SUPREME COURT OF COUR SUPRÊME DU CANADA

SUPREME COURT  OF COUR SUPRÊME DU CANADA
SUPREME COURT OF
CANADA
COUR SUPRÊME DU
CANADA
BULLETIN OF
PROCEEDINGS
BULLETIN DES
PROCÉDURES
This Bulletin is published at the direction of the
Registrar and is for general information only. It
is not to be used as evidence of its content,
which, if required, should be proved by
Certificate of the Registrar under the Seal of the
Court. While every effort is made to ensure
accuracy, no responsibility is assumed for errors
or omissions.
Ce Bulletin, publié sous l'autorité du registraire,
ne vise qu'à fournir des renseignements
d'ordre général. Il ne peut servir de preuve de
son contenu. Celle-ci s'établit par un certificat
du registraire donné sous le sceau de la Cour.
Rien n'est négligé pour assurer l'exactitude du
contenu,
mais
la Cour décline toute
responsabilité pour les erreurs ou omissions.
During Court sessions the Bulletin is usually
issued week ly.
Le Bulletin paraît en principe toutes les
semaines pendant les sessions de la Cour.
Where a judgment has been rendered, requests
for copies should be made to the Registrar, with
a remittance of $15 for each set of reasons. All
remittances should be made payable to the
Receiver General for Canada.
Quand un arrêt est rendu, on peut se procurer
les motifs de jugement en adressant sa
demande au registraire, accompagnée de 15 $
par exemplaire. Le paiement doit être fait à
l'ordre du Receveur général du Canada.
Consult the Supreme Court of Canada website
at www.scc-csc.gc.ca for more information.
Pour de plus amples informations, consulter le
site Web de la Cour suprême du Canada à
l’adresse suivante : www.scc-csc.gc.ca
January 18, 2013
© Supreme Court of Canada (2013)
ISSN 1918-8358 (Online)
54 - 105
Le 18 janvier 2013
© Cour suprême du Canada (2013)
ISSN 1918-8358 (En ligne)
CONTENTS
TABLE DES MATIÈRES
Applications for leave to appeal
filed
54
Demandes d'autorisation d'appel
déposées
Applications for leave submitted
to Court since last issue
55
Demandes soumises à la Cour depuis la
dernière parution
Judgments on applications for
leave
56 - 84
Jugements rendus sur les demandes
d'autorisation
Motions
85 - 92
Requêtes
Notices of appeal filed since last
issue
Appeals heard since last issue and
disposition
Pronouncements of appeals reserved
Headnotes of recent judgments
93
Avis d'appel déposés depuis la dernière
parution
94 - 96
Appels entendus depuis la dernière
parution et résultat
97
Jugements rendus sur les appels en
délibéré
98 - 105
Sommaires de jugements récents
NOTICE
Case summaries included in the Bulletin are prepared by the Office of the Registrar of the
Supreme Court of Canada (Law Branch) for information purposes only.
AVIS
Les résumés de dossiers publiés dans le bulletin sont préparés par le Bureau du registraire
(Direction générale du droit) uniquement à titre d’information.
DEMANDES D’AUTORISATION
D’APPEL DÉPOSÉES
APPLICATIONS FOR LEAVE TO
APPEAL FILED
Connie Brauer
Connie Brauer
David Reid Dawson
David Reid Dawson
v. (35159)
v. (35157)
Paulette Raymond (N.S.)
Paulette Raymond
Judith Gwenda Dawson (B.C.)
Danica Djordjevich
FILING DATE: 27.11.2012
FILING DATE: 17.12.2012
Hanna Sochnyeva
Hanna Sochnyeva
Allen Tehrankari
Allen Tehrankari
v. (35138)
v. (35144)
Her Majesty the Queen in Right of Ontario
et al. (Ont.)
James Kendik
A.G. of Ontario
Her Majesty the Queen (Ont.)
Greg Skerkowski
A.G. of Ontario
FILING DATE: 21.12.2012
FILING DATE: 17.12.2012
Marvin Sazant
Margaret Bojanowska
Guo Yi Liu
Guo Yi Liu
v. (35150)
v. (35152)
College of Physicians and Surgeons of Ontario
(Ont.)
Scott C. Hutchison
Stockwoods LLP
Composites Atlantic Limited et al. (N.S.)
Katie Roebothan
FILING DATE: 27.12.2012
FILING DATE: 31.12.2012
Dale Barteau et al.
Jamieson Halfnight
Halfnight & McKinlay Professional
Corporation
Prabhjot Kaur Johal
Leo Klug
v. (35164)
v. (35146)
Board of Funeral Services (Ont.)
Julie A. Maciura
Steinecke Maciura LeBlanc
Simson, Cumming, Webber, a partnership et al.
(N.B.)
Sandra E. Dawe
Shibley Righton LLP
FILING DATE: 11.01.2013
FILING DATE: 28.12.2012
- 54 -
APPLICATIONS FOR LEAVE
SUBMITTED TO COURT SINCE
LAST ISSUE
DEMANDES SOUMISES À LA COUR
DEPUIS LA DERNIÈRE PARUTION
JANUARY 14, 2013 / LE 14 JANVIER 2013
CORAM: Chief Justice McLachlin and Abella and Cromwell JJ.
La juge en chef McLachlin et les juges Abella et Cromwell
1.
Hafiz Ali Sunderji v. Her Majesty the Queen (Alta.) (Crim.) (By Leave) (35082)
2.
Uri Landman Husid v. Hélène Marie Thérèse Daviau (Ont.) (Civil) (By Leave) (35080)
3.
Jagdish Nanda v. Société de l'assurance automobile du Québec (Que.) (Civil) (By Leave) (35005)
4.
Michael McCormick v. Fasken Martineau Dumoulin LLP (B.C.) (Civil) (By Leave) (34997)
5.
United Association of Journeymen and Apprentices of the Plumbing and Pipefitting Industry of the United
States and Canada, Local 552 v. Greater Essex County District School Board et al. (Ont.) (Civil) (By Leave)
(34992)
CORAM: LeBel, Karakatsanis and Wagner JJ.
Les juges LeBel, Karakatsanis et Wagner
6.
Michel Joseph Blais v. Attorney General of Canada (N.S.) (Crim.) (By Leave) (35092)
7.
Kerry Wong v. Her Majesty the Queen (Ont.) (Crim.) (By Leave) (34966)
8.
Her Majesty the Queen v. Nelson Lloyd Hart (N.L.) (Crim.) (By Leave) (35049)
9.
Jacques Nadeau c. Autorité des marchés financiers (AMF) (Qc) (Civile) (Autorisation) (35061)
10.
Ville de Dorval et autre c. Les centres de la jeunesse et de la famille Batshaw (Qc) (Civile) (Autorisation)
(35044)
CORAM: Fish, Rothstein and Moldaver JJ.
Les juges Fish, Rothstein et Moldaver
11.
Wanda Cummings v. Her Majesty the Queen et al. (N.S.) (Crim.) (By Leave) (34962)
12.
Ural Direk v. Her Majesty the Queen (Ont.) (Crim.) (By Leave) (35051)
13.
N.A et al. v. Children's Aid Society of Toronto et al. (Ont.) (Civil) (By Leave) (34797)
14.
Earl Takefman v. Dawna Bier et al. (Que.) (Civil) (By Leave) (35037)
15.
Sattva Capital Corporation (formerly Sattva Capital Inc.) v. Creston Moly Corporation (formerly Georgia
Ventures Inc.) (B.C.) (Civil) (By Leave) (35026)
- 55 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES
DEMANDES D’AUTORISATION
JANUARY 17, 2013 / LE 17 JANVIER 2013
34936
Todd Terrance Leclair v. Her Majesty the Queen (N.B.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Abella and Cromwell JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of New Brunswick, Number
184-11-CA, 2012 NBCA 51, dated May 22, 2012, is dismissed without costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Nouveau -Brunswick, numéro 184-11CA, 2012 NBCA 51, daté du 22 mai 2012, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
(SEALING ORDER)
Charter of Rights – Constitutional law - Right to life, liberty and security of the person – Section 7 of the Charter –
Criminal law – Appeals – Applicant convicted of possession of cannabis marihuana contrary to s. 4(1) of the
Controlled Drugs and Substances Act, S.C., 1996, Chapter 19 - Whether the charge ought to have been stayed –
Whether s. 4(1) of the Controlled Drugs and Substances Act is constitutional - Whether the Marihuana Medical
Access Regulations are constitutional - Whether there are issues of public importance - Canadian Charter of Rights
and Freedoms, s. 7.
Prior to the commencement of his trial, the applicant’s application to have the Information quashed on the basis that
the offence was unconstitutional was dismissed. At trial, the judge held that the delays in processing the applicant’s
application for an authorization to possess were not manifestly unfair, were not unconstitutional, and did not violate
the applicant’s s. 7 Charter rights. The trial judge held that the Marihuana Medical Access Regulations (MMRA) are
not unconstitutional because of delays in the processing of either new, renewal or a mendment (authorisation to
possess) applications. The trial judge held that s. 4(1) of the Controlled Drugs and Substances Act (CDSA) is valid
legislation and has never been repealed. He declined to rule on the constitutionality of ss. 32(d) or 32(e) of the
MMAR. The applicant was convicted of possession of cannabis marihuana contrary to s. 4(1) of the CDSA. The
Queen’s Bench judge upheld the decision of the trial judge. The applicant unsuccessfully sought leave to appeal to the
Court of Appeal.
July 9, 2010
Court of Queen’s Bench of New Brunswick
(Morrison J.)
Applicant’s application pursuant to s. 601 of the
Criminal Code for an order quashing the Information
on the grounds that s. 4(1) of the Controlled Drugs and
Substances Act is of no force and effect dismissed
December 3, 2010
Provincial Court of New Brunswick
(Jackson C.P.C.J.)
Neutral citation: 2010 NBPC 37
Applicant convicted of possession of cannabis
marihuana contrary to s. 4(1) of the Controlled Drugs
and Substances Act; fine of $500 plus $75 victim
surcharge imposed
November 28, 2011
Court of Queen’s Bench of New Brunswick
(Garnett J.)
Neutral citation: 2011 NBQB 330
Appeal from conviction and sentence dismissed
- 56 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
May 22, 2012
Court of Appeal of New Brunswick
(Richard, Bell and Green JJ.A.)
Neutral citation: 2012 NBCA 51
Application for leave to appeal both conviction and
sentence dismissed
August 13, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
(ORDONNANCE DE MISE SOUS SCELLÉS)
Charte des droits — Droit constitutionnel — Droit à la vie, à la liberté et à la sécurité de la personne — Article 7 de la
Charte — Droit criminel — Appels — Demandeur déclaré coupable de possession de cannabis (marihuana), une
infraction prévue au par. 4(1) de la Loi réglementant certaines drogues et autres substances, L.C., 1996, Chapitre 19
— L’accusation aurait-elle dû être suspendue? — Le par. 4(1) de la Loi réglementant certaines drogues et autres
substances est-elle constitutionnelle? — Le Règlement sur l’accès à la marihuana à des fins médicales est-il
constitutionnel? — L’affaire soulève-t-elle des questions d’importance pour le public? — Charte canadienne des
droits et libertés, art. 7.
Avant le commencement de son procès, la requête du demandeur en annulation de la dénonciation au motif que
l’infraction était inconstitutionnelle a été rejetée. Au procès, le juge a statué que les retards dans le traitement de la
demande d’autorisation de possession présentée par le demandeur n’étaient pas manifestement injustes, n’étaient pas
inconstitutionnels et ne violaient pas les droits du demandeur garantis par l’art. 7 de la Charte. Le juge du procès a
statué que le Règlement sur l’accès à la marihuana à des fins médicales (le Règlement) n’était pas inconstitutionnel en
raison des retards dans le traitement des demandes d’autorisation de possession, qu’elles soient nouvelles, de
renouvellement ou de modification. La juge du procès a statué que le par. 4(1) de la Loi réglementant certaines
drogues et autres substances (la Loi) était valide et n’avait jamais été abrogé. Il a refusé de statuer sur la
constitutionnalité des al. 32d) ou 32e) du Règlement. Le demandeur a été déclaré coupable de pos session de cannabis
(marihuana), une infraction prévue au par. 4(1) de la Loi. La Cour du Banc de la Reine a confirmé la décision du juge
du procès. Le demandeur a demandé sans succès l’autorisation d’appel à la Cour d’appel.
9 juillet 2010
Cour du Banc de la Reine du Nouveau-Brunswick
(Juge Morrison)
Requête du demandeur fondée sur l’art. 601 du Code
criminel sollicitant une ordonnance annulant la
dénonciation au motif que le par. 4(1) de la Loi
réglementant certaines drogues et autres substances
est inopérant, rejetée
3 décembre 2010
Cour provinciale du Nouveau-Brunswick
(Juge en chef Jackson)
Référence neutre : 2010 NBPC 37
Demandeur déclaré coupable de possession de
cannabis (marihuana), une infraction prévue au
par. 4(1) de la Loi réglementant certaines drogues et
autres substances; amende de 500 $ et suramende
compensatoire de 75 $ imposées
28 novembre 2011
Cour du Banc de la Reine du Nouveau-Brunswick
(Juge Garnett)
Référence neutre : 2011 NBQB 330
Appel de la déclaration de culpabilité et de la peine,
rejeté
- 57 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
22 mai 2012
Cour d’appel du Nouveau-Brunswick
(Juges Richard, Bell et Green)
Référence neutre : 2012 NBCA 51
Demande d’autorisation d’appel de la déclaration de
culpabilité et de la peine, rejetée
13 août 2012
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel, déposée
34937
Bradley O'Neil v. Her Majesty the Queen (Alta.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Abella and Cromwell JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Alberta (Calgary), Number
1001-0245-A, 2012 ABCA 162, dated May 25, 2012, is dismissed without costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d'appel de l’Alberta (Calgary), numéro 1001-0245A, 2012 ABCA 162, daté du 25 mai 2012, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
Criminal law – Offences – Fraud – Theft - Evidence - Admissibility – Common law business records exception Whether the trial judge erred in finding that the Applicant’s conduct amounted to fraud and theft - Whether the trial
judge erred in relying on Exhibit 36 for the truth of its contents without considering both reliability and necessity –
Whether there are any issues of public importance.
Foreign tourists can claim a refund from the Federal Government of GST payments they had made when purchasing
certain products and services in certain qualifying circumstances. Third party service providers do the work on behalf
of the tourist claimant and submit the claim on their behalf to the Canadian Revenue Agency (CRA). International
Tax Refund Services Inc. (ITRS) was established by the applicant and others and was a third party service provider.
The trial judge found that, for all intents and purposes, the applicant and ITRS were one and the same. A CRA audit
was conducted and it was determined that over the years 1991 to 2002 the percentage of funds received by ITRS from
the CRA which were being refunded by ITRS to the tourists had declined. Exhibit 36 was a copy of the ITRS
database of tourist claimants. The trial judge found that as of July 20, 2003, there were over 49,084 tourists for whom
ITRS had received refund cheques from CRA, but who had not received the refund balance owed to them. He further
found that the total amount of the refunds not forwarded to tourists amounted to $3,618,952.90. The applicant was
convicted of fraud and theft contrary to the Criminal Code and also of making false or misleading representations to
the public contrary to s. 52 of the Competition Act. His appeal was dismissed.
July 8, 2010
Court of Queen’s Bench of Alberta
(Wilson J.)
Neutral citation: 2010 ABQB 460
Applicant convicted of: fraud, theft, and also of
making false or misleading representations to the
public contrary to s. 52 of the Competition Act
May 25, 2012
Court of Appeal of Alberta (Calgary)
(O’Brien, McDonald, O'Ferrall JJ.A.)
Neutral citation: 2012 ABCA 162
Appeal dismissed
- 58 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
August 24, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit criminel — Infractions — Fraude — Vol — Preuve — Admissibilité — Exception de common law relative aux
dossiers d’entreprise — Le juge du procès a-t-il eu tort de conclure que le comportement du demandeur équivalait à
une fraude et un vol? — Le juge du procès a-t-il eu tort de s’appuyer sur la pièce 36 comme preuve de la véracité de
son contenu sans considérer la fiabilité et la nécessité? — L’affaire soulève-t-elle des questions d’importance pour le
public?
Les touristes étrangers peuvent-ils demander un remboursement du gouvernement fédéral des montants de TPS qu’ils
ont payés en achetant certains produits et services dans certaines situations particulières? Des tiers fournisseurs de
services font les démarches au nom du touriste demandeur et présentent la demande en leur nom à l’Agence du revenu
du Canada (ARC). International Tax Refund Services Inc. (ITRS) a été établie par le demandeur et d’autres et agissait
comme tiers fournisseur de services. Le juge du procès a conclu qu’à toutes fins prat iques, le demandeur et ITRS
étaient une seule et même personne. L’ARC a effectué une vérification et a conclu que de 1991 à 2002, le
pourcentage de fonds reçus par ITRS de l’ARC et remboursés par ITRS aux touristes avait décliné. La pièce 36 était
une copie de la base de données d’ITRS sur les touristes qui faisaient une demande. Le juge du procès a conclu qu’au
20 juillet 2003, il y avait plus de 49 084 touristes pour qui ITRS avait reçu des chèques de remboursement de l’ARC,
mais qui n’avaient pas reçu le solde du remboursement qui leur était dû. Il a conclu en outre que le montant total des
remboursements qui n’avaient pas été remis aux touristes s’élevait à 3 618 952,90 $. Le demandeur a été déclaré
coupable de fraude et de vol contraires au Code criminel et d’avoir donné au public des indications fausses ou
trompeuses contrairement à l’art. 52 de la Loi sur la concurrence. Son appel a été rejeté.
8 juillet 2010
Cour du Banc de la Reine de l’Alberta
(Juge Wilson)
Référence neutre : 2010 ABQB 460
Demandeur déclaré coupable de fraude et de vol et
d’avoir donné au public des indications fausses ou
trompeuses contrairement à l’art. 52 de la Loi sur la
concurrence
25 mai 2012
Cour d’appel de l’Alberta (Calgary)
(Juges O’Brien, McDonald et O'Ferrall)
Référence neutre : 2012 ABCA 162
Appel rejeté
24 août 2012
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel, déposée
34964
De Beers Canada Inc., DB Investments, Inc., De Beers S.A., De Beers Consolidated Mines,
Ltd., Diamond Trading Company Limited, CSO Valuations A.G. and De Beers Centenary
A.G. v. Michelle Fairhurst (B.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Abella and Cromwell JJ.
- 59 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver), Number CA039153, 2012 BCCA 257, dated June 14, 2012, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie -Britannique (Vancouver),
numéro CA039153, 2012 BCCA 257, daté du 14 juin 2012, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Courts – Jurisdiction – Class actions - Respondent bringing action in British Columbia against foreign defendants Where is situs of tort of conspiracy for purpose of establishing jurisdiction - Is an allegation of damage in the
jurisdiction sufficient to give rise to a presumption of jurisdiction in the absence of any other connection factor? Does a real and substantial connection need to be established with respect to each defendant alleged t o be a party to a
conspiracy?
Ms. Fairhurst commenced a proposed class proceeding against the applicant companies (“De Beers Group”), claiming
that they controlled two-thirds of the world's supply of Gem Grade Diamonds. She alleged that they had engage d in
price fixing for more than a century, acting collusively with other firms in the industry. She proposed a 10-year claim
period ending in 2007 and a class including all direct and indirect purchasers of diamonds distributed by the De Beers
Group in British Columbia. She pleaded that the De Beers Group had conspired to fix prices illegally, contrary to the
common law and the Competition Act, R.S.C. 1985, c. C-34 with the result that class members paid more for diamonds
than they would otherwise have, and were thus suffered damages. She sought damages for inter alia, conspiracy,
tortious interference with economic interests, a declaration that the defendants we re unjustly enriched by their conduct
and held their illegal "overcharges" on constructive trust for the benefit of the plaintiffs and punitive damages. The De
Beers Group applied to dismiss or stay Ms. Fairhurst's action on jurisdictional grounds, arguing that none of them
carried on business in British Columbia, was ordinarily resident there, or sold or distributed Gem Grade Diamonds
there.
June 1, 2011
Supreme Court of British Columbia
(Brown J.)
Applicants’ motion to have action dismissed or stayed
due to court’s lack of jurisdiction over applicants
dismissed.
June 14, 2012
Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver)
(Newbury, Low and Groberman JJ.A.)
Appeal dismissed
September 13, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Tribunaux — Compétence — Recours collectifs — L'intimée a intenté une action en Colombie-Britannique contre des
défendeurs étrangers — Quel est le lieu du délit de complot aux fins d'établir la compétence? — Une allégation de
préjudice subi dans le ressort suffit-elle à donner naissance à une présomption de compétence en l'absence de tout
autre facteur de rattachement? — Un lien réel et substantiel doit-il être établi à l'égard de chaque défendeur que l'on
allègue être partie à un complot?
Madame Fairhurst a intenté un recours collectif projeté contre les compagnies demanderesses (le « Groupe De
- 60 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Beers »), alléguant qu'elles contrôlaient les deux-tiers de l'offre mondiale de diamants de qualité gemme. Selon
l’intimée, ces compagnies s'étaient livrées à la fixation des prix pendant plus d'un siècle, agissant de collusion avec
d'autres entreprises du secteur. Elle a proposé une période de référence de dix ans prenant fin en 2007 et une catégorie
de demandeurs qui comprendrait tous les acheteurs directs et indirects de diamants distribués par le Groupe De Beers
en Colombie-Britannique. Elle a plaidé que le Groupe De Beers avait comploté pour fixer illégalement les prix,
contrairement à la common law et à la Loi sur la concurrence, L.R.C. 1985, ch. C-34, si bien que les membres de la
catégorie avaient payé les diamants plus cher que ce qu'ils auraient eu à payer autrement et avaient subi un préjudice
en conséquence. L'intimée a sollicité des dommages -intérêts fondés notamment sur le complot et une ingérence
délictuelle dans les intérêts économiques, un jugement déclarant que les défenderesses s'étaient enrichies injustement
en raison de leur façon d'agir et qu'elles détenaient le produit des prix excessifs qu 'elles demandaient illégalement en
vertu d'une fiducie constructoire à l'avantage des demandeurs en première instance ainsi que des dommages -intérêts
punitifs. Le Groupe De Beers Group a demandé le rejet ou la suspension de l'action de Mme Fairhurst pour des motifs
liés à la compétence, plaidant qu'aucun membre du groupe ne faisait affaires en Colombie -Britannique, n'y résidait
habituellement ou n'y vendait ou distribuait des diamants de qualité gemme.
1er juin 2011
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Brown)
Requête des demanderesses en rejet ou en suspension
de l'action pour absence de compétence du tribunal à
leur égard, rejetée.
14 juin 2012
Cour d'appel de la Colombie-Britannique
(Vancouver)
(Juges Newbury, Low et Groberman)
Appel rejeté
13 septembre 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
34971
Allen Oberg, Rod Flaman, Cam Goff, Kyle Korneychuk, John Sandborn, Bill Toews, Stewart
Wells and Bill Woods v. Minister of Agriculture and Agri-Food in his Capacity as Minister
Responsible for the Canadian Wheat Board (F.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
LeBel, Karakatsanis and Wagner JJ.
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. The
application for leave to appeal from the judgment of the Federal Court of Appeal, Number A -471-11, 2012 FCA 183,
dated June 18, 2012, is dismissed with costs.
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est
accueillie. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel fédérale, numéro A -471-11, 2012 CAF
183, daté du 18 juin 2012, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Crown Law — Judgments and Orders — Appeals — Legislation — Statutory Interpretation — Does the failure by a
government official to comply with a declaratory order, pending an appeal of that declaration, amount to an abuse of
process? — What is the appropriate balance, as part of the statutory interpretation process, between a strict
interpretation based on the ordinary meaning of the words of a provision and a purposive interpretation which avoids
an absurd result? — Canadian Wheat Board Act, R.S.C. 1985, c. C-24, s. 47.1.
- 61 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
In 1998, Parliament adopted the Act to amend the Canadian Wheat Board Act and to make consequential amendments
to other Acts, S.C. 1998, c. 17. These Amendments included a new provision, section 47.1 of the Canadian Wheat
Board Act, R.S.C. 1985, c. C-24 (the “CWB Act”) requiring consultations with the Canadian Wheat Board (the
“CWB”) and a favourable vote by producers before any bill proposing the exclusion of certain kinds and grades of
wheat and barley from the grain marketing monopoly could be introduced in Parliament. On June 3, 2011, it was
formally announced that legislation would be introduced to replace the single marketing desk for grain producers by
an open market regime. Based on their reading of section 47.1 of the CWB Act, the Applicants took the view that the
Minister of Agriculture and Agri-Food (the “Minister”) could not submit such legislation to Parliament without the
prior consent of grain producers obtained through a vote. The Minister did not consider that he was legally bound to
hold such a vote and proceeded with the introduction into Parliament of Bill C-18. This Bill led to the adoption of the
Marketing Freedom for Grain Farmers Act (the “MFGF Act”), which received Royal Assent on December 15, 2011.
The Applicants initiated judicial review proceedings before the Federal Court challenging same.
December 7, 2011
Federal Court
(Campbell J.)
Nos. T-1057-11 and T-1735-11
2011 FC 1432
Applications for judicial review allowed, relief granted
in the form of declaratory orders stating that the
Minister failed to comply with his statutory duty
pursuant to section 47.1 of the CWB Act, to consult
with the CWB and to obtain the consent of wheat and
barley producers by means of a vote prior to
introducing Bill C-18 in Parliament, which resulted in
the adoption of the MFGF Act.
June 18, 2012
Federal Court of Appeal
(Sharlow, Trudel and Mainville JJ.A.)
Nos. A-470-11 and A-471-11
2012 FCA 183
Appeals allowed and declaratory orders of the Federal
Court set aside.
September 19, 2012
Supreme Court of Canada
Applications for leave to appeal filed.
October 26, 2012
Supreme Court of Canada
Motion to extend time to serve and file leave
application filed.
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit de la Couronne — Jugements et ordonnances — Appels — Législation — Interprétation des lois — Le nonrespect, par un représentant du gouvernement, d'une ordonnance déclaratoire en attendant l'appel de cette ordonnance
équivaut-il à un abus de procédure? — Quel est le bon équilibre, dans le cadre du processus d'interprétation des lois,
entre une interprétation stricte fondée sur le sens ordinaire des mots d'une disposition et une interprétation téléologique
qui permet d'éviter un résultat absurde? — Loi sur la Commission canadienne du blé, L.R.C. 1985, ch. C-24, art. 47.1.
En 1998, le Parlement a adopté la Loi modifiant la Loi sur la Commission canadienne du blé et d'autres lois en
conséquence, L.C. 1998, ch. 17. Ces modifications comprenaient une nouvelle disposition, l'article 47.1 de la Loi sur
la Commission canadienne du blé, L.R.C. 1985, ch. C-24 (la « Loi sur la CCB ») qui crée une obligation de consulter
la Commission canadienne du blé (« CCB ») et d’obtenir le vote favorable des producteurs avant qu’un projet de loi
proposant l’exclusion de certains types et grades de blé et d’orge du monopole de commercialisation des grains puisse
- 62 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
être déposé au Parlement. Le 3 juin 2011, il a été officiellement annoncé que serait présenté un projet de loi pour
remplacer l'office de commercialisation unique pour les producteurs de grains par un régime de marché libre.
S'appuyant sur leur interprétation de l'article 47.1 de la Loi sur la CCB, les demandeurs ont soutenu que le ministre de
l'Agriculture et de l'Agroalimentaire ne pouvait pas prés enter un tel projet de loi au Parlement sans obtenir au
préalable, par voie de scrutin, le consentement des producteurs de grains. Le ministre était d'avis qu’il n’était pas
légalement obligé de tenir un tel scrutin et a présenté au Parlement le projet de loi C-18. Ce projet de loi a mené à
l'adoption de la Loi sur le libre choix des producteurs de grains en matière de commercialisation (la « Loi sur le libre
choix »), qui a obtenu la sanction royale le 15 décembre 2011. Les demandeurs ont introduit une instance en contrôle
judiciaire en Cour fédérale pour contester cette loi.
7 décembre 2011
Cour fédérale
(Juge Campbell)
Nos T-1057-11 et T-1735-11
2011 CF 1432
Demande de contrôle judiciaire accueillie, réparations
accordées sous la forme d'ordonnances déclaratoires
portant que le ministre avait violé l’obligation que lui
imposait l’article 47.1 de la Loi sur la CCB , soit de
consulter la CCB et d’obtenir le consentement des
producteurs de blé et d’orge au moyen d’un scrutin
avant de présenter au Parlement le projet de loi C-18,
qui s’était soldé par l’adoption de la Loi sur le libre
choix.
18 juin 2012
Cour d'appel fédérale
(Juges Sharlow, Trudel et Mainville)
Nos A-470-11 et A-471-11
2012 CAF 183
Appels accueillis et ordonnances déclaratoires de la
Cour fédérale annulées.
19 septembre 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée.
26 octobre 2012
Cour suprême du Canada
Requête en prorogation du délai de signification et de
dépôt de la demande d'autorisation, déposée.
34973
Friends of the Canadian Wheat Board, Harold Bell, Daniel Gauthier, Ken Eshpeter, Terry
Boehm, Lyle Simonson, Lynn Jacobson, Robert Horne, Wilf Harder, Laurence Nicholson,
Larry Bohdanovich, Keith Ryan, Andy Baker, Norbert van Deynze, William Acheson, Luc
Labossière, William Nicholson and Rene Saquet v. Attorney General of Canada and Minister
of Agriculture and Agri-Food in his Capacity as Minister Responsible for the Canadian
Wheat Board (F.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
LeBel, Karakatsanis and Wagner JJ.
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. The
application for leave to appeal from the judgment of the Federal Court of Appeal, Number A -470-11, 2012 FCA 183,
dated June 18, 2012, is dismissed with costs.
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est
accueillie. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel fédérale, numéro A -470-11, 2012 CAF
183, daté du 18 juin 2012, est rejetée avec dépens.
- 63 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
CASE SUMMARY
Crown Law – Judgments and Orders – Appeals – Legislation – Statutory Interpretation – Does the failure by a
government official to comply with a declaratory order, pending an appeal of that declaratio n, amount to an abuse of
process? – What is the appropriate balance, as part of the statutory interpretation process, between a strict
interpretation based on the ordinary meaning of the words of a provision and a purposive interpretation which avoids
an absurd result? – Canadian Wheat Board Act, R.S.C. 1985, c. C-24, s. 47.1.
In 1998, Parliament adopted the Act to amend the Canadian Wheat Board Act and to make consequential amendments
to other Acts, S.C. 1998, c. 17. These Amendments included a new provision, section 47.1 of the Canadian Wheat
Board Act, R.S.C. 1985, c. C-24 (the “CWB Act”) requiring consultations with the Canadian Wheat Board (the
“CWB”) and a favourable vote by producers before any bill proposing the exclusion of certain kinds and gra des of
wheat and barley from the grain marketing monopoly could be introduced in Parliament. On June 3, 2011, it was
formally announced that legislation would be introduced to replace the single marketing desk for grain producers by
an open market regime. Based on their reading of section 47.1 of the CWB Act, the Applicants took the view that the
Minister of Agriculture and Agri-Food (the “Minister”) could not submit such legislation to Parliament without the
prior consent of grain producers obtained through a vote. The Minister did not consider that he was legally bound to
hold such a vote and proceeded with the introduction into Parliament of Bill C-18. This Bill led to the adoption of the
Marketing Freedom for Grain Farmers Act (the “MFGF Act”), which received Royal Assent on December 15, 2011.
The Applicants initiated judicial review proceedings before the Federal Court challenging same.
December 7, 2011
Federal Court
(Campbell J.)
Nos. T-1057-11 and T-1735-11
2011 FC 1432
Applications for judicial review allowed, relief granted
in the form of declaratory orders stating that the
Minister failed to comply with his statutory duty
pursuant to section 47.1 of the CWB Act, to consult
with the CWB and to obtain the consent of wheat and
barley producers by means of a vote prior to
introducing Bill C-18 in Parliament, which resulted in
the adoption of the MFGF Act.
June 18, 2012
Federal Court of Appeal
(Sharlow, Trudel and Mainville JJ.A.)
Nos. A-470-11 and A-471-11
2012 FCA 183
Appeals allowed and declaratory orders of the Federal
Court set aside.
September 19, 2012
Supreme Court of Canada
Applications for leave to appeal filed.
October 30, 2012
Supreme Court of Canada
Motion to extend time to serve and file leave
application filed.
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit de la Couronne — Jugements et ordonnances — Appels — Législation — Interprétation des lois — Le nonrespect, par un représentant du gouvernement, d'une ordonnance déclaratoire en attendant l'appel de cette ordonnance
équivaut-il à un abus de procédure? — Quel est le bon équilibre, dans le cadre du processus d'interprétation des lois,
entre une interprétation stricte fondée sur le sens ordinaire des mots d'une disposition et une interprétation téléologique
qui permet d'éviter un résultat absurde? — Loi sur la Commission canadienne du blé, L.R.C. 1985, ch. C-24, art. 47.1.
- 64 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
En 1998, le Parlement a adopté la Loi modifiant la Loi sur la Commission canadienne du blé et d'autres lois en
conséquence, L.C. 1998, ch. 17. Ces modifications comprenaient une nouvelle disposition, l'article 47.1 de la Loi sur
la Commission canadienne du blé, L.R.C. 1985, ch. C-24 (la « Loi sur la CCB ») qui crée une obligation de consulter
la Commission canadienne du blé (« CCB ») et d’obtenir le vote favorable des producteurs avant qu’un projet de loi
proposant l’exclusion de certains types et grades de blé et d’orge du monopole de commercialisation des grains puisse
être déposé au Parlement. Le 3 juin 2011, il a été officiellement annoncé que serait présenté un projet de loi pour
remplacer l'office de commercialisation unique pour les producteurs de grains par un régime de marché libre.
S'appuyant sur leur interprétation de l'article 47.1 de la Loi sur la CCB, les demandeurs ont soutenu que le ministre de
l'Agriculture et de l'Agroalimentaire ne pouvait pas présenter un tel projet de loi au Parlement sans obtenir au
préalable, par voie de scrutin, le consentement des producteurs de grains. Le ministre était d'avis qu’il n’était pas
légalement obligé de tenir un tel scrutin et a présenté au Parlement le projet de loi C-18. Ce projet de loi a mené à
l'adoption de la Loi sur le libre choix des producteurs de grains en matière de commercialisation (la « Loi sur le libre
choix »), qui a obtenu la sanction royale le 15 décembre 2011. Les demandeurs ont introduit une instance en contrôle
judiciaire en Cour fédérale pour contester cette loi.
7 décembre 2011
Cour fédérale
(Juge Campbell)
Nos T-1057-11 et T-1735-11
2011 CF 1432
Demande de contrôle judiciaire accueillie, réparations
accordées sous la forme d'ordonnances déclaratoires
portant que le ministre avait violé l’obligation que lui
imposait l’article 47.1 de la Loi sur la CCB , soit de
consulter la CCB et d’obtenir le consentement des
producteurs de blé et d’orge au moyen d’un scrutin
avant de présenter au Parlement le projet de loi C-18,
qui s’était soldé par l’adoption de la Loi sur le libre
choix.
18 juin 2012
Cour d'appel fédérale
(Juges Sharlow, Trudel et Mainville)
Nos A-470-11 et A-471-11
2012 CAF 183
Appels accueillis et ordonnances déclaratoires de la
Cour fédérale annulées.
19 septembre 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée.
30 octobre 2012
Cour suprême du Canada
Requête en prorogation du délai de signification et de
dépôt de la demande d'autorisation, déposée.
34977
Enmax Power Corporation v. Remington Development Corporation (Alta.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Abella and Cromwell JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Alberta (Calgary), Number
1101-0328-A C, 2012 ABCA 196, dated June 21, 2012, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d'appel de l’Alberta (Calgary), numéro 1101-0328AC, 2012 ABCA 196, daté du 21 juin 2012, est rejetée avec dépens.
- 65 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
CASE SUMMARY
Contracts – Commercial contracts – Termination – Property – Real property – Assignment – Parties applying to
determine whether agreements were validly assigned to Respondent and whether Respondent was entitled to terminate
Applicant's rights under those agreements – Whether there are limitations on the assignment of contracts - What is the
applicable test which should be adopted in determining if a contract is personal and therefore incapable of assignment?
The parties brought a special application by consent order to have the court determine two stated issues: whether
Canadian Pacific Railroad (“CPR”) had validly assigned two transmission agreements to Remington Development
Corporation (“Remington”) and whether those assignments were valid and binding as against Enmax Power
Corporation (“Enmax”). The second question was whether Remington was entitled to terminate Enmax's rights under
the agreements. In 1948, CPR and Calgary Power (Enmax’s predecessor in title) entered into an agreement whereby
CPR granted Calgary Power the right to place towers and wires carrying electrical current over CPR property, known
as the Interlink Lands. Calgary Power agreed not to assign the agreement without the consent of CPR. The agreement
also provided that it could be terminated by either party o n three months’ notice and, upon termination, the towers and
wires would be moved at Calgary Power's expense. In 1970, CPR and the City of Calgary, Calgary Power's successor,
executed a replacement agreement that contained terms concerning assignment and termination similar to those found
in the original agreement. The City of Calgary assigned both of its agreements with CPR to Enmax, with the consent of
CPR. Neither agreement had any specific wording requiring Enmax’s consent for CPR to assign the agree ments. The
power lines, towers and poles operated on the Interlink Lands have supplied power to downtown Calgary continuously
since 1948, feeding many thousands of users. In 2002, CPR sold the Interlink Lands, and assigned the associated
agreements to Remington, a real estate development company. No notice was given to Enmax. In 2004, Remington
gave notice to Enmax, terminating the agreements. Enmax refused to move the towers and lines.
November 10, 2011
Court of Queen’s Bench of Alberta
(Park J.)
2011 ABQB 694
Assignment of agreements held to be valid
June 21, 2012
Court of Appeal of Alberta (Calgary)
(Côté, Paperny and Strekaf JJ.A.)
2012 ABCA 196
Appeal dismissed
September 20, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Contrats — Contrats commerciaux — Résiliation — Biens — Biens réels — Cession — Les parties demandent qu'il
soit statué sur la question de savoir si des accords ont été valablement cédés à l’intimée et si l'intimée avait d roit de
résilier les droits de la demanderesse en vertu de ces accords — Y a-t-il des restrictions à la cession des contrats? —
Quel critère devrait être adopté pour statuer sur la question de savoir si un contrat est personnel et donc incessible?
Les parties ont présenté une demande spéciale par voie d'ordonnance sur consentement pour que le tribunal statue sur
deux questions énoncées : le Chemin de fer Canadien Pacifique (« CFCP ») a-t-il valablement cédé deux accords de
transmission à Remington Development Corporation (« Remington ») et ces cessions étaient-elles valables et
opposables à l'égard d’Enmax Power Corporation (« Enmax »)? La deuxième question était de savoir si Remington
- 66 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
avait le droit de résilier les droits d’Enmax en vertu des accords. En 1948, CFCP et Calgary Power (la société
remplacée par Enmax) ont conclu un accord par lequel CFCP accordait à Calgary Power le droit de placer des tours et
des fils de transmission d'électricité au-dessus de terrains de CFCP, connus sous le nom de « terres Interlink ». Calgary
Power avait accepté de ne pas céder l’accord sans le consentement de CFCP. L’accord prévoyait également qu'une
partie pouvait le résilier moyennant un préavis de trois mois et qu'au moment de la résiliation, les tours et les fils
seraient déplacés aux frais de Calgary Power. En 1970, CFCP et la Ville de Calgary, l’ayant cause de Calgary Power,
ont signé un nouvel accord qui renfermait des dispositions relatives à la cession et à la résiliation, semblables à celles
qui se trouvaient dans l’accord initial. La Ville de Calgary a cédé à Enmax ses deux accords avec CFCP, avec le
consentement de CFCP. Ni l'un ni l'autre des accords ne renfermait de dispositions particulières qui exigeaient le
consentement d’Enmax pour que CFCP cède les accords. Les lignes de transmission d'électricité, les tours et les
pylônes exploités sur les terres Interlink avaient servi à alimenter en électricité le centre -ville de Calgary
continuellement depuis 1948, ce qui représente plusieurs milliers d'usagers. En 2002, CFCP a vendu les terres Interlink
et a cédé les accords y afférents à Remington, une société de promotion immobilière. Aucun avis n'a été donné à
Enmax. En 2004, Remington a avisé Enmax qu'elle résiliait les accords. Enmax a refusé de dé placer les tours et les
lignes.
10 novembre 2011
Cour du Banc de la Reine de l'Alberta
(Juge Park)
2011 ABQB 694
Cession des accords jugée valable
21 juin 2012
Cour d'appel de l’Alberta (Calgary)
(Juges Côté, Paperny et Strekaf)
2012 ABCA 196
Appel rejeté
20 septembre 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
34978
Blood Tribe and Randy Bottle on behalf of the Trustees of the Blood Tribe/Kainaiwa Specific
Claim Trust Agreement #1 v. Attorney General of Canada (Alta.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Abella and Cromwell JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Alberta (Calgary), Number
1201-0035-A C, 2012 ABCA 206, dated June 29, 2012, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d'appel de l’Alberta (Calgary), numéro 1201-0035AC, 2012 ABCA 206, daté du 29 juin 2012, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Aboriginal law - Duties of the Crown-Taxation - Fiduciary duty –Declaratory relief - First Nation Band sued Crown for
breach of fiduciary duties and unjust enrichment after Crown refused to give respondents assurance that a proposed
commercial venture would be tax exempt – Whether Court of Appeal restricted access to justice by dismissing a claim
against the Federal Crown in circumstances where the plaintiff in the action lacks the financial resources to complete a
transaction due to the Federal Crown’s position on the Excise Tax Act and where the Federal Crown then says that its
position cannot be challenged in the Courts of Canada? - Can the Federal Crown thwart the addition to reserve process
by taking a position on the excise tax and despite representations to the contrary refuse to have the question determined
- 67 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
in the Court of Canada? – Is the remedy of a declaration available to determine a question of law under the
circumstances where the Federal Crown owes a fiduciary duty to the Blood Tribe and the Federal Crown knowin gly
obstructs the determination of that question of law despite representations to the contrary? - Indian Act, RSC, 1985, c I4, s. 87.
The Applicant First Nation Band developed a plan to purchase an oil refinery and convert it to reserve land with the
hope that its production would then be exempt from federal excise tax under the Indian Act, RSC, 1985, c I-4, s. 87.
When the Respondent Crown refused to give the Band the assurance that such an undertaking would be tax exempt, it
sued the Crown alleging breach of fiduciary duty and unjust enrichment. The statement of claim also sought a
declaration that the proposed commercial venture was tax exempt.
November 22, 2011
Court of Queen’s Bench of Alberta
(McIntyre J.)
Respondent’s application for summary judgment against
Applicant’s action for breach of fiduciary duty, unjust
enrichment and for declaration that Excise Tax Act had
no application to commercial venture by virtue of s. 87
of Indian Act, dismissed
June 29, 2012
Court of Appeal of Alberta (Calgary)
(Conrad, O'Brien and O'Ferrall JJ.A.)
Appeal allowed: action dismissed
September 20, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droits des Autochtones — Obligations de la Couronne — Droit fiscal — Obligation fiduciaire — Jugement déclaratoire
— La Première nation constituée en bande a poursuivi la Couronne pour violation d’obligations fiduciaires et
enrichissement injustifié par suite du refus de la Couronne de donner aux demandeurs l'assurance qu'une entreprise
commerciale projetée allait être exempte de taxation — La Cour d'appel a-t-elle limité l'accès à la justice en rejetant une
demande contre la Couronne fédérale dans une situation où le demandeur à l’action manque de ressources financières
pour réaliser une opération en raison de la position arrêtée par la Couronne fédérale à l’égard de la Loi sur la taxe
d'accise et où la Couronne fédérale affirme ensuite que cette position ne peut être contestée devant les tribunaux au
Canada? — La Couronne fédérale peut-elle faire obstacle au processus d’addition à la réserve en prenant une position
sur la taxe d'accise et, malgré les arguments contraires, refuser qu'il soit statué sur la question devant les tribunaux au
Canada? — Est-il possible d'obtenir un jugement déclaratoire pour trancher une question de droit dans une situation où
la Couronne fédérale a une obligation fiduciaire envers la tribu des Blood et où la Couronne fait sciemment obstacle à
ce qu’il soit statué sur cette question de droit malgré les arguments contraires? — Loi sur les Indiens, L.R.C. 1985,
ch. I-4, art. 87.
La demanderesse, une Première nation constituée en bande, a élaboré le projet d'acheter une raffinerie de pétrole et de
la convertir en terre de réserve dans l'espoir que sa production serait alors exemptée de la taxe d'accise fédérale en vertu
de la Loi sur les Indiens, L.R.C. 1985, ch. I-4, art. 87. Lorsque la Couronne intimée a refusé de donner à la bande
l'assurance qu'une telle entreprise serait exempte de taxation, cette dernière a poursuivi la Couronne, alléguant une
violation de l'obligation fiduciaire et l'enrichissement injustifié. Dans sa déclaration, la demanderesse a également
sollicité un jugement déclarant que l'entreprise commerciale projetée était exempte de taxation.
- 68 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
22 novembre 2011
Cours du Banc de la Reine de l'Alberta
(Juge McIntyre)
Requête de l'intimé en jugement sommaire contre
l'action des demandeurs pour violation de l'obligation
fiduciaire, enrichissement injustifié et jugement
déclarant que la Loi sur la taxe d'accise ne s'appliquait
pas à une entreprise commerciale en vertu de l'art. 87 de
la Loi sur les Indiens, rejetée
29 juin 2012
Cour d'appel de l’Alberta (Calgary)
(Juges Conrad, O'Brien et O'Ferrall)
Appel accueilli : action rejetée
20 septembre 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
34985
Axor Construction Canada inc. et Compagnie d'Assurance Travelers du Canada aux droits
de Compagnie d'Assurance London Garantie c. Bibliothèque et Archives Nationales du
Québec (Qc) (Civile) (Autorisation)
Coram :
Les juges LeBel, Karakatsanis et Wagner
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-09020939-104, 2012 QCCA 1228, daté du 29 juin 2012, est rejetée avec dépens.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Number
500-09-020939-104, 2012 QCCA 1228, dated June 29, 2012, is dismissed with costs.
CASE SUMMARY
Administrative law – Public contracts – Consequences of call for tenders – Project to build Bibliothèque nationale du
Québec with call for tenders without disclosure of budget – Tenders all exceeding previously authorized cost limit –
Negotiation and impasse – Client deciding to accept best tender by obtaining budget increase – Company refusing to
enter into contract on those conditions – Mutual actions in damages – Whether Court of Appeal wrongly affirmed
lawfulness of respondent institution’s actions – Whether Court of Appeal wrongly affirmed fault of applicant
company.
In November 1999, the respondent institution’s board of governors adopted an immovable creation plan with a total
budget of $90.6 million approved by the Quebec government. In the summer of 2002, a call for tenders was issued for
the final phase of the project, the actual construction of the library, for which there was an envelope of $54.6 million.
The call for tenders specified that the contract amount could not exceed the authorized cost, which was not disclosed;
however, if all the proposals exceeded the authorized cost, the institution could negotiate with the candidate with the
best tender if its tender did not exceed the authorized cost by more than 10%. The candidate with the best tender
undertook to sign a contract within 15 days of being invited to do so. If it failed to sign a contract within that time, it
became liable for the resulting additional costs. The institution received nine tenders. Axor’s tender of $57.4 million
was the lowest, although it exceeded the authorized cost by $2.8 million. Negotiations were held but broke down.
The board of governors chose to comply with the initial plans, so it asked the Minister to authorize the signing of a
contract with Axor for the amount proposed by Axor. Axor did not accept that solution and insisted on negotiating a
cost reduction. The contract was awarded to the second competing candidate for a higher amount. Axor instituted an
action in damages against BNAQ based on the loss of the contract. BNAQ filed an act ion in damages against Axor for
- 69 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
the difference in costs.
July 14, 2010
Quebec Superior Court
(Monast J.)
2010 QCCS 3232
Applicants’ actions dismissed; respondent’s action
allowed
June 29, 2012
Quebec Court of Appeal (Montréal)
(Doyon, Léger and Viens JJ.A.)
2012 QCCA 1228
Applicants’ appeal dismissed
September 25, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit administratif – Contrats publics – Conséquences d’un appel d’offres – Projet de construction de la Bibliothèque
nationale du Québec avec appel d’offres sans dévoilement de budget – Offres dépassant toutes la limite de coûts
jusque-là autorisée – Négociation et impasse - Décision du donneur d’ouvrage d’accepter la meilleure offre en
obtenant une augmentation de budget – Refus de l’entreprise de contracter à ces conditions – Poursuites mutuelles en
dommages-intérêts – La Cour d’appel a-t-elle confirmé à tort la légalité des agissements de l’institution intimée? – La
Cour d’appel a-t-elle confirmé à tort la faute de l’entreprise demanderesse?
Le conseil d’administration de l’institution intimée adopte, en novembre 1999, un plan de création immobilière pour
un budget total de 90,6 M$, approuvé par le gouvernement du Québec. À l’été 2002, un appel d’offres est lancé pour
la phase ultime du projet, soit la construction même de la bibliothèque; l’enveloppe prévue à cette fin est de 54,6 M$.
Selon l’appel d’offres, le montant du contrat ne peut dépasser le coût autorisé, qui n’est pas dévoilé ; advenant le cas,
toutefois, où toutes les propositions dépassent le coût autorisé, l’institution peut négocier avec le candidat ayant fait la
meilleure offre si le dépassement n’excède pas 10%. Le candidat ayant déposé la meilleure offre s’engage pou r sa part
à signer le contrat dans les quinze jours de l’invitation qu’il reçoit à cet effet, à défaut de quoi il devient responsable
des coûts supplémentaires résultant de son défaut. L’institution reçoit neuf offres. Celle d’Axor est la moins coûteuse
bien qu’à 57,4 M$, elle dépasse de 2,8 M$ le coût autorisé. Des négociations surviennent mais achoppent. Le conseil
d’administration choisit de respecter les plans initiaux; il demande donc à la ministre d’autoriser la signature du
contrat avec Axor pour le montant proposé par celle-ci. Axor refuse cette solution et insiste pour négocier la réduction
des coûts. Le contrat est adjugé au deuxième candidat en lice, pour un montant supérieur. Axor entreprend une action
en dommages-intérêts contre BNAQ pour la perte du contrat. BNAQ dépose une action en dommages -intérêts contre
Axor pour la différence de coûts.
Le 14 juillet 2010
Cour supérieure du Québec
(La juge Monast)
2010 QCCS 3232
Action des demanderesses rejetée; action de l’intimée
accueillie.
Le 29 juin 2012
Cour d’appel du Québec (Montréal)
(Les juges Doyon, Léger et Viens)
2012 QCCA 1228
Appel des demanderesses rejeté.
- 70 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Le 25 septembre 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel déposée.
34994
Bell Canada c. Union des consommateurs (Qc) (Civile) (Autorisation)
Coram :
Les juges LeBel, Karakatsanis et Wagner
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-09021539-119, 2012 QCCA 1287, daté du 12 juillet 2012, est rejetée avec dépens.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Number
500-09-021539-119, 2012 QCCA 1287, dated July 12, 2012, is dismissed with costs.
CASE SUMMARY
Civil procedure — Class action — Criteria for authorizing — Impact of slowing down evening Internet service on
communications of Bell Canada customers in Quebec and Ontario — Whether Court of Appeal erred in intervening to
overturn assessment of criteria for authorizing class action as applied by trial judge — Whether class action instituted
in Quebec can include customers from Ontario — Code of Civil Procedure, R.S.Q. c. C-25, art. 1003.
The services at issue provided access to a high-speed Internet connection. The representative of the complainant
group subscribed to the service in October 2004 and renewed her subscription in 2006. Bell admitted that, starting in
October 2007, it had deployed a traffic management tool for P2P file transmission called Deep Packet Inspection
(DPI) to prevent congestion between 4:30 p.m. and 2:00 a.m. That selection slowed down access to the network,
whereas Bell’s advertising claimed that access was ultra-fast and consistent. The complainants also alleged that the
DPI technology made it possible for Bell to inspect the personal data transmitted.
February 22, 2011
Quebec Superior Court
(Courteau J.)
2011 QCCS 1118
Authorization to institute class action denied to
respondent
July 12, 2012
Quebec Court of Appeal (Montréal)
(Chamberland, Dufresne and Léger JJ.A.)
2012 QCCA 1287
Appeal allowed; authorization granted
September 28, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Procédure civile – Recours collectif – Critères d’autorisation – Effets du ralentissement de service Internet en soirée
sur les communications de clients de Bell Canada au Québec et en Ontario – La Cour d’appel a-t-elle eu tort
- 71 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
d’intervenir pour renverser l’appréciation des critères d’autorisation tels qu’appliqués par la juge du procès? – Un
recours collectif entrepris au Québec peut-il inclure des clients d’Ontario? – Code de procédure civile, L.R.Q. ch. C25, art. 1003.
Les services en litige donnent accès à une connexion Internet de haute vitesse. La représentante du groupe plaignant
s'est abonnée à ce service en octobre 2004 et a renouvelé son abonnement en 2006. Bell admet avoir déployé, à partir
d’octobre 2007, un outil de gestion du trafic de fichiers transmis (P2P) appelé Deep Packet Inspection (DPI) pour
prévenir la congestion entre 16 h 30 et 2h. Cette sélection ralentit la vitesse d'accès au réseau, tandis que les publicités
de Bell font valoir un accès ultrarapide et constant. Les plaignan ts allèguent aussi que la technologie DPI permet à
Bell d'inspecter les données personnelles transmises.
Le 22 février 2011
Cour supérieure du Québec
(La juge Courteau)
2011 QCCS 1118
Autorisation d’exercer un recours collectif refusée à
l’intimée.
Le 12 juillet 2012
Cour d’appel du Québec (Montréal)
(Les juges Chamberland, Dufresne et Léger)
2012 QCCA 1287
Appel accueilli; autorisation accordée.
Le 28 septembre 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel déposée.
34995
Christopher Lill c. Sa Majesté la Reine (Qc) (Criminelle) (Autorisation)
Coram :
Les juges LeBel, Karakatsanis et Wagner
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-10004020-077, 2012 QCCA 1418, daté du 7 août 2012, est rejetée sans dépens.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Number
500-10-004020-077, 2012 QCCA 1418, dated August 7, 2012, is dismissed without costs.
CASE SUMMARY
(PUBLICAT ION BAN IN CASE)
Criminal law — Charge to jury — First degree murder — Elements of offence — Lesser and included offences —
Complicity — Foreseeability of death — Accused’s criminal record — Whether Court of Appeal erred in concluding
that its intervention not required by charge or absence of charge to jury concerning (1) accomplice’s intention,
(2) need for bodily harm that was neither trivial nor transitory to be objectively foreseeable by accomplice, (3) fact
that jury did not have to determine who was principal to murder for purposes of s. 21(2) of Criminal Code,
(4) possibility of verdict of second degree murder based on principles in s. 21(2) of Criminal Code,
(5) non-application of s. 21(2) where murder raised to first degree murder under s. 231(5) of Criminal Code,
(6) foreseeability of death within meaning of s. 229(a)(ii) of Criminal Code, and (7) prohibition against using
accused’s criminal record to determine guilt — Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46, ss. 21(2), 229, 231(5).
- 72 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
This case arose out of a young man’s death in Gatineau in June 2006. The victim got into the back seat of the vehicle
of the applicant, Christopher Lill. The rear door safety locks were engaged, which meant that the victim could not exit
the vehicle without as sistance. Mr. Lill, who was accompanied by an accomplice who was a minor, drove his car on
an isolated path in the country. Mr. Lill and his accomplice took the victim to a wooded area. Witnesses who had
followed them in another car were also present. The applicant and his accomplice allegedly punched and kicked the
victim and then hit him with iron bars. After the witnesses left the scene, the victim was allegedly also struck in the
head with a hammer. The victim was found dead in the wooded area. M r. Lill and his accomplice were charged with
first degree murder.
During his trial, the applicant admitted punching the victim but argued that his accomplice was responsible for the
fatal injuries sustained by the victim. A jury found Mr. Lill guilty of first degree murder.
November 17, 2007
Quebec Superior Court
(Plouffe J.)
Applicant convicted of first degree murder
August 7, 2012
Quebec Court of Appeal (Montréal)
(Duval Hesler C.J. and Hilton and Giroux JJ.A.)
2012 QCCA 1418
Appeal from conviction dismissed
September 27, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
(ORDONNANCE DE NON -PUBLICAT ION DANS LE DOSSIER)
Droit criminel — Directives au jury — Meurtre au premier degré — Éléments constitutifs de l’infraction —
Infractions moindres et incluses — Complicité — Prévisibilité de la mort — Antécédents judiciaires de l’accusé —
Est-ce que la Cour d’appel a errée en concluant que les directives ou l’absence de directives au jury relativeme nt 1) à
l’intention du complice, 2) à la nécessité pour le complice de posséder la prévisibilité objective de lésions corporelles
qui ne sont ni de nature passagère ni sans importance, 3) au fait qu’il n’était pas nécessaire pour le jury de déterminer
qui était l’auteur principal du meurtre aux fins de l’application de l’art. 21(2) du Code criminel, 4) à l’ouverture d’un
verdict de meurtre au deuxième degré sous l’égide des principes de l’art. 21(2) du Code criminel, 5) à la non
application de l’article 21(2) à l’infraction de meurtre au premier degré par assimilation de l’art. 231(5) du Code
criminel, 6) à la prévisibilité de la mort au sens de l’art. 229a)ii) du Code criminel, et 7) à l’interdiction d’utiliser les
antécédents judiciaires de l’accusé pour déterminer la culpabilité, ne nécessitaient pas l’intervention de la Cour? —
Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C-46, art. 21(2), 229, 231(5).
La présente affaire découle du décès d’un jeune homme survenu à Gatineau en juin 2006. La victime était montée à
bord à l’arrière du véhicule du demandeur Christopher Lill. Les dispositifs de sécurité des portières arrière étaient
activés de sorte que la victime ne puisse pas sortir du véhicule sans aide. M. Lill, accompagné d’un complice mineur,
a conduit sa voiture dans un sentier isolé, en campagne. M. Lill et son complice ont mené la victime dans un boisé.
Des témoins, les ayant suivis dans une autre voiture, étaient également présents. Le demandeur et son complice
auraient battu la victime à coups de poings , coups de pieds et ensuite à coups de barres de fer. Après que les témoins
eurent quitté les lieux, la victime aurait également été frappée à la tête avec un marteau. La victime fut retrouvée
décédée dans le boisé. M. Lill et son complice furent accusés de meurtre au premier degré.
- 73 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Dans le cadre de son procès, le demandeur avouait avoir frappé la victime à coups de poing mais prétendait que son
complice était responsable des blessures mortelles subies par la victime. Un jury a trouvé M. Lill coupable de meurtre
au premier degré.
Le 17 novembre 2007
Cour supérieure du Québec
(Le juge Plouffe)
Verdict de culpabilité pour meurtre au premier degré
Le 7 août 2012
Cour d’appel du Québec (Montréal)
(La juge en chef Duval Hesler et les juges Hilton et
Giroux)
2012 QCCA 1418
Appel contre un verdict de culpabilité rejeté
Le 27 septembre 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel déposée
35015
Inter Pipeline Fund v. Taylor Processing Inc. (Alta.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Abella and Cromwell JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Alberta (Calgary), Number
1101-0006-A C, 2012 ABCA 208, dated July 19, 2012, is dismissed with costs to the respondent.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d'appel de l’Alberta (Calgary), numéro 1101-0006AC, 2012 ABCA 208, daté du 19 juillet 2012, est rejetée avec dépens en faveur de l’intimée.
CASE SUMMARY
Administrative law – Boards and tribunals – Adequacy of reasons – Procedural fairness – Standard of review – Energy
Resources Conservation Board approving project to co -stream natural gas – Applicant attacking Board’s decision,
alleging inadequate reasons and lack of procedural fairness – Court of Appeal upholding decision on appeal – Whether
decision in Newfoundland and Labrador Nurses’ Union v. Newfoundland and Labrador (Treasury Board) , 2011
S.C.C. 62, [2011] 3 S.C.R. 708, was wrongly applied in this cas e and others where statutory tribunals are required by
legislature to give reasons – Extent of duty of Court of Appeal to ensure that processes followed by regulatory tribunal
are not abused in a way that causes injustice.
The respondent, Taylor Process ing Inc., sought the Energy Resources Conservation Board's approval for a proposed
co-streaming project at its Harmattan plant. It intended to alter its existing gas processing facility and then divert
natural gas to it from a common stream of gas owned b y a variety of parties, remove various natural gas liquids from
the gas, and return the residue gas to the common stream downstream from the applicant’s straddle plant at Cochrane.
The Board approved Taylor's application. Leave to appeal was granted on t wo issues. Did the Board: (a) give
adequate reasons explaining its assessment of the critical evidence; and (b) breach its duty of procedural fairness? In a
majority ruling, the Court of Appeal upheld the Board’s decision.
- 74 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
December 7, 2010
Energy Resources Conservation Board
Project to co-stream natural gas approved
July 19, 2012
Court of Appeal of Alberta
(Hunt, Martin (dissenting) and Rowbotham
JJ.A.)
2012 ABCA 208
Appeal dismissed
October 1, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit administratif — Organismes et tribunaux administratifs — Suffisance des motifs — Équité procédurale —
Norme de contrôle — L’Energy Resources Conservation Board a approuvé un projet de co -transport (co-streaming) de
gaz naturel — Le demandeur a contesté la décision de l'organisme administratif, alléguant l'insuffisance des motifs et
un manque d'équité procédurale — La Cour d'appel a confirmé la décision en appel — L’arrêt Newfoundland and
Labrador Nurses’ Union c. Terre-Neuve-et-Labrador (Conseil du Trésor), 2011 C.S.C. 62, [2011] 3 R.C.S 708, a-t-il
été mal appliqué en l'espèce et dans d'autres affaires où des tribunaux administratifs créés par la loi sont tenus par le
législateur de fournir des motifs? — Portée de l'obligation de la Cour d'appel de veiller à ce que les procédures suivies
par le tribunal administratif de réglementation ne fassent pas l'objet d’abus de manière à causer une injustice.
L'intimée, Taylor Processing Inc., a demandé l'approbation de l’Energy Resources Conservation Board relativement à
un projet de séparation et retour en aval à son usine Harmattan. L’intimée avait l'intention de modifier son installation
de traitement du gaz existant, puis de divertir vers cette installat ion le gaz naturel provenant d'un flux commun de gaz
appartenant à diverses parties, d'extraire du gaz divers liquides de gaz naturel et de retourner le gaz résiduel au flux
commun en aval de l'usine de chevauchement du demandeur à Cochrane. L'organisme a dministratif a approuvé la
demande de Taylor. Les questions en litige en l’espèce sont de savoir si l'organisme administratif a) a fourni des
motifs suffisants qui expliquent son évaluation de la preuve cruciale et b) s'il a manqué à son obligation d'équité
procédurale. Dans un jugement majoritaire, la Cour d'appel a confirmé la décision de l'organisme administratif.
7 décembre 2010
Energy Resources Conservation Board
Projet de séparation et retour en aval de gaz naturel,
approuvé
19 juillet 2012
Cour d'appel de l'Alberta
(Juges Hunt, Martin (dissident) et Rowbotham)
2012 ABCA 208
Appel rejeté
1er octobre 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
- 75 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
35017
Alisha Hollen Koubi v. Mazda Canada Inc., 0702920 BC Ltd., dba Christensen Mazda,
Kawen Holdings Ltd., dba Coastline Mazda, Komoux Valley Motors Ltd. dba Courtenay
Mazda, 0399267 BC Ltd., dba Cranbrook Mazda, Freeway Imports Ltd., dba Freeway
Mazda, W520 Holdings Ltd., dba Kamloops Mazda, Kelowna Motors Ltd., Inter-Town Auto
Ltd., dba Metrotown Mazda, 321438 BC Ltd., dba Midway Mazda, Morrey Sales Ltd., dba
Morrey Mazda of the Northshore, Morrey Auto Group Ltd., dba Morrey Mazda of
Vancouver, Pacific Motors Sales & Service Limited, dba Pacific Mazda, V.I.P. Sales Ltd., dba
VIP Mazda, Burnaby Import Auto Sales Ltd., dba Wolfe Mazda, 328633 BC Ltd., dba
Wolfe's Langley Mazda, 0764857 BC Ltd., dba Wolfe's Chilliwack Mazda, Lougheed Imports
Ltd., dba West Coast Mazda and Signature Automotive Group Ltd., dba Signature Mazda
(B.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Abella and Cromwell JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver), Number CA038143, 2012 BCCA 310, dated July 16, 2012, is dis missed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie -Britannique (Vancouver),
numéro CA038143, 2012 BCCA 310, daté du 16 juillet 2012, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Tort – Statutes - Consumer Protection – Application for Class Proceeding - Defect in the door lock mechanism of
Mazda3 vehicles - Whether action should be certified as a class proceeding pursuant to the Class Proceeding Act,
R.S.B.C. 1996, c. 50 - Whether the doctrine of waiver of tort still forms part of the principles of common law and
equity which have survived the passage of consumer protection legislation, such as the Sale of Goods Act, R.S.B.C.
1996, c. 410 and Business Practices and Consumer Protection Act, S.B.C. 2004, c. 2 – Whether there are issues of
public importance.
This is an application to certify a class proceeding pursuant to the Class Proceeding Act, R.S.B.C. 1996, c. 50. The
respondents are Mazda Canada Inc. and the authorized dealers operating in B.C. The applicant, proposed
representative plaintiff, asserts that there is a defect in the door lock mechanism of the model years 2004-2007 of the
Mazda3, which permits entry without the use of either a tool or a key. The applicant claims restitutionary damages,
disgorgement of profits earned by the respondents arising from waiver of tort, which arise from the statutory breaches
of the SGA and the BPCPA. The chambers judge certified the class proceeding. The Court of Appeal allowed the
appeal and decertified the class proceeding.
May 6, 2010
Supreme Court of British Columbia
(Dardi J.)
Neutral citation: 2010 BCSC 650
Applicant’s application to certify class proceeding
granted
January 20, 2011
Supreme Court of British Columbia
(Dardi J.)
Neutral citation: 2011 BCSC 59
Applicant permitted to amend her pleadings; common
issues regarding waiver of tort finalized
- 76 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
July 16, 2012
Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver)
(Lowry, Frankel, Neilson JJ.A.)
Appeal allowed: order for certification of class
proceeding set aside
October 1, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Responsabilité délictuelle — Lois — Protection du consommateur — Demande de recours collectif — Défectuosité
dans le mécanisme de verrouillage des portières de véhicules Mazda3 — L'action devrait-elle être certifiée en tant que
recours collectif en vertu de la Class Proceeding Act, R.S.B.C. 1996, ch. 50? — La théorie de la renonciation à un
recours délictuel fait-elle encore partie des principes de common law et d'équité qui ont survécu à l'adoption des lois
sur la protection du consommateur, par exemple la Sale of Goods Act, R.S.B.C. 1996, ch. 410 et la Business Practices
and Consumer Protection Act, S.B.C. 2004, ch. 2? — L'affaire soulève-t-elle des questions d'importance pour le
public?
Il s'agit d'une demande de certification de recours collectif en vertu de la Class Proceeding Act, R.S.B.C. 1996, ch. 50.
Les intimées sont Mazda Canada Inc. et les concessionnaires autorisés qui exercent leurs activités en Colombie Britannique. La demanderesse, la représentante proposée des demandeurs, allègue qu'il y a une défectuosité dans le
mécanisme de verrouillage des portières pour les années modèle 2004-2007 de la Mazda3, qui permet l'entrée sans
utilisation d'outil ou de clé. La demanderesse réclame des dommages-intérêts de restitution, la restitution des profits
touchés par les intimées en raison de la renonciation à un recours délictuel, découlant des infractions à la SGA et à la
BPCPA. Le juge en chambre a certifié le recours collectif. La Cour d'appel a accueilli l'appel et annulé la certification
de recours collectif.
6 mai 2010
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Dardi)
Référence neutre : 2010 BCSC 650
Demande de la demanderesse en certification de
recours collectif, accueillie
20 janvier 2011
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Dardi)
Référence neutre : 2011 BCSC 59
Demanderesse autorisée à modifier ses actes de
procédure; questions communes relatives à la
renonciation à un recours délictuel, finalisées
16 juillet 2012
Cour d'appel de la Colombie-Britannique
(Vancouver)
(Juges Lowry, Frankel et Neilson)
Appel accueilli : ordonnance de certification de recours
collectif, annulée
1er octobre 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
- 77 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
35038
Michael Cunningham v. Her Majesty the Queen (B.C.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Abella and Cromwell JJ.
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. The
application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia (Vancouver), Number
CA037966, 2012 BCCA 76, dated February 17, 2012, is dismissed without costs.
La requête en prorogation du délai de signification et dépôt de la demande d’autorisation d’appel est
accueillie. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie -Britannique (Vancouver),
numéro CA037966, 2012 BCCA 76, daté du 17 février 2012, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
Criminal law – Jury trial – Second degree murder – Whether the British Columbia Court of Appeal erred in finding
that the trial judge did not abuse his discretion by refusing to order disclosure – Whether the British Columbia Court
of Appeal should have insisted that the trial judge apply a de novo review of all the jurors when there was a
misapprehension of the evidence – Whether the British Columbia Court of Appeal erred in its review of the trial
judge’s dismissal of the application for mistrial without further inquiry of a specific juror.
Mr. Cunningham was charged with second degree murder in the stabbing of a young man during a conflict among
mostly First Nations youth. The event and legal proceedings gave rise to public displays of anger from certain
members of the local community.
After court adjourned for the day on a Friday, the sheriff informed the trial judge that prior to the start of court that
day, a juror told them that she had observed a blue van with a First Nations man behind the wheel parked on the road
where she lived. The sheriff had also provided Crown counsel with this information, who in turn asked a police
officer to speak to the sheriff. On the Monday, the juror delivered a note to the sheriff asking to be discharged from
the jury. When court convened at 2:00pm that day, in the absence of the jury, the trial judge read the juror’s letter to
counsel and advised them that since delivering the letter, the juror had met with police and had withdrawn her request
to be released from jury duty. The juror had in casual conversation with one or two other jurors mentioned the van
because it struck her as odd, but this was the extent of what she said about the matter. She had not spoken to any
jurors about the observation of trash or the discovery of bullet casings.
Defence counsel sought disclosure of the police notes, reports and statements relating to their dealings with the juror,
discharge of the juror and a mistrial. Defence counsel argued that the juror should be discharged because her concern
about the van and its driver gave rise to a reasonable apprehension that she was biased about Aboriginal people and
her discussions with police may have biased her in favour of a conviction.
The trial judge found that the matter reported by the juror was neither linked to the trial, nor linked or attributed
directly or indirectly, to either the accused or the survivors of the deceased. The various observations such as the van
and the bullet casings were only linked by mere speculation and suspicion. The trial judge was also not pe rsuaded that
there was a rational basis for concluding that the incident in question affected the impartiality of the juror. He was
also not persuaded that there was a rational basis for concluding that the juror, in her brief conversation with one or
two jurors had tainted other members of the jury. However, the trial judge discharged the juror as there was a
reasonable apprehension of bias in relation to the juror in question. The jury was then instructed not to draw any
inferences or speculate about the absence of the juror for the remainder of the trial. The request for a mistrial was
denied.
Mr. Cunningham was convicted by a judge and jury of second degree murder. His appeal was dismissed.
- 78 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
March 5, 2008
Supreme Court of British Columbia
(Bernard J.)
Applicant convicted of second degree murder
February 17, 2012
Court of Appeal for British Columbia (Vancouver)
(Levine, Kirkpatrick and Neilson JJ.A.)
2012 BCCA 76; CA037966
Appeal dismissed
October 2, 2012
Supreme Court of Canada
Motion for extension of time and Application for leave
to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit criminel — Procès devant jury — Meurtre au deuxième degré — La Cour d'appel de la Colombie-Britannique at-elle eu tort de conclure que le juge du procès n'avait pas abusé de son pouvoir discrétionnaire en refusant d'ordonner
la communication? — La Cour d'appel de la Colombie-Britannique aurait-elle dû insister que le juge du procès fasse
un examen de novo de tous les jurés lorsqu'il y avait eu interprétation erronée de la preuve? — La Cour d'appel de la
Colombie-Britannique a-t-elle commis une erreur dans son examen du rejet, par le juge du procès, de la demande de
nullité du procès sans examen supplémentaire d’un juré en particulier?
Monsieur Cunningham a été accusé de meurtre au deuxième degré pour avoir poignardé un jeune homme au cours
d'un conflit impliquant surtout de jeunes Autochtones. L'événement et les procédures judiciaires ont donné naissance
à des manifestations publiques de colère de la part de certains membres de la communauté locale.
Après que le tribunal a ajourné pour la journée du vendredi, le shérif a informé le juge du procès qu'avant le
commencement de l'audience ce jour-là, une jurée lui aurait dit qu'elle avait observé une fourgonnette b leue avec
Autochtone au volant stationnée sur la route où elle habitait. Le shérif avait également donné cette information à
l'avocat de la Couronne qui a demandé à son tour à un policier de parler au shérif. Le lundi, la jurée a remis une note
au shérif lui demandant d'être libérée du jury. Lorsque l'audience à repris à 14 heures ce jour-là, en l'absence du jury,
le juge du procès a lu la lettre de la jurée aux avocats et les a informés que depuis que la jurée avait remis la lettre, elle
avait rencontré des policiers et avait retiré sa demande d'être libérée du jury. La jurée avait mentionné la fourgonnette
au cours d'une conversation ordinaire avec un ou deux autres jurés par ce qu'elle la trouvait bizarre, mais c'est tout ce
qu'elle a dit à ce sujet. Elle n'avait pas dit à d'autres jurés qu’elle avait observé des déchets ou découvert des douilles
de balles.
L'avocat de la défense a demandé la communication des notes, rapports et déclarations de la police relativement à ses
communications avec la jurée, la libération de cette dernière et la nullité du procès. L'avocat de la défense a plaidé que
la jurée devait être libérée, puisque ses inquiétudes au sujet de la fourgonnette et de son conducteur donnait naissance
à une crainte raisonnable de sa partialité à l'égard des Autochtones et que ses discussions avec la police auraient pu
engendrer chez-elle un parti-pris en faveur d'un verdict de culpabilité.
Le juge du procès a conclu que la question signalée par la jurée n'était pas liée au procès ni liée o u attribuée
directement ou indirectement à l'accusé ou aux survivants du défunt. Les diverses observations, notamment en lien
avec la fourgonnette et les douilles de balles, n'étaient liées que par pure conjecture et soupçon. En outre, le juge du
procès n'était pas convaincu que l’on pouvait logiquement conclure que l'incident en question touchait l'impartialité de
la jurée. Qui plus est, il n'était pas convaincu que l’on pouvait logiquement conclure que la jurée, dans sa brève
conversation avec un ou deux jurés, avait indûment influencé les autres membres du jury. Le jury a alors reçu la
directive de ne pas tirer de conclusions ou de se livrer à des conjectures au sujet de l'absence de la jurée pour le reste
du procès. La demande d'annulation du procès a été rejetée.
- 79 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Monsieur Cunningham a été déclaré coupable par un juge et jury de meurtre au deuxième degré. Son appel a été
rejeté.
5 mars 2008
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Bernard)
Demandeur déclaré coupable de meurtre au deuxième
degré
17 février 2012
Cour d'appel de la Colombie-Britannique (Vancouver)
(Juges Levine, Kirkpatrick et Neilson)
2012 BCCA 76; CA037966
Appel rejeté
2 octobre 2012
Cour suprême du Canada
Requête en prorogation de
d'autorisation d'appel, déposées
35040
Seong Yun Ko v. Hillview Homes Ltd. (Alta.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Abella and Cromwell JJ.
délai et
demande
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Alberta (Edmonton),
Number 0803-0212-A C, 2012 ABCA 245, dated August 22, 2012, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d'appel de l’Alberta (Edmonton), numéro 08030212-AC, 2012 ABCA 245, daté du 22 août 2012, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Contracts – Validity – Formation – Certainty of terms – Remedies – Specific performance – Whether the sale
agreement was valid – Whether the law warrants a strict test for certainty of terms or whether the law strives to
enforce agreements pursuant to the reasonable expectations of the parties – Whether there is a duty of good faith in
every commercial contract, or at least inherent in “relationship” contracts – If so, what is the nature of that duty? –
Whether partial specific performance should have been ordered in the circumstances.
The applicant is a licensed realtor and the respondent is a registered home builder. They signed a sale agreement to
build a house and convey a lot. The home to be built was a standard model home plus an additional 1666 square feet
requested by the applicant and confirmed in an addendum to the agreement. No part of that agreement, however,
contained any details regarding the nature or location of the extra square footage, and neither party had prepared plans
or sketches for it. No part of the agreement was ever performed, and eventually the respondent returned the
applicant’s deposit, provided him with the design plans and assigned the lot to another customer. The applicant sued
the respondent for breach of contract. The trial judge concluded among other things that the question of where the
additional footage was to be added was not an essential term of the agreement, and noted that there was a design
element to the contract, that the contract allowed for additions, removals, corrections or variations to the designs and
that it contemplated price changes should modifications be made. The trial judge concluded that the agreement was a
binding and enforceable contract and ordered specific performance of part of the contract by directing the respondent
to sell the lot to the applicant. The Court of Appeal allowed the appeal.
- 80 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
April 28, 2008
Court of Queen’s Bench of Alberta
(Sulyma J.)
Sale agreement deemed valid and enforceable; specific
performance of part of contract ordered
August 22, 2012
Court of Appeal of Alberta (Edmonton)
(Côté, Rowbotham and McDonald JJ.A.)
2012 ABCA 245
Appeal allowed; sale agreement deemed invalid
October 19, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
November 19, 2012
Supreme Court of Canada
Conditional application for leave to cross -appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Contrats — Validité — Formation — Certitude des conditions — Recours — Exécution en nature — Le contrat de
vente était-il valide? — Le droit autorise-t-il l’application d’un critère strict de certitude des conditions ou vise-t-il
plutôt l’exécution des contrats conformément aux attentes raisonnables des parties? — Y a-t-il une obligation de
bonne foi dans tout contrat commercial ou qui soit au moins inhérent dans les contrats « de relations »? — Dans
l'affirmative, quelle est la nature de cette obligation? — Le tribunal aurait-il dû ordonner l'exécution en nature partielle
en l’espèce?
Le demandeur est un courtier en immeuble accrédité et l'intimée est un constructeur de résidences inscrit. Ils ont signé
un contrat de vente pour la construction d'une maison et le transfert d'un lot. La maison à construire était un modèle
standard auquel s'ajoutait une superficie supplémentaire de 1 666 pieds carrés demandée par le demandeur et
confirmée dans un avenant au contrat. Toutefois, aucune partie de ce contrat ne précisait la nature ou l'emplacement de
la superficie supplémentaire, et ni l'une ni l’autre des parties n'avait établi de plan ou de croquis à cet égard. Aucune
partie du contrat n'a été exécutée et l'intimée a fini par rembourser l'acompte du demandeur, lui fournir les plans et
attribuer le lot à un autre client. Le demandeur a poursuivi l'intimée pour violation de contrat. La juge de première
instance a conclu entre autres que la question de savoir où allait se trouver la superficie supplémentaire à ajo uter n'était
pas une condition essentielle du contrat et elle a noté qu'il y avait un élément de conception au contrat et que le contrat
autorisait des ajouts, des suppressions, des corrections ou des modifications aux plans et qu'il prévoyait des
changements de prix si des modifications étaient apportées. La juge a conclu que le contrat liait les parties et qu'il était
exécutoire et elle a ordonné l'exécution en nature de certaines parties du contrat en ordonnant à l’intimée de vendre le
lot au demandeur. La Cour d'appel a accueilli l'appel.
28 avril 2008
Cour du Banc de la Reine de l'Alberta
(Juge Sulyma)
Contrat de vente jugée valide et exécutoire; exécution
en nature de certaines parties du contrat ordonnée
22 août 2012
Cour d'appel de l'Alberta (Edmonton)
(Juges Côté, Rowbotham et McDonald)
2012 ABCA 245
Appel accueilli; contrat de vente jugée invalide
- 81 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
19 octobre 2012
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
19 novembre 2012
Cour suprême du Canada
Demande
conditionnelle
incident, déposée
d'autorisation
d'appel
35062
Terry Piersanti, also known as Terry Scatcherd, Christian Piersanti, Piersanti and Co.
Barristers and Solicitors, Piersanti and Co. Professional Corporation, 1269906 Ontario
Limited, 1281111 Ontario Limited, 1281038 Ontario Limited, 1314112 Ontario Limited,
1281633 Ontario Limited, 1281632 Ontario Limited, 1466556 Ontario Limited, 3957331
Canada Inc., 3964400 Canada Inc., 3968626 Canada Inc., 4002598 Canada Inc., 4011902
Canada Inc., 6051685 Canada Inc., 6060439 Canada Inc., 6260365 Canada Inc., 6292470
Canada Inc., 6306560 Canada Inc., 6324223 Canada Inc., 6792715 Canada Inc., Yonge
Centre Properties Inc., 6335144 Canada Inc., TMJ Investments, Tara Piersanti also Known
as Tara Piersanti-Blake, Justin Piersanti and Morgan Piersanti v. Bertina Alfano, Trustee of
the Carmen Alfano Family Trust, Bertina Alfano, Italo Alfano, Trustee of the Italo Alfano
Family Trust, Italo Alfano, Ulti Alfano, Trustee of the Ulti Alfano Family Trust and Ulti
Alfano (Ont.) (Civil) (By Leave)
Coram :
LeBel, Karakatsanis and Wagner JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C54547,
2012 ONCA 612, dated September 18, 2012, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C54547, 2012 ONCA
612, daté du 18 septembre 2012, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Civil procedure — Jurisdiction to issue a Mareva injunction or a receivership order — Stay of execution pending
appeal in another action — Where a second action has been commenced for the purpose of enforcing an Order for the
payment of money made in the first action, and where the Order has been stayed by the delivery of a Notice of Appeal,
whether the second action is a step taken under the Order or for its enforcement? — Where a second action has been
commenced for the purpose of collecting on a monetary judgment which was granted in the first action, and where the
monetary judgment has been stayed by the delivery of a Notice of Appeal, whether a Mareva Injunction/Receivership
Order made in the second action constitute steps taken under the Order or for its enforcement — Whether the Superior
Court of Justice has jurisdiction to order that steps be taken under the Order or for its enforcement or whether such
jurisdiction lies exclusively with the Court of Appeal for Ontario — Rules of Civil Procedure, R.R.O. 1990, Reg. 194,
Rule 63.03(1).
The Alfanos and Piersantis were involved in an earlier action in which Christian and Terry Piersanti were found,
through a complicated fraudulent scheme involving numbered companies controlled by them, to have fraudulently
acquired certain corporate interests of the Alfanos. A judgment was granted in favour of the Alfanos for $20 million,
plus $250 000 in punitive damages.
Shortly before the Court of Appeal heard the appeal in the above-mentioned case, the Alfanos filed a second action.
This action was filed pursuant to the Fraudulent Conveyances Act, R.S.O. 1990, c. F.29 and the Assignments and
Preferences Act, R.S.O. 1990, c. A.33 and alleged that Christian and Terry Piersanti had fraudulently created a
corporate veil and sham mortgages to shield themselves from the Alfanos and other potential creditors. Although this
- 82 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
action named the same defendants as in the first action, numerous additional defendants were added including the
Piersantis’ three adult children and numerous corporate defendants for whom the Piersa nti children were listed as
officers or directors.
The Alfanos subsequently filed an ex parte motion seeking a Mareva injunction against the Piersantis et al. as well as
an order appointing a receiver over the assets of all companies controlled by or for the benefit of Christian and Terry
Piersanti.
August 22, 2011
Ontario Superior Court of Justice
(Newbould J.)
2011 ONSC 4971
Order for a Mareva injunction and appointing a
receiver over all of the assets of the applicant
corporations, granted ex parte
October 18, 2011
Ontario Superior Court of Justice
(Cumming J.)
2011 ONSC 6155
Motion to set aside order dismissed; Motion for an
order striking Alfano et al.’s statement of claim,
dismissed
September 18, 2012
Court of Appeal for Ontario
(Cronk, Epstein and Pepall JJ.A.)
2012 ONCA 612
Appeal dismissed
November 2, 2012
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Procédure civile — Compétence pour prononcer une injonction Mareva ou une ordonnance désignant un séquestre —
Sursis d’exécution en attendant qu’il soit statué sur l’appel dans une autre action — Lorsqu’une deuxième action a été
intentée pour exécuter l’ordonnance de paiement d’une somme d’argent accordée dans la première action, et lorsque
l’ordonnance a été suspendue par la remise d’un avis d’appel, la deuxième action se trouve -t-elle à être une mesure
prise pour son application ou son exécution forcée? — Lorsqu’une deuxième action a été intentée pour recouvrer une
somme d’argent accordée par un jugement rendu dans la première action, et lorsque ce jugement a été suspendu par la
remise d’un avis d’appel, une injonction Mareva et l’ordonnance désignant un séquestre rendues dans la deuxième
actions constituent-elles des mesures prises pour son application ou son exécution forcée? — La Cour supérieure de
justice a-t-elle compétence pour ordonner que des mesures soient prises pour l’application de l’ordonnance ou pour
son exécution forcée ou bien est-ce que cette compétence appartient exclusivement à la Cour d’appel de l’Ontario? —
Règles de procédure civile, R.R.O. 1990, règl. 194, règle 63.03(1).
Les Alfano et les Piersanti étaient parties à une action antérieure dans laquelle le tribunal a conclu que Christian et
Terry Piersanti, par un stratagème frauduleux complexe impliquant des sociétés à numéro contrôlées par eux, avaient
frauduleusement acquis certains intérêts d’entreprise des Alfano. Un jugement a été rendu en faveur des Alfano pour
la somme de 20 millions de dollars, plus la somme de 250 000 $ en dommages-intérêts punitifs.
Peu de temps avant que la Cour d’appel instruise l’appel dans le dossier susmentionné, les Alfano ont déposé une
deuxième action. Cette action a été intentée en vertu de la Loi sur les cessions en fraude des droits des créanciers,
L.R.O. 1990, ch. F.29 et de la Loi sur les cessions et préférences, L.R.O. 1990, c. A.33 et il y était allégué que
Christian et Terry Piersanti avaient frauduleusement créé un voile de la personnalité juridique et des hypothèques
- 83 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
fictives pour se mettre à l’abri des Alfano et d’autres créanciers éventuels. Même si, dans cette action, les mêmes
défendeurs que dans la première action étaient désignés, de nombreux défendeurs additionnels ont été ajoutés, y
compris les trois enfants adultes des Piersanti et de nombreux défendeurs dotés de la personnalité morale pour lesquels
les enfants Piersanti étaient énumérés comme dirigeants ou administrateurs.
Les Alfano ont par la suite déposé une motion ex parte pour obtenir une injonction Mareva contre les Piersanti et al.
ainsi qu’une ordonnance désignant un séquestre à l’égard des biens de toutes les sociétés contrôlées par Christian et
Terry Piersanti ou à leur avantage.
22 août 2011
Cour supérieure de justice de l’Ontario
(Juge Newbould)
2011 ONSC 4971
Ordonnance Mareva et désignant un séquestre à
l’égard de tous les biens des personnes morales
demanderesses, accordée ex parte
18 octobre 2011
Cour supérieure de justice de l’Ontario
(Juge Cumming)
2011 ONSC 6155
Motion en annulation de l’ordonnance, rejetée; motion
en radiation de la déclaration des Alfano et al., rejetée
18 septembre 2012
Cour d’appel de l’Ontario
(Juges Cronk, Epstein et Pepall)
2012 ONCA 612
Appel rejeté
2 novembre 2012
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel, déposée
- 84 -
MOTIONS
REQUÊTES
04.01.2013
Before / Devant : THE REGISTRA R / LE REGISTRAIRE
Motion to extend the time to serve and file the
respondent’s response to December 11, 2012
Requête en prorogation du délai de signification
et de dépôt de la réponse de l’intimée jusqu’au
11 décembre 2012
Kerry Wong
v. (34966)
Her Majesty the Queen (Crim.) (Ont.)
GRANTED / ACCORDÉE
07.01.2013
Before / Devant : LEBEL J. / LE JUGE LEBEL
Motion for an extension of time and for leave to
intervene
BY / PAR
Her Majesty the Queen in Right of
Alberta;
Tolko Industries Ltd., International
Forest Products Limited, West
Fraser Timber Co. Ltd. and Canfor
Corporation;
Canadian Association of Petroleum
Producers
IN / DANS :
Daishowa-Marubeni International
Ltd.
Requête en prorogation
autorisation d’intervenir
de
délai
et
en
v. (34534)
Her Majesty the Queen (F.C.)
GRANTED / ACCORDÉES
UPON APPLICATION by Her Majesty the Queen in Right of Alberta for an extension of time to apply for leave to
intervene and for leave to intervene in the above appeal;
AND UPON APPLICATIONS by the Tolko Industries Ltd., International Forest Products Limited, West Fraser
Timber Co. Ltd. and Canfor Corporation and the Canadian Association of Petroleum Producers for leave to intervene in
the above appeal;
AND THE MATERIAL FILED having been read;
- 85 -
MOTIONS
REQUÊTES
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
The motion for an extension of time to apply for leave to intervene and for leave to intervene of Her Majesty the Queen
in Right of Alberta is granted and the said intervener shall be entitled to serve and file a factum not to exceed 10 pages
in length on or before February 7, 2013.
The motion for leave to intervene of the Tolko Industries Ltd., International Forest Products Limited, West Fraser
Timber Co. Ltd. and Canfor Corporation is granted and the said group of interveners shall be entitled to serve and file a
single factum not to exceed 10 pages in length on or before February 7, 2013.
The motion for leave to intervene of the Canadian Association of Petroleum Producers is granted and the said
intervener shall be entitled to serve and file a single factum not to exceed 10 pages in length on or before February 7,
2013.
The requests to present oral argument are deferred to a date following receipt and consideration of the written
arguments of the parties and the interveners.
The interveners are not entitled to raise new issues or to adduce further evidence or otherwise to supplement the record
of the parties.
Pursuant to Rule 59(1)(a) of the Rules of the Supreme Court of Canada, the interveners shall pay to the appellant and
respondent any additional disbursements occasioned to the appellant and respondent by their interventions.
AND IT IS HEREBY FURTHER ORDERED THAT the respondent may serve and file a reply factum not to exceed
5 pages in length to the factum of Her Majesty the Queen in Right of Alberta on or before February 12, 2013.
À LA SUITE DE LA REQUÊTE présentée par Sa Majesté la Reine du chef de l’Alberta en prorogation du délai
applicable à une demande d'autorisation d'intervenir et en autorisation d'intervenir dans l'appel;
ET À LA SUITE DES REQUÊTES présentées par Tolko Industries Ltd., International Forest Products Limited, West
Fraser Timber Co. Ltd. et Canfor Corporation et par l’Association canadienne des producteurs pétroliers en autorisation
d’intervenir dans l’appel;
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés;
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
La requête en prorogation du délai applicable à une deman de d'autorisation d'intervenir et en autorisation d’intervenir
présentée par Sa Majesté la Reine du chef de l’Alberta est accordée et cette intervenante pourra signifier et déposer un
mémoire d'au plus dix (10) pages au plus tard le 7 février 2013.
La requête en autorisation d'intervenir présentée par Tolko Industries Ltd., International Forest Products Limited, West
Fraser Timber Co. Ltd. et Canfor Corporation est accordée et ce groupe d’intervenantes pourra signifier et déposer un
seul mémoire d'au plus dix (10) pages au plus tard le 7 février 2013.
La requête en autorisation d'intervenir présentée l’Association canadienne des producteurs pétroliers est accordée et
cette intervenante pourra signifier et déposer un mémoire d'au plus dix (10) pages au plus tard le 7 février 2013.
Les décisions sur les requêtes en vue de présenter des plaidoiries orales seront rendues après réception et examen des
arguments écrits des parties et des intervenantes.
Les intervenantes n'ont pas le droit de soulever de nouvelles questions, de produire d'autres éléments de preuve ni de
compléter de quelque autre façon le dossier des parties.
- 86 -
MOTIONS
REQUÊTES
Conformément à l'alinéa 59(1)a) des Règles de la Cour suprême du Canada, les intervenantes paieront à l’appelante et
à l'intimée tous débours supplémentaires résultant de leur intervention.
IL EST ORDONNÉ QUE l’intimée pourra signifier et déposer un mémoire en réplique d’au plus cinq (5) pages au
plus tard le 7 février 2013 en réponse au mémoire de Sa Majesté du chef de l’Alberta.
07.01.2013
Before / Devant: THE REGISTRAR / LE REGISTRAIRE
Miscellaneous motion
Requête diverse
Jacques Hamel
c. (35058)
Madeleine Perron (Qc)
GRANTED / ACCORDÉE
SUITE À LA REQUÊTE du demandeur en vertu du paragraphe 32(2) des Règles sollicitant la permission de
soumettre sa réplique et ses annexes à la formation saisie de la demande d’autorisation d’appel et pour proroger les
délais pour signifier et déposer lesdits documents au 19 décembre 2012;
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
La requête est accueillie.
UPON A MOTION by the applicant pursuant to Rule 32(2) of the Rules for permission to submit his reply and
appendixes to the leave panel and for an order extending the time within which to serve and file his reply and
appendixes to December 19, 2012;
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
The motion is granted.
- 87 -
MOTIONS
REQUÊTES
08.01.2013
Before / Devant : LEBEL J. / LE JUGE LEBEL
Requête en autorisation d’intervenir
Motion for leave to intervene
BY / PAR
David Asper Centre for
Constitutional Rights
IN / DANS :
Attorney General of Canada on
behalf of the Czech Republic and
Minister of Justice of Canada
v. (34767)
Bretislav Zajicek (Crim.) (Ont.)
GRANTED / ACCORDÉE
UPON APPLICATION by the David Asper Centre for Constitutional Rights for leave to intervene in the above
appeal;
AND THE MATERIAL FILED having been read;
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
The motion for leave to intervene of the David Asper Centre for Constitutional Rights is granted and the said intervener
shall be entitled to serve and file a factum not to exceed 10 pages in length on or before February 8, 2013.
The request to present oral argument is deferred to a date following receipt and consideration of the written argu ments
of the parties and the intervener.
The intervener is not entitled to raise new issues or to adduce further evidence or otherwise to supplement the record of
the parties.
Pursuant to Rule 59(1)(a) of the Rules of the Supreme Court of Canada, the intervener shall pay to the appellants and
respondent any additional disbursements occasioned to the appellants and respondent by its intervention.
À LA SUITE DE LA DEMANDE d’autorisation d’appel présentée par le David Asper Centre for Constitutional
Rights;
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés,
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
La requête en autorisation d’intervenir présentée par le David Asper Centre for Constitutional Rights est accueillie et
cet intervenant pourra signifier et déposer un mémoire d’au plus 10 pages au plus tard le 8 février 2013.
La décision sur la demande en vue de présenter une plaidoirie orale sera rendue après réception et examen des
arguments écrits des parties et de l’intervenant.
L’intervenant n’a pas le droit de soulever de nouvelles questions, de produire d’autres éléments de preuve ni de
compléter de quelque autre façon le dossier des parties.
- 88 -
MOTIONS
REQUÊTES
Conformément à l’al. 59(1)a) des Règles de la Cour suprême du Canada, l’intervenant paiera aux appelants et à
l’intimé tous débours supplémentaires résultant de son intervention.
10.01.2013
Before / Devant : LEBEL J. / LE JUGE LEBEL
Requête en autorisation d’intervenir
Motion for leave to intervene
BY / PAR
Attorney General of Ontario;
Attorney General of Alberta;
Criminal Lawyers' Association
(Ontario);
Canadian Civil Liberties
Association;
British Columbia Civil Liberties
Association
IN / DANS :
Thanh Long Vu
v. (34687)
Her Majesty the Queen (Crim.)
(B.C.)
GRANTED / ACCORDÉES
UPON APPLICATIONS by the Attorney General of Ontario, the Attorney General of Alberta, the Criminal Lawyers'
Association (Ontario), the Canadian Civil Liberties Association and the British Columbia Civil Liberties Association
for leave to intervene in the above appeal;
AND THE MATERIAL FILED having been read;
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
The motions for leave to intervene of the Attorney General of Ontario, the Attorney General of Alberta, the Criminal
Lawyers' Association (Ontario), the Canadian Civil Liberties Association and the British Columbia Civil Liberties
Association are granted and the said interveners shall be entitled to each serve and file a factum not to exceed 10 pages
in length on or before March 7, 2013.
The requests to present oral argument are deferred to a date following receipt and consideration of the written
arguments of the parties and the interveners.
The interveners are not entitled to raise new issues or to adduce further evidence or otherwise to supplement the record
of the parties.
Pursuant to Rule 59(1)(a) of the Rules of the Supreme Court of Canada, the interveners shall pay to the appellant and
respondent any additional disbursements occasioned to the appellant and respondent by their interventions.
À LA SUITE DES REQUÊTES présentées par le procureur général de l’Ontario, le procureur général de l’Alberta, la
Criminal Lawyers’ Association (Ontario), l’Association canadienne des libertés civiles et l’Association des libertés
civiles de la Colombie-Britannique en autorisation d’intervenir dans l’appel;
- 89 -
MOTIONS
REQUÊTES
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés ;
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
Les requêtes en autorisation d’intervenir présentées par le procureur général de l’Ontario, le procureur général de
l’Alberta, la Criminal Lawyers’ Association (Ontario), l’Association canadienne des libertés civiles et l’Association des
libertés civiles de la Colombie-Britannique sont accueillies, et les intervenants pourront chacun signifier et déposer un
mémoire d’au plus dix pages au plus tard le 7 mars 2013.
Les décisions sur les requêtes en vue de présenter des plaidoiries orales seront rendues aprè s réception et examen des
arguments écrits des parties et des intervenants.
Les intervenants n’ont pas le droit de soulever de nouvelles questions, de produire d’autres éléments de preuve ni de
compléter de quelque autre façon le dossier des parties.
Conformément à l’alinéa 59(1)a) des Règles de la Cour suprême du Canada, les intervenants paieront à l’appelant et à
l’intimée tous débours supplémentaires résultant de leur intervention.
10.01.2013
Before / Devant: LEBEL J. / LE JUGE LEBEL
Ordonnance relative à la présentation d’une
plaidoirie orale par les intervenants
Order on interventions with respect to oral
argument
RE:
Attorney General of Ontario;
British Columbia Civil Liberties
Association;
Canadian Civil Liberties
Association;
Samuelson-Glushko Canadian
Internet Policy and Public
Interest Clinic
IN / DANS :
Benjamin Cain MacKenzie
v. (34397)
Her Majesty the Queen (Crim.)
(Sask.)
- and between Mandeep Singh Chehil
v. (34524)
Her Majesty the Queen (Crim.)
(N.S.)
FURTHER TO THE ORDER dated November 5, 2012, granting leave to intervene to the Attorney General of
Ontario, the British Columbia Civil Liberties Association, the Canadian Civil Liberties Association and the Samuelson Glushko Canadian Internet Policy and Public Interest Clinic;
- 90 -
MOTIONS
REQUÊTES
AND UPON APPLICATION by the Samuelson-Glushko Canadian Internet Policy and Public Interest Clinic for an
order extending the time to serve and file its factum and book of authorities to January 9, 2013;
AND THE MATERIAL FILED having been read;
IT IS HEREBY FURTHER ORDERED that the Attorney General of Ontario, the British Columbia Civil Liberties
Association and the Canadian Civil Liberties Association are each granted permission to present oral argument not
exceeding ten (10) minutes at the hearing of these appeals.
AND IT IS HEREBY FURTHER ORDERED THAT the motion by the Samuelson-Glushko Canadian Internet
Policy and Public Interest Clinic extending the time to serve and file its factum and book of authorities to January 9,
2013 is granted. The request to present oral argument at the hearing of these appeals is denied.
À LA SUITE DE l’ORDONNANCE datée du 5 novembre 2012 autorisant le procureur général de l’Ontario,
l’Association des libertés civiles de la Colombie-Britannique, l’Association canadienne des libertés civiles et la
Clinique d’intérêt public et de politique d’internet du Canada Samuelson -Glushko à intervenir;
ET À LA SUITE DE LA DEMANDE présentée par la Clinique d’intérêt public et de politique d’internet du Canada
Samuelson-Glushko en prorogation du délai de signification et de dépôt de ses mémoire et recueil de sources jusqu’au 9
janvier 2013;
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés,
IL EST EN OUTRE ORDONNÉ QUE le procureur général de l’Ontario, l’Association des libertés civiles de la
Colombie-Britannique et l’Association canadienne des libertés civiles pourront présenter chacun une plaidoirie orale
d’au plus dix (10) minutes lors de l’audition des appels.
ET IL EST EN OUTRE ORDONNÉ QUE la requête présentée par la Clinique d’intérêt public et de politique
d’internet du Canada Samuelson-Glushko en prorogation du délai de signification et de dépôt de ses mémoire et recueil
de sources jusqu’au 9 janvier 2013 est accueillie. Sa demande en vue de présenter une plaidoirie orale lors de l’audition
des appels est rejetée.
10.01.2013
Before / Devant : FISH J. / LE JUGE FISH
Ordonnance relative à la présentation d’une
plaidoirie orale par les intervenantes
Order on interventions with respect to oral
argument
RE:
Canadian Bar Association;
Federation of Law Societies of
Canada
IN / DANS :
Canadian National Railway
v. (34545)
McKercher LLP et al. (Sask.)
- 91 -
MOTIONS
REQUÊTES
FURTHER TO THE ORDER dated November 23, 2012, granting leave to intervene to the Canadian Bar Association
and the Federation of Law Societies of Canada;
IT IS HEREBY FURTHER ORDERED THAT the said interveners are each granted permission to present oral
argument not exceeding ten (10) minutes at the hearing of the appeal.
À LA SUITE DE L’ORDONNANCE datée du 23 novembre 2012 autorisant l’Association du Barreau canadien et la
Fédération des ordres professionnels de juristes du Canada à intervenir;
IL EST EN OUTRE ORDONNÉ QUE ces intervenantes pourront présenter une plaidoirie orale d’au plus dix (10)
minutes lors de l’audition de l’appel.
- 92 -
AVIS D’APPEL DÉPOSÉS DEPUIS LA
DERNIÈRE PARUTION
NOTICES OF APPEAL FILED SINCE
LAST ISSUE
17.12.2012
Fabian Vuradin
v. (35143)
Her Majesty the Queen (Alta.)
(As of Right)
- 93 -
APPEALS HEARD SINCE LAST ISSUE
AND DISPOSITION
APPELS ENTENDUS DEPUIS LA
DERNIÈRE PARUTION ET RÉSULTAT
15.01.2013
Coram: McLachlin C.J. and LeBel, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver , Karakatsanis and Wagner JJ.
Peter O’Flaherty
appellants.
Marine Services International Limited et al.
and
Brodie
Gallant
for
the
v. (34429)
Scott A. Nielsen and Laurel Courtenay for the
intervener Worker’s Compensation Board of British
Columbia.
Estate of Joseph Ryan, by its Administratrix,
Yvonne Ryan et al. (N.L.) (Civil) (By Leave)
Written submission only by Jamie Martin for the
intervener
Workplace
Health,
Safety
and
Compensation Commission.
Hart Schwartz and Michael Dunn for the intervener
Attorney General of Ontario.
Nancy E. Brown for the intervener Attorney General
of British Columbia.
Rolf Pritchard, Q.C. for the intervener Attorney
General of Newfoundland and Labrador.
Peter Southey and Christine Mohr for the respondent
Attorney General of Canada.
Corwin Mills, Q.C., Joseph Twyne and Benjamin
Piper for the respondents Estate of Joseph Ryan et al.
RESERVED / EN DÉLIB ÉRÉ
Nature of the case:
Nature de la cause :
Constitutional law - Division of powers - Navigation
and shipping - Paramountcy - Interjurisdictional
immunity - Action in negligence by estates and
families of two men who drowned after fishing vessel
designed, built and inspected by defendants capsizes Whether s. 6 of the Marine Liability Act, S.C. 2001,
c. 6, authorizes a federal right of action for dependants
of workers injured or killed in the course of marine
employment against their employer, a fellow worker,
or other workers or employers governed by the same
provincial workers compensation scheme - Whether
s. 44 of the Workplace Health, Safety and
Compensation
Act,
RSNL1990,
c. W-11,
is
constitutionally inoperative in respect of federal
maritime negligence claims made pursuant to s. 6 of
the Marine Liability Act by reason of the doctrine of
federal paramountcy - Whether s. 44 of the Workplace
Health, Safety and Compensation Act is
Droit constitutionnel - Partage des compétences Navigation et bâtiments ou navires - Prépondérance Exclusivité des compétences - Action en négligence
intentée par les successions et les familles de deux
hommes qui se sont noyés après que le navire de
pêche conçu, construit et inspecté par les défendeurs a
chaviré - L’art. 6 de la Loi sur la responsabilité en
matière maritime, L.C. 2001, c. 6, confère-t-il un droit
d’action au fédéral aux personnes à charge de
travailleurs blessés ou tués dans l’exercice de leur
emploi dans le secteur maritime contre leur
employeur, un collègue de travail ou d’autres
travailleurs ou employeurs régis par le même régime
d’indemnisation des accidentés du travail? - L’art. 44
de la Workplace Health, Safety and Compensation
Act,
RSNL
1990,
ch. W-11
est-il
constitutionnellement inopérant à l’égard d’actions au
fédéral pour négligence en matière maritime intentées
- 94 -
APPEALS HEARD SINCE LAST ISSUE AND
DISPOSITION
APPELS ENTENDUS DEPUIS LA DERNIÈRE
PARUTION ET RÉSULTAT
en vertu de l’art. 6 de la Loi sur la responsabilité en
matière maritime en raison de la doctrine de la
prépondérance fédérale? - L’art. 44 de la Workplace
Health, Safety and Compensation Act, RSNL 1990,
ch. W-11 est-il constitutionnellement inapplicable aux
actions au fédéral pour négligence en matière
maritime intentées en vertu de l’art. 6 de la Loi sur la
responsabilité en matière maritime en raison de la
doctrine d’exclusivité des compétences?
constitutionally inapplicable to federal maritime
negligence claims made pursuant to s. 6 of the
Maritime Liability Act, by reason of the doctrine of
interjurisdictional immunity.
16.01.2013
Coram: McLachlin C.J. and LeBel, Abella, Rothstein, Cromwell, Karakatsanis and Wagner JJ.
Edward Sumio Nishi
D. Geoffrey Cowper, Q.C. and Joel Payne for the
appellant.
v. (34510)
Craig P. Dennis
respondent.
Rascal Trucking Ltd. (B.C.) (Civil) (By Leave)
and Owen J. James for the
RESERVED / EN DÉLIB ÉRÉ
Nature of the case:
Nature de la cause :
Property - Real property - Trusts - Resulting trust Appellant using funds received from Respondent to
purchase property in foreclosure proceedings - Funds
representing disputed monies owing to third party Whether the doctrine of unjust enrichment is superior
to the purchase-money resulting trust for resolving
disputes in the non-domestic context where one party
contributes money to the purchase of property but
does not acquire legal title - Whether the appellant
was unjustly enriched by the respondent’s
contribution to the purchase of the property - In the
alternative, whether the Court of Appeal erred in its
application of resulting trust principles.
Biens - Biens réels - Fiducies - Fiducie par déduction L’appelant a employé des fonds reçus de l’intimée
pour acheter une propriété dans le cadre d’une mesure
de forclusion - Les fonds représentaient des sommes
d’argent contestées dues à un tiers - La doctrine de
l’enrichissement injustifié a-t-elle primauté sur la
fiducie par déduction découlant des circonstances de
l’achat pour régler des différends en contexte non
conjugal où une partie fait un apport d’argent pour
l’achat d’une propriété mais n’acquiert aucun titre en
common law? - L’appelant a-t-il été injustement
enrichi par l’apport de l’intimée pour l’achat de la
propriété? - Subsidiairement, la Cour d’appel
s’est-elle trompée dans son application des principes
régissant les fiducies par interprétation?
17.01.2013
Coram: McLachlin C.J. and LeBel, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver, Karakatsanis and Wagner JJ.
Rachidi Ekanza Ezokola
Jared Will, Annick Legault and Peter Shams for the
appellant.
v. (34470)
Lorne Waldman, Jacqueline Swaisland, Kylie Buday
and Rana Khan for the intervener United Nations
High Commissioner for Refugees .
Minister of Citizenship and Immigration (F.C.)
(Civil) (By Leave)
- 95 -
APPEALS HEARD SINCE LAST ISSUE AND
DISPOSITION
APPELS ENTENDUS DEPUIS LA DERNIÈRE
PARUTION ET RÉSULTAT
Michael Bossin, Chantal Tie and Laïla Demirdache
for the intervener Amnesty International.
John Terry, Sarah R. Shody and Renu Mandhane for
the interveners Canadian Centre for International
Justice et al.
Catherine Dauvergne, Angus Grant and Pia Zambelli
for the intervener Canadian Council for Refugees .
Sukanya Pillay for the intervener Canadian Civil
Liberties Association.
Jennifer Bond, Carole Simone Dahan, Aviva Basman
and Andrew Brouwer for the intervener Canadian
Association of Refugee Lawyers .
François Joyal and Ginette Gobeil for the respondent.
RESERVED / EN DÉLIB ÉRÉ
Nature of the case:
Nature de la cause :
Immigration - Refugee Status - Decision of
Immigration and Refugee Board excluding appellant
from definition of “refugee” as defined in Article
1F(a) of the United Nations Convention Relating to
the Status of Refugees, July 28, 1951, [1969] Can.
T.S. No. 6, on basis of complicity by as sociation in
war crimes and crimes against humanity - Test for
complicity - For purposes of the application of
art. 1F(a) of the United Nations Convention Relating
to the Status of Refugees, what is the correct legal
standard for culpable complicity in international
crimes?
Immigration - Statut de réfugié - Décision de la
Commission de l’immigration et du statut de réfugié
de refuser à l’appelant le statut de refugié au sens de
l’article 1Fa) de la Convention des Nations Unies
relative au statut des réfugiés, 28 juillet 1951, [1969]
R.T. Can. n o 6, pour cause de complicité par
association à des crimes de guerre et à des crimes
contre l’humanité - Critère de complicité - Aux fins de
l’application de l’art. 1Fa) de la Convention des
Nations Unies relative au statut des réfugiés, quelle
est la bonne norme juridique en matière de complicité
coupable dans les crimes internationaux?
- 96 -
PRONOUNCEMENTS OF APPEALS
RESERVED
JUGEMENTS RENDUS SUR LES
APPELS EN DÉLIBÉRÉ
Reasons for judgment are available
Les motifs de jugement sont disponibles
JANUARY 17, 2013 / LE 17 JANVIER 2013
34358
Sa Majesté la Reine c. Alphide Manning – et – Directeur des poursuites pénales du Canada,
procureur général de l'Ontario, Association canadienne des libertés civiles et Association des
libertés civiles de la Colombie-Britanni que (Qc)
2013 SCC 1 / 2013 CSC 1
Coram:
La juge en chef McLachlin et les juges LeBel, Fish, Abella, Cromwell, Karakatsanis et Wagner
L’appel interjeté contre l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Québec), numéro 200-10-002559-107, 2011 QCCA 900,
en date du 16 mai 2011, entendu le 5 décembre 2012, est accueilli. L’ordonnance de confiscation demandée par le
ministère public est rendue.
The appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Québec), Number 200-10-002559-107, 2011 QCCA
900, dated May 16, 2011, heard on December 5, 2012, is allowed. The order of forfeiture sought by the Crown is
granted.
34694
Her Majesty the Queen v. Kelly Joseph O'Brien (Man.)
2013 SCC 2 / 2013 CSC 2
Coram:
McLachlin C.J. and Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver and Wagner JJ.
The appeal from the judgment of the Court of Appeal of Manitoba, Number AR 11-30-07555, 2012 MBCA 6, dated
January 26, 2012, heard on December 6, 2012, is dismissed. McLachlin C.J. and Abella and Rothstein JJ. are
dissenting.
L’appel interjeté contre l’arrêt de la Cour d’appel du Manitoba, numéro AR 11-30-07555, 2012 MBCA 6, en date du
26 janvier 2012, entendu le 6 décembre 2012, est rejeté. La juge en chef McLachlin et les juges Abella et Rothstein
sont dissidents.
JANUARY 18, 2013 / LE 18 JANVIER 2013
34272
Her Majesty the Queen v. Nicole Patricia Ryan – and – Attorney General of Ontario, Canadian
Association of Elizabeth Fry Societies and Women’s Legal Education and Action Fund and
Criminal Lawyers’ Association of Ontario (Sask.)
2013 SCC 3 / 2013 CSC 3
Coram:
McLachlin C.J. and LeBel, Deschamps, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver and
Karakatsanis JJ.
The appeal from the judgment of the Nova Scotia Court of Appeal, Number CAC 327746, 2011 NSCA 30, dated
March 29, 2011, heard on June 14, 2012, is allowed and a stay of proceedings is entered. Fish J. is dissenting in part.
L’appel interjeté contre l’arrêt de la Cour d’appel de la Nouvelle-Écosse, numéro CAC 327746, 2011 NSCA 30, en date
du 29 mars 2011, entendu le 14 juin 2012, est accueilli et l’arrêt des procédures est ordonné. Le juge Fish est dissident
en partie.
- 97 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Sa Majesté la Reine c. Alphide Manning (Qc) (34358)
Indexed as: R. v. Manning / Répertorié : R. c. Manning
Neutral citation: 2013 SCC 1 / Référence neutre : 2013 CSC 1
Hearing: December 5, 2012 / Judgment: January 17, 2013
Audition : Le 5 décembre 2012 / Jugement : Le 17 janvier 2013
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges LeBel, Fish, Abella, Cromwell, Karakatsanis et Wagner.
Droit criminel — Ordonnances de confiscation — Plaidoyer de culpabilité présenté à l’égard d’une
accusation de conduite avec les facultés affaiblies par l’alcool ou une drogue par un accusé ayant déjà été déclaré
coupable de multiples infractions relatives à la conduite sous l’effet de l’alcool et manquements à des ordonnances de
probation et à des engagements — Demande de confiscation d’un véhicule automobile présentée par le ministère
public — Le juge du procès a-t-il fait erreur en refusant de rendre l’ordonnance demandée?
Arrêt : Le pourvoi est accueilli et l’ordonnance de confiscation est rendue.
Dans son application du par. 490.41(3) du Code criminel, le juge du procès a conclu qu’il était contraint de
tenir compte des objectifs et des principes de détermination de la peine énoncés aux art. 718 et suivants du Code. Cette
erreur est fatale à sa conclusion. L’intimé n’a pas été en mesure de convaincre la Cour que l’effet de la confiscation
serait « démesuré » au sens du par. 490.41(3). L’ordonnance de confiscation demandée par le ministère public doit
donc être rendue.
POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel du Québec (les juges Thibault, Pelletier et Dufresne), 2011
QCCA 900 (CanLII), [2011] J.Q. n o 5287 (QL), 2011 CarswellQue 5023, SOQUIJ AZ-50753167, qui a confirmé la
décision du juge Boisjoli refusant d’ordonner la confiscation d’un bien infractionnel. Pourvoi accueilli.
Robin Tremblay et Jean-François Bouvette, pour l’appelante.
Patrick Jacques, pour l’intimé.
Argumentation écrite seulement par Simon William et François Lacasse, pour l’intervenant le Directeur des
poursuites pénales du Canada.
Susan Ficek et Melissa Adams, pour l’intervenant le procureur général de l’Ontario.
Catherine Beagan Flood et Joshua A. Krane, pour l’intervenante l’Association canadienne des libertés civiles.
Audrey Boctor et Douglas C. Mitchell, pour l’intervenante l’Association des libertés civiles de la
Colombie-Britannique.
Procureur de l’appelante : Poursuites criminelles et pénales du Québec, Baie-Comeau, Québec.
Procureur de l’intimé : Patrick Jacques, Beaupré, Québec.
Procureur de l’intervenant le Directeur des poursuites pénales du Canada : Service des poursuites pénales du
Canada, Ottawa.
Procureur de l’intervenant le procureur général de l’Ontario : Procureur général de l’Ontario, Toronto.
Procureurs de l’intervenante l’Association canadienne des libertés civiles : Blake, Cassels & Graydon,
Toronto.
- 98 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Procureurs de l’intervenante l’Association des libertés civiles de la Colombie-Britannique : Irving Mitchell
Kalichman, Montréal.
________________________
Present: McLachlin C.J. and LeBel, Fish, Abella, Cromwell, Karakatsanis and Wagner JJ.
Criminal law — Forfeiture orders — Accused who had previously been convicted for multiple alcohol-related
driving offences and breaches of probation orders and undertakings pleading guilty to the charge of driving a motor
vehicle while impaired by drugs or alcohol — Crown requesting order of forfeiture of motor vehicle — Whether trial
judge erred in refusing to issue order.
Held: The appeal should be allowed and the forfeiture order granted.
In applying s. 490.41(3) of the Criminal Code, the trial judge held that he was bound to consider the objectives
and principles of sentencing set out in s. 718 and following of the Code. This error is fatal to his conclusion. The
respondent failed to satisfy this Court that the impact of forfeiture would be “disproportionate” within the meaning of
s. 490.41(3). The order of forfeiture sought by the Crown should therefore be granted.
APPEAL from a judgment of the Quebec Court of Appeal (Thibault, Pelletier and Dufresne JJ.A.), 2011
QCCA 900 (CanLII), [2011] Q.J. No. 5287 (QL), 2011 CarswellQue 15720, SOQUIJ AZ-50753167, affirming a
decision of Boisjoli J. refusing to order the forfeiture of offence-related property. Appeal allowed.
Robin Tremblay and Jean-François Bouvette, for the appellant.
Patrick Jacques, for the respondent.
Written submissions only by Simon William and François Lacasse, for the intervener the Director of Public
Prosecutions of Canada.
Susan Ficek and Melissa Adams, for the intervener the Attorney General of Ontario.
Catherine Beagan Flood and Joshua A. Krane, for the intervener the Canadian Civil Liberties Association.
Audrey Boctor and Douglas C. Mitchell, for the intervener the British Columbia Civil Liberties Association.
Solicitor for the appellant: Poursuites criminelles et pénales du Québec, Baie-Comeau, Quebec.
Solicitor for the respondent: Patrick Jacques, Beaupré, Quebec.
Solicitor for the intervener the Director of Public Prosecutions of Canada: Public Prosecution Service of
Canada, Ottawa.
Solicitor for the intervener the Attorney General of Ontario: Attorney General of Ontario, Toronto.
Solicitors for the intervener the Canadian Civil Liberties Association: Blake, Cassels & Graydon, Toronto.
Solicitors for the intervener the British Columbia Civil Liberties Association: Irving Mitchell Kalichman,
Montréal.
- 99 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Her Majesty the Queen v. Kelly Joseph O'Brien (Man.) (34694)
Indexed as: R. v. O’Brien / Répertorié : R. c. O’Brien
Neutral citation: 2013 SCC 2 / Référence neutre : 2013 CSC 2
Hearing: December 6, 2012 / Judgment: January 17, 2013
Audition : Le 6 décembre 2012 / Jugement : Le 17 janvier 2013
Present: McLachlin C.J. and Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver and Wagner JJ.
Criminal law — Offences — Uttering threats — Elements of offence — Mens rea — Respondent repeatedly
telling ex-girlfriend that he would kill her — Ex-girlfriend testifying that words uttered by accused did not intimidate
her or cause her fear as accused frequently talked in that manner — Whether trial judge erred in law in determining
that accused did not have requisite mens rea — Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46, s. 264.1(1)(a).
While the accused was incarcerated, he had a telephone conversation with his ex-girlfriend during which he
repeatedly told her that he would kill her upon his release if she proceeded with h er planned abortion of their child. The
accused was charged with uttering threats. At trial, the ex-girlfriend testified that the words uttered by the accused had
not intimidated her or caused her fear as the accused frequently talked in that manner. Th e accused was acquitted, the
trial judge having a reasonable doubt whether the accused intended his words to intimidate or be taken seriously. The
Court of Appeal dismissed the Crown’s appeal.
Held (McLachlin C.J. and Abella and Rothstein JJ. dissenting): The appeal should be dismissed.
Per Fish, Cromwell, Moldaver and Wagner JJ.: It is an essential element of the offence under s. 264.1(1)(a)
of the Criminal Code that the accused intended his or her words to intimidate or to be taken seriously. The trial judge
properly considered the words uttered in the context of the evidence of the recipient of the threats and concluded that
the evidence left her with a reasonable doubt as to whether the accused had the requisite intent. There is no basis on
which to conclude that the trial judge committed any error of law in concluding as she did.
Per McLachlin C.J. and Abella and Rothstein JJ. (dissenting): The trial judge erred in making the perception
of the recipient of the threat the determinative factor in the assessment of the accused’s intent. The nature of the
relationship between the accused and the recipient of a threat forms part of the circumstances surrounding the offence.
However, whether the recipient of a threat takes that threat seriously is not an element of the mens rea of the accused.
APPEAL from a judgment of the Manitoba Court of Appeal (Steel, Beard and MacInnes JJ.A.), 2012 MBCA
6, 275 Man. R. (2d) 144, 280 C.C.C. (3d) 481, [2012] 5 W.W.R. 265, 538 W.A.C. 144, [2012] M.J. No. 28 (QL), 2012
CarswellMan 25, affirming the acquittal of the accused. Appeal dismissed, McLachlin C.J. and Abella and
Rothstein JJ. dissenting.
Rekha Malaviya and Amiram Kotler, for the appellant.
Michael P. Cook and Marie-France Major, for the respondent.
Solicitor for the appellant: Attorney General of Manitoba, Winnipeg.
Solicitors for the respondent: Smith Corona Van Dongen & Cook, Winnipeg; Supreme Advocacy, Ottawa.
________________________
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver et Wagner.
Droit criminel — Infractions — Menaces — Éléments de l’infraction — Mens rea — Intimé ayant dit à
plusieurs reprises à son ex-petite amie qu’il la tuerait — Ex-petite amie témoignant ne pas avoir été intimidée ni
effrayée par les paroles de l’accusé parce qu’il lui parlait souvent ainsi — Le juge du procès a-t-il commis une erreur
de droit en concluant que l’accusé n’avait pas la mens rea requise? — Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C-46,
art. 264.1(1)a).
- 100 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Lors d’une conversation téléphonique tenue pendant son incarcération, l’accusé a dit à plusieurs reprises à son
ex-petite amie, enceinte de lui, qu’il la tuerait à sa libération si elle se faisait avorter comme elle le prévoyait. Il a été
accusé d’avoir proféré des menaces. Dans son témoignage au procès, l’ex-petite amie a affirmé que les paroles de
l’accusé ne l’avaient pas intimidée ni effrayée, parce que l’accusé lui parlait souvent ainsi. L’accusé a été acquitté, le
juge du procès ayant un doute raisonnable quant à savoir si l’accusé avait prononcé ces paroles dans l’intention
d’intimider ou d’être pris au sérieux. La Cour d’appel a rejeté l’appel du minis tère public.
Arrêt (la juge en chef McLachlin et les juges Abella et Rothstein sont dissidents) : Le pourvoi est rejeté.
Les juge Fish, Cromwell, Moldaver et Wagner : Le fait que l’accusé prononce les paroles en cause dans
l’intention d’intimider ou d’être pris au sérieux constitue un élément essentiel de l’infraction consistant à proférer des
menaces prévue à l’al. 264.1(1)a) du Code criminel. La juge du procès a envisagé à juste titre les mots prononcés à la
lumière du témoignage de la personne à qui ils étaient destinés et elle a conclu qu’il subsistait un doute quant à savoir si
l’accusé avait l’intention requise. Rien ne permet de conclure que la juge du procès a commis une erreur de droit en
concluant comme elle l’a fait.
La juge en chef McLachlin et les juges Abella et Rothstein (dissidents) : La juge du procès a commis une
erreur en considérant la perception de la personne ayant fait l’objet des menaces comme le facteur déterminant de
l’analyse de l’intention de l’accusé. La nature des rap ports entre l’accusé et la personne ayant fait l’objet des menaces
font partie des circonstances dans lesquelles s’inscrit l’infraction. Toutefois, le fait que le destinataire d’une menace la
prenne ou non au sérieux ne constitue pas un élément de la mens rea requise.
POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel du Manitoba (les juges Steel, Beard et MacInnes), 2012 MBCA
6, 275 Man. R. (2d) 144, 280 C.C.C. (3d) 481, [2012] 5 W.W.R. 265, 538 W.A.C. 144, [2012] M.J. No. 28 (QL), 2012
CarswellMan 25, qui a confirmé l’acquittement de l’intimé. Pourvoi rejeté, la juge en chef McLachlin et les juges
Abella et Rothstein sont dissidents.
Rekha Malaviya et Amiram Kotler, pour l’appelante.
Michael P. Cook et Marie-France Major, pour l’intimé.
Procureur de l’appelante : Procureur général du Manitoba, Winnipeg.
Procureurs de l’intimé : Smith Corona Van Dongen & Cook, Winnipeg; Supreme Advocacy, Ottawa.
- 101 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Her Majesty the Queen v. Nicole Patricia Ryan (N.S.) (34272)
Indexed as: R. v. Ryan / Répertorié : R. c. Ryan
Neutral citation: 2013 SCC 3 / Référence neutre : 2013 CSC 3
Hearing: June 14, 2012 / Judgment: January 18, 2013
Audition : Le 14 juin 2012 / Jugement : Le 18 janvier 2013
Present: McLachlin C.J. and LeBel, Deschamps, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver and Karakatsanis JJ.
Criminal Law — Defences — Duress — Abused wife paying “hit man” to murder husband who has threatened
her life — Whether duress is available in law as a defence where the threats made against the accused were not made
for the purpose of compelling the commission of an offence — Statutory and common law parameters of defence of
duress — Whether stay of proceedings is appropriate in circumstances of case.
R was the victim of a violent, abusive and controlling husband. She believed that he would cause her and their
daughter serious bodily harm or death and and that she had no safe avenue of escape other than having him killed. She
spoke to an undercover RCMP officer posing as a hit man and agreed to pay him $25,000 to kill her husband. She
gave $2,000, an address and a picture of her husband to the officer. She was arrested and charged with counselling the
commission of an offence not committed contrary to s. 464(a) of the Criminal Code. The trial judge was satisfied
beyond a reasonable doubt that the requisite elements of the offence were established. The only issue at trial was
whether the defence of duress applied. The trial judge accepted R’s evidence that the sole reason for her actions was
intense and reasonable fear arising from her husband’s threats of death and serious bodily harm to herself and their
daughter. The trial judge found that the common law defence of duress applied and acquitted R. On appeal, for the
first time, the Crown argued that duress was not available to R in law. The Court of Appeal upheld the acquittal.
Held (Fish J. dissenting in part): The appeal should be allowed and the proceedings should be stayed.
Per McLachlin C.J. and LeBel, Deschamps, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver and Karakatsanis JJ.:
The defence of duress is only available when a person commits an offence while under compulsion of a threat made for
the purpose of compelling him or her to commit the offence. This was not R's situation and the defence of duress was
not available to her. If an accused is threatened without compulsion, his or her only defence is self-defence.
The Court of Appeal erred in law in finding that there was no principled basis upon which to exclude R from
relying on the defence of duress. Although the defences of duress and self-defence are both based on the idea of
normative involuntariness and both apply where the accused acted in response to an external threat, significant
differences between these defences justify maintaining a meaningful juridical difference between them. The rationale
underlying each defence is profoundly distinct. Duress, like the defence of necessity, is an excuse. The act, usually
committed against an innocent third party, remains wrong but the law excuses those who commit the act in a morally
involuntary manner, where there was realistically no choice but to commit the act. Self-defence, in contrast, is a
justification based on the principle that it is lawful in defined circumstances to resist force or a threat of force with
force. The victim, also the attacker, is the author of his or her own misfortune. Generally, the justification of
self-defence ought to be more readily available than the excuse of duress . Thus, if infliction of harm on a person who
threatened or attacked the accused is not justified by the law of self-defence, it would be curious if the accused’s
response would nonetheless be excused by the more restrictive law of duress. Duress, which is an amalgam of statutory
and common law elements, cannot be extended to apply where the accused meets force with force in situations where
self defence is not available. Duress is, and must remain, an applicable defence only in situations where the accu sed
has been compelled to commit a specific offence under threats of death or bodily harm.
This appeal underlines the need for further clarification of the law of duress. The statutory version of the
defence applies to principals and the common law to parties. The statutory version of the offence also excludes a long
list of offences from its operation. Nonetheless, the defence of duress, in its statutory and common law forms, is
largely the same and both forms share the following common elements: the re must be an explicit or implicit threat of
present or future death or bodily harm — this threat can be directed at the accused or a third party; the accused must
reasonably believe that the threat will be carried out; th ere must be no safe avenue of escape, evaluated on a modified
objective standard; there must be a close temporal connection between the threat and the harm threatened; there must be
- 102 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
proportionality between the harm threatened and the harm inflicted by the accused, also evaluated on a modif ied
objective standard; and the accused cannot be a party to a conspiracy or association whereby he or she is subject to
compulsion and actually knew that threats and coercion to commit an offence were a possible result of this criminal
activity, conspiracy or association.
The circumstances of this case are exceptional and warrant a stay of proceedings. Although the appeal should
be allowed, it would not be fair to subject R to another trial. The abuse she suffered and the protracted nature of these
proceeding have taken an enormous toll on her. The law of duress was unclear which made resort to the defence at trial
unusually difficult. Furthermore, the Crown changed its position about the applicable law between the trial and appeal
process, raising a serious risk that the consequences of decisions made during the conduct of R’s defence cannot be
undone in the context of a new trial.
Per Fish J. (dissenting in part): The defence of duress was not available to R and the acquittal must be set
aside. However, a judicial stay of proceedings is not warranted on the record. A stay is a drastic remedy of last resort
and available only in the clearest of cases. These criteria are not satisfied. A new trial should be ordered, leaving it to
the Crown to decide whether the public interest requires a new trial in the particular circumstances of the case.
APPEAL from a judgment of the Nova Scotia Court of Appeal (MacDonald C.J.N.S. and Saunders and
Oland JJ.A.), 2011 NSCA 30, 301 N.S.R. (2d) 255, 953 A.P.R. 255, 269 C.C.C. (3d) 480, 84 C.R. (6th) 249, [2011]
N.S.J. No. 157 (QL), 2011 CarswellNS 177, affirming an acquittal entered by Farrar J., 2010 NSSC 114, 289 N.S.R.
(2d) 273, 916 A.P.R. 273, [2010] N.S.J. No. 154 (QL), 2010 CarswellNS 182. Appeal allowed, Fish J. dissenting in
part.
William D. Delaney, Q.C., and Jennifer A. MacLellan, for the appellant.
Joel E. Pink, Q.C., Brian H. Greenspan, Andrew Nielsen and Naomi M. Lutes, for the respondent.
John Corelli and Holly Loubert, for the intervener the Attorney General of Ontario.
Christine Boyle, Q.C., for the interveners the Canadian Association of Elizabeth Fry Societies and the
Women’s Legal Education and Action Fund.
Susan M. Chapman and Howard Krongold, for the intervener the Criminal Lawyers’ Association (Ontario).
Solicitor for the appellant: Public Prosecution Service of Nova Scotia, Halifax.
Solicitors for the respondent: Pink Larkin, Halifax; Greenspan Humphrey Lavine, Toronto.
Solicitor for the intervener the Attorney General of Ontario: Attorney General of Ontario, Toronto.
Solicitors for the interveners the Canadian Association of Elizabeth Fry Societies and the Women’s Legal
Education and Action Fund: University of British Columbia, Vancouver.
Solicitors for the intervener the Criminal Lawyers’ Association (Ontario): Ursel Phillips Fellows Hopkinson,
Toronto; Webber Schroeder Goldstein Abergel, Ottawa.
________________________
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges LeBel, Deschamps, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver et
Karakatsanis.
Droit criminel — Moyens de défense — Contrainte — « Tueur à gages » payé par une femme battue dont la
vie est menacée par son mari pour assassiner ce dernier — Le moyen de défense fondé sur la contrainte peut-il être
invoqué en droit lorsque les menaces à l’endroit de l’accusée n’ont pas été proférées dans le but de la forcer à
commettre une infraction? — Paramètres législatifs et de common law du moyen de défense fondé sur la contrainte —
L’arrêt des procédures est-il approprié en l’espèce?
- 103 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
R était victime d’un époux violent et dominateur. Elle craignait qu’il les blesse gravement ou les tue, elle et
leur fille, et croyait que le seul moyen de s’en sortir sans danger était de le faire tuer. Elle a communiqué avec un agent
d’infiltration de la GRC se faisant passer pour un tueur à gages et a accepté de lui verser 25 000 $ pour qu’il tue son
époux. Elle a versé 2 000 $ à l’agent et lui a fourni l’adresse et une photo de son époux. Elle a été arrêtée et accusée,
en vertu de l’al. 464a) du Code criminel, d’avoir conseillé la perpétration d’une infraction qui n’a pas été commise. Le
juge de première instance était convaincu hors de tout doute raisonnable que les éléments essentiels de l’infraction
avaient été établis. La seule question en litige au procès consistait à déterminer si la défense fondée sur la contrainte
s’appliquait. Le juge de première instance a ajouté foi au témoignage de R selon lequel l’unique motif invoqué par elle
pour justifier ses actes était la crainte intense et raisonnable que lui inspirait son époux lorsqu’il les menaçait, elle et
leur fille, de les tuer ou de leur infliger des lésions corporelles graves. Estimant que le moyen de défense de common
law fondé sur la contrainte s’appliquait, le juge de première instance a acquitt é R. Lors de l’appel, pour la première
fois, le ministère public a soutenu que R ne pouvait pas invoquer la contrainte comme moyen de défense en droit. La
Cour d’appel a confirmé l’acquittement.
Arrêt : (le juge Fish est dissident en partie) Le pourvoi est accueilli et l’arrêt des procédures est ordonné.
La juge en chef McLachlin et les juges LeBel, Deschamps, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver et
Karakatsanis : Le moyen de défense fondé sur la contrainte peut seulement être invoqué lorsqu’une p ersonne commet
une infraction sous la contrainte d’une menace proférée dans le but de la forcer à commettre cette infraction. Ce n’était
pas le cas de R et elle ne pouvait pas invoquer ce moyen de défense. Si un accusé a été menacé sans aucun élément de
contrainte, son seul moyen de défense est la légitime défense.
La Cour d’appel a commis une erreur de droit en déclarant qu’il n’existait aucune raison de principe
permettant d’interdire à R d’invoquer le moyen de défense fondé sur la contrainte. Bien que la contrainte et la légitime
défense reposent toutes deux sur l’idée de caractère involontaire normatif et qu’elles s’appliquent dans les cas où
l’accusé a agi en réaction à une menace extérieure, les différences importantes entre ces moyens de défens e justifient le
maintien d’une différence juridique importante entre eux. Le principe sous -jacent à chacun est nettement distinct. La
contrainte, à l’instar de la nécessité, constitue une excuse. L’acte, habituellement perpétré à l’endroit d’un tiers
innocent, demeure répréhensible, mais la loi en excuse l’auteur qui a agi d’une manière involontaire au sens moral, s’il
a commis l’acte dans des circonstances où il ne disposait vraiment d’aucun autre choix. La légitime défense, par
ailleurs, est une justification qui repose sur le principe voulant qu’il est légitime, dans des circonstances bien définies,
d’opposer la force à la force ou à une menace d’employer la force. La victime, qui est également l’agresseur, est
l’auteur de son propre malheur. En règle générale, la justification de la légitime défense devrait être plus facile à
invoquer que l’excuse de la contrainte. Par conséquent, si le fait d’infliger une blessure à une personne ayant menacé
ou attaqué l’accusé n’est pas justifié par le droit applicable en matière de légitime défense, il serait étrange que la
réplique de l’accusé soit néanmoins excusée par le droit plus astreignant de la contrainte. Le moyen de défense fondé
sur la contrainte, qui s’appuie sur un amalgame d’éléments issus tant de dispositions législatives que de la common law,
ne saurait être élargi de manière à s’appliquer aux situations où l’accusé oppose la force à la force lorsque la légitime
défense ne peut être invoquée. La contrainte est, et doit demeurer, un moyen de défen se qui ne peut être invoqué que
dans des cas où l’accusé a été forcé de commettre une infraction précise en réplique à des menaces de mort ou de
lésions corporelles.
Le présent pourvoi souligne la nécessité d’apporter des éclaircissements supplémentaires au droit en matière
de contrainte. La version législative du moyen de défense s’applique aux auteurs principaux d’infractions et la
common law aux participants à des infractions. La version législative de l’infraction exclut également de son
application une longue liste d’infractions. Néanmoins, la version législative ainsi que la version de common law du
moyen de défense fondé sur la contrainte sont en grande partie identiques et partagent les éléments constitutifs
suivants : il doit y avoir eu des menaces explicites ou implicites de causer la mort ou des lésions corporelles, dans
l’immédiat ou dans le futur — ces menaces peuvent viser l’accusé ou un tiers; l’accusé doit croire, pour des motifs
raisonnables, que ces menaces seront mises à exécution; il doit n’exister aucun moyen de s’en sortir sans danger, et cet
élément est évalué en fonction d’une norme objective modifiée; il doit exister un lien temporel étroit entre les menaces
proférées et le préjudice qu’on menace de causer; il doit y avoir propo rtionnalité entre le préjudice dont l’accusé est
menacé et celui qu’il inflige, et cet élément est lui aussi évalué en fonction d’une norme objective modifiée; l’accusé ne
peut avoir participé à aucun complot ni à aucune association le soumettant à la cont rainte et avoir su vraiment que les
- 104 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
menaces et la contrainte l’incitant à commettre une infraction criminelle constituaient une conséquence possible de
cette activité, de ce complot ou de cette association criminels.
Les circonstances exceptionnelles de l’espèce commandent l’arrêt des procédures. Bien qu’il y ait lieu
d’accueillir l’appel, il serait injuste d’imposer à R un autre procès. Elle a été sérieusement affectée par les mauvais
traitements qu’elle a subis, ainsi que par ces interminables procéd ures. Le droit applicable en matière de contrainte
manque de clarté, d’où la difficulté particulière d’y recourir en première instance comme moyen de défense. En outre,
le changement du point de vue du ministère public concernant le droit applicable, int ervenu entre la tenue du procès et
la procédure d’appel, se traduisait par un risque sérieux que les conséquences des décisions prises dans la conduite de la
défense de R ne puissent pas être annulées dans le contexte d’un nouveau procès.
Le juge Fish (dissident en partie) : L’intimée ne pouvait invoquer le moyen de défense fondé sur la contrainte
et l’acquittement doit être annulé. Toutefois, le dossier qui nous a été présenté ne justifie pas un arrêt judiciaire des
procédures. L’arrêt des procédures constitue une réparation draconienne de dernier recours et ne peut être accordé que
dans les cas les plus manifestes. Ces critères ne sont pas remplis. Il y a lieu d’ordonner la tenue d’un nouveau procès
et de laisser au ministère public le soin de décider s’il est dans l’intérêt public de tenir un nouveau procès compte tenu
des circonstances particulières de l’espèce.
POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel de la Nouvelle-Écosse (le juge en chef MacDonald et les juges
Saunders et Oland), 2011 NSCA 30, 301 N.S.R. (2d) 255, 953 A.P.R. 255, 269 C.C.C. (3d) 480, 84 C.R. (6th) 249,
[2011] N.S.J. No. 157 (QL), 2011 CarswellNS 177, qui a confirmé un acquittement prononcé par le juge Farrar, 2010
NSSC 114, 289 N.S.R. (2d) 273, 916 A.P.R. 273, [2010] N.S.J. No. 154 (QL), 2010 CarswellNS 182. Pourvoi
accueilli, le juge Fish est dissident en partie.
William D. Delaney, c.r., et Jennifer A. MacLellan, pour l’appelante.
Joel E. Pink, c.r., Brian H. Greenspan, Andrew Nielsen et Naomi M. Lutes, pour l’intimée.
John Corelli et Holly Loubert, pour l’intervenant le procureur général de l’Ontario.
Christine Boyle, c.r., pour les intervenants l’Association canadienne des Sociétés Elizabeth Fry et le Fonds
d’action et d’éducation juridiques pour les femmes.
Susan M. Chapman et Howard Krongold, pour l’intervenante Criminal Lawyers’ Association (Ontario).
Procureur de l’appelante : Public Prosecution Service of Nova Scotia, Halifax.
Procureurs de l’intimée : Pink Larkin, Halifax; Greenspan Humphrey Lavine, Toronto.
Procureur de l’intervenant le procureur général de l’Ontario : Procureur général de l’Ontario, Toronto.
Procureurs des intervenants l’Association canadienne des Sociétés Elizabeth Fry et le Fonds d’a ction et
d’éducation juridiques pour les femmes : Université de la Colombie-Britannique, Vancouver.
Procureurs de l’intervenante Criminal Lawyers’ Association (Ontario) : Ursel Phillips Fellows Hopkinson,
Toronto; Webber Schroeder Goldstein Abergel, Ottawa.
- 105 -
SUPREME COURT OF CANADA SCHEDULE / CALENDRIER DE LA COUR SUPREME
- 2012 OCTOBER - OCTOBRE
S
D
NOVEMBER - NOVEMBRE
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
1
2
3
4
5
6
7
H
8
M
9
10
11
12
13
4
M
5
6
14
15
16
17
18
19
20
11
H
12
21
22
23
24
25
26
27
18
28
29
30
31
25
W
M
DECEMBER - DÉCEMBRE
T
J
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
7
8
9
10
2
M
3
4
5
6
7
8
13
14
15
16
17
9
10
11
12
13
14
15
19
20
21
22
23
24
16
17
18
19
20
21
22
26
27
28
29
30
23
30
24
31
H
25
26
27
28
29
F
V
S
S
1
2
1
- 2013 JANUARY - JANVIER
S
D
M
L
FEBRUARY - FÉVRIER
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
H
1
2
3
4
5
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
MARCH - MARS
F
V
S
S
1
2
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
6
7
8
9
10
11
12
3
4
5
6
7
8
9
3
4
5
6
7
8
9
13
M
14
15
16
17
18
19
10
M
11
12
13
14
15
16
10
11
12
13
14
15
16
20
21
22
23
24
25
26
17
18
19
20
21
22
23
17
M
18
19
20
21
22
23
27
28
29
30
31
24
25
26
27
28
24
31
25
26
27
28
H
29
30
APRIL - AVRIL
S
D
MAY - MAI
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
H
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
5
6
14
M
15
16
17
18
19
20
12
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
Sittings of the court:
Séances de la cour :
Motions:
Requêtes :
Holidays:
Jours fériés :
M
H
S
D
18
87
9
3
M
L
T
M
JUNE - JUIN
W
M
T
J
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
F
v
s
s
1
2
3
4
7
8
9
10
11
2
3
4
5
6
7
8
M
13
14
15
16
17
18
9
M
10
11
12
13
14
15
19
H
20
21
22
23
24
25
16
17
18
19
20
21
22
26
27
28
29
30
31
23
30
24
25
26
27
28
29
1
sitting weeks/semaines séances de la cour
sitting days/journées séances de la cour
m otion and conference days/ journées des requêtes et des conférences
holidays during sitting days/ jours fériés durant les sessions
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising