SUPREME COURT OF COUR SUPRÊME DU CANADA

SUPREME COURT  OF COUR SUPRÊME DU CANADA
SUPREME COURT OF
CANADA
COUR SUPRÊME DU
CANADA
BULLETIN OF
PROCEEDINGS
BULLETIN DES
PROCÉDURES
This Bulletin is published at the direction of the
Registrar and is for general information only. It
is not to be used as evidence of its content,
which, if required, should be proved by
Certificate of the Registrar under the Seal of the
Court. While every effort is made to ensure
accuracy, no responsibility is assumed for errors
or omissions.
Ce Bulletin, publié sous l'autorité du registraire,
ne vise qu'à fournir des renseignements
d'ordre général. Il ne peut servir de preuve de
son contenu. Celle-ci s'établit par un certificat
du registraire donné sous le sceau de la Cour.
Rien n'est négligé pour assurer l'exactitude du
contenu,
mais
la Cour décline toute
responsabilité pour les erreurs ou omissions.
During Court sessions the Bulletin is usually
issued week ly.
Le Bulletin paraît en principe toutes les
semaines pendant les sessions de la Cour.
Where a judgment has been rendered, requests
for copies should be made to the Registrar, with
a remittance of $15 for each set of reasons. All
remittances should be made payable to the
Receiver General for Canada.
Quand un arrêt est rendu, on peut se procurer
les motifs de jugement en adressant sa
demande au registraire, accompagnée de 15 $
par exemplaire. Le paiement doit être fait à
l'ordre du Receveur général du Canada.
Consult the Supreme Court of Canada website
at www.scc-csc.gc.ca for more information.
Pour de plus amples informations, consulter le
site Web de la Cour suprême du Canada à
l’adresse suivante : www.scc-csc.gc.ca
February 1, 2013
© Supreme Court of Canada (2013)
ISSN 1918-8358 (Online)
178 - 223
Le 1er février 2013
© Cour suprême du Canada (2013)
ISSN 1918-8358 (En ligne)
CONTENTS
TABLE DES MATIÈRES
Applications for leave to appeal
filed
178 - 179
Applications for leave submitted
to Court since last issue
180
Motions
181 - 184
Demandes d'autorisation d'appel
déposées
Demandes soumises à la Cour depuis la
dernière parution
Requêtes
Notices of discontinuance filed since
last issue
185
Avis de désistement déposés depuis la
dernière parution
Pronouncements of appeals reserved
186
Jugements rendus sur les appels en
délibéré
Headnotes of recent judgments
Agenda
Summaries of the cases
Judgments reported in S.C.R.
187 - 199
200
201 - 222
223
Sommaires de jugements récents
Calendrier
Résumés des affaires
Jugements publiés au R.C.S.
NOTICE
Case summaries included in the Bulletin are prepared by the Office of the Registrar of the
Supreme Court of Canada (Law Branch) for information purposes only.
AVIS
Les résumés de dossiers publiés dans le bulletin sont préparés par le Bureau du registraire
(Direction générale du droit) uniquement à titre d’information.
DEMANDES D’AUTORISATION
D’APPEL DÉPOSÉES
APPLICATIONS FOR LEAVE TO
APPEAL FILED
Robert G. Leonidas
John M. Rosen
Rosen Naster LLP
Julie Willmot
Julie Willmot
v. (35171)
v. (35160)
Treat America Limited (Ont.)
Darryl T. Mann
Torkin Manes LLP
Committee of Adjustment for the Corporation
of the City of Quinte West et al. (Ont.)
David W. Demille
Templeman Menninga LLP
FILING DATE: 08.01.2013
FILING DATE: 08.01.2013
Pikangikum First Nation
Andrew K. Lokan
Paliare, Roland, Rosenberg, Rothstein,
LLP
Attorney General of Ontario
Christine Bartlett-Hughes
A.G. of Ontario
v. (35165)
v. (35162)
Thomas John Wierzbicki (Ont.)
Andrew Furgiuele
Addario Law Group
Robert D. Nault et al. (Ont.)
John S. Tyhurst
A.G. of Canada
FILING DATE: 11.01.2013
FILING DATE: 09.01.2013
K.A.D.
Nouredine Philip Fakhri
Nouredine Philip Fakhri
Jill R. Presser
Schreck Presser LLP
c. (35172)
v. (35170)
Seaport Group LLC et autre (Qc)
Keriane Wilson
Osler, Hoskin & Harcourt LLP
Her Majesty the Queen (Ont.)
Avene Derwa
A.G. of Ontario
DATE DE PRODUCTION: 11.01.2013
FILING DATE: 11.01.2013
Steffan Stanislav Ranauta
Dale M. Knisely
Knisely Shipanoff LLP
Lauren Richards
Robert C. Taylor
Levitt LLP
v. (35166)
v. (35167)
Her Majesty the Queen (Alta.)
David C. Marriott, Q.C.
A.G. of Alberta
Media Experts M.H.S. Inc. et al. (Ont.)
Linda Rothstein
Paliare, Roland, Rosenberg, Rothstein,
LLP
FILING DATE: 14.01.2013
FILING DATE: 14.01.2013
- 178 -
APPLICATIONS FOR LEAVE TO APPEAL
FILED
DEMANDES D'AUTORISATION D'APPEL
DÉPOSÉES
Michel Dumont et autre
Jean-François Longtin
Bélanger Longtin
Pluri Vox Media Corp.
Martin Reesink
v. (35174)
c. (35168)
Her Majesty the Queen et al. (F.C.)
Tamara Watters
A.G. of Canada
Procureur général du Québec et autre (Qc)
Michel Déom
P.G. du Québec
FILING DATE: 16.01.2013
DATE DE PRODUCTION : 15.01.2013
Karl Wilson
Robert M. Gregan
Nova Scotia Legal Aid
Her Majesty the Queen
Jamie C. Klukach
A.G. of Ontario
v. (35173)
v. (35175)
Attorney General of Canada (F.C.)
Sarah E. Drodge
A.G. of Canada
Kenneth Allan Docherty (Ont.)
Catriona Verner
Hicks Adams LLP
FILING DATE: 17.01.2013
FILING DATE: 17.01.2013
Colleen Louise Barnett
R. Ian Histed
Downtown Legal Action
Jisheng Liu
Jisheng Liu
v. (35186)
v. (35181)
McGill University Non-Academic Certified
Association (MUNACA) (Que.)
Sibel Ataogul
Melançon, Marceau, Grenier et Sciortino
Jack Ewatski et al. (Man.)
Denise A.M. Pambrun
City of Winnipeg
FILING DATE: 18.01.2013
FILING DATE: 18.01.2013
Chief James Robert Thomas, aka Sulsimutstun
et al.
William J. Andrews
v. (35179)
Her Majesty the Queen in Right of the Province
of British Columbia, as represented by the
Minister of Environment and the Minister of
Community Development et al. (B.C.)
Paul E. Yearwood
A.G. of British Columbia
FILING DATE: 18.01.2013
- 179 -
APPLICATIONS FOR LEAVE
SUBMITTED TO COURT SINCE
LAST ISSUE
DEMANDES SOUMISES À LA COUR
DEPUIS LA DERNIÈRE PARUTION
JANUARY 28, 2013 / LE 28 JANVIER 2013
CORAM: Chief Justice McLachlin and Abella and Cromwell JJ.
La juge en chef McLachlin et les juges Abella et Cromwell
1.
Nicole Lajeunesse et autre c. Pierre Hamel et autres (Qc) (Civile) (Autorisation) (35111)
2.
Estate of the Late Zahra (Ziba) Kazemi et al. v. Islamic Republic of Iran et al. (Que.) (Civil) (By Leave)
(35034)
3.
Douglas Martin v. Workers' Compensation Board of Alberta et al. (Alta.) (Civil) (By Leave) (35052)
CORAM: LeBel, Karakatsanis and Wagner JJ.
Les juges LeBel, Karakatsanis et Wagner
4.
Ruby Ann Ruffolo v. Her Majesty the Queen (B.C.) (Crim.) (By Leave) (35063)
5.
Union Carbide Canada Inc. et autre c. Bombardier Inc. et autre (Qc) (Civile) (Autorisation) (35008)
6.
G.F. c. K.G., en sa qualité de personne autorisée par le Directeur de la protection de la jeunesse du centre
jeunesse des Laurentides (Qc) (Civile) (Autorisation) (35065)
7.
Melanie Anne Lay et al. v. Bradley Lay et al. (Alta.) (Civil) (By Leave) (35112)
CORAM: Fish, Rothstein and Moldaver JJ.
Les juges Fish, Rothstein et Moldaver
8.
Giuliano Scaduto v. Workplace Safety and Insurance Appeals Tribunal (Ont.) (Civil) (By Leave) (35060)
9.
Mirza Nammo v. Law Enforcement Review Board (Alta.) (Civil) (By Leave) (35075)
10.
Eli Lilly Canada Inc. et al. v. Novopharm Limited (F.C.) (Civil) (By Leave) (35067)
11.
College of Physical Therapists of Alberta v. Marilyn Fitzpatrick (Alta.) (Civil) (By Leave) (34993)
- 180 -
MOTIONS
REQUÊTES
18.01.2013
Before / Devant: FISH J. / LE JUGE FISH
Requêtes en autorisation d’intervenir
Motions for leave to intervene
BY / PAR
Ontario Trial Lawyers
Association;
Canadian Bar Association;
Attorney General of Ontario;
Advocates' Society
IN / DANS :
Robert Hryniak
v. (34641)
Fred Mauldin et al (Ont.)
- and between Bruno Appliance and Furniture
Inc.
v. (34645)
Robert Hryniak (Ont.)
GRANTED / ACCORDÉES
UPON APPLICATIONS by the Ontario Trial Lawyers Association and the Canadian Bar Association for leave to
intervene in the above appeals;
AND UPON APPLICATIONS by the Attorney General of Ontario and the Advocates' Society for leave to intervene
in the appeal of Bruno Appliance and Furniture, Inc. v. Robert Hryniak (34645);
AND THE MATERIAL FILED having been read;
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
The motions for leave to intervene of the Ontario Trial Lawyers Association and the Canadian Bar Association are
granted and the said interveners shall be entitled to serve and file a single factum not to exceed 10 pages in length in
these appeals on or before March 12, 2013.
The motions for leave to intervene of Attorney General of Ontario and the Advocates' Society are gra nted and the said
interveners shall be entitled to serve and file a factum not to exceed 10 pages in length in the appeal of Bruno Appliance
and Furniture, Inc. v. Robert Hryniak (34645) on or before March 12, 2013.
The requests to present oral argument are deferred to a date following receipt and consideration of the written
arguments of the parties and the interveners.
The interveners are not entitled to raise new issues or to adduce further evidence or otherwise to supplement the record
of the parties.
- 181 -
MOTIONS
REQUÊTES
Pursuant to Rule 59(1)(a) of the Rules of the Supreme Court of Canada, the interveners shall pay to the appellants and
respondents any additional disbursements occasioned to the appellants and respondents by their interventions.
À LA SUITE DES DEMANDES présentées par l’Ontario Trial Lawyers Association et par l’Association du Barreau
canadien en autorisation d'intervenir dans les appels;
ET À LA SUITE DES DEMANDES présentées par le procureur général de l’Ontario et par l’Advocates' Society en
autorisation d'intervenir dans l’appel Bruno Appliance and Furniture, Inc. c. Robert Hryniak (34645)
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés;
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
Les requêtes en autorisation d'intervenir présentées par l’Ontario Trial Lawyers Association et par l’Association du
Barreau canadien sont accordées et les requérantes pourront signifier et déposer un seul mémoire d'au plus dix (10)
pages dans ces appels au plus tard le 12 mars 2013.
Les requêtes en autorisation d'intervenir présentées par le procureur général de l’Ontario et par l’Advocates' Society
sont accordées et les requérants pourront signifier et déposer un mémoire d'au plus dix (10) pages dans l’appel Bruno
Appliance and Furniture, Inc. c. Robert Hryniak (34645) au plus tard le 12 mars 2013.
La décision sur la demande en vue de présenter une plaidoirie orale sera rendue après réception et examen des
arguments écrits des parties et des intervenants.
Les intervenants n'ont pas le droit de soulever de nouvelles questions, de produire d'autres éléments de preuve ni de
compléter de quelque autre façon le dossier des parties.
Conformément à l'alinéa 59(1)a) des Règles de la Cour suprême du Canada, les intervenants paieront aux appelants et
aux intimés tous débours supplémentaires résultant de leur intervention.
23.01.2013
Before / Devant : FISH J. / LE JUGE FISH
Requête en autorisation d’intervenir
Motion for leave to intervene
BY / PAR
Attorney General of Canada
IN / DANS :
Her Majesty the Queen
v. (34650)
Ernest Fenwick MacIntosh
(Crim.) (N.S.)
GRANTED / ACCORDÉE
UPON APPLICATION by the Attorney General of Canada for leave to intervene in the above appeal;
AND THE MATERIAL FILED having been read;
- 182 -
MOTIONS
REQUÊTES
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
The motion for leave to intervene of the Attorney General of Canada is granted and the said intervener shall be entitled
to serve and file a factum not to exceed 10 pages in length on or before March 20, 2013.
The request to present oral argument is deferred to a date following receipt and consideration of the written arguments
of the parties and the intervener.
The intervener is not entitled to raise new issues or to adduce further evidence or otherwise to supplement the record of
the parties.
Pursuant to Rule 59(1)(a) of the Rules of the Supreme Court of Canada, the intervener shall pay to the appellant and
respondent any additional disbursements occasioned to the appellant and respondent by its intervention.
À LA SUITE DE LA DEMANDE présentée par le procureur général du Canada en autorisation d'intervenir dans
l'appel;
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés;
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
La requête en autorisation d'intervenir présentée par le procureur général du Canada est accordée et le requérant pourra
signifier et déposer un mémoire d'au plus dix (10) pages au plus tard le 20 mars 2013.
La décision sur la demande en vue de présenter une p laidoirie orale sera rendue après réception et examen des
arguments écrits des parties et de l'intervenant.
L'intervenant n'a pas le droit de soulever de nouvelles questions, de produire d'autres éléments de preuve ni de
compléter de quelque autre façon le dossier des parties.
Conformément à l'alinéa 59(1)a) des Règles de la Cour suprême du Canada, l'intervenant paiera à l’appelante et à
l'intimé tous débours supplémentaires résultant de son intervention.
23.01.2013
Before / Devant: THE REGISTRAR / LE REGISTRAIRE
Motions to extend time
Requêtes en prorogation de délai
Ville de Malartic
c. (35066)
Procureur général du Québec et autres (Qc)
GRANTED / ACCORDÉE
À LA SUITE DE LA DEMANDE présentée par l’intimé, Procureur général du Québec, pour obtenir la prorogation du
délai pour signifier sa réponse à la demande d’autorisation d’appel au 20 décembre 2012;
- 183 -
MOTIONS
REQUÊTES
ET À LA SUITE DE LA DEMANDE présentée par l’intimée, Forcier et Frères Ltée, pour obtenir la prorogation du
délai pour signifier sa réponse à la demande d’autorisation d’appel au 15 janvier 2013;
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés;
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
Les requêtes sont accueillies.
UPON APPLICATION by the respondent Attorney General of Quebec for an order extending the time within which
he may serve and file his response to the application for leave to appeal to December 20, 2012;
AND UPON APPLICATION by the respondent Forcier et Frères Ltée for an order extending the time within which it
may serve and file its response to the application for leave to appeal to January 15, 2013;
AND THE MATERIAL FILED having been read;
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
The motions are granted.
- 184 -
NOTICES OF DISCONTINUANCE
FILED SINCE LAST ISSUE
AVIS DE DÉSISTEMENT DÉPOSÉS
DEPUIS LA DERNIÈRE PARUTION
25.01.2013
Telus Corporation
v. (35122)
Mason Capital Management LLC et al. (B.C.)
(By Leave)
- 185 -
PRONOUNCEMENTS OF APPEALS
RESERVED
JUGEMENTS RENDUS SUR LES
APPELS EN DÉLIBÉRÉ
Reasons for judgment are available
Les motifs de jugement sont disponibles
FEBRUARY 1, 2013 / LE 1 er FÉVRIER 2013
34308
Sun Indalex Finance, LLC v. United Steelworkers, Keith Carruthers , Leon Kozierok, Richard
Benson, John Faveri, Ken Waldron, John (Jack) W. Rooney, Bertram McBride, Max Degen,
Eugene D’Iorio, Neil Fraser, Richard Smith, Robert Leckie and Fred Granville – AND
BETWEEN – George L. Miller, the Chapter 7 Trustee of the Bankruptcy Estates of the U.S.
Indalex Debtors v. United Steelworkers, Keith Carruthers, Leon Kozierok, Richard Benson,
John Faveri, Ken Waldron, John (Jack) W. Rooney, Bertram McBride, Max Degen, Eugene
D’Iorio, Neil Fraser, Richard Smith, Robert Leckie and Fred – AND BETWEEN – FTI
Consulting Canada ULC, in its capacity as court-appointed monitor of Indalex Limited, on
behalf of Indalex Limited v. United Steelworkers, Keith Carruthers, Leon Kozierok, Richard
Benson, John Faveri, Ken Waldron, John (Jack) W. Rooney, Bertram McBride, Max Degen,
Eugene D’Iorio, Neil Fraser, Richard Smith, Robert Leckie and Fred Granville – AND
BETWEEN – United Steelworkers v. Morneau Shepell Ltd. (formerly known as Morneau
Sobeco Limited Partnership) and Superintendent of Financial S ervices – and – Superintendent
of Financial Services, Insolvency Institute of Canada, Canadian Labour Congress, Canadian
Federation of Pensioners, Canadian Association of Insolvency and Restructuring Professionals
and Canadian Bankers Association (Ont.)
2013 SCC 6 / 2013 CSC 6
Coram:
McLachlin C.J. and LeBel, Deschamps, Abella, Rothstein, Cromwell and Moldaver JJ.
The appeals of Sun Indalex Finance LLC, George L. Miller and FTI Consulting Canada ULC from the judgment of the
Court of Appeal for Ontario, Numbers C52187 and C52346, 2011 ONCA 265 dated April 7, 2011, heard on June 5,
2012, are allowed. The orders of the Court of Appeal are set aside with the exception of paragraphs 9 and 10 in the
former executives’ appeal. The orders of Campbell J. dated February 18, 2010, are restored. All parties shall bear their
own costs in the Court of Appeal and in this Court. LeBel and Abella JJ. are dissenting.
The appeal of the United Steelworkers from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Numbers C52187 and
C52346, 2011 ONCA 578, dated September 7, 2011, heard on June 5, 2012, is dismissed without costs.
Les appels de Sun Indalex Finance LLC, de George L. Miller et de FTI Consulting Canada ULC interjetés contre l’arrêt
de la Cour d’appel de l’Ontario, numéros C52187 et C52346, 2011 ONCA 265, en date du 7 avril 2011, entendus le 5
juin 2012, sont accueillis. Les ordonnances de la Cour d’appel de l’Ontario sont annulées sauf les paragraphes 9 et 10
concernant l’appel des anciens cadres. Les ordonnances du juge Campbell en date du 18 février 2010, sont rétablies.
Chacune des parties paiera ses propres dépens devant la Cour d’appel et devant notre Cour. Les juges LeBel et Abella
sont dissidents.
L’appel du Syndicat des Métallos interjeté contre l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéros C52187 et C52346,
2011 ONCA 578, en date du 7 septembre 2011, entendu le 5 juin 2012, est rejeté sans dépens.
- 186 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Sun Indalex Finance, LLC et al. v. United Steelworkers et al. (Ont.) (34308)
Indexed as: Sun Indalex Finance, LLC v. United Steelworkers /
Répertorié : Sun Indalex Finance, LLC c. Syndicat des Métallos
Neutral citation: 2013 SCC 6 / Référence neutre : 2013 CSC 6
Hearing: June 5, 2012 / Judgment: February 1, 2013
Audition : Le 5 juin 2012 / Jugement : Le 1er février 2013
Present: McLachlin C.J. and LeBel, Deschamps, Abella, Rothstein, Cromwell and Moldaver JJ.
Pensions — Bankruptcy and Insolvency — Priorities — Company who was both employer and administrator
of pension plans seeking protection from creditors under Companies’ Creditors Arrangement Act (“CCAA”) —
Pension funds not having sufficient assets to fulfill pension promises made to plan member s — Company entering into
debtor in possession (“DIP”) financing allowing it to continue to operate — CCAA court granting priority to DIP
lenders — Proceeds of sale of business insufficient to pay back DIP lenders — Whether pension wind-up deficiencies
subject to deemed trust — If so, whether deemed trust superseded by CCAA priority by virtue of doctrine of federal
paramountcy — Pension Benefits Act, R.S.O. 1990, c. P.8, ss. 57(3), 57(4), 75(1)(a), 75(1)(b) — Companies’ Creditors
Arrangement Act, R.S.C. 1985, c. C-36.
Pensions — Trusts — Company who was both employer and administrator of pension plans seeking protection
from creditors under CCAA — Pension funds not having sufficient assets to fulfill pension promises made to plan
members — Whether pension wind-up deficiencies subject to deemed trust — Whether company as plan administrator
breached fiduciary duties — Whether pension plan members are entitled to constructive trust.
Civil Procedure — Costs — Appeals — Standard of review — Whether Court of Appeal erred in costs
endorsement concerning one party.
Indalex Limited (“Indalex”), the sponsor and administrator of two employee pension plans, one for salaried
employees and the other for executive employees, became insolvent. Indalex sought protection from its creditors under
the Companies’ Creditors Arrangement Act, R.S.C. 1985, c. C-36 (“CCAA”). The salaried plan was being wound up
when the CCAA proceedings began. The executive plan had been closed but not wound up. Both plans had wind-up
deficiencies.
In a series of court-sanctioned steps, the company was authorized to enter into debtor in possession (“DIP”)
financing in order to allow it to continue to operate. The CCAA court granted the DIP lenders, a syndicate of pre-filing
senior secured creditors, priority over the claims of all other creditors. Repayment of these amounts was guaranteed by
Indalex U.S.
Ultimately, with the approval of the CCAA court, Indalex sold its business but the purchaser did not assume
pension liabilities. The proceeds of the sale were not sufficient to pay back the DIP lenders and so Indalex U.S., as
guarantor, paid the shortfall and stepped into the shoes of the DIP lenders in terms of priority. The CCAA court
authorized a payment in accordance with the priority but ordered an amount be held in reserve, leaving the plan
members’ arguments on their rights to the proceeds of the sale open for determination later.
The plan members challenged the priority granted in the CCAA proceedings. They claimed that they had
priority in the amount of the wind-up deficiency by virtue of a statutory deemed trust under s. 57(4) of the Pension
Benefits Act, R.S.O. 1990, c. P.8 (“PBA”) and a constructive trust arising from Indalex’s alleged breaches of fiduciary
duty as administrator of the pension funds. The judge at first instance dismissed the plan members’ motions concluding
that the deemed trust did not apply to wind up deficiencies. He held that, with respect to the wind -up deficiency, the
plan members were unsecured creditors. The Court of Appeal reversed this ruling and held that the pension plan
wind-up deficiencies were subject to deemed and constructive trusts which had priority over the DIP financing priority
and over other secured creditors. In addition, the Court of Appeal rejected a claim brought by the United Steelworkers,
which represented some members of the salaried plan, seeking payment of its costs from the latter’s pension fund.
- 187 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Held (LeBel and Abella JJ. dissenting): The Sun Indalex Finance, George L. Miller and FTI Consulting
appeals should be allowed.
Held: The United Steelworkers appeal should be dismissed.
(1) Statutory Deemed Trust
Per Deschamps and Moldaver JJ.: It is common ground that the contributions provided for in s. 75(1)(a) of
the PBA are covered by the deemed trust contemplated by s. 57(4) of the PBA. The only question is whether this
statutory deemed trust also applies to the wind-up deficiency payments required by s. 75(1)(b). The response to this
question as it relates to the salaried employees is affirmative in view of the provision’s wording, context and purpose.
The situation is different with respect to the executive plan as s. 57(4) provides that the wind-up deemed trust comes
into existence only when the plan is wound up.
The wind-up deemed trust provision (s. 57(4) PBA) does not place an express limit on the “employer
contributions accrued to the date of the wind up but not yet due”. Section 75(1)(a) explicitly refers to “an amount equal
to the total of all payments” that have accrued, even those that were not yet due as of the date of the wind -up, whereas
s. 75(1)(b) contemplates an “amount” that is calculated on the basis of the value of assets and of liabilities that have
accrued when the plan is wound up. Since both the amount with respect to payments (s. 75(1)(a)) and the one
ascertained by subtracting the assets from the liabilities accrued as of the date of the wind -up (s. 75(1)(b)) are to be paid
upon wind up as employer contributions, they are both included in the ordinary meaning of the words of s. 57(4) of the
PBA: “amount of money equal to employer contributions accrued to the date of the wind -up but not yet due under the
plan or regulations”.
The time when the calculation is actually made is not relevant as long as the liabilities are assessed as of the
date of the wind-up. The fact that the precise amount of the contribution is not determined as of the time of the wind up
does not make it a contingent contribution that cannot have accrued for accounting purposes. As a result, the words
“contributions accrued” can encompass the contributions mandated by s. 75(1)(b) of the PBA.
It can be seen from the legislative history that the protection has expanded from (1) only the service
contributions that were due, to (2) amounts payable calculated as if the plan had been wound up, to (3) amounts that
were due and had accrued upon wind-up but excluding the wind-up deficiency payments, to (4) all amounts due and
accrued upon wind-up. Therefore, the legislative history leads to the conclusion that adopting a narrow interpretation
that would dissociate the employer’s payment provided for in s. 75(1)(b) of the PBA from the one provided for in
s. 75(1)(a) would be contrary to the Ontario legislature’s trend toward broadening the protection.
The deemed trust provision is a remedial one. Its purpose is to protect the interests of plan members. The
remedial purpose favours an approach that includes all wind -up payments in the value of the deemed trust. In this case,
the Court of Appeal correctly held with respect to the salaried plan, that Indalex was deemed to hold in trust the amount
necessary to satisfy the wind-up deficiency.
Per LeBel and Abella JJ.: There is agreement with the reasons of Deschamps J. on the statutory deemed trust
issue.
Per McLachlin C.J. and Rothstein and Cromwell JJ.: Given that there can be no deemed trust for the
executive plan because that plan had not been wound up at the re levant date, the main issue in connection with the
salaried plan boils down to the narrow statutory interpretative question of whether the wind -up deficiency provided for
in s. 75(1)(b) is “accrued to the date of the wind-up” as required by s. 57(4) of the PBA.
When the term “accrued” is used in relation to a sum of money, it will generally refer to an amount that is at
the present time either quantified or exactly quantifiable but which may or may not be due. In the present case, s. 57(4)
uses the word “accrued” in contrast to the word “due”. Given the ordinary meaning of the word “accrued”, the wind -up
deficiency cannot be said to have “accrued” to the date of wind -up. The extent of the wind-up deficiency depends on
- 188 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
employee rights that arise only upon wind-up and with respect to which employees make elections only after wind -up.
The wind-up deficiency therefore is neither ascertained nor ascertainable on the date fixed for wind -up.
The broader statutory context reinforces the view according to which the most plausible grammatical and
ordinary sense of the words “accrued to the date of wind up” is that the amounts referred to are precisely ascertained
immediately before the effective date of the plan’s wind-up. Moreover, the legislative evolution and history of the
provisions at issue show that the legislature never intended to include the wind -up deficiency in a statutory deemed
trust. Rather, they reinforce the legislative intent to exclude from the deemed trust liabilities that arise only on the date
of wind-up.
The legislation differentiates between two types of employer liability relevant to this case. The first is the
contributions required to cover current service costs and any other payments that are either due or have accrued on a
daily basis up to the relevant time. These are the payments referred to in the current s. 75(1)(a), that is, payments due
or accrued but not paid. The second relates to additional contributions required when a plan is wound up which I have
referred to as the wind-up deficiency. These payments are addressed in s. 75(1)(b). The legislative history and
evolution show that the deemed trusts under s. 57(3) and (4) were intended to apply only to the former amounts and that
it was never the intention that there should be a deemed trust or a lien with respect to an employer’s potential future
liabilities that arise once the plan is wound up.
In this case, the s. 57(4) deemed trust does not apply to the wind-up deficiency. This conclusion to exclude the
wind-up deficiency from the deemed trust is consistent with the broader purposes of the legislation. The legislature has
created trusts over contributions that were due or accrued to the date of the wind -up in order to protect, to some degree,
the rights of pension plan beneficiaries and employees from the claims of the employer’s other creditors. However,
there is also good reason to think that the legislature had in mind other competing objectives in not extending the
deemed trust to the wind-up deficiency. While the protection of pension plans is an important objective, it is not for
this Court to decide the extent to which that objective will be pursued and at what cost to other interests. The decision
as to the level of protection that should be provided to pension beneficiaries under the PBA is one to be left to the
Ontario legislature.
(2) Priority Ranking
Per Deschamps and Moldaver JJ.: A statutory deemed trust under provincial legislation such as the PBA
continues to apply in federally-regulated CCAA proceedings, subject to the doctrine of federal paramountcy. In this
case, granting priority to the DIP lenders subordinates the claims of other stakeholders, including the plan members.
This court-ordered priority based on the CCAA has the same effect as a statutory priority. The federal and provincial
laws are inconsistent, as they give rise to different, and conflicting, orders of priority. As a result of the application o f
the doctrine of federal paramountcy, the DIP charge supersedes the deemed tru st.
Per McLachlin C.J. and Rothstein and Cromwell JJ.: Although there is disagreement with Deschamps J. in
connection with the scope of the s. 57(4) deemed trust, it is agreed that if there was a deemed trust in this case, it would
be superseded by the DIP loan because of the operation of the doctrine of federal paramountcy.
Per LeBel and Abella JJ.: There is agreement with the reasons of Deschamps J. on the priority ranking issue
as determined by operation of the doctrine of federal paramountcy.
(3) Constructive Trust As A Remedy for Breach of Fiduciary Duties
Per McLachlin C.J. and Rothstein and Cromwell JJ.: It cannot be the case that a conflict of interests arises
simply because an employer, exercising its management powers in the best interests of the corporation, does something
that has the potential to affect the beneficiaries of the corporation’s pension plan. This conclusion flows inevitably
from the statutory context. The existence of apparent conflicts that are inherent in the two roles of employer and
pension plan administrator being performed by the same party cannot be a breach of fiduciary duty because those
conflicts are specifically authorized by the statute which permits one party to play both roles. Rather, a situation of
conflict of interest occurs when there is a substantial risk that the employer-administrator’s representation of the plan
beneficiaries would be materially and adversely affected by the employer-administrator’s duties to the corporation.
- 189 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Seeking an initial order protecting the corporation from actions by its creditors did not, on its own, give rise to
any conflict of interest or duty on the part of Indalex. Likewise, failure to give notice of the initial CCAA proceedings
was not a breach of fiduciary duty to avoid conflicts of interest in this case. Indalex’s decision to act as an
employer-administrator cannot give the plan members any greater benefit than they would have if their plan was
managed by a third party administrator.
It was at the point of seeking and obtaining the DIP orders without notice to the plan beneficiaries and seeking
and obtaining the sale approval order that Indalex’s interests as a corporation came into conflict with its duties as a
pension plan administrator. However, the difficulty that arose here was not the existence of the conflict itself, but
Indalex’s failure to take steps so that the plans’ beneficiaries would have the opportunity to have their interests
protected in the CCAA proceedings as if the plans were administered by an independent administrator. In short, the
difficulty was not the existence of the conflict, but the failure to address it.
An employer-administrator who finds itself in a conflict must bring the conflict to the attention of the CCAA
judge. It is not enough to include the beneficiaries in the list of creditors; the judge must be made aware that the debtor,
as an administrator of the plan is, or may be, in a conflict of interest. Accordingly, Indalex breached its fiduciary duty
by failing to take steps to ensure that the pension plans had the opportunity to be as fully represented in those
proceedings as if there had been an independent plan administrator, particularly when it sought the DIP financing
approval, the sale approval and a motion to voluntarily enter into bankruptcy.
Regardless of this breach, a remedial constructive trust is only appropriate if the wrongdoer’s acts give rise to
an identifiable asset which it would be unjust for the wrongdoer (or sometimes a third party) to retain. There is no
evidence to support the contention that Indalex’s failure to meaningfully address conflicts of interest that arose during
the CCAA proceedings resulted in any such asset. Furthermore, to impose a constructive trust in response to a breach of
fiduciary duty to ensure for the pension plans some procedural protections that they in fact took advantage of in any
case is an unjust response in all of the circumstances.
Per Deschamps and Moldaver JJ.: A corporate employer that chooses to act as plan admin istrator accepts the
fiduciary obligations attached to that function. Since the directors of a corporation also have a fiduciary duty to the
corporation, the corporate employer must be prepared to resolve conflicts where they arise. An employer acting as a
plan administrator is not permitted to disregard its fiduciary obligations to plan members and favour the competing
interests of the corporation on the basis that it is wearing a “corporate hat”. What is important is to consider the
consequences of the decision, not its nature.
In the instant case, Indalex’s fiduciary obligations as plan administrator did in fact conflict with management
decisions that needed to be taken in the best interests of the corporation. Specifically, in seeking to have a cou rt
approve a form of financing by which one creditor was granted priority over all other creditors, Indalex was asking the
CCAA court to override the plan members’ priority. The corporation’s interest was to seek the best possible avenue to
survive in an insolvency context. The pursuit of this interest was not compatible with the plan administrator’s duty to
the plan members to ensure that all contributions were paid into the funds. In the context of this case, the plan
administrator’s duty to the plan members meant, in particular, that it should at least have given them the opportunity to
present their arguments. This duty meant, at the very least, that they were entitled to reasonable notice of the DIP
financing motion. The terms of that motion, presented without appropriate notice, conflicted with the interests of the
plan members.
As for the constructive trust remedy, it is settled law that proprietary remedies are generally awarded only with
respect to property that is directly related to a wrong o r that can be traced to such property. There is agreement with
Cromwell J. that this condition was not met in the case at bar and his reasoning on this issue is adopted. Moreover, it
was unreasonable for the Court of Appeal to reorder the priorities in th is case.
Per LeBel and Abella JJ. (dissenting): A fiduciary relationship is a relationship, grounded in fact and law,
between a vulnerable beneficiary and a fiduciary who holds and may exercise power over the beneficiary in situations
recognized by law. It follows that before entering into an analysis of the fiduciary duties of an employer as
- 190 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
administrator of a pension plan under the PBA, it is necessary to consider the position and characteristics of the pension
beneficiaries. In the present case, the beneficiaries were in a very vulnerable position relative to Indalex.
Nothing in the PBA allows that the employer qua administrator will be held to a lower standard or will be
subject to duties and obligations that are less stringent than those of an in dependent administrator. The employer is
under no obligation to assume the burdens of administering the pension plans that it has agreed to set up or that are the
legacy of previous decisions. However, if it decides to do so, a fiduciary relationship is created with the expectation
that the employer will be able to avoid or resolve the conflicts of interest that might arise.
Indalex was in a conflict of interest from the moment it started to contemplate putting itself under the
protection of the CCAA and proposing an arrangement to its creditors. From the corporate perspective, one could
hardly find fault with such a decision. It was a business decision. But the trouble is that at the same time, Indalex was a
fiduciary in relation to the members and retirees of its pension plans. The solution was not to place its function as
administrator and its associated fiduciary duties in abeyance. Rather, it had to abandon this role and diligently transfer
its function as manager to an independent administrator.
In the present case, the employer not only neglected its obligations towards the beneficiaries, but actually took
a course of action that was actively inimical to their interests. The seriousness of these breaches amply justified the
decision of the Court of Appeal to impose a constructive trust.
(4) Costs in United Steelworkers Appeal
Per McLachlin C.J. and Rothstein and Cromwell JJ.: There is no basis to interfere with the Court of Appeal’s
costs endorsement as it relates to United Steelworkers in this case. The litigation undertaken here raised novel points of
law with all of the uncertainty and risk inherent in such an undertaking. The Court of Appeal in essence decided that the
United Steelworkers, representing only 7 of 169 members of the salaried plan, should not without consultation be able
to in effect impose the risks of that litigation on all of the plan members, the va st majority of whom were not union
members. There is no error in principle in the Court of Appeal’s refusal to order the United Steelworkers costs to be
paid out of the pension fund, particularly in light of the disposition of the appeal to this Court.
Per Deschamps and Moldaver JJ.: There is agreement with the reasons of Cromwell J. on the issue of costs in
the United Steelworkers appeal.
Per LeBel and Abella JJ.: There is agreement with the reasons of Cromwell J. on the issue of costs in the
United Steelworkers appeal.
APPEALS from a judgment of the Ontario Court of Appeal (MacPherson, Gillese and
ONCA 265, 104 O.R. (3d) 641, 276 O.A.C. 347, 331 D.L.R. (4th) 352, 75 C.B.R. (5th) 19,
P.P.S.A.C. (3d) 194, [2011] O.J. No. 1621 (QL), 2011 CarswellOnt 2458, setting aside a decision
ONSC 1114, 79 C.C.P.B. 301, [2010] O.J. No. 974 (QL), 2010 CarswellOnt 893. Appeals
Abella JJ. dissenting.
Juriansz JJ.A.), 2011
89 C.C.P.B. 39, 17
of Campbell J., 2010
allowed, LeBel and
APPEAL from a judgment of the Ontario Court of Appeal (MacPherson, Gillese and Juriansz JJ.A.), 2011
ONCA 578, 81 C.B.R. (5th) 165, 92 C.C.P.B. 277, [2011] O.J. No. 3959 (QL), 2011 CarswellOnt 9077. Appeal
dismissed.
Benjamin Zarnett, Frederick L. Myers, Brian F. Empey and Peter Kolla, for the appellant Sun Indalex Finance,
LLC.
Harvey G. Chaiton and George Benchetrit, for the appellant George L. Miller, the Chapter 7 Trustee of the
Bankruptcy Estates of the U.S. Indalex Debtors.
David R. Byers, Ashley John Taylor and Nicholas Peter McHaffie, for the appellant FTI Consulting Canada
ULC, in its capacity as court-appointed monitor of Indalex Limited, on behalf of Indalex Limited.
- 191 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Darrell L. Brown, for the appellant/respondent the United Steelworkers.
Andrew J. Hatnay and Demetrios Yiokaris, for the respondents Keith Carruthers, et al.
Hugh O’Reilly and Amanda Darrach, for the respondent Morneau Shepell Ltd. (formerly known as Morneau
Sobeco Limited Partnership).
Mark Bailey, Leonard Marsello and William MacLarkey, for the respondent/intervener the Superintendent of
Financial Services.
Robert I. Thornton and D. J. Miller, for the intervener the Insolvency Institute of Canada.
Steven Barrett and Ethan Poskanzer, for the intervener the Canadian Labour Congress.
Kenneth T. Rosenberg, Andrew K. Lokan and Massimo Starnino, for the intervener the Canadian Federation of
Pensioners.
Éric Vallières, Alexandre Forest and Yoine Goldstein, for the intervener the Canadian Association of
Insolvency and Restructuring Professionals.
Mahmud Jamal, Jeremy Dacks and Tony Devir, for the intervener the Canadian Bankers Association.
Solicitors for the appellant Sun Indalex Finance, LLC: Goodmans, Toronto.
Solicitors for the appellant George L. Miller, the Chapter 7 Trustee of the Bankruptcy Estates of the U.S.
Indalex Debtors: Chaitons, Toronto.
Solicitors for the appellant FTI Consulting Canada ULC, in its capacity as court -appointed monitor of Indalex
Limited, on behalf of Indalex Limited: Stikeman Elliott, Toronto.
Solicitors for the appellant/respondent United Steelworkers: Sack Goldblatt Mitchell, Toronto.
Solicitors for the respondents Keith Carruthers, et al.: Koskie Minsky, Toronto.
Solicitors for the respondent Morneau Shepell Ltd. (formerly known as Morneau Sobeco L imited
Partnership): Cavalluzzo Hayes Shilton McIntyre & Cornish, Toronto.
Solicitor for the respondent/intervener the Superintendent of Financial Services: Attorney General of Ontario,
Toronto.
Solicitors for the intervener the Insolvency Institute of Canada: Thornton Grout Finnigan, Toronto.
Solicitors for the intervener the Canadian Labour Congress: Sack Goldblatt Mitchell, Toronto.
Solicitors for the intervener the Canadian Federation of Pensioners: Paliare, Roland, Rosenberg, Rothstein,
Toronto.
Solicitors for the intervener
Professionals: McMillan, Montréal.
the
Canadian
Association
of
Insolvency
and
Restructuring
Solicitors for the intervener the Canadian Bankers Association: Osler, Hoskin & Harcourt, Toronto.
________________________
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges LeBel, Deschamps, Abella, Rothstein, Cromwell et Moldaver.
- 192 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Pensions — Faillite et insolvabilité — Priorités — Société à la fois employeur et administrateur de régimes de
retraite ayant demandé la protection contre ses créanciers en application de la Loi sur les arrangements avec les
créanciers des compagnies (« LACC ») — Actif des caisses de retraite insuffisant pour verser les prestations promises
aux participants des régimes — Financement obtenu par la société à titre de débiteur-exploitant (« DE ») lui ayant
permis de poursuivre ses activités — Tribunal chargé d’appliquer la LACC ayant accordé priorité aux prêteurs DE —
Insuffisance du produit de la vente pour rembourser les prêteurs DE — Les déficits de liquidation des régimes de
retraite sont-ils visés par la fiducie réputée? — Dans l’affirmative, la prépondérance fédérale fait-elle en sorte que la
priorité issue de l’application de la LACC a préséance sur la fiducie réputée? — Loi sur les régimes de retraite,
L.R.O. 1990, ch. P.8, art. 57(3), 57(4), 75(1)a), 75(1)b) — Loi sur les arrangements avec les créanciers des
compagnies, L.R.C. 1985, ch. C-36.
Pensions — Fiducies — Société à la fois employeur et administrateur de régimes de retraite ayant demandé la
protection contre ses créanciers en application de la LACC — Actif des caisses de retraite insuffisant pour verser les
prestations promises aux participants des régimes — Les déficits de liquidation des régimes de retraite sont-ils visés
par la fiducie réputée? — La société a-t-elle manqué à ses obligations fiduciaires d’administrateur des régimes? — Les
participants des régimes de retraite ont-ils droit à une fiducie par interprétation?
Procédure civile — Dépens — Appels — Norme de contrôle — La décision de la Cour d’appel sur les dépens
d’une partie est-elle erronée?
Indalex Limited (« Indalex »), le promoteur et l’administrateur de deux régimes de retraite, l’un pour les
salariés, l’autre pour les cadres, est devenue insolvable. Elle a demandé la protection contre ses créanciers sous le
régime de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies, L.R.C. 1985, ch. C-36 (« LACC »). Le
régime des salariés était en cours de liquidation lorsque la procédure fondée sur la LACC a été engagée. Le régime des
cadres n’acceptait plus de participants, mais il n’était pas liquidé. Les deux régimes a ccusaient un déficit de
liquidation.
Une série de mesure avalisées par le tribunal a permis à la société d’obtenir un financement de
débiteur-exploitant (« DE ») et de poursuivre ses activités. Le tribunal chargé de l’application de la LACC a accordé
aux prêteurs DE, un consortium composé de créanciers qui bénéficiaient d’une garantie de premier rang avant le début
de la procédure, une priorité sur tous les autres créanciers. Le remboursement des sommes empruntées était garanti par
Indalex É.-U.
Finalement, sur approbation du tribunal appliquant la LACC, Indalex a vendu son entreprise, mais l’acquéreur
n’a pas repris à son compte les engagements de retraite. Le produit de la vente n’étant pas suffisant pour rembourser les
prêteurs DE, Indalex É.-U., à titre de caution, a payé la différence et a acquis de ce fait la créance prioritaire des
prêteurs DE. Le tribunal a autorisé le paiement conformément à l’ordre de priorité, mais il a également ordonné la
retenue de fonds en réserve, remettant à plus tard l’examen de l’argumentation des participants relative à leur droit au
produit de la vente.
Les participants des régimes ont contesté la priorité accordée dans le cadre de la procédure fondée sur la
LACC. Ils ont fait valoir qu’ils avaient priorité pour le montant du déficit de liquidation en raison de la fiducie réputée
créée par le par. 57(4) de la Loi sur les régimes de retraite, L.R.O. 1990, ch. P.8 (« LRR ») et de la fiducie par
interprétation résultant de manquements allégués d’Indalex à son obliga tion fiduciaire d’administrateur des régimes.
En première instance, le juge a rejeté les motions des participants, concluant que la fiducie réputée ne s’appliquait pas
aux déficits de liquidation. Il a conclu que, pour ce qui était du déficit de liquidat ion, les participants étaient des
créanciers chirographaires. La Cour d’appel a infirmé la décision et statué que les déficits de liquidation des régimes de
retraite faisaient l’objet d’une fiducie réputée et d’une fiducie par interprétation qui prenaient rang avant la créance des
prêteurs DE bénéficiant d’une priorité et celles des autres créanciers garantis. En outre, elle a rejeté la prétention du
Syndicat des Métallos, qui représentait quelques -uns des participants du régime des salariés, à savoir qu’il avait droit au
paiement de ses dépens par prélèvement sur la caisse de retraite des salariés.
Arrêt (les juges LeBel et Abella sont dissidents) : Les pourvois interjetés par Sun Indalex Finance, George L.
Miller et FTI Consulting sont accueillis.
- 193 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Arrêt : Le pourvoi interjeté par le Syndicat des Métallos est rejeté.
(1) La fiducie réputée d’origine législative
Les juges Deschamps et Moldaver : Il est bien établi que la fiducie réputée créée par le par. 57(4) de la LRR
s’applique aux cotisations visées à l’al. 75(1)a) de la LRR. La seule question est de savoir si cette fiducie réputée
d’origine législative s’applique aussi aux paiements au titre du déficit de liquidation exigés par l’al. 75(1)b). Dans le
cas des salariés, la réponse est oui, compte tenu du texte, du contexte et de l’objet par. 57(4). Il n’en va pas de même
pour le régime des cadres étant donné que cette disposition prévoit que la fiducie réputée en cas de liquidation ne prend
naissance qu’à la liquidation du régime.
Le par. 57(4) de la LRR, qui crée la fiducie réputée en cas de liquidation, ne comporte aucune limite expresse
aux « cotisations de l’employeur qui sont accumulées à la date de la liquidation, mais qui ne sont pas encore dues ».
L’alinéa 75(1)a) prévoit expressément que l’employeur verse « un montant égal au total de tous les paiements »
accumulés, même s’ils ne sont pas encore dus à la date de la liquidation, tandis que l’al. 75(1)b) parle d’un « montant »
calculé à partir de la valeur de l’actif et du passif accumulés, lorsque le régime est liquidé. Puisque le montant des
paiements (al. 75(1)a)) et le montant établi en soustrayant l’actif du passif accumulé à la date de la liquidation
(al. 75(1)b)) doivent tous les deux être versés à la liquidation à titre de cotisations de l’employeur, ils entrent tous les
deux dans le sens ordinaire des mots employés au par. 57(4) de la LRR : « montant égal aux cotisations de l’employeur
qui sont accumulées à la date de la liquidation, mais qui ne sont pas encore dues aux termes du régime ou des
règlements ».
La date où s’effectue le calcul est sans importance du moment que le passif est évalué à la date de la
liquidation. Le fait que le montant précis des cotisations n’est pas établi au moment de la liquidation ne confère pas
aux cotisations un caractère éventuel qui ferait en sorte qu’elles ne seraient pas accumulées d’un point de vue
comptable. On peut donc considérer que le passif « accumulé » englobe les cotisations exigées au par. 75(1)b) de la
LRR.
L’historique législatif montre que la protection, qui couvrait d’abord (1) uniquement les cotisations dues, s’est
étendue (2) aux montants payables calculés comme s’il y avait liquidation du régime, (3) puis aux montants dus ou
accumulés à la liquidation, à l’exclusion des paiements au titre du déficit de liquidation (4) et, enfin, à tous les montants
dus ou accumulés à la liquidation. L’historique législatif mène donc à la conclusion qu’une interprétation étroite qui
dissocierait le paiement requis de l’employeur par l’al. 75(1)b) de la LRR de celui exigé à l’al. 75(1)a) irait à l’encontre
de la tendance du législateur ontarien à offrir une protection de plus en plus étendue.
La disposition qui crée une fiducie réputée a une vocation réparatrice. Elle vise à protéger les intérêts des
participants. Cette fin réparatrice favorise une interprétation qui inclut tous les paiements à la liquidation dans la valeu r
de la fiducie réputée. En l’espèce, c’est à bon droit que la Cour d’appel a jugé qu’Inda lex était réputée détenir en
fiducie le montant nécessaire pour combler le déficit de liquidation du régime des salariés.
Les juges LeBel et Abella : Il y a accord avec les motifs de la juge Deschamps sur la question de la fiducie
réputée d’origine législative.
La juge en chef McLachlin et les juges Rothstein et Cromwell : Étant donné qu’il ne peut y avoir de fiducie
réputée au bénéfice du régime des cadres, celui-ci n’ayant pas été liquidé à la date considérée, il s’agit donc
essentiellement — pour ce qui concerne le régime des salariés — d’interpréter une disposition de la loi et de déterminer
si le déficit de liquidation décrit à l’al. 75(1)b) est « accumulé à la date de la liquidation » comme l’exige le par. 57(4)
de la LRR.
Lorsque le terme « accumulé » [et plus encore son équivalent anglais « accrued »] est employé de pair avec
une somme, il renvoie généralement à un élément dont la valeur est actuellement mesurée ou mesurable, mais qui peut
ou non être dû. Dans la présente affaire, au par. 57(4), le terme « accumulées » [« accrued »] est utilisé par opposition
à « dues ». Suivant le sens ordinaire du mot « accumulé », on ne peut considérer que le déficit l’était à la date de la
liquidation. Le montant du déficit de liquidation dépend de droits qui ne prennent naissance qu’à la liquidation et à
- 194 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
l’égard desquels les employés ne font des choix qu’après la liquidation. Le déficit de liquidation n’est donc ni
déterminé ni déterminable à la date de liquidation prévue.
Le contexte législatif général appuie la thèse que, suivant leur sens ordinaire et grammatical le plus plausible,
les mots « accumulées à la date de la liquidation » renvoient aux sommes déterminées de façon précise immédiatement
avant la date de prise d’effet de la liquidation du régime. Qui plus est, il appert de l’évolution et de l’historique des
dispositions en cause que le législateur n’a jamais voulu que le déficit de liquidation fasse l’objet d’une fiducie réputée
d’origine législative. Ils confirment en fait l’intention du législateur d’exclure du champ d’application de la fiducie
réputée les obligations qui naissent seulement à la date même de la liquidation.
La loi établit une distinction entre deux types d’obligation de l’employeur qui sont pertinents en l’espèce. Il y
a d’une part les cotisations requises pour acquitter le coût du service courant et d’autres paiements qui sont dus ou qui
sont accumulés sur une base quotidienne jusqu’à la date considérée. Il s’agit des paiements prévus à l’actuel
al. 75(1)a), à savoir ceux qui sont dus ou accumulés, mais qui n’ont pas été versés. D’autre part, il y a les cotisations
supplémentaires exigées lorsque le régime est liquidé (le déficit de liquidation). Ces paiements font l’objet de
l’al. 75(1)b). Il appert de l’évolution et de l’historique législatifs que les fiducies réputées des par. 57(3) et (4) devaient
seulement englober les cotisations du premier type et que le législateur n’a jamais voulu que les obligations ultérieures
éventuelles de l’employeur qui naissent une fois le régime liquidé fassent l’objet d’une fiducie réputée ou d’un
privilège.
En l’espèce, la fiducie réputée du par. 57(4) ne vise pas le déficit de liquidation. Pareille exclusion est
conforme aux objectifs généraux de la loi. Le législateur a créé des fiducies à l’égard des cotisations qui étaient dues ou
accumulées à la date de la liquidation afin de protéger, dans une certaine mesure, les droits des bénéficiaires d’un
régime de retraite et ceux des employés contre les réclamations des autres créanciers de l’employeur. Or, il y a de
bonnes raisons de penser que c’est en raison d’autres objectifs concurrents que le législateur s’est abstenu d’accroître la
portée de la fiducie réputée et d’y inclure le déficit de liquidation. La protection des ré gimes de retraite constitue certes
un objectif important, mais il n’appartient pas à la Cour de décider de la mesure dans laquelle cet objectif sera poursuivi
ou d’autres intérêts en souffriront. Il appartient à l’Assemblée législative de l’Ontario de déc ider du degré de protection
qu’il convient d’accorder aux bénéficiaires d’un régime de retraite sous le régime de la LRR.
(2) Priorité de rang
Les juges Deschamps et Moldaver : Une fiducie réputée établie par une loi provinciale comme la LRR
continue de s’appliquer dans les instances régies par la LACC, relevant de la compétence fédérale, sous réserve de la
doctrine de la prépondérance fédérale. En l’espèce, accorder priorité aux prêteurs DE relègue à un rang inférieur les
créances des autres intéressés, notamment les participants . Cette priorité d’origine judiciaire fondée sur la LACC a le
même effet qu’une priorité d’origine législative. Les dispositions fédérales et provinciales sont inconciliables, car elles
produisent des ordres de priorité différents et conflictuels. L’application de la doctrine de la prépondérance fédérale
donne à la charge DE priorité sur la fiducie réputée.
La juge en chef McLachlin et les juges Rothstein et Cromwell : Malgré le désaccord avec la juge Deschamps
sur la portée de la fiducie réputée du par. 57(4), si une fiducie est réputée exister en l’espèce, la créance DE prend rang
avant elle en application de la doctrine de la prépondérance fédérale.
Les juges LeBel et Abella : Il y a accord avec les motifs de la juge Deschamps sur la priorité de rang
déterminée par application du principe de la prépondérance fédérale.
(3) La fiducie par interprétation comme réparation du manquement à l’obligation fiduciaire
La juge en chef McLachlin et les juges Rothstein et Cromwell : Il ne saurait y avoir conflit d’intérêts
uniquement parce que l’employeur, dans l’exercice de son pouvoir de gérer la société au mieux des intérêts de celle -ci,
prend une mesure susceptible d’avoir une incidence sur les bénéficiaires du régime de retraite qu’il administre. Telle
est la conclusion qui découle nécessairement du contexte législatif. L’existence de conflits apparents qui sont inhérents
à la double fonction d’employeur et d’administrateur de régime exercée par une même personne ne peut constituer un
manquement à l’obligation fiduciaire, car ces conflits sont expressément autorisés par la loi, laquelle permet à une
- 195 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
personne d’exercer les deux fonctions. Il y a en fait conflit d’intérêts lorsqu’il existe un risque important que le s
obligations de l’employeur-administrateur envers la société nuisent de façon appréciable à la défense des intérêts des
bénéficiaires d’un régime.
À elle-seule, la demande initiale de protection de la société contre ses créanciers ne plaçait pas Indalex en
situation de conflit d’intérêts ou d’obligations. De même, l’omission de donner avis de la demande initiale présentée
sur le fondement de la LACC ne constituait pas un manquement à l’obligation fiduciaire d’éviter tout conflit d’intérêts.
La décision d’Indalex d’agir à titre d’employeur-administrateur ne peut conférer aux participants plus d’avantages que
si l’administration de leurs régimes avait été confiée à un tiers indépendant.
C’est lors de la demande et de l’obtention des ordonnances DE sans préavis aux bénéficiaires des régimes,
ainsi que de la demande et de l’obtention de l’approbation de la vente que les intérêts commerciaux d’Indalex sont
entrés en conflit avec ses obligations d’administrateur des régimes de retraite. Cependant, la difficu lté résidait en
l’espèce non pas dans l’existence du conflit, mais bien dans l’omission d’Indalex de prendre quelque mesure afin que
les bénéficiaires des régimes aient la possibilité de veiller à la protection de leurs intérêts dans le cadre de la procédu re
fondée sur la LACC comme si l’administrateur des régimes avait été indépendant. En résumé, le manquement ne tenait
pas à l’existence du conflit, mais plutôt à l’omission de prendre les mesures qu’elle commandait.
L’employeur-administrateur qui se trouve en situation de conflit doit en informer le juge saisi sur le fondement
de la LACC. Il ne suffit pas d’inscrire les bénéficiaires sur la liste des créanciers; le juge doit être informé que le
débiteur, en sa qualité d’administrateur de régime, est en conflit d’intérêts ou susceptible de l’être. En conséquence,
Indalex a manqué à son obligation fiduciaire en omettant de faire ce qu’il fallait pour que les bénéficiaires des régimes
puissent être dûment représentés dans le cadre de cette procédure comme si l’administrateur des régimes avait été
indépendant, en particulier lorsqu’elle a demandé l’approbation du financement DE et de la vente, puis présenté une
motion en vue de faire faillite.
Indépendamment de ce manquement, l’imposition d’une fiducie par interprétation ne constitue une réparation
appropriée que si un actif déterminable résulte des actes de l’auteur du manquement et qu’il serait injuste que ce dernier
ou, parfois, un tiers, conserve cet actif. Aucun élément de preuve n’appuie la prétention qu’un tel actif a résulté de
l’omission d’Indalex de pallier véritablement les conflits d’intérêts auxquels a donné lieu la procédure fondée sur la
LACC. Qui plus est, imposer une fiducie par interprétation par suite du manquement à l’obligation fiduciaire de veiller
à ce que les bénéficiaires des régimes jouissent de garanties procédurales, alors qu’ils en ont joui dans les faits, se
révèle inéquitable au vu de l’ensemble des circonstances.
Les juges Deschamps et Moldaver : L’employeur constitué en société qui décide d’agir en qualité
d’administrateur d’un régime accepte les obligations fiduciaires inhérentes à cette fonction. Puisque les administrateurs
d’une société ont aussi une obligation fiduciaire envers la société, l’employeur doit être prêt à résoudre les conflits
lorsqu’ils surgissent. L’employeur qui administre un régime de retraite n’est pas autorisé à négliger ses obligations
fiduciaires envers les participants au régime et à favoriser les intérêts concurrents de la société sous prétexte q u’il porte
le « chapeau » de dirigeant de la société. Ce sont les conséquences d’une décision, et non sa nature qui doivent être
prises en compte.
En l’espèce, il y avait bien conflit entre les obligations fiduciaires qui incombaient à Indalex en sa qualité
d’administratrice des régimes et les décisions de gestion qu’elle devait prendre dans le meilleur intérêt de la société .
Plus précisément, en demandant au tribunal d’autoriser une forme de financement selon laquelle un créancier se verrait
accorder priorité sur tous les autres, Indalex demandait au tribunal chargé d’appliquer la LACC de faire échec à la
priorité dont bénéficiaient les participants . L’intérêt de la société consistait à rechercher la meilleure façon de survivre
dans un contexte d’insolvabilité. La poursuite de cet intérêt était incompatible avec le devoir de l’administrateur des
régimes envers les participants de veiller à ce que toutes les cotisations soient versées aux caisses de retraite. En
l’occurrence, ce devoir de l’administrateur des régimes impliquait, plus particulièrement, qu’il donne à tout le moins
aux participants la possibilité d’exposer leurs arguments. Cela signifiait, au minimum, que les participants avaient droit
à un avis raisonnable de la motion en autorisation du financement DE. La teneur de cette motion, présentée sans avis
convenable, allait à l’encontre des intérêts des participants.
- 196 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
En ce qui concerne la fiducie par interprétation, il est bien établi en droit qu’une réparation de la nature d’un
droit de propriété n’est généralement accordée qu’à l’égard d’un bien ayant un lien direct avec un acte fautif ou d’un
bien qui peut être rattaché à un tel bien. Il y a accord avec le juge Cromwell sur le fait que cette condition n’était pas
remplie en l’espèce et il a été souscrit à ses motifs sur cette question. En outre, il était déraisonnable pour la Cour
d’appel de modifier l’ordre de priorité.
Les juges LeBel et Abella (dissidents) : Une relation fiduciaire s’entend de la relation factuelle et juridique
entre un bénéficiaire vulnérable et un fiduciaire qui détient et peut exercer un pouvoir sur le bénéficiaire dans les
situations prévues par la loi. Par conséquent, avant d’analyser les obligations fiduciaires de l’employeur à titre
d’administrateur d’un régime de retraite visé par la LRR, il faut examiner la situation et les caractéristiques des
bénéficiaires du régime. En l’espèce, les bénéficiaires se trouvaient dans une position de grande vulnérabilité par
rapport à Indalex.
Rien dans la LRR ne permet de conclure que l’employeur, en sa qualité d’administrateur, serait assujetti à une
norme moindre ou assumerait des fonctions et des obligations moins strictes qu’un administrateur indépendant .
L’employeur n’est pas tenu d’assumer le fardeau de l’administration des régimes de retraite qu’il a convenu d’établir ou
qui sont le fruit de décisions antérieures . Par contre, s’il choisit de l’assumer, une relation fiduciaire prend naissance et
l’on s’attend à ce que l’employeur soit capable d’éviter ou de régler les conflits d’intérêts susceptibles d’intervenir.
Indalex se trouvait en situation de conflit d’intérêts dès qu’elle a envisagé de demander la protection de la
LACC et de proposer un arrangement à ses créanciers . Du point de vue de l’entreprise, on ne pourrait guère trouver à
redire à cette décision. Il s’agissait d’une décision d’affaires . Cependant, Indalex jouait en même temps le rôle de
fiduciaire à l’égard des participants aux régimes et des retraités, et c’est là où le bât blesse . La solution consistait non
pas à mettre en veilleuse sa fonction d’administrateur avec les obligations fiduciaires en découlant, mais à y renoncer et
à la transférer avec diligence à un administrateur indépendant.
En l’occurrence, l’employeur a non seulement manqué à ses obligations envers les bénéficiaires, mais adopté
en fait une démarche qui allait à l’encontre de leurs intérêts. La gravité de ces manquements justifiait amplement la
décision de la Cour d’appel d’imposer une fiducie par interprétation .
(4) Dépens dans le pourvoi du Syndicat des Métallos
La juge en chef McLachlin et les juges Rothstein et Cromwell : Il n’y a en l’espèce aucune raison de revenir
sur la décision de la Cour d’appel relative aux dépens en ce qui concerne le Syndicat des Métallos. L’instance engagée
portait sur des points de droit nouveaux, son issue était incertaine et les demandeurs couraient le risque d’être déboutés.
La Cour d’appel a opiné essentiellement que, représentant seulement 7 des 169 participants du régime des salariés, le
syndicat ne devait pas être en mesure, dans les faits, d’imposer à tous les participants du régime, dont la plupart n’en
étaient pas membres, les risques inhérents au litige sans les consulter. Il n’y a aucune erreur de principe dans le refus de
la Cour d’appel d’ordonner que les dépens du syndicat soient payés à partir de la caisse de retraite, étant d onné surtout
l’issue du pourvoi devant notre Cour.
Les juges Deschamps et Moldaver : Il y a accord avec les motifs du juge Cromwell sur la question des dépens
dans l’appel interjeté par le Syndicat des Métallos.
Les juges LeBel et Abella : Il y a accord avec les motifs du juge Cromwell sur la question des dépens dans
l’appel interjeté par le Syndicat des Métallos.
POURVOIS contre un arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario (les juges MacPherson, Gillese et Juriansz), 2011
ONCA 265, 104 O.R. (3d) 641, 276 O.A.C. 347, 331 D.L.R. (4th) 352, 75 C.B.R. (5th) 19, 89 C.C.P.B. 39, 17
P.P.S.A.C. (3d) 194, [2011] O.J. No. 1621 (QL), 2011 CarswellOnt 2458, qui a infirmé une décision du juge Campbell,
2010 ONSC 1114, 79 C.C.P.B. 301, [2010] O.J. No. 974 (QL), 2010 CarswellOnt 893. Pourvois accueillis, les juges
LeBel et Abella sont dissidents.
POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario (les juges MacPherson, Gillese et Juriansz), 2011
ONCA 578, 81 C.B.R. (5th) 165, 92 C.C.P.B. 277, [2011] O.J. No. 3959 (QL), 2011 CarswellOnt 9077. Pourvoi rejeté.
- 197 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Benjamin Zarnett, Frederick L. Myers, Brian F. Empey et Peter Kolla, pour l’appelante Sun Indalex Finance,
LLC.
Harvey G. Chaiton et George Benchetrit, pour l’appelant George L. Miller, syndic de faillite des débitrices
Indalex É.-U., nommé en vertu du chapitre 7.
David R. Byers, Ashley John Taylor et Nicholas Peter McHaffie, pour l’appelante FTI Consulting Canada
ULC, en sa qualité de contrôleur d’Indalex Limited désigné par le tribunal, au nom d’Indalex Limited.
Darrell L. Brown, pour l’appellant/intimé le Syndicat des Métallos.
Andrew J. Hatnay et Demetrios Yiokaris, pour les intimés Keith Carruthers, et autres.
Hugh O’Reilly et Amanda Darrach, pour l’intimée Morneau Shepell ltée (anciennement connue sous le nom
de Morneau Sobeco, société en commandite).
Mark Bailey, Leonard Marsello et William MacLarkey, pour l’intimé/intervenant le Surintendant des services
financiers.
Robert I. Thornton et D. J. Miller, pour l’intervenant l’Institut d’insolvabilité du Canada.
Steven Barrett et Ethan Poskanzer, pour l’intervenant le Congrès du travail du Canada.
Kenneth T. Rosenberg, Andrew K. Lokan et Massimo Starnino, pour l’intervenante la Fédération canadienne
des retraités.
Éric Vallières, Alexandre Forest et Yoine Goldstein, pour l’intervenante l’Association canadienne des
professionnels de l’insolvabilité et de la réorganisation.
Mahmud Jamal, Jeremy Dacks et Tony Devir, pour l’intervenante l’Association des banquiers canadiens.
Procureurs de l’appelante Sun Indalex Finance, LLC : Goodmans, Toronto.
Procureurs de l’appelant George L. Miller, syndic de faillite des débitrices Indalex É.-U., nommé en vertu du
chapitre 7 : Chaitons, Toronto.
Procureurs de l’appelante FTI Consulting Canada ULC, en sa qualité de contrôleur d’Indalex Limited
désigné par le tribunal, au nom d’Indalex Limited : Stikeman Elliott, Toronto.
Procureurs de l’appelant/intimé le Syndicat des Métallos : Sack Goldblatt Mitchell, Toronto.
Procureurs des intimés Keith Carruthers, et autres : Koskie Minsky, Toronto.
Procureurs de l’intimée Morneau Shepell ltée (anciennement connue sous le nom de Morneau Sobeco, société
en commandite) : Cavalluzzo Hayes Shilton McIntyre & Cornish, Toronto.
Procureur de l’intimé/intervenant le Surintendant des services financiers : Procureur général de l’Ontario,
Toronto.
Procureurs de l’intervenant l’Institut d’insolvabilité du Canada : Thornton Grout Finnigan, Toronto.
Procureurs de l’intervenant le Congrès du travail du Canada : Sack Goldblatt Mitchell, Toronto.
- 198 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Procureurs de l’intervenante la Fédération canadienne des retraités : Paliare, Roland, Rosenberg, Rothstein,
Toronto.
Procureurs de l’intervenante l’Association canadienne des professionnels de l’insolvabilité et de la
réorganisation : McMillan, Montréal.
Procureurs de l’intervenante l’Association des banquiers canadiens : Osler, Hoskin & Harcourt, Toronto.
- 199 -
AGENDA FOR FEBRUARY 2013
CALENDRIER DE FÉVRIER 2013
AGENDA for the weeks of February 11 and 18, 2013.
CALENDRIER de la semaine du 11 février et celle du 18 février 2013.
The Court will not be sitting during the weeks of February 4 and 25, 2013.
La Cour ne siègera pas pendant les semaines du 4 et du 25 février 2013.
DATE OF HEARING /
DATE D’AUDITION
NAME AND CASE NUMBER /
NOM DE LA CAUSE ET NUMÉRO
2013-02-12
Sa Majesté la Reine c. Frédérick Bélanger (Qc) (Criminelle) (Autorisation) (34512)
2013-02-13
Cinar Corporation et al. v. Claude Robinson et al. (Que.) (Civil) (By Leave) (34466)
2013-02-13
Ronald A. Weinberg et autre c. Claude Robinson et autre (Qc) (Civile) (Autorisation)
(34467)
2013-02-13
Christophe Izard et autres c. Claude Robinson et autre (Qc) (Civile) (Autorisation)
(34468)
2013-02-13
Claude Robinson et autre c. France Animation S.A. et autres (Qc) (Civile)
(Autorisation) (34469)
2013-02-15
Her Majesty the Queen v. Fredrick Owen Blacklaws (B.C.) (Criminal) (As of Right)
(34889)
2013-02-18
Pierino Divito c. Ministre de la sécurité publique et de la protection civile (C.F.)
(Civile) (Autorisation) (34128)
2013-02-20
Daishowa-Marubeni International Ltd. v. Her Majesty the Queen (F.C.) (Civil)
(By Leave) (34534)
2013-02-20
Yousanthan Youvarajah v. Her Majesty the Queen (Ont.) (Criminal) (By Leave)
(34732)
2013-02-21
Attorney General of Canada on behalf of the Czech Republic and the Minister of
Justice of Canada v. Bretislav Zajicek (Ont.) (Criminal) (By Leave) (34767)
2013-02-22
Her Majesty the Queen v. Peter Garfield Taylor (N.L.) (Criminal) (As of Right)
(34934)
NOTE: This agenda is subject to change. Hearings normally commence at 9:30 a.m.; however, cases with multiple
parties often commence at 9:00 a.m. Where two cases are scheduled on a given day, the second case may be heard
immediately after the first one or at 2:00 p.m. Hearing dates and times should be confirmed with Registry staff at (613)
996-8666.
Ce calendrier est sujet à modification. Les audiences débutent normalement à 9h30; toutefois; l’audition des affaires
concernant des parties multiples commence souvent à 9 h. Lorsque deux affaires doivent être entendues le même jour,
l’audition de la deuxième affaire peut avoir lieu immédiatement après celle de la première ou encore à 14 h. La date et
l’heure d’une audience doivent être confirmées auprès du person nel du greffe au (613) 996-8666.
- 200 -
SUMMARIES OF THE CASES
34512
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Her Majesty the Queen v. Frédérick Bélanger
Criminal law - Offences - Elements of offence - Dangerous driving - Whether Court of Appeal erred in interpreting and
applying test developed by Supreme Court of Canada in R. v. Beatty for analysis of offence of dangerous operation
causing bodily harm or death - Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46, s. 249.
On October 7, 2007 at about 7:30 p.m., the respondent was driving west on highway 138 near Baie-Comeau. He was
accompanied by a friend. He had no specific destination. He was driving behind a pickup truck and decided to pass it
even though there was a s olid double line on the roadway. About five seconds after he pulled out to pass the pickup,
the respondent collided head on with an oncoming vehicle driven by the victim, who died instantly. The fatal collision
occurred on the shoulder of the highway, as both drivers had instinctively swerved on to it. The respondent was unable
to return to his own lane because he was parallel to the pickup he was passing. The collision occurred at a place where
passing is still prohibited. The respondent’s friend escaped with a fractured femur, while the respondent injured his
ankle.
At trial in the Court of Québec, the respondent was convicted of two counts of dangerous operation, one for causing
bodily harm and the other death. The Quebec Court of Appeal set aside the trial judgment and acquitted the respondent
on both counts. According to the Court of Appeal, the trial judge had erred in law in applying the modified objective
test for the mens rea of the offence of dangerous driving.
Origin of the case:
Quebec
File No.:
34512
Judgment of the Court of Appeal: September 9, 2011
Counsel:
Guy Loisel and Robin Tremblay for the appellant
Jean-Claude Dufour for the respondent
- 201 -
SUMMARIES OF THE CASES
34512
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Sa Majesté la Reine c. Frédérick Bélanger
Droit criminel - Infractions - Éléments de l’infraction - Conduite dangereuse - La Cour d’appel a-t-elle erré quant à
l’interprétation et à l’application des critères à considérer tel qu’élaborés par la Cour suprême du Canada dans l’affaire
R. c. Beatty pour l’analyse de l’infraction de conduite dangereuse causant des lésions corporelles et la mort? - Code
criminel, L.R.C. 1985, ch. C-46, art. 249.
Le 7 octobre 2007 vers 19h30, l’intimé circule sur la route 138 en direction ouest près de Baie -Comeau. Il est
accompagné d’un ami. Il se promène sans destination précise. Il roule derrière une camionnette et décide de la
dépasser, malgré une ligne double continue sur la route. Environ 5 secondes après que l’intimé ait amorcé son
dépassement, un face-à-face se produit avec le véhicule de la victime circulant en sens inverse. La victime meurt sur le
coup. L’impact mortel se produit sur l’accotement, où les deux véhicules ont eu le réflexe de se ranger en même temps.
L’intimé ne pouvait se ranger dans sa voie, étant alors en parallèle avec la camionnette qu’il dépassait. L’impact a lieu
à un endroit où il est encore interdit de dépasser. L’ami de l’intimé s’en tire avec une fracture au fémur et l’intimé avec
des blessures à la cheville.
Au procès en Cour du Québec, l’intimé est trouvé coupable de deux chefs d’accusation de conduite dangereuse causant
des lésions corporelles et causant la mort. La Cour d’appel du Québec infirme le jugement de première instance et
acquitte l’intimé des deux chefs d’accusation. Selon la Cour d’appel, la juge de première instance a erré en droit quant
à l’application du critère objectif modifié de la mens rea pour l’infraction de conduite dangereuse.
Origine :
Québec
No du greffe :
34512
Arrêt de la Cour d’appel :
Le 9 septembre 2011
Avocats :
Guy Loisel et Robin Tremblay pour l’appelante
Jean-Claude Dufour pour l’intimé
- 202 -
SUMMARIES OF THE CASES
34466
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Cinar Corporation and Cinar Films Inc. v. Claude Robinson and Les Productions Nilem Inc.
Intellectual property - Copyright Act, R.S.C. 1985, c. C-42 - Infringement - Evidence - Steps and tests for determining
whether substantial part of work reproduced within meaning of ss. 2 and 3 of Copyright Act - Admissibility of expert’s
testimony concerning reproduction of substantial part of work within meaning of ss. 2 and 3 of Copyright Act - Civil
liability in context of Copyright Act - Legal steps and tests under Copyright Act for assessing whether substantial part of
work reproduced - Where dealing with reproduction of substantial part of work, whether expert’s testimony can be
relied on to identify similarities that average observer unable to detect - Whether general character traits specific to
genre can be accepted as reproduction of substantial part of work - Step at which such traits must be taken into account
or disregarded - Whether both similarities and differences between works must be taken into account in identifying
reproduction - Whether Copyright Act creates scheme of exclusive rights conferred on artists for monopoly on
production or reproduction of works - Whether extracontractual liability of third party may arise in absence of
infringement of Copyright Act.
In 1982, Claude Robinson, an artist, drew the first sketches of the characters for a proposed children’s television
services to be called Robinson Curiosity. A few years later, in 1985, the Copyright Office issued a certificate of
registration for Robinson Curiosity listing Mr. Robinson as the author of the work and Les Productions Nilem inc.
(“Nilem”), a corporation of which he was the sole shareholder, as the owner of the work.
Starting in 1985, Mr. Robinson and Nilem stepped up their efforts for the promotion and production of Robinson
Curiosity, including with Cinar Corporation/Cinar Films Inc., but those efforts were unsuccessful for nearly 10 years.
In September 1995, however, the first episode of Robinson Sucroe, a work produced by Cinar Corporation/Cinar Films
Inc., France Animation S.A. and Ravensburger Film + TV GmbH, was broadcast in Quebec.
Since Mr. Robinson and Nilem found similarities between their work, Robinson Curiosity, and the work produced as
Robinson Sucroe, they brought an infringement action in the Quebec Superior Court, which allowed the action in part.
On appeal, the Quebec Court of Appeal upheld in part the Superior Court’s findings concerning the infringers but
reduced several aspects of the monetary award made at trial, mainly on the basis of revised calculat ions of the profits
and punitive damages.
Origin of the case:
Quebec
File No.:
34466
Judgment of the Court of Appeal: July 20, 2011
Counsel:
William Brock, Ad.E., and Cara Cameron for the appellants
Gilles M. Daigle and Guy Régimbald for the respondents
- 203 -
SUMMARIES OF THE CASES
34466
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Cinar Corporation et Les Films Cinar Inc. c. Claude Robinson et Les Productions Nilem Inc.
Propriété intellectuelle - Loi sur le droit d’auteur, L.R.C. (1985), c. C-42 - Contrefaçon - Preuve - Étapes et critères
applicables en matière de reprise d’une partie importante ou substantielle d’une œuvre au sens des articles 2 et 3 de la
Loi sur le droit d’auteur - Admissibilité du témoignage d’un expert quant à la reprise d’une partie importante ou
substantielle d’une œuvre au sens des articles 2 et 3 de la Loi sur le droit d’auteur - Responsabilité civile en marge de la
Loi sur le droit d’auteur - Quels sont, en vertu de la Loi sur le droit d’auteur, les étapes et les critères juridiques
applicables permettant d’évaluer s’il y a reprise d’une partie importante ou substantielle d’une œuvre? - Peut-on, en cas
de reprise d’une partie importante ou substantielle d’une œuvre, se fonder sur le témoignage d’un expert pour identifier
des similitudes que l’obs ervateur moyen n’est pas en mesure de percevoir? - Peut-on retenir des traits de caractère
généraux propres au genre comme reprise d’une partie substantielle de l’œuvre et à quelle étape doit -on en tenir compte
ou les écarter? - Doit-on, dans l’identification d’une reprise, tenir compte à la fois des similitudes et des différences
entre les œuvres? - Est-ce que la Loi sur le droit d’auteur crée un régime de droits exclusifs conférés aux artistes pour
le monopole de la production ou de la reproduction d’œuvres? La responsabilité extracontractuelle d’un tiers peut-elle
être engagée en l’absence d’une violation de la Loi sur le droit d’auteur?
M. Claude Robinson est un artiste qui a dessiné, en 1982, les premiers croquis des personnages d’un projet de série
télévisée pour enfants qui porterait le nom de Robinson Curiosité. Quelques années plus tard, en 1985, le Bureau du
droit d’auteur délivre un certificat d’enregistrement de Robinson Curiosité indiquant que M. Robinson est l’auteur de
l’œuvre et que les Productions Nilem inc. (ci-après « Nilem »), une société commerciale dont il est le seul actionnaire,
en est le propriétaire.
À compter de 1985, M. Robinson et Nilem multiplient les démarches destinées à faire la promotion et la production de
Robinson Curiosité, y compris avec Corporation Cinar/Les Films Cinar inc., mais pendant près de 10 ans, ces
démarches sont infructueuses. En septembre 1995, il y a cependant diffusion au Québec du premier épisode de
Robinson Sucroë, œuvre produite par Corporation Cinar/Les Films Cinar inc., France Animation S.A. et Ravensburger
Film + TV GmbH.
Constatant des similitudes entre son œuvre, Robinson Curiosité, et l’œuvre produite sous le titre Robinson Sucroë,
M. Robinson et Nilem intentent une action en contrefaçon devant la Cour supérieure du Québec, laquelle accueille
l’action en partie. En appel de cette cause, la Cour d’appel du Québec confirme en partie les conclusions de la Cour
supérieure quant aux contrefacteurs mais révise à la baisse plusieurs aspects de la conda mnation pécuniaire ordonnée en
première instance, principalement sur la base de calculs révisés des profits et des dommages punitifs.
Origine :
Québec
No du greffe :
34466
Arrêt de la Cour d’appel :
Le 20 juillet 2011
Avocats :
William Brock, Ad.E. et Cara Cameron pour les appelants
Gilles M. Daigle et Guy Régimbald pour les intimés
- 204 -
SUMMARIES OF THE CASES
34467
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Ronald A. Weinberg and Ronald A. Weinberg, in his capacity as sole liquidator of the succession of the late
Micheline Charest v. Claude Robison and Les Productions Nilem Inc.
Intellectual property - Copyright Act, R.S.C. 1985, c. C-42 - Infringement - Evidence - Steps and tests for determining
whether substantial part of work reproduced within meaning of ss. 2 and 3 of Copyright Act - Admissibility of expert’s
testimony concerning reproduction of substantial part of work within meaning of ss. 2 and 3 of Copyright Act - Tests
for assignment of copyright within meaning of s. 13(4) of Copyright Act - Scope of existence of reasonable and valid
defence in case of liability for infringement of Copyright Act - Whether ownership of copyright at issue dependent on
retroactive resolutory clause - Whether that clause met requirements of s. 13(4) of Copyright Act - If so, whether this
meant owner of copyright had interest in this case - Whether appellants personally liable under Copyright Act as
officers - Whether appellants incurred extracontractual liability to respondents.
In 1982, Claude Robinson, an artist, drew the first sketches of the characters for a proposed children’s television
services to be called Robinson Curiosity. A few years later, in 1985, the Copyright Office issued a certificate of
registration for Robinson Curiosity listing Mr. Robinson as the author of the work and Les Productions Nilem inc.
(“Nilem”), a corporation of which he was the sole shareholder, as the owner of the work.
Starting in 1985, Mr. Robinson and Nilem stepped up their efforts for the promotion and production of Robinson
Curiosity, including with Cinar Corporation/Cinar Films Inc., but those efforts were unsuccessful for nearly 10 years.
In September 1995, however, the first episode of Robinson Sucroe, a work produced by Cinar Corporation/Cinar Films
Inc., France Animation S.A. and Ravensburger Film + TV GmbH, was broadcast in Quebec.
Since Mr. Robinson and Nilem found similarities between their work, Robinson Curiosity, and the work produced as
Robinson Sucroe, they brought an infringement action in the Quebec Superior Court, which allowed the action in part.
On appeal, the Quebec Court of Appeal upheld in part the Superior Court’s findings concerning the infringers but
reduced several aspects of the monetary award made at trial, mainly on the basis of revised calculations of the profits
and punitive damages.
Origin of the case:
Quebec
File No.:
34467
Judgment of the Court of Appeal: July 20, 2011
Counsel:
Raynold Langlois, Dimitri Maniatis, Jean-Patrick Dallaire and Fabrice Vil for the
appellants
Gilles M. Daigle and Guy Régimbald for the respondents
- 205 -
SUMMARIES OF THE CASES
34467
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Ronald A. Weinberg et Ronald A. Weinberg, en qualité d’unique liquidateur de la succession de feu
Micheline Charest c. Claude Robinson et Les Productions Nilem Inc.
Propriété intellectuelle - Loi sur le droit d’auteur, L.R.C. (1985), c. C-42 - Contrefaçon - Preuve - Étapes et critères
applicables en matière de reprise d’une partie importante ou substantielle d’une œuvre au sens des articles 2 et 3 de la
Loi sur le droit d’auteur - Admissibilité du témoignage d’un expert quant à la reprise d’une partie impo rtante ou
substantielle d’une œuvre au sens des articles 2 et 3 de la Loi sur le droit d’auteur - Critères applicables en matière de
cession de droit d’auteur au sens de l’article 13(4) de la Loi sur le droit d’auteur - Portée de l’existence d’une défense
raisonnable et valable en cas de responsabilité pour violation de la Loi sur le droit d’auteur - La titularité des droits
d’auteur en cause est-elle tributaire d’une clause résolutoire rétroactive? - Cette clause rencontre-t-elle les exigences de
l’article 13(4) de la Loi sur le droit d’auteur? - Dans l’affirmative, le titulaire des droits d’auteur détient-il pour autant
un intérêt dans cette cause? - Les Appelants ont-ils, à titre de dirigeants, engagé leur responsabilité personnelle en vertu
de la Loi sur le droit d’auteur? - Les Appelants ont-ils engagé leur responsabilité extracontractuelle envers les Intimés?
M. Claude Robinson est un artiste qui a dessiné, en 1982, les premiers croquis des personnages d’un projet de série
télévisée pour enfants qui porterait le nom de Robinson Curiosité. Quelques années plus tard, en 1985, le Bureau du
droit d’auteur délivre un certificat d’enregistrement de Robinson Curiosité indiquant que M. Robinson est l’auteur de
l’œuvre et que les Productions Nilem inc. (ci-après « Nilem »), une société commerciale dont il est le seul actionnaire,
en est le propriétaire.
À compter de 1985, M. Robinson et Nilem multiplient les démarches destinées à faire la promotion et la production de
Robinson Curiosité, y compris avec Corporation Cinar/Les Films Cinar inc., mais pendant près de 10 ans, ces
démarches sont infructueuses. En septembre 1995, il y a cependant diffusion au Québec du premier épisode de
Robinson Sucroë, œuvre produite par Corporation Cinar/Les Films Cinar inc., France Animation S.A. et Ravensburger
Film + TV GmbH.
Constatant des similitudes entre son œuvre, Robinson Curiosité, et l’œuvre produite sous le titre Robinson Sucroë,
M. Robinson et Nilem intentent une action en contrefaçon devant la Cour supérieure du Québec , laquelle accueille
l’action en partie. En appel de cette cause, la Cour d’appel du Québec confirme en partie les conclusions de la Cour
supérieure quant aux contrefacteurs mais révise à la baisse plusieurs aspects de la condamnation pécuniaire ordonnée en
première instance, principalement sur la base de calculs révisés des profits et des dommages punitifs.
Origine:
Québec
No du greffe:
34467
Arrêt de la Cour d’appel:
Le 20 juillet 2011
Avocats:
Raynold Langlois, Dimitri Maniatis, Jean-Patrick Dallaire et Fabrice Vil pour les
appelants
Gilles M. Daigle et Guy Régimbald pour les intimés
- 206 -
SUMMARIES OF THE CASES
34468
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Christophe Izard, France Animation S.A., Ravensburger Film + TV GmbH and RTV Family Entertainment
AG v. Claude Robinson and Les Productions Nilem Inc.
Intellectual property - Copyright Act, R.S.C. 1985, c. C-42 - Infringement - Evidence - Steps and tests for determining
whether substantial part of work reproduced within meaning of ss. 2 and 3 of Copyright Act - Admissibility of expert’s
testimony concerning reproduction of substantial part of work within meaning of ss. 2 and 3 of Copyright Act - Legal
steps for assessing whether substantial part of work reproduced - Whether trial judge complied with first step, namely
defining work at issue - In application of second step, namely comparing two works, whether law allows court to rely
on expert’s testimony to identify similarities not detected by average observer - Whether, at second step of comparing
two works, law requires that all similarities be taken into account - Specifically, whether similarities relating to general
character traits specific to genre, similarities in public domain and similarities based on idea must be disregarded Whether law requires that differences between two works be taken into account at second step.
In 1982, Claude Robinson, an artist, drew the first sketches of the characters for a proposed children’s television
services to be called Robinson Curiosity. A few years later, in 1985, the Copyright Office issued a certificate of
registration for Robinson Curiosity listing Mr. Robinson as the author of the work and Les Productions Nilem inc.
(“Nilem”), a corporation of which he was the sole shareholder, as the owner of the work.
Starting in 1985, Mr. Robinson and Nilem stepped up their efforts for the promotion and production of Robinson
Curiosity, including with Cinar Corporation/Cinar Films Inc., but those efforts were unsuccessful for nearly 10 years.
In September 1995, however, the first episode of Robinson Sucroe, a work produced by Cinar Corporation/Cinar Films
Inc., France Animation S.A. and Ravensburger Film + TV GmbH, was broadcast in Quebec.
Since Mr. Robinson and Nilem found similarities between their work, Robinson Curiosity, and the work produced as
Robinson Sucroe, they brought an infringement action in the Quebec Superior Court, which allowed the action in part.
On appeal, the Quebec Court of Appeal upheld in part the Superior Court’s findings concerning the infringers b ut
reduced several aspects of the monetary award made at trial, mainly on the basis of revised calculations of the profits
and punitive damages.
Origin of the case:
Quebec
File No.:
34468
Judgment of the Court of Appeal: July 20, 2011
Counsel:
Pierre Y. Lefebvre, Alain Y. Dussault and Silviu Bursenascu for the appellants
Gilles M. Daigle and Guy Régimbald for the respondents
- 207 -
SUMMARIES OF THE CASES
34468
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Christophe Izard, France Animation S.A., Ravensburger Film + TV GmbH et RTV Family Entertainment
AG c. Claude Robinson et Les Productions Nilem Inc.
Propriété intellectuelle - Loi sur le droit d’auteur, L.R.C. (1985), c. C-42 - Contrefaçon - Preuve - Étapes et critères
applicables en matière de reprise d’une partie importante ou substantielle d’une œuvre au sens des articles 2 et 3 de la
Loi sur le droit d’auteur - Admissibilité du témoignage d’un expert quant à la reprise d’une partie importante ou
substantielle d’une œuvre au sens des articles 2 et 3 de la Loi sur le droit d’auteur - Quelles sont en droit les étapes qui
permettent d’évaluer s’il y a reprise d’une partie importante d’une œuvre? - Le juge de première instance a-t-il respecté
la première de ces étapes, soit celle de définir l’œuvre en cause? - Pour procéder à la deuxième étape, soit celle de
comparer les deux œuvres, la Cour peut-elle se fonder en droit sur le témoignage d’un expert pour identifier des
similitudes que l’observateur moyen ne perçoit pas? - À la deuxième étape, soit celle de comparer les deux œuvres,
doit-on en droit tenir compte de toutes les similitudes? - Plus précisément, doit-on écarter les similitudes relatives aux
traits de caractère généraux, propres au genre, celles qui appartiennent au domaine public ou qui relèvent de l’idée? - À
la deuxième étape, doit-on en droit tenir compte des différences entre les deux œuvres?
M. Claude Robinson est un artiste qui a dessiné, en 1982, les premiers croquis des personnages d’un projet de série
télévisée pour enfants qui porterait le nom de Robinson Curiosité. Quelques années plus tard, en 1985, le Bureau du
droit d’auteur délivre un certificat d’enregistrement de Robinson Curiosité indiquant que M. Robinson est l’auteur de
l’œuvre et que les Productions Nilem inc. (ci-après « Nilem »), une société commerciale dont il est le seul actionnaire,
en est le propriétaire.
À compter de 1985, M. Robinson et Nilem multiplient les démarches destinées à faire la promotion et la production de
Robinson Curiosité, y compris avec Corporation Cinar/Les Films Cinar inc., mais pendant près de 10 ans, ces
démarches sont infructueuses. En septembre 1995, il y a cependant diffusion au Québec du premier épisode de
Robinson Sucroë, œuvre produite par Corporation Cinar/Les Films Cinar inc., France Animation S.A. et Ravensburg er
Film + TV GmbH.
Constatant des similitudes entre son œuvre, Robinson Curiosité, et l’œuvre produite sous le titre Robinson Sucroë,
M. Robinson et Nilem intentent une action en contrefaçon devant la Cour supérieure du Québec, laquelle accueille
l’action en partie. En appel de cette cause, la Cour d’appel du Québec confirme en partie les conclusions de la Cour
supérieure quant aux contrefacteurs mais révise à la baisse plusieurs aspects de la condamnation pécuniaire ordonnée en
première instance, principalement sur la base de calculs révisés des profits et des dommages punitifs.
Origine:
Québec
No du greffe:
34468
Arrêt de la Cour d’appel:
Le 20 juillet 2011
Avocats:
Pierre Y. Lefebvre, Alain Y. Dussault et Silviu Bursenascu pour les appelants
Gilles M. Daigle et Guy Régimbald pour les intimés
- 208 -
SUMMARIES OF THE CASES
34469
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Claude Robinson and Les Productions Nilem Inc. v. France Animation S.A., Ravensburger Film + TV GmbH,
Videal Gesellschaft Zur Hertellung Von Audiovisuellen Produkten Mbh, RTV Family Entertainment AG,
Christian Davin, Christophe Izard, Cinar Films Inc., Cinar Corporation, 3918203 Canada Inc., Ronald A.
Weinberg and Ronald A. Weinberg, in his capacity as sole liquidator of the succession of the late Micheline
Charest
Intellectual property - Copyright Act, R.S.C. 1985, c. C-42 - Infringement - Scope of terms “cinematographic work” and
“maker” within meaning of s. 2 of Copyright Act - Tests for compensation for copyright infringement within meaning of s. 35
of Copyright Act - Tests for damages for moral, psychological or physical injury - Tests for punitive damages - Standard of
judicial review applicable on appeal as regards assessment of facts, presumptions based on facts and determination of
quantum - Solicitor-client costs - Whether soundtrack specifically ordered to be incorporated into cinematographic production
is integral part of cinematographic work - Whether remedies conferred on owners of copyright, including right to “just part”
of profits under s. 35 of Copyright Act, entitle owners to joint and several damages on profits made by infringers from
infringement - Whether Court of Appeal erred in substituting its findings of fact and presumptions based on facts for those of
trial judge, including in relation to quantum awarded under various heads of damages provided for in Copyright Act - Whether
award of general or aggravated damages for moral, psychological or physical injury is limited to amount determined by
applying trilogy including Andrews v. Grand & Toy Alberta Ltd., [1978] 2 S.C.R. 229 - Whether Court of Appeal erred in law
in substituting its findings of fact in all respects, and particularly by intervening with respect to quantum of damages and joint
and several nature of award, without having benefit of body of facts that trial judge had to assess and weigh.
In 1982, Claude Robinson, an artist, drew the first sketches of the characters for a proposed children’s television services to be
called Robinson Curiosity. A few years later, in 1985, the Copyright Office issued a certificate of registration for Robinson
Curiosity listing Mr. Robinson as the author of the work and Les Productions Nilem inc. (“Nilem”), a corporation of which he
was the sole shareholder, as the owner of the work.
Starting in 1985, Mr. Robinson and Nilem stepped up their efforts for the promotion and production of Robinson Curiosity,
including with Cinar Corporation/Cinar Films Inc., but those efforts were unsuccessful for nearly 10 years. In
September 1995, however, the first episode of Robinson Sucroe, a work produced by Cinar Corporation/Cinar Films Inc.,
France Animation S.A. and Ravensburger Film + TV GmbH, was broadcast in Quebec.
Since Mr. Robinson and Nilem found similarities between their work, Robinson Curiosity, and the work produced as
Robinson Sucroe, they brought an infringement action in the Quebec Superior Court, which allowed the action in part. On
appeal, the Quebec Court of Appeal upheld in part the Superior Court’s findings concerning the infringers but reduced several
aspects of the monetary award made at trial, mainly on the basis of revised calculations of the profits and punitive damages.
Origin of the case:
Quebec
File No.:
34469
Judgment of the Court of Appeal:
July 20, 2011
Counsel:
Gilles M. Daigle and Guy Régimbald for the appellants
Pierre Y. Lefebvre, Alain Y. Dussault and Silviu Bursenascu for the respondents France
Animation S.A., Ravensburger Film + TV GmbH, Videal Gesellschaft Zur Hertellung
Von Audiovisuellen Produkten Mbh, RTV Family Entertainment AG and Christophe
Izard
William Brock, Ad.E., and Cara Cameron for the respondents Cinar Films Inc., Cinar
Corporation and 3918203 Canada Inc.
Raynold Langlois, Dimitri Maniatis, Jean-Patrick Dallaire and Fabrice Vil for the
respondents Ronald A. Weinberg and Ronald A. Weinberg, in his capacity as sole
liquidator of the succession of the late Micheline Charest
Guy J. Pratte, Ad.E., Daniel Urbas and Marc-André Grou for the respondent Christian
Davin
- 209 -
SUMMARIES OF THE CASES
34469
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Claude Robinson et Les Productions Nilem Inc. c. France Animation S.A., Ravensburger Film + TV GmbH,
Videal Gesellschaft Zur Hertellung Von Audiovisuellen Produkten Mbh, RTV Family Entertainment AG,
Christian Davin, Christophe Izard, Les Films Cinar Inc., Cinar Corporation, 3918203 Canada Inc., Ronald A.
Weinberg et Ronald A. Weinberg, en qualité d’unique liquidateur de la succession de feu Micheline Charest
Propriété intellectuelle - Loi sur le droit d’auteur, L.R.C. (1985), c. C-42 - Contrefaçon - Portée des termes « œuvre
cinématographique » et « producteur » au sens de l’article 2 de la Loi sur le droit d’auteur - Critères applicables à la
compensation pour violation du droit d’auteur au sens de l’article 35 de la Loi sur le droit d’auteur - Critères applicables aux
dommages-intérêts pour préjudice moral, psychologique ou physique - Critères applicables aux dommages -intérêts punitifs Norme de contrôle judiciaire applicable en appel sur l’appréciation des faits, sur les présomptions tirées des faits, et sur la
détermination du quantum - Dépens avocat-client - Une bande sonore spécifiquement commandée pour être incorporée dans
une production cinématographique fait-elle partie intégrante de l’œuvre cinématographique? - Les recours des détenteurs de
droits d’auteur, y compris leur droit à une « proportion équitable » des profits en vertu de l’article 35 de la Loi sur le droit
d’auteur, confèrent-ils un droit à des dommages-intérêts conjoints et solidaires sur les profits tirés de la contrefaçon par les
contrefacteurs? - Est-ce que la Cour d’appel a erré en substituant ses conclusions de faits et ses présomptions tirées des faits à
ceux du juge de première instance, notamment en relation avec le quantum imposé en vertu des différents chefs de dommages
prévus à la Loi sur le droit d’auteur? - Est-ce que l’octroi de dommages -intérêts généraux ou majorés pour préjudice moral,
psychologique ou physique est limité à un montant déterminé en fonction de l’application de la trilogie Andrews c. Grand Toy
Alberta Ltd., [1978] 2 R.C.S. 229? - Est-ce que la Cour d’appel a erré en droit en substituant ses conclusions de faits à tous
égards, et notamment en intervenant au sujet du quantum de dommages -intérêts ainsi que le caractère solidaire de cette
condamnation sans avoir pu profiter de la masse de faits que le juge de première instance avait dû évaluer et sous -peser?
M. Claude Robinson est un artiste qui a dessiné, en 1982, les premiers croquis des personnages d’un projet de série télévisée
pour enfants qui porterait le nom de Robinson Curiosité. Quelques années plus tard, en 1985, le Bureau du droit d’auteur
délivre un certificat d’enregistrement de Robinson Curiosité indiquant que M. Robinson est l’auteur de l’œuvre et que les
Productions Nilem inc. (ci-après « Nilem »), une société commerciale dont il est le seul actionnaire, en est le propriétaire.
À compter de 1985, M. Robinson et Nilem multiplient les démarches destinées à faire la promotion et la production de
Robinson Curiosité, y compris avec Corporation Cinar/Les Films Cinar inc., mais pendant près de 10 ans, ces démarches sont
infructueuses. En septembre 1995, il y a cependant diffusion au Québec du premier épisode de Robinson Sucroë, œuvre
produite par Corporation Cinar/Les Films Cinar inc., France Animation S.A. et Ravensburger Film + TV GmbH.
Constatant des similitudes entre son œuvre, Robinson Curiosité, et l’œuvre produite sous le titre Robinson Sucroë,
M. Robinson et Nilem intentent une action en contrefaçon devant la Cour supérieure du Québec, laq uelle accueille l’action en
partie. En appel de cette cause, la Cour d’appel du Québec confirme en partie les conclusions de la Cour supérieure quant aux
contrefacteurs mais révise à la baisse plusieurs aspects de la condamnation pécuniaire ordonnée en première instance,
principalement sur la base de calculs révisés des profits et des dommages punitifs.
Origine:
Québec
No du greffe:
34469
Arrêt de la Cour d’appel:
Le 20 juillet 2011
Avocats:
Gilles M. Daigle et Guy Régimbald pour les appelants
Pierre Y. Lefebvre, Alain Y. Dussault et Silviu Bursenascu pour les intimés France
Animation S.A., Ravensburger Film + TV GmbH, Videal Gesellschaft Zur Hertellung
Von Audiovisuellen Produkten Mbh, RTV Family Entertainment AG et Christophe
Izard
William Brock, Ad.E. et Cara Cameron pour les intimés Les Films Cinar Inc., Cinar
Corporation et 3918203 Canada Inc.
Raynold Langlois, Dimitri Maniatis, Jean-Patrick Dallaire et Fabrice Vil pour les
intimés Ronald A. Weinberg et Ronald A. Weinberg, en qualité d’unique liquidateur de
la succession de feu Micheline Charest
Guy J. Pratte, Ad.E., Daniel Urbas et Marc-André Grou pour l’intimé Christian Davin
- 210 -
SUMMARIES OF THE CASES
34889
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Her Majesty the Queen v. Frederick Owen Blacklaws
(PUBLICAT ION BAN IN CASE)
Criminal law - Procedure - Application to sever counts - Whether trial judge’s refusal to sever counts wrong in law or
unreasonable and thus resulted in injustice - Application of R. v. Last, [2009] 3 S.C.R. 146, 2009 SCC 45.
The respondent was convicted on charges of two counts of unlawful confinement, one count of attempting to choke,
suffocate or strangle with attempt to commit sexual assault causing bodily harm, one count of sexual assault causing
bodily harm, and one count of assault causing bodily harm. The charges arose from two separate incidents involving
different complainants, but the Crown charged the counts related to both on the same indictment. At trial, the
respondent unsuccessfully applied to have the charges severed. He appealed, arguin g that the trial judge acted
unjudicially in making the ruling and that his decision resulted in an injustice. The majority of the Court of Appeal
allowed the appeal on the basis that the denial of severance resulted in an injustice. In its view, there was no
truth-seeking interest in trying the counts together, there was a good likelihood that propensity reasoning or
cross-pollination would occur, and the respondent had waived his right to be tried in a reasonable time. When these
factors were weighed together, the majority found that the risk of prejudice to the respondent outweighed the potential
benefits. Chief Justice Finch, dissenting, would have dismissed the appeal.
Origin of the case:
British Columbia
File No.:
34889
Judgment of the Court of Appeal: May 22, 2012
Counsel:
Susan J. Brown for the appellant
Lawrence D. Myers, Q.C. for the respondent
- 211 -
SUMMARIES OF THE CASES
34889
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Sa Majesté la Reine c. Frederick Owen Blacklaws
(ORDONNANCE DE NON -PUBLICAT ION DANS LE DOSSIER)
Droit criminel - Procédure - Demande de séparation des chefs d’accusation - Le refus du juge du procès de séparer les
chefs d’accusation était-il mal fondé en droit ou déraisonnable, si bien qu’il a donné lieu à une injustice? - Application
de l’arrêt R. c. Last, [2009] 3 R.C.S. 146, 2009 CSC 45.
L’intimé a été déclaré coupable sous deux chefs d’accusation de séquestration, un chef d’avoir tenté d’étouffer, de
suffoquer ou d’étrangler avec tentative de perpétration d’une agression sexuelle causant des lésions corporelles, un chef
d’agression sexuelle causant des lésions corporelles et un chef de voies de fait causant des lésions corporelles. Les
accusations découlaient de deux incidents distincts impliquant des plaignantes différentes, mais le ministère pu blic a
porté tous les chefs d’accusation relatifs aux deux dans le même acte d’accusation. Au procès, l’intimé a tenté sans
succès de faire séparer les accusations. Il a interjeté appel, plaidant que le juge du procès avait agi contrairement aux
normes judiciaires en rendant sa décision, ce qui avait donné lieu à une injustice. Les juges majoritaires de la Cour
d’appel ont accueilli l’appel au motif que le refus de séparer les accusations avait donné lieu à une injustice. À leur
avis, la recherche de la vérité ne justifiait pas la jonction des chefs d’accusation, il y avait de bonnes chances que se
produise un raisonnement fondé sur la propension ou une pollinisation croisée et l’intimé avait renoncé à son droit
d’être jugé dans un délai raisonnable. Compte tenu de ces trois facteurs, les juges majoritaires ont conclu que le risque
de préjudice pour l’intimé l’emportait sur les avantages éventuels. Le juge en chef Finch, dissident, aurait rejeté
l’appel.
Origine :
Colombie-Britannique
No du greffe :
34889
Arrêt de la Cour d’appel :
le 22 mai 2012
Avocats :
Susan J. Brown pour l’appelante
Lawrence D. Myers, c.r. Pour intimé
- 212 -
SUMMARIES OF THE CASES
34128
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Pierino Divito v. Minister of Public Safety and Emergency Preparedness
Charter of rights - Constitutional law - Mobility rights - Whether s. 10(1)(a) and (2)(a), read in conjunction with s. 8(1),
of International Transfer of Offenders Act, S.C. 2004, c. 21, infringe right guaranteed by s. 6(1) of Canadian Charter of
Rights and Freedoms - If so, whether infringement is reasonable limit prescribed by law that can be demonstrably
justified in free and democratic society under s. 1 of Charter.
The appellant Mr. Divito has been a Canadian citizen since 1980. In 1995, a Canadian court convicted him of serious
drug-related offences. While he was serving his sentence, the American authorities requested his extradition to the
United States to face drug-related charges. Canada extradited Mr. Divito in June 2005 after he had served his sentence
in Canada. In the United States, Mr. Divito pleaded guilty. In December 2006, he made a request for a transfer under
the International Transfer of Offenders Act so he could be authorized to serve the rest of his prison sentence in Canada.
The request was approved by the American authorities but refused by the Canadian minister. A short time later,
Mr. Divito made a second request, which was refused again on the following grounds:
The offender has been identified as an organized crime member, convicted for an offence involving a
significant quantity of drugs. The nature of his offence and his affiliations suggest that the offender’s
return to Canada would constitute a potential threat to the safety of Canadians and the security of
Canada.
Mr. Divito argues that the sections of the Act on which the refusal was based infringe his mobility rights guaranteed by
s. 6 of the Canadian Charter of Rights and Freedoms and that the infringement cannot be justified under s. 1.
Origin of the case:
Federal Court of Appeal
File No.
34128
Judgment of the Court of Appeal: February 3, 2011
Counsel:
Clemente Monterosso and Laurent Carignan for the appellant
Ginette Gobeil and Susan Shaughnessy for the respondent
- 213 -
SUMMARIES OF THE CASES
34128
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Pierino Divito c. Ministre de la sécurité publique et de la protection civile
Charte des droits - Droit constitutionnel - Liberté de circulation et d’établissement - Les al. 10(1)a) et 10(2)a), lus en
conjonction avec le par. 8(1) de la Loi sur le transfèrement international des délinquants, L.C. 2004, ch. 21, portent-ils
atteinte au droit garanti par le par. 6(1) de la Charte canadienne des droits et libertés? - Dans l’affirmative, cette
atteinte constitue-t-elle une limite raisonnable prescrite par une règle de droit dont la justification peut se démontrer
dans le cadre d’une société libre et démocratique suivant l’art. premier de la Charte?
L’appelant, M. Divito, est citoyen canadien depuis 1980. En 1995, un tribunal canadien le déclare coupable
d’infractions graves liées à la drogue. Pendant qu’il purge sa peine, les autorités américaines demandent son extradition
vers les États-Unis pour qu’il réponde d’accusations reliées à la drogue. Le Canada extrade M. Divito en juin 2005,
après qu’il ait purgé sa peine au Canada. Aux États -Unis, M. Divito plaide coupable. En décembre 2006, M. Divito
présente une demande de transfèrement en vertu de la Loi sur le transfèrement international des délinquants, afin qu’il
puisse être autorisé à purger le reste de sa peine d’emprisonnement au Canada. Cette demande est approuvée par les
autorités américaines, mais refusée par le ministre canadien. Peu après, M. Divito présente une deuxième demande, qui
est refusée à nouveau, pour les motifs suivants :
Le détenu a été identifié comme étant un membre du crime organisé condamné pour un délit
comprenant une quantité importante de drogues. La nature du délit ainsi que les affiliations du détenu
suggèrent que le retour du délinquant au Canada, pourrait constituer une menace pou r la sécurité du
Canada et la sûreté des Canadiens.
M. Divito soutient que les articles de la Loi qui justifient le refus violent ses droits à la libre circulation et à
l’établissement garantis par l’art. 6 de la Charte canadienne des droits et libertés, et que cette violation n’est pas
justifiable en vertu de l’article premier.
Origine :
Cour d’appel fédérale
No du greffe :
34128
Arrêt de la Cour d’appel :
Le 3 février 2011
Avocats :
Clemente Monterosso et Laurent Carignan pour l’appelant
Ginette Gobeil et Susan Shaughnessy pour l’intimé
- 214 -
SUMMARIES OF THE CASES
34534
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Daishowa-Marubeni International Ltd. v. Her Majesty the Queen
Taxation - Income Tax - Assessment - Tax treatment of assumed contingent liabilities - Amount if any to be included in
proceeds of disposition in respect of reforestation obligations assumed by purchasers of sawmill operations - Whether
the reforestation liabilities are to be included in the proceeds of disposition because the vendor is relieved of a liability,
or whether they are integral and run with the forest tenures - Whether it makes any difference that the parties agreed to
a specific amount of the future reforestation liability.
The appellant operated pulp mills in Alberta and British Columbia. Two of its divisions carried on harvesting
activities. Silviculture liabilities associated with its harvesting rights obliged the appellant to reforest lands. The
appellant sold its harvesting divisions to purchasers who assumed the refores tation obligations. The silviculture
liabilities were deducted from the gross sales prices. In its relevant income tax returns, the appellant classified the
silviculture liabilities as long-term liabilities that would not be expended within 12 months following specified dates
and current liabilities that would be expended within 12 months following specified dates (October 31, 1999 and
December 31, 1999). The Province of Alberta takes the position that, pursuant to the Forests Act, RSA 2000, c. F-22,
and the Timber Management Regulations, Alta. Reg. 60-1973, an assignee of timber rights assumes the reforestation
liability corresponding to the forest tenure and the assignor is no longer liable. In reporting its income for the 1999 and
2000 taxation years, the appellant did not include in its proceeds of disposition any amounts pertaining to the
silviculture liabilities assumed by the purchasers. The Minister of Revenue reassessed the appellant in respect of both
sales by including, in the calculation of proceeds of the dispositions of the timber resource properties, estimated
silviculture liabilities of $11,000,000 in respect of 1999 and $2,966,301 in respect of 2000.
Origin of the case:
Federal Court of Appeal
File No.:
34534
Judgment of the Court of Appeal: September 23, 2011
Counsel:
John H. Saunders for the appellant
David Jacyk and Matthew W. Turnell for the respondent
- 215 -
SUMMARIES OF THE CASES
34534
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Daishowa-Marubeni International Ltd. c. Sa Majesté la Reine
Droit fiscal - Impôt sur le revenu - Cotisations - Traitement fiscal d’éventualités prises en charge - Montant à inclure
s’il en est dans le produit de disposition à l’égard des obligations relatives au reboisement prises en charge par les
acheteurs d’une exploitation de scierie - Les responsabilités relatives au reboisement doivent-elles être incluses dans le
produit de disposition parce que le vendeur est déchargé d’une responsabilité ou sont -elles plutôt rattachées aux tenures
parce qu’elles en font partie intégrante? - Le fait que les parties se soient entendues sur un montant fixe quant à la
responsabilité relative au reboisement change-t-il quelque chose?
L’appelante exploitait des usines de pâtes à papier en Alberta et en Colombie -Britannique. Deux de ses divisions
exerçaient des activités de récolte. Des obligations relatives à la sylviculture liées à ces droits de récolte obligeaient
l’appelante à reboiser des terres. L’appelante a vendu ses divisions de récolte à des acheteurs qui ont pris en charge les
obligations relatives au reboisement. Les obligations relatives à la sylviculture ont été déduites des prix de vente bruts.
Dans ses déclarations de revenus pour les années en cause, l’appelante a caractérisé les obligations relatives à la
sylviculture d’obligations à long terme qui ne seraient pas imputées dans les 12 mois suivant des dates déterminées et
d’obligations à court terme qui seraient imputées dans les 12 mois suivant des dates déterminées (le 31 octobre 1999 et
le 31 décembre 1999). La Province de l’Alberta plaide qu’aux termes de la Forests Act, RSA 2000, ch. F-22, et des
Timber Management Regulations, Alta. Reg. 60-1973, le cessionnaire de droit de coupe prend en charge l’obligation
relative au reboisement qui correspond à la tenure et le cédant n’est plus responsable. Dans sa déclaration de revenus
pour les années d’imposition 1999 et 2000, l’appelante n’a pas inclus dans son produit de disposition les montants
relatifs aux obligations relatives à la sylviculture prises en charge par les achete urs. Le ministre du Revenu a établi une
nouvelle cotisation de l’appelante relativement aux deux ventes en incluant, dans le calcul du produit de disposition des
avoirs forestiers, des obligations estimatives relatives à la sylviculture de 11 millions de dollars pour l’année 1999 et de
2 966 301 $ pour l’année 2000.
Origine :
Cour d’appel fédérale
No du greffe :
34534
Arrêt de la Cour d’appel :
le 23 septembre 2011
Avocats :
John H. Saunders pour l’appelante
David Jacyk et Matthew W. Turnell pour l’intimée
- 216 -
SUMMARIES OF THE CASES
34732
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Yousanthan Youvarajah v. Her Majesty the Queen
(PUBLICAT ION BAN IN CASE)
Criminal law - Evidence - Hearsay - Admissibility of prior inconsistent statements - Reliability - Application of R. v.
B. (K.G.), [1993] 1 S.C.R. 740 - Whether the Court of Appeal erred in holding the trial judge responsible for the
Crown’s decisions at trial not to call D.S.’s former counsel to testify and not to ask certain questions of D.S - Whether
D.S.’s assertion of solicitor-client privilege made the opportunity to cross -examine him to a large extent illusory Whether the trial judge erred by failing to consider whether the circumstances surrounding the preparation and
presentation of the agreed statement of facts provided adequate substitutes for customary court processes to meet the
standard of threshold reliability.
The appellant, Yousanthan Youvarajah, and a young person, D.S., were charged with first degree murder and tried
separately. The Crown accepted that the young person was the shooter and alleged that Youvarajah arranged for the
shooting because the victim, an occasional drug dealer, had short -changed him on two previous occasions. During his
trial, the young person pleaded guilty to second degree murder, and his counsel and the Crown signed an agreed
statement of facts which stipulated among other things that Youvarajah (a) gave the young person the handgun used in
the shooting, (b) told him to shoot the victim and (c) demanded the handgun back shortly after the shooting. During the
course of Youvarajah’s trial, the young person recanted portions of the agreed statement of facts. In response, the
Crown sought to have the agreed statement of facts admitted as evidence capable of proving the truth of its contents .
The application was dismissed on the basis that it did not meet the necessary threshold of reliability for the admission
of hearsay evidence. Youvarajah’s request for a directed verdict of acquittal was subsequently granted. The Court of
Appeal allowed the appeal and ordered a new trial.
Origin of the case:
Ontario
File No.:
34732
Judgment of the Court of Appeal: October 20, 2011
Counsel:
Philip Campbell and Jonathan Dawe for the appellant
James K. Stewart for the respondent
- 217 -
SUMMARIES OF THE CASES
34732
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Yousanthan Youvarajah c. Sa Majesté la Reine
(ORDONNANCE DE NON -PUBLICAT ION DANS LE DOSSIER)
Droit criminel - Preuve - Ouï-dire - Admissibilité de déclarations antérieures incompatibles - Fiabilité - Application de
R. c. B. (K.G.), [1993] 1 R.C.S. 740 - La Cour d’appel a-t-elle eu tort de tenir le juge du procès responsable des
décisions prises par le ministère public au procès de ne pas faire comparaître l’ancien avocat de D.S. et de ne pas poser
certaines questions à D.S.? Le fait que D.S. ait invoqué le privilège du secret professionnel de l’avocat a -t-il eu pour
effet de rendre illusoire l’occasion de le contre-interroger? Le juge du procès a-t-il eu tort de ne pas s’être demandé si
les circonstances dans lesquelles l’exposé conjoint des faits avait été rédigé et présenté constituaient un moyen adéquat,
autre que les processus judiciaires usuels, de satisfaire au seuil de fiabilité?
L’appelant, Yousanthan Youvarajah, et un adolescent, D.S., ont été accusés de meurtre a u premier degré et jugés
séparément. Le ministère public a accepté que l’adolescent était le tireur, et a allégué que M. Youvarajah avait organisé
le meurtre parce que la victime, un trafiquant de drogue occasionnel, l’avait roulé deux fois auparavant. Lors de son
procès, l’adolescent a plaidé coupable à une accusation de meurtre au deuxième degré, et ses avocats ainsi que le
ministère public ont signé un exposé conjoint des faits indiquant, entre autres choses, que M. Youvarajah avait a) donné
à l’adolescent le pistolet utilisé pour le meurtre, b) dit à l’adolescent d’abattre la victime et c) exigé que l’adolescent lui
remette le pistolet peu après le meurtre. Durant le procès de M. Youvarajah, l’adolescent est revenu sur des parties de
l’exposé conjoint des faits. Le ministère public a réagi en demandant que l’exposé conjoint des faits soit admis en tant
que preuve susceptible d’établir la véracité de son contenu. La demande a été rejetée au motif qu’elle ne satisfaisait pas
au seuil de fiabilité établi pour l’admission d’une preuve par ouï-dire. Il a ensuite été fait droit à la demande présentée
par M. Youvarajah pour obtenir un verdict imposé d’acquittement. La Cour d’appel a accueilli l’appel et ordonné un
nouveau procès.
Origine :
Ontario
No du greffe :
34732
Arrêt de la Cour d’appel :
le 20 octobre 2011
Avocats :
Philip Campbell et Jonathan Dawe pour l’appelant
James K. Stewart pour l’intimée
- 218 -
SUMMARIES OF THE CASES
34767
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Attorney General of Canada on Behalf of the Czech Republic, and the Minister of Justice of Canada v.
Brestislav Zajicek
Criminal Law - Extradition - Jurisdiction - Whether the Court of Appeal erred in its interpretation of the abuse of
process jurisdiction of the extradition judge under s. 25 of the Extradition Act, S.C. 1999, c. 18 - Whether the majority
of the Court of Appeal erred in its application of the curative proviso in s. 53(b)(ii) of the Act - Whether the Minister’s
decision to order the respondent’s surrender was reasonable.
The Czech Republic sought the respondent’s extradition to stand trial on charges of robbery and property offences
alleged to have been committed nine years before the extradition request was made. The evidence allegedly implicating
the respondent in these offences includes his confession to Czech authorities and statements made by three alleged
accomplices. In resisting committal, the respondent claimed that his confession was obtained by torture and
accordingly sought a s tay of the extradition proceedings on grounds of abuse of process in violation of section 7 of the
Charter. The judge conducting the extradition hearing granted the appellants’ application for a committal order. In so
doing, the extradition judge found that there was sufficient evidence, namely the accomplice evidence, to commit the
respondent regardless of his confession which was not considered. The extradition judge concluded that her
jurisdiction to grant Charter remedies, including a stay of proceedings, was not engaged in this regard as it was
restricted to matters directly related to the fairness of the committal proceedings, and that the allegations of torture and
procedural delay were matters for the Minister of Justice. The respondent renewed h is request for a stay of the
extradition proceedings before the Minister of Justice, submitting that his surrender should be refused as unjust or
oppressive, inter alia on the basis that his confession was obtained by torture. The Minister of Justice was not satisfied
that the respondent’s allegations of torture established an abuse of process and proceeded to issue a surrender order.
Origin of the case:
Ontario
File No.:
34767
Judgment of the Court of Appeal: February 14, 2012
Counsel:
Janet Henchey and Jeffrey G. Johnston for the appellants
Julianna A. Greenspan for the respondent
- 219 -
SUMMARIES OF THE CASES
34767
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Procureur général du Canada au nom de la République tchèque et le ministre de la Justice du Canada c.
Bretislav Zajicek
Droit criminel - Extradition - Compétence - La Cour d’appel s’est-elle trompée dans son interprétation de la
compétence en matière d’abus de procédure de la juge d’extradition aux termes de l’art. 25 de la Loi sur l’extradition,
L.C. 1999, ch. 18? - Les juges majoritaires de la Cour d’appel se sont-ils trompés dans leur application de la disposition
réparatrice prévue au sous -alinéa 53b)(ii) de la Loi? - La décision du ministre d’ordonner l’extradition de l’intimé
était-elle raisonnable?
La République tchèque a demandé l’extradition de l’intimé pour qu’il subisse son procès sur des accusations de vol
qualifié et d’infractions contre les biens qu’ils aurait censément commis neuf ans avant la demande d’extradition. La
preuve qui impliquerait censément l’intimé dans ces infractions comprend notamment son aveu aux autorités tchèques
et des déclarations faites par trois complices présumés. Dans sa contestation de l’incarcération, l’intimé a allégué que
son aveu avait été obtenu par la torture et il a par conséquent demandé l’arrêt de la procédure d’extradition pour abus de
procédure en violation de l’article 7 de la Charte. La juge qui présidait l’audience en matière d’extradition a accueilli la
demande d’ordonnance d’incarcération présentée par les appelants. Ce faisant, la juge d’extradition a conclu qu’il y
avait suffisamment d’éléments de preuve, notamment les témoignages des complices, pour incarcérer l’intimé sans
égard à son aveu qui n’a pas été pris en compte. La juge d’extradition a conclu que sa compétence pour acc order des
réparations fondées sur la Charte, notamment l’arrêt de la procédure, ne pouvait être exercée à cet égard, puisqu’elle se
limitait à des questions directement liées à l’équité de la procédure d’incarcération, et que les allégations de torture et de
retards dans la procédure relevaient de la compétence du ministre de la Justice. L’intimé a réitéré sa demande d’arrêt
de la procédure d’extradition au ministre de la Justice, faisant valoir que son extradition devrait être refusée parce
qu’injuste ou tyrannique, notamment parce que son aveu avait été obtenu par la torture. Le ministre de la Justice n’était
pas convaincu que les allégations de torture de l’intimé permettaient de conclure à un abus de procédure et a pris un
arrêté d’extradition.
Origine :
Ontario
No du greffe :
34767
Arrêt de la Cour d’appel :
le 14 février 2012
Avocats :
Janet Henchey et Jeffrey G. Johnston pour les appelants
Julianna A. Greenspan pour l’intimé
- 220 -
SUMMARIES OF THE CASES
34934
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Her Majesty The Queen v. Peter Garfield Taylor
(PUBLICAT ION BAN IN CASE)
Criminal law - Evidence - Assessment - Accused convicted of sexual assault and unlawful confinement - Trial judge
rejecting evidence of witness as being fabrication - Whether trial judge erred in his assessment of the evidence of the
witness - Whether trial judge misapprehended the trial evidence as a whole.
The accused was convicted of sexual assault and unlawful confinement as a result of an allegation that he briefly locked
the child complainant into his shed and inappropriately touched her. The accused’s son testified at trial that he was
working on a truck near the shed at the time of the alleged incident and that the shed door could not have been closed.
The trial judge rejected the son’s evidence as being a fabrication because the son did not disclose that information,
which could have helped his father, to the police and “did nothing”. The majority of the Court of Appeal held that the
trial judge erred in his assessment of the son’s evidence and failed to assess the evidence as a whole. The convictions
were set aside and a new trial was ordered.
Origin of the case:
Newfoundland and Labrador
File No.:
34934
Judgment of the Court of Appeal: June 13, 2012
Counsel:
Stephen R. Dawson for the Appellant
Peter Garfield Taylor, unrepresented
- 221 -
SUMMARIES OF THE CASES
34934
RÉSUMÉS DES AFFAIRES
Sa Majesté la Reine c. Peter Garfield Taylor
(ORDONNANCE DE NON -PUBLICAT ION DANS LE DOSSIER)
Droit criminel - Preuve - Appréciation - L’accusé a été déclaré coupable d’agression sexuelle et de séquestration - Le
juge du procès a rejeté un témoignage comme étant une fabrication - Le juge du procès s’est-il trompé dans son
appréciation du témoignage? - Le juge du procès a-t-il mal interprété la preuve au procès dans son ensemble?
L’accusé a été déclaré coupable d’agression sexuelle et de séquestration à la suite d’une allégation selon laquelle il avait
brièvement enfermé à clé l’enfant plaignante dans sa remise et lui avait fait des attouchements inappropriés. Le fils de
l’accusé a affirmé dans son témoignage au procès qu’il travaillait sur un camion près de la remise au moment de
l’incident présumé et que la porte de la remise ne pouvait pas être fermée. Le juge du procès a rejeté le témoignage du
fils comme étant une fabrication parce que celui-ci n’avait pas communiqué aux policiers ce renseignement qui aurait
pu aider son père et qu’il n’avait « rien fait ». Les juges majoritaires de la Cour d’appel ont statué que le juge du procès
s’était trompé dans son appréciation du témoignage du fils et qu’il avait omis d’apprécier la preuve dans son ensemble.
Les déclarations de culpabilité ont été annulées et un nouveau procès a été ordonné.
Origine :
Terre-Neuve-et-Labrador
No du greffe :
34934
Arrêt de la Cour d’appel :
le 13 juin 2012
Avocats :
Stephen R. Dawson pour l’appelante
Peter Garfield Taylor, non représenté
- 222 -
SUPREME COURT REPORTS
RECUEIL DES ARRÊTS DE LA COUR
SUPRÊME
THE STYLES OF CAUSE IN THE PRESENT
TABLE ARE THE STANDARDIZED STYLES
OF CAUSE (AS EXPRESSED UNDER THE
"INDEXED AS" ENTRY IN EACH CASE).
LES INTITULÉS UTILISÉS DANS CETTE
TABLE SONT LES INTITULÉS NORMALISÉS
DE LA RUBRIQUE "RÉPERTORIÉ" DANS
CHAQUE ARRÊT.
Judgments reported in [2012] 2 S.C.R. Part 1
Jugements publiés dans [2012] 2 R.C.S. Partie 1
Annapolis County District School Board v. Marshall,
2012 SCC 27, [2012] 2 S.C.R. 84
Annapolis County District School Board c. Marshall,
2012 CSC 27, [2012] 2 R.C.S. 84
Cinar Corporation v. Robinson,
2012 SCC 25, [2012] 2 S.C.R. 55
Cinar Corporation c. Robinson,
2012 CSC 25, [2012] 2 R.C.S. 55
Clements v. Clements,
2012 SCC 32, [2012] 2 S.C.R. 181
Clements c. Clements,
2012 CSC 32, [2012] 2 R.C.S. 181
Halifax (Regional Municipality) v. Canada (Public
Works and Government Services),
2012 SCC 29, [2012] 2 S.C.R. 108
Halifax (Regional Municipality) c. Canada (Travaux
publics et Services gouvernementaux),
2012 CSC 29, [2012] 2 R.C.S. 108
R. v. Gibbons,
2012 SCC 28, [2012] 2 S.C.R. 92
R. c. Gibbons,
2012 CSC 28, [2012] 2 R.C.S. 92
R. v. Maybin,
2012 SCC 24, [2012] 2 S.C.R. 30
R. c. Maybin,
2012 CSC 24, [2012] 2 R.C.S. 30
R. v. Mayuran,
2012 SCC 31, [2012] 2 S.C.R. 162
R. c. Mayuran,
2012 CSC 31, [2012] 2 R.C.S. 162
R. v. Roy,
2012 SCC 26, [2012] 2 S.C.R. 60
R. c. Roy,
2012 CSC 26, [2012] 2 R.C.S. 60
R. v. Venneri,
2012 SCC 33, [2012] 2 S.C.R. 211
R. c. Venneri,
2012 CSC 33, [2012] 2 R.C.S. 211
Tessier Ltée v. Quebec (Commission de la santé et de
la sécurité du travail),
2012 SCC 23, [2012] 2 S.C.R. 3
Tessier Ltée c. Québec (Commission de la santé et de
la sécurité du travail),
2012 CSC 23, [2012] 2 R.C.S. 3
Westmount (City) v. Rossy,
2012 SCC 30, [2012] 2 S.C.R. 136
Westmount (Ville) c. Rossy,
2012 CSC 30, [2012] 2 R.C.S. 136
- 223 -
SUPREME COURT OF CANADA SCHEDULE / CALENDRIER DE LA COUR SUPREME
- 2012 OCTOBER - OCTOBRE
S
D
NOVEMBER - NOVEMBRE
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
1
2
3
4
5
6
7
H
8
M
9
10
11
12
13
4
M
5
6
14
15
16
17
18
19
20
11
H
12
21
22
23
24
25
26
27
18
28
29
30
31
25
W
M
DECEMBER - DÉCEMBRE
T
J
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
7
8
9
10
2
M
3
4
5
6
7
8
13
14
15
16
17
9
10
11
12
13
14
15
19
20
21
22
23
24
16
17
18
19
20
21
22
26
27
28
29
30
23
30
24
31
H
25
26
27
28
29
F
V
S
S
1
2
1
- 2013 JANUARY - JANVIER
S
D
M
L
FEBRUARY - FÉVRIER
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
H
1
2
3
4
5
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
MARCH - MARS
F
V
S
S
1
2
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
6
7
8
9
10
11
12
3
4
5
6
7
8
9
3
4
5
6
7
8
9
13
M
14
15
16
17
18
19
10
M
11
12
13
14
15
16
10
11
12
13
14
15
16
20
21
22
23
24
25
26
17
18
19
20
21
22
23
17
M
18
19
20
21
22
23
27
28
29
30
31
24
25
26
27
28
24
31
25
26
27
28
H
29
30
APRIL - AVRIL
S
D
MAY - MAI
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
H
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
5
6
14
M
15
16
17
18
19
20
12
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
Sittings of the court:
Séances de la cour :
Motions:
Requêtes :
Holidays:
Jours fériés :
M
H
S
D
18
87
9
3
M
L
T
M
JUNE - JUIN
W
M
T
J
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
F
v
s
s
1
2
3
4
7
8
9
10
11
2
3
4
5
6
7
8
M
13
14
15
16
17
18
9
M
10
11
12
13
14
15
19
H
20
21
22
23
24
25
16
17
18
19
20
21
22
26
27
28
29
30
31
23
30
24
25
26
27
28
29
1
sitting weeks/semaines séances de la cour
sitting days/journées séances de la cour
m otion and conference days/ journées des requêtes et des conférences
holidays during sitting days/ jours fériés durant les sessions
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising