SUPREME COURT OF COUR SUPRÊME DU CANADA

SUPREME COURT  OF COUR SUPRÊME DU CANADA
SUPREME COURT OF
CANADA
COUR SUPRÊME DU
CANADA
BULLETIN OF
PROCEEDINGS
BULLETIN DES
PROCÉDURES
This Bulletin is published at the direction of the
Registrar and is for general information only. It
is not to be used as evidence of its content,
which, if required, should be proved by
Certificate of the Registrar under the Seal of the
Court. While every effort is made to ensure
accuracy, no responsibility is assumed for errors
or omissions.
Ce Bulletin, publié sous l'autorité du registraire,
ne vise qu'à fournir des renseignements
d'ordre général. Il ne peut servir de preuve de
son contenu. Celle-ci s'établit par un certificat
du registraire donné sous le sceau de la Cour.
Rien n'est négligé pour assurer l'exactitude du
contenu,
mais
la Cour décline toute
responsabilité pour les erreurs ou omissions.
During Court sessions the Bulletin is usually
issued week ly.
Le Bulletin paraît en principe toutes les
semaines pendant les sessions de la Cour.
Where a judgment has been rendered, requests
for copies should be made to the Registrar, with
a remittance of $15 for each set of reasons. All
remittances should be made payable to the
Receiver General for Canada.
Quand un arrêt est rendu, on peut se procurer
les motifs de jugement en adressant sa
demande au registraire, accompagnée de 15 $
par exemplaire. Le paiement doit être fait à
l'ordre du Receveur général du Canada.
Consult the Supreme Court of Canada website
at www.scc-csc.gc.ca for more information.
Pour de plus amples informations, consulter le
site Web de la Cour suprême du Canada à
l’adresse suivante : www.scc-csc.gc.ca
May 16, 2014
© Supreme Court of Canada (2014)
ISSN 1918-8358 (Online)
844 - 910
Le 16 mai 2014
© Cour suprême du Canada (2014)
ISSN 1918-8358 (En ligne)
CONTENTS
TABLE DES MATIÈRES
Applications for leave to appeal
filed
844 - 846
Applications for leave submitted
to Court since last issue
847
Demandes d'autorisation d'appel
déposées
Demandes soumises à la Cour depuis la
dernière parution
Judgments on applications for
leave
848 - 877
Jugements rendus sur les demandes
d'autorisation
Judgment on motion
878 - 880
Jugement sur requête
Motions
881 - 892
Requêtes
Notices of appeal filed since last
issue
Appeals heard since last issue and
disposition
Pronouncements of appeals reserved
Headnotes of recent judgments
893
Avis d'appel déposés depuis la dernière
parution
894 - 898
Appels entendus depuis la dernière
parution et résultat
899
Jugements rendus sur les appels en
délibéré
900 - 910
Sommaires de jugements récents
NOTICE
Case summaries included in the Bulletin are prepared by the Office of the Registrar of the
Supreme Court of Canada (Law Branch) for information purposes only.
AVIS
Les résumés de dossiers publiés dans le bulletin sont préparés par le Bureau du registraire
(Direction générale du droit) uniquement à titre d’information.
DEMANDES D’AUTORISATION
D’APPEL DÉPOSÉES
APPLICATIONS FOR LEAVE TO
APPEAL FILED
U.A.S.
Tanya Sietzema
Jane Poproski
Ferro & Company
U.A.S.
v. (35824)
v. (35825)
Attorney General of Canada on behalf of the
United States of America (B.C.)
Amanda Lord
A.G. of Canada
Economical Mutual Insurance Company (Ont.)
Lisa Armstrong
Samis & Company
FILING DATE: 11.04.2014
FILING DATE: 11.04.2014
Elena Ryabikhina et al.
Elena Ryabikhina
N.R.
N.R.
v. (35848)
v. (35849)
St. Michael’s Hospital et al. (Ont.)
Jonathan Gutman
Healthcare Insurance Reciprocal of
Canada
Children’s Aid Society of Toronto et al. (Ont.)
James Dakin
Smockum Zarnett LLP
FILING DATE: 15.04.2014
FILING DATE: 15.04.2014
Hugo Michel Nicolas Kotar
Ian B. Hayward
Hayward & Sheppard
Nadejda Ryabikhina
Nadejda Ryabikhina
v. (35850)
v. (35841)
Renata Leong (Ont.)
Christopher Hubbard
McCarthy Tétrault LLP
Elizabeth Jane Lightle (B.C.)
Lorne N. McLean, Q.C.
MacLean Family Law Group
FILING DATE: 15.04.2014
FILING DATE: 17.04.2014
Anita Endean, as representative plaintiff
J.J. Camp, Q.C.
Camp Fiorante Matthews Mogerman
One West Holdings Ltd.
Brad Cramer
Shapray Cramer Fitterman Lamer LLP
v. (35843)
v. (35844)
Her Majesty the Queen in Right of the Province
of British Columbia et al. (B.C.)
Keith L. Johnston
A.G. of British Columbia
Greata Ranch Holdings Corp. et al. (B.C.)
Geoffrey B. Gomery
Nathanson, Schachter & Thompson
FILING DATE: 22.04.2014
FILING DATE: 22.04.2014
- 844 -
APPLICATIONS FOR LEAVE TO APPEAL
FILED
DEMANDES D'AUTORISATION D'APPEL
DÉPOSÉES
Julien Labrie
Rita Magloé
Henry Jung et al.
Terry Corsianos
Law Office of Terry Corsianos
c. (35846)
v. (35845)
Sa Majesté la Reine (Qc)
Benoit Lauzon
Poursuites criminelles et pénales du
Québec
Talon International Inc. (Ont.)
Mark A. Klaiman
Klaiman, Edmonds
DATE DE PRODUCTION: 22.04.2014
FILING DATE: 23.04.2014
Donald Best
Paul Slansky
Slansky Law Professional Corporation
6250424 Canada Inc.
Bernard Jacob
Morency Société d’Avocats, s.e.n.c.r.l.
v. (35785)
c. (35853)
Kingsland Estates Limited et al. (Ont.)
Lorne S. Silver
Cassels Brock & Blackwell LLP
Ville de Gatineau (Qc)
Francis Gervais, Ad. E.
Deveau, Bourgeois, Gagné, Hébert &
associés, s.e.n.c.r.l.
FILING DATE: 28.04.2014
DATE DE PRODUCTION: 28.04.2014
Jenny Tran
Jenny Tran
Clinton Valentine
Najma Jamaldin
v. (35855)
c. (35856)
Her Majesty the Queen (Ont.)
Sean Doyle
Ministry of the Attorney General of
Oatario
Her Majesty the Queen (Ont.)
Nicolas E. Devlin
Public Prosecution Service of Canada
FILING DATE: 28.04.2014
FILING DATE: 28.04.2014
Jason Kyle Severight
Scott Newman
Martin White Manning Newman LLP
Tyler Curry
Ian M. Carter
Bayne, Sellar, Boxall
v. (35859)
v. (35863)
Her Majesty the Queen (Alta.)
Maureen McGuire
A.G. of Alberta
Her Majesty the Queen (Ont.)
Philip Perlmutter
A.G. of Ontario
FILING DATE: 28.04.2014
FILING DATE: 01.05.2014
- 845 -
APPLICATIONS FOR LEAVE TO APPEAL
FILED
DEMANDES D'AUTORISATION D'APPEL
DÉPOSÉES
Richard James Goodwin
Howard A. Mickelson, Q.C.
Gudmundseth Mickelson LLP
Medoc Properties Limited et al.
Michael J. Crosbie, Q.C.
McInnes Cooper
v. (35864)
v. (35869)
Superintendent of Motor Vehicles et al. (B.C.)
Tyna Mason
A.G. of British Columbia
Standard Trust Company et al. (N.L.)
Paul M. McDonald
Cox & Palmer
FILING DATE: 01.05.2014
FILING DATE: 05.05.2014
and between
Private Alexandra Vezina
Mark Létourneau
Defence Counsel Services
British Columbia (Superintendent of Motor
Vehicles) et al.
Tyna Mason
A.G. of British Columbia
v. (35873)
v. (35864)
Her Majesty the Queen (F.C.)
Anthony M. Tamburro
Director of Military Prosecutions
Jamie Allen Chisholm et al. (B.C.)
Jeremy Carr
Carr, Buchan & Company
FILING DATE: 05.05.2014
FILING DATE: 02.05.2014
- 846 -
APPLICATIONS FOR LEAVE
SUBMITTED TO COURT SINCE
LAST ISSUE
DEMANDES SOUMISES À LA COUR
DEPUIS LA DERNIÈRE PARUTION
MAY 12, 2014 / LE 12 MAI 2014
CORAM: Chief Justice McLachlin and Cromwell and Wagner JJ.
La juge en chef McLachlin et les juges Cromwell et Wagner
1.
Second Lieutenant Moriarity et al. v. Her Majesty the Queen (F.C.) (Crim.) (By Leave) (35755)
2.
Gurdev Singh Mann v. Gurpal Singh Saini et al. (Ont.) (Civil) (By Leave) (35780)
3.
Inco Limited v. Ellen Smith et al. (Ont.) (Civil) (By Leave) (35703)
4.
Recherche NeuroRX inc. c. Elias Gedamu et autres (Qc) (Civile) (Autorisation) (35781)
CORAM: LeBel, Karakatsanis and Wagner JJ.
Les juges LeBel, Karakatsanis et Wagner
5.
Nuwan Dilusha Jayamaha Mudalige Don v. Minister of Citizenship and Immigration et al. (F.C.) (Civil)
(By Leave) (35760)
6.
I.F. c. J.Fr. (Qc) (Civile) (Autorisation) (35767)
7.
Peter Schober v. Tyson Creek Hydro Corporation (B.C.) (Civil) (By Leave) (35742)
8.
Michael Melchior Trupei v. City of Toronto Inc. et al. (Ont.) (Civil) (By Leave) (35783)
CORAM: Abella, Rothstein and Moldaver JJ.
Les juges Abella, Rothstein et Moldaver
9.
Appliance Recycling Centers of America v. Amtim Capital Inc. (Ont.) (Civil) (By Leave) (35764)
10.
6470360 Canada Inc., c.o.b. Energyshop Consulting Inc./Powerhouse Energy Management Inc. et al. v.
Shoppers Drug Mart Inc. (Ont.) (Civil) (By Leave) (35796)
11.
Potash Corporation of Saskatchewan Inc. et al. v. Keith Barton (Sask.) (Civil) (By Leave) (35729)
- 847 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES
DEMANDES D’AUTORISATION
MAY 15, 2014 / LE 15 MAI 2014
35657
Wanda Cummings v. Her Majesty the Queen in Right of the Province of Nova Scotia,
Provincial Court of Nova Scotia, Attorney General of Nova Scotia, Attorney General of Nova
Scotia representing Her Majesty the Queen in Right of the Province of Nova Scotia and Nova
Scotia Department of Justice (N.S.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
Abella, Rothstein and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Nova Scotia Court of Appeal, Number CAC
416755, 2013 NSCA 112, dated October 8, 2013, and all other ancillary motions are dismissed without costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Nouvelle -Écosse, numéro CAC
416755, 2013 NSCA 112, daté du 8 octobre 2013, et toutes les requêtes accessoires so nt rejetées sans dépens.
CASE SUMMARY
(PUBLICAT ION BAN IN CASE) (PUBLICAT ION BAN ON PART Y) (COURT FILE CONT AINS INFORMAT ION THAT IS NOT
A VAILABLE FOR INSPECT ION BY T HE PUBLIC)
Criminal law — Procedure — Notices of appeal filed in the Nova Scotia Court of Appeal — Motions seeking various
remedies dismissed in part by judge sitting in chambers — Whether judge erred and applicant victim of injustice.
October 8, 2013
Nova Scotia Court of Appeal
(Fichaud J.A.)
CAC 416755; 2013 NSCA 112
Motions dismissed
December 11, 2013
Supreme Court of Canada
Notice of appeal as of right filed
January 29, 2014
Supreme Court of Canada
(Abella J.)
Motion for an order allowing the filing of a notice of
appeal as of right dismissed
February 14, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
(ORDONNANCE DE NON -PUBLICATION DANS LE DOSSIER) (ORDONNANCE DE NON-PUBLICATION VISANT UNE PARTIE ) (LE
DOSSIER DE LA COUR CONT IENT DES DONNÉES QUE LE PUBLIC N ’EST PAS AUT ORISÉ À CONSULT ER)
Droit criminel — Procédure — Avis d’appel déposés en Cour d’appel de la Nouvelle-Écosse — Requêtes visant à
obtenir différentes réparations rejetées en partie par le juge siégeant en chambre — Le juge a-t-il commis une erreur et
- 848 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
le demandeur a-t-il subi une injustice?
8 octobre 2013
Cour d’appel de la Nouvelle-Écosse
(Juge Fichaud)
CAC 416755; 2013 NSCA 112
Requêtes rejetées
11 décembre 2013
Cour suprême du Canada
Avis d’appel de plein droit déposé
29 janvier 2014
Cour suprême du Canada
(Juge Abella)
Requête sollicitant l’autorisation de déposer un avis
d’appel de plein droit rejetée
14 février 2014
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée
35681
ACE INA Insurance v. Associated Electric & Gas Insurance Services Limited (Ont.) (Civil)
(By Leave)
Coram :
Abella, Rothstein and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C56418,
2013 ONCA 685, dated November 14, 2013, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C56418, 2013 ONCA
685, daté du 14 novembre 2013, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Insurance — Liability insurance — Insurer’s duty to defend — Whether the doctrine of equitable contribution
between insurers extends to excess insurance policies containing a duty to indemnify for defence costs — Whether an
excess insurer may contract out of the equitable duty to contribute to defence costs through the use of “other
insurance” clauses — Does equitable contribution apply to policies that do not cover the same peril.
An electrical vault containing transformers owned and operated by Toronto Hydro Corporation (“Hydro”) exploded in
a Toronto apartment building, resulting in a fire. The applicant is Hydro’s primary insurer under a comprehensive
general liability policy, with a coverage limit of $1 million per occurrence and a duty to defend clause covering
unlimited defence costs without eroding the policy limit. The respondent is Hydro’s excess liability insurer under an
umbrella policy providing a $45 million coverage limit in excess of the primary policy. The respondent’s policy
undertakes liability for defence costs only when they are not included in other valid and collectible insurance, and any
defence costs paid out will erode the policy limit.
The applicant has defended Hydro against laws uits commenced in relation to the explosion and fire and has borne the
ongoing defence costs. The applicant brought an application for a declaration that the respondent has a duty to
contribute to the defence costs of Hydro, under the principle of equitab le contribution. The respondent denied such
obligation. The Ontario Superior Court of Justice dismissed the application and the Ontario Court of Appeal
- 849 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
dismissed the applicant’s appeal.
November 27, 2012
Ontario Superior Court of Justice
(Brown J.)
2012 ONSC 6248
Application for a declaration that the respondent has a
duty to contribute to defence costs incurred on behalf
of Toronto Hydro Corporation, dismissed
November 14, 2013
Court of Appeal for Ontario
(Gillese, Juriansz and Strathy J. (ad hoc)
JJ.A.)
2013 ONCA 685
Appeal dismissed
January 13, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Assurance — Assurance de responsabilité — Obligation de défendre de l’assureur — La doctrine de la contribution
équitable entre assureurs s’étend-t-elle aux polices d’assurance de risques successifs qui renferment une obligation
d’indemniser les frais de défense? — L’assureur de risques successifs peut-il se soustraire par contrat à l’obligation en
equity de contribuer aux frais de défense par le recours à des clauses de « pluralité d’assurances »? — La contribution
équitable s’applique-t-elle aux polices qui n’assurent pas le même risque?
Une chambre d’appareillage électrique renfermant des transformateurs exploités par Toronto Hydro Corporation
(« Hydro »), qui en était également le propriétaire, a explosé dans un immeuble d’habitation de Toronto, causant un
incendie. La demanderesse est l’assureur de premier rang d’Hydro aux termes d’une police d’assurance responsabilité
générale, comportant un plafond de garantie d’un million de dollars par événement et une clause relative à l’obligation
de défendre, couvrant les frais de défense illimités, sans réduction de la limite de garantie. L’intimée est l’assureur de
responsabilité complémentaire d’Hydro aux termes d’une police d’assurance responsabilité civile complémenta ire qui
fournit une limite de garantie de 45 millions de dollars en plus de la police de premier rang. La police de l’intimée
assume la responsabilité des frais de défense seulement lorsqu’elles ne sont pas compris dans une autre assurance
valide et recouvrable et les frais de défense payés, le cas échéant, réduisent la limite de garantie.
La demanderesse a défendu Hydro contre les poursuites intentées en lien avec l’explosion et l’incendie et a assumé les
frais de défense en cours. La demanderesse a demandé un jugement déclarant que l’intimée avait l’obligation de
contribuer aux frais de défense d’Hydro, suivant le principe de la contribution équitable. L’intimée nie avoir une telle
obligation. La Cour supérieure de justice de l’Ontario a rejeté la d emande et la Cour d’appel de l’Ontario a rejeté
l’appel de la demanderesse.
Demande de jugement déclarant que l’intimée a
l’obligation de contribuer aux frais de défense engagés
au nom de Toronto Hydro Corporation, rejetée
27 novembre 2012
Cour supérieure de justice de l’Ontario
(Juge Brown)
2012 ONSC 6248
- 850 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
14 novembre 2013
Cour d’appel de l’Ontario
(Juges Gillese, Juriansz et Strathy (ad hoc))
2013 ONCA 685
Appel rejeté
13 janvier 2014
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel, déposée
35711
Wanda Cummings v. Attorney General of Nova Scotia representing Her Majesty the Queen
in Right of the Province of Nova Scotia (N.S.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
Abella, Rothstein and Moldaver JJ.
The motions for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal and for dispensing
with compliance with the Rules of the Supreme Court of Canada are granted. The application for leave to appeal from
the judgment of the Nova Scotia Court of Appeal, Number CA 415797, 2013 NSCA 113, dated October 8, 2013, and
all ancillary motions are dismissed without costs.
Les requêtes en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel et
pour dispense d’observation des Règles de la Cour suprême du Canada sont accueillies. La demande d’autorisation
d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Nouvelle-Écosse, numéro CA 415797, 2013 NSCA 113, daté du 8 octobre
2013, et toutes les requêtes accessoires sont rejetées sans dépens.
CASE SUMMARY
(PUBLICAT ION BAN IN CASE) (PUBLICAT ION BAN ON PART Y) (COURT FILE CONT AINS INFORMAT ION THAT IS NOT
A VAILABLE FOR INSPECT ION BY T HE PUBLIC)
Criminal law — Procedure — Notices of appeal filed in the Nova Scotia Court of Appeal — Motions seeking various
remedies dismissed in part by judge sitting in chambers — Whether judge erred and applicant victim of injustice.
October 8, 2013
Nova Scotia Court of Appeal
(Fichaud J.A.)
CA 415797; 2013 NSCA 113
Motions dismissed in part
December 11, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
January 3, 2014
Supreme Court of Canada
Motion for an extension of time to file and serve the
application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
(ORDONNANCE DE NON-PUBLICATION DANS LE DOSSIER) (ORDONNANCE DE NON-PUBLICATION VISANT UNE PARTIE ) (LE
- 851 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
DOSSIER DE LA COUR CONT IENT DES DONNÉES QUE LE PUBLIC N ’EST PAS AUT ORISÉ À CONSULT ER)
Droit criminel — Procédure — Avis d’appel déposés en Cour d’appel de la Nouvelle-Écosse — Requêtes visant à
obtenir différentes réparations rejetées en partie par le juge siégeant en chambre — Le juge a-t-il commis une erreur et
le demandeur a-t-il subi une injustice?
8 octobre 2013
Cour d’appel de la Nouvelle-Écosse
(Juge Fichaud)
CA 415797; 2013 NSCA 113
Requêtes rejetées en partie
11 décembre 2013
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée
3 janvier 2014
Cour suprême du Canada
Requête en prorogation du délai pour déposer et
signifier la demande d’autorisation d’appel, déposée
35713
Lyne Trudeau c. Fraternité des policiers et policières de Montréal (Qc) (Civile) (Autorisation)
Coram :
Les juges LeBel, Karakatsanis et Wagner
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-09023326-135, 2013 QCCA 2079, daté du 5 décembre 2013, est rejetée avec dépens.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court o f Appeal of Quebec (Montréal), Number
500-09-023326-135, 2013 QCCA 2079, dated December 5, 2013, is dismissed with costs.
CASE SUMMARY
Injunctions — Motion to remove director — Applicant elected director of association of employees and then removed
by Superior Court on ground that she had repeatedly breached her obligations — Whether applicant justified in raising
as defence her freedom of expression and duty to inform herself and to disclose relevant information to members of
association — Civil Code of Québec, R.S.Q., c. C-1991, art. 329; Code of Civil Procedure, R.S.Q., c. C-25, art. 828.
In 2010, Ms. Trudeau was elected vice-president, labour relations, of the Fraternité des policiers et policières de
Montréal for a term of four years. In 2012, a select committee of the Fraternité’s board of directors of which
Ms. Trudeau was not a member decided to restructure the Fraternité’s legal department. Essentially, legal services
were now to be provided by a firm of lawyers in private practice. The board ratified the agreement with the law firm
during its meeting on June 12, 2012. Ms. Trudeau objected. Relations then became more acrimonious on the board
and within the Fraternité.
On July 24, 2012, the board passed a resolution initiating a disciplinary investigation against Ms. Trudeau and
authorizing the bringing of legal proceedings. The Fraternité then applied to the Superior Court for a permanent
injunction removing Ms. Trudeau. The Fraternité alleged that, following the meeting on June 12, 2012, Ms. Trudeau
had broken the law and violated the Fraternité’s articles and by -laws, had repeatedly breached her obligations as
director, had not acted with honesty, loyalty and good faith toward it, had violated the undertakings of confidentiality
she had made in her oath of office, had put herself in a conflict of interest situation, had lost the confidence of the
- 852 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Fraternité’s union structure and the board of directors and had caused considerable tension on the board and in the
Fraternité. The Superior Court allowed the Fraternité’s motion and ordered Ms. Trudeau’s removal. The Court of
Appeal dismissed the appeal.
January 31, 2013
Quebec Superior Court
(Cohen J.)
2013 QCCS 348
Respondent’s motion to remove allowed
December 5, 2013
Quebec Court of Appeal (Montréal)
(Morin, Vézina and Fournier JJ.A.)
2013 QCCA 2079; 500-09-023326-135
Appeal dismissed
February 3, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Injonctions — Requête en destitution d’un administrateur — Demanderesse élue à un poste d’administrateur d’une
association de salariés puis destituée par la Cour supérieure au motif qu’elle avait violé de façon répétée les
obligations qui s’imposaient à elle — La demanderesse était-elle justifiée d’invoquer en défense sa liberté
d’expression et son devoir de s’informer et de divulguer l’information pertinente aux membres de l’association? —
Code civil du Québec, L.R.Q., ch. C-1991, art. 329; Code de procédure civile, L.R.Q., ch. C-25, art. 828.
Mme Trudeau est élue en 2010 au poste de vice-présidente aux relations de travail de la Fraternité des policiers et
policières de Montréal, pour un mandat de quatre ans. En 2012, un comité restreint du Conseil de direction de la
Fraternité et dont Mme Trudeau ne fait pas partie décide de restructurer le service du contentieux de la Fraternité.
Essentiellement, les services juridiques seront désormais assurés par un cabinet d’avocats en pratique privée. Le
Conseil ratifie l’entente avec le cabinet d’avocats lors de sa réunion du 12 juin 2012. Mme Trudeau s’y oppose. Par
la suite, les relations au sein du Conseil et à la Fraternité s’enveniment.
Le 24 juillet 2012, le Conseil adopte une résolution par laquelle il enclenche une enquête disciplinaire à l’encontre de
Mme Trudeau et autorise la prise de procédures judiciaires. La Fraternité s’adresse par la suite à la Cour supérieure
pour obtenir une injonction permanente destituant Mme Trudeau. La Fraternité allègue qu’après la réunion du 12 juin
2012, Mme Trudeau a enfreint la loi et les statuts et règlements de la Fraternité, qu’elle a manqué à ses obligations
d’administratrice de façon répétée, qu’elle n’a pas agi avec honnêteté, loyauté et bonne foi envers elle, qu’elle a
contrevenu à ses engagements de confidentialité contenus dans son serment d’office, qu’elle s’est placée dans une
situation de conflit d’intérêts, qu’elle a perdu la confiance de la structure syndicale de la Fraternité et du Comité de
direction et qu’elle est l’auteure de tensions importantes au sein du Conseil et à la Fraternité. La Cour supérieure
accueille la requête de la Fraternité et ordonne la destitution de Mme Trudeau. La Cour d’appel rejette l’appel.
Requête de l’intimée en destitution accueillie
Le 31 janvier 2013
Cour supérieure du Québec
(La juge Cohen)
2013 QCCS 348
- 853 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Le 5 décembre 2013
Cour d’appel du Québec (Montréal)
(Les juges Morin, Vézina et Fournier)
2013 QCCA 2079; 500-09-023326-135
Appel rejeté
Le 3 février 2014
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée
35733
Cold Lake First Nations v. Her Majesty the Queen in Right of Alberta as represented by the
Minister of Tourism, Parks and Recreation (Alta.) (Civil) (By Leave)
Coram :
LeBel, Karakatsanis and Wagner JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Alberta (Edmonton),
Number 1203-0254-A C, 2013 ABCA 443, dated December 20, 2013, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d'appel de l’Alberta (Edmonton), numéro 12030254-AC, 2013 ABCA 443, daté du 20 décembre 2013, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Aboriginal law — Crown — Duty to consult — What is Crown’s obligation to make disclosure to First Nations during
consultation process — What procedural safeguards are required to meet principles of natural justice and Honour of
Crown where Crown is project proponent, engaged in consultation, and ultimate decision maker — What steps must
Crown take to inform itself of facts or evidence necessary for its decision making?
The issue in this case is whether the Alberta government fulfilled its duty to consult the Cold Lake First Nations when
Tourism, Parks and Recreation proceeded with a campground redevelopment and expansion at the English Bay
Provincial Recreation Area. The Cold Lake First Nations sought judicial review of the decision to end the
consultation and the decision to commence construction. The originating notice sought a declaration that the Minister
had breached her duty to consult with Cold Lake First Nations and an order quashing the decision to proceed with
construction.
The reviewing judge set aside the decision to proceed with construction and ordered that the consultation process
continue. The majority of the Court of Appeal allowed the appeal and the decision to proceed with the development
restored. The dissenting opinion at the Court of Appeal would have dismissed the Crown appeal, found the reviewing
judge’s decision reasonable and accorded it deference.
September 24, 2012
Court of Queen’s Bench of Alberta
(Browne J.)
2012 ABQB 579
Director of Parks decision to terminate discussions and
proceed with construction of recreation Area set aside;
process of consultation to continue.
- 854 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
December 20, 2013
Court of Appeal of Alberta (Edmonton)
(Côté and Rowbotham JJ.A. and O’Ferrall
J.A. (dissenting))
2013 ABCA 443
File No.: 1203-0254-A C
Appeal allowed; Director of Parks decision to proceed
with development restored.
February 18, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed.
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit des Autochtones — Couronne - Obligation de consulter - Quelle est l’obligation de la Couronne de
communiquer avec les Premières Nations pendant le processus de consultation? —Quelles garanties procédurales sont
nécessaires pour respecter les principes de justice naturelle et de l’honneur de la Couronne lorsque la Couronne est le
promoteur du projet, lorsqu’elle est engagée dans des consultations et lorsqu’elle est le décideur u ltime? - Quelles
mesures la Couronne doit-elle prendre pour s’informer des faits ou des éléments de preuve nécessaires à sa prise de
décision?
Il faut décider en l’espèce si le gouvernement de l’Alberta s’est acquitté de son obligation de consulter les Premières
Nations de Cold Lake lorsque le ministère du Tourisme, des Parcs et des Loisirs a entrepris le réaménagement et
l’agrandissement d’un terrain de camping situé dans l’aire de loisirs provinciale de la baie English. Les Premières
Nations de Cold Lake ont demandé le contrôle judiciaire de la décision de mettre fin à la consultation et la décision
d’entreprendre la construction. Dans leur avis introductif d’instance, elles ont demandé un jugement déclarant que la
ministre avait violé son obligation de consulter les Premières Nations de Cold Lake et une ordonnance annulant la
décision d’entreprendre les travaux de construction.
La juge saisie de la demande de contrôle judiciaire a annulé la décision d’entreprendre la construction et a ordonné la
poursuite du processus de consultation. Les juges majoritaires de la Cour d’appel ont accueilli l’appel et la décision
d’entreprendre l’aménagement a été rétablie. Le juge dissident de la Cour d’appel aurait rejeté l’appel de la Couronne,
concluant que la décision de la juge de première instance était raisonnable et qu’il fallait faire preuve de déférence à
son égard.
24 septembre 2012
Cour du Banc de la Reine de l’Alberta
(Juge Browne)
2012 ABQB 579
Décision du directeur des Parcs de mettre fin aux
discussions et d’entreprendre la construction de l’aire
de loisirs, annulée; le processus de consultation doit
continuer.
20 décembre 2013
Cour d’appel de l’Alberta (Edmonton)
(Juges Côté, Rowbotham et O’Ferrall
(dissident))
2013 ABCA 443
No du greffe : 1203-0254-A C
Appel accueilli; décision du directeur des Parcs
d’entreprendre l’aménagement, rétablie.
18 février 2014
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel, déposée.
- 855 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
35735
James Symington v. Halifax Regional Municipality and Halifax Regional Police Service (N.S.)
(Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Cromwell and Wagner JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Nova Scotia Court of Appeal, Number CA
374381, 2013 NSCA 152, dated December 20, 2013, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Nouvelle -Écosse, numéro CA 374381,
2013 NSCA 152, daté du 20 décembre 2013, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Judgments and orders — Summary judgments — Respondents’ motion to strike applicant’s pleadings and for
summary judgment granted — What is the test for obtaining summary judgment under the Rules of Civil Procedure in
effect outside of Ontario? — Should this Court revisit its articulation of the summary judgment test in Canada
(Attorney General) v. Lameman, 2008 SCC 14 in light of its recent ruling in Hryniak v. Mauldin, 2014 SCC 7?
Mr. Symington was employed by the Halifax Regional Police Service starting in 1988. In 2001, while on sick leave,
he obtained work as an actor and also went to New York City to assist in the rescue mission following the terrorist
attack there. His activities during his sick leave prompted a fraud investigation by his superiors that lasted
approximately six weeks, ending in October of 2001 with a decision not to lay any charges. Mr. Symington launched
an action in 2004 against the respondents and two of his superior officers, alleging malicious procurement of a search
warrant, malicious prosecution, defamation and intentional infliction of mental suffering. His action was struck on the
basis that it disclosed no cause of action. His appeal was allowed in part, permitting him to pursue his cause of action
for malicious prosecution resulting from alleged abuse of the criminal process. He filed a second statement of claim in
2009 alleging malicious procurement of a search warrant, malicious prosecution, defamation, negligence and
intentional infliction of mental suffering. The respondents applied for an order striking portions of Mr. Symington’s
claim and an order for summary judgment.
December 22, 2011
Supreme Court of Nova Scotia, Trial Division
(Robertson J.)
2011 NSSC 474
Respondents’ motion to strike applicant’s pleadings
and for summary judgment granted.
December 20, 2013
Nova Scotia Court of Appeal
(MacDonald, Saunders and Hamilton JJ.A.)
2013 NSCA 152
Appeal dismissed
February 18, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Jugements et ordonnances — Jugements sommaires — Requête des intimés en radiation des actes de procédure du
demandeur et en jugement sommaire, accueillie — Quel est le critère pour obtenir un jugement sommaire en
- 856 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
application des règles de procédure civile en vigueur à l’extérieur de l’Ontario? — Cette Cour doit-elle revoir la
manière dont elle a formulé le critère relatif au jugement sommaire dans l’arrêt Canada (Procureur général) c.
Lameman, 2008 CSC 14 à la lumière de l’arrêt qu’elle a rendu récemment dans l’affaire Hryniak c. Mauldin, 2014
CSC 7?
Monsieur Symington a commencé à travailler au service de police régionale d’Halifax en 1988. En 2001, pendant
qu’il était en congé de maladie, il a obtenu du travail comme comédien et il s’est également rendu à New York pour
prendre part à la mission de sauvetage à la suite de l’attentat terroriste perpétré dans cette ville. Ses activités pendant
son congé de maladie ont amené ses supérieurs à lancer une enquête pour fraude qui a duré environ six semaine s,
prenant fin en octobre 2001 avec la décision de ne pas porter d’accusations. En 2004, M. Symington a intenté une
action contre les intimés et deux de ses officiers supérieurs, alléguant l’obtention malveillante d’un mandat de
perquisition, la poursuite malveillante, la diffamation et l’infliction intentionnelle de souffrance morale. Son action a
été radiée au motif qu’elle ne révélait aucune cause d’action. Son appel a été accueilli en partie, l’autorisant à
poursuivre sa cause d’action en poursuite malveillante résultant d’un abus présumé du processus criminel. Il a déposé
une deuxième déclaration en 2009, alléguant l’obtention malveillante d’un mandat de perquisition, la poursuite
malveillante, la diffamation, la négligence et l’infliction intention nelle de souffrance morale. Les intimés ont demandé
une ordonnance en radiation de certaines parties de la demande de M. Symington et une ordonnance de jugement
sommaire.
22 décembre 2011
Cour suprême de la Nouvelle-Écosse, Section de
première instance
(Juge Robertson)
2011 NSSC 474
Requête des intimés en radiation des actes de
procédure du demandeur et en jugement sommaire,
accueillie.
20 décembre 2013
Cour d’appel de la Nouvelle-Écosse
(Juges MacDonald, Saunders et Hamilton)
2013 NSCA 152
Appel rejeté
18 février 2014
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel, déposée
35737
Marek Petrykowski v. 553562 Ontario Limited c.o.b as Bell Cartage (Ont.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Abella, Rothstein and Moldaver JJ.
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is dismissed with
costs. In any event, had such motion been granted, the application for lea ve to appeal from the judgment of the Court
of Appeal for Ontario, Number M-41490, dated November 30, 2012, would have been dismissed with costs.
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est
rejetée avec dépens. Quoi qu’il en soit, même si la requête avait été accueillie, la demande d’autorisation d’appel de
l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro M-41490, daté du 30 novembre 2012, aurait été rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Civil procedure — Denial of leave to appeal order refusing to set aside or vary order denying extension of time to
- 857 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
appeal of denial of various motions — Whether Court of Appeal erred in denying leave to appeal.
Marek Petrykowski was employed by 553562 Ontario Limited carrying on business as Bell Cartage (“Bell Cartage”).
Bell Cartage filed a Statement of Claim, but it was administratively dismissed for want of prosecution. The next year,
Mr. Petrykowski filed his own Statement of Claim in the Small Claims Court and revived the claim against him in the
Superior Court. There followed numerous proceedings, including a series of motions before WhittenJ. of the Superior
Court. Mr. Petrykowski was permitted to amend his Statement of Defence, but requests to add a counterclaim based
on the facts of the claim in Small Claims Court, consolidate the proceeding with his claim in Small Claims Court, stay
his claim in Small Claims Court, and to set aside any applicable limitation period under the doctrine of fraudu lent
concealment were dismissed. Having pursued numerous other procedural remedies, Mr. Petrykowski moved,
unsuccessfully, for an extension of time to appeal Whitten J.’s order.
The Divisional Court dismissed Mr. Petrykowski’s motion to set aside or vary the order of Milanetti J., and the Court
of Appeal dismissed Mr. Petrykowski’s motion for leave to appeal that decision. Subsequently, on April 25, 2013, a
judge of the Superior Court of Justice ordered that “neither party shall commence or continue any action against the
other for any reason for anything that happened between them up to and including April 25, 2013”.
November 21, 2011
Ontario Superior Court of Justice
(Milanetti J.)
2011 ONSC 6711
Motion to extend time dismissed
June 8, 2012
Ontario Superior Court of Justice
(Divisional Court)
(Koke, Sachs and Ellie JJ.A.)
Motion to set aside or vary order of Milanetti J. dated
November 21, 2011, dismissed
November 30, 2012
Court of Appeal for Ontario
(Winkler C.J.O., Doherty and Pepall JJ.A.)
Application for leave to appeal decision on motion to
set aside or vary order of Milanetti J. dismissed
February 19, 2014
Supreme Court of Canada
Motion to extend time to serve and file leave
application and application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Procédure civile - Refus de l’autorisation d’en appeler d’une ordonnance refusant d’annuler ou de modifier une
ordonnance refusant une prorogation du délai d’appel du rejet de diverses motions. — La Cour d’appel a eu tort de
refuser l’autorisation d’appel?
Marek Petrykowski était au service de 553562 Ontario Limited, faisant affaire sous la raison sociale Bell Cartage
(« Bell Cartage »). Bell Cartage a déposé une déclaration qui a été rejetée sur le plan administratif pour défaut de
poursuivre. L’année suivante, M. Petrykowski a déposé sa propre déclaration à la Cour des petites créances et a fait
reprendre l’action intentée contre lui en Cour supérieure. Il y a eu de nombreuses procédures par la suite, y compris
une série de motions présentées au juge Whitten de la Cou r supérieure. Monsieur Petrykowski a été autorisé à
modifier sa défense, mais des demandes en vue d’ajouter une demande reconventionnelle fondée sur l’effet de la
demande présentée à la Cour des petites créances, de joindre l’instance à sa demande à la Co ur des petites créances, de
suspendre sa demande à la Cour des petites créances et d’annuler tout délai de prescription applicable en vertu de la
- 858 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
doctrine de la dissimulation frauduleuse ont été rejetées. Ayant intenté de nombreux autres recours à caractè re
procédural, M. Petrykowski a demandé par motion, sans succès, une prorogation du délai d’interjeter appel de
l’ordonnance du juge Whitten.
La Cour divisionnaire a rejeté la motion de M. Petrykowski en annulation ou en modification de l’ordonnance du juge
Milanetti, et la Cour d’appel a rejeté la motion de M. Petrykowski en autorisation d’appel de cette décision. Par la
suite, le 25 avril 2013, un juge de la Cour supérieure de justice a statué que [ T RADUCT ION] « ni l’une ni l’autre des
parties ne [pouvait] intenter ou poursuivre une action contre l’autre pour quelque motif que ce soit lié à ce qui se serait
produit entre eux jusqu’au 25 avril 2013 inclusivement ».
21 novembre 2011
Cour supérieure de justice de l’Ontario
(Juge Milanetti)
2011 ONSC 6711
Motion en prorogation de délai, rejetée
8 juin 2012
Cour supérieure de justice de l’Ontario
(Cour divisionnaire)
(Juges Koke, Sachs et Ellie)
Motion en annulation ou en modification de
l’ordonnance du juge Milanetti en date du 21
novembre 2011, rejetée
30 novembre 2012
Cour d’appel de l’Ontario
(Juge en chef Winkler, juges Doherty et Pepall)
Motion en autorisation d’appel de la décision sur la
motion en annulation ou en modification de
l’ordonnance du juge Milanetti, rejetée
19 février 2014
Cour suprême du Canada
Requête en prorogation du délai de signification et de
dépôt de la demande d’autorisation et demande
d’autorisation d’appel, déposées
35740
Peter Waskowec v. Hydro One Networks Inc. (Ont.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Abella, Rothstein and Moldaver JJ.
The ancillary motions are dismissed. The application for leave to appeal from the judgment of the Court of
Appeal for Ontario, Number C57360, 2013 ONCA 763, dated December 13, 2013, is dismissed without costs.
Les requêtes accessoires sont rejetées. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de
l’Ontario, numéro C57360, 2013 ONCA 763, daté du 13 décembre 2013, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
Prerogative writs — Mandamus — Applicant seeking order of mandamus requiring respondent to deliver bills by
courier — Whether Court of Appeal erred in law and in fact by making a wide range of rulings without permitting
applicant to speak on laws and issues — Whether Court of Appeal erred in fact and in law by determining the case
before them on one legal technicality while ignoring all applicable laws of equity
Mr. Waskowec sought an order of mandamus requiring delivery of his Hydro bills to his home by courier. Hydro One
refused his request for this service.
- 859 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
July 4, 2013
Ontario Superior Court of Justice
(Backhouse J.)
2013 ONSC 4567
Applicant’s
dismissed
application
for order of mandamus
December 13, 2013
Court of Appeal for Ontario
(Epstein, Tulloch and Pardu JJ.A.)
2013 ONCA 763
Applicant’s appeal quashed
January 16, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Brefs de prérogative — Mandamus — Demandeur sollicitant une ordonnance de mandamus enjoignant à l’intimée de
livrer des factures par messager — La Cour d’appel a-t-elle commis des erreurs de droit et de fait en rendant une vaste
gamme de décisions sans permettre au demandeur de s’exprimer sur le droit et d’autres sujets? — La Cour d’appel
a-t-elle commis des erreurs de fait et de droit en tranchant l’affaire dont elle était saisie sur le fondement d’un détail
juridique tout en faisant abstraction de l’ensemble des règles d’equity applicables?
M. Waskowec a sollicité une ordonnance de mandamus exigeant la livraison par messager de ses factures d’électricité
à son domicile. Hydro One a rejeté sa demande.
4 juillet 2013
Cour supérieure de justice de l’Ontario
(Juge Backhouse)
2013 ONSC 4567
Demande d’ordonnance de mandamus présentée par le
demandeur rejetée
13 décembre 2013
Cour d’appel de l’Ontario
(Juges Epstein, Tulloch et Pardu)
2013 ONCA 763
Appel du demandeur annulé
16 janvier 2014
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée
35741
Trevor Kniss v. Telecommunication Workers Union (TWU) and Telus Communicati ons Inc.
(F.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Abella, Rothstein and Moldaver JJ.
- 860 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. The
application for leave to appeal from the judgment of the Federal Court of Appeal, Number A -473-12, 2013 FCA 293,
dated December 19, 2013, is dismissed with costs.
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est
accueillie. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel fédérale, numéro A -473-12, 2013 CAF
293, daté du 19 décembre 2013, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Charter of rights — Administrative law — Procedure — Employee grieved both dismissal and employer’s failure to
reasonably accommodate — Employee’s accommodation grievance reserved and not pursued — Arbitrator found that
employee not wrongfully dismissed — While grievances pending, however, employee filed two complaints with
Canadian Human Rights Commission — Employee then applied for judicial review of Human Rights Commission’s
refusal to deal with discrimination complaints because dealt with in grievances, but missed deadline for filing affidavit
of service — Federal Court dismissed employee’s motion for extension of time and later Federal Court of Appeal
dismissed employee’s appeal — Whether lower courts erred in dismissing employee’s motion for extension of time —
Whether lower courts erred in not reserving judgment until all evidence submitted in accordance with Charter.
The applicant, Mr. Kniss, was fired as a result of a dispute arising out of his employer’s obligation to accommodate his
physical limitations. Mr. Kniss grieved both the employer’s failure to reasonably accommodate him as well as his
dismissal. An arbitrator found that Mr. Kniss had not been wrongfully dismissed. The accommodation grievance was
reserved and not pursued. While his grievances were pen ding, Mr. Kniss filed two complaints with the Canadian
Human Rights Commission, for the employer’s failure to reasonably accommodate him and his dismissal. The
Commission declined to deal with Mr. Kniss’ complaints as it was of the view that they had been dealt with in the
grievance arbitration. Mr. Kniss applied for judicial review of the Commission’s refusal to deal with his complaints.
However, he missed the deadline for filing his affidavit for service and was required to bring a motion for an extens ion
of time. Fifty days had elapsed between the refusal to accept the affidavit of service and Mr. Kniss’ filing of the
motion for an extension of time. The Federal Court prothonotary who dealt with the motion found that Mr. Kniss did
not have a continuing interest in pursuing his application for judicial review as his delay in bringing the motion had
not been explained. The prothonotary also found that Mr. Kniss’ application for judicial review constituted an abuse
of process. As a result, the prothonotary concluded that the interests of justice militated against granting an extension
of time to proceed with an application that was doomed to fail. He dismissed both the motion for an extension of time
and, on his own motion, dismissed the application fo r judicial review. Mr. Kniss appealed the decision to a Federal
Court judge, who concluded that the prothonotary applied the correct test and that his decision was not clearly wrong.
Accordingly, he dismissed the appeal as did, in turn, the Federal Court of Appeal.
November 1, 2012
Federal Court
(Boivin J.)
Motion for extension of time dismissed.
December 19, 2013
Federal Court of Appeal
(Pelletier, Stratas and Near JJ.A.)
2013 FCA 293
Appeal dismissed.
February 17, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed together with motion for
extension of time to serve and file application itself.
- 861 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Charte des droits — Droit administratif — Procédure — L’employé a déposé un grief contre son congédiement et
l’omission de son employeur de prendre des mesures raisonnables d’adaptation à son égard — Le grief de l’employé
quant aux mesures d’adaptation a été mis de côté et n’a pas été poursuivi — L’arbitre a conclu que l’employé n’avait
pas été injustement congédié — Toutefois, alors que les griefs étaient en instance, l’employé a déposé deux plaintes à
la Commission canadienne des droits de la personne — L’employé a ensuite demandé le contrôle judiciaire du refus
par la Commission des droits de la personne de traiter les plaintes de discrimination parce qu’elle faisaient l’objet de
griefs, mais il a omis de respecter le délai de dépôt de l’affidavit de signification — La Cour fédérale a rejeté la
requête en prorogation de délai déposée par l’employé et, par la suite, la Cour d’appel fédérale a rejeté l’appel de
l’employé — Les juridictions inférieures ont-elles eu tort de rejeter la requête en prorogation de délai présentée par
l’employé? — Les juridictions inférieures ont-elles eu tort de ne pas prendre l’affaire en délibéré jusqu’à ce que toute
la preuve soit présentée conformément à la Charte?
Le demandeur, M. Kniss, a été congédié à la suite d’un différend portant sur l’obligation de son employeur de prendre
des mesures d’adaptation à l’égard de ses limitations physiques. Monsieur Kniss a déposé un grief contre l’omission
de son employeur de prendre des mesures raisonnables d’adaptation à son égard et contre son congédiement. Un
arbitre a conclu que M. Kniss n’avait pas été injustement congédié. Le grief quant aux mesures d’adaptation a été mis
de côté et n’a pas été poursuivi. Alors que ses griefs étaient en instance, M. Kniss a déposé deux plaintes à la
Commission canadienne des droits de la personne, relativement à l’omission de son employeur de prendre des mesures
raisonnables d’adaptation à son égard et relativement à son congédiement. La Commission a refusé de traiter les
plaintes de M. Kniss, étant d’avis que ces plaintes avaient été traitées dans le cadre de l’arbitrage des griefs.
Monsieur Kniss a demandé le contrôle judiciaire du refus par la Commission de traiter ses plaintes. Toutefois, il a
omis de respecter le délai de dépôt de son affidavit de signification et il a dû présenter une requête en prorogation de
délai. Cinquante jours s’étaient écoulés entre le refus d’accepter les affidavits de signification et le dépôt par M. Kniss
de la requête en prorogation de délai. Le protonotaire de la Cour fédérale qui a traité la requête a conclu que M. Kniss
n’avait plus intérêt à poursuivre sa demande de contrôle judiciaire, puisque son retard à présenter la requête n’avait pas
été expliqué. Le protonotaire a aussi conclu que la demande de contrôle judiciaire présentée par M. Kniss constituait
un abus de procédure. Par conséquent, le protonotaire a co nclu qu’il était contraire aux intérêts de la justice
d’accorder une prorogation de délai pour présenter une demande qui était vouée à l’échec. Il a rejeté la requête en
prorogation de délai et, de son propre chef, il a rejeté la demande de contrôle judic iaire. Monsieur Kniss a interjeté
appel de la décision à un juge de la Cour fédérale qui a conclu que le protonotaire avait appliqué le bon critère et que
sa décision n’était pas manifestement erronée. Par conséquent, il a rejeté l’appel et la Cour d’appe l fédérale en a fait
de même par la suite.
1er novembre 2012
Cour fédérale
(Juge Boivin)
Requête en prorogation de délai, rejetée.
19 décembre 2013
Cour d’appel fédérale
(Juges Pelletier, Stratas et Near)
2013 FCA 293
Appel rejeté.
17 février 2014
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée avec une requête en
prorogation du délai de signification et de dépôt de la
demande elle-même.
- 862 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
35745
Ivan William Mervin Henry v. Her Majesty the Queen in Right of the Province of British
Columbia as represented by the Attorney General of British Columbia and Attorney General
of Canada (B.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
LeBel, Karakatsanis and Wagner JJ.
The motion for leave to intervene of the Association in Defence of the Wrongly Convicted is dismissed
without prejudice to its right to apply for leave to intervene in the appeal. The application for leave to appeal from the
judgment of the Court of Appeal for British Columbia (Vancouver), Number CA040901, 2014 BCCA 15, dated
January 21, 2014, is granted with costs in the cause.
La requête pour permission d’intervenir de l’Association in Defence of the Wrongly Convicted est rejetée
sous réserve de son droit de demander l’autorisation d’intervenir dans l’appel. La demande d’autorisation d’appel de
l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver), numéro CA040901, 2014 BCCA 15, daté du 21
janvier 2014, est accueillie avec dépens selon l’is sue de la cause.
CASE SUMMARY
(PUBLICAT ION BAN IN CASE)
Charter of rights — Crown law — Crown liability — Applicant wrongfully convicted and incarcerated during almost
27 years — Subsequent civil claim against provincial Crown for, inter alia, malicious prosecution and seeking
Charter damages for non-disclosure of evidence at trial — Whether Crown prosecutors liable for anything less than
malicious prosecution — Canadian Charter of Rights and Freedoms, ss. 7, 11(d), 24(1).
Mr. Henry was convicted in 1983 of 10 sexual offence counts, was declared a dangerous offender and sentenced to an
indefinite period of incarceration. He remained incarcerated for almost 27 years, until granted bail in 2009, and was
acquitted in October 2010. Mr. Henry then sought damages against, inter alia, the prosecutors for the injuries he
alleges he suffered as a consequence of the wrongful conviction and incarceration. The claim relates to the actions of
Crown counsel through the course of the trial and subsequent appeal processes.
Mr. Henry is seeking damages under s. 24(1) of the Charter and, to that end, successfully applied for leave to amend
his pleadings to include the following:
120. The various acts and omissions that violated the Plaintiff’s right to disclosure and/or his right to
full answer and defence and/or his right to a fair trial, as described in paragraphs 113-119 above,
were a marked and unacceptable departure from the reasonable standards expected of the Crown
counsel.
The amendment was subsequently refused by the B.C. Court o f Appeal, on the basis that Supreme Court authority
currently forecloses prosecutorial liability for negligence and requires evidence of malice.
April 18, 2013
Supreme Court of British Columbia
(Goepel J.)
2013 BCSC 665
Application for leave to amend a notice of civil claim
granted in part
- 863 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
January 21, 2014
Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver)
(Hall, MacKenzie and Stromberg-Stein JJ.A.)
2014 BCCA 15; CA040901
Appeal allowed; application for leave to amend
dismissed
February 24, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
(ORDONNANCE DE NON -PUBLICAT ION DANS LE DOSSIER)
Charte des droits — Droit de la Couronne — Responsabilité de l’État — Le demandeur a été injustement déclaré
coupable et incarcéré pendant près de 27 ans — Action civile subséquente contre l’État provincial, notamment pour
poursuite malveillante et en dommages -intérêts en vertu de la Charte pour non-communication de la preuve au procès
— Les avocats du ministère public seraient-ils responsables de quelque chose de moins grave que la poursuite
malveillante? — Charte canadienne des droits et libertés, art. 7, 11d), 24(1).
En 1983, M. Henry a été déclaré coupable sous dix chefs d’accusation d’infractions sexuelles, il a été déclaré
délinquant dangereux et il a été condamnée à une peine de détention d’une durée indéterminée. Il est demeuré
incarcéré pendant presque 27 ans, jusqu’à ce qu’il soit libéré sous caution en 2009, et il a été acquitté en octobre 2010.
Monsieur Henry a alors intenté une poursuite en dommages -intérêts, notamment contre les avocats du ministère public
pour les préjudices qu’il allègue avoir subis en raison de la déclaration de culpabilité et de l’incarcération injustifiées.
La poursuite a trait aux actes de l’avocat du ministère public au cours du procès et des procédures d’appel
subséquentes.
Monsieur Henry demande des dommages -intérêts en vertu du par. 24(1) de la Charte et, à cette fin, il a obtenu
l’autorisation de modifier ses actes de procédure par l’ajout du paragraphe suivant :
[T RADUCT ION] 120. Les divers actes et omissions qui ont violé le droit du demandeur à la
communication, son droit à une défense pleine et entière ou son droit à un procès équitable, comme
il est décrit aux paragraphes 113 à 119 qui précèdent, constituaient une dérogation marquée et
inacceptable par l’avocat du ministère public aux normes raisonnables qu’on s’attend qu’il respecte.
La Cour d’appel de la Colombie-Britannique a refusé d’autoriser la modification, invoquant la jurisprudence de la
Cour suprême qui exclut actuellement la responsabilité du ministère public pour négligence et qui e xige une preuve de
malveillance
Demande d’autorisation de modifier un avis de
poursuite civile, accueillie en partie
18 avril 2013
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Goepel)
2013 BCSC 665
- 864 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
21 janvier 2014
Cour d’appel de la Colombie-Britannique
(Vancouver)
(Juges Hall, MacKenzie et Stromberg-Stein)
2014 BCCA 15; CA040901
Appel accueilli; demande d’autorisation de modifier,
rejetée
24 février 2014
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel, déposée
35750
Hungerford Tomyn Lawrenson and Nichols v. Kirsten Mide-Wilson, also known as Kirsten
Mide Wilson, also known as Kirsten Wilson, also known as Kirsten Ranghild Mide-Wilson,
also known as Kirsten Ranghild Mide Wilson, also known as Kirsten Ranghild Wilson (B.C.)
(Civil) (By Leave)
Coram :
Abella, Rothstein and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver), Number CA040701, 2013 BCCA 559, dated December 31, 2013, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie -Britannique (Vancouver),
numéro CA040701, 2013 BCCA 559, daté du 31 décembre 2013, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Law of professions — Barristers and solicitors — Compensation — Contingency agreements — Fair and reasonable
— Agreement provided for 20 per cent fee of any settlement achieved within first year of litigation — Action settled
within eight months — Firm’s bill was for $16 million — Court’s Registrar reduced fee to $9 million and chambers
judge further reduced it to $5 million — Court of Appeal dismissed firm’s further appeal and client’s cross -appeal —
Lowers courts found that although agreement was reasonable when signed, amoun t ultimately charged must not be so
disproportionate to work done as to impugn integrity of legal profession — Whether agreement was reasonable? —
Whether lower courts’ determination of fee appropriate? — What does integrity of profession mean in fee asses sment?
— Should fairly obtained and reasonable contingency fee agreement result in presumptively valid fee?
The respondent client entered into a contingent fee agreement with the applicant law firm. Pursuant to the agreement,
the client agreed to pay the firm 20 per cent of any settlement achieved within the first year of litigation. The matter
settled within eight months and the firm issued a bill for $16 million. The Registrar, however, reduced the fee
to $9 million given the firm’s actual work. On appeal, the chambers judge found that, given that actual work, to allow
even a $9 million fee would call into question the integrity of the legal profession. The chambers judge therefore
reduced the fee to $5 million and the Court of Appeal, in turn, dismissed the firm’s further appeal as well as the
client’s cross-appeal.
October 26, 2011
Supreme Court of British Columbia
(Registrar Sainty)
2011 BCSC 1440
The Registrar determined that a fair contingency
agreement fee was $9 million.
- 865 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
March 7, 2013
Supreme Court of British Columbia
(Goepel J.)
2013 BCSC 374
The chambers judge found that the $9 million fee was
excessive and substituted a $5 million fee.
December 31, 2013
Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver)
(Newbury, Neilson and Willcock JJ.A.)
2013 BCCA 559
The law firm’s appeal and the client’s cross -appeal
were dismissed.
February 28, 2014
Supreme Court of Canada
The law firm’s application for leave to appeal filed.
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit des professions — Avocats et procureurs — Rémunération — Conventions d’honoraires conditionnels — Juste
et raisonnable — La convention prévoyait des honoraires de 20 % de tout règlement conclu au cours de la première
année du litige — L’action a été réglée au bout de huit mois — Le cabinet a facturé la somme de 16 millions de
dollars — La greffière de la Cour a réduit les honoraires à neuf millions de dollars et un juge en son cabinet les a
réduits davantage à cinq millions de dollars — La Cour d’appel a rejeté l’appel subséquent du cabinet et l’appel
incident de la cliente — Les juridictions inférieures ont conclu que même si la convention était raisonnable lorsqu’elle
a été signée, le montant qui a finalement été facturé ne devait pas être disproportionné par rapport au travail effectué
au point de porter atteinte à l’intégrité de la profession d’avocat — L’entente était-elle raisonnable? — La
détermination des honoraires par les tribunaux inférieurs était-elle appropriée? — Qu’entend-on par l’intégrité de la
profession dans le contexte de l’évaluation des honoraires? — Doit-on présumer de la validité des honoraires qui
découlent d’une convention d’honoraires conditionnels justement obtenue et raisonnable?
La cliente intimée a conclu une convention d’honoraires conditionnels avec le cabinet d’avocats demandeur. Aux
termes de la convention, la cliente acceptait de payer au cabinet 20 % de tout règlement conclu au cours de la première
année du litige. L’affaire a été réglée au bout de huit mois et le cabinet a établi une facture de 16 millions de dollars.
Toutefois, la greffière a réduit les honoraires à neuf millions de dollars, compte tenu du travail réellement effectué par
le cabinet. En appel, le juge en son cabinet a conclu que, vu le travail réellement effectué, le fait d’autoriser même des
honoraires de neuf millions de dollars mettrait en doute l’intégrité de la profession d’avocat. Le juge en son cabinet a
donc réduit les honoraires à cinq millions de dollars et la Cour d’appel, à son tour, a rejeté l’appel subséquent du
cabinet et l’appel incident de la cliente.
26 octobre 2011
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Mme Sainty, greffière)
2011 BCSC 1440
La greffière juge que des honoraires de neuf millions
de dollars aux termes d’une convention d’honoraires
conditionnels sont raisonnables.
7 mars 2013
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Goepel)
2013 BCSC 374
Le juge en son cabinet conclut que des honoraires de
neuf millions de dollars sont excessifs et les réduit à
cinq millions de dollars.
- 866 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
31 décembre 2013
Cour d’appel de la Colombie-Britannique
(Vancouver)
(Juges Newbury, Neilson et Willcock)
2013 BCCA 559
L’appel du cabinet d’avocats et l’appel incident de la
cliente sont rejetés.
28 février 2014
Cour suprême du Canada
La demande d’autorisation
d’avocats est déposée.
35751
Marilyn Juel Shaw v. Howie Preston Boyda (Alta.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Cromwell and Wagner JJ.
d’appel du
cabinet
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Alberta (Calgary), Number
1101-0254-A C, 2014 ABCA 1, dated January 3, 2014, is dismissed without costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d'appel de l’Alberta (Calgary), numéro 1101-0254AC, 2014 ABCA 1, daté du 3 janvier 2014, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
Family law — Divorce — Family assets — Division of assets, including proceeds from sale of matrimonial home and
pension — Support — Spousal support — Child support — Whether Court of Appeal erred in upholding trial judge’s
determinations of child and spousal support, allocation of assets and order that there be no contact between the parties
— Whether Court of Appeal erred in rejecting applicant’s argument that trial judge should have adjourned trial
because of her serious mental illness
The applicant and the respondent cohabited from September 1991 to November 1996, at which time they married.
They had one child in 1993. They separated in September 2008. A judgment for divorce was sought. The matter
went to trial in the fall of 2011. At the time of trial, their child was 18 years of age. The issues at trial were the
following: (1) The division of the proceeds of the matrimonial home and the applicant’s exemption with respect to it;
(2) The manner in which the respondent’s pension should be divided; (3) Whether the child, who was 18, was still
considered to be a “child of the marriage” under the Divorce Act, R.S.C. 1985, c. 3, such that the applicant would be
entitled to receive child support; (4) Whether the applicant was entitled to spousal support, and (5) The manner in
which the remaining assets of the marriage should be divided.
During the trial, the applicant — who was allegedly suffering from a mental illness — attempted to commit suicide
with a razor blade while in a courthouse washroom.
September 22, 2011
Court of Queen’s Bench of Alberta
(Hawco J.)
2011 ABQB 572
Judgment establishing the distribution of matrimonial
home proceeds, the value of the respondent’s pension
and other assets and granting the applicant spousal
support for an indefinite duration; Applicant not
entitled to child support so long as the couple’s 18-year
old child not enrolled in school; Applicant prohibited
from commencing further action against the
respondent or his attorney, excepting an appeal,
without leave of the court
- 867 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
October 13, 2011
Court of Queen’s Bench of Alberta
(Hawco J.)
2011 ABQB 632
Supplementary reasons issued, specifying (i) that
various sums of money to be paid to the applicant were
to be paid from the respondent’s share of the net
proceeds of the sale of the matrimonial home, and (ii)
in light of the fact that the couple’s child had since
returned to school, the applicant was now entitled to
receive child support
January 3, 2014
Court of Appeal of Alberta (Calgary)
(Berger, O'Brien and Martin JJ.A.)
2014 ABCA 1
Appeal dismissed
March 4, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit de la famille — Divorce — Biens familiaux — Partage des biens, y compris le produit de la vente du foyer
matrimonial et d’un régime de retraite — Aliments — Pension alimentaire pour le conjoint — Pension alimentaire
pour enfants — La Cour d’appel a-t-elle eu tort de confirmer les pensions alimentaires pour l’enfant et pour le conjoint
et le partage de biens déterminés par le juge de première instance et son ordonnance de non -communication entre les
parties? — La Cour d’appel a-t-elle eu tort de rejeter l’argument de la demanderesse selon lequel le juge de première
instance aurait dû ajourner le procès en raison de la maladie mentale grave de la demanderesse?
La demanderesse et l’intimé ont cohabité de septembre 1991 à novembre 1996 et ils se sont alors mariés. Ils ont eu un
enfant en 1993. Ils se sont séparés en septembre 2008. Un jugement de divorce a été demandé. L’affaire est allée à
procès à l’automne 2011. Au moment du procès, leur enfant était âgé de 18 ans. Au procès, les questions suivantes
étaient en litige : (1) le partage du produit de la vente du foyer matrimonial et l’exemption de la demanderesse à son
égard; (2) la manière dont le régime de retraite de l’intimé devait être partagé; (3) la question de savoir si l’enfant, âgé
de 18 ans, devait être considéré comme un « enfant à charge » au sens de la Loi sur le divorce, L.R.C. 1985, ch. 3, de
sorte que la demanderesse avait droit de recevoir une pension alimentaire pour enfant; (4) la question de savoir si la
demanderesse avait droit à une pension alimentaire pour conjoin t; (5) la manière dont les autres biens du mariage
devaient être partagés.
Pendant le procès, la demanderesse — qui souffrait censément d’une maladie mentale — a tenté de se suicider avec
une lame de rasoir pendant qu’elle était aux toilettes du palais d e justice.
22 septembre 2011
Cour du Banc de la Reine de l’Alberta
(Juge Hawco)
2011 ABQB 572
Jugement établissant la distribution du produit de la
vente du foyer matrimonial, la valeur du régime de
retraite de l’intimé et d’autres biens et accordant à la
demanderesse une pension alimentaire pour conjoint
pour une période indéfinie; la demanderesse n’a pas
droit à une pension alimentaire pour enfant tant que
l’enfant du couple âgé de 18 ans ne s’inscrit pas à
l’école; il est interdit à la demanderesse d’intenter une
autre action contre l’intimé ou son avocat, à l’exception
d’un appel, sans autorisation de la cour
- 868 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
13 octobre 2011
Cour du Banc de la Reine de l’Alberta
(Juge Hawco)
2011 ABQB 632
Motifs supplémentaires délivrés, précisant (i) que les
diverses sommes d’argent à payer à la demanderesse
devaient être payées à partir de la part de l’intimé dans
le produit net de la vente du foyer matrimonial et que
(ii) parce que l’enfant du couple était retourné à l’école,
la demanderesse avait maintenant droit à une pension
alimentaire pour enfant
3 janvier 2014
Cour d’appel de l’Alberta (Calgary)
(Juges Berger, O'Brien et Martin)
2014 ABCA 1
Appel rejeté
4 mars 2014
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel, déposée
35756
Kathryn Kossow v. Her Majesty the Queen (F.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
LeBel, Karakatsanis and Wagner JJ.
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. The
application for leave to appeal from the judgment of the Federal Court of Appeal, Number A -442-12, 2013 FCA 283,
dated December 6, 2013, is dismissed with costs.
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est
accueillie. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel fédérale, numéro A -442-12, 2013 CAF
283, daté du 6 décembre 2013, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Taxation — Income Tax — Assessments — Tax credits for gifts made to registered charities and other qualified
organizations — Whether the courts below erred in finding that the applicant’s donations were vitiated by the
long-term interest-free loans she received to top up her donations — Income Tax Act, R.S.C. 1985, c. 1 (5th Suppl.), s.
118.1.
The applicant, Ms. Kossow, participated in a leveraged charitable donation program by which money was used to
finance the purchase of art for a registered charity. The donation program allowed Ms. Kossow to combine her own
money with the proceeds of long-term, interest-free loans to make payments to the charity. The Tax Court found that
she was able to transfer $50,000.00, $60,000.00 and $50,000.00 to the charity by using only $17,000.00, $20,400.00
and $17,000.00 of her own money in the years 2000, 2001 and 2002 respectively. Ms. Kossow claimed income tax
credits for the relevant years based on payments made to the charity , but the Minister of National Revenue issued
reassessments against her in which the claims were denied. Ms. Kossow appealed the reassessments, but was
unsuccessful. She then appealed to the Federal Court of Appeal. The Court dismissed her appeal, finding, among
other things, that the Tax Court was right to have concluded that Ms. Kossow had not made any “gifts”, as that term is
understood by the jurisprudence and s. 118.1 of the Income Tax Act. Indeed, the Court explained that a long-term
interest-free loan is a significant financial benefit to the recipient, and that a material benefit received in return for
making a gift will vitiate the gift, whether the benefit comes from the donee or another person. In this case, the benefit
- 869 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
of the loans to Ms. Kossow were such that Ms. Kossow’s charitable gifts were vitiated.
September 14, 2012
Tax Court of Canada
(Miller J.)
2012 TCC 325
Appeal from reassessments made under the Income
Tax Act for years 2000, 2001 and 2002 dismissed
December 6, 2013
Federal Court of Appeal
(Evans, Gauthier and Near JJ.A.)
2013 FCA 283
Appeal dismissed
March 7, 2014
Supreme Court of Canada
Motion for extension of time to file and serve
application for leave to appeal and application for
leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit fiscal – Impôt sur le revenu – Cotisations – Crédits d'impôt pour les dons faits à des organismes de bienfaisance
enregistrés et à d'autres organismes admissibles – Les juridictions inférieures ont-elles eu tort de conclure que les dons
faits par la demanderesse avaient été viciés par les prêts à long terme sans intérêt qu’elle avait obtenus pour accroître
ses dons? – Loi de l’impôt sur le revenu, L.R.C. 1985, ch. 1 (5e suppl.), art. 118.1.
La demanderesse, Mme Kossow, a participé à un programme de dons de bienfaisance financés par e mprunt par lequel
l'argent versé servait à financer l'achat d'œuvres d'art pour un organisme de bienfaisance enregistré. Le programme de
dons permettait à Mme Kossow de mettre en commun son propre argent avec le produit de prêts à long terme sans
intérêt pour faire des paiements à l’organisme de bienfaisance. La Cour de l’impôt a conclu qu’elle a pu transférer à
l’organisme de bienfaisance, en 2000, en 2001 et en 2002 respectivement, 50 000 $, 60 000 $ et 50 000 $ en
n’avançant que 17 000 $, 20 400 $ et 17 000 $ de ses propres fonds. Madame Kossow a demandé des crédits d’impôt
sur le revenu pour les années pertinentes pour les paiements effectués à l’organisme de bienfaisance, mais le ministre
du Revenu national a établi des nouvelles cotisations à son ég ard dans lesquelles les demandes ont été refusées.
Madame Kossow a interjeté appel des nouvelles cotisations, mais elle a été déboutée. Elle a ensuite interjeté appel à la
Cour d’appel fédérale. La Cour a rejeté son appel, concluant notamment que la Cou r de l’impôt avait eu raison de
conclure que Mme Kossow n’avait pas fait de « don », au sens donné à ce terme dans la jurisprudence et à l’art. 118.1
de la Loi de l’impôt sur le revenu. En effet, la Cour a expliqué qu’un prêt à long terme sans intérêt con stituait un
avantage financier important pour le bénéficiaire et qu’un avantage substantiel obtenu en échange d'une donation la
vicie, que l'avantage provienne du donataire ou encore d'un tiers. En l’espèce, l’avantage que les prêts donnaient à
Mme Kossow était tel que les dons de bienfaisance de Mme Kossow étaient viciés.
14 septembre 2012
Cour canadienne de l’impôt
(Juge Miller)
2012 TCC 325
Appel de nouvelles cotisations établies en application
de la Loi de l’impôt sur le revenu pour les années
2000, 2001 et 2002, rejeté
6 décembre 2013
Cour d’appel fédérale
(Juges Evans, Gauthier et Near)
2013 FCA 283
Appel rejeté
- 870 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
7 mars 2014
Cour suprême du Canada
Requête en prorogation du délai de dépôt et de
signification de la demande d’autorisation d’appel et
demande d’autorisation d’appel, déposées
35759
William Arnold Baldwin v. Her Majesty the Queen (Ont.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
LeBel, Karakatsanis and Wagner JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C55197,
2014 ONCA 25, dated January 10, 2014, is dismissed without costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C55197, 2014 ONCA
25, daté du 10 janvier 2014, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
(PUBLICAT ION BAN IN CASE)
Criminal law — Appeals — Should the standard of deference accorded by appellate courts to trial judges with respect
to their credibility assessments be reduced when the credibility assessment is based entirely on the content of a
witness’s testimony, as opposed to non-verbal factors such as demeanour that the trial judge is clearly in the best
position to observe and assess.
The trial judge convicted the applicant of sexual assault, invitation to sexual touching, an d criminal harassment. The
appeal was dismissed.
December 20, 2011
Ontario Superior Court of Justice
(Charbonneau J.)
Conviction: sexual assault, invitation
touching, criminal harassment
January 10, 2014
Court of Appeal for Ontario
(Doherty, Strathy, Pardu JJ.A.)
2014 ONCA 25
http://canlii.ca/t/g2kbx
Appeal dismissed
March 11, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
to
sexual
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
(ORDONNANCE DE NON -PUBLICAT ION DANS LE DOSSIER)
Droit criminel — Appels — La cour d’appel doit-elle faire preuve d’une retenue moins élevée à l’égard de
- 871 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
l’appréciation de la crédibilité par le juge de première instance qui repose entièrement sur le contenu de la déposition
d’un témoin plutôt qu’en partie sur des éléments non verbaux, comme le comportement, que le juge de première
instance est manifestement mieux placé pour observer et évaluer?
Le juge de première instance a reconnu le demandeur coupable d’agression sexuelle, d’incitation à des contacts
sexuels et de harcèlement criminel. L’appel a été rejeté.
20 décembre 2011
Cour supérieure de justice de l’Ontario
(Juge Charbonneau)
Déclaration de culpabilité pour agression sexuelle,
incitation à des contacts sexuels et harcèlement
criminel
10 janvier 2014
Cour d’appel de l’Ontario
(Juges Doherty, Strathy et Pardu)
2014 ONCA 25
http://canlii.ca/t/g2kbx
Appel rejeté
11 mars 2014
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée
35763
Emile Marcus Mennes v. Her Majesty the Queen (Ont.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Cromwell and Wagner JJ.
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. The
application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number M42590 (C34654),
2013 ONCA 567, dated September 17, 2013, is dismissed without costs.
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est
accueillie. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro M42590 (C34654),
2013 ONCA 567, daté du 17 septembre 2013, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
(PUBLICAT ION BAN IN CASE)
Criminal law — Appeal — Motion to reinstate appeal dismissed — Does it square with legal ethics and the Rule of
Law in Canada for Crown lawyers on inmate appeals to suppress judgments known to them as adverse to the Crown
and in the inmate applicant’s favour such that the inmate as the result of such practice loses her or his appeal — If
such practice does not square with legal ethics and the Rule of Law, is affirmation by an appellate court of a conviction
based on the Crown’s concealment of such judgment valid — If such affirmation is invalid, is the finding of guilt and
the sentence valid in the applicant’s case against the judgment of the Supreme Court of Canada in Regina v. Curragh
Inc., [1997] 1 S.C.R. 537 at paragraphs 5 to 7?
The applicant’s motion to reinstate the appeal was dismissed by the Court of Appeal.
- 872 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
September 17, 2013
Court of Appeal for Ontario
(Hoy A.C.J.O., Rosenberg and Sharpe JJ.A.)
2013 ONCA 567
Motion to reinstate the appeal dismissed
January 31, 2014
Supreme Court of Canada
Motion for an extension of time to serve and file the
application for leave to appeal and application for
leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
(ORDONNANCE DE NON -PUBLICAT ION DANS LE DOSSIER)
Droit criminel — Appel — Requête en rétablissement de l’appel rejetée — Le substitut du procureur général se
conforme-t-il à la déontologie judiciaire et aux règles de droit canadiennes dans le cas d’un appel formé par un détenu
lorsqu’il passe sous silence un jugement qu’il sait être défavorable au ministère public et favorable au détenu, ce qui
fait perdre au détenu son droit d’appel? — Si cette pratique va à l’encontre de la déontologie judiciaire et des règles de
droit, la confirmation en appel de la déclaration de culpabilité fondée sur la dissimulation par le ministère public d’un
tel jugement est-elle valide? — En cas d’invalidité de cette confirmation, le verdict de culpabilité et la peine sont-ils
valides en ce qui concerne le demandeur eu égard à l’arrêt de la Cour suprême du Canada dans R. c. Curragh Inc.,
[1997] 1 R.C.S. 537, aux paragraphes 5 à 7?
La requête du demandeur en rétablissement de l’appel a été rejetée par la Cour d’appel.
17 septembre 2013
Cour d’appel de l’Ontario
(Juge en chef adjointe Hoy et juges Rosenberg et Sharpe)
2013 ONCA 567
Requête en rétablissement de l’appel rejetée
31 janvier 2014
Cour suprême du Canada
Requête en prorogation du délai pour signifier et
déposer la demande d’autorisation d’appel et demande
d’autorisation d’appel déposées
35766
Alicia Ganitano v. Metro Vancouver Housing Corporation, Attorney General of British
Columbia and Director, Residential Tenancy Branch (B.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Cromwell and Wagner JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver), Number CA040284, 2014 BCCA 10, dated January 13, 2014, is dismissed with costs to the Metro
Vancouver Housing Corporation.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie -Britannique (Vancouver),
numéro CA040284, 2014 BCCA 10, daté du 13 janvier 2014, est rejetée avec dépens en faveur de la Metro
Vancouver Housing Corporation.
- 873 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
CASE SUMMARY
Legislation — Interpretation — Residential tenancy — Equitable relief from forfeiture — Whether the Court’s broad
and general power to relieve against forfeiture under s. 24 of the Law and Equity Act, R.S.B.C. 1996, c. 253, applies to
disputes over the late payment of rent and contracts regulated by the Residential Tenancy Act, S.B.C. 2002, c. 78.
Ms. Ganitano is a tenant in a townhouse unit owned by the Metro Vancouver Housing Corporation (the “MVHC”).
Because she failed to pay her rent on time, the MVHC, acting in accordance with the provisions of the Residential
Tenancy Act, S.B.C. 2002, c. 78, took steps to terminate her tenancy. Eventually, a Dispute Resolution Officer, based
on the 10-day notice issued on February 6, 2009, granted the MVHC an order of possession effective May 31, 2011.
She would have upheld one of the two one-month notices issued, but would have set the other one aside.
Ms. Ganitano filed a petition for judicial review. The petition did not seek relief from forfeiture, which was first
mentioned in an affidavit sworn and filed by Ms. Ganitano on April 25, 2012, under “Relief Sought”. The petition
was adjourned to allow the Attorney General of British Columbia to be present and make submissions on the court’s
jurisdiction to grant relief from forfeiture under s. 24 of the Law and Equity Act, R.S.B.C. 1996, c. 253. The judge
who granted that adjournment also ordered that Ms. Ganitano’s petition be amended to include a claim for relief from
forfeiture under the Law and Equity Act.
L. Smith J. held that, by virtue of s. 24, she had jurisdiction to grant relief from forfeiture. She exercised t hat
jurisdiction and ordered Ms. Ganitano’s tenancy reinstated. The Court of Appeal allowed an appeal, holding that the
equitable remedy of relief from forfeiture was not available under the Residential Tenancy Act.
September 5, 2012
Supreme Court of British Columbia
(L. Smith J.)
2012 BCSC 1308
Order of possession stayed pending outcome of
petition; application for judicial review dismissed;
application for direction dismissed; alternative
application for equitable relief from forfeiture pursuant
to s. 24 of the Law and Equity Act granted; 10-day
notice to end tenancy for unpaid rent dated February 6,
2009, and one-month notice to end tenancy for cause
issued February 10, 2009, cancelled; tenancy
reinstated.
January 13, 2014
Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver)
(Frankel, Tysoe, D. Smith, Groberman,
Stromberg-Stein JJ.A.)
2014 BCCA 10
Appeal allowed.
March 14, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed.
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Législation — Interprétation — Location à usage d’habitation — Levée de la déchéance en equity — Le pouvoir large
et général de la cour de lever la déchéance en application de l’art. 24 de la Law and Equity Act, R.S.B.C. 1996,
ch. 253, s’applique-t-il aux différends portant sur le paiement tardif du loyer et les contrats régis par la Residential
Tenancy Act, S.B.C. 2002, ch. 78?
- 874 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Madame Ganitano est locataire d’une unité de maison en rangée appartenant à la Metro Vancouver Housing
Corporation (la « MVHC »). Parce Mme Ganitano avait omis de payer son loyer à échéance, la MVHC, agissant
conformément aux dispositions de la Residential Tenancy Act, S.B.C. 2002, ch. 78, a pris des mesures pour résilier son
bail. Une agente de règlement des conflits, s’appuyant sur le préavis de dix jours délivré le 6 février 2009, a fini par
accorder à la MVHC une ordonnance de mise en possession avec prise d’effet le 31 mai 2011. L’agente aurait
confirmé l’un des deux préavis d’un mois délivrés, mais elle aurait annulé l’autre. Madame Ganitano a déposé une
requête en contrôle judiciaire. La requête ne visait pas à obtenir la levée de la déchéance, mentionnée pour la première
fois dans une déclaration sous serment déposée par Mme Ganitano le 25 avril 2012, sous la rubrique [T RADUCT ION]
« Réparation demandée ». L’instruction de la requête a été ajournée pour permettre au procureur général de la
Colombie-Britannique d’être présent et de présenter des observations relatives à la compétence de la cour pour
accorder une levée de la déchéance en application de l’art. 24 de la Law and Equity Act, R.S.B.C. 1996, ch. 253. Le
juge qui a prononcé l’ajournement a également ordonné que la requête de Mme Ganitano soit modifiée pour inclure
une demande de levée de la déchéance en application de la Law and Equity Act.
La juge L. Smith a statué qu’en vertu de l’art. 24, elle avait compétence pour prononcer la levée de la déchéance. La
juge a exercé cette compétence et a ordonné que le bail de Mme Ganitano soit rétabli. La Cour d’appel a accueilli
l’appel, statuant que la levée de la déchéance en equity ne pouvait pas être accordée en application de la Residential
Tenancy Act.
5 septembre 2012
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge L. Smith)
2012 BCSC 1308
Ordonnance de remise en possession suspendue en
attendant l’issue de la requête; demande de contrôle
judiciaire, rejetée; demande de directives, rejetée;
demande subsidiaire de levée de la déchéance en
equity en application de l’art. 24 de la Law and Equity
Act, accueillie; préavis de dix jours de résiliation du
bail pour loyer impayé en date du 6 février 2009 et
préavis d’un mois en résiliation motivée du bail délivré
le 10 février 2009, annulés; bail rétabli.
13 janvier 2014
Cour d’appel de la Colombie-Britannique
(Vancouver)
(Juges Frankel, Tysoe, D. Smith, Groberman,
et Stromberg-Stein)
2014 BCCA 10
Appel accueilli.
14 mars 2014
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel, déposée.
35778
Maxwell Lloyd v. Commission des lésions professionnelles and Douglas Hospital Institute
(Que.) (Civil) (By Leave)
Coram :
LeBel, Karakatsanis and Wagner JJ.
- 875 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Number
500-09-023567-134, 2014 QCCA 85, dated January 16, 2014, is dismissed without costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-09023567-134, 2014 QCCA 85, daté du 16 janvier 2014, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
Labour relations — Discrimination — Refusal of employer to hire a previously injured employee in executive
functions — Did the courts err in confirming the administrative decision finding no link between the injury and the
refusal?
Mr. Lloyd suffered a serious work accident in 1997 while working at Douglas hospital as a nursing assistant. He went
back to work at some point and suffered a relapse that left him even more severely affected. He was then found
unable to return to his previous position as a result of the sequels and is still receiving benefits from the Commission
de la santé et de la sécurité du travail. In February 2009, he app lied for a managerial position with the hospital and the
position was not granted to him. He contended that the hospital’s refusal was a result of his injury. In October, 2010, a
conciliator-decider (CSST) rejected his argument.
January 18, 2012
Commission des lésions professionnelles
(Larouche, AJ., Lemoyne and Desrosiers)
Applicant’s motion dismissed.
April 11, 2013
Superior Court of Quebec
(Le Bel J.)
2013 QCCS 1492
Administrative decision confirmed.
January 16, 2014
Court of Appeal of Quebec (Montréal)
(Hilton, Gagnon and Savard JJ.)
2014 QCCA 85
Motion for leave to appeal beyond the delays
dismissed; appeal inscribed as of right dismissed.
March 14, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed.
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Relations du travail — Discrimination — Refus de l’employeur de nommer un employé blessé dans le passé à un
poste de direction — Les tribunaux ont-ils commis une erreur en confirmant la décision administrative selon laquelle il
n’y a aucun lien entre la blessure et le refus?
M. Lloyd a subi un grave accident de travail en 1997 alors qu’il exerçait les fonctions d’infirmier auxiliaire à l’hôpital
Douglas. Il a fini par retourner au travail et a fait une rechute qui lui a laissé des séquelles encore plus graves. Il a
alors été déclaré inapte à occuper de nouveau son ancien poste en raison de ces séquelles et il touche encore des
prestations de la Commission de la santé et de la sécurité du travail. En février 2009, il a postulé un poste de gestion à
l’hôpital, mais ce poste ne lui a pas été accordé. Il a prétendu que le refus de l’hôpital était motivé par sa blessure. Un
conciliateur-décideur (CSST) a rejeté sa prétention en octobre 2010.
- 876 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
18 janvier 2012
Commission des lésions professionnelles
(Juge administratif Larouche, MM.
Desrosiers)
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Requête du demandeur rejetée.
Lemoyne
et
11 avril 2013
Cour supérieure du Québec
(Juge Le Bel)
2013 QCCS 1492
Décision administrative confirmée.
16 janvier 2014
Cour d’appel du Québec (Montréal)
(Juges Hilton, Gagnon et Savard)
2014 QCCA 85
Requête en autorisation d’appel après les délais rejetée;
appel formé de plein droit rejeté.
14 mars 2014
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée.
- 877 -
JUDGMENT ON MOTION
JUGEMENT SUR REQUÊTE
15.04.2014 - 2014 SCC 38 / 2014 CSC 38
Motion for directions
Requête sollicitant des directives
Vlasta Stubicar
v. (35368)
Deputy Prime Minister et al. (F.C.)
ROTHSTEIN J.:
[1]
The issue that arises on this motion is whether the Registrar’s refusal to submit a matter to the Court
under Rule 73(4) of the Rules of the Supreme Court of Canada, SOR/2002-156, is an order of the Registrar subject to
review by a judge of the Court under Rule 78.
[2]
Vlasta Stubicar’s application for leave to appeal to this Court was dismissed on September 12, 2013.
Following that decision, Ms. Stubicar sought a reconsideration of the decision. Rule 73(1) provides that “[t]here shall
be no reconsideration of an application for leave to appeal unless there are exceedingly rare circumstances in the case
that warrant consideration by the Court.” Pursuant to Rules 73(2) and 73(3)(b), the motion for reconsideration must be
filed with the Registrar and must include an affidavit setting out the exceedingly rare circumstances in the case that
warrant consideration by the Court and an explanation of why the issue was not previo usly raised. If the affidavit does
not set out the required exceedingly rare circumstances, Rule 73(4) states that the motion “shall not be submitted to the
Court”. Accordingly, the Registrar will not accept for filing a motion that does not contain an affidavit setting out
“exceedingly rare circumstances”.
[3]
In a letter dated November 20, 2013, the Registrar informed Ms. Stubicar that her reconsideration
application would not be accepted for filing because it did not “reveal the exceedingly rare circumstan ces which would
warrant reconsideration by this Court”. Ms. Stubicar’s motion materials were returned to her.
[4]
On December 10, 2013, Ms. Stubicar sought to file a motion to a judge under Rule 78 to review the
Registrar’s decision. That rule provides that within 20 days after the Registrar makes an order, any party affected by the
order may make a motion to a judge to review the order.
[5]
On December 19, 2013, the Registrar returned the Rule 78 motion materials on the basis that the initial
motion for reconsideration had been reviewed and refused in accordance with Rule 73.
[6]
Now, Ms. Stubicar has filed the present motion for directions, in which she is seeking, amongst other
things, an order directing the Registrar to accept for filing her Rule 78 motion. She contends that the decision of the
Registrar to refuse to accept a motion for reconsideration for filing constitutes an order of the Registrar subject to
review by a judge under Rule 78. In my view, it does not.
[7]
The Registrar has the important function of assisting the Court in managing its docket and it is in that
role that the Registrar is acting when making decisions under Rule 73(4). The decision of the Registrar to not accept a
motion for reconsideration for filing is a function of the Registrar’s authority pursuant to Rule 8(2), which allows the
Registrar to refuse a document that does not comply with the Rules.
[8]
A decision of the Registrar under Rule 73(4) is not an order of the Registrar subject to revie w by a judge
under Rule 78. Reconsideration of an application for leave to appeal will, as Rule 73(1) states, occur in “exceedingly
rare circumstances”. Rule 73(3)(b) sets forth the stringent requirement that such an application be accompanied by an
affidavit setting out the exceedingly rare circumstances and the reason why the issue was not previously raised. In the
absence of such an affidavit — i.e. if the circumstances set out in the affidavit are not “exceedingly rare” —, the
Registrar shall not submit the application to the Court and it will be refused.
- 878 -
JUDGEMENT ON MOTION
JUGEMENTS SUR REQUÊTES
[9]
If a decision of the Registrar under Rule 73(4) constituted an order, it would be subject to review by a
judge of the Court under Rule 78. While the judge would not be conducting a reconsideration of the application for
leave, he or she would nonetheless be occupied with reviewing the Registrar’s decision, including whether the motion
contains an affidavit setting out exceedingly rare circumstances and an explanation of why the issue was not previously
raised. As Rule 73(4) is intended to limit access to the Court where minimum standards are not met, allowing for
review of Rule 73(4) decisions of the Registrar would be contrary to the intent of the scheme. Accordingly, a decision
of the Registrar under Rule 73(4) to not submit an application to the Court is not reviewable by a judge under Rule 78.
[10]
The motion for an order directing the Registrar to accept for filing the Rule 78 motion is dismissed.
LE JUGE ROTHSTEIN :
[1]
La question que soulève la présente requête est de savoir si le refus du registraire de soumettre une
question à la Cour en vertu du par. 73(4) des Règles de la Cour suprême du Canada, DORS/2002-156, constitue une
ordonnance du registraire susceptible de révision par un juge de la Cour en vertu de la règle 78.
[2]
La demande d’autorisation d’appel présentée à la Cour par M me Vlasta Stubicar a été rejetée le
12 septembre 2013. Cette dernière a par la suite sollicité le réexamen de cette décision. Aux termes d u par. 73(1) des
Règles, « [a]ucune demande d’autorisation d’appel ne peut faire l’objet d’un réexamen sauf si des circonstances
extrêmement rares le justifient. » Conformément au par. 73(2) et à l’al. 73(3)b), la requête en réexamen doit être
déposée auprès du registraire et comporter un affidavit exposant les circonstances extrêmement rares qui justifient le
réexamen par la Cour et expliquant les raisons pour lesquelles la question n’a pas été soulevée plus tôt. Si l’affidavit
n’expose pas de circonstances extrêmement rares, le par. 73(4) précise que dans de tels cas la requête « ne peut être
soumise à la Cour ». En conséquence, le registraire n’accepte pas le dépôt d’une requête qui n’est pas accompagnée
d’un affidavit faisant état de « circonstances extrêmement rares ».
[3]
Dans une lettre datée du 20 novembre 2013, le registraire a avisé M me Stubicar que sa demande de
réexamen ne serait pas acceptée pour dépôt, parce que celle-ci [T RADUCT ION] « ne faisait pas état de circonstances
extrêmement rares qui justifieraient un réexamen ». Les documents accompagnant la requête de M me Stubicar lui ont
été retournés.
[4]
Le 10 décembre 2013, M me Stubicar a cherché à déposer, en vertu de l’art. 78, une requête demandant la
révision de la décision du registraire par un juge. Selon cette disposition, toute partie visée par une ordonnance du
registraire peut, dans les 20 jours suivant le prononcé de celle-ci, en demander la révision à un juge par requête.
[5]
Le 19 décembre 2013, le registraire a retourné à M me Stubicar les documents relatifs à la requête fondée
sur l’art. 78, au motif que la requête initiale en réexamen avait été examinée et refusée conformément à l’art. 73.
[6]
Madame Stubicar a déposé la présente requête sollicitant des directives, dans laquelle elle demande entre
autres une ordonnance enjoignant au registraire d’accepter pour dépôt sa requête fondée sur l’art. 78. Elle prétend que
le refus du registraire d’accepter le dépôt d’une requête en réexamen constitue une ordonnance du registraire
susceptible de révision par un juge en vertu de l’art. 78. Je suis d’avis que ce n’est pas le cas.
[7]
Le registraire exerce une fonction importante, à savoir aider la Cour à gérer son rôle — le registre des
affaires dont elle est saisie —, et c’est dans l’exercice de cette fonction qu’il rend des décisions sur la base du
par. 73(4). Le refus du registraire d’accepter le dépôt d’une requête en réexamen est un aspect du pouvoir que lui
confère le par. 8(2), disposition qui l’autorise à refuser un document non conforme aux Règles.
[8]
La décision rendue par le registraire sur le fondement du par. 73(4) n’est pas une ordonnance du
registraire susceptible de révision par un juge en vertu de l’art. 78. Comme le précise le par. 73(1), une demande
d’autorisation d’appel ne peut être réexaminée que dans « des circonstances extrêmement rares ». L’alinéa 73(3)b)
énonce l’obligation stricte de joindre à une requête de cette nature un affidavit exposant de telles circonstances ainsi que
la raison pour laquelle la question n’a pas été soulevée plus tôt. En l’absence d’un affidavit respectant cette exigence
- 879 -
JUDGEMENT ON MOTION
JUGEMENTS SUR REQUÊTES
— c’est-à-dire si les circonstances exposées dans celui-ci ne sont pas « extrêmement rares » —, le registraire ne peut
soumettre la demande à la Cour et la demande sera refusée.
[9]
Si les décisions rendues par le registraire sur le fondement du par. 73(4) constituaient des ordonnances,
elles seraient alors susceptibles de révision par un juge de la Cour en vertu de l’art. 78. Si tel était le cas, le juge ne
réexaminerait pas la demande d’autorisation d’appel, mais il réviserait néanmoins la décision du registraire, notamment
en vérifiant si la requête comporte un affidavit exposant des circonstances extrêmement rares et expliquant les raisons
pour lesquelles la question n’a pas été soulevée plus tôt. Comme le par. 73(4) vise à limiter l’accès à la Cour lorsque
certaines normes minimales ne sont pas respectées, le fait d’autoriser la révision des décisions rendues par le registraire
en vertu de ce paragraphe irait à l’encontre de l’objet du régime. Par conséquent, lorsque le registraire décide — sur la
base du par. 73(4) — de ne pas soumettre une demande à la Cour, une telle décision n’est pas révisable par un juge en
vertu de l’art. 78.
[10]
La requête présentée en vue d’obtenir une ordonnance intimant au registraire d’accepter le dépôt de la
requête fondée sur l’art. 78 est rejetée.
- 880 -
MOTIONS
REQUÊTES
05.05.2014
Before / Devant : ROTHSTEIN J. / LE JUGE ROTHSTEIN
Requête présentée par l’intervenante, Clinique
d’intérêt public et de politique d’internet du
Canada Samuelson-Glushko, en prorogation du
délai pour déposer sa documentation
Motion by the intervener, Samuelson-Glushko
Canadian Internet Policy and Public Interest
Clinic for an extension of time in which to file
its materials
Kevin Fearon
v. (35298)
Her Majesty the Queen (Crim.) (Ont.)
GRANTED / ACCORDÉE
06.05.2014
Before / Devant : THE CHIEF JUSTICE / LA JUGE EN CHEF
Motion to state constitutional questions
Requête
en
formulation
constitutionnelles
de
questions
Minister of National Revenue
v. (35590)
Duncan Thompson (F.C.)
DISMISSED / REJETÉE
UPON APPLICATION by the respondent for an order stating constitutional questions in the above appeal;
AND THE MATERIAL FILED having been read;
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
The motion is dismissed.
À LA SUITE DE LA DEMANDE de l’intimé visant à obtenir la formulation de questions constitutionnelles dans
l’appel susmentionné;
ET APRÈS AVOIR LU la documentation déposée;
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
La requête est rejetée.
- 881 -
MOTIONS
REQUÊTES
06.05.2014
Before / Devant : THE CHIEF JUSTICE / LA JUGE EN CHEF
Motion to state constitutional questions
Requête
en
formulation
constitutionnelles
de
questions
Chief Sheldon Taypotat et al.
v. (35518)
Louis Taypotat (F.C.)
GRANTED / ACCORDÉE
UPON APPLICATION by the appellants for an order stating constitutional questions and extending the time within
which the appellants may serve and file their motion to state constitutional questions in the above appeal;
AND THE MATERIAL FILED having been read;
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
The motion by the appellants to extend the time to serve and file the motion to state constitutional questions is granted,
and the constitutional questions are stated as follows:
1.
Do paras. 9.03(c) and 10.01(d) of the Kahkewistahaw Election Act infringe s. 15(1) of the Canadian Charter
of Rights and Freedoms?
2.
If so, is the infringement a reasonable limit prescribed by law as can be demonstrably justified in a free and
democratic society under s. 1 of the Canadian Charter of Rights and Freedoms?
Any Attorney General who intervenes pursuant to Rule 61(4) shall pay the appellants and respondent the costs of any
additional disbursements they incur as a result of the intervention.
IT IS HEREB Y FURTHER ORDERED THAT:
1.
Any attorney general wishing to intervene pursuant to par. 61(4) of the Rules of the Supreme Court of Canada
shall serve and file their factum and book of authorities no later than September 25, 2014.
À LA SUITE DE LA DEMANDE des appelants visant à obtenir la formulation de questions constitutionnelles et la
prorogation du délai de signification et de dépôt de la requête en formulation de questions constitutionnelles dans
l’appel susmentionné;
ET APRÈS AVOIR LU la documentation déposée;
IL EST PAR LA PRÉSENTE ORDONNÉ CE QUI SUIT :
La requête des appelants en prorogation du délai de signification et de dépôt de la requête en formulation de questions
constitutionnelles est accueillie et les questions constitutionnelles suivantes sont formulées :
1.
Les alinéas 9.03(c) et 10.01(d) de la loi intitulée Kahkewistahaw Election Act violent-ils les droits garantis au
par. 15(1) de la Charte canadienne des droits et libertés?
- 882 -
MOTIONS
2.
REQUÊTES
Dans l’affirmative, s’agit-il d’une violation constituant une limite raisonnable prescrite par une règle de droit
et dont la justification peut se démontrer dans le cadre d’une société libre et démocratique au sens de l’article
premier de la Charte canadienne des droits et libertés?
Tout procureur général qui interviendra en vertu du par. 61(4) des Règles de la Cour suprême du Canada sera tenu de
payer aux appelants et à l’intimé les dépens supplémentaires résultant de son intervention.
IL EST EN OUTRE ORDONNÉ CE QUI SUIT :
1.
Tout procureur général qui interviendra en vertu du par. 61(4) des Règles de la Cour suprême du Canada
devra signifier et déposer son mémoire et son recueil de sources au plus tard le 25 septembre 2014.
06.05.2014
Before / Devant: THE REGISTRAR / LE REGISTRAIRE
Motion for an extension of time
Requête en prorogation de délai
Société en commandite Place Mullins et autre
c. (35461)
Services immobiliers Diane Bisson inc. (Qc)
GRANTED / ACCORDÉE
UPON APPLICATION by the appellants under Rule 6 of the Rules of the Supreme Court of Canada for an order
extending the time within which the appellants may serve and file their factum, record and book of authorities;
AND WHEREAS the respondent has not filed a response to the motion;
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
The motion is granted. The appellants shall serve and file their factum, record and book of authorities on or before June
9, 2014.
À LA SUITE DE LA DEMANDE présentée par les appelantes en vertu de la règle 6 des Règles de la Cour suprême
du Canada pour obtenir une ordonnance afin de proroger le délai des appelantes pour signifier et déposer le mémoire,
le dossier et le recueil de sources des appelantes;
ET VU QUE l’intimé n’a pas déposé une réponse à la requête;
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
La requête est accueillie. Les appelantes devront signifier et déposer leurs mémoire, dossier et recueil de sources au
plus tard le 9 juin 2014.
- 883 -
MOTIONS
REQUÊTES
07.05.2014
Before / Devant : THE REGISTRA R / LE REGISTRAIRE
Motion for reconsideration
Requête en réexamen
Vlasta Stubicar
v. (35670)
Her Majesty the Queen in Right of Canada (F.C.)
REFERRED / RÉFÉRÉE
UPON the applicant seeking to file a motion for reconsideration of an application for leave to appeal and for other
relief;
AND UPON APPLICATION by the applicant for an order directing the Registrar to refer the motion for
reconsideration to a judge and for an extension of time to file the electronic version of the applicant’s documents;
AND THE MATERIAL having been read;
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
The motion for reconsideration of the application for leave to appeal and the motion for directions are referred to a
judge pursuant to Rule 13 of the Rules of the Supreme Court of Canada.
À LA SUITE DE LA DEMANDE présentée par la demanderesse en vue de déposer une requête pour que soit
réexaminée la demande d’autorisation d’appel et que d’autres mesures soient ordonnées;
ET À LA SUITE DE LA DEMANDE présentée par la demanderesse pour qu’il soit ordonné au registraire de
renvoyer la requête en réexamen à un juge et que soit prorogé le délai de dépôt de la version électronique de ses
documents;
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés ;
LA COUR ORDONNE CE QUI SUIT :
La requête en réexamen de la demande d’autorisation d’appel et la requête en vue d ’obtenir des instructions sont
renvoyées à un juge conformément à l’article 13 des Règles de la Cour suprême du Canada.
07.05.2014
Before / Devant : THE REGISTRA R / LE REGISTRAIRE
Motion for reconsideration
Requête en réexamen
Vlasta Stubicar
v. (35650)
Deputy Prime Minister et al. (F.C.)
- 884 -
MOTIONS
REQUÊTES
REFERRED / RÉFÉRÉE
UPON the applicant seeking to file a motion for reconsideration of an application for leave to appeal and for other
relief;
AND UPON APPLICATION by the applicant for an order directing the Registrar to refer the motion for
reconsideration to a judge and for an extension of time to file the electronic version of the applicant’s documents;
AND THE MATERIAL having been read;
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
The motion for reconsideration of the application for leave to appeal and the motion for directions are referred to a
judge pursuant to Rule 13 of the Rules of the Supreme Court of Canada.
À LA SUITE DE LA DEMANDE présentée par la demanderesse en vue de déposer une requête pour que soit
réexaminée la demande d’autorisation d’appel et que d’autres mesures soient ordonnées;
ET À LA SUITE DE LA DEMANDE présentée par la demanderesse pour qu’il soit ordonné au registraire de
renvoyer la requête en réexamen à un juge et que soit prorogé le délai de dépôt de la version électronique de ses
documents;
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés ;
LA COUR ORDONNE CE QUI SUIT :
La requête en réexamen de la demande d’autorisation d’appel et la requête en vue d’obtenir des instructions sont
renvoyées à un juge conformément à l’article 13 des Règles de la Cour suprême du Canada.
07.05.2014
Before / Devant : ROTHSTEIN J. / LE JUGE ROTHSTEIN
Requête en autorisation d’intervenir
Motion for leave to intervene
BY / PAR
Attorney General of Canada
IN / DANS :
White Burgess Langille Inman,
carrying on business as WBLI
Chartered Accountants et al.
v. (35492)
Abbott and Haliburton Company
Limited et al. (N.S.)
GRANTED / ACCORDÉE
UPON APPLICATION by the Attorney General of Canada for leave to intervene in the above appeal;
AND THE MATERIAL FILED having been read;
- 885 -
MOTIONS
REQUÊTES
AND NOTING that the appellants and respondents have not filed any responses;
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
The motion for leave to intervene of the Attorney General of Canada is granted and the said intervener shall be entitled
to serve and file a factum not to exceed 10 pages in length on or before July 2, 2014.
The request to present oral argument is deferred to a date following receipt and consideration of the written arguments
of the parties and the intervener.
The intervener is not entitled to raise new issues or to adduce further evidence or otherwise to supplement the record of
the parties.
Pursuant to Rule 59(1)(a) of the Rules of the Supreme Court of Canada, the intervener shall pay to the appellants and
respondents any additional disbursements occasioned to the appellants and respondents by its intervention.
À LA SUITE DE LA REQUÊTE en autorisation d’intervenir dans l’appel présentée par le procureur général du
Canada;
APRÈS EXAMEN des documents déposés;
ET ATTENDU QUE les appelantes et les intimées n’ont pas déposé de réponses;
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
La requête en autorisation d’intervenir du procureur général du Canada est accueillie et l’intervenant pourra signifier et
déposer un mémoire d’au plus 10 pages au plus tard le 2 juillet 2014.
La décision sur la demande en vue de présenter une plaidoirie orale sera ren due après réception et examen des
arguments écrits des parties et de l’intervenant.
L’intervenant n’a pas le droit de soulever de nouvelles questions, de produire d’autres éléments de preuve ni de
compléter de quelque autre façon le dossier des parties.
Conformément à l’al. 59(1)a) des Règles de la Cour suprême du Canada, l’intervenant paiera aux appelantes et aux
intimées tous les débours supplémentaires résultant de son intervention.
07.05.2014
Before / Devant : THE REGISTRA R / LE REGISTRAIRE
Motion to extend time
Requête en prorogation de délai
Daniel Poulin
c. (35289)
Collège des médecins du Québec (Qc)
GRANTED / ACCORDÉE
- 886 -
MOTIONS
REQUÊTES
UPON APPLICATION by the respondent for an order extending the time within which it may file and serve the
notice of taxation and the bill of costs to February 12, 2014;
AND THE MATERIAL FILED having been read;
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
The motion is granted.
À LA SUITE DE LA DEMANDE présentée par l’intimé pour obtenir la prorogation du délai pour déposer et signifier
l’avis de taxation et le mémoire de frais au 12 février 2014;
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés;
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
La requête est accueillie.
08.05.2014
Before / Devant : THE CHIEF JUSTICE / LA JUGE EN CHEF
Ordonnance relative à la présentation d’une
plaidoirie orale par les intervenants
Order on interventions with respect to oral
argument
RE:
Saskatchewan Union of Nurses;
SEIU-West;
United Nurses of Alberta;
Alberta Federation of Labour;
Professional Institute of the
Public Service of Canada;
Canadian Constitution
Foundation;
Air Canada Pilots’ Association;
British Columbia Civil Liberties
Association;
Conseil du patronat du Québec;
Canadian Employers Council;
Canadian Union of Postal
Workers and the International
Association of Machinists and
Aerospace Workers;
British Columbia Teachers’
Federation and Hospital
Employees’ Unions;
- 887 -
MOTIONS
REQUÊTES
Canadian Labour Congress;
Public Service Alliance of
Canada;
Alberta Union of Provincial
Employees;
Confédération des syndicats
nationaux;
Regina Qu’Appelle Regional
Health Authority;
Cypress Regional Health
Authority, the Five Hills Regional
Health Authority, the Heartland
Regional Health Authority, the
Sunrise Regional Health
Authority, the Prince Albert
Parkland Regional Health
Authority and the Saskatoon
Regional Health Authority;
National Union of Public and
General Employees;
Canada Post Corporation and Air
Canada
IN / DANS :
Saskatchewan Federation of
Labour (in its own right and on
behalf of the unions and workers
in the Province of Saskatchewan)
et al.
v. (35423)
Her Majesty the Queen, in Right
of the Province of Saskatchewan
(Sask.)
FURTHER TO THE ORDER dated February 11, 2014, deferring the request of the appellants for both the appellants
and respondent to present oral argument not exceeding 90 minutes at the hearing of the appeal;
AND FURTHER TO THE ORDERS dated April 8, 2014 and April 9, 2014, granting leave to intervene to the
Saskatchewan Union of Nurses, the SEIU-West, the United Nurses of Alberta and the Alberta Federation of Labour, the
Professional Institute of the Public Service of Canada, the Canadian Constitution Foundat ion, the Air Canada Pilots’
Association, the British Columbia Civil Liberties Association, the Conseil du patronat du Québec, the Canadian
Employers Council, the Canadian Union of Postal Workers and the International Association of Machinists and
Aerospace Workers, the British Columbia Teachers’ Federation and Hospital Employees’ Unions, the Canadian Labour
Congress, the Public Service Alliance of Canada, the Alberta Union of Provincial Employees, the Confédération des
syndicats nationaux, the Regina Qu’Appelle Regional Health Authority, the Cypress Regional Health Authority, the
Five Hills Regional Health Authority, the Heartland Regional Health Authority, the Sunrise Regional Health Authority,
the Prince Albert Parkland Regional Health Authority and the Saskatoon Regional Health Authority, the National
Union of Public and General Employees, the Canada Post Corporation and Air Canada;
IT IS HEREB Y FURTHER ORDERED THAT:
- 888 -
MOTIONS
REQUÊTES
1.
The request of the appellants for both the appellants and respondent to present oral argument not exceeding 90
minutes at the hearing of the appeal is denied.
2.
The appellants are permitted to present a reply of 15 minutes at the hearing of the appeal, in addition to 60
minutes for oral argument.
3.
The Saskatchewan Union of Nurses, the British Columbia Civil Liberties Association, Canadian Union of
Postal Workers and the International Association of Machinists and Aerospace Workers, the Public Service
Alliance of Canada, the Alberta Union of Provincial Employees, the British Columbia Teachers’ Federation
and Hospital Employees’ Unions, the Confédération des syndicats nationaux, the National Union of Public and
General Employees, the Canadian Constitution Foun dation, the Canadian Employers Council, the Regina
Qu’Appelle Regional Health Authority, the Cypress Regional Health Authority, the Five Hills Regional Health
Authority, the Heartland Regional Health Authority, the Sunrise Regional Health Authority, the Prince Albert
Parkland Regional Health Authority and the Saskatoon Regional Health Authority are each granted permission
to present oral argument not exceeding 10 minutes at the hearing of the appeal.
4.
The factums of the SEIU-West, the United Nurses of Alberta and the Alberta Federation of Labour, the
Professional Institute of the Public Service of Canada, the Air Canada Pilots’ Association, the Canadian
Labour Congress, the Conseil du patronat du Québec, the Canada Post Corporation and Air Canada will be
considered without the need for oral argument.
5.
All the interveners shall take the necessary steps to avoid duplicative submissions at the hearing.
À LA SUITE DE L’ORDONNANCE, datée du 11 février 2014, renvoyant à une date ultérieure la demande des
appelants pour que ceux-ci et l’intimée soient autorisés à présenter des plaidoiries orales d’au plus 90 minutes lors de
l’audition de l’appel;
ET À LA SUITE DES ORDONNANCES, datées des 8 et 9 avril 2014, accordant l’autorisation d’intervenir à le
Saskatchewan Union of Nurses, le SEIU-West, la United Nurses of Alberta et l’Alberta Federation of Labour, l’Institut
professionnel de la fonction publique du Canada, la Canadian Constitution Foundation, l’Association des pilotes d’Air
Canada, la British Columbia Civil Liberties Association, le Conseil du patronat du Québec, le Conseil canadien des
employeurs, le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes et l’Association internationale des machinistes et des
travailleurs et travailleuses de l’aérospatiale, les British Columbia Teachers’ Federation et Hospital Employees’ Unions,
le Congrès du travail du Canada, l’Alliance de la Fonction publique du Canada, l’Alberta Union of Provincial
Employees, la Confédération des syndicats nationaux, les Regina Qu’Appelle Regional Health Authority, Cypress
Regional Health Authority, Five Hills Regional Health Authority, Heartland Regional Health Authority, Sunrise
Regional Health Authority, Prince Albert Parkland Regional Health Authority et Saskatoon Regional Health Author ity,
le National Union of Public and General Employees, la Société canadienne des postes et Air Canada ;
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
1.
La demande des appelants pour que ceux-ci et l’intimée soient autorisés à présenter des plaidoiries orales d’au
plus 90 minutes lors de l’audition de l’appel est rejetée.
2.
Les appelants pourront présenter une plaidoirie orale en réplique d’au plus 15 minutes lors de l’audition de
l’appel, en plus des 60 minutes dont ils disposent pour leur plaidoirie orale principale.
3.
Le Saskatchewan Union of Nurses, la British Columbia Civil Liberties Association, le Syndicat des
travailleurs et travailleuses des postes et l’Association internationale des machinistes et des travailleurs et
travailleuses de l’aérospatiale, l’Alliance de la Fonction publique du Canada, l’Alberta Union of Provincial
Employees, les British Columbia Teachers’ Federation et Hospital Employees’ Unions, la Confédération des
syndicats nationaux, le National Union of Public and General Employees, la Canadian Constitu tion
Foundation, le Conseil canadien des employeurs, les Regina Qu’Appelle Regional Health Authority, Cypress
Regional Health Authority, Five Hills Regional Health Authority, Heartland Regional Health Authority,
Sunrise Regional Health Authority, Prince Albert Parkland Regional Health Authority et Saskatoon Regional
- 889 -
MOTIONS
REQUÊTES
Health Authority, auront chacun le droit de présenter une plaidoirie orale d’au plus 10 minutes lors de
l’audition de l’appel.
4.
Les mémoires du SEIU-West, de l’United Nurses of Alberta et de l’Alberta Federation of Labour, de l’Institut
professionnel de la fonction publique du Canada, de l’Association des pilotes d’Air Canada, du Congrès du
travail du Canada, du Conseil du patronat du Québec, de la Société canadienne des postes et d’Air Canada
seront examinés sans qu’il soit nécessaire que ces intervenants présentent des plaidoiries orales.
5.
Tous les intervenants prendront les mesures qui s’imposent pour éviter que leurs plaidoiries orales ne se
recoupent.
08.05.2014
Before / Devant : THE CHIEF JUSTICE / LA JUGE EN CHEF
Ordonnance relative à la présentation d’une
plaidoirie orale par les intervenants
Order on interventions with respect to oral
argument
RE:
Attorney General of Manitoba;
Attorney General of British
Columbia;
Attorney General for
Saskatchewan;
Attorney General of Alberta;
Grand Council of Treaty #3;
Blood Tribe, Beaver Lake Cree
Nation, Ermineskin Cree Nation,
Siksika Nation and Whitefish
Lake First Nation #128;
Fort McKay First Nation;
Te’mexw Treaty Association;
Ochiichagwe’Babigo’Ining First
Nation, Ojibways of Onigaming
First Nation, Big Grassy First
Nation and Naotkamegwanning
First Nation;
Métis Nation of Ontario;
Cowichan Tribes, represented by
Chief William Charles Seymour,
on his own behalf and on behalf
of the members of the Cowichan
Tribes;
Lac Seul First Nation;
Sandy Lake First Nation;
- 890 -
MOTIONS
REQUÊTES
Assembly of First
Nations/National Indian
Brotherhood
Andrew Keewatin Jr. et al.
v. (35379)
Minister of Natural Resources
et al. (Ont.)
FURTHER TO THE ORDERS dated March 26, 2014 and April 15, 2014 granting leave to intervene to the Attorney
General of Manitoba, the Attorney General of British Columbia, the Attorney General for Saskatchewan, the Attorney
General of Alberta, the Grand Council of Treaty #3, the Blood Tribe, Beaver Lake Cree Nation, Ermineskin Cree
Nation, Siksika Nation and Whitefish Lake First Nation #128, the Fort McKay First Nation, the Te'mexw Treaty
Association, the Ochiichagwe’Babigo’Ining First Nation, Ojibways of Onigaming First Nation, Big Grassy First Nation
and Naotkamegwanning First Nation, the Métis Nation of Ontario, the Cowichan Tribes, represented by Chief William
Charles Seymour, on his own behalf and on behalf of the members of the Cowichan Tribes, the Lac Seul First Nation,
the Sandy Lake First Nation and the Assembly of First Nations/National Indian Brotherhood;
IT IS HEREB Y FURTHER ORDERED THAT:
1.
The Attorney General of Manitoba, the Attorney General of British Columbia, the Attorney General for
Saskatchewan, the Attorney General of Alberta, the Grand Council of Treaty #3, the Blood Tribe, Beaver Lake
Cree Nation, Ermineskin Cree Nation, Siksika Nation and Whitefish Lake First Nation #128, the Te'mexw
Treaty Association, the Ochiichagwe’Babigo’Ining First Nation, Ojibways o f Onigaming First Nation, Big
Grassy First Nation and Naotkamegwanning First Nation, the Métis Nation of Ontario, the Cowichan Tribes,
represented by Chief William Charles Seymour, on his own behalf and on behalf of the members of the
Cowichan Tribes, and the Assembly of First Nations/National Indian Brotherhood are each granted permission
to present oral argument not exceeding 10 minutes at the hearing of the appeal.
2.
The Lac Seul First Nation and the Sandy Lake First Nation are granted permission to prese nt joint oral
argument not exceeding 10 minutes at the hearing of the appeal.
3.
The factum of the Fort McKay First Nation will be considered without the need for oral argument.
À LA SUITE DES ORDONNANCES datées du 26 mars 2014 et du 15 avril 2014 accordant l’autorisation d’intervenir
au procureur général du Manitoba, au procureur général de la Colombie -Britannique, au procureur général de la
Saskatchewan, au procureur général de l’Alberta, au Grand Council Treaty N o 3, à la Tribu des Blood, à la Beaver Lake
Cree Nation, à l’Ermineskin Cree Nation, à la Siksika Nation et à la Première Nation Whitefish Lake N o 128, à la Fort
McKay First Nation, à la Te’mexw Treaty Association, à l’Ochiichagwe’Babigo’Ining First Nation, à l’Ojibways of
Onigaming First Nation, à la Première Nation Big Grassy et à la Première Nation Naotkamegwanning, à la Métis
Nation of Ontario, aux Cowichan Tribes, représentées par le chef William Charles Seymour, en son propre nom et en
celui des membres des Cowichan Tribes, à la Première Nation Lac Seul, à la Première Nation Sandy Lake et à
l’Assemblée des Premières Nations/la Fraternité nationale des Indiens;
IL EST EN OUTRE ORDONNÉ CE QUI SUIT :
1.
Le procureur général du Manitoba, le procureur général de la Colombie-Britannique, le procureur général de la
Saskatchewan, le procureur général de l’Alberta, le Grand Council Treaty N o 3, la Tribu des Blood, la Beaver
Lake Cree Nation, l’Ermineskin Cree Nation, la Siksika Nation et la Première Nation Whitefish Lake N o 128,
la Te’mexw Treaty Association, l’Ochiichagwe’Babigo’Ining First Nation, l’Ojibways of Onigaming First
Nation, la Première Nation Big Grassy et la Première Nation Naotkamegwanning, la Métis Nation of Ontario,
les Cowichan Tribes, représentées par le chef William Charles Seymour, en son propre nom et en celui des
- 891 -
MOTIONS
REQUÊTES
membres des Cowichan Tribes, et l’Assemblée des Premières Nations/la Fraternité nationale des Indiens sont
autorisés à présenter chacun une plaidoirie orale d’au plus 10 minutes lors de l’audition de l’appel.
2.
La Première Nation Lac Seul et la Première Nation Sandy Lake sont autorisées à présenter une plaidoirie orale
conjointe d’au plus 10 minutes lors de l’audition de l’appel.
3.
Le mémoire de la Fort McKay First Nation sera examiné sans qu’il soit nécessaire que cette intervenante
présente une plaidoirie orale.
08.05.2014
Before / Devant : KARAKATSANIS J. / LA JUGE KARAKATSANIS
Motion to file a reply factum on appeal
Requête en vue de déposer un mémoire en
réplique concernant l’appel
Andrew Keewatin Jr. et al.
v. (35379)
Minister of Natural Resources et al. (Ont.)
DISMISSED / REJETÉE
UPON APPLICATION by the appellant, Leslie Cameron, on his own behalf and on behalf of all other members of
Wabauskang First Nation, for an order granting leave to file a consolidated reply to the respondents and interveners in
this appeal not exceeding 10 pages;
AND THE MATERIAL FILED having been read;
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
The motion is dismissed.
À LA SUITE DE LA REQUÊTE présentée par l’appelant, Leslie Cameron, en son propre nom et en celui de tous les
autres membres de la Wabauskang First Nation, pour obtenir l’autorisation de déposer une réplique consolidée d’au
plus 10 pages à l’intention des intimés et des intervenants;
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés;
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
La requête est rejetée.
- 892 -
AVIS D’APPEL DÉPOSÉS DEPUIS LA
DERNIÈRE PARUTION
NOTICES OF APPEAL FILED SINCE
LAST ISSUE
01.05.2014
Her Majesty the Queen
v. (35866)
Paul Francis Tatton (Ont.)
(As of Right)
- 893 -
APPEALS HEARD SINCE LAST ISSUE
AND DISPOSITION
APPELS ENTENDUS DEPUIS LA
DERNIÈRE PARUTION ET RÉSULTAT
12.05.2014
Coram: McLachlin C.J. and Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver, Karakatsanis and Wagner JJ.
David M. Potter
Eugene J. Mockler and Perri Ravon for the appellant.
v. (35422)
Clarence L. Bennett and Josie H. Marks for the
respondent.
New Brunswick Legal Aid Services Commission, a
statutory body corporate pursuant to a special act
of the Province of New Brunswick (N.B.) (Civil)
(By Leave)
RESERVED / EN DÉLIB ÉRÉ
Nature of the case:
Nature de la cause :
Employment law - Constructive dismissal Repudiation of employment contract - Appellant
holding public office pursuant to appointment by
Lieutenant-Governor in Council - Parties in
discussions seeking to bring employment contract to
end when appellant sus pended with pay for indefinite
period - Appellant initiating action for constructive
dismissal - Commission stopping his pay and benefits,
arguing that appellant effectively resigned when he
initiated action - Whether administrative suspension
which the employer intends will end with termination
of employment contract constitutes constructive
dismissal - Whether employee necessarily resigns by
bringing action for constructive dismissal - Whether
amounts received under a pension should be deducted
from damages for constructive dismissal
Droit de l’emploi - Congédiement déguisé Répudiation du contrat d’emploi - Appelant nommé
par le lieutenant-gouverneur en conseil à une charge
publique - Suspension de l’appelant avec salaire pour
une durée indéterminée intervenue après le début de
discussions entre les parties en vue de mettre fin au
contrat d’emploi - Action intentée par l’appelant pour
congédiement déguisé - Suspension par la
Commission du salaire et des avantages sociaux de
l’appelant au motif que l’appelant avait en fait
démissionné de son poste - La suspension
administrative qui se soldera, de l’avis de
l’employeur, par la fin du contrat d’emploi équivautelle à un congédiement déguisé? - L’employé
démissionne-t-il nécessairement en introduisant une
action pour congédiement déguisé? - Les sommes
d’argent versées dans le régime de pension doiventelles être défalquées du montant des dommages intérêts obtenus pour congédiement déguisé?
13.05.2014
Coram: McLachlin C.J. and LeBel, Abella, Cromwell, Moldaver, Karakatsanis and Wagner JJ.
Attorney General of Canada
Christopher Rupar and Jan Brongers for the appellant.
v. (35399)
John J.L. Hunter, Q.C. and Roy W. Millen for the
respondent.
Federation of Law Societies of Canada (B.C.)
(Civil) (By Leave)
Michal Fairburn and Justin Safayeni for the intervener
Criminal Lawyers' Association (Ontario).
Mahmud Jamal, David Rankin and Pierre-Alexandre
Henri for the intervener Canadian Civil Liberties
- 894 -
APPEALS HEARD SINCE LAST ISSUE AND
DISPOSITION
APPELS ENTENDUS DEPUIS LA DERNIÈRE
PARUTION ET RÉSULTAT
Association.
Leonard T. Doust, Q.C. and Michael A. Feder for the
intervener Law Society of British Columbia.
Craig A.B. Ferris and Laura Bevan for the intervener
Canadian Bar Association.
Paul D. Stern and Robert A. Centa for the intervener
Advocates’ Society.
Raymond Doray and Loïc Berdnikoff pour les
intervenants Barreau du Québec et al.
RESERVED / EN DÉLIB ÉRÉ
Nature of the case:
Nature de la cause :
Charter of Rights and Freedoms - Constitutional Law
- Fundamental justice - Right to life, liberty and
security of the person - Search and seizure - Whether
it is constitutionally permissible to impose obligations
under the Proceeds of Crime (Money Laundering) and
Terrorist Financing Act, S.C. 2000, c. 17, and its
related Regulations on lawyers, notaries and law firms
- Whether the Act and Regulations breach ss. 7 or 8 of
the Charter in a manner that fails to conform to
principles of fundamental justice - Proceeds of Crime
(Money Laundering) and Terrorist Financing Act,
ss. 5(i), 5(j), 62, 63, 63.1 or 64 - Proceeds of Crime
(Money Laundering) and Terrorist Financing
Regulations, SOR/2002-184, ss. 11.1, 33.3, 33.4 or
59.4
Charte des droits et libertés - Droit constitutionnel Justice fondamentale - Droit à la vie, à la liberté et à la
sécurité de la personne - Fouilles, perquisitions et
saisies - La Constitution permet-elle d’imposer les
obligations de la Loi sur le recyclage des produits de
la criminalité et le financement des activités
terroristes, L.C. 2000, ch. 17, et de son règlement
d’application aux avocats, aux notaires et aux cabinets
juridiques? - La Loi et son règlement d’application
portent-ils atteinte à l’art. 7 ou à l’art. 8 de la Charte
d’une manière non conforme aux principes de justice
fondamentale? - Loi sur le recyclage des produits de
la criminalité et le financement des activités
terroristes, art. 5i), 5j), 62, 63, 63.1 ou 64 - Règlement
sur le recyclage des produits de la criminalité et le
financement des activités terroristes, DORS/2002184, art. 11.1, 33.3, 33.4 ou 59.4
14.05.2014
Coram: McLachlin C.J. and LeBel, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver and Wagner JJ.
Canadian Artists’ Representation / Front des
artistes canadiens et al.
David Yazbeck, Michael Fisher and Wassim Garzouzi
for the appellant.
v. (35353)
Joshua S. Phillips and Karen Ensslen for the
intervener Writers Guild of Canada and Canadian
Screenwriters Collection Society.
National Gallery of Canada (F.C.) (Civil)
(By Leave)
Guy P. Dancosse, Sophie Roy-Lafleur and Guy
Régimbald for the respondent.
Colette Matteau pour les intervenants Société du droit
de reproduction des auteurs Compositeurs et éditeurs
- 895 -
APPEALS HEARD SINCE LAST ISSUE AND
DISPOSITION
APPELS ENTENDUS DEPUIS LA DERNIÈRE
PARUTION ET RÉSULTAT
du Canada et SODRAC 2003 Inc.
ALLOWED (Reasons to follow) / ACCUEILLI (motifs à suivre)
JUDGMENT:
JUGEMENT :
The appeal from the judgment of the Federal Court of
Appeal, Number A-84-12, 2013 FCA 64, dated
March 4, 2013, was heard on May 14, 2014, and the
Court on that day delivered the following judgment
orally:
L’appel interjeté contre l’arrêt de la Cour d’appel
fédérale, numéro A-84-12, 2013 CAF 64, en date du 4
mars 2013, a été entendu le 14 mai 2014, et la Cour a
prononcé oralement le même jour le jugement
suivant :
THE CHIEF JUST ICE — The appeal is allowed, with
reasons to follow.
[T RADUCT ION]
LA JUGE EN CHEF — L’appel est accueilli, avec motifs
à suivre.
Nature of the case:
Nature de la cause :
Labour relations - Collective bargaining - Duty to
bargain in good faith - Administrative law - Judicial
review - Copyright - Canadian Artists and Producers
Professional Relations Tribunal finding that National
Gallery failed to bargain in good faith when it
reversed its bargaining position and refused to
negotiate minimum fees for right to use existing
works - Whether Court of Appeal erred in reviewing
Tribunal’s decision on a correctness standard Whether Court of Appeal erred in finding that
certified artists’ associations are precluded from
bargaining minimum fees for use of existing works in
scale agreements under Status of the Artist Act Whether Court of Appeal erred in finding that
Tribunal was unable to conclude that National Gallery
bargained in bad faith, after it misinterpreted
legislative scope of collective bargaining in Tribunal’s
enabling legislation - Status of the Artist Act, S.C.
1992, c. 33 - Copyright Act, R.S.C. 1985, c. C-42.
Relations du travail - Négociations collectives Obligation de négocier de bonne foi - Droit
administratif - Contrôle judiciaire - Droit d’auteur Conclusion du Tribunal canadien des relations
professionnelles artistes-producteurs que le Musée des
Beaux-Arts n’a pas négocié de bonne foi lorsqu’il est
revenu sur sa position de négociation et a refusé de
négocier les tarifs minimums pour l’utilisation
d’œuvres existantes - La Cour d’appel a-t-elle commis
une erreur en contrôlant la décision du Tribunal selon
la norme de la décision correcte? - La Cour d’appel
a-t-elle commis une erreur en concluant que des
associations d’artistes accréditées ne peuvent négocier
les tarifs minimums fixés dans les accords-cadres en
application de la Loi sur le statut de l’artiste pour
l’utilisation d’œuvres existantes? - La Cour d’appel
a-t-elle commis une erreur en décidant que le Tribunal
ne pouvait conclure que le Musée des Beaux-Arts
avait négocié de mauvaise foi, après avoir mal
interprété la portée légale de la négociation collective
donnée par sa loi constitutive? - Loi sur le statut de
l’artiste, L.C. 1992, ch. 33 - Loi sur le droit d’auteur,
L.R.C. 1985, ch. C-42.
15.05.2014
Coram: McLachlin C.J. and LeBel, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver and Wagner JJ.
Andrew Keewatin Jr. et al.
Robert J.M. Janes and Elin R. Sigurdson for the
appellants Andrew Keewatin Jr. et al.
v. (35379)
Bruce McIvor and Kathryn Buttery for the appellant
Leslie Cameron, on his own behalf and on behalf of
all other members of Wabauskang First Nation.
Minister of Natural Resources et al. (Ont.) (Civil)
(By Leave)
- 896 -
APPEALS HEARD SINCE LAST ISSUE AND
DISPOSITION
APPELS ENTENDUS DEPUIS LA DERNIÈRE
PARUTION ET RÉSULTAT
Zachary Davis, Peter W. Hutchins and Jessica
Labranche for the intervener Grand Council of Treaty
#3.
Meaghan M. Conroy and Abram Averbach for the
interveners Blood Tribe et al.
Karey Brooks (by videoconference) for the intervener
Te’mexw Treaty Association.
Donald
R.
Colborne
for
the
interveners
Ochiichagwe’Babigo’Ining First Nation et al.
Jason Madden and Nuri G. Frame for the intervener
Métis Nation of Ontario.
David M. Robbins, Dominique Nouvet and Heather
Mahony for the intervener Cowichan Tribes,
represented by Chief William Charles Seymour, on
his own behalf and on behalf of the members of
Cowichan Tribes.
David G. Leitch for the interveners Lac Seul First
Nation et al.
Joseph J. Arvay, Q.C. and Catherine J. Boies Parker
for the intervener Assembly of First Nations/National
Indian Brotherhood.
Written submission for the intervener Fort McKay
First Nation.
Michael R. Stephenson, Mark Crow and Christine
Perruzza for the respondent Minister of Natural
Resources.
Mark R. Kindrachuk, Q.C. and Mitchell R. Taylor,
Q.C. for the respondent Attorney General of Canada.
Christopher J. Matthews for the respondent Resolute
FP Canada Inc. (formerly Abitibi-Consolidated Inc.).
Thomas F. Isaac, William J. Burden, Linda I. Knol
and Brian P. Dominique for the respondent Goldcorp
Inc.
Heather Leonoff, Q.C. for the intervener Attorney
General of Manitoba.
Paul E. Yearwood for the intervener Attorney General
of British Columbia.
Richard James Fyfe and Macrina Badger for the
- 897 -
APPEALS HEARD SINCE LAST ISSUE AND
DISPOSITION
APPELS ENTENDUS DEPUIS LA DERNIÈRE
PARUTION ET RÉSULTAT
intervener Attorney General of Saskatchewan.
Douglas B. Titosky for the intervener Attorney
General of Alberta.
RESERVED / EN DÉLIB ÉRÉ
Nature of the case:
Nature de la cause :
Aboriginal law - Treaty rights - Division of powers Inter-jurisdictional immunity - Interpretation of treaty
- Power to “take up” lands - Treaty including clause
providing entitlement to “Government of the
Dominion of Canada” to take up lands, subject to
Ojibway’s right to hunt and fish on lands Appellants’ initiating action after Ontario issued
licences for forestry operations on portion of lands
subject to treaty and added to Ontario in 1912 Whether Court of Appeal erred in holding that Ontario
has exclusive jurisdiction to take up lands within
treaty territory so as to limit harvesting rights? Whether Court of Appeal erred in setting aside trial
judge’s interpretation of treaty and findings
concerning intention of parties at time treaty
negotiation? - Whether Court of Appeal erred in
applying doctrines of evolution of treaty rights and
devolution so as to modify the appellants’ harvesting
rights? - Whether Court of Appeal erred in failing to
consider whether Ontario’s provincial forestry
legislation is constitutionally applicable insofar as it
impairs Canada’s exclusive jurisdiction pursuant to
s. 91(24) of the Constitution Act, 1867? - Treaty 3.
Droit des Autochtones - Droits issus de traités Partage des compétences - Doctrine de l’exclusivité
des compétences - Interprétation d’un traité - Pouvoir
de prendre des terres - Traité qui contient une clause
conférant le droit du « gouvernement du Canada » de
prendre des terres, sous réserve du droit des Ojibways
de chasser et de pêcher sur ces terres - Action intentée
par les appelants après que l’Ontario eut décerné des
permis d’exploitation forestière sur une partie des
terres visées par un traité et annexées à l’Ontario en
1912 - La Cour d’appel a-t-elle commis une erreur en
concluant que l’Ontario a le pouvoir exclusif de
prendre des terres se trouvant sur un territoire visé par
un traité de manière à limiter l’exercice des droits de
récolte? - La Cour d’appel a-t-elle commis une erreur
en rejetant l’interprétation retenue par la juge de
première instance et en écartant les conclusions tirées
par celle-ci relativement à l’intention des parties au
moment de la négociation du traité? - La Cour d’appel
a-t-elle commis une erreur en appliquant les principes
de l’évolution des droits issus de traités et de la
dévolution, de manière à modifier les droits de récolte
des appelants? - La Cour d’appel a-t-elle commis une
erreur en ne se demandant pas si la législation
provinciale
ontarienne
sur les
forêts
est
constitutionnellement applicable dans la mesure où
elle porte atteinte à la compétence exclusive du
Canada en vertu du par. 91(24) de la Loi
constitutionnelle de 1867? - Traité n o 3.
- 898 -
PRONOUNCEMENTS OF APPEALS
RESERVED
JUGEMENTS RENDUS SUR LES
APPELS EN DÉLIBÉRÉ
Reasons for judgment are available
Les motifs de jugement sont disponibles
MAY 14, 2014 / LE 14 MAI 2014
34884
Minister of Citizenship and Immigration and Minister of Public Safety and Emergency
Preparedness v. Mohamed Harkat – and – Attorney General of Ontario, British Columbia Civil
Liberties Association, Canadian Council of Criminal Defence Lawyers, Canadian Civil
Liberties Association, Canadian Bar Association, Canadian Association of Refugee Lawyers,
Canadian Council for Refugees, International Civil Liberties Monitoring Group, Canadian
Council on American-Islamic Relations (now known as National Council of Canadian
Muslims), Amnesty International and Criminal Lawyers’ Association (Ontario) (F.C.)
2014 SCC 37/ 2014 CSC 37
Coram:
McLachlin C.J. and LeBel, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver, Karakatsanis and Wagner JJ.
The appeal from the judgment of the Federal Court of Appeal, Number A -76-11, 2012 FCA 122, dated April 25, 2012,
heard on October 10 and 11, 2013, is allowed in part, Abella and Cromwell JJ. dissenting in part. The cross -appeal is
dismissed. The IRPA scheme is constitutional. The designated judge’s conclusion that the security certificate was
reasonable is reinstated.
L’appel interjeté contre l’arrêt de la Cour d’appel fédérale, numéro A-76-11, 2012 CAF 122, en date du 25 avril 2012,
entendu les 10 et 11 octobre 2013, est accueilli en partie. Les juges Abella et Cromwell sont dissidents en partie.
L’appel incident est rejeté. Le régime instauré par la LIPR est constitutionnel. La conclusion du juge désigné selon
laquelle le certificat de sécurité était raisonnable est rétablie.
- 899 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Minister of Citizenship and Immigration et al. v. Mohamed Harkat et al. (F.C.) (34884)
Indexed as: Canada (Citizenship and Immigration) v. Harkat /
Répertorié : Canada (Citoyenneté et Immigration) c. Harkat
Neutral citation: 2014 SCC 37 / Référence neutre : 2014 CSC 37
Hearing: October 10 and 11, 2013 / Judgment: May 14, 2014
Audition : Le 10 et 11 octobre 2013 / Jugement : Le 14 mai 2014
Constitutional law — Charter of Rights — Right to life, liberty and security of person — Certificate issued
against foreign national stating that he is inadmissible to Canada on national security grounds for allegedly engaging
in terrorism — Named person challenging constitutionality of security certificate scheme on grounds that it prevents
full disclosure and personal participation in hearings — Whether scheme under which security certificate issued
deprives named person of right to life, liberty and security of person in acc ordance with principles of fundamental
justice — Canadian Charter of Rights and Freedoms, s. 7 — Immigration and Refugee Protection Act, S.C. 2001, c. 27,
ss. 77(2), 83(1)(c), 83(1)(d), 83(1)(e), 83(1)(h), 83(1)(i), 85.4(2), 85.5(b).
Immigration — Inadmissibility and removal — National security — Certificate issued against foreign national
stating that he is inadmissible to Canada on national security grounds for allegedly engaging in terrorism — Judge
reviewing reasonableness of certificate finding sufficient evidence to demonstrate that certificate was reasonable and
upholding certificate — Whether designated judge erred in concluding that certificate was reasonable.
Evidence — Privilege — Informer privilege — Information used against named person obtained by CSIS from
human sources — Whether CSIS human sources are covered by class privilege — Whether CSIS human sources can be
cross-examined.
Constitutional law — Charter of Rights — Procedural fairness — Duty to disclose — Remedy — Summaries of
intercepted conversations tendered as evidence against named person — Source materials for summaries destroyed in
accordance with internal policy of CSIS — Whether destruction of source materials breached named person’s right to
procedural fairness — Whether designated judge erred in refusing to exclude summaries of intercepted conversations
— Canadian Charter of Rights and Freedoms, ss. 7, 24(1).
Stay of proceedings — Duties of candour and utmost good faith — Fairness of process — Ex parte
proceedings — Review of reasonableness of security certificate — Whether ministers made reasonable efforts to obtain
information sought by special advocates — Whether ministers breached duties of candour and utmost good faith —
Whether proceedings against named person were fair — Whether named person entitled to stay of proceedings.
H is alleged to have come to Canada for the purpose of engaging in terrorism. In 2002, a security certificate
was issued against H under the scheme then contained in the Immigration and Refugee Protection Act, S.C. 2001, c. 27
(“IRPA”). The certificate declared H inadmissible to Canada on national security grounds. After a successful
constitutional challenge of the then existing IRPA security certificate scheme and subsequent amendments to the IRPA,
a second security certificate was issued against H and referred to the Federal Court for a determination as to its
reasonableness. During the proceedings, the special advocates appointed to protect the interests of H in the closed
hearings sought to obtain disclosure of the identity of human sources who provided information regarding H to the
Canadian Security Intelligence Service (“CSIS”) as well as permission to interview and to cross -examine them. The
designated judge rejected their request, finding that the common law police informer privilege should be extended to
cover CSIS human sources. The designated judge also rejected their request to compel the ministers to obtain updated
information from foreign intelligence agencies on several alleged terrorists with whom H was claimed to have
associated. In addition, H’s request to exclude from the evidence summaries of intercepted conversations on the ground
that the original recordings and notes of these conversations were destroyed pursuant t o CSIS policy OPS-217 was
refused by the designated judge. The designated judge found the security certificate scheme under the amended IRPA
to be constitutional, and concluded that the certificate declaring H inadmissible to Canada was reasonable. On ap peal,
the Federal Court of Appeal upheld the constitutionality of the scheme but found that the identity of CSIS human
sources is not protected by privilege. It also excluded from the evidence the summaries of intercepted conversations to
- 900 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
which H had not been privy, and remitted the matter to the designated judge for redetermination on the basis of what
remained of the record after the exclusion of the summaries.
Held (Abella and Cromwell JJ. dissenting in part on the appeal): The appeal should be allowed in part. The
cross-appeal should be dismissed. The IRPA scheme is constitutional. CSIS human sources are not protected by a class
privilege. The designated judge’s conclusion that the security certificate was reasonable is reinstated.
Per McLachlin C.J. and LeBel, Rothstein, Moldaver, Karakatsanis and Wagner JJ.:
Constitutionality of IRPA Scheme
The impugned provisions of the IRPA scheme are constitutional. They do not violate the named person’s right
to know and meet the case against him, or the right to have a decision made on the facts and the law. The alleged
defects of the IRPA scheme must be assessed in light of the scheme’s overall design and of the two central principles
that guide the scheme: (1) the designated judge is intended to play a gatekeeper role, is vested with broad discretion
and must ensure not only that the record supports the reasonableness of the ministers’ finding of inadmissibility but also
that the overall process is fair; and (2) participation of the special advocates in closed hearings is intended to be a
substantial substitute for personal participation by the named person in those hearings. However, the scheme remains
an imperfect substitute for full disclosure in an open court, and the designated judge has an on going responsibility to
assess the overall fairness of the process and to grant remedies under s. 24(1) of the Charter where appropriate.
The IRPA scheme provides sufficient disclosure to the named person to be constitutionally compliant, since
the designated judge has a statutory duty to ensure that the named person is reasonably informed of the case against him
or her throughout the proceedings. However, the IRPA scheme’s requirement that the named person be “reasonably
informed” of the case should be read as a recognition that the named person must receive an incompressible minimum
amount of disclosure. A named person is “reasonably informed” if he or she has personally received sufficient
disclosure to be able to give meaningful instructions to his p ublic counsel and meaningful guidance and information to
his or her special advocates which will allow them to challenge the information and evidence presented in the closed
hearings. The level of disclosure required for a named person to be reasonably in formed is case-specific, depending on
the allegations and evidence against him or her. Ultimately, the designated judge is the arbiter of whether this standard
has been met.
Only information and evidence that raises a serious risk of injury to national security or danger to the safety of
a person can be withheld from the named person. The designated judge must be vigilant and skeptical with respect to
the claims of national security confidentiality and must ensure that only information or evidence which would injure
national security or endanger the safety of a person is withheld from the named person. Systematic overclaiming would
infringe the named person’s right to a fair process or undermine the integrity of the judicial system, requiring a remedy
under s. 24(1) of the Charter.
The IRPA scheme’s approach to disclosure, which fails to provide for a balancing of countervailing interests,
does not render the scheme unconstitutional. Section 7 of the Charter does not require a balancing approach to
disclosure, rather, it requires a fair process. Parliament’s choice to adopt a categorical prohibition against disclosure of
sensitive information, as opposed to a balancing approach, does not as such constitute a breach of the right to a fair
process.
The communications restrictions imposed on special advocates do not render the scheme unconstitutional.
They are not absolute and can be lifted with judicial authorization, subject to conditions deemed appropriate by the
designated judge. The judicial authorization process gives the designated judge a sufficiently broad discretion to allow
all communications that are necessary for the special advocates to perform their duties. This broad discretion averts
unfairness as the designated judge can ensure that the special advocates function as closely as possible to ordinary
counsel in a public hearing. The judge should take a liberal approach in authorizing communications and only refuse
authorization where the Minister has demonstrated, on a balance of probab ilities, a real risk of injurious disclosure. In
addition, the named person and his public counsel can send an unlimited amount of one -way communications to the
special advocates at any time throughout the proceedings.
- 901 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
The admission of hearsay evidence or the denial of the opportunity for special advocates to cross -examine
sources do not render the IRPA scheme unconstitutional. The IRPA scheme achieves the purpose of excluding
unreliable evidence by alternative means to the rule against hearsay evidence and the right to cross -examine witnesses –
it provides the designated judge with broad discretion to exclude evidence that is not “reliable and appropriate”, which
allows the judge to exclude not only evidence that he or she finds, after a searching review, to be unreliable, but also
evidence whose probative value is outweighed by its prejudicial effect against the named person.
Privilege for CSIS Human Sources
CSIS human sources are not protected by a class privilege. First, police informer privilege does not attach to
CSIS human sources. The differences between traditional policing and modern intelligence gathering preclude
automatically applying traditional police informer privilege to CSIS human sources. While evidence gathered by the
police is traditionally used in criminal trials that provide the accused with significant evidentiary safeguards, the
intelligence gathered by CSIS may be used to establish criminal conduct in proceedings that have relaxed rules of
evidence and allow for the admission of hearsay evidence. Second, this Court should not create a new privilege for
CSIS human sources. If Parliament deems it desirable that CSIS human sources’ identities and related information be
privileged, it can enact appropriate protections. The IRPA scheme already affords broad protection to human sources
by precluding the public disclosure of information that would injure national security or endanger a person.
Although the identity of CSIS human sources is not privileged, special advocates do not have an unlimited
ability to interview and cross -examine human sources. The discretion of the designated judge to allow the special
advocates to interview and cross -examine human sources in a closed hearing should be exercised as a last resort. A
generalized practice of calling CSIS human sources before a court, even if only in closed hearings, may have a chilling
effect on potential sources and hinder CSIS’ ability to recruit new sources. In this case, there is no need to authorize
the exceptional measure of interviewing and cross -examining human sources.
Summaries
The appropriate remedy for the destruction of materials pursuant to CSIS policy OPS-217 must be assessed on
a case-by-case basis and must be tailored to address the prejudicial effect on the named person’s case. The summaries
of materials destroyed pursuant to policy OPS-217 should only be excluded under s. 24(1) of the Charter if their
admission would result in an unfair trial or would otherwise undermine the integrity of the justice system. In this case,
the designated judge did not err in refusing to exclude the summaries of intercepted conversations that were tendered as
evidence by the ministers. Although the destruction of the original CSIS operatio nal materials caused the ministers to
fail to meet their disclosure obligations towards H and therefore to breach s. 7 of the Charter, the exclusion of the
summaries is not necessary to remedy the prejudice to H’s ability to know and meet the case against him, or to
safeguard the integrity of the justice system. The disclosure of the summaries in an abridged version to H and in an
unredacted form to his special advocates was sufficient to prevent significant prejudice to H’s ability to know and meet
the case against him.
Duties of Candour and Utmost Good Faith and Fairness of Process
The duties of candour and utmost good faith apply when a party relies upon evidence in ex parte proceedings.
They require an ongoing effort to update, throughout the procee dings, the information and evidence regarding the
named person. What constitutes reasonable efforts will turn on the facts of each case, however, the ministers have no
general obligation to provide disclosure of evidence or information that is beyond their control. In this case, reasonable
efforts were made by the ministers and they did not breach those duties. The proceedings against H were fair and a stay
of proceedings should not be granted.
Reasonableness of Certificate
The designated judge committed no reviewable errors in finding that the ministers’ decision to declare H
inadmissible to Canada was reasonable. The designated judge’s weighing of the factual evidence on the record is
entitled to appellate deference and should only be interfered wit h if he committed a palpable and overriding error.
- 902 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
There is no palpable and overriding error in his weighing of the evidence or in his assessment of H’s credibility, both of
which in his view provided reasonable grounds to establish H’s inadmissibility.
Per Abella and Cromwell JJ. (dissenting in part on the appeal): Individuals who come forward with
information about a potential terrorist threat, often risk their lives in doing so if their identity is disclosed. Offering
only the possibility of anonymity if a court subsequently agrees to protect an informer’s identity, requires informers to
choose between risk of personal harm if their identity is not protected, or risk of harm to the public if the information is
not disclosed.
CSIS informants who provide national security information based on a promise of confidentiality are entitled
to the assurance that their confidentiality will be protected. This can only be guaranteed by a class privilege, as is done
in criminal law cases. A case-by-case approach results in an informant not knowing whether the promise will be kept
until a judge engages in a retrospective assessment. This is hardly conducive to encouraging informants to risk their
lives by coming forward to offer highly sensitive information in terrorism cases.
Informer privilege has been judicially recognized for more than two centuries and has a dual purpose:
protection of a channel of information and the safety of those supplying it. It has been applied in settings other than
criminal prosecutions, including commissions of inquiry. The privilege for informers in the context of state officials
investigating matters of national security is a well-established one. Before CSIS was created as an independent agency,
the intelligence function it now carries out was performed by the RCMP Security Service, and informer privilege
applied to RCMP Security Service informants. While the functions of CSIS and the RCMP are distinct, the rationale
for the informer privilege applies equally to the work of both. The transfer of functions from the RCMP Security
Service to CSIS should have no bearing on whether the privilege continues to exist.
The CSIS informer privilege is not abrogated by statute. In order to abrogate a common law privilege,
Parliament must clearly express an intention to do so. IRPA makes no reference to informer privilege and does not
evince a clear intention to deprive CSIS informants of its benefit.
Given the intensity of the interests at stake in the security certificate context, it would be appropriate to
recognize a limited exception specifically crafted for the security certificate process which would address only
disclosure to the special advocate, not to the subject of the proceedings. Identity should be disclosed only if the
reviewing judge is satisfied that other measures, including withdrawing the substance of the informant’s evidence from
consideration in support of the certificate, are not sufficient to ensure a just outcome. Even when disclosure of identity
is ordered, there should be no cross -examination of the source by the special advocate. Requiring a human source to
testify will have a profound chilling effect on the willingness of other sources to come forward, and will undoubtedly
damage the relationship between CSIS and the source compelled to testify. CSIS operatives must be able to provide
confident assurances to their sources that their identities will not be revealed, not vague assurances hedged with
qualifications. Moreover, the human sources themselves, who are not subject to the necessary security clearance, may
learn sensitive material in the closed proceedings which CSIS will then be unable to control.
We would therefore allow the ministers’ appeal on the informant privilege issue and restore the designated
judge’s disposition of this issue.
APPEAL and CROSS-APPEAL from a judgment of the Federal Court of Appeal (Blais C.J. and Létourneau
and Layden-Stevenson JJ.A.), 2012 FCA 122, [2012] 3 F.C.R. 635, 349 D.L.R. (4th) 519, 7 Imm. L.R. (4th) 175, 429
N.R. 1, 260 C.R.R. (2d) 290, [2012] F.C.J. No. 492 (QL), 2012 CarswellNat 1155, setting aside three decisions of Noël
J., 2009 FC 204, [2009] 4 F.C.R. 370, 339 F.T.R. 65, 306 D.L.R. (4th) 269, 78 Imm. L.R. (3d) 303, [2008] F.C.J.
No. 1823 (QL), 2008 CarswellNat 5335; 2010 FC 1241, [2012] 3 F.C.R. 251, 380 F.T.R. 61, [2010] F.C.J. No. 1426
(QL), 2010 CarswellNat 4699; and 2010 FC 1243, 380 F.T.R. 255, 224 C.R.R. (2d) 167, 95 Imm. L.R. (3d) 1, [2010]
F.C.J. No. 1428 (QL), 2010 CarswellNat 5848; and affirming a decision of Noël J., 2010 FC 1242, [2012] 3 F.C.R. 432,
380 F.T.R. 163, 224 C.R.R. (2d) 93, 94 Imm. L.R. (3d) 179, [2010] F.C.J. No. 1427 (QL), 2010 CarswellNat 4714.
Appeal allowed in part, Abella and Cromwell JJ. dissenting in part. Cross-appeal dismissed.
Urszula Kaczmarczyk , Q.C., Robert Frater, Marianne Zoric and André Séguin, for the appellants/respondents
on cross-appeal.
- 903 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Matthew C. Webber, Norman D. Boxall, Meaghan Thomas and Leo Russomanno, for the respondent/appellant
on cross-appeal.
Robert W. Hubbard and Greg Skerkowski, for the intervener the Attorney General of Ontario.
Nader R. Hasan and Gerald Chan, for the intervener the British Columbia Civil Liberties Association.
John Norris and François Dadour, for the intervener the Canadian Council of Criminal Defence Lawyers.
Anil K. Kapoor and Lindsay Trevelyan, for the intervener the Canadian Civil Liberties Association.
Lorne Waldman, Peter Edelmann, Jacqueline Swaisland and Clare Crummey, for the intervener the Canadian
Bar Association.
Marlys A. Edwardh and Adriel Weaver, for the intervener the Canadian Association of Refugee Lawyers.
Barbara Jackman, Sharryn J. Aiken and Andrew J. Brouwer, for the interveners the Canadian Council for
Refugees and the International Civil Liberties Monitoring Group.
Faisal Bhabha and Khalid M. Elgazzar, for the intervener the Canadian Council on American -Islamic
Relations (now known as National Council of Canadian Muslims).
Michael Bossin, Laïla Demirdache and Anna Shea, for the intervener Amnesty International.
Breese Davies and Erin Dann, for the intervener the Criminal Lawyers’ Association (Ontario).
Paul J. J. Cavalluzzo and Paul D. Copeland, as Special Advocates.
Solicitor for the appellants/respondents on cross-appeal: Attorney General of Canada, Toronto and Ottawa.
Solicitors for the respondent/appellant on cross-appeal: Webber Schroeder Goldstein Abergel, Ottawa;
Bayne, Sellar, Boxall, Ottawa.
Solicitor for the intervener the Attorney General of Ontario: Attorney General of Ontario, Toronto.
Solicitors for the intervener the British Columbia Civil Liberties Association: Ruby Shiller Chan Hasan,
Toronto.
Solicitors for the intervener the Canadian Council of Criminal Defence Lawyers: John Norris, Toronto;
Poupart, Dadour, Touma & Associés, Montréal.
Solicitors for the intervener the Canadian Civil Liberties Association: Kapoor Barristers, Toronto.
Solicitors for the intervener the Canadian Bar Association: Waldman & Associates, Toronto; Edelmann &
Co., Vancouver.
Solicitors for the intervener the Canadian Association of Refugee Lawyers: Sack Goldblatt Mitchell, Toronto.
Solicitors for the interveners the Canadian Council for Refugees and the International Civil Liberties
Monitoring Group: Jackman Nazami & Associates, Toronto; Queen’s University, Kingston; Refugee Law Office,
Toronto.
- 904 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Solicitors for the intervener the Canadian Council on American-Islamic Relations (now known as National
Council of Canadian Muslims): Office Khalid Elgazzar, Barrister, Ottawa; Osgoode Law School of York University,
Toronto.
Solicitors for the intervener Amnesty International: Community Legal Services-Ottawa Centre, Ottawa;
Amnesty International Canada, Ottawa.
Solicitors for the intervener the Criminal Lawyers’ Association (Ontario): Breese Davies Law, Toronto; Di
Luca Copeland, Toronto.
Solicitors for the Special Advocates: Cavalluzzo Shilton McIntyre Cornish, Toronto; Copeland, Duncan,
Toronto.
________________________
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges LeBel, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver, Karakatsanis et
Wagner.
Droit constitutionnel — Charte des droits — Droit à la vie, à la liberté et à la sécurité de la personne —
Certificat délivré contre un étranger atteste que cette personne est interdite de territoire au Canada pour raison de
sécurité nationale parce qu’elle se serait livrée à des activités terroristes — Constitutionnalité du régime des certificats
de sécurité contestée par la personne visée au motif qu’il empêche la divulgation complète et sa participation
personnelle aux audiences — Le régime en vertu duquel sont délivrés les certificats de sécurité porte-t-il atteinte au
droit à la vie, à la liberté et à la sécurité de la personne protégé par les principes de justice fondamentale? — Charte
canadienne des droits et libertés, art. 7 — Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés, L.C. 2001, ch. 27,
art. 77(2), 83(1)c), 83(1)d), 83(1)e), 83(1)h), 83(1)i), 85.4(2), 85.5b).
Immigration — Interdiction de territoire et renvoi — Sécurité nationale — Certificat délivré contre un
étranger atteste que cette personne est interdite de territoire au Canada pour raison de sécurité nationale parce qu’elle
se serait livrée à des activités terroristes — Juge chargé de se prononcer sur le caractère raisonnable du certificat
d’avis qu’il y a une preuve suffisante pour l’établir et confirme la validité du certificat en question — Le juge désigné
a-t-il commis une erreur en concluant au caractère raisonnable du certificat?
Preuve — Privilège — Privilège relatif aux indicateurs — Renseignements utilisés contre la personne visée
obtenus par le SCRS de sources humaines — Les sources humaines du SCRS sont-elles protégées par un privilège
générique? — Les sources humaines du SCRS peuvent-elles être contre-interrogées?
Droit constitutionnel — Charte des droits — Équité procédurale – Obligation de divulgation — Réparation —
Résumés de conversations interceptées produits en preuve contre la personne visée — Documents à l’origine des
résumés détruits conformément à une politique interne du SCRS — La destruction des documents à l’origine des
résumés a-t-elle porté atteinte au droit à l’équité procédurale de la personne visée? — Le juge désigné a-t-il commis
une erreur en refusant d’exclure les résumés des conversations interceptées? — Charte canadienne des droits et
libertés, art. 7, 24(1).
Arrêt des procédures — Obligations de franchise et de bonne foi la plus absolue — Équité du processus —
Procédures ex parte — Examen du caractère raisonnable du certificat de sécurité — Les ministres ont-ils fourni des
efforts raisonnables pour obtenir les renseignements demandés par les avocats spéciaux? — Les ministres ont-ils
manqué à leurs obligations de franchise et de bonne foi la plus absolue? — Les procédures contre la personne visée
étaient-elles équitables? — La personne visée a-t-elle droit à l’arrêt des procédures?
Selon les allégations, H serait entré au Canada pour se livrer à des activités terroristes. En 2002, un certificat
de sécurité a été délivré contre lui conformément au régime alors établi par la Loi sur l’immigration et la protection des
réfugiés, L.C. 2001, ch. 27 (« LIPR »). Selon ce certificat, H était interdit de territoire au Canada pour raison de
sécurité nationale. Après la contestation constitutionnelle couronnée de succès du régime de la LIPR relatif aux
certificats de sécurité qui était alors en vigueur et les modifications subséquentes de cette loi, un deuxième certificat de
sécurité a été délivré contre H et déposé à la Cour fédérale pour que celle -ci décide de son caractère raisonnable. Au
- 905 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
cours de la procédure, les avocats spéciaux nommés pour défendre les intérêts de H durant les audiences à huis clos ont
tenté d’obtenir la divulgation de l’identité des sources humaines ayant fourni au Service canadien du renseignement de
sécurité (« SCRS ») des renseignements relatifs à H, ainsi que l’autorisation de les qu estionner et de les
contre-interroger. Le juge désigné a rejeté leur demande, concluant que le privilège de common law relatif aux
indicateurs de police devrait être élargi et s’appliquer également aux sources humaines du SCRS. Il a également rejeté
leur demande visant à contraindre les ministres à obtenir d’organismes étrangers de renseignement des informations à
jour sur plusieurs présumés terroristes avec lesquels H se serait associé. Il a aussi rejeté la demande de H pour faire
exclure de la preuve les résumés des conversations interceptées au motif que les enregistrements originaux et les notes
concernant ces conversations avaient été détruits conformément à la politique OPS-217 du SCRC. Selon le juge
désigné, le régime des certificats de sécurité établi par la LIPR modifiée est constitutionnel et le certificat attestant que
H est interdit de territoire au Canada est raisonnable. En appel, la Cour d’appel fédérale a confirmé la constitutionnalité
du régime, mais a conclu que l’identité des sources humaines du SCRC n’était pas protégée par un privilège. Elle a
également exclu de la preuve les résumés des conversations interceptées auxquelles H n’avait pas participé, et elle a
renvoyé l’affaire au juge désigné pour que celui-ci rende un nouveau jugement en se fondant sur ce qu’il restait du
dossier après l’exclusion des résumés.
Arrêt (les juges Abella et Cromwell sont dissidents en partie quant au pourvoi) : Le pourvoi est accueilli en
partie. Le pourvoi incident est rejeté. Le régime établi par la LIPR est constitutionnel. Les sources humaines du SCRS
ne sont pas protégées par un privilège générique. La conclusion du juge désigné selon laquelle le certificat de sécurité
est raisonnable est rétablie.
La juge en chef McLachlin et les juges LeBel, Rothstein, Moldaver, Karakatsanis et Wagner :
Constitutionnalité du régime établi par la LIPR
Les dispositions contestées du régime établi par la LIPR sont constitutionnelles. Elles n’enfreignent pas le
droit de la personne visée de connaître et de contester la preuve qui pèse contre elle, ni son droit à ce qu’une décision
soit rendue compte tenu des faits et du droit. Les vices dont serait entaché le régime établi par la LIPR doivent être
examinés à la lumière de la structure globale du régime et des deux principes fondamentaux autour desquels il
s’articule : (1) le juge désigné est censé jouer le rôle de gardien, il est investi d’un large pouvoir dis crétionnaire et il doit
s’assurer non seulement que le dossier étaie le caractère raisonnable de la conclusion d’interdiction de territoire tirée
par les ministres, mais aussi que l’ensemble du processus est équitable; et (2) la participation des avocats s péciaux aux
audiences à huis clos vise à remplacer, pour l’essentiel, la participation personnelle de la personne visée à ces
audiences. Toutefois, ce régime demeure un substitut imparfait à la divulgation complète en audience publique , et le
juge désigné a la responsabilité tout au long de l’instance d’évaluer l’équité globale du processus et d’accorder des
réparations en application du par. 24(1) de la Charte lorsqu’il est approprié de le faire.
Le régime établi par la LIPR prévoit la divulgation à la personne visée de suffisamment de renseignements
pour respecter la Constitution, puisque le juge désigné a l’obligation légale de veiller à ce que cette personne soit
suffisamment informée de la thèse contre elle durant l’instance. Cependant, l’exigence du régime établi par la LIPR
voulant que la personne visée soit « suffisamment informée » de cette thèse doit être considérée comme une
reconnaissance de l’obligation de lui fournir une quantité minimale incompressible de renseignements. La personne
visée est « suffisamment informée » si elle a reçu elle-même suffisamment de renseignements pour pouvoir donner à
ses avocats spéciaux des renseignements qui leur permettront de contester l’information et la preuve présentées aux
audiences à huis clos. L’étendue de la divulgation requise pour que la personne visée soit suffisamment informée varie
d’une affaire à l’autre, selon les allégations et la preuve contre elle. En dernier ressort, c’est au juge désigné qu’il
appartient de décider si cette norme a été res pectée.
Seuls les renseignements et les éléments de preuve qui soulèvent un risque sérieux d’atteinte à la sécurité
nationale ou à la sécurité d’autrui peuvent être soustraits à la connaissance de la personne visée. Le juge désigné doit
être vigilant et sceptique quant aux réclamations de confidentialité fondées sur la sécurité nationale et doit garantir que
seuls les renseignements ou les éléments de preuve qui porteraient atteinte à la sécurité nationale ou à celle d’autrui sont
soustraits à la connaissance de la personne visée. La multiplication systématique des réclamations peut porter atteinte
au droit de la personne visée à un processus équitable ou miner l’intégrité du système judiciaire, exigeant ainsi l’octroi
d’une réparation en application du par. 24(1) de la Charte.
- 906 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
L’approche prévue par le régime établi par la LIPR en matière de divulgation — qui ne prévoit pas la mise en
balance des intérêts contraires — ne rend pas le régime inconstitutionnel. L’article 7 de la Charte n’exige pas
l’existence d’une approche de mise en balance quant à la divulgation; il exige plutôt que le processus soit équitable. Le
choix du législateur d’une interdiction totale de divulguer les renseignements sensibles — plutôt qu’une approche qui
prévoit une mise en balance — ne constitue donc pas une atteinte au droit à un processus équitable.
Les restrictions aux communications auxquelles doivent se conformer les avocats spéciaux ne rendent pas le
régime inconstitutionnel. Elles ne sont pas absolues et peuvent être levées par une autorisation judiciaire, aux
conditions que le juge désigné estime indiquées. Le recours à l’autorisation judiciaire donne au juge désigné un
pouvoir discrétionnaire suffisamment vaste pour autoriser toutes les communications nécessaires pour que les avocats
spéciaux s’acquittent de leurs fonctions . Ce vaste pouvoir discrétionnaire prévient l’iniquité parce que le juge désigné
peut s’assurer que les avocats spéciaux agissent autant que possible comme le feraient des avocats ordinaires au cours
d’audiences publiques. Le juge devrait adopter une approche libérale lorsqu’il est question d’autoriser les
communications et ne refuser son autorisation que dans les cas où le ministre a fait la preuve, selon la prépondérance
des probabilités, d’un risque réel de préjudice en cas de divulgation. En outre, la personne visée et ses avocats publics
peuvent, eux, transmettre aux avocats spéciaux, à tout moment durant les procédures, une quantité illimitée de
communications à sens unique.
Admettre des éléments de preuve par ouï-dire ou ne pas donner aux avocats spéciaux la possibilité de
contre-interroger certaines sources ne rendent pas le régime établi par la LIPR inconstitutionnel. Ce régime atteint
l’objectif consistant à écarter les éléments de preuve indignes de foi par d’a utres moyens que la règle interdisant le
ouï-dire et le droit de contre-interroger les témoins; il confère au juge désigné le vaste pouvoir discrétionnaire d’exclure
des éléments de preuve qui ne seraient pas « dignes de foi et utiles », ce qui lui permet d’exclure non seulement les
éléments de preuve qu’il juge, après examen, indignes de foi, mais également ceux dont l’effet préjudiciable à l’endroit
de la personne visée l’emporte sur leur valeur probante.
Privilège pour les sources humaines du SCRS
Les sources humaines du SCRS ne sont pas protégées par un privilège générique. Premièrement, le privilège
relatif aux indicateurs de police ne vaut pas pour les sources humaines du SCRS. Les différences entre le travail
classique des policiers et la collecte moderne de renseignements empêchent d’appliquer systématiquement le privilège
d’indicateur de police traditionnel aux sources humaines du SCRS. Les éléments de preuve recueillis par les policiers
sont traditionnellement utilisés lors de procès criminels où l’accusé dispose de garanties importantes en matière de
preuve, tandis que les renseignements obtenus par le SCRS peuvent servir à établir l’existence d’une conduite
criminelle dans une instance où les règles de preuve sont souples et permettent d’ad mettre une preuve par ouï-dire.
Deuxièmement, la Cour ne devrait pas créer un nouveau privilège pour les sources humaines du SCRS. Si le législateur
juge souhaitable de protéger au moyen d’un privilège l’identité des sources humaines du SCRS et les rense ignements
connexes, il peut adopter les mesures de protection voulues. Le régime établi par la LIPR accorde déjà aux sources
humaines une grande protection en interdisant de rendre publics des renseignements dont la divulgation porterait
atteinte à la sécurité nationale ou à la sécurité d’autrui.
Même si l’identité des sources humaines du SCRS n’est pas protégée par un privilège, les avocats spéciaux
n’ont pas pour autant un droit illimité de questionner et de contre-interroger ces sources. Le pouvoir discrétionnaire du
juge désigné d’autoriser les avocats spéciaux à questionner et à contre-interroger les sources humaines lors d’audiences
à huis clos devrait être exercé en dernier recours. Une pratique qui consisterait à assigner systématiquement les so urces
humaines du SCRS à témoigner devant un tribunal, même uniquement lors d’audience à huis clos, pourrait refroidir les
ardeurs de sources potentielles et nuire à la capacité du SCRS d’en recruter de nouvelles. Il est inutile en l’espèce que
la Cour autorise la mesure exceptionnelle qui consiste à questionner et à contre-interroger les sources humaines.
Résumés
La réparation qu’il convient d’accorder pour la destruction des documents en application de la politique
OPS-217 du SCRS doit être évaluée au cas par cas et doit être conçue pour remédier à l’effet préjudiciable qu’elle a eu
sur la cause de la personne visée. Les résumés des documents détruits en application de la politique OPS -217 ne
- 907 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
devraient être exclus en application du par. 24(1) de la Charte que lorsque leur utilisation rendrait le procès inéquitable
ou minerait autrement l’intégrité du système de justice. En l’espèce, le juge désigné n’a pas commis d’erreur en
refusant d’exclure les résumés des conversations interceptées produits en p reuve par les ministres. Bien que, en raison
de la destruction des documents opérationnels originaux du SCRS, les ministres n’aient pas satisfait à leurs obligations
en matière de communication envers H et aient donc contrevenu à l’art. 7 de la Charte, l’exclusion des résumés n’est
pas nécessaire pour remédier à l’atteinte à la capacité de H de connaître la preuve qui pèse contre lui et d’y répondre ou
pour sauvegarder l’intégrité du système de justice. La communication d’une version caviardée des résumés à
M. Harkat et d’une version intégrale à ses avocats spéciaux était suffisante pour empêcher qu’il soit porté atteinte de
manière importante à la capacité de M. Harkat de connaître la preuve qui pèse contre lui et d’y répondre.
Obligations de franchise et de bonne foi la plus absolue, et équité du processus
Les obligations de franchise et de bonne foi la plus absolue s’appliquent lorsqu’une partie se fonde sur des
éléments de preuve durant des procédures ex parte. Elles supposent que la partie qui y est tenue fasse des efforts
constants pour mettre à jour les renseignements et la preuve relatifs à la personne visée et ce, tout au long des
procédures. Ce qui équivaut à des efforts raisonnables dépendra des faits de chaque cas; toutefois, les ministres n’ont
aucune obligation générale de communiquer des éléments de preuve ou des renseignements dont ils n’ont pas le
contrôle. En l’espèce, les ministres ont fait des efforts raisonnables et n’ont pas manqué à ces obligations. La
procédure contre H a été équitable et il n’y a pas lieu d’accorder un arrêt des procédures.
Caractère raisonnable du certificat
Le juge désigné n’a commis aucune erreur susceptible de contrôle en concluant au caractère raisonnable de la
décision des ministres d’interdire H de territoire au Canada. Les tribunaux d’appel doivent faire preuve de déférence
lorsqu’ils sont appelés à se prononcer sur la mise en balance de la preuve factuelle par le juge désigné et n’intervenir à
cet égard que si ce dernier a commis une erreur manifeste et dominante. Le juge désigné n’a commis aucune erreur
manifeste et dominante lorsqu’il a soupesé les éléments de preuve ou évalué la crédibilité de H, deux éléments qui, à
ses yeux, donnaient des motifs raisonnables de conclure à l’interdiction de territoire de H.
Les juges Abella et Cromwell (dissidents en partie quant au pourvoi) : La personne qui offre des
renseignements au sujet d’une menace terroriste le fait souvent au péril de sa vie si son identité est dévoilée. Lui offrir
la possibilité de garder l’anonymat uniquement si un tribunal accepte par la suite de protéger son identité, c’est l’obliger
à choisir entre courir le risque de subir un préjudice personnel si son identité n’est pas protégée et risqu er de mettre en
danger la population en s’abstenant de divulguer les renseignements.
Les indicateurs du SCRS qui fournissent des renseignements relatifs à la sécurité nationale après avoir reçu
une promesse d’anonymat ont droit à l’assurance que leur identité sera protégée. Seul un privilège générique peut offrir
une telle garantie, comme c’est le cas dans le contexte des causes en matière criminelle. Avec une approche au cas par
cas, l’indicateur ignore si la promesse sera tenue jusqu’à ce qu’un juge procède à un examen rétrospectif. Cela ne
concourt guère à encourager les indicateurs à risquer leur vie en offrant des renseignements hautement sensibles dans
des causes relatives au terrorisme.
Le privilège relatif aux indicateurs est reconnu par la jurisprudence depuis plus de deux siècles et vise un
double objectif : la protection d’un canal d’information, d’une part, et la sécurité de ceux qui fournissent les
renseignements, d’autre part. Ce privilège a été appliqué dans d’autres contextes que les poursuites criminelles, dont
celui des commissions d’enquête. Le privilège qui protège les indicateurs dans le contexte d’enquêtes menées par des
représentants de l’État quant à des questions de sécurité nationale est bien établi. Avant que le SCRS ne s oit créé à titre
d’organisme indépendant, la fonction en matière de renseignement dont il s’acquitte maintenant était assumée par le
Service de sécurité de la GRC, et le privilège relatif aux indicateurs s’appliquait aux indicateurs de ce service. Bien qu e
les fonctions du SCRS et celles de la GRC soient distinctes, le fondement de l’existence du privilège relatif aux
indicateurs s’applique tout autant au travail de l’un qu’à celui de l’autre. Le transfert des fonctions du Service de
sécurité de la GRC au SCRS ne devrait avoir aucune incidence sur la poursuite ou non de l’existence du privilège.
Le privilège relatif aux indicateurs du SCRS n’a pas été abrogé par la loi. Pour abroger un privilège reconnu
par la common law, le législateur doit exprimer clairement son intention de le faire. La LIPR ne fait pas référence au
- 908 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
privilège relatif aux indicateurs et elle n’exprime pas une intention claire de priver les indicateurs du SCRS des
avantages qu’il procure.
Compte tenu de l’importance des intérêts en jeu dans le contexte des certificats de sécurité, il serait approprié
de reconnaître l’existence d’une exception limitée, conçue spécifiquement pour le processus applicable aux certificats
de sécurité et dont la portée se limiterait à la divulgation à l’avocat spécial et ne viserait pas le sujet des procédures.
L’identité ne devrait être communiquée que si le juge siégeant en révision est convaincu que d’autres mesures, y
compris le retrait de l’essentiel du témoignage de l’indicateur des éléments pris e n compte au soutien du certificat, ne
sont pas suffisantes pour garantir une issue équitable. Même lorsque la communication de l’identité est ordonnée, la
source ne devrait pas être contre-interrogée par l’avocat spécial. Exiger qu’une source humaine témoigne refroidirait
considérablement la volonté d’autres sources de collaborer avec les autorités et mettrait sans aucun doute à mal la
relation entre le SCRS et la source assignée à témoigner. Les agents du SCRS doivent pouvoir donner à leurs sources
l’assurance ferme que leur identité ne sera pas révélée et non pas des assurances vagues assorties de conditions. En
outre, les sources humaines elles -mêmes, qui ne sont pas assujetties à l’habilitation de sécurité obligatoire, pourraient
prendre connaissance d’information sensible durant les procédures à huis clos et le SCRS serait dès lors incapable d’en
assurer le contrôle.
Nous sommes donc d’avis d’accueillir le pourvoi des ministres en ce qui a trait à la question du privilège
relatif à l’indicateur et de rétablir la décision du juge désigné à cet égard.
POURVOI et POURVOI INCIDENT contre un arrêt de la Cour d’appel fédérale (le juge en chef Blais et les
juges Létourneau et Layden-Stevenson), 2012 CAF 122, [2012] 3 R.C.F. 635, 349 D.L.R. (4th) 519, 7 Imm. L.R. (4th)
175, 429 N.R. 1, 260 C.R.R. (2d) 290, [2012] A.C.F. n o 492 (QL), 2012 CarswellNat 1156, qui a infirmé trois décisions
du juge Noël, 2009 CF 204, [2009] 4 R.C.F. 370, 339 F.T.R. 65, 306 D.L.R. (4th) 269, 78 Imm. L.R. (3d) 303, [2008]
A.C.F. n o 1823 (QL), 2008 CarswellNat 5667; 2010 CF 1241, [2012] 3 R.C.F. 251, 380 F.T.R. 61, [2010] A.C.F. n o
1426 (QL), 2010 CarswellNat 4700; et 2010 CF 1243, 380 F.T.R. 255, 224 C.R.R. (2d) 167, 95 Imm. L.R. (3d) 1,
[2010] A.C.F. n o 1428 (QL), 2010 CarswellNat 5849; et qui a confirmé une décision du juge Noël, 2010 CF 1242,
[2012] 3 R.C.F. 432, 380 F.T.R. 163, 224 C.R.R. (2d) 93, 94 Imm. L.R. (3d) 179, [2010] A.C.F. n o 1427 (QL), 2010
CarswellNat 4715. Pourvoi accueilli en partie, les juges Abella et Cromwell sont dissidents en partie. Pourvoi incident
rejeté.
Urszula Kaczmarczyk , c.r., Robert Frater, Marianne Zoric et André Séguin, pour les appelants/intimés au
pourvoi incident.
Matthew C. Webber, Norman D. Boxall, Meaghan Thomas et Leo Russomanno, pour l’intimé/appelant au
pourvoi incident.
Robert W. Hubbard et Greg Skerkowski, pour l’intervenant le procureur général de l’Ontario.
Nader R. Hasan et Gerald Chan, pour l’intervenante l’Association des libertés civiles de la
Colombie-Britannique.
John Norris et François Dadour, pour l’intervenant le Conseil canadien des avocats de la défense.
Anil K. Kapoor et Lindsay Trevelyan, pour l’intervenante l’Association canadienne des libertés civiles.
Lorne Waldman, Peter Edelmann, Jacqueline Swaisland et Clare Crummey, pour l’intervenante l’Association
du barreau canadien.
Marlys A. Edwardh et Adriel Weaver, pour l’intervenante l’Association canadienne des avocats et avocates en
droit des réfugiés.
Barbara Jackman, Sharryn J. Aiken et Andrew J. Brouwer, pour les intervenants le Conseil canadien pour les
réfugiés et la Coalition pour la surveillance internationale des libertés civiles.
- 909 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Faisal Bhabha et Khalid M. Elgazzar, pour l’intervenant Canadian Council on American-Islamic Relations
(maintenant connu sous le nom de Conseil national des musulmans canadiens ).
Michael Bossin, Laïla Demirdache et Anna Shea, pour l’intervenante l’Amnistie internationale.
Breese Davies et Erin Dann, pour l’intervenante Criminal Lawyers’ Association (Ontario).
Paul J. J. Cavalluzzo et Paul D. Copeland, comme avocats spéciaux.
Procureur des appelants/intimés au pourvoi incident : Procureur général du Canada, Toronto et Ottawa.
Procureurs de l’intimé/appelant au pourvoi incident : Webber Schroeder Goldstein Abergel, Ottawa; Bayne,
Sellar, Boxall, Ottawa.
Procureur de l’intervenant le procureur général de l’Ontario : Procureur général de l’Ontario, Toronto.
Procureurs de l’intervenante l’Association des libertés civiles de la Colombie-Britannique : Ruby Shiller Chan
Hasan, Toronto.
Procureurs de l’intervenant le Conseil canadien des avocats de la défense : John Norris, Toronto; Poupart,
Dadour, Touma & Associés, Montréal.
Procureurs de l’intervenante l’Association canadienne des libertés civiles : Kapoor Barristers, Toronto.
Procureurs de l’intervenante l’Association du barreau canadien : Waldman & Associates, Toronto; Edelmann
& Co., Vancouver.
Procureurs de l’intervenante l’Association canadienne des avocats et avocates en droit des réfugiés : Sack
Goldblatt Mitchell, Toronto.
Procureurs des intervenants le Conseil canadien pour les réfugiés et la Coalition pour la surveillance
internationale des libertés civiles : Jackman Nazami & Associates, Toronto; Université Queen’s, Kingston; Refugee
Law Office, Toronto.
Procureurs de l’intervenant Canadian Council on American-Islamic Relations (maintenant connu sous le nom
de Conseil national des musulmans canadiens) : Office Khalid Elgazzar, Barrister, Ottawa; Osgoode Law School of
York University, Toronto.
Procureurs de l’intervenante l’Amnistie internationale : Clinique juridique communautaire-Ottawa Centre,
Ottawa; Amnistie internationale Canada, Ottawa.
Procureurs de l’intervenante Criminal Lawyers’ Association (Ontario) : Breese Davies Law, Toronto; Di
Luca Copeland, Toronto.
Procureurs des avocats spéciaux : Cavalluzzo Shilton McIntyre Cornish, Toronto; Copeland, Duncan,
Toronto.
- 910 -
SUPREME COURT OF CANADA SCHEDULE / CALENDRIER DE LA COUR SUPRÊME
- 2013 OCTOBER - OCTOBRE
S
D
M
L
NOVEMBER - NOVEMBRE
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
4
5
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
DECEMBER - DÉCEMBRE
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
1
M
2
3
4
5
6
7
6
M
7
8
9
10
11
12
3
M
4
5
6
7
8
9
8
9
10
11
12
13
14
13
H
14
15
16
17
18
19
10
H
11
12
13
14
15
16
15
16
17
18
19
20
21
20
21
22
23
24
25
26
17
18
19
20
21
22
23
22
23
24
H
25
H
26
27
28
27
28
29
30
31
24
25
26
27
28
29
30
29
30
31
F
V
S
S
- 2014 JANUARY - JANVIER
S
D
M
L
T
M
FEBRUARY - FÉVRIER
W
M
T
J
F
V
S
S
H
1
2
3
4
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
MARCH - MARS
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
1
1
5
6
7
8
9
10
11
2
3
4
5
6
7
8
2
3
4
5
6
7
8
12
M
13
14
15
16
17
18
9
M
10
11
12
13
14
15
9
10
11
12
13
14
15
19
20
21
22
23
24
25
16
17
18
19
20
21
22
16
M
17
18
19
20
21
22
26
27
28
29
30
31
23
24
25
26
27
28
23
30
24
31
25
26
27
28
29
APRIL - AVRIL
S
D
M
L
MAY - MAI
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
4
5
S
D
M
L
T
M
W
M
JUNE - JUIN
T
J
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
1
2
3
4
5
6
7
6
7
8
9
10
11
12
4
5
6
7
8
9
10
8
9
10
11
12
13
14
13
M
14
15
16
17
H
18
19
11
M
12
13
14
15
16
17
15
M
16
17
18
19
20
21
20
H
21
22
23
24
25
26
18
H
19
20
21
22
23
24
22
23
24
25
26
27
28
27
28
29
30
25
26
27
28
29
30
31
29
30
Sittings of the court:
Séances de la cour :
Motions:
Requêtes :
M
Holidays:
Jours fériés :
H
18
87
9
5
sitting weeks / semaines séances de la cour
sitting days / journées séances de la cour
m otion and conference days / journées des requêtes et des conférences
holidays during sitting days / jours fériés durant les sessions
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising