SUPREME COURT OF COUR SUPRÊME DU CANADA

SUPREME COURT  OF COUR SUPRÊME DU CANADA
SUPREME COURT OF
CANADA
COUR SUPRÊME DU
CANADA
BULLETIN OF
PROCEEDINGS
BULLETIN DES
PROCÉDURES
This Bulletin is published at the direction of the
Registrar and is for general information only. It
is not to be used as evidence of its content,
which, if required, should be proved by
Certificate of the Registrar under the Seal of the
Court. While every effort is made to ensure
accuracy, no responsibility is assumed for errors
or omissions.
Ce Bulletin, publié sous l'autorité du registraire,
ne vise qu'à fournir des renseignements
d'ordre général. Il ne peut servir de preuve de
son contenu. Celle-ci s'établit par un certificat
du registraire donné sous le sceau de la Cour.
Rien n'est négligé pour assurer l'exactitude du
contenu,
mais
la Cour décline toute
responsabilité pour les erreurs ou omissions.
During Court sessions the Bulletin is usually
issued week ly.
Le Bulletin paraît en principe toutes les
semaines pendant les sessions de la Cour.
Where a judgment has been rendered, requests
for copies should be made to the Registrar, with
a remittance of $15 for each set of reasons. All
remittances should be made payable to the
Receiver General for Canada.
Quand un arrêt est rendu, on peut se procurer
les motifs de jugement en adressant sa
demande au registraire, accompagnée de 15 $
par exemplaire. Le paiement doit être fait à
l'ordre du Receveur général du Canada.
Consult the Supreme Court of Canada website
at www.scc-csc.gc.ca for more information.
Pour de plus amples informations, consulter le
site Web de la Cour suprême du Canada à
l’adresse suivante : www.scc-csc.gc.ca
February 28, 2014
© Supreme Court of Canada (2014)
ISSN 1918-8358 (Online)
359 - 380
Le 28 février 2014
© Cour suprême du Canada (2014)
ISSN 1918-8358 (En ligne)
CONTENTS
TABLE DES MATIÈRES
Applications for leave to appeal
filed
359
Demandes d'autorisation d'appel
déposées
Applications for leave submitted
to Court since last issue
360
Demandes soumises à la Cour depuis la
dernière parution
Judgments on applications for
leave
361 - 371
Jugements rendus sur les demandes
d'autorisation
Motions
372 - 377
Requêtes
Appeals heard since last issue and
disposition
378 - 380
Appels entendus depuis la dernière
parution et résultat
NOTICE
Case summaries included in the Bulletin are prepared by the Office of the Registrar of the
Supreme Court of Canada (Law Branch) for information purposes only.
AVIS
Les résumés de dossiers publiés dans le bulletin sont préparés par le Bureau du registraire
(Direction générale du droit) uniquement à titre d’information.
DEMANDES D’AUTORISATION
D’APPEL DÉPOSÉES
APPLICATIONS FOR LEAVE TO
APPEAL FILED
Parvez Ahmed
Parvez Ahmed
J.P. et al.
Lorne Waldman
Waldman & Associate
v. (35691)
v. (35688)
Attorney General of Canada (F.C.)
Minister of Public Safety and Emergency
Preparedness (F.C.)
David Cranton
A.G. of Canada
FILING DATE: 30.12.2013
Mahmood Sheraly Aziz (aka Mahmoud Sheraly
Aziz)
David J. Martin
Martin & Associates
FILING DATE: 13.01.2014
Vijay Singh
Nancy J. Tourgis
Solmon Rothbart Goodman
v. (35573)
Attorney General of Canada, on behalf of the
United Kingdom of Great Britain and Northern
Ireland (B.C.)
Stacey M. Repas
A.G of Canada
v. (35716)
Her Majesty the Queen (Ont.)
Jinwon Kim
A.G. of Ontario
FILING DATE: 29.01.2014
FILING DATE: 03.02.2014
Association des pompiers professionnels de
Québec inc.
Claude Leblan
Philion Leblanc Beaudry
Richard Condo et autre
Richard Condo
c. (35720)
c. (35715)
Ville de Québec (Qc)
Sylvain Lepage
Cain Lamarre Casgrain Wells
Construction Ste-Marthe inc. (Qc)
Pierre Séguin
Rolland Séguin Sauvé Pellerin, avocats
inc.
DATE DE PRODUCTION : 03.02.2014
DATE DE PRODUCTION : 07.02.2014
Yves Leroy
Diego Gramajo
Stephen Angers, avocat inc.
Stanley J. Tessmer Law Corporation
Craig C. Sturrock, Q.C.
Thorsteinssons
c. (35721)
v. (35723)
Fédération compagnie d’assurance du Canada
(Qc)
Dominique Giguère
Gilbert Simard Tremblay, s.e.n.c.
Her Majesty the Queen (F.C.)
William F. Pentney
A.G. of Canada
FILING DATE: 07.02.2014
DATE DE PRODUCTION : 07.02.2014
- 359 -
APPLICATIONS FOR LEAVE
SUBMITTED TO COURT SINCE
LAST ISSUE
DEMANDES SOUMISES À LA COUR
DEPUIS LA DERNIÈRE PARUTION
FEBRUARY 24, 2014 / LE 24 FÉVRIER 2014
CORAM: Chief Justice McLachlin and Cromwell and Wagner JJ.
La juge en chef McLachlin et les juges Cromwell et Wagner
1.
Raymond Abouabdallah v. College of Dental Surgeons of Saskatchewan (Sask.) (Civil) (By Leave) (35679)
2.
Wael Maged Badawy v. Ghada Hamdi Nafie (Alta.) (Civil) (By Leave) (35672)
3.
S.R. c. C.R. (Qc) (Civile) (Autorisation) (35698)
4.
Robert Glen Harrison v. Her Majesty the Queen in Right of the Province of British Columbia et al. (B.C.)
(Civil) (By Leave) (33770)
CORAM: LeBel, Karakatsanis and Wagner JJ.
Les juges LeBel, Karakatsanis et Wagner
5.
Veena Malhotra v. State Farm Fire and Casualty Company (Ont.) (Civil) (By Leave) (35683)
6.
Chevron Corporation et al. v. Daniel Carlos Lusitande Yaiguaje et al. (Ont.) (Civil) (By Leave) (35682)
7.
Saleh Khazali (succession de) et autre c. Canadian Apartment Properties Real Estate Investment Trust
(Capreit) et autre (Qc) (Civile) (Autorisation) (35674)
CORAM: Abella, Rothstein and Moldaver JJ.
Les juges Abella, Rothstein et Moldaver
8.
Daniel Lewis Allan v. Regina (B.C.) (Crim.) (By Leave) (35719)
9.
Her Majesty the Queen v. Mark Edward Grant (Man.) (Crim.) (By Leave) (35664)
10.
Parvez Ahmed v. Attorney General of Canada (F.C.) (Civil) (By Leave) (35691)
11.
Valery I. Fabrikant v. Attorney General of Canada et al. (Que.) (Civil) (By Leave) (35680)
- 360 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES
DEMANDES D’AUTORISATION
FEBRUARY 27, 2014 / LE 27 FÉVRIER 2014
35540
Forrest C. Higgins Jr. v. Attorney General of Nova Scotia representing Her Majesty the
Queen in right of the Province of Nova Scotia, D.D.V. Gold Limited, a body corporate,
Mining Association of Nova Scotia and Nova Scotia Federation of Agriculture (N.S.) (Civil)
(By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Cromwell and Wagner JJ.
The motion for an extension of time to serve and file the response of the respondent Attorney General of
Nova Scotia representing Her Majesty the Queen in right of the Province of Nova Scotia is granted. The motion for
an extension of time to file an affidavit of service of the respondent D.D.V. Gold Limited, a body corporate, is
granted. The application for leave to appeal from the judgment of the Nova Scotia Court of Appeal, Number CA
415194, 2013 NSCA 106, dated September 13, 2013, is dismissed with costs.
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la réponse de l’intimé Procureur général de
la Nouvelle-Écosse représentant Sa Majesté la Reine du chef de la Province de Nouvelle-Écosse est accueillie. La
requête en prorogation du délai de dépôt de l’affidavit de signification déposée par l’intimé D.D.V. Gold Limited, une
personne morale, est accueillie. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la NouvelleÉcosse, numéro CA 415194, 2013 NSCA 106, daté du 13 septembre 2013, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Expropriation – Vesting orders – Procedure – Whether the procedure followed by the Minister in granting the vesting
order was fair – Mineral Resources Act, S.N.S. 1990, c. 18, ss. 70 and 173.
The respondent D.D.V. Gold Limited (“DDV”) planned to develop a gold mine in Nova Scotia and claimed it required
a parcel of the applicant’s, Mr. Higgins’, land in order to do so. Accordingly, pursuant to s. 70 of the Mineral
Resources Act, S.N.S. 1990, c. 18 (“MRA”), it applied to the Minister of Natural Resources for a vesting order which
would give it fee simple ownership of the land. Notice of the application was published, and many people wrote to the
Minister expressing their opinion as to the proposed order. Mr. Higgins was specifically notified of the application,
was invited to respond to it in writing, and eventually met with the Minister. Mr. Higgins made it clear that he was not
prepared to sell his land. In the end, the Minister issued the order. Mr. Higgins appealed the Minister’s decision,
arguing, among other things, that the procedure followed by the Minister was not fair. The Supreme Court of Nova
Scotia dismissed the appeal, finding that the legislative scheme in this case did not elevate the expropriation process to
a judicial or quasi judicial level, and that the duty of fairness was met through the dialogue as between the Minister,
DDV and Mr. Higgins. The Court of Appeal dismissed the appeal.
April 29, 2013
Supreme Court of Nova Scotia, Trial Division
(Scanlan J.)
2013 NSSC 138
Appeal from a vesting order granted by the Minister of
Natural Resources pursuant to s. 70 of the Mineral
Resources Act, S.N.S. 1990, c. 18, dismissed
September 13, 2013
Nova Scotia Court of Appeal
(MacDonald C.J.N.S. and Hamilton and Fichaud JJ.A.)
2013 NSCA 106
Appeal dismissed
- 361 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
November 12, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Expropriation – Ordonnances d’envoi en possession – Procédure – La procédure suivie par le ministre dans le
prononcé de l’ordonnance d’envoi en possession était-elle équitable? – Mineral Resources Act, S.N.S. 1990, ch. 18,
art. 70 et 173.
L’intimée D.D.V. Gold Limited (« DDV ») projetait de mettre en valeur une mine d’or en Nouvelle-Écosse et
prétendait avoir besoin d’une parcelle du terrain du demandeur, M. Higgins, pour ce faire. En conséquence, en
application de l’art. 70 de la Mineral Resources Act, S.N.S. 1990, ch. 18 (« MRA »), elle a demandé au ministre des
Ressources naturelles de délivrer une ordonnance d’envoi en possession qui lui donnerait la propriété en fief simple du
terrain. Un avis de la demande a été publié et plusieurs personnes ont écrit au ministre pour lui faire part de leurs
opinions quant à l’ordonnance projetée. Monsieur Higgins a été personnellement avisé de la demande, il a été invité à
y réagir par écrit, et il a fini par rencontrer le ministre. Monsieur Higgins a clairement fait savoir qu’il n’était pas
disposé à vendre son terrain. À la fin, le ministre a délivré l’ordonnance. Monsieur Higgins a interjeté appel de la
décision du ministre, plaidant notamment que la procédure suivie par le ministre n’était pas équitable. La Cour
suprême de la Nouvelle-Écosse a rejeté l’appel, concluant que le régime législatif en l’espèce n’avait pas pour effet
d’élever le processus d’expropriation au niveau judiciaire ou q uasi judiciaire, et que le devoir d’agir équitablement
avait été rempli par le dialogue qui avait eu lieu entre le ministre, DDV et M. Higgins. La Cour d’appel a rejeté
l’appel.
29 avril 2013
Cour suprême de la Nouvelle-Écosse, Section de
première instance
(Juge Scanlan)
2013 NSSC 138
Appel d’une ordonnance d’envoi en possession
accordée par le ministre des Ressources naturelles en
application de l’art. 70 de la Mineral Resources Act,
S.N.S. 1990, ch. 18, rejeté
13 septembre 2013
Cour d’appel de la Nouvelle-Écosse
(Juge en chef MacDonald, juges Hamilton et Fichaud)
2013 NSCA 106
Appel rejeté
12 novembre 2013
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel, déposée
35608
Scott Meeking, as representative Plaintiff v. The Cash Store Inc., 1152919 Alberta Ltd.
carrying on business as Instaloans and Cash Store Financial Services Inc. AND BETWEEN
The Cash Store Inc., 1152919 Alberta Ltd. carrying on business as Instaloans and Cash Store
Financial Services Inc. v. Scott Meeking, as representative Plaintiff (Man.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Cromwell and Wagner JJ.
- 362 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
The applications for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Manitoba, Number AI 1230-07812, 2013 MBCA 81, dated September 9, 2013, are granted with costs in the cause.
Les demandes d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Manitoba, numéro AI 12-30-07812,
2013 MBCA 81, daté du 9 septembre 2013, sont accueillies avec dépens selon l’issue de la cause.
CASE SUMMARY
Torts – Class actions – National class actions – Jurisdiction – Non-resident members of plaintiff class – Orders –
Recognition and enforcement of orders – Does a provincial superior court have a more expansive jurisdiction in a
class proceeding than in an ordinary proceeding to determine the rights of residents of anot her province concerning
transactions occurring wholly within that province – What are the territorial limits under the Canadian Constitution on
a provincial superior court’s assertion of jurisdiction in a class proceeding over residents of other provinces –
Appropriate standard of review for decisions regarding recognition and enforcement of an interprovincial judgment in
a multi-jurisdictional class action.
The Cash Store Financial Services Inc. and its subsidiary, The Cash Store, and its subsidiary, 1152919 Alberta Ltd.,
carrying on business as Instaloans, offer short-term loans and other financial services as an alternative to traditional
lending institutions. Mr. Meeking filed a statement of claim in the Manitoba Court of Queen’s Bench pursuant to The
Class Proceedings Act, C.C.S.M., c. C130, on his own behalf and on behalf of “all residents of Manitoba” and “any
persons resident outside of Manitoba who have elected to claim in this action, in a manner to be determined by the
Court” concerning broker fees collected in The Cash Store’s loan business. Mr. Meeking’s claim was preceded by
similar claims in Ontario, British Columbia and Alberta. The settlement judgment in the Ontario action defined the
class to which it applied as including persons in Manitoba who had obtained a payday loan from both The Cash Store
and Instaloans: McCutcheon v. The Cash Store Inc. (2006), 80 O.R. (3d) 644 (S.C.J.). Notice of the settlement was
given to each potential claimant via first class mail to the last known address of all class members, posted notices in
Canadian Cash Store locations outside British Columbia and Alberta, on the Cash Store’s website, in press releases, on
counsel’s website, and by counsel on request. Mr. Meeking neither opted out nor indicated that h e wished to
participate in the distribution plan, and filed the instant statement of claim well after the deadline for opting out. The
defendants filed a notice of motion requesting an order that the McCutcheon settlement judgment be recognized in
Manitoba and that it be enforced against Mr. Meeking.
The motions judge held that the McCutcheon judgment should only be enforced against The Cash Store with respect to
payday loans. It did not apply to Instaloans, and it did not apply to The Cash Store with res pect to signature or title
loans.
February 22, 2012
Court of Queen’s Bench of Manitoba
(Hanssen J.)
2013 MBQB 221
Settlement in McCutcheon v. The Cash Store Inc.
(2006), 80 O.R. (3d) 644 (S.C.J.), should only be
enforced in Manitoba with respect to payday loans
from The Cash Store
September 9, 2013
Court of Appeal of Manitoba
(Chartier, Beard, Cameron JJ.A.)
2013 MBCA 81
Appeal and cross-appeal dismissed
November 7, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
- 363 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
November 8, 2013
Supreme Court of Canada
Second application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Responsabilité délictuelle – Recours collectif – Recours collectifs nationaux – Compétence – Membres non-résidents
du groupe de demandeurs – Ordonnances – Reconnaissance et exécution des ordonnances – Une cour supérieure
provinciale a-t-elle une compétence plus étendue dans un recours collectif que dans une instance ordinaire pour
déterminer les droits des résidents d'une autre province relativement aux opérations qui se sont produites entièrement à
l'intérieur de cette province? – Quelles sont, au regard de la Constitution canadienne, les limites territoriales à la
déclaration de compétence d'une cour supérieure provinciale dans un recours collectif à l'égard des résidents d'autres
provinces? – Norme de contrôle appropriée relativement aux décisions concernant la reconnaissance et l'exécution
d'un jugement interprovincial dans un recours collectif dans des ressorts multiples.
The Cash Store Financial Services Inc. et sa filiale, The Cash Store, et sa filiale, 1152919 Alberta Ltd., faisant affaire
sous le nom d’Instaloans, offrent des prêts à court terme et d'autres services financiers comme solution de rechange
aux établissements de crédit traditionnels. Monsieur Meeking a déposé une déclaration à la Cour du Banc de la Reine
du Manitoba sous le régime de la Loi sur les recours collectifs, C.P.L.M., ch. C130, en son propre nom et au nom
[T RADUCT ION] « de tous les résidents du Manitoba » et [T RADUCT ION] « des personnes qui résident à l'extérieur du
Manitoba qui ont choisi de participer au présent recours de la manière dont déterminera la Cour » relativement à des
frais de courtage perçus dans l’exercice des activités de crédit de The Cash Store. La demande de M. Meeking avait
été précédée par des demandes similaires en Ontario, en Colombie-Britannique et en Alberta. Le jugement
homologuant la transaction dans le cadre du recours en Ontario a défini la catégorie à laque lle le recours s'appliquait
comme incluant les personnes au Manitoba qui avaient obtenu un prêt sur salaire de The Cash Store et d’Instaloans :
McCutcheon c. The Cash Store Inc. (2006), 80 O.R. (3d) 644 (S.C.J.). L'avis de la transaction a été communiqué à
chaque demandeur éventuel par courrier de première classe à la dernière adresse connue de tous les membres de la
catégorie, affiché dans les établissements de Cash Store au Canada, sauf en Colombie -Britannique et en Alberta, ainsi
que sur le site Web de Cash Store, transmis par communiqués de presse, affiché sur le site Web des avocats et remis
par ceux-ci à quiconque présentait une demande en ce sens. M. Meeking ne s'est pas retiré du recours et n'a pas non
plus indiqué qu’il souhaitait participer au plan de distribution; il a déposé la déclaration en l'espèce bien après le délai
prescrit pour se retirer. Les défenderesses ont déposé un avis de requête en vue d’obtenir une ordonnance portant que
le jugement homologuant la transaction dans le cadre du recours McCutcheon soit reconnu au Manitoba et qu'il soit
exécutoire contre M. Meeking.
Le juge saisi de la requête a statué que le jugement dans le cadre du recours McCutcheon n’était exécutoire que contre
The Cash Store à l'égard des prêts sur salaire. Il ne s'appliquait pas à Instaloans, ni à The Cash Store à l'égard des
prêts sur signature ou sur titre.
22 février 2012
Cour du Banc de la Reine du Manitoba
(Juge Hanssen)
2013 MBQB 221
La transaction dans le cadre du recours McCutcheon c.
The Cash Store Inc. (2006), 80 O.R. (3d) 644 (S.C.J.),
n’est exécutoire au Manitoba qu'à l'égard des prêts sur
salaire consentis par The Cash Store
9 septembre 2013
Cour d'appel du Manitoba
(Juges Chartier, Beard et Cameron)
2013 MBCA 81
Appel et appel incident, rejetés
- 364 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
7 novembre 2013
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
8 novembre 2013
Cour suprême du Canada
Deuxième demande d'autorisation d'appel, déposée
35626
Her Majesty the Queen v. Jeffrey St-Cloud (Que.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Cromwell and Wagner JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Superior Court of Quebec, Number 500-36006839-131, 2013 QCCS 5021, dated September 26, 2013, is granted without costs.
La demande d’autorisation d’appel du jugement de la Cour supérieure du Québec, numéro 500-36-006839131, 2013 QCCS 5021, daté du 26 septembre 2013, est accueillie sans dépens.
CASE SUMMARY
(PUBLICAT ION BAN IN CASE)
Criminal law – Judicial interim release – Justification for detention in custody – Whether Superior Court erred in
unduly restricting scope of s. 515(10)(c) of Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46 – Standard of review applicable to
review of interim release decision under s. 520 of Criminal Code – Whether Superior Court erred in substituting its
assessment of evidence for that of justices.
The respondent was charged with aggravated assault committed against a Montréal bus driver in April 2013. The
recording from two cameras in the bus clearly showed that the respondent was an active participant in the assault.
Applying s. 515(10)(c) of the Criminal Code, two justices found that the respondent’s detention was necessary to
maintain confidence in the administration of justice. On review under s. 520 of the Criminal Code, the Superior Court
found that the case law required s. 515(10)(c) to be used sparingly and that the trial judges had erred in applying it in
this case. The Superior Court explained that the respondent’s behaviour was appalling but that his detention could not
be justified under s. 515(10)(c).
April 29, 2013
Court of Québec
(Judge Lavergne)
Interim release of respondent denied
s. 515(10)(b) and (c) of Criminal Code
June 21, 2013
Court of Québec
(Judge Legault)
Motion for release under s. 523(2)(b) of Criminal Code
dismissed
September 26, 2013
Quebec Superior Court
(Martin J.)
2013 QCCS 5021
Motion for review under s. 520 of Criminal Code
allowed
- 365 -
under
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
November 21, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
(ORDONNANCE DE NON -PUBLICAT ION DANS LE DOSSIER)
Droit criminel – Mise en liberté provisoire par voie judiciaire – Motifs justifiant la détention – La Cour supérieure a-telle erré en restreignant indûment la portée de l’al. 515(10)c) du Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C-46? – Quelle est la
norme de contrôle applicable à la révision en vertu de l’art. 520 du Code criminel d’une décision en matière de mise
en liberté provisoire? – La Cour supérieure a-t-elle erré en substituant son appréciation de la preuve à celle des juges
de paix?
L’intimé est accusé de voies de fait graves commises en avril 2013 à l’endroit d’un chauffeur d’autobus de Montréal.
L’enregistrement de deux caméras dans l’autobus démontre nettement la participation active de l’intimé dans
l’agression. Appliquant l’al. 515(10)c) du Code criminel, deux juges de paix ont conclu que la détention de l’intimé
était nécessaire pour ne pas miner la confiance du public envers l’administration de la just ice. En révision en vertu de
l’art. 520 du Code criminel, la Cour supérieure a conclu que selon la jurisprudence, l’al. 515(10)c) devait être appliqué
avec parcimonie et qu’en l’espèce, les premiers juges ont erré en l’appliquant. En effet, la Cour supérieure a expliqué
que le comportement de l’intimé était « odieux » mais que sa détention ne pouvait être justifiée en vertu de l’al.
515(10)c).
Le 29 avril 2013
Cour du Québec
(Le juge Lavergne)
Liberté provisoire de l’intimé refusée en vertu des al.
b) et c) du par. 515(10) du Code criminel
Le 21 juin 2013
Cour du Québec
(Le juge Legault)
Requête en vertu de l’al. 523(2)b) du Code criminel
pour remise en liberté rejetée
Le 26 septembre 2013
Cour supérieure du Québec
(Le juge Martin)
2013 QCCS 5021
Requête en révision en vertu de l’art. 520 du Code
criminel accueillie
Le 21 novembre 2013
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel déposée
35630
Reginald Louis on his own behalf and on behalf of all the members of the Stellat ’en First
Nation and Stellat’en First Nation v. Her Majesty the Queen in Right of the Province of
British Columbia as represented by the Minister of Energy, Mines and Petroleum Resources,
Chief Inspector of Mines and Thompson Creek Metals Company Inc. (B.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Abella, Rothstein and Moldaver JJ.
- 366 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver), Number CA039283, 2013 BCCA 412, dated September 26, 2013, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver),
numéro CA039283, 2013 BCCA 412, daté du 26 septembre 2013, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Constitutional law – Aboriginal rights – Crown – Duty to Consult – Does the initial acquisition of mineral rights in a
free entry mining system foreclose subsequent consultation with First Nations regarding impacts to aboriginal title if
substantial changes, requiring Crown approval, are later proposed respecting the extraction of minerals? – Does this
Court’s decision in Rio Tinto Alcan Inc. v. Carrier Sekani Tribal Council, exclude from consultation impacts to the
use and benefit of the resources in aboriginal title lands when the Crown is considering massive expansions of existing
resource production projects? – Does consideration of aboriginal interests when making decisions to fundamentally
alter the terms on which resource extraction takes place where there are contested claims amount to capricious and
arbitrary decision-making, as held by the Court of Appeal, or honourable conduct by the Crown, as suggested by
earlier decisions of this Court?
The Endako mine is within the traditional territory claimed by the applicant Stellat’en First Nation. The main
Stellat’en community is located approximate 10 km away from the Endako mine. In 1965, the Crown granted the
respondent Thompson Creek Metals Company Inc. rights to the Endanko mine with the issuance of the M -4 Permit,
pursuant to s. 10 of the Mines Act, R.S.B.C. 1996, c. 293. The mine commenced operation that year. This permit does
not expire but because it regulates a wide range of mine operations, major changes in the mine will typically require
the operator to obtain governmental approval for permit amendments. Terms of the permit require certain aspects of it
to be updated and approved from time to time. In 2008, the respondent company began to apply for various permits
that would allow it to modernize and expand mining operations. The responden t company’s application to amend its
M-4 Permit allowing for construction of a new mill was ultimately granted.
August 5, 2011
Supreme Court of British Columbia
(Crawford J.)
Neutral citation: 2011 BCSC 1070
Petition dismissed. The Crown met its duty to consult.
September 26, 2013
Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver)
(Tysoe, Groberman, and Bennett JJ.A.)
Neutral citation: 2013 BCCA 412
Appeal dismissed.
November 25, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed.
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit constitutionnel – Droits des Autochtones – Couronne – Obligation de consulter – L’acquisition initiale de droits
miniers dans un système minier d’accès ouvert fait-elle obstacle à une consultation subséquente des Premières nations
relativement aux impacts sur le titre aborigène si des changements importants, qui doivent être approuvés par la
Couronne, sont proposés par la suite relativement à l’extraction de minéraux? – L'arrêt de cette Cour dans l'affaire Rio
Tinto Alcan Inc. c. Conseil tribal Carrier Sekani a-t-il pour effet d'exclure de la consultation les impacts liés à l’usage
- 367 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
et au profit des ressources dans les terres visées par un titre aborigène lorsque la Couronne considère d'importantes
expansions de projets existants de production de ressou rces? – La considération des intérêts des Autochtones dans la
prise de décisions qui modifient fondamentalement les conditions auxquelles l'extraction des ressources a lieu lorsqu'il
y des revendications contestées équivaut-elle à une prise de décision arbitraire et abusive, comme l'a jugé la Cour
d'appel, ou à une conduite honorable de la Couronne, comme le laissent entendre des décisions antérieures de cette
Cour?
La mine Endako se trouve dans le territoire traditionnel revendiqué par la demanderesse, la Première nation Stellat’en.
La principale communauté Stellat’en est située à environ 10 km de la mine Endako. En 1965, la Couronne a accordé à
Thompson Creek Metals Company Inc., intimée, des droits à l'égard de la mine Endako par la délivrance du permis M 4, en application de l'art. 10 de la Mines Act, R.S.B.C. 1996, ch. 293. L'exploitation de la mine a commencé cette
année-là. Ce permis n'expire pas, mais parce qu'il réglemente un large éventail d'opérations minières, l'exploitant doit
habituellement obtenir des autorisations gouvernementales pour modifier les permis en cas de changements importants
touchant la mine. Aux termes du permis, certains aspects de celui-ci doivent être mis à jour et autorisés à l'occasion.
En 2008, la société intimée a commencé à demander divers permis qui lui permettraient de moderniser et d’étendre ses
opérations minières. La demande de la société intimée en vue de modifier son permis M -4 lui permettant de construire
une nouvelle usine a fini par être accueillie.
5 août 2011
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Crawford)
Référence neutre : 2011 BCSC 1070
Requête rejetée. La Couronne s'est acquittée de son
obligation de consulter.
26 septembre 2013
Cour d'appel de la Colombie-Britannique
(Vancouver)
(Juges Tysoe, Groberman et Bennett)
Référence neutre : 2013 BCCA 412
Appel rejeté.
25 novembre 2013
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée.
35631
Daniel Walter Hill v. Paul James Hill, Richard P. Rendek, Rand Flynn, Famhill Investments
Limited and Harvard Developments Inc. (Alta.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Cromwell and Wagner JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Alberta (Calgary), Number
1201-0333-A C, 2013 ABCA 313, dated September 27, 2013, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d'appel de l’Alberta (Calgary), numéro 1201-0333AC, 2013 ABCA 313, daté du 27 septembre 2013, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Civil Procedure – Costs – Did lower courts fail to honour principle of indemnity for purposes of awarding costs? – Did
Court of Appeal wrongfully interfere with trial judge’s exercise of discretion regarding scale of costs?
- 368 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
This application relates to an appeal and a cross -appeal from a costs award given after a lengthy trial concerning the
effectiveness of a 1975-76 deed of appointment by the trustees of the Frederick W. Hill Family Trust. The trust had
been set up as a sprinkling trust, under which the trustees were given 21 years in which to decide how to allocate
transfers of the capital among a class of beneficiaries. Among the beneficiaries were the five young children of Fred
Hill, two of whom were described as incapable of handling their own affairs. The Applicant claimed that a year after
the trust’s creation, the trustees executed a deed of appointment transferring the common shares of the family
company to four of the five Hill children, of which he was one. The deed of appointment was never found, and the
Court of Queen’s Bench of Alberta ultimately held that no valid appointment of trust assets took place in 1975-76.
The Applicant’s action was accordingly dismissed, as was his appeal. The parties’ dispute now relates to costs.
November 7, 2012
Court of Queen’s Bench of Alberta
(Wilson J.)
No. 050100476
2012 ABQB 694
Costs awarded on party-party basis and calculated on 4
times “column 5 of Schedule C” of the Alberta Rules
of Court up to the close of the Applicant’s case at trial,
and on single “column 5 of Schedule C” thereafter.
September 27, 2013
Court of Appeal of Alberta (Calgary)
(Côté, Costigan and Hughes JJ.A.)
No. 1201-0333-A C
2012 ABCA 313
Applicant’s appeal dismissed; Respondents’ crossappeal allowed.
November 26, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed.
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Procédure civile – Dépens – Les juridictions inférieures ont-elles omis de respecter le principe d'indemnisation dans
l'adjudication des dépens? – La Cour d'appel s'est-elle indûment immiscée dans l'exercice du pouvoir discrétionnaire
du juge de première instance relativement au barème des dépens?
La présente demande a trait à l’appel et à l’appel incident d’une adjudication de dépens au terme d'un long procès
portant sur l’effectivité d'un acte d’attribution de 1975-76 par les fiduciaires de la fiducie familiale Frederick W. Hill.
La fiducie avait été établie en tant que fiducie discrétionnaire en vertu de laque lle les fiduciaires disposaient de 21 ans
pour décider comment attribuer les transferts de capital entre les membres d'une catégorie de bénéficiaires. Parmi les
bénéficiaires, il y avait les cinq enfants en bas âge de Fred Hill, dont deux étaient décrits comme étant incapables de
gérer leurs propres affaires. Le demandeur a allégué qu'un an après la création de la fiducie, les fiduciaires avaient
conclu un acte d’attribution qui transférait les actions ordinaires de la compagnie familiale à quatre des cin q enfants
Hill dont lui-même faisait partie. L'acte d’attribution n'a jamais été retrouvé et la Cour du Banc de la Reine de
l'Alberta a fini par statuer qu'aucune attribution valide des éléments d'actif de la fiducie n'avait eu lieu en 1975-76.
L'action du demandeur a donc été rejetée, tout comme son appel. La question en litige en l'espèce a trait aux dépens.
- 369 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
7 novembre 2012
Cour du Banc de la Reine de l'Alberta
(Juge Wilson)
No 050100476
2012 ABQB 694
Dépens attribués entre parties et calculés à raison de 4
fois le montant inscrit à [T RADUCT ION] « la colonne 5
de l’annexe C » des Alberta Rules of Court jusqu’à la
clôture de la preuve du demandeur au procès, et à
raison du montant inscrit à [T RADUCT ION] « la
colonne 5 de l’annexe C » par la suite.
27 septembre 2013
Cour d'appel de l'Alberta (Calgary)
(Juges Côté, Costigan et Hughes)
No 1201-0333-AC
2012 ABCA 313
Appel du demandeur rejeté; appel incident des intimés,
accueilli.
26 novembre 2013
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée.
35663
Danny Lalumiere v. Her Majesty the Queen (Ont.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
Abella, Rothstein and Moldaver JJ.
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is dismissed. In any
event, had such motion been granted, the application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for
Ontario, Number C53389, 2011 ONCA 826, dated December 23, 2011, would have been dismissed.
La requête en prorogation du délai de signification et dépôt de la demande d’autorisation d’appel est rejetée.
Quoi qu’il en soit, même si la requête avait été accueillie, la demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour
d’appel de l’Ontario, numéro C53389, 2011 ONCA 826, daté du 23 décembre 2011, aurait été rejetée.
CASE SUMMARY
Criminal Law – Sentencing – Whether Supreme Court of Canada should review the fitness of a sentence when the first
instance sentencing court was a court of appeal – Whether a sentence was unreasonable or unfit.
Mr. Lalumiere was in prison when he agreed to pay $5000 to an undercover police officer to have him kill his ex-wife
and her boyfriend. He provided details about their habits. He was charged with two counts of counselling to commit
murder. He was convicted by a jury and sentenced to two concurrent life sentences. The Court of Appeal allowed an
appeal from the sentences. It set aside the life sentences, designated Mr. Lalumiere a long-term offender, imposed
sentences of 16-years’ imprisonment less credit for time served, and ordered long -term supervision for 10 years.
August 27, 2010
Ontario Superior Court of Justice
(Hambly J.)
Sentence to two concurrent terms of life imprisonment
December 23, 2011
Court of Appeal for Ontario
(Feldman, Simmons, Watt JJ.A.)
C53389; 2011 ONCA 826
Appeal from sentences allowed; Sentences reduced to
16-years followed by 10 years supervision
- 370 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
December 23, 2013
Supreme Court of Canada
Motion for extension of time to serve and file
application for leave to appeal and Application for
leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit criminel – Détermination de la peine – La Cour suprême du Canada devrait-elle examiner la justesse d'une peine
imposée par une cour d'appel? – La peine était-elle déraisonnable ou inappropriée?
Monsieur Lalumiere était en prison lorsqu'il a accepté de payer 5000 $ à un policier banalisé pour que celui-ci tue son
ex-épouse et le petit ami de cette dernière. Monsieur Lalumière a fourni des détails au sujet de leurs habitudes. Il a
été accusé sous deux chefs d’avoir conseillé la perpétration d’un meurtre. Il a été déclaré coupable par un jury et
condamné à deux peines concurrentes d’emprisonnement à perpétuité. La Cour d’appel a accueilli l’appel des peines.
Elle a annulé les peines d’emprisonnement à perpétuité, désigné M. Lalumiere délinquant à contrôler, imposé des
peines de 16 ans d’emprisonnement desquelles elle a retranché la durée de la détention avant procès, et a ordonné une
surveillance de longue durée de 10 ans.
27 août 2010
Cour supérieure de justice de l’Ontario
(Juge Hambly)
Condamnation
à
deux peines
d’emprisonnement à perpétuité
23 décembre 2011
Cour d’appel de l’Ontario
(Juges Feldman, Simmons et Watt)
C53389; 2011 ONCA 826
Appel des peines accueilli; peines réduites à 16 ans,
suivies d’une surveillance de 10 ans
23 décembre 2013
Cour suprême du Canada
Requête en prorogation du délai de signification et de
dépôt de la demande d'autorisation d'appel et demande
d'autorisation d'appel, déposées
- 371 -
concurrentes
MOTIONS
REQUÊTES
17.02.2014
Before / Devant : CROMWELL J. / LE JUGE CROMWELL
Motion to extend the time to serve and/or file
the application for leave to appeal
Requête en prorogation du délai de signification
et/ou de dépôt de la demande d’autorisation
d’appel
Neila Catherine MacQueen et al.
v. (35706)
Attorney General of Canada et al. (N.S.)
GRANTED / ACCORDÉE
17.02.2014
Before / Devant : CROMWELL J. / LE JUGE CROMWELL
Order
Ordonnance
X et al.
v. (35538)
Her Majesty the Queen et al. (Crim.) (B.C.)
GRANTED IN PART / ACCORDÉE EN PARTIE
UPON REQUEST by the media respondents to rescind the limited term sealing order of Cromwell J., dated December
23, 2013;
AND UPON BEING ADVISED that on January 20, 2014, Justice Wedge of the Supreme Court of British Columbia
dismissed the Applications of Persons X and Y for Sealing Orders;
AND NOTING that the applicants X and Y request permission to file redacted versions of their applications for leave
to appeal and related motion materials and that the media respondents do not oppose the request;
AND THE MATERIAL FILED having been read;
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
1)
The orders issued by Justice Wedge of the Supreme Court of British Columbia pursuant to s. 486.5 of the
Criminal Code prohibiting the publication of information that could identify the applicants X and Y are
confirmed in this Court.
2)
The limited term sealing order of Cromwell J., dated December 23, 2013, is rescinded. The parties shall file
redacted versions of their applications for leave to appeal and related motion materials that omit information
that could identify the applicants X and Y and upon which the parties have agreed. However, the information
upon which the parties have not agreed shall not be redacted.
- 372 -
MOTIONS
3)
REQUÊTES
The sealing and publication ban order of Karakatsanis J., dated October 16, 2013, is rescinded.
À LA SUITE DE LA DEMANDE des médias intimés pour que soit révoquée l’ordonnance de mise sous scellés
temporaire prononcée par le juge Cromwell le 23 décembre 2013;
ET APRÈS QUE LA COUR A ÉTÉ INFORMÉE du fait que le 20 janvier 2014, la juge Wedge de la Cour suprême
de la Colombie-Britannique a rejeté les demandes de mise sous scellés présentées par les individus X et Y;
ET COMPTE TENU de la demande présentée par X et Y pour être autorisés à déposer des versions caviardées de leur
demande d’autorisation d’appel et des documents à l’appui de ces demandes et des autres requêtes au dossier ainsi que
du fait que les médias intimés ne s’opposent pas à cette demande;
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés;
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
1)
Les ordonnances rendues par la juge Wedge de la Cour suprême de la Colombie -Britannique en vertu de
l’art. 486.5 du Code criminel interdisant la publication de renseignements susceptibles de révéler l’identité des
demandeurs X et Y sont confirmées par la Cour.
2)
L’ordonnance de mise sous scellés temporaire prononcée par le juge Cromwell le 23 décembre 2013 est
révoquée. Les parties déposeront des versions caviardées de leur demande d’autorisation d’appel et des
documents à l’appui de ces demandes et des autres requêtes au dossier qui omettront ainsi les renseignements
susceptibles de révéler l’identité des demandeurs X et Y et à l’ég ard desquels les parties se sont entendus. Par
contre, les renseignements n’ayant pas fait l’objet d’une entente entre les parties ne seront pas caviardés.
3)
L’ordonnance de mise sous scellés et de non-publication rendue par la juge Karakatsanis le 16 octobre 2013
est révoquée.
18.02.2014
Before / Devant: THE DEPUTY REGISTRAR / LA REGISTRAIRE ADJOINTE
Requête de l’avocat sollicitant l’acceptation des
volumes A, B, I, II, III et IV du dossier de
l’appelant
Motion by counsel for an order accepting the
record, volumes A, B, I, II, III and IV of the
appellant
Douglas Jackson
v. (35622)
Her Majesty the Queen et al. (Crim.) (Ont.)
GRANTED / ACCORDÉE
- 373 -
MOTIONS
REQUÊTES
18.02.2014
Before / Devant : THE CHIEF JUSTICE / LA JUGE EN CHEF
Motion to state constitutional questions
Requête
en
formulation
constitutionnelles
de
questions
Lee Carter et al.
v. (35591)
Attorney General of Canada et al. (B.C.)
GRANTED / ACCORDÉE
UPON APPLICATION by the appellants for an order stating constitutional questions in the above appeal;
AND THE MATERIAL FILED having been read;
IT IS HEREB Y ORDERED THAT THE CONSTITUTIONAL QUESTIONS BE STATED AS FOLLOWS:
1.
Are ss. 14, 21, 22, 222 and 241 of the Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46, constitutionally inapplicable to
physician-assisted death by reason of the doctrine of interjurisdictional immunity?
2.
Do ss. 14, 21, 22, 222 and 241 of the Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46, infringe s. 7 of the Canadian
Charter of Rights and Freedoms?
3.
If so, is the infringement a reasonable limit prescribed by law as can be demonstrably justified in a free and
democratic society under s. 1 of the Canadian Charter of Rights and Freedoms?
4.
Do ss. 14, 21, 22, 222 and 241 of the Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46, infringe s. 15 of the Canadian
Charter of Rights and Freedoms?
5.
If so, is the infringement a reasonable limit prescribed by law as can be demonstrably justified in a free and
democratic society under s. 1 of the Canadian Charter of Rights and Freedoms?
Any attorney general who intervenes pursuant to par. 61(4) of the Rules of the Supreme Court of Canada shall pay the
appellants and respondents the costs of any additional disbursements they incur as a result of the int ervention.
À LA SUITE DE LA DEMANDE des appelants visant à obtenir la formulation de questions constitutionnelles dans
l'appel susmentionné;
ET APRÈS AVOIR LU la documentation déposée,
LES QUESTIONS CONSTITUTIONNELLES SUIVANTES SONT FORMULÉES :
1.
Les articles 14, 21, 22, 222 et 241 du Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C-46, sont-ils constitutionnellement
inapplicables à l’aide médicale à mourir en raison de la doctrine de l’exclusivité des compétences?
2.
Les articles 14, 21, 22, 222 et 241 of the Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C-46, violent-ils l’art. 7 de la Charte
canadienne des droits et libertés?
- 374 -
MOTIONS
REQUÊTES
3.
Dans l’affirmative, s’agit-il d’une violation constituant une limite raisonnable, établie par une règle de droit et
dont la justification peut se démontrer dans le cadre d’une société libre et démocratique conformément à
l’article premier de la Charte canadienne des droits et libertés ?
4.
Les articles 14, 21, 22, 222 et 241 du Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C-46, violent-ils l’art. 15 de la Charte
canadienne des droits et libertés?
5.
Dans l’affirmative, s’agit-il d’une violation constituant une limite raisonnable, établie par une règle de droit et
dont la justification peut se démontrer dans le cadre d’une société libre et démocratique conformément à
l’article premier de la Charte canadienne des droits et libertés?
Tout procureur général qui interviendra en vertu du par. 61(4) des Règles de la Cour suprême du Canada sera tenu de
payer aux appelants et aux intimés les dépens supplémentaires résultant de son intervention.
19.02.2014
Before / Devant : CROMWELL J. / LE JUGE CROMWELL
Order
Ordonnance
Albert Beauchamp
c. (35267)
Gouvernement du Québec et autres (Qc)
WHEREAS the Registrar has, pursuant to Rule 67 of the Rules of the Supreme Court of Canada, requested that a judge
make an order under Rule 66;
WHEREAS a notice has been sent to the parties in accordance with Rule 67 of the Rules of the Supreme Court of
Canada;
WHEREAS representations have been made in response to the notice given under Rule 67;
AND THE NOTICE of the Registrar and the representations made having been read;
BY VIRTUE OF THE power given to me under Rule 66 of the Rules of the Supreme Court of Canada,
I HEREB Y ORDER THAT:
Albert Beauchamp is barred from filing any further documents relating to this proceeding.
ATTENDU QUE, en vertu de l’art. 67 des Règles de la Cour Suprême du Canada, le registraire a demandé à un juge
de rendre une ordonnance fondée sur l’art. 66;
ATTENDU QUE les parties ont été avisées conformément à l’art. 67 des Règles de la Cour suprême du Canada;
ATTENDU QUE des observations ont été soumises en réponse au préavis donné en vertu de la règle 67;
APRÈS EXAMEN du préavis donné par le registraire et des observations soumises;
- 375 -
MOTIONS
REQUÊTES
EN VERTU DU pouvoir qui m’est conféré par l’art. 66 des Règles de la Cour suprême du Canada,
J’ORDONNE PAR LES PRÉSENTES CE QUI SUIT :
Il est interdit à M. Albert Beauchamp de déposer tout autre document relativement à la présente procédure.
20.02.2014
Before / Devant: THE DEPUTY REGISTRAR / LA REGISTRAIRE ADJOINTE
Requête
preuve
Motion for examination of evidence
sollicitant
l’examen
d’éléments
de
Larry Peter Klippenstein
v. (35588)
Manitoba Human Rights Commission (Man.)
DISMISSED / REJETÉE
20.02.2014
Before / Devant : LEBEL J. / LE JUGE LEBEL
Miscellaneous motion
Requête diverse
Marine Services International Limited et al.
v. (34429)
Estate of Joseph Ryan, by its Administratrix,
Yvonne Ryan et al. (N.L.)
DISMISSED / REJETÉE
UPON APPLICATION by the intervener, Workplace Health, Safety and Compensation Commission, for an extension
of time to serve and file a motion pursuant to Rules 76 and 81 of the Rules of the Supreme Court of Canada;
AND UPON APPLICATION by the intervener, Workplace Health, Safety and Compensation Commission, for a re hearing of the appeal or, in the alternative, for an order amending the judgment of the appeal rendered August 2, 2013;
AND THE MATERIAL FILED having been read;
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
The motion for an extension of time is granted. In the circumstances, it is appropriate to proceed with the motion for an
order amending the judgment of the appeal rendered August 2, 2013 under Rule 81. The motion is dismissed without
costs. The original order of this Court is clear that no costs are awarded in this Court and that the orders of the lower
courts are overturned in their entirety, including the costs awards that were incidental to them.
- 376 -
MOTIONS
REQUÊTES
À LA SUITE DE LA DEMANDE présentée par l’intervenante, la Workplace Health, Safety and Compensation
Commission, pour obtenir la prorogation du délai pour signifier et déposer une requête en vertu des articles 76 et 81 des
Règles de la Cour suprême du Canada;
ET À LA SUITE DE LA DEMANDE présentée par l’intervenante, la Workplace Health, Safety and Compensation
Commission, en nouvelle audition de l’appel ou, subsidiairement, pour obtenir une ordonnance modifiant le jugement
statuant sur l’appel rendu le 2 août 2013;
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés;
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
La requête en prorogation du délai est accueillie. Dans les circonstances, il convient de trancher la requête pour obtenir
une ordonnance modifiant le jugement statuant sur l’appel rendu le 2 août 2013 présentée en vertu de la règle 81. La
requête est rejetée sans dépens. L’ordonnance originale rendue par la Cour énonce clairement qu’aucuns dépens n’est
accordé pour l’appel devant elle et que les ordonnances rendues par les cours d’instance inférieu re sont entièrement
infirmées y compris les mentions qui y étaient accessoires relatives aux dépens.
- 377 -
APPEALS HEARD SINCE LAST ISSUE
AND DISPOSITION
APPELS ENTENDUS DEPUIS LA
DERNIÈRE PARUTION ET RÉSULTAT
21.02.2014
Coram: McLachlin C.J. and Cromwell, Moldaver, Karakatsanis and Wagner JJ.
Alvin Daniel Waite
C. John Hooker and Eleanor Funk for the appellant.
v. (35499)
Her Majesty
(As of Right)
the
Jolaine Antonio
respondent.
Queen
(Alta.)
and Matt Dalidowicz for the
(Criminal)
2014 SCC 17 / 2014 CSC 17
DISMISSED / REJETÉ
JUDGMENT:
JUGEMENT :
The appeal from the judgment of the Court of Appeal
of Alberta (Calgary), Number 0801-0092-A, 2013
ABCA 257, dated July 11, 2013, was heard on
February 21, 2014, and the Court on that day
delivered the following judgment orally:
L’appel interjeté contre l’arrêt de la Cour d'appel de
l’Alberta (Calgary), numéro 0801-0092-A, 2013
ABCA 257, en date du 11 juillet 2013, a été entendu
le 21 février 2014, et la Cour a prononcé oralement le
même jour le jugement suivant :
THE CHIEF JUST ICE — On this appeal as of right, the
appellant raises three questions of law on which a
judge of the Alberta Court of Appeal dissented. Two
of them can be dealt with summarily. First, the
appellant submits that the trial judge was required as
part of her instructions on reasonable doubt to
specifically direct the jury that they had to acquit both
accused if they could not decide which accused had
committed the murder. Second, the appellant submits
that the trial judge failed to properly explain to the
jury the relationship between the intoxication defence
and the mens rea required for aiding and abetting
second degree murder. For the reasons given by
Rowbotham J.A. in the Court of Appeal, we would
not give effect to these grounds.
[T RADUCT ION]
LA JUGE EN CHEF — Dans le présent appel de plein
droit, l’appelant soulève trois questions de droit sur
lesquelles une juge de la Cour d’appel de l’Alberta a
exprimé sa dissidence.
Deux de ces questions
peuvent être tranchées sommairement. Premièrement,
l’appelant soutient que la juge du procès était tenue,
dans ses directives sur le doute raisonnable, de dire
expressément aux jurés qu’ils devaient acquitter les
deux accusés s’ils étaient incapables de décider lequel
de ceux-ci avait commis le meurtre. Deuxièmement,
l’appelant prétend que la juge du procès n’a pas
expliqué adéquatement au jury le lien entre la défense
d’ivresse et la mens rea requise pour l’infraction
d’avoir aidé et encouragé quelqu’un à commettre un
meurtre au deuxième degré. Pour les motifs exposés
par la juge Rowbotham de la Cour d’appel, nous
sommes d’avis de rejeter ces moyens d’appel.
The third ground of appeal relates to certain out-ofcourt statements made by the appellant’s co-accused
and which the Crown introduced into evidence against
the co-accused as party admissions. The appellant
submits that the trial judge erred by failing to instruct
the jury that it could rely on those statements for their
truth in determining their verdict in relation to the
appellant.
Le troisième moyen d’appel porte sur certaines
déclarations extrajudiciaires faites par le co-accusé de
l’appelant et que le ministère public a déposées en
preuve contre le co-accusé en tant qu’aveux.
L’appelant plaide que la juge du procès a fait erreur en
omettant de dire aux jurés que, pour rendre leur
verdict à l’égard de l’appelant, ils pouvaient s’appuyer
sur ces déclarations comme preuves de la véracité de
leur contenu.
We would not give effect to this argument. The
Cet argument ne peut selon nous être retenu. Selon la
- 378 -
APPEALS HEARD SINCE LAST ISSUE AND
DISPOSITION
APPELS ENTENDUS DEPUIS LA DERNIÈRE
PARUTION ET RÉSULTAT
general rule is that out-of-court statements by a party
may be adduced as evidence of their truth by an
opposite party. But, as the trial judge instructed the
jury, statements admitted on that basis may in general
be used only in deciding the case of the accused who
made the statements. The trial judge gave this
standard instruction with the express agreement of
trial counsel. She did not err in doing so. The
appellant’s counsel at trial did not seek to adduce the
co-accused’s out-of-court statements for their truth as
part of the appellant’s case under the principled
approach to the hearsay rule or on any other basis.
règle générale, les déclarations extrajudiciaires d’une
partie peuvent être produites en preuve par une partie
adverse comme preuves de la véracité de leur contenu.
Mais, comme l’a dit au jury la juge du procès, en
général les déclarations admises en preuve sur cette
base peuvent être utilisées uniquement pour décider
du sort de leur auteur. Elle a formulé cette directive
standard avec l’assentiment exprès des avocats au
procès. Elle n’a pas commis d’erreur en le faisant.
Au procès, l’avocat de l’appelant n’a pas tenté, dans le
cadre de la défense de son client, de présenter les
déclarations extrajudiciaires du co-accusé comme
preuves de la véracité de leur contenu en vertu de
l’approche raisonnée en matière de ouï-dire ou de
quelque autre fondement.
There appears to be nothing that would have
prevented the appellant from attempting to have these
statements considered for their truth under the
principled approach to the hearsay rule. However, no
such attempt was made here. There was, therefore, no
basis raised for the judge to give the instruction now
sought. We note that R. v. Edwards, 2004 BCCA 558,
in which one accused adduced in evidence as part of
his case an inculpatory out of court statement by a coaccused, gives rise to different issues which we do not
have to address here.
Il semble que rien n’empêchait l’appelant de tenter de
soumettre ces déclarations comme preuves de la
véracité de leur contenu suivant cette approche. Or,
aucune tentative de la sorte n’a été faite en l’espèce.
Il ne s’est donc rien produit qui aurait justifié la juge
de formuler la directive sollicitée aujourd’hui.
Soulignons que l’affaire R. c. Edwards, 2004 BCCA
558, où un accusé a produit en preuve pour sa défense
la déclaration incriminante de son co-accusé, soulève
des questions différentes, que nous n’avons pas à
examiner en l’espèce.
While that is sufficient to address the legal issues on
which the dissent in the Court of Appeal was based,
we also observe that the statements made by the
appellant and his co-accused were highly unreliable
on their face and tended, in any event, to incriminate
both of them. There is no suggestion that defence
counsel not pursuing the admissibility of these
statements as evidence of their truth by virtue of the
principled approach to hearsay or seeking a severance
so that the co-accused would be a compellable witness
were anything other than reasonable tactical decisions.
No basis has been shown to permit the appellant to
revisit these matters on appeal: see R. v. J.F., 2013
SCC 12, at para. 68.
Bien que ce qui précède suffise pour trancher les
questions de droit sur lesquelles reposait la dissidence
en Cour d’appel, nous tenons également à souligner
que les déclarations de l’appelant et de son co-accusé
étaient en apparence très peu fiables et tendaient, en
tout état de cause, à les incriminer tous les deux.
Personne ne prétend que constituait autre chose que
des décisions tactiques raisonnables le fait pour
l’avocat de la défense de ne pas avoir sollicité
l’admission de ces déclarations comme preuves de la
véracité de leur contenu suivant l’approche raisonnée
en matière de ouï-dire, ou la tenue d’un procès distinct
pour que le co-accusé devienne un témoin
contraignable. Aucune raison justifiant de permettre à
l’appelant de réexaminer ces questions en appel n’a
été démontrée : voir R. c. J.F., 2013 CSC 12, par. 68.
For these reasons, the appeal is dismissed.
Pour ces motifs, l’appel est rejeté.
Nature of the case:
Nature de la cause :
Criminal law - Charge to jury - Whether the trial
judge erred by failing to advise the jury that if it found
that a co-accused had admitted, in an out-of-court
statement, that he was the one who killed the victim,
or alternatively, that he was the person who slit the
Droit criminel - Exposé au jury - Le juge du procès at-il eu tort de ne pas dire au jury que s’il concluait
qu’un coaccusé avait admis, dans une déclaration
extrajudiciaire, être celui qui avait tué la victime ou,
subsidiairement, être la personne qui avait tranché la
- 379 -
APPEALS HEARD SINCE LAST ISSUE AND
DISPOSITION
APPELS ENTENDUS DEPUIS LA DERNIÈRE
PARUTION ET RÉSULTAT
victim’s throat, the admission could be used in
determining the accused’s culpability - Whether the
trial judge erred by failing to instruct the jury properly
on the potential acquittal of both co-accused Whether the trial judge erred in failing to adequately
instruct the jury in relation to aiding and abetting, and
intoxication.
gorge de la victime, l’admission pourrait être utilisée
pour déterminer la culpabilité de l’accusé? - Le juge
du procès a-t-il eu tort de ne pas donner au jury des
directives appropriées sur l’acquittement éventuel des
deux coaccusés? - Le juge du procès a-t-il eu tort de
ne pas donner au jury des directives adéquates en lien
avec l’aide et l’encouragement et l’intoxication?
21.02.2014
Coram: McLachlin C.J. and Cromwell, Moldaver, Karakatsanis and Wagner JJ.
Her Majesty the Queen
Gerald K. Quinn Q.C. and Henry S. Brown, Q.C. for
the appellant.
v. (35504)
Mitchell T. MacLeod and Jonathan Melo for the
respondent.
Jeffery Lea Hogg (P.E.I.) (Criminal) (As of Right)
2014 SCC 18 / 2014 CSC 18
ALLOWED / ACCUEILLI
JUDGMENT:
JUGEMENT :
The appeal from the judgment of the Prince Edward
Island Court of Appeal, Number S1-CA-1261, 2013
PECA 11, dated August 2, 2013, was heard on
February 21, 2014, and the Court on that day
delivered the following judgment orally:
L’appel interjeté contre l’arrêt de la Cour d’appel de
l’Île-du-Prince-Édouard, numéro S1-CA-1261, 2013
PECA 11, en date du 2 août 2013, a été entendu le 21
février 2014, et la Cour a prononcé oralement le
même jour le jugement suivant :
THE CHIEF JUST ICE — We agree with the conclusion
reached by McQuaid J.A., dissenting in the Court of
Appeal, that the trial judge did not err in his
application of the burden of proof, and there was
therefore no basis for appellate intervention. The
appeal is allowed and the conviction restored.
[T RADUCT ION]
LA JUGE EN CHEF — Nous souscrivons à la conclusion
tirée par le juge McQuaid, dissident à la Cour d’appel,
portant que le juge du procès n’a pas commis d’erreur
en appliquant le fardeau de la preuve et qu’il n’y a
donc pas matière à intervention en appel. Le pourvoi
est accueilli et la déclaration de culpabilité est
rétablie.
Nature of the case:
Nature de la cause :
(PUBLICAT ION BAN IN CASE)
(ORDONNANCE DE NON -PUBLICAT ION DANS LE
DOSSIER)
Criminal law - Sexual assault - Burden of proof Whether the trial judge misapplied the law with
respect to the applicable burden of proof - Whether
the majority erred in its interpretation and analysis of
R. v. W.(D.), [1994] 3 S.C.R. 521.
Droit criminel - Agression sexuelle - Fardeau de la
preuve - Le juge du procès a-t-il mal appliqué le droit
relatif au fardeau de la preuve applicable? - Les juges
majoritaires ont-ils commis une erreur dans leur
interprétation et analyse de l’arrêt R. c. W.(D.), [1994]
3 R.C.S. 521?
- 380 -
SUPREME COURT OF CANADA SCHEDULE / CALENDRIER DE LA COUR SUPRÊME
- 2013 OCTOBER - OCTOBRE
S
D
M
L
NOVEMBER - NOVEMBRE
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
4
5
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
DECEMBER - DÉCEMBRE
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
1
M
2
3
4
5
6
7
6
M
7
8
9
10
11
12
3
M
4
5
6
7
8
9
8
9
10
11
12
13
14
13
H
14
15
16
17
18
19
10
H
11
12
13
14
15
16
15
16
17
18
19
20
21
20
21
22
23
24
25
26
17
18
19
20
21
22
23
22
23
24
H
25
H
26
27
28
27
28
29
30
31
24
25
26
27
28
29
30
29
30
31
F
V
S
S
- 2014 JANUARY - JANVIER
S
D
M
L
T
M
FEBRUARY - FÉVRIER
W
M
T
J
F
V
S
S
H
1
2
3
4
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
MARCH - MARS
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
1
1
5
6
7
8
9
10
11
2
3
4
5
6
7
8
2
3
4
5
6
7
8
12
M
13
14
15
16
17
18
9
M
10
11
12
13
14
15
9
10
11
12
13
14
15
19
20
21
22
23
24
25
16
17
18
19
20
21
22
16
M
17
18
19
20
21
22
26
27
28
29
30
31
23
24
25
26
27
28
23
30
24
31
25
26
27
28
29
APRIL - AVRIL
S
D
M
L
MAY - MAI
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
4
5
S
D
M
L
T
M
W
M
JUNE - JUIN
T
J
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
1
2
3
4
5
6
7
6
7
8
9
10
11
12
4
5
6
7
8
9
10
8
9
10
11
12
13
14
13
M
14
15
16
17
H
18
19
11
M
12
13
14
15
16
17
15
M
16
17
18
19
20
21
20
H
21
22
23
24
25
26
18
H
19
20
21
22
23
24
22
23
24
25
26
27
28
27
28
29
30
25
26
27
28
29
30
31
29
30
Sittings of the court:
Séances de la cour :
Motions:
Requêtes :
M
Holidays:
Jours fériés :
H
18
87
9
5
sitting weeks / semaines séances de la cour
sitting days / journées séances de la cour
m otion and conference days / journées des requêtes et des conférences
holidays during sitting days / jours fériés durant les sessions
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising