SUPREME COURT OF COUR SUPRÊME DU CANADA

SUPREME COURT  OF COUR SUPRÊME DU CANADA
SUPREME COURT OF
CANADA
COUR SUPRÊME DU
CANADA
BULLETIN OF
PROCEEDINGS
BULLETIN DES
PROCÉDURES
This Bulletin is published at the direction of the
Registrar and is for general information only. It
is not to be used as evidence of its content,
which, if required, should be proved by
Certificate of the Registrar under the Seal of the
Court. While every effort is made to ensure
accuracy, no responsibility is assumed for errors
or omissions.
Ce Bulletin, publié sous l'autorité du registraire,
ne vise qu'à fournir des renseignements
d'ordre général. Il ne peut servir de preuve de
son contenu. Celle-ci s'établit par un certificat
du registraire donné sous le sceau de la Cour.
Rien n'est négligé pour assurer l'exactitude du
contenu,
mais
la Cour décline toute
responsabilité pour les erreurs ou omissions.
During Court sessions the Bulletin is usually
issued week ly.
Le Bulletin paraît en principe toutes les
semaines pendant les sessions de la Cour.
Where a judgment has been rendered, requests
for copies should be made to the Registrar, with
a remittance of $15 for each set of reasons. All
remittances should be made payable to the
Receiver General for Canada.
Quand un arrêt est rendu, on peut se procurer
les motifs de jugement en adressant sa
demande au registraire, accompagnée de 15 $
par exemplaire. Le paiement doit être fait à
l'ordre du Receveur général du Canada.
Consult the Supreme Court of Canada website
at www.scc-csc.gc.ca for more information.
Pour de plus amples informations, consulter le
site Web de la Cour suprême du Canada à
l’adresse suivante : www.scc-csc.gc.ca
February 6, 2015
© Supreme Court of Canada (2015)
ISSN 1918-8358 (Online)
252 - 282
Le 6 février 2015
© Cour suprême du Canada (2015)
ISSN 1918-8358 (En ligne)
CONTENTS
TABLE DES MATIÈRES
Applications for leave to appeal
filed
252 - 253
Applications for leave submitted
to Court since last issue
254
Judgments on applications for
leave
Notices of appeal filed since last
issue
255 - 269
270
Demandes d’autorisation d’appel
déposées
Demandes soumises à la Cour depuis la
dernière parution
Jugements rendus sur les demandes
d’autorisation
Avis d’appel déposés depuis la dernière
parution
Pronouncements of appeals reserved
271 - 272
Jugements rendus sur les appels en
délibéré
Headnotes of recent judgments
273 - 282
Sommaires de jugements récents
NOTICE
Case summaries included in the Bulletin are prepared by the Office of the Registrar of the
Supreme Court of Canada (Law Branch) for information purposes only.
AVIS
Les résumés de dossiers publiés dans le bulletin sont préparés par le Bureau du registraire
(Direction générale du droit) uniquement à titre d’information.
DEMANDES D’AUTORISATION
D’APPEL DÉPOSÉES
APPLICATIONS FOR LEAVE TO
APPEAL FILED
Monsif Joudaane
Monsif Joudaane
Teplitsky, Colson
Francis Mazhero
Francis Mazhero
v. (36184)
c. (36211)
Andrew Fox et al. (F.C.)
Donna I. Keats
A.G. of Canada
Sa Majesté la Reine (Qc)
John Dennis Gerois
P.G. du Québec
FILING DATE: 19.12.2014
DATE DE PRODUCTION : 09.12.2014
Sheila Maguire
Jason B. Gratl
Gratl & Company
Troy Ryan
Marie-Pier Boulet
BMD Avocats
v. (36248)
c. (36244)
Northwest Organics, Limited Partnership and
Northwest Group Properties Inc. (B.C.)
Peter R. Senkpiel
Nathanson, Schacter & Thompson LLP
Sa Majesté la Reine (Qc)
Normand Labelle
DATE DE PRODUCTION : 07.01.2015
FILING DATE: 08.01.2015
Robert Warren Joseph Taylor
Robert W.J. Taylor
JH Drilling
John Harms
v. (36273)
v. (36254)
Murray Summerville; London Police
Department, PC. Dave Poustie #30529, PC.
Richard Wilkinson #4145 et al. (Ont.)
Paul C. Strickland
Siskinds LLP
Alberta Natural Resources Conservation Board
et al. (Alta.)
William Y. Kennedy
Natural Resources Conservation Board
FILING DATE: 12.01.2015
FILING DATE: 12.01.2015
Jason Boyachek
Gary Botting
Humanics Institute
Benjamin Piper
Sack Goldblatt Mitchell LLP
v. (36178)
v. (36253)
Minister of Justice (B.C.)
Deborah J. Strachan
A.G. of Canada
Minister of National Revenue (F.C.)
April Tate
Department of Justice
FILING DATE: 13.01.2015
FILING DATE: 14.01.2015
- 252 -
APPLICATIONS FOR LEAVE TO APPEAL
FILED
DEMANDES D'AUTORISATION D'APPEL
DÉPOSÉES
Sa Majesté la Reine
José Rhéaume
P.G. du Québec
Nadèje Merceus
François Bérichon
c. (36262)
c. (36261)
A.M. (Qc)
Alain Dumas
Dumas Gagné Labrecque Avocats
Sa Majesté la Reine (Qc)
Benoît Lauzon
Poursuites criminelles et pénales du
Québec
DATE DE PRODUCTION : 15.01.2015
DATE DE PRODUCTION : 15.01.2015
Lyrtech Rd inc.
Julie Gaudreault-Martel
BCF s.e.n.c.r.l.
Peter Michalakopoulos
Peter Michalakopoulos
v. (36270)
c. (36259)
Sa Majesté la Reine (C.F.)
Anne Poirier
P.G. du Canada
Daniel Chénard, ès qualités de syndic ad hoc du
Barreau du Québec (Que.)
Claude G. Leduc
Mercier Leduc s.e.n.c.
DATE DE PRODUCTION : 16.01.2015
FILING DATE: 16.01.2015
Haruyo Taucar
Chistopher Edward Taucar
Shappour Janesar
Paul Sabbagh
Sabbagh et Associés s.e.n.c.r.l.
v. (36268)
c. (36271)
Human Rights Tribunal of Ontario et al. (Ont.)
Linda Chen
Social Justice Tribunals Ontario
Sabiha Ali Sultan Yousuf (Qc)
Elisabeth Jacquart
Yanofsky Mancuso
FILING DATE: 20.01.2015
DATE DE PRODUCTION : 22.01.2015
- 253 -
APPLICATIONS FOR LEAVE
SUBMITTED TO COURT SINCE
LAST ISSUE
DEMANDES SOUMISES À LA COUR
DEPUIS LA DERNIÈRE PARUTION
FEBRUARY 2, 2015 / LE 2 FÉVRIER 2015
CORAM: Chief Justice McLachlin and Wagner and Gascon JJ.
La juge en chef McLachlin et les juges Wagner et Gascon
1.
Gary Donald Johnston v. Her Majesty the Queen (B.C.) (Crim.) (By Leave) (36144)
2.
Gilles Patenaude c. Directeur des poursuites criminelles et pénales et a utre (Qc) (Crim.) (Autorisation)
(36194)
3.
Thomas Percy Tupper v. Nova Scotia Barristers’ Society et al. (N.S.) (Civil) (By Leave) (36204)
4.
Valery I. Fabrikant v. Her Majesty the Queen in Right of Canada et al. (F.C.) (Civil) (By Leave) (36145)
5.
Zoltan Andrew Simon v. Her Majesty the Queen (F.C.) (Civil) (By Leave) (35995)
CORAM: Abella, Karakatsanis and Côté JJ.
Les juges Abella, Karakatsanis et Côté
6.
Sharon Baron c. Sa Majesté la Reine (Qc) (Crim.) (Autorisation) (36173)
7.
Jacob Worm et al. v. Her Majesty the Queen (Sask.) (Crim.) (By Leave) (36171)
8.
Joseph Anthony Ceruti v. Jennifer Lynn Murray (Ont.) (Civil) (By Leave) (36193)
9.
Ginette Lebel et autres c. Groupe Ledor société mutuelle d’assurance (Qc) (Civile) (Autorisation) (36084)
10.
Peter Leofric Hathaway v. Joanne Elizabeth Hathaway (B.C.) (Civil) (By Leave) (36101)
CORAM: Rothstein, Cromwell and Moldaver JJ.
Les juges Rothstein, Cromwell et Moldaver
11.
Jamuar Sharat Vijaya v. Her Majesty the Queen (Ont.) (Crim.) (By Leave) (35826)
12.
L.V.R. v. Her Majesty the Queen (B.C.) (Crim.) (By Leave) (36161)
13.
Sunterra Beef Ltd. v. Shell Canada Products and Shell Canada Limited (Alta.) (Civil) (By Leave) (36126)
14.
Minister of Revenue v. Inter-leasing, Inc. (Ont.) (Civil) (By Leave) (36117)
- 254 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES
DEMANDES D’AUTORISATION
FEBRUARY 5, 2015 / LE 5 FÉVRIER 2015
36062
Abdikarim Hilowle v. Her Majesty the Queen (Sask.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
Rothstein, Cromwell and Moldaver JJ.
The respondent’s motion to file new affidavit evidence in response to the application for leave to appeal is
granted. The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Saskatchewan, Number
CACR2345, dated April 22, 2014, is dismissed without costs.
La requête de l’intimée en vue de déposer de nouveaux éléments de preuve par affidavit en rép onse à la
demande d’autorisation d’appel est accueillie. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la
Saskatchewan, numéro CACR2345, daté du 22 avril 2014, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
Criminal law – Sentencing – Considerations – Collateral consequences of sentence – Appeal of conviction and
sentence – Whether the lower courts failed to consider the applicant’s citizenship in determining if the sentence was fit
– What is the correct legal framework and level of deference to be applied by appellate courts when intervening in a
sentence that reveals an error in principle – What is the precise duty of a judge to assist a self-represented accused –
What is the evidentiary threshold for applying principles expressed in R. v. Gladue, [1999] 1 S.C.R. 688 and R. v.
Ipeelee, 2012 SCC 13 to non-aboriginal offenders? Is a judge permitted to take judicial notice of notoriously accepted
disadvantaged culture groups in Canada other than aboriginal peoples (i.e. Somali people in Canada)?
The applicant was convicted of aggravated assault after he struck the victim with a baseball bat. The applicant was
sentenced to two and one-half years in prison. On appeal, the applicant’s request for a court appoin ted counsel was
dismissed. The appeal of his conviction and sentence was dismissed. The applicant’s motion for re -hearing of the
appeal was dismissed.
June 13, 2013
Court of Queen’s Bench of Saskatchewan
(Whitmore J.)
Conviction: aggravated assault
August 27, 2013
Court of Queen’s Bench of Saskatchewan
(Whitmore J.)
2013 SKQB 312
http://canlii.ca/t/g0cvn
Sentence: two and a half years imprisonment
November 20, 2013
Court of Appeal for Saskatchewan
(Ottenbreit J.A.)
2013 SKCA 124
http://canlii.ca/t/g20rz
Application for court appointed counsel dismissed
- 255 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
April 22, 2014
Court of Appeal for Saskatchewan
(Lane, Ottenbreit, Ryan-Frosile JJ.A.)
CACR2345
Appeal from conviction and sentence dismissed
October 14, 2014
Court of Appeal for Saskatchewan
(Lane, Ottenbreit, Ryan-Frosile JJ.A.)
Motion for re-hearing of appeal dismissed
October 10, 2014
Supreme Court of Canada
(Karakatsanis J.)
Motion for an extension of time to serve and file
application for leave to appeal to 10 days after the
decision of the Court of Appeal on the motion for rehearing granted
October 23, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit criminel – Détermination de la peine – Facteurs devant être pris en considération – Conséquences indirectes de
la peine – Appel de la déclaration de culpabilité et de la peine – Les juridictions inférieures ont-elles omis de prendre
en considération la citoyenneté du demandeur en statuant sur la justesse de la peine? – Quel cadre juridique et quel
degré de déférence les cours d’appel doivent-elles appliquer lorsqu’elles interviennent à l’égard d’une peine qui révèle
une erreur de principe? – Quelle obligation un juge a-t-il au juste d’aider un accusé non représenté par un avocat? –
Quelle est le critère préliminaire de preuve dans l’application des principes exprimés dans R. c. Gladue, [1999] 1
R.C.S. 688 et R. c. Ipeelee, 2012 CSC 13 à des contrevenants non autochtones? Est-il loisible à un juge de prendre
connaissance d’office de groupes culturels notoirement reconnus comme défavorisés au Canada, autres que les
Autochtones (p. ex. les Somaliens au Canada)?
Le demandeur a été déclaré coupable de voies de fait graves pour avoir frappé la victime avec un bâton de baseball.
Le demandeur a été condamné à une peine d’emprisonnement de deux ans et demi. En appel, la requête du demandeur
pour qu’un avocat soit désigné par la Cour a été rejetée. L’appel de la déclaration de culpabilité et de la peine a été
rejeté. La requête du demandeur en nouvelle audition de l’appel a été rejetée.
13 juin 2013
Cour du Banc de la Reine de la Saskatchewan
(Juge Whitmore)
Déclaration de culpabilité pour voies de fait graves
27 août 2013
Cour du Banc de la Reine de la Saskatchewan
(Juge Whitmore)
2013 SKQB 312
http://canlii.ca/t/g0cvn
Condamnation à une peine d’emprisonnement de deux
ans et demi
- 256 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
20 novembre 2013
Cour d’appel de la Saskatchewan
(Juge Ottenbreit)
2013 SKCA 124
http://canlii.ca/t/g20rz
Rejet de la demande pour qu’avocat soit désigné par la
Cour
22 avril 2014
Cour d’appel de la Saskatchewan
(Juges Lane, Ottenbreit et Ryan-Frosile)
CACR2345
Rejet de l’appel de la déclaration de culpabilité et de la
peine
14 octobre 2014
Cour d’appel de la Saskatchewan
(Juges Lane, Ottenbreit et Ryan-Frosile)
Rejet de la requête en nouvelle audition de l’appel
10 octobre 2014
Cour suprême du Canada
(Juge Karakatsanis)
Décision accueillant la requête en prorogation du délai
de signification et de dépôt de la demande
d’autorisation d’appel à 10 jours après la décision de la
Cour d’appel saisie de la requête en nouvelle audition
23 octobre 2014
Cour suprême du Canada
Dépôt de la demande d’autorisation d’appel
36067
Dixon Ormiston, by his Litigation Guardian, Scott Ormiston v. Insurance Corporation of
British Columbia and John Doe (B.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Rothstein, Cromwell and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver), Number CA039925, 2014 BCCA 276, dated July 8, 2014, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver),
numéro CA039925, 2014 BCCA 276, daté du 8 juillet 2014, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Torts – Duty of care – Motor vehicles – Cyclist suffering injuries after near-collision with unidentified vehicle –
Whether court of appeal erred by wrongly embarking upon erroneous reconsideration of evidence and failing to
concede appropriate deference to ruling of a judge – Whether court of appeal erred in finding that a motorist in
dominant position on a highway did not owe duties of due care, attention, and reasonable consideration to servient
cyclists; and did not breach duty of care – Whether court of appeal erred in interpreting the Motor Vehicle Act,
R.S.B.C. 1996 c. 318 as prohibiting cyclists from using the shoulder to pass other vehicles on right.
In November, 2009, the applicant was riding his bicycle to school when he had an accident after d escending a steep
hill along Lindholm Road near Victoria, B.C., sustaining serious injuries. He alleged that he was forced into a
concrete abutment by the actions of a vehicle that veered suddenly into his path just as he was passing it on the right,
causing him to be ejected from his bicycle over an abutment and down a ravine onto rocks below. Neither the driver
- 257 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
nor the vehicle was ever identified and the action was commenced against the British Columbia Insurance Corporation
and “John Doe”. By court order, the issue of liability was severed from the issue of damages.
May 9, 2012
Supreme Court of British Columbia
(McKinnon J.)
2012 BCSC 665
Respondents held to be 70 per cent liable for
applicant’s injuries
July 8, 2014
Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver)
(Lowry, Stromberg-Stein and Willcock
[dissenting] JJ.A.)
2014 BCCA 276
Respondents’ appeal allowed
September 19, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Responsabilité civile – Obligation de diligence – Véhicules automobiles – Un cycliste a subi des blessures à la suite
d’une quasi-collision avec un véhicule non identifié – La cour d’appel a-t-elle eu tort d’entreprendre sans justification
un réexamen de la preuve et de ne pas avoir fait preuve de la déférence voulue à l’égard de la décision d’un juge? – La
cour d’appel a-t-elle eu tort de conclure qu’un automobiliste qui se trouvait dans une situation dominante sur la route
n’avait aucune obligation de diligence, d’attention et de considération raisonnables à l’égard des cyclistes servants et
que l’automobiliste n’avait pas manqué à son obligation de diligence? – La cour d’appel a-t-elle eu tort d’interpréter la
Motor Vehicle Act, R.S.B.C. 1996 ch. 318, comme interdisant aux cyclistes d’emprunter l’accotement pour doubler
d’autres véhicules sur la droite?
En novembre 2009, le demandeur se rendait à l’école à bicyclette lorsqu’il a eu un accident après avoir descendu une
côté abrupte le long du chemin Lindholm, près de Victoria (C.-B.), subissant de graves blessures. Il allègue avoir été
forcé de heurter une butée en béton en raison des manœuvres d’un véhicule qui aurait soudainement viré dans sa voie
au moment-même où il doublait le véhicule à sa droite, de sorte qu’il a été éjecté de sa bicyclette par-dessus la butée et
a dévalé un ravin pour terminer sa course dans les rochers. Ni le conducteur ni le véhicule n’ont été identifiés et
l’action a été intentée contre la British Columbia Insurance Corporation et « Untel ». La cour a ordonné que la
question de la responsabilité soit séparée de la question des dommages.
9 mai 2012
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge McKinnon)
2012 BCSC 665
Les intimés sont jugés responsables à 70 % des
blessures subies par le demandeur
8 juillet 2014
Cour d’appel de la Colombie-Britannique
(Vancouver)
(Juges Lowry, Stromberg-Stein et Willcock
[dissident])
2014 BCCA 276
Appel des intimés, accueilli
- 258 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Demande d’autorisation d’appel, déposée
19 septembre 2014
Cour suprême du Canada
36092
Gerry Miller v. Convergys CMG Canada Limited Partnership, Convergys Corporation,
Convergys Information Management Group Inc., Convergys New Brunswick Inc. and
Convergys Customer Management Group Inc. (B.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Wagner and Gascon JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver), Number CA041217, 2014 BCCA 311, dated July 31, 2014, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie -Britannique (Vancouver),
numéro CA041217, 2014 BCCA 311, daté du 31 juillet 2014, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Employment law — Unjust dismissal — Contracts — Employment contract — Interpretation — Termination
provision — Enforceability — Ambiguity — Severability of provision — Damages — Whether the appellate court
judgment leaves the law in British Columbia in an untenable position by unjustly providing employers in B.C. with a
legal basis to prepare employment contracts with illegal severance provisions — Whether the appellate court judgment
creates a divergence between various provinces in employment law such tha t this Court ought to intervene and clarify
the state of the law — Machtinger v. HOJ Industries Ltd., [1992] 1 S.C.R. 986.
The applicant was dismissed without cause after seven years of employment with the respondent Convergys CMG
Canada Limited Partnership. The respondent paid the applicant seven weeks’ pay in lieu of notice in accordance with
an employment agreement signed five years previous. That notice period was in compliance with the Employment
Standards Act, R.S.B.C. 1996, c. 113. The applicant brought an action for wrongful dismissal seeking damages
equivalent to 12 months’ income and benefits, plus punitive damages. He argued that the employment contract was
unenforceable because it did not apply to his new position, the termination provisio n was ambiguous and the contract
was unconscionable. The Supreme Court of British Columbia dismissed the action, finding that the applicant’s
entitlement to severance was governed by his employment agreement rather than the common law. The Court of
Appeal for British Columbia dismissed the appeal.
August 30, 2013
Supreme Court of British Columbia
(Fenlon J.)
2013 BCSC 1589
Applicant’s action for wrongful dismissal dismissed
July 31, 2014
Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver)
(Saunders, Neilson and Goepel JJ.A.)
2014 BCCA 311;
Appeal dismissed
- 259 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
September 29, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit de l’emploi — Congédiement injustifié — Contrats — Contrat de travail — Interprétation — Disposition
relative à la cessation d’emploi — Force obligatoire — Ambiguïté — Dissociabilité de la disposition — Dommagesintérêts — L’arrêt de la Cour d’appel a-t-il pour effet de créer une situation juridique intenable en Colombie Britannique en fournissant injustement aux employeurs de cette province une base juridique leur permettant d’établir
des contrats de travail qui renferment des dispositions illégales en matière de cessation d’emploi? — Cet arrêt a-t-il
pour effet de créer, en matière de droit de l’emploi, une divergence telle entre les provinces que la Cour devrait
intervenir et clarifier l’état du droit? — Machtinger c. HOJ Industries Ltd., [1992] 1 R.C.S. 986.
Le demandeur a été congédié sans motif valable après avoir travaillé pendant sept ans pour l’intimée Convergys CMG
Canada Limited Partnership. Conformément à un contrat de travail signé cinq ans plus tôt, l’intimée a versé sept
semaines de salaire au demandeur à titre d’indemnité de préavis. Ce préavis était conforme à l’Employment Standards
Act, R.S.B.C. 1996, c. 113. Le demandeur a intenté une action pour congédiement injustifié dans laquelle il réclame
des dommages-intérêts équivalant à 12 mois de salaire et d’avantages sociaux, ainsi que des dommages -intérêts
punitifs. Il a prétendu que le contrat de travail était inexécutable pour les motifs suivants : il ne s’appliquait pas à son
nouveau poste, la disposition relative à la cessation d’emploi était ambiguë et le contrat était inique. La Cour suprême
de la Colombie-Britannique a rejeté l’action et conclu que le droit du demandeur à une indemnité de départ était régi
par son contrat de travail et non pas la common law. La Cour d’appel de la Colombie-Britannique a rejeté l’appel.
30 août 2013
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Fenlon)
2013 BCSC 1589
Rejet de l’action du demandeur pour congédiement
injustifié
31 juillet 2014
Cour d’appel de la Colombie-Britannique
(Vancouver)
(Juges Saunders, Neilson et Goepel)
2014 BCCA 311;
Rejet de l’appel
29 septembre 2014
Cour suprême du Canada
Dépôt de la demande d’autorisation d’appel
36102
Insurance Corporation of British Columbia v. Stainton Ventures Ltd. (B.C.) (Civil) (By
Leave)
Coram :
Rothstein, Cromwell and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver), Number CA039955, 2014 BCCA 296, dated July 22, 2014, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver),
- 260 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
numéro CA039955, 2014 BCCA 296, daté du 22 juillet 2014, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Intellectual property – Trade-marks – Official marks – Confusion – Respondent company using acronym for applicant
(“ICBC”) in domain names and website – What is the proper legal test to be applied when considering the scope of the
exclusive rights granted to official marks pursuant to ss. 9(1)(n)(iii) and 11 of the Trade-marks Act and whether a
defendant’s mark is “likely to be mistaken for” the official mark? – Should consideration of likelihood of confusion as
between a plaintiff’s official mark and defendant’s trade-mark inform the analysis or is the analysis properly restricted
to the marks’ mere resemblance? – Does the concept of “initial interest confusion” as set out in Masterpiece Inc. v.
Alavida Lifestyles Inc., 2011 SCC 27 apply in context of a s. 9 or passing-off proceeding?
The Insurance Corporation of British Columbia (“ICBC”) is a public authority that provides universal compulsory car
insurance in British Columbia. It uses a family of official marks, including “ICBC” in association with its business, in
accordance with the Trade-marks Act, R.S.C. 1985, c. T-13 (the “Act”). Stainton Ventures Ltd. (“Stainton”) operates a
commercial website called “ICBCadvice.com”, self-described as a completely free online resource outlining all the
issues and complications that might be encountered by the public when dealing with ICBC. It also owns the Internet
domain names <icbcadvice.com> and <icbcadvice.ca>, both of which direct the public to the ICBCadvice.com
website. Stainton initially operated its website under a different domain name but changed it in 2006 after discussions
with ICBC. In May of 2009, ICBC demanded that Stainton cease using the new domain names, and transfer ownership
of them to ICBC. Stainton did not comply with ICBC's demand, except that it changed the name of its claim guide
advertized on its website from “ICBC Claim Guide” to “ICBCadvice Claim Guide”. ICBC applied for declarations
that, inter alia, Stainton had adopted and used prohibited marks contrary to ss. 9 and 11 of the Act and had passed-off
its business, wares and services as and for ICBC's business, wares and services. ICBC further applied for an order that
Stainton transfer and assign to it ownership of the domain names, and sought injunctive relief.
April 26, 2012
Supreme Court of British Columbia
(Grauer J.)
2012 BCSC 608
ICBC entitled to order restraining respondent from
distributing electronic or hard copy of its claim guide;
ICBC’s claims pursuant to Trade-mark Act, tort of
passing off and Competition Act dismissed
July 22, 2014
Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver)
(Frankel, Tysoe and Smith JJ.A.)
2014 BCCA 296
Appeal dismissed
September 29, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Propriété intellectuelle – Marques de commerce – Marques officielles – Confusion – La compagnie intimée utilise,
dans des noms de domaine et sur un site Web, le sigle qui identifie la demanderesse (« ICBC ») – Quel critère
juridique convient-il d’appliquer dans l’appréciation de la portée des droits exclusifs accordés à l’égard des marques
officielles en vertu du sous -al. 9(1)n)(iii) et de l’art. 11 de la Loi sur les marques de commerce et de la question de
savoir si la marque d’un défendeur est telle qu’on « on pourrait vraisemblablement la confondre » avec une marque
officielle? – Doit-on, dans l’analyse, considérer la probabilité de confusion entre la marque officielle d’un demandeur
et la marque de commerce d’un défendeur, ou convient-il plutôt de s’attacher uniquement à la seule ressemblance
- 261 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
entre les marques? – La notion de [T RADUCT ION] « confusion provoquant l’intérêt initial » explicitée dans Masterpiece
Inc. c. Alavida Lifestyles Inc., 2011 CSC 27, s’applique-t-elle dans le contexte d’un recours fondé sur l’art s. 9 ou d’un
recours en commercialisation trompeuse?
Insurance Corporation of British Columbia (« ICBC ») est une autorité publique qui fournit l’assurance-automobile
universelle obligatoire en Colombie-Britannique. Elle utilise une famille de marques officielles, y compris « ICBC »,
en liaison avec ses activités, conformément à la Loi sur les marques de commerce, L.R.C. 1985, ch. T-13 (la « Loi »).
Stainton Ventures Ltd. (« Stainton ») exploite un site Web commercial appelé « ICBCadvice.com », qui s’affiche
comme une ressource en ligne entièrement gratuite qui donne un aperçu de tous les problèmes et embûches que peut
connaître le public dans ses rapports avec ICBC. Elle est également propriétaire des noms de domaine internet
<icbcadvice.com> et <icbcadvice.ca>, qui renvoient tous les deux le public au site Web ICBCadvice.com. Stainton a
d’abord exploité son site Web sous un nom de domaine différent, qu’elle a ultérieurement changé, en 2006, à la suite
de discussions avec ICBC. En mai 2009, ICBC a exigé que Stainton cesse d’utiliser les nouveaux noms de domaine et
lui en transfère la propriété. Stainton n’a pas obtempéré à ces demandes d’ICBC, mais elle a changé le nom de son
guide de réclamation annoncé sur son site Web, modifiant son nom de « ICBC Claim Guide » à « ICBCadvice Claim
Guide ». ICBC a demandé un jugement déclarant entre autres que Stainton avait adopté et utilisé des marques
interdites, en contravention des art. 9 et 11 de la Loi, et qu’elle avait fait passer son entreprise, ses produits et ses
services pour ceux d’ICBC. En outre, ICBC a sollicité une ordonnance enjoignant à Stainton de lu i transférer et céder
la propriété des noms de domaine, ainsi qu’une injonction.
26 avril 2012
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Grauer)
2012 BCSC 608
Délivrance en faveur d’ICBC d’une ordonnance
interdisant à l’intimée de distribuer son guide de
réclamation en format électronique ou papier; rejet des
demandes d’ICBC fondées sur la Loi sur les marques
de commerce, le délit de commercialisation trompeuse
et la Loi sur la concurrence
22 juillet 2014
Cour d’appel de la Colombie-Britannique
(Vancouver)
(Juges Frankel, Tysoe et Smith)
2014 BCCA 296
Rejet de l’appel
29 septembre 2014
Cour suprême du Canada
Dépôt de la demande d’autorisation d’appel
36107
In the Matter of an Application for Warrants Pursuant to Sections 12 and 21 of the Canadian
Security Intelligence Service Act, R.S.C. 1985, c. C-23 (F.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Wagner and Gascon JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Federal Court of Appeal, Number A -145-14,
2014 FCA 249, dated July 31, 2014, is granted without costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel fédérale, numéro A -145-14, 2014 CAF 249,
daté du 31 juillet 2014, est accueillie sans dépens.
- 262 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
CASE SUMMARY
(SEALING ORDER)
National security – Security intelligence – Warrants – Federal Court issuing warrant to CSIS for the interception from
within Canada of telecommunications of Canadian citizens travelling abroad – CSIS failing to disclose on warrant
application its intention to seek the assistance of foreign partner agencies for the interception of telecommunications of
Canadians abroad – Federal Court finding that CSIS breached its duty of candour on ex parte warrant application –
Federal Court holding that s. 12 of the Canadian Security Intelligence Service Act does not authorize CSIS to make
such requests to foreign partner agencies – What is the scope of the Federal Court’s jurisdiction under s. 21 of the
CSIS Act to issue warrants governing the interception of communications of Canadians by foreign agencies at
Canada’s request – What is the scope of CSIS’s disclosure obligations on warrant applications – Canadian Security
Intelligence Service Act, R.S.C. 1985, c. C-23, ss. 12, 21.
In 2009, a warrant was issued permitting the Canadian Security Intelligence Service (“CSIS”) to intercept, within
Canada, the telecommunications of two Canadian citizens travelling abroad. In 2013, it came to the attention of the
issuing judge that, where similar warrants were issued, it h ad become the practice for CSIS and for the
Communications Security Establishment (“CSE”) to make requests to foreign partner agencies for assistance in the
targeting of the communications of Canadians abroad. The court recalled counsel to address two iss ues: (1) whether
the Attorney General had met his duty of candour when applying for such warrants, and in particular, whether the
assistance provided by CSE in tasking foreign partners should have been disclosed; and (2) whether s. 12 of the
Canadian Security Intelligence Service Act authorizes CSIS to engage the assistance of foreign agencies in
intercepting the communications of Canadians abroad. The court found that the Attorney General had breached his
duty of candour and that s. 12 of the CSIS Act did not authorize CSIS to engage the assistance of foreign agencies.
The Court of Appeal dismissed the Attorney General’s appeal.
May 5, 2009
Federal Court
(Mosley J.)
2009 FC 1058
Warrant application granted
November 22, 2013
Federal Court
(Mosley J.)
2013 FC 1275
Further reasons for order issued: findings that CSIS
breached its duty of candour and that s. 12 of the CSIS
Act does not authorize CSIS to make requests to
foreign
partners
for
the
interception
of
telecommunications of Canadians abroad
July 31, 2014
Federal Court of Appeal
(Blais C.J. and Dawson and Mainville JJ.A.)
2014 FCA 249
Appeal from further reasons for order dismissed
September 29, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
- 263 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
(ORDONNANCE DE MISE SOUS SCELLÉS)
Sécurité nationale – Renseignement de sécurité – Mandats – La Cour fédérale a décerné un mandat au SCRS,
l’autorisant à intercepter, en territoire canadien, des télécommunications de citoyens canadiens qui se trouvaient à
l’étranger – Le SCRS a omis de communiquer, lors de la demande de mandat, son intention de demander l’aide
d’agences étrangères partenaires pour l’interception de télécommunications de Canadiens à l’étranger – La Cour
fédérale a conclu que le SCRS avait violé son obligation de franchise lors de la demande de mandat ex parte – La
Cour fédérale a statué que l’art. 12 de la Loi sur le service canadien de renseignement de sécurité n’autorisait pas le
SCRS à faire de telles demandes à des agences étrangères partenaires – Quelle est la portée de la compétence de la
Cour fédérale, en application de l’art. 21 de la Loi sur le SCRS, de décerner des mandats régissant l’interception de
communications de Canadiens par des agences étrangères à la demande du Canada? – Quelle est la portée des
obligations de communication du SCRS lorsqu’il demande un mandat? – Loi sur le service canadien de renseignement
de sécurité, L.R.C. 1985, ch. C-23, art. 12, 21.
En 2009, un mandat a été décerné au Service canadien de renseignement de sécurité (« SCRS »), l’autorisant à
intercepter, en territoire canadien, des télécommunications de deux citoyens canadiens qui se trouvaient à l’étranger.
En 2013, le juge qui a décerné le mandat a été informé que, dans la délivrance de mandats semblables, il était devenu
courant que le SCRS et le Centre de la sécurité des télécommunications (« CST ») demandent l’aide d’agences
étrangères partenaires pour cibler les communications de Canadiens à l’étranger. La cour a rappelé les avocats pour
aborder les deux questions suivantes : (1) le procureur général s’était-il acquitté de son obligation de franchise
lorsqu’il a demandé ces mandats et, en particulier, l’aide fournie par le CST dans la demande d’assistance des
partenaires étrangers aurait-elle dû être communiquée? (2) l’art. 12 de la Loi sur le service canadien de sécurité
autorise-t-il le SCRS à demander l’aide d’agences étrangères dans l’interception de communications de Canadiens à
l’étranger? La cour a conclu que le procureur général avait violé son obligation de franc hise et que l’art. 12 de la Loi
sur le SCRS n’autorisait pas le SCRS à demander l’aide d’agences étrangères. La Cour d’appel a rejeté l’appel du
procureur général.
5 mai 2009
Cour fédérale
(Juge Mosley)
2009 FC 1058
Délivrance du mandat demandé
22 novembre 2013
Cour fédérale
(Juge Mosley)
2013 FC 1275
Délivrance de motifs supplémentaires d’ordonnance :
conclusions selon lesquelles le SCRS avait violé son
obligation de franchise et que l’art. 12 de la Loi sur le
SCRS n’autorise pas le SCRS à demander à des
partenaires
étrangers
l’interception
des
télécommunications de Canadiens à l’étranger
31 juillet 2014
Cour d’appel fédérale
(Juge en chef Blais, juges Dawson et Mainville)
2014 FCA 249
Rejet de l’appel
d’ordonnance
29 septembre 2014
Cour suprême du Canada
Dépôt de la demande d’autorisation d’appel
- 264 -
des
motifs
supplémentaires
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
36141
Emmet Quinn v. Her Majesty the Queen (Ont.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
Rothstein, Cromwell and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C58258,
2014 ONCA 650, dated August 28, 2014, is dismissed without costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C58258, 2014 ONCA
650, daté du 28 août 2014, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
Criminal law – Evidence – Identification – What is the definition of “flight from police”, and does the definition
include backing up towards a police cruiser that is approaching the accused’s vehicle – Can a first-time, in-dock
identification amount to proof of identity beyond a reasonable doubt, simply based on the credibility of the identifying
witness.
A witness described an intruder to the police in very general terms and did not pick him out of a photo lineup. At a
later date, the police saw the applicant commit a break and enter at a different location. Four police cars then
proceeded to “box-in” the applicant’s car. Three police cars, lights activated, surrounded him in a high risk take down.
One police car was at the driver’s side, one was at the passenger’s side and one was in front of him. The applicant then
reversed. He ran into the fourth police car that was just arriving to block him in from behind. The applicant was
convicted of break and enter with intent, dangerous driving, failing to sto p a vehicle while being pursued by the police,
and mischief. The Court of Appeal dismissed the conviction appeal.
September 17, 2013
Ontario Court of Justice
(Kirkland J.)
Convictions: break and enter with intent, dangerous
driving, failing to stop a vehicle while being pursued
by the police, mischief
August 28, 2014
Court of Appeal for Ontario
(Watt, Tulloch, Benotto JJ.A.)
2014 ONCA 650,C58258
http://canlii.ca/t/gdnlv
Applicant’s conviction appeal dismissed
October 24, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit criminel – Preuve – Identification – Qu’entend-on par « fuir les policiers » et peut-on dire que l’action de faire
marche arrière en direction d’une voiture de patrouille qui s’approche du véhicule de l’accusé est comprise dans cette
définition? – L’identification de quelqu’un pour la première fois au banc des accusés équivaut -elle à une preuve
d’identité hors de tout doute raisonnable, sur le seul fondement de la crédibilité du témoin appelé à fournir une preuve
d’identification?
Un témoin a donné aux policiers une description très générale d’un intrus et il n’a pas reconnu ce dernier dans une
- 265 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
série de photos qui lui ont été montrées. Plus tard, les policiers ont aperçu le demandeur en train de commettre une
introduction par effraction à un autre endroit. Quatre voitures de police ont ensuite effectué des manœuvres pour
coincer la voiture du demandeur. Trois voitures de police, gyrophares allumés, l’ont entouré au cours une descente à
haut risque. Une des voitures de police était du côté conducteu r, l’autre était du côté passager et une troisième était
devant lui. Le demandeur a alors fait marche arrière. Il est entré en collision avec la quatrième voiture de police qui
arrivait sur les lieux pour lui bloquer l’issue par derrière. Le demandeur a été déclaré coupable d’introduction par
effraction avec intention, de conduite dangereuse, d’avoir omis d’immobilisé un véhicule alors qu’il était poursuivi par
la police et de méfait. La Cour d’appel a rejeté l’appel de la déclaration de culpabilité.
17 septembre 2013
Cour de justice de l’Ontario
(Juge Kirkland)
Déclarations de culpabilité pour introduction par
effraction avec intention, conduite dangereuse,
omission d’avoir immobilisé un véhicule poursuivi par
la police, méfait
28 août 2014
Cour d’appel de l’Ontario
(Juges Watt, Tulloch et Benotto)
2014 ONCA 650, C58258
http://canlii.ca/t/gdnlv
Rejet de l’appel de la déclaration de culpabilité
interjeté par le demandeur
24 octobre 2014
Cour suprême du Canada
Dépôt de la demande d’autorisation d’appel
36162
Her Majesty the Queen v. Hamidreza Safarzadeh-Markhali (Ont.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Wagner and Gascon JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C55910,
2014 ONCA 627, dated September 10, 2014, is granted without costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C55910, 2014 ONCA
627, daté du 10 septembre 2014, est accueillie sans dépens.
CASE SUMMARY
Charter of Rights and Freedoms — Liberty — Criminal law — Sentencing — Limitation in sentencing on availability
of 1.5-to-1 credit for time spent in custody as a result of the offence — Whether limitation infringes s. 7 of the Charter
— If so, whether limitation is saved by s. 1 of the Charter — Truth in Sentencing Act, S.C. 2009, c. 29 — Criminal
Code, R.S.C. 1985, c. C-46, ss. 719(3), 719(3.1).
The applicant was charged with possession of marijuana and firearms -related offences. He appeared before a justice
of the peace for a bail hearing. He did not wish to show cause for release and consented to detention. The justice of
the peace endorsed the Information pursuant to s. 515(9.1) of the Criminal Code, noting his criminal record. Pursuant
to ss. 719(3) and 719(3.1) of the Criminal Code, where such an endorsement has been made, credit upon sentencing
for pre-sentence time spent in custody is limited to a 1-to-1 ratio and a 1.5-to-1 ratio is not permitted. The applicant
applied for a declaration that ss. 719(3) and 719(3.1), as applied in this case, breach s. 7 of the Charter.
- 266 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
July 25, 2012
Ontario Court of Justice
(Block J.)
Convictions for drug and firearms offences
July 25, 2012
Ontario Court of Justice
(Block J.)
2012 ONCJ 494
Declaration portion of s. 719(3.1) of Criminal Code
violates s. 7 of Charter and is of no force and effect;
1.5-to-1 credit given for time served before sentencing
September 10, 2014
Court of Appeal for Ontario
(Rosenberg, Watt, Strathy (ad hoc) JJ.A.)
C55910; 2014 ONCA 627
Appeal dismissed
November 10, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Charte des droits et libertés — Droit à la liberté — Droit criminel — Détermination de la peine — Limite apportée à
la possibilité d’obtenir un crédit d’un jour et demi pour chaque jour passé sous garde par suite de l’infraction — Cette
limite contrevient-elle à l’art. 7 de la Charte? — Dans l’affirmative, est-elle justifiée au regard de l’article premier de
la Charte? — Loi sur l’adéquation de la peine et du crime, L.C. 2009, c. 29 — Code criminel, L.R.C. 1985, c. C-46,
par. 719(3) et 719(3.1).
Le demandeur a été accusé de possession de marihuana et d’infractions liées aux armes à feu. Il a comparu devant un
juge de paix relativement à sa remise en liberté sous caution. Ne désirant pas faire valoir de motifs justifiant sa remise
en liberté, il a consenti à la détention. Conformément au par. 515(9.1) du Code criminel, le juge de paix a inscrit une
mention du casier judiciaire du demandeur sur la dénonciation . En présence d’une telle inscription, le ratio du crédit
accordé pour le temps passé en détention présententielle est limité à 1:1 et le ratio de 1,5:1 ne peut être utilisé, en
application des par. 719(3) et 719(3.1) du Code criminel. Le demandeur a sollicité un jugement déclaratoire portant
que les par. 719(3) et 719(3.1), tels qu’ils ont été appliqués en l’espèce, contreviennent à l’art. 7 de la Charte.
25 juillet 2012
Cour de justice de l’Ontario
(Juge Block)
Déclarations de culpabilité pour des infractions liées
aux stupéfiants et aux armes à feu
25 juillet 2012
Cour de justice de l’Ontario
(Juge Block)
2012 ONCJ 494
Jugement déclaratoire portant qu’une partie du
par. 719(3.1) du Code criminel viole l’art. 7 de la
Charte et est inopérante; octroi d’un crédit selon un
ratio de 1,5:1 pour le temps passé sous garde avant la
détermination de la peine
10 septembre 2014
Cour d’appel de l’Ontario
(Juges Rosenberg, Watt et Strathy (ad hoc))
C55910; 2014 ONCA 627
Rejet de l’appel
- 267 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Dépôt de la demande d’autorisation d’appel
10 novembre 2014
Cour suprême du Canada
36181
Thomas Percy Tupper v. Attorney General of Nova Scotia Representing Her Majesty the
Queen in Right of the Province of Nova Scotia, Judgment Recovery (N.S.) Ltd., Harold F.
Jackson, Paul L. Walter, Bob Stewart and John Kulik (N.S.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Rothstein, Cromwell and Moldaver JJ.
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. The
application for leave to appeal from the judgment of the Nova Scotia Court of Appeal, Number CA 425814, dated
August 14, 2014, is dismissed with costs.
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est
accueillie. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Nouvelle -Écosse, numéro CA
425814, daté du 14 août 2014, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Appeals — Costs — Whether application for leave to appeal raises an issue of national importance.
In 1985, Mr. Tupper was ordered to pay non-pecuniary general damages to a plaintiff after a trial involving a motor
vehicle accident. He has since been involved in numerous lawsuits based on allegations that all concerned were
involved in an insurance fraud conspiracy against him. In the context of one of the Applicant’s lawsuits, security for
costs was requested by the Respondents.
June 10, 2014
Nova Scotia Court of Appeal
(Scanlan J.A.)
No. CA 425814
2014 NSCA 60
Respondents’ motion for security for costs granted.
August 7, 2014
Nova Scotia Court of Appeal
(Bourgeois J.A.)
No. CA 425814
Respondents’ motion for dismissal of appeal granted.
August 14, 2014
Nova Scotia Court of Appeal
(MacDonald J.A.)
No. CA 425814
Applicant’s application for review of Court of
Appeal’s decisions dismissed.
November 12, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed.
- 268 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Appels — Dépens — La demande d’autorisation d’appel soulève-t-elle une question d’importance nationale?
En 1985, au terme d’un procès relatif à un accident d’automobile, M. Tupper a été condamné à payer des dommages intérêts généraux non pécuniaires à une partie demanderesse. Il a depuis intenté de nombreuses poursuites fondées sur
des allégations d’implication de toutes les parties concernées dans un complot de fraude en matière d’assurance formé
contre lui. Dans le cadre de l’une de ces poursuites, les intimés ont demandé un cautionnement pour dépens.
10 juin 2014
Cour d’appel de la Nouvelle-Écosse
(Juge Scanlan)
No CA 425814
2014 NSCA 60
Requête des intimés visant à obtenir un cautionnement
pour dépens accueillie.
7 août 2014
Cour d’appel de la Nouvelle-Écosse
(Juge Bourgeois)
No CA 425814
Requête des intimés en rejet de l’appel accueillie.
14 août 2014
Cour d’appel de la Nouvelle-Écosse
(Juge MacDonald)
No CA 425814
Rejet de la demande de révision des décisions de la
Cour d’appel présentée par le demandeur.
12 novembre 2014
Cour suprême du Canada
Dépôt de la demande d’autorisation d’appel.
- 269 -
AVIS D’APPEL DÉPOSÉS DEPUIS LA
DERNIÈRE PARUTION
NOTICES OF APPEAL FILED SINCE
LAST ISSUE
08.01.2015
Andelina Kristina Hecimovic
v. (36260)
Her Majesty the Queen (B.C.)
(As of Right)
- 270 -
PRONOUNCEMENTS OF APPEALS
RESERVED
JUGEMENTS RENDUS SUR LES
APPELS EN DÉLIBÉRÉ
Reasons for judgment are available
Les motifs de jugement sont disponibles
FEBRUARY 6, 2015 / LE 6 FÉVRIER 2015
35591
Lee Carter, Hollis Johnson, William Shoichet, British Columbia Civil Liberties Association and
Gloria Taylor v. Attorney General of Canada – AND BETWEEN – Lee Carter, Hollis Johnson,
William Shoichet, British Columbia Civil Liberties Association and Gloria Taylor v. Attorney
General of Canada and Attorney General of British Columbia – and – Attorney General of
Ontario, Attorney General of Quebec, Council of Canadians with Disabilities, Canadian
Association for Community Living, Christian Legal Fellowship, Canadian HIV/AIDS Legal
Network, HIV & AIDS Legal Clinic Ontario, Association for Reformed Political Action
Canada, Physicians’ Alliance against Euthanasia, Evangelical Fellowship of Canada, Christian
Medical and Dental Society of Canada, Canadian Federation of Catholic Physicians’ Societies,
Dying with Dignity, Canadian Medical Association, Catholic Health Alliance of Canada,
Criminal Lawyers’ Association (Ontario), Farewell Foundation for the Right to Die,
Association québécoise pour le droit de mourir dans la dignité, Canadian Civil Liberties
Association, Catholic Civil Rights League, Faith and Freedom Alliance, Protection of
Conscience Project, Alliance of People With Disabilities Who are Supportive of Legal Assisted
Dying Society, Canadian Unitarian Council, Euthanasia Prevention Coalition and Euthanasia
Prevention Coalition — British Columbia (B.C.)
2015 SCC 5 / 2015 CSC 5
Coram:
McLachlin C.J. and LeBel, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver, Karakatsanis, Wagner and
Gascon JJ.
The appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia (Vancouver), Numbers CA040079 and
CA040454, 2013 BCCA 435, dated October 10, 2013, heard on October 15, 2014, is allowed.
Section 241(b) and s. 14 of the Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46, unjustifiably infringe s. 7 of the Canadian
Charter of Rights and Freedoms and are of no force or effect to the extent that they prohibit physician -assisted death
for a competent adult person who (1) clearly cons ents to the termination of life and (2) has a grievous and irremediable
medical condition (including an illness, disease or disability) that causes enduring suffering that is intolerable to the
individual in the circumstances of his or her condition.
The declaration of invalidity is suspended for 12 months.
Special costs on a full indemnity basis are awarded against the Attorney General of Canada throughout. The Attorney
General of British Columbia will bear responsibility for 10 percent of the costs at trial on a full indemnity basis and will
pay the costs associated with its presence at the appellate levels on a party and party basis.
L’appel interjeté contre l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver), numéros CA040079 et
CA040454, 2013 BCCA 435, en date du 10 octobre 2013, entendu le 15 octobre 2014, est accueilli.
L’alinéa 241b) et l’art. 14 du Code criminel, L.R.C. 1985, c. C-46, portent atteinte de manière injustifiée à l’art. 7 de la
Charte canadienne des droits et libertés et sont inopérants dans la mesure où ils prohibent l’aide d’un médecin pour
mourir à une personne adulte capable qui (1) consent clairement à mettre fin à sa vie; et qui (2) est affectée de
problèmes de santé graves et irrémédiables (y compris une affection, une maladie ou un handicap) lui causant des
souffrances persistantes qui lui sont intolérables au regard de sa condition.
La prise d’effet de la déclaration d’invalidité est suspendue pour 12 mois.
- 271 -
PRONOUNCEM ENTS OF APPEALS
RESERVED
JUGEMENTS RENDUS SUR LES APPELS EN
DÉLIBÉRÉ
Le procureur général du Canada est condamné à des dépens spéciaux sur la base de l’indemnisation intégrale devant
toutes les cours. Le procureur général de la Colombie-Britannique doit assumer la responsabilité de 10 pour cent des
dépens du procès sur la base de l’indemnisation intégrale, et il est con damné aux dépens associés à sa participation
devant les cours d’appel sur la base partie-partie.
- 272 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Lee Carter et al. v. Attorney General of Canada et al. (B.C.) (35591)
Indexed as: Carter v. Canada (Attorney General) / Répertorié : Carter c. Canada (Procureur général)
Neutral citation: 2015 SCC 5 / Référence neutre : 2015 CSC 5
Hearing: October 15, 2014 / Judgment: February 6, 2015
Audition : Le 15 octobre 2014 / Jugement : Le 6 février 2015
Present: McLachlin C.J. and LeBel, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver, Karakatsanis, Wagner and Gascon JJ.
Constitutional law — Division of powers — Interjurisdictional immunity — Criminal Code provisions
prohibiting physician-assisted dying — Whether prohibition interferes with protected core of provincial jurisdiction
over health — Constitution Act, 1867, ss. 91(27), 92(7), (13) and (16).
Constitutional law — Charter of Rights — Right to life, liberty and security of the person — Fundamental
justice — Competent adult with grievous and irremediable medical condition causing enduring suffering consenting to
termination of life with physician assistance — Whether Criminal Code provisions prohibiting physician -assisted dying
infringe s. 7 of Canadian Charter of Rights and Freedoms — If so, whether infringement justifiable under s. 1 of
Charter — Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46, ss. 14, 241(b).
Constitutional law — Charter of Rights — Remedy — Constitutional exemption — Availability —
Constitutional challenge of Criminal Code provisions prohibiting physician -assisted dying seeking declaration of
invalidity of provisions and free-standing constitutional exemption for claimants — Whether constitutional exemption
under s. 24(1) of Canadian Charter of Rights and Freedoms should be granted.
Courts — Costs — Special costs — Principles governing exercise of courts’ discretionary power to grant
special costs on full indemnity basis — Trial judge awarding special costs to successful plaintiffs on basis that award
justified by public interest, and ordering Attorney General intervening as of right to pay amount proporti onal to
participation in proceedings — Whether special costs should be awarded to cover entire expense of bringing case
before courts — Whether award against Attorney General justified.
Section 241(b) of the Criminal Code says that everyone who aids or abets a person in committing suicide
commits an indictable offence, and s. 14 says that no person may consent to death being inflicted on them. Together,
these provisions prohibit the provision of assistance in dying in Canada. After T was diagnosed with a fatal
neurodegenerative disease in 2009, she challenged the constitutionality of the Criminal Code provisions prohibiting
assistance in dying. She was joined in her claim by C and J, who had assisted C’s mother in achieving her goal of dying
with dignity by taking her to Switzerland to use the services of an assisted suicide clinic; a physician who would be
willing to participate in physician-assisted dying if it were no longer prohibited; and the British Columbia Civil
Liberties Association. The Attorney General of British Columbia participated in the constitutional litigation as of right.
The trial judge found that the prohibition against physician -assisted dying violates the s. 7 rights of competent
adults who are suffering intolerably as a result of a grievous and irremediable medical condition and concluded that this
infringement is not justified under s. 1 of the Charter. She declared the prohibition unconstitutional, granted a one-year
suspension of invalidity and provided T with a constitutional exemption. She awarded special costs in favour of the
plaintiffs on the ground that this was justified by the public interest in resolving the legal issues raised by the case, and
awarded 10 percent of the costs against the Attorney General of British Columbia in light of the full and active role it
assumed in the proceedings.
The majority of the Court of Appeal allowed the appeal on the ground that the trial judge was bound to follow
this Court’s decision in Rodriguez v. British Columbia (Attorney General) , [1993] 3 S.C.R. 519, where a majority of the
Court upheld the blanket prohibition on assisted suicide. The dissenting judge found no errors in the trial judge’s
assessment of stare decisis, her application of s. 7 or the corresponding analysis under s. 1. However, he concluded that
the trial judge was bound by the conclusion in Rodriguez that any s. 15 infringement was saved by s. 1.
- 273 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Held: The appeal should be allowed. Section 241(b) and s. 14 of the Criminal Code unjustifiably infringe s. 7
of the Charter and are of no force or effect to the extent that they prohibit physician -assisted death for a competent
adult person who (1) clearly consents to the termination of life and (2) has a grievous and irremediable medical
condition (including an illness , disease or disability) that causes enduring suffering that is intolerable to the individual
in the circumstances of his or her condition. The declaration of invalidity is suspended for 12 months. Special costs on a
full indemnity basis are awarded agains t Canada throughout. The Attorney General of British Columbia will bear
responsibility for 10 percent of the costs at trial on a full indemnity basis and will pay the costs associated with its
presence at the appellate levels on a party and party basis.
The trial judge was entitled to revisit this Court’s decision in Rodriguez. Trial courts may reconsider settled
rulings of higher courts in two situations: (1) where a new legal issue is raised; and (2) where there is a change in the
circumstances or evidence that fundamentally shifts the parameters of the debate. Here, both conditions were met. The
argument before the trial judge involved a different legal conception of s. 7 than that prevailing when Rodriguez was
decided. In particular, the law relating to the principles of overbreadth and gross disproportionality had materially
advanced since Rodriguez. The matrix of legislative and social facts in this case also differed from the evidence before
the Court in Rodriguez.
The prohibition on assisted suicide is, in general, a valid exercise of the federal criminal law power under
s. 91(27) of the Constitution Act, 1867, and it does not impair the protected core of the provincial jurisdiction over
health. Health is an area of concurrent jurisdiction, which suggests that aspects of physician-assisted dying may be the
subject of valid legislation by both levels of government, depending on the circumstances and the focus of the
legislation. On the basis of the record, the interjurisdictional immunity claim cann ot succeed.
Insofar as they prohibit physician-assisted dying for competent adults who seek such assistance as a result of a
grievous and irremediable medical condition that causes enduring and intolerable suffering, ss. 241(b) and 14 of the
Criminal Code deprive these adults of their right to life, liberty and security of the person under s. 7 of the Charter. The
right to life is engaged where the law or state action imposes death or an increased risk of death on a person, either
directly or indirectly. Here, the prohibition deprives some individuals of life, as it has the effect of forcing some
individuals to take their own lives prematurely, for fear that they would be incapable of doing so when they reached the
point where suffering was intolerable. The rights to liberty and security of the person, which deal with concerns about
autonomy and quality of life, are also engaged. An individual’s response to a grievous and irremediable medical
condition is a matter critical to their dignity and autonomy. Th e prohibition denies people in this situation the right to
make decisions concerning their bodily integrity and medical care and thus trenches on their liberty. And by leaving
them to endure intolerable suffering, it impinges on their security of the perso n.
The prohibition on physician-assisted dying infringes the right to life, liberty and security of the person in a
manner that is not in accordance with the principles of fundamental justice. The object of the prohibition is not,
broadly, to preserve life whatever the circumstances, but more specifically to protect vulnerable persons from being
induced to commit suicide at a time of weakness. Since a total ban on assisted suicide clearly helps achieve this object,
individuals’ rights are not deprived arbitrarily. However, the prohibition catches people outside the class of protected
persons. It follows that the limitation on their rights is in at least some cases not connected to the objective and that the
prohibition is thus overbroad. It is unnecessary to decide whether the prohibition also violates the principle against
gross disproportionality.
Having concluded that the prohibition on physician -assisted dying violates s. 7, it is unnecessary to consider
whether it deprives adults who are physically disabled of their right to equal treatment under s. 15 of the Charter.
Sections 241(b) and 14 of the Criminal Code are not saved by s. 1 of the Charter. While the limit is prescribed
by law and the law has a pressing and substantial objective, the prohibition is not proportionate to the objective. An
absolute prohibition on physician-assisted dying is rationally connected to the goal of protecting the vulnerable from
taking their life in times of weakness, because prohibiting an activity that poses certa in risks is a rational method of
curtailing the risks. However, as the trial judge found, the evidence does not support the contention that a blanket
prohibition is necessary in order to substantially meet the government’s objective. The trial judge made n o palpable and
overriding error in concluding, on the basis of evidence from scientists, medical practitioners and others who are
familiar with end-of-life decision-making in Canada and abroad, that a permissive regime with properly designed and
- 274 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
administered safeguards was capable of protecting vulnerable people from abuse and error. It was also open to her to
conclude that vulnerability can be assessed on an individual basis, using the procedures that physicians apply in their
assessment of informed consent and decision capacity in the context of medical decision -making more generally. The
absolute prohibition is therefore not minimally impairing. Given this conclusion, it is not necessary to weigh the
impacts of the law on protected rights against the beneficial effect of the law in terms of the greater public good.
The appropriate remedy is not to grant a free-standing constitutional exemption, but rather to issue a
declaration of invalidity and to suspend it for 12 months. Nothing in this declaration would compel physicians to
provide assistance in dying. The Charter rights of patients and physicians will need to be reconciled in any legislative
and regulatory response to this judgment.
The appellants are entitled to an award of special costs on a full indemnity basis to cover the entire expense of
bringing this case before the courts. A court may depart from the usual rule on costs and award special costs where two
criteria are met. First, the case must involve matters of public interest that are truly exceptional. It is not enough that t he
issues raised have not been previously resolved or that they transcen d individual interests of the successful litigant: they
must also have a significant and widespread societal impact. Second, in addition to showing that they have no personal,
proprietary or pecuniary interest in the litigation that would justify the proce edings on economic grounds, the plaintiffs
must show that it would not have been possible to effectively pursue the litigation in question with private funding.
Finally, only those costs that are shown to be reasonable and prudent will be covered by the award of special costs.
Here, the trial judge did not err in awarding special costs in the truly exceptional circumstances of this case. It was also
open to her to award 10 percent of the costs against the Attorney General of British Columbia in light of the full and
active role it played in the proceedings. The trial judge was in the best position to determine the role taken by that
Attorney General and the extent to which it shared carriage of the case.
APPEAL from a judgment of the British Columbia Court of Appeal (Finch C.J.B.C. and Newbury and
Saunders JJ.A.), 2013 BCCA 435, 51 B.C.L.R. (5th) 213, 302 C.C.C. (3d) 26, 365 D.L.R. (4th) 351, 293 C.R.R. (2d)
109, 345 B.C.A.C. 232, 589 W.A.C. 232, [2014] 1 W.W.R. 211, [2013] B.C.J. No. 2227 (QL), 2013 CarswellBC 3051
(WL Can.), setting aside decisions of Smith J., 2012 BCSC 886, 287 C.C.C. (3d) 1, 261 C.R.R. (2d) 1, [2012] B.C.J.
No. 1196 (QL), 2012 CarswellBC 1752 (WL Can.); and 2012 BCSC 1587, 271 C.R.R. (2d) 224, [2012] B.C.J.
No. 2259 (QL), 2012 CarswellBC 3388 (WL Can.). Appeal allowed.
Joseph J. Arvay, Q.C., Sheila M. Tucker and Alison M. Latimer, for the appellants.
Robert J. Frater and Donnaree Nygard, for the respondent the Attorney General of Canada.
Bryant Mackey, for the respondent the Attorney General of British Columbia.
S. Zachary Green, for the intervener the Attorney General of Ontario.
Jean-Yves Bernard and Sylvain Leboeuf, for the intervener the Attorney General of Quebec.
David Baker and Emily Shepard, for the interveners the Council of Canadians with Disabilities and the
Canadian Association for Community Living.
Gerald D. Chipeur, Q.C., for the intervener the Christian Legal Fellowship.
Written submissions only by Gordon Capern, Michael Fenrick , Richard Elliott and Ryan Peck , for the
interveners the Canadian HIV/AIDS Legal Network and the HIV & AIDS Legal Clinic Ontario.
André Schutten, for the intervener the Association for Reformed Political Action Canada.
Pierre Bienvenu, Andres C. Garin and Vincent Rochette, for the intervener the Physicians’ Alliance against
Euthanasia.
Geoffrey Trotter, for the intervener the Evangelical Fellowship of Canada.
- 275 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Albertos Polizogopoulos, for the interveners the Christian Medical and Dental Society of Canada and the
Canadian Federation of Catholic Physicians’ Societies.
Written submissions only by Cynthia Petersen and Kelly Doctor, for the intervener Dying With Dignity.
Harry Underwood and Jessica Prince, for the intervener the Canadian Medical Association.
Albertos Polizogopoulos and Russell G. Gibson, for the intervener the Catholic Health Alliance of Canada.
Marlys A. Edwardh and Daniel Sheppard, for the intervener the Criminal Lawyers’ Association (Ontario).
Jason B. Gratl, for the interveners the Farewell Foundation for the Right to Die and Association québécoise
pour le droit de mourir dans la dignité.
Christopher D. Bredt and Margot Finley, for the intervener the Canadian Civil Liberties Association.
Robert W. Staley, Ranjan K. Agarwal, Jack R. Maslen and Philip H. Horgan, for the interveners the Catholic
Civil Rights League, the Faith and Freedom Alliance and the Protection of Conscience Project.
Angus M. Gunn, Q.C., and Duncan A. W. Ault, for the intervener the Alliance Of People With Disabilities Who
are Supportive of Legal Assisted Dying Society.
Tim Dickson and Ryan J. M. Androsoff, for the intervener the Canadian Unitarian Council.
Hugh R. Scher, for the interveners the Euthanasia Prevention Coalition and the Euthanasia Prevention
Coalition — British Columbia.
Solicitors for the appellants: Farris, Vaughan, Wills & Murphy, Vancouver; Davis, Vancouver.
Solicitor for the respondent the Attorney General of Canada: Attorney General of Canada, Ottawa.
Solicitor for the respondent the Attorney General of British Columbia: Attorney General of British Columbia,
Victoria.
Solicitor for the intervener the Attorney General of Ontario: Attorney General of Ontario, Toronto.
Solicitor for the intervener the Attorney General of Quebec: Attorney General of Quebec, Québec.
Solicitors for the interveners the Council of Canadians with Disabilities and the Canadian Association for
Community Living: Bakerlaw, Toronto.
Solicitors for the intervener the Christian Legal Fellowship: Miller Thomson, Calgary.
Solicitors for the interveners the Canadian HIV/AIDS Legal Network and the HIV & AIDS Legal Clinic
Ontario: Paliare Roland Rosenberg Rothstein, Toronto; Canadian HIV/AIDS Legal Network, Toronto; HIV & AIDS
Legal Clinic Ontario, Toronto.
Solicitor for the intervener the Association for Reformed Political Action Canada: Association for Reformed
Political Action Canada, Ottawa.
Solicitors for the intervener the Physicians’ Alliance against Euthanasia: Norton Rose Fulbright Canada,
Montréal.
- 276 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Solicitors for the intervener the Evangelical Fellowship of Canada: Geoffrey Trotter Law Corporation,
Vancouver.
Solicitors for the interveners the Christian Medical and Dental Society of Canada and the Canadian
Federation of Catholic Physicians’ Societies: Vincent Dagenais Gibson, Ottawa.
Solicitors for the intervener Dying With Dignity: Sack Goldblatt Mitchell, Toronto.
Solicitors for the intervener the Canadian Medical Association: Polley Faith, Toronto.
Solicitors for the intervener the Catholic Health Alliance of Canada: Vincent Dagenais Gibson, Ottawa.
Solicitors for the intervener the Criminal Lawyers’ Association (Ontario): Sack Goldblatt Mitchell, Toronto.
Solicitors for the interveners the Farewell Foundation for the Right to Die and Association québécoise pour le
droit de mourir dans la dignité: Gratl & Company, Vancouver.
Solicitors for the intervener the Canadian Civil Liberties Association: Borden Ladner Gervais, Toronto.
Solicitors for the interveners the Catholic Civil Rights League, the Faith and Freedom Alliance and the
Protection of Conscience Project: Bennett Jones, Toronto; Philip H. Horgan, Toronto.
Solicitors for the intervener the Alliance Of People With Disabi lities Who are Supportive of Legal Assisted
Dying Society: Borden Ladner Gervais, Vancouver and Ottawa.
Solicitors for the intervener the Canadian Unitarian Council: Farris, Vaughan, Wills & Murphy, Vancouver.
Solicitors for the interveners the Euthanasia Prevention Coalition and the Euthanasia Prevention Coalition —
British Columbia: Scher Law Professional Corporation, Toronto.
________________________
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges LeBel, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver, Karakatsanis, Wagner
et Gascon.
Droit constitutionnel — Partage des compétences — Doctrine de l’exclusivité des compétences — Dispositions
du Code criminel prohibant l’aide d’un médecin pour mourir — La prohibition entrave-t-elle le contenu essentiel
protégé de la compétence provinciale en matière de santé? — Loi constitutionnelle de 1867, art. 91(27), 92(7), (13) et
(16).
Droit constitutionnel — Charte des droits — Droit à la vie, à la liberté et à la sécurité de la personne —
Justice fondamentale — Adulte capable affecté de problèmes de santé graves et irrémédiables qui lui causent des
souffrances persistantes consentant à mettre fin à ses jours avec l’aide d’un médecin — Les dispositions du Code
criminel qui prohibent l’aide d’un médecin pour mourir vi olent-elles l’art. 7 de la Charte canadienne des droits et
libertés? — Dans l’affirmative, la violation est-elle justifiable au regard de l’article premier de la Charte? — Code
criminel, L.R.C. 1985, c. C-46, art. 14, 241b).
Droit constitutionnel — Charte des droits — Réparation — Exemption constitutionnelle — Faisabilité —
Contestation constitutionnelle par les demandeurs des dispositions du Code criminel prohibant l’aide d’un médecin
pour mourir en vue d’obtenir une déclaration d’invalidité des disposit ions et une exemption constitutionnelle autonome
— Opportunité d’accorder une exemption constitutionnelle aux termes du par. 24(1) de la Charte canadienne des
droits et libertés.
Tribunaux — Dépens — Dépens spéciaux — Principes régissant l’exercice du pouvoir discrétionnaire des
tribunaux d’accorder des dépens spéciaux sur la base de l’indemnisation intégrale — Juge de première instance
accordant des dépens spéciaux aux demandeurs qui ont gain de cause parce que l’intérêt public le justifie et
- 277 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
condamnant la procureure générale, qui est intervenue de plein droit, à payer une somme proportionnelle à sa
participation à l’instance — Faut-il accorder des dépens spéciaux couvrant la totalité des dépenses engagées pour
porter l’affaire devant les tribunaux? — La condamnation aux dépens prononcée contre la procureure générale est -elle
justifiée?
Aux termes de l’al. 241b) du Code criminel, quiconque aide ou encourage quelqu’un à se donner la mort
commet un acte criminel, et selon l’art. 14, nul ne peut consentir à ce que la mort lui soit infligée. Ensemble, ces
dispositions prohibent au Canada la prestation de l’aide à mourir. Après avoir appris en 2009 qu’elle souffrait d’une
maladie neurodégénérative fatale, T a contesté la constitutionnalité des dispositions du Code criminel qui prohibent
l’aide à mourir. Se sont joints à sa demande C et J, qui avaient aidé la mère de C à réaliser son souhait de mourir dans la
dignité en l’emmenant en Suis se pour qu’elle puisse recourir aux services d’une clinique d’aide au suicide; se sont aussi
joints un médecin disposé à participer à un processus d’aide médicale à la mort si la prohibition était levée, et
l’Association des libertés civiles de la Colombie-Britannique. La procureure générale de la Colombie-Britannique a
participé de plein droit au litige constitutionnel.
La juge de première instance a conclu que la prohibition de l’aide médicale à mourir viole les droits que
l’art. 7 garantit aux adultes capables voués à d’intolérables souffrances causées par des problèmes de santé graves et
irrémédiables et a aussi conclu que cette violation n’est pas justifiée au regard de l’article premier de la Charte. Elle a
déclaré la prohibition inconstitutionnelle, a suspendu pour un an la prise d’effet de la déclaration d’invalidité et a
accordé à T une exemption constitutionnelle. Elle a adjugé des dépens spéciaux aux demandeurs parce qu’une telle
mesure était justifiée par l’intérêt du public à ce que soient tran chées les questions de droit en litige, et elle a condamné
la procureure générale de la Colombie-Britannique à payer 10 pour cent des dépens du fait qu’elle avait participé
pleinement et activement à l’instance.
Les juges majoritaires de la Cour d’appel ont accueilli l’appel pour le motif que la juge de première instance
était tenue de suivre la décision de notre Cour dans Rodriguez c. Colombie-Britannique (Procureur général), [1993] 3
R.C.S. 519, dans laquelle les juges majoritaires de la Cour ont confirmé l’interdiction générale de l’aide au suicide. Le
juge dissident n’a relevé aucune erreur dans l’examen, par la juge de première instance, du principe du stare decisis,
dans l’application qu’elle a faite de l’art. 7, ni dans l’analyse correspondante fondée sur l’article premier. Il a toutefois
conclu qu’elle était liée par la conclusion de l’arrêt Rodriguez selon laquelle toute violation de l’art. 15 était
sauvegardée par l’article premier.
Arrêt : Le pourvoi est accueilli. L’alinéa 241b) et l’art. 14 du Code criminel portent atteinte de manière
injustifiée à l’art. 7 de la Charte et sont inopérants dans la mesure où ils prohibent l’aide d’un médecin pour mourir à
une personne adulte capable qui (1) consent clairement à mettre fin à sa vie; et qui (2) est affectée de problèmes de
santé graves et irrémédiables (y compris une affection, une maladie ou un handicap) lui causant des souffrances
persistantes qui lui sont intolérables au regard de sa condition. La prise d’effet de la déclaration d’invalidité est
suspendue pendant 12 mois. Le Canada est condamné à des dépens spéciaux sur la base de l’indemnisation intégrale
devant toutes les cours. La procureure générale de la Colombie -Britannique doit assumer la responsabilité de
10 pour cent des dépens du procès sur la base de l’indemnisation intégrale, et elle est condamnée aux dépens associés à
sa participation devant les cours d’appel sur la base partie-partie.
La juge de première instance pouvait réexaminer la décis ion rendue par notre Cour dans Rodriguez. Les
juridictions inférieures peuvent réexaminer les précédents de tribunaux supérieurs dans deux situations : (1) lorsqu’une
nouvelle question juridique se pose; et (2) lorsqu’une modification de la situation ou de la preuve change radicalement
la donne. En l’espèce, ces deux conditions étaient réunies. L’argument présenté à la juge de première instance reposait
sur une conception juridique de l’art. 7 différente de celle qui avait cours lors du prononcé de l’arrêt Rodriguez. Plus
particulièrement, le droit relatif aux principes de la portée excessive et du caractère totalement disproportionné avait
évolué de façon importante depuis l’arrêt Rodriguez. L’ensemble des faits législatifs et sociaux dans l’affaire qui nou s
occupe différait également des éléments de preuve soumis à la Cour dans l’affaire Rodriguez.
La prohibition de l’aide au suicide constitue généralement un exercice valide de la compétence en matière de
droit criminel conférée au gouvernement fédéral par le par. 91(27) de la Loi constitutionnelle de 1867 et n’empiète pas
sur le contenu essentiel protégé de la compétence provinciale en matière de santé. La santé est un domaine de
compétence concurrente, ce qui laisse croire que les deux ordres de gouverne ment peuvent validement légiférer sur des
- 278 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
aspects de l’aide médicale à mourir, en fonction du caractère et de l’objet du texte législatif. Compte tenu du dossier qui
a été soumis à la Cour, la prétention fondée sur l’exclusivité des compétences ne peut être retenue.
Dans la mesure où ils prohibent l’aide d’un médecin pour mourir que peuvent demander des adultes capables
affectés de problèmes de santé graves et irrémédiables qui leur causent des souffrances persistantes et intolérables,
l’al. 241b) et l’art. 14 du Code criminel privent ces adultes du droit à la vie, à la liberté et à la sécurité de la personne
que leur garantit l’art. 7 de la Charte. Le droit à la vie entre en jeu lorsqu’une mesure ou une loi prise par l’État a
directement ou indirectement pour effet d’imposer la mort à une personne ou de l’exposer à un risque accru de mort. En
l’espèce, la prohibition prive certaines personnes de la vie car elle a pour effet de forcer certaines personnes à s’enlever
prématurément la vie, par crainte d’être incapables de le faire lorsque leurs souffrances deviendraient insupportables.
Les droits à la liberté et à la sécurité de la personne, qui traitent des préoccupations au sujet de l’autonomie et de la
qualité de la vie, sont également en jeu. La réaction d’une personne à des problèmes de santé graves et irrémédiables est
primordiale pour sa dignité et son autonomie. La prohibition prive les personnes se trouvant dans cette situation du droit
de prendre des décisions relatives à leur intégrité corporelle et aux soins médicaux et elle empiète ainsi sur leur liberté.
Et en leur laissant subir des souffrances intolérables, elle empiète sur la sécurité de leur personne.
La prohibition de l’aide médicale à mourir porte atteinte au droit à la vie, à la liberté et à la sécurité de la
personne d’une manière non conforme aux principes de justice fondamentale. La prohibition n’a pas pour objet,
envisagé largement, de préserver la vie peu importe les circonstances, mais plus précisément d’empêcher que les
personnes vulnérables soient incitées à se suicider dans un moment de faiblesse. Puisque la prohibition absolue de
l’aide au suicide favorise clairement la réalisation de cet objet, il n’y a pas privation arbitraire de droits individuels.
Cependant, la prohibition s’applique à des personnes qui n’entrent pas dans la catégorie des personnes protégées. Il
s’ensuit que la restriction de leurs droits n’a, dans certains cas du moins, aucun lien avec l’objectif et que la portée de la
prohibition est de ce fait excessive. Il n’est pas nécessaire de décider si la prohibition contrevient aussi au principe
selon lequel elle ne doit pas avoir un caractère totalement disproportionné.
Comme nous avons conclu que la prohibition de l’aide médicale à mourir viole l’art. 7, point n’est besoin
d’examiner si elle prive les adultes affectés d’un handicap physique de leur droit à un traitement égal garanti par
l’art. 15 de la Charte.
L’alinéa 241b) et l’art. 14 du Code criminel ne sont pas sauvegardés par application de l’article premier de la
Charte. Bien que la limite soit prescrite par une règle de droit et que la loi vise un objectif urgent et réel, la prohibition
n’est pas proportionnée à son objectif. Il existe un lien rationnel entre une prohibition absolue de l’aide médicale à
mourir et l’objectif qui consiste à empêcher que les personnes vulnérables s’enlèvent la vie dans un moment de
faiblesse, parce que prohiber une activité qui pose certains risques constitue un moyen rationnel de réduire les risques.
Toutefois, la juge de première instance a conclu que la preuve n’étaye pas la prétention qu’une prohibition générale est
nécessaire pour réaliser de façon substantielle les objectifs de l’État. La juge n’a pas commis une erreur manifeste et
dominante en concluant, sur la foi des témoignages de scientifiques, de praticiens de la santé et d’autres personnes qui
connaissent bien la prise de décisions concernant la fin de vie au Canada et à l’étranger, qu’un régime permissif
comportant des garanties adéquatement conçues et appliquées pou vait protéger les personnes vulnérables contre les
abus et les erreurs. Elle pouvait également conclure que la vulnérabilité peut être évaluée au cas par cas au moyen des
procédures suivies par les médecins lorsqu’ils évaluent le consentement éclairé et la capacité décisionnelle dans le
contexte de la prise de décisions d’ordre médical de façon plus générale. La prohibition absolue ne constitue donc pas
une atteinte minimale. Compte tenu de cette conclusion, il n’est pas nécessaire de mettre en balance l’in cidence de la loi
sur les droits protégés et l’effet bénéfique de la loi au plan de l’intérêt supérieur du public.
La réparation appropriée consiste non pas à accorder une exemption constitutionnelle autonome mais plutôt à
prononcer une déclaration d’invalidité et de suspendre la prise d’effet de son application pendant 12 mois. Rien dans
cette déclaration ne contraindrait les médecins à dispenser une aide médicale à mourir. La réponse législative ou
réglementaire au présent jugement devra concilier les droits garantis par la Charte aux patients et aux médecins.
Les appelants ont droit à des dépens spéciaux sur la base de l’indemnisation intégrale afin de couvrir la totalité
des dépenses engagées pour porter cette affaire devant les tribunaux. Un tribun al peut déroger à la règle habituelle en
matière de dépens et octroyer des dépens spéciaux lorsque deux critères sont respectés. Premièrement, l’affaire doit
porter sur des questions d’intérêt public véritablement exceptionnelles. Il ne suffit pas que les questions soulevées
- 279 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
n’aient pas encore été tranchées ou qu’elles dépassent le cadre des intérêts du plaideur qui a gain de cause : elles
doivent aussi avoir une incidence importante et généralisée sur la société. Deuxièmement, en plus de démontrer qu’ils
n’ont dans le litige aucun intérêt personnel, propriétal ou pécuniaire qui justifierait l’instance pour des raisons d’ordre
économique, les demandeurs doivent démontrer qu’il n’aurait pas été possible de poursuivre l’instance en question avec
une aide financière privée. Enfin, seuls les frais dont on établit le caractère raisonnable et prudent seront couverts par
l’octroi de dépens spéciaux. En l’espèce, la juge de première instance n’a pas commis une erreur en adjugeant des
dépens spéciaux dans les circonstances vraiment exceptionnelles de cette affaire. Elle pouvait également condamner la
procureure générale de la Colombie-Britannique à payer 10 pour cent des dépens puisque cette dernière avait participé
pleinement et activement à l’instance. La juge était la mieux placée pour apprécier la participation de la procureure
générale et la mesure dans laquelle celle-ci a partagé la responsabilité du dossier.
POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel de la Colombie-Britannique (le juge en chef Finch et les juges
Newbury et Saunders), 2013 BCCA 435, 51 B.C.L.R. (5th) 213, 302 C.C.C. (3d) 26, 365 D.L.R. (4th) 351, 293 C.R.R.
(2d) 109, 345 B.C.A.C. 232, 589 W.A.C. 232, [2014] 1 W.W.R. 211, [2013] B.C.J. No. 2227 (QL), 2013 CarswellBC
3051 (WL Can.), qui a infirmé des décisions de la juge Smith, 2012 BCSC 886, 287 C.C.C. (3d) 1, 261 C.R.R. (2d) 1,
[2012] B.C.J. No. 1196 (QL), 2012 CarswellBC 1752 (WL Can.); et 2012 BCSC 1587, 271 C.R.R. (2d) 224, [2012]
B.C.J. No. 2259 (QL), 2012 CarswellBC 3388 (WL Can.). Pourvoi accueilli.
Joseph J. Arvay, c.r., Sheila M. Tucker et Alison M. Latimer, pour les appelants.
Robert J. Frater et Donnaree Nygard, pour l’intimé le procureur général du Canada.
Bryant Mackey, pour l’intimé le procureur général de la Colombie-Britannique.
S. Zachary Green, pour l’intervenant le procureur général de l’Ontario.
Jean-Yves Bernard et Sylvain Leboeuf, pour l’intervenante la procureure générale du Québec.
David Baker et Emily Shepard, pour les intervenants le Conseil des Canadiens avec déficiences et
l’Association canadienne pour l’intégration communautaire.
Gerald D. Chipeur, c.r., pour l’intervenante l’Alliance des chrétiens en droit.
Argumentation écrite seulement par Gordon Capern, Michael Fenrick, Richard Elliott et Ryan Peck , pour les
intervenants le Réseau juridique canadien VIH/sida et HIV & AIDS Legal Clinic Ontario.
André Schutten, pour l’intervenante Association for Reformed Political Action Canada.
Pierre Bienvenu, Andres C. Garin et Vincent Rochette, pour l’intervenant le Collectif des médecins contre
l’euthanasie.
Geoffrey Trotter, pour l’intervenante l’Alliance évangélique du Canada.
Albertos Polizogopoulos, pour les intervenantes Christian Medical and Dental Society of Canada et Canadian
Federation of Catholic Physicians’ Societies.
Argumentation écrite seulement par Cynthia Petersen et Kelly Doctor, pour l’intervenante Dying With
Dignity.
Harry Underwood et Jessica Prince, pour l’intervenante l’Association médicale canadienne.
Albertos Polizogopoulos et Russell G. Gibson, pour l’intervenante l’Alliance catholique canadienne de la
santé.
Marlys A. Edwardh et Daniel Sheppard, pour l’intervenante Criminal Lawyers’ Association (Ontario).
- 280 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Jason B. Gratl, pour les intervenantes Farewell Foundation for the Right to Die et l’Association québécoise
pour le droit de mourir dans la dignité.
Christopher D. Bredt et Margot Finley, pour l’intervenante l’Association canadienne des libertés civiles.
Robert W. Staley, Ranjan K. Agarwal, Jack R. Maslen et Philip H. Horgan, pour les intervenants la Ligue
catholique des droits de l’homme, Faith and Freedom Alliance et Protection of Conscience Project.
Angus M. Gunn, c.r., et Duncan A. W. Ault, pour l’intervenante Alliance Of People With Disabilities Who are
Supportive of Legal Assisted Dying Society.
Tim Dickson et Ryan J. M. Androsoff, pour l’intervenant le Conseil unitarien du Canada.
Hugh R. Scher, pour les intervenantes la Coalition pour la prévention de l’euthanasie et Euthanasia Prevention
Coalition — British Columbia.
Procureurs des appelants : Farris, Vaughan, Wills & Murphy, Vancouver; Davis, Vancouver.
Procureur de l’intimé le procureur général du Canada : Procureur général du Canada, Ottawa.
Procureur de l’intimé le procureur général de la Colombie-Britannique : Procureur général de la
Colombie-Britannique, Victoria.
Procureur de l’intervenant le procureur général de l’Ontario : Procureur général de l’Ontario, Toronto.
Procureur de l’intervenante la procureure générale du Québec : Procureure générale du Québec, Québec.
Procureurs des intervenants le Conseil des Canadiens avec déficiences et l’Association canadienne pour
l’intégration communautaire : Bakerlaw, Toronto.
Procureurs de l’intervenante l’Alliance des chrétiens en droit : Miller Thomson, Calgary.
Procureurs des intervenants le Réseau juridique canadien VIH/sida et HIV & AIDS Legal Clinic
Ontario : Paliare Roland Rosenberg Rothstein, Toronto; Réseau juridique canadien VIH/sida, Toronto; HIV & AIDS
Legal Clinic Ontario, Toronto.
Procureur de l’intervenante Association for Reformed Political Action Canada : Association for Reformed
Political Action Canada, Ottawa.
Procureurs de l’intervenant le Collectif des médecins contre l’euthanasie : Norton Rose Fulbright Canada,
Montréal.
Procureurs de l’intervenante l’Alliance évangélique du Canada : Geoffrey Trotter Law Corporation,
Vancouver.
Procureurs des intervenantes Christian Medical and Dental Society of Canada et Canadian Federation of
Catholic Physicians’ Societies : Vincent Dagenais Gibson, Ottawa.
Procureurs de l’intervenante Dying With Dignity : Sack Goldblatt Mitchell, Toronto.
Procureurs de l’intervenante l’Association médicale canadienne : Polley Faith, Toronto.
Procureurs de l’intervenante l’Alliance catholique canadienne de la santé : Vincent Dagenais Gibson,
Ottawa.
- 281 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Procureurs de l’intervenante Criminal Lawyers’ Association (Ontario) : Sack Goldblatt Mitchell, Toronto.
Procureurs des intervenantes Farewell Foundation for the Right to Die et l’Association québécoise pour le
droit de mourir dans la dignité : Gratl & Company, Vancouver.
Procureurs de l’intervenante l’Association canadienne des libertés civiles : Borden Ladner Gervais, Toronto.
Procureurs des intervenants la Ligue catholique des droits de l’homme, Faith and Freedom Alliance et
Protection of Conscience Project : Bennett Jones, Toronto; Philip H. Horgan, Toronto.
Procureurs de l’intervenante Alliance Of People With Disabilities Who are Supportive of Legal Assisted Dying
Society : Borden Ladner Gervais, Vancouver et Ottawa.
Procureurs de l’intervenant le Conseil unitarien du Canada : Farris, Vaughan, Wills & Murphy, Vancouver.
Procureurs des intervenantes la Coalition pour la prévention de l’euthanasie et Euthanasia Prevention
Coalition — British Columbia : Scher Law Professional Corporation, Toronto.
- 282 -
SUPREME COURT OF CANADA SCHEDULE / CALENDRIER DE LA COUR SUPREME
- 2014 OCTOBER - OCTOBRE
S
D
M
L
T
M
NOVEMBER - NOVEMBRE
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
4
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
DECEMBER - DÉCEMBRE
F
V
S
S
S
D
1
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
M
1
2
3
4
5
6
5
M
6
7
8
9
10
11
2
M
3
4
5
6
7
8
7
8
9
10
11
12
13
12
H
13
14
15
16
17
18
9
10
H
11
12
13
14
15
14
15
16
17
18
19
20
19
20
21
22
23
24
25
16
17
18
19
20
21
22
21
22
23
24
H
25
H
26
27
26
27
28
29
30
31
24
25
26
27
28
29
28
29
30
31
23
30
- 2015 JANUARY - JANVIER
S
D
M
L
T
M
W
M
FEBRUARY - FÉVRIER
MARCH - MARS
T
J
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
H
1
2
3
1
2
3
4
5
6
7
1
2
3
4
5
6
7
4
5
6
7
8
9
10
8
M
9
10
11
12
13
14
8
9
10
11
12
13
14
11
M
12
13
14
15
16
17
15
16
17
18
19
20
21
15
M
16
17
18
19
20
21
18
19
20
21
22
23
24
22
23
24
25
26
27
28
22
23
24
25
26
27
28
25
26
27
28
29
30
31
29
30
31
APRIL - AVRIL
S
D
M
L
T
M
MAY - MAI
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
H
3
4
S
D
M
L
T
M
W
M
JUNE - JUIN
T
J
F
V
S
S
1
2
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
4
5
6
5
H
6
7
8
9
10
11
3
4
5
6
7
8
9
7
M
8
9
10
11
12
13
12
M
13
14
15
16
17
18
10
M
11
12
13
14
15
16
14
15
16
17
18
19
20
19
20
21
22
23
24
25
17
H
18
19
20
21
22
23
21
22
23
24
25
26
27
26
27
28
29
30
25
26
27
28
29
30
28
29
30
24
Sittings of the court:
Séances de la cour :
Motions:
Requêtes :
M
Holidays:
Jours fériés :
H
31
18
87
9
3
sitting weeks / semaines séances de la cour
sitting days / journées séances de la cour
m otion and conference days / journées des requêtes et des conférences
holidays during sitting days / jours fériés durant les sessions
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising