur général du Canada et Société Radio-Canada (Qc)
(Civile) (Autorisation)
Coram :
Les juges Abella, Karakatsanis et Gascon
Conformément au paragraphe 43(1.1) de la Loi sur la Cour suprême, l’affaire à l’origine de la demande
d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-09-022922-124, 2014 QCCA
1068, daté du 27 mai 2014, est renvoyée à la Cour d’appel du Québec pour qu’elle statue en conformité avec les
arrêts Meredith c. Canada (Procureur général) , 2015 CSC 2 et Association de la police montée de l’Ontario c.
Canada (Procureur général), 2015 CSC 1.
Pursuant to subsection 43(1.1) of the Supreme Court Act, the case forming the basis of the application for
leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Number 500-09-022922-124, 2014
QCCA 1068, dated May 27, 2014, is remanded to the Court of Appeal of Quebec for disposition in accordance with
Meredith v. Canada (Attorney General), 2015 SCC 2 and Mounted Police Association of Ontario v. Canada
(Attorney General), 2015 SCC 1.
CASE SUMMARY
Canadian Charter of Rights and Freedoms — Freedom of association — Collective bargaining — Act to restrain the
Government of Canada’s expenditures in relation to employment having effect of limiting pay increases for federal
public sector employees from 2006 to 2011 — Limits set out in Act applying retroactively to collective agreement
entered into by applicant and Canadian Broadcasting Corporation in 2007 — Act having effect of reducing annual
income of affected employees by about 1% compared to amounts negotiated — Quebec Superior Court declaring that
Act contrary to s. 2(d) of Charter and that impugned provisions of no effect against applicant and members
- 168 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
represented by it — Appeal allowed by Federal Court of Appeal — Whether Court of Appeal erred in law in finding
that impugned provisions of Act not contrary to s. 2(d) of Charter — Act to restrain the Government of Canada’s
expenditures in relation to employment, S.C. 2009, c. 2, ss. 16, 19 and 26.
In October 2007, the Association des réalisateurs entered into a collective agreement with the Canadian Broadcasting
Corporation. The agreement, which provided for pay increases, took effect on October 1, 2007 and terminated in
September 2010.
On March 12, 2009, the Act to restrain the Government of Canada’s expenditures in relation to employment ,
S.C. 2009, c. 2 (“Act”), came into force. The Act imposed limits on the pay increases that could be granted to all
federal public sector employees, including employees of Crown corporations like the Canadian Broadcasting
Corporation. The rates of increase set out in the Act also applied to employees whose collective agreement had been
entered into before December 2008, which was the case for the employees represented by the Association. The Act
also stated that any provision of a collective agreement that granted any form of pay increase exceeding the rates set
out in the Act was of no effect. The Association had not been consulted before the Act was passed.
Relying on s. 2(d) of the Charter, the Association brought a motion to institute proceedings for a declaratory
judgment. Through that proceeding, it sought a declaration that certain prov isions of the Act were inapplicable in
relation to its members and a declaration that the Canadian Broadcasting Corporation had an obligation to comply with
the collective agreement entered into in October 2007.
July 11, 2012
(corrected judgment issued on August 10, 2012)
Quebec Superior Court
(Matteau J.)
2012 QCCS 3223
File No. 500-17-050329-096
Motion to institute proceedings for declaratory
judgment allowed; ss. 16, 19 and 26 of Act to restrain
the Government of Canada’s expenditures in relation
to employment, S.C. 2009, c. 2, declared invalid,
constitutionally inapplicable or of no force or effect in
relation to applicant and members of bargaining units
represented by it
May 27, 2014
Quebec Court of Appeal (Montréal)
(Dalphond, Lévesque and Savard JJ.A.)
2014 QCCA 1068
File No. 500-09-022922-124
Appeal allowed; motion for declaratory judgment
dismissed
August 19, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Charte canadienne des droits et libertés — Liberté d’association — Négociation collective — Loi visant à contrôler
les dépenses du gouvernement du Canada à l’égard de l’emploi ayant pour effet de limiter les augmentations salariales
des employés du secteur public fédéral de 2006 à 2011 — Limites prévues par la Loi s’appliquant rétroactivement à la
convention collective conclue entre la demanderesse et la Société Radio -Canada en 2007 — Loi ayant pour effet de
réduire revenus annuels des employés visés d’environ 1 % par rapport aux montants négociés — Cour supérieure du
Québec déclarant que Loi contrevient à l’art. 2(d) de la Charte et que les dispositions contestées sont sans effet à
l’égard de la demanderesse et des membres qu’elle représente — Appel accueilli par la Cour d’appel du Québec — La
Cour d’appel a-t-elle commis une erreur de droit en concluant que les dispositions contestées de la Loi ne
contreviennent pas à l’al. 2d) de la Charte? — Loi visant à contrôler les dépenses du gouvernement du Canada à
- 169 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
l’égard de l’emploi, L.C. 2009, ch. 2, art. 16, 19 et 26.
En octobre 2007, l’Association des réalisateurs a conclu une convention collective avec la Société Radio -Canada.
Cette convention collective, qui prévoyait des augmentations salariales, entrait en vigueur le 1 e octobre 2007 et prenait
fin en septembre 2010.
Le 12 mars 2009 entre en vigueur la Loi visant à contrôler les dépenses du gouvernement du Canada à l’égard de
l’emploi, L.C. 2009, ch. 2 (« Loi »). La Loi impose des limites aux augmentations salariales po uvant être accordées à
l’ensemble des employés du secteur public fédéral, y inclut les employés des sociétés d’État telles que la Société
Radio-Canada. Les taux d’augmentation prévus à la Loi s’appliquent également aux employés dont la convention
collective a été conclue avant décembre 2008, ce qui est le cas des employés représentés par l’Association. La Loi
prévoit également que toute disposition d’une convention collective qui octroie toute forme d’augmentation à la
rémunération qui excède les taux prescrits par la Loi est inopérante. L’Association n’a pas été consultée
préalablement à l’adoption de la Loi.
En se fondant sur l’article 2d) de la Charte, l’Association a intenté une requête introductive d’instance pour jugement
déclaratoire. Par le biais de ce recours, elle réclamait une déclaration d’inapplicabilité de certaines dispositions de la
Loi à l’égard de ses membres ainsi qu’une déclaration vo ulant que la Radio-Canada ait l’obligation de respecter la
convention collective convenue en octobre 2007.
Le 11 juillet 2012
(jugement rectifié émis le 10 août 2012)
Cour supérieure du Québec
(La juge Matteau)
2012 QCCS 3223
No. de dossier 500-17-050329-096
Requête introductive d’instance pour jugement
déclaratoire, accueillie; Articles 16, 19 et 26 de la Loi
visant à contrôler les dépenses du gouvernement du
Canada à l’égard de l’emploi, L.C. 2009, ch. 2,
déclarés invalides, inapplicables constitutionnellement
ou inopérants à l’égard de la demanderesse et des
membres des unités de négociation dont elle représente
Le 27 mai 2014
Cour d’appel du Québec (Montréal)
(Les juges Dalphond, Lévesque et Savard)
2014 QCCA 1068
No. de dossier 500-09-022922-124
Appel accueilli; requête en jugement déclaratoire,
rejetée
Le 19 août 2014
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée
36023
Joël Ifergan v. Société des Loteries du Québec (Que.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Wagner and Gascon JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Number
500-09-023174-121, 2014 QCCA 1114, dated May 30, 2014, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-09023174-121, 2014 QCCA 1114, daté du 30 mai 2014, est rejetée avec dépens.
- 170 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
CASE SUMMARY
Contracts – Consumer Protection – Can public bodies administer their regulations in a manner inconsistent with
consumers’ rights under consumer protection legislation? – Do the remedies under consumer protection legislation
broaden the remedies that would otherwise be available to consumers under gaming regulations? – Do the principles
of contract formation apply to lottery contracts in Canada?
On May 23, 2008, the Applicant went to his local convenience store just before 9pm in order to purchase tickets for
that night’s “Lotto Super 7” draw. He was told by the store employee that there was enough time to make the
purchase before 9pm, but that he had to hurry. The Applicant requested two “Quick Pick” tickets and his selections
were entered into Loto-Québec’s (the Respondent’s) gaming terminal. The clock on the terminal read 8:59pm at that
time. After the tickets printed, the first one indicated that “May 23, 2008” was the date of the draw and the second
ticket indicated that “May 30, 2008” was the date of the draw. The store employee asked the Applicant if he still
wanted to purchase the two tickets. The Applicant said he did and paid for them. That night, the “Lotto Super 7”
winning numbers matched the numbers on the second ticket. The next day, a Loto -Québec retailer informed the
Applicant that he did not have a winning ticket, and the Respondent subsequently confirmed to the Applicant that his
second ticket had been processed by Loto-Québec’s central computer at 9:00:07pm —after the deadline for the
May 23rd draw. The Applicant instituted an action against the Respondent claiming he had a winning ticket.
November 8, 2012
Superior Court of Quebec
(Lalande J.)
No. 500-17-045669-085
2012 QCCS 5600
Applicant’s action dismissed.
May 30, 2014
Court of Appeal of Quebec (Montréal)
(Thibault, Doyon and Dutil JJ.A.)
No. 500-09-023174-121
2014 QCCA 1114
Applicant’s appeal dismissed.
August 28, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed.
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Contrats – Protection du consommateur – Les organismes publics peuvent-ils administrer leurs règlements de façon
incompatible avec les droits conférés aux consommateurs par les lois sur la protection du consommateur? – Les
recours prévus dans les lois sur la protection du consommateur élargissent-ils les recours dont pourraient autrement se
prévaloir les consommateurs en application des règlements sur le jeu? – Les principes de la formation des contrats
s’appliquent-ils aux contrats de loterie au Canada?
Le 23 mai 2008, le demandeur s’est rendu au dépanneur de son quartier peu avant 21 h afin d’acheter des billets de
loterie « Super 7 » pour le tirage qui allait avoir lieu ce soir-là. Le préposé du dépanneur lui a dit qu'il restait assez de
temps pour acheter les billets de loterie avant 21 h, mais qu'il fallait faire vite. Le demandeur a demandé deux billets
« mise-éclair » et ses choix ont été enregistrés dans le terminal de jeu de Loto -Québec (l’intimée). L’horloge du
terminal indiquait alors 20h59. Après l’impression des billets, le premier billet indiquait comme date de tirage « le
23 mai 2008 » et le second billet indiquait comme date de tirage « le 30 mai 2008 ». Le préposé du dépanneur a
- 171 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
demandé au demandeur s’il désirait tout de même acheter les deux billets. Le demandeur lui a répondu par
l’affirmative et il a payé les billets. Ce soir-là, les numéros gagnants de la loterie Super 7 correspondaient aux
numéros apparaissant sur le second billet. Le lendemain, un détaillant de Loto -Québec a informé le demandeur qu’il
n’avait pas de billet gagnant et l’intimée a confirmé par la suite au demandeur que son second billet avait été traité par
l’ordinateur central de Loto-Québec à 21h00:07 — après la fermeture des mises pour le tirage du 23 mai. Le
demandeur a intenté une action contre l’intimée, alléguant avoir un billet gagnant.
8 novembre 2012
Cour supérieure du Québec
(Juge Lalande)
No 500-17-045669-085
2012 QCCS 5600
Rejet de l’action du demandeur.
30 mai 2014
Cour d’appel du Québec (Montréal)
(Juges Thibault, Doyon et Dutil)
No 500-09-023174-121
2014 QCCA 1114
Rejet de l’appel du demandeur.
28 août 2014
Cour suprême du Canada
Dépôt de la demande d’autorisation d’appel.
36027
Rogers Communications Inc. v. City of Châteauguay and Attorney General of Quebec AND
BETWEEN Rogers Communications Inc. v. City of Châteauguay and Attorney General of
Quebec (Que.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Wagner and Gascon JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal),
Numbers 500-09-023781-131and 500-09-023782-139, 2014 QCCA 1121, dated May 30, 2014, is granted with costs
in the cause.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro s 500-09023781-131 et 500-09-023782-139, 2014 QCCA 1121, daté du 30 mai 2014, est accueillie avec dépens selon l’issue
de la cause.
CASE SUMMARY
Constitutional law – Administrative law – Division of powers – Radiocommunication – Interjurisdictional immunity –
Federal paramountcy – Municipality bringing expropriation proceedings and establishing reserve on immovable in
order to find alternative site for construction of telecommunications tower – Whether municipality’s actions interfered
unconstitutionally with federal jurisdiction over radiocommunication – Lawfulness of municipality’s actions –
Whether municipality’s actions were in bad faith or constituted abuse of authority.
After establishing a search area to build a telecommunications tower in Châteauguay, Rogers informed Châteauguay
in March 2008 that it intended to build the tower at 411 Saint-Francis, which it had been renting since December 2007.
Châteauguay initially opposed the project but eventually issued a construction permit. The popu lation of Châteauguay
mobilized, and the public consultation process required by federal standards then resumed. The City proposed an
- 172 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
alternative site that suited Rogers, namely 50 Industriel, but the City first had to expropriate the owner. Faced with a
prolonged contestation, Rogers decided to move forward with 411 Saint -Francis. The City then issued a notice of land
reserve on the 411 Saint-Francis site.
The lawfulness and constitutionality of the notices of expropriation and reserve were contested in the Superior Court.
Perreault J. began by finding that the City had not abused its expropriation authority in relation to 50 Industriel. She
also held that the expropriation of 50 Industriel did not amount to unconstitutional interference with federal
jurisdiction over radiocommunication. However, she found that, by issuing the notice of reserve on 411 Saint-Francis,
the City had acted in bad faith and abused its authority, which made the notice null. The Court of Appeal affirmed the
decision except with respect to the lawfulness of the notice of reserve. In its opinion, when the two notices were
considered together, it had to be concluded that the City had acted for a legitimate municipal purpose, namely
protecting the welfare of its citizens and ensuring the harmonious development of its land.
July 2, 2013
Quebec Superior Court
(Perrault J.)
2013 QCCS 3138
Motions to contest notice of expropriation dismissed;
motion to contest notice of establishment of reserve
allowed
May 30, 2014
Quebec Court of Appeal (Montréal)
(Morissette, Dutil and Léger JJ.A.)
500-09-023781-131; 500-09-023782-139;
1121
Appeal allowed in part; motion to contest notice of
establishment of reserve dismissed
2014
QCCA
August 29, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit constitutionnel – Droit administratif – Partage des compétences – Radiocommunication – Exclusivité des
compétences – Prépondérance fédérale – Municipalité entreprenant des procédures d’expropriation et imposant une
réserve sur un immeuble afin de trouver un site alternatif pour la construction d’une tour de télécommunication – Les
actes posés par la municipalité entravent-ils de manière inconstitutionnelle la compétence fédérale sur la
radiocommunication? – Légalité des actes d’une municipalité – Les actes posés par la municipalité l’ont-ils été de
mauvaise foi ou constituent-ils un abus de pouvoir?
Après avoir établi une aire de recherche pour y construire une tour de télécommunication sur le territoire de
Châteauguay, Rogers informe Châteauguay en mars 2008 de son intention d’implanter la tour au 411 Saint -Francis,
qu’elle loue depuis décembre 2007. Châteauguay s’oppose d’abord au projet mais éventuellement délivre un permis
de construction. La population de Châteauguay se mobilise, puis le processus de consultation publique prescrit par les
normes fédérales est repris. La Ville propose un site alternatif qui conv ient à Rogers, le 50 Industriel, mais elle doit
auparavant exproprier le propriétaire. Face à une contestation qui se prolonge dans le temps, Rogers décide d’aller de
l’avant avec le 411 Saint-Francis. La Ville émet alors un avis de réserve foncière sur le site du 411 Saint-Francis.
La légalité et la constitutionnalité des avis d’expropriation et de réserve sont contestées devant la Cour supérieure. La
juge Perreault estime d’abord qu’à l’égard du 50 Industriel, la Ville n’a pas utilisé son pouvoir d’e xpropriation de
manière abusive. Elle juge aussi que l’expropriation du 50 Industriel ne constitue pas une entrave inconstitutionnelle à
la compétence fédérale en matière de radiocommunication. Toutefois, elle estime qu’en imposant l’avis de réserve sur
le 411 Saint-Francis, la Ville a agi de mauvaise foi et a abusé de son pouvoir, de sorte que cet avis est nul. La Cour
- 173 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
d’appel confirme la décision, sauf pour ce qui est de la légalité de l’avis de réserve. Selon elle, en examinant les deux
avis ensemble, il faut conclure que la Ville a agi pour une fin municipale légitime, soit protéger le bien -être de ses
citoyens et assurer le développement harmonieux de son territoire.
Le 2 juillet 2013
Cour supérieure du Québec
(La juge Perrault)
2013 QCCS 3138
Requêtes en contestation d’un avis d’expropriation
rejetées; Requête en contestation d’un avis
d’imposition de réserve accueillie
Le 30 mai 2014
Cour d’appel du Québec (Montréal)
(Les juges Morissette, Dutil et Léger)
500-09-023781-131; 500-09-023782-139;
1121
Appel accueilli en partie; Requête en contestation d’un
avis d’imposition de réserve rejetée
2014
QCCA
Demande d’autorisation d’appel déposée
Le 29 août 2014
Cour suprême du Canada
36036
Joseph Burnell Head v. Her Majesty the Queen (Man.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Wagner and Gascon JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Manitoba, Number AR 1330-07963, 2014 MBCA 59, dated June 6, 2014, is dismissed without costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Manitoba, numéro AR 13-30-07963,
2014 MBCA 59, daté du 6 juin 2014, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
Criminal Law – Post-offence conduct – Evidence of state of mind – Credibility of accused – Appeal – Whether the
Court of Appeal erred in not deciding on a threshold basis the admissibility of post -offence conduct or in the
alternative not requiring a limiting instruction when other illegal acts could explain post -offence conduct – Whether
post offence conduct evidence should be inadmissible on a threshold ruling if it is more prejudicial than probative –
Whether, upon ruling that evidence that supported accused’s credibility should have been admitted, the Court of
Appeal erred in not finding that only the jury could decide if it was sufficient to raise a reasonable doubt – Whether
the Court of Appeal erred in failing to recognize that the trial judge dealt with accused’s credibility and that his state of
mind went to establishing whether his evidence should be believed – Whether an admonishment to the jury to
disregard evidence of accused’s state of mind created an unfair proceeding – Whether the admonishment implied to
the jury that accused’s story was a fabrication.
Members of rival gangs met one another on the street and a fight broke out. Mr. Head and another member of his
gang, Mr. Spence, testified that they saw the deceased, rival gang member Mr. Beauchamp, reach towards his
waistband and they believed that he was reaching for a gun. Mr. Head was carrying a firearm and fired one fatal shot
into Mr. Beauchamp’s back, he said: “[b]ecause I was really scared, and I thought, I thought he was going to shoot
me”. Other witnesses testified that Mr. Beauchamp never reached for anything, his hands were empty, and his palms
were outward when he was shot. After the first shot, the parties scattered. Mr. Head fired a second shot but no one
- 174 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
was hit. Mr. Head’s group fled to a nearby apartment. Mr. Spence testified that, at the apartment, Mr. Head asked
him: “Did that guy have a gat; he had a gat, eh? And, and I said; I think so, yeah.” The trial judge held that this
statement was inadmissible hearsay and the jury was instructed to disregard it. At the apartment, Mr. Head took a
shower. He later fled to Saskatchewan. Crown counsel argued that Mr. Head’s flight from the scene, his shower, and
his flight to Saskatchewan was post-offence conduct that proved Mr. Head knew he had committed an unlawful killing
and his version of events was not credible. Defence counsel argued that Mr. Head shot Mr. Beauchamp in selfdefence.
September 21, 2012
Court of Queen’s Bench of Manitoba
(Chartier J.)
Conviction by jury of second degree murder
June 6, 2014
Court of Appeal of Manitoba
(Monnin, Burnett, Mainella JJ.A.)
AR 13-30-07963; 2014 MBCA 59
Appeal from conviction dismissed
September 4, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit criminel – Comportement postérieur à l’infraction – Preuve de l’état d’esprit – Crédibilité de l’accusé – Appel –
La Cour d’appel a-t-elle eu tort de ne pas statuer d’abord sur l’admissibilité du comportemen t postérieure l’infraction
ou, subsidiairement, de ne pas avoir exigé de directive limitative alors que d’autres actes illégaux pouvaient expliquer
le comportement postérieur à l’infraction? – La preuve du comportement postérieur à l’infraction devrait-elle être
préliminairement jugée inadmissible si cette preuve est plus préjudiciable que probante? – Lorsqu’elle a statué que la
preuve qui appuyait la crédibilité de l’accusé aurait dû être admise, la Cour d’appel a -t-elle eu tort de ne pas conclure
que seul le jury pouvait décider si cette preuve était suffisante pour soulever un doute raisonnable? – La Cour d’appel
a-t-elle eu tort de ne pas reconnaître que le juge du procès avait traité la crédibilité de l’accusé et que l’état d’esprit de
ce dernier permettait d’établir si son témoignage était digne de foi? – Un avertissement au jury de ne pas tenir compte
de la preuve de l’état d’esprit de l’accusé a-t-il eu pour effet de créer une instance injuste? – L’avertissement laissait-il
entendre au jury que le récit de l’accusé était une fabrication?
Des membres de bandes rivales se sont rencontrés dans la rue et une bagarre a éclaté. Monsieur Head et un autre
membre de sa bande, M. Spence, ont affirmé dans leurs témoignages avoir vu le défunt, M. Beauchamp, un membre
de la bande rivale, porter la main à sa ceinture et ils ont cru qu’il cherchait une arme. Monsieur Head portait une arme
à feu et il a tiré un coup de feu mortel dans le dos de M. Beauchamp, parce que, selon ses dires, [T RADUCT ION]
« j’avais vraiment peur et je croyais, je croyais qu’il allait me descendre ». D’autres témoins ont affirmé que
M. Beauchamp n’avait pas porté la main à quoique ce soit, que ses mains étaient vides et que ses paumes étaient
dirigées vers l’extérieur lorsqu’il a été abattu. Après le premier coup de feu, les parties se sont dispersées. Monsieur
Head a tiré un second coup de feu, mais personne n’a été atteint. Le groupe de M. Head s’est enfui vers un
appartement voisin. Dans son témoignage, M. Spence a affirmé qu’à l’appartement, M. Head lui avait demandé
[T RADUCT ION] « ce type-là avait-il un flingue? Il avait un flingue n’est-ce pas? Et moi j’ai répondu : je crois bien que
oui, ouais ». Le juge du procès a statué que cette déclaration était du ouï-dire inadmissible et il a demandé au jury de
ne pas en tenir compte. À l’appartement, M. Head s’est douché. Il s’est ensuite enfui en Saskatchewan. L’avocat du
ministère public a plaidé que la fuite de M. Head des lieux du crime, sa douche et sa fuite vers la Saskatchewan
constituaient un comportement postérieur de l’infraction qui prouvait que M. Head savait qu’il avait commis un
homicide coupable et que sa version des événements n’était pas crédible. L’avocat de la défense a plaidé que M. Head
- 175 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
avait abattu M. Beauchamp en légitime défense.
21 septembre 2012
Cour du Banc de la Reine du Manitoba
(Juge Chartier)
Déclaration de culpabilité par un jury de meurtre au
deuxième degré
6 juin 2014
Cour d’appel du Manitoba
(Juges Monnin, Burnett et Mainella)
AR 13-30-07963; 2014 MBCA 59
Rejet de l’appel de la déclaration de culpabilité
4 septembre 2014
Cour suprême du Canada
Dépôt de la demande d’autorisation d’appel
36060
Government of the Province of Alberta v. Alberta Union of Provincial Employees (Alta.)
(Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Wagner and Gascon JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Alberta (Edmonton),
Number 1303-0127-A C, 2014 ABCA 197, dated June 17, 2014, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Alberta (Edmonton), numéro 13030127-AC, 2014 ABCA 197, daté du 17 juin 2014, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Charter of Rights – Freedom of expression – Labour relations – Unions – Members of bargaining unit continuing
illegal strike in contravention of directives issued by Alberta Relations Board – Union held in contempt – Further
directives specifying Union required to publish statements encouraging members to return to work – Whether Court of
Appeal decision is fundamentally inconsistent with Canadian labour law – Whether restrictions on bargaining agent
expression in relation to illegal strikes are implicit and explicit in legislation throughout Canada – Whether
contempt proceedings are proper forum to adjudicate merits of an order of an inferior tribunal.
The Alberta Union of Public Employees (“AUPE”) was held in civil contempt for failing to comply with directives
issued by the Alberta Labour Relations Board (the “Board”) with respect to a wildcat strike at several correctional
facilities across the province. On April 26, 2013, several AUPE members, consisting of correctional peace officers
and service workers, walked off their jobs at the Edmonton Remand Centre in response to the suspension of two
AUPE members who voiced health and safety concerns about t heir working conditions. More AUPE members walked
off the job later that day and into the evening at several other correctional facilities. The applicant, Government of
Alberta, filed a complaint with the Board alleging that AUPE violated section 70 of the Public Service Employee
Relations Act, R.S.A. 2000, c P-43 (“PSERA”), which prohibits strikes. The next day, the Board issued a directive
ordering the striking AUPE members to cease their illegal strike and desist from engaging in further strike activity.
The Board further directed AUPE to take steps to notify its striking members of the directive and to “make every
reasonable effort to bring the illegal strike to an end”. The Board directives we re entered as Queen’s Bench Orders
pursuant to the Labour Relations Code, R.S.A. 2000, c L-1 (the “Code”). The wildcat strike again expanded to
numerous other facilities across Alberta, in spite of the Board directive. Alberta brought a further application and the
Board issued three revised directives requiring the employees to cease their illegal strike and to return to work
- 176 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
immediately. Further, AUPE was again directed to notify the employees of the Board directives and their obligation
to comply with them. With the strike action continuing, Alberta brought an application for an order for civil contemp t
and other relief against AUPE.
April 29, 2013
Court of Queen’s Bench of Alberta
(Rooke J.)
Unreported
Union held in contempt of Board directives; court
imposing obligations on union to publish certain
statements and to refrain from publishing other
statements on its website and elsewhere
June 17, 2014
Court of Appeal of Alberta (Edmonton)
(Picard, Veldhuis and Brown JJ.A.)
2014 ABCA 197
Union’s appeal allowed in part; orders
union’s freedom of speech struck
September 12, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
infringing
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Charte des droits – Liberté d’expression – Relations du travail – Syndicats – Des membres d’une unité de négociation
ont poursuivi une grève illégale en contravention à des directives émises par l’Alberta Relations Board – Le syndicat a
été déclaré coupable d’outrage au tribunal – Des directives supplémentaires précisaient que le syndicat devait publier
des déclarations invitant les membres à retourner au travail – Le jugement de la Cour d’appel est-il fondamentalement
incompatible avec le droit canadien du travail? – Les restrictions imposées à l’expression d’un agent négociateur en
lien avec les grèves illégales sont-elles implicites et explicites dans les lois au Canada? – La procédure pour outrage au
tribunal est-elle la bonne instance pour statuer sur le fond de l’ordonnance d’un tribunal inférieur?
L’Alberta Union of Public Employees (« AUPE ») a été déclaré coupable d’outrage au tribunal au civil pour non respect des directives émises par l’Alberta Labour Relations Board (« la Commission ») relativement à une grève
sauvage à plusieurs établissements correctionnels à l’échelle de la province. Le 26 avril 2013, plusieurs membres de
l’AUPE – des agents de la paix correctionnels et des préposés aux services – ont débrayé au centre de détention
provisoire d’Edmonton en réaction à la suspension de deux me mbres de l’AUPE qui avaient exprimé des
préoccupations relatives à la santé et la sécurité touchant leurs conditions de travail. D’autres membres de l’AUPE ont
débrayé plus tard ce jour-là et dans la soirée à plusieurs autres établissements correctionnels . Le gouvernement de
l’Alberta demandeur a déposé une plainte à la Commission, alléguant que l’AUPE avait violé l’article 70 de la Public
Service Employee Relations Act, R.S.A. 2000, ch P-43 (« PSERA »), qui interdit les grèves. Le lendemain, la
Commission a émis une directive ordonnant aux membres en grève de l’A UPE de mettre fin à leur grève illégale et de
ne se livrer à aucune autre activité de grève. En outre, la Commission a ordonné à l’AUPE de prendre des mesures
pour aviser ses membres en grève de la directive et [ T RADUCT ION] « de faire tous les efforts raisonnables pour mettre
fin à la grève illégale ». Les directives de la Commission ont été inscrites en tant qu’ordonnances de la Cour du Banc
de la Reine en application du Labour Relations Code, R.S.A. 2000, ch. L-1 (le « Code »). La grève sauvage s’est de
nouveau répandue à de nombreux autres établissements en Albert a, malgré la directive de la Commission. L’Alberta a
présenté une autre demande et la Commission a émis trois directives révisées obligeant les employés à cesser leur
grève illégale et à retourner au travail immédiatement. En outre, l’AUPE a de nouveau é té enjointe d’aviser les
employés des directives de la Commission et de leur obligation de s’y conformer. Devant la poursuite des activités de
grève, l’Alberta a présenté une demande en vue d’obtenir un verdict d’outrage au tribunal civil et d’autres mesu res de
redressement contre l’AUPE.
- 177 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
29 avril 2013
Cour du Banc de la Reine de l’Alberta
(Juge Rooke)
Non publié
Jugement déclarant le syndicat coupable d’outrage au
tribunal pour non-respect des directives de la
Commission; jugement imposant au syndicat les
obligations de publier certaines déclarations et de ne
pas publier d’autres déclarations sur son site Web et
ailleurs
17 juin 2014
Cour d’appel de l’Alberta (Edmonton)
(Juges Picard, Veldhuis et Brown)
2014 ABCA 197
Jugement accueillant en partie l’appel du syndicat;
radiation des ordonnances qui violent la liberté
d’expression du syndicat
12 septembre 2014
Cour suprême du Canada
Dépôt de la demande d’autorisation d’appel
36076
Lawyers’ Professional Indemnity Company v. Simpson Wigle Law LLP, Mary Catherine
Wigle, as Estate Trustee of the Estate of Francis Wigle, deceased, and Paul Milne (Ont.)
(Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Wagner and Gascon JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C58202,
2014 ONCA 492, dated June 25, 2014, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C58202, 2014 ONCA
492, daté du 25 juin 2014, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Insurance — Liability insurance — Related-acts clauses — Law firm insured under a policy of insurance issued by
Lawyers’ Professional Indemnity Company — Insurance policy has a limit of liability of $1 million per claim —
Application judge finding underlying action against law firm constituted a single claim — Court of Appeal allowing
appeal and finding claim disclosed more than one claim ― When do multiple allegations of errors, omissions, or
negligent acts constitute a single “related” claim for purposes of interpreting related -acts language in lawyer and other
professional liability insurance policies — Should an insured be permitted to circumvent an unambiguous exclusion
clause by re-casting and re-characterizing remedies sought in a court pleading or should pleadings be interpreted on
their face as particularized — Whether the equitable remedy of disgorgement is different than the remedy of
compensatory damages?
The respondent, Simpson Wigle Law LLP (“Simpson Wigle”) is a law firm that is insured under a policy of insurance
issued by the applicant, the Lawyers’ Professional Indemnity Company (“LawPro”). The LawPro insurance policy
has a limit of liability of $1 million per claim, with an aggregate limit of $2 million.
The respondents brought an application for a declaration that the allegations in an underlying action against them
constituted two separate claims under the Policy, rather than a single claim. A statement of claim and an amended
statement of claim have been filed in the underlying action.
The application judge found the Statement of Claim constituted one claim for the purposes of the Policy. The Court of
- 178 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Appeal allowed the appeal and declared that the Statement of Claim discloses more than one claim.
December 20, 2013
Ontario Superior Court of Justice
(Edwards J.)
2013 ONSC 7766
Statement of Claim contains one claim.
June 25, 2014
Court of Appeal for Ontario
(Gillese, van Rensburg and Hourigan JJ.A.)
2014 ONCA 492
File No.: C58202
Appeal allowed. Judgment of Edwards J. set aside and
application for declaratory relief granted. Statement of
claim discloses more than one claim.
September 24, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed.
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Assurance — Assurance responsabilité — Clauses relatives aux actes liés — Un cabinet d’avocats est assuré en vertu
d’une police d’assurance établie par Lawyers’ Professional Indemnity Company — La police d’assurance a une limite
de responsabilité d’un million de dollars par réclamation — Le juge de première instance a conclu que l’action sous jacente intentée contre le cabinet d’avocats constituait une seule réclamation — La Cour d’appel a accueilli l’appel et a
conclu que la demande révélait plus d’une réclamation — Dans quelles situations de multiples allégations d’erreurs,
d’omissions ou d’actes de négligence constituent-elles une réclamation unique « liée » aux fins de l’interprétation
d’une clause relative aux actes liés dans les polices d’assurance responsabilit é professionnelle des avocats et des
membres d’autres professions? — Doit-on permettre à un assuré d’échapper à une clause d’exclusion non ambigüe en
reformulant et en requalifiant les réparations demandées dans un acte de procédure ou doit -on plutôt interpréter les
actes de procédure textuellement, selon ce qui est précisé? — Le recours en restitution fondé sur l’equity est-il
différent du recours en dommages -intérêts compensatoires?
L’intimé, Simpson Wigle Law LLP (« Simpson Wigle ») est un cabinet d’avocats assuré en vertu d’une police
d’assurance établie par la demanderesse Lawyers’ Professional Indemnity Company (« LawPro »). La police
assurance LawPro a une limite de responsabilité d’un million de dollars par réclamation et une limite globale de
2 millions de dollars.
Les intimés ont demandé un jugement déclarant que les allégations dans une action sous -jacente intentée contre eux
constituaient deux réclamations distinctes aux termes de la police, plutôt qu’une seule réclamation. Une déclaratio n et
une déclaration modifiée ont été déposées dans l’action sous -jacente.
Le juge de première instance a conclu que la déclaration constituait une seule réclamation aux fins de la police. La
Cour d’appel a accueilli l’appel et a statué que la déclaration révélait plus d’une réclamation.
20 décembre 2013
Cour supérieure de justice de l’Ontario
(Juge Edwards)
2013 ONSC 7766
Jugement statuant que la déclaration ne renferme
qu’une seule réclamation.
- 179 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
25 juin 2014
Cour d’appel de l’Ontario
(Juges Gillese, van Rensburg et Hourigan)
2014 ONCA 492
No du greffe C58202
Jugement accueillant l’appel. Annulation du jugement
du juge Edwards et jugement accueillant la demande
de jugement déclaratoire. Jugement statuant que la
déclaration révèle plus d’une réclamation.
24 septembre 2014
Cour suprême du Canada
Dépôt de la demande d’autorisation d’appel.
36088
Noël Ayangma v. Canada Health Infoway Inc. and Anne Nicholson, a Human Rights Panel
appointed Pursuant to s. 26 of the Human Rights Act, R.S.P.E.I. 1988, c. H-12, Prince Edward
Island Human Rights Commission (P.E.I.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Abella, Karakatsanis and Wagner JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Prince Edward Island Court of Appeal, Number
S1-CA-1270, 2014 PECA 13, dated July 18, 2014, is dismissed with costs to the respondent Canada Health Infoway
Inc.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d'appel de l’Île-du-Prince-Édouard, numéro S1-CA1270, 2014 PECA 13, daté du 18 juillet 2014, est rejetée avec dépens en faveur de l’intimée Inforoute Santé du
Canada Inc.
CASE SUMMARY
Administrative law — Judicial review — Procedure — Evidence — Prince Edward Island Human Rights Tribunal —
Discrimination on the basis of race — Stare decisis — Whether the Court of Appeal required direct evidence of
discrimination — Whether the Court of Appeal erred in upholding the decision that the rules of stare decisis do not
apply to tribunals dealing with quasi-constitutional issues — Whether the Court of Appeal erred in upholding the
judicial review judge’s decision to accept the panel’s decision not to hear Mr. Ayangma on evidence submitted to the
panel after the hearing concluded.
Mr. Ayangma applied for employment for the senior position of Program Director Telehealth with Infoway, a not-forprofit corporation created following a study carried out by the Canadian provincial, territorial and federal first
ministers in 2000 to foster an accelerate the development and use of a pan -Canadian electronic health record network.
Although Mr. Ayangma was asked to apply for the position by a search firm, Infoway’s interviewer concluded that
Mr. Ayangma was not qualified for the position.
As Mr. Ayangma is black and the successful candidate is white, Mr. Ayangma filed a complaint with the Prince
Edward Island Human Rights Commission alleging that Infoway had discriminated against him in a matter of
employment on the basis of his colour and his ethnic or national origin. After years of interlocutory proceedings
regarding jurisdiction, a panel was appointed. During the hearing, the panel directed Infoway to file documentation on
the composition of its workforce. It filed the information as ordered. The panel found that Mr. Ayangma had made
out a prima facie case, but concluded that Infoway had not hired Mr. Ayangma for the position because he did not
have the necessary qualifications, experience with large projects, or skills to carry out that senior position.
Mr. Ayangma did not apply for reconsideration of that decision. His application for judicial review was dismissed, as
was his subsequent appeal.
- 180 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
April 29, 2013
Supreme Court of Prince Edward Island
Trial Division
(Mitchell J.)
2013 PESC 7
Application for judicial review dismissed
July 18, 2014
Prince Edward Island Court of Appeal
(Jenkins, Murphy, Key JJ.A.)
2014 PECA 13
Appeal dismissed
September 24, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit administratif — Contrôle judiciaire — Procédure — Preuve — Tribunal des droits de la personne de l’Île-duPrince-Édouard — Discrimination fondée sur la race — Stare decisis — La Cour d’appel a-t-elle exigé une preuve
directe de discrimination? — La Cour d’appel a-t-elle commis une erreur en confirmant la décision selon laquelle les
règles du stare decisis ne s’appliquent pas aux tribunaux saisis de questions quasi constitutionnelles? — La Cour
d’appel a-t-elle commis une erreur en confirmant la décision dans laquelle le juge chargé du contrôle judiciaire
souscrit à la décision de la membre instructrice de ne pas enten dre M. Ayangma sur le fondement d’une preuve lui
ayant été soumise après la clôture de l’audience?
M. Ayangma a soumis sa candidature au poste hiérarchique élevé de directeur de programme, télésanté, auprès
d’Inforoute, une société sans but lucratif constituée à la suite d’une étude menée par les premiers ministres du Canada
en 2000 en vue de favoriser et d’accélérer l’établissement et l’utilisation d’un réseau national de dossiers de santé
électroniques. Bien que ce soit une société de recherche qui ait demandé à M. Ayangma de postuler pour cet emploi, la
personne chargée de mener l’entrevue chez Inforoute a conclu qu’il n’était pas qualifié pour le poste.
Comme M. Ayangma est de race noire et que le candidat retenu est de race blanche, M. Ayangma a déposé une plainte
auprès de la commission des droits de la personne de l’Île-du-Prince-Édouard, alléguant qu’Inforoute a fait preuve
envers lui de discrimination en matière d’emploi du fait de sa couleur et de son origine ethnique ou nationale. Après
des années de procédures interlocutoires sur la question de la compétence, une membre instructrice a été nommée.
Durant l’audience, celle-ci a ordonné à Inforoute de produire des documents sur la composition de son effectif. La
société a produit les renseignements exigés. La membre instructrice a conclu que M. Ayangma avait établi une preuve
prima facie, mais qu’Inforoute ne l’avait pas engagé pour les raisons suivantes : il n’avait pas les qualifications
nécessaires, il ne possédait aucune expérience dans les projets de grande envergure et il n’avait pas les compétences
requises pour occuper ce poste hiérarchique élevé. M. Ayangma n’a pas sollicité le réexamen de cette décision. Sa
demande de contrôle judiciaire a été rejetée, tout comme son appel subséque nt.
29 avril 2013
Cour suprême de l’Île-du-Prince-Édouard
Section de première instance
(Juge Mitchell)
2013 PESC 7
Rejet de la demande de contrôle judiciaire
- 181 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
18 juillet 2014
Cour d’appel de l’Île-du-Prince-Édouard
(Juges Jenkins, Murphy et Key)
2014 PECA 13
Rejet de l’appel
24 septembre 2014
Cour suprême du Canada
Dépôt de la demande d’autorisation d’appel
36089
Noël Ayangma v. Public Service Alliance of Canada, and Prince Edward Island Human
Rights Commission (P.E.I.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Abella, Karakatsanis and Wagner JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Prince Edward Island Court of Appeal, Number
S1-CA-1287, 2014 PECA 15, dated July 23, 2014, is dismissed with costs to the respondent Public Service Alliance
of Canada.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d'appel de l’Île-du-Prince-Édouard, numéro S1-CA1287, 2014 PECA 15, daté du 23 juillet 2014, est rejetée avec dépens en faveur de l’intimée Alliance de la fonction
publique du Canada.
CASE SUMMARY
Administrative law — Judicial review — Prince Edward Island Human Rights Tribunal — Discrimination in
employment based on colour, race, and ethnic or national origin — Stare decisis — Whether the Court of Appeal erred
in law, seriously departed from the well-established rules of law and jurisprudence, and has repeatedly exceeded its
jurisdiction in upholding the decision on judicial review, which affirmed the Chairperson’s decision, which concurred
with the Executive Director’s decision, which clearly ignored the law dealing with discrimination and the evidence
before him — Whether it also erred and exceeded its jurisdiction when it upheld the decision on judicial review, which
clearly usurped the selection committee’s authority to set out the passing or qua lifying mark or marks for any given
selection process — Whether the Court of Appeal departed from the settled jurisprudence and thereby exceeded its
jurisdiction by weighing and resolving conflicting evidence in favour of the Employer — Whether the Court of Appeal
departed from the settled jurisprudence and thereby exceeded its jurisdiction in awarding unjustified punitive costs
against the Applicant.
Mr. Ayangma applied for six advertised vacancies with the union employer the Public Service Alliance of Canada.
PSAC conducted an interview process and concluded that Mr. Ayangma did not qualify for any of the positions. It
filled three of the positions internally, and, for the other three positions, his test results were not adequate and he did
not perform well in the facilitation exercise. Mr. Ayangma filed a human rights complaint with the Prince Edward
Island Human Rights Commission alleging discrimination in employment based on colour, race, and ethnic or national
origin.
The Commission dismissed the complaint and confirmed that decision on review. Mr. Ayangma’s application for
judicial review was dismissed, as was his subsequent appeal.
- 182 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
November 19, 2013
Supreme Court of Prince Edward Island, Trial Division
(Campbell J.)
2013 PESC 26
Application for judicial review dismissed
July 23, 2014
Prince Edward Island Court of Appeal
(Jenkins, Murphy, Mitchell JJ.A.)
2014 PECA 15
Appeal dismissed
September 24, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit administratif — Contrôle judiciaire— Tribunal des droits de la personne de l’Île-du-Prince-Édouard —
Discrimination en matière d’emploi fondée sur la couleur, la race et l’origine ethnique ou nationale — Stare decisis —
La Cour d’appel a-t-elle commis une erreur de droit, sérieusement dérogé aux règles juridiques et jurisprudentielles
bien établies et outrepassé à plusieurs reprises sa compétence en confirmant la décision rendue en contrôle judiciaire,
laquelle confirme la décision du président de souscrire à la conclusion du directeur administratif, celui-ci n’ayant
clairement pas tenu compte des règles de droit relatives à la discrimination et de la preuve dont il disposait? — La
Cour d’appel a-t-elle également commis une erreur et outrepassé sa compétence en confirmant la décision rendue en
contrôle judiciaire, laquelle usurpe clairement le pouvoir du comité de sélection d’établir la ou les notes
d’admissibilité ou de passage dans un processus de sélection donné? — La Cour d’appel a-t-elle dérogé à la
jurisprudence établie et de ce fait outrepassé sa compétence en appréciant des éléments de preuve contradictoires et en
se prononçant sur ceux-ci de manière favorable à l’employeur? — La Cour d’appel a-t-elle dérogé à la jurisprudence
établie et de ce fait outrepassé sa compétence en condamnant le demandeur à des dépens punitifs injustifiés?
M. Ayangma a posé sa candidature à six postes vacants annoncés du syndicat employeur l’Alliance de la Fonction
publique du Canada (l’AFPC). Après lui avoir fait passer une entrevue, l’AFPC a conclu que M. Ayangma n’était
qualifié pour aucun de ces postes. Elle a doté trois des postes à l’interne; pour ce qui est des trois autres postes, ses
résultats d’examen n’étaient pas satisfaisants et il n’avait pas obtenu de bons résultats dans l’exercice de facilitation.
M. Ayangma a déposé une plainte concernant les droits de la personne auprès de la commission des droits de la
personne de l’Île-du-Prince-Édouard, alléguant avoir été victime de discrimination en matière d’emploi du fait de sa
couleur, de sa race et de son origine ethnique ou nationale.
La Commission a rejeté la plainte et confirmé la décision après examen de celle -ci. La demande de contrôle judiciaire
de M. Ayangma a été rejetée, tout comme son appel subséquent.
19 novembre 2013
Cour suprême de l’Île-du-Prince-Édouard Section de
première instance
(Juge Campbell)
2013 PESC 26
Rejet de la demande de contrôle judiciaire
23 juillet 2014
Cour d’appel de l’Île-du-Prince-Édouard
(Juges Jenkins, Murphy et Mitchell)
2014 PECA 15
Rejet de l’appel
- 183 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Dépôt de la demande d’autorisation d’appel
24 septembre 2014
Cour suprême du Canada
36091
Shiv Chopra and Margaret Haydon v. Attorney General of Canada (F.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Rothstein, Cromwell and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Federal Court of Appeal, Number A-239-13,
2014 FCA 179, dated July 17, 2014, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel fédérale, numéro A -239-13, 2014 FCA 179,
daté du 17 juillet 2014, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Administrative law – Judicial review – Boards and tribunals – Office of the Public Sector Integrity Commissioner –
Legislation – Interpretation – What principles of statutory interpretation apply to the Public Servants Disclosure
Protection Act, S.C. 2005, c. 46 (“PSDPA”) – Can the exercise of discretion by a Minister under regulatory legislation
constitute wrongdoing under the PSDPA – What is the proper interpretation of paragraph 24(1)(e) of the PSDPA –
What is the role of the public interest when the Office of the Public Sector Integrity Commissioner (the
“Commissioner”) decides whether to investigate a disclosure of wrongdoing or an allegation of reprisal under the
PSDPA.
The applicants were drug evaluators at Health Canada, evaluating drug submissio ns filed by manufacturers applying
for Notices of Compliance (“NOCs”) to market veterinary drug products in accordance with the Food and Drugs Act,
R.S.C. 1985, c. F-27 (the “FDA”) and Food and Drug Regulations, C.R.C. c. 870 (the “Regulations”). In 2002, the
applicants filed a complaint against their employer with the Public Service Integrity Officer alleging that: 1) NOCs
for eight products were issued without human safety data, contrary to the FDA and the Regulations; 2) drug evaluators
were pressured by supervisors to pass or maintain veterinary drugs without required human safety data; and 3) drug
evaluators faced disciplinary action if they did not follow management’s instructions to favour the pharmaceutical
lobby in the approval process. An investigator concluded that the allegations were unfounded. In a reconsideration of
that decision rendered in October 2009, the Commissioner determined that since “all three allegations relate to a
scientific, societal and public policy debate”, the most appropriate course was to cease the investigation pursuant to
para. 24(1)(e) of the PSDPA. That provision enables the Commissioner to cease an investigation if she is of the
opinion that its subject matter “relates to a matter that results from a balanced and in formed decision-making process
on a public policy issue”. As part of an overall review of files a new Commissioner decided in January 2012 not to
reopen the applicants’ file as his predecessor had acted reasonably. The Federal Court dismissed an applicat ion for
judicial review of the January 2012 Decision, and the Federal Court of Appeal dismissed the appeal.
June 12, 2013
Federal Court
(Scott J.)
2013 FC 644
Application for judicial review of January 31, 2012
decision of the Public Sector Integrity Commissioner,
dismissed
- 184 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
July 17, 2014
Federal Court of Appeal
(Dawson, Trudel and Near JJ.A.)
2014 FCA 179; A-239-13
Appeal dismissed
September 26, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit administratif – Contrôle judiciaire – Organismes et tribunaux administratifs – Commissariat à l’intégrité du
secteur public – Législation – Interprétation – Quels principes d’interprétation des lois s’appliquent à la Loi sur la
protection des fonctionnaires divulgateurs d'actes répréhensibles, L.C. 2005, ch. 46 (« LPFDAR »)? – L’exercice d’un
pouvoir discrétionnaire par un ministre en application d’une loi de réglementation constitue -t-il un acte répréhensible
au sens de la LPFDAR? – Comment faut-il interpréter l’alinéa 24(1)e) de la LPFDAR? – Quel rôle joue l’intérêt public
lorsque le commissaire à l’intégrité du secteur public (le « commissaire ») décide, sous le régime de la LPFDAR, de
faire enquête sur une divulgation d’acte répréhensible ou une allégation de représailles?
Les demandeurs étaient évaluateurs de médicaments à Santé Canada, chargés de l’évaluation des présentations de
médicaments déposées par les fabricants qui demandent des avis de conformité (« AC ») pour commercialiser des
médicaments vétérinaires, conformément à la Loi sur les aliments et drogues, L.R.C. 1985, ch. F-27 (la « LAD ») et
au Règlement sur les aliments et drogues, C.R.C., ch. 870 (le « Règlement »). En 2002, les demandeurs ont déposé
contre leur employeur, devant l’agent de l’intégrité de la fonction publique, une plainte basée sur les allégations
suivantes : 1) les AC pour huit produits ont été délivrés en l’absence de données sur l’innocuité pour les humains,
contrairement aux dispositions de la LAD et du Règlement; 2) des évaluateurs de médicaments subissaient les
pressions des superviseurs qui voulaient approuver ou laisser sur le marché des médicaments vétérinaires en l’absence
des données requises sur l’innocuité pour les humains; 3) des évaluateurs de médicaments risquaient de se voir
imposer des mesures disciplinaires s’ils ne suivaient pas les instructions de la direction pour favoriser le lobby
pharmaceutique dans le cadre du processus d’approbation. Un enquêteur a conclu qu’aucune de ces allégations n’était
fondée. Dans un réexamen de cette décision rendue en octobre 2009, la commissaire a conclu que, parce que
[T RADUCT ION] « les trois allégations avaient toutes trait à un débat scientifique, sociétal et d’orientation », il valait
mieux mettre fin à l’enquête en application de l’al. 24(1)e) de la LPFDAR. Cette disposition permet au commissaire de
ne pas poursuivre une enquête s’il est d’avis « que les faits visés par la divulgation ou l’enquête résultent de la mise en
application d’un processus décisionnel équilibré et informé ». Dans le cadre d’un examen général des dossiers, un
commissaire différent a décidé en janvier 2012 de ne pas rouvrir le dossier des demandeurs, puisque sa prédécesseure
avait agi raisonnablement. La Cour fédérale a rejeté la demande de contrôle judiciaire de la décision rendue en janvier
2012 et la Cour d’appel fédérale a rejeté l’appel.
12 juin 2013
Cour fédérale
(Juge Scott)
2013 FC 644
Rejet de la demande de contrôle judiciaire de la
décision rendue le 31 janvier 2012 par le commissaire
à l’intégrité du secteur public
17 juillet 2014
Cour d’appel fédérale
(Juges Dawson, Trudel et Near)
2014 FCA 179; A-239-13
Rejet de l’appel
- 185 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Dépôt de la demande d’autorisation d’appel
26 septembre 2014
Cour suprême du Canada
36097
Boutique du Foyer de Saint-Hyacinthe Inc. c. Promutuel Bagot, Société mutuelle d'assurance
générale, Diane Villeneuve et André Beauregard (Qc) (Civile) (Autorisation)
Coram :
Les juges Abella, Karakatsanis et Wagner
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-09023196-124, 2014 QCCA 1314, daté du 4 juillet 2014, est rejetée sans dépens.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Number
500-09-023196-124, 2014 QCCA 1314, dated July 4, 2014, is dismissed without costs.
CASE SUMMARY
Insurance law – Liability insurance – Causal link – Presumption of causation applicable under Morin v. Blais, [1997] 1
S.C.R. 570, where breach of elementary standard of care is immediately followed by accident which standard was
expressly designed to prevent – Fire occurring nearly two years after breach of standard in question – Whether Court
of Appeal erred in concluding that breach was “immediately followed” by damage.
In 2004, the respondents Ms. Villeneuve and Mr. Beauregard hired Boutique du foyer de Saint-Hyacinthe Inc. (the
applicant) to install a chimney and slow combustion fireplace in their residence. In 2006, a fire destroyed the
immovable. After indemnifying the respondents Ms. Villeneuve and Mr. Beauregard, the respondent Promutuel Bagot
brought an action in subrogation against the applicant. The respondents argued that the applicant was responsible for
the fire because it had breached an elementary standard of care when installing the fireplace, namely the standard
requiring two inches of clearance between a chimney and combustible materials. The applicant argued that the fire
was instead attributable to a short circuit in one of the electrical cables in the attic.
The Superior Court dismissed the action. Morrison J. found that the applicant had committed a fault by breaching an
elementary standard of care but that the evidence did not make it possible to determine the source of the fire and
therefore to link the fire to the applicant’s fault. He found that the presumption of causation recognized in Morin did
not apply. The Court of Appeal allowed the appeal, finding that the presumption of causation applied and that the
expression “immediately followed” used in Morin meant that the injury had to be “an immediate and direct
consequence” of the fault within the meaning of art. 1607 C.C.Q. The fact that the fire occurred two years after the
installation of the fireplace had no impact on the presumed causal link in this case, and the evidence required the trial
judge to conclude that the fire would not have occurred without the applicant’s fault.
November 9, 2012
Quebec Superior Court
(Morrison J.)
2012 QCCS 5629
Motion to institute proceedings dismissed
July 4, 2014
Quebec Court of Appeal (Montréal)
(Dalphond, Bouchard and Vauclair JJ.A.)
2014 QCCA 1314; 500-09-023196-124
Appeal allowed
- 186 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
September 30, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit des assurances – Assurance responsabilité – Lien de causalité – Présomption de causalité applicable en vertu de
l’arrêt Morin c. Blais, [1997] 1 R.C.S. 570, lorsque la contravention à une norme élémentaire de prudence est
immédiatement suivie d’un accident dommageable que la norme avait justement pour but de prévenir – Incendie
survenu près de deux ans après la contravention à la norme en question – La Cour d’appel a-t-elle eu tort de conclure
que la contravention avait été « immédiatement suivie » par le dommage?
En 2004, les intimés Villeneuve et Beauregard retiennent les services de Boutique du foyer de Saint -Hyacinthe Inc. (la
demanderesse) afin qu’elle installe une cheminée et un foyer à combustion lente dans leur résidence. En 2006, un
incendie ravage l’immeuble. Après avoir indemnisé les intimés Villeneuve et Beauregard, l’intimé Promutuel Bagot
exerce un recours subrogatoire contre la demanderesse. Les intimés plaident que la demanderesse est responsable de
l’incendie, car elle n’a pas respecté une norme élémentaire de prudence lors de l’installation du foyer. Selon cette
norme, il doit y avoir un dégagement de deux pouces entre une cheminée et des matériaux combustibles. La
demanderesse soutient plutôt que l’incendie est attribuable à un court-circuit dans l’un des câbles électriques de
l’entretoit.
La Cour supérieure rejette le recours. Le juge Morrison reconnaît que la demanderesse a commis une faute en
contrevenant à une norme élémentaire de prudence. Toutefois, il considère q ue la preuve ne permet pas de déterminer
la source de l’incendie, et par conséquent, de relier celle-ci à la faute de la demanderesse. Il considère que la
présomption de causalité reconnue dans l’arrêt Morin ne s’applique pas. La Cour d’appel accueille l’appel. La Cour
d’appel considère que la présomption de causalité s’applique, et que l’expression « immédiatement suivie » employée
dans l’arrêt Morin signifie que le préjudice doit être « une suite immédiate et directe » de la faute au sens de
l’art. 1607 C.c.Q. Le fait que l’incendie ait eu lieu deux ans après l’installation du foyer n’a aucun impact sur le lien
de causalité présumé en l’espèce, et la preuve obligeait le première juge à conclure que l'incendie ne serait pas survenu
en l'absence de la faute de la demanderesse.
Le 9 novembre 2012
Cour supérieure du Québec
(Le juge Morrison)
2012 QCCS 5629
Requête introductive d’instance rejetée
Le 4 juillet 2014
Cour d’appel du Québec (Montréal)
(Les juges Dalphond, Bouchard et Vauclair)
2014 QCCA 1314; 500-09-023196-124
Appel accueilli
Le 30 septembre 2014
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel déposée
- 187 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
36103
Steven Boone v. Ministry of Community Safety and Correctional Services and Her Majesty
the Queen (Ont.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Rothstein, Cromwell and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C58393,
2014 ONCA 515, dated July 3, 2014, is dismissed without costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C58393, 2014 ONCA
515, daté du 3 juillet 2014, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
Administrative law — Prisons — Procedural fairness — Habeas corpus — Ministry of Correctional Services Act,
R.R.O. 1990, Reg. 778 — Prior to placing a prisoner in segregation due to the risk of transmitting HIV, do
correctional authorities have a duty to consult with medical staff and assess the individual’s degree of infectiousness?
— What rights to procedural fairness does a prisoner have in respect of segregation decisions and reviews? — When
can court overlook procedural fairness violations in the context of a habeas corpus application brought by an inmate
held in segregation? — Regulation 778, R.R.O. 1990, s. 34.
The applicant is incarcerated at the Ottawa Carleton Detention Centre while he waits sentencing on attempted murder
and other convictions. He has been held in segregation since the end of May 2013, and has brought an application for
habeas corpus asking to be placed in the general prison population with a cellmate. The institution justified the
segregation on the basis that the applicant, who is HIV positive, posed a security risk. The application judge found
that the applicant had been denied procedural fairness in the manner in which the segregation was established and
maintained, but denied the remedy sought, and ordered the Superintendent to continue to offer the proposals. The
Court of Appeal dismissed the appeal.
January 16, 2014
Ontario Superior Court of Justice
(Smith J.)
Neutral citation: 2014 ONSC 370
Application for habeas corpus dismissed
July 3, 2014
Court of Appeal for Ontario
(MacPherson, Blair and Pepall JJ.A.)
Neutral citation: 2014 ONCA 515
Appeal dismissed
September 29, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit administratif — Prisons — Équité procédurale — Habeas corpus — Loi sur le ministère des Services
correctionnels, L.R.O. 1990, Règl. 778 — Les autorités correctionnelles ont-elles l’obligation de consulter le
personnel médical et de faire évaluer le degré d’infectiosité d’un prisonnier avant de le placer en isolement à cause du
risque de transmission du VIH? — Quel est le droit d’un prisonnier à l’équité procédurale concernant les décisions et
contrôles en matière d’isolement? — Quand le tribunal peut-il faire abstraction des entorses à l’équité procédurale
- 188 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
dans le contexte d’une demande d’habeas corpus présentée par un détenu placé en isolement? — Règlement 778,
R.R.O. 1990, art. 34.
Le demandeur est incarcéré au Centre de détention d’Ottawa-Carleton en attendant sa sentence pour tentative de
meurtre et d’autres infractions dont il a été déclaré coupable. Il est en isolement depuis la fin mai 2013 et il a présenté
une demande d’habeas corpus en vue d’être réuni avec ses pairs et d’avoir un compagnon de cellule. L’institution a
justifié l’isolement en soutenant que le demandeur, séropositif, constitue un danger pour la sécurité. Le juge saisi de la
demande a conclu que le demandeur n’avait pas bénéficié de l’équité procédurale co mpte tenu de la manière dont
l’isolement avait été décrété et maintenu, mais il lui a refusé la réparation sollicitée et ordonné au surintendant de
continuer à offrir les propositions. La Cour d’appel a rejeté l’appel.
16 janvier 2014
Cour supérieure de justice de l’Ontario
(Juge Smith)
Référence neutre : 2014 ONSC 370
Rejet de la demande d’habeas corpus
3 juillet 2014
Cour d’appel de l’Ontario
(Juges MacPherson, Blair et Pepall)
Référence neutre : 2014 ONCA 515
Rejet de l’appel
29 septembre 2014
Cour suprême du Canada
Dépôt de la demande d’autorisation d’appel
36110
Gandhi Jean Pierre c. Agence des services frontaliers du Canada (C.F.) (Civile) (Autorisation)
Coram :
Les juges Abella, Karakatsanis et Wagner
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel fédérale, numéro 14-A-49, daté du 1er août
2014, est rejetée avec dépens.
The application for leave to appeal from the judgment of the Federal Court of Appeal, Number 14-A-49,
dated August 1, 2014, is dismissed with costs.
CASE SUMMARY
Civil procedure – Appeal – Time – Extension – Whether Court of Appeal erred in refusing to grant applicant extension
of time for appealing.
After participating unsuccessfully in an advertised internal appointment process for a position at the respondent
Agency, Mr. Jean Pierre filed a complaint with the Public Service Staffing Tribunal of Canada. The Tribunal
dismissed the complaint, and Mr. Jean Pierre then applied to the Federal Court for judicial review. In March 2014, he
filed two motions under Rule 369 of the Federal Courts Rules, seeking a transcript of the testimony and argument
before the Tribunal and the disclosure of certain documents. Prothonotary Morneau dismissed both motions.
Mr. Jean Pierre appealed both decisions, but his appeals were out of time. Locke J. of the Federal Court granted an
extension of time but dismissed the appeals, finding that the Prothonotary’s decision did not deal with a question that
was vital to the outcome of the application for leave to appeal and that Mr. Jean Pierre had not shown that the
- 189 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Prothonotary had misapprehended the facts or relied on a wrong principle.
Scott J.A. of the Federal Court of Appeal refused to extend the time for appealing the two decisions, applying the
principles outlined in Pharmascience Inc. v. Canada (Minister of Health) , 2003 FCA 333. He found that
Mr. Jean Pierre’s affidavit and written representations did not establish that there was an arguable case on appeal or
that the special circumstances relied on to justify the delay in commencing the appeal had actually prevented the
applicant from acting within the allotted time.
June 27, 2014
Federal Court
(Locke J.)
T-1582-13; 2014 FC 636
Motion to appeal Prothonotary’s decision accepted for
filing but dismissed
June 27, 2014
Federal Court
(Locke J.)
T-1582-13; 2014 FC 637
Motion to appeal Prothonotary’s decision dismissed
August 1, 2014
Federal Court of Appeal
(Scott J.A.)
14-A-49;
Motion for extension of time dismissed
September 29, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Procédure civile – Appel – Délai – Prorogation – La Cour d’appel a-t-elle eu tort de refuser au demandeur une
prorogation du délai pour porter sa cause en appel?
Après avoir participé sans succès à un processus de nomination interne annoncé pour un poste à l’Agence intimée,
M. Jean Pierre dépose une plainte devant le Tribunal de la dotation de la fonction publique du Canada. Le Tribunal
rejette la plainte, et M. Jean Pierre demande alors la révision judiciaire par la Cour fédérale. En mars 2014, il dépose
deux requêtes en vertu de la règle 369 des Règles des Cours fédérales, afin d’obtenir une transcription des
témoignages et plaidoiries devant le Tribunal, ainsi que la communication de certains documents. Le protonotaire
Morneau rejette ces deux requêtes. M. Jean Pierre porte les deux décisions en appel, mais après l’expiration du délai
prescrit pour ce faire. Le juge Locke de la Cour fédérale accorde une proro gation de délai, mais rejette les appels. Il
estime que la décision du protonotaire ne portait pas sur une question ayant une influence déterminante sur l’issue de
la demande d’autorisation d’appel et que M. Jean Pierre n’avait pas démontré que le protonotaire avait mal apprécié
les faits ou qu’il s’était fondé sur un mauvais principe.
Le juge Scott de la Cour d’appel fédérale refuse de proroger le délai pour en appeler des deux décisions, en application
des principes dégagés dans l’arrêt Pharmascience Inc. c. Canada (Ministre de la Santé), 2003 CAF 333. Il estime que
l’affidavit de M. Jean Pierre et ses représentations écrites « n’établissent pas qu’il existe une question défendable à
présenter en appel ou que les circonstances particulières soulevées po ur justifier le non respect du délai d’appel
empêchaient véritablement le demandeur d’agir dans le délai imparti ».
- 190 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Le 27 juin 2014
Cour fédérale
(Le juge Locke)
T-1582-13; 2014 CF 636
Requête en appel d’une décision du protonotaire
acceptée pour dépôt, mais rejetée
Le 27 juin 2014
Cour fédérale
(Le juge Locke)
T-1582-13; 2014 CF 637
Requête en appel d’une décision du protonotaire
rejetée
Le 1er août 2014
Cour d’appel fédérale
(Le juge Scott)
14-A-49;
Requête pour prorogation de délai rejetée
Le 29 septembre 2014
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée
36112
Her Majesty the Queen v. Kenneth Gavin Williamson (Ont.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Wagner and Gascon JJ.
The application for leave to cross -appeal is dismissed without costs. The application for leave to appeal from
the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C55167, 2014 ONCA 598, dated August 19, 2014, is
granted without costs. The appeal will be heard with R. v. Jordan (36068).
La demande d’autorisation d’appel incident est rejetée sans dépens. La demande d’autorisation d’appel de
l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C55167, 2014 ONCA 598, daté du 19 août 2014, est accueillie sans
dépens. Cet appel sera entendu avec R. v. Jordan (36068).
CASE SUMMARY
(PUBLICAT ION BAN IN CASE)
Canadian Charter of Rights and Freedoms, s. 11b – Criminal law – Procedural rights – Trial within a reasonable delay
– Whether the Court of Appeal erred in law by finding that the Respondent’s constitutional right to be tried within a
reasonable time was infringed; more particularly, in: (1) its approach to the taking of judicial notice, and (2) in its
approach to the assessment of prejudice to the Respondent’s liberty, security and fair trial interests.
The Respondent was charged with sexual offences against a young boy committed over thirty years ago. He was
arrested at the school where he taught on January 6, 2009. The Information, charging the Respondent, was sworn the
following day. He was held in custody until January 12, 2009, when he was released on bail. He elected for a trial by
judge and jury in the Superior Court of Justice, which was scheduled to commence on December 12, 2011. The record
of the case indicated that the preliminary inquiry was adjourned once because another matter took precedence and a
second time because the presiding judge and investigating officer were not available. The accused and his lawyer
travelled from Ottawa on both of these dates without prior notice that the proc eedings would be adjourned. On
August 4, 2010, the judicial pre-trial conference in the Superior Court was adjourned because the assigned Crown
counsel was not present. Although earlier dates were available, there was no evidence about whether Crown couns el
- 191 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
was available earlier than September 29, 2010, when Crown counsel attended and the pre-trial conference took place.
The matter was then adjourned to the assignment court on October 22, 2010, when the pre-trial applications and jury
trial were scheduled. The record also disclosed that the Crown delayed in providing full disclosure, resulting in four
months of delay. A number of pre-trial applications were brought by both the Crown and defence. The jury trial
began on December 12, 2011 and ended on December 20, 2011.
October 7, 2011
Ontario Superior Court of Justice
(Tranmer J.)
Application for stay of proceedings dismissed
August 19, 2014
Court of Appeal for Ontario
(Rosenberg, MacPherson and Lauwers JJ.A.)
Appeal allowed: stay of execution granted
October 3, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
November 3, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to cross - appeal filed in
Respondent’s response
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
(ORDONNANCE DE NON-PUBLICAT ION DANS LE DOSSIER)
Charte canadienne des droits et libertés, al. 11b) – Droit criminel – Droits procéduraux – Procès dans un délai
raisonnable – La Cour d’appel a-t-elle commis une erreur de droit en concluant que le droit constitutionnel de l’intimé
à un procès dans un délai raisonnable avait été violé, plus particulièreme nt (1) en ce qui a trait à la connaissance
d’office et (2) en ce qui a trait à l’appréciation du préjudice causé aux droits de l’intimé à la liberté, à la sécurité et à
un procès équitable?
L’intimé a été accusé d’infractions à caractère sexuel commises à l’égard d’un jeune garçon il y a plus de trente ans.
L’intimé a été arrêté à l’école où il enseignait le 6 janvier 2009. La dénonciation accusant l’intimé a été établie sous
serment le lendemain. L’intimé a été détenu jusqu’au 12 janvier 2009, lorsqu’il a été libéré sous caution. Il a choisi
de subir son procès devant juge et jury en Cour supérieure de justice et la date de son procès a été fixée au
12 décembre 2011. Il ressort du dossier que l’enquête préliminaire a été ajournée une fois parce qu’u ne autre affaire
devait être instruite en priorité et une deuxième fois parce que le juge président et un enquêteur n’étaient pas
disponibles. L’accusé et son avocat ont voyagé d’Ottawa à chacune de ces dates sans avoir été préalablement
informés de ces ajournements. Le 4 août 2010, la conférence préparatoire en Cour supérieure a été ajournée parce que
l’avocat du ministère public affecté au dossier n’était pas présent. Même si des dates antérieures étaient disponibles, il
n’y avait aucune preuve sur la question de savoir si des avocats du ministère public étaient disponibles avant le
29 septembre 2010, lorsque l’avocat du ministère public a comparu et que la conférence préparatoire a eu lieu.
L’affaire a alors été ajournée à l’audience de mise au rôle le 22 octobre 2010, lorsque les dates des demandes avant le
procès et la date du procès devant jury ont été fixées. Il ressortait en outre du dossier que le ministère public avait
tardé à divulguer toute la preuve, ce qui a entraîné un délai de quatre mois . Un certain nombre de demandes avant le
procès ont été présentées par le ministère public et la défense. Le procès devant jury a commencé le 12 décembre
2011 et a pris fin le 20 décembre 2011.
- 192 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
7 octobre 2011
Cour supérieure de justice de l’Ontario
(Juge Tranmer)
Rejet de la demande d’arrêt des procédures
19 août 2014
Cour d’appel de l’Ontario
(Juges Rosenberg, MacPherson et Lauwers)
Jugement accueillant l’appel et ordonnant l’arrêt des
procédures
3 octobre 2014
Cour suprême du Canada
Dépôt de la demande d’autorisation d’appel
3 novembre 2014
Cour suprême du Canada
Dépôt de la demande d’autorisation d’appel incident
dans la réponse de l’intimé
36130
Charles Eli Kembo v. Her Majesty the Queen (B.C.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Wagner and Gascon JJ.
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. The
application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia (Vancouver), Number
CA038217, 2014 BCCA 307, dated July 31, 2014, is dismissed without costs.
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est
accueillie. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver),
numéro CA038217, 2014 BCCA 307, daté du 31 juillet 2014, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
(PUBLICAT ION BAN IN CASE)
Criminal law – Similar fact evidence – Identity – Charge to the jury – Whether the Court of Appeal erred by approving
the trial judge’s instructions to the jury that it could link the accused’s identity across four counts at step one of the te st
set out in R. v. Arp, [1998] 3 S.C.R. 339, and in further instructions that it could conflate evidence across the counts if
considering each count on an isolated basis, contrary to the guidance in Arp and R. v. Rarru, [1996] 2 S.C.R. 165.
The applicant, Mr. Kembo, was convicted on four counts of first degree murder. The victims were murdered over a
two and a half year period. They were Mr. Kembo’s wife, two friends of his and his step-daughter. The Crown’s
theory was that Mr. Kembo developed close relationships with each of the victims in order to reap from them financial
gain. At trial, the Crown sought to prove that the applicant was the perpetrator of all four crimes by adducing
evidence about the homicides on a similar fact basis. The trial judge ruled that the evidence was admissible. She
found, among other things, that “[t]he distinctive pattern or abnormal propensity [was] largely in the cultivation and
exploitation of relationships’” and that the “pattern [was] so similar in each case that, viewed objec tively, it [gave] rise
to an improbability of coincidence”. Mr. Kembo appealed his convictions. Among his grounds of appeal was one
relating to the trial judge’s admission and use of similar fact evidence. Essentially, he submitted that because he had
close personal relationships with each of the victims, it was unduly prejudicial to use the two -step approach set out in
R. v. Arp, [1998] 3 S.C.R. 339. Mr. Kembo also argued that the trial judge conflated the evidence on the counts and
did not sufficiently segregate the evidence for the jury on a count by count basis. The Court of Appeal unanimously
dismissed the appeal.
- 193 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
May 10, 2010
Supreme Court of British Columbia
(Stromberg-Stein J.)
2010 BCSC 914
Similar fact evidence admitted
June 11, 2010
Supreme Court of British Columbia
(Stromberg-Stein J.)
Applicant convicted on four counts of first degree
murder
July 31, 2014
Court of Appeal for British Columbia
(Hall, Chiasson and Neilson JJ.A.)
2014 BCCA 307
Appeal dismissed
October 15, 2014
Supreme Court of Canada
Motion for extension of time to serve and file leave
application and application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
(ORDONNANCE DE NON -PUBLICAT ION DANS LE DOSSIER)
Droit criminel – Preuve de faits similaires – Identité – Exposé du juge au jury – Est-ce que la Cour d’appel a commis
une erreur en approuvant les directives données par la juge du procès au jury lui indiquant qu’il pouvait lier l’identité
de l’accusé aux quatre accusations à la première étape du test établi dans l’arrêt R. c. Arp, [1998] 3 R.C.S. 339, et
d’autres directives dans lesquelles la juge a indiqué que le jury pouvait combiner la preuve relative à tous les chefs
d’accusation s’il examinait chaque accusation de manière isolée, ce qui est contraire aux enseignements de cette cour
dans l’arrêt Arp et l’arrêt R. c. Rarru, [1996] 2 R.C.S. 165?
Le demandeur, Monsieur Kembo, a été déclaré coupable de quatre chefs d’accusation de meurtre au premier degré.
Les victimes ont été tuées sur une période de deux ans et demi. Les victimes étaient l’épouse de Monsieur Kembo,
deux de ses amis et sa belle-fille. La théorie du ministère public était que Monsieur Kembo a établi des liens étroits
avec chacune des victimes afin d’en tirer des avantages financiers. Au procès, le ministère public a voulu prouver que
le demandeur était l’auteur des quatre crimes en présentant de la preuve de faits similaires relativement aux homicides.
La juge du procès a déterminé que la preuve était admissible. Elle a notamment trouvé que « le modèle particulier ou
la propension anormale [était] d’établir et d’exploiter les liens » et que le « modèle [était] si similaire dans chaque cas
que, considéré objectivement, il [avait donné] lieu à l’improbabilité d’une coïncidence ». Monsieur Kembo a interjeté
appel des déclarations de culpabilité. Parmi ses motifs d’appel se trouvait la décision de la juge du procès d’admettre
la preuve et l’utilisation de la preuve de faits similaires. Essentiellement, il a prétendu que parce qu’il avait une
relation étroite avec chacune des victimes, l’utilisation de l’approche des deux étapes étab lie dans l’arrêt R. c. Arp,
[1998] 3 R.C.S. 339 lui était indûment préjudiciable. Monsieur Kembo a aussi allégué que la juge du procès a
combiné la preuve relative à tous les chefs d’accusation et qu’elle n’a pas suffisamment séparé la preuve relative à
chacun des chefs d’accusation individuellement pour le jury. La Cour d’appel a rejeté l’appel à l’unanimité.
10 mai 2010
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Stromberg-Stein)
2010 BCSC 914
Admission de la preuve de faits similaires
- 194 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
11 juin 2010
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Stromberg-Stein)
Demandeur est déclaré coupable relativement à quatre
chefs d’accusation de meurtre au premier degré
31 juillet 2014
Cour d’appel de la Colombie-Britannique
(Juges Hall, Chiasson et Neilson)
2014 BCCA 307
Appel rejeté
15 octobre 2014
Cour suprême du Canada
Requête en prorogation du délai pour signifier et
déposer la demande d’autorisation d’appel et demande
d’autorisation d’appel déposées
36138
G.S. v. L.S. (B.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Wagner and Gascon JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver), Numbers CA041472 and CA041638, 2014 BCCA 334, dated August 25, 2014, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie -Britannique (Vancouver),
numéros CA041472 et CA041638, 2014 BCCA 334, daté du 25 août 2014, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
(PUBLICAT ION BAN IN CASE) (PUBLICAT ION BAN ON PART Y) (COURT FILE CONT AINS INFORMAT ION T HAT IS NOT
A VAILABLE FOR INSPECT ION BY T HE PUBLIC)
Family law – Custody – Shared parenting – Whether abduction or wrongful retention of children, as referred to in
Hague Convention, amount to “child abuse” and “family violence” as defined in the Family Law Act, S.B.C., c. 25 –
Does a court have jurisdiction under Family Law Act to entertain variation application that requests to vary the
“parenting time” and/or the “parenting responsibility” rights of parents? – Whether “wrongful retention” of children as
referred to in Hague Convention amounts to “parenting time denial” as defined in the Family Law Act
The parties were married in Israel in 1995, and moved to Vancouver in 2002. They have three children. The parties
separated in 2005 but continued to live in the family home, sharing parenting of the children. In 2011, the wife
obtained a court order allowing her to take the children with her to Israel to live. She moved with them to Israel and
the father followed them there. The mobility decision was overturned on appeal in April, 2012 and the wife was
ordered to return the children to British Columbia. The court of appeal further ordered that the parties had joint
custody with the primary residence to be with the father with access to the mother on a shared parenting basis, under
the Divorce Act, R.S.C. 1985, c.3 (2nd Supp.) and joint guardianship under the Family Relations Act, R.S.B.C. 1996,
c. 128. The mother did not comply with the April, 2012 order until November, 2012, four months after the date
specified by the court of appeal. The family all returned to British Columbia where the access order was varied to
provide for equal parenting on a seven day rotation. On September 19, 2013, the father obtained an order that the
mother had been in contempt of the April 2012 order. The access order was varied a few times. The father brought
several applications under the Family Law Act, S.B.C., c. 25 based on the mother’s failure to return the children to
British Columbia in accordance with the April 2012 order. He sought a declaration that mother’s conduct constituted
- 195 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
“family violence” and denial of parenting time under the Family Law Act, that she was in contempt of a previous costs
award made against her and that he was entitled to a payment from her of $90,000 for the expenses he incurred while
the parties were in Israel.
February 5, 2014
Supreme Court of British Columbia
(Smith J.)
2014 BCSC 187
Father’s application dismissed
August 25, 2014
Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver)
(Bauman, Smith and MacKenzie JJ.A.)
2014 BCCA 334
Appeals dismissed
October 20, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
(ORDONNANCE DE NON -PUBLICATION DANS LE DOSSIER) (ORDONNANCE DE NON-PUBLICATION VISANT UNE PARTIE ) (LE
DOSSIER DE LA COUR RENFERME DES DONNÉES QUE LE PUBLIC N ’EST PAS AUT ORISÉ À CONSULT ER)
Droit de la famille – Garde – Garde partagée – L’enlèvement ou la rétention illicite d’enfant dont il est question dans
la Convention de La Haye sont-ils assimilables à de « mauvais traitements infligés à un enfant » et à de la « violence
familiale » au sens de la Family Law Act, S.B.C., ch. 25? – Un tribunal est-il compétent en vertu de la Family Law Act
pour connaître d’une demande visant à faire modifier le « temps passé par le parent avec l’enfant » ou le droit des
parents d’exercer leur « responsabilité parentale »? – La « rétention illicite » d’enfant dont il est question dans la
Convention de La Haye est-elle assimilable à une « négation du droit du parent de passer du temps avec l’enfant » au
sens de la Family Law Act?
Les parties se sont mariées en Israël en 1995 et ont déménagé à Vancouver en 2002. Ils ont trois enfants. Les parties
se sont séparées en 2005 mais ont continué d’habiter le domicile familial et de s’occuper conjointement des enfants.
En 2011, l’épouse a obtenu une ordonnance judiciaire l’autorisant à vivre en Israël avec les enfants. Elle y a
déménagé avec eux et le père les a suivis. Cette décision a été annulée en appel en avril 2012 et l’épouse s’est vu
ordonner de ramener les enfants en Colombie-Britannique. La cour d’appel a aussi accordé la garde conjointe aux
parties et décrété que les enfants vivraient principalement chez leur père, que la mère serait en contact avec eux par
parentage partagé en vertu de la Loi sur le divorce, L.R.C. 1985 (2e suppl.), ch. 3, et qu’elle s’en occuperait
conjointement avec le père au titre de la Family Relations Act, R.S.B.C. 1996, ch. 128. La mère ne s’est conformée à
l’ordonnance d’avril 2012 qu’en novembre de cette année-là, soit quatre mois après la date fixée par la cour d’appel.
Toute la famille est revenue en Colombie-Britannique, où l’ordonnance relative au droit d’accès a été modifiée pour
prévoir une garde égale selon une rotation de sept jours. Le 19 septembre 2013, le père a obtenu une ordonnance
portant que la mère n’avait pas respecté l’ordonnance d’avril 2012. L’ordonnance relative au droit d’accès a été
modifiée à quelques reprises. Le père a présenté plusieurs demandes en vertu de la Family Law Act, S.B.C., ch. 25,
compte tenu de l’omission de la mère de ramener les enfants en Colombie-Britannique conformément à l’ordonnance
d’avril 2012. Il a sollicité un jugement déclarant que la conduite de la mère constituait de la « violence familiale » et
une négation du droit du père de passer du temps avec les enfants en vertu de la Family Law Act, qu’elle ne respectait
pas une ordonnance antérieure la condamnant aux dépens et qu’elle lui devait 90 000 $ pour les dépenses qu’il a
engagées alors que les parties se trouvaient en Israël.
- 196 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
5 février 2014
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Smith)
2014 BCSC 187
Demande du père rejetée
25 août 2014
Cour d’appel de la Colombie-Britannique
(Vancouver)
(Juges Bauman, Smith et MacKenzie)
2014 BCCA 334
Appels rejetés
20 octobre 2014
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée
36155
Chuang Ma v. City of Gatineau (Que.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Rothstein, Cromwell and Moldaver JJ.
The motion for an extension of time to serve and file the respondent’s response to the application for leave to
appeal is granted. The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Québec),
Number 500-10-0055667-140, dated August 6, 2014, is dismissed without costs.
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la réponse de l’intimée à la demande
d’autorisation d’appel est accueillie. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec
(Québec), numéro 500-10-0055667-140, daté du 6 août 2014, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
Evidence – Highway safety code violation – Whether application for leave raises an issue of national importance.
In June 2012, the Applicant was stopped for speeding in violation of s. 328 of the Highway Safety Code, CQLR c. C24.2. On 23 January 2014, the Applicant was found guilty of having contravened s. 328 of the Highway Safety Code
by a municipal court justice. The Applicant subsequently sought to appeal his conviction before the Superior Court,
alleging lack of evidence and police conspiracy.
May 12, 2014
Superior Court of Quebec
(Goulet J.)
No. 550-36-000003-143
Respondent’s application for dismissal of appeal
granted.
August 6, 2014
Court of Appeal of Quebec (Québec)
(Doyon J.)
No. 500-10-005667-140
Applicant’s application for leave to appeal dismissed.
- 197 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
October 3, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed.
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Preuve – Violation du Code de la sécurité routière – La demande d’autorisation d’appel soulève-t-elle une question
d’importance nationale?
En juin 2012, le demandeur a été intercepté pour excès de vitesse en violation de l’art. 328 du the Code de la sécurité
routière, RLRQ ch. C-24.2. Le 23 janvier 2014, un juge de la cour municipale a déclaré le demandeur coupable
d’avoir contrevenu à l’art. 328 du Code de la sécurité routière. Le demandeur a subséquemment voulu en appeler de
sa déclaration de culpabilité devant la Cour supérieure, alléguant un manque de preuve et un complot policier.
12 mai 2014
Cour supérieure du Québec
(Juge Goulet)
No 550-36-000003-143
Jugement accueillant la demande de l’intimée en rejet
de l’appel.
6 août 2014
Cour d’appel du Québec (Québec)
(Juge Doyon)
No 500-10-005667-140
Rejet de la demande d’autorisation d’appel du
demandeur.
3 octobre 2014
Cour suprême du Canada
Dépôt de la demande d’autorisation d’appel.
36175
Tim Ching Mou Chouand Grace Su Jing Chang v. Fréchette Constructions Inc. (Que.) (Civil)
(By Leave)
Coram :
Abella, Karakatsanis and Wagner JJ.
The motion to adduce new evidence is dismissed. The application for leave to appeal from the judgment of
the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Number 500-09-024466-146, 2014 QCCA 1744, dated September 19,
2014, is dismissed without costs.
La requête pour déposer de nouveaux éléments de preuve est rejetée. La demande d’autorisation d’appel de
l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-09-024466-146, 2014 QCCA 1744, daté du 19
septembre 2014, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
Contracts – Contract of enterprise or for services – Construction of immovable – Payment for work done – Action by
builder of immovable against owners allowed – Owners’ cross demand allowed in part – Motion to dismiss appeal
allowed and owners’ appeal dismissed – Whether courts below erred.
- 198 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Mr. Chou and Ms. Chang (“the owners”) hired Fréchette Constructions Inc. (“the builder”) to do some construction
work on their property. However, the work was suspended during the course of the contract. The builder, which was
not paid, brought an action in the Superior Court claiming $149,128.98. In a cross demand, the owners claimed
$275,598.58, alleging, inter alia, faulty performance of the contract and bad faith by the builder.
The Superior Court allowed the builder’s claim. Mayer J. found that, in the circumstances, the builder was entitled to
be paid for the work done. Mayer J. also allowed the owners’ cross demand, but only in part. He awarded them
$3,500 as compensation for a problem involving cracks in the concrete garage floor, structural and framing problems
and a contact problem between the supporting wall and the concrete in the basement. The Quebec Court of Appeal
dismissed the appeal at a preliminary stage on the ground that it was bound to fail.
April 30, 2014
Quebec Superior Court
(Mayer J.)
760-17-002758-111
Motion to institute proceedings allowed; cross demand
allowed in part
September 19, 2014
Quebec Court of Appeal (Montréal)
(Rochette, Doyon and Bouchard JJ.A.)
2014 QCCA 1744; 500-09-024466-146
Motion to dismiss appeal allowed; appeal dismissed
November 14, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal and motion to adduce
new evidence filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Contrats – Contrat d’entreprise ou de service – Construction d’un immeuble – Paiement des travaux effectués –
Recours du constructeur d’un immeuble contre les propriétaires accueilli – Demande reconventionnelle des
propriétaires accueillie en partie – Requête en rejet d’appel accueillie et appel des propriétaires rejeté – Les tribunaux
des instances inférieures ont-ils commis des erreurs?
M. Chou et M me Chang (« les propriétaires ») embauchent Fréchette Constructions Inc. (« le constructeur ») pour
effectuer des travaux de construction sur leur propriété. En cours d’exécution du contrat, cependant, les travaux sont
suspendus. Impayé, le constructeur intente une action devant la Cour supérieure par laquelle il réclame 149 128,98 $.
En demande reconventionnelle, les propriétaires revendiquent 275 598,58 $ et allèguent notamment la mauvaise
exécution du contrat et la mauvaise foi du constructeur.
La Cour supérieure accueille la réclamation du constructeur. Le juge Mayer estime que dans les circonstances, le
constructeur a le droit d’être payé pour les travaux effectués. Le juge accueille aussi la demande reconventionnelle
des propriétaires, mais pour partie seulement. Il leur accorde une somme de 3 500 $, en guise de compensation pour
un problème de fissures dans le plancher en béton du garage, des problèmes de structure et de charpente et un
problème de contact entre le mur de soutien et le béton dans le sous -sol. La Cour d’appel du Québec rejette l’appel à
un stade préliminaire au motif que le pourvoi est voué à l’échec.
- 199 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Le 30 avril 2014
Cour supérieure du Québec
(Le juge Mayer)
760-17-002758-111
Requête introductive d’instance accueillie; Demande
reconventionnelle accueillie en partie
Le 19 septembre 2014
Cour d’appel du Québec (Montréal)
(Les juges Rochette, Doyon et Bouchard)
2014 QCCA 1744; 500-09-024466-146
Requête en rejet d’appel accueillie; appel rejeté
Le 14 novembre 2014
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel et requête pour
nouvelle preuve déposées
36188
Algonquins of Pikwakanagan v. Children’s Aid Society of the County of Renfrew, B. and
Office of the Children’s Lawyer AND BETWEEN Algonquins of Pikwakanagan v. Children’s
Aid Society of the County of Renfrew and M.B. (Ont.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Rothstein, Cromwell and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Numb ers C58196
and C58197, 2014 ONCA 646, dated September 23, 2014, is dismissed with costs to the respondent Children’s Aid
Society of the County of Renfrew.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéros C58196 et C58197,
2014 ONCA 646, daté du 23 septembre 2014, est rejetée avec dépens en faveur de l’intimée Children’s Aid Society
of the County of Renfrew.
CASE SUMMARY
(PUBLICAT ION BAN ON PART Y, REST RICT ED A CCESS)
Family law – Child protection – Best interests of the child – Aboriginal status – Whether Aboriginal culture, heritage
and identity are subordinate considerations in determining a child’s best interests, and if so, what weight is to be given
to these factors in relation to other factors relevant to their best interests – To what extent child protection agencies are
required to consult with First Nations when making decisions affecting an Aboriginal child.
The subject children were members of the Algonquins of Pikwakanagan. Their mother had a history of substance
abuse and criminal convictions. The Children's Aid Society had a long history of involvement with the mother's
family. The children were apprehended from the care of their grandmother. The children had been living with her due
to concerns with the mother's excessive alcohol use. The apprehension occurred after the grandmother left the
children with the mother without supervision, and it was apparent that the children's needs were not being met. The
children were placed with a non-Aboriginal foster family after the Algonquins advised that no placement was
available within the First Nations community. The Respondent Society obtained an order for Crown wardship without
access. That order was overturned on appeal.
August 20, 2012
Ontario Court of Justice
(Kirkland J.)
New trial: children ordered to be made crown wards
with access to M.B.
- 200 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
December 6, 2013
Ontario Superior Court of Justice
(Ray T.)
Appeal dismissed
September 23, 2014
Court of Appeal for Ontario
(Doherty David H., Tulloch Michael H., Benotto)
Appeal dismissed
November 21, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
(ORDONNANCE DE NON -PUBLICAT ION VISANT DES PART IES, COMMUNICAT ION REST REINT E)
Droit de la famille – Protection de l’enfance – Intérêt supérieur de l’enfant – Statut d’Autochtone – La culture, le
patrimoine et l’identité autochtones sont-ils des considérations secondaires lorsqu’il s’agit de déterminer l’intérêt
supérieur de l’enfant et, dans l’affirmative, quel poids faut-il accorder à ces facteurs par rapport aux autres facteurs
pertinents pour son intérêt supérieur? – Dans quelle mesure les organismes de protection de l’enfance sont-ils tenus de
consulter les Premières nations au moment de prendre des décisions touchant un enfant autochtone?
Les enfants en question faisaient partie des Algonquins de Pikwakanagan. Leur mère avait des antécédents criminels
et de consommation abusive de drogues et d’alcool. La Société d’aide à l’enfance intervenait depuis longtemps auprès
de la famille de la mère. Les enfants ont été retirés de la garde de leur grand -mère. Ils vivaient avec elle parce que
l’on s’inquiétait de la consommation abusive d’alcool de leur mère. Le retrait des enfants a eu lieu après que la grand mère les eut laissés avec leur mère sans surveillance, et il était évident que leurs besoins n’étaient pas comblés. Ils ont
été confiés à la garde d’une famille d’accueil non autochtone après que les Algonquins eurent fait savoir qu’aucun
membre de leur communauté ne pouvait s’occuper d’eux. La Société intimée a obtenu une ordonnance de tutelle de la
Couronne, sans droit de visite. Cette ordonnance a été annulée en appel.
20 août 2012
Cour de justice de l’Ontario
(Juge Kirkland)
Nouveau procès : ordonnance déclarant les enfants
pupilles de la Couronne et octroi d’un droit de visite à
M.B.
6 décembre 2013
Cour supérieure de justice de l’Ontario
(Juge Ray)
Rejet de l’appel
23 septembre 2014
Cour d’appel de l’Ontario
(Juges Doherty, Tulloch et Benotto)
Rejet de l’appel
21 novembre 2014
Cour suprême du Canada
Dépôt de la demande d’autorisation d’appel
- 201 -
MOTIONS
REQUÊTES
14.01.2015
Before / Devant : CROMWELL J. / LE JUGE CROMWELL
Miscellaneous motion
Requête diverse
Weihua Shi
v. (35837)
Ontario Labour Relations Board et al. (Ont.)
DISMISSED / REJETÉE
UPON the applicant, Ms. Weihua Shi, seeking to file a motion pursuant to Rule 78 of the Rules of the Supreme Court
of Canada, to review the Registrar’s decision of October 9, 2014, refusing the applicant’s second application for leave
to appeal for filing;
AND UPON the Registrar referring to a judge pursuant to Rule 13 of the Rules of the Supreme Court of Canada the
question of whether Ms Shi’s motion under s 78 should be accepted for filing;
AND THE MATERIAL having been read;
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
The Registrar is directed not to accept Ms. Shi’s motion under Rule 78 for filing as it does not comply with the Rules of
the Supreme Court of Canada because no review under Rule 78 is available in the circumstances.
The Registrar is further directed to return the materials to the applicant.
VU le souhait de la requérante, M me Weihua Shi, de déposer une requête en vertu de l’art. 78 des Règles de la Cour
suprême du Canada, sollicitant la révision de la décision du registraire du 9 octobre 2014 de refuser le dépôt de sa
deuxième demande d’autorisation d’appel;
ET VU le renvoi par le registraire à un juge, en vertu de l’art. 13 des Règles de la Cour suprême du Canada, de la
question de savoir si le dépôt de la requête de M me Shi présentée en vertu de l’art. 78 devrait être accepté;
ET APRÈS EXAMEN des documents;
IL EST ORDONNÉ QUE :
Le registraire n’accepte pas le dépôt de la requête, présentée par M me Shi en vertu de l’art. 78, qui n’est pas conforme
aux Règles de la Cour suprême du Canada parce que l’art. 78 ne donne pas ouverture à une révision dans les
circonstances.
Le registraire retourne les documents à la requérante.
- 202 -
MOTIONS
REQUÊTES
16.01.2015
Before / Devant : THE CHIEF JUSTICE / LA JUGE EN CHEF
Order
Ordonnance
Commission scolaire de Laval et autre
c. (35898)
Syndicat de l’enseignement de la region de Laval
et autre (Qc)
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
1.
Les appelantes devront signifier et déposer leurs dossier, mémoire et recueil de sources au plus tard le 5 mars
2015.
2.
Toute personne souhaitant intervenir dans le présent pourvoi en application de l’art. 55 des Règles de la Cour
suprême du Canada devra signifier et déposer une requête en autorisation d’intervenir au plus tard le 26 mars
2015.
3.
Les appelantes et les intimés devront, le cas échéant, signifier et déposer leurs réponses aux requêtes en
autorisation d’intervenir au plus tard le 31 mars 2015.
4.
Les répliques aux réponses éventuelles aux requêtes en autorisation d’intervenir devront être signifiées et
déposées au plus tard le 2 avril 2015.
5.
Les intimés devront signifier et déposer leurs dossier, mémoire et recueil de so urces au plus tard le 16
avril 2015.
6.
Les intervenants qui seront autorisés à intervenir en application de l’art. 59 des Règles de la Cour suprême du
Canada devront signifier et déposer leurs mémoire et recueil de sources au plus tard le 29 avril 2015.
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
1.
The appellants’ record, factum and book of authorities shall be served and filed on or before March 5, 2015.
2.
Any person wishing to intervene in this appeal under Rule 55 of the Rules of the Supreme Court of Canada
shall serve and file a motion for leave to intervene on or before March 26, 2015.
3.
The appellants and respondents shall serve and file their responses, if any, to the motions for leave to intervene
on or before March 31, 2015.
4.
Replies to any responses to the motions for leave to intervene shall be served and filed on or before April 2,
2015.
5.
The respondents’ record, factum and book of authorities shall be served and filed on or before April 16, 2015.
6.
Any interveners granted leave to intervene under Ru le 59 of the Rules of the Supreme Court of Canada shall
serve and file their factums and books of authorities on or before April 29, 2015.
- 203 -
MOTIONS
REQUÊTES
19.01.2015
Before / Devant: THE REGISTRAR / LE REGISTRAIRE
Motion to extend time
Requête en prorogation de délai
Francis Anthonimuthu Appulonappa et al.
v. (35958)
Her Majesty the Queen (Crim.) (B.C.)
GRANTED / ACCORDÉE
UPON APPLICATION by the appellants for an Order extending the time to serve and file a joint book of authorities
to December 23, 2014;
AND THE MATERIAL FILED having been read;
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
The motion is granted.
À LA SUITE DE LA DEMANDE présentée par les appelants pour obtenir la prorogation du délai pour la signification
et le dépôt d’un recueil de sources au 3 décembre 2014;
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés;
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
La requête est accueillie.
21.01.2015
Before / Devant : THE CHIEF JUSTICE / LA JUGE EN CHEF
Order
Ordonnance
Attorney General of Quebec et al.
v. (36231)
Attorney General of Canada et al. (Que.)
HAVING READ the material filed, including the correspondence from the Attorney General of Canada and from the
Constitutional Rights Centre Inc. regarding the standing of Mr. Rocco Galati to file a Notice of Appeal;
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
1.
Any further motion to s tate constitutional questions shall be served and filed on or before January 28,
2015.
- 204 -
MOTIONS
REQUÊTES
2.
Responses to any motion to state constitutional questions shall be served and filed on or before February
2, 2015.
3.
Replies to any responses to a motion to state constitutional questions shall be served and filed on or before
February 4, 2015.
4.
In the event that constitutional questions are stated in this appeal, the notice of constitutional questions
shall be served on the attorneys general no later than two (2) days after receipt of the order referred to
under Rule 61(1) of the Rules of the Supreme Court of Canada.
5.
The Attorney General of Quebec shall serve and file a single factum and its record and book of authorities
on or before March 6, 2015. Its factum shall not exceed 40 pages in length.
6.
Mr. Galati shall serve and file a single factum and his record and book of authorities on or before March 6,
2015. Mr. Galati’s factum shall not exceed 10 pages in length.
7.
The Constitutional Rights Centre Inc. shall serve and file a single factum and its record and book of
authorities on or before March 6, 2015. Its factum shall not exceed 10 pages in length.
8.
Any person wishing to intervene in this appeal under Rule 55 of the Rules of the Supreme Court of
Canada shall serve and file a motion for leave to intervene on or before March 20, 2015.
9.
The parties shall serve and file their responses, if any, to the motions for leave to intervene on or before
March 24, 2015.
10. Replies to any responses to the motions for leave to intervene shall be served and filed on or before March
26, 2015.
11. The Attorney General of Canada shall serve and file a single factum and its record and book of authorities
on or before April 7, 2015. Its factum shall not exceed 40 pages in length.
12. The Canadian Association of Provincial Court Judges shall serve and file a single factum and its record
and book of authorities on or before April 2, 2015. Its factum shall not exceed 10 pages in length.
13. The Grand Council of Cree (Eeyou Istchee) and the Cree Nation Government shall serve and file a single
factum and their record and book of authorities on or before April 2, 2015. Their joint factum shall not
exceed 10 pages in length.
14. Any interveners granted leave to intervene under Rule 59 of the Rules of the Supreme Court of Canada
shall serve and file their factum and book of authorities on or before April 10, 2015.
15. In the event that constitutional questions are stated in this appeal, a ny attorney general wishing to
intervene pursuant to Rule 61(4) of the Rules of the Supreme Court of Canada shall serve and file their
factum and book of authorities on or before April 7, 2015.
16. Consideration of the issues raised by the Attorney General of Canada in his correspondence dated January
21, 2015, is deferred until the hearing, and the parties may address them in their written submissions,
allocated above.
APRÈS EXAMEN des documents déposés, y compris la correspondance provenant du procureur général du Canad a et
du Centre de Droit Constitutionnel Inc. quant à la qualité de M. Rocco Galati pour déposer un avis d’appel;
- 205 -
MOTIONS
REQUÊTES
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
1.
Toute autre requête en formulation de questions constitutionnelles, s’il en est, sera signifiée et déposée au
plus tard le 28 janvier 2015.
2.
Les réponses à toute requête en formulation de questions constitutionnelles seront signifiées et déposées
au plus tard le 2 février 2015.
3.
Les répliques aux réponses à toute requête en formulation de questions constitutionnelles seront signifiées
et déposées au plus tard le 4 février 2015.
4.
Si des questions constitutionnelles sont formulées dans le présent appel, l’av is de questions
constitutionnelles sera signifié aux procureurs généraux au plus tard deux (2) jours suivant la réception de
l’ordonnance en vertu de la règle 61(1) des Règles de la Cour suprême du Canada.
5.
Le procureur général du Québec signifiera et déposera un seul mémoire ainsi que ses dossier et recueil de
sources au plus tard le 6 mars 2015. Son mémoire n’excédera pas 40 pages.
6.
M. Galati signifiera et déposera un seul mémoire ainsi que ses dossier et recueil de sources au plus tard le
6 mars 2015. Son mémoire n’excédera pas 10 pages.
7.
Le Centre de Droit Constitutionnel Inc. signifiera et déposera un seul mémoire ainsi que ses dossier et
recueil de sources au plus tard le 6 mars 2015. Son mémoire n’excédera pas 10 pages.
8.
Toute personne qui souhaite intervenir dans le présent appel en vertu de la règle 55 des Règles de la Cour
suprême du Canada signifiera et déposera une requête en autorisation d’intervenir au plus tard le 20 mars
2015.
9.
Les parties signifieront et déposeront leurs réponses aux requêtes sollicitant l’autorisation d’intervenir, le
cas échéant, au plus tard le 24 mars 2015.
10. Les répliques à toute réponse aux demandes d’autorisation d’intervenir seront signifiées et déposées au
plus tard le 26 mars 2015.
11. Le procureur général du Canada signifiera et déposera un seul mémoire ainsi que ses dossier et recueil de
sources au plus tard le 7 avril 2015. Son mémoire n’excédera pas 40 pages.
12. L’Association canadienne des juges des cours provinciales signifiera et déposera un seul mémoire ainsi
que ses dossier et recueil de sources au plus tard le 2 avril 2015. Son mémoire n’excédera pas 10 pages.
13. Le Grand conseil des Cris (Eeyou Istchee) et le Gouvernement de la Nation Crie signifieront et déposeront
un seul mémoire ainsi que leurs dossier et recueil de sources au plus tard le 2 avril 2015. Leur mémoire
conjoint n’excédera pas 10 pages.
14. Les intervenants autorisés à intervenir en application de la règle 59 des Règles de la Cour suprême du
Canada signifieront et déposeront leur mémoire et leur recueil de sources au plus tard le 10 avril 2015.
15. Si des questions constitutionnelles sont formulées dans cet appel, tout procureur général qui interviendra
en vertu de la règle 61(4) des Règles de la Cour suprême du Canada signifiera et déposera son mémoire et
son recueil de sources au plus tard le 7 avril 2015.
- 206 -
MOTIONS
REQUÊTES
16. L’examen des questions soulevées par le procureur général du Canada dans sa correspondance datée du 21
janvier 2015 est reporté jusqu’à l’audience; les parties peuvent en traiter dans les observations écrites que
la présente les autorise à déposer.
21.01.2015
Before / Devant : THE CHIEF JUSTICE / LA JUGE EN CHEF
Motion to state constitutional questions
Requête
en
formulation
constitutionnelles
de
questions
Richard James Goodwin et al.
v. (35864)
British Columbia (Superintendent
Vehicles) et al. (B.C.)
of
Motor
GRANTED / ACCORDÉE
UPON APPLICATION by the appellants/respondents, Richard James Goodwin et al., for an order stating
constitutional questions in the above appeal;
AND UPON APPLICATION by the respondents/appellants, British Columbia (Superintendent of Motor Vehicles) et
al., for an order stating constitutional questions in the above appeal;
AND THE MATERIAL FILED having been read;
IT IS HEREB Y ORDERED THAT THE CONSTITUTIONAL QUESTIONS BE STATED AS FOLLOWS:
1.
Are ss. 215.41 to 215.51 of the Motor Vehicle Act, R.S.B.C. 1996, c. 318, as enacted on September 20, 2010
ultra vires the province of British Columbia as being exclusively within the federal government’s criminal law
power under s. 91(27) of the Constitution Act, 1867?
2.
Do ss. 215.41 to 215.51 of the Motor Vehicle Act, R.S.B.C. 1996, c. 318, as enacted on September 20, 2010
infringe s. 8 of the Canadian Charter of Rights and Freedoms?
3.
If so, is the infringement a reasonable limit prescribed by law as can be demonstrably justified in a free and
democratic society under s. 1 of the Canadian Charter of Rights and Freedoms?
4.
Do ss. 215.41 to 215.51 of the Motor Vehicle Act, R.S.B.C. 1996, c. 318, as enacted on September 20, 2010
infringe s. 11(d) of the Canadian Charter of Rights and Freedoms?
5.
If so, is the infringement a reasonable limit prescribed by law as can be demonstrably justified in a free and
democratic society under s. 1 of the Canadian Charter of Rights and Freedoms?
Any attorney general who intervenes pursuant to par. 61(4) of the Rules of the Supreme Court of Canada shall pay the
appellants and respondents the costs of any additional disbursements they incur as a result of the intervention.
À LA SUITE DE LA DEMANDE des appelants/intimés, Richard Goodwin et autres, visant à obtenir la formulation
de questions constitutionnelles dans l’appel susmentionné;
- 207 -
MOTIONS
REQUÊTES
ET À LA SUITE DE LA DEMANDE des intimés/appelants, le Superintendent of Motor Vehicles de la Colombie Britannique et autre, visant à obtenir la formulation de questions constitutionnelles dans l’appel susmentionné;
ET APRÈS AVOIR LU la documentation déposée;
LES QUESTIONS CONSTITUTIONNELLES SUIVANTES SONT FORMULÉES :
1.
Les art. 215.41 à 215.51 de la Motor Vehicle Act, R.S.B.C. 1996, c. 318, tel qu’ils ont été édictés le
20 septembre 2010, outrepassent-ils la compétence de la province de la Colombie-Britannique du fait qu’ils
relèvent exclusivement de la compétence du gouvernement fédéral en matière criminelle en ve rtu du
par. 91(27) de la Loi constitutionnelle de 1867?
2.
Les art. 215.41 à 215.51 de la Motor Vehicle Act, R.S.B.C. 1996, c. 318, tel qu’ils ont été édictés le
20 septembre 2010, portent-ils atteinte au droit protégé par l’art. 8 de la Charte canadienne des droits et
libertés?
3.
Dans l’affirmative, s’agit-il d’une atteinte constituant une limite raisonnable, établie par une règle de droit et
dont la justification peut se démontrer dans le cadre d’une société libre et démocratique conformément à
l’article premier de la Charte canadienne des droits et libertés?
4.
Les art. 215.41 à 215.51 de la Motor Vehicle Act, R.S.B.C. 1996, c. 318, tel qu’ils ont été édictés le
20 septembre 2010, portent-ils atteinte au droit protégé par l’al. 11d) de la Charte canadienne des droits et
libertés?
5.
Dans l’affirmative, s’agit-il d’une atteinte constituant une limite raisonnable, établie par une règle de droit et
dont la justification peut se démontrer dans le cadre d’une société libre et démocratique conformément à
l’article premier de la Charte canadienne des droits et libertés?
Tout procureur général qui interviendra en vertu du par. 61(4) des Règles de la Cour suprême du Canada sera tenu de
payer aux appelants et aux intimés les dépens supplémentaires résultant de son intervention.
- 208 -
AVIS D’APPEL DÉPOSÉS DEPUIS LA
DERNIÈRE PARUTION
NOTICES OF APPEAL FILED SINCE
LAST ISSUE
16.01.2015
Procureur général du Canada et autre
c. (35892)
Chambre des notaires du Québec et autre (Qc)
(Autorisation)
- 209 -
APPEALS HEARD SINCE LAST ISSUE
AND DISPOSITION
APPELS ENTENDUS DEPUIS LA
DERNIÈRE PARUTION ET RÉSULTAT
23.01.2015
Coram: La juge en chef McLachlin et les juges Abella, Rothstein, Cromwell, Karakatsanis, Wagner et Côté
Commission des droits de la personne et des droits
de la jeunesse et autre
Athanassia Bitzakidis et Christian Baillargeon pour
l’appelante Commission des droits de la personne et
des droits de la jeunesse (intimée).
c. (35625)
Bombardier
inc.
(Bombardier
Centre de formation) et autres
(Autorisation)
Aéronautique
(Qc) (Civile)
Mathieu Bouchard and Catherine McKenzie for the
appellant Javed Latif (respondent).
Andrew K. Lokan and Jean-Claude Killey for the
intervener Canadian Civil Liberties Association.
Philippe Dufresne et Sheila Osborne-Brown pour
l’intervenante Commission canadienne des droits de la
personne.
Selwyn Pieters and Aymar Missakila for the
intervener Center for Research-Action on Race
Relations.
Faisal Bhabha, Khalid M. Elgazzar and Faisal Mirza
for the intervener National Council of Canadian
Muslims et al.
Ranjan K. Agarwal and Preet K. Bell for the
intervener South Asian Legal Clinic of Ontario.
Michel Sylvestre, Andres Garin et Sébastien
Beauregard
pour
l’intimée
Bombardier
inc.
(Bombardier Aerospace Training Center).
RESERVED / EN DÉLIB ÉRÉ
Nature of the case:
Nature de la cause :
Human rights - Discrimination - Canadian pilot of
Pakistani origin being denied training provided by
Bombardier in Texas and Quebec after having been
excluded by American authorities for security reasons
that remained secret - Exclusion lifted and admission
authorized four years later - Whether exclusion based
automatically on foreign decision can be presumed
discriminatory where there is plausible prohibited
ground - Whether candidate excluded because of his
ethic origin - Whether Court of Appeal erred in
requiring proof of causal connection between ethnic
origin and exclusion - Standard of review applicable
to decision of Human Rights Tribunal - Whether
prospective order within jurisdiction of Human Rights
Tribunal - Whether punitive damages justified in this
case - Charter of human rights and freedoms, R.S.Q.,
Droits de la personne - Discrimination - Pilote
canadien d’origine pakistanaise refusé à une formation
dispensée par Bombardier au Texas et au Québec à la
suite de son exclusion par les autorités américaines
pour des raisons de sécurité restées secrètes Exclusion levée et admission permise quatre ans plus
tard - L’exclusion calquée de façon automatique sur
une décision étrangère peut-elle être présumée
discriminatoire en présence d’un motif prohibé
plausible? - L’exclusion du candidat résultait-elle de
son origine ethnique? - La Cour d’appel a-t-elle erré
en exigeant une preuve de lien causal entre l’origine
ethnique et l’exclusion? - Quelle norme de contrôle
s’applique à une décision du Tribunal des droits de la
personne? - Une ordonnance pour le futur relève-t-elle
de la compétence du Tribunal des droits de la
- 210 -
APPEALS HEARD SINCE LAST ISSUE AND
DISPOSITION
APPELS ENTENDUS DEPUIS LA DERNIÈRE
PARUTION ET RÉSULTAT
c. C-12, ss. 10, 12, 49.
personne? - Des dommages-intérêts punitifs étaient-ils
justifiés dans ce cas? - Charte des droits et libertés de
la personne, L.R.Q. ch. C-12, art. 10, 12, 49.
- 211 -
PRONOUNCEMENTS OF APPEALS
RESERVED
JUGEMENTS RENDUS SUR LES
APPELS EN DÉLIBÉRÉ
Reasons for judgment are available
Les motifs de jugement sont disponibles
JANUARY 30, 2015 / LE 30 JANVIER 2015
34948
Saskatchewan Federation of Labour (in its own right and on behalf of the unions and workers
in the Province of Saskatchewan), Amalgamated Transit Union, Local 588, Canadian Office
and Professional Employees’ Union, Local 397, Canadian Union of Public Employees, Locals 7
and 4828, Communications, Energy and Paperworkers’ Union of Canada and its Locals, Health
Sciences Association of Saskatchewan, International Alliance of Theatrical Stage Employees,
Moving Picture Technicians, Artists and Allied Crafts of U.S., its Territories and Canada,
Locals 295, 300 and 669, International Brotherhood of Electrical Workers, Locals 529, 2038
and 2067, Saskatchewan Government and General Employees’ Union, Saskatchewan Joint
Board Retail, Wholesale and Department Store Union, Saskatchewan Provincial Building &
Construction Trades Council, Teamsters, Local 395, United Mine Workers of America, Local
7606, United Steel, Paper and Forestry, Rubber, Manufacturing, Energy, Allied Industrial and
Service Workers International Union and its Locals and University of Regina Faculty
Association v. Her Majesty The Queen in Right of the Province of Saskatchewan – and –
Attorney General of Canada, Attorney General of Ontario, Attorney General of Quebec,
Attorney General of British Columbia, Attorney General of Alberta, Attorney General of
Newfoundland and Labrador, Saskatchewan Union of Nurses, SEIU-West, United Nurses of
Alberta, Alberta Federation of Labour, Professional Institute of the Public Service of Canada,
Canadian Constitution Foundation, Air Canada Pilots’ Association, British Columbia Civil
Liberties Association, Conseil du patronat du Québec, Canadian Employers Council, Canadian
Union of Postal Workers, International Association of Machinists and Aerospace Workers,
British Columbia Teachers’ Federation, Hospital Employees’ Union, Canadian Labour
Congress, Public Service Alliance of Canada, Alberta Union of Provincial Employees,
Confédération des syndicats nationaux, Regina Qu’Appelle Regional Health Authority, Cypress
Regional Health Authority, Five Hills Regional Health Authority, Heartland Regional Health
Authority, Sunrise Regional Health Authority, Prince Albert Parkland Regional Health
Authority, Saskatoon Regional Health Authority, National Union of Public and General
Employees, Canada Post Corporation and Air Canada (Sask.)
2015 SCC 4 / 2015 CSC 4
Coram:
McLachlin C.J. and LeBel, Abella, Rothstein, Cromwell, Karakatsanis and Wagner JJ.
The appeal from the judgment of the Court of Appeal for Saskatchewan, Number CACV2242, 2013 SKCA 43, dated
April 26, 2013, heard on May 16, 2014, with respect to The Public Service Essential Services Act, S.S. 2008, c. P-42.2,
is allowed with costs throughout. The Public Service Essential Services Act is unconstitutional. The declaration of
invalidity is suspended for one year. The appeal with respect to The Trade Union Amendment Act, 2008, S.S. 2008, c.
26, is dismissed without costs. Rothstein and Wagner JJ. are dissenting in part.
L’appel interjeté contre l’arrêt de la Cour d’appel de la Saskatchewan, numéro CACV2242, 2013 SKCA 43, en date du
26 avril 2013, entendu le 16 mai 2014, concernant The Public Service Essential Services Act, S.S. 2008, ch. P-42.2, est
accueilli avec dépens devant toutes les cours. The Public Service Essential Services Act est inconstitutionnelle. L’effet
de la déclaration d’invalidité est suspendu pendant un an. L’appel visant The Trade Union Amendment Act, 2008, S.S.
2008, ch. 26, est rejeté sans dépens. Les juges Rothstein et Wagner sont dissidents en partie.
- 212 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Saskatchewan Federation of Labour (in its own right and on behalf of the unions and workers in the Province of
Saskatchewan) et al. v. Her Majesty the Queen, in Right of the Province of Saskatchewan (Sask.) (35423)
Indexed as: Saskatchewan Federation of Labour v. Saskatchewan /
Répertorié : Saskatchewan Federation of Labour c. Saskatchewan
Neutral citation: 2015 SCC 4 / Référence neutre : 2015 CSC 4
Hearing: May 16, 2015 / Judgment: January 30, 2015
Audition : Le 16 mai 2015 / Jugement : Le 30 janvier 2015
Present: McLachlin C.J. and LeBel, Abella, Rothstein, Cromwell, Karakatsanis and Wagner JJ.
Constitutional law — Charter of Rights — Freedom of Association — Right to strike — Public Service
Employees — Stare Decisis – Whether right to strike is protected by s. 2(d) of Charter — Whether prohibition on
essential services employees participating in strike action amounts to substantial interference with meaningful process
of collective bargaining and therefore violates s. 2(d) of Charter — If so, whether such violation is justified under s. 1
of Charter — Canadian Charter of Rights and Freedoms, s. 2(d) — The Public Service Essential Services Act, S.S.
2008, c. P-42.2.
Constitutional law — Charter of Rights — Freedom of association — Provincial legislation changing
certification process and provisions dealing with communications by employers with employees — Whether legislation
violates s. 2(d) of Charter — Canadian Charter of Rights and Freedoms, s. 2(d) — The Trade Union Amendment Act,
2008, S.S. 2008, c. 26.
In December, 2007, the newly elected Government of Saskatchewan introduced two statutes: The Public
Service Essential Services Act, S.S. 2008, c. P-42.2 (PSESA), and The Trade Union Amendment Act, 2008, S.S. 2008,
c. 26, which became law in May, 2008. The PSESA is Saskatchewan’s first statutory scheme to limit the ability of
public sector employees who perform essential services to strike. It prohibits unilaterally designated “essential service
employees” from participating in any strike action against their employer. These employees are required to continue the
duties of their employment in accordance with the terms and conditions of the last collective bargaining agreement. No
meaningful mechanism for resolving bargaining impasses is provided.
The Trade Union Amendment Act, 2008 changes the union certification process by increasing the required
level of written support and reducing the period for receiving written support from employees. It also changes the
provisions dealing with communications between employers and their employe es.
In July 2008, the Saskatchewan Federation of Labour and other unions challenged the constitutionality of both
the PSESA and The Trade Union Amendment Act, 2008. The trial judge concluded that the right to strike was a
fundamental freedom protected by s. 2(d) of the Canadian Charter of Rights and Freedoms and that the prohibition on
the right to strike in the PSESA substantially interfered with the s. 2(d) rights of the affected public sector employees.
He also found that the absolute ban on the right to strike in the PSESA was neither minimally impairing nor
proportionate and therefore was not saved by s. 1 of the Charter. The declaration of invalidity was suspended for one
year. On the other hand, the trial judge concluded that the changes to the cert ification process and permissible employer
communications set out in The Trade Union Amendment Act, 2008 did not breach s. 2(d).
The Saskatchewan Court of Appeal unanimously allowed the Government of Saskatchewan’s appeal with
respect to the constitutionality of the PSESA. The appeal against the finding that The Trade Union Amendment Act,
2008 did not violate s. 2(d) of the Charter was dismissed.
Held (Rothstein and Wagner JJ. dissenting in part): The appeal with respect to the PSESA should be allowed.
The prohibition against strikes in the PSESA substantially interferes with a meaningful process of collective bargaining
and therefore violates s. 2(d) of the Charter. The infringement is not justified under s. 1. The declaration of invalidity is
suspended for one year. The appeal with respect to The Trade Union Amendment Act, 2008 is dismissed.
- 213 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Per McLachlin C.J. and LeBel, Abella, Cromwell and Karakatsanis JJ.: The right to strike is an essential part
of a meaningful collective bargaining process in our system of labour relations. The right to strike is not merely
derivative of collective bargaining, it is an indispensable component of that right. Where good faith negotiations break
down, the ability to engage in the collective withdrawal of services is a necessary component of the process through
which workers can continue to participate meaningfully in the pursuit of their collective workplace goals. This crucial
role in collective bargaining is why the right to strike is constitutionally protected by s. 2(d).
In Health Services and Support — Facilities Subsector Bargaining Assn. v. British Columbia , [2007] 2 S.C.R.
391, this Court recognized that the Charter values of “[h]uman dignity, equality, liberty, respect for the autonomy of
the person and the enhancement of democracy” supported protecting the right to a meaningful process of collective
bargaining within the scope of s. 2(d). The right to strike is essential to realizing these values through a collective
bargaining process because it permits workers to withdraw their labour in concert when collective bargaining reaches
an impasse. Through a strike, workers come together to participate directly in the pro cess of determining their wages,
working conditions and the rules that will govern their working lives. The ability to strike thereby allows workers,
through collective action, to refuse to work under imposed terms and conditions. This collective action at the moment
of impasse is an affirmation of the dignity and autonomy of employees in their working lives.
The right to strike also promotes equality in the bargaining process. This Court has long recognized the deep
inequalities that structure the relationship between employers and employees, and the vulnerability of employees in this
context. While strike activity itself does not guarantee that a labour dispute will be resolved in any particular manner, or
that it will be resolved at all, it is the possibility of a strike which enables workers to negotiate their employment terms
on a more equal footing.
In 1935, the Wagner Act was adopted in the United States, introducing a model of labour relations that came to
inspire legislative schemes across Canada. This model was adopted in Canada because the federal and provincial
governments recognized the fundamental need for workers to participate in the regulation of their work environment.
One of the goals of the Wagner model was to reduce the frequency of s trikes by ensuring a commitment to meaningful
collective bargaining. The right to strike, however, is not a creature just of the Wagner model. Most labour relations
models include it because the ability to collectively withdraw services for the purpose of negotiating the terms and
conditions of employment — in other words, to strike — is an essential component of the process through which
workers pursue collective workplace goals.
Canada’s international human rights obligations also mandate protecting the right to strike as part of a
meaningful process of collective bargaining. Canada is a party to international instruments which explicitly protect the
right to strike. Besides these explicit commitments, other sources confirm the protection of a right to s trike recognized
in international law. And strikes are protected globally, existing in many of the countries with labour laws outside the
Wagner Act model.
This historical, international, and jurisprudential landscape suggests compellingly that a meaning ful process of
collective bargaining requires the ability of employees to participate in the collective withdrawal of services for the
purpose of pursuing the terms and conditions of their employment through a collective agreement. The ability to engage
in the collective withdrawal of services in the process of the negotiation of a collective agreement is, and has
historically been, the irreducible minimum of the freedom to associate in Canadian labour relations.
To determine whether there has been an infringement of s. 2(d) of the Charter, the test is whether the
legislative interference with the right to strike in a particular case amounts to a substantial interference with a
meaningful process of collective bargaining. The prohibition in the PSESA on designated employees participating in
strike action for the purpose of negotiating the terms and conditions of their employment meets this threshold and
therefore amounts to a violation of s. 2(d) of the Charter.
The breach of s. 2(d) of the Charter is not justified under s. 1. The maintenance of essential public services is
self-evidently a pressing and substantial objective, but the determinative issue in this case is whether the means chosen
by the government are minimally impairing, that is, carefully t ailored so that rights are impaired no more than
necessary.
- 214 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
The fact that a service is provided exclusively through the public sector does not inevitably lead to the
conclusion that it is properly considered “essential”. Under the PSESA, a public employer has the unilateral authority to
dictate whether and how essential services will be maintained, including the authority to determine the classifications of
employees who must continue to work during the work stoppage, the number and names of employees within each
classification, and, for public employers other than the Government of Saskatchewan, the essential services that are to
be maintained. Only the number of employees required to work is subject to review by the Saskatchewan Labour
Relations Board. And even where an employee has been prohibited from participating in strike activity, the PSESA does
not tailor his or her responsibilities to the performance of essential services alone. The provisions of the PSESA
therefore go beyond what is reasonably required to ensure the uninterrupted delivery of essential services during a
strike.
Nor is there any access to a meaningful alternative mechanism for resolving bargaining impasses, such as
arbitration. Where strike action is limited in a way that substan tially interferes with a meaningful process of collective
bargaining, it must be replaced by one of the meaningful dispute resolution mechanisms commonly used in labour
relations. Those public sector employees who provide essential services have unique fun ctions which may argue for a
less disruptive mechanism when collective bargaining reaches an impasse, but they do not argue for no mechanism at
all.
The unilateral authority of public employers to determine whether and how essential services are to be
maintained during a work stoppage with no adequate review mechanism, and the absence of a meaningful dispute
resolution mechanism to resolve bargaining impasses, justify the conclusion that the PSESA is not minimally impairing.
It is therefore unconstitutional.
The Trade Union Amendment Act, 2008, on the other hand, does not violate s. 2(d). The changes it introduces
to the process by which unions may obtain or lose the status of a bargaining representative, as well as the changes to the
rules governing employer communication to employees, do not substantially interfere with freedom of association.
Per Rothstein and Wagner JJ. (dissenting in part): This Court should not intrude into the policy development
role of elected legislators by constitutionalizing the right to strike under the freedom of association guarantee in s. 2(d)
of the Charter. The statutory right to strike, along with other statutory protections for workers, reflects a complex
balance struck by legislatures between the interests of emplo yers, employees and the public. Providing for a
constitutional right to strike not only upsets this delicate balance, but also restricts legislatures by denying them the
flexibility needed to ensure the balance of interests can be maintained.
Democratically elected legislatures are responsible for determining the appropriate balance between competing
economic and social interests in the area of labour relations. This Court has long recognized that it is the role of
legislators and not judges to balance competing tensions in making policy decisions, particularly in the area of socio economic policy. The legislative branch requires flexibility to deal with changing circumstances and social values.
Canadian labour relations is a complex web of intersecting interests, rights and obligations, and has far-reaching
implications for Canadian society. It is not the role of this Court to transform all policy choices it deems worthy into
constitutional imperatives. The exercise of judicial restraint is essential in ensuring that courts do not upset the balance
by usurping the responsibilities of the legislative and executive branches.
Constitutionalizing a right to strike restricts governments’ flexibility, impedes their ability to balance the
interests of workers with the broader public interest, and interferes with the proper role and responsibility of
governments. Constitutionalizing a right to strike introduces great uncertainty into labour relations: it will make all
statutory limits on the right to strike presumptively unconstitutional. By constitutionalizing a broad conception of the
right to strike, the majority binds the governments’s hands and limits its ability to respond to changing needs and
circumstances in the dynamic field of labour relations.
Constitutionalizing a right to strike enshrines a political understanding of the concept of “workplace justice”
that favours the interests of employees over those of employers and even over those of the public. While employees are
granted constitutional rights, constitutional obligations are imposed on employers. Employers and the public are equally
entitled to justice: true workplace justice looks at the interests of all implicated parties. In the public sector, strikes a re a
political tool. The public expects that public services, and especially essential services, will be delivered. Thus unions
- 215 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
attempt to pressure the government to agree to certain demands in order that these services be reinstated. Public sector
labour disputes are unique in that the governmen t as employer must take into account that any additional expenditures
incurred to meet employee demands will come from public funds.
It is incorrect to say that without the right to strike a constitutionalized right to bargain collectively is
meaningless. The threat of work stoppage is not what motivates good faith bargaining. It is the statutory duty, and after
Health Services and Support — Facilities Subsector Bargaining Assn. v. British Columbia , 2007 SCC 27, [2007] 2
S.C.R. 391, the constitutional duty, not the possibility of job action, that compels employers to bargain in good faith.
The statutory right to strike allows both employers and employees to exercise economic and political power. Now by
constitutionalizing only the ability of employees to exert such power, the majority disturbs the delicate balance of
labour relations in Canada and impedes the achievement of true workplace justice.
The conclusion that the right to strike is an indispensable component of collective bargaining does not accord
with recent jurisprudence. There is nothing in the concept of collective bargaining as it was defined by this Court in
Health Services, Ontario (Attorney General) v. Fraser, 2011 SCC 20, [2011] 2 S.C.R. 3, and Mounted Police
Association of Ontario v. Canada (Attorney General) , 2015 SCC 1, that would imply that employees have a
constitutional right to strike and that employers have a con stitutional obligation to preserve the jobs of those employees.
The threshold for overturning prior judgments is high. While the s. 2(d) jurisprudence has developed since the Labour
Trilogy, neither this development, nor any change in the circumstances of Canadian labour relations justifies a
departure from precedent. If anything, developments in the law support a finding that the right to freedom of
association does not require constitutionalizing the right to strike. This is because recent s. 2(d) jurisprudence has
already established a right to meaningful, good faith collective bargaining.
International bodies disagree as to whether the right to strike is protected under international labour and human
rights instruments. The current state of international law on the right to strike is unclear and provides no guidance in
determining whether this right is an essential element of freedom of association.
A right to strike is not required to ensure the constitutional guarantee of freedom of association. Th erefore, the
PSESA, which restricts the ability of public sector workers who provide essential services to strike, does not violate the
right to meaningful collective bargaining protected under s. 2(d) of the Charter. The PSESA’s controlled strike regime
does not render effectively impossible, nor substantially interfere with, the ability of associations representing affected
public sector employees to submit representations to employers and to have them considered and discussed in good
faith. The PSESA facilitates consultation between employers and unions regarding the designation of essential services
and the evidence in this case demonstrates that good faith collective bargaining took place. A violation of s. 2(d) of the
Charter cannot be founded simply on allegations that the legislation does not provide an adequate dispute resolution
process; s. 2(d) does not entail such a right. Moreover, the goal of strikes is not to ensure meaningful collective
bargaining, but instead to exert political pressure on employers. Finally, the statutory balance struck by the Government
of Saskatchewan is eminently reasonable. Canadian federal and provincial governments have made a constitutional
commitment “to provide essential public services of reasonable quality to all Canadians” (Constitution Act, 1982,
s. 36(1)(c)). As a result, the Government of Saskatchewan cannot subject itself to arbitral awards that could make it
unaffordable to deliver on its undertaking. It has devised a particular legislative framework in order to safeguard the
continued delivery of essential services to the community during labour disputes. This Court should defer to the
government’s policy choices in balancing the interests of employers, employees, and the public.
The Trade Union Amendment Act, 2008 does not infringe the right to freedom of association.
APPEAL from a judgment of the Saskatchewan Court of Appeal (Klebuc C.J.S. and Richards, Ottenbreit,
Caldwell and Herauf JJ.A.), 2013 SKCA 43, 414 Sask. R. 70, 575 W.A.C. 70, 361 D.L.R. (4th) 132, 280 C.R.R. (2d)
187, [2013] 6 W.W.R. 453, 227 C.L.R.B.R. (2d) 1, 2013 CLLC ¶220-032, [2013] S.J. No. 235 (QL), 2013
CarswellSask 252 (WL Can.), setting aside in part a decision of Ball J., 2012 SKQB 62, 390 Sask. R. 196, 254 C.R.R.
(2d) 288, [2012] 7 W.W.R. 743, 211 C.L.R.B.R. (2d) 1, 2012 CLLC ¶220-016, [2012] S.J. No. 49 (QL), 2012
CarswellSask 64 (WL Can.). Appeal allowed in part, Rothstein and Wagner JJ. dissenting in part.
Rick Engel, Q.C., Craig D. Bavis and Peter Barnacle, for the appellants.
- 216 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Graeme G. Mitchell, Q.C., Barbara C. Mysko and Katherine M. Roy, for the respondent.
Mark R. Kindrachuk , Q.C., and Sean Gaudet, for the intervener the Attorney General of Canada.
Robert E. Charney and Sarah Wright, for the intervener the Attorney General of Ontario.
Caroline Renaud and Amélie Pelletier Desrosiers, for the intervener the Attorney General of Quebec.
Keith Evans, for the intervener the Attorney General of British Columbia.
Roderick Wiltshire, for the intervener the Attorney General of Alberta.
Chantelle MacDonald Newhook , for the intervener the Attorney General of Newfoundland and Labrador.
Gary L. Bainbridge and Marcus R. Davies, for the intervener the Saskatchewan Union of Nurses.
Drew S. Plaxton, for the intervener SEIU-West.
Written submissions only by Ritu Khullar, Q.C., and Vanessa Cosco, for the interveners the United Nurses of
Alberta and the Alberta Federation of Labour.
Written submissions only by Peter C. Engelmann and Colleen Bauman, for the intervener the Professional
Institute of the Public Service of Canada.
Darryl Cruz and Brandon Kain, for the intervener the Canadian Constitution Foundation.
Steve Waller and Christopher Rootham, for the intervener the Air Canada Pilots’ Association.
Lindsay M. Lyster, for the intervener the British Columbia Civil Liberties Association.
Written submissions only by Louise Laplante, Nancy Ménard-Cheng and Sébastien Beauregard, for the
intervener Conseil du patronat du Québec.
John D. R. Craig and Christopher D. Pigott, for the intervener the Canadian Employers Council.
Paul J. J. Cavalluzzo and Adrienne Telford, for the interveners the Canadian Union of Postal Workers and the
International Association of Machinists and Aerospace Workers.
Joseph J. Arvay, Q.C., and Catherine J. Boies Parker, for the interveners the British Columbia Teachers’
Federation and the Hospital Employees’ Union.
Written submissions only by Steven Barrett and Ethan Poskanzer, for the intervener the Canadian Labour
Congress.
Andrew Raven and Andrew Astritis, for the intervener the Public Service Alliance of Canada.
Patrick G. Nugent and Tamara Friesen, for the intervener the Alberta Union of Provincial Employees.
Éric Lévesque and Benoît Laurin, for the intervener Confédération des syndicats nationaux.
Evert van Olst, Q.C., and Leah Schatz, for the interveners the Regina Qu’Appelle Regional Health Authority,
the Cypress Regional Health Authority, the Five Hills Regional Health Authority, the Heartland Regional Health
Authority, the Sunrise Regional Health Authority, the Prince Albert Parkland Regional Health Authority and the
Saskatoon Regional Health Authority.
- 217 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Paul Champ and Bijon Roy, for the intervener the National Union of Public and General Employees.
Written submissions only by Brian W. Burkett, for the interveners the Canada Post Corporation and Air
Canada.
Solicitors for the appellants: Gerrand Rath Johnson, Regina; Victory Square Law Office, Vancouver; The W
Law Group, Saskatoon.
Solicitor for the respondent: Attorney General for Saskatchewan, Regina.
Solicitor for the intervener the Attorney General of Canada: Attorney General of Canada, Saskatoon.
Solicitor for the intervener the Attorney General of Ontario: Attorney General of Ontario, Toronto.
Solicitor for the intervener the Attorney General of Quebec: Attorney General of Quebec, Québec.
Solicitor for the intervener the Attorney General of British Columbia: Attorney General of British Columbia,
Vancouver.
Solicitor for the intervener the Attorney General of Alberta: Attorney General of Alberta, Edmonton.
Solicitor for the intervener the Attorney General of Newfoundland and Labrador: Attorney General of
Newfoundland and Labrador, St. John’s.
Solicitors for the intervener the Saskatchewan Union of Nurses: Bainbridge Jodouin Cheecham, Saskatoon.
Solicitors for the intervener SEIU-West: Plaxton & Company, Saskatoon.
Solicitors for the interveners the United Nurses of Alberta and the Alberta Federation of Labour: Chivers
Carpenter, Edmonton.
Solicitors for the intervener the Professional Institute of the Public Service of Canada: Sack Goldblatt
Mitchell, Ottawa.
Solicitors for the intervener the Canadian Constitution Foundation: McCarthy Tétrault, Toronto.
Solicitors for the intervener the Air Canada Pilots’ Association: Nelligan O’Brien Payne, Ottawa.
Solicitors for the intervener the British Columbia Civil Liberties Association: Moore Edgar Lyster,
Vancouver.
Solicitors for the intervener Conseil du patronat du Québec: Norton Rose Fulbright Canada, Montréal.
Solicitors for the intervener the Canadian Employers Council: Fasken Martineau DuMoulin, Toronto.
Solicitors for the interveners the Canadian Union of Postal Workers and the International Associatio n of
Machinists and Aerospace Workers: Cavalluzzo Shilton McIntyre Cornish, Toronto.
Solicitors for the interveners the British Columbia Teachers’ Federation and the Hospital Employees’
Union: Farris, Vaughan, Wills & Murphy, Vancouver.
Solicitors for the intervener the Canadian Labour Congress: Sack Goldblatt Mitchell, Toronto.
Solicitors for the intervener the Public Service Alliance of Canada: Raven, Cameron, Ballantyne & Yazbeck,
Ottawa.
- 218 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Solicitors for the intervener the Alberta Union of Provincial Employees: Nugent Law Office, Edmonton.
Solicitors for the intervener Confédération des syndicats nationaux: Laroche Martin, Montréal.
Solicitors for the interveners the Regina Qu’Appelle Regional Health Authority, the Cypress Regional Health
Authority, the Five Hills Regional Health Authority, the Heartland Regional Health Authority, the Sunrise Regional
Health Authority, the Prince Albert Parkland Regional Health Authority and the Saskatoon Regional Health
Authority: Saskatoon Regional Health Authority, Saskatoon; MacPherson Leslie & Tyerman, Saskatoon.
Solicitors for the intervener the National Union of Public and General Employees: Champ & Associates,
Ottawa.
Solicitors for the interveners the Canada Post Corporation and Air Canada: Fasken Martineau DuMoulin,
Toronto.
________________________
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges LeBel, Abella, Rothstein, Cromwell, Karakatsanis et Wagner.
Droit constitutionnel — Charte des droits — Liberté d’association — Droit de grève — Salariés de l’État —
Stare Decisis — L’alinéa 2d) de la Charte protège-t-il le droit de grève? — L’interdiction faite aux salariés qui
assurent des services essentiels de prendre part à une grève entrave-t-elle substantiellement le droit à un processus
véritable de négociation collective et contrevient-elle ainsi à l’al. 2d) de la Charte? — Dans l’affirmative, l’atteinte
est-elle justifiée par application de l’article premier de la Charte? — Charte canadienne des droits et libertés, art. 2d)
— The Public Service Essential Services Act, S.S. 2008, c. P-42.2.
Droit constitutionnel — Charte des droits — Liberté d’association — Loi provinciale modifiant le processus
d’accréditation, et dispositions portant sur les communications de l’employeur avec ses salariés — Les mesures
législatives contreviennent-elles à l’al. 2d) de la Charte? — Charte canadienne des droits et libertés, art. 2d) — The
Trade Union Amendment Act, 2008, S.S. 2008, c. 26.
En décembre 2007, le gouvernement fraîchement élu de la Saskatchewan a déposé deux projets de loi, The
Public Service Essential Services Act, S.S. 2008, c. P-42.2 (PSESA) et The Trade Union Amendment Act, 2008, S.S.
2008, c. 26, qui ont été adoptés en mai 2008. La PSESA est le premier régime législatif de la Saskatchewan à limiter
l’exercice du droit de grève des salariés du secteur public qui assurent des services essentiels. Elle interdit
unilatéralement aux [T RADUCT ION] « salariés [désignés] qui assurent des services essentiels » de prendre part à une
grève. Ces salariés doivent continuer d’exercer leurs fonctions conformément aux conditions établies par la convention
collective la plus récente. Nul mécanisme véritable n’est prévu pour dénouer l’impasse des négociations collectives.
La Trade Union Amendment Act, 2008 modifie le processus de certification syndicale par l’accroissement du
pourcentage d’appui requis de la part des salariés et par la réduction de la période d’obtention par écrit de cet appui.
Elle modifie également les règles sur les communications de l’employeur avec ses salariés.
En juillet 2008, la Saskatchewan Federation of Labour et d’autres syndicats ont contesté la constitutionnalité
de la PSESA et de la Trade Union Amendment Act, 2008. Le juge de première instance a conclu que le droit de grève est
une liberté fondamentale protégée par l’al. 2d) de la Charte canadienne des droits et libertés et que l’interdiction de la
grève par la PSESA entrave substantiellement l’exercice des droits que garantit l’al. 2d) aux salariés du secteur public
en cause. Il a en outre estimé que l’interdiction totale de la grève par la PSESA ne porte pas atteinte le moins possible
aux droits constitutionnels et que son effet n’est pas proportionné à son objectif, de sorte qu’elle n’est pas sauvegardée
par application de l’article premier de la Charte. Le juge a suspendu l’effet de sa déclaration d’invalidité pendant un an.
Il a par ailleurs conclu que les changements apportés par la Trade Union Amendment Act, 2008 au processus
d’accréditation et aux communications permises à l’employeur ne contreviennent pas à l’al. 2d).
- 219 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
La Cour d’appel de la Saskatchewan a accueilli à l’unanimité l’appel interjeté par le gouvernement de la
Saskatchewan relativement à la constitutionnalité de la PSESA. Elle a rejeté l’appel de la décision selon laquelle la
Trade Union Amendment Act, 2008 ne contrevient pas à l’al. 2d) de la Charte.
Arrêt (les juges Rothstein et Wagner sont dissidents en partie) : Le pourvoi est accueilli relativement à la
PSESA. L’interdiction de la grève par la PSESA entrave substantiellement le droit à un processus véritable de
négociation collective et contrevient donc à l’al. 2d) de la Charte. L’atteinte n’est pas justifiée par application de
l’article premier. L’effet de la déclaration d’invalidité est suspen du pendant un an. L’appel visant la Trade Union
Amendment Act, 2008 est rejeté.
La juge en chef McLachlin et les juges LeBel, Abella, Cromwell et Karakatsanis : Dans notre régime de
relations de travail, le droit de grève constitue un élément essentiel d ’un processus véritable de négociation collective. Il
n’est pas seulement dérivé du droit à la négociation collective, il en constitue une composante indispensable. Advenant
la rupture de la négociation de bonne foi, la faculté de cesser collectivement le travail est une composante nécessaire du
processus grâce auquel les travailleurs peuvent continuer de participer véritablement à la poursuite de leurs objectifs
liés au travail. Le droit de grève jouit de la protection constitutionnelle en raison de sa fon ction cruciale dans le cadre
d’un processus véritable de négociation collective.
Dans l’arrêt Health Services and Support — Facilities Subsector Bargaining Assn. c. Colombie-Britannique,
[2007] 2 R.C.S. 391, la Cour reconnaît que les valeurs inhérentes à la Charte que sont « [l]a dignité humaine, l’égalité,
la liberté, le respect de l’autonomie de la personne et la mise en valeur de la démocratie » confirment la protection du
droit à un processus véritable de négociation collective dans les limites de l’a l. 2d). Le droit de grève est essentiel à la
réalisation de ces valeurs par voie de négociation collective, car il permet aux travailleurs de cesser le travail de manière
concertée en cas d’impasse de cette négociation collective. En recourant à la grève, les travailleurs s’unissent pour
participer directement au processus de détermination de leurs salaires, de leurs conditions de travail et des règles qui
régiront leur vie professionnelle. Ainsi, le recours possible à la grève fait en sorte que les travailleurs peuvent, par leur
action concertée, refuser de travailler aux conditions imposées par l’employeur. Cette action concertée à l’occasion
d’une impasse se veut une affirmation de la dignité et de l’autonomie personnelle des salariés pendant leur vie
professionnelle.
Le droit de grève favorise aussi l’égalité dans le processus de négociation. La Cour reconnaît depuis longtemps
les inégalités marquées qui façonnent les relations entre employeurs et salariés, ainsi que la vulnérabilité des salariés
dans ce contexte. La grève ne garantit pas en soi qu’un conflit de travail sera réglé d’une certaine manière, ni même du
tout, mais elle permet aux travailleurs de négocier davantage sur un pied d’égalité relativement à leurs conditions de
travail.
Adoptée aux États-Unis en 1935, la Loi Wagner a établi un modèle de relations de travail qui a inspiré les
régimes législatifs partout au Canada. Les gouvernements fédéral et provinciaux ont adopté ce modèle parce qu’ils ont
reconnu le besoin fondamental des travailleurs de participer à la réglementation de leur milieu de travail. Le modèle
fondé sur la Loi Wagner visait entre autres à réduire le recours à la grève en veillant à ce que les parties se livrent à une
véritable négociation collective. Or, il n’est pas le seul à reconnaître le droit de grève. La plupart des modèles de
relations de travail le font parce que la faculté de cesser collectivement le travail aux fins de la négociation des
conditions de travail — le droit de grève, en somme — constitue une composante essentielle de la poursuite d’objectifs
liés au travail par les travailleurs.
Les obligations internationales du Canada en matière de droits de la personne commandent également la
protection du droit de grève en tant qu’élément d’un processus vérita ble de négociation collective. Le Canada est partie
à des instruments internationaux qui protègent expressément le droit de grève. Outre ces engagements exprès, d’autres
sources confirment la protection du droit de grève que reconnaît le droit internationa l. De nombreux pays dotés de lois
du travail étrangères au modèle fondé sur la Loi Wagner protègent le droit de grève.
Il appert de ce tour d’horizon historique, international et jurisprudentiel qu’un processus véritable de
négociation collective exige que les salariés puissent participer à un arrêt collectif du travail aux fins de la
détermination de leurs conditions de travail par une convention collective. La faculté de cesser collectivement le travail
- 220 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
pendant la négociation d’une convention collective constitue donc — et a toujours constitué — le minimum irréductible
de la liberté d’association dans les relations de travail au Canada.
Pour savoir s’il y a atteinte à la liberté garantie par l’al. 2d) de la Charte, il faut déterminer si, dans un cas
donné, la limitation législative du droit de grève entrave substantiellement le droit à un processus véritable de
négociation collective. L’interdiction que fait la PSESA aux salariés désignés de prendre part à une grève aux fins de la
négociation de leurs conditions de travail satisfait à cette condition, si bien qu’il y a atteinte à la liberté garantie par
l’al. 2d) de la Charte.
L’atteinte à la liberté que garantit cet alinéa n’est pas justifiée par application de l’article premier.
L’ininterruption des services publics essentiels constitue à l’évidence un objectif urgent et réel, mais la question
décisive en l’espèce est celle de savoir si les moyens retenus par l’État portent atteinte le moins possible ou non aux
droits constitutionnels en cause, c’est-à-dire s’ils sont ou non soigneusement adaptés de façon que l’atteinte aux droits
n’aille pas au delà de ce qui est nécessaire.
Le fait qu’un service est offert uniquement par le secteur public ne mène pas inévitablement à la conclusion
qu’il est à juste titre considéré comme « essentiel ». La PSESA confère à l’employeur public le pouvoir unilatéral de
décider que des services essentiels seront assurés, ainsi que celui de déterminer la manière do nt ils le seront, y compris
les catégories de salariés qui continueront d’exercer leurs fonctions pendant l’arrêt de travail, le nombre et le nom des
salariés de chacune des catégories et, dans le cas d’un employeur public autre que le gouvernement de la Saskatchewan,
les services essentiels qui seront assurés. Seul le nombre de salariés qui demeureront au travail peut être révisé par la
Saskatchewan Labour Relations Board. Même lorsqu’il est interdit à un salarié de prendre part à une grève, les
dispositions de la PSESA ne limitent pas ses fonctions à la seule prestation des services essentiels. Elles vont au delà de
ce qui est raisonnablement nécessaire pour assurer la prestation ininterrompue des services essentiels durant une grève.
La PSESA ne prévoit pas non plus d’autre moyen véritable (tel l’arbitrage) de mettre fin à l’impasse des
négociations. Lorsque le droit de grève est limité d’une manière qui entrave substantiellement le droit à un processus
véritable de négociation collective, il doit être remplacé par l’un ou l’autre des mécanismes véritables de règlement des
différends qui sont couramment employés en relations de travail. Les salariés du secteur public qui assurent des
services essentiels exercent des fonctions dont le caractère unique est susceptible de militer en faveur d’un mécanisme
moins perturbateur que la grève lorsque la négociation collective se heurte à une impasse, mais ces fonctions ne
sauraient justifier l’absence de tout mécanisme de règlement des différends.
Le pouvoir unilatéral de l’employeur public de décider que des services essentiels seront assurés durant un
arrêt de travail et de déterminer la manière dont ils le seront, à l’exclusion de tout mécanisme de contrôle approprié,
sans compter l’absence d’un mécanisme véritable de règlement des différends, justifient la conclusion selon laquelle la
PSESA porte atteinte plus qu’il n’est nécessaire aux droits constitutionnels en cause. Il est donc inconstitutionnel.
Par contre, la Trade Union Amendment Act, 2008 ne contrevient pas à l’al. 2d). Les modifications qu’elle
apporte au processus d’accréditation ou de désaccréditation d’un agent négociateur, ainsi qu’aux règles applicables aux
communications de l’employeur avec ses salariés, n’entravent pas de manière substantielle la liberté d’association.
Les juges Rothstein et Wagner (dissidents en partie) : Notre Cour ne devrait pas s’immiscer dans
l’élaboration de politiques par les élus en constitutionnalisant le droit de grève sur le fondement de la liberté
d’association que garantit l’al. 2d) de la Charte. Comme les autres protections que la loi accorde aux travailleurs, le
droit de grève d’origine législative rend compte de l’équilibre complexe établi par les législateurs entre les intérêts
respectifs des employeurs, des salariés et du public. Protéger constitutionnellement le droit de grève a pour effet non
seulement de bouleverser cet équilibre délicat, mais aussi de limiter le pouvoir des législateurs en les privant de la
souplesse nécessaire au maintien de cet équilibre.
C’est au législateur démocratiquement élu qu’il revient d’établir le juste équilibre entre les intérêts
économiques et sociaux qui s’opposent dans le domaine des relations de travail. Notre Cour reconnaît depuis longtemps
que, lorsqu’il s’agit de prendre des décisions de politique générale, il appartient au législateur et non aux tribunaux de
mettre en balance les intérêts concurrents, spécialement en ce qui concerne la politique socio -économique. Le pouvoir
législatif a besoin d’une marge de manœuvre pour adapter la loi à l’évolution du contexte et des valeurs sociales. Un
- 221 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
entrelacement complexe d’intérêts, de droits et d’obligations interreliés caractérise les relations de travail au Canada,
lesquelles ont de grandes répercussions sur la société canadien ne. Il n’appartient pas à la Cour de transformer en diktat
constitutionnel tout choix de politique générale qu’elle tient pour valable. La déférence judiciaire s’impose afin que les
tribunaux ne rompent pas l’équilibre en usurpant les attributions des organes législatif et exécutif.
Constitutionnaliser le droit de grève réduit la marge de manœuvre de l’État, entrave sa faculté de mettre en
balance les intérêts des travailleurs et ceux des citoyens en général et empiète sur la fonction et les attributions de l’État.
Conférer la protection constitutionnelle au droit de grève est de nature à créer une grande incertitude dans le monde des
relations de travail, car toute limitation du droit de grève par le législateur sera dès lors tenue pour inconstitutionnelle.
Par la consécration constitutionnelle d’une conception large du droit de grève, les juges majoritaires ligotent l’État et
l’empêchent de donner suite à l’évolution des besoins et de la réalité dans le monde bouillonnant des relations de
travail.
La constitutionnalisation du droit de grève consacre une interprétation politique de la notion de « justice au
travail » qui favorise les intérêts des salariés au détriment de ceux des employeurs, voire du public. Si les salariés se
voient conférer des droits constitutionnels, les employeurs, eux, se voient imposer des obligations constitutionnelles.
Les employeurs et le public ont autant droit à la justice que les salariés : la véritable justice au travail se soucie des
intérêts de tous les intéressés. Dans le secteur public, la grève est un outil politique. La population s’attend à la
prestation de services publics, en particulier ceux qui sont essentiels. Les syndicats tentent donc de faire pression sur
l’État pour qu’il accède à certaines demandes en échange de la reprise du travail. Les conflits de travail du secteur
public revêtent un caractère unique en ce que l’État, en tant qu’employeur, doit tenir compte du fait que les sommes
supplémentaires requises pour accéder aux demandes des salariés seront prélevées sur les fonds publics.
Il est erroné de d’affirmer que, sans le droit de grève, le droit constitutionnel de négocier collectivement perd
tout son sens. Ce n’est pas la menace d’un arrêt de travail qui incite les parties à négocier de bonne foi. C’est
l’obligation en ce sens que prévoient la loi et, depuis l’arrêt Health Services and Support — Facilities Subsector
Bargaining Assn. c. Colombie-Britannique, 2007 CSC 27, [2007] 2 R.C.S. 391, la Constitution, non le recours possible
à un moyen de pression, qui force l’employeur à négocier de bonne foi. Le droit de grève d’origine législative permet
aux employeurs et aux salariés d’exercer leurs pouvoirs économiques et politiques. Or, en constitutionnalisant
seulement la faculté des salariés d’exercer ces pouvoirs, les juges majoritaires rompent l’équilibre délicat des relations
de travail au Canada et font obstacle à une véritable justice au travail.
La conclusion selon laquelle le droit de grève constitue une composante indispensable de la négociation
collective est incompatible avec la jurisprudence récente. La notion de négociation collective définie par notre Cour
dans les arrêts Health Services, Ontario (Procureur général) c. Fraser, 2011 CSC 20, [2011] 2 R.C.S. 3, et Association
de la police montée de l’Ontario c. Canada (Procureur général) , 2015 CSC 1, ne donne en rien à penser que les
salariés jouissent du droit constitutionnel de faire la grève et que l’employeur a l’obligation constitutionnelle de
protéger les emplois des grévistes. Les conditions auxquelles on peut rompre avec un jugement antérieur sont strictes.
Si la jurisprudence relative à l’al. 2d) a évolué depuis la trilogie en droit du travail, ni cette évolution, ni un quelconque
changement dans les relations de travail au Canada ne justifient que l’on s’écarte de la jurisprudence de notre Cour. Au
contraire, l’évolution du droit permet de conclure que le droit à la liberté d’association ne commande pas la
constitutionnalisation du droit de grève car la jurisprudence récente relative à l’al. 2d) reconnaît déjà le droit à un
processus véritable de négociation collective de bonne foi.
Les organismes internationaux ne s’entendent pas quant à savoir si les instruments internationaux en matière
de droit du travail et de droits de la personne protègent ou non le droit de grève. L’état actuel du droit international sur
le recours à la grève est incertain et n’offre pas de repères qui permettent à la Cour de décider si ce droit constitue ou
non un élément essentiel de la liberté d’association.
Le droit de grève n’est pas nécessaire à la protection constitutionnelle de la liberté d’association. Par
conséquent, la PSESA, qui limite le droit de grève des travailleurs du secteur public assurant des services essentiels, ne
porte pas atteinte au droit à une négociation collective véritable garantie par l’al. 2d) de la Charte. Le régime de grève
contrôlée qu’elle établit ne prive pas dans les faits les associations qui représentent les salariés du secteur public en
cause du droit de présenter des observations à l’employeur et de les voir prises en compte et débattues de bonne foi, ni
n’entrave substantiellement l’exercice de ce droit. Elle facilite la consultation entre employeurs et syndicats sur la
- 222 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
désignation des services essentiels et, selon la preuve offerte en l’espèce, il y a eu négociation de bonne foi. La seule
allégation voulant que la loi n’offre pas de mécanisme adéquat de règlement des différends ne permet pas de conclure à
la violation des droits protégés par l’al. 2d) de la Charte; cet alinéa ne garantit pas le droit à pareil mécanisme. En outre,
la grève n’a pas pour objectif de garantir le déroulement d’une négociation collective véritable, mais bien d’exercer une
pression politique sur l’employeur. Enfin, l’équilibre établi par le gouvernement de la Saskatchewan est éminemment
raisonnable. Le gouvernement fédéral et ses homologues provinciaux doivent respecter l’engagement constitutionnel de
« fournir à tous les Canadiens, à un niveau de qualité acceptable, les services publics essentiels » (Loi constitutionnelle
de 1982, al. 36(1)c)). Le gouvernement de la Saskatchewan ne peut donc pas s’en remettre à des décisions arbitrales
susceptibles de faire en sorte que la province n’ait plus les moyens de donner suite à son engagement. Il a conçu un
cadre législatif unique afin d’assurer à la collectivité la prestation co ntinue de services essentiels pendant un conflit de
travail. La Cour devrait déférer aux choix politiques de l’État dans l’établissement d’un équilibre entre les intérêts
respectifs des employeurs, des employés et du public.
La Trade Union Amendment Act, 2008 ne porte pas atteinte au droit à la liberté d’association.
POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel de la Saskatchewan (le juge en chef Klebuc et les juges
Richards, Ottenbreit, Caldwell et Herauf), 2013 SKCA 43, 414 Sask. R. 70, 575 W.A.C. 70, 361 D.L.R. (4th) 132, 280
C.R.R. (2d) 187, [2013] 6 W.W.R. 453, 227 C.L.R.B.R. (2d) 1, 2013 CLLC ¶220-032, [2013] S.J. No. 235 (QL), 2013
CarswellSask 252 (WL Can.), qui a infirmé en partie une décision du juge Ball, 2012 SKQB 62, 390 Sask. R. 196, 254
C.R.R. (2d) 288, [2012] 7 W.W.R. 743, 211 C.L.R.B.R. (2d) 1, 2012 CLLC ¶220-016, [2012] S.J. No. 49 (QL), 2012
CarswellSask 64 (WL Can.). Pourvoi accueilli en partie, les juges Rothstein et Wagner sont dissidents en partie.
Rick Engel, c.r., Craig D. Bavis et Peter Barnacle, pour les appelants.
Graeme G. Mitchell, c.r., Barbara C. Mysko et Katherine M. Roy, pour l’intimée.
Mark R. Kindrachuk , c.r., et Sean Gaudet, pour l’intervenant le procureur général du Canada.
Robert E. Charney et Sarah Wright, pour l’intervenant le procureur général de l’Ontario.
Caroline Renaud et Amélie Pelletier Desrosiers, pour l’intervenant le procureur général du Québec.
Keith Evans, pour l’intervenant le procureur général de la Colombie-Britannique.
Roderick Wiltshire, pour l’intervenant le procureur général de l’Alberta.
Chantelle MacDonald Newhook , pour l’intervenant le procureur général de Terre-Neuve-et-Labrador.
Gary L. Bainbridge et Marcus R. Davies, pour l’intervenant Saskatchewan Union of Nurses.
Drew S. Plaxton, pour l’intervenant SEIU-West.
Argumentation écrite seulement par Ritu Khullar, c.r., et Vanessa Cosco, pour les intervenantes United Nurses
of Alberta et Alberta Federation of Labour.
Argumentation écrite seulement par Peter C. Engelmann et Colleen Bauman, pour l’intervenant l’Institut
professionnel de la fonction publique du Canada.
Darryl Cruz et Brandon Kain, pour l’intervenante Canadian Constitution Foundation.
Steve Waller et Christopher Rootham, pour l’intervenante l’Association des pilotes d’Air Canada.
Lindsay M. Lyster, pour l’intervenante l’Association des libertés civiles de la Colombie-Britannique.
- 223 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Argumentation écrite seulement par Louise Laplante, Nancy Ménard-Cheng et Sébastien Beauregard, pour
l’intervenant le Conseil du patronat du Québec.
John D. R. Craig et Christopher D. Pigott, pour l’intervenant le Conseil canadien des employeurs.
Paul J. J. Cavalluzzo et Adrienne Telford, pour les intervenants le Syndicat des travailleurs et travailleuses des
postes et l’Association internationale des machinistes et des travailleurs et travailleuses de l’aérospatiale.
Joseph J. Arvay, c.r., et Catherine J. Boies Parker, pour les intervenants British Columbia Teachers’
Federation and Hospital Employees’ Union.
Argumentation écrite seulement par Steven Barrett et Ethan Poskanzer, pour l’intervenant le Congrès du
travail du Canada.
Andrew Raven et Andrew Astritis, pour l’intervenante l’Alliance de la Fonction publique du Canada.
Patrick G. Nugent et Tamara Friesen, pour l’intervenant Alberta Union of Provincial Employees.
Éric Lévesque et Benoît Laurin, pour l’intervenante la Confédération des syndicats nationaux.
Evert van Olst, c.r., et Leah Schatz, pour les intervenantes Regina Qu’Appelle Regional Health Authority,
Cypress Regional Health Authority, Five Hills Regional Health Authority, Heartland Regional Health Authority,
Sunrise Regional Health Authority, Prince Albert Parkland Regional Health Authority et Saskatoon Regional Health
Authority.
Paul Champ et Bijon Roy, pour l’intervenant le Syndicat national des employées et employés généraux du
secteur public.
Argumentation écrite seulement par Brian W. Burkett, pour les intervenantes la Société canadienne des postes
et Air Canada.
Procureurs des appelants : Gerrand Rath Johnson, Regina; Victory Square Law Office, Vancouver; The W
Law Group, Saskatoon.
Procureur de l’intimée : Procureur général de la Saskatchewan, Regina.
Procureur de l’intervenant le procureur général du Canada : Procureur général du Canada, Saskatoon.
Procureur de l’intervenant le procureur général de l’Ontario : Procureur général de l’Ontario, Toronto.
Procureur de l’intervenant le procureur général du Québec : Procureur général du Québec, Québec.
Procureur de l’intervenant le procureur général de la Colombie-Britannique : Procureur général de la
Colombie-Britannique, Vancouver.
Procureur de l’intervenant le procureur général de l’Alberta : Procureur général de l’Alberta, Edmonton.
Procureur de l’intervenant le procureur général de Terre-Neuve-et-Labrador : Procureur général de
Terre-Neuve-et-Labrador, St. John’s.
Procureurs de l’intervenant Saskatchewan Union of Nurses : Bainbridge Jodouin Cheecham, Saskatoon.
Procureurs de l’intervenant SEIU-West : Plaxton & Company, Saskatoon.
- 224 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Procureurs des intervenants United Nurses of Alberta et Alberta Federation of Labour : Chivers Carpenter,
Edmonton.
Procureurs de l’intervenant l’Institut professionnel de la fonction publique du Canada : Sack Goldblatt
Mitchell, Ottawa.
Procureurs de l’intervenante Canadian Constitution Foundation : McCarthy Tétrault, Toronto.
Procureurs de l’intervenante l’Association des pilotes d’Air Canada : Nelligan O’Brien Payne, Ottawa.
Procureurs de l’intervenante l’Association des libertés civiles de la Colombie-Britannique : Moore Edgar
Lyster, Vancouver.
Procureurs de l’intervenant le Conseil du patronat du Québec : Norton Rose Fulbright Canada, Montréal.
Procureurs de l’intervenant le Conseil canadien des employeurs : Fasken Martineau DuMoulin, Toronto.
Procureurs des intervenants le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes et l’Association
internationale des machinistes et des travailleurs et travailleuses de l’aérospatiale : Cavalluzzo Shilton McIntyre
Cornish, Toronto.
Procureurs des intervenants British Columbia Teachers’ Federation et Hospital Employees’ Union : Farris,
Vaughan, Wills & Murphy, Vancouver.
Procureurs de l’intervenant le Congrès du travail du Canada : Sack Goldblatt Mitchell, Toronto.
Procureurs de l’intervenante l’Alliance de la Fonction publique du Canada : Raven, Cameron, Ballantyne &
Yazbeck, Ottawa.
Procureurs de l’intervenant Alberta Union of Provincial Employees : Nugent Law Office, Edmonton.
Procureurs de l’intervenante la Confédération des syndicats nationaux : Laroche Martin, Montréal.
Procureurs des intervenantes Regina Qu’Appelle Regional Health Authority, Cypress Regional Health
Authority, Five Hills Regional Health Authority, Heartland Regional Health Authority, Sunrise Regional Health
Authority, Prince Albert Parkland Regional Health Authority et Saskatoon Regional Health Authority : Saskatoon
Regional Health Authority, Saskatoon; MacPherson Leslie & Tyerman, Saskatoon.
Procureurs de l’intervenant le Syndicat national des empl oyées et employés généraux du secteur
public : Champ & Associates, Ottawa.
Procureurs des intervenantes la Société canadienne des postes et Air Canada : Fasken Martineau DuMoulin,
Toronto.
- 225 -
AGENDA FOR FEBRUARY 2015
CALENDRIER DE FÉVRIER 2015
AGENDA for the weeks of February 9 and 16, 2015.
CALENDRIER de la semaine du 9 février et celle du 16 février 2015.
The Court will not be sitting during the weeks of February 2 and 23, 2015.
La Cour ne siègera pas pendant les semaines du 2 et du 23 février 2015.
DATE OF HEARING /
DATE D’AUDITION
NAME AND CASE NUMBER /
NOM DE LA CAUSE ET NUMÉRO
2015-02-09
and/et
2015-02-10
(if necessary/si nécessaire)
Canadian Imperial Bank of Commerce et al. v. Howard Green et al. (Ont.) (Civil)
(By Leave) (35807)
(Early start time: 9:00 a.m. / Horaire modifié : audience débutant à 9 h)
- and between IMAX Corporation et al. v. Marvin Neil Silver et al. (Ont.) (Civil) (By Leave) (35811)
(Early start time: 9:00 a.m. / Horaire modifié : audience débutant à 9 h)
- and between Celestica Inc. et al. v. Trustees of the Millwright Regional Council of Ontario Pension
Trust Fund et al. (Ont.) (Civil) (By Leave) (35813)
(Early start time: 9:00 a.m. / Horaire modifié : audience débutant à 9 h)
2015-02-11
Grant Anthony Goleski v. Her Majesty the Queen (B.C.) (Criminal) (By Leave) (35862)
2015-02-12
Her Majesty the Queen v. Andrew Simpson et al. (Que.) (Criminal) (As of Right)
(35971)
2015-02-13
Gilles Caron et autre c. Sa Majesté la Reine et autre (Alb.) (Civile) (Autorisation)
(35842)
2015-02-16
and/et
2015-02-17
and/et
2015-02-18
(if necessary/si nécessaire)
Jesus Rodriguez Hernandez v. Minister of Public Safety and Emergency Preparedness
(F.C.) (Civil) (By Leave) (35677)
(Early start time: 9:00 a.m. / Horaire modifié : audience débutant à 9 h)
B306 v. Minister of Public Safety and Emergency Preparedness (F.C.) (Civil)
(By Leave) (35685)
(Early start time: 9:00 a.m. / Horaire modifié : audience débutant à 9 h)
J.P. et al. v. Minister of Public Safety and Emergency Preparedness (F.C.) (Civil)
(By Leave) (35688)
(Early start time: 9:00 a.m. / Horaire modifié : audience débutant à 9 h)
B010 v. Minister of Citizenship and Immigration (F.C.) (Civil) (By Leave) (35388)
(Early start time: 9:00 a.m. / Horaire modifié : audience débutant à 9 h)
Francis Anthonimuthu Appulonappa et al. v. Her Majesty the Queen et al. (B.C.)
(Criminal) (By Leave) (35958)
(Early start time: 9:00 a.m. / Horaire modifié : audience débutant à 9 h)
- 226 -
AGENDA FOR FEBRUARY 2015
2015-02-19
CALENDRIER DE FÉVRIER 2015
Cladinoro Perrone v. Her Majesty the Queen (Man.) (Criminal) (As of Right) (36021)
NOTE: This agenda is subject to change. Hearings normally commence at 9:30 a.m.; however, cases with multiple
parties often commence at 9:00 a.m. Where two cases are scheduled on a given day, the second case may be heard
immediately after the first one or at 2:00 p.m. Hearing dates and times should be confirmed with Registry staff at 613996-8666.
Ce calendrier est sujet à modification. Les audiences débutent normalement à 9h30; toutefois; l’audition des affaires
concernant des parties multiples commence souvent à 9 h. Lorsque deux affaires doivent être entendues le même jour,
l’audition de la deuxième affaire peut avoir lieu immédiatement après celle de la première ou encore à 14 h. La date et
l’heure d’une audience doivent être confirmées auprès du personn el du greffe au 613 996-8666.
- 227 -
SUMMARIES OF THE CASES
35807
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Canadian Imperial Bank of Commerce v. Howard Green and Anne Bell
Gerald McCaughey, Tom Woods, Brian G. Shaw and Ken Kilgour v. Howard Green and Anne Bell
Limitation of actions - Legislation - Interpretation - Civil procedure - Class actions - Securities - Statutory claim Statement of claim in proposed class action indicating that plaintiffs will seek order granting leave to assert statutory
cause of action for misrepresentation provided by s. 138.3 of Part XXIII.1 of Ontario Securities Act - Leave not
obtained prior to expiry of three-year limitation period set out in s. 138.14 of Securities Act - Whether the s. 138.14
limitation period was suspended by s. 28 of the Class Proceedings Act prior to the grant of leave - Whether a class
proceeding based on the common law cause of action can be the preferable procedure for resolving a secondary market
misrepresentation claim - Whether the test for granting leave under s. 138.8 was properly interpreted and applied Securities Act, R.S.O. 1990, c. S.5, ss. 138.3, 138.8, 138.14 - Class Proceedings Act, 1992, S.O. 1992, c. 6, s. 28.
In this class action proceeding, the representative plaintiffs are claiming damages under Part XXIII.1 of the Ontario
Securities Act (“OSA”) for misrepresentations alleged to have been made in respect of shares trading in the secondary
market. In addition to common law negligent misrepresentation claims, they make a claim based on the new statutory
cause of action found at s. 138.3 of the OSA, which can only be commenced with leave of the court. The statutory
claim is also subject to a three-year limitation period, found at s. 138.14(1) of the OSA. The class action was
commenced within the three-year limitation period and a motion for leave to commence the statutory claim was
brought, but leave was not obtained within the limitation period. Applying the Ontario Court of Appeal’s 2012 decision
in Sharma v. Timminco, 2012 ONCA 107, the motions judge dismissed the leave application and the statutory action as
time-barred. However, on appeal, a five-judge panel of the Court of Appeal concluded that the decision in Timminco
should be overturned, and therefore that the action was not statute-barred. The motions judge, had he not found that the
action was time-barred, would have certified the action as a class proceeding to assert the statutory cause of action, but
not the cause of action for common law misrepresentation. The Court of Appeal, after finding that the action was not
time-barred, certified the action as a class proceeding to assert both causes of action.
Origin of the case:
Ontario
File No.:
35807
Judgment of the Court of Appeal: February 3, 2014
Counsel:
Sheila Block, James C. Tory, Crawford Smith and Andrew Gray for the appellant
Canadian Imperial Bank of Commerce
Benjamin Zarnett and David D. Conklin for the appellants Gerald McCaughey,
Tom Woods, Brian G. Shaw and Ken Kilgour
Joel P. Rochon, Peter R. Jervis, Remissa Hirji and Sakie Tambakos for the
respondents
- 228 -
SUMMARIES OF THE CASES
35807
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Banque Canadienne Impériale de Commerce c. Howard Green et Anne Bell
Gerald McCaughey, Tom Woods, Brian G. Shaw et Ken Kilgour c. Howard Green et Anne Bell
Prescription - Législation - Interprétation - Procédure civile - Recours collectifs - Valeurs mobilières - Action fondée
sur une disposition législative - Déclaration par les demandeurs dans le cadre d’un recours collectif proposé indiquant
leur intention de solliciter l’autorisation de plaider comme cause d’action la présentation inexacte des faits, prévue à
l’art. 138.3 de la partie XXIII.1 de la Loi sur les valeurs mobilières de l’Ontario - Autorisation non obtenue avant
l’expiration du délai de prescription de trois ans prévu à l’art. 138.14 de cette loi - Le délai de prescription prévu à
l’art. 138.14 avait-il été suspendu par l’effet de l’art. 28 de la Loi sur les recours collectifs préalablement à
l’autorisation? - Le recours collectif fondé sur la cause d’action en common law est-il le meilleur moyen de mener à
terme l’action pour présentation inexacte des faits relativement au marché secondaire? - Le critère relatif à
l’autorisation en vertu de l’art. 138.8 a-t-il été correctement interprété et appliqué? - Loi sur les valeurs mobilières,
L.R.O. 1990, ch. S.5, art. 138.3, 138.8, 138.14 - Loi de 1992 sur les recours collectifs, L.O. 1992, ch. 6, art. 28.
Les représentants des demandeurs dans le cadre d’un recours collectif intentent une action en domma ges-intérêts en
vertu de la partie XXIII.1 de la Loi sur les valeurs mobilières de l’Ontario pour présentation inexacte des faits
relativement à la négociation d’actions sur le marché secondaire. Outre l’assertion inexacte et négligente, une cause
d’action issue de la common law, les demandeurs invoquent également la nouvelle cause d’action prévue à l’art. 138.3
de la Loi, qui ne peut être avancée que sur autorisation du tribunal. La demande fondée sur la disposition législative se
prescrit par trois ans, en application du par. 138.14(1) de la Loi. Le recours collectif a été intenté avant l’expiration du
délai de prescription, et une motion sollicitant l’autorisation d’invoquer la cause d’action fondée sur la disposition
législative a été présentée, mais l’autorisation n’a pas été obtenue avant l’expiration du délai. Se fondant sur l’arrêt
rendu en 2012 par la Cour d’appel de l’Ontario dans l’affaire Sharma c. Timminco, 2012 ONCA 107, le juge des
requêtes a rejeté la demande d’autorisation et l’action fondée sur la disposition législative pour cause de prescription.
Cependant, la formation de cinq juges de la Cour d’appel saisie de l’appel a infirmé l’arrêt Timminco, et par
conséquent, l’action n’était plus prescrite. Le juge des requêtes, s’il n’avait pas con clu que l’action était prescrite, aurait
autorisé le recours collectif pour faire valoir la cause d’action légale, mais non la cause d’action de présentation
inexacte des faits en common law. La Cour d’appel, après avoir conclu que l’action n’était pas pre scrite, a autorisé le
recours collectif pour faire valoir les deux causes d’action.
Origine :
Ontario
No du greffe :
35807
Arrêt de la Cour d’appel :
le 3 février 2014
Avocats :
Sheila Block, James C. Tory, Crawford Smith et Andrew Gray pour l’appelante, la
Banque Canadienne Impériale de Commerce
Benjamin Zarnett et David D. Conklin pour les appelants Gerald McCaughey, Tom
Woods, Brian G. Shaw et Ken Kilgour
Joel P. Rochon, Peter R. Jervis, Remissa Hirji et Sakie Tambakos pour les intimés
- 229 -
SUMMARIES OF THE CASES
35811
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Imax Corporation, Richard L. Gelfond, Bradley J. Wechsler, Francis T. Joyce, Neil S. Braun, Kenneth G.
Copland, Garth M. Girvan, David W. Leebron and Kathryn A. Gamble v. Marvin Neil Silver and Cliff
Cohen
Limitation of actions - Legislation - Interpretation - Civil procedure - Class actions - Securities - Statutory claim Statement of claim in proposed class action indicating that plaintiffs will seek order granting leave to assert statutory
cause of action for misrepresentation provided by s. 138.3 of Part XXIII.1 of Ontario Securities Act - Leave not
obtained prior to expiry of three-year limitation period set out in s. 138.14 of Securities Act - Whether the limitation
period was suspended by the filing of a statement of claim pleading only common law claims while giving notice that
the plaintiffs intended to assert a s. 138.3 cause of action - If not, whether the expiry of the limitation period can be
cured by an order nunc pro tunc - Securities Act, R.S.O. 1990, c. S.5, ss. 138.3, 138.8, 138.14 - Class Proceedings Act,
1992, S.O. 1992, c. 6, s. 28.
In this class action proceeding, the representative plaintiffs are claiming damages under Part XXIII.1 of th e Ontario
Securities Act (“OSA”) for misrepresentations alleged to have been made in respect of shares trading in the secondary
market. In addition to common law negligent misrepresentation claims, they make a claim based on the new statutory
cause of action found at s. 138.3 of the OSA, which can only be commenced with leave of the court and is subject to a
three-year limitation period, found at s. 138.14(1) of the OSA. The class action was commenced within the three -year
limitation period and a motion for leave to commence the statutory claim was brought, but leave was granted after the
expiry of the limitation period. On motion by the defendants to dismiss the statutory claim as being time -barred in view
of the Ontario Court of Appeal’s 2012 decision in Sharma v. Timminco, 2012 ONCA 107, the motions judge ordered
that leave to commence the action applied nunc pro tunc within the limitation period. On appeal by the defendants, a
five-judge panel of the Court of Appeal concluded that the decision in Timminco should be overturned, and therefore
that the action was not statute-barred.
Origin of the case:
Ontario
File No.:
35811
Judgment of the Court of Appeal: February 3, 2014
Counsel:
R. Paul Steep, Dana M. Peebles and Brandon Kain for the appellants
Michael G. Robb, A. Dimitri Lascaris and Marie-France Major for the respondents
- 230 -
SUMMARIES OF THE CASES
35811
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Imax Corporation, Richard L. Gelfond, Bradley J. Wechsler, Francis T. Joyce, Neil S. Braun, Kenneth G.
Copland, Garth M. Girvan, David W. Leebron et Kathryn A. Gamble c. Marvin Neil Silver et Cliff Cohen
Prescription - Législation - Interprétation - Procédure civile - Recours collectifs - Valeurs mobilières - Action fondée
sur une disposition législative - Déclaration par les demandeurs dans le cadre d’un recours collectif proposé indiquant
leur intention de solliciter l’autorisation de plaider comme cause d’action la présentation inexacte des faits, prévue à
l’art. 138.3 de la partie XXIII.1 de la Loi sur les valeurs mobilières de l’Ontario - Autorisation non obtenue avant
l’expiration du délai de prescription de trois ans prévu à l’art. 138.14 de cette loi - Le délai de prescription avait-il été
suspendu par le dépôt d’une déclaration qui ne plaidait que des revendications en common law tou t en donnant un avis
que les demandeurs entendaient faire valoir une cause d’action fondée sur l’art. 138.3? - Dans la négative, l’expiration
du délai de prescription peut-elle être corrigée par une ordonnance avec effet rétroactif (nunc pro tunc)? - Loi sur les
valeurs mobilières, L.R.O. 1990, ch. S.5, art. 138.3, 138.8, 138.14 - Loi de 1992 sur les recours collectifs, L.O. 1992,
ch. 6, art. 28.
Les représentants des demandeurs dans le cadre d’un recours collectif intentent une action en dommages -intérêts en
vertu de la partie XXIII.1 de la Loi sur les valeurs mobilières de l’Ontario pour présentation inexacte des faits
relativement à la négociation d’actions sur le marché secondaire. Outre l’assertion inexacte et négligente, une cause
d’action issue de la common law, les demandeurs invoquent également la nouvelle cause d’action prévue à l’art. 138.3
de la Loi, qui ne peut être avancée que sur autorisation du tribunal et se prescrit par trois ans, en application du
par. 138.14(1) de la Loi. Le recours collectif a été intenté avant l’expiration du délai de prescription de trois ans, et une
motion sollicitant l’autorisation d’invoquer la cause d’action fondée sur la disposition législative a été présentée, mais
l’autorisation a été obtenue après l’expiration du délai. Les défendeurs ont présenté une motion visant à faire rejeter la
cause d’action fondée sur la disposition législative pour cause de prescription, suivant l’arrêt rendu en 2012 par la Cour
d’appel de l’Ontario dans l’affaire Sharma c. Timminco, 2012 ONCA 107. Le juge des requêtes a ordonné que
l’autorisation d’intenter l’action s’applique avec effet rétroactif (nunc pro tunc) à une date antérieure à l’expiration du
délai de prescription. Dans le cadre de l’appel interjeté par les défendeurs, la formation de cinq juges de la Cour d’appel
a infirmé l’arrêt Timminco, et par conséquent, l’action n’était plus prescrite.
Origine :
Ontario
No du greffe :
35811
Arrêt de la Cour d’appel :
le 3 février 2014
Avocats :
R. Paul Steep, Dana M. Peebles et Brandon Kain pour les appelants
Michael G. Robb, A. Dimitri Lascaris et Marie-France Major pour les intimés
- 231 -
SUMMARIES OF THE CASES
35813
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Celestica Inc., Stephen W. Delaney and Anthony P. Puppi v. Trustees of the Millwright Regional Council of
Ontario Pension Trust Fund
Celestica Inc., Stephen W. Delaney and Anthony P. Puppi v. Nabil Berzi
Celestica Inc., Stephen W. Delaney and Anthony P. Puppi v. Huacheng Xing
Limitation of actions - Legislation - Interpretation - Civil procedure - Class actions - Securities - Statutory claim Statement of claim in proposed class action indicating that plaintiffs will seek order granting leave to assert statutory
cause of action for misrepresentation provided by s. 138.3 of Part XXIII.1 of Ontario Securities Act - Leave motion
brought after expiry of three-year limitation period set out in s. 138.14 of Securities Act - Whether Court of Appeal
erred in concluding that the test for overturning Sharma v. Timminco, 2012 ONCA 107, had been satisfied - Whether
Court of Appeal erred in its determination as to when the statutory limitation period under Part XXIII.1 stopped running
- Whether the special circumstances doctrine is available to relieve the plaintiffs from compliance with the Part XXIII.1
limitation period - Securities Act, R.S.O. 1990, c. S.5, ss. 138.3, 138.8, 138.14 - Class Proceedings Act, 1992, S.O.
1992, c. 6, s. 28.
In this class action proceeding, the representative plaintiffs are claiming damages under Part XXIII.1 o f the Ontario
Securities Act (“OSA”) for misrepresentations alleged to have been made in respect of shares trading in the secondary
market. In addition to common law negligent misrepresentation claims, they make a claim based on the new statutory
cause of action found at s. 138.3 of the OSA, which can only be commenced with leave of the court and is subject to a
three-year limitation period. The plaintiffs brought a motion seeking leave beyond the three -year limitation period. On
motion by the defendants to strike the statutory claims as being time-barred in view of the Ontario Court of Appeal’s
2012 decision in Sharma v. Timminco, 2012 ONCA 107, the motions judge held that there were special circumstances
justifying an order granting leave nunc pro tunc despite the expiry of the limitation period. On appeal by the
defendants, a five-judge panel of the Court of Appeal concluded that the decision in Timminco should be overturned,
and therefore that the action was not statute-barred.
Origin of the case:
Ontario
File No.:
35813
Judgment of the Court of Appeal: February 3, 2014
Counsel:
Nigel Campbell, Andrea Laing and Ryan A. Morris for the appellants
Kirk M. Baert and Michael Mazzuca for the respondents
- 232 -
SUMMARIES OF THE CASES
35813
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Celestica Inc., Stephen W. Delaney et Anthony P. Puppi c. Trustees of the Millwright Regional Council of
Ontario Pension Trust Fund
Celestica Inc., Stephen W. Delaney et Anthony P. Puppi c. Nabil Berzi
Celestica Inc., Stephen W. Delaney et Anthony P. Puppi c. Huacheng Xing
Prescription - Législation - Interprétation - Procédure civile - Recours collectifs - Valeurs mobilières - Action fondée
sur une disposition législative - Déclaration par les demandeurs dans le cadre d’un recours collectif proposé indiquant
leur intention de solliciter l’autorisation de plaider comme cause d’action la présentation inexacte des faits, prévue à
l’art. 138.3 de la partie XXIII.1 de la Loi sur les valeurs mobilières de l’Ontario - Motion en autorisation présentée
après l’expiration du délai de prescription de trois ans prévu à l’art. 138.14 de cette loi - La Cour d’appel a-t-elle eu tort
de conclure que le critère qui permet d’infirmer Sharma c. Timminco, 2012 ONCA 107 avait été rempli? - La Cour
d’appel a-t-elle commis une erreur dans sa détermination du moment où le délai de prescription en application de la
partie XXIII.1 cessait de courir? - La doctrine des circonstances spéciales peut-elle être invoquée pour soustraire les
demandeurs de l’obligation de se conformer au délai la prescription de la partie XXIII.1? - Loi sur les valeurs
mobilières, L.R.O. 1990, ch. S.5, art. 138.3, 138.8, 138.14 - Loi de 1992 sur les recours collectifs, L.O. 1992, ch. 6,
art. 28.
Les représentants des demandeurs dans le cadre d’un recours co llectif intentent une action en dommages -intérêts en
vertu de la partie XXIII.1 de la Loi sur les valeurs mobilières de l’Ontario pour présentation inexacte des faits
relativement à la négociation d’actions sur le marché secondaire. Outre l’assertion inexa cte et négligente, une cause
d’action issue de la common law, les demandeurs invoquent également la nouvelle cause d’action prévue à l’art. 138.3
de la Loi, qui ne peut être avancée que sur autorisation du tribunal et se prescrit par trois ans. Les demande urs ont
présenté une motion en autorisation après l’expiration du délai de prescription de trois ans. Les défendeurs ont présenté
une motion visant à faire rejeter la cause d’action fondée sur la disposition législative pour cause de prescription,
suivant l’arrêt rendu en 2012 par la Cour d’appel de l’Ontario dans l’affaire Sharma c. Timminco, 2012 ONCA 107. Le
juge des requêtes a indiqué que des circonstances spéciales justifiaient l’autorisation avec effet rétroactif (nunc pro
tunc), en dépit de l’expiration du délai de prescription. Dans le cadre de l’appel interjeté par les défendeurs, la
formation de cinq juges de la Cour d’appel a infirmé l’arrêt Timminco, et par conséquent, l’action n’était plus prescrite.
Origine :
Ontario
No du greffe :
35813
Arrêt de la Cour d’appel :
le 3 février 2014
Avocats :
Nigel Campbell, Andrea Laing et Ryan A. Morris pour les appelants
Kirk M. Baert et Michael Mazzuca pour les intimés
- 233 -
SUMMARIES OF THE CASES
35862
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Grant Anthony Goleski v. Her Majesty the Queen
Criminal law - Offences - Motor vehicles - Failing or refusing to provide breath sample - Burden of proof Interpretation of s. 794(2) of the Criminal Code - Whether s. 794(2) imposes a persuasive burden on accused to prove
“reasonable excuse” to refuse to provide breath sample or whether it requires Crown to disprove that reasonable excuse
once accused has established evidentiary basis for such an excuse? - Criminal Code, R.C.S. 1985, c. C-26, ss. 254(4)
and 794(2).
In 2006, the appellant was driving his vehicle when he was pulled over by police. He was informed that he was being
stopped for failing to obey two stop signs. Detecting the odour of alcohol on the appellant’s breath, the police officer
demanded that the appellant give a roadside breath sample into an approved screening device. Based on the result of
that roadside sample, the police officer made a demand that the appellant accompany him to the local detachment in
order to provide breath samples into an approved instrument. When the appellant wa s transported to the detachment and
asked to provide samples, he stated that he would not comply.
At trial, the appellant testified that he had refused to provide a breath sample because he did not believe that the police
officer would prepare his report of the breath sample honestly. According to the appellant’s testimony at trial, he
believed that the police officer was lying when he claimed that the appellant had failed to obey the stop signs. He felt
that he was being treated unfairly. The appellant’s testimony according to which he had come to a complete stop at each
of the two stop signs was corroborated by the evidence of a passenger who had been in the appellant’s vehicle at the
time. The appellant claimed that it was his suspicion that the police o fficer was treating him unfairly that led him to
refuse to provide a breath sample at the detachment.
Origin of the case:
British Columbia
File No.:
35862
Judgment of the Court of Appeal: March 3, 2014
Counsel:
Amandeep Jaswal for the appellant
Mary T. Ainslie and John Caldwell for the respondent
- 234 -
SUMMARIES OF THE CASES
35862
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Grant Anthony Goleski c. Sa Majesté la Reine
Droit criminel - Infractions - Véhicules à moteur - Omission ou refus de fournir un échantillon d’haleine - Fardeau de la
preuve - Interprétation du par. 794(2) du Code criminel - Le par. 794(2) impose-t-il à l’accusé une charge de persuasion
en vertu de laquelle il serait tenu de prouver une « excuse raisonnable » pour refuser de fournir un échantillon d’haleine
ou oblige-t-il plutôt le ministère public à réfuter cette excuse raisonnable dès que l’accusé a établi le fondement
probatoire d’une telle excuse? - Code criminel, L.R.C. 1985, c. C-46, art. 254(4) et 794(2).
En 2006, l’appelant conduisait son véhicule lorsqu’il a été intercepté par la police. L’agent l’a informé qu’il avait été
intercepté parce qu’il n’avait respecté deux arrêts. Décelant une odeu r d’alcool se dégageant de l’haleine de l’appelant,
l’agent a ordonné à ce dernier de se soumettre à un test de détection routier à l’aide d’un appareil de détection approuvé.
Le résultat obtenu a amené l’agent à ordonner à l’appelant de le suivre au poste pour se soumettre à un test à l’aide d’un
alcootest approuvé. Une fois au poste, l’appelant a refusé d’obtempérer.
À son procès, l’appelant a déclaré qu’il avait refusé de fournir un échantillon d’haleine parce qu’il ne croyait pas que
l’agent rédigerait un rapport honnête au sujet du test effectué à partir de l’échantillon d’haleine. Suivant le témoignage
de l’appelant au procès, ce dernier croyait que l’agent mentait lorsqu’il a déclaré que l’appelant n’avait pas respecté les
deux arrêts. L’appelant estimait ne pas avoir été traité de manière juste. Le témoignage de l’appelant comme quoi il
avait immobilisé son véhicule à chacun des arrêts a été corroboré par la déclaration d’une personne qui prenait place à
ce moment dans le véhicule de l’appelant. Selon l’appelant, c’est parce qu’il soupçonnait que le policier l’avait traité
injustement qu’il a refusé de fournir un échantillon d’haleine au poste.
Origine :
Colombie-Britannique
No du greffe :
35862
Arrêt de la Cour d’appel :
le 3 mars 2014
Avocats :
Amandeep Jaswal pour l’appelant
Mary T. Ainslie et John Caldwell pour l’intimée
- 235 -
SUMMARIES OF THE CASES
35971
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Her Majesty the Queen v. Andrew Simpson and Kizzy-Ann Farell
Charter of Rights - Unreasonable search and seizure - Breaking and entering - Colour of right - Whether the trial judge
erred in law in finding that the respondents’ s. 8 Charter rights were violated - Whether the trial judge erred in finding
colour of right.
The respondents were acquitted of the charges of breaking and entering, interference with the lawful use of property
and exploitation of property, assaulting a police officer and assault with a weapon. During the building inspection of a
commercial unit in which the respondents were residing, they assaulted police officers assisting municipal employees
with the inspection. At trial, the respondents’ motion pursuant to ss. 7 and 8 of the Charter was granted and the state
evidence against them was excluded. A majority of the Court of Appeal dismissed the Crown’s appeal. Thibault J.A.,
dissenting, would have allowed the appeal and ordered a new trial. In her view, “the absence of a right of occupation
had been demonstrated beyond a reasonable doubt and the inspector’s visit accompanied by policemen was legal”.
Origin of the case:
Quebec
File No.:
35971
Judgment of the Court of Appeal: May 30, 2014
Counsel:
Dennis Galiatsatos for the appellant
Andrew Simpson and Kizzy-Ann Farell, unrepresented
- 236 -
SUMMARIES OF THE CASES
35971
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Sa Majesté la Reine c. Andrew Simpson et Kizzy-Ann Farell
Charte des droits - Perquisition, fouille et saisie abusives - Introduction par effraction - Apparence de droit - Le juge du
procès a-t-il commis une erreur de droit en concluant qu’il y avait eu atteinte aux droits que l’art. 8 de la Charte garantit
aux intimés? - Le juge du procès a-t-il eu tort de conclure qu’il y avait apparence de droit?
Les intimés ont été acquittés d’accusations d’introduction par effraction, d’entrave à l’emploi d’un bien ou à
l’exploitation d’un bien, de voies de fait à l’endroit d’un policier et d’agression armée. Pendant l’inspection de l’unité
commerciale d’un bâtiment où vivaient les intimés, ces derniers ont agressé les policiers qui aidaient les employés
municipaux à faire l’inspection. Au procès, la requête des intimés fondée sur les art. 7 et 8 de la Charte a été accueillie,
et la preuve du ministère public contre eux a été rejetée. Les juges majoritaires de la Cour d’appel ont rejeté l’appel du
ministère public. La juge Thibault, dissidente, était d’avis d’accueillir l’appel et d’ordonner u n nouveau procès. À son
avis, [T RADUCT ION] « l’absence de droit d’occupation avait été démontrée hors de tout doute raisonnable et la visite de
l’inspecteur accompagnée de policiers était légale ».
Origine :
Québec
No du greffe :
35971
Arrêt de la Cour d’appel :
le 30 mai 2014
Avocats :
Dennis Galiatsatos pour l’appelant
Andrew Simpson et Kizzy-Ann Farell, non représentés
- 237 -
SUMMARIES OF THE CASES
35842
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Pierre Boutet v. Her Majesty the Queen — and between — Gilles Caron v. Her Majesty the Queen
Constitutional law - Language guarantees - Right to publication - Scope of Rupert’s Land and North-Western Territory
Order, June 23, 1870, R.S.C. 1985, App. II, No. 9 - Appellants charged with offences under Traffic Safety Act, R.S.A.
2000, c. T-6, Alberta statute enacted in English only - At trial, appellants arguing that Traffic Safety Act
unconstitutional because it not enacted in English and in French - At conclusion of trial, Alberta Provincial Court judge
ruling in appellants’ favour and declaring that 1870 Order imposed obligation on Legislative Assembly of Alberta to
enact legislation in English and in French - That decision set aside by Court of Queen’s Bench in judgment that
subsequently affirmed by Court of Appeal - Whether Languages Act, R.S.A. 2000, c. L-6, is ultra vires or inoperative
insofar as it abrogates constitutional duty owed by Alberta to enact, print and publish its laws and regulations in English
and in French in accordance, inter alia, with 1870 Order - If answer to question 1 is affirmative, whether Traffic Safety
Act and any other laws and regulations that have not been enacted, printed and published in French are inoperative.
The appellant Pierre Boutet was charged with an offence under the Traffic Safety Act, an Alberta statute enacted in
English only. At trial, he argued that the Act was unconstitutional because it had not been enacted in English and in
French. Mr. Boutet’s case was joined to that of Gilles Caron, which raised the same issues. At the conclusion of a trial
lasting nearly 90 days, Judge Wenden of the Alberta Provincial Court ruled in favour of Mr. Boutet and Mr. Caron and
declared that the Royal Proclamation of 1869 and the 1870 Order imposed an obligation on the Legislative Assembly
of Alberta to enact legislation in English and in French. That decision was set aside by the Court of Queen’s Bench in a
judgment that was subsequently affirmed by the Court of Appeal.
Origin of the case:
Alberta
File No.:
35842
Judgment of the Court of Appeal: February 21, 2014
Counsel:
Allan Damer and Sébastien Grammond for the appellant Boutet
Roger J.F. Lepage, Francis P. Poulin and Romain Baudemont for the appellant
Caron
Teresa R. Haykowsky for the respondent
- 238 -
SUMMARIES OF THE CASES
35842
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Pierre Boutet c. Sa Majesté la Reine — et entre — Gilles Caron c. Sa Majesté la Reine
Droit constitutionnel - Garanties linguistiques - Droit à la publication - Portée du Décret en conseil sur la Terre de
Rupert et du Territoire du Nord-Ouest, le 23 juin 1870, LRC 1985, app II, no 9 - Les appelants ont été accusés
d’infractions à la Traffic Safety Act, R.S.A. 2000, c. T-6, une loi albertaine adoptée en anglais seulement - À leur
procès, les appelants ont soutenu que la Traffic Safety Act était inconstitutionnelle, puisqu’elle n’avait pas été adoptée
en français et en anglais - Au terme du procès, un juge de la Cour provinciale de l’Alberta a donné raison aux appelants
et a déclaré que le Décret de 1870 imposait à l’Assemblée législative albertaine l’obligation d’adopter les lois en
français et en anglais - Cette décision a été infirmée par la Cour du banc de la Reine, un jugement confirmé par la Cour
d’appel - Est-ce que la Loi linguistique, R.S.A. 2000, c. L-6, est ultra vires ou sans effet dans la mesure où elle abroge
une obligation constitutionnelle de l’Alberta d’édicter, d’imprimer et de publier ses lois et ses règlements en français et
en anglais conformément, notamment, au Décret de 1870? - En cas de réponse affirmative à la question 1, est-ce que la
Traffic Safety Act ainsi que les autres lois et règlements qui n’ont pas été édictés, imprimés et publiés en français sont
inopérants ?
L’appelant Pierre Boutet a été accusé d’une infraction à la Traffic Safety Act, une loi albertaine adoptée en anglais
seulement. À son procès, Monsieur Boutet a soutenu que la loi était inconstitutionnelle, puisqu’elle n’avait pas été
adoptée en français et en anglais. La cause de Monsieur Boutet a été jointe à celle de Monsieur Gilles Caron, qui
soulevait les mêmes questions. Au terme d’un procès qui a duré près de 90 jours, le juge Wenden de la Cour provinciale
de l’Alberta a donné raison aux Messieurs Boutet et Caron et a déclaré que la Proclamation royale de 1869 et le Décret
de 1870 imposaient à l’Assemblée législative albertaine l’obligation d’adopter les lois en français et en anglais. Cette
décision a été infirmée par la Cour du banc de la Reine, un jugement confirmé par la Cour d’appel.
Origine:
Alberta
No du greffe:
35842
Arrêt de la Cour d’appel:
le 21 février 2014
Avocats:
M e Allan Damer et M e Sébastien Grammond pour l’appelant Monsieur Boutet
M e Roger J.F. Lepage, M e Francis P. Poulin et M e Romain Baudemont pour
l’appelant Monsieur Caron
M e Teresa R. Haykowsky pour l’intimée
- 239 -
SUMMARIES OF THE CASES
35677
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Jesus Rodriguez Hernandez v. Minister of Public Safety and Emergency Preparedness
Charter of Rights and Freedoms - Right to life, liberty and security of the person - Immigration law - Inadmissibility
and removal - Inadmissibility under s. 37(1)(b) of the Immigration and Refugee Protection Act, S.C. 2001, c. 27
(“IRPA”), on grounds of organized criminality for engaging, in the context of transnational crime, in activities such as
people smuggling - What is the standard of review in respect of the Immigration Division of the Immigration and
Refugee Protection Board’s interpretation of the scope of s. 37(1)(b)? - What is the scope of s. 37(1)(b)? - Is s. 7 of the
Charter engaged in the inadmissibility process before the Board?
Mr. Hernandez is a 43-year-old Cuban national who left Cuba for the United States in 2001, fearing persecution
because of his participation in democratic movements opposing the policies and practices of the Cuban government. He
was granted asylum in the U.S. in 2001.
In 2003, Mr. Hernandez returned to Cuba to assist his family to leave the country and enter the U.S. While in the U.S.,
he and two others bought a boat and left Florida for Cuba, purportedly to pick up family members. Forty -eight Cuban
nationals boarded the vessel. They were later apprehended 80 to 100 km from the U.S. coast. American authorities
convicted Mr. Hernandez of the offence of alien smuggling. He was subject to deportation from the U.S.
Following his release from prison, after serving a sentence of 12 months and 1 day, Mr. Hernandez came to Canada,
where he made a refugee claim. Mr. Hernandez was found inadmissible under s. 37(1)(b) for having engaged in people
smuggling.
Origin of the case:
Federal Court of Appeal
File No.:
35677
Judgment of the Court of Appeal: November 12, 2013
Counsel:
Ronald Poulton for the Appellant
Marianne Zoric and François Joyal for the Respondent
- 240 -
SUMMARIES OF THE CASES
35677
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Jesus Rodriguez Hernandez c. Ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile
Charte des droits et libertés - Droit à la vie, à la liberté et à la sécurité de la personne - Droit de l’immigration Interdiction de territoire et renvoi - Interdiction de territoire en application de l’al. 37(1)b) de la Loi sur l’immigration et
la protection des réfugiés, L.C. 2001, ch. 27 (« LIPR ») pour criminalité organisée, c’est-à-dire pour s’être livré, dans le
cadre de la criminalité transnationale, à des activités telles le passage de clandestins - Quelle est la norme de contrôle à
l’égard de l’interprétation, par la Section de l’immigration de la Commission de l’immigration et du statut de réfugié,
de la portée de l’al. 37(1)b)? - Quelle est la portée de l’al. 31(1)b)? - L’art. 7 de la Charte entre-t-il en jeu dans le
processus d’interdiction de territoire devant la Commission?
M. Hernandez est un ressortissant cubain âgé de 43 ans qui a quitté Cuba pour se rendre aux États -Unis en 2001,
craignant la persécution en raison de sa participation dans des mouvements démocratiques opposant les politiques et les
pratiques du gouvernement cubain. Il s’est vu accorder l’asile aux États -Unis en 2001.
En 2003, M. Hernandez est retourné à Cuba pour aider sa famille à quitter le pays et entrer aux États -Unis. Pendant son
séjour aux États-Unis, deux personnes et lui ont acheté une embarcation et quitté la Floride à bord de celle-ci,
censément pour aller chercher des membres de leur famille à Cuba. Quarante-huit ressortissants cubains sont montés à
bord du bateau. Ceux-ci ont plus tard été arrêtés à une distance de 80 à 100 km de la côte américaine. Les autorités
américaines ont déclaré M. Hernandez coupable de passage de clandestins étrangers. Il a fait l’objet d’une mesure
d’expulsion des États-Unis.
Après sa libération de prison, où il a purgé une peine de douze mois et un jour, M. Hernandez est venu au Canada, où il
a demandé l’asile. Monsieur Hernandez a été interdit de territoire en application de l’al. 37(1)b) pour s’être livré au
passage de clandestins.
Origine :
Cour d’appel fédérale
No du greffe :
35677
Arrêt de la Cour d’appel :
le 12 novembre 2013
Avocats :
Ronald Poulton pour l’appelant
Marianne Zoric et François Joyal pour l’intimé
- 241 -
SUMMARIES OF THE CASES
35685
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
B306 v. Minister of Public Safety and Emergency Preparedness
PUBLICAT ION BAN IN CASE
Charter of Rights and Freedoms - Right to life, liberty and security of the person - Immigration law - Inadmissibility
and removal - Inadmissibility under s. 37(1)(b) of the Immigration and Refugee Protection Act, S.C. 2001, c. 27
(“IRPA”), on grounds of organized criminality for engaging, in the context of transnational crime, in activities such as
people smuggling - What is the standard of review in respect of the Immigration Division of the Immigration and
Refugee Protection Board’s interpretation of the scope of s. 37(1)(b)? - What is the scope of s. 37(1)(b)? - Is s. 7 of the
Charter engaged in the inadmissibility process before the Board?
B306, a young male Tamil from northern Sri Lanka, was one of the 492 Sri Lankan nationals who arrived in Canada in
2010 aboard the MV Sun Sea, seeking to make a refugee protection claim. After boarding the ship in Thailand, B306
volunteered to act as a cook and as a lookout to avoid the ship being detected, in exchange for food. He was ill at the
time of boarding the ship.
Upon arriving in Canada, B306 submitted a refugee claim, but the Board determined that he was inadmissible to
Canada under s. 37(1)(b) of the IRPA, because he had engaged, in the context of a transnational crime, in people
smuggling.
Origin of the case:
Federal Court of Appeal
File No.:
35685
Judgment of the Court of Appeal: November 12, 2013
Counsel:
Raoul Boulakia for the Appellant
Marianne Zoric and François Joyal for the Respondent
- 242 -
SUMMARIES OF THE CASES
35685
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
B306 c. Ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile
ORDONNANCE DE NON -PUBLICAT ION DANS LE DOSSIER
Charte des droits et libertés - Droit à la vie, à la liberté et à la sécurité de la personne - Droit de l’immigration Interdiction de territoire et renvoi - Interdiction de territoire en application de l’al. 37(1)b) de la Loi sur l’immigration et
la protection des réfugiés, L.C. 2001, ch. 27 (« LIPR ») pour criminalité organisée, c’est-à-dire pour s’être livré, dans le
cadre de la criminalité transnationale, à des activités telles le passage de clandestins - Quelle est la norme de contrôle à
l’égard de l’interprétation, par la Section de l’immigration de la Commission de l’immigration et du statut de réfugié,
de la portée de l’al. 37(1)b)? - Quelle est la portée de l’al. 31(1)b)? - L’art. 7 de la Charte entre-t-il en jeu dans le
processus d’interdiction de territoire devant la Commission?
B306, un jeune Tamoul du nord du Sri Lanka, est l’un des 492 ressortissants sri-lankais qui sont arrivés au Canada en
2010 à bord du MV Sun Sea, cherchant à faire une demande d’asile. Après être monté à bord du navire en Thaïlande,
B306 s’est porté volontaire pour travailler comme cuisinier et comme vigie pour éviter que le navire soit détecté, en
échange de nourriture. Il était malade au moment de monter à bord du navire.
À son arrivée au Canada, B306 a fait une demande d’asile, mais la Commission a conclu que B306 était interdit de
territoire au Canada, en application de l’al. 37(1)b) de la LIPR, parce qu’il s’était livré au passage de clandestins dans le
cadre de la criminalité transnationale.
Origine :
Cour d’appel fédérale
No du greffe :
35685
Arrêt de la Cour fédérale :
le 12 novembre 2013
Avocats :
Raoul Boulakia pour l’appelant
Marianne Zoric et François Joyal pour l’intimé
- 243 -
SUMMARIES OF THE CASES
35688
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
J.P. and G.J. v. Minister of Public Safety and Emergency Preparedness
PUBLICAT ION BAN IN CASE
Charter of Rights and Freedoms - Right to life, liberty and security of the person - Immigration law - Inadmissibility
and removal - Inadmissibility under s. 37(1)(b) of the Immigration and Refugee Protection Act, S.C. 2001, c. 27
(“IRPA”), on grounds of organized criminality for engaging, in the context of transnational crime, in activities such as
people smuggling - What is the standard of review in respect of the Immigration Division of the Immigration and
Refugee Protection Board’s interpretation of the scope of s. 37(1)(b)? - What is the scope of s. 37(1)(b)? - Is s. 7 of the
Charter engaged in the inadmissibility process before the Board?
J.P. and his wife G.J., Tamils from Sri Lanka, are two of the 492 Sri Lankan nationals who arrived in Canada in 2010
aboard the MV Sun Sea, seeking to make refugee protection claims. After the Thai crew abandoned the ship, J.P. was
one of 12 passengers on board who operated the ship to complete the voyage. J.P. stood on lookout, read GPS and
radar, and acted as an assistant navigator during the voyage. J.P. and G.J. lived in crew quarters, and thus benefited
from more humane conditions on the ship than other travelers.
Upon arrival in Canada, they were detained by the Canada Border Services Agency. The Minister issued reports under
s. 44(1) of the IRPA alleging that J.P. was inadmissible to Canada under s. 37(1)(b) of the IRPA, and that G.J. was
inadmissible as an accompanying family member.
Origin of the case:
Federal Court of Appeal
File No.:
35688
Judgment of the Court of Appeal: November 12, 2013
Counsel:
Lorne Waldman for the Appellants
Marianne Zoric and François Joyal for the Respondent
- 244 -
SUMMARIES OF THE CASES
35688
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
J.P. et G.J. c. Ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile
ORDONNANCE DE NON -PUBLICAT ION DANS LE DOSSIER
Charte des droits et libertés - Droit à la vie, à la liberté et à la sécurité de la personne - Droit de l’immigration Interdiction de territoire et renvoi - Interdiction de territoire en application de l’al. 37(1)b) de la Loi sur l’immigration et
la protection des réfugiés, L.C. 2001, ch. 27 (« LIPR ») pour criminalité organisée, c’est-à-dire pour s’être livré, dans le
cadre de la criminalité transnationale, à des activités telles le passage de clandestins - Quelle est la norme de contrôle à
l’égard de l’interprétation, par la Section de l’immigration de la Commission de l’immigration et du statut de réfugié,
de la portée de l’al. 37(1)b)? - Quelle est la portée de l’al. 31(1)b)? - L’art. 7 de la Charte entre-t-il en jeu dans le
processus d’interdiction de territoire devant la Commiss ion?
J.P. et son épouse G.J., des Tamouls du Sri-Lanka, sont deux des 492 ressortissants sri-lankais qui sont arrivés au
Canada à bord du MV Sun Sea en 2010, cherchant à faire des demandes d’asile. Après que l’équipage thaïlandais a
abandonné le navire, J.P. faisait partie des douze passagers à bord qui ont fait fonctionner le navire pour compléter le
voyage. J.P. a agi comme vigie, a lu le GPS et le radar et a agi comme assistant navigateur pendant le voyage. J.P. et
G.J. ont vécu dans les quartiers de l’équipage, bénéficiant ainsi de conditions plus salubres sur le navire que les autres
voyageurs.
À leur arrivée au Canada, ils ont été détenus par l’Agence des services frontaliers du Canada. Le ministre a délivré des
rapports en application du par. 44(1) de la LIPR alléguant que J.P. était interdit de territoire au Canada aux termes de
l’al. 37(1)b) et que G.J. était également interdite de territoire en tant que membre de la famille accompagnant une
personne interdite de territoire.
Origine :
Cour d’appel fédérale
No du greffe :
35688
Arrêt de la Cour d’appel :
le 12 novembre 2013
Avocats :
Lorne Waldman pour les appelants
Marianne Zoric et François Joyal pour l’intimé
- 245 -
SUMMARIES OF THE CASES
35388
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
B010 v. Minister of Citizenship and Immigration
PUBLICAT ION BAN IN CASE
Charter of Rights and Freedoms - Right to life, liberty and security of the person - Immigration law - Inadmissibility
and removal - Inadmissibility under s. 37(1)(b) of the Immigration and Refugee Protection Act, S.C. 2001, c. 27
(“IRPA”), on grounds of organized criminality for engaging, in the context of transnational crime, in activities such as
people smuggling - What is the standard of review in respect of the Immigration Division of the Immigration and
Refugee Protection Board’s interpretation of the scope of s. 37(1)(b)? - What is the scope of s. 37(1)(b)? - Is s. 7 of the
Charter engaged in the inadmissibility process before the Board?
B010, a 35-year-old Tamil from Sri Lanka, arrived in Canadian waters via Thailand on Aug ust 12, 2010 aboard the MV
Sun Sea, an unregistered ship upon which 492 migrants seeking refuge travelled. B010 is married and has two children.
During much of the civil war, B010 lived in the northern territory of Sri Lanka controlled by the Liberation Tigers of
Tamil Eelam (“LTTE”), where he worked as a driver, mechanic and fisher.
When the Sri Lankan government regained control of the area in 2009, B010 was detained and interrogated on several
occasions by government forces for suspected LTTE involvement. Upon learning he was to be taken to a detention
camp, B010 fled to Thailand where he eventually was offered a spot on the MV Sun Sea, bound for Canada, in return
for which he paid the organizers of the voyage. The Thai crew subsequently abandoned the s hip while en route, and the
passengers decided to perform tasks on the ship to continue with the voyage. B010 agreed to work six hours a day in
the engine room, monitoring the equipment.
After the ship’s arrival in Canadian waters, the Canada Border Serv ices Agency (“CBSA”) conducted an investigation
that revealed that the ship had been part of an elaborate for-profit scheme to bring migrants to Canada. The CBSA also
determined that B010 was one of 12 passengers aboard the ship who had served as the ship’s crew during the threemonth voyage. An immigration officer reported B010 as inadmissible to Canada by reason of people smuggling,
pursuant to s. 37(1)(b) of the IRPA.
Origin of the case:
Federal Court of Appeal
File No.:
35388
Judgment of the Court of Appeal: March 22, 2013
Counsel:
Rod H.G. Holloway, Erica Olmstead and Maria Sokolova for the Appellant
Marianne Zoric and François Joyal for the Respondent
- 246 -
SUMMARIES OF THE CASES
35388
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
B010 c. Ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration
ORDONNANCE DE NON -PUBLICAT ION DANS LE DOSSIER
Charte des droits et libertés - Droit à la vie, à la liberté et à la sécurité de la personne - Droit de l’immigration Interdiction de territoire et renvoi - Interdiction de territoire en application de l’al. 37(1)b) de la Loi sur l’immigration et
la protection des réfugiés, L.C. 2001, ch. 27 (« LIPR ») pour criminalité organisée, c’est-à-dire pour s’être livré, dans le
cadre de la criminalité transnationale, à des activités telles le passage de clandestins - Quelle est la norme de contrôle à
l’égard de l’interprétation, par la Section de l’immigration de la Commission de l’immigration et du statut de réfugié,
de la portée de l’al. 37(1)b)? - Quelle est la portée de l’al. 31(1)b)? - L’art. 7 de la Charte entre-t-il en jeu dans le
processus d’interdiction de territoire devant la Commission?
B010, un Tamoul du Sri Lanka âgé de 35 ans, est arrivé dans les eaux canadiennes en passant par la Thaïlande le
12 août 2010 à bord du MV Sun Sea, un navire non immatriculé à bord duquel 492 migrants demandeurs d’asile ont
voyagé. B010 est marié et a deux enfants. Pendant une bonne partie de la guerre civile, B010 avait vécu dans le
territoire du nord du Sri Lanka contrôlé par les Tigres de libération de l’Eelam tamoul [les LTTE], où il travaillait
comme chauffeur, mécanicien et pêcheur.
Lorsque le gouvernement sri lankais a repris le contrôle de la région en 2009, B010 a été détenu et interrogé à plusieurs
occasions par des forces gouvernementales en raison de sa présumée implication dans les LTTE. Lorsqu’il a appris
qu’on allait l’emmener dans un camp de détention, B010 s’est enfui en Thaïlande ou il a fini par se voir offrir un poste
sur le MV Sun Sea, à destination du Canada, en contrepartie de quoi il a payé les organisat eurs du voyage. L’équipage
thaïlandais a subséquemment abandonné le navire en cours de route et les passagers ont décidé d’effectuer des tâches
sur le navire pour poursuivre le voyage. B010 a accepté de travailler six heures par jour dans la salle des mach ines où il
surveillait le matériel.
Après l’arrivée du navire dans les eaux canadiennes, l’Agence des services frontaliers du Canada « ASFC ») a mené
une enquête qui a révélé que le navire faisait partie d’un stratagème lucratif élaboré visant à amener d es migrants au
Canada. L’ASFC a également conclu que B010 était au nombre des douze passagers à bord du navire qui avaient
travaillé comme membres de l’équipage du navire pendant le voyage de trois mois. Un agent d’immigration s’est dit
d’avis que B010 devait être interdit de territoire au Canada pour s’être livré au passage de clandestins aux termes de
l’al. 37(1)b) de la LIPR.
Origine :
Cour d’appel fédérale
No du greffe :
35388
Arrêt de la Cour d’appel :
le 22 mars 2013
Avocats :
Rod H.G. Holloway, Erica Olmstead et Maria Sokolova pour l’appelant
Marianne Zoric et François Joyal pour l’intimé
- 247 -
SUMMARIES OF THE CASES
35958
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Francis Anthonimuthu Appulonappa, et al. v. Her Majesty the Queen
(PUBLICAT ION BAN IN CASE)
Charter of Rights and Freedoms - Constitutional law - Right to life, liberty and security of the person - Overbreadth Provision of the Immigration and Refugee Protection Act making it an offence to knowingly aid or abet the coming into
Canada of one or more persons who are not in pos session of a visa, passport or other document required by that Act Whether the provision is overbroad or vague and therefore unjustifiably infringes s. 7 of the Canadian Charter of
Rights and Freedoms? - Immigration and Refugee Protection Act, S.C. 2001, c. 27 (“IRPA”), s. 117.
On October 17, 2009, Canadian authorities intercepted a freight ship off the coast of Vancouver Island, British
Columbia. The vessel was carrying 76 Sri Lankan Tamils, none of whom had proper documentation to enter the
country, and all of whom initiated refugee claims upon arrival in Canada. Each paid, or promised to pay, between
$30,000 and $40,000 for the voyage.
The Crown alleged that the four appellants, who were on board the ship, had organized the voyage, and were the
captain and chief crew members of the ship. The appellants were charged under s. 117 of the IRPA, with organizing the
illegal entry into Canada of a group of 10 or more individuals. The offence is known colloquially as the offence of
“human smuggling.”
Prior to their trial, the appellants sought an order declaring that s. 117 unjustifiably infringes s. 7 of the Canadian
Charter of Rights and Freedom and is therefore of no force or effect. They claimed that s. 117 was overbroad and
inconsistent with the principles of fundamental justice, as it criminalized the acts of certain persons (i.e. humanitarian
workers and close family members helping each other) who were not intended to be prosecuted. They were successful
before the Supreme Court of British Columbia, but the British Columbia Court of Appeal overturned the decision.
Origin of the case:
British Columbia
File No.:
35958
Judgment of the Court of Appeal: April 30, 2014
Counsel:
Fiona Begg for the appellant Appulonappa
Peter H. Edelmann for the appellant Handasamy
Phillip C. Rankin for the appellant Kanagarajah
Gregory P. DelBigio, Q.C. for the appellant Thevarajah
Paul W. Riley for the Respondent
- 248 -
SUMMARIES OF THE CASES
35958
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Francis Anthonimuthu Appulonappa, et al. c. Sa Majesté la Reine
(ORDONNANCE DE NON -PUBLICAT ION DANS LE DOSSIER)
Charte des droits et libertés - Droit constitutionnel - Droit à la vie, à la liberté et à la sécurité de la personne - Portée
excessive - Aux termes d’une disposition de la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés, est coupable d’une
infraction quiconque sciemment aide ou encourage l’entrée au Canada d’une ou de plusieurs personnes qui ne sont pas
munies d’un visa, d’un passeport ou d’un autre document exigé par cette loi - La disposition a-t-elle une portée
excessive ou est-elle imprécise, violant ainsi d’une manière injustifiable l’art. 7 de la Charte canadienne des droits et
libertés? - Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés, L.C. 2001, c. 27 (« LIPR ») art. 117.
Le 17 octobre 2009, les autorités canadiennes ont intercepté un navire près de la côte de l’île de Vancouver (Colombie Britannique). Le navire avait à son bord 76 Tamouls Sri Lankais; aucun d’entre eux n’avait la documentation adéquate
pour entrer au pays et tous ont introduit des demandes d ’asile à leur arrivée au Canada. Chacun d’eux avait payé, ou
promis de payer, entre 30 000$ et 40 000$ pour le voyage.
Le ministère public a allégué que les quatre appelants qui se trouvaient à bord du navire avaient organisé le voyage et
qu’ils agissaient à titre de capitaine et de membres de l’équipage en chef du navire. Les appelants ont été accusés en
vertu de l’art. 117 de la LIPR d’avoir organisé l’entrée illégale au Canada d’un groupe de dix personnes et plus.
L’infraction est surnommée « passage de clandestins ».
Avant leur procès, les appelants ont demandé une ordonnance déclarant que l’art. 117 viole d’une manière injustifiable
l’art. 7 de la Charte canadienne des droits et libertés et est, par conséquent, inopérant. Les demandeurs ont allégué que
l’art. 117 avait une portée excessive et qu’il était incompatible avec les principes de justice fondamentale, puisqu’il
criminalise les gestes de certaines personnes (notamment les travailleurs humanitaires et les proches parents qui
s’entraident) qui n’étaient pas censées être poursuivies en justice. Ils ont eu gain de cause en Cour suprême de la
Colombie-Britannique, mais la Cour d’appel a infirmé la décision.
Origine :
Colombie-Britannique
No du greffe :
35958
Arrêt de la Cour d’appel :
le 30 avril 2014
Avocats :
Fiona Begg pour l’appelant M. Appulonappa
Peter H. Edelmann pour l’appelant M. Handasamy
Phillip C. Rankin pour l’appelant M. Kanagarajah
Gregory P. DelBigio, c.r. pour l’appelant M. Thevarajah
Paul W. Riley pour l’intimée
- 249 -
SUMMARIES OF THE CASES
36021
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Cladinoro Perrone v. Her Majesty the Queen
(PUBLICAT ION BAN IN CASE)
Criminal law - Sexual assault - Assessment of evidence - Credibility and reliability - Whether the trial judge gave
proper consideration to the issue of reliability, separate and apart from the issue of credibility, when assessing the
complainant’s evidence.
The appellant was convicted of sexual assault. The only evidence at trial was that of the complainant. She testified that
while at the appellant’s residence, and after consuming alcohol and smoking marihuana, she blacked out and woke up
to find him sexually assaulting her. The appellant appealed his conviction on the basis that the verdict was unreasonable
and not supported by the evidence, and on the basis that the trial judge erred in finding that the offence was proved
beyond a reasonable doubt. A majority of the Court of Appeal dismissed the appeal. MacInnes J.A., dissenting, would
have allowed the appeal and ordered a new trial on the basis that th e trial judge failed to examine the reliability of the
complainant’s evidence.
Origin of the case:
Manitoba
File No.:
36021
Judgment of the Court of Appeal: July 24, 2014
Counsel:
Amanda Sansregret and Josh A. Weinstein for the appellant
Rekha Malaviya for the respondent
- 250 -
SUMMARIES OF THE CASES
36021
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Cladinoro Perrone c. Sa Majesté la Reine
(ORDONNANCE DE NON -PUBLICAT ION DANS LE DOSSIER)
Droit criminel - Agression sexuelle - Appréciation de la preuve - Crédibilité et fiabilité - Est-ce que le juge du procès a
accordé suffisamment d’attention à la question de la fiabilité, séparément et distinctement de la question de la
crédibilité, lors de l’appréciation de la preuve?
L’appelant a été déclaré coupable d’agression sexuelle. L’unique preuve présentée durant le procès émanait de la
plaignante. Elle a témoigné que lorsqu’elle était à la résidence de l’appelant, et après avoir consommé de l’alcool et
avoir fumé de la marihuana, elle a perdu conscience et à son réveil l’appelant était en train de l’agresser sexuellement.
L’appelant a interjeté appel de la déclaration de culpabilité, plaidant que le verdict était déraisonnable et non étayé par
la preuve, et que le juge du procès avait commis une erreur en concluant que l’infraction avait été établie hors de tout
doute raisonnable. Les juges majoritaires ont rejeté l’appel. Le juge MacInnes, dissident, aurait accueilli l’appel et
ordonné un nouveau procès sur le fondement que le juge du procès a négligé d’examiner la fiabilité de la preuve de la
plaignante.
Origine:
Manitoba
No du greffe:
36021
Arrêt de la Cour d’appel:
le 24 juillet 2014
Avocats:
Amanda Sansregret et Josh A. Weinstein pour l’appelant
Rekha Malaviya pour l’intimé
- 251 -
SUPREME COURT OF CANADA SCHEDULE / CALENDRIER DE LA COUR SUPREME
- 2014 OCTOBER - OCTOBRE
S
D
M
L
T
M
NOVEMBER - NOVEMBRE
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
4
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
DECEMBER - DÉCEMBRE
F
V
S
S
S
D
1
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
M
1
2
3
4
5
6
5
M
6
7
8
9
10
11
2
M
3
4
5
6
7
8
7
8
9
10
11
12
13
12
H
13
14
15
16
17
18
9
10
H
11
12
13
14
15
14
15
16
17
18
19
20
19
20
21
22
23
24
25
16
17
18
19
20
21
22
21
22
23
24
H
25
H
26
27
26
27
28
29
30
31
24
25
26
27
28
29
28
29
30
31
23
30
- 2015 JANUARY - JANVIER
S
D
M
L
T
M
W
M
FEBRUARY - FÉVRIER
MARCH - MARS
T
J
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
H
1
2
3
1
2
3
4
5
6
7
1
2
3
4
5
6
7
4
5
6
7
8
9
10
8
M
9
10
11
12
13
14
8
9
10
11
12
13
14
11
M
12
13
14
15
16
17
15
16
17
18
19
20
21
15
M
16
17
18
19
20
21
18
19
20
21
22
23
24
22
23
24
25
26
27
28
22
23
24
25
26
27
28
25
26
27
28
29
30
31
29
30
31
APRIL - AVRIL
S
D
M
L
T
M
MAY - MAI
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
H
3
4
S
D
M
L
T
M
W
M
JUNE - JUIN
T
J
F
V
S
S
1
2
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
4
5
6
5
H
6
7
8
9
10
11
3
4
5
6
7
8
9
7
M
8
9
10
11
12
13
12
M
13
14
15
16
17
18
10
M
11
12
13
14
15
16
14
15
16
17
18
19
20
19
20
21
22
23
24
25
17
H
18
19
20
21
22
23
21
22
23
24
25
26
27
26
27
28
29
30
25
26
27
28
29
30
28
29
30
24
Sittings of the court:
Séances de la cour :
Motions:
Requêtes :
M
Holidays:
Jours fériés :
H
31
18
87
9
3
sitting weeks / semaines séances de la cour
sitting days / journées séances de la cour
m otion and conference days / journées des requêtes et des conférences
holidays during sitting days / jours fériés durant les sessions
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising