SUPREME COURT OF COUR SUPRÊME DU CANADA

SUPREME COURT  OF COUR SUPRÊME DU CANADA
SUPREME COURT OF
CANADA
COUR SUPRÊME DU
CANADA
BULLETIN OF
PROCEEDINGS
BULLETIN DES
PROCÉDURES
This Bulletin is published at the direction of the
Registrar and is for general information only. It
is not to be used as evidence of its content,
which, if required, should be proved by
Certificate of the Registrar under the Seal of the
Court. While every effort is made to ensure
accuracy, no responsibility is assumed for errors
or omissions.
Ce Bulletin, publié sous l'autorité du registraire,
ne vise qu'à fournir des renseignements
d'ordre général. Il ne peut servir de preuve de
son contenu. Celle-ci s'établit par un certificat
du registraire donné sous le sceau de la Cour.
Rien n'est négligé pour assurer l'exactitude du
contenu,
mais
la Cour décline toute
responsabilité pour les erreurs ou omissions.
During Court sessions the Bulletin is usually
issued week ly.
Le Bulletin paraît en principe toutes les
semaines pendant les sessions de la Cour.
Where a judgment has been rendered, requests
for copies should be made to the Registrar, with
a remittance of $15 for each set of reasons. All
remittances should be made payable to the
Receiver General for Canada.
Quand un arrêt est rendu, on peut se procurer
les motifs de jugement en adressant sa
demande au registraire, accompagnée de 15 $
par exemplaire. Le paiement doit être fait à
l'ordre du Receveur général du Canada.
Consult the Supreme Court of Canada website
at www.scc-csc.gc.ca for more information.
Pour de plus amples informations, consulter le
site Web de la Cour suprême du Canada à
l’adresse suivante : www.scc-csc.gc.ca
July 3, 2015
© Supreme Court of Canada (2015)
ISSN 1918-8358 (Online)
1074 - 1097
Le 3 juillet 2015
© Cour suprême du Canada (2015)
ISSN 1918-8358 (En ligne)
CONTENTS
TABLE DES MATIÈRES
Applications for leave to appeal
filed
1074 - 1075
Applications for leave submitted
to Court since last issue
1076
Demandes d’autorisation d’appel
déposées
Demandes soumises à la Cour depuis la
dernière parution
Judgments on applications for
leave
1077 - 1093
Jugements rendus sur les demandes
d’autorisation
Motions
1094 - 1096
Requêtes
Notices of discontinuance filed since
last issue
1097
Avis de désistement déposés depuis la
dernière parution
NOTICE
Case summaries included in the Bulletin are prepared by the Office of the Registrar of the
Supreme Court of Canada (Law Branch) for information purposes only.
AVIS
Les résumés de dossiers publiés dans le bulletin sont préparés par le Bureau du registraire
(Direction générale du droit) uniquement à titre d’information.
DEMANDES D’AUTORISATION
D’APPEL DÉPOSÉES
APPLICATIONS FOR LEAVE TO
APPEAL FILED
Susan Steel
Richard B. Johnson
Kent Employment Law
Carlos Huerto
John Kingman Phillips
Phillips Gill LLP
v. (36434)
v. (36438)
Coast Capital Savings Credit Union (B.C.)
Harvey S. Delaney
Owen Bird Law Corporation
Bryan Salte, Q.C. et al. (Sask.)
Gary A. Zabos, Q.C.
McDougall Gauley LLP
FILING DATE: 15.05.2015
FILING DATE: 19.05.2015
Harvey Werner
Harvey Werner
Robert Semenoff, Executor of the Estate of Bill
Semenoff, Deceased
Robert Semenoff
v. (36462)
v. (36461)
Hay River Mobile Home Park (N.W.T.)
Michael E. Hansen
MacDonald & Associates
Lewis J. Bridgeman et al. (B.C.)
Colleen Selby
MacLeod & Company
FILING DATE: 29.05.2015
FILING DATE: 01.06.2015
Advanced Glazing Technologies, a body
corporate et al.
Adam Rodgers
Boudrot Rodgers
Her Majesty the Queen
Andrew S. Davis
A.G. of Saskatchewan
v. (36464)
v. (36463)
McInnes Cooper (N.S.)
Daniel Watt
McInnes Cooper
Gordon Shane Kennedy (Sask.)
Bob P. Hrycan
Hrycan Law Firm
FILING DATE: 03.06.2015
FILING DATE: 03.06.2015
Corporation of the City of Windsor
Christopher J. Williams
Aird & Berlis LLP
Leon Walchuk
Brian Gover
Stockwoods LLP
v. (36465)
v. (36467)
Canadian Transit Company (F.C.)
Larry P. Lowenstein
Osler, Hoskin & Harcourt LLP
Canada (Minister of Justice) (F.C.)
Sean Gaudet
A.G. of Canada
FILING DATE: 05.06.2015
FILING DATE: 08.06.2015
- 1074 -
APPLICATIONS FOR LEAVE TO APPEAL
FILED
DEMANDES D'AUTORISATION D'APPEL
DÉPOSÉES
John Gills et al.
Michael Peerless
McKenzie Lake Lawyers LLP
Sean William Doak
Sean William Doak
v. (36469)
v. (36468)
BCE Inc. et al. (N.S.)
Robert J.C. Deane
Borden Ladner Gervais LLP
Attorney General of Canada on behalf of the
United States of America (B.C.)
Diba B. Majzub
A.G. of Canada
FILING DATE: 08.06.2015
FILING DATE: 08.06.2015
Her Majesty the Queen et al.
Marlon Miller
Denise Garneau
Denise Garneau
v. (36471)
v. (36474)
Paradis Honey Ltd. et al. (F.C.)
P. Jonathan Faulds, Q.C.
Industrial Alliance Insurance et al. (Ont.)
Stephen Victor, Q.C.
Kimmel Victor Ages
FILING DATE: 08.06.2015
FILING DATE: 08.06.2015
Kai Guo Huang a.k.a. Yu Chen
Ravin Pillay
Wael Maged Badawy
Wael Maged Badawy
v. (36433)
v. (36371)
Attorney General of Canada on behalf of the
United States of America (Ont.)
Nancy Dennison
A.G. of Canada
Ghada Hamdi Nafie (Alta.)
Igras Family Law
Waldemar A. Igras
FILING DATE: 11.06.2015
FILING DATE: 12.06.2015
- 1075 -
APPLICATIONS FOR LEAVE
SUBMITTED TO COURT SINCE
LAST ISSUE
DEMANDES SOUMISES À LA COUR
DEPUIS LA DERNIÈRE PARUTION
JUNE 29, 2015 / LE 29 JUIN 2015
CORAM: Chief Justice McLachlin and Wagner and Gascon JJ.
La juge en chef McLachlin et les juges Wagner et Gascon
1.
Peter Waskowec v. Her Majesty the Queen in Right of Ontario (Ont.) (Crim.) (By Leave) (36416)
2.
Paul Oommen, a litigation representative for Frederick Allan Chapman, Deceased v. Errol Ramjohn et al.
(Alta.) (Civil) (By Leave) (36382)
3.
Nelson Turcotte, ès qualités et autre c. Agence du revenu du Québec (Qc) (Civile) (Autorisation) (36372)
4.
Stefan Gheorghe Petre v. Laura Emilia Petre (Ont.) (Civil) (By Leave) (36427)
CORAM: Abella, Karakatsanis and Côté JJ.
Les juges Abella, Karakatsanis et Côté
5.
Peter Michalakopoulos v. Daniel Chénard, ès qualités de syndic ad hoc du Barreau du Québec (Que.) (Civil)
(By Leave) (36270)
6.
Peter Rowe v. Corporation of the Township of St. Joseph (Ont.) (Civil) (By Leave) (36411)
7.
John H. Ho v. Alberta Association of Architects (Alta.) (Civil) (By Leave) (36395)
8.
Canadian National Railway Company v. Corporation of the City of Kitchener et al. (Ont.) (Civil) (By Leave)
(36398)
CORAM: Rothstein, Cromwell and Moldaver JJ.
Les juges Rothstein, Cromwell et Moldaver
9.
Paul Matthew Johnson v. Her Majesty the Queen (F.C.) (Civil) (By Leave) (36399)
10.
Paul Matthew Johnson v. Her Majesty the Queen (F.C.) (Civil) (By Leave) (36400)
11.
Yuri Boiko v. Chander Grover et al. (Ont.) (Civil) (By Leave) (36417)
12.
Larry Peter Klippenstein v. Manitoba Ombudsman (Man.) (Civil) (By Leave) (36470)
- 1076 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES
DEMANDES D’AUTORISATION
JULY 2, 2015 / LE 2 JUILLET 2015
36279
9080-9211 Québec Inc. (Les Propriétés Victoria) v. Athena Energy Marketing Inc. (doing
business under the trade name RBC Natural Gas Services Inc.) and Regroupement Lafar Inc.
(Que.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Wagner and Gascon JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Number
500-09-023705-130, 2014 QCCA 2255, dated December 2, 2014, is dismissed with costs to the respondent, Athena
Energy Marketing Inc.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-09023705-130, 2014 QCCA 2255, daté du 2 décembre 2014, est rejetée avec dépens en faveur de l’intimée, Athena
Energy Marketing Inc.
CASE SUMMARY
Contracts – Contracts of sale – Damages – Obligation to mitigate damages – Whether Superior Court erred in failing
to apply requirements of art. 1479 of Civil Code of Québec, CQLR c. C-1991 – Whether Court of Appeal erred in
dismissing appeal.
In 2005, the applicant 9080-9211 Québec Inc. (“Victoria”) entered into a natural gas supply contract with the
respondent Athena Energy Marketing Inc. (“Athena”) for its four income properties in Montréal. Under the contract,
Victoria undertook to use and pay for a fixed quantity of natural gas for five years. In 2006, Victoria sold two of the
four properties and its natural gas consumption fell as a result. In 2009, it sold its last two properties and its
consumption fell to zero. When Victoria stopped paying the bills, Athena brought an action on account to recover the
loss it had incurred. The Superior Court allowed the action. The Court of Appeal dismissed the appeal.
June 19, 2013
Quebec Superior Court
(Emery J.)
2013 QCCS 2715
Respondent Athena’s action allowed; applicant ordered
to pay Athena $234,000
December 2, 2014
Quebec Court of Appeal (Montréal)
(Duval Hesler C.J. and Vézina and Vauclair JJ.A.)
2014 QCCA 2255
Appeal dismissed
January 26, 2015
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Contrats – Contrats de vente – Dommages – Obligation de mitiger ses dommages – La Cour supérieure a-t-elle fait
erreur en omettant d’appliquer les exigences de l’art. 1479 du Code civil du Québec, RLRQ c C-1991? – La Cour
- 1077 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
d’appel a-t-elle fait erreur en rejetant l’appel?
En 2005, 9080-9211 Québec Inc. (« Victoria »), demanderesse, a conclu un contrat d’approvisionnement en gaz
naturel avec l’intimée Athena Energy Marketing Inc. (« Athena ») pour les besoins de ses quatre immeubles à revenus
situés à Montréal. Aux termes du contrat, Victoria s’est engagée à consommer et à payer une quantité fixe de gaz
naturel pendant cinq ans. En 2006, Victoria a vendu deux des quatre immeubles et sa consommat ion de gaz naturel a
alors diminué. En 2009, elle a vendu ses deux derniers immeubles et sa consommation est tombée à zéro. Lorsque
Victoria a cessé de payer les factures, Athena a intenté une action sur compte afin de recouvrir la perte qu’elle avait
subie. La Cour supérieure a accueilli l’action. La Cour d’appel a rejeté l’appel.
Le 19 juin 2013
Cour supérieure du Québec
(Le juge Emery)
2013 QCCS 2715
Action de l’intimée Athena accueillie; demanderesse
condamnée à payer à Athena 234 000 $
Le 2 décembre 2014
Cour d’appel du Québec (Montréal)
(La juge en chef Duval Hesler et les juges Vézina et
Vauclair)
2014 QCCA 2255
Appel rejeté
Le 26 janvier 2015
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée
36288
1298417 Ontario Ltd. v. Corporation of the Town of Lakeshore (Ont.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Rothstein, Cromwell and Moldaver JJ.
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. The
application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C56585, 2014 ONCA
802, dated November 17, 2014, is dismissed with costs.
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est
accueillie. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C56585, 2014
ONCA 802, daté du 17 novembre 2014, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Municipal law — What is the legal ability of municipalities to make binding commitments of municipal services to
induce development — What is the correct interpretation of the words “sufficient capacity” in s. 86(1) of the
Municipal Act, 2001, S.O. 2001, c. 25 — What contractual remedies, if any, are available in respect of such a
commitment that happens to run afoul of a statutory provision such as s. 86(1) — Municipal Act, 2001, S.O. 2001,
c. 25.
The Respondent, Town of Lakeshore (“Lakeshore”) and the Applicant, 1298417 Ontario Limited (“129”), a developer,
entered into a Subdivision Agreement in which Lakeshore undertook to provide capacity in its sewage system to 129’s
proposed development. When Lakeshore provided another developer access to the enhan ced sewage capacity prior to
- 1078 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
the completion of 129’s development, 129 sued Lakeshore for breach of contract. 129 claimed damages stemming
from the loss of commercial tenancies to the competing developer.
The trial judge found that by providing the other d eveloper access to the sewer system, Lakeshore breached the
Supplementary Agreement. He awarded 129 damages of $2,423,860, based on the profits that the other developer
purportedly realized from certain commercial tenancies. On appeal, Lakeshore argued th at the trial judge erred in
interpreting the Supplementary Agreement, specifically article 3.1 as prohibiting it from allocating sewage capacity to
anyone else pending completion of 129’s subdivision. Lakeshore submitted that properly interpreted, article 3.1
required it to provide 129 with sufficient capacity to complete its subdivision. The provision read as follows:
The Municipality hereby grants and approves the allocation of additional capacity in the Existing System so
as to allow for full development of the St. Clair Shores Subdivision, in compliance with the existing zoning
provisions for the said Subdivision. For greater certainty, said additional capacity shall be deemed to have
been expressly reserved for the benefit of the St. Clair Shores Subdivision, and the Municipality shall not,
prior to completion of full development and build out of residential and commercial buildings in the St. Clair
Shores Subdivision, grant and/or approve additional capacity in the Existing System for lands o utside of the
St. Clair Shores Subdivision.
The Court of Appeal allowed the appeal, set aside the judgment below and dismissed the action.
January 7, 2013
Ontario Superior Court of Justice
(Grace J.)
2013 ONSC 99; 07-CV-9508CM
Applicant granted judgment for breach of contract and
granted damages in the principal amount of $2,423,860
November 17, 2014
Court of Appeal for Ontario
(Feldman, MacFarland and Epstein JJ.A.)
2014 ONCA 802; C56585
Appeal allowed; Action dismissed
February 2, 2015
Supreme Court of Canada
Motion for extension of time to serve and file
application for leave to appeal and Application for
leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit municipal — Quelle est la capacité juridique des municipalités lorsqu’il s’agit de conclure des engagements
contraignants en matière de services municipaux en vue d’encourager le développement? — Que faut-il entendre par
« capacité suffisante » pour l’application du par. 86(1) de la Loi de 2001 sur les municipalités, L.O. 2001, c. 25? —
Quelles mesures de réparation contractuelles, s’il en est, peuvent être accordées lorsqu’un tel engagement contrevient
à une disposition législative comme le par. 86(1)? — Loi de 2001 sur les municipalités, L.O. 2001, c. 25.
L’intimée, la ville de Lakeshore (« Lakeshore »), et la demanderesse, 1298417 Ontario Limited (« 129 »), une
promotrice immobilière, ont conclu une convention de lotissement dans laquelle Lakeshore s’est engagée à augmenter
la capacité de son réseau d’égouts dans le cadre du projet de proposé par 129. Lakeshore a donné accès au réseau
d’égouts plus performant à un autre promoteur avant que soit réalisé le projet de 129. Cette dernière a alors intenté une
action contre Lakeshore pour rupture de contrat et réclamé des dommages-intérêts pour perte de revenus de location
commerciale au profit du promoteur concurrent.
- 1079 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Le juge de première instance a conclu que Lakeshore avait contrevenu à l’accord supplémentaire en donnant accès au
réseau d’égouts à l’autre promoteur. Il a accordé à 129 2 423 860 $ en dommages-intérêts, ce qui tenait compte des
profits qu’aurait tirés l’autre promoteur de certaines locations commerciales. En appel, Lakeshore a soutenu que le
juge de première instance avait commis une erreur en con sidérant que l’accord supplémentaire, et plus
particulièrement l’art. 3.1, lui interdisait d’augmenter la capacité du réseau d’égouts en faveur de qui que soit d’autre
jusqu’à ce que soit mené à terme le projet de lotissement de 129. Selon Lakeshore, interprété correctement, l’art. 3.1
exigeait qu’elle fournisse à 129 un réseau d’égouts dont la capacité était suffisante pour lui permettre de terminer son
lotissement. La disposition est rédigée en ces termes :
[T RADUCT ION] La municipalité accorde et approuve une augmentation de la capacité du réseau existant afin
de permettre la réalisation complète des travaux de lotissement de St. Clair Shores, conformément aux
dispositions existantes en matière de zonage applicables au lotissement en question. Il est ente ndu que cette
augmentation est réputée avoir été expressément réservée au profit du lotissement de St. Clair Shores et que
la municipalité ne doit pas, avant que soient terminés l’ensemble des travaux d’aménagement et de
construction des immeubles résidentiels et commerciaux du lotissement de St. Clair, accorder et/ou approuver
une augmentation de la capacité du réseau existant à l’égard de terrains situés à l’extérieur du lotissement de
St. Clair Shores.
La Cour d’appel a accueilli l’appel, annulé le jugement de première instance et rejeté l’action.
7 janvier 2013
Cour supérieure de justice de l’Ontario
(Juge Grace)
2013 ONSC 99; 07-CV-9508CM
Action pour rupture de contrat accueillie, dommages intérêts dont le montant en principal s’élève à
2 423 860 $ accordés à la demanderesse
17 novembre 2014
Cour d’appel de l’Ontario
(Juges Feldman, MacFarland et Epstein)
2014 ONCA 802; C56585
Appel accueilli; action rejetée
2 février 2015
Cour suprême du Canada
Dépôt de la requête en prorogation du délai de
signification et de dépôt de la demande d’autorisation
d’appel et de la demande d’autorisation d’appel
36289
Shin Han F & P Inc. v. Canada-Nova Scotia Offshore Petroleum Board (N.S.) (Civil)
(By Leave)
Coram :
Rothstein, Cromwell and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Nova Scotia Court of Appeal, Number CA
421670, 2014 NSCA 108, dated December 5, 2014, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Nouvelle -Écosse, numéro CA 421670,
2014 NSCA 108, daté du 5 décembre 2014, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Administrative law — Boards and tribunals — Canada-Nova Scotia Offshore Petroleum Board — Judicial review —
- 1080 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Applicant seeking judicial review of decision made by Board to cancel an exploratory licence issued to the applicant
— Whether the Nova Scotia Court of Appeal applied the wrong legal test when determining whether the Applicant’s
allegation of reasonable apprehension of institutional bias could be considered and in the manner in which it applied
the test for considering a new issue in relation to the Applicant’s allegation of a institutional bias
The Canada-Nova Scotia Offshore Petroleum Board (“Board”) regulates the development of petroleum resources in
the Nova Scotia offshore area. It granted the applicant an exploration license for a parcel of offshore lands based on
the amount of expenditure proposed for exploration. Pursuant to the terms of the licen se, the applicant was required to
deposit 25% of the proposed exploration expenditure as security. Failure to do so would result in the cancellation of
the license. The applicant failed to make the deposit within the allotted time frame. The Board gave not ice of its
proposed decision to cancel the exploration license. The legislation provided a mechanism for the person affected to
request a hearing before the Oil and Gas Committee (“Committee”). After considering the recommendation of the
Committee, in accordance the governing legislation, the Board concluded that the applicant failed to comply with the
exploration license and ordered the cancellation of the license and forfeiture of the deposit. The applicant sought
judicial review of the Board decision.
October 10, 2013
Supreme Court of Nova Scotia, Trial Division
(Warner J.)
2013 NSSC 341
Applicant’s application for judicial review dismissed
December 5, 2014
Nova Scotia Court of Appeal
(Farrar, Scanlan and Bourgeois JJ.A.)
2014 NSCA 108
Applicant’s appeal dismissed
February 3, 2015
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit administratif — Organismes et tribunaux administratifs — Office Canada-Nouvelle-Écosse des hydrocarbures
extracôtiers — Contrôle judiciaire — Demanderesse sollicitant le contrôle judiciaire d’une décision de l’Office
d’annuler un permis de prospection qui lui a été accordé — La Cour d’appel de la Nouvelle-Écosse a-telle appliqué le
mauvais critère juridique pour déterminer si l’on pouvait examiner l’allégation de la demanderesse selon laquelle il
existait une crainte raisonnable de partialité institutionnelle, et a-t-elle commis une erreur dans la manière dont elle a
appliqué le critère relatif à l’examen d’une nouvelle question en ce qui a trait à l’allégation de partialité
institutionnelle?
L’Office Canada-Nouvelle-Écosse des hydrocarbures extracôtiers (l’ « Office ») régit le développement des ressources
pétrolières dans la zone extracôtière de la Nouvelle-Écosse. Il a accordé à la demanderesse un permis de prospection à
l’égard d’une parcelle de terrains extracôtiers en se fondant sur les dépenses d’exploration proposées. Selon les
conditions du permis, la demanderesse devait déposer en garantie 25 % des dépenses d’exploration proposées.
L’omission de le faire entraînerait l’annulation du permis. La demanderesse n’a pas effectué le dépôt dans le délai
imparti. L’Office a donné avis de sa décision envisagée d’annuler le permis de prospection. La loi prévoyait un
mécanisme permettant à la personne touchée de solliciter une audience devant le Co mité des hydrocarbures (le
« Comité »). Après avoir examiné la recommandation du Comité conformément aux dispositions législatives
applicables, l’Office a conclu que la demanderesse n’avait pas respecté les conditions du permis et a ordonné
- 1081 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
l’annulation de celui-ci et la confiscation du dépôt. La demanderesse a sollicité le contrôle judiciaire de cette décision.
10 octobre 2013
Cour suprême de la Nouvelle-Écosse, Section de
première instance
(Juge Warner)
2013 NSSC 341
Rejet de la demande de contrôle judiciaire de la
demanderesse
5 décembre 2014
Cour d’appel de la Nouvelle-Écosse
(Juges Farrar, Scanlan et Bourgeois)
2014 NSCA 108
Rejet de l’appel de la demanderesse
3 février 2015
Cour suprême du Canada
Dépôt de la demande d’autorisation d’appel
36290
Procureur général du Canada c. Barreau du Québec (Qc) (Civile) (Autorisation)
Coram :
La juge en chef McLachlin et les juges Wagner et Gascon
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-09024462-145, 2014 QCCA 2234, daté du 4 décembre 2014, est rejetée avec dépens.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Number
500-09-024462-145, 2014 QCCA 2234, dated December 4, 2014, is dismissed with costs.
CASE SUMMARY
Civil procedure – Parties – Standing – Public interest standing – Whether leave to appeal should be granted because of
public importance of case itself, significant impact it may have on other cases and important issues it raises with
respect to law on public interest standing.
On November 23, 2012, through a motion for a declaratory judgment, the Barreau du Québec (the Barreau) asked the
Superior Court to determine the constitutionality of several provisions of the Safe Streets and Communities Act,
S.C. 2012, c. 1, imposing minimum punishments of imprisonment in criminal cases. The applicant, the Attorney
General of Canada, moved to dis miss the Barreau’s motion on the ground that it did not have sufficient interest to
bring those proceedings.
Applicant’s motion to dismiss dismissed
May 1, 2014
Quebec Superior Court
(Roy J.)
No. 500-17-074826-127
2014 QCCS 1863
- 1082 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
December 4, 2014
Quebec Court of Appeal (Montréal)
(Vézina, Savard and Vauclair JJ.A.)
No. 500-09-024462-145
2014 QCCA 2234
Appeal dismissed
February 2, 2015
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Procédure civile – Parties – Qualité pour agir – Qualité pour agir dans l’intérêt public – Y a-t-il lieu d’accorder
l’autorisation d’appel en raison de l’importance de l’affaire elle-même pour le public, des importants effets qu'elle peut
avoir dans d'autres litiges, et des importantes questions qu’elle soulève concernant le droit relatif à la qualité pour agir
dans l'intérêt public?
Le 23 novembre 2012, par le biais d’une requête pour jugement déclaratoire, le Barreau du Québec (le Barreau) a
demandé à la Cour supérieure de statuer sur la constitutionnalité de plusieurs dispositions de la Loi sur la sécurité des
rues et des communautés, L.C. 2012, c. 1, lesquelles imposent des peines minimales d’emprisonnement en matière
criminelle. Le demandeur, à savoir le Procureur général du Canada, conteste la recevabilité de la requête du Barreau
au motif que ce dernier n’a pas l’intérêt suffisant pour entreprendre ce recours.
Le 1 mai 2014
Cour supérieure du Québec
(Le juge Roy)
No. 500-17-074826-127
2014 QCCS 1863
Requête en irrecevabilité du demandeur rejetée.
Le 4 décembre 2014
Cour d’appel du Québec (Montréal)
(Les juges Vézina, Savard et Vauclair)
No. 500-09-024462-145
2014 QCCA 2234
Appel rejeté.
Le 2 février 2015
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée.
36315
World Bank Group v. Kevin Wallace, Zulfiquar Bhuiyan, Ramesh Shah, Mohammad Ismail
and Her Majesty the Queen in Right of Canada (Ont.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
Rothstein, Cromwell and Moldaver JJ.
- 1083 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
The motion to expedite the application for leave to appeal is granted. The applicatio n for leave to appeal
from the judgment of the Ontario Superior Court of Justice, Number CR-13-90000727, 2014 ONSC 7449, dated
December 23, 2014, is granted.
La requête visant à accélérer la demande d’autorisation d’appel est accueillie. La demande d’auto risation
d’appel de l’arrêt de la Cour supérieure de justice de l’Ontario, numéro CR-13-90000727, 2014 ONSC 7449, daté du
le 23 décembre 2014, est accueillie.
CASE SUMMARY
Public international law – Jurisdictional Immunity – Criminal law – Evidence – Accused charged with bribing foreign
public officials – Accused demanding production of internal documents of third party international organization –
Interlocutory Order for production of records for court review under R. v. O’Connor, [1995] 4 S.C.R. 411 – Third party
seeking to appeal interlocutory judgment – Whether there is any principled basis on which a Superior Court should
assert jurisdiction to compel production of confidential records of international organizations neithe r resident in
Canada nor attorning to Canadian jurisdiction – What is the scope and effect of statutory immunity for international
organizations, conferred by Canadian law, in the context of criminal proceedings to which such international
organizations are not a party – Whether the benefits/burdens doctrine has any application to the statutory immunity
conferred on international organizations by Canadian law – Whether the immunity, when expressly reserved, can be
waived implicitly by conduct rather than expressly – Whether the immunity is capable of being waived by the
applicant’s officials, at what level and by what procedure – Does the onus of establishing “undue interference” fall on
the applicant in order to maintain its immunity – Is it legally appropriate to equate the waiver of a private law privilege
with circumstances giving rise to the loss of a public law immunity conferred by statute – Because the accused wish to
bring a Garofoli Application to challenge the Information to Obtain, does that make the applicant’s internal
deliberative documents producible.
The individual respondents (the “accused”) are jointly charged with one count of bribing foreign public officials under
the Corruption of Foreign Public Officials Act, S.C. 1998, c. 34, in relation to SNC-Lavalin’s bid for a construction
supervision contract for the Padma Bridge in Bangladesh. In the course of their criminal proceeding, the accused
brought an application for an order requiring the applicant third party to produce certain documents. The applicant had
received information from tipsters about possible corruption involving SNC-Lavalin, and had approached the RCMP,
providing it with information concerning the allegations. Two of the applicant’s employees sub poenaed by the defence
did not appear before the court and the applicant took the position that it was not required to attend given its immunity
from court process as an international organization. The defence’s application for an order requiring the produ ction of
documents by the applicant was granted in part by the Superior Court of Justice on the basis that the applicant had
waived its immunity. The applicant was ordered to produce certain records for court review in accordance with R. v.
O’Connor, [1995] 4 S.C.R. 411.
December 23, 2014
Superior Court of Justice
Nordheimer J.
2014 ONSC 7449
Application by individual respondents for an order
requiring the production of documents by the applicant
third party, granted in part
February 26, 2015
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit international public – Immunité de juridiction – Droit criminel – Preuve – Accusés inculpés d’avoir donné des
- 1084 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
pots-de-vin à des agents publics étrangers – Accusés exigeant la production de documents internes d’une organisation
internationale tierce – Ordonnance interlocutoire de production de documents pour examen judiciaire suivant l’arrêt R. c.
O’Connor, [1995] 4 R.C.S. 411 – Tierce partie cherchant à interjeter appel du jugement interlocutoire – Existe-t-il une
raison de principe pour laquelle une cour supérieure devrait se déclarer compétente pour exiger la production de
documents confidentiels appartenant à des organisations internationales qui ne sont pas établies au Canada et n’ont pas
non plus acquiescé à la compétence des tribunaux canadiens? – Quels sont l’étendue et l’effet de l’immunité légale
accordée en droit canadien aux organisations internationales dans le contexte d’une instance criminelle à laquelle ces
organisations ne sont pas parties? – La théorie des avantages et des inconvénients s’applique-t-elle à cette immunité? –
Peut-on renoncer implicitement par sa conduite, plutôt qu’expressément, à une immunité accordée en termes exprès? –
L’immunité est-elle susceptible de renonciation par les représentants du demandeur et, dans l’affirmative, quelle
fonction doivent-ils occuper et quelle est la marche à suivre? – Incombe-t-il au demandeur d’établir une « ingérence
injustifiée » pour conserver son immunité? – Convient-il, sur le plan juridique, d’assimiler la renonciation à un
privilège de droit privé aux faits à l’origine de la perte d’une immunité de droit public accordée par la loi? – Comme
les accusés souhaitent présenter une demande de type Garofoli pour c ontester la dénonciation, les procès -verbaux
internes du demandeur peuvent-ils être produits?
Les particuliers intimés (les « accusés ») sont inculpés conjointement d’un chef de corruption d’agents publics
étrangers en vertu de la Loi sur les agents publics étrangers, L.C. 1998, c. 34, relativement à la soumission de SNCLavalin en vue d’obtenir un contrat pour superviser la construction du pont Padma au Bangladesh. Durant leur procès
criminel, les accusés ont demandé une ordonnance enjoignant au tiers demandeur de produire certains documents. Le
demandeur avait reçu d’indicateurs des renseignements à propos d’une corruption potentielle impliquant SNC-Lavalin
et s’était adressé à la GRC pour lui fournir de l’information au sujet des allégations. Deux d es employés du demandeur
assignés à témoigner par la défense n’ont pas comparu devant le tribunal et le demandeur a affirmé que ces derniers
n’étaient pas tenus de se présenter compte tenu de l’immunité contre les procédures judiciaires dont il jouissait e n tant
qu’organisation internationale. La demande de la défense visant à obtenir une ordonnance enjoignant au demandeur de
produire des documents a été accueillie en partie par la Cour supérieure de justice au motif que le demandeur avait
renoncé à son immunité. La Cour supérieure de justice a ordonné au demandeur de produire certains documents pour
examen judiciaire conformément à R. c. O’Connor, [1995] 4 R.C.S. 411.
23 décembre 2014
Cour supérieure de justice
Juge Nordheimer
2014 ONSC 7449
Demande des particuliers intimés en vue d’obtenir une
ordonnance enjoignant au tiers demandeur de produire
des documents, accueillie en partie
26 février 2015
Cour suprême du Canada
Dépôt de la demande d’autorisation d’appel
36343
Amexon Development Inc. v. 1465152 Ontario Limited (Ont.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Rothstein, Cromwell and Moldaver JJ.
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. The
application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C59083, 2015 ONCA
86, dated February 6, 2015, is dismissed with costs.
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est
accueillie. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C59083, 2015
ONCA 86, daté du 6 février 2015, est rejetée avec dépens.
- 1085 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
CASE SUMMARY
Leases — Landlord and tenant — Landlord and owner of building seeking to terminate commercial tenancy in order
to proceed with demolition of building — Are the rules relating to injunctions different when interference with a
proprietary or property interes t is involved? — Should a court lend its assistance to what amounts in equity to
extortionate conduct? — Are injunctions subject to the principle of proportionality? — Even if a principle of law is
generally applicable, should the court consider the nature of the result that would follow in applying that principle in
light of the facts and circumstances of the case? — In what circumstances is a breach of contract permissible on the
basis of economic efficiency? — Does the doctrine of fundamental breach of contract survive, in disguised form, for
leases?
The applicant, Amexon Developments Inc. (“Amexon”) is the owner and landlord of leased premises located in a large
commercial building that it wishes to demolish and redevelop. The respondent, 1465152 Ont ario Limited, (the “tenant)
is the management company of a law firm that leased its offices from Amexon. The tenant originally entered into the
lease with an effective date of April 1, 2000. The lease did not contain a demolition clause. That lease was amended
and renewed in 2007 for a further term of five years, ending March 31, 2012. Amexon acquired the property in 2008.
The lease was amended in October, 2012 and the term was extended until March, 31, 2016. Amexon later wished to
demolish and redevelop the property and was able to negotiate lease termination agreements with all of its tenants with
the exception of the respondent tenant. Amexon offered to relocate the law firm into a similar premises in an adjoining
building, also owned by Amexon, and to pay compensation. When the negotiations between the parties failed to
conclude in a mutually satisfactory agreement, Amexon served the tenant with a Notice to Vacate on February 28,
2014 by August 31, 2014, following which Amexon indicated that it would turn off all services to the building. The
tenant applied for a declaration that the Notice to Vacate was void and of no force and effect and for an injunction
precluding Amexon from re-entering the premises and terminating services and utilities.
June 27, 2014
Ontario Superior Court of Justice
(Myers J.)
Unreported
Declaration that respondent’s Notice to Vacate void
and of no from
February 6, 2015
Court of Appeal for Ontario
(Hoy A.C.J.O., Brown and van Rensburg
JJ.A.))
Applicant’s appeal dismissed
March 16, 2015
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Baux — Locateur et locataire — Tentative par le locateur propriétaire d’un immeuble de résilier un bail commercial
en vue de démolir l’immeuble — Les règles relatives aux injonctions diffèrent-elles en cas d’atteinte à un intérêt
propriétal ou de propriété? — Un tribunal devrait-il prêter son concours à ce qui constitue de l’extorsion en equity? —
Le principe de la proportionnalité s’applique-t-il aux injonctions? — Le tribunal devrait-il, même si un principe de
droit est généralement applicable, tenir compte de la nature des conséquences de l’application de ce principe à la
lumière des faits et des circonstances de l’espèce? — Dans quelles circonstances une inexécution de contrat fondée sur
des motifs d’efficience économique est-elle acceptable? — La doctrine de l’inexécution fondamentale d’un contrat
survit-elle, sous forme déguisée, à l’égard des baux?
- 1086 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
La demanderesse, Amexon Developments Inc. (« Amexon »), est la propriétaire et la locatrice de locaux situés dans un
grand immeuble commercial qu’elle souhaite démolir et réaménager. L’intimée, 1465152 Ontario Limited (la
« locatrice »), est la société de gestion d’un cabinet d’avocats qui louait ses bureaux d’Amexon. La locataire a
initialement conclu un bail dont la date d’entrée en vigueur était le 1 er avril 2000. Le bail en question ne comportait
pas de clause de démolition. Ce bail a été modifié et renouvelé en 2007 pour une durée additionnelle de cinq ans, et
prenait fin le 31 mars 2012. Amexon a acquis la propriété en 2008. Le bail a été modifié en o ctobre 2012 et sa durée a
été prolongée jusqu’au 31 mars 2016. Amexon a voulu par la suite démolir et réaménager la propriété, et a réussi à
négocier des ententes de résiliation avec tous ses locataires à l’exception de l’intimée. La demanderesse a offert de
relocaliser le cabinet d’avocats dans des locaux semblables situés dans un immeuble adjacent dont elle était également
propriétaire, et de lui verser une indemnité. Les négociations entre les parties n’ayant pas donné lieu à la conclusion
d’une entente mutuellement satisfaisante, Amexon a, le 28 février 2014, signifié à la locataire un avis d’expulsion lui
intimant de quitter les lieux au plus tard le 31 août 2014, après quoi elle interromprait tous les services à l’immeuble.
La locataire a sollicité un jugement déclarant inopérant l’avis d’expulsion ainsi qu’une injonction interdisant à
Amexon de retourner dans les locaux et de mettre fin aux services et services publics.
27 juin 2014
Cour supérieure de justice de l’Ontario
(Juge Myers)
Non publié
Jugement déclarant inopérant l’avis d’expulsion de
l’intimée
6 février 2015
Cour d’appel de l’Ontario
(Juge en chef adjoint Hoy, juges Brown et van Rensburg)
Rejet de l’appel de la demanderesse
16 mars 2015
Cour suprême du Canada
Dépôt de la demande d’autorisation d’appel
36344
Michael Panula v. Attorney General of Canada (F.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Rothstein, Cromwell and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Federal Court of Appeal, Number A-162-14,
2015 FCA 7, dated January 14, 2015, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel fédérale, numéro A -162-14, 2015 FCA 7,
daté du 14 janvier 2015, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Administrative law — Judicial review — Application for judicial review dismissed — Appeal and motion for
reconsideration dismissed — Whether the lower courts erred in their reasoning and decisions in dismissing applicant’s
judicial review and subsequent appeal from Canadian Human Rights Commission’s decision to not deal with his
complaint.
The applicant brought a complaint to the Canadian Human Rights Commission alleging discrimination against his
former employer. The Commission decided not to deal with the applicant’s complaint. The applicant brought an
- 1087 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
application for judicial review to the Federal Court which was dismissed. The applicant appealed that decision to the
Federal Court of Appeal. The appeal and subsequent motion for reconsideration were both dismissed.
February 24, 2014
Federal Court
(McVeigh J.)
Application for judicial review of Canadian Human
Rights Commission decision not to deal with
complaint, dismissed.
January 14, 2015
Federal Court of Appeal
(Dawson, Stratas and Boivin JJ.A.)
2015 FCA 7
Appeal dismissed.
February 26, 2015
Federal Court of Appeal
(Dawson, Stratas and Boivin JJ.A.)
File No.: A-162-14
Motion for reconsideration dismissed.
March 16, 2015
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed.
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit administratif — Contrôle judiciaire — Demande de contrôle judiciaire rejetée — Appel et requête en réexamen
rejetés — Les juridictions inférieures ont-elles commis une erreur dans leur raisonnement et dans leur décision en
rejetant la demande de contrôle judiciaire et l’appel subséquent de la décision de la Commission canadienne des droits
de la personne de ne pas statuer sur la plainte du demandeur?
Le demandeur a déposé une plainte auprès de la Commission canadienne des droits de la personne, alléguant avoir fait
l’objet de discrimination par son ancien employeur. La Commission a décidé de ne pas s tatuer sur sa plainte. Le
demandeur a présenté une demande de contrôle judiciaire à la Cour fédérale, demande qui a été rejetée. Il a ensuite
interjeté appel de cette décision à la Cour d’appel fédérale. L’appel et la requête subséquente en réexamen ont to us les
deux été rejetés.
24 février 2014
Cour fédérale
(Juge McVeigh)
Rejet de la demande de contrôle judiciaire de la
décision de la Commission canadienne des droits de la
personne de ne pas statuer sur la plainte.
14 janvier 2015
Cour d’appel fédérale
(Juges Dawson, Stratas et Boivin)
2015 CAF 7
Rejet de l’appel.
26 février 2015
Cour d’appel fédérale
(Juges Dawson, Stratas et Boivin)
No du greffe : A-162-14
Rejet de la requête en réexamen.
- 1088 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Dépôt de la demande d’autorisation d’appel.
16 mars 2015
Cour suprême du Canada
36345
Jacques Laperrière c. Sa Majesté la Reine (Qc) (Criminelle) (Autorisation)
Coram :
La juge en chef McLachlin et les juges Wagner et Gascon
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est
accueillie. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Québec), numéro 200-10002899-123, 2014 QCCA 1159, daté du 6 juin 2014, est rejetée.
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. The
application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Quebec), Number 200-10002899-123, 2014 QCCA 1159, dated June 6, 2014, is dismissed.
CASE SUMMARY
Criminal law — Charge to jury — Whether Court of Appeal erred in law in finding that trial judge had not made error
in charge to jury.
The applicant, who suffers from paranoid schizophrenia, was convicted of second degree murder in a jury trial. He
appealed his conviction, alleging, inter alia, that in instructing the jurors the judge had erred in defining “men tal
disorder” in relation to the concept of not being criminally responsible and in refusing to put the defence of
provocation to the jury.
November 23, 2012
Quebec Superior Court
(Levesque J.)
File No. 400-01-056545-098
Applicant convicted by jury of second degree murder
June 6, 2014
Quebec Court of Appeal (Québec)
(Morin, Gagnon and Gagnon JJ.A.)
2014 QCCA 1159
File No. 200-10-002899-123
Appeal from conviction dismissed
March 17, 2015
Supreme Court of Canada
Motion to extend time to serve and file application for
leave to appeal and application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit criminel — Exposé au jury — Cour d’appel a-t-elle erré en droit concluant que juge de procès n’avait pas
commis d’erreur dans son exposé du jury?
- 1089 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Le demandeur, qui souffre de schizophrénie paranoïde, a été reconnu coupable de meurtre non prémédité dans le cadre
d’un procès devant jury. Il a porté sa condamnation en appel alléguant que le juge avait, entre autres, commis une
erreur dans ses directives aux jurés en définissant « troubles mentaux » relativement à la notion de la nonresponsabilité criminelle et en refusant de soumettre au jury le moyen de défense de la provocation.
Le 23 novembre 2012
Cour supérieure du Québec
(Le juge Levesque)
No. de dossier 400-01-056545-098
Demandeur reconnu
prémédité, par jury
coupable
de
meurtre
non
Le 6 juin 2014
Cour d’appel du Québec (Québec)
(Les juges Morin, Gagnon et Gagnon)
2014 QCCA 1159
No. de dossier 200-10-002899-123
Appel de condamnation rejeté
Le 17 mars 2015
Cour suprême du Canada
Requête en prorogation du délai pour signifier et
déposer une demande d’autorisation d’appel et
demande d'autorisation d'appel, déposées
36391
Roch Guimont et Constance Guimont c. Sa Majesté la Reine (Qc) (Criminelle) (Autorisation)
Coram :
La juge en chef McLachlin et les juges Wagner et Gascon
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Québec), numéro 200-10003123-150, 2015 QCCA 518, daté du 13 mars 2015, est rejetée.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Quebec), Number
200-10-003123-150, 2015 QCCA 518, dated March 13, 2015, is dismissed.
CASE SUMMARY
Charter of Rights and Freedoms – Criminal law – Search and seizure – Remedy – Appeals – Leave to appeal –
Interlocutory judgment – Whether Court of Appeal erred in law in finding that interlocutory judgment not subjec t to
immediate appeal – Whether Superior Court erred in law in dismissing motion for illegal search and for stay of
proceedings – Whether applicants raising question of public importance.
The applicants were charged with several offences under s. 45(1)(b) of the Defence Production Act, R.S.C. 1985,
c. D-1, for possessing a controlled good, namely third-generation night vision goggles, without being registered or
exempt from registration, contrary to s. 37 of that Act. They were also charged with several offences under s. 19(1) of
the Export and Import Permits Act, R.S.C. 1985, c. E-19, for exporting any goods or technology included in an Export
Control List, namely a third-generation image intensifier, without holding an export permit, contrary to s. 13 of that
Act.
Before their trial, the applicants brought a motion for illegal search and for a stay of proceeding s in the Superior Court.
The motion was dismissed. The Court of Appeal then dismissed their application for leave to appeal and their
application for certiorari.
- 1090 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
February 6, 2015
Quebec Superior Court
(Dionne J.)
Applicants’ motion for illegal search and for stay of
proceedings dismissed
March 13, 2015
Quebec Court of Appeal (Québec)
(Bélanger J.A.)
2015 QCCA 518
Motion for leave to appeal and motion for certiorari
dismissed
April 13, 2015
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Charte des droits et libertés – Droit criminel – Fouilles, perquisitions et saisies – Réparation – Appels – Permission
d’appeler – Jugement interlocutoire – La Cour d’appel a-t-elle erré en droit en concluant qu’un jugement interlocutoire
ne peut faire l’objet d’un appel immédiat? – La Cour supérieure a-t-elle erré en droit en rejetant la requête en
perquisition illégale et en arrêt des procédures? – Les demandeurs soulèvent-ils une question d’importance pour le
public?
Les demandeurs sont accusés de plusieurs infractions prévues à l’art. 45(1)b) de la Loi sur la production de la défense,
L.R.C. 1985, c. D-1, pour avoir eu en leur possession des marchandises contrôlées, soit des lunettes de vision de nuit
de troisième génération, sans être inscrits ou exemptés d’inscription, contrairement à l’art. 37 de cette loi. Ils sont
également accusés de plusieurs infractions prévues à l’art. 19(1) de la Loi sur les licences d’importation et
d’exportation, L.R.C. 1985, c. E-19, pour avoir exporté des marchandises ou des technologies figurant sur la liste des
marchandises d’exportation contrôlée, à s avoir un intensificateur d’image de troisième génération, sans détenir une
licence d’exportation, contrairement à l’art. 13 de cette loi.
Avant leur procès, les demandeurs ont présenté une requête en perquisition illégale et en arrêt des procédures devant la
Cour supérieure. La requête a été rejetée. La Cour d’appel a ensuite rejeté leur demande d’autorisation d’appel et leur
demande de certiorari.
Le 6 février 2015
Cour supérieure du Québec
(Le juge Dionne)
Requête des demandeurs en perquisition illégale et en
arrêt des procédures rejetée
Le 13 mars 2015
Cour d’appel du Québec (Québec)
(La juge Bélanger)
2015 QCCA 518
Requête en demande d’autorisation d’appel et requête
en demande de certiorari rejetées
Le 13 avril 2015
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée
- 1091 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
36406
Larry Peter Klippenstein v. Attorney General of Canada (F.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Rothstein, Cromwell and Moldaver JJ.
The motion to seal the applicant’s application for leave to appeal and reply is granted. The application for
leave to appeal from the judgment of the Federal Court of Appeal, Number A -503-14, dated February 27, 2015, is
dismissed with costs.
La requête pour mise sous scellés la demande d’autorisation d’appel et la réplique est accueillie. La dema nde
d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel fédérale, numéro A -503-14, daté du 27 février 2015, est rejetée
avec dépens.
CASE SUMMARY
Charter of Rights — Freedom of religion — Civil procedure — Appeals — – Applicant’s action dismissed —
Whether Federal Court of Appeal refused a statutory right of appeal from a decision that decided a point of law
without a trial, decided a claim by a person under disability when that person was not properly represented as required
by the Rules of Civil Procedure and decided issues of law in contravention of existing statues and the constitution of
Canada and terminated proceedings by means of a direction which exceeds the Federal Court’s jurisdiction.
The Federal Court issued a direction on October 5, 2012 that Mr. Klippenstein wanted converted into an Order.
November 4, 2014
Federal Court
(Gleason J.)
Unreported
Applicant’s motion in letter form to have direction of
October 5, 2012 converted into an order dismissed
February 27, 2015
Federal Court of Appeal
(Dawson, Gauthier and Scott JJ.A.)
Applicant’s appeal dismissed
April 23, 2015
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Charte des droits — Liberté de religion — Procédure civile — Appels — Rejet de l’action du demandeur — La Cour
d’appel fédérale a-t-elle refusé d’accorder un droit d’appel prévu par la loi contre une décision dans laquelle on a
statué sans procès sur une question de droit, s’est-elle prononcée sur une demande présentée par une personne qui
souffrait d’une incapacité et qui n’était pas dûment représentée conformément aux exigences des règles de procédure
civile, et la décision visée par l’appel a-t-elle statué sur des questions de droit en contravention des lois existantes et de
la Constitution canadienne et mis fin à l’affaire au moyen d’une directive excédant la compétence de la Cour fédérale?
Le 5 octobre 2012, la Cour fédérale a formulé une directive que M. Klippenstein a voulu faire convertir en
ordonnance.
- 1092 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
4 novembre 2014
Cour fédérale
(Juge Gleason)
Non publié
Rejet de la requête présentée par le demandeur sous
forme de lettre en vue de faire convertir en ordonnance
la directive du 5 octobre 2012
27 février 2015
Cour d’appel fédérale
(Juges Dawson, Gauthier et Scott)
Rejet de l’appel du demandeur
23 avril 2015
Cour suprême du Canada
Dépôt de la demande d’autorisation d’appel
- 1093 -
MOTIONS
REQUÊTES
25.06.2015
Before / Devant : THE CHIEF JUSTICE / LA JUGE EN CHEF
Motion to state constitutional questions
Requête
en
formulation
constitutionnelles
de
questions
Joseph Ryan Lloyd
v. (35982)
Her Majesty the Queen (Crim.) (B.C.)
GRANTED / ACCORDÉE
UPON APPLICATION by the appellant for an order stating constitutional questions in the above appeal;
AND THE MATERIAL FILED having been read;
IT IS HEREB Y ORDERED THAT THE CONSTITUTIONAL QUESTIONS BE STATED AS FOLLOWS:
1.
Does s. 5(3)(a)(i)(D) of the Controlled Drugs and Substances Act, S.C. 1996, c. 19, infringe s. 7 of the
Canadian Charter of Rights and Freedoms?
2.
If so, is the infringement a reasonable limit prescribed by law as can be demonstrably justified in a free and
democratic society under s. 1 of the Canadian Charter of Rights and Freedoms?
3.
Does s. 5(3)(a)(i)(D) of the Controlled Drugs and Substances Act, S.C. 1996, c. 19, infringe s. 12 of the
Canadian Charter of Rights and Freedoms?
4.
If so, is the infringement a reasonable limit prescribed by law as can be demonstrably justified in a free and
democratic society under s. 1 of the Canadian Charter of Rights and Freedoms?
Any attorney general who intervenes pursuant to para. 61(4) of the Rules of the Supreme Court of Canada shall pay the
appellant and respondent the costs of any additional disbursements they incur as a result of the intervention.
IT IS HEREB Y FURTHER ORDERED THAT:
1.
Any attorney general wishing to intervene pursuant to para. 61(4) of the Rules of the Supreme Court of
Canada shall serve and file their factum and book of authorities on or before December 23, 2015.
2.
Any interveners granted leave to intervene under Rule 59 of the Rules of the Supreme Court of Canada shall
file and serve their factums and books of authorities on or before December 23, 2015.
À LA SUITE DE LA DEMANDE de l’appelant visant à obtenir la formulation des questions constitutionnelles dans
l’appel susmentionné;
ET APRÈS AVOIR LU la documentation déposée,
LES QUESTIONS CONSTITUTIONNELLES SUIVANTES SONT FORMULÉES :
1.
La division 5(3)a)(i)(D) de la Loi réglementant certaines drogues et autres substances, L.C. 1996, c. 19, porte-
- 1094 -
MOTIONS
REQUÊTES
t-elle atteinte à un droit garanti par l’art. 7 de la Charte canadienne des droits et libertés?
2.
Dans l’affirmative, s’agit-il d’une atteinte portée par une règle de droit dans des limites qui sont raisonnables
et dont la justification peut se démontrer dans le cadre d’une société libre et démocratique suivant l’article
premier de la Charte canadienne des droits et libertés?
3.
La division 5(3)a)(i)(D) de la Loi réglementant certaines drogues et autres substances, L.C. 1996, c. 19, portet-elle atteinte à un droit garanti par l’art. 12 de la Charte canadienne des droits et libertés?
4.
Dans l’affirmative, s’agit-il d’une atteinte portée par une règle de droit dans des limites qui sont raisonnables
et dont la justification peut se démontrer dans le cadre d’une société libre et démocratique suivant l’article
premier de la Charte canadienne des droits et libertés?
Tout procureur général qui interviendra en vertu du par. 61(4) des Règles de la Cour suprême du Canada sera tenu de
payer à l’appelant et à l’intimée les dépens supplémentaires résultant de son intervention.
IL EST EN OUTRE ORDONNÉ CE QUI SUIT :
1.
Tout procureur général qui interviendra en vertu du par. 61(4) des Règles de la Cour suprême du Canada
devra signifier et déposer son mémoire et son recueil de sources au plus tard le 23 décembre 2015.
2.
Les intervenants qui seront autorisés à intervenir en application de l’art. 59 des Règles de la Cour suprême du
Canada devront signifier et déposer leurs mémoires et recueils de sources au plus tard le 23 décembre 2015.
25.06.2015
Before / Devant : THE CHIEF JUSTICE / LA JUGE EN CHEF
Motion to state a constitutional question
Requête
en formulation
constitutionnelle
d’une
question
Jessica Ernst
v. (36167)
Alberta Energy Regulator (Alta.)
GRANTED / ACCORDÉE
UPON APPLICATION by the appellant for an order stating constitutional questions in the above appeal;
AND THE MATERIAL FILED having been read;
IT IS HEREB Y ORDERED THAT THE CONSTITUTIONAL QUESTION BE STATED AS FOLLOWS:
1.
Is s. 43 of the Energy Resources Conservation Act, R.S.A. 2000, c. E-10 constitutionally inapplicable or
inoperable to the extent that it bars a claim against the regulator for a breach of s. 2(b) of the Canadian
Charter of Rights and Freedoms and an application for a remedy under s. 24(1) of the Charter?
Any attorney general who intervenes pursuant to par. 61(4) of the Rules of the Supreme Court of Canada shall pay the
appellant and respondent the costs of any additional disbursements they incur as a result of the intervention.
- 1095 -
MOTIONS
REQUÊTES
IT IS HEREB Y FURTHER ORDERED THAT:
1.
Any attorney general wishing to intervene pursuant to par. 61(4) of the Rules of the Supreme Court of Canada
shall serve and file their factum and book of authorities on or before December 23, 2015.
2.
Any interveners granted leave to intervene under Rule 59 of the Rules of the Supreme Court of Canada shall
file and serve their factums and books of authorities on or before December 23, 2015.
À LA SUITE DE LA DEMANDE de l’appelante visant à obtenir la formulation de questions constitutionnelles dans
l’appel susmentionné;
ET APRÈS AVOIR LU la documentation déposée,
LA QUESTION CONSTITUTIONNELLE SUIVANTE EST FORMULÉE :
1.
L’article 43 de la loi intitulée Energy Resources Conservation Act, R.S.A. 2000, c. E-10, est-il inapplicable ou
inopérant du point de vue constitutionnel en ce qu’il fait obstacle à la présentation d’une action contre
l’organisme de réglementation pour violation de l’al. 2b) de la Charte canadienne des droits et libertés, ainsi
qu’à la présentation d’une demande de réparation fondée sur le par. 24(1) de la Charte?
Tout procureur général qui interviendra en vertu du par. 61(4) des Règles de la Cour suprême du Canada sera tenu de
payer à l’appelante et à l’intimé les dépens supplémentaires résultant de son intervention.
IL EST EN OUTRE ORDONNÉ CE QUI SUIT :
1.
Tout procureur général qui interviendra en vertu du par. 61(4) des Règles de la Cour suprême du Canada
devra signifier et déposer son mémoire et son recueil de sources au plus tard le 23 décembre 2015.
2.
Les intervenants qui seront autorisés à intervenir en application de l’art. 59 des Règles de la Cour suprême du
Canada devront signifier et déposer leurs mémoires et recueils de sources au plus tard le 23 décembre 2015.
- 1096 -
NOTICES OF DISCONTINUANCE
FILED SINCE LAST ISSUE
AVIS DE DÉSISTEMENT DÉPOSÉS
DEPUIS LA DERNIÈRE PARUTION
26.06.2015
Manulife Financial Corporation
v. (36309)
Dominic D’Alessandro et al. (Que.)
(By Leave)
- 1097 -
SUPREME COURT OF CANADA SCHEDULE / CALENDRIER DE LA COUR SUPREME
- 2015 OCTOBER - OCTOBRE
S
D
M
L
T
M
W
M
NOVEMBER - NOVEMBRE
DECEMBER - DÉCEMBRE
T
J
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
1
M
2
3
4
5
6
7
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
4
5
4
M
5
6
7
8
9
10
8
9
10
H
11
12
13
14
6
7
8
9
10
11
12
11
H
12
13
14
15
16
17
15
16
17
18
19
20
21
13
14
15
16
17
18
19
18
19
20
21
22
23
24
22
23
24
25
26
27
28
20
21
22
23
24
H
25
26
25
26
27
28
29
30
31
29
M
30
27
H
28
29
30
31
- 2016 JANUARY - JANVIER
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
FEBRUARY - FÉVRIER
F
V
S
S
H
1
2
S
D
MARCH - MARS
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
4
5
6
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
4
5
3
4
5
6
7
8
9
7
8
9
10
11
12
13
6
7
8
9
10
11
12
10
M
11
12
13
14
15
16
14
M
15
16
17
18
19
20
13
14
15
16
17
18
19
17
18
19
20
21
22
23
21
22
23
24
25
26
27
20
M
21
22
23
24
H
25
26
25
26
27
28
29
30
28
29
27
H
28
29
30
31
24
31
APRIL - AVRIL
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
MAY - MAI
JUNE - JUIN
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
1
2
3
4
5
6
7
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
4
3
4
5
6
7
8
9
8
9
10
11
12
13
14
5
6
7
8
9
10
11
10
11
12
13
14
15
16
15
M
16
17
18
19
20
21
12
M
13
14
15
16
17
18
17
M
18
19
20
21
22
23
22
H
23
24
25
26
27
28
19
20
21
22
23
24
25
24
25
26
27
28
29
30
29
30
31
26
27
28
29
30
Sittings of the court:
Séances de la cour :
Motions:
Requêtes :
M
Holidays:
Jours fériés :
H
18
85
9
5
sitting weeks / semaines séances de la cour
sitting days / journées séances de la cour
m otion and conference days / journées des requêtes et des conférences
holidays during sitting days / jours fériés durant les sessions
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising