SUPREME COURT OF COUR SUPRÊME DU CANADA

SUPREME COURT  OF COUR SUPRÊME DU CANADA
SUPREME COURT OF
CANADA
COUR SUPRÊME DU
CANADA
BULLETIN OF
PROCEEDINGS
BULLETIN DES
PROCÉDURES
This Bulletin is published at the direction of the
Registrar and is for general information only. It
is not to be used as evidence of its content,
which, if required, should be proved by
Certificate of the Registrar under the Seal of the
Court. While every effort is made to ensure
accuracy, no responsibility is assumed for errors
or omissions.
Ce Bulletin, publié sous l'autorité du registraire,
ne vise qu'à fournir des renseignements
d'ordre général. Il ne peut servir de preuve de
son contenu. Celle-ci s'établit par un certificat
du registraire donné sous le sceau de la Cour.
Rien n'est négligé pour assurer l'exactitude du
contenu,
mais
la Cour décline toute
responsabilité pour les erreurs ou omissions.
During Court sessions the Bulletin is usually
issued week ly.
Le Bulletin paraît en principe toutes les
semaines pendant les sessions de la Cour.
Where a judgment has been rendered, requests
for copies should be made to the Registrar, with
a remittance of $15 for each set of reasons. All
remittances should be made payable to the
Receiver General for Canada.
Quand un arrêt est rendu, on peut se procurer
les motifs de jugement en adressant sa
demande au registraire, accompagnée de 15 $
par exemplaire. Le paiement doit être fait à
l'ordre du Receveur général du Canada.
Consult the Supreme Court of Canada website
at www.scc-csc.gc.ca for more information.
Pour de plus amples informations, consulter le
site Web de la Cour suprême du Canada à
l’adresse suivante : www.scc-csc.gc.ca
January 24, 2014
© Supreme Court of Canada (2014)
ISSN 1918-8358 (Online)
94 - 146
Le 24 janvier 2014
© Cour suprême du Canada (2014)
ISSN 1918-8358 (En ligne)
CONTENTS
TABLE DES MATIÈRES
Applications for leave to appeal
filed
94
Demandes d'autorisation d'appel
déposées
Applications for leave submitted
to Court since last issue
95
Demandes soumises à la Cour depuis la
dernière parution
Judgments on applications for
leave
Motions
96 - 117
118 - 124
Jugements rendus sur les demandes
d'autorisation
Requêtes
Amended judgment
125
Jugement modifié
Notices of appeal filed since last
issue
126
Avis d'appel déposés depuis la dernière
parution
Appeals heard since last issue and
disposition
Pronouncements of appeals reserved
Headnotes of recent judgments
127 - 136
Appels entendus depuis la dernière
parution et résultat
137
Jugements rendus sur les appels en
délibéré
138 - 146
Sommaires de jugements récents
NOTICE
Case summaries included in the Bulletin are prepared by the Office of the Registrar of the
Supreme Court of Canada (Law Branch) for information purposes only.
AVIS
Les résumés de dossiers publiés dans le bulletin sont préparés par le Bureau du registraire
(Direction générale du droit) uniquement à titre d’information.
DEMANDES D’AUTORISATION
D’APPEL DÉPOSÉES
APPLICATIONS FOR LEAVE TO
APPEAL FILED
Derek Wyatt Crowther et al.
Robert A. Mulligan, Q.C.
Mulligan Tam Pearson Law Corporation
Vijay Arora et al.
Harvin D. Pitch
Teplitsky, Colson
v. (35660)
v. (35661)
Her Majesty the Queen (B.C.)
Beverly A. MacLean
A.G. of British Columbia
Whirlpool Canada LP et al. (Ont.)
Tim Buckley
Borden Ladner Gervais LLP
FILING DATE: 20.12.2013
FILING DATE: 20.12.2013
Sylvie Larouche et autres
Marie Noël Jacob
Perrier et Avocats
Danny Lalumiere
Brian Snell
Lockyer Campbell Posner
c. (35662)
v. (35663)
Ville de Montréal (Qc)
Dominique Launay
Dagenais Gagnier Biron Avocats
Her Majesty the Queen (Ont.)
Randy Schwartz
A.G. of Ontario
DATE DE PRODUCTION : 23.12.2013
FILING DATE: 23.12.2013
Her Majesty the Queen
Amiram Kotler
A.G. of Manitoba
Terrence Cecil Robinson
Terrence Cecil Robinson
v. (35673)
v. (35664)
Attorney General of Canada (F.C.)
Julien Matte
A.G. of Canada
Mark Edward Grant (Man.)
Saul B. Simmonds
Gindin, Wolson, Simmonds
FILING DATE: 30.12.2013
FILING DATE: 24.12.2013
Roman Catholic Episcopal Corporation of St.
John’s
Thomas J. O’Reilly, Q.C.
Cox & Palmer
GF Partnership
Irving Marks
Robins Appleby & Taub LLP
v. (35668)
v. (35667)
Her Majesty the Queen (F.C.)
Michael Usher Ezri
A.G. of Canada
Guardian Insurance Company of Canada
(N.L.)
Philip J. Buckingham
Goodland O’Flaherty
FILING DATE: 02.01.2014
FILING DATE: 02.01.2014
- 94 -
APPLICATIONS FOR LEAVE
SUBMITTED TO COURT SINCE
LAST ISSUE
DEMANDES SOUMISES À LA COUR
DEPUIS LA DERNIÈRE PARUTION
JANUARY 20, 2014 / LE 20 JANVIER 2014
CORAM: Chief Justice McLachlin and Cromwell and Wagner JJ.
La juge en chef McLachlin et les juges Cromwell et Wagner
1.
Michael Cytrynbaum et al. v. Look Communications Inc. (Ont.) (Civil) (By Leave) (35559)
2.
Jolian Investments Limited et al. v. Look Communications Inc. (Ont.) (Civil) (By Leave) (35560)
3.
BDO Canada Limited, in its Capacity as Trustee of the Estate of Michel Dorais, Deceased, A Bankrupt v.
Zypherus Holdings Inc. (Alta.) (Civil) (By Leave) (35582)
4.
Howard Vance Gimbel et al. v. Her Majesty the Queen in Right of Alberta, as Represented by the Minister of
Public Works, Supply & Services (Now Infrastructure) (Alta.) (Civil) (By Leave) (35603)
CORAM: LeBel, Karakatsanis and Wagner JJ.
Les juges LeBel, Karakatsanis et Wagner
5.
Theratechnologies inc. et autres c. 121851 Canada inc. (Qc) (Civile) (Autorisation) (35550)
6.
Bernard Musoni v. Logitek Technology Ltd. (Ont.) (Civil) (By Leave) (35621)
7.
Ville de Longueuil c. 4053532 Canada Inc. (Qc) (Civile) (Autorisation) (35595)
8.
C.J.R. c. I.A.C. (Qc) (Civile) (Autorisation) (35617)
CORAM: Abella, Rothstein and Moldaver JJ.
Les juges Abella, Rothstein et Moldaver
9.
Don Staniford, and the said Don Staniford carrying on business as The Global Alliance Against Industrial
Aquaculture v. Mainstream Canada, a Division of EWOS Canada Ltd. (B.C.) (Civil) (By Leave) (35545)
10.
Jens Peter Elmgreen v. J. William Evans (Ont.) (Civil) (By Leave) (35643)
11.
A.T.M. v. T.Y. (N.L.) (Civil) (By Leave) (35647)
12.
Paul Slansky v. Attorney General of Canada, Her Majesty the Queen et al. (F.C.) (Civil) (By Leave) (35606)
13.
Joe Chan v. Samuel Michael Katz (Man.) (Civil) (By Leave) (35636)
- 95 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES
DEMANDES D’AUTORISATION
JANUARY 23, 2014 / LE 23 JANVIER 2014
34645
Bruno Appliance and Furniture, Inc. v. Robert Hryniak (Ont.) (Civil) (By Leave)
Coram :
LeBel, Karakatsanis and Wagner JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C52913,
2013 ONCA 307, dated May 8, 2013, is dismissed without costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C52913, 2013 ONCA
307, daté du 8 mai 2013, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
Judgments and orders ― Reasons ― Court of Appeal issuing cost endorsement 17 months after releasing its decision
on main appeal and six weeks after Supreme Court of Canada heard appeal on matter and reserved judgment ―
Whether appellate courts permitted to release judgments on costs when Supreme Court of Canada is already seized of
cost issue and while an appeal on substantive issues is under adjudication before Supreme Court of Canada?
On March 26, 2013, the Supreme Court of Canada heard the appeal of Bruno Appliance and Furniture Inc., v. Robert
Hryniak (34645). This Court reserved its decision and no judgment has yet been rendered on this appeal.
On August 7, 2013, the Court received a second leave application relating to the appeal stemming from a re cent
May 8, 2013 costs endorsement released by the Court of Appeal. This cost endorsement was released six weeks after
the Court had heard the appeal and reserved its judgment. The costs endorsement was released 17 months after the
Court of Appeal decision on the main appeal.
In its costs endorsement, the Court of Appeal made a number of orders including an order that the Sanderson Order in
respect of the costs of the Bruno motion be set aside such that Hryniak is no longer obliged to pay the costs of his codefendants. The Sanderson Order now makes Bruno responsible for these payments.
October 22, 2010
Ontario Superior Court of Justice
(Grace J.)
2010 ONSC 5490
Summary judgment granted against Mr. Hryniak
December 5, 2011
Court of Appeal for Ontario
(Winkler C.J.O. and Laskin, Sharpe, Armstrong and
Rouleau JJ.A.)
File No.: C52913
2011 ONCA 764
Appeal allowed; Bruno action ordered to proceed to
trial expeditiously
February 3, 2012
Supreme Court of Canada
First Application for leave to appeal filed.
June 28, 2012
Supreme Court of Canada
Leave to appeal granted.
- 96 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
March 26, 2013
Supreme Court of Canada
Appeal heard together with File No. 34641 (Hryniak v.
Mauldin)
May 8, 2013
Court of Appeal for Ontario
(Winkler C.J.O. and Laskin, Sharpe, Armstrong and
Rouleau JJ.A.)
File No.: C52912 and C52913
2013 ONCA 307
Costs awarded to Hryniak from Bruno and setting
aside of Sanderson Order. Cost endorsement awarding
costs to Mauldin group from Hryniak. Parties to return
to determine letter of credit issue after release of
Supreme Court of Canada decision.
August 7, 2013
Supreme Court of Canada
Second Bruno application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Jugements et ordonnances ― Motifs ― La Cour d’appel rend une décision sur les dépens 17 mois après le prononcé
de sa décision sur l’appel principal et six semaines après que la Cour suprême du Canada eut entendu l’appel sur cette
affaire et mis sa décision en délibéré ― Les cours d’appel sont-elles autorisées à statuer sur les dépens quand à Cour
suprême du Canada est déjà saisie de la question des dépens et lorsqu’un appel sur des questions substantielles est en
instance devant la Cour suprême du Canada?
Le 26 mars 2013, la Cour suprême du Canada a entendu l’appel de Bruno Appliance and Furniture Inc. c. Robert
Hryniak (34645). La Cour a mis sa décision en délibéré et ne s’est pas encore prononcée sur cet appel.
Le 7 août 2013, la Cour a reçu une deuxième demande d’autorisation d’appel, visant une décision récente sur les
dépens rendue par la Cour d’appel le 8 mai 2013. Cette décision sur les dépens a été rendue six semaines après que la
Cour eut entendu l’appel et pris la décision en délibéré. La décision sur les dépens a été rendue 17 mois après que la
Cour d’appel se fut prononcée sur l’appel principal.
Dans sa décision sur les dépens, la Cour d’appel a rendu un certain nombre d’ordonnances, y compris une ordonnance
selon laquelle l’ordonnance de type Sanderson relative aux dépens de la requête de Bruno est annulée de telle sorte
que M. Hryniak n’est plus tenu de payer les dépens de ses codéfendeurs. L’ordonnance de type Sanderson condamne
Bruno au paiement de ces dépens.
22 octobre 2010
Cour supérieure de justice de l’Ontario
(Juge Grace)
2010 ONSC 5490
Jugement sommaire contre M. Hryniak accordé.
5 décembre 2011
Cour d’appel de l’Ontario
(Juge en chef Winkler, juges Laskin, Sharpe, Armstrong
et Rouleau)
No du greffe : C52913
2011 ONCA 764
Appel accueilli; la cour ordonne que l’action intentée
par Bruno soit instruite dans les meilleurs délais.
3 février 2012
Cour suprême du Canada
Première demande d’autorisation d’appel déposée.
- 97 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
28 juin 2012
Cour suprême du Canada
Autorisation d’appel accordée.
26 mars 2013
Cour suprême du Canada
Appel entendu conjointement avec l’appel dans le
dossier 34641 (Hryniak c. Mauldin)
8 mai 2013
Cour d’appel de l’Ontario
(Juge en chef Winkler, juges Laskin, Sharpe, Armstrong
et Rouleau)
Nos du greffe : C52912 et C52913
2013 ONCA 307
La cour ordonne à Bruno de payer les dépens accordés
à M. Hryniak et annule l’ordonnance de type
Sanderson. De plus, elle ordonne à M. Hryniak de
payer les dépens accordés au Mauldin group. Les
parties reviendront en cour pour débattre de la question
relative à la lettre de crédit après que la Cour suprême
du Canada aura rendu sa décision.
7 août 2013
Cour suprême du Canada
Bruno dépose une deuxième demande d’autorisation
d’appel.
35354
Serge Tremblay et Bruce Beaver c. La Capitale Assureur de l’administration publique inc. et
La Capitale Assurances et gestion du patrimoine inc. (Qc) (Civile) (Autorisation)
Coram :
Les juges LeBel, Karakatsanis et Wagner
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est
accueillie. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Québec), numéro 200-09007669-127, 2013 QCCA 410, daté du 7 mars 2013, est rejetée avec dépens.
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appe al is granted. The
application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Québec), Number 200-09007669-127, 2013 QCCA 410, dated March 7, 2013, is dismissed with costs.
CASE SUMMARY
Insurance – Group health insurance – Disability-related conditions in parapublic sector contract changed after start of
performance of insurer’s obligation in case of 1,200 or more persons – Concepts of consolidated contract and new
contract – Applicability of Lachapelle v. La Croix bleue, [1996] R.R.A. 302 (C.A.) – Whether insurance contract
amended, in relation to insured who have already begun benefiting from its performance by insurer, by restrictions
placed on conditions of master policy by policyholder and insurer – If so, whether terms of master policy in issue
permitted this application – Whether insurer can retroactively withdraw insurance coverage from disabled participants
– Whether disability is peril insured against for purposes of waiver of premiums in event of disability in group health
insurance – Whether Court of Appeal erred in law in answering these questions – Whether aggrieved insured entitled
to compensation – Civil Code of Québec, S.Q. 1991, c. 64, art. 2392.
The applicants, as insured from the parapublic sector who became disabled in 1996 and 1997, respectively, represent
two groups totalling just over 1,200 persons in their class action against the respondent insurers. Their initial health
insurance contract from 1991, which was consolidated in 1997 and 2001, provided , in the event of disability, for both
coverage until age 65 and the waiver of premiums. Since January 1, 1997, a clause in the master policy has made it
possible to apply changes to the terms to all insured, regardless of their status. The applicant Mr. Tremblay and the
other members of his group were notified of the termination of insurance coverage because of a change of union
- 98 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
affiliation that occurred in 2001. The applicant Mr. Beaver and the other members of his group were notified of the
termination of the waiver of premiums because of a change made to the policy in 2008 limiting the duration of that
benefit.
February 8, 2012
Quebec Superior Court
(Lemelin J.)
2012 QCCS 746
Class actions in which
representatives dismissed
applicants
acting
as
March 7, 2013
Quebec Court of Appeal (Québec)
(Thibault, Pelletier and Bouchard JJ.A.)
2013 QCCA 410
Appeal dismissed
May 6, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal and motion to extend
time to serve and file application filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Assurance – Assurance maladie collective – Conditions relatives à l’invalidité contenues dans un contrat du secteur
parapublic et modifiées après le début de l’exécution de l’obligation de l’assureur dans le cas de 1200 personnes ou
plus – Notions de contrat consolidé et de nouveau contrat – Application ou non de Lachapelle c. La Croix bleue,
(1996) R.R.A. 302 (C.A.) – Un contrat d’assurance est-il modifié, à l’égard des assurés ayant déjà commencé à
bénéficier de son exécution par l’assureur, par les restrictions apportées aux conditions du contrat-cadre par le preneur
et l’assureur? – Dans l’affirmative, les termes du contrat-cadre en litige permettaient-ils cette application? – L’assureur
peut-il retirer rétroactivement la couverture d’assurance aux adhérents invalides? - L’invalidité est-elle le risque assuré
aux fins d’exonération de primes en cas d’invalidité dans une assurance-maladie collective? – La Cour d’appel a-t-elle
erré en droit en répondant à ces questions? – Les assurés lésés ont-ils droit à une compensation? - Code civil du
Québec, L.Q. 1991, ch. 64, art. 2392.
Les demandeurs, en tant qu’assurés du secteur parapublic devenus invalides en 1996 et 1997 respectivement,
représentent deux groupes d’un peu plus de 1200 personnes en tout, dans leur recours collectif contre les assureurs
intimés. Leur contrat d’assurance-maladie initial de 1991, consolidé en 1997 et 2001, comportait, outre la couverture
jusqu’à l’âge de 65 ans en cas d’invalidité, une exonération de primes en cas d’invalidité. Une clause du contrat-cadre
permet, depuis le 1er janvier 1997, d’appliquer les modifications des termes à tous les assurés, sans égard à leur statut.
Le demandeur Tremblay et les autres membres de son groupe ont été avisés de la fin de la couverture d’assura nce au
motif d’un changement d’affiliation syndicale, survenu en 2001. Le demandeur Beaver et les autres membres de son
groupe ont été avisés de la fin de l’exonération de prime au motif d’une modification limitant la durée de ce bénéfice,
introduite dans la police en 2008.
Le 8 février 2012
Cour supérieure du Québec
(Le juge Lemelin)
2012 QCCS 746
Rejet des recours collectifs dans lesquels les
demandeurs agissent comme représentants.
- 99 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Le 7 mars 2013
Cour d’appel du Québec (Québec)
(Les juges Thibault, Pelletier et Bouchard)
2013 QCCA 410
Rejet de l’appel.
Le 6 mai 2013
Cour suprême du Canada
Dépôt de la demande d'autorisation d'appel et de la
requête en prorogation du délai pour la déposer et la
signifier.
35462
Mokua Gichuru v. Amy Renee York and Prado Cafe Inc., both doing business as “Prado
Cafe” (B.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Cromwell and Wagner JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver), Numbers CA038962 and CA040320, 2013 BCCA 203, dated May 2, 2013, is dismissed without costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie -Britannique (Vancouver),
numéros CA038962 et CA040320, 2013 BCCA 203, daté du 2 mai 2013, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
Torts – Nuisance – Apartment dweller bringing action in nuisance for noise emanating from respondent’s business
next door – Does a trial judge render a trial unfair by preventing parties from making submissions after close of cases
and adjourning trial on his own motion in order to give the parties an opportunity to obtain further and better
evidence? – Does a reasonable apprehension of bias arise when a judge issues a decision prior to receiving
submissions on issue decided? – Are costs for a “fast track” action required to be assessed in relation to the fixed
costs that apply to such actions under the British Columbia Supreme Court Civil Rules? – Is “interference” that must
be shown at first step of two-part test for private nuisance assessed in reference to extent or severity of defendant’s
conduct or is it assessed in reference to effects of defendant’s conduct on plaintiff’s use of his or her property?
Mr. Gichuru brought an action against the Respondents, claiming damages for nuisance. The apartment then occupied
by Mr. Gichuru shared a common wall with the Prado Cafe. He claimed that the bass sounds emanating from the café
interfered with his sleep, his ability to concentrate on his work and the general enjoyment of his residence. The matter
went to trial. At the close of evidence, the trial judge adjourned the trial, directing the parties to explore settlement
and to gather evidence about the noise. During the hiatus, Ms. York attende d his premises with her boyfriend and a
by-law enforcement officer to evaluate the disturbance but Mr. Gichuru refused them entry.
March 21, 2011
Supreme Court of British Columbia
(Bernard J.)
2011 BCSC 342
Applicant’s action for damages for nuisance dismissed.
Costs on scale “B” awarded to respondents
September 21, 2012
Supreme Court of British Columbia
(Bernard J.)
2012 BCSC 1385
Applicant’s claim for special costs against respondents
and their counsel dismissed. Costs on scale “B”
awarded to respondents
- 100 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
May 2, 2013
Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver)
(Donald, Low and Levine JJ.A.)
2013 BCCA 203
Applicant’s appeal dismissed
August 1, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Responsabilité délictuelle – Nuisance – L'occupant d'un appartement a intenté une action en nuisance causée par le
bruit provenant du commerce de l'intimée voisin – Un juge de première instance rend-il le procès injuste en empêchant
les parties de présenter des arguments après la clôture de la preuve et en ajournant le procès de son propre chef pour
permettre aux parties d'obtenir de meilleurs éléments de preuve? – Une crainte raisonnable de partialité prend-elle
naissance lorsqu'un juge rend une décision avant d'avoir reçu des arguments sur la question dont il est saisi? – Les
dépens taxables relativement une action « accélérée » doivent-ils être liquidés en lien avec les frais fixes qui
s'appliquent à de telles actions aux termes des Supreme Court Civil Rules de la Colombie-Britannique? – L’« atteinte »
qui doit être établie à la première étape du critère à deux volets de la nuisance privée est -elle appréciée en lien avec
l'étendue ou la gravité de la conduite du défendeur ou doit -elle être appréciée en lien avec les effets de la conduite du
défendeur sur l'usage par le demandeur de son bien?
Monsieur Gichuru a intenté une action en dommages -intérêts contre les intimées pour nuisance. L'appartement alors
occupé par M. Gichuru partageait un mur mitoyen avec le Prado Cafe. Il a allégué que les sons de basse fréquence qui
provenaient du café nuisaient à son sommeil, à sa capacité de se concentrer au travail et à la jouissance générale de son
logement. L'affaire est allée à procès. Au terme de la preuve, le juge de première instance a ajourné le procès et a
demandé aux parties de tenter d'en arriver à un règlement et de recueillir des éléments de preuve relatifs au bruit.
Dans l'intervalle, Mme York s'est rendue chez le demandeur avec son petit ami et un ag ent chargé de l'application du
règlement pour évaluer le dérangement, mais M. Gichuru leur a refusé l'entrée.
21 mars 2011
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Bernard)
2011 BCSC 342
Action du demandeur en dommages-intérêts pour
nuisance, rejetée. Dépens taxés au tarif « B » accordés
aux intimées
21 septembre 2012
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Bernard)
2012 BCSC 1385
Requête du demandeur visant à obtenir des dépens
spéciaux contre les intimées et leurs avocats, rejetée.
Dépens taxés au tarif « B » accordés aux intimées
2 mai 2013
Cour d'appel de la Colombie-Britannique
(Vancouver)
(Juges Donald, Low et Levine)
2013 BCCA 203
Appel du demandeur, rejeté
- 101 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
1er août 2013
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
35472
Daniel W. Onischuk v. Town of Canmore (Alta.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Cromwell and Wagner JJ.
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal and the motion to
file a lengthy memorandum of argument are granted. The motions to add a party, to adduce new evidence and for a
stay of execution are dismissed. The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of
Alberta (Calgary), Number 1201-0014-AC, 2013 ABCA 129, dated April 22, 2013, is dismissed without costs. The
additional motions to strike Non-Served Response(s) or Late Responses, for Interim Injunction to Stop Killing of
Rabbits & Other Wildlife In and Around Canmore, and to Suspend, Strike or Modify Canmore Bylaws are dismissed.
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’a utorisation d’appel et la
requête pour déposer un mémoire volumineux sont accueillies. Les requêtes en vue de produire de nouveaux
éléments de preuve et visant l’ajout d’une partie et l’obtention d’un sursis d’exécution sont rejetées. La demande
d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d'appel de l’Alberta (Calgary), numéro 1201-0014-AC, 2013 ABCA 129,
daté du 22 avril 2013, est rejetée sans dépens. Les autres requêtes visant la radiation des réponses non signifiées ou
tardives, le prononcé d’une injonction provisoire de cesser d’abattre les lapins et autres animaux sauvages à Canmore
et dans les environs, et la suspension, la radiation ou la modification des règlements municipaux de Canmore sont
rejetées.
CASE SUMMARY
Civil procedure – Parties – Standing – Whether applicant had standing to bring injunction application.
The respondent, Town of Canmore, decided to deal with the problem of an overpopulation of rabbits in the town by
trapping and euthanizing them. The applicant, Mr. Onischuk, is an Edmonton resident. He brought an application for
an injunction to stop the town from proceeding, because he felt there were better, more humane ways to deal with the
problem. His application was dismissed on the basis that as an Edmonton resident with no ties or interest in Canmore,
he had no standing to bring the application and that it constituted an abuse of process. The Court of Appeal dismissed
Mr. Onischuk’s appeal.
December 7, 2011
Court of Queen’s Bench of Alberta
(Hawco J.)
Applicant’s injunction application dismissed
April 22, 2013
Court of Appeal of Alberta (Calgary)
(O'Brien, Martin and O'Ferrall JJ.A.)
2013 ABCA 129
Appeal dismissed
June 21, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
- 102 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
August 13, 2013
Supreme Court of Canada
Motion to add or substitute parties filed
August 16, 2013
Supreme Court of Canada
Motions to adduce new evidence, file a lengthy
memorandum of argument, extend time to file and
serve application for leave to appeal and for stay of
execution filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Procédure civile – Parties – Qualité pour agir – Le demandeur a-t-il qualité pour présenter une demande d'injonction?
L'intimée, la Ville de Canmore, a décidé de s'attaquer au problème de surpopulation des lapins dans la ville en les
piégeant et en les euthanasiant. Le demandeur, M. Onischuk, est un résident d’Edmonton. Il a présenté une demande
d'injonction pour empêcher la ville d'aller de l'avant, car selon lui, il existait de meilleures façons, san s cruauté, de
s'attaquer au problème. Sa demande a été rejetée parce que, en tant que résident d’Edmonton, il n'avait aucune attache
ou intérêt à Canmore, qu'il n'avait pas qualité pour présenter la demande et que celle -ci constituait un abus de
procédure. La Cour d'appel a rejeté l'appel de M. Onischuk.
7 décembre 2011
Cour du Banc de la Reine de l'Alberta
(Juge Hawco)
Demande d'injonction du demandeur, rejetée
22 avril 2013
Cour d'appel de l'Alberta (Calgary)
(Juges O'Brien, Martin et O'Ferrall)
2013 ABCA 129
Appel rejeté
21 juin 2013
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
13 août 2013
Cour suprême du Canada
Requête en vue d’ajouter ou de substituer des parties,
déposée
16 août 2013
Cour suprême du Canada
Requêtes en vue de produire de nouveaux éléments de
preuve, de déposer un mémoire volumineux, de
proroger le délai de dépôt et de signification de la
demande d’autorisation et de surseoir à l'exécution,
déposées
35483
Gregory-Marc Chartier v. MNP LTD. and Gordon V. Neudorf (Man.) (Civil) (By Leave)
Coram :
LeBel, Karakatsanis and Wagner JJ.
- 103 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Manitoba, Number AI 1230-07817, 2013 MBCA 41, dated May 23, 2013, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Manitoba, numéro AI 12-30-07817, 2013
MBCA 41, daté du 23 mai 2013, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Bankruptcy and Insolvency ― Trustees ― Real property ― Homestead legislation ― Trustee in bankruptcy
appealing decision that non-owner spouse’s veto right does not vest in trustee ― Court of Appeal allowing appeal ―
Whether a bankrupt’s homestead veto power is property of the bankrupt ― Whether the trustee in bankruptcy of a
non-owner spouse is entitled to withhold consent for any purpose other than to assure the bankrupt a place to live ―
Whether there is, in any event, any compensable loss incurred where the non-owner spouse will immediately acquire a
replacement homestead ― The Homesteads Act, C.C.S.M., c. H80 ― Bankruptcy and Insolvency Act, R.S.C. 1985, c.
B-3.
In 2007, Ms. Garlicki (now Mrs. Chartier) declared bankruptcy and a trustee of her estat e was appointed. Also in
2007, the applicant purchased a home in Manitoba. In 2009, he married Mrs. Chartier and the property became their
homestead property within the meaning of the The Homesteads Act, C.C.S.M., c. H80. In 2011, Mr. Chartier listed
the property for sale. He maintained that it was his intention to purchase another home once the property sold. Mrs.
Chartier agreed with this decision and did not wish to exercise her veto right.
In 2011, the trustee learned of Mrs. Chartier’s homestead interest in the property. In 2011, the trustee registered a
homestead notice against the title pursuant to the Homestead Act. In August 2011, Mr. Chartier accepted an offer to
purchase the property. Mr. Chartier did not seek the consent of the trustee to the sale. Mr. Chartier filed a statement of
claim against the trustee. In essence, the claim sought a declaration that the trustee has no interest in the property and
a declaration that Mr. Chartier be allowed to sell the property without the consent of the trustee. The same day, Mr.
Chartier filed a notice of motion seeking a declaration for fundamentally the same relief.
In September 2011, the prospective purchaser of the property offered the t rustee $20,000 for its consent to the sale and
a discharge of the homestead notice, which would allow the purchaser to complete the transaction. While the offer
was acceptable to the trustee, it was not acceptable to Mr. Chartier. As a result, the sale of the property did not
proceed.
The motion judge determined that Mrs. Chartier’s veto right did not vest in her trustee in bankruptcy. The trustee
appealed to the Court of Appeal. The Court of Appeal allowed the appeal.
June 14, 2012
Court of Queen’s Bench of Manitoba
(Greenberg J.)
2012 MBQB 176
Spouse’s veto right under The Homestead Act does not
vest in her trustee in bankruptcy
May 23, 2013
Court of Appeal of Manitoba
(Scott C.J.M. and Beard and Cameron JJ.A.)
2013 MBCA 41
File No.: AI-12-30-07817
Appeal allowed
- 104 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
August 19, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Faillite et insolvabilité ― Syndics ― Biens réels ― Législation relative à la propriété familiale ― Le syndic de faillite
a interjeté appel de la décision selon laquelle le droit de veto de l’époux non -propriétaire n’était pas dévolu au syndic
― La Cour d'appel a accueilli l'appel ― Le droit de veto portant sur la propriété familiale dont un failli est titulaire
est-il un bien du failli? ― Le syndic de faillite d'un époux non-propriétaire a-t-il le droit de refuser son consentement à
une fin autre que celle d'assurer au failli un endroit où vivre? ― En tout état de cause, un préjudice indemnisable a-t-il
été subi lorsque l'époux non-propriétaire acquerra immédiatement une propriété familiale de remplacement? ― Loi sur
la propriété familiale, C.P.L.M., ch. H80 ― Loi sur la faillite et l'insolvabilité, L.R.C. 1985, ch. B-3.
En 2007, Mme Garlicki (maintenant Mme Chartier) a fait faillite et un syndic de faillite a été nommé. Toujours en
2007, le demandeur a acheté une maison au Manitoba. En 2009, il a épousé Mme Chartier et la maison est devenue
leur propriété familiale au sens de la Loi sur la propriété familiale, C.P.L.M., ch. H80. En 2011, M. Chartier a mis la
maison en vente. Il a soutenu que son intention avait été d'acheter une autre maison dès la vente de la propriété.
Madame Chartier était d'accord avec cette décision et ne souhaitait pas exercer son droit de veto.
En 2011, le syndic a pris connaissance du droit de Mme Chartier à l'égard de la propriété familiale. En 2011, le
syndic a enregistré un avis concernant la propriété familiale en application de la Loi sur la propriété familiale. En
août 2011, M. Chartier a accepté une offre d'achat de la propriété. Monsieur Chartier n'a pas demandé le
consentement du syndic à la vente. Monsieur Chartier a produit une déclaration contre le syndic. En substance, la
poursuite visait à obtenir un jugement déclarant que le syndic n'avait aucun droit à l'égard de la propriété et déclarant
que M. Chartier avait le droit de vendre la propriété sans le consentement du syndic. Le même jour, M. Chartier a
déposé un avis de requête en jugement déclaratoire pour obtenir fo ndamentalement la même réparation.
En septembre 2011, l'acheteur éventuel de la propriété a offert au syndic la somme de 20 000 $ pour qu'il consente à la
vente et pour une mainlevée de l'avis concernant la propriété familiale, permettant ainsi à l'acheteu r de conclure
l'opération. Même si le syndic a jugé l'offre acceptable, M. Chartier estimait qu'elle ne l'était pas. En conséquence, la
vente de la propriété n'a pas eu lieu.
La juge saisie de la requête a conclu que le droit de veto dont Mme Chartier é tait titulaire n'était pas dévolu à son
syndic de faillite. La Cour d'appel a accueilli l'appel.
14 juin 2012
Cour du Banc de la Reine du Manitoba
(Juge Greenberg)
2012 MBQB 176
Le droit de veto conféré à l'épouse en vertu de la Loi
sur la propriété familiale n'est pas dévolu à son syndic
de faillite
23 mai 2013
Cour d'appel du Manitoba
(Juge en chef Scott, juges Beard et Cameron)
2013 MBCA 41
No de greffe : AI-12-30-07817
Appel accueilli
19 août 2013
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
- 105 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
35558
Garry Ivan Hirsekorn v. Her Majesty the Queen (Alta.) (Civil) (By Leave)
Coram :
LeBel, Karakatsanis and Wagner JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Alberta (Calgary), Number
1101-0297-A, 2013 ABCA 242, dated July 4, 2013, is dismissed without costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d'appel de l’Alb erta (Calgary), numéro 1101-0297A, 2013 ABCA 242, daté du 4 juillet 2013, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
Aboriginal law — Aboriginal rights — Hunting — Métis — Applicant charged with hunting contrary to provincial
statute — Whether Court of Appeal erred in its interpretation and application of R. v. Powley, 2003 SCC 43 to the
facts of this case — What is the proper interpretation and application of Powley to prairie Métis — Wildlife Act,
R.S.A. 2000, c. W-10
The applicant, Garry Hirsekorn, is Métis. In 2007, he participated in a hunt organized by the Métis Nation of Alberta
in response to the Alberta Government’s cancellation of the Interim Métis Harvesting Agreement which had been
negotiated and entered into following this Court’s recognition of Métis harvesting rights in R. v. Powley, 2003 SCC
43. During the course of that hunt, the applicant shot a mule deer near Elkwater, a community on the western edge of
the Cypress Hills in southeastern Alberta. He was charged with hunting wildlife outside an open season and being in
possession of wildlife without a valid wildlife permit, contrary to ss. 25(1) and 55(1) of the Wildlife Act, R.S.A. 2000,
c. W-10. Nineteen other hunters throughout Alberta were charged with various wildlife offences.
The applicant filed a constitutional notice claiming that ss. 25(1) and 55(1) of the Wildlife Act were of no force and
effect in their application to him. He defended the charges against him on the ground that, as a Métis person within the
meaning of s 35(2) of the Constitution Act, he had an aboriginal right to hunt for food and that the Wildlife Act
unjustifiably infringed that right.
The legal proceedings against most of the other Métis hunters were adjourned pending the outcome of the applicant’s
case. After a year-long trial, the applicant was convicted on both counts pending against him.
December 1, 2010
Provincial Court of Alberta
(Fisher J.)
2010 ABPC 385
Constitutional challenge to Wildlife Act, dismissed;
Applicant found guilty of shooting wildlife outside a
regular season and of being in possession of wildlife
without a valid wildlife permit
November 4, 2011
Court of Queen’s Bench of Alberta
(Wittmann J.)
2011 ABQB 682
Appeal dismissed
July 4, 2013
Court of Appeal of Alberta (Calgary)
(Paperny, McDonald and Macleod JJ.A.)
2013 ABCA 242
Appeal dismissed
- 106 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
September 30, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit des autochtones — Droits ancestraux — Chasse — Métis — Le demandeur a été accusé d'avoir chassé
contrairement à la loi provinciale — La Cour d'appel a-t-elle commis une erreur dans son interprétation et son
application de R. c. Powley, 2003 CSC 43 aux faits en l'espèce? — Quelle est l’interprétation et l’application correctes
de Powley aux Métis des prairies? — Wildlife Act, R.S.A. 2000, ch. W-10.
Le demandeur, Garry Hirsekorn, est Métis. En 2007, il a participé à une chasse organisée par Métis Nation of Alberta
en réaction à l'annulation, par le gouvernement de l'Alberta, de l'accord provisoire sur la récolte des Métis qui avait été
négocié et conclu après que cette Cour eut reconnu les droits de récolte des Métis dans R. c. Powley, 2003 CSC 43.
Au cours de cette chasse, le demandeur a abattu un cerf mulet près d’Elkwater, une communauté située en bordure
ouest des collines Cypress dans le sud-est de l’Alberta. Il a été accusé d'avoir chassé un animal sauvage en dehors de
la saison fixée à cette fin et d'avoir été en possession d'un animal sauvage sans être muni d’un permit valide,
contrairement aux par. 25(1) et 55(1) de la Wildlife Act, R.S.A. 2000, ch. W-10. Dix-neuf autres chasseurs de partout
en Alberta ont été accusés de diverses infractions relatives aux animaux sauvages.
Le demandeur a déposé un avis de question constitutionnelle, alléguant que les par. 25(1) et 55(1) de la Wildlife Act
étaient inopérants à son égard. Il a opposé une défense aux accusations portées contre lui, faisant valoir qu'en tant de
Métis au sens du par. 35(2) de la Loi constitutionnelle, il avait un droit ancestral de chasser pour se nourrir et que la
Wildlife Act portait atteinte à ce droit de façon injustifiée.
Les poursuites judiciaires contre tous les autres chasseurs métis ont été ajournées en attendant l'issue de la cause du
demandeur. Au terme d'un procès qui a duré un an, le demandeur a été déclaré coup able sous les deux chefs qui
pesaient contre lui.
1er décembre 2010
Cour provinciale de l'Alberta
(Juge Fisher)
2010 ABPC 385
Contestation constitutionnelle de la Wildlife Act,
rejetée; demandeur déclaré coupable d'avoir abattu un
animal sauvage en dehors de la saison fixée à cette fin
et d'avoir été en possession d'un animal sauvage sans
être muni d’un permis valide
4 novembre 2011
Cour du Banc de la Reine de l'Alberta
(Juge Wittmann)
2011 ABQB 682
Appel rejeté
4 juillet 2013
Cour d'appel de l'Alberta (Calgary)
(Juges Paperny, McDonald et Macleod)
2013 ABCA 242
Appel rejeté
- 107 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
30 septembre 2013
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
35576
William Malamas, also known as Vasilios Malamas, Apollco Developments Ltd., Apollo Real
Estate Limited, Apollco Properties Limited, Apollco Construction Ltd., Apollo Ltd. and
Pallas Properties Inc. v. Teplitsky Colson LLP, Gary Caplan, 2004782 Ontario Limited, 717
Pape Inc., Peter L. Biro, CGD Management Limited, Crerar Property Corp., Danforth
Properties Limited, Goodman and Carr, Jonathan Lisus, McCarthy Tétrault LLP, Mutual
Trust Company (now known as Clarica Trust Company), Raymond Raphael, Raymond
Raphael Professional Corporation, Stewart J.L. Robertson, Nicholas Stanoulis, Donna
Stanoulis, Christina Stanoulis, Gary Stanoulis, Thomas Stanoulis, Thomas M.T. Sutton,
Chris Tatsis, Panagiota Tatsis, Tonu Toome, Toome Laar & Bell and City of Toronto (Ont.)
(Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Cromwell and Wagner JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C55730,
2013 ONCA 404, dated June 17, 2013, is dismissed without costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C55730, 2013 ONCA
404, daté du 17 juin 2013, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
Civil procedure – Abuse of process – Order declaring the applicants vexatious litigants – Can lawyers who are
defendants in legal actions abuse the process of the court for the purpose of defeating actions brought against them by
self-represented plaintiffs – Can lawyer-defendants bring the administration of justice into disrepute by causing the
self-represented plaintiff, unlawfully, to be declared a vexatious litigant – Can a partner of a lawyer against whom an
action has been brought for fraud by a self-represented plaintiff, bring an application to declare the self-represented
plaintiff a vexatious litigant.
The applicant Mr. Malamas was a real estate developer who owned properties in the Greater Toronto area. When the
recession hit in the late 1980’s, the property values fell below the mortgage values and Mr. Malamus lost properties in
mortgage proceedings. He subsequently commenced actions claiming that faults by the various lawyers representing
he and his corporations had caused him to lose those and other actions. Twenty -seven parties, who are adverse to the
applicants in fourteen different actions, brought one application to strike Mr. Malamas’s defence to their vexatious
litigant applications and for an order declaring him a vexatious litigant under s. 140 of the Courts of Justice Act,
R.S.O. 1990, c. C 43. They also brought motions for security for costs . The Ontario Superior Court of Justice granted
an Order declaring the applicant and the companies he controls, vexatious litigants. The Court of Appeal for Ontario
dismissed the appeal.
June18, 2012
Ontario Superior Court of Justice
(Newbould J.)
2012 ONSC 3546
Order declaring the applicant and the companies he
controls, vexatious litigants
- 108 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
August 13, 2012
Ontario Superior Court of Justice
(Newbould J.)
2012 ONSC 4658
Supplementary reasons, with an express prohibition
against the applicant or corporations controlled by him
now or in the future from commencing new
proceedings
June 17, 2013
Court of Appeal for Ontario
(Laskin, Rosenberg and Lauwers JJ.A.)
2013 ONCA 404
Appeal dismissed
September 16, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Procédure civile – Abus de procédure – Ordonnance déclarant les demandeurs plaideurs quérulents – Des avocats qui
sont défendeurs dans des actions judiciaires peuvent-ils abuser du processus judiciaire afin de faire rejeter des actions
intentées contre eux par des demandeurs non représen tés? – Les avocats défendeurs peuvent-ils déconsidérer
l'administration de la justice en faisant illégalement déclarer plaideur quérulent le demandeur non représenté? –
L'associé d'un avocat contre qui une action a été intentée pour fraude par le demandeur non représenté peut-il présenter
une demande pour faire déclarer plaideur quérulent le demandeur non représenté?
Le demandeur M. Malamas était un promoteur immobilier qui possédait des immeubles dans la région du Grand
Toronto. Lorsqu'une récession a frappé à la fin des années 1980, les valeurs foncières ont chuté au -dessous des
valeurs hypothécaires et M. Malamus a perdu des immeubles à la suite de recours hypothécaires. Par la suite, il a
intenté des actions, alléguant que les fautes de divers avocats qui le représentaient et qui représentaient ses sociétés lui
ont fait perdre ces actions et d'autres. Vingt-sept parties adverses aux demandeurs dans quatorze actions différentes
ont présenté une demande en radiation de la défense opposée par M. Malama s à leur demande pour le faire déclarer
plaideur quérulent et pour une ordonnance le déclarant plaideur quérulent en application de l'art. 140 de la Loi sur les
tribunaux judiciaires, L.R.O. 1990, ch. C 43. Elles ont également présenté des motions en cautionnement pour
dépens. La Cour supérieure de justice de l'Ontario a prononcé une ordonnance déclarant plaideurs quérulents le
demandeur et les sociétés qu'il contrôle. La Cour d'appel de l'Ontario a rejeté l'appel.
18 juin 2012
Cour supérieure de justice de l'Ontario
(Juge Newbould)
2012 ONSC 3546
Ordonnance déclarant plaideurs quérulents
demandeur et les sociétés qu'il contrôle
13 août 2012
Cour supérieure de justice de l'Ontario
(Juge Newbould)
2012 ONSC 4658
Motifs supplémentaires, comportant une interdiction
expresse au demandeur et aux sociétés qu'il contrôle
d'intenter de nouvelles procédures, maintenant ou à
l'avenir
17 juin 2013
Cour d'appel de l'Ontario
(Juges Laskin, Rosenberg et Lauwers)
2013 ONCA 404
Appel rejeté
- 109 -
le
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
16 septembre 2013
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
35581
Superintendent of Motor Vehicles and Attorney General of British Columbia v. Colin Roy
Murray (B.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Cromwell and Wagner JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver), Number CA040437, 2013 BCCA 363, dated August 13, 2013, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie -Britannique (Vancouver),
numéro CA040437, 2013 BCCA 363, daté du 13 août 2013, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Transportation law – Motor vehicles – Automatic roadside driving prohibitions – Review of prohibitions by
Superintendent – Sworn or solemnly affirmed reports forwarded by peace officer to Superintendent of Motor Vehicles
– Whether Superintendent of Motor Vehicles can review automatic roadside driving prohibition in absence of sworn
or solemnly affirmed report forwarded by peace officer – Motor Vehicle Act, R.S.B.C. 1996, c. 318, ss. 215.41,
215.47(d) and 215.49.
The Motor Vehicle Act, R.S.B.C. 1996, c. 318 (“MVA”), allows a peace officer to serve an automatic roadside driving
prohibition on a driver in certain circumstances. In this case, the respondent, Mr. Murray, was served with an
automatic roadside prohibition pursuant to s. 215.41 of the MVA, after two breath samples provided to the officer who
stopped him registered a “fail”, indicating that he had a blood alcohol concentration of not less than 80 mg/100 ml.
The prohibition entailed a 90-day driving suspension and a $500.00 penalty. Mr. Murray’s vehicle was also
impounded for 30 days. Mr. Murray’s application for a review of the prohibition by an adjudicator designated by the
applicant Superintendent of Motor Vehicles was unsuccessful. Mr. Murray then sought judicial review from the
adjudicator’s decision. The B.C. Supreme Court quashed the adjudicator’s decision, finding that the adjudicator was
wrong to have proceeded with the review in the absence of the sworn or solemnly affirmed report a peace officer is
required to forward to the Superintendent pursuant to s. 215.47(d) of the MVA. The Court of Appeal agreed and
dismissed the appeal.
November 22, 2012
Supreme Court of British Columbia
(Brown J.)
2012 BCSC 1730
Adjudicator’s decision quashed; matter remitted to
Superintendent for re-hearing
August 13, 2013
Court of Appeal for British Columbia
(Newbury, Levine and Garson JJ.A.)
2013 BCCA 363
Appeal dismissed; reference in chambers judge’s order
to remitting matter deleted; prohibition quashed
October 15, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
- 110 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit des transports – Véhicules automobiles – Interdictions automatiques de conduire imposées lors de contrôles
routiers – Révision des interdictions par le surintendant – Rapports sous serment ou appuyés par une affirmation
solennelle transmis par des agents de la paix au surintendant des véhicules automobiles – Le surintendant des
véhicules automobiles peut-il réviser les interdictions automatiques de conduire imposées lors de contrôles routiers en
l'absence de rapport sous serment ou appuyé par une affirmation solennelle transmis par l'agent de la paix? – Motor
Vehicle Act, R.S.B.C. 1996, ch. 318, art. 215.41, 215.47d) et 215.49.
Le Motor Vehicle Act, R.S.B.C. 1996, ch. 318 (« MVA »), permet à un agent de la paix de signifier à un conducteur
une interdiction automatique de conduire lors d'un contrôle routier dans certaines situations. En l'espèce, l'intimé, M.
Murray, s'est vu signifier une interdiction automatique de conduire lors d'un contrôle routier en application de
l'art. 215.41 de la MVA, après que deux échantillons d'haleine fournis à l'agent qui l'avait intercepté lui ont fait échoué
l’alcootest, indiquant que son alcoolémie était d'au moins 80 mg d’alcool par 100 ml de sang. L'interdiction a entraîné
une suspension du permis de conduire de 90 jours et une pénalité de 500 $. En outre, le véhicule de M. Murray a été
l'objet d'une saisie de 30 jours. Monsieur Murray a été débouté dans sa demande d'examen de l'interdiction par un
arbitre désigné par le surintendant des véhicules automobiles demandeur. Monsieur Murray a ensuite demandé le
contrôle judiciaire de la décision de l'arbitre. La Cour suprême de la Colombie -Britannique a annulé la décision de
l'arbitre, concluant que celui-ci avait eu tort de procéder à une révision en l'absence du rapport sous serment ou appuyé
par une déclaration solennelle qu’un agent de la paix doit transmettre au surintendant en application de l'al. 215.47d)
de la MVA. La Cour d'appel était du même avis et a rejeté l'appel.
22 novembre 2012
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Brown)
2012 BCSC 1730
Décision de l'arbitre annulée; affaire renvoyée au
surintendant pour qu'il l’entende de nouveau
13 août 2013
Cour d'appel de la Colombie-Britannique
(Juges Newbury, Levine et Garson)
2013 BCCA 363
Appel rejeté; mention dans l'ordonnance du juge en
chambre de renvoyer l'affaire, supprimée; interdiction
annulée
15 octobre 2013
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
35585
Oldrich Pelich v. Attorney General of Ontario (Ont.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Cromwell and Wagner JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C55822,
dated June 10, 2013, is dismissed without costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C55822, daté du 10
juin 2013, est rejetée sans dépens.
- 111 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
CASE SUMMARY
Canadian Charter of Rights and Freedoms – Criminal law – Offences – Child pornography – Trial of Applicant on
charges of making available, possessing and accessing child pornography – Whether the Applicant’s s. 8, 10 and 11
Charter rights were violated – Whether the Court of Appeal erred in concluding that the computer images of child
pornography were owned and accessed by the Applicant.
An undercover police officer using file sharing software found a user downloading and sharing numerous files with
names consistent with child pornography. The IP address of the user was held by the Applicant. The officer then
monitored the IP address. He downloaded and viewed certain of the files shared by the computer. After searching the
Applicant’s residence under a search warrant, numerous images and videos of child pornography were found on the
Applicant’s two computers, some of which had been removed to unallocated space by a file deletion program. Police
also seized compact discs with images and videos containing child pornography.
June 27, 2012
Ontario Superior Court of Justice
(Dunnet J.)
Conviction: making available, possessing
accessing child pornography.
Acquittal: making child pornography
and
June 10, 2013
Court of Appeal for Ontario
(MacPherson, Feldman and Cronk JJ.A.)
Appeal dismissed
September 10, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
October 15, 2013
Supreme Court of Canada
Motion to extend time to serve and file application for
leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Charte canadienne des droits et libertés – Droit criminel – Infractions – Pornographie juvénile – Procès du demandeur
relativement à des accusations d’avoir rendu accessible de la pornographie juvénile, d’en avoir possédé ou d’y avoir
accédé – Les droits du demandeur garantis par les art. 8, 10 et 11 de la Charte ont-ils été violés? – La Cour d'appel a-telle eu tort de conclure que les images informatiques de pornographie juvénile appartenaient au demandeur et que
celui-ci y avait accédé?
Un policier banalisé utilisant un logiciel de partage des fichiers a trouvé un utilisateur qui téléchargeait et partageait de
nombreux fichiers dont les noms pouvaient laisser entendre qu'il s'agissait de pornographie juvénile. Le demandeur
était titulaire de l’adresse IP de l'utilisateur. Le policier a ensuite surveillé l'adresse IP. Il a téléchargé et visionné
certains fichiers partagés par l'ordinateur. Après avoir perquisitionné la résidence du demandeur en exécution d'un
mandat de perquisition, de nombreuses images et vidéos de pornographie juvénile ont été trouvées sur deux des
ordinateurs du demandeur, dont certaines avaient été déplacées vers de l'espace non alloué par un programme de
suppression de fichiers. Les policiers ont également saisi des disques compacts d’images et de vidéos renfermant de la
pornographie juvénile.
- 112 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
27 juin 2012
Cour supérieure de justice de l'Ontario
(Juge Dunnet)
Déclarations de culpabilité : avoir rendu accessible de
la pornographie juvénile, en avoir possédé et y avoir
accédé.
Acquittement : avoir produit de la pornographie
juvénile
10 juin 2013
Cour d'appel de l'Ontario
(Juges MacPherson, Feldman et Cronk)
Appel rejeté
10 septembre 2013
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
15 octobre 2013
Cour suprême du Canada
Requête en prorogation du délai de signification et de
dépôt de la demande d'autorisation d'appel, déposée
35588
Larry Peter Klippenstein v. Manitoba Human Rights Commission (Man.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Cromwell and Wagner JJ.
The motion for an extension of time to serve and file the motion to apply for review and the motion to
review the registrar’s decision to send back the application for leave to appeal are dismissed. The application for
leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Manitoba, Number AI 12-30-07853, 2013 MBCA 1,
dated January 14, 2013, is dismissed without costs.
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la requête en révision ainsi que la requ ête
en révision de la décision du registraire de retourner la demande d’autorisation d’appel sont rejetées. La demande
d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Manitoba, numéro AI 12-30-07853, 2013 MBCA 1, daté du 14
janvier 2013, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
Charter of Rights – Freedom of religion – Right to equality – Civil procedure – Stay – Applicant’s action against
respondent stayed pending submission of affidavit from psychiatrist regarding applicant’s mental health status –
Whether motions judge ought to have recused himself – Whether applicant’s Charter rights violated
Mr. Klippenstein sued the Manitoba Human Rights Commission claiming compensation and damages as a result of the
alleged incompetent handling of a complaint he made in 2010. He claimed that he was denied government services
that should have been made available to him as a disabled person, including legal aid. In 2012, he brought several
interlocutory motions including one to have various judges disqualified from hearing parts of his case on the grounds
of bias. He claimed to be a vulnerable person entitled to legal representation due to his mental disability. His action
was stayed and he was asked to submit evidence of mental disability.
Applicant’s motion to have several judges disqualified
dismissed. Stay of proceedings
ordered in applicant’s action to continue.
September 27, 2012
Court of Queen’s Bench of Manitoba
(Dewar J.)
2012 MBQB 262
- 113 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
January 14, 2013
Court of Appeal of Manitoba
(Scott C.J.M.)
2013 MBCA 1
Applicant’s appeal stayed until further order of the
court.
January 25, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed.
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Charte des droits – Liberté de religion – Droit à l'égalité – Procédure civile – Sursis – L'action du demandeur contre
l'intimée a été suspendue en attendant la présentation de l’affidavit d'un psychiatre relativement à l'état de santé
mentale du demandeur – Le juge de première instance aurait-il dû se récuser? – Les droits du demandeur garantis par
la Charte ont-ils été violés?
Monsieur Klippenstein a poursuivi la Commission des droits de la personne du Manitoba, réclamant une indemnité et
des dommages-intérêts à la suite d'une plainte qu'il avait déposée en 2010 et qui, selon lui, aurait été traitée de façon
incompétente. Il allègue avoir été privé de services gouvernementaux qui auraient dû lui être offerts en tant que
personne handicapée, notamment de l’aide juridique. En 2012, il a présenté plusieurs requêtes interlocutoires, y
compris une requête visant à faire déclarer divers juges inhabiles à entendre des parties de sa cause en raison d'un parti
pris. Il alléguait être une personne vulnérable ayant le droit d'être représenté par un avocat en raison de son incapacité
mentale. Son action a été suspendue et on lui a demandé de présenter une preuve d'incapacité mentale.
27 septembre 2012
Cour du Banc de la Reine du Manitoba
(Juge Dewar)
2012 MBQB 262
Requête du demandeur visant à faire déclarer plusieurs
juges inhabiles, rejetée. Suspension des procédures
ordonnée dans l’action en reprise d’instance du
demandeur.
14 janvier 2013
Cour d'appel du Manitoba
(Juge en chef Scott)
2013 MBCA 1
Appel du demandeur suspendu jusqu'à nouvel ordre de
la cour.
25 janvier 2013
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée.
35589
Gabriel Hunter Gibson v. Director of Adult Forensic Psychiatric Services and Attorney
General of British Columbia (B.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Cromwell and Wagner JJ.
- 114 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. The
application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia (Vancouver), Number
CA040209, 2012 BCCA 505, dated December 6, 2012, is dismissed without costs.
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est
accueillie. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie -Britannique (Vancouver),
numéro CA040209, 2012 BCCA 505, daté du 6 décembre 2012, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
Criminal law – Mental disorder – Applicant found to be not criminally responsible on account of mental disorder on
charge of failing to comply with condition of recognizance – Applicant detained in psychiatric hospital under custodial
disposition order – Whether Review Board’s custodial disposition orders unreasonable
In January, 2011, a provincial court found that Ms. Gibson was not criminally responsible on a ccount of mental
disorder on a charge of failing to comply with a condition of a recognizance. In February, 2011 she was ordered into
the custody of the Forensic Psychiatric Hospital. This order was reviewed annually resulting in further custodial
dispositions. Ms. Gibson appealed the custodial disposition order.
December 6, 2012
Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver)
(Saunders, Frankel and Mackenzie JJ.A.)
Applicant’s appeal from order of British Columbia
Review Board ordering that she remain detained at the
Forensic Psychiatric Hospital dismissed
July 9, 2013
Supreme Court of Canada
Motion for extension of time in which to serve and file
application for leave to appeal and application for
leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit criminel – Troubles mentaux – Demanderesse déclarée non responsable criminellement pour cause de troubles
mentaux relativement à une accusation de manquement à une condition d’un engagement – Demanderesse incarcérée
dans un hôpital psychiatrique conformément à une ordonnance de détention – Les ordonnances de détention rendues
par la commission d’examen sont-elles déraisonnables?
En janvier 2011, un tribunal provincial a jugé M me Gibson non responsable criminellement pour cause de troubles
mentaux relativement à une accusation de manquement à une condition d’un engagement. Elle a été confiée à la garde
du Forensic Psychiatric Hospital en février 2011. Cette détention a fait l’objet d’un examen annuel qui a débouché sur
d’autres mesures de détention. M me Gibson fait appel de l’ordonnance de détention.
Appel formé par la demanderesse contre l’ordonnance
de la commission d’examen de la ColombieBritannique portant qu’elle reste détenue au Forensic
Psychiatric Hospital, rejeté
6 décembre 2012
Cour d’appel de la Colombie-Britannique
(Vancouver)
(Juges Saunders, Frankel et Mackenzie)
- 115 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
9 juillet 2013
Cour suprême du Canada
Requête en prorogation du délai pour signifier et
déposer la demande d’autorisation d’appel et demande
d’autorisation d’appel déposées
35598
Mary Lou Davis v. Workers’ Compensation Appeal Tribunal (B.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Cromwell and Wagner JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver), Number CA040793, 2013 BCCA 418, dated September 23, 2013, is dismissed without costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver),
numéro CA040793, 2013 BCCA 418, daté du 23 septembre 2013, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
Charter of Rights – Right to trial by jury – Workers compensation – Applicant suffering eight workplace injuries –
Applicant’s claim that she was permanently disabled denied by Workers’ Compensation Board – Whether Applicant
may proceed to jury trial to present evidence and cross-examine witnesses.
Ms. Davis was employed as a special education teaching assistant and as a residential care worker. She suffered
several work related injuries between 1999 and 2004 and made eight claims to WorkSafe BC during the period from
1999 to 2012. Each claim was allowed and she received wage loss and other benefits. She appealed the decisions
from the Workers’ Compensation Board to the Review Division, and then to the Workers’ Compensation Appeal
Tribunal (“WCAT”). Ms. Davis claimed that the cumulative effect of the eight compensable injuries she suffered
either by themselves or in conjunction with her workplace activities permanently disabled her. The Board, the Review
Division and WCAT all denied her claim. She sought judicial review of the WCAT decisions.
March 19, 2013
Supreme Court of British Columbia
(Weatherill J.)
2013 BCSC 476
Applicant’s application for judicial review dismissed
September 23, 2013
Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver)
(Frankel, Groberman and MacKenzie JJ.A.)
2013 BCCA 418
Appeal dismissed
October 29, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Charte des droits – Droit à un procès avec jury – Accidents du travail – La demanderesse a subi huit blessures en
- 116 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
milieu de travail – La commission des accidents du travail a rejeté la demande d'invalidité permanente de la
demanderesse – La demanderesse peut-elle subir un procès avec jury pour présenter une preuve et contre-interroger
des témoins?
Madame Davis a occupé des emplois d'adjointe d'enseignement en éducation spécialisée et de préposée aux
bénéficiaires. Elle a subi plusieurs blessures liées au travail entre 1999 et 2004 et a fait huit demandes à WorkSafe BC
de 1999 à 2012. Chacune des demandes a été accueillie et elle a reçu des indemnités d'assurance-salaire et d'autres
prestations. Elle a interjeté appel des décisions de la commission des accidents du travail à la division des révisions,
puis au Workers’ Compensation Appeal Tribunal (« WCAT »). Madame Davis alléguait que l'effet cumulatif des huit
blessures donnant droit à une indemnité qu'elle avait subies lui avait causé, soit par elles -mêmes, soit en conjugaison
avec ses activités professionnelles, une invalidité permanente. La commission, la division des révisions et le WCAT
ont tous rejetés sa demande. Elle a demandé le contrôle judiciaire des décisions du WCAT.
19 mars 2013
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Weatherill)
2013 BCSC 476
Demande de contrôle judiciaire, rejetée
23 septembre 2013
Cour d'appel de la Colombie-Britannique
(Vancouver)
(Juges Frankel, Groberman et MacKenzie)
2013 BCCA 418
Appel rejeté
29 octobre 2013
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
- 117 -
MOTIONS
REQUÊTES
10.01.2014
Before / Devant : LEBEL J. / LE JUGE LEBEL
Ordonnance relative à la présentation d’une
plaidoirie orale par l’intervenant
Order on intervention with respect to oral
argument
RE:
Attorney General of Alberta
IN / DANS :
Mohammad Hassan Mian
v. (35132)
Her Majesty the Queen (Crim.)
(Alta.)
FURTHER TO THE ORDER dated October 25, 2013, granting leave to intervene to the Attorney General of Alberta;
IT IS HEREBY FURTHER ORDERED THAT the Attorney General of Alberta is granted permission to present oral
argument not exceeding ten (10) minutes at the hearing of the appeal.
À LA SUITE DE L'ORDONNANCE datée du 25 octobre 2013 autorisant le Procureur général de l’Alberta à
intervenir;
IL EST EN OUTRE ORDONNÉ CE QUI SUIT : ledit Procureur général de l’Alberta est autorisé à présenter une
plaidoirie orale d'au plus dix (10) minutes lors de l'audition de l'appel.
10.01.2014
Before / Devant : LEBEL J. / LE JUGE LEBEL
Requêtes en autorisation d’intervenir
Motions for leave to intervene
BY / PAR
Canadian Labour Congress;
Professional Institute of the
Public Service of Canada;
Canadian Union of Public
Employees, Local 675;
Public Service Alliance of
Canada
IN / DANS :
Robert Meredith et al.
v. (35424)
Attorney General of Canada
(F.C.)
- 118 -
MOTIONS
REQUÊTES
GRANTED / ACCORDÉES
UPON APPLICATIONS by the Canadian Labour Congress, the Professional Institute of the Public Service of
Canada, the Canadian Union of Public Employees, Local 675 and the Public Service Alliance of Canada for leave to
intervene in the above appeal;
UPON APPLICATION by the Canadian Union of Public Employees, Local 675 for an order to adduce new evidence
in the above appeal, namely the evidence filed in the Superior Court;
AND THE MATERIAL FILED having been read;
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
The motions for leave to intervene of the Canadian Labour Congress, the Professional Institute of the Public Service of
Canada, Canadian Union of Public Employees, Local 675 and the Public Service Alliance of Canada are granted and
the said interveners shall be entitled to each serve and file a factum not to exceed 10 pages in length in these appeals on
or before February 5, 2014.
The motion by the Canadian Union of Public Employees, Local 675 to adduce new evidence is dismissed.
The requests to present oral argument are deferred to a date following receipt and consideration of the written
arguments of the parties and the interveners.
The interveners are not entitled to raise new issues or to adduce further evidence or otherwise to supplement the record
of the parties.
Pursuant to Rule 59(1)(a) of the Rules of the Supreme Court of Canada, the interveners shall pay to the appellant and
respondent any additional disbursements occasioned to the appellant and respondent by their interventions.
À LA SUITE DES REQUÊTES présentées par le Congrès du travail du Canada, l’Institut professionnel de la fonction
publique du Canada, le Syndicat canadien de la fonction publique, section locale 675 et l’Alliance de la fonction
publique du Canada en autorisation d’intervenir dans l’appel;
À LA SUITE DE LA REQUÊTE du Syndicat canadien de la fonction publique, section locale 675 pour produire une
preuve nouvelle dans le présent appel ;
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés;
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
Les requêtes en autorisation d’intervenir présentées par le Congrès du travail du Canada, l’Institut professionnel de la
fonction publique du Canada, le Syndicat canadien de la fonction publique, section locale 675 et l’Alliance de la
fonction publique du Canada sont accueillies et ces intervenants pourront chacun signifier et déposer un mémoire d’au
plus dix (10) pages au plus tard le 5 février 2014.
La requête présentée par le Syndicat canadien de la fonction publique, section locale 675 pour produire une preuve
nouvelle est rejetée.
Les décisions sur les requêtes en vue de présenter des plaidoiries orales seront rendues après réception et examen des
arguments écrits des parties et des intervenants.
Les intervenants n’ont pas le droit de soulever de nouvelles questions, de produire d’autres éléments de pr euve ni de
compléter de quelque autre façon le dossier des parties.
- 119 -
MOTIONS
REQUÊTES
Conformément à l’alinéa 59(1)(a) des Règles de la Cour suprême du Canada, les intervenants paieront à l’appelante et
à l’intimé tous débours supplémentaires résultant de leur intervention.
14.01.2014
Before / Devant : LEBEL J. / LE JUGE LEBEL
Miscellaneous motion
Requête diverse
IN THE MATTER OF SECTION 53 OF THE
SUPREME COURT ACT, R.S.C. 1985, C. S -26;
AND IN THE MATTER OF A REFERENCE
BY
THE
GOVERNOR
IN
COUNCIL
CONCERNING SECTIONS 5 AND 6 OF THE
SUPREME COURT ACT, R.S.C. 1985, C. S -26,
AS SET OUT IN ORDER IN COUNCIL, P.C.
2013-1105, DATED OCTOBER 22, 2013
DANS L'AFFAIRE DE L'ARTICLE 53 DE LA
LOI SUR LA COUR SUPRÊME, L.R.C. 1985,
CH. S-26; DANS L'AFFAIRE D'UN RENVOI
PAR
LE GOUVERNEUR EN CONSEIL
CONCERNANT LES ARTICLES 5 ET 6 DE
LA LOI SUR LA COUR SUPRÊME, L.R.C.
1985, CH. S-26, DANS LE DÉCRET C.P. 20131105 EN DATE DU 22 OCTOBRE 2013
(35586)
GRANTED / ACCORDÉE
UPON APPLICATION by the Attorney General of Canada for an order permitting the filing of a supplementary
record and supplementary authorities in the above reference;
AND THE MATERIAL FILED having been read;
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
The motion is granted.
À LA SUITE D’UNE DEMANDE par le procureur général du Canada pour obtenir l’autorisation de déposer un
dossier supplémentaire et un recueil de sources additionnel dans le renvoi;
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés;
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
La requête est accueillie.
- 120 -
MOTIONS
REQUÊTES
15.01.2014
Before / Devant : LEBEL J. / LE JUGE LEBEL
Requêtes en autorisation d’intervenir
Motions for leave to intervene
BY / PAR
Confédération des syndicats
nationaux et du Syndicat des
agents correctionnels du Canada
IN / DANS :
Robert Meredith et al.
v. (35424)
Attorney General of Canada
(F.C.)
GRANTED / ACCORDÉES
UPON JOINT MOTIONS by the Confédération des syndicats nationaux and the Union of Canadian Correctional
Officers for an extension of the time to serve and file a motion for leave to intervene, and for leave to intervene in the
appeal;
AND THE MATERIAL FILED having been read;
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
The motions for an extension of time and for leave to intervene are granted, and this intervener shall be entitled to serve
and file a single factum not to exceed ten (10) pages in length on o r before February 5, 2014.
The request to present oral argument is deferred to a date following receipt and consideration of the written arguments
of the parties and the intervener.
The intervener shall not be entitled to raise new issues or to adduce fu rther evidence or otherwise to supplement the
record of the parties.
Pursuant to Rule 59(1)(a) of the Rules of the Supreme Court of Canada, the intervener shall pay to the appellants and
respondent any additional disbursements occasioned to the appellants and respondent by its intervention.
À LA SUITE DES REQUÊTES conjointes présentées par la Confédération des syndicats nationaux et du Syndicat des
agents correctionnels du Canada en prorogation du délai de signification et de dépôt d’une requête en inte rvention et en
autorisation d’intervenir dans l’appel;
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés;
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
Les requêtes en prorogation de délai et en autorisation d’intervention sont accueillies et cet intervenant pourra signifier
et déposer un seul mémoire d'au plus dix (10) pages au plus tard le 5 février 2014.
La décision sur la requête en vue de présenter une plaidoirie orale sera rendue après réception et examen des arguments
écrits des parties et de l’intervenant.
- 121 -
MOTIONS
REQUÊTES
L’intervenant n'a pas le droit de soulever de nouvelles questions, de produire d'autres éléments de preuve ni de
compléter de quelque autre façon le dossier des parties.
Conformément à l'alinéa 59(1)(a) des Règles de la Cour suprême du Canada, l’intervenant paiera aux appelants et à
l'intimé tous débours supplémentaires résultant de son intervention.
16.01.2014
Before / Devant: LEBEL J. / LE JUGE LEBEL
Requêtes en autorisation d’intervenir
Motions for leave to intervene
BY / PAR
Canadian Council of Christian
Charities;
Evangelical Fellowship of Canada;
Christian Legal Fellowship;
World Sikh Organization of
Canada;
Association of Christians
Educators and Schools Canada;
Canadian Civil Liberties
Association;
Catholic Civil Rights League, the
Association des parents
catholiques du Québec, the Faith
and Freedom Alliance and the
Association de la communauté
copte orthodoxe du grand
Montréal;
Faith, Fealty and Creed Society;
Home School Legal Defence
Association of Canada;
Seventh-day Adventist Church in
Canada and the Seventh-day
Adventist Church - Quebec
Conference;
Corporation Archiépiscopale
Catholique Romaine de Montréal
and l’Archevêque Catholique
Romain de Montréal
- 122 -
MOTIONS
IN / DANS :
REQUÊTES
Loyola High School et al.
v. (35201)
Attorney General of Quebec (Que.)
GRANTED / ACCORDÉES
UPON APPLICATION by the Canadian Council of Christian Charities, the Evangelical Fellowship of Canada, the
Christian Legal Fellowship, the World Sikh Organization of Canada, the Association of Christians Educators and
Schools Canada, the Canadian Civil Liberties Association, the Catholic Civil Rights League, the Association des
parents catholiques du Québec, the Faith and Freedom Alliance and the Association de la communauté copte orthodoxe
du grand Montréal, the Faith, Fealty and Creed Society, the Home School Legal Defence Asso ciation of Canada, the
Seventh-day Adventist Church in Canada and the Seventh -day Adventist Church - Quebec Conference and the
Corporation Archiépiscopale Catholique Romaine de Montréal and l’Archevêque Catholique Romain de Montréal for
leave to intervene in the above appeal;
AND THE MATERIAL FILED having been read;
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
The motions for leave to intervene of the Canadian Council of Christian Charities, the Evangelical Fellowship of
Canada, the Christian Legal Fellowship, the World Sikh Organization of Canada, the Association of Christians
Educators and Schools Canada, the Canadian Civil Liberties Association, the Catholic Civil Rights League, the
Association des parents catholiques du Québec, the Faith and Freedom Alliance and the As sociation de la communauté
copte orthodoxe du grand Montréal, the Faith, Fealty and Creed Society, the Home School Legal Defence Association
of Canada, the Seventh-day Adventist Church in Canada and the Seventh -day Adventist Church - Quebec Conference
and the Corporation Archiépiscopale Catholique Romaine de Montréal and l’Archevêque Catholique Romain de
Montréal are granted and the said eleven groups of interveners shall each be entitled to serve and file a factum not to
exceed 10 pages in length on or before March 10, 2014.
The requests to present oral argument are deferred to a date following receipt and consideration of the written
arguments of the parties and the interveners.
The interveners are not entitled to raise new issues or to adduce further evidence or otherwise to supplement the record
of the parties.
Pursuant to Rule 59(1)(a) of the Rules of the Supreme Court of Canada, the interveners shall pay to the appellants and
respondent any additional disbursements occasioned to the appellants and respondent by their interventions.
À LA SUITE DES DEMANDES présentées par le Conseil canadien des œuvres de charité chrétiennes, l’Alliance
évangélique du Canada, l’Alliance des chrétiens en droit, la World Sikh Organization of Canada, l’Association of
Christians Educators and Schools Canada, l’Association canadienne des libertés civiles, la Ligue Catholique des Droits
de l'Homme, l’Association des parents catholiques du Québec, la Faith and Freedom Alliance et l’Association de la
communauté copte orthodoxe du grand Montréal, la Faith, Fealty and Creed Society, la Home School Legal Defence
Association of Canada, l’Église adventiste du septième jour au Canada et l’Église adventiste du septième jour fédération du Québec, la Corporation archiépiscopale catholique romaine de Montréal et l’Archevêque catholique
romain de Montréal en vue d’intervenir dans l’appel;
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés;
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
Les requêtes en autorisation d’intervenir du Conseil canadien des œuvres de charité chrétiennes, l’Alliance évangélique
du Canada, de l’Alliance des chrétiens en droit, de la World Sikh Organization of Canada, de l’Association of
- 123 -
MOTIONS
REQUÊTES
Christians Educators and Schools Canada, de l’Association canadienne des libertés civiles, de la Ligue Catholique des
Droits de l'Homme, de l’Association des parents catholiques du Québec, de la Faith and Freedom Alliance et de
l’Association de la communauté copte orthodoxe du grand Montréal, de la Faith, Fealty and Creed Society, de la Home
School Legal Defence Association of Canada, de l’Église adventiste du septiè me jour au Canada et de l’Église
adventiste du septième jour-fédération du Québec, de la Corporation archiépiscopale catholique romaine de Montréal et
de l’Archevêque catholique romain de Montréal sont accueillies et les onze groupes d’intervenants pourron t chacun
signifier et déposer un mémoire d’au plus 10 pages au plus tard le 10 mars 2014.
Dans la mesure où leurs intérêts sont similaires, les intervenants se consulteront pour éviter toute répétition.
La décision sur la demande en vue de présenter une plaidoirie orale sera rendue après réception et examen des
arguments écrits des parties et des intervenants.
Les intervenants n'ont pas le droit de soulever de nouvelles questions, de produire d'autres éléments de preuve ni de
compléter de quelque autre façon le dossier des parties.
Conformément à l'alinéa 59(1)(a) des Règles de la Cour suprême du Canada, les intervenants paieront à l’appelante et à
l’intimée tous débours supplémentaires résultant de leur intervention.
- 124 -
AMENDED JUDGEMENT
JUGEMENT MODIFIÉ
JANUARY 17, 2014 / LE 17 JANVIER 2014
34788
Attorney General of Canada v. Terri Jean Bedford, Amy Lebovitch and Valerie Scott – AND
BETWEEN – Attorney General of Ontario v. Terri Jean Bedford, Amy Lebovitch and Valerie
Scott – and – Attorney General of Quebec, Pivot Legal Society, Downtown Eastside Sex
Workers United Against Violence Society, PACE Society, Secretariat of the Joint United
Nations Programme on HIV/AIDS, British Columbia Civil Liberties Association, Evangelical
Fellowship of Canada, Canadian HIV/AIDS Legal Network, British Columbia Centre for
Excellence in HIV/AIDS, HIV & AIDS Legal Clinic Ontario, Canadian Association of Sexual
Assault Centres, Native Women's Association of Canada, Canadian Association of Elizabeth
Fry Societies, Action ontarienne contre la violence faite aux femmes, Concertation des luttes
contre l'exploitation sexuelle, Regroupement québécois des Centres d'aide et de lutte contre les
agressions à caractère sexuel, Vancouver Rape Relief Society, Christian Legal Fellowship,
Catholic Civil Rights League, REAL Women of Canada, David Asper Centre for Constitutional
Rights, Simone de Beauvoir Institute, AWCEP Asian Women for Equality Society, operating
as Asian Women Coalition Ending Prostitution and Aboriginal Legal Services of Toronto Inc.
(Ont.)
2013 SCC 72 / 2013 CSC 72
Coram:
McLachlin C.J. and LeBel, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver, Karakatsanis and Wagner
JJ.
The judgment rendered on December 20, 2013, is amended as follows:
The appeals from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Numbers C52799 and C52814, 2012 ONCA 186,
dated March 26, 2012, heard on June 13, 2013, are dismissed and the cross -appeal is allowed. Sections 210, as it relates
to prostitution, and sections 212(1)(j) and 213(1)(c) of the Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46, are declared to be
inconsistent with the Canadian Charter of Rights and Freedoms and are void. The word “prostitution” is struck from
the definition of “common bawdy house” in section 197(1) of the Criminal Code as it applies to section 210 only. The
declaration of invalidity is suspended for one year, effective December 20, 2013.
The reasons for judgment are amended accordingly.
Le jugement rendu le 20 décembre 2013 est modifié comme suit :
Les pourvois interjetés contre l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéros C52799 et C52814, 2012 ONCA 186,
en date du 26 mars 2012, entendus le 13 juin 2013, sont rejetés, et le pourvoi incident est accueilli. L’article 210, en ce
qui concerne la prostitution, et les al. 212(1)j) et 213(1)c) du Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C-46, sont incompatibles
avec la Charte canadienne des droits et libertés et sont par conséquent invalidés. Le mot « prostitution » est supprimé
de la définition de « maison de débauche » figurant au par. 197(1) du Code criminel pour les besoins de l’art. 210
uniquement. L’effet de la déclaration d’invalidité est suspendu pendant un an , à partir du 20 décembre 2013.
Les motifs de jugement sont modifiés en conséquence.
- 125 -
NOTICES OF APPEAL FILED SINCE
LAST ISSUE
AVIS D’APPEL DÉPOSÉS DEPUIS LA
DERNIÈRE PARUTION
14.01.2014
16.01.2014
Her Majesty the Queen
Société en commandite Place Mullins 139612
Canada inc.
v. (35690)
c. (35461)
Sebastien Bouchard (Ont.)
Services Immobiliers Diane Bisson inc. (Qc)
(As of Right)
(Autorisation)
- 126 -
APPEALS HEARD SINCE LAST ISSUE
AND DISPOSITION
APPELS ENTENDUS DEPUIS LA
DERNIÈRE PARUTION ET RÉSULTAT
16.01.2014
Coram: McLachlin C.J. and LeBel, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver and Wagner JJ.
W.E.B.
Michael A. Crystal and Heather Cross for the
appellant.
v. (35089)
Holly Loubert for the respondent.
Her Majesty
(By Leave)
the
Queen
(Ont.)
(Criminal)
DISMISSED / REJETÉ
2014 SCC 2 / 2014 CSC 2
JUDGMENT:
JUGEMENT :
The appeal from the judgment of the Court of Appeal
for Ontario, Number C53146, 2012 ONCA 776, dated
November 14, 2012, was heard on January 16, 2014,
and the Court on that day delivered the following
judgment orally:
L’appel interjeté contre l’arrêt de la Cour d’appel de
l’Ontario, numéro C53146, 2012 ONCA 776, en date
du 14 novembre 2012, a été entendu le 16 janvier
2014, et la Cour a prononcé oralement le même jour le
jugement suivant:
M OLDAVER J. — The sole issue in this appeal is
whether the appellant’s trial counsel provided him
with ineffective assistance, thereby resulting in a
miscarriage of justice. The appellant challenges the
competence of his trial counsel on a number of
grounds, the most serious being that she prevented
him from testifying at trial.
[T RADUCT ION]
LE JUGE M OLDAVER — La seule question en litige
dans le présent pourvoi est de savoir si l’avocate de
l’appelant au procès lui a fourni une assistance
ineffective et s’il en a résulté une erreur judiciaire.
L’appelant met en doute la compétence de l’avocate
qui l’a représenté au procès, et ce, pour différentes
raisons, la plus grave étant qu’elle l’a empêché de
témoigner au procès.
The Court of Appeal rejected the appellant’s
submissions (2012 ONCA 776 (CanLII)). While the
court did not specifically address all of the appellant’s
many, and continually growing list of ineffective
assistance claims, it found that they either lacked an
evidentiary foundation or did not result in prejudice.
In so concluding, the court carefully considered the
record at trial, along with the fresh evidence filed on
the appeal, and applied the correct legal principles. It
made findings of fact based on this record. In making
these findings, the Court of Appeal acted as a court of
first instance. Its findings, like those of a trial judge,
are entitled to deference (see R. v. Yumnu, 2012 SCC
73, [2012] 3 S.C.R. 777, at para. 17).
- 127 -
La Cour d’appel a rejeté les prétentions de l’appelant
(2012 ONCA 776 (CanLII)). Bien qu’elle n’ait pas
traité expressément de toutes les nombreuses
allégations d’assistance ineffective – dont la liste n’a
cessé de s’allonger – invoquées par l’appelant, la Cour
d’appel a conclu que ces allégations n’étaient
appuyées par aucun élément de preuve ou encore
qu’elles n’avaient pas causé de préjudice.
Pour
arriver à cette conclusion, la Cour d’appel a
soigneusement examiné le dossier de première
instance ainsi que la nouvelle preuve produite en
appel, et appliqué les bons principes juridiques. Elle a
tiré des conclusions de fait basées sur ce dossier. En
tirant ces conclusions, elle a agi comme un tribunal de
première instance. Ses conclusions, à l’instar de
celles d’un juge de première instance, commandent la
déférence (voir R. c. Yumnu, 2012 CSC 73, [2012] 3
R.C.S. 777, par. 17).
APPEALS HEARD SINCE LAST ISSUE AND
DISPOSITION
APPELS ENTENDUS DEPUIS LA DERNIÈRE
PARUTION ET RÉSULTAT
The Court of Appeal’s findings are supported by the
record. Contrary to the appellant’s submissions, the
court found that he had agreed with counsel that h e
would not testify. The court also rejected the
appellant’s argument that trial counsel had acted
incompetently by failing to prepare him to testify.
The court noted that the appellant could have been
granted an adjournment had there been any suggestion
he wanted to testify, and that extensive preparation
was unnecessary. Moreover, the court found that trial
counsel had not acted ineffectively in failing to call
the father of one of the complainants as a witness
because there was no evidence before the court, other
than the appellant’s assertion, indicating what this
witness would say or how he could be located.
Finally, the Court of Appeal found that while
counsel’s cross-examination of one of the
complainants was “perhaps not stellar” (at para. 24), it
did not fall outside the realm of reasonable
professional assistance.
Les conclusions de la Cour d’appel sont étayées par le
dossier. Contrairement aux allégations de l’appelant,
la Cour d’appel a jugé que ce dernier avait été
d’accord avec son avocate à propos de la décision de
ne pas témoigner. Elle a aussi rejeté l’argument de
l’appelant selon lequel son avocate au procès avait fait
preuve d’incompétence en ne le préparant pas à
témoigner. La Cour d’appel a souligné d’une part que
l’appelant aurait pu obtenir un ajournement s’il y avait
eu quelque suggestion qu’il voulait témoigner, et
d’autre part qu’une longue préparation n’aurait pas été
nécessaire. En outre, la Cour d’appel a statué que
l’avocate n’avait pas agi de manière ineffective en
n’appelant pas comme témoin le père d’une des
plaignantes, car, exception faite des assertions de
l’appelant, il n’y avait devant la cour aucun élément
de preuve indiquant ce que dirait ce témoin ou
comment il pourrait être retrouvé. Enfin, la Cour
d’appel a jugé que, même si le contre-interrogatoire
de l’une des plaignantes par l’avocate n’avait
[T RADUCT ION] « peut-être pas été exceptionnel »
(par. 24), il était demeuré à l’intérieur des limites de
l’assistance professionnelle raisonnable.
In sum, we see no error in the Court of Appeal’s
analysis or conclusion. For these reasons, we would
dismiss the appeal.
En résumé, nous ne relevons aucune erreur dans
l’analyse ou la conclusion de la Cour d’appel. Pour
ces motifs, nous sommes d’avis de rejeter le pourvoi.
Nature of the case:
Nature de la cause :
(PUBLICAT ION BAN IN CASE)
(ORDONNANCE DE NON -PUBLICAT ION DANS LE
DOSSIER)
Criminal law - Trial - Ineffective assistance of counsel
- Accused not testifying at trial - Whether a
miscarriage of justice occurred because the accused
did not give informed consent to trial counsel’s
decision to refrain from calling him as a witness in his
own defence - Whether the Court of Appeal erred in
ascribing any weight to the accused’s “agreement” not
to testify - Whether the Court of Appeal erred in
finding that the accused’s acquiescence in trial
counsel’s decision to refrain from calling him to
testify constituted informed consent.
Droit criminel - Procès - Assistance inefficace de
l’avocat - L’accusé n’a pas témoigné au procès - Y at-il eu erreur judiciaire du fait que l’accusé n’avait pas
donné son consentement éclairé à la décision de son
avocate au procès de ne pas l’avoir cité comme
témoin pour sa propre défense? - La Cour d’appel a-telle eu tort d’avoir accordé de l’importance au fait que
l’accusé avait « accepté » de ne pas témoigner? - La
Cour d’appel a-t-elle eu tort de conclure que
l’acquiescement de l’accusé à la décision de l’avocate
au procès de ne pas l’avoir appelé à témoigner
constituait un consentement éclairé?
17.01.2014
Coram: LeBel, Rothstein, Moldaver, Karakatsanis and Wagner JJ.
- 128 -
APPEALS HEARD SINCE LAST ISSUE AND
DISPOSITION
APPELS ENTENDUS DEPUIS LA DERNIÈRE
PARUTION ET RÉSULTAT
Percy Walter Davis
Peter J. Royal, Q.C. and Kathryn A. Quinlan for the
appellant.
v. (35327)
Troy L. Couillard for the respondent.
Her Majesty the Queen (Alta.) (Criminal) (As of
Right)
ALLOWED / ACCUEILLI
2014 SCC 4 / 2014 CSC 4
JUDGMENT:
JUGEMENT :
The appeal from the judgment of the Court of Appeal
for Alberta (Edmonton), Number 1103-0114-A, 2013
ABCA 15, dated January 24, 2013, was heard on
January 17, 2014, and the Court on that day delivered
the following judgment orally:
L’appel interjeté contre l’arrêt de la Cour d’appel de
l’Alberta (Edmonton), numéro 1103-0114-A, 2013
ABCA 15, en date du 24 janvier 2013, a été entendu
le 17 janvier 2014, et la Cour a prononcé oralement le
même jour le jugement suivant:
[T RADUCT ION]
LE JUGE LEBEL —Le ministère public reconnaît, et
nous convenons avec la Cour d’appel de l’Alberta,
que la juge du procès a commis une erreur dans
l’attribution du fardeau de la preuve. Nous partageons
cependant l’avis de la juge en chef Fraser, dissidente,
selon lequel l’erreur a pu jouer dans l’appréciation de
la preuve quant à savoir si un agent de police avait eu
recours ou non à une force excessive. Dans les
circonstances de l’espèce, la disposition correspondant
au sous-al. 686(1)b)(iii) du Code criminel ne pouvait
s’appliquer. Le pourvoi est donc accueilli, et la
déclaration de culpabilité de l’appelant est annulée.
Comme les parties l’ont demandé advenant pareil
dénouement, un nouveau procès est ordonné pour les
mêmes accusations.
LEBEL J. — The Crown has conceded and we agree
with the Alberta Court of Appeal that the trial judge
made an error in allocating the burden of proof. But
we agree with Chief Justice Fraser, in dissent, that this
error may have tainted the evaluation of the evidence
as to whether excessive force had been used by a
police officer. In the circumstances of this case, the
proviso of s. 686(1)(b)(iii) of the Criminal Code could
not apply. For these reasons, the appeal is allowed and
the appellant’s conviction is quashed. As the parties
have requested in such an event, a new trial is ordered
on the same charges.
Nature of the case:
Nature de la cause :
Charter of rights - Criminal law - Right to security of
person - Cruel and unusual treatment or punishment Protection of persons acting under authority Excessive force in effecting arrest - Whether the
majority of the Court of Appeal erred in dismissing
the appeal notwithstanding its conclusion that the trial
judge erred in law in finding that the appellant bore
the burden of establishing that the use of deadly force
was not justified under s. 25 of the Criminal Code,
R.S.C. 1985, c. C-46 - Canadian Charter of Rights
and Freedoms, ss. 7 and 12.
Charte des droits - Droit criminel - Droit à la sécurité
de la personne - Traitements ou peines cruels et
inusités - Protection des personnes autorisées - Force
excessive en effectuant une arrestation - Les juges
majoritaires de la Cour d’appel ont-ils eu tort de
rejeter l’appel malgré leur conclusion selon laquelle la
juge du procès avait commis une erreur de droit en
concluant que l’appelant avait le fardeau d’établir que
l’usage d’une force meurtrière n’était pas justifié au
regard de l’art. 25 du Code criminel, L.R.C. 1985,
ch. C-46? - Charte canadienne des droits et libertés,
art. 7 et 12.
- 129 -
APPEALS HEARD SINCE LAST ISSUE AND
DISPOSITION
APPELS ENTENDUS DEPUIS LA DERNIÈRE
PARUTION ET RÉSULTAT
17.01.2014
Coram: LeBel, Rothstein, Moldaver, Karakatsanis and Wagner JJ.
Garry Howard James
Christopher Darnay and Michelle Poulsen for the
appellant.
v. (35373)
Margaret A. Mereigh for the respondent.
Her Majesty the Queen (B.C.) (Criminal) (As of
Right)
DISMISSED / REJETÉ
2014 SCC 5 / 2014 CSC 5
JUDGMENT:
JUGEMENT :
The appeal from the judgment of the Court of Appeal
for
British
Columbia
(Vancouver),
Number
CA039078, 2013 BCCA 159, dated April 9, 2013,
was heard on January 17, 2014, and the Court on that
day delivered the following judgment orally:
L’appel interjeté contre l’arrêt de la Cour d’appel de
la
Colombie-Britannique (Vancouver), numéro
CA039078, 2013 BCCA 159, en date du 9 avril 2013,
a été entendu le 17 janvier 2014, et la Cour a prononcé
oralement le même jour le jugement suivant:
M OLDAVER J. — We agree with the majority of the
British Columbia Court of Appeal that there must be a
new trial in this matter.
[T RADUCT ION]
LE JUGE M OLDAVER — Nous sommes d’accord avec
les juges majoritaires de la Cour d’appel de la
Colombie-Britannique pour conclure que la tenue
d’un nouveau procès s’impose en l’espèce.
In assessing the crucial issue of consent, the trial
judge found that the complainant was suffering from
some sort of memory loss at the time the appellant
claims that “she gave him her consent for sexual
relations” (2011 BCSC 612, 86 C.R. (6th) 107, at
para. 45).
Lorsqu’il a examiné la question cruciale du
consentement, le juge du procès a conclu que la
plaignante souffrait d’une sorte d’amnésie au moment
où, prétend l’appelant, [T RADUCT ION] « elle avait
consenti à avoir des rapports sexuels avec lui » (2011
BCSC 612, 86 C.R. (6th) 107, par. 45).
With respect, the appellant gave no such evidence of
consent. Only in his statement to the police did he
claim that the complainant consented. But that
statement was not admitted into evidence and formed
no part of the record.
At trial, the appellant
maintained that he had virtually no recollection of the
events on that evening due to alcohol and drug
consumption. He did not testify that the complainant
consented to sexual relations.
En toute déférence, l’appelant n’a fourni aucune
preuve du consentement. C’est uniquement dans sa
déclaration à la police qu’il a prétendu que la
plaignante avait consenti. Mais cette déclaration n’a
pas été admise en preuve et elle ne faisait aucunement
partie du dossier. Au procès, l’appelant a soutenu
n’avoir pratiquement aucun souvenir des faits
survenus ce soir-là, parce qu’il avait consommé de
l’alcool et de la drogue. Il n’a pas témoigné que la
plaignante avait consenti à des rapports sexuels.
In our view, the trial judge’s reliance on evidence that
did not form part of the record may have coloured his
thinking on the issue of consent, particularly in
assessing whether the complainant may have
consented to sexual relations but forgot that she had
done so due to memory blackout, or, as she claimed,
that she was unconscious at all material times and
À notre avis, le fait que le juge du procès se soit
appuyé sur une preuve qui ne faisait pas partie du
dossier a peut-être influencé son raisonnement sur la
question du consentement, tout particulièrement
lorsqu’il s’est demandé si la plaignante avait peut-être
consenti aux rapports sexuels mais avait oublié l’avoir
fait à cause d’un trou de mémoire, ou si, comme la
- 130 -
APPEALS HEARD SINCE LAST ISSUE AND
DISPOSITION
APPELS ENTENDUS DEPUIS LA DERNIÈRE
PARUTION ET RÉSULTAT
never consented to sexual relations.
plaignante l’a prétendu, elle était inconsciente durant
toute la période pertinente et n’avait jamais consenti à
de tels rapports.
In addition to this error, in assessing the issue of
consent, the trial judge failed to take into account the
several occasions throughout the evening when the
complainant made it known to the appellant that she
was not interested in having sexual relations with him.
Her evidence in this regard was confirmed in part by
an independent witness found by the trial judge to be
credible. Similarly, the trial judge failed to consider
the complainant’s distraught condition a short time
after the event when she reported the alleged sexual
assault to the police.
Outre cette erreur, lorsqu’il a examiné la question du
consentement, le juge du procès a omis de tenir
compte des diverses occasions où la plaignante avait
indiqué à l’appelant, tout au long de la soirée, qu’elle
ne voulait pas avoir de rapports sexuels avec lui. Le
témoignage de la plaignante à ce sujet a été confirmé
en partie par un témoin indépendant que la juge du
procès avait trouvé crédible. De même, le juge du
procès n’a pas tenu compte du désarroi dans lequel se
trouvait la plaignante peu après le fait, lorsqu’elle a
signalé l’agression sexuelle alléguée à la police.
For these reasons, we agree with the majority of the
Court of Appeal that a new trial must be ordered.
Accordingly, we would dismiss the appeal.
Pour ces motifs, à l’instar des juges majoritaires de la
Cour d’appel, nous estimons qu’il faut ordonner un
nouveau procès. Nous sommes donc d’avis de rejeter
le pourvoi.
Nature of the case:
Nature de la cause :
Criminal law - Sexual assault - Elements of the
offence - Consent - Whether the trial judge erred in
law in his assessment of the evidence based on a
wrong legal principle - Whether the Crown proved
beyond a reasonable doubt that the complainant did
not consent to the sexual activity in question Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46, s. 271.
Droit criminel - Agression sexuelle - Éléments de
l’infraction - Consentement - Le juge du procès a-t-il
commis une erreur de droit dans son appréciation de
la preuve en se fondant sur un mauvais principe
juridique? - Le ministère public a-t-il prouvé hors de
tout doute raisonnable que la plaignante n’avait pas
consenti à l’activité sexuelle en cause? - Code
criminel, L.R.C. 1985, ch. C-46, art. 271.
20.01.2014
Coram: La juge en chef McLachlin et les juges LeBel, Abella, Rothstein, Moldaver, Karakatsanis et Wagner
René LeBlanc et Pierre Salois pour l’appelant.
Procureur général du Canada
c. (35124)
Guy Martin pour
syndicats nationaux.
Confédération des syndicats nationaux et autre
(Qc) (Civile) (Autorisation)
l’intimée
Confédération
des
Jean-Guy Ouellet pour l’intimée Fédération des
travailleurs et travailleuses du Québec.
RESERVED / EN DÉLIB ÉRÉ
Nature of the case:
Nature de la cause :
Courts - Res judicata - Final judgment in 2008
concerning use of employment insurance system
premiums and surpluses - 2010 legislative amendment
having effect of erasing balance in account -
Tribunaux - Chose jugée - Jugement final de 2008 sur
l’utilisation des cotisations et surplus du régime
d’assurance-emploi - Modification législative de 2010
à l’effet d’effacer le solde créditeur du compte -
- 131 -
APPEALS HEARD SINCE LAST ISSUE AND
DISPOSITION
APPELS ENTENDUS DEPUIS LA DERNIÈRE
PARUTION ET RÉSULTAT
Contestation de la constitutionnalité de l’effacement
comptable de la réserve du régime - L’action
déclaratoire des syndicats est-elle irrecevable au motif
de chose jugée? - Loi sur l’emploi et la croissance
économique, L.C. 2010, ch. 12, art. 2195, 2196 - CSN
et al. c. P. g. Canada, 2008 CSC 68.
Constitutionality of erasing system reserve through
accounting procedure challenged - Whether unions’
declaratory action had to be dismissed on ground of
res judicata - Jobs and Economic Growth Act, S.C.
2010, c. 12, ss. 2195, 2196 - CSN et al. v.
A.G. Canada, 2008 SCC 68.
21.01.2014
Coram: La juge en chef McLachlin et les juges LeBel, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver et Karakatsanis
Marc Cigana and Andrée Vézina pour l’appelante.
Sa Majesté la Reine
Jolaine Antonio pour l’intervenant.
c. (35372)
Guy Auclair et autres (Qc) (Criminelle) (De plein
droit)
Louis Belleau, Christian Desrosiers, Lida Nouraie et
Annie Lahaise pour les intimés.
DISMISSED / REJETÉ
2014 SCC 6 / 2014 CSC 6
JUDGMENT:
JUGEMENT :
The appeal from the judgment of the Court of Appeal
of Quebec (Montréal), Number 500-10-004943-112,
2013 QCCA 671, dated April 11, 2013, was heard on
January 21, 2014, and the Court on that day delivered
the following judgment orally:
L’appel interjeté contre l’arrêt de la Cour d’appel du
Québec (Montréal), numéro 500-10-004943-112,
2013 QCCA 671, en date du 11 avril 2013, a été
entendu le 21 janvier 2014, et la Cour a prononcé
oralement le même jour le jugement suivant :
[T RANSLAT ION]
THE CHIEF JUST ICE — We all agree, essentially for the
reasons given by Doyon J.A. of the Quebec Court of
Appeal, that this appeal should be dismissed.
However, we would also like to stress the
extraordinary and unique nature of the circumstances
faced by Brunton J. of the Superior Court as a result
of the proceedings brought against the accused by the
Crown.
LA JUGE EN CHEF — Nous sommes tous d’avis que cet
appel doit être rejeté, et ce, essentiellement pour les
motifs du juge Doyon de la Cour d’appel du Québec.
Toutefois, nous tenons aussi à souligner la nature
extraordinaire et unique des circonstances auxquelles
le juge Brunton, de la Cour supérieure, était confronté
à la suite des procédures engagées contre les accusés
par le ministère public.
The cumulative effects of those circumstances
justified Brunton J.’s significant intervention in
matters usually left to the discretion of the
prosecution, namely the selection of the charges and
the prioritization of the order in which they would
proceed. The direct indictment before the judge at
first instance set out 29 counts involving more than
150 accused. It also contained a number of counts
that could not lawfully be included in it. This direct
indictment, as preferred by the Crown, did not lend
itself to a trial, and it gave rise to serious challenges
with respect to disclosure of the evidence to the
Les effets cumulatifs de ces circonstances justifiaient
l’intervention importante de ce dernier dans des
matières généralement laissées à la discrétion de la
poursuite, dans ce cas-ci, le choix des accusations qui
procéderaient et la détermination de leur ordre de
priorité. En effet, le juge de première instance a été
saisi d’un acte d’accusation direct comprenant 29
chefs d’accusations visant plus de 150 accusés. De
plus, l’acte d’accusation incorporait plusieurs chefs
qui ne pouvaient pas être légalement inclus dans celuici. Cet acte d’accusation direct, tel qu’il avait été
présenté par le ministère public, ne se prêtait pas à un
- 132 -
APPEALS HEARD SINCE LAST ISSUE AND
DISPOSITION
APPELS ENTENDUS DEPUIS LA DERNIÈRE
PARUTION ET RÉSULTAT
accused. Furthermore, the prosecution did not have a
realistic plan for taking those charges to trial and
conducting the trial within a reasonable time.
procès et posait d’énormes défis relativement à la
divulgation de la preuve aux prévenus. D’ailleurs, la
poursuite n’avait conçu aucun plan réaliste pour que
ces accusations donnent lieu à un procès et que celuici se déroule dans un délai raisonnable.
As Doyon J.A. mentioned at paragraph 60 of his
reasons, Brunton J. had observed that [T RANSLAT ION]
“the prosecution had been making things up as it went
along and had shown a flagrant lack of preparation,
analysis and foresight in managing the case” (2013
QCCA 671, [2013] R.J.Q. 608). The unique nature of
these extraordinary circumstances satisfies us that the
approach taken by the trial judge was the right one in
this case. In light of these circumstances, and of the
ones referred to by Brunton J. in his reasons and by
the majority of the Court of Appeal in theirs, we agree
with the latter that Brunton J. did not err in exercising
his discretion in this case. He exercised it to protect
the rights of the accused guaranteed by the Charter,
and to further the public’s interest in avoiding the total
collapse of the prosecution that could have been
caused by unreasonable delays.
Comme le juge Doyon l’a noté au paragraphe 60 de
ses motifs, le juge Brunton a constaté que « la
poursuite [faisait] preuve d’improvisation et de
manque flagrant de préparation, d’analyse et
d’anticipation en ce qui a trait à la gestion du dossier »
(2013 QCCA 671, [2013] R.J.Q. 608). Le caractère
unique de ces circonstances extraordinaires nous
convainc que l’approche adoptée par le juge de
première instance était la bonne dans cette affaire. À
la lumière de ces circonstances, ainsi que de celles
invoquées dans les motifs du juge Brunton et de ceux
de la majorité de la Cour d’appel du Québec, nous
partageons l’opinion de cette dernière selon laquelle le
juge Brunton n’a pas erré dans l’exercice de sa
discrétion dans ce dossier. Cette discrétion a été
exercée dans le but de protéger les droits des accusés
garantis par la Charte, ainsi que dans l’intérêt du
public à éviter l’effondrement complet de la poursuite
par la création de délais déraisonnables.
Nature of the case:
Nature de la cause :
(PUBLICAT ION BAN IN CASE)
(ORDONNANCE DE NON-PUBLICAT ION DANS LE
DOSSIER)
Charter of rights - Criminal law - Right to be tried
within reasonable time - Courts - Excess of
jurisdiction - Whether trial judge erred in finding
certain anticipated delays unreasonable without taking
certain relevant factors into account - Whether trial
judge committed error equivalent to excess of
jurisdiction in creating situation that had unfair and
irremediable effect on prosecution’s position Canadian Charter of Rights and Freedoms, s. 11(b).
Charte des droits - Droit criminel - Procès dans un
délai raisonnable - Tribunaux - Excès de compétence Le juge de première instance a-t-il commis une erreur
en considérant comme déraisonnables certains délais
anticipés sans avoir tenu compte de certains facteurs
applicables? - Le juge de première instance a-t-il
commis une erreur équivalant à un excès de
compétence en créant une situation qui a affecté
inéquitablement et irrémédiablement la position de la
poursuite? - Charte canadienne des droits et libertés,
art. 11b).
- 133 -
APPEALS HEARD SINCE LAST ISSUE AND
DISPOSITION
APPELS ENTENDUS DEPUIS LA DERNIÈRE
PARUTION ET RÉSULTAT
22.01.2014
Coram: McLachlin C.J. and Abella, Rothstein, Cromwell and Moldaver JJ.
Andy Koczab
Sheldon E. Pinx, Q.C. and Katherine E. Smith for the
appellant.
v. (35411)
Kevin R. Wilson
respondent.
Her Majesty the Queen (Man.) (Criminal) (As of
Right)
and
Janna
Hyman for the
ALLOWED / ACCUEILLI
2014 SCC 9 / 2014 CSC 9
JUDGMENT:
JUGEMENT :
The appeal from the judgment of the Court of Appeal
of Manitoba, Number AR 11-30-07572, 2013 MBCA
43, dated May 30, 2013, was heard on January 22,
2014, and the Court on that day delivered the
following judgment orally:
L’appel interjeté contre l’arrêt de la Cour d’appel du
Manitoba, numéro AR 11-30-07572, 2013 MBCA 43,
en date du 30 mai 2013, a été entendu le 22 janvier
2014, et la Cour a prononcé oralement le même jour le
jugement suivant :
THE CHIEF JUST ICE — The appeal is allowed for the
reasons of Monnin J.A., dissenting in the Court of
Appeal.
[T RADUCT ION]
LA JUGE EN CHEF — L’appel est accueilli, pour les
motifs de dissidence exposés par le juge Monnin de la
Cour d’appel.
Nature of the case:
Nature de la cause :
Charter of rights - Criminal law - Psychological
detention - Exclusion of evidence - Whether majority
of Court of Appeal erred by reversing trial judge’s
findings that appellant was psychologically detained
and that his s. 10 Charter rights were violated Whether majority of Court of Appeal erred by
reversing trial judge’s finding that evidence should be
excluded - Canadian Charter of Rights and Freedoms,
ss. 10 and 24(2).
Charte des droits - Droit criminel - Détention
psychologique - Exclusion de la preuve - Les juges
majoritaires de la Cour d’appel ont-ils eu tort
d’infirmer les conclusions du juge du procès selon
lesquelles
l’appelant
avait
été
détenu
psychologiquement et que ses droits garantis par
l’art. 10 de la Charte avaient été violés? - Les juges
majoritaires de la Cour d’appel ont-ils eu tort
d’infirmer la conclusion du juge du procès selon
laquelle la preuve devait être exclue? - Charte
canadienne des droits et libertés, art. 10 et par. 24(2).
22.01.2014
Coram: McLachlin C.J. and Abella, Rothstein, Cromwell and Moldaver JJ.
Gary Edward Yelle
Charles B. Davison for the appellant.
v. (35361)
Susanne Boucher and François Lacasse for the
respondent.
Her Majesty the Queen (N.W.T.) (Criminal) (As of
Right)
- 134 -
APPEALS HEARD SINCE LAST ISSUE AND
DISPOSITION
APPELS ENTENDUS DEPUIS LA DERNIÈRE
PARUTION ET RÉSULTAT
DISMISSED / REJETÉ
2014 SCC 10 / 2014 CSC 10
JUDGMENT:
JUGEMENT :
The appeal from the judgment of the Court of Appeal
for the Northwest Territories, Number A-1-AP-20120000013, 2013 NWTCA 2, dated April 16, 2013, was
heard on January 22, 2014, and the Court on that day
delivered the following judgment orally:
L’appel interjeté contre l’arrêt de la Cour d’appel des
Territoires du Nord-Ouest, numéro A-1-AP-20120000013, 2013 NWTCA 2, en date du 16 avril 2013, a
été entendu le 22 janvier 2014, et la Cour a prononcé
oralement le même jour le jugement suivant :
THE CHIEF JUST ICE — We agree with the majority of
the Court of Appeal that the verdict was not
unreasonable. The appeal is therefore dismissed.
[T RADUCT ION]
LA JUGE EN CHEF — Nous partageons l’opinion des
juges majoritaires de la cour d’appel selon laquelle le
verdict n’était pas déraisonnable. L’appel est par
conséquent rejeté.
Nature of the case:
Nature de la cause :
(PUBLICAT ION BAN IN CASE)
(ORDONNANCE DE NON -PUBLICAT ION DANS LE
DOSSIER)
Criminal law - Sexual Assault - Lesser and included
offence of assault - Whether the verdict was
unreasonable.
Droit criminel - Agression sexuelle - Infraction
moindre et incluse de voies de fait - Le verdict était-il
déraisonnable?
23.01.2014
Coram: McLachlin C.J. and LeBel, Abella, Rothstein, Cromwell, Karakatsanis and WagnerJJ.
Her Majesty the Queen
David W. Schermbrucker and Brad Reitz for the
appellant (35115).
v. (35115)
Gregory J. Tweney and Molly Flanagan for the
appellant (35339).
Level Aaron Carvery (N.S.) (Criminal) (By Leave)
Dennis Galiatsatos pour l’intervenant Directeur des
poursuites criminelles et pénales du Québec (35339).
- and between Her Majesty the Queen
Luke A. Craggs for the respondent (35115).
v. (35339)
J. Brennan Smart and Russell Silverstein for the
respondent (35339).
Sean Summers (Ont.) (Criminal) (By Leave)
Ingrid Grant for the intervener Criminal Lawyers’
Association of Ontario (35115-35339).
Andrew S. Faith and Jeffrey Haylock for the
intervener John Howard Society of Canada (35339).
- 135 -
APPEALS HEARD SINCE LAST ISSUE AND
DISPOSITION
APPELS ENTENDUS DEPUIS LA DERNIÈRE
PARUTION ET RÉSULTAT
Jasmine T. Akbarali and Josh Koziebrocki for the
intervener Canadian Civil Liberties Association
(35339).
Ryan D.W. Dalziel and Anne Amos-Stewart for the
intervener
British
Columbia
Civil Liberties
Association (35115-35339).
RESERVED / EN DÉLIB ÉRÉ
Nature of the case - 35115:
Nature de la cause - 35115 :
Criminal law - Sentencing - Credit for pre-sentence
custody - Whether the Court of Appeal erred in
holding that a remand prisoner’s “loss” of remission
or parole eligibility is a circumstance within s.
719(3.1) of the Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46,
that can justify enhanced credit at sentencing (at a
ratio of up to 1.5:1) for time spent in pre-sentencing
custody.
Droit criminel - Détermination de la peine - Réduction
pour la période passée sous garde avant la sentence La Cour d’appel a-t-elle eu tort de conclure que la
« perte » que subit un prévenu en détention provisoire
de la possibilité de réduction de peine ou de libération
conditionnelle est une circonstance visée par le
par. 719(3.1) du Code criminel qui peut justifier une
réduction de peine plus importante au prononcé de la
sentence (à raison d’un maximum de 1,5 jour pour
chaque jour passé sous garde avant la sentence)?
Nature of the case - 35339:
Nature de la cause - 35339 :
Criminal law - Sentencing - Credit for pre-trial
custody - Whether the Court of Appeal erred in
finding that the unavailability of earned remission or
parole to those in remand custody is a “circumstance”
that may justify granting enhanced credit for presentence custody under s. 719(3.1) of the Criminal
Code.
Droit criminel - Détermination de la peine - Réduction
pour la période passée sous garde avant le procès - La
Cour d’appel a-t-elle eu tort de conclure que
l’impossibilité pour ceux qui sont en détention
provisoire avant le prononcé de la sentence d’obtenir
une réduction de peine méritée ou une libération
conditionnelle constitue une « circonstance » qui peut
justifier l’allocation d’une réduction plus importante
de la peine pour tenir compte de la période passée
sous garde avant le prononcé de la sentence en
application du par. 719(3.1) du Code criminel?
- 136 -
PRONOUNCEMENTS OF APPEALS
RESERVED
JUGEMENTS RENDUS SUR LES
APPELS EN DÉLIBÉRÉ
Reasons for judgment are available
Les motifs de jugement sont disponibles
JANUARY 23, 2014 / LE 23 JANVIER 2014
34641
Robert Hryniak v. Fred Mauldin, Dan Myers, Robert Blomberg, Theodore Landkammer,
Lloyd Chelli, Stephen Yee, Marvin Cleair, Carolyn Cleair, Richard Hanna, Douglas Laird,
Charles Ivans, Lyn White and Athena Smith – and – Ontario Trial Lawyers Association and
Canadian Bar Association (Ont.)
2014 SCC 7 / 2014 CSC 7
Coram:
McLachlin C.J. and LeBel, Abella, Rothstein, Cromwell, Karakatsanis and Wagner JJ.
The appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C52912, 2011 ONCA 764, dated
December 5, 2011, heard on March 26, 2013, is dismissed with costs to the respondents.
L’appel interjeté contre l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C52912, 2011 ONCA 764, en date du
5 décembre 2011, entendu le 26 mars 2013, est rejeté avec dépens en faveur des intimés.
34645
Bruno Appliance and Furniture, Inc. v. Robert Hryniak – and – Attorney General of Ontario,
Ontario Trial Lawyers Association, Advocates’ Society and Canadian Bar Association (Ont.)
2014 SCC 8 / 2014 CSC 8
Coram:
McLachlin C.J. and LeBel, Abella, Rothstein, Cromwell, Karakatsanis and Wagner JJ.
The appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C52913, 2011 ONCA 764, dated December
5, 2011, heard on March 26, 2013, is dismissed with costs to the respondent.
L’appel interjeté contre l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C52913, 2011 ONCA 764, en date du 5
décembre 2011, entendu le 26 mars 2013, est rejeté avec dépens en faveur de l’intimé.
- 137 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Robert Hryniak v. Fred Mauldin et al. (Ont.) (34641)
Indexed as: Hryniak v. Mauldin / Répertorié : Hryniak c. Mauldin
Neutral citation: 2014 SCC 6 / Référence neutre : 2014 CSC 6
Hearing: March 26, 2013 / Judgment: January 23, 2012
Audition : Le 26 mars 2013 / Jugement : Le 23 janvier 2014
Present: McLachlin C.J. and LeBel, Abella, Rothstein, Cromwell, Karakatsanis and Wagner JJ.
Civil Procedure — Summary Judgment — Investors bringing action in civil fraud and subsequently bringing a
motion for summary judgment — Motion judge granting summary judgment — Purpose of summary judgment motions
— Access to Justice — Proportionality — Interpretation of recent amendments to Ontario Rules of Civil Procedure —
Trial management orders — Standard of review for summary judgment motions — Whether motion judge erred in
granting summary judgment — Rules of Civil Procedure, R.R.O. 1990, Reg. 194, Rule 20.
In June 2001, two representatives of a group of American investors met with H and others to discuss an
investment opportunity. The group wired US$1.2 million, which was pooled with other funds and transferred to H’s
company, Tropos. A few months later, Tropos forwarded more than US$10 million to an offshore bank and the money
disappeared. The investors brought an action for civil fraud against H and others and subsequently brought a motion
for summary judgment. The motion judge used his powers under Rule 20.04(2.1) of the Ontario Rules of Civil
Procedure (amended in 2010) to weigh the evidence, evaluate credibility, and draw inferences. He concluded that a
trial was not required against H. Despite concluding that this case was not an appropriate can didate for summary
judgment, the Court of Appeal was satisfied that the record supported the finding that H had committed the tort of civil
fraud against the investors, and therefore dismissed H’s appeal.
Held: The appeal should be dismissed.
Our civil justice system is premised upon the value that the process of adjudication must be fair and just. This
cannot be compromised. However, undue process and protracted trials, with unnecessary expense and delay, can
prevent the fair and just resolution of disputes. If the process is disproportionate to the nature of the dispute and the
interests involved, then it will not achieve a fair and just result.
A shift in culture is required. The proportionality principle is now reflected in many of the provin ces’ rules
and can act as a touchstone for access to civil justice. The proportionality principle means that the best forum for
resolving a dispute is not always that with the most painstaking procedure. Summary judgment motions provide an
opportunity to simplify pre-trial procedures and move the emphasis away from the conventional trial in favour of
proportional procedures tailored to the needs of the particular case. Summary judgment rules must be interpreted
broadly, favouring proportionality and fair access to the affordable, timely and just adjudication of claims.
Rule 20 was amended in 2010 to improve access to justice. These reforms embody the evolution of summary
judgment rules from highly restricted tools used to weed out clearly unmeritorious claims or defences to their current
status as a legitimate alternative means for adjudicating and resolving legal disputes. They offer significant new tools
to judges, which allow them to adjudicate more cases through summary judgment motions and attenua te the risks when
such motions do not resolve the entire case. The new powers in rules 20.04(2.1) and (2.2) expand the number of cases
in which there will be no genuine issue requiring a trial by permitting motion judges to weigh evidence, evaluate
credibility and draw reasonable inferences.
Summary judgment motions must be granted whenever there is no genuine issue requiring a trial. There will
be no genuine issue requiring a trial when the judge is able to reach a fair and just determination on the me rits on a
motion for summary judgment. This will be the case when the process (1) allows the judge to make the necessary
findings of fact, (2) allows the judge to apply the law to the facts, and (3) is a proportionate, more expeditious and less
expensive means to achieve a just result.
- 138 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
The new fact-finding powers granted to motion judges in Rule 20.04 may be employed on a motion for
summary judgment unless it is in the interest of justice for them to be exercised only at trial. When the use of the new
powers would enable a judge to fairly and justly adjudicate a claim, it will generally not be against the interest of justice
to do so. The power to hear oral evidence should be employed when it allows the judge to reach a fair and just
adjudication on the merits and it is the proportionate course of action. While this is more likely to be the case when the
oral evidence required is limited, there will be cases where extensive oral evidence can be heard. Where a party seeks
to lead oral evidence, it should be prepared to demonstrate why such evidence would assist the motion judge and to
provide a description of the proposed evidence so that the judge will have a basis for setting the scope of the oral
evidence.
On a motion for summary judgment under Rule 20.04, the judge should first determine if there is a genuine
issue requiring trial based only on the evidence before her, without using the new fact-finding powers. There will be no
genuine issue requiring a trial if the summary judgment process provides her with the evidence required to fairly and
justly adjudicate the dispute and is a timely, affordable and proportionate procedure, under rule 20.04(2)(a). If there
appears to be a genuine issue requiring a trial, she should then determine if the need for a trial can be avoided by using
the new powers under Rules 20.04(2.1) and (2.2). Their use will not be against the interest of justice if they will lead to
a fair and just result and will serve the goals of timeliness, affordability and proportionality in light of the litigation a s a
whole.
Failed, or even partially successful, summary judgment motions add to costs and delay. This risk can be
attenuated by a judge who makes use of the trial management powers provided in Rule 20.05 and the court’s inherent
jurisdiction. These powers allow the judge to use the insight she gained from hearing the summary judgment motion to
craft a trial procedure that will resolve the dispute in a way that is sensitive to the complexity and importance of the
issue, the amount involved in the case, and the effort expended on the failed motion. Where a motion judge dismisses a
motion for summary judgment, in the absence of compelling reasons to the contrary , she should also seize herself of the
matter as the trial judge.
Absent an error of law, the exercise of powers under the new summary judgment rule attracts deference.
When the motion judge exercises her new fact-finding powers under Rule 20.04(2.1) and determines whether there is a
genuine issue requiring a trial, this is a question of mixed fact and law wh ich should not be overturned, absent palpable
and overriding error. Similarly, the determination of whether it is in the interest of justice for the motion judge to
exercise the new fact-finding powers provided by Rule 20.04(2.1) is also a question of mixed fact and law which
attracts deference.
The motion judge did not err in granting summary judgment in the present case. The tort of civil fraud has
four elements, which must be proven on a balance of probabilities: (1) a false representation by the defendant; (2) some
level of knowledge of the falsehood of the representation on the part of the defendant (whether knowledge or
recklessness); (3) the false representation caused the plaintiff to act; (4) the plaintiff’s actions resulted in a loss. In
granting summary judgment to the group against H, the motion judge did not explicitly address the correct test for civil
fraud but his findings are sufficient to make out the cause of action. The motion judge found no credible evidence to
support H’s claim that he was a legitimate trader, and the outcome was therefore clear, so the motion judge concluded
there was no issue requiring a trial. It was neither against the interest of justice for the motion judge to use his
fact-finding powers nor was his discretionary decision to do so tainted with error.
APPEAL from a judgment of the Ontario Court of Appeal (Winkler C.J.O. and Laskin, Sharpe, Armstrong and
Rouleau JJ.A.), 2011 ONCA 764, 108 O.R. (3d) 1, 286 O.A.C. 3, 97 C.C.E.L. (3d) 25, 14 C.P.C. (7th) 242, 13 R.P.R.
(5th) 167, 93 B.L.R. (4th) 1, 344 D.L.R. (4th) 193, 10 C.L.R. (4th) 17, [2011] O.J. No. 5431 (QL), 2011 CarswellOnt
13515 (sub nom. Combined Air Mechanical Services Inc. v. Flesch ), affirming a decision of Grace J., 2010 ONSC
5490, [2010] O.J. No. 4661 (QL), 2010 CarswellOnt 8325. Appeal dismissed.
Sarit E. Batner, Brandon Kain and Moya J. Graham, for the appellant.
Javad Heydary, Jeffrey D. Landmann, David K. Alderson, Michelle Jackson and Jonathan A. Odumeru, for the
respondents.
- 139 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Allan Rouben and Ronald P. Bohm, for the intervener the Ontario Trial Lawyers Association.
Paul R. Sweeny and David Sterns, for the intervener the Canadian Bar Association.
Solicitors for the appellant: McCarthy Tétrault, Toronto.
Solicitors for the respondents: Heydary Hamilton, Toronto.
Solicitors for the intervener the Ontario Trial Lawyers Association: Allan Rouben, Toronto; SBMB Law,
Richmond Hill, Ontario.
Solicitors for the intervener the Canadian Bar Association: Evans Sweeny Bordin, Hamilton; Sotos, Toronto.
________________________
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges LeBel, Abella, Rothstein, Cromwell, Karakatsanis et Wagner.
Procédure civile — Jugement sommaire — Investisseur intentant une action pour fraude civile et présentant
ensuite une requête en jugement sommaire —Requête en jugement sommaire accueillie — Objectif des requêtes en
jugement sommaire — Accès à la justice — Proportionnalité — Interprétation des modifications récentes apportées aux
Règles de procédure civile de l’Ontario — Ordonnances de gestion de l’instance — Norme de contrôle applicable aux
requêtes en jugement sommaire — Le juge saisi de la requête a-t-il commis une erreur en accueillant la requête en
jugement sommaire? — Règles de procédure civile, R.R.O. 1990, Règl. 194, règle 20
Au mois de juin 2001, deux représentants d’un groupe d’investisseurs américains ont rencontré H et d’autres
personnes afin de discuter d’une possibilité d’investissement. Le groupe a viré 1,2 million de dollars américains et
cette somme a été mise en commun avec d’autres fonds et transférée à Tropos, la société de H. Quelques mois plus
tard, Tropos a transféré plus de 10 millions de dollars américains à une banque étrangère et l’argent a disparu. Les
investisseurs ont intenté contre H et d’autres personnes une action pour fraude civile et ont ensuite présenté une requête
en jugement sommaire. Le juge saisi de la requête a exercé les pouvoirs que lui confère le par. 20.04(2.1) des Règles de
procédure civile de l’Ontario (modifiées en 2010) pour apprécier la preuve, évaluer la crédibilité et tirer des
conclusions. Il a conclu que la tenue d’un procès n’était pas nécessaire dans l’instance intentée contre H. Bien qu’elle
ait conclu que cette affaire ne se prêtait pas à un jugement sommaire, la Cour d’appel était convaincue que le dossier
étayait la conclusion selon laquelle H avait commis le délit de fraude civile à l’endroit des investisseurs et elle a par
conséquent rejeté l’appel de H.
Arrêt : Le pourvoi est rejeté.
Notre système de justice civile repose sur le principe voulant que le processus décisionnel doit être juste et
équitable. Ce principe ne souffre aucun compromis. Or, les formalités excessives et les procès interminables
occasionnant des dépenses et des délais inutiles peuvent faire obstacle au règlement juste et équitable des litiges. Si la
procédure est disproportionnée par rapport à la nature du litige et aux intérêts en jeu, elle n’aboutira pas à un résultat
juste et équitable.
Un virage culturel s’impose. Le principe de la proportionnalité trouve aujourd’hui son expression dans les
règles de procédure de nombreuses provinces et peut constituer la pierre d’assise de l’accès au système de justice civile.
Le principe de la proportionnalité veut que le meilleur forum pour régler un litige ne soit pas toujours celui dont la
procédure est la plus laborieuse. La requête en jugement sommaire offre une possibilité de simplifier les procédures
préalables au procès et d’insister moins sur la tenue d’un procès conventionnel et plus sur des procédures
proportionnées et adaptées aux besoins de chaque affaire. Les règles régissant les jugements sommaires doivent
recevoir une interprétation large et propice à la proportionnalité et à l’accès équitable à un règ lement abordable,
expéditif et juste des demandes.
La règle 20 a été modifiée en 2010 afin d’améliorer l’accès à la justice. Ces réformes incarnent l’évolution des
règles régissant les jugements sommaires, lesquelles passent du statut d’outil à usage très restreint visant à écarter les
demandes ou défenses manifestement dénuées de fondement à celui de solution de rechange légitime pour trancher et
- 140 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
régler les litiges d’ordre juridique. Les juges disposent ainsi de nouveaux outils importants qui leur permettent de
trancher plus de litiges sur requête en jugement sommaire et qui atténuent les risques lorsque pareille requête ne permet
pas de trancher l’affaire dans son ensemble. Les nouveaux pouvoirs prévus aux par. 20.04(2.1) et (2.2) des Règles
augmentent le nombre d’affaires qui ne soulèvent pas de véritable question litigieuse nécessitant la tenue d’un procès en
permettant au juge saisi d’une requête d’apprécier la preuve, d’évaluer la crédibilité et de tirer des conclusions
raisonnables.
La requête en jugement sommaire doit être accueillie dans tous les cas où il n’existe pas de véritable question
litigieuse nécessitant la tenue d’un procès. Il n’existe pas de véritable question litigieuse nécessitant la tenue d’un
procès lorsque le juge est en mesure de statuer justement et équitablement au fond sur une requête en jugement
sommaire. Ce sera le cas lorsque la procédure (1) permet au juge de tirer les conclusions de fait nécessaires, (2) lui
permet d’appliquer les règles de droit aux faits et (3) constitue un moyen proportionné, plus expéditif et moins coûteux
d’arriver à un résultat juste.
Le juge saisi d’une requête en jugement sommaire peut exercer les nouveaux pouvoirs en matière de recherche
des faits que lui confère la règle 20.04 à moins qu’il ne soit dans l’intérêt de la justice de ne les exercer que lors d’un
procès. Lorsqu’il permettrait au juge de trancher une demande de manière juste et équitable, l’exercice des nouveaux
pouvoirs sera généralement dans l’intérêt de la justice. Le pouvoir d’entendre des témoignages oraux devrait être
exercé lorsqu’il permet au juge de rendre une décision juste et équitable sur le fond et que son exercice constitue la
marche à suivre proportionnée. Ce sera plus probablement le cas lorsque le témoignage ora l requis est succinct, mais
dans certains cas, la requête en jugement sommaire comportera l’audition de longs témoignages oraux. La partie qui
cherche à présenter des témoignages oraux doit être prête à démontrer en quoi ils aideraient le juge saisi de la requête et
à fournir un exposé de la preuve proposée afin de permettre au juge d’établir la portée de ces témoignages oraux.
Lors de l’audition d’une requête en jugement sommaire aux termes de la règle 20.04, le juge devrait en
premier lieu décider, compte tenu uniquement de la preuve dont il dispose et sans recourir aux nouveaux pouvoirs en
matière de recherche des faits, s’il existe une véritable question litigieuse nécessitant la tenue d’un procès. Il n’y aura
pas de question de ce genre si la procédure de jugement sommaire fournit au juge la preuve nécessaire pour trancher
justement et équitablement le litige et constitue une procédure expéditive, abordable et proportionnée selon
l’al. 20.04(2)a) des Règles. S’il semble y avoir une véritable question nécessitant la tenue d’un procès, le juge devrait
alors déterminer si l’exercice des nouveaux pouvoirs prévus aux par. 20.04(2.1) et (2.2) des Règles permettra d’écarter
la nécessité d’un procès. L’exercice de ces pouvoirs ne sera pas contraire à l’inté rêt de la justice s’il aboutira à un
résultat juste et équitable et permettra d’atteindre les objectifs de célérité, d’accessibilité économique et de
proportionnalité, compte tenu du litige dans son ensemble.
Qu’elle soit rejetée ou même accueillie en partie, la requête en jugement sommaire occasionne des frais et des
délais additionnels. Le juge peut toutefois atténuer ce risque en exerçant la compétence inhérente du tribunal et les
pouvoirs de gestion de l’instance prévus à la règle 20.05. Ces pouvoirs permettent au juge de mettre à profit les
connaissances acquises lors de l’audition de la requête en jugement sommaire pour élaborer une procédure d’instruction
de nature à régler le litige en tenant compte de la complexité et de l’importance de la quest ion soulevée, de la somme en
jeu et des efforts déployés lors de l’instruction de la requête rejetée. Le juge qui rejette une requête en jugement
sommaire devrait également se saisir de l’instance à titre de juge du procès à moins que des raisons impérieu ses l’en
empêchent.
En l’absence d’une erreur de droit, l’exercice des pouvoirs que confère la nouvelle règle relative au jugement
sommaire commande la retenue. Lorsque le juge saisi d’une requête exerce les nouveaux pouvoirs en matière de
recherche des faits que lui confère le par. 20.04(2.1) des Règles et détermine s’il existe une véritable question litigieuse
nécessitant la tenue d’un procès, il s’agit d’une question mixte de fait et de droit et sa décision ne doit pas être infirmée
en l’absence d’erreur manifeste et dominante. De même, la décision quant à savoir s’il est dans l’intérêt de la justice
que le juge saisi d’une requête exerce les nouveaux pouvoirs en matière de recherche des faits prévus au par. 20.04(2.1)
des Règles constitue également une question mixte de fait et de droit qui commande la retenue.
Le juge saisi de la requête n’a pas eu tort de rendre un jugement sommaire en l’espèce. Le délit de fraude
civile comporte quatre éléments dont il faut prouver l’existence selon la prépondérance des probabilités : (1) une fausse
déclaration du défendeur; (2) une certaine connaissance de la fausseté de la déclaration de la part du défendeur
- 141 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
(connaissance ou insouciance); (3) le fait que la fausse déclaration a amené le demandeur à agir; (4) le fait que les actes
du demandeur ont entraîné une perte. Lorsqu’il a prononcé contre H un jugement sommaire en faveur du groupe, le
juge saisi de la requête n’a pas traité explicitement du critère qu’il convient d’appliquer à la fraude civile mais ses
conclusions suffisent pour établir la cause d’action. Le juge saisi de la requête a conclu qu’il n’existait pas d’élément
de preuve crédible à l’appui de la prétention de H selon laquelle ce dernier était un courtier légitime et l’issue était donc
claire; ainsi le juge a conclu qu’il n’y avait pas de question litigieuse nécessitant la tenue d’un procès. L’exercice, par
le juge, de ses pouvoirs en matière de recherche des faits n’allait pas à l’encontre de l’intérêt de la justice, et sa décision
discrétionnaire d’exercer ces pouvoirs n’était pas non plus entachée d’erreur.
POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario (le juge en chef Winkler et les juges Laskin, Sharpe,
Armstrong et Rouleau), 2011 ONCA 764, 108 O.R. (3d) 1, 286 O.A.C. 3, 97 C.C.E.L. (3d) 25, 14 C.P.C. (7th) 242, 13
R.P.R. (5th) 167, 93 B.L.R. (4th) 1, 344 D.L.R. (4th) 193, 10 C.L.R. (4th) 17, [2011] O.J. No. 5431 (QL), 2011
CarswellOnt 13515 (sub nom. Combined Air Mechanical Services Inc. c. Flesch), qui a confirmé une décision du juge
Grace, 2010 ONSC 5490, [2010] O.J. No. 4661 (QL), 2010 CarswellOnt 8325. Pourvoi rejeté.
Sarit E. Batner, Brandon Kain et Moya J. Graham, pour l’appelant.
Javad Heydary, Jeffrey D. Landmann, David K. Alderson, Michelle Jackson et Jonathan A. Odumeru, pour les
intimés.
Allan Rouben et Ronald P. Bohm, pour l’intervenante Ontario Trial Lawyers Association.
Paul R. Sweeny et David Sterns, pour l’intervenante l’Association du Barreau canadien.
Procureurs de l’appelant : McCarthy Tétrault, Toronto.
Procureurs des intimés : Heydary Hamilton, Toronto.
Procureurs de l’intervenante Ontario Trial Lawyers Association : Allan Rouben, Toronto; SBMB Law,
Richmond Hill, Ontario.
Procureurs de l’intervenante l’Association du Barreau canadien : Evans Sweeny Bordin, Hamilton; Sotos,
Toronto.
- 142 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Bruno Appliance and Furniture, Inc. v. Robert Hryniak (Ont.) (34645)
Indexed as: Bruno Appliance and Furniture, Inc. v. Hryniak /
Répertorié : Bruno Appliance and Furniture, Inc. c. Hryniak
Neutral citation: 2014 SCC 8 / Référence neutre : 2014 CSC 8
Hearing: March 26, 2013 / Judgment: January 23, 2014
Audition : Le 26 mars 2013 / Jugement : Le 23 janvier 2014
Present: McLachlin C.J. and LeBel, Abella, Rothstein, Cromwell, Karakatsanis and Wagner JJ.
Civil Procedure — Summary Judgment — Investor bringing action in civil fraud and subsequently bringing a
motion for summary judgment — Motion judge granting summary judgment but being overruled by Court of Appeal —
Elements of civil fraud — Whether motion judge erred in granting summary judgment — Rules of Civil Procedure,
R.R.O. 1990, Reg. 194, Rule 20
Bruno Appliance and Furniture, Inc. is an American corporation. Its principal met with the principal of
Frontline Investments, Inc. and as a result of these meetings, executed a number of investment documents in favour of
Frontline. Bruno Appliance subsequently wired US$1 million to Cassels Brock, who assigned the funds to an account
associated with Tropos Financial Corp, a company of which H was the principal. Bruno Appliance’s funds were then
bundled with other funds and paid to Tropos in a bank draft. Bruno Appliance’s money was not invested and
disappeared.
Bruno Appliance launched a civil fraud action against H and others, and brought a motion for summary
judgment. The motion judge found that Bruno Appliance had established its claim and that there was no issue requiring
a trial. The Court of Appeal disagreed and ordered that the Bruno Appliance action proceed to trial.
Held: The appeal should be dismissed.
The scope and interpretation of the amended Rule 20 summary judgment motion are addressed in the
companion appeal, Hryniak v. Mauldin, 2014 SCC 7. Summary judgment may not be granted under Rule 20 where
there is a genuine issue requiring a trial. The motion judge should ask whether the matter can be resolved in a fair and
just manner on a summary judgment motion. This will be the case when the process (1) allows the judge to make the
necessary findings of fact, (2) allows the judge to apply the law to the facts, and (3) is a proportionate, more expeditious
and less expensive means to achieve a just result. If there appears to be a genuine issue requiring a trial, based only on
the record before her, the judge should then ask if the need for a trial can be avoided by using the new powers provided
under Rules 20.04(2.1) and (2.2). She may, at her discretion, use those powers, provided that their use is not against the
interest of justice.
The Court of Appeal did not err in its determination that Bruno Appliance should not receive summary
judgment against H. The following four elements constitute the tort of civil fraud: (1) a false representation made by
the defendant; (2) some level of knowledge of the falsehood of the representation on the part of the defendant (whether
through knowledge or recklessness); (3) the false representation caused the plaintiff to act; and (4) the plaintiff’s actions
resulted in a loss.
Civil fraud requires a finding that H made a misrepresentation which induced Bruno Appliance to invest. The
motion judge neither identified the need for a misrepresentation, nor found that H made one. H was not present at the
meeting that led to Bruno’s investment and the motion judge’s findings are insufficient to establish that any false
statements made at the meeting can be attributed to him.
While the evidence clearly demonstrates that H was aware of the fraud, an d may in fact have benefited from
the fraud, whether H perpetrated the fraud by inducing Bruno Appliance to contribute US$1 million to a non-existent
investment scheme is a genuine issue requiring a trial.
APPEAL from a judgment of the Ontario Court of Appeal (Winkler C.J.O. and Laskin, Sharpe, Armstrong and
Rouleau JJ.A.), 2011 ONCA 764, 108 O.R. (3d) 1, 286 O.A.C. 3, 97 C.C.E.L. (3d) 25, 14 C.P.C. (7th) 242, 13 R.P.R.
- 143 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
(5th) 167, 93 B.L.R. (4th) 1, 344 D.L.R. (4th) 193, 10 C.L.R. (4th) 17, [2011] O.J. No. 5431 (QL), 2011 CarswellOnt
13515 (sub nom. Combined Air Mechanical Services Inc. v. Flesch ), setting aside a decision of Grace J., 2010 ONSC
5490, [2010] O.J. No. 4661 (QL), 2010 CarswellOnt 8325. Appeal dismissed.
Javad Heydary, Jeffrey D. Landmann, David K. Alderson, Michelle Jackson and Jonathan A. Odumeru, for the
appellant.
Sarit E. Batner, Brandon Kain and Moya J. Graham, for the respondent.
Malliha Wilson and Christopher P. Thompson, for the intervener the Attorney General of Ontario.
Allan Rouben and Ronald P. Bohm, for the intervener the Ontario Trial Lawyers Association.
David W. Scott, Q.C., Patricia D. S. Jackson and Crawford Smith, for the intervener the Advocates’ Society.
Paul R. Sweeny and David Sterns, for the intervener the Canadian Bar Association.
Solicitors for the appellant: Heydary Hamilton, Toronto.
Solicitors for the respondent: McCarthy Tétrault, Toronto.
Solicitor for the intervener the Attorney General of Ontario: Attorney General of Ontario, Toronto.
Solicitors for the intervener the Ontario Trial Lawyers Association: Allan Rouben, Toronto; SBMB Law,
Richmond Hill, Ontario.
Solicitors for the intervener the Advocates’ Society: Borden Ladner Gervais, Ottawa; Torys, Toronto.
Solicitors for the intervener the Canadian Bar Association: Evans Sweeny Bordin, Hamilton; Sotos, Toronto.
________________________
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges LeBel, Abella, Rothstein, Cromwell, Karakatsanis et Wagner.
Procédure civile — Jugement sommaire — Investisseur intentant une action pour fraude civile et présentant
ensuite une requête en jugement sommaire — Jugement accueillant la requête en jugement sommaire infirmé par la
Cour d’appel — Éléments de la fraude civile — Le juge saisi de la requête a-t-il commis une erreur en accueillant la
requête en jugement sommaire? — Règles de procédure civile, R.R.O. 1990, Règl. 194, règle 20
Bruno Appliance and Furniture, Inc. est une société américaine. Son dirigeant a rencontré le dirigeant de
Frontline Investments, Inc. et comme suite à ces rencontres, il a signé un certain nombre de documents de placement en
faveur de Frontline. Bruno Appliance a par la suite transféré un million de dollars américains à Cassels Brock, qui a
placé l’argent dans un compte associé à Tropos Financial Corp., une entreprise dont H était le dirigeant. Les fonds de
Bruno Appliance ont ensuite été regroupés avec d’autres fonds et versés à Tropos par traite bancaire. L’argent de
Bruno Appliance n’a pas été investi et est disparu.
Bruno Appliance a intenté contre H et d’autres personnes une action pour fraude civile et a présenté une
requête en jugement sommaire. Le juge saisi de la requête a conclu que Bruno Appliance avait établi le bien -fondé de
sa poursuite et qu’aucune question ne nécessitait la tenue d’un procès. La Cour d’appel s’est dite d’avis contraire et a
ordonné l’instruction de l’action intentée par Bruno Appliance.
Arrêt : Le pourvoi est rejeté.
La portée et l’interprétation de la règle 20 relative à la requête en jugement sommaire sont examinés dans le
pourvoi connexe Hryniak c. Mauldin, 2014 CSC 7. Un jugement sommaire ne peut pas être rendu en vertu de la
règle 20 en présence d’une véritable question nécessitant la tenue d’un procès. Le juge saisi de la requête doit se
- 144 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
demander si l’affaire peut être réglée de manière juste et équitable par voie de requête en jugement sommaire. Ce sera
le cas lorsque la procédure (1) lui permet de tirer les conclusions de fait qui s’imposent, (2) lui permet d’appliquer le
droit aux faits et (3) constitue un moyen proportionné, plus expéditif et moins coûteux d’atteindre un résultat juste. Si,
compte tenu uniquement du dossier dont dispose le juge, il semble y avoir une véritable question nécessitant la tenue
d’un procès, ce dernier doit alors se demander si l’exercice des nouveaux pouvoirs que confèrent les par. 20.04(2.1) et
(2.2) des Règles permet d’écarter le besoin d’un procès. Il peut, à son gré, exercer ces pouvoirs pourvu que leur
exercice ne soit pas contraire à l’intérêt de la justice.
La Cour d’appel n’a pas commis d’erreur en décidant que Bruno Appliance ne doit pas obtenir un jugement
sommaire contre H. Les quatre éléments suivants constituent le délit de fraude civile : (1) le défendeur a fait une fausse
déclaration; (2) le défendeur savait, jusqu’à un certain point, que sa déclaration était fausse (sciemment ou par
insouciance); (3) la fausse déclaration a incité le demandeur à agir; (4) les actes du demandeur ont entraîné une perte.
La fraude civile exige que H ait fait une fausse déclaration ayant incité Bruno Appliance à investir. Le juge
saisi de la requête n’a ni souligné la nécessité qu’il y ait eu fausse déclaration, ni conclu que H avait fait une telle
déclaration. H n’était pas prés ent à la rencontre qui a amené Bruno à investir et les conclusions du juge saisi de la
requête ne suffisent pas à prouver que des déclarations fausses faites lors de la rencontre peuvent être attribuées à H.
Bien que la preuve démontre clairement que H était au courant de la fraude, et qu’il en a peut-être
effectivement bénéficié, la question de savoir si H a commis la fraude en incitant Bruno Appliance à verser un million
de dollars américains à un projet d’investissement inexistant constitue une véritab le question nécessitant la tenue d’un
procès.
POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario (le juge en chef Winkler et les juges Laskin, Sharpe,
Armstrong et Rouleau), 2011 ONCA 764, 108 O.R. (3d) 1, 286 O.A.C. 3, 97 C.C.E.L. (3d) 25, 14 C.P.C. (7th) 242, 13
R.P.R. (5th) 167, 93 B.L.R. (4th) 1, 344 D.L.R. (4th) 193, 10 C.L.R. (4th) 17, [2011] O.J. No. 5431 (QL), 2011
CarswellOnt 13515 (sub nom. Combined Air Mechanical Services Inc. c. Flesch ), qui a infirmé une décision du juge
Grace, 2010 ONSC 5490, [2010] O.J. No. 4661 (QL), 2010 CarswellOnt 8325. Pourvoi rejeté.
Javad Heydary, Jeffrey D. Landmann, David K. Alderson, Michelle Jackson et Jonathan A. Odumeru, pour
l’appelante.
Sarit E. Batner, Brandon Kain et Moya J. Graham, pour l’intimé.
Malliha Wilson et Christopher P. Thompson, pour l’intervenant le procureur général de l’Ontario.
Allan Rouben et Ronald P. Bohm, pour l’intervenante Ontario Trial Lawyers Association.
David W. Scott, c.r., Patricia D. S. Jackson et Crawford Smith, pour l’intervenante Advocates’ Society.
Paul R. Sweeny et David Sterns, pour l’intervenante l’Association du Barreau canadien.
Procureurs de l’appelante : Heydary Hamilton, Toronto.
Procureurs de l’intimé : McCarthy Tétrault, Toronto.
Procureur de l’intervenant le procureur général de l’Ontario : Procureur général de l’Ontario, Toronto.
Procureurs de l’intervenante Ontario Trial Lawyers Association : Allan Rouben, Toronto; SBMB Law,
Richmond Hill, Ontario.
- 145 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Procureurs de l’intervenante Advocates’ Society : Borden Ladner Gervais, Ottawa; Torys, Toronto.
Procureurs de l’intervenante l’Association du Barreau canadien : Evans Sweeny Bordin, Hamilton; Sotos,
Toronto.
- 146 -
SUPREME COURT OF CANADA SCHEDULE / CALENDRIER DE LA COUR SUPRÊME
- 2013 OCTOBER - OCTOBRE
S
D
M
L
NOVEMBER - NOVEMBRE
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
4
5
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
DECEMBER - DÉCEMBRE
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
1
M
2
3
4
5
6
7
6
M
7
8
9
10
11
12
3
M
4
5
6
7
8
9
8
9
10
11
12
13
14
13
H
14
15
16
17
18
19
10
H
11
12
13
14
15
16
15
16
17
18
19
20
21
20
21
22
23
24
25
26
17
18
19
20
21
22
23
22
23
24
H
25
H
26
27
28
27
28
29
30
31
24
25
26
27
28
29
30
29
30
31
F
V
S
S
- 2014 JANUARY - JANVIER
S
D
M
L
T
M
FEBRUARY - FÉVRIER
W
M
T
J
F
V
S
S
H
1
2
3
4
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
MARCH - MARS
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
1
1
5
6
7
8
9
10
11
2
3
4
5
6
7
8
2
3
4
5
6
7
8
12
M
13
14
15
16
17
18
9
M
10
11
12
13
14
15
9
10
11
12
13
14
15
19
20
21
22
23
24
25
16
17
18
19
20
21
22
16
M
17
18
19
20
21
22
26
27
28
29
30
31
23
24
25
26
27
28
23
30
24
31
25
26
27
28
29
APRIL - AVRIL
S
D
M
L
MAY - MAI
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
4
5
S
D
M
L
T
M
W
M
JUNE - JUIN
T
J
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
1
2
3
4
5
6
7
6
7
8
9
10
11
12
4
5
6
7
8
9
10
8
9
10
11
12
13
14
13
M
14
15
16
17
H
18
19
11
M
12
13
14
15
16
17
15
M
16
17
18
19
20
21
20
H
21
22
23
24
25
26
18
H
19
20
21
22
23
24
22
23
24
25
26
27
28
27
28
29
30
25
26
27
28
29
30
31
29
30
Sittings of the court:
Séances de la cour :
Motions:
Requêtes :
M
Holidays:
Jours fériés :
H
18
87
9
5
sitting weeks / semaines séances de la cour
sitting days / journées séances de la cour
m otion and conference days / journées des requêtes et des conférences
holidays during sitting days / jours fériés durant les sessions
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising