SUPREME COURT OF COUR SUPRÊME DU CANADA

SUPREME COURT  OF COUR SUPRÊME DU CANADA
SUPREME COURT OF
CANADA
COUR SUPRÊME DU
CANADA
BULLETIN OF
PROCEEDINGS
BULLETIN DES
PROCÉDURES
This Bulletin is published at the direction of the
Registrar and is for general information only. It
is not to be used as evidence of its content,
which, if required, should be proved by
Certificate of the Registrar under the Seal of the
Court. While every effort is made to ensure
accuracy, no responsibility is assumed for errors
or omissions.
Ce Bulletin, publié sous l'autorité du registraire,
ne vise qu'à fournir des renseignements
d'ordre général. Il ne peut servir de preuve de
son contenu. Celle-ci s'établit par un certificat
du registraire donné sous le sceau de la Cour.
Rien n'est négligé pour assurer l'exactitude du
contenu,
mais
la Cour décline toute
responsabilité pour les erreurs ou omissions.
During Court sessions the Bulletin is usually
issued week ly.
Le Bulletin paraît en principe toutes les
semaines pendant les sessions de la Cour.
Where a judgment has been rendered, requests
for copies should be made to the Registrar, with
a remittance of $15 for each set of reasons. All
remittances should be made payable to the
Receiver General for Canada.
Quand un arrêt est rendu, on peut se procurer
les motifs de jugement en adressant sa
demande au registraire, accompagnée de 15 $
par exemplaire. Le paiement doit être fait à
l'ordre du Receveur général du Canada.
Consult the Supreme Court of Canada website
at www.scc-csc.gc.ca for more information.
Pour de plus amples informations, consulter le
site Web de la Cour suprême du Canada à
l’adresse suivante : www.scc-csc.gc.ca
November 1, 2013
© Supreme Court of Canada (2013)
ISSN 1918-8358 (Online)
1758 - 1798
Le 1er novembre 2013
© Cour suprême du Canada (2013)
ISSN 1918-8358 (En ligne)
CONTENTS
TABLE DES MATIÈRES
Applications for leave to appeal
filed
1758 - 1759
Applications for leave submitted
to Court since last issue
1760
Demandes d'autorisation d'appel
déposées
Demandes soumises à la Cour depuis la
dernière parution
Judgments on applications for
leave
1761 - 1771
Jugements rendus sur les demandes
d'autorisation
Motions
1772 - 1776
Requêtes
Notice of reference
1777
Avis de renvoi
Pronouncements of appeals reserved
1778 - 1779
Jugements rendus sur les appels en
délibéré
Headnotes of recent judgments
1780 - 1798
Sommaires de jugements récents
NOTICE
Case summaries included in the Bulletin are prepared by the Office of the Registrar of the
Supreme Court of Canada (Law Branch) for information purposes only.
AVIS
Les résumés de dossiers publiés dans le bulletin sont préparés par le Bureau du registraire
(Direction générale du droit) uniquement à titre d’information.
DEMANDES D’AUTORISATION
D’APPEL DÉPOSÉES
APPLICATIONS FOR LEAVE TO
APPEAL FILED
Oldrich Pelich
Oldrich Pelich
Apotex Inc. et al.
Harry B. Radomski
Goodmans LLP
v. (35585)
v. (35562)
Attorney General of Ontario (Ont.)
Avene Derwa
A.G. of Ontario
Sanofi-Aventis et al. (F.C.)
Anthony G. Creber
Gowlings Lafleur Henderson LLP
FILING DATE: 10.09.2013
FILING DATE: 01.10.2013
Federal Government Dockyard Trades and
Labour Council (Esquimalt, B.C.) et al.
Joseph J. Arvay, Q.C.
Arvay Finlay
Jim Iredale
Jacques Jeansonne
Jeansonne Avocats, inc.
v. (35569)
c. (35575)
Her Majesty the Queen in Right of Canada as
represented by the Attorney General of British
Columbia (B.C.)
Lorne Lachance
A.G.of Canada
Courses Automobiles Mont-Trembl ant inc.
et autres (Qc)
Louis-P. Bélanger
Stikeman Elliott s.e.n.c.r.l., s.r.l.
DATE DE PRODUCTION : 07.10.2013
FILING DATE: 03.10.2013
Leafwood Investments Inc.
David R. Rothwell
Beard Winter LLP
Pierre Matalani
Pierre Matalani
c. (35566)
v. (35572)
Pierre Khouzam (Qc)
Marise Rabbath
1724684 Ontario Limited et al. (Ont.)
Joseph Markin
DATE DE PRODUCTION : 02.10.2013
FILING DATE: 04.10.2013
Chief Sheldon Taypotat et al.
James D. Jodouin
Bainbridge Jodouin Cheecham
On Call Internet Services Ltd.
Jonathan M. Aiyadurai
Johns, Southward, Glazier, Walton &
Margetts
v. (35518)
v. (35577)
Louis Taypotat (F.C.)
Mervin C. Phillips
Phillips & Co.
Telus Communications Company (B.C.)
David Wotherspoon
Fasken Martineau DuMoulin LLP
FILING DATE: 10.10.2013
FILING DATE: 15.10.2013
- 1758 -
APPLICATIONS FOR LEAVE TO APPEAL
FILED
DEMANDES D'AUTORISATION D'APPEL
DÉPOSÉES
Florian Costache
Camille Bolté
Choquette Beaupré Rhéaume
Superintendent of Motor Vehicles et al.
Sarah Bevan
A.G. of British Columbia
c. (35578)
v. (35581)
Société de l’assurance automobile du Québec
et autre (Qc)
Julien Gaudet-Lachapelle
Raiche Pineault Touchette
Colin Roy Murray (B.C.)
Michael D.E. Lefebure
G. Jack Harris, Q.C. Law Corporation
FILING DATE: 15.10.2013
DATE DE PRODUCTION : 15.10.2013
BDO Canada Limited, in its Capacity as
Trustee of the Estate of Michel Dorais,
Deceased, A Bankrupt
Michael J. McCabe, Q.C.
Reynolds, Mirth, Richards & Farmer LLP
John Reginald Alcantara
Daniel J. Song
Sprake Song & Konye
v. (35580)
v. (35582)
Her Majesty the Queen (Alta.)
Ronald C. Reimer
Public Prosecution Service of Canada
Zypherus Holdings Inc. (Alta.)
Edwin A. Bridges
Snyder & Associates LLP
FILING DATE: 16.10.2013
FILING DATE: 17.10.2013
X et al.
v. (35538)
Her Majesty the Queen et al.
FILING DATE: 18.09.2013
- 1759 -
APPLICATIONS FOR LEAVE
SUBMITTED TO COURT SINCE
LAST ISSUE
DEMANDES SOUMISES À LA COUR
DEPUIS LA DERNIÈRE PARUTION
OCTOBER 28, 2013 / LE 28 OCTOBRE 2013
CORAM: Chief Justice McLachlin and Cromwell and Wagner JJ.
La juge en chef McLachlin et les juges Cromwell et Wagner
1.
Weyerhaeuser Company Limited v. Lorne K. Lacey et al. (B.C.) (Civil) (By Leave) (35494)
2.
Maciek Adamkiewicz v. Thomas Adamkiewicz et al. (Que.) (Civil) (By Leave) (35521)
CORAM: LeBel, Karakatsanis and Wagner JJ.
Les juges LeBel, Karakatsanis et Wagner
3.
Jocelyn Lortie c. Sa Majesté la Reine (Qc) (Crim.) (Autorisation) (35445)
4.
C.D. v. N.D. (Que.) (Civil) (By Leave) (35413)
CORAM: Abella, Rothstein and Moldaver JJ.
Les juges Abella, Rothstein et Moldaver
5.
Alberta Union of Provincial Employees v. Her Majesty the Queen in Right of Alberta (Alta.) (Civil)
(By Leave) (35507)
6.
Dolores Romanuk v. Her Majesty the Queen (F.C.) (Civil) (By Leave) (35480)
- 1760 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES
DEMANDES D’AUTORISATION
OCTOBER 31, 2013 / LE 31 OCTOBRE 2013
35291
Ville de Montréal c. Paul Audigé et Diana André (Qc) (Civile) (Autorisation)
Coram :
Les juges LeBel, Karakatsanis et Wagner
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la réponse des intimés est accueillie. La
demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-09-022244-115,
2013 QCCA 171, daté du 1er février 2013, est rejetée avec dépens.
The motion for an extension of time to serve and file the respondents’ response is granted. The application
for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Number 500-09-022244-115,
2013 QCCA 171, dated February 1, 2013, is dismissed with costs.
CASE SUMMARY
Courts – Jurisdiction – Labour law – Clause of collective agreement imposed by arbitrator alleged to be invalid –
Clause referring to date of birth to decide priorities among employees with equal seniority – Union refusing to file
grievance because agreement complied with – Employee successful before administrative commission specializing in
human rights, but claim for compensation not dealt with by body – Whether, in this context, court has jurisdiction to
decide case involving contractual damages resultin g from alleged discrimination – Labour Code, R.S.Q. c. C-25,
ss. 47.2, 47.5, 114 – Charter of human rights and freedoms, R.S.Q. c. C-12, s. 84.
The respondent Mr. Audigé, who was born in 1975, was employed by the City as a security guard from May 25, 2000
until his death on December 27, 2011. His spouse continued the action. Between October 2004 and February 2006,
Mr. Audigé and other guards lost hours of work through the application of a date of birth criterion. Since that criterion
was in a collective agreement imposed by an arbitrator, the union did not file a grievance but referred its members to
the Commission des droits de la personne et de la jeunesse. Seven of ten cases were settled by the City. Mr. Audigé’s
case was decided in his favour by the Commission, which did not deal with the issue of compensation. Since
Mr. Audigé was unable to apply to the Human Rights Tribunal for a technical reason, he filed his claim with the Court
of Québec. The City moved to dismiss the action.
November 16, 2011
Court of Québec
(Judge Brochet)
2011 QCCQ 14471
Applicant’s motion to dismiss Mr. Audigé’s action
dismissed
February 1, 2013
Quebec Court of Appeal (Montréal)
(Hilton, St-Pierre and Gascon JJ.A.)
2013 QCCA 171
Appeal dismissed
March 28, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
- 1761 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Tribunaux – Compétence – Droit du travail – Allégation d’invalidité d’une clause de la convention collective imposée
par l’arbitre – Référence de cette clause à la date de naissance pour départager les priorités entre employés d’égale
ancienneté – Refus du syndicat de déposer un grief puisque la convention est respectée – Gain de cause du salarié
devant une commission administrative spécialisée en droits de la personne mais réclamation en dédommagement
laissée en plan par l’organisme – Le tribunal de droit commun a-t-il compétence dans un tel contexte pour juger une
affaire de dommages contractuels résultant de discrimination alléguée? – Code du travail, L.R.Q. ch. C-25, art. 47.2,
47.5, 114 – Charte des droits et libertés de la personne, L.R.Q. ch. C-12, art. 84.
L’intimé Audigé, né en 1975, a été employé par la Ville à titre d'agent de sécurité du 25 mai 2000 au jour de son
décès, le 27 décembre 2011. Sa conjointe a repris l’instance. Entre octobre 2004 et février 2006, lui et d’autres agents
ont perdu des heures de travail par application d’un critère relatif à la date de naissance. Ce critère se trouvant dans
une convention collective décrétée par un arbitre, le syndicat n’a pas déposé de grief mais a référé ses membres à la
Commission des droits de la personne et de la jeunesse. Sept de dix dossiers ont été réglés à l’amiable par la ville.
Celui de M. Audigé a donné lieu à une décision favorable de la Commission, sans que celle -ci ne prenne en charge la
question du dédommagement. L’intimé n’ayant pu s’adresser au Tribunal des droits de la personne pour une raison
technique, il a déposé sa réclamation en Cour du Québec. La ville a soulevé un moyen d’irrecevabilité.
Le 16 novembre 2011
Cour du Québec
(Le juge Brochet)
2011 QCCQ 14471
Rejet de la requête de la demanderesse
irrecevabilité du recours de l’intimé.
Le 1er février 2013
Cour d’appel du Québec (Montréal)
(Les juges Hilton, St-Pierre et Gascon)
2013 QCCA 171
Rejet de l’appel.
Le 28 mars 2013
Cour suprême du Canada
Dépôt de la demande d'autorisation d'appel.
en
35412
Reliance Comfort Limited Partnership v. Commissioner of Competition (F.C.) (Civil)
(By Leave)
Coram :
Abella, Rothstein and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Federal Court of Appeal, Number A -113-13,
2013 FCA 129, dated May 14, 2013, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel fédérale, numéro A -113-13, 2013 CAF 129,
daté du 14 mai 2013, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Canadian Charter of Rights and Freedoms ― Canadian Bill of Rights ― Whether a respondent facing a regulatory
claim for a significant administrative monetary penalty is afforded protection under s. 11 of Charter and s. 2(e) of Bill
of Rights, and whether Federal Court of Appeal erred in not affording Reliance with such protection ― Whether a
- 1762 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Tribunal or Court is permitted to unilaterally shift persuasive burden relating to one element of actus reus of a
regulatory offence and whether Federal Court of Appeal erred in law in upholding Competition Tribunal’s decision ―
Whether determination of a tribunal’s statutory jurisdiction is a matter of discretion and whether standard of review on
errors of law in discretionary decisions is different from correctness stan dard.
The respondent, Commissioner of Competition filed an application with the Competition Tribunal pursuant to s. 79 of
the Competition Act, R.S.C., 1985, c. C-34, alleging the applicant, Reliance Comfort Ltd. has abused and continues to
abuse its dominant position in the supply of natural gas and electric waters heaters and related services to residential
consumers in certain local markets in Ontario.
Reliance served the Commissioner with a demand for particulars. Reliance considered it had no sat isfactory response
to its demand and filed a notice of motion seeking to strike out the Commissioner’s application as disclosing no
reasonable cause of action; or alternatively, an order requiring the Commissioner to amend the application so as to
clearly and completely define the geographic and product markets at issue as well as the exact conduct alleged to
constitute a practice of anti-competition acts. In the further alternative, reliance sought an order requiring the
Commissioner to provide further and better particulars.
The Tribunal denied Reliance’s motions for an order striking the Commissioner’s application or for an order requiring
the Commissioner to amend its application. The Tribunal allowed Reliance’s request for particulars in part. Th e
Federal Court of Appeal dismissed the appeal.
March 12, 2013
Competition Tribunal
(Rennie J.)
2013 Comp. Trib. 4
Motion to strike Commissioner’s Notice of
Application denied; Request for an order requiring
Commissioner to amend Application denied; Motion to
obtain better particulars allowed in part.
May 14, 2013
Federal Court of Appeal
(Noël, Gauthier and Near JJ.A.)
2013 FCA 129
File No.: A-113-13
Appeal dismissed.
June 14, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed.
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Charte canadienne des droits et libertés ― Déclaration canadienne des droits ― L'intimé visé par la demande d'un
organisme de réglementation qui le condamnerait à une sanction administrative pécuniaire importante jouit -il de la
protection accordée par l'art. 11 de la Charte et de l'al. 2e) de la Déclaration canadienne des droits, et la Cour d'appel
fédéral a-t-elle eu tort de ne pas conférer cette protection à Reliance? ― Est-il loisible à un tribunal administratif ou à
un tribunal judiciaire de déplacer unilatéralement le fardeau de persuasion relatif à un élément de l’actus reus d'une
infraction à la réglementation et la Cour d’appel fédérale a-t-elle commis une erreur de droit en confirmant la décision
du Tribunal de la concurrence? ― La détermination de la compétence légale d'un tribunal administratif relève -t-elle
d’un pouvoir discrétionnaire et la norme de contrôle des erreurs de droit entachant des décisions discrétionnaires est elle différente de la norme de la décision correcte?
Le Commissaire de la concurrence intimé a déposé une demande au Tribunal de la concurrence en ap plication de l'art.
- 1763 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
79 de la Loi sur la concurrence, L.R.C., 1985, ch. C-34, alléguant que la demanderesse, Reliance Comfort Ltd., a
abusé et continue d’abuser de sa position dominante dans la fourniture de chauffe -eau au gaz naturel et électriques et
dans la prestation de services connexes aux consommateurs résidentiels dans certains marchés locaux de l'Ontario.
Reliance a signifié au Commissaire une demande de précisions. Reliance estimait qu'elle n'avait pas obtenu de
réponse satisfaisante à sa demande et a déposé un avis de requête en radiation de la demande du Commissaire au motif
qu'elle ne révélait aucune cause raisonnable d'action et subsidiairement, une ordonnance obligeant le Commissaire à
modifier la demande de manière à définir clairement et complètement les marchés géographiques et les marchés de
produits en cause, de même que la conduite exacte qui constituait censément une atteinte à la concurrence.
Subsidiairement encore, Reliance a sollicité une ordonnance obligeant le Commissaire à fourn ir des détails plus
amples et plus précis.
Le Tribunal a rejeté les requêtes de Reliance en radiation de la demande du Commissaire ou en vue d’obtenir une
ordonnance obligeant le Commissaire à modifier sa demande. Le Tribunal a accueilli en partie la demande de
précisions de Reliance. La Cour d'appel fédérale a rejeté l'appel.
12 mars 2013
Tribunal de la concurrence
(Juge Rennie)
2013 Comp. Trib. 4
Requête en radiation de l'avis de demande du
Commissaire, rejetée; demande d'ordonnance obligeant
le Commissaire à modifier la demande, rejetée; requête
en vue d'obtenir des détails plus précis, accueillie en
partie.
14 mai 2013
Cour d'appel fédérale
(Juges Noël, Gauthier et Near)
2013 FCA 129
No du greffe A-113-13
Appel rejeté.
14 juin 2013
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée.
35446
Alain Laferrière c. Sa Majesté la Reine et Procureur général du Canada (Qc) (Criminelle)
(Autorisation)
Coram :
La juge en chef McLachlin et les juges Cromwell et Wagner
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Québec), numéro 200-10002770-126, 2013 QCCA 944, daté du 24 mai 2013, est rejetée sans dépens.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Québec), Number
200-10-002770-126, 2013 QCCA 944, dated May 24, 2013, is dismissed without costs.
CASE SUMMARY
Charter of rights — Right to liberty — Fundamental justice — Criminal law — Offences — Elements of offence —
Long-term offender — Breach of long-term supervision — Whether Court of Appeal erred in law in upholding
dismissal of applicant’s motion for stay of proceedings — Whether Court of Appeal erred in law as regards actus reus
and mens rea of offence under s. 753.3(1) of Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46.
- 1764 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
The applicant Mr. Laferrière has been found to be a long-term offender and is subject to long-term supervision for
ten years. This case concerns two charges laid under s. 753.3 Cr.C. for failing or refusing to comply with
two conditions of that supervision, namely: (1st count) residence requirement and take the program there — he was
not specific enough in his entries in the movement log book; and (2nd count) obey the law and keep the peace — he
drove a vehicle without a valid driver’s licence. His parole officer explained to him the conditions to which he was
subject and the rules of the facility where he was required to reside. She told him several times that it was important
to be specific when describing his outings in the log book kept for that purpose, as required by the centre’s rules.
At trial, Mr. Laferrière filed a motion for a stay of proceedings based on ss. 7 and 24 of the Charter. He argued that
the Correctional Service of Canada had acted improperly and infringed his right to liberty by telling the police
authorities about the breach of long-term supervision. In his view, the Correctional Service should instead have
followed the administrative procedure set out in ss. 135.1 et seq. of the Corrections and Conditional Release Act,
S.C. 1992, c. 20. According to Mr. Laferrière, the procedure in s. 135.1 of that Act must precede the laying of
criminal charges under s. 753.3 Cr.C. where an offender commits a breach.
January 10, 2012
Court of Québec, Criminal Division
(Judge Dionne)
Motion for stay of proceedings dismissed
February 9, 2012
Court of Québec, Criminal Division
(Judge Dionne)
Applicant convicted of failing or refusing to comply
with long-term supervision
May 24, 2013
Quebec Court of Appeal (Québec)
(Chamberland, Giroux and Gagnon JJ.A.)
2013 QCCA 944
Appeal dismissed
July 19, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Charte des droits — Droit à la liberté — Justice fondamentale — Droit criminel — Infractions — Éléments de
l’infraction — Délinquant à contrôler — Défaut de se conformer à une surveillance de longue durée — La Cour
d’appel a-t-elle erré en droit en confirmant le rejet de la requête en arrêt des procédures du demandeur? — La Cour
d’appel a-t-elle erré en droit quant à l’actus reus et quant à la mens rea applicables à l’infraction prévue à l’art.
753.3(1) du Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C-46?
Le demandeur, M. Laferrière, a été déclaré délinquant à contrôler et est soumis à une ordonnance de surveillance de
longue durée de dix ans. La présente affaire concerne deux chefs d’accusation déposés en vertu de l’art. 753.3 C.cr.
pour avoir omis ou refusé de se conformer à deux conditions de cette ordonnance, à savoir : (1er chef) assignation à
résidence et y suivre le programme — il n’a pas été assez précis dans ses inscriptions au registre des déplacements; et
(2e chef) respecter la loi et ne pas troubler l’ordre public — il a conduit un véhicule sans permis de conduire valide.
Son agente de libération conditionnelle lui a expliqué les conditions auxquelles il est soumis, ainsi que les règlements
de l’établissement dans lequel il est assigné à résidence. Elle lui a répété à plusieurs reprises l’importance d’être
précis lorsqu’il décrit ses sorties dans le registre prévu à cet effet, tel que requis par le règlement du centre.
Au moment de subir son procès, M. Laferrière a déposé une requête en arrêt des procédures fondée sur les art. 7 et 24
- 1765 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
de la Charte. Il soutient que le Service correctionnel du Canada a eu un comportement abusif et a violé son droit à la
liberté en dénonçant aux autorités policières le défaut de se conformer à l’ordonnance de s urveillance de longue durée.
À son avis, le Service correctionnel aurait dû plutôt suivre la procédure administrative prévue aux art. 135.1 et suiv. de
la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition , L.C. 1992, ch. 20. Selon M. Laferrière, la
procédure prévue à l’art. 135.1 de cette loi doit être préalable au dépôt d’accusations criminelles en vertu de
l’art. 753.3 C.cr. en cas de défaut du délinquant.
Le 10 janvier 2012
Cour du Québec, chambre criminelle
(Le juge Dionne)
Requête en arrêt des procédures rejetée
Le 9 février 2012
Cour du Québec, chambre criminelle
(Le juge Dionne)
Demandeur déclaré coupable d’avoir omis ou refusé de
se conformer à une ordonnance de surveillance de
longue durée
Le 24 mai 2013
Cour d’appel du Québec (Québec)
(Les juges Chamberland, Giroux et Gagnon)
2013 QCCA 944
Appel rejeté
Le 19 juillet 2013
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée
35455
William Wade Skiffington v. Her Majesty the Queen (B.C.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
LeBel, Karakatsanis and Wagner JJ.
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal from the judgment
of the Court of Appeal for British Columbia (Vancouver), Number CA29221, 2004 BCCA 291, dated May 26, 2004,
is dismissed. In any event, had such motion been granted, the application for leave to appeal would have been
dismissed without costs.
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel de
l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver), numéro CA29221, 2004 BCCA 291, daté du 26
mai 2004, est rejetée. Quoi qu’il en soit, même si la requête avait été accueillie, la demande d’autorisation d’appel
aurait été rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
(PUBLICAT ION BAN IN CASE)
Charter — Criminal law — Self-incrimination — Right to Silence — Admissibility of confession obtained through
Mr. Big undercover operation —Whether accused’s s. 7 Charter right was breached — If confession from undercover
operation is admitted into evidence, what kind of limiting instruction, if any, must trial judge give? — Must
confession from undercover operation satisfy rule against hearsay? — Canadian Charter of Rights and Freedoms,
s. 7.
- 1766 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
The applicant, Mr. Skiffington, and the victim, Ms. Martin, were common-law partners. In 1994, Mr. Skiffington
drove Ms. Martin and their infant son to the apartment of her friend, Ms. Jordan, in the morning. In the afternoon,
Ms. Jordan left her apartment for about 45 minutes. When she returned, she found Ms. Martin shot dead. The infant
was alone in the apartment, unharmed. There was no forensic evidence to link Mr. Skiffington to Ms. Jordan’s
apartment, or to Ms. Martin’s death, and the murder weapon was never found. The police interviewed Mr. Skiffington
on multiple occasions shortly after the murder and he gave exculpatory statements during each of these interviews.
However, Mr. Skiffington remained a suspect. In the fall of 1999, the police commenced a Mr. Big undercover
operation to obtain a confession from Mr. Skiffington. The undercover operation involved a number of officers
playing roles as members of a criminal organization that offered Mr. Skiffington well paid employment on the
condition that the boss could be satisfied of Mr. Skiffington’s honesty and trustworthiness. Through this undercover
operation, Mr. Skiffington was persuaded to confess to the crime boss that he murdered Ms. Martin. Mr. Skiffington’s
confession was tape recorded and the jury heard the recording. Mr. Skiffington did not testify, and the defence called
no evidence. Defence counsel in his submission to the jury focused on the unreliability of Mr. Skiffington’s
confession, as having been induced by promises of wealth, and by fear of consequences of not telling the crime boss
what the latter believed to be the truth. Ultimately, however, the jury convicted Mr. Skiffington of second degree
murder. The Court of Appeal dismissed his appeal against conviction.
21 October 2001
Supreme Court of British Columbia
(Vancouver)
(Warren J.)
Accused convicted of second degree murder
May 26, 2004
Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver)
(Finch C.J.B.C., Donald and Saunders JJ.A.)
2004 BCCA 291
Appeal dismissed
July 30, 2013
Supreme Court of Canada
Motion for extension of time to serve and file
application for leave to appeal and motion to expedite
filed together with application for leave to appeal.
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
(ORDONNANCE DE NON -PUBLICAT ION DANS LE DOSSIER)
Charte — Droit criminel — Auto-incrimination — Droit de garder le silence — Recevabilité d’une confession
obtenue au cours d’une opération d’infiltration menée par M. Big — Y a-t-il eu violation du droit que l’art. 7 de la
Charte garantit à l’accusé? — Si une confession obtenue dans le cadre d’une opération d’infiltration est reç ue en
preuve, quel genre de directive restrictive, s’il en est, le juge du procès doit -il donner? — La règle interdisant le
ouï-dire s’applique-t-elle à une confession obtenue au cours d’une opération d’infiltration? — Charte canadienne des
droits et libertés, art. 7.
Le demandeur, M. Skiffington, et la victime, M me Martin, étaient des conjoints de fait. En 1994, dans la matinée,
M. Skiffington a conduit M me Martin et leur fils en bas âge à l’appartement de l’amie de celle-ci, M me Jordan. Dans
l’après-midi, M me Jordan a quitté son appartement pendant environ 45 minutes. À son retour, M me Martin avait été
abattue. L’enfant en bas âge était seul à l’appartement et n’était pas armé. Aucune preuve médico -légale n’établissait
de lien entre M. Skiffington et l’appartement de Mme Jordan, ou entre M. Skiffington et la mort de Mme Martin, et
l’arme du crime n’a jamais été retrouvée. La police a interrogé M. Skiffington à maintes reprises peu de temps après
le meurtre, et, à chaque fois, celui-ci a fait des déclarations disculpatoires. M. Skiffington est toutefois demeuré un
suspect. À l’automne 1999, la police a enclenché une opération d’infiltration dirigée par M. Big, en vue d’obtenir des
- 1767 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
aveux de la part de M. Skiffington. L’opération d’infiltration faisait intervenir un certain nombre d’agents jouant le
rôle de membres d’une organisation criminelle qui s’engageait à offrir à M. Skiffington un emploi bien rémunéré si
celui-ci pouvait convaincre le patron de l’organisation en question de son honnêteté et de sa fiabilité. Dans le cadre de
cette opération d’infiltration, on a convaincu M. Skiffington d’avouer au patron de l’organisation criminelle qu’il avait
tué M me Martin. La confession de Mr. Skiffington a été enregistrée et le jury a entendu l’enregistrement. Dans sa
plaidoirie au jury, l’avocat de la défense a insisté sur le peu de fiabilité de la confession de M. Skiffington, parce que
celle-ci avait été obtenue par des promesses d’une rémunération généreuse, et par la crainte des conséquences de ne
pas dire au patron de l’organisation criminelle ce que celui-ci croyait être la vérité. Le jury a toutefois déclaré
M. Skiffington coupable de meurtre au second degré. La Cour d’appel a rejeté l’appel de sa déclaration de culpabilité.
21 octobre 2001
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Vancouver)
(Juge Warren)
Accusé déclaré coupable de meurtre au second degré.
26 mai 2004
Cour d’appel de la Colombie-Britannique
(Vancouver)
(Juge en chef Finch, juges Donald et Saunders)
2004 BCCA 291
Appel rejeté.
30 juillet 2013
Cour suprême du Canada
Requête visant à faire proroger le délai fixé pour la
signification et le dépôt d’une demande d’autorisation
d’appel, et requête visant à accélérer la procédure
déposée en même temps que la demande d’autorisation
d’appel.
35457
Deborah J. Kelly Hawkes v. Attorney General of Canada on behalf of Her Majesty the Queen
in Right of Canada, Attorney General of Prince Edward Island on behalf of Her Majesty the
Queen in Right of Prince Edward Island, Government of Prince Edward Island (Represented
by the Department of Community Services, Seniors and Labour), The Leader, Members of
the Legislative Assembly and Membership of the Liberal Party of Prince Edward Island, The
Leader, Members of the Legislative Assembly and Membership of the Conservative Party of
Prince Edward Island, Enid Mackay, former Chair Welfare Assistance and the Social
Assistance Appeal Boards, Gregory J. Howard, Executive Director of the PEI Human Rights
Commission, George S. Kells, then Chair of the PEI Human Rights Commission, Robert
MacNevin, Departmental Solicitor for the Defendant Government of PEI, George Lyle, PEI
Human Rights Commission Panel, Judge Benjamin B. Taylor, Judge Kenneth R. MacDonald,
Former Chief Justice Gerard E. Mitchell, Justice Linda K. Webber, Judge Wayne D.
Cheverie, Chief Justice David H. Jenkins, Judge John A. McQuaid and Judge Michelle M.
Murphy (P.E.I.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Abella, Rothstein and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Prince Edward Island Court of Appeal, Number
S1-CA-1256, 2013 PECA 6, dated May 1, 2013, is dismissed without costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d'appel de l’Île-du-Prince-Édouard, numéro S1-CA1256, 2013 PECA 6, daté du 1er mai 2013, est rejetée sans dépens.
- 1768 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
CASE SUMMARY
Civil procedure – Pleadings – Motion to strike statement of claim – Appeals – Motion to quash appeal – Applicant
appealing decision striking her statement of claim – Whether Court of Appeal erred in quashing appeal.
The applicant filed a statement of claim pleading that the respondent Attorneys General acted in bad faith and failed in
their contract as a democratic society when they failed to ensure “access to justice” for residents of the province of
Prince Edward Island, especially for residents who are of modest or low incomes. She also sued the respondent judges
for refusing to grant her state-funded counsel.
The motion judge granted an order striking the applicant’s statement of claim in its entirety. The applicant filed a
notice of appeal from that order. The res pondents filed a notice of motion seeking an order quashing the appeal. The
Court of Appeal granted the respondents’ motion and ordered that the appeal be quashed
November 16, 2012
Supreme Court of Prince Edward Island
(Campbell J.)
Court File No. S1-GS-25110
Motion for order striking statement of claim granted
May 1, 2013
Prince Edward Island Court of Appeal
(Jenkins C.J.P.E.I. and McQuaid and Murphy JJ.A.)
2013 PECA 6
Motion to quash appeal granted
July 2, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Procédure civile – Actes de procédure – Requête en radiation de la déclaration – Appels – Requête en annulation de
l'appel – La demanderesse interjette appel de la décision radiant sa déclaration – La Cour d'appel a-t-elle eu tort
d’annuler l'appel?
La demanderesse a déposé une déclaration plaidant que les procureurs g énéraux intimés avaient agi de mauvaise foi et
avaient manqué à leurs obligations contractuelles en tant que société démocratique en ne donnant pas accès à la justice
aux résidents de la province de l'Île-du-Prince-Édouard, surtout aux résidents à moyen ou à faible revenu. Elle a
également poursuivi les juges intimés pour avoir refusé de lui procurer des avocats rémunérés par l'État.
Le juge de première instance a ordonné la radiation de la déclaration de la demanderesse au complet. La
demanderesse a déposé un avis d'appel de cette ordonnance. Les intimés ont déposé un avis de requête en annulation
de l'appel. La Cour d'appel a accueilli la requête des intimés et a ordonné l'annulation de l'appel.
16 novembre 2012
Cour suprême de l'Île-du-Prince-Édouard
(Juge Campbell.)
No du greffe S1-GS-25110
Requête en radiation de la déclaration
- 1769 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
1er mai 2013
Cour d'appel de l'Île-du-Prince-Édouard
(Juge en chef Jenkins, juges McQuaid et Murphy)
2013 PECA 6
Requête en annulation de l'appel, accueillie
2 juillet 2013
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
35466
Ian Vincent Beck and Katherine Maria Walewski Habdank-Kossowski v.0 Patricia Wilson,
personally and as Estate Trustee for the Estate of Kenneth Wilson, Sarah Wilson by her
litigation guardian, Patricia Wilson, Jordan Wilson by his litigation guardian, Patricia
Wilson, Makayla Wilson, by her litigation guardian, Patricia Wilson, Dorothy Wilson, Ken
Wilson, and George Wilson (Ont.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Cromwell and Wagner JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C54124,
2013 ONCA 316, dated May 10, 2013, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C54124, 2013 ONCA
316, daté du 10 mai 2013, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Torts – Negligence – Medical malpractice – Causation – Whether in applying the robust, common sense approach to
causation, a trial judge is permitted to extrapolate from scientific or statistical literature to reach conclusions about the
meaning of that literature, without the aid of expert evidence – Whether a trial judge can extrapolate from scientific or
statistical literature to reach conclusions and develop a theory of causation that has not been argued by any party.
On January 5, 2004, Kenneth Wilson was admitted into hospital in dire, life-threatening circumstances. On January 6,
an echocardiogram was ordered and he was diagnosed with infective endocarditis, a bacterial infection of the inner
lining of the heart. He died three days later.
The applicant doctors were found liable in negligence for their diagnosis and treatment of the deceased. On
December 29, 2003 Dr. Beck, Mr. Wilson’s family physician, had diagnosed him with stomach flu. On December 31,
Dr. Habdank-Kossowski, a first-year resident who was completing a rotation in emergency medicine, had recorded
that except for a complaint about his shoulder, Mr. Wilson was “otherwise healthy”. The Court of Appeal dismissed
the doctors’ appeal.
July 8, 2011
Ontario Superior Court of Justice
(Morissette J.)
2011 ONSC 1789
Applicants found liable in negligence
- 1770 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
May 10, 2013
Court of Appeal for Ontario
(MacPherson, Cronk and Pepall JJ.A.)
2013 ONCA 316
Appeal dismissed
August 7, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Responsabilité délictuelle – Négligence – Faute médicale – Lien de causalité – Dans son application décisive et
logique du critère relatif au lien de causalité, est-il permis au juge du procès d'extrapoler à partir des ouvrages
scientifiques ou statistiques pour tirer des conclusions sur le sens de ces ouvrages sans l'aide d'une preuve d'expert? –
Le juge du procès peut-il extrapoler à partir des ouvrages scientifiques ou statistiques pour tirer des conclusions et
élaborer une théorie de la causalité qui n'a pas été plaidée par une partie?
Le 5 janvier 2004, Kenneth Wilson a été hospitalisé dans un état grave où sa vie était en danger. Le 6 janvier, un
échocardiogramme a été demandé et on lui a diagnostiqué une endocardite infectieuse, une infection bactérienne de la
paroi interne du cœur. Il est décédé trois jours plus tard.
Les médecins demandeurs ont été jugés responsables de négligence dans leur diagnostic et leur traitement du défunt.
Le 29 décembre 2003, le Dr Beck, médecin de famille de M. Wilson, avait posé un diagnostic de grippe intestinale
chez le patient. Le 31 décembre, la Dr Habdank-Kossowski, une résidente de première année qui complétait un stage
en médecine d’urgence, avait noté au dossier qu'à l'exception d'une douleur dont il se plaignait, M. Wilson était
[T RADUCT ION] « en santé par ailleurs ». La Cour d’appel a rejeté l’appel des médecins.
8 juillet 2011
Cour supérieure de justice de l’Ontario
(Juge Morissette)
2011 ONSC 1789
Demandeurs jugés responsables de négligence
10 mai 2013
Cour d'appel de l'Ontario
(Juges MacPherson, Cronk et Pepall)
2013 ONCA 316
Appel rejeté
7 août 2013
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée
- 1771 -
MOTIONS
REQUÊTES
16.10.2013
Before / Devant : KARAKATSANIS J. / LA JUGE KARAKATSANIS
Motion to seal file
Requête pour sceller le dossier
X et al.
v. (35538)
Her Majesty the Queen et al. (B.C.)
GRANTED / ACCORDÉE
18.10.2013
Before / Devant : WAGNER J. / LE JUGE WAGNER
Requêtes en autorisation d’intervenir
Motions for leave to intervene
BY / PAR
Commission canadienne des
droits de la personne;
l’Ontario Civil Liberties
Association et Gábor Lukács;
Association de Transport Aérien
International
IN / DANS :
Michel Thibodeau et autres
c. (35100)
Air Canada (C.F.)
DISMISSED / REJETÉES
À LA SUITE DES DEMANDES présentées par la Commission canadienne des droits de la personne, l’Ontario Civil
Liberties Association et Gábor Lukács et l’Association de Transport Aérien International en vue d’intervenir dans
l’appel;
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés;
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
Les requêtes en autorisation sont rejetées.
UPON APPLICATIONS by the Canadian Human Rights Commission, the Ontario Civil Liberties Association and
Gábor Lukács and the International Air Transport Association for leave to intervene in the above appeal;
AND THE MATERIAL FILED having been read;
- 1772 -
MOTIONS
REQUÊTES
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
The motions for leave to intervene are dismissed.
18.10.2013
Before / Devant : THE DEPUTY REGISTRA R / LA REGISTRAIRE ADJOINTE
Motion for extension of time to serve and file a
reply to the response to the application for leave
to appeal to October 9, 2013
Requête en prorogation du délai de signification
et de dépôt d’une réplique à la réponse à la
demande d’autorisation d’appel jusqu’au 9
octobre 2013
N.L.W. et al.
v. (35469)
R.J.P. et al. (B.C.)
GRANTED / ACCORDÉE
22.10.2013
Before / Devant : ROTHSTEIN J. / LE JUGE ROTHSTEIN
Order
Ordonnance
Her Majesty the Queen
v. (35049)
Nelson Lloyd Hart (Crim.) (N.L.)
and between
Dax Richard Mack
v. (35093)
Her Majesty the Queen (Crim.) (Alta.)
THE FOLLOWING ORDER IS RENDERED:
The time for oral argument at the hearing of these appeals shall be as follows:
Her Majesty the Queen (35049 - R. v. Hart)
45 minutes
Nelson Lloyd Hart (35049 - R. v. Hart)
Amicus curiae
Total of 45 minutes
Dax Richard Mack (35093 - Mack v. R.)
45 minutes
- 1773 -
MOTIONS
REQUÊTES
Her Majesty the Queen (35093 - Mack v. R.)
45 minutes
Director of Public Prosecutions (35049 - R. v. Hart)
Attorney General of Ontario (35049 - R. v. Hart and 35093 - Mack v. R.)
Directeur des poursuites criminelles et pénales du Québec (35049 - R. v. Hart)
Attorney General for the Province of British Columbia
(35049 - R. v. Hart and 35093 - Mack v. R.)
Total of 30 minutes
Association in Defence of the Wrongly Convicted (35049 - R. v. Hart)
British Columbia Civil Liberties Association (35049 - R. v. Hart)
Criminal Lawyers' Association of Ontario (35049 - R. v. Hart)
Canadian Civil Liberties Association (35049 - R. v. Hart)
Association des avocats de la défense de Montréal (35049 - R. v. Hart)
Total of 30 minutes
Reply (35049 - R. v. Hart)
5 minutes
Reply (35093 - Mack v. R.)
5 minutes
The respondent Nelson Lloyd Hart and the amicus curiae shall consult to determine how the allotted time will be
divided between them and shall inform the Court of their determination in writing.
Each group of interveners shall consult to determine how the allotted time will be divided among them and shall inform
the Court of their determination in writing.
The written proposals of the interveners, the respondent and the amicus curiae shall be served and filed no later than
November 5, 2013.
L’ORDONNANCE SUIVANTE EST RENDUE :
Le temps alloué pour les plaidoiries orales à l’audition de ces appels sera réparti comme suit :
Sa Majesté la Reine (35049 - R. c. Hart)
45 minutes
Nelson Lloyd Hart (35049 - R. c. Hart)
Amicus curiae
Total de 45 minutes
Dax Richard Mack (35093 - Mack v. R.)
45 minutes
Sa Majesté la Reine (35093 - Mack v. R.)
45 minutes
Directeur des poursuites pénales (35049 - R. c. Hart)
Procureur général de l’Ontario (35049 - R. c. Hart and 35093 - Mack c. R.)
Directeur des poursuites criminelles et pénales du Québec (35049 - R. c. Hart)
Procureur général de la province de Colombie-Britannique
(35049 - R. c. Hart and 35093 - Mack c. R.)
Total de 30 minutes
Association in Defence of the Wrongly Convicted (35049 - R. c. Hart)
Association des libertés civiles de la Colombie-Britannique (35049 - R. c. Hart)
Criminal Lawyers' Association of Ontario (35049 - R. c. Hart)
Association canadienne des libertés civiles (35049 - R. c. Hart)
Association des avocats de la défense de Montréal (35049 - R. c. Hart)
Total de 30 minutes
Réplique (35049 - R. c. Hart)
5 minutes
Réplique (35093 - Mack c. R.)
5 minutes
- 1774 -
MOTIONS
REQUÊTES
L’intimé Nelson Lloyd Hart et l’amicus curiae se consulteront pour déterminer comment ils partageront le temps qui
leur est alloué et devront informer la Cour de leur décision par écrit.
Les membres de chaque groupe d’intervenants se consulteront pour déterminer c omment ils partageront le temps qui
leur est alloué et devront informer la Cour de leur décision par écrit.
Les propositions écrites des intervenants ainsi que celle de l’intimé et de l’amicus curiae seront signifiées et déposées
au plus tard le 5 novembre 2013.
22.10.2013
Before / Devant : ROTHSTEIN J. / LE JUGE ROTHSTEIN
Ordonnance relative à la présentation d’une
plaidoirie orale par les intervenants
Order on interventions with respect to oral
argument
RE:
Workers’ Compensation Board of
British Columbia;
Commission de la santé et de la
sécurité du travail;
Workers’ Compensation Board of
Nova Scotia
IN / DANS :
Douglas Martin
v. (35052)
Workers’ Compensation Board of
Alberta (Alta.)
FURTHER TO THE ORDER dated August 19, 2013, granting leave to intervene to the Workers’ Compensation
Board of British Columbia, the Commission de la santé et de la sécurité du travail and the Workers’ Compensation
Board of Nova Scotia;
IT IS HEREBY FURTHER ORDERED THAT the said interveners are each granted permission to present oral
argument not exceeding ten (10) minutes at the hearing of the appeal.
À LA SUITE DE L’ORDONNANCE datée du 19 août 2013 autorisant le Workers’ Compensation Board of British
Columbia, la Commission de la santé et de la sécurité du travail et le Workers’ Compensation Board of Nova Scotia à
intervenir;
IL EST EN OUTRE ORDONNÉ CE QUI SUIT : chaque intervenant est autorisé à présenter une plaidoirie orale d'au
plus dix (10) minutes lors de l'audition de l’appel.
- 1775 -
MOTIONS
REQUÊTES
24.10.2013
Before / Devant : THE REGISTRA R / LE REGISTRAIRE
Requête en prorogation du délai de dépôt d’une
réponse conjointe à la demande d’autorisation
d’appel jusqu’au 21 octobre 2013
Motion for extension of time to file a joint
response to the application for leave to appeal to
October 21, 2013
Joint Administrators of Nortel Networks UK
Limited (in administration) on Behalf of the
EMEA Debtors
v. (35532)
Nortel Networks Corporation et al. (Ont.)
GRANTED / ACCORDÉE
- 1776 -
NOTICE OF REFERENCE
AVIS DE RENVOI
22.10.2013
IN THE MATTER OF Section 53 of the Supreme Court Act, R.S.C. 1985, c. S-26;
AND IN THE MATTER OF a Reference by the Governor in Council concerning sections 5 and 6 of the Supreme
Court Act, R.S.C. 1985, c. S-26, as set out in Order in Council, P.C. 2013-1105, dated October 22, 2013 (35586)
Pursuant to section 53 of the Supreme Court Act, the following questions are referred to the Supreme Court of Canada
for hearing and consideration:
1.
Can a person who was, at any time, an advocate of at least 10 years standing at the Barreau du Québec be
appointed to the Supreme Court of Canada as a member of the Supreme Court from Quebec pursuant to sections 5
and 6 of the Supreme Court Act?
2.
Can Parliament enact legislation that requires that a person be or has previsously been a barrister or advocate of at
least 10 years standing at the bar of a province as a condition of appointment as a judge of the Supreme Court of
Canada or enact the annexed declaratory provisions as set out in clauses 471 and 472 of the Bill entitled Economic
Action Plan 2013 Act, No. 2?
471. The Supreme Court Act is amended by adding the following after section 5:
5.1
For greater certainty, for the purpose of section 5, a person may be appointed a judge if, at any time, they
were a barrister or advocate of at least 10 years standing at the bar of a province.
472. The Act is amended by adding the following after section 6:
6.1
For greater certainty, for the purpose of section 6, a judge is from among the advocates of the Province of
Quebec if, at any time, they were an advocate of at least 10 years standing at the bar of that Province.
En vertu de l’article 53 de la Loi sur la Cour suprême, les questions suivantes sont soumises au jugement de la Cour
suprême du Canada :
1.
Une personne qui a autrefois été inscrite comme avocat pendant au moins dix ans au Barreau du Québec peut -elle
être nommée à la Cour suprême du Canada à titre de juge de la Cour suprême pour le Québec conformémen t aux
articles 5 et 6 de la Loi sur la Cour suprême ?
2.
Le Parlement peut-il légiférer pour exiger, à titre de condition de sa nomination au poste de juge de la Cour
suprême du Canada, qu’une personne soit ou ait été inscrite comme avocat au barreau d’un e province pendant au
moins dix ans ou adopter des dispositions déclaratoires telles que celles prévues aux articles 471 et 472 du projet de
loi intitulé Loi n o 2 sur le plan d’action économique, ci-annexé ?
471
5.1
472
6.1
La Loi sur la Cour suprême est modifiée par adjonction, après l’article 5, de ce qui suit :
Pour l’application de l’article 5, il demeure entendu que les juges peuvent être choisis parmi les personnes
qui ont autrefois été inscrites comme avocat pendant au moins dix ans au barreau d’une province.
La même loi est modifiée par adjonction, après l’article 6, de ce qui suit :
Pour l’application de l’article 6, il demeure entendu que les juges peuvent être choisis parmi les personnes
qui ont autrefois été inscrites comme avocat pendant au moins dix ans au barreau de la province de
Québec.
- 1777 -
PRONOUNCEMENTS OF APPEALS
RESERVED
JUGEMENTS RENDUS SUR LES
APPELS EN DÉLIBÉRÉ
Reasons for judgment are available
Les motifs de jugement sont disponibles
OCTOBER 31, 2013 / LE 31 OCTOBRE 2013
34282
Pro-Sys Consultants Ltd. and Neil Godfrey v. Microsoft Corporation and Microsoft Canada
Co./Microsoft Canada CIE – and – Attorney General of Canada (B.C.)
2013 SCC 57 / 2013 CSC 57
Coram:
McLachlin C.J. and LeBel, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver, Karakatsanis and Wagner
JJ.
The appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia (Vancouver), Numbers CA034325 and
CA037968, 2011 BCCA 186, dated April 15, 2011, heard on October 17, 2012, is allowed with costs throughout. The
orders of the applications judges allowing for certification of the action as a class proceeding are restored, with the
exception that the pleadings based on constructive trust are struck.
L’appel interjeté contre l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver), numéros CA034325 et
CA037968, 2011 BCCA 186, en date du 15 avril 2011, entendu le 17 octobre 2012, est accueilli avec dépens devant
toutes les cours. Les ordonnances des juges saisis des demandes qui font droit à la demande de certification de l’action
à titre de recours collectif sont rétablies, sous réserve de la radiation des allégations fondées sur la fiducie par
interprétation.
34283
Sun-Rype Products Ltd. and Wendy Weberg v. Archer Daniels Midland Company, Cargill,
Incorporated, Cerestar USA, Inc., formerly known as American Maize-Products Company,
Corn Products International, Inc., Bestfoods, Inc., formerly known as CPC International, Inc.,
ADM Agri-Industries Company, Cargill Limited, Casco Inc. and Unilever PLC doing business
as Unilever Bestfoods North America – and – Attorney General of Canada and Canadian
Chamber of Commerce (B.C.)
2013 SCC 58 / 2013 CSC 58
Coram:
McLachlin C.J. and LeBel, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver, Karakatsanis and Wagner
JJ.
The appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia (Vancouver), Numbers CA038308,
CA038314, CA038324, 2011 BCCA 187, dated April 15, 2011, heard on October 17, 2012 is dismissed with costs,
Cromwell and Karakatsanis JJ. dissenting. The cross-appeal is allowed with costs.
L’appel interjeté contre l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver), numéros CA038308,
CA038314, CA038324, 2011 BCCA 187, en date du 15 avril 2011, entendu le 17 octobre 2012, est rejeté avec dépens.
Les juges Cromwell et Karakatsanis sont dissidents. L’appel incident est accueilli avec dépens.
- 1778 -
PRONOUNCEM ENTS OF APPEALS
RESERVED
JUGEMENTS RENDUS SUR LES APPELS EN
DÉLIBÉRÉ
34617
Infineon Technologies AG et Infineon Technologies North America Corp. c. Option
consommateurs et Claudette Cloutier – et – Fédération canadienne des épiciers indépendants
(Qc)
2013 SCC 59 / 2013 CSC 59
Coram:
La juge en chef McLachlin et les juges LeBel, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver,
Karakatsanis et Wagner
L’appel interjeté contre l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numé ro 500-09-018872-085, 2011 QCCA
2116, en date du 16 novembre 2011, entendu le 17 octobre 2012, est rejeté. Les appelantes Infineon Technologies AG
et Infineon Technologies North America Corp. sont condamnées aux dépens en cette Cour. La requête en radiatio n
d’une partie du mémoire de l’intervenante est rejetée.
The appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Number 500-09-018872-085, 2011 QCCA
2116, dated November 16, 2011, heard on October 17, 2012, is dismissed with costs in this Court against the appellants
Infineon Technologies AG and Infineon Technologies North America Corp. The motion to strike part of the factum of
the intervener is dismissed.
- 1779 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Pro-Sys Consultants Ltd. et al. v. Microsoft Corporation et al. (B.C.) (34282)
Indexed as: Pro-Sys Consultants Ltd. v. Microsoft Corporation /
Répertorié : Pro-Sys Consultants Ltd. c. Microsoft Corporation
Neutral citation: 2013 SCC 57 / Référence neutre : 2013 CSC 57
Hearing: October 17, 2012 / Judgment: October 31, 2013
Audition : Le 17 octobre 2012 / Jugement : Le 31 octobre 2013
Present: McLachlin C.J. and LeBel, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver, Karakatsanis and Wagner JJ.
Civil procedure — Class actions — Certification — Indirect purchasers — Plaintiffs suing defendants for
unlawful conduct in overcharging for its PC operating systems and PC applications software — Plaintiffs seeking
certification of action as class proceeding under provincial class action legislation — Whether indirect purchaser
actions are available as a matter of law in Canada — Whether certification requirements are met — Class Proceedings
Act, R.S.B.C. 1996, c. 50, s. 4(1).
P brought a class action against M, alleging that beginning in 1988, M engaged in unlawful conduct by
overcharging for its Intel-compatible PC operating systems and Intel-compatible PC applications software. P sought
certification of the action as a class proceeding under the Class Proceedings Act, R.S.B.C. 1996, c. 50 (“CPA”). The
proposed class is made up of ultimate consumers, known as “indirect purchasers”, who acquired M’s products from
re-sellers.
The British Columbia Supreme Court found that the certification requirements set out in s. 4(1) of the CPA
were met and certified the action. The majority of the Court of Appeal allowed M’s appeal, set aside the certification
order and dismissed the action, determining that indirect purchaser actions were not available as a matter of law in
Canada and therefore that the class members had no cause of action under s. 4(1)(a) of the CPA.
Held: The appeal should be allowed.
Indirect purchasers have a cause of action against the party who has effectuated the overcharge at the top of
the distribution chain that has allegedly injured the indirect purchasers as a result of the overcharge being “passed on”
to them through the chain of distribution. The argument that indirect purchasers should have no cause of action
because passing on has been rejected as a defence in Canada should fail.
The passing-on defence, which was typically advanced by an overcharger at the top of a distribution chain,
was invoked under the proposition that if the direct purchaser who sustained the original overcharge then passed that
overcharge on to its own customers, the gain conferred on the overcharger was not at the expense of the direct
purchaser because the direct purchaser suffered no loss. As such, the fact that the overcharge was “passed on” was
argued to be a defence to actions brought by the direct purchaser against the party responsible for the overcharge. This
defence has been rejected by this Court in Kingstreet Investments Ltd. v. New Brunswick (Deparment of Finance) , 2007
SCC 1, [2007] 1 S.C.R. 3, and that rejection is not limited to the context of the impositio n of ultra vires taxes; the
passing-on defence is rejected throughout the whole of restitutionary law.
However, the rejection of the passing-on defence does not lead to a corresponding rejection of the offensive
use of passing on. Therefore, indirect purchasers should not be foreclosed from claiming losses passed on to them. The
risk of double or multiple recovery where actions by direct and indirect purchasers are pending at the same time or
where parallel suits are pending in other jurisdictions can b e managed by the court. Furthermore, indirect purchaser
actions should not be barred altogether solely because of the likely complexity associated with proof of damages. In
bringing their action, the indirect purchasers willingly assume the burden of est ablishing that they have suffered loss,
and whether they have met their burden of proof is a factual question to be decided on a case -by-case basis. In addition,
allowing the offensive use of passing on will not frustrate the deterrence objectives of Cana dian competition laws.
Indirect purchaser actions may, in some circumstances, be the only means by which overcharges are claimed and
deterrence is promoted. Finally, allowing indirect purchaser actions is consistent with the remediation objective of
- 1780 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
restitution law because it allows for compensating the parties who have actually suffered the harm rather than reserving
these actions for direct purchasers who may have in fact passed on the overcharge.
The first requirement for certification at s. 4(1) of the CPA requires that the pleadings disclose a cause of
action. A plaintiff satisfies this requirement unless, assuming all facts pleaded to be true, it is plain and obvious that t he
plaintiff’s claim cannot succeed. In the case at bar, the pleadings disclose causes of action that should not be struck out
at this stage of the proceedings.
First, it cannot be said that the pleadings do not disclose a cause of action under s. 36 of the Competition Act.
The contention that the s. 36 cause of action is not properly pleaded because it was not included in the statement of
claim and that any attempt to add it now would be barred by the two -year limitation period contained in s. 36(4) of the
Act is purely technical and should be rejected. The argument that th e Competition Tribunal should have jurisdiction
over the enforcement of the competition law should also be rejected, since s. 36 expressly confers jurisdiction on the
court to entertain the claims of any person who suffered loss by virtue of a breach of Pa rt VI of the Act.
Next, it is not plain and obvious that the claim in tort for predominant purpose conspiracy cannot succeed.
The contention that the tort of predominant purpose conspiracy is not made out because the statement of claim fails to
identify one true predominant purposes and instead lists overlapping purposes should fail at this stage of the
proceedings. Similarly, the argument that the predominant purpose conspiracy claim should be struck as it applies to an
alleged conspiracy between a parent corporation and its subsidiaries should fail because it is not plain and obvious that
the law considers parent and wholly-owned subsidiary corporations to always act in combination.
Similarly, at this point, it is not plain and obvious that there is no cause of action in tort for unlawful means
conspiracy or intentional interference with economic interests. These alleged causes of action must be dealt with
summarily as the proper approach to the unlawful means requirement common to both torts is pres ently under reserve
in this Court in Bram Enterprises Ltd. v. A.I. Enterprises Ltd., 2012 NBCA 33, 387 N.B.R. (2d) 215, leave to appeal
granted, [2012] 3 S.C.R. v. Depending on the decision of this Court in Bram, it will be open to M to raise the matter at
trial should it consider it advisable to do so.
With respect to the restitutionary claim in unjust enrichment, it is not plain and obvious that it cannot succeed.
With respect to the argument that any enrichment received by M came from the direct purc hasers and not from the class
members, and that this lack of a direct connection between it and the class members forecloses the claim of unjust
enrichment, it is not plain and obvious that a claim in unjust enrichment will be made out only where the relat ionship
between the plaintiff and the defendant is direct. The question of whether the contracts between M and the direct
purchasers and the contracts between the direct purchasers and the indirect purchasers, which could constitute a juristic
reason for the enrichment, are illegal and void should not be resolved at this stage of the proceedings and must be left to
the trial judge.
The pleadings based on constructive trust must be struck. In order to find that a constructive trust is made out,
the plaintiff must be able to point to a link or causal connection between his or her contribution and the acquisition of
specific property. In the present case, there is no referential property. P makes a purely monetary claim. As the claim
neither explains why a monetary award is inappropriate or insufficient nor shows a link to specific property, the claim
does not satisfy the conditions necessary to ground a constructive trust. On the pleadings, it is plain and obvious that
this claim cannot succeed.
Finally, it is not plain and obvious that a cause of action in waiver of tort would not succeed. There is
contradictory law as to the question of whether the underlying tort needs to be established in order to sustain an action
in waiver of tort. This appeal is not the proper place to resolve the details of the law of waiver of tort, nor the particular
circumstances in which it can be pleaded.
The starting point in determining the standard of proof to be applied to the remaining certification
requirements is the standard articulated in this Court’s decision in Hollick v. Toronto (City), 2001 SCC 68, [2001] 3
S.C.R. 158: the class representative must show some basis in fact for each of the certification requirements set out in
the provincial class action legis lation, other than the requirement that the pleadings disclose a cause of action. The
certification stage is not meant to be a test of the merits of the action, rather, this stage is concerned with form and with
- 1781 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
whether the action can properly proceed as a class action. The standard of proof asks not whether there is some basis in
fact for the claim itself, but rather whether there is some basis in fact which establishes each of the individual
certification requirements. Although evidence has a role to p lay in the certification process, the standard of proof does
not require evidence on a balance of probabilities. The certification stage does not involve an assessment of the merits
of the claim and is not intended to be a pronouncement on the viability o r strength of the action, rather, it focuses on the
form of the action in order to determine whether the action can appropriately go forward as a class proceeding. Each
case must be decided on its own facts. There must be sufficient facts to satisfy the applications judge that the
conditions for certification have been met to a degree that should allow the matter to proceed on a class basis without
foundering at the merits stage by reason of the requirements not having been met.
In the case at bar, the applications judge’s finding that the claims raised common issues is entitled to
deference. In order to establish commonality, evidence that the acts alleged actually occurred is not required, rather, the
factual evidence required at this stage goes only to establishing whether these questions are common to all the class
members. With respect to the common issues that ask whether loss to the class members can be established on a
class-wide basis, they require the use of expert evidence in order for common ality to be established. The expert
methodology must be sufficiently credible or plausible to establish some basis in fact for the commonality requirement
— it must offer a realistic prospect of establishing loss on a class -wide basis so that, if the overcharge is eventually
established at the trial of the common issues, there is a means by which to demonstrate that it is common to the class.
The methodology cannot be purely theoretical or hypothetical, but must be grounded in the facts of the particular case
in question, and there must be some evidence of the availability of the data to which the methodology is to be applied.
Resolving conflicts between the experts is an issue for the trial judge and not one that should be engaged in at
certification.
The applications judge’s decision to certify as common issues whether damages can be determined on an
aggregate basis and if so, in what amount, should not be disturbed. The question of whether damages assessed in the
aggregate are an appropriate remedy can be certified as a common issue. However, this common issue should only be
determined at the common issues trial after a finding of liability has been made. The ultimate decision as to whether
the aggregate damages provisions of the CPA should be available is one that should be left to the common issues trial
judge. The failure to propose or certify aggregate damages, or another remedy, as a common issue does not preclude a
trial judge from invoking the provisions if considered appropriate.
The applications judge’s finding that the class action is the preferable procedure should not be interfered with.
In the present case, there are common issues related to the existence of the causes of action and there are also common
issues related to loss to the class members. The loss-related issues can be said to be common because there is an expert
methodology that has been found to have a realistic prospect of establishing loss on a class -wide basis. If the common
issues were to be resolved, they would be determinative of M’s liability and of whether passing on of the overcharge to
the indirect purchasers has occurred. Because such determinations will be essential in order for the class members to
recover in this case, a resolution of the common issues would significantly advance the action.
APPEAL from a judgment of the British Columbia Court of Appeal (Donald, Lowry and Frankel JJ.A.), 2011
BCCA 186, 304 B.C.A.C. 90, 331 D.L.R. (4th) 671, 513 W.A.C. 90, [2011] B.C.J. No. 688 (QL), 2011 CarswellBC
930, setting aside a decision of Myers J., 2010 BCSC 285 (CanLII), [2010] B.C.J. No. 380 (QL), 2010 CarswellBC
508, and decisions of Tysoe J., 2006 BCSC 1738, 59 B.C.L.R. (4th) 111, [2007] 1 W.W.R. 541, 44 C.C.L.T. (3d) 146,
[2006] B.C.J. No. 3035 (QL), 2006 CarswellBC 2892, and 2006 BCSC 1047, 57 B.C.L.R. (4th) 323, [2006] 11 W.W.R.
688, 40 C.C.L.T. (3d) 45, [2006] B.C.J. No. 1564 (QL), 2006 CarswellBC 1691. Appeal allowed.
J. J. Camp, Q.C., Reidar Mogerman, Melina Buckley and Michael Sobkin, for the appellants.
Neil Finkelstein, James Sullivan, Catherine Beagan Flood and Brandon Kain, for the respondents.
John S. Tyhurst, for the intervener.
Solicitors for the appellants: Camp Fiorante Matthews Mogerman, Vancouver.
- 1782 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Solicitors for the respondents: McCarthy Tétrault, Toronto; Blake, Cassels & Graydon, Vancouver and
Toronto.
Solicitor for the intervener: Attorney General of Canada, Ottawa.
________________________
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges LeBel, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver, Karakatsanis et
Wagner.
Procédure civile — Recours collectifs — Certification — Acheteurs indirects — Action intentée contre les
défenderesses au motif qu’elles auraient agi illégalement en majorant le prix de leurs systèmes d’exploitation et de
leurs logiciels d’application pour ordinateur personnel — Demande de certification d’une action à titre de recours
collectif en application des dispositions provinciales sur les recours collectifs — L’acheteur indirect dispose-t-il d’un
recours en droit canadien? — Respect des conditions de certification — Class Proceedings Act, R.S.B.C. 1996, ch. 50,
art. 4(1).
P a intenté contre M un recours collectif dans lequel elle allègue que, à compter de 1988, M a agi illégalement
en majorant le prix de ses systèmes d’exploitation et de ses logiciels d’application pour ordinateur personnel
compatibles avec le processeur Intel. P a demandé la certification de son action à titre de recours collectif en
application de la Class Proceedings Act, R.S.B.C. 1996, ch. 50 (« CPA »). Le groupe proposé se compose des
consommateurs finals, appelés « acheteurs indirects », qui ont acheté des produits de M à des revendeurs.
La Cour suprême de la Colombie-Britannique a conclu que les conditions de certification prévues au par. 4(1)
de la CPA étaient réunies et a elle certifié l’action. Les juges majoritaires de la Cour d’appel ont acc ueilli l’appel de M,
annulé l’ordonnance de certification et rejeté l’action après avoir statué que l’acheteur indirect n’a pas de recours en
droit canadien et que les membres du groupe n’avaient donc pas de cause d’action comme l’exige l’al. 4(1)a) de la
CPA.
Arrêt : Le pourvoi est accueilli.
L’acheteur indirect a une cause d’action contre l’auteur de la majoration qui se situe au sommet de la chaîne de
distribution et qui l’aurait indirectement lésé du fait que la majoration lui a été « transférée » en aval dans la chaîne de
distribution. On ne peut retenir l’argument selon lequel l’acheteur indirect ne doit se voir reconnaître aucune cause
d’action en raison du rejet du transfert de la perte comme moyen de défense au Canada.
Le moyen de défense fondé sur le transfert de la perte, généralement invoqué par l’auteur de la majoration
situé au sommet de la chaîne de distribution, voulait que si l’acheteur direct absorbait la majoration puis la transférait à
ses propres clients, l’auteur de la majoration ne réalisait pas le bénéfice au détriment de l’acheteur direct, celui-ci ne
subissant aucune perte. Ce « transfert » de la majoration était donc invoqué en défense à l’action intentée par l’acheteur
direct contre l’auteur de la majoration. La Cour a rejeté ce moyen de défense dans Kingstreet Investments Ltd. c.
Nouveau-Brunswick (Finances), 2007 CSC 1, [2007] 1 R.C.S. 3, et ce rejet ne vaut pas que pour l’imposition d’une
taxe ultra vires; le moyen de défense fondé sur le transfert de la perte est toujou rs exclu aux fins du droit de la
restitution.
Cependant, le rejet du transfert de la perte comme moyen de défense n’entraîne pas son exclusion comme
cause d’action. En conséquence, l’acheteur indirect ne doit pas se voir empêcher de recouvrer le montant de la perte
qui lui a été transférée. Le tribunal peut gérer le risque de recouvrement double ou multiple lorsque l’action de
l’acheteur direct et celle de l’acheteur indirect sont en instance simultanément ou lorsque des poursuites sont intentées
parallèlement dans d’autres ressorts. Par ailleurs, il n’y a pas lieu de faire totalement obstacle à l’action de l’acheteur
indirect pour la seule raison qu’il sera ardu d’établir le préjudice subi. L’acheteur indirect qui intente une action
contracte volontairement l’obligation d’établir qu’il a subi une perte, et la question de savoir s’il s’est acquitté ou non
de son fardeau de preuve tient aux faits de l’espèce. En outre, permettre d’alléguer en demande le transfert de la perte
ne nuira pas aux objectifs de dissuasion des dispositions canadiennes sur la concurrence. Dans certaines circonstances,
l’action de l’acheteur indirect peut offrir le seul moyen de recouvrer la majoration et d’assurer la dissuasion. Enfin,
permettre à l’acheteur indirect d’intenter une action en justice s’accorde avec l’objectif de réparation du droit de la
- 1783 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
restitution, car la personne qui a effectivement subi un préjudice, et non seulement l’acheteur direct qui a pu en fait
transférer la majoration, peut ainsi être indemnisée.
La première condition de certification prévue au par. 4(1) de la CPA veut que les actes de procédure révèlent
une cause d’action. Le demandeur ne satisfait pas à la condition lorsque, à supposer que les faits invoqués soient vrais,
la demande ne pourrait manifestement pas être accueillie. En l’espèce, les actes de procédure révèlent des causes
d’action qu’on ne saurait radier à ce stade de l’instance.
Premièrement, on ne peut affirmer que les actes de procédure ne révèlent pas une cause d’action fondée s ur
l’art. 36 de la Loi sur la concurrence. La prétention que la cause d’action fondée sur l’art. 36 est irrégulièrement
plaidée parce qu’elle ne figure pas dans la déclaration et que le délai de prescription de deux ans imparti au par. 36(4)
de la Loi fait obstacle à l’ajout de cette cause d’action est purement technique et doit être rejetée. Celle voulant que
c’est au Tribunal de la concurrence qu’il appartient de faire respecter le droit de la concurrence doit également être
rejetée puisque l’art. 36 confère expressément compétence à une cour de justice pour statuer sur toute réclamation d’une
personne à qui une violation de la partie VI a infligé une perte.
Ensuite, on ne saurait dire qu’il ne peut manifestement pas être fait droit à l’allégation relative au délit civil de
complot visant principalement à causer un préjudice. La thèse voulant que l’allégation ne soit pas étayée parce que la
déclaration ne révèle pas un véritable objet principal, mais en énumère en fait plusieurs qui se chevauchent, doit être
rejetée à ce stade de l’instance. Il convient également de rejeter la demande de radiation de l’allégation de complot
entre une société mère et une filiale visant principalement à causer un préjudice car il n’est pas manifeste que, sur le
plan juridique, une société mère et une filiale à 100 p. 100 agissent toujours de concert.
Aussi, l’inexistence d’une cause d’action en responsabilité délictuelle pour complot en vue de recourir à des
moyens illégaux ou pour atteinte intentionnelle aux intérêts financiers n’est pas manifeste à ce stade. Ces causes
d’action alléguées doivent être examinées sommairement car, dans le dossier Bram Enterprises Ltd. c. A.I. Enterprises
Ltd., 2012 NBCA 33, 387 R.N.-B. (2e) 215, autorisation d’appel accordée, [2012] 3 R.C.S. v., actuellement en délibéré,
notre Cour ne s’est pas encore prononcée sur l’approche qui s’impose à l’égard de l’exigence, commune aux deux délits
civils, du recours à des moyens illégaux. Selon l’issue du pourvoi dans Bram, M pourra demander à la juridiction de
première instance de statuer sur ce point si elle le juge opportun.
S’agissant de la demande de restitution fondée sur l’enrichissement sans cause, il n’est pas manifeste qu’il ne
peut y être fait droit. En ce qui concerne la thèse voulant que l’enrichissement de M provienne des acheteurs directs, et
non des membres du groupe, et que son absence de lien direct avec ces derniers scelle le sort de l’allégation
d’enrichissement sans cause, il n’est pas manifeste que l’enrichissement sans cause ne sera établi que si le lien entre la
demanderesse et la défenderesse est direct. Il n’y a pas lieu, à ce stade de l’instance, de statuer sur la question de savoir
si les contrats entre M et les acheteurs directs et entre les acheteurs directs et les acheteurs indirects, lesquels pourraient
constituer la cause juridique de l’enrichissement, sont illégaux et nuls; il appartient au juge du procès de le faire.
Les allégations relatives à l’existence d’une fiducie par interprétation doivent être radié es. Pour faire la preuve
d’une fiducie par interprétation, le demandeur doit pouvoir établir un lien ou un rapport de causalité entre sa
contribution et l’acquisition d’un bien. Nul bien n’est en cause en l’espèce. P réclame seulement une réparation
pécuniaire. Étant donné qu’elle n’indique pas en quoi une réparation pécuniaire serait inappropriée ou insuffisante, et
qu’elle n’établit pas de lien avec un bien en particulier, l’allégation ne satisfait pas aux conditions d’imposition d’une
fiducie par interprétation. Au vu des actes de procédure, il est manifeste qu’on ne saurait faire droit à cette allégation.
Enfin, il n’est pas manifeste que le demandeur qui fonde son action sur la renonciation au recours délictuel
sera débouté. Le droit est contradictoire quant à savoir si le délit civil sous -jacent doit être prouvé ou non pour les
besoins d’une action fondée sur la renonciation au recours délictuel. Il ne convient pas de statuer plus avant, dans le
cadre du pourvoi, sur le droit applicable en matière de renonciation au recours délictuel, ni sur le contexte particulier
dans lequel on peut invoquer celle-ci.
Le point de départ pour déterminer la norme de preuve applicable aux autres conditions de certification réside
dans l’arrêt Hollick c. Toronto (Ville), 2001 CSC 68, [2001] 3 R.C.S. 158 : le représentant du groupe doit établir un
certain fondement factuel pour chacune des conditions que prévoient les dispositions provinciales sur les recours
- 1784 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
collectifs, sauf celle voulant que les actes de procédure révèlent une cause d’action. L’examen au fond est écarté à
l’étape de la certification, laquelle intéresse plutôt la forme et le caractère approprié de la poursuite par voie de recours
collectif. Suivant la norme de preuve applicable, la question n’est pas celle de savoir si la demande a un certain
fondement factuel, mais bien si un certain fondement factuel établit chacune des conditions de certification. Bien que la
preuve importe aux fins de la certification, la norme de preuve n’exige pas u ne preuve selon la prépondérance des
probabilités. La procédure de certification ne comporte pas d’examen au fond de la demande et elle ne vise pas à
déterminer le bien-fondé des allégations; elle intéresse plutôt la forme que revêt l’action pour détermin er s’il convient
de procéder par recours collectif. L’issue d’une affaire dépend des faits qui lui sont propres. Suffisamment de faits
doivent permettre de convaincre le tribunal que les conditions de certification sont réunies de telle sorte que l’insta nce
puisse suivre son cours sous forme de recours collectif sans s’écrouler à l’étape de l’examen au fond à cause du
non-respect des conditions applicables.
En l’espèce, la conclusion du juge selon laquelle les demandes soulèvent des questions communes c ommande
la déférence. Établir la communauté des questions n’exige pas la preuve que les actes allégués ont effectivement eu
lieu; à ce stade, il faut plutôt établir que les questions soulevées sont communes à tous les membres du groupe.
Démontrer le caractère commun des questions — la perte subie par les membres peut-elle être circonscrite à l’échelle
du groupe? — commande le recours à une preuve d’expert. La méthode d’expert doit être suffisamment valable ou
acceptable pour établir un certain fondement factuel aux fins du respect de l’exigence d’une question commune; elle
doit offrir une possibilité réaliste d’établir la perte à l’échelle du groupe, de sorte que, si la majoration est établie à
l’issue de l’examen des questions communes au procès, un moyen permette de démontrer qu’elle est commune aux
membres du groupe. Il ne peut s’agir d’une méthode purement théorique ou hypothétique; elle doit reposer sur les faits
de l’affaire, et l’existence des données auxquelles la méthode est censée s’appliquer do it être étayée par quelque preuve.
Trancher entre des preuves d’expert contradictoires relève du juge du procès et ne doit pas intervenir à l’étape de la
certification.
La décision de certifier à titre de questions communes l’opportunité d’établir les d ommages-intérêts de
manière globale et, dans l’affirmative, la détermination du montant de ces dommages -intérêts, ne doit pas être réformée.
La question de savoir si l’octroi de dommages -intérêts globaux constitue une réparation appropriée peut être certifiée
comme question commune. Cependant, cette question commune ne sera tranchée qu’au procès, une fois la
responsabilité établie. La décision relative à l’applicabilité des dispositions de la CPA sur les dommages-intérêts
globaux doit appartenir en fin de compte au juge du procès appelé à statuer sur les questions communes. L’omission de
proposer ou de certifier à titre de question commune l’opportunité d’accorder des dommages -intérêts globaux ou une
autre réparation n’empêche pas le juge du procès de se fonder sur les dispositions s’il l’estime indiqué.
La conclusion du juge saisi des demandes selon laquelle le recours collectif constitue la meilleure procédure ne
doit pas être modifiée. Dans la présente affaire, non seulement l’existence de causes d’action, mais aussi la perte subie
par les membres du groupe, constituent des questions communes. On peut dire que la perte constitue une question
commune car il a été déterminé qu’une méthode proposée par un expert permettrait assez certainement d’établir la perte
à l’échelle du groupe. Le règlement des questions communes devrait permettre de statuer sur la responsabilité de M et
sur le transfert de la majoration aux acheteurs indirects. Puisqu’il est essentiel de statuer sur ces points afin que les
membres du groupe puissent recouvrer le montant de la perte, le règlement des questions communes ferait progresser
substantiellement l’instance.
POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel de la Colombie-Britannique (les juges Donald, Lowry et
Frankel), 2011 BCCA 186, 304 B.C.A.C. 90, 331 D.L.R. (4th) 671, 513 W.A.C. 90, [2011] B.C.J. No. 688 (QL), 2011
CarswellBC 930, qui a infirmé une décision du juge Myers, 2010 BCSC 285 (CanLII), [2010] B.C.J. No. 380 (QL),
2010 CarswellBC 508, et des décisions du juge Tys oe, 2006 BCSC 1738, 59 B.C.L.R. (4th) 111, [2007] 1 W.W.R. 541,
44 C.C.L.T. (3d) 146, [2006] B.C.J. No. 3035 (QL), 2006 CarswellBC 2892, et 2006 BCSC 1047, 57 B.C.L.R. (4th)
323, [2006] 11 W.W.R. 688, 40 C.C.L.T. (3d) 45, [2006] B.C.J. No. 1564 (QL), 2006 CarswellBC 1691. Pourvoi
accueilli.
J. J. Camp, c.r., Reidar Mogerman, Melina Buckley et Michael Sobkin, pour les appelants.
Neil Finkelstein, James Sullivan, Catherine Beagan Flood et Brandon Kain, pour les intimées.
- 1785 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
John S. Tyhurst, pour l’intervenant.
Procureurs des appelants : Camp Fiorante Matthews Mogerman, Vancouver.
Procureurs des intimées : McCarthy Tétrault, Toronto; Blake, Cassels & Graydon, Vancouver et Toronto.
Procureur de l’intervenant : Procureur général du Canada, Ottawa.
- 1786 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Sun-Rype Products Ltd. et al. v. Archer Daniels Midland Company et al. (B.C.) (34283)
Indexed as: Sun-Rype Products Ltd. v. Archer Daniels Midland Company /
Répertorié : Sun-Rype Products Ltd. c. Archer Daniels Midland Company
Neutral citation: 2013 SCC 58 / Référence neutre : 2013 CSC 58
Hearing: October 17, 2013 / Judgment: October 31, 2013
Audition : Le 17 octobre 2013 / Jugement : Le 31 octobre 2013
Present: McLachlin C.J. and LeBel, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver, Karakatsanis and Wagner JJ.
Civil procedure — Class actions — Certification — Direct and indirect purchasers — Plaintiffs allege that
defendants fixed price of high fructose corn syrup and overcharged direct purchasers and overcharge was passed on to
indirect purchasers — Whether indirect purchasers have right to bring action against alleged overcharger — Whether
inclusion of indirect and direct purchasers in proposed class warrants dismissing action — Whether case meets
certification requirements of having an identifiable class of indirect purchasers — Whether direct purchasers have
cause of action in constructive trust — Class Proceedings Act, R.S.B.C. 1996, c. 50, s. 4(1).
The appellants, direct and indirect purchasers, brought a class action alleging that the respond ents engaged in
an illegal conspiracy to fix the price of high fructose corn syrup (“HFCS”) resulting in harm to manufacturers,
wholesalers, retailers and consumers. HFCS is a sweetener used in various food products, including soft drinks and
baked goods. The respondents are the leading producers of HFCS in North America. On the application for
certification, it was determined that the pleadings disclosed causes of action for the direct purchasers in constructive
trust and for the indirect purchasers under s. 36 of the Competition Act, in tort and in restitution. The action was
certified. On appeal, the majority of the court allowed the appeal with respect to the indirect purchasers and held that it
was “plain and obvious” that indirect purchasers did n ot have a cause of action. The appeal with respect to direct
purchasers was dismissed. The matter was remitted to the British Columbia Supreme Court to reconsider the
certification of the action of the direct purchasers alone. In this Court, the appella nts challenge the decision that the
indirect purchasers have no cause of action. On cross -appeal, the respondents request dismissal of the direct
purchasers’ claim in constructive trust.
Held (Cromwell and Karakatsanis JJ. dissenting on the appeal): The appeal should be dismissed and the
cross-appeal allowed.
Per McLachlin C.J. and LeBel, Fish, Abella, Rothstein, Moldaver and Wagner JJ.: Having decided in
Pro-Sys Consultants Ltd. v. Microsoft Corporation, 2013 SCC 57, that indirect purchasers have the right to bring an
action, a question in this case is whether the additional challenges that arise where the class is made up of indirect and
direct purchasers are sufficient to warrant dismissing the action. The inclusion of indirect and direct purchasers in the
proposed class does not produce difficulties that would warrant dismissing the action. Where indirect and direct
purchasers are included in the same class and the evidence of th e experts at the trial of the common issues will
determine the aggregate amount of the overcharge, there will be no double or multiple recovery. The court also
possesses the power to modify settlement and damage awards in accordance with awards already re ceived in other
jurisdictions if the respondents are able to satisfy them that double recovery may occur.
Assuming all facts pleaded to be true, a plaintiff satisfies the requirement that the pleadings disclose a cause of
action unless it is plain and obvious that the claim cannot succeed. In relation to the causes of action in restitution for
the indirect purchasers, the requirement that there be a direct relationship between the defendant and the plaintiff for a
claim in unjust enrichment is not settled. Case law does not appear to necessarily foreclose a claim where the
relationship between the parties is indirect. It is not plain and obvious that a claim in unjust enrichment should fail at
the certification stage on this ground alone. As to the recognition of passed on losses — the injury suffered by indirect
purchasers is recognized at law as is their right to bring actions to recover for those losses. No insurmountable problem
is created by allowing the claims in restitution to be brought. Nor is it plain and obvious that a cause of action for the
indirect purchasers under s. 36 of the Competition Act cannot succeed and this cause of action should therefore not be
struck out.
- 1787 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
A court must certify a proceeding if, among other requirements, there is an identifiable class of two or more
persons. The difficulty lies where there is insufficient evidence to show some basis in fact that two or more persons
will be able to determine if they are in fact a member of the class. Allowing a class proceedin g to go forward without
identifying two or more persons who will be able to demonstrate that they have suffered a loss at the hands of the
alleged overchargers subverts the purpose of class proceedings, which is to provide a more efficient means of recover y
for plaintiffs who have suffered harm but for whom it would be impractical or unaffordable to bring a claim
individually. Here, there is no basis in fact to demonstrate that the information necessary to determine class
membership is possessed by any of the putative class members. The appellants have not introduced evidence to
establish some basis in fact that at least two class members could prove they purchased a product actually containing
HFCS during the class period and were therefore identifiable members of the class. The problem in this case lies in the
fact that indirect purchasers, even knowing the names of the products affected, will not be able to know whether the
particular item that they purchased did in fact contain HFCS. While there may h ave been indirect purchasers who were
harmed by the alleged price-fixing, they cannot self-identify using the proposed definition. The foundation upon which
an individual action could be built must be equally present in the class action setting. That fou ndation is lacking here.
In the end, given the finding that an identifiable class cannot be established for the indirect purchasers, the class action
as it relates to the indirect purchasers cannot be certified.
With respect to the one cause of action remaining to the direct purchasers, it is determined that the cause of
action in constructive trust should fail. Neither the requirement of a proprietary nexus nor the requirement that the
constructive trust be imposed only where a monetary remedy was foun d to be inadequate were met in this case and as
such it is plain and obvious that the direct purchaser claim in constructive trust has no chance of succeeding.
Per Cromwell and Karakatsanis JJ. (dissenting on the appeal): In this case, there is some bas is in fact to find
an identifiable class of 2 or more persons that includes indirect purchasers.
The requirement that the class be identifiable does not include the requirement that individual members be
capable of proving individual loss. The Class Proceedings Act (CPA) is designed to permit a means of recovery for the
benefit of the class as a whole, without proof of individual loss, even where it is difficult to establish class membership.
Thus, if no individual seeks an individual remedy, it will no t be necessary to prove individual loss. Such class actions
permit the disgorgement of unlawful gains and serve not only the purposes of enhanced access to justice and judicial
economy, but also the broader purpose of behaviour modification. Further, the aggregate damages provisions in the
CPA are tools which are intended to permit access to justice and behaviour modification in cases where liability to the
class has been proven but individual membership in the class is difficult or impossible to determin e. The legislation
explicitly contemplates difficulties or, in some cases, impossibility in self-identification. Such difficulties have not
been considered fatal to authorizations under the CPA provided that there is some basis in fact that the class exists. The
criteria for membership must be clearly defined — not the ability of a given individual to prove that they meet the
criteria. Whether claimants can prove their claim for an individual remedy is a separate issue that need not be resolved
at the certification stage.
Here, the record contained an evidentiary basis to establish the existence of the class and to show that the
members of the class suffered harm. It may never be necessary or legally required to identify individual class members.
The CPA, while primarily a procedural statute, also creates a remedy that recognizes that damages to the class as a
whole can be proven, even when proof of individual member’s damages is impractical, and that is available even if
those who are not members of the class can benefit. The statute should be construed generously to give life to its
purpose of encouraging judicial economy and access to justice and modifying the behaviour of wrongdoers.
Even though it is not necessary at the certification stage to show that individual class members could stand
alone as plaintiffs, this record contains a sufficient evidentiary basis to establish the existence of an identifiable class of
2 or more persons. Direct purchasers of high fructose corn syrup (HFCS) used it extensively in products that were sold
widely to retailers and to consumers. Given the nature of a price-fixing case, loss flows directly from the purchase of
HFCS, or in the case of indirect purchasers, products containing HFCS. Claimants will not hav e to prove definitively
that they purchased a particular product that contained HFCS. It will be sufficient if the trial judge is satisfied, upon
expert or other evidence, that an individual claimant probably purchased a product containing it. The requir ement that
there be an evidentiary foundation — or some basis in fact — to support the certification criteria does not include a
preliminary merits test and does not require the plaintiffs to indicate the evidence upon which they will prove these
- 1788 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
claims. The question at the certification stage is not whether the claim is likely to succeed, but whether the suit is
appropriately prosecuted as a class action. The appellants in this case have tendered evidence which establishes some
basis in fact to show that the proposed class is identifiable and that individual class members may be able to establish
individual loss on a balance of probabilities. Individual claimants, including indirect purchasers, would be able to self identify as potential plaintiffs based on knowledge of the products in which HFCS is known to have been commonly
used.
APPEAL and CROSS-APPEAL from a judgment of the British Columbia Court of Appeal (Donald, Lowry
and Frankel JJ.A.), 2011 BCCA 187, 305 B.C.A.C. 55, 331 D.L.R. (4th) 631, 515 W.A.C. 55, [2011] B.C.J. No. 689
(QL), 2011 CarswellBC 931, setting aside a decision of Rice J., 2010 BCSC 922 (CanLII), [2010] B.C.J. No. 1308
(QL), 2010 CarswellBC 1749. Appeal dismissed, Cromwell and Karakatsanis JJ. dissenting. Cross-appeal allowed.
J. J. Camp, Q.C., Reidar Mogerman, Melina Buckley and Michael Sobkin, for the appellants/respondents on
cross-appeal.
D. Michael Brown, Gregory J. Nash and David K. Yule, for the respondents/appellants on cross -appeal Archer
Daniels Midland Company and ADM Agri-Industries Company.
J. Kenneth McEwan, Q.C., and Eileen M. Patel, for the respondents/appellants on cross -appeal Cargill,
Incorporated, Cerestar USA, Inc., formerly known as American Maize-Products Company and Cargill Limited.
Stephen R. Schachter, Q.C., Geoffrey B. Gomery, Q.C., and Peter R. Senkpiel, for the respondents/appellants
on cross-appeal Corn Products International, Inc., Bestfoods, Inc., formerly known as CPC International, Inc., Casco
Inc. and Unilever PLC doing business as Unilever Bestfoods North America.
John S. Tyhurst, for the intervener the Attorney General of Canada.
Davit D. Akman and Adam Fanaki, for the intervener the Canadian Chamber of Commerce.
Solicitors for the appellants/respondents on cross-appeal: Camp Fiorante Matthews Mogerman, Vancouver.
Solicitors for the respondents/appellants on cross-appeal Archer Daniels Midland Company and ADM
Agri-Industries Company: Norton Rose Fulbright, Toronto; Nash & Company, Vancouver.
Solicitors for the respondents/appellants on cross-appeal Cargill, Incorporated, Cerestar USA, Inc., formerly
known as American Maize-Products Company and Cargill Limited: Hunter Litigation Chambers, Vancouver.
Solicitors for the respondents/appellants on cross-appeal Corn Products International, Inc., Bestfoods, Inc.,
formerly known as CPC International, Inc., Casco Inc. and Unilever PLC doing business as Unilever Bestfoods North
America: Nathanson, Schachter & Thompson, Vancouver.
Solicitor for the intervener the Attorney General of Canada: Attorney General of Canada, Ottawa.
Solicitors for the intervener the Canadian Chamber of Commerce: Davies Ward Phillips & Vineberg,
Toronto.
________________________
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges LeBel, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver, Karakatsanis et
Wagner.
Procédure civile — Recours collectifs — Certification — Acheteurs directs et indirects — Allégations des
demanderesses selon lesquelles le prix du sirop de maïs à haute teneur en fructose aurait été fixé par les défenderesses,
qui auraient vendu cet édulcorant aux acheteurs directs à un prix majoré, et la majoration aurait été transférée aux
acheteurs indirects — Les acheteurs indirects ont-ils un droit de recours contre l’auteur présumé de la majoration? —
La composition du groupe proposé, formé à la fois d’acheteurs directs et d’acheteurs indirects, justifie -t-elle le rejet du
- 1789 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
recours? — Est-il satisfait en l’espèce au critère de certification relatif à l’existence d’un groupe identifiable
d’acheteurs indirects? — Les acheteurs directs ont-ils un droit de recours en imposition d’une fiducie par
interprétation? — Class Proceedings Act, R.S.B.C. 1996, ch. 50, art. 4(1).
Les appelantes, des acheteurs directs et indirects, ont intenté un recours collectif, faisant valoir que les
intimées ont participé à un complot illégal pour fixer le prix du sirop de maïs à haute teneur en fructose (« SMHTF »),
ce qui a porté préjudice à des fabricants, grossistes, détaillants et consommateurs. Cet édulcorant entre dan s la
confection de diverses denrées alimentaires, dont les boissons gazeuses et les produits de boulangerie. Les intimées
sont les principaux fabricants de SMHTF en Amérique du Nord. Il a été décidé à l’instruction de la demande de
certification que les actes de procédure révèlent des causes d’action, pour les acheteurs directs, en imposition d’une
fiducie par interprétation, et, pour les acheteurs indirects, en vertu de l’art. 36 de la Loi sur la concurrence, en
responsabilité délictuelle et en restitution. Le recours collectif a été certifié. Les juges majoritaires de la Cour d’appel
ont accueilli l’appel en ce qui concerne les acheteurs indirects et conclu qu’il était « manifeste » que ces derniers
n’avaient aucune cause d’action. L’appel a été rejeté en ce qui concerne les acheteurs directs. L’affaire a été renvoyée
à la Cour suprême de la Colombie-Britannique pour qu’elle réexamine seulement la certification du recours collectif
des acheteurs directs. Les appelantes contestent en l’espèce la décisio n de ne reconnaître aux acheteurs indirects aucune
cause d’action. Dans l’appel incident, les intimées sollicitent le rejet de la demande des acheteurs directs visant
l’imposition d’une fiducie par interprétation.
Arrêt (les juges Cromwell et Karakatsanis sont dissidents quant au pourvoi principal) : Le pourvoi principal est
rejeté et le pourvoi incident est accueilli.
La juge en chef McLachlin et les juges LeBel, Fish, Abella, Rothstein, Moldaver et Wagner : Puisque la Cour
a décidé dans Pro-Sys Consultants Ltd. c. Microsoft Corporation, 2013 CSC 57, que les acheteurs indirects ont le droit
de se pourvoir en justice, la question à trancher est celle de savoir si les défis supplémentaires que pose un groupe
composé à la fois d’acheteurs indirects et d’acheteurs directs sont suffisants pour justifier le rejet du recours. Ce n’est
pas le cas. Lorsque le groupe est composé d’acheteurs indirects et directs et que la preuve des experts lors de l’examen
au fond des questions communes permet d’établir le montant global de la majoration, il n’y a pas de recouvrement
double ou multiple. En outre, les tribunaux disposent du pouvoir de modifier un règlement et les dommages -intérêts
octroyés en fonction de ceux déjà obtenus dans d’autres ressorts si les intimés réussissent à les convaincre qu’il y a
risque de recouvrement double.
À supposer que tous les faits invoqués soient vrais, il est satisfait à l’exigence selon laquelle les actes de
procédure doivent révéler une cause d’action à moins qu’il ne soit manifeste que la demande ne peut être accueillie.
Quant aux causes d’action en restitution des acheteurs indirects, il n’est pas établi qu’un lien direct entre le défendeur et
le demandeur constitue une condition préalable à une action pour enrichissement injustifié. La jurisprudence ne semble
pas exclure nécessairement une action opposant des parties unies par un lien indirect. Il n’est pas manifeste qu’une
action pour enrichissement injustifié doit être rejetée à l’étape de la certification pour ce seul motif. Quant au transfert
de la perte, le préjudice subi par les acheteurs indirects est reconnu en droit, tout comme leur droit d’exercer des recours
pour recouvrer le montant de ces pertes. Le fait de permettre la présentation de la demande en restitution ne pose aucun
obstacle insurmontable. Il n’est pas manifeste non plus que la cause d’action des acheteurs indirects fondée sur l’art. 36
de la Loi sur la concurrence est vouée à l’échec et, par conséquent, elle ne doit pas être radiée.
Le tribunal doit certifier qu’il s’agit d’un recours collectif s’il existe, notamment, un groupe identifiable de
deux personnes ou plus. Or, lorsque la preuve ne permet pas de conclure qu’un certain fondement factuel établit qu’au
moins deux personnes sauront si elles appartiennent ou non au groupe, c’est là où le bât blesse. Certifier un rec ours
collectif sans connaître au moins deux personnes qui seront en mesure de prouver les pertes que leur ont fait subir les
auteurs présumés de la majoration contrecarre l’objectif des recours collectifs, qui est d’offrir une voie de recours plus
efficace aux demandeurs ayant subi un préjudice mais pour qui il serait irréaliste d’exercer un recours individuel ou qui
n’ont pas les moyens de le faire. En espèce, aucun fondement factuel ne permet d’établir qu’un seul des membres du
groupe proposé dispose des renseignements nécessaires pour déterminer s’il appartient ou non au groupe. Les
appelantes n’ont pas établi qu’un certain fondement factuel permet de conclure qu’au moins deux membres pourraient
démontrer l’achat au cours de la période visée par le recours d’un produit contenant bel et bien du SMHTF, et par le fait
même leur appartenance à un groupe identifiable. Le problème en l’espèce tient au fait que les acheteurs indirects ne
seront pas en mesure de savoir si l’article qu’ils ont acheté contenait o u non du SMHTF même s’ils connaissent le nom
- 1790 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
des produits en cause. Bien que la fixation des prix reprochée ait peut -être porté préjudice à des acheteurs indirects, ils
ne peuvent démontrer qu’ils font partie du groupe à la lumière de la définition propos ée. Le fondement sur lequel
reposerait le recours individuel doit pouvoir se transposer au recours collectif. Or, ce fondement fait défaut en l’espèce.
En définitive, puisqu’il est conclu à l’impossibilité d’établir l’existence d’un groupe identifiable composé des acheteurs
indirects, le recours collectif dans leur cas ne peut être certifié.
Quant aux acheteurs directs, la seule cause d’action qui leur est reconnue, en imposition d’une fiducie par
interprétation, doit être rejetée. Il n’est pas satisfait en l’espèce à la condition d’un lien avec un bien, ni à celle voulant
que la fiducie par interprétation soit imposée uniquement si une réparation pécuniaire est jugée inadéquate. Il est donc
manifeste que la demande des acheteurs directs visant l’imposition de ce type de fiducie est vouée à l’échec.
Les juges Cromwell et Karakatsanis (dissidents quant au pourvoi principal) : En l’espèce, un certain
fondement factuel permet de conclure à l’existence d’un groupe identifiable de deux personnes ou plus auquel
appartiennent les acheteurs indirects.
Pour qu’il y ait un groupe identifiable, il ne faut pas que chacun des membres du groupe soit en mesure
d’établir une perte individuelle. La Class Proceedings Act (la « CPA ») est conçue de manière à donner un recours au
groupe dans son ensemble, sans qu’il soit nécessaire de prouver une perte individuelle, même s’il est difficile d’établir
l’appartenance au groupe. En conséquence, si personne ne cherche à obtenir une réparation individuelle, il ne sera p as
nécessaire de prouver une perte individuelle. De tels recours collectifs permettent la restitution de gains provenant
d’activités illégales et répondent non seulement aux objectifs d’accès à la justice et d’économie des ressources
judiciaires, mais aussi à l’objectif général de modification des comportements. En outre, les dispositions autorisant
l’octroi de dommages-intérêts globaux prévues à la CPA favorisent l’accès à la justice et la modification des
comportements dans les cas où la responsabilité envers le groupe a été démontrée, mais où l’appartenance au groupe est
difficile ou impossible à établir. La loi prévoit expressément la possibilité qu’il soit difficile, voire impossible, pour
certaines personnes de s’estimer visées. De telles difficultés n’ont pas été jugées fatales à la certification sous le régime
de la CPA dans la mesure où l’existence d’un groupe repose sur un certain fondement factuel. Les critères
d’appartenance au groupe doivent être clairement définis — et non la faculté d’une personne donnée de prouver qu’elle
y satisfait. Que les demandeurs puissent ou non établir le bien -fondé de leur demande de réparation individuelle est une
question distincte n’ayant pas à être tranchée à l’étape de la certification.
Le dossier permet de conclure que le groupe existe et que les membres du groupe ont subi un préjudice. Il ne
sera peut-être jamais nécessaire ni impératif en droit que les membres individuels du groupe soient connus. La CPA,
une loi à caractère principalement procédural, crée également une réparation qui reconnaît que les préjudices causés au
groupe dans son ensemble peuvent être prouvés, même si la preuve des préjudices individuels est irréaliste, et qui peut
être ordonnée même si elle est susceptible de profiter à des no n-membres. Cette loi doit être interprétée libéralement
pour donner effet à l’objectif du législateur, à savoir favoriser l’économie des ressources judiciaires, l’accès à la justice
et la modification du comportement des malfaiteurs.
Même s’il n’est pas nécessaire à l’étape de la certification d’établir que chacun des membres du groupe aurait
la capacité pour agir seul, le dossier en l’espèce étaye suffisamment l’existence d’un groupe identifiable de deux
personnes ou plus. Les acheteurs directs de sirop de maïs à haute teneur en fructose (« SMHTF ») ont utilisé largement
cet édulcorant dans la confection de produits qui ont été vendus à grande échelle aux détaillants et consommateurs. En
matière de fixation des prix, la perte découle directement de l’achat du SMHTF, ou dans le cas des acheteurs indirects,
de produits en contenant. Les demandeurs n’auront pas à démontrer, preuves à l’appui, avoir acheté un certain produit
contenant du SMHTF. Il suffira que le juge de première instance soit convaincu, à la lumière de la preuve, notamment
d’expert, qu’un demandeur donné a probablement acheté un produit contenant l’édulcorant en question. L’exigence
que chacun des critères de certification repose sur un certain fondement factuel n’emporte pas d’examen sommaire au
fond du recours et n’exige pas l’énumération des éléments à l’appui de la demande. La question à cette étape n’est pas
s’il est vraisemblable que la demande aboutisse, mais s’il convient de procéder par recours collectif. En l’espèce, les
appelantes ont établi un certain fondement factuel permettant de conclure que le groupe proposé est identifiable et que
chacun des membres du groupe pourrait être en mesure d’établir, suivant la prépondérance des probabilités, une perte
individuelle. Des demandeurs, dont des acheteurs indirects, pourraient s’estimer membres éventuels s’ils savaient les
produits dans la composition desquels il a été reconnu qu’entrait régulièrement du SMHTF.
- 1791 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
POURVOI et POURVOI INCIDENT contre un arrêt de la Cour d’app el de la Colombie-Britannique (les juges
Donald, Lowry et Frankel), 2011 BCCA 187, 305 B.C.A.C. 55, 331 D.L.R. (4th) 631, 515 W.A.C. 55, [2011] B.C.J.
No. 689 (QL), 2011 CarswellBC 931, qui a infirmé une décision du juge Rice, 2010 BCSC 922 (CanLII), [2010] B.C.J.
No. 1308 (QL), 2010 CarswellBC 1749. Pourvoi rejeté, les juges Cromwell et Karakatsanis sont dissidents. Pourvoi
incident accueilli.
J. J. Camp, c.r., Reidar Mogerman, Melina Buckley et Michael Sobkin, pour les appelantes/intimées au
pourvoi incident.
D. Michael Brown, Gregory J. Nash et David K. Yule, pour les intimées/appelantes au pourvoi incident Archer
Daniels Midland Company et ADM Agri-Industries Company.
J. Kenneth McEwan, c.r., et Eileen M. Patel, pour les intimées/appelantes au pourvoi incident Cargill,
Incorporated, Cerestar USA, Inc., auparavant connue sous le nom d’American Maize -Products Company et Cargill
Limitée.
Stephen R. Schachter, c.r., Geoffrey B. Gomery, c.r., et Peter R. Senkpiel, pour les intimées/appelantes au
pourvoi incident Corn Products International, Inc., Bestfoods, Inc., auparavant connue sous le nom de CPC
International, Inc., Casco Inc. et Unilever PLC faisant affaire sous la dénomination d’Unilever Bestfoods North
America.
John S. Tyhurst, pour l’intervenant le procureur général du Canada.
Davit D. Akman et Adam Fanaki, pour l’intervenante la Chambre de commerce du Canada.
Procureurs des appelantes/intimées au pourvoi incident : Camp Fiorante Matthews Mogerman, Vancouver.
Procureurs des intimées/appelantes au pourvoi incident Archer Daniels Midland Company et ADM
Agri-Industries Company : Norton Rose Fulbright, Toronto; Nash & Company, Vancouver.
Procureurs des intimées/appelantes au pourvoi incident Cargill, Incorporated, Cerestar USA, Inc.,
auparavant connue sous le nom d’American Maize-Products Company et Cargill Limitée : Hunter Litigation
Chambers, Vancouver.
Procureurs des intimées/appelantes au pourvoi incident Corn Products International, Inc., Bestfoods, Inc.,
auparavant connue sous le nom de CPC International, Inc., Casco Inc. et Unilever PLC faisant affaire sous la
dénomination d’Unilever Bestfoods North America : Nathanson, Schachter & Thompson, Vancouver.
Procureur de l’intervenant le procureur général du Canada : Procureur général du Canada, Ottawa.
Procureurs de l’intervenante la Chambre de commerce du Canada : Davies Ward Phillips & Vineberg,
Toronto.
- 1792 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Infineon Technologies AG et autres c. Option Consommateurs et autres (Qc) (34617)
Indexed as: Infineon Technologies AG v. Option consommateurs /
Répertorié : Infineon Technologies AG c. Option consommateurs
Neutral citation: 2013 SCC 59 / Référence neutre : 2013 CSC 59
Hearing: October 17, 2013 / Judgment: October 31, 2013
Audition : Le 17 octobre 2013 / Jugement : Le 31 octobre 2013
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges LeBel, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver, Karakatsanis et
Wagner.
Procédure civile — Recours collectifs — Compétence du tribunal québécois — Demande d’autorisation
d’exercer un recours collectif pour recouvrer des dommages-intérêts de fabricants internationaux qui ont comploté en
vue de gonfler le prix de micropuces — Les tribunaux québécois ont-ils compétence sur un litige opposant des
fabricants internationaux et un groupe d’acheteurs directs et indirects se trouvant au Québec , alors que l’acte fautif
allégué à l’origine de la demande a été commis à l’extérieur du Québec? — Code civil du Québec, L.Q. 1991, ch. 64,
art. 3148(3).
Procédure civile — Recours collectifs — Conditions d’autorisation du recours — Acheteurs directs et
indirects — Demande d’autorisation d’exercer un recours collectif pour recouvrer des dommages-intérêts de fabricants
internationaux qui ont comploté en vue de gonfler l e prix de micropuces — Groupe proposé formé des acheteurs
directs et indirects qui ont subi des pertes en absorbant, en tout ou en partie, la portion gonflée du prix — Existe-t-il
des questions communes? — Une cause d’action peut-elle prendre sa source dans le transfert de hausses artificielles de
prix causées par un comportement anticoncurrentiel? — Suffit-il de démontrer une perte globale à l’étape de
l’autorisation? — La représentante et le membre désigné ont-ils qualité pour représenter adéquatement les membres du
groupe? — Y a-t-il lieu d’autoriser le recours collectif? — Code de procédure civile, L.R.Q., ch. C-25, art. 1003, 1048.
Les appelantes sont des sociétés qui fabriquent la DRAM, une micropuce qui permet de stocker
électroniquement l’information et de la récupérer rapidement. La DRAM est couramment utilisée dans une grande
variété d’appareils électroniques. Les appelantes vendent la DRAM par l’intermédiaire d’un certain nombre de canaux
de distribution à des fabricants d’équipement d’origine (les « FEO »), comme Dell Inc. Les FEO incorporent les puces
dans divers produits électroniques qu’ils fabriquent, qui sont ensuite vendus soit à des intermédiaires au sein du canal
de distribution, soit directement aux consommateurs finaux. Les appelant es ont reconnu leur participation à un complot
international en vue de supprimer et d’éliminer la concurrence en fixant les prix de la DRAM devant être vendue à des
FEO. Elles ont été condamnées aux États -Unis et en Europe à de lourdes amendes pour leur rôle respectif dans le
complot.
Option consommateurs a présenté une requête devant la Cour supérieure afin d’obtenir l’autorisation d’exercer
un recours collectif contre les appelantes pour recouvrer des dommages -intérêts au nom des membres du groupe touché.
Le groupe est formé des acheteurs directs et indirects qui ont subi des pertes en absorbant, en tout ou en partie, la
portion gonflée du prix de la DRAM vendue au Québec. Sa demande repose sur des allégations selon lesquelles les
appelantes n’ont pas rempli les obligations que leur imposait la Loi sur la concurrence et que leur conduite équivalait à
une faute entraînant la responsabilité civile sous le régime du Code civil du Québec (le « C.c.Q. »). Dans sa requête
pour autorisation d’exercer un recours collectif, Option consommateurs a désigné C à titre de membre du groupe. C,
une résidente de Montréal, avait acheté un ordinateur personnel équipé de DRAM par l’entremise du site Web de Dell
et l’avait payé par carte de crédit. Le juge saisi de la requête a conclu que la Cour supérieure n’avait pas compétence
territoriale pour entendre le recours collectif. Quoi qu’il en soit, il aurait rejeté la requête pour autorisation sur le fo nd,
estimant que les exigences des al. 1003b) et 1003d) et de l’art. 1048 du Code de procédure civile (le « C.p.c. »)
n’avaient pas été respectées. La Cour d’appel a infirmé cette décision et accueilli la requête en autorisation d’exercer le
recours collectif.
Arrêt : Le pourvoi est rejeté.
En raison des faits allégués , les tribunaux québécois ont compétence pour décider si le recours collectif devrait
être autorisé sur le fondement de l’art. 1003 C.p.c. Le par. 3148(3) C.c.Q. confère compétence aux autorités
- 1793 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
québécoises dans les actions personnelles à caractère patrimonial lorsqu’« [u]ne faute a été commise au Québec, un
préjudice y a été subi, un fait dommageable s’y est produit ou l’une des obligations découlant d’un contrat devait y être
exécutée ». Le préjudice subi au Québec constitue un facteur de rattachement indépendant : il n’est pas nécessaire que
le préjudice soit lié à l’endroit où le fait dommageable a été subi ou la faute commise. De plus, le libellé clair du
par. 3148(3) n’empêche pas le préjudice économique de servir de facteur de rattachement, et le d roit civil
québécois n’interdit pas non plus l’indemnisation de la perte purement économique.
En l’espèce, le préjudice économique aurait été subi par C – et non simplement comptabilisé — au Québec.
Plus précisément, il découlerait du contrat intervenu entre elle et Dell. Bien que ce contrat ne soit pas, en fait, à
l’origine de la cause d’action dans la présente affaire, qui est de nature extracontractuelle, il constitue un fait juridique
établissant le lieu où le préjudice économique allégué s’est prod uit : la conclusion du contrat représente l’événement qui
fixe le situs du préjudice matériel subi au Québec. En conséquence, le contrat s’avère pertinent pour décider si les
tribunaux québécois ont compétence en l’espèce, sans égard au fait qu’aucune des appelantes n’y était partie. La perte
financière de C découlait directement de son contrat intervenu avec Dell, qui est réputé, aux termes de la Loi sur la
protection du consommateur du Québec, avoir été conclu dans cette province. Le préjudice économiq ue causé par ce
contrat n’a pas simplement entraîné un effet à distance sur le patrimoine de C au Québec, mais il a été subi au Québec
lors de la conclusion du contrat dans cette province, d’où l’application du par. 3148(3) C.c.Q. à la demande de cette
dernière.
À l’étape de l’autorisation d’un recours collectif, le tribunal exerce un rôle de filtrage. Il doit simplement
s’assurer que le requérant a réussi à satisfaire aux critères de l’art. 1003 C.p.c., sans oublier le seuil d’application peu
élevé que prévoit cette disposition. La procédure d’autorisation ne constitue pas un procès sur le fond. Même si la
demande peut, en fait, être ultimement rejetée, le recours devrait être autorisé à suivre son cours si le requérant présente
une cause défendable eu égard aux faits et au droit applicable. En l’espèce, la requête en autorisation allègue des faits
suffisants pour démontrer les éléments requis à l’art. 1003 C.p.c.
Option consommateurs a satisfait à la condition de la suffisance des questions commun es établie à l’al. 1003a).
Aucune différence entre les membres du groupe proposé à l’étape de l’autorisation ne porte atteinte à l’unité du groupe.
Tous les membres, sans égard à leur situation personnelle, possèdent en commun l’intérêt tant de prouver l’existence
d’un complot de fixation des prix que de maximiser le montant des pertes résultant de la surfacturation illégale. Les
différences entre les relations des acheteurs directs avec les appelantes et celles des acheteurs indirects ne modifient en
rien leur intérêt collectif à l’égard des questions de faute et de responsabilité. Toute question relative aux conflits
d’intérêts peut être traitée au procès même.
En ce qui concerne l’exigence de l’al. 1003b) C.p.c. que « les faits allégués paraissent justifier les conclusions
recherchées », Option consommateurs a présenté une cause défendable à l’appui de sa prétention invoquant la
responsabilité extracontractuelle des appelantes. Elle s’est acquittée du fardeau relatif à la démonstration de la faute, du
préjudice et du lien de causalité. Les allégations formulées dans la requête en autorisation sont suffisantes pour inférer
une faute, compte tenu de la norme relativement peu exigeante s’appliquant à l’étape de l’autorisation. Bien que les
allégations et la documentation à l’appui n’établissent pas explicitement l’existence d’un comportement fautif au
Québec, elles mettent certainement en lumière le caractère international du complot de fixation du prix de la DRAM et
le fait que le préjudice a été subi aussi à l’extérieur des États-Unis. Il n’est pas déraisonnable de conclure que des
pratiques anticoncurrentielles aux États -Unis entraînant des répercussions sur de grandes entreprises multinationales et
le marché de la DRAM, de portée internationale, pourraient peut -être, voire probablement, toucher les consommateurs
québécois. Par ailleurs, Option consommateurs n’est pas tenue de prouver la responsabilité en vertu de l’art. 45 de la
Loi sur la concurrence à la présente étape du recours, en raison de la nature de la demande e t de la preuve déjà
présentée. Son argument fondé sur les répercussions économiques indues, reposant sur l’art. 45, ne demeure pertinent
que dans la mesure où un manquement au régime législatif peut entraîner une responsabilité extracontractuelle aux
termes de l’art. 1457 C.c.Q.
Option consommateurs s’est aussi acquittée du fardeau de démontrer que C et les autres membres du groupe
proposé ont subi un préjudice par suite du comportement anticoncurrentiel des appelantes. Le transfert des hausses de
prix peut fonder un recours collectif dont les membres du groupe comprennent des acheteurs directs. Les
considérations de politique juridique qui militent contre le moyen de défense fondé sur le transfert de la perte en
common law devraient favoriser, en droit civil québécois, l’indemnisation de la perte transférée à un demandeur. Dans
- 1794 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
la présente affaire, il n’existe aucun risque de double indemnisation puisque les acheteurs directs et indirects seraient
réunis dans un même groupe qui présenterait une seule et même réclamation collective visant une perte globale. À
l’étape de l’autorisation, il n’est pas nécessaire de prouver que chaque membre du groupe a subi une perte. En outre, la
norme de preuve applicable pour démontrer le transfert de la perte ne diffère pas de celle qui s’applique pour démontrer
la perte globale. Le requérant doit en effet établir qu’il est possible de soutenir que des pertes ont été transférées.
Compte tenu de ce seuil peu élevé, il ne faut pas s’attendre à ce que le requérant prés ente des témoignages d’expert et
propose une méthodologie sophistiquée, ni l’exiger de sa part. À cette étape initiale, la perte globale alléguée par
Option consommateurs et appuyée par les pièces suffit à cette dernière pour s’acquitter du fardeau de pré senter une
cause défendable. Au procès, si Option consommateurs n’est pas en mesure de démontrer comment la perte a été
transférée aux acheteurs indirects ni comment elle doit être calculée, le recours collectif pourrait être rejeté à cette
étape.
Pour établir le lien de causalité prévu à l’art. 1457 C.c.Q., il faut démontrer que le préjudice constitue une suite
directe du fait dommageable, mais, pour pouvoir obtenir réparation, le demandeur ne doit pas forcément être la victime
immédiate du fait en question. À l’étape de l’autorisation, le requérant n’a qu’à démontrer qu’il est possible de soutenir
que la perte était le résultat direct de l’inconduite reprochée. En l’espèce, bien que les acheteurs indirects puissent être
des victimes par ricochet, le préjudice qu’ils allèguent avoir subi représentait le résultat direct du comportement
anticoncurrentiel des appelantes.
Enfin, pour ce qui est de l’exigence d’une représentation adéquate, il serait contraire à l’esprit de l’al. 1003d)
C.p.c. de refuser l’autorisation au groupe proposé d’acheteurs de DRAM sur le fondement d’un éventuel conflit
d’intérêts entre les membres du groupe. Le dossier n’indique pas qu’Option consommateurs et C ont intenté le recours
et le mènent d’une manière malhonnête ou qu’elles ont omis de divulguer des faits importants qui révéleraient un
conflit avec d’autres membres. En outre, les membres du groupe partagent manifestement l’intérêt commun d’établir la
perte globale du groupe et d’en maximiser le montant. À l’instar de l’art. 1003, l’art. 1048 C.p.c. joue le rôle d’un
gardien conciliant. Lorsqu’une personne morale demande à représenter le groupe, l’art. 1048 exige qu’elle remplisse
un mandat qui soit lié, non pas à l’intérêt de tous les membres du groupe, mais simpleme nt à celui de l’un de ses
membres. Puisque C est membre d’Option consommateurs et du groupe proposé, l’art. 1048 n’interdit pas à Option
consommateurs de représenter en l’espèce les intérêts des membres.
POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel du Québec (les juges Forget, Pelletier et Kasirer), 2011 QCCA
2116 (CanLII), [2011] Q.J. No. 16769 (QL), 2011 CarswellQue 12645, SOQUIJ AZ-50805798, qui a infirmé une
décision du juge Mongeau, 2008 QCCS 2781, [2008] R.J.Q. 1694, [2008] J.Q. n o 5796 (QL), 2008 CarswellQue 5729,
SOQUIJ AZ-50498459. Pourvoi rejeté.
Yves Martineau, pour les appelantes.
Daniel Belleau, Maxime Nasr et Violette Leblanc, pour l’intimée Option consommateurs.
Personne n’a comparu pour l’intimée Claudette Cloutier.
David Sterns et Jean-Marc Leclerc, pour l’intervenante.
Procureurs des appelantes : Stikeman Elliott, Montréal.
Procureurs de l’intimée Option consommateurs : Belleau Lapointe, Montréal.
Procureurs de l’intervenante : Sotos, Toronto.
________________________
Present: McLachlin C.J. and LeBel, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver, Karakatsanis and Wagner JJ.
Civil procedure — Class actions — Jurisdiction of Quebec court — Application for authorization to institute
class action in order to recover damages from international manufacturers that had conspired to inflate price of
microchips — Whether Quebec courts have jurisdiction over dispute between international manufacturers and group
- 1795 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
consisting of direct and indirect purchasers located in Quebec given that alleged wrongdoing that forms basis of claim
occurred outside Quebec — Civil Code of Québec, S.Q. 1991, c. 64, art. 3148(3).
Civil procedure — Class actions — Conditions for authorizing action — Direct and indirect purchasers —
Application for authorization to institute class action in order to recover damages from international manufacturers
that had conspired to inflate price of microchips — Proposed group consisting of direct and indirect purchasers who
suffered losses by absorbing, in whole or in part, inflated portion of price — Whether common questions arise —
Whether cause of action can be rooted in passing on of artificially inflated prices resulting from anti -competitive
practices — Whether it is sufficient to prove aggregate loss at authorization stage — Whether representative and
designated member are qualified to adequately represent members of p roposed group — Whether class action should
be authorized — Code of Civil Procedure, R.S.Q., c. C-25, arts. 1003, 1048.
The appellant companies are manufacturers of DRAM, which is a microchip that allows information to be
electronically stored and rapidly retrieved. DRAM is commonly used in a wide range of electronic devices. The
appellants sell DRAM through a number of distribution channels to original equipment manufacturers (“OEMs”), such
as Dell Inc. OEMs insert the chips into various electronic products they manufacture, which are in turn sold either to
intermediaries in the distribution chain or directly to final co nsumers. The appellants have acknowledged their
participation in an international conspiracy to suppress and eliminate competition by fixing the prices of DRAM to be
sold to OEMs. They were heavily fined both in the United States and in Europe for their respective roles in the
conspiracy.
Option consommateurs applied to the Superior Court for authorization to institute a class action against the
appellants in order to recover damages in this regard on behalf of the members of the affected class. The g roup
comprises direct and indirect purchasers who suffered losses by absorbing, in whole or in part, the inflated portion of
the price of DRAM sold in Quebec. Its claim is based upon allegations that the appellants failed to discharge statutory
obligations under the Competition Act and that their conduct amounted to a fault giving rise to civil liability under the
Civil Code of Québec (“C.C.Q.”). In its motion for authorization of the class action, Option consommateurs designated
C as a member of the group. C is a resident of Montréal who purchased a personal computer containing DRAM on
Dell’s website with her credit card. The motion judge held that the Superior Court did not have territorial jurisdiction
to hear the class action. In any event, he would have dismissed the motion for authorization on the merits, because he
was of the view that the requirements of arts. 1003(b), 1003(d) and 1048 of the Code of Civil Procedure (“C.C.P.”)
were not satisfied. On appeal, the Court of Appeal set that decision aside and granted the motion for authorization to
institute the class action.
Held: The appeal should be dismissed.
On the basis of the facts as alleged, the Quebec courts have jurisdiction to decide whether the class action
should be authorized under art. 1003 of the C.C.P. Article 3148(3) of the C.C.Q. confers jurisdiction on a Quebec
authority in a personal action of a patrimonial nature where “a fault was committed in Québec, damage was suffered in
Québec, an injurious act occurred in Québec or one of the obligations arising from a contract was to be performed in
Québec”. Damage suffered in Quebec is an independent connecting factor: the damage does not need to be tied to the
locus of the injury or of the fault. Also, the plain language of art. 3148(3) does not preclude economic damage from
serving as a connecting factor, nor is the recovery of a purely economic loss prohibited in Quebec civil law.
In the instant case, the economic damage was allegedly suffered by C — not merely recorded — in Quebec.
More specifically, the damage was allegedly suffered as a result of the contract between Dell and C. Although the
contract is not in fact the source of the cause of action in this case, which is extracontractual in nature, it is a juridica l
fact that establishes where the alleged economic damage occurred: the conclusion of the contract is the event that fixes
the “situs” of the material damage suffered in Quebec. As a result, the contract is relevant, regardless of the fact that
none of the appellants were parties to it, to the determination of whether the Quebec courts have jurisdiction in this
case. C’s pecuniary loss flowed directly from her contract with Dell, which is deemed under Quebec’s Consumer
Protection Act to have been made in Quebec. The resulting economic damage did not merely have a remote effect on
C’s patrimony in Quebec; rather, she suffered it in Quebec upon entering into the contract in that province, and this
brought her claim within the scope of art. 3148(3) of the C.C.Q.
- 1796 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
At the stage of authorization of a class action, the court plays the role of a filter. It need only satisfy itself that
the applicant has succeeded in meeting the criteria set out in art. 1003 of the C.C.P., bearing in mind that the threshold
provided for in that article is a low one. The authorization process does not amount to a trial on the merits. Although
the claim may in fact ultimately fail, the action should be allowed to proceed if the applicant has an arguable case in
light of the facts and the applicable law. In this case, the motion for authorization alleges sufficient facts to
demonstrate the elements required under art. 1003 of the C.C.P.
Option consommateurs has met the requirement that there be sufficient common questions for the purpose s of
art. 1003(a). There are no differences between the members of the proposed group at the authorization stage that
adversely affect the unity of the group. All the members, regardless of their individual circumstances, have a common
interest both in proving the existence of a price-fixing conspiracy and in maximizing the amount of the resulting
unlawful overcharge. Any disparity between the direct purchasers’ relationships with the appellants and those of the
indirect purchasers does not alter the fact that they have a collective interest in the questions of fault and liability. Any
conflicts of interests can be addressed at trial.
With respect to the requirement of art. 1003(b) of the C.C.P. that “the facts alleged seem to justify the
conclusions sought”, Option consommateurs has made out an arguable case in support of its claim of the appellants’
extracontractual liability. It has discharged its burden with respect to the demonstration of fault, injury and causation.
The allegations set out in the motion for authorization are sufficient to support an inference of fault, given the relatively
low standard to be met at the authorization stage. Although the allegations and supporting documentation do not
explicitly establish the commission of wrongful behaviour in Quebec, they certainly do point to the international nature
of the conspiracy to fix the price of DRAM and to the suffering of damage outside the United States. It is not
unreasonable to infer that anti-competitive practices in the United States that have an impact on large multinational
corporations and on a DRAM market that is international in scope might — indeed are likely to — affect consumers in
Quebec. Further, Option consommateurs does not need to prove liability under s. 45 of the Competition Act at this
stage of the proceedings, given the nature of the claim and the evidence that has already been adduced. Its claim of
undue economic impact under s. 45 is relevant only to the extent that a violation of the statutory scheme can give rise to
extracontractual liability under art. 1457 of the C.C.Q.
Option consommateurs has also discharged the burden of demonstrating that C and the other members of the
proposed group suffered an injury as a result of the appellants’ anti-competitive conduct. The passing on of price
increases can ground a class action where the members of the group include direct purchasers. The policy
considerations that militate against the defence of passing on at common law should favour, in the civil law of Quebe c,
compensation for a loss that has been passed on to a plaintiff. In the instant case, there is no risk of double recovery,
since the direct and indirect purchasers would be combined in a single group that would make a single collective claim
of an aggregate loss. It is not necessary at the authorization stage to prove that each member of the group suffered a
loss. As well, the evidentiary standard for demonstrating passing through is no different than the one for demonstrating
an aggregate loss. The applicant must establish an arguable case that losses were passed on. Given this low threshold,
the applicant is neither expected nor required to adduce expert testimony and advance a sophisticated methodology. At
this early stage, the aggregate loss alleged by Option consommateurs and supported by the exhibits is enough to meet
the burden of an arguable case. If at trial Option consommateurs is unable to demonstrate how the loss was passed on
to the indirect purchasers and how it is to be calculated, the action might fail at that stage.
To establish causation under art. 1457 of the C.C.Q., the damage must be shown to be a direct consequence of
the injurious act, but the plaintiff need not be the immediate victim of that act in order to recover. At the authorization
stage, the applicant needs only to present an arguable case that the loss was a direct result of the alleged misconduct. In
this case, although the indirect purchasers may be indirect victims, the injury they allegedly suffered was a direct result
of the appellants’ anti-competitive conduct.
Finally, regarding the requirement of adequate representation, it would be contrary to the spirit of art. 1003(d)
of the C.C.P. to deny authorization for the proposed group of purchasers of DRAM on the basis of a potential conflict
of interests between members of the group. The record does not suggest that Option consommateurs and C are
undertaking and conducting the proceedings dishonestly or that they have failed to disclose material facts that would
reveal a conflict with other members. Further, the class members clearly share a common interest in establishing the
aggregate loss and in maximizing the amount of this loss. Much like art. 1003, art. 1048 of the C.C.P. is intended to be
- 1797 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
a flexible gatekeeper. Where a legal person applies to represent a class, art. 1048 directs that its mission be connected
not with the interests of all members of the class, but merely with those of one of the members. Since C is a member of
Option consommateurs and of the proposed group, art. 1048 does not prohibit Option consommateurs from representing
the interests of the members in this case.
APPEAL from a judgment of the Quebec Court of Appeal (Forget, Pelletier and Kasirer JJ.A.), 2011 QCCA
2116 (CanLII), [2011] Q.J. No. 16769 (QL), 2011 CarswellQue 12645, SOQUIJ AZ-50805798, setting aside a decision
of Mongeau J., 2008 QCCS 2781, [2008] R.J.Q. 1694, [2008] J.Q. n o 5796 (QL), 2008 CarswellQue 5729, SOQUIJ
AZ-50498459. Appeal dismissed.
Yves Martineau, for the appellants.
Daniel Belleau, Maxime Nasr and Violette Leblanc, for the respondent Option consommateurs.
No one appeared for the respondent Claudette Cloutier.
David Sterns and Jean-Marc Leclerc, for the intervener.
Solicitors for the appellants: Stikeman Elliott, Montréal.
Solicitors for the respondent Option consommateurs: Belleau Lapointe, Montréal.
Solicitors for the intervener: Sotos, Toronto.
- 1798 -
SUPREME COURT OF CANADA SCHEDULE / CALENDRIER DE LA COUR SUPRÊME
- 2013 OCTOBER - OCTOBRE
S
D
M
L
NOVEMBER - NOVEMBRE
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
4
5
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
DECEMBER - DÉCEMBRE
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
1
M
2
3
4
5
6
7
6
M
7
8
9
10
11
12
3
M
4
5
6
7
8
9
8
9
10
11
12
13
14
13
H
14
15
16
17
18
19
10
H
11
12
13
14
15
16
15
16
17
18
19
20
21
20
21
22
23
24
25
26
17
18
19
20
21
22
23
22
23
24
H
25
H
26
27
28
27
28
29
30
31
24
25
26
27
28
29
30
29
30
31
F
V
S
S
- 2014 JANUARY - JANVIER
S
D
M
L
T
M
FEBRUARY - FÉVRIER
W
M
T
J
F
V
S
S
H
1
2
3
4
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
MARCH - MARS
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
1
1
5
6
7
8
9
10
11
2
3
4
5
6
7
8
2
3
4
5
6
7
8
12
M
13
14
15
16
17
18
9
M
10
11
12
13
14
15
9
10
11
12
13
14
15
19
20
21
22
23
24
25
16
17
18
19
20
21
22
16
M
17
18
19
20
21
22
26
27
28
29
30
31
23
24
25
26
27
28
23
30
24
31
25
26
27
28
29
APRIL - AVRIL
S
D
M
L
MAY - MAI
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
4
5
S
D
M
L
T
M
W
M
JUNE - JUIN
T
J
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
1
2
3
4
5
6
7
6
7
8
9
10
11
12
4
5
6
7
8
9
10
8
9
10
11
12
13
14
13
M
14
15
16
17
H
18
19
11
M
12
13
14
15
16
17
15
M
16
17
18
19
20
21
20
H
21
22
23
24
25
26
18
H
19
20
21
22
23
24
22
23
24
25
26
27
28
27
28
29
30
25
26
27
28
29
30
31
29
30
Sittings of the court:
Séances de la cour :
Motions:
Requêtes :
M
Holidays:
Jours fériés :
H
18
87
9
5
sitting weeks / semaines séances de la cour
sitting days / journées séances de la cour
m otion and conference days / journées des requêtes et des conférences
holidays during sitting days / jours fériés durant les sessions
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising