SUPREME COURT OF COUR SUPRÊME DU CANADA

SUPREME COURT  OF COUR SUPRÊME DU CANADA
SUPREME COURT OF
CANADA
COUR SUPRÊME DU
CANADA
BULLETIN OF
PROCEEDINGS
BULLETIN DES
PROCÉDURES
This Bulletin is published at the direction of the
Registrar and is for general information only. It
is not to be used as evidence of its content,
which, if required, should be proved by
Certificate of the Registrar under the Seal of the
Court. While every effort is made to ensure
accuracy, no responsibility is assumed for errors
or omissions.
Ce Bulletin, publié sous l'autorité du registraire,
ne vise qu'à fournir des renseignements
d'ordre général. Il ne peut servir de preuve de
son contenu. Celle-ci s'établit par un certificat
du registraire donné sous le sceau de la Cour.
Rien n'est négligé pour assurer l'exactitude du
contenu,
mais
la Cour décline toute
responsabilité pour les erreurs ou omissions.
During Court sessions the Bulletin is usually
issued week ly.
Le Bulletin paraît en principe toutes les
semaines pendant les sessions de la Cour.
Where a judgment has been rendered, requests
for copies should be made to the Registrar, with
a remittance of $15 for each set of reasons. All
remittances should be made payable to the
Receiver General for Canada.
Quand un arrêt est rendu, on peut se procurer
les motifs de jugement en adressant sa
demande au registraire, accompagnée de 15 $
par exemplaire. Le paiement doit être fait à
l'ordre du Receveur général du Canada.
Consult the Supreme Court of Canada website
at www.scc-csc.gc.ca for more information.
Pour de plus amples informations, consulter le
site Web de la Cour suprême du Canada à
l’adresse suivante : www.scc-csc.gc.ca
June 5, 2015
© Supreme Court of Canada (2015)
ISSN 1918-8358 (Online)
971 - 993
Le 5 juin 2015
© Cour suprême du Canada (2015)
ISSN 1918-8358 (En ligne)
CONTENTS
TABLE DES MATIÈRES
Applications for leave to appeal
filed
971
Demandes d’autorisation d’appel
déposées
Applications for leave submitted
to Court since last issue
972
Demandes soumises à la Cour depuis la
dernière parution
Judgments on applications for
leave
973 - 983
Jugements rendus sur les demandes
d’autorisation
Motions
984 - 987
Requêtes
Notices of appeal filed since last
issue
988
Avis d’appel déposés depuis la dernière
parution
Pronouncements of appeals reserved
989
Jugements rendus sur les appels en
délibéré
Headnotes of recent judgments
990 - 993
Sommaires de jugements récents
NOTICE
Case summaries included in the Bulletin are prepared by the Office of the Registrar of the
Supreme Court of Canada (Law Branch) for information purposes only.
AVIS
Les résumés de dossiers publiés dans le bulletin sont préparés par le Bureau du registraire
(Direction générale du droit) uniquement à titre d’information.
DEMANDES D’AUTORISATION
D’APPEL DÉPOSÉES
APPLICATIONS FOR LEAVE TO
APPEAL FILED
Steven Tonner
Steven Tonner
John Turmel
John Turmel
v. (36447)
v. (36415)
Real Estate Council of Ontario et al. (Ont.)
Christopher D. Bredt
Borden Ladner Gervais LLP
Her Majesty the Queen (F.C.)
Jonathan M. Bricker
Department of Justice
FILING DATE: 30.03.2015
FILING DATE: 13.04.2015
Perry Breslin et al.
Melvyn L. Solmon
Solmon Rothbart Goodman
Sylvain Lambert
Jeff Orenstein
Consumer Law Group Inc.
v. (36419)
v. (36425)
Ontario Securities Commission et al. (Ont.)
Matthew H. Britton
Ontario Securities Commission
Whirlpool Canada LP et al. (Que.)
Laurent Nahmiash
Dentons Canada LLP
FILING DATE: 04.05.2015
FILING DATE: 08.05.2015
Siri Guru Nanak Sikh Gurdwara of Alberta
Arman Chak
David Carl Sunshine
Thomas M. Arbogast
Wilson Butcher
v. (36426)
v. (36430)
Sakattar Singh Sandhu and Baldev Singh
Hundle (Alta.)
Arpal Dosanjh
Gundmundseth Mickelson LLP
Her Majesty the Queen (B.C.)
Mary T. Ainslie, Q.C.
A.G. of British Columbia
FILING DATE: 08.05.2015
FILING DATE: 12.05.2015
- 971 -
APPLICATIONS FOR LEAVE
SUBMITTED TO COURT SINCE
LAST ISSUE
DEMANDES SOUMISES À LA COUR
DEPUIS LA DERNIÈRE PARUTION
JUNE 1, 2015 / LE 1 er JUIN 2015
CORAM: Chief Justice McLachlin and Wagner and Gascon JJ.
La juge en chef McLachlin et les juges Wagner et Gascon
1.
Roch Guimont et autre c. Sa Majesté la Reine (Qc) (Crim.) (Autorisation) (36391)
2.
Jacques Laperrière c. Sa Majesté la Reine (Qc) (Crim.) (Autorisation) (36345)
3.
Chief Jesse John Simon et al. v. Attorney General of Canada (F.C.) (Civil) (By Leave) (36352)
4.
Procureur général du Canada c. Barreau du Québec (Qc) (Civile) (Autorisation) (36290)
5.
Compagnie minière IOC inc. et autre c. Uashaunnuat (Innus de Uashat et de Mani-Utenam) et autres (Qc)
(Civile) (Autorisation) (36332)
6.
9080-9211 Québec Inc. (Les Propriétés Victoria) v. Athena Energy Marketing Inc. (doing business under the
trade name RBC Natural Gas Services Inc.) et al. (Que.) (Civil) (By Leave) (36279)
CORAM: Abella, Karakatsanis and Côté JJ.
Les juges Abella, Karakatsanis et Côté
7.
Daniel Beaulieu et autres c. Sa Majesté la Reine (Qc) (Crim.) (Autorisation) (36278)
8.
Pacific Newspaper Group Inc., a division of Canwest Mediaworks Publication Inc./Publications Canwest
Mediaworks Inc. v. Communications, Energy and Paperworkers Union of Canada, Local 2000 et al. (B.C.)
(Civil) (By Leave) (36305)
9.
Shappour Jannesar c. Sabiha Ali Sultan Yousuf (Qc) (Civile) (Autorisation) (36271)
10.
Sweda Farms Ltd. et al. v. Burnbrae Farms Limited et al. (Ont.) (Civil) (By Leave) (36341)
11.
Jessy Domond c. CARRA tribunal d'arbitrage (Qc) (Civile) (Autorisation) (36329)
CORAM: Rothstein, Cromwell and Moldaver JJ.
Les juges Rothstein, Cromwell et Moldaver
12.
Frederick Bernard Anthony Prosser v. Her Majesty the Queen (N.B.) (Crim.) (By Leave) (36370)
13.
InStorage Limited Partnership and InStorage Trustee Corp. v. Matthew Brady Self Storage Corporation (Ont.)
(Civil) (By Leave) (36224)
14.
P.W.M. Loss Prevention Services Inc. v. Miguel Lay et al. (Alta.) (Civil) (By Leave) (36327)
15.
Wayne White v. City of Montreal et al. (Que.) (Civil) (By Leave) (36319)
- 972 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES
DEMANDES D’AUTORISATION
JUNE 4, 2015 / LE 4 JUIN 2015
36165
Conférence des juges de paix magistrats du Québec, Christine Auger, Jacques Barbès, Réjean
Bédard, Dominique Benoît, Georges Benoît, Michel Boissonneault, Suzanne Bousquet, Sylvie
Desmeules, Julie Dionne, Marie-Chantal Doucet, Louis Duguay, Gaby Dumas, Nathalie
Duperron Roy, Réna Émond, Pierre Fortin, Louise Gallant, Marie-Josée Hénault, François
Kouri, Jean-Georges Laliberté, Robert Lanctôt, Luc Marchildon, Sylvie Marcotte, Nicole
Martin, Danielle Michaud, Gilles Michaud, Lucie Morissette, Monique Perron, Jean-Gilles
Racicot, Gaétan Ratté, Marc Renaud, Rosaire Vallières, Pierre Verrette, Johanne White,
Gilles Pigeon, Léopold Goulet, Yannick Couture, Marie-Claude Bélanger et Patricia
Compagnone c. Procureure générale du Québec et Ministre de la justice du Québec (Qc)
(Civile) (Autorisation)
Coram :
Les juges Abella, Karakatsanis et Côté
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-09022600-126, 2014 QCCA 1654, daté du 11 septembre 2014, est accueillie avec dépens.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Number
500-09-022600-126, 2014 QCCA 1654, dated September 11, 2014, is granted with costs.
CASE SUMMARY
Constitutional law — Judicial independence — Remuneration and employment benefits — Provincial statute creating
new categories of justices of peace in Quebec — Presiding justices of peace challenging constitutionality of legislative
provisions dealing with their remuneration, employment conditions and pension plan — Whether Court of Appeal
erred in dismissing applicants’ appeal — An Act to amend the Courts of Justice Act and other legislative provisions as
regards the status of justices of the peace, S.Q. 2004, c. 12, ss. 27, 30 and 32 — Courts of Justice Act, C.Q.L.R. c. T16, s. 178.
The Conférence des juges de paix magistrats du Québec and several presiding justices of the peace (“PJPs”) filed a
motion to strike down provisions of the Act to amend the Courts of Justice Act and other legislative provisions as
regards the status of justices of the peace (“the Act”) and the Courts of Justice Act on the ground that the scheme
established by the impugned provisions did not guarantee judicial independence. T he applicants’ motion also
challenged the constitutionality of Order No. 932-2008.
The litigation arose out of amendments made to the Courts of Justice Act in 2004 concerning justices of the peace.
The amendments became necessary as a result of judgments of the Supreme Court of Canada and the Quebec Court of
Appeal suggesting that the system then in place in Quebec did not guarantee the independence of justices of the peace.
The effect of the reform undertaken in 2004 was to replace the former categorie s of justices of the peace with two new
categories, including PJPs, who formed part of the judicial system. The Act gave PJP status to certain justices of the
peace who had formerly been justices of the peace with extended powers. They retained the salary they were
receiving before the coming into force of the Act until it was equal to the salary to be determined by the government
for subsequently appointed PJPs. An order was then made specifying the annual remuneration of PJPs appointed after
the coming into force of the Act. Their annual remuneration was about $20,000 less than that of their colleagues. The
Act also provided that a committee on the remuneration of judges would not determine the salary and benefits of all
PJPs until three years later, in 2007. In addition to these changes, the Courts of Justice Act was amended to make the
pension plan established by the Act respecting the Pension Plan of Management Personnel applicable to PJPs.
- 973 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
March 16, 2012
Quebec Superior Court
(Mongeon J.)
2012 QCCS 1021
No. 500-17-046760-081
Applicants’ amended motion to institute proceedings
dismissed;
declarations
made
upholding
constitutionality of ss. 27, 30 and 32 of Act to amend
the Courts of Justice Act and other legislative
provisions as regards the status of justices of the
peace, s. 178 of Courts of Justice Act and Order
No. 932-2008.
September 11, 2014
Quebec Court of Appeal (Montréal)
(Dalphond, Bouchard and Vauclair JJ.A.)
2014 QCCA 1654
No. 500-09-022600-126
Appeal dismissed.
November 10, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed.
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit constitutionnel — Indépendance judiciaire — Rémunération et avantages sociaux — Loi provinciale créant
nouvelles catégories de juges de paix au Québec — Juges de paix magistrats contestant constitutionnalité de
dispositions législatives portant sur leur rémunération, conditions de travail et régime de retraite — Cour d’appel a-telle erré en rejetant l’appel des demandeurs? — Loi modifiant la Loi sur les tribunaux judiciaires et d’autres
dispositions législatives eu égard au statut des juges de paix, L.Q., 2004 c. 12, arts. 27, 30 et 32 — Loi sur les
tribunaux judiciaires, R.L.R.Q. c. T-16, art. 178.
La Conférence des juges de paix magistrats du Québec et plusieurs juges de paix magistrats (« JPM ») ont déposé une
requête cherchant à invalider des dispositions de la Loi modifiant la Loi sur les tribunaux judiciaires et d’autres
dispositions législatives eu égard au statut des juges de paix (« la Loi ») et de la Loi sur les tribunaux judiciaires au
motif que le régime établi par le biais des dispositions contestées ne garantissait pas l’indépendance judiciaire. La
constitutionnalité du Décret no. 932-2008 a également été remise en question par le biais de la requête des
demandeurs.
Le litige découle de modifications apportées en 2004 à la Loi sur les tribunaux judiciaires, eu égard aux juges de paix.
Les modifications ont été rendues nécessaires à la suite des arrêts de la Cour suprême du Canada et de la Cour d’appel
du Québec laissant croire que le système alors en place au Québec ne garantissait p as l’indépendance des juges de
paix. La réforme entreprise en 2004 a eu pour effet de remplacer les anciennes catégories de juges de paix par deux
nouvelles catégories, dont l’une est la catégorie des JPM dont les membres font partie de l’ordre judiciaire . Par le biais
de la Loi, certains juges de paix qui étaient auparavant des juges de paix à pouvoirs élargis se sont vus conférer le
statut de JPM. Ceux-ci conservaient le traitement dont ils bénéficiaient avant l’entrée en vigueur de la Loi, et ce,
jusqu’à ce que leur traitement soit égal à celui qui serait établi par le gouvernement pour les JPM nommés
subséquemment. Un décret fut alors émis, prévoyant la rémunération annuelle des JPM nommés après l’entrée en
vigueur de la Loi. Leur rémunération annuelle était d’environ vingt mille dollars en moins de la rémunération de leurs
collègues. La Loi prévoyait également que le traitement et les avantages des tous les JPM ne seraient soumis à un
comité de la rémunération des juges que trois ans plus tard soit en 2007. À ces changements s’ajoutait également une
modification apportée à la Loi sur les tribunaux judiciaires, assujettissant les JPM au régime de retraite établi par la
Loi sur le régime de retraite du personnel d’encadrement.
- 974 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Le 16 mars 2012
Cour supérieure du Québec
(Le juge Mongeon)
2012 QCCS 1021
No 500-17-046760-081
Requête introductive d’instance amendée des
demandeurs, rejetée; Déclarations émises confirmant la
constitutionnalité des arts. 27, 30 et 32 de la Loi
modifiant la Loi sur les tribunaux judiciaires et
d’autres dispositions législatives eu égard au statut des
juges de paix, de l’art. 178 de la Loi sur les tribunaux
judiciaires et du Décret no. 932-2008.
Le 11 septembre 2014
Cour d’appel du Québec (Montréal)
(Les juges Dalphond, Bouchard et Vauclair)
2014 QCCA 1654
No 500-09-022600-126
Appel rejeté.
Le 10 novembre 2014
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée.
36272
Health Professions Review Board v. Alan Moore and College of Physicians and Surgeons of
British Columbia (B.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Abella, Karakatsanis and Côté JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver), Number CA041430, 2014 BCCA 466, dated November 21, 2014, is dismissed with costs to the
respondent, Alan Moore.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver),
numéro CA041430, 2014 BCCA 466, daté du 21 novembre 2014, est rejetée avec dépens en faveur de l’intimé, Alan
Moore.
CASE SUMMARY
Administrative law — Boards and tribunals — Health Professions Review Board — Judicial review — Standard of
review — Standing — Court of Appeal dismissing appeal of decision setting aside Review Board’s decision finding
College’s investigation inadequate — What is proper analytical approach to legislated standard of review provisions in
s. 58 of Administrative Tribunals Act, S.B.C. 2004, c. 45 — How is “patently unreasonable” test set out in s. 58(2)
and (3) of ATA properly applied to Review Board findings with respect to “adequacy of an investigation” and remedy
arising from a finding of inadequacy, and is Review Board entitled to deference in standard of review it applies when
assessing adequacy of College investigation — Whether Review Board had standing to appeal order of chambers
judge on ground he misapplied patently unreasonable test — Health Professions Act, R.S.B.C. 1996, c. 183.
A complaint was made by a patient to the respondent, the College of Physician s and Surgeons of British Columbia
against the respondent physician, Alan Moore. The College advised the patient that after reviewing the complaint the
College had no specific criticism of Dr. Moore.
The patient requested a review of the College’s decision by the Health Professions Review Board. The Review Board
concluded the College’s decision was inadequate and the decision was sent back to the College for reconsideration.
- 975 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
On judicial review, the Supreme Court of British Columbia set aside the Review Board’s decision and reinstated the
decision of the Registrar. The Court of Appeal dismissed the appeal.
October 20, 2011
Health Professions Review Board
Decision No.: 2010-HPA-0108(b)
(M. Clark)
Investigation deemed inadequate and decision returned
to College of Physicians and Surgeons of B.C. for
reconsideration with directions.
November 18, 2013
Supreme Court of British Columbia
(Bracken J.)
2013 BCSC 2081
Application for judicial review allowed; Review Board
decision set aside and decision of Registrar restored.
November 21, 2014
Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver)
(Lowry, Tysoe and Harris JJ.A.)
2014 BCCA 466
File No.: CA41430
Appeal dismissed.
January 19, 2015
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit administratif — Organismes et tribunaux administratifs — Commission d’examen des professions de la santé —
Contrôle judiciaire — Norme de contrôle — Qualité pour agir — La Cour d’appel a rejeté l’appel d’un jugement
annulant la décision de la commission d’examen demanderesse qui avait conclu que l’enquête du Collège intimé avait
été inadéquate — Quelle méthode d’analyse faut-il appliquer aux dispositions qui établissent une norme légale d e
contrôle judiciaire à l’art. 58 de l’Administrative Tribunals Act, S.B.C. 2004, ch. 45? — Comment convient-il
d’appliquer le critère de la décision « manifestement déraisonnable » (« patently unreasonable ») énoncé aux
par. 58(2) et (3) de l’ATA aux conclusions de la commission d’examen quant au [ T RADUCT ION] « caractère adéquat
d’une enquête » et quant à la réparation qui s’impose lorsqu’il est jugé que l’enquête était inadéquate, et la
commission d’examen a-t-elle droit à la déférence en ce qui concerne la norme de contrôle qu’elle applique dans son
appréciation du caractère adéquat de l’enquête du Collège? — La commission d’examen avait-elle la qualité pour
interjeter appel de l’ordonnance rendue par le juge en son cabinet au motif que ce dernier aurait mal appliqué le critère
de la décision manifestement déraisonnable? — Health Professions Act, R.S.B.C. 1996, ch. 183.
Un patient a porté plainte au College of Physicians and Surgeons of British Columbia, intimé, contre le médecin
intimé, Alan Moore. Le Collège a informé le patient qu’après avoir examiné la plainte, le Collège n’avait aucun
reproche particulier à faire au docteur Moore.
Le patient a demandé à la commission d’examen des professions de la santé d’examiner la décision du Collège. La
commission d’examen a conclu que la décision du Collège avait été inadéquate et elle a renvoyé la plainte au Collège
pour qu’il l’examine de nouveau.
À l’issue d’un contrôle judiciaire, la Cour suprême de la Colombie-Britannique a annulé la décision de la commission
d’examen et a rétabli la décision du registraire. La Cour d’appel a rejeté l’appel.
- 976 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
20 octobre 2011
Health Professions Review Board
Décision n o 2010-HPA-0108(b )
(M. Clark)
Conclusion selon laquelle l’enquête avait été
inadéquate et renvoi de la décision au College of
Physicians and Surgeons of British Columbia pour
qu’il réexamine la plainte conformément aux directives
fournies.
18 novembre 2013
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Bracken)
2013 BCSC 2081
Jugement accueillant la demande de contrôle
judiciaire; annulation de la décision de la commission
d’examen et rétablissement de la décision du
registraire.
21 novembre 2014
Cour d’appel de la Colombie-Britannique
(Vancouver)
(Juges Lowry, Tysoe et Harris)
2014 BCCA 466
No du greffe CA41430
Rejet de l’appel.
19 janvier 2015
Cour suprême du Canada
Dépôt de la demande d’autorisation d’appel
36295
François Deraspe c.
(anciennement Xstrata
corporation) et Conseil
fiducie du revenu fonds
Zinc électrolytique du Canada corporation ltée, Xstrata limited
PLC), Glencore Canada corporation (anciennement Xstrata Canada
des fiduciaires de la fiducie d’exploitation Noranda agissant pour la
de revenu Noranda (Qc) (Civile) (Autorisation)
Coram :
Les juges Abella, Karakatsanis et Wagner
Les six requêtes sont rejetées, incluant la requête pour permission de déposer un avis assermenté du
demandeur en dénonciation d’une fraude commise à l’égard de l’administration de la justice canadienne. La demande
d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-09-024382-145, 2014 QCCA
2266, daté du 8 décembre 2014, est rejetée avec dépens.
The six motions are dismissed, including the motion for permission to file a sworn notice by the applicant
denouncing a fraud on the administration of justice in Canada. The applica tion for leave to appeal from the judgment
of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Number 500-09-024382-145, 2014 QCCA 2266, dated December 8,
2014, is dismissed with costs.
CASE SUMMARY
Civil procedure — Class actions — Case management — Applicant instituting class action against company for
releasing sulphur trioxide into air in 2004 — Applicant trying to join parent companies to his action for fear that
company alone could not guarantee execution of any judgment obtained — Trial judge finding that first company had
sole [T RANSLAT ION] “custody” of refinery in 2004 and was its sole operator — Court of Appeal dismissing appeal and
condemning [T RANSLAT ION] “improper and outrageous” language used in pleadings filed by counsel for applicant —
Whether Court of Appeal can assume powers of syndic of Barreau du Québec to sanction counsel directly — Whether
conduct of Court of Appeal undermined public confidence in justice system — Whether there was miscarriage of
justice for members of class action — Code of Civil Procedure, R.S.Q. c. C-25, art. 1003.
- 977 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
The applicant Mr. Deraspe instituted a class action against the respondent Canadian Electrolytic Zinc Ltd. (CEZL),
which operated a zinc refinery in Quebec. He blamed it for the release of sulphur trioxide into the air in April 2004.
Fearing that CEZL alone could not guarantee execution of any judgment obtained, Mr. Deraspe tried to join the parent
companies (Xstrata and Glencore) to his action, alleging that they and their predecessors had operated the refinery
through CEZL and used its juridical personality to dissemble fraud o r contravention of a rule of public order. The trial
judge found that CEZL had had sole [T RANSLAT ION] “custody” of the refinery in August 2004 and had been its sole
operator. Moreover, Xstrata and Glencore could not be held liable for CEZL’s obligations solely because CEZL was
one of their subsidiaries. The Court of Appeal dismissed the appeal and condemned the [ T RANSLAT ION] “improper
and outrageous” language used in the pleadings filed by counsel for Mr. Deraspe.
March 28, 2014
Quebec Superior Court
(Petras J.)
Motion to amend motion to institute proceedings, to change
description of defendant or add Xstrata Limited and
Glencore Canada Corporation as solidary defendants and to
obtain safeguard order providing for filing of bank letter of
credit to guarantee execution of any favourable judgment
dismissed.
December 8, 2014
Quebec Court of Appeal (Montréal)
(Dutil, Bélanger and Gagnon JJ.A.)
2014 QCCA 2266
Amended motion for leave to adduce new evidence
dismissed and appeal dismissed.
February 6, 2015
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed.
March 2, 2015
Supreme Court of Canada
Motions to strike allegations in respondents’ reply and to add
AIG Insurance Company of Canada filed.
March 11, 2015
Supreme Court of Canada
Motion to declare Glencore PLC to be entity resulting from
amalgamation of Glencore International PLC and Xstrata
PLC filed.
March 16, 2015
Supreme Court of Canada
Motion for substitutional service filed.
April 21, 2015
Supreme Court of Canada
Motion to adduce new evidence filed.
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Procédure civile — Recours collectifs — Gestion de l’instance — Le demandeur a institué un recours collectif contre
une compagnie pour le rejet de trioxyde de souffre dans l’air survenu en 2004 — Craignant que la compagnie ne
puisse seule garantir l’exécution d’un éventuel jugement, le demandeur tente de joindre à son recours les compagnies
mères — Selon le premier juge, la première compagnie avait seule la « garde » de l’affinerie en 2004 et en était
l’unique exploitante — La Cour d’appel rejette l’appel et condamne le langage « abusif et outrancier » que contenaient
les procédures déposées par l’avocate du demandeur — Est-ce que la Cour d’appel peut s’approprier les pouvoirs du
syndic du Barreau du Québec pour sanctionner directement un avocat? — Est-ce que la conduite de la Cour d’appel a
miné la confiance du public dans le système de justice? — Est-ce qu’il y a eu déni de justice pour les membres du
recours collectif? — Code de procédure civile, L.R.Q. ch. C-25, art. 1003.
- 978 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Le demandeur, Monsieur Deraspe, a institué un recours collectif contre l’intimée Zinc électrolytique du Canada
Corporation ltée (ZECL), qui opère une affinerie de traitement du zinc au Québec. Il la tient responsable d’un rejet de
trioxyde de souffre dans l’air survenu en avril 2004. Craignant que ZECL ne puisse seule garantir l’exécution d’un
éventuel jugement, Monsieur Deraspe tente de joindre à son recours les compagnies mères (Xstrata et Glencore),
invoquant que celles -ci et leurs prédécesseurs auraient exploité l’affinerie sous le couvert de ZECL et utilisé la
personnalité juridique de cette dernière pour masquer une fraude ou une contravention à une règle intéressant l’ordre
public. Selon le premier juge, ZECL avait seule la « garde » de l’affinerie en août 2004 et en était l’unique
exploitante. De plus, Xstrata et Glencore ne pouvaient être tenues responsables des obligations de ZECL du seul fait
que cette dernière soit une de leurs filiales. La Cour d’appel rejette l’appel et condamne le langage « abusif et
outrancier » que contenaient les procédures déposées par l’avocate de Monsieur Deraspe.
Le 28 mars 2014
Cour supérieure du Québec
(la juge Petras)
Requête pour amender la requête introductive d’instance, de
modifier la désignation de la défenderesse ou d’ajouter
Xstrata Ltd et Glencore Canada Corporation à titre de
défenderesses solidaires et pour obtenir une ordonnance de
sauvegarde prévoyant le dépôt d’une lettre de crédit bancaire
afin de garantir l’exécution d’un éventuel jugement favorable
rejetée.
Le 8 décembre 2014
Cour d’appel du Québec (Montréal)
(les juges Dutil, Bélanger et Gagnon)
2014 QCCA 2266
Requête amendée pour être autorisée à présenter une preuve
nouvelle rejetée. Appel rejeté.
Le 6 février 2015
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée.
Le 2 mars 2015
Cour suprême du Canada
Requêtes en radiation d’allégations contenues dans la
réponse des intimés et pour adjonction de la compagnie
d’assurance AIG du Canada déposées.
Le 11 mars 2015
Cour suprême du Canada
Requête pour déclarer que l’entité issue de la fusion
intervenue entre Glencore International plc et Xstrata plc est
Glencore plc. déposée.
Le 16 mars 2015
Cour suprême du Canada
Requête pour mode de signification différent déposée.
Le 21 avril 2015
Cour suprême du Canada
Requête pour présenter de nouveaux éléments de preuve
déposée.
36314
Christopher Michael Staetter v. Her Majesty the Queen (B.C.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
Abella, Karakatsanis and Côté JJ.
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. All other
motions are dismissed. The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British
Columbia (Vancouver), Number CA040770, 2014 BCCA 294, dated July 22, 2014, is dismissed.
- 979 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est
accueillie. Les autres requêtes sont rejetées. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la
Colombie-Britannique (Vancouver), numéro CA040770, 2014 BCCA 294, daté du 22 juillet 2014, est rejetée.
CASE SUMMARY
(PUBLICAT ION BAN IN CASE)
Canadian Charter of Rights and Freedoms – Freedom of conscience and religion – Freedom of expression – Right to
bail – Criminal Law – Appeal – Leave to Appeal – Whether applicant raises a legal issue – Whether issue is of public
importance.
Mr. Staetter was charged with two counts of uttering threats and two counts of criminal harassment. The Crown’s
evidence included numerous threatening text messages from Mr. Staetter to the complainant and numerous phone
messages left for the complainant and her father. A psychiatrist testified that Mr. Staetter likely suffered a
schizoaffective disorder.
October 19, 2012
Provincial Court of British Columbia
(Challenger J.)
2012 BCPC 413
Declaration applicant not criminally responsible for
two counts uttering threats and one count criminal
harassment by reason of mental disorder; Committal to
psychiatric hospital
November 27, 2012
British Columbia Review Board
Custodial order
March 8, 2013
Supreme Court of British Columbia
(Schultes J.)
2013 BCSC 821
Extension of time to appeal from verdict of not
criminally responsible by reason of mental disorder
dismissed
June 26, 2013
Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver)
(Lowry J., in chambers)
Application for leave to appeal dismissed
July 22, 2014
Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver)
(Bauman, Smith, Stromberg-Stein JJ.A.)
CA040770; 2014 BCCA 294
Application for extension of time to apply to vary
decision and application to vary decision quashed;
Application to appoint counsel dismissed
November 4, 2014
Supreme Court of Canada
Application for extension of time to serve and file
application for leave to appeal and Application for
leave to appeal filed
- 980 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
(ORDONNANCE DE NON -PUBLICAT ION DANS LE DOSSIER)
Charte canadienne des droits et libertés – Liberté de conscience et de religion – Liberté d’expression – Droit à la
libération sous caution – Droit criminel – Appel – Autorisation d’appel – Le demandeur soulève-t-il une question de
droit – L’affaire soulève-t-elle une question d’importance pour le public?
Monsieur Staetter a été inculpé de deux chefs d’avoir proféré des menaces et de deux chefs de harcèlement criminel.
Le ministère public a notamment mis en preuve de nombreux messages textes menaçants que M. Staetter avaient fait
parvenir à la plaignante et de nombreux messages téléphoniques laissés à la plaignante et au père de cette dernière. Un
psychiatre a témoigné que M. Staetter souffrait vraisemblablement d’un trouble schizo-affectif.
19 octobre 2012
Cour provinciale de la Colombie-Britannique
(Juge Challenger)
2012 BCPC 413
Jugement déclarant que le demandeur n’est pas
criminellement responsable de deux chefs d’avoir
proféré des menaces et d’un chef de harcèlement
criminel pour cause de troubles mentaux; placement
sous garde dans un hôpital psychiatrique
27 novembre 2012
British Columbia Review Board
Ordonnance de placement sous garde
8 mars 2013
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Schultes)
2013 BCSC 821
Rejet de la demande de prorogation du délai d’appel du
verdict de non-responsabilité criminelle pour cause de
troubles mentaux
26 juin 2013
Cour d’appel de la Colombie-Britannique
(Vancouver)
(Juge Lowry, en son cabinet)
Rejet de la demande d’autorisation d’appel
22 juillet 2014
Cour d’appel de la Colombie-Britannique
(Vancouver)
(Juges Bauman, Smith et Stromberg-Stein)
CA040770; 2014 BCCA 294
Annulation de la demande de prorogation du délai de
présentation d’une demande de modification de la
décision; rejet de la requête en nomination d’un
procureur
4 novembre 2014
Cour suprême du Canada
Dépôt de la demande de prorogation du délai de
signification et de dépôt de la demande d’autorisation
d’appel et de la demande d’autorisation d’appel
36333
Her Majesty the Queen v. Chad Walsh (N.L.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
Abella, Karakatsanis and Côté JJ.
- 981 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
The application for leave to appeal from the judgment of the Supreme Court of Newfoundland and Labrador
- Court of Appeal, Number 13/65, 2015 NLCA 3, dated January 21, 2015, is dismissed.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour suprême de Terre -Neuve-et-Labrador - Cour
d’appel, numéro 13/65, 2015 NLCA 3, daté du 21 janvier 2015, est rejetée.
CASE SUMMARY
(PUBLICAT ION BAN IN CASE)
Criminal law – Appeals – Deference – Offence – Elements of offence – Whether the Court of Appeal erred in law by
failing to accord proper deference to the trial judge’s factual findings and assessment of credibility – Whether the
Court of Appeal erred in its interpretation of the mens rea for the offence of sexual assault.
The applicant was convicted of sexual assault. The Court of Appeal held that the trial judge erred by refusing to
consider the application of the defence of mistake of fact in the circumstances of this case. The appeal was allowed.
The conviction was set aside and a new trial was ordered.
February 14, 2013
Provincial Court of Newfoundland and Labrador
(Flynn J.)
2013 NLPC 0111A01852
Conviction: sexual assault
January 21, 2015
Supreme Court of Newfoundland and
Labrador – Court of Appeal
(Welsh, White, Harrington JJ.A.)
2015 NLCA 3, 13/65
http://canlii.ca/t/gg2h6
Appeal allowed, conviction set aside, new trial ordered
March 6, 2015
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
(ORDONNANCE DE NON -PUBLICAT ION DANS LE DOSSIER)
Droit criminel – Appels – Déférence – Infraction – Éléments de l’infraction – La Cour d’appel a-t-elle commis une
erreur de droit en ne faisant pas preuve de la déférence qui s’impose à l’endroit des conclusions de fait et de
l’appréciation de la crédibilité du juge du procès? – La Cour d’appel a-t-elle commis une erreur dans son interprétation
de la mens rea de l’infraction d’agression sexuelle?
Le demandeur a été déclaré coupable d’agression sexuelle. La Cour d’appel a statué que le juge du procès avait
commis une erreur en refusant de considérer l’application du moyen de défense de l’erreur de fait en l’espèce. L’appel
a été accueilli. La déclaration de culpabilité a été annulée et un nouveau procès a été ordonné.
- 982 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
14 février 2013
Cour provinciale de Terre-Neuve-et-Labrador
(Juge Flynn)
2013 NLPC 0111A01852
Déclaration de culpabilité : agression sexuelle
21 janvier 2015
Cour suprême de Terre-Neuve-et-Labrador – Cour
d’appel
(Juges Welsh, White et Harrington)
2015 NLCA 3, 13/65
http://canlii.ca/t/gg2h6
Arrêt accueillant l’appel, annulant la déclaration de
culpabilité et ordonnant la tenue d’un nouveau procès
6 mars 2015
Cour suprême du Canada
Dépôt de la demande d’autorisation d’appel
- 983 -
MOTIONS
REQUÊTES
Revised May 25, 2015 / Révisée le 25 mai 2015
28.04.2015
Before / Devant: THE REGISTRAR / LE REGISTRAIRE
Requête visant la mise sous scellés d’un
document
Motion to seal
Larry Peter Klippenstein
v. (36219)
Her Majesty the Queen (F.C.)
GRANTED IN PART / ACCORDÉE EN PARTIE
UPON APPLICATION by the applicant for an order sealing the file and other miscellaneous remedies;
AND THE MATERIAL FILED having been read;
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
The motion to seal is granted in part. The application for leave to appeal and the reply filed by the applicant are sealed.
The motion for miscellaneous remedies is dismissed.
À LA SUITE DE LA DEMANDE du demandeur visant la mise sous scellés du dossier ainsi que diverses mesures;
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés;
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
La requête pour mise sous scellés est accueillie en partie. La demande d’autorisation d’app el et la réplique déposées par
le demandeur sont mises sous scellés.
La requête visant diverses mesures est rejetée.
27.05.2015
Before / Devant: THE DEPUTY REGISTRAR / LE REGISTRAIRE ADJOINT
Miscellaneous motion
Requête diverse
François Deraspe
c. (36295)
Zinc électrolytique du Canada corporation ltée
et autres (Qc)
- 984 -
MOTIONS
REQUÊTES
GRANTED / ACCORDÉE
À LA SUITE DE LA DEMANDE présentée par le demandeur en vertu du paragraphe 32(2) des Règles de la Cour
suprême du Canada, sollicitant la permission de soumettre une requête pour permission de déposer un avis assermenté
du demandeur en dénonciation d’une fraude commise à l’égard de l’administration de la justice canadienne;
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés ;
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
La requête est accueillie.
La requête subséquente du demandeur, le cas échéant, devra être signifiée et déposée au plus tard le 29 mai 2015.
Les réponses des intimées, le cas échéant, devront être signifiées et déposées au plus tard le 2 juin 2015.
La réplique aux réponses, le cas échéant, devra être signifiée et déposée au plus tard le 3 juin 2015, à midi.
UPON APPLICATION by the applicant under Rule 32(2) of the Rules of the Supreme Court of Canada for leave to
make a motion for leave to file a sworn notice by the applicant denouncing a fraud on the administration of justice in
Canada;
AND THE MATERIAL FILED having been read;
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
The motion is granted.
The subsequent motion of the applicant, if any, shall be served and filed on or before May 29, 2015.
The responses of the respondents, if any, shall be served on or before June 2, 2015.
The reply to the responses, if any, shall be served and filed no later than 12:00 noon on June 3, 2015.
28.05.2015
Before / Devant : THE CHIEF JUSTICE / LA JUGE EN CHEF
Motion to state constitutional questions
Requête
en
formulation
constitutionnelles
de
K.R.J.
v. (36200)
Her Majesty the Queen (Crim.) (B.C.)
GRANTED / ACCORDÉE
UPON APPLICATION by the appellant for an order stating constitutional questions in the above appeal;
AND THE MATERIAL FILED having been read;
- 985 -
questions
MOTIONS
REQUÊTES
IT IS HEREB Y ORDERED THAT THE CONSTITUTIONAL QUESTIONS BE STATED AS FOLLOWS:
1.
Does the retrospective operation of ss. 161(1)(c) and (d) of the Criminal Code, R.S.C. 1985 c. C-46, as enacted
by s. 16 of the Safe Streets and Communities Act, S.C. 2012, c. 1, infringe s. 11(i) of the Canadian Charter of
Rights and Freedoms?
2.
If so, is the infringement a reasonable limit prescribed by law as can be demonstrably justified in a free and
democratic society under section 1 of the Canadian Charter of Rights and Freedoms?
IT IS HEREB Y FURTHER ORDERED THAT:
1.
The respondent shall serve and file a Motion to Adduce New Evidence, with all new evidence and submissions
addressing stated constitutional question two (2), no later than eight (8) weeks from the date of this order;
2.
The appellant shall serve and file a Response to the Motion to Adduce New Evidence, with all new evidence
and submissions addressing stated constitutional question two (2), no later than four (4) weeks from service of
the Motion to Adduce New Evidence;
3.
The respondent shall serve and file a Reply to the Response to the Motion to Adduce New Evidence, no later
than two (2) weeks from service of the Response to the Motion to Adduce New Evidence; and
4.
The Motion to Adduce New Evidence shall be referred to the panel seized with hearing the appeal, without
prejudice to the right of the respondent to argue that constitutional que stion two (2) should not be answered.
Any attorney general who intervenes pursuant to par. 61(4) of the Rules of the Supreme Court of Canada shall pay the
appellant and respondent the costs of any additional disbursements they incur as a result of the intervention.
À LA SUITE DE LA DEMANDE de l’appelant visant à obtenir la formulation de questions constitutionnelles dans
l’appel susmentionné;
ET APRÈS AVOIR LU la documentation déposée;
LES QUESTIONS CONSTITUTIONNELLES SUIVANTES SONT FORMULÉES :
1.
L’application rétroactive des al. 161(1)c) et d) du Code criminel, L.R.C. 1985, c. C-46, édictés par l’art. 16 de
la Loi sur la sécurité des rues et des communautés, L.C. 2012, c. 1, constitue-t-elle une violation de l’al. 11i)
de la Charte canadienne des droits et libertés?
2.
Dans l’affirmative, s’agit-il d’une restriction apportée par une règle de droit dans des limites raisonnables et
dont la justification peut se démontrer dans une société libre et démocratique au regard de l’article premier de
la Charte canadienne des droits et libertés?
IL EST EN OUTRE ORDONNÉ QUE:
1.
L’intimée signifiera et déposera une demande visant la présentation de nouveaux éléments de preuve, de pair
avec les nouveaux éléments de preuve et les observations se rapportant à la deuxième question
constitutionnelle formulée, au plus tard huit (8) semaines à partir de la date de la présente ordonnance;
2.
L’appelant signifiera et déposera sa réponse à la demande visant la présentation de nouveaux éléments de
preuve, de pair avec les nouveaux éléments de preuve et les observations se rapportant à la deuxième question
constitutionnelle formulée, au plus tard quatre (4) semaines après la signification de la demande;
- 986 -
MOTIONS
REQUÊTES
3.
L’intimée signifiera et déposera sa réplique à la réponse au plus tard deux (2) semaines après la signification
de celle-ci;
4.
La demande visant la présentation de nouveaux éléments de preuve sera soumise à l’examen de la formation
saisie du pourvoi sous réserve du droit de l’intimée de faire valoir qu’il n’y a pas lieu de répondre à la
deuxième question constitutionnelle.
Tout procureur général qui interviendra en vertu du par. 61(4) des Règles de la Cour suprême du Canada sera tenu de
payer à l’appelant et à l’intimée les dépens supplémentaires résultant de son intervention.
- 987 -
AVIS D’APPEL DÉPOSÉS DEPUIS LA
DERNIÈRE PARUTION
NOTICES OF APPEAL FILED SINCE
LAST ISSUE
20.05.2015
Her Majesty the Queen
v. (36450)
D.L.W. (B.C.)
(As of Right)
- 988 -
PRONOUNCEMENTS OF APPEALS
RESERVED
JUGEMENTS RENDUS SUR LES
APPELS EN DÉLIBÉRÉ
Reasons for judgment are available
Les motifs de jugement sont disponibles
JUNE 4, 2015 / LE 4 JUIN 2015
35866
Her Majesty The Queen v. Paul Francis Tatton – and – Criminal Lawyers’ Association
(Ontario) (Ont.)
2015 SCC 33 / 2015 CSC 33
Coram:
McLachlin C.J. and Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver, Wagner and Gascon JJ.
The appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C57550, 2014 ONCA 273, dated
April 8, 2014, heard on December 9, 2014, is allowed, the acquittal set aside and a new trial ordered.
L’appel interjeté contre l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C57550, 2014 ONCA 273, en date du
8 avril 2014, entendu le 9 décembre 2014, est accueilli, le verdict d’acquittement est annulé et la tenue d’un nouveau
procès est ordonnée.
- 989 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Her Majesty the Queen v. Paul Francis Tatton (Ont.) (35866)
Indexed as: R. v. Tatton / Répertorié : R. c. Tatton
Neutral citation: 2015 SCC 33 / Référence neutre : 2015 CSC 33
Hearing: December 9, 2014 / Judgment: June 4, 2015
Audition : Le 9 décembre 2014 / Jugement : Le 4 juin 2015
Present: McLachlin C.J. and Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver, Wagner and Gascon JJ.
Criminal law — Arson — Defences — Intoxication — Accused relying on self-induced intoxication as excuse
for committing arson — Self-induced intoxication short of automatism cannot be relied upon as excuse for general
intent offence — Whether arson is general or specific intent offence — If arson is general intent offence, whether trial
judge’s classification of arson as specific intent offence had material bearing on verdict of acquittal — Criminal Code,
R.S.C. 1985, c. C-46, s. 434.
T caused a fire that destroyed the contents of his ex-girlfriend’s home. In a highly intoxicated state, he placed a
pan with oil on a stove, set the burner to high, and left the house to get a coffee. When he returned approximately
20 minutes later, the house was on fire. T was charged with arson contrary to s. 434 of the Criminal Code. At trial, T
claimed that the fire was an accident. The trial judge determined that s. 434 was a specific intent offence, meaning that
T could rely on self-induced intoxication as a defence. T was acquitted. A majority of the Court of Appeal upheld the
acquittal.
Held: The appeal should be allowed, the acquittal set aside and a new trial ordered.
The classification of an offence as one involving general or specific intent has important consequences for the
accused because the law does not allow offenders to rely on self-induced intoxication falling short of automatism as an
excuse for general intent offences. The analysis of whether an offence is one of general intent or specific intent must
start with a determination of the mental element of the offence. This is an exercise in statutory interpretation and should
not be turned into a factual assessment. The next question is whether the crime is one of general or specific intent.
Where the jurisprudence has already determined the appropriate classification of the offence in a satisfactory manner,
the task is straightforward. Otherwise, there are two main considerations — the importance of the mental element and
the social policy underlying the offence.
The importance of the mental element refers to the complexity of the t hought and reasoning processes that are
required for any given offence. For general intent offences, the mental element simply relates to the performance of the
illegal act. Such crimes do not require an intent to bring about certain consequences that are external to the actus reus.
Nor do they require actual knowledge of certain circumstances or consequences, to the extent that such knowledge is
the product of complex thought and reasoning processes. General intent crimes involve such minimal mental acuity that
it is difficult to see how intoxication short of automatism could deprive the accused of the low level of intent required.
In contrast, specific intent offences involve a heightened mental element. That element may take the form of an ulterior
purpose or it may entail actual knowledge of certain circumstances or consequences, where the knowledge is the
product of more complex thought and reasoning processes. Alternatively, it may involve intent to bring about certain
consequences, if the formation of that intent involves more complex thought and reasoning processes. Because of the
more complicated thought and reasoning processes required for specific intent crimes, one can more readily understand
how intoxication short of automatism may negate the requ ired mental element.
When this analysis fails to yield a clear answer, one should turn to policy considerations. In the main, the
policy assessment will focus on whether alcohol consumption is habitually associated with the crime in question. If it
is, then allowing an accused to rely on intoxication as a defence would seem counterintuitive. But, where self-induced
intoxication rarely, if ever, plays a role in the commission of a particular crime, preventing an accused from relying on
it makes less sense from a policy perspective. Without setting out a general rule, alcohol habitually plays a role in
crimes involving violent or unruly conduct and in crimes involving damage to property. Although there are exceptions
to this general proposition, the prevalence of alcohol in these crimes means that there are likely to be strong policy
- 990 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
reasons militating against an intoxication-based defence. Other residual policy considerations may also come into play.
The presence of a lesser included general intent offence in the main offence may be relevant. The presence of judicial
sentencing discretion may also be a factor to consider.
The offence of arson in s. 434 of the Criminal Code is a general intent offence for which intoxication falling
short of automatism is not available as a defence. The actus reus is the damaging of property by fire. The mental
element is the intentional or reckless performance of the illegal act. No additional knowledge or purpose is needed. No
complex thought or reasoning processes are required. It is difficult to see how intoxication short of automatism would
prevent an accused from foreseeing the risk of causing damage to someone else’s property by fire. There is no need to
resort to policy considerations to determine the appropriate classification of the offence. Had it been necessary to do so,
the same conclusion would have been reached. Damage to property is often associated with alcohol consumption and it
would erode the policy underlying the offence of causing damage to property by fire if an accused could rely on
self-induced intoxication as a defence.
The criminal act in s. 434 of the Criminal Code is the causing of damage to property. The fire is simply the
mechanism by which the damage must be caused. In assessing the issue of inte nt, the trier of fact must consider all of
the surrounding circumstances. The manner in which the fire started is likely to be an important consideration.
Specifically, was the fire set accidentally, negligently, recklessly, or intentionally? However, the determinative question
is not how the fire was started. Rather, the end game involves looking at all of the surrounding circumstances to
determine whether it can be inferred that the accused intended to damage someone else’s property or was reckless
whether damage ensued or not.
In this case, it is apparent that T’s intoxication played a material role in the acquittal. In his reasons, the trial
judge concentrated on the cause of the fire and he stated that to resolve this issue, he must determine whether T’s
intoxication could be considered. His decision to acquit was influenced by his erroneous belief that he could take into
account T’s state of intoxication. A new trial is required because the trial judge’s critical findings of fact were tainted
by his belief that self-induced intoxication was relevant to the issue of intent.
APPEAL from a judgment of the Ontario Court of Appeal (Goudge, Rensburg and Pardu JJ.A.), 2014 ONCA
273, 10 C.R. (7th) 108, 319 O.A.C. 10, [2014] O.J. No. 1683 (QL), 2014 CarswellOnt 4373 (WL Can.), upholding the
acquittal on a charge of arson entered by Tausendfreund J. Appeal allowed.
Randy Schwartz, for the appellant.
J. Douglas Grenkie, Q.C., and William James Webber, for the respondent.
Anil K. Kapoor and Lindsay E. Trevelyan, for the intervener the Criminal Lawyers’ Association (Ontario).
Solicitor for the appellant: Attorney General of Ontario, Toronto.
Solicitors for the respondent: Gorrell, Greinkie & Rémillard, Morrisburg.
Solicitors for the intervener the Criminal Lawyers’ Association (Ontario): Kapoor Barristers, Toronto.
________________________
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver, Wagner et Gascon.
Droit criminel — Incendie criminel — Moyens de défense — Intoxication — Accusé invoquant l’intoxication
volontaire pour excuser la perpétration d’un incendie criminel — L’accusé ne peut invoquer l’intoxication volontaire
sans automatisme pour excuser la perpétration d’infractions d’intention générale — L’infraction d’incendie criminel
est-elle une infraction d’intention générale ou d’intention spécifique? — Si l’infraction d’incendie criminel est une
infraction d’intention générale, la décision du juge du procès de la qualifier d’infraction d’intention spéci fique a-t-elle
eu une incidence significative sur le verdict d’acquittement? — Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C-46, art. 434.
- 991 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
T a causé un incendie qui a détruit l’intérieur de la résidence de son ex-petite amie. Alors qu’il était dans un
état d’ébriété avancé, il a placé sur la cuisinière une poêle à frire contenant de l’huile, a allumé le rond à feu « élevé » et
est sorti pour aller chercher un café. À son retour une vingtaine de minutes plus tard, la mais on était la proie des
flammes. T a été accusé d’incendie criminel en vertu de l’art. 434 du Code criminel. Au procès, T a affirmé que
l’incendie était accidentel. Le juge du procès a conclu que l’art. 434 créait une infraction d’intention spécifique, ce qui
signifiait que T pouvait invoquer l’intoxication volontaire en défense. T a été acquitté. La Cour d’appel de l’Ontario à la
majorité a confirmé l’acquittement.
Arrêt : Le pourvoi est accueilli, l’acquittement est annulé et un nouveau procès est ordonné .
La qualification d’une infraction en infraction d’intention générale ou d’intention spécifique a d’importantes
conséquences pour l’accusé parce que le droit ne permet pas aux contrevenants d’invoquer une intoxication volontaire
sans automatisme pour excuser la perpétration d’infractions d’intention générale. Pour établir si une infraction est une
infraction d’intention générale ou d’intention spécifique, il faut tout d’abord en déterminer l’élément moral. Cette
analyse relève de l’interprétation des lois et ne doit pas se transformer en un examen des faits. Il faut se demander
ensuite s’il s’agit d’un crime d’intention générale ou spécifique. Lorsque l’infraction a déjà été qualifiée de façon
satisfaisante dans la jurisprudence, la tâche est simple. Sino n, deux facteurs principaux doivent être considérés —
l’importance de l’élément moral et la politique sociale qui sous -tend la création de l’infraction.
L’importance de l’élément moral a trait à la complexité des processus de pensée et de raisonnement qu e
requiert chaque infraction. Dans le cas des infractions d’intention générale, l’élément moral se rattache simplement à la
perpétration de l’acte illégal. De tels crimes n’exigent pas l’existence d’une intention de faire survenir certaines
conséquences étrangères à l’actus reus. Ils n’exigent pas non plus la connaissance effective de certaines circonstances
ou conséquences, dans la mesure où cette connaissance est le produit de processus de pensée et de raisonnement
complexes. Les crimes d’intention générale comportent un degré d’acuité mentale si peu élevé qu’il est difficile de
concevoir que l’intoxication sans automatisme puisse priver l’accusé du faible degré d’intention exigé. Par contre, les
infractions d’intention spécifique supposent un élément moral plus élevé. Cet élément peut prendre la forme d’une
intention cachée, ou requérir la connaissance effective de certains faits ou de certaines conséquences, où cette
connaissance est le fruit de processus de pensée et de raisonnement plus complexes. À tit re subsidiaire, il peut supposer
l’intention de faire survenir certaines conséquences, si la formation de cette intention implique des processus de pensée
et de raisonnement plus complexes. En raison des processus de pensée et de raisonnement plus complexe s que
nécessitent les crimes d’intention spécifique, on peut plus aisément comprendre comment l’intoxication sans
automatisme peut réduire à néant l’élément moral requis.
Lorsque cette analyse ne permet pas d’obtenir une réponse claire, il faut passer à l’examen des considérations
de politique générale. L’examen de ces considérations portera essentiellement sur la question de savoir si la
consommation d’alcool est habituellement associée au crime en question. Dans l’affirmative, il semblerait paradoxal de
permettre à l’accusé d’invoquer l’intoxication comme moyen de défense. Mais lorsque l’intoxication volontaire joue
rarement, voire jamais, un rôle dans la perpétration d’un crime déterminé, il est encore moins logique, du point de vue
de la politique générale, d’empêcher l’accusé d’invoquer ce moyen de défense. Sans poser un principe universel,
l’alcool joue habituellement un rôle dans les crimes liés à un comportement violent et désordonné ainsi que dans les
crimes comportant des dommages aux biens. Bien qu’il existe des exceptions à ce principe général, du fait de la
présence fréquente de l’alcool dans le cas de ces crimes, il est probable que de solides raisons de politique générale
militeront contre la possibilité de plaider l’intoxication comme moyen d e défense. D’autres considérations de cette
nature peuvent aussi entrer en jeu. L’existence d’une infraction d’intention générale moindre et incluse peut être un
facteur pertinent. L’existence du pouvoir discrétionnaire des tribunaux en matière de détermin ation de la peine peut
également être un facteur à considérer.
L’infraction d’incendie criminel prévue à l’art. 434 du Code criminel est une infraction d’intention générale
pour laquelle l’intoxication sans automatisme ne peut être invoquée comme moyen d e défense. Le fait de causer un
dommage à un bien par le feu constitue l’actus reus de l’infraction. L’élément moral est l’accomplissement de l’acte
illégal intentionnellement ou sans se soucier des conséquences. Aucun autre élément de connaissance ou mobile n’est
nécessaire. Aucun processus de pensée ou de raisonnement complexe n’est requis. Il est difficile de voir comment
l’intoxication sans automatisme empêche un accusé de prévoir le risque de causer un dommage à la propriété d’autrui
par le feu. Il n’est pas nécessaire de recourir à des considérations de politique générale pour bien qualifier l’infraction.
- 992 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
S’il s’était avéré nécessaire de le faire, la conclusion aurait été la même. Le fait de causer des dommages aux biens est
souvent associé à la consommation d’alcool, et on éroderait le respect des considérations de politique générale à
l’origine de la création de l’infraction consistant à causer des dommages à des biens par le feu si l’on permettait à un
accusé d’invoquer en défense son état d’intoxication volontaire.
L’acte criminel que réprime l’art. 434 du Code criminel est le fait de causer des dommages à un bien. Le feu
est simplement le moyen qui doit avoir causé le dommage. Lorsqu’il examine la question de l’intention, le juge des faits
doit tenir compte de l’ensemble des circonstances de l’infraction. La façon dont l’incendie a pris naissance sera
probablement un facteur important. Plus précisément, l’incendie a-t-il été déclenché de façon accidentelle, par
négligence, sans se soucier de ses conséquences, ou intentionnellement? Cependant, la question déterminante n’est pas
de savoir comment le feu a pris naissance. Le but ultime consiste plutôt à examiner l’ensemble des circonstances de
l’infraction pour décider s’il est possible d’en conclure que l’accusé entendait causer des dommages au bien d’autrui ou
s’il ne s’est pas soucié que des dommages s’ensuivent ou non.
En l’espèce, il est évident que l’état d’intoxication de T a joué un rôle important dans l’acquittement. Dans ses
motifs, le juge du procès s’est concentré sur la cause de l’incendie et il a déclaré que, pour résoudre cette question, il
devait décider s’il pouvait tenir compte de l’état d’intoxication de T. Sa décision de prononcer l’acquittement a été
influencée par sa croyance erronée qu’il pouvait tenir compte de l’état d’intoxication de T. Il y a lieu d’ordonner la
tenue d’un nouveau procès étant donné que les conclusions de fait cruciales tirées par le juge du procès étaient viciées
par le fait qu’il croyait que l’intoxication volontaire était pertinente à l’égard de la question de l’intention.
POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario (les juges Goudge, Rensburg et Pardu), 2014
ONCA 273, 10 C.R. (7th) 108, 319 O.A.C. 10, [2014] O.J. No. 1683 (QL), 2014 CarswellOnt 4373 (WL Can.), qui a
confirmé l’acquittement relatif à une accusation de crime d’incendie prononcé par le juge Tausendfreund. Pourvoi
accueilli.
Randy Schwartz, pour l’appelante.
J. Douglas Grenkie, c.r., et William James Webber, pour l’intimé.
Anil K. Kapoor et Lindsay E. Trevelyan, pour l’intervenante Criminal Lawyers’ Association (Ontario).
Procureur de l’appelante : Procureur général de l’Ontario, Toronto.
Procureurs de l’intimé : Gorrell, Greinkie & Rémillard, Morrisburg.
Procureurs de l’intervenante Criminal Lawyers’ Association (Ontario) : Kapoor Barristers, Toronto.
- 993 -
SUPREME COURT OF CANADA SCHEDULE / CALENDRIER DE LA COUR SUPREME
- 2014 OCTOBER - OCTOBRE
S
D
M
L
T
M
NOVEMBER - NOVEMBRE
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
4
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
DECEMBER - DÉCEMBRE
F
V
S
S
S
D
1
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
M
1
2
3
4
5
6
5
M
6
7
8
9
10
11
2
M
3
4
5
6
7
8
7
8
9
10
11
12
13
12
H
13
14
15
16
17
18
9
10
H
11
12
13
14
15
14
15
16
17
18
19
20
19
20
21
22
23
24
25
16
17
18
19
20
21
22
21
22
23
24
H
25
H
26
27
26
27
28
29
30
31
24
25
26
27
28
29
28
29
30
31
23
30
- 2015 JANUARY - JANVIER
S
D
M
L
T
M
W
M
FEBRUARY - FÉVRIER
MARCH - MARS
T
J
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
H
1
2
3
1
2
3
4
5
6
7
1
2
3
4
5
6
7
4
5
6
7
8
9
10
8
M
9
10
11
12
13
14
8
9
10
11
12
13
14
11
M
12
13
14
15
16
17
15
16
17
18
19
20
21
15
M
16
17
18
19
20
21
18
19
20
21
22
23
24
22
23
24
25
26
27
28
22
23
24
25
26
27
28
25
26
27
28
29
30
31
29
30
31
APRIL - AVRIL
S
D
M
L
T
M
MAY - MAI
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
H
3
4
S
D
M
L
T
M
W
M
JUNE - JUIN
T
J
F
V
S
S
1
2
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
4
5
6
5
H
6
7
8
9
10
11
3
4
5
6
7
8
9
7
M
8
9
10
11
12
13
12
M
13
14
15
16
17
18
10
M
11
12
13
14
15
16
14
15
16
17
18
19
20
19
20
21
22
23
24
25
17
H
18
19
20
21
22
23
21
22
23
24
25
26
27
26
27
28
29
30
25
26
27
28
29
30
28
29
30
24
Sittings of the court:
Séances de la cour :
Motions:
Requêtes :
M
Holidays:
Jours fériés :
H
31
18
87
9
3
sitting weeks / semaines séances de la cour
sitting days / journées séances de la cour
m otion and conference days / journées des requêtes et des conférences
holidays during sitting days / jours fériés durant les sessions
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising