SUPREME COURT OF COUR SUPRÊME DU CANADA

SUPREME COURT  OF COUR SUPRÊME DU CANADA
SUPREME COURT OF
CANADA
COUR SUPRÊME DU
CANADA
BULLETIN OF
PROCEEDINGS
BULLETIN DES
PROCÉDURES
This Bulletin is published at the direction of the
Registrar and is for general information only. It
is not to be used as evidence of its content,
which, if required, should be proved by
Certificate of the Registrar under the Seal of the
Court. While every effort is made to ensure
accuracy, no responsibility is assumed for errors
or omissions.
Ce Bulletin, publié sous l'autorité du registraire,
ne vise qu'à fournir des renseignements
d'ordre général. Il ne peut servir de preuve de
son contenu. Celle-ci s'établit par un certificat
du registraire donné sous le sceau de la Cour.
Rien n'est négligé pour assurer l'exactitude du
contenu,
mais
la Cour décline toute
responsabilité pour les erreurs ou omissions.
During Court sessions the Bulletin is usually
issued week ly.
Le Bulletin paraît en principe toutes les
semaines pendant les sessions de la Cour.
Where a judgment has been rendered, requests
for copies should be made to the Registrar, with
a remittance of $15 for each set of reasons. All
remittances should be made payable to the
Receiver General for Canada.
Quand un arrêt est rendu, on peut se procurer
les motifs de jugement en adressant sa
demande au registraire, accompagnée de 15 $
par exemplaire. Le paiement doit être fait à
l'ordre du Receveur général du Canada.
Consult the Supreme Court of Canada website
at www.scc-csc.gc.ca for more information.
Pour de plus amples informations, consulter le
site Web de la Cour suprême du Canada à
l’adresse suivante : www.scc-csc.gc.ca
December 23, 2013
© Supreme Court of Canada (2013)
ISSN 1918-8358 (Online)
2039 - 2102
Le 23 décembre 2013
© Cour suprême du Canada (2013)
ISSN 1918-8358 (En ligne)
CONTENTS
TABLE DES MATIÈRES
Applications for leave to appeal
filed
2039 - 2040
Applications for leave submitted
to Court since last issue
2041
Demandes d'autorisation d'appel
déposées
Demandes soumises à la Cour depuis la
dernière parution
Judgments on applications for
leave
2042 - 2064
Jugements rendus sur les demandes
d'autorisation
Motions
2065 - 2067
Requêtes
Notices of appeal filed since last
issue
2068
Avis d'appel déposés depuis la dernière
parution
Appeals heard since last issue and
disposition
2069
Appels entendus depuis la dernière
parution et résultat
Pronouncements of appeals reserved
2070 - 2073
Jugements rendus sur les appels en
délibéré
Headnotes of recent judgments
2074 - 2099
Sommaires de jugements récents
Agenda
Judgments reported in S.C.R.
2100
2101 - 2102
Calendrier
Jugements publiés au R.C.S.
NOTICE
Case summaries included in the Bulletin are prepared by the Office of the Registrar of the
Supreme Court of Canada (Law Branch) for information purposes only.
AVIS
Les résumés de dossiers publiés dans le bulletin sont préparés par le Bureau du registraire
(Direction générale du droit) uniquement à titre d’information.
DEMANDES D’AUTORISATION
D’APPEL DÉPOSÉES
APPLICATIONS FOR LEAVE TO
APPEAL FILED
A.T.M.
Vlasta Stubicar
Vlasta Stubicar
A.T.M.
v. (35647)
v. (35650)
T.Y. (N.L.)
Glen W. Picco
Picco & White
Deputy Prime Minister et al. (F.C.)
Leah C. Garvin
A.G. of Canada
FILING DATE: 13.09.2013
FILING DATE: 12.11.2013
Kris Rana
Kris Rana
Commission des droits de la personne et des
droits de la jeunesse
Athanassia Bitzakidis
Boies Drapeau Bourdeau
v. (35653)
Canadian Business College (Ont.)
Jeffery J. Nicholson
c. (35625)
Bombardier inc. (Bombardier Aerospace
Training Center) (Qc)
Lukasz Granosik
Norton Rose Fulbright Canada LLP
FILING DATE: 18.11.2013
Reginald Louis on his own behalf and on behalf
of all the members of the Stellat’en First Nation
et al.
Gregory J McDade, Q.C.
Ratcliff & Company
DATE DE PRODUCTION : 22.11.2013
and between
Javed Latif
Catherine Elizabeth McKenzie
Irving Mitchell Kalichman LLP
v. (35630)
Her Majesty the Quen in Right of the Province
of British Columbia as represented by the
Minister of Energy, Mines and Petroleum
Resources et al. (B.C.)
Glen R. Thompson
A.G. of British Columbia
v. (35625)
Bombardier inc. (Bombardier Aerospace
Training Center) (Que.)
Lukasz Granosik
Norton Rose Fulbright Canada LLP
FILING DATE: 25.11.2013
FILING DATE: 25.11.2013
Daniel Walter Hill
Christian J. Popowich
Code Hunter LLP
Victor A. Prochazka
Victor Z. Prochazka
v. (35631)
v. (35654)
Paul James Hill et al. (Alta.)
Mauricie O. Laprairie, Q.C.
MacPherson Leslie & Tyerman LLP
Alberta Labour Relations Board et al. (Alta.)
Mark L. Asbell
Alberta Labour Relations Board
FILING DATE: 26.11.2013
FILING DATE: 25.11.2013
- 2039 -
APPLICATIONS FOR LEAVE TO APPEAL
FILED
DEMANDES D'AUTORISATION D'APPEL
DÉPOSÉES
861808 Ontario Inc.
Philippe DioGuardi
DioGuardi Tax Law
Vector Costa Rica, S.A. et al.
John L.B. Lloyd
Lloyd Burns LLP
v. (35633)
v. (35640)
Canada (Revenue Agency) (Ont.)
Shahana Kar
A.G. of Canada
Central Sun Mining Inc. (Ont.)
David I. Hamer
McCarthy Tétrault LLP
FILING DATE: 27.11.2013
FILING DATE: 02.12.2013
Nortel Networks Corporation et al.
Alan Merskey
Norton Rose Fulbright Canada LLP
Robert James Bradshaw
Eugene Meehan, Q.C.
Supreme Advocacy LLP
v. (35642)
v. (35639)
Her Majesty the Queen in Right of Ontario, as
represented by the Ministry of the Environment
et al. (Ont.)
Leonard F. Marsello
A.G. of Ontario
Patricia Anne Langley, by her Estate Trustees
et al. (Ont.)
Peter H. Griffin
Lenczner Slaght Royce Smith Griffin
LLP
FILING DATE: 02.12.2013
FILING DATE: 03.12.2013
Raynald Grenier
Raynald Grenier
MUR Shipping BV
Graham Walker
Borden Ladner Gervais LLP
c. (35652)
v. (35641)
Procureur général du Québec (Qc)
Stéphanie Quirion-Cantin
P.G. du Québec
Byatt International SA et al. (B.C.)
John W. Bromley
Bull, Housser & Tupper LLP
DATE DE PRODUCTION : 02.12.2013
FILING DATE: 03.12.2013
Jens Peter Elmgreen
Jens Peter Elmgreen
v. (35643)
J. William Evans (Ont.)
Richard W. Greene
Epstein Cole LLP
FILING DATE: 05.12.2013
- 2040 -
APPLICATIONS FOR LEAVE
SUBMITTED TO COURT SINCE
LAST ISSUE
DEMANDES SOUMISES À LA COUR
DEPUIS LA DERNIÈRE PARUTION
DECEMB ER 16, 2013 / LE 16 DÉCEMBRE 2013
CORAM: Chief Justice McLachlin and Cromwell and Wagner JJ.
La juge en chef McLachlin et les juges Cromwell et Wagner
1.
Alain Perreault c. Sa Majesté la Reine (Qc) (Crim.) (Autorisation) (35484)
2.
Superintendent of Motor Vehicles et al. v. Colin Roy Murray (B.C.) (Civil) (By Leave) (35581)
3.
William Malamas, also known as Vasilios Malamas et al. v. Teplitsky Colson LLP, Gary Caplan et al. (Ont.)
(Civil) (By Leave) (35576)
4.
Attorney General of Canada v. Ahousaht Indian Band and Ahousaht Nation , represented by Shawn Atleo on
his own behalf and on behalf of the members of the Ahousaht Indian Band and the Ahousaht Nation et al.
(B.C.) (Civil) (By Leave) (34387)
5.
Gabriel Hunter Gibson v. Director of Adult Forensic Psychiatric Services et al. (B.C.) (Civil) (By Leave)
(35589)
6.
Mokua Gichuru v. Amy Renee York and Prado Cafe Inc., both doing business as "Prado Cafe" (B.C.) (Civil)
(By Leave) (35462)
CORAM: LeBel, Karakatsanis and Wagner JJ.
Les juges LeBel, Karakatsanis et Wagner
7.
David Caplin c. Ministre de la justice du Canada (Qc) (Crim.) (Autorisation) (35527)
8.
Gregory-Marc Chartier v. MNP LTD. et al. (Man.) (Civil) (By Leave) (35483)
9.
Michael Israel v. Michelle Wright (Ont.) (Civil) (By Leave) (35583)
10.
Garry Ivan Hirsekorn v. Her Majesty the Queen (Alta.) (Civil) (By Leave) (35558)
11.
Serge Tremblay et autre c. La Capitale Assureur de l’administration publique inc. et autre (Qc) (Civile)
(Autorisation) (35354)
CORAM: Abella, Rothstein and Moldaver JJ.
Les juges Abella, Rothstein et Moldaver
12.
Dwayne Daryl Hanna v. Her Majesty the Queen (Alta.) (Crim.) (By Leave) (35615)
13.
Ontario Energy Board v. Ontario Power Generation Inc. et al. (Ont.) (Civil) (By Leave) (35506)
14.
National Money Mart Company carrying on business under the name and style “Money Mart” v. Gareth
Young, as representative Plaintiff et al. (Alta.) (Civil) (By Leave) (35564)
15.
1008485 Alberta Ltd. et al. v. H. Craig Day (Alta.) (Civil) (By Leave) (35565)
16.
Apotex Inc. et al. v. Sanofi-Aventis et al. (F.C.) (Civil) (By Leave) (35562)
- 2041 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES
DEMANDES D’AUTORISATION
DECEMB ER 19, 2013 / LE 19 DÉCEMBRE 2013
35461
Société en commandite Place Mullins 139612 Canada inc. c. Services immobiliers Diane
Bisson inc. (Qc) (Civile) (Autorisation)
Coram :
Les juges LeBel, Karakatsanis et Wagner
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-09021709-118, 2013 QCCA 868, daté du 10 mai 2013, est accueillie avec dépens selon l’issue de la cause.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Number
500-09-021709-118, 2013 QCCA 868, dated May 10, 2013, is granted with costs in the cause.
CASE SUMMARY
Sale – Conditional promises to purchase – Real estate brokers and agents – Compensation – Whether deed of sale
signed following promise to purchase – Whether applicant deliberately impeded sale – Whether respondent entitled to
commission.
The applicant (“Place Mullins”) signed an exclusive brokerage contract with the respondent (“the broker”) under
which the latter was given a mandate to sell an immovable in Montréal. The brokerage contract provided, inter alia,
that the broker would be entitled to a commission when an [T RANSLAT ION] “agreement concerning the sale of the
immovable is concluded during the term of the contract”. The broker obtained a promise to purchase that was
conditional on the inspection being satisfactory to the promisor-purchaser, and that offer was accepted by
Place Mullins. Following the inspection, which revealed the presence of oil contamination, the promisor-purchaser
sent Place Mullins a letter reiterating his intention to purchase the immovable on the terms and c onditions of the initial
promise to purchase as long as the immovable was decontaminated by Place Mullins. Place Mullins refused, the
contemplated sale never took place and Place Mullins therefore refused to pay the broker a commission. As a result,
the broker filed a motion to institute proceedings to recover money against Place Mullins. The Superior Court
dismissed the action. A majority of the Court of Appeal reversed that decision.
April 20, 2011
Quebec Superior Court
(Paquette J.)
2011 QCCS 1930
Motion to institute proceedings to recover money
dismissed
May 10, 2013
Quebec Court of Appeal (Montréal)
(Pelletier, Fournier [dissenting] and Gagnon JJ.A.)
2013 QCCA 868
Appeal allowed; applicant ordered to pay respondent
$183,986.25 with interest and additional indemnity as
of July 25, 2008
August 6, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
- 2042 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Vente – Promesses d’achat conditionnelles – Courtiers et agents immobiliers – Rétribution – Y a-t-il eu signature d’un
acte de vente à la suite de la promesse d’achat? – La demanderesse a-t-elle volontairement fait obstacle à la vente? –
L’intimée a-t-elle droit à sa commission?
La demanderesse (« Place Mullins ») signe un contrat de courtage exclusif avec l’intimée (« la courtière ») confiant à
cette dernière le mandat de vendre un immeuble à Montréal. Ce contrat de courtage prévoit, entre autres, que la
courtière aura droit à sa commission lorsqu’une « entente visant à vendre l’immeuble est conclue pendant la durée du
contrat ». La courtière obtient une promesse d’achat conditionnelle à ce que l’inspection soit à la satisfaction du
promettant-acheteur et cette offre est acceptée par Place Mullins. Suite à l’inspection, qui révèle la présence d’une
contamination par hydrocarbures, le promettant-acheteur envoie une lettre à Place Mullins réitérant son intention
d’acheter l’immeuble aux termes et conditions de la promesse d’achat initiale mais à condition que Place Mullins
procède à la décontamination de l’immeuble. Place Mullins refuse et la vente envisagée n’a jamais lieu. En
conséquence, Place Mullins refuse de payer la commission à la courtière. Cette dernière dépose donc une requête
introductive d’instance en recouvrement de deniers contre Place Mullins. La Cour supérieure rejette l’action. La Cour
d’appel, à la majorité, renverse cette décision.
Le 20 avril 2011
Cour supérieure du Québec
(La juge Paquette)
2011 QCCS 1930
Requête introductive d’instance en recouvrement de
deniers rejetée
Le 10 mai 2013
Cour d’appel du Québec (Montréal)
(Les juges Pelletier, Fournier [dissident] et Gagnon)
2013 QCCA 868
Appel accueilli; demanderesse condamnée à payer à
l’intimée 183 986.25 $ avec intérêts et indemnité
additionnelle à compter du 25 juillet 2008
Le 6 août 2013
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel déposée
35497
British American Tobacco p.l.c. v. Her Majesty the Queen in Right of Ontario AND
BETWEEN R.J. Reynolds Tobacco Company and R.J. Reynolds Tobacco International Inc.
v. Her Majesty the Queen in Right of Ontario AND BETWEEN Carreras Rothmans Limited
v. Her Majesty the Queen in Right of Ontario AND BETWEEN British American Tobacco
(Investments) Limited v. Her Majesty the Queen in Right of Ontario AND BETWEEN B.A.T.
Industries p.l.c. v. Her Majesty the Queen in Right of Ontario (Ont.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Cromwell and Wagner JJ.
The applications for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Numbers
C55001, C55003, C55008, C55010 and C55012, 2013 ONCA 353, dated May 30, 2013, are dismissed with costs.
Les demandes d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéros C55001, C55003,
C55008, C55010 et C55012, 2013 ONCA 353, daté du 30 mai 2013, sont rejetées avec dépens.
- 2043 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
CASE SUMMARY
Private International Law – Choice of forum – Court having jurisdiction – Civil procedure – Service ex juris –Whether
there is a real and substantial connection between the subject matter of the claim and the jurisdiction – Whether the
statement of claim adequately sets out a “good arguable case” – Whether a Canadian court can assume jurisdiction
over an action against a foreign defendant where the statement of claim does not disclose a proper cause of action in
that it does not: i) meet the requirements for a proper pleading established by the common law and the various
Provinces’ rules of civil procedure; or ii) properly plead the cause of action and the requisite jurisdictional facts to
connect the foreign defendant to the jurisdiction – Whether a Canadian court can, for the purpose of deciding whether
to assume jurisdiction over an action against a foreign defendant, determine whether the plaintiff’s claim is based on a
“tort committed in the Province” by reference solely to the alleged location of the harm notwithstanding the decision
in Club Resorts Ltd. v. Van Breda, 2012 SCC 17, [2012] 1 S.C.R. 572 – What is the appropriate standard for Canadian
courts to apply when assessing pleadings on a jurisdiction application – What are the requirements for the assumption
of jurisdiction in conspiracy cases in Canada – Tobacco Damages and Health Care Costs Recovery Act, 2009, S.O.
2009, c. 13.
The respondent has a statutory right to recover from tobacco “manufacturers” on an aggregate basis the past and future
health care costs it incurs in treating “tobacco related disease” arising from “tobacco related wrongs”. Th e respondent
commenced an action against domestic and related foreign tobacco company defendants, claiming that some
committed tobacco related wrongs by manufacturing and distributing cigarettes in Ontario and that all engaged in
various conspiracies to suppress information and mislead the government and public about the dangers of smoking.
The applicants are six foreign tobacco companies who brought motions to set aside the service ex juris of the
respondent’s statement of claim and to stay or dismiss the action against them for lack of jurisdiction. The Ontario
Superior Court of Justice dismissed the motions. The Ontario Court of Appeal dismissed the appeals.
January 4, 2012
Ontario Superior Court of Justice
(Conway J.)
2012 ONSC 22
Motions to set aside service ex juris of the statement of
claim and to stay or dismiss the action for want of
jurisdiction simpliciter, dismissed
May 30, 2013
Court of Appeal for Ontario
(Doherty, Simmons and Blair JJ.A.)
2013 ONCA 353
Appeals dismissed
August 27, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed by British
American Tobacco P.C.L.
August 28, 2013
Supreme Court of Canada
Applications for leave to appeal filed by R.J. Reynolds
Tobacco Company and R.J. Reynolds Tobacco
International Inc.; Carreras Rothmans Limited; British
American Tobacco (Investments) Limited; and B.A.T.
Industries P.C.L.
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit international privé – Choix du tribunal – Juridiction compétente – Procédure civile – Signification ex juris –
Existe-t-il un lien réel et substantiel entre l’objet du litige et le ressort? – La déclaration énonce-t-elle comme elle se
doit une « cause tout à fait défendable »? – Un tribunal canadien peut-il se déclarer compétent à l’égard d’une action
- 2044 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
intentée contre un défendeur étranger lorsque la déclaration ne révèle pas de cause d’action appropriée pour l’un ou
l’autre des motifs suivants : i) elle ne satisfait pas aux exigences applicables sous le régime de la common law et sous
celui des règles de procédure civile des différentes provinces pour l’établissement d’un acte de procédure approprié;
ii) elle ne fait pas dûment valoir la cause d’action ainsi que les faits attributifs de compétence requis pour lier le
défendeur étranger au ressort? – Lorsqu’il est appelé à déterminer s’il y a lieu de se déclarer compétent à l’égard d’une
action intentée contre un défendeur étranger, un tribunal canadien peut -il se demander si la demande découle d’un
« délit commis dans la province » en se référant uniquement au lieu où aurait été subi le préjudice, sans tenir compte
de l’arrêt Club Resorts Ltd. c. Van Breda, 2012 CSC 17, [2012] 1 R.C.S. 572? – Quelle norme les tribunaux canadiens
doivent-ils appliquer lorsqu’ils examinent les actes de procédure déposés dans le cadre d’une demande relative à la
compétence? – Quelles sont les conditions applicables pour qu’un tribunal se déclare compétent à l’égard d’une
instance relative au complot au Canada? – Loi de 2009 sur le recouvrement du montant des dommages et du coût des
soins de santé imputables au tabac, L.O. 2009, ch. 13.
La loi reconnaît à l’intimée le droit d’intenter une action contre des « fabricants » de produits du tabac pour recouvrer
globalement le coût des soins de santé passés ou futurs engagés pour le traitement de « maladies causées par le tabac »
résultant d’une « faute d’un fabricant ». L’intimée a intenté une action contre des cigarettières canadiennes et des
cigarettières affiliées étrangères, prétendant que certaines d’entre elles avaient commis des fautes du fabricant en
fabricant et en distribuant des cigarettes en Ontario, et qu’elles étaient toutes impliquées dans divers complots visant à
supprimer des renseignements et à induire le gouvernement et le public en erreur quant aux dangers du tabagisme. Les
six cigarettières étrangères demanderesses ont présenté des requêtes visant à faire annuler la signification ex juris de la
déclaration de l’intimée et à faire suspendre ou rejeter l’action intentée contre eux, pour défaut de compétence. La
Cour supérieure de justice de l’Ontario a rejeté les requêtes. La Cour d’appel de l’Ontario a rejeté les appels.
4 janvier 2012
Cour supérieure de justice de l’Ontario
(Juge Conway)
2012 ONSC 22
Requêtes visant à faire annuler la signification ex juris
de la déclaration et à faire suspendre ou rejeter l’action
pour défaut de compétence, rejetées.
30 mai 2013
Cour d’appel de l’Ontario
(Juges Doherty, Simmons et Blair)
2013 ONCA 353
Appels rejetés.
27 août 2013
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée par British
American Tobacco P.C.L.
28 août 2013
Cour suprême du Canada
Demandes d’autorisation d’appel déposées par : R.J.
Reynolds Tobacco Company et R.J. Reynolds Tobacco
International Inc.; Carreras Rothmans Limited; British
American Tobacco (Investments) Limited; et B.A.T.
Industries P.C.L.
35505
Demetrakis Alexopoulos and Christos Giocas v. City of Montréal (Que.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Cromwell and Wagner JJ.
- 2045 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Number
500-09-023506-132, 2013 QCCA 1083, dated June 10, 2013, is dismissed without costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-09023506-132, 2013 QCCA 1083, daté du 10 juin 2013, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
Appeals — Motion to dismiss appeal pursuant to Code of civil procedure, R.S.Q. c. C-25 — Whether Court of Appeal
erred in dismissing applicants’ appeal on basis of preliminary motion
The applicants are owners of a rental property. In 2007, they applied for a subsidy for minor residential renovation s
from the City of Montreal under a program administered by it. Shortly thereafter, the applicants received documents
from the City setting out the specific conditions which had to be respected in order to receive payment of the subsidy.
In August 2008, the applicants received a letter from the City advising them that it had reserved them a subsidy in the
amount of $96,470.00 and reiterating the conditions which had to be respected in order to receive payment.
The applicants began renovations and, in July 2009, advised the City of the completion of the project. A disagreement
then arose between the parties as to whether the renovation project met the requirements for receiving the subsidy.
The applicants began an action against the City of Montreal arguing, among other things, that the City misinterpreted
its own by-law and that its employees were negligent in their assessment of the applicants’ completed renovation
project.
March 26, 2013
Superior Court of Quebec
(Davis J.)
2013 QCCS 1217
Applicants’ action for damages, dismissed
June 10, 2013
Court of Appeal of Quebec (Montréal)
(Morissette, Gagnon (ad hoc) and Savard
JJ.A.)
2013 QCCA 1083
Respondent’s motion to dismiss appeal, granted;
Appeal dismissed
September 4, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Appels — Requête en rejet d'appel en application du Code de procédure civile, L.R.Q. ch. C-25 — La Cour d'appel at-elle eu tort de rejeter l'appel des demandeurs sur le fondement d'une requête préliminaire?
Les demandeurs sont propriétaires d'un immeuble locatif. En 2007, ils ont demandé une subvention de la Ville de
Montréal pour des rénovations résidentielles mineures dans le cadre d'un programme administré par la Ville. Peu de
temps après, les demandeurs ont reçu des documents de la Ville énonçant les conditions particulières qui devaient être
respectées pour pouvoir recevoir le versement de la subvention. En août 2008, les demandeurs ont reçu une lettre de
la Ville les informant que celle-ci leur avait réservé une subvention de 96 470 $ et réitérant les conditions qui devaient
- 2046 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
être respectées pour recevoir le versement.
Les demandeurs ont entrepris des rénovations et, en juillet 2009, ils ont informé la Ville de l'achèvement du projet.
Un différend a alors pris naissance entre les parties sur la question de savoir si le projet de rénovation respectait les
exigences pour l'octroi de la subvention.
Les demandeurs ont intenté une action contre la Ville de Montréal, plaidant notamment que la Ville avait mal
interprété son propre règlement et que ses employés avaient été négligents dans leur évaluation du projet de rénovation
achevé des demandeurs.
26 mars 2013
Cour supérieure du Québec
(Juge Davis)
2013 QCCS 1217
Action des demandeurs en dommages -intérêts, rejetée
10 juin 2013
Cour d'appel du Québec (Montréal)
(Juges Morissette, Gagnon (ad hoc) et Savard)
2013 QCCA 1083
Requête de l'intimée en rejet d'appel, accueillie; appel
rejeté
4 septembre 2013
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
35512
Saskatchewan Government and General Employee’s Union v. Government of Saskatchewan
(Attorney General, Department of Advanced Education, Employment and Labour) and
Saskatchewan Labour Relations Board AND BETWEEN Saskatchewan Joint Board Retail,
Wholesale and Department Store Union v. Government of Saskatchewan (Attorney General,
Department of Advanced Education, Employment and Labour) and Saskatchewan Labour
Relations Board (Sask.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Cromwell and Wagner JJ.
The applications for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Saskatchewan, Number
CACV2014, 2013 SKCA 61, dated June 11, 2013, are dismissed without costs.
Les demandes d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Saskatchewan, numéro CACV2014,
2013 SKCA 61, daté du 11 juin 2013, sont rejetées sans dépens.
CASE SUMMARY
Constitutional law – Judicial independence – Administrative law – Boards and tribunals – Saskatchewan Labour
Relations Board – Whether the unwritten constitutional requirement of judicial independence applies to the
Saskatchewan Labour Relations Board – Whether, if it does, the Order-in-Council terminating the appointments of the
Chair and Vice-chairs and appointing and reappointing their replacements in reliance on s. 20 of The Interpretation
Act, 1995 are constitutionally valid – If they were not constitutionally valid, what remedy should the court provide
with regard to the validity of the Board decisions in which the new Chair or Vice -chair have participated since 2008,
and the restoration of confidence in the Board’s independence and impartiality – The Interpretation Act, 1995, S.S.
1995, c. I-11.2, s. 20.
- 2047 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
In the spring of 2008, following a general election in Saskatchewan which resulted in a change of government, the
new government, by Order-in-Council 98/2008, effectively terminated the terms of office of the then chairperson and
two vice-chairpersons of the Saskatchewan Labour Relations Board and appointed a new chairperson. The applicants
applied to the Saskatchewan Court of Queen’s Bench for declarations that Order-in-council 98/2008 was invalid
because the legislation on which it was based, s. 20 of The Interpretation Act, 1995, S.S. 1995, c. I-11.2, contravened
unwritten constitutional guarantees of judicial independence.
October 18, 2010
Court of Queen’s Bench of Saskatchewan
(Ball J.)
2010 SKQB 390
Applicants’ application for declarations that Order-inCouncil 98/2008 is invalid dismissed
June 11, 2013
Court of Appeal for Saskatchewan
(Cameron, Caldwell and Herauf JJ.A.)
2013 SKCA 61
Appeal dismissed
September 5, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal of the applicant
Saskatchewan Government and General Employee’s
Union filed
September 9, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal of the applicant
Saskatchewan Joint Board Retail, Wholesale and
Department Store Union filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit constitutionnel – Indépendance judiciaire – Droit administratif – Organismes et tribunaux administratifs –
Commission des relations de travail de la Saskatchewan – La règle constitutionnelle non écrite d'indépendance
judiciaire s'applique-t-elle à la commission des relations de travail de la Saskatchewan? – Dans l'affirmative, le décret
en conseil qui a mis fin aux nominations du président et des vice-présidents et qui a nommé ou reconduit dans leurs
fonctions leurs successeurs en application de l'art. 20 de The Interpretation Act, 1995 est-il constitutionnellement
valide? – Dans la négative, quelle réparation la cour doit-t-elle prononcer en ce qui a trait à la validité des décisions de
la commission auxquelles le nouveau président ou vice-président ont participé depuis 2008, et au rétablissement de la
confiance dans l'indépendance et l'impartialité de la commission? – The Interpretation Act, 1995, S.S. 1995, ch. I-11.2,
art. 20.
Au printemps 2008, à la suite d'une élection générale en Saskatchewan qui a entraîné un changement de
gouvernement, le nouveau gouvernement, par décret en conseil 98/2008, a effectivement mis fin au mandat du
président et de deux vice-présidents de la commission des relations de travail de la Saskatchewan et a nommé un
nouveau président. Les demandeurs ont demandé à la Cour du Banc de la Reine de la Saskatchewan un jugement
déclarant que le décret en conseil 98/2008 était invalide parce que la disposition législative sur laquelle il était fondé,
l’art. 20 de The Interpretation Act, 1995, S.S. 1995, ch. I-11.2, contrevenait aux garanties constitutionnelles non écrite
d'indépendance judiciaire.
- 2048 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
18 octobre 2010
Cour du Banc de la Reine de la Saskatchewan
(Juge Ball)
2010 SKQB 390
Requête des demandeurs en jugement déclarant que le
décret en conseil 98/2008 était invalide, rejetée
11 juin 2013
Cour d'appel de la Saskatchewan
(Juges Cameron, Caldwell et Herauf)
2013 SKCA 61
Appel rejeté
5 septembre 2013
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel du demandeur
Saskatchewan Government and General Employee’s
Union, déposée
9 septembre 2013
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel du demandeur
Saskatchewan Joint Board Retail, Wholesale and
Department Store Union, déposée
35515
Town of Okotoks v. Municipal District of Foothills No. 31 and Alberta Foothills Properties
Ltd. (Alta.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Cromwell and Wagner JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Alberta (Calgary), Number
1201-0133-A C, 2013 ABCA 222, dated June 17, 2013, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d'appel de l’Alberta (Calgary), numéro 1201-0133AC, 2013 ABCA 222, daté du 17 juin 2013, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Limitation of actions – Municipal law – Bylaws – Applicant Town applying for declaration that bylaw of respondent
Municipal District is invalid and void pursuant to s. 536 of Municipal Government Act – Relief sought by Town found
to be time-barred by Rule 3.15(2) – Whether statute providing procedure for challenging a bylaw without stating a
time limit trumps a time limit set in a rule of court – Whether time limit for challenging a bylaw applies to void bylaws
– Whether time limit in a rule of court for challenging a bylaw trumps an express provision of the municipal
legislation that states there is no time limit for challenging a bylaw on certain procedural grounds – Municipal
Government Act, RSA 2000, c. M-26, s. 536 – Alberta Rules of Court, AR 124/2010, Rule 3.15.
The applicant Town applied for a declaration that a bylaw of the respondent Municipal District is invalid and void
pursuant to s. 536 of the Municipal Government Act. The Municipal District and the respondent developer argued that
the Town was out of time in bringing the application. The chambers judge found that the relief sought was time barred by Rule 3.15(2). The Court of Appeal upheld that decision.
- 2049 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
January 23, 2010
Court of Queen’s Bench of Alberta
(McMahon J.)
2012 ABQB 53
Application for a declaration that by-law is invalid
dismissed as being time-barred
June 17, 2013
Court of Appeal of Alberta
(Berger, Slatter and Rowbotham JJ.A.)
2013 ABCA 222
Appeal dismissed
September 9, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Prescription – Droit municipal – Règlements – La municipalité demanderesse demande un jugement déclarant que le
règlement du district municipal intimé est invalide et nul en application de l'art. 536 de la Municipal Government Act –
La réparation demandée par la municipalité est jugée prescrite en application de la règle 3.15(2) – Une loi qui prévoit
la procédure de contestation d'un règlement sans prescrire de délai pour ce faire a -t-elle préséance sur un délai de
prescription énoncé dans une règle de procédure? – Le délai imparti pour contester un règlement s'applique-t-il aux
règlements nuls? – Le délai imparti dans une règle de procédure pour contester un règlement a -t-il préséance sur une
disposition expresse de la loi municipale qui prévoit qu'il n'y a aucun délai pour contester un règlement pour certains
motifs de procédure? – Municipal Government Act, RSA 2000, ch. M-26, art. 536 – Alberta Rules of Court, AR
124/2010, règle 3.15.
La municipalité demanderesse a demandé un jugement déclarant que le règlement du district municipal intimé était
invalide et nul en application de l'art. 536 de la Municipal Government Act. Le district municipal et le promoteur
intimé ont plaidé que la municipalité avait présenté la demande hors d élai. Le juge en chambre a conclu que la
réparation demandée était prescrite par la règle 3.15(2). La Cour d'appel a confirmé cette décision.
23 janvier 2010
Cour du Banc de la Reine de l'Alberta
(Juge McMahon)
2012 ABQB 53
Demande de jugement déclarant que le règlement était
invalide, rejetée pour cause de prescription
17 juin 2013
Cour d'appel de l'Alberta
(Juges Berger, Slatter et Rowbotham)
2013 ABCA 222
Appel rejeté
9 septembre 2013
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
- 2050 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
35518
Chief Sheldon Taypotat, Michael Bob, Janice McKay, Iris Taypotat and Vera Wasacase as
Chief and Council representatives of the Kahkewistahaw First Nation v. Louis Taypotat
(F.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Cromwell and Wagner JJ.
The motion for an expedited stay of execution is dismissed with costs. The application for leave to appeal
from the judgment of the Federal Court of Appeal, Number A -427-12, 2013 FCA 192, dated August 13, 2013, is
granted with costs in the cause.
La requête visant à accélérer l’obtention d’un sursis est rejetée avec dépens. La demande d’autorisation
d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel fédérale, numéro A -427-12, 2013 FCA 192, daté du 13 août 2013, est accueillie
avec dépens selon l’issue de la cause.
CASE SUMMARY
Charter of Rights and Freedoms – Right to Equality – Discrimination based on age – Discrimination based on
Aboriginality-residence – Aboriginal law – Has Charter equality jurisprudence been expanded to include
characteristics such as education, which are not immutable? – Can geography by another name be elevated to the
status of analogous ground? – Where there is no history of stereotyping or discrimination and wh ere an impugned
measure is not a continuation of an historic discrimination, what weight is to be given to the historic Charter equality
considerations regarding “stereotyping and discrimination” or are “stereotyping and discrimination” no longer Charter
equality considerations? – Can there be a bona fide occupational requirement for an elected position? – Can initiatives
to promote education and encourage the retention of graduates among a disadvantaged group be considered a
reasonable affirmative action measure?
The applicants were the Chief and Band Council of the Kahkewistahaw First Nation. The respondent was the former
Chief of the First Nation. The respondent was 74 years old and had been elected Chief for 27 years. He lost the 2009
election for Chief to his nephew by four votes. Until that point, the First Nation elections were conducted pursuant to
the Indian Act.
The First Nation moved toward a community election code. In doing so, the Kahkewistahaw Election Act (hereinafter
‘Election Act’) was developed which would govern the election of the Chief and Council of the First Nation. The
Election Act included specific educational provisions indicating that a candidate must have attained grade 12 or its
equivalent.
The 2011 election was conducted pursuant to the Election Act. The respondent had attended a residential school and
was evaluated at a grade 10 level. The Election Officer would not certify the respondent as a candidate for the office
of the Chief because he failed to meet the educational requirements in the Election Act. The only candidate for Chief
that was certified was his nephew who was declared elected by acclamation.
The application for judicial review was dismissed. The Court of Appeal allowed the appeal and ordered a new
election for the position of the Chief of the First Nation. An election was held and the respondent was elected to the
position of Chief.
August 30, 2012
Federal Court
(De Montigny J.)
Neutral citation: 2012 FC 1036
Application for judicial review dismissed
- 2051 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
August 13, 2013
Federal Court of Appeal
(Blais C.J. and Mainville and Near JJ.A.)
Neutral citation: 2013 FCA 192
Appeal allowed
October 10, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
October 31, 2013
Supreme Court of Canada
Motion for an expedited stay of proceedings filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Charte des droits et libertés – Droit à l’égalité – Discrimination fondée sur l’âge – Discrimination fondée sur
l’autochtonité-lieu de résidence – Droit des autochtones – La jurisprudence sur le droit à l’égalité sous le régime de la
Charte a-t-elle ajouté des caractéristiques non immuables comme l’éducation? – La situation géographique peut-elle
aussi être élevée au rang de motif analogue? – S’il n’y a pas d’antécédents de stéréotypes ou de discrimination et que
la mesure contestée ne perpétue pas une discrimination historique, quel p oids doit-on accorder aux considérations
d’égalité historiques fondées sur la Charte en ce qui concerne « les stéréotypes et la discrimination », ou faut-il
conclure que « les stéréotypes et la discrimination » ne sont plus des considérations d’égalité au titre de la Charte ? –
Peut-il y avoir une exigence professionnelle justifiée pour un poste d’élu? – Les initiatives visant à promouvoir
l’éducation et à encourager la rétention des diplômés appartenant à un groupe défavorisé peuvent -elles être
considérées comme un mesure de promotion sociale raisonnable?
Les demandeurs étaient le chef et le conseil de bande de la Première Nation de Kahkewistahaw. L’intimé était
l’ancien chef de la Première Nation. L’intimé était âgé de 74 ans et occupait le poste de chef depuis 27 ans. Il a perdu
l’élection de 2009, que son neveu a remportée par quatre voix. Les élections de la Première Nation étaient jusqu’alors
régies par la Loi sur les Indiens.
La Première Nation s’est tournée vers un code électoral communautaire. Ce faisant, elle a adopté le Kahkewistahaw
Election Act (ci-après l’« Election Act »), qui devait régir l’élection du chef et du conseil de la Première Nation.
L’Election Act prévoyait expressément que les candidats devaient avoir un niveau de scolarité de douzième année ou
l’équivalent.
L’élection de 2011 a été tenue en conformité avec l’Election Act. L’intimé avait étudié au pensionnat, et un test avait
révélé que son niveau de scolarité correspondait à la dixième année. La fonctionnaire électorale a refusé de
reconnaître l’intimé comme candidat qualifié pour le poste de chef, parce qu’il ne satisfaisait pas aux exigences de
l’Election Act relatives aux études. Le seul candidat reconnu comme ayant les qualifications requises pour occuper ce
poste fut son neveu, qui a été déclaré élu par acclamation.
La demande de contrôle judiciaire a été rejetée. La Cour d’appel a accueilli l’appel et a ordonné la tenue d’une
nouvelle élection pour combler le poste de chef de la Première Nation. Une élection a été tenue et l’intimé a été élu au
poste de chef.
30 août 2012
Cour fédérale
(Juge De Montigny)
Référence neutre : 2012 CF 1036
Demande de contrôle judiciaire rejetée.
- 2052 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
13 août 2013
Cour d’appel fédérale
(Juge en chef Blais et juges Mainville et Near)
Référence neutre : 2013 FCA 192
Appel accueilli.
10 octobre 2013
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée.
31 octobre 2013
Cour suprême du Canada
Requête sollicitant l’arrêt rapide des procédures
déposée.
35524
Ghislaine Turcotte c. Commission scolaire de la Pointe-de-l'Île et Syndicat de l’enseignement
de la Pointe-de-l'Île (Qc) (Civile) (Autorisation)
Coram :
Les juges LeBel, Karakatsanis et Wagner
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-09023265-135, 2013 QCCA 1108, daté du 18 juin 2013, est rejetée sans dépens.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Number
500-09-023265-135, 2013 QCCA 1108, dated June 18, 2013, is dismissed without costs.
CASE SUMMARY
Labour relations — Arbitration — Grievances — Administrative law — Judicial review — Standard of review —
Whether attorney’s statements and conduct in course of hearing can so affect fairness of hearing as to disqualify
attorney — Standard of review applicable to grievance arbitrator’s decision on disqualification of attorney — Whether
allegations in motion to institute proceedings for annulment, considered as whole and taken as proven, could form
basis for conclusions sought.
The proceedings in this case began in 2007, when the respondent union filed two grievances, the first contesting the
teaching work given to Ms. Turcotte and the second contesting the circumstances of her termination by the respondent
school board. The arbitrator authorized Ms. Bohémier to represent Ms. Turcotte for the second grievance with respect
to the elements of psychological harassment that could have influenced the employer’s decision to dismiss her, since
the union was refusing to raise this question itself.
The arbitrator rendered two decisions on December 28, 2011. The first (no. 8519) dismissed Ms. Turcotte’s
application for the disqualification of the school board’s attorney. The second (no. 8520) dismissed the psychological
harassment aspect of the termination of employment grievance and declared that Ms. Turcotte was no longer
authorized to continue acting as a third party in the proceeding. Ms. Turcotte presented a motion in the Superior Court
to institute proceedings for annulment based on art. 33 of the Code of Civil Procedure, in which she asked that the
arbitrator’s two decisions be annulled, that her third-party status be restored and that the school board’s attorney and
his firm be declared disqualified from representing the school board. The school board countered with a motion to
dismiss the application for annulment of decision no. 8519 concerning disqualification.
- 2053 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
December 14, 2012
Quebec Superior Court
(Fraiberg J.)
2012 QCCS 6306
Motion by school board to dismiss Ms. Turcotte’s
motion for annulment of arbitrator’s decision no. 8519
allowed
June 18, 2013
Quebec Court of Appeal (Montréal)
(Doyon J.A.)
2013 QCCA 1108
Motion for leave to appeal dismissed
September 17, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Relations du travail — Arbitrage — Griefs — Droit administratif — Contrôle judiciaire — Norme de contrôle — Les
propos et la conduite d’un procureur dans le cadre d’une audition peuvent -ils affecter l’équité du procès au point de le
rendre inhabile à occuper? — Quelle est la norme de contrôle applicable à la décision d’un arbitre de griefs sur
l’inhabilité d’un procureur? — Les allégations de la requête introductive d’instance en nullité pris es dans leur
ensemble et tenues pour avérées sont-elles susceptibles de donner ouverture aux conclusions recherchées?
Les procédures dans le présent dossier débutent en 2007 lorsque le syndicat intimé dépose deux griefs, le premier
contestant la tâche d’enseignante confiée à Mme Turcotte et le second contestant les circonstances de son licenciement
par la commission scolaire intimée. L’arbitre autorise Me Bohémier à représenter Mme Turcotte pour le second grief
en rapport avec les éléments de harcèlement psychologique qui auraient pu influencer la décision de l’employeur de la
congédier, puisque le syndicat refusait d’invoquer lui-même cette question.
L’arbitre rend deux décisions le 28 décembre 2011. La première (no 8519) rejette la demande de déclarat ion
d’inhabilité de l’avocat de la commission scolaire présentée par Mme Turcotte. La deuxième décision (no 8520) rejette
le volet harcèlement psychologique du grief de résiliation d’engagement et déclare que Mme Turcotte n’est plus
autorisée à continuer à agir comme tiers dans le débat. Mme Turcotte présente à la Cour supérieure une requête
introductive d’instance en nullité fondée sur l’art. 33 du Code de procédure civile, dans laquelle elle demande
l’annulation des deux décisions de l’arbitre, le rétablissement de son statut comme tierce partie et une déclaration
portant que l’avocat de la commission scolaire et son cabinet sont inhabiles à occuper pour cette dernière. La
commission scolaire réplique par une requête en irrecevabilité en ce qui a trait à la demande en nullité de la décision
no 8519 portant sur la déclaration d’inhabilité.
Le 14 décembre 2012
Cour supérieure du Québec
(Le juge Fraiberg)
2012 QCCS 6306
Requête en irrecevabilité de la Commission à
l’encontre de la requête de Mme Turcotte en nullité de
la décision no 8519 de l’arbitre accueillie
Le 18 juin 2013
Cour d’appel du Québec (Montréal)
(Le juge Doyon)
2013 QCCA 1108
Requête pour permission d’en appeler rejetée
- 2054 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Demande d’autorisation d’appel déposée
Le 17 septembre 2013
Cour suprême du Canada
35525
Martine Labossière c. Université de Montréal et Commission d'accès à l'information (Qc)
(Civile) (Autorisation)
Coram :
Les juges LeBel, Karakatsanis et Wagner
La requête pour déposer de nouveaux éléments de preuve est accueillie. La requête pour l’émission de brefs
de certiorari et de prohibition est rejetée. La requête pour que des preuves déposées ne soient pas détruites ou
autrement rendues inutilisables est rejetée. Il est ordonné au greffe de retourner au juge Cameron de la Cour du
Québec les six cédéroms déposés par la demanderesse et maintenus sous scellés. La demande d’autorisation d’appel
de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-09-023688-138, 2013 QCCA 1282, daté du 25 juillet
2013, est rejetée sans dépens.
The motion to adduce new evidence is granted. The motion for writs of certiorari and prohibition is
dismissed. The motion for an order that the adduced evidence not be destroye d or otherwise rendered unusable is
dismissed. The Registry shall return to Judge Cameron of the Court of Québec the six sealed CD-ROMs that were
filed by the applicant. The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec
(Montréal), Number 500-09-023688-138, 2013 QCCA 1282, dated July 25, 2013, is dismissed without costs.
CASE SUMMARY
(SEALING ORDER)
Civil procedure – Appeal – Interlocutory decision of Court of Quebec ordering that sitting be held in camera without
applicant present – Whether Court of Appeal had jurisdiction under art. 29 C.C.P. to hear appeal – Whether
applicant’s rights infringed by courts below.
In 2010, Ms. Labossière asked the respondent university to send her some documents prepared in connection with
complaints filed against her. The documents were given to her, but certain passages were redacted pursuant to ss. 14,
53 and 88 of the Act respecting access to documents held by public bodies and the protection of personal information ,
R.S.Q., c. A-2.1. Ms. Labossière then filed applications for review with the Commission d’accès à l’information,
which found in her favour in part and ordered the university to disclose some of the information to her. The university
appealed to the Court of Québec.
During the hearing, the Court of Québec judge found that, to exercise his appellate jurisdiction, he had to read the
unredacted version of a document and a person’s testimony. He also had to hear from counsel for the university to
identify the information covered by the grounds of appeal. He therefore ordered the filing under seal of the document
and the transcript of the testimony related thereto. He decided to proceed in camera, asked counsel for the university
to remain at his disposal and asked the other parties to leave the hearing room. Finally, he ordered that the recording
of the in camera sitting and its transcript be kept under seal. Ms. Labossière then applied to the Court of Appeal under
art. 29 C.C.P. for leave to appeal that interlocutory judgment, but the Court of Appeal refused leave to appeal for want
of jurisdiction.
June 30, 2013
Court of Québec
(Judge Cameron)
Order made concerning holding of sitting in camera
without applicant present
- 2055 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
July 25, 2013
Quebec Court of Appeal (Montréal)
(Hilton J.A.)
500-09-023688-138; 2013 QCCA 1282
Motions for leave to appeal and for provision for costs
dismissed
August 29, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
(ORDONNANCE DE MISE SOUS SCELLÉS)
Procédure civile – Appel – Décision interlocutoire de la Cour du Québec ordonnant la tenue d’une audience à huis clos
hors la présence de la demanderesse – La Cour d’appel a-t-elle compétence en vertu de l’art. 29 C.p.c. pour entendre
un appel? – Les droits de la demanderesse ont-ils été enfreints par les tribunaux des juridictions inférieures?
En 2010, Mme Labossière demande à l’Université intimée de lui transmettre des documents rédigés à l’occasion de
plaintes déposées par elle. Les documents lui sont remis, mais certains passages sont masqués en application des art.
14, 53 et 88 de la Loi sur l’accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements
personnels, L.R.Q., ch. A-2.1. Mme Labossière dépose alors des demandes de révision à la Commission d’accès à
l’information, qui lui donne en partie raison et ordonne à l’Université de lui communiquer certains des
renseignements. L’Université se pourvoit en appel devant la Cour du Québec.
Durant l’audience, le juge de la Cour du Québec estime que pour exercer sa compétence d’appel, il doit prendre
connaissance de la version non caviardée d’un document et d’un témoignage. Il doit aussi entendre le procureur de
l’Université pour identifier les renseignements visés par les moyens d’appel. En conséquence, il ordonne la
production sous scellés du document et de la transcription du témoignage qui s’y rapporte. Il décide de procéder à
huis clos, demande au procureur de l’Université de demeurer à sa disposition et demande aux autres parties de se
retirer de la salle d’audience. Enfin, il ordonne que l’enregistrement de la séance à huis clos et sa transcription soient
conservés sous scellés. Mme Labossière s’adresse alors à la Cour d’appel en vertu de l’art. 29 C.p.c. pour obtenir la
permission d’appeler de ce jugement interlocutoire, mais la Cour d’appel refuse la permission d’appeler, faute de
compétence.
Le 30 juin 2013
Cour du Québec
(Le juge Cameron)
Ordonnance prononcée concernant la tenue d’une
audience à huis clos hors la présence de la
demanderesse
Le 25 juillet 2013
Cour d’appel du Québec (Montréal)
(Le juge Hilton)
500-09-023688-138; 2013 QCCA 1282
Requêtes pour permission d’appeler et pour provision
pour frais rejetées
Le 29 août 2013
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée
- 2056 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
35539
Jason Changsheng Wang v. Her Majesty the Queen (B.C.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
LeBel, Karakatsanis and Wagner JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver), Number CA039683, 2013 BCCA 311, dated July 2, 2013, is dismissed without costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie-Britannique (Vancouver),
numéro CA039683, 2013 BCCA 311, daté du 2 juillet 2013, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
Criminal law – Conspiracy – Did the Court of Appeal err in its interpretation and application of the rule in R. v. Carter
by finding that non-verbal acts in furtherance of the conspiracy by alleged co -conspirators were not hearsay and
therefore directly admissible against the Applicant to prove probable membership – Did the Court of Appeal err by
finding that the trial judge only used the alleged co-conspirators’ declarations for context, and not for the truth of their
content, to prove the Applicant’s probable membership – Did the Court of Appeal err by finding that two post-offence
calls were in furtherance of the conspiracy and admissible against the Applicant – Did the Court of Appeal err by
concluding that the trial judge did not err when he relied on t he non-verbal acts and declarations of third parties to
prove the Applicant’s guilt without having made a specific finding about whether the third party was a probable
member of the conspiracy or whether the non-verbal act or declaration was in furtherance of the conspiracy.
The applicant was charged with three counts on a multi-count indictment with other co-accused. Count one was in
relation to a conspiracy to import 21 kilograms of cocaine from Los Angeles to British Columbia. Authorities seized
the drugs from the back of a commercial transport truck at the Pacific Highway border crossing in Surrey, B.C.
Count two was in relation to a conspiracy to export methamphetamine to Australia. The Australian police, acting on
information from Canadian authorities, seized three suitcases in a sea cargo container containing 15 kilograms of
methamphetamine. Intercepted calls revealed plans for the pick-up of the suitcases in Australia. The suitcases were
eventually delivered to a home in Australia.
Count three was in relation to the transport of a class “A” precursor, ephedrine. Police in Manitoba seized over 550
kilograms of ephedrine in the cab of a commercial transport truck as it was heading to British Columbia from Ontario.
July 28, 2011
Provincial Court of British Columbia
(MacLean P.C.J.)
Applicant convicted of conspiracy to import a
controlled substance and conspiracy to export a
controlled substance contrary to s. 6(1) of the
Controlled Drugs and Substances Act and s. 465(1)(c)
of the Criminal Code and transportation of a Class ‘A’
precursor contrary s. 46(a) of the Controlled Drugs
and Substances Act
July 2, 2013
Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver)
(Kirkpatrick, Groberman, and Bennett JJ.A.)
Neutral citation: 2013 BCCA 311
Appeal dismissed
- 2057 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
September 24, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit criminel – Complot – La Cour d'appel s'est-elle trompée dans son interprétation et son application de la règle
énoncée dans l'arrêt R. c. Carter en concluant que les actes non verbaux commis en vue de l'exécution du complot par
les présumés coconspirateurs n'étaient pas du ouï-dire, si bien qu'ils étaient directement admissibles contre le
demandeur pour prouver qu’il avait probablement participé au complot? – La Cour d'appel a-t-elle eu tort de conclure
que le juge du procès avait utilisé les déclarations des présumés coconspirateurs uniquement pour établir le contexte et
non comme preuve de la véracité de leur contenu afin de prouver que le demand eur avait probablement participé au
complot? – La Cour d'appel a-t-elle eu tort de conclure que les deux appels téléphoniques postérieurs à l'infraction
avaient été faits en vue de l'exécution du complot et étaient admissibles contre le demandeur? – La Cour d'appel
a-t-elle eu tort de conclure que le juge du procès n'avait pas commis d'erreur lorsqu'il s'est appuyé sur les actes non
verbaux et les déclarations de tiers pour prouver la culpabilité du demandeur sans avoir tiré de conclusion particulière
sur la question de savoir si le tiers avait probablement participé au complot ou si l'acte non verbal ou la déclaration
avaient été faits en vue de l'exécution du complot?
Le demandeur a été inculpé sous trois chefs dans un même acte d’accusation avec d'autres coaccusés. Le premier chef
était en lien avec un complot en vue d'importer 21 kilogrammes de cocaïne de Los Angeles à la Colombie Britannique. Les autorités ont saisi la drogue de l'arrière d'un camion de transport commercial au poste -frontière de
Pacific Highway à Surrey (C.-B.).
Le deuxième chef était en lien avec un complot en vue d'exporter de la méthamphétamine vers l'Australie. La police
australienne, agissant sur la foi de renseignements fournis par les autorités canadiennes, a saisi trois valises dans un
conteneur de transport maritime renfermant 15 kilogrammes de méthamphétamine. Des appels interceptés ont révélé
des plans pour la cueillette des valises en Australie. Les valises ont fini par être livrées à une maison en Australie.
Le troisième chef était en lien avec le transport d'un précurseur de catégorie « A », l'éphédrine. La police au Manitoba
a saisi plus de 550 kilogrammes d'éphédrine dans la cabine d'un camion de transport commercial qui se dirigeait vers
la Colombie-Britannique à partir de l'Ontario.
28 juillet 2011
Cour provinciale de la Colombie-Britannique
(Juge MacLean)
Demandeur déclaré coupable de complot en vue
d'importer une substance désignée et de complot en
vue d'exporter une substance désignée, des infractions
prévues au par. 6(1) de la Loi réglementant certaines
drogues et autres substances et à l’al. 465(1)c) du
Code criminel et de transport d'un précurseur de
catégorie « A », une infraction prévue à l'al. 46a) de la
Loi réglementant certaines drogues et autres
substances
2 juillet 2013
Cour d'appel de la Colombie-Britannique
(Vancouver)
(Juges Kirkpatrick, Groberman et Bennett)
Référence neutre : 2013 BCCA 311
Appel rejeté
- 2058 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
24 septembre 2013
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
35567
Gordon Charles Twerd v. Criminal Injuries Review Board (Alta.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Cromwell and Wagner JJ.
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. All other
ancillary motions are dismissed. The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of
Alberta (Calgary), Number 1001-0321-A C, 2013 ABCA 106, dated March 26, 2013, is dismissed without costs.
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est
accueillie. Toutes les autres requêtes accessoires sont rejetées. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la
Cour d'appel de l’Alberta (Calgary), numéro 1001-0321-AC, 2013 ABCA 106, daté du 26 mars 2013, est rejetée sans
dépens.
CASE SUMMARY
Administrative law — Boards and tribunals — Appeal of review decision by Criminal Injuries Review Board —
Whether Court of Appeal committed a reviewable error.
In September 2007, Mr. Twerd was the victim of an assault by unknown assailants. Shortly after the assault, he
indicated to police that he did not wish further police involvement in the matter. His injuries required medical
attention.
Mr. Twerd applied for benefits from the Victims of Crime Financial Benefits Program. By letter dated December 16,
2009, his application was denied by an Eligibility Adjudicator based on s. 13(3)(b) of the Victims of Crime Act, R.S.A.
2000, c. V-3. Section 13(3)(b) empowers the Director to deny benefits where the application “did not fully co -operate
with any investigation into the events that resulted in the injury or death of the victim”.
Mr. Twerd filed a Notice of Request for Review with the Criminal Injuries Review Board. He made an oral
presentation to the panel and answered the panel’s questions. The panel also had access to the Director’s file,
including the police reports. The Criminal Injuries Review Board confirmed the Director’s decision. Mr. Twerd’s
further appeal to the Court of Appeal was dismissed.
July 23, 2010
Criminal Injuries Review Board
Application for review of decision of Eligibility
Adjudicator dismissed
March 26, 2013
Court of Appeal of Alberta (Calgary)
(Picard, Martin, and Watson JJ.A.
2013 ABCA 106
Appeal dismissed
September 30, 2013
Supreme Court of Canada
Motion for extension of time and application for leave
to appeal filed
- 2059 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit administratif — Organismes et tribunaux administratifs — Appel de la décision en révision de la Criminal
Injuries Review Board — La Cour d'appel a-t-elle commis une erreur susceptible de révision?
En septembre 2007, M. Twerd a été victime d'une agression perpétrée par des inconnus. Peu de temps après
l'agression, il a dit à la police qu'il ne souhaitait pas que celle-ci poursuive son enquête. Ses blessures ont nécessité
des soins médicaux.
Monsieur Twerd a demandé des prestations du programme d'indemnisation des victimes d'actes criminels. Par lettre
datée du 16 décembre 2009, un arbitre chargé de statuer sur l'admissibilité a rejeté sa demande sur le fon dement de
l'al. 13(3)b) de la Victims of Crime Act, R.S.A. 2000, ch. V-3. L'alinéa 13(3)b) autorise le directeur à refuser des
prestations lorsque le demandeur [T RADUCT ION] « n'a pas pleinement collaboré à une enquête portant sur les
événements qui ont entraîné la blessure ou le décès de la victime ».
Monsieur Twerd a déposé un avis de demande de révision à la commission de révision. Il a fait une présentation orale
aux commissaires et a répondu à leurs questions. Les commissaires avaient également ac cès au dossier du directeur, y
compris aux rapports de police. La commission de révision a confirmé la décision du directeur. L'appel subséquent
de M. Twerd à la Cour d'appel a été rejeté.
23 juillet 2010
Criminal Injuries Review Board
Demande de révision de la décision de l'arbitre chargé
de statuer sur l'admissibilité, rejetée
26 mars 2013
Cour d'appel de l'Alberta (Calgary)
(Juges Picard, Martin et Watson)
2013 ABCA 106
Appel rejeté
30 septembre 2013
Cour suprême du Canada
Requête en prorogation de
d'autorisation d'appel, déposées
délai et
35570
Bruce Clinton Joseph Ryder v. Minister of National Revenue (F.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Cromwell and Wagner JJ.
demande
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. The
application for leave to appeal from the judgment of the Federal Court of Appeal, Number A -373-12, dated May 7,
2013, is dismissed with costs.
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est
accueillie. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel fédérale, numéro A -373-12, daté du 7 mai
2013, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Civil Procedure – Appeal by unrepresented litigant dismissed for delay – Whether Court of Appeal should have
dismissed appeal.
- 2060 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
On February 8, 2012, the Canada Revenue Agency (CRA) served on the applicant, Mr. Ryder, a letter requesting
documents pursuant to s. 289(1) of the Excise Tax Act for a purpose related to the administration and enforcement of
the Act. On August 13, 2012, the Federal Court issued a compliance order against Mr. Ryder, giving him thirty days
to submit the requested documents to the CRA. Mr. Ryder did not comply and filed a Notice of Appeal with the
Federal Court of Appeal.
On March 21, 2013 the Federal Court of Appeal issued a Notice of Status Review pursuant to rule 382.2 of the
Federal Court Rules, because Mr. Ryder had not taken any steps in the appeal process since filing his notice of appeal.
The Federal Court of Appeal dismissed Mr. Ryder’s appeal on May 7, 2013, finding that Mr. Ryder had not justified
the delay. His later request for reconsideration was also dismissed.
August 13, 2012
Federal Court
(Martineau J.)
Docket: T-1403-12
Compliance order issued
May 7, 2013
Federal Court of Appeal
(Trudel, Mainville and Near JJ.A.)
Docket: A-373-12
Appeal dismissed
May 23, 2013
Federal Court of Appeal
(Trudel, Mainville and Near, JJ.A.)
Docket: A-373-12
Request for reconsideration denied
September 24, 2013
Supreme Court of Canada
Motion to extend the time to serve and file an
application for leave to appeal and application for
leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Procédure civile – Appel interjeté par une partie non représentée rejeté pour cause de retard – La Cour d’appel
devait-elle rejeter l’appel?
Le 8 février 2012, l’Agence du revenu du Canada (l’ARC) a signifié au demandeur, M. Ryder, une lettre lui enjoignant
de produire des documents, conformément au par. 289(1) de la Loi sur la taxe d’accise, pour l’application et
l’exécution de cette loi. Le 13 août 2012, la Cour fédérale a prononcé une ordonnance d’exécution contre M. Ryder,
lui donnant trente jours pour soumettre à l’ARC les documents demandés. Refusant d’obtempérer, M. Ryder a déposé
un avis d’appel auprès de la Cour d’appel fédérale.
Le 21 mars 2013, la Cour d’appel fédérale a délivré un avis d’examen de l’état de l’instance conformément à
l’art. 382.2 des Règles des Cours fédérales, parce que M. Ryder n’avait rien fait pour donner suite à l’instance depuis
le dépôt de son avis d’appel. La Cour d’appel fédérale a rejeté l’appel de M. Ryder le 7 mai 2013, concluant que
celui-ci n’avait pas justifié le retard. La demande de réexamen qu’il a présentée par la suite a également été rejetée.
- 2061 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
13 août 2012
Cour fédérale
(Juge Martineau)
Dossier : T-1403-12
Ordonnance d’exécution prononcée.
7 mai 2013
Cour d’appel fédérale
(Juges Trudel, Mainville et Near)
Dossier : A-373-12
Appel rejeté.
23 mai 2013
Cour d’appel fédérale
(Juges Trudel, Mainville et Near)
Dossier : A-373-12
Demande de réexamen rejetée.
24 septembre 2013
Cour suprême du Canada
Requête en prorogation du délai de signification et de
dépôt d’une demande d’autorisation d’appel et
demande d’autorisation d’appel, déposées.
35571
Francis Mazhero v. Bell Canada, CBC Radio-Canada and Microsoft Corporation and New
Zimbabwe Media Ltd. (Que.) (Civil) (By Leave)
Coram :
LeBel, Karakatsanis and Wagner JJ.
The motions seeking an order for expedited treatment of the application for leave to appeal and seeking an
order granting the application for leave to appeal are dismissed. The application for leave to appeal from the judgment
of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Number 500-09-023510-134, 2013 QCCA 1225, dated July 15, 2013,
is dismissed without costs.
Les requêtes sollicitant une ordonnance pourvoyant au traitement accéléré de la demande d’autorisation
d’appel et une ordonnance faisant droit à la demande d’autorisation d’appel sont rejetées. La demande d’autorisation
d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-09-023510-134, 2013 QCCA 1225, daté du
15 juillet 2013, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
Civil procedure — Court of Appeal dismissing applicant’s appeal as having no reasonable chance of success —
Whether the Court of Appeal erred in granting motions to dismiss applicant’s appeal — Whether applicant raises a
legal issue — Whether applicant raises an issue of public importance.
This application for leave to appeal stems from the applicant’s unsuccessful attempt at instituting proceedings against
the respondents.
In 2012, Mr. Mazhero filed a motion to institute proceedings against CBC Radio -Canada, Microsoft Corporation, Bell
Canada and New Zimbabwe Media Ltd.. He alleged that the respondents had defamed him when they published or
republished on the Internet an article entitled “Federal Court bans man for frivolous lawsuits”. The applicant sought
$12, 000,000 in damages.
- 2062 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
February 22, 2013
Superior Court of Quebec
(De Wever J.)
2013 QCCS 5087;
Docket No 500-17-071464-120
Applicant’s (i) inscription for judgment by default
against Microsoft Corporation, (ii) motion to impose
sanctions against CBC Radio-Canada and Microsoft,
(iii) motion for order of production of documents,
(iv) motion to impose sanctions against Bell Canada,
(v) motion to institute proceedings against respondents,
dismissed;
July 15, 2013
Court of Appeal of Quebec (Montréal)
(Kasirer, St-Pierre and Gascon JJ.A.)
2013 QCCA 1225:
Docket No. 500-09-023510-134
Applicant’s motions for directions, dismissed;
Respondents’ motions to dismiss appeal, granted;
Appeal dismissed.
September 27, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed.
October 24, 2013
Supreme Court of Canada
Motion seeking, inter alia, an order for an expedited
treatment of application for leave to appeal, filed.
November 4, 2013
Supreme Court of Canada
Motion seeking an order granting application for leave
to appeal, filed.
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Procédure civile — La Cour d'appel a rejeté l'appel du demandeur du fait que l’appel ne p résentait aucune chance
raisonnable de succès — La Cour d'appel a-t-elle eu tort d'accueillir les requêtes en rejet de l'appel du demandeur? —
Le demandeur soulève-t-il une question de droit? — Le demandeur soulève-t-il une question d'importance pour le
public?
Le demandeur a tenté sans succès d'introduire une instance contre les intimées, ce qui a donné lieu à la présente
demande d'autorisation d'appel.
En 2012, M. Mazhero a déposé une requête introductive d'instance contre CBC Radio -Canada, Microsoft Corporation,
Bell Canada et New Zimbabwe Media Ltd. Il a allégué que les intimées l’avaient diffamé lorsqu'elles ont publié ou
republié sur Internet un article intitulé [T RADUCT ION] « La Cour fédérale interdit à un homme d’intenter des poursuites
jugées frivoles ». Le demandeur a réclamé 12 millions de dollars en dommages -intérêts.
22 février 2013
Cour supérieure du Québec
(Juge De Wever)
2013 QCCS 5087;
No du greffe 500-17-071464-120
Requêtes du demandeur (i) en inscription pour
jugement par défaut contre Microsoft Corporation,
(ii) en imposition de sanctions contre CBC RadioCanada et Microsoft, (iii) en production de documents,
(iv) en imposition de sanctions contre Bell Canada et
(v) en introduction d'instance contre les intimées,
rejetées;
- 2063 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
15 juillet 2013
Cour d'appel du Québec (Montréal)
(Juges Kasirer, St-Pierre et Gascon)
2013 QCCA 1225:
No du greffe 500-09-023510-134
Requêtes du demandeur pour directives, rejetées;
requêtes des intimées en rejet d'appel, accueillies;
appel rejeté.
27 septembre 2013
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée.
24 octobre 2013
Cour suprême du Canada
Requête visant notamment à hâter le traitement de la
demande d'autorisation d'appel, déposée.
4 novembre 2013
Cour suprême du Canada
Requête visant à obtenir une ordonnance accueillant la
demande d'autorisation d'appel, déposée.
- 2064 -
MOTIONS
REQUÊTES
16.10.2013
Before / Devant : KARAKATSANIS J. / LA JUGE KARAKATSANIS
Motion to seal
Requête visant
documents
la
mise
sous
scellés
de
X et al.
v. (35538)
Her Majesty the Queen et al. (B.C.)
GRANTED / ACCORDÉE
UPON APPLICATIONS by the applicants for an order sealing the application for leave to appeal and for a
publication ban of any information in the application for leave to appeal materials that could identify the applicants ;
AND THE MATERIAL FILED having been read;
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
1)
The motions are granted.
2)
The Court’s case management system, website, news releases, publications and publically issued judgments
shall:
(i)
(ii)
(iii)
refer to the applicants as “X” and “Y”;
refer to legal counsel for the applicants as “Counsel for X” and “Counsel for Y”; and
refer to the file as “an application for leave to appeal a publication ban in a criminal case” only.
3)
All documents and materials related to the application for leave to appeal, the respon se to the application and
the reply, including the notice of application for leave to appeal and all motion materials that have been or will
be filed by the applicants or the respondents, shall be sealed.
4)
Any information in the application for leave to appeal materials that could identify the applicants shall not be
published.
5)
This order is sealed and will remain sealed and in force until the Court determines the application for leave to
appeal and thereafter, as the Court determines .
À LA SUITE DES REQUÊTES des demandeurs sollicitant la mise sous scellés de la demande d’autorisation d’appel
et la non-publication de tout renseignement qui figure dans la demande d’autorisation et pourrait permettre d’identifier
les demandeurs;
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés;
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
1)
Les requêtes sont accueillies.
- 2065 -
MOTIONS
2)
REQUÊTES
Tant dans le système de gestion des dossiers de la Cour, que sur son site Web et dans ses communiqués, ses
publications et ses jugements rendus publics :
(i)
(ii)
(iii)
les demandeurs doivent être désignés par les lettres « X » et « Y »;
les procureurs des demandeurs doivent être désignés ainsi : « procureur de X » et « procureur de Y »;
le dossier doit être désigné uniquement de la manière suivante : « demande d’autorisation d’interjeter
appel d’une ordonnance de non-publication rendue dans une affaire criminelle ».
3)
Doivent être mis sous scellés tous les documents et autres éléments liés à la demande d’autorisation d’appel, à
la réponse à cette demande ainsi qu’à la réplique, y compris l’avis de demande d’autorisation d’appel et tous
les éléments qui ont été ou qui seront déposés par les demandeurs ou les intimés relativement aux requêtes.
4)
Il est interdit de publier tout renseignement qui figure dans la d emande d’autorisation et pourrait permettre
d’identifier les demandeurs.
5)
La présente ordonnance est mise sous scellés et elle restera sous scellés et en vigueur jusqu’à ce que la
demande d’autorisation d’appel ait été tranchée par la Cour et, par la su ite, selon ce que décidera cette
dernière.
09.12.2013
Before / Devant : THE DEPUTY REGISTRA R / LA REGISTRAIRE ADJOINTE
Miscellaneous motion
Requête diverse
Martine Labossière
c. (35525)
Université de Montréal et autre (Qc)
GRANTED / ACCORDÉE
SUITE À LA REQUÊTE de la demanderesse en vertu du paragraphe 32(2) des Règles sollicitant la permission de
soumettre sa requête pour empêcher que les preuves déposées ne soient détruites ou rendues inutilisables;
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
La requête est accueillie.
UPON A MOTION by the applicant pursuant to Rule 32(2) of the Rules for permission to submit her motion to
prevent the adduced evidence from being destroyed or rendered unusable;
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
The motion is granted.
- 2066 -
MOTIONS
REQUÊTES
09.12.2013
Before / Devant : WAGNER J. / LE JUGE WAGNER
Motion to extend the time to file and/or serve
the leave application, for a further 60 days
Requête en prorogation pour 60 jours
supplémentaires du délai de signification et/ou
de dépôt de la demande d’autorisation d’appel
Mahmood Sheraly Aziz (aka Mahmoud Sheraly
Aziz)
v. (35573)
Attorney General of Canada, on behalf of the
United Kingdom of Great Britain and Northern
Ireland (Crim.) (B.C.)
GRANTED / ACCORDÉE
11.12.2013
Before / Devant : THE REGISTRA R / LE REGISTRAIRE
Motion to extend the time to serve and file a
response to the application for leave to appeal
Requête en prorogation du délai de signification
et de dépôt de la réponse à la demande
d’autorisation d’appel
Her Majesty the Queen
v. (35584)
P.G. (Crim.) (Ont.)
GRANTED / ACCORDÉE
- 2067 -
AVIS D’APPEL DÉPOSÉS DEPUIS LA
DERNIÈRE PARUTION
NOTICES OF APPEAL FILED SINCE
LAST ISSUE
04.12.2013
Samir Mohamed
v. (35644)
Her Majesty the Queen (Alta.)
(As of Right)
- 2068 -
APPEALS HEARD SINCE LAST ISSUE
AND DISPOSITION
APPELS ENTENDUS DEPUIS LA
DERNIÈRE PARUTION ET RÉSULTAT
13.12.2013
Coram: McLachlin C.J. and LeBel, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver and Karakatsanis JJ.
Michael McCormick
Murray Tevlin and John Chesko for the appellant.
v. (34997)
Katherine Hardie for the intervener British Columbia
Human Rights Tribunal.
Fasken Martineau Dumoulin LLP (B.C.) (Civil)
(By Leave)
Phillipe Dufresne and Valerie Phillips for the
intervener Canadian Human Rights Commission.
Reema Khawja and Anthony D. Griffin for the
intervener Ontario Human Rights Commission.
Arman Mujahid Chak and Audrey Dean for the
intervener Alberta Human Rights Commission.
Irwin G. Nathanson, Q.C. and Peter Senkpiel for the
respondent.
Peter H. Griffin and Rory Gillis for the intervener
Ernst & Young LLP et al.
Sans comparution pour l’intervenant Association du
jeune Barreau de Montréal (Soumission écrite de
Vincent de l’Étoile et Frédérick Langlois).
RESERVED / EN DÉLIB ÉRÉ
Nature of the case:
Nature de la cause :
Human Rights - Employment relationship Partnerships - Court of Appeal holding that a
partnership should not be treated as the employer of a
partner for purposes of human rights legislation Whether the Tribunal’s decision relating to the
interpretation of its home statute is reviewable on a
standard of correctness, reasonableness or patent
unreasonableness - Whether a substantive analysis and
interpretation of “employment” for the purposes of
human rights, in a modern context, should be
precluded by a threshold test of technical legal form,
in this case the legal test governing partnerships.
Droits de la personne - Relation d’emploi - Sociétés
de personnes - La Cour d’appel a statué qu’une
société de personnes ne devait pas être traitée comme
l’employeur d’un associé aux fins de la législation sur
les droits de la personne - Le contrôle de la décision
du tribunal administratif quant à l’interprétation de sa
loi constitutive doit-il se faire en fonction de la norme
de la décision correcte, de la décision raisonnable ou
de la décision manifestement déraisonnable? - Une
analyse de fond de l’interprétation du mot « emploi »
aux fins des droits de la personne, dans un contexte
moderne, devrait-elle être exclue par un critère
préliminaire fondé sur la forme juridique particulière,
en l’espèce le critère juridique régissant les sociétés de
personnes?
- 2069 -
PRONOUNCEMENTS OF APPEALS
RESERVED
JUGEMENTS RENDUS SUR LES
APPELS EN DÉLIBÉRÉ
Reasons for judgment are available
Les motifs de jugement sont disponibles
DECEMB ER 19, 2013 / LE 19 DÉCEMBRE 2013
34621
Police Constable Kris Wood, Acting Sergeant Mark Pullbrook and Police Constable Graham
Seguin v. Ruth Schaeffer, Evelyn Minty, Diane Pinder, Ian Scott, Director of the Special
Investigations Unit and Julian Fantino, Commissioner of the Ontario Provincial Police – AND
BETWEEN – Ruth Schaeffer, Evelyn Minty, Diane Pinder and Ian Scott, Director of the
Special Investigations Unit v. Police Constable Kris Wood, Acting Sergeant Mark Pullbrook ,
Police Constable Graham Seguin and Julian Fantino, Commissioner of the Ontario Provincial
Police – and – Canadian Civil Liberties Association, British Columbia Civil Liberties
Association, Aboriginal Legal Services of Toronto Inc., Criminal Lawyers’ Association
(Ontario), Richard Rosenthal, Chief Civilian Director of the Independent Investigations Office
of British Columbia, Urban Alliance on Race Relations, Canadian Police Association and Police
Association of Ontario (Ont.)
2013 SCC 71 / 2013 CSC 71
Coram:
McLachlin C.J. and LeBel, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver, Karakatsanis and Wagner
JJ.
The appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number CA52414, 2011 ONCA 716, dated
November 15, 2011, heard on April 19, 2013, is dismissed and the cross -appeal is allowed. LeBel, Fish and Cromwell
JJ. are dissenting on the cross -appeal. Costs are awarded to Ruth Shaeffer, Evelyn Minty and Diane Pinder on the
appeal and cross-appeal.
The following declaration is granted pursuant to Rule 14.05(3) of the Rules of Civil Procedure:
The Police Services Act, R.S.O. 1990, c. P.15, s. 113(9), and the regulation regarding Conduct and Duties of Police
Officers Respecting Investigations by the Special Investigations Unit , O. Reg. 267/10, prohibit subject and witness
officers from consulting with counsel until the officers have completed their police notes and filed them with the chief
of police.
The motion to strike out certain paragraphs from interveners’ factums brought by the SIU Director is allowed.
L’appel interjeté contre l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro CA52414, 2011 ONCA 716, en date du
15 novembre 2011, entendu le 19 avril 2013, est rejeté et l’appel incident est accueilli. Les juges LeBel, Fish et
Cromwell sont dissidents quant à l’appel incident. Les dépens sont adjugés à Ruth Shaeffe r, Evelyn Minty et Diane
Pinder à l’égard de l’appel et de l’appel incident.
Le jugement déclaratoire suivant est prononcé en vertu du paragraphe 14.05 (3) des Règles de procédure civile :
La Loi sur les services policiers, L.R.O. 1990, ch. P.15, par. 113(9) et le Règlement de l’Ontario 267/10, Conduite et
obligations des agents de police en ce qui concerne les enquêtes de l’Unité des enquêtes spéciales , interdisent aux
agents impliqués et aux agents témoins de consulter un avocat tant qu’ils n’ont pas terminé la rédaction de leurs notes
de police et qu’ils ne les ont pas remises au chef de police.
La requête en radiation de certains paragraphes de mémoires d’intervenants présentée par le directeur de l’UES est
accueillie.
- 2070 -
PRONOUNCEM ENTS OF APPEALS
RESERVED
JUGEMENTS RENDUS SUR LES APPELS EN
DÉLIBÉRÉ
DECEMB ER 20, 2013 / LE 20 DÉCEMBRE 2013
34788
Attorney General of Canada v. Terri Jean Bedford, Amy Lebovitch and Valerie Scott – AND
BETWEEN – Attorney General of Ontario v. Terri Jean Bedford, Amy Lebovitch and Valerie
Scott – and – Attorney General of Quebec, Pivot Legal Society, Downtown Eastside Sex
Workers United Against Violence Society, PACE Society, Secretariat of the Joint United
Nations Programme on HIV/AIDS, British Columbia Civil Liberties Association, Evangelical
Fellowship of Canada, Canadian HIV/AIDS Legal Network, British Columbia Centre for
Excellence in HIV/AIDS, HIV & AIDS Legal Clinic Ontario, Canadian Association of Sexual
Assault Centres, Native Women's Association of Canada, Canadian Association of Elizabeth
Fry Societies, Action ontarienne contre la violence faite aux femmes, Concertation des luttes
contre l'exploitation sexuelle, Regroupement québécois des Centres d'aide et de lutte contre les
agressions à caractère sexuel, Vancouver Rape Relief Society, Christian Legal Fellowship,
Catholic Civil Rights League, REAL Women of Canada, David Asper Centre for Constitutional
Rights, Simone de Beauvoir Institute, AWCEP Asian Women for Equality Society, operating
as Asian Women Coalition Ending Prostitution and Aboriginal Legal Services of Toronto Inc.
(Ont.)
2013 SCC 72 / 2013 CSC 72
Coram:
McLachlin C.J. and LeBel, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver, Karakatsanis and Wagner
JJ.
The appeals from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Numbers C52799 and C52814, 2012 ONCA 186,
dated March 26, 2012, heard on June 13, 2013, are dismissed and the cross -appeal is allowed. Sections 210, 212(1)(j)
and 213(1)(c) of the Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46, are declared to be inconsistent with the Canadian Charter of
Rights and Freedoms and are void. The declaration of invalidity is suspended for one year.
Les pourvois interjetés contre l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéros C52799 et C52814, 2012 ONCA 186,
en date du 26 mars 2012, entendus le 13 juin 2013, sont rejetés, et le pourvoi incident est accueilli. L’article 210 et les
al. 212(1)j) et 213(1)c) du Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C-46, sont incompatibles avec la Charte canadienne des
droits et libertés et sont par conséquent invalidés. L’effet de la déclaration d’invalidité est suspendu pendant un an.
DECEMB ER 23, 2013 / LE 23 DÉCEMBRE 2013
34466
Cinar Corporation and Les Films Cinar inc. v. Claude Robinson and Les Productions Nilem
inc. – and – France Animation S.A., Christophe Izard, Ravensburger Film + TV GmbH, RTV
Family Entertainment AG, Christian Davin, Ronald A. Weinberg, Ronald A. Weinberg, in his
capacity as sole liquidator of the succession of the late Micheline Charest, BBC Worldwide
Television, Theresa Plummer-Andrews, Hélène Charest, McRaw Holdings Inc., Videal
Gesellschaft Zur Hertellung Von Audiovisuellen Produkten MHB, 3918203 Canada Inc., and
Music Canada (Que.)
2013 SCC 73 / 2013 CSC 73
Coram:
McLachlin C.J. and LeBel, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell and Moldaver JJ.
The appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Numbers 500-09-020014-098, 500-09020033-098, 500-09-020034-096, 500-09-020035-093, 2011 QCCA 1361, dated July 20, 2011, heard on February 13,
2013, is dismissed with costs throughout as specified in the judgment in file 34469.
- 2071 -
PRONOUNCEM ENTS OF APPEALS
RESERVED
JUGEMENTS RENDUS SUR LES APPELS EN
DÉLIBÉRÉ
L’appel interjeté contre l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéros 500-09-020014-098, 500-09020033-098, 500-09-020034-096, 500-09-020035-093, 2011 QCCA 1361, en date du 20 juillet 2011, entendu le 13
février 2013, est rejeté avec dépens devant toutes les cours tel que précisé par le jugement dans le dossier 34469.
34467
Ronald A. Weinberg et Ronald A. Weinberg, ès qualités d'unique liquidateur de la succession
de feu Micheline Charest c. Claude Robinson et Les Productions Nilem inc. – et – Christophe
Izard, France Animation S.A., Ravensburger Film + TV GmbH, RTV Family Entertainment
AG, Cinar Corporation, Les Films Cinar inc., Christian Davin, BBC Worldwide Television,
Theresa Plummer-Andrews, Hélène Charest, McRaw Holdings Inc., Videal Gesellschaft Zur
Hertellung Von Audiovisuellen Produkten MHB, 3918203 Canada Inc. et Music Canada (Qc)
2013 SCC 73 / 2013 CSC 73
Coram:
La juge en chef McLachlin et les juges LeBel, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell et Moldaver
L’appel interjeté contre l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéros 500-09-020014-098, 500-09020033-098, 500-09-020034-096, 500-09-020035-093, 2011 QCCA 1361, en date du 20 juillet 2011, entendu le 13
février 2013, est rejeté avec dépens devant toutes les cours tel que précisé par le jugement dans le dossier 34469.
The appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Numbers 500-09-020014-098, 500-09020033-098, 500-09-020034-096, 500-09-020035-093, 2011 QCCA 1361, dated July 20, 2011, heard on February 13,
2013, is dismissed with costs throughout as specified in the judgment in file 34469.
34468
Christophe Izard, France Animation S.A., Ravensburger Film + TV GmbH et RTV Family
Entertainment AG c. Claude Robinson et Les Productions Nilem inc. – et – Les Films Cinar
inc., Cinar Corporation, Ronald A. Weinberg, Ronald A. Weinberg, ès qualités d'unique
liquidateur de la succession de feu Micheline Charest et Music Canada (Qc)
2013 SCC 73 / 2013 CSC 73
Coram:
La juge en chef McLachlin et les juges LeBel, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell et Moldaver
L’appel interjeté contre l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéros 500-09-020014-098, 500-09020033-098, 500-09-020034-096, 500-09-020035-093, 2011 QCCA 1361, en date du 20 juillet 2011, entendu le 13
février 2013, est rejeté avec dépens devant toutes les cours tel que précisé par le jugement dans le dossier 34469.
The appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Numbers 500-09-020014-098, 500-09020033-098, 500-09-020034-096, 500-09-020035-093, 2011 QCCA 1361, dated July 20, 2011, heard on February 13,
2013, is dismissed with costs throughout as specified in the judgment in file 34469.
34469
Claude Robinson et Les Productions Nilem inc. c. France Animation S.A., Ravensburger Film +
TV GmbH, Videal Gesellschaft Zur Hertellung Von Audiovisuellen Produkten MHB, RTV
Family Entertainment AG, Christian Davin, Christophe Izard, Les Films Cinar inc., Cinar
Corporation, 3918203 Canada Inc., Ronald A. Weinberg and Ronald A. Weinberg, ès qualités
d'unique liquidateur de la succession de feu Micheline Charest – et – Music Canada (Qc)
2013 SCC 73 / 2013 CSC 73
Coram:
La juge en chef McLachlin et les juges LeBel, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell et Molda ver
- 2072 -
PRONOUNCEM ENTS OF APPEALS
RESERVED
JUGEMENTS RENDUS SUR LES APPELS EN
DÉLIBÉRÉ
L’appel interjeté contre l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéros 500-09-020014-098, 500-09020033-098, 500-09-020034-096, 500-09-020035-093, 2011 QCCA 1361, en date du 20 juillet 2011, entendu le 13
février 2013, est accueilli en partie. Les profits provenant de la trame sonore de Sucroë et la somme de Jaffa Road sont
rétablis dans le calcul effectué par le juge de première instance quant aux profits. Les dommages -intérêts non
pécuniaires accordés par le juge de première instance son t rétablis. Des dommages-intérêts punitifs au montant de
500 000 $ sont accordés sous réserve de leur répartition sur une base conjointe conformément aux motifs.
Les dépens sont accordés à M. Robinson et Nilem devant toutes les cours. L’octroi des honoraires extrajudiciaires de
1 500 000 $ accordé par le juge de première instance pour les procédures en première instance est confirmé.
The appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Numbers 500-09-020014-098, 500-09020033-098, 500-09-020034-096, 500-09-020035-093, 2011 QCCA 1361, dated July 20, 2011, heard on February 13,
2013, is allowed in part. The profits from the Sucroë soundtrack and the Jaffa Road amount are reinstated in the trial
judge’s calculation of profits. The trial judge’s order of non -pecuniary damages is reinstated. Punitive damages of
$500,000 are awarded, subject to apportionment on a joint basis as specified in the reasons.
Mr. Robinson and Nilem are awarded costs throughout. The trial judge’s award of $1,500,000 in solicitor-client costs
for the proceedings at the trial level is confirmed.
- 2073 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Police Constable Kris Wood et al. v. Ruth Schaeffer et al. (Ont.) (34621)
Indexed as: Wood v. Schaeffer / Répertorié : Wood c. Schaeffer
Neutral citation: 2013 SCC 71 / Référence neutre : 2013 CSC 71
Hearing: April 19, 2013 / Judgment: December 19, 2013
Audition : Le 19 avril 2013 / Jugement : Le 19 décembre 2013
Present: McLachlin C.J. and LeBel, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver, Karakatsanis and Wagner JJ.
Police — Investigations — Special Investigations Unit — Right to counsel — Duty to make notes — Whether
police officers have right to consult with counsel before making notes on incident — Whether police officers are
entitled to basic legal advice as to nature of rights and obligations in connection with incident — Police Services Act,
R.S.O. 1990, c. P-15, s. 113 — Duties of Police Officers Respecting Investigations by the Special Investigations Unit ,
O. Reg. 267/10, ss. 7, 9.
This case arises from two independent fatal incidents in which civilians were shot by the police. In both cases,
the involved officers were instructed by superior officers to refrain from making their police notes on the incident until
they had spoken with counsel. The families of the two civilians who were killed brought an application seeking an
interpretation of various provisions of the Police Services Act, R.S.O. 1990, c. P-15, and Conduct and Duties of Police
Officers Respecting Investigations by the Special Investigations Unit, O. Reg. 267/10. For purposes of this appeal, the
pertinent issue raised by the families was whether the legislative scheme permitted officers to consult with counsel
before completing their notes.
The families’ application was dismissed by the superior court on procedural grounds. The Court of Appeal
dealt with the matter on its merits, and held that the regulation did not permit police officers to seek the assistance of
counsel in completing their notes. However, it found that, under the regulation, officers were entitled to receive basic
legal advice as to the nature of their rights and obligations regarding the incident and the Special Investigations Unit
(“SIU”) investigation before completing their notes. The officers argue that those limits are too restrictive. The
Director of the Special Investigations Unit cross -appeals, arguing that police officers are not entitled to legal advice,
basic or otherwise, prior to completing their notes.
Held (LeBel, Fish and Cromwell JJ. dissenting in the cross -appeal): The appeal should be dismissed and the
cross-appeal should be allowed.
Per McLachlin C.J. and Abella, Rothstein, Moldaver, Karakatsanis and Wagner JJ.: Police officers are
entrusted by the communities they s erve with significant legal authority, including, in some circumstances, the power to
use deadly force against their fellow citizens. The indispensible foundation for such authority is the community’s
steadfast trust in the police. But that trust can be tested when a member of the community is killed or seriously injured
at the hands of a police officer. The SIU is charged with the delicate task of determining independently and
transparently what happened and why, in the hope of providing the community with answers. Permitting police officers
to consult with counsel before their notes are prepared is an anathema to the very transparency that the legislative
scheme aims to promote. When the community’s trust in the police is at stake, it is imperative th at the investigatory
process be — and appear to be — transparent.
Under the Act and regulation, a police officer who witnessed or participated in an incident under investigation
by the SIU is not permitted to speak with a lawyer before preparing his or her notes concerning the incident. While
officers, in their capacity as ordinary citizens, may be free at common law to consult with counsel as and when they see
fit, we are considering them here in their professional capacity as police officers who are involved in an SIU
investigation. In these circumstances, the point of departure is not the common law, but the regulation which governs
these situations and which comprehensively sets out their rights and duties, including their entitlement to counsel. S o
long as police officers choose to wear the badge, they must comply with their duties and responsibilities under the
regulation, even if this means at times having to forego liberties they would otherwise enjoy as ordinary citizens.
- 2074 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Read in the full light of its history and context, it is apparent, for three reasons, that the regulation was not
meant to permit officers to consult with counsel before they complete their notes.
First, consultation with counsel at the note-making stage is antithetical to the dominant purpose of the
legislative scheme because it risks eroding the public confidence that the SIU process was meant to foster. The
legislative scheme specifically combats the problem of appearances that flowed from “police investigating police” b y
placing investigations of the police in the hands of civilians. Allowing officers to fully consult with counsel at the
note-making stage creates an “appearances problem” similar to the one that the SIU was created to overcome: a
reasonable member of the public would naturally question whether counsel’s assistance at the note -making stage is
sought by officers to help them fulfill their duties as police officers, or if it is instead sought, in their self-interest, to
protect themselves and their colleagues from the potential liability of an adverse SIU investigation.
Second, the legislative history demonstrates that s. 7(1) was never intended to create a freestanding entitlement
to consult with counsel that extended to the note-making stage. There was no discussion of a role for counsel at the
note-making stage in any of the reports related to the regulation, let alone a recommendation to that effect. While the
government has long been aware of the practice of officers consulting with counsel prior to p reparing their notes, the
government is not required to amend regulations to forbid practices that are already inconsistent with the legislative
scheme.
Third, consulting with counsel at the note-making stage impinges on the ability of police officers to prepare
accurate, detailed and comprehensive notes in accordance with their duty under s. 9 of the regulation. Sections 9(1) and
(3) of the regulation require witness and subject officers to “complete in full the notes on the incident in accordance
with [their] duty”. While neither the regulation nor the Act define the duty to make notes, police officers do have a
duty to prepare accurate, detailed, and comprehensive notes as soon as practicable after an investigation. Permitting
officers to consult with counsel before preparing their notes runs the risk that the focus of the notes will shift away from
the officer’s public duty toward his or her private interest in justifying what has taken place. This shift would not be in
accord with the officer’s duty.
Without in any way impugning the integrity of counsel or police officers, even the perfunctory consultation
contemplated by the Court of Appeal is liable to cause the same threat to public confidence, if on a somewhat
diminished scale, because the initial consultation is privileged. A loss of public trust would seem a high price to pay for
an initial consultation that is limited to providing officers with basic information that can easily be conveyed in ways
that do not generate any appearance problem. Nothing in the regulation prevents officers who have been involved in
traumatic incidents from speaking to doctors, mental health professionals, or uninvolved senior police officers before
they write their notes, and the regulation empowers the chief of police to allow officers more time to complete their
notes when required. Once officers have completed their notes and filed them with the chief of police, they are free to
consult with counsel.
Per LeBel, Fish and Cromwell JJ. (dissenting in the cross -appeal): Everyone is at liberty to consult counsel
whenever they wish unless doing so is precluded by lawful authority or inconsistent with their duty. This freedom
reflects the importance of the societal role of lawyers in a country governed by the rule of law and it should not be
eliminated in the absence of clear legislative intent.
Interpreting s. 7(1) of the regulation purposively requires that we give effect to police officers’ freedom to
consult counsel and consider the importance of the SIU’s mandate to enhance public confidence in the police. The
plain wording of s. 7(1) grants the right to consult with legal counsel and the right to have legal counsel present during
an SIU interview. Since this wording does not oust the rights that police officers would otherwise enjoy as ordinary
citizens, and since the potential tension between the right to consult and the duty of the officer to write complete and
independent notes can be resolved, there is no need to completely eliminate a police officer’s liberty to consult counsel.
We must trust that lawyers will know that they cannot give advice about the contents and drafting of the notes,
which must remain the result of a police officer’s independent account of the events. However, the officer could be
advised that he or she is required to complete notes of the incident prior to the end of his or her tour of duty and submit
them to the chief of police unless excused by the chief of police; that the chief of police will not pass the notes of a
subject officer on to the SIU, but will pass the notes of a witness officer on to the SIU; that the officer will be required
- 2075 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
to answer questions from the SIU investigators; that the officer will be entitled to consult counsel prior to the SIU
interview and to have counsel present during the interview; and that the notes should provide a full and honest record of
the officer’s recollection of the incident in the officer’s own words. This brief, informative conversation might not be
as meaningful as comprehensive legal advice on the relationship between an officer’s notes and potential liability, but it
might help to remind an officer of his or her duties in the circumstances and put the officer at ease after having
experienced a potentially traumatic incident.
APPEAL and CROSS-APPEAL from a judgment of the Ontario Court of Appeal (Sharpe, Armstrong and
Rouleau JJ.A.), 2011 ONCA 716, 107 O.R. (3d) 721, 284 O.A.C. 362, 341 D.L.R. (4th) 481, 278 C.C.C. (3d) 57, 246
C.R.R. (2d) 181, [2011] O.J. No. 5033 (QL), 2011 CarswellOnt 12463, setting aside a decision of Low J., 2010 ONSC
3647 (CanLII), [2010] O.J. No. 2770 (QL), 2010 CarswellOnt 4564. Appeal dismissed and cross -appeal allowed,
LeBel, Fish and Cromwell JJ. dissenting on cross-appeal.
Brian H. Greenspan, David M. Humphrey and Jill D. Makepeace, for the appellants/respondents on
cross-appeal.
Julian N. Falconer and Sunil S. Mathai, for the respondents/appellants on cross -appeal Ruth Schaeffer, Evelyn
Minty and Diane Pinder.
Marlys A. Edwardh, Daniel Sheppard and Kelly Doctor, for the respondent/appellant on cross -appeal Ian
Scott, Director of the Special Investigations Unit.
Christopher Diana and Kenneth W. Hogg, for the respondent/respondent on cross -appeal Julian Fantino,
Commissioner of the Ontario Provincial Police.
Wendy J. Wagner and Ryan W. Kennedy, for the intervener the Canadian Civil Liberties Association.
Andrew I. Nathanson and Gavin R. Cameron, for the intervener the British Columbia Civil Liberties
Association.
Christa D. Big Canoe and Emily R. Hill, for the intervener the Aboriginal Legal Services of Toronto Inc.
Howard L. Krongold and Michael Spratt, for the intervener the Criminal Lawyers’ Association (Ontario).
Marian K. Brown, for the intervener Richard Rosenthal, Chief Civilian Director of the Independent
Investigations Office of British Columbia.
Maureen L. Whelton and Neil Wilson, for the intervener the Urban Alliance on Race Relations.
David B. Butt, for the interveners the Canadian Police Association and the Police Association of Ontario.
Solicitors for the appellants/respondents on cross-appeal: Greenspan Humphrey Lavine, Toronto.
Solicitors for the respondents/appellants on cross-appeal Ruth Schaeffer, Evelyn Minty and Diane
Pinder: Falconer Charney, Toronto.
Solicitors for the respondent/appellant on cross-appeal Ian Scott, Director of the Special Investigations
Unit: Sack Goldblatt Mitchell, Toronto.
Solicitor for the respondent/respondent on cross-appeal Julian Fantino, Commissioner of the Ontario
Provincial Police: Ministry of Community Safety and Correctional Services, Orillia, Ontario.
Solicitors for the intervener the Canadian Civil Liberties Association: Gowling Lafleur Henderson, Ottawa.
- 2076 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Solicitors for the intervener the British Columbia Civil Liberties Association: Fasken Martineau DuMoulin,
Vancouver.
Solicitor for the intervener the Aboriginal Legal Services of Toronto Inc.: Aboriginal Legal Services of
Toronto Legal Clinic, Toronto.
Solicitors for the intervener the Criminal Lawyers’ Association (Ontario): Webber Schroeder Goldstein
Abergel, Ottawa.
Solicitor for the intervener Richard Rosenthal, Chief Civilian Director of the Independent Investigations Office
of British Columbia: Independent Investigations Office of British Columbia, Surrey.
Solicitors for the intervener the Urban Alliance on Race Relations: Stevensons, Toronto.
Solicitor for the interveners the Canadian Police Association and the Police Association of Ontario: David B.
Butt, Toronto.
________________________
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges LeBel, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver, Karakatsanis et
Wagner.
Police — Enquêtes — Unité des enquêtes spéciales — Droit à l’avocat — Obligation de rédiger des notes —
L’agent de police a-t-il le droit de consulter un avocat avant de rédiger ses notes au sujet d’un incident? — L’agent de
police a-t-il le droit d’obtenir des conseils juridiques de base quant à la nature de ses droits et de ses obligations
relativement à l’incident? — Loi sur les services policiers, L.R.O. 1990, ch. P.15, art. 113 — Conduite et obligations
des agents de police en ce qui concerne les enquêtes de l’Unité des enquêtes spéciales, Règl. de l’Ont. 267/10, art. 7, 9.
La présente affaire résulte de deux incidents fatals distincts au cours desquels des civils ont été abattus par des
policiers. Dans les deux cas, les agents en cause ont eu pour instruction de leur supérieur de ne prendre aucune note au
sujet de l’incident tant qu’ils n’auraient pas parlé à un avocat. Les familles des deux civils tués ont présenté une requête
pour obtenir l’interprétation de diverses dispositions de la Loi sur les services policiers, L.R.O. 1990, ch. P.15, et du
Règl. de l’Ont. 267/10, Conduite et obligations des agents de police en ce qui concerne les enquêtes de l’Unité des
enquêtes spéciales. Dans le cadre du présent pourvoi, la question pertinente que soulèvent les familles est celle de
savoir si le régime législatif permet aux agents de consulter un avocat avant de rédiger leurs notes .
La requête des familles a été rejetée par la Cour supérieure pour des motifs d’ordre procédural. La Cour
d’appel a jugé l’affaire au fond et conclu que le règlement ne permettait pas aux policiers de recourir à l’aide d’un
avocat pour rédiger leurs notes. Toutefois, à son avis, le règlement donnait aux agents le droit à des conseils juridiques
de base au sujet de la nature de leurs droits et de leurs obligations relativement à l’incident et à l’enquête de l’Unité des
enquêtes spéciales (« UES ») avant la rédaction de leurs notes. Les agents font valoir que ces limites sont trop
restrictives. Le directeur de l’UES forme un pourvoi incident, affirmant que les agents n’ont pas droit à des conseils
juridiques de quelque nature que ce soit avant d’avoir rédigé leurs notes.
Arrêt (les juges LeBel, Fish et Cromwell sont dissidents à l’égard du pourvoi incident) : Le pourvoi est rejeté,
et le pourvoi incident est accueilli.
La juge en chef McLachlin et les juges Abella, Rothstein, Moldaver, Karakatsanis et Wagner : Les policiers se
voient conférer par les collectivités qu’ils servent des pouvoirs légaux importants, dont celui de recourir, dans certaines
circonstances, à une force létale contre leurs concitoyens. Ces pouvoirs reposent nécessairement sur la confiance
inébranlable du public envers la police. Mais cette confiance peut parfois être mise à rude épreuve lorsqu ’un citoyen
est tué ou grièvement blessé par un policier. L’UES s’est vu confier la tâche délicate de déterminer de façon
indépendante et transparente les faits et leur cause, le tout dans l’espoir de fournir des réponses à la population.
Permettre aux policiers de consulter un avocat avant de rédiger leurs notes est à l’antipode de la transparence même que
le régime législatif vise à favoriser. Lorsqu’il y va de la confiance du public envers la police, il est impératif que le
processus d’enquête soit transparent, et aussi qu’il ait toutes les apparences de la transparence.
- 2077 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Suivant la Loi et le règlement, le policier qui est témoin d’un incident faisant l’objet d’une enquête de l’UES
ou y est impliqué n’a pas le droit de parler à un avocat avant de rédiger ses notes à ce sujet. Si les agents, en tant que
simples citoyens, jouissent de la liberté que la common law reconnaît à quiconque de consulter un avocat à sa guise,
c’est à titre professionnel que nous les considérons en leur qualité de polic iers visés par des enquêtes de l’UES. Dans
ces circonstances, il convient de prendre pour point de départ, non pas la common law, mais le règlement, qui régit ces
situations et énonce de façon exhaustive les droits et les obligations des agents, dont le droit à l’avocat. Dès lors qu’il
choisit d’arborer son insigne, le policier doit se conformer aux obligations et aux responsabilités énumérées au
règlement, et ce même s’il doit, pour ce faire, renoncer à certaines libertés dont il jouirait par ailleurs en tant que simple
citoyen.
Il ressort clairement de son contexte et de son historique que ce règlement n ’était pas censé permettre aux
policiers de consulter un avocat avant de rédiger leurs notes, et ce pour trois raisons.
Premièrement, reconnaître un droit de consulter un avocat à l’étape de la prise de notes contrecarrerait l’objet
principal du régime législatif, car l’exercice d’un tel droit risque de miner la confiance du public que l’UES était censée
favoriser. Le régime législatif remédie expres sément au problème d’apparences, qui résultait du fait que « la police
enquête sur la police », en confiant les enquêtes sur les policiers à des civils. Autoriser les agents à consulter sans
restriction un avocat à l’étape de la prise de notes créerait un « problème d’apparences » semblable à celui qui a motivé
la création de l’UES : tout citoyen raisonnable pourrait à juste titre se demander si l’agent recourt à l’assistance d’un
avocat à l’étape de la prise de notes pour l’aider à s’acquitter de ses obligations professionnelles ou s ’il le fait plutôt
dans son intérêt personnel pour se protéger et protéger ses collègues contre une conclusion accablante de la part de
l’UES à l’issue de l’enquête.
Deuxièmement, l’historique législatif démontre que le par. 7(1) n’était jamais censé créer un droit autonome à
la consultation d’un avocat à l’étape de la rédaction des notes. Aucun des rapports ayant trait au règlement ne comporte
de mention d’un quelconque rôle pour l’avocat à l’étape de la prise de notes, encore moins de recommandations en ce
sens. Bien que le gouvernement soit au courant depuis longtemps de la pratique qui consiste pour l’agent à consulter un
avocat avant de rédiger ses notes, le gouvernement n ’a pas à modifier un règlement pour interdire une pratique qui est
déjà incompatible avec le régime législatif.
Troisièmement, consulter un avocat à l’étape de la rédaction des notes empêcherait les agents de police de
rédiger des notes précises, détaillées et exhaustives conformément à leur ob ligation comme l’exige l’art. 9 du
règlement. Les paragraphes 9(1) et 9(3) du règlement obligent l’agent témoin et l’agent impliqué à rédiger « des notes
complètes sur l’incident conformément à [leur] obligation ». Bien que ni le règlement ni la Loi ne définissent
l’obligation de rédiger des notes, les policiers ont certes l’obligation de rédiger des notes exactes, détaillées et
exhaustives dès que possible après l’enquête. Si les policiers pouvaient consulter un avocat avant de rédiger leurs
notes, ils risqueraient de s’attacher à défendre leur intérêt personnel et à justifier leurs actes, au détriment de leur devoir
public. Un tel changement de perspective serait contraire à ce devoir.
L’intégrité des avocats et des agents de police n’est aucunement mise en doute, mais même la consultation
sommaire qu’envisage la Cour d’appel risque aussi de miner la confiance du public, bien que dans une moindre mesure,
comme la consultation initiale est protégée par le secret professionnel. Une consultation initia le qui se limite à offrir
aux agents des renseignements de base pouvant aisément être transmis par des moyens qui n ’occasionnent pas de
problème d’apparences ne vaut pas la peine d’ébranler la confiance du public. Rien dans le règlement n’empêche
l’agent qui est intervenu dans un incident traumatisant de faire appel à un médecin, à un professionnel de la santé
mentale ou à un supérieur n’ayant pas assisté à l’incident avant de rédiger ses notes, et le règlement habilite le chef de
police à donner dans ce cas à l’agent un délai supplémentaire pour terminer ses notes, au besoin. Une fois ses notes
rédigées et soumises au chef de police, l’agent peut consulter un avocat.
Les juges LeBel, Fish et Cromwell (dissidents à l’égard du pourvoi incident) : Chacun demeure libre de
consulter un avocat lorsqu’il le juge à propos, sauf si cette consultation s’avère inconciliable avec ses fonctions ou que
l’exercice d’un pouvoir légitime l’interdit. Cette liberté traduit l’importance du rôle social que jouent les avocats au
sein d’un État de droit et il ne convient pas de la supprimer en l’absence d’une intention claire du législateur en ce sens.
- 2078 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
L’interprétation téléologique du par. 7(1) du règlement commande que l’on donne effet à la liberté des
policiers de consulter un avocat et que l’on tienne compte de l’importance de la mission confiée à l’UES, qui vise à
favoriser la confiance du public envers la police. Il ressort de son libellé que le par. 7(1) confère le droit de consulter
un avocat et le droit à la présence d’un avocat lors d’une entrevue avec l’UES. Comme ce libellé n’exclut pas les droits
dont les policiers jouissent par ailleurs en tant que simples citoyens, et comme la tension potentielle entre le d roit de
l’agent de consulter un avocat et son obligation de rédiger des notes exhaustives et indépendantes peut être éliminée,
rien ne justifie de supprimer entièrement la liberté des agents de police de consulter un avocat.
Nous pouvons compter sur les avocats pour savoir qu’ils ne peuvent donner de conseils au sujet de la teneur et
de la rédaction des notes, qui doivent demeurer un récit indépendant des faits par le policier. Cependant, il serait
possible de conseiller à l’agent qu’il doit terminer ses notes au sujet de l’incident avant la fin de sa période de service et
les soumettre au chef de police à moins d’en être dispensé par ce dernier; que le chef de police ne transmettra pas les
notes de l’agent impliqué à l’UES, mais qu’il transmettra les notes de l’agent témoin; que l’agent devra répondre aux
questions des enquêteurs de l’UES; qu’il a le droit de consulter un avocat avant son entrevue avec l’UES et a droit à la
présence d’un avocat au cours de son entrevue ainsi qu’il doit rendre compte de fa çon complète et honnête de
l’incident, d’après ses souvenirs et dans ses propres mots. Il se peut que ce genre de brève conversation à caractère
informatif ne se révèle pas aussi utile qu’une consultation juridique détaillée au sujet des rapports entre le s notes de
l’agent et sa responsabilité éventuelle, mais elle peut contribuer à rappeler à ce dernier ses obligations en pareilles
circonstances et à le mettre plus à l’aise à la suite d’un incident possiblement traumatisant.
POURVOI et POURVOI INCIDENT contre un arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario (les juges Sharpe,
Armstrong et Rouleau), 2011 ONCA 716, 107 O.R. (3d) 721, 284 O.A.C. 362, 341 D.L.R. (4th) 481, 278 C.C.C. (3d)
57, 246 C.R.R. (2d) 181, [2011] O.J. No. 5033 (QL), 2011 CarswellOnt 12463, qui a infirmé une décision de la juge
Low, 2010 ONSC 3647 (CanLII), [2010] O.J. No. 2770 (QL), 2010 CarswellOnt 4564. Pourvoi rejeté et pourvoi
incident accueilli, les juges LeBel, Fish et Cromwell sont dissidents quant au pourvoi incident.
Brian H. Greenspan, David M. Humphrey et Jill D. Makepeace, pour les appelants/intimés au pourvoi
incident.
Julian N. Falconer et Sunil S. Mathai, pour les intimées/appelantes au pourvoi incident Ruth Schaeffer, Evelyn
Minty et Diane Pinder.
Marlys A. Edwardh, Daniel Sheppard et Kelly Doctor, pour l’intimé/appelant au pourvoi incident Ian Scott,
directeur de l’Unité des enquêtes spéciales.
Christopher Diana et Kenneth W. Hogg, pour l’intimé/intimé au pourvoi incident Julian Fantino, commissaire
de la Police provinciale de l’Ontario.
Wendy J. Wagner et Ryan W. Kennedy, pour l’intervenante l’Association canadienne des libertés civiles.
Andrew I. Nathanson et Gavin R. Cameron, pour l’intervenante l’Association des libertés civiles de la
Colombie-Britannique.
Christa D. Big Canoe et Emily R. Hill, pour l’intervenante Aboriginal Legal Services of Toronto Inc.
Howard L. Krongold et Michael Spratt, pour l’intervenante Criminal Lawyers’ Association (Ontario).
Marian K. Brown, pour l’intervenant Richard Rosenthal, Chief Civilian Director of the Independent
Investigations Office of British Columbia.
Maureen L. Whelton et Neil Wilson, pour l’intervenante l’Alliance urbaine sur les relations interraciales.
David B. Butt, pour les intervenantes l’Association canadienne des policiers et Police Association of Ontario.
Procureurs des appelants/intimés au pourvoi incident : Greenspan Humphrey Lavine, Toronto.
- 2079 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Procureurs des intimées/appelantes au pourvoi incident Ruth Schaeffer, Evelyn Minty et Diane
Pinder : Falconer Charney, Toronto.
Procureurs de l’intimé/appelant au pourvoi incident Ian Scott, directeur de l’Unité des enquêtes
spéciales : Sack Goldblatt Mitchell, Toronto.
Procureur de l’intimé/intimé au pourvoi incident Julian Fantino, commissaire de la Police provinciale de
l’Ontario : Ministère de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels, Orillia, Ontario.
Procureurs de l’intervenante l’Association canadienne des libertés civiles : Gowling Lafleur Henderson,
Ottawa.
Procureurs de l’intervenante l’Association des libertés civiles de la Colombie-Britannique : Fasken Martineau
DuMoulin, Vancouver.
Procureur de l’intervenante Aboriginal Legal Services of Toronto Inc. : Aboriginal Legal Services of Toronto
Legal Clinic, Toronto.
Procureurs de l’intervenante Criminal Lawyers’ Association (Ontario) : Webber Schroeder Goldstein
Abergel, Ottawa.
Procureur de l’intervenant Richard Rosenthal, Chief Civilian Director of the Independent Investigations
Office of British Columbia : Independent Investigations Office of British Columbia, Surrey.
Procureurs de l’intervenante l’Alliance urbaine sur les relations interraciales : Stevensons, Toronto.
Procureur des intervenantes l’Association
Ontario : David B. Butt, Toronto.
canadienne des policiers et Police Association of
- 2080 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Attorney General of Canada et al v. Terri Jean Bedford et al (Ont.) (34788)
Indexed as: Canada (Attorney General) v. Bedford / Répertorié : Canada (Procureur général) c. Bedford
Neutral citation: 2013 SCC 72 / Référence neutre : 2013 CSC 72
Hearing: June 13, 2013 / Judgment: December 20, 2013
Audition : Le 13 juin 2013 / Jugement : Le 20 décembre 2013
Present: McLachlin C.J. and LeBel, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver, Karakatsanis and Wagner JJ.
Constitutional Law — Charter of Rights — Right to security of person — Freedom of expression — Criminal
law — Prostitution — Common bawdy-house — Living on avails of prostitution — Communicating in public for
purposes of prostitution — Prostitutes challenging constitutionality of prohibitions on bawdy-houses, living on avails of
prostitution and communicating in public for purposes of prostitution under Criminal Code — Prostitutes alleging
impugned provisions violate s. 7 security of the person rights by preventing implementation of safety measures that
could protect them from violent clients — Prostitutes also alleging prohibition on communicating in public for
purposes of prostitution infringes freedom of expression guarantee — Canadian Charter of Rights and Freedoms, ss. 1,
2(b), 7 — Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46, ss. 197(1), 210, 212(1)(j), 213(1)(c).
Courts — Decisions — Stare decisis — Standard of review — Prostitutes challenging constitutionality of
prohibitions on bawdy-houses, living on avails of prostitution and communicating in public for purposes of prostitution
under Criminal Code — Under what circumstances application judge could revisit conclusions of Supreme Court of
Canada in Prostitution Reference which upheld bawdy-house and communicating prohibitions — Degree of deference
owed to application judge’s findings on social and legislative facts.
B, L and S, current or former prostitutes, brought an application seeking declarations that three provisions of
the Criminal Code, R.S.C. 1985, c. C-46, which criminalize various activities related to prostitution, infringe their
rights under s. 7 of the Charter: s. 210 makes it an offence to keep or be in a bawdy-house; s. 212(1)(j) prohibits living
on the avails of prostitution; and, s. 213(1)(c) prohibits communicating in public for the purposes of prostitution. They
argued that these restrictions on prostitution put the safety and lives of prostitutes at risk, by preventing them from
implementing certain safety measures — such as hiring security guards or “screening” potential clients — that could
protect them from violence. B, L and S also alleged that s. 213(1)(c) infringes the freedom of expression guarantee
under s. 2(b) of the Charter, and that none of the provisions are saved under s. 1.
The Ontario Superior Court of Justice granted the application, declaring, without suspension, that each of the
impugned Criminal Code provisions violated the Charter and could not be saved by s. 1. The Ontario Court of Appeal
agreed s. 210 was unconstitutional and struck the word “prostitution” from the definition of “common bawdy -house” as
it applies to s. 210, however it suspended the declaration of invalidity for 12 months. The court declared that
s. 212(1)(j) was an unjustifiable violation of s. 7, ordering the reading in of words to clarify that the prohibition on
living on the avails of prostitution applies only to those who do so “in circumstan ces of exploitation”. It further held
the communicating prohibition under s. 213(1)(c) did not violate either s. 2(b) or s. 7. The Attorneys General appeal
from the declaration that ss. 210 and 212(1)(j) of the Code are unconstitutional. B, L and S cross-appeal on the
constitutionality of s. 213(1)(c) and in respect of the s. 210 remedy.
Held: The appeals should be dismissed and the cross -appeal allowed. Sections 210, 212(1)(j) and 213(1)(c)
of the Criminal Code are declared to be inconsistent with the Charter. The declaration of invalidity should be
suspended for one year.
The three impugned provisions, primarily concerned with preventing public nuisance as well as the
exploitation of prostitutes, do not pass Charter muster: they infringe the s. 7 rights of prostitutes by depriving them of
security of the person in a manner that is not in accordance with the principles of fundamental justice. It is not
necessary to determine whether this Court should depart from or revisit its conclusion in the Prostitution Reference that
s. 213(1)(c) does not violate s. 2(b) since it is possible to resolve this case entirely on s. 7 grounds.
The common law principle of stare decisis is subordinate to the Constitution and cannot require a court to
uphold a law which is unconstitutional. However, a lower court is not entitled to ignore binding precedent, and the
- 2081 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
threshold for revisiting a matter is not an easy one to reach. The threshold is met when a new legal issue is raised, or if
there is a significant change in the circumstances or evidence. In this case, the application judge was entitled to rule on
the new legal issues of whether the laws in question violated the security of the person interests under s. 7, as the
majority decision of this Court in the Prostitution Reference was based on the s. 7 physical liberty interest alone.
Furthermore, the principles of fundamental justice considered in the Prostitution Reference dealt with vagueness and
the permissibility of indirect criminalization. The principles raised in this case — arbitrariness, overbreadth, and gross
disproportionality — have, to a large extent, developed only in the last 20 years. The application judge was not,
however, entitled to decide the question of whether the communication provision is a justified limit on freedom of
expression. That issue was decided in the Prostitution Reference and was binding on her.
The application judge’s findings on social and legislative facts are entitled to deference. The standard of
review for findings of fact — whether adjudicative, social, or legislative — remains palpable and overriding error.
The impugned laws negatively impact security of the person rights of prostitutes and thus engage s. 7. The
proper standard of causation is a flexible “sufficient causal connection” standard, as correctly adopted by the
application judge. The prohibitions all heighten the risks the applicants face in prostitution — itself a legal activity.
They do not merely impose conditions on how prostitutes operate. They go a critical step further, by imposing
dangerous conditions on prostitution; they prevent people engaged in a risky — but legal — activity from taking steps
to protect themselves from the risks. That causal connection is not negated by the actions of third -party johns and
pimps, or prostitutes’ so-called choice to engage in prostitution. While some prostitutes may fit the description of
persons who freely choose (or at one time chose) to engage in the risky economic activity of prostitution, many
prostitutes have no meaningful choice but to do so. Moreover, it makes no difference that the conduct of pimps and
johns is the immediate source of the harms suffered by prostitutes. The violence of a john does not diminish the role of
the state in making a prostitute more vulnerable to that violence.
The applicants have also established that the deprivation of their security of the person is not in accordance
with the principles of fundamental justice: principles that attempt to capture basic values underpinning our
constitutional order. This case concerns the basic values against arbitrariness (where there is no connection between the
effect and the object of the law), overbreadth (where the law goes too far and interferes with some conduct that bears no
connection to its objective), and gross disproportionality (where the effect of the law is grossly disproportionate to the
state’s objective). These are three distinct principles, but overbreadth is related to arbitrariness, in that the question for
both is whether there is no connection between the law’s effect and its objective. All three principles compare the
rights infringement caused by the law with the objective of the law, not with the law’s effectiveness; they do not look to
how well the law achieves its object, or to how much of the population t he law benefits or is negatively impacted. The
analysis is qualitative, not quantitative. The question under s. 7 is whether anyone’s life, liberty or security of the
person has been denied by a law that is inherently bad; a grossly disproportionate, ove rbroad, or arbitrary effect on one
person is sufficient to establish a breach of s. 7.
Applying these principles to the impugned provisions, the negative impact of the bawdy -house prohibition
(s. 210) on the applicants’ security of the person is grossly disproportionate to its objective of preventing public
nuisance. The harms to prostitutes identified by the courts below, such as being prevented from working in safer fixed
indoor locations and from resorting to safe houses, are grossly disproportionate to the deterrence of community
disruption. Parliament has the power to regulate against nuisances, but not at the cost of the health, safety and lives of
prostitutes. Second, the purpose of the living on the avails of prostitution prohibition in s. 212(1)(j) is to target pimps
and the parasitic, exploitative conduct in which they engage. The law, however, punishes everyone who lives on the
avails of prostitution without distinguishing between those who exploit prostitutes and those who could increase the
safety and security of prostitutes, for example, legitimate drivers, managers, or bodyguards. It also includes anyone
involved in business with a prostitute, such as accountants or receptionists. In these ways, the law includes some
conduct that bears no relation to its purpose of preventing the exploitation of prostitutes. The living on the avails
provision is consequently overbroad. Third, the purpose of the communicating prohibition in s. 213(1)(c) is not to
eliminate street prostitution for its own sake, but to take prostitution off the streets and out of public view in order to
prevent the nuisances that street prostitution can cause. The provision’s negative impact on the safety and lives of
street prostitutes, who are prevented by the communicating prohibition from screening potential clients for intoxication
and propensity to violence, is a grossly disproportionate response to the possibility of nuisance caused by street
prostitution.
- 2082 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
While the Attorneys General have not seriously argued that the laws, if found to infringe s. 7, can be justified
under s. 1, some of their arguments under s. 7 are properly addressed at this stage of the analysis. In particular, they
attempt to justify the living on the avails provision on the basis that it must be drafted broadly in order to capture all
exploitative relationships. However, the law not only catches drivers and bodyguards, who may actually be pimps, but
it also catches clearly non-exploitative relationships, such as receptionists or accountants who work with prostitutes.
The law is therefore not minimally impairing. Nor, at the final stage of the s. 1 inquiry, is the law’s effect of preventing
prostitutes from taking measures that would increase their safety, and possibly save their lives, outweig hed by the law’s
positive effect of protecting prostitutes from exploitative relationships. The impugned laws are not saved by s. 1.
Concluding that each of the challenged provisions violates the Charter does not mean that Parliament is
precluded from imposing limits on where and how prostitution may be conducted, as long as it does so in a way that
does not infringe the constitutional rights of prostitutes. The regulation of prostitution is a complex and delicate matter.
It will be for Parliament, should it choose to do so, to devise a new approach, reflecting different elements of the
existing regime. Considering all the interests at stake, the declaration of invalidity should be suspended for one year.
APPEALS and CROSS-APPEAL from a judgment of the Ontario Court of Appeal (Doherty, Rosenberg,
Feldman, MacPherson and Cronk JJ.A.), 2012 ONCA 186, 109 O.R. (3d) 1, 290 O.A.C. 236, 346 D.L.R. (4th) 385, 282
C.C.C. (3d) 1, 256 C.R.R. (2d) 143, 91 C.R. (6th) 257, [2012] O.J. No. 1296 (QL), 2012 CarswellOnt 3557, affirming
in part a decision of Himel J., 2010 ONSC 4264, 102 O.R. (3d) 321, 327 D.L.R. (4th) 52, 262 C.C.C. (3d) 129, 217
C.R.R. (2d) 1, 80 C.R. (6th) 256, [2010] O.J. No. 4057 (QL), 2010 CarswellOnt 7249. Appeals dismissed and
cross-appeal allowed.
Michael H. Morris, Nancy Dennison and Gail Sinclair, for the appellant/respondent on cross -appeal the
Attorney General of Canada.
Jamie C. Klukach, Christine Bartlett-Hughes and Megan Stephens, for the appellant/respondent on
cross-appeal the Attorney General of Ontario.
Alan N. Young, Marlys A. Edwardh and Daniel Sheppard, for the respondents/appellants on cross -appeal.
Sylvain Leboeuf and Julie Dassylva, for the intervener the Attorney General of Quebec.
Katrina E. Pacey, Joseph J. Arvay, Q.C., Elin R. S. Sigurdson, Lisa C. Glowacki and M. Kathleen Kinch, for
the interveners the Pivot Legal Society, the Downtown Eastside Sex Workers United Against Violence Society and the
PACE Society.
Written submissions only by Michael A. Feder and Tammy Shoranick , for the intervener the Secretariat of the
Joint United Nations Programme on HIV/AIDS.
Brent B. Olthuis, Megan Vis-Dunbar and Michael Sobkin, for the intervener the British Columbia Civil
Liberties Association.
Georgialee A. Lang and Donald Hutchinson, for the intervener the Evangelical Fellowship of Canada.
Jonathan A. Shime, Megan Schwartzentruber and Renée Lang, for the interveners the Canadian HIV/AIDS
Legal Network, the British Columbia Centre for Excellence in HIV/AIDS and the HIV & AIDS Legal Clinic Ontario.
Janine Benedet and Fay Faraday, for the interveners the Canadian Association of Sexual Assault Centres, the
Native Women’s Association of Canada, the Canadian Association of Elizabeth Fry Societies, Action ontarienne cont re
la violence faite aux femmes, Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle, Regroupement québécois des
Centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel and the Vancouver Rape Relief Society.
Robert W. Staley, Ranjan K. Agarwal and Amanda C. McLachlan, for the interveners the Christian Legal
Fellowship, the Catholic Civil Rights League and REAL Women of Canada.
- 2083 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Joseph J. Arvay, Q.C., and Cheryl Milne, for the intervener the David Asper Centre for Constitutional Rights.
Walid Hijazi, for the intervener the Simone de Beauvoir Institute.
Gwendoline Allison, for the intervener the AWCEP Asian Women for Equality Society, operating as Asian
Women Coalition Ending Prostitution.
Christa Big Canoe and Emily R. Hill, for the intervener Aboriginal Legal Services of Toronto Inc.
Solicitor for the appellant/respondent on cross-appeal the Attorney General of Canada: Attorney General of
Canada, Toronto.
Solicitor for the appellant/respondent on cross-appeal the Attorney General of Ontario: Attorney General of
Ontario, Toronto.
Solicitors for the respondents/appellants on cross-appeal: Osgoode Hall Law School of York University,
Toronto; Sack Goldblatt Mitchell, Toronto.
Solicitor for the intervener the Attorney General of Quebec: Attorney General of Quebec, Québec.
Solicitors for the interveners the Pivot Legal Society, the Downtown Eastside Sex Workers United Against
Violence Society and the PACE Society: Pivot Legal Society, Vancouver; Arvay Finlay, Vancouver; Janes Freedman
Kyle Law Corporation, Vancouver; Ratcliff & Company, North Vancouver; Harper Grey, Vancouver.
Solicitors for the intervener the Secretariat of the Joint United Nations Programme on HIV/AIDS: McCarthy
Tétrault, Vancouver.
Solicitors for the intervener the British Columbia Civil Liberties Association: Hunter Litigation Chambers,
Vancouver.
Solicitor for the intervener the Evangelical Fellowship of Canada: Evangelical Fellowship of Canada,
Ottawa.
Solicitors for the interveners the Canadian HIV/AIDS Legal Network, the British Columbia Centre for
Excellence in HIV/AIDS and the HIV & AIDS Legal Clinic Ontario: Cooper & Sandler, Toronto; HIV & AIDS Legal
Clinic Ontario, Toronto.
Solicitors for the interveners the Canadian Association of Sexual Assault Centres, the Native Women’s
Association of Canada, the Canadian Association of Elizabeth Fry Societies, Action ontarienne contre la violence faite
aux femmes, Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle, Regroupement québécois des C entres d’aide et de
lutte contre les agressions à caractère sexuel and the Vancouver Rape Relief Society: University of British Columbia,
Vancouver; Fay Faraday, Toronto.
Solicitors for the interveners the Christian Legal Fellowship, the Catholic Civil Rights League and REAL
Women of Canada: Bennett Jones, Toronto.
Solicitors for the intervener the David Asper Centre for Constitutional Rights: Arvay Finlay, Vancouver;
David Asper Centre for Constitutional Rights, Toronto.
Solicitors for the intervener the Simone de Beauvoir Institute: Desrosiers, Joncas, Massicotte, Montréal.
Solicitors for the intervener the AWCEP Asian Women for Equality Society, operating as Asian Women
Coalition Ending Prostitution: Foy Allison Law Group, West Vancouver.
- 2084 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Solicitor for the intervener Aboriginal Legal Services of Toronto Inc.: Aboriginal Legal Services of Toronto
Inc., Toronto.
________________________
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges LeBel, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver, Karakatsanis et
Wagner.
Droit constitutionnel — Charte des droits — Droit à la sécurité de la personne — Liberté d’expression —
Droit criminel — Prostitution — Maisons de débauche — Proxénétisme — Communiquer en public à des fins de
prostitution — Contestation par des prostituées des dispositions du Code criminel qui interdisent les maisons de
débauche, le proxénétisme et la communication en public à des fins de prostitution — Allégation selon laquelle ces
dispositions portent atteinte au droit à la sécurité de la personne garanti à l’art. 7 en empêchant les prostituées de
prendre des mesures susceptibles de les protéger contre la violence de certains clients — Allégation supplémentaire
suivant laquelle l’interdiction de communiquer en public porte atteint e à la liberté d’expression garantie aux
prostituées — Charte canadienne des droits et libertés, art. 1, 2b), 7 — Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C-46,
art. 197(1), 210, 212(1)j), 213(1)c).
Tribunaux — Décisions — Stare decisis — Norme de contrôle — Contestation par des prostituées des
dispositions du Code criminel qui interdisent les maisons de débauche, le proxénétisme et la communication en public
à des fins de prostitution — À quelles conditions un juge de première instance peut-il réexaminer les conclusions de la
Cour suprême du Canada dans le Renvoi sur la prostitution selon lesquelles les interdictions visant les maisons de
débauche et la communication sont valides — Degré de déférence que commandent les conclusions du juge de
première instance sur des faits sociaux ou législatifs.
B, L et S — trois prostituées ou ex-prostituées — ont sollicité un jugement déclarant que trois dispositions du
Code criminel, L.R.C. 1985, ch. C-46, qui criminalisent diverses activités liées à la prostitution, portent atteinte au droit
que leur garantit l’art. 7 de la Charte : l’art. 210 crée l’acte criminel de tenir une maison de débauche ou de s’y trouver;
l’al. 212(1)j) interdit de vivre des produits de la prostitution d’autrui; l’al. 213(1)c) interdit la communication en public
à des fins de prostitution. Elles font valoir que ces restrictions apportées à la prostitution compromettent la sécurité et
la vie des prostituées en ce qu’elles les empêchent de prendre certaines mesures de protection contre les actes de
violence, telles l’embauche d’un garde ou l’évaluation préalable du client. Elles ajoutent que l’al. 213(1)c) porte
atteinte à la liberté d’expression garantie à l’al. 2b) de la Charte et qu’aucune des dispositions n’est sauvegardée par
l’article premier.
La Cour supérieure de Justice de l’Ontario a fait droit à la demande et déclaré, sans effet suspensif, que
chacune des dispositions contestées du Code criminel porte atteinte à un droit ou à une liberté garantis par la Charte et
ne peut être sauvegardée par application de l’article premier. La Cour d’appel de l’Ontario a convenu de
l’inconstitutionnalité de l’art. 210 et radié le mot « prostitution » de la définition de « maison de débauche » applicable
à cette disposition, mais elle a suspendu l’effet de la déclaration d’invalidité pendant 12 mois. Elle a statué que
l’al. 212(1)j) constitue une atteinte injustifiable au droit garanti à l’art. 7 et ordonné d’interpréter la disposition de
manière que l’interdiction vise seulement les personnes qui vivent de la prostitution d’autrui « dans des situations
d’exploitation », comme si ces mots y étaient employés. Elle a par ailleurs estimé que l’interdiction de communiquer
prévue à l’al. 213(1)c) n’est attentatoire ni à la liberté garantie par l’al.2b), ni à au droit que consacre l’art. 7. Les
procureurs généraux se pourvoient contre la déclaration d’inconstitutionnalité de l’art. 210 et de l’al. 212(1)j) du Code.
B, L et S se pourvoient de manière incidente relativement à la constitutionnalité de l’al. 213(1)c) et à la mesure prise
pour remédier à l’inconstitutionnalité de l’art. 210.
Arrêt : Les pourvois sont rejetés, et le pourvoi incident est accueilli. L’article 210 et les al. 212(1)j) et
213(1)c) du Code criminel sont déclarés incompatibles avec la Charte. L’effet de la déclaration d’invalidité est
suspendu pendant un an.
Les trois dispositions contestées, qui visent principalement à empêcher les nuisances publiques et
l’exploitation des prostituées, ne résistent pas au contrôle constitutionnel. Elles portent atteinte au droit à la sécurité de
la personne que l’art. 7 garantit aux prostituées, et ce, d’une manière non conforme aux principes de justice
fondamentale. Point n’est besoin de déterminer si notre Cour devrait rompre avec la conclusion qu’elle a tirée dans le
- 2085 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Renvoi sur la prostitution, à savoir que l’al. 213(1)c) ne porte pas atteinte à la liberté garantie à l’al. 2b), ou la
réexaminer, puisqu’il est possible de trancher en l’espèce sur le fondement du seul art. 7.
La règle du stare decisis issue de la common law est subordonnée à la Constitution et ne saurait avoir pour
effet d’obliger un tribunal à valider une loi inconstitutionnelle. Une juridiction inférieure ne peut to utefois pas faire
abstraction d’un précédent qui fait autorité, et la barre est haute lorsqu’il s’agit d’en justifier le réexamen. Les
conditions sont réunies lorsqu’une nouvelle question de droit se pose ou qu’il y a modification importante de la
situation ou de la preuve. En l’espèce, la juge de première instance pouvait trancher la question nouvelle de savoir si
les dispositions en cause portent atteinte ou non au droit à la sécurité de la personne garanti à l’art. 7 car, dans le Renvoi
sur la prostitution, les juges majoritaires de la Cour statuent uniquement en fonction du droit à la liberté physique de la
personne garanti par l’art. 7. Qui plus est, dans le Renvoi sur la prostitution, les principes de justice fondamentale sont
examinés sous l’angle de l’imprécision de la criminalisation indirecte et de l’acceptabilité de celle-ci. En l’espèce, ce
sont le caractère arbitraire, la portée trop grande et le caractère totalement disproportionné qui sont allégués, des notions
qui ont en grande partie vu le jour au cours des vingt dernières années. La juge de première instance n’était cependant
pas admise à trancher la question de savoir si la disposition sur la communication constitue une limitation justifiée de la
liberté d’expression. Notre Cour s’était prononcée sur ce point dans le Renvoi sur la prostitution, et la juge était liée
par cette décision.
Les conclusions tirées en première instance sur des faits sociaux ou législatifs commandent la déférence. La
norme de contrôle applicable aux conclusions de fait — qu’elles portent sur les faits en litige, des faits sociaux ou des
faits législatifs — demeure celle de l’erreur manifeste et dominante.
Les dispositions contestées ont un effet préjudiciable sur la sécurité des prostituées et mettent donc en jeu le
droit garanti à l’art. 7. La norme qui convient est celle du « lien de causalité suffisant », appliquée avec souplesse, celle
retenue à juste titre par la juge de première instance. Les interdictions augmentent toutes les risques auxquels
s’exposent les demanderesses lorsqu’elles se livrent à la prostitution, une activité qui est en soi légale. Elles ne font pas
qu’encadrer la pratique de la prostitution. Elles franchissent un pas supplémentaire déterminant par l’imposition de
conditions dangereuses à la pratique de la prostitution : elles empêchent des personnes qui se livrent à une activité
risquée, mais légale, de prendre des mesures pour assurer leur propre protection. Le lien de causalité n’est pas rendu
inexistant par les actes de tiers (clients et proxénètes) ou le prétendu choix des intéressées de se prostituer. Bien que
certaines prostituées puissent correspondre au profil de celle qui choisit librement de se livrer à l’activité économique
risquée qu’est la prostitution (ou qui a un jour fait ce choix), de nombreuses prostituées n’ont pas vraiment d’autre
solution que la prostitution. De plus, le fait que le comportement des proxénètes et des clients soit la source immédiate
des préjudices subis par les prostituées ne change rien. La violence d’un client ne diminue en rien la responsabilité de
l’État qui rend une prostituée plus vulnérable à cette violence.
Les demanderesses ont également établi que l’atteinte à leur droit à la sécurité n’est pas conforme aux
principes de justice fondamentale, lesquels sont censés intégrer les valeurs fondamentales qui sous -tendent notre ordre
constitutionnel. Dans la présente affaire, les valeurs fondamentales qui nous intéressent s’opposent à l’arbitraire
(absence de lien entre l’effet de la loi et son objet), à la portée excessive (la disposition va trop loin et empiète sur
quelque comportement sans lien avec son objectif) et à la disproportion totale (l’effet de la disposition est totalement
disproportionné à l’objectif de l’État). Il s’agit de trois notions distinctes, mais la portée excessive est liée au caractère
arbitraire en ce que l’absence de lien entre l’effet de la disposition et son objectif est commune aux deux. Les trois
notions supposent de comparer l’atteinte aux droits qui découle de la loi avec l’objectif de la loi, et non avec son
efficacité; elles ne s’intéressent pas à la réalisation de l’objectif législatif ou au pourcentage de la population qui
bénéficie de l’application de la loi ou qui en pâtit. L’analyse se veut qualitat ive, et non quantitative. La question que
commande l’art. 7 est celle de savoir si une disposition législative intrinsèquement mauvaise prive qui que ce soit du
droit à la vie, à la liberté ou à la sécurité de sa personne; un effet totalement disproportio nné, excessif ou arbitraire sur
une seule personne suffit pour établir l’atteinte au droit garanti à l’art. 7.
Si l’on applique ces notions aux dispositions contestées, l’effet préjudiciable de l’interdiction des maisons de
débauche (art. 210) sur le droit à la sécurité des demanderesses est totalement disproportionné à l’objectif de prévenir
les nuisances publiques. Les préjudices subis par les prostituées selon les juridictions inférieures (p. ex. le fait de ne
pouvoir travailler dans un lieu fixe, sûr et situé à l’intérieur, ni avoir recours à un refuge sûr) sont totalement
disproportionnés à l’objectif de réprimer le désordre public. Le législateur a le pouvoir de réprimer les nuisances, mais
- 2086 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
pas au prix de la santé, de la sécurité et de la vie des prostituées. L’interdiction faite à l’al. 212(1)j) de vivre des
produits de la prostitution d’autrui vise à réprimer le proxénétisme, ainsi que le parasitisme et l’exploitation qui y sont
associés. Or, la disposition vise toute personne qui vit des produits de la prostitution d’autrui sans établir de distinction
entre celui qui exploite une prostituée et celui qui peut accroître la sécurité d’une prostituée (tel le chauffeur, le gérant
ou le garde du corps véritable). La disposition vise également toute p ersonne qui fait affaire avec une prostituée, y
compris un comptable ou un réceptionniste. Certains actes sans aucun rapport avec l’objectif de prévenir l’exploitation
des prostituées tombent ainsi sous le coup de la loi. La disposition sur le proxénétis me a donc une portée excessive.
L’alinéa 213(1)c), qui interdit la communication, vise non pas à éliminer la prostitution dans la rue comme telle, mais
bien à sortir la prostitution de la rue et à la soustraire au regard du public afin d’empêcher les nuis ances susceptibles
d’en découler. Son effet préjudiciable sur le droit à la sécurité et à la vie des prostituées de la rue, du fait que ces
dernières sont empêchées de communiquer avec leurs clients éventuels afin de déterminer s’ils sont intoxiqués ou
enclins à la violence, est totalement disproportionné au risque de nuisance causée par la prostitution de la rue.
Même si les procureurs généraux ne prétendent pas sérieusement que, si elles sont jugées contraires à l’art. 7,
les dispositions en cause peuvent être justifiées en vertu de l’article premier de la Charte, certaines des thèses qu’ils
défendent en fonction de l’art. 7 sont reprises à juste titre à cette étape de l’analyse. En particulier, ils tentent de
justifier la disposition sur le proxénétisme par la nécessité d’un libellé général afin que tombent sous le coup de son
application toutes les relations empreintes d’exploitation. Or, la disposition vise non seulement le chauffeur ou le garde
du corps, qui peut en réalité être un proxénète, mais au ssi la personne qui entretient avec la prostituée des rapports
manifestement dénués d’exploitation (p. ex. un réceptionniste ou un comptable). La disposition n’équivaut donc pas à
une atteinte minimale. Pour les besoins du dernier volet de l’analyse fondé e sur l’article premier, son effet bénéfique —
protéger les prostituées contre l’exploitation — ne l’emporte pas non plus sur son effet qui empêche les prostituées de
prendre des mesures pour accroître leur sécurité et, peut-être, leur sauver la vie. Les dispositions contestées ne sont pas
sauvegardées par application de l’article premier.
La conclusion que les dispositions contestées portent atteinte à des droits garantis par la Charte ne dépouille
pas le législateur du pouvoir de décider des lieux et des modalités de la prostitution, à condition qu’il exerce ce pouvoir
sans porter atteinte aux droits constitutionnels des prostituées. L’encadrement de la prostitution est un sujet complexe
et délicat. Il appartiendra au législateur, s’il le juge opportun , de concevoir une nouvelle approche qui intègre les
différents éléments du régime actuel. Au vu de l’ensemble des intérêts en jeu, il convient de suspendre l’effet de la
déclaration d’invalidité pendant un an.
POURVOIS et POURVOI INCIDENT contre un arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario (les juges Doherty,
Rosenberg, Feldman, MacPherson et Cronk), 2012 ONCA 186, 109 O.R. (3d) 1, 290 O.A.C. 236, 346 D.L.R. (4th) 385,
282 C.C.C. (3d) 1, 256 C.R.R. (2d) 143, 91 C.R. (6th) 257, [2012] O.J. No. 1296 (QL), 2012 CarswellOnt 3557, qui a
confirmé en partie une décision de la juge Himel, 2010 ONSC 4264, 102 O.R. (3d) 321, 327 D.L.R. (4th) 52, 262
C.C.C. (3d) 129, 217 C.R.R. (2d) 1, 80 C.R. (6th) 256, [2010] O.J. No. 4057 (QL), 2010 CarswellOnt 7249. Pourvois
rejetés et pourvoi incident accueilli.
Michael H. Morris, Nancy Dennison et Gail Sinclair, pour l’appelant/intimé au pourvoi incident le procureur
général du Canada.
Jamie C. Klukach, Christine Bartlett-Hughes et Megan Stephens, pour l’appelant/intimé au pourvoi incident le
procureur général de l’Ontario.
Alan N. Young, Marlys A. Edwardh et Daniel Sheppard, pour les intimées/appelantes au pourvoi incident.
Sylvain Leboeuf et Julie Dassylva, pour l’intervenant le procureur général du Québec.
Katrina E. Pacey, Joseph J. Arvay, c.r., Elin R. S. Sigurdson, Lisa C. Glowacki et M. Kathleen Kinch, pour les
intervenantes Pivot Legal Society, Downtown Eastside Sex Workers United Against Violence Society et PACE
Society.
Argumentation écrite seulement par Michael A. Feder et Tammy Shoranick , pour l’intervenant le Secrétariat
du Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida.
- 2087 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Brent B. Olthuis, Megan Vis-Dunbar et Michael Sobkin, pour l’intervenante l’Association des libertés civiles
de la Colombie-Britannique.
Georgialee A. Lang et Donald Hutchinson, pour l’intervenante l’Alliance évangélique du Canada.
Jonathan A. Shime, Megan Schwartzentruber et Renée Lang, pour les intervenants le Réseau juridique
canadien VIH/sida, British Columbia Centre for Excellence in HIV/AIDS et HIV & AIDS Legal Clinic Ontario.
Janine Benedet et Fay Faraday, pour les intervenants l’Association canadienne des centres contre les
agressions à caractère sexuel, l’Association des femmes autochtones du Canada, l’Association canadienne des Sociétés
Elizabeth Fry, l’Action ontarienne contre la violence faite aux femmes, la Concertation des luttes contre l’exploitation
sexuelle, le Regroupement québécois des Centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel et
Vancouver Rape Relief Society.
Robert W. Staley, Ranjan K. Agarwal et Amanda C. McLachlan, pour les intervenantes l’Alliance des chrétiens
en droit, la Ligue catholique des droits de l’homme et REAL Women of Canada.
Joseph J. Arvay, c.r., et Cheryl Milne, pour l’intervenant David Asper Centre for Constitutional Rights.
Walid Hijazi, pour l’intervenant l’Institut Simone de Beauvoir.
Gwendoline Allison, pour l’intervenante AWCEP Asian Women for Equality Society, exerçant ses activités
sous le nom Asian Women Coalition Ending Prostitution.
Christa Big Canoe et Emily R. Hill, pour l’intervenante Aboriginal Legal Services of Toronto Inc.
Procureur de l’appelant/intimé au pourvoi incident le procureur général du Canada : Procureur général du
Canada, Toronto.
Procureur de l’appelant/intimé au pourvoi incident le procureur général de l’Ontario : Procureur général de
l’Ontario, Toronto.
Procureurs des intimées/appelantes au pourvoi incident : Osgoode Hall Law School of York University,
Toronto; Sack Goldblatt Mitchell, Toronto.
Procureur de l’intervenant le procureur général du Québec : Procureur général du Québec, Québec.
Procureurs des intervenantes Pivot Legal Society, Downtown Eastside Sex Workers United Against Violence
Society et PACE Society : Pivot Legal Society, Vancouver; Arvay Finlay, Vancouver; Janes Freedman Kyle Law
Corporation, Vancouver; Ratcliff & Company, North Vancouver; Harper Grey, Vancouver.
Procureurs de l’intervenant le Secrétariat du Programme commun des Nations Unies su r le
VIH/sida : McCarthy Tétrault, Vancouver.
Procureurs de l’intervenante l’Association des libertés civiles de la Colombie -Britannique : Hunter Litigation
Chambers, Vancouver.
Procureur de l’intervenante l’Alliance évangélique du Canada : Alliance évangélique du Canada, Ottawa.
Procureurs des intervenants le Réseau juridique canadien VIH/sida, British Columbia Centre for Excellence
in HIV/AIDS et HIV & AIDS Legal Clinic Ontario : Cooper & Sandler, Toronto; HIV & AIDS Legal Clinic Ontario,
Toronto.
- 2088 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Procureurs des intervenants l’Association canadienne des centres contre les agressions à caractère sexuel,
l’Association des femmes autochtones du Canada, l’Association canadienne des Sociétés Elizabeth Fry, l’Action
ontarienne contre la violence faite aux femmes, la Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle, le
Regroupement québécois des Centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel et Vancouver Rape
Relief Society : University of British Columbia, Vancouver; Fay Faraday, Toronto.
Procureurs des intervenantes l’Alliance des chrétiens en droit, la Ligue catholique des droits de l’homme et
REAL Women of Canada : Bennett Jones, Toronto.
Procureurs de l’intervenant David Asper Centre for Constitutional Rights : Arvay Finlay, Vancouver; David
Asper Centre for Constitutional Rights, Toronto.
Procureurs de l’intervenant l’Institut Simone de Beauvoir : Desrosiers, Joncas, Massicotte, Montréal.
Procureurs de l’intervenante AWCEP Asian Women for Equality Society, exerçant ses activités sous le nom
Asian Women Coalition Ending Prostitution : Foy Allison Law Group, West Vancouver.
Procureur de l’intervenante Aboriginal Legal Services of Toronto Inc. : Aboriginal Legal Services of Toronto
Inc., Toronto.
- 2089 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Cinar Corporation et al. v. Claude Robinson et al. (Que.) (34466)
Ronald A. Weinberg et autre c. Claude Robinson et autre (Qc) (34467)
Christophe Izard et autre c. Claude Robinson et autre (Qc) (34468)
Claude Robinson et autre c. France Animation S.A. et autres (Qc) (34469)
Indexed as: Cinar Corporation v. Robinson / Répertorié : Cinar Corporation c. Robinson
Neutral citation: 2013 SCC 73 / Référence neutre : 2013 CSC 73
Hearing: February 13, 2013 / Judgment: December 23, 2013
Audition : Le 13 février 2013 / Jugement : Le 23 décembre 2013
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges LeBel, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell et Moldaver.
Propriété intellectuelle — Droit d’auteur — Violation — Reproduction d’une partie importante d’une œuvre
originale — Le juge de première instance a-t-il omis de suivre la démarche appropriée pour déterminer si une « partie
importante » d’une œuvre avait été reproduite? — Le juge de première instance a-t-il omis d’accorder suffisamment de
poids aux différences entre les œuvres en cause? — Le juge de première instance a-t-il commis une erreur en concluant
que les éléments de l’œuvre originale sont protégés par la Loi sur le droit d’auteur? — Le juge de première instance
a-t-il commis une erreur en se fondant sur une preuve d’expert inadmissible?
Propriété intellectuelle — Droit d’auteur — Violation — Dommages-intérêts — Quantum — Restitution des
profits — La Cour d’appel a-t-elle commis une erreur en modifiant l’évaluation des profits faite par le juge de première
instance? — La responsabilité quant à la restitution des profits peut -elle être solidaire? — Le plafond fixé dans la
trilogie Andrews s’applique-t-il aux dommages-intérêts non pécuniaires ne découlant pas d’un préjudice corporel? —
La Cour d’appel a-t-elle commis une erreur en modifiant le montant des dommages-intérêts punitifs établi par le juge
de première instance? — Des dommages-intérêts punitifs peuvent-ils être octroyés sur une base solidaire? — Loi sur le
droit d’auteur, L.R.C. 1985, ch. C-42, art. 35 — Code civil du Québec, L.Q. 1991, ch. 64, art. 1621 — Charte des droits
et libertés de la personne, L.R.Q., ch. C-12, art. 49.
R a passé des années à créer une série télévisée éducative pour enfants, Les aventures de Robinson Curiosité
(« Curiosité »). Pour ce faire, il s’est inspiré du roman Robinson Crusoé de Daniel Defoe, ainsi que de son propre vécu.
Il a créé des personnages, dessiné des croquis détaillés, élaboré des story-boards, écrit des scénarios ainsi que des
synopsis et conçu du matériel promotionnel pour son projet Curiosité.
De 1985 à 1987, R et son entreprise, Les Productions Nilem inc. (« Nilem »), ont entrepris plusieurs
démarches dans le but de faire avancer le projet Curiosité. Ce faisant, R a donné une copie de l’oeuvre Curiosity aux
administrateurs et dirigeants de Corporation Cinar (« Cinar »), W et C. Pendant la même période, une présentation du
projet Curiosité a été faite à I, un créateur français de séries télévisées pour enfants. Malgré les efforts de R et de ses
partenaires, le projet n’a pas attiré d’investisseurs et a stagné.
R a mis son projet de côté, sans pour autant l’oublier. Le 8 septembre 1995, il a regardé à la télévision le
premier épisode d’une nouvelle série pour enfants : Robinson Sucroë (« Sucroë »). Il a constaté avec stupéfaction que
Sucroë était, à ses yeux, manifestement une copie de Curiosité. R a par la suite appris que plusieurs parties ayant eu
accès au projet Curiosité, à savoir Cinar, W, C et I, avaient aussi participé à la production de Sucroë.
R et Nilem ont intenté une action pour violation du droit d’auteur contre Cinar, W, C et I de même que contre
plusieurs coproducteurs et distributeurs de Sucroë.
Le juge de première instance a conclu que l’œuvre Curiosité de R était une œuvre originale protégée par le
droit d’auteur, que les créateurs de Sucroë avaient copié Curiosité et que les caractéristiques reprises dans Sucroë
constituaient une partie importante de Curiosité. Il a jugé que Cinar, W, C, I, France Animation S.A., Ravensburger
Film + TV GmbH et RTV Family Entertainment AG (désignés collectivement les « appelants Cinar ») étaient
responsables pour la violation du droit d’auteur. Il a également tenu D, le président -directeur général de France
Animation à l’époque pertinente, personnellement responsable de la violation. Enfin, le juge de première instance a
conclu que Cinar, W et C étaient responsables sur le plan extracontractuel, envers R et Nilem, du manquement à leurs
obligations de bonne foi et de loyauté.
- 2090 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Le juge de première instance a condamné les défendeurs à pay er 5 224 293 $ solidairement à titre de
dommages-intérêts et d’honoraires extrajudiciaires.
De ce montant, 607 489 $ ont été octroyés à titre de
dommages-intérêts compensatoires pour les pertes pécuniaires subies par R par suite de la violation du droit d ’auteur,
1 716 804 $ pour la restitution des profits générés par suite de la contrefaçon, 400 000 $ pour le préjudice
psychologique subi par R, 1 000 000 $ à titre de dommages-intérêts punitifs et 1 500 000 $ à titre d’honoraires
extrajudiciaires.
La Cour d’appel a en outre confirmé les conclusions du juge de première instance sur la violation du droit
d’auteur. Elle a également confirmé ses conclusions sur la responsabilité personnelle à l’égard de la violation du droit
d’auteur, sauf en ce qui concerne D, contre qui, à son avis, la preuve était insuffisante.
La Cour d’appel a confirmé l’octroi par le juge de première instance de dommages -intérêts compensatoires
pour les pertes pécuniaires subies par R, sous réserve d’une correction mathématique mineure. Elle a rejeté
l’ordonnance du juge de première instance selon laquelle W, C et I étaient tenus de restituer les profits parce que ce sont
des sociétés qui les avaient réalisés, et elle a ordonné la restitution des profits en question sur une base conjo inte plutôt
que solidaire. La Cour d’appel a aussi exclu des sommes qui avaient été incluses à tort par le juge de première instance
dans le calcul des profits, réduisant ainsi le montant des profits à restituer.
La Cour d’appel a conclu que le plafond fixé dans la trilogie Andrews s’appliquait à l’octroi de
dommages-intérêts pour le préjudice psychologique subi et a réduit ces derniers à 121 350 $, ce qui représente 50 pour
cent du plafond à la date de l’assignation.
En outre, la Cour d’appel a réduit les dommages-intérêts punitifs de 1 000 000 $ à 250 000 $ au motif que les
dommages-intérêts punitifs au Québec doivent être octroyés avec modération. Elle a conclu que ces dommages -intérêts
ne pouvaient être octroyés sur une base solidaire. Enfin, elle a condamné Cinar à verser 100 000 $ en
dommages-intérêts punitifs, puis W, C et I à en verser 50 000 $ chacun. Elle a aussi confirmé la décision du juge de
première instance d’accorder 1 500 000 $ en honoraires extrajudiciaires, mais a refusé d’en accorder pour l’appel.
Quatre appels ont été interjetés contre la décision de la Cour d’appel (dans les dossiers 34466, 34467, 34468 et
34469). Les appelants Cinar contestent la conclusion de responsabilité pour la violation du droit d’auteur (dans les
dossiers 34466, 34467 et 34468). R et Nilem interjettent appel de la décision de la Cour d’appel quant à la réduction
des dommages-intérêts et la restitution des profits (dans le dossier 34469).
Arrêt : Les pourvois interjetés dans les dossiers 34466, 34467 et 34468 sont rejetés, et le pourvoi dans le
dossier 34469 est accueilli en partie.
La nécessité d’établir un juste équilibre entre, d’une part, la protection du talent et du jugement qu’ont exercé
les auteurs dans l’expression de leurs idées et, d’autre part, le fait de laisser des idées et des éléments relever du
domaine public afin que tous puissent s’en inspirer forme le contexte en fonction duquel il faut examiner les arguments
des parties.
En l’espèce, le juge de première instance a conclu que les appelants Cinar avaient reproduit un certain nombre
de caractéristiques de l’œuvre Curiosité de R, et que, prises dans leur ensemble, les caractéristiques reproduites
constituaient une partie importante de l’œuvre de R. Les appelants Cinar prétendent qu’au lieu d’employer une
démarche globale, le juge aurait dû adopter une démarche en trois étapes l’obligeant (1) à déterminer quels éléments de
Curiosité sont « originaux », au sens de la Loi sur le droit d’auteur; (2) à exclure les caractéristiques de l’œuvre de R
qui ne peuvent être protégées (comme les idées, les éléments qui relèvent du domaine public et les éléments génériques
qui se retrouvent couramment dans les séries télévisées pour enfants); et (3) à comparer Sucroë avec ce qui serait resté
de Curiosité après ce processus d’élimination puis à juger si une partie importante de cette dernière avait été reproduite.
En général, il importe de ne pas analyser l’importance des caractéristiques reproduites en les examinant
chacune isolément. Si elle était retenue, l’approche proposée par les appelants Cinar risquerait de mener à la dissection
de l’œuvre de R en ses éléments constitutifs. L’« abstraction » qui consisterait à réduire l’œuvre de R à l’essence même
de ce qui la rend originale et l’exclusion des éléments non susceptibles d’être protégés dès le début de l’analyse aurait
pour effet d’empêcher le juge d’effectuer une évaluation réellement globale. Cette approche mettrait indûment l’accent
- 2091 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
sur la question de savoir si chacune des parties de l’œuvre de R, prise individuellement, est originale et protégée par la
législation sur le droit d’auteur. Il faut plutôt examiner l’effet cumulatif des caractéristiques reproduites de l’œuvre afin
de décider si elles constituent une partie importante du talent et du jugement dont a fait preuve R dans l’ensemble de
son œuvre. Le juge de première instance n’a donc pas commis d’erreur en omettant de suivre la démarche en trois
étapes préconisée par les appelants Cinar.
De même, le juge de première instance n’a pas commis d’erreur en procédant à une évaluation qualitative et
globale des similitudes entre les œuvres en tenant compte des ressemblances et des différences pertinentes. Pour
décider si une partie importante de l’œuvre a été reproduite, il faut s’attacher à déterminer si les caractéristiques reprise s
constituent une partie importante de l’œuvre du demandeur, et non de celle du défendeur. Le fait de modifier certaines
caractéristiques reproduites ou de les intégrer dans une œuvre qui est considérablement différente de celle du
demandeur n’a pas nécessairement pour effet d’écarter la prétention selon laquelle une partie importante d’une œuvre a
été reproduite.
En fait, les appelants Cinar contestent essentiellement des conclusions mixtes de fait et de droit que le juge de
première instance a tirées dans ses motifs. Ils invitent la Cour à procéder à une nouvelle évalua tion des caractéristiques
reproduites de Curiosité. Cependant, ils n’ont pas prouvé que les conclusions du juge de première instance relatives à
l’importance de la partie reproduite de l’œuvre sont entachées d’erreurs manifestes ou dominantes .
Les appelants Cinar soutiennent également que le juge de première instance a fondé la majeure partie de ses
conclusions relatives à la reproduction d’une partie importante de l’œuvre sur le témoignage inadmissible d’un expert.
Pour que la preuve d’expert soit admise au procès, elle doit a) être pertinente; b) se révéler nécessaire pour aider le juge
des faits; c) ne pas contrevenir à une règle d’exclusion; et d) être présentée par un expert suffisamment qualifié. Ces
critères s’appliquent tant aux procès pour violation du droit d’auteur qu’aux autres affaires de propriété intellectuelle.
Les appelants Cinar soutiennent que, en l’espèce, il n’a pas été satisfait au deuxième critère — la nécessité de
la preuve. Selon eux, la preuve d’expert n’était pas nécessaire pour aider la cour parce que la question de savoir si une
partie importante d’une œuvre a été reproduite doit être évaluée du point de vue du profane faisant partie de l’auditoire
visé par les œuvres en question.
Il est utile de connaître le point de vue du profane faisant partie de l’auditoire visé par les œuvres en question.
La connaissance de ce point de vue présente un avantage, soit que l’analyse des similitudes demeure concrète et fondée
sur les œuvres elles-mêmes plutôt que sur des théories ésotériques à propos des œuvres. Cependant, la question reste
celle de savoir si une partie importante de l’œuvre du demandeur a été reproduite et il faut répondre à cette question du
point de vue d’une personne dont le jugement et les connaissances lui permett ent d’évaluer et d’apprécier pleinement
tous les aspects pertinents — apparents ou latents — des œuvres en question. Dans certains cas, il peut être nécessaire
de ne pas s’en tenir au point de vue d’un profane faisant partie de l’auditoire visé par l’œuvre et de demander à un
expert d’éclairer le juge de première instance de manière à ce que celui-ci soit en mesure de poser sur les œuvres le
regard d’une personne raisonnablement versée dans l’art ou la technologie en cause. En l’espèce, il a été satisfait au
critère de nécessité du test applicable pour juger de l’admissibilité d’un témoignage d’expert.
En ce qui concerne les dommages -intérêts, R et Nilem demandent notamment le rétablissement de la
restitution des profits ordonnée par le juge de première instance. Relativement aux profits provenant de la trame sonore
de Sucroë, ils prétendent qu’il existe un lien de causalité entre la contrefaçon et ces profits, et que le juge de première
instance a donc inclus ceux-ci à bon droit dans la restitution accordée. La répartition des profits entre les composantes
d’une œuvre qui violent le droit d’auteur et celles qui ne le violent pas est essentiellement une décision factuelle qui
relève du pouvoir discrétionnaire du tribunal. La cour d’appel ne peut modifie r les conclusions du juge de première
instance sur la répartition des profits que si ce dernier a commis une erreur de droit ou une erreur de fait manifeste et
dominante. Le juge de première instance n’a pas commis une erreur susceptible de révision en co ncluant qu’il était
inopportun de répartir les profits attribuables à la trame sonore en considérant celle -ci comme une composante de
l’œuvre ne violant pas le droit d’auteur. La Cour d’appel a donc commis une erreur en modifiant la conclusion du juge
de première instance à cet égard.
Quant au fait que le juge de première instance a qualifié de revenu la somme versée par Ravensburger Film +
TV GmbH à France Animation S.A., la Cour d’appel a eu raison d’affirmer qu’il s’agit là d’une erreur manifeste et
- 2092 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
dominante et que cette somme devrait être soustraite des revenus pris en considération dans le calcul des profits générés
par Sucroë. Toutefois, le juge de première instance n’a pas commis d’erreur en qualifiant de revenu la somme due par
Cinar à une société de personnes nommée Jaffa Road, et il n’y a pas lieu de soustraire cette somme à titre de dépense du
calcul des profits provenant de Sucroë.
S’agissant de la responsabilité relativement à la restitution des profits sous le régime de la Loi sur le droit
d’auteur, la Cour d’appel a conclu à bon droit que le juge de première instance avait commis une erreur en condamnant
tous les contrefacteurs à restituer solidairement les profits. L’article 35 de la Loi sur le droit d’auteur offre deux
remèdes pour la violation du droit d’auteur : des dommages-intérêts pour les pertes subies par le demandeur et la
restitution des profits réalisés par le défendeur. La raison d’être de cette restitution n’est pas d’indemniser le
demandeur et elle n’est pas assujettie aux principes qui régissent les dommages -intérêts généraux octroyés en vertu du
droit québécois de la responsabilité extracontractuelle, qui visent un but compensatoire. La restitution des profits
prévue à l’art. 35 de la Loi sur le droit d’auteur se limite à ce qui est nécessaire pour empêcher chaque défendeur de
conserver des gains illicites. On ne saurait donc tenir un défendeur responsable des gains des codéfendeurs en lui
imposant l’obligation de restituer solidairement les profits. Pour les mêmes rais ons, W, C et I ne sont pas
personnellement dans l’obligation de restituer les profits. En outre, il y a lieu de maintenir la répartition fixée par la
Cour d’appel quant à la restitution des profits.
En ce qui concerne les dommages -intérêts non pécuniaires, et plus particulièrement la question de savoir s’il
convient d’appliquer le plafond fixé dans la trilogie Andrews en l’espèce, il est conclu qu’il n’y a pas lieu d’étendre
l’application de ce plafond au-delà des dommages-intérêts non pécuniaires découlant d’un préjudice corporel. De plus,
on ne peut pas dire que le préjudice non pécuniaire subi par R découle d’un préjudice corporel au sens de l’art. 1607
Code civil du Québec. Il convient davantage de qualifier les souffrances psychologiques subies par R de préjudice non
pécuniaire découlant d’un préjudice matériel. De fait, la violation du droit d’auteur constituait une violation des droits
de propriété de R. C’est la violation initiale, plutôt que les conséquences de cette violation, qui sert de fon dement pour
décider du type de préjudice subi. La Cour d’appel a donc commis une erreur en appliquant le plafond fixé dans la
trilogie Andrews en l’espèce.
Lorsqu’il s’agit de déterminer le montant des dommages -intérêts à accorder pour le préjudice subi en l’espèce,
le juge de première instance a eu raison d’affirmer que le préjudice non pécuniaire de R est semblable à celui invoqué
par une victime de diffamation. Le juge de première instance a eu l’occasion d’observer R en salle d’audience sur une
longue période et il était bien placé pour procéder à une évaluation personnalisée de son préjudice non pécuniaire. Il
n’a commis aucune erreur manifeste et dominante dans son évaluation des dommages -intérêts non pécuniaires.
En ce qui concerne les dommages-intérêts punitifs, ils ne peuvent être attribués sur une base solidaire. La
Cour a reconnu l’autonomie du régime de dommages -intérêts punitifs de la Charte par rapport au régime de
responsabilité civile extracontractuelle établi dans le Code civil du Québec. L’article 1526 Code civil du Québec
s’applique à la faute extracontractuelle qui entraîne un préjudice et ne peut servir de fondement à la solidarité des
dommages-intérêts punitifs attribués en vertu de la Charte. De plus, l’attribution des dommages-intérêts sur une base
solidaire serait incompatible avec les principes énoncés à l’art. 1621 Code civil du Québec, qui impose expressément la
prise en compte des objectifs des dommages -intérêts punitifs — la prévention, la dissuasion (particulière et générale) et
la dénonciation des actes qui sont particulièrement répréhensibles dans l’opinion de la justice. Les objectifs des
dommages-intérêts punitifs et les facteurs pertinents pour les apprécier donnent à penser que ces dommages -intérêts
doivent être adaptés à chaque défendeur condamné à les payer, ce qui milite contre leur attribution sur une base
solidaire.
Par ailleurs, la Cour d’appel a eu raison de réévaluer le montant des dommages -intérêts punitifs, mais elle n’a
pas accordé suffisamment d’importance à la gravité du comportement en l’espèce. En effet, Cinar, W, C et I ont
constamment nié avoir eu accès à l’œuvre de R et décrié avec mépris les allégations de R selon lesquelles ils avaient
reproduit son œuvre. Les conséquences de ce comportemen t pour R sont tout aussi graves. Ce dernier a non seulement
été privé d’une source de revenus, mais aussi de son sentiment de paternité et de contrôle sur un projet auquel il
attribuait une valeur presque indicible. Cela dit, les dommages -intérêts punitifs doivent être accordés avec retenue.
L’article 1621 du Code civil du Québec prévoit expressément que les dommages -intérêts punitifs « ne peuvent pas
excéder, en valeur, ce qui est suffisant pour assurer leur fonction préventive ». Le montant de 500 000 $ atteint un juste
équilibre entre, d’une part, le principe de modération qui régit ces dommages -intérêts et, d’autre part, la nécessité de
- 2093 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
décourager un comportement de cette gravité. La Cour d’appel a condamné Cinar à payer les deux cinquièmes des
dommages-intérêts punitifs, et W, C et I, à en payer un cinquième chacun, ce qui représente une répartition raisonnable
dans les circonstances.
POURVOIS contre un arrêt de la Cour d’appel du Québec (les juges Thibault, Morin et Doyon), 2011 QCCA
1361, [2011] R.J.Q. 1415, 108 C.P.R. (4th) 165, [2011] J.Q. n o 9469 (QL), 2011 CarswellQue 7652, SOQUIJ
AZ-50771854, qui a infirmé une décision du juge Auclair, 2009 QCCS 3793, [2009] R.J.Q. 2261, 83 C.P.R. (4th) 1,
[2009] R.R.A. 1135, [2009] J.Q. n o 8395 (QL), 2009 CarswellQue 8380, SOQUIJ AZ-50572488. Pourvois dans les
dossiers 34466, 34467 et 34468 rejetés. Pourvoi dans le dossier 34469 accueilli en partie.
William Brock et Cara Cameron, pour les appelantes (34466)/intimées (34469) Cinar Corporation et Les Films
Cinar inc. et pour l’intimée (34469) 3918203 Canada Inc.
Guy Régimbald, Normand Tamaro, Gilles M. Daigle et Marie-Catherine Deschênes, pour les intimés (34466,
34467, 34468)/appelants (34469) Claude Robinson et Les Productions Nilem inc.
Pierre Y. Lefebvre et Alain Y. Dussault, pour les appelants (34468)/intimés (34469) Christophe Izard, France
Animation S.A., Ravensburger Film + TV GmbH et RTV Family Entertainment AG et pour l’intimée (34469) Videal
Gesellschaft Zur Hertellung Von Audiovisuellen Produkten MHB.
Guy J. Pratte, Daniel Urbas et Marc-André Grou, pour l’intimé (34469) Christian Davin.
Raynold Langlois, c.r., Dimitri Maniatis, Jean-Patrick Dallaire et Fabrice Vil, pour les appelants
(34467)/intimés (34469) Ronald A. Weinberg et Ronald A. Weinberg, ès qualités d’unique liquidateur de la succession
de feu Micheline Charest.
Barry B. Sookman et Daniel G. C. Glover, pour l’intervenante Music Canada.
Procureurs des appelantes (34466)/intimées (34469) Cinar Corporation et Les Films Cinar inc. et de l’intimée
(34469) 3918203 Canada Inc. : Davies Ward Phillips & Vineberg, Montréal.
Procureurs des intimés (34466, 34467, 34468)/appelants (34469) Claude Robinson et Les Productions Nilem
inc. : Gowling Lafleur Henderson, Ottawa; Mannella Gauthier Tamaro, Montréal.
Procureurs des appelants (34468)/intimés (34469) Christophe Izard, France Animation S.A., Ravensburger
Film + TV GmbH et RTV Family Entertainment AG et de l’intimée (34469) Videal Gesellschaft Zur Hertellung Von
Audiovisuellen Produkten MHB : Fasken Martineau DuMoulin, Montréal.
Procureurs de l’intimé (34469) Christian Davin : Borden Ladner Gervais, Montréal.
Procureurs des appelants (34467)/intimés (34469) Ronald A. Weinberg et Ronald A. Weinberg, ès qualités
d’unique liquidateur de la succession de feu Micheline Charest : Langlois Kronström Desjardins, Montréal.
Procureurs de l’intervenante Music Canada : McCarthy Tétrault, Toronto.
________________________
Present: McLachlin C.J. and LeBel, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell and Moldaver JJ.
Intellectual property — Copyright — Infringement — Reproduction of a substantial part of an original work
— Whether trial judge failed to follow correct approach in assessing whether a “substantial part” of a work was
reproduced — Whether trial judge failed to give sufficient weight to differences between works at issue — Whether trial
judge erred in finding that features of original work are protected by the Copyright Act — Whether trial judge erred by
relying on inadmissible expert evidence.
- 2094 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Intellectual property — Copyright — Infringement — Damages — Quantum — Disgorgement of profits —
Whether Court of Appeal erred in interfering with trial judge’s assessment of profits — Whether liability for
disgorgement of profits may be imposed on a solidary basis — Whether Andrews trilogy cap applies to non-pecuniary
damages that do not stem from bodily injury — Whether Court of Appeal erred in interfering with trial judge’s
assessment of punitive damages — Whether punitive damages may be awarded on a solidary basis — Copyright Act,
R.S.C. 1985, c. C-42, s. 35 — Civil Code of Québec, S.Q. 1991, c. 64, art. 1621 — Charter of human rights and
freedoms, R.S.Q., c. C-12, s. 49.
R spent years developing an educational children’s television sho w, “The Adventures of Robinson Curiosity”
(“Curiosity”). R drew his inspiration from Daniel Defoe’s novel Robinson Crusoe, as well as from his own life
experiences. He developed characters, drew detailed sketches and storyboards, wrote scripts and synops es, and
designed promotional materials for his Curiosity project.
From 1985 to 1987, R and his company, Les Productions Nilem inc. (“Nilem”), undertook various initiatives
to get the Curiosity project developed. In so doing, R gave a copy of his Curiosity work to W and C, who were
directors and officers of Cinar Corporation (“Cinar”). During this same period, a presentation on Curiosity was given
to I, a French creator of children’s television shows. Despite the various efforts undertaken by R a nd his partners, the
project failed to attract investors and stalled.
R shelved his project, but did not forget about it. On September 8, 1995, R watched on television the first
episode of a new children’s television show, “Robinson Sucroë” (“Sucroë”). He was stunned to see that Sucroë, as he
perceived it, was a blatant copy of Curiosity. R subsequently discovered that several parties who had been given access
to his Curiosity project, namely Cinar, W, C and I, were also involved in the production of Sucroë.
R and Nilem commenced an action for copyright infringement against Cinar, W, C, and I, and various
co-producers and distributors of Sucroë.
The trial judge concluded that R’s Curiosity was an original work protected by copyright, that the creato rs of
Sucroë had copied Curiosity, and that the features reproduced in Sucroë represented a substantial part of Curiosity. He
found that Cinar, W, C, I, France Animation S.A., Ravensburger Film + TV GmbH and RTV Family Entertainment AG
(collectively the “Cinar appellants”) were liable for infringement of copyright. He also held D, the chief executive
officer of France Animation at the relevant time, personally liable for the infringement. Finally, the trial judge found
that Cinar, W, and C were extra-contractually liable towards R and Nilem for having violated their obligations of good
faith and of loyalty.
The trial judge awarded damages on a solidary basis (the equivalent of “joint and several” liability in the
common law) and costs in the amount of $5,224,293: $607,489 in compensatory damages for R’s pecuniary losses
stemming from the infringement; $1,716,804 to disgorge the profits earned as a result of the infringement; $400,000 for
the psychological harm suffered by R; $1,000,000 in punitive damages; and $1,500,000 for costs on a solicitor-client
basis.
The Court of Appeal upheld the trial judge’s findings on infringement. It confirmed the trial judge’s findings
of personal liability for copyright infringement, except for D, against whom the evid ence was insufficient in its view.
The Court of Appeal also upheld the trial judge’s award of compensatory damages for R’s pecuniary losses,
subject to a minor mathematical correction. It rejected the trial judge’s order for disgorgement of profits aga inst W, C
and I because those profits were retained by corporations. It also ordered disgorgement on a joint basis (the equivalent
of “several” liability in the common law) rather than solidarily. In addition, the Court of Appeal excluded amounts
incorrectly included by the trial judge in the calculation of profits, reducing the amount to be disgorged.
The Court of Appeal held that the cap established in the Andrews trilogy was applicable to the award for
psychological suffering and reduced the award to $121,350, which represents 50 percent of the cap’s value at the date
of the summons.
- 2095 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
In addition, the Court of Appeal reduced the award for punitive damages from $1,000,000 to $250,000, on the
ground that punitive damages in Quebec must be moderate, an d held that they could not be awarded on a solidary basis.
It held Cinar liable for $100,000 in punitive damages, and each of W, C and I liable for $50,000. It also affirmed the
trial judge’s award of $1,500,000 for costs on a solicitor-client basis, but declined to award additional costs on a
solicitor-client basis for the appeal.
Four appeals have been brought from the Court of Appeal’s judgment (in files 34466, 34467, 34468, and
34469). The Cinar appellants appeal the finding of liability for infrin gement (in files 34466, 34467 and 34468). R and
Nilem appeal the reduction in damages and disgorgement of profits ordered by the Court of Appeal (in file 34469).
Held: The appeals in files 34466, 34467 and 34468 should be dismissed, and the appeal in file 34469 should
be allowed in part.
The need to strike an appropriate balance between giving protection to the skill and judgement exercised by
authors in the expression of their ideas, on the one hand, and leaving ideas and elements from the public domain free
for all to draw upon, on the other, forms the background against which the arguments of the parties must be considered.
In the present case, the trial judge found that the Cinar appellants copied a number of features from R’s
Curiosity and that, considered as a whole, the copied features constituted a substantial part of R’s work. The Cinar
appellants argue that instead of applying a holistic approach, the tria l judge should have applied a three-step approach
requiring him to (1) determine what elements of Curiosity were original, within the meaning of the Copyright Act;
(2) exclude non-protectable features of R’s work (such as ideas, elements drawn from the pub lic domain, and generic
elements commonplace in children’s television shows); and (3) compare what remains of Curiosity after this
“weeding-out” process to Sucroë, and determine whether a substantial part of Curiosity was reproduced.
As a general matter, it is important to not conduct the substantiality analysis by dealing with the copied
features piecemeal. The approach proposed by the Cinar appellants would risk dissecting R’s work into its component
parts. The “abstraction” of R’s work to the essence of what makes it original and the exclusion of non-protectable
elements at the outset of the analysis would prevent a truly holistic assessment. This approach focuses unduly on
whether each of the parts of R’s work is individually original and protected by copyright law. Rather, the cumulative
effect of the features copied from the work must be considered, to determine whether those features amount to a
substantial part of R’s skill and judgement expressed in his work as a whole. The trial judge accordingly did not err by
failing to follow the three-step approach advocated by the Cinar appellants.
Likewise, the trial judge did not err by engaging in a qualitative and holistic assessment of the similarities
between the works, which took into account the relevant similarities and differences between the works. The question
of whether there has been substantial copying focuses on whether the copied features constitute a substantial part of the
plaintiff’s work — not whether they amount to a substantial part of the defendant’s work . The alteration of copied
features or their integration into a work that is notably different from the plaintiff’s work does not necessarily preclude
a claim that a substantial part of a work has been copied.
In essence, the aspects of the trial judge’s reasons that the Cinar appellants take issue with are findings of
mixed fact and law. They invite this Court to embark on a fresh assessment of the features copied from Curiosity.
However, they have failed to demonstrate palpable or overriding errors in the trial judge’s findings on substantiality.
The Cinar appellants further argue that the trial judge based the bulk of his findings on the issue of substantial
copying on inadmissible expert evidence. For expert evidence to be admitted at trial, it must (a) be relevant; (b) be
necessary to assist the trier of fact; (c) not offend any exclusionary rule; and (d) involve a properly qualified expert.
These criteria apply to trials for copyright infringement, as they do in other int ellectual property cases.
The Cinar appellants argue that the second criterion — necessity of the evidence — is not met in the case at
hand. The expert evidence was not necessary to assist the court, they say, because the question of whether a substantial
part has been copied must be assessed from the perspective of the lay person in the intended audience for the works at
issue.
- 2096 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
The perspective of the lay person in the intended audience for the works at issue is a useful one. It has the
merit of keeping the analysis of similarities concrete and grounded in the works themselves, rather than in esoteric
theories about the works. However, the question always remains whether a substantial part of the plaintiff’s work was
copied. This question should be answered from the perspective of a person whose senses and knowledge allow him or
her to fully assess and appreciate all relevant aspects — patent and latent — of the works at issue. In some cases, it
may be necessary to go beyond the perspective of a lay p erson in the intended audience for the work, and to call upon
an expert to place the trial judge in the shoes of someone reasonably versed in the relevant art or technology. In the
present case, the necessity criterion of the test for the admissibility of expert evidence is satisfied.
With respect to damages, R and Nilem seek inter alia to have the trial judge’s entire award of profits
reinstated. Regarding profits from the Sucroë soundtrack, they argue that there is a causal link between the
infringement and the profits derived from the soundtrack and that the trial judge therefore correctly included them as
part of his award of profits. The apportionment of profits between infringing and non -infringing components of a work
is essentially a factual determination which is subject to judicial discretion. An appellate court may only disturb the
trial judge’s findings on apportionment if there are errors of law or palpable and overriding errors of fact. The trial
judge did not make a reviewable error in concluding that it was inappropriate to apportion profits to the soundtrack as a
non-infringing component of the work. The Court of Appeal accordingly erred by interfering with the trial judge’s
conclusion in this regard.
As for the trial judge’s characterization of the payment from Ravensburger Film + TV GmbH to France
Animation S.A. as revenue, there is agreement with the Court of Appeal that this characterization constitutes a palpable
and overriding error and that this amount should be removed from th e revenues taken into account when calculating the
profits generated by Sucroë. However, in connection with the characterization of the payment due by Cinar to a
partnership called Jaffa Road as revenue, the trial judge did not err in this regard and this amount should not be
deducted as an expense when calculating the profits from Sucroë.
On the issue of liability for disgorgement of profits under the Copyright Act, the Court of Appeal was correct
in concluding that the trial judge erred in ordering dis gorgement against all infringers on a solidary basis. Section 35 of
the Copyright Act provides a dual remedy for copyright infringement: damages for the plaintiff’s losses and
disgorgement of the profits retained by the defendant. The latter is not inten ded to compensate the plaintiff and is not
subject to the principles that govern general damages awarded under Quebec’s law of extra -contractual liability, whose
aim is compensatory. Disgorgement under s. 35 of the Copyright Act goes no further than is necessary to prevent each
individual defendant from retaining a wrongful gain. Defendants cannot be held liable for the gains of co -defendants
by imposing liability for disgorgement on a solidary basis. For the same reasons, W, C, and I are not personally liable
to disgorge profits. In addition, the Court of Appeal’s apportionment with respect to the disgorgement of profits should
be maintained.
In connection with non-pecuniary damages, and in particular whether the Andrews trilogy cap should be
applied in the present case, the scope of application of the cap beyond non -pecuniary damages stemming from bodily
injury should not be extended. Furthermore, R’s non -pecuniary damages cannot be characterized as stemming from
bodily injury, within the meaning of art. 1607 of the Civil Code of Québec. It is more appropriate to characterize R’s
psychological suffering as a non-pecuniary damage stemming from material injury. Indeed, the infringement of
copyright was a breach of R’s property rights. It is the initial breach, rather than the consequences flowing from that
breach, which serves to characterize the type of injury suffered. The Court of Appeal accordingly erred in applying the
Andrews trilogy cap in the present case.
In terms of assessing quantum for this injury, there is agreement with the trial judge that R’s non -pecuniary
damages are analogous to those claimed by a victim of defamation. The trial judge had the advantage of observing R in
court over a long period of time and was well placed to cond uct a personalized evaluation of his non-pecuniary
damages. He made no palpable and overriding error in his assessment of R’s non -pecuniary damages.
As regards punitive damages, they cannot be awarded on a solidary basis. This Court has recognized that the
punitive damages regime under the Charter is autonomous from the extra-contractual civil liability regime established
under the Civil Code of Québec. Article 1526 of the Civil Code of Québec applies to extra-contractual fault causing
injury and cannot ground the solidarity of punitive damages awarded under the Charter. Furthermore, awarding
- 2097 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
punitive damages on a solidary basis would be inconsistent with the principles set forth in art. 1621 of the Civil Code of
Québec, which expressly requires that the objectives of punitive damages — prevention, deterrence (both specific and
general), and denunciation of acts that are particularly reprehensible in the opinion of the justice system — be taken
into account when awarding them. Both the objectives of punitive damages and the factors relevant to assessing them
suggest that awards of punitive damages must be individually tailored to each defendant agains t whom they are
ordered. This requirement of individualization militates against awarding punitive damages on a solidary basis.
In addition, the Court of Appeal was correct to re-assess the quantum of punitive damages, although it did not
give sufficient weight to the gravity of the conduct in this case. Indeed, Cinar, W, C, and I consistently and
contemptuously denied having access to R’s work, and disparaged R’s claims that they had copied his work. The
impact of this conduct on R was equally serious. It deprived him not only of a source of revenue, but also of his sense
of proprietorship over a project that had deep personal significance for him. This said, punitive damages must be
awarded with restraint. Article 1621 of the Civil Code of Québec expressly provides that the award of punitive
damages “may not exceed what is sufficient to fulfil their preventive purpose”. An amount of $500,000 reaches an
appropriate balance between the overarching principle of restraint that governs these damages, on the one hand, and the
need to deter conduct of this gravity, on the other. The Court of Appeal held Cinar liable for two -fifths of the amount
of punitive damages, and each of W, C, and I liable for one-fifth, and this represents a reasonable apportionment in the
circumstances.
APPEALS from a judgment of the Quebec Court of Appeal (Thibault, Morin and Doyon JJ.A.), 2011 QCCA
1361, [2011] R.J.Q. 1415, 108 C.P.R. (4th) 165, [2011] Q.J. No. 9469 (QL), 2011 CarswellQue 15414, SOQUIJ
AZ-50771854, setting aside a decision of Auclair J., 2009 QCCS 3793, [2009] R.J.Q. 2261, 83 C.P.R. (4th) 1, [2009]
R.R.A. 1135, [2009] J.Q. n o 8395 (QL), 2009 CarswellQue 8380, SOQUIJ AZ-50572488. Appeals in files 34466,
34467 and 34468 dismissed. Appeal in file 34469 allowed in part.
William Brock and Cara Cameron, for the appellants (34466)/respondents (34469) the Cinar Corporation and
Les Films Cinar inc. and for the respondent (34469) 3918203 Canada Inc.
Guy Régimbald, Normand Tamaro, Gilles M. Daigle and Marie-Catherine Deschênes, for the respondents
(34466, 34467, 34468)/appellants (34469) Claude Robinson and Les Productions Nilem inc.
Pierre Y. Lefebvre and Alain Y. Dussault, for the appellants (34468)/respondents (34469) Christophe Izard,
France Animation S.A., Ravensburger Film + TV GmbH and RTV Family Entertainment AG and for the respondent
(34469) Videal Gesellschaft Zur Hertellung Von Audiovisuellen Produkten MHB.
Guy J. Pratte, Daniel Urbas and Marc-André Grou, for the respondent (34469) Christian Davin.
Raynold Langlois, Q.C., Dimitri Maniatis, Jean-Patrick Dallaire and Fabrice Vil, for the appellants
(34467)/respondents (34469) Ronald A. Weinberg and Ronald A. Weinberg, in his capacity as sole liquidator of the
succession of the late Micheline Charest.
Barry B. Sookman and Daniel G. C. Glover, for the intervener Music Canada.
Solicitors for the the appellants (34466)/respondents (34469) the Cinar Corporation and Les Films Cinar inc.
and for the respondent (34469) 3918203 Canada Inc.: Davies Ward Phillips & Vineberg, Montréal.
Solicitors for the respondents (34466, 34467, 34468)/appellants (34469) Claude Robinson and Les
Productions Nilem inc.: Gowling Lafleur Henderson, Ottawa; Mannella Gauthier Tamaro, Montréal.
Solicitors for the appellants (34468)/respondents (34469) Christophe Izard, France Animation S.A.,
Ravensburger Film + TV GmbH and RTV Family Entertainment AG and for the respondent (34469) Videal
Gesellschaft Zur Hertellung Von Audiovisuellen Produkten MHB: Fasken Martineau DuMoulin, Montréal.
Solicitors for the respondent (34469) Christian Davin: Borden Ladner Gervais, Montréal.
- 2098 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Solicitors for the appellants (34467)/respondents (34469) Ronald A. Weinberg and Ronald A. Weinberg, in his
capacity as sole liquidator of the succession of the late Micheline Charest: Langlois Kronström Desjardins, Montréal.
Solicitors for the intervener Music Canada: McCarthy Tétrault, Toronto.
- 2099 -
AGENDA FOR JANUARY 2014
CALENDRIER DE JANVIER 2014
The next session of the Supreme Court of Canada commences on January 13, 2014.
La prochaine session de la Cour suprême du Canada débute le 13 janvier 2014.
The next Bulletin of Proceedings will be published on January 3, 2014 .
La prochaine Bulletin des procédures sera publié le 3 janvier 2014.
SEASON’S GREETINGS!
MEILLEURS VOEUX !
- 2100 -
SUPREME COURT REPORTS
RECUEIL DES ARRÊTS DE LA COUR
SUPRÊME
THE STYLES OF CAUSE IN THE PRESENT
TABLE ARE THE STANDARDIZED STYLES
OF CAUSE (AS EXPRESSED UNDER THE
"INDEXED AS" ENTRY IN EACH CASE).
LES INTITULÉS UTILISÉS DANS CETTE
TABLE SONT LES INTITULÉS NORMALISÉS
DE LA RUBRIQUE "RÉPERTORIÉ" DANS
CHAQUE ARRÊT.
Judgments reported in [2013] 1 S.C.R. Part 3
Jugements publiés dans [2013] 1 R.C.S. Partie 3
Antrim Truck Centre Ltd. v. Ontario
(Transportation),
2013 SCC 13, [2013] 1 S.C.R. 594
Antrim Truck Centre Ltd. c. Ontario (Transports),
2013 CSC 13, [2013] 1 R.C.S. 594
Manitoba Metis Federation Inc. v. Canada (Attorney
General),
2013 SCC 14, [2013] 1 S.C.R. 623
Manitoba Metis Federation Inc. c. Canada (Procureur
général),
2013 CSC 14, [2013] 1 R.C.S. 623
R. v. J.F.,
2013 SCC 12, [2013] 1 S.C.R. 565
R. c. J.F.,
2013 CSC 12, [2013] 1 R.C.S. 565
R. v. Pham,
2013 SCC 15, [2013] 1 S.C.R. 739
R. c. Pham,
2013 CSC 15, [2013] 1 R.C.S. 739
Judgments reported in [2013] 2 S.C.R. Part 1
Jugements publiés dans [2013] 2 R.C.S. Partie 1
Behn v. Moulton Contracting Ltd.,
2013 SCC 26, [2013] 2 S.C.R. 227
Behn c. Moulton Contracting Ltd.,
2013 CSC 26, [2013] 2 R.C.S. 227
Ediger v. Johnston,
2013 SCC 18, [2013] 2 S.C.R. 98
Ediger c. Johnston,
2013 CSC 18, [2013] 2 R.C.S. 98
Penner v. Niagara (Regional Police Services Board),
2013 SCC 19, [2013] 2 S.C.R. 125
Penner c. Niagara (Commission régionale de services
policiers),
2013 CSC 19, [2013] 2 R.C.S. 125
R. v. Buzizi,
2013 SCC 27, [2013] 2 S.C.R. 248
R. c. Buzizi,
2013 CSC 27, [2013] 2 R.C.S. 248
R. v. G.M.,
2013 SCC 24, [2013] 2 S.C.R. 202
R. c. G.M.,
2013 CSC 24, [2013] 2 R.C.S. 202
R. v. Lévesque,
2013 SCC 20, [2013] 2 S.C.R.
R. c. Lévesque,
2013 CSC 20, [2013] 2 R.C.S. 176
R. v. Levkovic,
2013 SCC 25, [2013] 2 S.C.R. 204
R. c. Levkovic,
2013 CSC 25, [2013] 2 R.C.S. 204
R. v. MacIntosh,
2013 SCC 23, [2013] 2 S.C.R. 200
R. c. MacIntosh,
2013 CSC 23, [2013] 2 R.C.S. 200
R. v. Mailhot,
2013 SCC 17, [2013] 2 S.C.R. 96
R. c. Mailhot,
2013 CSC 17, [2013] 2 R.C.S. 96
- 2101 -
SUPREME COURT REPORTS
RECUEIL DES ARRÊTS DE LA COUR SUPRÊME
R. v. Murphy,
2013 SCC 21, [2013] 2 S.C.R. 178
R. c. Murphy,
2013 CSC 21, [2013] 2 R.C.S. 178
R. v. TELUS Communications Co.,
2013 SCC 16, [2013] 2 S.C.R. 3
R. c. Société TELUS Communications,
2013 CSC 16, [2013] 2 R.C.S. 3
R. v. W.H.,
2013 SCC 22, [2013] 2 S.C.R. 180
R. c. W.H.,
2013 CSC 22, [2013] 2 R.C.S. 180
- 2102 -
SUPREME COURT OF CANADA SCHEDULE / CALENDRIER DE LA COUR SUPRÊME
- 2013 OCTOBER - OCTOBRE
S
D
M
L
NOVEMBER - NOVEMBRE
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
4
5
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
DECEMBER - DÉCEMBRE
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
1
M
2
3
4
5
6
7
6
M
7
8
9
10
11
12
3
M
4
5
6
7
8
9
8
9
10
11
12
13
14
13
H
14
15
16
17
18
19
10
H
11
12
13
14
15
16
15
16
17
18
19
20
21
20
21
22
23
24
25
26
17
18
19
20
21
22
23
22
23
24
H
25
H
26
27
28
27
28
29
30
31
24
25
26
27
28
29
30
29
30
31
F
V
S
S
- 2014 JANUARY - JANVIER
S
D
M
L
T
M
FEBRUARY - FÉVRIER
W
M
T
J
F
V
S
S
H
1
2
3
4
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
MARCH - MARS
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
1
1
5
6
7
8
9
10
11
2
3
4
5
6
7
8
2
3
4
5
6
7
8
12
M
13
14
15
16
17
18
9
M
10
11
12
13
14
15
9
10
11
12
13
14
15
19
20
21
22
23
24
25
16
17
18
19
20
21
22
16
M
17
18
19
20
21
22
26
27
28
29
30
31
23
24
25
26
27
28
23
30
24
31
25
26
27
28
29
APRIL - AVRIL
S
D
M
L
MAY - MAI
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
4
5
S
D
M
L
T
M
W
M
JUNE - JUIN
T
J
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
1
2
3
4
5
6
7
6
7
8
9
10
11
12
4
5
6
7
8
9
10
8
9
10
11
12
13
14
13
M
14
15
16
17
H
18
19
11
M
12
13
14
15
16
17
15
M
16
17
18
19
20
21
20
H
21
22
23
24
25
26
18
H
19
20
21
22
23
24
22
23
24
25
26
27
28
27
28
29
30
25
26
27
28
29
30
31
29
30
Sittings of the court:
Séances de la cour :
Motions:
Requêtes :
M
Holidays:
Jours fériés :
H
18
87
9
5
sitting weeks / semaines séances de la cour
sitting days / journées séances de la cour
m otion and conference days / journées des requêtes et des conférences
holidays during sitting days / jours fériés durant les sessions
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising