SUPREME COURT OF COUR SUPRÊME DU CANADA

SUPREME COURT  OF COUR SUPRÊME DU CANADA
SUPREME COURT OF
CANADA
COUR SUPRÊME DU
CANADA
BULLETIN OF
PROCEEDINGS
BULLETIN DES
PROCÉDURES
This Bulletin is published at the direction of the
Registrar and is for general information only. It
is not to be used as evidence of its content,
which, if required, should be proved by
Certificate of the Registrar under the Seal of the
Court. While every effort is made to ensure
accuracy, no responsibility is assumed for errors
or omissions.
Ce Bulletin, publié sous l'autorité du registraire,
ne vise qu'à fournir des renseignements
d'ordre général. Il ne peut servir de preuve de
son contenu. Celle-ci s'établit par un certificat
du registraire donné sous le sceau de la Cour.
Rien n'est négligé pour assurer l'exactitude du
contenu,
mais
la Cour décline toute
responsabilité pour les erreurs ou omissions.
During Court sessions the Bulletin is usually
issued week ly.
Le Bulletin paraît en principe toutes les
semaines pendant les sessions de la Cour.
Where a judgment has been rendered, requests
for copies should be made to the Registrar, with
a remittance of $15 for each set of reasons. All
remittances should be made payable to the
Receiver General for Canada.
Quand un arrêt est rendu, on peut se procurer
les motifs de jugement en adressant sa
demande au registraire, accompagnée de 15 $
par exemplaire. Le paiement doit être fait à
l'ordre du Receveur général du Canada.
Consult the Supreme Court of Canada website
at www.scc-csc.gc.ca for more information.
Pour de plus amples informations, consulter le
site Web de la Cour suprême du Canada à
l’adresse suivante : www.scc-csc.gc.ca
August 30, 2013
© Supreme Court of Canada (2013)
ISSN 1918-8358 (Online)
1314 - 1408
Le 30 août 2013
© Cour suprême du Canada (2013)
ISSN 1918-8358 (En ligne)
CONTENTS
TABLE DES MATIÈRES
Applications for leave to appeal
filed
1314 - 1317
Demandes d'autorisation d'appel
déposées
Applications for leave submitted
to Court since last issue
1318 - 1320
Demandes soumises à la Cour depuis la
dernière parution
Judgments on applications for
leave
1321 - 1368
Jugements rendus sur les demandes
d'autorisation
Motions
1369 - 1389
Requêtes
Taxation of costs
1390 - 1392
Taxation des dépens
Notices of appeal filed since last
issue
1393
Avis d'appel déposés depuis la dernière
parution
Pronouncements of appeals reserved
1394 - 1395
Jugements rendus sur les appels en
délibéré
Headnotes of recent judgments
1396 - 1408
Sommaires de jugements récents
NOTICE
Case summaries included in the Bulletin are prepared by the Office of the Registrar of the
Supreme Court of Canada (Law Branch) for information purposes only.
AVIS
Les résumés de dossiers publiés dans le bulletin sont préparés par le Bureau du registraire
(Direction générale du droit) uniquement à titre d’information.
DEMANDES D’AUTORISATION
D’APPEL DÉPOSÉES
APPLICATIONS FOR LEAVE TO
APPEAL FILED
Édith St-Pierre
Édith St-Pierre
Victor Leonard Lavallée
Victor Leonard Lavallée
c. (35441)
v. (35476)
Carlos Roberto Gonzalez Cruz (Qc)
Léonce Roy
Consilex inc.
Her Majesty the Queen (Sask.)
Anthony B. Gerein
A.G. of Saskatchewan
DATE DE PRODUCTION : 12.06.2013
FILING DATE: 17.06.2013
T.L.L.L.
Daniel W. Onischuk
Daniel W. Onischuk
T.L.L.L.
v. (35452)
v. (35472)
J.L.L. (Man.)
J.L.L.
Town of Canmore et al. (Alta.)
Michael Aasen
Bryan & Company LLP
FILING DATE: 20.06.2013
FILING DATE: 21.06.2013
Régent Millette
Régent Millette
Deborah J. Kelly Hawkes
Deborah J. Kelly Hawkes
c. (35449)
v. (35457)
Ville de Laval et autres (Qc)
Steve Cadrin
Dufresne Hébert Comeau
Attorney General of Canada on behalf of Her
Majesty the Queen in Right of Canada et al.
(P.E.I.)
Sarah E. Drodge
A.G. of Canada
DATE DE PRODUCTION : 26.06.2013
Tous les usagers de la société de transport de
Montréal (STM) et autres
David Bourgoin
BGA Avocats s.e.n.c.r.l.
FILING DATE: 02.07.2013
Hailemikael Fedade Kassa
Catriona Verner
Hicks Adams LLP
c. (35443)
Syndicat du transport de Montréal (employés
des services d’entretien) CSN (Qc)
Marilyne Duquette
Laroche Martin
v. (35439)
Her Majesty the Queen (Ont.)
Alexander Alvaro
A.G. of Ontario
DATE DE PRODUCTION : 12.07.2013
FILING DATE: 12.07.2013
- 1314 -
APPLICATIONS FOR LEAVE TO APPEAL
FILED
DEMANDES D'AUTORISATION D'APPEL
DÉPOSÉES
J.C.K.
Whoody Aristilde
Katia Léontieff
Desrosiers, Joncas, Massicotte
Laura K. Stevens
Dawson Stevens Duckett & Shaigec
v. (35440)
c. (35442)
Her Majesty the Queen (Alta.)
Troy Couillard
A.G. of Alberta
Sa Majesté la Reine (Qc)
Jacques Dagenais
Poursuites criminelles et pénales du
Québec
FILING DATE: 12.07.2013
DATE DE PRODUCTION : 15.07.2013
Jocelyn Lortie
Réginal Victorin
Rock, Vlemincks, Dury, Lanctôt &
Associés
Alain Laferrière
Rita Magloé
c. (35446)
c. (35445)
Sa Majesté la Reine (Qc)
Nathalie Leroux
Directeur des poursuites criminelles et
pénales du Québec
Sa Majesté la Reine (Qc)
Mario Longpré
Directeur des poursuites criminelles et
pénales du Québec
DATE DE PRODUCTION : 19.07.2013
DATE DE PRODUCTION : 18.07.2013
Gurdev Singh Dhillon
Paul E. Briggs
Briggs Himyar Law Group
J.W.
Alan B. Richter
Richter Abraham
v. (35451)
v. (35447)
Her Majesty the Queen (B.C.)
Peter Wilson, Q.C.
Wilson Butcher
Her Majesty the Queen (Ont.)
Jamie C. Klukach
A.G. of Ontario
FILING DATE: 25.07.2013
FILING DATE: 19.07.2013
Jisheng Liu
Jisheng Liu
William Wade Skiffington
Gerald Chan
Ruby Shiller Chan Hasan
v. (35453)
v. (35455)
McGill University Non-Academic Certified
Association (Que.)
Sibel Ataogul
Melançon, Marceau, Grenier & Sciortino
Her Majesty the Queen (B.C.)
John M. Gordon
A.G. of British Columbia
FILING DATE: 26.07.2013
FILING DATE: 30.07.2013
- 1315 -
APPLICATIONS FOR LEAVE TO APPEAL
FILED
DEMANDES D'AUTORISATION D'APPEL
DÉPOSÉES
Richard Norman Ryan
Robert Israel
Shadley Battista
Prescient Foundation
Gib van Ert
Hunter Litigation Chambers Law
Corporation
v. (35454)
v. (35456)
Her Majesty the Queen (N.L.)
Frances Knickle
A.G. of Newfoundland and Labrador
Minister of National Revenue (F.C.)
Lynn M. Burch
A.G. of Canada
FILING DATE: 31.07.2013
FILING DATE: 31.07.2013
Mokua Gichuru
Mokua Gichuru
City of Whitehorse
Kimberley L.D. Cook
Thorsteinssons
v. (35462)
Amy Renee York and Prado Cafe Inc., both
doing business as “Prado Cafe” (B.C.)
Sanjeev Patro
Buckley Hogan Law Office
v. (35458)
Her Majesty the Queen (F.C.)
Victor Caux
A.G. of Canada
FILING DATE: 01.08.2013
FILING DATE: 02.08.2013
Thomas Boyce et al.
Jason D. Singer
Singer, Kwinter
Roman Kaziuk
Anil K. Kapoor
Kapoor Barristers
v. (35459)
v. (35460)
Co-Operators General Insurance Company
(Ont.)
Mitchell E. Kitagawa
Kelly Santini LLP
Her Majesty the Queen (Ont.)
Michael Perlin
A.G. of Ontario
FILING DATE: 02.08.2013
FILING DATE: 02.08.2013
Société en commandite Place Mullins 139612
Canada inc.
Jean-Paul Gagnon
Lesslie Askin
A. Cameron Ward
A. Cameron Ward & Company
c. (35461)
v. (35463)
Services immobiliers Diane Bisson inc. (Qc)
Pierre-G. Champagne
de Grandpré Joli-Coeur
Law Society of British Columbia et al. (B.C.)
K. Michael Stephens
Hunter Litigation Chambers Law
Corporation
DATE DE PRODUCTION : 06.08.2013
FILING DATE: 06.08.2013
- 1316 -
APPLICATIONS FOR LEAVE TO APPEAL
FILED
DEMANDES D'AUTORISATION D'APPEL
DÉPOSÉES
Iain Vincent Beck et al.
Peter W. Kryworuk
Lerners LLP
Samson Management & Solutions Ltd. et al.
H. Richard Bennett
Ricketts, Harris LLP
v. (35466)
v. (35465)
Dorothy Wilson et al. (Ont.)
David B. Williams
Harrison Pensa LLP
Royal Bank of Canada (Ont.)
Catherine Francis
Minden, Gross LLP
FILING DATE: 07.08.2013
FILING DATE: 08.08.2013
M.F.
Stephen D. Halmo
Sarit E. Batner
McCarthy Tétrault LLP
Arghavan Gerami
Gerami Law Professional Corporation
v. (35467)
v. (35468)
Family and Children’s Services of Lanark,
Leeds and Grenville (Ont.)
Cheryl Hess
Bell Baker LLP
Steve Manary et al. (Ont.)
J. Greg Murdoch
Sorbara, Schumacher, McCann LLP
FILING DATE: 08.08.2013
FILING DATE: 08.08.2013
- 1317 -
APPLICATIONS FOR LEAVE
SUBMITTED TO COURT SINCE
LAST ISSUE
DEMANDES SOUMISES À LA COUR
DEPUIS LA DERNIÈRE PARUTION
JULY 29, 2013 / LE 29 JUILLET 2013
CORAM: Chief Justice McLachlin and Abella and Cromwell JJ.
La juge en chef McLachlin et les juges Abella et Cromwell
1.
Trial Lawyers Association of British Columbia v. Attorney General of British Columbia (B.C.) (Civil) (By
Leave) (35315)
CORAM: LeBel, Karakatsanis and Wagner JJ.
Les juges LeBel, Karakatsanis et Wagner
2.
Ville de Québec c. Société immobilière du Québec (Qc) (Civile) (Autorisation) (35324)
3.
M.V. c. C.G. (Qc) (Civile) (Autorisation) (35378)
4.
Ville de Montréal et autre c. Grace Biondi et autres (Qc) (Civile) (Autorisation) (35351)
CORAM: Fish, Rothstein and Moldaver JJ.
Les juges Fish, Rothstein et Moldaver
5.
Cortlen Bryce McLeod v. Her Majesty the Queen (Sask.) (Crim.) (By Leave) (35365)
AUGUS T 6, 2013 / LE 6 AOÛT 2013
CORAM: Chief Justice McLachlin and Abella and Cromwell JJ.
La juge en chef McLachlin et les juges Abella et Cromwell
1.
Government of Yukon v. Ross River Dena Council (Y.T.) (Civil) (By Leave) (35236)
CORAM: LeBel, Karakatsanis and Wagner JJ.
Les juges LeBel, Karakatsanis et Wagner
2.
Association pour la protection des automobilistes (APA) et autre c. Pétro-Canada et autres (Qc) (Civile)
(Autorisation) (35335)
3.
Andrew Keewatin Jr. et al. v. Minister of Natural Resources et al. (Ont.) (Civil) (By Leave) (35379)
CORAM: Fish, Rothstein and Moldaver JJ.
Les juges Fish, Rothstein et Moldaver
4.
Mohammad Aslam Chaudhry v. Her Majesty the Queen (F.C.) (Civil) (By Leave) (35392)
5.
Daniela Ramsden v. Arnault Thibault Cléroux (Que.) (Civil) (By Leave) (35349)
- 1318 -
APPLICATIONS FOR LEAVE
SUBMITTED TO COURT SINCE LAST ISSUE
DEMANDES SOUMISES À LA COUR DEPUIS
LA DERNIÈRE PARUTION
AUGUS T 12, 2013 / LE 12 AOÛT 2013
CORAM: Chief Justice McLachlin and Abella and Cromwell JJ.
La juge en chef McLachlin et les juges Abella et Cromwell
1.
Francis Doyle Fowler c. Ministre de la Justice du Canada (Qc) (Crim.) (Autorisation) (35427)
2.
Paul Martin et al. v. Certas Direct Insurance Company (Ont.) (Civil) (By Leave) (35355)
CORAM: LeBel, Karakatsanis and Wagner JJ.
Les juges LeBel, Karakatsanis et Wagner
3.
Dorin Savu c. Ministre de la Justice du Canada (Qc) (Crim.) (Autorisation) (35316)
4.
Francis Mazhero v. Bell Canada et al. (Que.) (Civil) (By Leave) (35262)
5.
Yvan Cloutier et autres c. Alex Rahmi et autres (Qc) (Civile) (Autorisation) (35328)
CORAM: Fish, Rothstein and Moldaver JJ.
Les juges Fish, Rothstein et Moldaver
6.
Maria Cornelia Erdmann v. Complaints Inquiry Committee of the Institute of Chartered Accountants of
Alberta (Alta.) (Civil) (By Leave) (35403)
7.
Elie Malka et al. v. Larry Vasiliadis et al. (Ont.) (Civil) (By Leave) (35395)
AUGUS T 15, 2013 / LE 15 AOÛT 2013
CORAM: LeBel, Karakatsanis and Wagner JJ.
Les juges LeBel, Karakatsanis et Wagner
1.
Robert Meredith et al. v. Attorney General of Canada (F.C.) (Civil) (By Leave) (35424)
AUGUS T 19, 2013 / LE 19 AOÛT 2013
CORAM: Chief Justice McLachlin and Abella and Cromwell JJ.
La juge en chef McLachlin et les juges Abella et Cromwell
1.
Édith St-Pierre c. Carlos Roberto Gonzalez Cruz (Qc) (Civile) (Autorisation) (35441)
2.
François Deraspe c. Zinc Électrolytique du Canada Ltée et autres (Qc) (Civile) (Autorisation) (35393)
CORAM: LeBel, Karakatsanis and Wagner JJ.
Les juges LeBel, Karakatsanis et Wagner
3.
Jennifer Camiran c. Sa Majesté la Reine (Qc) (Crim.) (Autorisation) (35404)
4.
Scott Chase c. Sa Majesté la Reine (Qc) (Crim.) (Autorisation) (35434)
- 1319 -
APPLICATIONS FOR LEAVE
SUBMITTED TO COURT SINCE LAST ISSUE
DEMANDES SOUMISES À LA COUR DEPUIS
LA DERNIÈRE PARUTION
CORAM: Fish, Rothstein and Moldaver JJ.
Les juges Fish, Rothstein et Moldaver
5.
Corporation of the City of Windsor et al. v. Amyotrophic Lateral Sclerosis Society of Essex County et al. (Ont.)
(Civil) (By Leave) (35425)
6.
Robin Argue v. Corporation of the Township of Tay (Ont.) (Civil) (By Leave) (35409)
AUGUS T 26, 2013 / LE 26 AOÛT 2013
CORAM: Chief Justice McLachlin and Abella and Cromwell JJ.
La juge en chef McLachlin et les juges Abella et Cromwell
1.
Shawn Edward Jordan v. Rosemary Nation et al. (Alta.) (Civil) (By Leave) (35405)
2.
Nicola Zefferino v. Meloche Monnex Insurance Company (Ont.) (Civil) (By Leave) (35333)
CORAM: LeBel, Karakatsanis and Wagner JJ.
Les juges LeBel, Karakatsanis et Wagner
3.
J.W. v. Her Majesty the Queen (Ont.) (Crim.) (By Leave) (35447)
4.
Agence du revenu du Québec c. Pratt & Whitney Canada Cie (Qc) (Civile) (Autorisation) (35414)
CORAM: Fish, Rothstein and Moldaver JJ.
Les juges Fish, Rothstein et Moldaver
5.
Tracy Dawn Smith v. Her Majesty the Queen (B.C.) (Crim.) (By Leave) (35416)
6.
1654776 Ontario Limited v. Sinclair Stewart et al. (Ont.) (Civil) (By Leave) (35394)
- 1320 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES
DEMANDES D’AUTORISATION
AUGUS T 15, 2013 / LE 15 AOÛT 2013
35155
United Food and Commercial Workers, Local 1400 v. Wal-Mart Canada Corp., operating as
Wal-Mart and Wal-Mart Canada, Gordon Button and Saskatchewan Labour Relations
Board (Sask.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Fish, Rothstein and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Saskatchewan, Number
CACV 2181, 2012 SKCA 131, dated December 31, 2012, is dismissed with costs to the respondent Wal-Mart Canada
Corp., operating as Wal-Mart and Wal-Mart Canada.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Saskatchewan, numéro CACV 2181,
2012 SKCA 131, daté du 31 décembre 2012, est rejetée avec dépens en faveur de l’intimée Wal-Mart Canada Corp.,
exerçant ses activités sous les noms de Wal-Mart et Wal-Mart Canada.
CASE SUMMARY
Unions – Certification – Judicial review – Standard of review – Jurisdictional question – Whether review of an
administrative tribunal’s refusal to exercise its mandatory authority and to determine an application properly before it
is a “jurisdictional question” for the purposes of judicial review – Correct application of the reasonableness standard
on judicial review of a labour relations board’s refusal or failure to decide applications before it – Whether appellate
court is entitled to make inferences or findings of fact on an appeal from a judicial review.
In April 2004, the United Food and Commercial Workers, Local 1400 (the “Union”), applied to be certified as the
bargaining agent for the employees of Wal-Mart’s store in Weyburn, Saskatchewan. The Union was certified in
December 2008. In the meantime, the legislature had passed and proclaimed The Trade Union Amendment Act, 2008,
S.S. 2008, c. 26. Wal-Mart immediately applied for reconsideration and its obligation respecting disclosure of
employee information was partially stayed. The Board rejected the reconsideration application. On judicial review,
the certification was quashed, but it was restored on appeal.
Meanwhile, the Union made four applications concerning unfair labour practices, and an employee applied for an
order decertifying the Union. The applications were heard in a consolidated hearing. To facilitate that hearing, the
Board ordered that the employees hold a secret ballot on representation, but that the ballots not be count ed until certain
matters were settled. The Board dismissed all of the unfair labour practice applications and allowed rescission
application. On the Union’s application for judicial review, the chambers judge quashed or dismissed the bulk of the
Board’s orders. The Court of Appeal dismissed the Union’s appeals on its applications and allowed Wal-Mart’s crossappeal on rescission.
LRB File Nos. 096-04, 001-09, 184-10: Board’s orders
quashed; matter returned for determination per fiat;
LRB File Nos. 038-05, 166-10: application for judicial
review dismissed;
LRB File No. 177-10: Board’s order quashed with
respect to timing of vote; matter returned for
determination per fiat.
September 29, 2011
Court of Queen’s Bench of Saskatchewan
(Mills J.)
2011 SKQB 358
- 1321 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
December 31, 2012
Court of Appeal for Saskatchewan
(Cameron, Gerwing and Jackson JJ.A.)
2012 SKCA 131
Union’s appeals dismissed with costs to Wal-Mart;
cross-appeal allowed with costs; no costs to the
employee or the Labour Relations Board.
February 26, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed.
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Syndicats – Accréditation – Contrôle judiciaire – Norme de contrôle – Question de compétence – L'examen du refus
d’un tribunal administratif d'exercer son pouvoir obligatoire et de statuer sur une demande dont il est dûment saisi est il une « question de compétence » aux fins du contrôle judiciaire? – Application correcte de la norme de la décision
raisonnable lors du contrôle judiciaire du refus ou de l’omission d'un conseil des relations de travail de statuer sur des
demandes dont il est saisi – Une cour d'appel peut-elle faire des inférences de fait ou tirer des conclusions de fait en
appel d'un contrôle judiciaire?
En avril 2004, les Travailleurs et travailleuses unis de l'alimentation et du commerce, section locale 1400 (le
« syndicat »), ont fait une demande d'accréditation comme agent négociateur des employés du magasin de Wal-Mart à
Weyburn (Saskatchewan). Le syndicat a obtenu son accréditation en décembre 2008. Entre-temps, la législature avait
adopté et édicté The Trade Union Amendment Act, 2008, S.S. 2008, ch. 26. Wal-Mart a immédiatement fait une
demande de réexamen et son obligation en ce qui a trait à la communication des renseignements sur les employés a été
partiellement suspendue. Le conseil a rejeté la demande de réexamen. Lors du contrôle judiciaire, l'accréditation a été
annulée, mais a été rétablie en appel.
Entre-temps, le syndicat a présenté quatre demandes portant sur des pratiques déloyales de travail et un employé a
demandé une ordonnance de révocation de l'accréditation du syndicat. Les demandes ont été entendues ensemble à la
même audience. Pour faciliter cette audience, le cons eil a ordonné aux employés de tenir un scrutin secret sur la
représentation, mais les bulletins ne devaient pas dépouillés tant que certaines questions n'étaient pas réglées. Le
conseil a rejeté toutes les demandes portant sur des pratiques déloyales de t ravail et a accueilli la demande de
révocation. Saisi d'une demande de contrôle judiciaire présentée par le syndicat, le juge en chambre a annulé ou rejeté
la plupart des ordonnances du conseil. La Cour d'appel a rejeté les appels du syndicat relativemen t à ses demandes et
a accueilli l'appel incident de Wal-Mart sur la question de la révocation.
Dossiers du conseil des relations de travail n os 096-04,
001-09, 184-10 : ordonnances du conseil annulées;
affaire renvoyée pour qu'une nouvelle décision soit
rendue conformément à l'ordonnance;
Dossiers du conseil des relations de travail n os 038-05,
166-10 : demande de contrôle judiciaire, rejetée;
Dossier du conseil des relations de travail n o 177-10 :
ordonnance du conseil annulée pour ce qui est du
moment du vote; affaire renvoyée pour qu'une
nouvelle décision soit rendue conformément à
l'ordonnance.
29 septembre 2011
Cour du Banc de la Reine de la Saskatchewan
(Juge Mills)
2011 SKQB 358
- 1322 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
31 décembre 2012
Cour d'appel de la Saskatchewan
(Juges Cameron, Gerwing et Jackson)
2012 SKCA 131
Appel du syndicat rejeté avec dépens en faveur de
Wal-Mart; appel incident accueilli avec dépens; sans
frais pour l'employé et le conseil des relations de
travail.
26 février 2013
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée.
35293
Los Angeles Salad Company Inc. and Los Angeles Salad International Inc. v. Canadian Food
Inspection Agency and Her Majesty the Queen in Right of Canada as represented by the
Attorney General of Canada (B.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Fish, Rothstein and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver), Number CA039160, 2013 BCCA 34, dated January 29, 2013, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie -Britannique (Vancouver),
numéro CA039160, 2013 BCCA 34, daté du 29 janvier 2013, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Torts – Negligence – Duty of care – Negligent investigation – Legislation – Interpretation – Motion to strike statement
of claim as disclosing no reasonable cause of action – Whether a duty of care exists – Did the Court of Appeal err in
concluding that it was plain and obvious, on the facts as pleaded, that the legislation did not contemplate or recognize
a private law duty of care – Did the Court of Appeal err in concluding that it was plain and obvious, on the facts as
pleaded, that there was no relationship of proximity between the parties – Did the Court of Appeal err in concluding
that the applicants’ claim did not fall within a recognized category namely, negligent inspection or investigation – Did
the Court of Appeal err in concluding that even if a prima facie duty of care arises, its existence is negated by
indeterminate liability.
The applicants distribute carrots for retail sale by Costco in Canada and the United States. In 2007, four cases of
Shigella were reported in the Calgary area. It is a disease that can be caused by contaminated food, and a possible
source was the applicants’ carrots, which may have been eaten by the persons affected. The Canadian Food Inspection
Agency, the Public Health Agency of Canada and Health Canada (the “regulatory agencies”) enforce compliance with
regulations prohibiting the sale of contaminated food in Canada. Their investigation into the reported illnesses led to
the voluntary recall of the baby carrots in Canada and the United States, causing economic los s to the applicants. The
applicants brought an action claiming negligence by the regulatory agencies in the way they conducted the
investigation, tested the food products and communicated warnings to the public and American regulators. They
alleged a breach of the duty of care owed them by the regulatory agencies and claimed compensation for their losses.
The Supreme Court of British Columbia granted an application by the regulatory agencies for an order striking the
applicants’ statement of claim and dismissing the action on the basis that it was plain and obvious that the regulatory
agencies did not owe the suppliers a private law duty of care. An appeal to the Court of Appeal for British Columbia
was dismissed.
- 1323 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
June 15, 2011
Supreme Court of British Columbia
(Harris J.)
2011 BCSC 779; S076293
Respondents’ application to strike statement of claim
and dismiss the applicants’ action, granted
January 29, 2013
Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver)
(Smith, Frankel and Bennett JJ.A.)
2013 BCCA 34; CA039160
Appeal dismissed
March 28, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Responsabilité délictuelle – Négligence – Obligation de diligence – Enquête négligente – Législation – Interprétation –
Requête visant à faire radier la déclaration au motif qu'elle ne révélait aucune cause raisonnable d'action – Existe-t-il
une obligation de diligence? – La Cour d'appel a-t-elle eu tort de conclure qu'il était évident et manifeste, compte tenu
des faits allégués, que la législation ne prévoyait ni ne reconnaissait aucune obligation de diligence de droit privé? –
La Cour d'appel a-t-elle eu tort de conclure qu'il était évident et manifeste, compte tenu des faits allégués, qu'il
n'existait entre les parties aucun lien de proximité? – La Cour d'appel a-t-elle eu tort de conclure que l'allégation des
demanderesses ne correspondait pas à une catégorie reconnue, à savoir l'inspection ou l'enquête négligentes? – La
Cour d'appel a-t-elle eu tort de conclure que même si une obligation de diligence prima facie prend naissance, son
existence est écartée par la responsabilité indéterminée?
Les demanderesses font la distribution de carottes pour la vente au détail par Costco au Canada et aux États -Unis. En
2007, quatre cas de Shigella ont été déclarés dans la région de Calgary. Il s'agit d'une maladie qui peut être causée par
les aliments contaminés et les carottes des demanderesses – qui ont pu être mangées par les personnes touchées – ont
pu en avoir été la source. L'Agence canadienne d'inspection des aliments, l'Agence de la santé publique du Canada et
Santé Canada (les « organismes de réglementation ») veillent à l'application des règlements interdisant la vente
d'aliments contaminés au Canada. Leur enquête sur les maladies déclarées a mené au rappel volontaire des minicarottes au Canada et aux États -Unis, ce qui a fait subir un préjudice financier aux demanderesses. Les demanderesses
ont intenté une action, alléguant que les organismes de réglementation avaient fait preuve de négligence dans la façon
dont ils avaient mené l'enquête, testé les produits alimentaires et communiqué les mises en garde au public et aux
organismes de réglementation américains. Elles ont allégué un manquement à l'obligation de diligence que les
organismes de réglementation avaient envers elles et ont demandé d'être indemnisées de leurs pertes.
La Cour suprême de la Colombie-Britannique a accueilli une requête des organismes de réglementation visant à
obtenir une ordonnance radiant la déclaration des demanderesses et rejetant l'action au motif qu'il était évident et
manifeste que les organismes de réglementation n'avaient envers les fournisseurs aucune obligation de diligence de
droit privé. Un appel à la Cour d'appel de la Colombie-Britannique a été rejeté.
15 juin 2011
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Harris)
2011 BCSC 779; S076293
Requête des intimées visant à faire radier la déclaration
et rejeter l'action des demanderesses, accueillie
- 1324 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
29 janvier 2013
Cour d'appel de la Colombie-Britannique
(Vancouver)
(Juges Smith, Frankel et Bennett)
2013 BCCA 34; CA039160
Appel rejeté
28 mars 2013
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
35308
Marc Charbonneau v. Her Majesty the Queen (Ont.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
Fish, Rothstein and Moldaver JJ.
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. The
application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C49981, 2012 ONCA
314, dated May 14, 2012, is dismissed without costs.
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est
accueillie. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C49981, 2012
ONCA 314, daté du 14 mai 2012, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
(PUBLICAT ION BAN IN CASE)
Criminal law – Evidence – Sexual assault – Whether a conviction can be reasonable when the identification evidence
of the complainant does not identify the accused.
Mr. Charbonneau was convicted of sexual assault. The only ev idence at trial directly implicating Mr. Charbonneau in
the sexual assault was the testimony of the complainant. The main issue at trial was identification.
On appeal, Mr. Charbonneau argued that the trial judge erred in her instructions to the jury co ncerning eyewitness
identification evidence. In addition, he submitted that the trial judge erred in ruling that, in the event that
Mr. Charbonneau elected to testify, he would be subject to cross -examination on his criminal record. The appeal was
dismissed.
February 3, 2006
Ontario Superior Court of Justice
(Aitken J.)
Applicant convicted of sexual assault
May 14, 2012
Court of Appeal for Ontario
(Weiler, Simmons and Cronk JJ.A.)
2012 ONCA 314; C49981
Appeal dismissed
- 1325 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
April 11, 2013
Supreme Court of Canada
Motion for an extension of time and Application for
leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
(ORDONNANCE DE NON -PUBLICAT ION DANS LE DOSSIER)
Droit criminel – Preuve – Agression sexuelle – Une déclaration de culpabilité peut-elle être raisonnable lorsque la
preuve d’identification présentée par la plaignante ne permet pas d’identifier l’accusé?
M. Charbonneau a été déclaré coupable d’agression sexuelle. Le seul élément de preuve produit au procès qui
impliquait directement M. Charbonneau dans l’agression sexuelle était le témoignage de la plaignante. La question
principale à trancher au procès était celle de l’identification.
M. Charbonneau a soutenu en appel que la juge du procès avait commis une erreur dans ses directives au jury
concernant la preuve d’identification par un témoin oculaire. Toujours selon lui, la juge du procès a décidé à tort qu’il
pourrait être contre-interrogé au sujet de son casier judiciaire s’il choisissait de témoigner. L’appel a été rejeté .
3 février 2006
Cour supérieure de justice de l’Ontario
(Juge Aitken)
Demandeur reconnu coupable d’agression sexuelle
14 mai 2012
Cour d’appel de l’Ontario
(Juges Weiler, Simmons et Cronk)
2012 ONCA 314; C49981
Appel rejeté
11 avril 2013
Cour suprême du Canada
Requête en prorogation de
d’autorisation d’appel déposées
35319
Stephen Fazekas v. Her Majesty the Queen (Ont.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
Fish, Rothstein and Moldaver JJ.
délai et
demande
The motion for an extension of time to serve and file an application for leave to appeal is granted. The
application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C54330, dated June 12,
2012, is dismissed without costs.
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est
accueillie. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C54330, daté du 12
juin 2012, est rejetée sans dépens.
- 1326 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
CASE SUMMARY
(PUBLICAT ION BAN IN CASE)
Charter of Rights – Criminal Law – Sentencing – Whether a sentence based on prior convictions is double
punishment, double jeopardy or cruel and unusual punishment in breach of s. 11(h) or s. 12 of the Charter – Whether
failure to adhere to Charter values during trial made the trial inherently unfair – Whether evidence of prior convictions
should have been excluded under s. 24 of the Charter because applicant could prove the Charter was infringed at each
of the previous trials.
The applicant walked into the complainant’s apartment through a partially open door, uninvited and without knocking.
He refused to leave when told to get out. He grabbed the complainant’s arm. He left when she picked up the phone to
call the police. Afterwards, he twice telephoned the complainant asking for money. A jury convicted the applicant on
counts of break and enter with intent to commit an indictable offence, assault, and criminal harassment. The
sentencing judge noted the applicant’s lengthy criminal record. The applicant was sentenced to 3 years for criminal
harassment, 12 months concurrent for entering a dwelling house with intent, and 6 months concurrent for assault. The
Court of Appeal dismissed an appeal from the convictions and sentences.
September 8, 2011
Ontario Superior Court of Justice
(Pourpore J.)
Convictions by jury for criminal harassment, assault,
and break and enter with intent to commit an indictable
offence
June 12, 2012
Court of Appeal for Ontario
(Laskin, Blair, Hoy JJ.A.)
(By Endorsement of Appeal Book)
Appeal from conviction and sentences dismissed
March 7, 2013
Supreme Court of Canada
Application for extension of time to serve and file
application for leave to appeal and Application for
leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
(ORDONNANCE DE NON -PUBLICAT ION DANS LE DOSSIER)
Charte des droits – Droit criminel – Détermination de la peine – Une peine fondée sur des condamnations antérieures
constitue-t-elle une double peine, un double péril ou une peine cruelle et inusitée en violation de l'al. 11h) ou de l'art.
12 de la Charte? – Le non-respect des valeurs de la Charte pendant le procès rend-il celui-ci inéquitable en soi? – La
preuve de condamnations antérieures aurait-elle dû être exclue en application de l'art. 24 de la Charte parce que le
demandeur pouvait prouver que la Charte avait été violée à chacun des procès antérieurs?
Le demandeur est entré dans l'appartement de la plaignante par une porte partiellement ouverte, sans invitation et sans
frapper. Il a refusé de partir lorsqu'elle lui a demandé de le faire. Il a empoigné la plaignante par le bras. Il a quitté
lorsqu'elle a pris le téléphone pour appeler la police. Par la suite, il a téléphoné à la plaignante à deux reprises pour lui
demander de l'argent. Un jury a déclaré le demandeur coupable sous des chefs d'introduction par effraction dans le but
de commettre un acte criminel, de voies de fait et de harcèlement criminel. Le juge qui a imposé la peine a noté les
lourds antécédents judiciaires du demandeur. Le demandeur a été condamné à une peine d’emprisonnement de trois
ans pour harcèlement criminel, une peine concurrente de douze mois d’emprisonnement pour introduction par
effraction dans une maison d'habitation dans le but de commettre un acte criminel et une peine concurrente de six mois
pour voies de fait. La Cour d'appel a rejeté un appel des déclarations de cu lpabilité et des peines.
- 1327 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
8 septembre 2011
Cour supérieure de justice de l'Ontario
(Juge Pourpore)
Déclaration de culpabilité par un jury de harcèlement
criminel, de voies de fait et d'introduction par
effraction dans le but de commettre un acte criminel
12 juin 2012
Cour d'appel de l'Ontario
(Juges Laskin, Blair et Hoy)
(Par inscription au cahier d'appel)
Appel de la déclaration de culpabilité et des peines,
rejeté
7 mars 2013
Cour suprême du Canada
Demande de prorogation du délai de signification et de
dépôt de la demande d'autorisation d'appel et demande
d'autorisation d'appel, déposées
35330
Peggy Charlene Salo and Gordon Salo v. S.J. Gossling, D.S. Dorland Limited, Hugh Spencer
MacIsaac, Kimberly Ann MacIsaac, Christina Johansen and Karsten Johansen (Ont.) (Civil)
(By Leave)
Coram :
Fish, Rothstein and Moldaver JJ.
The motion to strike in part the applicants’ memorandum of argument is granted with costs and the motion
to introduce fresh evidence is denied with costs. The application for leave to appeal from the judgment of the Court
of Appeal for Ontario, Number C55050, 2013 ONCA 98, dated February 19, 2013, is dismissed with costs to the
respondents S.J. Gossling and D.S. Dorland Limited.
La requête en radiation d’une partie du mémoire des demandeurs est accueillie avec dépens et la requête
pour déposer de nouveaux éléments de preuve est rejetée avec dépens. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt
de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C55050, 2013 ONCA 98, daté du 19 février 2013, est rejetée avec dépens en
faveur des intimés S.J. Gossling et D.S. Dorland Limited.
CASE SUMMARY
Property – Real property – Land registration – Rectification – Vendor subdividing property and selling lots to
purchasers subject to right-of-way along existing road to be used by all purchasers – Surveyors improperly indicating
location of right-of-way on reference plan registered under the Land Titles Act, R.S.O 1990, c. L.5 – How can the
finding of the Court of Appeal that even in the absence of actual notice the registered description of land is not
conclusive of the boundaries and extent of such land, be reconciled with the “indefeasibility of title” that is the essence
of the land titles systems? – Whether it is proper for an appellate court to “re-conceptualize” the issues so that they are
substantially different from the issues framed in the pleadings
In 1985, Mr. Kivikangas instructed the surveyors D.S. Dorland Limited and S.J. Gossling (collectively "Dorland") to
prepare a reference plan to sever land that he owned into three separate parcels with access to be provided via a right of-way over an existing gravel road. Mr. Kivikangas told Dorland to show the right-of-way as it existed on the
ground, curving around a large rock outcrop. Mr. Kivikangas advised each purchaser that the right-of-way was
located over the existing gravel road when each parcel was sold. Rather than indicating actual location of the road,
however, Dorland showed the gravel road defined by two straight lines without showing that it dipped to the south in
order to avoid the outcrop. This meant that part of the existing righ t-of-way was not located within Part 4, Plan 53R10717. For quite a number of years, everyone assumed that the right -of-way was located within Part 4. The
MacIsaacs had a survey prepared in 2005, however, that revealed that the portion of the road on the Salo property that
- 1328 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
circumvented the rock outcrop was outside the boundaries of Part 4. The dispute between the parties arose as a result
of the intensification of the use of the right-of-way by commercial trucks and heavy construction equipment. In 2007,
after learning of the discrepancy, the Salos barricaded the section of the road that was on their land and outside Part 4
on the R-Plan. The MacIsaacs and the Johanssens brought an action against the Salos and the surveyors, seeking
declaratory relief to secure access to their properties by the existing road and an order to rectify the register for land
titles under s. 160 of the Land Titles Act. The Salos counterclaimed against the Plaintiffs and the surveyors cross claimed against each other.
January 20, 2012
Ontario Superior Court of Justice
(Cornell J.)
2012 ONSC 337
Motion for rectification of register under Land Titles
Act, R.S.O 1990, c. L.5 dismissed
February 19, 2013
Court of Appeal for Ontario
(Winkler, LaForme and Cunningham JJ.A.)
2013 ONCA 98
Appeal allowed; register ordered rectified
April 22, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Biens – Biens réels – Enregistrement foncier – Rectification – Le vendeur a loti un bien-fonds et a vendu des lots à des
acheteurs sous réserve d'un droit de passage le long d’un chemin existant que devaient utiliser tous les acheteurs – Des
arpenteurs-géomètres ont mal indiqué l'emplacement du droit de passage sur le plan de renvoi étab li sous le régime de
la Loi sur l'enregistrement des droits immobiliers, L.R.O 1990, ch. L.5 – Comment peut-on concilier la conclusion de
la Cour d'appel selon laquelle, même en l'absence de connaissance réelle, la description enregistrée du bien -fonds n'est
pas déterminante des limites et de la superficie de ce bien -fonds avec le principe de l’« intangibilité des titres » qui est
de l'essence même des systèmes d'enregistrement foncier? – Une cour d'appel peut-elle à bon droit
« reconceptualiser » les questions en litige de manière à ce qu'elles diffèrent substantiellement des questions énoncées
dans les actes de procédure?
En 1985, M. Kivikangas a chargé les arpenteurs -géomètres D.S. Dorland Limited et S.J. Gossling (collectivement
« Dorland ») d'établir un plan de renvoi pour lotir le bien-fonds qui lui appartenait en trois parcelles séparées
auxquelles on pourrait avoir accès par un droit de passage sur le chemin de gravier existant. Monsieur Kivikangas a
demandé à Dorland de représenter le droit de pas sage tel qu'il existait sur le bien-fonds, c'est-à-dire en contournant un
important affleurement rocheux. Monsieur Kivikangas a informé chaque acheteur que le droit de passage était situé
sur le chemin de gravier existant lorsque chaque parcelle a été ven due. Toutefois, plutôt que d'indiquer l'emplacement
réel du chemin, Dorland a représenté le chemin de gravier comme deux lignes droites, sans montrer qu'il déviait vers
le sud pour éviter l'affleurement. Par conséquent, cette partie du droit passage exis tant n'était pas située à l'intérieur de
la Partie 4, Plan 53R-10717. Pendant de nombreuses années, tout le monde présumait que le droit de passage était
situé à l'intérieur de la Partie 4. Cependant, en 2005, les MacIsaac ont fait établir un levé qui rév élait que la partie du
chemin située sur le bien-fonds des Salo et qui contournait l'affleurement rocheux se trouvait à l'extérieur des limites
de la Partie 4. Le différend entre les parties a pris naissance à la suite de l'intensification de l'usage du d roit passage
par des camions commerciaux et du matériel de construction lourd. En 2007, après avoir pris connaissance de la
divergence, les Salo ont barricadé la section du chemin qui se trouvait sur leur bien -fonds et à l'extérieur de la Partie 4
sur le plan de renvoi. Les MacIsaac et les Johanssen ont intenté une action contre les Salo et les arpenteurs, sollicitant
un jugement déclaratoire pour garantir l'accès à leur bien -fonds par le chemin existant et une ordonnance pour rectifier
le registre des droits immobiliers en application de l'art. 160 de la Loi sur l'enregistrement des droits immobiliers. Les
- 1329 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Salo ont intenté une demande reconventionnelle contre les demandeurs en première instance et les géomètres se sont
poursuivis entre défendeurs.
20 janvier 2012
Cour supérieure de justice de l'Ontario
(Juge Cornell)
2012 ONSC 337
Motion en rectification du registre en vertu de la Loi
sur l'enregistrement des droits immobiliers, L.R.O
1990, ch. L.5, rejetée
19 février 2013
Cour d'appel de l'Ontario
(Juges Winkler, LaForme et Cunningham)
2013 ONCA 98
Appel accueilli, ordonnance de rectification du registre
22 avril 2013
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
35339
Her Majesty the Queen v. Sean Summers (Ont.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
Fish, Rothstein and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C53913,
2013 ONCA 147, dated March 12, 2013, is granted and the timelines are abridged to allow this case to be heard with
the case Her Majesty the Queen v. Level Aaron Carvery (35115).
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C53913, 2013 ONCA
147, daté du 12 mars 2013, est accueillie, et les délais sont abrégés pour que cet appel soit entendu avec l’appel Sa
Majesté la Reine c. Level Aaron Carvery (35115).
CASE SUMMARY
Criminal law – Sentencing – Credit for pre-trial custody – Is the unavailability of earned remission or parole to those
in remand custody a “circumstance” that may justify granting enhanced credit for pre -trial custody under s. 719(3.1) of
the Criminal Code.
The respondent pled guilty to manslaughter of his infant daughter. The infant sustained substantive severe and
devastating head injuries all of which were indicative of shaken baby syndrome. The sentencing judge determined
that the sentence should be 6 years and eight months which included credit of 1.5 to one credit for pre -trial custody.
The Court of Appeal dismissed the sentence appeal.
May 30, 2011
Ontario Superior Court of Justice
(Glithero J.)
Sentence imposed: 6 years and eight months wh ich
included credit of 1.5 to 1 for pre-trial custody
March 12, 2013
Court of Appeal for Ontario
(Cronk, Pepall, Tulloch JJ.A.)
2013 ONCA 147
Sentence appeal dismissed
- 1330 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
April 29, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit criminel – Détermination de la peine – Réduction de peine pour tenir compte de la période passée sous garde
avant le procès – L'impossibilité pour ceux qui sont en détention provisoire avant le prononcé de la sentence d'obtenir
une réduction de peine méritée ou une libération conditionnelle constitue -t-elle une « circonstance » qui peut justifier
l’allocation d’une réduction plus importante de la peine pour tenir compte de la période passée sous garde avant le
procès en application du par. 719(3.1) du Code criminel?
L'intimé a plaidé coupable d'homicide involontaire coupable de sa fille en bas âge. L’enfant a subi d’importantes
blessures graves et dévastatrices à la tête, toutes indicatives du syndrome du bébé secoué. Le ju ge chargé de
prononcer la peine a imposé une peine de six ans et huit mois qui comprenait une réduction de peine pour tenir compte
de la période passée sous garde avant le procès, c’est-à-dire un jour et demi de réduction pour chaque jour passé sous
garde. La Cour d'appel a rejeté l'appel de la peine.
30 mai 2011
Cour supérieure de justice de l'Ontario
(Juge Glithero)
Peine imposée : six ans et huit mois qui comprenait
une réduction de peine pour tenir compte de la période
passée sous garde avant le procès, c’est-à-dire un jour
et demi de réduction pour chaque jour passé sous garde
12 mars 2013
Cour d'appel de l'Ontario
(Juges Cronk, Pepall et Tulloch)
2013 ONCA 147
Appel de la peine rejeté
29 avril 2013
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
35343
Glenn Ross, Sam Nowaselski and Canadian Union of Public Employees, Local 1975 v. Stan
Rubin (Sask.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Fish, Rothstein and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Saskatchewan, Number
CACV 1973, 2013 SKCA 21, dated March 1, 2013, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Saskatchewan, numéro CACV 1973,
2013 SKCA 21, daté du 1er mars 2013, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Torts – Defamation – Defences – Absolute privilege – Qualified privilege – Trial judge finding that respondent had
- 1331 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
been defamed but concluding that applicants could rely on defence of qualified privilege – Whether Court of Appeal
erred in law in rejecting defence of absolute privilege – Whether Court of Appeal erred in law in rejecting defence of
qualified privilege.
The respondent is the former director of a veterinary teaching hospital. A member of the applicant union believed that
she was being harassed by some members of the faculty and some fellow union members at the hospital and filed a
grievance that was resolved in her favour. She later filed a second grievance report alleging harassment at h er
workplace. The second report accused the respondent not only of having refused to prevent the harassment, but of
being an active part of it himself. At the second step of the grievance procedure, the complaint was found to have had
no merit. The union decided to refer the matter to arbitration. A “Notice Re: Harassment Grievance” was prepared,
which attached the grievance report. The combined document was placed on eight public bulletin boards at the
hospital. The union also mailed a mini bulletin enclosing the grievance report and notice to its 1400 members and
later published it with its attachments on the union's website.
The respondent commenced an action in defamation against the applicants. The trial judge found that the respondent
had been defamed, but dismissed his claim, concluding that the applicants could rely on the defence of qualified
privilege. The respondent’s appeal was allowed by the Court of Appeal.
July 14, 2010
Court of Queen’s Bench for Saskatchewan
(Keene T.J.)
2010 SKQB 249
Respondent’s claim dismissed
March 1, 2013
Court of Appeal for Saskatchewan
(Klebuc C.J.S., Lane and Jackson JJ.A.)
2013 SKCA 21
Appeal allowed; cross-appeal dismissed
April 26, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Responsabilité délictuelle – Diffamation – Moyens de défense – Immunité absolue – Immunité relative – Le juge de
première instance a conclu que l'intimé avait été l'objet de diffamation, mais a conclu que les demandeurs pouvaient
invoquer la défense d'immunité relative – La Cour d'appel a-t-elle commis une erreur de droit en rejetant la défense
d'immunité absolue? – La Cour d'appel a-t-elle commis une erreur de droit en rejetant la défense d'immunité relative?
L'intimé est l'ancien directeur d'un hôpital d'enseignement de médecine vétérinaire. Une membre du syndicat
demandeur estimait avoir été l'objet de harcèlement par des membres du corps professoral et quelques collègues
syndiqués de l'hôpital et a déposé un grief qui a été réglé en sa faveur. Elle a subséquemment déposé un second
rapport de grief pour harcèlement à son lieu de travail. Dans le second rapport de grief, l'intimé était accusé non
seulement d'avoir refusé d'empêcher le harcèlement, mais d'y avoir lui-même pris part activement. À la deuxième
étape de la procédure de grief, la plainte a été jugée non fondée. Le syn dicat a décidé de renvoyer l'affaire à
l'arbitrage. Un [T RADUCT ION] « avis de grief pour harcèlement » a été rédigé et annexé au rapport de grief. Le
document en entier a été affiché sur huit babillards publics à l'hôpital. Le syndicat a également envoy é par la poste à
ses 1 400 membres un mini bulletin auquel étaient joints le rapport de grief et l'avis et qui a été publié plus tard avec
ses pièces jointes sur le site Web du syndicat.
- 1332 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
L'intimé a intenté une action en diffamation contre les demandeurs . Le juge de première instance a conclu que l'intimé
avait été l'objet de diffamation, mais il a rejeté la demande, concluant que les demandeurs pouvaient invoquer la
défense de l'immunité relative. La Cour d'appel a accueilli l'appel de l'intimé.
14 juillet 2010
Cour du Banc de la Reine de la Saskatchewan
(Juge Keene.)
2010 SKQB 249
Demande de l'intimé, rejetée
1er mars 2013
Cour d'appel de la Saskatchewan
(Juge en chef Klebuc, juges Lane et Jackson)
2013 SKCA 21
Appel accueilli; appel incident rejeté
26 avril 2013
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
35344
Joaquim Moreira, Moshe Bernstein and Remo Gigliotti v. Ontario Lottery and Gaming
Corporation, Falls Management Company, Falls Management Group, L.P., John Doe #1,
John Doe #2, John Doe #3 and Alcohol and Gaming Commission of Ontario (Ont.) (Civil)
(By Leave)
Coram :
Fish, Rothstein and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C55521,
2013 ONCA 121, dated February 26, 2013, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ont ario, numéro C55521, 2013 ONCA
121, daté du 26 février 2013, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Unjust enrichment – Summary judgment – Whether a judge on a summary judgment motion can adjudicate on the
merits of the claim on the basis of double or triple hearsay or whether, in light of the need for viva voce evidence, an
action must proceed to trial – Whether government funded casinos are entitled, at their discretion, to determine the
“rules of play” for the purposes of remaining exempt from criminal prosecution in s. 207 of the Criminal Code – What
are the factors that courts must consider in analyzing the third element of the unjust enrichment test established by the
Supreme Court of Canada in Garland v. Consumers Gas
The Applicants are high stakes gamblers who lost approximately $2.1 million while playing roulette at the Niagara
Fallsview Casino Resort over a period of three-and-a-half years. The Applicants claim that the casino operators had in
place a “floating ball rule” which permitted roulette dealers to remove a “floating ball” from a spinning roulette wheel
and to call a “no-spin”, ending the particular game and making all wagers void. Because the casino operators failed to
obtain the approval of the Alcohol and Gaming Commission of Ontario (“AGCO”) of their floating ball rule, the
Applicants say that the roulette games they played at the Fallsview Casino did not qualify for the Criminal Code
exemption from the prohibition against gambling and were therefore illegal. Accordingly, the Applicants sued the
casino operators and the AGCO in two separate actions claiming damages as well as the return of their gambling
- 1333 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
losses. On a summary judgment motion to dismiss the Applicants’ actions, it was concluded that, even if the roulette
games were illegal, the Applicants would not be entitled to a remedy in this case. The motions judge relied
significantly on the fact that the Applicants’ wagers were returned whenever the floating ball practice was invoked.
The motions judge therefore dismissed the Applicants’ actions and also granted summary judgment to the Ontario
Lottery and Gaming Corporation (the “OLGC”) with respect to two actions by the OLGC fo r recovery of the amount
owing on gambling loans made to two of the Applicants. The Court of Appeal dismissed the appeals.
April 30, 2012
Ontario Superior Court of Justice
(Belobaba J.)
2012 ONSC 2304; CV-08-352327;
CV-08-356748
Respondents’ motion for summary judgment granted;
Applicants’ actions dismissed
February 26, 2013
Court of Appeal for Ontario
(Simmons, Armstrong and Watt JJ.A.)
2013 ONCA 121; C55521 & C55527
Appeals dismissed
April 29, 2013
Supreme Court of Canada
Applications for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Enrichissement injustifié – Jugement sommaire – Le juge saisi d’une requête en jugement sommaire peut-il statuer sur
le bien-fondé de la réclamation compte tenu du double ou triple ouï-dire ou faut-il instruire l’action en raison de la
nécessité d’entendre les témoins? – Les casinos financés par l’État ont-ils le droit de fixer à leur gré les [T RADUCT ION]
« règles du jeu » pour continuer de se prévaloir de la protection offerte à l’art. 207 du Code criminel contre les
poursuites criminelles? – Quels sont les facteurs dont doivent tenir compte les tribunaux lorsqu’ils analysent le
troisième élément du critère d’enrichissement injustifié établi par la Cour suprême du Canada dans Garland c.
Consumers Gas?
Les demandeurs sont de grands parieurs qui ont perdu environ 2,1 millions de dollars en jouant à la roulette au Niagara
Fallsview Casino Resort pendant trois ans et demi. Selon eux, les exploitants du casino ont établi une [ T RADUCT ION]
« règle de la bille flottante » qui permet aux croupiers d’enlever une « bille flottante » d’une roulette qui tourne et de
déclarer [T RADUCT ION] « partie annulée », ce qui met fin à la partie en question et annule toutes les mises. Puisque les
exploitants du casino n’ont pas fait approuver leur règle de la bille flottante par la Commission des alcools et des jeux
de l’Ontario (« CAJO »), les demandeurs affirment que les parties de roulette qu’ils ont jouées au casino Fallsview ne
répondaient pas aux conditions de l’exemption prévue au Code criminel concernant l’interdiction des paris et qu’elles
étaient donc illégales. Par conséquent, les demandeurs ont intenté contre les exploitants du casino et la CAJO deux
actions distinctes dans lesquelles ils leur réclament des dommages -intérêts et le remboursement de leurs pertes en
paris. Dans la décision sur la requête en jugement sommaire rejetant les actions des demandeurs, il est conclu que les
demandeurs n’auraient pas droit à une réparation en l’espèce même si les parties de roulet te étaient illégales. Le juge
des requêtes a accordé une grande importance au fait que les mises avaient été remboursées aux demandeurs chaque
fois que la règle de la bille flottante avait été appliquée. Le juge des requêtes a donc rejeté les actions des demandeurs
et rendu un jugement sommaire en faveur de la Société des loteries et des jeux de l’Ontario (« SLJO ») relativement
aux deux actions intentées par cette dernière pour obtenir le remboursement du solde des prêts pour paris consentis à
deux des demandeurs. La Cour d’appel a rejeté les appels.
- 1334 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
30 avril 2012
Cour supérieure de justice de l’Ontario
(Juge Belobaba)
2012 ONSC 2304; CV-08-352327;
CV-08-356748
Requête des intimés en jugement sommaire accueillie;
action des demandeurs rejetée
26 février 2013
Cour d’appel de l’Ontario
(Juges Simmons, Armstrong et Watt)
2013 ONCA 121; C55521 & C55527
Appels rejetés
29 avril 2013
Cour suprême du Canada
Demandes d’autorisation d’appel déposées
35345
C-Map USA Inc. and Doe Co. v. Nautical Data International, Inc. and Her Majesty in Right
of Canada AND BETWEEN Navionics Inc. and Doe Co. v. Nautical Data International, Inc.
and Her Majesty in Right of Canada (F.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Fish, Rothstein and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Federal Court of Appeal, Numbers A -115-12
and A-116-12, 2013 FCA 63, dated March 1, 2013, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel fédérale, numéros A-115-12 et A-116-12,
2013 CAF 63, daté du 1er mars 2013, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
(SEALING ORDER)
Judgments and orders — Summary judgment — Intellectual property — Copyright — Infringement — Appeal by
plaintiff from summary judgment dismissing actions for copyright infringement allowed — Whether express use of
the word “sole” in licence agreement was indicative of an exclusive licence, rather than a sole licence.
In 1993, Nautical Data International Inc. (“NDI”), entered into a licence agreement with Canadian Hydrographic
Service (CHS), a federal government agency that produced hydrographic navigation charts, with respect to the data
used to produce the charts. Under the terms of the agreement, CHS provided the raw data and data source materials
used in the preparation of the CHS paper charts (“CHS Works”) for conversion into electronic charts and updates.
After CHS verified the accuracy of its electronic charts, NDI reproduced them in a variety of digital formats which it
licensed to various others. The copyright in the CHS paper charts belonged to the Crown. C-Map USA Inc. and
Navionics Inc. produced electronic vector charts and charting systems for use in marine, aeronautical and land
navigation. Both companies also used CHS charts to produce their digital charts. NDI brought copyright infringement
actions against C-Map USA Inc. and Navionics Inc. C-Map USA Inc. and Navionics Inc. brought motions for
summary judgment to dismiss the actions on the basis that NDI did not have standing to sue for damages for copyright
infringement as it was not an exclusive licensee of the CHS Works.
- 1335 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
March 13, 2012
Federal Court
(Zinn J.)
2012 FC 300
Applicants’ motions for summary judgment
granted
March 1, 2013
Federal Court of Appeal
(Nadon, Sharlow and Dawson JJ.A.)
2013 FCA 63
Appeals allowed
April 30, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
(ORDONNANCE DE MISE SOUS SCELLÉS)
Jugements et ordonnances — Jugement sommaire — Propriété intellectuelle — Droit d'auteur — Contrefaçon —
Appel interjeté par la demanderesse en première instance d'un jugement sommaire rejetant des actions en contrefaçon
de droit d'auteur, accueilli — L'utilisation expresse du mot « unique » (sole) dans un accord de licence était-elle
indicative d'une licence exclusive, plutôt qu'une licence unique?
En 1993, Nautical Data International Inc. (« NDI »), a conclu un accord de licence avec le Service hydrographique du
Canada (SHC), un organisme gouvernemental fédéral qui produisait des cartes hydrographiques de navigation, portant
sur les données utilisées pour produire les cartes. Aux termes de l'accord, le SHC fournissait les données brutes et les
sources de données servant à l’élaboration des cartes papier du SHC (« les œuvres du SHC ») pour conversion en
cartes électroniques et mises à jour électroniques. Après que le SHC avait vérifié l’exactitude de ses cartes
électroniques, NDI les reproduisait dans une diversité de supports numériques pour lesquels NDI concédait une
licence à des tiers. La Couronne est titulaire du droit d'auteur à l'égard des ca rtes papier du SHC. C-Map USA Inc. et
Navionics Inc. produisent des cartes vectorielles électroniques et des systèmes d’établissement de cartes pour
utilisation dans la navigation maritime, aéronautique et terrestre. Les deux compagnies utilisaient aussi des cartes du
SHC pour produire leurs cartes numériques. NDI a intenté des actions en contrefaçon de droit d'auteur contre C-Map
USA Inc. et Navionics Inc. C-Map USA Inc. et Navionics Inc. ont présenté des requêtes en jugement sommaire en vue
de rejeter les actions au motif que NDI n'avait pas qualité pour intenter une poursuite en dommages -intérêts pour
contrefaçon de droit d'auteur, puisqu'elle n'était pas titulaire d'une licence exclusive à l'égard des œuvres du SHC.
13 mars 2012
Cour fédérale
(Juge Zinn)
2012 FC 300
Requête des demanderesses en jugement sommaire,
accueillie
1er mars 2013
Cour d'appel fédérale
(Juges Nadon, Sharlow et Dawson)
2013 FCA 63
Appels accueillis
- 1336 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
30 avril 2013
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
35346
Tebaldo Barbuscio v. Ontario Lottery and Gaming Corporation, Falls Managment Company,
Falls Management Group, L.P., John Doe #1, John Doe #2, John Doe #3 and Alcohol and
Gaming Commission of Ontario (Ont.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Fish, Rothstein and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C55527,
2013 ONCA 121, dated February 26, 2013, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C55527, 2013 ONCA
121, daté du 26 février 2013, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Unjust enrichment – Summary judgment – Whether a judge on a summary judgment motion can adjudicate on the
merits of the claim on the basis of double or triple hearsay or whether, in light of the need for viva voce evidence, an
action must proceed to trial – Whether government funded casinos are entitled, at their discretion, to determine the
“rules of play” for the purposes of remaining exempt from criminal prosecution in s. 207 of the Criminal Code – What
are the factors that courts must consider in analyzing the third element of the unjust enrichment test established by the
Supreme Court of Canada in Garland v. Consumers Gas
The Applicants are high stakes gamblers who lost approximately $2.1 million while playing roulette at the Niagara
Fallsview Casino Resort over a period of three-and-a-half years. The Applicants claim that the casino operators had in
place a “floating ball rule” which permitted roulette dealers to remove a “floating ball” from a spinning rou lette wheel
and to call a “no-spin”, ending the particular game and making all wagers void. Because the casino operators failed to
obtain the approval of the Alcohol and Gaming Commission of Ontario (“AGCO”) of their floating ball rule, the
Applicants say that the roulette games they played at the Fallsview Casino did not qualify for the Criminal Code
exemption from the prohibition against gambling and were therefore illegal. Accordingly, the Applicants sued the
casino operators and the AGCO in two separate actions claiming damages as well as the return of their gambling
losses. On a summary judgment motion to dismiss the Applicants’ actions, it was concluded that, even if the roulette
games were illegal, the Applicants would not be entitled to a remedy in this case. The motions judge relied
significantly on the fact that the Applicants’ wagers were returned whenever the floating ball practice was invoked.
The motions judge therefore dismissed the Applicants’ actions and also granted summary judgment to the Ontario
Lottery and Gaming Corporation (the “OLGC”) with respect to two actions by the OLGC for recovery of the amount
owing on gambling loans made to two of the Applicants. The Court of Appeal dismissed the appeals.
Respondents’ motion for summary judgment granted;
Applicants’ actions dismissed
April 30, 2012
Ontario Superior Court of Justice
(Belobaba J.)
2012 ONSC 2304; CV-08-352327;
CV-08-356748
- 1337 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
February 26, 2013
Court of Appeal for Ontario
(Simmons, Armstrong and Watt JJ.A.)
2013 ONCA 121; C55521 & C55527
Appeals dismissed
April 29, 2013
Supreme Court of Canada
Applications for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Enrichissement injustifié – Jugement sommaire – Le juge saisi d’une requête en jugement sommaire peut-il statuer sur
le bien-fondé de la réclamation compte tenu du double ou triple ouï-dire ou faut-il instruire l’action en raison de la
nécessité d’entendre les témoins? – Les casinos financés par l’État ont-ils le droit de fixer à leur gré les [T RADUCT ION]
« règles du jeu » pour continuer de se prévaloir de la protection offerte à l’art. 207 du Code criminel contre les
poursuites criminelles? – Quels sont les facteurs dont doivent tenir compte les tribunaux lorsqu’ils analysent le
troisième élément du critère d’enrichissement injustifié établi par la Cour suprême du Canada dans Garland c.
Consumers Gas?
Les demandeurs sont de grands parieurs qui ont perdu environ 2,1 millions de dollars en jouant à la roulette au Niagara
Fallsview Casino Resort pendant trois ans et demi. Selon eux, les exploitants du casino ont établi une [ T RADUCT ION]
« règle de la bille flottante » qui permet aux croupiers d’enlever une « bille flottante » d’une roulette qui tourne et de
déclarer [T RADUCT ION] « partie annulée », ce qui met fin à la partie en question et annule toutes les mises. Puisque les
exploitants du casino n’ont pas fait approuver leur règle de la bille flottante par la Commission des alcools et des jeux
de l’Ontario (« CAJO »), les demandeurs affirment que les parties de roulette qu’ils ont jouées au casino Fallsview ne
répondaient pas aux conditions de l’exemption prévue au Code criminel concernant l’interdiction des paris et qu’elles
étaient donc illégales. Par conséquent, les demandeurs ont intenté contre les exploitants du casino et la CAJO deux
actions distinctes dans lesquelles ils leur réclament des dommages -intérêts et le remboursement de leurs pertes en
paris. Dans la décision sur la requête en jugement sommaire rejetant les actions des demandeurs, il est conclu que les
demandeurs n’auraient pas droit à une réparation en l’espèce même si les parties de roulette étaient illégales. Le juge
des requêtes a accordé une grande importance au fait que les mises avaient été remboursées aux demandeurs chaque
fois que la règle de la bille flottante avait été appliquée. Le juge des requêtes a donc rejeté les actions des demandeurs
et rendu un jugement sommaire en faveur de la Société des loteries et des jeux de l’Ontario (« SLJO ») relativement
aux deux actions intentées par cette dernière pour obtenir le remboursement du solde des prêts pour paris consentis à
deux des demandeurs. La Cour d’appel a rejeté les appels.
30 avril 2012
Cour supérieure de justice de l’Ontario
(Juge Belobaba)
2012 ONSC 2304; CV-08-352327;
CV-08-356748
Requête des intimés en jugement sommaire accueillie;
action des demandeurs rejetée
26 février 2013
Cour d’appel de l’Ontario
(Juges Simmons, Armstrong et Watt)
2013 ONCA 121; C55521 & C55527
Appels rejetés
- 1338 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Demandes d’autorisation d’appel déposées
29 avril 2013
Cour suprême du Canada
35353
Canadian Artists’ Representation/Front des artistes canadiens and Regroupement des
artistes en arts visuels du Québec v. National Gallery of Canada (F.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Fish, Rothstein and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Federal Court of Appeal, Number A -84-12,
2013 FCA 64, dated March 4, 2013, is granted with costs in the cause.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel fédérale, numéro A -84-12, 2013 CAF 64,
daté du 4 mars 2013, est accueillie avec dépens suivant l’issue de la cause.
CASE SUMMARY
Labour relations – Collective bargaining – Duty to bargain in good faith – Administrative law – Judicial review –
Copyright – Canadian Artists and Producers Professional Relations Tribunal finding that National Gallery failed to
bargain in good faith when it reversed its bargaining position and refused to negotiate minimum fees for right to use
existing works – Whether Copyright Act precludes artists’ associations from bargaining minimum fees in scale
agreements, pursuant to Status of the Artist Act, for pre-existing works – Whether appellate court can set aside labour
tribunal’s finding that party breached its duty to bargain in good faith solely on basis that tribunal misinterpreted
legislative scope of collective bargaining – Status of the Artist Act, S.C. 1992, c. 33 – Copyright Act, R.S.C. 1985,
c. C-42.
The Canadian Artists and Producers Professional Relations Tribunal certified the applicants as the representative
organizations for visual artists in Canada. In 2003, the applicants began negotiating with the National Gallery, and
those negotiations covered the issue of minimum fees for the use of existing works. In 2007 the National Gallery was
provided with a legal opinion whose ultimate conclusion was that it could legitimately refuse to discuss c opyright
issues with the applicants. It later presented a revised draft scale agreement to the applicants in which all references to
the minimum fees for the use of existing works had been removed.
The applicants filed a complaint with the Tribunal, which found that the National Gallery failed to bargain in good
faith when it reversed its bargaining position and refused to bargain minimum fees for the right to use existing works
with the applicants after having done so for many months. The Federal Co urt of Appeal, in a majority judgment,
allowed the National Gallery’s application for judicial review and set aside the Tribunal’s decision.
March 4, 2013
Federal Court of Appeal
(Noël, Pelletier (dissenting) and Trudel JJ.A.)
2013 FCA 64
Application for judicial review allowed
May 3, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
- 1339 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Relations du travail – Négociations collectives – Obligation de négocier de bonne foi – Droit administratif – Contrôle
judiciaire – Droit d’auteur – Conclusion du Tribunal canadien des relations professionnelles artistes -producteurs que le
Musée des Beaux-Arts n’a pas négocié de bonne foi lorsqu’il est revenu sur sa position de négociation et a refusé de
négocier les tarifs minimums pour l’utilisation d’œuvres existantes – La Loi sur le droit d’auteur empêche-t-elle les
associations d’artistes de négocier les tarifs minimums fixés dans les accords -cadres en application de la Loi sur le
statut de l’artiste pour l’utilisation d’œuvres préexistantes? – Une cour d’appel peut-elle annuler la conclusion du
tribunal du travail qu’une partie a manqué à son obligation de négocier de bonne foi uniquement pour le motif que le
tribunal a mal interprété la portée légale de la négociation collective? – Loi sur le statut de l’artiste, L.C. 1992, ch. 33
– Loi sur le droit d’auteur, L.R.C. 1985, ch. C-42.
Le Tribunal canadien des relations professionnelles artistes -producteurs a accrédité les demandeurs en tant
qu’organisations représentatives des artistes canadiens en arts visuels. En 2003, les demandeurs ont commen cé à
négocier avec le Musée des Beaux-Arts, notamment à propos des tarifs minimums pour l’utilisation d’œuvres
existantes. En 2007, le Musée des Beaux-Arts a reçu un avis juridique dont l’ultime conclusion était que le Musée des
Beaux-Arts pouvait légitimement refuser de discuter avec les demandeurs des questions de droit d’auteur. Il a par la
suite présenté une version révisée de l’accord-cadre, dans laquelle toutes les mentions des tarifs minimums pour
l’utilisation des œuvres existantes avaient été supprimées.
Les demandeurs ont déposé une plainte au Tribunal, qui a conclu que le Musée des Beaux-Arts n’avait pas négocié de
bonne foi lorsqu’il était revenu sur sa position de négociation et avait refusé de négocier les tarifs minimums pour
l’utilisation d’œuvres existantes avec les demandeurs après l’avoir fait pendant plusieurs mois. Les juges majoritaires
de la Cour d’appel fédérale ont accueilli la demande de contrôle judiciaire présentée par le Musée des Beaux-Arts et
annulé la décision du Tribunal.
4 mars 2013
Cour d’appel fédérale
(Juges Noël, Pelletier (dissident) et Trudel)
2013 CAF 64
Demande de contrôle judiciaire accueillie
3 mai 2013
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée
35358
Enterprise Cape Breton Corporation (formerly Cape Breton Development Corporation) v.
Peter Hogan, Nova Scotia Workers’ Compensation Appeals Tribunal, Workers ’
Compensation Board and Attorney General of Nova Scotia (N.S.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Fish, Rothstein and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Nova Scotia Court of Appeal, Number CA
385259, 2013 NSCA 33, dated March 7, 2013, is dismissed with no order as to costs .
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Nouvelle-Écosse, numéro CA 385259,
2013 NSCA 33, daté du 7 mars 2013, est rejetée sans ordonnance quant aux dépens.
- 1340 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
CASE SUMMARY
Administrative law – Appeals - Standard of review - Workers’ compensation - Respondent tribunal deciding that
respondent worker’s Early Retirement Incentive Program benefits should not be included in calculation of post -injury
earnings for purposes of determining Temporary Earnings -Replacement Benefit payment - Court of Appeal dismissing
applicant employer’s appeal - How is standard of reasonableness to be applied when reviewing administrative
decision-maker’s interpretation of its home statute? - Workers’ Compensation Act, S.N.S. 1994-95, c. 10, ss. 37, 38,
39, 42, 256(1).
The respondent Peter Hogan started work in the mines of Cape Breton in 1977 as an employee of Cape Breton
Development Corporation. When mining operations shut down in 2001 Mr. Hogan was eligible to apply for benefits
under an Early Retirement Incentive Program (ERIP), which he began receiving in April 2002. After the mines closed
Mr. Hogan was able to find alternate employment. In 2008 he required surgery on his right knee followed by a total
knee replacement in December 2009. He was unable to return to his employment as an electrician after his surgery,
and began receiving Temporary Earnings -Replacement Benefit (TERB). The respondent Tribunal decided that
Mr. Hogan’s ERIP benefits should not be included in the calculation of his post -injury earnings and deducted from his
TERB payment. The Court of Appeal dismissed the applicant employer’s appeal.
February 10, 2012
Nova Scotia Workers’ Compensation Appeals
Tribunal
(Louanne Labelle, Sandy MacIntosh and
K. Andrew MacNeil)
Appeal dismissed
March 7, 2013
Nova Scotia Court of Appeal
(Saunders, Hamilton and Farrar JJ.A.)
2013 NSCA 33
Appeal dismissed
May 6, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit administratif – Appels - Norme de contrôle - Accidents du travail - Le tribunal administratif intimé a statué que
les prestations du programme d'encouragement à la retraite anticipée du travailleur intimé ne devaient pas être incluses
dans le calcul des gains postérieurs à la blessure aux fins de d éterminer le paiement des prestations de remplacement
du revenu temporaire - La Cour d'appel a rejeté l'appel de l'employeur demandeur - Comment faut-il appliquer la
norme de la décision raisonnable dans le contrôle de l'interprétation que fait un décideur administratif de sa loi
constitutive? - Workers’ Compensation Act, S.N.S. 1994-95, ch. 10, art. 37, 38, 39, 42, 256(1).
L'intimé Peter Hogan a commencé à travailler dans les mines du Cap Breton en 1977 comme employé de Cape Breton
Development Corporation. Lorsque que les activités minières ont cessé en 2001, M. Hogan avait le droit de demander
des prestations sous le régime d’un programme d'encouragement à la retraite anticipée (PERA), qu'il a commencé à
recevoir en avril 2002. Après la fermeture des mines, M. Hogan a pu se trouver un autre emploi. En 2008 il a dû subir
une chirurgie au genou droit, suivie d'une arthroplastie totale du genou en décembre 2009. Il a été incapable de
reprendre son emploi comme électricien après sa chirurgie et il a commencé à recevoir des prestations de
remplacement du revenu temporaire (PRRT). Le tribunal administratif intimé a statué que les prestations du PERA de
- 1341 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
M. Hogan ne devaient pas être incluses dans le calcul de ses gains postérieurs à la blessure et déduites de ses PRRT.
La Cour d'appel a rejeté l'appel de l'employeur demandeur.
10 février 2012
Nova Scotia Workers’ Compensation Appeals
Tribunal
(Louanne Labelle, Sandy MacIntosh et
K. Andrew MacNeil)
Appel rejeté
7 mars 2013
Cour d'appel de la Nouvelle-Écosse
(Juges Saunders, Hamilton et Farrar)
2013 NSCA 33
Appel rejeté
6 mai 2013
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
35369
Deutsche Lufthansa Aktiengesellschaft v. Bulent Unlu and Attorney General of British
Columbia (B.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Fish, Rothstein and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver), Number CA039700, 2013 BCCA 112, dated March 14, 2013, is dismissed with costs to the respondent,
Bulent Unlu.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie - Britannique (Vancouver),
numéro CA039700, 2013 BCCA 112, daté du 14 mars 2013, est rejetée avec d épens en faveur de l’intimé, Bulent
Unlu.
CASE SUMMARY
Constitutional law – Division of powers – Federal paramountcy – Whether Court of Appeal erred in holding that the
Business Practices and Consumer Protection Act, S.B.C. 2004, c. 2 was constitutionally operable and applicable to the
conduct alleged by the respondent, Mr. Unlu – Whether Court of Appeal erred in holding that the Act was not rendered
inoperable or inapplicable by virtue of doctrine of paramountcy or doctrine of interjurisdictional immunity
The representative plaintiff, Mr. Unlu, in proposed class proceedings asserted that by including an international fuel
surcharge coded as "YQ" within the tax portion of his electronic airline tickets, the defenda nts Air Canada and
Deutsche Lufthansa Aktiengesellschaft (the “Airlines”) engaged in a deceptive act or practice, contrary to the Business
Practices and Consumer Protection Act (the "BPCPA"). Mr. Unlu alleged that the Airlines falsely represented that the
"YQ" charge was a tax charged and collected by the Airlines on behalf of a third -party government body, rather than a
surcharge collected for the Airlines themselves. The Airlines denied Mr. Unlu's allegations and asserted that the
BPCPA was constitutionally inapplicable to airline ticketing practices, and inapplicable to them because they were
federally regulated undertakings. The Airlines filed and served a Notice of Constitutional Question. They applied for
a summary trial and sought declarations that the BPCPA was constitutionally inapplicable to them by virtue of the
doctrine of paramountcy, or, alternatively, the doctrine of interjurisdictional immunity. The Airlines submitted that if
they obtained the declarations they sought, Mr. Unlu’s actions had to be dismissed.
- 1342 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
January 18, 2012
Supreme Court of British Columbia
(Adair J.)
Airline’s application for declaration that Business
Practices and Consumer Protection Act was
constitutionally inapplicable to it dismissed
March 14, 2013
Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver)
(Tysoe, Neilson and Bennett JJ.A.)
2013 BCCA 112
Appeal dismissed
May 10, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit constitutionnel – Séparation des pouvoirs – Prépondérance fédérale – La Cour d’appel a-t-elle fait erreur en
concluant que la Business Practices and Consumer Protection Act, S.B.C. 2004, ch. 2 (« Loi »), était
constitutionnellement opérante et applicable aux actes allégués par M. Unlu, un des intimés? – La Cour d’appel
a-t-elle commis une erreur en concluant que la Loi n’était pas inopérante ou inapplicable du fait de la doctrine de la
prépondérance fédérale ou de celle de l’exclusivité des compétences?
M. Unlu, le représentant des demandeurs du recours collectif projeté, a affirmé qu’en ajoutant un supplément désigné
par le code « YQ » pour le carburant à l’égard de leurs vols internationaux aux taxes sur ses billets d’avion
électroniques, les défenderesses, Air Canada et Deutsche Lufthansa Aktiengesellschaft (les « lignes aériennes »), se
sont livrées à une pratique ou à un acte trompeur, en contravention de la Business Practices and Consumer Protection
Act (la « BPCPA »). Selon M. Unlu, les lignes aériennes ont faussement déclaré que la majoration « YQ » était une
taxe imposée et perçue par les lignes aériennes pour le compte d’un organisme gouvernemental tiers plutôt qu’une
majoration perçue au profit des lignes aériennes elles -mêmes. Les lignes aériennes ont nié les allégations de M. Unlu
et fait valoir que la BPCPA était constitutionnellement inapplicable à leurs pratiques en matière de vente de billets
d’avion et à elles parce qu’elles sont des entreprises assujetties à la réglementation fédérale. Les lignes aérien nes ont
déposé et signifié un avis de question constitutionnelle. Elles ont demandé la tenue d’un procès sommaire et un
jugement déclarant que la BPCPA leur est constitutionnellement inapplicable du fait de la doctrine de la
prépondérance fédérale ou, subsidiairement, de la doctrine de l’exclusivité des compétences. Les lignes aériennes ont
soutenu que la poursuite de M. Unlu doit être rejetée si elles obtiennent le jugement déclaratoire qu’elles ont demandé.
18 janvier 2012
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Adair)
Demande de la ligne aérienne visant à obtenir un
jugement déclarant que la Business Practices and
Consumer Protection Act lui est constitutionnellement
inapplicable, rejetée
14 mars 2013
Cour d’appel de la Colombie-Britannique
(Vancouver)
(Juges Tysoe, Neilson et Bennett)
2013 BCCA 112
Appel rejeté
- 1343 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Demande d’autorisation d’appel déposée
10 mai 2013
Cour suprême du Canada
35370
Air Canada v. Bulent Unlu and Attorney General of British Columbia (B.C.) (Civil)
(By Leave)
Coram :
Fish, Rothstein and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver), Number CA039699, 2013 BCCA 112, dated March 14, 2013 is dismissed with costs to the respondent,
Bulent Unlu.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie -Britannique (Vancouver),
numéro CA039699, 2013 BCCA 112, daté du 14 mars 2013, est rejetée avec dépens en faveur de l’intimé, Bulent
Unlu.
CASE SUMMARY
Constitutional law – Division of powers – Federal paramountcy – Whether the Court of Appeal erred in holding that
the Business Practices and Consumer Protection Act, S.B.C. 2004, c. 2 (“Act”) was constitutionally operable and
applicable to the conduct alleged by the respondent, Mr. Unlu, against the applicant, and in particular erred by holding
that the Act was not rendered inoperable or inapplicable by virtue of the doctrine of paramountcy or the doctrine of
interjurisdictional immunity
The representative plaintiff, Mr. Unlu, in proposed class proceedings asserted that by including an international fuel
surcharge coded as "YQ" within the tax portion of his electronic airline tickets, the defendants Air Canada and
Deutsche Lufthansa Aktiengesells chaft (the “Airlines”) engaged in a deceptive act or practice, contrary to the Business
Practices and Consumer Protection Act (the "BPCPA"). Mr. Unlu alleged that the Airlines falsely represented that
the "YQ" charge was a tax charged and collected by the Airlines on behalf of a third-party government body, rather
than a surcharge collected for the Airlines themselves. The Airlines denied Mr. Unlu's allegations and asserted that
the BPCPA was constitutionally inapplicable to airline ticketing practices, and inapplicable to them because they were
federally regulated undertakings. The Airlines filed and served a Notice of Constitutional Question. They applied for
a summary trial and sought declarations that the BPCPA was constitutionally inapplicable to them by virtue of the
doctrine of paramountcy, or, alternatively, the doctrine of interjurisdictional immunity. The Airlines submitted that if
they obtained the declarations they sought, Mr. Unlu’s actions had to be dismissed.
January 18, 2013
Supreme Court of British Columbia
(Adair J.)
Airline’s application for declaration that Business
Practices and Consumer Protection Act was
constitutionally inapplicable to it dismissed
March 14, 2013
Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver)
(Tysoe, Neilson and Bennett JJ.A.)
Appeal allowed in part to change wording of
application judge’s order; otherwise appeal dismissed
- 1344 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
May 10, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit constitutionnel – Séparation des pouvoirs – Prépondérance fédérale – La Cour d’appel a-t-elle fait erreur en
concluant que la Business Practices and Consumer Protection Act, S.B.C. 2004, ch. 2 (« Loi »), était
constitutionnellement opérante et applicable aux actes reprochés par M. Unlu, un des intimés, à la demanderesse, et
plus précisément en concluant que la Loi n’était pas inopérante ou inapplicable du fait de la doctrine de la
prépondérance fédérale ou de celle de l’exclusivité des compétences?
M. Unlu, le représentant des demandeurs du recours collectif projeté, a affirmé qu’en ajoutant un supplément désigné
par le code « YQ » pour le carburant à l’égard de leurs vols internationaux aux taxes sur ses billets d’avion
électroniques, les défenderesses, Air Canada et Deutsche Lufthansa Aktiengesellschaft (les « lignes aériennes »), se
sont livrées à une pratique ou à un acte trompeur, en contravention de la Business Practices and Consumer Protection
Act (la « BPCPA »). Selon M. Unlu, les lignes aériennes ont faussement déclaré que la majoration « YQ » était une
taxe imposée et perçue par les lignes aériennes pour le compte d’un organisme gouvernemental tiers plutôt qu’une
majoration perçue au profit des lignes aériennes elles -mêmes. Les lignes aériennes ont nié les allégations de M. Unlu
et fait valoir que la BPCPA était constitutionnellement inapplicable à leurs pratiques en matière de vente de billets
d’avion et à elles parce qu’elles sont des entreprises assujetties à la réglementation fédérale. Les lignes aériennes ont
déposé et signifié un avis de question constitutionnelle. Elles ont demandé la tenue d’un procès sommaire et un
jugement déclarant que la BPCPA leur est constitutionnellement inapplicable du fait de la doctrine de la
prépondérance fédérale ou, subsidiairement, de la doctrine de l’exclusivité des compétences. Les lignes aériennes ont
soutenu que la poursuite de M. Unlu doit être rejetée si elles obtiennent le jugement déclaratoire qu’elles ont demandé.
18 janvier 2013
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Adair)
Demande de la ligne aérienne visant à obtenir un
jugement déclarant que la Business Practices and
Consumer Protection Act lui est constitutionnellement
inapplicable, rejetée
14 mars 2013
Cour d’appel de la Colombie-Britannique
(Vancouver)
(Juges Tysoe, Neilson et Bennett)
Appel accueilli en partie pour modifier le texte de
l’ordonnance rendue par la juge saisie de la demande;
appel rejeté à tout autre égard
10 mai 2013
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée
35374
Terry E. Taylor v. Her Majesty the Queen (F.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
Fish, Rothstein and Moldaver JJ.
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal and the motion to
file a lengthy memorandum of argument are granted. The motion for a stay of execution is denied. The application
for leave to appeal from the judgment of the Federal Court of Appeal, Number A -204-10, 2012 FCA 148, dated May
23, 2012, is dismissed with costs.
- 1345 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel et la
requête pour déposer un mémoire des arguments volumineux, sont accueillies. La requête en sursis d’exécution est
rejetée. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel fédérale, numéro A -204-10, 2012 CAF 148,
daté du 23 mai 2012, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Taxation — Settlement agreement — Validity of agreement — Applicant assessed for unremitted Harmonized Sales
Tax and income tax — Applicant and Canada Revenue Agency entering into settlement agreement — Applicant
subsequently alleging settlement agreement invalid — Tax Court holding agreement to be valid — Whether Agency
used evidence obtained from an illegal search and seizure to assess tax against applicant and force him to sign
settlement agreement — Whether Court of Appeal failed consider facts and laws with respect to contracts — Whether
Canada Revenue Agency abused its power and authority to force applicant to sign settlement — Whether Court of
Appeal erred in dismissing appeal
Mr. Taylor was assessed by the Canada Revenue Agency (CRA) for unremitted Harmonized Sales Tax under the
Excise Tax Act and for income tax under the Income Tax Act. He filed Notices of Objections to all Notices of
Assessment.
A meeting was held in January 2009 between Mr. Taylor and representatives of the CRA in the hopes of resolving the
matter. Following this meeting, the parties signed a settlement agreement. Pursuant to that agreement, Mr. Taylor
agreed to waive his right to object and appeal the assessments while, CRA agreed to vacate the penalties weighing
against Mr. Taylor. A few days later, Mr. Taylor claimed that the settlement agreement was invalid alleging that he
had been under extreme duress during the meeting with CRA and had not been able to obtain legal advice.
Mr. Taylor subsequently filed an application in the Tax Court of Canada for determinatio n of whether the settlement
agreement was valid and binding on the parties.
May 5, 2010
Tax Court of Canada
(Woods J.)
2010 TCC 246
Settlement agreement entered into by the applicant
held to be valid
May 23, 2012
Federal Court of Appeal
(Noël, Dawson and Blanchard [ex officio] JJ.A.)
2012 FCA 148
Appeal dismissed
May 13, 2013
Supreme Court of Canada
Motion to extend the time to serve and file an
application for leave to appeal, application for leave to
appeal and motion for a stay of execution, filed
May 16 2013
Supreme Court of Canada
Motion to file a lengthy memorandum, filed
- 1346 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit fiscal — Entente portant règlement — Validité de l’entente — Cotisation établie à l’égard du demandeur pour la
taxe de vente harmonisée non versée et l’impôt sur le revenu — Entente portant règlement intervenue entre le
demandeur et l’Agence du revenu du Canada — Allégation subséquente du demandeur que l’entente portant règlement
est invalide — Entente déclarée valide par la Cour de l’impôt — L’Agence a-t-elle utilisé des éléments de preuve
obtenus lors d’une perquisition et d’une saisie illégales pou r établir une cotisation de taxe à l’endroit du demandeur et
l’obliger à signer l’entente portant règlement? — La Cour d’appel a-t-elle omis d’examiner les faits et la législation
contractuelle? — L’Agence du revenu du Canada a-t-elle abusé de son pouvoir et de son autorité pour obliger le
demandeur à signer l’entente? — La Cour d’appel a-t-elle commis une erreur en rejetant l’appel?
L’Agence du revenu du Canada (ARC) a établi une cotisation à l’égard de M. Taylor en vertu de la Loi sur la taxe
d’accise pour la taxe de vente harmonisée non versée ainsi qu’en vertu de la Loi de l’impôt sur le revenu pour l’impôt
sur le revenu. Il a déposé des avis d’opposition à l’encontre de tous les avis de cotisation.
M. Taylor et des représentants de l’ARC se sont rencontrés en janvier 2009 dans l’espoir de régler l’affaire. Les
parties ont signé une entente portant règlement à la suite de cette rencontre. Conformément à cette entente, M. Taylor
acceptait de renoncer à son droit de s’oppos er à la cotisation et de la porter en appel, tandis que l’ARC acceptait
d’annuler les pénalités dont était passible M. Taylor. Quelques jours plus tard, M. Taylor a prétendu que l’entente
portant règlement était invalide au motif qu’il avait été soumis à une contrainte extrême au cours de la rencontre avec
les représentants de l’ARC et qu’il n’avait pas été en mesure d’obtenir les conseils d’un avocat.
M. Taylor a présenté par la suite une demande à la Cour canadienne de l’impôt pour qu’elle décide si l’entente portant
règlement était valide et liait les parties.
5 mai 2010
Cour canadienne de l’impôt
(Juge Woods)
2010 CCI 246
Entente portant règlement signée par le demandeur
déclarée valide
23 mai 2012
Cour d’appel fédérale
(Juges Noël, Dawson et Blanchard [d’office])
2012 CAF 148
Appel rejeté
13 mai 2013
Cour suprême du Canada
Requête en prorogation du délai pour signifier et
déposer une demande d’autorisation d’appel, demande
d’autorisation d’appel et requête en sursis d’exécution
déposées
16 mai 2013
Cour suprême du Canada
Requête pour déposer un
déposée
- 1347 -
mémoire
volumineux
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
35387
David J. Gillespie Professional Corporation v. Frank Cowan Company Limited (Ont.) (Civil)
(By Leave)
Coram :
Fish, Rothstein and Moldaver JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C56013,
2013 ONCA 199, dated March 26, 2013, is dismissed with costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C56013, 2013 ONCA
199, daté du 26 mars 2013, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Insurance – Interpretation of policy – Indemnity for legal expenses – Available coverage under aggregate coverage
provisions – Whether conditions subsequent can be implied into insurance policies requiring insured individuals to
maintain their employment status – Whether the “claims made” and “occurrence” based approaches to insurance
policy interpretation are appropriate where the loss covered by the policy does not arise from n egligence – Whether
public purpose can ever be a factor for consideration in interpreting insurance policies.
The Durham Children’s Aid Society purchased a public entity casualty policy with the respondent. Separate policies
were issued with respect to policy terms March 31, 2008 to March 31, 2009; March 31, 2009 to March 31, 2010;
March 31, 2010 to March 31, 2011 and March 31, 2011 to March 31, 2012. The policies contained a Legal Expense
Rider.
David and Heather Lyons were foster parents and as such fell within the definition of “insured” set out in the Legal
Expense Rider. The Lyons were charged with a number of Criminal Code offences in October 2008, and were almost
immediately terminated as foster parents. They retained the applicant and another lawyer to represent them with
respect to the charges. The two lawyers provided legal defence services until the Lyons’ acquittal in June 2011, and
submitted accounts for legal services to the respondent for payment. The respondent acknowledged that there was an
entitlement on the part of the Lyons to legal expense indemnity. There was no dispute between the parties that the
policy in effect between March 31, 2008 and March 31, 2009 had been triggered. However, the dispute was as to
whether any of the subsequent policies were triggered and as to the total amount of coverage.
The applicant applied to the Superior Court for an interpretation of the policies in order to determine the extent of
available insurance coverage under the aggregate coverage provisions of the relevant policies. The court concluded
that the Lyons were not entitled to recover more than the aggregate policy limits of $500,000 set forth in the Legal
Expense Rider of the policy from March 31, 2008 to March 31, 2009. The Court of Appeal dismissed the applicant’s
appeal.
August 30, 2012
Ontario Superior Court of Justice
(Edwards J.)
2012 ONSC 4920
Applications brought by applicant to interpret
insurance policy issued by respondent and to determine
the extent of available coverage under aggregate
coverage provisions
March 26, 2013
Court of Appeal for Ontario
(Sharpe, MacFarland and Pepall JJ.A.)
2013 ONCA 199
Appeal by applicant dismissed
- 1348 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
May 22, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Assurance – Interprétation de la police – Indemnité pour frais juridiques – Couverture offerte en vertu des dispositions
relatives à la couverture globale – Des conditions résolutoires peuvent-elles être considérées comme faisant
implicitement partie de la police, obligeant les assurés à maintenir leur situation d’emploi? – Les méthodes
d'interprétation d'une police d'assurance « sur une base de réclamation » et « sur une base d’événement » sont-elles
appropriées lorsque le sinistre couvert par la police ne découle pas de la négligence? – Les fins d'intérêt public
peuvent-elles être un facteur à considérer dans l'interprétation des polices d'assurance?
La Durham Children’s Aid Society a souscrit une police risques divers d’une entité publique auprès de l'intimée. Des
polices distinctes ont été établies pour les périodes respectives du 31 mars 2008 au 31 mars 2009; du 31 mars 2009 au
31 mars 2010; du 31 mars 2010 au 31 mars 2011 et du 31 mars 2011 au 31 mars 2012. Les polices renfermaient un
avenant « frais juridiques ».
David et Heather Lyons étaient des parents de famille d'accueil et à ce titre, ils étaient des « assurés » selon la
définition stipulée dans l'avenant « frais juridiques ». Les Lyons ont été accusés d'un certain nombre d'infractions au
Code criminel en octobre 2008 et ils ont été presque immédiatement renvoyés comme parents de famille d'accueil. Ils
ont retenu les services de la demanderesse et d'un autre avocat pour les représenter relativement aux accusation s. Les
deux avocats ont fourni des services de défense juridique jusqu'à l'acquittement des Lyons en juin 2011 et ils ont
présenté à l'intimée des notes d'honoraires pour services juridiques. L'intimée a reconnu que les Lyons avaient droit à
l'indemnité pour frais juridiques. Nul ne conteste que la police en vigueur du 31 mars 2008 au 31 mars 2009
s’applique. Toutefois, le litige portait sur la question de savoir si des polices subséquentes s'appliquaient et sur le
montant total de la couverture.
La demanderesse a demandé à la Cour supérieure d'interpréter les polices afin de déterminer la portée de la couverture
d'assurance offerte en vertu des dispositions globales de couverture des polices pertinentes. La Cour a conclu que les
Lyons n'avaient pas droit de recouvrer plus du montant global de garantie de 500 000 $ stipulé dans l'avenant « frais
juridiques » de la police du 31 mars 2008 au 31 mars 2009. La Cour d'appel a rejeté l'appel de la demanderesse.
30 août 2012
Cour supérieure de justice de l'Ontario
(Juge Edwards)
2012 ONSC 4920
Demandes présentées par la demanderesse en vue
d’interpréter la police d'assurance établie par l'intimée
et de déterminer le montant de la couverture offerte en
vertu des dispositions relatives à la couverture globale
26 mars 2013
Cour d'appel de l'Ontario
(Juges Sharpe, MacFarland et Pepall)
2013 ONCA 199
Appel de la demanderesse rejeté
22 mai 2013
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
- 1349 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
AUGUS T 15, 2013 / LE 15 AOÛT 2013
35339
Her Majesty the Queen v. Sean Summers (Ont.) (Criminal) (By Leave)
The schedule for serving and filing the materials in Her Majesty the Queen v. Sean Summers (35339) was set as follows
by the Deputy Registrar:
(a)
Notice of Appeal to be served and filed no later than August 22, 2013.
(b)
Appellant's Record, Factum, and Book of Authorities to be served and filed no later than October 31, 2013.
(c)
Notice(s) of motion for leave to intervene to be served and filed no later than November 14, 2013, should there
be any.
(d)
Any responses to the motion(s) for leave to intervene to be served and filed no later than November 21, 2013.
(e)
Any replies to the responses to the motion(s) for leave to intervene to be served and filed no later than
November 26, 2013.
(f)
Respondent's Record, Factum and Book of Authorities to be served and filed no later than January 9, 2014.
(g)
If leave to intervene is granted, Intervener`s Factum and Book of Authorities to be served and filed no later
than January 9, 2014.
(h)
The appeal is scheduled to be heard on January 23, 2014.
La registraire adjointe a établi l’échéancier suivant pour la signification et le dépôt des documents dans le pourvoi Sa
Majesté la Reine c. Sean Summers (35339) :
(a)
L’avis d’appel doit être signifié et déposé au plus tard le 22 août 2013.
(b)
2013.
Les dossier, mémoire et recueil de sources de l’appelante seront signifiés et déposés au plus tard le 31 octobre
(c)
Les avis de requête en autorisation d’intervenir seront, le cas échéant, signifiés et déposés au plus tard le 14
novembre 2013.
(d)
2013.
Les réponses aux requête(s) en autorisation d’intervenir seront signifiés et déposés au plus tard le 21 novembre
(e)
Les répliques aux réponses aux requête(s) en autorisation d’intervenir seront signifiées et déposées au plus tard
le 26 novembre 2013.
(f)
Les dossier, mémoire et recueil de sources de l’intimé seront signifiés et déposés au plus tard le 9 janvier 2014.
(g)
Tout intervenant ayant obtenu l’autorisation d’intervenir signifiera et déposera ses mémoire et recueil de
sources au plus tard le 9 janvier 2014.
- 1350 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
AUGUS T 22, 2013 / LE 22 AOÛT 2013
35301
Sga’nisim Sim’augit (Chief Mountain), also known as James Robinson, suing on his own
behalf and on behalf of all the members of the House of Sga’nisim, Nisibilada, also known as
Mercy Thomas and Wilp-Lth Git Gingolx (“The Association of Git Gingolx Tribe Members ”)
suing on its own behalf and on behalf of all its members v. Attorney General of Canada, Her
Majesty in Right of British Columbia, Attorney General of British Columbia AND Nisga’a
Nation (B.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Abella and Cromwell JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver), Number CA039476, 2013 BCCA 49, dated February 5, 2013, is dismissed with costs to the
respondents.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie -Britannique (Vancouver),
numéro CA039476, 2013 BCCA 49, daté du 5 février 2013, est rejetée avec dépens en faveur des intimés.
CASE SUMMARY
Aboriginal law – Self-government – Constitutional validity of treaty – Whether Court of Appeal erred in finding
transfer of legislative powers to Nisga’a government under Treaty to be valid delegation of such powers – Whether
Court of Appeal erred by refus ing to expressly overrule conclusion in Campbell et al. v. A.G. BC/AG Cda & Nisga’a
Nation et al., 2000 BCSC 1123, that legislative powers conferred under Treaty reflect inherent Aboriginal right of self
government which exists independently from legislative powers in ss. 91 and 92 of Constitution Act, 1867 – Whether
Court of Appeal erred in finding it was constitutionally permissible for Parliament or provinces to delegate legislative
power to create new taxes.
In 1998, the Nisga’a Tribal Council, and the respondent federal and provincial governments signed a treaty and a land
claims agreement (“Treaty”) with the intention of reconciling the prior presence of the Nisga’a Nation with the
assertion of sovereignty by the Crown and of establishing a new relationship between them. The agreement was
ratified by the Nisga’a people and the governments. Among other things, the Treaty deals with the preservation of
Nisga’a culture, language and education, land and resources and it expressly recognizes the Nisga’a Nation’s right to
self-government and the authority to make laws. The applicants are members of the Nisga’a Nation. They challenged
the Treaty and settlement legislation that gave it force of law on the basis that it impermissibly confers legislative an d
self-government powers on the Nisga’a Nation that are inconsistent with the exhaustive distribution of legislative
power between the respondent governments found in ss. 91 and 92 of the Constitution Act, 1867. They also argued
that any purported delegation of powers through the settlement legislation to the Nisga’a government is invalid,
primarily because it is an improper abdication of legislative power. The trial judge dismissed the applicants’ claim for
declaratory relief. The Court of Appeal dismis sed the appeal.
October 19, 2011
Supreme Court of British Columbia
(Smith J.)
2011 BCSC 1394
Applicants’ claim for declaratory relief dismissed
February 5, 2013
Court of Appeal for British Columbia
(Chiasson, Smith and Harris JJ.A.)
2013 BCCA 49
Appeal dismissed
- 1351 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
April 4, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droits des autochtones – Autonomie gouvernementale – Validité constitutionnelle d'un traité – La Cour d'appel a-t-elle
eu tort de conclure que le transfert de pouvoirs législatifs au gouvernement Nisga’a en vertu du traité était une
délégation valide de ces pouvoirs? – La Cour d'appel a-t-elle eu tort de refuser d'infirmer expressément la conclusion
de l'arrêt Campbell et al. c. A.G. BC/AG Cda & Nisga’a Nation et al., 2000 BCSC 1123, en vertu de laquelle les
pouvoirs législatifs conférés en vertu du traité correspondent aux droits inhérents des Autochtones à
l'autodétermination qui existe indépendamment des pouvoirs législatifs prévus aux art. 91 et 92 de la Loi
constitutionnelle de 1867? – La Cour d'appel a-t-elle eu tort de conclure qu'il était constitutionnellement loisible au
Parlement ou aux provinces de déléguer leur pouvoir législatif de créer de nouvelles taxes?
En 1998, le Nisga’a Tribal Council et les gouvernement fédéral et provincial intimés ont signé un traité et un accord de
revendication territoriale (le « traité ») dans l’intention de concilier la présence antérieure de la nation Nisga’a et
l’affirmation de la souveraineté de la Couronne et d'établir une nouvelle relation entre eux. L'accord a été ratifié par le
peuple Nisga’a et les gouvernements. Le traité a notamment pour objet la conservation de la culture, de la langue, de
l'éducation, des terres et des ressources Nisga’a, et il reconnaît expressément le droit de la nation Nisga’a à
l'autonomie gouvernementale et son pouvoir de faire des lois. Les demandeurs sont membres de la nation Nisga’a. Ils
ont contesté le traité et la loi de mise en œuvre qui lui a donné force de loi, alléguant qu'ils confèrent de façon
inadmissible à la nation Nisga’a des pouvoirs législatifs et des pouvoirs d'autonomie gouvernementale qui sont
incompatibles avec la distribution exhaustive des pouvoirs législatifs entre les gouvernements intimés prévue aux
art. 91 et 92 de la Loi constitutionnelle de 1867. Ils ont également plaidé que toute délégation de pouvoir présumée
par la loi de mise en œuvre au gouvernement Nisga’a était invalide, principalement parce qu’il s’agit d'une
renonciation irrégulière au pouvoir législatif. Le juge de première instance a rejeté la demande de jugement
déclaratoire présentée par les demandeurs. La Cour d'appel a rejeté l'appel.
19 octobre 2011
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Smith)
2011 BCSC 1394
Demande de jugement déclaratoire présentée par les
demandeurs, rejetée
5 février 2013
Cour d'appel de la Colombie-Britannique
(Juges Chiasson, Smith et Harris)
2013 BCCA 49
Appel rejeté
4 avril 2013
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
35307
Stéphane Joseph Marcel Lessard v. Her Majesty the Queen (F.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Abella and Cromwell JJ.
The motion for an order striking out the respondent’s response is dismissed. The motion for a stay of
- 1352 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
execution is dismissed. The application for leave to appeal from the judgment of the Federal Court, Number T-197312, dated February 14, 2013, is dismissed with costs.
La requête en radiation de la réponse de l’intimée est rejetée. La requête visant à obtenir un sursis
d’exécution est rejetée. La demande d’autorisation d’appel du jugement de la Cour fédérale, numéro T-1973-12, daté
du 14 février 2013, est rejetée avec dépens.
CASE SUMMARY
Courts — Appeal — Jurisdiction — Civil procedure — Crown bringing motion to strike applicant’s statement of
claim — Prothonotary striking claim without leave to amend —Federal Court judge finding that applicant’s
allegations were frivolous and disclosed no reasonable cause of action — Judge dismissing motion to appeal —
Whether Supreme Court has jurisdiction pursuant to s. 40(1) of Supreme Court Act — Whether Federal Court erred in
dismissing motion to appeal decision of prothonotary.
In October 2012, Mr. Lessard filed a Statement of Claim against the Crown in Federal Court. The Crown brought a
motion for an order striking out that statement of claim without leave to amend.
December 13, 2012
(Prothonotary Morneau)
Applicant’s statement of claim struck out without leave
to amend, with costs
February 14, 2013
Federal Court
(De Montigny J.)
Motion to appeal prothonotary’s decision, dismissed
with costs
March 13, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal, filed; Motion for a stay
of execution of the costs award of the Federal Court,
filed
March 22, 2013
Supreme Court of Canada
Motion to a judge for an order striking the response of
Her Majesty the Queen, filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Tribunaux — Appel — Compétence — Procédure civile — Requête en radiation de la déclaration du demandeur
présentée par la Couronne — Déclaration radiée par le protonotaire sans autorisation de la modifier — Conclusion
d’un juge de la Cour fédérale que les allégations du demandeur sont frivoles et ne révèlent aucune cause d’action
raisonnable — Requête en vue de se pourvoir en appel rejetée par le juge — La Cour suprême a-t-elle compétence, en
vertu du par. 40(1) de la Loi sur la Cour suprême, pour connaître du litige? — La Cour fédérale a-t-elle eu tort de
rejeter la requête en vue d’interjeter appel de la décision du protonotaire?
M. Lessard a déposé en octobre 2012 une déclaration contre la Couronne en Cour fédérale. La Couronne a présenté
une requête pour obtenir une ordonnance radiant cette déclaration sans autorisation de la modifier.
13 décembre 2012
(Protonotaire Morneau)
Déclaration du demandeur radiée sans autorisation de
la modifier, avec dépens
- 1353 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
14 février 2013
Cour fédérale
(Juge de Montigny)
Requête en vue d’interjeter appel de la décision du
protonotaire rejetée avec dépens
13 mars 2013
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée; requête en
sursis d’exécution de l’octroi de dépens par la Cour
fédérale, déposée
22 mars 2013
Cour suprême du Canada
Requête adressée à un juge pour qu’il radie par
ordonnance la réponse de Sa Majesté la Reine, déposée
35323
Rumi Vesuna v. Alec Drysdale, Her Majesty the Queen in Right of the Province of British
Columbia, Sea-Mait Investments Ltd. and M.L. & H. Holdings Ltd (B.C.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Abella and Cromwell JJ.
The motion for an extension of time to serve and file the application for leave to appeal is granted. The
application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia (Vancouver), Number
CA039247, 2013 BCCA 10, dated January 8, 2013, is dismissed with costs to the respondents Alec Drysdale and Her
Majesty the Queen in Right of the Province of British Columbia.
La requête en prorogation du délai de signification et de dépôt de la demande d’autorisation d’appel est
accueillie. La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie -Britannique (Vancouver),
numéro CA039247, 2013 BCCA 10, daté du 8 janvier 2013, est rejetée avec dépens en faveur des intimés Alec
Drysdale et Sa Majesté la Reine du chef de la province de la Colombie-Britannique.
CASE SUMMARY
Property – Crown law – Real property – Easements – Public roads – Road allowance – When does a road become a
public road pursuant to provincial legislation – When is a road exempted from a Crown grant – When is it considered
a “travelled road” – When does a road become a public road by common law dedication to th e public – What’s the
effect of the expenditure of public funds on such a road – Does approval and deposition of a subdivision plan showing
a road with the Registrar of Land and Title office, result in a duty on the government to construct, upgrade and kee p in
a state of repair a public road.
The applicant purchased a 50 acre land-locked parcel of property near Powell River, B.C. for less than its listed price.
While there was no road access, there was a dedicated road allowance on adjacent property to the south that connected
the property with a highway. Title to the road allowance rests with the Province. It was apparent at the site that no
road had been built.
The applicant took steps to obtain government approval for construction of a road on the allowance. He was advised
that there were environmental difficulties, because the road allowance intersects a salmon -spawning creek near the
highway. The applicant tried to negotiate an easement over a road on an adjacent property owned by the corporate
respondents. When the negotiations failed, the applicant brought an action against them and against the Province and
the Provincial Approving Officer. He argued that the road on the adjacent property was a public road. Alternatively,
he argued that the Crown had been negligent in approving a subdivision when a road could not be built on the road
allowance. The Supreme Court of British Columbia dismissed the applicant’s action against the respondents. The
British Columbia Court of Appeal dismissed his appeal.
- 1354 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
July 13, 2011
Supreme Court of British Columbia
(Griffin J.)
2011 BCSC 941; S1992
Applicant’s action dismissed
January 8, 2013
Court of Appeal for British Columbia
(Vancouver)
(Low, Smith and MacKenzie JJ.A.)
2013 BCCA 10; CA039247
Appeal dismissed
March 13, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
March 28, 2013
Supreme Court of Canada
Motion for an extension of time to serve and file
application, filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Biens – Droit de la Couronne – Biens réels – Servitudes – Chemins publics – Réserve routière – Dans quelles
situations un chemin devient-il un chemin public en vertu de la loi provinciale? – Dans quelles situations un chemin
est-il soustrait d'une concession de la Couronne? – Dans quelles situations devient-il un « chemin carrossable »? –
Dans quelles situations un chemin devient-il un chemin public par destination en vertu de la common law? – Quel est
l'effet de la dépense de fonds publics à l'égard de tel chemin? – L'approbation et le dépôt auprès du registrateur du
bureau des titres et des biens -fonds d’un plan de lotissement indiquant un chemin ont -ils pour effet d'obliger le
gouvernement à construire, améliorer et entretenir un chemin public?
Le demandeur a acheté une parcelle enclavée d'une superficie de 50 acres à proximité de Powell River, C.-B. pour une
somme inférieure au prix d'évaluation. Même s'il n'avait pas d'accès routier, il y avait une réserve routière sur le terrain
adjacent au sud qui reliait le terrain à une voie publique. Le titre à l'égard de la réserve routière appartient à la
Province. Sur les lieux, il était évident qu'aucun chemin n'avait été construit.
Le demandeur a pris des mesures en vue d’obtenir l'approbation gouvernementale pour la construction d’un chemin
sur la réserve. On l'a informé qu'il y avait des difficultés sur le plan environnemental, parce que la réserve routière
croisait un ruisseau où frayait le saumon près de la voie publique. Le demandeur a tenté de négocier une servitude
grevant un chemin situé sur un terrain adjacent appartenant aux personnes morales intimées. Lorsque les négociations
ont échoué, le demandeur a intenté une action contre elles et contre la Province et l’agent approbateur provincial. Il a
plaidé que le chemin situé sur le terrain adjacent était un chemin public. Subsidiairement, il a plaidé que la Couronne
avait été négligente en approuvant un lotissement alors qu'un chemin ne pouvait être construit sur la réserve routière.
La Cour suprême de la Colombie-Britannique a rejeté l'action du demandeur contre les intimés. La Cour d'appel de la
Colombie-Britannique a rejeté son appel.
13 juillet 2011
Cour suprême de la Colombie-Britannique
(Juge Griffin)
2011 BCSC 941; S1992
Action du demandeur rejetée
- 1355 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
8 janvier 2013
Cour d'appel de la Colombie-Britannique
(Vancouver)
(Juges Low, Smith et MacKenzie)
2013 BCCA 10; CA039247
Appel rejeté
13 mars 2013
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
28 mars 2013
Cour suprême du Canada
Requête en prorogation du délai de signification et de
dépôt de la demande, déposée
35352
Georges Lebel et Gilbert Gagnon c. Sa Majesté la Reine (Qc) (Criminelle) (Autorisation)
Coram :
La juge en chef McLachlin et les juges Abella et Cromwell
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Québec), numéro 200-10002682-115, 2013 QCCA 403, daté du 6 mars 2013, est rejetée sans dépens.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Québec), Number
200-10-002682-115, 2013 QCCA 403, dated March 6, 2013, is dismissed without costs.
CASE SUMMARY
Charter of rights — Criminal law — Right to be tried within reasonable time — Private prosecution in 2005 for forged
document and obstruction of justice — Prosecution by Crown in 2008 for perjury and obstruction of justice —
Whether Court of Appeal erred in law in determining starting point for computation of time under s. 11(b) of Charter
— Whether Court of Appeal erred in law in analysing prejudice suffered by applicants — Whether Court of Appeal
erred in law in failing to consider impact of pre-charge delay on fairness of trial.
On February 2, 2001, the applicants were called to the home of Daniel Audet in the course of their work as police
officers. It was the production of a document entitled [ T RANSLAT ION] “authorization to search” that gave rise to
multiple civil and criminal proceedings. The applicants said that Mr. Audet had signed the authorization in front of
them, but Mr. Audet denied that the signature was his. He therefore filed a complaint against the applicants for
perjury, making a false document and uttering a forged document. When the Attorney General refused to lay c harges
against the applicants, Mr. Audet filed a private complaint. On April 22, 2005, the Court of Québec authorized the
issuance of a summons against the applicants containing charges based on ss. 368 and 139 Cr.C., namely using a
forged document and obstructing justice during the events in February 2001. The Attorney General immediately filed
a stay of proceedings (nolle prosequi). Mr. Audet tried to have that decision set aside in the Superior Court and the
Court of Appeal. On October 9, 2008, the day scheduled for the hearing in the Court of Appeal, the Attorney General
told the Court that he had charged the applicants with perjury (s. 132 Cr.C.) and obstruction of justice (s. 139 Cr.C.)
based on their testimony on November 27, 2001 during Mr. Audet’s criminal trial and on September 25, 2003 during
the civil action in damages instituted by Mr. Audet against the City of Québec as the employer of the two police
officers. After finding that the charges laid by the prosecution were similar to the charge s for which there had been a
stay of proceedings, the Court of Appeal declared Mr. Audet’s appeal moot and dismissed it.
On October 1, 2010, during the prosecution by the Crown, Judge Couture of the Court of Québec dismissed the
applicants’ motion for a s tay of proceedings for unreasonable delay. Judge Couture recused himself from the case and
- 1356 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Judge Côté then heard a new motion for a stay of proceedings on May 10, 2011.
June 23, 2011
Court of Québec, Criminal Division
(Judge Côté)
2011 QCCQ 7000
Motion for stay of proceedings allowed: 77-month
delay found unreasonable
March 6, 2013
Quebec Court of Appeal (Québec)
(Morin, Hilton and Gagnon JJ.A.)
2013 QCCA 403
Appeal allowed, motion for stay of proceedings
dismissed and file returned to Court of Québec for
continuation of proceedings: 31-month delay found
unreasonable but no prejudice
May 3, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Charte des droits — Droit criminel — Procès dans un délai raisonnable — Poursuite privée en 2005 pour document
contrefait et entrave à la justice — Poursuite du ministère public en 2008 pour parjure et entrave à la justice — La
Cour d’appel a-t-elle erré en droit en déterminant le point de départ du calcul du délai selon l’al. 11b) de la Charte? —
La Cour d’appel a-t-elle erré en droit dans son analyse des préjudices subis par les demandeurs? — La Cour d’appel at-elle erré en droit en omettant de considérer l’incidence du délai pré-inculpatoire sur l’équité du procès?
Le 2 février 2001, les demandeurs sont appelés dans le cadre de leurs fonctions de policier à se rendre au domicile de
Daniel Audet. C’est la production d’un document intitulé « Autorisation de perquisitionner » qui sera à l’origine de
multiples procédures tant civiles que pénales. Selon les demandeurs, M. Audet aurait signé devant eux ladite
autorisation alors que ce dernier nie qu’il s’agit de sa signature. Il dépose ainsi une plainte pour parjure, fabrication
d’un faux document et usage de faux contre les demandeurs. Devant le refus du procureur général de porter des
accusations contre les demandeurs, M. Audet procède par plainte privée. Le 22 avril 2005, la Cour du Québec autorise
l’émission d’une sommation contre les demandeurs contenant des chefs d’accusation fondés sur les art. 368 et 139 C.
cr., soit utilisation d’un document contrefait et entrave à la justice lors des événements de février 2001. Le procureur
général dépose immédiatement un arrêt des procédures (nolle prosequi). M. Audet tente de faire annuler cette décision
devant la Cour supérieure et la Cour d’appel. Le jour prévu pour l’audition en Cour d’appel, soit le 9 octobre 2008, le
procureur général annonce à la Cour qu’il a déposé contre les demandeurs des accusations de p arjure (art. 132 C. cr.)
et d’entrave à la justice (art. 139 C. cr.) relativement à leurs témoignages rendus le 27 novembre 2001 lors du procès
criminel de M. Audet et le 25 septembre 2003 lors du procès civil en dommages -intérêts intenté par ce dernier contre
la Ville de Québec à titre d’employeur des deux policiers. La Cour d’appel, après avoir constaté que les chefs
d’accusation déposés par la poursuite sont de nature similaire aux chefs d’accusation ayant fait l’objet de l’arrêt des
procédures, déclare le pourvoi de M. Audet sans objet et rejette l’appel.
Le 1er octobre 2010, dans le cadre de la poursuite du ministère public, le juge Couture de la Cour du Québec rejette la
requête en arrêt des procédures pour délai déraisonnable présentée par les deman deurs. Ce dernier se récuse du dossier
et le juge Côté est alors saisi d’une nouvelle requête en arrêt des procédures le 10 mai 2011.
Le 23 juin 2011
Cour du Québec, chambre criminelle
(Le juge Côté)
2011 QCCQ 7000
Requête en arrêt des procédures accueillie : délai de 77
mois jugé déraisonnable
- 1357 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Le 6 mars 2013
Cour d’appel du Québec (Québec)
(Les juges Morin, Hilton et Gagnon)
2013 QCCA 403
Appel accueilli, requête en arrêt des procédures rejetée
et dossier retourné à la Cour du Québec pour la
continuation des procédures : délai de 31 mois jugé
déraisonnable mais absence de préjudice
Le 3 mai 2013
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel déposée
35363
Florence Becker v. Workplace Safety and Insurance Appeals Tribunal (Ont.) (Civil)
(By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Abella and Cromwell JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number M42043,
dated March 15, 2013, is dismissed without costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro M42043, daté du 15
mars 2013, est rejetée sans dépens.
CASE SUMMARY
Administrative law – Judicial review – Boards and tribunals – Standing – Applicant bringing judicial review
application of decision of Workplace Safety and Insurance Appeals Tribunal more than ten years after tribunal’s
decision – Tribunal bringing motion to dismiss application for judicial review due to delay – Divisional Court granting
motion and dismissing application for judicial review – Court of Appeal dismissing motion for leave to appeal –
Whether the Divisional Court erred by granting standing to the tribunal to bring a preliminary motion to dismiss the
application for judicial review on the basis of delay.
The applicant suffered a lower back injury while at work in 1994. Her injury was recognized as compensable by the
Workplace Safety and Insurance Board and temporary total disability benefits were granted until May 1994, and from
September 1994 to April 1995. The applicant appealed the denial of entitlement to benefits after April 1995. In May
1998, the Appeals Resolution Officer allowed her appeal in part and granted her temporary compensation benefits for
lost time between April 1995 and September 1997 but denied her entitlement to Future Economic Loss award and
further Vocational Rehabilitation assistance. In August 1997, the applicant advised her employer that she was
experiencing an elbow condition related to her job duties. She was denied on going entitlement for her elbow
condition. She appealed the denial, also requesting benefits for fibromyalgia. In February 2000, the Appeals
Resolution Officer denied her appeal. She appealed both decisions to the Workplace Safety and Insurance Appeals
Tribunal (“WSIAT”). In December 2000, her appeal was allowed in part: she was entitled to be assessed for a Future
Economic Loss award relating to the back injury and to be offered Vocational Rehabilitation assistance, but she was
denied benefits for fibromyalgia or ongoing entitlement for her elbow condition. After the December 2000 decision of
the WSIAT, the applicant brought six reconsideration requests to the WSIAT, which were dismissed in decisions
rendered in March 2001, May 2002, August 2002, June 2003, June 2005 and November 2007. She then commenced
an application for judicial review in January 2011. The respondent brought a motion to dismiss the application for
judicial review due to delay, which was granted by the Divisional Court. The Ontario Court of Appeal dismissed the
applicant’s motion for leave to appeal.
- 1358 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
December 5, 2012
Divisional Court of Ontario
(Hackland, Aston and Lederer JJ.)
2012 ONSC 6946
Respondent’s motion to dismiss application for judicial
review due to delay granted
March 15, 2013
Court of Appeal for Ontario
(Sharpe, Epstein and Pepall JJ.A.)
Motion for leave to appeal dismissed
May 10, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit administratif – Contrôle judiciaire – Organismes et tribunaux administratifs – Qualité pour agir – La
demanderesse a présenté une demande de contrôle judiciaire d'une décision du Tribunal d'appel de la sécurité
professionnelle et de l'assurance contre les accidents du travail plus de dix ans après la décision du Tribunal – Le
Tribunal a présenté une motion en rejet de la demande de contrôle judiciaire pour cause de retard – La Cour
divisionnaire a accueilli la motion et a rejeté la demande de contrôle judiciaire – La Cour d'appel a rejeté la motion en
autorisation d'appel – La Cour divisionnaire a-t-elle eu tort d'accorder au Tribunal la qualité pour présenter une motion
préliminaire en rejet de la demande de contrôle judiciaire pour cause de retard?
La demanderesse a subi une blessure lombaire au travail en 1994. La Commission de la sécurité professionnelle et de
l'assurance contre les accidents du travail a reconnu que sa blessure était indemnisable et lui a accordé des prestations
d'invalidité totale temporaire jusqu'en mai 1994 et de septembre 1994 à avril 1995. La demanderesse a interjeté appel
du refus de lui accorder des prestations après avril 1995. En mai 1998, le Commissaire aux appels a accueilli son
appel en partie et il lui a accordé des prestations d'indemnisation temporaire pour le temps perdu entre avril 1995 et
septembre 1997, mais il lui a refusé son droit à une indemnité pour perte économique future et à une aide
supplémentaire sous forme de réadaptation professionnelle. En août 1997, la demanderesse a informé son employeur
qu'elle éprouvait un trouble au coude lié aux fonctions de son poste. On lui a refusé une indemnité continue pour son
trouble au coude. Elle a interjeté appel du refus, et a demandé en outre des prestations pour une fibromyalgie. En
février 2000, le Commissaire aux appels a rejeté son appel. Elle a interjeté appel des deux décisions au Tribunal
d'appel de la sécurité professionnelle et de l'assurance contre les accidents du travail (« le Tribunal »). En décembre
2000, son appel a été accueilli en partie : elle avait droit à une évaluation pour déterminer son droit à une indemnité
pour perte économique future liée à la blessure lombaire et de recevoir une aide sous forme de réadaptation
professionnelle, mais on lui a refusé des prestations pour la fibromyalgie ou une indemnité continue pour son trouble
au coude. Après la décision rendue par le Tribunal en décembre 2000, la demanderesse a présenté au Tribunal six
demandes de réexamen qui ont été rejetées par des décisions rendues en mars 2001, mai 2002, août 2002, juin 2003,
juin 2005 et novembre 2007. Elle a ensuite introduit une demande de contrôle judiciaire en janvier 2011. L'intimé a
présenté une motion en rejet de la demande de contrôle judiciaire pour cause de retard, motion qui a ét é accueillie par
la Cour divisionnaire. La Cour d'appel de l'Ontario a rejeté la motion en autorisation d'appel présentée par la
demanderesse.
5 décembre 2012
Cour divisionnaire de l'Ontario
(Juges Hackland, Aston et Lederer)
2012 ONSC 6946
Motion de l'intimé en rejet de la demande de contrôle
judiciaire pour cause de retard, accueillie
- 1359 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
15 mars 2013
Cour d'appel de l'Ontario
(Juges Sharpe, Epstein et Pepall)
Motion en autorisation d'appel, rejetée
10 mai 2013
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
35364
Her Majesty the Queen v. John Melville Steele (Man.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Abella and Cromwell JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Manitoba, Number AR 1130-07625, 2013 MBCA 21, dated March 13, 2013, is granted without costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Manitoba, numéro AR 11-30-07625,
2013 MBCA 21, daté du 13 mars 2013, est accueillie sans dépens.
CASE SUMMARY
Criminal law – Sentencing – Robbery – Crown brought an application for remand for assessment of the respondent
pursuant to s. 752.1(1) of the Criminal Code – Assessment, if granted, would have formed the basis of an application
to declare the respondent a dangerous or long-term offender – Crown’s application denied – Whether the Court of
Appeal erred in holding that the respondent’s offence was not a “seriou s personal injury offence” under s. 752 of the
Criminal Code because it did not “involv[e] the use or attempted use of violence”.
The respondent entered a drug store with his face concealed by a hoodie. His hands were in his pockets. He told the
cashiers that he had a gun. He told the cashier, “Give me the money. . . [i]t’s a robbery. . . I have a gun,” or similar
words. Three other store employees heard the words. When the cashier on duty could not open the till, another cashier
assisted. Neither cashier was physically touched by the respondent, and, at all times, the check-out counter constituted
a barrier between them. A clerk on duty testified that she was “real scared” during the encounter, and the clerk who
assisted stated that she was in shock. No weapon was ever seen in the respondent’s possession and no injuries were
sustained. The respondent was convicted of robbery, disguise with intent and failing to comply with probation orders.
The Crown gave notice of an intention to apply for remand for an assessment report pursuant to s. 752.1(1) of the
Code. The assessment, if granted, would have formed the basis of an application to declare the respondent a
dangerous or long-term offender. The trial judge concluded that, on the facts before her, at most, there was an
“implied threat of violence”, rather than the use or attempted use of violence” found in the definition of a serious
personal injury offence in s. 752, as a result of which the Crown’s application for remand for an assessment was
denied. The Court of Appeal dismissed the appeal.
July 26, 2011
Court of Queen’s Bench of Manitoba
(McKelvey J.)
2011 MBQB 181
Conviction for robbery, disguise with intent and two
counts of failing to comply with probation orders;
Crown’s application for remand for assessment under
s. 752.1(1) of the Criminal Code denied
- 1360 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
March 13, 2013
Court of Appeal of Manitoba
(Scott C.J.M., Beard and Monnin JJ.A.)
2013 MBCA 21
Appeal dismissed
May 10, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit criminel – Détermination de la peine – Vol qualifié – Le ministère public a présenté une demande de renvoi pour
évaluation de l'intimé en application du par. 752.1(1) du Code criminel – L'évaluation, si elle avait été autorisée, aurait
servi de fondement à une demande en vue de faire déclarer l'intimé délinquant dangereux ou à contrôler – La demande
du ministère public a été rejetée – La Cour d'appel a-t-elle eu tort de conclure que l'infraction commise par l'intimé ne
constituait pas des « sévices graves à la personne » au sens de l'art. 752 du Code criminel parce qu'elle n’impliquait
pas « l’emploi, ou une tentative d’emploi, de la violence »?
L'intimé est entré dans une pharmacie, le visage dissimulé par une capuche. Il avait les mains dans les poches. Il a dit
aux caissières qu'il avait une arme à feu. Il a dit à la caissière [ T RADUCT ION] « Donne-moi l'argent [. . .] c'est un vol
[. . .] j'ai un fusil » ou des mots semblables. Trois autres employés du magasin ont entendu les mots. Parce que la
caissière de service ne pouvait pas ouvrir le tiroir-caisse, une autre caissière l’a aidée. Aucune des caissières n’a été
physiquement touchée par l’intimé et la caisse de sortie a toujours constitué un obstacle entre eux. Dans son
témoignage, une préposée de service a affirmé qu'elle avait eu [ T RADUCT ION] « vraiment peur » pendant l'événement,
et la préposée qui lui est venue en aide a affirmé qu'elle était sous le choc. Aucune arme n'a été vue en la possession
de l'intimé et aucune blessure n'a été subie. L'intimé a été déclaré coupable de vol qualifié, de déguisement dans un
dessein criminel et de violation des conditions d’ordonnances de probation. Le ministère public a donné un avis de
son intention de présenter une demande de renvoi pour évaluation en application du par. 752.1(1) du Code.
L'évaluation, si elle avait été autorisée, aurait servi de fondement à une demande en vue de faire déclarer l'intimé
délinquant dangereux ou à contrôler. La juge du procès a conclu qu’au vu des faits qui lui avaient été présentés, il y
avait eu, tout au plus, [T RADUCT ION] « menace implicite de violence », plutôt que « l’emploi, ou une tentative
d’emploi, de la violence », l'expression que l'on trouve dans la définition de sévices graves à la personne à l'art. 752, si
bien que la demande de renvoi pour évaluation, présentée par le ministère public, a été re jetée. La Cour d'appel a
rejeté l'appel.
26 juillet 2011
Cour du Banc de la Reine du Manitoba
(Juge McKelvey)
2011 MBQB 181
Déclaration de culpabilité pour vol qualifié,
déguisement dans un dessein criminel et sous deux
chefs de violation des conditions d’ordonnances de
probation; demande de renvoi pour évaluation,
présentée par le ministère public en application du
par. 752.1(1) du Code criminel, rejetée
13 mars 2013
Cour d'appel du Manitoba
(Juge en chef Scott, juges Beard et Monnin)
2013 MBCA 21
Appel rejeté
- 1361 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
10 mai 2013
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
35371
Guillaume Boutin c. Air Canada (C.F.) (Civile) (Autorisation)
Coram :
La juge en chef McLachlin et les juges Abella et Cromwell
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel fédérale, numéro A -561-12, 2013 CAF 82,
daté du 14 mars 2013, est rejetée avec dépens.
The application for leave to appeal from the judgment of the Federal Court of Appeal, Number A -561-12,
2013 FCA 82, dated March 14, 2013, is dismissed with costs.
CASE SUMMARY
Administrative law — Judicial review — Jurisdiction — Respondent moving to dismiss application for judicial review
filed by applicant — Federal Court of Appeal allowing motion — Whether Court of Appeal erred in finding that it had
no jurisdiction — Whether Court of Appeal concluded that all decisions of Canadian Transportation Agency could be
challenged only by way of application for leave to appeal — Whether Court of Appeal erred in finding that applicant
required to proceed by way of application for leave to appeal.
In May 2012, Air Canada imposed a permanent travel ban on the applicant because of an incident a few months earlier
at an airport abroad just prior to a flight to Canada.
The applicant filed a complaint against Air Canada with the Canadian Transportation Agency. He asked that the travel
ban be lifted, and he requested damages and a letter of apology. In November 2012, the Agency dismissed the
applicant’s complaint and found that Air Canada had not contravened the terms and conditions of carriage when it
banned the applicant from travelling on its flights.
In December 2012, the applicant applied to the Federal Court of Appeal for judicial review of the Agency’s decision.
In January 2013, Air Canada filed a notice of motion to dismiss the application for judicial review.
March 14, 2013
Federal Court of Appeal
(Pelletier, Trudel and Mainville JJ.A.)
2013 FCA 82
Motion to dismiss application for judicial review of
decision of Canadian Transportation Agency allowed
May 13, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit administratif — Contrôle judiciaire — Compétence — Défenderesse déposant requête en rejet de demande de
contrôle judiciaire déposée par demandeur — Cour d’appel fédérale accueillant requête — Cour d’appel a-t-elle erré
en concluant qu’elle n’avait pas compétence — Cour d’appel a-t-elle conclue que toutes décisions d’Office des
transports du Canada ne peuvent être contestées que par voie de demande d’autorisation d’appel — Cour d’appel a-t-
- 1362 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
elle erré en concluant que demandeur était tenu de procéder par voie de demande d’autorisation d’appel
En mai 2012, Air Canada a émis une interdiction permanente de voyager à l’encontre du demandeur à la suite d’un
incident étant survenu quelques mois auparavant à un aéroport à l’étranger, en prévision d’un vol vers le Canada.
Le demandeur déposa une plainte contre Air Canada auprès de l’Office des transports du Canada. Il demanda la levée
de l’interdiction de voyager, une indemnité et une lettre d’excuse. En novembre 2012, l’Office rejeta la plainte du
demandeur et conclut qu’Air Canada n’avait pas contrevenu aux conditions de transport lorsqu’elle imposa au
demandeur une interdiction de voyager à bord de ses vols.
En décembre 2012, le demandeur a déposé une demande de contrôle judiciaire de la décision de l’Office auprès de la
Cour d’appel fédérale. En janvier 2013, Air Canada a déposé un avis de requête en rejet de la demande de contrôle
judiciaire.
Le 14 mars 2013
Cour d’appel fédérale
(Les juges Pelletier, Trudel et Mainville)
2013 CAF 82
Requête en rejet d’une demande de contrôle judiciaire
d’une décision de l’Office des transports du Canada,
accueillie
Le 13 mai 2013
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel déposée
35380
Harish Bhasin, carrying on business as Bhasin & Associates v. Larry Hrynew, Canadian
American Financial Corp. (Canada) Limited, a subsidiary of Allianz Life Insurance
Company of North America and Allianz Education Funds Inc. (Alta.) (Civil) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Abella and Cromwell JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Alberta (Edmonton),
Number 1203-0178-A C, 2013 ABCA 98, dated March 18, 2013, is granted with costs in the cause.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Alberta (Edmonton), numéro 12030178-AC, 2013 ABCA 98, daté du 18 mars 2013, est accueillie avec dépens suivant l’issue de la cause.
CASE SUMMARY
Contracts - Interpretation - Parol Evidence - Breach - Termination - Sufficiency of pleadings - Corporate respondent
giving notice that applicant’s contract would not be renewed upon its expiration - When is a duty of good faith implied
in commercial contracts - Can the duty be excluded by an entire agreement clause.
The corporate respondent (“CAFC) markets registered education savings plans for parent -investors through retail
dealers such as the applicant and the individual respondent. After many years, CAFC changed the wording of its
standard contract with input from dealers, and the applicant executed the new contract. A new renewal clause stated
that either party could trigger non-renewal of the contract by giving timely notice before the expiry of a term.
When CAFC sought to have the individual respondent audit t he applicant’s business, the latter refused to give Mr.
Hrynew access to his confidential information. Mr. Hrynew was a competitor and was interested in merging with the
- 1363 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
applicant’s business. CACF subsequently gave notice to the applicant that it would n ot be renewing his contract. The
applicant brought a lawsuit against CACF and Mr. Hrynew. The Court of Queen’s Bench of Alberta found that it was
an implied term of the contract that decisions of whether to renew contract would be carried out in good faith. The
Court held CACF in breach of the implied term of good faith, that Mr. Hrynew had intentionally induced breach of
contract, and that the respondents were liable for civil conspiracy. The Court of Appeal of Alberta allowed an appeal
and dismissed the applicant’s lawsuit. The Court found the applicant’s pleadings to be insufficient and held that the
lower court erred by implying a term of good faith in the context of an unambiguous contract containing an entire
agreement clause.
June 29, 2012
Court of Queen’s Bench of Alberta
(Moen J.)
2011 ABQB 637; 0203-02295
Judgment against the respondents, jointly and
severally, for damages of $380,597.00 plus interest and
costs
March 18, 2013
Court of Appeal of Alberta (Edmonton)
(Côté, Paperny and Belzil JJ.A.)
2013 ABCA 98; 1203-0178-A C
Appeal allowed and applicant’s lawsuit dismissed
May 16, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Contrats - Interprétation - Preuve extrinsèque - Violation - Résiliation - Suffisance des actes de procédure - La
personne morale intimée a donné avis que le contrat du demandeur ne serait pas renouvelé à échéance. - Dans quelles
situations l’obligation d’agir de bonne foi est-elle implicite dans les contrats commerciaux? - L’obligation peut-elle
être exclue par une clause du type « intégralité de l’entente »?
La personne morale intimée (« CAFC ») met en marché des régimes enregistrés d’épargne-études destinés aux
parents-épargnants par l’entremise de détaillants comme le demandeur et l’intimé, M. Hrynew. Après plusieurs
années, CAFC a modifié le libellé de son contrat type après avoir obtenu des commentaires et suggestions de
détaillants, et le demandeur a signé le nouveau contrat. Une nouvelle clause de renouv ellement stipulait qu’une partie
pouvait obtenir le non-renouvellement du contrat en donnant un avis en temps opportun avant la date d’échéance.
Lorsque CAFC a demandé à l’intimé, M. Hrynew, de faire une vérification de l’entreprise du demandeur, ce dern ier a
refusé de donner à M. Hrynew l’accès à ses renseignements confidentiels. Monsieur Hrynew était un concurrent et il
était intéressé à se fusionner avec l’entreprise du demandeur. Par la suite, CAFC a donné avis au demandeur qu’elle
ne renouvellera pas son contrat. Le demandeur a intenté une poursuite contre CAFC et M. Hrynew. La Cour du Banc
de la Reine de l’Alberta a conclu que le contrat renfermait une disposition implicite selon laquelle les décisions de
renouveler ou non un contrat devaient être prises de bonne foi. La Cour a conclu CAFC avait violé la condition
implicite d’agir de bonne foi, que M. Hrynew avait intentionnellement incité à la violation du contrat et que les intimés
avaient engagé leur responsabilité pour complot civil. La Cour d’appel de l’Alberta a accueilli l’appel et rejeté la
poursuite du demandeur. La Cour a conclu que les actes de procédure du demandeur étaient insuffisants et que la cour
de première instance avait eu tort de conclure à l’existence d’une condition implic ite d’agir de bonne foi dans le
contexte d’un contrat non ambigu renfermant une clause du type « intégralité de l’entente ».
- 1364 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
29 juin 2012
Cour du Banc de la Reine de l’Alberta
(Juge Moen)
2011 ABQB 637; 0203-02295
Intimés condamnés solidairement à verser des
dommages-intérêts de 380 597 $ plus les intérêts et les
dépens
18 mars 2013
Cour d’appel de l’Alberta (Edmonton)
(Juges Côté, Paperny et Belzil)
2013 ABCA 98; 1203-0178-A C
Appel accueilli et poursuite du demandeur rejetée
16 mai 2013
Cour suprême du Canada
Demande d’autorisation d’appel, déposée
35383
Luc Vallée c. Léna Thibault, en sa qualité de syndic de la Chambre de la sécurité financière et
Chambre de la sécurité financière (Comité de discipline) (Qc) (Civile) (Autorisation)
Coram :
La juge en chef McLachlin et les juges Abella et Cromwell
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500-09021735-113, 2013 QCCA 535, daté du 22 mars 2013, est rejetée avec dépens en faveur de l’intimée Léna Thibault, en
sa qualité de syndic de la Chambre de la sécurité financière.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montréal), Number
500-09-021735-113, 2013 QCCA 535, dated March 22, 2013, is dismissed with costs to the respondent Léna
Thibault, en sa qualité de syndic de la Chambre de la sécurité financière.
CASE SUMMARY
Law of professions — Discipline — Securities brokers — Evidence in disciplinary proceedings — Clear and
convincing proof — Broker acquitted by discipline committee but subsequently found guilty by Court of Québec —
Court of Appeal dismissing appeal — Whether Court of Appeal erred in concluding that contradictory evidence
constituted clear and convincing proof.
Mr. Vallée is a securities broker. He acted as financial adviser for two clients who were also spouses. At one point,
Mr. Vallée advised these clients to transfer their funds to mutual funds with his new employer. When the clients
balked at completing the transaction because of the considerable deferred sales charges they would incur in doing so,
Mr. Vallée proposed that each of them sign an agreement with him. It was alleged that these agreements constituted a
performance guarantee by Mr. Vallée with regard to the new investments he was proposing, which is prohibited under
the regulations applicable to securities brokers.
A disciplinary complaint was filed against Mr. Vallée. This complaint consisted of four counts, two of being a party
to a performance guarantee agreement and two of failing to act with loyalty and integrity by not subordinating his
interests to those of a client.
In March 2010, the discipline committee of the Chambre de la sécurité financière acquitted Mr. Vallée on all four
counts.
- 1365 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
May 9, 2011
Court of Québec
(Judge Pinsonneault)
2011 QCCQ 4741
Decision of discipline committee of Chambre de la
sécurité financière acquitting
applicant reversed;
Applicant found guilty of four offences, and file
referred back to discipline committee to impose
appropriate penalties
March 22, 2013
Quebec Court of Appeal (Montréal)
(Morissette, Vézina and Léger JJ.A.)
2013 QCCA 535
Appeal dismissed
May 21, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
Droit des professions — Discipline — Courtier en valeurs mobilières — Preuve en matière disciplinaire — Preuve
convaincante et sans ambigüité — Courtier acquitté par Comité de discipline mais subséquemment déclaré coupable
par Cour du Québec — Cour d’appel rejetant appel — Cour d’appel a-t-elle erré en concluant qu’une preuve
contradictoire constituait une preuve convaincante et sans ambigüité
M. Vallée est un courtier en valeurs mobilières. Il était le conseiller financier de deux clients qui étaient a ussi les
conjoints l’un de l’autre. À un certain moment, M. Vallée proposa à ces clients de transférer leurs fonds dans des
fonds mutuels auprès de son nouvel employeur. Lorsque ces clients hésitèrent à compléter la transaction en raison des
frais de rachat importants qu’un tel transfert occasionnerait, M. Vallée proposa la signature d’ententes entre lui-même
et chacun de ces clients. Il est allégué que ces ententes constituaient une garantie de rendement de la part de M. Vallée
relativement aux nouveaux placements qu’il proposait, ce qui est interdit en vertu de la règlementation applicable à la
profession.
Une plainte disciplinaire fut portée contre M. Vallée. Cette plainte comportait quatre chefs, dont deux chefs d’avoir
été partie à une entente de garantie de rendement et deux chefs d’avoir fait défaut de loyauté et d’intégrité en ne
subordonnant pas son intérêt à l’intérêt d’un client.
En mars 2010, le Comité de discipline de la Chambre de la sécurité financière a rejeté les quatre chefs formulés contre
M. Vallée.
Le 9 mai 2011
Cour du Québec
(Le juge Pinsonneault)
2011 QCCQ 4741
Décision du Comité de discipline de la Chambre de la
sécurité financière acquittant le demandeur, infirmée;
Demandeur déclaré coupable de 4 infractions et le
dossier retourné au Comité de discipline pour
l’imposition des sanctions appropriées
Le 22 mars 2013
Cour d’appel du Québec (Montréal)
(Les juges Morissette, Vézina et Léger)
2013 QCCA 535
Appel rejeté
- 1366 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
Le 21 mai 2013
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel déposée
35390
Her Majesty the Queen v. Vincent Quesnelle (Ont.) (Criminal) (By Leave)
Coram :
McLachlin C.J. and Abella and Cromwell JJ.
The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C53116,
2013 ONCA 180, dated March 26, 2013, is granted without costs.
La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C53116, 2013 ONCA
180, daté du 26 mars 2013, est accueillie sans dépens.
CASE SUMMARY
(PUBLICAT ION BAN IN CASE)
Criminal law – Evidence – Disclosure – Whether the definition of “record” under s. 278.1 of the Criminal Code
includes police “occurrence reports” that are unrelated to the case being prosecuted – Whether the Crown has a duty
under Stinchcombe to obtain and disclose police “occurrence reports” regarding witnesses in respect of matters
unrelated to the case being prosecuted
Quesnelle was charged with assault, sexual assault, sexual assault with a weapon, robbery, threat ening to kill, and
threatening serious bodily harm. The charges stem from two separate incidents involving two complainants.
Quesnelle denied all charges against him. The case turned on credibility.
During the course of the trial, Quesnelle sought disclosure of all police occurrence reports reviewed by the police that
pertain to one of the complainants. It was determined that the application must be brought pursuant to s. 278.2 of the
Criminal Code as there was a reasonable expectation of privacy in those reports and the only exception was for
records pertaining to the offence in question. The request for production of the reports was ultimately denied as it was
found that there was no evidentiary basis upon which to conclude that the documents reque sted were likely relevant or
that their production was necessary in the interest of justice.
Quesnelle was convicted by a judge and jury of two charges of simple assault and two charges of sexual assault.
Quesnelle appealed his conviction and sentence. The question raised on the appeal was whether the application was
properly brought in accordance with the statutory protections set out in s. 278.2 of the Criminal Code or whether the
application should have proceeded pursuant to the lower threshold for disclosure set out in R. v. Stinchcombe, [1991] 3
S.C.R. 326. The Court of Appeal allowed the appeal and ordered a new trial.
June 4, 2010
Ontario Superior Court of Justice
(Thorburn J.)
Respondent convicted on two counts of sexual assault
and two counts of assault
March 26, 2013
Court of Appeal for Ontario
(Rosenberg, Sharpe and MacFarland JJ.A.)
2013 ONCA 180; C53116
Appeal allowed; new trial ordered
- 1367 -
JUDGMENTS ON APPLICATIONS
FOR LEAVE
JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES
D'AUTORISATION
May 23, 2013
Supreme Court of Canada
Application for leave to appeal filed
RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE
(ORDONNANCE DE NON -PUBLICAT ION DANS LE DOSSIER)
Droit criminel – Preuve – Communication de la preuve – La définition du mot « dossier » à l'art. 278.1 du Code
criminel comprend-t-elle les « rapports d’événements » de la police qui ne sont pas liés à l'affaire en cours d’instance?
– Le ministère public a-t-il l'obligation, en application de l'arrêt Stinchcombe, d'obtenir et de communiquer les
« rapports d’événements » de la police concernant des témoins à l'égard de questions qui ne sont pas liée s à l'affaire en
cours d’instance?
Monsieur Quesnelle a été accusé de voies de fait, d'agression sexuelle, d'agression sexuelle armée, de vol qualifié, de
menaces de mort et de menaces de causer des blessures graves. Les accusations remontent à deux incidents distincts
impliquant deux plaignantes. Monsieur Quesnelle a nié toutes les accusations portées contre lui. L’issue de la cause
reposait sur la crédibilité.
Au cours du procès, M. Quesnelle a demandé la communication de tous les rapports d’événements de la police
examinés par les policiers relativement à l'une des plaignantes. Il a été jugé que la demande devait être présentée en
application de l'art. 278.2 du Code criminel, puisqu'il y avait une attente raisonnable en matière de protection de la vie
privée à l'égard de ces rapports d’événements et que la seule exception avait pour objet les documents ayant trait à
l'infraction en question. La demande de production des rapports d’événements a fini par être rejetée, puisqu'il a été
jugé qu'aucune preuve ne permettait de conclure que les documents demandés étaient vraisemblablement pertinents ou
que leur production servirait les intérêts de la justice.
Monsieur Quesnelle a été déclaré coupable par un juge et un jury sous deux accusations de voies de fait simples et
deux accusations d'agression sexuelle. Monsieur Quesnelle a interjeté appel de sa condamnation et de sa peine. La
question soulevée en appel était de savoir si les demandes avaient été dûment présentées conformément aux
protections légales prévues à l'art. 278.2 du Code criminel ou si la demande aurait dû être traitée au regard du critère
moins exigeant de communication de la preuve énoncé dans R. c. Stinchcombe, [1991] 3 R.C.S 326. La Cour d'appel a
accueilli l'appel et ordonné un nouveau procès.
4 juin 2010
Cour supérieure de justice de l'Ontario
(Juge Thorburn)
Intimé déclaré coupable sous deux chefs d'agression
sexuelle et deux chefs de voies de fait
26 mars 2013
Cour d'appel de l'Ontario
(Juges Rosenberg, Sharpe et MacFarland)
2013 ONCA 180; C53116
Appel accueilli; nouveau procès ordonné
23 mai 2013
Cour suprême du Canada
Demande d'autorisation d'appel, déposée
- 1368 -
MOTIONS
REQUÊTES
19.07.2013
Before / Devant : THE CHIEF JUSTICE / LA JUGE EN CHEF
Order appointing amicus curiae
Ordonnance nommant un amicus curiae
Estate of the Late Zahra (Ziba) Kazemi et al.
v. (35034)
Islamic Republic of Iran et al. (Que.)
GRANTED / ACCORDÉE
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
Given that the respondent, the Attorney General of Canada, has advised the Court that they do not intend to address all
issues which may be raised by the appellants in this appeal, Mr. Christopher D. Bredt is accordingly appointed as
amicus curiae to assist the Court by filing a factum of no more than 40 pages and a book of authorities on or before
November 8, 2013. Mr Bredt is permitted to be assisted by a junior counsel.
The reasonable fees and disbursements of Mr. Bredt, and any junior counsel, shall be paid by the Attorney General of
Canada.
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
Étant donné que l’intimé, le procureur général du Canada, a informé la Cour qu’il n’a pas l’intention d’aborder toutes
les questions qui pourraient être soulevées par les appelants dans le présent appel, M e Christopher D. Bredt est nommé
comme amicus curiae pour aider la Cour en déposant un mémoire d’au plus 40 pages et un recueil de sources, au plus
tard le 8 novembre 2013. M e Bredt est autorisé à recevoir l’aide d’un avocat adjoint.
Les honoraires et les débours raisonnables pour les services de M e Bredt, et ceux d’un avocat adjoint, seront payés par
le procureur général du Canada.
24.07.2013
Before / Devant : LEBEL J. / LE JUGE LEBEL
Requête de l’intimée Royal and Sun Alliance du
Canada, société d’assurances, présentée en
application de la règle 71(3), en prorogation du
délai de signification et de dépôt de ses dossier,
mémoire et recueil de sources jusqu’au
19 juillet 2013 et en vue de présenter une
plaidoirie orale lors de l’audition de l’appel
Motion by the respondent Royal and Sun
Alliance Insurance Company of Canada to
extend the time to serve and file its record,
factum and book of authorities to July 19, 2013
and to present oral argument at the hearing of
the appeal pursuant to Rule 71(3)
Peracomo Inc. et al.
v. (34991)
Telus Communications Company et al. (F.C.)
- 1369 -
MOTIONS
REQUÊTES
GRANTED / ACCORDÉE
25.07.2013
Before / Devant : LEBEL J. / LE JUGE LEBEL
Motion for an extension of time and for leave to
intervene
BY / PAR
Association des Membres de la
Police Montée du Québec;
Confédération des syndicats
nationaux;
Canadian Police Association;
Canadian Labour Congress ;
Saskatchewan Federation of
Labour;
Canadian Civil Liberties
Association;
Mounted Police Members’ Legal
Fund;
Public Service Alliance of
Canada;
British Columbia Civil Liberties
Association;
Alberta Union of Provincial
Employees and SAIT Academic
Faculty Association
IN / DANS :
Mounted Police Association of
Ontario / Association de la Police
Montée de l’Ontario et al.
Requête en prorogation
autorisation d’intervenir
de
délai
et
en
v. (34948)
Attorney General of Canada
(Ont.)
GRANTED IN PART / ACCORDÉE EN PARTIE
UPON APPLICATIONS by the Association des Membres de la Police Montée du Québec, the Confédération des
syndicats nationaux, the Canadian Police Association, the Canadian Labour Congress, the Saskatchewan Federation of
Labour, the Canadian Civil Liberties Association, the Mounted Po lice Members’ Legal Fund, the Public Service
Alliance of Canada and the British Columbia Civil Liberties Association for leave to intervene in the above appeal;
AND UPON APPLICATION by the Alberta Union of Provincial Employees and SAIT Academic Faculty As sociation
for an extension of time to apply for leave to intervene and for leave to intervene in the above appeal;
AND THE MATERIAL FILED having been read;
- 1370 -
MOTIONS
REQUÊTES
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
The motions for leave to intervene of the Association des Membres de la Police Montée du Québec, the Confédération
des syndicats nationaux, the Canadian Police Association, the Canadian Labour Congress, the Canadian Civil Liberties
Association, the Mounted Police Members’ Legal Fund, the Public Service Alliance of Canada and the British
Columbia Civil Liberties Association are granted and the said interveners shall be entitled to each serve and file a
factum not to exceed 10 pages in length on or before September 19, 2013.
IT IS HEREB Y FURTHER ORDERED THAT:
The motion for an extension of time to apply for leave to intervene of the Alberta Union of Provincial Employees and
SAIT Academic Faculty Association is dismissed.
The motion for leave to intervene of the Saskatchewan Federation of Labour is dismissed.
The requests to present oral argument are deferred to a date following receipt and consideration of the written
arguments of the parties and the interveners.
The interveners are not entitled to raise new issues or to adduce further evidence or otherwise to supplement the record
of the parties.
To the extent that the interests are similar, interveners shall consult to avoid repetition.
Pursuant to Rule 59(1)(a) of the Rules of the Supreme Court of Canada, the interveners shall pay to the appellants and
respondent any additional disbursements occasioned to the appellants and respondent by their interventions.
ET À LA SUITE DES REQUÊTES présentées par l’Association des Membres de la Police Montée du Québec, la
Confédération des syndicats nationaux, l’Association canadienne des policiers, le Congrès du travail du Canada, la
Saskatchewan Federation of Labour, l’Association canadienne des libertés civiles, le Fonds de recours juridique des
membres de la Gendarmerie, l’Alliance de la Fonction publique du Canada et la British Columbia Civil Liberties
Association en autorisation d’intervenir dans l’appel;
À LA SUITE DE LA REQUÊTE présentée par l’Alberta Union of Provincial Employees and SAIT Academic Faculty
Association en prorogation du délai applicable à une demande d'autorisation d'intervenir et en autorisation d'intervenir
dans l'appel;
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés;
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
Les requêtes en autorisation d'intervenir présentées par l’Association des Membres de la Police Montée du Québec, la
Confédération des syndicats nationaux, l’Association canadienne des policiers, le Congrès du travail du Canada,
l’Association canadienne des libertés civiles, le Fonds de recours juridique des membres de la Gendarmerie, l’Alliance
de la Fonction publique du Canada et la British Columbia Civil Liberties Association sont accueillies et ces
intervenants pourront chacun signifier et déposer un mémoire d'au plus dix (10) pages au plus tard le 19 septembre
2013.
IL EST EN OUTRE ORDONNÉ CE QUI SUIT :
La requête en prorogation du délai applicable à une demande d'autorisation d'intervenir présentée par l’Alberta Union
of Provincial Employees and SAIT Academic Faculty Association est rejetée.
La requête en autorisation d'intervenir présentée par la Saskatchewan Federation of Labour est rejetée.
- 1371 -
MOTIONS
REQUÊTES
Les décisions sur les requêtes en vue de présenter des plaidoiries orales seront rendues après réception et examen des
arguments écrits des parties et des intervenants.
Les intervenants n'ont pas le droit de soulever de nouvelles questions, de produire d'autre s éléments de preuve ni de
compléter de quelque autre façon le dossier des parties.
Dans la mesure où leurs intérêts sont similaires, les intervenants se consulteront pour éviter toute répétition.
Conformément à l'alinéa 59(1)(a) des Règles de la Cour suprême du Canada, les intervenants paieront aux appelants et
à l'intimé tous débours supplémentaires résultant de leur intervention.
29.07.2013
Before / Devant : LEBEL J. / LE JUGE LEBEL
Motion permitting the filing in electronic form
of a joint record as between the parties in 35009
and 35018 and between the parties in 35033 and
to reduce the number of printed copies of the
joint records
Requête en autorisation du dépôt en format
électronique d’un dossier conjoint par les
parties des dossiers 35009 et 35018 et par les
parties du dossier 35033 et en réduction du
nombre de copies imprimées des dossiers
conjoints
Bank of Montreal et al.
v. (35009)
Réal Marcotte et al. (Que.)
- and between Réal Marcotte
v. (35018)
Fédération des caisses Desjardins du Québec
(Que.)
- and between Amex Bank of Canada
v. (35033)
Sylvan Adams et al. (Que.)
GRANTED / ACCORDÉE
- 1372 -
MOTIONS
REQUÊTES
29.07.2013
Before / Devant : THE DEPUTY REGISTRA R / LA REGISTRAIRE ADJOINTE
Motion to extend the time to serve and file the
factum and book of authorities of the amicus
curiae to September 6, 2013
Requête en prorogation du délai de signification
et de dépôt des mémoire et recueil de sources de
l’amicus curiae jusqu'au 6 septembre 2013
Her Majesty the Queen
v. (35049)
Nelson Lloyd Hart (Crim.) (N.L.)
GRANTED / ACCORDÉE
30.07.2013 REVISED / RÉVISÉE 06.08.2013
Before / Devant : LEBEL J. / LE JUGE LEBEL
Motion for an extension of time and for leave to
intervene
BY / PAR
Requête en prorogation
autorisation d’intervenir
Te’exw Treaty Association;
Business Council of British
Columbia, Council of Forest
Industries, Coast Forest Products
Association, Mining Association
of British Columbia and
Association for Mineral
Exploration British Columbia;
Chippewas of Nawash Unceded
First Nation, Saugeen First
Nation, Walpole Island First
Nation and United Chiefs and
Councils of Mnidoo Mnising;
Assembly of First Nations;
Gitanyow Hereditary Chiefs of
Gwass Hlaam, Gamlaxyelt xw,
Malii, Gwinuu, Haizimsque,
Watakhayetsxw, Luuxhon and
Wii’litswx, on their own behalf
and on behalf all Gitanyow;
Hul’qumi’num Treaty Group;
Council of the Haida Nation;
Grand Council Treaty #3;
Office of the Wet’suwet’en
Chiefs;
Indigenous Bar Association in
Canada;
Stó:lō Nation Chiefs Council;
First Nations Summit;
Tsawout First Nation, Tsartlip
- 1373 -
de
délai
et
en
MOTIONS
REQUÊTES
First Nation, Snuneymuxw First
Nation and Kwakiutl First Nation;
Coalition of the Union of B.C.
Indian Chiefs;
Okanagan Nation Alliance and
the Shuswap Nation Tribal
Council and their member
communities, the Okanagan,
Adams Lake, Neskonlith and
Splatsin Indian Bands;
Amnesty International and
Canadian Friends Service
Committee;
Leslie Cameron on his own behalf
and on behalf of all other
members of Wabauskang First
Nation;
Bernard Conrad Lewis, on his
own behalf and on behalf of all
other members of the Gitxaala
Nation;
Chilko Resorts and Community
Association and Council of
Canadians
IN / DANS :
Roger William, on his own behalf
and on behalf of all other
members of the Xeni Gwet’in
First Nations Government and on
behalf of all other members of the
Tsilhqot’in Nation
v. (34986)
Her Majesty the Queen in Right
of the Province of British
Columbia and the Regional
Manager of the Cariboo Forest
Region et al. (Ont.)
GRANTED IN PART / ACCORDÉE EN PARTIE
UPON APPLICATIONS by the Te’mexw Treaty Association, the Business Council of British Columbia, Council of
Forest Industries, Coast Forest Products Association, Mining Association of British Columbia and Association for
Mineral Exploration British Columbia, the Chippewas of Nawash Unceded First Nation, Saugeen First Nation, Walpole
Island First Nation and United Chiefs and Councils of Mnidoo Mnising, the Assembly of First Nations, the Gitanyow
Hereditary Chiefs of Gwass Hlaam, Gamlaxyeltxw, Malii, Gwinuu, Haizimsque, Watakhayetsxw, Luuxhon and
Wii’litswx, on their own behalf and on behalf all Gitanyow, the Hul’qumi’num Treaty Group, the Council of the Haida
Nation, the Grand Council Treaty #3, the Office of the Wet’suwet’en Chiefs, the Indigenous Bar Association in
Canada, the Stó:lō Nation Chiefs Council, the First Nations Summit, the Tsawout First Nation, Tsartlip First Nation,
Snuneymuxw First Nation and Kwakiutl First Nation, the Coalition of the Union of B.C. Indian Chiefs, the Okanagan
Nation Alliance and the Shuswap Nation Tribal Council and their member communities, the Okanagan, Adams Lake,
Neskonlith and Splatsin Indian Bands, Amnesty International and Canadian Friends Service Committee, Leslie
Cameron on his own behalf and on behalf of all other members of Wabauskang First Nation, Bernard Conrad Lewis, on
his own behalf and on behalf of all other members of the Gitxaala Nation and the Chilko Resorts and Community
Association and Council of Canadians for leave to intervene in the above appeal;
- 1374 -
MOTIONS
REQUÊTES
AND THE MATERIAL FILED having been read;
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
The motions for leave to intervene of the Te’mexw Treaty Association, the Business Council of British Columbia,
Council of Forest Industries, Coast Forest Products Association, Mining Association of British Columbia and
Association for Mineral Exploration British Columbia, the Assembly of First Nations, the Gitanyow Hereditary Chiefs
of Gwass Hlaam, Gamlaxyeltxw, Malii, Gwinuu, Haizimsque, Watakhayetsxw, Luuxhon and Wii’litswx, on their own
behalf and on behalf all Gitanyow, the Hul’qumi'num Treaty Group, t he Council of the Haida Nation, the Office of the
Wet’uwet’en Chiefs, the Indigenous Bar Association in Canada, the First Nations Summit, the Tsawout First Nation,
Tsartlip First Nation, Snuneymuxw First Nation and Kwakiutl First Nation, the Coalition of t he Union of B.C. Indian
Chiefs, the Okanagan Nation Alliance and the Shuswap Nation Tribal Council and their member communities, the
Okanagan, Adams Lake, Neskonlith and Splatsin Indian Bands, Amnesty International and Canadian Friends Service
Committee, Bernard Conrad Lewis, on his own behalf and on behalf of all other members of the Gitxaala Nation and
the Chilko Resorts and Community Association and Council of Canadians are granted and the said fourteen groups of
interveners shall be entitled to each serve and file a single factum not to exceed 10 pages in length on or before
September 24, 2013.
AND IT IS HEREBY FURTHER ORDERED THAT: the motions for leave to intervene of the Chippewas of
Nawash Unceded First Nation, Saugeen First Nation, Walpole Island First Nation and United Chiefs and Councils of
Mnidoo Mnising, the Grand Council Treaty #3, the Stó:lō Nation Chiefs Council and Leslie Cameron on his own behalf
and on behalf of all other members of Wabauskang First Nation are dismissed.
The motions of the Office of the Wet’suwet’en Chiefs, the Business Council of British Columbia, Council of Forest
Industries, Coast Forest Products Association, Mining Association of British Columbia and Association for Mineral
Exploration British Columbia and the Gitanyow Hereditary Chiefs of Gwass Hlaam, Gamlaxyeltxw, Malii, Gwinuu,
Haizimsque, Watakhayetsxw, Luuxhon and Wii’litswx, on their own behalf and on behalf all Gitanyow to file affidavit
evidence on appeal or to otherwise rely on affidavit evidence currently appe nded to motions for leave to intervene are
dismissed.
The requests to present oral argument are deferred to a date following receipt and consideration of the written
arguments of the parties and the interveners.
The interveners are not entitled to raise new issues or to adduce further evidence or otherwise to supplement the record
of the parties.
To the extent that the interests are similar, interveners shall consult to avoid repetition.
Pursuant to Rule 59(1)(a) of the Rules of the Supreme Court of Canada, the interveners shall pay to the appellant and
respondents any additional disbursements occasioned to the appellant and respondents by their interventions.
À LA SUITE DES DEMANDES d’autorisation d’intervenir dans l’appel prés entées par l’Association du traité des
Te’mexw, le Business Council of British Columbia, le Council of Forest Industries, la Coast Forest Products
Association, la Mining Association of British Columbia et l’Association for Mineral Exploration British Colu mbia, la
Première nation des Chippewas de Nawash Unceded, la Première nation Saugeen, la Première nation de Walpole Island
et les United Chiefs and Councils of Mnidoo Mnising, l’Assemblée des Premières Nations, les Chefs héréditaires
gitanyows de Gwass Hlaam, Gamlaxyeltxw, Malii, Gwinuu, Haizimsque, Watakhayetsxw, Luuxhon et Wii’litswx, en
leur propre nom et au nom de tous les Gitanyows, le Groupe du Traité des Hul’qumi’num, le Council of the Haida
Nation, le Grand Council of Treaty #3, l’Office of the Wet'suwet'en Chiefs, l’Association du Barreau Autochtone du
Canada, le Stó:lō Nation Chiefs Council, le Sommet des Premières Nations, la Première nation de Tsawout, la Première
nation de Tsartlip, la Première nation Snuneymuxw et la Première nation Kwakiutl, la Coalition of the Union of B.C.
Indian Chiefs, la Okanagan Nation Alliance et le Shuswap Nation Tribal Council et les collectivités qui en font partie,
les bandes indiennes d’Okanagan, d’Adams Lake et de Neskonlith et la bande indienne Splatsin, Amnistie
Internationale et le Secours Quaker Canadien, Leslie Cameron en son propre nom et au nom de tous les autres membres
- 1375 -
MOTIONS
REQUÊTES
de la Première nation de Wabauskang, Bernard Conrad Lewis en son propre nom et au nom de tous les autres membres
de la Nation Gitxaala, la Chilko Resorts and Community Association et le Conseil des Canadiens;
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés ;
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
Les requêtes en autorisation d’intervenir de l’Association du traité des Te’mexw, du Business Council of British
Columbia, du Council of Forest Industries, de la Coast Forest Products Association, de la Mining Association of British
Columbia et de l’Association for Mineral Exploration British Columbia, de l’Assemblée des Premières Nations, des
Chefs héréditaires gitanyows de Gwass Hlaam, Gamlaxyeltxw, Malii, Gwinuu, Haizimsque, Watakhayetsxw, Luuxhon
et Wii’litswx, en leur propre nom et au nom de tous les Gitanyows, du Groupe du Traité des Hul’qumi’num, du Council
of the Haida Nation, de l’Office of the Wet’suwet’en Chiefs, de l’Association du Barreau Autochtone du Canada, du
Sommet des Premières Nations, de la Première nation de Tsawout, de la Première nation de Tsartlip, de la Première
nation Snuneymuxw et de la Première nation Kwakiutl, de la Coalition of the Union of B.C. Indian Chiefs, de la
Okanagan Nation Alliance et du Shuswap Nation Tribal Council et des collectivités qui en font partie, des bandes
indiennes d’Okanagan, d’Adams Lake et de Neskonlith et de la bande indienne Splatsin, d’Amnistie Internationale et
du Secours Quaker Canadien, de Bernard Conrad Lewis en son propre nom et au nom de tous les autres membres de la
Nation Gitxaala, de la Chilko Resorts and Community Association et du Conseil des Canadiens sont accueillies et
chacun de ces quatorze groupes d’intervenants pourra signifier et déposer un sel mémoire d’au plus 10 pages au plus
tard le 24 septembre 2013.
ET IL EST EN OUTRE ORDONNÉ CE QUI SUIT :
Les requêtes en autorisation d’intervenir de la Première nation des Chippewas de Nawash Unceded, de la Première
nation Saugeen, de la Première nation de Walpole Island et des United Chiefs and Councils of Mnidoo Mnising, du
Grand Council Treaty #3, du Stó:lō Nation Chiefs Council et de Leslie Cameron en son propre nom et au nom de tous
les autres membres de la Première nation de Wabauskang sont rejetées.
Les requêtes présentées par l’Office of the Wet’suwet'en Chiefs, le Business Council of British Columbia, le Council of
Forest Industries, la Coast Forest Products Association, la Mining Association of British Columbia et l’Association for
Mineral Exploration British Columbia et les Chefs héréditaires gitanyows de Gwass Hlaam, Gamlaxyeltxw, Malii,
Gwinuu, Haizimsque, Watakhayetsxw, Luuxhon et Wii'litswx, en leur propre nom et au nom de tous les Gitanyows , en
vue de déposer des affidavits en appel ou de s’appuyer d’une autre manière sur les affidavits joints actuellement aux
requêtes en autorisation d’intervenir sont rejetées.
La décision sur les demandes en vue de présenter une plaidoirie orale sera rend ue après réception et examen des
arguments écrits des parties et des intervenants.
Les intervenants n’ont pas le droit de soulever de nouvelles questions, de produire d’autres éléments de preuve ni de
compléter de quelque autre façon le dossier des parties.
Dans la mesure où leurs intérêts sont similaires, les intervenants se consulteront pour éviter toute répétition.
Conformément à l’alinéa 59(1)a) des Règles de la Cour suprême du Canada, les intervenants paieront à l’appelant et
aux intimés tous débours supplémentaires résultant de leur intervention.
- 1376 -
MOTIONS
REQUÊTES
02.08.2013
Before / Devant : KARAKATSANIS J. / LE JUGE KARAKATSANIS
Order on interventions
Ordonnance
d’intervention
RE:
Attorney General of Ontario;
Attorney General of Alberta;
Director of Public Prosecutions;
Canadian Civil Liberties
Association Canada;
Criminal Lawyers’ Association of
Ontario
IN / DANS :
Matthew David Spencer
quant
aux
demandes
v. (34644)
Her Majesty the Queen (Crim.)
(Sask.)
FURTHER TO THE ORDER dated June 28, 2013, requesting further submissions addressing Rule 57(2)(b) of the
Rules of the Supreme Court of Canada from the moving parties, the Attorney General of Ontario, the Attorney General
of Alberta, the Director of Public Prosecutions, the Canadian Civil Liberties Association Canada and the Criminal
Lawyers’ Association of Ontario, seeking for leave to intervene in the above appeal
AND THE MATERIAL FILED having been read;
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
The motions for leave to intervene of the Attorney General of Ontario, the Attorney General of Alberta, the Director of
Public Prosecutions, the Canadian Civil Liberties Association and th e Criminal Lawyers’ Association of Ontario are
granted and the said interveners shall be entitled to serve and file a factum not to exceed 10 pages in length on or before
September 27, 2013.
The request to present oral argument is deferred to a date following receipt and consideration of the written arguments
of the parties and the interveners.
The interveners are not entitled to raise new issues or to adduce further evidence or otherwise to supplement the record
of the parties.
Pursuant to Rule 59(1)(a) of the Rules of the Supreme Court of Canada, the interveners shall pay to the appellant and
respondent any additional disbursements occasioned to the appellant and respondent by their interventions.
À LA SUITE DE L’ORDONNANCE datée du 28 juin 2013 exigeant la présentation d’observations supplémentaires
visant à satisfaire aux exigences de l’alinéa 57(2)b) des Règles de la Cour suprême du Canada de la part des parties
requérantes, soit le procureur général de l’Ontario, le procureur général de l’Alberta, le directeur des poursuites pénales,
l’Association canadienne des libertés civiles et la Criminal Lawyers’ Association of Ontario, qui ont demandé
l’autorisation d’intervenir dans l’appel;
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés;
- 1377 -
MOTIONS
REQUÊTES
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
Les requêtes en autorisation d’intervenir présentées par le procureur général de l’Ontario, le procureur général de
l’Alberta, le directeur des poursuites pénales, l’Association canadienne des libertés civiles et la Criminal Lawyers’
Association of Ontario sont accordées, et ces intervenants pourront chacun signifier et déposer un mémoire d’au plus
dix pages au plus tard le 27 septembre 2013.
La décision sur la requête en vue de présenter des plaidoiries orales sera rendue après réception et examen des
arguments écrits des parties et des intervenants .
Les intervenants n’ont pas le droit de soulever de nouvelles questions, de produire d’autres éléments de preuve ni de
compléter de quelque autre façon le dossier des parties.
Conformément à l’al. 59(1)a) des Règles de la Cour suprême du Canada, les intervenants paieront à l’appelant et à
l’intimée tous débours supplémentaires résultant de leur intervention.
06.08.2013
Before / Devant : THE DEPUTY REGISTRA R / LA REGISTRAIRE ADJOINTE
Motion for an extension of time
Requête en prorogation de délai
Francine Lessard
c. (33743)
Jacques Lesage et autres (Qc)
GRANTED / ACCORDÉE
À LA SUITE DE LA DEMANDE présentée par les intimées, Louise Lambert et Régie des Rentes du Québec, pour
obtenir la prorogation du délai pour la signification et le dépôt de leur avis de taxation et de leur mémoire de frais au 11
juin 2013;
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés;
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
La requête est accueillie.
UPON APPLICATION by the respondents, Louise Lambert and Régie des Rentes du Québec, for an order extending
the time to serve and file their notice of taxation and bill of costs to June 11, 2013;
AND THE MATERIAL FILED having been read;
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
The motion is granted.
- 1378 -
MOTIONS
REQUÊTES
07.08.2013
Before / Devant : ROTHSTEIN J. / LE JUGE ROTHSTEIN
Motion for an extension of time for leave to
intervene and for leave to intervene
BY / PAR
Canadian HIV/AIDS Legal
Network and HIV & AIDS Legal
Clinic Ontario
IN / DANS :
Craig Jaret Hutchinson
Requête en prorogation du délai pour
demander l’autorisation d’intervenir et en
autorisation d’intervenir
v. (35176)
Her Majesty the Queen (Crim.)
(N.S.)
GRANTED / ACCORDÉE
UPON APPLICATION by the Canadian HIV/AIDS Legal Network and HIV & AIDS Legal Clinic Ontario for an
extension of time to apply for leave to intervene and for leave to intervene in the above appeal;
AND THE MATERIAL FILED having been read;
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
The motion for an extension of time to apply for leave to intervene and for leave to intervene of the Canadian
HIV/AIDS Legal Network and HIV & AIDS Legal Clinic Ontario is granted and the said interveners shall be entitled to
serve and file a single factum not to exceed 10 pages in length on or before October 2, 2013.
The request to present oral argument is deferred to a date following receipt and consideration of the written arguments
of the parties and the interveners.
The interveners are not entitled to raise new issues or to adduce further evidence or otherwise to supplement the record
of the parties.
Pursuant to Rule 59(1)(a) of the Rules of the Supreme Court of Canada, the interveners shall pay to the appellant and
respondent any additional disbursements occasioned to the appellant and respondent by their intervention.
À LA SUITE DE LA REQUÊTE présentée par le Réseau juridique canadien VIH/sida et la HIV & AIDS Legal Clinic
Ontario en prorogation du délai applicable à une demande d’autorisation d’intervenir et en autorisation d’intervenir
dans l’appel;
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés;
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
La requête en prorogation du délai applicable à une demande d’autorisation d’intervenir et en autorisation d’intervenir
présentée par le Réseau juridique canadien VIH/sida et la HIV & AIDS Legal Clinic Ontario est accordée, et ces
intervenants pourront signifier et déposer un seul mémoire d’au plus 10 pages au plus tard le 2 octobre 2013.
La décision sur la requête en vue de présenter des plaidoiries orales sera rendue après réception et examen des
- 1379 -
MOTIONS
REQUÊTES
arguments écrits des parties et des intervenants.
Les intervenants n’ont pas le droit de soulever de nouvelles questions, de produire d’autres éléments de preuve ni de
compléter de quelque autre façon le dossier des parties.
Conformément à l’alinéa 59(1)a) des Règles de la Cour suprême du Canada, les intervenants paieront à l’appelant et à
l’intimée tous débours supplémentaires résultant de leur intervention.
09.08.2013
Before / Devant : ROTHSTEIN J. / LE JUGE ROTHSTEIN
Ordonnance relative à la présentation d’une
plaidoirie orale par les intervenants
Order on interventions with respect to oral
argument
RE:
Attorney General of Canada;
Information and Privacy
Commissioner of Alberta;
Freedom of Information and
Protection of Privacy
Commissioner [Review Officer]
for Nova Scotia and the
Information and Privacy
Commissioner of Prince Edward
Island;
British Columbia Freedom of
Information and Privacy
Association;
Information and Privacy
Commissioner of British
Columbia;
Canadian Civil Liberties
Association;
Attorney General of British
Columbia
IN / DANS :
John Doe, Requester et al.
v. (34828)
Minister of Finance for the
Province of Ontario et al. (Ont.)
FURTHER TO THE ORDER dated May 23, 2013, granting leave to intervene to the Attorney General of Canada, the
Information and Privacy Commissioner of Alberta, Freedom of Information and Protection of Privacy Commissioner
[Review Officer] for Nova Scotia and the Information and Privacy Commissioner of Prince Edward Island, the British
Columbia Freedom of Information and Privacy Association, the Information and Privacy Commissioner of British
Columbia, the Canadian Civil Liberties Association and the Attorney General of British Columbia;
IT IS HEREBY FURTHER ORDERED THAT the said six groups of interveners are each granted permission to
present oral argument not exceeding ten (10) minutes at the hearing of the appeal.
- 1380 -
MOTIONS
REQUÊTES
À LA SUITE DE L’ORDONNANCE datée du 23 mai 2013 autorisant le procureur général du Canada, l’Information
and Privacy Commissioner of Alberta, le Freedom of Information and Protection of Privacy Commissioner [Review
Officer] for Nova Scotia et l’Information and Privacy Commissioner of Prince Edward Island, la British Columbia
Freedom of Information and Privacy Association, l’Information and Privacy Commissioner of British Columbia,
l’Association canadienne des libertés civiles et le procureur général de la Colombie -Britannique à intervenir dans
l’appel;
IL EST EN OUTRE ORDONNÉ QUE : les six intervenants ou groupes d’intervenants sont autorisés à présenter
chacun une plaidoirie orale d’au plus dix (10) minutes lors de l’audition de l’appel.
09.08.2013
Before / Devant : ROTHSTEIN J. / LE JUGE ROTHSTEIN
Ordonnance relative à la présentation d’une
plaidoirie orale par les intervenants
Order on interventions with respect to oral
argument
RE:
Canadian Association of
Elizabeth Fry Societies and John
Howard Society of Canada;
Canadian Civil Liberties
Association;
British Columbia Civil Liberties
Association
IN / DANS :
Diane Knopf, Warden of Mission
Institution et al.
v. (34609)
Gurkirpal Singh Khela (Crim.)
(B.C.)
FURTHER TO THE ORDER dated May 22, 2013, granting leave to intervene to the Canadian Association of
Elizabeth Fry Societies and John Howard Society of Canada, the Canadian Civil Liberties Association and the British
Columbia Civil Liberties Association;
IT IS HEREBY FURTHER ORDERED THAT the said three interveners are each granted permission to present oral
argument not exceeding ten (10) minutes at the hearing of the appeal.
À LA SUITE DE L’ORDONNANCE datée du 22 mai 2013 accordant l’autorisation d’intervenir à l’Association
canadienne des Sociétés Elizabeth Fry et à la Société John Howard du Canada, à l’Association canadienne des libertés
civiles et à l’Association des libertés civiles de la Colombie-Britannique;
Il EST PAR LA PRÉSENTE ORDONNÉ CE QUI SUIT :
Chacune des trois intervenantes a l’autorisation de présenter une plaidoirie orale d’au plus dix (10) minutes lors de
l’audition de l’appel.
- 1381 -
MOTIONS
REQUÊTES
09.08.2013
Before / Devant : ROTHSTEIN J. / LE JUGE ROTHSTEIN
Ordonnance relative à la présentation d’une
plaidoirie orale par les intervenants
Order on interventions with respect to oral
argument
RE:
Information Commissioner of
Canada;
Attorney General of Canada
IN / DANS :
Ministry of Community Safety
and Correctional Services
v. (34949)
Information and Privacy
Commissioner (Ont.)
FURTHER TO THE ORDER dated May 29, 2013, granting leave to intervene to the Information Commissioner of
Canada and the Attorney General of Canada;
IT IS HEREBY FURTHER ORDERED THAT the said interveners are each granted permission to present oral
argument not exceeding ten (10) minutes at the hearing of the appeal.
À LA SUITE DE L’ORDONNANCE datée du 29 mai 2013 accordant l’autorisation d’intervenir au Commissaire à
l’information du Canada et au procureur général du Canada;
IL EST PAR LA PRÉSENTE ORDONNÉ CE QUI SUIT :
Chacun des intervenants a l’autorisation de présenter une plaidoirie orale d’au plus dix (10) minutes lors de l’audition
de l’appel.
12.08.2013
Before / Devant : ROTHSTEIN J. / LE JUGE ROTHSTEIN
Motion for an extension of time for leave to
intervene and for leave to intervene
BY / PAR
Public Service Labour Relations
Board
IN / DANS :
Elizabeth Bernard
Requête en prorogation du délai pour
demander l’autorisation d’intervenir et en
autorisation d’intervenir
v. (34819)
Attorney General of Canada et al.
(F.C.)
- 1382 -
MOTIONS
REQUÊTES
GRANTED / ACCORDÉE
UPON APPLICATIONS by the Public Service Labour Relations Board for an extension of time to apply for leave to
intervene and for leave to intervene in the above appeal;
AND THE MATERIAL FILED having been read;
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
The motion for an extension of time to apply for leave to intervene and the motion for leave to intervene of the Public
Service Labour Relations Board are granted and the said intervener shall be entitled to serve and file a factum not to
exceed 10 pages in length on or before October 7, 2013 and to present 10 minutes of oral argument at the hearing of the
appeal.
The intervener shall not be entitled to raise new issues, to adduce further evidence, or otherwis e to supplement the
record of the parties.
Pursuant to Rule 59(1)(a) of the Rules of the Supreme Court of Canada, the intervener shall pay to the appellant and
respondents any additional disbursements occasioned to the appellant and respondents by its in tervention.
IT IS HEREB Y FURTHER ORDERED THAT:
The appellant is permitted to serve and file a reply factum not to exceed 5 pages on or before October 21, 2013.
À LA SUITE DES DEMANDES présentées par la Commission des relations de travail dans la fonction publique en
prorogation du délai applicable à une demande d’autorisation d’intervenir et en autorisation d’intervenir dans l’appel;
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés;
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
La requête en prorogation du délai applicable à une demande d’autorisation d’intervenir et la requête en autorisation
d’intervenir présentées par la Commission des relations de travail dans la fonction publique sont accordées. Cette
intervenante pourra signifier et déposer un mémoire d’au plus dix pages au plus tard le 7 octobre 2013 et présenter une
plaidoirie orale d’au plus dix minutes lors de l’audition de l’appel.
L’intervenante n’a pas le droit de soulever de nouvelles questions, de produire d’autres éléments de preuve ni de
compléter de quelque autre façon le dossier des parties.
Conformément à l’alinéa 59(1)a) des Règles de la Cour suprême du Canada, l’intervenante paiera à l’appelante et aux
intimés tous débours supplémentaires résultant de son intervention.
ET IL EST EN OUTRE ORDONNÉ CE QUI SUIT :
L’appelante est autorisée à signifier et à déposer un mémoire en réplique à l’intervention d’au plus cinq pages au plus
tard le 21 octobre 2013.
- 1383 -
MOTIONS
REQUÊTES
12.08.2013
Before / Devant: THE DEPUTY REGISTRAR / LA REGISTRAIRE ADJOINTE
Motion to extend time to serve and file a notice
of taxation and bill of costs
Requête en prorogation du délai pour signifier
et déposer un avis de taxation des dépens et un
mémoire de frais
Dexter Boyce
v. (34866)
Toronto Police Services Board et al. (Ont.)
GRANTED / ACCORDÉE
UPON APPLICATION on behalf of the respondents, Toronto Police Services Board, Donald Hebert, Aaron
Rodrigues, Donavan Smith, Anne-Marie Garisto, Mark McCullagh and various John Does, for an order extending the
time within which to serve and file their notice of taxation and bill of costs to June 25, 2013;
AND THE MATERIAL FILED having been read;
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
The motion is granted.
À LA SUITE DE LA DEMANDE présentée au nom des intimés, la Commission de services policiers de Toronto,
Donald Hebert, Aaron Rodrigues, Donavan Smith, Anne-Marie Garisto, Mark McCullagh et plusieurs Jean Untel, en
vue d’obtenir une ordonnance prorogeant le délai pour signifier et déposer leur avis de taxation des dépens et leur
mémoire de frais au 25 juin 2013;
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés;
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
La requête est accueillie.
12.08.2013
Before / Devant: THE DEPUTY REGISTRAR / LA REGISTRAIRE ADJOINTE
Motion to extend time to serve and file a notice
of taxation and bill of costs
Requête en prorogation du délai pour signifier
et déposer un avis de taxation des dépens et un
mémoire de frais
Richard Rousseau
v. (34891)
Scotia Bank (Ont.)
- 1384 -
MOTIONS
REQUÊTES
GRANTED / ACCORDÉE
UPON APPLICATION on behalf of the respondent for an order extending the time within which to serve and file
their notice of taxation and bill of costs to June 25, 2013;
AND THE MATERIAL FILED having been read;
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
The motion is granted.
À LA SUITE DE LA DEMANDE présentée au nom de l’intimée en vue d’obtenir une ordonnance prorogeant le délai
pour signifier et déposer leur avis de taxation des dépens et leur mémoire de frais au 25 juin 2013;
Et APRÈS EXAMEN des documents déposés;
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
La requête est accueillie.
13.08.2013
Before / Devant : ROTHSTEIN J. / LE JUGE ROTHSTEIN
Motion for an extension of time for leave to
intervene and for leave to intervene
BY / PAR
Association in Defence of the
Wrongly Convicted;
Criminal Lawyers’ Association of
Ontario;
Attorney General of Ontario;
Gerald Robert Ryan;
British Columbia Civil Liberties
Association;
Attorney General for the province
of British Columbia;
Canadian Civil Liberties
Association;
Director of Public Prosecution;
Directeur des poursuites
criminelles et pénales du Québec;
Association des avocats de la
défense de Montréal
IN / DANS :
Her Majesty the Queen
Requête en prorogation du délai pour
demander l’autorisation d’intervenir et en
autorisation d’intervenir
v. (35049)
Nelson Lloyd Hart (Crim.) (N.L.)
- 1385 -
MOTIONS
REQUÊTES
GRANTED IN PART / ACCORDÉE EN PARTIE
UPON APPLICATIONS by the Association in Defence of the Wrongly Convicted, the Criminal Lawyers’
Association of Ontario, the Attorney General of Ontario, Gerald Robert Ryan, the British Columbia Civil Liberties
Association, the Attorney General for the province of British Co lumbia, the Canadian Civil Liberties Association, the
Director of Public Prosecution and the Directeur des poursuites criminelles et pénales du Québec for leave to intervene
in the above appeal;
AND UPON APPLICATION by the Association des avocats de la défense de Montréal for an extension of time to
apply for leave to intervene and for leave to intervene in the above appeal;
AND THE MATERIAL FILED having been read;
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
The motions for leave to intervene of the Association in Defence of the Wrongly Convicted, the Criminal Lawyers'
Association of Ontario, the Attorney General of Ontario, the British Columbia Civil Liberties Association, the Attorney
General for the province of British Columbia, the Canadian Civil Liberties Association, the Director of Public
Prosecution and the Directeur des poursuites criminelles et pénales du Québec are granted and the said interveners shall
be entitled to serve and file a factum not to exceed 10 pages in length on or before October 8, 2013.
The motion for an extension of time to apply for leave to intervene and for leave to intervene of the Association des
avocats de la défense de Montréal is granted and the said intervener shall be entitled to serve and file a factum not to
exceed 10 pages in length on or before October 8, 2013.
The motion for leave to intervene of Gerald Robert Ryan is dismissed.
The request to present oral argument is deferred to a date following receipt and consideration of the written arguments
of the parties and the interveners.
The interveners are not entitled to raise new issues or to adduce further evidence or otherwise to supplement the record
of the parties.
To the extent that the interests are similar, interveners shall consult to avoid repetition.
Pursuant to Rule 59(1)(a) of the Rules of the Supreme Court of Canada, the interveners shall pay to the appellant and
respondent any additional disbursements occasioned to the appellant and respondent by their interventions.
À LA SUITE DES DEMANDES présentées par l’Association in Defence of the Wrongly Convicted, la Criminal
Lawyers’ Association of Ontario, le Procureur général de l’Ontario, Gerald Robert Ryan, l’Association des libertés
civiles de la Colombie-Britannique, le Procureur général de la province de la Colombie-Britannique, l’Association
canadienne des libertés civiles, le Directeur des poursuites pénales et le Directeur des poursuites criminelles et pénales
du Québec pour obtenir l’autorisation d’intervenir dans le présent appel;
ET À LA SUITE DE LA DEMANDE présentée par l’Association des avocats de la défense de Montréal en
prorogation du délai de présentation d’une demande d’autorisation d’interven ir et en vue d’intervenir dans l’appel;
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés;
IL EST ORDONNÉ CE QUI SUIT :
Les requêtes en autorisation d’intervenir de l’Association in Defence of the Wrongly Convicted, de la Criminal
Lawyers’ Association of Ontario, du Procureur général de l’Ontario, de l’Association des libertés civiles de la
Colombie-Britannique, du Procureur général de la province de la Colombie-Britannique, de l’Association canadienne
des libertés civiles, du Directeur des poursuites pénales et du Directeur des poursuites criminelles et pénales du Québec
- 1386 -
MOTIONS
REQUÊTES
sont accueillies et ces intervenants sont autorisés à signifier et déposer un mémoire d’au plus 10 pages au plus tard le 8
octobre 2013.
La requête de en prorogation du délai de présentation d’une demande d’autorisation d’intervenir et en vue d’intervenir
dans l’appel par l’Association des avocats de la défense de Montréal est accueillie et cette intervenante pourra signifier
et déposer un mémoire d’au plus 10 pages au plus tard le 8 octobre 2013.
La requête en autorisation d’intervenir de Gerald Robert Ryan est rejetée.
La décision sur les demandes en vue de présenter une plaidoirie orale sera rendue après réception et examen des
arguments écrits des parties et des intervenants.
Les intervenants n'ont pas le droit de soulever de nouvelles questions, de produire d'autres éléments de preuve ni de
compléter de quelque autre façon le dossier des parties.
Dans la mesure où leurs intérêts sont similaires, les intervenants se consulteront pour éviter toute répétition.
Conformément à l’al. 59(1)a) des Règles de la Cour suprême du Canada, les intervenants paieront à l’appelante et à
l’intimé tous les débours supplémentaires résultant de leur intervention.
15.08.2013
Before / Devant : WAGNER J. / LE JUGE WAGNER
Motion for an extension of time for leave to
intervene and for leave to intervene
BY / PAR
Association des avocats et
avocates de la défense
IN / DANS :
R.L.
Requête en prorogation du délai pour
demander l’autorisation d’intervenir et en
autorisation d’intervenir
c. (34871)
Sa Majesté la Reine (Crim.) (Qc)
DISMISSED / REJETÉE
À LA SUITE DE LA DEMANDE présentée par l’Association des avocats et avocates de la défense en prorogation du
délai de présentation d’une demande d’autorisation d’intervenir et en vue d’intervenir dans l’appel;
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés;
IL EST PAR LA PRÉSENTE ORDONNÉ CE QUI SUIT :
La requête présentée par l’Association des avocats et avocates de la défense en prorogation du délai de présentation
d’une demande d’autorisation d’intervenir est rejetée.
UPON APPLICATION by the Association des avocats et avocates de la défense for an extension of time to apply for
leave to intervene and for leave to intervene in the above appeal;
- 1387 -
MOTIONS
REQUÊTES
AND THE MATERIAL FILED having been read;
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
The motion for an extension of time to apply for leave to intervene of the Association des avocats et avocates de la
défense is dismissed.
15.08.2013
Before / Devant : THE DEPUTY REGISTRA R / LA REGISTRAIRE ADJOINTE
Motion to extend time to serve and file the
factum and the book of authorities of the
respondent, Attorney General of Canada, to
October 4, 2013
Requête en prorogation du délai de signification
et de dépôt des mémoire et recueil de sources de
l’intimé, le procureur général du Canada
jusqu'au 4 octobre 2013
Estate of the Late Zahra (Ziba) Kazemi et al.
v. (35034)
Islamic Republic of Iran et al. (Que.)
GRANTED / ACCORDÉE
15.08.2013
Before / Devant : WAGNER J. / LE JUGE WAGNER
Requête en sursis à l’exécution
Motion for a stay of execution
Attorney General of Quebec
v. (35448)
Attorney General of Canada (Que.)
REFERRED / RENVOYÉE
À LA SUITE DE LA REQUÊTE du demandeur en vue d’obtenir un sursis d’exécution du jugement rendu par la Cour
d’appel du Québec dans le dossier 500-09-023030-125 prononcé le 27 juin 2013;
ET APRÈS EXAMEN des documents déposés;
IL EST PAR LA PRÉSENTE ORDONNÉ CE QUI SUIT :
La requête est renvoyée aux juges qui examineront la demande d’autorisation d’appel.
UPON MOTION by the applicant for a stay of execution of the judgment of the Quebec Court of Appeal dated
June 27, 2013 in file 500-09-023030-125;
- 1388 -
MOTIONS
REQUÊTES
AND THE MATERIAL FILED having been read;
IT IS HEREB Y ORDERED THAT:
The motion is referred to the judges to whom the application for leave to appeal is submitted.
15.08.2013
Before / Devant : ROTHSTEIN J. / LE JUGE ROTHSTEIN
Motion to extend the time to serve and file the
factum of the respondent Person in Charge of
Centre for Addiction and Mental Health to
August 6, 2013, and for an order pursuant to
Rule 71(3) permitting oral argument at the
hearing of the appeal
Requête de l'intimé Person in Charge of Centre
for
Addiction
and Mental
Health
en
prorogation du délai de signification et de dépôt
de son mémoire jusqu'au 6 août 2013, et en vue
d’être autorisé, en vertu du par. 71(3) des
Règles, à présenter une plaidoirie orale à
l'audition
Brian Conception
v. (34930)
Her Majesty the Queen et al. (Crim.) (Ont.)
GRANTED / ACCORDÉE
- 1389 -
TAXATION OF COSTS
TAXATION DES DÉPENS
22.07.2013
Before / Devant: THE REGISTRAR
Ville de Westmount
c. (34060)
Richard Rossy et autres (Qc)
Contexte
Cette Cour a accueilli l’appel de la Ville de Westmount (« Ville ») dans l’affaire mentionnée en rubrique, avec dépens.
Les parties désignées comme intimées étaient Richard, Sharon, Justin, Luke et Nicholas Rossy, d’une part, et la Société
de l’assurance automobile du Québec (« SAAQ »), d’autre part. Les membres ainsi désignés de la famille Rossy ont
participé activement à l’audition de l’appel. La SAAQ, pour sa part, s’est opposée aux procédures au stade de la
demande d’autorisation d’appel, en déposant un mémoire en faveur de son rejet, puis, au stade de l’appel, elle a avisé la
Cour qu’elle ne déposerait pas de mémoire, qu’elle ne ferait pas de représentations orales lors de l’audition et qu’elle
souscrivait aux fondements juridiques et à la position des membres désignés de la famille Rossy.
Dans son mémoire de frais, la Ville réclame les frais pour la demande d’autorisation d’appel ainsi que pour l’appel, soit
la somme totale de 12 532,04$. Deux objections ont été formulées à l’encontre du mémoire de frais déposé par la
Ville : la première par Richard et Sharon Rossy, l’autre par la SAAQ.
1.
Objection de Richard et Sharon Rossy
Richard et Sharon Rossy estiment que le montant de 2 574,70$ réclamé par la Ville au titre de frais de reproduction liés
à la demande d’autorisation d’appel est excessif. Ils soulignent que le montant de ces frais en ce qui a trait à l’appel est
similaire, soit 3 188,01 $.
Après examen du dossier, rien ne justifie de réduire les montants ci-dessus réclamés par la Ville. Les factures à l’appui
de la réclamation sont produites au dossier et les montants ne sont pas excessifs.
2.
Objection de la SAAQ
La SAAQ s’oppose en partie au mémoire de frais, au motif qu’elle n’était impliquée devant la Cour qu’à titre de « mise
en cause » et qu’elle n’a pas pris part active à l’appel. Elle admet que les frais afférents à la demande d’autorisation
d’appel peuvent lui être réclamés, mais elle soutient que cela n’est pas le cas pour les frais afférents à l’appel sur le
fond, vu qu’elle n’y a pas participé. Elle invoque, à son profit, l’o rdonnance rendue par le juge LeBel dans l’affaire
Kuwait Airways Corp. c. Irak , 2011 CSC 41, [2011] 3 R.C.S. 42 (« Kuwait Airways »).
Dans cette affaire, la Cour avait accueilli l’appel de la compagnie Kuwait Airways « avec dépens devant toutes les
cours », sans faire de distinctions entre les deux parties qualifiées d’intimées : la République d’Irak et la compagnie
Bombardier Aéronautique (« Bombardier »). Bombardier s’est opposée à ce que des frais lui soient réclamés, au
moyen d’une requête en révision de l’ordonnance relative aux dépens et en prorogation de délai pour signification et
dépôt (art. 47 des Règles de la Cour suprême du Canada, DORS/2002-156). Le juge LeBel a fait droit à la demande de
Bombardier, au motif que même si elle avait été qualifiée d’intimée en application des Règles, elle n’avait aucunement
participé au débat devant la Cour et qu’il ne fallait pas interpréter la condamnation aux dépens comme s’appliquant à
elle, dans les circonstances de cette affaire. En effet, Bombardier avait été jointe aux procédures parce que des avions
qu’elle avait vendus à la République d’Irak, mais qui étaient toujours en sa possession au Canada, avaient été saisis par
Kuwait Airways par mesure de prudence pour garantir l’exécution d’un jugement étrange r, le cas échéant (Kuwait
Airways Corp. c. Irak , 2010 CSC 40, [2010] 2 R.C.S. 571, par. 3). Le juge LeBel a donc déclaré que la condamnation
aux dépens ne visait pas Bombardier et que le mémoire de frais ne pouvait être taxé contre elle.
- 1390 -
TAXATION OF COSTS
TAXATION DES DÉPENS
À mon avis, lorsque les dépens sont adjugés par la Cour, la compétence du Registraire se limite à les taxer en
application des Règles et du tarif en vigueur (Richman c. Wheaton (19 octobre 1990)). En l’espèce, la condamnation
aux dépens vise toutes les parties intimées, y compris la SAAQ. Ici, contrairement à dans l’affaire Kuwait Airways, la
SAAQ n’a pas demandé la révision de l’ordonnance relative aux dépens ou, avant le prononcé du jugement, cherché à
faire clarifier son statut de partie au dossier ou l’étendue de son obligation éventuelle vis-à-vis des dépens. À mon avis,
sa demande que le mémoire de frais ne soit pas taxé contre elle dépasse le cadre de la procédure de taxation des dépens,
et y faire droit équivaudrait à modifier le dispositif de l’arrêt de la Cour, ce qui ne relève pas de ma compétence.
Conclusion
Conformément à ce qui précède, le mémoire de frais de la Ville sera taxé tel que soumis.
Pour conclure, je remercie Richard et Sharon Rossy ainsi que les avocats de la Ville et de la SAAQ, de leurs
observations utiles.
Background
In the above case, this Court allowed the appeal of the City of Westmount (“City”) with costs. The parties designated
as respondents were Richard, Sharon, Justin, Luke and Nicholas Rossy, on the one hand, and the Société de l’assurance
automobile du Québec (“SAAQ”), on the other. The members of the Rossy family who were so designated participated
actively in the hearing of the appeal. As for the SAAQ, it contested the proceedings at the application for leave stage
by filing a memorandum of argument in favour of the application’s dismissal, but at the appeal stage it advised the
Court that it would not file a factum, that it would not present oral argument at the hearing and that it agreed with the
legal grounds and the position of the designated members of the Rossy family.
In its bill of costs, the City claims costs with respect to both the application for leave to appeal and the appeal, for a
total of $12,532.04. Two objections to the City’s bill of costs have been raised: one by Richard and Sharon Rossy and
the other by the SAAQ.
1.
Objection of Richard and Sharon Rossy
In the opinion of Richard and Sharon Rossy, the amount of $2,574.70 claimed by the City for the reproduction of
documents related to the application for leave is excessive. They point out that the amount claimed for reproduction
costs in respect of the appeal is similar, at $3,188.01.
A review of the file shows no justification for reducing the above amounts claimed by the City. Invoices supporting the
claim have been filed in the record, and the amounts are not excessive.
2.
Objection of the SAAQ
The SAAQ objects in part to the bill of costs on the ground that it was involved in the proceedings in the Court only as
a “mis en cause” and that it did not participate actively in the appeal. It admits that costs related to the application for
leave to appeal can be claimed from it, but submits that costs related to the appeal on the merits cannot, given that it did
not participate in the appeal. It relies in support of this argument on the order of LeBel J. in Kuwait Airways Corp. v.
Iraq, 2011 SCC 41, [2011] 3 S.C.R. 42 (“Kuwait Airways”).
In that case, the Court had allowed the appeal of the Kuwait Airways company “with costs throughout” and had drawn
no distinctions between the two parties designated as respondents: the Republic of Iraq and the Bombardier Aerospace
company (“Bombardier”). Bombardier objected to the costs claimed from it by making a motion for revision of the
costs order and for an extension of time to serve and file (r. 47 of the Rules of the Supreme Court of Canada,
SOR/2002-156). LeBel J. granted Bombardier’s application on the basis that, even though Bombardier had been
designated a respondent under the Rules, it had not participated in the proceedings before the Court, and that the award
- 1391 -
TAXATION OF COSTS
TAXATION DES DÉPENS
of costs should not be interpreted as applying to it in the circumstances of that case. Indeed, Bombardier had been
joined to the proceedings because some airplanes it had sold to the Republic of Iraq that were still in its possession in
Canada had been seized by Kuwait Airways as a precautionary measure in order to guarantee enforcement of a foreign
judgment, if applicable (Kuwait Airways Corp. v. Iraq, 2010 SCC 40, [2010] 2 S.C.R. 571, at para. 3). LeBel J.
accordingly held that the award of costs did not apply to Bombardier and that the bill of costs could not be taxed against
it.
When the Court awards costs, the Registrar’s jurisdiction is in my opinion limited to taxing them in accordance with the
Rules and with the current tariff (Richman v. Wheaton (October 19, 1990)). In the case at bar, the award of costs
applied to all the respondents, including the SAAQ. Here, unlike in Kuwait Airways, the SAAQ did not apply for
revision of the costs order, nor did it seek, before the judgment was rendered, clarification of its status as a party to the
case or of the extent to which it might be obligated to pay costs. In my view, its request that the bill of costs not be
taxed against it exceeds the scope of the taxation procedure, and to grant this request would amount to modifying the
disposition of the Court’s judgment, which I do not have jurisdiction to do.
Conclusion
For the foregoing reasons, the City’s bill of costs will be taxed as filed.
In conclusion, I wish to thank Richard and Sharon Rossy, as well as counsel for the City and the SAAQ, for their
helpful submissions.
- 1392 -
NOTICES OF APPEAL FILED SINCE
LAST ISSUE
AVIS D’APPEL DÉPOSÉS DEPUIS LA
DERNIÈRE PARUTION
06.08.2013
06.08.2013
Pétrolière Impériale
Couche-Tard inc., Alimentation Couche-Tard
inc., Dépan-Escompte Couche-Tard inc. et autres
c. (35226)
c. (35231)
Simon Jacques et autres (Qc)
Simon Jacques et autres (Qc)
(Autorisation)
(Autorisation)
12.08.2013
École secondaire Loyola et autre
c. (35201)
Procureur général du Québec (Qc)
(Autorisation)
- 1393 -
PRONOUNCEMENTS OF APPEALS
RESERVED
JUGEMENTS RENDUS SUR LES
APPELS EN DÉLIBÉRÉ
Reasons for judgment are available
Les motifs de jugement sont disponibles
AUGUS T 1, 2013 / LE 1 er AOÛT 2013
34317
Her Majesty the Queen v. Criminal Lawyers’ Association of Ontario and Lawrence Greenspon
- and - Attorney General of Canada, Attorney General of Quebec, Attorney General of
Manitoba, Attorney General of British Columbia, British Columbia Civil Liberties Association,
Advocates’ Society and Mental Health Legal Committee (Ont.)
2013 SCC 43 / 2013 CSC 43
Coram:
McLachlin C.J. and LeBel, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver, Karakatsanis and Wagner
JJ.
The appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Numbers C51139, C51166, C51456, C51877, 2011
ONCA 303, dated April 19, 2011, heard on December 12, 2012, is allowed. LeBel, Fish, Abella and Cromwell JJ.
dissenting. The parties will bear their own costs.
L’appel interjeté contre l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéros C51139, C51166, C51456, C51877, 2011
ONCA 303, en date du 19 avril 2011, entendu le 12 décembre 2012, est accueilli. Les juges LeBel, Fish, Abella et
Cromwell sont dissidents. Les parties assumeront leurs propres dépens.
AUGUS T 2, 2013 / LE 2 AOÛT 2013
34429
Marine Services International Limited and David Porter v. Estate of Joseph Ryan, by its
Administratrix, Yvonne Ryan, Yvonne Ryan, in her own right, Stephen Ryan, a Minor, by his
Guardian ad litem, Yvonne Ryan, Jennifer Ryan, a Minor, by her Guardian ad litem, Yvonne
Ryan, Estate of David Ryan, by its Administratrix, Marilyn Ryan, Marilyn Ryan, in her own
right, David Michael Ryan, a Minor, by his Guardian ad litem, Marilyn Ryan, J and Y Fisheries
Inc. and D and M Fisheries Inc., bodies corporate, trading and operating as Ryan’s Fisheries
Partnership, Universal Marine Limited and Attorney General of Canada - and - Attorney
General of Ontario, Attorney General of Nova Scotia, Attorney General of British Columbia,
Attorney General of Newfoundland and Labrador, Workplace Health, Safety and
Compensation Commission and Workers’ Compensation Board of British Columbia (N.L.)
2013 SCC 44 / 2013 CSC 44
Coram:
McLachlin C.J. and LeBel, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver, Karakatsanis and
Wagner JJ.
The appeal from the judgment of the Supreme Court of Newfoundland and Labrador – Court of Appeal, Number 09/95,
2011 NLCA 42, dated June 15, 2011, heard on January 15, 2013, is allowed. The Ryan Estates’ claims are barred by s.
44 of the Workplace Health, Safety and Compensation Act, R.S.N.L. 1990, c. W-11 and their action is dismissed.
There is no order as to costs.
The constitutional questions are answered as follows:
1. Is s. 44 of the Workplace Health, Safety and Compensation Act, R.S.N.L. 1990, c. W-11, constitutionally inoperative
in respect of federal maritime negligence claims made pursuant to s. 6 of the Marine Liability Act, S.C. 2001, c. 6, by
reason of the doctrine of federal paramountcy?
Answer: No.
- 1394 -
PRONOUNCEM ENTS OF APPEALS
RESERVED
JUGEMENTS RENDUS SUR LES APPELS EN
DÉLIBÉRÉ
2. Is s. 44 of the Workplace Health, Safety and Compensation Act, R.S.N.L. 1990, c. W-11, constitutionally
inapplicable to federal maritime negligence claims made pursuant to s. 6 of the Marine Liability Act, S.C. 2001, c. 6, by
reason of the doctrine of interjurisdictional immunity?
Answer: No.
L’appel interjeté contre l’arrêt de la Cour suprême de Terre-Neuve-et-Labrador – Cour d’appel, numéro 09/95, 2011
NLCA 42, en date du 15 juin 2011, entendu le 15 janvier 2013, est accueilli. L’article 44 de la loi intitulée Workplace
Health, Safety and Compensation Act, R.S.N.L. 1990, ch. W-11 fait obstacle aux réclamations des successions Ryan et
leur action est rejetée. Il n’y a aucune ordonnance quant aux dépens.
Les questions constitutionnelles reçoivent les réponses suivantes :
1. Est-ce que l’art. 44 de la loi intitulée Workplace Health, Safety and Compensation Act, R.S.N.L. 1990, ch. W-11, est
inopérant du point de vue constitutionnel, en raison de la doctrine de la prépondérance des lois fédérales, à l’égard des
actions en négligence fondées sur le droit maritime fédéral qui sont présentées en vertu de l’art. 6 de la Loi sur la
responsabilité en matière maritime, L.C. 2001, ch. 6?
Réponse : Non.
2. Est-ce que l’art. 44 de la loi intitulée Workplace Health, Safety and Compensation Act, R.S.N.L. 1990, ch. W-11, est
inapplicable du point de vue constitutionnel, en raison de la doctrine de l’exclusivité des compétences, à l’égard des
actions en négligence fondées sur le droit maritime fédéral qui sont présentées en vertu de l’art. 6 de la Loi sur la
responsabilité en matière maritime, L.C. 2001, ch. 6?
Réponse : Non.
- 1395 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Her Majesty the Queen v. Criminal Lawyers' Association of Ontario et al. (Ont.) (34317)
Indexed as: Ontario v. Criminal Lawyers’ Association of Ontario /
Répertorié : Ontario c. Criminal Lawyers’ Association of Ontario
Neutral citation: 2013 SCC 43 / Référence neutre : 2013 CSC 43
Hearing: December 12, 2012 / Judgment: August 1, 2013
Audition : Le 12 décembre 2012 / Jugement : Le 1er août 2013
Present: McLachlin C.J. and LeBel, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver, Karakatsanis and Wagner JJ.
Courts — Jurisdiction — Appointment of amici curiae — Provincial Attorney General and amici curiae
appointed by trial judges in criminal proceedings disagreeing on amici’s rate of remuneration — Whether superior and
statutory courts have inherent or implied jurisdiction to determine rate of remuneration of amici curiae.
In three cases arising in the context of criminal proceedings in Ontario, trial judges appointed amici curiae to
assist the accused, who had discharged counsel of their choice. The judge s did so in order to maintain the orderly
conduct of the trials or to avoid delay in these complex, lengthy proceedings. The cases were not decided under the
Canadian Charter of Rights and Freedoms and did not proceed on the basis that the accused could n ot have fair trials
without the assistance of counsel. The Attorney General took the position that here, the amici played a role similar to
that of defence counsel and should accept legal aid rates. However, the amici refused to accept those rates, and the
judges fixed rates that exceeded the tariff and ordered the Attorney General to pay. In one case, a judge also appointed
a senior lawyer to set a budget for the amicus and to review, monitor and assess his accounts on an ongoing basis. The
Crown appealed the decisions, on the basis that courts lacked jurisdiction to fix the rates of compensation for amici
curiae. The Court of Appeal dismissed the appeal, holding that incidental to a superior or statutory court’s power to
appoint an amicus is the power to set the terms and conditions of that appointment, including the rate of compensation
and the monitoring of accounts.
Held (LeBel, Fish, Abella and Cromwell JJ. dissenting): The appeal should be allowed.
Per McLachlin C.J. and Rothstein, Moldaver, Karakatsanis and Wagner JJ.: Courts of inherent jurisdiction
have the power to appoint amici curiae exceptionally, where this is necessary to permit a particular proceeding to be
successfully and justly adjudicated. This power is also implied by the ability of statutory courts to function as courts of
law. Amici curiae have long played a part in our system of justice. However, to the extent that the terms of an amicus’
appointment mirror the responsibilities of defence counsel, they blur the lines betwe en those two roles. The
appointment of an amicus for such a purpose can conflict with the accused’s constitutional right to represent himself,
can defeat previous judicial decisions to refuse to grant state-funded counsel following an application invoking the
accused’s fair trial rights under the Charter, can require the amicus to make legal submissions that are not favourable to
the accused or are contrary to the accused’s wishes, can result in the court’s lawyer taking on a role that the court is
precluded from taking and can undermine the provincial legal aid scheme. Hence, a lawyer appointed as amicus who
takes on the role of defence counsel is no longer a friend of the court.
Absent authority flowing from a constitutional challenge or a statutory provision, the jurisdiction to fix the
compensation of amici curiae must be found within the inherent or implied jurisdiction of the courts. The inherent
jurisdiction of superior courts permits them to make orders necessary to protect the judicial process a nd the rule of law
and fulfill the judicial function of administering justice in a regular, orderly and effective manner. Similarly, to
function as courts of law, statutory courts have implicit powers. However, the doctrine of inherent jurisdiction does not
operate without limits. Such inherent and implicit powers are subject to any statutory provisions and must be
responsive to the separation of powers that exists among the various players in our constitutional order and the
particular institutional capacities that have evolved from that separation. The development of separate executive,
legislative and judicial functions has allowed for the evolution of certain core competencies in the various institutions
vested with these functions. A court’s inherent or implied powers must not trench on the provinces’ role in the
administration of justice
- 1396 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
While the courts have the jurisdiction to set terms to give effect to their authority to appoint amici curiae, the
ability to fix rates of compensation for amici is not essential to the power to appoint them and its absence does not
imperil the judiciary’s ability to administer justice according to law in a regular, orderly and effective manner.
Furthermore, an order that the Attorney General must provide compen sation to an amicus at a particular rate is an order
directing the Attorney General to pay specific monies out of public funds. While court decisions can have ancillary
financial consequences, the allocation of resources between competing priorities remains a policy and economic
question; it is a political decision and the legislature and the executive are accountable to the public for it. Making such
an order absent authority flowing from a constitutional challenge or a statutory provision does not respe ct the
institutional roles and capacities of the legislature, the executive (including the Attorney General), and the judiciary, or
the principle that the legislature and the executive are accountable to the public for the spending of public funds. There
is a real risk that such a disregard of the separation of powers and the constitutional role and institutional capacity of th e
different branches of government could undermine the legal aid system and cause a lack of public confidence in judges
and the courts. Accordingly, superior and statutory courts’ inherent or implied jurisdiction to appoint amici does not
extend to setting rates of compensation for amici and ordering the provinces to pay.
In those exceptional cases where Charter rights are not at stake but the judge must have help to do justice and
appoints an amicus, the person appointed and the Attorney General should meet to set rates and modes of payment.
The judge may be consulted, but should not make orders regarding payment that the Attorney General would have no
choice but to obey. If the assistance of an amicus is truly essential and the matter cannot be amicably resolved between
the amicus and the Attorney General, the judge’s only recourse may be to exercise his jurisdiction to impose a stay until
an amicus can be found. If the trial cannot proceed, the court can give reasons for the stay, so that the responsibility for
the delay is clear.
Per LeBel, Fish, Abella and Cromwell JJ. (dissenting): Trial judges may appoint an amicus curiae to ensure
the orderly conduct of proceedings and the availability of relevant submissions. They should not be required to decide
contested, uncertain, complex and important points of law or of fact without the benefit of thorough submissions. The
power to appoint an amicus should be exercised exceptionally and with caution. An amicus should not be appointed to
impose counsel on an unwilling accused or permit an accused to circumvent the established procedure for obtaining
government-funded counsel. Furthering the best interests of the accused may be an incidental result, but is not the
purpose, of an amicus appointment.
The jurisdiction to fix the fees of amici curiae is necessarily incidental to the power of trial judges to appoint
them. Granting the provincial Attorney General the exclusive power to fix an amicus’ rate of remuneration would
unduly weaken the courts’ appointment power and ability to name an amicus of their choosing. It would also imperil
the integrity of the judicial process, as the ability of courts to ensure fair and orderly process should not depend on a
reliance on the continuous and exemplary conduct of the Crown, which is impossible to monitor or control. Finally, the
Attorney General’s unilateral control over the remuneration of amici curiae might create an appearance of bias and
place amici themselves in an unavoidable conflict of interest. As amici often play a role that can be said to be
adversarial to the Crown, if the Crown were permitted to determine unilaterally and exclusively how much an amicus is
paid, the reasonable person might conclude that the expectation of give and take might lead the amicus to discharge his
duties so as to curry favour with the Attorney General.
There is no constitutional impediment to vesting in trial judges the authority to fix the fees of amici curiae
when necessary in the circumstances. The principle that only Parliament can authorize payment out of money from the
consolidated revenue fund acts only to constrain the ability of the executive branch of government to spend money in
the absence of authorization by the legislature. Here, however, the Attorney General has the authority to disburse
public funds to pay amici curiae whether or not their rate of remuneration is fixed by the courts, because, with the
Financial Administration Act, R.S.O. 1990, c. F.12, the Legislative Assembly has pre-approved the disbursement of
funds for the purpose of satisfying court orders.
Once a trial judge names and defines the role of an amicus curiae, a consensual approach ought to be
favoured. The Attorney General and the amicus should be invited to agree on both the rate of remuneration and the
manner in which the amicus’s budget is to be administered. If an agreement cannot be reached, the trial judge should
fix the rate. In fixing the rate of remuneration, the judge should consider the importance of the assignment undertaken,
the legal complexity of the work, the skill and experience of counsel and his normal rate, and should consider that the
- 1397 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
amicus is performing a public service paid for with public funds. While the legal aid tariff should be taken into account
as a guide, it is not determinative. The ultimate choice of whether to proceed with the prosecution in light of the
associated costs remains that of the Attorney General, which thus preserves the proper balance between prosecutorial
discretion and the jurisdiction of courts.
APPEAL from a judgment of the Ontario Court of Appeal (Rosenberg, Goudge and Armstrong JJ.A.), 2011
ONCA 303, 104 O.R. (3d) 721, 277 O.A.C. 264, 270 C.C.C. (3d) 256, 86 C.R. (6th) 407, 234 C.R.R. (2d) 157, [2011]
O.J. No. 1792 (QL), 2011 CarswellOnt 2608, affirming orders for the setting of rates of compensation for and the
monitoring of accounts of amici curiae. Appeal allowed, LeBel, Fish, Abella and Cromwell JJ. dissenting.
Malliha Wilson, Troy Harrison, Kristin Smith and Baaba Forson, for the appellant.
P. Andras Schreck and Louis P. Strezos, for the respondent the Criminal Lawyers’ Association of Ontario.
No one appeared for the respondent Lawrence Greenspon.
Alain Préfontaine, for the intervener the Attorney General of Canada.
Jean-Yves Bernard and Brigitte Bussières, for the intervener the Attorney General of Quebec.
Written submissions only by Deborah Carlson and Allison Kindle Pejovic, for the intervener the Attorney
General of Manitoba.
Bryant Alexander Mackey, for the intervener the Attorney General of British Columbia.
Micah B. Rankin, Michael Sobkin and Elizabeth France, for the intervener the British Columbia Civil Liberties
Association.
John Norris, for the intervener the Advocates’ Society.
Anita Szigeti, Mercedes Perez and Marie-France Major, for the intervener the Mental Health Legal
Committee.
Solicitor for the appellant: Attorney General of Ontario, Toronto.
Solicitors for the respondent the Criminal Lawyers’ Association of Ontario: Schreck Presser, Toronto; Louis
P. Strezos & Associate, Toronto.
Solicitor for the intervener the Attorney General of Canada: Attorney General of Canada, Ottawa.
Solicitor for the intervener the Attorney General of Quebec: Attorney General of Quebec, Québec.
Solicitor for the intervener the Attorney General of Manitoba: Attorney General of Manitoba, Winnipeg.
Solicitor for the intervener the Attorney General of British Columbia: Attorney General of British Columbia,
Victoria.
Solicitors for the intervener the British Columbia Civil Liberties Association: Sugden, McFee & Roos,
Vancouver.
Solicitors for the intervener the Advocates’ Society: Simcoe Chambers, Toronto.
- 1398 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Solicitors for the intervener the Mental Health Legal Committee: Hiltz Szigeti, Toronto; Swandron
Associates, Toronto; Supreme Advocacy, Ottawa.
________________________
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges LeBel, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver, Karakat sanis et
Wagner.
Tribunaux — Compétence — Nomination d’un amicus curiae — Mésentente entre le procureur général
provincial et des amici curiae nommés par des juges présidant des procès criminels au sujet du taux de rémunération
des amici — Les cours supérieures et les tribunaux d’origine législative ont-ils une compétence inhérente ou tacite
pour fixer le taux de la rénumération des amici curiae?
Dans trois affaires issues de dossiers criminels ontariens, les juges des procès ont nommé des amici curiae
pour assister les accusés après que ceux-ci eurent révoqué les avocats dont ils avaient retenu les services. Cette mesure
visait à assurer le bon déroulement des procès ou à ne pas retarder des instances longues et complexes. Les juges n’ont
pas statué sur le fondement de la Charte canadienne des droits et libertés, ni estimé que les procès ne seraient pas
équitables si les accusés n’étaient pas représentés. Le procureur général a fait valoir que, dans chacune des instances
considérées, l’amicus jouait un rôle semblable à celui d’un avocat de la défense et qu’il devait accepter d’être rémunéré
au tarif de l’aide juridique. Or, les amici ayant refusé ce tarif, les juges des procès ont fixé des taux supérieurs et
ordonné au procureur général de rémunérer les amici en conséquence. Dans l’une des affaires, la juge du procès a
confié à un avocat chevronné la tâche d’établir un budget pour l’amicus et de faire droit ou non, après examen, à ses
demandes de paiement au fur et à mesure qu’il les présentait. Le ministère public a interjeté appel des décisions et fait
valoir que les tribunaux n’avaient pas compétence pour fixer le taux de rémunération des amici curiae. La Cour
d’appel l’a débouté au motif que le pouvoir d’une cour supérieure ou d’un tribunal d’origine législative de fixer les
conditions du mandat de l’amicus, y compris sa rémunération et le contrôle des demandes de paiement, était connexe à
son pouvoir de nommer l’amicus.
Arrêt (les juges LeBel, Fish, Abella et Cromwell sont dissidents) : Le pourvoi est accueilli.
La juge en chef McLachlin et les juges Rothstein, Moldaver, Karakatsanis et Wagner : Une cour dotée d’une
compétence inhérente peut, de manière exceptionnelle, nommer un amicus curiae si la mesure s’impose afin que justice
puisse être rendue dans une instance. Ce pouvoir découle aussi implicitement de la faculté d’un tribunal d’origine
législative de constituer une cour de justice. La fonction d’amicus curiae existe depuis longtemps dans notre système
de justice. Toutefois, lorsque le mandat de l’amicus s’apparente à celui d’un avocat de la défense, la ligne de séparation
entre ces deux fonctions est brouillée. La nomination peut alors aller à l’encontre du droit constitutionnel de l’accusé
d’assurer sa propre défense, ainsi que de la décision antérieure d’un tribunal saisi d’une demande fondée sur le droit
constitutionnel de l’accusé à un procès équitable de lui refuser les services d’un avocat rémunéré par l’État; en outre,
elle peut obliger l’amicus à faire valoir des points de droit qui ne sont pas favorables à l’accusé ou qui sont contraires
aux vœux de ce dernier, elle peut faire en sorte que l’avocat retenu exerce une fonction que la cour n’a pas le droit
d’exercer et elle peut compromettre le régime provincial d’aide juridiq ue. Une fois nommé amicus, l’avocat qui
accepte de tenir le rôle d’avocat de la défense n’est donc plus l’ami de la cour.
À défaut d’une habilitation découlant d’une contestation constitutionnelle ou d’une disposition législative, le
pouvoir de fixer la rémunération de l’amicus curiae doit s’originer de la compétence inhérente ou tacite de la cour. La
compétence inhérente d’une cour supérieure lui permet de rendre les ordonnances nécessaires à la protection du
processus judiciaire et de la primauté du droit et de s’acquitter de sa fonction judiciaire qui consiste à administrer la
justice d’une manière régulière, ordonnée et efficace. De même, pour constituer une cour de justice, un tribunal
d’origine législative possède des pouvoirs tacites. La théorie de la compétence inhérente ne s’applique cependant pas
sans réserves. Ces pouvoirs inhérents et tacites existent sous réserve de toute disposition législative, ainsi que du
respect de la séparation des pouvoirs entre les différents acteurs de notre ordre constitutionnel et des attributions
institutionnelles particulières qui résultent de cette séparation. L’évolution de fonctions exécutive, législative et
judiciaire distinctes a permis l’acquisition de certaines compétences essentielles par les diverses institutions appelées à
exercer ces fonctions. Le pouvoir inhérent ou tacite d’une cour de justice ne doit pas empiéter sur la fonction
provinciale d’administration de la justice.
- 1399 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Bien qu’une cour ait compétence pour fixer les conditions du mandat de l’amicus curiae et donner ainsi effet à
son pouvoir de le nommer, la faculté de déterminer sa rémunération n’est pas essentielle à l’exercice de ce pouvoir, et
son inexistence n’empêche pas la cour de rendre justice dans le respect de la loi, d’une manière régulière, ordonnée et
efficace. De plus, l’ordonnance qui lui enjoint de rémunérer l’amicus selon un taux précis somme le procureur général
de verser une certaine somme par prélèvement sur le trésor. Une décision judiciaire peut accessoirement avoir des
conséquences financières, mais l’affectation de ressources en fonction de priorités concurrentes relève de la politique et
de l’économie; cette mesure ressortit au législatif et à l’exécutif, qui en sont responsables vis -à-vis de la population. À
défaut d’une habilitation découlant d’une contestation constitutionnelle ou d’une disposition législative, une telle
ordonnance ne respecte pas les fonctions et les compétences institutionnelles du législatif, de l’exécutif (y compris le
procureur général) et du judiciaire, ni le principe voulant que le législateur et l’exécutif soient responsables vis -à-vis des
citoyens de l’affectation des fonds publics. Le risque existe bel et bien que le non -respect de la séparation des pouvoirs,
ainsi que des attributions constitutionnelles et institutionnelles des différentes branches de l’État, porte atteinte au
programme d’aide juridique et sape la confiance du public dans les juges et les tribunaux. Le pouvoir d’une cour
supérieure ou d’un tribunal d’origine législative de nommer un amicus n’englobe donc pas celui de fixer le taux de sa
rémunération et d’ordonner à la province de le rémunérer en conséquence.
Dans les cas exceptionnels où, sans qu’un droit garanti par la Charte ne soit en jeu, le juge doit obtenir l’aide
d’un amicus pour rendre justice, le candidat retenu et le procureur général se rencontrent pour déterminer tarif et
modalités de paiement. Ils peuvent consulter le juge, mais ce dernier doit s’abstenir de rendre, relativement à la
rémunération, une ordonnance à laquelle le procureur général n’aurait d’autre choix que d’obéir. Lorsque le recours à
un amicus est vraiment essentiel et que l’avocat pressenti et le procureur général ne parviennent pas à s’entendre, le
juge peut n’avoir d’autre recours que l’exercice de sa compétence inhérente et la suspension de l’instance jusqu’à la
nomination d’un amicus. Si le procès ne peut aller de l’avant, la cour peut motiver la suspension d’instance et préciser
la cause du retard.
Les juges LeBel, Fish, Abella et Cromwell (dissidents) : Le juge du procès peut nommer un amicus curiae
pour assurer le bon déroulement de l’instance et la formulation d’observations pertinentes. Il ne saurait être tenu de
trancher une question de droit ou de fait contestée, complexe et importante en l’absence des plaidoiries complètes qui
s’imposent. Le pouvoir de nommer un amicus doit être exercé de manière exceptionnelle et avec circonspection. Un
amicus ne doit pas être nommé pour imposer un avocat à l’accusé ou permettre à ce dernier de contourner la procédure
établie pour l’obtention des services d’un avocat rénuméré par l’État. Protéger l’intérêt de l’accusé peut constituer un
résultat accessoire de la nomination de l’amicus, mais ne saurait en être l’objectif.
Le pouvoir du juge du procès de fixer les honoraires de l’amicus curiae est nécessairement accessoire à son
pouvoir de le nommer. Accorder au procureur général d’une province le pouvoir exclusif de déterminer le taux de
rémunération de l’amicus affaiblirait indûment le pouvoir de nomination du tribunal et sa faculté de nommer la
personne de son choix. L’intégrité du processus judiciaire serait également compromise, car la faculté du tribunal
d’assurer l’équité et le bon déroulement du procès ne devrait pas être fondée sur la confiance à l’égard du
comportement exemplaire permanent du ministère public, chose qu’il est impossible de surveiller ou de maîtriser.
Enfin, le pouvoir unilatéral du procureur général de déterminer la rémunération de l’amicus curiae pourrait créer une
apparence de partialité et faire en sorte que l’amicus se retrouve inévitablement en situation de conflit d’intérêts.
Puisque l’amicus joue souvent un rôle qu’on peut qualifier d’opposé à celui du ministère public, si on conférait à ce
dernier le pouvoir unilatéral et exclusif de déterminer la rémunération de l’amicus, une personne raisonnable pourrait
conclure que l’attente de concessions mutuelles est susceptible d’amener l’amicus à s’acquitter de ses fonctions de
manière à gagner la faveur du procureur général.
Nulle disposition constitutionnelle ne fait obstacle à l’octroi au juge du procès du pouvoir de déterminer les
honoraires de l’amicus lorsque la situation l’exige. Le principe selon lequel seul le Parlement peut autoriser un
paiement sur le Trésor a seulement pour effet de limiter le pouvoir de l’exécutif de dépenser sans l’autorisation du
législateur. En l’espèce, toutefois, le procureur général a le pouvoir de verser des fonds publics pour rémun érer
l’amicus curiae, que le taux de rémunération de ce dernier soit fixé ou non par le tribunal, car suivant la Loi sur
l’administration financière, L.R.O. 1990, ch. F.12, l’Assemblée législative autorise au préalable le versement de fonds
aux fins d’exécuter les ordonnances judiciaires.
- 1400 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Dès que le juge du procès nomme un amicus curiae et définit son mandat, il y a lieu de favoriser une démarche
consensuelle. Il faut inviter le procureur général et l’amicus à s’entendre sur la rémunération de ce dernier et sur les
modalités d’administration de son budget. À défaut d’accord, le juge fixe le taux de rémunération. Il tient alors compte
de l’importance du mandat, de la complexité juridique du travail requis, de la compétence et de l’expérience de l’avocat
nommé et de son tarif habituel. Il lui faut aussi se souvenir que l’amicus exécute un mandat public et qu’il est rémunéré
sur les deniers publics. Le tarif de l’aide juridique doit être pris en compte à titre indicatif, mais il n’est pas décisif. La
décision finale d’aller ou non de l’avant avec la poursuite à la lumière des frais engagés demeure à bon droit celle du
procureur général, ce qui est de nature à préserver le juste équilibre entre le pouvoir discrétionnaire du poursuivant et la
compétence du tribunal.
POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario (les ju ges Rosenberg, Goudge et Armstrong), 2011
ONCA 303, 104 O.R. (3d) 721, 277 O.A.C. 264, 270 C.C.C. (3d) 256, 86 C.R. (6th) 407, 234 C.R.R. (2d) 157, [2011]
O.J. No. 1792 (QL), 2011 CarswellOnt 2608, qui a confirmé des ordonnances relatives à la fixation du taux de
rémunération d’amici curiae et au contrôle des réclamations d’un amicus. Pourvoi accueilli, les juges LeBel, Fish,
Abella et Cromwell sont dissidents.
Malliha Wilson, Troy Harrison, Kristin Smith et Baaba Forson, pour l’appelante.
P. Andras Schreck et Louis P. Strezos, pour l’intimée Criminal Lawyers’ Association of Ontario.
Personne n’a comparu pour l’intimé Lawrence Greenspon.
Alain Préfontaine, pour l’intervenant le procureur général du Canada.
Jean-Yves Bernard et Brigitte Bussières, pour l’intervenant le procureur général du Québec.
Argumentation écrite seulement par Deborah Carlson et Allison Kindle Pejovic, pour l’intervenant le
procureur général du Manitoba.
Bryant Alexander Mackey, pour l’intervenant le procureur général de la Colombie-Britannique.
Micah B. Rankin, Michael Sobkin et Elizabeth France, pour l’intervenante l’Association des libertés civiles de
la Colombie-Britannique.
John Norris, pour l’intervenante Advocates’ Society.
Anita Szigeti, Mercedes Perez et Marie-France Major, pour l’intervenant Mental Health Legal Committee.
Procureur de l’appelante : Procureur général de l’Ontario, Toronto.
Procureurs de l’intimée Criminal Lawyers’ Association of Ontario : Schreck Presser, Toronto; Louis
P. Strezos & Associate, Toronto.
Procureur de l’intervenant le procureur général du Canada : Procureur général du Canada, Ottawa.
Procureur de l’intervenant le procureur général du Québec : Procureur général du Québec, Québec.
Procureur de l’intervenant le procureur général du Manitoba : Procureur général du Manitoba, Winnipeg.
Procureur de l’intervenant le procureur général de la Colombie-Britannique : Procureur général de la
Colombie-Britannique, Victoria.
Procureurs de l’intervenante l’Association des libertés civiles de la Colombie-Britannique : Sugden, McFee &
Roos, Vancouver.
- 1401 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Procureurs de l’intervenante Advocates’ Society : Simcoe Chambers, Toronto.
Procureurs de l’intervenant Mental Health Legal Committee : Hiltz Szigeti, Toronto; Swandron Associates,
Toronto; Supreme Advocacy, Ottawa.
- 1402 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Marine Services International Limited et al v. Estate of Joseph Ryan, by its Administratrix, Yvonne Ryan et al . (N.L.)
(34429)
Indexed as: Marine Services International Ltd. v. Ryan Estate /
Répertorié : Marine Services International Ltd. c. Ryan (Succession)
Neutral citation: 2013 SCC 44 / Référence neutre : 2013 CSC 44
Hearing: January 15, 2013 / Judgment: August 2, 2013
Audition : Le 15 janvier 2013 / Jugement : Le 2 août 2013
Present: McLachlin C.J. and LeBel, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver, Karakatsanis and Wagner JJ.
Constitutional law — Division of powers — Navigation and shipping —Interjurisdictional immunity —
Federal paramountcy — Federal maritime legislation providing for action by dependants in case of death of person —
Provincial workers’ compensation legislation prohibiting actions in respect of injury against employer or worker if
compensation payable — Fishermen dying in maritime accident — Dependants obtaining compensation under
provincial workers’ compensation scheme and bringing negligence action under federal maritime legislation —
Whether provincial legislation constitutionally inapplicable to federal maritime negligence claims by reason of
doctrine of interjurisdictional immunity — Whether provincial legislation constitutionally inoperative in respect of
federal maritime negligence claims by reason of doctrine of federal paramountcy — Constitution Act, 1867, s. 91(10)
— Workplace Health, Safety and Compensation Act, R.S.N.L. 1990, c. W-11, s. 44 — Marine Liability Act, S.C. 2001,
c. 6, s. 6(2).
Maritime law — Liability in tort — Statutory bar of action — Fishermen dying in maritime accident in the
course of employment — Whether negligence action brought by dependants under federal maritime legislation
prohibited by provincial workers’ compensation legislation — Workplace Health, Safety and Compensation Act,
R.S.N.L. 1990, c. W-11, s. 44 — Marine Liability Act, S.C. 2001, c. 6, s. 6(2).
Workers’ compensation — Statutory bar of action — Compensation legislation prohibiting actions against
employer or worker in respect of injury if compensation payable — Fishermen dying in maritime accident in the course
of employment — Dependants obtaining compensation and bringing negligence action — Whether death occurred
otherwise than in the conduct of the operations usual in or incidental to the industry carried on by the employer —
Whether statutory bar applies — Workplace Health, Safety and Compensation Act, R.S.N.L. 1990, c. W-11, s. 44.
The Ryan brothers died when their ship, the Ryan’s Commander, capsized while returning from a fishing
expedition off the coast of Newfoundland and Labrador. Their widows and dependants (the “Ryan Estates”) applied
for and received compensation under Newfoundland and Labrador’s Workplace Health, Safety and Compensation Act
(“WHSCA”). In addition, proceeding under the federal Maritime Liability Act (“MLA”), the Ryan Estates commenced
an action against Universal Marine Limited, Marine Services International Limited and its employee P, alleging
negligence in the design and construction of the Ryan’s Commander, as well as against the Attorney General of
Canada, alleging negligence in the inspection of the vessel by Transport Can ada. Marine Services and P applied to the
Workplace Health, Safety and Compensation Commission for a determination of whether the action was prohibited by
virtue of the statutory bar of action contained in s. 44 of the WHSCA. The Commission held that the action was statute
barred by s. 44. On judicial review, the Supreme Court, Trial Division, overturned the decision of the Commission,
holding that the doctrines of interjurisdictional immunity and federal paramountcy applied and therefore that s. 44 must
be read down to allow the action to proceed. The majority of the Court of Appeal upheld the trial judgment.
Held: The appeal should be allowed. Section 44 of the WHSCA is constitutionally applicable and operative.
The statutory bar at s. 44 of the WHSCA applies on the facts of this case. It does not only benefit an
“employer” in a direct employment relationship with the injured worker. Any employer that contributes to the scheme
and any worker of such an employer benefits from the statutory bar, as long as the worker was injured in the course of
his or her employment and the injury occurred in the conduct of the operations usual in or incidental to the industry
carried on by the employer. In the case at bar, the Commission’s finding that the injury that led to the death of the
Ryan brothers occurred in the conduct of the operations usual in or incidental to the industry carried on by Marine
Services is entitled to deference. It is a question of mixed fact and law that the Commission answered by as sessing the
- 1403 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
evidence and interpreting its home statute; moreover, the WHSCA contains a privative clause. In light of these factors,
the standard of reasonableness applies.
Section 44 of the WHSCA is constitutionally applicable and operative and, as such, bars the action initiated by
the Ryan Estates against Marine Services and P. The first step in the resolution of a constitutional issue involving the
division of powers is an analysis of the “pith and substance” of the impugned legislation, which consists of an inquiry
into the true nature of the law in question for the purpose of identifying the matter to which it essentially relates. Then,
at the end of a pith and substance analysis, a court sho uld consider interjurisdictional immunity only if there is prior
case law favouring its application to the subject matter at hand, as is the case in this appeal. A two-pronged test must
be met to trigger the application of this doctrine. The first step is to determine whether the impugned legislation
trenches on the core of a head of power listed in ss. 91 or 92 of the Constitution Act, 1867. Then, if the impugned
legislation trenches on the core of a head of power, the second step is to determine whethe r the encroachment is
sufficiently serious. The impugned legislation must impair rather than just affect the core. When interjurisdictional
immunity applies, the impugned law is simply inapplicable to the extra-jurisdictional matter.
Interjurisdictional immunity does not apply in the case at bar. The first prong of the test is met, but not the
second. A provincial statute of general application, such as s. 44 of the WHSCA, cannot have the effect of indirectly
regulating an issue of maritime negligence law, which is at the core of the federal power over navigation and shipping.
By altering the range of claimants who may make use of the statutory maritime negligence action provided by s. 6(2) of
the MLA, s. 44 of the WHSCA trenches on the core of the federal power over navigation and shipping. However, s. 44
of the WHSCA does not impair the exercise of the federal power over navigation and shipping. It may affect the
exercise of that federal power, however, this level of intrusion is insufficient to trigger interjurisdictional immunity.
The intrusion of s. 44 is not significant or serious when one considers the breadth of the federal power over navigation
and shipping, the absence of impact on the uniformity of Canadian maritime law, and the historical application of
workers’ compensation schemes in the maritime context.
The doctrine of federal paramountcy does not apply in this case either, under a proper interpretation of the
MLA. According to this doctrine, when the operational effects of provincial legislation are incompatible with federal
legislation, the federal legislation must prevail and the provincial legislation is rendered inoperative to the extent of the
incompatibility. Federal paramountcy applies where there is an inconsistency between a valid federal legislative
enactment and a valid provincial legislative enactment, but not between a common law rule and a valid provincial law.
Inconsistency can arise from two different forms of conflict: the operational conflict, when compliance with one statute
means a violation of the other statute, and the frustration of federal purpose. The standard for invalidating provincial
legislation on the basis of frustration of federal purpose is high.
Section 6(2) of the MLA provides a cause of action to the dependants of a person who dies by the fault or
negligence of others in a maritime law context that is to be adjudicated under Canadian maritime law. However, it
makes room for the operation of provincial workers’ compensation schemes. The WHSCA and the MLA can operate
side by side without conflict. Section 6(2) of the MLA provides that a dependant may bring a claim “under
circumstances that would have entitled the person, if not deceased, to recover damages”. This language suggests that
there are situations where a dependant is not allowed to bring an action pursuant to s. 6(2) of the MLA. Such a situation
occurs where a statutory provision, such as s. 44 of the WHSCA, prohibits litigation because compensation has already
been awarded under a workers’ compensation scheme. The statutory bar in s. 44 of the WHSCA removes compensation
for workplace injury from the tort system, of which the MLA is a part. As such, for the purposes of s. 6(2) of the MLA,
a deceased worker whose dependants are entitled to compensation under the WHSCA is a person who died under
circumstances that would not have entitled the worker to recover damages if he or she had lived. The WHSCA, which
establishes a no-fault regime to compensate for workplace-related injury, does not frustrate the purpose of s. 6(2) of the
MLA, which was enacted to expand the range of claimants who could start an action in maritime negligence law. The
WHSCA simply provides for a different regime for compensation that is distinct and separate from tort.
APPEAL from a judgment of the Newfoundland and Labrador Court of Appeal (Green C.J.N.L. and Welsh
and Rowe JJ.A.), 2011 NLCA 42, 308 Nfld. & P.E.I.R. 1, 958 A.P.R. 1, 238 C.R.R. (2d) 160, 351 D.L.R. (4th) 666,
[2011] N.J. No. 207 (QL), 2011 CarswellNfld 200, affirming a decision of Hall J., 2009 NLTD 120, 289 Nfld. &
P.E.I.R. 198, 890 A.P.R. 198, 99 Admin. L.R. (4th) 308, [2009] N.J. No. 204 (QL), 2009 CarswellNfld 197. Appeal
allowed.
- 1404 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Peter O’Flaherty and Brodie Gallant, for the appellants.
Corwin Mills, Q.C., Joseph Twyne and Benjamin Piper, for the respondents the Estate of Joseph Ryan et al.
Peter Southey and Christine Mohr, for the respondent the Attorney General of Canada.
Hart Schwartz and Michael S. Dunn, for the intervener the Attorney General of Ontario.
Nancy E. Brown, for the intervener the Attorney General of British Columbia.
Rolf Pritchard, Q.C., for the intervener the Attorney General of Newfoundland and Labrador.
Jamie Martin, for the intervener the Workplace Health, Safety and Compensation Commission.
Scott A. Nielsen and Laurel Courtenay, for the intervener the Workers’ Compensation Board of British
Columbia.
No one appeared for the respondent Universal Marine Limited.
No one appeared for the intervener the Attorney General of Nova Scotia.
Solicitors for the appellants: Goodland O’Flaherty, St. John’s.
Solicitors for the respondents the Estate of Joseph Ryan et al.: Mills Pittman, Clarenville; Sack Goldblatt
Mitchell, Ottawa.
Solicitor for the respondent the Attorney General of Canada: Attorney General of Canada, Toronto.
Solicitor for the intervener the Attorney General of Ontario: Attorney General of Ontario, Toronto.
Solicitor for the intervener the Attorney General of British Columbia: Attorney General of British Columbia,
Victoria.
Solicitor for the intervener the Attorney General of Newfoundland and Labrador: Attorney General of
Newfoundland and Labrador, St. John’s.
Solicitors for the intervener the Workplace Health, Safety and Compensation Commission: Roebothan,
McKay & Marshall, St. John’s.
Solicitor for the intervener the Workers’ Compensation Board of British Columbia: Workers’ Compensation
Board, Vancouver.
Solicitor for the intervener the Attorney General of Nova Scotia: Attorney General of Nova Scotia, Halifax.
________________________
Présents : La juge en chef McLachlin et les juges LeBel, Fish, Abella, Rothstein, Cromwell, Moldaver, Karakatsanis et
Wagner.
Droit constitutionnel — Partage des compétences — Navigation et bâtiments ou navires — Exclusivité des
compétences — Prépondérance fédérale — Droit d’action conféré aux personnes à charge d’un défunt par une loi
maritime fédérale — Action en dommage prohibée contre l’employeur ou un travailleur par une loi provinciale sur les
accidents du travail si une indemnité est payable au titre de cet te loi — Décès de pêcheurs lors d’un accident en mer —
Action en négligence intentée en vertu de la loi maritime fédérale par des personnes à charge subséquemment au
versement à ces dernières d’une indemnité en vertu du régime provincial d’indemnisation de s accidents du travail —
- 1405 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
La loi provinciale est-elle constitutionnellement inapplicable aux actions en négligence fondées sur le droit maritime
fédéral en raison de la doctrine de l’exclusivité des compétences? — La loi provinciale est-elle constitutionnellement
inopérante à l’égard des actions en négligence fondées sur le droit maritime fédéral en raison de la doctrine de la
prépondérance des lois fédérales? — Loi constitutionnelle de 1867, art. 91(10) — Workplace Health, Safety and
Compensation Act, R.S.N.L. 1990, ch. W-11, art. 44 — Loi sur la responsabilité en matière maritime, L.C. 2001, ch. 6,
art. 6(2).
Droit maritime — Responsabilité délictuelle — Interdiction de poursuites prévue par la loi —Décès de
pêcheurs lors d’un accident en mer dans l’exercice de leurs fonctions — La loi provinciale sur les accidents du travail
interdit-elle aux personnes à charge d’intenter une action en négligence en vertu d’une loi maritime fédérale? —
Workplace Health, Safety and Compensation Act, R.S.N.L. 1990, c h. W-11, art. 44 — Loi sur la responsabilité en
matière maritime, L.C. 2001, ch. 6, art. 6(2).
Accidents du travail — Interdiction de poursuites prévue par la loi — Action en dommage prohibée contre
l’employeur ou un travailleur par une loi provinciale sur les accidents du travail si une indemnité est payable au titre
de cette loi — Décès de pêcheurs lors d’un accident en mer dans l’exercice de leurs fonctions — Action en négligence
intentée par des personnes à charge subséquemment à l’obtention d’une in demnité — La mort est-elle survenue
autrement que dans le cours des activités habituelles ou accessoires menées dans l’industrie à laquelle participe
l’employeur?— L’interdiction légale de poursuites s’applique-t-elle? — Workplace Health, Safety and Compensation
Act, R.S.N.L. 1990, ch. W-11, art. 44.
Les frères Ryan ont perdu la vie lorsque leur bateau, le Ryan’s Commander, a chaviré au retour d’une
expédition de pêche au large des côtes de Terre-Neuve-et-Labrador. Leurs veuves et enfants à charge (les « successions
Ryan ») ont demandé et reçu des indemnités au titre de la Workplace Health, Safety and Compensation Act (« WHSCA
») de Terre-Neuve-et-Labrador. En outre, s’appuyant sur la Loi sur la responsabilité en matière maritime (« LRMM »)
du gouvernement fédéral, les successions Ryan ont intenté une action contre Universal Marine Limited, Marine
Services International Limited et P, un employé de cette dernière, leur reprochant d’avoir fait montre de négligence
dans la conception et la construction du Ryan’s Commander, de même que contre le procureur général du Canada, pour
le motif qu’il y aurait eu négligence de la part de Transports Canada dans l’inspection du bateau. Marine Services et P
ont demandé à la Workplace Health, Safety and Compensation Commission de décider si l’action tombait sous le coup
de l’interdiction légale de poursuites prévue à l’art. 44 de la WHSCA. La Commission a statué que cette disposition
avait pour effet de prohiber l’action. À l’issue d’un contrôle judiciaire, la Section d e première instance de la Cour
suprême a infirmé la décision de la Commission, concluant que les doctrines de l’exclusivité des compétences et de la
prépondérance fédérale s’appliquent et qu’il faut donc donner une interprétation atténuée à l’art. 44, de façon que
l’action puisse suivre son cours. La Cour d’appel, à la majorité, a confirmé le jugement de première instance.
Arrêt : Le pourvoi est accueilli.
constitutionnel.
L’article 44 de la WHSCA est applicable et opérant du point de vue
L’interdiction légale de poursuites prévue à l’art. 44 de la WHSCA est applicable au vu des faits de l’espèce.
Elle ne bénéficie pas seulement à un « employeur » qui se trouve dans une relation d’emploi directe avec le travailleur
blessé. Tout employeur contribuant au régime, ainsi que tout travailleur d’un tel employeur, bénéficie de l’interdiction
légale de poursuites, pourvu que le travailleur ait été blessé dans le cours de ses fonctions et que les blessures soient
survenues dans le cours des activités habituelles ou accessoires menées dans l’industrie à laquelle participe
l’employeur. En l’espèce, il convient de faire montre de déférence envers la conclusion de la Commission suivant
laquelle les blessures ayant entraîné la mort des frères Ryan sont survenues dan s le cours des activités habituelles ou
accessoires menées dans l’industrie à laquelle participe Marine Services. Il s’agit d’une question mixte de fait et de
droit à laquelle la Commission a répondu en appréciant la preuve et en interprétant sa loi const itutive. De plus, la
WHSCA renferme une clause privative. À la lumière de ces facteurs, la norme de la décision raisonnable s’applique.
L’article 44 de la WHSCA est applicable et opérant du point de vue constitutionnel et il fait donc obstacle à
l’action introduite par les successions Ryan contre Marine Services et P. La résolution d’un différend constitutionnel
concernant le partage des compétences requiert d’abord et avant tout l’analyse du « caractère véritable » du texte de loi
contesté, laquelle consiste dans une recherche sur la nature véritable de la loi en question afin d’identifier la matière sur
laquelle elle porte essentiellement. Puis, au terme de l’analyse du caractère véritable, le tribunal ne doit généralement
- 1406 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
considérer la doctrine de l’exclusivité des compétences que s’il existe de la jurisprudence préconisant son application à
l’objet du litige, comme c’est le cas dans le présent pourvoi. Il doit être satisfait à une analyse à deux volets pour que
cette doctrine s’applique. La première étape consiste à se demander si la loi contestée empiète sur le cœur d’un chef de
compétence énuméré à l’art. 91 ou 92 de la Loi constitutionnelle de 1867. Deuxièmement, si la loi contestée empiète
sur le cœur d’un chef de compétence, il faut déterminer si cet empiétement est suffisamment grave. La loi contestée ne
doit pas simplement toucher le cœur d’une compétence, elle doit l’entraver. Lorsque la doctrine de l’exclusivité des
compétences s’applique, la loi contestée est tout simplement inapplicable à la question excédant la compétence
législative conférée.
La doctrine de l’exclusivité des compétences ne s’applique pas en l’espèce. Il est satisfait au premier volet de
l’analyse, mais non au second. Une disposition législative provinciale d’application générale comme l’art. 44 de la
WHSCA ne doit pas avoir pour effet de réglementer indirectement un aspect des règles de droit relatives à la négligence
en matière maritime qui font partie du cœur de la compétence fédérale sur la navigation et les bât iments ou navires. En
modifiant l’éventail des demandeurs susceptibles d’exercer le droit d’action pour négligence en matière maritime
conféré par le par. 6(2) de la LRMM, l’art. 44 de la WHSCA empiète sur le cœur de la compétence fédérale en matière
de navigation et de bâtiments ou navires. Cependant, l’art. 44 de la WHSCA n’entrave pas l’exercice de cette
compétence fédérale. Il peut toucher l’exercice de cette compétence fédérale, mais ce degré d’empiétement ne suffit
pas pour que s’applique la doctrine de l’exclusivité des compétences. L’empiétement causé par l’art. 44 ne saurait être
considéré important ou grave si l’on tient compte de l’étendue de la compétence fédérale sur la navigation et les
bâtiments ou navires, de l’absence de répercussions su r l’uniformité du droit maritime canadien et de l’application de
longue date des régimes d’indemnisation des accidents du travail dans le secteur maritime.
Suivant l’interprétation qu’il convient de donner à la LRMM, la doctrine de la prépondérance fédérale ne
s’applique pas non plus à la présente affaire. Selon cette doctrine, lorsque les effets d’une loi provinciale sont
incompatibles avec une loi fédérale, la seconde doit prévaloir et la loi provinciale être déclarée inopérante dans la
mesure de l’incompatibilité. La doctrine de la prépondérance fédérale s’applique lorsqu’il existe une incompatibilité
entre un texte de loi fédéral valide et un texte de loi provincial lui aussi valide, mais non en cas d’incompatibilité entre
une règle de common law et une loi provinciale valide. L’incompatibilité peut résulter de deux formes différentes de
conflit : le conflit d’application, à savoir lorsque l’observation d’une loi entraîne la violation de l’autre; et l’entrave à la
réalisation d’un objectif fédéral. La norme d’invalidation d’une loi provinciale au motif qu’elle entrave la réalisation
d’un objectif fédéral est élevée.
Le paragraphe 6(2) de la LRMM confère une cause d’action aux personnes à la charge d’une personne qui, en
raison de la faute ou de la négligence d’autrui, a perdu la vie dans un accident de navigation assujetti au droit maritime
canadien. Cependant, le par. 6(2) ne fait pas obstacle à l’application de régimes provinciaux d’indemnisation des
accidents du travail. La WHSCA et la LRMM peuvent coexister sans conflit. Le par. 6(2) de la LRMM précise que les
personnes à charge peuvent intenter une action « dans des circonstances qui, si le décès n’en était pas résulté, [. . .]
auraient donné [à la victime] le droit de réclamer des dommages -intérêts ». Ce texte tend à indiquer qu’il existe des
situations où une personne à charge n’est pas autorisée à intenter une action en vertu du par. 6(2) de la LRMM. C’est le
cas lorsqu’une disposition législative — tel l’art. 44 de la WHSCA —interdit les poursuites au motif qu’une indemnité a
déjà été versée au titre d’un régime d’indemnisation des accidents du travail. L’interdiction légale de poursuites prévue
à l’art. 44 de la WHSCA exclut l’indemnisation des accidents du travail du champ d’application du régime de la
responsabilité délictuelle, régime dont fait partie la LRMM. Dans ces circonstances, un travailleur décédé dont les
personnes à charge ont droit à une indemnité sous le régime de la WHSCA constitue, pour l’application du par. 6(2) de
la LRMM, une personne ayant perdu la vie dans des circonstances qui ne lui auraient pas donné le droit de réclamer des
dommages-intérêts si elle avait survécu. La WHSCA, qui établit un régime d’indemnisation sans égard à la
responsabilité pour les accidents du travail, n’entrave pas la réalisation de l’objectif du par. 6(2) de la LRMM qui a été
édicté en vue d’élargir la catégorie des personnes admises à intenter une action en négligence fondée sur le droit
maritime. La WHSCA instaure tout simplement un régime d’indemnisation distinct du droit de la responsabilité
délictuelle.
POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel de Terre-Neuve-et-Labrador (le juge en chef Green et les juges
Welsh et Rowe), 2011 NLCA 42, 308 Nfld. & P.E.I.R. 1, 958 A.P.R. 1, 238 C.R.R. (2d) 160, 351 D.L.R. (4th) 666,
[2011] N.J. No. 207 (QL), 2011 CarswellNfld 200, qui a confirmé une décision du juge Hall, 2009 NLTD 120, 289
- 1407 -
HEADNOTES OF RECENT
JUDGMENTS
SOMMAIRES DE JUGEMENTS
RÉCENTS
Nfld. & P.E.I.R. 198, 890 A.P.R. 198, 99 Admin. L.R. (4th) 308, [2009] N.J. No. 204 (QL), 2009 CarswellNfld 197.
Pourvoi accueilli.
Peter O’Flaherty et Brodie Gallant, pour les appelants.
Corwin Mills, c.r., Joseph Twyne et Benjamin Piper, pour les intimés la Succession de Joseph Ryan et autres.
Peter Southey et Christine Mohr, pour l’intimé le procureur général du Canada.
Hart Schwartz et Michael S. Dunn, pour l’intervenant le procureur général de l’Ontario.
Nancy E. Brown, pour l’intervenant le procureur général de la Colombie-Britannique.
Rolf Pritchard, c.r., pour l’intervenant le procureur général de Terre-Neuve-et-Labrador.
Jamie Martin, pour l’intervenante Workplace Health, Safety and Compensation Commission.
Scott A. Nielsen et Laurel Courtenay, pour l’intervenante Workers’ Compensation Board de la
Colombie-Britannique.
Personne n’a comparu pour l’intimée Universal Marine Limited.
Personne n’a comparu pour l’intervenant le procureur général de la Nouvelle-Écosse.
Procureurs des appelants : Goodland O’Flaherty, St. John’s.
Procureurs des intimés la Succession de Joseph Ryan et autres : Mills Pittman, Clarenville; Sack Goldblatt
Mitchell, Ottawa.
Procureur de l’intimé le procureur général du Canada : Procureur général du Canada, Toronto.
Procureur de l’intervenant le procureur général de l’Ontario : Procureur général de l’Ontario, Toronto.
Procureur de l’intervenant le procureur général de la Colombie-Britannique : Procureur général de la
Colombie-Britannique, Victoria.
Procureur de l’intervenant le procureur général de Terre-Neuve-et-Labrador : Procureur général de
Terre-Neuve-et-Labrador, St. John’s.
Procureurs de l’intervenante Workplace Health, Safety and Compensation Commission : Roebothan, McKay
& Marshall, St. John’s.
Procureurs de l’intervenante Workers’ Compensation Board de la Colombie-Britannique : Workers’
Compensation Board, Vancouver.
Procureur de l’intervenant le procureur général de la Nouvelle -Écosse : Procureur général de la
Nouvelle-Écosse, Halifax.
- 1408 -
SUPREME COURT OF CANADA SCHEDULE / CALENDRIER DE LA COUR SUPRÊME
- 2013 OCTOBER - OCTOBRE
S
D
M
L
NOVEMBER - NOVEMBRE
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
4
5
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
DECEMBER - DÉCEMBRE
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
1
M
2
3
4
5
6
7
6
M
7
8
9
10
11
12
3
M
4
5
6
7
8
9
8
9
10
11
12
13
14
13
H
14
15
16
17
18
19
10
H
11
12
13
14
15
16
15
16
17
18
19
20
21
20
21
22
23
24
25
26
17
18
19
20
21
22
23
22
23
24
H
25
H
26
27
28
27
28
29
30
31
24
25
26
27
28
29
30
29
30
31
F
V
S
S
- 2014 JANUARY - JANVIER
S
D
M
L
T
M
FEBRUARY - FÉVRIER
W
M
T
J
F
V
S
S
H
1
2
3
4
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
MARCH - MARS
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
1
1
5
6
7
8
9
10
11
2
3
4
5
6
7
8
2
3
4
5
6
7
8
12
M
13
14
15
16
17
18
9
M
10
11
12
13
14
15
9
10
11
12
13
14
15
19
20
21
22
23
24
25
16
17
18
19
20
21
22
16
M
17
18
19
20
21
22
26
27
28
29
30
31
23
24
25
26
27
28
23
30
24
31
25
26
27
28
29
APRIL - AVRIL
S
D
M
L
MAY - MAI
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
4
5
S
D
M
L
T
M
W
M
JUNE - JUIN
T
J
F
V
S
S
S
D
M
L
T
M
W
M
T
J
F
V
S
S
1
2
3
1
2
3
4
5
6
7
6
7
8
9
10
11
12
4
5
6
7
8
9
10
8
9
10
11
12
13
14
13
M
14
15
16
17
H
18
19
11
M
12
13
14
15
16
17
15
M
16
17
18
19
20
21
20
H
21
22
23
24
25
26
18
H
19
20
21
22
23
24
22
23
24
25
26
27
28
27
28
29
30
25
26
27
28
29
30
31
29
30
Sittings of the court:
Séances de la cour :
Motions:
Requêtes :
M
Holidays:
Jours fériés :
H
18
87
9
5
sitting weeks / semaines séances de la cour
sitting days / journées séances de la cour
m otion and conference days / journées des requêtes et des conférences
holidays during sitting days / jours fériés durant les sessions
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising