SUPREME COURT OF COUR SUPRÊME DU CANADA

SUPREME COURT  OF COUR SUPRÊME DU CANADA
SUPREME COURT OF
CANADA
COUR SUPRÊME DU
CANADA
BULLETIN OF
PROCEEDINGS
BULLETIN DES
PROCÉDURES
This Bulletin is published at the direction of the
Registrar and is for general information only. It
is not to be used as evidence of its content,
which, if required, should be proved by
Certificate of the Registrar under the Seal of the
Court. While every effort is made to ensure
accuracy, no responsibility is assumed for errors
or omissions.
Ce Bulletin, publié sous l'autorité du registraire,
ne vise qu'à fournir des renseignements
d'ordre général. Il ne peut servir de preuve de
son contenu. Celle-ci s'établit par un certificat
du registraire donné sous le sceau de la Cour.
Rien n'est négligé pour assurer l'exactitude du
contenu,
mais
la Cour décline toute
responsabilité pour les erreurs ou omissions.
During Court sessions the Bulletin is usually
issued week ly.
Le Bulletin paraît en principe toutes les
semaines pendant les sessions de la Cour.
Where a judgment has been rendered, requests
for copies should be made to the Registrar, with
a remittance of $15 for each set of reasons. All
remittances should be made payable to the
Receiver General for Canada.
Quand un arrêt est rendu, on peut se procurer
les motifs de jugement en adressant sa
demande au registraire, accompagnée de 15 $
par exemplaire. Le paiement doit être fait à
l'ordre du Receveur général du Canada.
Consult the Supreme Court of Canada website
at www.scc-csc.gc.ca for more information.
Pour de plus amples informations, consulter le
site Web de la Cour suprême du Canada à
l’adresse suivante : www.scc-csc.gc.ca
April 4, 2014
© Supreme Court of Canada (2014)
ISSN 1918-8358 (Online)
574 - 631
Le 4 avril 2014
© Cour suprême du Canada (2014)
ISSN 1918-8358 (En ligne)
CONTENTS
TABLE DES MATIÈRES
Applications for leave to appeal
filed
574 - 575
Applications for leave submitted
to Court since last issue
576
Demandes d'autorisation d'appel
déposées
Demandes soumises à la Cour depuis la
dernière parution
Judgments on applications for
leave
577 - 601
Jugements rendus sur les demandes
d'autorisation
Motions
602 - 609
Requêtes
Appeals heard since last issue and
disposition
610
Appels entendus depuis la dernière
parution et résultat
Agenda
611
Calendrier
Summaries of the cases
612 - 631
Résumés des affaires
NOTICE
Case summaries included in the Bulletin are prepared by the Office of the Registrar of the
Supreme Court of Canada (Law Branch) for information purposes only.
AVIS
Les résumés de dossiers publiés dans le bulletin sont préparés par le Bureau du registraire
(Direction générale du droit) uniquement à titre d’information.
DEMANDES D’AUTORISATION
D’APPEL DÉPOSÉES
APPLICATIONS FOR LEAVE TO
APPEAL FILED
Emile Marcus Mennes
Emile Marcus Mennes
Ita Robbins
Ita Robbins
v. (35763)
v. (35772)
Her Majesty the Queen (Ont.)
Michael Bernstein
A.G. of Ontario
Cambridge Mortgage Investment Corporation
(B.C.)
Ronald A. Bakonyi
Bakonyi & Company
FILING DATE: 31.01.2014
FILING DATE: 12.02.2014
Jérôme Choquette
Jérôme Choquette
Marilyn Juel Shaw
Marilyn Juel Shaw
c. (35774)
v. (35751)
Pierre-Gabriel Guimont, en qualité de syndic
adjoint du Barreau du Québec (Qc)
Daniel Chénard
Howie Preston Boyda (Alta.)
Howie Preston Boyda
DATE DE PRODUCTION : 06.03.2014
FILING DATE: 04.03.2014
William Arnold Baldwin
John H. Hale
Hale Criminal Law Office
Robert Bilich
Robert Bilich
v. (35782)
v. (35759)
Toronto Police Services Board et al. (Ont.)
Michael C. Smith
Borden Ladner Gervais LLP
Her Majesty the Queen (Ont.)
Gillian E. Roberts
A.G. of Ontario
FILING DATE: 11.03.2014
FILING DATE: 11.03.2014
Nuwan Dilusha Jayamaha Mudalige Don
Jared Will
Jared Will & Associates
Gurdev Singh Mann
Gurdev Singh Mann
v. (35780)
v. (35760)
Gurpal Singh Saini et al. (Ont.)
James S.G. MacDonald
Davis Webb LLP
Minister of Citizenship and Immigration et al.
(F.C.)
Normand Lemyre
A.G. of Canada
FILING DATE: 12.03.2014
FILING DATE: 12.03.2014
- 574 -
APPLICATIONS FOR LEAVE TO APPEAL
FILED
DEMANDES D'AUTORISATION D'APPEL
DÉPOSÉES
Appliance Recycling Centers of America
Thomas McRae
Shibley Righton LLP
Quang Nguyen Phung
James Lockyer
Lockyer Campbell Posner
v. (35764)
v. (35765)
Amtim Capital Inc. (Ont.)
Ron Craigen
Gowling Lafleur Henderson LLP
Her Majesty the Queen (Ont.)
Gavin MacDonald
A.G. of Ontario
FILING DATE: 14.03.2014
FILING DATE: 14.03.2014
Alicia Ganitano
Ryan W. Parsons
Eyford Macaulay Shaw & Padmanabhan
LLP
Michael De Pinto et al.
Michael De Pinto
v. (35770)
v. (35766)
Toronto Community Housing (Ont.)
Orna Raubfogel
Toronto Community Housing
Corporation
Metro Vancouver Housing Corporation et al.
(B.C.)
Nadia K. Farinelli
Metro Vancouver Corporate Services
FILING DATE: 14.03.2014
FILING DATE: 14.03.2014
Maxwell Lloyd
Maxwell Lloyd
Michael Melchior Trupei
Michael Melchior Trupei
v. (35778)
v. (35783)
City of Toronto Inc. et al. (Ont.)
Matthew Cornett
City of Toronto
Commission des lésions professionnelles et al.
(Que.)
Émilie Lessard
Commission des lésions professionnelles
FILING DATE: 14.03.2014
FILING DATE: 14.03.2014
Jasvir Kaur Sahota
Rajinder S. Sahota
Sahota Barristers & Solicitors
Cory Lawrence Bitternose
Jennifer Ruttan
Ruttan Bates
v. (35768)
v. (35769)
Canada Border Services Agency et al. (F.C.)
Sarah Eustace
Department of Justice
Her Majesty the Queen (Alta.)
Christine Rideout
A.G. of Alberta
FILING DATE: 17.03.2014
FILING DATE: 17.03.2014
- 575 -
APPLICATIONS FOR LEAVE
SUBMITTED TO COURT SINCE
LAST ISSUE
DEMANDES SOUMISES À LA COUR
DEPUIS LA DERNIÈRE PARUTION
MARCH 31, 2014 / LE 31 MARS 2014
CORAM: Chief Justice McLachlin and Cromwell and Wagner JJ.
La juge en chef McLachlin et les juges Cromwell et Wagner
1.
J.P. et al. v. Minister of Public Safety and Emergency Preparedness (F.C.) (Civil) (By Leave) (35688)
2.
B306 v. Minister of Public Safety and Emergency Preparedness (F.C.) (Civil) (By Leave) (35685)
3.
Jesus Rodriguez Hernandez v. Minister of Public Safety and Emergency Preparedness (F.C.) (Civil) (By
Leave) (35677)
CORAM: LeBel, Karakatsanis and Wagner JJ.
Les juges LeBel, Karakatsanis et Wagner
4.
V.S. v. Her Majesty the Queen (Ont.) (Crim.) (By Leave) (35716)
5.
Sayed Geissah et al. v. British Columbia Medical Services Commission (B.C.) (Civil) (By Leave) (35754)
6.
Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse et autre c. Bombardier inc. (Bombardier
Aéronautique Centre de Formation) et autres (Qc) (Civile) (Autorisation) (35625)
CORAM: Abella, Rothstein and Moldaver JJ.
Les juges Abella, Rothstein et Moldaver
7.
Apotex Inc. v. Eli Lilly Canada Inc. et al. (F.C.) (Civil) (By Leave) (35714)
8.
Roman Catholic Episcopal Corporation of St. John’s v. Guardian Insurance Company of Canada (N.L.)
(Civil) (By Leave) (35667)
9.
Ronald Cowan et al. v. Hydro One Networks Inc. (Ont.) (Civil) (By Leave) (35732)
- 576 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES
DEMANDES D’AUTORISATION
APRIL 3, 2014 / LE 3 AVRIL 2014
35575
Jim Iredale c. Courses automobiles Mont-Tremblant inc., Circuit Mont-Tremblant inc.,
Événements 2002 - Circuit Mont-Tremblant inc., Circuit Mont-Tremblant, société en
commandite, agissant par sa commanditée Gestion Circuit Mont-Tremblant inc. et Ville de
Mont-Tremblant (Qc) (Civile) (Autorisation)
Coram :
Les juges LeBel, Karakatsanis et Wagner
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéros 500-09021526-116 et 500-09-021529-110, 2013 QCCA 1348, daté du 9 août 2013, est rejetée avec dépens en faveur des
intimées.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal),
Numbers 500-09-021526-116 and 500-09-021529-110, 2013 QCCA 1348, dated August 9, 2013, is dismissed with
costs to the respondents.
CASE SUMMARY
Municipal law ― Nuisance ― Administrative law ― Standard of review ― Validity of by -law ― Successive
variations in municipal control of noise coming from automobile racetrack ― Restrictions in force considered
inadequate by citizens who had purchased their property at time when closure of track was thought to be definite ―
Whether by-law in force unreasonable ― Whether by-law in force contrary to Quebec legislation ― Environment
Quality Act, R.S.Q. c. Q-2, s. 20 ― Municipal Powers Act, R.S.Q. c. C-47.1, ss. 3, 4 ― Mont-Tremblant by-law
(2003)-53, as amended by by-laws (2006)-53-2 and (2009)-53-3.
Since 1990, Mr. Iredale had lived a few hundred metres from the racetrack operated by the four respondent companies
in Mont-Tremblant. The track had existed since 1964 without ever violating successive zoning by -laws. Its owner
announced that it would close in 1987, which led to rezoning witho ut any apparent need for a buffer zone, but the
track was sold and activities went back into full swing. After a number of changes, the town adopted sound nuisance
standards in 2006. Although the standards imposed limits, 36 days of unrestricted races per year were allowed.
February 17, 2011
Quebec Superior Court
(Lalonde J.)
2011 QCCS 760
Applicant’s action in nullity allowed in part; various
provisions of impugned by-law declared invalid
August 9, 2013
Quebec Court of Appeal (Montréal)
(Thibault, Bich and Bélanger JJ.A.)
2013 QCCA 1348
Appeal allowed; applicant’s action dis missed
October 7, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
- 577 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit municipal ― Nuisances ― Droit administratif ― Norme de contrôle ― Validité d’un règlement ― Variantes
successives dans le contrôle municipal du bruit en provenance d’une piste de course automobile ― Restrictions en
vigueur jugées insuffisantes par des citoyens ayant acquis leur propriété à l’époque où la disparition de la piste avait
été considérée chose faite – Le règlement en vigueur est-il déraisonnable ? ― Le règlement en vigueur est-il contraire
aux lois québécoises? ― Loi sur la qualité de l’environnement, L.R.Q. ch. Q-2, art. 20 ― Loi sur les compétences
municipales, L.R.Q. ch. C-47.1, art. 3, 4 ― Règlement (2003)-53 de Mont-Tremblant, tel que modifié par les
règlements (2006)-53-2 et (2009)-53-3.
Depuis 1990, M. Iredale habite à quelques centaines de mètres de la piste de course qu’exploitent les quatre sociétés
intimées sur le territoire de Mont-Tremblant. La piste existe depuis 1964 et n’a jamais contrevenu aux règlements de
zonage successifs. Son propriétaire en a annoncé la fermeture en 1987, ce qui entraîna une modification de zonage
sans nécessité apparente de zone tampon, or la piste fut vendue et l’activité reprit de plus belle. Après plusieurs
fluctuations, la ville adopte en 2006 des normes relatives à la nuisance sonore. Bien que celles -ci prévoient des
limites, 36 jours par an de courses sans restriction sont permis.
Le 17 février 2011
Cour supérieure du Québec
(Le juge Lalonde)
2011 QCCS 760
Action du demandeur en nullité accueillie en partie;
dispositions diverses du règlement en litige déclarées
invalides.
Le 9 août 2013
Cour d’appel du Québec (Montréal)
(Les juges Thibault, Bich et Bélanger)
2013 QCCA 1348
Appel accueilli; action du demandeur rejetée.
Le 7 octobre 2013
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée.
35601
Christine Delicata and Pat Hyttenrauch v. Incorporated Synod of the Diocese of Huron and
Robert Bennett in his capacity as the Anglican Bishop of the Diocese of Huron AND
BETWEEN Christine Delicata, Pat Hyttenrauch, Tom Carman, Paul Almond, Harold
Dolman, Kathy Knight, David Henderson and St. Aidan’s Bequeathment and Finance Fund
v. Incorporated Synod of the Diocese of Huron (Ont.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Cromwell and Wagner JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C54245,
2013 ONCA 540, dated September 4, 2013, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C54245, 2013 ONCA
540, daté du 4 septembre 2013, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Trusts – Express trusts – Charitable trusts – Religious institutions – Disputes over church property – Membership of
an Anglican Church voting to leave the respondent Diocese – Applicant churchwardens bringing action on behalf of
- 578 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
members for declarations of beneficial ownership of church property and a charitable foundation – Whether the rule
enunciated by the House of Lords in Re Gulbenkian, [1970] A.C. 508 continues to apply in Canada with respect to
ascertaining the beneficiaries – Whether ascertained beneficiaries can invoke the rule in Saunders v. Vautier (1841),
Cr. Ph. 240 and vote to either wind up the trust or to remove the trust property from the trust – Whether the court can
consider extrinsic contextual evidence and evidence of the intention of t he incorporators of the charitable corporation
in the interpretation of the objects of a charitable corporation whose statement of objects is ambiguous – Whether
competing beneficiaries which require the judicial interpretation of an ambiguous trust instru ment should be required
to pay the costs of the litigation – When can an appellate court set aside a discretionary costs decision of a lower court.
Due to long-standing theological differences and the position of the respondent Diocese and the Anglican Church of
Canada on blessing same-sex unions, the membership of St. Aidan’s Anglican Church in Windsor voted to leave the
respondent Diocese and seek Episcopal oversight from a bishop other than the Bishop of Huron and a primate other
than the Primate of the Anglican Church of Canada. They brought an action for a declaration that the current members
of the church are the beneficial owners of the church property and of a charitable foundation established by members.
The respondent Diocese and its bishop defended the claim and brought a separate action for declaratory relief against
the churchwardens and other members of the congregation. The applicants’ action and their counterclaim in the
respondent’s action were dismissed. The Ontario Superior Court of Justice granted declarations that the church
property is owned by the respondent Diocese in trust for St. Aidan’s Parish or congregation and that the foundation
assets were held for the benefit of same. The vote to leave the Diocese was held ultra vires. While those members
who voted to leave severed their personal relationship with the Diocese, St. Aidan’s Parish of the Diocese remained
intact and would continue in perpetuity regardless of the changes in membership. The applicants were ordered to give
up possession of the land. The Ontario Court of Appeal dismissed the appeal and allowed a cross -appeal to award
costs to the respondents.
August 15, 2011
Ontario Superior Court of Justice
(Little J.)
2011 ONSC 4403
Applicants’ action and their counterclaim within the
respondents’ action are dismissed
September 26, 2012
Ontario Superior Court of Justice
(Rady J.)
2012 ONSC 4414
Parties ordered to bear their own costs
September 4, 2013
Court of Appeal for Ontario
(Rosenberg, Rouleau and Pepall (ad hoc) JJ.A.)
2013 ONCA 540
Appeal dismissed; leave to cross -appeal granted and
cross-appeal allowed in part to award costs to
respondents
November 4, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Fiducies – Fiducies expresses – Fiducies caritatives – Institutions religieuses – Différend portant sur des biens
ecclésiastiques – Les membres d'une église anglicane ont décidé, au terme d’un vote, de quitter le diocèse intimé – Les
marguilliers demandeurs ont intenté une action au nom des membres pour obtenir des jugements déclaratoires de
propriété bénéficiaire de biens ecclésiastiques et d’une œuvre de charité – La règle énoncée par la Chambre des lords
dans Re Gulbenkian, [1970] A.C. 508 continue-t-elle de s'appliquer au Canada pour la détermination des
- 579 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
bénéficiaires? – Les bénéficiaires déterminés peuvent-ils invoquer la règle énoncée dans Saunders c. Vautier (1841),
Cr. Ph. 240 et voter en faveur, soit de la liquidation de la fiducie, soit du retrait des biens fiduciaires de la fiducie? –
Le tribunal peut-il considérer des éléments de contexte extrinsèques et la preuve de l'intention des constituants de la
compagnie à fins charitables dans l'interprétation des objets de la compagnie dont l'énoncé des objets est ambigu? –
Les bénéficiaires concurrents qui demandent l'interprétation judiciaire d'un acte de fiducie ambigu devraient -ils être
tenus de payer les dépens? – Dans quelle situation une cour d'appel peut-elle infirmer la décision discrétionnaire
relative aux dépens d'une juridiction inférieure?
En raison de différends d’ordre théologique de longue date et de la position du diocèse intimé et de l'Église anglicane
du Canada sur la bénédiction des unions entre conjoin ts de même sexe, les membres de l'église anglicane de St. Aidan
à Windsor ont décidé, au terme d’un vote, de quitter le diocèse intimé et d'obtenir la supervision épiscopale d'un
évêque autre que l’évêque de Huron et d’un primat autre que l'Église anglican e du Canada. Ils ont intenté une action
en vue d'obtenir un jugement déclarant que les membres actuels de l'Église sont les propriétaires bénéficiaires des
biens ecclésiastiques et d'une œuvre de charité établie par les membres. Le diocèse intimé et son évêque ont opposé
une défense à la demande et ont intenté une action distincte en vue d'obtenir un jugement déclaratoire contre les
marguilliers et d'autres membres de la congrégation. L'action des demandeurs et leur demande reconventionnelle dans
l'action des intimés ont été rejetées. La Cour supérieure de justice de l'Ontario a prononcé des jugements déclarant que
les biens ecclésiastiques appartenaient au diocèse intimé en fiducie pour la paroisse ou la congrégation de St. Aidan et
que les éléments d'actif de l'œuvre de charité étaient détenus à l'avantage de la paroisse ou congrégation. La décision
prise par vote de quitter le diocèse a été jugé ultra vires. Même si les membres qui ont décidé par vote de quitter ont
rompu leurs relations personnelles avec le diocèse, la paroisse St. Aidan du diocèse demeurait intacte et continuerait à
perpétuité, indépendamment des changements d'effectif. La cour a ordonné aux demandeurs d'abandonner la
possession du terrain. La Cour d'appel de l'Ontario a rejeté l'appel et a accueilli un appel incident pour attribuer les
dépens aux intimés.
15 août 2011
Cour supérieure de justice de l'Ontario
(Juge Little)
2011 ONSC 4403
Action
des
demandeurs
et
demandes
reconventionnelles à l'action des intimés, rejetées
26 septembre 2012
Cour supérieure de justice de l'Ontario
(Juge Rady)
2012 ONSC 4414
La cour ordonne aux parties d'assumer leurs propres
frais
4 septembre 2013
Cour d'appel de l'Ontario
(Juges Rosenberg, Rouleau et Pepall (ad hoc))
2013 ONCA 540
Appel rejeté; autorisation d’appel incident accordée et
appel incident accueilli en partie pour attribuer les
dépens aux intimés
4 novembre 2013
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
- 580 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
35638
Her Majesty the Queen v. Davey Mato Butorac (B.C.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Cromwell and Wagner JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver), Number CA038867, 2013 BCCA 421, dated October 3, 2013, is dismissed without costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver),
numéro CA038867, 2013 BCCA 421, daté du 3 octobre 2013, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
(PUBLICAT ION BAN IN CASE)
Criminal Law — Evidence — Similar Fact Evidence — Whether Court of Appeal erred by applying the standard of
proof of beyond a reasonable doubt to individual items of evidence — Whether Court of Appeal erred by conducting a
microscopic examination of the evidence of similarities, and by failing to consider the cumulative effect o f the
evidence — Whether Court of Appeal erred by failing to properly relate evidence forming both a similarity between
the acts and evidence linking the respondent to the offences to the improbability of coincidence — Whether Court of
Appeal erred by failing to properly consider the admissibility of similar fact evidence on one of two counts
Gwendolyn Lawton and Sheryl Koroll were murdered four months apart. Mr. Butorac was charged with two counts of
second degree murder. There were similarities between the circumstances of the victims and the murders, however
there also were differences. The trial judge dismissed an application to sever the counts. The trial judge admitted the
evidence related to Ms. Koroll’s murder as circumstantial evidence relevant to identity and intent in Ms. Lawton’s
murder and the evidence related to Ms. Lawton’s murder as circumstantial evidence relevant to identity, intent and
defences in Ms. Koroll’s murder.
June 21, 2010
Supreme Court of British Columbia
(Arnold-Bailey J.)
2010 BCSC 876
Application to sever two counts of second degree
murder dismissed
July 29, 2010
Supreme Court of British Columbia
(Arnold-Bailey J.)
2010 BCSC 1066
Evidence admitted as similar fact evidence
July 29, 2010
Supreme Court of British Columbia
(Arnold-Bailey J.)
Convictions by jury on two counts of second degree
murder
October 3, 2013
Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver)
(Donald, Neilson, Hinkson JJ.A.)
2013 BCCA 421
Appeal allowed; Convictions set aside; Decision not to
sever counts set aside; New trial ordered
- 581 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
December 2, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
(ORDONNANCE DE NON -PUBLICAT ION DANS LE DOSSIER)
Droit criminel — Preuve — Preuve de faits similaires — La Cour d’appel a-t-elle eu tort d’appliquer la norme de la
preuve hors de tout doute raisonnable à des éléments de preuve individuels? — La Cour d’appel a-t-elle eu tort
d’examiner à la loupe la preuve de similarités et de ne pas avoir consid éré l’effet cumulatif de la preuve? — La Cour
d’appel a-t-elle eu tort de ne pas avoir dûment lié les éléments de preuve qui constituaient à la fois une similarité entre
les actes et une preuve qui liait l’intimé aux infractions à l’improbabilité d’une coïncidence? — La Cour d’appel
a-t-elle eu tort de ne pas avoir dûment considéré l’admissibilité de la preuve de faits similaires relativement à l’un des
deux chefs d’accusation?
Gwendolyn Lawton et Sheryl Koroll ont été assassinées à quatre mois d’interva lle. Monsieur Butorac a été accusé
sous deux chefs d’accusation de meurtre au deuxième degré. Il y avait des similitudes entre les circonstances des
victimes et des meurtres, mais il y avait également des différences . La juge du procès a rejeté une demande de
séparation des chefs d’accusation. La juge du procès a admis la preuve relative au meurtre de Mme Koroll en tant que
preuve circonstancielle pertinente quant à l’identité et à l’intention dans le cas du meurtre de Mme Lawton et elle a
admis la preuve relative au meurtre de Mme Lawton en tant que preuve circonstancielle pertinente quant à l’identité, à
l’intention et aux moyens de défense dans le cas du meurtre de Mme Koroll.
21 juin 2010
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Arnold-Bailey)
2010 BCSC 876
Demande en séparation de deux chefs d’accusation de
meurtre au deuxième degré, rejetée
29 juillet 2010
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Arnold-Bailey)
2010 BCSC 1066
Preuve admise en tant que preuve de faits similaires
29 juillet 2010
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Arnold-Bailey)
Déclaration de culpabilité par un jury sous deux chefs
de meurtre au deuxième degré
3 octobre 2013
Cour d’appel de la Colombie-Britannique
(Vancouver)
(Juges Donald, Neilson et Hinkson)
2013 BCCA 421
Appel accueilli; déclarations de culpabilité annulées;
décision de ne pas séparer les chefs annulée; nouveau
procès ordonné
2 décembre 2013
Cour suprême du Canada
Demande autorisation d’appel, déposée
- 582 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
35645
Boleslaw Tadeusz Szocik v. Attorney General of England and Wales (B.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Cromwell and Wagner JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver), Number CA040353, 2013 BCCA 443, dated October 9, 2013, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie -Britannique (Vancouver),
numéro CA040353, 2013 BCCA 443, daté du 9 octobre 2013, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Public international law — Jurisdictional immunity — Foreign states — Applicant bringing action in British Columbia
court alleging that United Kingdom secret service agents engaged in harassment campaign against him in that
province — Respondent applying to dismiss action on basis that court had no jurisdiction with respect to allegations
advanced – State Immunity Act providing that foreign state is not immune from jurisdiction of a court in any
proceedings that relate to personal or bodily injury occurring in Canada — Whether significant psychiatric injury falls
within meaning of “personal or bodily injury” — State Immunity Act, R.S.C. 1985, c. S-18, s. 6(a).
The applicant is a resident of London, England. He commenced an action in the British Columbia Supreme Court
against the respondent alleging that secret service agents of the United Kingdom have acted in a fashion to harass him
in the province of British Columbia by means of electronic devices that allowed them to speak directly into his brain.
The respondent brought an application to dismiss the action on the basis that the court had no jurisdiction with respect
to the allegations advanced against it by the applicant. The chambers judge accepted the respondent’s arguments that
it enjoyed immunity pursuant to the State Immunity Act and dismissed the action. The Court of Appeal dismissed the
applicant’s appeal.
October 5, 2012
Supreme Court of British Columbia
(Fitzpatrick J.)
2012 BCSC 1480
Action dismissed
October 9, 2013
Court of Appeal for British Columbia
(Hall, Garson and Willcock JJ.A.)
2013 BCCA 443
Appeal dismissed
December 9, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit international public — Immunité de juridiction — États étrangers — Le demandeur a intenté une action devant
une cour de la Colombie-Britannique alléguant que des agents des services secrets du Royaume -Uni avaient livré une
campagne de harcèlement contre lui dans cette province — L’intimé demande le rejet de l’action alléguant que la cour
n’a pas compétence à l’égard des allégations avancées – La Loi sur l’immunité des États prévoit qu’un État étranger
n’a pas d’immunité de juridiction dans les actions découlant de dommages corporels survenus au Canada — Un
- 583 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
préjudice psychiatrique important peut-il être assimilé à un « dommage corporel »? — Loi sur l’immunité des États,
L.R.C. 1985, ch. S-18, al. 6a).
Le demandeur est un résident de Londres, en Angleterre. Il a intenté une action contre l’intimé en Cour suprême de la
Colombie-Britannique, alléguant que des agents des services secrets du Royaume -Uni avaient agi de manière à le
harceler dans la province de Colombie-Britannique au moyen de dispositifs électroniques qui leur permettaient de
parler directement dans son cerveau.
L’intimé a demandé le rejet de l’action pour absence de compétence de la cour à l’égard des allégations avancées
contre lui par le demandeur. La juge en chambre a accueilli les arguments de l’intimé comme quoi il jouissait de
l’immunité en application de la Loi sur l’immunité des États et a rejeté l’action. La Cour d’appel a rejeté l’appel du
demandeur.
5 octobre 2012
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Fitzpatrick)
2012 BCSC 1480
Action rejetée
9 octobre 2013
Cour d’appel de la Colombie-Britannique
(Juges Hall, Garson et Willcock)
2013 BCCA 443
Appel rejeté
9 décembre 2013
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel, déposée
35668
GF Partnership v. Her Majesty the Queen (F.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
LeBel, Karakatsanis and Wagner JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Federal Court of Appeal, Number A -95-13,
2013 FCA 260, dated November 7, 2013, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel fédérale, numéro A -95-13, 2013 CAF 260,
daté du 7 novembre 2013, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Taxation – Goods and services tax – Rebates - Developer modifying sale agreements intended to make purchasers
liable for development fees in order to reduce GST payable on sale of new homes – Whether Mattamy could segregate
development charges from value of consideration for new homes and national economic cons equences to home
builder, home purchaser and Canada Revenue Agency – Whether Duke of Westminster principle applies to these
consumer transactions - Whether Mattamy was entitled to have contract interpreted in Tax Court, based on the proper
principles of contract interpretation – Whether tax law recognizes agency with respect to the collection of GST/HST
when non-taxable payments are made by one contracting party on behalf of another - Excise Tax Act, R.S.C. 1985, c.
E-15
- 584 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
The applicant, GF Partnership (“Mattamy”), is a real estate developer that builds residential subdivisions. In 2001, it
changed its standard form purchase and sale agreements to provide that the development charges for properties, not
subject to GST, were separated from the purchase price for the homes themselves. The purchase price was inclusive
of GST. Mattamy calculated and remitted GST on the purchase price excluding development charges and retained the
balance of the purchase price. The Minister reassessed Mattamy for GST owing on the entire purchase price. Mattamy
appealed the reassessment
February 12, 2013
Tax Court of Canada
(Woods J.)
2013 TCC 53
Applicant’s appeal from reassessment made under
Excise Tax Act dismissed
November 7, 2013
Federal Court of Appeal
(Noël, Sharlow and Near JJ.A..)
2013 FCA 260
Appeal dismissed
January 2, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Fiscalité — Taxe sur les produits et services — Remboursements — Promoteur modifiant des conventions de vente en
vue de rendre les acheteurs responsables du paiement des redevances d’aménagement et de réduire ainsi la TPS
payable lors de la vente d’habitations neuves — Mattamy pouvait-elle soustraire les redevances d’aménagement de la
valeur de la contrepartie versée pour les nouvelles habitations, et quelles sont les conséquences financières nationales
pour les constructeurs d’habitations, les acheteurs d’habitations et l’Agence du revenu du Canada? — Le principe issu
de l’arrêt Duke of Westminster s’applique-t-il à ces opérations commerciales? — Mattamy pouvait-elle demander à la
Cour de l’impôt d’interpréter le contrat au regard des principes d’interprétation contractuelles applicables? — Le droit
de l’impôt reconnaît-il l’existence d’un mandat relativement la perception de la TPS/TVH lorsqu’une partie
contractante fait des paiements non taxables au nom d’une autre? — Loi sur la taxe d’accise, L.R.C. 1985, ch. E-15?
La demanderesse, GF Partnership (« Mattamy »), est une promotrice immobilière construisant des lotissements
résidentiels. En 2001, elle a modifié ses conventions types d’achat et de vente de façon à soustraire les redevances
d’aménagement — non assujetties à la TPS — du prix d’achat des habitations elles -mêmes. Le prix d’achat incluait la
TPS. Matamy a calculé et remis la TPS sur le prix d’achat en excluant les redevances d’aménagement, et a conservé
le solde du prix d’achat. Le ministre a établi une nouvelle cotisation à l’égard de Mattamy pour la TPS payable sur la
totalité du prix d’achat. Mattamy a interjeté appel de cette nouvelle cotisation.
Appel par la demanderesse d’une nouvelle cotisation
établie en vertu de la Loi sur la taxe d’accise, rejeté
12 février 2013
Cour canadienne de l’impôt
(Juge Woods)
2013 CCI 53
- 585 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
7 novembre 2013
Cour d’appel fédérale
(Juges Noël, Sharlow et Near)
2013 CAF 260
Appel rejeté
2 janvier 2014
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée
35682
Chevron Corporation, Chevron Canada Limited v. Daniel Carlos Lusitande Yaiguaje,
Benancio Fredy Chimbo Grefa, Miguel Mario Payaguaje Payaguaje, Teodoro Gonzalo
Piaguaje Payaguaje, Simon Lusitande Yaiguaje, Armando Wilmer Piaguaje Payaguaje,
Angel Justino Piaguaje Lucitante, Javier Piaguaje Payaguaje, Fermin Piaguaje, Luis Agustin
Payaguaje Piaguaje, Emilio Martin Lusitande Yaiguaje, Reinaldo Lusitande Yaiguaje, Maria
Victoria Aguinda Salazar, Carlos Greea Huatatoca, Catalina Antonia Aguinda Salazar, Lidia
Alexandria Aguinda Aguinda, Clide Ramiro Aguinda Aguinda, Luis Armando Chimbo
Yumbo, Beatriz Mercedes Grefa Tanguila, Lucio Enrique Grefa Tanguila, Patricio Wilson
Aguinda Aguinda, Patricio Alberto Chimbo Yumbo, Segundo Angel Amanta Milan,
Francisco Matias Alvarado Yumbo, Olga Gloria Grefa Cerda, Narcisa Aida Tanguila
Naryaez, Bertha Antonia Yumbo Tanguila, Gloria Lucrecia Tanguila Grefa, Francis co Victor
Tanguila Grefa, Rosa Teresa Chimbo Tanguila, Maria Clelia Reascos Revelo, Heleodoro
Pataron Guaraca, Celia Irene Viveros Cusangua, Lorenzo Jose Alvarado Yumbo, Francisco
Alvarado Yumbo, Jose Gabriel Revelo Llore, Luisa Delia Tanguila Narvaez, Jos e Miguel
Ipiales Chicaiza, Hugo Gerardo Camacho Naranjo, Maria Magdalena Rodriguez Barcenes,
Elias Roberto Piyahuaje Payahuaje, Lourdes Beatriz Chimbo Tanguila, Octavio Ismael
Cordova Huanca, Maria Hortencia Viveros Cusangua, Guillermo Vincente Payaguaje
Lusitande, Alfredo Donaldo Payaguaje Payaguaje and Delfin Leonidas Payaguaje Payaguaje
(Ont.) (Civil) (By Leave)
Coram :
LeBel, Karakatsanis and Wagner JJ.
The applications for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C57019,
2013 ONCA 758, dated December 17, 2013, are granted with costs in the cause.
Les demandes d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C57019, 2013
ONCA 758, daté du 17 décembre 2013, sont accueillies avec dépens selo n l’issue de la cause.
CASE SUMMARY
(SEALING ORDER)
Private international law — Foreign judgments — Recognition — Enforcement — Proper test to determine whether a
provincial superior court has jurisdiction to entertain an action for recognition and enforcement of a foreign judgment
— Whether the real and substantial connection test is a universal test for the jurisdiction simpliciter of the Canadian
courts in any action and applies in a recognition and enforcement case — Whether constitutional imperatives preclude
any interpretation of provincial legislation or service ex juris rules as creating automatic or an irrebuttable presumption
of jurisdiction over foreign parties — Whether the doctrine of comity dictates against the assertion of jurisdiction over
foreign parties in an action when the adjudication of the issues will be academic, have no practical impact and serve no
purpose — Whether a “good arguable case” standard applies to the determination of facts essential to the assertion of
jurisdiction over a foreign party — Whether a real and substantial connection with the province is made out on these
facts when the sole connection between it and any of the parties of the underlying case is the presence of an indirect
- 586 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Canadian subsidiary of a foreign defendant — Is the presence of assets a pre-requisite to the recognition and
enforcement of a foreign judgment — What is the proper test to determine whether a provincial superior court has
jurisdiction to recognize and enforce a foreign judgment against a non -party to the foreign judgment not domiciled in
the province — Whether carrying on business in the province from an office in the province that bears no relation to
the subject matter of the action and having an “economically significant relationship” with the judgment debtor are
sufficient for there to be such jurisdiction — To what extent must a court faced with a jurisdictional challenge conduct
a threshold examination of the merits of an allegation essential to jurisdiction — If and in what circumstances can a
court that does not have jurisdiction to entertain a recognition and enforcement action against the judgment debtor,
have jurisdiction for recognition and enforcement of the judgment against a party which was not a party to the original
action — Whether, as a matter of jurisdiction simpliciter over a domestic defendant present in Ontario, the Court must
make a determination whether there is a real and substantial connection between the domestic defendant and the
subject matter of the action — Whether, as a matter of jurisdiction simpliciter, the Court must determine if the assets
of a 100 percent owned subsidiary are exigible to satisfy the final judgment against the parent.
The respondent plaintiffs brought an action in Ecuador against Chevron Corporation for harm caused to their lands and
interests by environmental pollution. They seek to have their final judgment of US$9.51 billion in damages
recognized and enforced in Ontario against the applicants. The applicants have not attorned to the jurisdiction and
brought motions for orders setting aside service ex juris, declaring that the court has no jurisdiction, and dismissing or
permanently staying the action. The Ontario Superior Court of Justice dismissed the motions to set aside service but
granted the motions for a stay of action on the basis that there was no reasonable prospect of recovery since Chevron
Corporation held no assets in Ontario. The Ontario Court of Appea l allowed the appeal, set aside the stay of action,
and dismissed the applicants’ cross -appeals.
May 1, 2013
Ontario Superior Court of Justice
(Brown J.)
2013 ONSC 2527
Motions to set aside service dismissed; motions for a
stay of action granted
December 17, 2013
Court of Appeal for Ontario
(MacPherson, Gillese and Hourigan JJ.A.)
2013 ONCA 758
Respondents’ appeal allowed, stay of action set aside;
cross-appeals by applicants dismissed
January 13, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed by
Chevron Corporation
January 13, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed by Chevron
Canada Limited
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
(ORDONNANCE DE MISE SOUS SCELLÉS)
Droit international privé — Jugements étrangers — Reconnaissance — Exécution — Critère applicable pour
déterminer si une cour supérieure provinciale peut connaître d’une action en reconnaissance et exécution du jugement
d’un tribunal étranger — Le critère du lien réel et substantiel constitue-t-il un critère universel de simple
reconnaissance de compétence des tribunaux canadiens dans toute action et s’applique-t-il dans une affaire portant sur
la reconnaissance et l’exécution d’un jugement étranger? — Les impératifs constitutionnels font-ils obstacle à une
- 587 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
interprétation de la législation provinciale ou des règles de significatio n ex juris selon laquelle il y a compétence
d’office ou une présomption irréfutable de compétence à l’égard des parties étrangères? — La doctrine de la courtoisie
empêche-t-elle le tribunal de se déclarer compétent à l’égard de parties étrangères dans le c adre d’une action où la
décision revêtera un caractère théorique, sera dépourvue d’incidence concrète et ne servira aucune fin? – La norme de
la « cause tout à fait défendable » s’applique-t-elle à la détermination de faits essentiels à la déclaration de compétence
à l’égard d’une partie étrangère? — Un lien réel et substantiel avec la province est-il établi à la lumière de ces faits si
le seul lien entre cette dernière et l’une ou l’autre des parties à l’action intentée dans l’autre ressort est la présence au
Canada d’une filiale indirecte d’un défendeur étranger? — La reconnaissance et l’exécution d’un jugement étranger
sont-elles subordonnées à la présence d’actifs? — Quel est le critère applicable pour déterminer si une cour supérieure
provinciale peut reconnaître et exécuter un jugement étranger contre une personne qui n’est pas partie au jugement
étranger et qui n’est pas domiciliée dans la province? — Le fait d’avoir un bureau dans la province et d’y faire des
affaires sans aucun rapport avec le sujet de l’action et le fait d’entretenir des « rapports économiques importants » avec
le débiteur judiciaire suffisent-ils pour qu’il y ait compétence? — Dans quelle mesure un tribunal saisi d’une
contestation quant à la compétence doit-il juger au fond une allégation essentielle pour déterminer la compétence afin
de déterminer si elle atteint le seuil nécessaire? — Dans quelles circonstances, s’il y en a, un tribunal ne pouvant
connaître d’une action en reconnaissance et exécution contre le débiteur judiciaire a-t-il compétence pour reconnaître
et exécuter un jugement prononcé contre une partie qui n’était pas partie à l’action initiale? — La Cour doit-elle, en
vertu de sa compétence à l’égard d’un défendeur présent en Ontario, déterminer s’il existe un lien ré el et substantiel
entre le défendeur ontarien et le sujet de l’action? — La Cour doit-elle, en vertu de sa compétence, déterminer si les
actifs d’une filiale en propriété exclusive sont exigibles à l’égard du jugement final prononcé contre la société mère?
Les demandeurs- intimés ont intenté une action en Équateur contre Chevron Corporation pour préjudice causé à leurs
terres et à leurs intérêts par la pollution environnementale. Ils se pourvoient en reconnaissance et exécution contre les
demandeurs, en Ontario, du jugement final qui leur accorde 9,51 milliards de dollars américains en
dommages-intérêts. Les demandeurs n’ont pas acquiescé à la compétence et ont présenté des requêtes en vue
d’obtenir une ordonnance qui annulerait la signification ex juris, une déclaration d’incompétence de la cour, et le rejet
ou le sursis permanent de l’action. La Cour supérieure de justice de l’Ontario a rejeté les requêtes visant à faire
annuler la signification, mais a accueilli les requêtes en sursis de l’action au motif qu’il n’y ava it aucune perspective
raisonnable de recouvrement puisque Chevron Corporation ne détenait aucun actif en Ontario. La Cour d’appel de
l’Ontario a accueilli l’appel, annulé le sursis et rejeté l’appel incident interjeté par les demandeurs.
Le 1er mai 2013
Cour supérieure de justice de l’Ontario
(Juge Brown)
2013 ONSC 2527
Requêtes en annulation de la signification rejetées;
requêtes en sursis accueillies
Le 17 décembre 2013
Cour d’appel de l’Ontario
(Juges MacPherson, Gillese et Hourigan)
2013 ONCA 758
Appel des intimés accueilli, sursis de l’action annulé;
appels incidents intentés par les demandeurs rejetés
Le 13 janvier 2014
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée par
Chevron Corporation
Le 13 janvier 2014
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée par Chevron
Canada Limited
- 588 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
35687
Shane Huard v. Her Majesty the Queen (Ont.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Cromwell and Wagner JJ.
The applicant’s motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is
granted. The respondent’s motion for an extension of time to serve and file the response is granted. The application
for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C52019, 2013 ONCA 650, dated
October 29, 2013, is dismissed without costs.
La requête du demandeur en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation
d’appel est accueillie. La requête de l’intimée en prorogation du délai de signification et de dépôt de la réponse est
accueillie. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C52019, 2013
ONCA 650, daté du 29 octobre 2013, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
Charter of rights — Criminal law — Principles of fundamental justice — Whether the disparity between the
deprivation of liberty which follows a conviction of an aider and abettor of first degree murder and that which follows
the conviction of the principal of second degree murder constitutes a breach of s. 7 of the Canadian Charter of Rights
and Freedoms.
The applicant, Mr. Huard, and another man, Mr. Zoldi, were accused of killing a drug dealer. The Crown’s position at
both Mr. Huard’s and Mr. Zoldi’s trials was that Mr. Zoldi was the shooter and that Mr. Huard was an aider or abettor.
Mr. Huard’s trial was held first, and he was convicted of first degree murder. Over a year later, Mr. Zoldi’s trial
proceeded and resulted in a conviction for second degree murder. Mr. Huard appealed his conviction, arguing, among
other things, that because he was less morally culpable than Mr. Zoldi, he should not be convicted of a greater or more
serious offence. The Court of Appeal unanimously dismissed the appeal.
February 11, 2010
Ontario Superior Court of Justice
(Thomas J.)
Applicant convicted of first degree murder
October 29, 2013
Court of Appeal for Ontario
(MacFarland, Watt and Epstein JJ.A.)
2013 ONCA 650
Appeal dismissed
January 14, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
January 15, 2014
Supreme Court of Canada
Motion for extension of time to file and serve
application for leave to appeal filed
March 3, 2014
Supreme Court of Canada
Motion to extend time to file and serve response to
application filed
- 589 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Charte des droits — Droit criminel — Principes de justice fondamentale — La disparité entre la privation de liberté
subie par une personne déclarée coupable d’avoir aidé et encouragé quelqu’un d’autre à commettre un meurtre au
premier degré et la privation de liberté imposée à l’auteur principal déclaré coupable de meurtre au deuxième degré
constitue-t-elle une violation de l’art. 7 de la Charte canadienne des droits et libertés?
Le demandeur, M. Huard, et un autre homme, M. Zoldi, ont été accusés du meurtre d’un trafiquant de drogue. Aux
deux procès, le ministère public a prétendu que M. Zoldi avait tiré et que M. Huard avait aidé à la perpétration du
meurtre ou l’avait encouragée. M. Huard a subi son procès en premier et a été déclaré coupable de meurtre au premier
degré. Plus d’un an plus tard, le procès de M. Zoldi a été tenu et a donné lieu à une déclaration de culpabilité pour
meurtre au deuxième degré. M. Huard a interjeté appel de sa déclaration de culpabilité, soutenant notamment que,
comme il était moins coupable, sur le plan moral, que M. Zoldi, il n’aurait pas dû être déclaré coupable d’une
infraction plus grave. La Cour d’appel a rejeté unanimement l’appel.
11 février 2010
Cour supérieure de justice de l’Ontario
(Juge Thomas)
Demandeur déclaré coupable de meurtre au premier
degré
29 octobre 2013
Cour d’appel de l’Ontario
(Juge MacFarland, Watt et Epstein)
2013 ONCA 650
Appel rejeté
14 janvier 2014
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée
15 janvier 2014
Cour suprême du Canada
Requête en prorogation du délai de dépôt et de
signification d’une demande d’autorisation d’appel,
déposée
3 mars 2014
Cour suprême du Canada
Requête en prorogation du délai de dépôt et de
signification d’une réponse à la demande, déposée
35689
William Jacob Mastop v. Her Majesty the Queen (B.C.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
LeBel, Karakatsanis and Wagner JJ.
The ancillary motion is granted. The publication and distribution of any material that refers to the names of
three incarcerated individuals shall be restricted. The application for leave to appeal from the judgment of the Court
of Appeal for British Columbia (Vancouver), Number CA040852, 2013 BCCA 494, date d November 18, 2013, is
dismissed without costs.
La requête accessoire est accueillie. La publication et la distribution de tout document qui fait référence aux
noms des trois personnes incarcérées seront limitées. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel
de la Colombie-Britannique (Vancouver), numéro CA040852, 2013 BCCA 494, daté du 18 novembre 2013, est
rejetée sans dépens.
- 590 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
CASE SUMMARY
(PUBLICAT ION BAN IN CASE)
Criminal law — Sentencing — Considerations — Applicant pleaded guilty to participating in or contributing to the
activities of a criminal organization, contrary to s. 467.11 of the Criminal Code — Sentence appeal allowed and period
of imprisonment increased — Whether the Court of Appeal erred by holding that a sentencing judge, when proceeding
pursuant to Part XXIII of the Criminal Code, is prohibited from considering a lack of actual or proven consequences
arising from the criminal conduct as a mitigating factor in assessing the gravity of the offence or the moral
blameworthiness of the offender.
The applicant pleaded guilty to participating in or contributing to the activities of a criminal o rganization, contrary to
s. 467.11 of the Criminal Code. He was sentenced to one year in prison. The Crown appeal was allowed. The period
of imprisonment was increased from one year to two and one-half years.
April 4, 2013
Supreme Court of British Columbia
(McEwan J.)
2013 BCSC 738
http://canlii.ca/t/fx8jz
Sentence imposed: one year imprisonment
November 18, 2013
Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver)
(Donald, MacKenzie, Stromberg-Stein JJ.A.)
2013 BCCA 494
http://canlii.ca/t/g1w51
Leave to appeal sentence granted; Appeal from
sentence allowed and period of imprisonment
increased to 2 ½ years
January 16, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
(ORDONNANCE DE NON -PUBLICAT ION DANS LE DOSSIER)
Droit criminel — Détermination de la peine — Facteurs devant être pris en considération —
Demandeur plaidant
coupable d’avoir participé aux activités d’une organisation criminelle ou d’y avoir contribué contrairement à
l’art. 467.11 du Code criminel — Appel de la peine accueilli et prolongation de la période d’emprisonnement — La
Cour d’appel a-t-elle commis une erreur en concluant que le juge chargé de déterminer la peine ne peut, sous le régime
de la partie XXIII du Code criminel, considérer le fait que le comportement criminel n’a eu aucune conséquence réelle
ou prouvée comme une circonstance atténuante dans l’évaluation de la gravité de l’infraction ou de la culpabilité
morale du délinquant?
Le demandeur a plaidé coupable à l’accusation d’avoir participé aux activités d’une organisation criminelle ou d’y
avoir contribué contrairement à l’art. 467.11 du Code criminel. Il a été condamné à un an d’emprisonnement. L’appel
interjeté par le ministère public a été accueilli. La peine est passée d’un an à deux ans et demi d’emprisonnement.
- 591 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
4 avril 2013
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge McEwan)
2013 BCSC 738
http://canlii.ca/t/fx8jz
Peine imposée : un an d’emprisonnement
18 novembre 2013
Cour d’appel de la Colombie-Britannique
(Vancouver)
(Juges Donald, MacKenzie et Stromberg-Stein)
2013 BCCA 494
http://canlii.ca/t/g1w51
Autorisation d’appel de la peine accordée; appel de la
peine accueilli et période d’emprisonnement prolongée
à 2 ½ ans
16 janvier 2014
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée
35692
British Columbia Ferry and Marine Workers ’ Union v. British Columbia Ferry Services Inc.
(B.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Cromwell and Wagner JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver), Number CA038486, 2013 BCCA 497, dated November 20, 2013, is dismissed without costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver),
numéro CA038486, 2013 BCCA 497, daté du 20 novembre 2013, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
Charter of Rights — Freedom of association — Administrative law — Boards and tribunals — Jurisdiction —
Appropriate forum in which to apply for a remedy under s. 24(1) of the Charter where an administrative tribunal
exceeds its jurisdiction by rendering an award inconsistent with the Charter — Whether Court of Appeal has
jurisdiction to determine whether a labour arbitrator exceeded his jurisdiction by rendering a decision inconsistent with
the Charter or its values under s. 100 of the Labour Relations Code, R.S.B.C. 1996, c. 244 — Whether Court of
Appeal is a court of competent jurisdiction for the purpose of s. 24(1) of the Charter with respect to Charter issues
arising under the Code.
British Columbia Ferry Services Inc. proposed the removal of several positions from t he B.C. Ferry and Marine
Workers Union. Having concluded that the relations between the parties and their collective agreement permitted him
to base his decision on factors broader than the Board’s policy framework, the arbitrator found that approximately 161
employees perform management functions and removed them from the bargaining unit.
The British Columbia Labour Relations Board upheld the arbitrator’s decision and later rejected the Union’s
application for reconsideration. The Union then applied for judicial review of the decision upholding the arbitrator’s
decision and the reconsideration decision. The British Columbia Supreme Court dismissed the application for judicial
review. The Union filed an appeal from the dismissal of the petition for judic ial review under s. 99 of the Labour
Relations Code, R.S.B.C. 1996, c. 244, and from the decision upholding the arbitration award under s. 100 of the
Code. Both appeals were dismissed. Leave to appeal the s. 100 decision is now sought.
- 592 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
May 9, 2011
British Columbia Labour Relations Board
(Saunders, Vice Chair)
BCLRB No. B74/2011
Arbitration award removing approximately
employees from bargaining unit due to
performance of management functions upheld
161
the
June 10, 2011
British Columbia Labour Relations Board
(Mullin, Chair; Fleming, Associate Chair,
Adjudication; Wilkins, Vice-Chair)
BCLRB No. B100/2011
Leave for reconsideration denied
May 9, 2012
Supreme Court of British Columbia
(N. Smith J.)
2012 BCSC 663
Application for judicial review dismissed
November 20, 2013
Court of Appeal for British Columbia (Vancouver)
(Saunders, Frankel, D. Smith, JJ.A.)
2013 BCCA 497
CA039980, brought under s. 99 of the Labour
Relations Code, R.S.B.C. 1996, c. 244, and
CA038486, brought under s. 100 of the Code,
dismissed
January 20, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal decision in CA038486
filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Charte des droits — Liberté d’association — Droit administratif — Organismes et tribunaux administratifs —
Compétence — Tribunal compétent pour connaître d’une demande de réparation en application du par. 24(1) de la
Charte lorsqu’un tribunal administratif outrepasse sa compétence en rendant une sentence incompatible avec la Charte
— La Cour d’appel a-t-elle compétence pour déterminer si un arbitre du travail a outrepassé sa compétence en rendant
une décision incompatible avec la Charte ou ses valeurs en application de l’art. 100 de la Labour Relations Code,
R.S.B.C. 1996, ch. 244? — La Cour d’appel est-elle un tribunal compétent au sens du par. 24(1) de la Charte à l’égard
de questions portant sur des dispositions de la Charte découlant de l’application du Code?
British Columbia Ferry Services Inc. a proposé le retrait de plusieurs postes du syndicat demandeur, B.C. Ferry and
Marine Workers Union. Ayant conclu que les relations entre les parties et leur convention collect ive lui permettaient
de fonder sa décision sur des facteurs plus larges que le cadre de politique de la commission des relations de travail,
l’arbitre a conclu qu’environ 161 employés exerçaient des fonctions de direction et les a retirés de l’unité de
négociation.
La commission des relations de travail de la Colombie-Britannique a confirmé la décision de l’arbitre et a ensuite
rejeté la demande de réexamen présentée par le syndicat. Le syndicat a ensuite demandé le contrôle judiciaire de la
décision confirmant la décision de l’arbitre et la décision de réexamen. La Cour suprême de la Colombie -Britannique
a rejeté la demande de contrôle judiciaire. Le syndicat a déposé un appel du rejet de la requête en contrôle judiciaire
en application de l’art. 99 du Labour Relations Code, R.S.B.C. 1996, ch. 244, et de la décision confirmant la sentence
arbitrale en application de l’art. 100 du Code. Les deux appels ont été rejetés. Le demandeur demande maintenant
l’autorisation d’en appeler de la décision fondée sur l’art. 100.
- 593 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
9 mai 2011
British Columbia Labour Relations Board
(Vice-président Saunders)
BCLRB No. B74/2011
Sentence arbitrale retirant environ 161 employés de
l’unité de négociation parce qu’ils exercent des
fonctions de direction, confirmée
10 juin 2011
British Columbia Labour Relations Board
(Président Mullin, président-adjoint, arbitrage Fleming,
vice-président Wilkins)
BCLRB No. B100/2011
Autorisation de réexamen refusée
9 mai 2012
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Smith)
2012 BCSC 663
Demande de contrôle judiciaire, rejetée
20 novembre 2013
Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver)
(Juges Saunders, Frankel, D. Smith)
2013 BCCA 497
CA039980, présenté en application de l’art. 99 du
Labour Relations Code, R.S.B.C. 1996, ch. 244, et
CA038486, présenté en application de l’art. 100 du
Code, rejetés
20 janvier 2014
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel de la décision dan s
CA038486, déposée
35693
F.A. c. Centre hospitalier universitaire Ste-Justine (Qc) (Civile) (Autorisation)
Coram :
Les juges LeBel, Karakatsanis et Wagner
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-09024021-131, 2013 QCCA 2023, daté du 22 novembre 2013, est rejetée sans dépens.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Number
500-09-024021-131, 2013 QCCA 2023, dated November 22, 2013, is dismissed without costs.
CASE SUMMARY
(PUBLICAT ION BAN ON PART Y) (SEALING ORDER)
Civil procedure — Appeals — Status of persons — Confinement in institution — Whether Court of Appeal exercised
its discretion judicially by denying leave to appeal on ground that, in its opinion, case bound to be unsuccessful —
Minimum statutory requirements for order of confinement in institution — Whether there was unjustified violation of
applicant’s fundamental rights and freedoms — Code of Civil Procedure, R.S.Q., c. C-25, art. 523 — Civil Code of
Québec, S.Q. 1991, c. 64, arts. 29, 30 — Act respecting the protection of persons whose mental state presents a
danger to themselves or to others, R.S.Q., c. P-38.001, s. 3.
Concerned about the applicant’s strange behaviour, the staff of the school he attended took steps to send him to the
- 594 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
hospital, where he underwent two psychiatric assessments. The psychiatrists concluded that his confinement in an
institution was necessary. The respondent hospital centre presented a motion for confinement in an institution under
arts. 26 et seq. of the Civil Code of Québec. Article 30 provides:
30. Confinement in an institution following a psychiatric assessment may only be authorized by the court if
both psychiatric reports conclude that confinement is necessary.
Even if that is the case, the court may not authorize confinement unless the court itself has serious reasons to
believe that the person is dangerous and that the person’s confinement is necessary, whatever evidence may be
otherwise presented to the court and even in the absence of any contrary medical opinion.
After hearing testimony from the applicant and his mother, the Court of Québec concluded that both psychiatric
reports filed by the hospital centre and the testimony showed that the applicant’s mental state presented a danger to
himself or to others and that confinement was necessary. The Court of Québec allowed the motion and ordered that
the applicant be confined to an institution for no longer than 21 days. The applicant appealed as of right one day late.
Exercising its discretion under art. 523 of the Code of Civil Procedure, the Court of Appeal denied special leave to
appeal on the ground that an appeal would be bound to fail and that it would be inappropriate to prolong the debate to
rule on a confinement order that was going to end in eight days.
November 8, 2013
Court of Québec, Civil Division
(Judge Vadboncoeur)
Motion for order of confinement in institution allowed
November 22, 2013
Quebec Court of Appeal (Montréal)
(Pelletier, Morissette and Léger JJ.A.)
2013 QCCA 2023
Motion for leave to appeal out of time dismissed;
motion to suspend confinement order declared moot
January 21, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
(ORDONNANCE DE NON -PUBLICAT ION VISANT UNE PART IE ) (ORDONNANCE DE MISE SOUS SCELLÉS)
Procédure civile — Appels — Droit des personnes — Garde en établissement — La Cour d’appel a-t-e1le exercé sa
discrétion de façon judiciaire en refusant la permission d’en appeler pour les motifs que, selon le tribunal, le litige
serait voué à l’échec? — Quelles exigences minimales la loi requiert-elle afin de permettre une ordonnance de garde
en établissement? — Le demandeur a-t-il subi une violation injustifiée de ses droits et libertés fondamentaux? — Code
de procédure civile, L.R.Q., ch. C-25, art. 523 — Code civil du Québec, L.Q. 1991, ch. 64, art. 29, 30 — Loi sur la
protection des personnes dont l’état mental présente un danger pour elles-mêmes ou pour autrui, L.R.Q.,
ch. P-38.001, art. 3.
Préoccupé par le comportement étrange du demandeur, le personnel de l’école qu’il fréquente prend des mesures pour
l’envoyer à l’hôpital où on le soumet à deux évaluations psychiatriques. Les psychiatres concluent à la nécessité de sa
garde en établissement. Le Centre hospitalier intimé présente une requête pour garde en établissement en vertu des
art. 26 et suiv. du Code civil du Québec. L’article 30 prévoit :
« 30. La garde en établissement à la suite d’une évaluation psychiatrique ne peut être autorisée par le tribunal
- 595 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
que si les deux rapports d’examen psychiatrique concluent à la nécessité de cette garde.
Même en ce cas, le tribunal ne peut autoriser la garde que s ’il a lui-même des motifs sérieux de croire que la
personne est dangereuse et que sa garde est nécessaire, quelle que soit par ailleurs la preuve qui pourrait lui être
présentée et même en l’absence de toute contre-expertise. »
Après avoir entendu le témoignage du demandeur et celui de sa mère, la Cour du Québec conclut que les deux rapports
d’examen psychiatrique déposés par le Centre hospitalier et les témoignages démontrent que l’état mental du
demandeur présente un danger pour lui-même ou pour autrui et que la garde est nécessaire. La cour accueille la
requête et ordonne au demandeur de se soumettre à une garde en établissement pour une durée d’au plus 21 jours. Le
demandeur interjette un appel de plein droit avec une journée de retard. Exerçant son pouvoir discrétionnaire prévu à
l’art. 523 du Code de procédure civile, la Cour d’appel refuse une permission spéciale d’appeler aux motifs que
l’appel serait voué à l’échec et qu’il serait inopportun de prolonger le débat pour statuer sur une ordonnance d e garde
qui viendrait à terme dans 8 jours.
Le 8 novembre 2013
Cour du Québec, chambre civile
(La juge Vadboncoeur)
Requête pour ordonnance de garde en établissement
accueillie
Le 22 novembre 2013
Cour d’appel du Québec (Montréal)
(Les juges Pelletier, Morissette et Léger)
2013 QCCA 2023
Requête pour permission d’appeler hors délai rejetée;
requête en suspension de l’ordonnance de garde
déclarée sans objet
Le 21 janvier 2014
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée
35699
Jameel Mohammed v. Richard Goodship and Canmills Consultants Ltd. (Ont.) (Civil) (By
Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Cromwell and Wagner JJ.
The motion for an extension of time to serve the respondent’s response is granted. The application for leave
to appeal from the judgment of the Ontario Superior Court of Justice, Number CV-13-493267, dated December 5,
2013, is dismissed with costs.
La requête en prorogation du délai de signification de la réponse des intimés est accueillie. La demande
d’autorisation d’appel de la décision de la Cour supérieure de justice de l’Ontario, numéro CV-13-493267, datée du 5
décembre 2013, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Charter of Rights – Cruel and unusual treatment or punishment – Judgments and orders –Declaratory judgments –
Applicant declared vexatious litigant pursuant to s. 140 of the Courts of Justice Act, R.S.O. 1990, c. C.43 after
commencing several actions, motions and appeals – Court order precluding applicant from bringing subsequent
proceedings without leave – Applicant proceeding with case on the merits – Whether endorsement was unreasonable
and unjust, and amounted to miscarriage of justice – Whether endorsement violated rights under ss. 7 and 12 of the
Charter.
- 596 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
In 2004, Mr. Mohammed commenced an action against the respondents, who investigated a fire that destroyed his
home in 1997. He had been declared a vexatious litigant in a related matter. Despite being under court order not to
commence any legal action without leave of the court, his case went to trial before a jury. The applicant lost his case.
He brought several applications, seeking leave to appeal the jury verdict and each time , his motion was dismissed.
July 25, 2013
Ontario Superior Court of Justice
(Wilson J.)
2013 ONSC 4942
Applicant denied leave to proceed with appeal of jury
verdict. Applicant’s application for rescission of
vexatious litigant orders dismissed. Order barring
applicant from instituting new proceedings or
continuing existing actions without leave of court.
Order precluding court administration from accepting
his materials for filing without court order.
December 5, 2013
Ontario Superior Court of Justice
(Low J.)
Unreported
Applicant’s motion dismissed.
January 23, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed.
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Charte des droits – Traitements et peines cruels et inusités – Jugements et ordonnances – Jugements déclaratoires –
Demandeur déclaré quérulent en vertu de l’art. 140 de la Loi sur les tribunaux judiciaires, L.R.O. 1990, ch. C.43,
après qu’il a présenté plusieurs actions, motions et appels – Ordonnance rendue par le tribunal interdisant au
demandeur d’introduire d’autres instances sans y être autorisé – Audition au fond de l’action intentée par le
demandeur – Le jugement manuscrit était-il déraisonnable et injuste et a-t-il entraîné une erreur judiciaire? – Le
jugement manuscrit a-t-il porté atteinte aux droits que les art. 7 et 12 de la Charte garantissent?
En 2004, M. Mohammed a intenté une action contre les intimés, qui avaient fait enquête sur un incendie qui avait
détruit sa maison en 1997. Il avait déjà été déclaré plaideur quérulent dans une affaire connexe. Même si le
demandeur était visé par une ordonnance lui interdisant d’introduire toute instance sans y être autorisé au préalable par
le tribunal, son procès a été entendu par un jury. Il n’a pas obtenu gain de cause. Il a présenté plusieurs demandes
d’autorisation d’en appeler du jugement rendu par le jury. Sa motion a été rejetée à chaque fois.
Autorisation d’appel du verdict rendu par le jury
refusée. Annulation des ordonnances déclarant que le
demandeur est un demandeur quérulent refusée.
Ordonnance interdisant au demandeur d’intenter de
nouvelles instances ou de poursuivre une action en
cours sans y être autorisé par le tribunal rendue.
Ordonnance interdisant aux services administratifs aux
tribunaux d’accepter ses documents en vue du dépôt
sans ordonnance du tribunal.
Le 25 juillet 2013
Cour supérieure de justice de l’Ontario
(Juge Wilson)
2013 ONSC 4942
- 597 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Le 5 décembre 2013
Cour supérieure de justice de l’Ontario
(Juge Low)
Inédite
Motion présentée par le demandeur rejetée.
Le 23 janvier 2014
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée.
35707
Kueg Ayai v. Attorney General of Canada (F.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Cromwell and Wagner JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Federal Court of Appeal, Number A -179-13,
2013 FCA 294, dated December 19, 2013, is dismissed without costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel fédérale, numéro A -179-13, 2013 CAF 294,
daté du 19 décembre 2013, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
Social welfare law — Employment insurance — Entitlement to regular and sickness benefits — Whether the applicant
was entitled to regular and sickness benefits under the Employment Insurance Act, S.C. 1996, c. 23.
After undergoing surgery, Mr. Ayai applied for sickness and regular benefits under the Employment Insurance Act, for
the time between March 2011 and his return to work in August 2012.
The Employment Insurance Commission refused Mr. Ayai’s claims. It noted that Mr. Ayai’s physician had already
confirmed that Mr. Ayai was able to work light duties during that period. In the Commission’s view, Mr. Ayai did not
show that he had looked for suitable employment while he was not working for his employer. Mr. Ayai challenged
the Commission’s decision before The Board of Referees, which found that the evidence did not demonstrate that
Mr. Ayai was unable to work due to his illness or injury.
On appeal before an umpire, Mr. Ayai challenged the refusal of both the sickness and regular benefits. The umpire
dismissed the appeal because Mr. Ayai had not produced a medical certificate confirming that he was unable to work.
The Federal Court of Appeal dismissed the application for judicial review. In its view, the ump ire’s conclusion that
Mr. Ayai did not provide the evidence necessary to establish his entitlement to sickness benefits was reasonable.
Furthermore, while the umpire committed a reviewable error in failing to deal with the issue of regular benefits, it
would not be in the interests of justice to return the application to him, because the evidence showed that it would have
been refused in any event.
April 16, 2013
(Lagacé M.E., Umpire)
Appeal from a decision of a Board of Referees to an
umpire under the Employment Insurance Act
dismissed.
- 598 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
December 19, 2013
Federal Court of Appeal
(Pelletier, Stratas and Near JJ.A.)
A-179-13; 2013 FCA 294
Application for judicial review dismissed.
January 27, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed.
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit social — Assurance emploi — Droit à des prestations régulières et à des prestations de maladie — Le
demandeur a-t-il droit à des prestations régulières et à des prestations de maladie en application de la Loi sur
l’assurance-emploi, L.C. 1996, ch. 23?
Après avoir subi une intervention chirurgicale, M. Ayai a demandé des prestations de maladie et des prestations
régulières en application de la Loi sur l’assurance-emploi, pour la période entre mars 2011 et son retour au travail en
août 2012.
La Commission de l’assurance-emploi a rejeté les demandes de M. Ayai. Elle a noté que le médecin de M. Ayai avait
déjà confirmé que M. Ayai était capable d’effectuer des travaux légers pendant cette période. De l’avis de la
Commission, M. Ayai n’a pas démontré qu’il avait cherché un emploi convenable pendant qu’il ne travaillait pas pour
son employeur. Monsieur Ayai a contesté la décision de la Commission devant le Conseil arbitral, qui a conclu que la
preuve ne démontrait pas que M. Ayai était incapable de travailler en raison de sa maladie ou de sa blessure.
En appel devant un juge-arbitre, M. Ayai a contesté le refus des prestations de maladie et des prestatio ns régulières.
Le juge-arbitre a rejeté l’appel parce que M. Ayai n’avait pas produit de certificat médical confirmant qu’il était
incapable de travailler. La Cour d’appel fédérale a rejeté la demande de contrôle judiciaire. À son avis, la conclusion
du juge-arbitre selon laquelle M. Ayai n’avait pas produit la preuve nécessaire pour établir son droit à des prestations
de maladie était raisonnable. Qui plus est, même si le juge-arbitre avait commis une erreur révisable en ne traitant pas
la question des prestations régulières, il ne serait pas dans l’intérêt de la justice de lui renvoyer la demande, puisque la
preuve montre que ces prestations auraient été refusées de toute façon.
16 avril 2013
(Juge-arbitre Lagacé)
Appel de la décision d’un conseil arbitral à un jugearbitre en application de la Loi sur l’assurance-emploi,
rejeté.
19 décembre 2013
Cour d’appel fédérale
(Juges Pelletier, Stratas et Near)
A-179-13; 2013 FCA 294
Demande de contrôle judiciaire, rejetée.
27 janvier 2014
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel, déposée.
- 599 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
35720
Richard Condo et Diane Magas Condo c. Construction Ste-Marthe inc. (Qc) (Civile)
(Autorisation)
Coram :
Les juges LeBel, Karakatsanis et Wagner
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-09023381-130, 2013 QCCA 2135, daté du 9 décembre 2013, est rejetée avec dépens.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Number
500-09-023381-130, 2013 QCCA 2135, dated December 9, 2013, is dismissed with costs.
CASE SUMMARY
Civil procedure ― Revocation of judgment ― Whether applicants proved that they had been prevented from filing
their defence by “other reason considered sufficient” pursuant to art. 482 of Code of Civil Procedure, R.S.Q., c. C-25
― Whether Court of Appeal overstepped its role on appeal.
The applicant Richard Condo built a home on a lot he owned. His spouse Diane Condo, an attorney and the
co-applicant, hired the respondent Construction Ste-Marthe inc. to install a septic system. Since the respondent was
not paid for the work it did, it published a legal hypothec against Mr. Condo’s immovable as a person that had taken
part in the construction or renovation of an immovable (2726 C.C.Q.).
The respondent subsequently published a prior notice of the exercise of a hypothecary right against the immovable,
then filed a motion in the Court of Québec to institute proceedings for forced surrender and sale by judicial authority.
The motion was served by bailiff on Mr. Condo, who gave everything to Ms. Condo. No written appearance was filed
and a default judgment was rendered against the Condos.
The applicants then filed a motion in revocation of judgment, arguing that they had been prevented from filing their
defence by another “reason considered sufficient” pu rsuant to art. 482 C.C.P. Ms. Condo stated that she had failed to
file a written appearance because she had been distracted and in the final days of a pregnancy, while Mr. Condo
maintained that he had relied on his attorney spouse.
The Court of Québec dismissed the motion in revocation of judgment, and the Court of Appeal dismissed the appeal.
February 25, 2013
Court of Québec
(Judge Montpetit)
2013 QCCQ 2350
Motion in revocation of judgment dismissed
December 9, 2013
Quebec Court of Appeal (Montréal)
(Morin, Vézina and Fournier JJ.A.)
2013 QCCA 2135; 500-09-023381-130
Appeal dismissed
February 7, 2014
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
- 600 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Procédure civile ― Rétractation de jugement ― Les demandeurs ont -ils fait la preuve qu’ils avaient été empêchés de
produire leur défense par une « autre cause jugée suffisante » selon l’art. 482 du Code de procédure civile, L.R.Q.,
ch. C-25? ― La Cour d’appel a-t-elle outrepassé son rôle en appel?
Le demandeur, Richard Condo, a construit une résidence sur un terrain lui appartenant. Son épouse Diane Condo,
avocate et codemanderesse, a retenu les services de l’intimée, Construction Ste -Marthe inc., pour l’installation d’un
système septique. Face à l’absence de paiement pour les travaux exécutés, l’intimée publie une hypothèque légale à
l’encontre de l’immeuble de M. Condo, à titre de personne ayant participé à la construction ou à la rénovation d’un
immeuble (2726 C.c.Q.).
L’intimée publie par la suite un préavis d’exercice d’un droit hypothécaire à l’encontre de l’immeuble, puis elle
dépose à la Cour du Québec une requête introductive d’instance en délaissement forcé et vente sous contrôle de
justice. La requête est signifiée par huissier à M. Condo, qui remet le tout à Mme Condo. Aucune comparution écrite
n’est produite, et un jugement par défaut est prononcé contre les Condo.
Les demandeurs déposent par la suite une requête en rétractation de jugement. Ils soutiennent qu’ils ont été empêchés
de produire leur défense par une « autre cause jugée suffisante » selon l’art. 482 C.p.c. Mme Condo affirme avoir
omis de produire une comparution écrite par distraction et parce qu’elle en était aux derniers jours d’une grossesse, et
M. Condo soutient s’être fié à son épouse avocate.
La Cour du Québec rejette la requête en rétractation de jugement, et la Cour d’appel, l’appel.
Le 25 février 2013
Cour du Québec
(Le juge Montpetit)
2013 QCCQ 2350
Requête en rétractation de jugement rejetée
Le 9 décembre 2013
Cour d’appel du Québec (Montréal)
(Les juges Morin, Vézina et Fournier)
2013 QCCA 2135; 500-09-023381-130
Appel rejeté
Le 7 février 2014
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée
- 601 -
MOTIONS
REQUÊTES
21.03.2014
Before / Devant : KARAKATSANIS J. / LA JUGE KARAKATSANIS
Motion to extend time
Requête en prorogation de délai
James Steven Wilcox
v. (35758)
Her Majesty the Queen (Crim.) (Que.)
GRANTED / ACCORDÉE
UPON APPLICATION by the appellant for an order extending the time to serve and file its notice of appeal as of
right to April 20, 2014;
AND THE MATERIAL FILED having been read;
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
The motion is granted.
À LA SUITE DE LA DEMANDE présentée par l’appelant en vue d’obtenir une ordonnance prorogeant au 20 avril
2014 le délai de signification et de dépôt de son avis d’appel de plein droit;
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés,
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
La requête est accueillie.
21.03.2014
Before / Devant : KARAKATSANIS J. / LA JUGE KARAKATSANIS
Order
Ordonnance
Larry Peter Klippenstein
v. (35436)
Attorney General of Canada (F.C.)
DISMISSED / REJETÉE
WHEREAS the Registrar has applied for an order under Rule 66 of the Rules of the Supreme Court of Canada (the
Rules); Subrule 66(2) of the Rules provides that “A judge may, on motion or at the request of the Registrar under Rule
67, order that no further documents be filed by any party relating to a proceeding if the judge is satisfied that the filing
of further documents by a party would be vexatious or made for an improper purpose”;
- 602 -
MOTIONS
REQUÊTES
AND WHEREAS notice under Rule 67 of the Rules has been served on the parties;
In the matter of Larry Peter Klippenstein v. Attorney General of Canada (35436), Mr. Klippenstein’s application for
leave to appeal was denied on October 17, 2013. I have reviewed Mr. Klippenstein’s further correspondence and
material on this matter. I am satisfied that the filing of further documents would be vexatious and would serve no
purpose.
In the matters of Larry Peter Klippenstein v. Attorney General of Manitoba (35036) and Larry Peter Klippenstein v.
Minister of Family Services and Consumer Affairs (35053), Mr. Klippenstein’s applications for leave to appeal were
denied on December 13, 2012 and January 10, 2013, respectively. Mr. Klippenstein applied for reconsideration
pursuant to Rule 73 of the Rules. I have reviewed the motions for reconsideration. I am satisfied that, as the Registrar
determined, there are no exceedingly rare circumstances in either case that warrant re -consideration by the Court. I am
also satisfied that Mr. Klippenstein has no further avenue for recourse under the Supreme Court Act or the Rules and
that the filing of further documents in these two matters would be vexatious and would serve no purpose.
The Registrar has fulfilled the requirements under Rule 67 and has requested that I make orders under subrule 66(2) for
each of the matters. Having reviewed these files, including the material filed by Mr. Klippenstein, I am satisfied that no
further documents should be filed in these proceedings.
BY VIRTUE of the authority given to the Court pursuant to Rule 66 of the Rules;
IT IS HEREB Y ORDERED that the applicant is prohibited from filing further documents in these proceedings.
ATTENDU que le registraire a demandé que soit rendue une ordonnance en vertu de l’art. 66 des Règles de la Cour
suprême du Canada (les Règles); que le par. 66(2) des Règles dispose qu’un juge « peut aussi, sur requête ou sur
présentation d’une demande du registraire en vertu de la règle 67, ordonner qu’aucun autre document ne soit déposé par
une partie relativement à une procédure, s’il est convaincu que le dépôt d’autres documents par la partie serait vexatoire
ou fait dans un but irrégulier »;
ET ATTENDU qu’un préavis a été signifié aux parties conformément à l’art. 67 des Règles;
Dans l’affaire Larry Peter Klippenstein c. Attorney General of Canada (35436), l’autorisation d’appel a été refusée à
M. Klippenstein le 17 octobre 2013. J’ai pris connaissance de la correspondance et d es documents supplémentaires
documents présentés par M. Klippenstein dans cette affaire. Je suis convaincue que le dépôt d’autres documents serait
vexatoire et inutile.
L’autorisation d’appeler demandée par M. Klippenstein dans les affaires Larry Peter Klippenstein c. Attorney General
of Manitoba (35036) et Larry Peter Klippenstein c. Minister of Family Services and Consumer Affairs (35053) lui a été
refusée le 13 décembre 2012 et le 10 janvier 2013 respectivement. Monsieur Klippenstein a présenté des requêtes en
réexamen conformément à l’art. 73 des Règles. J’ai pris connaissance de ces requêtes. Je suis convaincue, à l’instar du
registraire, qu’aucune circonstance extrêmement rare ne justifie un réexamen par la Cour dans l’un ou l’autre de ces
dossiers. Je suis également convaincue que M. Klippenstein a épuisé tous les recours prévus par la Loi sur la Cour
suprême et les Règles et que le dépôt d’autres documents serait vexatoire et inutile.
Le registraire a satisfait aux prescriptions de l’art. 67 et m’a demandé de rendre, dans chacune de ces procédures,
l’ordonnance en vertu du paragraphe 66(2) des Règles. Après examen des dossiers, y compris les documents déposés
par M. Klippenstein, je suis convaincue qu’aucun autre document ne devrait être déposé relativement à ces procédures.
EN VERTU du pouvoir conféré à la Cour par l’art. 66 des Règles,
- 603 -
MOTIONS
REQUÊTES
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
Il est interdit au demandeur de déposer d’autres documents dans la présente procédure.
21.03.2014
Before / Devant : KARAKATSANIS J. / LA JUGE KARAKATSANIS
Order
Ordonnance
Larry Peter Klippenstein
v. (35053)
Minister of Family Services and Consumer Affairs
(Man.)
DISMISSED / REJETÉE
WHEREAS the Registrar has applied for an order under Rule 66 of the Rules of the Supreme Court of Canada (the
Rules); Subrule 66(2) of the Rules provides that “A judge may, on motion or at the request of the Registrar under Rule
67, order that no further documents be filed by any party relating to a proceeding if the judge is satisfied that the filing
of further documents by a party would be vexatious or made for an improper purpose”;
AND WHEREAS notice under Rule 67 of the Rules has been served on the parties;
In the matter of Larry Peter Klippenstein v. Attorney General of Canada (35436), Mr. Klippenstein’s application for
leave to appeal was denied on October 17, 2013. I have reviewed Mr. Klippenstein’s further correspondence and
material on this matter. I am satisfied that the filing of further documents would be vexatious and would serve no
purpose.
In the matters of Larry Peter Klippenstein v. Attorney General of Manitoba (35036) and Larry Peter Klippenstein v.
Minister of Family Services and Consumer Affairs (35053), Mr. Klippenstein’s applications for leave to appeal were
denied on December 13, 2012 and January 10, 2013, respectively. Mr. Klippenstein applied for reconsideration
pursuant to Rule 73 of the Rules. I have reviewed the motions for reconsideration. I am satisfied that, as the Registrar
determined, there are no exceedingly rare circumstances in either case that warrant re -consideration by the Court. I am
also satisfied that Mr. Klippenstein has no further avenue for recourse under the Supreme Court Act or the Rules and
that the filing of further documents in these two matters would be vexatious and would serve no purpose.
The Registrar has fulfilled the requirements under Rule 67 and has requested that I make orders under subrule 66(2) for
each of the matters. Having reviewed these files, including the material filed by Mr. Klippenstein, I am satisfied that no
further documents should be filed in these proceedings.
BY VIRTUE of the authority given to the Court pursuant to Rule 66 of the Rules;
IT IS HEREB Y ORDERED that the applicant is prohibited from filing further documents in these proceedings.
ATTENDU que le registraire a demandé que soit rendue une ordonnance en vertu de l’art. 66 des Règles de la Cour
suprême du Canada (les Règles); que le par. 66(2) des Règles dispose qu’un juge « peut aussi, sur requête ou sur
présentation d’une demande du registraire en vertu de la règle 67, ordonner qu’aucun autre document ne soit déposé par
- 604 -
MOTIONS
REQUÊTES
une partie relativement à une procédure, s’il est convaincu que le dépôt d’autres documents par la partie serait vexatoire
ou fait dans un but irrégulier »;
ET ATTENDU qu’un préavis a été signifié aux parties conformément à l’art. 67 des Règles;
Dans l’affaire Larry Peter Klippenstein c. Attorney General of Canada (35436), l’autorisation d’appel a été refusée à
M. Klippenstein le 17 octobre 2013. J’ai pris connaissance de la correspondance et d es documents supplémentaires
documents présentés par M. Klippenstein dans cette affaire. Je suis convaincue que le dépôt d’autres documents serait
vexatoire et inutile.
L’autorisation d’appeler demandée par M. Klippenstein dans les affaires Larry Peter Klippenstein c. Attorney General
of Manitoba (35036) et Larry Peter Klippenstein c. Minister of Family Services and Consumer Affairs (35053) lui a été
refusée le 13 décembre 2012 et le 10 janvier 2013 respectivement. Monsieur Klippenstein a présenté des requêtes en
réexamen conformément à l’art. 73 des Règles. J’ai pris connaissance de ces requêtes. Je suis convaincue, à l’instar du
registraire, qu’aucune circonstance extrêmement rare ne justifie un réexamen par la Cour dans l’un ou l’autre de ces
dossiers. Je suis également convaincue que M. Klippenstein a épuisé tous les recours prévus par la Loi sur la Cour
suprême et les Règles et que le dépôt d’autres documents serait vexatoire et inutile.
Le registraire a satisfait aux prescriptions de l’art. 67 et m’a demandé de rendre, dans chacune de ces procédures,
l’ordonnance en vertu du paragraphe 66(2) des Règles. Après examen des dossiers, y compris les documents déposés
par M. Klippenstein, je suis convaincue qu’aucun autre document ne devrait être déposé relativement à ces procédures.
EN VERTU du pouvoir conféré à la Cour par l’art. 66 des Règles,
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
Il est interdit au demandeur de déposer d’autres documents dans la présente procédure.
21.03.2014
Before / Devant : KARAKATSANIS J. / LA JUGE KARAKATSANIS
Order
Ordonnance
Larry Peter Klippenstein
v. (35036)
Attorney General of Manitoba (Man.)
DISMISSED / REJETÉE
WHEREAS the Registrar has applied for an order under Rule 66 of the Rules of the Supreme Court of Canada (the
Rules); Subrule 66(2) of the Rules provides that “A judge may, on motion or at the request of the Registrar under Rule
67, order that no further documents be filed by any party relating to a proceeding if the judge is satisfied that the filing
of further documents by a party would be vexatious or made for an improper purpose”;
AND WHEREAS notice under Rule 67 of the Rules has been served on the parties;
In the matter of Larry Peter Klippenstein v. Attorney General of Canada (35436), Mr. Klippenstein’s application for
leave to appeal was denied on October 17, 2013. I have reviewed Mr. Klippenstein’s further correspondence and
material on this matter. I am satisfied that the filing of further documents would be vexatious and would serve no
purpose.
- 605 -
MOTIONS
REQUÊTES
In the matters of Larry Peter Klippenstein v. Attorney General of Manitoba (35036) and Larry Peter Klippenstein v.
Minister of Family Services and Consumer Affairs (35053), Mr. Klippenstein’s applications for leave to appeal were
denied on December 13, 2012 and January 10, 2013, respectively. Mr. Klippenstein applied for reconsideration
pursuant to Rule 73 of the Rules. I have reviewed the motions for reconsideration. I am satisfied that, as the Registrar
determined, there are no exceedingly rare circumstances in either case that warrant re -consideration by the Court. I am
also satisfied that Mr. Klippenstein has no further avenue for recourse under the Supreme Court Act or the Rules and
that the filing of further documents in these two matters would be vexatious and would serve no purpose.
The Registrar has fulfilled the requirements under Rule 67 and has requested that I make orders under subrule 66(2) for
each of the matters. Having reviewed these files, including the material filed by Mr. Klippenstein, I am satisfied that no
further documents should be filed in these proceedings.
BY VIRTUE of the authority given to the Court pursuant to Rule 66 of the Rules;
IT IS HEREB Y ORDERED that the applicant is prohibited from filing further documents in these proceedings.
ATTENDU que le registraire a demandé que soit rendue une ordonnance en vertu de l’art. 66 des Règles de la Cour
suprême du Canada (les Règles); que le par. 66(2) des Règles dispose qu’un juge « peut aussi, sur requête ou sur
présentation d’une demande du registraire en vertu de la règle 67, ordonner qu’aucun autre document ne soit déposé par
une partie relativement à une procédure, s’il est convaincu que le dépôt d’autres documents par la partie serait vexatoire
ou fait dans un but irrégulier »;
ET ATTENDU qu’un préavis a été signifié aux parties conformément à l’art. 67 des Règles;
Dans l’affaire Larry Peter Klippenstein c. Attorney General of Canada (35436), l’autorisation d’appel a été refusée à
M. Klippenstein le 17 octobre 2013. J’ai pris connaissance de la correspondance et des documents supplémentaires
documents présentés par M. Klippenstein dans cette affaire. Je suis convaincue que le dépôt d’autres documents serait
vexatoire et inutile.
L’autorisation d’appeler demandée par M. Klippenstein dans les affaires Larry Peter Klippenstein c. Attorney General
of Manitoba (35036) et Larry Peter Klippenstein c. Minister of Family Services and Consumer Affairs (35053) lui a été
refusée le 13 décembre 2012 et le 10 janvier 2013 respectivement. Monsieur Klippenstein a présenté des requêtes en
réexamen conformément à l’art. 73 des Règles. J’ai pris connaissance de ces requêtes. Je suis convaincue, à l’instar du
registraire, qu’aucune circonstance extrêmement rare ne justifie un réexamen par la Cour dans l’un ou l’autre de ces
dossiers. Je suis également convaincue que M. Klippenstein a épuisé tous les recours prévus par la Loi sur la Cour
suprême et les Règles et que le dépôt d’autres documents serait vexatoire et inutile.
Le registraire a satisfait aux prescriptions de l’art. 67 et m’a demandé de rendre, dans chacune de ces procédures,
l’ordonnance en vertu du paragraphe 66(2) des Règles. Après examen des dossiers, y compris les documents déposés
par M. Klippenstein, je suis convaincue qu’aucun autre document ne devrait être déposé relativement à ces procédures.
EN VERTU du pouvoir conféré à la Cour par l’art. 66 des Règles,
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
Il est interdit au demandeur de déposer d’autres documents dans la présente procédure.
- 606 -
MOTIONS
REQUÊTES
26.03.2014
Before / Devant : KARAKATSANIS J. / LA JUGE KARAKATSANIS
Requêtes en autorisation d’intervenir
Motions for leave to intervene
BY / PAR
Attorney General of Manitoba;
Attorney General of British
Columbia;
Attorney General for
Saskatchewan;
Attorney General of Alberta;
Grand Council of Treaty #3;
Blood Tribe, Beaver Lake Cree
Nation, Ermineskin Cree Nation,
Siksika Nation and Whitefish
Lake First Nation #128;
Fort McKay First Nation;
Te’mexw Treaty Association;
Ochiichagwe’Babigo’Ining First
Nation, Ojibways of Onigaming
First Nation, Big Grassy First
Nation and Naotkamegwanning
First Nation;
Métis Nation of Ontario;
Cowichan Tribes, represented by
Chief William Charles Seymour,
on his own behalf and on behalf
of the members of the Cowichan
Tribes;
Lac Seul First Nation;
Sandy Lake First Nation
IN / DANS :
Andrew Keewatin Jr. et al.
v. (35379)
Minister of Natural Resources
et al. (Ont.)
GRANTED / ACCORDÉES
UPON APPLICATIONS by the Attorney General of Manitoba, the Attorney General of British Columbia, the
Attorney General for Saskatchewan, the Attorney General of Alberta, the Grand Council of Treaty #3, the Blood Tribe,
Beaver Lake Cree Nation, Ermineskin Cree Nation, Siksika Nation and Whitefish Lake First Nation #128, the Fort
McKay First Nation, the Te’mexw Treaty Association, the Ochiichagwe’Babigo’Ining First Nation, Ojibways of
Onigaming First Nation, Big Grassy First Nation and Naotkamegwanning First Nation, the Métis Nation of Ontario, the
Cowichan Tribes, represented by Chief William Charles Seymour, on his own behalf and on behalf of the members of
the Cowichan Tribes, the Lac Seul First Nation and the Sandy Lake First Nation for leave to intervene in the above
appeal;
- 607 -
MOTIONS
REQUÊTES
AND THE MATERIAL FILED having been read;
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
The motions for leave to intervene of the Attorney General of Manitoba, the Attorney General of British Columbia, the
Attorney General for Saskatchewan, the Attorney General of Alberta, the Grand Council of Treaty #3, the Blood Tribe,
Beaver Lake Cree Nation, Ermineskin Cree Nation, Siksika Nation and Whitefish Lake First Nation #128, the Fort
McKay First Nation, the Te’mexw Treaty Association, the Ochiichagwe’Babigo’Ining First Nation, Ojibways of
Onigaming First Nation, Big Grassy First Nation and Naotkamegwanning First Nation, the Métis Nation of Ontario and
the Cowichan Tribes, represented by Chief William Charles Seymour, on his own behalf and on behalf of the members
of the Cowichan Tribes are granted and the said eleven interveners sha ll be entitled to each serve and file a factum not
to exceed 10 pages in length on or before May 1, 2014.
The motions for leave to intervene of the Lac Seul First Nation and the Sandy Lake First Nation are granted and the
said interveners shall serve and file a joint factum not to exceed 10 pages in length on or before May 1, 2014. They are
not permitted to raise the issue of the jurisdiction of the Court of Appeal for Ontario in their submissions. The request
of the Sandy Lake First Nation to file affidavit evidence is denied.
To the extent that their interests are similar, interveners shall consult to avoid repetition.
The requests to present oral argument are deferred to a date following receipt and consideration of the written
arguments of the parties and the interveners.
The interveners are not entitled to raise new issues or to adduce further evidence or otherwise to supplement the record
of the parties.
Pursuant to Rule 59(1)(a) of the Rules of the Supreme Court of Canada, the interveners shall pay to the appellants and
respondents any additional disbursements occasioned to the appellants and respondents by their interventions.
The appellants Andrew Keewatin Jr. and Joseph William Fobister, on their own behalf and on behalf of all other
members of Grassy Narrows First Nation are permitted to serve and file a single factum not to exceed 5 pages in
response to the interveners Attorney General of British Columbia, Attorney General for Saskatchewan, Attorney
General of Alberta and the Cowichan Tribes, represented by Chief William Charles Seymour, on his own behalf and on
behalf of the members of the Cowichan Tribes on or before May 8, 2014.
À LA SUITE DES DEMANDES d’autorisation d’intervenir dans l’appel présentées par le procureur général du
Manitoba, le procureur général de la Colombie-Britannique, le procureur général de la Saskatchewan, le procureur
général de l’Alberta, le Grand Council Treaty No 3, la Tribu des Blood, la Beaver Lake Cree Nation, l’Ermineskin Cree
Nation, la Siksika Nation et la Première Nation Whitefish Lake No 128, la Fort McKay First Nation, la Te'mexw Treaty
Association, l’Ochiichagwe’Babigo’Ining First Nation, l’Ojibways of Onigaming First Nation, la Première Nation Big
Grassy et la Première Nation Naotkamegwanning, la Métis Nation of Ontario, les Cowichan Tribes, représentées par le
chef Chief William Charles Seymour, en son nom propre et en celui des membres des Cowichan Tribes, la Première
Nation Lac Seul et la Première Nation Sandy Lake;
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés;
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
Les requêtes en autorisation d’intervenir présentées par le procureur général du Manitoba, le procureur général de la
Colombie-Britannique, le procureur général de la Saskatchewan, le procureur général de l’Alberta, le Grand Council
Treaty No 3, la Tribu des Blood, la Beaver Lake Cree Nation, l’Ermineskin Cree Nation, la Siksika Nation et la
Première Nation Whitefish Lake No 128, la Fort McKay First Nation, la Te'mexw Treaty Association,
l’Ochiichagwe’Babigo’Ining First Nation, l’Ojibways of Onigaming First Nation, la Première Nation Big Grassy et la
Première Nation Naotkamegwanning, la Métis Nation of Ontario et les Cowichan Tribes, représentées par le chef
- 608 -
MOTIONS
REQUÊTES
William Charles Seymour, en son nom propre et en celui des membres des Cowichan Tribes sont accueillies et chacun
de ces onze intervenants ou groupes d’intervenants est autorisé à signifier et à déposer un mémoire d’au plus 10 pages
au plus tard le 1er mai 2014.
Les requêtes en autoris ation d’intervenir présentées par la Première Nation Lac Seul et la Première Nation Sandy Lake
sont accueillies et ce groupe d’intervenants pourra signifier et déposer un mémoire conjoint d’au plus 10 pages au plus
tard le 1er mai 2014. Ils ne sont pas autorisés à soulever la question de la compétence de la Cour d’appel de l’Ontario
dans leurs arguments. La requête de la Première Nation Sandy Lake en autorisation de déposer une preuve par affidavit
est rejetée.
Dans la mesure où leurs intérêts sont similaires, les intervenants doivent se consulter pour éviter toute répétition.
La décision sur les demandes en vue de présenter une plaidoirie orale sera rendue après réception et examen des
arguments écrits des parties et des intervenants.
Les intervenants n’ont pas le droit de soulever de nouvelles questions, de produire d’autres éléments de preuve ni de
compléter de quelque autre façon le dossier des parties.
Conformément à l’al. 59(1)a) des Règles de la Cour suprême du Canada, les intervenants paieront aux appelants et aux
intimés tous débours supplémentaires résultant de leur intervention.
Les appelants, Andrew Keewatin Jr. et Joseph William Fobister, en leur nom propre et au nom des membres de la
Grassy Narrows First Nation sont autorisés à signifier et à déposer un mémoire conjoint d’au plus 5 pages en réponse
aux interventions du procureur général de la Colombie-Britannique, du procureur général de la Saskatchewan, du
procureur général de l’Alberta et des Cowichan Tribes, représentées par le chef William Charles Seymour, en son
propre nom et au nom des membres des Cowichan Tribes au plus tard le 8 mai 2014.
- 609 -
APPEALS HEARD SINCE LAST ISSUE
AND DISPOSITION
APPELS ENTENDUS DEPUIS LA
DERNIÈRE PARUTION ET RÉSULTAT
28.03.2014
Coram: La juge en chef McLachlin et les juges LeBel, Rothstein, Cromwell, Moldaver, Karakatsanis et Wagner
Robert Rivest et Jessica Laforest pour l’appelante.
Commission des normes du travail
c. (35375)
Asphalte
Desjardins
(Autorisation)
Claude Jean Denis
l’intimé.
Inc.
(Qc)
et Frédérick Langlois pour
(Civile)
RESERVED / EN DÉLIB ÉRÉ
Nature of the case:
Nature de la cause :
Employment law - Labour standards - Notice of
termination - During period of notice given by
employee to employer in accordance with art. 2091 of
Civil Code of Québec, S.Q. 1991, c. 64, whether
employer can resiliate contract of employment
without paying employee remuneration or even
compensatory indemnity under s. 83 of Act respecting
labour standards, R.S.Q., c. N-1.1.
Droit de l’emploi - Normes du travail - Délai de congé
- Durant la période de délai de préavis donné par un
salarié à son employeur conformément à l’art. 2091
du Code civil du Québec, L.Q. 1991, ch. 64,
l’employeur peut-il résilier le contrat d’emploi sans
verser au salarié de rémunération ni même l’indemnité
compensatrice prévue à l’art. 83 de la Loi sur les
normes du travail, L.R.Q., ch. N-1.1?
- 610 -
AGENDA FOR APRIL 2014
CALENDRIER D’AVRIL 2014
AGENDA for the weeks of April 14 and 21, 2014.
CALENDRIER de la semaine du 14 et celle du 21 avril 2014.
The Court will not be sitting during the weeks of April 7 and 28, 2014.
La Cour ne siègera pas pendant les semaines du 7 et du 28 novembre 2014.
DATE OF HEARING /
DATE D’AUDITION
NAME AND CASE NUMBER /
NOM DE LA CAUSE ET NUMÉRO
2014-04-14
Trial Lawyers Association of British Columbia et al. v. Attorney General of British
Columbia (B.C.) (Civil) (By Leave) (35315)
2014-04-15
Mohammad Hassan Mian v. Her Majesty the Queen (Alta.) (Criminal) (By Leave)
(35132)
2014-04-15
James Peter Sipos v. Her Majesty the Queen (Ont.) (Criminal) (By Leave) (35310)
2014-04-16
Kevin Fearon v. Her Majesty the Queen (Ont.) (Criminal) (By Leave) (35298)
2014-04-17
Her Majesty the Queen v. John Melville Steele (Man.) (Criminal) (By Leave) (35364)
2014-04-22
Andrew Gordon Wakeling et al. v. Attorney General of Canada on behalf of the United
States of America et al. (B.C.) (Criminal) (By Leave) (35072)
2014-04-23
Her Majesty the Queen v. Jamie Kenneth Taylor (Alta.) (Criminal) (As of Right)
(35609)
2014-04-23
Douglas Jackson v. Her Majesty the Queen (Ont.) (Criminal) (As of Right) (35622)
2014-04-24
Pétrolière Impériale c. Simon Jacques et autres (Qc) (Civile) (Autorisation) (35226)
2014-04-24
Couche-Tard inc. et autres c. Simon Jacques et autres (Qc) (Civile) (Autorisation)
(35231)
2014-04-25
(if necessary/si nécessaire)
Pétrolière Impériale c. Simon Jacques et autres (Qc) (Civile) (Autorisation) (35226)
2014-04-25
(if necessary/si nécessaire)
Couche-Tard inc. et autres c. Simon Jacques et autres (Qc) (Civile) (Autorisation)
(35231)
NOTE: This agenda is subject to change. Hearings normally commence at 9:30 a.m.; however, cases with multiple
parties often commence at 9:00 a.m. Where two cases are scheduled on a given day, the second case may be heard
immediately after the first one or at 2:00 p.m. Hearing dates and times should be confirmed with Registry staff at (613)
996-8666.
Ce calendrier est sujet à modification. Les audiences débutent normalement à 9h30; toutefois; l’audition des affaires
concernant des parties multiples commence souvent à 9 h. Lorsque deux affaires doivent être entendues le même jour,
l’audition de la deuxième affaire peut avoir lieu immédiatement après celle de la première ou encore à 14 h. La date et
l’heure d’une audience doivent être confirmées auprès du person nel du greffe au (613) 996-8666.
- 611 -
SUMMARIES OF THE CASES
35315
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Trial Lawyers Association of British Columbia, Canadian Bar Association – British Columbia Branch v.
Attorney General of British Columbia Attorney General of Canada, Attorney General for the Province of
Ontario, Attorney General of Quebec, Attorney General of Alberta, Advocates’ Society, David Asper Centre
for Constitutional Rights and West Coast Women’s Legal Education and Action Fund
Charter of Rights - Constitutional law - Access to justice - Plaintiff in civil domestic trial applying to be relieved of
obligation of paying hearing fees after 10 day trial - Constitutional validity of rule imposing hearing fees attacked Whether hearing fees charged by a province for civil trials in a s. 96 court are unconstitutional as an impediment to
access to justice - Whether unconstitutionality may be relieved by an enlarged reading of an indigency exemption Whether, in the context of British Columbia (Attorney General) v. Christie, [2007] 1 S.C.R. 873, hearing fees are one
of the conditions a province may impose on how and when people have a right to access the courts - Are the hearing
fees set out in paragraph 14, Appendix C, Schedule 1 (B.C. Reg. 10/96, as amended) and the hearing fees set out in
paragraphs 9 and 10 of Appendix C, Schedule 1 (B.C.Reg. 168/2009, as amended) unconstitutional on the basis that
they infringe a right of access to justice and thereby offend the rule of law?
In 2009, Ms. Vilardell was involved in a 10 day family law trial with her former common law spouse concerning, inter
alia, custody and mobility rights. Prior to trial, she applied for an order relieving her from government -imposed court
hearing fees on the basis that she was woman of modest means seeking greater custod y of her daughter, and that the
imposition of hearing fees created an unreasonable barrier to access to justice. The Rules also provided for an
exemption from payment of fees for the indigent. Her fees totalled $3,600. At the end of the trial, her application was
stayed in order to facilitate intervention by the Canadian Bar Association — British Columbia Branch, the Attorney
General of British Columbia, the Trial Lawyers Association of British Columbia and the West Coast Women’s Legal
Education and Action Fund. The statement of claim was revised to include a challenge to the constitutionality of the
hearing fees. A declaration was sought that the fee infringed a right of access to justice contrary to the rule of law and
the Canadian Constitution, breached s. 96 of the Constitution Act, 1867, and ss. 7 and 28 of the Charter.
Origin of the case:
British Columbia
File No.:
35315
Judgment of the Court of Appeal: February 15, 2013
Counsel:
Sharon D. Matthews, Q.C. and Melina L. Buckley for the Appellant, Canadian Bar
association - British Columbia Branch;
Darrell Roberts Q.C. and Chantelle Rajotte for the Appellant, Trial Lawyers
Association of British Columbia;
Bryant Mackey and Leah Greathead for the Respondent, Attorney General of
British Columbia
- 612 -
SUMMARIES OF THE CASES
35315
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Trial Lawyers Association of British Columbia, Association du Barreau canadien - division de la ColombieBritannique c. Procureur général de la Colombie-Britannique, Procureur général du Canada, Procureur
général de l’Ontario, Procureur général du Québec, Procureurr général de l’Alberta, Advocates’ Society,
David Asper Centre for Constitutional Rights et West Coast Women's Legal Education and Action Fund
Charte des droits - Droit constitutionnel - Accès à la justice - La demanderesse partie à un procès civil en matière
familiale a demandé d’être dispensée de l’obligation de payer des frais d’audience après un procès de 10 jours - La
validité constitutionnelle de la règle imposant des frais d’audience est contestée - Les frais d’audience que demande une
province pour les procès civils devant une cour visée à l’art. 96 sont-ils inconstitutionnels en tant qu’entrave à l’accès à
la justice? - L’inconstitutionnalité peut-elle être évitée par une interprétation plus large d’une exception relative aux
plaideurs impécunieux? - Dans le contexte de l’arrêt Colombie-Britannique (Procureur général) c. Christie, [2007] 1
R.C.S. 873, les frais d’audience représentent-ils une des conditions qu’une province peut imposer quant aux modalités
d’accès aux tribunaux? Les frais d’audience prévus au paragraphe 14 de l’Appendice C, Annexe 1 (B.C. Reg. 10/96,
avec ses amendements) et ceux prévus aux paragraphes 9 et 10 de l’Appendice C, Annexe 1 (B.C. Reg. 168/2009, avec
ses amendements) sont-ils inconstitutionnels du fait qu’ils portent atteinte au droit à l’accès à la justice et de ce fait
viole la règle de la primauté du droit ?
En 2009, Mme Vilardell a été partie à un procès civil en matière familiale d’une durée de 10 jours avec son ex-conjoint
de fait, portant notamment sur le droit de garde et de liberté de circulation. Avant le procès, elle a demandé une
dispense des frais d’audience imposés par l’État au motif qu’elle était une femme de moyens modestes qui demandait la
garde accrue de sa fille, et que l’imposition de frais d’audience créait un obstacle déraisonnable à l’accès à la justice.
Les règles prévoyaient également une exception au paiement des frais dans le cas des plaideurs impécunieux. Les frais
de la demanderesse totalisaient 3 600 $. Au terme du procès, sa demande a été suspendue pour faciliter l’intervention
de l’Association du Barreau canadien — division de la Colombie-Britannique, du procureur général de la
Colombie-Britannique, de la Trial Lawyers Association of British Columbia et du West Coast Women’s Legal
Education and Action Fund. La déclaration a été modifiée pour inclure une contestation de la constitutionnalité des
frais d’audience. On a demandé un jugement déclarant que les frais portaient atteinte à un droit d’accès à la justice
contrairement à la primauté du droit et à la Constitution canadienne, et violaient l’art. 96 de la Loi constitutionnelle de
1867 et les art. 7 et 28 de la Charte.
Origine de la cause :
Colombie-Britannique
No du greffe :
35315
Arrêt de la Cour d’appel :
le 15 février 2013
Avocats :
Sharon D. Matthews, c.r. et Melina L. Buckley pour l’appelante, Association du
Barreau canadien - division de la Colombie-Britannique;
Darrell Roberts, c.r. et Chantelle Rajotte pour l’appelante, Trial Lawyers
Association of British Columbia;
Bryant Mackey et Leah Greathead pour l’intimé, Procureur général de la Colombie Britannique
- 613 -
SUMMARIES OF THE CASES
35132
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Mohammad Hassan Mian v. Her Majesty the Queen
Charter of Rights and Freedoms - Right to be informed of reasons for arrest - Right to counsel - Appellant’s ss. 10(a)
and 10(b) Charter rights breached - At trial evidence excluded pursuant to s. 24(2) of the Charter - Application of the
rule against cross-examining a witness on the veracity of another witness’s testimony - Appeal allowed and new trial
ordered - Did the Court of Appeal err in assisting the respondent by raising a decisive ground of appeal on its behalf Did the Court of Appeal err by ordering a new trial because defence counsel asked a Crown witness to comment on the
veracity of another witness’s testimony - Did the trial judge err in law in concluding that the police infringed the rights
of the appellant under ss. 10(a) and 10(b) of the Charter - If there was a breach, did the trial judge err in law in
excluding the evidence under s. 24(2) of the Charter.
The appellant was charged with possession of cocaine for the purposes of trafficking and possession of currency
obtained by the commission of an offence. The trial judge found the appellant’s ss. 10(a) and 10(b) Charter rights had
been breached during his arrest and search of his vehicle. The trial judge excluded the evidence pursuant to s. 24(2) of
the Charter. The appellant was acquitted at trial. The Crown appealed. The appeal was allowed and a new trial was
ordered.
Origin of the case:
Alberta
File No.:
35132
Judgment of the Court of Appeal: October 18, 2012
Counsel:
Daniel J. Song for the Appellant
Ronald C. Reimer and Tyler Lord for the Respondent
- 614 -
SUMMARIES OF THE CASES
35132
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Mohammad Hassan Mian c. Sa Majesté la Reine
Charte des droits et libertés - Droit d’être informé des motifs de son arrestation - Droit à l’assistance d’un avocat Violation des droits garantis à l’appelant par les alinéas 10a) et 10b) de la Charte - Preuve écartée au procès en vertu du
par. 24(2) de la Charte - Application de la règle interdisant le contre-interrogatoire d’un témoin sur la véracité de la
déposition d’un autre témoin - Appel accueilli et tenue d’un nouveau procès ordonnée - La Cour d’appel a-t-elle aidé à
tort l’intimée en invoquant un moyen d’appel décisif pour son compte? - La Cour d’appel a-t-elle fait erreur en
ordonnant la tenue d’un nouveau procès parce que l’avocat de la défense avait demandé à un témoin à charge de
commenter la véracité de la déposition d’un autre témoin? - Le juge du procès a-t-il commis une erreur de droit en
concluant que la police avait porté atteinte aux droits garantis à l’appelant par les al. 10a) et 10b) de la Charte? S’il y a
eu atteinte à ces droits, le juge du procès a-t-il commis une erreur de droit en écartant la preuve en vertu du par. 24(2)
de la Charte?
L’appelant a été accusé de possession de cocaïne en vue d’en faire le trafic et de possession de monnaie obtenue par la
perpétration d’une infraction. Le juge du procès a conclu que les droits que les alinéas 10a) et 10b) de la Charte
garantissent à l’appelant avaient été violés au cours de son arrestation et de la fouille de son véhicule. Il a donc écarté
la preuve en vertu du par. 24(2) de la Charte. L’appelant a été acquitté au procès. Le ministère public a interjeté appel.
L’appel a été accueilli, et un nouveau procès a été ordonné.
Origine :
Alberta
No du greffe :
35132
Arrêt de la Cour d’appel :
le 18 octobre 2012
Avocats :
Daniel J. Song pour l’appelant
Ronald C. Reimer et Tyler Lord pour l’intimée
- 615 -
SUMMARIES OF THE CASES
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
35310 James Peter Sipos v. Her Majesty the Queen
(PUBLICAT ION BAN IN CASE)
Criminal Law - Sentencing - Appeals - Dangerous offenders - Long-term offenders - Fresh evidence - Whether the
Court of Appeal erred by dismissing an appeal from a dangerous offender designation and an indeterminate sentence on
the basis that it was legally irrelevant that a new dangerous offender hearing, if ordered, might reasonably produce a
different result - Whether the Court of Appeal erred by concluding that the high standard for dismissing the appeal, in
the face of the sentencing judge’s error in declaring the appellant to be a dangerous offender without first having
considered the suitability of a long-term offender designation, was satisfied on the record including the fresh evidence.
In 1998, the appellant was declared a dangerous offender and given an indeterminate sentence. The sentencing judge
did not first consider the suitability of a long-term offender designation. In 2008, the Court of Appeal for Ontario
granted leave to the appellant to re-open an appeal from his sentence. With the Crown’s consent, he filed fresh
evidence in the appeal proceedings. The fresh evidence consists of a risk assessment, created in 2010, based on the
appellant’s progress since 2000. It indicates a possibility that the risk he poses can be controlled in the community by
2016, with appropriate supervision. The Court of Appeal dismissed the sentence appeal. It was satisfied that, hav ing
regard to the evidence before the sentencing judge and the fresh evidence admitted on appeal, there was no reasonable
possibility that the result of the dangerous offender hearing would have been any different if the sentencing judge had
considered the long-term offender provisions.
Origin of the case:
Ontario
File No.:
35310
Judgment of the Court of Appeal: November 7, 2012
Counsel:
Michael Dineen for the appellant
Roger A. Pinnock for the respondent
- 616 -
SUMMARIES OF THE CASES
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
35310 James Peter Sipos c. Sa Majesté la Reine
(ORDONNANCE DE NON -PUBLICAT ION DANS LE DOSSIER)
Droit criminel - Détermination de la peine - Appels - Délinquants dangereux - Délinquants à contrôler - Nouvel élément
de preuve - La Cour d’appel a-t-elle commis une erreur en rejetant l’appel d’une déclaration de délinquant dangereux et
d’une peine d’une durée indéterminée au motif qu’il importe peu, sur le plan juridique, que la tenue d’une nouvelle
audience de détermination du statut de délinquant dangereux, si elle est ordo nnée, entraînerait vraisemblablement un
résultat différent? - La Cour d’appel a-t-elle conclu à tort qu’eu égard au dossier, y compris au nouvel élément de
preuve, il a été satisfait à la norme exigeante de rejet de l’appel, étant donné que le juge ayant infligé la peine a fait
erreur en déclarant l’appelant délinquant dangereux sans avoir d’abord examiné l’opportunité d’une déclaration de
délinquant à contrôler?
En 1998, l’appelant a été déclaré délinquant dangereux et condamné à une peine d’une durée in déterminée. Le juge qui
lui a infligé cette peine n’a pas examiné au préalable l’opportunité d’une déclaration de délinquant à contrôler. En
2008, la Cour d’appel de l’Ontario a accordé à l’appelant l’autorisation de rouvrir l’appel de la peine qui lui a été
imposée. Il a présenté, avec le consentement du ministère public, un nouvel élément de preuve dans le cadre de l’appel.
Il s’agit d’une évaluation du risque effectuée en 2010 sur le fondement des progrès réalisés par l’appelant depuis 2000.
Selon cette évaluation, le risque que pose l’appelant peut être maîtrisé au sein de la collectivité d’ici 2016 avec une
surveillance appropriée. La Cour d’appel a rejeté l’appel de la peine, étant convaincue, vu la preuve produite devant le
juge ayant infligé la peine et le nouvel élément de preuve admis en appel, que l’issue de l’audience de détermination du
statut de délinquant dangereux n’aurait vraisemblablement pu être différente si le juge avait tenu compte des
dispositions sur les délinquants à contrôler.
Origine :
Ontario
No du greffe :
35310
Arrêt de la Cour d’appel :
le 7 novembre 2012
Avocats :
Michael Dineen pour l’appelant
Roger A. Pinnock pour l’intimée
- 617 -
SUMMARIES OF THE CASES
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
35298 Kevin Fearon v. Her Majesty the Queen
Charter of Rights - Constitutional law - Search and seizure - Search incident to arrest - Evidence - Whether a search of
the appellant’s cell-phone during his arrest breached s. 8 of the Charter - Whether the legal framework governing
searches incident to arrest extends to cell-phones - Whether a cell phone exception should be made to the common law
power of police to search incident to arrest - Whether evidence found on the appellant’s cell-phone during his arrest
should have been excluded pursuant to s. 24(2) of the Charter?
Two men robbed a merchant and one of the robbers carried a gun. The armed robber wore a red hoodie and he got into
the front passenger seat of the get-away car. When the police found the get-away car, they discovered a red hoodie on
the front passenger seat and a loaded handgun under that seat. The gun bore distinctive etchings. The police suspected
the appellant had been involved and they arrested him. One of the arresting officers conducted a pat down search and
seized the appellant’s cell phone. The cell phone was turned on and it was not password -protected or locked. The
officer searched the cell phone and discovered incriminating evidence. The appellant admitted that he was one of the
robbers and that he wore a red and black hoodie. However, h e claimed that the gun used in the robbery was a fake and
that he threw it away after the robbery. A voir dire was held to determine whether the search of the appellant’s cell
phone incident to his arrest had violated s. 8 of the Charter of Rights and Freedoms and whether the incriminating
evidence found on the cell phone should be admitted. The trial judge admitted the evidence and relied on it to convict
the appellant of armed robbery and possession of a loaded restricted firearm without a license or a registration
certificate.
Origin of the case:
Ontario
File No.:
35298
Judgment of the Court of Appeal: February 20, 2013
Counsel:
Sam Goldstein for the appellant
Randy Schwartz for the respondent
- 618 -
SUMMARIES OF THE CASES
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
35298 Kevin Fearon c. Sa Majesté la Reine
Charte des droits - Droit constitutionnel - Fouilles, perquisitions et saisies - Fouille accessoire à l’arrestation - Preuve La fouille du téléphone cellulaire de l’appelant pendant une arrestation a -t-elle enfreint l’art. 8 de la Charte? - Le cadre
juridique qui régit les fouilles accessoires à l’arrestation vise-t-il également les téléphones cellulaires? - Faut-il prévoir
une exception pour les téléphones cellulaires au pouvoir issu de la common law qui autorise le policier à procéder à une
fouille accessoire à une arrestation? - Les éléments que révélait le téléphone cellulaire de l’appelant, découverts lors de
l’arrestation, devraient-ils être exclus de la preuve en application du par. 24(2) de la Charte?
Deux hommes ont perpétré un vol qualifié chez un commerçant; l’un d’eux portait une arme à feu. Ce dernier, vêtu
d’un chandail rouge à capuchon, a pris place dans une voiture à côté du conducteur pour quitter le lieu du crime. Après
avoir repéré la voiture, les policiers ont trouvé un chandail rouge à capuchon sur le siège du passager et une arme de
poing chargée dessous. Des gravures particulières ornaient l’arme. Soupçonnant l’appelant du crime, les policiers l’ont
arrêté. L’un d’eux, en effectuant la fouille par palpation de l’appelant, a saisi le téléphone cellulaire de celui-ci. Le
téléphone était en marche, et il n’était pas verrouillé, ni protégé par un mot de passe. Le policier a examiné le téléphone
et il a trouvé des preuves incriminantes. L’appelant a avoué avoir participé au vol qualifié et a reconnu qu’il portait un
chandail rouge et noir à capuchon, mais il a prétendu que l’arme du crime n’était qu’une reproduction, dont il s’était
débarrassé après la perpétration. Un voir-dire a été tenu pour déterminer si la fouille du téléphone cellulaire de
l’appelant accessoire à l’arrestation avait enfreint l’art. 8 de la Charte canadienne des droits et libertés et si la preuve
incriminante découverte devait être admise. Au procès, la preuve a été admise et a fondé la déclaration de culpabilité
pour vol qualifié et possession d’une arme à feu à utilisation restreinte chargée sans permis ni certificat
d’enregistrement.
Origine :
Ontario
No du greffe :
35298
Arrêt de la Cour d’appel :
le 20 février 2013
Avocats :
Sam Goldstein pour l’appellant
Randy Schwartz pour l’intimée
- 619 -
SUMMARIES OF THE CASES
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
35364 Her Majesty the Queen v. John Melville Steele
Criminal law - Sentencing - Robbery - Crown brought an application for remand for assessment of the Respondent
pursuant to s. 752.1(1) of the Criminal Code - Assessment, if granted, would have formed the basis of an application to
declare the Respondent a dangerous or long-term offender - Crown’s application denied - Did the Manitoba Court of
Appeal err in concluding that the Respondent’s offence was not a “serious personal injury offence” under Criminal
Code s. 752 because it did not “involv[e] the use or attempted use of violence”.
The Respondent was convicted of robbery, disguise with intent and failing to comply with probation orders. The
Crown gave notice of an intention to apply for remand for an assessment report pursuant to s. 752.1(1) of the Code.
The assessment, if granted, would have formed the basis of an application to declare the Respondent a dangerous or
long-term offender. The trial judge concluded that, at most, there was an “implied threat of violence”, rather than “the
use or attempted use of violence” found in the definition of a serious personal injury offence in s. 752. The Crown’s
application for remand for an assessment was denied. The Court of Appeal dismissed the appeal.
Origin of the case:
Manitoba
File No.:
35364
Judgment of the Court of Appeal: March 13, 2013
Counsel:
Amiram Kotler and Neil Steen for the Appellant
J. David L. Soper and Amanda Sansregret for the Respondent
- 620 -
SUMMARIES OF THE CASES
35364
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Sa Majesté la Reine c. John Melville Steele
Droit criminel - Détermination de la peine - Vol qualifié - Le ministère public a présenté une demande de renvoi pour
évaluation de l’intimé en application du par. 752.1(1) du Code criminel - L’évaluation, si elle avait été autorisée, aurait
servi de fondement à une demande en vue de faire déclarer l’intimé délinquant dangereux ou à contrôler - La demande
du ministère public a été rejetée - La Cour d’appel du Manitoba a-t-elle eu tort de conclure que l’infraction commise par
l’intimé ne constituait pas des « sévices graves à la personne » au sens de l’art. 752 du Code criminel parce qu’elle
n’impliquait pas « l’emploi, ou une tentative d’emploi, de la violence »?
L’intimé a été déclaré coupable de vol qualifié, de déguisement dans un dessein criminel et de défaut de se conformer à
des ordonnances de probation. Le ministère public a donné un avis de son intention de présenter une demande de
renvoi pour évaluation en application du par. 752.1(1) du Code. L’évaluation, si elle avait été autorisée, aurait servi de
fondement à une demande en vue de faire déclarer l’intimé délinquant dangereux ou à contrôler. La juge du procès a
conclu qu’il y avait eu, tout au plus, [T RADUCT ION] « menace implicite de violence », plutôt que « l’emploi, ou une
tentative d’emploi, de la violence », l’expression que l’on trouve dans la définition de sévices graves à la personne à
l’art. 752. La demande de renvoi pour évaluation, présentée par le ministère public, a été rejetée. La Cour d’appel a
rejeté l’appel.
Origine :
Manitoba
No du greffe :
35364
Arrêt de la Cour d’appel :
le 13 mars 2013
Avocats :
Amiram Kotler et Neil Steen pour l’appelante
J. David L. Soper et Amanda Sansregret pour l’intimé
- 621 -
SUMMARIES OF THE CASES
35072
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Andrew Gordon Wakeling v. Attorney General of Canada on behalf of the United States of America,
Attorney General of British Columbia
AND BETWEEN
Andrew Wakeling v. Attorney General of Canada on behalf of the Minister of Justice
Charter of Rights and Freedoms - Search and Seizure - Right to life, liberty and security of person - Criminal law Extradition - Canadian law enforcement providing American authorities with information obtained from wiretaps Whether this infringed the appellant’s rights under ss. 7 or 8 of the Charter or the Privacy Act - Does s. 8(2)(f) of the
Privacy Act, R.S.C. 1985, c. P-21 infringe s. 7 or s. 8 of the Charter of Rights and Freedoms - Does s. 193(2)(b) of the
Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46 infringe s. 7 or s. 8 of the Charter of Rights and Freedoms - Does s. 193(2)(e) of
the Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46 infringe s. 7 or s. 8 of the Charter of Rights and Freedoms - If so, is the
infringement a reasonable limit prescribed by law as can be reasonably justified in a free and democratic society under
s. 1 of the Charter of Rights and Freedoms.
The Appellant is wanted in the United States for prosecution for certain drug offences. It is alleged that the Appellant
and others exported drugs from Canada into the state of Minnesota. The Appellant was being wiretap ped in Canada and
Canadian law enforcement sent the wiretaps or information about the wiretaps to United States law enforcement. The
extradition order of committal was granted. The Minister of Justice made an order of surrender. The Court of Appeal
dismissed the appeal of the extradition order and the application for judicial review of the surrender order.
Origin of the case:
British Columbia
File No.:
35072
Judgment of the Court of Appeal: June 13, 2013
Counsel:
Gregory Delbigio for the Appellant
W. Paul Riley, Jeffrey G. Johnston, M. Joyce DeWitt-VanOosten for the
Respondents
- 622 -
SUMMARIES OF THE CASES
35072
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Andrew Gordon Wakeling c. Procureur général du Canada, au nom des États -Unis d’Amérique et
procureur général de la Colombie-Britannique
ET ENTRE
Andrew Wakeling c. Procureur général du Canada, au nom du ministre de la Justice
Charte des droits et libertés - Fouilles, perquisitions et saisies - Droit à la vie, à la liberté et à la sécurité de la personne
- Droit criminel - Extradition - Autorités canadiennes responsables de l’application de la loi ayant communiqué aux
autorités américaines des renseignements obtenus par voie d’écoute électronique - En a-t-il résulté une atteinte aux
droits de l’appelant suivant l’art. 7 ou 8 de la Charte ou suivant la Loi sur la protection des renseignements personnels,
L.R.C. 1985, ch. P-21? - L’alinéa 8(2)f) de cette loi porte-t-il atteinte aux droits garantis aux art. 7 ou 8 de la Charte? L’alinéa 193(2)b) du Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C-46 porte-t-il atteinte aux droits garantis aux art. 7 ou 8 de la
Charte? - L’alinéa 193(2)e) du Code criminel porte-t-il atteinte aux droits garantis aux art. 7 ou 8 de la Charte? - Dans
l’affirmative, s’agit-il d’une restriction raisonnable par une règle de droit do nt la justification peut se démontrer dans
une société libre et démocratique au sens de l’article premier de la Charte?
L’appelant est recherché aux États -Unis pour la perpétration de certaines infractions en matière de drogues. D’autres
personnes et lui auraient exporté de la drogue du Canada vers le Minnesota. L’appelant a été l’objet d’écoute
électronique au Canada, et les autorités compétentes canadiennes ont communiqué les enregistrements ou des données
sur les enregistrements aux autorités américaines d’application de la loi. La demande d’incarcération en vue de
l’extradition a été accueillie. Le ministre de la Justice a pris un arrêté d’extradition. La Cour d’appel a rejeté l’appel
formé contre l’arrêté d’extradition ainsi que la demande de contrôle judiciaire visant celui-ci.
Origine:
Colombie-Britannique
No du greffe:
35072
Jugement de la Cour d’appel:
le 13 juin 2013
Avocats:
Gregory Delbigio pour l’appelant
W. Paul Riley, Jeffrey G. Johnston, M. Joyce DeWitt-VanOosten pour les intimés
- 623 -
SUMMARIES OF THE CASES
35609
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Her Majesty the Queen v. Jamie Kenneth Taylor
Charter of rights - Criminal law - Right to counsel - Search and seizure - Impaired driving causing bodily harm - Blood
sample evidence - Whether respondent’s s. 10(b) Charter rights breached - Whether blood sample evidence should
have been excluded pursuant to s. 24(2) of the Charter.
The respondent was convicted of three counts of impaired driving causing bodily harm. He was driving his pick-up
truck with four passengers when the truck hit a fire hydrant and a lamppost, and then rolled several times before coming
to a stop. Three of the passengers were seriously injured. The respondent was arrested at the scene of the accident,
advised of his Charter rights, after which he stated he wanted to call his father and a lawyer whom he identified by
name. He was later brought to the hospital where two blood samples were taken: one for hospital purposes and another
pursuant to a demand made by police. The respondent was not afforded an opportunity to contact his lawyer before the
samples were taken. At trial, the Crown did not attempt to introduce the “demand” blood samples, because it conceded
there had been a Charter breach as a result of the respondent not being given an op portunity to contact his lawyer.
However, the trial judge found no basis to set aside the warrant issued with respect to the other blood samples, and
accordingly, they were admitted into evidence. The trial judge concluded that there was no reasonable op portunity at
the time to give the respondent private access to a telephone to exercise his right to consult his lawyer. The central
issue on appeal was whether the blood sample evidence should have been excluded because of a breach of the
respondent’s Charter right to counsel. A majority of the Court of Appeal allowed the appeal and acquitted the
respondent. Slatter J.A., dissenting, would have dismissed the appeal.
Origin of the case:
Alberta
File No.:
35609
Judgment of the Court of Appeal: October 10, 2013
Counsel:
Susan D. Hughson, Q.C. and Jason Russell for the appellant
Patrick C. Fagan, Q.C. for the respondent
- 624 -
SUMMARIES OF THE CASES
35609
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Sa Majesté la Reine c. Jamie Kenneth Taylor
Charte des droits - Droit criminel - Droit à l’assistance d’un avocat - Fouilles, perquisitions et saisies - Conduite avec
facultés affaiblies causant des lésions corporelles - Échantillon de sang en preuve - Les droits de l’intimé protégés par
l’al. 10b) de la Charte ont-ils été violés ? - Les échantillons de sang produit en preuve auraient-ils dû être écartés en
application du par. 24(2) de la Charte ?
L’intimé a été déclaré coupable de trois chefs de conduite avec facultés affaiblies causant des lésions corporelles. I l
conduisait sa camionnette et avait quatre passagers lorsque son véhicule a heurté une borne -fontaine et un lampadaire
avant de faire quelques tonneaux puis de s’immobiliser. Trois des passagers ont été grièvement blessés. L’intimé a été
mis en état d’arrestation sur les lieux de l’accident et il a été informé des droits que lui garantit la Charte après quoi il a
affirmé qu’il souhaitait téléphoner à son père ainsi qu’à un avocat dont il a donné le nom. Plus tard, il a été emmené à
l’hôpital où on lui a prélevé deux échantillons de sang : un pour les besoins de l’hôpital et l’autre à la demande des
policiers. L’intimé n’a pas eu l’occasion de communiquer avec son avocat avant les prélèvements. Au procès, le
ministère public n’a pas tenté de mettre en preuve les échantillons de sang de la « demande », ayant concédé qu’il y
avait eu violation de la Charte du fait que l’intimé n’avait pas eu l’occasion de communiquer avec son avocat. Le juge
du procès n’a toutefois trouvé aucun fondement pour écarter le mandat émis quant aux autres échantillons de sang qui
ont donc été admis en preuve. Le juge du procès a conclu qu’il n’y avait pas eu d’occasion raisonnable, à ce momentlà, de donner à l’intimé l’accès à un téléphone d’où il aurait pu en toute confidentialité exercer son droit d’avoir
l’assistance de son avocat. La principale question en litige est celle de savoir si l’échantillon de sang produit en preuve
aurait dû être écarté du fait de la violation du droit de l’appelant à l’assistance d’un avocat protégé par la Charte. Une
majorité des juges de la Cour d’appel a accueilli l’appel et a acquitté l’intimé. Le juge Slatter, dissident, était d’avis de
rejeter l’appel.
Origine de la cause :
Alberta
Numéro du greffe :
35609
Jugement de la Cour d’appel :
10 octobre 2013
Avocats
Susan D. Hughson, c.r. pour l’appelante
Patrick C. Fagan, c.r., pour l’intimé
- 625 -
SUMMARIES OF THE CASES
35622
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Douglas Jackson v. Her Majesty the Queen
(PUBLICAT ION BAN IN CASE)
Criminal law - Evidence - Admissibility - Bad character evidence of victim of offence - Whether evidence admissible What is the standard for admissibility of such evidence?
The appellant was convicted of second degree murder. At trial, he admitted to shooting the deceased, but claimed he
acted in self-defence, had been provoked, and that because of the provocation, self-defence and his extreme intoxication
due to crack cocaine, he did not have the requisite intent for murder. The central issue with respect to the appellant’s
self-defence claim was whether the deceased was armed at the time of the incident. The appellant claimed the deceased
had a gun, but no other evidence supported that ass ertion. Accordingly, the appellant sought to introduce evidence of
the deceased’s convictions for firearms -related offences to establish that the deceased was prone to violence which
made it more than likely that he was in possession of a firearm at the relevant time, and thus, was more likely to have
been the aggressor. This, in turn, would give an air of reality to the appellant’s defences of self-defence and
provocation. The trial judge refused to admit that evidence. The appellant appealed his conviction and argued, among
other things, that the evidence of the deceased’s convictions should not have been excluded. The Court of Appeal
dismissed the appeal. Rosenberg J.A., dissenting, would have allowed the appeal and ordered a new trial on the basis
that the evidence in question had probative value and its prejudicial effect did not substantially outweigh that probative
value. In Rosenberg J.A.’s view, the evidence, when considered with other evidence, could have persuaded the jury
that the deceased was armed and had reached for his gun when he was shot, leaving the jury with a reasonable doubt.
Origin of the case:
Ontario
File No.:
35622
Judgment of the Court of Appeal: October 17, 2013
Counsel:
Catriona Verner for the appellant
David Lepofsky for the respondent
- 626 -
SUMMARIES OF THE CASES
35622
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Douglas Jackson c. Sa Majesté la Reine
(ORDONNANCE DE NON -PUBLICAT ION DANS LE DOSSIER)
Droit criminel - Preuve - Admissibilité - Preuve de mauvaise moralité de la victime de l’infraction - La preuve est-elle
admissible? - Quelle est la norme d’admissibilité d’une telle preuve?
L’appelant a été déclaré coupable de meurtre au deuxième degré. Au procès, il a admis avoir abattu la victime d’un
coup de feu, mais a prétendu qu’il avait agi en légitime défense, qu’il avait été provoqué et qu’en raison de la
provocation, de la légitime défense et de son intoxication extrême au crack, il n’avait pas eu l’intention requise pour
commettre un meurtre. La question fondamentale à résoudre quant à l’allégation de légitime défense de l’appelant était
de savoir si la victime était armée au moment de l’incident. Selon l’appelant, la victime avait une arme à feu, mais cette
affirmation n’était justifiée par aucun élément de preuve. Par conséquent, l’appelant a tenté de mettre en preuve les
déclarations de culpabilité d’infractions liées aux armes à feu qui avaient été prononcées contre la victime pour établir
que celle-ci était prédisposée à la violence et donc, selon toute probabilité, qu’elle était en possession d’u ne arme à feu
au moment pertinent, si bien qu’il y avait une probabilité accrue qu’elle fût l’agresseur. Il s’ensuivrait que les moyens
de défense invoqués par l’appelant, à savoir la légitime défense et la provocation, étaient vraisemblables. Le juge du
procès a refusé d’admettre cette preuve. L’appelant a interjeté appel de sa condamnation et a plaidé, entre autres
choses, que la preuve des déclarations de culpabilité prononcées contre la victime n’aurait pas dû être exclue. La Cour
d’appel a rejeté l’appel. Le juge Rosenberg, dissident, aurait accueilli l’appel et ordonné un nouveau procès, puisqu’à
son avis, la preuve en question avait une valeur probante et que son effet préjudiciable ne l’emportait pas sensiblement
sur cette valeur probante. De l’avis du juge Rosenberg, la preuve, lorsque considérée avec d’autres éléments de preuve,
aurait pu convaincre le jury que la victime était armée et qu’elle avait tenté de saisir son arme à feu lorsqu’elle a été
abattue, de sorte qu’il pouvait subsister un doute raisonnable dans l’esprit du jury.
Origine :
Ontario
No du greffe :
35622
Arrêt de la Cour d’appel :
le 17 octobre 2013
Avocats :
Catriona Verner pour l’appelant
David Lepofsky pour l’intimée
- 627 -
SUMMARIES OF THE CASES
35226
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Imperial Oil v. Simon Jacques et al.
Evidence - Evidence in civil proceeding - Documents in possession of third party - Power of court presiding over civil
proceeding to obtain evidence from third party in Quebec law - Criminal law - Electronic surveillance - Scope of
authorization to use wiretap evidence in federal law - Interpretation of legislation in question - Constitutional law Division of powers - Criminal trials commenced for conspiracy to restrain trade following investigation by Competition
Bureau - Class action in damages against number of defendants, some of whom were also accused in criminal
proceedings - Motion by plaintiffs in class action to require filing of thousands of recordings sent to accused in criminal
proceedings - Whether under current criminal or civil legislation, court presiding over civil proceeding may order
federal Crown to file with it evidence resulting from electronic surveillance that permissible in criminal law context - If
so, whether or to what extent provisions in question are constitutionally valid - Whether appeal lies from decision on
these issues - Constitution Act, 1867, ss. 91, 92 - Constitution Act, 1982, s. 8 - Competition Act, R.S.C. 1985, c. C-34,
s. 36(2) - Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46, s. 193(2)(a) - Code of Civil Procedure, R.S.Q., c. C-25, arts. 29(2), 402.
[see also 35231]
In the course of its Octane investigation, the Competition Bureau lawfully recorded thousands of private conversations
in the Estrie region. In 2008 and 2010, the federal Crown laid charges against several dozen individuals and companies
for unlawfully inflating gas prices; about half of the accused pleaded guilty. A class action by purchasers was instituted
against 72 defendants, some of whom were also among the accused. The class action was based on both s. 36 of the
Competition Act, R.S.C., c. C-34, and art. 1457 of the Civil Code of Québec. The purchasers’ representative sought to
have the wiretap evidence, which had already been sent to the accused, filed in the civil proceeding. The Superior
Court held that the combined effect of the various applicable statutory provisions was to authorize the filing of the
recordings; because of the confidential nature of the content, and of the fact that the various defendants had different
interests, it limited the disclosure to counsel and experts. The Court of Appeal held that the Superior Court’s decision
was not one from which an appeal would lie, but approved the reasons that court had given.
Origin of the case:
Quebec
File No.:
35226
Judgment of the Court of Appeal: December 17, 2012
Counsel:
Billy Katelanos, Paule Hamelin and Pierre Legault for the appellant
Pierre Lebel, Nicolas Guimond and Claudia Lalancette for the respondents Simon
Jacques et al.
Dominique Jobin and Patricia Blair for the respondent AGQ
François Lacasse and Stéphane Hould for the respondent DPPC
- 628 -
SUMMARIES OF THE CASES
35226
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Pétrolière Impériale c. Simon Jacques et autres
Preuve - Preuve civile - Documents entre les mains de tiers - Pouvoir du tribunal civil d’obtenir de tiers des éléments de
preuve selon le droit québécois - Droit criminel - Écoute électronique - Portée de l’autorisation d’utiliser une preuve
résultant d’écoute électronique en droit fédéral - Interprétation de ces lois - Droit constitutionnel - Partage des
compétences - Procès criminels engagés pour collusion commerciale dans la foulée d’une enquête du Bureau de la
concurrence - Recours collectif en dommages-intérêts contre des défendeurs correspondant en partie aux accusés Requête des poursuivants dans le recours collectif pour exiger le dépôt des milliers d’enregistrements transmis aux
accusés du procès criminel - Les lois criminelles ou civiles en vigueur permettent-elles à un tribunal civil d’ordonner à
la Couronne fédérale de déposer devant lui le fruit de l’écoute électronique permise par le droit criminel? - Dans
l’affirmative, ou dans quelle mesure, ces dispositions sont-elles constitutionnellement valides ? - La décision qui
tranche ces questions est-elle susceptible d’appel? - Loi constitutionnelle de 1867, art. 91, 92 - Loi constitutionnelle de
1982, art. 8 - Loi sur la concurrence, L.R.C. 1985, ch. C-34, par. 36 (2) - Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C-46, al. 193
(2) a) - Code de procédure civile, L.R.Q. ch. C-25, par. 29 (2), art. 402. [voir aussi 35231]
Dans le cadre de son enquête Octane, le Bureau de la concurrence enregistre légalement des milliers de conversations
privées en Estrie. En 2008 et 2010, la Couronne fédérale dépose des accusations contre plusieurs dizaines d’individus
et entreprises pour avoir gonflé illégalement les prix de l’essence; environ la moitié d’entre eux plaident coupables. Un
recours collectif d’acheteurs est entrepris contre 72 défendeurs, dont certains sont parallèlement des accusés. Ce
recours se fonde à la fois sur l’article 36 de la Loi sur la concurrence au Canada, L.R.C. ch. C-34, et sur l’article 1457
du Code civil du Québec. Le représentant des acheteurs réclame le dépôt, devant le tribunal civil, de la preuve d’écoute
électronique déjà transmise aux accusés. La Cour supérieure estime que les diverses lois applicables convergent pour
permettre le dépôt des enregistrements; pour des raisons de confidentialité du contenu et à cause des intérêts divergents
des défendeurs, elle limite la divulgation aux procureurs et experts. La Cour d’appel estime que cette décision n’est pas
de celles qui donnent ouverture à un appel mais elle en approuve les motifs.
Origine:
Québec
No du greffe:
35226
Arrêt de la Cour d’appel:
le 17 décembre 2012
Avocats:
Mes Billy Katelanos, Paule Hamelin, Pierre Legault, pour l’appelante
Mes Pierre Lebel, Nicolas Guimond, Claudia Lalancette, pour les intimés Simon
Jacques et al.
Mes Dominique Jobin, Patricia Blair, pour l’intimé PGQ
Mes François Lacasse, Stéphane Hould, pour l’intimé DPPC
- 629 -
SUMMARIES OF THE CASES
35231
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Couche-Tard inc., Alimentation Couche-Tard inc., Dépan-Escompte Couche-Tard inc. et al. v. Simon
Jacques et al.
SEALING ORDER
Evidence - Evidence in civil proceeding - Documents in possession of third party - Power of court presiding over civil
proceeding to obtain evidence from third party in Quebec law - Criminal law - Electronic surveillance - Scope of
authorization to use wiretap evidence in federal law - Interpretation of legislation in question - Constitutional law Division of powers - Criminal trials commenced for conspiracy to restrain trade following investigation by Competition
Bureau - Class action in damages against number of defendants, some of whom were also accused in criminal
proceedings - Motion by plaintiffs in class action to require filing of thousands of recordings sent to accused in criminal
proceedings - Whether under current criminal or civil legislation, court presiding over civil proceeding may order
federal Crown to file with it evidence resulting from electronic surveillance that permissible in criminal law context - If
so, whether or to what extent provisions in question are constitutionally valid - Whether appeal lies from decision on
these issues - Constitution Act, 1867, ss. 91, 92 - Constitution Act, 1982, s. 8 - Competition Act, R.S.C. 1985, c. C-34,
s. 36(2) - Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46, s. 193(2)(a) - Code of Civil Procedure, R.S.Q., c. C-25, arts. 29(2), 402.
[see also 35226]
In the course of its Octane investigation, the Competition Bureau lawfully recorded thousands of private conversations
in the Estrie region. In 2008 and 2010, the federal Crown laid charges against several dozen individuals and companies
for unlawfully inflating gas prices; about half of the accused pleaded guilty. A class action by purchasers was instituted
against 72 defendants, some of whom were also among the accused. The class action was based on both s. 36 of the
Competition Act, R.S.C., c. C-34, and art. 1457 of the Civil Code of Québec. The purchasers’ representative sought to
have the wiretap evidence, which had already been sent to the accused, filed in the civil proceeding. The Superior
Court held that the combined effect of the various applicable statutory provisions was to authorize the filing of the
recordings; because of the confidential nature of the content, and of the fact that the various defendants had different
interests, it limited the disclosure to counsel and experts. The Court of Appeal held that the Superior Court’s decision
was not one from which an appeal would lie, but approved the reasons that court had given.
Origin of the case:
Quebec
File No.:
35231
Judgment of the Court of Appeal: December 17, 2012
Counsel:
Louis-Martin O’Neil and Jean-Philippe Groleau for the appellant Couche-Tard inc.
Pierre Lebel, Nicolas Guimond and Claudia Lalancette for the respondents Simon
Jacques et al.
Dominique Jobin and Patricia Blair for the respondent AGQ
François Lacasse and Stéphane Hould for the respondent DPPC
- 630 -
SUMMARIES OF THE CASES
35231
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Couche-Tard inc., Alimentation Couche-Tard inc., Dépan-Escompte Couche-Tard inc. et autres c. Simon
Jacques et autres
M ISE SOUS SCELLÉS
Preuve - Preuve civile - Documents entre les mains de tiers - Pouvoir du tribunal civil d’obtenir de tiers des éléments de
preuve selon le droit québécois - Droit criminel - Écoute électronique - Portée de l’autorisation d’utiliser une preuve
résultant d’écoute électronique en droit fédéral - Interprétation de ces lois - Droit constitutionnel - Partage des
compétences - Procès criminels engagés pour collusion commerciale dans la foulée d’une enquête du Bureau de la
concurrence - Recours collectif en dommages-intérêts contre des défendeurs correspondant en partie aux accusés Requête des poursuivants dans le recours collectif pour exiger le dépôt des milliers d’enregistrements transmis aux
accusés du procès criminel - Les lois criminelles ou civiles en vigueur permettent-elles à un tribunal civil d’ordonner à
la Couronne fédérale de déposer devant lui le fruit de l’écoute électronique permise par le droit criminel? - Dans
l’affirmative, ou dans quelle mesure, ces dispositions sont-elles constitutionnellement valides ? - La décision qui
tranche ces questions est-elle susceptible d’appel? - Loi constitutionnelle de 1867, art. 91, 92 - Loi constitutionnelle de
1982, art. 8 - Loi sur la concurrence, L.R.C. 1985, ch. C-34, par. 36 (2) - Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C-46, al. 193
(2) a) - Code de procédure civile, L.R.Q. ch. C-25, par. 29 (2), art. 402. [voir aussi 35226]
Dans le cadre de son enquête Octane, le Bureau de la concurrence enregistre légalement des milliers de conversations
privées en Estrie. En 2008 et 2010, la Couronne fédérale dépose des accusations contre plusieurs dizaines d’individus
et entreprises pour avoir gonflé illégalement les prix de l’essence; environ la moitié d’entre eux plaident coupables. Un
recours collectif d’acheteurs est entrepris contre 72 défendeurs, dont certains sont parallèlement des accusés. Ce
recours se fonde à la fois sur l’article 36 de la Loi sur la concurrence au Canada, L.R.C. ch. C-34, et sur l’article 1457
du Code civil du Québec. Le représentant des acheteurs réclame le dépôt, devant le tribunal civil, de la preuve d’écoute
électronique déjà transmise aux accusés. La Cour supérieure estime que les diverses lois applicables convergent pour
permettre le dépôt des enregistrements; pour des raisons de confidentialité du contenu et à cause des intérêts divergents
des défendeurs, elle limite la divulgation aux procureurs et experts. La Cour d’appel estime que cette décision n’est pas
de celles qui donnent ouverture à un appel mais elle en approuve les motifs.
Origine:
Québec
No du greffe:
35231
Arrêt de la Cour d’appel:
le 17 décembre 2012
Avocats:
Mes Louis-Martin O’Neil, Jean-Philippe Groleau, pour l’appelante Couche-Tard
inc.
Mes Pierre Lebel, Nicolas Guimond, Claudia Lalancette, pour les intimés Simon
Jacques et al.
Mes Dominique Jobin, Patricia Blair, pour l’intimé PGQ
Mes François Lacasse, Stéphane Hould, pour l’intimé DPPC
- 631 -
SUPREME COURT OF CANADA SCHEDULE / CALENDRIER DE LA COUR SUPRÊME
- 2013 OCTOBER - OCTOBRE
S
D
M
L
NOVEMBER - NOVEMBRE
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
4
5
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
DECEMBER - DÉCEMBRE
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
1
M
2
3
4
5
6
7
6
M
7
8
9
10
11
12
3
M
4
5
6
7
8
9
8
9
10
11
12
13
14
13
H
14
15
16
17
18
19
10
H
11
12
13
14
15
16
15
16
17
18
19
20
21
20
21
22
23
24
25
26
17
18
19
20
21
22
23
22
23
24
H
25
H
26
27
28
27
28
29
30
31
24
25
26
27
28
29
30
29
30
31
F
V
S
S
- 2014 JANUARY - JANVIER
S
D
M
L
T
M
FEBRUARY - FÉVRIER
W
M
T
J
F
V
S
S
H
1
2
3
4
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
MARCH - MARS
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
1
1
5
6
7
8
9
10
11
2
3
4
5
6
7
8
2
3
4
5
6
7
8
12
M
13
14
15
16
17
18
9
M
10
11
12
13
14
15
9
10
11
12
13
14
15
19
20
21
22
23
24
25
16
17
18
19
20
21
22
16
M
17
18
19
20
21
22
26
27
28
29
30
31
23
24
25
26
27
28
23
30
24
31
25
26
27
28
29
APRIL - AVRIL
S
D
M
L
MAY - MAI
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
4
5
S
D
M
L
T
M
W
M
JUNE - JUIN
T
J
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
1
2
3
4
5
6
7
6
7
8
9
10
11
12
4
5
6
7
8
9
10
8
9
10
11
12
13
14
13
M
14
15
16
17
H
18
19
11
M
12
13
14
15
16
17
15
M
16
17
18
19
20
21
20
H
21
22
23
24
25
26
18
H
19
20
21
22
23
24
22
23
24
25
26
27
28
27
28
29
30
25
26
27
28
29
30
31
29
30
Sittings of the court:
Séances de la cour :
Motions:
Requêtes :
M
Holidays:
Jours fériés :
H
18
87
9
5
sitting weeks / semaines séances de la cour
sitting days / journées séances de la cour
m otion and conference days / journées des requêtes et des conférences
holidays during sitting days / jours fériés durant les sessions
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising