SUPREME COURT OF COUR SUPRÊME DU CANADA

SUPREME COURT  OF COUR SUPRÊME DU CANADA
SUPREME COURT OF
CANADA
COUR SUPRÊME DU
CANADA
BULLETIN OF
PROCEEDINGS
BULLETIN DES
PROCÉDURES
This Bulletin is published at the direction of the
Registrar and is for general information only. It
is not to be used as evidence of its content,
which, if required, should be proved by
Certificate of the Registrar under the Seal of the
Court. While every effort is made to ensure
accuracy, no responsibility is assumed for errors
or omissions.
Ce Bulletin, publié sous l'autorité du registraire,
ne vise qu'à fournir des renseignements
d'ordre général. Il ne peut servir de preuve de
son contenu. Celle-ci s'établit par un certificat
du registraire donné sous le sceau de la Cour.
Rien n'est négligé pour assurer l'exactitude du
contenu,
mais
la Cour décline toute
responsabilité pour les erreurs ou omissions.
During Court sessions the Bulletin is usually
issued week ly.
Le Bulletin paraît en principe toutes les
semaines pendant les sessions de la Cour.
Where a judgment has been rendered, requests
for copies should be made to the Registrar, with
a remittance of $15 for each set of reasons. All
remittances should be made payable to the
Receiver General for Canada.
Quand un arrêt est rendu, on peut se procurer
les motifs de jugement en adressant sa
demande au registraire, accompagnée de 15 $
par exemplaire. Le paiement doit être fait à
l'ordre du Receveur général du Canada.
Consult the Supreme Court of Canada website
at www.scc-csc.gc.ca for more information.
Pour de plus amples informations, consulter le
site Web de la Cour suprême du Canada à
l’adresse suivante : www.scc-csc.gc.ca
April 24, 2015
© Supreme Court of Canada (2015)
ISSN 1918-8358 (Online)
696 - 751
Le 24 avril 2015
© Cour suprême du Canada (2015)
ISSN 1918-8358 (En ligne)
CONTENTS
TABLE DES MATIÈRES
Applications for leave to appeal
filed
696 - 697
Applications for leave submitted
to Court since last issue
698
Demandes d’autorisation d’appel
déposées
Demandes soumises à la Cour depuis la
dernière parution
Oral hearing ordered
699 - 700
Audience ordonnée
Judgments on applications for
leave
701 - 734
Jugements rendus sur les demandes
d’autorisation
Motions
735 - 739
Requêtes
Notices of appeal filed since last
issue
Appeals heard since last issue and
disposition
Pronouncements of appeals reserved
Headnotes of recent judgments
740
Avis d’appel déposés depuis la dernière
parution
741 - 743
Appels entendus depuis la dernière
parution et résultat
744
Jugements rendus sur les appels en
délibéré
745 - 751
Sommaires de jugements récents
NOTICE
Case summaries included in the Bulletin are prepared by the Office of the Registrar of the
Supreme Court of Canada (Law Branch) for information purposes only.
AVIS
Les résumés de dossiers publiés dans le bulletin sont préparés par le Bureau du registraire
(Direction générale du droit) uniquement à titre d’information.
DEMANDES D’AUTORISATION
D’APPEL DÉPOSÉES
APPLICATIONS FOR LEAVE TO
APPEAL FILED
T.M.
Bradley Reckless
Bradley Reckless
T.M.
v. (36358)
v. (36356)
Her Majesty the Queen (Ont.)
Jocelyn Speyer
A.G. of Ontario
Bank of Montreal (Ont.)
Michael T. Collis
Reubenstein, Seigel
FILING DATE: 13.02.2015
FILING DATE: 23.03.2015
Chief Jesse John Simon et al.
Naiomi Metallic
Burchells LLP
Lynne M. Quarmby et al.
David J. Martin
Martin & Associates
v. (36352)
v. (36353)
Attorney General of Canada (F.C.)
Reinhold M. Endres, Q.C.
A.G. of Canada
Attorney General of Canada et al. (F.C.)
Michael Doherty
A.G. of Canada
FILING DATE: 23.03.2015
FILING DATE: 23.03.2015
Joseph Wilson
James A. LeNoury
Lenoury Law
Van-Than Nguyen
Van-Than Nguyen
c. (36357)
v. (36354)
Ace INA Insurance (Qc)
Élisabeth Laroche
Robinson Sheppard Shapiro
Atomic Energy of Canada Limited (F.C.)
Ronald M. Snyder
Fogler, Rubinoff
DATE DE PRODUCTION : 23.03.2015
FILING DATE: 23.03.2015
Tong Sang Lai
Peter A. Chapman
Chen & Leung
Hakima Bakiri
Hakima Bakiri
v. (36365)
v. (36361)
Commission of Occupational Injuries et al.
(Que.)
Edith Charbonneau
Commission des lésions professionnelles
Minister of Public Safety and Emergency
Preparedness (F.C.)
William F. Pentney, Q.C.
R. Keith Reimer
FILING DATE: 24.03.2015
FILING DATE: 26.03.2015
- 696 -
APPLICATIONS FOR LEAVE TO APPEAL
FILED
DEMANDES D'AUTORISATION D'APPEL
DÉPOSÉES
Lawrence Klepper
Dominique Pion
Dominique Pion Avocat
Tajedin Getahun
J. Thomas Curry
Lenczner Slaght Royce Smith Griffin
LLP
c. (36362)
v. (36363)
Ville de Westmount (Qc)
Marie-Christine Bourget
Poupart & Poupart
Blake Moore (Ont.)
Paul J. Pape
Pape Barristers
DATE DE PRODUCTION : 27.03.2015
FILING DATE: 30.03.2015
Curtis Bonnell
Margaret Gallagher
New Brunswick Legal Aid Services
Commission
Frederick Bernard Anthony Prosser
James J. Matheson
v. (36370)
v. (36364)
Her Majesty the Queen (N.B.)
Cameron H. Gunn, Q.C.
Public Prosecution Service of New
Brunswick
Her Majesty the Queen (N.B.)
Cameron H. Gunn, Q.C.
Public Prosecution Service of New
Brunswick
FILING DATE: 30.03.2015
FILING DATE: 30.03.2015
- 697 -
APPLICATIONS FOR LEAVE
SUBMITTED TO COURT SINCE
LAST ISSUE
DEMANDES SOUMISES À LA COUR
DEPUIS LA DERNIÈRE PARUTION
APRIL 20, 2015 / LE 20 AVRIL 2015
CORAM: Chief Justice McLachlin and Wagner and Gascon JJ.
La juge en chef McLachlin et les juges Wagner et Gascon
1.
Karl-Heinz Arthur Lilgert v. Her Majesty the Queen (B.C.) (Crim.) (By Leave) (36287)
2.
Robert Warren Joseph Taylor v. Murray Summerville et al. (Ont.) (Civil) (By Leave) (36273)
CORAM: Abella, Karakatsanis and Côté JJ.
Les juges Abella, Karakatsanis et Côté
3.
Chung Jin Park v. Her Majesty the Queen (Ont.) (Crim.) (By Leave) (36330)
4.
EllisDon Corporation v. Ontario Sheet Metal Workers’ and Roofers’ Conference and International
Brotherhood of Electrical Workers, Local 586 et al. (Ont.) (Civil) (By Leave) (36256)
5.
Rajinder Dheensaw v. Saanich Police Department, Chief Constable Michael Chadwick et al. (B.C.) (Civil)
(By Leave) (36322)
CORAM: Rothstein, Cromwell and Moldaver JJ.
Les juges Rothstein, Cromwell et Moldaver
6.
Diana Zabanah v. Capital Direct Lending Corp. et al. (Ont.) (Civil) (By Leave) (36276)
7.
Haruyo Taucar v. Human Rights Tribunal of Ontario et al. (Ont.) (Civil) (By Leave) (36268)
APRIL 21, 2015 / LE 21 AVRIL 2015
CORAM: Rothstein, Cromwell and Moldaver JJ.
Les juges Rothstein, Cromwell et Moldaver
1.
Francis Mazhero v. Andrew Fox et al. (F.C.) (Civil) (By Leave) (36184)
- 698 -
ORAL HEARING ORDERED
AUDIENCE ORDONNÉE
APRIL 23, 2015 / LE 23 AVRIL 2015
36223
Canadian Pacific Railway Company v. Attorney General
Transportation Agency (F.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Wagner and Gascon JJ.
of Canada and Canadian
An oral hearing of the application for leave to appeal is ordered in accordance with s. 43(1)(c) of the
Supreme Court Act. The hearing date will be fixed by the Registrar.
La tenue d’une audience pour décider de la demande d’autorisation d’appel est ordonnée, conformément à
l’article 43(1)(c) de la Loi sur la Cour suprême. La date d’audience sera fixée par le regis traire.
CASE SUMMARY
Administrative law — Canadian Transportation Agency — Independence of Agency — Fettering of discretion to pass
regulations — Whether administrative bodies must be free from interference from the executive branch of government
when exercising legislative as opposed to judicial functions — If so, the extent to which they must be free from
interference in exercising those functions.
In 2014, the federal government passed Bill C-30, which became the Fair Rail for Grain Farmers Act. CP says that
the proponents of Bill C-30 made numerous public pronouncements indicating that the government intended the
Agency to use its expanded regulation-making power to increase the 30 km interswitching distance to 160 km for all
commodities in the Prairie Provinces. (“Interswitching” is a service whereby one railway company picks up a
shipper’s traffic at the shipper’s siding facility and transports it to an interchange point with a second railway
company. The traffic is transferred to the tracks of the second railway company, and the line haul is completed.) CP
alleges that Bill C-30 actually continued or extended the Agency’s discretion to make regulations. It says that the
Agency then made regulations echoing the Government’s stated intentions without engaging in an independent
assessment of the need for or efficacy of extending the interswitching distance limit, or forming an opinion on what
would have been an appropriate distance, or whether that distance ought to apply to all regions or all c ommodities. CP
also says that the Agency did not consult any affected parties on these issues. The amendments also prescribed the
rate to be paid to the railway company for interswitching. In so amending the regulation, the Agency stated that it was
required to prescribe new regulations to extend the interswitching distance from 30 km to 160 km for all commodities
in the Prairie Provinces.
The Federal Court of Appeal dismissed CP’s leave to appeal the Extended Interswitching Regulations pursuant to s. 41
of the Canada Transportation Act, S.C. 1996, c. 10, without reasons.
October 28, 2014
Federal Court of Appeal
(Noël, Dawson, Webb JJ.A.)
Motion for leave to appeal Regulations Amending the
Railway Interswitching Regulations, SOR/2014-193,
under s. 41 of the Canada Transportation Act, S.C.
1996, c. 10, dismissed
December 23, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit administratif — Office des transports du Canada — Indépendance de l’Office — Entrave à l’exercice du pouvoir
- 699 -
ORAL HEARING ORDERED
AUDIENCE ORDONNÉE
discrétionnaire de prendre des règlements — Les organismes administratifs doivent-ils être libres de toute intervention
du pouvoir exécutif dans l’exercice de fonctions législatives, par opposition aux fonctions judiciaires? — Dans
l’affirmative, dans quelle mesure doivent-ils être libres de toute intervention dans l’exercice de ces fonctions?
En 2014, le gouvernement a adopté le projet de loi C-30, qui est devenu la Loi sur le transport ferroviaire équitable
pour les producteurs de grain. CP affirme que les promoteurs du projet de loi C-30 ont fait plusieurs déclarations
publiques laissant entendre que le gouvernement voulait que l’Office exerce son pouvoir plus étendu de prendre des
règlements pour repousser la distance d’interconnexion de 30 km à 160 km pour toutes les marchandises dans les
provinces des Prairies. (L’« interconnexion du trafic ferroviaire » est un service par lequel une compagnie de chemin
de fer ramasse le trafic d’un expéditeur à la voie d’évitement de l’expéditeur et les transporte à un point d’échange
avec une deuxième compagnie de chemin de fer. Le trafic est transféré sur la voie de la deuxième compagnie de
chemin de fer et la ligne de voiturage est complétée.) CP allègue qu’en fait, le projet de loi C-30 maintient ou étend le
pouvoir discrétionnaire de prendre des règlements. CP affirme que l’Office a ensuite pris un règlement qui a fait écho
aux intentions déclarées du gouvernement sans procéder à une évaluation indépendante du besoin de repousser la
limite de distance d’interconnexion ou de l’efficacité d’une telle mesure, et sans se faire sa propre idée de ce qu’aurait
été une distance appropriée, ou sur la question de savoir si cette distance devait s’appliq uer à toutes les régions ou à
toutes les marchandises. CP affirme également que l’Office n’a pas consulté les parties touchées sur ces questions.
Les modifications prescrivaient également le prix payable à la compagnie de chemin de fer pour l’interconnexion. En
modifiant ainsi le règlement, l’Office a affirmé qu’il devait prendre un nouveau règlement pour repousser la distance
d’interconnexion de 30 km à 160 km pour toutes les marchandises dans les provinces des Prairies.
La Cour d’appel fédérale a rejeté la demande de CP en autorisation d’appel du Règlement modifiant le Règlement sur
l’interconnexion du trafic ferroviaire présentée en application de l’art. 41 de la Loi sur les transports au Canada, L.C.
1996, ch. 10, sans donner de motifs.
28 octobre 2014
Cour d’appel fédérale
(Juges Noël, Dawson et Webb)
Rejet de la requête en autorisation d’appel du
Règlement modifiant le Règlement sur l’interconnexion
du trafic ferroviaire, DORS/2014-193, prprésentée en
application de l’art. 41 de la Loi sur les transports au
Canada, L.C. 1996, ch. 10
23 décembre 2014
Cour suprême du Canada
Dépôt de la demande d’autorisation d’appel
- 700 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES
DEMANDES D’AUTORISATION
APRIL 23, 2015 / LE 23 AVRIL 2015
36153
Ryan Glenn Ziegler v. Her Majesty the Queen (B.C.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Wagner and Gascon JJ.
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. The
motion to appoint counsel is dismissed. The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal
for British Columbia (Vancouver), Number CA037842, 2012 BCCA 353, dated August 22, 2012, is dismissed.
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est
accueillie. La requête en nomination d’un procureur est rejetée. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la
Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver), numéro CA037842, 2012 BCCA 353, daté du 22 août 2012,
est rejetée.
CASE SUMMARY
(PUBLICAT ION BAN IN CASE)
Criminal law – Dangerous offender – Applicant designated a dangerous offender – Court of Appeal dismissing appeal
from designation despite errors committed by trial judge with respect to evidence that could be relied upon – Whether
Court of Appeal erred in dismissing applicant’s appeal?
In 2007, the applicant was charged with, and convicted of, sexual assault after having cupped the breast of a female
ambulance attendant while alighting from an ambulance following his transport to hospital due to a suspected drug
overdose. At the time, the applicant was on probation following the completion of a custodial sentence imposed for
two similar sexual assaults on law enforcement personnel in December 2005. His criminal record – which began
when he was a minor – included convictions for roughly 100 offences. Among other those convictions were
convictions for sexual assaults, assaults, indecent acts, and numerous failures to comply with probation orders or
recognizances or undertakings.
Following the applicant’s conviction, the Crown applied under s. 753 of the Criminal Code to have him designated a
dangerous offender and, if designated, the Crown sought a sentence of an indeterminate period of detention in a
federal penitentiary.
January 16, 2008
Provincial Court of British Columbia
(Dyer J.)
2008 BCPC 0031
Applicant convicted of sexual assault, pursuant to
s. 271 of the Criminal Code
January 14, 2010
Provincial Court of British Columbia
(Dyer J.)
Court File No. 77560-1
Applicant designated a dangerous offender pursuant to
s. 753(1)(b) of the Criminal Code; Indeterminate
period of detention in a federal penitentiary, imposed
- 701 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
August 22, 2012
Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver)
(Lowry, Neilson and Groberman JJ.A)
2012 BCCA 353
Docket No. CA037842
Appeal dismissed
December 6, 2013
Supreme Court of Canada
Motion to extend time to serve and file an application
for leave to appeal, filed
April 17, 2014
Supreme Court of Canada
Motion for the appointment of counsel and application
for leave to appeal, filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
(ORDONNANCE DE NON -PUBLICAT ION DANS LE DOSSIER)
Droit criminel – Délinquant dangereux – Le demandeur a été déclaré délinquant dangereux – La Cour d’appel a rejeté
l’appel de la déclaration, malgré les erreurs commises par le juge du procès en ce qui a trait aux éléments de preuve
dignes de foi – La Cour d’appel a-t-elle eu tort de rejeter l’appel du demandeur?
En 2007, le demandeur a été accusé et déclaré coupable d’agression sexuelle après avoir posé sa main sur le sein d’une
ambulancière en descendant d’une ambulance qui l’avait transporté à l’hôpital à la suite de ce qui semblait être une
surdose. Au moment de l’incident, le demandeur était en probation après avoir purgé une peine d’emprisonnement
imposée relativement à deux agressions sexuelles semblables, commises en décembre 2005, à l’endroit de membres du
personnel d’application de la loi. Son casier judiciaire – qui remonte à l’époque où il était mineur – comprenait des
déclarations de culpabilité pour une centaine d’infractions, notamment des agressions sexuelles, des voies de fait, des
actions indécentes et de nombreux défauts de se conformer à des ordonnances de probation ou d’engagement.
Après la déclaration de culpabilité prononcée contre le demandeur, le ministère public a présenté une demande en
application de l’art. 753 du Code criminel pour le faire déclarer délinquant dangereux et, si la déclaration était
prononcée, pour qu’il soit condamné à une peine de détention pour une période indéterminée dans un pénitencier
fédéral.
16 janvier 2008
Cour provinciale de la Colombie-Britannique
(Juge Dyer)
2008 BCPC 0031
Déclaration de culpabilité pour agression sexuelle
prononcée contre le demandeur en application de
l’art. 271 du Code criminel
14 janvier 2010
Cour provinciale de la Colombie-Britannique
(Juge Dyer)
No du greffe 77560-1
Déclaration de délinquant dangereux prononcée contre
le demandeur en application de l’al. 753(1)b) du Code
criminel; imposition d’une peine de détention pour une
période indéterminée dans un pénitencier fédéral
- 702 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
22 août 2012
Cour d’appel de la Colombie-Britannique
(Vancouver)
(Juges Lowry, Neilson et Groberman)
2012 BCCA 353
No du greffe CA037842
Rejet de l’appel
6 décembre 2013
Cour suprême du Canada
Dépôt de la requête en prorogation du délai de
signification et de dépôt de la demande d’autorisation
d’appel
17 avril 2014
Cour suprême du Canada
Dépôt de la requête en nomination d’un procureur et de
la demande d’autorisation d’appel
36160
Gabriel Genest c. Agence du revenu du Québec (Qc) (Civile) (Autorisation)
Coram :
Les juges Abella, Karakatsanis et Wagner
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Québec), numéro 200-09008030-139, 2014 QCCA 1649, daté du 11 septembre 2014, est rejetée avec dépens.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Québec), Number
200-09-008030-139, 2014 QCCA 1649, dated September 11, 2014, is dismissed with costs.
CASE SUMMARY
Taxation — Income tax — Assessment — Appeals — Act permitting judge to extend time to appeal from notice of
assessment if person demonstrates that it was impossible in fact for that person to act and that application was filed as
soon as circumstances permitted — Whether extension of time should have been granted — Tax Administration Act,
CQLR, c. A-6.002, s. 93.1.13.
Under s. 93.1.10 of the Tax Administration Act, where a person has notified a notice of objection and the Minister of
Revenue conducts a reassessment, the person may appeal to the Court of Quebec to have the assessment vacated or
varied.
Section 93.1.13 provides that the appeal shall be filed within 90 days following the day on which the Minister’s
decision on the objection was mailed to the person. However, a person may apply to a judge for an extension of the
time limit for appealing if “not more than one year has elapsed since the day of mailing of the decision” (s. 93.1.13,
para. 2). An extension of time is granted “if the person demo nstrates that it was impossible in fact for that person to
act and that the application was filed as soon as circumstances permitted” (s. 93.1.13, para. 3).
In this case, the applicant received notices of assessment dated January 19, 2011. He filed an objection on January 30,
2011, and reassessments were made on October 17, 2011. On February 3, 2012, he served a notice of appeal with
regard to the notices of assessment dated January 19, 2011. The respondent successfully argued a preliminary motion
to dismiss based on the delay in acting.
- 703 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
April 15, 2013
Court of Quebec
(Judge Labbé)
2013 QCCQ 3156
Motion to dismiss allowed; appeal from notice of
assessment dismissed
September 11, 2014
Quebec Court of Appeal (Québec)
(Morissette, Gagnon and Savard JJ.A.)
200-09-008030-139; 2014 QCCA 1649
Appeal dismissed
November 7, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit fiscal — Impôt sur le revenu — Cotisation — Appels — Loi permettant au juge de proroger le délai d’appel
d’un avis de cotisation si la personne démontre qu’elle était dans l’impossibilité en fait d’agir et que la demande a été
présentée dès que les circonstances le permettaient — La prorogation de délai aurait-elle dû être accordée? — Loi sur
l’administration fiscale, RLRQ, c. A-6.002, art. 93.1.13.
Aux termes de l’art. 93.1.10 de la Loi sur l’administration fiscale, lorsqu’une personne a notifié un avis d’opposition à
l’encontre d’une cotisation et que le ministre du Revenu procède à une nouvelle cotisation, elle peut interjeter appel à
la Cour du Québec pour faire annuler ou modifier la cotisation.
L’article 93.1.13 prévoit que l’appel doit être déposé dans les 90 jours suivant la date où la décision du ministre sur
l’opposition a été transmise par la poste à la personne. Toutefois, il est possible de demander au juge de proroger le
délai d’appel « s’il ne s’est pas écoulé plus d’un an depuis la date de l’envoi par la poste de la décision » (art. 93.1.13,
al. 2). La prorogation de délai est accordée « si la personne démontre qu’elle était dans l’impossibilité en fait d’agir et
que la demande a été présentée dès que les circonstances le permettaient » (art. 93.1.13, al. 3).
En l’espèce, le demandeur reçoit des avis de cotisation datés du 19 janvier 2011. Il s’oppose le 30 janvier 2011, puis
de nouveaux avis sont émis le 17 octobre 2011. Le 3 février 2012, il signifie un avis d’appel qui vise les avis de
cotisation datés du 19 janvier 2011. L’intimée soulève avec succès un moyen préliminaire d’irrecevabilité fondé sur le
retard à agir.
Le 15 avril 2013
Cour du Québec
(Le juge Labbé)
2013 QCCQ 3156
Moyen d’irrecevabilité accueilli; appel d’avis de
cotisation rejeté
Le 11 septembre 2014
Cour d’appel du Québec (Québec)
(Les juges Morissette, Gagnon et Savard)
200-09-008030-139; 2014 QCCA 1649
Appel rejeté
Le 7 novembre 2014
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée
- 704 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
36198
Jennifer Lynne Dundas v. Arthur Melvin Schafer (Man.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Cromwell, Moldaver and Karakatsanis JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Manitoba, Number AF 1230-07898, 2014 MBCA 92, dated October 8, 2014, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Manitoba, numéro AF 12-30-07898,
2014 MBCA 92, daté du 8 octobre 2014, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Family law – Family assets – Pensions – Domestic Contract – Enforceability of release clause – Parties entering into
prenuptial agreement releasing rights to share in each other’s pensions – Does law permit parties to a prenuptial
agreement to evade spousal protections in pension legislation, simply by waiving their rights under domestic property
regime? – Is Stern v. Sheps, [1968] S.C.R. 83, which sets a permissive standard for spousal waivers, still good law? –
Does law show special deference to prenuptial agreements, as compared to separation agreements? – Does Hartshorne
v. Hartshorne, 2004 SCC 22 stand for principle that prenuptial agreements are more likely to be enforced, regardless
of grounds on which they are challenged, or does law of contract require more even -handed treatment?
Ms. Dundas and Mr. Schafer started living together in May, 1995. They planned to marry and discussed entering into
a prenuptial agreement. Mr. Schafer, a professor at the University of Manitoba, was concerned about retaining his
pension in the event of a future separation. He was unequivocal that he would not marry Ms. Dundas unless she
waived her rights to his pension. Ms. Dundas, then a CBC reporter, was aware of his position and assured him that
she did not want a share of it. In December, 1997, the parties decided they would marry at the end of the month and
began to negotiate the terms for their prenuptial agreement. Each retained the services of experienced family law
counsel and some financial disclosure was exchanged. They also exchanged draft agreements. On December 29,
1997, Ms. Dundas reviewed an agreement prepared by Mr. Schafer’s lawyer, made a few changes to it and signed it in
the presence of her lawyer. Mr. Schafer accepted the changes and signed with his lawyer the following day. They
married the next day. The parties separated in August, 2005 and were divorced in January 2011. Ms. Dundas brought
an action challenging the provisions of the prenuptial agreement that waived her entitlement to any sharing of
Mr. Schafer’s pension.
March 20, 2012
Court of Queen’s Bench of Manitoba
(MacPhail J.)
2012 MBQB 87
Release clause upheld; Applicant required to pay
respondent $20,000 in accordance with term of prenuptial agreement
October 8, 2014
Court of Appeal of Manitoba
(MacInnes, Monnin and Cameron JJ.A.)
2014 MBCA 92
Applicant’s appeal allowed in part; Release clause
upheld as valid waiver of pension entitlement;
Applicant not required to pay $20,000 to respondent
pursuant to pre-nuptial agreement
December 8, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
- 705 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit de la famille – Biens familiaux – Pensions – Contrat familial – Force exécutoire de la clause de renonciation –
Conclusion par les parties d’une entente prénuptiale portant renonciation au droit de se partager la pension de l’autre –
Le droit permet-il aux parties à une entente prénuptiale d’échapper aux protections offertes au conjoint par les lois sur
les pensions en renonçant simplement aux droits que leur accorde le régime de biens familiaux? – L’arrêt Stern c.
Sheps, [1968] R.C.S. 83, qui établit une norme permissive en matière de renonciation du conjoint, correspond -t-il
toujours à l’état du droit? – Le droit fait-il preuve d’une déférence spéciale envers l’entente prénuptiale
comparativement à l’entente de séparation? – L’arrêt Hartshorne c. Hartshorne, 2004 CSC 22, établit-il que les
ententes prénuptiales sont plus susceptibles d’être mises à exécution, peu importe les motifs de leur contestation, ou le
droit des contrats requiert-il un traitement plus égal?
M me Dundas et M. Schafer ont commencé à cohabiter en mai 1995. Ils comptaient se marier et ils ont discuté de la
possibilité de conclure une entente prénuptiale. M. Schafer, professeur à l’Université du Manitoba, tenait à garder sa
pension en cas de séparation. Il a dit catégoriquement qu’il n’épouserait pas M me Dundas à moins qu’elle renonce à
son droit à sa pension à lui. M me Dundas, alors reporter de la SRC, connaissait sa position et lui a assuré qu’elle ne
voulait aucune part de sa pension. En décembre 1997, les parties ont décidé de se marier à la fin du mois et ont
entamé la négociation des modalités de leur entente prénuptiale. Ils ont tous les deux fait appel à un avocat
expérimenté en droit de la famille et certains renseignements financiers furent communiqués. Ils se sont également
échangé des projets d’entente. Le 29 décembre 1997, M me Dundas a étudié une entente rédigée par l’avocat de
M. Schafer, lui a apporté quelques modifications et l’a signée en présence de son avocat. M. Schafer a accepté les
modifications et signé l’entente avec son avocat le lendemain. Ils se sont épousés le jour suivant. Les parties se sont
séparées en août 2005 et ont divorcé en janvier 2011. M me Dundas a intenté une action afin de contester les
dispositions de l’entente prénuptiale portant renonciation à son droit à une partie de la pension de M. Schafer.
20 mars 2012
Cour du Banc de la Reine du Manitoba
(Juge MacPhail)
2012 MBQB 87
Confirmation de la clause de renonciation;
demanderesse tenue de verser 20 000 $ à l’intimé
conformément à l’entente prénuptiale
8 octobre 2014
Cour d’appel du Manitoba
(Juges MacInnes, Monnin et Cameron)
2014 MBCA 92
Appel de la demanderesse accueilli en partie; clause de
renonciation confirmée à titre de renonciation valide au
droit à la pension; demanderesse non tenue de verser
20 000 $ à l’intimé conformément à l’entente
prénuptiale
8 décembre 2014
Cour suprême du Canada
Dépôt de la demande d’autorisation d’appel
- 706 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
36205
Ferme Vi-Ber Inc. c. Financière Agricole du Québec ET ENTRE Simon Cloutier, Denis
Trépanier, Société coopérative agricole des Bois Francs, Coopérative agricole Covilac, Coop
Purdel, Société coopérative agricole La Seigneurie, Coopérative agricole Unicoop 9012 -2151
Québec Inc., Sogéporc Inc., Gabriel Turgeon Inc., Société en commandite Pascoporc, Groupe
Dynaco, Coopérative Agroalimentaire, Coopérative Agroalimentaire Comax, R. Rousseau &
Fils, S.E.C., Ferme Olympique, S.E.C., Moulées Désy, S.E.C., Inter Agro Inc., Techni -Porc
Inc., Élevage la Bretanne Inc., 9038-7747 Québec Inc., Ferme Lor-re Inc., Ginette
Marchesseault, Ferme Casimir Inc., C&G Paquette Inc., Entreprises B. Paquette Inc.,
Porcheries du Button Ltée, Élevages du Bas Ste-Anne Inc., Ferme Suporsonique,, GénéAlliance Inc., 9076-1776 Québec Inc., Cultures Excel Inc., Francine Sauvageau Inc., Ferme
Jétizack Inc., Cultures Quinto Inc., Élevages Hébertville S.E.N.C., Jean-Marc Henri Inc.,,
Ferme Porcéréales Inc. (Anciennement connue sous le nom de Maraîchers de St-Gilles
S.E.N.C.), Ferme Gosford ENR. S.E.N.C., Ferme André Breton Inc., Ferme S. & M. Ménard
Inc., Ferme Luc Loranger Inc., Méloporc Inc., Ferme Frangis S.E.N.C.,, Ferme R.M. Côté &
Fils (2000) Inc., Ferme Porcine Marnie S.E.N.C., F. Ménard Inc., Élevages Jacques Joyal Inc.,
Ferme La Ronchonnerie Inc., Ferme Mafran Inc., Coopérative Agricole Profid'Or, Isoporc
Inc., Ferme Gervais Gosselin Inc.,, R. Robitaille et Fils Inc., Groupe CDLM Inc., Ferme
Gaudreau Inc., 9039-2648 Qu/bec Inc., Ferme Denis Robitaille Inc., ?levages du HautRichelieu Inc., Viaporc Inc., Porc S.B. Inc., Ferme G. Rompré Inc., 9084 -9183 Québec Inc.,
Porcs N&M Inc.,, Ferme Porclair S.E.N.C., Ferme R.D.S. Inc., ?levages L.D. Ltée, Porc P.G.
S.E.N.C., Ferme M.Y. Turgeon Inc., Coopérative Agricole de St-Bernard, Élevage Y.
Ducharme Inc., Production A. Couture (NO 1) Ltée, Production A. Couture (NO 2) Ltée,,
Production A. Couture (NO 3) Ltée, Production A. Couture (NO 4) Ltée, Production A.
Couture (NO 5) Ltée, Production A. Couture (NO 6) Ltée, Production René Lait Inc., Alfred
Couture Limitée, Ferme B.E.L. Porcs Ltée, Porcs M.L. Inc.,, Ferme Vallières & Gosselin Inc.,
Meunerie St-Elzéar Ltée, Élevages Labrecque Inc., Joly-Grains Inc., Joly-Porcs Inc., Site de
la Colline Inc., Site des Érables Inc., Ferme Serge Inc., Ferme Jolivoir Inc., Aliments Breton
Inc., Ferme C.B. Inc.,, Fermili Inc., Luma Génétique Inc. (Anciennement connue sous le nom
de Génétiporc Inc.), Entreprises Magnum Inc., Trans-Porcité Inc., Lait-Porcité Inc., Ferme
C.M. S.E.N.C., Ferme Porc Saint S.E.N.C., Entreprises Rémy Laterreur Inc., Rémy
Laterreur,, Élevages Explorateurs Inc., Ferme Palene Inc., Ferme André Hénault S.E.N.C.,
Germain Lapointe, Ferme Jenlica Inc., Immeubles Clément Dubois Inc., Fermes Roda Inc.,
Fermes Richard Inc., Ferme Jocko S.E.N.C., Ferme D.J. Frappier Inc.,, Entreprises Paul
Claessens Inc., Ferme H. et M. Potvin S.E.N.C., Ferme Jean-Paul Palardy Inc., Entreprises
Denis Lacoste Inc., Chantal D'Amour, Ferme Bonneterre Inc., Ferme D'Anjou & Fils Inc.,
M.B.M. Daigle S.E.N.C., Ferme Réjean Turgeon Inc.,, Ferme Jymdom Inc., Ferme Jules Côté
et Fils Inc., Ferme D.M.L. Inc., Ranch St-Sylvestre Inc., John Houley Inc., Ferme Belgica
Inc., Ferme Bovipro S.E.N.C., Jacques Desrosiers, Éric Desrosiers, Ferme B&L Desrosiers
S.E.N.C., 9078-1170 Québec Inc.,, Fermes St-Henri S.E.C., Ferme Ray-Loi S.E.C., Fermes StApollinaire S.E.C., Élevages St-Patrice S.E.C., Ferme Beaumontoise S.E.C. c. Financière
Agricole du Québec (Qc) (Civile) (Autorisation)
Coram :
La juge en chef McLachlin et les juges Wagner et Gascon
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéros 500-09022462-121 et 500-09-022461-123, 2014 QCCA 1886, daté du 14 octobre 2014, est accueillie avec dépens selon
l’issue de l’appel.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal),
Numbers 500-09-022462-121 and 500-09-022461-123, 2014 QCCA 1886, dated October 14, 2014, is granted with
costs in the cause.
- 707 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
CASE SUMMARY
Agriculture – Contracts – Insurance – Administrative law – Farm income stabilization – Applicants participating in
Farm Income Stabilization Insurance Program administered by respondent under Act Respecting La Financière
Agricole du Québec, L.R.Q., c. L-0.1 – Whether Program constitutes insurance contract or administrative contract sui
generis – Whether respondent could apply financial assistance from other government programs collectively in order
to calculate compensation owed to applicants – Whether respondent’s decision to do so unreasonable.
The applicants are farm businesses that participated in the Farm Income Stabilization Insurance Program (the “ASRA
Program”) administered by the respondent, the Financière agricole du Québec, under the Act Respecting La Financière
Agricole du Québec, R.S.Q., c. L-0.1. The goal of the ASRA Program is essentially to provide program participants
with a positive annual income regardless of market fluctuations. When the market price is lower than the production
costs, the Financière pays participants compensation the amount of which is based on the parameters of a typical farm.
The applicants sought over $15 million in compensation from the respondent for the year 2007. The Superior Court
allowed the applicants’ actions, but the Court of Appeal set aside this decision.
February 3, 2012
Quebec Superior Court
(Monast J.)
2012 QCCS 284
Motions to institute proceedings allowed in part;
respondent ordered to pay the balance of the
compensation to which the applicants were entitled
under the ASRA Program for 2007
October 14, 2014
Quebec Court of Appeal (Montréal)
(Hilton, Gagnon and Savard JJ.A.)
2014 QCCA 1886
Appeals allowed
December 12, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Agriculture – Contrats – Assurance – Droit administratif – Stabilisation des revenus agricoles – Demandeurs adhérant
au Programme d’assurance stabilisation des revenus agricoles administré par l’intimée en vertu de la Loi sur la
Financière agricole du Québec, L.R.Q., c. L-0.1 – Le Programme constitue-t-il un contrat d’assurance ou un contrat
administratif sui generis? – L’intimée pouvait-elle tenir compte, sur une base collective, de l’aide financière provenant
d’autres programmes gouvernementaux afin de calculer la compensation due aux demandeurs? – La décision de
l’intimée de procéder au calcul sur une base collective était-elle déraisonnable?
Les demandeurs sont des entreprises agricoles qui ont adhéré au Programme d’assurance stabilisation des revenus
agricoles (le « Programme ASRA ») administré par l’intimée la Financière agricole du Québec en vertu de la Loi sur
la Financière agricole du Québec, L.R.Q., c. L-0.1. Le Programme ASRA vise essentiellement à garantir un revenu
annuel positif aux adhérents du programme, et ce malgré les fluctuations des marchés. Lorsque le prix du marché est
inférieur aux coûts de production, la Financière verse aux adhérents une compensation dont le calcul repose sur les
paramètres d’une ferme-type. Les demandeurs réclament de l’intimée pour l’année 2007 plus de 15 millions de
dollars en compensation. La Cour supérieure a accueilli les actions des demandeurs, mais la Cour d’appel a infirmé
cette décision.
- 708 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Le 3 février 2012
Cour supérieure du Québec
(La juge Monast)
2012 QCCS 284
Requêtes introductives d’instance accueillies en partie;
intimée condamnée à payer le solde dû sur la
compensation à laquelle les demandeurs avaient droit
pour l’année 2007 en vertu du Programme ASRA
Le 14 octobre 2014
Cour d’appel du Québec (Montréal)
(Les juges Hilton, Gagnon et Savard)
2014 QCCA 1886
Appels accueillis
Le 12 décembre 2014
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel déposée
36210
Michel Lafortune, Ferme J. Latendresse inc., Ferme du Rio inc., François Landry, Johanne
Clément et Patrice St-Jean, faisant affaires sous la raison sociale Ferme Johatrice Enr.,
Ferme Guy Laurin inc., Ferme Raymond Coutu et Fils inc., Ferme Gérald Charbonneau et
Fils inc., Ferme Yvan Bélanger inc., Fermes Mario Gagnon inc., Ferme Gérard Riopel inc.,
Ferme Claudal inc., Ferme Pierre Clermont senc, Michael Clermont, Entreprises Bernard
Denis Gilles inc., Bernard Perreault et Fils inc., Ferme A. Riopel inc.,, Diane et Marcel
Pelletier, Ferme Panelia SEP, Ferme Normand Marsolais inc., Philippe Desjardins, Guil Porcs inc., Ferme Claude Forget inc., Jacques Clermont, Angèle Grégoire, Ferme Luc et
Estelle Forget inc., Ferme Guy Mercier inc.,Ferme Luc Loranger inc., L.Y. Gagnon inc.,
Ferme Porcine JGFB inc., Ferme LJD Dalpé inc., Ferme Jacques Sanscartier senc, Daniel
Beauchamp, 9011-1246 Québec inc., Ferme Roger Ménard (1981) inc., Ferme Pierre Mercier
1991 inc., Jean Marc Henri inc., Germain Chayer inc., Marc Lavallée, Ferme Richard
Desjardins inc., Ferme Robert Desrosiers et Fils inc., Serge Venne inc., Ferme G.D.Y. inc.,
Réjean Villemaire et Jules Villemaire, faisant affaires sous la raison sociale La Ferme Boporc
enr., 9151-3069 Québec inc., Ferme 4538 inc., Ferme Gérald Beauregard et ass. senc, Ferme
Porcine Jagari inc., Porcheries R.G. D'Amours inc.,Ferme Bo-Porc senc, Ferme Vermado
inc., MurielleBergeron et Jeannot Alarie, faisant affaires sous la raison sociale Ferme
Porktam enr.,, Monique Nepveu, Stéphane Benoit et Réjean Benoit, faisant affaires sous la
raison sociale Ferme Benoit et Nepveu enr., Jean-Guy Lecours, Ferme Supier senc, Ferme
Porcine Isidore Roy senc, Jacques Descoteaux,, Vincent Demers et Micheline Racine, faisant
affaires sous la raison sociale Ferme Agro Ray-Mi enr., Ferme Charles Charette et Fils inc.,
Ferme Familiporc inc., Ferme Horizon de Coaticook inc., Ferme Porcine M.V. inc., Ferme
Porcine Bellevue inc.,, Ferme Porcine & Avicole Viens inc., Porcherie du Ruisseau inc.,
Ferme Diane R. et Victor Blais senc, Ferme Les Lucioles inc., Réal Labrecque et Hélène
Lamontagne, Porcherie du Vallon senc, Ferme Vilamon senc, Porcherie André Desrosiers
inc.,, Ferme Porcine Marjoland inc., 9170-6788 Québec inc., Les Porcs Martineau inc., Ferme
La Cajolerie inc., Ferme Maurice Parent inc., Suzanne Perreault & Armand Landry, Ferme
Yvon Perreault inc., Ferme Pic Rouge inc., Ferme Moriseau senc,, Ferme Porcine de Beauce
inc., Les Élevages Quali-Porc senc, Ferme du Patrimoine Théberge inc., Ferme Moffette inc.,
9143-6022 Québec inc., Ferme 296 inc., Ferme Berporc inc., Ferme André Veilleux et Fils enr.
senc,Daniel Paradis, Ferme Vachon et ass. senc, Ferme Porcine Le Siclaune senc, Michel
Jolicoeur, Ferme Raygica inc., F. Porcine Audesse inc., Ferme Porcine du Boisé inc., Ferme
Migi senc, Ferme Céguy inc., Perfo-Porc inc., Ferme Jolima inc., Gilles Dufault, Ferme R.
Charest et Fils inc.,, Ferme François Labbé senc, Ferme Porcine Denis Nadeau inc., Porcherie
Marigro inc., Léandre Labrecque, Ferme Andeline Division Porcine inc., 9015 -4683 Québec
inc., Les Élevages du Ruisseau inc., Ferme Daniel Roussin inc., Ferme Gilbert Grenier inc.,,
Robert Delage, Les Porcheries Chanca inc., Ferme Triporc inc., Stéphane Wolfe, Ferme
Maxsiporc S.M. inc., Ferme Michel Vallée et Fils inc., Ferme Labbé et Fils inc., Ferme
- 709 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Marcel Grenier inc., Ferme Clermont Labrecque et Fils inc.,, Ferme Noel Fortin et Fils inc.,
Ferme George Parent et Fils inc., Ferme L. et S. Fortin inc., Ferme Roch Gosselin inc.,
Richard F. Lefebvre inc., Ferme Lorge inc., Ferme Jo-Ray inc., Ferme Porcine Dajo senc,
Ferme Yves Grondin et Fils inc.,, Ferme Sylvain Cloutier et Fils inc., Richard Cloutier,
Ferme Freddy Lefebvre inc., Ferme R&R Fortin inc., Ferme Mario Breton inc., Ferme
Porvicole inc., Ferme Gérard Labrecque et Fils inc., Porcherie L.G.R.B. inc., Ferme Louis et
Manon Coutu inc.,, Ferme Louber senc, Ferme La Porc-Tée, Ferme Justin Fortin inc., Ferme
Clément et Gaétan Pichette senc, Ferme Damilie-Porcs inc., Ferme J.P.L. inc., Lemonde et
Fils inc., Alain Laflamme, Ferme Porcs 2000, S.N.C., Ferme Céligervic et Fils senc,, Ferme
M.Y. Turgeon inc., Jean-Guy Charette, Ferme Jules Fortin & Fils inc., Ferme Mario Gagné
Enr., Ferme Claude Turgeon inc., Ferme Daniel Samson senc, J. et R. Perreault inc., Ferme
A.M.Y. Martin inc., Ferme Porcine J.P.S.D.,, Élevages du Haut St-Laurent inc., 9150-0561
Québec inc., Ferme Dinelle et Fils Ltée, Rojotal inc., Ferme Pordor inc., Ferme Exporc inc.,
Les Entreprises Daniel Corbeil inc., Ferme Neubois inc., Pierre Riopel, 9150 -8689 Québec
inc., Florent Venne inc.,, Ferme C.P. Venne inc., Ferme Lucie et Sylvain Perreault Enr. senc,
Serge Perreault, Ferme Michel Rochon inc., Ferme Marc-André et Alain Forget SEP, Ferme
Ribeauporc inc., 9025-5340 Québec inc., Ferme MRJ inc., Meloporc inc., Ferme Ami-Porc
inc.,, Jean Lauzon, Jean-Claude Lauzon et François Lauzon, faisant affaires sous la raison
sociale Ferme Lauzon et Fils Enr., 9157-1844 Québec inc., 2538-8430 Québec inc., 9002-8069
Québec inc., 9043-3616 Québec inc. (Ferme Olivier Lépine),, Ferme M. Mercier et Fils inc.,
Gestion Gilles Chayer inc., Ferme Porcine St-Roch inc., 9137-3597 Québec inc., La Ferme
D'en Bas inc., Ferme Gérard Gagnon et Fils inc., L'Archevesque et Mercier inc., 9088 -0725
Québec inc., Les Porcs 2007 inc.,, Ranch Macandi SNC senc, Roger Chabot, Ferme Holyster
senc, 9054-2861 Québec inc., Ferme Jocko senc, Ferme des Anciens du Cordon inc., Ferme
Ti-Noir et Fils inc., Fémiporc senc, Élevages du Bas Ste-Anne inc., Les Porcs N & M inc.,
9084-9183 Québec inc.,, Vercoporc inc., Ferme Porclair senc, Les Élevages Porcins de Beauce
senc, Ferme J. Arsenault inc., Les Entreprises Rémy Laterreur inc., Rémy Laterreur,
Porcherie Lavoie-Hébert inc., Ferme 321 senc, Ferme Pied de la Côte inc., Ferme A.B. inc.,,
Ferme d'élevage V.B. inc., Ferme Vallons J.S.C. inc., Ferme Julien Breton senc, Ferme Enick
inc., 9165-4327 Québec inc., 9076-1776 Québec inc., Les Élevages Boporc inc., 2429-8457
Québec inc., Bruno Breton, Meunerie J.M.B. senc, Gestion Lido inc.,, Les Élevages Porcyb
inc., Pro-Porc inc., Les Élevages M.R. inc., Ferme André et Lucie Roy inc., Dion et Fils inc.,
Ferme Denis et Louis Dion senc, Ferme S.G.T. inc., Ferme Prolific inc., Ferme D.F. Cyr senc,
Ferme G.O.B. inc., 9081-5317 Québec inc.,, Ferme Porcité inc., Lait Porcité inc., Moulée MTrihe inc., Ferme Jonoit inc., Les Fermes C. Hamelin et Fils inc., Ferme B.T. Hugi inc.,
Techni-Porc inc., Ferme Germain Lefebvre inc., Les Élevages Porc-Val senc, Ferme André
Breton inc., Bersyporc inc.,, Les Entreprises R.N. Larose inc., Ferme Normand Coulombe
inc., Ferme Thérèse et rené Amireault senc, Ferme G.C. et Fils inc., Ferme S.M. Ménard inc.,
Ferme Jo-Porcinet inc., 9055-8321 Québec inc. (Ferme Marie-Jo Dalpé), 3092-7404 Québec
inc.,, Ferme Arbic et Fils inc., 9000-5281 Québec inc., Ferme C.L. Mercier inc., Ferme
Clément et Doris Bournival inc., Ferme L. et P.N. Thériault inc., Gaston (J.G.) Cournoyer,
M. & F. Proteau senc, Porcheries du Button Ltée, Ferme Amoporc inc.,, Clémence Bergeron,
Les Maraîchers de St-Gilles 1991 senc, Ferme Porc-Saint senc, Ferme Aldo inc., Ferme
Mavibel, Ferme Gilles Blais et Fils inc., Ferme Martin Routhier, Les Élevages Dion inc.,
Trans Porcité inc., Ferme Émigie inc.,, Les Fermes Porcines Hamelin inc., Porcherie Maka
inc., 9038-7747 Québec inc., Vincent Paquette, Les Élevages C.J.R. des Moulanges senc,
Ferme Farly senc, Ferme des Milot inc. c. Financière agricole du Québec (Qc) (Civile)
(Autorisation)
Coram :
La juge en chef McLachlin et les juges Wagner et Gascon
- 710 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Québec), numéro 200-09007762-120, 2014 QCCA 1891, daté du 14 octobre 2014, est accueillie avec dépens selon l’issue de l’appel.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Québec), Number
200-09-007762-120, 2014 QCCA 1891, dated October 14, 2014, is granted with costs in the cause.
CASE SUMMARY
Agriculture – Contracts – Insurance – Administrative law – Farm income stabilization – Applicants participating in
Farm Income Stabilization Insurance Program administered by respondent under Act Respecting La Financière
Agricole du Québec, L.R.Q., c. L-0.1 – Whether Program constitutes insurance contract or administrative contract sui
generis – Whether lower courts erred in refusing to award damages to applicants.
The applicants are hog and piglet producers that participated in the Farm Income Stabilization Insurance Program (the
“ASRA Program”) administered by the respondent, the Financière agricole du Québec, under the Act Respecting La
Financière Agricole du Québec, R.S.Q., c. L-0.1. The goal of the ASRA Program is essentially to provide program
participants with a positive annual income regardless of market fluctuations. When the market price is lower than the
production costs, the Financière pays participants compensation the amount of which is based on the parameters of a
typical farm. The applicants are claiming over $77 million, which represents the compensation to which they consider
to be entitled for the years 2006, 2007 and 2008. The Superior Court dismissed the applicant’s action, and the Court
of Appeal upheld this decision.
June 18, 2012
Quebec Superior Court
(Martin J.)
Motion to institute proceedings dismissed
October 14, 2014
Quebec Court of Appeal (Québec)
(Hilton, Bouchard and Savard JJ.A.)
2014 QCCA 1891
Appeal dismissed
December 11, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Agriculture – Contrats – Assurance – Droit administratif – Stabilisation des revenus agricoles – Demandeurs adhérant
au Programme d’assurance stabilisation des revenus agricoles administré par l’intimée en vertu de la Loi sur la
Financière agricole du Québec, L.R.Q., c. L-0.1 – Le Programme constitue-t-il un contrat d’assurance ou un contrat
administratif sui generis? – Les cours inférieures ont-elles fait erreur en refusant d’octroyer des dommages -intérêts
aux demandeurs?
Les demandeurs sont des producteurs de porcs et de porcelets qui ont adhéré au Programme d’assurance stabilisation
des revenus agricoles (le « Programme ASRA ») administré par l’intimée la Financière agricole du Québec en vertu de
la Loi sur la Financière agricole du Québec, L.R.Q., c. L-0.1. Le Programme ASRA vise essentiellement à garantir
un revenu annuel positif aux adhérents du programme, et ce malgré les fluctuations des marchés. Lorsque le prix du
marché est inférieur aux coûts de production, la Financière verse aux adhérents une compensation dont le calcul
repose sur les paramètres d’une ferme-type. Les demandeurs réclament plus de 77 millions de dollars, somme qui
- 711 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
représente la compensation à laquelle ils estiment avoir droit pour les années 2006, 2007 et 2008. La Cour supérieure
a rejeté l’action des demandeurs et la Cour d’appel a confirmé cette décision.
Le 18 juin 2012
Cour supérieure du Québec
(Le juge Martin)
Requête introductive d’instance rejetée
Le 14 octobre 2014
Cour d’appel du Québec (Québec)
(Les juges Hilton, Bouchard et Savard)
2014 QCCA 1891
Appel rejeté
Le 11 décembre 2014
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel déposée
36225
Robert Simoneau c. Ernst & Young Inc., syndic de l’actif de Vincent Lacroix (Qc) (Civile)
(Autorisation)
Coram :
La juge en chef McLachlin et les juges Wagner et Gascon
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-09022976-120, 2014 QCCA 1994, daté du 31 octobre 2014, est rejetée avec dépens.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Number
500-09-022976-120, 2014 QCCA 1994, dated October 31, 2014, is dismissed with costs.
CASE SUMMARY
Contracts and obligations — Bankruptcy and insolvency — Completion of duties — Evidence and procedure —
Paulian action — Injurious, fraudulent act — Principles applicable to Paulian actions — Appellate court’s power to
intervene and deference with respect to trial judge’s findings of fact — Public interest issues and stability of
contractual relations.
The respondent in its capacity as Vincent Lacro ix’s trustee in bankruptcy sought $600,000 from the applicant,
Mr. Simoneau, alleging that a transaction as part of which Mr. Simoneau sold Mr. Lacroix 100,000 shares in Norbourg
Asset Management Inc. (“NAM”) for the amount of $600,000 could not be set up against it. The trustee alleged that
the transaction was carried out during the five years preceding Lacroix’s bankruptcy when Mr. Lacroix was insolvent.
Consequently, Mr. Simoneau must be liable to reimburse the trustee for this amount plus interest the reon since
February 7, 2007. The trustee alleges, moreover, that the transaction was carried out without valuable consideration
and is therefore presumed to have been carried out in fraud of the rights of Mr. Lacroix’s creditors. Mr. Simoneau
submitted that this had not been an inexpensive transaction and that, moreover, he had had every reason to believe at
the time that the price of the shares he owned was reasonable and set at the amount of $600,000, which Mr. Lacroix
and he had agree on following a negotiation conducted in good faith by Mr. Simoneau.
- 712 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
August 30, 2012
Quebec Superior Court
(Mongeon J.)
2012 QCCS 4145
Trustee’s action to recover funds and Paulian action
dismissed
October 31, 2014
Quebec Court of Appeal (Montréal)
(Dalphond, Savard and Vauclair JJ.A.)
2014 QCCA 1994
Appeal allowed: trustee’s withdrawal with respect to
$100,000
transferred
on
September 24, 2003,
acknowledged, judgment under appeal set aside,
trustee’s action allowed and declaration that $500,000
transferred by bankrupt to applicant on November 14,
2003, could not be set up against trustee obtained;
applicant ordered to pay trustee $500,000
December 23, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Contrats et obligations — Faillite et insolvabilité — Exécution des obligations — Preuve et procédure — Action en
inopposabilité — Acte préjudiciable et frauduleux — Principes applicables à l’action en inopposabilité — Pouvoir
d’intervention d’une Cour d’appel et respect des conclusions de faits d’un juge d’instance — Questions d’intérêt
public et stabilité des relations contractuelles.
L’intimée en sa qualité de syndic à la faillite de Vincent Lacroix réclame du demandeur, M. Simoneau la somme de
600 000$ alléguant qu’une transaction au cours de laquelle ce dernier a vendu à M. Lacroix 100 000 actions de
Norbourg Gestion d’Actifs Inc. (« NGA ») pour un montant de 600 000$ lui est imposable. Le Syndic prétend que
cette transaction a été effectuée dans les cinq ans de la faillite de Lacroix et alors que Lacroix était insolvable. En
conséquence, M. Simoneau doit être tenu de rembourser cette somme au Syndic plus les intérêts y afférents depuis le
7 février 2007. Le Syndic allègue en outre que cette transaction a été réalisée sans contre-partie valable et qu’elle est
donc présumée avoir été exécutée en fraude des droits des créanciers de M. Lacroix. M. Simoneau prétend de son côté
que la transaction ne s’est pas faite à vil prix et, au surplus, qu’il avait tout lieu de croire que le prix des actions en
question dont il était propriétaire était alors raisonnable et fixé à la somme de 600 000$ que M. Lacroix et lui ont fixée
suite à une négociation que M. Simoneau a menée de bonne foi.
Le 30 août 2012
Cour supérieure du Québec
(Le juge Mongeon)
2012 QCCS 4145
Recours du syndic en recouvrement de deniers et
inopposabilité rejeté
Le 31 octobre 2014
Cour d’appel du Québec (Montréal)
(Les juges Dalphond, Savard et Vauclair)
2014 QCCA 1994
Appel accueilli: prend acte du désistement du syndic à
l’égard du transfert d’argent de 100 000$ effectué le
24 septembre 2003, jugement entrepris infirmé,
demande du syndic accueillie et déclarer inopposable
au syndic, transfert d’argent de 500 000$ effectué par
le failli au demandeur le 14 novembre 2003 et il est
condamné à payer au syndic 500 000$
- 713 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Demande d’autorisation d’appel déposée
Le 23 décembre 2014
Cour suprême du Canada
36227
Apotex Inc. v. Pfizer Canada Inc., G.D. Searle & Co., Minister of Health (FC) (Civil) (By
Leave)
Coram :
Rothstein, Cromwell and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Federal Court of Appeal, Number A -194-14,
2014 FCA 250, dated October 30, 2014, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel fédérale, numéro A-194-14, 2014 CAF 250,
daté du 30 octobre 2014, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Intellectual property – Patents – Medicines – Generic drug manufacturer seeking regulatory approval to market its
generic version of anti-inflammatory drug, alleging respondent’s patent for comparator drug invalid for, inter alia,
non-utility – How is the utility promised by the patent to be determined? – How does promise construction relate to
general principles of patent construction? – In a subsequent proceeding dealing with an earlier-litigated patent, what
circumstances justify a departure by a patentee or a court from a concession or judicial determination made in a prior
proceeding on the same patent construction issue?
Apotex Inc. (“Apotex”) sought to obtain regulatory approval to market its generic version of celecoxib, a drug
marketed under the brand name “Celebrex” by the respondents (collectively, “Pfizer”). It is known as a non -steroidal
anti-inflammatory drug, used in the treatment of inflammatory disorders such as arthritis. Pfizer filed for the ‘576
patent for Celebrex in November, 1994. The patent issued on October 26, 1999 and expired on November 14, 2014.
Apotex served a Notice of Allegation on Pfizer, alleging that the ‘576 patent was invalid for the purposes of the
Patented Medicines (Notice of Compliance) Regulations, SOR 93/133, primarily on the ground that utility had not
been demonstrated or soundly predicted at the time the patent was filed. Pfizer sought an order to prohibit the
Minister from issuing a Notice of Compliance to Apotex.
April 15, 2014
Federal Court
(Harrington J.)
2014 FC 314
Minister of Health prohibited from issuing a Notice of
Compliance to Apotex until after expiry of ‘576 patent
October 30, 2014
Federal Court of Appeal
(Noël C.J., Trudel and Boivin JJ.A.)
2014 FCA 250
Appeals dismissed
December 23, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
- 714 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Propriété intellectuelle – Brevets – Médicaments – Un fabricant de médicaments génériques demande l’approbation
réglementaire pour commercialiser sa version générique d’un médicament anti-inflammatoire, alléguant l’invalidité du
brevet de l’intimée sur le produit de comparaison, notamment pour cause d’inutilité – Comment faut-il déterminer
l’utilité promise par le brevet? – Quel est le rapport entre l’interprétation d’une promesse et les principes généraux
d’interprétation des brevets? – Dans une instance subséquente portant sur un brevet ayant déjà fait l’objet d’un litig e,
quelles circonstances justifient qu’un breveté ou un tribunal s’éloigne d’une concession ou d’un jugement rendu dans
l’instance antérieure sur la même question d’interprétation du brevet?
Apotex Inc. (« Apotex ») a demandé l’approbation réglementaire pour commercialiser sa version générique du
célécoxib, un médicament commercialisé sous la marque « Celebrex » par les intimées (collectivement, « Pfizer »).
Ce médicament est connu en tant qu’anti-inflammatoire non stéroïdien utilisé dans le traitement de troubles
inflammatoires comme l’arthrite. Pfizer a déposé le brevet 576 pour le Celebrex en novembre 1994. Le brevet a été
délivré le 26 octobre 1999 et est venu à échéance le 14 novembre 2014. Apotex a signifié à Pfizer un avis d’allégation
selon lequel le brevet 576 était invalide au regard du Règlement sur les médicaments brevetés (avis de conformité) ,
DORS 93/133, principalement au motif que l’utilité n’avait pas été démontrée ou valablement prédite à l’époque où le
brevet avait été déposé. Pfizer a sollicité une ordonnance interdisant au ministre de délivrer un avis de conformité à
Apotex.
15 avril 2014
Cour fédérale
(Juge Harrington)
2014 FC 314
Interdiction au ministre de délivrer à Apotex un avis de
conformité avant l’expiration du brevet 576
30 octobre 2014
Cour d’appel fédérale
(Juge en chef Noël, juges Trudel et Boivin)
2014 FCA 250
Rejet des appels
23 décembre 2014
Cour suprême du Canada
Dépôt de la demande d’autorisation d’appel
36228
Mylan Pharmaceuticals ULC v. Pfizer Canada Inc., G.D. Searle & Co., Minister of Health
(FC) (Civil) (By Leave)
Coram :
Rothstein, Cromwell and Moldaver JJ.
The motion to add the Minister of Health as a party is granted. The application for leave to appeal from the
judgment of the Federal Court of Appeal, Number A -94-14, 2014 FCA 250, dated October 30, 2014, is dismissed
with costs.
La requête en vue d’ajouter le ministre de la Santé comme partie est accordée. La demande d’autorisation
d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel fédérale, numéro A -94-14, 2014 CAF 250, daté du 30 octobre 2014, est rejetée
avec dépens.
- 715 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
CASE SUMMARY
Intellectual property – Patents – Medicines – Generic drug manufacturer seeking regulatory approval to market its
generic version of anti-inflammatory drug, alleging respondent’s patent for comparator drug invalid for, inter alia,
non-utility – How is the utility promised by the patent to be determined? – How does promise construction relate to
general principles of patent construction? – In a subsequent proceeding dealing with an earlier-litigated patent, what
circumstances justify a departure by a patentee or a court from a concession or judicial determination made in a prior
proceeding on the same patent construction issue?
Mylan Pharmaceuticals ULC (“Mylan”) sought to obtain regulatory approval to market its generic version of
celecoxib, a drug marketed under the brand name “Celebrex” by the respondents (collectively, “Pfizer”) used in the
treatment of inflammatory disorders. It is known as a non -steroidal anti-inflammatory drug (“NSAID”) used in the
treatment of inflammatory disorders such as arthritis . Pfizer filed for the ‘576 patent for Celebrex in November, 1994.
The patent issued on October 26, 1999 and expired on November 14, 2014. Mylan served a Notice of Allegation on
Pfizer, alleging that the ‘576 patent was invalid for the purposes of the Patented Medicines (Notice of Compliance)
Regulations, SOR 93/133, primarily on the ground that a promise had been made in the patent with respect to reduced
side effects as compared to other NSAIDs that had not been met. Pfizer sought an order to prohibit the Minister from
issuing a Notice of Compliance to Mylan.
January 14, 2014
Federal Court
(Harrington J.)
2014 FC 38
Minister of Health prohibited from issuing a Notice of
Compliance to applicant until after expiry of ‘576
patent
October 30, 2014
Federal Court of Appeal
(Noël C.J., Trudel and Boivin JJ.A.)
2014 FCA 250
Appeals dismissed
December 23, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Propriété intellectuelle – Brevets – Médicaments – Un fabricant de médicaments génériques demande l’approbation
réglementaire pour commercialiser sa version générique d’un médicament anti-inflammatoire, alléguant l’invalidité du
brevet de l’intimée sur le produit de comparaison, notamment pour cause d’inutilité – Comment faut-il déterminer
l’utilité promise par le brevet? – Quel est le rapport entre l’interprétation d’une promesse et les principes généraux
d’interprétation des brevets? – Dans une instance subséquente portant sur un brevet ayant déjà fait l’objet d’un litige,
quelles circonstances justifient qu’un breveté ou un tribunal s’éloigne d’une concession ou d’un jugement rendu dans
l’instance antérieure sur la même question d’interprétation du brevet?
Mylan Pharmaceuticals ULC (« Mylan ») a demandé l’approbation réglementaire pour commercialiser sa version
générique du célécoxib, un médicament commercialisé sous la marque « Celebrex » par les intimées (collectivement,
« Pfizer »). Ce médicament est connu en tant qu’anti-inflammatoire non stéroïdien (« AINS ») utilisé dans le
traitement de troubles inflammatoires comme l’arthrite. Pfizer a déposé le brevet 576 pour le Celebrex en novembre
1994. Le brevet a été délivré le 26 octobre 1999 et est venu à échéance le 14 novembre 2014. Mylan a signifié à
Pfizer un avis d’allégation selon lequel le brevet 576 était invalide au regard du Règlement sur les médicaments
brevetés (avis de conformité), DORS 93/133, principalement au motif qu’une promesse faite dans le brevet à l’égard
- 716 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
d’effets secondaires réduits en comparaison avec d’autres AINS ne s’était pas concrétisée. Pfizer a sollicité une
ordonnance interdisant au ministre de délivrer un avis de conformité à Mylan.
14 janvier 2014
Cour fédérale
(Juge Harrington)
2014 FC 38
Interdiction au ministre de délivrer à la demanderesse
un avis de conformité avant l’expiration du brevet 576
30 octobre 2014
Cour d’appel fédérale
(Juge en chef Noël, juges Trudel et Boivin)
2014 FCA 250
Rejet des appels
23 décembre 2014
Cour suprême du Canada
Dépôt de la demande d’autorisation d’appel
36229
Mona Lisa Nowak v. Michael Charles John Nowak (B.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Rothstein, Cromwell and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver), Number CA041328, 2014 BCCA 409, dated October 27, 2014, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie -Britannique (Vancouver),
numéro CA041328, 2014 BCCA 409, daté du 27 octobre 2014, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
(SEALING ORDER)
Family law – Family assets – Reapportionment – Appeals – Courts – Jurisdiction – Whether a commercial strata
property owned by a corporation in which the respondent held all the shares, in his own right or in trust, is a family
asset – Whether the Court of Appeal erred in law by substituting its own credibility assessment for that of the trial
judge or by making contrary findings of fact absent palpable and overriding error – Whether there was limited use of
the income from the property – Whether the property was a passive investment – Whether the parties intended the
property to provide for retirement for both of them – Whether the Court of Appeal erred in law by intervening in the
Trial Judge’s discretionary jurisdiction under s. 65 of the Family Relations Act, R.S.B.C. 1996, c. 128 (the “Act”).
Mr. and Mrs. Nowak co-habited since 1990 and married in October 1995. Both had children from previous marriages.
They separated after 16 years of marriage, when the husband was 61 years of age and the wife 57. Among the issues
raised in their matrimonial proceedings was whether a commercial property purchased by the husband before the
marriage was an excluded asset or a family asset. The Supreme Court of British Columbia held that the property is a
family asset and that the respondent must pay the applicant $950,000 as compensation for her one -half interest in the
property. The Court of Appeal for British Columbia allowed the respondent’s appeal in part. The Court confirmed
that the shares of the corporation holding legal title to the property are a family asset. However, pursuant to s. 65 of
the Act, the Court ordered that the value of the shares be reapportioned on the basis of a 90/10 split in favour of the
respondent. The majority remitted the issue to the trial judge for a determination of the present value of the shares.
Garson J.A., dissenting in part, would have interpreted s. 58 of the Act to result in the commercial property itself being
- 717 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
the family asset.
October 4, 2013
Supreme Court of British Columbia
(Brown J.)
2013 BCSC 1827
Order, inter alia, that the commercial strata property is
a family asset and the respondent must pay the
applicant $950,000 as compensation for a one-half
interest
October 27, 2014
Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver)
(Kirkpatrick, Smith and Garson (dissenting in
part) JJ.A.)
2014 BCCA 409;CA041328
Appeal allowed in part; Order that common and
preferred shares of Nowak Enterprises Ltd. are family
assets and are reapportioned on a 90/10 split in favour
of respondent; issue of how to be divided is remitted to
the trial judge
December 23, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
(ORDONNANCE DE MISE SOUS SCELLÉS)
Droit de la famille – Biens familiaux – Nouvelle répartition – Appels – Tribunaux – Compétence – Un immeuble
commercial en copropriété appartenant à une société par actions dont l’intimé était l’unique actionnaire,
personnellement ou en fiducie, est-il un bien familial? – La Cour d’appel a-t-elle commis une erreur de droit en
substituant sa propre évaluation de la crédibilité à celle du juge de première instance ou en tirant des conclusions de
fait contraires en l’absence d’erreur manifeste et dominante? – L’usage du revenu tiré du bien était-il limité? – Le bien
représentait-il un placement passif? – Les parties entendaient-elles que le bien leur procure à toutes les deux un revenu
à la retraite? – La Cour d’appel a-t-elle commis une erreur de droit en intervenant à l’égard de l’exercice du pouvoir
discrétionnaire du juge de première instance en application de l’art. 65 de la Family Relations Act, R.S.B.C. 1996,
ch. 128 (la « Loi »)?
Monsieur et Mme Nowak ont cohabité depuis 1990 et ils se sont mariés en octobre 1995. Les deux avaient des enfants
issus de mariages antérieurs. Ils se sont séparés après 16 ans de mariage, alors que le mari était âgé de 61 ans et
l’épouse était âgée de 57 ans. Parmi les questions soulevées dans le cadre de leur instance en matière matrimoniale se
posait celle de savoir si un immeuble commercial qu’avait acheté le mari avant le mariage était un bien exclu ou un
bien familial. La Cour suprême de la Colombie-Britannique a statué que le bien était un bien familial et que l’intimé
devait payer à la demanderesse la somme de 950 000 $ en guise d’indemnité au titre de son droit au bien pour moitié.
La Cour d’appel de la Colombie-Britannique a accueilli l’appel de l’intimé en partie. La Cour a confirmé que les
actions de la société légalement propriétaire du bien étaient un bien familial. Toutefois, en application de l’art. 65 de
la Loi, la Cour a ordonné que la valeur des actions fasse l’objet d’une nouvelle répartition selon la proportion de 90/10
en faveur de l’intimé. Les juges majoritaires ont renvoyé la question au juge de première instance pour qu’il
détermine la valeur actuelle des actions. La juge Garson, dissidente en partie, aurait interprété l’art. 58 de la Loi de
manière à ce que l’immeuble commercial lui-même soit un bien familial.
Ordonnance portant notamment que l’immeuble
commercial en copropriété est un bien familial et
condamnant l’intimé à payer à la demanderesse la
somme de 950 000 $ en guise d’indemnité au titre d’un
droit pour moitié
4 octobre 2013
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Brown)
2013 BCSC 1827
- 718 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
27 octobre 2014
Cour d’appel de la Colombie-Britannique
(Vancouver)
(Juges Kirkpatrick, Smith et Garson (dissidente en
partie))
2014 BCCA 409;CA041328
Arrêt accueillant l’appel en partie; ordonnance portant
que les actions privilégiées de Nowak Enterprises Ltd.
sont des biens familiaux et qu’elles doivent faire
l’objet d’une nouvelle répartition selon la proportion
de 90/10 en faveur de l’intimé; renvoi au juge de
première instance de la question des modalités de
partage
23 décembre 2014
Cour suprême du Canada
Dépôt de la demande d’autorisation d’appel
36235
Phylum Corporation v. Dominion of Canada General Insurance Company (Ont.) (Civil) (By
Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Wagner and Gascon JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C59125,
2014 ONCA 886, dated December 3, 2014, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C59125, 2014 ONCA
886, daté du 3 décembre 2014, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Insurance law – Property insurance – Appointment of umpire – Parties unable to agree on appointment of umpire –
Applicant applying to court to have umpire appointed – Is there unequal justice in the eyes of the law regarding the
appointment of an umpire in an insurance appraisal? – Is a Motion Judge’s decision from a lower court bound by stare
decisis? – Is it in the capacity of an umpire in the insurance appraisal to hear evidence and make a judgement on that
evidence? – What qualifications are necessary for a person to act as an umpire in an insurance appraisal?
In February, 2012 a building and its contents owned by the applicant and insured by the respondent were damaged by
a fire. The appraisers for the parties were unable to agree on an umpire and t he applicant brought a motion under the
Insurance Act, R.S.O. 1990, c. I.8 to have an umpire appointed. The applicant put forward two nominees and the
insurer proposed three names.
June 24, 2014
Ontario Superior Court of Justice
(O'Marra J.)
2014 ONSC 3849
Umpire appointed
December 3, 2014
Court of Appeal for Ontario
(Laskin, Cronk and Pepall JJ.A.)
2014 ONCA 886
Appeal dismissed
- 719 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
January 29, 2015
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit des assurances – Assurance de biens – Nomination d’un arbitre – Les parties sont incapables de s’entendre sur la
nomination d’un arbitre – Le demandeur demande au tribunal de nommer un arbitre – Au regard du droit, y a-t-il une
injustice à ce qu’un arbitre soit nommé dans le cadre d’une estimation d’assurance? – En rendant sa décision, le juge
de première instance est-il lié par la règle du stare decisis? – Dans une estimation d’assurance, l’arbitre a-t-il
compétence pour entendre la preuve et porter un jugement sur cette preuve? – Quelles qualifications doit-on posséder
pour agir comme arbitre dans le cadre d’une estimation d’assurance?
En février 2012, un bâtiment et son contenu, appartenant à la demanderesse et assurés par l’intimée, ont été
endommagés par un incendie. Les estimateurs des parties n’ont pas pu s’entendre sur un arbitre et la demanderesse a
présenté une motion en application de la Loi sur les assurances, L.R.O. 1990, ch. I.8 pour en faire nommer un. La
demanderesse a proposé deux candidats et l’assureur en a proposé trois.
24 juin 2014
Cour supérieure de justice de l’Ontario
(Juge O'Marra)
2014 ONSC 3849
Nomination d’un arbitre
3 décembre 2014
Cour d’appel de l’Ontario
(Juges Laskin, Cronk et Pepall)
2014 ONCA 886
Rejet de l’appel
29 janvier 2015
Cour suprême du Canada
Dépôt de la demande d’autorisation d’appel
36236
Succession de feu D.U.C. c. Régie des rentes du Québec (Qc) (Civile) (Autorisation)
Coram :
Les juges Abella, Karakatsanis et Côté
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est
accueillie. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numé ro 500-09023477-136, 2014 QCCA 1817, daté du 3 octobre 2014, est rejetée avec dépens.
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. The
application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Number 500-09023477-136, 2014 QCCA 1817, dated October 3, 2014, is dismissed with costs.
- 720 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
CASE SUMMARY
Social law – Surviving spouse’s pension under Act respecting the Québec Pension Plan, CQLR, c. R-9 – Judgments
and orders – Res judicata – Whether judgment in question has authority of final judgment on question of recognition
of foreign decision annulling marriage – Whether applicant entitled to surviving spouse’s pension under Act.
In 2003, D.U.C. and M.C. were married in the Republic of Moldova. In 2008, M.C. died. The applicant, the Estate of
the late D.U.C., applied to the Régie des rentes du Québec (the “Régie”) for a surviving spouse pension under s. 105
of the Act respecting the Québec Pension Plan, CQLR, c. R-9. Relying on a document from the Republic of Moldova
certifying the marriage of D.U.C. to M.C. and the annulment of that marriage by the Moldovan courts, the Régie
denied the application on the basis that at the time of his death, M.C. was not married to D.U.C. D.U.C. was
unsuccessful in challenging that decision before the Administrative Tribunal of Québec (the “ATQ”). However, the
Superior Court allowed the motion for judicial review filed by D.U.C. In the Court’s op inion, a 2010 judgment of the
Superior Court in the divorce case of D.U.C. and M.C. had already refused to recognize the foreign decision declaring
the marriage annulled. There was therefore res judicata on this point, and the ATQ could not base its decis ion on a
foreign declaration that the Superior Court had already refused to recognize. The Court of Appeal allowed the appeal.
March 12, 2013
Quebec Superior Court
(Picard J.)
2013 QCCS 1539
Motion for judicial review allowed
October 3, 2014
Quebec Court of Appeal (Montréal)
(Dufresne, Savard and Vauclair JJ.A.)
2014 QCCA 1817
Appeal allowed; motion for judicial review dismissed
December 3, 2014
Supreme Court of Canada
Motion for extension of time and application for leave
to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit social – Rente de conjoint survivant prévue à la Loi sur le régime de rentes du Québec, RLRQ, c. R-9 –
Jugements et ordonnances – Autorité de la chose jugée – Le jugement en question avait-il autorité de la chose jugée
sur la question de la reconnaissance d’une décision étrangère prononçant l’annulation du mariage? – La demanderesse
a-t-elle droit à la rente de conjoint survivant prévue à la Loi?
En 2003, D.U.C. et M.C. se sont mariés en République de Moldavie. En 2008, M.C. est décédé. La demanderesse,
Succession de feu D.U.C., réclame de la Régie des rentes du Québec (la « Régie ») la rente de conjoint survivant
prévue à l’article 105 de la Loi sur le régime de rentes du Québec, RLRQ, c. R-9. S’appuyant sur un document
provenant de la République de Moldavie attestant le mariage de D.U.C. à M.C. et l’annulation de ce mariage par les
instances judiciaires de Moldavie, la Régie a refusé la demande au motif qu’au moment de son décès, M.C. n’était pas
marié à D.U.C. D.U.C. a contesté sans succès cette décision auprès du Tribunal administratif du Québec (le « TAQ »).
Cependant, la Cour supérieure a accueilli la requête en révision judiciaire déposée pa r D.U.C. De l’avis de la Cour, un
jugement de 2010 de la Cour supérieure dans le dossier de divorce de D.U.C. et M.C., avait déjà refusé de reconnaître
la décision étrangère déclarant l’annulation du mariage. Il y avait donc autorité de la chose jugée à cet égard et le
TAQ ne pouvait fonder sa décision sur une déclaration étrangère que la Cour supérieure avait refusé de reconnaître.
La Cour d’appel a accueilli l’appel.
- 721 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Le 12 mars 2013
Cour supérieure du Québec
(La juge Picard)
2013 QCCS 1539
Requête en révision judiciaire accueillie
Le 3 octobre 2014
Cour d’appel du Québec (Montréal)
(Les juges Dufresne, Savard et Vauclair)
2014 QCCA 1817
Appel accueilli; requête en révision judiciaire rejetée
Le 3 décembre 2014
Cour suprême du Canada
Requête en prorogation de
d’autorisation d’appel déposées
délai et
demande
36237
Érik Charest c. Dessau inc., Rosaire Sauriol, SNC-Lavalin inc., Yves Cadotte, WSP Canada
inc. (anciennement Genivar inc.), François Perreault, BPR inc., Pierre Lavallée, Groupe S.M.
inc., Genius Conseil inc., Michel Lalonde, Robert Marcil (Qc) (Civile) (Autorisation)
Coram :
La juge en chef McLachlin et les juges Wagner et Gascon
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-09024488-140, 2014 QCCA 2052, daté du 3 novembre 2014, est rejetée sans dépens.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Number
500-09-024488-140, 2014 QCCA 2052, dated November 3, 2014, is dismissed without costs.
CASE SUMMARY
Civil procedure – Class actions – Interest to bring an action – Whether taxpayers may institute legal proceedings to
recover money misappropriated from municipality through collusive practices – Whether taxpayers may be treated as
indirect purchasers within meaning of Infineon Technologies AG v. Option consommateurs, 2013 SCC 59, [2013] 3
S.C.R. 600 – Whether taxpayers have sufficient interest to bring action when elected officials and executives of
municipality participated in collusive practices in question – Code of Civil Procedure, CQLR c. C-25, arts. 55,
1003(b)).
Mr. Charest, the applicant, is a City of Montréal taxpayer. The respondents are consulting engineering firms and
executives of these firms. Mr. Charest filed a motion for leave to bring a class action against the respondents. He
sought compensatory and punitive damages. The motion for leave alleged that the respondents had participated in a
system of collusion to share contracts awarded by the City and that the executives partic ipated in, supervised,
coordinated and approved collusive and anti-competitive practices for their companies. Mr. Charest intended to
represent a group he defined as being [T RANSLAT ION] “all natural and legal persons with 50 or fewer employees since
April 19, 2012, and having, between January 1, 1998, and December 31, 2010, paid property and/or municipal taxes to
the City of Montréal and benefitted from the City’s services”. The Superior Court dismissed the motion for leave.
The Court of Appeal allowed the respondent’s motions to dismiss the appeal and dismissed the appeal.
- 722 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
May 6, 2014
Quebec Superior Court
(Lacoursière J.)
2014 QCCS 1891
Motion for leave to bring class action dismissed
November 3, 2014
Quebec Court of Appeal (Montréal)
(Doyon, St-Pierre and Schrager JJ.A.)
2014 QCCA 2052
Motions to dismiss appeal allowed; appeal dismissed
December 31, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Procédure civile – Recours collectifs – Intérêt pour agir – Les contribuables peuvent-ils agir en justice pour récupérer
des sommes détournées à leur municipalité par des pratiques collusionnaires? – Les contribuables peuvent-ils être
assimilés à des acheteurs indirects au sens de l’arrêt Infineon Technologies AG c. Option consommateurs, 2013 CSC
59, [2013] 3 R.C.S. 600 – Les contribuables disposent-ils de l’intérêt suffisant pour agir lorsque des élus ou dirigeants
de leur municipalité ont participé à ces pratiques collusionnaires? – Code de procédure civile, RLRQ c. C-25, art. 55,
1003b).
Monsieur Charest, demandeur, est un contribuable de la Ville de Montréal. Les intimés sont des firmes de génie conseil et des dirigeants de ces firmes. Monsieur Charest demande l’autorisation pour exercer un recours collectif
contre les intimés. Il réclame des dommages -intérêts compensatoires et punitifs. La requête en autorisation allègue
que les intimés ont participé à un système collusionnaire de partage de c ontrats octroyés par la Ville et que les
dirigeants ont participé, supervisé, coordonné et/ou ratifié pour leur entreprise des pratiques collusionnaires et
anticoncurrentielles. Monsieur Charest entend représenter un groupe qu’il définit comme étant « toutes les personnes
physiques et morales, comptant 50 employés et moins depuis le 19 avril 2012, ayant payé entre le 1er janvier 1998 et le
31 décembre 2010 une somme à titre d’impôts fonciers et/ou de taxes municipales à la Ville de Montréal et ayant été
bénéficiaires de ses services ». La Cour supérieure a rejeté la requête en autorisation. La Cour d’appel a accueilli les
requêtes des intimés en rejet d’appel et a rejeté l’appel.
Le 6 mai 2014
Cour supérieure du Québec
(Le juge Lacoursière)
2014 QCCS 1891
Requête en autorisation d’exercer un recours collectif
rejetée
Le 3 novembre 2014
Cour d’appel du Québec (Montréal)
(Les juges Doyon, St-Pierre et Schrager)
2014 QCCA 2052
Requêtes en rejet d’appel accueillies; appel rejeté
Le 31 décembre 2014
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée
- 723 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
36241
Behzad Najafi v. Minister of Public Safety and Emergency Preparedness (FC) (Civil) (By
Leave)
Coram :
Rothstein, Cromwell and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Federal Court of Appeal, Number A-281-13,
2014 FCA 262, dated November 7, 2014, is dismissed.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel fédérale, numéro A -281-13, 2014 CAF 262,
daté du 7 novembre 2014, est rejetée.
CASE SUMMARY
Canadian Charter — Freedom of Association — Immigration — Inadmissibility and exclusion — Security —
Membership in organization that has engaged in subversion by force of any government — Immigration and Refugee
Protection Act, S.C. 2001, c. 27, s. 34(l)(f) — Whether “organization” should be interpreted so as to render
inadmissible a person engaging in activity protected by the right to freedom of association as set out in s. 2(d) of the
Charter — Whether Canada’s international law obligations should be considered in interpreting the term “subversion”
— Whether Canada’s international law obligations need to be considered in determining whether the term
“subversion”, and s. 34(l)(b), is clear and unambiguous — Whether, in accordance with international law,
“subversion” must be interpreted to exclude peoples using force in pursuit of the right to self-determination —
Whether Canada can relegate decisions which impact upon compliance with the Charter and international law
obligations to an application for ministerial relief.
Mr. Najafi, a citizen of Iran of Kurdish ethnicity, arrived in Canada in 1999 and successfully claimed refugee status.
However, he has not received permanent resident status. In March 2010, a report under s. 44(1) of the Immigration
and Refugee Protection Act, S.C. 2001, c. 27, was issued concerning Mr. Najafi. On March 2, 2011, it was referred to
the Board to have Mr. Najafi declared inadmissible due to his involvement with the Kurdish Democratic Party of Iran
(“KDPI”). The Immigration and Refugee Board found that Mr. Najafi had been a member of an organization that
there were reasonable grounds to believe had engaged in or instigated the subversion by force of a government.
Mr. Najafi’s was therefore inadmissible pursuant to s. 34(1)(b) and (f) of the IRPA. Mr. Najafi’s application for
judicial review was dismissed, but Gleason J stated a certified question. The certified question was answered in the
negative and the appeal was dismissed.
March 8, 2012
Immigration and Refugee Board
(Rempel, Geoff)
B1-00322
Mr. Najafi found to be a member of an organization
that there were reasonable grounds to believe had
engaged in or instigated the subversion by force of a
government; deportation order made
August 16, 2013
Federal Court
(Gleason J.)
2013 FC 876
Motion for judicial
question stated
November 7, 2014
Federal Court of Appeal
(Pelletier, Gauthier, Near JJ.A.)
2014 FCA 262; A-281-13
Appeal dismissed; certified question answered in the
negative
- 724 -
review dismissed;
certified
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
January 5, 2015
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Charte canadienne — Liberté d’association — Immigration — Interdiction de territoire et exclusion — Sécurité —
Appartenance à une organisation qui a commis des actes visant au renversement d’un gouvernement par la force —
Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés, L.C. 2001, ch. 27, al. 34(l)f) — Le mot « organisation » doit-il être
interprété de manière à interdire de territoire quiconque se livre à une activité protégée par le droit à la liberté
d’association prévu à l’al. 2d) de la Charte? — Y a-t-il lieu de prendre en considération les obligations du Canada en
droit international dans l’interprétation du mot « renversement »? — Y a-t-il lieu de prendre en considération les
obligations du Canada en droit international pour déterminer si le mot « renversement » et l’al. 34(1)b) sont clairs et
non équivoques? — Conformément au droit international, le mot « renversement » doit-il être interprété de manière à
exclure quiconque emploie la force dans l’exercice du droit à l’autodétermination? — Le Canada peut-il reléguer les
décisions qui ont un impact sur la conformité à la Charte et aux obligations du droit international à une demande de
dispense ministérielle?
Monsieur Najafi, un citoyen iranien d’origine kurde, est arrivé au Canada en 1999 et il a présenté une de mande d’asile
qui a été accueillie. Toutefois, il n’a pas obtenu le statut de résident permanent. En mars 2010, un rapport en
application du par. 44(1) de la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés, L.C. 2001, c. 27, a été établi
relativement à M. Najafi. Le 2 mars 2011, le rapport a été renvoyé à la Commission en vue de faire déclarer M. Najafi
interdit de territoire du fait de sa participation aux activités du Parti démocratique kurde d’Iran « KDPI ». La
Commission de l’immigration et du s tatut de réfugié a conclu que M. Najafi avait été membre d’une organisation dont
il y avait des motifs raisonnables de croire qu’elle avait été l’instigateur ou l’auteur d’actes visant au renversement
d’un gouvernement par la force. Monsieur Najafi était donc interdit de territoire en application des al. 34(1) b) et f) de
la LIPR. La demande de contrôle judiciaire présentée par M. Najafi a été rejetée, mais la juge Gleason a formulé une
question certifiée. La Cour d’appel fédérale a répondu à la question certifiée par la négative et l’appel a été rejeté.
8 mars 2012
Commission de l’immigration et du statut de réfugié
(Commissaires Rempel et Geoff)
B1-00322
Décision concluant que M. Najafi avait été membre
d’une organisation dont il y avait des motifs
raisonnables de croire qu’elle avait été l’instigateur ou
l’auteur d’actes visant au renversement d’un
gouvernement par la force; ordonnance d’expulsion
prononcée
16 août 2013
Cour fédérale
(Juge Gleason)
2013 FC 876
Rejet de la requête en contrôle judiciaire; formulation
d’une question certifiée
7 novembre 2014
Cour d’appel fédérale
(Juges Pelletier, Gauthier et Near)
2014 FCA 262; A-281-13
Rejet de l’appel; réponse négative à la question
certifiée
5 janvier 2015
Cour suprême du Canada
Dépôt de la demande d’autorisation d’appel
- 725 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
36242
Gail Morgan, Cara Morgan and Janna-Joy Morgan v. Paragon Capital Corporation Ltd.
(Alta.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Rothstein, Cromwell and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Alberta (Calgary), Number
1301-0174-A C, 2014 ABCA 363, dated November 5, 2014, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d'appel de l’Alberta (Calgary), numéro 1301-0174AC, 2014 ABCA 363, daté du 5 novembre 2014, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Appeals — Creditor and debtor — Personal guarantee — Real property — Fraudulent conveyance — Creditor
collecting on personal guarantee — Creditor claiming transfer of real property to daughters was fraudulent transfer
intended to defeat its claim on loan guarantee — Creditors claim dismissed in Court of Queen’s Bench — Majority of
Court of Appeal allowing creditor’s appeal and ordering new trial — What evidentiary standard is required to rebut
presumption raised by “badges of fraud” where creditor seeking to set aside transfer of property between relatives as
fraudulent conveyance or preference — Whether trial judge’s findings of fact can be reversed on basis trial judge was
required to “more fully explain” why certain evidence was found to be unhelpful.
The respondent, Paragon Capital Corporation Ltd. sought a declaration that the transfer of a residence that the
applicant, Gail Morgan had purchased for approximately $1 million, to her two daughters, the applicants, Cara and
Janna-Joy Morgan, constituted a fraudulent preference, and that, as a result of that transfer Paragon had been injured,
prejudiced or delayed. Paragon plead the Statute of Elizabeth, 13 Eliz. 1, c. 5 and the Fraudulent Preferences Act,
R.S.A. 2000, c. F-24 as amended, and sought a declaration that the transfer was a fraudulent conveyance or
alternatively a fraudulent preference, and an order that Cara Morgan and Janna -Joy Morgan convey the lands to it in
trust for execution by the creditors of Gail Morgan. The Morgans denied that the transfer was either a fraudulent
preference or a fraudulent conveyance. They counterclaimed for damages.
The trial judge concluded that the transfer of the property was bona fide and not for a fraudulent purpose. He allowed
the counter-claim. A majority of the Court of Appeal allowed the appeal, set aside the judgment on both the claim and
counter-claim and ordered a new trial.
June 12, 2013
Court of Queen’s Bench of Alberta
(Hall J.)
2013 ABQB 339
Paragon Capital Corporation’s claim dismissed;
Counterclaims by Cara Morgan and Janna-Joy Morgan
granted.
November 5, 2014
Court of Appeal of Alberta (Calgary)
(Martin and O’Brien JJ.A. and Berger J.A.
(dissenting))
2014 ABCA 363
File No.: 1301-0174 AC
Appeal allowed. Matter to be returned to the Court of
Queen’s Bench for a new trial.
January 5, 2015
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed.
- 726 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Appels — Créancier et débiteur — Garantie personnelle — Biens réels — Transport frauduleux — Le créancier a pris
une mesure de recouvrement sur la garantie personnelle — Le créancier allègue que le transfert du bien réel aux filles
était un transport frauduleux qui visait à l’empêcher à réaliser sa créance sur la garantie de prêt — La Cour du Banc de
la Reine a rejeté la demande du créancier — Les juges majoritaires de la Cour d’appel ont accueilli l’appel du
créancier et ordonné la tenue d’un nouveau procès — Quelle norme de preuve doit-être satisfaite pour réfuter une
présomption créée par les « signes distinctifs de fraude » lorsque le créancier cherche à annuler le transfert de biens
entre parents comme un transport ou une préférence frauduleux? — Les conclusions de fait du juge de première
instance peuvent-elles être infirmées au motif que celui-ci était tenu [T RADUCT ION] « d’expliquer plus à fond »
pourquoi certains éléments de preuve ont été jugés inutiles?
L’intimée, Paragon Capital Corporation Ltd. a sollicité un jugement déclarant que le transfert d’une résidence que la
demanderesse, Gail Morgan, avait achetée pour la somme d’environ un million de dollars, à ses deux filles, les
demanderesses Cara et Janna-Joy Morgan, constituait une préférence frauduleuse et qu’à la suite de ce transfert,
Paragon avait subi un préjudice ou un retard. Paragon a invoqué le Statute of Elizabeth, 13 Eliz. 1, ch. 5 et la
Fraudulent Preferences Act, R.S.A. 2000, c. F-24 et ses modifications, et a sollicité un jugement déclarant que le
transfert était un transport frauduleux ou, subsidiairement, une préférence frauduleuse, et une ordonnance sommant
Cara Morgan et Janna-Joy Morgan de lui transférer les biens -fonds en fiducie pour exécution par les créanciers de Gail
Morgan. Les Morgan ont nié que le transfert était une préférence frauduleuse ou un transport frauduleux. Elles ont
introduit une demande reconventionnelle en dommages -intérêts.
Le juge de première instance a conclu que le transfert du bien avait été fait de bonne foi et non à une fin frauduleuse.
Il a accueilli la demande reconventionnelle. Les juges majoritaires de la Cour d’appel ont accueilli l’appel, annulé le
jugement rendu sur la demande et la demande reconventionnelle et ordonné la tenue d’un nouveau procès.
12 juin 2013
Cour du Banc de la Reine de l’Alberta
(Juge Hall)
2013 ABQB 339
Rejet de la demande de Paragon Capital Corporation;
jugement accueillant les demandes reconventionnelles
de Cara Morgan et de Janna-Joy Morgan.
5 novembre 2014
Cour d’appel de l’Alberta (Calgary)
(Juges Martin, O’Brien et Berger
(dissident))
2014 ABCA 363
No du greffe 1301-0174 AC
Arrêt accueillant l’appel et renvoyant l’affaire à la
Cour du Banc de la Reine pour un nouveau procès.
5 janvier 2015
Cour suprême du Canada
Dépôt de la demande d’autorisation d’appel.
- 727 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
36253
Humanics Institute v. Minister of National Revenue (FC) (Civil) (By Leave)
Coram :
Rothstein, Cromwell and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Federal Court of Appeal, Number A -280-13,
2014 FCA 265, dated November 17, 2014, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel fédérale, numéro A -280-13, 2014 CAF 265,
daté du 17 novembre 2014, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Taxation — Income Tax — Registered charity — Applicant applying to be registered as a charity for taxation
purposes — Application denied — Federal Court of Appeal upholding Minister’s decision to deny request — What is
scope of “advancement of religion” in Canadian charity law — Whether a charity can only “advance religion” in
charitable sense by promoting a single formal religion.
The applicant Humanics Institute applied to be registered as a charity under the Income Tax Act for taxation purposes.
The application was denied. The applicant filed an objection and the refusal to register was confirmed. The
applicant’s appeal to the Federal Court of Appeal was dismissed.
July 24, 2013
Canada Revenue Agency
(G. Landry, Manager Tax and Charities
Appeal Directorate)
Notice of Refusal of Registration as a charity under the
Income Tax Act, confirmed.
November 17, 2014
Federal Court of Appeal
(Noël, Stratas and Near JJ.A.)
2014 FCA 265
File No.: A-280-13
Appeal dismissed.
January 14, 2015
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed.
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit fiscal — Impôt sur le revenu — Organisme de bienfaisance enregistré — La demanderesse a fait une demande
en vue d’être enregistrée à titre d’organisme de bienfaisance à des fins fiscales — La demande a été rejetée — La Cour
d’appel fédérale a confirmé la décision du ministre de refuser l’enregistrement — Quelle est la portée de la notion de
« promotion de la religion » en droit canadien de la bienfaisance? — La promotion d’une seule religion officielle estelle la seule manière dont un organisme de bienfaisance peut « promouvoir la religion » à des fins de bienfaisance?
La demanderesse Humanics Institute a fait une demande en vue d’être enregistrée à titre d’organisme de bienfaisance
aux termes de la Loi de l’impôt sur le revenu à des fins fiscales. La demande a été rejetée. La demanderesse a produit
une opposition et le refus de l’enregistrement a été confirmé. La Cour d’appel fédérale a rejeté l’appel de la
- 728 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
demanderesse.
24 juillet 2013
Agence du revenu du Canada
(G. Landry, gestionnaire, Direction des appels en matière
fiscale et de bienfaisance)
Confirmation de l’avis de refus d’enregistrement en
tant qu’organisme de bienfaisance en application de la
Loi de l’impôt sur le revenu.
17 novembre 2014
Cour d’appel fédérale
(Juges Noël, Stratas et Near)
2014 FCA 265
No du greffe : A-280-13
Rejet de l’appel.
14 janvier 2015
Cour suprême du Canada
Dépôt de la demande d’autorisation d’appel.
36263
Roberto Orellana Gonzalez v. Her Majesty the Queen in Right of the Province of British
Columbia, Workers’ Compensation Board of British Columbia (B.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Abella, Karakatsanis and Côté JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver), Number CA041990, 2014 BCCA 468, dated November 24, 2014, is dismissed with costs to the
respondent Her Majesty the Queen in Right of the Province of British Columbia.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver),
numéro CA041990, 2014 BCCA 468, daté du 24 novembre 2014, est rejetée avec dépens en faveur de l’intimée Sa
Majesté la Reine du chef de la Colombie-Britannique.
CASE SUMMARY
Charter of Rights and Freedoms — Constitutional law — Fundamental justice — Whether the Applicant has been
denied procedural fairness — Whether the lower court erred in its reasoning and decision.
Mr. Gonzalez was injured in a workplace accident in 1995. He was ultimately given an award of 100% loss of
earnings pension calculated based on his past earnings pursuant to the Workers’ Compensation Act, R.S.B.C. 1996,
c. 492. Dissatisfied with the award, Mr. Gonzalez commenced an action against the Workers’ Compensation Board of
British Columbia and the Workers’ Compensation Appeal Tribunal to obtain damages related to his injuries. The
action was dismissed and Mr. Gonzalez sought to appeal the decision. He filed and served his appeal record within the
time required, but did not meet the deadline for filing and serving his factum and appeal book. He therefore had to
apply for an extension of time which was ultimately denied. Mr. Gonzalez’s application for leave to appeal to the
Supreme Court of Canada was dismissed on September 27, 2012.
In 2014, Mr. Gonzalez commenced a second action alleging wrongful conduct by the Workers’ Compensation Board
and also naming Her Majesty the Queen in Right of British Columbia as a defendant. The respondents moved to have
the notice of civil claim struck out and the claim dismissed. The Supreme Court of British Columbia agreed,
dismissed the action and declared Mr. Gonzalez a vexatious litigant. Mr. Gonzalez missed the deadline to file a notice
of appeal and sought an extension of time which was also dismissed. The Court of Appeal further dismissed an
- 729 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
application to vary that order.
June 19, 2014
Supreme Court of British Columbia
(Grauer J.)
Notice of Civil Claim dismissed;
declared a vexatious litigant.
Mr. Gonzalez
September 19, 2014
Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver)
(Garson J.A.)
Application for extension of time to file Notice of
Appeal, dismissed.
November 24, 2014
Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver)
(Chiasson, Frankel and Harris JJ.A.)
2014 BCCA 468
File No.: CA041990
Application to vary order refusing extension of time,
dismissed.
January 15, 2015
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Charte des droits et libertés — Droit constitutionnel — Justice fondamentale — Le demandeur a-t-il été privé du
bénéfice de l’équité procédurale? — La juridiction inférieure a-t-elle commis une erreur dans son raisonnement et
dans sa décision?
Monsieur Gonzalez a été blessé dans un accident du travail en 1995. Il s’est finalement vu accorder une rente
équivalente à 100 % de sa perte de gains, calculée en fonction de ses gains antérieurs en application de la Workers’
Compensation Act, R.S.B.C. 1996, ch. 492. Insatisfait de la sentence, M. Gonzalez a intenté une action contre la
Workers’ Compensation Board of British Columbia et la Workers’ Compensation Appeal Tribunal pour obtenir des
dommages-intérêts liés à ses blessures. L’action a été rejetée et M. Gonzalez a voulu interjeter appel. Il a déposé et
signifié son dossier d’appel dans les délais prescrits, mais il n’a pas respecté les délais de production et de signification
de son mémoire et de son cahier d’appel. Il a donc dû demander une prorogation de délai qui lui a finalement été
refusée. La demande de M. Gonzales en autorisation d’appel à la Cour suprême du Canada a été rejetée le
27 septembre 2012.
En 2014, M. Gonzalez a intenté une deuxième action dans laquelle il a allégué une faute de la Workers’ Compensation
Board et nommant aussi Sa Majesté la Reine du chef de la Colombie-Britannique comme défenderesse. Par requête,
les intimés ont demandé la radiation de l’avis de demande civile et le rejet de la demande. La Cour suprême de la
Colombie-Britannique leur a donné gain de cause, a rejeté l’action et a déclaré M. Gonzalez plaideur quérulent.
Monsieur Gonzalez n’a pas déposé d’avis d’appel dans le délai prescrit et il a demandé une prorogation de délai qui a
été rejetée elle aussi. La Cour d’appel a rejeté une demande de modification de cette ordonnance.
Rejet de l’avis de demande civile; décision déclarant
M. Gonzalez plaideur quérulent.
19 juin 2014
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Grauer)
- 730 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
19 septembre 2014
Cour d’appel de la Colombie-Britannique
(Vancouver)
(Juge Garson)
Rejet de la demande de prorogation du délai de dépôt
de l’avis d’appel.
24 novembre 2014
Cour d’appel de la Colombie-Britannique
(Vancouver)
(Juges Chiasson, Frankel et Harris)
2014 BCCA 468
No du greffe : CA041990
Rejet de la demande de modification de l’ordonnance
de refus de la prorogation de délai.
15 janvier 2015
Cour suprême du Canada
Dépôt de la demande d’autorisation d’appel
36264
Rachel Exeter v. Attorney General of Canada (FC) (Civil) (By Leave)
Coram :
Rothstein, Cromwell and Moldaver JJ.
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. The
application for leave to appeal from the judgment of the Federal Court of Appeal, Number A-301-12, 2014 FCA 251,
dated November 3, 2014, is dismissed with costs.
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est
accueillie. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel fédérale, numéro A -301-12, 2014 CAF
251, daté du 3 novembre 2014, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Charter of Rights — Constitutional law — Administrative Law — Appeals — Standard of Review — Jurisdiction —
Bias — Public Service Labour Relations Board — Whether the Federal Court of Appeal misused legal principles so as
to embark on a reasonableness standard of review with respect to jurisdictional and procedural unfairness findings and
in deference to the Board — Whether the decisions below reveal a breach of constitutional or Charter rights —
Whether the decisions below disclose reviewable error concerning the ambit of s s. 36 and 40 of the Public Service
Labour Relations Act and the Board’s jurisdiction to fairly adjudicate in light of misfeasance and/or malfeasance of
public officials — Whether there was judicial bias.
Ms. Exeter filed a number of grievances against Statistics Canada. After a 12-hour mediation session, Ms. Exeter and
Statistics Canada reached a settlement on nine of her grievances, without prejudice to her ability to continue the
adjudication of any unresolved issues. Both parties were represented by counsel during the mediation. A hearing of
the grievances, which was scheduled to resume the following day, was therefore cancelled. Ms. Exeter then tried to
have the memorandum of agreement negated. Ms. Exeter and the employer both engaged with the Public Service
Labour Relations Board and the adjudicator on a number of issues, many of them concerning compliance with the
memorandum of agreement, and Ms. Exeter informed the Board that she would no longer be represented by counsel.
While the case was being held in abeyance pending an unrelated appeal on similar issues, Ms. Exeter withdrew her
request that the adjudicator intervene further, but Statistics Canada did not follow suit. Once the unrelated appeal was
decided, Ms. Exeter made an informal request that the Board appoint a different adjudicator to determine the validity
of the memorandum of agreement. When the Board declined, Ms. Exeter filed a formal motion to the same effect.
- 731 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
The Board dismissed the motion, and the Federal Court of Appeal dis missed the application for judicial review of that
decision.
February 24, 2012
Public Service Labour Relations Board
(Bloom, Casper)
2012 PSLRB 24
Motion to remove adjudicator seized of grievances and
refer the matter to an alternate adjudicator dismissed
November 3, 2014
Federal Court of Appeal
(Noël, Gauthier, Near J.A.)
2014 FCA 251; A-301-12
Application for judicial review dismissed
January 12, 2015
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
February 17, 2015
Supreme Court of Canada
Motion to extend time to file and serve application for
leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Charte des droits — Droit constitutionnel — Droit administratif — Appels — Norme de contrôle — Compétence —
Partialité — Commission des relations de travail dans la fonction publique — La Cour d’appel fédérale a-t-elle mal
employé les principes de droit en appliquant la norme de contrôle de la norme de la décision raisonnable à l’égard de
conclusions de manque d’équité juridictionnelle et procédurale et en faisant preuve de déférence envers la
Commission? — Les décisions des juridictions inférieures révèlent-elles une atteinte aux droits constitutionnels ou
garantis par la Charte? — Les décisions des juridictions inférieures révèlent-elles une erreur susceptible de révision
concernant la portée des art. 36 et 40 de la Loi sur les relations de travail dans la fonction publique et la compétence
de la Commission de trancher équitablement eu égard à la malfaisance ou aux méfaits de fonctionnaires? — Le
tribunal a-t-il fait preuve de partialité?
Madame Exeter a déposé un certain nombre de griefs contre Statistique Canada. Au te rme d’une séance de médiation
de douze heures, Mme Exeter et Statistique Canada en sont venus à un règlement portant sur neuf de ses griefs, sans
que soit porté atteinte à son droit de faire trancher les questions qui n’avaient pas été réglées. Les deux p arties étaient
représentées par avocat pendant la médiation. L’audition des griefs, qui devait se poursuivre le lendemain, a donc été
annulée. Madame Exeter a alors tenté de faire annuler le protocole d’entente. Madame Exeter et l’employeur se sont
tous les deux adressés à la Commission des relations de travail dans la fonction publique relativement à un certain
nombre de questions, dont plusieurs concernaient la conformité au protocole d’entente, et Mme Exeter a informé la
Commission qu’elle ne serait plus représentée par avocat. Alors que l’affaire était en suspens en attendant l’issue d’un
appel non lié, mais qui portait sur des questions semblables, Mme Exeter a retiré sa demande que l’arbitre intervienne
davantage, mais Statistique Canada n’a pas emboîté le pas. Une fois tranché l’appel non lié, Mme Exeter a présenté
une demande officieuse pour que la Commission nomme un autre arbitre afin qu’il soit statué sur la validité du
protocole d’entente. Lorsque la Commission a refusé, Mme Exeter a déposé une requête officielle dans le même sens.
La Commission a rejeté la requête et la Cour d’appel fédérale a rejeté la demande de contrôle judiciaire de cette
décision.
- 732 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
24 février 2012
Commission des relations de travail dans la fonction
publique
(Casper Bloom)
2012 PSLRB 24
Rejet de la requête en récusation de l’arbitre saisi des
griefs et en renvoi de l’affaire à un autre arbitre
3 novembre 2014
Cour d’appel fédérale
(Juges Noël, Gauthier et Near)
2014 FCA 251; A-301-12
Rejet de la demande de contrôle judiciaire
12 janvier 2015
Cour suprême du Canada
Dépôt de la demande d’autorisation d’appel
17 février 2015
Cour suprême du Canada
Dépôt de la requête en prorogation du délai de dépôt et
de signification de la demande d’autorisation d’appel
36267
Denis Jérome Labossière v. Her Majesty the Queen (Man.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Wagner and Gascon JJ.
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. The
application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Manitoba, Number AR 12-30-07743,
2014 MBCA 89, dated September 25, 2014, is dismissed.
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est
accueillie. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Manitoba, numéro AR 12-30-07743,
2014 MBCA 89, daté du 25 septembre 2014, es t rejetée.
CASE SUMMARY
Criminal Law – Evidence – Unsavoury witness – Police share information obtained from accused’s family members
with unsavoury witness before unsavoury witness provides statement to police and testimony incriminating accused –
Whether testimony at trial from the family members is capable of confirming the unsavoury witness’s testimony?
Mr. Labossière’s parents and brother were killed. Based in part on information from Mr. Labossière’s nephew and
sister, the police believed that he hired Mr. Toupin to commit the murders. They arrested Mr. Toupin. They
repeatedly told him that they believed he had been hired by Mr. Labossière to commit the murders and they played
recordings to Mr. Toupoin of statements to the police made by Mr. Labossière’s nephew and sister. Mr. Toupin then
gave a statement in exchange for a plea bargain. Mr. Toupin testified at trial as a Crown witness. The nephew and
sister also testified at trial. In her charge to the jury, Keyser J. identified Mr. Toupin as an unsavoury witness and gave
a Vetrovec caution.
February 1, 2012
Court of Queen’s Bench of Manitoba
(Keyser J.)
Conviction by jury: 3 counts of first degree murder
- 733 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
September 25, 2014
Court of Appeal of Manitoba
(Chartier C.J., Beard and Burnett JJ.A,)
AR 12-30-07743; 2014 MBCA 89
Appeal from convictions dismissed
January 20, 2015
Supreme Court of Canada
Application for extension of time to apply for leave to
appeal and Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit criminel – Preuve – Témoin douteux – La police a partagé des renseignements obtenus de membres de la famille
de l’accusé avec un témoin douteux avant que ce dernier ne fasse une déclaration à la police et livre un témoignage
incriminant l’accusé – Le témoignage des membres de la famille au procès peut-il confirmer le témoignage du témoin
douteux?
Les parents et le frère de M. Labossière ont été tués. S’appuyant en partie sur des renseignements obtenus du neveu et
de la sœur de M. Labossière, les policiers ont cru que celui-ci avait engagé M. Toupin pour commettre les meurtres.
Ils ont arrêté M. Toupin. Ils lui ont dit à maintes reprises qu’ils croyaient qu’il avait été engagé par M. Labossière
pour commettre les meurtres et ils ont fait écouter à M. Toupin des enregistrements de déclarations que le neveu et la
sœur de M. Labossière avaient faites à la police. Monsieur Toupin a alors fait une déclaration en échange d’une
transaction pénale. Au procès, M. Toupin a témoigné pour le ministère public. Le neveu et la sœur ont témoigné euxaussi au procès. Dans ses directives au jury, la juge Keyser a qualifié M. Toupin de témoin douteux et a servi une
mise en garde de type Vetrovec.
1er février 2012
Cour du Banc de la Reine du Manitoba
(Juge Keyser)
Déclaration de culpabilité par un jury : trois chefs de
meurtre au premier degré
25 septembre 2014
Cour d’appel du Manitoba
(Juge en chef Chartier, juges Beard et Burnett)
AR 12-30-07743; 2014 MBCA 89
Rejet de l’appel des déclarations de culpabilité
20 janvier 2015
Cour suprême du Canada
Dépôt de la demande de prorogation du délai de
signification et de dépôt de la demande d’autorisation
d’appel et de la demande d’autorisation d’appel
- 734 -
MOTIONS
REQUÊTES
14.04.2015
Before / Devant: WAGNER J. / LE JUGE WAGNER
Requête en autorisation d’intervenir
Motion for leave to intervene
BY / PAR
IN / DANS :
Lee Michael Wilson
v. (35959)
Superintendent of Motor Vehicles
et al. (B.C.)
DISMISSED / REJETÉE
UPON APPLICATION by Mothers Against Drunk Driving Canada for leave to intervene in the above appeal;
AND THE MATERIAL FILED having been read;
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
The motion for leave to intervene is dismissed.
À LA SUITE DE LA DEMANDE d’autorisation d’intervenir dans l’appel présentée par Mothers Against Drunk
Driving Canada;
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés ;
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT:
La requête en autorisation d’intervenir est rejetée.
13.04.2015
Before / Devant: THE REGISTRAR / LE REGISTRAIRE
Miscellaneous motion
Requête diverse
Catherine Leuthold
v. (36030)
Canadian Broadcasting Corporation (F.C.)
GRANTED / ACCORDÉE
UPON APPLICATION by the applicant for leave to file one application for leave to appeal from the decisions of the
Federal Court of Appeal in file numbers A-330-12 and A-543-12;
- 735 -
MOTIONS
REQUÊTES
AND THE MATERIAL FILED having been read;
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
The motion is granted.
À LA SUITE DE LA REQUÊTE présentée par la demanderesse en vue de déposer une demande d’autorisation
d’appel des décisions de la Cour d’appel fédérale dans les dossiers A -330-12 et A-543-12;
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés;
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
La requête est accueillie.
14.04.2015
Before / Devant : ABELLA J. / LA JUGE ABELLA
Ordonnance relative à la présentation d’une
plaidoirie orale par les intervenants
Order on interventions with respect to oral
argument
RE:
Attorney General of Ontario;
Association of the Tax Court of
Canada Judges
IN / DANS :
Procureure générale du Québec
et autre
c. (36231)
Procureur général du Canada (Qc)
FURTHER TO THE ORDER dated March 31, 2015, granting leave to intervene to the Attorney General of Ontario
and the Association of the Tax Court of Canada Judges;
IT IS HEREBY FURTHER ORDERED THAT the said interveners are each granted permission to present oral
argument not exceeding ten (10) minutes at the hearing of the appeal.
À LA SUITE DE L’ORDONNANCE datée du 31 mars 2015, autorisant le Procureur général de l’Ontario et
l’Association des juges de la Cour canadienne de l’Impôt à intervenir;
IL EST EN OUTRE ORDONNÉ QUE ces intervenants auront chacun le droit de présenter une p laidoirie orale d’au
plus dix (10) minutes lors de l’audition de l’appel.
- 736 -
MOTIONS
REQUÊTES
14.04.2015
Before / Devant: WAGNER J. / LE JUGE WAGNER
Requêtes en autorisation d’intervenir
Motions for leave to intervene
BY / PAR
Criminal Lawyers’ Association of
Ontario;
Criminal Trial Lawyers’
Association (Alberta) and the
Criminal Defence Lawyers
Association (Calgary)
British Columbia Civil Liberties
Association;
Alberta Registrar of Motor
Vehicle Services;
Insurance Bureau of Canada;
Mothers Against Drunk Driving
Canada
IN / DANS :
Richard James Goodwin et al.
v. (35864)
British Columbia (Superintendent
of Motor Vehicles) et al. (B.C.)
GRANTED / ACCORDÉES
UPON APPLICATIONS by the Criminal Lawyers’ Association of Ontario, the Criminal Trial Lawyers’ Association
(Alberta) and the Criminal Defence Lawyers Association (Calgary), the British Columbia Civil Liberties Association,
the Alberta Registrar of Motor Vehicle Services, the Insurance Bureau of Canada and Mothers Against Drunk Driving
Canada for leave to intervene in the above appeal;
AND THE MATERIAL FILED having been read;
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
The motions for leave to intervene are granted and the said interveners shall be entitled to serve and file a factum not to
exceed ten (10) pages in length in this appeal on or before May 5, 2015.
The requests to present oral argument are deferred to a date following receipt and consideration of the written
arguments of the parties and the interveners.
The interveners are not entitled to raise new issues or to adduce further evidence or otherwise to supplement the
record of the parties.
Pursuant to Rule 59(1)(a) of the Rules of the Supreme Court of Canada, the interveners shall pay to the appellants and
respondents any additional disbursements occasioned to the appellants and respondents by their interventions.
- 737 -
MOTIONS
REQUÊTES
À LA SUITE DES DEMANDES d’autorisation d’intervenir dans l’appel présentées par la Criminal Lawyers’
Association of Ontario, la Criminal Trial Lawyers’ Association (Alberta) et la Criminal Defence Lawyers Association
(Calgary), l’Association des libertés civiles de la Colombie-Britannique, les Alberta Registrar of Motor Vehicle
Services, le Bureau d’assurance du Canada et Mothers Against Drunk Driving Canada;
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés ;
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
Les requêtes en autorisation d’intervenir sont accueillies et chacun de ces intervenants ou groupe d’intervenants p ourra
signifier et déposer un mémoire d’au plus dix (10) pages au plus tard le 5 mai 2015.
La décision sur les demandes en vue de présenter une plaidoirie orale sera rendue après réception et examen des
arguments écrits des parties et des intervenants.
Les intervenants n’ont pas le droit de soulever de nouvelles questions, de produire d’autres éléments de preuve
ni de compléter de quelque autre façon le dossier des parties.
Conformément à l’alinéa 59(1)a) des Règles de la Cour suprême du Canada, les intervenants paieront à l’appelant et
aux intimés tous débours supplémentaires résultant de leur intervention.
14.04.2015
Before / Devant: WAGNER J. / LE JUGE WAGNER
Requêtes en autorisation d’intervenir
Motions for leave to intervene
BY / PAR
Amnesty International Canada;
British Columbia Civil Liberties
Association;
Canadian Civil Liberties
Association;
Justice for Children and Youth
and the Canadian Coalition for
the Rights of Children;
IN / DANS :
Kelly Hartle, Warden of the
Edmonton Institution et al.
v. (36081)
Omar Ahmed Khadr (Alta.)
DISMISSED / REJETÉE
UPON APPLICATIONS by Amnesty International Canada, the British Columbia Civil Liberties Association, the
Canadian Civil Liberties Association and Justice for Children and Youth and the Canadian Coalition for the Rights of
Children for leave to intervene in the above appeal;
AND THE MATERIAL FILED having been read;
- 738 -
MOTIONS
REQUÊTES
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
The motions for leave to intervene of Amnesty International Canada and the Canadian Civil Liberties Association are
granted and the said interveners shall be entitled to each serve and file a factum not exceeding ten (10) pages in length
on or before April 30, 2015.
The motions for leave to intervene by the British Columbia Civil Liberties Association and Justice for Children and
Youth and the Canadian Coalition for the Rights of Children are dismissed.
The requests to present oral argument are deferred to a date following receipt and consideration of the written
arguments of the parties and the interveners.
The interveners are not entitled to raise new issues or to adduce further evidence or otherwise to supplement the
record of the parties.
Pursuant to Rule 59(1)(a) of the Rules of the Supreme Court of Canada, the interveners shall pay to the appellants and
respondent any additional disbursements occasioned to the appellants and respondent by their intervention.
The appellants and the respondent are permitted to serve and file a factum not exceeding five (5) pages in reply to these
interventions on or before May 7, 2015
À LA SUITE DES DEMANDES d’autorisation d’intervenir dans l’appel présentées par Amnesty International
Canada, l’Association des libertés civiles de la Colombie-Britannique, l’Association canadienne des libertés civiles et
Justice for Children and Youth et la Coalition canadienne pour les droits des enfants;
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés;
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
Les requêtes en autorisation d’intervenir d’Amnesty International Canada et de l’Association canadienne des libertés
civiles sont accueillies et les intervenants pourront signifier et déposer un mémoire d’au plus dix (10) pages au plus tard
le 30 avril 2015.
Les requêtes en autorisation d’intervenir présentées par l’Association des libertés civiles de la Colombie -Britannique et
de Justice for Children and Youth et la Canadian Coalition for the Rights of Children sont rejetées.
La décision sur les demandes en vue de présenter une plaidoirie orale sera rendue après réception et examen des
arguments écrits des parties et des intervenants.
Les intervenants n’ont pas le droit de soulever de nouvelles questions, de produire d’autres éléments de preuve
ni de compléter de quelque autre façon le dossier des parties.
Conformément à l’alinéa 59(1)a) des Règles de la Cour suprême du Canada, les intervenants paieront aux appelants et
à l’intimé tous débours supplémentaires résultant de leur intervention.
Les appelants et l’intimé pourront signifier et déposer un mémoire en réplique aux interventions d’au plus cinq (5)
pages au plus tard le 7 mai 2015.
- 739 -
AVIS D’APPEL DÉPOSÉS DEPUIS LA
DERNIÈRE PARUTION
NOTICES OF APPEAL FILED SINCE
LAST ISSUE
15.04.2015
Ronald Hondus Jennings
v. (36394)
Her Majesty the Queen (N.B.)
(As of Right)
- 740 -
APPEALS HEARD SINCE LAST ISSUE
AND DISPOSITION
APPELS ENTENDUS DEPUIS LA
DERNIÈRE PARUTION ET RÉSULTAT
17.04.2015
Coram: Abella, Rothstein, Cromwell, Karakatsanis, Wagner, Gascon and Côté JJ.
Zurich Insurance Company
Eric K. Grossman , Michael Warfe and Kate M.
MacLeod for the appellant.
v. (36002)
Eugene Meehan, Q.C. and George Kanellakos for the
respondent.
Chubb Insurance Company of Canada (Ont.)
(Civil) (By Leave)
2015 SCC 19 / 2015 CSC 19
ALLOWED / ACCUEILLI
JUDGMENT:
JUGEMENT :
The appeal from the judgment of the Court of Appeal
for Ontario, Number C57553, 2014 ONCA 400, dated
May 15, 2014, was heard on April 17, 2015 and the
Court on that day delivered the following judgment
orally:
L’appel interjeté contre l’arrêt de la Cour d’appel de
l’Ontario, numéro C57553, 2014 ONCA 400, daté du
15 mai 2014, a été entendu le 17 avril 2015 et la Cour
a prononcé oralement le même jour le jugement
suivant :
THE COURT — We are of the view that the appeal
should be allowed with costs for the reasons of
Juriansz J.A.
[T RADUCT ION]
LA COUR — Nous sommes d’avis d’accueillir le
pourvoi, avec dépens, pour les motifs exposés par le
juge Juriansz de la Cour d’appel.
Nature of the case:
Nature de la cause :
Insurance - Liability insurance - Motor vehicle
liability policy - Rented vehicle - Statutory Accident
Benefits - “Pay first, dispute later” rule - Nexus
between claimant and insurer - Insurance Act, R.S.O.
1990, s. 268 - Disputes Between Insurers, O. Reg.
283/95, Claimant declined optional motor vehicle
liability policy when renting vehicle - Claimant
injured in single-vehicle accident involving rental
vehicle - Claimant applied to motor vehicle liability
insurer for Statutory Accident Benefits - Insurer
refused to provide benefits - Whether Chubb is an
“insurer” for the purposes of s. 268 of the Insurance
Act and Ontario Regulation 283/95 - Disputes
Between Insurers - Whether, where there is a nexus
between an insurer and a motor vehicle that gives rise
to an accident benefits claim, an insurer can ignore the
obligations imposed by the disputes between insurers
regulation by unilaterally determining it is not an
insurer for that purpose.
Assurance - Assurance de responsabilité - Police
d’assurance de responsabilité automobile - Véhicule
loué - Indemnité d’accident légale - Règle « payez
d’abord, contestez après » - Lien entre la réclamante
et l’assureur - Loi sur les assurances, L.R.O. 1990,
art. 268 -Disputes Between Insurers, O. Reg. 283/95 :
la réclamante a refusé la police d’assurance de
responsabilité automobile optionnelle lors de la
location de véhicule - La réclamante a été blessée lors
d’un accident à un seul véhicule impliquant le
véhicule loué - La réclamante a présenté une demande
d’indemnité d’accident légale à l’assureur de la police
d’assurance de responsabilité automobile - L’assureur
a refusé de payer l’indemnité - Est-ce que Chubb est
un « assureur » aux fins de l’art. 268 de la Loi sur les
assurances et du Règlement de l’Ontario Disputes
Between Insurers, O. Reg. 283/95? - Lorsqu’il y a un
lien entre un assureur et un véhicule automobile qui
donne lieu à une demande d’indemnité, un assureur
peut-il faire abstraction des obligations imposées par
le règlement sur les différends qui opposent les
assureurs en décidant unilatéralement qu’il n’est pas
- 741 -
APPEALS HEARD SINCE LAST ISSUE AND
DISPOSITION
APPELS ENTENDUS DEPUIS LA DERNIÈRE
PARUTION ET RÉSULTAT
un assureur à cette fin?
20.04.2015
Coram: McLachlin C.J. and Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver, Karakatsanis, Wagner, Gascon and Côté JJ.
Sanofi-Aventis et al.
Andrew J. Reddon, Steven G. Mason,
David Tait and Sanjaya Mendis for the appellant.
v. (35886)
Allyson Whyte Nowak and Jason Markwell for the
intervener Canada's Research-Based Pharmaceutical
Companies.
Apotex Inc. et al. (F.C.) (Civil) (By Leave)
Harry B. Radomsk, Andrew Brodkin, David Scrimger
and Benjamin Hackett for the respondent.
Jonathan Stainsby, David W. Aitken and Devin Doyle
for the intervener Canadian Generic Pharmaceutical
Association.
2015 SCC 20 / 2015 CSC 20
DISMISSED / REJETÉ
JUDGMENT:
JUGEMENT :
The appeal from the judgment of the Federal Court of
Appeal, Numbers A-191-12, A-193-12, A-397-12 and
A-474-12, 2014 FCA 68, dated March 14, 2014, was
heard on April 20, 2015, and the Court on that day
delivered the following judgment orally:
L’appel interjeté contre l’arrêt de la Cour d’appel
fédérale, numéros A-191-12, A-193-12, A-397-12 et
A-474-12, 2014 CAF 68, en date du 14 mars 2014, a
été entendu le 20 avril 2015 et la Cour a prononcé
oralement le même jour le jugement suivant :
THE CHIEF JUST ICE — We are all of the view to
dismiss the appeal substantially for the reasons of the
majority of the Court of Appeal.
[TRADUCT ION]
LA JUGE EN CHEF — Nous sommes tous d’avis de
rejeter l’appel essentiellement pour les motifs de la
majorité de la Cour d’appel.
The appeal is dismissed with costs.
L’appel est rejeté avec dépens.
Nature of the case:
Nature de la cause :
(SEALING ORDER)
(ORDONNANCE DE MISE SOUS SCELLÉS)
Intellectual property - Patents - Medicines - Generic
manufacturer seeking damages under s. 8 of Patented
Medicines (Notice of Compliance) Regulations,
SOR/93-133 after delayed market entry due to
statutory stay occasioned by failed prohibition
proceedings - Whether lower courts erred in
interpreting s. 8 of the NOC Regulations as providing
a damages framework that overcompensates claimants
and leads to judicial inconsistencies; in selecting
Propriété intellectuelle - Brevets - Médicaments - Un
fabricant de produits génériques demande des
dommages-intérêts en vertu de l’art. 8 du Règlement
sur les médicaments brevetés (avis de conformité) ,
DORS/93-133 suite au report de la mise en marché en
raison d’un sursis prévu par la loi causé par une
procédure d’interdiction
infructueuse
- Les
juridictions inférieures ont-elles commis une erreur en
interprétant l’art. 8 du Règlement AC comme si cette
- 742 -
APPEALS HEARD SINCE LAST ISSUE AND
DISPOSITION
APPELS ENTENDUS DEPUIS LA DERNIÈRE
PARUTION ET RÉSULTAT
April 26, 2004 as the commencement date for the
period of loss; and in awarding Apotex compensation
for hypothetically losing unapproved HOPE sales
disposition créait un régime de dommages -intérêts qui
surindemnise les demandeurs et qui mène à des
incohérences judiciaires, en fixant au 26 avril 2004 la
date de départ de la période d’indemnisation des
pertes et en accordant à Apotex une indemnité pour
avoir subi une perte hypothétique de ventes HOPE
non autorisées?
23.04.2015
Coram: McLachlin C.J. and Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver, Karakatsanis, Wagner, Gascon and Côté JJ.
David Caplin
Véronique Courtecuisse et Patrick Cozannet pour
l’appelant.
c. (35527)
Marc Ribeiro et Ginette Gobeil pour l’intimé.
Ministre de la Justice du Canada (Qc) (Criminelle)
(Autorisation)
DISMISSED (Reasons to follow) / REJETÉ (motifs à suivre)
Nature of the case:
Nature de la cause :
Extradition - Criminal law - Surrender order - Judicial
review - Whether the Court of Appeal erred in its
interpretation of new evidence - Whether the Court of
Appeal erred in law in failing to declare that there was
an abuse of process in this matter.
Extradition - Droit criminel - Arrêté d’extradition Contrôle judiciaire - La Cour d’appel a-t-elle mal
interprété les nouveaux éléments de preuve? - La Cour
d’appel a-t-elle commis une erreur de droit en ne
déclarant pas qu’il y avait eu abus de procédure en
l’espèce?
23.04.2015
Coram: McLachlin C.J. and Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver, Karakatsanis, Wagner, Gascon and Côté JJ.
Marc Ribeiro et Ginette Gobeil pour l’appellant.
Attorney General of Canada
v. (35548)
Clemente Monterosso et Marie-Philippe Tanguay
pour l’intimé.
Anthony Barnaby (Que.) (Criminal) (By Leave)
ALLOWED (Reasons to follow) / ACCUEILLI (motifs à suivre)
Nature of the case:
Nature de la cause :
Extradition - Criminal law - Surrender order - Judicial
review - Whether the Court of Appeal erred in finding
that the order surrendering the respondent to the
United States of America was unreasonable.
Extradition - Droit criminel - Arrêté d’extradition Contrôle judiciaire - La Cour d’appel a-t-elle mal
interprété les nouveaux éléments de preuve? - La Cour
d’appel a-t-elle eu tort de conclure que l’arrêt
d’extradition de l’intimé aux États -Unis était
déraisonnable?
- 743 -
PRONOUNCEMENTS OF APPEALS
RESERVED
JUGEMENTS RENDUS SUR LES
APPELS EN DÉLIBÉRÉ
Reasons for judgment are available
Les motifs de jugement sont disponibles
APRIL 24, 2014 / LE 24 AVRIL 2014
35619
Association des parents de l’école Rose-des-vents, Joseph Pagé, en son propre nom et au nom de
tous les citoyens canadiens qui résident à l’ouest de la rue Main dans la ville de Vancouver dont
la première langue apprise et encore comprise est le français, ou qui ont reçu leur instruction
au niveau primaire en français au Canada, ou dont un enfant a reçu ou reçoit son instruction au
niveau primaire ou secondaire en français au Canada, et Conseil scolaire francophone de la
Colombie-Britannique c. Ministre de l’Éducation de la Colombie-Britannique et procureur
général de la Colombie-Britannique – et – Procureur général de la Saskatchewan, procureur
général de l’Alberta, procureur général des Territoires du Nord-Ouest, procureur général du
Territoire du Yukon, commissaire aux langues officielles du Canada, Commission scolaire
francophone, Territoires du Nord-Ouest, Fédération nationale des conseils scolaires
francophones, Conseil des écoles fransaskoises et Commission scolaire francophone du Yukon
(C.-B.)
2015 SCC 21 / 2015 CSC 21
Coram:
La juge en chef McLachlin et les juges Abella, Rothstein, Moldaver, Karakatsanis, Wagner et Gascon
L’appel interjeté contre les arrêts de la Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver), numéro CA040429,
2013 BCCA 407 et 2014 BCCA 40, en date du 20 septembre 2013 et du 31 janvier 2014, entendu le 2 décembre 2014,
est accueilli. Le jugement déclaratoire du juge saisi de la requête est rétabli et l’affaire e st renvoyée à la Cour suprême
de la Colombie-Britannique pour la prochaine étape de l’instruction de la requête si cela s’avère nécessaire. Les dépens
spéciaux accordés par le juge saisi de la requête sont rétablis et des dépens spéciaux sont octroyés aux appelants pour
les procédures d’appel.
The appeal from the judgments of the Court of Appeal for British Columbia (Vancouver), Number CA040429, 2013
BCCA 407 and 2014 BCCA 40, dated September 20, 2013, and January 31, 2014, heard on December 2, 2014, is
allowed. The petition judge’s declaration is reinstated and the matter is remitted to the Supreme Court of British
Columbia for the next phase of the petition, if necessary. The award of special costs issued by the petition judge is
restored and special costs are awarded to the appellants for the appeal proceedings.
- 744 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
L’Association des parents de l’école Rose-des-vents et autres c. Ministère de l’Éducation de la province de la
Colombie-Britannique et autre (C.-B.) (35619)
Indexed as: Association des parents de l’école Rose des vents v. British Columbia (Education) /
Répertorié : Association des parents de l’école Rose des vents c. Colombie Britannique (Éducati on)
Neutral citation: 2015 SCC 21 / Référence neutre : 2015 CSC 21
Hearing: December 2, 2014 / Judgment: April 24, 2015
Audition : Le 2 décembre 2014 / Jugement : Le 24 avril 2015
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges Abella, Rothstein, Moldaver, Karakatsanis, Wagner et Gascon.
Droit constitutionnel — Charte des droits — Droit à l’instruction dans la langue de la minorité —
Égalité réelle — Manière dont le tribunal doit déterminer si l’expérience éducative des enfants de titulaires de droits
est équivalente à celle offerte dans les écoles de la majorité linguistique de la province ou du territoire en question —
Les coûts et les considérations pratiques sont-ils pertinents pour l’analyse de l’équivalence? — Une conclusion
d’absence d’équivalence équivaut-elle à une conclusion qu’il y a violation de la Charte? — Est-il nécessaire de
départager la responsabilité entre la province ou le territoire et le conseil scolaire avant de conclure à une violation
prima facie de l’art. 23 de la Charte canadienne des droits et libertés?
Droit constitutionnel — Charte des droits — Procédure — Audience — Équité procédurale — Division
de l’instance en étapes — Pertinence des actes de procédure — Juge saisi de la requête divisant l’instance en étapes et
remettant la détermination de la responsabilité pour la violation de la Charte à une étape ultérieure — Passages des
actes de procédure de la province radiés par le juge saisi de la requête parce que non pertinents quant à la première
étape — La procédure adoptée par le juge saisi de la requête est-elle inéquitable sur le plan procédural?
L’école élémentaire Rose-des-vents (« RDV ») est la seule école primaire de langue française financée à
même les fonds publics qui dessert les enfants résidant à l’ouest de la rue Main dans la ville de Vancouver. L’école est
surpeuplée et le nombre d’inscriptions augmente. RDV est une petite école et les salles de classe sont beaucoup p lus
petites que celles des autres écoles. Certaines salles de classe sont dépourvues de fenêtres et seulement trois ont la
superficie recommandée. La bibliothèque est très petite, les toilettes sont inadéquates et il n’y a aucun local adaptable
dans l’école. Environ 85 pour cent des élèves qui fréquentent RDV se rendent à l’école en autobus et le trajet en
autobus de plus des deux tiers de ces élèves dure plus de 30 minutes. À l’opposé, les écoles de langue anglaise situées
dans la zone desservie par RDV sont plus grandes, disposent de salles de classe plus grandes et de terrains de jeu plus
vastes et en meilleur état ainsi que de bibliothèques plus spacieuses. La plupart des élèves des écoles de langue anglaise
du secteur habitent à moins d’un kilomètre de leur école.
En 2010, les parents d’enfants qui fréquentent RDV ont poursuivi le conseil scolaire et le gouvernement
provincial et ont sollicité un jugement déclarant que les services d’enseignement offerts à leurs enfants n’étaient pas
équivalents à ceux dispensés par les écoles de langue anglaise du secteur et que les droits à l’instruction dans la langue
de la minorité que leur confère l’art. 23 de la Charte avaient été violés. Ils ont demandé la division de l’instance en
étapes pour pouvoir obtenir un jugement déclaratoire tout en réservant l’attribution d’une responsabilité pour les
lacunes alléguées à une étape ultérieure, au besoin. Ils espéraient que le prononcé d’un jugement déclaratoire soit
suffisant pour obtenir une réponse favorable du gouvern ement.
Le juge saisi de la requête a fait droit à la demande de division de l’instance en étapes, choisissant de
décider d’abord uniquement si les enfants des titulaires de droits bénéficiaient d’un enseignement et d’installations
équivalents à ceux des écoles de la majorité linguistique, comme le garantit l’art. 23 de la Charte. Avant de passer à
cette première étape de l’instance, le juge a radié certains passages des actes de procédure de la province au motif qu’ils
n’étaient pas pertinents quant à cette étape. Au terme de la première étape de l’instance, le juge a prononcé un jugement
déclaratoire portant que les parents n’avaient pas accès à des établissements d’enseignement dans la langue de la
minorité comme leur garantit l’art. 23 de la Charte. Il n’a imputé aucune responsabilité pour ce manquement à la norme
constitutionnelle. La Cour d’appel a accueilli l’appel de la province. Elle a annulé l’ordonnance radiant certains
passages des actes de procédure de la province ainsi que le jugement déclarato ire.
- 745 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Arrêt : Le pourvoi est accueilli et le jugement déclaratoire du juge saisi de la requête est rétabli. Les
dépens spéciaux accordés par le juge saisi de la requête sont rétablis. L’affaire est renvoyée à la Cour suprême de la
Colombie-Britannique pour la prochaine étape de l’instance si cela s’avère nécessaire. Des dépens spéciaux sont
octroyés aux appelants pour les procédures d’appel.
L’article 23 de la Charte garantit une « échelle variable » de droits à l’instruction dans la langue de la
minorité. À la limite supérieure de l’échelle variable, les titulaires de droits doivent bénéficier d’établissements
d’enseignement complets, distincts de ceux offerts à la majorité linguistique, mais de qualité équivalente. Pour donner
effet aux droits garantis par l’art. 23, l’accent devrait être mis sur l’équivalence réelle plutôt que sur les coûts par
personne et les autres indicateurs d’équivalence formelle. Ce qui est primordial, c’est que l’expérience éducative des
enfants de titulaires des droits garantis par l’art. 23 à la limite supérieure de l’échelle variable soit de qualité réellement
semblable à l’expérience éducative des élèves de la majorité linguistique.
Dans l’évaluation de l’équivalence réelle, la méthode téléologique exige du tribunal qu’il tienne compte
des choix offerts en matière d’éducation du point de vue des titulaires des droits garantis à l’art. 23. Le groupe de
comparaison qui conviendra généralement à cette évaluation sera constitué des écoles avoisinantes de la majorité
linguistique qui représentent une solution de rechange réaliste pour les titulaires de droits. La question à examiner est de
savoir si des parents raisonnables qui détiennent ces droits seraient dissuadés d’envoyer leurs enfants dans une école de
la minorité linguistique parce que l’école est véritablement inférieure à une école de la majorité linguistique où ils
peuvent les inscrire. Dans l’affirmative, l’objet réparateur de l’art . 23 est menacé. Si l’expérience éducative, prise
globalement, est suffisamment supérieure dans les écoles de la majorité linguistique, ce fait pourrait affaiblir la volonté
des parents de faire instruire leurs enfants dans la langue de la minorité, ce qui, du coup, risque d’entraîner
l’assimilation.
Dans l’exercice de comparaison, il faut être conscient des divers facteurs dont les parents raisonnables
tiennent compte pour évaluer l’équivalence. La comparaison est de nature contextuelle et holistique, t enant compte non
seulement des installations matérielles, mais aussi d’autres facteurs comme la qualité de l’instruction, les résultats
scolaires, les activités parascolaires et le temps de déplacement. Une telle approche s’apparente à la façon dont les
parents prennent des décisions relatives à l’instruction de leurs enfants. La mesure dans laquelle un facteur donné
constitue une question en litige dans l’appréciation de l’équivalence est fonction des circonstances de l’affaire. On
examine ensemble les facteurs pertinents pour décider si, globalement, l’expérience éducative est inférieure au point de
pouvoir dissuader les titulaires de droits d’inscrire leurs enfants dans une école de la minorité linguistique. Si, dans
l’ensemble, l’expérience est équivalente, les exigences de l’art. 23 sont respectées.
On tient compte des coûts et des considérations pratiques pour établir le niveau de services
d’enseignement dont doit bénéficier un groupe de titulaires de droits selon l’échelle variable. Ce serait compromettre
cette analyse que d’examiner de nouveau les coûts et les considérations pratiques, après que le niveau approprié de
services d’enseignement eut déjà été fixé. Par conséquent, il n’est pas opportun pour les gouvernements provinciaux ou
territoriaux de soulever des questions liées aux considérations pratiques ou aux coûts dans le cadre de l’analyse de
l’équivalence. Les coûts et les considérations pratiques peuvent toutefois s’avérer pertinents lorsqu’on tente de justifier
une violation de l’art. 23 ou de concevoir une réparation convenable et juste par suite d’une violation.
En l’espèce, le juge saisi de la requête a appliqué le bon critère pour évaluer l’équivalence. Il a évalué les
facteurs pertinents de façon exhaustive et holistique et a comparé RDV aux écoles de langue anglaise du secteur
concerné de Vancouver. Au moment d’établir l’équivalence réelle globale, il a conclu que les programmes offerts à
RDV n’étaient pas de qualité suffisante pour pallier le caractère inadéquat de ses installations, la surpopulation et les
longs déplacements. Selon lui, l’écart entre les écoles de la minorité linguistique et celles de la majorité était tel qu’il
avait pour effet de limiter l’inscription et de contribuer à l’assimilation. Il n’y a aucune erreur de principe dans l’analyse
du juge saisi de la requête.
Le jugement déclaratoire du juge saisi de la requête équivaut à une déclaration portant qu’il y a, à
première vue, violation de l’art. 23, sous réserve de l’établissement futur de la responsabilité, d’une justification de la
violation (s’il y a lieu) et d’une réparation concrète. Si les enfants de titulaires des droits garantis par l’art. 23 ont droit à
une expérience éducative équivalente à celle des enfants de la majorité, il n’y a aucune différence entre une conclusion
d’absence d’équivalence et une conclusion selon laquelle les titulaires de droits n’ont pas reçu les services auxquels ils
- 746 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
ont droit en vertu de l’art. 23. Cependant, puisqu’aucune responsabilité n’a encore été attribuée pour cette violation ―
et qu’il demeure possible que la ou les parties responsables tentent de la justifier ― on ne peut affirmer que le jugement
déclaratoire rendu par le juge constitue une conclusion complète selon laquelle il y a eu violation de la Charte.
Dans une instance qui a été officiellement divisée en étapes afin de distinguer la question de
l’équivalence réelle des autres éléments de l’analyse fondée sur l’art. 23, la preuve qui ne permet pas de répondre à
cette question n’est habituellement pas pertinente. Si on envisage la chose sous cet angle, le juge saisi de la requête
pouvait radier les passages des actes de procédure de la province car ils n’étaient pas pertinents pour l’analyse de
l’équivalence réelle.
POURVOI contre des arrêts de la Cour d’appel de la Colombie-Britannique (les juges Saunders, Bennett
et Hinkson), 2013 BCCA 407, 49 B.C.L.R. (5th) 246, 342 B.C.A.C. 251, 585 W.A.C. 251, 367 D.L.R. (4th) 387, 291
C.R.R. (2d) 106, 44 C.P.C. (7th) 122, [2014] 1 W.W.R. 1, [2013] B.C.J. No. 2057 (QL), 2013 CarswellBC 2799 (WL
Can.); et 2014 BCCA 40, 54 B.C.L.R. (5th) 79, 350 B.C.A.C. 142, [2014] 4 W.W.R. 528, 58 C.P.C. (7th) 230, [2014]
B.C.J. No. 155 (QL), 2014 CarswellBC 225 (WL Can.), qui ont infirmé des décisions du juge Willcock, 2011 BCSC
1495, 21 C.P.C. (7th) 111, [2011] B.C.J. No. 2096 (QL), 2011 CarswellBC 3303 (WL Can.); 2012 BCSC 1614, 39
B.C.L.R. (5th) 144, 270 C.R.R. (2d) 220, [2013] 2 W.W.R. 528, [2012] B.C.J. No. 2247 (QL), 2012 CarswellBC 3373
(WL Can.); et 2013 BCSC 1111, 49 B.C.L.R. (5th) 189, [2013] 10 W.W.R. 602, 40 C.P.C. (7th) 274, 61 Admin. L.R.
(5th) 310, [2013] B.C.J. No. 1352 (QL), 2013 CarswellBC 1871 (WL Can.). Pourvoi accueilli.
Nicolas M. Rouleau et Joseph Pagé, pour les appelants l’Association des parents de l’école
Rose-des-vents et autres.
Robert W. Grant, c.r., Jean-Pierre Hachey, Mark C. Power et David P. Taylor, pour l’appelant le
Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique.
Leonard T. Doust, c.r., Karrie Wolfe et Warren B. Milman, pour les intimés.
Alan F. Jacobson et Barbara C. Mysko, pour l’intervenant le procureur général de la Saskatchewan.
Randy Steele, pour l’intervenant le procureur général de l’Alberta.
François Baril, pour l’intervenant le procureur général des Territoires du Nord -Ouest.
Maxime Faille, Guy Régimbald et Pippa Lawson, pour l’intervenant le procureur général du Territoire du
Yukon.
Christine Ruest Norrena et Isabelle Bousquet, pour l’intervenant le commissaire aux langues officielles
du Canada.
Roger J. F. Lepage et Francis P. Poulin, pour les intervenants la Commission scolaire francophone,
Territoires du Nord-Ouest, la Fédération nationale des conseils scolaires francophones, le Conseil des écoles
fransaskoises et la Commission scolaire francophone du Yukon.
Procureurs des appelants l’Association des parents de l’école Rose-des-vents et autres : Nicolas M.
Rouleau, société professionnelle, Toronto; Joseph Pagé, Vacouver.
Procureurs de l’appelant le Conseil scolaire francophone de la Colombie -Britannique : Gall, Legge,
Grant & Munroe, Vancouver; Juristes Power, Ottawa.
Procureurs des intimés : Procureur général de la Colombie-Britannique, Victoria; McCarthy Tétrault,
Vancouver.
Procureur de l’intervenant le procureur général de la Saskatchewan : Procureur général de la
Saskatchewan, Regina.
- 747 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Procureur de l’intervenant le procureur général de l’Alberta : Procureur général de l’Alberta,
Edmonton.
Procureurs de l’intervenant le procureur général des Territoires du Nord -Ouest : Gowling Lafleur
Henderson, Ottawa.
Procureurs de l’intervenant le procureur général du Territoire du Yukon : Procureur général du Yukon,
Whitehorse; Gowling Lafleur Henderson, Ottawa.
Procureur de l’intervenant le commissaire aux langues officielles du Canada : Commissariat aux
langues officielles, Gatineau.
Procureurs des intervenants la Commission scolaire francophone, Territoires du Nord -Ouest, la
Fédération nationale des conseils scolaires francophones, le Conseil des écoles fransaskoises et la Commission
scolaire francophone du Yukon : Miller Thomson, Regina.
________________________
Present: McLachlin C.J. and Abella, Rothstein, Moldaver, Karakatsanis, Wagner and Gascon JJ.
Constitutional law — Charter of Rights — Minority language educational rights — Substantive equality —
Manner in which court should assess whether children of rights holders are provided with educational experience
equivalent to that provided in schools of linguistic majority of province or territory — Are issues of costs and
practicalities relevant to equivalence analysis — Whether a finding of lack of equivalence amounts to Charter breach
— Whether it is necessary to determine responsibility as between province or territory and school board prior to
finding prima facie breach of s. 23 of Canadian Charter of Rights and Freedoms.
Constitutional law — Charter of Rights — Procedure — Hearing — Procedural fairness — Phasing of
proceedings — Relevance of pleadings — Petition judge phasing proceedings, leaving determination of responsibility
for Charter breach to later phase — Petition judge striking portions of province’s pleadings as irrelevant to first phase
— Whether procedures adopted by petition judge procedurally unfair.
L’école élémentaire Rose-des-vents (“RDV”) is the only publicly-funded French-language elementary school
for children living west of Main Street in the city of Vancouver. The school is overcrowded and enrollment is growing.
RDV is small and the classrooms are significantly smaller than those in other schools. Some have no windows and only
three classrooms meet the recommended size for classrooms. The library is very small, the washrooms are inadequate
and there is no available flexible space in the school. Roughly 85 per cent of students attending RDV are transported to
school by bus and over two-thirds of those have bus trips of more than 30 minutes per trip. By contrast, the
English-language schools in RDV’s catchment area are larger, with larger classrooms, larger and better playing fields,
and more spacious libraries. Most students attending English-language schools in the area live within one kilometre of
their schools.
In 2010, parents of children attending RDV challenged their school board and the provincial government,
seeking a declaration that the educational services made available to their children were not equivalent to those of the
English-language schools in the area and that their minority language education rights under s. 23 of the Charter had
been breached. They requested that the legal proceedings be phased so that they could obtain a declaration while
leaving the question of responsibility for the alleged inadequacies to a later phase, if necessary. Their hope was that
obtaining a declaration would be sufficient to obtain a favourable government response.
The petition judge accepted the request to phase the proceedings, deciding to first assess only whether the
children of rights holders were being provided with instruction and facilities equivalent to majority language schools, as
guaranteed under s. 23 of the Charter. Prior to undertaking this initial phase of the proceedings, the judge struck certain
parts of the province’s pleadings on the grounds that they were not relevant to that phase. At the conclusion of the first
phase of the proceedings, the judge issued a declaration that the parents are not being provided the minority language
educational facilities guaranteed to them by s. 23 of the Charter. He did not assign responsibility for the failure to meet
- 748 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
the constitutional standard. The Court of Appeal allowed the appeal brought by the province. It set aside both the order
striking some of the province’s pleadings, and the declaration.
Held: The appeal should be allowed and the petition judge’s declaration reinstated. The award of special costs
issued by the petition judge is restored. The matter should be remitted to the Supreme Court of British Columbia for the
next phase of the petition, if necessary. Special costs are awarded to the appellants for the appeal proceedings.
Section 23 of the Charter guarantees a “sliding scale” of minority language education rights. At the upper limit
of the sliding scale, rights holders are entitled to full educational facilities that are distinct from, and equivalent to, t hose
found in the schools of the majority language group. The focus in giving effect to s. 23 rights should be on substantive
equivalence, not on per capita costs and other markers of formal equivalence. What is paramount is that the educational
experience of the children of s. 23 rights holders at the upper end of the sliding scale be of meaningfully similar quality
to the educational experience of majority language students.
When assessing substantive equivalence, a purposive approach requires a court to consider the educational
choices available from the perspective of s. 23 rights holders. The comparator group that will generally be appropriate
for that assessment will be the neighbouring majority language schools that represent a realistic alternative for rights
holders. The question to be examined is whether reasonable rights -holder parents would be deterred from sending their
children to a minority language school because it is meaningfully inferior to an available majority language school? If
so, the remedial purpose of s. 23 is threatened. If the educational experience, viewed globally, is sufficiently superior in
the majority language schools, that fact could undermine the parents’ desire to have their children educated in the
minority language, and thus could lead to assimilation.
The comparative exercise must be alive to the varied factors that reasonable parents use to assess equivalence.
The exercise is contextual and holistic, accounting for not only physical facilities, but also quality of instruction,
educational outcomes, extracurricular activities, and travel times, amongst other factors. Such an approach is similar to
the way parents make decisions regarding their children’s education. The extent to which any given factor will
represent a live issue in assessing equivalence will be dictated by the circumstances of each case. The relevant factors
are considered together in assessing whether the overall educational experience is inferior in a way that could
discourage rights holders from enrolling their children in a minority language school. If, on balance, the experience is
equivalent, the requirements of s. 23 will be met.
Issues of costs and practicalities are considered in the determination of the level of educational services a
group of rights holders is entitled to on the sliding scale. It would undermine that analysis to consider costs and
practicalities again, after the appropriate level of educational services has already been determined. Accordingly, it is
not appropriate for provincial or territorial governments to invoke issues of practicality or cost as part of the inquiry
into equivalence. Costs and practicalities may, however, be relevant in attempts to justify a breach of s. 23, and in
attempts to fashion an appropriate and just remedy for a breach.
In the present case, the petition judge applied the correct test to assess equivalence. He comprehensively and
holistically assessed the relevant factors and compared RDV to the English -language schools in the relevant catchment
area in Vancouver. In the determination of overall substantive equivalence, he concluded that the programs offered at
RDV were not so superior as to offset its inadequate facilities, overcrowding and long travel times. In his opinion, the
disparity between the minority and majority language schools was such as to limit enrolment and contribute to
assimilation. There is no error in principle in the petition judge’s analysis.
The declaration issued by the petition judge represents the equivalent of a declaration of a prima facie breach
of s. 23, subject to the future determination of responsibility, justification for the breach (if applicable), and positive
remedy. Where the children of s. 23 rights holders are entitled to an educational experience equivalent to that of
majority language children, there is no difference between a finding of a lack of equivalence and a finding that the
rights holders have not received the services to which they are entitled under s. 23. However, since responsibility for
the breach has not yet been assigned ― and leaving open the possibility that the responsible party or parties may seek
to justify the breach ― it cannot be said that the judge’s declaration constitutes a complete finding of a Charter
violation.
- 749 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Where a proceeding has been formally phased to separate the question of substantive equivalence from other
elements of the s. 23 analysis, evidence that does not assist in answering that question would normally not be relevant.
Considered from this perspective, the petition judge was entitled to strike the portions of the province’s pleadings as
they were not relevant to the inquiry into substantive equivalence.
APPEAL from judgments of the British Columbia Court of Appeal (Saunders, Bennett and Hinkson JJ.A.),
2013 BCCA 407, 49 B.C.L.R. (5th) 246, 342 B.C.A.C. 251, 585 W.A.C. 251, 367 D.L.R. (4th) 387, 291 C.R.R. (2d)
106, 44 C.P.C. (7th) 122, [2014] 1 W.W.R. 1, [2013] B.C.J. No. 2057 (QL), 2013 CarswellBC 2799 (WL Can.); and
2014 BCCA 40, 54 B.C.L.R. (5th) 79, 350 B.C.A.C. 142, [2014] 4 W.W.R. 528, 58 C.P.C. (7th) 230, [2014] B.C.J.
No. 155 (QL), 2014 CarswellBC 225 (WL Can.), setting aside decisions of Willcock J., 2011 BCSC 1495, 21 C.P.C.
(7th) 111, [2011] B.C.J. No. 2096 (QL), 2011 CarswellBC 3303 (WL Can.); 2012 BCSC 1614, 39 B.C.L.R. (5th) 144,
270 C.R.R. (2d) 220, [2013] 2 W.W.R. 528, [2012] B.C.J. No. 2247 (QL), 2012 CarswellBC 3373 (WL Can.); and
2013 BCSC 1111, 49 B.C.L.R. (5th) 189, [2013] 10 W.W.R. 602, 40 C.P.C. (7th) 274, 61 Admin. L.R. (5th) 310,
[2013] B.C.J. No. 1352 (QL), 2013 CarswellBC 1871 (WL Can.). Appeal allowed.
Nicolas M. Rouleau and Joseph Pagé, for the appellants Association des parents de l’école Rose-des-vents et
al.
Robert W. Grant, Q.C., Jean-Pierre Hachey, Mark C. Power and David P. Taylor, for the appellant Conseil
scolaire francophone de la Colombie-Britannique.
Leonard T. Doust, Q.C., Karrie Wolfe and Warren B. Milman, for the respondents.
Alan F. Jacobson and Barbara C. Mysko, for the intervener the Attorney General for Saskatchewan.
Randy Steele, for the intervener the Attorney General of Alberta.
François Baril, for the intervener the Attorney General of the Northwest Territories.
Maxime Faille, Guy Régimbald and Pippa Lawson, for the intervener the Attorney General of the Yukon
Territory.
Christine Ruest Norrena and Isabelle Bousquet, for the intervener the Commissioner of Official Languages of
Canada.
Roger J. F. Lepage and Francis P. Poulin, for the interveners Commission scolaire francophone, Territoires du
Nord-Ouest, Fédération nationale des conseils scolaires francophones, Conseil des écoles fransaskoises and
Commission scolaire francophone du Yukon.
Solicitors for the appellants Association des parents de l’école Rose -des-vents et al.: Nicolas M. Rouleau,
société professionnelle, Toronto; Joseph Pagé, Vancouver.
Solicitors for the appellant Conseil scolaire francophone de la Colombie -Britannique: Gall, Legge, Grant &
Munroe, Vancouver; Power Law, Ottawa.
Solicitors for the respondents: Attorney General of British Columbia, Victoria; McCarthy Tétrault,
Vancouver.
Solicitor for the intervener the Attorney General for Saskatchewan: Attorney General for Saskatchewan,
Regina.
Solicitor for the intervener the Attorney General of Alberta: Attorney General of Alberta, Edmonton.
Solicitors for the intervener the Attorney General of the Northwest Territories: Gowling Lafleur Henderson,
Ottawa.
- 750 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Solicitors for the intervener the Attorney General of the Yukon Territory: Attorney General of the Yukon,
Whitehorse; Gowling Lafleur Henderson, Ottawa.
Solicitor for the intervener the Commissioner of Official Languages of Canada: Office of the Commissioner of
Official Languages, Gatineau.
Solicitors for the interveners Commission scolaire francophone, Territoires du Nord -Ouest, Fédération
nationale des conseils scolaires francophones, Conseil des écoles fransaskoises and Commission scolaire francopho ne
du Yukon: Miller Thomson, Regina.
- 751 -
SUPREME COURT OF CANADA SCHEDULE / CALENDRIER DE LA COUR SUPREME
- 2014 OCTOBER - OCTOBRE
S
D
M
L
T
M
NOVEMBER - NOVEMBRE
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
4
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
DECEMBER - DÉCEMBRE
F
V
S
S
S
D
1
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
M
1
2
3
4
5
6
5
M
6
7
8
9
10
11
2
M
3
4
5
6
7
8
7
8
9
10
11
12
13
12
H
13
14
15
16
17
18
9
10
H
11
12
13
14
15
14
15
16
17
18
19
20
19
20
21
22
23
24
25
16
17
18
19
20
21
22
21
22
23
24
H
25
H
26
27
26
27
28
29
30
31
24
25
26
27
28
29
28
29
30
31
23
30
- 2015 JANUARY - JANVIER
S
D
M
L
T
M
W
M
FEBRUARY - FÉVRIER
MARCH - MARS
T
J
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
H
1
2
3
1
2
3
4
5
6
7
1
2
3
4
5
6
7
4
5
6
7
8
9
10
8
M
9
10
11
12
13
14
8
9
10
11
12
13
14
11
M
12
13
14
15
16
17
15
16
17
18
19
20
21
15
M
16
17
18
19
20
21
18
19
20
21
22
23
24
22
23
24
25
26
27
28
22
23
24
25
26
27
28
25
26
27
28
29
30
31
29
30
31
APRIL - AVRIL
S
D
M
L
T
M
MAY - MAI
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
H
3
4
S
D
M
L
T
M
W
M
JUNE - JUIN
T
J
F
V
S
S
1
2
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
4
5
6
5
H
6
7
8
9
10
11
3
4
5
6
7
8
9
7
M
8
9
10
11
12
13
12
M
13
14
15
16
17
18
10
M
11
12
13
14
15
16
14
15
16
17
18
19
20
19
20
21
22
23
24
25
17
H
18
19
20
21
22
23
21
22
23
24
25
26
27
26
27
28
29
30
25
26
27
28
29
30
28
29
30
24
Sittings of the court:
Séances de la cour :
Motions:
Requêtes :
M
Holidays:
Jours fériés :
H
31
18
87
9
3
sitting weeks / semaines séances de la cour
sitting days / journées séances de la cour
m otion and conference days / journées des requêtes et des conférences
holidays during sitting days / jours fériés durant les sessions
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising